Les actualités Malgaches du Mardi 09 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar1079 partages

Vakinankaratra – Les intempéries font quatre morts

La région du Vakinankaratra a payé un lourd tribut, suite aux précipitations emmenées par le cyclone Ava. On a enregistré, jusqu’à hier, quatre morts.

Le cyclone Ava a sévi dans la région Vakinan­karatra à cause de fortes pluies que le météore a engendrées. Quatre morts, un enfant porté disparu, et 658 personnes déplacées, tel a été le bilan humain, enregistré hier. Par ailleurs, une dizaine d’habitations se sont écroulées ou ont été ensevelies sous  la boue.À Ampitatafika Antanifotsy, une famille a pris la route en charrette, hier, bien que la circulation ait été interdite sur une portion de la RN7. Le niveau des eaux avait atteint 70 cm par rapport à celui de la chaussée et un très fort courant se révélait. Si bien que tout l’équipage a été emporté par les eaux. La mère de famille, âgée de 50 ans, et sa fille, âgée de 25 ans, ont été repêchées et évacuées d’urgence à l’hôpital d’Antanifotsy. Malheureuse­ment, elles n’ont pas survécu. Si le père de famille qui avait voulu coûte que coûte entreprendre le voyage est sorti indemne, son garçon de 13 ans est porté disparu.À Ampatana Antsirabe, un mur de soutènement« protégé » par de vieux pneus s’est écroulé, dans la nuit du samedi, sur une cabane où habitaient  un homme de 30 ans et sa femme âgée d’à peine de 24 ans et enceinte de leur premier enfant.

DrameLe couple est mort enseveli sous un tas de boue et de gravats. Les voisins ont constaté le drame seulement au petit matin du dimanche. Ils n’ont retrouvé et dégagé que deux corps sans vie.Suite à des inondations dans divers quartiers à Ambohibary Sambaina, 658 personnes ont été déplacées et sont hébergées dans huit salles de classe à l’EPP locale.Outre les pertes humaines, des dégâts matériels ont été constatés durant les trois jours de forte pluie. Cinq maisons dont deux à Bemasoandro Ambalakisoa, une à Ampatana, une à Saharoloha et une autre à Tsivatrinikamo, se sont écroulées à Antsirabe ville. Une dizaine d’établissements scolaires ont été également plus ou moins gravement endommagés. Au lycée André Resampa, six salles dédiées aux classes Terminales sont complètement ravagées, ce qui rend incertain le retour en cours plus tôt de trois cents lycéens préparant le bac.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar166 partages

Évasion d’un sniper – Mandat d’arrêt international contre Houcine Arfa

Dans un communiqué de presse, le ministère de la Justice indique qu’un mandat d’arrêt international est lancé contre Houcine Arfa. Il demande aux autorités françaises l’application de l’accord de coopération de 1973.

«La procédure est déjà lancée ». Telle est l’explication du juge Andry Rabarisoa, directeur de cabinet de la ministre de la Justice, lors d’un entretien téléphonique hier. Dans un communiqué de presse, le département ministériel de Faravohitra a indiqué qu’un mandat d’arrêt international a été lancé à l’encontre d’Houcine Arfa.Une démarche qui, d’après le juge Rabarisoa, permet à l’État malgache de demander à la France, où s’est enfui le fugitif, d’appliquer les termes de l’annexe III concernant les affaires judiciaires, de l’accord de coopération signé le 4 juin 1973. Cette annexe qui parle « d’extradition simplifiée » des personnes poursuivies ou condamnées souligne toutefois que « les deux États n’extradent pas leurs nationaux respectifs ».Le texte prévoit, néanmoins, que « si la personne dont l’extradition est demandée est un national de l’État requis, cet État, à la demande de l’État requérant soumet l’affaire à ses autorités compétentes, afin que des poursuites judiciaires soient exercées, s’il y a lieu, à l’encontre de cette personne. L’État requérant sera tenu informé de la suite qui aura été donnée à la demande ». Selon le directeur de cabinet de la Garde des sceaux, le mandat d’arrêt international doit conduire à l’arrestation de l’évadé.« Les éléments permettant son arrestation sont réunis », indique le directeur de cabinet de la Garde des sceaux. De ce fait, par le biais du ministère de la Justice, l’État malgache demanderait que la Justice française poursuive Houcine Arfa pour son évasion et « qu’il purge le reste de sa condamnation en France », l’extradition ne pouvant pas se faire. Les éléments d’enquête nécessaires à la poursuite auraient déjà été envoyés aux autorités judiciaires françaises.Arrêté le 20 juin et condamné à trois ans de prison ferme à la maison de force de Tsiafahy pour « détention d’arme et de munitions, association de malfaiteurs, usurpation de fonction et tentatives de kidnapping », le fugitif s’est évadé le 28 décembre.

Infraction politiqueProfitant d’un transfert de nuit pour des soins hospitaliers, cet ancien officier de l’armée française qui, dans la presse française se présente comme un « conseiller en sécurité » du Président de la Répu­blique, s’est fait la malle.Une fuite durant laquelle il a rejoint Mayotte à bord d’une petite embarcation, pour prendre un vol pour la France, comme il l’a raconté à Radio France internationale, notamment.Dans la presse française, il dénonce pourtant, « un emprisonnement arbitraire et politique », car il disposerait « d’informations compromettantes concernant plusieurs conseillers du chef de l’État ». Selon RFI, Houcine Arfa affirme que « ces conseillers sont impliqués dans divers trafics, notamment, de bois de rose et de vanille ».L’annexe III de l’accord de coopération prévoit, par ailleurs, que « l’extradition peut être refusée si l’infraction pour laquelle elle est demandée est considérée par l’État requis comme une infraction politique ou comme une infraction connexe à une telle infraction ». Les circonstances de l’évasion de l’ancien militaire amènent à penser que le sujet pourrait dépasser le cadre judiciaire. Le fait qu’il ait pu embarquer dans un avion pour la France et y atterrir sans crainte intrigue, alors qu’étant condamné, son passeport devait lui être confisqué.L’ambassade de France, du reste, n’a pipé mot sur l’affaire. Dans un entretien téléphonique sur RFI toujours, Houcine Arfa indique que sa fuite a été possible grâce « aux relations et la confiance » qu’il a tissées avec « des généraux, la direction pénitentiaire, des anciens ministres, des militaires ».Le communiqué du ministère de la Justice rappelle que trois membres du personnel pénitentiaire accusés d’implication dans l’évasion sont en détention préventive à Tsiafahy, depuis le 4 janvier. Au niveau national, « l’enquête suit son cours normal et peut révéler d’autres complicités », ajoute la missive. Ce qui ne serait que logique, étant donné les révélations faites par Houcine Arfa. La réponse des autorités judiciaires françaises est aussi attendue.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara132 partages

Chine-Afrique : Une ligne ferroviaire de 756 kms entre Ethiopie et Djibouti sur financement chinois

La Chine continue de doter les pays africains d’importantes infrastructures pour le développement.  C’est le cas notamment de la ligne ferroviaire électrifiée à écartement standard de 756 km, construite par la Chine pour relier Djibouti à l’Ethiopie.

Selon l’agence Ecofin, le chemin de fer comprend deux  tronçons. « Le premier tronçon, long de 320 km, est réalisé par la China Rail Engineering Corporation (CREC). Cette première partie connecte Sebeta, une ville du centre de l’Ethiopie qui fait partie de la banlieue d’Addis- Abeba à  Mieso, une autre ville au centre-est. Le second tronçon construit par la China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC), part de Mieso pour le port de Djibouti qui assure 95% des échanges commerciaux éthiopiens avec le reste du monde ».« Il s’agit de la plus longue et de la première ligne ferroviaire électrifiée transfrontalière du continent africain.», s’est réjoui Tan Jian, ambassadeur de Chine en Ethiopie, s’exprimant durant la cérémonie inaugurale, à Addis-Abeba.

Initiative Ceinture et Route

La réalisation de cette infrastructure qui marque un nouveau tournant de la coopération Chine-Afrique, s’inscrit en droite ligne de l’initiative chinoise de la Ceinture et de la Route (« One Belt, One Road »), lancée en 2013, qui vise l’amélioration de la connectivité ferroviaire, le renforcement et l’aménagement des routes commerciales à l’échelle mondiale. La mise en service de cette voie ferrée devrait stimuler, non seulement les échanges commerciaux entre les deux pays, mais plus encore,  le commerce de l’Ethiopie, un pays enclavé dont l’économie est fortement tributaire des exportations de matières premières. « La Chine considère cet accomplissement comme l’un des premiers résultats obtenus par l’initiative de la Ceinture et de la Route. Beaucoup estiment également qu’il s’agit d’un projet crucial pour les deux pays, pour l’Ethiopie comme pour Djibouti. Nous voyons, en outre, cette ligne ferroviaire comme une ligne placée sous le signe du développement, de la coopération et de l’amitié », a souligné le diplomate. Partiellement financée par l’Exim Bank de Chine sous forme de prêts,  la ligne ferroviaire Addis-Abeba-Djibouti a coûté globalement 4 milliards $.

Projets structurants

A noter qu’à Madagascar, la Chine a déjà financé un certain nombre d’infrastructures. Pour ne citer entre autres que la RN 2 reliant Antananarivo et Toamasina, le Palais des Sports, le Centre de Conférence Internationale d’Ivato  et l’hôtel 5 étoiles et plus récemment la rocade d’Andohatapenaka.  Les aides publiques au développement octroyées par la Chine à Madagascar totalisent actuellement 3 milliards de dollars (depuis 1972). Par ailleurs, la banque chinoise Exim Bank, finance des projets privés  par le biais de partenariats entre entreprises malgaches et des grandes firmes chinoises. Il s’agit de prêts à taux consensuels destinés à des projets structurants. Mais le plus grand projet sino-malagasy est probablement celui de la construction de l’autoroute reliant Antananarivo et Toamasina.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara121 partages

Débordement de la Sisaony : 4 fokontany sous les eaux, 2600 sinistrés et 446 Ha de rizières innondés

La rivière Sisaony est sortie de son lit pour ravager les quartiers la bordant.

La rupture de la digue du côté de Soavina-Atsimondrano a provoqué le déluge dans cette partie de la capitale.

C’est la panique du côté d’Atsimondrano. Notamment, dans les quartiers qui bordent la rivière Sisaony. En effet, cette dernière est sortie de son lit causant d’énormes pertes matérielles pour les habitants de cette partie de la capitale. Les informations reçues à l’heure où nous rédigeons, font état d’un lourd bilan pour lesdits habitants. Environ 446 Ha de terres agricoles et 401 cases – dont 13 complètement détruites – ont été inondées. Les mêmes informations d’indiquer que quatre (4) fokontany sont plus concernés par la rupture de la digue. Pour le quartier d’Analapanga par exemple, 82 foyers comprenant 168 personnes sont actuellement sinistrés. Le fokontany de Soavina est également touché par cette sortie de lit de la Sisaony. Joint au téléphone et interrogé sur le nombre total de sinistrés, Rigobert Rakotoarisoa, maire de Soavina-Atsimondrano de faire savoir que le nombre de sinistrés est estimé à 2600 personnes. Lui d’ajouter que lesdites personnes ont actuellement été évacuées dans les CEG de la commune et des fokontany environnantes.

Alertes. Par ailleurs, un bulletin émanant de l’autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA) en date du lundi 8 janvier à 12h, lance la vigilance rouge (danger imminent) pour les communes traversées par la rivière Sisaony, Ikopa, Imamba. A cet effet, Masindray, Ambohimanambola, Alasora, Ankaraobato, Tanjombato, Soavina, Anosizato Andrefana, Bemasoandro, Ankadimanga, Ambohitrimanjaka, Ampangabe, Antananarivo, Iarinarivo sont concernées par l’alerte pour les zones bordant ou traversées par la rivière Ikopa. L’avis de danger est partagé par Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka, Fiadanana, Ampangabe pour la Val de la rivière Sisaony. Enfin, les habitants de Sabotsy Namehana, Ankadikely Ilafy, Ambohibao Antehiroka, Talatamaty, Iarinarivo doivent être vigilants pour la Val de Imamba. Quoi qu’il en soit, la montée du niveau des eaux est telle qu’en sortant de son lit, Sisaony a provoqué le cauchemar de la population.

José Belalahy

Midi Madagasikara120 partages

Ils font le buzz

La rupture de Big Mj et Arnaah annoncé « en grande pompe »

Pas plus tard que la semaine dernière, Big Mj et Arnaah ont annoncé leur séparation. La nouvelle s’est répandue comme la poudre. Sur les réseaux sociaux, tout le monde y va de son commentaire. Info ou intox, les suppositions fusent de toute part. Si bon nombre de personnes ont soupçonné un coup de pub, la nouvelle a été vite confirmée par Arnaah sur sa page officielle. Si l’idylle entre les deux  chanteurs a duré six ans, et des fiançailles en grande pompe, cette rupture n’a pas raison sur leur collaboration selon les dires de Big Mj. Reste à voir s’ils tiennent parole sur la faisabilité de la chose étant donné que Big Mj s’affiche déjà être en couple sur son compte Facebook. Qui vivra verra.

La mort de Marc Tatandraza devient virale

« Nul n’est prophète en son pays », Marc Tatandraza en a fait l’expérience. En octobre, il a annoncé sa mort prochaine. Devenu la risée de tout le monde, ce « prophète » a toujours martelé la véridicité de ses « prophéties ». C’est le 19 décembre alors qu’une vidéo a été diffusée sur la toile. Une vidéo dans laquelle il est allongé sur son lit de mort.  Mise en scène digne d’un film, annoncent certains ; « man-show » selon d’autres, personne ne semble croire à toute l’histoire. Dans tous les cas, le public est catégorique, ceci est une mascarade. Une disparition qui laisse tout le monde indifférent  à peine quelques jours plus tard.

Midi Madagasikara102 partages

Effondrement d’une maison : 8 personnes mortes ensevelies au cours d’une veillée funèbre

L’année 2018 s’annonce de mauvaise  augure pour cette famille, voire pour les habitants de la ville de Fianarantsoa. Huit personnes ont trouvé la mort dans  l’effondrement d’une maison dans le Fokontany d’Ivory-Avaratra, dans la commune urbaine de Fianarantsoa. L’accident s’est produit la nuit du dimanche 7 janvier au moment où une veillée funèbre se déroulait dans cette maison. Le talus derrière cette dernière s’est soudainement écroulé. L’éboulement s’est rabattu sur cette construction en brique et à étage. Prises au piège, les personnes qui se trouvaient à l’intérieur ont été ensevelies par les gravats. Alertés du drame, des sapeurs-pompiers de la commune urbaine de Fianarantsoa appuyés par les fokonolona  se sont dépêchés sur place pour l’opération de secours qui a duré jusqu’au matin. Ainsi, les huit corps sans vie des victimes ont été dégagés des décombres. 5 adultes et 3 enfants dont un bébé de 11 mois sont décédés.

Selon les informations, cet accident a fait suite aux fortes précipitations provoquées par le passage du cyclone Ava dans la localité. Catastrophe naturelle qui a causé de lourds dégâts dans la partie Sud et Est de l’île. La montée des eaux ont coupé des routes. Selon les informations, le Chef de Région Haute-Matsiatra et le Préfet de Fianarantsoa n’ont pas pu rejoindre le lieu du drame parce qu’ils ont été bloqués  par la coupure de la RN7, hier.  Malgré tout, ces deux autorités ont déjà pris leurs responsabilités depuis la nuit du dimanche à travers l’envoi des sapeurs-pompiers à la rescousse du fokonolona pour l’opération de sauvetage. Du côté du pouvoir central, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie Monique Rasoazananera qui se trouve depuis hier dans la capitale du Betsileo, a pris en charge les funérailles des victimes au nom du Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Pour ce faire, la ministre a octroyé neuf tissus et des flacons de Formole. Neuf tissus parce que suite à cet accident, la famille éplorée doit faire face à 9 décès. L’Etat se charge également de la maison pour accueillir la cérémonie funèbre.  Il s’agit des aides d’urgence mais l’Etat doit faire plus dans le futur proche, a souligné la ministre.

T.M .

News Mada90 partages

Plaine de tana : la moisson bat son plein

Craignant de voir leur récolte réduite à néant à cause de la montée des eaux, l’heure de la moisson dit «vary aloha» ou riz de la première saison a sonné bien avant l’heure pour certains riziculteurs de la plaine d’Antananarivo.

«Le résultat d’une bonne irrigation et d’une température assez élevée», a témoigné hier un riziculteur de la plaine de Fenoarivo. D’après ses dires, «La récolte a été bonne avec un rendement d’une charrette pour la rizière d’une Ketsambavy», environ dans les 8 ares. Ce qui donne à peu près trois à quatre tonnes l’hectare.

Toutefois, tout le monde n’a pas pu avoir cette chance, à cause de la baisse du niveau de la rivière d’irrigation, à l’instar de l’Ikopa ou de la Sisaony. A cela s’ajoute l’insuffisance de pluie après les repiquages. Sur ce point, on peut remarquer effectivement que d’autres riziculteurs sont au stade du labour ou du repiquage du «Vakiambiaty», ou le riz de deuxième saison.

«Avec le temps qu’il fait actuellement, on peut dire qu’il n’y a plus de saison pour la culture du riz, car cela dépend uniquement de la venue et de la durée de la pluie», a affirmé un riziculteur.

La main-d’œuvre agricole en hausse

A cause de la faiblesse de l’offre par rapport à la demande, du fait de cette ruée, la main-d’œuvre agricole, ou «Sarak’antsaha», est partie brusquement à la hausse en allant de 6 à 8 000 ariary la journée, contre 5 000 ariary en temps normal.

De plus, dans certaine partie des rizières, l’eau arrive au niveau de la hanche. Ce qui exige des efforts supplémentaires pour le moissonneur, en effectuant parfois des plongées en apnée pour couper les gerbes. Une situation qui va encore donner le tournis aux riziculteurs, par rapport au prix de revient de leur investissement. En effet, il faut également prendre en compte le coût du transport des gerbes jusqu’au grenier ainsi que celui de la décortication du riz.

Sera R.

Midi Madagasikara84 partages

Air Madagascar : Un Boeing 737 d’Air Austral en renfort à partir de ce jour

 

Les dirigeants d’Air Madagascar ont adressé leurs excuses aux passagers en souffrance à causes des reports de vols.

Plus de 800 passagers ont été victimes des perturbations des vols Air Madagascar, depuis le 31 décembre dernier. Des vols supplémentaires sont déjà programmés pour rattraper les retards d’acheminement, selon Besoa Razafimaharo DG de la compagnie.

 

L’année 2018 a très mal commencé pour la compagnie nationale Air Madagascar, alors que son plan de redressement commence à être mis en œuvre. Après la panne technique du Boeing 737-800 à Maurice, le 30 décembre 2017, une autre panne est survenue à Mayotte, le 1er janvier. Ces problèmes ont été suivis par le passage du cyclone Ava, causant ainsi une importante accumulation des retards de vols. « La panne technique à Maurice a été causée par une vitre latérale endommagée. L’avion a été immobilisé le 31 décembre et on n’a pu régler le problème que le lendemain matin. Des vols supplémentaires ont immédiatement été lancés. Mais une autre panne est survenue à Mayotte, à cause d’une fuite de carburant. Il y a eu une complication, car on n’a pu trouver la pièce de rechange nécessaire qu’en Europe le 3 janvier. Cette pièce n’a été acheminée à destination que le samedi 6 janvier.  C’est pour cela qu’il y avait de nombreux passagers bloqués dans les escales », a expliqué le DG d’Air Madagascar, Rolland Besoa Razafimaharo, lors d’une conférence de presse organisée hier, au siège de la compagnie à Analakely.

NOTAM. La galère ne se limite pas à ces faits. Suite à une concertation entre l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) et l’ADEMA (Aéroports de Madagascar), un NOTAM a été émis le 5 janvier, ordonnant la fermeture des aéroports de Toamasina, Sainte-Marie et Maroantsetra, pour une durée de 48 heures. « Cette décision a été prise à cause du cyclone. Air Madagascar a alors programmé ses vols ailleurs, afin d’apurer les retards. Le 6 janvier, l’évolution de la situation cyclonique a permis de lever le NOTAM. Mais la compagnie nationale a fait le choix de maintenir le nouveau  programme établi, afin de limiter les perturbations et d’optimiser les conditions de sécurité de vol », ont expliqué les dirigeants de la compagnie malgache.

Coûts. Comme on peut l’imaginer, les impacts financiers de cette série de reports de vols sont énormes. D’après la Direction générale de la compagnie, 300 à 400 passagers ont été pris en charge chaque jour de retard de vol, durant la semaine dernière. Ces prises en charge comprennent l’hébergement et l’indemnisation.  « Conformément à sa politique et à celle du droit aérien international, Air Madagascar a assuré la prise en charge sur place des passagers en souffrance à cause des pannes techniques. En ce qui concerne les retards des vols engendrés par le passage du cyclone, cela ne relève pas de la responsabilité de la compagnie », a précisé la Direction d’Air Madagascar. Par ailleurs, nombreux sont les questions qui se posent, quant à la contribution d’Air Austral, dans la résolution de ce genre de problème. Le DG d’Air Madagascar, ainsi que ses directeurs généraux adjoints ont répondu qu’il est difficile de trouver d’avions disponibles, en cette période de haute saison. En outre, ils ont soutenu le délai d’acheminement des pièces détachées pour la résolution de la panne technique à Mayotte étant considérablement réduite, grâce au soutien de la compagnie réunionnaise.

Vols supplémentaires. Cependant, Air Austral met à la disposition d’Air Madagascar un Boeing 737 supplémentaire, à partir de ce jour, afin de finir de désengorger la situation. A part cet avion en renfort, la compagnie nationale malgache programme déjà 4 à 5 vols supplémentaires par jour, grâce à ses ATR. Selon le DG Besoa Razafimaharo, 3 avions ATR sont opérationnels, outre le Boeing 737-800 et l’Airbus A340. Ce jour, des vols additionnels sont programmés pour acheminer les passagers bloqués à Diego et à Maroantsetra. Les retards d’acheminement devraient être réglés dans les plus brefs délais, d’après la compagnie.

 

Antsa R.

Tia Tanindranaza73 partages

“Gouvernement de combat”Minisitra 3 ampiadiana amin-dRavalomanana

Ankoatra an’i Rivo Rakotovao filohan’ny antenimierandoholona, dia minisitra miisa 3 ao anatin’ny governemanta no mihetraketraka mafy sy mamaky ady amin’i Marc Ravalomanana dia ny minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana Harry Laurent Rahajason, ny minisitry ny indostria Tazafy Armand, ny minisitry ny jono sy ny harena an-dranomasina Gilbert François.

 

Midi Madagasikara68 partages

Sambava : Naolan’ny vinantolahiny sady noratrainy ho faty ny rafozam-baviny

Trangam-piarahamonina tsy dia fahita na fandre firy sy matetika no niseho tany amin’ny Distrikan’i Sambava, ny tolakandron’ny 4 janoaray lasa teo, tao amin’ny Kaominina ambanivohitra Maroambihy. Naolan’ity vinantolahiny 41 taona ny rafozam-baviny izay 58 taona. Mbola niharan’ny herisetra ihany koa ity farany ka torana tsy nahatsiaro tena samirery. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, dia tsy teo an-toerana rangahy vadin’ity ramatoa niharan’ny filan-dratsy ity tamin’ io fotoana io fa niambina voly lavanila tany an-tsaha. Olona sendra nandalo ny marain’ny zoma teo tokony ho tamin’ny 09 ora no naheno feo malefaka miantso vonjy avy amin’ny trano iray, ka rehefa nojerena dia ramatoa be no tao efa reraka sady nihosin-drà. Taorian’izay dia nitantara ny nanjo azy izy. Tonga nirodorodo marobe ny fokonolona raha vao nandre, ka nizara roa ny olona. Ny ampahany roso nikaroka ilay vinantolahy mpanolana sady nampandre ny Zandary tao amin’ny “Poste Avancé” Andohan’Antsahabe. Ny andiany faharoa kosa nitondra an’ ilay ramatoa tao amin’ny hopitaly Ambohimanarina Lokoho, ka zaitra niisa 11 no natao taminy noho ny ratra mafy nahazo azy. Voasambotra ilay vinantolahy, ary saika matin’ny fitsaram-bahoaka raha tsy nalaky tonga ny mpitandro filaminana naka azy hatao famotorana.

 

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara49 partages

Prison : Des remises de peine en guise de « bonne année »

Le décret présidentiel ne met pas sur le même pied d’égalité les personnes condamnées de sexe masculin et celles de sexe féminin

Le président de la République ne l’a pas annoncé lors de la grand-messe d’Iavoloha du 5 janvier 2018 alors que le décret portant octroi de grâces générales à l’occasion de la nouvelle année 2018 a été pris la veille. Un cadeau de « bonne année » qui n’efface pas pour autant la condamnation du casier judiciaire des bénéficiaires.

« A l’occasion de la nouvelle année 2018, des remises gracieuses de peines sont accordées aux personnes condamnées à des peines privatives de liberté en cours d’exécution, à la date du présent décret, dans les conditions suivantes ». Telles sont les dispositions de l’article premier du décret présidentiel qui gracie 8 catégories de condamnés :

1° Remise partielle de 2 mois aux personnes condamnées à des peines correctionnelles inférieures ou égales à 1 an d’emprisonnement ;

2° Remise partielle de 3 mois aux personnes condamnées à des peines correctionnelles supérieures à 1 an d’emprisonnement et inférieures ou égales à 2 ans d’emprisonnement ;

3° Remise partielle de 4 mois aux personnes condamnées à des peines correctionnelles supérieures à 2 ans et inférieures ou égales à 3 ans d’emprisonnement ;

4° Remise partielle de 6 mois aux personnes condamnées à des peines correctionnelles supérieures à 3 ans et inférieures ou égales à 5 ans d’emprisonnement ;

5° Remise partielle de 12 mois aux personnes condamnées à des peines correctionnelles supérieures à 5 ans ;

6° Remise partielle de 12 mois aux personnes condamnées à des peines de travaux forcés à temps supérieures ou égales à 5 ans ;

7° Remise totale aux personnes condamnées à des peines correctionnelles ayant purgé au moins 15 ans de détention, âgées de 60 ans ou plus pour le sexe féminin et 65 ans ou plus pour le sexe masculin, à la date du présent décret ;

8 ° Remise totale aux personnes condamnées à des peines criminelles ayant déjà purgé au moins 15 ans de détention, âgées de 60 ans ou plus pour le sexe féminin et 65 ans ou plus pour le sexe masculin, à la date du présent décret.

Surpopulation carcérale. Même si on ne sait pas, pas encore, le nombre exact de condamnés qui vont bénéficier de ces remises partielles ou totales de peines correctionnelles ou criminelles, la mesure désengorgera un tant soit peu les prisons en proie à la surpopulation carcérale. Qui plus est, le nombre des détenus – prévenus et condamnés confondus – est en inadéquation avec l’effectif des gardes et surveillants pénitentiaires. Sans parler de la vétusté ou de l’état de délabrement des geôles du pays où l’on ne fait pas toujours le distinguo – y compris en termes de quartier – entre les prévenus qui sont en attente de jugement et les condamnés dont bon nombre vont recouvrer la liberté grâce (c’est le cas de le dire) à cette mesure de remises de peine. Et à condition que leur condamnation soit devenue définitive ou qu’ils aient renoncé à faire appel ou à se pourvoir en cassation.

Inégalité des genres. L’autre remarque qu’on peut faire est que par rapport à l’âge des bénéficiaires, le décret présidentiel ne met pas sur le même pied d’égalité les personnes condamnées de sexe masculin et celles de sexe féminin. A croire que l’homme peut endurer 5 ans de détention de plus qu’une femme. Une inégalité des genres pour ne pas dire de traitement consacrée par le décret du 4 janvier 2018 qui comprend en revanche des dispositions classiques en son article 2. Sont effectivement exclues du champ d’application de la grâce présidentielle, les personnes condamnées à des peines privatives de liberté pour des infractions dont la liste est limitativement énumérée. Des détournements de deniers publics au trafic de bois de rose ou de bois d’ébène ; en passant par les attentats aux mœurs, les meurtres et assassinats, l’évasion de détenus ou de prisonniers de guerre… Sans oublier les infractions relatives à la chasse, à la pêche et à la protection de la faune sauvage ; au code minier ; au commerce international de faune et flore sauvages ; aux attentats aux mœurs ; aux arrestations illégales et séquestrations, c’est-à-dire aux kidnappings. Un condamné pour blanchiment de capitaux ne peut pas être non plus …blanchi.

R. O      

Tia Tanindranaza48 partages

Kaominin’i MiandrivazoNofaizina noho ny hambo-po politikan’ny HVM ?

Vaky ny tohodranon’i Mahajilo, ka saika ny tanànan’i Miadrivazo manontolo no traboina amin’izao fotoana izao. Tsy manan-kaleha ny vahoaka satria hatramin’ny tranompokonolona no lasibatra. Vokatry ny tsy firaharahiana nataon’ny fanjakana foibe no mety antony iray lehibe satria ny volana ferbroary 2016 nitokanan’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina Birao Ifoton’ny Fananan-tany (BIF) sy Toeram-pandidiana (Bloc Opératoire),

 

Midi Madagasikara48 partages

Album : Rakoto signe « Mamasoa »

Rakoto vient de signer « Mamasoa »

Non, les créations de Rakoto ne se limitent pas à « Zandry kely » et « Indray andro ». Le chanteur prouve qu’il a plus d’une composition en stock à travers le nouvel album qu’il vient de signer récemment.

Ceux qui ont aimé son blues ne seront pas déçus ! Dans son nouvel album, Rakoto continue de mettre en avant son rythme de prédilection, celui avec lequel il s’est distingué autrefois. Musicien mais également et surtout parolier, narrateur et poète, le chanteur, à travers ses textes raconte des histoires et relate le quotidien de ses compatriotes. Si pour certains, après quelques années à avoir vécu à des kilomètres de la Grande Ile, l’adage loin des yeux, loin du cœur prend tout son sens, pour Rakoto, c’est tout le contraire. La plupart des chansons ont effectivement été inspirées de la vie des Malgaches vivant au pays. Si le chanteur habite aujourd’hui Sames, son cœur est resté dans son Madagascar natal.

Engagé. Se faisant porte-parole du « petit peuple », Rakoto pointe du doigt (en musique bien sûr) le système qui s’enrichit derrière le dos du peuple qui s’appauvrit de jour en jour. Il raconte également ses galères en tant qu’étranger dans le titre « Olona mainty hoditra » et se glisse parfois dans la peau des réfugiés qui se voient rejetés ici et là dans « I’m just a child ». Plus qu’un interprète, Rakoto, dans cet album joue à la fois le guitariste, l’harmoniciste, le bassiste et le valihiste. Mais bien qu’il soit multi-instrumentiste, l’artiste multiplie les collaborations. Des chanteuses comme Blandine Saint Arroman, Monique Lucian, Stephan Jean, Dylan Sermande ou Vanilla y ont laissé leur empreinte. Cristina Flores orne certains titres aux sons de son accordéon. Barriola met de l’éclectisme avec son pandereta, Riben Martin avec sa batterie, David Faury avec sa flute, Dominic Earl  avec sa guitare électrique et Dabid Rendondo avec son clavier et son saxophone. Pour la petite touche typique malgache, Nicola Monrancy, Avotriniaina et RaTeksa jouent de leurs guitares, valiha et marovany. Zoelitiana Razafindriantsoa et Elie Andriamihajamanana ont également posé leur plume sur cet album.Mahetsaka

Midi Madagasikara47 partages

Députés proches du pouvoir : Pour un remaniement

Les députés proches du pouvoir ont tenu  une conférence de presse, hier après-midi, à l’hôtel Colbert. Il s’agit de Nicolas Randrianasolo (Betroka), Zafimahatratra Abel (Manakara), Hanitriniaina Mamy Armand (Miandrivazo), Raherisoa Vololona (Tana VI e arrondissement) et Kathy (Mananjary). Ces parlementaires demandent ainsi au Président Hery Rajaonarimampianina et au Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana de démettre de fonction les ministres, les DG, voire même les directeurs incompétents. Soit un remaniement. Des ministres seront ainsi visés particulièrement même si ces députés qui se disent du groupe des 5 n’ont pas donné de nom. Ces élus invitent aussi le président actuel à briguer un second mandat.

Dominique R.

Tia Tanindranaza46 partages

Fanampiana avy any ivelanyVaky bantsilana ny aferan’ny fanjakana

Vaky bantsilana ny toe-javatra maneho ny zavatra tsy mangarahara sy ny afera maloton’ny fitondrana momba ny fitantanana ireny fanampiana avy any ivelany hoenti-manarina ny fahavoazan’ny firenena tamina loza voajanahary ireny.

 

Midi Madagasikara44 partages

Analakely : Deux hommes surpris avec un faux billet de 100 euros

Ignorance ou volonté d’enfreindre la loi ? Poursuivis pour détention et utilisation de fausse monnaie, deux jeunes hommes de 30 et 36 ans ont été déférés au Parquet du Tribunal  de première instance Anosy, hier. Résidant aux 67 ha, ils ont été appréhendés par des policiers du commissariat du 1er Arrondissement de la Sécurité intérieure alors qu’ils tentaient d’échanger un billet de 100 euros dans un grand hôtel sis à Analakely. L’acte s’est passé quand ces deux hommes sont venus se présenter devant la caisse pour proposer le billet. Après avoir vérifié l’authenticité de la coupure, le caissier les a dit qu’il s’agit d’un faux. Pourtant, les deux hommes ont persisté en insistant que  leur monnaie est vraie. Un responsable de l’hôtel a  alors alerté la police. Ainsi, les suspects furent arrêtés sur le champ. Quoi qu’il en soit, le Parquet leur a accordé une liberté provisoire en attendant leur procès.

T.M.

Midi Madagasikara43 partages

Candy Pouliquen : La petite nageuse malgache de la Réunion

Elle a 12 ans cette année et elle commence à nager dans la cour des grands. Elle a participé au dernier  meeting de l’Océan Indien à la Réunion. Selon sa mère Tianavolasoa Poliquen « Candy est en tête pour les performances dans la ligue de Boeny. En nationale, elle flotte entre 3è et 5è de sa catégorie. Au championnat de Madagascar de petit bassin de 2017, elle a fait une médaille de bronze de même qu’au meeting Papon et à Vontovorona ». Candy est une grande dossiste et elle fait partie de nos meilleurs espoirs dans cette épreuve.  Elle a nagé à 4 ans, et s’est intégrée en club à 6 ans. Elle a rejoint le CLUB Nautique Brestois à cette époque pour continuer avec le Club NCM Majunga. « Je pense qu’elle est en train de s’améliorer petit à petit à son rythme. Le meeting de la Réunion est juste un bain avec les grands nageurs. Elle a été qualifiée en finale de 50m dos et s’est classée 7è sur 23 nageuses dans la catégorie des jeunes nés en 2005/2006/2007.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara41 partages

Antanifotsy : Sarety lasan’ny rano, olona roa maty, zazakely iray tsy hita

Ny alatsinainy maraina lasa teo no niseho ny loza, tany Antanifotsy vokatry ny fiakaran’ny rano. Dimy mianaka, nandeha sarety no tra-doza. Rehefa tsy nahatanty ny onjan’ny rano ity sarety nentin’izy ireo dia nivadika. Lasan’ny rano kosa ireo nitaingina azy. Vokany, olona roa no maty natelin’ny rano, zazakely iray kosa no mbola tsy hita popoka hatreto. Avotra soa aman-tsara kosa ny roa tamin’ireto fianakaviana ireto. Raha ny fantatra dia handeha hamonjy tsena ireto fianakavina kely ireto tamin’io fotoana io, hivarotra vokatra. Tsy maintsy niampita tetezana anefa ny lalana. Ilay tetezana, izay dibo-drano tanteraka noho ny rotsak’orana nentin’ilay rivo-doza. Ny angom-baovao hatrany no nahafantarana fa efa nampitandremana ihany ny amin’ny tsy tokony handehahany hiampita izy ireo, saingy teren’ny fitadiavana ka nanao vy very ny ainy ary dia izao niharan-doza izao.

Hatramin’ny omaly maraina, tokoa dia mbola nandrava sy namela takaitra maro teto Vakinankaratra ilay rivodoza AVA. Hatreto, araka izany, dia efa tafakatra efatra no maty ary zaza iray no tsy hita popoka vokatr’izany. Ny roa dia ireo mpandroaka sarety ireo. Ny roa hafa dia ireo mpivady maty tototry ny tany tao amin’ny fokontany Ampatana Antsirabe ny marain’ny alahady lasa teo. Maro ihany koa no rava trano teto Antsirabe sy ny manodidina, isan’izany ny nianjeran’ny trano lehibe iray misy rihana teny amin’ny fokontany Tsivatrinikamo. Nitondra takaitra ihany koa ny lisea André Resampa Antsirabe raha ny nambaran’ny “proviseur” satria efitrano fianarana miisa 6 no tsy azo  ampiasana amin’izao fa nofaohin’ny rivodoza ny tafotrano.

