Les actualités à Madagascar du Lundi 09 Janvier 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza7763 partages

Fampiasana telefônina any am-piangonana“Aoka izay !”, hoy ny filohan’ny Fjkm

Nanao antso avo ho an’ny mpino Fjkm rehetra manerana ny nosy ny filoha am-perinasan’ny Fjkm, ny mpitandrina Irako Ammi Andriamahazosoa ny sabotsy lasa teo teny Ilafy.

 Aoka izay ny fampiasana telefaonina sy tablety atao solona baiboly sy fihirana any am-piangonana fa aleo ny baiboly sy fihirana no entina rehefa mandeha mivavaka, hoy izy. Mampifantoka kokoa amin’ny fonompoam-pivavahana sy ny toriteny mantsy ny fananana baiboly sy fihirana tena izy fa mety hitarika amin’ny zavatra hafa tahaka ny fandefasana sms, fanaovana facebook ... ny fananana finday na tablety rehefa any am-piangonana. Ny alahady teo ihany dia efa maro ny fitandremana Fjkm no nampita io vaovao io tamin’ny mpino. Samy manana ny fomba fandraisany azy moa ny rehetra. Tao ireo tonga saina ary tena resy lahatra fa marina io fanentanana nataon’ny filohan’ny Fjkm io. Tao kosa ireo mihevitra fa miankina amin’ny fahamatoran’ny tsirairay io fa tsy voatery ho voan’ny fakam-panahy rehefa mitondra telefaonina sy tablety any am-piangonana. Maro tokoa ny olona variana milalao telefaonina rehefa any am-piangonana, indrindra fa ny tanora koa heverina tsy tongatonga ho azy izao resaka izao. Notokanana tamin’ny fomba ofisialy ny faran’ny herinandro teo ny Fjkm Fihavaozana Manjaka Ilafy. Nitarika ny lanonana ny filohan’ny Fjkm Irako Ammi Andriamahazosoa, tany an-toerana ihany koa Atoa Marc Ravalomanana filohan’ny komity fankalazana ny faha-50 taona nijoroan’ny Fjkm. Ny taona 2010 no natomboka ny asa. Goavana tokoa satria misy rihana roa hatreto ary mbola azo akarina aza. Ao ambany rihana kosa no atao fiantsonan’ny fiara. Nanolotra simenitra 1 taonina ho fanampiana tamin’izao asa goavana izao moa Atoa Marc Ravalomanana.

RTT

Midi Madagasikara485 partages

Avenue de l’Indépendance : Gros trous de la taille d’une voiture

L’un des gros trous à l’Avenue de l’Indépendance.

Un vrai danger public. Traverser l’Avenue de l’Indépendance doit se faire avec beaucoup de prudence pour les usagers. Depuis peu, de gros trous de la taille d’un véhicule se sont formés, dont l’un au beau milieu de la route, et l’autre, sur un parking en face de Baolai. Les remblayages ont déjà commencé pour le premier. Tandis que le deuxième attend peut-être la venue de la pluie pour gagner encore plus de surface et de profondeur avant de pouvoir être supprimé. Cependant, le laisser là sans rien faire peut provoquer un vrai danger pour le public, notamment les piétons et les automobilistes. Et le risque est encore plus élevé si jamais la route venait à être couverte d’eau, en période de pluie. Tous ceux qui s’aventureraient à cet endroit risquent d’être complètement engloutis en un clin d’œil. Vigilance!

Dans un sale état. Mais il n’y a pas qu’à Analakely que les affaissements de la chaussée constituent une vraie menace pour les usagers. A Ankazomanga, sur la RN4, les usagers doivent également éviter un autre gros trou en formation, un affaissement de la chaussée causé par le passage de la pluie. Et du coté de Nanisana, la partie droite de la chaussée s’est affaissée, risquant de ne plus laisser le passage aux automobilistes. Encore et encore, la détérioration des infrastructures ne manque pas de faire souffrir la ville des Mille, et ses habitants. Quelques gouttes de pluies suffisent à les mettre dans un sale état. La meilleure solution est toujours de prendre les mesures à temps, pour les réparations. Ceci, surtout à fin d’éviter que ces dangers ne fassent de nouvelles victimes.

Arnaud R.

Midi Madagasikara472 partages

Forces armées : 52 généraux nouvellement promus

Le ministre de la Défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofonirina, s’adressant aux hommes en treillis. (Photo Yvon RAM)

Une constellation d’étoiles au sein des forces armées. Des nominations qui pourraient cependant relever d’une décision politique.   

Les Forces armées malgaches ont été fondées en 1960 et sont composées d’une armée de terre, une marine de guerre, une armée de l’air ainsi que de la gendarmerie nationale. En marge de la présentation de vœux des forces armées, avant-hier, au CEMES Soanierana, le ministre de la Défense nationale Béni Xavier Rasolofonirina a donné une conférence de presse. A la question des journalistes, sur l’effectif des généraux en activité, le ministre a répondu qu’il y a actuellement 52 généraux nouvellement promus dont 28 généraux de brigade et 17 de division. En tenant compte de ce chiffre, l’effectif total pourrait avoisiner voire même dépasser la centaine. Cependant, l’avancement de grade et les nominations au sein des forces armées ne font pas toujours des heureux. Toujours est-il que la nomination des généraux aurait parfois une connotation politique malgré qu’elle soit prise en conseil des ministres. En effet, les tenants du pouvoir ont leur mot à dire.

Unité spéciale. Pour en revenir à la présentation de vœux, le ministre de la Défense nationale a dressé un bilan de l’année écoulée. Il a parlé notamment de la mise en place du centre régional de fusion maritime, de la sécurisation des différents Sommets (Comesa et Francophonie)  et de l’unité spéciale anti-dahalo implantée à Betroka. Force est cependant de constater que le phénomène Dahalo est loin d’être réglé malgré le déploiement des hommes en treillis dans les zones rouges. Toutefois, pour les perspectives d’avenir, le général de corps d’armée a annoncé la continuation des opérations dans ces zones rouges, la surveillance des côtes maritimes concernant notamment l’exploitation illicite des bois de rose. En outre, les résultats des 100 jours du RRI sont toujours maintenus. A propos de la coopération militaire, des vedettes rapides seront fournis par les Etats-Unis vers le mois de mars, la Chine va également apporter son concours pour la marine de guerre. Des aides qui s’avèrent nécessaires dans la mesure où les côtes malgaches sont presque une passoire, et ce, au grand bonheur des contrebandiers.

Dominique R.

Midi Madagasikara419 partages

Bodo et Poopy : En duo le temps d’un concert

Bodo et Poopy, bientôt en concert au Palais des Sports.

1997, 2007 et 2017. Des dates à marquer d’une pierre blanche pour les fans de ces deux divas qui marquent la variété locale. Bodo et Poopy, pour qui les fans vouent une certaine rivalité dans l’amitié, seront de nouveau en concert pour un duo inédit. Un spectacle qu’elles ne font que tous les dix ans apparemment. La date est fixée pour le 19 mars au Palais des Sport Mahamasina, à partir de 15h, mais tout le monde est déjà en effervescence. Et pour que ce concert se démarque des précédents, celui-ci sera sous-forme de comédie musicale qui retracera l’amitié entre les deux chanteuses. Car entre Bodo et Poopy, il y a toujours eu cette amitié indéfectible qui les a liées en musique, même si Poopy s’est effacée de la scène musicale durant plusieurs années. Chacune apportera donc son lot de chansons, celles qui les ont fait connaître. Des histoires d’amour, d’amitié, et bien sûr le quotidien des Malgaches… Le répertoire sera riche, et tous les tubes seront certainement interprétés. Les fans trépignent d’impatience !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar311 partages

Football – France – Rentrée pour Ima Faneva et Sochaux

La pause hivernale est finie pour le FC Sochaux. Faneva Andriatsima et ses coéquipiers disputeront leur premier match officiel de l’année 2017, ce mardi soir.

La pause hivernale est finie pour le FC Sochaux. Faneva Andriatsima et ses coéquipiers disputeront leur premier match officiel de l’année 2017, ce mardi soir. Ils affronteront l’AS Monaco, pour le compte des quarts de finale de la Coupe de la Ligue française. « Après la qualification face à l’Olympique de Marseille, mobilisation générale pour un nouvel exploit en Coupe de la Ligue. Tous ensemble, faisons vibrer le Stade Bonal pour la réception de l’AS Monaco, mardi à 21 heures (Ndlr : heure locale) », peut-on lire sur la page Facebook du FC Sochaux-Montbéliard depuis plusieurs jours. En huitièmes de finale en effet, le FCSM avait éliminé l’Olympique de Marseille (1-1, 4-3 tab). Un exploit qu’il compte bien rééditer, face à un autre pensionnaire de première division.Sochaux reste sur une belle série dernièrement. Sur ses cinq derniers matches, il a enregistré quatre victoires et un seul résultat nul. Il occupe actuellement la cinquième place auclassement général du championnat de France de deuxième division, avec 32 points, à égalité avec le RC Lens et Strasbourg et à trois longueurs du leader, le Stade Brestois.

Meilleur buteurSans aucun doute, le FCSM espère poursuivre sur cette bonne dynamique, ce mardi face à Monaco. Et il comptera aussi sur le capitaine des Barea de Madagascar, pour lui montrer la voie du chemin du succès. Faneva Ima a réalisé un début de saison prometteur, après son transfert en été en provenance de l’US Créteil. Il a marqué neuf buts jusqu’à présent et occupe le cinquième rang au classement des meilleurs buteurs de la Ligue 2, à égalité avec Joia Nuno Da Costa de Valenciennes FC. À de nombreuses reprises, l’international Malgache s’est montré décisif.Dans les autres affiches de ces quarts de finale de la Coupe de la Ligue, Nantes accueillera Nancy. Tandis que Bordeaux sera l’hôte de Guingamb. Et enfin, le FC Metz se déplacera chez le Paris Saint-Germain.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada310 partages

Bodo et Poopy : un duo prévu pour cette année

Cette année sera exceptionnelle, en ce qui concerne les concerts en duo. Effectivement, les deux divas Bodo et Poopy seront de nouveau réunies sur scène en donnant un grand concert baptisé «Mifampitantana», le 19 mars au palais des Sports et de la culture de Mahamasina.

En fait, c’est la troisième fois durant leur carrière musicale que les deux chanteuses uniront leur voix. La première s’est tenue en 1997, une grande surprise pour les fans qui ont toujours considéré l’existence d’une rivalité entre les deux chanteuses. La deuxième s’est tenue en 2007 en dévoilant le fameux medley qui regroupe les meilleurs titres de ces deux artistes. Et cette troisième se fera donc au mois de mars prochain. Avec le retour fulgurant de Poopy, le spectacle s’annonce d’ores et déjà nostalgique.

Par ailleurs, pour que les retrouvailles soient davantage plus marquantes, le spectacle se tiendra sous forme de comédie musicale. Il est prévu commencer à partir de 15 heures. Une cinquantaine de titres seront au programme. «Ce sont presque tous les tubes qui ont marqué la carrière de ces deux divas», a expliqué l’organisateur. Sur ce, un nouveau clip sera dévoilé bientôt sur les chaînes  locales, et la nouvelle version d’une chanson medley est déjà diffusée sur les ondes.

Holy Danielle

Madagascar Tribune250 partages

Les infrastructures peu fiables mises à nues

Le cyclone AVA a provoqué bien des dégâts dans presque toutes les parties de l’ile. Mais plus encore, la médiocrité et le faible degré de fiabilité de nos infrastructures, ont été démontré par le cyclone. Le pont Bailey de Vohiposa a été inondé puis emporté par les eaux durant la crue provoquée par les pluies lors du passage du cyclone AVA. Pour rappel, le pont Vohiposa située au PK 326+850 entre le Camp Robin et Ambohimahasoa s’est effondré au mois de septembre dernier après le passage d’une semi-remorque surchargée. Les réparations ont été effectuées grâce à l’intervention et le financement de l’Union Européenne à Madagascar et ont été achevées au mois de septembre même. Cependant, voici que moins de six mois après, le nouveau pont a été emporté et empêche à nouveau la circulation sur la route nationale 7 (RN7). Sur cette liste des infrastructures peu fiables se trouve aussi la digue de Soavina dans la capitale. Cette digue ainsi que le barrage de la rivière Sisaony avaient déjà cédé en 2015 suite à de fortes pluies et des inondations dans toute la ville d’Antananarivo. Le même schéma s’est reproduit dans la nuit du dimanche 7 janvier 2018. Plusieurs hectares de rizières se trouvent maintenant sous les eaux. Les quartiers environnant sont également inondés à cause de cette rupture de la digue. Les localités en contrebas de la rivière sont sous la menace d’inondation et certains habitants d’Itaosy ont été sommés de quitter leurs habitations hier dans la nuit. La montée du niveau des cours d’eaux dans la capitale étant prévu continuer dans les prochains jours, les responsables au niveau de la Commune de Soavina ont appelé à la prise de conscience des autorités face à cette nouvelle catastrophe. Insistant sur le fait qu’il faudrait dorénavant des réparations dans les normes et pouvant supporter les intempéries.

Profiteurs

Ces aléas ont amené certaines personnes à profiter de la situation. En effet, du côté de Soavina, les évacuations se sont monnayées jusqu’à 6 000 Ariary selon certains riverains, que ce soit pour des personnes ou pour des biens laissés dans les habitations inondées. Sur certaines portions de routes coupées par les inondations, les riverains ont également décidé d’aider les véhicules à traverser moyennant finance. A titre d’exemple, sur la RN7 au niveau d’Ampitatafika Antsirabe, il semblerait que les véhicules se font guider à travers les flots pour 10 000 Ariary. Dans certaines localités desservies par des routes nationales en très mauvais état, les transporteurs ont décidé d’observer des arrêts tandis que d’autres ont tout simplement décidé d’augmenter de deux, voire trois fois les frais de transport. Face à tout cela, les prises de responsabilités et les actions de l’Exécutif qui semble jusque-là débordé sont très attendues dans la Grande ile, autant dans les autres régions que dans la capitale. Mis à part l’acheminement de dons constitués de quelques vivres et produits de premières nécessités, la population attend des réponses qui pourront éviter un même scénario lors du prochain cyclone à venir.

Midi Madagasikara152 partages

Spectacle de rues : Le retour des saltimbanques à Tana

L’un des faiseurs de tour de force entrain de réaliser une de ses prouesses.

Une autre manière de gagner sa vie: devenir un saltimbanque. Etre un saltimbanque, c’est comme devenir un artiste du spectacle de rue, donner un spectacle vivant. C’est celui qui fait toutes sortes de tours et joue de l’étonnement, dans le but d’amuser le public qui devient rapidement nombreux comme par magie. A Tana, depuis peu, l’on assiste de temps en temps à ce genre de spectacle qui met également en action de plus en plus de jeunes… sans emploi. Mais depuis peu, ce type de prestation a comme pris de l’ampleur. C’est pourtant une occupation plutôt réservée aux jeunes garçons, parfois à cause des prestations particulièrement dangereuses qui nécessitent un savoir-faire particulier. Ils prennent souvent place à l’Avenue de l’Indépendance. Ils ne sont pas nombreux, parfois entre quatre et cinq jeunes, mais chacun a déjà un rôle précis. Personne ne doit se tromper sinon tout le spectacle tombe à l’eau. Et visiblement, tout est bien fait, ne manquant pas d’éblouir le public. «Il faut laisser les jeunes se débrouiller comme il faut surtout face à la précarité du travail comme maintenant. Tant qu’ils utilisent leurs talents à bon escient, rien ni personne ne devrait leur en empêcher. Il faut bien qu’ils gagnent leur vie. C’est mieux qu’ils font cela au lieu de voler», a souligné l’un des inconditionnels.   

20 000 Ar. En fait, les gens assistent à un spectacle de rues qui n’est pas tout à fait gratuit. Ils contribuent en versant de l’argent à titre symbolique. Ce qui ne permet donc pas aux artistes de ramasser beaucoup d’argent. « C’est mieux que rien. D’autant plus que ces activités nous permettent de passer notre journée», confie pour sa part, l’un des artistes. Chacun des spectacles leur permet de gagner en tout aux alentours de 20 000Ar. Effectivement, beaucoup s’accordent à dire que nos jeunes savent se débrouiller pour gagner de l’argent. Pourtant d’autres se soucient à cause du fait qu’en développant d’autres talents, ils pourraient être amenés à effectuer des activités malsaines, en faisant de cette mauvaise pratique leur gagne-pain. Libre à chacun de mener son analyse.

Arnaud R.

Midi Madagasikara143 partages

Exportation : Le cocktail Mojito de Dzama très prisé à l’extérieur

Le fameux cocktail Mojito Royal Mojito de Dzama, qui séduit de nombreux consommateurs à l’étranger.

Rupture définitive du cocktail Mojito ! C’est ce qui est indiqué sur le site web de Dzama qui vend ce produit à l’extérieur. En effet, Maki Dzama a lancé ce fameux cocktail « Royal Mojito », il y a de cela plusieurs années. Un désaltérant très apprécié partout dans le monde, à Madagascar comme à l’étranger, le produit de la boite est en rupture de stock, suite à son grand succès.

Produit de qualité. « Dans une bouteille de 70cl, et à 37,5° d’alcool, fait à partir des produits de Madagascar : sélectionné à partir de cannes à sucre cultivées dans la belle île de Nosy-Be, des citrons et des menthes de premiers choix ,une bouteille décorée avec un style typiquement malgache , elle est entre 25 et 26 Euros et de 11 000 et 15 000 Ariary au pays », c’est ainsi que les promoteurs du produit le décrivent. Celui-ci a obtenu la médaille de bronze lors de la « Miami Rum Renaissance Festival » en 2011. Sur le marché à l’extérieur, beaucoup l’apprécient, ils dégustent, savourent les produits de Dzama et ont conclu qu’ils étaient d’une très bonne qualité, c’est pour cela que cette boisson a fait rupture de stock là-bas, contrairement à Madagascar, où peu encore connaissent l’existence de ce produit. Bref, ce producteur nous réserve encore bien des surprises, il ne nous reste plus qu’à attendre et savourer, tout cela avec modération.

Koloina H. (Stagiaire)

Midi Madagasikara143 partages

Pour la réussite du régime en 2017 : Un grand coup de balai dans l’entourage du président ?

Les « Mpamosavy malemy » ont été avertis vendredi dernier par le président de la République.

L’assainissement de l’entourage du président de la République s’impose après son aveu vendredi dernier à Iavoloha.

« Mpamosavy malemy ». Les mots ont été lâchés vendredi dernier par le président de la République à Iavoloha. Tout d’un coup, une chose est arrivée à l’esprit, soit Hery Rajaonarimampianina est entouré de traîtres et il l’a reconnu, soit il y a des traîtres dans son régime. Et s’il faut aller un peu plus loin, le chef de l’Etat voudrait laisser croire que son impopularité est due aux actes et agissements de ces « mpamosavy malemy ». Après les discours d’Iavoloha, bon nombre d’observateurs s’interrogent : le président de la République osera-t-il enfin se débarrasser des personnalités de son entourage qui ne font que ternir son image en perdant leur temps à se livrer à une lutte d’intérêts ? Force est de constater que certaines têtes membres du collège des conseillers du président de la République se comportent en super ministres, voire, en super premier ministre. Et ce pour protéger des intérêts particuliers. D’autres agissent en totale impunité dans des secteurs juteux de l’économie nationale (Ports, Douane, Mines…). Certains s’enrichissent d’ « écolages » payés par ceux qui veulent avoir des postes au sein du gouvernement ou accéder aux hauts emplois de l’Etat au niveau des ministères.

Courage. Depuis l’accession au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina, ce sont les conseillers spéciaux à la Présidence qui détiennent le réel pouvoir. Les membres du gouvernement ne sont que de simples exécutants. A l’instar des « bailleurs » qui ont toujours leur quota dans les gouvernements successifs, certains conseillers spéciaux du président de la République se permettent d’imposer des noms pour composer les cabinets des ministres. Dans la plupart des cas, les personnes imposées ne répondent pas aux critères exigés par les responsabilités qui les attendent. Bon nombre d’analystes politiques estiment que cette année 2017 devrait être une année de courage pour le chef de l’Etat s’il veut réussir. Le courage non seulement d’écarter du Palais ceux qui abusent de leur titre au détriment de la bonne gouvernance qui est chère aux partenaires techniques et financiers de Madagascar, mais aussi de prendre des décisions qui n’arrangent pas forcément ses lèche-bottes. En tout cas, à en croire vendredi dernier le président de la République, on s’attend d’ici peu à un grand coup de balai dans son entourage. Le gouvernement Mahafaly ne serait pas épargné.

R. Eugène

News Mada142 partages

«Coupe d’Afrique des nations» (Can 2017) – Gabon : 14 janoary – 5 febroary

 Hifantoka any Gabon avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena rehetra, indrindra ireo mpankafy ny taranja baolina kitra. Hotanterahina any an-toerana tokoa mantsy ny fiadiana ny amboaran’i Afrika (Can 2017), sokajy lehilahy. Mandritra ny 22 andro no hianoka amin’ny fanarahana ity fifaninanana goavana ity izao tontolo izao. 32 ny isan’ireo lalao voalahatra amin’izany, izay hizotra amin’ny kianja miisa miisa. Hiady izay ho lohany amin’ity andiany faha-31 ity ireo firenena 16 eto Afrika. Hiaro ny anaram-boninahiny, amin’ity, ny Elefantan’i Côte d’Ivoire. Ndeha hofantarintsika eto ny momba ireo firenena 16 handray anjara.

Firenena nandrombaka ny Can betsaka indrindra ny Les Pharaons-n’i Egypta. In-7 nahazo izany dia ny tamin’ny taona (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008, 2010).

The Cranes-n’i Oganda. Efa nahazo ny medaly volafotsy, tamin’ny Can 1978.

: Les Panthères-n’i Gabon. Ekipa mpampiantrano, heverin’ny rehetra fa anisan’ireo «favori» handrombaka ity “Can 2017” ity. Indroa niatrika ny ampahefa-dalana (1996 ; 2012) izy ireo.

Elefantan’i Côte d’Ivoire. Tompon’ny anaram-boninahitra farany. Anisan’ireo ekipa be herijika mbola handrombaka ity Can ity. Laharana faha-36 eran-tany izy.

Nahazo ny medaly volafotsy tamin’ny “Can 2013” ny Les Etalons-n’i Burkina Faso.

Inefatra nahazo ny Can ny Liona tsy voafolak’i Kameronina (1984, 1988, 2000, 2002).

Voalohany hiatrika Can ny Les Lycaons avy any Ginea Bisao.

Les Fennecs-n’i Alzeria. Indray mandeha nahazo ny Can (1990).

In-18 amin’izao ny Aigles de Carthage-n’i Tonizia hiatrika ny Can.

Ekipa tsy mbola nahazo ny Can ny Lion de la Téranga-n’i Sénégal.

Fanintelony ny The Warriors-n’i Zimbaboe hiatrika ny Can.

Efa indroa nahazo ny Can (1968, 1974) ny Léopards-n’i Kongo.

: Lions de l’Atlas-n’i Maraoka. Efa nahazo ny Can 1976.

Fanimbalony hiatrika ny Can ny Les Eperviers avy any Togo.

Blacks Stars-n’i Ghana. Efa nahazo ny Can (1963, 1965, 1978, 1982).

In-11 hiatrika Can ny Les Aigles du Mali. Laharana faha-60 eran-tany.

 

 

 

 

 

 

 

Ireo fizarana isan-tsokajy 

 

Sokajy «A»

 

1-Gabon

2-Burkina Faso

3-Kameronina

4- Ginea BisaoSokajy «B»

 

1-Alzeria

2-Tonizia

3-Sénégal

4-ZimbaboeSokajy «C»

 

1-Côte d’Ivoire

2-RD Kongo

3-Maraoka

4-TogoSokajy «D»

 

1-Ghana

2-Mali

3-Egypta

4-Oganda

Nanatontosa : Tompondaka/Synèse

L'express de Madagascar140 partages

Carrière d’Anjozorobe – Un garde du corps du Général Ravalomanana abattu

Regain de violence dans une carrière de cristal, opposant un opérateur minier et le propriétaire du site, partenaire d’un proche du Président de la République. Venu sur les lieux avec un clerc, un gendarme a été fusillé.

Un gendarme abattu par des gendarmes. Reprise des affrontements dans la carrière de cristal à Ankaraoka Anjozorobe, déchiré par un litige bouillonnant, opposant un opérateur minier, et le propriétaire du site d’exploitation,  partenaire d’affaires d’un proche du Président de la République. Cette fois-ci, c’est un gendarme de deuxième classe, garde du corps du général de division Richard Ravalomanana, ancien commandant de la gendarmerie nationale, qui a payé, au prix de sa vie, les pots cassés.Dans l’après d’avant-hier, aux alentours de 17 heures, ce gendarme de 35 ans, domicilié au camp de la gendarmerie d’Ankadilanana, a été fusillé par des frères d’arme de sa propre caserne, conduits par un commandant et un lieutenant, selon les informations recueillies sur place. Des exécutions successives de décisions judicaires, effectuées par chacune des deux parties en conflit, ont viré en fusillade meurtrière.Muni d’une grosse  portant sur une expulsion, un huissier  de justice, mandaté par l’opérateur minier, s’est rendu jeudi  dans la carrière d’Ankaraoka, avec des gendarmes du groupement de la gendarmerie de la région Analamanga. « Une réquisition en bonne et due forme nous a été présentée avec une grosse. Les requérants nous ont demandé onze éléments pour les assiter pendant l’exécution », explique le lieutenant-colonel Andriantsiferana, adjoint du commandant du groupement  de la gendarmerie  de la région Analamanga.Arrivé sur place, le camp de l’opérateur, originaire du Sud, est toutefois tombé sur un os. Dénonçant un faux et usage de faux, et remettant en cause l’authenticité de la grosse entre les mains d’un huissier ayant débarqué dans la carrière avec les gendarmes réquisitionnés, la partie adverse, constituée par le propriétaire du site  d’exploitation, a fait opposition, pour signifier qu’elle a obtenu gain de cause auprès du tribunal.

« Gros bras »« Le huissier, assisté par la gendarmerie, a demandé à voir la décision judiciaire en question, mais personne n’était en mesure de la lui présenter. À l’issue de pourparlers, il a néanmoins concédé à accorder 48 heures à la partie adverse, pour apporter la pièce y afférente », poursuit l’adjoint du commandant du groupement de la gendarmerie de l’Anala­manga.Entre-temps, les onze gendarmes  dépêchés par le groupement, ont campé dans le site. Samedi après-midi vers 17 heures,  l’affaire a mal tourné lorsqu’un clerc, saisi par le propriétaire de la carrière, est venu avec quelques compagnons, « des gros bras », selon un communiqué de la gendarmerie, dont le gendarme de deuxième classe abattu,  garde rapproché du général Ravalomanana.« Parmi eux, certains étaient armés. Interceptés pour contrôle, ils ont d’emblée ouvert le feu sur les gendarmes réquisitionnés ainsi que sur l’huissier. Évidemment, ces derniers ont tiré pour se défendre. Alors que l’un des individus venus sur place était blessé, ses compagnons ont pris la fuite. Évacué au centre hospitalier le plus proche, le blessé a rendu l’âme en cours de route », ajoute le lieutenant-colonel Andriantsi­ferana, sans pour autant mentionner que le défunt est l’un de ses gendarmes-mêmes.Pour leur part, les compagnons rescapés du gendarme de deuxième classe tué, mettent en avant que celui-ci a été sommé de poser un fusil de chasse qu’il avait sur lui, lorsqu’il s’est approché du site. Ces témoins soulignent  que ce garde du corps de l’ancien commandant de la gendarmerie nationale aurait obtempéré, mais il a été quand même fusillé.

« Fils du Président »Joint au téléphone, le général Ravalomanana explique que vendredi, le défunt lui a demandé une permission pour le week-end. « Il m’a confié que son cousin, travaillant dans la carrière, endurerait depuis quelques jours, des violences, de la part des forces de l’ordre, et qu’il voudrait le voir. Fidèle à mes principes de laisser du temps libre à mes gardes du corps pendant le week-end, je lui ai donné la permission, d’autant plus qu’il s’agissait d’un problème social. Je lui ai toutefois signifié de rendre compte », lance le général de division Richard Ravalomanana.« La dernière fois où j’ai eu de ses nouvelles, c’était samedi après-midi, lorsqu’il m’a téléphoné pour m’informer qu’il était à mi-chemin. Après un silence radio, j’ai été foudroyé lorsque sa famille m’a annoncé sa mort », se désole l’ancien commandant de la gendarmerie.Pour sa part, le chef d’escadron Emma Zavamanan­tsoa, commandant de la compagnie de la gendarmerie nationale de l’Imerina centrale, territorialement compétente, indique que l’autre partie, constituée par le propriétaire du site avait, elle aussi, demandé assistance à la gendarmerie, mais cela n’aurait pas pu se faire dans l’immédiat, faute de réquisition.Sidérés, des proches et amis du gendarme tué dénoncent quant à eux une exécution sommaire. À les entendre, la partie adverse semble l’avoir attendu de pied-ferme pour lui ôter la vie. Une thèse qui pourrait bien tenir la route, du fait que ce jeune gendarme de deuxième classe a été identifié par la gendarmerie territoriale en mars 2016, pour avoir ouvert le feu dans cette même carrière, dans le cadre de l’exécution d’une décision judiciaire qui devait expulser le même exploitant, revenu cette fois-ci avec une décision de justice. De source auprès de la gendarmerie, il était à l’époque garde du corps du fils du Président de la République, lequel a des intérêts à défendre dans cette affaire épineuse.L’opérateur minier, locataire du site, frappé à l’époque, d’expulsion pour non paiement du loyer, avait à l’époque annoncé que l’un des siens aurait été abattu et que sa dépouille serait demeurée  introuvable. Quelques mois plus tard, la famille et ses proches avaient annoncé qu’après accord entre les deux parties, l’affaire était close bien qu’aucune lumière n’ait été faite sur la question du décès, et que le conflit, selon des sources concordantes,  soit toujours latent.

Seth Andriamarohasina

Madaplus.info118 partages

AFD : 25 millions d’euros pour les canaux d’évacuation de la capitale

A la moindre averse, certaines rues de la capitale sont inondées d’eau, tel est le lourd tribut que certains quartiers de la capitale payent avec les actuels canaux d’évacuation.
Une des raisons pour laquelle L’AFD ou Agence Française de développement, consacre la coquette somme de 25 millions d’euros pour assainir les canaux d’évacuation d’Antananarivo. Analakely, l’avenue de l’indépendance et les autres zones principales seront priorisées dans ce projet. Rappelons que les grands canaux d’évacuation de la capitale datent de 1930 sans aucun suivi et ne s’acquittent plus correctement de l’évacuation d’eau. En effet, ces infrastructures ont été destinées pour la population de cette époque et qui ne convient plus avec la forte croissance démographique que la capitale malgache a connue.
L'express de Madagascar110 partages

IFM Analakely – Madagaslam entame une nouvelle saison

Toujours aussi enthousiastes et resplendissants d’énergie, les slammeurs de la ville des Mille ont retrouvé leurs quartiers samedi après-midi, à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Fédératrice et solidaire, l’association Madagaslam, qui s’affirme comme le fer de lance des slammeurs de la Grande île, retrouve ainsi ses fidèles pour ce rendez-vous ponctuel dans le centre-ville. Ils y convient les amateurs de slam-poésie de divers horizons à festoyer au sein de l’IFM en scandant leurs états d’âme, leur vision de la société et leur amour des mots.Comme à l’accoutumée, les rimes et les vers ont une fois encore fusé sur la terrasse de la médiathèque de l’IFM en cette l’occasion. Ceci étant, les initiateurs de ce rendez-vous ont tenu à apporter une touche de nouveauté pour cette nouvelle année. Les traditionnelles scènes ouvertes se verront désormais ponctuées d’un atelier d’écriture à chaque fois, le temps d’initier les profanes qui souhaiteraient réveiller le slammeur qui sommeille en eux, mais aussi aux plus aguerris, d’échanger et de partager leur inspiration autour d’une table.Ainsi, à chaque fois, cette nouvelle formule est de mise. De 14h à 15h, un atelier d’écriture porté par les slammeurs confirmés se tiendra, et s’ensuivra immédiatement la scène ouverte jusqu’à 17h30. Promettant une année qui s’annonce tout aussi laborieuse que la précédente, l’association Madagaslam, fort de la septième édition de son Slam National, s’activera ardemment à fédérer les nouveaux talents et les férus de slam du pays, mais aussi d’outre-mer, à se joindre à elle.

A. P. R.

Midi Madagasikara105 partages

Sainte Marie : “Tera-tany vahiny enina maty, namono tena noho ny famoizam-po ny roa…”

“Nilamina amin’ny ankapobeny ny asaramanitra teto Sainte-Marie, na teo aza ireo lozam-pifamoivoizana samihafa vokatry ny  hamamoana, fa tsy nisy ny aina nafoy”, hoy ny Kaomisera Lapely ao Sainte-Marie, raha nanazava ny zava-nisy, ny Asaramanitra tany an-toerana ny tenany. Efa tao anatin’ny taona vaovao vao niseho ny tranga na fanantonana ny tendany tamin’ny fehikibony nataon’ity tovolahy mpiambina sivily eo anivon’ity orinasa iray manao izany asa izany any an-toerana, noho ny olana teo amin’ity tovolahy vao 24 taona ity sy ny fofombadiny. Teo koa ity fiara mpitatitra (mini-bus) iray ; izay nisy nandoro tao amin’ny fokontany Ambatorao Sainte-Marie.

Isan’ny taona “mainty” ho an’i Sainte-Marie ihany koa iny taona nivalona iny. Nisy 6 ireo teratany vahiny maty sy nisy namono ary namono tena tany an-toerana, tamin’iny taona 2016 iny. Teo ilay teratany frantsay 53 taona nilaozam-badiny tany Fenoarivo atsinanana namono tena, tao an-tranony tao Vohilava. Ny famonoana an’i Romain sy Magalie tao Vohilava hatrany tamin’ny fomba nahatsiravina, ka mbola hitazonana am-ponja olona 5 raha nahazo fahafahana vonjimaika ilay tera-tany frantsay sy ilay tale na banky. Teo koa ity teratany Aotrisiana 70 taona izay nokaikerin’ny alikany tao Vohilava ihany koa raha nitondra ireto alikany roa nitsangantsangana. Teratany vahiny 60 taona iray ihany koa maty an-drano tao “Ile aux Nattes” tao anatin’ny hamamoany, nefa roa andro dia nifarana ny fialan-tsasany tao Sainte-Marie; ary teo ity teratany frantsay 74 taona no tratry ny famoizam-po tao Antsiraka, saingy monina ao Sainte-Marie “Belle Vue” noho ny aretina homamiadana nikiky azy. Ankilan’izay dia nahitana teratany malagasy, rangahibe 70 taona namono tena noho ny famoizam-pony tamin’ny tsy firaharahian’ny zanany sy ny zafikeliny azy ihany koa tany an-toerana ny taona 2016.

Ankoatra izay, ho fanamafisana ny filaminana ao Sainte-Marie, dia mangataka ny hametrahana tobi- na mpitandro ny filaminana ao “Lounkitsy” ny Kaomisera Lapely, satria vavahady fidirana ny nosy Sainte-Marie izy io nefa baranahany be ka sarotra ny manara-maso ireo misafidy ny hiditra any…

Malala Didier

Midi Madagasikara69 partages

Agriculture contractuelle : Professionnalisation des paysans producteurs à Miandrivazo

Le haricot lingot blanc de Miandrivazo, est actuellement le produit phare de la région Menabe. (Photo Anastase)

La production du haricot lingot blanc est en plein essor dans le district de Miandrivazo. En effet, il s’agit du produit phare de la région, qui a fait l’objet de la mise en œuvre de l’agriculture contractuelle, depuis déjà quelques années, avec l’appui du programme Matoy financé par l’intercoopération suisse. Ayant pour principal objectif, la promotion du développement rural, cette agriculture contractuelle a permis à plus de 500 paysans producteurs issus des couches vulnérables, d’améliorer leurs conditions de vie et de sortir de la pauvreté. Elle a également permis de constater qu’à Miandrivazo, les paysans producteurs d’haricots lingots blancs sont plus que convaincus des bienfaits de l’utilisation des semences sélectionnées et refusent catégoriquement d’utiliser les semences tout venant proposées par d’autres opérateurs hors du projet. En effet, l’utilisation de ces semences sélectionnées permet, non seulement aux paysans producteurs par ce changement de comportement, d’augmenter de 30% la production, une production qualitative et quantitative ; et aussi de réduire les écarts de tris de 10% contre 50% dans l’emploi des semences non sélectionnées. Des encadrements appropriés, concernant les techniques culturales sont dispensés aux paysans producteurs, pour l’amélioration du rendement allant jusqu’à 1,5 tonne à l’hectare.

