Les actualités Malgaches du Samedi 09 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara178 partages

Destination Madagascar : « Un objectif de 500 000 touristes en 5 ans »,

(De g. à dr.) Le ministre du Tourisme, Joël Randriamandranto et le PCA de l’ONTM, Boda Narijao.

Selon le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) en partenariat avec le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météolorgie ont lancé la 8e édition du salon ITM (International Tourism Fair Madagascar).

Cet événement de grande envergure internationale se tiendra, cette fois-ci, au Centre de Conférence Internationale à Ivato du 13 au 16 juin 2019. A cette occasion, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto a déclaré qu’un objectif de 500 000 touristes sera enregistré en cinq ans. « De nombreuses stratégies seront menées, pour ce faire. Il s’agit de la création ou de la rénovation des infrastructures d’hébergements, portuaires et aéroportuaires ainsi que de la diversification des offres touristiques tout en maintenant la valorisation de notre biodiversité qui fait la renommée de Madagascar. On peut citer, entre autres, le tourisme sportif comme le kitesurf», a-t-il ajouté.

Statut spécial. En outre, « il faut que toutes les régions de l’île bénéficient des retombées positives du développement du tourisme. La partie Est de Madagascar est par exemple, très favorable à la pratique de kitesurf. Nous faisons ainsi appel à des experts ou des professionnels en la matière pour pouvoir l’y exploiter. Quant à Nosy-Be et Sainte-Marie, ces régions bénéficieront d’un statut spécial permettant de faciliter l’attrait des investisseurs dans ce secteur. Ensuite, la formation de main d’œuvre qualifiée sera renforcée afin d’assurer la qualité des services offerts, et ce, sans oublier la formalisation des activités touristiques. Et enfin, l’ouverture du ciel aérien de Madagascar vise à attirer de nombreuses compagnies aériennes étrangères à venir desservir la Grande île avec le reste du monde, dans le but de réduire le coût de la destination qualifié encore cher en ce moment », a soulevé le ministre de tutelle.

Invité d’honneur. Parlant du salon ITM dans sa 8e édition, cet événement officiel des Îles Vanille cadre avec la célébration du 15e anniversaire de l’ONTM. Il réunit sur le même lieu des opérateurs œuvrant dans le secteur du Tourisme, de l’Aérien, des Loisirs, de la Gastronomie et de l’Artisanat afin de valoriser la destination Madagascar. Le salon servira de plateforme pour promouvoir davantage l’investissement, entre les porteurs de projets et les investisseurs locaux ou internationaux.  « Etalé sur une surface d’exposition de 30 000m², soit le double de l’édition précédente, le nombre de stands passera de 247 à 300 pour accueillir les 15 000 visiteurs attendus. L’Indonésie sera le Pays Invité d’honneur du salon ITM 2019. Il y aura également un programme d’eductour intense et 300 rencontres B2B ainsi que des conférences avec des thématiques dynamiques. C’est en même temps un salon riche en animations et 10 000 invitations gratuites à distribuer. Des opérateurs issus des 22 régions y participeront massivement », a exposé Boda Narijao, le PCA de l’ONTM.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Gouverneurs régionaux : 23 postes stratégiques très convoités

La nomination imminente des 23 gouverneurs régionaux suscite la convoitise des politiciens.

Après la nomination du Premier ministre et des membres de son gouvernement, qui a suscité des spéculations incompréhensibles, celle des 23 gouverneurs régionaux annoncée par le président de la République fait actuellement l’objet d’une attention et d’attente particulière.  Quel serait le statut de ces gouverneurs régionaux ? Quand est-ce qu’ils seront nommés ? A quel profil ces gouverneurs régionaux doivent répondre ? Bref, tant de questions qui auraient des réponses dans les prochains jours. Jusqu’ici, le suspense est total. Et ce bien que des associations régionales et des groupements d’individus originaires de telle ou telle région se succèdent pour faire entendre que les gouverneurs de leurs régions doivent remplir tels ou tels critères. A s’en tenir au Point 12 de la nouvelle Politique Générale de l’Etat (PGE), le gouverneur régional doit être capable d’élaborer des projets de développement répondant aux réalités de sa région, de mobiliser des ressources supplémentaires, et de rattraper ainsi son retard de développement en matière de santé, d’infrastructures, d’éducation et de développement économique, social et culturel.

« Petits dieux ». En se référant aux missions à confier à ces gouverneurs régionaux, ils seraient des « petits dieux » au niveau de leur ressort territorial. Ils auront non seulement à gérer des budgets conséquents  nécessaires au développement de leurs régions, mais aussi à détenir une autorité qui ferait d’eux des représentants directs du président de la République au niveau régional. Ce qui explique la ruée vers ces postes constatée ces derniers temps. Le critère politique ne suffirait pas pour nommer une personne à la tête d’un gouvernorat de région. Les futurs « Ragôva » devraient être des personnalités ayant surtout de l’expérience probante et avérée en matière de gestion de projet de développement. Il ne sera pas facile de répondre à ce profil. En tout cas, le poste des gouverneurs régionaux est stratégique dans le nouveau régime.  On dirait qu’après le président de la République, le Premier ministre et les ministres, c’est eux. Pour les politiciens, être gouverneur régional est plus intéressant qu’être député ou sénateur. Mais pour d’autres, être un élu est plus stable qu’être un désigné.

R. Eugène

Midi Madagasikara7 partages

Les hommes qu’il faut a la place qu’il faut

Les soutiens apportés à Andry Rajoelina par de nombreuses personnalités ont contribué  à  son  élection et maintenant,  ces derniers attendent un  retour d’ascenseur Le nouveau chef de l’Etat doit donc maintenant faire face à  cette exigence qui peut l’handicaper dans l’accomplissement de son programme. Le nouveau président qui entend rompre avec les habitudes du passé a fait certainement beaucoup de déçus, mais il n’en a cure et choisit les hommes qu’il faut  à la place qu’il faut.

Les hommes qu’il faut a la place qu’il faut

Depuis son arrivée au pouvoir, la conduite du chef de l’Etat n’a pas varié. Il a privilégié la compétence par rapport au profil politique de ses collaborateurs. Il a écarté de nombreux candidats qui l’avaient pourtant soutenu pendant la campagne présidentielle. On s’en est aperçu lors de la formation du nouveau gouvernement. Ce sont des hommes et des femmes qui peuvent réaliser les objectifs de son IEM  et suivre la charte de bonne conduite préconisée par le Premier ministre. Ils sont assujettis à un contrat programme qui comporte plusieurs points. Pour le moment aucun écart sérieux  n’a été sanctionné. La feuille de route est claire et les résultats doivent être atteints. Il n’y a plus d’effectif pléthorique dans les ministères. Le lobbying forcené d’associations de toute sorte  n’a pas porté ses fruits. Le reproche fait par les partisans d’une approche régionaliste de la répartition des postes n’a  pas fait long feu.  Maintenant, c’est ceux des gouverneurs qui attisent les convoitises. De nombreux prétendants se positionnent, mais il n’y a que 23 postes à pourvoir. Le gouverneur, normalement, ne peut pas être désigné, mais élu. Les appels du pied qui se multiplient,  risquent de  faire de nombreux déçus.  C’est une autre manière de procéder qui a été mise en place par le nouveau pouvoir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Ambatofinandrahana : 27 tonnes de malachite saisies par la police des mines

Ce sont les 27 tonnes de malachite saisies.