Andry N.

Midi Madagasikara41 partages

Jirama : Rétablissement progressif de l’alimentation en électricité et en eau

Les infrastructures de la Jirama ont subi de gros dégâts qui nécessitent des interventions d’urgence

Le Directeur Général de la Jirama Jaomiary Olivier a procédé à des descentes sur terrain pour suivre de près les travaux de réhabilitation des infrastructures détruites par le cyclone Ava.

Les infrastructures de la Jirama ont subi d’énormes dégâts lors du passage du cyclone Ava. A Toamasina par exemple, les centrales sont intactes, mais le réseau de distribution est détruit à 80%.  Ce qui a privé d’électricité une grande partie de la ville.

Réactivité

Heureusement que la Jirama a su faire preuve de réactivité pour rétablir le plus rapidement possible le réseau électrique tout en prenant des précautions pour éviter les accidents. « Il y a un risque élevé pour les usagers si la reconnexion se fait sans vérification préalable minutieuse », explique un responsable de la Jirama qui a pris rapidement les dispositions qui s’imposent pour que les zones sinistrées retrouvent au plus vite la lumière. Concernant plus particulièrement Toamasina, un renfort venant de la Capitale y a été envoyé et le D.G de la Jirama Jaomiary Olivier était descendu sur place pour coordonner les travaux de réhabilitation. Normalement la reconnexion totale du réseau électrique du Grand Port est prévue avant le 11 janvier,  alors que l’approvisionnement en eau est déjà pratiquement rétabli, rassure-t-on auprès de la Jirama. Un appel à la vigilance et à la prudence est également lancé en ce qui concerne les câbles électriques qui peuvent provoquer l’électrocution pour ceux qui tentent de les voler.

Instabilité

A Antananarivo, la situation s ‘est également aggravée à cause des fortes pluies.  De nombreux quartiers comme Ampandrianomby, Mandroseza, Andoharanofotsy, Ankaditoho, Ambolokandrina, Tanjombato Ambodinisotry, Isoraka, 67 ha, Ivandry… ont connu  des coupures d’électricité. Des coupures consécutives à l’instabilité du réseau, elle-même, provoquées  par les dégâts subis par les infrastructures. Au total, 12 départs  en moyenne tension sur 43 sont tombés en  panne. Ce qui représente pas moins de 40% du réseau de distribution d’Antananarivo.  Heureusement que, là encore et malgré l’insuffisance des moyens, les équipes techniques de la Jirama travaillent d’arrache-pied pour rétablir la situation. Et des résultats partiels  concrets sont enregistrés dans de nombreuses localités.  Mais d’autres quartiers ont encore connu des coupures, hier.  Dans tous les cas, les travaux  de réhabilitation continuent, de jour comme de nuit pour que l’approvisionnement en eau et en électricité revienne rapidement pour l’ensemble de la population touchée par le cyclone Ava.

R.Edmond

Midi Madagasikara34 partages

Santé : Le DG de l’OMS dans nos murs

La visite du Directeur général de l’OMS au palais d’Etat d’Iavoloha hier.

Deux figures importantes de l’Organisation Mondiale de la Santé sont actuellement en visite officielle dans la Grande-île. Le premier fait référence  au Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de ladite organisation. Le second (plutôt la seconde) concerne le Dr Matshidiso Rebecca Moeti, Directeur régionale de l’OMS pour l’Afrique. Une visite officielle qui intervient dans le cadre de l’épidémie de peste que le pays a du confronter. Ainsi, des échanges de bonne pratique sur la couverture sanitaire universelle entre la délégation et les acteurs concernés. Des rencontres avec les autorités nationales et les principaux acteurs du terrain dans le cadre de la riposte contre l’épidémie seront également au menu. Le tout, entrant dans le cadre des cinq principes présentés par le DG de l’OMS lors de sa prise de fonction. Entre autres : la couverture sanitaire universelle, les situations de l’organisation d’urgence, la santé des femmes, de l’enfant et de l’adolescent, les conséquences du changement climatique et environnement sur la santé et enfin, la réforme de l’OMS.

Genre. Le Dr Matshidiso Rebecca Moeti a été élue Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique le 1er février 2015. Ce qui fait d’elle la première femme à occuper ce poste. Parmi ses priorités, nous retiendrons particulièrement sa vision du changement dans un programme de transformation de l’organisation pour mieux répondre aux besoins des populations en matière de santé. Par ailleurs, une cérémonie de remise de certificats à l’Etat Malgache par le Directeur général de l’OMS – et qui a vu la présence du Président de la République Malgache Hery Rajaonarimampianina – a eu lieu à l’hôtel Carlton dans la soirée d’hier.

José Belalahy

L'express de Madagascar32 partages

Vie de parti – Le HVM défie ses adversaires politiques

« Nous ne permettrons pas qu’un autre candidat, qui n’est pas au pouvoir gagne les élections. Faire partie d’un parti au pouvoir est une opportunité à saisir », a précisé Rivo Rakotovao, président du parti HVM (Hery Vaovao ho an’i Madagasikara) à l’endroit de ses membres, samedi dernier lors de la présentation de vœux du parti.Les grands ténors du parti, en effet, se sont convenus sur les dernières mises au point des stratégies d’attaque pour cette année électorale. « La politique du HVM n’est point opportuniste. Le parti est prêt à tout depuis son accession au pouvoir en 2014, et a donc tracé son chemin », ajoute encore Rivo Rakoto­vao, président du parti HVM. « Nous avons des députés, des sénateurs, des ministres et des chefs de région HVM. Aussi, il n’y a aucune raison de perdre les élections », a-t-il déclaré.Toujours est-il que ce défi ne dispense pas les mem­bres du parti des abus que le peuple ne tolèrera pas. Une consigne a également été lancée aux chefs de région, autorités de proximité dans les régions, se devant d’asseoir la loi. « Montrons une politique saine, soyons des modèles, car seules les urnes rendront le verdict », a prévenu le premier responsable du HVM.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara31 partages

HVM : Un régime non proactif

En manque de réactivité. C’est ainsi que l’on peut qualifier le régime Rajaonarimampianina. Elu en 2014 en tant que candidat par défaut, ou candidat de substitution (c’est selon), le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne fait que subir les évènements. Un régime pas du tout proactif et incapable d’initier des mesures de prévention par rapport notamment aux risques engendrés par les catastrophes naturelles et les épidémies qui peuvent frapper le pays. Le régime ne semble disposer d’aucun programme de Société pour anticiper les risques. Prévoyant briguer un second mandat, le Chef de l’Etat devrait songer à mettre en place d’infrastructures aux normes et en adéquation avec les besoins de la population. Un pilotage à vue qui risque fort de porter préjudice au porte-fanion du HVM lors de l’élection présidentielle qui aura lieu cette année. Hier, une réunion de crise a eu lieu à Mahazoarivo suite au cyclone AVA qui vient de frapper le pays. Aucune solution à long terme sur les problèmes récurrents des sinistrés et de la montée des eaux ne semble avoir été apportée. A l’allure où vont les choses et vu la communication à laquelle les tenants du pouvoir gèrent la situation, il n’est pas à exclure que le gouvernement lance prochainement un appel à l’aide internationale. Comme ce fut déjà le cas en 2017, suite au passage du cyclone Enawo. Dans son discours de vœux, le président Hery Rajaonarimampianina a annoncé la réhabilitation prochaine des routes nationales n°6 et n°13. Quid alors de la réhabilitation des routes nationales n°2 ; 6 ; 7 ; 25 ; 34 et 44 qui ont subi d’énormes dégâts suite au passage du cyclone AVA ?

Davis R

Midi Madagasikara30 partages

Météo post-Ava : Des pluies résiduelles au programme

Hier, les Tananariviens ont été agréablement surpris par une belle journée ensoleillée, bien que caractérisée par une chaleur suffocante. Quant à la météo de ce 9 janvier, elle se caractérise par un régime de mousson dans la partie Nord-Ouest de la Grande île et un flux variable sur le reste de l’île.

Pluies résiduelles. Des pluies orageuses, résidus d’Ava, seront par conséquent observées du côté des régions de DIANA (Diégo, Ambilobe, Nosy-Be, Ambanja), Sofia, ainsi que dans la région de Boeny. L’après-midi par contre, ces mêmes régions seront arrosées par des pluies orageuses. Pour la partie orientale de l’île, Analanjirofo et Atsinanana auront droit à des averses cet après-midi. Il pleuvra également dans l’extrême Sud de l’île ; même topo pour la partie Sud-Est ; Atsimo-Atsinanana et Tolagnaro. Pour la région de SAVA (Sambava, Andapa, Vohémar, Antalaha), le soleil et les nuages joueront au chat et à la souris durant toute la journée.  Pour le reste du territoire national, le ciel sera nuageux et couvert.

Irving. A peine qu’Ava est parti, qu’une frange de la population se préoccupe au sujet d’Irving, système dépressionnaire localisé à 2175 km de La Réunion. Le service communication de la Météorologie s’est voulu rassurant en disant qu’Irving n’aura pas d’impact sur le temps qu’il fera à Madagascar, bien qu’il soit localisé dans l’Océan indien. Toutefois, étant donné que la saison cyclonique ne s’achèvera qu’en avril 2018, un appel à la vigilance est lancé à l’endroit de toute la population.

Températures.

Antsirabe: 18°/23°C

Antananarivo: 17°/24°C

Fianarantsoa:20°/24°C

Antsiranana:23°/29°C

Mahajanga:24°/29°C

Toamasina:26°/30°CToliary: 25°/32°C

Tolagnaro: 25°/26°C

Maevatanana :24°/32°CMorondava:28°/33°CLuz Razafimbelo

Midi Madagasikara30 partages

Ambohidratrimo : Vehivavy niboridana, hita faty tanaty tatatra

Ny alahady maraina lasa teo, vehivavy iray no hita faty  tao amin’ny kaominina Anosiala ao amin’ny distrika Ambohidratrimo. Natsingevan’ny rano tao anaty tatatra amin’ny sisin-dalana ny vatana mangatsiakany ary efa tsy nisy akanjo intsony, raha ny angom-baovao azo. Ny maraina tokony ho tamn’ny valo ora sy sasany teo ho eo no nisy nampandre ny zandary tao amin’ny borigadin’Ambohidratrimo fa misy olona mitsirara ao anaty tatatra. Nidina teny an-toerana avy hatrany ireto farany niaraka tamin’ny mpitsabo nandeha nijery ny zava-nisy. Efa nitangorona ihany ny olona tamin’io fotoana io saingy niandry ireto tompon’andraikitra ireto vao nanala ny razana tao anaty rano. Tsy nahitàna marika naratra kely akory ny vatan’ity ramatoa ity, raha ny fanazavàna azo. Tsy nisy n’inona n’inona mety namantarana azy ihany kosa teny aminy. Izy rahateo moa efa tsy nisy fitafiana intsony teny aminy. Raha ny fantatra hatrany dia toa olona vahiny eny an-toerana ity vehivavy hita faty ity. Tsy nisy nahafantatra azy mantsy ireo mponina rehetra teny amin’iny manodidina. Tsilian-tsofina fotsiny no re fa hoe toa vehivavy marary saina izy ireo, ary efa nisy nahatsikaritra, nirenireny teny amin’iny faritra Ambohidratrimo iny. Nisy namono ve ? Nanolana ? Sa maty an-drano ? Mety azo heverina ity farany satria tao anatin’iny ora-mikija sy fiakaran’iny mihitsy izy no hita tao anaty tatatra. Na izany na tsy izany dia efa mandray an-tanana ny famotorana sy fanadihadiana ireo zandary eny an-toerana. Ny razana kosa dia efa naterina eny amin’ny tranom-patin’ny CSB II eny Anosiala.

m.L

Midi Madagasikara29 partages

« Antoko Politika Madio » : Un projet de société pour la CUA !

Un parti politique qui doit se lancer dans les élections doit impérativement avoir en sa possession un projet de société. Pour l’APM (Antoko Politika Madio), parti fondé par Alban Rakotoarisoa dit Bàbà ou Gangstabab, il va présenter le sien ce mercredi 10 janvier à 10 heures à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina. « C’est un projet de société pour la Commune Urbaine d’Antananarivo », précise Bàbà. Ce sera – d’après les explications fournies – Balita Ambinintsoa Samoela, le porte-parole du parti qui est en même temps son chargé de communication, qui procèdera à la présentation du projet de société en question. Mais des précisions sur la candidature de l’artiste-politicien s’imposent et méritent d’être soulignées comme il le souhaite. « Je serai candidat si et seulement si les trois conditions subséquentes sont exhaustivement respectées. D’abord, je remplis les critères imposés par les textes en vigueur. Ensuite, si le parti se dote des moyens financiers, humains et matériels pour ce faire et, toujours dans cette optique, si l’élection est  transparente. Et enfin, si à l’issue de l’élection primaire organisée ultérieurement par l’APM, je suis élu candidat du parti ».

Volonté et préparation. Comme à l’accoutumée, cru et direct dans ses propos, Bàbà Rakotoarisoa met les choses au clair. « Depuis toujours, la plupart des partis politiques n’ont fait que critiquer sans avoir le courage de prendre des décisions et d’agir », soutient-il. Mais l’APM n’est pas comme eux. « Volonté et préparation font partie de nos principes », informe-t-il. Créé en 2015, le parti de Gangstabab rassemble 350 membres actuellement et est instauré – mise à part la capitale – à Majunga, à Tamatave et à Fort-Dauphin. Jusqu’en 2019 – année à laquelle se dérouleront les élections municipales et communales – l’APM aura accumulé cinq années de préparation. « J’insiste sur la préparation car c’est important, pour un parti politique, d’être à même de diriger tout un pays  en ayant investi beaucoup de temps dans ladite préparation », a-t-il conclu.

Aina Bovel

Midi Madagasikara27 partages

RDJ Mozika : Plus de 70 artistes en lice !

Les artistes ayant été récompensés lors de la RDJ Mozika 2016

Ils ont marqué 2017, certains par leur fougue et leurs chorégraphies délirantes, d’autres par leur prestation et leur interprétation. Les plus jeunes comme Shyn, Rakroots, Stéphanie, Niu Raza, les plus fous pour ne citer que Wawa, sans oublier les plus talentueux comme Shyn, Mage 4, Ricky ou encore The Women, tous seront récompensés. RDJ Mozika, cette année, revient effectivement à tambour battant avec plus de 70 artistes en course, partagés en 22 catégories : « soft et mafana (féminin et masculin), variété, buzz, rock, variété mihetsika, milamina, duo, fiderana, rap, rnb, cover, EDM et afro dance ». Le meilleur spectacle ainsi que la révélation de l’année seront également primés. Les artistes qui ont réussi leur come-back, le meilleur DJ beatmaker sans oublier l’artiste qui s’est le plus démarqué au cours de 2017, ne seront pas en reste. « Le choix des nommés est effectué par RDJ parmi les artistes et œuvres discographiques diffusées sur RDJ au minimum une fois entre le 01 janvier et le 31 décembre 2017, après étude du succès de ces artistes, leurs apparitions lors des évènements et leurs œuvres auprès des auditeurs de RDJ, fondée sur la rotation des titres des artistes sur l’antenne, la demande des auditeurs, les spectacles enregistrés pour chaque année sur la période de référence ». Les votes ? Ils sont exclusivement réservés au public. « Le public peut faire valoir son choix via sms ou internet jusqu’au 3 février à midi ». La remise des trophées pour la RDJ Mozika 2017 se tiendra en effet le 03 février à 17h au CCI Ivato. La liste des artistes nommés est consultable via la page facebook de RDJ Mozika. Les auditeurs peuvent par contre voter au http://www.rdj.mg.Mahetsaka

Midi Madagasikara18 partages

CISCO Vangaindrano : Deux écolières décédent à cause de la montée des eaux

Le ministère de l’éducation nationale déplore de nombreuses pertes suite au passage du cyclone AVA dans la Grande-île. Les deux plus grandes concernent, entre autre, le décès de deux écolières du CEG ou Collège d’Enseignement Général Sandravinany, ZAP Sandravinany – CISCO Vangaindrano. Selon la déclaration de Thierry Tsiroara, directeur de la téchnologie de l’information et de la communication DTIC auprès du MEN, les deux jeunes enfants allaient rejoindre leur foyer à bord d’une pirogue lorsque l’eau a monté et a causé leur décès. Outre les pertes humaines, de nombreux dégâts matériels ont également été observés selon toujours les dires de Thierry Tsiroara. A cet effet, 151 établissements scolaires ont été touchés par des dégâts cycloniques. 228 salles de classes ont été entièrrement détruites, 5 établissements scolaires hébergeraient des sinistrés, 209 salles de classes sont partiellements détruites, et 130 autres établissements scolaires ont été décoiffés. Des dégâts qui cause actuellement la suspension des cours dans 19 CISCO actuellement et qui contraint 17029 écoliers à ne pas fréquentés leurs écoles.

 

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

Natation Analamanga : « 2017 nous a été bénéfique » dixit Andriamanjatoarimanana Tojohanitra, Présid...

La présidente de la ligue Analamanga, Tojohanitra Andriamanjatoarimanana.

2018  s’annonce sous les meilleurs auspices pour la ligue Analamanga de natation. La Grand  fond de Mantasoa au mois d’avril est la grande compétition qui attend l’équipe de Tojohanitra Andriamanjatoarimanana.

A sa première année de présidence, la championne de natation devenue  présidente de la ligue de natation d’Analamanga n’a pas lésiné dans ses efforts pour que 2017 soit réussi. Et la saison sportive l’a été.

« Pour la ligue, je peux dire qu’on a fini nos programmes et on a même eu plus d’activités que ce que l’on a programmées » a déclaré Tojohanitra Andriamanjatoarimanana, présidente de la ligue d’Analamanga de natation. Que ce soit les championnats de Tana des pupilles, des seniors. Les meilleures performances et les records ont afflué ». Pour les rencontres internationales, Analamanga s’est illustré aussi via ses clubs. « Ce ne fut pas facile pour boucler tout cela, et je remercie nos partenaires comme STAR avec Cristalline, la fédération  ou Big cola. ».

Pour eux, 2018 sera sous le signe de l’international car déjà, le grand fond de Mantasoa s’internationalise. « Cela aura lieu ce mois d’avril. C’est une compétition qui s’innove chaque année, ainsi, je fais appel aux licenciés et non licenciés pour une participation massive ». Ce ne sera facile pour personne de  travailler en bénévolat dans toute structure sportive mais quand la passion est là, en champion qui se respecte, l’on s’en sort toujours et l’on se donne la main.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara16 partages

Référendum en gestation : « La misère de la population mise de côté », dixit le Cram

Une première. C’est le constat de bon nombre de citoyens face au silence du chef de l’Etat sur l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Effectivement, l’opinion publique n’a pas laissé cette omission inaperçue lors de l’allocution de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, lors de la grand-messe d’Iavoloha, le 5 janvier dernier. Et pour le Cram (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar), le référendum constitutionnel en gestation pourrait en être une raison. Dans une déclaration en date d’hier, Joël Harison Marie René, président dudit Cram, met les points sur les « i ». « C’est lors de la campagne référendaire du « Oui » que nous allons ressentir  les coûts de cette décision du chef de l’Etat », informe-t-il. Mais ce n’est pas tout. La misère et la pauvreté de la population, les sinistrés du cyclone Ava, la dépréciation de l’Ariary, l’inflation – et la liste est loin d’être exhaustive – sont mis de côté par les dirigeants, selon toujours le Cram. « Au lieu de s’en occuper, ils préfèrent organiser un référendum constitutionnel à leur profit », poursuit-il.

Financements. Une autre problématique se pose : le financement de ce référendum. « Les dirigeants actuels ne peuvent compter sur les bailleurs de fonds quant au financement de ce référendum constitutionnel à travers l’injection de nouvelles sommes d’argent dans le projet Sacem (ndlr : Soutien Au Cycle Electoral Malgache). Ils n’ont d’autres choix que de recourir aux fonds publics », avance-t-il. Nous tenons à signaler au passage que le basket  fund du projet Sacem  est destiné à financer toutes les élections  organisées jusqu’en 2019. Néanmoins, la question relative aux éventuels référendums n’a jamais été abordée par les bailleurs. Conviendrons-nous donc à appuyer les propos du Cram jusqu’à preuve  du contraire. D’ailleurs, les débats ne s’arrêtent pas là pour le cercle.

Vote du « Non ». L’histoire a toujours démontré que lors des référendums constitutionnels, le « Oui » remporte largement sur le « Non ». Mais cette fois, Joël Harison Marie René veut savoir ce qui va se passer si jamais c’est le « Non » qui sera voté. « Comment définira-t-on le sort des responsables qui ont fait preuve de diligence quant à la révision de la Constitution ? Le président de la République démissionnera-t-il dans la mesure où il aura perdu la majorité ? Procèdera-t-on à la dissolution des deux chambres parlementaires ayant voté le projet de texte portant révision de la Constitution ? ». Le Cram laisse plusieurs questionnements, mais ce qui est certain, c’est que les députés regagneront, cette semaine,  les sièges de la Chambre Basse pour la session extraordinaire en vue du vote des lois électorales.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza15 partages

Loza teo am-piandrasam-paty8 mianaka maty nihotsahan’ny tany

Olona miisa 8 no indray namoy ny ainy tao Ivory, ao anatin’ny kaominina Ambonivohitra Fianarantsoa, akaikin’ny gara na ny “cercle de cheminot”, ao an-toerana.

 

Midi Madagasikara14 partages

Sapeurs pompiers : 67 interventions depuis mercredi

Fréquents durant les saisons pluvieuses, les éboulements atteignent un pic en période cyclonique.

D’après les données recueillies hier à 17 h à la caserne des pompiers Tsaralalàna, les sapeurs pompiers ont réalisé au total 67 interventions dans tout Antananarivo depuis le 3 janvier dernier.

Selon les dires du Capitaine Randrianarisoa, ce total représente un bilan assez lourd, par rapport aux précédents épisodes de cyclone, surtout que le cyclone Ava n’a pas été localisé directement dans la capitale, pourtant les dégâts furent notoires. Interrogé sur la question, le capitaine Randrianarisoa d’expliquer : « Les pluies torrentielles survenues en amont de la formation du cyclone tropical Ava ont largement contribué à alourdir le bilan des dégâts qu’il a causés. D’autant plus que ce cyclone tropical en lui-même était intense, au vu des conséquences qu’il a engendrées à travers l’étendue du territoire national, partout où il est passé. La vétusté des infrastructures et des habitations d’Antananarivo n’a fait que mettre de l’huile sur le feu. »

Bilan. Les 67 interventions réalisées par les sapeurs pompiers durant le passage d’Ava ont été marquées notamment par les écroulements d’habitations et de murs de soutènement. Au total, les sapeurs pompiers sont intervenus auprès de 16 habitations, soit pour écroulement, soit pour incendies, etc. Quant aux murs de soutènement écroulés, ils étaient au nombre de 10, auxquels se sont ajoutés 6 arbres déracinés. Outre les écroulements et les éboulements dus aux pluies torrentielles, stagnations des eaux et inondations qui en découlent, 26 personnes ont été évacuées et une autre a fait l’objet d’un « sauvetage ». Ce dernier a été coincé dans le quartier de Soanierana entre deux murs de soutènement vers 2 heures du matin la semaine dernière. Par ailleurs, ont été inclus dans la catégorie « divers », les panneaux publicitaires qui se sont écroulés, les toits emportés par Ava, etc.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara14 partages

Région Ihorombe : Appui du MPTDN au Bataillon interarmes d’Ihosy

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy lors de ses actions sociales à Ihosy.

La stabilité et la sécurité publique sont indispensables au processus de développement, selon la délégation du Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), en mission dans la Région Ihorombe.

 

L’insécurité reste un frein majeur au développement de Madagascar. C’est le cas dans la Région Ihorombe, malgré l’énorme potentiel économique de cette zone. Pour soutenir la lutte contre ce fléau et permettre enfin aux opérateurs d’intensifier leurs activités pour une croissance économique, une délégation conduite par le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy, coach de cette région, a effectué une mission à Ihosy en fin d’année. « La sécurité publique est une condition sine qua non au développement de l’Ihorombe. C’est pour cela que nous appuyons les actions du Bataillon Interarmes (BIA) d’Ihosy. Cette fois, nous avons apporté du riz, de l’huile, des boissons hygiéniques, etc., à titre de motivation pour les éléments de ce bataillon », a affirmé le ministre. A noter que d’autres actions ont déjà été réalisées précédemment, entre autres, la dotation en matériels de nouvelles technologies à ce Bataillon, par le MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique) en octobre dernier.

Sociales. Par ailleurs, la délégation du MPTDN a profité de cette descente pour remettre également des dons aux 500 personnes âgées issues de 13 Fokontany de la Commune rurale d’Ihosy. 1250Kg de riz et 5 têtes de zébus ont été attribués à ces bénéficiaires, qui ont reçu chacun 3Kg de riz et 1,5Kg de viande pour célébrer les fêtes de fin d’année et de nouvel an. Selon le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, ces actions sociales sont une priorité pour les membres du Gouvernement, comme l’a recommandé le président Hery Rajaonarimampiaina. L’objectif, d’après ses dires, est de permettre à tous de bien commencer la nouvelle année. « Je profite de cette occasion pour souhaiter une très bonne année 2018 à tous les Malagasy et particulièrement à la population de la Région Ihorombe. Nous allons entamer une année d’élections. Il faut une stabilité et vous incite tous à oeuvrer dans ce sens, pour le bien de la Nation », a affirmé le Ministre dans son discours, lors de la remise de dons.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara12 partages

Actes tribalistes à Toliara. : Silence inquiétant du président de la République

L’unité nationale a été en danger le week-end dernier sans que le président Hery Rajaonarimampianina prenne ses responsabilités en vertu de l’article 45 de la Constitution.

Le président de la République est le garant de l’unité nationale. Ce qui s’est passé à Toliara le week -end dernier laisse penser à ces dispositions de l’alinéa 3 de l’article 45 de la Constitution de la Quatrième République. En marge du passage dans la Cité du Soleil de l’ancien président Marc Ravalomanana, des groupes de jeunes et des « mercenaires » ont brandi des affichettes hostiles à la visite de ce dernier, qui a été pourtant accueilli massivement par ses partisans locaux. On lisait sur ces affichettes : « Ravalo, molia ! » (traduction : Ravalo, rentre chez toi). Pour bon nombre d’observateurs, ces inscriptions sentent le tribalisme. Pour ces groupes de jeunes acquis à la cause du régime en place, le malgache Marc Ravalomanana n’a pas le droit de mettre les pieds à Toliara qui est pourtant une portion du territoire national comme Mahajanga ou Tamatave. Peut-on imaginer que des gens d’Antananarivo refoulent à l’aéroport d’Ivato un membre du gouvernement originaire de la Cité du Soleil qui veut rejoindre son bureau à Ampandrianomby ? Le silence du président de la République inquiète devant les actes tribalistes dont un ancien président  de la République a été victime le week-end dernier à Toliara.

Forces armées au service d’une cause politique. Un autre aspect scandaleux de ce qui s’est passé dans la Cité du Soleil était l’instrumentalisation des forces armées dans l’objectif d’opprimer les adversaires politiques du régime. A Toliara samedi et dimanche derniers, des éléments en treillis armées jusqu’aux dents ont fait irruption dans une enceinte privée close pour réprimer un rassemblement programmé par le président national du TIM pour ses partisans locaux. Ces éléments armés ont confisqué manu militari les matériels de sonorisation déjà installés dans l’enceinte du Magro. Les hauts responsables des forces armées dont le ministre de la Défense Nationale, le ministre de la Sécurité Intérieure et le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie se taisent devant cette situation qui discrédite l’image de nos forces armées. En tout cas, à l’allure où vont les choses, il y aura en 2018 des candidats présidentiels qui ne seront pas autorisés à mener campagne dans certaines régions de Madagascar. Alors que le territoire national est composé de plus de 1500 communes, de 119 districts, de 22 régions et de 6 provinces.

Eugène
Midi Madagasikara11 partages

Football – Bongolava : Démission des membres de la Commission électorale

A une semaine de l’ouverture de l’appel à  candidature pour l’élection du président de la FMF et des membres au sein du comité exécutif, aucune issue n’est trouvée pour les trois ligues Haute-Matsiatra, Haute-Matsiatra et Vatovavy Fitovignany.

 

Tout ne tourne plus rond au sein de la commission électorale nationale de la Fédération malgache de football (FMF). Les problèmes de neutralité et d’impartialité de  la Commission Nationale Electorale (CNE) ont été, à plusieurs reprises, dénoncés par les candidats aux différents postes. Les membres de cette commission électorale ont été désignés par l’actuel Comité Exécutif Fédéral. Sachant par ailleurs que son président n’est autre que l’avocat d’un vice-président de la Fédération assisté par des arbitres proches, de l’actuelle équipe dirigeante. L’élection étant annulée pour la 3e fois consécutive les membres au sein de la délégation électorale de Bongolava ont pris la décision collective de démissionner. « Las des pressions qu’on subit  au travail et pour notre sécurité ainsi que du Fiaraha-monina ,  nous déposons notre démission » ont déclaré les Hubert Razanakiniarimanana, Liva Rakotombahoaka, Rakotondranandro, Germain Martin.

Quorum non atteint. Pour la petite histoire, cette élection prévue pour le 15 décembre 2017 a été ajournée pour le 5 janvier,  faute de document à présenter obligatoirement lors de l’élection comme le stipule l’article 26 (certificat de conformité délivré par la Direction Régionale de la Jeunesse et des sports) pour la Section de Tsiroanomandidy. Vendredi 5 dernier, elle n’a pas pu avoir lieu également car le quorum n’a pas été atteint. En effet, 2/3 des électeurs doivent être présents à la première élection sinon à la deuxième élection, 50% +1 des électeurs. Pour ce faire, la Commission Nationale Electorale a décidé de refaire l’élection le 07 janvier 2018 comme indiqué dans le statut (article 34) soit 48 heures après la première. L’électeur issu de Fenoarivobe qui est toujours en brousse pour les funérailles d’un de ses parents, a demandé au délégué électoral de reporter 3 jours l’élection, le temps pour lui de rejoindre Tsiroanomandidy. Le délégué électoral a respecté l’article 34 supra-cité du Statut sur le quorum (soit 50%+1 des électeurs). Par contre, le superviseur de la Commission Nationale Electorale a insisté de faire l’élection malgré le quorum non respecté. Ce derrnier en la personne de Pascal Andrianantenaina de déclarer  devant l’Assemblée générale que faute de délégué électoral, lui seul ne peut continuer à réaliser l’élection puis a affirmé que la séance est levée à 9 heures 55minutes. On attend la suite de l’affaire.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

Mobiliser toutes les énergies pour venir en aide aux sinistrés

Après le passage d’AVA, c’est une population totalement désemparée découvrant le dénuement où elle se trouve. Elle était déjà très pauvre et maintenant, elle se rend compte que le peu qu’elle avait a été détruit. Partout, c’est un spectacle de désolation que les reporters d’images et les journalistes décrivent, et une fois de plus, les Malgaches vont devoir supporter ce nouveau coup du sort sans broncher. Ils ont eu l’habitude de subir et ils vont de nouveau regarder les gesticulations des autorités impuissantes à leur venir en aide.

Mobiliser toutes les énergies pour venir en aide aux sinistrés

Les destructions occasionnées par AVA ont été sans pareil. Les habitations endommagées, les infrastructures routières détruites, les villages et les quartiers envahis par les eaux et les zones de culture inondées sont le résultat du passage de ce premier cyclone de la saison. La Grande île qui n’avait pas besoin de ça, continue donc sa lente descente aux enfers et sa population qui a connu une année 2017 très dure va avoir du mal à se remettre des nouvelles privations qu’elle va endurer. Les dirigeants n’ont pour l’instant pas réagi avec la force qu’exige la situation. Les responsables sont pour le moment, dépassés par l’ampleur des dégâts et essaient d’établir un constat précis des destructions ayant eu lieu. Le cyclone est sorti en mer, mais les intempéries continuent. Les rivières et les fleuves sortent de leur lit. Les Malgaches souffrent, mais cela n’empêche pas la vie politique de suivre son cours. Il est vrai que les citoyens n’y prêtent pas beaucoup d’attention. Et pourtant, les manœuvres les plus basses continuent de plus belle dans ce domaine. Pour le moment, cependant, le plus important est de venir en aide à cette population qui est dans la détresse. Les énergies doivent se conjuguer pour essayer de redresser une situation catastrophique. C’est à cette attitude qu’on pourra juger le sens du devoir de ceux qui nous dirigent.

Patrice RABE .

Midi Madagasikara9 partages

RSE de Newrest : Appui à la mission de l’association « Entendre Le Monde »

Le Groupe Newrest appuie la mission de l’association Entendre Le Monde, qui se déroule cette semaine à Madagascar.

Le Groupe Newrest renforce ses actions sociétales à Madagascar. Cette fois, ce spécialiste français de la restauration hors foyer soutient la sixième mission humanitaire de l’association Entendre Le Monde, qui se tient du 8 au 12 janvier.

 

Un million de repas servis chaque jour. C’est l’activité du groupe Newrest, qui gère également, avec ses 650 employés à Madagascar, la restauration et le camp d’Ambatovy. Dans le cadre de ses actions sociétales, ce groupe soutient la mission de l’association Entendre Le Monde, d’un point de vue logistique, financier et humain. Programmée au CHU Analakininina de Toamasina, cette mission initialement lancée en 2012 a pour objectif de dépister et de prendre en charge des pathologies auditives, former les équipes médico-chirurgicales et renforcer l’équipement en matériel auditif dans plusieurs centres médicaux à Toamasina. Depuis son lancement à Madagascar, plus de 60 patients ont été pris en charge. Pour cette année, l’association renforce son équipe sur le terrain avec l’arrivée de Jonathan Flamand, audioprothésiste spécialiste de l’équipement en matériel auditif pour les enfants. Celui-ci rejoint une équipe initialement de quatre personnes, du président de l’association et chirurgien ORL Bertrand Gardini, du docteur Kerurien et des anesthésistes Chaminade et Vitkovitch. Par ailleurs, la mission sur le terrain sera prolongée par un dispositif d’encadrement et de formation à distance des équipes sur place. Les équipes de l’association Entendre Le Monde organiseront des cours théoriques et des cours de chirurgie à distance, et apporteront leur soutien à la prise en charge de patients compliqués.

Présence. En ce qui concerne le Groupe Newrest présent dans 49 pays, il s’agit aujourd’hui du seul caterer à intervenir sur l’ensemble des secteurs de la restauration et des services associés, notamment le catering aérien, buy-on-board, duty-free à bord, restauration concédée, bases-vie et services de support, catering ferroviaire, concessions de restauration aéroportuaires et autoroutières. « Newrest s’est engagé dans un processus d’amélioration et d’innovation constante dans les services proposés à ses clients, ainsi que dans le bien-être et la progression de ses employés et cadres. Le développement durable de l’entreprise et le respect le plus total des valeurs sociales et environnementales sont au cœur de ses activités », ont indiqué les responsables auprès de Newrest Madagascar.

 

Antsa R.

Tia Tanindranaza8 partages

Taitaitra lava

Oh ry Jean a ! ary toa tsy hita popoka tampoka te indray ianareo e, tany atsinanana no nandrenesana anareo farany dia izay no vita..

Marco

Midi Madagasikara6 partages

La nuit des idées : « Dessine-moi une ville… »

« L’imagination au pouvoir », est le thème bien large où tout le monde aura à dire. Durant la « Nuit des idées », les experts se pencheront sur Tananarive dans « Dessine-moi une ville… »

« En 2030, Tananarive comptera 7 millions d’habitants. Comme pour tant d’autres villes dans le monde, cette urbanisation inexorable viendra accroître les difficultés actuelles liées à l’expansion démographique à l’œuvre depuis une dizaine d’années. Paupérisation des plus fragiles, pollution, insécurité, ségrégation spatiale et sociale … Que faire, qu’entreprendre, que mettre en place dès à présent pour endiguer cette dégradation indéfinie et surtout tenter de rendre la ville plus habitable aujourd’hui et demain ? » Des questions que tenteront de mettre au débat les experts durant la nuit des idées. Dès l’après-midi du 25 janvier, des spécialistes de toute part se relayeront pour donner des conférences.

Il s’agira durant cette Nuit des Idées de confronter les défis que la ville doit affronter dans un contexte de mondialisation et d’expansion démographique avec des initiatives très concrètes menées à Tananarive pour changer certains aspects de la vie urbaine. Dans cette optique, entre l’utopie et le faisable, le but est de dessiner les contours d’une habitation urbaine plus acceptable.

