Les actualités à Madagascar du Dimanche 08 Décembre 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les ordures foisonnent dans la capitale

En cette veille de la fête de la nativité, les sapins de Noel géants embellissent les grandes villes à l’étranger. A Madagascar, ce sont les tas d’ordures qui sont un peu partout dans la capitale. Selon les dires des habitants, vivant près des bacs à ordures, cela fait déjà plus de deux semaines que ces ordures s’entassent.
Dans certains quartiers, les ordures bloquent complètement la rue engendrant des embouteillages. En outre, l’odeur dégagée par ces ordures est une torture pour les habitants des alentours. Selon le SAMVA, c’est le manque de matériels qui est à l’origine de cette situation. En effet, les moyens en leur possession ne sont plus suffisants pour dégager toutes les ordures dans la capitale.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La météo perturbée par la présence cyclone tropical Belina

Les villes dans la partie nord de Madagascar sont en alerte depuis hier. Belina, le cyclone tropical est à 240 km au Nord-ouest de Nosy be. Il est prévu atterrir en terre malgache demain entre Soalala et Mitsinjo dans la région Boeny vers l’après-midi. Belina se déplace avec une vitesse de 11km/h accompagné de 140km/h de vent avec 195 km/h de rafales.
Depuis hier, la partie nord de Madagascar connait un temps pluvieux. Mahajanga I et II sont en alerte rouge avec Marovoay, Mitsinjo Besalampy et Solalala. A travers un post Facebook, la commune de Mahajanga a affirmé que toutes les écoles seront fermées et les habitants sont invités à rester chez eux.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La météo perturbée par la présence du cyclone tropical Belina

Les villes dans la partie nord de Madagascar sont en alerte depuis hier. Belina, le cyclone tropical est à 240 km au Nord-ouest de Nosy be. Il est prévu atterrir en terre malgache demain entre Soalala et Mitsinjo dans la région Boeny vers l’après-midi. Belina se déplace avec une vitesse de 11km/h accompagné de 140km/h de vent avec 195 km/h de rafales.
Depuis hier, la partie nord de Madagascar connait un temps pluvieux. Mahajanga I et II sont en alerte rouge avec Marovoay, Mitsinjo Besalampy et Solalala. A travers un post Facebook, la commune de Mahajanga a affirmé que toutes les écoles seront fermées et les habitants sont invités à rester chez eux.
La Vérité0 partages

Football-COSAFA U20 - Un match nul sans saveur contre l'Afrique du Sud

Les Baby Barea ont assuré l'essentiel des points, hier, devant l'Afrique du Sud. Madagascar a fait match nul (1-1) sans saveur devant l'adversaire du jour. Malgré une nette domination malagasy, les Barea ont été tenus en échec. Une victoire serait mieux pour assurer la qualification en demi-finale pour les Malagasy. Partis favoris de cette rencontre, les Bafana Bafana, tenants du titre sortant avec 4 trophées à leur tableau de chasse, les Sud-africains étaient mis en difficulté par la formation e Menahely Ruphin coach de l'équipe malagasy.

Les Barea ont donné du fil à retordre aux Sud-africains. Les deux équipes se sont quittées sur un score de parité, nul et vierge, à la  pause. Au retour des vestiaires, les Barea renversent la vapeur et Avizara Soloniaina a réussi à trouver le chemin du filet en ouvrant le score pour l'avantage de Madagascar à la 56eme minute.  Une douche froide pour les Bafana Bafana et qui ont réagi suite à ce but malagasy. La pression s'intensifie et malgré les parades de Balvano, l'homme du match, qui a tout de même réussi à sauver plusieurs tentatives, Mkiva a réussi à égaliser le score à la 77eme minute.  

Meilleur deuxième comme dernier espoir. Malgré ce match, Madagascar est mal placé. Pour rappel, une seule équipe se qualifiera directement en demi-finale pour chaque poule. Effectivement, en cas de victoire contre l'Ile Maurice, déjà battu (5-0) par l'Afrique du Sud lors de la première journée, la Grande Ile et le pays de l'Arc- en-ciel se départageront dans le goal average.