L’exploitation minière illicite prend de l’ampleur. En effet, la police des mines en collaboration avec la brigade de la gendarmerie d’Ivato Centre viennent d’intercepter deux camions transportant 27 tonnes de malachite à Andakatanibe, district de Manandriana Ambatofinandrahana sur la RN7. Ces minérais sont transportés dans 547 sacs. Puisque les détenteurs ont présenté deux laissez-passer qui sont déjà expirés, la police des mines a procédé à leur saisie dans ses locaux à Ampandrianomby. « Notre département veille nuit et jour au contrôle et à l’inspection de toutes activités minières en vue de la formalisation du secteur extractif. Le programme IEM attache d’ailleurs une grande importance au développement de ce secteur stratégique », a réitéré le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, lors d’une visite dans les locaux où sont entreposés les 27 tonnes de malachite saisies. Ces résultats ont été enregistrés à deux semaines de sa prise de fonction à la tête de ce département ministériel. « L’objectif consiste à faire de ce secteur extractif un levier de développement de l’économie nationale tout en assurant que les exploitations des ressources minérales doivent profiter à la population malagasy », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Etablissement pénitentiaire : Prisons de haute sécurité pour les grands criminels

Mise en place de prisons de haute sécurité pour les grands criminels. (Photo d’archives)

L’insécurité grandissante tant dans le milieu urbain que rural a été particulièrement débattue lors du Conseil des Ministres de jeudi dernier. D’ailleurs, le même jour du Conseil, un autre cas de kidnapping qui a visé cinq personnes s’est produit à Tsaratanana.

Cinq mesures drastiques ont été annoncées en Conseil des Ministres d’avant-hier. Il s’agit de la mise en place d’un système de renseignements efficace par le renforcement des échanges d’informations entre les forces de l’ordre et le ministère de la justice, l’adoption d’une politique pénale sévère, surtout en matière de kidnapping, de banditisme en ville et dans les campagnes, la mobilisation et coordination de toutes les forces de l’ordre pour la mise en place d’un système de quadrillage des villes particulièrement la nuit et ce, afin de rassurer la population pour instaurer un climat général de sécurité,  la création de prisons spécialisées de « haute sécurité » pour incarcérer les auteurs des infractions liées à l’insécurité, notamment en matière de crimes de sang, de vols de zébus, d’attaque à mains armées ainsi que le démantèlement des réseaux de kidnapping.

Rupture avec une pratique du passé. On a appris lors du Conseil des Ministres d’avant-hier que des actions urgentes sont déjà initiées dont l’achat de cinq hélicoptères par l’Etat malgache à mettre à la disposition des forces de sécurité (ces hélicoptères seront disponibles à Madagascar dans deux mois), l’inventaire des matériels roulants (voitures, motos) achetés l’année dernière et qui sont censés avoir été utilisés par les forces de l’ordre et la dotation en armes pour les éléments des forces de l’ordre et de la sécurité. Le dernier approvisionnement en armes de nos hommes en treillis date de 1975. Il est temps de les doter de nouveaux équipements. Par ailleurs, le Conseil des Ministres de jeudi dernier a pris une décision permettant de rompre avec une pratique du passé qui est l’accompagnement des Chefs d’Institution au départ et à l’arrivée de voyages officiels. Désormais, il n’y aura plus de rituels d’accompagnement ou d’accueil d’un Chef d’Institution quand celui-ci part ou revient d’un voyage officiel à l’étranger. Le déplacement du Premier ministre, de ministres ou de parlementaires à l’aéroport international d’Ivato constitue une porte de temps. La création d’un Bureau de doléances auprès de la Présidence de la République a été également décidée lors du Conseil des Ministres d’avant-hier.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Région Sofia : Pour un gouverneur rassembleur

Des représentants de la région SOFIA composés notamment de maires, d’adjoints aux maires et d’enseignants ont tenu une conférence de presse, hier, aux 67 Ha. L’objectif de cette rencontre avec les journalistes est de parler de la situation qui prévaut dans cette région  en général et des actualités nationales en particulier. De prime abord, les Ramanantsalama José, Bemalaza Milson et Mandimbilaza Sylvain et consorts ont félicité le Président Andry Rajoelina pour son accession à la Magistrature suprême. Ils se disent notamment prêts à collaborer avec le chef de l’Etat. Ces originaires de Sofia n’ont pas manqué également de proposer le profil du gouverneur de celui qui va présider leur Faritra. Selon les différents intervenants, il devrait être un rassembleur. Ils souhaitent aussi qu’il soit un jeune intellectuel. Dans tous les cas, ils sont prêts à rencontrer le chef de l’Etat si cela s’avère nécessaire.

« Dina ». Concernant la région proprement dite, ces natifs de Sofia revendiquent l’ouverture de la baie de Narindra. Une telle initiative va booster l’économie de la région. A propos de l’insécurité qui sévit dans la région, ils estiment qu’il faudrait améliorer les « Dina ». A l’instar des autres régions du pays, le mauvais état des routes pose aussi des problèmes pour la région notamment pour la circulation des biens et des personnes.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Situation des réfugiés : Madagascar n’est pas épargné !

Les questions relatives à la situation des réfugiés seront au cœur des débats lors l’Assemblée Générale des chefs d’État et de gouvernements africains, dans le cadre du 32e Sommet de l’Union Africaine, qui se tient les 10 et 11 Février prochains, à Addis-Abeba, en Éthiopie. C’est même le principal thème de la période 2019-2020, outre la lutte contre la corruption.

Hier, nous avons eu l’occasion d’aborder ce sujet et d’effectuer des échanges avec le représentant résident du FNUAP auprès de l’Union Africaine, Désiré Assogbavi, à l’Eliana Hotel à Addis-Abeba. Il a indiqué, lors de ces échanges, que « c’est un problème crucial qu’il faut gérer » et qu’il « ne faut pas être vaguement traité comme les précédents, c’est-à-dire, on prend des résolutions, on rentre au pays et on revient un an après pour un autre thème ». En effet, et sur la base des informations qu’il a fournies, l’Afrique abrite six millions de réfugiés et 14,5 millions de déplacés. Parmi les solutions avancées figure la mise en place d’une agence humanitaire africaine, mais dont l’effectivité dépend  essentiellement du consensus trouvé par les chefs d’État et de gouvernements présents à cette Assemblée Générale.