Après une conférence inaugurale qui décrira les enjeux et les conditions d’une urbanisation, trois domaines seront explorés. L’habitabilité, l’ouverture, la mixité  et la territorialité seront préfacés par un spécialiste du développement urbain des villes africaines et illustrées par des ateliers présentant des réalisations concrètes en cours à Tananarive.

L’alternance d’interventions générales sera complétée par la mise en place de kiosques en libre accès proposant des activités spécifiques en lien avec la thématique de la ville.  Lecture à haute voix, jeux vidéo, films documentaires et des performances d’artistes, rempliront également la programmation.

A rappeler que la nuit des idées est à sa deuxième édition. Cette année, le thème universel  tourne autour de « l’imagination au pouvoir ». Environ 51 pays des cinq continents constituent la pléiade de la nuit des idées à travers le monde.

Maharindra

News Mada5 partages

Rdj mozika awards : la liste des nominés dévoilée

Chaque année, RDJ Mozika Awards de la radio des jeunes (RDJ) est à l’affiche. Si la date de la remise des trophées aux artistes et groupes qui ont marqué l’année n’a pas encore été communiquée officiellement, la liste des nominés a été dévoilée la semaine dernière.

L’objectif de RDJ Mozika Awards est de récompenser l’effort des artistes qui ont cartonné l’année dernière. Si au début, elle était surtout destinée au genre tropical et variétés, actuellement, elle est ouverte à presque tous les styles de musique. L’année dernière, la catégorie «Mozika rock» a été ajoutée dans la liste et cette année, de nouvelles catégories seront au programme, entre autres Mozika Buzz, Mozika Afro dance, Come back de l’année, DJ Beatmaker… «Nous espérons intégrer prochainement le jazz», a expliqué l’un des membres de l’équipe.

Ainsi, cette année, six artistes sont nominés dans la catégorie artiste de l’année. Il s’agit de Denise, Wawa, Stéphanie, Shyn, Rak Roots et Elidiot. «Ce qui est fascinant dans cette liste, c’est qu’elle est surtout composée d’artistes fraîchement connus. Il y a quelques années, peu de gens connaissent les œuvres d’Elidiot. Et actuellement, presque tout le monde chante le titre « Tsy Magnino », a-t-il continué. Par ailleurs, ses titres «Magnaniyoh» et «Aza latsaigny» sont aussi sélectionnés dans la catégorie Mozika mafana masculin et Mozika soft masculin.

Dans la section Révélation, dix artistes sont en lice, à savoir Niu Raza, Inah, The Women, Chantal, Shéryl Brown, Basta Lion, Lion Hill, Smaven, Welvi Waves et Nate tex. «Il était difficile d’établir cette catégorie, parce qu’elle renferme plusieurs styles de musique différents. Chacun de ces artistes nominés a son propre style», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar3 partages

Transport – Des taxis-brousse continuent à fonctionner

Optimistes. Quelques taxis-brousses partent toujours  malgré les gros dégâts causés par le passage du cyclone Ava, plus précisément pour les RN7 etRN 44. « Les taxis-brousse ne cessent de partir. Nous arrivons toujours à remplir les places », affirme un responsable au niveau de la coopérative Transcupl, qui travaille sur la RN 44.En fait, une déviation provisoire vers la rizière a été créée près du pont d’Amboa­sary Gare pour que les voitures puissent circuler.Plusieurs personnes  trouvent des petits boulots en poussant les voitures. « Il n’y a pas de transbordement mais pour cette déviation, nous devons payer jusqu’à 30 000 ariary. Les personnes qui poussent les voitures obtiennent au moins 3 000 ariary par personne d’Andaingo à Vohidiala », raconte Joseph Ramilison, responsable de la coopérative Fimama. Il a ajouté que peu de personnes osent s’aventurer sur cette route pour éviter de mauvaises surprises. Le pont d’Amboasary Gare se trouve dans une partie déserte. La nourriture est apportée dans des seaux.Le voyage vers Fiana­rantsoa n’est pas encore suspendu, les transporteurs restent optimistes. « Plusieurs taxis-brousse ont quitté Fiana­rantsoa ce matin, ils ne sont pas encore revenus. Si l’eau d’Ampi­tatafika Antanifotsy baisse, c’est déjà un problème en moins. Et même s’il y a  un  transbordement pour le pont Baley à Vohiposa, il n’y aura pas de hausse de frais mais nous le fixons toujours à 23 000 ariary », affirme un chauffeur de taxi-brousse de la coopérative Sonatra, hier à Fasan’i Karàna. D’après l’information reçue, plusieurs taxis-brousse sont encore bloqués sur le pont Vohiposa, actuellement.« Je suis encore coincé à Vohiposa or je dois arriver à Tanà pour prendre un vol ce matin. Plusieurs personnes espèrent rejoindre la capitale pour le travail », affirme un passager au téléphone, hier. La ville de Fianarantsoa, de Morondava et tous les  axes du Sud-Est resteront isolés pour un moment.Pour l’axe de la RN2, la route reste praticable depuis dimanche soir. « Les taxis-brousse pour aller à Toamasina et Mahajanga sont disponibles », explique un responsable auprès de la coopérative Cotisse à Ambodivona.Le ministère des Travaux publics envoie actuellement des techniciens sur les routes nationales endommagées. Comme mesure prise, il est interdit actuellement pour les semi-remorques de plus de 15 tonnes de circuler sur la RN1 entre le PK 5 et PK 17+500 selon le communiqué de la  Direction des transports routiers.

Mamisoa Antonia

News Mada1 partages

Sehatra bà gasy : hanentana mba hatao anaty fandaharam-pianarana ny bà gasy

Mifanojo indrindra amin’ny hetahetan’ny filoham-pirenena, nambarany tamin’ny kabariny teny Iavoloha ny zoma teo, ny vinavinan’ny fikambanana Sehatra bà gasy, mandritra ity taona 2018 ity. Tsy inona izany fa ny famerenana indray ny maha isika antsika Malagasy, indrindra eo amin’ny lafiny kolontsaina.

Nambaran’ny filohan’ity fikambanana ity, Rasolondraibe Jeannot, fa hifantoka kokoa amin’ny fanentanana ny tsirairay ary koa ny mpitondra fanjakana ny amin’ny tokony hampidirana ny bà gasy ao anatin’ny fandaharam-pianaran’ny ankizy any an-tsekoly ny hetsika hotontosain’izy ireo. “Ekena fa tsy ho tratra ao anatin’ity taona ity io, saingy hatomboka aloha ny fanentanana sy ny fampahafantarana ny olona ny hasarobidin’izany zavakanto Malagasy izany.

Etsy ankilan’izay, hatevenina kokoa ny fampahafantarana ny bà gasy ny fanehoana izany an-tsehatra any an-tsekoly sy any amin’ny faritra. Tafiditra ao anatin’ny tetikasa antsoina hoe “Bà gasy an-tsekoly” sy “Bà gasy mitety vohitra” io.

Fanampin’ireo, hotohizana ny fandaharam-potoana efa fanaon’ny fikambanana. Eo aloha ny hetsika isam-bolana: “Atrik’efa bà gasy”, fanao ao amin’ny IKM isaky ny alarobia voalohany. Fotoana iray hampianarana ny fihirana, fitendrena, fampiaraham-peo, angola, sns, eo amin’ny bà gasy io. Isam-bolana, amin’ny asabotsy faharoa, kosa ny “Zara sehatra bà gasy”, famerenana sy fanamafisana ary fizàrana miaka-tsehatra. Aorian’ireo, isaky ny roa volana, misy ny “Bà gasy an-tsehatra”, fampisehoana an-tsehatra.

Landy R.

News Mada1 partages

Liste électorale : des électeurs se font désirer

La clôture annuelle de la révision de la liste électorale se fera le 31 janvier prochain. Une partie des électeurs semble toutefois adopter l’attitude de l’attentisme, à l’idée d’inscrire leur nom auprès des responsables de leur quartier. C’est ce que le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Thierry Rakotonarivo, a indiqué hier lors d’une émission à laquelle il a été invité, sur une station de radio privée de la capitale. Il estime par ailleurs que le fait de voter est un devoir de citoyen, alors chacun devrait accorder un peu de temps à vérifier ou à inscrire son nom.

Par ailleurs, la sensibilisation continue. «Nous espérons toujours un changement car nous (les Malgaches, ndlr) avons l’habitude d’attendre la dernière minute», a-t-il déclaré. En effet, si la Ceni table sur dix millions d’électeurs avant le mois de décembre dernier, ils se chiffraient encore aux alentours de 9 222 918.

Alors que l’arrêtage de la liste électorale devrait se faire le 31 janvier prochain. «Ceux qui ne sont pas inscrits dans la liste électorale au plus tard le 31 janvier ne peuvent pas participer aux élections (…). Ils ne peuvent pas aller voter et encore moins prétendre  se faire élire. Il n’y aura ni liste additive, ni ordonnance émanant des tribunaux le jour du vote», a averti l’administrateur civil de formation, lors de son intervention.

En tout cas, si le manque de sensibilisation de la part des acteurs politiques et de la société civile est l’une des raisons avancées pour expliquer cette réticence, l’éloignement et l’insécurité sont aussi à prendre en compte. A cela s’ajoute l’appréhension d’une partie de la population à la pratique politique.

En effet, selon les observateurs, le taux de participation des électeurs ne cesse de diminuer car la population se désintéresse de plus en plus de la politique. En dépit des élections, par conséquent, le régime demeure instable car les dirigeants sont mal élus.

Rakoto

La Vérité1 partages

Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »

« Je ne suis pas un hypocrite pour fréquenter des gens qui ne me considèrent pas ». C’est la réponse donnée par Marc Ravalomanana pour expliquer son absence au Palais d’Iavoloha lors de la présentation de vœux au couple Rajaonarimampianina. Hier, Marc Ravalomanana a fait face à la presse et à part sa mésaventure à Toliary le week-end dernier, il a lancé des piques à l’endroit du régime actuel.

Le Président Hery Rajaonarimampianina a été l’un des cibles du conférencier qui le qualifie d’un dirigeant sans personnalité et qui manque d’autorité. « Quand on est un dirigeant d’un pays, il faut avoir des qualités dont entre autres la personnalité et l’autorité. Hery Rajaonarimampianina ne possède pas ces qualités.  Il se laisse influencer par ses conseillers et hésite à prendre des décisions idoines face à des situations importantes », affirme l’ancien Président. Lui qui n’a pas hésité à affirmer que Hery Rajaonarimampianina n’est pas un homme de parole. Il cite comme exemple pour argumenter ses dires la réconciliation nationale évoquée lors des rencontres initiées par le Ffkm  au Cci Ivato. « Jusqu’à maintenant tout le monde attend la suite. Rien n’a été fait dans ce sens. Pire, c’est le contraire qui se produit », analyse Marc Ravalomanana en faisant allusion certainement à ses vécus de ces derniers mois. Il s’agit entre autres de la fermeture de la société  triple A (AAA) et des coups bas perpétrés par un membre du Gouvernement  à son endroit à Toliara. « Même les militaires qui sont venus saisir la sonorisation ce samedi  lors de notre rassemblement étaient conscients de l’irrégularité de leurs actions ». Une mauvaise gestion des situations qui illustre l’incompétence du régime actuel, d’après Marc Ravalomanana. Celui-ci, dans ses attaques contre la gestion de l’équipe de Rajaonarimampianina, n’a pas omis de citer l’insécurité galopante dans le pays, l’exportation illicite des ressources naturelles et la dépréciation inquiétante de la monnaie locale ainsi que l’amateurisme des autorités à gérer les cataclysmes naturels. « Le Président est descendu à Toamasina pour constater les dégâts du cyclone Ava sans emmener dans sa délégation des experts internationaux. Or, les fonds propres de l’Etat ne suffiront pas pour la réhabilitation des infrastructures abîmées, il faudrait ainsi recourir aux aides de la communauté internationale. Pour gagner du temps, ça aurait été  judicieux d’inclure dans la délégation les représentants des institutions financières internationales et ceux des bailleurs de fonds », conseille l’ancien Président qui se considère comme un expérimenté en matière de gestion d’un pays.Il a d’ailleurs fait remarquer que la confiance n’est plus de mise entre les bailleurs de fonds et le régime actuel. « En quatre années de règne de Hery Rajaonarimampianina, le robinet international  ne déverse qu’au compte-gouttes les  aides financières pour Madagascar. La seule raison de cette réticence c’est que les instances internationales doutent de la sincérité et de la capacité des autorités actuelles », martèle Marc Ravalomanana. Les doutes des bailleurs, selon ce dernier, se reposent essentiellement sur les contrats signés récemment avec la Chine et l’émission des nouveaux billets de banque en plus des  affaires des conseillers du Président en l’occurrence Claudine Razaimamonjy et de MbolaTafaray….La rédaction

L'express de Madagascar1 partages

Débat sur le calendrier de la présidentielle – Une demande d’interprétation de la HCC suggérée

Une alternative. « L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice », prévoit l’alinéa 1er de l’article 47 de la Constitution. Sur la radio Antsiva hier, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a suggéré une demande d’interprétation de cette disposition par la Haute cour constitutionnelle (HCC).« Ce qui m’étonne, c’est que personne n’a pensé à demander une interprétation de cette disposition à la HCC. Cela nous aurait pourtant épargné les longs débats de ces derniers mois », a déclaré le vice-président de la Ceni. Il a fait remarquer que l’article 47 ne fait aucune mention du nombre de votes qui devraient se tenir durant la période de trente à soixante jours avant l’expiration du mandat du chef d’État en exercice.Pour Thierry Rakoto­narivo, l’on devrait demander aux juges constitutionnels de se prononcer sur le fait si « cette disposition impose que tout le processus de la présidentielle soit fait durant cette tranche de temps, ou qu’il prescrit juste que ce soit le premier tour qui doit se tenir dans cette période de trente à soixante jours ». La déclaration de Hery Rajaonarimampianana, président de la République selon laquelle la présidentielle se tiendra cette année « selon le calendrier prévu par la Constitution », a apporté des certitudes sur les préparatifs du scrutin, selon le membre de la Ceni.

Mettre au diapasonSeulement, dans ses explications sur la station radiophonique, il a indiqué que le débat reste ouvert sur le délai durant lequel se tiendra les deux tours de la course à la magistrature suprême. Selon la Loi fondamentale, « la HCC peut être consultée par tout Chef d’institution et tout organe des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) (…) sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution ».Contacté dans la soirée, Thierry Rakotonarivo a indiqué que si tous les moyens sont mis à la disposition de la Commission électorale, respecter le timing prévu par l’article 47 est faisable. « Des réductions de délai sont toutefois à prévoir. Une forte réduction du temps de la propagande permettrait-elle, cependant, d’avoir une égalité des chances des candidats », a-t-il lancé sur les ondes de la radio Antsiva.Lors d’une interview pour l’Hebdo de Madagascar l’année dernière, maître Hery Rakotomanana, président de la Ceni a indiqué que le timing serait « sensiblement serré pour organiser deux tours d’élection en fin 2018 ». Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, avait déjà indiqué qu’une demande d’interprétation de la HCC des dispositions électorales prêtant à débat était parmi les options envisagées par le pouvoir. Une voie qui ne semble pas avoir été retenue.Durant l’entretien téléphonique d’hier, Thierry Rakotonarivo a fait part de sa crainte que le débat autour de l’article 47 ne soit une ouverture à des contestations post-électorales. Expliquer les contraintes temporelles imposées par cette disposition sur la présidentielle est l’un des objectifs des consultations menées par la Primature. Les chefs de l’Exécutif ayant tu toute idée d’accord politique à l’issue des rencontres avec les acteurs électoraux, une interprétation de la HCC pourrait être une manière de mettre tout le monde d’accord sur les règles du jeu.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Infrastructures – Des routes coupées

Les sept districts formant la région Vakinankaratra ont été touchés par les fortes pluies apportées par le cyclone Ava. Des inondations sont enregistrées dans presque tous ces districts et plus de 80% des rizières sont submergées par les eaux.« Si le niveau de l’eau ne descend pas dans les quatre jours qui suivent, les paysans risquent de perdre la prochaine récolte. Pour le moment, le comité préfectoral des catastrophes naturelles s’efforce déjà de trouver des solutions à cette situation », mentionne Voahangiarimino Andriatomponera, préfet d’Antsirabe.Le cyclone Ava a également laissé des séquelles importantes sur les infrastructures routières. Suite à l’affaissement et la dégradation d’une partie de la chaussée avec les buses démantélées au PK37+400 à Soavina, sur la RN 34, la circulation sur cette route reliant le Vakinankaratra au Menabe reste impossible.  Un pont Bailey sera installé à l’endroit de la coupure. Toutefois, les travaux ne seront terminés que demain.À cause de la montée des eaux qui a atteint 70 cm au-dessus de la chaiussée, le passage sur la RN7, au PK  99+800 à Ampitatafika Antanifotsy est suspendu. Même situation aux PK13+200 et PK14+400, à Ampahatrimaha Betafo où la route est submergée par les eaux. Des éléments des forces de l’ordre sont installés sur place afin d’assurer la sécurité des passagers et aussi pour assurer l’effectivité de la suspension de la circulation sur ces routes nationales.

A. N. A.

L'express de Madagascar1 partages

2018, une trajectoire floue

La sortie de crise de 2013 a produit des fruits pourris : corruption, insécurité, fractures sociales, relâchement des services publics, déficit de l’autorité de l’État, pertes des repères, tensions politiques incessantes, arrivée d’investisseurs aventuriers, spoliation des terres des paysans, croissance des inégalités. Imputer à un seul homme les conséquences de cette crise mal résolue, même s’il tient le volant du taxi-brousse malgache, n’est pas entièrement juste. Si sa responsabilité est certaine, elle n’enlève rien à la responsabilité de son entourage et du système tout entier.Renforcer le vouloir-vivre ensemble suppose que la prise de conscience collective soit amé­liorée, que des passerelles de dialogue soient créées, que les droits des sans-défense soient pris en compte et qu’une capacité d’absorption critique soit assumée. Une bonne sortie de crise ne surgit pas du Palais d’un nouveau régime, mais d’une démarche animée par le pouvoir où chacun se sent mobilisé, impliqué et responsable. Dans ces conditions seulement, pourra renaître une atmosphère de paix et de fraternité dans un véritable État de droit.Les pères de l’indépendance, en Afrique et à Madagascar, se méfiaient de la multiplicité des partis politiques parce qu’elle risquait de diviser leurs jeunes nations qui venaient d’accéder à la souveraineté. Aujourd’hui, c’est un multipartisme ultra fragmenté et désordonné qui constitue l’un des facteurs de blocage pour la sortie de crise de Madagascar. Ce contexte permet, au milieu de ces partis microsco­piques et attrape-tout, l’émergence d’un parti dominant qui monopolise la parole à la radio et à la télévision nationales. Cela ne favorise en rien un climat de prise de responsabilité commune, tant la loi du plus fort et l’exclusion prennent le dessus sur les valeurs de l’union. Cette atmosphère délétère peut donner au pouvoir l’impression de gouverner, mais elle maintient l’État dans un équilibre instable permanent.Nous pouvons vivre ensemble malgré nos différences. Depuis un certain temps, certains acteurs de la société politique et l’ensemble de la société civile mettent le pouvoir en garde contre toute élaboration unilatérale des lois sur l’élection présidentielle de 2018. Ils se méfient des manœuvres dilatoires du pouvoir puisqu’à un an de l’élection présidentielle, la trajectoire d’une préparation électorale ouverte et transparente reste encore totalement floue.Personne n’a intérêt à ce que cette élection débouche sur une nouvelle crise fatale à l’économie, à la cohésion sociale et au fonction­nement d’institutions fortes dans un État stable. Il nous faut éviter d’agir de façon solitaire au détriment d’une démarche consensuelle. C’est le meilleur cadeau qu’avec la société politique et la société civile, le pouvoir puisse offrir au peuple malgache, en cette nouvelle année 2018, pour qu’elle soit celle d’une élection inclusive et juste, dans de bonnes conditions.

Par André Rasolo

L'express de Madagascar1 partages

Un deuxième séjour inquiétant de Lebel à Madagascar

De retour à l’Ile de France  (Maurice) après son premier séjour à Madagascar au début du XIXe siècle, Lebel, « négociant-voyageur » précise J.-C. Hébert, raconte son voyage dans plusieurs lettres à son ami Céré, naturaliste et directeur du Jardin des Plantes à l’Ile de France. Le magistrat-ethnographe revient sur ces narrations dans le numéro 10 du second trimestre 1979 de la revue d’études historiques Omaly sy Anio (lire précédente Note).Il donne ainsi un extrait de la lettre du 10 juin 1802 que Jean Valette publie déjà intégralement, dans le Bulletin de Madagascar (1968), sous le titre « deux documents sur la région de Tamatave en 1802 ». Dans cette missive, Lebel déplore l’absence du « citoyen Dumaine ».Celui-ci, à l’époque, est le chef des traites à Madagascar et réside à Foulpointe. Mais il doit pourtant quitter la ville lorsque les Anglais ravagent la « palissade », fin juin 1796 ou début 1797. « Les Betsimisaraka sont devenus irraisonnables et semblables à des enfants indociles », s’énerve-t-il.Lebel raconte ainsi que ces derniers « s’imaginent » que les Français ont peur d’eux, depuis la prise de Foulpointe par les Anglais et « la conduite irréfléchie des Français ». En 1801, le général Magallon, gouverneur général des Iles de France et de Bourbon, ordonne effectivement d’arrêter le roi Zakavola pour le conduire à Maurice. Mais il n’y réussit pas. En septembre 1803, le roi est sagayé par ses sujets, « sans doute considéré comme traitre ».Lebel, dans cette lettre, annonce qu’il envisage de repartir à Madagascar, mais « la poudre manque dans le commerce » et il craint fort pour sa sécurité si le gouvernement français ne lui accorde aucune protection. Il insiste surtout qu’il a déjà beaucoup investi « en moyens et grande dépenses » pour ce déplacement.En recevant sa lettre, Céré recommande « chaudement » son ancien commis au ministre de la Marine à Paris, d’autant que Lebel lui affirme qu’il « a assez de connaissances locales et du commerce pour ne pas trop s’avancer et s’exposer en vain ». Dans sa lettre, Céré soutient qu’à son avis, « personne ne connait mieux que lui cette île immense et, peut-être, jugerez-vous fort à propos de l’y employer en conséquence ».Toutefois, commente J.-C. Hébert, bien que la recommandation soit de poids venant d’une sommité telle que Céré, « il est douteux qu’il en reçoit une aide matérielle ». Ainsi, Lebel ne peut accomplir le voyage qu’il se propose d’effectuer  en septembre 1802.Avec  quelques mois de retard, il repart pour une seconde expédition dans l’intérieur de Madagascar, du 23 décembre 1802 au 20 janvier 1803. D’après J.-C. Hébert, sur ce grand voyage il ne dispose  que de deux récits rédigés une dizaine d’années plus tard.La première narration date du 18 mars 1815 qu’il adresse à Barthélémy Huet de Froberville, et le second est envoyé au gouverneur anglais de Maurice, en 1816. C’est  le plus complet, précise  J.-C. Hébert. Sir Robert Farquhar entreprend, en effet, à l’époque de s’informer sérieusement sur Madagascar et entre en relation avec les anciens traitants français susceptibles de lui fournir les meilleurs renseignements. C’est ainsi qu’il contacte Lebel.Dans son récit à Farquhar, Lebel « prétend » que c’est à l’instigation de Magallon qu’il entreprend son voyage. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, précise J.-C. Hébert, car il est prouvé qu’il se lance dans l’aventure à ses propres frais. Il en fait juste part au général Magallon « afin d’être secondé au besoin ». Et celui-ci lui demande de se faire accompagner par un autre traitant qu’il ne connait pas encore, du nom de Lasalle.Lasalle vit à Mahanoro avec une Malgache, « Samangourou ou Angourou qui est la sœur du chef Finedou ».Dans les deux récits, Lebel indique que ses relations avec son compagnon de route, s’enveniment assez vite au point qu’arrivés sur les Hautes terres centrales, Lasalle aurait tenté de l’emprisonner. Au retour, ce dernier aurait volé une partie de ses esclaves et marchandises, dont il aurait fait cadeau à son beau-frère, le chef Finedou. Mais ce dernier aurait rendu à Lebel ses biens.Il se fait également voler deux esclaves et de la poudre à fusil par Soratch (ou Soratra ?), oncle maternel de Faux (Vao ?), fils de Finedou. « Ce dernier avait été autrefois, chef de l’ile du lac, (Nosy Ve ?)», souligne J.-C. Hébert en concluant ce chapitre.

Texte : Pela Ravalitera - Carte : J.-C. Hébert

Madaplus.info0 partages

Bilan du cyclone AVA : la région d’Analamanga la plus touchée en terme de sinistrés

Par rapport aux événements cycloniques précédents, c’est le passage du cyclone AVA qui été le plus dévastateur. C’est principalement la région d’Analamanga qui a enregistré le plus grand nombre de sinistrés.
Près de 1350 sinistrés répartis dans 272 foyers sont victimes de la montée des eaux. Le nombre de sinistrés a augmenté, puisque lors du passage du cyclone ENAWO, ils étaient environ de 1000. Presque toutes les victimes d’inondation dans les bas quartiers de Madagascar n’ont nulle part où aller, faute d’infrastructure d’accueil selon eux. Pour Ankasina, aucun site d’hébergement n’est encore à la disposition des sinistrés, de même que pour la commune de Soavina. De ce fait, la plupart des sinistrés d’Analamanga reste encore chez eux-mêmes si les eaux pénètrent dans la maison, sans parler de ceux qui ne veulent pas partir, par crainte que leurs biens ne soient volés.
Madaplus.info0 partages

Compagnie Air Madagascar : des perturbations de vols constatés

La perturbation des vols nationaux de la compagnie Air Madagascar a fait monter la grogne des passagers bloqués à l’aéroport d’Ivato hier. Cela fait plus de trois jours que les passagers n’ont pas pu prendre leurs vols et fustige l’irresponsabilité de la compagnie.
Les perturbations des vols ont déjà commencé depuis la fin de l’année 2017, mais se sont intensifiées durant ces trois derniers jours par le passage du cyclone AVA. Aucune explication et prise de responsabilité de la part de la compagnie Air Madagascar selon le passager. Au cours de ces perturbations, les passagers n’ont pas été informés à temps et il n’y a ni prise en charge ni frais d’hébergement.
Madaplus.info0 partages

Compagnie Air Madagascar : des perturbations de vols constatées

La perturbation des vols nationaux de la compagnie Air Madagascar a fait monter la grogne des passagers bloqués à l’aéroport d’Ivato hier. Cela fait plus de trois jours que les passagers n’ont pas pu prendre leurs vols et fustigent l’irresponsabilité de la compagnie.
Les perturbations des vols ont déjà commencé depuis la fin de l’année 2017, mais se sont intensifiées durant ces trois derniers jours par le passage du cyclone AVA. Aucune explication et prise de responsabilité de la part de la compagnie Air Madagascar selon le passager. Au cours de ces perturbations, les passagers n’ont pas été informés à temps et il n’y a ni prise en charge ni frais d’hébergement.
Midi Madagasikara0 partages

Ambatoroka : Un orfèvre attaqué par des bandits

La chance a encore souri à un orfèvre tenant atelier à Ambatoroka. Il  a été la cible des bandits le week-end dernier. En pleine nuit, les malfaiteurs étaient sur le point de forcer  la fenêtre du domicile de l’orfèvre quand le chargeur de l’arme de l’un d’eux est tombé. Le bruit émis par la chute de cet objet a réveillé le propriétaire de la maison. Ce dernier a tout de suite alerté ses employés qui dormaient au rez-de-chaussée. Ainsi, ces derniers ont crié au secours. En  entendant leurs cris, les agents de sécurité d’une ancienne haute personnalité de l’Etat résidant juste en face de la maison attaquée sont également intervenus par des coups de sifflet en guise de sonnette d’alarme. Pris aux dépourvus, les malfaiteurs ont dû évacuer les lieux pour prendre la fuite sans laisser aucun préjudice.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Houcine Arfa : Mandat d’arrêt international lancé

Alors que l’affaire portant sur le ressortissant français Houcine Arfa qui s’est évadé de la maison de force  de Tsiafahy le 28 décembre 2017 crée de polémique, le Ministre de la Justice a rassuré devant la presse hier que le gouvernement a déjà pris ses responsabilités. En effet, un mandat d’arrêt international est déjà lancé à l’encontre de cet homme  depuis le 04 janvier 2018. Le ministère de la Justice malgache a rappelé que ce prisonnier de Tsiafahy qui devrait écoper trois  ans de prison ferme à Tsiafahy, a bel et bien pu s’échapper en France suite à un complot bien préparé. D’après le Ministre, l’évadé est impliqué dans quelques dossiers en cours de traitement dans lesquels, plusieurs personnes sont mouillées et devront être poursuivies auprès de la Justice. C’est pourquoi, le Ministre    rappelle à son homologue français l’application de l’Accord de coopération judiciaire signé entre les deux parties le 4 juin 1975. Ce texte oblige la Justice française de collaborer pour traquer le fugitif. Pourtant, une fois arrêtée, cette personne ne sera jamais remise à la Justice malgache si l’on se réfère à cet accord. C’est pourquoi, le Ministre de la Justice malgache affirme que pour la continuité du traitement de ses dossiers, Houcine Arfa devra être jugé par la Justice française.

T.M.

News Mada0 partages

Tantara an-tsary 2018 : hanamarika ny faha-10 taony ny Tantsary

Sehatra anisan’ny nampivelatra ny tantara an-tsary teto Madagasika ny Tantsary. Hitohy hatrany izay anjara asany izay, raha ny fanazavan-dRaoto, filohan’ity fikambanana hanamarika ny faha-10 taony ity. « Miaina sy mivoatra ny fikambanana, noho izany, ilaina ny fihavaozana. Tsy amin-javatra tokana ihany io fa tokony ho hita any amin’ny fiainam-pikambanana iray manontolo mihitsy. Anisan’izany ny fomba fiasa, fanavaozana ny birao », hoy ny filoha am-perinasan’ny Tantsary. Hanatanteraka ny fivoriambeny rahateo izy ireo ny 13 janoary izao.

Nomarihin-dRaoto ihany koa fa hiompana bebe kokoa amin’ny fampianarana sy fifanakalozana ary fifampizarana eo amin’ny samy mpikambana ny fandaharam-potoan’ny Tantsary manomboka izao. Anisan’ny fampivoarana haingana  ny talentan’ny mpikambana ny fisian’ny fandaharanasa tahaka izao, raha ny fanazavany hatrany. Hotohizana koa ny famoahana indray ireo tantara an-tsary efa nisy teo aloha. Anisan’ireny ny « Menakely », izay haverina amin’ny endrika vaovao.

Ho an’ny taona 2017, nambaran-dRaoto fa tontosa soamantsara ny « Gasy Bulles andiany    faha-13 ». Boky roa « Ambohimanga » sy « BD Skoto » no tafavoaka. Nohamafisiny fa « tohizana hatrany ny fiaraha-miasan’ny Tantsary amin’ireo mpiara-miasa aminay hatramin’izay sy ireo vonona ny hiaraka hiasa ihany koa ».

Raha ny fanazavan’ny filohan’ny Tantsary, tontosa teo amin’ny 80% ireo vinan’asan’ny fikambanana tamin’iny taona 2017 iny.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

MPTDN : fampitaovana ny Vondron-tafika Ihosy

Mandray anjara feno ahazoana vokatra mahomby ny eo amin’ny ady amin’ny asan- dahalo ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny teknolojian’ny niomerika (MPTDN). Hanamarinana izany ny fampitaovana ny Vondron –tafika manokana any Ihosy, fitaovana avo lenta amin’ny lafiny fifandraisan-davitra tamin’ny taona 2017ary mbola mitohy amin’ity taona 2018 ity. Mitondra fiovana lehibe sy manafaingana ny fomba fiasa ny fananana fitaovana avo lenta sady manaraka ny toetr’andro, raha tsy hitanisa afa-tsy ny fitaovana maka an-tsary ana habakabaka ny zava-misy, antsoina hoe  « drône », nomen’ny MPTDN tamin’ny volana septambra 2017 teo, ohatra.

Ankoatra izany, tsy vitan’ny famatsiana fitaovana ny asa, fa tsy maintsy ilaina koa ny vatsy ilaina andavanandro toy ny sakafo sy ny kojakoja samihafa. Hanamarinana izany, nanolotra fanomezana maro ny MPTDN ny faran’ny taona 2017 teo, hanampiana ireo andiana mpitandro filaminana ireto. Anisan’izany, ny vary 1.250 kg, omby dimy, hoan’ny olona 500 avy any amin’ny fokontany 13. Nahazo vary telo kilao sy henan’omby 1,5 kilao avy ireo olona nanatrika. Nilaza ny minisitry ny MPTDN, Razafimamonjy Neipatraiky, fa “mila fahatoniana isika Malagasy amin’ity taona vaovao 2018 ity,  ary aoka hiasa hanatsara izay hahasoa ny firenena hatrany”.

Njaka A.

News Mada0 partages

Analakely : roa lahy tratra nanakalo vola vahiny sandoka

Nihevitra ireto olon-dratsy fa tsy hisy hahalala ny vola vahiny sandoka saika natakalo teny Analakely, kanjo tratra. Niziriziry ka nosamborin’ny polisy…

Mandeha ny sera eny Analakely eny, ary ahitana ny karazana fandikan-dalana rehetra.

Lehilahy miisa roa 30 taona sy 36 taona izay samy monina eny 67 Ha Atsimo no tra- tehaky ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany Analakely teo am-panakalozana vola sandoka tao amin’ny Hotel Le Glacier Analakely, ny asabotsy 6 janoary tokony ho tamin’ny 9 ora alina. Mbola tratra tany amin’izy ireo ihany koa ny vola sandoka 100 euros iray. Araka ny fanazavana, tamin’io fotoana io, tonga tao amin’ny Hotel Le Glacier izy roa lahy ireto hanakalo ity vola vahiny ity. Rehefa natao ny fanamarinana ilay vola, hita fa sandoka izany. “Efa nilazana izy ireo fa sandoka ilay vola fa mbola niziriziry tamin’ny heviny ihany ry zalahy”, hoy ny fanazavana. Niantso polisy ny tompon’andraikitra tao amin’ny Hotel, ka izao izy roa lahy voasambotra izao.

Anisan’ny aparitaky ny olon-dratsy ny vola sandoka vahiny ankoatra ny vola malagasy. Tsy zava-baovao anefa ny vola sandoka vahiny fa efa nisy ihany fa somary mahalana ny fiparitahan’izany, raha mihoatra amin’ny vola eto an-toerana. Vao tsy ela no nahatraran’ny mpitandro filaminana basy miaraka amin’ny vola sandoka marobe. Mihodina eto an-drenivohitra eto avokoa ny fiparitahan’ireo vola ireo, ankoatra ny alefa any amin’ny faritra ambanivohitra. Ireto roa lahy tratra farany izay nihevitra fa tsy misy ny fitaovana amantarana ny vola sandoka vahiny, na mety tsy ho fantatry ny olona akory izany. Tratra ireo ary natolotra ny fampanoavana omaly.

Yves S.

News Mada0 partages

Jeneraly Randriamanarina Jean Christophe : “nihena ny kolikoly teo anivon’ny zandary”

Tontosa omaly teny amin’ny Toby Ratsimandrava ny fifampiarahabana noho ny fahatratrarana ny taona vaovao. Ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg), ny jeneraly Andriamavalisoa Girard, sy ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena (COMGN), ny jeneraly Ramiandrisoa Daniel no noarahabain’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny zandary manerana ny nosy. Nomarihin’ny lefitra voalohan’ny kaomandin’ny zandary, ny jeneraly Randriamanarina Jean Christophe, mpitondra teny ny mikasika ny tahan’ny asa vita nandritra iny taona nivalona iny, izay nilazana fa nihena be dia be ny fitarainana azo mikasika ny kolikoly nataon’ny zandary, nihena toa izany koa ny zandary lavo teo am-panatanterahana ny asany ary nihena lavitra be ihany koa ny fanakanan-dalana noho ny ezaka manokana nataon’ny zandary. Nisaotra ireo zandary rehetra tsy an-kanavaka nohon’ny ezaka rehetra vita ary nankahery ireo havan’ny zandary lavo nandritra ny fanatanterahany ny asany. Nampirisika ny tenany mikasika ny fitandrovana hatrany ny fitsipika ifampifehezana amin’ny asa. Nampitandrina mafy izy ho an’ireo zandary mbola manao antsirambina ny asa nampandraiketina azy fa tsy handeferana mihitsy izany ary handraisana fepetra avy hatrany. Namaranany ny fandraisam-pitenenana nataony ny fanamafisana ny fanohizana ny fanadiovana anatiny atao eo anivon’ny zandary sy ny fanabeazam-boho hatrany ny fahaiza-manao ny asa mahamatihanina amin’ny maha zandary. Ankoatra izay, nisy 23 mianadahy mianaka nahazo mari-boninahitra omaly io.

