Les actualités Malgaches du Samedi 08 Décembre 2018

Modifier la date
Madagate11 partages

Zafy Albert. Lettre ouverte à Son Excellence, Monsieur Marc Ravalomanana

Oui, le Pr Zafy Albert est décédé le 13 octobre 2017. Paix à son âme. Mais l’Histoire d’une nation demeure immuable et éternelle. La lettre ouverte que j’avais déjà publiée il y a 10 ans, est d’une actualité sans rides. Mais avant tout, une mise au point est à faire.

La présence actuelle de Serge Zafimahova dans le premier cercle du candidat au second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 2018, Marc Ravalomanana, dénote que l’esprit de famille ne signifie rien au sein de la famille Zafimahova, vis-à-vis de la politique politicienne malgache basée sur de vils intérêts personnels financiers, et non pas sur une discipline et une idéologie immuable. Mais faut-il lui en vouloir, avant de lire cette lettre qui date de dix années déjà ?

Car sachez que Serge Zafimahova n’est autre qu’un des très nombreux cousins de Thérèse Auguste Zafimahova, épouse du Pr Zafy Albert, fille d’Antoine Zafimahova et Marie-Anne Kemba. La mère de Serge est Célestine Razanapamonjy.

Norbert Zafimahova, écrivain-interprète, premier Président de l’Assemblée Nationale provisoire Malgache en 1957 et rédacteur de la constitution de la 1ère  République de Madagascar, montrant la maquette du futur drapeau tricolore blanc-rouge-vert malgache

En fait, le père de Serge, le politicien Norbert Zafimahova (1913-1974), s’est marié quatre fois. Oui : avec Huguette Daniel, puis avec Georgette Moma, ensuite avec Célestine Razanapamonjy et enfin avec Justine Razafindrasoa. Ce n’est pas une immixtion dans la vie privée, non. Cette énumération entre dans le domaine de l’Histoire de Madagascar même. Passons à présent à cette lettre qui ouverte qui ouvrira les yeux à certains descendants de fanatiques de l'actuel MCM descendant direct du GTT de 2009 qui, jusqu'ici, n'ont aucun droit au vote.

Le Professeur Zafy Albert dissèque ici le portrait véridique d’un dictateur fini

« Lettre ouverte à Son Excellence, Monsieur Marc Ravalomanana,

Voici quelques propos que vous avez tenus sur la place du 13 mai en 2002 :

Je ne vais pas appauvrir les riches mais enrichir les pauvres.J'offrirai à chaque citoyen du Nord, une voiture Renault 4 ; à chaque ménage de la province de l'Ouest un Frigidaire.Je concrétiserai pour Madagascar le développement rapide et durable. Six (6) années sont passées, Monsieur Ravalomanana. Honnêtement, où en est le pays actuellement ? Après avoir entendu vos promesses, vos suppôts ont poussé des cris de joies, font entendre d'incessantes acclamations et des louanges accompagnées de danses. Beaucoup parmi eux vous ont même désigné comme le Messie, le sauveur. Marc Ravalomanana le Messie, le "deus ex machina" venu pour sauver le peuple malgache et le libérer de sa profonde pauvreté.

 

Pas de Renault 4 ni de frigo pour ces enfants du Sud photographiés par Andry Rakotonirainy, le 12 juillet 2009

Les pauvres ont ainsi espéré pouvoir enfin s'enrichir. Malheureusement, depuis que vous avez accédé au pouvoir, le peu qu'ils avaient, s'est littéralement évaporé. Ils sont tombés en faillite totale, complètement dépouillés. Ils forment aujourd'hui la cohorte des mendiants qui peuplent tout le territoire national.

Ceux, qui à l'époque, formaient la classe aisée, se retrouvent aujourd'hui également dans une profonde pauvreté après que vous les ayez dépouillés vous-même de leurs biens. Pire, vous avez même juré de les écraser par tous les moyens, car cette classe aisée, constituait à vos yeux des concurrents potentiels à vos propres activités commerciales. Pour cela, vous avez tout fait pour les empêcher de faire fructifier leurs commerces ou encore de développer leurs entreprises en monopolisant toutes les activités juteuses du pays.

Seconde investiture en janvier 2007. Le début de la fin

Vous vous êtes approprié toutes les activités lucratives dans tous les secteurs, aussi bien primaire, secondaire que tertiaire. Vous n'hésitez pas à violer les lois, vous vous servez dans les caisses de l'Etat en toute illégalité et vous vous livrez à un système de monopole "sauvage" de l'économie nationale. Par ces faits graves, vous avez volontairement trahi le serment que vous avez fait à Mahamasina lors de votre investiture. Un serment par lequel vous vous êtes, pourtant, solennellement engagé à préserver coûte que coûte l'intérêt suprême de la Nation et garantir la liberté d'entreprise.

 

Deux ATR de Tiko Air

Comme un oiseau attrapant sa proie, vous vous êtes, au contraire, arbitrairement accaparé toutes les ressources et toutes les richesses disponibles dans le pays au profit de votre intérêt personnel. Et pour les autres, ceux qui aspirent à faire prospérer légalement leurs entreprises ou à développer leur propre société, vous leur avez offert soit la prison, soit l'exil, soit des amendes faramineuses. Ceux qui n'ont pas pu s'acquitter de leurs amendes se sont tout simplement vus confisquer leur patrimoine. Pendant que vos sociétés TIKO et MAGRO développent leurs branches tentaculaires, les Malgaches eux se livrent à la mendicité et se morfondent dans une pauvreté criante.

 

Vendeur de papates douces à Antanimora Sud. Encore une photo prise par Andry Rakotonirainy, le 13 juillet 2009.Des produits mais aucun débouché ni acheteurs

Votre comportement n'est pas digne Monsieur Ravalomanana. Votre attitude apporte la poisse au pays ; Les conséquences se manifestent actuellement à travers la pauvreté et toutes les calamités que le peuple subit quotidiennement : Le chômage qui s'accroît du fait de l'élimination de toutes les entreprises qui cherchent à émerger ; la pauvreté ; l'insécurité publique devenue de plus en plus inquiétante aussi bien en milieu rural qu'en milieu urbain. Voilà ce à quoi le peuple malgache est confronté tous les jours.

 

Terrains à Andohatapenaka, accaparés avec l’argent de la Région Analamanga, But : en faire une Tiko Farm à proximité de l’abattoir acquis par l’empire Tiko

Et devant tous ces faits graves, Monsieur Ravalomanana, vous n'avez même pas honte d'exhiber votre richesse insolente acquise de façon douteuse. Vous n'avez pas honte d'exproprier le peuple malgache de ses propres terres. Vous n'avez pas honte de vous approprier des terrains domaniaux publics au profit de votre intérêt personnel. Vous n'avez aucun scrupule ! Vous vous moquez du peuple malgache, Monsieur Ravalomanana. Parce que vous vous sentez, actuellement, très puissant, trop puissant même, grâce à tous les pouvoirs que vous avez concentrés dans vos mains. Vous vous permettez d'adopter une posture arrogante envers eux ; vous n'hésitez pas à rabaisser ce peuple, vous vous complaisez constamment à les humilier. Vous ne vous souciez nullement de leur sort. Vous aimez bien vous amuser à détruire vos compatriotes, qu'ils soient des opérateurs économiques, des politiciens ou bien des jeunes, car vous vous croyez être le "meilleur" et le "plus fort". Ne vous habituez pas à pister le chemin des caïmans, Monsieur Ravalomanana. Ne vous complaisez pas à attraper le serpent dans son trou.

 

LARGES EXTRAITS DU LIVRE ICI

TIKOLAND. LIVRE EN VENTE ICI

Vous avez dit, Monsieur Ravalomanana, que vous allez gouverner Madagascar comme vous gérez votre société TIKO. Vous aimez répéter à l'envi, en parlant du peuple malgache, qu'ils sont vos "sujets". Ceci étant, vous considérez donc le peuple malgache comme "les sujets de TIKO", de simples employés et jamais comme des citoyens souverains. Mais, vous vous prenez pour qui, exactement, Monsieur Ravalomanana, pour que vous osiez traiter et réduire le peuple malgache à de simples sujets au service d'une société commerciale ? Qu'est-ce que vous croyez donc pouvoir faire avec votre richesse aussi abondante soit-elle ? Vous ne respectez nullement les militaires malgaches. Vous n'hésitez point à les rabaisser et à les insulter publiquement. Vous les considérez, au même titre que tout le peuple malgache, comme de simples employés de TIKO.

Prisonniers politiques de 2002 (dont Coutiti et le Général Fidy, libérés de la maison de force de Tsiafahy

Vous leur confiez volontairement des tâches qui ne correspondent pas à leurs fonctions ni à leurs missions, ce qui est très dévalorisants pour leur rang, comme, par exemple, celle de s'occuper de la propreté et de l'hygiène des vaches laitières appartenant à votre société TIKO, ou encore à nettoyer leurs défécations, ou à garder des boucs et des troupeaux de porcs. Vous vous complaisez à humilier les militaires et les membres de la défense nationale en leur faisant régulièrement des procès dont l'impartialité est notoirement douteuse, et durant lesquels ils ont rarement le droit de se défendre. Vous vous complaisez à les emprisonner à Tsiafahy, quand bien même la plupart des procès n'a finalement qu'un caractère purement politique. Votre action à l'endroit de l'Armée s'apparente à une vengeance contre ce corps, celui qui a gardé sa neutralité, donc refusant de soutenir votre auto-proclamation du 22 février, durant la crise politique de 2002. Ceux, parmi les prisonniers, qui sont malades, se voient refuser une autorisation de se soigner malgré l'existence de certificats médicaux. Beaucoup, d'ailleurs, sont morts en prison à cause de ce refus. Dans la plupart des cas, vous attendez que les malades soient en phase terminale avant de les autoriser à sortir de prison pour se faire soigner. Un comportement qui déroute et interpelle de nombreux médecins.

Les Assises militaires (27-28 mai 2009) ont remis à plat biende « choses » non respectées par Ravalomanana, en matière de promotions…

Alors que dans le cadre de la "pacification", des "milices" dénommés "zanadambo" et agissant sous vos ordres, se sont livrées à de multiples exactions, meurtres, viols, pillages, tortures et crimes odieux (comme couper les oreilles et le nez de leurs adversaires), leurs agissements ont été impunément commis, et aucun d’entre eux n'a été jugé ni condamné. En suivant votre logique, Monsieur Ravalomanana, vous méritez, vous aussi, d'être emprisonné et torturé eu égard aux crimes que vos troupes ont commis durant cette période de crise de 2002. Vous occultez volontairement à l'Armée sa dignité, vous piétinez son honneur : Des promotions en grade sont effectuées par clientélisme, envoi massif des officiers supérieurs en retraite anticipée, les "rétrogradations" sont légions ! Tout cela prouve que vous n'agissez que par esprit de vengeance et par la volonté de nuire à l'Armée, qui est le garant de la République.

 

Le Général Randrianafidisoa alias « Fidy » emprisonné pour « tentative de coup d’état », alors qu’il était un des militaires artisans de la « victoire » de Ravalomanana en 2002

Ne vous étonnez donc point lorsque vous voyez qu'un malaise s'installe au sein de l'Armée, ce que les médias rapportent régulièrement dans les colonnes de journaux. Ne vous étonnez pas lorsque vous entendez qu'il y a des "tentatives de coups d'état" par-ci ou des à vols d'armes dans des casernes par là, ce qui renforce l'insécurité publique avec la prolifération des armes dans le camp des bandits, car pour certaines personnes, celles que vous avez constamment humiliées, et auxquelles vous avez enlevé la dernière dignité, il ne leur reste plus que ces options dangereuses comme réflexe de survie. Ne vous étonnez donc point de tout cela car ce ne sont que les conséquences directes de vos actions calamiteuses. Ne vous étonnez pas de voir que des gens, des fous ou pas, cherchent à vous jeter des pierres, cherchent à s'introduire dans un temple, au palais d'Iavoloha, à Ambohitsorohitra en vue de vous nuire, car ce ne sont que les conséquences des faits insupportables dont vous êtes la seule cause. Généralement pour des motifs politiques, vous emprisonnez des militaires, vous emprisonnez des civils, vous avez même violenté et emprisonné vos propres miliciens de 2002 lorsqu'ils ont réclamé la "prime de guerre" que vous leur avez promis, leurs familles menacées et intimidées, alors, ne vous étonnez pas lorsque l'insécurité règne au pays. Vous croyez en fait, naïvement, que le titre de "chef suprême des Armées" et le titre de "président du Conseil supérieur de la magistrature" vous donnent la prérogative d'humilier, de rabaisser à votre bon vouloir les militaires et les magistrats. Vous vous trompez lourdement Monsieur Ravalomanana.

Qu'en est-il du peuple malgache ?

Ce qui devait arriver, tôt ou tard, arriva. Une de La Gazette de la Grande île du 2 février 2009 : "Que Ravalomanana s’en aille !"

Ras-le-bol ! Ras-le-bol total ! Le peuple malgache en a plus que marre de vous, Monsieur Ravalomanana. Ils ont en marre des mensonges que vous produisez à profusion et dont vous avez habilement le seul secret. Ils en ont marre des fraudes et tricheries électorales à n'en plus finir. Ils en ont marre de ces violations répétées des lois. Ils en ont marre de ces détournements des deniers publics. Si, donc, vous vous demandez ce que le peuple malgache pense de vous, Monsieur Ravalomanana, soyez en certain de la réponse : Le peuple malgache vous a depuis longtemps quitté. La preuve la plus flagrante en est l'élection communale du 12 décembre 2007 dernier. Malgré l'appui financier et le soutien politique voire administratif conséquent que vous avez déployé à Antananarivo, vous avez été platement battu. C'est la raison pour laquelle vous vous comportez comme un irresponsable envers l'actuel Maire d'Antananarivo en sabordant par tous les moyens la gestion de la ville par celui-ci. Vous avez même osé rabaisser de catégorie la commune d'Antananarivo en la reléguant au rang des autres communes, ce qui lui enlève son statut particulier de capitale du pays que vous prétendez conduire. Une autre preuve aussi pour démontrer que le peuple vous a quitté, Monsieur Ravalomanana, est l'audace de la population vivant dans les communes rurales, malgré la force d'oppression que vous détenez, à fermer, de force, les bureaux de votes dans lesquels vos "agents" cherchaient à manipuler les choix du peuple en votre faveur. Cela signifie que même le peuple de "base" ose se révolter, ouvertement, contre vos méthodes brutales dans la pratique du pouvoir.

Vous êtes perdu, Monsieur Ravalomanana, car le peuple vous a clairement abandonné. Il est donc faux de dire que le peuple malgache vous apprécie encore. Sachez donc que ces "révoltes" et ces "choix" pour des candidats non issus de votre formation politique, sont des "sanctions" que le peuple malgache vous afflige. C'est également "un avertissement" clair que le peuple adresse à vos serviteurs, ces chefs de districts, ces chefs de régions, ces ministres-coach, ces chefs de fokontany, ces gens à qui vous avez donné l'ordre de commettre toutes ces fraudes électorales honteuses et toutes ces basses besognes, dans tout le pays. Le peuple malgache en a plus qu'assez de vous tous, Monsieur Ravalomanana.