Réaction épidermique. Concernant Madagascar, nous ne sommes pas sans savoir que la question relative aux réfugiés est un sujet qui divise l’opinion publique. Dans l’hypothèse où chaque pays membre de l’Union Africaine devrait accueillir des réfugiés, quid du cas de Madagascar ? Rappelons la réaction épidermique, le tollé général dont ont fait preuve les citoyens l’année dernière, quand nous avons écrit dans nos colonnes qu’un projet de construction d’un vaste camp de réfugiés sur la RN2 est en gestation. Toujours dans cette hypothèse, n’oublions pas que le pays ne dispose pas de cadre légal précis et propre aux réfugiés. De surcroît, les infrastructures indispensables pour faire face à ce genre de situation sont loin d’être disponibles. Quoiqu’il en soit, « nous attendons de voir des dirigeants africains se mettre à la place de ces millions de réfugiés et de déplacés internes qui sont en Afrique, et de trouver des solutions à leurs problèmes », brandit Désiré Assogbavi. Aussi, attendons-nous de pied ferme ce que va présenter le président Andry Rajoelina et les mesures que Madagascar va ou doit prendre (c’est selon) par rapport à ce thème.

Aina Bovel (Addis-Abeba, Ethiopie)

Madaplus.info0 partages

Table ronde organisée par Junior Pour Madagascar (JPM) Zama - mercredi 9 janvier 2019


Table ronde : Comment s'engager pour Madagascar ? 4 récits de femmes malgaches en France
Organisée par: Juniors Pour Madagascar (JPM) Zama Diaspora
18H30
Église Saint-Louis d'Antin - Espace Bernanos
4 Rue du Havre
75009 Paris
Plus d'infos, cliquez sur le lien:
Midi Madagasikara0 partages

HCC : Vers une audience TGV

Les deux lois votées tour à tour par l’Assemblée nationale et le Sénat ont été transmises à Ambohidahy pour contrôle de constitutionnalité. Ont été enregistrées hier au greffe de la HCC, la loi n°2019-001 déléguant le pouvoir de légiférer au Président de la République ; et la loi n°2019-002 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n°2018-010 du 11 mai 2018 relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale. Le juge électoral ne tardera certainement pas à statuer sur les deux textes qui revêtent une importance capitale. Contrairement à la lenteur légendaire de l’appareil judiciaire, la HCC tiendra certainement une audience TGV.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

CYCLONES : GELENA s’éloigne FUNANI à l’horizon

La tempête Gelena s’est intensifiée et devient un cyclone tropical. Hier à 9h, ce cyclone a été localisé à 470km à l’Est d’Antsiranana et semble faire du sur place depuis plusieurs heures. En effet, la localisation de ce phénomène – qui s’accompagne de vent moyen de 120km/h avec des rafales de 170km/h – était quasi-stationnaire, hier, mais un déplacement direction Sud-Sud-Est puis Sud-Est est attendu. Un déplacement qui éloignera davantage Gelena de nos côtes. De quoi lever l’alerte verte lancée pour plusieurs régions de la partie Nord et Est de Madagascar. Cependant, Météo Madagascar incite les usagers des mers sur le littoral Nord-Est à la prudence face aux possibilités de houles générées par Gelena, pouvant atteindre deux mètres.Quant au cyclone tropical intense Funani, beaucoup plus loin de nos côtes, il était positionné, hier, à 1760km au large de Toamasina et  génère des vents moyens de 160km/h avec des rafales pouvant atteindre 220km/h. Funani se déplace désormais vers le Sud-Est à un rythme de 15km/h, précise Météo Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

IFM : Fête de Cinéma, Patricia Mazuy en invité d’honneur

Madame Mazuy la réalisatrice française.

Elle a fait 13 heures de vol pour honorer la fête de cinéma à Antananarivo.  Patricia Mazuy est également  venue  pour s’entretenir avec le public malgache. Ses trois jours de séjour dans la capitale Malgache seront  chargés.

Mazuy  a atterri à Madagascar hier vers  1 heure du matin.  Elle est venue  honorer   la fête de cinéma qui  a débuté  hier jusqu’au dimanche 10 février à l’IFM.  Après huit heures de son arrivée dans la Grande île, la  réalisatrice française n’est nullement fatiguée et  est  venue à   la  conférence de presse.  Lors de son intervention, Mazuy a   résumé   en quelques phrases le film et les petites difficultés qu’elle a rencontrées en réalisant « Paul Sanchez est revenu ».

Sortie en  juillet 2018, « Paul Sanchez est revenu » était diffusé hier à 19 heures. Pour ceux qui n’ont raté la diffusion d’hier, une deuxième projection aura lieu  demain à 14 heures.

Le film  est une  fusion  entre la comédie policière et le thriller. « L’identité du film est mélangée. Elle est entre la  comédie policière et  le  thriller,  contrairement au Etats-Unis et en Asie,  le mélange  des genres est rarement pratiqué en France», a affirmé la réalisatrice. Des comédiens comme   Laurent  Lafitte qui incarne Paul Sanchez,  Zita hanrot est Marion,  Idir Chander  joue le rôle de Yohann,  Philipe Girard est le commandant. « C’est la première fois que  je travaillais avec des comédiens de théâtre» Rajoute Patricia Mazuy. Avec 65 décors,  huit semaines de tournage,   des stages à la gendarmerie, il a fallu dépenser  une  somme de 2 millions 900 d’euro.

C’est la première fois que cette réalisatrice française, née d’une famille paysanne,  a mis les pieds sur le sol africain.  Elle repartira pour la France le lundi 11 février.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Un régime qui a pris ses marques

A défaut de turbulence politique, c’est le déchaînement des intempéries qui a marqué cette semaine à Tana. Les habitants de la capitale ont été surpris par ce déluge  qui a provoqué l’inondation de tous les quartiers de la ville. Ce sont des torrents d’eau boueuse qui ont déferlé durant une bonne partie de l’après-midi  d’hier, provoquant  la panique des piétons et des automobilistes pris de court. Les Tananariviens qui étaient encore traumatisés par les éboulements meurtriers d’Ampamarinana ont  accusé le coup. Le  phénomène était d’autant plus inattendu que les  services de la météorologie n’avaient fait aucune  annonce alarmiste auparavant. Tout le monde doit donc rester sur  ses gardes car on  ne peut pas prévoir  ce genre d’événement à l’avance. La météo politique  est, elle, au beau fixe. Le président Andry Rajoelina a les coudées franches et  peut appliquer son programme sans aucune opposition. La loi lui permettant de légiférer  par ordonnance après avoir été votée par les députés l’a été sans amendements au Sénat. La chambre haute qui avait une coloration  HVM  est maintenant favorable au nouveau régime. Et certains sénateurs veulent même destituer  les membres du bureau permanent. La fronde organisée cette semaine n’a pas abouti à la démission du président Rivo Rakotovao. Cette cuisine politique ne semble pas émouvoir le nouveau président qui  s’est déplacé en province et à rencontré ses électeurs. Il a tenu à honorer des promesses faites durant la campagne  électorale. Dans l’ensemble, le climat politique dans lequel il baigne est au beau fixe.