Yves S.

News Mada0 partages

Teo am-piandrasam-paty : valo mianaka indray maty nihotsahan’ny tany

 Ny alin’ny alahady teo no efa nanomboka ny fikarohana, omaly maraina vao hita avokoa ny fatin’ireo valo mianaka, nihotsahan’ny tany. Teo am-piandrasam-paty no nitrangan’ity loza mahatsiravina ity, tao Ivory Avaratra,  akaikin’ny Gara (FCE) ao Fianarantsoa.

 Maty tototry ny tany niaraka tamin’ny trano ireto fianakaviana niharam-boina ireto. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, vokatry ny takaitra navelan’ny rivodoza Ava no nitarika ny loza satria nanao sesilany ny rotsak’orana tao an-tanàna ka niafara tamin’ny fihotsahan’ny tany tao amin’io fokontany io ka izao namoizana fianakaviana valo mianaka izao. Nisy fiandrasam-paty tao amin’ny trano iray, kanjo nihotsaka tampoka ny tany teo ambonin’ilay trano. Trano maromaro somary mitandahatra no eo ambanin’ilay tany nihotsaka, saingy tao amin’ilay trano nisy fiandrasam-paty no nifatratra izany ka izao namoizana ain’olona maro izao. Hataraina ny an’ireo olona teo an-tanàna raha vantany vao nitranga ny loza. Tonga teny an-toerana avy hatrany ny mpamonjy voina nampian’ny fokonolona nanao ny fikarohana ireo niharam-boina. Nandeha ny fikarohana ka tamin’ny 10 ora alina (alahady teo ihany) no hita ny razana telo, saingy efa tsy avotra intsony ny ain’izy ireo na teo aza ny fanavotana azy ireo teny amin’ny hopitalin’Antambohobe Fianarantsoa. Ankizikely ny telo amin’ireo niharam-boina ka zazakely vao 11 volana (zafikelin’ilay razana nandrasana) ny iray. Nitohy hatrany ny fikarohana ka omaly vao maraina no hita avokoa ny fatin’ireo olona dimy ambiny voatsindrin’ny tany niaraka tamin’ilay razana nandrasana. Isan’ireo namoy ny ainy ny zanaka lahin’ilay razana nandrasana tamin’io alina io. Nampivarahontsana ny olona tao an-tanàna ny nahita ny fatin’ireto fianakaviana niharam-boina ireto.

Tonga nampahery ny fianakavian’ireo niharam-boina ireo tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana. Nandrasana halina tao amin’ny lapan’ny faritra Matsiatra Ambony ny nofo mangatsiakan’ireto fianakaviana sivy mianaka ireto.

 Mpivady maty nihotsahan’ny tany tao Antsirabe

Nitrangana loza toy ity koa tao Antsirabe, ny alahady tamin’ny 1 ora maraina. Mpivady indray maty nihotsahan’ny tany tao an-tranony. Mitondra vohoka efa-bolana ilay tovovavy vadin’ilay tovolahy, saingy samy namoy ny ainy izy mivady. Nofaohin’ny ranontany ny tranohazo nitoeran’izy mivady ka tototry ny tany izy ireo. Araka ny fanampim-panazavana voaray, mbola tavela teo am-pandriana ny fatin’ilay tovolahy raha mbola nokarohina tao anaty ranontany kosa ny vadiny.

Fa olona dimy mianaka no lasan’ny rano teo amin’ny tetezana avaratr’Antanifotsy, omaly maraina. Handeha hamonjy tsena niaraka tamin’ny sarety sy entam-barotra izy ireo no navarin’ny rano teo amin’ny tetezana. Vokany, telo mianaka indray namoy ny ainy ka tsy mbola hita popoka ny iray raha avotra kosa ny olona roa. Lasan’ny rano hatramin’ireo entam-barotra nentin’izy ireo.

Mpianatra roa vavy ao amin’ny CEG Sandravinany ao amin’ny Cisco Vangaindrano handeha hamonjy fodiana no namoy ny ainy koa, ny zoma lasa teo rehefa nivadika ny lakana nitondra azy ireo. Vokatry ny fiakaran’ny rano noho ny ora-mikija ny nahatonga ny loza.

Jean Claude

News Mada0 partages

Vokatra vonjimaika : 29 namoy ny ainy, 22 tsy hita popoka

Miha tonga tsikelikely ny tatitra mikasika ny voka-dratsin’ny fandalovan’ilay rivodoza Ava farany teo. Araka ny tatitra navoakan’ny Bngrc, omaly alina, tamin’ny 8 ora, tafakatra 29 ireo olona namoy ny ainy, olona 22 tsy hita popoka. Nitombo ihany koa ny isan’ireo olona voatery nafindra toerana, mahatratra 17 170, raha efa mahatratra 83 023 ireo traboina.

Mazava loatra fa tany amin’ny faritra Atsinana, izay nidiran’ity rivodoza ity sy nandalovany tao anatin’ny hateloana no tena niharam-pahavoazana mafy. 32 677 no isan’ireo traboina tamin’izany. Manaraka ny faritra Atsinanana ny faritr’Analamanga, izay nahitana traboina 20 150.

Tany amin’ny faritra Matsiatra Ambony kosa no nahitana famoizan’aina be indrindra : 17, ankoatra ireo olona 3 tsy hita popoka.

Momba an’Antananarivo manokana, 19 743 no traboina tamin’ireo distrika fito, ka ny ditrikan’Antananarivo Atsimondrano no be indrindra, nahatratra 15 228. Manaraka azy eon y distrikan’Antananarivo Avaradrano, izay ahitana traboina 3 405.

M.R.

News Mada0 partages

Ady amin’ny tsimatimanota : tsy arakaraka ny kabary ny ataon’ny mpitondra

« Ampy izay ny kolontsain’ny tsimatimanota, ampy izay ny fialokalofana amin’ny fanaovana politika entina manadio tena na manao fanamparam-pahefana isan-karazany. » Kabarin’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny lanonam-pifampiarahabana teny Iavoloha, ny 5 janoary lasa teo, io.

Tsy ny eo anivon’ny fitondrana ve no tena manao ny ataony amin’izay kolontsain’ny tsimatimanota amin’izay fisian’ny mizana tsindrina ila amin’ny fampiharan-dalàna izay? Eo, ohatra, ny amin’ny « Raharaha loholona Andriamandavy VII Riana », izay nitondra andian’olona sy « be sandry » nitora-bato sy tavoahangy ny biraon’ny Bianco, Ambohibao, ny 6 avrily 2017.

Vitavita ho azy izany, raha takin’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) ny handraisan’ny filohan’ny Repoblika andraikitra amin’izay mitsabaka na manakantsakana ny asan’ny fitsarana. Nefa nakarina fitsarana ary namoahana didy fanasaziana ny « Raharaha loholona Lylison René de Roland », izay nanentana ny olona tsy hivoaka ny trano fa hanao « tanàna maty », mey 2015.

Eo ny « Raharaha Antsakabary »sy ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine »

 Ahoana koa ireo tsimatimanota amin’ny « Raharaha Antsakabary », arirarira lava fa tsy hita izay tohiny sy farany: sarotra ny manao fanadihadiana ireo polisy nahavanon-doza, ny 18 febroary 2017? Trano 504 ary fiangonana iray no may, 1 465 ireo olona traboina, vaviantitra iray 87 taona no nodorana velona… Mba kolontsaina inona izany? Matimaty foana tsy manota ny vahoaka…

Hatramin’izao, tsy hita koa izay tohiny sy farany momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Vola 550 tapitrisa Ar ho famatsiam-bola manokana ny kaominina no voahodinkodina. Ahoana avokoa ny amin’ireo tsimatimanota rehetra niray tsikombakomba tamin’ny namoahana ny vola? Ny teo anivon’ny Inspection générale de l’Etat (IGE) nahita sy namoaka ny raharaha indray no nosazina (?).

Ohatra ihany ireo, fa maro ireo raharaha tsy mazava isian’ny tsimatimanota amin’izao fitondrana izao. Ny « Raharaha Anjozorobe« ; ny baomba nipoaka teny Mahamasina, ny 26 jona 2016; ny ady sy fandrobana tany etsy sy eroa… Mbola resaka hafa indray ny amin’ny an’ny hoe fanaovana politika entina manadio tena na manao fanamparam-pahefana isan-karazany. Saika ireo mihevi-tena na heverina ho tsimatimanota no tena mpanao izany?

R. Nd.

News Mada0 partages

Mpianatra roa maty tany Vangaindrano : miverina an-dakilasy ny mpianatra ny alakamisy izao

Araka ny fanazavan’ny talen’ny serasera, Tsitoara Serge, omaly, teny Anosy, ho fiarovana ny ain’ny mpianatra, miato tsy mianatra ny ankizy amin’ny Cisco sy Zap maromaro amin’ny Dren samihafa manerana ny Nosy. Tafiditra amin’izany ny Cisco Antananarivo Renivohitra,  Atsimondrano, Brickaville, Antsirabe II… Toamasna I sy II. Miverina an-tsekoly kosa izy ireo ny alakamisy ho avy izao ankoatra ny any Toamasina I sy II izay handray ny fampianarana rahampitso alarobia. Ho an’ireo mpianatra amin’ny sekoly voakasiky ny fampiatoana, ny tomponandraikitra ao amin’ny minisitera sy ny mpampianatra no hanao ny fanadiovana faobe hatao, rahampitso.

Momba ny vokatry ny rivodoza, 19 ny Cisco voakasiky ny fahasimbana. 151 ny sekoly nahitana fahasimbana, 128 ny efitrano rava tanteraka raha 209 kosa amin’ny ampahany ny fahasimbana hita. 17 029 ny mpianatra mbola tsy mianatra hatramin’izao noho ny rivodoza Ava. Sekoly 130 no nentin’ny rivotra ny tafo. Mpianatra roa nitaingina lakana avy nianatra kosa no maty tao amin’ny Zap Sandravinany, Cisco Vangaindrano.

Any amin’ny lycée Jacques Rabemananjara, 18 ny efitrano simba izay hamboarina manomboka anio. Hiezaka handefa tranolay ny minisitera tsy hahatapaka ny fianarana amin’ny sekoly nahitana faharavana na fahasimbana. Hatreto aloha, tsy misy miova ny datin’ny fanadinam-panjakana. Efa mitety ny toerana nandalovan’ny rivodoza ny mpiasan’ny minisitera mijery ny fahasimbana rehetra.

Tatiana

News Mada0 partages

Vaky ny fefilohan’i Sisaony : 2 600 traboina, tanimbary 466 ha dibo-drano

 Vaky ny alahady tamin’ny 8 ora alina ny fefilohan’i Sisaony eny Soavina, araka ny nambaran’ny  ben’ny Tanàna Soavina Atsimondrano, Rakotoarisoa Rigobert, omaly.

 Fokontany efatra no nitondra faisana satria dibo-drano tanteraka ny tanimbary mirefy 466 ha, toy izany koa ny trano 401, trano 13 hafa kosa rava vokatry ny orana sy ny rivotra.  Ho an’ny fokontany Ambanivohitra, fianakaviana iray traboina misy olona efatra. Ho an’ny fokontany Analapanga, tokantrano 82 traboina ahitana olona 168. Ho an’ny fokontany Soavina, tondraky ny rano ny tokantrano roa, nisy olona sivy. Anisan’ny fokontany tena sahirana i Vahilava, tokantrano 539 dibo-drano ary misy olona 2 432 ao amin’ilay tanàna. Tafakatra 2 600 ireo traboina ary efa nafindra eny amin’ny CEG sy ny kaominina izy ireo, araka ny fanazavany ihany.

 4 230 ny traboina ho an’ny faritra Analamanga

Eto amin’ny faritra Analamanga, 4 230 ny isan’ny traboina ka ao amin’ny boriborintany I no maro anisa indrindra izay mahatratra 1980. “Noezahina navoaka tamin’ny fitaovana avy amin’ny filoha ny rano tamin’ireo tokantrano ireo mba tsy ho voatery handao ny tranony izy ireo”, hoy ny lehiben’ny faritra, Rakotonanahary Ndranto, omaly. Efa nahazo filazana loza mitatao momba ny fiakaran’ny rano ny toerana rehetra manamorona an’i Sisaony. Ao anatin’ny filazana loza mitatao koa i Ikopa amin’ny fiakaran’ny rano, araka ny fanazavany ihany. Ahina hihotsaka koa ny tany eny amin’ny fokontany Manjakamiadana sy Ambohipotsy ary nisy fanentanana ireo mponina eny an-toerana. Teny Andohamandry (fokontany Manjakamiadana), efa niala tao amin’ireo trano ny olona ao vao nirodana ny trano roa.

Nametrahana ambulance afaka mivezivezy eto Antananarivo.

Tany Andramasina, olona iray maty nihotsahan’ny tany. Nilaza ny prefet eto Antananarivo fa misy mpitandro filaminana miandry ny tanàna rehefa voatery mandao ny tokantrano ny fianakaviana ao aminy.

Tany Antanifotsy, olona telo mianaka no maty, ary tsymbola hita ny iray. Olona dimy mianaka izy ireo hamonjy tsena niaraka amin’ny sarety sy ny entana ka navarin’ny rano teo amin’ny tetezana. Roa ny aina avotra tamin’izy dimy niaraka.

Ao anatin’ny tatitra vonjimaikan’ny BNGRC ny alahady tamin’ny 8 ora alina, enina ny olona namoy ny ainy ary mahatratra 63 000 ny traboina manerana ny Nosy. Tany amin’ny 185 km atsimo atsinanan’i Taolagnaro no nisy ny foiben’i Ava, omaly tamin’ny 9 ora maraina. Manalavitra  an ‘i Madagasikara izy ka misy atahorana intsony fa ny mpampiasa ranomasina kosa mila mailo hatrany indrindra ny amin’ny morontsiraka atsimo atsinanana sy atsimo.

Vonjy A.         

News Mada0 partages

Collectif Tany : fanangon-tsonia hamotsoran-keloka an’i Clovis R.

 Nanao fitetezam-paritra tany Frantsa, nokarakarain’ny Amnesty international, Razafimalala Clovis, mpikambana ao anatin’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana any Maroantsetra , Lampogno, sady ao anatin’ny fiombonam –pirenena miaro ny tontolo iainana eto Madagasikara. Anisan’ny nihaona taminy ny fikambanana fiarahamonim-pirenena Collectif Tany any Frantsa. Nanaitra ny Collectif Tany ny fijroany vavolombelona, namakiany bantsilana ny fanaon’ireo mpanao trafika harena voajanahary aty Madagasikara, toy ny andramena any amin’ny faritra tapany avaratra atsinanan’i Madagasikara, indrindra ireo manam-pahefana sy manam-bola any amin’iny faritra iny. Nahatonga azy ho voasazy 5 taona, sazy mihantona mihitsy izany fitiavan-tanidrazany izany.

Na izany aza, tsy kivy Razafimalala Clovis, manohana azy rahateo ny fikambanana eto an- toerana, toy ny Alliance voahary gasy (AVG) sy ny hafa, ary ireo fikambanana iraisam-pirenena samihafa, toy ny Amnesty international, ohatra. Rehefa tena zohina, saro-toerana  Razafimalala Clovis satria olona manana toerany amin’ny lafiny politika any Maroantsetra, no anisan’ny tena nandetika azy, izay nikaroka ny fomba maro samihafa anapotehina azy, ary “mety” ho ao anatin’izany koa ny tompon’andraikitra any an-toerana isan-tsokajiny avy. Na izany aza, “tsy kivy” ity olona maneho ny tena maha olom-pirenena ity, ary fantany fa tsy maintsy misy ny vokatra amin’ny ady ataony sy ny fikambanana miaraka aminy hiadiana amin’ny fandripahana ny harena voajanahary eto Madagasikara.

Njaka A.

News Mada0 partages

Mitoka-monina Ambatondrazaka : 2.000 Ar ny mampita olona iray amin’ny “radier”

Tena nanimba zavatra ny orana.  Tapaka ny tetezana lehibe, ao Amboasary, vao vita tsy ela noho ny herin’ny riaka. Safotry ny rano ny faritra sasany amin’ny lalamby (MLA), raha mihevitra ho any Anjozorobe. Efa nambaran’ny solombavambahoakan’Anjozorobe fa tsy bitika ny fanajariana mila hatao vao azo heverina ny hanao hitsin-dàlana ho any an-dRenivohitra avy eo Anjozorobe.

Betsaka ny olona tavela tsy satry aty Ambatondrazaka. Raha mianavaratra, vao mandingana ”radier” , mila handifotra olona ny halalin’ny rano. 2.000 Ar ny alain’ireo mpitantana roa avy ankavia sy ankavanana mampita olona. Ny atahorana izao, mora mihotsaka ny tany, loza mananontanona  ny tanimbary maro. Izay fihotsahan’ny tany izay ihany koa ny mahatonga ny lalam-pirenena RN44 ho tena sarotra tsaboina, isaky ny fahavaratra, raha mbola tsy voarakotra tara.

Tena fahavoazana lehibe, maro ny tanimbary safotry ny rano. Tsy ahina loatra ny hahafaty ireo ketsa efa voatsatoka raha misintona tsy ho ela ihany ny rano, raha tsy misy ny sampona.

Rarivo

News Mada0 partages

Antananarivo sy manodidina : tombanana ho 2.000 ha ny tanimbary rakotry ny rano

I Soavina, I Tsilazaina, Ambohijanaka, Alasora, Ampahitrosy, ny lalana Ivato, samy safotry ny rano avokoa ny voly vary any amin’ireo toerana ireo sy ny maro hafa eto amin’ny manodidina an’Antananarivo. Difotry ny rano ny vary efa ho masaka ny an’ny mpamboly sasany. Nandritra ireny orambe ireny, namono tena ny mpamboly sasany niroboka tao an-tanimbariny namonjy nanapaka ny variny. Izay kely azo navotana nezahin’izy ireo navotana. Mitovitovy amin’izay avokoa ny any amin’ny faritra manerana ny Nosy. Azo antoka izany fa hiakatra tsy ho ela ny vidim-bary avy eto an-toerana.

Fatiantoka ! Izay ny azo ilazana ny voly vary vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava. Tombanana hatrany amin’ny 2.000 ha ny tanimbary rakotry ny rano raha ny manodidina an’Antananavo fotsiny. Mety ho avotra ny 20 % raha misintona haingana ny rano, saingy raha ny toetr’andro ankehitriny, vao mainka hitombo aza ny rotsak’orana.

Ankoatra ny tanimbary, maro ihany koa ny voly potiky ny rano, toy ny legioma sy anana. Efa ho herinandro sahady izao ny mpamboly maro avy any Atsimondrano, tsy afaka nampiaka-bokatra, tsy misy nentina ny tena marina. Porofon’izany ny fiakaran’ny vidin’ny legioma eny an-tsena, nanomboka ny faran’ny herinandro teo, miainga avy ao amin’ny tsena Anosibe. Toy izany koa ny voankazo, betsaka ny simba eny am-potony.

Mbola fahasahiranana goavana ny fitaterana mitondra ny vokatra izay kely sisa ety an-dRenivohitra. Mazava loatra, ankoatra ny fatiantoky ny tena mpamboly, ny mpanjifa no mizaka ny vokany amin’ny fahalafosan’izany rehetra izany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Maro ny fotodrafitrasa potik’i Ava : hitombo ny fahantrana lalina

Hiantraika mivantana any amin’ny fiainan’ny mponina ny fotodrafitrasa potiky ny rivodoza. Vao mainka hitombo ny tanàna hitoka-monina, tsy ho ampy ny sakafo ho an’ny rehetra ary hihalalina ny fahantrana. Tsy ho azo antoka ny fiantraikan’ny fihatsaran’ny toekarena ankapobeny lazain’ny fitondrana fa hipaka any anaty vilan’ny isan-tokantrano amin’ity taona ity.

Araka ny efa notaterina teto, saika potiky ny rivodoza Ava avokoa ny fotodrafitrasa eto amintsika, indrindra ny lalam-pirenena. Lalandràn’ny toekarena sy ny fampandrosoana ny lalana, ka vao mainka ho maro ny toerana hitoka-monina, tsy ho tafavoaka sy tsy hivezivezy ny vokatra. Potika koa ny ankamaroan’ny fambolena, tototry ny rano, sady ao anatin’ny fahavokarany ny ankamaroan’ny varialoha.

Nanao kabary tsara rindra ny fitondrana nandritra ny fifampiarahabana nahatratra ny taona teny Iavoloha, ny zoma 5 janoary. Nilaza ny filoha fa nandroso nivoatra ny toekarena, ary niaiky sady tsapany tsara fa tsy nipaka any anaty vilan’ny isam-batan’olona sy ny isan-tokantranon’ny Malagasy izany. Nifanandrify tsara amin’io andro nikabariany io, ny zoma 5 janoary io, niditra tny Toamasina ny rivodoza Ava. Nitety an’i Madagasikara izy, nanimba zavatra maro, nanampy trotraka ny fahasahirana sy ny fahantrana lalina efa mandifotra ny Malagasy.

Ho sarotra ny fanarenana ny simba sady tsy manana tetibola nomanina mialoha ny fanjakana, fa miandry ny fanampiana avy any ivelany. Raha ny tena fantatra, anisan’ny manokana fanampiana vola manokana ho an’ny fiatrehana ny loza voajanahary ny Vondrona eroropeanina (UE), hanarenana ny fotodrafitrasa laharam-pahamehana simba.

Hamadika ho lafiny politika ny fahoriana

Vao mainka mahasarotra ny raharaha koa ny hamaroan’ireo zavatra simba. Voalohany amin’izany ny  lalana, toy ny lalam-pirenena, tena antoky ny fivezivezen’ny olona sy ny vokatra. Tsy azo antoka fa ho araka ny minisiteran’ny Asa vaventy, sy ny fitaovana eo am-pelatanany, ny hanarina azy ireny ao anatin’ny fotoana fohy.

Anisan’izany ny tetezana tapaka any Amboasary mankany Alaotra (RN-44), ny any Ambilobe-Antsiranana (RN-6), ny any Miandrivazo sy Morondava (RN-34), ny RN 7 any Ilempona (Ambatolampy-Antsirabe), ny any Camp Robin (Ambositra-Fianarantsoa), ny RN 25 any Vohiposa. Mikasika ireto roa farany, aman-jatony ireo fiara mihitsoka tsy tafavoaka. Tsy manan-kohanina ny olona ary tena mitoka-monina tanteraka. Mitoka-monina tanteraka koa ny mponina any amin’iny tapany atsimo-atsinanan’ny Nosy iny, ary efa namoahan’ny Fiombonan’ny firenena mikambana (SNU) fa faritra anisan’ny mahantra indrindra eto Madagasikara.

Ho avy ny fifidianana, azo heverina fa hisy amin’ireo tompon’andraikitra hamadika ny voina mahazo ny vahoaka ho an’ny lafiny politika. Sanatria ny fahorian’ny sasany, mahafaly ny hafa.

Randria

News Mada0 partages

Infrastructures routières : Ava a fortement endommagé six routes nationales

Un lourd bilan a été dressé par le ministère des Travaux publics en matière d’infrastructures routières. Six routes nationales ont été coupées suite au passage du cyclone, sans parler des ponts littéralement emportés par les eaux. Plusieurs ponts Bailey sont actuellement installés pour rétablir rapidement la circulation. Certaines routes sont toujours interdites aux véhicules de plus de 15 tonnes.

Six routes nationales ont été détruites après le passage du cyclone Ava. Il s’agit des RN2, 44, 7, 25, 6 et 32. Après plusieurs interventions des communautés locales depuis dimanche dernier, les  trafics reprennent peu à peu dans quelques axes. Certaines routes nationales ont été rouvertes, comme c’est le cas de la RN2 et de la RN 25.

Au niveau de la RN2, fortement endommagée par le cyclone, le ministère des Travaux publics a dépêché une entreprise privée pour déblayer plusieurs parties obstruées par les éboulements. «Une grande partie des éboulements ont été enlevés au niveau de la RN2. Les techniciens poursuivent toujours les travaux sur cette route jusqu’à présent. La route est ouverte pour les voitures légères et les camions depuis dimanche. A noter que l’axe RN2 joue un rôle majeur pour approvisionner plusieurs régions de l’île», a expliqué Eric Razafimandimby, ministre des Travaux publics.

Sur la RN25, des solutions alternatives ont été mises en place par les autorités sur place et la route est de nouveau ouverte à la circulation au niveau de Ranomafana. Un pont Bailey, venant de Manakara, y sera acheminé pour rétablir la circulation, indique-t-on au niveau du ministère des Travaux publics.

Déploiement des ponts Bailey

Par ailleurs, la RN 44 reliant Moramanga à Marovoay reste impraticable suite à l’effondrement d’un pont. A ce propos, les techniciens du ministère des Travaux publics effectuent actuellement l’acheminement des éléments d’un pont Bailey pour rétablir la circulation.  Eric Razafimandimby a précisé que «plusieurs ponts Bailey sont été installés    dans quelques routes inondées». C’est le cas pour la RN 34, reliant Antsirabe à Malaimbandy, au niveau du PK 38+200, où un tronçon de route a été emporté par les crues. De même du côté de la RN 6, où la route est coupée à Ankazobetsihay. Un pont Bailey devait être installé, hier.

Sur la RN 32, reliant Antsohihy à Mandritsara, un dalot a été emporté par les eaux à Befandriana Avaratra. Un pont Bailey provenant de Manajeba y sera mis en place, selon toujours les annonces du ministère des Travaux publics. Par ailleurs, le pont Bailey nouvellement installé à Vohiposa a été emporté par les eaux.

En outre, le ministère des Transports et de la météorologie a sorti une note hier, portant interdiction aux véhicules de plus de 15 tonnes d’utiliser la RN1, du PK 5 au  PK 17 +150,  afin d’éviter une éventuelle coupure de la route et d’assurer la sécurité des usagers.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Ihorombe : appui au BIA d’Ihosy

La sécurité publique est une condition sine qua non au développement de l’Ihorombe. Classée zone rouge en termes d’insécurité et de vol de zébus, cette région a été dotée d’un bataillon interarmes de l’armée (BIA) depuis octobre dernier. Pour motiver les éléments du BIA, Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, également ministre coach dans la région, a effectué une descente sur les lieux pour octroyer quelques produits aux éléments du BIA en guise de motivation.

La dotation en matériel de génération nouvelles technologies à ce Bataillon par le MPTDN a été déjà effectuée en octobre dernier.

La délégation du MPTDN a profité de l’occasion pour attribuer des dons  aux populations de la Commune rurale d’Ihosy. Au total, 1250 kg de riz et 5 têtes de zébu ont été offerts aux 500 personnes âgées issues de treize  Fokontany de cette commune. Durant son discours de  présentation de vœux aux habitants d’Ihosy, Neypatraiky Rakotomamonjy a souligné «la nécessité de la stabilité durant cette année électorale».

R.R.

News Mada0 partages

Ambodivahibe : des cheptels pour les pêcheurs

127 pêcheurs d’Ambodivahibe possèdent maintenant leur cheptel, après avoir bénéficié des microprojets d’élevage des petits ruminants (chèvres et moutons),  selon le choix des communautés pour leurs activités génératrices de revenus. La première vague d’achats et de livraisons a été effectuée du 2 au 8 novembre dernier. 122 moutons ont été livrés à 61 bénéficiaires à Ivovona, Ambodivahibe, Ampondrahazo, Ambavarano et 165 chèvres à 66 autres  au mois de décembre.

Ces cheptels sont mis en quarantaine avant leur livraison pour éviter le risque d’épidémie. Le service d’élevage d’Antsiranana assure le suivi sanitaire et le traitement de ces nouveaux bétails, entre autres,  le déparasitage et l’apport en vitamines.

A noter que ce projet entre dans le cadre de la troisième phase du financement Helmsley Charitable Trust pour Ambodivahibe, mis en œuvre depuis le 1er septembre 2017.

Arh.

News Mada0 partages

La Jirama dresse un lourd bilan

Poteaux électriques renversés ou sectionnés, câbles détruits, centrales endommagées… Le coût des dégâts laissés par Ava s’élève à des milliards d’ariary pour la compagnie d’eau et d’électricité. Les réparations sont en cours actuellement, annonce une responsable au niveau de la société. «Pour le cas d’Antananarivo et ses périphéries, 10% des infrastructures endommagées par le cyclone sont encore à réhabiliter. Ce qui explique les coupures fréquentes dans la capitale depuis la fin de la semaine dernière», a-t-elle indiqué.

D’après le bilan de la Jirama, rien que pour la capitale, dix des quinze poteaux électriques   moyenne tension coupés ont été remplacés, treize des douze câbles moyenne tension endommagés ont été réparés, une grande partie des défaillances matérielles ont été également rétablies. Par ailleurs, 60% des départs ont été touchés dont 43% ont été rétablis en totalité et 18% partiellement. En outre, 32 poteaux électriques ont été réimplantés dans les quartiers sans coupure de courant.

Riana R.

News Mada0 partages

Kitra – «Super coupe de Mada» : Nantsoina hanatevina ny Fosa Junior i Nono

 Hanamarika ity faran’ny herinandro ity ny fanatanterahana ny lalao mandroso eo amin’ny “Super coupe de Madagascar”, taranja baolina kitra. Fihaonana  hikatrohan’ny Cnaps Sport sy ny Fosa Jr, izay niantsoana an’i Nono hanatevina azy.

 Tsy misy fiovana fa hotanterahina amin’ny alahady 14 janoary ho avy izao, ny fihaonana mandroso eo amin’ny fiadiana ny “Super coupe”, taranja baolina kitra. Hatao any Mahajanga izany lalao izany, ary hikatrohan’ny Cnaps Sport, tompondakan’i Madagasikara sy ny Fosa Jr,  tompon’ny amboara.

Fantatra fa samy naka mpilalao hanatevina ny ekipany avy ny roa tonta. Raha ho an’ny Fosa Jr manokana, anisan’ireo nantsoina i Vombola Jeannot (Nono), lohalaharan’ny Cosfa.  Mpilalao manana ny talentany, eo amin’ny famonoam-baolina tokoa i Nono. Izy rahateo no voahosotra ho mpilalao nahafaty baolina be indrindra nandritra ny “Telma coupe de Madagascar”. Izay fahaizany izay ny antony tena niantsoan’ny mpanazatra azy. Tsy izy irery anefa no nantsoina fa  misy hafa toa an’i Angelo sy i Ando kely avy amin’ny Adema. Tenih, avy any Port-Bergé.

Nanatevina ny azy ihany koa ny Cnaps Sport, ka anisan’ireny Rafotsy volo, mpilalao tao amin’ny Cnaps Analamanga. Misy hafa ihany koa saingy tsy mbola voamarina ofisialy izy ireo. Marihina fa efa nanambara ny filohan’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF), Andriamiasasoa Doda, fa afaka mampilalao azy ireo ny ekipa tsirairay mandritra ity “Super  coupe” ity.

Marihina fa tafiditra ao anatin’ny fanomanantenan’ny ekipa roa tonta eo amin’ny fifaninanana afrikanina, ity lalao ity. Raha tsiahivina, hifandona amin’ny KCCA avy any Angola ny Cnaps Sport, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika “ligue des champions” ary ny FC Léopard avy any Kenya kosa ny an’ny Fosa eo amin’ny fiadiana ny amboara “Coupe de la Caf”. Samy hiatrika ny lalao savaranonando ny roa tonta.

Handray ny lalao mandroso ny Cnaps Sport ny 9 na 10 na 11 febroary ho avy izao, raha handeha hanafika any Nairobi kosa ny Fosa Jr, eo amin’ny fihaonana mandroso,  iray amin’ireo daty ireo ihany.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra : hanao andrana ao amin’ny Dortmund i Bolt

Fantatra izao fa taorian’ny nilazan’i Usain Bolt, ilay mpanjakan’ny 100 m, fa tsy hihazakaka intsony ny tenany dia efa nanana safidy ny hanao mpilalao baolina kitra izy. Ankehitriny efa nahita ny klioba hilalaovany izy ka ny Borussia Dortmund no hidirany. Araka izany, hiatrika ny lalao fitsapana ao amin’ity ekipa alemà ity ny tenany, manomboka ny volana marsa ho avy izao.

“Ny baolina kitra no tena hamaranako ny maha atleta ahy. Somary mahasorena kely ahy ihany izany saingy rehefa tafiditra ao anatiny ao ka tena milalao, afaka hifaninana tsara ary hahafaty baolina”, hoy izy. Tsiahivina fa efa ela ny lehilahy no nitsiriritra ny hanao baolina ary ny hilalao ao amin’ny Manchester United no tena nofinofiny saingy hitany tsaratsara kokoa ny ao amin’ny Dortmund., “Raha manaiky handray ahy ny Dortmund, tena hifantoka sy hanao fanazaran-tena mafy aho”, raha ny filazan’i Bolt.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tennis – Afrique u14/u16 : 5 victoires et 4 revers pour les Malgaches

La délégation malgache a fait un début en demi-teinte hier à Gaborone, Botswana, lors de la journée inaugurale du championnat d’Afrique Australe dans les catégories U14 et U16 filles et garçons. Jusqu’ici, les jeunes Malgaches ont signé 5 victoires et encaissé 4 défaites.

Un début en note majeure chez les U14 filles avec ses trois graines de championne qui filent en quart de finale après une première journée abordée de la meilleure des manières. Miotisoa Rasendra (323 points) a disposé de Khabele (Lesotho) en deux sets (6/2 ; 6/4). Randy Rakotoarilala (205 points) lui a emboîté le pas en dominant la Botswanaise Esthene par 6/0 ; 6/1. La joueuse n°2, Maholy Razakaniaina, quant à elle, a complété le tableau de chasse en s’occupant du cas de Khumalo (Mozambique) par 6/2 ; 6/2. Les trois jeunes filles filent donc en quart et sont bien parties pour engranger des points ITF en vue d’intégrer les 20 meilleurs joueurs et joueuses au classement africain qui disputeront les championnats d’Afrique U14 à Pretoria, Afrique du Sud, du 26 au 31 mars.

Par ailleurs, les deux premiers de ce championnat d’Afrique Australe U14/U16 seront directement qualifiés pour la joute continentale. Chez les U16, le championnat d’Afrique se jouera à Tunis, Tunisie du 9 au 14 avril. D’après la FMT, Toky Ranaivo et Finaritra Andriamadison sont déjà qualifiés par rapport aux réglementations de la CAT, vu leur performance durant la saison 2017.

D’après la direction technique nationale de la FMT, «Pour les U16, les joueurs et joueuses retenus sont les champions, championnes, vice-champion et vice-championne de Madagascar dans leur catégorie. Le troisième joueur et la troisième joueuse sont retenus pour avoir eu également des résultats encourageants durant l’année 2017. Pour les U14, la nomination des joueurs et joueuses s’est faite par rapport aux points ITF-CAT et donc par rapport au classement ITF-CAT».

Rojo N.

U14 filles – 1/8e de finale

-Miotisoa Rasendra bat Khabele (Lesotho) 6/2 6/4

-Randy Rakotoarilala bat Phatshawane Esthene (Botswana) 6/0 6/1

-Maholy Razakaniaina bat Khumalo (Mozambique) 6/2 6/2

U14 garçons – 1/16e de finale

-Finoana Rakotomalala perd contre Denzel Seetso (Botswana) 0/6 0/6

-Angy Rasolomanana perd contre Jake Lam Hau Ching (Maurice) 2/6 0/6

U14 garçons – 1/8e de finale

-Sampras Rakotondrainibe bat Matibela Khathe (Lesotho) 6/0 6/2

U16 garçons – 1/16e de finale

-Tsiory Rakotoarilala perd contre Carl Roothman (Afrique du Sud) 2/6 0/6

-Toky Ranaivo perd contre Christopher Fok Kow (Maurice) 4/6 6/4 8/10

-Lanja Rakotozandriny bat Morake Teboho (Lesotho) 6/1 6/1

News Mada0 partages

MMA : Iony vise haut et loin

Iony Razafiarison, la combattante malgache (avec un grand C) ne cesse de gravir des échelons et la dame de fer de ce sport fait parler d’elle sur le ring international. Elle a ainsi annoncé une bonne nouvelle à ces innombrables fans, aussi bien malgaches qu’étrangers pendant son séjour dans la Grande île, qu’elle vise actuellement une participation réussite sur un plateau un peu plus relevé.

Comme l’a affirmé le président de la commission malgache de kempo et arts martiaux mixtes (CMKAMM), Parfait Rakotonindriana, «La championne malgache de MMA Bellator et Superior FC, Iony Razafiarison, a besoin du soutien de tous pour atteindre son objectif : réussir son entrée sur le ring de l’UFC», a-t-il dit. Notons que Parfait Rakotonindriana et la team Quoniam de Iony Razafiarison ont déjà tissé des liens depuis de longue date dans ce domaine.