Le Lesotho a été tenu en échec par l'Ile Maurice (2-2). L'Afrique Sud mène +5 devant Madagascar +3 au classement. Une victoire contre  le Lesotho est déjà synonyme de qualification pour l'Afrique Sud pour la prochaine étape. Madagascar affrontera l'Ile Maurice le mercredi 10 décembre prochain pour le dernier match de groupe. Et le match aura lieu simultanément avec la rencontre Afrique du Sud- Lesotho. Le dernier espoir des Malagasy est de finir  le meilleur deuxième de son groupe. Dans ce cas, la Grande ile se qualifiera dans le carré final avec l'Afrique du Sud.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Cyclone tropical « Belna » - Des rafales de vent pouvant atteindre les 180 km/h

La forte tempête tropicale Belna a finalement atteint le stade de cyclone tropical. D’après le dernier bulletin communiqué par la Direction générale de la Météorologie (DGM), hier à 15 heures locales, le centre du cyclone est positionné à 240 km au Nord-ouest de Nosy Be et se déplace vers le Sud-sud-ouest à une vitesse de 11 km/h. Cette forte tempête apporte avec elle du vent de 130 km/h avec des rafales pouvant atteindre les 180 km/h. Ce rythme d’intensification est prévu se poursuivre dans les prochaines 24 heures, ce qui va l’amener au stade de cyclone tropical intense.

En suivant sa trajectoire, le service de la prévision météorologique prévoit que Belna va atterrir sur la côte de Boeny, notamment dans les Districts de Mitsinjo et Soalala aujourd’hui dans l’après-midi. Afin d’éviter le déclenchement de l’alerte rouge durant la nuit, le niveau d’alerte cyclonique a été préalablement modifié.

A cet effet, le danger est imminent pour les localités de  Mahajanga I-II, Marovoay, Mitsinjo, Soalala, Besalampy. Elles sont donc concernées par l’alerte rouge. D’autres localités ou Régions comme Betsiboka, Nosy Be, Ambanja, Analalava, Antsohihy, Boriziny, Mampikony, Ambato-Boeny, Maintirano, Ambatomainty, Morafenobe, Antsalova, Miandrivazo sont par contre frappées par l’alerte verte. Néanmoins, ces zones sont aussi menacées par ce cataclysme naturel, confirme la Météo Malagasy et qu’il faut prendre les mesures adéquates. La DGM avise également les habitants de Bongolava, Antsiranana I-II, Ambilobe, Bealalana, Befandriana-Nord, Mandritsara, Belo-sur-Tsiribihina, Morondava, Mahabo, Manja, d’être très prudents. Toutes ces villes et Régions sont en alerte jaune.

Par conséquent, les populations menacées par le passage de cette forte tempête tropicale sont priées de suivre attentivement les consignes émises par les autorités locales. Les usagers maritimes des côtes Nord sont priés de ne plus s’aventurer en mer car le vent se renforcera progressivement. Par ailleurs, la météo au niveau des zones concernées, notamment dans la partie nord et ouest de la Grande île, se caractérise depuis hier par des fortes pluies. D’après les informations communiquées par les habitants d’Antsiranana, la moitié de la ville est sous l’eau. Le vent commence également à souffler très fort que les infrastructures ne tarderont pas à lâcher.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Groupe SODIAT - Trois cadres bénéficient d’une formation en leadership

« Seul on va vite, ensemble on va loin ». Trois cadres supérieurs du groupe SODIAT, à savoir Razakasolo Herisoa, directeur de coordination, Rabemanantsoa Hanitrinionja Laingompitia Rasoanaivo, directeur administratif et financier ainsi que Razafindrakoto Andrianarisoa,  responsable administratif et financier (RAF), viennent de bénéficier d’une formation de trois mois sur le leadership, dispensée par l’Institut malagasy de leadership (IML). Ce dernier étant constitué par l’Institut d’études politiques (IEP), le Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS Madagascar) et des dirigeants formateurs en leadership. Issus de la deuxième promotion « Miara-dia », les trois représentants dudit groupe avec dix autres participants ont été amenés à sortir leur aptitude afin d’assurer la réussite de leur environnement professionnel et social.