Sur le plan international, c’est d’abord le fameux discours sur l’état de l’union prononcé par Donald Trump qui a été un des points forts de cette semaine. Ce n’est plus le président clivant   aux « tweets» intempestifs que les membres du Sénat et du Congrès ont écouté, c’est un   leader qui s’est efforcé de rassembler qu’ils ont découvert. Il a parlé d’unité et de grandeur de l’Amérique, il a dressé un bilan économique  très positif, il a tendu la main à l’électorat de Barack Obama. Tout le monde s’accorde à  dire que ce fut un discours très habile qui lui a valu d’être applaudi autant par les Républicains que parles Démocrates. Ce succès  devrait être éphémère car  son administration  va devoir se prononcer sur la responsabilité  du prince saoudien  Mohamed Ben Salmane  dans le meurtre du journaliste  Jamal  Khashoggi. Jusqu’à présent, cette dernière émettait des doutes sur les preuves apportées par les accusateurs du prince. Mais les services de renseignement américain ont fourni un enregistrement qui démontre l’implication du  prince dans  cet assassinat.

Le bras de fer entre Nicolas Madouro et son adversaire, Juan Guaido,  auto-proclamé président par intérim, continue de plus belle. Le premier n’entend pas céder devant la pression des  Etats-Unis et des pays occidentaux en général. Les pays européens ont reconnu  le régime de Juan Guaido.

En Europe, les relations entre la France et l’Italie sont de plus en plus  tendues. Après des mois d’attaques verbales des deux côtés, la provocation de trop est  l’incursion du chef de file du  Mouvement  cinq étoiles à Montargis pour rencontrer les gilets jaunes. Paris a  rappelé son ambassadeur pour consultation. Cela ne s’était produit qu’en juin 1940 quand l’Italie de Mussolini avait déclaré la guerre à la France.

Le nouveau pouvoir  affirme lentement mais sûrement son emprise sur la politique malgache. La route est dégagée devant Andry Rajoelina  et  ce dernier peut  concrétiser  son « velirano »  en toute quiétude. C’est la réalité du terrain seule  qui peut maintenant le mettre en difficulté. Un peu moins d’un mois après son installation, le nouveau régime  a enfin pris ses marques.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Fanafihana « Cash point », telo lahy voasambotra

Jiolahy telo no voasambotry ny zandary teny Anosizato teo am-piomanana hanafika « Cash point», ny alakamisy lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora hariva. Olona tsara sitrapo no nandrenesan’ny zandary ny fisian’ireto jiolahy ireto nihaodihaody teny an-toerana. Nidina teny amin’ny manodidina avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Anosizato nampian’ireo avy ao amin’ny borigady Fenoarivo ka nametraka ny velam-pandrika hankanana izay fanafihana izany. Tsy nampoizin’ireo jiolahy mihitsy ny fisian’izay ka teo am-pikasana hitsofoka tao amin’ilay toeram-pivarotana izy ireo no nirotsaka tampoka ny zandary ka dia noraisim-potsiny ireto farany. Sarona teny amin’izy ireo ny basy fohy vita gasy iray nisy bala 9 mm (Lot SFI 74) ka dia nogiazana avy hatrany izany fitaovam-piadina izany. Nentina natao famontorana eny amin’ny borigadin’i Fenoarivo izy telo lahy ary heverina fa tokony hatolotra ny fampanoavana anio sabotsy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Mifampitantana 2019 : Rock symphonique avec Tselatra et Kiaka

Erick, Nini et Lija sur le même diapason.

Pour faire du neuf avec du vieux, Tselatra et Kiaka redonneront un second souffle à leurs rocks. Ces deux grosses pointures se retrouveront une fois de plus sur la même scène. Ils adoptent à nouveau cette formule qui gagne pour le bonheur des inconditionnels du rock.

Cette fois, ils investiront une scène plus grande que d’habitude car le rendez-vous se tiendra au Palais des sports  Mahamasina, plus exactement le 3 mars. Les billets étant déjà disponibles sur les points de vente, les fans et amateurs de rock peuvent déjà acquérir les tickets d’entrée dès maintenant.

Forts d’une notoriété de fer, ils ont chacun une bonne trentaine d’année de carrière, tout au long duquel ils ont pu se forger une image parmi les meilleurs de Madagascar et, ils ont encore à revendre en matière d’inspiration. Pour marquer ce grand coup, Nini et Erick se verront entourés de leurs complices de scène. De même, Lija rejoindra ce beau monde. Pour mettre un peu de douceur dans ce monde de hard, une bande d’instruments à  corde viendra grossir les rangs.  « Nous misons beaucoup sur Mifampitantana 2019, et qui sera certainement le must de l’année » avance Tantely Ralalalrison du Live Prod. Plus que quelques semaines à attendre !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Fenoarivo : Taxibe nentin’ny zaza tsy ampy taona nivadibadika, olona iray maty

Ny zanakalahin’ny tompon’ny fiara, izay vao 15 taona monja, no teo aminy familiana ity fiara « sprinter » iray, tra-doza omaly tetsy amin’ny « digue » Fenoarivo, araka ny tatitry ny zandary. Niezaka nisongona fiara hafa teo alohany izy no tsy voabaikony intsony ilay fiara. Hany ka namantana tany an-tanimbary rehefa avy nandona fiara iray hafa.

Ny hadalana toy izao matetika no tena vidiana lafo. Nitrangana loza mahatsiravina indray iny lala-mahitsin’ny lalam-pirenana voalohany etsy Malaza Fenoarivo iny, omaly tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro. Fiara roa be izao no indray simba tsy nisy azo noraisina. Aina iray no nafoy ary olona fito no naratra mafy. Raha ny fanazavàna azo avy amin’ireo mpitandro filaminana tonga teny an-toerana nanao ny fanadihadiana dia io vokatry ny tsy fitandremana io no nahatonga ny loza. Ambonin’izay, ankizy tsy tokony mbola hifehy familiana akory no lasa nitondra fiara, hany ka tsy maintsy loza no niafaràny. Raha ny fanazavàna azo hatrany mantsy dia nilaza handeha hanasa fiara eny Fenoarivo ity fiara « sprinter », manao zotra mampitohy ny renivohitra sy Itaosy. Teny an-dalana anefa, ary raha teo amin’iny lala-mahitsy iny indrindra no niezaka nampitovy tanjaka tamina   fiara « sprinter » hafa, manao zotra ho any Vontovorona any, angamba ity mpamily izay mbola ao anatin’ny tsy fahamatorana tanteraka, ka niezaka nisongona izany. Teo indrindra no sendra ny tsy nampoizina satria nisy fiarabe iray nitondra vatokely nipoitra,izay tsy azo nihodivirana intsony. Tsy tana ny loza. « Nifampikasoka tamin’ilay « camion benne » mpitatitra vato izy io rehefa avy nanao an’io fisongonana io ka nivadibadika  intelo », hoy ny fanazavàna azo avy amin’ny mpitandro filaminana hatrany. Nisy olona maromaro moa tao anatin’ity fiara nisongona ity. Tao anatin’ireo ilay olona namoy ny ainy, noho ny ratra mafy nahazo azy. Isan’ny naratra sy tao anatin’io fiara ihany koa ny tena mpamily an’ilay fiara. Ilay zazalahy nitondra fiara kosa dia fantatra fa naratra ary tapaka ny tongony. Nisy olona iray naratra ihany koa tao amin’ilay kamiao voadona. Efa samy nentina notsaboina tany amin’ny hôpitaly avokoa moa ireo naratra. Tonga teny an-toerana nanatanteraka ny asany koa ireo mpitandro filaminana, nijery ifotony ny zava-nisy, nanao ny fanadihadiana ary niezaka nandamina ny fifamoivoizana izay nitohana dia nitohana vokatr’ity loza ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Union européenne : Remise de matériels informatiques à la CNIDH