Rojo N.

News Mada0 partages

No comment bar : Jess Black va en mettre plein la vue

No Comment Bar Isoraka accueille ce jeudi Jess Black, un représentatif de la jeune génération qui commence à s’imposer sur la scène de la musique urbaine.

Tahianjanahary Jessy Mickael, alias Jess Black est un malvoyant. Il s’est découvert une vraie passion pour la musique urbaine depuis son tout jeune âge. Il évolue dans le registre du rap, du dancehall et quelque fois du reggae. «Comme je n’ai pas fait d’école de musique, mon apprentissage s’est fait surtout en écoutant beaucoup de titres en tout genre. Quand on aime la musique, on peut se croire capable de réussir dans le domaine», a fait savoir l’artiste dont la vingtaine est tout juste consommée.

Sans complexe de son handicap, Jess Black n’a rien à envier à Allan Pineda Lindo de The Black Eyed Peas, à Stevie Wonder ou encore beaucoup d’artistes. Il s’est fait connaître grace à la première saison du concours d’improvisation Hip Hop «End of the weak» (EOW) en 2016. Jess Black a conquis le public universitaire avec ses rimes recherchées et son flow bien rodé lors de la présélection, ce qui lui a valu d’être qualifié  parmi les dix finalistes de ce tremplin hip hop d’envergure mondiale. A l’issue de la grande finale, il a occupé la 4e place.

Lors de ce premier concert de l’année au No Comment bar Isoraka, Jess Black va proposer de titres enjoués aptes à faire danser les plus réticents. On notera tout particulièrement «Mozika mapitapy», «Aza amidy», «Real love» ou encore «Fanjakàna tsy tan-dalàna».

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Saison culturelle : timide reprise des activités

Les fêtes de fin d’année n’ont pas été de tout repos pour les artistes, notamment pour les chanteurs et leurs musiciens. Avec une pluie de contrats lors du réveillon de la Saint-Sylvestre, certains ont même réussi à livrer 3 prestations en une soirée. La première semaine de l’année est donc une occasion de se ressourcer et se reposer à constater l’affiche  de spectacle du week-end dernier dans la capitale.

Les salles de cabaret étaient peu fréquentées. D’autant que les spectacles en plein air comme le théâtre de verdure d’Antsahamanitra et le Coliseum de Madagascar sont interrompus en cette période des pluies. L’on attend donc à la reprise de l’activité culturelle dans les prochaines semaines à venir.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : De l’entre-soi

Les jaloux ont tort de reprocher au système majoritaire autour de Hery Rajaonarimampianina d’avoir organisé une sorte de «déjeuner entre potes» pour ce qui pourrait être la dernière célébration d’un nouvel an qu’il fête ici en tant qu’hôte. Ça ne sent pas nécessairement le sapin un déjeuner d’adieu, encore que… Plus personne ne sait si c’est avec soulagement et avec gaîté que l’on projette chacun de son côté réorganiser son indépendance ou si l’on se quitte malgré soi. En politique, les partis ont généralement un leader naturel, surtout lorsqu’ils ne sont apparus qu’à l’opportunité de l’accession de celui-ci au pouvoir..  Il n’est donc pas question pour ce dernier au terme de son mandat de demander au parti l’investiture d’une nouvelle candidature. Aux autres membres de faire preuve de solidarité et de s’armer de patience, même si en raison des circonstances, ils jugent indispensable d’opérer une alternance de personnes voire de proposer une politique alternative. Les difficultés que vit la population diminuent les chances de succès d’une continuité de la politique entreprise. A l’inverse, des boulevards s’ouvrent devant ceux qui établissent des programmes d’une  « politique autrement » tant les populations en raison de ce qu’elles vivent manifestent le besoin d’un changement de gouvernance. Lors de ce raout du 5 Janvier à Iavoloha, les commensaux n’avaient pas toujours le sentiment de participer à une « cène » renvoyant une image faite de cynisme à la population. De grandes ripailles sur fond de paysage de privations, tableau aggravé par le ciel noir et les pluies incessantes, coïncidentes au passage d’un cyclone.

L’Etat se doit de marquer le passage d’une année à l’autre, il existe mille manières d’y procéder. On peut évidemment ne pas partager l’idée sur la manière de le célébrer, mais cela ne suffit pas à justifier la bouderie des Ex qui n’ont pas mieux fait et n’ont procédé différemment en leur temps.

Souvent on a déploré de nos hauts dirigeants incapacité et incompétence, ou que sais-je autre mode pour qualifier la médiocrité à l’action, mais rien n’est aussi intolérable que lorsqu’en prime ils se laissent prendre en flag et montrent combien ils manquent de cœur. On ignore entre rapacité et suffisance laquelle  les aveugle au point de les conduire à oser  s’accorder des auto-satisfécits et manœuvrer dans l’intention de rempiler malgré un électro plat de l’économie, une société en délitement, états dont ils ont à assumer la responsabilité.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Régionalisme (1)

Notre confrère la Tribune, de Tananarive, a souvent exposé les graves inconvénients qui résultent de l’ingérence par trop méticuleuse du Ministère – aggravée des interventions intempestives de parlementaires peut-être bien intentionnés, mais fort mal informés des réalités – dans la direction des affaires des Colonies.

Les arguments employés par notre confrère ne se prêtaient généralement pas à la réfutation, puisque nous constatons la nouvelle tendance métropolitaine depuis quelques mois à laisser de plus en plus de liberté à notre Gouverneur Général, appuyé sur les corps élus auxquels il est aussi attribué plus d’initiatives qu’à l’origine.

Ce qui est bon pour Madagascar considéré dans son ensemble ne peut que l’être pour ses parties constituantes.

D’ailleurs, nombre de bons esprits en France plaident en faveur de la décentralisation, ou plutôt pour un régionalisme plus large, vraiment libéral. Les arguments contre, invoqués dans la Métropole par ceux qui craignent un affaiblissement du bien national, ne tiennent pas à Madagascar, où il n’existe pas d’unité malgache, où les tribus resteront de longtemps encore nettement dissemblables entre elles. Ici c’est la solidarité réelle qui règne entre les Français répandus par toute la grande île qui constitue le véritable lien d’unité, l’antidote du vieil antagonisme des peuplades ayant eu jadis trop de sujets de ne pas s’aimer.

Il n’y a donc aucun motif pour ne pas mettre fin à l’état de dépendance soupçonneuse où sont tenues les principales régions de la grande île.

La division actuelle en « provinces » n’est qu’une pure formalité (je ne dis pas forme) administrative. L’administrateur – il est fait ici abstraction des personnes – est pratiquement impuissant. Il n’est trop souvent, avec tout son personnel, qu’un agent de transmission complètement dépendant, non pas du Gouverneur Général, mais des bureaux du Gouvernement Général, ce qui est tout à fait différent.

Ce semblerait cependant, marquons-le en passant, que de plus larges responsabilités seraient actuellement laissées aux chefs de province en échange d’une action directe plus large sur les différents services de leur ressort.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : Samy manana ny fahasahiranany

Any Etazonia misy faritra ianjadiana hatsiaka tena mamirifiry tafahoatra ny mahazatra. Ao Eoropa, mifandimby any amin’ny ankamaroan’ireo firenena ny tondra-drano rehefa dila ny hafanana miteraka izao firehetanala mahery vaika maro izao. Aty Madagasikara, toy ny any amin’ny faritra maro any Afrika, mifanila koa ny tany tondra-drano sy ny tany karakaina. Vokatry ny fomba fampiasan’ny olombelona ny hery, dorany ho an’ny fizotran’ny fandrosoana. Marina fa mihazakazaka izany fandrosoana izany. Raha toy izao anefa ny setriny dia tsy ireo nisitraka be indrindra ny fandrosoana no lohalaharana iantefan’ny voka-dratsin’ny sangy mahery eo amin’ny fandefasana rivotra maloto manimba ny tontolo iainana. Samy mizaka ny fahasahiranana manandrify azy moa ny anton-dresaka anefa tazana fa ny voajanahary avy aza manana ny fomba fiangarany. Tsy anisan’ireo mponina tena nisitraka ny fandrosoana miankina amin’ny fandotoana ny rivotra sy tontolo iainana ny Malagasy ary misy aza ireo mbola lasa aoriana noho ireo sasany, anisan’izany ny mponina any Atsimo, nefa any amin’iny Faritra Atsimo iny no manambana hitombo haingana dia haingana ny fahasahiranana, noho ny fihenan’ny rano na rano fisotro izany na rano anondrahana tany ambolena.

Misy efa ampolo-taona maro izay fomba fanarenana ny fihetsika mifanipaka eo amin’ny fitsinjovana ny tontolo iainana. Eo ny mpandoto rivotra noho ny fampiasany tafahoatra ireo famokarana hery manapoizina ny rivotra manodidina. Andaniny kosa ny firenena afaka mamboly hazo ho tonga ala maitso izay sanda entina anadiovana ny rivotra nolotoina. Tsotra ny fifanekena, mandoa sazy ny mpandoto, mandray sanda vokatry ny asany ny mpamboly ala. Ny mponin’i Madagasikara dia malaza ho mpanimba ala noho ny antony samihafa. Ao ny filàna ho an’ny fandrahoan-tsakafo, ho an’ny fambolena (tavy), ary ny tsy fantatra antony izay voalaza hoe fanehoan’ny tantsaha ny hatezerany. Fa efa nisy koa fifanamboarana momba ny fandraisana anjara eo amin’ny fambolena hazo an’ala. Poa-droa ny tombony eo  amin’ny fanatanterahana izany tetik’asa izany. Sady fidiram-bola no fanajariana ny tanin’ny tena. Asa ny tena marina, ny tazana dia hatramin’izao “tsy tafa”! Hakamoana sa tsy fahaiza-manao ? Valala hono tsy indroa mandry ambavahady. Ny mangididy hatraorina indray ve … Tsy miteny izahay ! Ry zalahy anefa tsy maheno ny hidihidy mahazo ny vahoaka.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : Bénies soient les paroles du Ministre de la Défense

Lors de la cérémonie traditionnelle d’échanges de vœux au sein des forces armées, le Ministre Rasolonirina a lancé un message comme s’il voulait mettre fin à une longue dérive. Il rappelle le choix de neutralité de l’armée et de la gendarmerie, gage de leur obligation au maintien d’un climat serein durant le déroulement des consultations populaires. Il invite les membres de l’armée et de la gendarmerie à ne pas se laisser tenter par le chant des sirènes politiques. Ce ne sont encore que des vœux pieux qui transformés en résolutions feraient partie des plus importantes décisions de ce début d’année. On dit sincère ce général, raison de plus de souhaiter sa longévité à ce poste. Les forces armées seraient les garants d’un climat pour exercer la liberté. Atchoum ! Non kosa ! Tchin-tchin !

 

News Mada0 partages

Takaitran’i Ava : nitondra fanampiana ho an’ny traboina ny CUA

Tsy a n-kiandriandry. Nidina ifotony nitsidika sy nitondra fanampiana ho an’ ireo traboina ny  ben’ny Tanàna  Ravalomanana Lalao sy ny CUA, omaly. Anisan’ny notsidihiny ny fokontany Andavamamba Anjezika I sy II, Antetezana Afovoany, ny fokontany Manarintsoa, Mandrangobato ary Anosibe. Nijery ifotony ny manjo ireo traboina, ahitana fianakaviana  380 tao anatin’ny mponina 1582 teny Andavamamba koa ny tenany. Anisan’ny nanampiana azy ireo ny  vary 1 t, voamaina roa gony, savony roa baoritra , bodofotsy iray fonosana, ahitana lamba maromaro ary yaourt. Manampy izany ny fametrahana mpitsabo. Tsy nandalovana fotsiny ihany koa ny fokontany enina, misy mponina 3 422 sy traboina 737  ary samy nahazo fanampiana toy izany avokoa  Angarangarana, Mandrangobato, Anosizato I sy II, Anosibe II ary Volaniraingy.  Nankahery ny mponina ny ben ‘ny Tanàna ary nanentana azy ireo mba hanohy ny fanadiovana ny faritra sy ny manodidina . “Hamboarina ny  tetezana, mampijaly ny mponina rehefa fahavaratra. Hamboarana ny lalana fa indrindra ny hijerena akaiky  ireo vehivavy maro tsy an’asa manerana ny fokontany”, hoy izy. Hitohy, anio, ao amin’ny boriborintany I sy III ary ny VI izany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Mampanahy ny ho avin’ny fitoniana : mandrangitra adim-poko ny mpitondra sasany

Efa fandrangarangana fampiadiana ny  tranga niseho  tany Toliary ny faran’ny  herinandro teo, tao amin’ny seranam-piaramanidina. Nosakanana  tsy ho avy any an-toerana sy nohogahogaina ny filoha teo aloha,  Ravalomanana. 

Hatreto  aloha, tsy misy lalàna mandrara ny teratany hivezivezy eto amin’ny taniny.  Miavaka anefa  ity fitondrana ity  indrindra fa ireo mpila ranondranony sy mpisolelaka amin’ny fomba fiady sy fihetsika hamotehana olona iray. Hadinon’izy  ireo fa manana sata  manokana ny seranam-piaramanidina. Nojerem-potsiny anefa ireo andiana olona  nanakana ny filoha teo aloha ireo  ary tsy nandray fepetra handravana izany ny tompon’andraikitra. Azo adika ho fandikan-dalàna izany. Hita taratra fa natao hivoizana fifandranitana eo amin’ny Malagasy  ireny. Nanaovana ramatahora ny mpitarika, nalaina ny fanamafisam-peo, natosika hivoaka ny vahoaka… Nandeha ny hetraketraka samihafa nefa any amin’ny toerana manokana an’olon-tsotra ny nikasana hanaovana ny hetsika fifampiarahabana.  Hendry ny vahoaka tany an-toerana ary  tsy tafiditra amin’ny vela-pandriky ny sasany. Tsy nisy ny korontana…

Fitondrana kanosa… Manalavitra vahoaka

Navoakan’ny TVM sy ny RNM izany vaovao izany saingy tsy izy rehetra fa ny ampahany   ihany, handotoana ny filoha teo aloha ka nivoizana fa tsy faly  aminy ny  vahoaka. Tokony  hitaiza vahoaka izany haino aman-jery izany fa tsy hanasohaso na  koa hanasoketa. Fampianaran-dratsy sy fanomezana vahana ny fifandrafiana izany. Tratry ny mena ambanin’ny mena ny TVM/RNM  ka tsy navoaka ny vaovao manontolo nampiseho ireo vahoaka  marobe nitsena sy nanara-dia an-dRavalo.

Manoloana izany, niampy indray ny isa azon’ny mpanorina ny Tim  ary vao mainka miha manalavitra ny vahoaka ny mpitondra. Na  ireo tsy tia ity filoha teo aloha ity aza, tsy mankasitraka izao fihetsiky  ny fitondrana  sy ny hakanosany izao.

Randria 

News Mada0 partages

Tedros Adhanom Ghebreyesus : “vonona hanohana ny ady amin’ny pesta ny OMS”

Tonga eto Madagasikara ny tale jeneralin’ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, ny alin’ny alahady lasa teo. Mijanona telo andro eto amintsika izy hijery ifotony ny asa ataon’i Madagasikara momba ny ady amin’ny aretina pesta nitranga ny volana septambra lasa teo ka namoizana aina maro indrindra tamin’ny tanàn-dehibe nahitana pesta mamely ny havokavoka. Nankasitraka ny ezaka nataon’ny governemanta nanoloana ny fiatrehana ny valanaretina pesta ny tenany. “Efa manana paikady hoentina miady amin’ny aretina pesta isika ka vonona hanohana ny asa ny OMS toy ny efa nataony hatramin’izay”, araka ny nambarany teny Ambohidahy rehefa nihaona tamin’ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana.

Niaraka aminy koa ny talem-paritry ny OMS aty Afrika, dokotera Matshidiso Moeti, izay nilaza fa tokony ho mailo hatrany ny fanjakana manoloana ny pesta ary hanohy ny fanaraha-maso ny aretina mandritra ny vanim-potoana fisehoany mahazatra. Mila tiliana mialoha ny trangana pesta vaovao ary raisina an-tanana haingana tsy hiparitaka, araka ny nambarany ihany. Mbola mila vola hatramin’ny 4 tapitrisa dolara ny OMS hanohanana ny asa rehetra iadiana amin’ny valanaretina pesta hatramin’ny volana avrily ho avy izao.

Nanampy tamin’ny fanomezana fanafody sy fitaovana ny OMS nandritra ny fihanaky ny valanaretina pesta farany teo. Nampiofana mpiasan’ny fahasalamana 400 koa ny teknisianina ka nahafahana nitily sy nandray an-tanana ny tranga teny anivon’ny fokontany.

Noraisin’ny filoha Malagasy omaly alina, teny Anosy, ny vahiny roa tao anatin’ny fiaraha-misakafo. Hitafa amin’ny mpikambana amin’ny governemanta izy ireo, anio, eny Mahazoarivo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Évasion d’Houcine Arfa : Madagascar réclame l’extradition du fugitif

Douze jours après l’évasion spectaculaire d’Houcine Arfa, Madagascar, par le biais du ministère de la Justice, a demandé l’extradition de ce ressortissant français, actuellement en cavale à Paris.

C’est toujours mieux de se ressaisir même si c’est un peu tard, plutôt que de rester sans réagir. Dans un communiqué officiel, le ministère de la Justice a demandé à la justice française de livrer le détenu Houcine Arfa, actuellement en cavale à Paris, conformément à l’entraide judiciaire et l’extradition simplifiée.

«La présence d’Houcine Arfa sur le territoire français étant établie, le ministère de la Justice malgache demande l’application des Accords de coopération signés à Paris le 4 juin 1973, notamment en son Annexe III concernant les affaires judiciaires suite au mandat d’arrêt international lancé à l’encontre de ce fugitif», a rappelé le ministère de la Justice.

L’article 1 de ces Accords (Annexe III) stipule en effet que «Les deux Etats s’engagent à se livrer réciproquement, selon les règles et sous les conditions déterminées par la présente annexe, les personnes qui, se trouvant sur le territoire de l’un d’eux, sont poursuivies ou condamnées par les autorités judiciaires de l’autre».

Poursuivi pour détention illégale d’armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction, Houcine Arfa, 54 ans, a été placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy depuis juin 2017. Il est également soupçonné d’avoir essayé d’attenter à la vie du président de la République. Il a été transféré à la maison centrale d’Antanimora. Profitant d’une sortie médicale, il s’est évadé, grâce à la complicité des agents pénitentiaires qui l’escortaient, selon ses dires. Tout en accablant les agents d’escorte, il a aussi indiqué qu’il était victime d’un coup monté. Il s’agissait selon lui d’une affaire montée de toute pièce.

La France acceptera-t-elle d’extrader ou non le suspect ? On l’ignore car les Accords en question indiquent dans l’article 4 que «L’extradition peut être refusée si l’infraction pour laquelle elle est demandée est considérée par l’Etat requis comme une infraction politique ou comme une infraction connexe à une telle infraction».

Pour rappel, le 28 décembre dernier, deux véhicules 4×4 ont bloqué le taxi à bord duquel se trouvaient Houcine Arfa, deux agents pénitentiaires et un infirmier-major de la prison d’Antanimora. Ce jour-là, ils comptaient se rendre dans un centre hospitalier de la capitale. Les occupants des deux véhicules ont embarqué Houcine Arfa avec eux. Depuis, le principal intéressé n’a pas donné signe de vie. L’on apprendra plus tard que le suspect Houcine Arfa a quitté Madagascar à bord d’un Kwassa pour rejoindre Mayotte où il a pris un avion à destination de Paris.

Mparany

News Mada0 partages

Ava : 29 décès et 83.023 sinistres Plus de 17.000 élèves ont raté l’école

Le dernier bilan du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) au niveau national hier à 20 h fait état de 29 morts et de 83 023 sinistrés. Différents secteurs d’activité ont été frappés de plein fouet par « Ava », y compris l’éducation. Deux élèves ont perdu la vie…    

A cause des intempéries, 17.029 élèves dans les zones traversées par ce cyclone n’ont pas pu avoir accès à l’école depuis le début de cette catastrophe naturelle. C’est ce qu’on a appris hier lors d’un point de presse organisé par les responsables au sein du ministère de l’Education nationale (Men), hier à Anosy.

Par mesure de sécurité, le ministère a ordonné la cessation des cours depuis hier jusqu’à demain dans les zones à risque d’inondation. «Toujours est-il que deux élèves du CEG de Sandravanony, dans la Circonscription scolaire de Vangaindrano, ont perdu la vie.  Ils ont été emportés par les crues lorsqu’ils ont pris une pirogue pour rentrer chez eux après l’école», a informé le directeur de la Technologie d’information et de la communication au sein du Men, Serge Thierry Tsitohara.

Réhabilitation   

A en juger les impacts laissés par «Ava», une bonne partie des élèves concernés par cette mesure n’aura pas encore la possibilité de revenir à l’école ce jeudi. C’est notamment le cas pour les élèves scolarisés au sein des établissements endommagés pendant le passage du  cyclone ou des écoles qui servent jusqu’à maintenant de site d’hébergement pour les sinistrés.

«D’après les statistiques, cinq écoles accueillent jusqu’à maintenant (ndlr, hier) des sinistrés. En outre, 151 établissements sont détruits par «Ava», 130 décoiffés, 128 salles de classe  totalement endommagées et 209 autres démolies partiellement», a fait savoir le Dtic.

Ce dernier de rassurer que des mesures de rattrapage seront menées dans les écoles concernées. Ce qui permet de maintenir les dates des examens officiels.  Le Men entre d’ores et déjà dans les réhabilitations en vue d’assurer le retour de la situation à la normale dans peu de temps. C’est notamment le cas pour le lycée Jacques Rabemananjara à Toamasina, avec 18 salles de classe totalement anéanties, où le chantier débutera dès ce jour. En guise de mesure d’urgence, des tentes et autres matériels nécessaires pour faire fonctionner l’enseignement dans d’autres sites seront déployés incessamment.

Fahranarison

News Mada0 partages

Cyclone ava : toutes les alertes levées

« Le danger est écarté pour Madagascar et toutes les alertes cycloniques sont levées, sauf changement de dernière minute», a mentionné la météo dans son dernier bulletin concernant le système «Ava».

En effet, cette tempête tropicale modérée a été localisée en mer, hier à 10 heures, à 200 km au sud-est de Taolagnaro, avec un vent moyen de 65 km/h, alterné par des rafales de 90 km/h. Elle va continuer son trajet suivant un cap Sud, tout en s’éloignant totalement de la Grande île.

Toutefois, la sortie en mer reste encore déconseillée pour les côtes sud-est et sud du pays. La navigation marine côtière requiert toujours prudence face aux vagues qui peuvent localement atteindre une hauteur de 3 mètres.

N’empêche que la  population concernée par les montées des rivières et les risques de glissement de terrain est priée de rester toujours vigilante. «Elle est ainsi recommandée de suivre attentivement les prescriptions données par les autorités locales de gestion de crise», a souligné la météo dans son dernier bulletin d’alerte cyclonique.

Sera R.

News Mada0 partages

Malgre la baisse des eaux : la vigilance rouge maintenue

Une baisse du niveau d’eau d’Ikopa, Mamba et Sisaony, a été observée par l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’ Antananarivo (Apipa), hier. Malgré cela, la vigilance est toujours recommandée.

Dans son bulletin d’annonce des crues dans les plaines d’Antananarivo, l’Apipa a fait savoir que depuis hier matin jusqu’à midi, le niveau des eaux commence à baisser à Antananarivo. A l’échelle d’Antelomita, l’Ikopa a baissé de 0,06 m en 3 heures et se situe à 1,90 m. Durant les prochaines 12 heures, cette situation va s’améliorer, selon l’Apipa.

Il en est de même à l’échelle d’Ambohimanambola, où le niveau de l’Ikopa est de 3,47 m suite à une baisse de 0,13 m en 3 heures. Pour Sisaony, l’eau a monté de 0,01 m en 3 heures au niveau d’Ampitatafika en atteignant  2,61 m. La cote de vigilance de danger imminent (rouge) à cette station est de 4 mètres. Du côté de la rivière Mamba, à l’échelle d’Ambohidroa, son niveau de 8,70 m et a été stationnaire pendant 3 heures.

Toutefois, avec les dernières pluies qui ont sévi plusieurs jours, les donnes pourraient changer dans les prochains 24 heures. «La population est toujours appelée à maintenir sa vigilance face à la montée des eaux et aux risques de glissement de terrain qui peuvent survenir à tout moment», a rappelé le BNGRC, concernant la situation hydrologique pour la ville d’Antananarivo et ses périphéries immédiates.

Ainsi, pour les communes du Grand Tana (Masindray, Ambohimanambola, Alasora, Tanjombato, Soavina, Anosizato Andrefana, Bemasoandro, Ambohitrimanjaka et Antananarivo), le danger reste toujours imminent à  l’aval de l’Ikopa. Même situation pour Sisaony dans les communes de Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka…

Sera R.

 

News Mada0 partages

Faux billets : deux arrestations à Analakely

Les faux billets en devise étrangère sont dans les rues d’Antananarivo. Samedi dernier, vers 21 heures, deux hommes sont venus au comptoir de l’Hôtel Le Glacier Analakely. Ils voulaient échanger quelques billets d’euro contre de l’ariary. Après vérification, les responsables de l’hôtel leur ont fait savoir que les billets étaient des faux. Mais les deux hommes ont farouchement nié avoir donné des faux billets.

Pour mieux éclaircir la situation, la police du 1er arrondissement a été contactée. Après l’intervention des policiers, il s’est avéré qu’il s’agissait de faux billets. Les deux individus ont été arrêtés pour émission de faux billet. Tous deux habitent aux 67 Ha. Un autre faux billet de 100 euros a été retrouvé sur l’un d’eux. Comme le faux billet en ariary ne les intéresse plus pour diverses raisons, les bandits procèdent maintenant à la production de faux billets en monnaie étrangère.

ATs.

 

News Mada0 partages

Cancers gynécologiques : attention particulière du DG de l’OMS

Le sujet relatif à la prévention et la lutte contre les cancers des femmes a retenu l’attention du DG de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui effectue une mission dans le pays depuis hier jusqu’à demain en compagnie de la directrice régionale de l’OMS pour l’ Afrique, le Dr Matshidiso Rebecca Moeti. Il a abordé le sujet hier lors de sa rencontre avec la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina.

Il y avait eu une rencontre d‘échange entre les deux parties sur les stratégies à mettre en  œuvre pour mieux prendre en charge cette maladie, qui concerne plus de la moitié des cas de cancers dans les hôpitaux. L’objectif  consiste à donner aux femmes  l’accès aux soins afin qu’aucune d’entre elles ne soit abandonnée à son sort.

En dépit de cet intérêt particulier pour les cancers gynécologiques, le DG  de l’OMS a également réitéré l’engagement de son organisme à améliorer la santé de la population en général. Il l’a soulevé lors de sa rencontre avec le président de la République, hier. La maîtrise de la récente épidémie de peste dans le pays a été au centre des discussions, ainsi que la couverture santé universelle.

 L’OMS continuera en effet de soutenir le pays dans ses efforts pour améliorer les indicateurs de santé. «L’OMS a toujours soutenu le Gouvernement malgache en matière de santé et s’engage à investir dans la lutte contre la peste et à mettre en place la solidarité pour combattre facilement l’épidémie», a déclaré le DG de l’OMS.

Cet appui sans faille en faveur de la santé de la population malgache s’est matérialisé par la visite de cette délégation de hauts responsables de l’OMS auprès du ministère de la Santé. Le numéro un de l’OMS s’est entretenu avec le ministère de la Santé sur les programmes prioritaires, notamment la riposte à la peste. Le renforcement de la prévention des maladies en général ainsi que le renforcement du système de santé ont aussi été à l’ordre du jour de leur rencontre.

Fahranarison

News Mada0 partages

Maurice : une Malgache accusée d’agression avec préméditation

Marie Hélène None, une ressortissante Malgache de 36 ans a été arrêtée vendredi dernier pour avoir agressé son compagnon, Bernards Emilie, un Réunionnais de 52 ans.

Recherchée depuis le jeudi 28 décembre, date du drame où la Malgache a tranché la gorge de son compagnon à l’aide d’un cutter suite à une dispute entre eux à Grand-Baie. La trentenaire s’est fait capturée à Baie-du-Tombeau suite à une opération de la police de Baie-du-Tombeau et de Grand-Baie ainsi que les limiers de la Special Squad de la Northern Division. Elle a été remise à la Criminal Investigation Division de Grand-Baie.

Lors de son interrogatoire, la Malgache a nié les faits qui lui sont reprochés. D’après ses déclarations, le Réunionnais aurait tenté de l’agresser et c’est à ce moment-là qu’elle s’est défendue. Marie Hélène a été traduite devant le Bail and Remand Court samedi. Remis de ses blessures, le quinquagénaire à quitté l’hôpital samedi dernier pour regagner son pays le lendemain.

Recueillis par ATs.

 

News Mada0 partages

Revendications – universités : le ministère rassure les étudiants et les enseignants

Les procédures de résolution relatives aux requêtes des différents corps composant l’Université, à savoir le Syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (Seces) et les étudiants, sont toujours en cours. C’est ce qu’a rassuré le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), hier, à l’occasion d’une rencontre entre les responsables de ce département ministériel, dirigés par le Secrétaire général, et les membres du Seces national et de la section Tanà.

A ce propos, le directeur des affaires administratives et financières au sein du Mesupres, Hery Philippe Rakotoarison, a fait entendre que les enseignants et les étudiants recevront respectivement une réponse à leurs requêtes prochainement. «Comme il a été promis lors des différentes rencontres entre le ministère et les parties requérantes, les heures complémentaires, les indemnités de stage et les bourses seront réglées ultérieurement. Tous les processus de concrétisation sont actuellement en cours», a indiqué ce haut responsable.

Des mesures pour les étudiants à l’étranger

Concernant les étudiants, des mesures ont été prises spécialement pour les bénéficiaires de la mobilité auprès des Universités à l’extérieur et qui doivent terminer leurs parcours. «Nous déployons tous les moyens pour faire en sorte que le timing fixé avec les Universités extérieures soit respecté afin de maintenir le partenariat au beau fixe», a noté le Daf du Mesupres. C’est le cas pour les étudiants en fin de parcours et/ou qui préparent leur soutenance.

Il est à noter que des efforts restent à faire pour arriver à l’uniformisation du calendrier universitaire. Pour l’université d’Antananarivo, les situations sont disparates. Plusieurs enseignants dispensent encore des cours dans plusieurs facultés et départements, à l’instar de la faculté des Sciences ou encore de Médecine, des Lettres et des Sciences humaines ainsi que le département de l’Agronomie.

«Certains départements sont pourtant en pleine période d’examens, d’autres auraient dû effectuer la rentrée hier», a fait savoir le vice-président de l’Université d’Antananarivo, le Professeur Omer Jean-Claude Andrianarimanana.

Fahranarison

News Mada0 partages

Boeny : nouvelles tensions au campus d’Ambondrona

La crise perdure à l’université de Mahajanga. La rentrée prévue hier n’a pas eu lieu suite aux manifestations organisées par le Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BDUM), appuyées par des parents, nécessitant l’ intervention des forces de l’ordre.

La rentrée annoncée pour le 8 janvier n’a pu se tenir au campus d’Ambondrona, à Mahajanga, hier, à la suite de la manifestation conjointe menée par  les étudiants membres du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BDUM) et certains de leurs parents. Bardés d’ustensiles de cuisine et de leurs ballots, ils se sont présentés à la cérémonie de rentrée officielle en revendiquant le limogeage de l’actuel président de l’université, le Professeur Emmanüel Rakotoarivony, en plus de leur relogement avant la reprise des cours. Les manifestants, banderoles à l’appui, ont de nouveau bloqué l’accès à l’établissement d’enseignement supérieur de Mahajanga, obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

Une crise d’origine ethnique

 L’audience demandée par les parents d’étudiants qui ont participé à la manifestation auprès du président de l’université n’a pu se tenir hier, envenimant encore plus une situation très tendue au sein du campus d’Ambondrona. Les membres des associations regroupées au sein du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BDUM) dénoncent des discriminations dont ils ont toujours été victimes au sein de l’établissement en citant le cas récent des sanctions publiées par le conseil de discipline à leur endroit. Ils accusent d’arbitraire la présidence de l’université qui n’a pas procédé à leur recasement après les opérations d’assainissement, les obligeant à évacuer leur logement au campus et qui a déjà occasionné le décès d’un de leurs membres dernièrement. L’idée de clivage ethnique véhiculée par certaines entités au sein de l’université de Mahajanga dégrade la situation relationnelle au campus, provoquant des foyers de tension latente parmi les étudiants.

Manou

 

News Mada0 partages

Alaotra : problème d’enclavement

La circulation devient une gymnastique pénible dans la région Alaotra Mangoro depuis le mois dernier. Le passage du cyclone Ava a d’ailleurs amplifié le problème de transport terrestre subi par les usagers, particulièrement en cette période des pluies.

Les frais de transport des voyageurs ont connu une hausse vertigineuse sur la RN 44 reliant Moramanga à Ambatondrazaka. La coupure de route nécessitant un transbordement au niveau du pont d’Amboasary-Gara et la dégradation des infrastructures routières expliquent cette situation, selon les transporteurs. Les taxi brousse se font rares à cause de cet état de la route, ont-ils annoncé, provoquant la hausse des frais de transport. De 20.000 ariary auparavant, le frais de transport sur l’axe Ambatondrazaka-Moramanga a été ramené à 35.000 ariary, déplorent les usagers. Une hausse a été déjà dictée par les opérateurs transporteurs au cours des vacances de noël, ont rappelé la population, qui a révélé une autre hausse coïncidant avec le passage du cyclone à la fin de l’année.

Manou

 

News Mada0 partages

Fianarantsoa : 8 morts dans un effondrement

Huit morts dans la ville de Fianarantsoa à la suite d’un glissement de terrain sur une maison. Parmi les personnes décédées figure un bébé de 11 mois.

Les fortes pluies qui se sont abattues sur la région Haute Matsiatra depuis la semaine dernière ont provoqué un glissement de terrain mortel dans la nuit de dimanche dernier vers 22 heures dans le village d’Ivory, commune urbaine de Fianarantsoa. Huit personnes dont un bébé de 11 mois ont perdu la vie, asphyxiées dans les décombres de leur maison emportée par l’éboulement.

Les occupants de la maison étaient en train de faire une veillée mortuaire cette nuit-là quand le malheur est tombé sur eux. Une importante masse de terrain s’est détachée de la paroi du ravin qui se trouvait au-dessus de la maison.

En attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers, les habitants se sont vainement donné la main toute la nuit pour sauver la vie des personnes coincées au-dessous des ruines. Ce n’est qu’hier vers 4 heures que les pompiers et les villageois ont pu dégager les corps sans vie des huit occupants de la maison. Parmi eux se trouvaient trois enfants dont un bébé de 11 mois.

Informés du drame, les élus locaux, dirigés par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie Monique Rasoazananera, de passage à Fianarantsoa, se sont précipités dans la prise en charge de la situation. Les dépouilles ont été emmenées dans le «Tranompokonolona» de la localité hier pour être restituées à leurs proches ce jour.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Grace présidentielle : l’opération de rattrapage continue

Le 4 janvier dernier, le président de la République a signé un décret portant octroi de grâces générales à l’occasion de la nouvelle année. Un geste noble mais qui a suscité certaines interrogations.

Ce fameux décret est sorti hier comme s’il vient juste d’être ordonné par le président de la République Hery Rajaonarimampianina. Mais, à voir la date de sa signature, et c’est là le plus étonnant, c’était à la veille de la cérémonie de vœux aux Corps constitués et au Corps diplomatique.  Sous cet angle, il est difficile de ne pas de se demander, pourquoi ne pas l’avoir annoncé durant la cérémonie de vendredi dernier? C’était en effet un moment propice pour Hery Rajaonarimampianina de se démarquer, lui qui voulait tant se singulariser de ses prédécesseurs par ses actes et ses réalisations.

Pour les observateurs, il pourrait s’agir d’un oubli de la part des dirigeants et qu’ils s’attèlent maintenant à une opération de rattrapage. La date du 4 janvier ne serait alors qu’un simple leurre pour démontrer que le président de la République a bel et bien pensé aux condamnés. Et pour preuve, les statistiques sur le nombre des bénéficiaires de cette grâce n’ont pas été publiées car «le décret en question n’a été remis aux responsables que hier», d’après nos sources.

Sous réserve…

Les remises de peine vont d’une remise partielle partant de trois mois à une remise totale. Cette dernière concerne les personnes condamnées à des peines correctionnelles ayant purgé au moins cinq ans de détention et âgées de 60 ans et plus pour le sexe féminin et 65 ans et plus pour le sexe masculin.