Innovation. Par ailleurs, toujours, dans le domaine de la professionnalisation, l’introduction de la mécanisation agricole et l’adoption, par les paysans eux-mêmes, a engendré l’innovation initiée par le programme Matoy, dans la mesure où ces paysans producteurs reconnaissent qu’ils peuvent produire plus, à moindre temps et à moindre coût dans le respect du calendrier cultural. En outre, le programme Matoy vient de doter le district de Miandrivazo, d’une station météorologique au service du développement. En ce qui concerne le marché local, le haricot se vend actuellement autour de 3 000 Ar/kg. Pour Raobelison Fidy Denis, coordonnateur régional du programme Matoy-Menabe, les autres opérateurs et paysans producteurs devraient également adopter cette mode de professionnalisation dans les filières d’activités comme l’arachide, le maïs, etc.1

 Chan-Mouie Jean Anastase

L'express de Madagascar68 partages

Pêche – Des poissons suspects flottent sur l’Ikopa

Des poissons suspects flottaient dans la rivière d’Ikopa, hier. Le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche interdit leur consommation.

Une pêche hors du commun. La rivière d’Ikopa, du côté d’Anosipatrana, Ampasika, Ambaniala Itaosy, a été submergée par la foule, presque toute la journée, hier. La chasse a été plutôt commode. Des poissons flottaient dans la rivière et l’on se ruait pour les attraper.Cette pêche inhabituelle a commencé très tôt. Vers 8 heures du matin, des dizaines de personnes étaient déjà sur les lieux pour ouvrir le bal. Le nombre des pêcheurs ne cessait d’augmenter tout au long de la journée. En début de soirée, quelques dizaines de personnes étaient encore sur place avec leurs filets. Les habitants étaient étonnés par ce phénomène.« Nous n’avons jamais vu autant de poissons dans cette rivière. Nous ne savons pas si c’est la rivière qui est en train de tarir ou si ce sont des mannes qui tombent du ciel, mais il y en a vraiment beaucoup », s’exclame Thierry Ratolo­janahary, un habitant d’Ampasika.Certains arrivaient à remplir un récipient, en quelques minutes seulement. Il y en avait tellement, que des habitants aux alentours y couraient pour pouvoir manger gratuitement du « poisson », ce jour de dimanche. À la fin, des pêcheurs liquidaient leurs marchandises à 2 000 ariary le kilo.

InterditLe ministère des Res­sources halieutiques et de la pêche interdit, pourtant, la consommation de ces poissons. « Nous alertons tout le monde de ne pas consommer les poissons qui semblent “grisés” et flottent dans la rivière entre le pont d’Ampasika et la route qui mène vers Ambohitrimanjaka. Nous ne savons pas pour l’instant, leur origine », explique un communiqué envoyé par ce ministère, hier. Malheu­reusement, cette alerte n’a pas pu empêcher plusieurs personnes à consommer ces poissons consommés gratuitement ou achetés à prix bradés.Ce ministère sensibilise, par ailleurs, ceux qui ont consommé ces poissons et qui présentent des symptômes suspects, d’aller directement au centre de santé le plus proche. Une enquête sera ouverte pour déterminer les raisons qui ont pu provoquer ce phénomène, selon encore le communiqué du ministère des Ressources halieutiques et de la pêche.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune57 partages

Soavina de nouveau

La digue de Soavina qui vient d’être remise en état après le précédent cyclone Enawo, a encore cédé devant le premier cyclone de l’année AVA. Les riverains de cette digue sont de nouveau dans la détresse et se retrouvent sans-abris et dans le désarroi total. Le chef du gouvernement qui a été sur les lieux a avoué qu’à quelque chose malheur est bon car les crues auraient pu provoquer bien plus de dégâts en aval si les eaux n’ont pas débordé à Soavina. En tout cas, le Premier ministre n’a pas estimé bon de porter des jugements sur la qualité des travaux de réfection de la digue effectués l’année dernière tout comme il n’a apporté aucune appréciation sur les ponts et infrastructures qui viennent d’être installé et qui croulent facilement devant les eaux et crues de AVA.

Midi Madagasikara55 partages

Madagascar-Chine : Un « Accord de coopération » signé au MAE

Signature d’un « Accord de coopération » entre la ministre Atallah Béatrice et son homologue chinois à Anosy.

Wang Yi se trouve dans nos murs depuis samedi. La visite de ce ministre des Affaires Etrangères chinois s’est soldée par la signature d’un « Accord de coopération » au MAE à Anosy. « Dès ma prise de fonction au ministère des Affaires Etrangères en 2015, nous avions sollicité cette visite. C’est aussi suite à mon invitation lors de mon déplacement en Chine il y a cinq mois déjà. Et aujourd’hui, il vient répondre favorablement à notre invitation et nous sommes le premier pays sur les cinq autres en Afrique où il effectue sa visite. Il s’agit d’une visite sur fond économique, diplomatique, mais aussi politique. Cette rencontre témoigne de la confiance des partenaires en notre pays. Nous avons évoqué la consolidation de la coopération entre les deux pays car elle présente des perspectives très prometteuses. Nous avons aussi évoqué la mise en œuvre du Sommet de Johannesburg. En décembre 2015, ce Sommet a adopté 10 programmes de coopération et la partie chinoise a annoncé une enveloppe de 60 milliards de dollars pour le financer. A cet égard, nos deux présidents ont parlé de grands projets en marge du Sommet», a expliqué la ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice.

« Route maritime de la soie ». Durant sa rencontre avec son homologue chinois, le chef de la diplomatie malgache a fait savoir le souhait de Madagascar d’intégrer la « Route maritime de la soie » mise en place par la Chine. « Ce projet permettra à notre pays d’intégrer son économie à l’échelle mondiale à travers la mise en place des infrastructures liées à l’industrialisation et au commerce, à savoir les ports maritimes et fluviaux, la construction de chemins de fer… Nous entendons aussi plaider de notre potentiel touristique énorme. Les touristes chinois seront les bienvenus à Madagascar », a-t-elle souligné. Interrogée sur les critiques par rapport aux investissements illégaux faits par des chinois à Madagascar, la ministre Atallah Béatrice de répondre : « Le gouvernement malgache a été saisi de cette question. Le gouvernement chinois a réaffirmé son attachement au respect des responsabilités sociétales d’entreprise dans le cadre de la coopération Chine-Afrique. Le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à respecter les lois et les règlements en vigueur ainsi que les us et coutumes dans leur pays d’accueil. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara44 partages

Sambava : Rangahy nanolana tovovavy roa, saika matin’ny fokonolona

 Nolazain’ity rangahy iray fa nangalatra ny mananasiny  ireto tovovavy roa ireto  ka naolany. Vao naheno izany ny fokonolona avy hatrany dia nirohotra hisambotra ity voatondro. Notazonin’izy ireo avy hatrany ilay rangahy nahavanon-doza ka nohidiny tao amin’ny biraom- pokontany miandry ny saziny. Tsy nanaiky anefa  ny olona sasany ka nitaky ny  hamoahana azy hampiharana ny fitsaram-bahoaka. Tsy nanaiky ity fangatahana anefa ny lehiben’ny fokontany. Noho ny fisavorovoroana dia tafatsoaka ity rangahy fa voasambotra kosa ny ampitso maraina be ihany. Raha araka ny fampitam-baovao voarainay, dia ny alarobia lasa teo no nitranga ity raharaha ity.Tamin’ny valo ora maraina dia tovovavy  17 taona sy 15 taona  nandeha nioty ny mananasiny no tratran’ity rangahy ka nendrikendrehany ho naka ny azy ihany koa. Nambanany antsibe izy roa vavy ka notereny hanaraka azy any anaty ala. Nony tonga teny an-toerana dia nasesiny naolana ireto tsy manan-tsiny izay  tsy afaka nanohitra akory. Ny mitatao vovonana vao tonga tany an-tranon -dray aman-dreniny vao afaka nitantara ny zavatra nahazo azy izy roa vavy. Nitombo ny hatezeran’ny mponina taorinan’ny fitsoahany ka tsy maintsy nandray an-tànana ny raharaha ny ben’ny tanàna teny an- toerana. Niantso ny borigady avy hatrany ka izy ireo no nitondra ity rangahy nanaovana famotorana. Raha tsy nisy manampahefana tonga ara-potoana, dia efa matin’ny fokonolona indray ity mpanolana ity.

L'express de Madagascar38 partages

Coopération – La Chine rassure sur ses intentions

En visite officielle , le ministre chinois des Affaires étrangères a joué la carte de la modération. Exploiter la population locale n’est pas l’objectif.

Rassurer. C’est ce que se sont évertués à faire les chefs de la diplomatie malgache et chinoise quant à la coopération sino-malgache, particulièrement concernant les investisseurs chinois dans la Grande île. « Des techniciens chinois sont venus, ont parcouru une longue distance pour venir ici, en quittant leur famille, ce n’est pas pour exploiter, ni pour coloniser, ni discriminer (…) », a soutenu Wang Yi, ministre des Affaires étrangères chinois.« L’Afrique est important dans la politique extérieure de la Chine », a-t-il déclaré lors d’un point de presse conjoint avec son homologue malgache, samedi, à Anosy. Dans ce sens, depuis une vingtaine d’années, le chef de la diplomatie de la superpuissance économique choisit un pays africain comme première destination de ses visites officielles de l’année. Cette fois-ci donc, le choix s’est porté sur Madagascar.La primeur accordée à la Grande île est significative de l’intention de la Chine d’intensifier son opération de charme à Madagascar. Le renforcement de la coopération bilatérale entre les deux pays a, logiquement, été au centre de la visite de la délégation chinoise. Il a même été dit devant la presse l’idée de faire de Madagascar un « trait d’union » dans la voix maritime entre la Chine et l’Afrique, dans le projet de nouvelle route de la soie, que le géant asiatique souhaite mettre en place.« Madagascar prolongement naturel de la route de la soie maritime. (…) Dans l’avenir, nous allons renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de l’infrastructure et la capacité de production industrielle, faire valoir ses atouts géographiques, et ses ressources naturelles particulières, pour faire de Madagascar un pays important et un trait d’union de cette autoroute avec le pays africain », a dit Wang Yi.

ResponsabilitésInfrastructure, mise en valeur des ressources dont minières, facilitation du commerce et de l’investissement sont les axes de coopération à renforcer entre les deux pays. Durant le point de presse de samedi, toutefois, les contestations des investissements chinois, dans le domaine de l’exploitation des ressources naturelles, des richesses minières notamment, ont été abordées avec les deux ministres des Affaires étrangères.« (…) il y a eu des soucis concernant des entreprises chinoises, le gouvernement chinois a été saisi de la question. Il a affirmé son attachement à la responsabilité sociétale de leurs entreprises dans le cadre de la coopération Chine-Afrique. (…) On ne peut cependant pas généraliser, car cela pourrait également concerner d’autres entreprises d’autres nationalités », a déclaré Béatrice Atallah.Wang Yi a lui aussi demandé à ne pas mettre tous les investisseurs chinois dans le même panier. « Nous encourageons les entreprises chinoises à développer une coopération avec les pays africains, et en même temps nous leur demandons de respecter les lois et règlements locaux, et les us et coutumes sur place. Ils doivent assumer leur responsabilité sociétale, respecter l’environnement écologique et aider à l’amélioration des conditions de vie de la population locale », a affirmé le membre de l’Exécutif chinois.« (…) c’est vrai qu’il y a des cas particuliers, mais comme Madame la ministre l’a dit tout à l’heure, ces cas particuliers ne peuvent pas dissimuler les fruits de la coopération économique entre les deux pays. Et les problèmes quand il y en a, nous pouvons toujours les régler à l’amiable », a-t-il ajouté. Dans un contexte où la coopération sino-malgache ne devrait que s’intensifier, apaiser et rassurer la frange hostile de la population est le mot d’ordre. Seulement, les échos des « cas particuliers » sont souvent retentissants.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza31 partages

MadagasikaraAhiana ho lasan’ny Sinoa

Mivahiny eto Madagasikara nanomboka ny sabotsy 7 janoary 2017 lasa teo ny minisitry ny raharaham-bahiny Sinoa Wang Yi.

Orinasa Sinao 800

Mpiara-miombon’antoka ara-barotra voalohany amin’ny firenena Malagasy moa ankehitriny i Chine izay manana orinasa 800 mahery miorina miaraka amin’ny teratany sinoa 6 alina monina eto Madagasikara. Efa mahatratra hatrany amin’ny 740 tapitrisa dolara ny fampiasam-bolan’ny sinoa manerana ny nosy ary ahitana azy ireo avokoa ny sehatry ny fambolena sy fiompiana, fanamboarana fotodrafitrasa, ny fandraharahana, raha ny tarehimarika farany. Mitentina 1,1 miliara dolara kosa ny hadirin’ny fifanakalozana eo amin’i Madagasikara sy i Chine raha 746 tapitrisa dolara ny fifandraisana ara-barotra Malagasy sy frantsay ny taona 2015, hoy ny Tahirimbola iraisampirenena. Re fa mbola miliara dolara maro no kasain-dry zareo Sinoa ampiasaina eto Madagasikara amin’ny sehatr’asa maro. Tsara homarihana fa fiaraha-miasa tamin’ny Sinoa no nahafahan’izao fitondrana HVM izao nanao ny lalam-baovao nandraisana ny frankôfônia ary mbola misy ilay tetikasa goavana fanamboarana Autoroute Antananarivo – Toamasina nosoniavina niaraka tamin’ny Sinoa. Faritra maro eto Madagasikara ihany koa no ahitana Sinoa manao fitsirihana fa hoe hitrandraka harena ankibon’ny tany. Tena manam-bola ny Sinoa satria mahatratra 3 000 miliara dolara no tahiry ao amin’ny banky foiben-dry zareo ka tena maivana aminy aloha raha ny hoe hampiasa 2 miliara dolara eto Madagasikara fa na hovidiany ambongadiny aza ity firenena ity ho azony, indrindra fa raha tia tena sy tsy mijery lavitra ary tsy mahay mifampiraharaha ny mpitondra.

Ramano F.

 

 

Midi Madagasikara31 partages

Ambatolahy-Miandrivazo : 580 certificats fonciers distribués lors du « Tsenabe Ezaka »

Raobelison Fidy Denis, un des artisans du développement économique du Menabe, recevant son certificat foncier. (Photo Anastase)

Le développement économique est à grande vitesse dans les 5 communes, membres de l’Organisme Public de Coopération Intercommunale ou OPCI « Fivoarana », dans le Sud du district de Miandrivazo. Il s’agit des communes d’Ambatolahy, Anosimena, Ankotrofotsy, Isalo et Manambina. En effet cette performance est due, entre autres au partenariat avec le programme suisse Matoy. C’est du moins ce qui a été prouvé, lors du « Tsenabe Ezaka », une manifestation économique, qui a eu lieu le 12 décembre dernier à Ambatolahy et qui se déroule chaque année à la même période.

Redevabilité. D’après le maire Randrianandrasana Philippe Edouard, cette date a été choisie, car c’est la période des récoltes. Une occasion pour sa commune de marquer également, le début du mois de l’impôt et de rendre compte à la population des réalisations qui ont été accomplies, lors de l’exercice précédent au nom du principe sacrosaint de la redevabilité. L’objectif est de faire connaitre, pour la transparence, comment les fonds publics générés par les contribuables sont utilisés. Le maire d’énumérer que « les salaires du personnel ont été payés régulièrement, une école publique a été construite, et des matériels de sonorisation ont été acquis ».

Sécurisation foncière. Pour les communes membres de l’OPCI « fivoarana », toujours avec l’appui du programme Matoy, 580 certificats fonciers ont été distribués à l’occasion du Tsenabe Ezaka, pour la promotion de la sécurisation foncière. « 580 paysans sont désormais devenus propriétaires légaux de leurs terres et peuvent cultiver en toute sérénité. Ces paysans qui sont également motivés à payer leurs impôts puisque les terrains leurs appartiennent désormais » a déclaré Raobelison Fidy Denis, coordonnateur régional du programme Matoy-Menabe, qui pour l’occasion a remis deux motos qui seront respectivement utilisés pour le fonctionnement du service foncier et le bureau de l’OPCI « fivoarana ».

Chan Mouie Jean Anastase

Midi Madagasikara30 partages

Dossier : Les femmes qui occupent des postes politiques à Madagascar

Madagascar figure parmi les pays en voie de développement où le taux de participation des femmes à l’exercice du pouvoir est encore faible. Et ce malgré le protocole d’accord de la Communauté de Développement d’Afrique Australe portant sur la parité homme-femme à Madagascar et paraphé par les autorités malgaches. Une manière de dire que la gent féminine est encore sous-représentée au gouvernement et au Parlement (Assemblée Nationale et Sénat). A Madagascar, il existe encore un écart considérable entre les femmes et les hommes au pouvoir. Au sein du gouvernement, les femmes sont seulement 6 (18%) contre 26 hommes : Béatrice Atallah (ministre des Affaires Etrangères), Rasoazananera Monique (ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique), Raharimalala Toto Marie Lydie (ministre de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle), Johanita Ndahimananjara (ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts), Onitiana Realy (ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme) et Randrianarisoa Léonide Ylénia (secrétaire d’Etat auprès du ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche)

Mandats électifs. Comme au gouvernement, les femmes sont encore peu nombreuses à briguer des mandats électifs. Lors des dernières Communales, seulement deux femmes ont été élues à la tête des grandes villes de Madagascar : Lalao Ravalomanana pour Antananarivo-Renivohitra et Harilalaina Irma Juliandres pour Fianarantsoa. A l’Assemblée nationale, sur les 151 députés, 26 seulement (17%) sont issues de la gent féminine : Andriamasimanana Auréline (Ambatondrazaka), Angèle Solange (Amboasary Sud), Delphine Florentine (Besalampy), Kathy (Mananjary), Masy Goulamaly (Tsihombe), Naharimamy Lucien Irmah (Mahanoro), Rabemananjara Célestine (Arivonimamo), Rabetafika Robertine (Isandra), Rahantanirina Lalao (Mahajanga I), Rahantasoa Lydia Aimée (Manjakandriana), Raharimanarivo Voahanginirina (Antananarivo Atsimondrano), Raharinirina Sidonie (Mananara Nord), Rahelihanta Jocelyne (Antsiranana I), Raherisoa Vololona Victorine (Antananarivo VI), Rakotomanga Lantoarivelo Sedera (Antananarivo II), Ralinjanahary Tsitohaina Valimandresy (Ikalamavony), Randrianasolo Volatiana Pauline (Vondrozo), Rasoaharinjatovo Bodovoahangy Dimitrine (Ambatoboeny), Rasoanoromalala Marie Horace (Antananarivo VI), Rasoarimalala Georgette (Maevatanana), Ratsivalaka Michelle (Antananarivo I), Ravelohanitra Nirina (Antsirabe II), Razafimanantsoa Hanitriniaina (Antananarivo I), Razafindrakoto Harifanja (Beroroha), Razanamahasoa Christine (Ambatofinandrahana) et Volahaingo Marie Thérèse (Bealanana).

Amélioration. La même réalité est constatée au Sénat. En effet, sur les 42 sénateurs élus, seulement 7 (16%) sont issues de la gent féminine : Ramahavalisoa Hanitra Eliane, Ramalason Olga, Razafinjatovo Ravololonirina, Rasoamihanta Jasmina Issa, Ramarosoa Emiline, Razanajatovo Virginie et Rason Vola Hanta. Par contre, il y a amélioration du côté des sénateurs désignés par le président de la République. Sur les 21 de son quota, le chef de l’Etat a désigné 6 femmes (28%) : Razafitombo Alibena Elisa, Rasamoelina Brigitte, Rasoanaivo Angeline, Razafimahaleo Lantosoa Julia, Ravoninahitriniarivo Jeanine Gabriel et Via Céline Yolande. En tout cas, le taux de participation citoyenne de la femme est encore faible à Madagascar.

News Mada27 partages

Fanadihadian’ny FMI : Madagasikara firenena marefo, mbola tsy marin-toerana

Madagasikara firenena marefo, mbola tsy marin-toerana tsara hatramin’izao, taorian’ny krizy 2009-2013, araka ny fanadihadiana navoakan’ny FMI. Izay ilay toerana misy an’i Madagasikara eo amin’ny politika izay, manalokaloka hatrany zary sakana amin’ny fampandrosoana ny toekarena sy manome vahana ny fahantrana eto amin’ny firenena. Araka ny fanadihadiana nataon’ny FMI ihany, hatramin’izao, mbola tsy hita manosika ny toekarem-pirenena, ny fambolena, harena an-kibon’ny tany, indostria, fizahantany, nefa sehatra samy manana ny lanjany avokoa.

Ambany ny fidiran-ketra eto an-toerana raha ampitahana amin’ireo tany afrikanina sasany aty amin’ny tapany atsimon’i Afrika. Ao koa ireo fandaniana tsy maintsy atao nefa tsy mitondra tombontsoa, anisan’ny misongadina amin’izany, ohatra, ny hamenoana ny banga ao amin’ny Jirama. Mampikorontana ny tetibola izany no sakana iray lehibe hafa ho an’ny asa fampandrosoana.

Hatramin’ny taona 2014, niverenan’ny fifandraisana any ivelany, voatery mitady fanohanana ny fitondram-panjakana Malagasy. Natao ny fifampiraharahana amin’ny FMI, nahazoana ny facilité élargie de crédit (FEC). Ny azo avy amin’ny FEC io nentina mandrafitra indray ny toekarena, handresen-dahatra ireo mpamatsy vola hafa sy hiantsoana fanohanan’ny firenena iray, toy ny fiaraha-miasa amin’i Sina (jereo lahatsoratra eo ambony).

Nitondran’ny FMI fanohanana koa ny lafiny teknika mahakasika ny toekarena ankapobeny : fitantanam-bolam-panjakana, fanavaozana ny orinasam-panjakana, fampitomboana ny fidiran-ketra, fisokojina ny famoaham-bola sy ny fampandrosoana ny sehatra ara-bola.

Ny politikam-pirenena momba ny fampandrosoana na ny PND narafitra ny taona 2014, mametraka ho laharam-pahamehana ny fandaniana any amin’ny fotodrafitrasa sy ny sehatra sosialy hisian’ny fitomboan’ny harinkarena sy hampihena ny fahantrana. Hanatanterahana izany PND izany ny antony ilàna fanampiana sy fiaraha-miasa maharitra  amin’ny any ivelany.

R.Mathieu

Madagascar Tribune26 partages

La société Jiuxing Mines garde son permis d’exploitation de Soamahamanina

Le ministre Ying Vah Zafilahy est catégorique ; il ne peut être question d’annulation des permis déjà délivrés. Bref, une fin de non recevoir aux revendications des habitants qui ne souhaitent pas que l’or de Soamahamanina soit exploité par la société Jiuxing mines. Les détracteurs des relations avec les Chinois se mordent vraisemblablement les doigts, en particulier les militants de Somahamanina ou de Mananjary et consorts (et ils sont nombreux). L’exploitation aurifère à Soamahamanina demeure jusqu’ici suspendue en raison des troubles provoquées par le refus des habitants de Soamahamanina de l’installation de la compagnie chinoise, Jiuxing mines. Des habitants de cette localité, appuyés par divers groupes de politiciens et de société civile réclament l’annulation du permis minier de la compagnie aurifère chinois. Mais Ying Vah Zafilahy, ministre d’Etat en charge des Mines et du Pétrole vient de rappeler que la loi et le code minier malgache ne peuvent être modifiés que par des lois. Dès lors aucune ordonnance, aucun décret d’annulation des permis des compagnies minières qui ont été délivrés ne peut être envisagé et n’est possible. Seules deux infractions permettent de retirer ou d’annuler un permis minier : le non paiement des redevances minières ou ristournes et le non paiement des frais d’administration minière. Donc l’Etat ne peut pas enfreindre à la loi du moment que l’une des deux actes ou les deux à la fois n’est pas en cause. Le ministre admet qu’il y a carence de nos lois mais aussitôt il ajoute que l’objectif dans la révision du code minier aujourd’hui est d’améliorer pour obtenir une exploitation rationnelle de nos richesses, respectueuse de l’environnement, de nos us et coutumes, mutuellement avantageuse et qui développe les populations riveraines.

News Mada26 partages

Mines de saphir : une véritable économie parallèle

Madagascar fournirait près de la moitié de la production mondiale de saphir. Roses, jaunes, bleues ou violettes, ces pierres sont extraites et vendues dans la clandestinité.

Ilakaka, Sakaraha, Didy, Ambolibe, … Du nord au sud de l’île, l’exploitation de saphir et autres pierres précieuses et semi-précieuses n’ont de cesse de défrayer la chronique. Pas plus tard que la semaine dernière, les toiles des médias internationaux ont fait parler de cette ruée en parlant d’un « improbable eldorado des chercheurs de saphir ».

Théoriquement, l’extraction des saphirs est régie par le Code minier malgache, qui exige l’obtention de permis d’exploitation et la redistribution d’une part des taxes vers les communes. Mais dans la pratique, l’exploitation largement sauvage des pierres précieuses ne rapporte pas grand-chose aux caisses de l’État qui cherche à récupérer le manque à gagner fiscal lié à l’exploitation de ces mines.

En effet, après l’agriculture, ce secteur est le plus gros employeur du pays avec plus de 500 milles creuseurs qui font vivre leurs familles, soit près de 2,5 millions de personnes. Le fait est que les carrières sont trop dispersées et leur rendement trop aléatoire pour envisager une mécanisation.

Estimations difficiles

L’exploitation sauvage des pierres précieuses dans les mines du pays est à l’origine d’une véritable économie parallèle. Saphir, rubis, améthyste, topaze, tourmaline, émeraude, or… le sous-sol de la Grande Ile recèle de richesses innombrables. Il demeure toutefois difficile d’en mesurer l’ampleur exacte, l’exploitation étant essentiellement informelle. Seule une partie de la production de ces pierres précieuses et semi-précieuses est déclarée.

Une étude de l’université de Queensland, en Australie, et relayée par la Banque mondiale a estimé que 250 millions de dollars d’or et de gemmes avaient été importés en 2011 depuis Madagascar, principalement par les Etats-Unis et les Emirats arabes unis. Un chiffre que les experts du secteur estiment encore largement sous-évalués.

Avec un nouveau code minier en cours d’élaboration, le gouvernement malgache compte encadrer ces multiples exploitations artisanales en prônant une « exploitation rationnelle respectueuse de l’environnement ». La tâche s’annonce ardue. Les autorités lancent régulièrement des opérations armées pour déloger, parfois avec brutalité, les mineurs clandestins. Mais ces actions semblent loin de dissuader les exploitants qui reviennent sur place quelques jours plus tard.

Découvert à la fin des années 1990, il semblerait que le saphir malgache fournit plus de 40 % de la production mondiale avec le filon de Sakaraha, figurant parmi les plus grands de la planète, avec 250 kilomètres de long.

Arh.

Midi Madagasikara26 partages

Namontana : Môtô nifandona tamina fiara, olona iray namoy ny ainy

Mpitondra môtô iray indray no namoy ny ainy teny amin’iny lalam-baovao mizotra mankany Namontana iny omaly hariva, rehefa nifandona tamina fiara ny môtô nentin’ity lehilahy ity. Olona roa izy ireo no teny ambonin’ilay kodiaran-droa. Ilay nitondra no namoy ny ainy teo ho no eo, raha naratra mafy kosa ilay nentiny, araka ny fitantaran’ireo olona teny an-toerana. Handeha hizotra ho aty Anosibe ny fitodiky ny môtô nentin’izy ireo. Ary araka ny filazan’ireo nanatri-maso hatrany dia nandeha mafy dia mafy izy ireo, kanefa toa efa nivilambilana ihany. Efa nisy olona iray saika voadonan’izy ireo tamin’izany. Nahay niala ihany anefa ilay mpitondra saingy tsy voatana intsony familiana ary dia niafara tany ambanina fiara « sprinter » ny môtô nentin’izy ireo. Teo amin’ny lohan’ity mpitondra scooter ity no voa mafy tamin’ilay dona. Nandriaka avy hatrany ny rà teny an-toerana. Nezahin’ireo olona nahita novonjena ihany, saingy indrisy, fa efa tsy izy intsony. Nentin’ilay fiara nandona tany amin’ny hôpitaly kosa ilay namany niaraka taminy, izay mbola miady aman’aina, raha ny fantatra hatrany.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara23 partages

Andapa : Kilan’ny afo ny biraon’ny Jirama

Tokony ho tamin’ny 11 ora maraina no nahatsikaritra setroka be ny vahoakan’Andapa, omaly. Rehefa nojirihina izany dia fantatra fa ny biraon’ny Jirama tao an-toerana no nirehitra. Sady birao no trano fonenana izy io, raha araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’io orinasam-panjakana io. Tsy fantatra mazava ny tena nitarika ny afo. Nisy ny fanadihadiana nosokafan’ny zandary, omaly ihany. Hatreto aloha dia tsy avy tamin’ny fihetsiketseham-bahoaka na antony mitovitovy amin’izany no heverina ho nitarika ny afo. Nilamina tanteraka tao Andapa ary tsy nisy grevy na fitarainana iombonana, talohan’io firehetana io. Na izany aza, amin’ny maha-birao ilay toerana, dia marobe ny antontan-taratasy may tao. Vita tamin’ny hazo rahateo ny ampahany amin’ilay toerana, hany ka vetivety dia nahazo vahana ny afo.

D.R

News Mada21 partages

Depiote Razanamahasoa Christine : « Mandiso fanantenana vahoaka ny kabarin’ny filoha »

« Raha ny kabarin’ny filoha, ny fihenoako azy: mandiso fanantenana, indrindra raha mipetraka amin’ny toeran’ny vahoaka. Satria toa volan-kankafotra, ny omaly tsy miova. Ny teo ihany no natao tamin’ity. »

Io ny fanehoan-kevitry ny depiote avy amin’ny Mapar, Razanamahasoa Christine, ny faran’ny herinandro teo, momba ny kabarin’ny filoham-pirenena tamin’ny fifampiarahabana teny Iavoloha.

Teo aloha hoe tsy nisy vola. Nefa mazava amintsika amin’izao fa efa misy ny hoe vola 10 miliara dolara azo, natao manakoako. « Inona no atahorana tsy hanolorana avy hatrany ny hani-masaka? » hoy izy.

Tsy resy lahatra amin’izay lazainy ny filoha

Ny omaly tsy miova no lazaina: fanondrotan-karama 7 %, fanalefahan-tsazy. Mbola manana fahavononana hitondrana fanatsarana ny firenena ve ny fitondrana misy ankehitriny? Toa tsy manana izany fahavononana izany intsony, fa toy ny tsy misy na inona na inona haroso ny filoham-pirenena.

Raha nikitika ny Fitsarana avo (HCJ) aza ny filohan’ny Antenimierandoholona, tsy nanambara na inona na inona momba izany ny filoham-pirenena. Tsy nanambara na inona na inona momba ny tsy fandriampahalemana, ny delestazy… Izany no tadiavin’ny olona, aroso hoe izao na izatsy no hatao.

Na izy niteny aza, toa tsy matoky izay lazainy, tsy ananany finoana. Toa falifaly fotsiny amina zavatra tsy maharesy lahatra azy. « Amiko, tsy ireny ny kabary tena sahaza amin’izany atao hoe apetraka filoham-pirenena. Toy ny olona tsy manana fanapahan-kevitra hentitra: tsy hanao raha… Izay ny tena marina », hoy ihany izy.

Koa mivonona ihany izany isika Malagasy: mbola hisetra ny mafy ary mahery ny fahasahiranana amin’ity taona ity.

R.Nd.

News Mada21 partages

Reniranon’Ikopa : mampidi-doza ny trondro

 Nanaitra ny mpandalo, omaly, ny fitsipatsipaky ny trondro tetsy amin’ny tetezan’Ampasika. Ritra rahateo ny rano ka mora nosakaina ireo trondro. Nahavariana fa mora mora nalaina izy ireny ary nahafeno koveta mihitsy ny olona.

Omaly ihany, nandefa filazana ny ministeran’ny Harena anaty rano sy ny jono mikasika ny trangan-javatra hafahafa miseho amin’ny trondro avy ao amin’ny ranon’Ikopa. Mampitandrina ny besinimaro ity minisitera ity mba tsy hihinanan’ny mponina ireo trondro hita fa mamo na mitsingevana izay mbola tsy fanta-pototra, ao amin’ny reniranon’Ikopa, ao amin’ny faritra anelanelan’ny tetezan’Ampasika sy ny lalana mankany Ambohitrimanjaka.

Iangaviana mba hanatona ny tobim-pahasalamana akaiky azy indrindra izay mahatsapa fisehoan-javatra hafahafa, ho an’ireo olona izay efa nihinana tamin’ireo trondro ireo. Nilaza ny tatitry ny minisiteran’ny Harena anaty rano sy ny jono fa hisy ny fanadihadiana sy ny fandinihana hatao hamaritana ny antony mety ho nahatonga ireo trondro nitsingevana sy mamo ireo. Mila mailo, araka izany, amin’ireo trondro miparitaka tampoka eny an-tsena fa mety hitera-doza.

Tatiana A

News Mada21 partages

Revenu familial 2016 : 90% des Malgaches vivent avec moins de 2 dollars par jour

La Confédération des syndicats chrétiens malgaches (Sekrima) vient de sortir sa rétrospective 2016, où elle a surtout souligné la précarité des ménages qui continue encore de sévir à Madagascar, 57 ans après indépendance.

Dans cette rétrospective, la Confédération a mentionné que « La proportion de la population disposant de moins de 2 dollars par jour est d’environ 90% », soit environ 6 600 ariary. De plus, la moitié de la population ne bénéfice du niveau minimum d’apport calorique de 2 100 kcal par jour. Une situation qui a en effet permis au Fonds monétaire international (FMI) de classer Madagascar comme le 5e pays le plus pauvre au monde avec un revenu par habitant de 392,6 dollars, nettement inférieur à la moyenne qui est de 599,47 dollars. A ce sujet, Burundi qui occupe la première place avec un PIB par habitant de 315,2 dollars, la République centrafricaine (338,7 dollars), le Malawi (352,7 dollars) et la Gambie (384,2 dollars).

Un pays riche en ressources

« Le pays ne manque pourtant pas de ressources humaines avec ses plus de 20 millions d’habitants, de ressources naturelles à l’instar des vastes terres agricoles, des produits forestiers et halieutiques, minières sans oublier les ressources venant des bailleurs de fonds pendant au moins 15 ans », a déploré la Sekrima dans sa rétrospective.

Or de leur côté, « Les autorités perpétuent la politique de l’autosatisfaction avec la réalisation d’infrastructures, des congrès internationaux et des promesses de financements internationaux », a souligné la confédération des syndicats chrétiens malgaches.

Au lieu de faire une liste des revendications qui n’auront aucune considération auprès des concernés, la Sekrima invite ainsi toutes les parties prenantes qui veulent réellement assurer le bien-être des Malgaches à changer de paradigme pour les années qui suivent.

Sera R

News Mada20 partages

Nanao herisetra tamina zandary sy vadintany tany Anjozorobe… : zandary iray niaraka tamina “gros bras...

Zandary manana andraikitra hafa, saingy nifampitarika tamina andian’olona (gros bras) nirongo fiadiana, nikasa hiditra an-keriny tamin’ny tanin’olona ary nanao herisetra tamin’ny vadintany sy zandary ity namoy ny ainy, taorian’ny fifampitifirana ity. Tany Anjozorobe, ny asabotsy teo ny nitrangan’izany.