La Mission d’Observation Electorale de l’Union européenne a procédé à la remise de matériels informatiques  à la CNIDH hier, au siège de cette dernière à Antsahavola.  L’UE remercie la CNIDH pour le travail énorme auquel celle-ci est confrontée, à titre d’exemple, en faveur du respect du Droit de vie, des Droits de l’enfant, des conditions de détention, des conditions des femmes et de la suppression de la traite des êtres humains.  En tant que promoteurs et promotrices des Droits Humains, de la Démocratie et de l’Etat de droit et de la lutte contre la corruption, l’UE souhaite vivement que ces matériels contribuent à renforcer et à garantir l’impact des actions de la CNIDH, en faveur de la promotion et de la protection de tous les Droits de l’Homme sans exception.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Education nationale et Formation professionnelle

Echanges chaleureux entre Marie-Thérèse Volahaingo, MENFP et M. Constant-Serge Bounda, Représentant de l’UNFPA.

Elément-clé de la réalisation du démographique et réalisation du plein potentiel des jeunes filles

M.Constant-Serge Bounda, représentant du Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA) a rendu visite, jeudi dernier, au Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo.

La visite s’est déroulée dans les locaux du MENEFP et a permis de définir les lignes directrices de la collaboration entre le MENEFP et l’UNFPA, à savoir : la réalisation et l’optimisation du dividende démographique ; la formation professionnelle et la réinsertion sociale des jeunes femmes « réparées » et ayant été atteintes de la fistule (notamment dans la région Sofia et le Grand Sud, mais aussi le Grand Tanà), qui vise notamment la réalisation du plein potentiel des jeunes filles, véritables actrices et forces motrices de développement socio-économique. M.Constant-Serge Bounda, de souligner : « L’éducation (des jeunes filles) est le socle de la réalisation de leur plein potentiel. C’est la raison pour laquelle nous désirons renforcer notre collaboration avec le MENEFP. La réalisation de ce plein potentiel, passe aussi pour nous, par l’atteinte des 3 zéros : zéro grossesse précoce, zéro violence basée sur le genre, zéro décès maternel et néo-natal. » L’éducation est en effet primordiale dans l’atteinte de ces 3 zéros, car pour qu’il n’y ait pas de grossesse précoce et zéro décès maternel, une éducation à la planification familiale et à la santé maternelle est nécessaire. Pour que le « zéro violences basées sur le genre » devienne réalité, il faut que les femmes et jeunes filles connaissent leurs droits et sachent comment les faire valoir. Cette collaboration entre l’UNFPA et le MENFP commence sous de bons augures, notamment parce que, selon M.Bounda, lui et la nouvelle ministre Marie- Thérèse Volahaingo ont déjà eu l’occasion de collaborer lorsque celle-ci était encore députée, et qu’elle a effectivement œuvré pour la lutte contre les Violences basées sur le Genre, et pour l’épanouissement des filles et des femmes.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Indemnisation et relocalisation : Après l’audit sur l’octroi des permis de construire

Le processus d’accueil et d’hébergement des foyers concernés par l’ordre d’évacuation à Ambaninampamarinana peine à trouver sa meilleure voie d’exécution. Ce, dans la mesure où les foyers concernés ne sont pas satisfaits des propositions et des solutions avancées par les responsables, bien qu’il s’agisse d’une situation d’urgence. Si pour l’instant, le problème d’hébergement de ces familles au nombre de 339 actuellement, est la priorité du moment, les prochaines étapes préoccupent également les familles et victimes concernées, issues de Tsimialonjafy et des environs. En effet, le devenir de leurs maisons, qu’elles ont dû quitter sans perspective de retour pour l’instant, inquiète ces familles : doivent-ils abandonner leurs biens sans aucune indemnisation venant de l’Etat ? Et dans le cas contraire, comment se déroulera le processus destiné à compenser ces pertes ? Autant de questions que se sont posées ces familles depuis les accidents survenus en contrebas d’Ampamarinana, et l’ordre d’évacuation émis par les autorités.

Illicites. La question a été abordée avant-hier lors du conseil des ministres à l’issue duquel, il a été appris la possibilité d’indemnisation des familles concernées, suivant un plan d’indemnisation et d’aide à la relocalisation. Toutefois, un travail d’audit sera préalablement mené « sur l’octroi des permis de construction et d’habitation dans ces zones, normalement inconstructibles et inhabitables », souligne le communiqué émis à l’issue du conseil des ministres. Ainsi, la mise en œuvre du plan d’indemnisation en question ne sera effective qu’à l’issue de cet audit et la prise de connaissance, par les autorités, de ses résultats et conclusions. Fort probablement, les constructions illicites ne seront pas éligibles pour la procédure d’indemnisation. De même, les maisons bâties sur la base d’un permis de construire obtenu frauduleusement, ou dont l’octroi n’a pas suivi les réglementations en vigueur, concernant notamment la classification du terrain et de la zone, ne feront probablement pas l’objet d’une indemnisation.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanana : Sefo Zap, niaraka tamin’ny olona telo lasan’ny dahalo an-keriny

Io indray. Taorian’ilay mpitsabo mpanampy dia mpiasam-panjakana iray hafa indray no lasan’ny dahalo an-keriny tany amin’iny distrika Tsaratanana iny ny alin’ny alakamisy hifoha zoma lasa teo. Ankoatra ity sefo Zap ity mantsy dia olona telo hafa lasan’izy ireo ihany koa. Raha ny angom-baovao azo dia taorian’ny fanafihana mitam-piadiana nahery vaika niseho teo an-tanana ity fakàna an-keriny ity. Voalaza mantsy fa tranombarotra telo no indray nasesin’ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io. Manodidina ny roapolo lahy any ho any ireo malaso tamin’io fotoana io ary samy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika avokoa. Manoloana izany moa dia mihorohoro ny olona ary tsy misy sahy mivoaka, hany ka manao izay danin’ny kibony ireo malaso. Vola aman’hetsiny no azon’ireo niaraka tamin’ny firavaka sarobidy isan-karazany. Tsy nionona loatra tamin’ireo anefa ireo olon-dratsy fa mbola nitondra olona nataon’izy ireo takalon’aina ihany  tamin’ny fitsoahan’izy ireo. Nisy vehivavy tamin’izy ireo, nisy renim-pianakaviana, ary nisy olom-panjakana.  Hatramin’ny omaly hariva, raha ny angom-baovao azo, dia tsy mbola nisy fitakiana vola nataon’ireo mpaka an-keriny. Efa manao izay ho afany moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana nandray ny andraikiny avy hatrany taorian’ity fanafihan-dahalo miharo fakàna an-keriny ity. Fantatra ihany koa fa efa nisy ny fanarahan-dia natao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – CCC zone 7 : Une demi-finale Bi’As-Olympic Oranges