La remise totale de peine est accordée aux personnes condamnées ayant purgé au moins quinze années de détention, âgées de 60 ans et plus pour le sexe féminin et 65 ans et plus pour le sexe masculin.

Les personnes condamnées pour détournements de deniers publics, concussions, corruption, blanchiment de capitaux, infractions relatives aux bois de rose et bois d’ébène, infractions portant sur la chasse, la pêche et la protection des faunes sauvages, infractions portant sur le commerce international de faunes et flores sauvages, infraction minière, attentats aux mœurs, ou encore celles qui sont condamnées pour meurtres et assassinats, arrestations illégales et séquestrations et pour évasion de détenus ou prisonniers seront exclues de cette remise gracieuse de peine.

Le décret ne sera applicable qu’aux personnes définitivement condamnées et celles qui se sont désistées lors d’un appel ou d’une cassation dans un délai de deux mois à compter de cette date.

Rakoto

 

Ino Vaovao0 partages

« FOROCHES » SAMBAVA : Tovolahy 17 taona avy namonjy lanonana maty voatsatok’antsy

Omaly tokony ho tamin’ny 1 ora maraina lasibatry ny andian-tanora mitam-piadiana ny tovolahy iray antsoina hoe Sylvana vao 17 taona monja raha avy namonjy lanonana tao amin’ny « Disco Cabana » ka hody any an-trano fonenany ao Antanambao-Antaimby.

Nandrasan’ireto andian-jatovo ireto teo amin’ny toerana maizina akaikin’ny tetezana iray i Sylvano ka avy hatrany dia notsatohan’izy ireo antsy. Mbola niezaka nitsoaka sy niantso vonjy ihany i Sylvano fa nitolefika afaka metatra vitsivitsy niala ilay tetezana. Nameno ny arabe ny rà. Tsy tonga teny amin’ny hôpitaly akory dia tapitra ny ainy. Araka ny loharanom-baovao nisy naheno ny antso vonjy nataon’i Sylvano ireo namany ka nanenjika avy hatrany ireo andian-tanora nahavanon-doza ka ny iray amin’ireto farany no tratran’izy ireo ary niharan’ny fitsaram-bahoaka. Soa ihany fa tonga haingana ny zandary fa raha tsy izay dia maty. Tsy niandry ela akory dia nanao ny asany ny zandary ka tamin’ny 3 ora maraina dia tanora iray no voasambotra tao Antsirabe. 

Tamin’ny 4 ora maraina tanora iray hafa fantatra amin’ny anarana hoe Arnaud na «  Mr le maire  » no voasambotra ihany koa. Nilaza ity farany fa tsy nandray anjara tamin’ny famonoana an’i Sylvano fa nambaran’ny tanora anankiray hafa antsoina hoe Badôry izay voasambotry ny zandary tamin’ny 11 ora sy sasany maraina. Niandry faty ny lehilahy tamin’ny fotoana nisamboran’ny zandary azy. Omaly hatramin’ny 3 ora tolakandro dia tanora miisa telo no voarohirohy amin’ny famonoana an’i Sylvano no voasambotry ny zandary. Mbola mitohy ny fikarohana ny ambin’ireo  andian-tanora nahavanon-doza  ataon’ny zandary.  

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TSAHO NIELY TAO TOAMASINA : Tsy misy fonjan’Ambalatavoahangy vaky izany, hoy Ralay Christian

Ny sabotsy 6 janoary, niantso ny lehiben’ny fonja ao Toamasina, Ralay Christian ny mpanao gazety teto amin’ny gazety Ino Vaovao Faritra, nanaporofo izany feo niparitaka izany. Nandritra izany no nilazan-dRalay Christian fa tsy marina velively izany fonja vaky izany. 

Fandaminana no nataonay teto amin’ny fonjan’Ambalatavoahangy, hoy hatrany ny fanazavany. Efa ratsy dia ratsy ny efitra 3 sy efitra faha-7. Nisy ny fivoriana nataon’ny mpandraharaha ny fonja ny alarobia 3 janoary. Tapaka nandritra izany fa afindra toerana ireo voafonja tao amin’ny efitra 3-7 ireo. Ny zoma maraina talohan’ny rivodoza no natao ny  famindrana azy ireo. Famindrana izay tsy nivoaka ivelany fa tao anatiny ihany. Izany no natao dia mba ho fisorohana ny loza mety hanjo an’ireo voafonja.

Niantso an’ireo mpanely tsaho Ralay Christian mba hitsahatra ny famafazana lainga. Fanelezana tsaho fonja vaky, izay midika ho fanakorontanana saim-bahoaka, raha ny nambarany hatrany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA AN-TANETY : Mpandeha efatra indray no very entana ny alatsinainy maraina

Niainga tany Antananarivo tamin’ny alahady hariva izy io ary tonga tao Mahajanga ny alatsinainy maraina. Efa hampidina entana vao hita rovitra be ny labasy fanaronana entana ary efa tsy tao intsony ny valizy efatra sy harona efatra samihafa, izay mpandeha tamin’io fiara io avokoa ireo tompony. Araka ny nambaran’ny ‘chef de gare’ dia misy tranga indroa toy izao foana isam-bolana.

Efa roa taona izay no nisian’izao fomba fangalarana entan’ny mpandeha izao.  Eo anelanelan’Amboromalandy sy Antanambao Andranolava no heverina fa isian’io halatra io. Misy ireo tetezana kely maro eo ka tsy maintsy mandeha mora ny fiara. Io no hararaotin’ny jiolahy anaovana ny asa ratsiny. Tsy vitan’ny olona iray izany hoy hatrany ny fanambaràn’ny chef de gare fa tsy maintsy andian’olona maromaro. Satria misy ny miakatra ambony tafo, amin’ny fametrahana entana, mandrovitra ny labasy sy manipy ny entana ary misy koa ireo mandray ny entana latsaka sy mitondra izany.

Tsy maintsy efa lasa lavitra mantsy ny fiarakodia mpitatitra ary tsy maintsy miandry izay mandeha moramora izy ireo vao afaka midina indray. Efa misy ny fisafoana ataon’ny zandary ary efa nisy ny tratra saingy tsy nampihena ity asa fangalarana entan’olona amin’ny fiara mpitatitra ity izany. Ankoatry ny fikarohana ireo olon-dratsy ataon’ny zandary dia manentana ny mpitatitra mandeha alina ny chef de gare mba hiaraka handeha maromaro, rehefa miainga eo Ambondromamy, mankaty Mahajanga. 

Tsy tokony hiandry ny fandaminan’ny mpitandro filaminana, hoy hatrany izy fa mba miara- mientana ny mpitatitra hialana amin’ny fatiantoka sy fitarainan’ny mpandeha. Amin’ny tranga tahaka izao mantsy raha eo ampahatongavana no tsy hita ny entana dia tompon’andraikitra tanteraka ny mpitatitra. Raha toa kosa ka tsikaritra fa nisy asan-jiolahy teny an-dalana, labasy rovitra sy tady tapaka, ohatra, dia miantso mpitandro filaminana hatrany hanao fitsirihana ny mpitatitra. Afaka mitory na mifandamina amin’ny mpitatitra kosa ny very entana fa amin’ny ankapobeny dia very momoka ny entana lasan’ny jilahy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSY FISIAN’NY FANONDROTAN-KARAMA : Miezaka mamono afo ny minisitry ny vola

Isan-taona dia saika ireto farany no andrandrain’ny vahoaka kanefa tamin’ity taona ity dia nahatsiaro ho diso fanantenana tanteraka ny rehetra. Tsy fantatra mazava izay mety ho anton’izany, satria hatramin’ireo filoha nifandimby dia fanaon’ny Filoham-pirenena ao anatin’ny kabariny hatrany ny manondrotra ny karaman’ny mpiasam-panjakana  manodidina ny 7% ka hatramin’ny 10%. 

Niteraka resabe teo amin’ireo mpanara-baovao izany tamin’ity taona ity. Manoloana izany indrindra dia miezaka mamono afo ny minisitry ny tetibola sy ny fitantanam-bola, izay nilaza fa azo irosoana tsara ny fanondrotana karama ho an’ireo mpiasam-panjakana raha ho amin’ity taona ity. 

Raha ny loharanom-baovao voaray dia tombanana hiova ny fomba fampiakarana ny karama amin’ity taona ity ka mety ho amin’ny alalan’ny mari-karama mihitsy, ohatra. Nanazava ny minisitry ny vola sy ny tetibola fa azo atao tsara ny manondrotra ny karaman’ireo mpiasam- panjakana ho amin’ity taona ity saingy mila toromarika avy amin’ny Filohan’ny repoblika izany. Nambarany ihany koa fa tsy misy fiantraikany amin’ny tetibola ho an’ny taona 2018 raha toa ka misy io fanondrotan-karama io. 

“Miandry izay toromarika sy torolalàna izahay ka amboarina araka izay ny karaman’ny mpiasam- panjakana”, hoy ny minisitry ny vola sy ny tetibola, Andriambololona Vonintsalama raha nanamafy ny fanazavany. Araka ny fantatra dia efa misy ny fomba fiasa mba hanalana an’ireo mpiasam-panjakana matoatoa kanefa mbola mandray karama ihany, ity farany izay nampiteraka savorovoro teo amin’ireo mpiasa lasibatra tamin’izany ny faran’ny taona lasa teo iny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SECES ANTANANARIVO : Hanao tomban’ezaky ny fitokonana efa natao ireo mpikambana

Amin’ny ankapobeny mbola tsy nivaly araka izay notadiaviny ny fitakiana nataon’ireo mpampianatra hatramin’izao. Raha tsiahivina, nanomboka ny volana novambra lasa iny no efa niroso tamin’ny fitokonana izy ireo. Efa nisy hatrany ny fihaonana tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana miahy ny fampianarana ambony tamin’izany saingy nandamoka hatrany. Ny alakamisy ho avy izao hiroso amin’ny fivoriam-be indray ireo mpikambana ao amin’ny seces. 

Hiompana amin’ny fanaovana jery todika ny akon’ny fitokonana izay efa natombok’izy ireo tamin’ny 20 desambra no hiompanan’ny lahadinika amin’izany. Handrasana ao anatin’io fivoriam-be io ihany koa izay mety ho fanapahan-kevitra horaisin’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra sampana Antananarivo amin’ny tohin’ny hetsika rehetra izay hataony. Ankoatry ny fitakiana ny tambin- karamam-pikarohana ho an’ireo mpampianatra efa misotro ronono nefa mbola manohy ny asa fikarohana, anisany takian’izy ireo ihany koa ny hitazomana ny ora fanampiny ho 150 ora hiasan’ireo mpikambana ao anatin’ny seces. 

Nambaran’ny filohan’ny seces sampana Antananarivo fa tsy nifanaraka tamin’izany ny vokatr’ireo fihaonana tamin’ireo tompon’andraikitra. “Ny novalian’ny minisitera mpiahy dia ny zavatra tsy notakianay. Isaorana be dia be ny minisiteran’ny vola sy ny fitantanam-bola, isaorana ihany koa ny antenimieram-pirenena indrindra moa ny minisitera mpiahy izay nanolotra fa tafiditra tao anatin’ny tetibolam-panjakana ilay tambin-karama anankiroa izay tsy takianay akory fa efa azonay”, hoy ny fanazavana nomen’ny filohan’ny seces sampana Antananarivo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIAHIANA NY MPONINA : Tsy miraharaha ireo tra-boina ny minisitra Onitiana Realy

Ny sabotsy 6 janoary dia delegasiona mafonja notarihin’ny Filoham- pirenena no tonga tao Toamasina. Nahagaga ny maro ny tsy nahitana ny minisitry ny mponina. Tsy tao anatin’ny delegasiona niara-dia tamin’ny Filoham-pirenena mihitsy ny tenany.Ny azy anefa no minisitera mpiahy voalohany ny mponina. 

Mila azy ny vahoaka, indrindra ireo traboina tamin’ny fandalovan’ ny rivodoza Ava. Andro maro maro taorian’ny rivodoza anefa, dia tsy mbola tonga nijery ireo malagasy mpiray tanindrazana aminy i Onitiana Realy. Lasa resabe eo anivon’ny fiarahamonina ao Toamasina mihitsy ny tsy fahitana azy tamin’ny sabotsy ka hatramin’izao. Manova olona tokoa ny seza politika, hoy ireo mponina ao Toamasina.

Fony izy mpanentana fandaharana tao amin’ny fahitalavitra anefa dia noheverina ho tena olona akaiky vahoaka tokoa, hoy hatrany ny fanehoan-kevitr’ireo olom-pirenena ao Toamasina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY ASAN-DAHALO : Hametrahana « puce » ireo omby eto an-toerana

Saika hita amin’ny faritra maro manerana an’i Madagasikara mantsy tao ho ao ny tsy fandriampahalemana, indrindra fa ny asan-dahalo. Mitaraina sy mikaikaika amin’izany tranga izany avokoa ireo mponina. Indrindra ireo monina sy mipetraka amin’ny toerana ahitana omby. Tsy mionona amin’ny fangalarana mantsy ireo dahalo fa sady mamono ireo sendra azy mihitsy. Manoloana izany dia efa nisy ny paikady napetraky ny fitondram-panjakana tamin’ny taon-dasa. Tafiditra ao anatin’izany ny fametrahana ny “bataillant interarme” tany amin’ny tapany atsimon’ny Nosy iny. 

Taorian’ny nametrahana izany anefa dia mahatsapa ireo faritra sasany fa lasa mirongatra any amin’izy ireo indray izay tsy fandriampahalemana izay. Voakasik’izany ireo any amin’ny faritra Andrefana sy ny Avaratra iny. Ho famahana ity olana ity dia nanambara ny Filoham-pirenena fa manomboka amin’ity taona ity dia hametrahana ireny fitaovana famantarana na ireny “puce” ireny ireo omby eto an-toerana. Izany no hatao dia mba hoentina hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana. Raha ny solombavambahoakan’i Betroka manokana dia nanamafy fa hevitra tsara izany saingy misy ny laharam-pahamehana kokoa noho izay. 

Isan’izany ny fanomezana angidimby ho an’ireo faritra hahafahana manara-maso bebe kokoa amin’ity resaka tsy fandriampahalemana ity. Andrasana araka izany izay tena ho fanatanterahana ireo vina sy ireo paikady ho an’ity taona ity amin’izay resaka ady amin’ny halatr’omby izay.

Lucien R.     

Ino Vaovao0 partages

MANANDRIANA : Nahazo ireo fitaovana hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana

Tafiditra tao anatin’izany faritra nanjakan’ny asa ratsy izany ny distrikan’i Manandriana. Ity farany izay efa voasokajy ho isan’ny faritra mena mihitsy, indrindra raha ao amin’ny faritra Amoron’i Mania. Manoloana izany indrindra dia isany laharam-pahamehana ho an’ity distrika ity ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana raha ho an’ity taona vaovao ity manokana. 

Amin’izao fiandohan’ny taona izao araka izany dia niombom-po sy nitovy hevitra ireo tompon’andraikitra isan-tokony ao an-toerana fa zava-dehibe ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana. Mba hahafahana manatanteraka izany ady izany dia natokana hividianana ireo fitaovana sy kojakoja rehetra mifandraika amin’izany ny volan’ny Cld 2017 na ny komity ifotony ho an’ny fampandrosoana. Anisan’ireny ny moto 13 ho an’ireo ben’ny tanàna amin’ny kaominina 12 mandrafitra ny distrikan’i Manandriana. 

Ny iray amin’ireo moto kosa dia ho an’ny mpitandron’ny filaminana. Teo ihany koa ireo kojakoja maro samihafa toy ny finday, radio, “kit scolaire” ho an’ireo lehiben’ny fokontany miisa 104 sy ireo filohan’ny mpanolotsaina kaominaly, ny Das ary ny “poste fixe”. Tsara ho fantatra fa ankoatra ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana dia manampy betsaka ireo ben’ny tanàna amin’ny fiatrehana ny asa fampandrosoana samihafa ny fampiasana ny moto.

Etsy ankilany dia nankasitraka izao fanomezana izao ireo ben’ny tanàna ao anatin’ny distrikan’i Manandriana. Tsy nohadinoina ny nisaotra ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny niavian’ny fanomezana. Tsara marihana fa efa vita ny fanolorana ireo fitaovana ireo ka azo ampiasaina avy hatrany. Isany tonga nanatrika ny fotoam-panolorana ny solombavam- bahoakan’i Madagasikara voafidy tao amin’ny distrikan’i Manandriana. Ity farany izay sady filohan’ny Cld rahateo. Hita nandritra ny fotoana ihany koa ny lehiben’ny distrikan’i Manandriana.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

FANDALOVAN’I AVA TAO DIANA : Olona 3 maty, mahatratra 5000 isa ireo traboina

Ho an’ny  kaominina ambonivohitr’Ambanja, voatery nidina teny amin’ny fokontany Ambaibo ny mpitondra fanjakana ny alahady teo nanome baiko ny amin’ny tokony hialan’ny mponina amin’ny faritra iva rehetra ho fisorohana ny loza mety hitranga. 

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any Matsaborilava sy Ampahakabe ao amin’ny kaominina ambanivohitr’Ambohimena, distrikan’Ambanja hatrany  dia olona 3 no maty,  difotry ny rano ny trano rehetra. Namela takaitra ihany koa ny rotsak’orana nentin’ny rivodoza Ava any amin’ny kaominina ambanivohitra Ankatafa. Trano fonenana miisa 1431 dobo rano, olona miisa 5284 traboina ary 91%-n’ny tanimbary simba. Noho ny fiakaran’ny rano dia voatery miampita amin’ny alalan’ny kalesy ny mpandeha ao Isesy eny amin’ny lalana mampitohy an’Ambilobe sy Antsiranana.

Lakana 12 very 19 hafa vaky

Any amin’ny tapany avaratry ny Nosy hatrany any Nosy Be dia lakana miisa 12 no voalaza fa very ary 19 hafa vaky tao amin’ny torapasik’i Djamanjary vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava. Fianakaviana miisa 13 no voatery nafindra toerana ary napetraka ao amin’ny sekoly iray ao an-toerana. Trano fianarana maromaro  ao Ambondrona no fantatra fa lavon’ny rivotra ihany koa. Ohatra vitsivitsy ao anatin’ny maro vokatry ny rivodoza Ava any amin’ny tapany avaratry ny Nosy izany rehetra izany.

Miaka-bidy avokoa ny entana

Manampy trotraka ny fahorian’ny vahoaka any an-toerana ny fiakaran’ny vidin’entana ilaina andavanandro. Miaka-bidy avokoa ny entana eny an-tsena. Ohatra, 600 ariary hatramin’ny 1000 ariary ny vidin’ny voatabia iray raha 200 ariary teo aloha. Lasa 500 ariary ny anana iray tokony raha 100 ariary izany teo aloha. Tafakatra 16 000 ariary mahery  ny kilaon’ny hen’omby nanomboka tamin’ny fiandohan’ity taona ity raha 14 000 ariary teo aloha. Tsy ao Nosy Be irery fa ahitana fiakarany avokoa ny vidin’ny entana ilaina andavanandro manerana ny faritra Diana.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

VAOVAO AVY ANY IVELANY

SyriaOlona 30 mahery matin’ny daroka baomba

 

Ny fitondrana Syriana dia mampifantoka ireo tafikany amin’ny hanafihana ny toerana 2 lehibe misy ireo mpioko. Ny iray any amin’ny avaratra andrefana ary ny iray any akaikin’i Damas. Olon-tsotra miisa 25 farafahakeliny sy ankizy 8 no maty ary naharatrana olona maro nandritra ny fandarohana baomba an’i Idleb nataon’ireo tafika ana habakabaka Syriana notohanan’i Rosia ny alahady teo. Ity fanafihana ity dia entina hiadiana ireo jihadista.

 

Nahemotra amin’ny 23 janoary ny fitsarana ireo tafika nikasa hanongana fanjakana tamin’ny desambra 2015 izay saika hatao omaly maraina, noho ny tsy fahampian’ny antontan-taratasy eo am-pelatanan’ireo mpisolovava. Ity raharaha ity moa dia nahavoasaringotra miaramila am-polony sy sivily iray ary ny zanaky ny Jeneraly Salou Souleymane izay lehiben’ny Etamazoro ny tafika teo aloha.

Tia Tanindranaza0 partages

ONITIANA REALY

Tsy mbola nisy ny fanambarana ofisialy, saingy tsikaritry ny maro hatry ny zoma teo ary hita taratra omaly ihany koa fa mitondra vohoka ny minisitry ny mponina Onitiana Realy. Nitsidika ny Akany Fianakaviana Miarina misy ireo traboina teny Isotry izy omaly ary hita fa misimisy kibo sady niha nahazo aina. Ny volana aogositra 2017 izy no nanorin-tokantrano niaraka tamin’i Briand Andrianirina, filohan’ny federasionina Malagasin’ny kick boxing teo aloha. SARY :Onitiana

LALAM-PIFIDIANANA

Nisy fihaonana teo amin’ny lehiben’ny governemanta, ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, sy ireo solontena avy amin’ny firaisamonim-pirenena omaly, ho fanohizana ny fifanakalozana sy ny fakan-kevitra notanterahina andro vitsivitsy lasa izay, mikasika ny lalàm-pifidianana. efa miditra amin’ny famoaboasana ny isan’andininy ny fifanakalozan-kevitra ary hifarana ny dingana fandraisana ny hevitr’ireo mpikirakira sy mpiantsehatra amin’ny resaka lalàm-pifidianana. Aorian’izao dia antenaina fa tsy ho ela ny hahatongavana amin’ny fampidirana izany lalàna izany eny anivon’ny antenimiera roa tonta.

Taorian’ny fivoriana izay notarihan’ny Praiminisitra, Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier, tao Mahazoarivo ny marainan’ny omaly 08 janoary, dia nidina ifotony avy hatrany tetsy amin’ny ANS Ampefiloha ny tenany, sy ireo mpikambana sasantsany ao anatin’ny Governemanta nampahery sy nanolotra fanampiana ho an’ireo olona traboina. Marihina etoana fa miisa 576 ireo olona traboina ao amin’ny ANS Ampefiloha ka ahitana fianakaviana 391 izay notolorana vary, voamaina, ary kojakojan-dakozia.

PROPAGANDY HVM

 

Tsy niandry ela ny HVM dia efa nanararaotra nijapy ny fahorian’ny olona tao Toamasina mba hanaovana ny propagandiny. Ny filohan’ny antenimieran-doholona mihitsy nitarika tany ary nanao ny asa tana-maro mba hanadiovana ny tanàna. Izany hoe mbola ny olona ihany no ampiasaina amin’ny fanarenana ny simba ka ny volam-panjakana no hanakaramana azy ireo. Fanararaotana tanteraka.

 

TRABOINA

Tafiakatra 4300 omaly ireo traboina teto Antananarivo ka ny tao amin’ny distrika Antananarivo voalohany no tena maro. Tsy niova ny maha faritra mena ny renivohitra amin’ny mety ho tondra-drano vokatry ny mety ho fiakaran’i Sisaony sy Ikopa.  Arahi-maso fatratra arak’izany izay firotsaky ny orana ato ho ato satria santimetatra tora-telo vitsivitsy sisa dia hivoaka ny digy ny rano.

 

RIVODOZA

Mba nihodina ny lalan’ilay rivodoza Irving izay ngeza lavitra noho i Ava ary nahiana mafy ny hidirany teto amintsika raha araky ny kajikajy rehetra nataon’ny mpamantatra ny toetry ny andro. Saingy ny sary farany azo tamin’ny zana-bolana dia nanamarina fa niova ny lalany. Ho an’i Ava indray dia mbola mitohy ny rotsak’orana nentiny anio na dia efa lasa lavitra aza izy. Efa lefy tanteraka ny rivodoza Ava saingy ny hamandoany sisa no mbola misy amin’izao.

 

AIR MADAGASCAR

Niaka-peo indray ny mpanjifan’ny kaompania Air Madagascar.  Ny antony dia tsy mba nisy fandraisana an-tanana avy amin’ny kaompania rehefa nijanona avokoa ny zotra manerana ny nosy.  Mba niandry ihany ireo mpandeha, tao anatin’ny telo andro izay, ny mety mba hisian’ny antso avy amin’ny orinasa ka mety mahakasika ny famerenan-bola na koa fanemorana ny zotra. Saingy tsy nisy mihitsy izany hatreto.

 

BASY GASY

Eny Miarinarivo Itasy no misy orinasa mpanao basy vita gasy, poleta calibre 12. Vita gasy tokoa raha jerena saingy tena mahery vaika sy mahafaty. Roa lahy no nosamborina teny an-toerana ary mbola nahatrarana basy telo tao amin’izy ireo. Nambarany fa roa hetsy ariary no hamarotana azy ka ireo mpanakan-dàlana eny amin’ny lalam-pirenena no isan’ny mpanjifa.

 

ANTOKO ARO RIAKA

Lavitry ny vahaolana ny firenena Malagasy raha ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny antoko politika Aro Riaka Rakotonirina Odon Grégoire. Olona mendrika no tokony hilatsaka hofidiana ary tia vahoaka raha ny fanehoan-keviny ihany. Nambaran’ity filohan’antoko ity ihany koa fa tsy tokony ho ny CENI samy irery no hisahana ny fifidianana satria lasa ataon ny fitondrana tohatra hiakarana fotsiny mantsy hoy izy ity vaomiera ity.

 

FITSARANA

 

Hanao dokotera aorian’ny fahafatesana anio ny minisiteran’ny fitsarana izay hihaona amin’ny mpanao gazety.  Ny anton’izany dia hanomezana fanazavana momba ny raharaha Arfa Houcine. Ny mpandraharahan’ ny fonja dia isan’ny vondron’ny mpiasam-panjakana izay tsy manaiky ho diso mihitsy rehefa misy fitsoahan’ny gadra na fahavakisan’ny fonja. Asa indray  izay ambarany anio.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaTra-boina ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana

Ao anatin’ny lisitry ny tra-boina ihany koa taorian’ny rivo-doza “AVA” ny mpitandro ny filaminana, ahitana ny zandary sy ny miaramila ary ny polisy; isan’izany koa ny fitsarana manana sampana telo ao Toamasina.

 

 Potika hatramin’ny 80% ny trano sy ny tobin’ny zandary sy ny miaramila eto Toamasina, eo amin’ny 60% kosa ny an’ny polisy izay nahitana ny birao fanaovana fanadihadiana sy ny tranon’ny talen’izy ireo, ary toraka izany koa ny an’ny fitsarana. Miteraka olana anefa ireto maha-tra-boina ny mpitandro ny filaminana ireto satria tsy milamin-tsaina amin’ny tokantranony ireo olombeny amin’ny asa ataony ho fiarovana ny vahoaka sy ny fananany; misy fahasimbana noho ny orana sy ny rano koa ireo antontan-taratasim-panadihadiana sy antotan-taratasim-panjakana, tahaka izany koa ny eo anivon’ny fitsarana izay hiditra hiasa taorian’ny fialan-tsasatra ny krismasy sy ny taom-baovao teo ny 15 janoary teo, sy ny fotoam-pitsarana hanomboka ny volana febroary izao.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Tompon’andraikitry ny zandary tsy nahombyAndrasana ny fanapahan-kevitry ny SEG

Notontosaina omaly tetsy amin’ny toby Ratsimandrava Andrefanambohijanahary omaly ny lanonambe fifampiarahabana nahatratra ny taona ho an’ny zandarimariam-pirenena.

 

 Nilaza ny tomban’ezaky ny zava-bitan’ny zandary tamin’ny taon-dasa ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (SEG), ny Jeneraly Girard Randriamahavalisoa, tao anatin’ny kabariny ary nanambara ny tsy fahafahampony. Mbola nirongatra ny tsy fandriampahalemana ary mbola misy ny kolikoly, hoy izy. Efa nanambara izy fa tsy maintsy hoesorina amin’ny toerany ireo tompon’andraikitra tsy nahomby nanerana ny faritra. Andrasana anio ny fanapahan-kevitra raha ny tokony ho izy. Anio no hisy ny tatitra ofisialy sy ny famoahana ny tarehimarika rehetra etsy amin’ny toby Ratsimandrava hatrany. Mikasika ireo fianakaviamben’ny zandary traboina any Toamasina kosa izay misy fianakaviana miisa 15 sy toeram-piasana 2 rava kosa dia efa misy ny fepetra raisina, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieran’Andrianan’ImerinaMila averina ny hasin’ny olona

Nifamory voalohany teto Antananarivo tamin’ity taona ity ny sabotsy teo ireo Raiamandreny ara-drazana mivondrona ao anatin’ny Antenimieran’Andrianan’i Merina (AAM).

 

 Antony, raha ny fanazavana, dia noho ny fahamehana amin’ny tokony hikatsahana vahaolana hamerenana haingana ny hasin’ny olona. Miha latsa-danja hatrany mantsy amin’izao fotoana izy io. Tafiditra ao anatin’ny fandaharan’asan’izy ireo ny hanangana ny lapan’andrianan’Imerina, raha ny fanazavana hatrany. Tsy ho an’ny eto Imerina ihany anefa no ilana ny fanarenan-kasina fa manerana ny nosy. Ezahana koa ny hametrahana manerana ny nosy ny Antenimieran’ny olobe eto Madagasikara. Ireo Raiamandreny ara-drazana toy ny Ampanjaka sy Tangalamena no tonga niatrika ny fihaonana. Hanomboka indray ve ireo adihevitra sy hetsika isan-karazany tsy nety nampiravona marina akory ny tena Fihavanana malagasy fa zary vao mainka aza nampifandrirotra sy nampitompo teny fantatra ireo fikambanana izay samy te hametraka fa ny azy ireo ihany no tena izy ? Dia mbola hisy karazana taom-baovao malagasy samy manana ny azy hatrany ve sa mba ho tokana kosa amin’izay ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanemorana ny fidiran’ny mpianatraMiteraka olana ny fahataran’ny serasera

Taorian’ny fialan-tsasatry ny pesta dia miditra amin’ny fialan-tsasatry ny rivodoza indray ireo mpianatra ao anatin’ny fari-piadidiam-pampianarana maro nanomboka omaly toy ny eto Antananarivo Renivohitra, Atsimondrano ary Brickaville.

 

 Ny Alakamisy indray ireo mpianatra voakasik’ireo Cisco telo ireo vao hiverina hianatra noho izany raha tsy sanatria mbola hiampy indray miankina amin’ny fiakaran’ny rano…Samy manana ny paikady hiatrehany ny fahatapahana ny sekoly tsirairay avy amin’ny ankapobeny, indrindra ireo tsy miankina. Ho an’ny lisea La Prime etsy Anosibe manokana dia tsy maintsy hampianarina avokoa ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana manomboka izao isaky ny sabotsy hahafahana mamita ny programa. Hojerena manokana ihany koa ireo kilasy tsirairay, raha araka ny fanazavan’ny taleny Solonandriana Lanto. Nahitana lesoka ny fomba nampitan’ny minisitera iny vaovao iny. Omaly maraina tamin’ny 6 ora sy sasany mantsy vao tena nandefa vaovao mazava mikasika ny tsy fianaran’ny mpianatra izy ireo izay nomarihiny manokana fa mbola tany amin’ny faran’ny vaovao ihany koa. Ny mpianatra ato aminay anefa hoy izy miditra amin’ny 7 ora maraina avokoa ny secondaire ka voatery nianatra ihany izahay omaly maraina. Maro ireo nitaraina mafy ny amin’ny fahataran’ny fomba fiasa eo anivon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena, indrindra fa ny fampitam-baovao mahakasika ny besinimaro tahaka izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana tanàna taorian’i AVAMila vanona amin’ireo fikambanana hafa ny HVM

Tsy nitaza-potsiny ny loto sy fako ary ireo tapa-kazo mameno ny tananan’i Toamasina ny fikambanana sosialy FIMAMI na Fikambanana Malagasy Mijoro, notarihan’ny filoham-boninahiny ny senatera Benesy Harison Sebastien, sy ny filohan’ny fikambanana Mananjara Auguste,

 omaly fa nitarika ireo mpikambana an’arivony tao aminy nanadio tanana, sy nanaisotra ireo fako sy tapa-kazo zary lasa sakana mahatonga fitohanana tamin’ny arabe nanomboka ny sabotsy teo. Natomboka tao amin’ny lalana hopitaly kely nandalo tao Tanamakoa izay tena nisy fako nanakan-dalana ary tonga hatrany Valpinson ny fanadiovana nataon’izy ireo omaly tontolo ny andro; hitohy amin’ny fanaiovana ny araben’ny fahalevan-tena sy ao Ambolomadinika ny asa tanamaro izay sady vola ho an’ny mpikambana no fanadiovana ny tanana iombonana ny asa ataon’izy ireo anio. Taorian’ny fandalovan’ny rivo-doza “AVA” ka niteraka loto eran’ny tanana izao dia iadivan’ny HVM avokoa ireo fikambanana miezaka mandray ny andraikiny manampy ny mpiara-monina sy ny tanana iombonana amin’izao. Mihevitra ny hiasa irery amin’ny fidedahana eo imason’ny olona fa miasa izy ireo; ka ireo fikambanana rehetra miezaka mandray anjara amin’ny fanadiovana ny tanana dia misedra olana avokoa amin’ny ataon’ireo ekipan’ny HVM ao Toamasina ireo. Nandritra ny fandalovan’ny filohan’ny antenimierandoholona no filohan’ny antoko HVM tany an-toerana ny alahady teo anefa no nilazany fa “aoka isika hifaninana amin’ny tsara amin’izao fahavoazana mianjady amin’ny vahoaka izao, tsy ho lany andro ifanenjika etsy sy eroa intsony”.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisandratana ahoana ?

Toy ny vara-datsaka sy fanesoana ny vahoaka Malagasy hatramin’izao ary tena hotsaroan’ny tantara mihitsy ny kabarin’ny filoham-pirenena farany teo nandritry ny fifampiarahabana nahatratra ny taona teny Iavoloha.

 Fitohizan’ny fisandratana, hono, ny taona 2018 raha ny sorabaventy misary teny filamatra napetraka tery amin’ny lapihazo fampisehoana rindrankira. Fisandratana taiza sy oviana ary ahoana ? Ilay solika misondro-bidy matetika ve no antsoina hoe fisandratana sa ilay vidim-bary niakatra avo roa heny efa ho manerana ny nosy ? Niresaka ny maha zava-dehibe ny kolontsaina sy ny maha izy azy ny firenena sy ny olom-pirenena ao aminy ny filoham-pirenena. Manandratra sy ahafaha-manandratra izany ihany koa ve ny zava-misy iainana sy niainana tao anatin’ny 4 taona ? Na ny lalam-barotra ho an’ny foto-tsakafo aza efa vahiny marobe no nomena azy ary mahazo vahana amin’izao voina nateraky ny rivodoza izao. Izany filazana fa voatery niditra tamin’ny fanafarana izany foana no fialana bala. Iza anefa no tsy nahay nanentana ny vahoakany hikajy ny htontolo iainana nahafahana nisoroka ny haintany ? 70% “sisa” no mahantra raha 92% teo aloha ? Ny FMI indray ve no nandainga raha namoaka ilay tarehimarika farany teo izay nilaza fa nihemotra isika ary tafiditra ao anatin’ireo 5 voalohany amin’ny tany mahantra eto ambonin’ny tany ary latsaka ambany irony tany miady irony ? Sao dia mba tokony hampianarina ny famaritana ny fisandratana ary ny ao ambony ao ?

J. Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV GOLD TOP 8Nahemotra rahampitso ny andro faharoa

Noho ny fisian’ilay andro ratsy “Cyclone Ava” nandalo teto amin’ny nosy izay nitondra rivotra sy orana betsaka tsy an-kijanona teto

Tia Tanindranaza0 partages

RADIO FM FOIHitory ny filazantsara amin’ny fiteny vahiny marobe indray

Hitory ny fahamarinana hatrany ny Radio FM Foi ato anatin’ny 20 taona ho avy hahafahana manavotra fanahin’olona maro.

