Les actualités Malgaches du Mardi 09 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara443 partages

Lalatiana Rakotondrazafy : « L’Etat investit sur la rentabilisation des voyages à l’étranger »

« Ce n’est pas l’Etat qui va dilapider les deniers publics en effectuant des visites étrangères vaines », réitère Lalatiana Rakotondrazafy

La porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy, a mis les points sur les « i » concernant les différents voyages que le président de la République, Andry Rajoelina, a effectués à l’étranger depuis son investiture et que certains ne soutiennent pas trop.

Rentabiliser. Selon elle, « il n’y a pas de voyages vains. Le principe, c’est leur rentabilisation ». Comme illustrations, elle a soulevé les fruits des visites et des rencontres réalisées en Ethiopie, à Maurice, au Kenya et au Sénégal. En effet, en Ethiopie, le président de la République était tenu d’assister au Sommet de l’Union Africaine dont Madagascar est membre. « Mais en marge, il a pu discuter avec le vice-président de la Banque Mondiale dont les négociations ont abouti à l’augmentation de l’aide budgétaire octroyée à Madagascar. Aussi, va-t-elle financer la dotation de lampes solaires à 800 000 foyers et l’électrification de 500 centres de santé », rappelle Lalatiana Rakotondrazafy. A Addis-Abeba, Andry Rajoelina a également rencontré le président de la Banque Africaine du Développement. A Maurice, il a signé des accords de partenariats économiques, dont la création d’un parc industriel textile. « Au Kenya, des échanges sur la reforestation qui fait partie de la politique du gouvernement ont été effectués », indique la porte-parole du gouvernement. Et au Sénégal, le président de la République a enrichi ses expériences « sur la création d’une nouvelle ville avec des opérateurs sénégalais et internationaux », rappelle-t-elle.

Transparence et redevabilité. Par ailleurs, et d’après toujours les explications de Lalatiana Rakotondrazafy, ces invitations officielles sont à la charge des pays hôtes et non de l’Etat Malgache. Mais ce n’est pas tout. Le régime a instauré deux principes phares par rapport aux visites officielles à l’étranger. En premier lieu, « il y a la transparence », souligne Lalatiana Rakotondrazafy, qui a trait, entre autres, à l’objet de la visite, aux résultats attendus et aux aspirations du peuple. En second lieu vient « la redevabilité » qui « nous oblige à faire le rapport de ces visites », conclut-elle.

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Andry Rajoelina : 459 pompes à eau pour plusieurs communes

Le président Andry Rajoelina a assisté à la cérémonie de réception officielle de 459 pompes à eau, hier, à Toamasina.

Eau et électricité pour tous. C’est l’objectif du régime actuel. Faciliter l’accès à l’eau potable et à l’énergie figure d’ailleurs parmi les engagements que le président Andry Rajoelina a fait envers le peuple malgache.

Hier, le Chef de l’Etat a assisté à la cérémonie de réception officielle de 459 dispositifs et équipements d’approvisionnement en eau potable au Port de Toamasina. Ces matériels seront distribués à toutes les communes privées d’eau potable dans tout Madagascar, a annoncé le président de la République. Les écoles et les centres de santé de base dans les zones reculées vont également bénéficier de ces pompes à eau. Ce projet a été réalisé en collaboration avec l’UNICEF.

Démarche. D’ailleurs, durant la cérémonie d’hier, le représentant résidant de l’UNICEF à salué les efforts fournis par le président Andry Rajoelina dans sa démarche visant à venir en aide aux populations des zones reculées. « Vous portez bien votre nom de TGV car en cinq jours, vous avez pu résoudre les problèmes que la population a subis depuis 2018 », a reconnu le haut responsable de l’UNICEF. En effet, le numéro Un d’Iavoloha reste convaincu que l’eau c’est la vie. C’est la raison pour laquelle l’adduction d’eau potable constitue une de ces priorités. Le 31 janvier dernier, quelques jours seulement après son investiture, Andry Rajoelina s’est rendu dans la commune rurale d’Ankililaoky, dans la Région Atsimo Andrefana, pour le lancement d’un projet qui consiste à doter 200 forages les régions Atsimo Andrefana et Menabe. La visite du Chef de l’Etat à Toamasina a pris fin hier.

Davis R.

Midi Madagasikara10 partages

Amoron’i Mania- Harena an-kibon’ny tany : Tsy ekena intsony ny gaboraraka, mampitandrina ny ministra t...

Betsaka ireo karazan’ny harena an-kibon’ny tany misy eto amin’ny faritra, ary misy karazany  amam-polony maro, hoy ny ministry ny harena an-kibon’ny tany, raha nitsidika ny distrrikan’ Ambatofinandrahana, Mananadriana ary Ambositra, ny faran’ny herinandro lasa teo, niaraka tamin’ny lehiben’ny governemanta

Nampitandrina ny minisitry ny harena an-kibon’ny tany, fa tsy azo ekena intsony ny gaboraraka amin’io sehatra io. Profon’izany, hoy ihany ny ministra, dia efa indroa izao no nahatratra fitaterana harena an-kibon’ny tany tsy ara-dalàna ny zandary any an-toerana ary nisy ny fepetra noraisina araka izany.  Nanentana ireo mpisehatra isan-tsokajiny ny ministra, mba hiditra ao anatin’ny sehatra ara-dalàna fa tsy misy intsony ny gaboraraka sy ny kolikoly, ka hentitrra amin’izany ny filohan’ny governemanta, na iza na iza no manao ny tsy ara-dalàna, fa eo ambanin’ny lalàna ny olon-drehetra.

Anastase

Midi Madagasikara8 partages

Ambatovy : Soutien à la création d’emplois pour les jeunes

Ambatovy soutient les projets de création d’emplois pour les jeunes. L’entreprise minière continue à soutenir les projets de création d’emplois pour les jeunes dans la zone autour de sa mine à Moramanga. Ainsi, six jeunes sans emploi de cette localité, membres de l’association de femmes Mitia, ont pu réaliser leur projet d’élevage de poules pondeuses et font actuellement partie des fournisseurs d’œufs dans les environs, suite à l’appui de la compagnie. Formées au Centre de Formation Agricole (CFA) d’Ambarilava, à Moramanga, sur les techniques d’élevage avec le soutien d’Ambatovy, elles ont, par la suite, créé ladite association et se sont lancées dans la recherche de partenariat pour financer leur projet. Ambatovy a continué à les appuyer sur le plan technique pour le montage de leur projet, ainsi que pour la recherche de partenariat. Et au mois de novembre 2018, elles ont reçu chacune d’un sponsor 42 poules pondeuses et des aliments pour démarrer. Quant à la construction des poulaillers, elle a été entièrement prise en charge par les membres de l’association Mitia. «Nos conditions de vie se sont améliorées, car nous avons maintenant une source de revenus que nous allons encore développer davantage à l’avenir », a témoigné Ursule Raharimbolanirintsoa, une des membres de l’association à Ampitambe, qui produit actuellement une quarantaine d’œufs par jour.

Recueillis par CHAN MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara5 partages

« Tarijara » de Momo Jaomanonga : Un recueil de poèmes « sakalava » du Nord

Momo Jaomanonga le poète polyglotte.

Même s’il maîtrise bien la langue de Molière, l’arabe et le mandarin, Jaomanonga préfère écrire le «parler sakalava». Pendant plusieurs années, ce jeune poète a fait des recherches linguistiques. Actuellement, il parvient à publier le fruit de son inspiration. 

Momo Jaomanonga, un poète qui valorise la coutume « sakalava » du Nord, sortira un recueil de poèmes de 70 pages le mois prochain. Dans cet ouvrage, l’artiste évoque la corruption, le « désordre économique » à Madagascar. « Je m’inquiète pour mes concitoyens » a-t-il déclaré.Ce recueil de poèmes est intitulé « Tarijara ». Il a choisi le titre pour rendre hommage à sa mère qui était morte quand il avait 15 ans. « Ma mère s’appelait Tarinjara. C’est pour elle !» a souligné le poète avec un cœur plein de chagrin. Tarinjara est aussi le diminutif de « hiTARIky anJARA », qui se traduit en français par «porte chance ». En outre, le rôle de Jaomanonga est de relever les têtes baissées et motiver les lecteurs à entreprendre.Ce livre est édité par « Antevasera », siégée à Ambanja, cette maison d’édition publiera des livres cette année.Illustration frappante. Dessinée par l’illustrateur Mozer Houdonou, l’image marquée sur la couverture du livre est très significative. Un homme coiffé d’un chapeau de paille, avec un lamba landy sur l’épaule gauche, tient entre ses mains un énorme papier gris. Sur ce parchemin, y est écrit le mot malgache «olagna» qui veut dire problème. Déprimé, le monsieur décide de se suicider par pendaison, en attachant la corde à un petit arbre en pot. À la gauche du personnage, se trouvent le drapeau malgache et une nappe en raphia . L’auteur fait allusion à la culture malgache marginalisée tandis que derrière lui, se trouve un ombre qui tient une sagaie dans la main droite, et un bouclier dans la main gauche. Selon le poète, « chaque personne est protégée par une force invisible ». 

Tarinjara la poésie à la « sakalava » du Nord.

« Malgache jusqu’aux os ». Installé à Maroc depuis quelque temps, le poète veut être «l’ambassadeur culturel de Madagascar ». La poésie est un moyen de transmettre un message aux Malgaches. Comme tous les artistes, Momo Jaomanonga est conscient que la tradition et les us et coutumes sont la clé du développement d’un pays comme Madagascar. « Il faut porter haut notre culture » a-t-il ajouté. Dans ses œuvres, on relève de temps en temps les anciens termes du vocabulaire « sakalava ». « J’utilise des mots anciens dans mes écrits, car c’est mon devoir de faire connaître des expressions rarement utilisées pour  les jeunes Malgaches ». Le jongleur de mots.  Son premier poème, Momo l’écrivait  alors qu’il n’avait que 10 ans. « L’alcool et le Sida étaient mes premières  rimes » dixit le rhétoriqueur. À l’époque, il était invité à la radio « Hafaliana » d’Ambanja pour la lecture de ses poèmes. Dès lors, le petit Momo effectue des études personnelles pour se perfectionner. Donc, il n’arrêtait pas de griffonner. Il s’inspire des proverbes et maximes de sa région.Membre de comité d’organisation du concours culturel « Famohazamandrin’ny bemazava » en 2018, Jaomanonga est désormais membre de l’association des écrivains et poètes de Madagascar depuis le mois de mars.Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

Région Vatovavy Fitovinany : Trois filières porteuses à développer

Toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du programme DEFIS dans ses deux régions d’intervention.

Transformer les agricultures familiales par l’adoption à grande échelle des systèmes de productions performantes et résilientes et intégrer des Exploitants agricoles familiés dans la filière rémunératrice. Tel est entre autres, l’objectif de la mise en œuvre du programme DEFIS. Dans ses zones d’intervention à Vatovavy fitovinany et à Atsimo Atsinanana, trois filières porteuses seront à développer. Il s’agit notamment des filières miel, café et riz. C’est ce qu’on a appris lors de l’atelier de lancement interrégional de ce programme de Développement des Filières agricoles Inclusives (DEFIS) sous tutelle du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche dernièrement au Tranompokonolona de la commune Urbaine de Manakara.

Animateurs commerciaux. Pour ce faire, le programme prévoit de transformer et d’appuyer les exploitations agricoles familiales issues des trois filières en leur donnant les techniques de productions efficaces et surtout en les orientant vers les marchés. Une facilitation de leurs relations avec les opérateurs est en vue. A cet effet, des animateurs commerciaux seront mis en place dans chaque district des deux régions. Ils serviront de relais entre les producteurs et les opérateurs de marchés, a-t-on appris.

100 tonnes de semences de riz. Pour cette année 2019, le programme DEFIS en collaboration avec le Fond de Développement de l’Agriculture, vont réhabiliter 1760 ha de périmètres irrigués et aménager 100 ha de micro périmètres. En outre, 150 Paysans multiplicateurs de Semences seront appuyés et formés afin de produire et de diffuser 100 tonnes de semences de riz ainsi que 600.000 jeunes plants de café. Par ailleurs, 300 Champs Ecoles Paysans vont être appuyés. Le programme DEFIS va également procéder au renforcement de l’autonomisation de 300 jeunes et femmes. Neuf contrats et partenariats seront en même temps réalisés et trois magasins de stockage à mettre en place. Enfin, 25 km de pistes/chantiers école seront construits via le système HIMO.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Lu pour vous… : Les conceptions religieuses des anciens Malgaches, « Ny fireham-pinoan’ny ntaolo Mala...

Lars Vig, un jeune missionnaire qui a eu une relation privilégiée avec les Malgaches.

Les conceptions religieuses des anciens Malgaches, publiées pour la première fois en norvégien en 1892, traitent des représentations de Dieu et des esprits, des hommes, des lieux sacrés et des cérémonies religieuses, telles qu’on pouvait les observer à Madagascar à la fin du XIXe siècle. Si l’auteur ne manque pas de s’interroger sur le sens des rites accomplis, il est surtout attentif à l’aspect extérieur de la vie religieuse, comme la manifestent rites, mythes et prières, tous matériaux significatifs d’une conception de l’univers, qu’il n’entreprend pas d’analyser pour elle-même. L’ethnographie contemporaine qui, depuis près d’un siècle, a précisé ses méthodes et ses exigences, pourra s’étonner que Lars Vig aurait voulu donner un tableau des représentations religieuses malgaches à travers ses seules observations dans le Betsileo du Nord ou Vakinankaratra. C’est en effet sur cette région qu’il apporte des renseignements de première main. Mais on notera que sur les autres régions, grâce aux compte-rendus de ses collègues, il ne signale que des coutumes en consonance avec ce qu’il rapporte et dénotant une parenté culturelle. Cette édition bilingue, française et malgache, voudrait tout à la fois permettre à des chercheurs d’en poursuivre le commentaire et de rendre hommage à un prédicateur de l’Evangile dont l’attachement à Madagascar se mesure au souci qu’il a eu d’en connaître la vie profonde. Ce missionnaire luthérien était né à Skaanevik (Norvège) le 20 juillet 1845. Après avoir obtenu un diplôme d’une école normale en 1864, il fit ses études théologiques au Séminaire des Missions norvégiennes (N.M.S.) de 1868 à 1873 et fut consacré pasteur en 1874. La même année il partit pour Madagascar et fut affecté presqu’aussitôt à Masinandraina, tout près d’Antsirabe, où il passa 28 ans, sauf  congé en Norvège (1889 à 1893) et deux ans à Antsirabe  (1896-1898) à l’époque des troubles qui suivirent l’annexion de l’île par la France. Les archives de L. Vig sont les plus abouties en matière d’observation et de  description de la société malgache de l’époque. D’ailleurs, il a rapidement fini  par parler couramment le malgache.

Recueillis  par Maminirina Rado

es conceptions religieuses des anciens Malgaches, « Ny fireham-pinoan’ny ntaolo Malagasy »

Midi Madagasikara2 partages

Kidnapping : Les malfaiteurs utilisent maintenant des cartes de presse

Avec un bandit détenteur de carte de presse, bien qu’il s’agisse d’une fausse carte, il est temps de donner, seulement et uniquement à l’ordre professionnel, le pouvoir de décerner ce document et sans aucune interférence  des autres organismes.

 Fausse carte de presse utilisée par un vrai criminel

Ragodogodona ou encore Ra-BC. Deux noms de guerre utilisés par un gangster notoire. Il est fiché depuis longtemps dans la base des données des forces de l’ordre. Auteurs et co-auteurs de plusieurs kidnappings et attaques à main armée dans la capitale, il a finalement été arrêté par la police dans la matinée de jeudi dernier, en plein centre-ville, à Analakely. Le plus impressionnant dans son mode opératoire est que Ragodogodona fait usage de fausse carte de presse. Il se fait passer pour un journaliste d’un quotidien de la Capitale pour appâter ses victimes ou encore pour accéder dans des endroits privés. « Son rôle dans le réseau varie entre espion et auteur. Avec sa fausse carte de presse, il recueille des informations non pas journalistiques mais des renseignements sur ses cibles. Il livre après les données à ses compères pour planifier et exécuter les méfaits. Nous avons aussi prouvé ses implications dans plusieurs kidnappings et attaques armées », selon la police nationale. La même source d’indiquer que ce criminel a été le cerveau des attaques en série depuis 2017 et pire encore, il fut déjà membre d’un réseau de kidnappeurs dans les années 90. C’est dire que l’homme est un vétéran en la matière. Son enquête préliminaire pourrait révéler plusieurs noms de bandits ou de gangsters.

Ordre professionnel. Sur un tout autre angle, ce cas est en mesure de remettre sur le tapis l’octroi de la carte de presse professionnelle. Dans un cadre légal, il devrait revenir seulement à l’ordre professionnel de décerner la carte à qui de droit. Les critères de diplômes (Bac + 3 en journalisme/communication) ou d’expériences professionnelles (trois ans sur le tas) sont les normes légales. Seulement, avec l’interférence du gouvernement de l’ancien régime dans ce secteur, l’ordre professionnel n’a jamais pu accomplir cette tâche. Le résultat est tel que plusieurs organes de presse ont décidé de confectionner leur propre carte maison et selon ses préférences. Il n’y a aucune uniformisation de la carte qu’il est devenu facile, très facile d’en falsifier. Et le résultat est là : même un kidnappeur possède une (fausse) carte. L’on sait que le ministère de la communication, dans son contrat-programme, a parmi ses objectifs le désengagement total à l’ordre professionnel des médias. Une bouffée d’oxygène certaine pour une vision de favoriser l’indépendance du métier des journalistes. D’ailleurs, pour les autres corps professionnels, la carte de presse est décerné à qui de droit uniquement et seulement par l’ordre professionnel…

D.R

Midi Madagasikara2 partages

TIM : Olga Ramalason, nouvelle SG

Marc Ravalomanana a présenté hier à la presse la nouvelle SG du TIM.

La sénatrice Olga Ramalason vient d’être nommée secrétaire générale du « Tiako I Madagasikara ».

Le bureau politique du TIM vient de nommer celle qui succède à Olivier Donat Andriamahefamparany au poste de secrétaire général. Il s’agit d’Olga Ramalason. Elle a été présentée officiellement hier à la presse par Marc Ravalomanana au QG du parti à Bel’Air. « Olga Ramalason assure les fonctions de secrétaire général du TIM jusqu’à la tenue du nouveau congrès du parti. », a annoncé le président national du TIM. Marc Ravalomanana de rajouter : « La nomination d’Olga Ramalason intervient au moment où l’on se prépare aux Législatives du 27 mai auxquelles le TIM présentent 109 candidats. » A ce propos, la déclaration de la nouvelle secrétaire générale du TIM a été claire : « Ma principale mission consiste à coordonner la mise en œuvre de nos stratégies dans l’objectif de faire élire nos candidats aux prochaines Législatives. » Visiblement, la nomination d’Olga Ramalason s’inscrit dans le cadre de la restructuration du « Tiako I Madagasikara » après les Présidentielles de 2018. A rappeler qu’Olivier Donat Andriamahefamparany a été élu secrétaire général du TIM lors du congrès national des 22 et 23 mai 2015. Il a remis sa démission le 06 février 2019.