La 25e édition de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions aborde la phase des demi-finales chez les dames. Les finales seront jouées demain au Palais des Sports de Mahamasina. Les deux tickets pour la Coupe d’Afrique des Clubs seront à la clé.  Pour les demi-finales chez les dames, la formation du Bi’AS sera opposé à l’Olympic Morange de Rodrigues à 15 heures à Mahamasina. Rose de Lima et consorts devront battre les Rodriguaises pour espérer une place en finale. Les vice-championnes de la Grande Ile seront en quête de leur premier titre régional. L’autre demi-finale verra la confrontation entre Quatre Bornes de Maurice à Anse Royale des Seychelles. Deux équipes où évoluent deux joueuses malgaches. Ange avec Quatre Bornes et Melissa Rembony avec Anse Royale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Football- CAN 2019 : La préparation des Barea montrée du doigt !

A moins de cinq mois de la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte, on n’entend plus parler des Barea comme si la lourde défaite contre le Soudan, a anéanti tout espoir. Cela aurait pu être le levier pour tenter de redresser la barre mais apparemment c’est le cadet des soucis du Comité de Normalisation qui a sans doute d’autres chats à fouetter.

Aucune communication sur la préparation des Barea à la CAN 2019 ou tout au moins à ce dernier match contre le Sénégal pourtant crucial pour espérer figurer dans un bon lot lors du tirage au sort.

Affaires courantes. C’est le black out total du côté d’Isoraka comme si finalement, ce comité était venu pour refaire les élections et rien d’autres. La préparation des Barea fait pourtant des affaires courantes qu’il doit assumer.

Aux dernières nouvelles, l’entraîneur Nicolas Dupuis s’est engagé avec le club du FC Fleury 91 et qu’il ne sera pas disponible qu’à la fin des championnats français. La ligue 1 avec Thomas Fontaine au stade de Reims ne sera disponible qu’après le 25 mai.  Ce sera aussi le cas de Ludovic Ajorque de Strasbourg, du moins si on cède à la pression qui milite à ce qu’on appelle cet attaquant de 1m98 au talent exceptionnel.

Meilleure préparation. Pour l’instant, Fontaine et Ajorque ne pourront  être libérés par leurs clubs que le 25 mai. C’est-à-dire bien au-delà de la date du COSAFA Cup au Zimbabwe  qui aura lieu du 19 mai au 1er juin.

Quant aux joueurs de Ligue 2 tels Faneva Ima et Bolida, ils disputent leur dernier match le 17 mai. Reste à savoir s’ils peuvent rallier Harare à temps car on ne peut rêver meilleure préparation de la CAN 2019 que ce Cosafa Cup 2019.

En un mot, le Comité d’Organisation doit s’organiser pour préparer au mieux l’équipe nationale car cela rentre dans ses attributions et qu’il ferait mieux de tenir au plus vite les élections, sa mission principale, au risque de tout perdre. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Sécurisation d’Ambaninampamarinana : 60 éléments des forces de l’ordre dépêchés sur les lieux

Les populations des  fokontany situés en contrebas des collines d’Ampamarinana, Ambohipotsy et Manjakamiadana ont été évacuées.

La sécurité des biens a été le point noté par les populations des fokontany d’Ambaninampamarinana lors des diverses tentatives d’évacuation menées par l’OMC (Organisme Mixte de Conception) élargi. Les habitants des fokontany qualifiés de zone rouge ont en effet, éprouvé leur crainte. Un sentiment qui a amené bons nombres d’entre eux à la réticence face aux mesures prises par les responsables pour assurer leur sécurité. L’imminence de l’Urgence a toutefois amené la prise de mesure stricte et immédiate. Face aux craintes, l’Etat, à travers l’Emmo a dépêché 60 éléments pour sécuriser les lieux. Comme l’a fait savoir le Préfet d’Antananarivo, joint au téléphone hier, le gal Angelo Ravelonarivo “ 60 éléments de l’Emmo sont actuellement sur place pour assurer la sécurité des biens des familles déplacées”. Le gal Angelo Ravelonarivo de renchérir “chaque organe a dépêché 20 éléments dans cette initiative de sécurisation des lieux”.

Voaara. L’entretien téléphonique avec le Préfet de Police d’Antananarivo a également permis de savoir que “huit familles ont été déplacées hier au village Voaara d’Andohatapenaka”. Des familles qui ont accepté les dispositions prises dans l’urgence. Des familles qui ont également respecté les consignes et dispositions prises par l’OMC élargi afin d’assurer leur sécurité. Les décisions prises, difficiles, soient-elles, n’ont toutefois eu qu’un seul et même objectif. Ce qui est de faire en sorte de garantir la sécurité des personnes et de leurs biens. Le Préfet de Police d’Antananarivo de renchérir que les “ familles qui n’ont pas accepté d’évacuer l’INFP Mahamasina y restent et les prises en charge continuent.” Interrogé sur la durée d’occupation des lieux, le gal Angelo Ravelonarivo de noter “les familles qui n’ont pas accepté de quitter l’INFP, peuvent encore rester sur les lieux  jusqu’à ce que leur situation soit stabilisée”. La situation est encore difficile, des efforts ont été fournis pour aider les habitants des quartiers en contrebas des collines d’Ampamarinana, Manjakamiadana et Ambohipotsy. Entre urgence et refus, le danger est encore permanent si l’on se réfère à communication du conseil des Ministres du 7 février 2019. « Les experts ont conclu à l’existence d’un risque permanent et imminent relatif à la fragilité des rochers, notamment sur le flanc Ouest. Des zones d’impacts directs et indirects ont été identifiées, d’où l’urgence impérieuse d’évacuer ces zones qui concernent 339 foyers« , peut-on y lire.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Grand slam de Paris : 6 représentants malgaches en action

Royal Rakotoarivony veut faire ses preuves à Paris.

Forte participation malgache au Grand Slam de Paris. Ce week-end, six judokas monteront sur les tatamis de l’AccorHotels Arena avec pour objectif de marquer des points pour la course à la qualification olympique.