 

L’autre objectif consiste à exploiter le potentiel de leurs collaborateurs. « Avant, j’ai été un manager. Et aujourd’hui,  je peux dire que je suis un leader. Les directives envoyées à l’endroit des personnels vont s’améliorer. Il est temps actuellement de les impliquer davantage dans leur rôle au sein de  la société. Etre leader, c’est de savoir mobiliser les collaborateurs pour qu’ils puissent montrer leurs atouts personnels. Il s’agit d’une assurance au développement du groupe », souligne Razakasolo Herisoa.

Quant à Rabemanantsoa Hanitrinionja Laingompitia Rasoanaivo, avec ses acquis en leadership, elle va s’en servir pour la réussite du groupe, laquelle se repose tout particulièrement sur la solidarité. « Je veillerai à la transmission de la vision du leadership en ce 21ème siècle. Je vais faire en sorte que tous les collaborateurs dans le groupe SODIAT soient à l’écoute et être en mesure d’apprendre à partir des partages d’expérience pour mieux réussir ensemble », confie-t-elle. Ces propos sont partagés par le troisième responsable ayant bénéficié de ladite formation. Et lui d’ajouter que les compétences des personnels représentent un atout pour la réussite qui est à valoriser au sein du groupe. « J’ai appris au cours de cette formation l’importance de la considération des collaborateurs. Du coup, il leur faut des encouragements, des langages bien appropriés qui forment une équipe. Bref, des éléments clés qui favorisent en fait leur motivation voire leur implication », précise-t-il.

Outre les formations théoriques et les applications sur terrain qui ont renforcé ses acquis, cette deuxième promotion de l’IML a surtout profité des séances de partage d’expériences en termes de posture de leadership à travers deux grandes personnalités, en la personne de Francis Ambroise, directeur général de la STAR et de Hassanein Hiridjee, PDG du groupe Axian. A cela s’ajoutent les interventions des sortants de la première promotion qui sont devenus des facilitateurs, dont Stefana Sbirkova - actuellement directeur général de l’hôtel Le Louvre à Antananarivo, Hary Andriantefihasina - président du SEBTP (Syndicat des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics) et vice-président du GEM (Groupement des entreprises de Madagascar) et Zamine Karim, administrateur d’entreprise pharmaceutique.

K.R.

La Vérité0 partages

Kidnapping - Une frange de l'opinion s'insurge contre la légèreté des peines

La récente décision de la Justice du Pôle anti-corruption ou PAC aux 67ha à l'endroit des auteurs de kidnapping de patrons d'entreprise indo-pakistanais de la Capitale, suscite de vives réactions chez une frange de l'opinion. A titre d'exemple, la décision prise au cours de la semaine dernière à l'encontre d'un kidnappeur, le dénommé Ralala, n'a toujours pas fait des heureux, selon un échantillon des avis de ceux qui la contestent. Beaucoup se sont indignés simplement à l'énoncé du verdict avec 3 ans d'emprisonnement ferme, peine considérée comme trop légère pour un délit qualifié de « crime »,  sachant que l'accusé n'est pas aussi un inconnu dans le milieu des racailles.

L'ahurissement fut à son comble chez une opinion, qui n'est pas sans savoir que l'incriminé avait surtout eu mailles plusieurs fois à partir avec les Forces de l'ordre. Néanmoins, lors du débat à son procès, Ralala n'est pas l'auteur de l'acte mais complice en participant à la séquestration de l'otage à Andoharanofotsy.