Femme d’expérience. Olga Ramalason n’est pas une nouvelle figure pour le microcosme politique en général et pour les militants du TIM en particulier. Pour ceux ou celles qui la connaissent, c’est une femme d’expérience. Titulaire de diplôme d’ingéniorat en Agro-alimentaire, le désormais numéro deux du TIM a servi dans le secteur avant de basculer dans la politique. Elle a été élue maire d’Antsirabe, deuxième grande ville de Madagascar. Dans le gouvernement de consensus du Premier ministre Omer Beriziky, Olga Ramalason a fait partie des ministres qui y ont représenté la mouvance Ravalomanana. Elle y a occupé le poste de ministre du Commerce. Actuellement, elle siège à Anosikely en tant que sénateur du parti TIM. Pour bon nombre d’observateurs, Olga Ramalason fait partie de ceux qui restent jusqu’à présent fidèle à Marc Ravalomanana. « Je vous assure, Olga Ramalason va travailler dur pour faire gagner les candidats du TIM aux prochaines Législatives. », a déclaré hier Marc Ravalomanana.

Silence. Pour une journaliste étrangère qui a été présente à la conférence de presse donnée hier par le TIM à son QG à Bel’Air, Marc Ravalomanana a brillé par son silence depuis les présidentielles de 2018. En s’exprimant sur ce constat, le président national du TIM de répondre : « Le silence est aussi une stratégie. » Une réponse concise et claire mais qui suscite des curiosités sur la personnalité d’un candidat finaliste qui a accepté de se plier au verdict de la HCC sur le second tour de la dernière élection présidentielle.

R. Eugène

La Vérité1 partages

Détournement de 2 milliards Ar - L’auteur nargue le milieu judiciaire et carcéral

 Ra Jean-Bà (nom d’emprunt) croupissait depuis deux ans dans une prison malagasy suite à un vol de deux poules et trois canards. Là, il attend tranquillement son procès, bien que ce soit son droit absolu, il n’a demandé ni une liberté provisoire encore moins une évacuation sanitaire dans un centre hospitalier de la Capitale. Jean Bà savait que ce genre de demande nécessite une mobilisation financière dont il ne possède pas. Vie de Nabab Contrairement à Jean Bà, une certaine C.R., a les moyens financiers pour se soustraire à une détention préventive à la prison d’Antanimora. C.R, n’est pas effectivement n’importe qui. Cadre supérieur et bras droit d’un investisseur français possédant 3 usines en zone franche, une à Madagascar et deux à l’étranger, C.R et son époux, A.F., étaient des personnes de confiance de l’investisseur et au fil des mois, le couple faisait partie du cercle d’ amis intimes de celui-ci..

En effet, la Dame en question et son mari avaient aidé l’investisseur à s’installer dans la Grande île et une fois que l’usine, sise sur la RN2, est fonctionnelle, c’est à C.R. que le propriétaire a confié les clés de son investissement. Elle assumait les fonctions de responsable administratif et ressources humaines pendant plus d’une décennie et ce jusqu’au mois d’octobre dernier. Des anomalies révélaient à cette époque, que C.R. a réussi à détourner la somme faramineuse de 2 milliards d’Ar (10 milliards fmg) en 3 ans (2015-2018) dans cette société dont les produits sont reconnus mondialement, notamment dans le domaine sportif et maritime. D’ailleurs, durant son enquête, la Dame a reconnu les faits et livré aux enquêteurs tant au niveau de la Police qu’auprès du tribunal les moyens utilisés afin d’avoir ce joli pactole dont une partie avait été dépensée par la famille à des voyages en Europe, aux Etats-Unis, en Israël…A chaque fête organisée par le couple, selon des membres du cercle de la haute bourgeoisie d’Antananarivo, le champagne et les boissons de luxe coulaient à flots. De ce train de vie digne d’un Nabab, le couple faisait croire à ses amis que l’usine en question lui appartenait. Mais comme toute chose à une fin, la belle aventure prenait fin quand le vrai propriétaire découvrait le pot aux roses par le plus simple du hasard.Hospitalisée dans une villa au bord de la merTraduite devant le Pôle Anti-Corruption (PAC) à la fin du mois de novembre, C.R. est inculpée  de faux en écriture de commerce, usage de faux et blanchiment. Des chefs d’inculpation épinglés aussi sur le dos de son mari mais ce dernier a été déclaré par sa femme, étranger dans cette affaire. Bien qu’une partie des sommes détournées transite dès fois dans le compte bancaire de A.F., celui-ci a bénéficié d’une liberté provisoire. Pour sa part, C.R. est placée sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora. Mais comme C.R n’est pas Jean-Bà, elle a pu s’y extraire en utilisant l’artifice de l’hospitalisation à Befelatanana pour un séjour de 45 jours. Seulement, la prévenue ne se trouvait pas dans ce centre hospitalier mais circulait librement en ville. Ses appels téléphoniques localisés et la déclaration du propriétaire d’une villa à Mahajanga confirmaient que C.R. était « en vacances » dans cette localité durant les fêtes de fin d’année 2018 et un responsable de l’hôpital de Befelatanana infirmait sa présence pendant les soi-disant 45 jours d’hospitalisation. Des révélations obtenues durant l’enquête policière et ce faisant suite à la doléance déposée par le plaignant. C.R. reconnait n’avoir jamais été à l’hôpital et a révélé qu’elle a soudoyé à hauteur de 2 millions Ar des membres du corps pénitencier pour bénéficier d’une telle largesse. Une accusation rejetée en bloc évidemment par ces derniers…Le dossier de doléances est actuellement au niveau de Mme le Procureur de la République qui sera amenée à se prononcer de la suite le 15 avril 2019 prochain….La Rédaction

Midi Madagasikara1 partages

Ampasika : Tsy menatra ny manafika ireo mpitondra fiara ny jiolahy

Tsy miandry alina akory fa na amin’ny antoandro be nanahary aza, saingy amin’ny fotoana mahabe ny fitohanan’ny fifamoivoizana no manao ny asa ratsiny ireo jiolahy mpanendaka, eny amin’iny faritra Ampasika sy ny manodidina iny. Ireo mpitondra fiara taraiky ao anatin’izany fitohanana izany no ataon’izy ireo lasibatra tokoa.

Efa tsy miafina amin’ny rehetra tokoa ny zavatra tsy maintsy hosedrain’ireo mpampiasa lalana rehetra amin’iny lalan’Itaosy iny, indrindra fa eo amin’ny tetezan’Ampasika. Ankoatra ny fitohanam-be mantsy dia miharo fitaintainana indray izao, amin’ny afitsok’ireo jiolahy mpanendaka, izay miaraka amin’ny basy sy zava-maranitra isan-karazany. Araka ny fitantaran’ireo mpitondra fiara efa nisedra izany mantsy dia tsy misy tahotra intsony ireo olon-dratsy miezaka mamoha ireo fiara tsy afa-mihetsika anaty « embouteillage ». Raha sendra tsy voavohan’izy ireo ny fiara dia voarahona amin’ny fitaovam-piadiana ny mpamily. Toa zavatra efa mahazatra ireo mponina eny ny tranga toa io ka tsy misy mihetsi-bolo-maso akory eo anatrehan’izany. Na iray aza tsy misy vonon-kamonjy ilay niharan’ny fanafihana akory. Asa, tahotry ny valifatin’ireo olon-dratsy angamba.

Efa betsaka ihany izay ny tranga toy izany teny amin’iny faritra iny. Ary azo lazaina fa tsy mikely soroka amin’ny fanaovana ny asany anefa ireo mpitandro filaminana eny an-toerana. Porofon’izany ny fisian’ireo fisamboranana maromaro ary ny fahatratrarana ambodiomby ireo mpanao ratsy. Ankoatra izay ihany koa ny fisafoana andro aman’alina eny amin’ireo faritra mafana, izay miafara amin’ny fisamborana matetika, toy ity teny amin’iny faritra Vinany ity ny faran’ny herinandro teo, izay nahatratrana roa lahy avy nanendaka mpivavaka, ny alahady teo. Na dia eo aza anefa izany dia toa mahita hirika foana ireo jiolahy ary ny loza dia vao mainka toa miha-mirongatra aza.

m.L

Madaplus.info0 partages

Madagascar : nouvelle vague de rapatriement de femmes de ménage au Koweït

Plusieurs femmes de ménage Malgache, travaillant au Koweït, demandent un rapatriement d’urgence à l’État. Samedi dernier, une autre vague des rapatriées est arrivée. Cette mission a été mise en place après le constat de nombreuses plaintes de ces femmes sur les réseaux sociaux. En effet, certaines femmes sont victimes de violence venant de leurs employés.
Les conditions de travail au Koweït sont qualifiées de surexploitations par celles qui témoignent de leurs expériences dans ce pays. Certaines arrivent à fuir avant d’être rapatriées, mais d’autres trouvent la mort sur leurs lieux de travail après plusieurs années de maltraitance. Grâce à l’opération menée par le Président de la République, 116 femmes sont rapatriées à Madagascar.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : grève du SECES, arrêt de toutes activités pédagogiques

Le syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants, section Antananarivo, cessera toute activité à l’Université d’Ankatso à partir du mardi 9 avril. Les enseignants chercheurs revendiquent l’augmentation du nombre des enseignants à l’université, la remise en place du « maintien en activité » pour les anciens enseignants expérimentés. Rappelons que le SECES a déjà été en grève début mars. Les enseignements et les recherches restent alors suspendus jusqu’à nouvel ordre.
Ainsi, l'université d'Antananarivo sera fermée mais également l'Ecole Normale Supérieure d'Ampefiloha jusqu'à ce que l'Etat écoute leurs revendications. De leur coté, les étudiants vivant dans les cités universitaires rejoignent les enseignants. En effet, depuis des jours, ils sont aussi privés d'eau.
Madagate0 partages

Antananarivo. Les 100 ans du BIT au gymnase d’Ankorondrano, le 11 avril 2019

Tia Tanindranaza0 partages

Fandravana trano teny Ampitatafika Efa ela no tokony ho natao, hoy ny Ben’ny tanàna

Niteraka resabe teto an-drenivohitra ny faran’ny herinandro teo ny fisian’ireo trano am-polony voatery noravana teny Avaratetezana Ampitatafika ka niteraka ireo olona manodidina ny 100 isa voatery natory tamin’ny tany tsy nisy na inona na inona niaraka tamin’ny ankizy madinika.

 Nitondra fanazavana mikasika izay Atoa Rado Ramparaoelina, Ben’ny tanànan’Ampitatafika omaly ka nambarany  fa efa tamin’ny taona 2016 ireo trano ireo  no tokony ho noravana saingy niezaka ny nangataka ny famindram-pon’ny tompon’ny tany hatrany ny tenany in-droa miantoana.   Raha ny fanazavany, tsy sinoa 100 % araka ny feo mandeha no naka ny tany fa  sinoa efa Malagasy any amin’ny taranaka fahadimy ary efa mizaka ny zom-pirenena Malagasy. Manana taratasy ara-dalàna izy ireo izay hitan’ny masoko mihitsy raha tsy manana kosa ireo olona nanorina trano teo amin’ilay toerana fa nipetraka fotsiny  hatramin’izay. Rariny raha nalain’ny tompony amin’izay ny taniny. Rariny koa  raha  tsy nampandre  ny fokontany sy ny kaominina ary ny zandary teto Ampitatafika ny tompon’ny tany  satria mbola mety hiangavy ny tsy hanaovana izany indray aho  izay mety hanakana ny tetikasa tanterahin’izy ireo. Nomarihin’ity Ben’ny tanàna ity fa ho an’ny kaominina Ampitatafika manokana, efa betsaka ireo tany vita titra sy baorina amin’ny tompony amin’izao ao aminy, antony tsy hisian’ny BIF intsony.  Ho an’ireo vao hikarakara taratasy, dia olana ny faharovitan’ny boky ao Atsimondrano  koa hanaovany antso avo amin’ny fitondram-panjakana.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsian-drano eto AntananarivoTsy ampy 120 tapitrisa litatra isan’andro

Tsy ampy ary tena olana ny famatsiana rano eto Antananarivo satria 200 000m³ monja raha tokony ho 320 000m³ isan’andro ; izany hoe tsy ampy 120 000m³ na 120 tapitrisa litatra satria 1m³ mira 1000 litatra.

 

Tsara ho marihana fa manodidina ny 2 200 000 ny mponin’Antananarivo renivohitra izany hoe ny ao anatin’ireo boriborintany 6, fa mitombo lavitra be io isa io raha atsofoka ao ny mponin’ireo distrika manodidina tahaka an’Avaradrano, Atsimondrano, Ambohidratrimo… Izay indrindra no anton’ny fivoriana natao tetsy amin’ny primatiora Mahazoarivo omaly alatsinainy 8 aprily niarahana tamin’ny praiminisitra Ntsay Christian, ny minisiteran’ny rano ary ireo tompon’andraikitry ny famatsiana rano eo anivon’ny JIRAMA. Nodinihina tao ny olana misy ary handray fanapahan-kevitra hanao fampiasam-bola amin’ny rano ny fanjakana, hoy ny tatitry ny lehiben’ny governemanta. Ao anatin’ny 1 na 2 volana dia hisy ny vahaolana ary hatomboka amin’ny fanaovana “forage” any amin’ny faritra misy rano sy ireo tena mijaly amin’ny famatsiana. Nasiana resaka tao ihany koa ny fijerena ny lafiny ara-teknika hahafahana mampîasa ny reniranon’Ampasimbe.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

KIANTRANOANTRANO

Fanadihadiana anatiny fotsiny ihany izay mifandraika amin’ny fitsipi-pifehezana no hatao amin’ireo polisy nahiana ho nahavanon-doza tany Maroantsetra.

 

 

 

 Mbola mamofona kiantranoantrano ny momba ireto mpitandro ny filaminana ireto na dia nilaza aza ny minisitry ny polisy fa tsy fialokalofan’ny jiolahy ity vondrona iray ity. Mampifoha indray ny raharaha Antsakabary ny toy izao ary azo eritreretina fa hivazavaza indray ny mpiaro ny zon’olombelona iraisam-pirenena. 

GOVERNORAN’NY FARITRA

 

Efa tsy ho ela intsony ny fametrahana governora any amin’ny faritra raha araka ny fanambaran’ny praiminisitra tany Ambositra. Hatreto dia tsy hita izay tena maha samihafa ity andraikitra ity amin’ny lehiben’ny faritra. Miteraka olana hatrany ity fanovana rafitra ity satria hiova tanteraka koa izany ny rafi-bola izay entina hampihodinana azy ary torak’izany koa ny tompon’andraikitra maro any amin’ny faritra izay hotendren’ny governera vaovao. 

JIOLAHY NISANDOKA HO MPANAO GAZETY

 

Nisandoka ho mpanao gazety an-tsoratry ny orinasa lehibe iray ilay jiolahy fantatra amin’ny anarana hoe Ragodogodona na ra-BC. Nanana karatra sandoka izy niaraka taminy ary hita izany nandritry ny fisamborana azy. Ny tranga toy izao dia manaporofo hatrany fa tsy milamina ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety matoa misy sahy misandoka. Samy nanao ny karatry ny trano tokoa mantsy ireo orinasa izay tsy nanaiky ny karatra navoakan’ny minisitera tamin’ny fitondrana teo aloha ary nanamora ny fisandohana izany. 

700 ARIARY

 

Tapaka izany fa hiakatra 700 ariary ny saran-dalan’ny taksibe. Nanaiky izany ny ATT nandritry ny fihaonany tamin’ny mpitatitra. Misy kosa anefa ny fenitra takiana dia ny fanatsarana ny kalitaom-pitaterana sy ny fanajana ny lalàna sy ny zotra. Hatreto dia mbola ny 35% amin’ireo fiara mpitatitra eo an-drenivohitra ihany no manara-dalàna. Mila manenjana ny ATT satria ny mpanjifa hatrany no voa mafy amin’ny fepetra raisina toy izao. 

 

 

 

 

FAMATSIAN-DRANO

 

Tao anatin’ny 15 taona dia tsy mba nanampy tamin’ny fanatsarana ny famokaran-drano eto an-drenivohitra mihitsy ny fanjakana nifanesy. Raha ny fanazavan’ny praiminisitra dia hisy ny famatsiam-bola manokana avy amin’ny fanjakana mba hanamboarana fantsona fitrohan-drano izay manampy amin’ny famokaran-drano. Teny Itaosy sy Ambohidrapeto no natao andrana momba izany ary ao anatin’ny roa volana dia efa tokony hisy vokatra. 

 

FIZAHANTANY

 

Mbola mitohy ny fanisana ny mpandraharaha amin’ny fizahantany eto amintsika. Hitarina hatramin’ny 26 aprily ny fandraisana ny dosie fampahafantarana avy amin’izy ireo satria hatreto dia mbola vitsy ihany no nahatonga izany. Ny tanjona dia ny ady amin’ny mpandraharaha izay tsy manara-dalàna sy tsy mandoa hetra ho an’ny fanjakana ary koa fametrahana ny fenitra ilaina ao anatin’ny sehatry ny fizahantany. 

MPIVAROTRA AMORON-DALANA

 

Nahazo trano fivarotana tsy fidiny ireo mpivarotra amoron-dalana etsy Behoririka taorian'ny fandravana ilay trano tetsy Behoririka. Na tsy voarava hatramin'ny farany aza ny trano, tsy ela mihitsy ireo mpivarotra nanararaotra izany ka nametraka ny entan’izy ireo ao  anatin'ilay trano ary misy mihitsy aza ny mivarotra ao. Manara-penitra e !

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-baovao Malagasy tany ItasyNiavaka, nahasarika olona marobe tokoa

Niavaka ny fankalazana ny taom-baovao Malagasy nokarakarain’ny fikambanana Fitohasina sy ny foiben’ny trano koltoraly Malagasy natao tany Miarinarivo sy Soavinandriana, Faritra Itasy ny faran’ny herinandro teo.

 Nirehitra tao Amboniazy, rovan’Andriambahoaka afovoan-tany, ivon’i Madagasikara  mantsy  ny afo tsy maty  ho an’ny taom-baovao taona  2019, ny  alin’ny alakamisy 4 aprily lasa  teo. Nahavory olona marobe tokoa izany, antony nilazan’ny mpikarakara fa efa manomboka miverina ao am-pon’ny Malagasy tsikelikely  ny fitiavana ny fomba amam-panao toy ny taom-baovao Malagasy. Maro rahateo ireo olom-panjakana tonga nanome voninahitra ny  lanonana, toy ny lehiben’ny distrikan’i Soavinandriana, ny  solontenan’ny  komitin’ny fampihavanana Malagasy….Notsiahivin’ireo solontenam-panjakana nandray fitenenana fa ny taom-baovao Malagasy no vavolombelon’ny fampihavanana sady fomba sy kolontsaina maha firenena ny firenena Malagasy noho izany tsy tokony hatao ambanin-javatra. Teny amin’ny kianjan’ny kanto Mahamasina no namaranana ny lanonana rehetra, hetsika izay kasain’ny trano koltoraly Malagasy hotohizana hatrany mba tsy ho adinon’ny taranaka amam-para.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasam-pahasalamana isan-tanàna90 tapitrisa dolara no nomen’ny Amerikanina

Malagasy miisa 16 tapitrisa no hahazo fanatsarana ara-pahasalamana amin’ny alalan’ny Tetikasa “Accessible Continuum of Care and Essential Services (ACCESS)”.