Qu'en est-il des opérateurs économiques ?

Edgard Razafindravahy, propriétaire, entre autres de KOBAMA, minoterie que Ravalomanana a ruiné pour laisser la place à MANA de l’Empire Tiko dont le siège se situe dans l’enceinte même du port de Toamasina

Comme je l'ai dit précédemment, vous les avez tous éliminés, écrasés. Vous les empêchez ouvertement de s'émanciper. Ainsi, vous serez le seul "maître à bord" à travers tout le pays. Telle est votre unique ambition, Monsieur Ravalomanana. La raison de votre arrogance actuellement. Vous avez donc actuellement ce que vous avez toujours convoité, Monsieur Ravalomanana, c'est-à-dire être le plus puissant de Madagascar aussi bien dans le domaine politique que dans le domaine de l'économie, et surtout en terme de "pouvoir". Voilà, actuellement, vous êtes l'homme le plus puissant de Madagascar.Mais quels sont les conséquences sinon les contreparties ? Tous ceux qui vous ont soutenu politiquement vous ont quitté. D'ailleurs, bons nombres d'entre eux sont déjà emprisonnés. Tous les opérateurs économiques, fer de lance de l'économie nationale, qui ont cru en vous, vous ont abandonné. D'ailleurs, bon nombre d'entre eux, sont déjà tombés en faillite et ont rejoint les cohortes de pauvres. Le peuple malgache, même, celui que vous croyez être acquis à votre cause, vous a, incontestablement, lâché. Maintenant vous êtes seul, Monsieur Ravalomanana. Qu'allez-vous faire maintenant ? Vous allez donc compter sur qui à partir de maintenant?

Hery Rafalimanana, nommé Pds (Président de délégation spéciale) de la ville d’Antananarivo. Candidat du Tim, battu à plate couture par Andry Rajoelina à l’élection communale de décembre 2007

Allez-vous vraiment compter sur vos députés ? Allez-vous vraiment compter sur vos sénateurs ? Allez-vous vraiment compter sur vos chefs de districts ? Allez-vous vraiment compter sur ces chefs de régions que vous avez, tous, désigné ? Allez-vous vraiment compter sur les maires que vous faites venir à Iavoloha chaque année? Allez-vous vraiment compter sur vos chefs de fokontany ? C'est donc sur ces gens-là que vous allez vous appuyer et à qui vous allez demander de vous soutenir ? Sachez, Monsieur Ravalomanana, que ces gens-là sont "soumis" à vos directives, des gens qui sont absolument dépendants de vos ordres et de vos recommandations. Des gens qui s'appuient sur vous et par rapport à qui vous ne pouvez prétendre obtenir aucun soutien. Je vous préviens, Monsieur Ravalomanana, qu'en vous fiant à "vos obligés", vous êtes en train de vous appuyer sur un arbuste pourri. Vous êtes en train de vous balancer sur des lianes sèches.

Georges Danton et Maximilien de Robespierre

Je vous préviens qu'à la moindre occasion, ce seront les premiers à vous abandonner sinon à vous livrer à vos ennemis. N'espérez pas compter sur eux, car vous êtes actuellement seul et isolé. Pour vous donner une image de votre position actuelle, je vais vous rappeler le message que Danton adressa à son ami Robespierre, durant la révolution française, alors que ce dernier était au sommet de sa toute puissance et avait déjà éliminé, par décapitation tous ceux qui l'avaient accompagné et aidé dans son combat. Ce message fut celui-ci : "En nous éliminant tous, nous qui sommes vos amis, vous créez le vide autour de vous et laissez la place libre à vos ennemis. Une fois seul, vos ennemis qui vous auront à leur merci, vous guillotineront à votre tour, comme des lions affamés qui dévoreront avec délectation leur proie". Robespierre n'écouta pas les conseils de son ami, et il fit décapiter Danton, mais deux mois après, il fut lui-même décapité par ses ennemis.

Réfléchissez donc bien à ce sage conseil Monsieur Ravalomanana.

La méthode Coué. C’est tout ce qu’il lui reste pour se tromper lui-même en entrainant des tas d’ignorants dans sa chute

En revanche, il y a un dictateur qui a fourni une autre conception de la gouvernance à travers l'enseignement suivant : "Si vous voulez rester au pouvoir jusqu'à la mort, voici les plats que vous devrez servir au peuple : Premièrement, la terreur, deuxièmement, l'ignorance (empêchez les gens de s'instruire) ; troisièmement, l'absence de liberté et de démocratie ; quatrièmement, toujours maintenir le peuple dans la pauvreté. Si vous arrivez à nourrir votre peuple avec ces différents "mets", vous resterez à jamais au pouvoir".

Je ne sais donc pas si vous, Monsieur Ravalomanana, avez reçu cet enseignement-là, mais en tout cas, je vous souhaite un "bon appétit". »

C’était en septembre 2008. 7 mois après (décidément le chiffre 7 que Ravalomanana adorait tant, a fini par lui porter malheur !), le sujet de cette lettre a préféré prendre la poudre d'escampette après avoir démissionné publiquement, le 17 mars 2009. Rien n’a été changé ni déformé ici. Tous ces propos du Pr Zafy Albert font partie de l’Histoire, la vraie qui nous jugera tous avant de passer l’arme à gauche.

Recueillis par Jeannot RAMAMBAZAFY - Antananarivo, samedi 08 décembre 2018

******************

CI-APRÈS LE BONUS POUR CE WEEK-END. MERCI ROLLY !

News Mada8 partages

Barreau de Madagascar: Me Olala suspendu pour deux ans

Connu pour sa verve en tant que défenseur des « opprimés », Me Olala, de son vrai nom Willy Razafinjatovo, figure de proue de l’association « Générations 72 » est mis à pied par le Bureau de Madagascar. Sans attendre, il a déjà fait appel de la décision et dénonce une injustice et un règlement de compte personnel.

Le Conseil de discipline de l’Ordre des avocats a prononcée sa décision la semaine dernière. La sentence est tombée : Me Willy Razafinjatovo est suspendu du Barreau de Madagascar pour deux ans. Certes, Me Olala ne s’attendait pas à un tel verdict et crie à l’injuste. Il a aussitôt fait appel.

« D’après moi, il y a une mauvaise foi de la part de l’Ordre des avocats d’une part, et d’un non respect des lois, d’autre part », a indiqué Me Olala, joint au téléphone hier. Tout en pointant du doigt l’incompétence du bureau de l’Ordre, l’avocat explique que « la procédure n’a pas été respectée, notamment le droit à la défense ».

D’après ses dires,  il n’a pas été informé du motif de sa convocation auprès du Conseil de discipline, ce qui est contraire au Code de procédure pénale.

A l’entendre, l’affaire remonte à quelques mois, lorsque les adversaires de ses clients se sont plaints auprès du bureau de l’Ordre, « pour la simple raison que je n’ai pas tenu compte de leur requête », a-t-il fait savoir.

 « L’Ordre des avocats souhaiterait-il me voir corrompu ? Je n’ai jamais été corrompu et je ne le serai jamais », s’est-il défendu.

Décision politique

Cependant, une autre requête a été déposée par le bâtonnier, Me Hubert Raharison, concernant des propos que Me Olala avait tenus dans les médias. « Il s’agit d’une réponse à une conférence de presse que le bâtonnier avait organisée dans le bureau de l’Ordre bien qu’il n’ait pas consulté tous les avocats », a-t-il expliqué.

« Mon intervention n’a pas plu au bâtonnier qui a déposé une plainte pour diffamation contre moi », a-t-il poursuivi. Une situation que le principal concerné juge inacceptable étant donné que le bâtonnier est en même temps juge et partie.

Me Willy Razafinjatovo explique ainsi que le motif de sa convocation en Codis est purement politique dans l’objectif de le réduire « sous silence ». D’ailleurs, la décision a été affichée publiquement, contrairement aux autres prises en Conseil de discipline.

Tahina Navalona

Midi Madagasikara8 partages

Deuxième tour : Rajoelina et Ravalomanana partent avec 42,12% et 38,96%

Les électeurs vont ainsi porter leur choix soit pour le candidat n°13 soit pour le candidat n°25, le 19 décembre prochain. ( photo d’archives)

La quatrième journée de propagande bat son plein, les deux candidats finalistes essaient d’attirer la foule à leur façon. De leur côté, les autres candidats malheureux au premier tour commencent à choisir leur camp.

Il y en a ainsi ceux qui ont déclaré officiellement soutenir Andry Rajoelina. Il s’agit notamment de Saraha Rabeharisoa crédité de 0,48%, Randriamampionona Joseph Martin dit Dadafara (1,16%), Jean Ravelonarivo (0,59%), Jean-Max Rakotomamonjy (0,23%) et Roland Ratsiraka (0,43%). Avec la voix obtenue par Andry Nirina Rajoelina qui est de l’ordre de 39,23%, le tout donne 42,12%. Dans sa composition, l’on remarque la présence d’un chef d’Institution, le président de l’Assemblée nationale, en l’occurrence Jean-Max Rakotomamonjy et d’un ancien Premier ministre à savoir Jean Ravelonarivo ainsi que des anciens ministres. Ils entendent notamment prêter main forte au candidat n°13 afin que celui-ci accède à la Magistrature suprême par la voie des urnes.

Report de voix. De son côté, Marc Ravalomanana qui a obtenu 35,35 % au premier tour est également soutenu par d’autres candidats. Il s’agit de Radavidson Andriamparany (0,51%), Ny Rado Rafalimanana (1,15%), Eliana Bezaza (0,82%), Mahafaly Solonandrasana Olivier (0,47%), Fanirisoa Ernaivo (0,28%) et Serge Jovial Imbeh (0,38%). Si on totalise les voix obtenues par ces candidats et celles du candidat n°25, elles donnent 38, 96 %.Ces candidats feront ainsi ce qui est en leur possession pour faire élire « Dada » pour ce second tour en mobilisant notamment les membres de leurs partis. Force est cependant de constater que le report de voix n’est pas automatique ni systématique et encore moins mathématique.

Champ libre. Faut-il aussi rappeler que les candidats Hery Rajaonarimampianina, pasteur Mailhol, Tabera Randriamanantsoa et Arlette Ramaroson ne soutiennent pas de candidat et évidemment aucune consigne de vote. Laissant ainsi le champ libre à ceux qui ont opté pour eux. A part ceux dont on a cité, le reste ne s’est pas encore prononcé mais cela ne signifie pas que certains d’entre eux ne vont pas choisir leur camp dans les prochains jours.

Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

District de Manja : Un chef de « Dahalo » arrêté hier

Une énième attaque de « Dahalo » a été évitée mercredi dernier dans le district de Manja, région de Menabe. Et ce, grâce à l’intervention rapide des éléments du Commissariat de Police local. En effet, lundi dernier, la police locale a reçu des renseignements selon lesquels une vingtaine de « dahalo » se préparaient à une attaque et à un acte de vol de bœufs dans le district de Manja. Des mesures de prévention ont été immédiatement prises pour torpiller les actes des malfaiteurs. Une patrouille policière a été actionnée jour et nuit. Avant-hier à 11h, un chef de « dahalo » a été arrêté après un contrôle effectué sur un taxi-brousse qui allait quitter Manja. Un pistolet de fabrication locale et des munitions ont été saisis sur lui lors de l’arrestation. Ce chef de « dahalo » a avoué qu’il préparait une attaque dans la partie ouest du district de Manja et qu’il envisageait d’acheminer les bœufs volés vers la commune d’Analaiva, district de Morondava. Le Commissariat de Police de Manja en était avant-hier à son énième exploit dans la lutte contre les vols de bœufs.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara5 partages

Déforestation : Il faut agir et vite

A Madagascar, la forêt disparait et les espèces endémiques avec elle. La revue Biological Conservation, via un communiqué de presse publié par la Cirad le 17 mai 2018 dernier, a fait savoir que « 44% des forêts naturelles ont disparu depuis ces 60 dernières années ». Une déforestation manifeste qui a été notée par l’étude effectuée par la revue Biological Conservation le mois de juin dernier. « Les massifs forestiers restant sont extrêmement fragmentés, 46% des zones forestières se situent désormais à moins de 100 mètres d’une lisière ou d’un espace ouvert » pouvait-on y lire. L’inquiétude concerne également la biodiversité de l’île étant donné que 90% des espèces y sont endémiques. Les outils et stratégies pour une gestion durable des forêts sont toutefois « irréprochables » sur le papier. Notamment dans la politique forestière. Formant un tout, ladite politique englobe toutes les actions devant permettre « d’endiguer le phénomène de déforestation par des actions concrètes de conservation des ressources et de reforestation,et de lutte contre la déforestation ». Les outils de contrôle et de suivi, ainsi que les programmes prioritaires sont également clairs et nets dans ladite politique. Il ne reste donc plus que les actions… mais quand ?

Reboisement. La campagne de reboisement 2018-2019 a officiellement été lancée hier dans la commune rurale de Mandrombondrombotra, district de Tolagnaro, région Anosy. A cette occasion, 5 500 plants (dont des baies roses et des acacias) ont été mis en terre sur 10 ha de terrain par les acteurs gouvernementaux, du secteur privé et des OSC présents sur les lieux. Une action qui entre dans le cadre de l’objectif fixé par la Grande Île de reboiser 40.000 ha chaque année.

José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Affaire Mbola Rajaonah : Acharnement interminable, la neutralité du BIANCO remise en question

Le BIANCO ne respecte pas les procédures dans l’affaire Mbola Rajaonah, selon Me Eric Rafidison.

Une violation grave du droit de la défense est dénoncée par Me Eric Rafidison, avocat de Mbola Joseph Rajaonah. Celui-ci a présenté, hier, des éléments indiquant une forte probabilité d’existence d’un complot de haut niveau, contre le fondateur de « Tafaray ».

Convocations harcelantes, fuites d’informations, excès de pouvoir, non-respect du droit de la défense… autant de motifs sont évoqués par l’avocat de Mbola Rajaonah, pour avancer une suspicion de complot de haut niveau contre l’opérateur économique, plus connu sous le nom de « Mbola Tafaray ». Tout a commencé le 13 novembre, au moment où l’on comprenait que le second tour de l’élection présidentielle était inévitable. « Le Ministère de l’Intérieur a décidé l’Interdiction de Sortie du Territoire (IST) à l’endroit de Mbola Rajaonah, cette date du 13 novembre. Étonnamment, avant même que la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale ne soient notifiées, une version scannée de la lettre de décision de cette fameuse IST circulait déjà sur les réseaux sociaux ; et était matraquée sur les chaînes Viva Radio et Viva Télé », a affirmé Me Eric Rafidison, lors d’une conférence de presse organisée hier à Antaninarenina. Le 14 novembre, cet avocat a émis une requête d’annulation et de sursis  à exécution auprès du Conseil d’Etat, qui a décidé de trancher sur le sujet, le 16 novembre à 9h.