  Hitory izany amin’ny teny Frantsay, Espagnol ary Anglisy ireo mpikambana ao aminy aty amin’ny ranomasimbe Indiana, fanamby goavana ihany raha araka ny fanazavan’ny Apostoly Benjamina saingy tsy maintsy vita toy ny olona iray sy roa nanombohany ny fiangonana tamin’ny fotoan’androny, hoy izy. Ankehitriny, efa mahatratra 180  isa ireo ivontoerana misy azy ireo manerana ny Nosy raha eto Antananarivo sy any Antsirabe ary Toamasina no efa tratran’ny Radio. Ezahina ho tonga hatrany Mahajanga sy Fianarantsoa ary Antsiranana izany ato ho ato hahazoan’ny rehetra mandre azy ireo. Nivoitra izany nandritra ny fivoriana notanterahin’ny mpikambana tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina no sady nanambaran’izy ireo ireo karazam-baovao misy eo amin’ny Apostoly Benjamina sy ny FM FOI ihany koa. Ho an’ny Apostoly manokana dia notsiahiviny fa tsy manana olana amin’ny raharaham-pitsarana intsony ny tenany taorian’ny nanenjehana azy mikasika ilay ady tany teny Fenoarivo. Ny fitsarana mihitsy no efa namoaka didy fa afaka madiodio ny tenako, ho izy. Mikasika ny fifidianana izay ho filoham-pirenena amin’ity taona ity indray dia nanambara ny Apostoly Benjamina fa tsy natsoina hanao politika ny tenany fa ho Apostoly ka tsy mieritreritra ny hilatsaka. Mankalaza ny faha-20 taona niorenany amin’izao fotoana izao ny  Radio FM FOI.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Traboin’ny rivodoza any ManakaraHo avy ny fanampiana , hoy ny depiote Abel

Tahaka an’ireo toerana rehetra nandalovan’ny rivodoza Ava farany teo dia maro dia maro ihany koa ireo havana traboina any amin’ity distrika ity, hoy ny depiote Razafimahatratra Abel voafidy tany an-toerana.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao RavalomananaNankahery sy nanampy ireo traboina etsy amin’ny ANS

Tonga nitondra fanampiana sy nankahery ireo tra-boina mitoby etsy amin’ny ANS Ampefiloha sy ny EPP Anosibe omaly ny ben’ny tanànan’Antananarivo sy ireo mpiara-miasa aminy.

 Tsy manadino ireo tra-boina ary manampy azy ireo mandrakariva ny kaominin’Antananarivo, hoy ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Raha ny fangatahan’ireo tetsy amin’ny ANS Ampefiloha manokana izay mponin’Andavamamba anjezika I sy II no ankamaroany, raha ny fanazavana, fa ampahany ihany ny avy eny Manarintsoa sy Tetezana afovoany dia ny hijerena manokana ny tetezana eny an-toerana no tena andrasan’izy ireo. Efa nijery ifotony ny zava-misy teny amin’ireo toerana nisian-tra-boina ireo ny alahady teo ny tomponndraikitry ny CUA, hoy ny ben’ny tanàna, ary dia mbola hiverina eny anio ny delege sy ny ekipany hijery manokana izay resaka tetezana izay. Miisa 380 moa ireo fianakaviana tra-boina mitoby etsy amin’ny ANS Ampefiloha, izany hoe, olona miisa 1592, raha toa ka fianakaviana 737 be izao kosa ny etsy amin’ny EPP Anosibe. Notoloran’ny CUA vary milanja 1 taonina na 20 lasaka ny tetsy Ampefiloha, raha 2 taonina kosa ny tetsy Anosibe. Ankoatr’ireo dia notolorana voamaina 2 lasaka, savony 2 baoritra, bodofotsy 1 bal ho an’ny bevohoka sy beantitra avy ireo tra-boina, arakaraky ny fivoaran’ny toe-draharaha eny amin’ny fokontany misy azy avy. Anio kosa dia mbola hanantitra vatomamy sy biskoitra ary yaourt ho an’ireo tra-boina ny CUA.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AndoharanofotsyFianakaviana 500 no ahiana hotraboina

Toy ireo kaominina sasany ao anatin’ny distrikan’Antananarivo dia efa misy traboina ihany koa amin’izao fotoana izao ao anatin’ny kaominina Andoharanofotsy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANS AmpefilohaMampiantrano traboina miisa 576

Efa feno traboina sahady amin’izao etsy amin’ny ANS Ampefiloha. Miisa 576 avy amina fianakaviana miisa 390 izy ireo hatramin’ny omaly, traboina avy ao amin’ny Fokontany Andavamamba Anjezika I.

 

Sahondra, Renim-pianakaviana niteraka iray : Ny Alahady hariva teo izahay no nanomboka nafindra tato amin’ny ANS. Efa hatrany an-dohalika mantsy ny rano miditra ao an-tokantranonay ka na ny fivoahana ny trano mandeha mikarama isan’andro  aza efa tena manahirana. Na izany aza mbola olana ny toerana fandroahana sakafo  satria ny matory ihany no azonay hatao ato amin’ny ANS.

Felicia, Renim-pianakaviana niteraka efatra : Efa mahazatra ny tahaka izao isan-taona ho anay. Tsy maintsy traboina foana mantsy izahay rehefa mirotsaka tsy miato ny ranon’orana. Somary olana anefa ny fiaraha-monina eto amin’ny ANS satria be tabataba. Tsy maintsy ireo lehilahy mijanona any an-trano miandry ny tanana ihany koa no mahandro ny sakafo ary manatitra izany marain-tsy hariva.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Trano fonenana eto MadagasikaraMila fanovana goavana

Tsy ho afa-bela amin’ny rano be miakatra i Madagasikara rehefa misy ny rivodoza mahery mandalo eto ; tsy misy fomba hahafahana mifehy ny rano saingy ny azo atao kosa dia ny manatsara hatrany ny fiomanana na ara-tsaina io, na ara-pitaovana, na ara-teknika , na ara-bola amin’ny fiatrehana ny loza mety ho avy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Vidin’entana ilaina andavan’androRaikitra ny fanararaotana

Tsy dia mbola nahitana fiakarany firy hatreto ny vidim-bary ho an’ireo mpamongady na dia nisy aza ny fahatapahan-dalana ao Toamasina sy Antsirabe izay mampiitsoka ireo fiarabe mpitatitra entana ho aty Antananarivo, raha ny hita teny Anosibe sy ny manodidina omaly.

  Manodidina ny 1500 ariary ka hatramin’ny 1800 ariary hatreto hatreto ny kilaon’ireo vary nafarana raha 1300 ariary kosa ny kilaon’ny makalioka. Izany hoe mbola manodidina ny 75.000 ariary hatramin’ny 90.000 ariary ny kitapon’ireo vary vahiny. Ny vidin’ireo voamaina, indrindra, ny tsaramaso sy ny kabary kosa no efa nahitana fiakarana sahady vao nanombonomboka kely ny andro ratsy ary dia nampimenomenona sy noraisin’ny ankamaroan’ny mpanjifa ho fanararaotana moa izany satria hoe vao roa andro ve no nisian’ny rivodoza dia efa hita ho nisy fiakarana sahady ny vidin’entana? Raha 2800 ariary teo ny kilaon’ny tsaramaso, ohatra, teo aloha dia nahitana fiakarany 200 ariary sahady satria amin’ny ankapobeny dia lasa 3000 ariary.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona G 5Mangataka an-dRajaonarimampianina hirotsaka ho kandida

Mihetsika indray ny vondrona mpanao politika G 5 ahitana ny depiote isany Randrianasolo Jean Nicolas (Betroka), Razafimahatratra Abel (Manakara), Hanitriniaina Mamy Armand (Miandrivazo), Raherisoa Vololona Victorine ary i

Tia Tanindranaza0 partages

Jirama Toamasina15 miliara ariary ny fahavoazana

Nitondra takaitra ho an’ireo distrika nandalovany i “AVA taorian’ny fidirany tao Mahavelona Foulpointe sy tao Toamasina, Brickaville ary Vatomandry.

 

Raha ny tarehimarika azo dia mahatratra 5.000 ny traboina rava trano sy simba tafo ary tratran’ny rano. Ny 3.841 dia tao Toamasina renivohitra sy ny manodidina avokoa. Nahatratra 90% ny fahasimbana tao Mahavelona Foulpointe, 80% ho an’i Toamasina renivohitra sy ny manodidina ary Brickaville. 70% kosa ny fahasimbana tao Vatomandry. Maro ireo fotodrafitrasa no simba tany an-toerana. Raha ny filazan’ny tale jeneralin’ny Jirama Olivier Jaomiary dia mitentina 15 miliara ariary ny fahavoazana tamin’ny fahasimban’ireo andrin-jiro sy ireo taribin-jiro ary ireo “transformateurs”. Ny 2/3 dia fahavoazana tao Toamasina renivohitra sy ny manodidina avokoa. Nanome herinandro  ny Jirama hanarenany ny fahavoazana. Efa misy ny faritra miverina ny herinaratra ao Toamasina, tahaka ny faritra misy ny RNM sy TVM, ny fonja, ny hopitaly roa ary ireo faritra misy biraom-panjakana sasany. Efa miverina ihany koa ny herinaratra ao Sainte-Marie sy Mahavelona Foulpointe. Tsy nisy fahasimbana loatra kosa ny ao Fenoarivo Atsinanana ka efa miverina ny herinaratra nanomboka ny sabotsy teo ihany. Manao antso avo anefa ny Jirama mba tsy hangalarana ireo taribina herinaratra latsaka amin’ny tany sy miantona amin’ny hazo fa mety hahatara sy hanasarotra ny famerenana ny herinaratra indray izany.

 

Rakoutou

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

2018, un mauvais décollage pour Air Madagascar

« Des vols supplémentaires ont été effectués. Air Austral, notre partenaire stratégique nous appuie aussi dans l’acheminement des pièces de rechange », rassure Rolland Besoa Razafimaharo, Directeur générale de la compagnie aérienne Air Madagascar. En effet, le début de l’année 2018 a été ponctué d’évènements malencontreux pour cette compagnie. Le 31 décembre, son Boeing 737-800 a été cloué au sol à l’île Maurice suite à une panne technique. Ensuite, une autre panne est survenue à Mayotte, le lendemain. A tout cela s’est ajouté le passage du cyclone Ava, qui a obligé les autorités aériennes, l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) et l’Aéroports de Madagascar (ADEMA) en l’occurrence, à émettre un NOTAM de 48 heures à l’endroit des aéroports de Toamasina, Sainte-Marie et Maroantsetra.

Tous ces évènements ont causé des sérieuses perturbations au niveau des vols régionaux et domestiques. Des charges supplémentaires ont été engendrées pour la compagnie alors en pleine application de son plan de redressement. « 300 à 400 passagers par jour ont été pris en charge à cause des retards des vols », annonce le Directeur général, sans préciser combien ces prises en charge ont coûté à la société.

Pour remédier au plus vite à ces problèmes de pannes, des avions ATRs de la compagnie-même ont été déployés pour effectuer des vols supplémentaires, notamment afin de réacheminer les passagers bloqués dans les escales. Alors réparé, le Boeing 737-800 effectue des vols supplémentaires en plus de son programme de vol normal. La compagnie Air Austral, partenaire stratégique d’Air Madagascar était aussi venue à la rescousse. Ce 9 janvier, elle met encore un Boeing 737 à la disposition de cette compagnie nationale malgache afin de finir de désengorger la situation.

La Vérité0 partages

Football- Super coupe Telma - Voambola Jeannot chez les Fosa

Le stade Alexandre Rabemananjara Mahajanga sera en ébullition cette fin de semaine, le 14 janvier en vue de la manche aller de la Telma super coupe de Madagascar.  La Cnaps sport Itasy, champion de Madagascar en titre et les Fosa junior Fc vainqueurs de la Telma coupe de Madagascar s'opposeront à travers cette rencontre.  Le match retour  se disputera à Antananarivo dans le complexe sportif et culturel de la Cnaps  à Vontovorona le samedi 20 janvier.

Deux chocs qui sentent la poudre. Ces matches entrent également dans la préparation des deux équipes pour le compte de  la campagne africaine. Effectivement, les deux équipes ont appelé des renforts pour consolider leur formation.  Des renforts autorisés par la Fédération malagasy de football (FMF), et que les clubs pourront déjà mettre en œuvre dès la super coupe. Chez les Fosa,  l'entraineur Bob Kootwijk a sollicité le service de Nônô Voambola, l'attaquant du Cosfa en vue de la préparation de leur campagne.  De son côté, la Cnaps sport Itasy a aussi été renforcée par ses éléments qui évoluent au sein de la ligue Analamanga. Si on ne cite que  « Rafotsy volo » et d'autres mais les noms n'ont pas encore été dévoilés officiellement par les dirigeants. Chacune des deux équipes est à  fond dans sa préparation sportive. Les joueurs font totalement confiance au staff technique quant aux éventuelles décisions  à prendre.Rappelons que les caissiers ont hérité du Kcca de l'Ouganda tandis que les Fosa défieront les Léopards Fc de Kenya en coupe. Les deux équipes malagasy lorgnent d'aller le plus loin possible dans ces deux compétitions. Pour la 6eme fois, la Cnaps sport Itasy a réussi à se qualifier pour les 16e de finale l'année dernière. Cette fois, les protégés de Typet Andriambololona veulent pousser encore plus loin leur limite.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Petit lexique économique - Les différents impôts payés par les entreprises

Les entreprises, pour adhérer dans le secteur formel, doivent suivre un bon nombre de démarches administratives mais également financières. Pour le côté financier, chaque société doit payer des impôts chaque année. Toutefois, ces impôts varient selon le type d’entreprise et le secteur d’activité.

Les principaux types d’impôts à Madagascar Les impôts d’Etat englobent les Impôts sur les revenus salariaux et assimilés (Irsa), les impôts indirects, les impôts directs dont la Tva (taxe sur la valeur ajoutée) et les droits d’enregistrement des actes et mutations.Les impôts sur les revenus salariaux et assimilés incluent les Ir (Impôts sur les revenus), les impôts sur les revenus salariaux, les Is (Impôts synthétiques), les Ipvi (Impôts sur les plus-values immobilières) et l’Ircm (Impôt sur les revenus des capitaux immobiliers).Les impôts indirects répertorient les droits d’accises (Da) et les droits et taxes divers (tabac manufacturé, boissons alcoolisées et jeux de hasard). Les impôts directs englobent la Tva et la Tst (taxe sur les transactions).Les impôts locaux pour leur part incluent les Ift (Impôts fonciers sur les terrains) et les Ifpb (Impôts fonciers sur les propriétés bâties).Le champ d’application des différents types d'impôtsLes impôts sur les revenus (Ir) s’appliquent aux personnes ou aux sociétés qui ne sont pas sujettes à l’Irsa et dont le revenu annuel est égal ou supérieur à 20 000 000 d’ariary. Il s’agit d’une redevance annuelle destinée à alimenter le budget de l’Etat. Le taux nominal de l’IR est de 21 %, avec un seuil minimal de 100 000 ariary pour les professions libérales liées à l’agriculture et l’artisanat, les mines et le transport, l’hôtellerie et le tourisme. L’impôt synthétique (Is) est une redevance destinée à renflouer la trésorerie des Collectivités territoriales décentralisées. L’Is s’applique aux revenus des personnes morales ou physiques exerçant une activité libérale et dont les revenus annuels bruts n’excèdent pas 20 000 000 d’ariary. Cela concerne essentiellement les agriculteurs, les producteurs, les gargotiers, les artisans, les artistes et prestataires de service. Le taux de l’IS est fixé à 5 % de la base imposable (calculée à partir des revenus de l’année antérieure). La perception minimale est de 16 000 ariary par an.L’Irsa est une perception destinée à étoffer le budget général de l’Etat. Il s’agit d’un impôt prélevé sur les gains et indemnités des salariés du secteur public et privé, des employés d’organismes internationaux, des membres de projets divers, du personnel des consulats et des ambassades.Le taux nominal de l’Irsa est de 21 % pour les salaires excédant 250 000 ariary. En dessous de ce montant, aucune redevance n’est imposable. Cet impôt s’applique aussi bien aux résidents qu’aux non-résidents. Les revenus de toutes personnes résidant à l’étranger mais percevant des ressources financières à Madagascar sont également imposables.Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms

Quelques mois près le fameux docteur Honoris causa remis, le Président de la République malagasy Hery Rajaonarimampianina s’est vu décerner un nouveau  titre.  Avant-hier, à l’occasion d’une cérémonie à l’hôtel Carlton, le directeur général de l’Oms, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus avait remis un certificat de reconnaissance au Président malagasy. A la connaissance de ce prix, bon nombre d’observateurs se sont demandé s’il ne s’agissait pas là d’une grosse blague de l’Oms…

« Pour son leadership et son engagement à sauver des vies, lors de la lutte contre l’épidémie de peste ». C’est pour cette raison que le directeur général de l’Oms a remis le certificat au Chef de l’Etat malagasy, félicitant par ailleurs la partie malagasy pour la mise en œuvre d’un plan d’action efficace qui a permis d’endiguer l’épidémie. D’après la Présidence, le Chef d’Etat aurait déclaré pour sa part que c’est une bataille qui a été remportée mais que la guerre doit se poursuivre. Pince sans rire. Faut-il pourtant rappeler que l’épidémie de peste pulmonaire urbaine a été déclarée officiellement circonscrite en novembre après avoir laissé derrière elle plus de 200 morts. Près de 2400 cas de cette maladie d’un autre temps ont été recensés par le ministère de la Santé publique.  Alors que selon les termes même du Président de la République c’était une épidémie saisonnière donc parfaitement prévisible…Certes, le régime a initié des opérations pour éliminer la peste mais globalement sa gestion de la maladie est un échec sur toute la ligne, d’où la réaction médusée des observateurs vis-à-vis du certificat remis au Chef de l’Etat…Rappel des faits. Le courant du mois d’août, des premiers cas de peste ont été détectés et avérés par suite des décès  à Toamasina, Moramanga et à  Antananarivo et ses environs. La presse avait révélé l’information qui a très vite fait écho dans la presse locale et les réseaux sociaux. Le ministre de la Santé publique, apparemment pris au dépourvu, semblait  désemparé et prenait, tardivement, des mesures à la sauvette. Pire, le ministre s’empressait de claironner que l’épidémie est maîtrisée. Une déclaration qui ne cadrait nullement avec l’état de la situation sur  terrain. La maladie s’intensifia et atteignit le niveau 2 d’alerte. L’entraineur de l’équipe de basket des  Seychelles succomba et après quoi, le Gouvernement daignait enfin se mobiliser. Notons également que le Chef de l’Etat s’était permis de séjourner à l’étranger durant plusieurs jours au plus fort de la crise. Pire, pendant de longs moments, il  s’était muré dans un mutisme assourdissant, ne daignant se montrer sur le terrain qu’après les virulentes interpellations de la presse et de l’opinion.  Un certain nombre d’observateurs de se demander également à l’époque pourquoi le régime n’avait pas viré la subvention prévue pour permettre à la Commune urbaine d’Antananarivo de procéder à l’assainissement de la Capitale. Pendant ce temps le décompte macabre s’était poursuivi atteignant les 200 morts…A.R.

La Vérité0 partages

Amparafaravola - Les bandits décapitent un chef fokontany et sa famille

A peine l’année eut-elle commencé que les horreurs ne cessent de la marquer. Dans une petite commune éloignée d’Amparafaravola, des bandits ont décapité un chef fokontany, son épouse ainsi que leur enfant. Les malheureux ont été entraînés de force en retrait du village avant d’être exécutés, leurs corps abandonnés sur place. Ces atrocités sont survenues vers 23h, le 6 janvier. Le degré de barbarie dont étaient capables les auteurs du crime, au nombre de 12 selon des témoins,  était inhumain.

Les agresseurs ont réussi à s’infiltrer dans le domicile des victimes après qu’ils eurent fait forcing. Ils s’en étaient pris particulièrement aux époux déjà âgés et leur enfant déjà majeur, selon l’information. Les malfaiteurs auraient forcé le couple à leur remettre des liquidités. Puisque la menace n’aurait aucun effet sur les locataires, ils ont décidé de séquestrer les époux et leur progéniture. Tout cela s’est produit sous les regards horrifiés des 5 autres membres de la famille, tous ayant été épargnés par les bandits.Pour le moment, la Gendarmerie tente encore d’élucider cette affaire en se basant sur l’interrogatoire des rescapés. Elle n’écarte pas la thèse d’un règlement de compte comme beaucoup de riverains de cette localité ont jusqu’alors argumenté. Néanmoins, certaines sources ont avancé que le président du « Fokontany » venait de vendre des cochons. Et les bandits auraient été mis au parfum de l’affaire pour décider de l’attaquer.  « Comme le chef de famille a refusé de se plier à cette menace, ils l’ont emmené avec sa femme et leur enfant afin de les exécuter hors du village », a avancé une source d’information de la Région.Un détail intrigue pourtant la Gendarmerie. Quelqu’un n’était venu l’informer que vers 7h du matin, le jour suivant. Actuellement, les recherches entamées n’ont encore donné aucun résultat. Les tueurs n’ont laissé aucune trace d’eux. Seules les versions des proches survivants des victimes permettront de savoir sur les signalements des agresseurs et le vrai mobile de ces atrocités.Franck Roland

La Vérité0 partages

Dégâts cycloniques - Des routes nationales rouvertes après les travaux

Vers le rétablissement de la circulation. Le passage du cyclone Ava notamment dans la partie Est et Sud-est de la Grande île a considérablement endommagé toutes les infrastructures routières. Actuellement, les responsables hiérarchiques travaillent d’arrache-pied pour réparer les dégâts au niveau des routes nationales dans le plus bref délai.

Grâce à cette mobilisation, quelques routes sont déjà rouvertes aux usagers de la route dont les automobilistes.  Il s’agit entre autres de la Rn2 qui relie Antananarivo et la ville de Toamasina. Depuis dimanche dernier, les poids lourds ont accès à cet axe. Du côté de la ville de Ranomafana sur la Rn 25, plus précisément au PK 36+100, le problème lié à un écroulement d’une partie de la route principale à Vohiparara a été résolu. La circulation a repris normalement hier vers 4 heures du matin. En outre, la Rn 6 est également opérationnelle.  Les travaux opérés sur la route coupée, située au PK 297+ 800 à Ankazobetsihay et PK 293+800 ont pris fin hier après-midi. Toutefois, la Rn 32 reste inaccessible aux poids lourds. La réouverture de la route dépend de l’évolution des travaux, prévus se terminer ce jour. Cet axe se situe sur la route reliant Antsohihy et Mandritsara juste avant l’entrée à Befandriana -Nord. Pour la Région de Vakinakaratra, la route est encore fermée dans les districts et Régions avoisinants, à savoir Faratsiho et Menabe. Particulièrement, sur la Rn 34, d’Antsirabe et Malaimbandy, la mise en place d’un pont Bailey accélère le trafic routier. On effectue également des travaux au niveau du pont reliant Moramanga et Marovoay. Les voitures légères peuvent par contre circuler.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation

Réponse du berger à la bergère (ou plutôt l’inverse). A peine la conférence de presse de Marc Ravalomanana terminée dans la matinée, le ministre de la Justice, Elise Rasolo Alexandrine s’est également entretenu avec les journalistes hier à midi. Elle a évoqué le dossier concernant le locataire de Faravohitra ainsi que le cas de l’évadé, Houcine Arfa.

Plutôt dans la matinée, l’ancien Président a soutenu que « le Tribunal qui m’a jugé était incompétent de même que les décisions de justice prises à mon encontre sont invalides ».  Il évoque le fait que son jugement ait été rendu par la Cour criminelle ordinaire qui, selon lui, serait « incompétente ».Il soutient également que seule la Haute Cour de Justice dispose de cette compétence à le juger en tant qu’ancien Président.« Cela m’étonne qu’on dise que les décisions de justice à Madagascar à son encontre sont invalides », a confié la Garde des Sceaux avant de poursuivre que « les décisions de justice sont toujours valides et Marc Ravalomanana a fait l’objet d’un procès. Même s’il n’était pas présent, à lui de faire opposition en vue d’un nouveau procès ».Un délai pour faire oppositionInterrogé sur la suite des décisions contre le président national du « Tiako i Madagasikara », le ministre de la Justice de déclarer que « puisqu’il a fait l’objet d’un jugement par défaut, il sera notifié de ce verdict et aura à sa disposition un délai pour faire opposition. Si jamais ce délai est dépassé sans qu’il ait fait opposition, la décision du Tribunal sera bel et bien appliquée de façon immédiate». Une manière à la Garde des Sceaux d’affirmer que l’ex – Président encourt donc une arrestation. Aux yeux de la Justice, Marc Ravalomanana est donc un condamné mais il dispose encore d’un délai pour faire opposition.Rappelons qu’à l’issue d’un procès tenu au mois d’août 2010, Marc Ravalomanana est reconnu coupable de meurtre et complicité de meurtre et a été condamné par contumace à une peine de travaux forcés à perpétuité. Les charges retenues contre  lui sont liées au carnage provoquant la mort de plusieurs dizaines de manifestants le 7 février 2009 à Ambohitsorohitra. La décision de la Cour criminelle ordinaire du Tribunal d’Antananarivo est sortie alors que l'ancien chef d’Etat était encore en exil en Afrique du Sud. Outre cette condamnation relative à l’affaire 7 février 2009, deux autres condamnations pèsent également sur l’ancien Président. Une situation qui risque d’handicaper sérieusement l’ex – chef d’Etat dans ses ambitions présidentielles.S. R.

La Vérité0 partages

Calcul

Intéressé. Tel pourrait être l’adjectif qualifiant le geste du Chef de l’Etat, relatif au drame subi par la population de Toamasina suite au passage du redoutable cyclone tropical « Ava ». Le Président Hery Rajaonarimampianina et la délégation qu’il avait conduite ralliaient le grand port de l’Est le lendemain même, le samedi, de la grand-messe de présentation de vœux à Iavoloha.

Une cérémonie qu’il voulait tenir malgré tout. Ce vendredi-là, les prévisions des services de la Météo confirmaient la menace imminente d’une forte tempête tropicale dénommée « Ava » qui va frapper la côte orientale de la Grande île. Si le locataire du palais d’Atsimondrano avait eu, au moins, la sagesse ou la prudence de décaler la « fête », il aurait pu éviter les « rafales » de critiques tous azimuts. Le fait de ne pas descendre sur terrain qu’après avoir « savouré » à l’écoute des compliments, suivis du grand festin, relève d’une maladresse ou peut-être d’un calcul si vilement politique. En passant, selon le témoignage d’une résidente du port de l’Est qui a requis l’anonymat, les autorités ont dû recourir à des « ramassages » de jeunes pour accueillir l’hôte de marque. La population ayant d’autres chats à fouetter, avait boudé cette visite. Les dégâts laissés par Ava sont énormes voire incalculables. Le bilan varie selon les sources. En tout cas, il y a eu de lourdes pertes en vies humaines, de nombreux disparus, des dizaines de milliers de sinistrés et des ravages importants. Le caprice de Dame Nature causait d’énormes destructions risquant de peser lourd à la Nation toute entière. L’ancienne Capitale de la Province betsimisaraka n’est plus que l’ombre d’elle-même. Mais, il n’y a pas que Toamasina. La partie Nord et les hautes-terres centrales encaissèrent des coups durs. A Ambilobe, Sambava ou à Antananarivo, pour ne citer que ces localités- types, Ava laissa des séquelles durement ressenties par la population. Des ruines un peu partout !Et dire que nous ne sommes qu’en tout début de la période cyclonique. Ce n’est que la lettre « A » de l’alphabet. D’autres seraient à craindre ! Comment le régime compterait-il s’y prendre ? La capacité d’anticipation des dirigeants faisant toujours défaut, conduit tout droit le pays vers l’impasse.Quelque part, on s’aperçoit que les intempéries, dépressions tropicales ou cyclones, qui s’abattent sur le pays et qui font vivre le calvaire et la tourmente à la population offrent, plutôt, au régime certaines opportunités. N’oublions pas que les dévastatrices intempéries durant la deuxième République étaient plutôt des mannes du ciel pour le régime, mis au ban de la communauté internationale et boudé par les bailleurs traditionnels, de Ratsiraka. En fait, elles avaient permis de renflouer en devises fraiches les caisses de la Banque centrale grâce aux aides d’urgence. Ainsi, pour les tenants du pouvoir, la ruine laissée par Ava donnerait aux dirigeants la possibilité de demander, exceptionnellement, aux Partenaires techniques et financiers (Ptf) d’accélérer les décaissements, sinon d’accéder à des fonds supplémentaires. La situation dramatique du pays offrirait, aussi, aux barons du régime l’opportunité de faire des « gestes de bonne volonté » pour apaiser, dit-on, le malheur des autres. Autant d’occasions s’inscrivant dans la ligne droite d’un calcul politique à l’approche de l’échéance de novembre 2018.Ndrianaivo

Madagate0 partages

Ratsivalaka Rahantasoa Liliane. Nandao ity tany fandalovana ity ny 8 Janoary 2018

Tena tsy hitako izay lazaina raha mikasika an’ny anabavy Liliane. Marina e! Ny any tsaroako dia ny hafatra napetrany tamin’ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny Fahafahan’ny fanaovan-gazety ny taona 2011. Ireto manaraka ireto dia ho an’ireo tanora hikasa anao ity asa masina ity. Teny frantsay no nolazany azy ka anjaranareo rankizy ny mandika e!

« Aux jeunes journalistes, je préconise de travailler de manière professionnelle, leur rôle consiste à transmettre l’information, en la rendant accessible au public, c’est-à-dire intelligible pour les plus simples auditeurs ou lecteurs. De plus, il faut procéder à des recoupements d’informations. Le métier, actuellement, est parfois exercé sans la notion de cette mission, tout simplement parce qu’il faut travailler. Ceux qui veulent s’engager dans la profession de journaliste devraient connaître leur rôle social et d’éducation, cela est incontournable auprès du public ».

Misaotra betsaka Liliane ary mandrià am-piadanàna.

Jeannot Ramambazafy – 9 Janoary 2018

L'express de Madagascar0 partages

Ivory – Eboulement fatal au cours d’une veillée mortuaire

Un glissement de terrain a tué huit personnes, dont un bébé de 11 mois, à Ivory nord, dans la commune urbaine de Fianarantsoa, dimanche vers 22h.

Catastrophi-que. Un pan de montagne s’est écroulé sur une maison, à Ivory nord près du cercle des cheminots, dans la commune urbaine de Fianarantsoa, dans la nuit de dimanche à hier. Le bilan s’est établi à huit morts, dont quatre enfants. Le drame a frappé la famille en plein rituel de deuil. Une forte pluie et un vent à décorner les bœufs qui se sont abattus sur la région de Haute Matsiatra depuis le weekend ont été à l’origine de cet éboulement meurtrier,selon le constat des forces de l’ordre. Il était aux alentours de 22h. La famille endeuillée était en train de prononcer et chanter une oraison funèbre lorsque le terrain s’est affaissé et a charrié la maison.« Deux précautions valent mieux qu’une, je me suis assise près de la porte principale et c’est pour cela que je m’en suis sortie vivante », a indiqué une rescapée. Une centaine d’individus, civils et militaires ont participé aux opérations de secours. Les déblaiements s’annoncent en revanche compliqués du fait que la pluie continuait à tomber jusqu’au petit matin , fragilisant le massif. Les huit victimes âgées de 11 mois à 43 ans, ainsi que le corps du défunt ont été retirés des décombres à l’aide d’une tractopelle et des travaux communautaires. Les voisins et les secouristes se sont finalement arrêtés de rechercher d’hypothétiques survivants, hier matin.

Appel aux donsLes dépouilles des victimes ont été acheminées par une ambulance vers les locaux de la région de Haute Matsiatra. La famille fera la levée du corps après qu’un hommage soit rendu aux victimes, selon les informations du service de communication de la région locale, dans un entretien téléphonique, hier à 10h 27.À la suite de ce drame, le maire de la commune urbaine de Fianarantsoa, Irma Juliandres Harilalaina fait appel à la solidarité pour apporter des aides aux sinistrés. Ce sera également un soutien rapide aux victimes des intempéries torrentielles et du cyclone AVA qui a touché la région. « Aucun chiffre exact n’est pour le moment disponible, mais on enregistre, à l’heure actuelle une centaine de sans-abri », a confié un confrère local.Une source à la mairie a précisé que les victimes de l’éboulement venaient du district de Fandriana, commune d’Amboasary et de Sahambavy.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Transport aérien – Soixante passagers ballotés 

Des passagers voulant se rendre à Taolagnaro ont eu droit à plus de 24 heures de report de vol. A bout des nerfs, ils réclament leur dû.

Un feuilleton a marqué l’histoire de l’aviation malgache actuelle. Les passagers qui devaient prendre le vol pour Taolagnaro, partant d’Antananarivo, le dimanche 7 janvier, à 13 heures 30, n’ont pas pu embarquer pour cause de mauvais temps. Les passagers sont alors rentrés chez eux, ne bénéficiant d’aucune prise charge.« Tard dans la soirée, Air Madagascar nous a contactés par téléphone, nous informant qu’on pouvait embarquer sur le vol du lundi 8 janvier, à 7 heures, avec un Boeing 737. De ce fait, nous sommes arrivés à 5 heures pour l’enregistrement des bagages », confie Solofohariniaina Ludovic, un des passagers qui a connu une sérieuse mésaventure. Avec sa femme et ses deux enfants, ce dernier a donc pu embarquer à bord du Boeing 737 en question pour Toliara, avec une escale à Taolagnaro. « Nous étions tranquilles et commencions à descendre sur Taolagnaro, déjà visible du hublot. Brusquement, l’appareil est remonté pour finalement atterrir à Toliara. Une fois arrivés à Toliara, on nous a annoncé que le Boeing 737 n’avait pu atterrir pour des raisons météorologiques », poursuit Solofohariniaina Ludovic.

RéexpéditionArrivés à Toliara, vers 9 heures, Air Madagascar leur a fait une annonce selon laquelle ils devaient regagner le même Boeing 737, pour Antananarivo. Les passagers ont suivi les directives et sont arrivés à Antananarivo, vers 14 heures, où ils devaient, cette fois-ci, prendre un ATR et non le même Boeing qui devait partir d’Ivato à 15 heures pour prendre l’itinéraire direct vers Taolagnaro.« Là, c’était la stupéfaction et l’énervement. Air Madagascar nous a annoncé qu’il y a un problème opérationnel, que l’équipage qui devait être à bord de l’ATR est bloqué dans les embouteillages et que la compagnie a décidé d’annuler le vol », s’exaspèrent Solofo-hariniaina Ludovic et une soixantaine de passagers.Résultats des comptes, tous les passagers se sont fait entendre auprès d’Air Madagascar et se sont manifestés à l’aéroport pour réclamer le transport, la restauration ainsi que l’hébergement sur place.A l’heure où nous mettons sous presse, les passagers, qui comptent une soixantaine de personnes, n’ont pas encore eu la confirmation quant à la date et l’heure de leur vol pour Taolagnaro. Les contacts téléphoniques d’Air Madagascar en parallèle étaient occupés. Les efforts pour tenter d’avoir des renseignements utiles pour les passagers en détresse étaient perdus.Ces passagers ont donc eu droit à plus de 24 heures de report de vol, arrivés déjà à Toliara, revenus à Antananarivo et ayant manqué à nouveau le deuxième départ pour Taolagnaro. Le prochain vol qu’ils prendront sera le troisième départ d’Antananarivo.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Lois électorales – Chaque article passé au crible

Le processus de consultation continue. Une réunion technique a eu lieu hier avec la société civile pour discuter des lois électorales.

Reprise. La journée d’hier s’est annoncée très longue du côté de Mahazoarivo. La consultation des organisations de la société civile (OSC) sur les lois électorales a commencé en fin d’après midi. Le gouvernement et la société civile se sont accordé un second  rendez-vous en dix jours. « Ce n’est pas un accord politique, il s’agit d’une consultation pour lever les doutes avant l’adoption de ces projets de lois par le Parlement », affirme le Premier ministre Solonan­drasana Olivier Mahafaly, en marge de la réunion d’hier.Une reprise d’un processus enclenché depuis mi-décembre par le gouver­ne­ment. Le 29 décembre, la société civile a prôné la tenue des élections avec la version actuelle de la Constitution. Ils ont estimé que les scrutins sont faisables en utilisant les nouvelles techno­logies de l’information et de la communication. « Certes, il y a des divergences d’opinions, mais la loi n’est pas élaborée pour satisfaire ni le régime actuel, ni l’opposition, mais pour le bien de la Nation », a poursuivi le Premier ministre.

UnivoqueArticle par article, les trois projets de lois relatives aux élections ont été discutés. Comme il s’agit du domaine de la loi, chaque mot, chaque phrase et chaque formulation est lourd de significations. « La rédaction des textes de loi requiert une technique particulière, il se pourrait que la formulation diffère des propositions initiales. Toutefois, nous avons puisé les idées essentielles de ces propositions », continue le chef du gouvernement. Devant être univoque, la ténacité des participants est donc mise à l’épreuve, d’autant que chaque projet de loi comporte une centaine d’articles.Lors de la cérémonie de présentation de vœux de vendredi, Jean Max Rakoto­mamonjy, président de l’Assemblée nationale, s’est dit prêt à discuter des lois électorales dès la semaine prochaine [ndlr : cette semaine]. Par ailleurs, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) table sur l’effectivité de la loi au plus tard en fin mars. Une course contre la montre est ainsi engagée, compte tenu du temps nécessaire pour les étapes prévues dans le processus. « Les participants parcourent les textes article par article. Les travaux avancent, et j’espère que les projets de loi seront soumis au Parlement très prochainement », conclut le Premier ministre.2018 est une année d’élection. Les normes internationales exigent  le partage des règles de jeu au moins six mois avant le scrutin. La Ceni réclame par ailleurs huit mois pour faire connaître les tenants et les aboutissants des lois électorales avant les élections, vu l’enclavement de certaines zones et la faiblesse de l’accès à l’information à Madagascar. Ainsi, avec les multitudes d’opinions, les  centaines d’articles à discuter point par point, la volonté politique et la flexibilité de part et d’autre est de mise. L’objectif étant que les élections libres, inclusives, équitables et transparentes ne soient pas de vains mots.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

« Rough Gemstones show » en Inde – Des commandes dès le premier jour

La participation des opérateurs malgaches au salon des pierres précieuses en Inde est une réussite. Le déplacement en vaut la peine.