Maty vokatry ny tifitra nahazo azy ilay zandary voalaza fa nihoa-pefy izay nifampitarika tamina andian’olona “gros bras” nikasa hiditra an-keriny tamin’ny tanin’olona tsy nahazo alalana sy nanao herisetra tamin’ny vadintany sy zandary tonga hanatanteraka didim-pitsarana tao Ankaraoka kaominina Marotsipoy Ambatomanoina, distrikan’Anjozorobe, afakomaly. Araka ny fanazavan’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, zandary miasa ao amin’ny fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena Analamanga ity zandary namoy ny ainy ity. Voatendry ho mpiaro manokana manamboninahitra jeneraly iray eo anivon’ny zandarimariam-pirenena izy, kanjo izao nifampitarika tamin’ny andian’olona tany Ambatomanoina izao. Voalazan’ny lefitry ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga, ny Lietnà-Kly Andriantsiferana nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety omaly teny Ankadilalana fa nisy vadintany nangataka zandary hiaro azy amin’ny fanatanterahana didim-pitsarana momba ny ady tany iray any Ankaraoka Ambatomanoina, ny alakamisy 5 janoary 2017 teo. “Ara-dalàna tokoa io fanatanterahana didim-pitsarana io rehefa nojerena ka nandefa zandary niaraka tamin’ilay vadintany tokoa izahay. Fomba fanao izany satria ny lalàna mihitsy no mametra azy”, hoy hatrany ny Lietnà-Kly Andriantsiferana. Nony tonga tany an-toerana anefa ny vadintany sy ireo zandary niaraka taminy, nisy andian’olona niangavy azy ireo mba tsy hanatanterahana ilay didy aloha fa mba hiandry 48 ora satria nolazain’izy ireo fa mbola misy didy hafa mandrava izany didy izany any amin’ireto andian’olona ireto.

Nitifitra tampoka ireo “gros bras”…

Tapitra ny 48 ora tsy nisy akory ilay didy fandravana. Ny asabotsy teo anefa, tsy nitondra  izany didy fandravana izany ireo olona fa “gros bras” nirongo basy mahery vaika indray ny nentin’izy ireo mba tsy hahafahan’ireo vadintany sy zandary manatanteraka ilay didim-pitsarana. Nosakanan’ny zandary avy hatrany ireto andian’olona nitondra basy ireto sady nosaivana hanamarinana ny fomba rehetra nahafahan’izy ireo mitondra izany fitaovam-piadiana izany. Voalaza fa nanao fanamiana sivily rahateo izy ireo ka somary nampanahirana ireo zandary niaraka tamin’ilay vadintany izany. Tampoka teo anefa, nitifitra ireo andian’olona ka raikitra ny fifampitifirana. Niaro tena ireo zandary sady niaro ilay vadintany. Vokatr’izany, naratra ny lehilahy iray ary nandositra kosa ny namany sasany. Noraisim-potsiny teo, araka izany, ilay lehilahy sy ny basy teny am-pelatanany. Nentina haingana tany amin’ny hopitaly ity niharam-boina ity, saingy tsy avotra intsony ny ainy noho ny fahaverezandra be loatra.

Misokatra ny fanadihadiana…

Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena momba ity raharaha ity. Voamarina taorian’izay fa zandary ity lehilahy namoy ny ainy, ny fahatongavany tany Ambatomanoina dia mivoana tanteraka amin’ny asa tokony hataony amin’ny maha zandary azy sy maha mpiambina manokana azy. Nohamafisin’ny lefitry  ny vondon-tobim-pileovana hatrany fa fandikan-dalàna ny fanoherana fanatanterahana didim-pitsarana. Nanamafy rahateo izy ireo fa tsy miray tsikombakomba na miaro na manafina ny tsy mety izay ataon’izy ireo sy ny olom-peheziny.

Tsy vao izao fa efa niteraka resabe hatramin’izay ity resaka fibodoana tanin’olona ataon’ny zanaka mpitondra fanjakana ambony ity any amin’iny faritra Anjozorobe iny. Niteraka resabe izany tamin’ny taon-dasa izay niafara tamin’ny tsy fahitana zanak’Androy nandritra ny fotoana nahatongavan’ireo zandary sy vadintany nanatanteraka didim-pitsarana koa tamin’izany. Niafara tamin’ny fifampitifirana koa ny raharaha tamin’izay. Niteraka fihetsiketsehana teo anivon’ny zanak’Androy mihitsy ny raharaha, saingy very an-javony izany taty aoriana. Vao afakamoly anefa nanome baiko ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Paza Didier fa tsy azo ekena ny fanaovana herisetra amin’ny zandary eo am-panatanterahana ny asany. “Tsy maintsy samborina  ary omena ny sazy faran’izay mafy ny olona manao izany”, hoy izy.

Jean Claude

Tia Tanindranaza20 partages

Rajaonah Andrianjaka“Tsy azo antenaina intsony ny fitondrana HVM”

Raha ny fanazavana nomen’ny filohan’ny antoko politika Otrikafo, Rajaonah Andrianjaka,

  dia tamin’ny fotoana izay nandalovan’ny fihaonana an-tampon’ny frankofonia farany teo no fotoana farany ihany koa nanantenana zavatra hitondra fiovana eto amin’ny firenena avy amin’ny fitondrana ankehitriny sy ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina. Fifanekena tokana anisan’ny nandrandraina tamin’iny fotoana iny ny mikasika ny famerenan’ny Frantsay ireo nosy manodidina antsika. Tsy nataon’ny filoham-pirenena anefa io ka dia tsy misy hantenaina intsony amin’izao fitondrana ankehitriny izao. Raha ny fifidianana ihany koa no andrasana hitondra fiovana dia tsy misy hantenaina. Fitakiana 4 no nitondra fanovana teto taorian’ny fahaleovantena, hoy izy. Ny vahoaka sisa no andrasana ny fanapahan-keviny na hiandry fotsiny na hijery izay azony atao, raha ny fanehoan-kevitr’ity oloben’ny tontolo politika ity hatrany.

Mirija

Midi Madagasikara20 partages

Andapabe Analanjirofo : Efa-dahy, mpanao fanafihana mitam-piadiana, matin’ny fitsaram-bahoaka

Nitrangana fanafihana mpitam-piadiana mahery vaika izay nahitana kalaky nataon’ ny  jiolahy enina be izao, tao Ankoba, tanàna iray ao Andapabe Mampasina Maningory, ny alin’ny 23 desambra nifoha ny 24 desambra ny taona lasa . Vola 40 tapitrisa ariary vidin’ entana sy vidin-jirofo lafon’ireto fianakaviana voatafika ireto, no lasan’ireo andian-jiolahy tamin’izay fotoana izay. Lasan’ireto andian-jiolahy ireto ihany koa nandritra izany, ny finday avo lentan’ity fianakaviana ity, niaraka tamin’ny karatra maha-mpikambana azy ireo eo anivon’ny banky iray ary ny firavaka volamena rehetra tao an-trano. Na efa nandrangaranga tifitra ireto fianakaviana ireto aza ireto jiolahy enina nitondra kalaky ireto, dia tsy nisy izany, nefa noho ny zava-nisy na tsy sahy nivoaka aza noho ny tahotra ny ho voatifitra, dia nisy nahatsikaritra ireo mpanafika ny  manodidina  teo an-tanàna,satria tsy nisaron-tava izy ireo. Tsy nahalala na inona na inona anefa izy ireo tamin’izany, ka ny 26 desambra teo dia tsy taitra nandalo tao Andapabe tsy lavitra ny misy an’ Ankoba ny telo tamin’ireto andian-jiolahy efa nidera tamin’ny haingony ny nampiasan’ny vola azony tamin’ny fanafihana, izay nivantana tao amina tokantrano iray ao an-tanàna. Nisy nahatsikaritra izy ireo ka raikitra ny sakoroka raha avy nifampandre ny fokonolona. Avy hatrany dia nandrangaranga antsy be sy sabatra izy telo lahy tsy nahateny kosa ny tompon-trano nandritra ny zava-nitranga. Vokatr’izay dia raikitra ny fitsaram-bahoaka tamin’izy telo lahy ireto, voan’izany koa ny mpampian-trano ilay voatonona ho mpiray tsikombakomba, ka maty tsy tra-drano avokoa noho ny daroka sy vely antsy be azy ireo nandritra izany. Taorian’ilay fanafihana nitam-piadiana talohan’ny krismasy anefa, dia efa nametraka fitoriana teo anivon’ny zandarimariam-pirenena ao Fenerivo atsinanana ireo fianakavian’ny niharan’izany; koa amin’izao raharaha fitsaram-bahoaka izao kosa dia ny naka ny fatin’izy efa-dahy no nataon’ny zandary…

Malala Didier

Midi Madagasikara20 partages

Pétanque – Grand Prix d’Ambohimahasoa : Très belle victoire de Luc et Paps !

Le président d’honneur du BIC, le Dr Zozo Ruchet Rakotovazaha, a l’amour de la pétanque dans son sang. Ce qui explique tout.

Une fois de plus, le traditionnel Grand Prix de pétanque d’Ambohimahasoa a remporté un très vif succès le 30 décembre dernier. Logique avec un plateau relevé dont un membre de l’équipe nationale de Suisse Patrick Emile connu sous le nom de Paps.

Le Grand Prix d’Ambohimasoa a vu la victoire de Luc Kely et de Paps qui est resté au pays, son pays, après avoir défendu les couleurs de la Suisse lors du championnat du monde 2016. Une victoire qui a rendu euphorique le public qui était derrière Luc, l’enfant du terroir, associé à Paps qui, après avoir fourbi ses armes au CBT, est parti pour la Suisse où son talent a fini par convaincre son pays d’adoption à l’inclure dans son équipe nationale.

Les deux hommes ont battu en finale du concours A Mamy Ronaldinho et Serge d’Ambohimahasoa au cours d’une finale vite fait bien fait tant Luc et Paps étaient vraiment d’un ton au-dessus grâce à leur polyvalence. Ils ont reçu 400 000 ariary en sus de deux boules Obut contre 150 000 ariary et deux autres boules Obut pour les malheureux finalistes.

Les troisièmes et quatrièmes notamment Tomme de Betafo et Christian ainsi que Kiady et Dakar ont reçu respectivement deux téléphones et 30 000 ariary de primes.

Au concours B, la victoire est revenue à Hery, le récent champion du monde qui a été associé à Daddy pour former une équipe d’Ambohimahasoa. Ils ont battu le Général Richard d’Ambohimahasoa et Hary. Si les vainqueurs ont reçu deux boules Obut et 100 000 ariary de primes, les seconds par contre, ont eu, fête de fin d’année oblige, deux canards.

Outre ces têtes couronnées, on notera parmi les 64 équipes participantes les noms des boulistes connus dont le duo de BIC, Andry Tselonina et Sitraka qui vient de gagner la Coupe de Madagascar mais aussi le championnat national en doublettes.

Citons également Jex et Radoko, Eric Kely d’Antsirabe et Pone de Vohiposa, Andry Kely d’Antsirabe et Fidy d’Ambohimahasoa, le président du BIC Pascal, Carlos et Bolo qui rentrent des Masters de France, Lejean et Zigle, Taratra et Rams, Rabajao et Six mais aussi les deux équipes de Fianarantsoa dont le président de la Fédération Béryl aux côtés de Tola ainsi que Claude et Bada, les deux chouchous de Bassir Karmaly.

Autant le dire, toute la crème était à Ambohimahasoa et ce en grande partie grâce au savoir-faire du président d’honneur de Bouliste Ialatsara Club Ambohimahasoa, le Dr Zozo Ruchet Rakotovazaha.

Un Zozo aux anges et qui n’a pas pu s’empêcher de dévoiler les projets du BIC dont une participation au Grand Prix de La Martinique du 9 au 19 mai avec notamment Luc Rahaingoson, Falimanantsoa Angelot Jex, Hery Razafimahatratra et Daddy Rabarijaona.

 Ces quatre hommes participeront ensuite aux concours en National en France où ils seront rejoints, au mois de juillet, par Andry Tselonina, Sitraka et Mamy Ronaldinho. C’est dire qu’Ambohimahasoa est devenu un vivier de la pétanque malgache.

Clément RABARY                                                    

Midi Madagasikara19 partages

Judo : Asaramanitra prend une année sabbatique

Malgré l’amour qu’elle porte pour sa patrie, Asara a décidé de se consacrer au travail.

L’après Rio prend une autre tournure pour la judokate Asaramanitra Ratiarson qui décide de prendre une année sabbatique pour 2017. Explications. 

Midi Madagasikara : Après une défaite au premier tour dont vous n’avez pas à rougir étant donné que votre adversaire, la Cubaine Mestre Dayaris était une grosse pointure mondiale et récente 3e du championnat panaméricain, peut-on savoir votre programme pour le judo ?

Asaramanitra Ratiarson : »Pour l’instant j’observe une pause et ce pendant toute l’année 2017 mais je verrais après si je me sens encore de taille à revenir dans le judo car cela suppose toute une série de privations comme l’exige le haut niveau. Il n’y a pas de miracle en sport. On ne récolte que ce que l’on sème. Non seulement il faut être très fort mais il faut également de gros moyens pour pouvoir participer aux grands rendez-vous du judo car c’est seulement de cette façon qu’on pourra progresser et engranger des points pour monter dans la hiérarchie mondiale. Si tous ces moyens ne sont pas réunis autant me consacrer au travail et à ma vie de famille. »

Midi : Est ce que cela signifie que vous allez totalement vous reposer ?

A.R.: »Évidemment que non car je travaille à la Chambre de Commerce et d’industrie qui est rattachée à l’ESCP Novancia en tant que coordinatrice pédagogique dans la branche formation continue Pôle Grands Comptes, à Paris Montparnasse. Je me donne une année de réflexion pour décider de la suite à donner sur ma carrière de judokate. »

Midi : Quel est le lien entre le travail à la Chambre de Commerce et ce que vous avez étudié à Vontovorona, à l’école Polytechnique ?

A.R.: « Pour tout dire, c’est plutôt lié aux études que j’ai suivies à l’UPMC Sorbonne Université à Paris où j’ai décroché mon deuxième Bac+5 en 2013. Comme il a fallu mettre le judo et les Jeux Olympiques en avant, je ne me suis mise au travail qu’au retour de Rio. »

Midi : Et vous ne regrettez pas d’avoir mis le judo en veilleuse. Au fait vous avez des nouvelles de Mestre Dayaris, celle qui vous a battu au premier tour aux JO ?

A.R.: « C’est un choix que je n’ai pas à regretter car dès qu’on se relâche,  on le paie au prix fort. C’est peut être ce qui arrive à Mestre qui se trouve aujourd’hui à la 15e place des moins de 48 kg alors qu’elle a toujours été,  du moins avant les JO de Rio, une habituée du top 10. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Madagascar Tribune18 partages

Rajaonarimampianina plaide pour un second mandat

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina n’aurait pas pu être plus explicite dans son message à travers la première édition de son émission hebdomadaire « Fotoam-bita » de cette année 2018. Les potentiels candidats à l’élection présidentielle avaient eux déjà annoncé la couleur pour cette année. Andry Rajoelina avait effectué un discours adressé aux Malgaches où il soulignait l’importance de cette année et sa vision selon laquelle elle serait l’année du succès et de la réussite. Idem pour Marc Ravalomanana qui s’est exprimé lors de la présentation de vœux de son parti Tiako i Madagasikara (TIM) à Faravohitra, il s’est dit prêt à redresser le pays. Le chef de l’Etat devait donc à son tour, étant lui aussi un candidat souhaité par son parti pour l’élection présidentielle, aborder le sujet. Selon ce dernier, le temps serait passé trop vite depuis sa prestation de serment qui lui semble « daté d’hier » alors que la date du 24 janvier 2019, date à laquelle son mandat se termine, se rapproche. Après quoi il reviendra au peuple malgache de choisir à nouveau un dirigeant. Face à cela, Hery Rajaonarimampianina a lancé un appel à ceux qui penseraient se présenter afin qu’ils réfléchissent à ce qu’ils ont accompli pour le pays et ce qu’ils pensent réaliser. En soulignant notamment que les candidatures ne devraient pas être motivées par le désir de s’enrichir ou de satisfaction de souhait personnel. Une réelle introspection serait donc de mise pour ceux et celles qui pourraient se présenter contre l’actuel président de la République selon celui-ci. Sans doute un appel également à la population pour qu’elle pèse et soupèse chaque potentiel candidat. Suite à quoi Hery Rajaonarimampianina a martelé que la population avait déjà décidé de mettre sa confiance en lui pour diriger le pays. Une confiance à laquelle il s’attèlerait à mériter en continuant sa tâche chaque jour, avant de conclure que les résultats nécessitent un travail continu. Autant dire un appel lancé pour qu’il puisse entamer un second mandat au nom de la continuité. Pourtant, le régime doit faire face à une nouvelle catastrophe avec le passage du cyclone AVA et semble encore une fois dépassé par les évènements. Ce qui ne peut pas améliorer une popularité déjà au très bas niveau.

Midi Madagasikara18 partages

Projets financés par la BAD : Un séminaire sur la gestion des plaintes, organisé à Yaoundé

La BAD prend au sérieux la considération des plaintes, éventuellement émises, par les personnes ayant subi des préjudices des projets qu’elle finance.

« Gestion des plaintes émanant de personnes ayant subi un préjudice des projets financés par la BAD (Banque africaine de développement ». C’est le thème de l’atelier d’information et d’échange qui se tiendra les 11 et 12 janvier prochains à Yaoundé au Cameroun. L’obligation de rendre compte, la revue de conformité et les approches de résolution des problèmes liés aux plaintes, ponctueront les deux jours de l’atelier, animé par des experts de la Banque, pour sensibiliser les participants à ces enjeux. Les besoins en information/formation sur la médiation en matière de résolution des différends et autres questions litigieuses seront aussi à l’ordre du jour, d’après le programme communiqué par la BAD. Enfin, l’atelier devrait déboucher sur la définition d’un cadre de collaboration entre CRMU et les cellules d’exécution de projet au Cameroun d’une part, et entre CRMU et les organisations de la société civile en matière de vérification de la conformité, de médiation et de facilitation de projets, d’autre part.

Une  quarantaine d’acteurs issus de la société civile, des cellules de gestion de projets, des médias et des pouvoirs publics sont attendus.

Début. D’après les organisateurs, cet atelier entend doter les participants des outils pour prendre en charge et encadrer, en cas de besoin, les doléances des populations désireuses de porter plainte contre d’éventuels effets néfastes induits par des projets que finance la BAD, qui n’aurait pas respecté ses propres règles et procédures en vigueur. « Les projets d’investissement de la Banque africaine de développement se caractérisent par leurs impacts sur les populations bénéficiaires », souligne Sékou Touré, directeur de CRMU. « Exécutés dans des conditions optimales, ces projets améliorent les conditions de vie des populations, en même temps qu’ils contribuent plus largement à l’essor de l’économie des pays africains. Malgré les énormes efforts déployés pour étendre les bénéfices des projets à tous, il arrive que des populations subissent un préjudice lié à ces projets. Dans ce cas, ils peuvent avoir recours à nous et soumettre leur plainte, qui sera traitée conformément aux procédures du Mécanisme indépendant d’inspection (MII) que nous gérons », a-t-il poursuivi. Encore faut-il que le MII soit mieux connu. C’est pourquoi l’Unité de vérification de la conformité et de médiation de la BAD organise une série d’activités de vulgarisation destinées à faire connaitre le MII, son rôle et son importance. Elle travaille aussi à mettre en place des cadres de collaboration avec les acteurs concernés, de sorte que les préoccupations des populations ayant subi un préjudice soient bien prises en compte. A noter que cet atelier de Yaoundé est le premier d’une série d’ateliers du même type qui auront lieu au cours de l’année 2017. Des ateliers similaires avaient déjà été organisés  par CRMU à Ouagadougou  le 4 et 5 avril 2016 ; et à Tunis  les 14 et 15 décembre 2015. L’atelier de Tunis avait un caractère sous régional et avait vu la participation d’une soixantaine de personnes en provenance de quatre pays d’Afrique du Nord – Maroc, Tunisie, Égypte et Mauritanie.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara18 partages

Carrière Ankaraoka Anjozorobe : Des explications du chef de district

Le chef de district (au milieu sur la photo) donnant des explications sur la carrière d’Ankaraoka.

Les différents responsables de la commune rurale de Marotsipohy et du district d’Anjozorobe ont donné leur point de vue concernant la carrière d’Ankaraoka, sise dans la dite commune.  Ranivosoa Harilala Hortense, qui n’est autre que le chef de district d’Anjozorobe, a tenu ainsi à donner des explications sur ce sujet. C’était lors d’une conférence de presse qu’elle a donnée, le week-end dernier, à Andrefan’Ambohijanahary. « Je tiens à donner des explications concernant notamment la sécurité publique à propos des troubles qui se sont produits dans cette carrière. La situation s’est calmée depuis dans cette localité. Des décisions de justice ont été rendues sur cette affaire, et ce sont des hommes nouveaux qui exploitent ce gisement minier actuellement ». Elle lance également un appel aux tenants du pouvoir à se pencher sur ce sujet.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara18 partages

Interview – Jasmin Jasmine : « Il faut apprendre aux enfants à être plus participatifs »

Jasmine, l’amie des enfants !

Le duo Jasmin Jasmine, animateurs de fête, qui a longtemps fait les beaux jours des festivités familiales et d’entreprises, est composé de Jasmin le magicien et Jasmine le clown. En investissant dans ce marché encore très peu exploré, Jasmine donne son point de vue sur le secteur « divertissement pour enfant ». Interview.

 Midi Madagasikara : Parlez-nous de Jasmin Jasmine.

Jasmine : Jasmin Jasmine, c’est un duo que nous avons créé pour animer les festivités pour enfants. Jasmin est un magicien, et Jasmine un clown. J’ai choisi d’être un clown car c’est un personnage que tout le monde reconnaît et commun à toutes les nations. Nous essayons de nous démarquer des autres dans le contenu de ce que nous proposons à travers nos prestations. Jasmine, c’est l’amie des enfants. Elle les fait chanter, danser, jouer, rire… et essaie de les impressionner au mieux. Toutes nos chansons et nos jeux sont à buts éducatif et ludique. Il ne s’agit pas de chanter pour chanter, mais chanter pour véhiculer des messages éducatifs. Et cela, toujours dans un cadre très ludique car il faut avant tout divertir les enfants. A part les animations, nous avons également organisé en 2015 le concours Vato Miteny. Un jeu qui rappelle notre enfance parce que c’est le « tantara vatokely » ou les histoires qu’on raconte à travers des personnages en cailloux. Notre objectif a été de raviver la langue maternelle auprès des enfants, mais aussi d’aiguiser leur imagination. Et ça a plutôt réussi, le concours a été fortement prisé. A part cela, Jasmine chante aussi. Car les chansons font partie des animations. Là encore, on compose nos propres morceaux. En 2016, on a sorti plusieurs chansons dont « Dadabe Noely » à l’occasion des fêtes de Noël. Mais il y a aussi « Biby kely, biby be », qui parle de la protection de l’environnement, ou encore d’autres thèmes comme le droit des enfants.

MM : Pourquoi avoir choisi les enfants ?

Jasmine : J’ai remarqué qu’il y a beaucoup d’artistes et de chanteurs, mais qui s’adressent plutôt aux jeunes et aux plus grands. Il y a vraiment très peu d’artistes qui se spécialisent dans la petite enfance. Si bien qu’il y a vraiment très peu de chansons par exemple, pour les enfants. Et pourtant, nous avons l’obligation de les éduquer, et de leur donner des divertissements à la hauteur de leurs attentes et de leur âge. Moi, je suis mariée et j’ai deux enfants alors je suis très sensible à ce que l’on donne aux enfants.

MM : Comment voyez-vous l’animation pour enfants ?

Jasmine : Franchement, ce n’est pas du tout évident. Je pense même que c’est le public le plus sévère. Déjà parce que les enfants ne se ressemblent pas tous. Chacun leurs habitudes, leur éducation. Et puis, comme ils n’ont pas le même âge alors qu’il faut les amuser tous, ce n’est jamais facile. Selon moi, il faut avant tout de la patience. Les enfants sont concentrés sur quelque chose un moment, mais pas longtemps, alors il faut attirer leur attention ailleurs très vite. Comme ils sont curieux, il faut attiser cette curiosité et les impressionner à chaque fois. Voilà pourquoi il faut tout faire : chanter, danser, jouer, inventer des jeux, faire rire…

MM : Et comment voyez-vous les enfants Malgaches ?

Jasmine : A travers nos multiples expériences, je dirai que les enfants Malgaches sont vraiment très timides par rapport aux enfants étrangers. Il faut vraiment apprendre à nos enfants à être plus participatifs dans ce qu’ils font, et non pas seulement à être de simples spectateurs. Cela les aidera à se responsabiliser davantage. Il faudrait aussi les apprendre à montrer leurs émotions, car souvent, ils restent stoïques, même s’ils apprécient le spectacle. Car les enfants ont une grande place dans le développement de notre pays. Il faut leur apprendre dès leur enfance à s’exprimer. Et leur éducation est de notre devoir.

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

News Mada17 partages

Tapitra ny fety : hodiovina Analakely sy ny manodidina

Miverina amin’ny andavanandrom-piainany amin’izay ny Malagasy. Tapitra ny fety, efa mifarana koa ny tsena manokana ho an’izany fety aman-danonana izany. Hiditra amin’ny fanadiovana ny tanàna ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Hisantatra izany ny boriborintany voalohany, anio.

Tafiditra ao anatin’ny fanadiovana ny tanàna ny fanalana ireo mpivarotra amoron-dalana. Ahina sahady ny mety hisian’ny fifandonana eo amin’ireo mpivarotra sy ny mpitandro filaminana miaraka amin’ny ekipan’ny kaominina, anio.

Efa tamana nivarotra teo ireo mpivarotra nandritra ny herinandro maromaro. Tsy maintsy esorina anefa izy ireo satria tsy ara-dalàna, manimba ny endriky ny tanàna, indrindra mandoto tanàna.

Porofon’izany ny fakobe avelan’ireo mpivarotra amoron-dalana isan-kariva manemitra ny arabe ary entin’ny riaka manentsina ny lakandrano rehefa avy ny orana.

Hiainga eny Ambohijatovo ka hipaka eny amin’ny Garan’i Soarano ny fanadiovana hatao anio.

Hiara-hientana amin’ny fanadiovana ny fokontany Ambodifilao, Tsiazontafo, Faravohitra Ambony, Analakely, Mandrosoa, Tsaralalàna, Ankadivato ary Ambohitsorohitra. Hifarimbona amin’izany koa ireo ekipa avy eny 67 ha, Ampefiloha, Antohomadinika, Antaninarenina, Faritra Afovoany, Andrianjaka, Ambohijatovo, Petite Vitesse, Tsena Analakely, Tsaralalàna, Lalana Andrianampoinimerina, Amparibe, Faritra Tsenabe, Ambalavao Ambodin’Isotry ary ireo mpivarotra manodidina.

Manomboka amin’ny 6 ora sy sasany maraina ny fanombohan’ny asa fanadiovana.

Tatiana A

Midi Madagasikara17 partages

Education : Coup d’envoi pour le deuxième trimestre

Le deuxième trimestre ne s’achèvera que le vendredi 7 avril 2017.

C’est la rentrée pour les élèves. C’est le moment pour eux d’affronter la période la plus longue et la plus dure de l’année scolaire.  

C’est parti pour le trimestre le plus long de l’année pour les élèves des écoles publiques et celles des privées. Ils retournent tous sur les bancs de l’école à partir de ce jour. Ces élèves de la petite section jusqu’à la classe de terminale vont passer presque quatre mois à l’école durant ce deuxième trimestre, selon le calendrier scolaire mis en vigueur par le ministère de l’Education Nationale (MEN). Place aux choses sérieuses. «Comme toujours, le deuxième trimestre est la période la plus longue et la plus dure pour les élèves. C’est pendant ce temps que les élèves découvrent en général les nouveaux éléments du programme scolaire. C’est la base de la réussite», confie Tanjona Hariniaina, un enseignant dans l’un des grands lycées de Tana. Toutefois, les élèves auront quand même droit à une petite pause de trois jours à l’occasion des journées des écoles qui se tiendront les 15-16 et 17 février prochains. Une petite pause bien méritée avant de passer à l’étape finale: le troisième trimestre qui sera précédé par les vacances de Pâques, du 8 au 10 avril 2017.  

Avancées. Dès le début de ce dernier trimestre, tous les niveaux, en particulier les classes d’examen, devront avoir achevé leur programme scolaire. Ceci, afin d’éviter que les élèves ne soient confrontés à du jamais vu durant les examens officiels. Ce qui devrait également permettre aux élèves d’avoir suffisamment du temps pour les révisions. A titre de rappel, le troisième trimestre s’étalera du mercredi 19 avril jusqu’au vendredi 30 juin 2017. Et rappelons également que les dates des examens officiels pour la session 2016-2017 sont fixées comme suit: le 20 juin pour le CEPE, le 3 au 6 juillet pour le BEPC. Et le Baccalauréat général est programmé pour le mois d’août 2017. Ce qui est sûr, c’est que les dates des examens officiels ont été avancées cette année. Bref, qui dit rentrée scolaire des élèves dit embouteillages. Ceux qui ne voudront pas être en retard à leur rendez-vous ont intérêt à prendre de l’avance.  

Arnaud R.

Midi Madagasikara17 partages

Chronique de Mickey : Ce que nous allons vivre en 2017

Il n’est pas besoin d’être prophète pour supposer ce qui va se passer en cette nouvelle année. Le bon sens nous dit :

Dans le monde d’abord, Trump et Poutine vont rejouer le jeu de la guerre froide, les deux vont raviver les tensions régionales et nationales, et celles-ci ne vont retomber que lorsqu’une nouvelle donne s’imposera. Le partage « global » du monde en deux blocs comme d’avant la chute du mur de Berlin va se produire. A la seule différence que cette fois-ci, la confrontation ne sera plus sur le plan idéologique « Une vision sociétale » mais d’un modèle de « Nationalisme exacerbé » dont la Grande Russie et l’Amérique de Monroe revisitée (l’Amérique aux Américains) seront les deux leaders. Ils seront les seuls gendarmes respectifs des deux ensembles. Cette nouvelle situation se fera évidemment au détriment de la Chine, de l’Europe (appelée à se disloquer) et des supposés autres pays émergents. Toutes velléités d’hégémonisme de leur part seront minées soit de l’intérieur soit de l’extérieur. Le grand Marx avait raison quand il parlait d’équilibre instable et de l’impérialisme, comme stade suprême du capitalisme, mais cette fois-ci il n’est plus question de « Social Impérialisme ».

Ici, chez nous la vie va couler comme un long fleuve tranquille. Aujourd’hui comme hier, sur le plan politique, il n’y aura rien de nouveau. Comme d’habitude, la précampagne permanente  du parti au pouvoir va s’intensifier davantage à deux ans des échéances électorales. Le scénario reste inchangé : Plébiscite pour une candidature du chef au niveau régional, d’abord, pour faire discret et officiel à la fois, puis, appels pieux des chefs traditionnels pour avoir l’onction des ancêtres, ensuite, prolifération d’organisations priant instamment le président de se représenter et enfin, la grand-messe nationale dans la capitale dans un décor d’apothéose pour couronner le tout. La suite ne sera comme toujours qu’une suite de formalités jusqu’à l’intronisation.

Mais du point de vue conjoncturel, la hausse des prix va aller en croissant, inflation provoquée par la mise en marche de la planche à billets. Les autorités vont augmenter la masse monétaire espérant ainsi une relance de l’économie. Mais la démarche semble être contre productive puisque la production nationale ne va pas dans le même sens, d’une part, et la spéculation sur l’injection de devises par les bailleurs de fonds est bien hasardeuse, d’autre part. Pourquoi ? Parce que leurs octrois ne se feront pas de si tôt, ou se feront avec parcimonie. Quand bien même, quand ces euros ou dollars seront là, la dévaluation rampante due à cette hausse artificielle de la masse monétaire va annihiler toute tendance à investir ce qui n’impactera ni sur la production ni sur l’emploi. Conclusion, sur le plan économique aucune amélioration ne peut être attendue.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara16 partages

Groupe BGFI Bank : 450 collaborateurs volontaires pour Madagascar et 9 pays d’Afrique

L’appui à l’éducation et à la formation figure parmi les activités des volontaires du Groupe BGFI Bank.

Madagascar, Cameroun, Bénin, Guinée Equatoriale, Côte d’Ivoire, Congo, Gabon et Sénégal. Ce sont les pays où les volontaires du Groupe BGFI Bank ont mené des actions de solidarité. Chaque année, ce Groupe s’associe à la journée mondiale de la solidarité à travers l’organisation du BGFIDay. « Il s’agit d’une journée de solidarité au profit de ses communautés d’accueil, dans l’ensemble de ses 11 pays d’implantation. Le Groupe confirme ainsi son engagement sociétal initié en 2006 à travers son adhésion aux dix principes du Pacte mondial des Nations Unies. La 2ème édition du BGFIDay qui s’est déroulée le 10 décembre dernier a mobilisé près de 450 volontaires », ont déclaré les organisateurs de l’événement. Cette journée solidaire, prise pour certains collaborateurs sur leur temps de travail, s’inscrit dans le cadre du programme « Act » initié par la Fondation BGFIBank. D’après les explications, « Act » est un programme complet qui contribue, entre autres, à pallier le manque de bénévoles dont souffrent généralement les associations. Il matérialise par ailleurs l’engagement individuel et collectif des collaborateurs, aux côtés des acteurs qui œuvrent au quotidien pour plus d’équité sociale. En 2015, ce sont au total, 320 collaborateurs qui ont participé à cette journée, offrant ainsi plus de 1 280 heures de bénévolat, pour affirmer plus que jamais les valeurs qui animent leur culture d’entreprise.

Social. En adéquation avec les valeurs de travail et d’esprit d’équipe du Groupe, « BGFIDay » a été une réelle journée d’investissement bénévole, pour la réalisation d’actions porteuses de sens, au profit des communautés d’accueil du Groupe BGFIBank, dans ses pays d’implantation. « Chaque année, les employés de BGFI consacrent une journée pour se mettre au service d’associations. Terres Rouges a été choisie pour la deuxième année consécutive. Nous remercions vivement le personnel de BGFIBank, qui a mis à profit cette journée spéciale pour offrir une bibliothèque complète à nos enfants du Centre Résidentiel », témoigne Bernard Noël, bénéficiaire et membre de l’association Terre Rouge au Bénin. Temps fort de l’engagement social du Groupe BGFIBank, le « BGFIDay » a pris cette année une nouvelle dimension avec un accent particulier porté sur l’éducation et la formation, notamment des plus démunis, cheval de bataille de sa fondation. Une belle mobilisation qui a permis aux quelques 450 volontaires présents sur le terrain de mettre la main à la pâte, durant une journée, aux côtés de 13 structures éducatives et associatives, en donnant de leur temps et de leur énergie. Au nombre des actions entreprises, on peut citer la restauration complète d’une école publique au Cameroun, la création et l’équipement d’une bibliothèque au profit des enfants vulnérables au Bénin, des dotations diverses en matériels scolaire et informatique dans des établissements scolaires en Guinée Equatoriale, en Côte d’Ivoire et à Madagascar, l’équipement d’orphelinats au Congo et au Gabon, la dotation d’une maternité en kits d’accouchement au Sénégal.

Recueillis par Antsa R.

News Mada15 partages

Fitsaram-bahoaka sa haintrano toy ny rehetra? : kila forehitra ny biraon’ny Jirama, Andapa

Nijoalajoala ny afo! Kila hotohoton’ny afo ny biraon’ny Jirama ao Andapa omaly tamin’ny 11 ora antoandro. Tsy fantatra hatreto ny anton’ny fahamaizana…

 

Naharitra 30 mn teo ho eo ny firehetan’ny biraon’ny Jirama ao Andapa nandritra ny fahamaizana, omaly antoandro. Araka ny fanazavan’ireo mpiasan’ny Jirama ao Andapa, tsy fantatra izay antony nahatonga ny fahamaizana fa ny afo nijoalajoala narahina setroka maintibe no nahataitra ireo eo amin’ny manodidina ity birao nirehitra ity. Voalaza fa birao ny trano fipetrahana ity kilan’ny afo ity. Nalaky ny fiitaran’ny afo satria trano hazo avokoa ny ampahany amin’ny trano ka nanamora ny fiitaran’ny afo ary niitatra tamin’ny andrin-jiro lehibe manoloana ity birao ity. Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo olona eo amin’ny manodidina satria saika niitatra tamin’ireo trano mifanila amin’ilay birao ny afo raha tsy vetivety voavonjin’ny fokonolona ny afo. Nisy fahatapahan-jiro nandritra ny ora maromaro tao an-toerana ka  nitranga tamin’izany ity fahamaizan’ny birao ity, araka ny fanazavan’ireo olona any an-toerana. Vokany, kila tsy nisy noraisina intsony ny entana rahetra tao an-trano miampy ny antontan-taratasy rehetra momba ny Jirama. Misokatra ny fanadihadiana momba ity fahamaizana tampoka ity eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ao Andapa. Tsy tongatonga ho azy izao fahamaizana izao. Nisy nandoro sa fahamaizana toy ny fahamaizana rehetra? Matetika miakatra tampoka koa ny tanjaky ny herinaratra rehefa miverina ny jiro aorian’ny delestazy. Kanjo ny Jirama ihany no tratran’izany tany Andapa.