Acharnement. En parallèle, le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) a également convoqué Mbola Rajaonah, précisément, le 16 novembre à 9h, comme par hasard. « Nous avons demandé un report auprès du BIANCO. Celui-ci a accepté de reporter la convocation le 19 novembre, mais instantanément, les spéculations et les intox proliféraient sur les réseaux sociaux. A croire que certains journalistes et certains ‘Facebooker’ traitaient le dossier avec le BIANCO et étaient informés en temps réel », a indiqué le Me Eric Rafidison. Outre cette fuite d’information, le BIANCO a également dépassé la limite de ses attributions, selon l’avocat de la défense. « La Délégation judiciaire ne mentionnait aucunement que le BIANCO pouvait demander une décision d’IST. La décision était basée sur la demande référencée 496-18/Bianco/DGIS émise le 17 septembre 2018. Reçue le 13 novembre, soit presque deux mois après, le Ministère de l’Intérieur a sorti la décision en quelques minutes. En ce qui concerne l’enquête, la loi précise que la Police judiciaire ne peut enquêter le prévenu, dans ce cas-ci. Mais nous avons accepté de répondre à l’enquêteur du BIANCO, même si les procédures n’étaient pas légales, car mon client n’a rien à cacher ni à se reprocher. Le lendemain, 20 novembre, Mbola Rajaonah était de nouveau convoqué pour répondre à d’autres questions. Le 22 novembre, nous savons tous que les maisons de mon client ont été perquisitionnées, suivant ordre du procureur du Pôle anti-corruption. Une autre convocation a été fixée le 23 novembre et reportée le 28 novembre. Ce n’était pas pour une enquête, mais pour l’ouverture de deux coffres scellés, où le BIANCO n’a constaté que quelques bijoux et une somme de 7 millions d’ariary », a informé Me Eric Rafidison.

Suspect. A noter qu’un second dossier est apparu le 22 novembre. Une autre accusation frappe Mbola Rajaonah. D’après son avocat, le BIANCO a refusé, jusqu’à aujourd’hui, de lui donner accès à ce second dossier, ce qui constitue, selon ses dires, une violation grave du droit de la défense. « Nous pensons qu’il n’y a qu’un seul dossier, mais on l’a subdivisé en deux pour mieux importuner mon client », a-t-il noté. En effet, le prévenu est de nouveau convoqué le 12 décembre. D’après les informations, Mbola Rajaonah, déjà à la disposition permanente du BIANCO, avait demandé d’avancer cette date pour en finir au plus vite, mais le BIANCO a refusé. D’après des indiscrétions, il faut attendre le retour du DG du BIANCO, en mission à l’extérieur jusqu’au 11 décembre, avant de pouvoir poursuivre l’enquête. Cette affaire a-t-elle des dessous politiques ? Pour l’opinion, la question ne devrait même pas se poser.

A.R.

News Mada2 partages

Ambohimanarina: il kidnappe un enfant pour l’accouchement de sa femme

Face à ses problèmes financiers, un couple a versé dans un acte de banditisme. Ils ont ainsi kidnappé un enfant de 5 ans à Betafo Ambohimanarina le 22 novembre dernier.

Des cris ont retenti dans le bureau de la brigade criminelle d’Anosy, hier. C’était ceux d’une femme, enceinte d’environ 7 mois, impliquée dans une affaire de kidnapping. Son mari, soupçonné également dans l’affaire, la tenait dans ses bras en sortant du couloir, les yeux larmoyants. Le couple marchait lentement, suivi d’une autre jeune femme, auteur présumé de l’enlèvement, vers la sortie du bâtiment afin de rejoindre le lieu habituel de la prise de photo pour la presse.

Pauvreté profonde est le mobile

Tout le monde a été surpris d’entendre que ce couple bien jeune et l’autre femme ont été interpellés pour avoir enlevé un enfant. Durant son interrogatoire, le futur père de famille a indiqué qu’il devait trouver de l’argent pour l’accouchement de sa femme. Quant à l’autre femme, soupçonnée d’avoir trouvé l’idée, elle a rapporté que c’est sa pauvreté qui l’a poussée à faire ce choix. Cette dernière aurait utilisé sa part de rançon dans le commerce de paniers.

Rappel des faits

Les trois suspects ont avoué avoir kidnappé le fils d’un commerçant d’Ambohimanarina, le 22 novembre dernier, alors que celui-ci sortait de l’école. Ils ont séquestré l’enfant dans la maison du couple à Mamory Ivato, pendant six jours, jusqu’au paiement de la rançon (5 millions d’ariary au tout début mais qui a été fixée à 1 million d’ariary après négociation).

« Ils ont opéré sans brutalité. L’enfant a suivi la kidnappeuse du fait que celle-ci est une des connaissances de ses parents », a indiqué le chef de service communication du ministère de la Sécurité publique, le commissaire de police Serge Andriamanalina. A l’issue des investigations des policiers, par le traçage du numéro de téléphone utilisé pour entrer en contact avec les parents de la victime, les trois apprentis kidnappeurs ont été localisés puis arrêtés avant-hier.

 

Ando Tsiresy

Midi Madagasikara2 partages

CENI : La fiabilité des logiciels utilisés démontrée

Des experts internationaux ont certifié la fiabilité des logiciels utilisés par la CENI.

Pendant deux jours, des représentants de la CENI, de la HCC, et ceux des deux candidats finalistes à l’élection présidentielle ont effectué un audit sur les logiciels utilisés par la commission électorale pour le traitement des résultats électoraux. L’audit confié au cabinet Moore Stephens a confirmé la fiabilité de ces logiciels. Autrement dit, les logiciels utilisés par la CENI au 1er tour de la Présidentielle seront encore utilisés au second tour prévu le 19 décembre prochain.

Contestation. Après l’audit contradictoire des logiciels utilisés au 1er tour par la CENI, tout souci sur la fiabilité de ces logiciels ne sera plus fondé au second tour. A rappeler que le candidat Andry Rajoelina a contesté ces logiciels après le scrutin du 07 novembre. Malgré cette contestation, la Haute Cour Constitutionnelle a presque validé les résultats provisoires proclamés par la CENI. Et ce malgré, le fait que le juge constitutionnel ait utilisé son propre logiciel pour effectuer le recomptage des voix obtenus par les candidats.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Kidnapping à Ambohimanarina : Une rançon d’un million d’ariary contre la libération d’un enfant

Impliqués dans le kidnapping d’un enfant de cinq ans à Ambohimanarina, trois individus dont deux femmes ont été livrés au Tribunal de Première instance à Anosy, hier. Ils ont été arrêtés le jeudi 6 novembre après avoir été recherchés par la police depuis quelques jours. L’affaire remonte au 22 novembre dernier. Ce jour-là, la victime était dans son école quand les ravisseurs, qui ne sont autres que des amis de ses parents, l’ont enlevée. Ils auraient profité de cette amitié pour persuader les responsables de l’école. En effet, les parents de l’enfant, des commerçants, ne se sont rendus compte de cet enlèvement que lorsqu’ils ont reçu un appel téléphonique leur réclamant 5 millions d’ariary en échange de leur enfant. Surpris et ayant peur pour la vie de leur progéniture, le couple affirme avoir dit à la personne au bout du fil qu’ils étaient disposés à verser l’argent tout en négociant le montant de la rançon, étant donné que les preneurs d’otage leur ont interdit de contacter la police. Après quelques jours de négociation, cette rançon a été abaissée à 1 million d’ariary et payable par mobile money. Ainsi, la somme a été versée conformément aux directives des kidnappeurs. Selon les informations émanant de la police qui se charge de l’affaire, l’enfant a été libéré après six jours de séquestration. C’était à ce moment-là que ses parents ont déposé une plainte auprès de la Brigade criminelle à Anosy, qui a par la suite ouvert l’enquête à partir des numéros de téléphones utilisés par les ravisseurs. La réquisition de ces numéros ont permis de localiser les malfrats, dont deux sont mari et femme.

Pour préparer son accouchement. Il est à noter que cette fois-ci, la victime est d’origine malgache et non « Karana » comme à l’accoutumée. L’enquête a révélé que l’une des kidnappeuses est enceinte. Les deux autres sont des époux. Avouant leur acte, ils affirment l’avoir commis à cause de la difficulté dans laquelle ils sont plongés. Enceinte, la première a dit que sa part d’argent sur la rançon de ce kidnapping a été utilisée dans la préparation de son accouchement. Quant aux deux autres, ils s’en sont servis pour fonder un petit commerce.

T.M.

Midi Madagasikara2 partages

Plainte contre Fanirison Ernaivo : Affaire classée ?

Des observateurs des affaires nationales attendent jusqu’ici la suite de la déclaration faite par le Ministre de la Sécurité publique, sur les propos vexants lancés par la magistrate et candidate à la Présidentielle du 7 novembre 2018, Fanirisoa Ernaivo, à l’encontre des Forces de l’Ordre, le 31 octobre à Mahamasina. Répliquant à l’agissement de cette candidate, le patron de la Police nationale a porté plainte contre cette magistrate. Ce ne serait qu’un effet d’annonce dans la mesure où auprès du Parquet du Tribunal de Première instance à Anosy, aucune plainte y afférente n’y est parvenue. Ce fait signifierait que cette affaire est classée sans suite ? Si tel est le cas, pourquoi ce silence de la Police nationale ? Y a-t-il une justice à deux vitesses dans ce pays ? Ces questions se posent si l’on se réfère à la célérité du traitement du dossier portant sur l’acte de violence contre un avocat à Antanimena.

T.M.

Midi Madagasikara2 partages

Isandra : 16 lahy mitazona kalach nanafika sy nandoro trano

Amin’ny sivy ora maraina no nitranga ny fanafihana ny alarobia teo. Vatan-dehilahy miisa 16 izay mitazona fitaovam-piadiana mahery vaika kalachnikovs no tompon’antoka tamin’izany. Nasesin’izy ireo ny trano maromaro tao amin’ny fokontany antsoina hoe Ambatolahinandriana, ao amn’ny kaominina Fanjakana, eo anivon’ny distrikan’Isandra. Rehefa vita ny fandrobàna dia nasesin’izy ireo indray ny fandorana ireo trano. Izany no niainan’ny olona monina tao amin’io fokontany io. Raha ny tomban’ireo olona dia manodidina ny 20 tapitrisa ariary no lasan’ireo jiolahy ary manginy fotsiny ny entana isan-karazany izay nobataina. Hatramin’ny fitaovam-piadiana izay mba notehirizin’ny olona aza mba hiarovan-tena dia lasa tao ihany koa. Tamin’ity tranga ity dia tsy nisy nampandre ny mpitandro ny filaminana raha tsy ny ampitso tolakandron’ny nitrangan’ny fanafihana. Teo vao natao ny fanarahan-dia ireo olon-dratsy saingy tsy nahitam-bokany intsony izany. Tsy misy azon’ny fokonolona natao manoloana ny isan’ireo olon-dratsy, indrindra koa miaraka amin’ny basy kalachnikovs izay teny an-tananan’izy ireo. Sarotra ny miady amin’izany ary na ny mpitandro ny filaminana aza, raha vitsy an’isa dia ho sahirana koa ny hifanehatra amin’ny 16 lahy mitazona kalachnikovs izany. Ahoana no hahazoan’ny dahalo fitaovam-piadiana mitovy lenta amin’ny ampiasain’ny mpitandro filaminana? Raha mbola mitohy hatrany ny fiparitahan’ireny basy ireny dia tsy ho voafehy mihitsy ny filaminana eto amin’ny nosy. Mila fantarina ny isan’ny basy tsirairay avy sy ny toerana na toby misy azy ireny mba hamantarana koa izay mety ho tompon’andraikitra rehefa misy basy hita na voageja. Ny olana mantsy dia lasa sorona hatrany ny vahoaka noho ny goragora ary na ny zandary izay alefa miady any anaty akata aza dia lasa manao vy very ny ainy satria sady vitsyizy nefa manana fitaovam-piadiana mitovy amin’ny ampiasain’izy ireo ny dahalo enjehiny, ary mbola maro noho izany aza. Hatreto, ny tsikaritra dia ny vahaolana avy amin’ny fampiasana teknolojia kokoa no haroson’ny politika mba hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana. Sao kosa dia ny rafitra misy no tokony hovaina. Atao izay hanampiana an’isa ny mpitandro ny filaminana tena midina an-tsehatra any ambanivolo any ary ahena ireo miambina toby fotsiny, miandry faran’ny volana fotsiny.

D.R

News Mada1 partages

Nitady vola hiterahan-dramatoa: mpivady mpaka an-keriny voasambotry ny polisy

Notazonina enina andro ilay zaza 5 taona vao votsotra teny am-pelatanan’ny mpaka an-keriny. Nitakiana dimy tapitrisa ariary izany. Tratran’ny polisy anefa reto mpivady sy ny mpiray tsikombakomba aminy nanao ity fakana an-keriny ity…

Olona telo, voasambotry ny polisy tamin’ny fakana an-keriny teny Ambohimanarina, ny alakamisy teo. Ny 22 novambra lasa teo no nisehoan’ny fakana an-keriny, zaza lahy 5 taona, nianatra tamina sekoly tsy miankina iray teny Ambohimanarina. Tratra teny Mamory Ivato ny vehivavy roa sy lehilahy iray, sady mpivady ireto farany no bevohoka ramatoa. Voalaza fa efa nifonja ny iray tamin’izy telo ireo.

Araka ny fanazavan’ny polisy, notazonina teny Ivato teny ilay zaza io, nandritra ny enina andro teo . Nangataka vola 5 tapitrisa Ar izy ireo tamin’ny ray aman-drenin’ilay zaza. Niady varotra ka 1 tapitrisa Ar ny fifanarahana ho takalony ary teny Imerinafovoany ny fotoana. Nametraka fitoriana teny amin’ny BC Anosy ny fianakavian’ny zaza ka raikitra ny fanadihadiana.

Votsotra ilay zaza rehefa voaloa ny vola 1 tapitrisa Ar. Nandeha hatramin’ny famotorana ka tratra tamin’ny alalan’ny “puce” nifandraisan’ireo mpaka an-keriny tamin’ny fianakaviana. Narahana izany ka tratra teny Mamory Ivato ireo olona ireo, toerana nitazonana ilay zaza ihany koa.

Sambany naka an-keriny

Niaiky ny helony izy ireo nandritra ny fanadihadiana natao. Nilaza izy ireo fa noho ny tsy fananana no nanaovan’ireo izao asa ratsy izao. Ilay rangilaza fa entiny ampiterahana ny vadiny ny vola. Ilay ramatoa iray kosa niteny fa saika hanaovana harona amidy ny vola. Voalazan’ny polisy fa sambany naka an-keriny ireto olona ireto, izao tratra izao. Natolotra ny fampanoavana, omaly ihany, izy ireo.

Yves S.