A partir d'aujourd'hui, d'autres individus mis en cause dans des affaires de kidnapping tels que Lex, arrêté en novembre 2018 ainsi que l'un de ses complices, le premier ayant été déjà incarcéré pour meurtre, vont également  comparaître devant le PAC. De même, Andrianjatovo Ndranto Michel Eric - alias Ra-Fy-Eric et Navalona Arovonimboahangy Raymond dit Navalona, déjà placés sous mandat dépôt à la Maison de force de Tsiafahy depuis avril 2019. Tous ces individus sont présumés impliqués dans des kidnappings d'Indo-pakistanais perpétrés à Tanjombato, mais aussi d'une Indienne à Ivandry (pullmann). Ils sont également mêlés dans le rapt du propriétaire d'une pharmacie à Androhibe et d'un autre Indo-pakistanais l'année dernière au cimetière d'Ilafy. Affaire à suivre…

Franck R.

La Vérité0 partages

« Open Sky » - Le domaine de l’aviation à la recherche de relèves

L’Aviation civile de Madagascar (ACM) a organisé samedi dernier un salon des métiers de l’aviation au Canal Olympia Andohatapenaka. L’objectif consiste surtout à sensibiliser la nouvelle génération aux métiers de l’aviation. En effet, Madagascar a décidé d’ouvrir son ciel aux compagnies aériennes venant des quatre coins du monde. Cette initiative requiert alors la formation des relèves pour les années à venir. « L’Open Sky favorise l’arrivée des 500 000 touristes dans notre pays. Il est alors important de préparer des relèves dans le domaine de l’aviation.

L’Organisation de l’aviation civile internationale a également annoncé une pénurie de personnel qualifié pour l’industrie de l’aviation civile du fait de l’augmentation considérable du trafic aérien. C’est dans ce sens que nous organisons ce salon. Nous présentons aux jeunes les opportunités d’emploi dans ce secteur. En effet, l’aviation embrasse plusieurs secteurs notamment la mécanique, l’économie, la gestion, la communication, la météorologie et bien d’autres encore mais pas seulement les pilotes et les hôtesses de l’air.  Nous avons ainsi regroupé une vingtaine d’acteurs dans l’industrie aérienne comme les compagnies aériennes, les centres de formation, les centres de maintenance, les gestionnaires d’aérodrome, les fournisseurs de service pour qu’ils échangent avec les jeunes », explique Tovo Rabemanantsoa, directeur général de l’Aviation civile de Madagascar.

Cette année, le bilan s’avère positif dans le domaine de l’aviation pour notre pays. La connectivité a fortement augmenté. « Le siège au kilomètre offert c’est-à-dire le nombre de siège offert sur une ligne aérienne a augmenté de 50% tandis que les fréquences de transport aérien de 60% par rapport à l’année dernière », annonce le directeur.

Cette journée de l’Aviation civile internationale entre également dans le cadre de la célébration du 75eme anniversaire de la convention de Chicago. C’est une convention relative à l’aviation civile internationale. A noter que l’Aviation civile de Madagascar fêtera ses 20 ans l’année prochaine.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

La canicule

La chaleur aux températures caniculaires, au propre comme au figuré, frappe. Après avoir « douché » par un climat de fraicheur de moins de 20°C le pays la semaine passée, on subit l'escalade des températures près de 30°C le week-end dernier. Des chaleurs ambiantes suffocantes et cruelles surtout pour les enfants en bas âge, et les personnes âgées. Dérèglement climatique impose ! Madagasikara, de par sa situation géographique, s'expose frontalement aux aléas nuisibles du réchauffement climatique. Les caprices du phénomène naturel El Nino sévissent de plein fouet. Il appartient aux gouvernants, les responsables de l'environnement, de dicter les mesures et les comportements à suivre de telle manière que chacun respecte la sauvegarde du domaine environnemental.

La génération d'aujourd'hui doit être consciente de quel pays va-t-elle léguer aux générations futures ! L'environnement du demain se gère aujourd'hui. Certes, le sujet est complexe voire impossible à cerner. Rien qu'à observer les tensions autour des débats, au niveau international, durant les COP depuis plusieurs années jusqu'à l'Espagne (COP25).