 

 Tetikasam-pahasalamana haharitra 5 taona ary goavana indrindra tamin’izay novatsiana teto Madagasikara. Notokanan’ny governemanta Amerikanina, amin’ny alalan’ny sampandraharaha Amerikanina misahana ny fampandrosoana Iraisam-pirenena (USAID) miaraka amin’ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, Profesora Julio Rakotonirina tamin’ny fomba ofisialy omaly alatsinainy 08 aprily tetsy amin’ny Hotely Carlton ny fanombohana ny tetikasa. Tanjona ny hanatsara ny kalitao sy ny fotodrafitrasa ary hanitatra ny fahazoana asam-pahasalamana mba ho tombony ho an’ny vahoaka Malagasy. Hamafisina ihany koa ny fahaiza-manaon’ny rafitry ny fahasalamana Malagasy ka ny fikambanana amerikanina tsy miankina misahana ny fahasalamana maneran-tany (MSH) no hitantana ny tetikasa. Ny tetikasa ACCESS no tetikasam-pahasalamana lehibe indrindra tamin’izay novatsian’ny Amerikanina, hoy ny Ambasadaoron’i Etazonia miasa eto Madagasikara, Atoa Michael Pelletier. Faritra 13 izay tena mbola ahitana tahan’ny  fahafatesan’ny zaza sy ny reny ambony no hisitraka ny tetikasa. Amin’ireo faritra ireo dia hisy hatrany ny fomba fiasa sy ny tolotra ara-pahasalamana tsara kalitao harahin’ny fampitaovana sy fanofanana maro mba hampihenana ny taham-pahafatesana avo.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

FAKANA AN-KERINY FIARANarian’ireo jiolahy tany Maharidaza ilay mpamily noheveriny fa maty

Tany anaty alan’i Maridaza lalana RN2 no nanarian’ireo jiolahy ilay mpamily fiara “Renault kangoo” avy eo Anosizato izay noheverin’ireto olon-dratsy fa efa tsy misy aina intsony.

Tia Tanindranaza0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANAMiha mahazo vahana ny fandosiran’ny mpandona

Gaboraraka! Miseholany ny fandosirana aorian’ny fandomana mpandeha an-togotra amin’ny fiara ataon’ireo mpamily tsy mataho-tody tato ho ato. Tsy enjehin’ny eritreriny akory izy ireny rehefa

Tia Tanindranaza0 partages

Hentitra sy masiaka ireo lehibeHosaziana avy hatrany ny polisy jiolahy

«Hamafisina fa tsy natao ho fialokalofan’ny jiolahy sy ny mpanao ratsy ny asan’ny polisy». Io no tenin’ny Sekretera Jeneralin’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka, ny CGP Herilanto Iangotiana

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Match de défiLavon’ny Uirc ny Tam Anosibe

Lavon’ny Uirc Fivondronana tamin’ny isa (39 – 29) tamin’ny alahady 7 aprily teo tetsy amin’ny kianjan’i Mahamasina ny fileovana Tam Anosibe teo amin’ny “match de défi” nokarakarain’ny Malagasy

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AvaradranoKetraky ny tsy fandriampahalemana ny tantsaha

Lasa faritra mena tanteraka ny eny Avaradrano amin’izao fotoana ary tena mahavelon-taraina ny tantsaha.

 

 Ankoatra ny hala-botry sy ny vaky trano efa mahazatra dia ataon’ny jiolahy fanariana fatin’olona avy novonoiny tany ho any ny eny avaradrano, hoy Ramatoa Mercia Raolijon kandida depiote. Matetika ireny saofera mitondra fiara ampanofaina ireny no lasibatry ny jiolahy eny.  Nanamafy ny tsy maintsy hamahana hatrany ny olana misy eny amin’ny tontolo ambanivohitra Ramatoa Mercia Raolijon satria very fanahy mbola velona ny mponina izay tantsaha no maro an’isa. Manoloana ny tsy fandriampahalemana manjaka eny amin’ny tontolo ambanivohitra dia nanamafy ny tenany fa ilaina ny fanolorana ny volavolan-dalàna mba hiteraka fampitomboana ny mpitandro ny filaminana miasa eny. Tena vitsy an’isa mantsy izy ireo any amin’ny tontolo ambanivohitra. Misy akony ratsy amin’ny famokarana ataon’ny tantsaha ny tsy fandriampahalemana ka mila andraisana andraikitra haingana

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-40 taonan’ny fikambanana FizalotraNosokafana ofisialy tamin’ny sabotsy 6 aprily teo

Ny filohan’ny Antenimiran-doholona, Rakotovao Rivo amin’ny maha-mpiavy ela niasana ka nahita soa maro tany Alaotra azy, no nasain’ny fikambanana Fizalaotra « Fikambanan’ny Zanaka Ampielezana teraka ALAOTRA » avy amin’ny distrika 3 : Andilamena,

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaon’ny Nosy 2019Hanana solontena ho any Maorisy ny handisport Malagasy

Ao anatin’ny taranja 14 izay hifaninanana any amin’ny lalaon’ny Nosy, hotanterahina any amin’ny Nosy Maorisy amin’ny volana jolay 2019

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Randriamandranto mpiahy ny AtletismaNanolotra 10 tapitrisa ar ho an’ireo atleta manomana ny ...

Amin'ny maha minisitra mpiahy ny taranja atletisma ny minisitry ny toekarena sy ny fitantanam-bola dia tonga nijery ny fanazaran-tenan'ireo atleta hiatrika ny JIOI 2019 miisa 41 (16 vehivavy ary 25 lehilahy izay mizarazara ao antin'ny 100m-400m-1000m-1500m- ary semi-marathon)

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanakanto Pierrot MatatanaMarary mafy tsaboina ao Befelatanana

Marary tsaboina ao amin’ny hopitaly Befelatanana ny mpanakanto Pierrot Matatana, izay tsy zoviana amintsika intsony.

 

  Misy tsentsina ny lalandra ao amin’ny fony, ka tsy maintsy handalo fandidiana izy. Tsy vita eto amintsika anefa izany fa tsy maintsy alefa any am-pitandranomasina. Vola mitentina 50 tapitrisa Ar no ilaina  koa mangataka amin’ireo namany rehetra sy ny olona tsara sitrapo ary ny fitondram-panjakana i Pierrot Mahatanana mba hanampy azy sy ireo fianakaviany. Avy any amin’ny faritra Atsimo atsinanan’ny Nosy i Pierrot Mahatatana. Mpanakanto feno ny tenany satria sady mpanoratra no mpamoron-kira ho an’ireo malaza ihany koa. Ao amin’ny sampandraharaha mitsabo ny resaka fo USIC etsy Befelatanana moa no ahitana azy, varavarana faha-109 na azo hatao ihany koa ny miantso ny laharam-pinday 032 83 456 51 sy ny  034 53 200 35.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo renivohitraManitatra sy manamboatra ny sisin-dalana

Taorian’ny fotoam-pahavaratra sy ny fandalovan’ny rivodoza farany teo dia nanarina ireo fotodrafitrasa simba teto Antananarivo ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy.

 

Anisan’ireny  ny lalana, ny fantsona fandalovan’ny rano maloto, ny fanitarana ny haben’ny lalana sy ny  fanamboarana ny sisin-dalana na ny trottoir. Anisan’ny manatanteraka ny asa   ny ARM na ny « Autorité Routière de Madagascar ». Ny BEI na ny Banky Eoropeanina momba ny fampiasam-bola kosa  no mpamatsy vola ka ireo lalam-pirenena eto an-tanàna mivoaka ny renivohitra no anaovana ny asa.  Anisan’ireny ny  lalam-pirenena voalohany, faharoa, fahatelo, fahefatra, ary fahafito. Izany no natao dia entina   hampihenana ny faharefoan’ny mponina sy ny fampitombon’ny fahafahany miatrika ny loza voajanahary araka ny fanazavan’ny kolonely Jaona Andrianaivo, tompon’andraikitry ny GRC ny CUA. Hisitraka ny fanatsarana avokoa ny  rehetra, indrindra ireo mpampiasa ny lalana toy ny  mpitondra fiarakodia.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza amin’atamboZaza roa iraitampo, maty notsindrian’ny kamiao

Nitrangana loza mahatsiravina manamorona 1 km tsy idirana ny distrikan’Andapa ny Alahady alina teo, tokony ho tamin’ny 11 ora. Raha ny vaovao azo avy any an-toerana,

Tia Tanindranaza0 partages

CUA sy ny mpiara-miombon’antokaManitatra sy manamboatra ny sisin-dalana

Misy ny fanarenana ireo fotodrafitrasa simba eto amin’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) toy ny lalana, ny fantsona fandalovan’ny rano maloto, ny fanitarana ny haben’ny lalana sy fanamboarana ny sisin-dalana na ny « trottoir » taorian’ny fotoam-pahavaratra sy fandalovan’ny rivodoza farany teo ireny teto Madagasikara.

 

Vokatry ny fiaraha-miasan’ny CUA amin’ny alalan’ny GRC na ny sampandraharaha mitantana ny loza voajanahary ao amin’ny kaominina sy ireo mpiara- miombon’antoka izy io. Manatanteraka ny asa ny ARM (Autorité Routière de Madagascar). Ny BEI na ny Banky Eoropeanina momba ny Fampiasam-bola no mpamatsy vola izao asa izao, ka ireo lalam-pirenena eto an-tanàna dia mivoaka ny renivohitra avy eo no anaovana ny asa dia ny lalam-pirenena RN1, RN2, RN3, RN4 ary ny RN7. Natao izany mba hampihenana ny faharefoan’ny mponina (vulnérabilité) sy ny fampitomboana ny fahafahany miatrika ny loza voajanahary (résilience) araka ny fanazavan’ny kolonely Jaona Andrianaivo, tompon’andraikitry ny GRC ny CUA. Hisitraka ny fanatsarana avokoa ny rehetra, indrindra ireo mpampiasa ny lalana dia ireo mpitondra fiarakodia izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Famarotana ny Villa ElisabethNibaboka i Reboza Julien

Nangina sy tsy re tao anatin’ny fotoana naharitra ny praiminisitra lefitra nisahana ny fanajariana ny tany Reboza Julien, saingy niteny tamina onjam-peo tany Amboasary Atsimo manoloana ny raharaha famarotana ny Villa Elisabeth

 

, izay izy no nanasonia azy. Tsy mahafaly ny mpiasan’ny fananan-tany ny nanagadrana ny naman’izy ireo izay nanatanteraka baiko fotsiny fa ny minisitra tompon’andraikitra voalohany nanasonia ny dosie tsy mba voakitika. Raha ny lalàna rahateo dia ny minisitra no manasonia ny famarotana tanim-panjakana mihoatra ny 10a. Ho tapitra anio ny 48ora nomen’ny mpiasan’ny fananan-tany hanomezana fahafahana vonjimaika an’ireo namany, ary efa nohamafisin’izy ireo fa tokony hitovy ireo rehetra voakitika. Nambaran’io praiminisitra lefitra teo aloha io kosa fa tamin’izy minisitra VPM tamin’ny janoary 2014 dia nisy taratasy fifamarotana tanim-panjakana izay asan’ny minisitry ny fananan-tany no mivarotra tanim-panjakana. Asany andavanandro io, dia 150 hatramin’ny 200 isan’andro ny tany amidin’ny minisitry ny fananan-tany miaraka amin’ny “Domaines”. Tanim-panjakana izany fa tsy tanin’olon-tsotra, ka tamin’izany izaho efa hiala dia nisy tany anankiray antsoina hoe: “Sainte Antoine” eny Alarobia Amboniloha tafasisika tamin’ny dosieko tao nampanasoniavina anay ohatra ny tanim-panjakana rehetra, dia namidy, hoy izy. Te hilaza ho tsy tompon’antoka izany ity minisitra ity fa nanasonia an-jambany, izay toa manao resa-jaza ihany amin’ny lafiny iray, ary nibaboka ihany anefa izy fa tena nanasonia ilay taratasy (nasisika ???) namarotana ny trano fonenan’ny Pr Zafy. Toa tsy manan-tahotra firy satria amin’ny maha minisitra teo aloha azy, dia ny HCJ (Haute Cour de Justice) no afaka manenjika azy, ka toa zary hialokalofana io. Tsiahivina fa tao anatin’ny antoko AVI ny tenany, lasa TGV avy eo, ary amin’izao dia ao anatin’ny ABA miaraka amin’ny praiminisitra teo aloha Jean Ravelonarivo. Manohana an’i Andry Rajoelina ny Antoko ABA, ka rariny sy hitsiny raha mbola hanohana ny kandida tohanan-dRajoelina izahay dia ny IRD izany, hoy ity minisitra teo aloha ity. Manohana ny kandida Soja Jean André na Kaleta, izay milatsaka amin’ny anaran’ny IRD any Amboasary Atsimo ny tenany; mazava ny resaka eto fa tsy mifankafoy ny olon’ny tetezamita (2009-2014). Sokajiana ho olon’ny fitondrana sy afaka mialokaloka ao izany ity minisitra nanasonia ny famarotana ny toeram-ponenan’ny filoha teo aloha Zafy Albert ity. Asa na mbola tany tan-dalàna ihany i Madagasikara na tsia !

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandritra ny fampielezan-kevitraTeboka maro no tsara ho fantatra…

Iray volana latsaka dia higadona ny andro hanaovana fampielezan-kevitra. Toy ny fampielezan-kevitra nisy hatrizay ihany no fampielezan-kevitra ho an`ny fifidianana solombavambahoaka. Tanjona hitaomana ny olona mba hifidy izay ho kandidà depiote, hoy i Thierry Rakotonarivo filoha lefitry ny CENI.

 Misy kosa ireo teboka vitsivitsy tsy maintsy hajaina sy arahina rehefa manao fampielezan-kevitra, hoy izy. Voalohany, ny fanajana fotoana hanaovana fampielezan-kevitra izay voalazan`ny lalàna fa manomboka ny alatsinainy 06 mey ka mifarana ny sabotsy 25 mey ary maharitra 20 andro. Faharoa, fanajana toerana, misy toerana raràn`ny lalàna tsy azo hanaovana fampielezan-kevitra toy ny tranom-panjakana rehetra, toby miaramila, toeram-piangonana na toeram-pivavahana rehetra tsy ankanavaka… Manaraka izany, fametrahana mialoha ny taratasy fangatahana hanao fampielezan-kevitra any amin`ny solontenam-panjakana. Raha ao anaty toerana mihidy no hanaovana fampielezan-kevitra dia tsy maintsy 48 ora mialoha ny fotoana no hametrahana ireo antontan-taratsy any amin`ny solontenam-panjakana toy ny prefe na lehiben`ny distrika. Raha toerana malalaka na ankalamanjana kosa dia dimy andro no tsy maintsy apetraka. Farany, tsy maintsy tandremana ireo fotokevi-dehibe amin`ny fampielezan-kevitra toy ny fandalana ny fihavanana: fialana amin`ny fihetsika na teny mety hampiteraka korontana, fialana amin`izay fihetsika mety hiteraka fanalam-baraka ho an`ny olona hafa na fidirana amin`ny fiainana manokan`ny olona hafa, fihetsika mety hiteraka fisaratsarahana na fanavakavahana na ara-poko na ara-pahaizana na ara-piaviana dia voarara avokoa izay rehetra izay… Natokana ho an`ny vahoaka any amin`ny distrika misy ilay kandidà ihany no ataony fa tsy ho an`ny vahoaka any amin`ny distrika hafa akory. Anjaran`ny mpifidy ireo fiarahamonim-pirenena, ireo mpiantsehatra amin`ny fifidianana no manara-maso ireo kandidà ho solombavambahoaka. Afaka mametraka fitoriana eny amin`ny fitsarana manakaiky azy na amin`ireo rantsamangaikan`ny CENI na ireo mpifidy tsotra na ireo kandidà hafa sy izay solontenany na ireo fiarahamonim-pirenena. Raha misy fandikana ireo fepetra ireo dia mety hitarika fanamelohana na eny anivon`ny fitsarana na ara-bola na an-tranomaizina... Mety hitarika fanafoanana vato izay azon`ilay kandidà ao anatin`ilay fari-piadidiana hitrangan`izay zavatra izay.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola Rajaonah sy Pety RakotonianaTena atahoran-dRajoelina sy ny ekipany mafy

Ny tapaky ny volana febroary no naiditra am-ponja vonjimaika ny mpandraharaha Mbola Joseph Rajaonah. Isan’ireo Malagasy mpandraharaha sokajiana ho mpanefoefo.

Tsy dia hita taratra sy tsy mpiteny firy teo amin’ny sehatra politika na dia mpanolontsaina manokan’ny Filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina aza. Nisafidy ny nanolo-tanana ny kandida Marc Ravalomanana tamin’ireny fifidianana filoha ireny, ary tsaroana ny fanehoan-keviny fa na ny tany amin’ny ekipan-dRajoelina aza niantso azy, saingy i Marc Ravalomanana no hitany fa mety kokoa amin’ny firenena. Fahavalo politikany mazava ho azy no nandraisan’ny fanjakana Rajoelina azy. Toa manomboka mazava amin’izao fotoana izao ny fanagadrana azy, izay toa feno kajikajy politika ka zara aza ahitana hirika hamelezana azy, rehefa halalinina. Nosoram-potaka tamin’ny filazana fa nipiraty ny valim-pifidianana tamin’ny alalan’ny rindram-baikon’ny “Black Cube”, izay tsy nisy. Nialohan’izao firosoana amin’ny fifidianana solombavambahoaka izao no nanagadrana azy, raha toa ka tao anatin’ny fampielezan-kevitry ny fifidianana filoha no efa nosembantsembanina. Afaka nanohana kandida depiote tsy mitovy firehana amin’ny fanjakana ny tenany, toy ny lafiny serasera sy fampielezan-kevitra, eny fa na ny ara-bola aza,… Potehina tanteraka sao hahavita hanonitra sy hanatsimbadika ny rasan’ny fifidianana filoha, izay tsy tena hananan’ny fanjakana ankehitriny antoka fa hananany fitoniana ara-politika. Mpandraharaha sy mpanao afera, ka mety mahalala ny aferan’ny mpitondra sy mifanitsaka bizina amin’ny ekipan’ny filoha rahateo.

Mitovitovy amin’izay ihany ny an’i Pety Rakotoniaina izay naiditra am-ponja nanomboka ny tapaky ny volana oktobra 2018, rehefa nolazaina fa nikasa hanangana fanjakana ao anaty fanjakana. Izy no nalentika herintaona an-tranomaizina sazy mihatra fa Rainidiana Rajoharison, izay nahatrarana afisy momba ilay hetsika kosa 18 volana sazy mihantona. Nanakiana mafy an-dRajoelina ho tsy mendrika ny ho filoham-pirenena ny tenany, ary nitory ity farany mihitsy noho ny fanangonan-karena tsy mazava. Nialoha ny fifidianana filoha sy depiote no nanagadrana azy, ary na ny didy mandetika azy nivoaka ny 2 aprily lasa teo aza, dia misy ny mandika azy ho kapa vavaranjo ara-politika. Kandida ho solombavambahoaka any Fianarantsoa Rtoa Ialy Rakoniaina vadiny, ka tazonina any am-ponja aloha i Pety Rakotoniaina mba tsy ho afaka manao fampielezan-kevitra amin’izay kely ny herijika hahalanian’ny vadiny. Mitady hivadika ho resa-poko ny raharaha amin’izao hoe: nahoana no avy any amin’ny faritra, indrindra fa hatrany no lasibatra. Anisan’izany i Claudine Razaimamonjy, Eddy Maminirina, Pety Rakotoniaina,…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoham-pirenena MalagasyNisy dian-tanan’ny Rosianina ?

Mitoetra ankehitriny ny ahiahy ny amin’ny mety ho fitsabahan’ny Rosianina tamin’ny fifidianana filoham-pirenena farany teo no tanterahana teto Madagasikara.