Jean Claude

Midi Madagasikara15 partages

OMDA : Plus de rigueur pour cette année

Haja Ranjarivo, Directeur de l’OMDA, veut plus de contrôle pour cette année.

Avec les remous et les vagues qui ont entaché à la fois le directeur de l’OMDA (Office Malgache des Droits d’Auteur), Haja Ranjarivo, et l’institution en soi, l’heure est, pour 2017, au travail. Pour cette nouvelle année, le directeur entend mettre les bouchées doubles dans la rigueur et le contrôle, notamment en province. Plus de suivi, de recouvrement, et bien sûr un contrôle ferme au niveau financier. Pour cela, l’OMDA prévoit plusieurs vagues de renforcement de capacité auprès du personnel. Car son objectif sera d’étendre encore plus le réseau de recouvrement. D’ailleurs, les artistes, partie prenante dans le fonctionnement de l’OMDA, sera plus minutieux dans ce travail, notamment à travers le syndicat. Par ailleurs, l’OMDA prévoit d’améliorer son image auprès du grand public. Ainsi, une grande campagne de communication sera programmée cette année, pour informer et sensibiliser sur le rôle et la fonction de l’OMDA. En somme, une année riche en perspectives où tout semble rentrer dans l’ordre !

Anjara Rasoanaivo

News Mada14 partages

R. Pety : « Fampandriana adrisa ny kabarin’ny filoha »

« Diso fanantenana ny olona, fa kabary mampandry adrisa. Telo taona no nitondran’izao fitondrana izao, tsy fotoana anaovana hoe ampitso sy rahafakampitso izao: inona no natao tao anatin’izay telo taona izay? »

Fanehoan-kevitry ny filohan’ny antoko Tambatra, Rakotoniana Pety, teny Anosy, afakomaly, io, momba ny kabarin’ny filoha teny Iavoloha. Mbola manao kabary hoe mahazo manantena ianareo vahoaka ny mpitondra. Tsy izay intsony izao fa hoe izao no atao na izatsy no atao. Izay no andrasan’ny vahoaka.

                 

Tsy madio amin’izay lazainy ny filoha

 Efa nisy fahadisoana teny aloha, ohatra, ny politika momba ny angovo. Marina izany. Tsy mampahadio ny filoha sy tsy mahafaka ny andraikiny izany, araka ny fanazavany. Efa minisitry ny Fitantanam-bola tamin’ny Tetezamita ny filoha.

« Fantatrao fa tsy voavahanao ilay izy, fantatrao fa zavatra tsy maintsy atrehina izany. Nampanantena ange ianao tamin’ny fampielezan-kevitra fa afaka ao anatin’ny telo volana ny delestazy. Iza no nanery anao hoe ataovy telo volana? Telo taona izany izy izao », hoy izy, momba ny delestazy. Nefa ambara any am-pitsidiham-paritany fa kely sisa dia ho nofinofy izany delestazy izany.

R. Nd.

Midi Madagasikara14 partages

Nécessité de rectifier le tir

Les observateurs de la vie politique malgache ont à plusieurs reprises fait remarquer que le président de la République ne semblait pas conscient des bévues commises par son régime. Les propos tenus par ce dernier lors de ses apparitions publiques donnaient à penser qu’il n’y avait péril en la demeure et que les critiques faites n’étaient pas justifiées.

Nécessité de rectifier le tir

Le discours du chef de l’Etat lors de la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha a permis de constater qu’il paraissait décidé à défendre les actions entamées par son équipe. Dans un premier temps, il a parlé des perspectives d’avenir et s’est élevé contre ce qu’il appelle « ady lahy politika » ou politique politicienne, frôlant la mauvaise foi. Et puis, il a quand même mis de l’eau dans son vin en concédant indirectement qu’il avait des brebis galeuses dans son entourage. Ceux qu’il a qualifiés de « mpamosavy malemy » sont des membres de son équipe qui ternissent son image et qui semblent le desservir auprès de la population. Aujourd’hui, il est donc conscient que tous les beaux projets qui ont été conçus risquent de ne pas être réalisés s’il continue à faire confiance à certains beaux parleurs de son entourage. Ces propos qu’il a tenus à Iavoloha préfigure-t-il une véritable réorganisation de son équipe de conseillers ? En tout cas, le résultat de l’action menée jusqu’à présent ne plaide pas pour eux. Néanmoins, certains observateurs se demandent s’il ne s’agit que d’une mise en garde envers ceux qui ont dépassé les bornes. Si c’est le cas, il ne devrait pas y avoir de changement notoire dans la manière de conduire les affaires de l’état. Et pourtant, la situation actuelle exige une véritable prise de décision. 2017, disent les thuriféraires du régime, devrait être l’année des grandes réalisations. Mais, pour ce faire, il faut une politique volontariste, menée par des dirigeants conscients de leurs responsabilités. Nul ne sait si le régime va en prendre le chemin.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza12 partages

Razanamahasoa ChristineKabary volan-kakafotra ny an’ny filoha

Tsy mbola mitsahatra mihitsy hatreto ny amin’ny fanehoan-kevitra samihafa taorian’ny kabary nataon’ny filohan’ny Repoblika Hery Rajaonarimampianina farany teo teny Iavoloha tamin’ny zoma 6 janoary 2017 lasa teo.

Anisan’izany ny nambaran-dRtoa Christine Razanamahasoa mpitondra tenin’ny MAPAR nilaza fa kabary volan-kakafotra ireny nataon’ny filoha Hery Rajaonarimampianina ireny ka tsy misy fiovana fa ny teo ihany no teo. Nambarany fa tsy misy afa tsy ny resaka fisondrotan-karama 7 %  an’ireo mpiasam-panjakana sy fanalefahan-tsazy efa mahazatra homena ireo ampahana gadra no nasongadina tamin’iny kabary iny nefa ny tena nandrasan’ny vahoaka dia ny finiavana hanambarana mazava ny hampiasana an’ireo vola 10,2 miliara dolara, voatonontonona tany Paris fa ho azon’ny firenena Malagasy tamin’ny firesahana tamin’ireo mpamatsy vola avy any ivelany, mba hisy fiantraikana amin’ny andavanandrom-piainan’ny vahoaka Malagasy efa tena sahirana tanteraka.

Ntsoavina Evariste

News Mada11 partages

Barikadimy – Toamasina : tratran’ny lozam-piarakodia ny filoha lefitry ny Oniversite

Torana tsy mahatsiaro tena ao amin’ny hopitalin’i Moramanga hatry ny omaly, ny filoha lefitry ny Oniversite Barikadimy Toamasina, ny Profesora Solohery vokatry ny lozam-piarakodia nahazo azy sy vady aman-janany tao Antongobato, omaly tolakandro. Sojaben’ny sampam-pianarana fitsaboana izy sady mpitsabo miasa ao amin’ny Hopitalibe Toamasina. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, nandeha fiara 4×4 hiakatra aty an-drenivohitra izy sy ny vady aman-janany no nifandona tamin’ny kamiaobe nitondra kaontenera tao anaty fiolahana. Voalazan’ny zandary nanao fanadihadiana fa somary nangalatra lalana ilay kamiaobe ka nifatratra tany amin’ilay fiara 4×4. Hidina ho any Toamasina kosa ilay kamiaobe. Naratra ihany koa ny vady aman-janany saingy tena voa mafy ny Profesora Solohery. Potika tanteraka ilay fiara 4×4. Mampitaraina ny mpandeha eny amin’ny lalam-pirenena ireny kamiaobe mifamezivezy ireny satria ireny ihany matetika no mahatonga ny lozam-pifamoivoizana.

Sajo sy J.C

Midi Madagasikara9 partages

Coupe de France – 32e de finale : L’Excelsior de Bota chute à Lille

Pas de miracle pour les Réunionnais de l’Excelsior qui ont essuyé une raclée de 4 buts à 1 chez les Lillois.

C’était samedi à Lille avec Dimitri Payet qui a joué dans les deux clubs et qui s’est déplacé pour donner le coup d’envoi de ces 32e de finale de la Coupe de France.

Une issue logique sinon rendue encore plus lourde par le froid qui régnait à Lille, près de 30° C d’écart pour être précis, et donc inhabituel pour le gardien malgache Bota Raharison, l’ancien portier du onze malgache, et ses amis qui peuvent se consoler du fait qu’ils ont été hébergés à Clairefontaine, le temple de l’équipe de France. Un privilège qui n’a pas pu empêcher le naufrage assez prévisible car plusieurs divisions séparaient les deux équipes. Sur le papier en effet, Lille est en première division tandis que l’Excelsior est en Division Honneur c’est-à-dire à la 6e division française.

Mais autant le dire que c’est déjà un exploit pour ces Réunionnais d’arriver à ce stade de la compétition car ils ont franchi deux tours notamment face à Avoine OCC qu’ils ont battu par 1 à 0 mais aussi l’équipe de Mulhouse sortie sur le score de 2 à 1.

Malgré leur défaite, les Tangos vont certainement rentrer dans leur île avec les honneurs, ne serait-ce que par le fait qu’ils n’ont, à aucun moment, cherché à fermer le jeu, se gardant de défendre massivement comme cela aurait dû être le cas.

Mais que Bota se rassure car son club n’est pas le seul à connaître le même sort puisque des grands de la Ligue 1 peuvent aussi perdre.

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Une doublette Boss pour célébrer les 20 ans de Carlos Rakotoarivelo

20 années de pratique. Au plus haut niveau qui plus est. Cela ne s’oublie pas. Et c’est ce qu’a l’intention de faire le champion du monde Carlos Rakotoarivelo.

Carl selon ses amis, entend en effet donner un éclat particulier au tournoi Double Boss qu’il organise les 14 et 15 janvier au CBT et rentrant dans les festivités marquant ses 20 années de pratique.

Parmi les premières mesures figurent en effet le choix du Boss, un vrai, qui sera associé à un joueur de l’élite. « Je veillerais personnellement au respect de ce critère », annonce-t-il avant d’aborder les prix qui sont des grandes coupes et 3 millions d’ariary pour les vainqueurs contre deux coupes et 1 million d’ariary pour les seconds tandis que les troisièmes et quatrièmes recevront 500 000 ariary de chaque.

Bref, un tournoi richement doté même si ce n’est pas le plus important car Carlos Rakotoarivelo mérite qu’on le soutienne à fond en retour de ce qu’il a donné à la pétanque.

Champion de Madagascar junior en 1996 pour ses débuts à Mahajanga, Carl est devenu champion de Madagascar en triplettes en 2000 sous les couleurs de HULA aux côtés de Nanou, Hugues et Tintin. Il ravit son second titre de champion de Madagascar en 2007 avec Mamy et Nanou avant de décrocher le titre de vice-champion du monde en 2008 à Pattaya en Thaïlande avec Jacky Be, Nanou et Mamy. Une année faste car outre un troisième titre de champion de Madagascar, il a décroché dans la foulée le titre de champion du monde du tir de précision.

Comme l’air de Thaïlande lui réussit bien, Carlos Rakotoarivelo a gagné par deux fois, en 2014 et 2016, les Masters de Pattaya dont le dernier avec Jean, Amir et Naina Ragasy.

Pour revenir au tournoi du 14 et 15 janvier, le droit d’inscription, recevable le premier jour de la compétition, s’élève à 200 000 ariary par équipe.

Clément RABARY

Ino Vaovao8 partages

TSY RAHARAHAIN’NY FANJAKANA LOATRA : Tsy afa-bela amin’ny asan-dahalo ny Distrikan’i Mandoto

Raha iny faran’ny taona iny no tombanana dia tsy nisy fety hoan’ny mponina sasany mihitsy ny asan-dahalo fa nifandritaka tamin’ny dahalo no nataon’ny mponina. Toerana maromaro mantsy no nanaovan’ny dahalo ny asany tamin’iny ka hatramin’ny taorian’ny taom-baovao aza izany.

Raha ny Fanjakana dia resaka ka atao ny ady amin’ny dahalo fa ny fanatanterahana izany aloha dia mbola aotra tanteraka fa matetika dia ny fokonolona ihany aza no miaro ny ombiny, ka rehefa matiny noho ny hatezerana ireo dahalo dia ny fokonolona indray no hamenoan’ny mpitandro filaminana ny fonja fa ny dahalo miriaria any ihany ary mamerina ny ataony hatrany avy eo.

Raha ny nitranga tany amin’ny Distrikan’i Mandoto, ny faran’ny taona, dia tao amin’ny Fokontany Soanafindra no notafihin’ny dahalo am-polony ka ny zanakavavin’ny tompon’omby no nasain’izy ireo namoaka ny omby tao am-bala, izay niisa 10 fa ireo dahalo kosa miandry amin’ny basy ny vatan-dahy tsy hihetsika ka rehefa tafavoaka ireo omby dia lasa ireo dahalo ary tsy nisy azo natao.

Andro vitsy nialoha an’io ihany koa dia tao amin’ny Kaominina Ambohitrandriana, Kaominina Vasiana no nisy asan-dahalo ka nisy fifanandrinana mihitsy teo amin’ny fokonolona sy ny dahalo satria tsy nanaiky mora ny mponina.

Vokany dia nisy mihitsy ny dahalo matin’ny mponina tamin’izany saingy noentin’ireo dahalo nitsoaka ihany izany saingy nisy ihany koa ny fahavoazana tamin’ny tompon’omby izay voatifitra ary efa manaraka fitsaboana amin’izao fotoana. Teo moa dia vaky tady ireo dahalo ka tsy nahazo omby aloha saingy azo antoka fa tsy maintsy hisy valifaty hataon’izy ireo rehefatahaka izao.

Fa ny talata 03 janoary 2017 lasa teo dia mbola nisy indray ny fanafihan-dahalo tao amin’ny Fokontany Mahalavaolona, tsy ampy 1 km miala ny renivohitry ny Distrika, ka dahalo niisa 4 no nanafika tamin’izany ka omby 4 no lasan’ireo dahalo satria tsy sahy nanohitra ireo fokonolona noho ny fisian’ny basy narangarangan’ireo dahalo ka dia lasany ireo omby. Taorian’izay vao nifamory ny vatan-dahy nanao fanarahan-dia saingy ny amin’ny fatin’ny omby iray novonoin’ireo dahalo nakany hena hohaniny ihany sisa no hitan’ny fokonolona, ka dia io no nifampizaran’ny olona sisa.

Voalazan’ny loharanom-baovao fa misy kizo, izay fantatry ny olona sy ny mpitandro filaminana any an-toerana eo ampitan’ny reniranon’i Kitsamby, izay fantatra fa raha vao tonga ao ny omby dia very tsy hita avokoa, saingy tsy mbola nisy sahy namaky izany aloha hatramin’izao satria raha tisahivina dia tao no nahafaty ilay manamboninahitra iray tao amin’ny holafy 109 ao Mandoto, vao tsy ela akory izay ary dia ao hatrany no ampidiran’ny dahalo ny omby azony rehefa avy miremby izy ireo.

Io no mahatonga ny olona ho tsy matoky ny mpitandro filaminana satria izy ireo manam-basy aza tsy sahy mifanehatra amin’ny dahalo, mainka fa ny fokonolona tanam-polo, hany ka izay azon’izy ireo dia vitainy avy hatrany amin’ny fitsaram-bahoaka.

Tiaray.R

Midi Madagasikara8 partages

CAN Kitra Orange : La ligue d’Analamanga fidèle au rendez-vous !

Comme à chaque Coupe d’Afrique des Nations, la Ligue d’Analamanga organise en parallèle un tournoi du même genre avec 16 équipes participantes et portant les noms des pays qualifiés pour la CAN Total 2017 au Gabon. Du pareil au même sauf qu’à la place de Total, le président de la Ligue d’Analamanga, Henintsoa Rakotoarimanana a choisi Orange pour cette belle fête qui aura pour cadre le nouveau terrain synthétique de Père Pedro à Akamasoa.

Il va sans dire que la Ligue d’Analamanga va travailler la main dans la main avec Orange mais aussi avec le ministère de l’Education Nationale puisque les participants seront issus des Lycées publics et privés de la capitale.

Un nouveau challenge en fait pour ces établissements qui auront là une belle occasion de booster leur passion pour le football avec l’aide d’Orange qui comme à son habitude, se chargera d’habiller ces jeunes lycéens pour faire plus vrai.

Le match d’ouverture du 14 janvier opposera les techniciens de la Ligue et les joueurs d’Orange Madagascar à l’équipe du ministère de l’Education Nationale.

A noter que les inscriptions se feront au siège de la Ligue d’Analamanga à Mahamasina où va se tenir également la réunion des participants pour le 10 janvier prochain.

Pour rendre l’ascenseur à Père Pedro, la Ligue d’Analamanga organisera en parallèle à cette CAN Kitra Orange un stage de formation pour les arbitres et les entraîneurs du centre à titre gracieux.

Clément RABARY 

News Mada7 partages

Institution : la CNIDH en quête de Président

Les commissaires chargés de veiller au respect des droits de l’Homme se projettent à élire leur chef de fil cette semaine.

Plus de deux mois après leur entrée en fonction officielle, la Commission nationale indépendante pour les droits de l’homme (CNIDH) ne dispose pas encore d’Exécutif. Cette entité pourra finalement décider de s’y pencher dans les jours à venir. C’est ce qu’a fait savoir, en tout cas, une source auprès de cette commissaire en charge des droits de l’Homme et que, jusqu’ici, la liste des candidats s’avère être nombreux.

La CNIDH dispose, en effet, d’un bureau Exécutif qui se charge de faire fonctionner l’institution. L’article 16 de la Loi 2014-007 portant institution de la Commission stipule que «Le Bureau Exécutif de la Commission est composé du Président, du Vice-président assisté et d’un Rapporteur» et que «Les Vice-président et le Rapporteur sont nommés par le Président après élection par ses pairs». Le Bureau Exécutif est, en effet, chargé d’élaboration et l’adoption du budget, de la décision de modalités de fonctionnement de la Commission, de l’établissement de l’ordre du jour et de la préparation de rapport.

Consultatif

Toujours selon cette disposition, la Commission peut, par ailleurs, désigner certains de ses membres pour constituer en tant que de besoin des groupes de travail chargés d’étudier les questions spécifiques et de lui présenter toutes recommandations utiles. Notons que la Commission est chargée, entres autres, de promouvoir et protéger tous les Droits de l’Homme sans exception, de formuler des avis à l’Exécutif concernant les libertés fondamentales et les Droits de l’Homme, d’élaborer des rapports sur la situation nationale, de promouvoir et assurer l’harmonisation des lois, des règlements et des pratiques nationales avec les instruments sous régionaux, régionaux et internationaux , d’interpeller l’Exécutif et ses démembrements sur les situations de violation des Droits de l’Homme ou encore de sensibiliser  l’opinion publique, notamment par l’information, l’éducation et en faisant appel, entre autres, à tous les organes de presse.

Jao Patricius

News Mada6 partages

Vakinankaratra : expulsion imminente à Andranobe

La commune urbaine d’Antsirabe tend à devenir un foyer de litiges fonciers depuis quelques mois.

Les occupants du terrain communal d’Andranobe réfutent actuellement la convention passée avec la ville d’Antsirabe pour s’opposer à la reprise du domaine par son propriétaire légal. La commune urbaine d’Antsirabe qui  projette de mettre une partie de son terrain en location à une société privée locale voulant investir dans des cultures d’exportation se heurte à une forte opposition de ceux qui l’occupent. Le projet ayant des impacts directs dans la ville par la création d’emploi qu’il peut engendrer, les responsables communaux ont décidé de camper sur leur position pour déloger ces occupants au profit de la société privée prévue exploiter le terrain.

Une décision d’intérêt public.

La population d’Andranobe se dit propriétaire du terrain occupé actuellement en considérant sa mise en valeur comme preuve. Contradictoirement, elle reconnait le droit de la commune sur ce terrain titré et borné à son nom avant son installation. La commune urbaine d’Antsirabe est d’ailleurs en possession des contrats ayant autorisé leur occupation stipulant qu’ils évacueront volontiers les lieux au cas où le propriétaire en aura besoin. La décision de la commune de céder le terrain aux investisseurs privés entre dans le cadre du développement socio-économique de la ville d’Eaux, d’après les explications des proches du maire. Le projet à réaliser sur une superficie de 24 hectares de terrain faisant l’objet de la location permettra de résorber en partie le chômage dans la capitale du Vakinankaratra pour les besoins de main-d’œuvre générés par la production en plus du flux de capitaux issu de  l’investissement.

Priorisant l’intérêt public dans la situation, la commune urbaine d’Antsirabe déclare être prête à défendre sa position par tous les moyens, le bien immobilier  mis en jeu étant sa propriété légale.

Manou

 

L'express de Madagascar6 partages

Douanes – Au moins 27 kilos d’or saisis en 2016

Des trafiquants ont tenté d’exporter illégalement plus de 27 kilos d’or au cours de l’année 2016.

Des trafics d’or interceptés. L’adminis­tra­tion douanière a mis à nu plusieurs cas de trafics d’or au cours de l’année 2016. Les douaniers ont saisi au moins 27 kilos de métal jaune l’année dernière. Un des plus gros coups de filet est sans doute l’affaire des dix huit lingots d’or pesant au total 24,760kg d’une valeur estimée à 2.8 milliards ariary.Les lingots ont été découverts le 29 septembre sur un ressortissant malgache qui devait embarquer à bord du vol KQ260 de Kenya Airways à destination de Nairobi. « Ils étaient disposés minutieusement dans un carton d’électroménager, puis placés dans un bagage à main. Le passager a été intercepté sur le tarmac de l’aéroport, après être passé être différentes procédures de contrôles aux frontières », avait expliqué Haja Miarantsoa Rakoto­arimalala, receveur des douanes à l’aéroport d’Ivato.Cette affaire n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. Selon un document de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), « malgré l’interdiction d’exportation de ce métal jaunes, les Nations Unies  évaluent  la  valeur des exportations  de  Madagascar à18 mil­lions  USD en  2012, ce  qui équivaudrait  à 600 kg  d’or  et pourrait représenter plus de 790 millions MGA de redevance ».Mais ce chiffre a été réactualisé plus tard par la conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)  qui estime pourtant que la valeur des exportations d’or vers le reste du monde est estimée à 75,21 millions de dollars en 2012.

Semi œuvrésMalgré la levée de cette interdiction d’exportation en septembre 2015, des trafics d’or s’opèrent en plein jour. Puisque d’autres cas de tentatives d’exportation illicite ont été mis à nu à l’aéroport d’Ivato.  Le 17 mars, les agents des douanes de cet aéroport ont découvert sur quatre ressortissants sri-lankais un kilo d’or et des objets en or. Pour éviter la découvertede l’or lors de la fouille, les quatre présumés trafiquants ont porté chacun 250gr d’or. Les contrebandiers devaient prendre le vol de Kenya Airways à destination de Nairobi.Quelques jours après, 2,525 kg d’or ont été découverts à l’aéroport d’Ivato sur un ressortissant indien qui voulait se rendre à Mumbai, en empruntant le vol de la Turkish Airlines.Le mercredi 20 avril, un ressortissant indien de passage à Madagascar a tenté de passer la frontière avec un collier et deux bagues semi-œuvrés, pesant au total 355 grammes. Les marchandises ont été confisquées par la douane, tandis que l’auteur du trafic a opté pour la voie transactionnelle et a pris son vol.

Lova Rafidiarisoa

News Mada5 partages

Fiaraha-miasan’i Sina sy i Madagasikara : hatsangana ny vovonana hifampidinihana amin’izay atao

 Ahoana ihany ny amin’ireo Sinoa mitrandraka harena an-kibon’ny tany saika  manerana an’i Madagasikara ireto? Hatsangana ny vovonana hifampidinihana amin’izay atao…

 

« Karazana tondrozotra iray mamaritra vovonana fifampiresahana amin’izay asa sy fanampiana hataon’i Sina amin’i Madagasikara ny fanaovan-tsonia nataonay roa tonta. Hahazoana manamafy ny fiaraha-miasantsika sy ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny Raharahm-bahiny roa tonta izany. »

Io ny fanazavan’ny minisitry ny Raharaham-bahiny malagasy, Atallah Béatrice, taorian’ny fanaovan-tsonia ny fiaraha-miasa tamin’ny minisitry ny Raharaham-bahiny sinoa, Yang Xiaorong, izay tonga eto Madagasikara, afakomaly. Sehatra dimy no hanampian-dry zareo an’i Madagasikara, araka ny fihaonany tamin’ny filoham-pirenena malagasy, teny Iavoloha: fanorenana fotodrafitrasa, fitaterana, fiompiana, indostria, jono.

Mihamafy ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta

Anjaran’ny Malagasy ny mijery izay laharam-pahamehana sy izay hahazoan’i Madagasikara sy ny vahoaka tombony amin’izay fiaraha-miasa izay, araka ny fanazavan’ny minisitra.  Nandritra ny 20 taona ny minisitry ny Raharaham-bahiny sinoa, nametraka ao anatin’ny fifandraisany amin’ny any ivelany: mitsidika firenena afrikanina dimy isan-taona, ary nataony voalohany amin’ity taona ity i Madagasikara, ankoatra an’i Zambia, i Tanzania, i Nizeria, i Congo.

Midika fanamafisana ny fiaraha-miasa amin’ny Sinoa ny anton-diany izao. Nanolotra vola 1 miliara Ar hanatsarana ny biraon’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny, Anosy, ry zareo Sinoa. Eo koa sambo roa hanaraha-maso ny sisin-dranomasina malagasy.

Fantatra fa hankalazaina manokana ny faha-45 taon’ny fifandraisana eo amin’i Madagasikara sy i Sina, nanomboka tamin’ny taona 1973, izay hanasana ny filohan’ny Repoblika entim-bahoakan’i Sina ho tonga eto Madagasikara amin’ny taona 2018.

Tsy maintsy manaraka ny lalàna malagasy sy ny fomba amin’ireo toerana anaovana fitrandrahana kosa ry zareo Sinoa vao afa-manao fitrandrahana, ary mila mahazo alalana amin’ny tomponandraikitra isan’ambaratonga amin’izany.

Hazava sy hilamina tanteraka amin’izay ny amin’ny fitrandrahan’ny Sinoa harena an-kibon’ny tany etsy sy eroa saika manerana an’i Madagasikara?

R. Nd.

News Mada5 partages

Rakotomamonjy Jean-Max : « Mivoha ho an’ny mpanohitra ny Antenimierampirenena »

Telo taona izay, tsy hita ihany izay tena misy ny mpanohitra hoe ara-dalàna eny anivon’ny andrimpanjakana. Nefa voalaza fa mivoha ho an’ny mpanohitra ny Antenimierampirenena.

« Ny amin’ny solontenan’ny mpanohitra, tsy araka ny fitenenan’izay milaza azy ho mpanohitra hoe mandà na mankasitraka ny hisian’izany ny filohan’ny Antenimierampirenena. Raha milaza ry zareo fa feno ny fepetran’ireo izay milaza azy ho mpanohitra hiditra ao amin’ny Antenimierampirenena, miditra izy. »

Izay ny valin-tenin’ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, tamin’ny mpanao gazety teny Iavoloha, ny faran’ny herinandro teo, momba ny toeran’ny mpanohitra eo anivon’ny andrimpanjakana tarihiny. Manana lalàmpanorenana isika, ary manana ny olony mandrafitra azy ny andrimpanjakana misy mpanohitra. Anjaran-dry zareo ny mandidy na manapaka, araka ny lalàmpanorenana ny fisian’izany.

Mampanankarena ny adihevitra ny fisian’ny mpanohitra

« Vao mainka mampanankarena ny adihevitra misy eo amin’ny Antenimierampirenena izany rehetra izany, indrindra eo amin’ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny sy amin’ny fandinihana ny volavolan-dalàna rehetra tonga ao », hoy izy. Avy amin’ny antoko na vondrona politika samihafa ireo depiote 151 mandrafitra ny Antenimierampirenena: manohana ny fitondrana ny maro anisa, misy manakiana indraindray, ao ny efa manakiana hatrany am-boalohany.

Na ho tonga ao na tsia ny mpanohitra, tsy vato misakana eo amin’ny maha mampanankarena ny adihevitra ao amin’ny Antenimierampirenena izany. Miroso hatrany ny raharaham-pirenena. Tsy mandeha ho azy ny volavolan-dalàna ao, fa mandalo fandinihana lalina ary amoahan’ny rehetra hevitra fa tsy te hanan-dratsy.

Natao haharitra sy hampiharina amin’ny rehetra ny lalàna: fitaovana entina hanatsarana ny toe-piainana eto an-tanindrazana. Tsy lanina ho an’ny atsy na ny aroa izany. Lanin’ny maro anisa izay hevitra tsara, raha ny lalàna lany ao amin’ny Antenimierampirenena.

Olana ny ny didy fampiharana ny lalàna mifehy ny mpanohitra

Aiza àry ny olana tsy isian’ny mpanohitra eny anivon’ny Antenimiera roa tonta? Hatramin’izao, tsy mivoaka ihany ny didim-panjakana fampiharana ny sata mifehy ny mpanohitra. Izay no olana, mahatonga ny fifanomezan-tsiny sy fifanilihana. Inona no tsy namoahan’ny minisiteran’ny Atitany izany hatramin’izay: tahotra ny mpanohitra sa tsy fahatokisan-tenan’ny mpitondra?

R. Nd.

 

News Mada4 partages

Kolontsaina « Festival Art-Iary » : homen-danja ny kanto manaja ny voary

Anisan’ireo hetsika ara-javakanto manomboka mahazo vahana ary hitohy isan-taona ny « Festival Art-Iary », karakarain’ny kaompania My Crew, any Toamasina. Amin’ity taona ity, ny voalohan’ny volana novambra hatramin’ny 5 novambra no hanatontosana ny andiany faharoa, any an-dRenivohitr’i Betsimisaraka, mazava ho azy. Mampiavaka ny hetsika ny fanomezan’ny mpikarakara lanja manokana ny zavaboahary sy ny fiarovana ny tontolo iainana, amin’ny alalan’ny fisafidianana ireo fako mbola azo ahodina sy ampiasaina amin-javatra hafa. Eo koa ny fampandrosoana maharitra amin’ny alalan’ny zavakanto. Araka izany, homena sehatra ny zavakanto mifototra amin’ny fanajana ny zavaboahary sy ny tontolo iainana. Tsy voafetra io fa tafiditra ao avokoa ny dihy, ny hira, ny hosodoko, ny kanto araka endrika amam-bika, ny asa tanana, ny « cirque », ny lamaody, sns. Amin’izao fotoana izao, miantso ny mpanakanto amin’ireo sehatra ireo, mahafeno ny fepetra kendrena, ny mpikarakara mba handray anjara amin’ny hetsika. Tsy hifarana ny fisoratana anarana amin’ny fandraisana anjara amin’ny « Art-Iary » raha tsy ny 31 marsa izao. Hisy ny toeram-pampirantiana ho an’ny karazan-javakanto mitaky izany, toy ny hosodoko, asa tanana, lamaody, sns. Tsy hijanona anaty efitrano kosa ny fampisehoana ho an’ny dihy sy mozika fa hiparitaka amin’ny toerana samihafa.

Landy R.

News Mada4 partages

Us et coutumes : liberté d’expression à tous les coins de rue

Les offices du tourisme proposent des circuits pour découvrir l’architecture et la grande et la petite histoire de nos villes. Ils devraient ajouter à leur programmation des ballades orthographiques. Entre les jeux de mots, pas toujours de très bon goût et une graphie revue et corrigée par une oreille sélective, il y a de quoi satisfaire le touriste de l’orthographe. Au détour de chaque rue, la créativité linguistique offre des perles souvent drôles, parfois moins. La rue « Marthe Lutter King », vous connaissez ? De quoi rester perplexe, on est bien d’accord.

Tananews4 partages

Pourquoi est-ce que l’on devrait impérativement être “patriote” ?

Pourquoi est-ce que l’on devrait être impérativement “patriote” et, selon le discours de sa Seignhery à Iavoloha, devoir participer au développement du pays ?

On aurait dit un discours socialiste, voire communiste.

Pour notre part, nous n’en avons rien à foutre du patriotisme ni du “développement” du pays. Toutes nos plus plates excuses pour la vulgarité mais quelques fois, il faut appeler un chat une chatte.

Nous n’avons pas été élus pour ça. Et d’ailleurs nous ne sommes pas des élus tout court. Non, nous, nous nous contentons de bosser pour que nous puissions manger à notre faim, éduquer nos enfants et nous entraider dans nos familles.

Si nous devions participer au “développement” du pays, ce serait en créant des entreprises, des emplois, en payant des impôts mais encore faudrait-il que ceux-ci ne soient pas ehonteusement détournés sans vergogne par des copines crapuleuses n’est ce pas ? A hauteur de 396 millions ar dans la Haute Matsiatra par exemple ? Puis ignorer superbement et dédaigneusement 2 convocations du Bianco et pousser l’effronterie jusqu’à frimer et parader dans cette baffrerie indécente de 1 400 personnes de vendredi dernier ?

Nous n’apprecions pas beaucoup les “pères la morale” sur TNN : si sa Seignhery veut donner des leçons et se poser en modèle de vertu irréprochable, qu’il commence par passer le karcher dans sa porcherie s’il souhaite être crédible et se permettre de juger ses compatriotes.

Puis dans un deuxième temps, qu’il comprenne enfin sa fonction et l’objet de son élection à la magistrature suprême : c’est à lui de prendre les décisions nécessaires pour donner un cadre propice au développement et de veiller à ce que son gouvernement les exécute. Les mots clé sont connus et archi-connus depuis les plus de 1000 jours qu’il a accédé à son seza : lutte contre l’insécurité, délestages, corruption, impunité, Justice, Santé pour tous, scolarité, infrastructures. Il ne suffit pas d’anoner avec suffisance quelques chiffres par ci par la dans des discours auto-suffisant, auto-congratulant et quasi masturbatoire de début d’année, il faudrait encore que cela se traduise par du concret et du palpable sur le terrain et nous sommes encore très loin du compte.

C’est à lui de faire tout ça, pas à mon gardien. Ni au lecteur lambda sur ce site. Ni à l’auteur de cet éditorial au vitriol, merci. Donc que chacun sache ce qu’il a à faire, qu’il le fasse vite et bien et les babakoto seront bien gardés. L’exemple ne peut venir que d’en haut, sûrement pas d’en bas.

L'express de Madagascar4 partages

Général Rasolofonirina – « L’usage de la force ne suffit pas »

Le rétablissement de l’ordre figure parmi les directives de Nouvel an des forces armées. Le ministre de la Défense nationale réitère, toutefois, que l’usage de la force ne suffit pas pour une sécurité durable.

Insuffisant. Le mot est dit et redit. Pour une sécurité durable, l’usage de la force ne suffit pas, a encore réitéré le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, en marge d’une cérémonie de présentation des vœux de son département et du secrétariat général en charge de la gendarmerie nationale, samedi à Soanierana.Durant son allocution, le ministre de la Défense a donné les directives ministérielles aux responsables des deux corps composant les forces armées, que sont l’armée et la gendarmerie nationale. Y figure la reprise de l’opération « Mazava », en février prochain. La troisième opération de rétablissement de l’ordre depuis l’opé- ration « Tandroka », en 2011 et le deuxième depuis le début du quinquennat de l’administration Rajaonari­mam­piana, et son « Fahalemana ».Devant la presse, en marge de la réception, le général Rasolofonirina a déclaré : « L’usage de la force est une prérogative étatique, une solution pour rétablir l’autorité de l’État. Mais cela ne suffit pas et n’est qu’une solution à court terme (…) ». Ce n’est pas la première fois que le ministre de la Défense tient ce discours. La fréquence des opérations de rétablissement de l’ordre face à un retour en force systématique des « dahalo », une fois que les militaires se retirent des terrains, impose un rappel.