Au figuré, les températures du climat politique remontent. A mesure que la date de proclamation par la CENI des résultats provisoires des communales et  des municipales approche, les tensions morales et politiques chez les futurs losers s'échauffent en particulier à Antananarivo.

Les résultats parvenus au siège de la CENI, à Alarobia, affichent complets sauf exception de quelques bureaux de vote des coins les plus reculés. A Tanà-Ville, les 1202 sur 1202 bureaux de vote ont rendu leur verdict. La tendance officieuse donne l'avantage en score au candidat n° 4 endossant le dossard de l'IRK Naina Andriantsitohaina avec 48,90 %. Le poulain du TIM Ny Rina Randriamasinoro n° 2 talonne en seconde place avec 45,49 %. Tandis que le reste, les trois autres candidats doivent se contenter des miettes. Des figurants, pas plus !

Immédiatement, sans attendre au moins les résultats provisoires émis par la CENI, le camp TIM dénonce.  Ravalomanana Marc, le grand manitou du clan, rejette les décomptes au niveau des bureaux de vote et appelle à la mobilisation de ses ouailles. Evidemment, Ravalo ne digère pas le fait d'être battu à Antananarivo qu'il considère comme son propre et inaliénable « fief ». Le « Rodoben'ny Mpanohitra », revendiquant la stature d'opposant emboite le pas de son président et réclame l'annulation pure et simple du scrutin et menace de descendre dans la rue. Le parlementaire élu d'Ambatondrazaka, inutile de le citer nommément, croyant dur comme fer que son immunité parlementaire lui permet de semer la pagaille, pollue l'atmosphère. La station radio qui lui appartient  défie et provoque le régime par des dérapages verbaux, à longueur de journée.  Les problèmes non résolus des coupures intempestives d'eau et d'électricité viennent s'ajouter et compromettent l'ambiance. En outre, les ordures et les embouteillages n'arrangent guère la galère quotidienne des citoyens.

En somme, tous les ingrédients sont réunis pour que tout s'explose. Les températures de l'ambiance politique avoisinent de la canicule. A ne pas oublier que la canicule est le moment propice voire idéal pour provoquer les incendies, au propre comme au figuré. Les moindres imprudences coûteront très cher. De même, les propos incendiaires voleront en éclats la paix civile.

Il appartient aux dirigeants de veiller au grain avant que tout ne s'effrite. En tout cas, personne n'est au-dessus de la loi !    

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !

Deux photos prises par des internautes ont fait le buzz sur les réseaux ce week-end. En commun, elles démontrent les bourdes commises par nos dirigeants en matière de gestion des biens publics. La première concerne une voiture administrative utilisée à des fins privées. En effet un véhicule haut  de gamme, Audi A6, flanqué d'une plaque rouge 7….TBD indiquant qu'il appartient à l'Etat malagasy, a servi de tête de cortège d'un mariage. La voiture payée par les contribuables et destinée en principe à des services de l'administration ou à l'utilisation exclusive d'un haut fonctionnaire de l'Etat se rivalise avec celle des agences de location.

Une aberration pure qui mérite une sanction exemplaire venant du chef du gouvernement. Celui-ci qui, au lendemain de sa nomination à Mahazoarivo, a pris certaines mesures concernant l'utilisation des voitures administratives. Parmi les recommandations, la pose de la plaque rouge sur tous les véhicules appartenant à l'Etat ainsi que l'arrêt des abus des priorités et l'utilisation abusive des feux de détresse. Une décision saluée par les citoyens sans exception qui sont frustrés par les « m'as-tu vu » de certains détenteurs de pouvoir. Depuis, les paparazzis pullulent, restent à l'affût des moindres écarts  et inondent les réseaux sociaux des photos de ces voitures dont les conducteurs font fi de ces recommandations du Premier ministre Ntsay Christian. Des sanctions ont été émises à l'endroit des fautifs et plus d'un souhaite que celui qui a utilisé cette voiture administrative en tête de cortège en reçoive également.