 

Nampiasa sy nanome vola kandida filoham-pirenena tsy latsaky ny 6 farafahakeliny ny Rosianina tamin’ny fifidianana natao teto ny volana novambra sy desambra 2018 lasa teo, araka ny fikaroham-baovao sy ny fanadihadiana lalina nataon’ny orinasam-baovao Anglisy BBC, ka navoakany tao amin’ny tranokalany ny alatsinainy 8 aprily vao maraina (https://www.bbc.com/news/av/world-africa-47830161/did-russia-meddle-in-madagascar-s-election). Niditra an-tsehatra teto Madagasikara mihitsy ireo « Stratégistes politiques » Rosianina izay nifandray akaiky tamin’i Kremlin, ivon’ny fitantanana an’i Rosia, araka io fampahalalam-baovao io. Tsy izay maha mpamolavola ara-paikady politika izay kosa ny anarana nentiny, fa tahaka ireny mpitsikilo ireny ka mpizahatany nialokaloka tao ambadiky ny hoe : mpizahatany. I Andry Rajoelina moa no lany, izay ahiana ho misy dian-tanan’ny Rosianina ny fahalaniany. Tsy nivaly ny fifidianana dia  toa efa nanipy teny mahakasika io ny Pasitera Mailhol anisan’ireo kandida nilaza ampahibemaso fa notohanan’ny Rosianina, saingy nivadihan’izy ireo tato aoriana. Tena fifidianana ara-demokratika ary ve izany no natao teto sa zavatra hafa mihitsy ? Tsy teto Madagasikara ihany fa tamin’ny fifidianana filoha Amerikanina  nifaninanan’i Donald Trump sy Hillary Clinton ny taona 2016 no efa nalaza nanerana izao tontolo izao ny fitsabahan’i Rosia tamin’ny alalan’ny fanao hosoka ara-informatika na “piratage informatique”. I Etazonia aza firenena matanjaka indrindra eto ambonin’ny tany tratran’izany, mainka fa i Madagasikara, izay ao anatin’ny sokajin’ny firenena dimy mahantra indrindra eto ambonin’ny tany. Mety tsy hampiova na inona na inona intsony amin’ny voka-pifidianana io. Mazava ho azy kosa fa tena efa miditra an-tsehatra mametraka ny dian-tanany sy mikatsaka ny tombontsoany eto ny Rosianina. Ny tontolon’ny harena ankibon’ny tany no tena hitadiavany irika, ka efa nandeha ny fiaraha-niombon’antoka ao anatin’ny orinasa Kraoma, izay niteraka fifanolanana lehibe teo amin’ny mpiasa sasany sy ny mpitantana vao volana vitsy izay. Manao adisisika eto ny firenena matanjaka samihafa satria manan-karena tsy mbola voatrandraka i Madagasikara, saingy tsy mba miantraika any amin’ny ativilanin’ny Malagasy izany…hatreto aloha.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tiako i MadagasikaraLasa i Donnat, miditra i Olga

Voatendry ho sekretera jeneralin’ny Antoko Tiako i Madagasikara Rtoa Olga Ramalason taorian’ny fametraham-pialan’Atoa Olivier Donnat Andriamahemfaparany ny 6 febroary lasa teo.

 

Ny zaikabem-pirenena nasionaly nataon’ny antoko ny 22-23 mey 2015 tao amin’ny Magro Ankorondrano no nanendry ity farany ho sekretera jeneraly tamin’izany. Noho ny hamehana taorian’iny fametraham-pialany iny no nanendren’ny filoha nasionaly sady mpanorina ny antoko TIM Marc Ravalomanana rehefa nifandinika tamin’ny Birao politikan’ity loholon’i Madagasikara ity handray io toerana io voinjimaika mandra-pahatonga ny zaikabem-pirenena izay atao isaky ny 5 taona, araka ny sata mifehy ny antoko. Mety amin’ity taona ity na amin’ny taona ho avy no hanaovana azy io. Miaina ny antoko ary atao izay mampandeha azy, raha ny nambaran’i Marc Ravalomanana tamin’ny fanambarana ofisialy izao vaovao izao omaly teny amin’ny foiben-toeran’ny TIMK25. Ben’ny tanànan’Antsirabe teo aloha in-droa nisesy dia ny 2003-2011, minisitry ny varotra sy ny fanjifana teo aloha, loholon’i Madagasikara am-perinasa,… no nahafantarana azy. Manana mari-pahaizana samihafa toy ny “Diplôme de 3éme Cycle en Managament d’Entreprise tao amin’ny INSCAE, Diplôme d’Ingénieur Agronome, … » ny tenany. Kihon-dàlana vaovao sy fanamafisana ny herin’ny antoko izao. Nisaotra manokana an’i Marc Ravalomanana tamin'ny fitokisana napetraka aminy ity sekretera jeneraly vaovaon’ny TIM ity, ary nanome toky ny rehetra fa tsy handraraka ilo mby an-doha amin’ny adidy goavana iantsorohany. Manana andraikitra lehibe eo anivon’ny TIM satria tompon’andraikitra voalohany mpanatanteraka izay hampandrosoana ny antoko eo amin’ny lafiny rehetra mihitsy, hoy izy. Ny fifidianana depiote no ady lehibe voalohany miandry, ka tsy maintsy hiezaka ny antoko hampandany izay solombavambahoaka napetrany satria manana eo amin’ny 109 eo izahay, ka tsy maintsy hanao izay hampandresena an’ireo, hoy ity sekeretera jeneraly vaovaon’ny TIM ity. Ao anatin’ny fanajana ny lalàna tanteraka ny fampahafantarana ireo kandidan’ny TIM, ary ao anatin’ny fametrahana fifampitokisana amin’ny vahoaka fa tsy mba manaotao foana ny antoko, hoy izy. Manana ny paikadiny i Marc Ravalomanana, izay efa naneho fa tsy mbola afaka miteny firy izao satria tsy tapitra tanteraka ilay 100 andro. Rehefa tapitra dia tena hiteny aho, ary manomboka eo ihany koa ny fampielezan-kevitra ka ho avy aho, hoy ny fanehoan-keviny.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Revolisionina mivaralila

Toy ny revolisionina mivaralila efa natao tamin’ny 2009 ihany. Ny fampanantenana sy ny kobaka am-bava no betsaka.

Tena miezaka mampiseho fa olon’ny serasera ny filoha ankehitriny. Hainy ny mampanantena paradisa, talentany ny milaza hanao izao sy izao ka raha ireny tokoa no vita, dia ho sangany tsy aty Afrika ihany fa eto ambonin’ny tany mihitsy i Madagasikara. Fampanofinofisana re izao ! fampanantenana re izao ! Karama farany ambany 200 000Ariary vao tonga eo e ! Trano 50 000 isa ao anatin’ny dimy taona e ! Mbola miandry aloha ireny. Ary mba aiza ilay angidim-by miisa 5 ? Efa tapitra anie ilay roa volana nolazaina fa hahatongavany e ! Ny hita aloha dia ny fijapiana lamasinina no tena misongadina satria ny tetikasan’ny fanjakana teo aloha ihany no ambara fa fanatanterahana ny velirano raha raisina ilay fanaovana ny lalana mampitohy ny seranan-tsambo sy ny lalam-pirenena faharoa ao Toamasina. Lasa ny saina amam-panahy mieritreritra fa 2 taona no hamitana ny lalana manivaka 10km, ka raha ilay tena lalambe migodana telon-jato km izany mety ho an-jatony taona. Fametrahana vatofototry ny asa no atao, dia tahaka ireny hoe efa vita 100% ireny ny asa satria ny serasera mamirapiratra no zava-dehibe mba hilazana fa tena miasa ilay filoha na ny mety ho tetikasan’ny teo alohany aza no hireharehana. Tsy misy maharatsy ny fitohizan’ny fitantanan-draharaham-panjakana fa ny tena loza dia ilay tsy fananan-kambo. Hay mety sy tsara ihany ny nataon’ireo mpitondra teo aloha noharatsiana faran’izay tratry ny hery. Hay namela mamy sy tsara ihany ka ny tena aty aoriana no migalabona sy misitraka azy, kanefa dia nohirahiraina ny hoe : « miala Rajao ». Ny asa natombok’i  Hery Rajaonarimampianina anefa no higalabonana atsy ho atsy. Ny tany aloha, dia naongana i Marc Ravalomanana, kanefa mbola ny volam-panjakana ana miliara dolara no nigalabonana tamin’ny tetezamita ankoatra ny harem-pirenena. Ny politikam-panjakana izay nohamavoina sy nentina nanonganam-panjakana tamin’izany ihany no haverina amin’izao, toy ny resaka fiaraha-miombon’antoka amin’ny mpamatsy vola mahazatra, ny fampanofana tany amin’ny vahiny. Andeha hampahatsiahivina kely ilay tenin’ny filoha ankehitriny ny 10 febroary 2009 tao amin’ny Gazety Jeune Afrique fa tena mampalahelo ny vahoaka ny fanomezana tany ampiasain’ny orinasa Koreanina Daewoo. Manameloka ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa aho, indrindra indrindra ny filoha. Folo taona aty aoriana ny 10 novambra, dia ny hoe: mivarotra 100ha dia hahavita zavatra betsaka. Efa hahazo tany ny Maorisianina, ho avy koa angamba ny Sonegaly,…

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politika MalagasyMampiana-dratsy vahoaka

Raha ny fomba fanaovana politika eto Madagasikara dia tsy misy fiovana na fanovana fa vao mainka miharatsy noho ny teo aloha aza ny raharaha. Ambentin-dresaka tato ho ato ny hoe politika politisianina no mampahantra firenena.

 

Tsy ny politika kosa no ratsy fa ny olona manao politika no maharatsy azy raha ny zava-misy ankehitriny. Zava-doza atao amin`ny fomba rehetra ny hosoka sy hala-bato, kolikoly avo lenta na mirefarefa amin`ny tany… Ahoana no fomba entina hametrahana hiorim-paka eo amin’ny foto-pisainan’ny mpanao politika ny tandrohasina sy ny fanoherana ny kolikoly ? Efa lasa tarazo sy raiki-tampisaka eo amin’ny toetra sy fisainan’ny Malagasy tsy ankanavaka ny kolikoly sy ny hosoka isan-karazany. Ny fototra mampiroborobo sy mametraka azy ho fomba fanao mahazatra dia ny fisian’ny tsy maty manota eo anivon’ny tontolo politika sy fiarahamonina amin’ny ankapobeny. Ny " tsimatimanota" dia ireo olona nahavanon-doza nahavita heloka bevava amin’ny fanodinkodinana vola sy fahefam-panjakana, maneho miharihary fanaovana fanitsahan-dalàna, ary misitraka izany ho amin’ny tombontsoany manokana, tsy misedra fitsarana na miatrika sazy na famonjana izy ireo fa vao mainka aza omem-boninahitra sy hampiantsorohana andraikitra sarobidy ary mazàna aza toa lasa ankatoavin’ny fiarahamonina. Lavitry ny afo ny etika politika eto amintsika na  moraly amin`ny fanaovana politika. Efa tena tsy misy intsony eto ary ny mpanao politika no mampiana-dratsy ny vahoaka. Mila mametraka ny rafitra ifampitaizana sady ifampifehezana eto amintsika. Mila foanana sy atao fongana amin’ny ara-dalàna ireo tsimatimanota dia izay no fanombohana amin’ny fanitsiana. Tompo-marika feno sy tanteraka amin’izany ny olom-pitsarana manana andraikitra. Manaraka ho azy avy eo ny fitaizana isam-pianakaviana. Ahoana tokoa moa no hahazoana mpitondra hendry ao anaty vahoaka ketraka ara-pisainana miaina amin’ny fiarahamonina tratry ny fahalovana ? Fotoana izao tokony hijoroan`ny mpanao politika, hametrahana ny demokrasia marina satria ny fahavoazana hatramin`izay dia ny tsy fahalalan’ny olona ny atao hoe politika. Ny politika dia hevitra sy asa izay iombonana ary tanterahina mba hahasoa ny vahoaka iaraha-monina aminy, izany hoe “soa iombonana”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina sy NtsayTsy mifankahazo intsony ?

Rehefa mianjady olana eto amin`ny firenena, tonga mijery ifotony izany ny vahoaka Malagasy ny praiminisitra Ntsay Christian.

 Ny 6 aprily lasa teo dia nijery indrindra amin’ny fisian’ny tsy fandriampahalemana tany Ambatofinandrahana, Manandriana ary Ambositra. Manome toromarika mazava amin`ireo tompon’andraikitra any an-toerana. Raha vantanina, hita mitety faritra  noho ny filoham-pirenena sy ny minisitra ny praiminisitra Ntsay Christian. Mitsidika faritra, misafo.tampoka bar sy karaoke amin`ny alina. Ohatra ihany koa ny olana teo anivon`ny JIRAMA Antalaha sy Farafangana ary misy hatrany ny vahaolana. Mamory haingana lehiben`ny distrika sy prefe rehefa misy fanapahan-kevitra mila raisina. Mahitsy fitenenana, mampitandrina isan-kerinandro.ireo olona ambony sy mpiasam-panjakana manao kolikoly. To teny eo anivon'ny mpitandro ny filaminana. Sahy namerina ny takela mena sy nanafoana ny fiarana manampahefana mpanao hitsin-dalana. Hentitra ny fepetra raisin` ny praiminisitra ary tena miroso ho any amin`ny fanovana. Tsara resaka amin`ny mpiara-miombon`antoka sy ireo mpamatsy vola. Noho ireo, tsy azoazon'ireo olona akaiky an` ny filoha Rajoelina ny praiminisitra Ntsay kanefa tsy hita izay hanaovana azy satria efa natolotra ary nekena. Raha ny zava-misy, ny praiministra Ntsay no tena misongadina any anaty raharaham-panjakana, hany ka lasa mihena ny fahefan'ny minisitra sasany nihevitra ny ho sefo deba. Ny praiministra no malaza fa masiaka sy inoan'ny olona teny kokoa, indrindra any amin` ny faritra. Raha ny fantatra, misy efa miketrika fa vao mahazo maro an`isa eny Tsimbazaza eny ny Mapar sy ny IRD dia ny fanoloana ny praiminisitra Ntsay Christian no laharampahamehana lehibe indrindra, izay vao miditra amin`ny IEM.Re fa efa miha mangatsiaka ihany koa ny fifandraisana eo amin’ny filohan’ny repoblika sy ny praiminisitra, ary azo itarafana izany ny serasera zarain’ny fiadidiana ny repoblika sy ny fiadidiana ny praiminisitra izay misy fotoana toa mifanitsaka izany.Tsy milamina ny ao ambonimbony ao e !

Marigny A.

 

La Vérité0 partages

Trafic de ressources naturelles - 82 tortues interceptées au « Fasan’ny Karàna »

Le réseau de trafiquants continue d’opérer. Samedi dernier, 82 tortues de type « Radiata » ont été interceptées par les autorités au stationnement des taxis-brousse du côté du « Fasan’ny Karàna ». Cette nouvelle prise résulte de la fouille d’un valise suspect effectuée par la Police. Effectivement, « un doker est venu porter une valise d’un voyageur venant de la Région du   sud du pays vers un taxi. La Police a donc voulu fouiller la valise pour vérification. Et c’est là que les agents ont découvert les tortues. Toutefois, ils n’ont pu retracer ni le ou les propriétaires de la valise ni la coopérative qui les a transportés. D’après eux, il est possible que les trafiquants aient pu remarquer la fouille et se sont tout de suite enfuis », précise un agent du ministère de l’Environnement et du Développement durable. Selon les explications supplémentaires fournis, les malfaiteurs auraient voulu prendre un taxi pour aller transporter ces animaux du côté de Talatamaty.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Alexandre Georget, a donc effectué une descente hier pour faire un état des lieux. Selon ses explications, « les tortues seront remises à la TSA ou "Turtle Survival Alliance" pour qu’elles puissent retrouver un semblant d’habitat naturel. A noter que trois des tortues retrouvées sont déjà mortes. Ainsi, il faut prendre soin des survivantes dans le plus bref délai pour éviter que ce chiffre augmente ». Pour trouver des indices, les autorités commenceront par enquêter le chauffeur dudit taxi à partir d’aujourd’hui.Rova Randria

La Vérité0 partages

Malin piégé !

En voulant être plus malin que le diable (devoly), Ravalomanana Marc finit par se faire piéger. Porté au pouvoir suite à de nébuleuses machinations 2002, Ravalomanana abusait du pouvoir d’Etat pour assouvir son « appétit insatiable », pour le compte des profits personnels. Il confondait le statut de Chef d’Etat à celui de PDG de Société, la caisse de l’Etat et celle de Tiko. Tous les marchés publics furent raflés, sans autres formes d’issues, par tous les démembrements du géant Groupe Tiko. Mais le malin Ravalomanana ne se contentait pas de « fondre » les biens de l’Etat avec ceux du Tiko, il accapare aussi les meilleurs terrains domaniaux du pays et s’appropriait des produits agricoles stratégiques. A Ambatondrazaka, les paysans rizicoles menaient la vie dure à cause des agissements du Groupe Tiko dans la région. A Andohatapenaka, périphérie immédiate de la Capitale, le Groupe par le biais de Tiko Agri avait acheté en 2008 un terrain de 8 ha 59 ca à … 5.000 Ar le mètre carré. Un terrain domanial que le malin Ravalomanana Marc enviait et ne se gênait point de se l’approprier « honteusement » à des prix de brèdes (vidin’anana). Il abuse de son autorité de Chef d’Etat pour escroquer voire saccager le patrimoine national.

Seulement voilà, Ravalo semblait oublier qu’il ne restera pas éternellement au pouvoir et ne s’attendait jamais à ce que son mandat soit écourté. Et voilà le malin Président Ravalo se fera rattraper sinon piéger par ses propres turpitudes.  En 2009, les implacables contestations populaires avaient raison du régime TIM. Le Président de la République Ravalomanana Marc, contraint par un irrésistible élan populaire, présentait sa démission. L’homme  par qui la chute du régime devait avoir lieu, le jeune Maire de la Capitale, Rajoelina Andry, prenait les rênes de l’Etat. Quelqu’un que Ravalomanana faisait subir le calvaire en tant que Premier magistrat de la Ville. Et le chef de la Transition ne reconnaissait pas le droit à la propriété de Ravalo sur le terrain d’Andohatapenaka. La raison, le Contrat de vente ne tient pas debout. Effectivement, Zandry Kely avait fait construire l’hôpital « manara-penitra » et le terrain de rugby « Maki » sur le site. A l’arrivée du régime HVM à la direction du pays, la mésaventure de Ravalo s’aggrava. Le Contrat de vente relatif à la Propriété « Fahatsiarovana »  dont le Tiko Agri dispose a été purement et simplement annulé par le Gouvernement. L’Arrêté d’abrogation fut signé par le ministre Narson Rafidimanana (M2PAT), tout cela, pour permettre la  construction des infrastructures d’accueil pour le Sommet de la Francophonie (2016). La Seimad étant le nouvel acquéreur du site se chargera des travaux.Au final, Ravalomanana ne possède plus aucun lopin de terre à Andohatapenaka. Vieux malin comme il est, l’homme abat ses cartes par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) interposée. Les responsables de la Commune refusent catégoriquement de délivrer les permis de construire à l’intérieur du site de la controverse. Ravalo ne s’avoua pas vaincu mais jusqu’à quand !Les Municipales ne vont plus tarder, on ose espérer que les citoyens électeurs de la Capitale sauront faire la part des choses pour qu’un malin du genre Ravalo, piégé de ses propres pièges, ne puissent plus rôder  autour de l’Hôtel de Ville !