Critères« (…) l’éducation est la solution à long terme », a ajouté l’officier général, renouvelant que la sécurité concerne tous les acteurs de la société. Lors d’une rencontre avec l’Assemblée nationale, le ministre a déjà tenu pareils propos, ajoutant développement économique et social aux critères d’une sécurité durable. D’autres sources avancent qu’une justice efficiente en est également un paramètre important.Étant donné les évènements ayant défrayé les chroniques l’année passée, et ces derniers jours pour une partie des citoyens, les vindictes populaires semblent être la manière de s’impliquer dans la lutte contre l’insécurité. Certains expliquent, par ailleurs, que la lutte contre les « dahalo », qui semble interminable malgré la succession des opérations spéciales, s’explique par le fait que depuis 2011, les autres paramètres devant prendre le relais de l’usage de la force n’ont pas été mis en place.Lors des cérémonies de lancement de l’opération « Mazava », à Tsiroanoman­didy et Fianarantsoa en décembre, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a lui aussi reconnu que l’usage de la force n’est pas une solution à la lutte contre l’insécurité. Reste à voir si, à l’issue de cette nouvelle session de rétablissement de l’ordre, l’éducation, l’appui au développement socio-économique et l’appareil judiciaire qui devrait agir pour sanctionner les « dahalo », tant sur le terrain que ceux en col blanc, nécessaire à une sécurité durable, seront mis en œuvre.

Objectifs ministériels

Outre la reprise de l’opération « Mazava », la mise en place d’Unités spéciales anti-dahalo (USAD) dans les zones rouges où les militaires sont absents, comme les régions Melaky et Sud-Ouest, figurent dans les objectifs du ministère de la Défense et du secrétariat d’État à la gendarmerie nationale, pour cette année.La finalisation de la mise en place d’un corps interarme à Ihosy, ou encore la protection des côtes afin de lutter contre la piraterie et les exportations illicites de ressources naturelles, dont notamment le maintien à 0% du taux d’exportation de bois de rose, sont aussi inscrites dans les directives ministérielles pour cette année 2017.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar4 partages

Boxe chinoise – La création d’une fédération en gestation

Jean Christian Randriamalaza a bouclé son passage au pays, par un stage. Le champion du monde de boxe chinoise est en train de concocter la création d’une fédération.

Seulement une trentaine d’intéressés ont suivi le stage de boxe chinoise, animé par le septuple champion du monde, Jean Christian Randriamalaza, samedi, dans la petite salle du palais des Sports à Mahamasina. Ce champion du monde qui évolue en France depuis plus d’une dizaine d’années est de passage au pays. Lors du stage, il a été bien entouré et assisté par des gradés d’autres disciplines comme Rivo Rakotobe, le directeur technique national de la fédération malgache de taekwondo, Gildas André Razanajatovo, entraineur national de kick boxing, Lova Rakotomavo un des grades plus actifs en aïkido à Madagascar et d’autres en wushu.Par ailleurs, quelques grands champions des autres arts martiaux ont répondu présents à l’appel du champion du monde, en l’occurrence le multiple champion de Madagascar et membre de l’équipe nationale malgache de taekwondo, Tantely Randriantsoa, le champion de Madagascar, de l’océan Indien et d’Afrique en kick boxing, Fazzarali Razanajatovo et d’autres pratiquants de karaté, judo, aïkido, wushu, taekwondo, …« L’objectif du stage est de vulgariser la boxe chinoise, partager mes expériences aux jeunes du pays, et préparer la relève. C’est aussi un avant-gout des prochaines formations de techniciens dans le but de créer bientôt une fédération. À Madagascar, la boxe chinoise est pour le moment une discipline associée à la fédération malgache de kick boxing, ou de la savate boxe française. Les clubs existants de boxe chinoise sont affilés à ces fédérations. Je pense qu’il est temps de créer une fédération indépendante de boxe chinoise affiliée à la fédération internationale. J’en ai déjà discuté avec le ministre de la Jeunesse et des sports » a précisé Jean Christian Randriamalaza.

Formation des techniciensLe stage a été axé sur les techniques de base de la boxe chinoise, les blocages, attaques et contre-attaques et surtout les stratégies de déplacement. On utilise beaucoup, les techniques pieds-poings enchainés par l’accrochage et la projection dans la boxe chinoise. « J’ai décidé de m’investir un peu plus dans mon pays, car j’ai déjà beaucoup fait à l’étranger, diriger des stages en Europe à savoir en Suisse, Belgique, et d’autres pays et pourquoi pas à Madagascar»,a-t-il mentionné. « Je vais d’abord former des formateurs qui couvriront plus tard les quatre coins de l’ile, pour créer les structures, des clubs aux ligues », a ajouté le champion du monde. Jean Christian a quitté le pays hier et a promis de revenir au mois d’aout pour diriger une série de formations de techniciens. Concernant sa participation à des compétitions internationales, « je vais pour le moment soigner mon bras gauche et je vous dirai dans quatre mois mon prochain calendrier. Malheureusement, je ne pourrai pas participer au Gala de Las Vegas en avril ni même à un autre combat prévu en octobre en Chine ».

Serge Rasanda

News Mada3 partages

Carrière d’Anjozorobe : une fusillade entre gendarmes fait un mort

Moins d’un an après la fusillade qui aurait causé la mort d’un natif de l’Androy, des échanges de tirs ont de nouveau éclaté à la carrière de cristal titane d’Ankaraoka Anjozorobe. Un gendarme est tombé sous les balles de ses frères d’arme.

La carrière d’Ankaraoka Anjozorobe est de nouveau en effervescence. Un gendarme de deuxième classe, domicilié à la caserne d’Ankadilalana et non moins garde du corps du général Richard Ravalomanana est mort dans l’après-midi de samedi à la suite d’une fusillade qui le mettait aux prises avec des éléments de la même caserne.

Plusieurs zones d’ombre planent sur cette affaire délicate et enchevêtrée. De nombreuses questions restent aussi sans réponse, tant les versions sont divergentes.

Aucun ordre de mission

D’après un communiqué de la gendarmerie, le 5 janvier, un huissier de justice, assisté par des gendarmes du Groupement de gendarmerie de la région Analamanga s’est rendu à Anjozorobe pour exécuter une décision de justice portant sur une expulsion.

« Les occupants de la mine ont demandé 48 heures de report de l’exécution du jugement, sous prétexte qu’ils ont engagé un recours suspensif. Samedi, à l’expiration du délai accordé, le gendarme de 2e classe est venu à la carrière accompagné de gros bras dans l’intention d’empêcher le huissier d’exécuter le jugement », a expliqué la gendarmerie.

« Il a ouvert le feu, obligeant les gendarmes réquisitionnés à répliquer. Touché, il a été conduit dans un centre hospitalier mais, ayant perdu beaucoup de sang, il n’a pas survécu », a précisé le lieutenant-colonel Andriantsiferana, adjoint du commandant de Groupement de gendarmerie de la région Analamanga.

Selon la gendarmerie, le gendarme de 2e classe n’avait aucun ordre de mission sur lui. Sur ce point, le général Richard Ravalomanana a fait savoir que son garde du corps avait demandé une permission pour le week-end. « Il m’a révélé que son cousin à Anjozorobe subissait des violences de la part des forces de l’ordre et qu’il doit s’y rendre pour le voir. Je l’ai lui accordée. D’ailleurs, je laisse toujours du temps libre à mes gardes du corps pendant le week-end. Grande fut ma surprise quand on m’a annoncé sa mort », a souligné le général Ravalomanana.

Par ailleurs, des proches du défunt gendarme dénoncent une exécution sommaire ou plutôt un règlement de comptes. En tout cas, une enquête a été ouverte afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Mparany

 

News Mada3 partages

Wake Up : « 1 400 ireo nasaina… 1 400 000 ireo kere »

Mazava ny hafatry ny Wake Up, teny Antaninarenina ny zoma teo, nandritra ny lanonam-panjakana fifampiarahabana noho ny taona vaovao  teny Iavoloha. Hetsika tsotra nefa mahalaza ny marina amin’ny filazana fa matin’ny hanoanana ny Malagasy. Nametraka fehin-damba mainty miisa 1 400 teo amin’ny fefin’ny zaridaina Antaninarenina izy ireo, andikana ireo 1 400 nisakafo teny Iavoloha.

« Tsy nimenomenona momba ny fety be famokisan-tena eny Iavoloha isika isan-taona raha tsy noana, raha nisy jiro sy rano, raha tsy ao anatin’ny kere ny Malagasy miisa 1 400 000 any atsimo, raha voatsabo ara-dalàna. Tsy izany ny zava-misy fa mitombo isa ny ao anatin’ny hanoanana lalim-paka. Koa rariny raha miteny sy manaitra isika », hoy izy ireo tamin’ity hetsika milamina nataony ity.

Notsiahivin’izy ireo fa efa maro ny firenena nanafoana ny fandaniambe fifampiarahabana ataon’ny mpitondra ao aminy, rehefa taom-baovao noho ny antony ara-toekarena. « Tsy mba anisan’izany i Madagasikara », hoy ihany ny Wake Up.

Mahita izy ireo fa fandaniam-bola amin’ny tsy misy dikany ny lanonana teny Iavoloha. Azo nampiasaina tamin’ny zavatra hafa mahasoa kokoa ny mpiara-belona ny vola nampiasaina tamin’izany. Nahoana, ohatra, no tsy nanomezana sakafo ho an’ireo kere miisa 1 400 000 any atsimo izany, fa amokisana izay efa voky ihany?

Synèse R.

News Mada3 partages

Vatsin’Ankohonana : un nouveau dispositif pour cette année

De source auprès du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), un nouveau dispositif sera entrepris et lancé cette année au niveau du programme de filet de sécurité connu sous le nom de « Vatsin’ankohonana », en sus du sous-composant « Ndao hianatra ».

Il s’agit du procédé « Argent contre travail productif » ou ACTP, dont les femmes constituent la majorité des cibles. Son objectif est l’appui aux activités productrices de la population pauvre. Un projet qui n’est pas tout à fait nouveau, mais qui sera amplifié cette année.

Le Sud privilégié

Sur les 500 000 personnes bénéficiaires du « Vatsin’ankohonana », 320 000 sont issues du Sud. Cela à travers le fonds additionnel d’un montant de 35 millions de dollars, s’ajoutant à celui, déjà financé auparavant par la Banque mondiale à hauteur de 40 millions de dollars. La région Androy constitue la principale cible. Les bénéficiaires sont répartis dans les districts d’Ambovombe, Bekily, Beloha et Tsihombe pour la région Androy, ainsi que le district d’Amboasary dans la région Anosy.

Au vu de la situation actuelle, le nombre des bénéficiaires est encore restreint. Dans la commune rurale de Tanandava, district d’Anosy, sur les 15 000 habitants recensés dernièrement, 1 700 seulement en bénéficient. Comme 90% de la population de cette commune sont des agriculteurs, on a à peu près le même niveau de vie. Ainsi, il est ainsi difficile de dire qu’un ménage est plus vulnérable qu’un autre.

Sera R

 

News Mada3 partages

Itasy et Bongolava : le riz pluvial en vogue

Sous l’influence du changement climatique, beaucoup de riziculteurs des régions  Itasy et Bongolava se sont adonnés à la pratique du riz pluvial ou « Vary an-tanety ». Ce genre de culture se caractérise par l’absence de toute submersion ou irrigation d’eau, ce qui justifie leur choix. Ils ont profité des pluies de ces derniers temps pour la mise en œuvre de ce projet. « Le cycle court du riz pluvial, 2 à 3 mois, ainsi que les pluies qu’on peut qualifier de régulières ces deux dernières semaines m’ont poussé à choisir ce type de culture », a indiqué un planteur de la commune de Manalalondo, district d’Arivonimamo.

De plus, selon ce dernier, le coût des investissements est moindre par rapport à celui des rizières. Il en est de même pour les semences dont le gobelet est à 350 ariary contre au moins  400 ariary pour le riz habituel. A cela s’ajoute aussi la capacité du sol à retenir l’eau.

L’humidité du sol

La thèse du Colonel Botomanovotsara en 2014, ex-ministre des Travaux publics de 2011 à 2014 et non moins enseignant à l’Institut supérieur des technologies (IST) de Madagascar sur le

« Système de mesure d’écoulement des fluides dans un milieu poreux » permet de calculer avec exactitude l’écoulement des fluides dans le sol, en utilisant les équations fractionnaires différentielles.

« D’après nos calculs, de 10 à 15 jours de la floraison du riz, le besoin normal en eau est de 1 litre par seconde par hectare. Une telle découverte aide les paysans à savoir la quantité d’eau appropriée en vue d’une bonne récolte », a-t-il indiqué dans sa thèse.

L’application d’une nouvelle méthode peut ainsi inspirer à une nouvelle approche dans le développement de la riziculture pluviale. Un procédé à mettre en œuvre dans les domaines  du génie civil et de l’agriculture.

Sera R

 

News Mada3 partages

Malagasy Gospel : une tournée de sensibilisation sur les droits de l’enfant

Durant un mois environ, le groupe Malagasy Gospel  a effectué une tournée internationale dans le cadre du projet «Il était une fois mille voix», soutenu par la fondation Agua de Coco. Son objectif est non seulement de donner des concerts mais aussi de sensibiliser le public aux droits de l’enfant. Le groupe est arrivé au pays le 23 décembre dernier avec la fierté de la mission accomplie, selon le communiqué relatif à cet évènement.

Composé d’une vingtaine de filles choristes et d’un homme dénommé Harris, le groupe Malagasy Gospel a débuté cette tournée au mois de novembre dernier. Il animait une dizaine de salles à Andorre et en Espagne, plus précisément, Palma de Mallorca, Pobla de Mafumet, Sant Boi de Llobregat, Valladolid, Getxo, la Corogne, Ibiza…

Les morceaux interprétés étaient en français, en malgache et en espagnol et même en catalan. Ils sensibilisent tous pour déclarer les droits des enfants. «Le groupe a été un vrai ambassadeur», a annoncé le communiqué. Par ailleurs, les moments forts durant cette tournée se sont tenus les 17 et 18 décembre derniers au centre Olympique de tennis de Madrid. Une soixantaine de chorales étaient présentes pour le même motif. Plus de 6 000 personnes ont participé à cet événement.

Partages et  échanges culturels

A part ces concerts, les membres du groupe Malagasy Gospel ont aussi multiplié  les partages et échanges culturels avec d’autres jeunes étrangers. Ils ont ainsi pu raconter et partager leur culture, leur vie quotidienne, leur peur ainsi que leur ambition.

Le groupe continue la mission de sensibilisation auprès des jeunes de la province de Toliara. Il en profite pour partager ses expériences et ses rencontres durant cette tournée aux bénéficiaires de l’ONG Bel Avenir, plus précisément les apprenants du centre d’art et musique, les enfants des centres d’éducation nutritionnelle de Tanambao et d’Amboriky.

Cependant, l’aventure du groupe Malagasy Gospel sera encore plus grandiose pour cette année. Selon le communiqué, il entamera déjà une autre tournée internationale au mois de mai prochain en sillonnant quelques villes de France, de Suisse et de Norvège pour effectuer la même sensibilisation sur les droits de l’enfant.

Holy Danielle

 

Madonline3 partages

Lutte contre le paludisme : Un nouvel insectarium pour renforcer les recherches

Un pas de plus dans la lutte contre le paludisme avec le nouvel insectarium

La Direction de la Lutte contre le paludisme bénéficie désormais d’un insectarium contenant une section « Entomologie ». Cette nouvelle structure permettra de renforcer les recherches en matière de lutte contre le paludisme à Madagascar. C’est le fruit d’une collaboration entre la partie malgache et l’USAID, l’agence américaine pour le développement international.

Avec un taux de prévalence encore assez élevé pour certaines régions, Madagascar continue sans relâche sa lutte contre le paludisme. « Cet insectarium donnera à la Direction de la Lutte contre le Paludisme les moyens de surveiller le comportement et la résistance des populations de moustiques aux insecticides à Madagascar, et utilisera cette connaissance pour adapter la stratégie de lutte, améliorera nos réponses et  renforcera la protection de la population malagasy», a affirmé Aaron Bishop, le Directeur général par intérim de l’USAID à Madagascar.

« Nous savons maintenant que les programmes de lutte mis en œuvre tels que la distribution de moustiquaires et la pulvérisation d’insecticides à l’intérieur des maisons dans les zones palustres préviennent  annuellement plus de 100.000 cas de paludisme à Madagascar », continue le Directeur général.

A travers le pays, le paludisme tue encore des centaines de personnes chaque année. Les enfants de moins de cinq ans font partie des principales victimes de la maladie. La lutte a connu une importante progression malgré tout. Les autorités sanitaires de la Grande Ile parlent depuis quelques temps d’une lutte qui entre dans la phase de pré-élimination de la maladie. Cependant, la situation n’est pas identique pour toutes les régions du pays.

Tananews3 partages

Babakoto Land dans le top 5

Mmh, un classement qui a l’air super alléchant présenté comme cela.

Helas, c’est le top 5 des pays les plus pauvres au monde, avec un revenu journalier de moins de 2 dollars.

Ce qui paraît encore plus incroyable est qu’il y ait 4 pays où les habitants seraient encore plus pauvres que chez nous.

Le tolona n’a pas encore tout à fait gagné, il faut occuper la première place.

L'express de Madagascar3 partages

Andapa – Un incendie rase le siège de la Jirama

Un violent incendie a fait rage à Andapa, hier. Dans la matinée d’hier, aux alentours de 10 heures, le siège de la Jirama, dans le quartier d’Antsevaheva, a été dévasté par les flammes. Le guichet, les locaux du secrétariat, ainsi que la résidence du directeur de l’agence de la Jirama, sont réduits en cendres après le passage du feu.Ce sinistre est survenu en plein délestage. La thèse d’un court-circuit est écartée, bien que le mystère soit entier, quant à l’origine de l’incendie. À la lumière du constat effectué par les enquêteurs de la brigade territoriale de la gendarmerie d’Andapa, l’embrasement se serait propagé depuis le lieu d’archives, pour se répandre à une vitesse folle, sur tout le reste de la construction, faite de matières locales.Selon les informations recueillies sur place, le directeur de la Jirama ainsi que sa famille étaient chez eux, lorsque le sinistre s’est produit. En revanche, il n’ont rien remarqué. Ce sont des riverains qui ont donné l’alerte, lorsqu’une inquiétante colonne de fumée s’est élevée du siège de la Jirama.«Faute de sapeurs-pompiers, les gendarmes, les policiers, ainsi que le fokonolona se sont prêtés main forte, mais l’incendie était si violent, que les personnes venues à la rescousse, furent quasiment impuissantes. En revanche, cette mobilisation a permis de circonscrire l’incendie sur les locaux embrasés, et a empêché qu’il ne se propage  d’autres foyers », explique l’adjoint du commandant de la brigade de la gendarmerie d’Andapa.Le bâtiment a brûlé jusqu’à des heures tardives de la nuit.

Andry Manase

News Mada2 partages

Ankazobe : taksiborosy notafihin’ny jiolahy

 Notafihin’ny andian-jiolahy miisa 11 nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika teny Ankazobe, ny asabotsy teo, ny taksiborosy iray avy any avaratra. Araka ny fanazavan’ny mpandeha, nosakanan’ireo jiolahy vatobe ny lalana ka norahonan’izy ireo tamin’ny basy ny mpamily sady voakapoka vodibasy. Nentin’ireo jiolahy hatreo amin’ny sampanana mankany Talatan’Angavo ny fiara ka norobain’izy ireo avokoa ny mpandeha rehetra tao anaty fiara. Vokany, lasan’ireo jiolahy ny vola mitentina 2 tapitrisa Ar mahery, firavaka volamena,  finday rehetra. Lasa nitsoaka avy hatrany ry zalahy rehefa avy nahazo izay nilainy. Mihorohoro tanteraka ny ankamaroan’ireo mpandeha eny amin’ny lalam-pirenena, tato ho ato, amin’ny fisian’ireo andian-jiolahy manao sakana sady mandroba. Na eo aza ny fiarahana miainga eo am-piaingana, tsy mitovy ny tanjaky ny fiara ka mifanary eny an-dalana ny mpamily. Mitohy ny famotorana ataon’ny zandary ao Ankazobe momba ity raharaha fanafihana ity.

J.C

News Mada2 partages

Minisiteran’ny mponina : nojerena manokana ireo tena marefo

Voajery ny ankamaroan’ny lafiny sosialim-bahoaka, indrindra ireo sokajin’olona tena marefo, ho an’ny minisiteran’ny Mponina tamin’iny taona 2016 iny. Anisan’ny nisongadina ny fanolorana hatrany ireo vatsin’ankohonana ho an’ny fianakaviana sahirana. Nitarina tany amin’ny faritra Androy sy Anosy ny fizarana izany.

Mitentina 40 tapitrisa dolara ny tohana avy amin’ny Banky iraisam-pirenena hanatanterahana ity tetikasa vatsin’ankohonana ity. Mahatratra 1 tapitrisa mahery kosa ireo olona misitraka mivantana izany.

Nisy ny fanitarana fotodrafitrasa handraisana ireo tsy manan-kialofana eny Andranofeno Atsimo. Efa tanàna feno ny eny an-toerana satria misy sekoly, toeram-pitsaboana, toeram-piofanana, tsena trano fonenana sy tany ambolena.

Nisongadina ihany koa ny asa tana-maro manerana ny Nosy nahafahan’ireo mponina niaina na fotoana voafetra ihany aza. Nasaina nanadio ireo lakandrano ny mponina tamin’ny fiandohan’ny fahavaratra, ny taon-dasa hisorohana ny tondra-drano.

Ankoatra ireo ny fitsimbinana ireo traboina vokatry ny haintrano nisesy. Anisan’izany ny tetsy Isotry, Ankasina, IIIG Hangar, Ankorondrano, Andavamamba. Nisy ihany koa tany amin ‘ny faritra toy ny tany Fort Dauphin sy Manakara ary Port Berger. Maherin’ny 12.000 ireo fianakaviana notohanana manokana tamin’ireny voina ireny.

Nahazo ny anjarany ihany koa ireo olona manana fahasembanana, ny zokiolona ary indrindra ireo vehivavy iharan’ny herisetra tamin’ny alalan’ny tetikasa maro.

Tsy mbola mipaka tanteraka amin’ny sarambabem-bahoaka anefa ny asa sosialy fa ampahany amin’ireo sokajin’olona ihany no tena misitraka izany. Mbola anaty fahantrana tanteraka ny Malagasy. Miandrandra vahaolana maharitra sy marim-pototra avy amin’ny fanjakana amin’ny fanarenana ny fiainany.

Tatiana A

News Mada2 partages

Madagascar il y a 100 ans : la taxe de consommation à Madagascar et dépendances

En considération des desiderata formulés par la population et les commerçants de sa colonie, M. Garbit, gouverneur général de Madagascar, avait proposé au gouvernement d’apporter certaines modifications au décret du 7 juillet 1915, fixant les taxes de consommation à percevoir dans la Grande Île et ses dépendances.

Garbit avait notamment insisté sur l’exemption d’impôt pour certains produits importés ou fabriqués dans la colonie, afin de favoriser, d’une part, le développement de l’industrie des conserves de viande et de bœuf congelé, la production du graphite (actuellement, cette dernière présente pour la métropole un intérêt tout particulier), et, d’autre part, la fabrication des dentelles et des chapeaux de paille qui intéresse spécialement l’industrie indigène.

La situation de Madagascar étant très satisfaisante au point de vue financier, des exemptions de taxes et la diminution des recettes qui en résulterait ne pouvaient être un obstacle sérieux à la réalisation des desiderata de la Grande Île ; en conséquence, le ministre des Colonies a fait signer au Président de la République un décret en date du 27 décembre 1916, modifiant celui du 7 juillet 1915 sur les taxes de consommation à percevoir dans la colonie de Madagascar et dépendance.

Le Courrier colonial

La culture du blé

Malgré des essais très concluants de culture de blé, à Antsirabe, tentés vers 1906, rien ne fut fait pour développer cette culture, et la Grande Île a dû, tout récemment, demander de la farine à sa toute petite, mais plus prévoyante voisine, l’île Maurice, ainsi que le raconte, dans

la Tribune de Madagascar, un colon bien renseigné.

Les indigènes seraient tout disposés à reprendre la culture du blé, mais il faut qu’ils aient la certitude qu’on achètera leur récolte. Ce serait sans doute plus simple que de recourir à l’île voisine, qui, de plus, est anglaise.

La mort de Louis Georget

Nous ne saurions passer sous silence, pour lui rendre hommage dû à tout pionnier de notre empire colonial, la mort du colon Louis Georget, décédé le 13 novembre 1916, à Antsirabe, qu’il avait habité pendant 25 ans sans interruption.

Les Annales coloniales

www.bibliothequemalgache.com

Tananews2 partages

“Les Chinois vont contribuer à réhabiliter les bâtiments du Ministère des Affaires Etrangères”

Annonce triomphante d’on ne sait qui mais pour notre part, nous posons la question : “efa lany henatra ve isiaka” ?

Un Etat qui n’arrive même plus à assurer l’entretien de son parc immobilier, vous foutez la honte les gars.

Avec toujours cette propension à quémander. A mendier à tour de bras.

Tant qu’on y est, demandez aussi aux Chinois de nettoyer et de réparer les chiottes de vos Ministères puisqu’on n’a plus honte de rien.

Madaplus.info1 partages

Ministre des affaires étrangères la République populaire de Chine était en visite à Madagascar

Les relations diplomatiques s’avèrent être de bon augure pour la grande ile. Les visites des personnalités étrangères se succèdent à Madagascar.
Le ministre des Affaires étrangères la République populaire de Chine Wang Yi a été reçu par son homologue malgache, Béatrice Attalah avant d’avoir une entrevue avec le président de la République. Cette visite entre dans sa tournée africaine. Selon les informations diffusées sur rfi, un « mémorandum d’entente » : un document d’accord général, où la Chine s’engage, dans un futur proche, à accentuer ses relations bilatérales dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, des transports, de l’industrie et des infrastructures a été signé par le chef de la diplomatie malgache et son homologue chinois.
Madaplus.info1 partages

Collectif TANY et du CRAAD-OI:



Alors que la communauté du fokontany d'Ambaladara dans le district de Mananjary avait clairement exprimé son opposition à la reprise de l’exploitation aurifère illégale des opérateurs chinois lors de la manifestation populaire du 20 septembre 2016 qui avait abouti à la suspension des activités de ces derniers par le Chef de Région, on vient d'apprendre que ces opérateurs ont repris leurs travaux d'exploitation aurifère depuis le 25 décembre 2016.
Dans son communiqué du 10 octobre 2016, le CRAAD-OI avait déjà posé la question épineuse de la position des autorités face à cette exploitation aurifère qui continue ainsi à causer de graves dangers liés à l'utilisation très probable du mercure par les opérateurs chinois, lesquels n'ont toujours pas obtenu à ce jour les permis d'exploitation et environnemental requis. Selon les informations données par les membres de la communauté d'Ambaladara et de la société civile locale, les autorités au niveau du district et de la région semblent décidées à ne pas intervenir.
Les autorités régionales de la Santé ont aussi pris le parti du silence et de l'inaction, bien qu'elles sachent parfaitement que les communautés riveraines de l'exploitation aurifère de la société chinoise sont très exposées aux effets désastreux de la pollution par le mercure qui est un neurotoxique extrêmement dommageable pour le développement et le fonctionnement du cerveau et du système nerveux central, particulièrement pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. De surcroît, le mercure peut aussi se diffuser sur de grandes distances dans l’atmosphère et causer une contamination globale des écosystèmes, poissons, oiseaux et mammifères, tout au long de la chaîne alimentaire.
Cette situation montre clairement l'étendue de l'impunité dont jouissent les opérateurs chinois et leurs alliés locaux, malgré les mouvements de protestation de la population locale. La situation est d'autant plus préoccupante dans le contexte actuel de fortes tensions sociales liées à la campagne de répression menée par les forces de l'ordre suite aux actes de justice populaire qui se sont succédés ces derniers temps dans le district de Mananjary.
Considérant ces violations continuelles de la loi et des droits humains fondamentaux des communautés riveraines par les opérateurs du projet d'exploitation aurifère chinois, les organisations signataires de ce communiqué appellent toutes les parties prenantes à tirer les leçons de l'expérience récente avec certains projets chinois d'exploitation minière d'une part, et avec la montée des actes de justice populaire d'autre part, afin de mettre fin à l'impunité des minorités proches du pouvoir face aux injustices à l'égard des communautés victimes de leurs exactions.
Le CRAAD-OI et le Collectif TANY rappellent aux autorités à tous les niveaux qu'elles sont responsables de la protection, du respect et de la réalisation des droits humains fondamentaux, et que Madagascar a ratifié les conventions internationales sur la protection de l'environnement ainsi que la Convention de Minamata sur le mercure visant à éliminer son utilisation pour l'orpaillage. Ils exhortent les autorités à écouter la voix des communautés concernées, et à assurer l'obtention de leur consentement libre, éclairé et préalable avant tout projet d'investissement sur leur territoire.
Madaplus.info1 partages

Expédition à Madagascar : un jeune Lanticais en trek scientifique

Etudiant en paléontologie, le Lanticais Antoine Heurtel prépare une expédition scientifique de six semaines dans le massif très reculé du Makay à Madagascar. Pour mener leur mission, lui et ses quatre camarades étudiants lancent un appel aux dons.
Le Lanticais Antoine Heurtel et quatre camarades de l‘Université parisienne Pierre et Marie Curie (Paris 6), s’apprêtent à vivre une expérience unique : six semaines d’expédition dans l’une des contrées les plus reculées de la planète : le massif du Makay, une région de 150 sur 50 km au sud-ouest de l’île de Madagascar.
Du 23 juillet au 3 septembre, ces cinq étudiants en master sur l’évolution et la paléontologie, préparé en alternance avec le muséum d’histoire naturelle, vont vivre un trek scientifique.
Sur place, leur mission, initiée par l’association Naturévolution, sera de mieux connaître la faune et la flore de cette région. Parallèlement de découvrir de nouvelles espèces. En effet, l’isolement géographique du site, et la protection par une barrière géologique naturelle, a contribué à la préservation de nombreuses espèces endémiques. Antoine Heurtel précise :

Antoine cite les domaines ou chacun des jeunes scientifiques devra appliquer les connaissances apprises :

Pour réaliser leur projet, Antoine et ses amis ont besoin de 20 000 €. C’est pourquoi ils lancent un appel aux dons.
"Tous les dons sont importants, il n’y a pas de petits dons. Pour les entreprises une réduction fiscale à hauteur de 60 % est accordée. Pour les particuliers c’est 66 %."
Les dons peuvent être faits par internet sur le site : « www.helloasso.com » ou par chèque à l’ordre de « Projets plus Actions » à l’adresse suivante : Projets plus Actions, 61 rue de Maubeuge, 75 009 Paris.

Des places sont encore disponibles pour ceux qui voudraient les accompagner. Tarif 1950 € avec possibilité de réduction fiscale, plus le billet d’avion. Informations à « aventuriersmnhn@gmail.com ».
Madaplus.info1 partages

ENTRÉE DANS L’ACTIONNARIAT D’AIR MADAGASCAR : AIR MAURITIUS INQUIÈTE DES ZONES DE TURBULENCES

Même si Air Mauritius figure parmi les trois compagnies en lice pour acquérir 49 % du capital d’Air Madagascar, elle pourrait finalement changer d’avis. Son conseil d’administration et sa direction sont divisés sur la question.
Air Madagascar est une compagnie en grande difficulté financière et fait face à bien des soucis à différents niveaux. D’une part, il faudra injecter plusieurs milliards de roupies pour acheter les actions. D’autre part, une option est certes envisageable pour Air Mauritius, mais il faut qu’elle s’entoure d’autres partenaires et agisse au sein d’un consortium.
Si Air Mauritius vient de sortir d’une longue zone de turbulences et vole aujourd’hui sous un ciel plus clément, qui lui permettra probablement de déclarer des profits de plus de Rs 1 milliard pour l’année financière en cours, elle fait face à une concurrence de plus en plus nombreuse sur sa base, l’aéroport de Plaisance, et à une remontée du prix du kérosène sur le marché international. La perspective de se retrouver de nouveau dans les nuages noirs n’enchante guère certains décideurs d’Air Mauritius.
Mais un exercice de « due diligence » est en cours sur les avantages, risques et faiblesses du projet d’accusation d’Air Madagascar. « Si on trouve que cela vaut vraiment la peine, on ira de l’avant. Mais encore faut-il qu’on soit choisi par le gouvernement malgache », explique un proche du dossier.
Au fil des années, la compagnie malgache a accumulée des dettes de plusieurs milliards de roupies et a enregistré des pertes année après année. L’année financière 2013 s’est soldée avec des pertes d’environ Rs 600 millions et celle de 2012 d’environ Rs 1 milliard. Les rapports financiers pour 2014, 2015 et 2016 ne sont pas disponibles sur le site d’Air Madagascar.
Depuis octobre 2015, le Canadien Gilles Filiatreault, spécialiste de redressement de compagnies aériennes, s’évertue à assainir la situation de la compagnie, afin de la rendre plus séduisante. Des destinations jugées non-rentables sont mises dans la balance et le renouvellement de la flotte est d’actualité tout comme la compression du personnel. En 2016, Air Madagascar a ainsi pu sortir de l’annexe B de la liste noire de l’Union européenne. Cette action a été rendue possible notamment grâce à la prise de deux Airbus A340-300 en location. L’un pour Air France et l’autre pour Air Atlanta Icelandic pour que ce dernier appareil puisse continuer à desservir l’Europe sous immatriculation islandaise. C’est qui lui permet de maintenir sa liaison avec Paris et Marseille.
Le 3 janvier dernier, le Conseil des ministres malgache a d’ailleurs adopté un décret « habilitant le ministre des Finances et du Budget à émettre une garantie au nom de l’Etat malagasy dans le contrat de location des deux appareils ATR 72-500 et ATR 72-212A par la compagnie Air Madagascar au profit de la société Elix Assets 13 Limited ».
Depuis avril dernier, le gouvernement malgache avait lancé un processus de privatisation partielle. À l’issue de cet exercice, sept compagnies se sont manifestées dont Air Mauritius, South African Airlink, Air Austral, Kenya Airways et Ethiopian Airlines. De ces compagnies, Air Mauritius et Ethiopian Airlines semblent financièrement les plus solides.
Source Le Défigroup
News Mada1 partages

Fety kristianina : vitsy ny mbola mankalaza ny Epifania

Manamarika na mankalaza vanim-potoana maromaro ny fiangonana kristianina. Ao ireo manana ny lazany fa misy koa ireo manomboka tsy fantatra loatra intsony amin’izao vanim-potoana izao.

Isaky ny 6 janoary, nankalazaina hatrany ny Epifania. Vanim-potoana lehibe eo amin’ny kristianina satria ankalazana ny Mesia namangy ny tany ary tonga olona, notsidihin’ny magy (olon-kendry mahay momba ny kintana eny amin’ny lanitra izay nanome voninahitra azy. Hatramin’ny taona 1971, tany amin’ireo firenena tsy nanao ny Epifania ho andro tsy fiasana, natao ny alahady faharoa manaraka ny Noely izany.

Ho an’ny Malagasy, nankalazaina omaly ny Epifania. Vitsy ihany anefa ireo antoko mpihira manamarika io vanim-potoana omaly io. Ho an’ny eto an-dRenivohitra, nankalazaina tetsy amin’ny fiangonana FJKM Tranovato Ambatonakanga ity fety kristianina ity. Kaonseritra niarahana tamin’ny atoko mpihira Fifohazana Ambatonaganka Tranovato (Afatra). Tafiditra tao anatin’ny famaranana ny fanamarihana ny faha-20 taon’ity antoko mpihira ity rahateo ny omaly, hany ka niavaka ny seho.