 La course pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 est lancée. Ce week-end du 9 et 10 février 2019, les meilleurs judokas malgaches se donneront rendez-vous à l’AccorHotels de Paris à l’occasion de la 45e édition Paris Grand Slam. Plus de 600 judokas de 98 nationalités différentes seront attendus dont six malgaches. Toute la délégation malgache est déjà à Paris sous la conduite de la présidente de la ligue d’Analamanga, Vola Elena Raoelison. Il s’agit des judokas John Andriamanoelina (-60 kg), Kevin Andriamanoelina (66 kg), Janeiro Chang Ling (66kg) et Royal Rakotoarivony (81 kg) et des judokates Tatiana Andrianaivoravelona (-48 kg) et Brenda Andriantiana (-57 kg). Sur les six judokas, trois sont des expatriés et trois ont quitté le pays. Cette compétition est la première sortie internationale des judokas malgaches qui s’annonce très riche, entre autres les Championnats d’Afrique à Cape Town, Afrique du Sud, les Jeux des Iles de l’Océan Indien à l’Ile Maurice et les Jeux Africains au Maroc et les Championnats du monde au Japon. Ces judokas sont tous à la conquête de la qualification olympique. « Nous allons profiter de cette participation de nouer de relation avec les autres clubs et les partenaires étrangers » a expliqué, Vola Raoelison.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Polisim-pirenena teto Ambositra : Fambolen-kazo ny polisim-pirenena

Arakin’ny lamina napetrakin’ny ministera ny filaminam-bahoa, dia ny zoma faha 8 febroary lasa teo, ny polisim-pirenena no nanatanteraka ny fambolen-kazo manerana ny Nosy.

Ho an’ny « Brigade de la sécurité publique » eto Ambositra manokana, izay tarihin’ny lehibeny, ny « commissaire divisionnaire », Razafindravonona Joseph, dia tao amin’ny « domaine des écoles des frères écoles chrétienne »tao Analabe, no nanatanteraka ny  adidy masina, ka zanakazo kininina miisa 200 fototra no novolena tamin’izany.

Marihina, fa isan-taona, ny polisim-pirenena eto Ambositra, dia mandray anjara amin’ny fambolen-kazo ho fikajiana ny tontolo iainana izay adidy masina ho fiarovana ny tanindrazana iombonana.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Cybercriminalité Nanompa ny filoha : MD izy mivady

Tsy sangisangy fa tena miasa ny mpitandro filaminana izay misahana ny heloka amin’ny aterineto. Mpivady no nidoboka am-ponja eny Antanimora omaly vokatry ny fampiasana ny tambajotra amin’ny tsy tokony ho izy. Nanompa mivantana ny filoham-pirenena no tena anton’ny fitoriana azy ireo. Nitondra ny anarana RFL ny tompon’antoka tamin’ny fanalam-baràka sy fanompàna. Mihoatra ny fefy ny fahalalahany ny miteny ary nivadika ho heloka izany. Mbola betsaka ny tsy mino fa efa vita tsara ankehitriny ny fijirihin’ny mpitandro ny filaminana ireo kaonty izay manaratsy ary efa betsaka izay nidoboka am-ponja izay. Na izany aza aloha dia saika ireo izy manompa manam-pahefana na olom-boafidy hatrany hatreto no midoboka fa ireo olon-tsotra izay misy manala-baraka kosa dia tsy mba misy tohiny matetika.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Départ de Andry Rajoelina : Pas d’accompagnement officiel à Ivato

Le Président Andry Rajoelina est parti ce jour pour assister au 32e Sommet de l’Union africaine qui se tient les 10 et 11 février prochains à Addis-Abeba en Ethiopie. Par ailleurs, lors du conseil des ministres d’avant-hier, il a été adopté qu’il n’y aura désormais plus de rituels d’accompagnement ou d’accueil d’un chef d’Institution, quand celui part ou revient d’un voyage officiel à l’étranger. En effet, le déplacement du Premier ministre, de ministres ou de parlementaires à l’aéroport international d’Ivato constitue une perte de temps pouvant être alloué aux missions qui leur incombent au titre de leurs fonctions respectives.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Des kidnappings Karana en 2018 : Trois suspects dont un ancien élément des forces de l’ordre arrêtés

Tenant ferme à la recommandation dictée par le gouvernement actuel pour renforcer davantage la lutte contre le kidnapping qui ternit l’image de Madagascar depuis ces derniers temps, la police nationale vient de prouver que cette institution s’attelle toujours sur les enquêtes relatives à ce genre d’actes de banditisme. Jeudi 07 février, trois individus dont deux femmes impliqués dans des kidnappings commis en juillet 2018 et en novembre 2018 ont été arrêtés par la brigade criminelle de la police nationale à Anosy. Ses enquêteurs ont obtenu ce résultat après avoir été renseignés que le cerveau de ces actes résiderait à Andraisoro. Ce Jeudi-là, des policiers se sont alors rendus sur le lieu indiqué où ils sont tombés sur l’épouse et la sœur de l’homme qu’il cherchait. Puisque ce dernier n’y était pas, les hommes en treillis s’en sont pris sur les deux femmes qui n’ont pas tardé à admettre que le suspect avait effectivement participé à ces actes. Pourtant, la police n’a trouvé aucun objet suspect lors de la perquisition de leur maison. L’enquête a révélé que l’épouse du suspect a donné 43 billets des 50 euros à un homme. Puisque ce fait a suscité de soupçon, ce dernier qui est un membre des forces de l’ordre déjà révoqué avant de devenir chauffeur d’un avocat, a alors été appréhendé à Anosy, le 7 février. Durant son interrogatoire, il a avoué avoir reçu cet argent en devise qui était déjà converti en monnaie locale. La femme du présumé cerveau pourtant toujours en cavale ajoute que lui et son mari ont dépensé l’argent obtenu par ce dernier dans le kidnapping en juillet 2018, pour financer des vacances en province et l’achat d’une voiture de luxe. Celle-ci aurait été utilisée lors d’un kidnapping qu’ils ont commis en novembre 2018. La femme affirme également qu’avec l’argent acquis dans cette dernière opération, ils ont pu construire quelques maisons. D’après l’enquête, tous les kidnappings karana qui ont eu lieu pendant ces deux mois (juillet 2018 et novembres 2018) ont été perpétrés par une même équipe. Celle-ci a alors enlevé Mansoor Abdul Aziz, le propriétaire du magasin Singer ; Sabera Vasrm de la société Sodiama ; et Riaz Hassim, le patron de Makiplast. Jusqu’ici, 10 personnes impliquées dans ces affaires sont déjà arrêtées et croupissent en prison : 04 à Tsiafahy et 06 à Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Andraisoro : Hita omaly ny fatin’ilay zaza lasan’ny rano