La Vérité0 partages

Déplacements à l’île Maurice et au Sénégal - Les dépenses prises en charge par les pays hôtes

Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, ministre de la Communication et de la Culture, porte-parole du Gouvernement, au cours d’une conférence de presse à Nanisana, hier à la mi-journée, a donné des précisions sur la visite d’Etat du Président de la République Andry Rajoelina à Dakar Sénégal en particulier et sur les 4 déplacements du Chef de l’Etat depuis son accession à la magistrature suprême en général. Une manière pour la porte-parole du Gouvernement de répondre au faux débat véhiculé par les détracteurs du numéro Un d’Iavoloha qui critiquent notamment des voyages inutiles aux frais du contribuable. Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo de préciser d’emblée que les déplacements du Président de la République et de sa suite au Sénégal et à l’île Maurice ont été pris en charge par le pays hôte en tant que visite d’Etat.  Et elle de rappeler en effet que ces séjours en terre étrangère découlaient d’invitation officielle. En ce qui concerne le déplacement du Chef de l’Etat et sa délégation en Ethiopie, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo estime qu’il était inévitable de se rendre au Sommet de l’Union Africaine. De même pour le déplacement au Kenya. Et ce en tant que Chef de l’Etat.

En tout cas, dans les deux cas, des instructions ont été données par le Président Rajoelina pour que tout déplacement soit systématiquement rentabilisé. Une manière de se démarquer des anciennes pratiques.  Plusieurs rencontres entre le Chef de l’Etat malagasy et les partenaires techniques et financiers, tels que la BAD et la Banque mondiale, ont ainsi eu lieu en marge du Sommet d’Addis Abeba, évitant ainsi au Chef de l’Etat de futurs déplacements coûteux. Des négociations qui ont porté leur fruit pour ne parler que du financement de la dotation en lampe solaire de 800 000 foyers, précise la ministre. Le déplacement à Maurice a permis d’établir des partenariats avec des investisseurs mauriciens notamment en matière de textile avec la mise en place d’une zone industrielle. De nombreux accords de partenariats ont été signés sur l’île sœur. Au Sénégal, plusieurs rencontres ont eu lieu avec les partenaires sénégalais et internationaux. Des rencontres avec des opérateurs au cours desquelles les deux parties ont échangé sur des domaines telles que la construction de nouvelles villes, la construction d’infrastructures routières. Au Kenya, il a été question de reforestation, un domaine qui cadre avec la Politique générale de l’Etat prônée par le Chef de l’Etat malagasy. « Il n’y a eu aucun déplacement du Chef de l’Etat où l’argent du contribuable a été gaspillé », précise ainsi Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. « Des résultats ont été enregistrés à chaque déplacement ». La porte-parole du Gouvernement insiste par ailleurs sur la transparence entourant les séjours à l’extérieur du Président Rajoelina. « Tout est transparent sur les déplacements du Président de la République », renchérit-elle, avant de rajouter : « Comparaison n’est pas raison mais auparavant nous avions des délégations massives qui partent et qui reviennent, sans communication autour du déplacement (…) Les déplacements aux contours inconnus, des déplacements où on ignore quelles rencontres ont eu lieu, quelles discussions et quelles décisions ont été prises, des retours en catimini, cela n’a jamais eu lieu sous l’actuel régime qui fait un point d’honneur à toujours effectuer des rapports sur les décisions prises  », conclut-elle. Recueillis par L.R.

La Vérité0 partages

Accès à l’eau potable - L’UNICEF fait don de 459 pompes à l’Etat malagasy

« L’eau c’est la vie ! », tel fut les premiers mots du Président de la République, Andry Rajoelina, lors de la cérémonie de réception officielle de 459 pompes à eau venant de l’UNICEF hier au port de Toamasina. Des dons qui vont profiter à plusieurs régions de la Grande île qui souffrent des problèmes d’accès à l’eau potable. D’emblée, le Chef de l’Etat a adressé ses vifs remerciements au représentant de l’UNICEF à Madagascar, Michel Saint-Lot qui a remis personnellement les dons. Il a salué ce geste qui, selon lui, résoudra les difficultés de plusieurs ménages. Parmi les zones les plus fragilisées en matière d’accès à l’eau potable figure le Grand Sud. Au lendemain de son arrivée au pouvoir, cette partie de l’île a été le premier endroit visité par le Chef de l’Etat qui fut entouré des partenaires techniques et financiers. Le Président de la République a également promis un suivi étroit de l’installation de ces pompes à eau. Pour sa part, le représentant de l’UNICEF a salué la réactivité et la rapidité du numéro un de l’Exécutif dans ses actions pour le développement de Madagascar. « Vous portez – bien votre nom de TGV » a – t – il souligné.

La Vérité0 partages

Forêt primaire de Vohibola - Colère noire du ministre de l’Environnement

Très en colère. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable Alexandre Georget l’est, selon un de ses conseillers spéciaux. Joint au téléphone, celui-ci dit que le ministère suit de très près l’évolution de la très médiatique affaire de Vohibola, la seule forêt humide restante du littoral est située à 60 km de Toamasina sur les rives du canal des Pangalanes (cf. notre édition du 2 avril). La forêt vit ses dernières heures à cause des activités illicites sans précédent qui menacent sérieusement sa survie.« J’étais avec le ministre ce matin (ndlr : mardi) lorsqu’il donnait l’ordre au directeur régional de l’Environnement et du Développement durable (DREDD) d’Atsinanana de relâcher immédiatement les gens de Vohibola. Le ministre était très en colère », a révélé le conseiller spécial. Sur ordre du DREDD, Christian Ratsimbazafy, deux femmes de Toamasina et trois hommes de Brickaville, tous sous son autorité, avec six gendarmes (trois d’Ambinaninony et trois autres de Brickaville) ont arrêté samedi douze villageois.«  Ils m’ont pris chez moi à 6 heures du matin. Ils ont sur-le-champ confisqué mon téléphone. Voilà pourquoi je n’ai pas pu informer les autres. Mon bien ne m’a été restitué que lundi matin », a raconté une des victimes qui a été relâchée hier soir après des heures d’enquête et de tracasseries inutiles au bureau de la DREDD à Toamasina. Joël Talata, 84 ans, le plus vieux du groupe a aussi retrouvé sa liberté avec elle après avoir subi le même traitement au même endroit.

Opération clandestineLe vieux est le tangalamena (prêtre traditionnel) d’Ambalahasina, un des villages riverains de la forêt. Il est le président de l’association Razan’ny Vohibola, une structure ad hoc en place depuis 2016 pour protéger ce patrimoine forestier pillé. Il a fait la guerre d’Algérie pour protéger la France. Ce samedi, les envoyés du DREDD ont cueilli par surprise cette personne respectable chez elle à 5 heures du matin. « Le tangalamena n’avait sur lui qu’une petite chemise alors qu’il pleuvait beaucoup ce jour-là », a rapporté un témoin oculaire.Jeudi dernier, l’association a attrapé trois individus (un homme, une femme et un enfant venus de Toamasina) en flagrant délit à l’intérieur de la forêt. Les autorités en ont été informées. Dans la soirée de vendredi, Victor, un résident de Topiana, et son employeur (un étranger), depuis leur résidence au bord du canal, ont vu se dérouler sous leurs yeux une opération clandestine de chargement de bois extraits de Vohibola à bord d’une embarcation venue de Toamasina.« C’était aux environs de 20 heures », a lâché notre informateur qui a alerté volontiers les responsables de l’administration forestière régionaux. Le lendemain, son initiative s’est retournée contre lui et ses amis. Les envoyés du DREDD ont demandé aux gens de l’association locale (au nombre de douze précisément, tous des volontaires) de les accompagner dans la forêt. L’expédition est en effet tombée sur un homme (venant de Mahambo) en flagrant délit aussi.Complètement ivresPuis, les missionnaires, les douze villageois avec le suspect ont mis le cap sur un établissement hôtelier sur le canal des Pangalanes. C’était là que les collaborateurs du DREDD et les gendarmes ont interdit, à la nuit tombante, les villageois de rentrer chez eux à leur grande surprise. « Ils nous ont fait subir une mise à mort lente presque. On ne nous a donné à manger qu’à 21 heures du soir alors que nous n’avons rien mis sous les dents durant toute la journée », a relaté notre interlocuteur.« Nous avons vécu des emmerdements des gendarmes dont quatre étaient complètement ivres », a-t-il poursuivi. Selon des témoins, ces éléments des Forces de l’ordre, avec leurs collaborateurs de circonstance, sont partis faire la fête au village touristique d’Andranokoditra à bord d’une vedette rapide du riche hôtelier. La Gendarmerie doit enquêter sur ce cas.Mise en scène grotesque« J’ai 63 ans. Le tangalamena en a 84. Lui et moi sommes dits que nous n’avons jamais vécu une telle expérience depuis notre naissance. Pire, ils ne nous ont point fait savoir qu’ils iraient nous conduire à Toamasina », Victor a continué son récit. De fait, les gens de Razan’ny Vohibola ont été accusés de trafic de bois saisis. Lesdits bois saisis se trouvent effectivement à proximité d’un autre hôtel donnant sur le canal des Pangalanes. « Ces bois étaient des arbres abattus par les contrebandiers. Ils étaient saisis en collaboration avec l’ancienne DREEF. Personne n’a le droit d’y toucher sans une note explicite », a cité la propriétaire de l’hôtel, une étrangère. « La dame allait être arrêtée, elle aussi. Mais les missionnaires ont changé d’avis à la longue », nous a lancé le conseiller spécial du ministre. L’intéressée elle-même nous a transmis la même information. Elle est vue comme la bête noire du maire et du DREDD. Mardi, l’information selon laquelle l’équipe du DREDD a pu démanteler une filière de trafiquants est passée en boucle à Toamasina. « Toute notre équipe a en ce moment les yeux bandés à la direction des eaux et forêts de Toamasina devant des journalistes aux ordres. Mise en scène grotesque pour faire croire à un coup de filet de trafiquants », a dénoncé sur les réseaux sociaux le fondateur de Madatrek qui a depuis des années donné l’alerte sur la situation de Vohibola.Pillage orchestréLe sort des dix autres villageois retenus à Toamasina n’est pas encore connu au moment de la rédaction. Entre-temps, le pillage de la forêt se poursuit de plus belle. « Ainsi la forêt n’est plus protégée et les sbires du maire peuvent aller chercher le fruit de leur forfait en toute quiétude : sacs de charbon et bois longs. C’est le monde à l’envers. Protecteurs enfermés et trafiquants illégaux lâchés dans la nature... Un pillage orchestré par le détenteur de l’autorité à son profit et au profit des trafiquants de Toamasina et au détriment des populations locales. J’ai alerté le Gouvernement de notre impuissance », regrette Madatrek. « Pour l’instant, nous ne pouvons rien dire sur les vrais responsables du pillage. Nous analysons encore en profondeur la situation. Mais des décisions capitales seront sûrement prises après le bouclage de l’enquête », a rassuré le bras droit du ministre qui était passé à Vohibola récemment. Aucun de nos appels insistants pour avoir l’avis du DREDD n’a abouti hier. Il a seulement envoyé un texto en trois mots disant qu’il était en pleine réunion. Ce jour, son équipe et celle de la Commune d’Ambinaninony procèderont à une opération de reboisement [de charme] sur la zone de Vohibola.  « Beaucoup de gens viendront ici demain », nous a signalé un informateur local hier soir. Une grande réunion se tiendra au même hôtel-sponsor dont le propriétaire aurait désiré gérer la forêt à son profit. Un conflit d’intérêt de plus en plus éloquent derrière la sombre affaire Vohibola, aux antipodes de l’esprit de l’IEM et de l’initiative présidentielle de reverdir Madagascar.M.R.

La Vérité0 partages

L’IEM sur le circuit

 L’Initiative pour l’émergence de Madagasikara démarre et marche. Comme dans un circuit de Formule 1, après le top de départ, les bolides démarrent en trombe. Sur une piste d’envol, l’aéronef  décolle à merveille. A ce rythme, il atteindra la vitesse de croisière d’ici peu. Les grands chantiers prévus par l’IEM et promis dans les actes treize du Velirano débutent. A peine débarqué au pays après un voyage fructueux à l’île Maurice, le Chef de l’Etat descendit sur Toamasina, le Grand Port de l’Est et ce pour constater de visu l’arrivée à bon port le navire transportant les 16.500 tonnes de « Vary mora » que le candidat n° 13 avait promis lors de la campagne électorale. Rajoelina Andry tenait à être présent pour la réception de ce PPN hautement stratégique que la population a besoin dans la vie quotidienne. Il n’y a pas un jour sans que le riz ne soit présent dans les repas du vahoaka. Et c’est une peine indescriptible de l’avoir raté à même une fois dans la journée. Dans la même foulée, le Président a fermement promis aussi le démarrage effectif de la construction de l’autoroute reliant le port à la Rn2 B, une portion de 7 km, facilitant bien sûr la circulation dans la ville. Une promesse de campagne que le candidat Rajoelina, élu Président de la République, tient à honorer. Tout démarrera lors de la prochaine descente. En même temps, il a donné un ordre formel aux responsables locaux de réhabiliter illico les rues de Toamasina, en état de délabrement avancé. Sitôt atterri au pays après une visite d’Etat très prometteuse en terre de Maki Shall, le Président Rajoelina Andry rejoint, pour la énième fois, le Grand Port de l’Est. Cette fois-ci, l’objet de la tournée consiste à superviser le démarrage effectif des travaux de l’autoroute promise et de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réhabilitation des tronçons de rue qu’il avait ordonné d’exécuter.

Visiblement, le Président Rajoelina priorise la concrétisation, en temps réel et en temps voulu, des promesses tenues lors des campagnes électorales. Il veut inculquer, surtout aux jeunes, une nouvelle pratique politique au pays. Tellement les Malagasy ont tant souffert des démagogies des politicards que la jeune génération avec en tête de peloton Rajoelina Andry Nirina veut bien apporter du renouveau. Du sang nouveau, le pays en a vraiment besoin ! Il ne s’agit pas seulement des cas d’actions urgentes dans la ville de Toamasina, le Chef de l’Etat veille, au grain, aussi à toutes les opérations de « sauvetage » éparpillées à travers toute l’île. Car tout est urgent. Entre autres, les questions relatives au domaine de l’insécurité. Les dirigeants à tous les niveaux notamment ceux de l’administration territoriale et des commandements des Forces de  défense et de sécurité ont reçu des consignes précises et strictes de la part du chef suprême des Armées de prendre toutes les mesures adéquates et efficaces. Le peuple ne peut supporter cette insécurité cruelle et barbare. De même, le problème d’insuffisance en potable à travers l’île surtout dans le Sud se trouve au centre des préoccupations du Gouvernement. Le cas de coupures récurrentes d’eau  à Antananarivo doit cesser le plus vite. En dépit des critiques, l’IEM est lancée sur le circuit. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Code de la communication médiatisée - La réforme en marche

La ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo avait annoncé que la réforme du Code de la communication médiatisée, inscrite dans son « contrat-programme », ferait partie de ses priorités. La concrétisation de cet engagement prend forme. Première étape de la réforme de ce texte à polémique, la ministre fait appel aux patrons de presse pour débattre de l’élaboration de ce projet de loi. « Suite à des études menées par l’équipe juridique du ministère de la Communication et de la Culture sur la législation relative à la communication médiatisée, il a été constaté diverses dissensions causées par celle-ci. Pour mener la réforme, le ministère entend franchir la prochaine étape et veut consulter les différentes parties prenantes », peut-on ainsi lire dans une invitation signée par le directeur général de la Communication auprès du MCC, Fanahimanana Tiaray. Prônant une démarche participative et inclusive des acteurs du monde des médias, la nouvelle ministre a insisté sur des débats partant de l’avant projet de loi élaboré avec les partenaires tels que le Programme des Nations Unies pour le Développement. « Afin de permettre à toutes et à tous, et surtout aux acteurs des médias de s’exprimer dans une démarche participative ; pour valoriser la culture malagasy du  « teny ierana » et de la démocratie ; le ministère de la communication et de la Culture a l’honneur d’inviter tous les patrons de presse (écrite-papier ou en ligne-, audiovisuelle) à une rencontre valant consultation qui se tiendra au siège dudit ministère à Nanisana le vendredi 12 avril 2019 à 9h du matin », est précisé dans l’invitation du DG de la Communication auprès du ministère.

En juillet 2016, le projet de loi sur le Code de communication médiatisée a été adopté au forceps par le Sénat et l’Assemblée nationale de Madagascar, puis approuvé par la Haute Cour constitutionnelle au mois d’août 2016. Avant son adoption, le texte a été vivement critiqué par les journalistes et les médias internationaux, qualifiant celui-ci « de revers pour la démocratie et la liberté d’expression ». Certaines dispositions du projet de texte entravent la liberté d’expression et d’opinion et imposent une restriction sur les sources d’informations. Les journalistes reprochent également au ministère de la Communication le manque d’esprit de dialogue et d’échange dans la conduite du projet. En effet, le projet de loi élaboré de manière consensuelle avec les journalistes et le PNUD a été profondément modifié par le Gouvernement, et soumis en catimini au Parlement. Le   « Mouvement pour la liberté d’expression » composé de journalistes tels que Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, Soava Andriamarotafika, etc. avaient engagé à l’époque un bras de fer avec les parlementaires et le Gouvernement pour dénoncer ce code « liberticide ». Recueillis par Lalaina A.

La Vérité0 partages

Cour spéciale sur le trafic de bois de rose - 16 dossiers chauds en cours de traitement

Des têtes vont – elles bientôt tomber ? La Cour spéciale qui s’occupe des affaires de trafic de bois de rose et de bois d’ébène est actuellement en train de traiter 16 dossiers chauds. Des affaires sulfureuses qui concernent, a priori, de gros trafics de bois de rose. D’après les confidences du procureur de cette Cour spéciale, relayées par un  média hier, un ancien ministre du régime HVM serait sur la sellette concernant particulièrement l’exportation de bois de rose saisis à Singapour. Au début de l’année, l’ancien ministre en question avait fait l’objet d’une convocation par le Bureau indépendant anti – corruption pour audition. Il a, par la suite, été présenté devant le Pôle anti – corruption (PAC) avec ses anciens collaborateurs puis reparti libre.

Pour revenir brièvement sur cette affaire, un navire transportant 30.000 rondins de bois de rose quitta le port de Toamasina au mois de février 2014. Soit plus d’un mois après l’investiture du Président Hery Rajaonarimampianina. Cette marchandise d’une valeur de 50 millions d’USD a pu passer sans difficulté le Grand Port de l’Est étant donné qu’elle était accompagnée par des documents d’autorisation d’exportation signés par les autorités. Un mois après son départ de Madagascar, le navire fut inspecté puis interpellé à Singapour où son contenu a été saisi. Suivent ensuite des procès à n’en plus finir mettant en cause les acheteurs accusés d’avoir importé ces marchandises illicites. Pour l’instant, le dossier est encore loin d’être clos. Faut – il rappeler qu’outre les infractions commises sur le territoire terrestre, maritime et aérien malagasy, les compétences de cette Cour spéciale s’étend également sur les affaires impliquant la saisie des bois de rose ou bois d’ébène provenant de Madagascar dans un territoire étranger. Dès son opérationnalisation en 2018, les magistrats de cette Cour spéciale ne chôment pas. A cette époque, 79 dossiers étaient déjà en suspens. L.R.