Niompana tamin’ny fampahafantarana ireo hira noforonina teo anivon’ny Afatra ny fandaharam-potoana. Nandreesana hira folo natao hampiorina ny finoana manoloana ny zava-tsarotra misy sy iainana amin’izao vanim-potoana izao. Hira fanao amin’ny Krismasy manana endrika hira « madinika » amin’ny gadona mifangaro toy ny gospel, reggae, salegy, sns. Tao koa ny firedonana ireo hira mahazatra fanaona antoko mpihira.

HaRy Razafindrakoto

News Mada1 partages

Andapa : le bureau de la Jirama incendié

Un incendie d’une violence inouïe s’est produit hier à Andapa. Pour des raisons qui restent encore indéterminées, le bureau de la Jirama a pris feu.

« L’origine du sinistre n’est pas encore déterminée. Aux environs de 11h, des flammes incandescentes sortaient du toit de la construction abritant le bureau de la compagnie nationale d’eau et d’électricité. Sans attendre, les riverains se sont donné la main pour éteindre le feu mais la violence des flammes a été telle que le bureau a été rapidement réduit en cendres », a expliqué une source sécuritaire.

Notons que la vieille construction en bois se trouve en face du bureau de la gendarmerie.

Mparany

 

News Mada1 partages

Cyclisme : des affiches alléchantes à l’horizon

Les évènements s’enchaînent pour les passionnés de vélo et ce dans toutes les diverses branches de la discipline. La roue tourne après le 13e Tour cycliste international de Madagascar qui a bouclé la saison 2016 de la fédération de cyclisme (FMC). Les coureurs et les têtes pensantes au sein des différentes structures ont dorénavant le nez dans le guidon pour mener à bien les compétitions nationales de l’année en cours.

La ligue d’Analamanga est d’ores et déjà au four et au moulin pour établir le calendrier de la saison en cours. Son président Naly Ravelonarivo a effectivement lancé un appel à l’endroit des clubs et autres organisateurs pour fixer les dates de leur compétition respective. En attendant, le rendez-vous le plus proche étant la DH d’Antsirabe prévu le 29 janvier suivi de la première étape du X-Country VTT le 2 avril et qui s’étalera du 21 mai au 11 juin. L’autre affiche à ne pas manquer est sans aucun doute le championnat régional d’Analamanga (ndlr, une épreuve sur route).

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Echos du week-end : la capitale était silencieuse

Le mois de janvier ressemble à une saison de repos pour les artistes. C’est le moment idéal de se poser des questions sur ses œuvres et sur sa carrière, disent certains d’entre eux. De ce fait, il n’existe quasiment pas de grand spectacle durant ce mois. Cependant, l’exception confirme la règle. Certains ont tout de même donné des shows pour inaugurer cette nouvelle année, à l’instar de Lolo sy ny Tariny,  Christelle Ratri  ou encore la chorale Afatra du FJKM Ambatonakanga…

Piment Café a bien choisi le groupe qui a inauguré la scène pour cette nouvelle année. Il s’agit du groupe Lolo sy ny tariny en donnant un cabaret vendredi dernier. Les fidèles et les nocturnes en quête de programme ont rempli la salle. L’ambiance était chaude, puisque presque chaque morceau de ce groupe les a amenés dans un état d’euphorie, surtout lorsqu’il a interprété des titres tels que «Tady vita fatomaty» ou encore «Any alavidavitra any». Mais la soirée a été à son top lors que la bande à Benny a interprété «Fibata». Ceci explique que ce groupe fait encore partie des légendes et restera toujours l’un des groupes les plus rentables. «J’ai connu ce groupe depuis que j’étais petit, mais depuis que j’avais eu la permission de sortir la nuit, je n’ai raté aucun de ses spectacles, surtout ceux qui se sont déroulés dans la capitale», a raconté l’un des fans du groupe, vendredi dernier.

Christelle Ratri Trio

De son côté, Christelle Ratri a aussi animé la salle de Fara West, sis à Faravohitra, samedi dernier. Avec la complicité de son frère Benkheli Ratri à la guitare et de son mari Andry Sylvano, le trio a séduit le public. En effet, cette petite protégée de Silo commence désormais à imposer son style dans le monde musical malgache. Accompagnée de son instrument de prédilection qui n’est autre que la guitare basse, Christelle Ratri impressionne non seulement pour son  talent mais aussi elle fait montre de charisme exceptionnel lorsqu’elle est sur scène.

Un nouvel opus pour Afatra

Lors de l’Epiphanie qui a été célebrée hier, la chorale Antoko mpihira fifohazana Ambatonakanga Tranovato (Afatra) a donné un concert à la paroisse FJKM Ambatonakanga. Vêtue d’un ensemble de couleur bleu roi, la chorale a célébré en même temps cette année ses 20 ans d’existence. Pour marquer cet évènement, elle a présenté son nouvel opus intitulé «Ho avy ny Tompo», composé d’une dizaine de titres. Ces derniers ont été interprétés durant ce concert.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

Rugby : possible dissolution du Ceni

Les dissensions sur le renouvellement du bureau de Malagasy rugby sont  pleines de rebondissements. Les différentes déclarations sur l’irrégularité du comité d’organisation de l’élection fédérale, dénommé à tort «Ceni», semblent de plus en plus convaincre les différentes entités sportives. Outre certains candidats, des anciennes gloires et des acteurs de la discipline ont informé les autorités de la situation en dénonçant à maintes reprises les anomalies liées au mode de désignation des membres du comité, procédée unilatéralement par le président de la fédération à l’insu de l’assemblée générale.

Les frasques dudit comité dépassant ses compétences sur des prises de décisions à l’instar de l’invalidation de certaine candidature, des tergiversations sur la date et le lieu des scrutins ont fini par obliger le ministère de tutelle à envisager des dispositions à son niveau pour garantir la légalité de cette élection fédérale du rugby.

D’après des sources convergentes, le ministère des Sports prononcera la dissolution du comité d’organisation de l’élection au cas où il campera sur ses positions. Si le cas se présente, les votes seront présidés par le doyen et le benjamin des présidents des ligues régionales. Cette initiative des autorités sportives ne pourra être assimilée à une ingérence, vu la situation qui prévaut, selon les textes régissant les fédérations sportives.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Chronique : la parole est aux héros très ordinaires

Nous pourrions dégoiser à loisir sur la couleur des vêtements des favorites ou sur la puissance des cylindrées des courtisans. Un mois ne suffirait pas pour énumérer la moitié des anecdotes du racket ordinaire, rien que pour le dernier trimestre 2016. L’avenir de la nation semble suspendu au bon vouloir d’une minorité qui s’illustre dans le bling bling avec un tel entrain que nous ne pouvons plus nous permettre de fustiger la démesure de nos voisins du grand continent. L’opéra bouffe de médiocre facture que nous persistons à appeler actualité politique ne fait plus sourire personne.

Le constat est déprimant.

Alors que tout concourt à niveler par le bas la teneur de nos échanges, laissons là petits fours et autres privautés qui engluent la réflexion. Nous sommes en janvier, mois de Janus, dieu romain qui préside à tout ce qui commence. Et si nous commencions par prendre de la hauteur ? Sans verser dans l’autosatisfaction béate, on s’acquitte merveilleusement bien de cette lourde tâche dans les hautes sphères, et sans oublier la réalité dans ses aspects les moins réjouissants, nous pourrions nous intéresser à ce qui marche dans ce pays.

Il ne s’agit pas d’applaudir à chaque inauguration ou à chaque don, promesse de lendemains meilleurs pour celui qui croit au Père Noël. Mettons de côté tout ce qui relève de la chose publique et intéressons-nous aux initiatives de héros très ordinaires. Ces héros d’aujourd’hui ne croient peut-être pas (ou plus) en ces hommes et ces femmes qui incarnent la politique mais ils ont toujours foi en l’homme et prennent part à la construction de leur pays sans paillettes ni gyrophares.

Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Une bonne résolution pour 2017 serait de leur donner la parole, de montrer ce qu’ils réussissent à accomplir sans tambour ni trompettes, loin des jolies toilettes et des grosses voitures.

Kemba Ranavela

 

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy tandapa ihany no niakatra teny an-dapa

Fanomezana haja fanasana ny fahatongavana any amin’ny toerana sy ara-potoana araky ny voalaza tamin’ny fanasana ny tena hanotrona lanonana. Vao mainka mitombo izany raha mahakasika raharaham-pirenena, azo lazaina fa anomezana hasina ny firenena. Tsy vitan’ny fanajana an’ilay mpanasa amin’ny maha olona azy, fa fanajana azy noho ny andraikitra sahaniny eo amin’ny toerana misy azy ao amin’ny rafitra maha fanjakana ny fanjakana.

Na iza na iza izy eo amin’izany toerana izany dia tsy afa mandingana koa ny fanajana ny rafitra mipetraka. Na tiany na tsia dia tsy maintsy mandefa fanasana ho an’ireo rehetra manam-boninahitra aray ny ambaratonga voafetran’ny arifenitra. Samy manondrotra ny tenany amin’ny fametrahana eny amin’ny sisiny ny disadisa izay mety hampisaraka. Fanomezana lanja ny firenena, na amin’ny tonon-taona toy izao na andavanandro, samy misitraka ny anjarany araky ny tandrify azy, sandany samy milanja adidy mifandraika amin’izay.

Tsy ny fisehoana fanajanajana tena no maha olo-mihaja fa ny fahendrena manaja ny sasany sy manaja ny tontolo manodidina. Anisan’izany ny fitandroana tsy hanitsakitsaka ny rafitra ijoroan’ny fanjakana.

Sarotra ny iheverana ho olona manana toe-tsaina miloloha firenena an’ireo tsy mahafehy tena handefitra amin’izany fa mbola ny “tsy tiako tarehy sy halako bika” sy ny fanaovana “zanak’Ikalahafa” ihany no manjaka ao an-tsainy sy mibaiko ny fihetsiny rehatra.

Marina fa niteraka resabe ny lanonambe teny Iavoloha. Tsy azo lavina fa tsy mifanandrify amin’ny fahasahiranan’ny mponina ny fanaovana totorebika toy ireny. Oviana moa no tsy sahirana ny vahoaka? Hatramin’izay ve dia nahasakana ny mpitondra tsy hitobatoba izany ? Tsy ny fahotana nataon’ny teo aloha no afaka atao antoka ahafahan’ny aty aoriana amin’ ny fanohizana an’ilay fanao ratsy. Olona anie fa tsy biby ary tsy kilalao fa raharaham-pirenena. Sanatria ve dia ampitahaina amin’ny fanaovana làlan-kitan-kisoa ! Na afaka heverina aza fa tsy mendrika no lany henatra ireo efa nanota toy izany nefa ankehitriny misisika ho loha-laharana eo amin’ny fitoraham-bato…

 Léo Raz

Madonline1 partages

Décharge d’Andralanitra : De nouveaux projets à l’étude

L'accès à la décharge d'Andralanitra est désormais interdit à ces habitués

Des projets de recyclage de déchets sont à l’étude concernant le dépotoir d’Andralanitra, à une dizaine de kilomètres à l’Est de la capitale, Antananarivo.

Depuis plusieurs décennies, la décharge d’Andralanitra accueille une centaine de tonnes d’ordures ménagères par jour. Sur place, il n’existe aucune structure efficace pour la transformation ou le traitement des déchets. Par contre, une centaine de personnes s’y affairent quotidiennement à la sélection d’objets éventuellement récupérables ou pour collecter, au bout d’un certain temps, des engrais naturels pour l’agriculture.

A plusieurs reprises, des tentatives de déplacer la décharge ont été initiées mais aucune localité aux environs de la capitale ne souhaite accueillir ce genre de structure. Les efforts ont été ainsi focalisés sur la gestion de la décharge d’Andralanitra.

Actuellement, les autorités communales envisagent des projets d’envergure de traitement et de recyclage des déchets. Des représentants des partenaires éventuels ont accompagné le maire de la capitale, Lalao Ravalomanana au dépotoir d’Andralanitra pour constater de visu la situation sur place.

Pour commencer, il fallait toutefois interdire l’accès à la décharge aux centaines de personnes qui y viennent quotidiennement pour la récupération de divers objets. Ce qui n’est pas sans mal pour certains d’entre eux. Mais le maire d’Antananarivo a promis des mesures d’accompagnement pour permettre à ces individus de disposer d’un minimum de revenu.

Tananews1 partages

Iavoloha : les smartphone ont été interdits d’accès

Et ce, selon les informations recueillies, pour interdire les prises de vue photographiques.

Mais dans le même temps, les appareils photos classiques eux ont été autorisés ?

Encore une organisation à la babakoto.

 

Tananews1 partages

Delestages : c’est la faute des anciens dirigeants qui n’ont rien fait bien entendu

Ah bon ?

Et depuis 3 ans, on a fait quoi alors ?

Et c’est qui qui a promis de résoudre ça en 6 mois ? Mon gardien ?

L'express de Madagascar1 partages

Affaire Soamahamanina – Les Chinois gardent leur permis

Le dossier « Soamaha­manina » n’est pas clos. La société Jiuxing Mines Sarl garde encore son permis d’exploitation du site de Soamahamanina. Le gouvernement s’en tient à unesimple suspension de ses activités. « Il n’y a que deux moyens de retirer un permis d’exploitation minière à savoir le non-paiement des frais d’administration minière et non-paiement des redevances », a déclaré Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la Présidence chargé des mines et du pétrole, vendredi à Iavoloha. Jusqu’ici l’entreprise chinoise semble être s’acquittée de ses obligations.Arrivée sur les carrières en début d’année 2016, Jiuxing Mines n’était pas la bienvenue à Soamaha­manina. Sa présence dans cette commune rurale de la région d’Itasy a fait l’objet d’une vive contestation de la population locale. Des habitants de cette commune et des villages environnants sont descendus dans la rue à plusieurs reprises pour réclamer le départ de Jiuxing Mines sarl sur le site d’exploitation.Pour calmer le jeu, le gouvernement avait décidé de suspendre les exploitations de l’entreprise chinoise à Soamahamanina le 19 juillet.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Grâce présidentielle – Corruption et détournements exclus

Comme chaque année, la cérémonie de présentation des vœux des corps constitués et diplomatique est l’occasion pour le président de la République d’octroyer la grâce présidentielle à certaines catégories de détenus. En ce début d’année 2017, il n’a pas dérogé à la règle.Seulement, le décret publié, hier, souligne que certaines catégories d’infractions sont exclues des remises de peines partielles ou totales décidées par le président Hery Rajaonarimam­pianina. Les personnes condamnées à des peines privatives de liberté pour cause de corruption, détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux, trafic de bois  précieux et d’autres ressources naturelles endémiques et rares, ainsi que, les infractions prévues par le code minier, ne sont pas concernées par la grâce présidentielle.Les condamnations pour meurtre, assassinat, attentats aux mœurs, arrestation illégale et séquestration de personne et l’évasion de détenu ou de prisonnier de guerre sont, également, exclus par le décret d’hier. Sinon, la grâce présidentielle prononcée, hier, prévoit des remises partielles de peine allant de trois à dix-huit mois, qu’il s’agisse de peines correctionnelles ou de travaux forcés et suivant le nombre d’année de détention. Pour ceux âgés de plus de 60 ans, pour les femmes, et 65 ans pour les hommes, condamnés à des peines criminelles d’au moins quinze ans, une remise totale de peine a été accordée.

G.F.R.

L'express de Madagascar1 partages

Externalisation de service

De grandes sociétés inter­nationales ont choisi d’externaliser leurs services clients à Madagascar. Selon le site En Contact, spécialisé dans la relation client, « Amazon, Canal+ Overseas, Deliveroo, PhoneandPhone.com font tous gérer partiellement leurs services clients et BPO à Madagascar ».  Ce site avait consacré une série de reportages sur Madagascar en décembre 2016. Depuis un certain temps, on constate une explosion du métiers de call center à Madagascar. Entre 2005 et 2016, 85 centres d’appels ont choisi de s’installer dans le pays.

L'express de Madagascar1 partages

219 entreprises franches

Selon les données publiées par l’Economic board deve­lop­ment of Madagascar (EDBM), la Grande île compte actuellement 291 entreprises franches.Une bonne partie de ces entre­prises exercent dans le secteur textile et habil­le­ment, et aussidans le service informa­tique et centre d’appels. On note aussi la présence d’entreprises travaillant dans le secteur halieutique, l’agriculture, l’élevage et la transfor­mation des huiles essentielles.

L'express de Madagascar1 partages

Recrutement des enseignants

La direction régionale de l’Éducation nationale lance cette semaine, le recrutement de la quatrième vague des enseignants non fonctionnaires. Elle commence demain pour la circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo-ville et d’Avaradrano. Ce jeudi pour Atsimondrano, vendredi pour Andramasina, le 16 janvier pour Ankazobe, le 17 pour Ambohidratrimo, le 19 pour Anjozorobe et le 20 janvier pour Manjakandriana. La sélection des enseignants à inscrire dans la liste des probables recrutés sera assistée par tous les corps d’enseignants de chaque Cisco.

L'express de Madagascar1 partages

Le Vonizongo, une région-refuge

Vaste subdivision de l’Imerina ancien  ecomprise entre l’Ikopa et la Betsiboka, le Vonizongo existe, selon la tradition écrite, avec l’arrivée d’Andrianentoarivo à l’époque d’Andrianjaka. Après quelques décades, ce noyau de pionniers rayonne vers le Nord et l’Ouest, à partir de Lohavohitra et Babay, les premiers sites fortifiés.De nouveaux villages fortifiés sont alors bâtis que se répartissent les Andrianentoarivo et qui symbolisent l’extrême division dans laquelle vivent les seigneuries à cette époque. Ces nouveaux fiefs sont Andranovelona, Ambohidroandriana, Mampitovy, Maharavoravo, Ambohitriraisana, Faravazo, Andrambazina, Fihaonana, Fierenana, Andranomasina et Miaramanjaka.D’après A. Mille, entre 1650 et 1795, une progression des groupes sociaux a lieu, mais ils conservent dans leurs déplacements les noms de leurs anciens villages d’origine. Cette expansion date de la prise en mains de Vonizongo par Andrianampoinimerina. Dans les années qui suivent, celui-ci fixe la limite nord de ce territoire à la région d’Andriba en y installant des avant-postes de colons-soldats à Mangasoavina, Andriba, Ambohitsimahafotsy, Malatsy et Imerimandroso.Le Vonizongo comprend à l’époque diverses parties difficiles à délimiter, car « les zones d’habitat sont entremêlées sous forme d’enclaves dispersant un même groupe territorial dans des régions souvent éloignées les uns des autres ». Et si un village possède en propre son « faritany », « l’ensemble du groupe apparaît disséminé et son territoire n’est pas une région hermétique ». Il semble qu’il existe sous Andrianampoinimerina des groupes sociaux coiffés par des groupements territoriaux, tels les Mangany qui englobent les Zafimanantsa et les Zanamanotrona.Pourtant bien que les frontières du Vonizongo soient imprécises, la plupart de ses chefs-lieux, même sous Andrianampoinimerina, ne dépassent guère vers le Nord la rivière d’Andranobe (affluent de l’Ikopa) qui borde le sud d’Ankazobe. Cette ville semble être le seul chef-lieu au nord de la rivière.Concernant les avant-postes d’Andriba, ils ne sont pas inclus dans les divisions du Vonizongo et doivent être considérés comme une avancée isolée. « La région comprise entre le sud d’Andriba et la rivière Manankazo était tenue à l’époque pour une zone inhabitée. »Le Guide annuaire de Madagascar de 1905 donne pour l’année précédente 41 673 habitants pour le Vonizongo et le Valalafotsy réunis sous le nom de Province de l’Imerina du Nord. Cette population dont la diversité date d’Andrianampoinimerina, comprend une majorité de Hovavao (20 109), des Hova (15 928) et des fractions de Manendy (1 383), de Sakalava (1023), de Masombika (originaires du Mozambique, 193) et de Tsiarondahy (2 825).Ces chiffres montrent qu’en dehors de certaines zones de concentrations, de vastes régions sont demeurées à peu près vides. En outre, la présence d’une forte proportion de Hovavao (esclaves andriana et hova affranchis, ou rachetés, ou enfuis) démontre que le Vonizongo est une zone refuge. « Probablement depuis l’époque des Vazimba. »Ce fait semble confirmé par l’inventaire des anciens villages à fossés de la région. « Un certain nombre de sites perchés, de type apparemment ancien, sont disséminés au nord de l’Andranobe et même au nord de la rivière Manankazo, en contradiction apparente avec les positions méridionales des chefs-lieux traditionnels dont l’extension atteignait à peine l’Andranobe au XVIIIe siècle. »Ainsi, des groupes plus ou moins indépendants en rupture avec leurs clans d’origine, peuplent sporadiquement ces régions réputées désertes. Même certains Andriana qui ont pour diverses raisons quitté l’Imerina central, se réfugient dans le Vonizongo en des endroits non précisés. « On ne saurait dire dans quelle mesure ces groupes se sont intégrés à la population en place ou s’ils se sont individualisés en créant des villages isolés. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara1 partages

Océan Indien : La sécurité maritime se renforce

Madagascar participera à la Réunion des membres du Code de Conduite de Djibouti, qui se tiendra demain en Arabie Saoudite.

Les membres du Code de Conduite de Djibouti se réuniront, demain, en Arabie Saoudite, à Djeddah. Chapeautée par l’Organisation Maritime Internationale, cette conférence sera un pas supplémentaire dans la coopération des 20 pays limitrophes de l’Océan Indien occidental et du Détroit d’Aden dans le renforcement de la sécurité maritime de la région. Madagascar y sera représenté. Après le succès de la conférence de Lomé d’octobre dernier, c’est au tour des membres du Code de Conduite de Djibouti de poursuivre la lutte contre l’insécurité en mer. Le Code de Conduite de Djibouti réunit toute une série d’actions concrètes et de coopérations technologiques entre les vingt nations signataires, dont l’Ethiopie, le Kenya, La Tanzanie, l’Afrique du Sud ou bien Madagascar.  Il s’agit par exemple de partager des renseignements, de mettre en place des moyens techniques comme des systèmes d’authentification des navires à longue distance. Ou de sensibiliser les différents acteurs régionaux. A Djeddah, l’ordre du jour est dans la continuité de la réunion de Djibouti de 2015. A savoir étendre les champs d’actions du Code de Conduite. Signé en 2009, le Code de Conduite concernait d’abord la lutte contre la piraterie. Il devra s’étendre désormais notamment aux trafics et au terrorisme. Madagascar, très actif au sein de ce Code de Conduite depuis le début, sera représenté par trois spécialistes de la sécurité maritime internationale : Jean Roland Randriamaro, le directeur général des transports maritimes, fluvial et aérien, le colonel Jean Hubert Zipa, DG de l’APMF (Agence Portuaire, Maritime et Fluviale) et Joseph Amade, responsable opérationnel du Code de Conduite pour Madagascar. 

Antsa R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TANY FENOARIVO ATSINANANA : Lehilahy efatra matin’ny fitsaram-bahoaka

Nisy nahatadidy ny endrik’ireo jiolahy raha mbola nivantana tamin’ny tokantrano iray teo an-tanàna izy ireo.

Nifamory noho izany ireo mpiray tanàna vao naheno izany ary nandeha nanampatra ny hatezerany tamin’ireo jiolahy.Raha tsiahivina dia ny alin’ny alarobia 23 desambra hifoha ny alakamisy 24 desambra dia nisehoan’ny fanafihana mitam-piadiana tao amin’ny Fokontany Ankoba Koaminina Ampasina-Maningory Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana.

Jiolahy miisa enina mirongo basy no nanafika mpandraharaha ara-toakerana iray. Vokany vola mitentina 40 tapitrisa Ariary no lasan’ireo jiolahy miaraka amin’ireo entam-barotra maromaro. Tsy nisy ny naratra na ny maty nandritra ny fanafihana. Nitsoaka nandositra ireo jiolahy rehefa azon’ireo ilay volabe sy ireo entam-barotra. Nisy tamin’ireo jiolahy no tsy nisaron-tava, ka nisy nahita endrika saingy tsy nahasahy nivoaka kosa ny fokonolona vokatry ny tahotra basy.

Ny alatsinainy 26 desambra dia nisy nahatsikaritra fa mivantana tao amin’ny tranon’olona tao amin’ny Fokontany Andapa Be ny telo tamin’ireo jiolahy nanafika. Nivory maika noho izany ny fokonolona. Vantany vao nahita ireo fokonolona nanatona ny trano misy azy ireo anefa izy telo lahy dia namoaka antsy lava nandrahona ireo olona nitangorona. Raikitra noho izany ny savorovoro satria tsy nihemotra ny fokonolona.

Nidiran’izy ireo tao an-trano ireo jiolahy ary tsy namelan’ny fokonolona raha tsy maty. Vokany maty novonoin’ny fokonolona avokoa izy telo lahy dia i Maradona 26 taona, Elysé 22 taona ary i Crélin 16. Tsy namelan’ny fokonolona koa ny lehilahy atao hoe Fabrice, izay nampiantrano ireo olon-dratsy raha tsy maty. Tondroin’ny fokonolona ho mpiray tendro amin’ireo olon-dratsy izy, ka izao maty niharan’ny fitsaram-bahoaka izao.

Mitontaly efatra araka izany ireo jiolahy matin’ny fitsaram-bahoaka tao amin’ny Fokontany Andapa Be Kaominina Ampasina-Manigory Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAHAZARAN-DRATSY : Nisy ireo vahiny nasaina teny Iavoloha no nisakelika sakafo nody

Araka ny fomba ratsy mahazatra ny Malagasy sasany dia nisy tamin’ireo vahiny nasaina koa no tsikaritra nivimbina sakafo nody natao tamin’ny harona sachet.

Ankoatra izay ny vahoaka isan-tokantrano kosa dia maro no tsy nanan-kohanina noho ny fahantrana nianjady tamin’izy ireo, raha ny teny Iavoloha nanao izay daniny kibony nanao havokisana hatreny an-tenda kely. Soa fa nisy ny Weak-Up Madagascar nitondra fanakianana sy fampahatsiarovantena ho an’ireo mpitondra, tetsy Antaninarenina, momba ny fanasana sy ny fihinanambe teny Iavoloha, ny zoma lasa teo.

“Raha nisy vola nolaniana teny an-dapa, maninona no tsy nojerena ny fahasahiranan’ny vahoaka izany, na nokarakaraina ny sosialim-bahoaka ?”, hoy izy ireo. Tamin’ny lahateny nataon’ingahy Filoha aza dia tsy nisy ny kabary mikasika izay sosialim-bahoaka izay mihitsy.

Raha misy marina ny fijerena ny vahoaka madinika izay nametraka izao fitondrana izao teo amin’ny toerana, dia tokony ho izy ireny no jerena mialoha, fa lasa natao anjorom-bala izy ireo amin’izao fotoana izao. Maro amin’izy ireny no mikaikaika fa efa tafiditra ao anatin’ny fahantrana lalina tanteraka izy ireo satria ny hohanina anio tadiavina rahampitso.

Azo lazaina ary hita taratra tamin’izany fa nandatsa ny vahoaka tamin’ny fihinanana sakafo ny mpitondra niaraka tamin’ny vahiny maro nasaina.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

KARIERAN’ANJOZOROBE : Maty voatifitra ny Zandary mpiambina ny zanaky ny Filoha

Ny sabotsy hariva lasa teo, Zandary iray kilasy faharoa, miasa eo anivon’ny prezidansa no sady mpiambina ny zanaka lahin’ny Filoham-pirenena no maty lavon’ny bala tany an-toerana.

Nitohy indray mantsy ny disadisa misy eo amin’ity toeram-pitandrahana vato ity raha somary efa nangina izany tato ho ato.

“Ny alakamisy teo no tonga taty aminay ny vadintany izay nilaza ny hanala ireo mpitrandraka vato ao amin’ilay kariera. Rehefa nohamarinina ny taratasy rehetra avy amin’ny Fitsarana ahafahana manatanteraka izany dia ny sabotsy teo no niara-nidina tany Anjozorobe izahay”, hoy ny fanazavana voaray. Ity Zandary maty ity niaraka tamina miaramila maromaro no voalaza fa mpiambina io toerana io, ka hanala ireto farany ao no anisany anton-diany.

Araka ny vaovao voaray, na dia nampiseho ireo taratasy mazava aza ireo mpitrandraka dia niziriziry tsy nety niala hatramin’ny farany ry zalahy fa nilaza ho mpanatanteraka baiko fotsiny ihany. Rehefa nihenjan-droa ny tady dia raikitra amin’izay ny fifampitifirana.

“Tampoka teo tonga dia nisy nitifitra tsy fanta-piaviana, ka voatery nitifitra niaro tena izahay”, araka ny vaovao voaray avy amin’ny Zandarimariam-pirenena. Raikitra, araka izany, ny fifampitifirana ka voa teo amin’ny takibany ny iray tamin’ireo Zandary mpiambina. Naratra mafy ity farany, noentina avy hatrany tany amin’ny hopitaly kanefa noho ny faverezan-dra be loatra dia tapitra teny an-dalana ny ainy.

Mbola mifamahofaho tanteraka ity trangan-javatra ity hatramin’izao. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

RAMATOA RAZANAMAHASOA CHRISTINE : "Tsy hitondra fanovana mihitsy ity fitondrana ity"

Nambarany koa fa kabary tsy sahaza ataon’ny Filohan’ny Repoblika ireny satria tsy voalaza tao anaty ny lahateny nataony ny mikasika ny famotsoran-keloka na ny “amnistie”.

Jereo fa mbola manjaka sy mahazo vahana ny delestazy, tsy mahita vahaolana amin’izany ny Filoha sy ny fitondram-panjakana. Ny tsy fandriampahalemana dia miha mahazo vahana. Tsy eto an-drenivohitra ihany fa hatrany amin’ny faritra ihany koa dia manjaka ny asan-dahalo. “Tsy hanao raha izao fitondrana izao, satria, dia mbola hisedra ny mafy sy ny fahasahiranana hatrany ny vahoaka amin’ity taona ity. Toa kabary fampandriana andrisa sy fampiesonana no natao”, hoy ity solombavambahoaka ity. “Tsy matoky izao fitondrana izao intsony ny vahoaka sy ny mpanohitra”, hoy hatrany izy.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

PETY RAKOTONIAINA : « Miaiky ny fitondram-panjakana ankehitriny fa tsy vitany ny asany »

Hoy ny fanazavana nataon’ny filoha nasionalin’ny antoko Tambatra, Pety Rakotoniaina taorian’ny lanonana fifampiarahabana nahatratra ny taona 2017, teny Iavoloha, ny zoma teo.

« Ahoana ohatra ny hanafoanana ny kolikoly izay efa lasa kolontsaina amin’ny sehatra rehetra misy eto ? », hoy Pety Rakoniaina nametra-panontaniana. « Tsy fotoanan’ny kabary intsony izao fa tokony efa vita tao anatin’ny telo taona izay ny fandinihana zavatra hatao », hoy hatrany ity filoha nasionalin’ny antoko Tambatra ity. Tena marina araka ny nambaran’ity farany ho an’ny vahoaka « miaiky ny Fitondram-panjakana fa tsy vitany ny asany ».

Tsara ny manamarika fa maro ireo mpanao politika sy olona tsotra mitovy hevitra amin’i Pety Rakotoniaina. Fa ny mahagaga dia ny filazan’ingahy Hery Rajaonarimampianina fa ny maro an’isa, hono, mankasitraka ny asa vitan’izao fitondrana izay tarihiny izao. Raha mahatoky ny tenany fa nahavita ny asa nandrasan’ny vahoaka malagasy aminy dia tokony havelan’ny Filoham-pirenena maneho hevitra malalaka ny mpanohitra ary homena toerana sahaza azy izy ireo araka amin’ny Lalàm-panorenana, ao amin’ny Antenimierampirenena fa tsy sakantsakanana amin’ny fomba an-kolaka. Hatramin’izao tsy sahy ny fitondrana Hvm ary manaiky hataon’ity farany fitaovana ny filohan’ny Antenimierampirenena ingahy Rakotomamonjy Jean Max, izay malaza fa misolelaka amin’i Hery Rajaonarimampianina.

Tsy manana hazon-damosina ny filohan’ny Antenimierampirenena ary tsy mitsinjo afa tsy ny tombontsoany sy ny an’ny fianakaviany. Porofon’izany tsy nasiany resaka mihitsy ny fahoriana mianjady amin’ny vahoaka malagasy ankehitriny izay nifidy an’ireo Solombavambahoaka izay nosoloiny tena nandritra ny kabary tsara lahatra nentiny hampandriana sy nidoka ny filoha Hery Rajaonarimampianina.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TSY FAHAZAKANA DEMOKRASIA : Tsy tafiditra tao amin’ny lapan’Iavoloha ny findain’ny mpanao gazety

Nambaran’ireo mpiambina ny Lapa sy ny arofenitra fa nisy olana ny fitondrana finday tao an-dapa tamin’izany satria nisy naka sary tamin’ny finday. Izay no antony nandraràna ny mpanao gazety tsy nahazo nitondra finday tao an-dapa.

Samy nametraka fanontaniana ireo mpanao gazety, satria misy amin’izy ireo no miditra mivantana na “directe” amin’ny radio amin’ny fampitana ny lanonana rehetra teny amin’ny lapa.

Nampanantsoina ny filohan’ny Holafitry ny mpanao gazety niaraka tamin’ireo arofenitra sy ny mpiambina, ka hita ihany ny marimaritra iraisana taorian’izay, fa tsy afaka maka sary amin’ny finday ny mpanao gazety. Hentitra ireo mpiambina nilaza izany. Ankilany dia midika ho tsy fahazakana demokrasia ny tsy fampiasana ny fitaovan-tseratsera toa izao.

Satria, vao maka sary amin’ny finday dia afaka ampitaina amin’ny facebook vetivety avy hatrany ny zava-nitranga. Tokony hisy ny fampanjakana ny demokrasia eto ary tokony afaka haneho hevitra an-kalalahana na mampiasa fitaovana toy ny finday, fakan-tsary, kamera sy ny sisa, fa tsy horaràna tahaka izao.

RaJean

News Mada0 partages

Tennis – Afrique Australe : les choses sérieuses peuvent commencer

C’est parti pour une nouvelle campagne africaine pour les jeunes raquettes malgaches qui vont disputer le championnat d’Afrique australe à partir de ce jour à Windhoek, Namibie. Dina Razafimahatratra s’est envolé hier avec 10 joueurs qui sont fin prêts à échanger des coups avec leurs condisciples africains après un travail de dur labeur pendant le regroupement national.

Madagascar sera bel et bien présent au championnat d’Afrique australe U14 et U16 qui débutera ce jour et prendra fin le 18 janvier à Windhoek, Namibie. Les dix jeunes raquettes affichent un air optimise avec l’ambition de décrocher le maximum de tickets pour la joute continentale prévue en Afrique du Sud au mois de mars. Pour rappel, la délégation malgache prendra part aussi bien au tableau individuel que par équipe. La jeune Daniela Tafangy (ndlr, ancienne championne d’Afrique australe U12) qui devait prendre la place d’Yaëlle Vaissaud en U14 filles, ne sera pas du voyage, faute de moyens.

Ainsi, les sœurs Mialy et Narindra Ranaivo seront sur plusieurs fronts pour défendre les couleurs de la Grande île. Chez les garçons, la liste reste inchangée. La fédération malgache (FMT) et les fans comptent sur le talent de Toky Ranaivo, Fenosoa Rasendra et Lanja Rakotozandriny en U14. Dans la catégorie U16, Tsantaniony Iariniana, Finaritra Andriamadison et Fitia Ravoniandro batailleront dur chez les filles. Du côté des garçons, seuls Heninkaja Razafindrakoto et Haritsiky Rajaonah monteront sur les courts.

Force est de rappeler que ces jeunes ont toutes les chances d’émerger du lot malgré l’absence de certaines pièces maîtresses. En tout cas, la FMT, les parents et les techniciens ont tout donné pour les mettre sur le même pied d’égalité avec leurs adversaires si l’on ne cite que les séances d’entraînement au Les Hérons ainsi qu’au complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona, équipés d’  infrastructures qui suivent les normes internationales.

Rojo N.