Midi Madagasikara1 partages

Badminton – Sommets nationaux : Des places pour l’équipe nationale à la clé

Pendant deux jours, la petite salle du Palais des Sports de Mahamasina accueillera les championnats de Madagascar de badminton seniors. 69 badistes issus des trois ligues régionales, dont Analamanga, Atsinanana et Vakinankaratra vont s’affronter pour prétendre les titres nationaux. Quatre niveaux seront au programme, à savoir les séries A, B, C, hommes et dames, et les vétérans. L’enjeu de ces championnats nationaux est crucial, surtout en vue des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) 2019 à l’Île Maurice. La première liste des présélectionnés sera connue après la compétition. Les éliminatoires se joueront ce jour et les finales se disputeront demain. Multiple champion de Madagascar, Aina Vonjinirina, chez les hommes, et Soanina Razanamaly du côté des dames, partent favoris.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Circulation : Sérieuse congestion du trafic, anti-économique et contreproductive

Les embouteillages à n’en plus finir un peu partout dans la ville d’Antananarivo.

En cette période de fin d’année, la population tananarivienne vit au rythme des bouchons, générant des pertes ou des manques à gagner pour les usagers.

En ville comme en périphérie, les embouteillages se font plus longs et surviennent beaucoup plus tôt dans la journée. Dès 6h30 en semaine, les automobilistes venant de l’Avaradrano vers Analamahitsy – Alarobia – Antanimena roulent déjà au ralenti. Il en est de même pour la direction inverse. Avec l’ouverture de la rocade Tsarasaotra-Ivato, le flux des véhicules a, comme il fallait s’y attendre, fortement augmenté au niveau de la route des Hydrocarbures vers le centre-ville et vers la périphérie Avaradrano, générant des embouteillages dès la sortie de la rocade. Le temps gagné sur le parcours via la rocade est vite « perdu » dans le reste du trajet.

 

Tours d’horloge. Ailleurs dans la ville, bien avant la mi-journée, les encombrements de la circulation sont visibles dans les grands axes les plus fréquentés. Il faut deux heures pour parcourir à peine deux kilomètres séparant Analakely à Ankorondrano. Deux heures passées en majorité, à faire du sur place. Plusieurs tours d’horloge également pour aller, en taxi-be comme en voiture particulière, du centre-ville vers certaines périphéries. Tel est le cas, entre autres, pour le parcours Andoharanofotsy- Ankadimbahoaka-Tsimbazaza-Ambanidia- vers le centre-ville et le sens inverse, ainsi que l’axe Itaosy-Tsaralalàna, aux heures de pointe. Bref, la même situation d’engorgement de la circulation est vécue un peu partout dans la ville d’Antananarivo et ses environs ces dernières semaines, et davantage depuis le premier jour de décembre.

 

Anti-économique. Dans le centre-ville, il devient de plus en plus difficile de circuler, amenant les usagers à éviter de pénétrer en voiture dans le périmètre, sauf en cas d’extrême nécessité. Mieux vaut opter pour la marche à pied pour les petites courses et commissions impératives.

A défaut de pouvoir améliorer le vécu quotidien dans le trafic, les usagers prennent leur mal en patience, ou délaissent leur voiture au profit de la marche, quand cela est possible. Autrement, il n’y a d’autres choix que de passer des heures dans les transports ou dans sa voiture, avant d’arriver chez soi le soir… Pour les uns comme pour les autres, ces encombrements de la circulation ont un coût. Plusieurs tours de moins pour les transporteurs urbains, moins de courses pour les taxis, des heures perdues pour les usagers dans le cadre de leurs activités professionnelles qui se traduisent en manques à gagner. De même, les pertes ne sont pas à négliger pour les usagers dans le cadre de leurs activités personnelles dans la mesure où les heures perdues dans les embouteillages les privent de la possibilité de vaquer à d’autres occupations. Des pertes de temps et d’argent qui se répercutent inévitablement sur l’ensemble de l’économie locale.

Hanitra R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Le logiciel de la CENI jugé fiable par des experts internationaux.

Après les résultats des élections du premier tour, des voix se sont levées sur la fiabilité du logiciel utilisé par la Commission Electorale Nationale Indépendante. Un audit dudit logiciel a été demandé. Ainsi, durant deux jours, les représentants des deux candidats, de la CENI et de la HCC ont assisté à l’audit effectué par le cabinet Moore Stephens. Ce dernier a confirmé la fiabilité du logiciel de la CENI.
Ainsi, le logiciel utilisé lors du premier tour sera encore utilisé pour le deuxième tour des élections présidentielles à Madagascar. Rappelons que c’est le Candidat Andry Rajoelina qui a demandé l’audit de ce logiciel.
News Mada0 partages

Préparatifs électoraux: arrivée des imprimés électoraux

Les imprimés électoraux pour le second tour sont arrivés jeudi dernier dans les 6 hubs principaux du pays, à savoir Antananarivo, Antsiranana, Sambava, Mahajanga, Toliara et Taolagnaro.

Selon le communiqué de la Ceni, ce nouveau système de livraison « permettra d’optimiser l’acheminement du matériel sensible vers les districts, communes et les 24.852 bureaux de vote du pays, selon le plan logistique ». Il s’agit, entre autres, des bulletins de vote, procès-verbaux, feuilles de pointage et de dépouillement ou encore des enveloppes inviolables.

A noter que le projet Sacem a pris en charge la production et le transport du matériel dans tout le pays. « Le Fonds commun du projet de l’Afrique du Sud a contribué significativement aux frais de transport des imprimés pour ce deuxième tour. L’arrivée de ces imprimés a été facilitée par le gouvernement de Madagascar, qui a accordé les autorisations et les exemptions d’usage », a indiqué la Ceni.

T.N

News Mada0 partages

Journee internationale de l’inclusion: kilokolo offre un atelier artistique aux personnes en situation de...

Mercredi dernier, plus de 50 élèves ont bénéficié d’un atelier artistique à l’espace Myrah Ambatomaro, à l’occasion de la Journée internationale de l’Inclusion. L’objectif était d’enlever les barrières et autres appréhensions envers les personnes en situation de handicap, surtout les enfants.

Une cinquantaine d’élèves issus des EPP Ampefiloha, Soarano, Ankorondrano, Ambatomaro et quelques centres, entre autres, Fanantenana, les Orchidées blanches et Akama, ont bénéficié d’un atelier spécial, offert par des professionnels en pédagogie de Kilokolo, dirigé par la chorégraphe Lovatiana Erica Rakotobe.

 D’après les animateurs, la danse est un moyen d’insertion des jeunes en situation de handicap dans les milieux artistiques. Selon le communiqué de presse, les jeunes sourds, ceux en chaise roulante et ces élèves de l’école primaire se sont fondus dans une seule chorégraphie. L’objectif était donc atteint. Cette forme d’inclusion sociale par le biais de la danse est un succès et prometteuse.

Une prise de conscience sur la situation

Dans un autre registre, cette journée a permis à ces élèves d’école primaire de découvrir la réalité quotidienne vécue par ces personnes en situation de handicap. « Il ne faut plus les discriminer », a annoncé une élève. « Le handicap n’est pas une maladie, c’est un état de soi », a expliqué un des éducateurs. A la fin de l’atelier, les enfants n’ont plus des préjugés envers ces enfants.

En guise de clôture, la compagnie Lovatiana a donné un spectacle intitulé « Don’t label me » traduit en français par « ne m’étiquette pas ». Il relate l’impact psychologique sur les enfants en leur donnant des surnoms. Sans réfléchir aux conséquences, souvent la société porte un jugement sur l’apparence extérieure d’une personne. Les surnoms moqueurs par exemple mettent forcément ces enfants mal à l’aise au sein de la société, mais risquent aussi d’handicaper leur développement et leur épanouissement personnel dans la vie professionnelle et familiale.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Rock Legend By Mage 4: une quarantaine de morceaux au programme

Organisée par Ivenco et soutenue par Airtel Madagascar, la deuxième édition de l’évènement dénommé « Rock Legend by Mage 4 » se déroulera le 21 décembre, au Dôme RTA Ankorondrano. Le concept consiste à interpréter des morceaux internationaux, afin de démontrer le niveau de performance du groupe. Le répertoire sera composé d’une quarantaine de titres de rock incontournables.

L’année dernière, lors de la première édition, Mage 4 n’a choisi que trois groupes internationaux, à savoir Queen, Toto et Scorpion. Cette fois-ci, la liste sera bien garnie au grand bonheur des fans de rock car les légendaires Metallica, The Police, Europe, Bon Jovi, Mr Big… seront dans les bacs.

Par ailleurs, pour cette soirée plus exceptionnelle, les organisateurs vont innover. Le public est invité à suivre un thème « dress code » aux couleurs rouge et noir. D’autres activités seront aussi au programme, tels des séances de dédicaces, un espace photobooth et plusieurs autres surprises.

Depuis le début de l’année, Airtel Madagascar a coopéré avec Ivenco pour soutenir les jeunes talents méritants. « Cette collaboration sera davantage accentuée l’année prochaine », a annoncé un des responsables d’Airtel Madagascar.

 Ainsi, si « Rock Legend by Mage 4 » sera le dernier spectacle de l’année du groupe, les organisateurs ont déjà annoncé un autre grand concert prévue le 10 mars 2019, au palais des Sports et de la culture à Mahamasina.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Hommage: Hallyday’s night au Fara west

Johnny Hallyday est parti rejoindre le firmament, il y a de cela un an, à l’âge de 74 ans, mais ses chansons resteront à jamais sur les lèvres.  Eric Rakotoary lui rend ce soir, un vibrant hommage au Fara west Faravohitra.

« Comme pour beaucoup, Johnny Hallyday a marqué notre jeunesse. Nos ainés passaient en boucle les premiers 45 tours de Johnny  que nous avions écoutés avec une curiosité sans borne. Ses chansons nous faisaient rêver. Une passion naissante. Plus tard, devenus musiciens, nous avions animé des fêtes avec les copains des bals et Johnny était toujours à l’honneur. Depuis, Johnny est en tête de liste de nos répertoires », a témoigné Eric et ses musiciens complices composés de Datita Rabeson à la guitare, Titi Razakamiadana au clavier et saxo, Naivo Andriambelo au saxophone, Do Andriambelo à la basse et Tahira Andriamanoro à la batterie.

« Johnny était pour nous plus qu’une idole, il était un mentor qui éclairait nos parcours d’artistes par sa passion toujours vive de la musique, sa continuelle exigence, son énigmatique énergie qui le maintenait dans le flot de l’histoire. Nous tenons à lui rendre hommage comme  un grand maître », a-t-il conclu.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Manjakamiadana: un bloc de rocher menace de s’effondrer

Les conséquences des fortes pluies de ces derniers jours sont déjà à craindre, notamment dans les zones de haute attitude de la capitale.

Danger imminent. Un bloc de rocher, situé sur le versant nord de la Colline de Manjakamiadana, entre l’hôtel  le Relais de la Haute-ville à Anjohy et le Commissariat de Police du II e arrondissement à Ambohijatovo Ambony, risque  de s’effondrer.

Se détachant progressivement de la roche-mère,  ce gros rocher d’une quinzaine de tonnes pourrait finir sa chute sur quelques habitations situées en aval, plus précisément dans le quartier d’Ambatovinaky.

« Suites aux pluies diluviennes qui se sont abattues à Antananarivo durant près d’une semaine, ce rocher a fortement bougé et menace directement trois maisons», a précisé le chef de service Etudes et veille au sein du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le Dr. Lalah Andriamirado.

«Avisées afin d’éviter le pire, les trois familles ont déjà quitté leurs demeures respectives. Elles ne pourront y retourner qu’après le détachement de ce rocher», a enchaîné notre source.

En fait, lors d’une descente sur les lieux, les équipes du BNGRC, du Service des sapeurs pompiers et de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ont étudié les manières de déplacer ce bloc en toute sécurité et sans risque pour les riverains.

« Entre la démolition sur place et le déplacement progressif en question vers le bas de la colline, les techniciens ont choisi la deuxième option, laquelle présente moins de risque pour les riverains », a ajouté le Dr. Lalah Andriamirado. « Cette opération, menée suivant des techniques bien étudiées, va démarrer la semaine prochaine », toujours d’après ses dires.

Appel à la vigilance

Ce n’est ni la première ni la dernière menace d’effondrement de rocher sur cette colline en plein de saison de pluie. « D’autres  pourraient survenir à tout moment à en juger l’altération progressive des roches-mères. D’ailleurs, Manjakamiadana est classé zone à haut risque de glissement de terrain, d’après la récente étude menée par le BNGRC et l’Université d’Antananarivo », a explique le chef de service Etudes et veille au sein du BNGRC. Ainsi, les dangers restent toujours  imminents à chaque saison de pluies.

Dans ce sens, les habitants qui vivent dans les quartiers à risques ne devront pas dormir sur leurs deux oreilles. Le BNGRC leur a recommandé  de rester vigilants, de jour comme de nuit afin de pouvoir quitter dans le temps leurs habitations en cas de danger imminent.

 

Fahranarison

News Mada0 partages

Energie domestique: 92% des ménages exploitent le bois

92% des ménages malgaches utilisent encore du charbon ou du bois de chauffe comme énergie domestique. Soit 2% de plus qu’en 2016.

« Une des premières causes de la déforestation à Madagascar », a souligné le directeur général des forêts, Eric Solofoniaina Rabenasolo, lors de son allocution au lancement officiel du reboisement national 2018-2019, hier, à Taolagnaro. Une situation qui est la source de la dégradation annuelle de 49.000 ha des forêts dans la Grande île depuis quelques années. Et par conséquent, le responsable du réchauffement climatique à cause de la rareté des arbres absorbant le CO2.

Bois énergie

Placé sous le thème « Plantation réussie, source d’énergie durable face au changement climatique », le reboisement national 2018-2019 a mis à l’honneur le bois énergie, en particulier l’Acacia. Cet arbre offre effectivement des caractéristiques environnementales, entre autres, sa rapidité de croissance, un bois énergie de bonne qualité, sans parler de son embroussaillement du sol et le captage de CO2.

A la cérémonie de lancement, 6.000 arbres ont été plantés sur une surface de 10 ha dont 4.150 acacias. A cela s’ajoutent 300 baies roses, 800 plantules et 6.000 graines de « Harandranto » qui sont nécessaires dans la construction des pirogues.

1.540 ha/an

Pour Taolagnaro, une plantation de 1,540 ha / an est nécessaire pour satisfaire le besoin en bois énergie de la région qui consomme 18,5 m3 de charbon de bois annuellement. A l’échelle nationale, 40.000 ha par an sont prévus dans le programme d’urgence nationale d’ici 2030 pour satisfaire les besoins en énergie domestique et pour la reforestation du pays.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Réponses aux catastrophes: 1.000 Scoutes volontaires mobilisés

« Les volontaires aident à construire des communautés résilientes ». L’ONG Medair fait siens cette thème la célébration de la Journée internationale des volontaires. En partenariat Bureau national pour la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et la Croix  Rouge Malagasy, il va mener un projet de renforcement des réponses d’urgences aux catastrophes. Une initiative qui verra l’implication de plusieurs associations de scouts, Mpanazava eto Madagassikara, Fanilon’i Madagasikara, Tily eto Madagasikara et Jeunesse adventiste.  La signature de la convention de ce partenariat a eu lieu hier, à Antanimora.