La Vérité0 partages

Construction illicite devant l’EPP de Behoririka - La balle dans le camp de la CUA

La démolition du nouveau bâtiment situé devant l’Ecole primaire publique de Behoririka avait fait grand bruit à la fin du mois de mars dernier. Près de deux semaines plus tard, les personnes qui sont passées devant le bâtiment n’ont pas manqué de remarquer que les travaux de démolition semblent être en suspens.  Si le rez-de-chaussée du bâtiment est presque entièrement détruit, les étages supérieurs sont toujours intacts. Une situation qui a créé une polémique sur les réseaux sociaux. Face à cette situation, des précisions ont été apportées par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics. Dans une communication hier, ce département ministériel rappelle que la poursuite de l’action de démolition du bâtiment est de la responsabilité de la Commune urbaine d’Antananarivo, qui doit notifier le propriétaire du bâtiment.

Le ministère rappelle à ce titre la loi 2015-052 relative à l’urbanisme et à l’habitat qui dispose dans son article 224 que : « Dans tous les cas d’inobservation des règlements relatifs aux permis de construire et/ou de lotir, le maire peut ordonner : soit la mise en conformité des constructions et des lotissements autorisés ; soit la démolition des constructions irrégulières en vue du rétablissement des lieux dans leur état antérieur ». En application de cet article, le ministère a envoyé une lettre au Secrétaire général de la Commune urbaine d’Antananarivo pour inviter cette entité à « procéder à la notification du présumé propriétaire du bâtiment, sujet de démolition sis à Behoririka, pour poursuivre l’action de démolition en vue du rétablissement des lieux dans leur état antérieur ». Il est donc de la responsabilité de la CUA de notifier et de faire le suivi de la finition de la … destruction. Pour rappel, à la fin du mois dernier, la CUA et le MAHTP avaient chacun à leur niveau, pris deux décisions, en faveur de l’arrêt des travaux de construction et démolition du bâtiment. Les autorités ont ainsi initié la démolition du bâtiment. Le non respect des règles de l’urbanisme, le défaut d’un permis de construire et les irrégularités dans le titre de propriété foncière sont autant de raisons évoquées pour cette démolition située sur le terrain de l’EPP de Behoririka. Recueillis par Lalaina A.

La Vérité0 partages

Charbon de bois - Hausse inévitable du prix dans toute l’île

En janvier dernier, le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Alexandre Georget, a émis une note-instruction concernant l’interdiction de toute coupe, exploitation, circulation et exportation de produits forestiers sur tout le territoire national. En effet, cette note ne concerne pas que les bois précieux comme les bois de rose, ébène et palissandre. Par conséquent, ceci entraine la suspension des autorisations, agréments, convections et permis d’exploitation ainsi que l’exportation et la circulation desdits produits. Cette mesure provoque en effet des problèmes au niveau de la source d’énergie domestique, c’est-à-dire le charbon de bois, puisque le prix de ce produit ne cesse de grimper à l’échelle nationale. Effectivement, à Madagascar, le bois est utilisé par plus de 90 % des habitants comme source d’énergie domestique. Les foyers des grandes villes utilisent principalement le charbon de bois. Depuis des décennies, la situation n’a pas beaucoup évolué. Il s’agit donc d’un combustible plus que nécessaire pour toute la population. Pourtant, le charbon de bois est en passe de devenir inaccessible pour beaucoup de gens.

En difficultéEn effet, le prix minimum d’un sac de charbon est désormais de 18 000 ariary. Et encore, c’est le prix affiché par ceux qui le vendent à la source. Pour le prix moyen du sac, on doit désormais compter entre 25 000 et 30 000 ariary. Ce qui est le cas pour Majunga où ce combustible se fait de plus en plus rare. Les habitants sont ainsi dans la panique totale car bientôt, ce prix risquera d’augmenter encore. Cette hausse est surtout due à cette mesure prise par les autorités d’interdire toute exploitation des produits forestiers. « Aujourd’hui, nous ne pouvons plus acheter un sac de charbon dans notre foyer. On se contente d’acheter en détail, ce qui n’est pas du tout pratique car la quantité diminue en permanence. Au lieu d’une somme de 500 à 700 ariary consacrée à la cuisine et à l’eau chaude, désormais, nous achetons chaque jour jusqu’à 2 000 ariary de charbon. Nous ne pouvons même pas cuire des grains car cela nécessite plus de charbon », explique un père de famille habitant dans la Commune de Boanamary, Majunga II. Quoi qu’il en soit, Mahajanga n’est pas le seul concerné par ce problème. Antananarivo ainsi que toutes les autres Régions subissent également cette hausse. Ce problème devra être résolu au plus vite puisque les petites gens ne peuvent pas s’offrir le luxe de cuisiner avec du gaz qui coûte largement plus cher que le charbon de bois. Le ministre responsable a cependant assuré que des solutions seront préconisées ultérieurement, en concertation avec les charbonniers, pour l’exploitation de certains bois comme l’eucalyptus. Mais apparemment, cela nécessite encore du temps. T.A.

La Vérité0 partages

Conseillers municipaux d’Antananarivo - Règlementation des scooters de moins de 50 cc

A Antananarivo comme dans les autres Régions, les scooters envahissent les rues. Ils sont partout et il faut dire que toutes les classes sociales peuvent actuellement s’en procurer, étant donné que les produits, que ce soient d’occasion ou neufs, sont de plus en plus nombreux, exactement comme les réparateurs et garages qui offrent des services de réparation sur place. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas nier que les motos, scooters ou autres catégories de véhicules sont parmi les causes des embouteillages monstres dans la Capitale. Puisque leur taille n’est pas si grande et que les motos peuvent circuler entre les voitures, beaucoup sont les motards qui abusent et gênent les trafics, notamment dans les ronds-points ou dans les virages. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les scooters de moins de 50cc ont été interdits de circuler dans les rues de Tana avant, pendant, et après le 16e Sommet de la Francophonie en 2016. Ceci afin de préserver la fluidité de la circulation. Par ailleurs, moto, particulièrement à Antananarivo, rime souvent avec incivilité. Ce type de véhicule est le premier en ce qui concerne les irrégularités et le non respect du Code de la route. En tout cas, nombreux sont les pilotes qui conduisent sauvagement leur deux-roues.

Répertorier  les deux-roues C’est d’ailleurs la raison pour laquelle plusieurs accidents de la route sont en liaison avec les scooters.  « On ne peut nier que l’utilisation de deux roues constitue une solution adéquate pour résoudre les problèmes générés par la recrudescence des embouteillages dans les rues de la Capitale et ses environs. C’est pourquoi on assiste à une forte prévalence de la circulation des motos et des bicyclettes aussi bien en ville que dans les périphéries. Mais le problème est de constater que ces modes de transport tombent le plus souvent entre de mauvaises mains et se transforment en engins dangereux et mortels, si l’on ne cite que la montée en flèche du nombre de victimes d’accidents de moto ces derniers temps. Des décès qui sont en général causés par l’imprudence et la négligence des conducteurs eux-mêmes », confie un vendeur de motos à Ankorondrano. Il faut ainsi insister notamment sur les règlements pour les deux-roues, étant donné que plusieurs motos ne sont pas en règle et circulent librement dans la Capitale.  Ainsi, durant la session extraordinaire des conseillers municipaux d’Antananarivo, il a été décidé que les véhicules à moteur de moins de 50cc, dont les scooters, qui utilisent la voie publique, devraient être immatriculés. L’arrêté stipulant l’identification des scooters de moins de 50cc, sorti en 2016 lors d’une session extraordinaire du 3 au 5 avril, a été approuvé. Chaque utilisateur de deux-roues de moins de 50cc doit ainsi afficher une plaque indiquant l’identité du propriétaire, en y mettant également la quittance de paiement de patente, et sans se séparer de la quittance relative au paiement d’assurance. En outre, la Commune urbaine d’Antananarivo invite tous les motards à régulariser les papiers de leurs engins sous peine d’application des sanctions. Les scooters qui ne sont pas en règle seront ainsi envoyés à la fourrière. Dans la même foulée, les conseillers municipaux réclament à l’Etat de prendre des mesures pour limiter l’importation de ces véhicules, car force est de souligner que les deux-roues provoquent la majeure partie des accidents de circulation, causant des pertes en vie humaine. T.A.

Ino Vaovao0 partages

ADY ATO AMIN’NY FAMPIASANA ZAZA TSY AMPY TAONA : Mbola lavitr’ezaka ny ady iraisan’ny rehetra

Io no anton’izao atrikasa miendrika fiofanana natao ny alatsinainy sy talata 09 aprily tao aminy tranobe ny antenimieran’ny varotra sy indostria teto Mahajanga. Ireo mpisehatra amin’ny ady atao amin’ny fampiasana ny zaza tsy ampy taona sy ny reny mpiahy ny ankizy dia ny Cdef, ny mpitsara ny ankizy tsy ampy taona ary ny sampan-draharaha mpiahy ny mponina eto Boeny no nanatanteraka io atrikasa io. 

Notsiahivina tao ireo dingana efa vita tamin’ireo fiofanana maro efa natao hatramin’izay ho an’ireto mpiantsehatra ireto ary ny tomban’ezaka sy ny fanamby hahatrarana ny tanjon’ny minisitera amin’ny fiarovana ny zon’ny zaza, fa indrindra ny tsy tokony hampiasana azy ireny mbola tsy ampy taona. Betsaka ireo ankizy tsy ampy taona no entin’ireo olona na ny havany mila ravinahitra eto Mahajanga, anefa dia ateriny mody indray avy eo raha tsy mifanaraka amin’izay zavatra ilainy azy, ka anisany lahadinika nifanankalozana tao ihany koa izany sy ireo lalàna mifehy sy fampiharana ny sazy ho an’ireo minia mampiasa zaza tsy ampy taona. 

Niara-nanaiky kosa ny rehetra teto fa mbola betsaka ireo ankizy manao varo-mandeha isaky ny hariva eny amin’ny bord, manginy fotsiny ireo iharan’ny vono sy fampijaliana ataon’ireo tsy mataho-tody, koa niantso ny rehetra  Rakotobe Lucienne, talem-paritra ny mponina mba hitoroka eny aminy polisy misahana ny zaza tsy ampy taona na eny aminy Cdef, raha toa ka mahatsikaritra ireo tranga ireo.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Niverina amin’ny laoniny ny fiainam-bahoaka  taorian’ny sakoroka

Mianatra ny mpianatra, miasa ny mpiasa, misokatra avokoa ireo biraom-panjakana sy toeram-pivarotana isan-tokony.

Hentitra rahateo ny fanapahan-kevitra noraisin’ny fitondram-panjakana amin’ny fanesorana ireo polisy rehetra miasa ao Maroantsetra. Araka ny angom-baovao natao ny antoandron’ny talata 9 avrily kosa, dia mbola ao Maroantsetra aloha ny ankamaroan’ireo polisy miasa ao hatreto.

Hatreto kosa, dia tsy mbola nisy fisamborana na ny avy amin’ny fokonolona na ny avy amin’ny polisy. Hentitra ny tenin’ny Praiminisitra sady lehiben’ny governemanta Ntsay Christian fa tsy maintsy saziana izay rangory fototry ny afo. Raha ny ao Maroantsetra manokana, dia tsy vao sambany no nisy tranga tahaka io. Ireo vahoaka izay milaza fa be loatra ny fanararaotam-pahefana ataon’ireo mpitandro filaminana any an-toerana ka lasa mitroatra manohitra azy ireo ny mponina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

CEG ANTANIMALANDY-MAHAJANGA : Nahazo trano fianarana vaovao avy amin’ny firenena Japoney

Fiaraha-miasa avy amin’ny governemanta japoney no nahazoana io fotodrafitrasa io. Tonga nitokana izany ny mpanolotsaina eo anivon’ ny Masoivohon’ny firenena Japoney eto Madagasikara, Atoa Ito Yorio sy ireo mpilatsaka an-tsitrapo japoney miasa eto Mahajanga, niaraka tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana eto an-toerana izay notarihin’ny Lehiben’ny Faritra Boeny mpisolo toerana Atoa Bazezy V. Clavelah. Ny 31 janoary 2017 no natao ny fanaovan-tsonia ny fifanaraham-panomezana teo amin’ny Masoivohon’i Japon sy ny CEG Antanimalandy.

Mitentina 69 464 euros na 225 tapitrisa ariary ny tetibidin’ny dabilio vaovao sy  ireo trano roa misy efitrano roa avy ireo, izay trano fanitso tany am-piandohana ka narodana. Ny mpianatra ao amin’ny kilasy fahaefatra no hisitraka ireo efitrano vaovao ireo. Fisaorana manokana ny fanjakana roa tonta no nasehon’ny Lehiben’ny Faritra mpisolo toerana. Ambetin-teniny ary naveriny teto ny hoe  :  “ny mianatra aza sahirana vao mahita asa, mainka fa ny tsy nianatra”, ka nampirisika ireo zandry sy zanaka hazoto hianatra ihany koa ny tenany, manoloana izao fotodrafitrasa ara-kalitao izao. 

Mitotaly 1940 ny isan’ny mpianatra ao amin’ny kilasy faha-6 hatramin’ny faha-3 ary 67 ny mpampianatra sy mpandraharaha misahana ny fanabeazana ao amin’ny CEG Antanimalandy. Ny taon-dasa dia 34% ny taha-pahafahana BEPC tao.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIKONONKONONANA FAKANA AN-KERINY TAO TSARATANANA : Telo lahy voasambotra, voalaza ho ekipan’i Del kely

Eo anatrehan’izany  indrindra dia mitohy ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana. Vina  apetraky  ny fanjakana rahateo koa ny tena  fiahiana ny vahoaka sy  ny  fananany.  Raha ny  loharanom-baovao  voaray  izao dia naharay fitarainana avy tamina raim-pianakaviana iray ny Polisy ao Tsaratanàna fa misy mandrahona amin’ny alalan’ny taratasy tsy misy anarana izy fa hisy haka an-keriny na hisy hamono ny zanany raha toa ka tsy ateriny eo «  am-pototry ny côcô  » eo an-tokotaniny eo ihany ny volany rehetra ao an-tranony ao. 

Nanao ny fikaroham-baovao ny Kaomisarian’i Tsaratanàna ary nanokatra ny fanadihadiana ka fantatra tamin’ny alalan’ny fijoroana vavolombelona maro fa mbola ny ekipan‘i Del kely, izay mpampihorohoro ikoizana ao an-toerana, ary mbola karohina hatramin’izao ireto nanao andrana fakana an-keriny tsy nahomby tamin’ity raim-pianakaviana ity ireto.  Vokatry ny  fanadihadiana sy ny fikarohana  natao dia tra-tehaka tamin’izany, ny sabotsy faha-06 avrily 2019,  tamin’ny 7ora sy sasany maraina, tao an-tampon-tanànan’i Tsaratanàna ireo  telo lahy atidoha niketrika sy nanatanteraka izao asa ratsy izao. Mitohy hatrany kosa ny fikarohana an’i Del kely tompon’antoka tamin’ireo   fakana an-keriny na “kidnapping“ nitranga   tao an-toerana nisesisesy teo aloha teo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MOTO HALATRA MIISA 17 TRATRA : Naiditra am-ponja vonjimaika ny 5 tamin’ireo jiolahy tao Antsiranana

Ny talata 9 avrily teo no natolotra ny fampanoavana izy ireo ka naiditra am-ponja vonjimaika ny dimy. Raha tsiahivina dia nisy tovolahy iray nangalatra moto teo amin’ny lalana Sainte Marie taty Antsiranana, ny alakamisy 4 avrily lasa teo. Nisy nahatsikaritra izany ka avy hatrany dia nanara-dia nanenjika azy ny fokonolona tamin’ny manodidina niaraka tamin’ilay moto. 

Tsy tonga lavitra akory ilay mpangalatra moto dia tratra ka noraisin’ny polisy. Tamin’ny fanadihadiana sy fikarohana nataon’ny polisy no nahatrarana ireo tambajotra mpangalatra moto. Nahitana mpanamboatra moto, mpividy ary ny mpandraharaha manome faktiora an’ireo mpivarotra moto halatra ireo. Ity farany dia anisany nahazo fahafahana vonjimaika. Azo ambara fa toa voasivana ireo naiditra am-ponja ireo. Manao ny asany ny polisy amin’ny fisamborana fa ny Fitsarana no tompon’ny teny farany.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FITIFIRANA NY LEFITRY NY BEN’NY TANANA ANDODABE : Voasambotry ny zandary ilay tovolahy

Raha tsiahivina, ny 10 oktobra 2017, dia nisy fanafihan-jiolahy niseho tao amin’ny Kaominina Andodabe, distrikan’i Toamasina Faharoa. Ny lefitry ny ben’ny tanànan’Andodabe no voatafika tamin’izany. Samy naratra voatifitra izy sy ny zanany vavy. Tsy nisy kosa ny aina nafoy.

Ny 1 mey 2018, nitontonan’ny jiolahy fanindroany indray ny trano fonenan’io ben’ny tanàna lefitra io. Voatifitra fanindroany indray izy tamin’izany. Tsy nisy koa ny aina nafoy. Ny faran’ny herinandro lasa teo, nahazo loharanom-baovao marim-pototra ny zandary. Tovolahy antsoina hoe Célestin, fantatry ny mponina ao Andodabe amin’ny anarana hoe Célin no voasambotra. Niaiky ity farany fa nandray anjara in-droa miantaona tamin’ny fanafihana ny ben’ny tanàna lefitra io.  Mbola misy namany dimy hafa kosa mbola karohina.

Tovolahy telo tratra nangalatra lavanila

Araka ny fampitam-baovao nataon’ny Lietnà Tiana Ralison, lefitry ny kaomandin’ny Kaompanian’ny Zandarimariam-pirenena ao Toamasina, dia anisany vokatra azon’izy ireo ny faran’ny herinandro teo ny fahatrarana tovolahy miisa telo nangalatra lavanila tao amin’ny fokontany Antanetilava Kaominina Antetezambaro distrikan’i Toamasina Faharoa. Mbola tratra tany amin’izy telo lahy ireo ny lavanila maitso avy nangalarina.Sarona niaraka tamin’izany koa i Ranaivo Armand. Ity farany izay mpandray lavanila halatra ao amin’ny faritra Antetezambaro sy ny manodidina azy iny. Noho ny mbola tsy fisokafan’ny taom-piotazana, dia nodorana avokoa ireto lavanila maitso halatra milanja 7 kg ireto.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

STARTIMES - FITSINJOVANA NY MPANJIFA : Nanome vatsy ho an’ ireo mpanjifa niverina namandrika

Voalaza fa maro ny olana sedrain’ ny isan-tokantrano rehefa tonga ny faran’ ny volana, fandoavana ny faktiora maro samihafa, ny fanomanana ny saram-pianarana ho an’ ny ankizy ary ny fandoavana hofan-trano… Mba hanamaivanana izany dia nisy ny hetsika manokana nataon’ ny orinasa StarTimes ka hahafahan’ ny rehetra misikatra sy mijery ny fahitalavitra nomerika. 

Ny volana marsa lasa teo no efa nilaza ny tompon’ andraikitry ny orinasa fa ireo mpanjifa tsy afaka miverina manofa mandritry ny telo volana dia hisitraka ny hetsika antsoina hoe “ kitapom-batsy ”. Ny faran’ ny herinandro lasa teo iny, nisy ireo mpanjifa miisa folo nahazo vary iray gony milanja 50 kilao, mpanjifa 20 nahazo vary milanja 5 kilao sy menaka iray litatra ary ny ambiny nahazo menaka roa litatra. Ireo anarana azo avy amin’ ny alalan’ ny antsapaka dia ampahafantarina ao anatin’ ny pejy Facebook ny StarTimes. 