Namono olona ny oram-be izay nitranga ny alakamisy teo. Raha mbola nisy tsirim-panantenana kely ny havan’ilay zazalahy izay vao avy nianatra ka nandeha nody ary lasan’ny rano tao anaty tatatra tetsy Andraisoro ny alin’ny alakamisy, feno hakiviana kosa ny marainan’ny omaly raha nahita ilay zaza izay efa tsy nisy aina intsony. Tany Ankadindramamy ary tao anaty bizo no nahitàna ilay zaza. Nifatopatotra tamin’ny fako sy ny loto isan-karazany ny vatany izay nifandrimbonan’ny olona ny fanalàna azy tao amin’ilay bizo. Nitantara ny tena zava-nitranga ny fianakaviana : « nirava avy nianatra izy niaraka tamin’ny namany nody. Efa akaiky ho tonga ny trano dia niala ny kapany ka lasa nanenjika izany izy. Teo no nanomboka lasan’ny rano, nanomboka tamin’ny telo ora hariva teo izany ». Tsy nanafina ny alahelony tamin’ny mpamonjy voina koa ireo olona. « Tamin’ny enina ora hariva dia lasa ny ‘pompier’ rehefa nilaza fa tsy afaka miasa amin’ny alina. Nanatona mihitsy izahay ary nangata-panazavana momba izany satria mahatsapa fa misy mizana tsindrian’ila : nahoana ny teny Tsimialonjafy no miasa andro aman’alina ry zareo kanefa samy vonjy aina ihany no tanjona ? » hoy hatrany ny fianakavian’ny maty. Vokatr’izany rehetra izany dia ny fokonolona sy ny fianakaviana no nanohy ny fikarohana. Narahina avokoa ny lalan-drano ary tonga hatrany Ampanotokana. Tamin’ny iray ora maraina omaly no hita ny vatana mangatsiakan’ilay zazalahy. Raha tsy voafatotry ny fako teo Ankadindramamy izany dia efa narodan’ny rano tany marais Masay. Tsy voatery ho atoandro ny loza no miseho ary maniry arak’izany ny rehetra ny mba hanomezana fitaovana manara-penitra ny mpamonjy voina. Etsy andanin’izay, nisy lehilahy iray koa izay ahiana ho matin’ny ranobe tamin’ny alakamisy alina teo. Hita vao maraina tetsy amin’ny toerana antsoina hoe Tata-mena, etsy Ambohibao ny razana. Tsy nisy ratra raha ny fijerin’ny olona azy. Ho an’andrenivohitra izany dia lasa loza manambana ny orana ankehitriny. Tsy maharaka intsony ny lalan-drano izay sady tsetsin’ny loto no tsy nitombo an’isa mihitsy. Manginy fotsiny koa ny fanotorana tany etsy sy eroa. Fotoanan’ny fanarenana ifotony angamba izao mba tsy hahapotika tanteraka ity Iarivo ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Projets innovants de la Société civile et Coalitions d’acteurs : Appel à projet ouvert et clôturé le...

L’appel à projet pour accéder au fonds PISCCA (Projets innovants de la Société civile et Coalitions d’acteurs) est ouvert et se clôturera le 31 mars prochain.

PISCCA. A titre d’information, « ce fonds est un mécanisme de crédits déconcentrés mis à disposition du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, pour financer des micro-projets provenant de partenaires locaux (organisations de la société civile malgache : congrégations, associations de base, ONG, associations professionnelles, etc.) » note l’Ambassade de France à Madagascar, sur son site web officiel. Le montant maximal est fixé à 120 000 000 Ariary, soit environ 30 000 euros ; et il est à noter qu’il inclut une participation du porteur de projets à hauteur de fonds propres et/ou de valeurs. Par ailleurs en termes de localisation, il a été aussi noté que : seront privilégiés « les projets mis en œuvre dans les régions se trouvant hors zones d’intervention du Fonds commun seront privilégiés : Alaotra-Mangoro, Amoron’i Mania, Androy, Atsimo-Atsinanana, Atsinanana, Betsiboka, Boeny, Bongolava, Ihorombe, Itasy, Melaky, Menabe, Sava, Sofia, Vatovavy-Fitovinany. Les zones situées à proximité des grands centres urbains au sein de ces régions seront favorisées. »

Cibles. Sont particulièrement concernés par l’appel à projets, ceux qui font intervenir et collaborer des acteurs issus d’horizons divers : du privé, comme du public, des organisations de la société civile (OSC), mais aussi des Instituts de recherche et autres plateformes; etc. Seront priorisées comme particulièrement relevantes les projets axés : sur le renforcement du rôle de la société civile comme acteur de gouvernance, sur une ou des innovation(s) en matière de développement socio-économique inclusif ; sur les réponses et solutions d’adaptation ou d’atténuation des effets du changement climatique. Autre point essentiel à souligner, les projets ne seront pas éligibles, s’ils ne comportent pas une déclinaison précise en approche genre.  Il doit ainsi valoriser le rôle et renforcer l’importance social des groupes vulnérables, tels que les femmes, les enfants, ou encore les personnes en situation de handicap. Le projet est à réaliser sur 12 mois. De plus amples informations sont disponibles au près de la cellule PISCCA de l’Ambassade de France à Madagascar ; à vos projets !

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Telma : Des cadeaux pour la Saint Valentin

Les cadeaux Saint Valentin, c’est dans les Shops Telma

Les cadeaux coup de cœur pour la Saint Valentin sont chez Telma ! Découvrez en Telma Shop toutes les nouveautés sur les mobiles et les offres Telma pour vivre une extraordinaire passion !

La Saint-Valentin est toujours  une période faste pour les opérateurs téléphoniques. Raison pour laquelle,  ils profitent de l’occasion pour lancer des produits et services. Histoire de permettre aux amoureux de se faire de très beaux cadeaux .

Tradition. Telma ne faillira  pas à  la tradition, cette année en proposant à ses abonnés des services et produits appropriés.  « Pour l’occasion, l’opérateur N°1 propose son extraordinaire philtre d’amour remplis de nouveautés pour faire fondre le cœur de l’être aimé », lit-on notamment dans un communiqué de Telma. Ainsi, cette année, Telma propose son tout nouveau Fell+ le smartphone  « qui fera durer votre relation avec sa puissante batterie de 2 500 mAh, à seulement 109.000 Ar. Sinon, on peut également opter  pour  le Wi-Kif 4G,  considéré comme le  coup de cœur pour cette Saint-Valentin 2019 . A seulement 79.000 Ar, ce nouveau téléphone est doté de la connectivité 4G.  « Grâce à cela et à sa Big Battery de 2 500 mAh, bénéficiez encore plus de l’internet Très Haut Débit Mobile by Telma partout à Madagascar »

Bonus. Qui dit smartphone dit connexion Internet. Et les abonnés peuvent en profiter au maximum avec les offres Telma Net,  créditées de 50% de bonus en cas d’achat via M’Vola. « Que cela soit pour le Net One Day, Net One Night, Net One Week ou Net One Month, vous pourrez toujours gagner 50% de bonus datas pour le même prix ! Ce n’est pas tout, vous aurez également un bonus de 20% utilisable sur votre compte principal ! Pour acheter les offres Telma Net via MVola, il suffit juste de taper le #111*1# et de suivre les instructions. Achetez-les  également via l’application Telma et Moi Lite, à télécharger gratuitement sur Google Play ». Et pour couronner le tout Telma offre  aux amoureux la possibilité de gagner des cadeaux sur sa page facebook.  « Cette année, faîtes une déclaration originale en vous servant du digital et marquez votre histoire ! Dites-lui que vous le/la « kiffez » grave, à la folie, passionnément en vidéo et tentez de gagner un duo de Wi-Kif 4G by Telma ! Le principe est simple : enregistrez votre déclaration d’amour dans une vidéo de 5 secondes. Postez-la en mode « Public » sur votre compte Facebook avec les hashtags #JeTeKiffe et #TelmaMadagascar ! La personne qui aura obtenu le plus de « Like » sur sa déclaration gagnera un Wi-Kif 4G et sa paire pour l’élu(e) de son cœur !

Recueillis par R.Edmond.