« Dans ce cadre, 1.000 scouts volontaires secouristes vont travailler avec l’organisme pour sauver des vies dans cinq régions prioritaires, dont Diana, Sava, Atsinanana, Analanjirofo et Vatovavy Fitovinany », a  informé le directeur du Centre d’étude de réflexion et de veille opérationnel (Cervo) du BNGRC, John Herimiandry Razafimandimby.

Avant d’opérer sur terrain, ces volontaires secouristes bénéficieront d’une formation dispensée par des techniciens de ces trois entités partenaires, durant les prochains mois. « Sans plus tarder, la première vague de formation des formateurs sera organisée du 10 au 18 décembre », a souligné le responsable de Medair.

En marge de l’événement d’hier, Medair a également signé un accord de partenariat avec le département multidisciplinaire en gestion des risques et catastrophes  l’Université d’Antananarivo..

 

Fahranarison

News Mada0 partages

Boeny: information sur la valeur juridique du certificat foncier

Le certificat foncier équivaut juridiquement au titre foncier et peut servir de garantie et d’hypothèque dans les transactions commerciales et bancaires.

Le ministère de l’Aménagement du territoire et des services fonciers (MATSF) s’active, actuellement, à la vulgarisation de la valeur juridique des certificats fonciers. Les techniciens du ministère organisent des séances d’informations, dans toutes les régions, pour expliquer la valeur juridique du document. Les responsables des institutions de micro finances de Boeny en ont bénéficié dans le courant de cette semaine. Les missionnaires du ministère de l’Aménagement du territoire et des services fonciers (MATSF) ont levé le doute sur la valeur juridique du certificat foncier au cours d’un atelier, organisé à Mahajanga jeudi dernier. Des usagers ne maîtrisent pas toujours le statut du certificat foncier instauré officiellement en 2006, selon les intervenants, évoquant les problèmes liés au dépôt d’hypothèque pour l’obtention de prêts bancaires, nécessaires au développement des activités des titulaires. Conduisant la délégation, le directeur général des Services fonciers, Hasimpirenena Rasolomampionona, a rassuré les responsables des différentes institutions de micro finances invités à l’atelier, sur la valeur juridique de ce document officiel au même degré que le titre foncier, à la seule différence que le premier est délivré par la commune de la localité dans le cadre de la gestion foncière décentralisée.

Manou

News Mada0 partages

Mahajanga: les gestes écologiques conseillés

La ville de Mahajanga a célébré la Journée mondiale des sols par une séance de nettoyage collectif à Manapatànana.

Le maire de Mahajanga, Salim Mokhtar Andriantomanga, a conduit les agents de plusieurs services administratifs de sa localité, pour célébrer en communion la Journée des sols, hier. La zone de Manapatànana, devenue une décharge sauvage, a été particulièrement choisie pour la manifestation à cause de la dégradation avancée du sol, résultant des amas de sachets en plastique dans le périmètre. Ainsi, les responsables de l’écologie ont sensibilisé les participants sur les effets néfastes de ce type d’ordures sur le sol puisque ses actions de rétention d’eau peuvent provoquer de graves inondations favorisant l’érosion du sol.

Le maire de Mahajanga, en fervent adepte de la protection de l’environnement, a incité la population à des gestes écologiques, par un bon usage des bacs à ordures de proximité mis en place dans chaque fokontany.

Manou

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires: piété sans pitié

Au-delà des prétentions personnelles et des intérêts égoïstes à propos desquels des esprits chagrins n’économisent pas d’émettre des soupçons, l’enjeu d’une présidentielle  autour du souci  patriote  dont  on gratifie d’une  présomption  chaque candidat a  une telle  valeur  qu’il  n’est que normal  que les uns et les autres ne se fassent pas de cadeau. Sans doute dans le  dessein de se faire pardonner à l’avance  ce péché d’un devoir de manquer de charité l’un et l’autre des deux candidats qualifiés pour le deuxième tour ont tenu chacun de son côté à ouvrir la campagne par l’organisation d’un culte religieux chrétien.  Cette formalité exécutée, on se lâche. Dès le lendemain le doigt sur la gâchette ils ont fait parler la poudre, déjà s’en dégagent des odeurs de souffre. À ce train très vite l’atmosphère menace d’être irrespirable. Il ne s’est peut-être cependant agi  que de lancer des premières salves pour essayer chacun sa pétoire et pour aviser l’adversaire d’une disposition à user de toutes les armes. Il faut toutefois croire en leur connaissance et conscience de leur responsabilité pour que d’eux-mêmes ils définissent les limites et se gardent de les franchir. Sans attendre longtemps le public aura l’opportunité de s’en faire une idée, un duel radio-télévisé opposera en deux rounds les deux champions : le spectacle promet de faire recette, pour chacun des combattants, une chance de marquer des points, le risque de déraper.

Deux styles possiblesLa première rencontre sans devoir être décisive prêtera sûrement l’occasion de planter les premières banderilles dans les fesses de l’adversaire, à moins que l’un d’eux  n’adopte une stratégie quelque peu téméraire : faire un forcing pour tenter d’envoyer l’autre au tapis d’entrée de jeu, ou tout au moins de le pousser dans les cordes, l’arroser de coups et l’empêcher d’en rendre, une sorte de K.O. debout. La stratégie serait hasardeuse à l’égal d’un quitte ou double sauf qu’en la circonstance quitte équivaudrait à se disqualifier soi-même. Le choix du style est périlleux en soi. Le pugilat risque de ne pas plaire à une partie de la population qui attend d’un potentiel président sinon l’élégance de s’élever au dessus des caniveaux au moins l’art de ne pas traîner les débats au ras des pâquerettes. A l’inverse un combat à fleuret-moucheté présente le désavantage de faire dans la finesse et de passer au-dessus des niveaux sans que le plus grand nombre n’ait pu saisir grand-chose. L’idéal reste sans doute à exploiter ses qualités naturelles propres en mettant un bémol sur les tendances dont les apparitions rendent sa personne désagréable aux yeux des autres. Y parvenir constituerait une performance : cacher les mauvais côtés de sa nature exige une bonne maîtrise de soi, dans la mêlée les défauts tendent souvent et rapidement à reprendre le dessus.

L’attitude et le comportement ne sont toutefois que l’enveloppe pour contenir le message que l’on veut transmettre dans l’intention de convaincre et de gagner à soi la sympathie des suffrages. Le challenge repose sur la comparaison : être le plus apte à la fois que porteur de la proposition tout autant la plus prometteuse que la plus adaptée à la situation. Comme il est question de comparaison, faut-il davantage mettre l’accent à détruire le concurrent et ses propos ou faire l’article de ses propositions. Encore un dilemme, le risque de jouer le rôle du méchant d’un côté et de l’autre de passer pour un vantard.

Slalomer entre les gouttes

Le véritable objectif consiste à gagner à sa cause le maximum d’électeurs. Évidemment il ne s’agit pas d’oublier de flatter les sympathisants mais l’essentiel reste à éviter de prêcher uniquement pour des convaincus. Malgré le souci de faire le spectacle dont le cadre s’apparente plutôt à un ring de boxe, risque de perdre le combat celui qui se consacre plus à combattre le voisin qu’à transmettre son message au public.

 Ne pas baisser sa garde tout à la fois que ne pas dériver de son cap. Exercice périlleux quand l’adversaire reste constamment aux aguets de même que soi-même doit fixer son attention à tous les moments pour essayer de mettre à profit le moindre espace que laisse l’autre, en manifestant une ferme intention de le marquer là où ça fait mal.Le public de son côté ne doit pas se laisser emporter dans des dérives, malgré les apparences il ne s’agit pas d’un spectacle de saltimbanques. Les candidats ne sont pas de simples acteurs, ils sont les auteurs de leur rôle respectif. De son côté chaque citoyen ne saurait se cantonner à n’être que spectateur, il occupe ici un rôle essentiel, celui d’y puiser matière dans la perspective de participer à l’écriture de l’histoire du pays. Une participation que le second round aidera à peaufiner.

Léo Raz    

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans: une lettre du Général Galliéni (1)

Nous croyons intéressant de mettre sous les yeux de nos lecteurs la lettre adressée par le Général Gallieni aux membres de la Colonie française dès son arrivée à Madagascar en octobre 1896.

Messieurs,

Mon premier soin, en prenant provisoirement les fonctions de Résident Général à Madagascar, conformément aux ordres de M. le Ministère des Colonies, est de me mettre en relations avec vous.

Je n’ai pas besoin de vous indiquer les sentiments qui m’animent vis-à-vis de nos commerçants et colons.

Dans tous les commandements coloniaux que j’ai eu l’honneur d’exercer, j’ai toujours considéré comme le premier de mes devoirs de fournir mon concours la plus complet à mes compatriotes, estimant que les colonies sont faites pour les colons français, n’ignorant pas les risques auxquels ils s’exposent en s’expatriant et en aventurant au loin leurs personnes et leurs fortunes, et applaudissant de grand cœur à tous les succès qu’ils peuvent obtenir.

J’ai toujours posé en principe cette vérité et je me suis efforcé de la faire admettre par mes subordonnés, à savoir que la réussite d’un colon français exerçait la plus heureuse des influences, la plus essentielle de toutes au point de vue de la colonisation française, car la nouvelle, avec les multiples moyens que nous possédons aujourd’hui, s’en répandait en France et déterminait aussitôt plusieurs de nos compatriotes à venir tenter à leur tour la fortune au loin, en apportant dans ces nouvelles terres françaises le concours de leurs intelligences et de leurs capitaux.

Je compte ici rester fidèle à ce principe qui est d’ailleurs conforme aux instructions que j’ai reçues de M. le Ministre des Colonies et je m’efforcerai par tous les moyens à ma disposition de vous faciliter votre tâche. Déjà, à Tananarive, j’ai créé auprès de moi un bureau commercial, qui sera chargé de centraliser tous les renseignements intéressant les colons à un titre quelconque, de les leur communiquer, de faire faire dans les points encore inexplorés de l’île les études nécessaires à l’extension de la colonisation, d’indiquer aux colons les endroits où ils doivent se rendre, en un mot de les aider partout et toujours dans leurs entreprises de nature diverse auxquelles ils comptent se livrer.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Industrie extractive: formation sur les normes EITI

L’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI) Madagascar poursuit la formation des entités déclarantes sur les normes EITI, afin de garantir la transparence et la bonne gouvernance dans ce secteur.

Hier, à Antaninarenina, c’était au tour des chefs d’entreprises en la matière, présentes à Madagascar d’en bénéficier.

La mise en œuvre de la norme EITI exige, effectivement, une publication régulière et ponctuelle des rapports. A rappeler que Madagascar prépare en ce moment le rapport 2018, couvrant les exercices 2015-2016 des industries minières dans le pays.

Déclaration obligatoire

En fait, le rapport repose essentiellement sur la divulgation de plusieurs données relatives au cadre institutionnel, à la politique sectorielle, à la fiscalité, ainsi qu’aux déclarations faites par les entreprises sur l’ensemble de leurs activités.

A ce propos, le chef d’entreprise minière, Lydia Boarilaza a précisé que «  la déclaration est obligatoire pour toute industrie ayant des frais d’administration de plus de 5000 dollars ».

Pourtant, le dernier rapport EITI, couvrant l’exercice fiscal 2013-2014, montre que sur les 65 sociétés exhortées à effectuer une déclaration, seules 35 ont rempli le formulaire envoyé par l’EITI Madagascar.

Selon Daniella Randriafeno, secrétaire exécutif de l’EITI à Madagascar : « Il arrive que des compagnies minières soient encore en activité au moment où nous les avons contactées. D’autres suspendent leurs activités dans le pays. C’est le cas d’Exxon Mobil, ou encore de Total ».

Pour rappel, Madagascar travaille dans la mise en œuvre des normes EITI depuis maintenant dix ans. Le suivi de ses normes est une garantie auprès des investisseurs sur la transparence de la gouvernance minière dans le pays.

Riana R.

News Mada0 partages

Biodiversité COI-UE – ressources naturelles: l’utilisation illégale à réduire

Le programme Biodiversité de la Commission de l’océan Indien, financé par l’Union européenne (Biodiversité COI-UE / 2014-2019), appuie les pays du sud-ouest de l’océan Indien, dont Madagascar, à réduire la pression sur la biodiversité. L’atelier national de restitution des résultats et de consolidation des acquis s’est tenu hier, à l’hôtel Le Louvre Antananarivo.

La pression démographique, l’urbanisation, la surexploitation des ressources, la dégradation des sols, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes et les effets du changement climatique,  menacent la biodiversité, notamment les espèces endémiques. L’appui du programme Biodiversité COI-UE  promeut l’utilisation durable des ressources de la biodiversité, dans une optique de développement et de lutte contre la pauvreté.

Le programme touche quatre pays membres de la COI (Madagascar, Les Seychelles, Maurice et les Comores) et deux pays de l’Afrique de l’est (Kenya et Tanzanie) et vise ainsi à réduire l’utilisation illégale des ressources naturelles. A noter les plantes endémiques, les coraux et autres espèces animales menacées d’extinction. Il cherche également à renforcer la conservation et l’utilisation durables des ressources de la biodiversité côtière et marine, spécifiques à chaque île, aux niveaux régional, national et communautaire.

Appuis spécifiques à MadagascarOutre les activités régionales en faveur des pays bénéficiaires, le programme Biodiversité a apporté des appuis spécifiques à Madagascar. D’après Rivosoa Rabenandrianina, point focal national pour Madagascar, quatre principaux résultats sont escomptés. Il cite en l’occurrence le « renforcement et l’harmonisation des politiques et des cadres juridiques et institutionnels relatifs à l’utilisation de la biodiversité ». Et, parmi ces initiatives figurent l’instauration et la reconnaissance du « dina ». A cela s’ajoutent le développement et l’amélioration des outils éducatifs, de sensibilisation, de communication et d’information.

A titre d’exemple, l’élaboration d’une feuille de route de renforcement de capacités sur la Comptabilité des écosystèmes et du capital naturel (ENCA) est prévu comme à Nosy Be.  A Sainte-Marie et à Toliara, l’étude des impacts socioéconomiques sur les projets de valorisation des baleines figure aussi dans l’agenda.

D’après toujours notre interlocuteur, « il est prévu d’établir des systèmes d’information, de mise en réseau et d’échanges de données relatives à la biodiversité mais aussi de créer et renforcer des centres thématiques sur la biodiversité comme le parc botanique et zoologique de Tsiumbazaza ou encore le Centre national de recherche appliquée au développement rural (Fofifa) ». Et également de renforcer la contribution de la biodiversité au développement économique durable dans le dessein d’améliorer les conditions de vie des communautés.