Misy hatrany ny tolotra vaovao entin’ ny StarTimes ho an’ ireo mpanjifa. Naneho fankasitrahana ho an’ ity orinasa ity avokoa ireo mpanjifa tonga nandray ny anjarany teny amin’ ny foibeny tetsy Ankorondrano. “Tsara ny StarTimes ary mahafapo ny fandaharana amin’ ireo fahitalavitra rehetra alefany ”, hoy ny voalazan’ireo mpanjifa.

Avotra Isaorana}

Ino Vaovao0 partages

TAOM-BAOVAO MALAGASY : Nahomby ny hetsika sy ny fanentanana rehetra natao teto Mahajanga

Ny zoma tolakandro dia nosokafana tao amin’ny tranoben’ny kolontsaina ny hetsika fankalazana ity taom-baovao malagasy ity, araka ny tetiandro napetraka, izay nanaovana kabary nifandimbiasan’ireo ambaratonga marolafy araka ny arofenitra misy azy avy. Nisongadina tamin’izany ny soatoavina maha malagasy sy ny tokony hanindrahindrana izany isan-taona.

Na tsy nisy mpiahy avy amin’ny minisitera ny kolontsaina sy ny serasera, araka ny fanambaràna aza ity tonon-taona vaovao ity dia hita fa tao anatin’ny firaisankina sy fifankatiavana tanteraka no nentin’ny rehetra tonga maro nanatrika izany. Hanimpitoloha, na ny vary be menaka sy vary notondrahan-dronono sy tantely, narahan’ny dihy sy fianjaikana maha malagasy ny lanonana rehetra mandrapaharaina ny andro ka masoandro niposaka no nisarahana tamin’izany.

Marihina fa ny fikambanan’ireo mpanakanto mivondrona ao amin’ny "Taratr’i Boeny" no mpikarakara, izay notronon’andriamatoa Mbola, talem-paritry ny kolontsaina eto Boeny sy ireo kandida roa lahy solombavambahoaka. Nisaotra ny fahatongavan’ny rehetra sy mirary ny mbola hiaraha- hanamarika io taom-baovao malagasy io ka hanomezan’ny fanjakana laza io tonon-taona io amin’ny taona ho avy iny i Léa Harisoa na i Léa Fashion, izay nitoto nahamasaka ny lanonana tamin’ity taoana ity.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

TANTARA ARA-TOEKAREN’I MADAGASIKARA : Hampirantiana an-tsary ho fantatry ny besinimaro

Ny eo anivon’ny FTHM Consulting miaraka amin’ny sampam-pianarana toekarena, fitantanana ary ny sosiolozia eny anivon’ny oniversiten’Antananarivo ary ny tambajotram-pampianarana ao anatin’ny Alliance Française de Madagascar no miara-mitoto mba ahamasaka ity hetsika fampirantiana ity. Lohahevitra ao anatin’ny fampirantiana ny hoe  : “ny fitantanana, fanalahidin’ny fampandrosoana ?” Tanjona ao anatin’ity hetsika ity ny ahafantaran’ny olona tsirairay ny tantara nandalovan’ny sehatra ara-toekaren’ny firenena tao anatin’izany 59 taona nahazoana ny fahaleovantena izay. 

Tsinjovina ao anatin’izany ireo mpianatra isan’ambaratongany, ny mpampianatra, ny olom-pirenena tsy ankanavaka, ny mpanao politika sy ireo mpandraharaha ara-toekarena. Isany tanjona apetraka amin’ny fikarakarana ny hetsika ihany koa ny fampahafantarana ny olom-pirenena mahakasika ireo trangan-javatra rehetra nolalovan’ny sehatra ara-toekaren’i Madagasikara, hampahafantarina azy ireo ny lesoka nitranga tany aloha ka hakana lesona miainga avy amin’izay.

 “Ilaina ny fampahafantarana ny tanora, ny mpampianatra ary ireo tompon’andraikitra rehetra  isan-tsokajiny na ara-ekonomika na ara-tsosialy ireo karazana fanamby nandalovantsika nandritra izay enim-polo taona nahazoana ny fahaleovantena izay. Hoentina ahafantarana ihany koa ireo tetikasa nahomby sy ny lesoka tokony hojerena. Tsaratsara kokoa ny mijery izay zavatra tsy nety tany aloha”, hoy ny fanazavana noentin’ny tompon’andraikitra. Eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ny serasera ny hetsika.  Omaly, 9 avrily no nanomboka ny hetsika voalohany ka hifarana ny zoma 19 avrily etsy amin’ny tranombokim-pirenena Anosy, ao amin’ny rihana fahatelo. Ny alatsinainy 22 avrily kosa ny hetsika andiany faharoa izay hifarana ny zoma 10 mey tanterahina ao amin’ny Cemdlac etsy Analakely. Ankoatr’ireo dia hihanaka manerana ny foiben-toerana misy ny Alliance Française manerana ny tanàn-dehibe miisa fito eto Madagasikara ity hetsika fampirantiana ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA NICOLAS STEPHAN : Diso ny filazana azy ho nanao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana

Valin-kafatra avy hatrany no setrin’izay fiampangana izay avy amin’ity  kandida ity, ka nilazany fa tsy mbola nanao fampielezan-kevitra izy ary tsy mbola nampiasa ny teny hoe "fidio aho", izay voararan’ny lalàna mifehy ny fifidianana rahateo. Azo atao tsara kosa ny milaza ny vinan’asa ho an’ny kandida isany avy raha tonga any amin’ny antenimieram-pirenena izy ireo. 

Tsy mbola nanao fidinana ifotony mampiely ny heviny izy, fa ireo fikambanana na koa ireo vondron’olona marefo miantso tolo-tanana avy aminy no mahatonga azy manampy ireo sokajin’olona ireo. Tsy vao izao fa efa aman-taonany maro izay no nanaovan’ny  kandida solombavambahoaka Nicolas Stephan Alphonse ny hetsika ara-tsosialy, fa indrindra ny nanolorany ny fiara tsy mataho-dalana ho fitondrana ny tranovorona raha misy ny maty eto Mahajanga.

Niantso ireo mpiaradia aminy ity kandida ity mba ho malina hitandrina tsy hanao fampielezan-kevitra mialohan’ny fotoana, noho ireo fitorohana azy roa tonga teny amin’ny birao mahaleo tena misahana ny fifidianana, ka nahavoantso ity kandida iray ity andro vitsy lasa izay. Fa fanasana roa sosona kosa no fantatra fa natrehan’i Nicolas Stephan tamin’iny faran’ny herinandro lasa teo iny. 

Dia ny fankalazana ny tsingerin-taonan’ny Ajs3A, na ny Association des jeunes secteurs 3 d’Ambohi mandamina sy ny fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao ho an’ny Amd na ny Antanimalandy miaradia, tarihin’i filoha Desno joby. Izay ireo fikambanana ireo no nanasa ity kandida ity nanome voninahitra ny lanonan’izy ireo araka ny fanadihadihana natao tany an-toerana.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE AO MAROVOAY : Rakotondravao Georg...

Taratasy nosoratan-dRamaholimasy Houlder izay mpikambana ao amin’ny vovonana politika « isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » no novakiany, manambara fa kandida tokana ekena fa milatsaka amin’ny anaran’ny antoko TGV. Natolotra ampahibemaso ity kandida ity sy ireo mpisolo toerana roa, ny zoma teo.

Efa nahavita asa fampandrosoana maro izy io, ka anisan’izany ny fananganana EPP, CEG ary Lisea fony izy lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana na Cisco. Potika tanteraka i Marovoay ankehitriny, hoy izy, simba ny lalana, tsy misy fanatsarana ny tanàna. Tsy hita intsony ny mahasompitra faharoa azy. Mampanantena fiovana ho an’ny distrika izy ka anisan’ny hojereny akaiky ny fandriampahalemana, ny lalana ary ny  adirano amin’ny fambolem-bary.  Avy eo dia nentina nampahafantarina tao Ankazomborona izy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

CENI : Tsy maintsy harenina ireo lesoka rehetra hita sy niseho tamin’ny fifidianana teo aloha

Tsy maintsy arenina ireo lesoka rehetra hita tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena mba tsy hiverina amin’ity fifidianana hatrehina manaraka ity.Maro ireo tsy fahatomombanana hita nandritra ny fifidianana Filoham-pirenena farany teo. Niainga tany amin’ny fitantanana ny birao fandatsaham-bato nipaka hatrany amin’ny fikirakirana ny voka-pifidianana. Mba tsy hiverenan’izany intsony amin’ity fifidianana solombavambahoaka izay hotanterahina ny 27 mey ho avy izao ity dia nisy ny fampiofanana nomen’ny Céni.

Ireo mpampiofana aloha no nomena fiofanana voalohany ary izy ireo indray avy eo no hitondra ny fahaiza-manaony eny anivon’ ny rantsa-mangaikan’ny Céni manerana ny Faritra 22. Etsy amin’ny foiben-toeran’ny Céni etsy Nanisana no hanatanterahana izany. «  Ny natao androany (dlr  : omaly) dia fampiofanana aloha ho an’ ireo mpampiofana ary ireo indray dia hampiofana mahakasika ny fikirakirana ny birao fandatsaham-bato sy ny fikirakirana ny voka-pifidianana, izany hoe fampiofanana izay natomboka androany dia fampiofanana ireo ho mpampiofana, ireo mpikambana eny anivon’ ny Birao fandatsaham-bato sy hampiofana ireo ho mpikambana eny anivon’ ny sampana mpanisa vato eny anivon’ ny Distrika tsirairay avy”, hoy ny fanazavan’ ny filoha lefitry ny Céni, Thierry Rakotonarivo.  Ho fanarenana ireo karazana lesoka rehetra, nampitomboina misimisy kokoa ny fampiofanana ireo mpikambana amin’ ny Birao fandatsaham-bato. Tanjona ao anatin’ izany ny fanatsarana ny fahaiza-manao sy hampihenana ireo karazana tsy fetezana eny anivon’ ny Distrika rehetra manerana ny Nosy.

Nomena fiofanana ihany koa ny mpanao gazety

Aorian’ny fiofanana izay omena ireto mpampiofana ireto dia hidina any amin’ ny Faritra 22 avy hatrany izy ireo. “ Ny ho tohin’ izao fampiofanana ny mpampiofana izao, dia toy izao  : rehefa vita ny fampiofanana ho an’ ireo mpampiofana dia hidina any amin’ ny Faritra 22 manerana an’ i Madagasikara izy ireo hanofana indray ireo rantsa-mangaikan’ ny Céni eny anivon’ ny Faritra sy eny anivon’ ny Distrika tsirairay avy. Ary ireo rantsa-mangaikan’ ny Céni rehetra  dia ireo olona ireo indray no mandeha midina any amin’ ny Kaominina indray manomboka ny  2 mey ka hifarana ny 24 mey ho avy izao ”, hoy ny voalaza.

Tsy hikaviavia amin’ ny andraikitra omena azy ireo mpikambana ao amin’ ny Birao fandatsaham-bato sy ireo mpikambana eny anivon’ ny Sampana fanisana vato rehefa mipaka any amin’ izy ireo ny fiofanana nomena. Ankoatra ireo mpampiofana dia anisany nomena fiofanana ihany koa ireo mpampahalala vaovao. Mpanao gazety avy amina orinasan-tserasera isan-tsokajiny no nisitraka izany. Tanjona ny ahafahan’izy ireo mampita ny vaovao araka ny tokony ho izy.

Avotra Isaorana

Midi Madagasikara0 partages

Reboisement : Les employés d’Ambatovy participent à la restauration minière

La convention de partenariat a été signée entre la BNI MADAGASCAR, représentée par son Directeur général, M. Alexandre MEY et le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, SEM Lucien RANARIVELO, en présence du Représentant résident de la Banque Africaine pour le Développement à Madagascar et du président du Conseil d’Administration de la banque BNI Madagascar.

Les employés d’Ambatovy participent à la restauration minière. La restauration écologique de l’empreinte minière d’Ambatovy à Moramanga stipulée dans ses cahiers de charges se poursuit sans relâche et tout le monde y met du sien. Effectivement, les employés d’Ambatovy se sont donné rendez-vous sur le site de réhabilitation dans la Mine, le 7 mars 2019, pour y mettre en terre plus de 2 500 jeunes plants autochtones (Harongana, Ditimena, Voamboana, Varongy, Afotra, Vakoka…). Ce rendez-vous annuel des employés d’Ambatovy qui est devenu, en quelque sorte, une tradition au sein de la compagnie, entre cette année, dans le cadre des travaux d’entretien et de regarnissage des plantations réalisées en 2018. Ladite campagne a été placée sous le thème de « Ensemble, plantons des arbres pour nos générations futures ». Aussi, faut-il signaler que les travaux de restauration écologique proprement dits ont déjà démarré depuis des années avec, entre autres, la production de jeunes plants, les travaux d’essai au site minier depuis 2010, le reprofilage de terrain, et se poursuivent tous les jours tout le long de l’année avec les suivi et entretien des plantations. Et pour l’année 2019, une étape significative dans la restauration écologique a été franchie avec la transplantation des espèces sensibles, endémiques locales et protégées par des réglementations strictes internationales, appelées « Species of Concem » SOC sur le site à restaurer.

Recueillis par CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Reboisement : Les employés d’Ambatovy participent à la restauration minière

« Des employés d’Ambatovy effectuant des travaux de regarnissage et d’entretien sur un site à restaurer à Moramanga »

Les employés d’Ambatovy participent à la restauration minière. La restauration écologique de l’empreinte minière d’Ambatovy à Moramanga stipulée dans ses cahiers de charges se poursuit sans relâche et tout le monde y met du sien. Effectivement, les employés d’Ambatovy se sont donné rendez-vous sur le site de réhabilitation dans la Mine, le 7 mars 2019, pour y mettre en terre plus de 2 500 jeunes plants autochtones (Harongana, Ditimena, Voamboana, Varongy, Afotra, Vakoka…). Ce rendez-vous annuel des employés d’Ambatovy qui est devenu, en quelque sorte, une tradition au sein de la compagnie, entre cette année, dans le cadre des travaux d’entretien et de regarnissage des plantations réalisées en 2018. Ladite campagne a été placée sous le thème de « Ensemble, plantons des arbres pour nos générations futures ». Aussi, faut-il signaler que les travaux de restauration écologique proprement dits ont déjà démarré depuis des années avec, entre autres, la production de jeunes plants, les travaux d’essai au site minier depuis 2010, le reprofilage de terrain, et se poursuivent tous les jours tout le long de l’année avec les suivi et entretien des plantations. Et pour l’année 2019, une étape significative dans la restauration écologique a été franchie avec la transplantation des espèces sensibles, endémiques locales et protégées par des réglementations strictes internationales, appelées « Species of Concem » SOC sur le site à restaurer.

Recueillis par CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Commune urbaine d’Antsirabe : 11 mois de salaires impayés pour les employés

Les employés de la commune urbaine d’Antsirabe se plaignent qu’on leur doit 11 mois de salaires. Selon Rakotovelo Faly qui a parlé au nom de la délégation, les employés de ladite commune sont en grève depuis le 15 février 2019. La raison en est ces salaires impayés. Il a tenu ainsi à souligner qu’ils n’ont perçu leur salaire du mois de mars 2018 que le 31 octobre 2018 et le 31 décembre 2018, ils n’ont reçu que la moitié du salaire du mois d’avril 2018. Une situation que ces employés de la commune urbaine trouvent injuste. Ils n’ont pas hésité ainsi à pointer du doigt le maire de la ville d’Eaux. Ils accusent notamment ce dernier pour manque de transparence tout en soulignant au passage le non-respect de la comptabilité publique. Sans parler de la gestion de la ville qui laisse à désirer. Ainsi, ils persistent et signent pour le paiement de ces 11 mois d’arriérés. De ce fait, ils invitent le pouvoir central à voir de près leur situation et à se pencher sur leur cas.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

RN 34 : Kamiao nitondra « palissandre » saron’ny zandary

Fiara lehibe iray no saron’ny zandary nitondra hazo sarobidy tsy misy taratasy fahazoan-dalana. Tao Betafo amin’ny lalam-pirenena faha-34 no nahatratrarana ireto hazo sarobidy ireo rehefa nandalo ny fisavana nataon’ny zandary avy amin’ny BPR Antsirabe. Fantatra fa fiara avy niasa nanamboatra lalana tao Belo Tsiribihina ity fiara lehibe ity. Raha ny fanazavana dia kapakapain’ny olona atao kitay eny rehetra eny ny hazo palissandre ao amin’ny faritra andrefana ao ka izany no nahatonga ireo olona nitondra azy ireo, satria fantatra ihany ny hasarobidin’ireny hazo ireny. Na izany na tsy izany, voararan’ny lalana ny fitrandrahana ny hazo toy itony sy ny mitondra azy, noho izany dia tsy maintsy enjehin’ny lalana ny tompon’andraikitra amin’ireto hazo voarara ireto. Efa nogiazana ny hazo sy ilay fiara, hoy ny GPHC Ratianarivo Barilala, kaomandin’ny BPR Antsirabe. Homena ny sampandraharahan’ny rano sy ny ala ireo hazo ireo aorian’ny fizahana azy.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Andrembesoa : Basy lava 5, dahalo 5 lahy voasambotry ny fokonolona sy ny zandary

Nahitam-bokany ny hetsika fampandriana fahalemana nataon’ny zandary amin’izao ankatoky ny fetin’ny Paska izao. Basy lava miisa 5 sy dahalo 5 lahy no saron’ny fokonolona sy ny zandary tao amin’ny kaominina Andrebesoa, distrikan’i Betafo.

Fiaraha-miasa tamin’ny fokonolona sy ny fanomezana loharanom-baovao tamina olona tsara sitra-po no nahalalana ny fisian’ireo basy ireo tao amina  tanana iray tao amin’ny kaominina ambanivohitra Andrebesoa. Nidina ifotony ny zandary nanao ny fanadihadiana ka nahazoana izao vokatra izao, hoy ny chef d’escadron, ny cmdt Ratsimbazy Andriniaina, lehiben’ny vondrontobim-pileovana vonjy maika eto Vakinankaratra. Sarona nandritra ny fisavana natao noho izany ireo basy ireo. Amin’ny karazany avy moa ireo fitaovam-piadiana ireo ary notsipihina fa mehery vaika tokoa satria Mass 36 ny iray  sy FC ny ambiny. Fantatra fa basy ana-miaramila ny iray tamin’ireo basy ireo saingy efa nofafana sy nesorina ny laharana sy ny marika mety hamantarana ny basy. Nisy tamin’ireo dahalo voasambotra ireo no nanao fanakanan-dalana. Nisy ny fifandonana ka namparatra ny iray tamin’izy ireo, izay voatsindron’ny lefon’ny fokonolona ny tongony. Ankaotra izay, nahitana karazana moara maro be fampiasana rehefa manafika ireo dahalo voasambotra ireo.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

ORTANA : A la découverte du site de Babay

L’Office Régional du Tourisme d’Analamanga (ORTANA) organise ce samedi une randonnée permettant aux passionnés de la nature de découvrir les sites de Babay et de Lohavohitra, situés le long de la Route Nationale 4. Ce nouveau rendez-vous de l’ORTANA est une immersion totale au pays du Vonizongo. La randonnée s’étale sur un parcours de 7 kilomètres et prend son départ au village d’Ampanotokana. Pas besoin d’être un très bon marcheur, il suffit d’aimer la marche et la balade en pleine nature.