La seconde photo concerne les dérives de l'équipe actuelle de la Commune urbaine d'Antananarivo. Sur la photo, on voit des commerçants avec leurs marchandises à la salle d'honneur de l'Hôtel de ville à Analakely. Déjà qu'avec la location presque à longueur de mois du parvis soulève l'indignation, voilà que Lalao Ravalomanana et son équipe en instance de départ poussent le luxe de louer la salle d'honneur pour y tenir une foire. De l'inconscience et de l'insouciance pure. L'Hôtel de ville, c'est le palais d'Etat d'Iavoloha pour la mairie d'Antananarivo, et on imagine mal le Président de la République, qui qu'il soit,  tenir un évènement commercial dans le bâtiment principal. C'est le minimum de respect à donner à un lieu symbole d'une ville et non moins Capitale de Madagascar.

La rédaction

La Vérité0 partages

Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs

Une vidéo à consonance politique est devenue virale ce week end. Une vidéo montrant une poignée d'individus, des Malagasy, se réunissant la nuit dans un appartement parisien. On y voit clairement les Fanirisoa Erinaivo et Fleury Rakotomalala entre autres, et des citoyens malagasy dirigeants des associations politiques rattachées  au TIM et  au HVM. A tour de rôle, ils ont pris la parole en axant leurs propos  sur la politique,  la situation politique, économique et sociale du pays.

 

Les prises de parole ont étonné plus d'un. Tous ont invectivé sur le régime actuel. Jusque-là, rien de grave puisqu'il s'agit d'une opinion pure des politiciens mais quand ils lancent un appel à la population de renverser le régime sans attendre la future élection présidentielle, ils ont dépassé les bornes. Les motifs avancés étaient que la situation dans le pays va mal, les voyants virent au rouge et qu'il faut un renouveau dans le paysage politique malagasy.

Il est à signaler que les Fanirisoa Erinaivo et Fleury Rakotomalala sont des candidats malheureux lors des élections qui se sont succédé dans le pays. Leurs résultats aux élections étaient minables que la première a fini par faire des dérapages médiatiques, ayant abouti à sa radiation du Corps des magistrats. Le second s'est exilé de son propre chef du pays aux motifs fallacieux qu'il fait l'objet de poursuites dans le pays.

En tout cas, ces gens mal intentionnés se trompent de cible. Ils induisent également les membres de la diaspora étrangère en erreur en vomissant des mensonges de bas étage. Le régime actuel, au début de son mandat, multiplie les investissements publics, lance les grands travaux pour la création d'emploi et la circulation du flux monétaire, tendant vers le développement et l'émergence du pays. Certes, tout n'est pas rose mais le Président  Rajoelina a maintes fois répété qu'il ne fuira pas ses responsabilités. C'est peut-être ce début des travaux à la réalisation des promesses présidentielles qui fait trembler ces pseudo-politiciens exilés. Eux qui de leurs méfaits, et non de leur opinion politique, ont peur de rentrer aux pays et leur seul salut pour fouler de nouveau le sol national est conditionné par le changement de régime. Dans un futur proche, ce groupe d'exilés sera étoffé par d'autres membres ayant le même statut à l'instar des anciens responsables fugitifs qui ont commis des détournements de deniers publics.  A voir de près, leurs principaux soucis, c'est leur intérêt personnel mais non de la population malagasy.

Il en est de même pour Marc Ravalomanana qui, après la défaite du TIM aux dernières élections, présidentielles, législatives et communales, voit son rêve de revenir au pouvoir se fondre. Et aujourd'hui, il s'accroche à cette utopie en tentant de s'allier avec Hery Rajaonarimampianina pour former un duo inédit.  Ravalomanana qui selon un député de son camp samedi est en déplacement à l'étranger pour porter un coup fatal à ce régime (tsy ho zakanareo ny ho ataon'i Dada any andafy any).

Les observateurs s'interrogent également quant au silence ou des mesures prises par les autorités françaises concernant ces exilés politiques qui ne respectent pas leur droit de réserve. A moins que la France trouve en eux des alliés qui ne vont pas demander la restitution des îles malagasy de l'océan Indien à Madagascar…