Arh.

News Mada0 partages

Kandidà Rajoelina: « Tsy maintsy mandresy isika… Reseo lahatra ireo misalasala”

Nitohy tany Mangamila, Anjozorobe, Betatao ary nihazo an’Ambatomanohina sy Ankazobe ny dian’ny kandidà Rajoelina, omaly. « Efa nilaza aho fa ho vahaolana hoan’ny firenena fa tsy hitondra olana. Hitondra hazavana fa tsy hitondra haizina. Eo amin’ny sampanan-dalana goavana isika ankehitriny. Ampio aho hahafahako manampy anareo. Tsy maintsy mandresy isika. Reseo lahatra ireo rehetra mbola misalasala. Vonona aho ary efa voasedra…”, hoy izy tamin’ireo kaominina maromaro sy renivohitry ny distrika ireo.  Nanteriny fa tsy miandry ho lany ny tenany vao hitondra vahaolana. Nambarany fa hanafatra fitaovam-piadiana betsaka isika ary homena fiara 4×4 miaraka amin’ny angidimby misa 10 ny mpitandro filaminana. Notsiahiviny fa efa nanao tohodrano tany amin’iny faritra ny tenany, ny taona 2010 ary mbola hanao sy hametraka EPP miaraka amin’ny hopitaly manara-penitra ary hanamboatra lalana koa.

Hanova ny tantara isika…

Ankoatra izany, nampanantena ny hanorina ozinina hamokatra fitaovana mandeha amin’ny herin’ny masoandro koa ny kandidà laharana faha-13. Hanangana kianja manara-penitra. Homena velaran-tany 10ha tsirairay ireo vonona ary hahazo fiofanana momba ny fambolena. “Izaho, ianao, isika rehetra hiaraka hampandroso an’i Madagasikara. Hovaintsika ny tantara satria rehefa mifidy an’i Andry Rajoelina ianareo, hanana filoha tanora indrindra aty Afrika. Aleo ny tanora no hitondra ny fampandrosoana eto amin’ny firenena”, hoy ihany izy. Nanteriny fa hanampy ny fiangonana katolika sy ny FJKM amin’ny fanorenana sekoly sy ny fiangonana ny tenany. Ny fampidirana rano sy ny fampihenana ny vidin’ny herinaratra. Anisan’ny notsidihiny koa ny teny Talatan’Ivolonondry sy Ambohitromby…

Randria

News Mada0 partages

Airtel –Mass’In – Ivenco – Infinix: miaraka amin’ny Mage 4 hanao ny “Rock Legends”

Ny 21 desambra ho avy izao ao amin’ny Dôme Ankorondrano, hanao ny “Rock Legends” ny tarika Mage 4, handikana ny hiran’ireo fanta-daza maneran-tany, toy ny Mr Big, Scorpions, Metallica, Europe, Queen, The police, Bon Jovi sy ny maro hafa.

Hanohana ny Mage 4 amin’io fampisehoana io ny Airtel, toy izay efa natomboka tamin’ity taona ity tamin’ny mpanakanto hafa ary mbola hitohy amin’ny taona ho avy. Finiavan’ny Airtel ny hampitambatra ireo mpankafy rock io fotoana io, hiarahany amin’ny Mass’In sy ny Infinix mpanohana hafa sy ny Ivenco mpikarakara ny lanonana.

Faharoa izao ny fampisehoana “Rock Legends”, raha herintaona lasa katroka ny voalohany,  nahitana fahombiazana feno ho an’ireo mpankafy azy sy ny tarika Mage 4. Izany no nahatapa-kevitra azy ireo miaraka amin’ny Ivenco ny hanaovana izao andiany faharoa izao, ampian’ny Airtel sy ireo mpiara-miombon’antoka hafa, Mass’In sy Infinix. Haharitra ora efatra ny fampisehoana, mizara telo, handikana hira 42 eo ho eo. “Hafa tokoa io fotoana io, satria manomboka any amin’ny fandraisana mpijery efa hisy hampiavaka azy”, hoy i Beback ao amin’ny Mage 4.

Ho an’ity tarika ity, nampisongadina azy ny taona 2018, nahazoany loka RDJ Music Awards ; izay fampisehoana rehetra nataony “guichets fermés”, teto Antananarivo, Toamasina, Antsirabe, Ambatolampy… Ity taona ity ihany koa ny fankalazany ny faha-25 taonany, namoahany raki-kira sy raki-tsary nomeny anarana”XXV”.

Ny Ivenco kosa, tanora mpikarakara lanonana sy fampisehoana. Hita izany eo amin’ny fampihaingoana, ny hazavana, sy ny zava-maneno tamin’ireo fampisehoana lehibe nokarakarainy tao amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena sy ny kolontsaina, Antsahamanitra …sy tamin’ireo toerana voafetra ihany ( Kudeta, Plazza…).

 

R.Mathieu

News Mada0 partages

Raharaha Arman Kamis: “Tsy hanaiky fanelanelanana aho…”, hoy ny Prokirera

Nanao valandresaka ho an’ny mpanao gazety tao Toamasina, omaly ny tonia mpampanoa lalàna momba ny raharaha fakana an-keriny an’i Arman Kamis…

Fanambiko ny tsy hanaiky fanelanelanana na avy amin’iza na iza”, hoy ny tonia mpampanoa lalàna ao Toamasina, Rajaonah Thierry, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety tao amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany ao Toamasina momba ny raharaha fakana an-keriny ilay teratany karana, i Mohamed Arman Kamis, tale jeneralin’ny “Trans Fy”. Nambarany fa fotoana izao hilazana ny fizotran’ny raharaha satria mifarana hatreo aloha ny andiany voalohany amin’ny famotorana ka miisa valo mianadahy hatreto ny hatolotra ny fampanoavan. Aanisan’izany, i Manantena Haja, voasambotra tany Antsirabe ary tena atidohan’ny fikotrehana ny fakana an-keriny maro teto amin’ny firenena, araka ny nambarany hatrany. “Tsy hanaiky fanelanelanana na avy amin’iza na avy amin’iza aho raha mbola eto Toamasina no hisahana ity raharaha ity”, hoy izy. Nohamafisin’ity mpahay lalàna ity hatrany fa ny datin’ny 23 novambra 2018 dia efa azo avokoa ny sary sy ny anaran’ireo olona nanatontosa ny fakana an-keriny. Nilaza izy fa raha ny momba an’i Manantena Haja manokana, efa nosamborina tamina fakana an-keriny an’i Hassan Kamdje izy ary niditra vonjimaika am-ponja ny 26 mey 2016.

Sajo

News Mada0 partages

Distrikan’Atsimondrano: tambajotran-dahalo ravan’ny zandary

Saron’ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritry ny zandarimaria Fenoarivo, ny 28 novambra 2018 lasa teo ireo tambajotran-jiolahy nahitana vehivavy iray. Ny 26 novambra 2018 alina, nangalatra omby miisa roa tao Antanimena, fokontany Ambohijatovo, kaominina ambanivohitr’i Fenoarivo, distrikan’Atsimondrano ireto dahalo ireto. Nanara-dia avy hatrany ny fokonolona ka nifarana tao Anosimasina, fokontany Ampasika Bemasoandro tao an-tranon-dRaliva mpivaro-kena. Rehefa natao ny fisavana ny trano dia hita tao ny tapaky ny tady namatorana ireo omby notadiavina. Nandritra ny fanadihadian’ny zandary ny vadin’ny tompon-trano sy ny zanany dia niaiky izy ireo fa novonoina tao an-trano ireo omby ireo ary namidy any an-tsenan’izy ireo any Ambodin’Isotry. Tratra ireo dimy lahy nitaky vidin-kena 1 600 000 Ar tao an-tranon-dRaliva. Niaiky ny heloka ireto tambajotra ireto.

J.C

News Mada0 partages

Ankatoky ny fety: miakatra avokoa ny vidin’ny PPN

Miakatra tsikelikely ny vidin’entana eny an-tsena amin’izao ankatoky ny fety izao. Tsy misy hitarainana ny mpanjifa fa tsy maintsy mividy. Tsy misy miteny ny tompon’andraikitra.

Manararaotra mampiakatra ny vidin’entana ny mpivarotra rehefa akaiky fety toy izao. Tsikaritra ho nisy fiakarany ny ankamaroan’ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro eto Antananarivo. Hatrany amin’ny mpamongady mihitsy io fiakaran’ny vidin’entana io raha ny filazan’ny mpaninjara.

Anisan’ny tena nisongadina ny fiakaran’ny vidin’ny lafarinina. Manodidina ny 10.000 Ar ny fiakaran’ny vidin’ny iray kitapo. Efa tao anatin’ny roa herinandro izany fiakarana izany. Betsaka ireo manao kaomady mofo mamy rehefa fetin’ny Krismasy sy faran’ny taona ka voatery hampiakatra ny vidin’ny mofo mamy amidiny ihany koa vokatr’izany fiakaran’ny vidin’ny lafarinina izany.

Niakatra ny vidin’ny menaka fihinana, teo aloha 5000 Ar izany ary tafakatra hatrany amin’ny 5500 Ar ny litatra amin’izao fotoana. Eo koa ny siramamy, nisy fiakarany 100 Ar ny kilao. Ny vary manodidina ny 700 Ar ny kapoaka raha novidiana 600 Ar izany teo aloha.

Miakatra koa ny vidin’ny labozia, manararaotra ny delestazy mivaivay, amin’izao fotoana. Labozia vaventy 500 Ar niakatra 550 Ar eny an-tsena. Ny vovon-kafe, savony… nisy fiakarany 50 Ar.

Anisan’ny tena mampimenomenona ny ray aman-dreny manan-janaka kely koa ny fiakaran’ny rononon-jaza. Efa tafakatra 20.000 Ar izany amin’ny toerana sasany. 2000 Ar ny fiakaran’ity rononon-jaza ity izay antoky ny fitomboan’ny zaza mihitsy na ara-tsaina na ara-batana.

Manahy ny mety mbola hiakaran’izao vidin’entana izao ny rehetra aorian’ny fety, indrindra aorian’ny fifidianana, raha sanatria ka hisy ny krizy izay toa mandindondindona ny firenena.

Tatiana A

News Mada0 partages

Unicef-Japoney: aranty eny Ankorondrano ny olan’ny fahazoan-drano

Mandritra ny hadimiana, nanomboka omaly, haranty ao amin’ny La City Ivandry ny olana sedrain’ny mponina any Atsimo momba ny rano sy ny fomba ahazoan’izy ireo izany, ampiasaina amin’ny fiainana andavanandro. Tanjona ny hampahafantatra amin’ny daholobe eto Antananarivo ny fijalian’ny tokantrano vao mahazo rano ahandroana sakafo sy hidiovana any Atsimo, araka ny fanazavan’ny solontenan’ny Unicef eto amintsika, i Michel Saint-Lot. Rehefa mahita ireo sary ireo ny mpitsidika sy ny mpitondra fanjakana dia hanetsika ny hambompon’ny mpitondra izany ka hanokanan’izy ireo vola bebe kokoa hanatsarana ny fahazoan-drano any Atsimo. « Olana teo aloha, betsaka ny fotodrafitrasa efa nataon’ny fanjakana japoney sy ny mpiray ombon’antoka toy ny fametrahana vovo, ny paompin-drano iraisana, ny fantsona fitarihan-drano… saingy simba avokoa izy ireny vokatry ny tsy fisian’ny fikojakojana azy », hoy ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Rano. Manomboka eto, ny ampahan’ny vola azo amin’ny tetikasa famatsian-drano any Atsimo miaraka amin’ny fanjakana japoney sy ny Unicef atokana hikojana ny fitaovana sy fotodrafitrasa misy.

20 taona mahery no efa niasa ho an’ny fanatsarana ny fahazoan-drano any Atsimo ny fanjakana japoney ary mbola mitohy izany amin’izao fotoana izao. 300 000 ny olona afaka nisitraka rano ary hiampy 40 000 izany rehefa vita ny fantsona lehibe ao Ampotaka, hoy ny masoivoho japoney miasa eto amintsika, i Ichiro Ogasawara.

Ny taona 2017, nanolotra vola mitentina 4 tapitrisa  dolara ny Japoney nahafahan’ny Unicef  nanampiana ny vondron’olona marefo any Atsimo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Halatra seky: olona efatra tratran’ny polisy  

 

Olona efatra indray voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’Analakely ny talata maraina lasa teo izay voarohirohy tamina halatra seky. Raha ny tatitra avy amin’ny polisy, ankohonana iray no niara-nonina sy niasa efa ho roa taona tamina teratany vahiny iray monina eny Ambatobe. Natokisan’ilay vazaha amin’ny zavatra rehetra izy ireo. Ny 19 novambra 2018  lasa teo, nikasa haka vola any amin’ny banky ity teratany vahiny ity ka nanoratra seky tao an-tranony alohan’ny niaingany. Hadinony tao anefa ilay seky izay mbola nahitana pejy marobe. Tsikaritr’ilay tovolahy zanaky ny mpiambina izany ka nangalany pejy maromaro. Ny 3 desambra raha nijery ny mari-bola tao amin’ny kaontiny ilay teratany vahiny dia nahita fa tsy ampy betsaka ny volany ary tsy tsikariny fa efa nisy banga ny pejy tao amin’ilay seky. Mailo ilay teratany vahiny ka nalainy ny volany rehetra tao amin’ny kaontiny. Kanjo mbola niverina an-tsokosoko nikasa haka vola indray ilay tovolahy zanaky ny mpiambina haka vola ao amin’ny kaontin’ilay teratany vahiny. Niantso ilay teratany vahiny ny banky ka noraisim-potsiny ilay tovolahy. Nilaza ity tovolahy ity fa izy sy ny reniny ary olona roa hafa no tompon’antoka tamin’ny fakana ilay vola tany amin’ny banky.

Jean Claude

 

News Mada0 partages

Mpamonjy voina: notapahina ireo hazo mampidi-doza

Ho fisorohana ny loza izay mety hitranga eto an-dRenivohitra mandritra izao fotoam-pahavaratra izao, nanapaka ireo hazo lo sy ahina hianjera rehetra eto an-dRenivohitra ny sampana mpamonjy voina teny Betongolo sy Ambohijatovo.

Rehefa avy ny orana, betsaka ireo hazo atahorana hidaraboka, ka mety hahafaty olona na hanimba zavatra na hanapaka lalana. Izay indrindra no mahatonga azy ireo handray izao fepetra izao mba tsy hitrangan’ny loza.Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny sampana mpamonjy voina, afaka miantso ny laharana 118 ny mponina raha toa ka mahita hazo, na trano, na vatobe  ahina mety hitera-doza ho an’ny vahoaka.

Ankoatra izay, efa misy ny sampan-draharaha manokana izay mitsirika ireo tranga mampiahiahy, mety hitera-doza, ao amin’ny sampana mpamonjy voina.Mila mailo hatrany ny rehetra ary miantso avy hatrany ny sampana mpamonjy voina raha mahita tranga mampiahiahy, ka mety hitera-doza.