Vedette. Quelques couacs se sont fait ressentir dans l’organisation du déplacement des opérateurs en petites mines de Vakinankaratra, d’ Analamanga et  d’Androy pour l’Inde, la semaine dernière. Ceux-ci étaient contraints de se disperser en trois vagues de départ. Mais ils sont bel et bien présents au salon. Ils sont même les vedettes du « Rough Gemstones show » vu leur nombre, et qu’ils occupent seize stands sur les vingt-sept, mis en place à l’Hôtel Marriot de Jaipur, dans l’État de Rajasthan.En outre, les opérateurs malgaches, rien que lors de la première journée, hier, le jour d’ouverture du salon, ont déjà contracté des commandes. Près de huit cent kilos de pierres brutes, gemmes, fines et taillées y sont exposés, aux côtés d’autres pays participants comme l’Afghanistan, l’Ethiopie, le Canada, la Thaïlande, la Tanzanie et la Zambie, durant le salon qui se tiendra jusqu’à demain.Jaipur, la ville des industries minières dans ce pays  du Taj mahal, expert en joaillerie et plus gros consommateurs de pierres précieuses au monde. Les clients et spécialistes indiens sont directement entrés en contact avec les opérateurs des petites mines, représentant Madagascar. « L’objectif est de contourner les intermédiaires et de permettre un partenariat direct sur le long terme entre les clients indiens et les opérateurs malgaches », précise Andriantsira, président du Conseil national des Mines (CNM), organisme du ministère auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole (MPMP), responsable de la promotion des conditions de travail et conditions de vie des opérateurs en petites mines.

Politique minièrePour rappel, des séances de sensibilisation ont été entamées en amont jusque dans les localités les plus reculées de Madagascar pour que ces acteurs miniers des petites mines s’imprègnent de la législation  minière et de l’environnement minier en général, en leur proposant une communication internationale en marketing et en recherche de marchés comme le salon de Jaipur. The « Gem and Jewellery Export Promotion Council » (GJEPC), l’agence d’exportation du ministère du Commerce indien a alors invité la partie malgache à ce salon international afin de promouvoir les potentialités en pierres et le savoir-faire des Malgaches dans le domaine.« C’est une grande opportunité pour les opérateurs malgaches. La participation à un salon professionnel de ce genre répond aux besoins du processus d’application de la stratégie sur la politique minière à Madagascar », entend confirmer Jacky Bezokiny, directeur de cabinet du MPMP, présent au salon avec quelques directeurs du ministère. Près de sept-cent personnes sont attendues visiter ce salon des pierres précieuses à Jaipur, en Inde.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Projets de lois électorales – « Le temps presse », selon Jean Max Rakotomamonjy

L’Assemblée nationale attend l’arrivée des projets de lois électorales dans ses locaux. Le discours de Jean Max Rakotomamonjy à Iavoloha vendredi témoigne de l’impatience des députés.Course contre la montre. Selon le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, le temps presse. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Assemblée nationale insiste pour que les projets de lois électorales lui soient soumis  dès cette semaine, comme l’a soutenu son président lors de son discours, durant la présentation de vœux à Iavoloha vendredi. Contacté hier, le député d’Andapa a avancé que cette année peut être longue, comme elle peut être courte.« 2018 peut paraître comme une longue année. Mais elle peut tout aussi bien être courte, car les affaires de l’État n’attendent pas », a-t-il soutenu. D’après ce chef d’institution, les députés sont prêts à passer cette étape pour préparer l’élection en fin d’année.Une démarche importante doit toutefois être entreprise par le gouvernement, pour que le Parlement puisse procéder à l’examen et l’adoption de ces projets de loi. « Nous ne pouvons rien faire avant que le gouvernement n’appelle à une session extraordinaire en conseil des ministres », a déclaré le grand patron des députés.Selon les informations reçues pourtant, le numéro un de Mahazoarivo projette de continuer les consultations politiques avec les partis, la société civile ainsi que d’autres acteurs dans la réalisation de l’élection, pendant un moment encore.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

3ème Jeux africains de la Jeunesse – Madagascar sera présent à Alger

Les Jeux africains de la Jeunesse figurent comme un des évènements phares des jeunes sportifs africains. Les préparatifs tardent pour le clan malgache.

C’est parti pour la saison sportive 2018. L’évènement phare qui retiendra l’attention du monde sportif africain  sera les Jeux africains de la jeunesse 2018 qui se joueront à Alger en Algérie du 19 au 28 juillet.« Une réunion des chefs de mission des délégations africaines pour les Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ) aura lieu les 28, 29 et 30 janvier à Alger » a indiqué au mois de décembre le président par intérim de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) et patron du Comité olympique et sportif algérien (COA), Mustapha Berraf. Cette décision fait suite  à la réunion de coordination au Caire regroupant l’ACNOA, l’Union des Confédérations sportives africaines (UCSA), le COA et des représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) au sujet des préparatifs aux JAJ.Logiquement,  les responsables des cinquante quatre pays membres seront présents à cette réunion qui sera la première. Les chefs de mission seront informés de l’état d’avancement des préparatifs des JAJ-2018  par le Comité d’organisation (COJAJ).Pour Madagascar, on ne sait pas pour le moment si un représentant malgache fera le déplacement à Alger pour cette réunion des chefs de mission des délégations africaines. On parle ici de responsabilité du comité olympique malgache qui, normalement, devrait réagir dans les jours qui viennent sur cette éventuelle participation de Madagascar.

Présence obligeOn sait par contre que Madagascar sera bien présent durant ces JAJ. « Madagascar a déjà fait l’objet d’une participation aux JAJ et aux Jeux olympiques de la Jeunesse par l’intermédiaire d’une lettre officielle », explique Rosa Rakotozafy, directeur du sport fédéral au niveau du ministère de la jeunesse et des sports.Pour les JAJ d’Alger, vingt-deux disciplines olympiques et deux non olympiques seront jouées. Les disciplines olympiques sont l’athlétisme, l’aviron, le badminton, la boxe, le canoë, le cyclisme, l’escrime, le football, le judo, la lutte, la natation, le rugby, le tennis, le tennis de table, le beach volley, la gymnastique, l’haltérophilie, le handball, la voile, le volley-ball, le taekwondo et l’équitation. Les deux autres disciplines non-olympiques seront le basket-ball trois contre trois et le karaté qui va intégrer les Jeux olympiques en 2020.Par rapport à la dernière édition de Gaborone au Botswana en 2014, l’édition d’Alger connaîtra donc l’intégration du basket-ball trois contre trois, du beach volley et de la voile contre une suppression du triathlon, du netball, du golf ainsi que du basket-ball.Les fédérations sportives concernées par ces JAJ n’ont pas encore été sollicitées par le Comité national olympique malgache (COM) ou par le ministère de la Jeunesse et des sports. Ces entités décideront de la participation de la délégation malgache. Ils décideront du nombre de disciplines auxquelles Madagascar fera l’objet d’une participation.Les Jeux africains de la Jeunesse d’été d’Alger seront qualificatifs pour les Jeux olympiques de la jeunesse à Buenos Aires en Argentine du 11 au 23 septembre et seront répartis en deux catégories. Les 14,15 et 16 ans d’un côté et les 17 et 18 ans de l’autre. Aux Jeux olympiques de la Jeunesse à Nanjing – Chine, Madagascar a été représenté par le coureur Isidore Ralaimihaja, par l’haltérophile Ny Hasina Andriamihantantsoa, par le nageur Lalanomena Andrianirina et par le judoka Mihanta Andriamifehy.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Atsimondrano – Des hectares de rizières inondés

La montée des eaux a mis en péril l’agriculture dans le district d’Atsimondrano. Des milliers d’hectares de champs de culture sont inondés suite à la rupture des digues. 

Désastre pour les paysans du district d’Atsimondrano, suite au cyclone Ava. Quatre ruptures de digues ont été enregistrées dans la commune de Soavina, et une autre rupture au niveau de Fenoarivo, dans la nuit du dimanche jusqu’à la matinée du lundi.« Le débit de l’eau a été trop fort et a engendré les ruptures sur ces quatre points », expliquent les habitants du fokontany de Vahilava, hier. La digue d’Ambodirano-Vahilava, a rompu dans le début de soirée du dimanche. Celle du côté de Vahilava-Sud, aurait cédé quelques heures après, et dans la matinée du lundi, deux ruptures sur la digue connue sous le nom de Dobon’Izy Mivady ont été également aperçues.Les paysans de cette commune et des communes voisines sont sous le choc. La rupture de ces digues et la  montée de la rivière de Sisaony ont inondé leurs habitations et ont dévasté leur source de revenu. Au total, trois mille cent hectares de rizières ont été inondés dans le district d’Atsimondrano, selon le rapport du bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC).

Grands oubliés« Quatre cent soixante-dix hectares de champs de culture ont été détruits par l’eau dans la commune de Soavina », rapporte la présidente du fokontany de Vahilava, Perline Rasoamanahirana. Des paddy prêts à la récolte, des jeunes pousses de riz, des brèds, des légumes et des maïs sont irrécupérables sous l’eau. «Même si nous souhaitons redémarrer nos activités, ce sera impossible. L’eau ne tarira certainement que dans quelques mois», déplore Fidy Ranaivoarison, un cultivateur.Cette catastrophe a, en outre, coupé la route reliant Soavina et Ampanefy, une autre commune d’agriculteurs dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano. Le courant est trop fort du côté du « Dobon’Izy Mivady» et a entraîné la destruction partielle de la chaussée.Le transport des produits agricoles, des animaux, des personnes se fait par des petits canoës. « L’État doit déployer des moyens pour tarir cette eau le plus rapidement possible. Les digues doivent être renforcées. Ce n’est pas la première fois que nos digues ont rompu, l’État doit trouver une solution pérenne pour éviter que ce problème ressurgisse à chaque saison de pluies», s’exprime Andry Rakotobe, un paysan habitant à Vahilava.Ces personnes redoutent être les grands oubliés de l’État. « Jusqu’à présent, aucune autorité n’est venue nous visiter. Les sites d’hébergement, l’école primaire publique et le collège d’enseignement général, sont pleins. Nous avons besoin de tentes et de vivres! », lancent les sinistrés, vers 14 heures 30. Les prix des légumes, du riz, des brèds connaîtront probablement une hausse, suite à cette inondation.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Jess Black continue sur sa lancée

Remarqué lors du concours international « End of the weak » en mai 2017 dans la capitale, Jess Black se consacre entièrement à sa première passion : la musique. 

Depuis tout petit, Feno-soa Tahian-janahary Jessy Mickael, pour l’état civil adorait l’art de combiner les sons. Son problème de malvoyance depuis sa naissance ne l’a pas empêché de toucher du bout des doigts son rêve de conquérir un jour le cœur d’un public qui tombera sous le charme de son talent. Il maîtrisait bien le reggae, le zouk love, le rap, le « sound system ». Mais c’est le genre appelé « toaster », un style vocal proche du rap, apporté par les disques jockeys de reggae, qui lui a procuré un public admiratif de son talent.Jess Black étonne par son improvisation et sa façon particulière de faire vibrer les mots à travers ses textes percutants. « Je prends suffisamment de temps pour écrire afin de trouver les mots justes et simples qui resteront gravés dans l’esprit des gens une fois qu’ils les entendent. C’est plutôt ma marque de fabrique », explique-t-il avec franchise. Et c’était avec son titre « Quoi qu’il en soit, c’est cool de vous voir heureux » qu’il a conquis le cœur de toute l’assistance lors du « End of the weak », le mois de mai de l’année 2017 où il a passé la demi-finale.

Viser plus loinCe concours de rap, créé aux Etats-Unis en 2000, se déroule chaque année dans une quinzaine de pays à travers le monde. Pour faire plaisir à ses admirateurs en ce début d’année, Jess Black prévoit de se produire sur la scène de No Comment Bar à Isoraka dans la soirée du jeudi 11 janvier à partir de 20 heures.Ce jeune de vingt-et-un ans, originaire de Maintirano, vit à Antananarivo depuis l’année 2013 et s’est consacré entièrement à la musique un an après avoir investi la capitale. Jess Black s’est entouré de bonnes personnes pour mettre en valeur son genre et son style musical. Sikat Daross, Beloha Ratsirahonana alias Empereur Belou, DJ Mister T et Double’ ENN ont collaboré tour à tour, avec ce talentueux et attachant artiste.Avec ses seize vidéos déjà mises en ligne sur Youtube, Jess Black compte élargir son public cible. Les centaines de vues qu’enregistre chacune de ses œuvres prouvent qu’il arrive à faire sensation auprès des internautes. Ses titres tels que « Lasa fery », « Mozika mapitapy », « Reveko ianao », « Real love », et « Life Ambanivolo » restent sur toutes les lèvres de la nouvelle génération. Et il compte gâter son public pour son premier rendez-vous de cette année 2018, histoire de serrer davantage ce lien qui existe déjà entre eux.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Le prix des produits essentiels s’envole

Durant le passage du cyclone tropical Ava sur le territoire malgache, plusieurs produits de premières nécessités ont grimpé de prix dans plusieurs villes. La mise en garde du ministère du Commerce et de la consommation sur l’augmentation des prix des marchandises sur le marché, à cause des intempéries n’est pas très efficace. Grossistes et détaillants de certaines villes du pays n’écoutent plus que la voix de leur portefeuille.Impact. Au Nord-Ouest, la circulation des marchandises sur le quai du port de Nosy Be subit un blocage, depuis vendredi. Les denrées alimentaires, comme les pommes de terre,  se font rares et se négocient au minimum à 3.000 ariary le kilogramme, contre 1.500 ariary avant le passage  du cyclone. Tout comme le kilogramme des tomates actuellement à 1.000 ariary. Même si la circulation des marchandises commence à s’améliorer avec la sortie en mer du cyclone, les villes et les îles voisines doivent attendre pour s’approvisionner au port de Nosy Be. Le riz reste le seul vivre à ne pas être touché par cette montée des prix, grâce aux importations massives.Le marché pétrolier est aussi atteint par cette hausse. Dans les deux grandes villes du Nord-Est de la Grande île, à Maroantsetra et Mananara Nord, le prix du litre de l’essence grimpe jusqu’à 10.000 ariary  et le pétrole lampant se négocie  entre 6.000 et 7.000 ariary par litre.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Analakely – Deux hommes arrêtés pour de faux euros

La police du commissariat de la sécurité publique (CSP1), à Analakely a interpellé deux hommes âgés de 30 et 36 ans dans un hôtel de renom à proximité, samedi vers 21h. Tous les deux ont tenté d’échanger de faux billets d’euros en ariary lorsqu’ils sont tombés dans la nasse des forces de l’ordre. Un billet de cent euros falsifié a été encore saisi sur eux, lors d’une fouille. L’employé de l’hôtel leur a dit qu’il s’agissait de fausses monnaies, mais ils se sont entêtés, d’après les informations recueillies. « Ils ont fait les fiers et c’est pour cela que nous avons appelé la police », a signalé une source au sein de cette auberge.Soumis à un interrogatoire sur place, ils auraient toujours fait semblant d’ignorer le fait que l’argent était faux. Les policiers les ont embarqués au commissariat pour enquête. « Ces deux individus viennent de Sambava, mais ils se sont installés aux 67ha en arrivant dans la capitale pour un motif indéterminé », a indiqué un enquêteur. En révélant leur identité, « leur nom ne semble pas malgache, alors qu’ils parlent bien notre langue », a évoqué le même interlocuteur.Après plus de 48 heures de garde-à-vue au CSP1, les suspects ont été traduits devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy, hier, mais ont bénéficié de la liberté provisoire. Une investigation pour identifier l’origine de ces billets poursuit en revanche son cours. La conversion de devises à Analakely est devenue un marché qui a pris forme ces dernières années.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Les éditions Dodo Vole rééditent « L’oragé » de Douna Loup

Lauréat du prix du « Roman métis » il y a deux ans, « L’oragé » de l’auteure franco-suisse Douna Loup est enfin à redécouvrir intégralement en malgache à partir du mois prochain.Cette œuvre de l’auteure et romancière Douna Loup a surpris par son authenticité. Retranscrivant la rencontre entre deux personnalités littéraires émérites de la Grande île, à savoir le poète éternel Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa dit Anja-Z, le roman ravit les férus de littérature de toutes les générations de par sa poésie, mais aussi sa narration factuelle en rendant hommage à la littérature malgache.Une ode au folklore culturel et littéraire de la Grande île, « L’oragé » conquiert la scène littéraire francophone, lui valant ainsi d’être primé par le prix littéraire Virilio, mais aussi le prestigieux prix du Roman métis, qui récompense le roman francophone porteur de valeurs d’humanisme et de métissage.Après avoir longtemps envoûté les lecteurs francophones donc et fort de son succès, le roman est enfin à redécouvrir à partir du 1er février auprès de toutes les librairies nationales. Réédité cette fois-ci intégralement en malgache par les éditions Dodo Vole, « L’oragé » qui s’intitule désormais « Hotsaka» promet une immersion transcendante dans l’univers de ces deux figures majeures de la littérature malgache. Entre Rabearivelo et son enthousiasme à écrire en français et Esther Razanadrasoa qui prône son attachement à sa langue maternelle.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Risque de précipitations abondantes

Antananarivo reste sous la menace de l’inondation, en cette saison de pluies. Des risques de précipitations abondantes sont prévus cette semaine, dans quelques districts, à savoir Antananarivo-ville, Antananarivo-Avaradrano et Antananarivo-Atsimon-drano, selon le bulletin de prévision des précipitations intra-saisonnières, envoyé par la direction générale de la Météorologie (DGM), hier. «Des cumuls de précipitations modérés abondants sont prévus entre le 8 et le 14 janvier », précise le bulletin.Les districts d’Antanana-rivo Avaradrano, d’Antanana-rivo-ville, d’Antananarivo Atsimondrano, d’Andra-masina, d’Ambatolampy, de Toamasina I et II, de Vohibinany, de Moramanga, de Manjakandriana, et la région de Diana bénéficieront de cumuls de précipitations entre 75 à 150mm, jusqu’à la fin de cette semaine.À Antananarivo, les pluies orageuses reprendraient à partir de mercredi, selon le service de la Prévision météoro- logique à Ampandrianomby.Le bulletin d’annonce des crues dans la plaine d’Antananarivo d’hier à midi indique un danger imminent dans la plaine d’Antananarivo qui est traversée par la rivière Sisaony, Ikopa, Mamba. L’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA) souligne, toutefois, que le niveau de l’Ikopa a baissé et continuera à baisser à l’échelle d’Antelomita, d’Ambohi-manambola, d’Anosizato.Le niveau de la rivière de Sisaony a, en même temps, diminué à l’échelle d’Andramasina et d’Ampitatafika.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Patrick Randriambololona dit Tipeh – « Les Ougandais jouent à l’anglaise »

D’ici un mois, la CNaPS Sport Itasy affrontera le Kampala Capital City Authority FC, en tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF. Les Caissiers recevront à l’aller, au stade de Vontovorona (9-10-11 février). Par la suite, ils seront en déplacement pour la deuxième confrontation (16-17-18 février). A quelques semaines de ces deux sorties internationales, le coach Patrick Randriam­bololona s’est prononcé à propos de son futur adversaire. « Le KCCA avait affronté le BFV dans les années 90. Les Ougandais jouent le même football que les Anglais. C’est-à-dire un jeu plutôt physique», se remémore Tipeh, avant de rajouter que le KCCA évolue à « un niveau avancé ».Pour préparer ces deux échéances en C1, les Caissiers se sont mis à la tâche depuis plusieurs semaines. « Après avoir décroché le titre national, nous nous sommes reposés pendant une quinzaine de jours seulement. Par la suite, nous avons rapidement repris l’entraînement en vue de la Ligue des Champions. Nous ne nous sommes arrêtés que cinq jours pendant les fêtes de fin d’année. Nous venons juste de reprendre mercredi dernier », poursuit Tipeh.Avant de penser au Kampala Capital City Authority FC, la CNaPS Sport sera d’abord aux prises avec Fosa Juniors Boeny, en Supercoupe de Madagascar. Le match aller se jouera ce dimanche 14 janvier, au stade Rabemananjara de Mahajanga, le match retour une semaine après, au stade de Vontovorona. Des rencontres de préparation grandeur nature en quelque sorte donc, afin de retrouver du rythme avant le début de la campagne africaine.Concernant son effectif, Tipeh annonce qu’il n’y aura que deux recrues : « Nous enregistrons  une seule arrivée, celle de Tafita en provenance d’Ambatondrazaka. Nous avons aussi Tendry, un jeune joueur de la CNaPS Sport Analamanga qui nous a rejoints dernièrement. » A propos de l’absence de Njiva en attaque, transféré dernièrement en Thaïlande, le coach souligne que d’autres éléments peuvent y pallier, « comme Boura ou Lalaina. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Vohiposa – Le nouveau pont  emporté par les eaux

La situation des usagers de la RN7 coincés à Vohiposa est catastrophique. Le nouveau pont Bailey ne sera mis en place jeudi au plus tôt et que si les eaux baissent.

Le pont Bailey mis en place au mois de septembre en remplacement de l’ancien pont en béton n’ayant pas supporté la charge d’un camion transporteur n’est plus là. Celui-ci a été emporté par les eaux dimanche soir, si dans la journée, on pouvait encore apercevoir le niveau de l’eau frôlant seulement l’infrastructure. À la vue des diverses vidéos amateurs envoyées par les voyageurs, coincés entre les PK 309 et 313 de la RN7, c’est-à-dire entre Camp Robin et Ambatofitorahana, sur les réseaux sociaux, le pont Bailey n’est même plus visible tant les eaux coulent à une vitesse impressionnante et inondent la chaussée.La plupart des voyageurs se déplaçant en voiture légère en direction de la capitale préfèrent rebrousser chemin sur Ambohimahasoa ou Fianarantsoa. Dans l’autre sens, ceux qui peuvent, reviennent sur Ambositra.  Mais de nombreux taxis-brousse, en provenance des régions Vatovavy-Fitovinany  et Atsimo-Atsinanana, ou de Toliara sont coincés à Vohiposa depuis dimanche soir.

Nouvel emplacementLes voyageurs voulant rejoindre le Sud y sont, pour la plupart, bloqués depuis samedi, le jour où les eaux sont seulement montées mais ayant contraint le chef de district  à suspendre toute circulation par le pont Bailey de Vohiposa. La situation a empiré car le pont lui-même a disparu laissant la place aux eaux. Le ministre des Travaux publics, Éric Razafimandimby  a tenté de rassurer l’opinion publique sur la chaîne nationale, hier.« Nos techniciens sont déjà descendus à Vohiposa afin de trouver un nouvel emplacement où l’on peut installer le nouveau pont Bailey. Seulement, l’opération ne pourra se faire tant que le niveau des eaux ne baissera pas », a-t-il précisé.Aussi, la reprise du trafic sur ce point ne serait-elle envisageable que jeudi prochain au plus tôt.

Vohiparara rétabli ce jour

Le trou béant sur la RN 25 a été remblayé et la circulation sera possible demain entre Vohiparara et Ifanadiana. Au PK 210 sur la RN7la chaussée reste submergée.La RN 34 au niveau d’Ankazomiriotra, la RN6 où des buses ont été vandalisées ne sont pas encore praticables, surtout à 17 km d’Antsohihy en direction du nord. Un éboulement bloque le trafic au niveau d’Andasibe Beforona sur la RN2. La RN35 reliant Ivato centre à Ambatofinandrahana est encore impraticable, de même que la RN32 permettant de rejoindre Mandritsara dans la région Sofia. Les camions de plus de quinze tonnes ne peuvent pas emprunter la RN1 entre Anosizato et Fenoarivo.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Des quartiers sinistrés après Ava

Des centaines de sinistrés, des maisons entourées d’eau et inondées ainsi que des quartiers les pieds dans l’eau, des arbres déracinés ainsi qu’une longue panne d’électricité durant plus de soixante heures. Tels sont, entre autres, les traces laissées par la tempête tropicale Ava dans la région Boeny et surtout à Mahajanga, durant le week-end.Vendredi dernier à 13h, le vent a commencé à se lever et il a plu des cordes sans interruption. L’eau a ruisselé pour former des mares partout dans les bas quartiers. Toute la nuit du vendredi, la pluie n’a cessé de tomber, de même, des rafales de vent fort ont soufflé.Des troncs d’arbres étaient tombés au milieu de la voie comme s’était le cas devant le lycée Philibert Tsiranana à Mangarivotra. Tandis qu’un autre vieux et grand baobab d’un demi-siècle a été déraciné près du Tribunal administratif à Mahajanga be. Sa chute a ainsi provoqué la destruction des panneaux publicitaires.L’on a enregistré 1 034 sinistrés dans les quartiers d’Ambalavola et de Fiofio, 179 maisons sont inondées dans ces fokontany. Ces personnes sont accueillies et hébergées à la maison de quartier d’Ambalavola. Durant le déménagement, trois accouchements ont été enregistrés, deux personnes ont été blessées suite à l’effondrement d’un meuble sur elles. Par ailleurs, des consultations gratuites et soins ont été prodigués à cinquante-et-une personnes atteintes de fièvre. Les mères et les nouveau-nés ont été transférés au siège du Collectif des Droits de l’enfant et de la Femme (CDEF) à Mangarivotra , vu que le local ne pouvait contenir de nombreuses personnes.Le BNGRC a effectué une remise d’ustensiles dont des seaux ainsi que des cartons de savon pour les sinistrés, hier matin à Ambalavola.Par ailleurs, sur les six mille personnes habitant le fokontany  Mahavoky avaratra, issues des quatre secteurs, concernées par l’inondation due des canaux bouchés, 720 sont encore abritées dans le bureau du fokontany. Les autres ont déjà rejoint leur domicile, après le retrait des eaux.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Intempérie – Vingt neuf décès et quatre vingt-mille sinistrés

Le bilan de l’intempérie explose. Le bureau national de la Gestion des risques et catastrophes (BNGRC) rapporte vingt-neuf décès, vingt-deux personnes portées disparues, quatre vingt-mille sinistrés et dix sept mille personnes déplacées, dans son bulletin flash de 20 heures, hier.Selon ce bulletin, dix-sept personnes auraient succombé à Ivory Fianarantsoa, suite à l’effondrement d’une maison, dans la nuit du dimanche. Les autorités locales n’en rapportent que huit décès. Un enfant de 2 ans est en outre porté disparu, suite à la rupture de la digue à Fenoarivo.Deux des vingt-neuf victimes sont des élèves de la circonscription scolaire de Vangaindrano. « Ils ont été emportés par l’eau en rentrant de l’école, vendredi », souligne Serge Thierry Tsitoara, directeur de la Technologie de la communication et de l’information auprès du ministère de l’Éducation nationale. D’où la décision de fermeture des écoles dans les zones où il y a inondation.Antananarivo Atsimon-drano a été le plus touché par les dégâts du cyclone Ava. Antanananarivo compte dix-neuf mille sinistrés. A Atsimondrano, ils sont quinze mille. Le ministère de la Santé publique a rapporté dix-sept formations sanitaires dévastées. Le ministère de l’Éducation nationale a dénombré cent vingt salles de classe complètement détruites, deux cent salles partiellement détruites et cent trente salles décoiffées.L’état d’urgence serait probablement décrété dans les jours qui viennent, suite à l’explosion du nombre des victimes.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Élevage – Neuf millions de bovins à tracer

Résorber l’insécurité pour un apaisement social. C’est en résumé l’objectif de la mise en place des puces électroniques sur les bovins, annoncée par le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lors de la présentation des vœux aux corps constitués, vendredi.Selon les explications du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage, l’objectif rejoint deux volets.  « Les puces électroniques permettront la traçabilité des bovins d’une région à une autre face à la recrudescence des vols de bovidés, permettant également la traçabilité économique pour le marché international. En outre, ces puces légitimeront la facilitation de l’inventaire de ces animaux », explique Dr Raymond, directeur général de l’Elevage. « On estime ce nombre entre huit et neuf millions actuellement » ajoute-t-il.Les zébus, les veaux et les vaches sont  ciblés dans ce projet. Mais aucun programme de mise en œuvre n’est encore disponible pour le moment. L’on sait toutefois qu’il sera entamé en priorité dans les zones rouges. Ces puces électroniques peuvent être mises de différentes manières, à l’intérieur de l’épiderme ou sur les oreilles. « Les puces peuvent être même avalées par les bovins », révèle le directeur de l’Elevage.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Arts martiaux – Jean Christian confirme  son choix du pro

L’octuple champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian Randriamalaza, confirme sa décision de s’orienter désormais vres les combats pros. Une décision prise après avoir remporté son huitième titre mondial à Carrare Italie fin octobre 2017. « Concernant la suite de ma carrière, nombreux organisateurs m’ont  contacté pour intégrer leurs grilles des combats pro en K1 et MMA (Mixed Martial Arts) » affirme Jean Christian Randriamalaza lors du stage qu’il a animé ce week-end à Mahamasina. « Deux grands combats sont prévus se tenir en avril et mai respectivement en Chine et en Europe de l’Est… C’est à moi d’en décider mais j’attends encore un peu» poursuit l’octuple champion du monde. Depuis des années, Jean Christian Randriamalaza passe ses vacances au pays d’habitude fin décembre et en début d’année. «A mon retour en France, on va d’abord arranger comment on organisera ma préparation avant de réagir aux invitations aux combats pros. Il est très important de bien programmer les étapes de la préparation car il me faut au moins trois mois d’entraînement intensif pour être prêt pour ce genre de combat » a-t-il expliqué. Disputer un tel grand combat est plus ou moins une routine pour Jean Christian. « Je m’entraînais 4 heures par jour dont 2 heures le matin et deux autres l’après-midi, pendant trois mois. Je doublais ou presque le volume d’entraînement à trois semaines du grand jour, c’est-à-dire 6 heures,  pour pouvoir gagner ces huit titres » raconte le Samouraï.Le multiple champion du monde, d’Europe et d’Afrique, tourne désormais la page, « c’est vrai, j’ai mis fin ma participation au championnat du monde de boxe chinoise… Je vais aussi préparer ma relève  et remettre en jeu mes ceintures » a conclu le Malgache le plus titré au niveau mondial.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie – L’élimination de la peste est possible

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, est en visite à Madagascar, hier et ce jour. Sa visite se focalisera sur l’engagement du pays dans la Couverture de santé universelle (CSU) et l’évaluation de la post-épidémie de peste urbaine.Ce numéro un de l’OMS, élu en mai 2017, annonce l’espoir de l’élimination de la peste. Pour y arriver, il recommande le renforcement de la prévention des maladies en général, mais également, le renforcement du système de santé. «Madagascar peut faire disparaître les épidémies de peste grâce à des investissements stratégiques dans son système de santé, y compris un meilleur accès aux soins, une meilleure préparation, surveillance et capacité d’intervention, et la mise en œuvre du Règlement sanitaire international», a-t-il déclaré, hier.Lors d’une visite de courtoisie au président de la République, Hery Rajaonarimampianina, à Iavoloha hier, il a tenu à le féliciter pour son « leadership » et l’engagement de son gouvernement dans la lutte contre l’épidémie de peste urbaine qui a sévi à Toamasina et à Antananarivo en fin août jusqu’à novembre 2017. Le ministère de la Santé publique a indiqué que l’épidémie de peste est actuellement contrôlée. Des cas endémiques continueront à survenir jusqu’en avril.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un braquage raté

Trois individus cagoulés se sont faufilés dans une épicerie à Ampangabe-Anosipatrana, hier dans la nuit. Ils se sont enfuis dès que la vendeuse a appelé au secours. Les voisins sont sortis, mais les bandits étaient déjà hors de portée. Cette tentative de cambriolage est le quatrième cas enregistré depuis la semaine dernière, selon les témoignages obtenus.

L'express de Madagascar0 partages

Un deuxième tueur arrêté

Le deuxième auteur du meurtre d’un mineur survenu le weekend, à Antanambao-Antaimby s’est fait arrêter par les éléments de la gendarmerie, hier. Il fait partie d’un groupe de jeunes armés ayant agressé à coups de couteau un homme de 17 ans. Le mobile du crime reste à déterminer au cours de l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat d’Afrique – Les filles rient, les garçons pleurent

Superbe  première journée pour les Malgaches. En lice à Gaborone au Botswana où se jouent cette semaine les championnats d’Afrique australe U14 et U16, l’équipe nationale malgache sous la houlette de Harivony Andrianafetra a connu cinq victoires sur les neuf matches. Des matches comptant pour les 1/16e de finale programmés hier sous une chaleur avoisinant les trente neuf degrés.La première victoire malgache de cette journée, c’est Lanja Rakotozandriny qui l’a enregistrée en prenant le dessus sur son adversaire, le Botswanais Morake Teboho en deux sets (6/1 6/1). En huitièmes de finale, Lanja s’oppose ce jour à Tinashe Taruberekera du Zimbabwe. Un adversaire qui joue moins vite que Lanja mais qui a comme atout, la régularité en fond de court.Pour les autres rencontres, en U14 garçons, Angy Rasolomanana s’est incliné contre le Mauricien Jake Lam Hau Ching (2/6 0/6) tandis que Finoana Rakotomalala n’a rien pu faire contre la star locale, Denzel Seetso (0/6 0/6) du Botswana.En U16 garçons, Tsiory Rakotoarilala, qui en est à sa première grande expérience sur le plan international, a perdu contre le Sud Africain Carl Roothman (2/6 0/6). Pour sa part Toky Ranaivo a livré un match à sensation contre le Mauricien Christopher Fok Kow. Tous les deux pensionnaires du centre d’entraînement de la Fédération internationale de tennis de Casablanca ont du jouer directement le premier tour. C’est le Mauricien qui s’est imposé en trois sets 6/4 4/6 10/8.En huitièmes de finale, Sampras Rakotondrainibe s’est qualifié pour les quarts en battant le Sotho Matibela Khathe, 6/0, 6/2.Que des victoires également pour les U14 filles malgaches qui sont toutes les trois têtes de série. Randy Rakotoarilala a laminé Phatshwane Atsehena du Botswana 6/0, 6/1. Miotisoa Rasendra quant à elle a dominé entre Khabele Kamohelo (Lesotho) 6/2, 6/4. Enfin Maholy Razakaniaina, seule Malgache dans le bas du tableau, a surclassé Khumalo Helen (Mozambique) 6/2, 6/2

Dina Razafimahatratra

Midi Madagasikara0 partages

Lalao Ravalomanana : Au chevet des sinistrés d’AVA

Lalao Ravalomanana hier à Andavamamba.

Le maire Lalao Ravalomanana et son équipe ont effectué hier une descente de travail dans les sites où sont casés les sinistrés du cyclone AVA. 380 familles sinistrées sont recensées au niveau de 5 fokontany  de la Capitale. La CUA a apporté des dons  dont du riz, des céréales, du savon et des couvertures. La commune a aussi mis un médecin à la disposition de ceux qui en ont besoin au niveau de ces sites d’hébergement. Le maire Lalao Ravalomanana a en même temps transmis hier ses messages de soutien aux victimes d’AVA. Elle poursuit aujourd’hui sa descente au niveau d’autres Fokontany d’Antananarivo, pour constater de visu les réalités en cette période de pluie.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Epp Anosimanjaka : 186 écoliers bénéficient de cadeaux de bonne année

La nouvelle année signifie nouveau départ et des cadeaux.  Dans le cadre du partenariat entre Symbion et l’Association Caritative pour les Enfants Démunis de Madagascar, les Enfants de l’école primaire public d’ Anosimanjaka ont pu bénéficier d’un déjeuner dans leurs locaux.

Dimanche, 186 enfants ont pu bénéficier de ce partage.  Parmi ces écoliers, les 50 meilleurs étudiants ont été récompensés durant la distribution de cadeaux. Durant cette Journée, les initiateurs ont continué à la réalisation de l’activité avec les membres actifs pour partager ce moment fort avec les enfants.

Cette activité  commune a été  mise en place il y a quelques années mais dont les bénéficiaires varient selon la situation du pays. Dorénavant cette initiative devient une action pérenne qui aura lieu dans la même période.

Maharindra