A proximité de la RN4, à une quarantaine de kilomètres du centre-ville, Babay est un site qui ne manque pas d’histoire. Entre l’origine de son nom à ses occupants, de l’époque d’Andrianjaka au temps de Galliéni, autant de découvertes passionnantes confirmées par des empreintes encore visibles sur les lieux et qui témoignent de son histoire. A une moyenne de 1460m d’altitude, du Nord au Sud, plongez dans le paysage du Vonizongo et de la colline de Lohavohitra qui est indissociable de Babay.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

La réalité, côté pile ou côté face

Le président de la République continue à réaliser ce qu’il avait promis lors de la campagne présidentielle. Il montre qu’il est un homme de parole. Cependant, cela ne peut pas masquer les difficultés auxquelles son régime se heurte en ce moment. Il s’aperçoit que gouverner n’est pas facile et remettre de l’ordre dans les affaires d’un pays requiert beaucoup d’efforts. Des travaux sont mis en chantier et on en verra les  résultats dans quelques mois, mais dans le même temps, il faut résoudre des problèmes qui exaspèrent la population.

La réalité, côté pile ou côté face

Tout le monde s’accorde à dire que le quotidien des Malgaches n’est pas facile. C’est ce contexte morose que le régime actuel doit effacer. Il doit s’efforcer de résoudre les problèmes qui se présentent. Celui du manque d’eau n’est pas le moindre et il doit essayer de calmer la grogne qui s’est installée. Le Premier ministre descend sur  terrain avec les responsables de la  Jirama pour trouver des solutions, mais la réponse est laconique : la satisfaction complète des besoins en eau n’aura lieu que dans quelques mois après la réalisation  des travaux nécessaires. Il est difficile de lui jeter la pierre car il doit gérer une situation dont il a hérité. Mais les usagers ne voient que les épreuves qu’ils endurent. L’émeute qui a eu lieu ce week-end est lui aussi symptomatique de l’état d’esprit d’une population qui éprouve une certaine défiance vis-à-vis des forces de l’ordre. Cette fois-ci, c’est le comportement de certains de ses membres qui a été à l’origine de cette explosion de colère. Il s’agit d’une rancœur qui couvait depuis longtemps. Les autorités font tout pour apaiser la tension. Elles savent qu’elles marchent sur des œufs. Le ministre responsable sait qu’il doit agir fermement, mais avec sang-froid pour ne pas prêter le flanc à la critique. Il y a toute une série de bavures qui ont auparavant terni l’image de la police. Quel aspect l’opinion va-t-elle retenir aujourd’hui ? Celui d’un président tout sourire lançant en grande pompe les travaux qu’il a promis de faire ou l’autre plus sombre d’une situation moins reluisante. Côté pile ou côté face, le décor n’est pas le même.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha any Maroantsetra : Voamarina fa daroka nataon’ny pôlisy no nahafaty ilay tovolahy

Niresaka tamin’ny antso an-tariby tamin’ny mpanao gazety nilaza ny tena zava-misy any Maroantsetra ny lehiben’ny distrika any an-toerana, Atoa Raharison Mahatombo. Nandritra izany no nilazany fa raha ny taratasy fanamarinana ny nahafaty ilay tovolahy navoakan’ny mpitsabo ho azy ireo dia tena daroka nataon’ny polisy azy, ny zoma lasa teo, no niterika ny fahafatesany. Raha ny fanazavana aza dia efa ny zoma alina nihazonana azy tao amin’ny tranomazin’ny polisy tao Maroantsetra no efa nilaza ny maharary azy ilay tovolahy mpianatra, saingy niandry maraina ireo polisy vao nitondra azy teny amin’ny hopitalin’i Maroantsetra. Nahita ny zava-misy sy ny tatitra nataon’ny mpitsabo ny anton’ny nahafaty io tovolahy io koa ny minisitry ny atitany, ny minisitry ny filaminam-bahoaka, ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ary ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena. Any an-toerana mantsy izy ireo hatramin’ny alahady teo, ka vao nigadona tao Maroantsetra dia namangy ny fianakavian’ilay tovolahy maty. Taorian’izany dia namory ireo tangalamena an-tanana, ary nisy ny fifampiresahana ihany koa tamin’ny vahoaka. Hentitra ireto iraky ny governemanta tonga tany Maroantsetra ny alahady teo ireto, fa tsy maintsy atao ny fanadihadiana ary tsy maintsy hizaka ny vokatry ny nataony izay nanao ny tsy mety rehetra. Na izany aza, mbola tsy misy aloha ny fisamborana na teo amin’ny vahoaka izany, na teo amin’ny polisy nahatonga ny olana. Raha ny vaovao farany azo izao, na efa milamindamin-dratsy aza ao Maroantsetra araka ny filazan’ny lehiben’ny distrika any an-toerana, dia 16 tamin’ireo 22 trano may nodoran’ny vahoaka tezitra ireo dia tranon’ny polisy miasa any Maroentsetra avokoa. Midika izany fa tra-boina tanteraka ny polisy miasa sy ny vady aman-janany any Maroantsetra ankehitriny.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Tennis – Championnat d’Afrique U14 : Les parents des joueurs interpellent l’Etat

Ils seront six joueurs à défendre les couleurs malgaches au Championnat d’Afrique U14, mais, la participation reste encore incertaine.

A quelques jours du coup d’envoi du Championnat d’Afrique U14 à Benoni, Afrique du Sud du 22 au 29 avril, la délégation malgache est dans la tourmente. Les six joueurs pourront ne pas partir si le problème quant à leur déplacement ne sera pas réglé d’ici la fin de semaine. Les parents lancent ainsi un appel à l’aide des dirigeants du pays. Ces joueurs qui ont bataillé dur pour arracher cette qualification lors des participations à de nombreuses compétitions dont les frais de voyage ont été financés par les parents. Mais si tout sera réglé, les six représentants de la Grande Ile vont participer au tournoi ITF-CAT grade 1 à Benoni du 18 au 21 avril. Les six joueurs qualifiés sont tous classés sur la scène continentale. Il s’agit de Finoana Rakotomalala (5ème), Mahefa Rakotomalala (8ème), Johny Rovanantenaina Minoherison (13ème), Randy Rakotoarilala (3ème), Miotisoa Rasendra (6ème) et Maholy Razakaniaina (12ème). « On remercie sincèrement le ministère de la jeunesse et des sports de nous avoir reçu. On a pu exposer notre détresse en finançant toujours les déplacements internationaux de nos enfants et un responsable auprès de cette structure nous a fait savoir qu’il chercherait des solutions à notre problème. En parallèle, on lance un appel de soutien financier au Président de la République Andry Rajoelina et on espère que les enfants auront le traditionnel tso-drano de sa part avant leur départ », ont expliqué les parents. Il est à signaler que le chef d’Etat a d’ailleurs rappelé  l’importance de la participation à ces échéances internationales. Redoutés par les pays du continent, les Malgaches auront une forte chance de figurer sur le podium vu leur potentiel et leurs récents résultats. Ce problème ne date pas d’hier, et les parents ont décidé de réunir leur voix. Eux qui ont financé la participation de ces joueurs aux tournois du circuit africain U14 à Maurice en novembre, et au Togo dernièrement, au championnat d’Afrique-Australe U14 à Windhoek, Namibie . En attendant, la réponse des responsables, la délégation malgache doit rejoindre Johannesburg le 16 avril, si les inscriptions auprès de la Confédération africaine de tennis ont été envoyées par la fédération malagasy de tennis. Une inscription qui n’engage rien surtout il y a le délai de la préparation du visa.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Centrale d’achats « Salama ». Approvisionnement à décentraliser dans toutes les régions

La visite du siège de ‘Salama’ à Anosiala Ambohidratrimo, le 3 avril 2019.

Décentralisation dans toutes les régions de Madagascar, d’ici à cinq ans, de l’approvisionnement en médicaments essentiels et consommables médicaux. C’est ce que projette de faire la centrale d’achats « Salama », qui prévoit, pour ce faire, la mise en place d’agences de proximité dans les régions, en plus des cinq autres déjà existantes dans les cinq chefs- lieux de provinces. « L’objectif est de se rapprocher non seulement des hôpitaux et des centres de santé de base, mais surtout des malades en vue de satisfaire leurs besoins », a expliqué le directeur général de « Salama », Tahina Andrianjafy, la semaine dernière lors d’une visite officielle du nouveau siège de la centrale d’achats à Anosiala Ambohidratrimo, par le ministre de la Santé publique, le Pr Julio Rakotonirina et l’ambassadeur de l’Union européenne, Giovanni Di Girolamo.

 Normes. Ce projet de « Salama » est ainsi un moyen de résoudre le problème actuel d’approvisionnement en médicaments que rencontrent les zones enclavées où les routes sont impraticables, alors que les besoins sont fort importants, notamment en période d’épidémie. Rappelons que le nouveau siège de « Salama » figure parmi les grandes infrastructures sanitaires touchant le secteur pharmaceutique à Madagascar. Construit suivant les normes internationales recommandées par l’OMS pour une centrale d’achats de médicaments, ce nouveau siège de « Salama » est composé d’un bâtiment administratif, d’un entrepôt respectant les normes de bonnes pratiques de stockage et de distribution, de locaux sécurisés pour les produits dangereux et d’espaces archives. Ce nouveau local a bénéficié des soutiens financiers de l’Union européenne à hauteur de 10.281.916.643 Ariary (soit 64% du budget total de la construction) ; de l’Agence française de Développement (AFD) à hauteur de 1.853.448.145 Ariary (12%) et de fonds propres de « Salama » : 3.820.707.510 ariary (24%). En 2018, « Salama » a distribué 1410 tonnes de médicaments.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping :

Avec un bandit détenteur de carte de presse, bien qu’il s’agisse d’une fausse carte, il est temps de donner, seulement et uniquement à l’ordre professionnel, le pouvoir de décerner ce document et sans aucune interférence  des autres organismes.

 

Fausse carte de presse utilisée par un vrai criminel

 

Ragodogodona ou encore Ra-BC. Deux noms de guerre utilisés par un gangster notoire. Il est fiché depuis longtemps dans la base des données des forces de l’ordre. Auteurs et co-auteurs de plusieurs kidnappings et attaques à main armée dans la capitale, il a finalement été arrêté par la police dans la matinée de jeudi dernier, en plein centre-ville, à Analakely. Le plus impressionnant dans son mode opératoire est que Ragodogodona fait usage de fausse carte de presse. Il se fait passer pour un journaliste d’un quotidien de la Capitale pour appâter ses victimes ou encore pour accéder dans des endroits privés. « Son rôle dans le réseau varie entre espion et auteur. Avec sa fausse carte de presse, il recueille des informations non pas journalistiques mais des renseignements sur ses cibles. Il livre après les données à ses compères pour planifier et exécuter les méfaits. Nous avons aussi prouvé ses implications dans plusieurs kidnappings et attaques armées », selon la police nationale. La même source d’indiquer que ce criminel a été le cerveau des attaques en série depuis 2017 et pire encore, il fut déjà membre d’un réseau de kidnappeurs dans les années 90. C’est dire que l’homme est un vétéran en la matière. Son enquête préliminaire pourrait révéler plusieurs noms de bandits ou de gangsters.

Ordre professionnel. Sur un tout autre angle, ce cas est en mesure de remettre sur le tapis l’octroi de la carte de presse professionnelle. Dans un cadre légal, il devrait revenir seulement à l’ordre professionnel de décerner la carte à qui de droit. Les critères de diplômes (Bac + 3 en journalisme/communication) ou d’expériences professionnelles (trois ans sur le tas) sont les normes légales. Seulement, avec l’interférence du gouvernement de l’ancien régime dans ce secteur, l’ordre professionnel n’a jamais pu accomplir cette tâche. Le résultat est tel que plusieurs organes de presse ont décidé de confectionner leur propre carte maison et selon ses préférences. Il n’y a aucune uniformisation de la carte qu’il est devenu facile, très facile d’en falsifier. Et le résultat est là : même un kidnappeur possède une (fausse) carte. L’on sait que le ministère de la communication, dans son contrat-programme, a parmi ses objectifs le désengagement total à l’ordre professionnel des médias. Une bouffée d’oxygène certaine pour une vision de favoriser l’indépendance du métier des journalistes. D’ailleurs, pour les autres corps professionnels, la carte de presse est décerné à qui de droit uniquement et seulement par l’ordre professionnel…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football- Telma Coupe : Elgeco Plus a eu chaud !

Les 16èmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar ont réservé quelques surprises autant le dire agréables avec cette victoire du COSTM face au Comato à Toliara par 2 buts à 0.

Une belle revanche pour COSTM qui a été privé du titre de champion d’Atsimo Andrefana pour avoir protesté contre une décision des arbitres lors de la finale l’opposant au 3FB.

A Toamasina, Elgeco Plus a frôlé le pire face à une équipe du MMM pleine de mordant et qui avait cru à sa chance. Malheureusement, l’expérience d’Elgeco lui a permis de battre sur le fil et par 3 buts à 2 la formation de Toamasina handicapée elle aussi par l’état lamentable du terrain.

Heureusement que les travaux de réfection du stade synthétique de Barikadimy avancent à grands pas comme l’a constaté samedi le ministre Roberto Tinoka.

Pour rester à Toamasina, l’AS Fortior a enfin pu battre FIFAFIFI sur le score de 1 à 0. Une aubaine pour les hommes de Tongahery et Gérard qui s’améliorent au fil des rencontres après un championnat local en demi-teinte.

Le HZAM Amparafaravola a enfin pu prendre sa revanche sur le Voromaherin’Alaotra qui l’a battu en finale du championnat local. Tanjona et ses amis se sont imposés, dimanche, sur le score de 1 à 0.

A noter que le HZAM a créé une énorme surprise lors des 32èmes de finale de cette Telma Coupe en écartant l’AS Adema après la séance de tirs au but.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Amoron’i Mania : Tonga ny ampahan’ny vary mora 175 taonina amin’ny 500 taonina

Araka ny fampanantenana napetraky ny filoham-pirenena, dia nahazo ny anjara vary mora ny mponina eto amin’ny faritra, ka ny 175 taonina ampahany voalohany amin’ny 500 taonina natokany ho an’ny faritra Amoron’i Mania, no tonga izao. Tamin’ny  fanazavana nataon’ny  préfet-n’Ambositra sy ny lehiben’ny faritra, dia efa miditra ao anatin’ny fandaminana rehetra ny komity voatokana amin’izany mba hahafahana mitsinjara sy mivarotra ny vary. Faritra Amoron’i Mania izay misy mponina iray tapitrisa ary mitsinjara ao anatin’ny distrika efatra, dia Ambositra, Ambatofinandrahana, Fandriana ary Manandriana, izay misy kaominina 61 ary fokontany 788.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous… Les conceptions religieuses des anciens Malgaches, « Ny fireham-pinoan’ny ntaolo Malaga...

Lars Vig, un jeune missionnaire qui a eu une relation privilégiée avec les Malgaches.

Les conceptions religieuses des anciens Malgaches, publiées pour la première fois en norvégien en 1892, traitent des représentations de Dieu et des esprits, des hommes, des lieux sacrés et des cérémonies religieuses, telles qu’on pouvait les observer à Madagascar à la fin du XIXe siècle. Si l’auteur ne manque pas de s’interroger sur le sens des rites accomplis, il est surtout attentif à l’aspect extérieur de la vie religieuse, comme la manifestent rites, mythes et prières, tous matériaux significatifs d’une conception de l’univers, qu’il n’entreprend pas d’analyser pour elle-même. L’ethnographie contemporaine qui, depuis près d’un siècle, a précisé ses méthodes et ses exigences, pourra s’étonner que Lars Vig aurait voulu donner un tableau des représentations religieuses malgaches à travers ses seules observations dans le Betsileo du Nord ou Vakinankaratra. C’est en effet sur cette région qu’il apporte des renseignements de première main. Mais on notera que sur les autres régions, grâce aux compte-rendus de ses collègues, il ne signale que des coutumes en consonance avec ce qu’il rapporte et dénotant une parenté culturelle. Cette édition bilingue, française et malgache, voudrait tout à la fois permettre à des chercheurs d’en poursuivre le commentaire et de rendre hommage à un prédicateur de l’Evangile dont l’attachement à Madagascar se mesure au souci qu’il a eu d’en connaître la vie profonde. Ce missionnaire luthérien était né à Skaanevik (Norvège) le 20 juillet 1845. Après avoir obtenu un diplôme d’une école normale en 1864, il fit ses études théologiques au Séminaire des Missions norvégiennes (N.M.S.) de 1868 à 1873 et fut consacré pasteur en 1874. La même année il partit pour Madagascar et fut affecté presqu’aussitôt à Masinandraina, tout près d’Antsirabe, où il passa 28 ans, sauf  congé en Norvège (1889 à 1893) et deux ans à Antsirabe  (1896-1898) à l’époque des troubles qui suivirent l’annexion de l’île par la France. Les archives de L. Vig sont les plus abouties en matière d’observation et de  description de la société malgache de l’époque. D’ailleurs, il a rapidement fini  par parler couramment le malgache.

Recueillis  par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Programme ACCESS : 90 millions USD pour sa mise en oeuvre

16 millions de Malgaches bénéficieront des retombées du programme ACCESS en matière de services et soins de santé durables et de qualité.

Le programme ACCESS ou “Accessible Continuum of Care and Essential Services Sustained” est le plus important programme de santé bilatéral jamais financé par le gouvernement américain – à travers l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International ou USAID – à Madagascar. Le ministère de la Santé publique et l’USAID en ont officialisé, hier, le lancement. D’une durée de cinq ans, ce programme financé à hauteur de 90 millions de dollars, vise l’amélioration et le développement des services de santé proposés à la population malgache. En plus clair, il s’agit de faire accéder à près de 16 millions de Malgaches, des soins et services de santé de qualité et d’améliorer les infrastructures de santé. Il s’agira, par ailleurs, de proposer un renforcement de capacités au système de santé malgache et de promouvoir des comportements sains au sein des communautés. Le MSH (Management Sciences for Health), une organisation sanitaire à but non lucratif et à ramification mondiale, basée aux États-Unis et qui dispose d’une expérience du terrain malgache pour y avoir travaillé durant des années, sera le chef de file du projet, avec l’implication de plusieurs organisations et partenaires locaux et internationaux. « Ensemble, les États-Unis et Madagascar vont sauver des vies, autonomiser les communautés et promouvoir des solutions durables », a alors déclaré l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Michaël P. Pelletier, lors de la cérémonie de lancement, hier.

10 régions. Le programme ACCESS interviendra dans dix régions de Madagascar, à savoir, Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Andrefana, Menabe, Melaky, Boeny, Sofia, Diana, Sava et Analanjirofo. Dans la pratique, ce programme s’est fixé l’objectif d’améliorer, d’une part, la disponibilité et l’accessibilité, et ce, de manière durable, des services de santé de qualité dans toutes les communes d’intervention, et d’autre part, de veiller à ce que les systèmes de santé fonctionnent efficacement pour soutenir la fourniture de services de santé de qualité. De même, il s’agit de parvenir à ce que la population malgache adopte de manière durable des comportements et normes sociales sains.

Rappelons que le programme ACCESS proposera des services de planification familiale et de santé reproductive dans les régions Vakinankaratra, Amoron’i Mania et Haute Matsiatra. A travers le programme ACCESS, le gouvernement américain accompagnera l’Etat malgache dans la voie de l’accélération des impacts sanitaires durables pour la population malgache et du renforcement de la gestion du secteur santé par le ministère de la Santé publique.

Hanitra R.

Madagate0 partages

Dakar. Andry et Mialy Rajoelina, place de la Nation pour le défilé des 59 ans d’Indépendance du Séné...

Lu sur le site de la Présidence du Sénégal

Lu sur le site de la Présidence de Madagascar

Ci-après l’album de photos 2 de madagate prises à la Place de la Nation par Harilala Randrianarison