Les joueurs :

U14 filles :

-Mialy Ranaivo

-Narindra Ranaivo

U14 garçons :

-Toky Ranaivo

-Fenosoa Rasendra

-Lanja Rakotozandriny

U16 filles :

– Tsantaniony Iariniaina

-Finaritra Andriamadison

-Fitia Ravoniandro

U16 garçons :

-Heninkaja Razafindrakoto

-Haritsiky Rajaonah

Coach : Dina Razafimahatratra

 

Ino Vaovao0 partages

FITANTANANA TANANA : Misy mitady hanakorontana ny Kaominina Mahajanga

Tanjony amin’izany araka ny fantatra dia ny hanovana ho PDS ny Ben’ny tanàna MAPAR, Mokhtar Andriantomanga, izay mitantana ny tanàna ao an-toerana.

Nambaran’ny mpitantana ny tanàna, Mokhtar Andriantomanga fa “efa manomboka miarin-doha ny toe-bolan’ny Kaominina ankehitriny, ka afaka manome karama ara-potoana ny mpiasany izy”. Sambany koa tamin’ity taona ity no sady nahazo ny karama mialoha ny krismasy no nahazo akoho hanaovana fety ny mpiasan’ny Kaominina. Volan’ny Kaominina madiodio no nahafahana nanao izany fanampiana ny mpiasa izany. Izay indrindra no voalaza fa tsy aritry ny mpanao politika, araka ny nambaran’ity Ben’ny tanàna MAPAR ity satria atahorana ho voafidy fanindroany izy amin’ny fifidianana manaraka.

“Manoloana izany dia misy miezaka manefa mpikarama an’ady manakorontana izay rehetra ataony, hoy hatrany izy, nefa aoka ny tantara no hitsara satria misy farany raha jiaby”. “Tanjoko dia ny hampandroso ny tanàna sy ny fanovana ny toetsain’ny mponina mba ho samy tompon’andraikitra ny rehetra fa tsy hiandry Fanjakana lava”, hoy hatrany izy. Ohatra noraisiny tamin’izany ny famongorana ny tefoedra kasainy hatao eto Mahajanga satria dia efa mihanaka eto izy io. Misy araka izany ny fametrahana fitaovana manokana na ny hydrocureur haka ireo maloto avy amin’ny trano fivoahana sy hitatitra izany eny amin’ny toerana fikarakarana sy fanodinana azy ho zezika eny Marohogo.

Manoloana izany dia nanambara ny ben’ny tanàna fa “tokony halalahana ny lalana ka esorina ireo trano miorina anaty lalana any amin’ny Fokontany hahafahan’io “hydrocureur” io mandalo sy miditra anaty Fokontany any”. Efa maro sahady ny mimenomenona fa tokony ho bôjo ny fampiasana io “hydrocureur” io. Misy koa ny tsy te-hanara-dalàna sy hanaja ny fanajariana ny tanàna ka tsy te-hokasihina ireo trano miorina tsy ara-dalàna anaty lalana. Raha ny zava-misy amin’izao anefa ka tsy mandeha tsara ny fanadiovana ka ny vahoaka hatrany no hizaka ny vokany amin’ny valanaretina isan’andro ary tsy ho afaka mihitsy ny valanaretina ‘typhoide’.

Miantso ny rehetra hijery hatrany ny tombontsoa iombonana sy tombontsoan’ny tanàna ny Ben’ny tanàna.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

IAVOLOHA : Mba tsotsotra sady tsy nampidera bika be loatra ny fitafian’ny vadin’ny Filoha

Tamin’ny taon-dasa mantsy dia niteraka resabe sy nahabe resaka ho an’ny vahoaka mihitsy ny fitafiana nanaovan’ny vadin’ny Filoha fa tamin’ny zoma lasa teo dia hafa ny fitafy nanaovany satria somary tsotsotra ary nahavariana ireo vahiny nasaina io fitafy nanaovany io.

Ankilany anefa dia nanana ny fianjaikany ihany koa ny vadin’ny minisitra, ny Solombavam-bahoaka, ny Ben’ny tanànan’Antananarivo renivohitra sy ny an’ireo vahiny nasaina.

Na teo amin’ny fitafin’ny lehilahy izany na teo amin’ny vehivavy dia samy nanana ny nampiavaka azy. Hita niavaka kosa ny an’ny vadin’ny Filoha raha narevaka kosa ny an’ireo vadina filohana andrimpanjakana.

RaJean

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy tetezamitatra fa…

Hiitatra daholo ! Izay no fikasan’ny avy ao anivon’ny fitondram-panjakana mikasika ireo raharaha rehetra heverina fa mitana ny hoavin’ity firenena ity sy ny fitohizan’ain’ireo mpiara-belona heverina fa nahitan’ireo tanora ankehitriny masoandro.

 Tsy misy tsy mahalala amin’izao fotoana fa miitatra amin’ny taona 2019 ny fifidianana ny filoham-pirenena handimby ny fitantanana indray izao vahoaka tsy mandady harona sy efa fadiranovan’ny fahantrana izao. Toy izany koa ny salan-taom-pahazoana misotro ronono eny anivon’ireo orinasam-panjakana satria dia lasa 65 taona vao voalaza fa afaka misitraka izany. Mbola mafana moa ny adihevitra na eny anivon’ny fiarahamonina na eny anivon’ireo haino aman-jery mikasika an’io fanapahan-kevitra io. Anisan’ny tsikera voalaza ny hoe malaina ny handoa vola ho an’ireny efa voky taona ireny ny fitondrana rehefa misotro ronono izy ireo. Mety malaina ny handray ireo tanora vao misondrotra sy avara-pianarana vaovao ihany koa satria tsy haharaka ny karama takian’ny tinadin’ny fisondrotry ny vidim-piainana iainan’ireo tanora ankehitriny ny tetibolam-panjakana ka dia aleon’ny fitondrana mampiakatra ireo ela nietezana satria tsy mandany vola. Fihetsika te hanitatra fitondrana no hita ataon’ireo mpitondra antsika ankehitriny. Saingy ny fanontaniana mipetraka dia hoe tsy tetezamitatra fa inona ?

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika SpesialistaHamoaka raki-kira « Best of » tena raitra

Tsy handalo fotsiny ity taona vaovao 2017 ity ho an’ny tarika Spesialista. Fomba fiasa sy fijery vaovao ihany koa mantsy no hoentiny hanomezana fahafaham-po ireo mpankafy azy raha araka ny fanazavan-dRandrianasolo Hugues lehiben’ny tarika.

 Lohalaharana amin’izany  ny famoahana ilay raki-kirany fahatelo tena raitra mirakitra ireo karazan-kira nahafantarana ny tarika hatramin’izay na Best of. Hiavaka io raki-kirany io, hoy hatrany ny lehiben’ny tarika na ilay antsoina hoe : voatokana mihitsy satria dia hampidirina ao anatin’io raki-kira io ihany koa ireo karazan-kira taloha mbola tavela any am-pon’ny mpankafy nahafantarana ireo mpanakanto avy any amin’ny faritra maro samihafa toy ny tarika Dorce Groupe izay hohirain’ny tarika Spesialista. Any amin’ny tapak’ity taona vaovao 2017 ity no fantatra fa hamoahan’izy ireo raha tsy misy ny sampona. Manantena ny hitohizan’ny fiaraha-miasa amin’ny mpankafy azy rehetra ny tarika, araka izany. Marihina fa tsy mionona fotsiny amin’ny fampisehoana ny tarika fa afaka manafana lanonana ihany koa ho an’ireo izay mila izany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Retirety eo amin’ny faha-65 taonaMiteraka adihevitra be

Mikorontana ny sain’ireo mpiasam-panjakana am-perinasa taorian’ny fanambaran’ny minisitry ny Fitantanana sy Tetibola Rakotoarimanana Gervais ny alakamisy 29 desambra 2016 fa mihemotra ho 65 taona ny fotoana fisotroan-dronono ho an’ny fonksionera.

Niteraka adihevitra be teo anivon’ny fiarahamonina Malagasy mihitsy moa io fanapahan-kevitra io, indrindra ireo mpiasam-bahoaka voakasik’izany manokana. Mizara roa mazava tsara moa ny hevitra amin’izao fotoana izao ka misy ireo miombon-kevitra amin’ny minisitry ny Fitantanana sy ny Tetibola. Ao ihany koa ireo mitsivalana sy tsy manaiky izany. Nilaza kosa anefa ny minisitry ny Asam-panjakana sy ny Lalàna sosialy fa sosokevitra ohatra ny tolokevitra rehetra ihany izy iny ny alarobia 4 janoary 2017 teo. Masontsivana maro rahateo no tsy maintsy jerena mialoha ny fanapahan-kevitra hentitra, hoy ny minisitra Maharante Jean de Dieu. Anisan’izany ny fijerena akaiky ny tontolon’ny tanora Malagasy na koa ny lafiny fitantanam-bolam-panjakana. Mandeha kosa ny feo ankehitriny fa fepetra iray takian’ireo mpamatsy vola ity fanemorana ny taonan’ny mpiasam-panjakana Malagasy handeha hisotro ronono ho 65 taona ity. Hita ho tena kely anefa ny herijika hahatafita eny amin’ny Antenimieram-pirenena ny volavolan-dalàna manova taona ny handehanan’ny mpiasa misotro ronono ho 65 taona ity, raha tena mihaino sy mitondra ny feom-bahoaka marina ny solombavambahoaka. Lavin’ny ankamaroan’ny Malagasy io vinavinan’ny minisiteran’ny fitantanam-bola sy ny tetibola io. Efa famonoana olona ny mbola hanitarana hatramin’ny 65 taona ny taona hiasana, hoy ny sasany. Betsaka ny tanora tsy an’asa ka aleo ho an’ny tanora ny toerana, fa tsy bodoin’ny zokiolona efa tsy hamokatra firy intsony, hoy ny hafa

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny mponinaTokantrano ana hetsiny misitraka “Vatsin’ankohonana”

Taorian’ny fahataperan’ny taom-piasana 2016, dia misy ny tomban’ny asa vita ho an’ny minisiteran’ny mponina, izay tarihin’ny minisitra Onitiana Really.

 Sady taom-pamafazana iny taona lasa iny no taom-piotazana ho an’ity minisitera ity, satria maro ny vokatra azo tamin’ny fifandresen-dahatra sy fitadiavana fiaraha-miombon’antoka amin’ny mpamatsy vola, mba hikatsaham-bahaolana manoloana ny olana ara-tsosialy eto Madagasikara. Nanombohana izany ilay tetikasa “vatsin’ankohonana”, izay misy famatsiana mahatratra 40 miliara dolara, ka ny 11,5 miliara tamin’ireo no nisantarana izany, ary distrika miisa 7 no nanombohana azy, ka i Betafo no nisantarana azy ny taona 2014 ary nanaraka azy i Toamasina II, Mahanoro, Betioky Atsimo, Vohipeno, Ambohimahasoa, Faratsiho, tamin’iny taon-dasa iny. Kaominina miisa 69 ahitana tokantrano 39 746, izay misy olona 198 730 no misitraka fanampiana ara-bola manodidina ny 20 000Ariary ka hatramin’ny 30 000Ariary isan-tokantrano isaky ny 2 volana ao anatin’ny 5 taona. Anisan’ny nifantohana betsaka ny famahana ny olana any Atsimon’ny nosy noho ireo olona maro sosona toy ny tsy fanjarian-tsakafo sy ny hain-tany any an-toerana, ka tokantrano miisa 65 000 ahitana olona hatrany amin’ny 325 000 no misitraka fanampiana mitentina 35,5 tapitrisa dolara avy amin’ny Banky iraisam-pirenena. Mifanindran-dalana amin’ny vatsin’ankohonana ilay tetikasa “Ndao hianatra”, ka mpianatra avy eny amin’ny ambaratonga fototra miisa 2 968 no mahazo fanampiana ara-bola mitentina 10 000Ariary isam-bolana, raha toa ka mpianatra miisa 8 400 eny amin’ny ambaratonga faharoa misitraka 20 000 Ariary ho an’ny eny amin’ny ambaratonga faharoa, izay samy maharitra 3 taona avokoa. Raha ny tombana ankapobeny dia faritra 7 ahitana distrika 12 sy kaominina 108 no efa misitraka ny vatsin’ankohonana amin’izao fotoana izao, ka mahatratra 104 746 ny tokantrano mahazo fitsinjovana manokana.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraVoafehy ny fahadiovan’ny tanàna

Niova tokoa Antananarivo. Manana mpitantana tena tompon’andraikitra. Isan-taona toy izao dia miakatra ny feo, ary saika lohatenin-gazety isan’andro ny fako mivangongo etsy sy eroa ary koa ny fofona aterany

, indrindra amin’ny fotoam-pahavaratra fiakaran’ny voankazo isan-karazany toy izao. Fako, misy isan’andro io ary an-jatony taoniny no tsy maintsy esorina eto Antananarivo Renivohitra isan’andro na miaina amin’ny eo am-pelatanany aza ny kaominina, tsy omen’ny Fanjakana foibe fanampiana ara-bola na efa voatondron’ny lalàna aza ny fisian’io fanohanana ara-bola io. Manomboka voafehy anefa izany, voaalan’ny SAMVA ara-potoana ny fako. Resaka toetsaina sy ny fahazaran-dratsin’ny mponina no sisa toy ny fanariana fako ivelan’ny dabam-pako sy anaty tatatra ; manginy fotsiny ny loto avelan’ny mpivarotra amoron-dalana. Fifampitaizana sy fahatsapan-tena ny amin’io, ary ezaka mitohy. Raha te hanana ny tsara sy tontolo iainana madio anefa dia mila fandraisan’andraikitra sy fandavan-tenan’ny isam-batan’olona, ary ho mendrika ny maha renivohitry ny firenena azy Antananarivo.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

FampianaranaHiverina an-tsekoly indray ny mpianatra

Vita hatreo ny fialantsasatry ny Noely. Hisantatra ny telo volana faharoa indray ny ankamaroan’ny mpianatra manomboka anio, indrindra ny amin’ny sekolim-panjakana. Hiditra amin’ny tena votoatin’ny fianarana amin’izay ny mpianatra manomboka eto.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

BUCAS AntanimenaHampirisika amin’ny asa famokarana

Zina ny taona 2016 lasa teo ho an’ny birao mpandrindra ny asa sosialy eto Antananarivo na ny BUCAS satria dia tratra ny tanjona, hoy ireo tompon’andraikitra ary mihoatra izay novinavinaina aza.

 

 Raha ny tatitra voaray avy eo anivon’ity birao ity dia maherin’ny 170 tamin’ny taon-dasa ireo olon-dehibe niverina nahay namaky teny sy manoratra ary mikajy raha nanaraka ny fiofanana nomeny. Maherin’ny 800 kosa ireo fianakaviana izay efa mirotsaka amin’ny fikajiana ny tontolo iainana rehefa mamokatra raha toa ka 300 no novinavinaina. Ny mikasika ny fahaiza-mitantana eo am-pihariana dia nahatratra 900 mahery ireo tantsaha nirotsaka tamin’ny fitarihan-dalana izany raha toa ka 300 no novinavinaina. Vain-dohan-draharaha amin’ity taona ity ny fivoizana ny famokarana eny ifotony amin’ny alalan’ny fiaingana amin’ny antsoina hoe « Fihavanana » sy « Firaisankina ».

Mirija  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Latsaka mbamin’ny….!

Manao ahoana ry Jean a ! Ahoana indray izany sinemanareo mianakavy nikoropaka izany fa hoe maro ny handao ny seza amam-boninahitra atsy ho atsy ity e ?

Marco 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana governemantaRoland Ratsiraka no voalohany ?

Misoko miadana ny kajikajy isan-karazany amin’ny fifidianana amin’ny taona 2018. Mivoaka tsikelikely ny resaka amin’ny ho firotsahan’i Roland Ratsiraka,

 ary voalaza fa misy vondrona firenena vahiny matanjaka ao ambadiky ny firotsahany, ka anisan’ny mivoy ny tsy hirotsahan’ireo kandida matanjaka amin’ny alalan’ilay “ni...ni…” ireo vondrona mpanohana ireo. Tsikaritra ho ratsy fifandraisana amin’ny HVM ny tenany ankehitriny ary efa manomana tsikelikely ny lalan-kivoahany ao anatin’izao fitondrana izao. Mivoaka ihany koa ny vaovao fa hisy ny fanovana ny mpikamban’ny governemanta ato ho ato, ka minisitra 20 no mety hiala amin’ny toerany ary ireo tena olona akaiky ny filoha, izany hoe ho HVM hiringiriny no handrafitra izany, ka anisan’ireo hodakana i Roland Ratsiraka. Olona nanenjika izao fitondrana izao ny tenany tamin’ny fihodinana voalohan’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2013, ary tsy ananan’ny HVM fitokisana feno fa setrin’ny fanohanana an-dRajaonarimampianina nandritra ny fihodinana faharoan’ny fifidianana no nampidirana azy tao. Efa nilaza ho manana dosie mikasika ny afera maloton’i Hery Rajaonarimampianina sy ny fanjakana izy saingy nangina hatreto, rehefa tafiditra tanaty fitondrana. Ho sahin’ity mpanao politika ity ve ny hamotsipotsitra ny afera maloto nisy nandritra ny 3 taona nitondran-dRajaonarimampianina sy hamoaka amin’izay ilay nambara ho dosie maloto tamin’ny taona 2013 ? Mitifitra lanitra mba hahavoazana tendrombohitra amin’ny fivarotana vato ho takalon’ny seza toy ny tamin’ny 2013 ve ny tenany sa efa tena vonona ny handrombaka fahefana sy hifanandrina amin’ireo kandida azo hambara fa manana herijika kokoa noho izy ? Malaza ho tompon’ny afera izy ankehitriny ary re fa efa vonona amin’ny hoenti-manana amin’ny fifidianana noho ny vola efa voaangony. Voalaza ihany koa fa manana fahatokisan-tena noho ny fianteherany fatratra amin’ireo vondrona firenena maromaro handrotsaka azy sy miketrika ny fisakanana ireo mpifaninana hafa atahorana izy.

Toky R.

 

 

Madonline0 partages

Sans-abris : Une sensibilisation difficile à Antananarivo

Très peu de sans-abris viennent au centre qu leur est destiné. Photo: ministère de la Population

Deux centres d’accueil pour les sans-abris et sans domiciles fixes, qui passent la nuit dans les rues de la capitale, ont été mis en place récemment. Mais les agents du ministère de la population viennent de se rendre compte que très peu d’entre les sans-abris d’Antananarivo y sont attirés.

Localisés dans deux quartiers contigus, Isotry et Ambalavao Isotry, les deux centres d’accueil ont une capacité respective de 1000 et de 800 personnes, mais durant la fête de Noël, à peine une centaine de personnes décidé d’y passer.

Malgré une série de sensibilisation effectuée auprès des sans domiciles fixes, qui passent la nuit dans les rues ou sous les deux tunnels de la capitale, il n’y a pas eu de résultat satisfaisant. Pour des raisons non encore explicables, pour le moment, la plupart des sans-abris semblent préférer passer la nuit dehors.

Une tentative de les déplacer par la force a été décidée par la mairie de la capitale à un certain temps, mais une fois qu’on leur laisse le libre-choix, les sans-abris optent pour la rue. Initialement, pourtant, les centres d’Isotry et d’Ambalavao Isotry étaient censés les accueillir la nuit pour qu’ils puissent vaquer à leurs occupations habituelles durant le jour. Mais la situation n’a pas beaucoup évolué. La sensibilisation s’avère compliquée.

Au cours des dernières décennies, cependant, on a assisté à une augmentation sensible du nombre de personnes, souvent avec des enfants et des nouveau-nés, qui passent leur vie, nuit et jour, dans les rues de la capitale.

Le phénomène est incontestablement lié à l’exode rural d’une frange non négligeable de la population. L’une des principales conséquences est le manque d’hygiène et la prolifération de la défécation à l’air libre à différents endroits d’Antananarivo. Un problème sanitaire de plus en plus fréquent et inquiétant mais qui reste sans solution durable. Car les actions manu militari pour faire déplacer les sans-abris ne sont pas toujours vues d’un très bon œil par une partie de la population de la capitale. Un choix difficile pour les autorités communales et gouvernementales.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Andry Rajoelina confirmée par la HCC

Une poignée de main entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Image inédite qui malheureusement a échappé à la grande famille de la presse et des malgaches ayant suivi en direct sur la télévision nationale la proclamation des résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle à la Haute Cour Constitutionnelle hier à Ambohidahy. Le candidat N°25 a ainsi félicité le candidat N°13 qui a officiellement remporté cette élection et est devenu à nouveau président de la République malgache mais cette fois-ci élu.

La victoire d’Andry Rajoelina a été officiellement confirmée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) hier. Avec 55,66% des suffrages exprimés contre 44,34% pour Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina revient au pouvoir et sera le septième président de la république de l’histoire de Madagascar. Les 305 requêtes déposées par les deux candidats ou leurs partisans à la HCC ont la plupart été rejetées souvent pour manque de preuves. Sans surprise, la HCC n’a ainsi fait que confirmer les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 27 décembre dernier.

Malgré la tension politique et les contestations dans la rue des résultats provisoires publiées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), conduites notamment par ses partisans ces derniers jours, l’ancien président Marc Ravalomanana a fait preuve d’un fair-play remarquable. Même Andry Rajoelina n’a pas manqué de saluer le geste louable de son adversaire. « Je remercie le candidat Marc Ravalomanana de m’avoir félicité à la sortie de la HCC », a-t-il déclaré lors de sa première allocution adressée à ses partisans à l’immeuble Arena à Ivandry.

Hier dans l’après-midi, des établissements scolaires dans la circonscription de Tana ville dont des écoles privées et publiques qui se situent aux alentours d’Ambohidahy ont annulé les cours par mesure de sécurité. En effet, certains observateurs appréhendaient des débordements après cette proclamation des résultats. La confirmation de cette victoire a certainement causé des frustrations du côté des partisans de Marc Ravalomanana mais le calme a malgré tout régné dans l’attente de ces résultats.

Du côté du camp Rajoelina, c’est dans une liesse populaire que ses partisans ont salué le nouveau président de la République lors de son passage à Analakely. Le bain de foule et la cortège dans les rues de la capitale se sont déroulés sans aucun incident, ni manifestation d’hostilité.

L’explication de ce climat d’apaisement qui a régné dans la journée d’hier et de l’acceptation des résultats se trouverait peut-être dans le communiqué de Serge Zafimahova, coordonnateur général de la campagne électorale du candidat Marc Ravalomanana. « Les membres de la Ceni et de la HCC sont des hontes de la République mais si on ne respecte pas un minimum de cadre institutionnel, le pays ira vers le chaos. Tout patriote pétri de bon sens partagera cette opinion en tenant compte de la décision de la HCC », indique-t-il avant de souhaiter bonne chance à Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de félicitations

 Rivo RakotovaoLa réaction du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao ne se fait pas attendre. Dans un communiqué de la présidence, il a adressé un message de félicitation au nouveau président de la République, démocratiquement élu. « Les élections ont été transparentes et inclusives et les résultats sont reconnus par tous. Aussi, je vous adresse mes plus chaleureuses félicitations, et forme les vœux pour que vous puissiez mener à bien la destinée de notre pays en tant que Président réconciliateur et soucieux du bien commun. Que Dieu vous garde dans l’accomplissement de votre noble mission au service de notre patrie et de tout peuple malgache ».

 Christian NtsayLe Chef du gouvernement, Christian Ntsay, ne manque pas non plus de féliciter officiellement le nouveau président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina et lui souhaite pleine réussite dans sa mission de redressement et de développement du pays. Il exhorte par ailleurs toute la population malgache à continuer dans la voie de l’apaisement jusqu’à la cérémonie d’investiture du nouveau Président et au-delà, afin de permettre au pays d’entrer en toute sérénité dans ce nouveau tournant de son histoire.

 Alphonse MakaPour le président du Conseil du Fampiavanana Malagasy (CFM), l’année 2019 est un grand tournant pour la démocratie. Madagascar a un nouveau président, et il en félicite particulièrement le nouveau président de la République, démocratiquement élu. Alphonse Maka salue également le geste de Marc Ravalomanana d’avoir félicité Andry Rajoelina pour sa victoire. « Cela a beaucoup de signification pour l’avenir meilleur du pays », a-t-il indiqué. Cet ancien journaliste d’appeler par la suite les Malgaches à rester calme et à respecter les décisions de la Haute cour constitutionnelle (HCC)

 Mbola RajaonahL’homme d’affaires, Mbola Rajaonah que l’équipe du Mapar d’Andry Rajoelina, a particulièrement accusé d’avoir manipulé les voix en faveur du candidat Marc Ravalomanana lors du premier tour du scrutin, a également tenu à féliciter l’ancien président de la Transition : « Dans le respect de la démocratie et du choix du grand nombre, je vous adresse mes félicitations pour votre élection. Je me permets d’espérer que ce résultat conduise notre pays, le pays que nous partageons, vers des horizons plus cléments. Raiamandreny de tous les Malgaches, vous êtes aujourd’hui investi d’une mission sacrée pour le bien de tous, je souhaite que vous réussissez »

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de félicitations

 Rivo RakotovaoLa réaction du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao ne se fait pas attendre. Dans un communiqué de la présidence, il a adressé un message de félicitation au nouveau président de la République, démocratiquement élu. « Les élections ont été transparentes et inclusives et les résultats sont reconnus par tous. Aussi, je vous adresse mes plus chaleureuses félicitations, et forme les vœux pour que vous puissiez mener à bien la destinée de notre pays en tant que Président réconciliateur et soucieux du bien commun. Que Dieu vous garde dans l’accomplissement de votre noble mission au service de notre patrie et de tout peuple malgache ».

 Christian NtsayLe Chef du gouvernement, Christian Ntsay, ne manque pas non plus de féliciter officiellement le nouveau président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina et lui souhaite pleine réussite dans sa mission de redressement et de développement du pays. Il exhorte par ailleurs toute la population malgache à continuer dans la voie de l’apaisement jusqu’à la cérémonie d’investiture du nouveau Président et au-delà, afin de permettre au pays d’entrer en toute sérénité dans ce nouveau tournant de son histoire.

 Alphonse MakaPour le président du Conseil du Fampiavanana Malagasy (CFM), l’année 2019 est un grand tournant pour la démocratie. Madagascar a un nouveau président, et il en félicite particulièrement le nouveau président de la République, démocratiquement élu. Alphonse Maka salue également le geste de Marc Ravalomanana d’avoir félicité Andry Rajoelina pour sa victoire. « Cela a beaucoup de signification pour l’avenir meilleur du pays », a-t-il indiqué. Cet ancien journaliste d’appeler par la suite les Malgaches à rester calme et à respecter les décisions de la Haute cour constitutionnelle (HCC)

 Mbola RajaonahL’homme d’affaires, Mbola Rajaonah que l’équipe du Mapar d’Andry Rajoelina, a particulièrement accusé d’avoir manipulé les voix en faveur du candidat Marc Ravalomanana lors du premier tour du scrutin, a également tenu à féliciter l’ancien président de la Transition : « Dans le respect de la démocratie et du choix du grand nombre, je vous adresse mes félicitations pour votre élection. Je me permets d’espérer que ce résultat conduise notre pays, le pays que nous partageons, vers des horizons plus cléments. Raiamandreny de tous les Malgaches, vous êtes aujourd’hui investi d’une mission sacrée pour le bien de tous, je souhaite que vous réussissez »

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de félicitations

 Rivo RakotovaoLa réaction du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao ne se fait pas attendre. Dans un communiqué de la présidence, il a adressé un message de félicitation au nouveau président de la République, démocratiquement élu. « Les élections ont été transparentes et inclusives et les résultats sont reconnus par tous. Aussi, je vous adresse mes plus chaleureuses félicitations, et forme les vœux pour que vous puissiez mener à bien la destinée de notre pays en tant que Président réconciliateur et soucieux du bien commun. Que Dieu vous garde dans l’accomplissement de votre noble mission au service de notre patrie et de tout peuple malgache ».

 Christian NtsayLe Chef du gouvernement, Christian Ntsay, ne manque pas non plus de féliciter officiellement le nouveau président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina et lui souhaite pleine réussite dans sa mission de redressement et de développement du pays. Il exhorte par ailleurs toute la population malgache à continuer dans la voie de l’apaisement jusqu’à la cérémonie d’investiture du nouveau Président et au-delà, afin de permettre au pays d’entrer en toute sérénité dans ce nouveau tournant de son histoire.

 Alphonse MakaPour le président du Conseil du Fampiavanana Malagasy (CFM), l’année 2019 est un grand tournant pour la démocratie. Madagascar a un nouveau président, et il en félicite particulièrement le nouveau président de la République, démocratiquement élu. Alphonse Maka salue également le geste de Marc Ravalomanana d’avoir félicité Andry Rajoelina pour sa victoire. « Cela a beaucoup de signification pour l’avenir meilleur du pays », a-t-il indiqué. Cet ancien journaliste d’appeler par la suite les Malgaches à rester calme et à respecter les décisions de la Haute cour constitutionnelle (HCC)

 Mbola RajaonahL’homme d’affaires, Mbola Rajaonah que l’équipe du Mapar d’Andry Rajoelina, a particulièrement accusé d’avoir manipulé les voix en faveur du candidat Marc Ravalomanana lors du premier tour du scrutin, a également tenu à féliciter l’ancien président de la Transition : « Dans le respect de la démocratie et du choix du grand nombre, je vous adresse mes félicitations pour votre élection. Je me permets d’espérer que ce résultat conduise notre pays, le pays que nous partageons, vers des horizons plus cléments. Raiamandreny de tous les Malgaches, vous êtes aujourd’hui investi d’une mission sacrée pour le bien de tous, je souhaite que vous réussissez »

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Andry Rajoelina confirmée par la HCC

Une poignée de main entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Image inédite qui malheureusement a échappé à la grande famille de la presse et des malgaches ayant suivi en direct sur la télévision nationale la proclamation des résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle à la Haute Cour Constitutionnelle hier à Ambohidahy. Le candidat N°25 a ainsi félicité le candidat N°13 qui a officiellement remporté cette élection et est devenu à nouveau président de la République malgache mais cette fois-ci élu.

La victoire d’Andry Rajoelina a été officiellement confirmée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) hier. Avec 55,66% des suffrages exprimés contre 44,34% pour Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina revient au pouvoir et sera le septième président de la république de l’histoire de Madagascar. Les 305 requêtes déposées par les deux candidats ou leurs partisans à la HCC ont la plupart été rejetées souvent pour manque de preuves. Sans surprise, la HCC n’a ainsi fait que confirmer les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 27 décembre dernier.

Malgré la tension politique et les contestations dans la rue des résultats provisoires publiées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), conduites notamment par ses partisans ces derniers jours, l’ancien président Marc Ravalomanana a fait preuve d’un fair-play remarquable. Même Andry Rajoelina n’a pas manqué de saluer le geste louable de son adversaire. « Je remercie le candidat Marc Ravalomanana de m’avoir félicité à la sortie de la HCC », a-t-il déclaré lors de sa première allocution adressée à ses partisans à l’immeuble Arena à Ivandry.

Hier dans l’après-midi, des établissements scolaires dans la circonscription de Tana ville dont des écoles privées et publiques qui se situent aux alentours d’Ambohidahy ont annulé les cours par mesure de sécurité. En effet, certains observateurs appréhendaient des débordements après cette proclamation des résultats. La confirmation de cette victoire a certainement causé des frustrations du côté des partisans de Marc Ravalomanana mais le calme a malgré tout régné dans l’attente de ces résultats.

Du côté du camp Rajoelina, c’est dans une liesse populaire que ses partisans ont salué le nouveau président de la République lors de son passage à Analakely. Le bain de foule et la cortège dans les rues de la capitale se sont déroulés sans aucun incident, ni manifestation d’hostilité.

L’explication de ce climat d’apaisement qui a régné dans la journée d’hier et de l’acceptation des résultats se trouverait peut-être dans le communiqué de Serge Zafimahova, coordonnateur général de la campagne électorale du candidat Marc Ravalomanana. « Les membres de la Ceni et de la HCC sont des hontes de la République mais si on ne respecte pas un minimum de cadre institutionnel, le pays ira vers le chaos. Tout patriote pétri de bon sens partagera cette opinion en tenant compte de la décision de la HCC », indique-t-il avant de souhaiter bonne chance à Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Andry Rajoelina confirmée par la HCC

Une poignée de main entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Image inédite qui malheureusement a échappé à la grande famille de la presse et des malgaches ayant suivi en direct sur la télévision nationale la proclamation des résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle à la Haute Cour Constitutionnelle hier à Ambohidahy. Le candidat N°25 a ainsi félicité le candidat N°13 qui a officiellement remporté cette élection et est devenu à nouveau président de la République malgache mais cette fois-ci élu.

La victoire d’Andry Rajoelina a été officiellement confirmée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) hier. Avec 55,66% des suffrages exprimés contre 44,34% pour Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina revient au pouvoir et sera le septième président de la république de l’histoire de Madagascar. Les 305 requêtes déposées par les deux candidats ou leurs partisans à la HCC ont la plupart été rejetées souvent pour manque de preuves. Sans surprise, la HCC n’a ainsi fait que confirmer les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 27 décembre dernier.

Malgré la tension politique et les contestations dans la rue des résultats provisoires publiées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), conduites notamment par ses partisans ces derniers jours, l’ancien président Marc Ravalomanana a fait preuve d’un fair-play remarquable. Même Andry Rajoelina n’a pas manqué de saluer le geste louable de son adversaire. « Je remercie le candidat Marc Ravalomanana de m’avoir félicité à la sortie de la HCC », a-t-il déclaré lors de sa première allocution adressée à ses partisans à l’immeuble Arena à Ivandry.

Hier dans l’après-midi, des établissements scolaires dans la circonscription de Tana ville dont des écoles privées et publiques qui se situent aux alentours d’Ambohidahy ont annulé les cours par mesure de sécurité. En effet, certains observateurs appréhendaient des débordements après cette proclamation des résultats. La confirmation de cette victoire a certainement causé des frustrations du côté des partisans de Marc Ravalomanana mais le calme a malgré tout régné dans l’attente de ces résultats.

Du côté du camp Rajoelina, c’est dans une liesse populaire que ses partisans ont salué le nouveau président de la République lors de son passage à Analakely. Le bain de foule et la cortège dans les rues de la capitale se sont déroulés sans aucun incident, ni manifestation d’hostilité.

L’explication de ce climat d’apaisement qui a régné dans la journée d’hier et de l’acceptation des résultats se trouverait peut-être dans le communiqué de Serge Zafimahova, coordonnateur général de la campagne électorale du candidat Marc Ravalomanana. « Les membres de la Ceni et de la HCC sont des hontes de la République mais si on ne respecte pas un minimum de cadre institutionnel, le pays ira vers le chaos. Tout patriote pétri de bon sens partagera cette opinion en tenant compte de la décision de la HCC », indique-t-il avant de souhaiter bonne chance à Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Andry Rajoelina confirmée par la HCC

Une poignée de main entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Image inédite qui malheureusement a échappé à la grande famille de la presse et des malgaches ayant suivi en direct sur la télévision nationale la proclamation des résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle à la Haute Cour Constitutionnelle hier à Ambohidahy. Le candidat N°25 a ainsi félicité le candidat N°13 qui a officiellement remporté cette élection et est devenu à nouveau président de la République malgache mais cette fois-ci élu.

La victoire d’Andry Rajoelina a été officiellement confirmée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) hier. Avec 55,66% des suffrages exprimés contre 44,34% pour Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina revient au pouvoir et sera le septième président de la république de l’histoire de Madagascar. Les 305 requêtes déposées par les deux candidats ou leurs partisans à la HCC ont la plupart été rejetées souvent pour manque de preuves. Sans surprise, la HCC n’a ainsi fait que confirmer les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 27 décembre dernier.

Malgré la tension politique et les contestations dans la rue des résultats provisoires publiées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), conduites notamment par ses partisans ces derniers jours, l’ancien président Marc Ravalomanana a fait preuve d’un fair-play remarquable. Même Andry Rajoelina n’a pas manqué de saluer le geste louable de son adversaire. « Je remercie le candidat Marc Ravalomanana de m’avoir félicité à la sortie de la HCC », a-t-il déclaré lors de sa première allocution adressée à ses partisans à l’immeuble Arena à Ivandry.