Tatiana A

News Mada0 partages

VAE: omena « certificat » ireo mpiasa tsy nandalo sekoly  

5% amin’ny olona efa am-perinasa ihany no manana taratasy manamarina ny fahavitany fiofanana momba ny asa teny amin’ny ivontoeram-pampianarana teknika, araka ny fanambaran’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fampianarana teknika, i Tsikel’Iankina Ernest, omaly teny Andrainarivo. 7% monja ihany no nandalo teny amin’ny fampianarana ambony. Ny ankamaroan’ny mpiasa nianatra ny asa avy hatrany teny an-kianja ary taorian’ny taona maro niasany, tsapa fa voafehy tanteraka izany. Noho ny traikefa ananany, homena lanja io fahaiza-manao io amin’ny fanomezana fankatoavana avy amin’ny fanjakana sy ny tontolon’ny asa miaraka (VAE). Mitovy lenta amin’ny diplaoma omen’ny ivontoeram-pampianarana teknika misy ny « certificat » azon’ny mpiasa aorian’ny fanamarinana ataon’ny teknisianina mpitsara. Ho an’ny olona feno 23 taona no ho miakatra ary niasa farafahakeliny dimy taona teo amin’ny sehatrasa iray ny VAE. Tsy maintsy misoratra anarana eny anivon’ny sampandraharaha voaomana amin’izany ilay mpiasa. Arafitra anaty antontan-taratasy ny fahaiza-manao sy ny traikefa ananany. Mbola mandalo fanaporofoana fampiharana mivantana koa ilay mpiasa eo anatrehan’ny mpitsara. Aorian’ireo dingana ireo vao hanambara ny mpitsara raha mendrika ny homena ny certificat na tsia ilay mpiasa. Raha tsapa fa mbola misy ny lafin-javatra tsy mbola voafehin’ilay mpiasa, ampirisihina izy hanatona ivontoeram-pampianarana hameno ny banga. Tokony ho vitany ao anatin’ny roa taona ihany ny fanampiana ny fahaiza-manao mialoha ny hidirana amin’ny fiatrehana ny mpitsara indray.

Tanjon’ny minisiteran’ny Fampianarana teknika ny hanome VAE ho an’ny 95% amin’ireo mpiasa tsy nandalo teny anivon’ny sekoly teknika.

Afaka mandray anjara ny mpiasa tena

Afaka mangataka ity certificat ity koa ny olona miasa tena ka ny manam-pahefana ao an-toerana no manamarina fa manana traikefa sy ny fahaiza-manao tokoa izy. Ho an’ireo olona tsy mahay mamaky teny sy manoratra, misy olona atolotra azy ireo hanadrafitrasa ny antontan-kevitra hatolotra ny mpitsara.

Efa nankatoavin’ny governemanta ny fanatanterahana ny VAE eto Madagasikara ka nisy ny didim-panjakana mirakitra izany. Nisy atrikasa nifampizarana momba ny VAE, omaly, teny Andrainarivo nandraisan’ny minisitera sy ny vondron’ny mpampiasa sy ny sendikàn’ny mpiasa anjara.

Vonjy A.    

News Mada0 partages

Cyclisme-trophée DES AS: Herimandranto Manovosoa s’échappe

La compétition « Trophée des As » a débuté hier sur l’axe RN7. Pour la première journée, la course de 100 kilomètres a bien démarré pour Manovosoa Herimandranto. Jean Marc Rakotonirina et Mazoni Rakotoarivony le poursuivent en sprint.

Manovosoa Herimandranto de CCPA Tana qui figure parmi la relève s’est échappé du peloton sur un temps de 2h47’16’’. Jusqu’à présent, il n’a en effet participé au Tour de Mada que depuis deux ans. Auparavant, il était toujours en VTT.

De leur côté, Jean Marc Rakotonirina (FCSA) et Mazoni Rakotoarivony (VCA) se sont bousculés pour le sprint. Ainsi, le champion national en titre a fini à la 2e place avec 2h47’48’’ devant Mazoni qui se trouvait à la 3e position.

Pour la suite de la compétition, les athlètes effectueront 90 kilomètres sur  l’axe RN1. Digue Malaza Ampitatafika sera leur départ. La dernière journée se déroulera sur une distance de 140 kilomètres sur l’axe RN4 depuis la  société Soboma Andranotapahana.

Alors, les athlètes de la région Analamanga ont frappé fort durant la journée d’hier. Mais les autres concurrents pourront renverser la vapeur jusqu’à demain.

Sendra Rabearimanana

 

Résultats de la 1ère journée

1- Manovosoa Herimandranto (CCPA Tana)

2- Jean Marc Rakotonirina (FCSA Tana)

3- Mazoni Rakotoarivony (VCA Tana)

 

 

News Mada0 partages

Orange esport expérience: Madagascar, Roi d’Afrique sur Asphalt

Le jeu en vaut la chandelle ! En lice à l’Orange Esport Experience dans la capitale sénégalaise, jeudi dernier, les gamers malgaches ont réussi une performance singulière face aux crèmes du continent.

Sans crier gare, ils ont ébloui leur monde par leur talent notamment au jeu Asphalt 9 où Mamitiana Michel Rakotoarison dit Gogo a ravi la couronne africaine à l’issue d’une intense bagarre face à des adversaires de choix.

Sans forcer, le tout nouveau Roi d’Afrique de la vitesse a grillé la politesse au représentant du Cameroun lors des trois rounds de la finale sans lui laisser la moindre opportunité de briller. Ce qui n’était pas le cas de Mamitiana Herilanto Ralainaivo, alias Rayan au PES 2019.

Malgré une belle campagne ponctuée par une place de finaliste,  le ballon n’a plus tourné rond pour lui lors de la finale. Il a beau dynamiter la défense adverse mais à chaque coup, la réplique de son adversaire ne se fait pas attendre. Accrocheur comme il est, ce dernier a fini par prendre l’avantage au moment opportun après avoir couru après le score. Les deux parties se sont séparées sur le score de 3-4 au détriment du joueur malgache qui se content de la deuxième place africaine.

Par contre, le troisième n’était pas la bonne ! Loin des attentes, Ranto Manoro Ratsimiliavahoaka quitte prématurément la scène du Street Fighter V. Son élimination lors du Top 8 était fatale.

Un bilan satisfaisant qui met en avant Orange Madagascar pour son engagement dans la promotion de l’E-sport. « Dans le domaine du E-sport, Orange est précurseur à Madagascar et en Afrique. L’écosystème malgache est encore peu visible, mais nous travaillons étroitement avec les acteurs du E-sport malgache pour leur donner une visibilité africaine, et mondiale. Les beaux résultats de notre délégation à Dakar placent aujourd’hui Madagascar au centre de l’échiquier africain de l’E-sport », a souligné Michel Degland, Directeur général d’Orange Madagascar.

Naisa

News Mada0 partages

Slalom-Sommet National: 30 pilotes en piste et espérons, sans dame pluie

Les hostilités finales du championnat national du slalom feront rage ce week-end sur le circuit du TMF Ivato. Mais, espérons que dame pluie ne fera pas des siennes et jouera le trouble fête. Quoi qu’il en soit, 30 participants vont conclure en beauté cette saison.

En fait, d’après le règlement intérieur, « si pour des raisons climatiques, pluies et/ou pistes impraticables ne permettant pas le déroulement d’une, la compétition doit- être arrêtée définitivement ». Mais encore, tout dépend de la météo. Et, même si l’afficher aura lieu, la Directeur de Course, Jacques Harinirina pourra intervenir au dernier moment, surtout que la pister sera trop glissante.

De leur côté, les pilotes sont déjà prêts à mettre les pieds au plancher. Tsiory Rakotomiarana, la révélation de cette saison sera parmi 30 pilotes engagés.

Et pour le public qui manifeste une envie de monter dans une voiture de rallye en tant que « Passager à bord », c’est l’occasion qui arrive à point nommée pour recevoir une bonne dose d’adrénaline et de sensation forte.  Les férus de plus de 14 ans mesurant au moins 1m50 et n’ayant jamais participé à une compétition seront au premier loge.

Mika and Faniry

Certes, Tsiory crédité de 129 points maintient le cap 129, mais la famille Rasoamaromaka, sur leur Citroën C2, le talonne de près. Actuellement, Mika, après sa victoire pimpante à l’issue de la 6e manche, devance Faniry de 9 points et totalise 83 points.

 « Même si nous sommes rivaux sur le circuit, nous avons préparé ensemble cette manche. Et d’ailleurs, après chaque reconnaissance, on se concerte et partage même nos notes», a souligné Faniry Rasoamaromaka.

Sendra Rabearimanana

News Mada0 partages

« Orange Esport Experience »: tompondakan’i Afrika Rakotoarison Mamitiana  

 

Tsara ny vokatra ho an’i Madagasikara. Tompondaka Rakotoarison Mamitiana ary tompondaka lefitra kosa Ralainaivo Mamitiana Herilanto, tamin’ny sokajin-dalao nisy azy avy. Niakatra ny haavo teknikan’ny mpilalao “jeu vidéo” malagasy, raha ireo vokatra ireo no jerena. 

Nahita fahombiazana ny solontena malagasy niatrika ny lalao famaranana tamin’ny fifaninanana “Esport Orange Experience”, notontosaina tao amin’ny lapan’ny Kongresy “King Fahd” tao Dakar. Lalao “jeu vidéo” izay natao omaly alakamisy hariva. Nandrombaka ny amboara tamin’ny sokajy “Asphalt 9” , Rakotoarison Mamitiana. Tsiahivina fa “jeu vidéo” miisa 4, dia ny “Pro Evolution Soccer 2019”, “Asphalt 9”, “Street Fighter V” ary ny “Arena of Valor” no hifaninanan’ireo mpifaninanana miisa 50 ary ny 3 amin’ireo no nananan’ny Malagasy solontena.

Nandravarava ary nanamarika isa ambony i Mamitiana nanoloana ny mpifanandrina taminy, Emmanuel Weaver avy any Kameronina. Nisesy ny fandresena nandritra ny dingana telo ho an’ity solontena malagasy ity ary tsara ny vokatra satria vitany tao anatin’ny 12’46’’ ireo dingana telo ireo, raha toa ka 12’54” no nanaovan’ilay Kameroney izany. Vokatr’ity fandresena ity, nahazo vola mitentina 1500 euros Rakotoarison Mamitiana.

Tompondaka lefitra “PES 2019” i Rayan

Namiratra i Madagasikara tamin’ny fifaninanana ity satria tafakatra tamin’ny dingana famaranana, sokajy “PES 2019” ihany koa Ralainaivo Mamitiana Herilanto, fantatra amin’ny solon’anarana hoe Rayan ary tompondaka lefitra amin’ity sokajy ity. Tsy afa-bela nanoloana azy ilay Ivorianina antsoina hoe Hermann, hatrany am-piandohan’ny fifanandrinanana. Nanjakan’i Rayan tanteraka ny 20 minitra nilalaovana ary izy no nanokatra ny isa. Nanejika azy hatrany i Hermann, saingy tsy nahatohitra firy. Nisaraka tamin’ny isa 3 no ho 2 ny roa tonta teo am-pialana sasatra. Vao maika nihanahazo hery i Rayan nandritra ny ampaham-potoana faharoa ary nanamarika isa iray indray, 5 minitra tsy hifarananan’ny lalao. Isa 4 no ho 3 no nisarahan’izy ireo tamin’ny ora farany.

Ratsy kosa ny vokatra ho an’ilay mpilalao malagasy iray, Ratsimiliavahoaka Ranto Manoro, sokajy “Street Fighter V”. Raraka teo amin’ny lalao fifanintsanana ho an’ny 8 voalohany izy ary tsy afaka nanohy intsony ny fifaninanana.

Marihina fa hitodi-doha eto an-tanindrazana, anio, asabotsy 8 desambra ireto mpilalao “jeu vidéo” malagasy, 3 mirahalahy, ireto.

 

Mi.Raz

News Mada0 partages

Basket-CCCZ7: tout est à refaire pour COSPN

Premier coup d’arrêt ! COSPN termine la phase aller de la coupe des clubs champions de la zone 7 (CCZ7) par une défaite hier face aux Seychellois de Premium Cobras, non sans batailler jusqu’au bout.

Match épique de la dernière journée de la phase retour, le mano à mano entre COSPN et Premium Cobras a tenu toutes ses promesses. Entre le challenger malgache et le grand favori seychellois, il a fallu attendre les dernières secondes de la rencontre pour connaitre le vainqueur.

Devant un public hostile à sa cause, l’équipe malgache n’a rien lâché tout au long du match. Face aux expérimentés Seychellois, Nasser Ben Hassan et sa bande ont fait étalage de leur talent. De bout en bout, les deux protagonistes ont livré un duel acharné qui a tourné à l’avantage de l’équipe hôte. Celle-ci l’emporte sur un score serré de 67-66.

Ce résultat condamne COSPN à réaliser un parcours sans faute lors de la phase retour pour qu’il puisse rattraper son retard sur son bourreau du jour. Faute de quoi, il peut dire adieu à son rêve de soulever la coupe de la zone 7.

Naisa

 

Calendrier du match retour

09 décembre :

Premium Cobras (Seychelles)-Mahebourg Flippers (Maurice)

Beau vallon Heat (Seychelles)-COSPN (Madagascar)

 

10 décembre :

COSPN (Madagascar)-Mahebourg Flippers (Maurice)

Beau Vallon Heat (Seychelles)-Premium Cobras (Seychelles)

 

11 décembre :

Mahebourg Flippers (Maurice)-Beau Vallon Heat (Seychelles)

Premium Cobras (Seychelles)-COSPN (Madagascar)

Madagascar Tribune0 partages

Transparency Madagascar lance un réseau de journalistes d’investigation

Un réseau de journalistes d’investigation appelé Malina est né sous l’initiative de Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM). Ce projet est né à la suite de la réussite d’une première expérience d’investigation sur le trafic de bois de rose réalisée en août dernier, dans le cadre d’une collaboration avec le réseau international « Organized crime and corruption reporting project ».

Malina a pour objectif de promouvoir le journalisme d’investigation dans la Grande île. TI-IM propose aux journalistes malgaches des moyens matériels, un appui logistique et juridique, des formations et un accompagnement leur permettant de réaliser des articles et reportages de qualité. Les investigations permettent en retour à TI-IM d’obtenir des éléments concrets orientant ses actions d’interpellation et de plaidoyer.

Une quinzaine de journalistes intéressés par l’investigation journalistique font actuellement partie de ce réseau. Le comité de rédaction est coordonné par Ketakandrina Rafitoson, directrice exécutive de TI-IM. Un comité scientifique, composé de personnalités et d’experts de la société civile et des médias, guide le comité de rédaction sur les thèmes devant faire l’objet d’investigations et évalue la pertinence et la qualité des productions du réseau.