Hier dans l’après-midi, des établissements scolaires dans la circonscription de Tana ville dont des écoles privées et publiques qui se situent aux alentours d’Ambohidahy ont annulé les cours par mesure de sécurité. En effet, certains observateurs appréhendaient des débordements après cette proclamation des résultats. La confirmation de cette victoire a certainement causé des frustrations du côté des partisans de Marc Ravalomanana mais le calme a malgré tout régné dans l’attente de ces résultats.

Du côté du camp Rajoelina, c’est dans une liesse populaire que ses partisans ont salué le nouveau président de la République lors de son passage à Analakely. Le bain de foule et la cortège dans les rues de la capitale se sont déroulés sans aucun incident, ni manifestation d’hostilité.

L’explication de ce climat d’apaisement qui a régné dans la journée d’hier et de l’acceptation des résultats se trouverait peut-être dans le communiqué de Serge Zafimahova, coordonnateur général de la campagne électorale du candidat Marc Ravalomanana. « Les membres de la Ceni et de la HCC sont des hontes de la République mais si on ne respecte pas un minimum de cadre institutionnel, le pays ira vers le chaos. Tout patriote pétri de bon sens partagera cette opinion en tenant compte de la décision de la HCC », indique-t-il avant de souhaiter bonne chance à Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Le TIM débouté par le Tribunal administratif à Antananarivo

Le TIM a été débouté par le tribunal administratif hier lors des audiences de contentieux électoraux dans la commune d’Antananarivo-Renivohitra, comme à Antsirabe. Les plaintes que cette formation politique a déposées à l’encontre du candidat-maire du parti au pouvoir, l’IRK, en la personne de Naina Andriantsitohaina, ont été rejetées. Ces plaintes étaient sans fondement apparent, et les témoignages apportés n’ont pas convaincu. Ce, malgré la présence des témoins à Anosy. Autrement dit, la victoire se confirme pour le candidat-maire de l’IRK dans la capitale.

Au total, le tribunal administratif d’Anosy a reçu 149 plaintes. Mais, il les a rejetées presque en bloc. Ces plaintes ont notamment porté sur la disqualification des candidats, annulation des opérations de vote, en partie ou en totalité dans certaines communes. Seules, une partie d’entre elles ont été reçues avec des réponses plus ou moins satisfaisantes pour les plaignants.

Dans la commune Antenimbe, district d’Arivonimamo, toutes les opérations de vote ont été annulées pour cause d’irrégularités manifestes. De nouvelles élections, partielles, devraient donc se tenir dans cette commune dans un délai de 120 jours conformément à la loi. Pareille résolution aurait également été prise par les juges du tribunal administratif de Toamasina pour la commune de Moramanga, lors de la proclamation des résultats officiels de cette province.

Dans la commune d’Ambohimanga-Rova, district d’Antananarivo-Avaradrano, les résultats dans trois bureaux de vote ont été annulés. Dans la commune d’Analaroa, district d’Anjozorobe, les résultats dans un bureau de vote ont également été annulés. Même cas dans la commune Mandrosohasina, district d’Antsirabe II. Le tribunal administratif a également dû procéder à la rectification des résultats dans la commune d’Ambano, district d’Antsirabe II et dans deux bureaux de vote de la commune Soavimbazaha, district d’Arivonimamo.

Pour la commune urbaine de Toamasina, l’ancien maire de la ville, Rolland Ratsiraka a également été débouté par le tribunal administratif qui a confirmé hier, dans l’après-midi, la victoire de l’artiste Nantenaina, candidat-maire de la plateforme avec Andry Rajoelina. Ce, malgré les plaintes déposées par le fondateur de Malagasy Tonga Saina concernant une trentaine de bureaux de vote de la commune.

L'express de Madagascar0 partages

Ouvrages scolaires – Les bouquinistes convoqués

Les fuites continuent de sévir au niveau des ministères. Celui de l’Éducation nationale est en train de réagir.

Les manuels scolaires du ministère de l’Education nationale ont disparu des étalages des marchands de livre d’occasion à Ambohijatovo. « On nous interdit la vente de ces manuels», a déploré un des marchands ce weekend.

Il y a deux mois, des manuels scolaires appelés séries « Vola », non encore disponibles au niveau des établissements scolaires, ont été aperçus sur les étalages de quelques vendeurs de livres d’occasion à Ambohijatovo. Les bailleurs de fond, qui soutiennent Madagascar dans la production de ces ouvrages, ont tiré la sonnette d’alarme sur cette vente illégale. Ils ont même menacé la suspension de cette collaboration avec l’État.

Le ministère de l’Éducation nationale s’est mobilisé depuis. « Nous avons convoqué ces commerçants pour les sensibiliser sur l’interdiction de vente de ces manuels, appartenant à l’État. Nous avons également fait des descentes dans d’autres endroits comme à Ampefiloha, pour renforcer la sensibilisation chez des marchands « illicites ». Nous allons faire des contre-visites dans ces localités et appliquer la sanction», appuie un responsable au sein du ministère ayant requis l’anonymat.

Vente illégale

Toutefois, ces mesures n’ont pas pu dévoiler l’auteur de cette vente illégale jusqu’à ce jour. « Avec les quelques inventaires que nous avons déjà commencés, nous n’avons pas encore pu mettre la main sur des responsables», enchaine cette source. Le ministère de l’Éducation nationale va alors poursuivre ces « enquêtes ».

Les inventaires se poursuivent, dès ce jour, pour la circonscription scolaire (Cisco) Antananarivo-ville. « Au cas où nous apercevons des manques au niveau des établissements scolaires, nous allons rapporter le fait à notre supérieur. Le ministère de la Sécurité publique se chargera de la poursuite après. Si les auteurs sont des agents de l’Éducation nationale, ils passeront également en conseil de discipline, en plus des poursuites judiciaires qu’ils peuvent encourir », souligne cette source. Tous les établissements publics à Madagascar sont concernés par cet inventaire.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ressources naturelles – Un nouveau docteur en gestion de l’environnement

Gouvernance durable. En matière de ressource, la manière d’y parvenir a été l’objectif des recherches menées par Mamy Rakotoa­rijaona, directeur des opérations techniques de Madagascar national park, pour sa thèse de doctorat.Une thèse de doctorat ayant pour thème : « La gouvernance forestière de la zone périphérique du parc national de Ranomafana-Fianarantsoa-Madagascar », soutenue à la fin de l’année dernière, à la Faculté des lettres et sciences humaines, devant un parterre de jury présidé par le professeur Joselyne Ramamonjisoa.Des questions comme « comment développer la population autour d’une aire protégée comme c’est le cas du parc national de Ranomafana   », ou encore, « comment concilier la population locale avec le souhait de développement durable et l’environ- nement naturel », « Com­ment gérer toutes les parties prenantes dans une zone forestière afin d’avoir une bonne conservation du capital compatible aux besoins de la communauté   », et « comment résoudre le conflit entre les différentes parties prenantes   sont parmi les questions posées par l’ingénieur des mines qui est, aussi, expert en gestion des ressources naturelles.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Reprise des cours

Le deuxième trimestre de l’année scolaire 2016-2017 commence ce jour, pour les établissements publics et confessionnels, après seize jours de vacances de Noël. Les élèvesauront dix jours de repos, à partir du 8 avril, pour les vacances de Pâques, et s’attaquent au troisième trimestre, dès le 19 avril. L’année scolaire s’achève un peu plutôt, en ce 2017. Elle se termine officielle­ment le 1er juillet, selonle programme du minis­tère de l’Éducation nationale.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Malagasy Gospel revient au pays

Sa première tournée européenne a été émaillée de découvertes pour ses jeunes membres. La chorale Malagasy Gospel de Toliara rentre au bercail, plus enjouée et fière que jamais.

Humble, modeste et grandement mélodieux. La chorale Malagasy Gospel vient officiellement de clôturer une partie de sa tournée européenne, à travers laquelle elle a envoûté le public d’outre-mer par le talent de sa vingtaine de jeunes choristes charmantes, ainsi que le charisme du jeune non-voyant Harris, dont la voix séraphique a séduit la majorité. Rentrant dans le cadre de la tournée solidaire « Il était une fois mille voix », la Malagasy Gospel et ses jeunes membres ont quitté le pays le 21 novembre, pour un mois de séjour interculturel à Andorre et en Espagne, avec principalement comme mission, de sensibiliser le public sur les droits de l’enfant.De retour au pays depuis le 23 décembre, c’est une chorale enrichie culturellement et musicalement qui peaufine d’ores et déjà activement un concert enchanteur pour ses compatriotes. Chargés de nouvelles expériences tout en étant satisfaits d’une mission accomplie, les jeunes membres de la chorale donnent rendez-vous au public le 14 janvier prochain au Cinéma Tropic de Toliara. La suite de leur tournée interculturelle et musicale reprendra au mois de mai en France, en Suisse puis en Norvège. La semaine prochaine, Harris et ses amies se plairont une fois encore à partager leur vécu et leurs expériences en musique, en rapport aux droits des enfants qu’ils maîtrisent très bien.

SolidaireLa chorale du Malagasy Gospel s’est, entre autres, découverte au grand public à travers ses interprétations remarquables du mythique « No woman no cry » de Bob Marley, ou encore « My love » de Westlife avec lesquelles Harris et ses amies en ont surpris plus d’un. Elle a vu le jour au sein de l’ONG Bel Avenir et de son Centre d’Art et de Musique, s’affichant comme la plus grande fierté même de cet établissement.« À la base, la Malagasy Gospel est une chorale formée par environ deux cent filles, et la voix masculine du jeune Harris. Ceci dit, pour la tournée, on a fait le choix de sélectionner parmi les plus méritants, selon leur assiduité scolaire, leur maturité et leur talent », souligne Fenoarisoa Ralaiharinony, responsable au sein de l’ONG Bel Avenir. De fiers représentants de la Ville qui ne dort jamais, Malagasy Gospel enchantera encore et encore les mélomanes de la Grande île, mais par dessus tout, du monde, grâce aux talents qui le composent.Avec déjà plus d’une douzaine de tournées internationales à son actif depuis sa création, la chorale, par l’intermédiaire de l’ONG Bel Avenir, opte pour une plus large visée internationale, à travers laquelle elle affichera dignement l’étendard de la Grande île. Par ses tournées, Malagasy Gospel permet aux filles de connaître d’autres cultures et réalités en voyageant à l’extérieur du pays, et, de sensibiliser le public européen sur la situation socio-culturelle de Madagascar. Avec toujours comme objectif, de permettre aux uns et aux autres de contribuer au développement de Madagascar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Seychelles – James Mancham tire sa révérence

Un fervent défenseur s’en est allé. Le premier président des Seychelles, James Mancham, est décédé hier matin, à l’âge de soixante-dix-sept ans, selon ses proches.

Le premier président des Seychelles, James Mancham, qui ne resta qu’un an au pouvoir avant d’être renversé par un coup d’Etat, est mort hier à 77 ans, ont déclaré son neveu et son entourage.L’ancien homme politique et avocat, qui rédigea plusieurs livres et fit la promotion de ses îles de l’océan Indien pendant sa retraite, a été retrouvé mort à son domicile.«Ce matin, sa femme nous a dit que M. Mancham ne bougeait pas et nous l’avons fait transporter à l’hôpital», a déclaré un de ses gardes, Philippe Figaro.«Les médecins ont confirmé sa mort», a ajouté un neveu de l’ancien président, Derick Pothin.Mancham s’était initiale­ment opposé à l’indépendance des Seychelles, colonie britannique, mais cela ne l’empêcha pas de remporter, de justesse, la première présidentielle en 1976.Il fut renversé l’année suivante par un coup d’État sans effusion de sang, dirigé par le Premier ministre France-Albert René, qui fit de l’archipel un pays socialiste à parti unique.

ExilEn 1981, des mercenaires sud-africains sous le commandement du colonel britannique «Mad Mike» Hoare tenta de rétablir Mancham au pouvoir par un coup d’État pro-occidental.Ils s’étaient déguisés en touristes pour entrer dans le pays mais une arme fut découverte dans leurs bagages à l’aéroport et une fusillade éclata.Le commando détourna alors un avion d’Air India sur Durban en Afrique du Sud où ils furent arrêtés.Selon la Commission post-apartheid vérité et réconciliation, le gouvernement sud-africain de l’époque avait été mêlé à la préparation de la tentative de coup d’État.Après son renversement, James Mancham vécut en exil avant de regagner son pays en 1993, alors que le pays rétablit le multipartisme. Il se présenta de nouveau à la présidence en 1998 mais fut battu par France-Albert René.Les Seychelles sont un archipel formé par 115 îles au large de la côte est de l’Afrique, qui vit essentiellement du tourisme de luxe et de la pêche.

© AFP

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Lolo sy ny tariny en formule d’entrée du Piment Café

Benny, Bebey, Sefo et Sammy, une formule qui marche à chaque fois. Même pour commencer l’année musicale. Le public a, encore une fois, marché à la magie du groupe.C’était l’occasion de commencer le premier mois de l’année en beauté. Pour beaucoup, c’était le rendez-vous à ne pas manquer au Piment Café. En effet, à l’affiche du côté de Behoririka, c’était tout ce qu’il y avait de plus « pimenté» avec Lôlo sy ny tariny.Les lieux ont littéralement été envahis par les noctambules, le soleil ayant tiré à peine sa révérence que les  gens ont commencé à envahir la salle. Une évidence, vu que le groupe Angelo Rakotomanga et comparses s’y sont produits à partir de 21 heures.Venu en masse, le public se connaissait visiblement, presque des retrouvailles. Un fan-club qui leur est fidèle depuis le début des années 80, est venu nombreux pour remplir à craquer la petite salle près du lac.Dans une atmosphère suffocante d’enthousiasme et dans une cohue joviale, Sammy a lancé les premières notes avec son violon, suivi d’un Sefo des grands jours avec son calme légendaire. Quant à Bebey et Benny, on ne le raconte plus. Le duo, comme à ses habitudes, ne s’est pas privé pour charmer les convives. Pour apprécier le groupe au premier rang, il a fallu slalomer entre chaises, tables et jambes. Le temps qu’on arrive aux premières loges « Hazo midoroboka », était terminé.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Badminton – Championnat national – Plus de cent-trente prétendants aux titres

Les quarts de finaliste et demi-finalistes des différentes catégories en lice au championnat de Madagascar de badminton, sont connus après les éliminatoires qui se sont déroulés ce week-end, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Cent-trente-et-un joueurs issus des trois ligues existantes entre autres Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana étaient en lice à cette phase éliminatoire. Les catégories concernées sont les U9 aux U17 garçons et filles, les premières séries A, B et C hommes et dames ainsi que les vétérans, les doubles hommes, dames et mixte.La phase finale se jouera le samedi 14 janvier au même gymnase. Les meilleurs de chaque catégorie sont engagés à cette course au titre. En première série A hommes, le multiple champion national, Haja Nirina Marc Alberto du club Sangasy remet son titre en jeu. Son dauphin, Ludovic Manja Ny Riana de St Joseph est aussi en course ainsi que Herizo Rakotoharinivo de l’ABC Vakinankaratra, l’éternel rival du champion en titre. Chez les dames, l’invincible championne nationale, Soariniaina Razanamaly, est de la partie. Par contre, Nanah Harisoa Andriambololona, sa dauphine, sera la grande absente de ce championnat.Après ce sommet national, la fédération procèdera en février à l’ouverture de la saison. Parmi les activités classiques de la fédération cette année, figurent le « shuttle time », un projet de vulgarisation de la discipline dans les établissements scolaires, les formations d’encadreurs. Et à l’extérieur, le meeting de la Réunion et le championnat d’Afrique seront au programme. Ce championnat servira également dès maintenant de présélection des joueurs susceptibles d’intégrer l’équipe nationale pour les prochains jeux des îles selon le directeur technique national, Aina Vonjinirina Marc Jocelyn.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement des marchands de rue

Le premier arrondissement va effectuer une opération d’assainissement des marchands de rue, ce jour, pour appuyer la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), dans ce travail de longue haleine. « Nous sensibiliserons les marchands de retourner dans l’enceinte des marchés formels. Nous collabo­rerons avec la CUA, le ministère du Commerce et de la consommation. D’autres projets peuvent naître de cette collabo­ration », explique Ndre­mahery Marie Gérard Razafindratsima, délégué du premier arrondisse­ment.

L'express de Madagascar0 partages

Triathlon – La fédération reprend ses activités

Relance. La fédération malgache de duathlon et triathlon refait surface, après plus d’une année blanche. L’équipe du président, Tiana Raoelina Pierre Andriam­bololona et son directeur technique national, Ramamonjisoa Armand, organise en étroite collaboration avec Mbike Madagascar une compétition, le dimanche 15 janvier, le COT Ilafy. Les courses qui seront disputées individuellement, seront ouvertes aux coureurs licenciés et non licenciés de trois catégories différentes à savoir celles U9, de 10 à 13 ans et 14 ans et plus, garçons et filles. Pour des raisons de sécurité, chaque concurrent devrait respecter la réglementation en terme d’équipements, port de casque obligatoire pour la course à vélo, un basket pour la course à pied et maillot de bain pour la natation.L’association de triathlon de Madagascar, créée en 2008 et dirigée à l’époque par la même équipe, a déjà organisé d’innombrables compétitions, plus trois ou quatre événements chaque saison, avant d’obtenir en 2013, la dérogation de créer la fédération, dirigée par une équipe nommée.  Cette dernière a pour mission d’exécuter les affaires courantes, à savoir l’organisation de compétitions, formations, et surtout la création  des structures affilées à la fédération, des clubs aux ligues régionales. Par la suite, l’équipe dirigeante de la discipline pourrait désormais organiser son assemblée générale élective cette année même.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Les prix des carburants stagnent

Les consommateurs ont pu pousser un ouf de soulagement après que la State Trading Corporation (STC) a décidé, vendredi, de maintenir les prix de l’essence et du diesel, inchangés à Rs 38,85 (Ar 2 719)et Rs 29,50 (Ar 2 065) le litre. Mais les choses risquent de changer dans les mois qui viennent. La raison: le prix du baril suit une tendance à la hausse depuis plusieurs mois sur le marché mondial. Et cela risque de continuer, à en croire les autorités. Sans compter la hausse du taux de change au niveau du dollar.Dans le cas présent, c’est surtout en puisant dans le Price Stabilisation Account (PSA) que la STC a pu contrecarrer une hausse des prix à la vente, évitant ainsi que le porte-monnaie n’accuse un coup de pompe.Un point qui est d’ailleurs souligné dans le communiqué du Petroleum Pricing Committee, branche technique de la STC chargée de suivre l’évolution du cours du pétrole et du diesel. C’est ce comité qui décide quand il faut changer les prix.De plus, «depuis que des changements ont été apportés dans la manière de calculer le prix du pétrole en novembre 2015, les prix pratiqués au niveau local sont beaucoup plus proches du cours mondial», explique-t-on du côté du ministère du Commerce.En effet, si les projections étaient auparavant faites sur six mois, depuis novembre 2015, elles se font sur trois mois.

Toujours «trop élevé »Pour Swaley Kasenally, ancien ministre de l’Énergie, tant qu’il y aura suffisamment d’argent dans le fonds PSA, la STC aura une certaine marge de manœuvre. Au cas contraire, il leur sera difficile d’éviter une hausse, selon lui.Toujours est-il que le prix du carburant demeure «trop élevé» chez nous, déploreSwaley Kasenally. «Il ne faut pas oublier qu’il y a encore une multitude de taxes que le consommateur doit payer sur le prix du carburant, comme le Maurice île Durable Levy, la contribution au Build Mauritius Fund ou encore celle qui va à la Road Development Authority.» Ce qui fait dire à l’ancien ministre de l’Énergie que la STC aurait pu baisser le montant de certaines de ces contributions,  ce qui aurait fait chuter les prix des carburants.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

La comm’qui agace. Ou pas.

La semaine dernière, alors que le micro­cosme d’Iavoloha célèbre le Nouvel an, laissant l’opinion publique mitigée quant à l’utilité d’un tel faste, à l’autre bout du monde, c’est un autre évènement qui retient l’attention. Les Obama font leurs adieux à la Maison Blanche, clôturant huit années qui auront révolutionné à un niveau mondial, l’image d’un couple présidentiel. Si la politique de l’administration Obama n’aura pas toujours fait l’unanimité parmi la population américaine comme outre Atlantique, reconnaissons à ce président américain d’avoir changé notre perception commune d’un homme d’influence et de pouvoir.C’est une affaire de communication, sans nul doute. C’est minutieusement préparé, à l’évidence. Et le couple a, indubitablement, un talent indéniable pour les relations humaines. Mais le résultat donne une envie de les écouter, de les suivre, de vouloir au moins comprendre le sens de leurs actes et de leurs choix. Mieux encore, ils donnent des exemples faciles à reproduire, à agrandir, à partager. Ils brisent, sans trop de difficultés, les barrières de distances, en étant des personnes ordinaires ayant des responsabilités extraordinaires. Se rapprocher des jeunes, des étudiants, des enfants, des groupes vulnérables, des femmes, des ouvriers, des retraités, des malades, sans verser dans la sempiternelle et finalement peu efficace démarche caritative, ponctuelle et légèrement m’as-tu bien-bien-bien vu, que nos politiciens adorent afficher pour se faire bien voir. Non, venir avec des projets et des idées qui rassemblent, des mots qui fédèrent et une certaine pointe d’humour qui brise la glace : une bonne communication au service d’un peu d’imagination et une organisation solide. À cela s’ajoute un détail qui tue : le discours bien travaillé. Pointu sans être corrosif, drôle sans trivialité, ferme sans arrogance. Et sans plagiat.Voilà un modèle qu’on espère bien voir s’appliquer dans nos terres, si peu habituées ces dernières années à l’idée d’une proximité aussi authentique. Non pas que les personnalités malgaches du pouvoir n’attirent pas la foule, mais de tous temps, on se souvient toujours de ces mobilisations d’écoliers, de lycéens, d’associations et de petits groupements, dès lors qu’une visite officielle se profile. Ce n’est pas vraiment l’idée, c’est même tout le contraire. Ce n’est pas bousculer les agendas quotidiens de chacun pour avoir de l’audience à un kabary officiel devant une foule qui transpire sous le soleil, mais s’insérer adroitement et subtilement dans le quotidien avec des projets qui parlent à tous, des initiatives fédératrices.Vu d’un pays précaire comme Madagascar, le modèle de communication des Obama rassure le citoyen lambda, inspire au moins la confiance et en tout cas, la sympathie, même si leur politique ne plait pas toujours. Une confiance que l’on retrouve en pointillés actuellement à Madagascar, eu égard aux derniers mois pénibles, qu’un effort de mise en confiance aurait pu adoucir. Au contraire, la situation est telle que le moindre paragraphe du discours présidentiel au banquet du Nouvel an semble inspirer l’agacement des uns et le rire creux des autres, le moindre détail de la posture du couple présidentiel – et même les plus anodins et les plus inoffensifs – devient un sujet à polémiquer. Et bien sûr, les grands dossiers chauds restent là, des brulots prêts à exploser, sans que l’on ne sache plus où donner de la tête. Et rien pour calmer le jeu, pas même l’ombre d’une petite initiative rassurante.À des milliers de kilomètres de là, Flotus prend la parole pour faire ses adieux à ses collaborateurs. Et encore une fois, on se dit : quelqu’un aurait eu l’idée de prononcer ces seuls mots d’encouragement et de réconfort, on aurait moins de mal à avaler la pilule de nos échecs. Mais évidemment, on a bien compris que pour pouvoir tenir de tels propos, il aurait fallu, en amont, avoir œuvré pour les mériter.

Par Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Pas de deuxième mandat pour Gilles Rakotobe

2017 est une année d’élection dans le milieu du tennis. Le vote auprès de la Ligue d’Analamanga est prévu à la fin de ce mois de janvier. Pour l’instant, aucune date précise n’a été fixée. En place depuis quatre ans, Gilles Rakotobe ne songe pas à briguer un deuxième mandat. « Normalement, après quatre ans en poste, je ne serai plus candidat à la présidence. Toutefois, ma position n’est pas définitivement figée », confie-t-il. A l’heure actuelle, les différentes sections constituant la Ligue d’Analamanga sont encore en train de boucler leurs scrutins respectifs et les démarches administratives qui s’ensuivent. Ce n’est qu’après que la LTA devrait choisir une date pour tenir son élection.Concernant la Fédération, le scrutin est fixé pour le samedi 25 mars. L’équipe actuelle, dirigée par Tsialiva Rajaobelina, prendra d’abord en charge la rencontre de Coupe Davis, entre Madagascar et la Lithuane, en Europe du 3 au 5 février. Le vote se tiendra après. Le président de la FMT n’a pas encore clairement affiché sa position jusqu’à maintenant, quant à une éventuelle candidature pour un second mandat ou non.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vtt – MBike Adventure – Un passage par Mantasoa au menu

D’ores et déjà, les vététistes peuvent également se préparer pour la troisième édition de la MBike Adventure. La course internationale annuelle s’étalera du 18 au 22 octobre cette année. Quelques détails du parcours, qui se présente comme l’inverse de celui de l’année dernière, ont déjà fait l’objet de fuites. Il y aura toujours cinq étapes à travers les nombreux villages autour d’Antananarivo. Tout débutera par deux boucles autour d’Ambatofotsy pour les deux premières journées. Par la suite, la troisième étape consistera à rallier Ambatofotsy à Ambohimanambola.La véritable nouveauté se situe au niveau des quatrième et cinquième étapes, soit Ambohimanambola-Mantasoa et Mantasoa-Ambohimanambola. Cette partie orientale sur l’axe de la RN2 est déjà connue, pour accueillir chaque année les coureurs de trail, durant l’Utop.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Jao’s Pub – Démarrage en trombe avec Jerry Marcoss

Dynamique et explosif, c’est dans cet ordre que le prince du kawitry a chauffé l’antre du Tropical vendredi dernier. Un Jerry Marcoss des grands jours a fait trembler la scène du Jao’s Pub. À la nuit tombée, l’entrée du club a commencé à s’agiter. Une longue queue s’est formée à l’extérieur, tandis que les musiciens, à l’intérieur, mettaient déjà en haleine les chanceux qui ont déjà pu s’introduire dans la salle.La star s’est fait attendre comme à son habitude : elle a fait languir la foule pendant un bon bout de temps. Cependant, cette habituelle attente en vaut toujours autant la chandelle. Ce n’est qu’à l’approche de minuit que le personnage est monté sur scène, dans l’effervescence totale, tellement l’assistance avait hâte de se déhancher sur du zumba kawitry. De quoi bien digérer les quelques bières ingurgitées pendant l’attente.Visiblement, personne dans la salle n’est resté indifférent à la façon de l’artiste de chauffer la salle. Avec le roi du Salegy à ses côtés, il a alors enchaîné « Mangala viavy » en duo avec Jaojoby. Ont suivi, les « Avec toi », « Samy mafoaka », « Désolé » ou « Mi aime a ou» sur un rythme des plus effrénés. On notera tout particulièrement l’enthousiasme de certains messieurs à la vue des quelques dames se déhancher langoureusement sur « En forme », qui n’est autre que le dernier tube du moment de l’artiste.

H. R.

Tananews0 partages

Il y a quand même une possibilité que Olivier Mahafaly ne soit plus Premier Ministre

Nous avons fais le pari qu’il restera Premier Ministre mais après réflexion, il se pourrait quand même que ce ne soit pas le cas.

Par contre si cela arrivait, la probabilité pour que M. Mahafaly retrouve son poste de Ministre de l’intérieur est grande.

Sa Seignhery ne peut tout simplement pas se passer de Mahafaly, dans l’optique de 2018 ou de 2019.

Midi Madagasikara0 partages

RN2 : 4×4 nifandona tamina kamiô, naratra mafy ny Filoha lefitry ny Oniversiten’i Toamasina

Niharan-doza tamin’iny lalam-pirenena faharoa, tao  Antongombato, kilaometatra maro tsy hidirana an’i Moramanga, ny fiara nitondra ny Filoha lefitry ny Oniversiten’i Toamasina, omaly. Araka ny fampitam-baovao azo, dia nifandona tamina kamiô lehibe iray « semi-remorque » ny fiara tsy mataho-dalana nitondra azy sy ny vady aman-janany. Handeha hiakatra aty Andrenivohitra izy mianakavy kely ireto no izao tra-doza izao. Ilay fiarabe kosa handeha hiatsinanana. Araka ny fampitam-baovao azo, dia somary nangalatra làlana ilay kamiô nifanena tamin’izy ireo rehefa niditra fiolahana. Tsy afaka nivily lalana intsony anefa ilay fiara nentin’ity Profesora tamin’izay fotoana izay, hany ka tsy azo nihodivirana ny loza. Potika tanteraka ny lohan’ilay fiara kely teo anatrehan’ny dona nahazo azy. Samy naratra avokoa ireo mpandeha rehetra tao anatin’ilay fiara, saingy raha ny fampitam-baovao dia ity Sojaben’ny sampam-pampianarana fitsaboana ao amin’ny Oniversiten’i Toamasina ity no tena voa mafy. Torana tsy nahatsiaro tena ny tenany, teo am-pisokirana azy tao anatin’ilay fiara potika. Efa nentina notsaboina any amin’ny hôpitaly avokoa moa ireo naratra vokatr’ity loza ity. Tonga teny an-toerana kosa ireo mpitandro filaminana misahana iny faritra iny, nanao ny fizahana ifotony.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Taxi-brousse voatafika, vola telo tapitrisa latsaka lasan’ny jiolahy

Miverina indray ny fanakan-dàlana amin’iny lalam-pirenena fahefatra iny. Ny sabotsy lasa teo, taxi-brousse iray avy any Avaratra no lasibatra. Jiolahy 11 no nanakana ity fiara fitateram-bahoaka ity. Lasa tamin’izany ny vola manodidina ny telo tapitrisa ariary teo ho eo, miampy ireo entana sy fitaovana ary firavaka sarobidin’ireo mpandeha. Ny alina no nisehoan’ity fanafihana ity, rehefa nosakanan’ireo olon-dratsy tamin’ny vatobe ny arabe. Vantany vao tafajanona ilay fiara dia basy avy hatrany no nentin’ireo  andian-jiolahy nandrahonana ilay mpamily. Nanaiky mora ihany koa ity farany. Basy izao ve moa no manoloana azy. Tsy vitan’izay anefa fa mbola nodarohan’ireo olon-dratsy ny tenany. Ireo olon-dratsy hatreo no nifehy tanteraka ilay fiara. Nentin’izy ireo niala lavitra ilay toerana ity taxi-brousse, ary kilaometatra vitsivitsy tany aloha vao norobainy avokoa ireo mpandeha rehetra, raha ny fampitam-baovao. Nosavaina tsirairay mihitsy ireo mpandeha am-polony tao anatin’ilay fiara, ka nahazoan’izy ireo volabe sy entana sarobidy maromaro ireo. Nitsoaka avy hatrany izy ireo vantany vao azony izay nilaina, ary taorian’izay vao nisy afaka niantso vonjy. Tonga tany an-toerana ny mpitandro filaminana nanao savahao ny manodidina, saingy efa nanjavona nafenin’ny alina ireo andian-jiolahy. Efa mandeha moa amin’izao ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo olon-dratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Antsalova : Asan-dahalo, avotra ilay takolanaina ary tafaverina ny omby

Ny zoma vao maraina teo, dia nitrangana asan-dahalo mahery vaika tany Betsatsango- Antsalova. Omby manodidina ny zato  no  nalain’ireto dahalo niaraka tamina takalonaina.Manoloana izany dia nanatanteraka fanarahan-dia avy hatrany ny fokonolona teny an-toerana. Ny tafika kosa dia tsy namela azy ireo hiady irery, fa nanampy tosika  tamin’ny fandefasana olona hanampy  amin’ny fikarohana ny fananany sy ny fanavotana ireo mpiarakandro lasa takalonaina.Tsy naharitra ela anefa dia efa nahitam- bokany ity fanarahan-dia ity. Avotra soamantsara ireo  takalonaina ary tafaverina tsy nisy very ireo omby rehetra nangalarin’ireto dahalo ireto. Fety sy korana no nameno ny tanàn’Antsalova, ny asabotsy maraina fotoana nahatongavan’ireto mpanara-dia.Nentin’izy ireo nanehoana ny hafaliam-pony tamin’izao fiverenana izao, dia nanapoaka basy mihitsy teo am-pidirana ny tanàna. Nivadika ho andro firavoravoana,fisotroana, famonoana omby moa ny andro asabotsy teo tany an-toerana. Ireto dahalo kosa dia tsy nisy voasambotra fa tafatsoaka avokoa. Raha ny vaovao azo avy tany an-toerana, dia ity no asan-dahalo nitranga voalohany tamin’ity taona 2017 raha ho an’ny faritra Antsalova manokana.

Kanto R ( Stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Ady tany tao Anjozorobe : Nifampitifitra ny zandary, mpiaro olona ambony iray maty

Ady tany iray tany Ambatomanoina, amin’iny distrikan’Anjozorobe iny no nivadika ho fifampitifirana teo amin’ny samy zandary, ny sabotsy lasa teo. Nandriaka ny rà. Vokany, mpitandro filaminana, miasa teo anivon’ny Fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena ao Mahamasina, mpiaro manamboninahitra jeneraly iray no maty voatifitra. Araka ny fanazavana azo, nandritra ny fampiantsoana mpanao gazety omaly maraina, dia « nifampitarika tamin’andian’olona nikasa hiditra an-tanin’olona tsy nahazoan-dalana sy hanao herisetra amin’ny vadintany sy zandary tany amin’ny distrikan’Anjozorobe ity farany, ka maty taorian’ny fifampitifirana tany an-toerana ». Raha ny zava-nitranga, ny alakamisy lasa teo, tokony hanantanteraka didim-pitsarana mahakasikana ady tany, tany amin’iny faritra Anjozorobe iny ny vadintany. Noho izany dia nangataka ny fiarovan’ireo zandary any an-toerana izy, amin’izay fanatanterahana ny asa izay. Tetsy an-danin’izay anefa, nisy « olona niangavy azy ireo mba tsy hanatanteraka ilay didy aloha fa mba hiandry 48 ora satria nilaza fa haneho didy hafa fandravana izany izy ireo ». Io sabotsy io anefa, tonga tany an-toerana ireto olona nanohitra ireto, niaraka tamin’andian’olona bokonozatra, sy olona mirongo basy. Saika « hanao barofo mba tsy hahatanteraka ilay didy voalaza voalohany » anefa ireto farany, ka raikitra ny fifanjevoana. An-daniny, ireo mpitandro filaminana niaro ilay vadintany, tsy maintsy nandray ny fepetra rehetra mifanandrify amin’izany ary tetsy an-kilany kosa ireo bokonozatra sy olona mitam-basy, toa vonona hatramin’ny farany hanao  di-doha. Tsy azo nihodiovirana ny fifampitifirana. Samy fitaovam-piadiana rahateo no teny an-tànana. Tamin’izay fotoana izay no naratra mafy voan’ny bala ny olona iray teo amin’ireo mpanohitra didy. Rehefa lavo ity farany, dia tafatsoaka kosa ny namany iray. Nezahina nentina notsaboina tany amin’ny toeram-pitsaboana ilay naratra, saingy tsy avotra intsony ny ainy. Tamin’ny fanamarinana ny mombamomba azy no nahafantarana fa zandary ihany koa ity farany, saingy sady tsy nanao fanamiana no tsy tokony any amin’ity toerana ity. « Ny fahatongavany tany dia nivoana tanteraka tamin’ny izay asa tokony ho nataony amin’ny maha zandary sy maha mpiambina manokana azy izao diany tany ka nahalavo azy izao » hoy ny fanazavàna azo avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Araka izany dia misokatra tanteraka ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity. Milaza ihany koa izy ireo fa « efa nosokafana ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity. Ary marihana fa fandikan-dalana ny fanoherana fanatanterahana didim-pitsarana. Noho izany, ny zandarimariam-pirenena dia manambara fa tsy miray tsikombakomba, na miaro na manafina ny tsy mety izay ataon’ireo olom-peheziny raha sendra misy izany.». Araka izany, mbola eo am-pitadiavana ilay olona tafatsoaka, naman’ity mpiambina olona ambony maty voatifitra ity ireo mpanao fanadihadiana. Mbola tsy fantatra ny mombamomba azy. Raha ny siosion-dresaka dia toa hoe mpitandro filaminana ihany koa ity farany. Iza araka izany no ambadik’izao sy nampaniraka ireto andian’olona, hanao barofo tanin’olona ireto ?

m.L