Depuis le 5 décembre dernier, les articles réalisés par les journalistes sont mis en ligne sur le site www.malina.mg. On peut y retrouver, entre autres, un reportage sur l’enquête menée actuellement par le Bureau anti-corruption à l’encontre de l’homme d’affaires Mbola Rajaonah et un reportage sur la disparition d’un conteneur au niveau suspect de radioactivité qui remonte à 2013.

Des articles et reportages alimenteront le site internet à intervalles réguliers, afin que celui-ci devienne le rendez-vous incontournable des passionnés d’investigation et que la vérité soit faite sur toutes les formes de corruption à Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

La langue d’enseignement, cette inconnue

La réforme du secteur éducatif est enclenchée. Elle touche le calendrier scolaire qui est déjà en cours de transition ; elle concerne aussi les cycles et les disciplines à enseigner et leurs contenus. Parallèlement et dans cet objectif, des formations des enseignants sont dispensées, soit en continu pour ceux qui sont dans les instituts et écoles normales, soit en plusieurs sessions correspondant aux cinq périodes de vacances scolaires pour ceux qui sont en activité. Mais jusqu’ici la langue d’enseignement demeure diffuse et incertaine.

Certes, dans le premier cycle de trois (3) ans de l’éducation fondamentale, il est clair que la langue maternelle locale est de rigueur. Mais dans le second cycle dont la durée est identique et dans les cycles suivants, la langue d’enseignement n’est pas précisée. La langue nationale et le français sont-ils utilisés en fonction des enseignants ou des disciplines ? D’après les responsables ministériels successifs, on apprend le français dans le second cycle de l’Education fondamentale ; comme langue de communication ou comme langue d’apprentissage et d’évaluation des connaissances et de l’intelligence des jeunes malgaches scolarisés ?

Là est le problème ! Car ces dernières années, en raison du recul de la maîtrise du français par les jeunes, il est facile pour les parents, les professeurs, les patrons d’entreprises et les recruteurs dans les diverses instances des entreprises et des institutions gouvernementales, de déclarer inaptes les postulants à un poste qui ne parlent pas le français « fluently », correctement et sans fautes. On dit même que c’est l’enseignement en général qui a beaucoup dégringolé.

Ayant été témoin direct de la situation de jeunes de la « génération takamoa » (takamoa c’est l’ampoule) et de leurs performances au niveau de l’expression française écrite et orale, force est d’avouer que c’est plus que du charabia, c’est la confusion totale. Aujourd’hui c’est pire pour les jeunes qui n’ont pas fréquenté des établissements scolaires d’expression française ou du moins des établissements scolaires privés confessionnels de renom. C’est le calvaire aussi bien pour le correcteur qui imagine tout le mal du monde pour l’étudiant que pour celui-ci qui doit rédiger son mémoire en français et le soutenir dans la langue française. En tout cas, au niveau de l’expression française orale et écrite, c’est lamentable. Molière ne s’y retrouve guère et Jean Joseph Rabearivelo y perd son latin.

Ceci pour dire que pour avoir accès à l’enseignement universitaire universel et académique, beaucoup de jeunes malgré leur diplôme de baccalauréat sont sanctionnés non pas sur le plan des connaissances et du savoir-faire ou de leur intelligence de la matière étudiée, mais parce qu’ils ne parlent et n’écrivent pas le français correctement. Pour ceux qui sont admis aux concours d’entrée dans les universités publiques, des professeurs recommandent des cours de mise à niveau de leur français.

Evidemment il ne s’agit pas d’accuser les enseignants ou les apprenants mais d’attirer l’attention sur la place de la langue dans l’évaluation des connaissances. Il s’agit d’interpeller l’opinion, les législateurs et les décideurs politiques sur la place de la langue malgache dans la vie de la nation et dans le cursus des jeunes dans leur scolarité.

Un mémoire de fin d’études est très rarement présenté dans la langue malgache sauf dans la filière Malagasy à l’université. Et encore faut-il admettre qu’un Siméon Rajaona n’a pas écarté l’usage du français, de locutions et d’idiomes en séance de soutenance de mémoire ou de thèse.

Madagascar est une île et ne peut ignorer les langues étrangères. Madagascar fait aussi partie des pays membres de la Francophonie. Madagascar a été sous domination française pendant près de 60 ans. Nos élites sont majoritairement francophiles et francophones. Mais ils sont de plus en plus nombreux ceux à avoir étudié et vécu ailleurs, au Japon, en Allemagne, en Indonésie, au Vietnam, en Russie, en Suisse, en Norvège et aux Etats-Unis. Ils sont convaincus de l’intelligence et des performances de leurs compatriotes malgaches partout où ils travaillent. Mais ils tombent en admiration devant les performances économiques de ces pays. Ils ne manquent pas d’éloges non plus devant les progrès technologiques et les capacités d’innovation des jeunes de ces pays qui ont fait de leur langue leur langue d’enseignement. À beaucoup d’égards l’usage d’une autre langue que celle nationale ou locale pour évaluer les connaissances et intelligences des élèves constitue un handicap majeur dans l’épanouissement de ceux-ci.

À notre avis, l’enseignement des langues étrangères devrait demeurer uniquement comme langues de communication. À charge pour les formateurs, enseignants et autres professeurs de transmettre les connaissances acquises dans la langue nationale ou maternelle des apprenants. Une fois que ces apprenants envisagent d’autres horizons culturels ou professionnels, qu’ils se soumettent aux exercices nécessaires comme ceux des « volontaires américains » qui séjournent à Madagascar. Ou comme les missionnaires de l’église luthérienne qui, avant de servir à Madagascar, effectuent un séjour à Lausanne en Suisse et s’y imprègnent des cultures et langues. En tout cas, les étudiants malgaches de l’époque soviétique avaient dû eux aussi se soumettre à des obligations similaires pour être en mesure de poursuivre leurs études dans toutes les disciplines dans la langue russe.

Madagascar Tribune0 partages

Transparency Madagascar lance un réseau de journalistes d’investigation

Un réseau de journalistes d’investigation appelé Malina est né sous l’initiative de Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM). Ce projet est né à la suite de la réussite d’une première expérience d’investigation sur le trafic de bois de rose réalisée en août dernier, dans le cadre d’une collaboration avec le réseau international « Organized crime and corruption reporting project ».

Malina a pour objectif de promouvoir le journalisme d’investigation dans la Grande île. TI-IM propose aux journalistes malgaches des moyens matériels, un appui logistique et juridique, des formations et un accompagnement leur permettant de réaliser des articles et reportages de qualité. Les investigations permettent en retour à TI-IM d’obtenir des éléments concrets orientant ses actions d’interpellation et de plaidoyer.

Une quinzaine de journalistes intéressés par l’investigation journalistique font actuellement partie de ce réseau. Le comité de rédaction est coordonné par Ketakandrina Rafitoson, directrice exécutive de TI-IM. Un comité scientifique, composé de personnalités et d’experts de la société civile et des médias, guide le comité de rédaction sur les thèmes devant faire l’objet d’investigations et évalue la pertinence et la qualité des productions du réseau.

Depuis le 5 décembre dernier, les articles réalisés par les journalistes sont mis en ligne sur le site www.malina.mg. On peut y retrouver, entre autres, un reportage sur l’enquête menée actuellement par le Bureau anti-corruption à l’encontre de l’homme d’affaires Mbola Rajaonah et un reportage sur la disparition d’un conteneur au niveau suspect de radioactivité qui remonte à 2013.

Des articles et reportages alimenteront le site internet à intervalles réguliers, afin que celui-ci devienne le rendez-vous incontournable des passionnés d’investigation et que la vérité soit faite sur toutes les formes de corruption à Madagascar.

Madagate0 partages

Kraoma S.A. Les salariés prêts à entrer en guerre contre la Présidence de la République

Palais d’État à Iavoloha, 28 juillet 2018. Le Président Hery Rajaonarimampianina a reçu, les quatre ouvriers de la KRAOMA enlevés en début de semaine, à Andriamena, et retenus en otage. Lors de la rencontre avec le Chef de l’État, ils étaient accompagnés du Président du conseil d’administration de la KRAOMA, Rakotoarisoa Arsène Jean de Dieu (second à partir de la gauche, ainsi que du Ministre des mines, Henry Rabary-Njaka (à l'extrême-droite sur la photo)

Système d’appauvrissement de la Société KRAOMA S.A.

Depuis 2015, année à laquelle Rakotoarisoa Arsène, Conseiller Spécial de l’ex-Président Hery Rajaonarimampianina a été nommé à la tête de la Société d’État Kraoma (Kraomita Malagasy) S.A., ladite société n’a pas cessé d’accumuler des dettes malgré que la production annuelle a doublé puis triplé pour arriver, enfin, à être quadruplée en 2017, avoisinant les 400.000tonnes de produits finis exportés.

Gilbert Dailly, un conseiller occulte omniprésent

Soudain, des contrats de partenariat venant d’en haut lieu, pour ne pas dire ordonner directement par la présidence de la république surgirent. D’abord, l’arrivée de la Société APC Drilling, une société spécialiste en forage d’eau (apparemment) qui s’est brusquement spécialisée en société de forage de chrome pour se voir acquérir, plus tard, des permis miniers dans la zone chromifère d’Andriamena. Cette société est devenue, au fil des années, une société de transport et un sous-traitant de Kraomita Malagasy S.A., transportant des minerais venant directement des mines.

Bizarre encore, les engins de transports et de mines de Kraoma S.A. se sont mis à tomber un à un en panne, de manière systématique. Entre-temps, APC Drilling, la société spécialiste en sondages miniers s’est offert des engins de transport. Selon les murs qui ont des oreilles (toujours),ces engins ont été achetés avec de l’argent emprunté par Rakotoarisoa Arsène à la Société Stork International Gmbh, dont le P-DG est Dr Jugendra Singh Raghav -présenté au président Hery par l’incontournable Gilbert Dailly- qui a mis 6,2 millions USD afin de mieux asservir Kraoma S.A., en matière de transport des minerais.

Où vont les produits de ventes de Kraoma S.A. depuis 2015 ?

Un an après l’accession de Hery Rajaonarimampianina au pouvoir, la présidence de la république envoyait la liste des clients de Kraoma S.A. qui pouvaient acheter ses produits finis. Le prix de vente était fixé par la même présidence… Or, parallèlement, la plupart des fournisseurs et des sous-traitants n’ont pas été payés et la société ne s’est pas acquittée de la cotisation CnaPs (Caisse nationale de prévoyance sociale) depuis 2016. Pourtant, chaque mois, cette cotisation des salariés est déduite de leur salaire. Depuis 2016 toujours, c’est aussi la cotisation pour retraite complémentaire aux assurances Ny Avana qui n’est plus payée. Excuse : la Société est en difficulté et a, pour la seconde fois, contracté un emprunt à la Société Stork International pour payer les salaires. Cette fois, le montant s’est élevé à plus de 3 millions USD. Ici, un mystère est à élucider. En effet, sachant que la masse salariale de Kraoma S.A. est de près de 150.000 USD par mois, où ont atterrir le reste, soit plus de 2,8 millions USD qui devraient suffire pour payer le salaire de tous les employés sur une période de près de 3 années ?

Inexplicables dettes en milliards d’ariary

Au moment de sa démission, début août 2018, Rakotoarisoa Arsène a laissé à la Société Kraoma S.A., une dette de 43 milliards d’ariary. Dans la région tout le monde, y compris le personnel de la société, se perd en conjonctures : à quoi diable a donc servi ce pactole étant donné qu’aucun investissement matériel et/ou infrastructurel ne s’est fait. Certes, l’Arsène a procédé à plusieurs promotion au sein de la société et a même créer des postes plus ou moins utiles dans la chaine de production, pour faire taire les contestataires. Mais 43 milliards (même en ariary) tout de même ! Chose encore plus extraordinaire, afin d’échapper à des poursuites (mais ça viendra), il s’est mis à jouer à la victime, au moment de sa démission pour apitoyer tout le personnel. Pour le moment, il a réussi sa manœuvre puisqu’il est libre comme l’air. Mais pour le moment seulement… Rappelons que Rakotoarisoa Arsène est un cousin de Hery Rajaonarimampianina et aussi conseiller au sein du bureau initial du parti présidentiel Hvm actuellement en décomposition très avancé.

Le 25 octobre 2018, Eric Jean Joël Randrasana, nommé Directeur de cabinet civil de Hery Rajaonarimampianina, Président de la République, par ce dernier même, le 11 janvier 2018, démissionne. Saviez-vous qu’il était également Président du Conseil d’administration ou PCA de Kraoma S.A. ? Pour rappel, enfin, la démission de Rakotoarisoa Arsène a eu lieu quelques semaines après le kidnapping de quatre employés de Kraoma S.A. par six individus armés. Le paiement d’une rançon de 100 millions d’Ariary avait été nécessaire pour obtenir la libération de ces quatre travailleurs qui ont été amenés devant le président Hery, tels des champions du monde sportifs par le ministre de tutelle (Mines et Pétrole) qui, comme par hasard, est Henry Rabary-Njaka un champion de l’incompétence notoire rajaonarimampienne depuis le début de l’ère Hvm.

Pseudo partenariat « russo-malgache » pour sauver ou couler Kraoma S.A. ?

Très peu de temps avant sa démission de son poste de président de la république, Hery Rajaonarimampianina a fait signer un contrat de partenariat avec une société russe. Ce contrat est le contrat cadre de tous les futurs contrats avec la société russe Ferrum Mining SARL. Une société « conjointe » (Joint venture en anglais) dénommée Kraoma Mining a été créé avec Kraoma S.A. et Ferrum Mining SARL. Le partage des actions a de quoi faire sauter au plafond : 80% à la Kraoma Mining (voilà donc la contrepartie des deux emprunts cités plus haut) et 20% à la Kraoma S.A. pourtant société de l’État malagasy !

Les futurs contrats seront signés au nom de cette société conjointe dont le PCA est un Russe et le DG, le Malgache Seva Mboiny Simon. Bien connu des salariés de Kraoma S.A. comme étantDG chez Stork International, le personnel s’inquiète sur l’identité de cet homme et sur le rôle de la Société Stork International dans cette société Ferrum Mining. Bien plus inquiétant encore, une certaine Mme Julie, connue pour ses détournements de produits de Kraoma S.A. au bénéfice de Stork International, fait partie de l’équipe qui entoure Seva Mboiny au sein de Kraoma Mining SARL.

Au mois d’octobre 2018, un second contrat appelé « contrat d’amodiation » a été signé sur les permis d’exploitation de Kraoma S.A. L'amodiation consiste en un louage pour une durée fixe ou indéterminée, sans faculté de sous-louage, de tout ou partie des droits attachés à un droit minier ou une autorisation de carrières, moyennant une rémunération fixée par accord entre l'amodiant et l'amodiataire (legavox.com). Ce contrat implique alors que Kraoma S.A. devra cesser toute exploitation dans les périmètres indiqués par ces permis où, pourtant, se trouvent les trois grands gisements de chromite de Madagascar. Ce, pour laisser la place à la Société Russe, la Kraoma Mining SARL. Un second contrat d’amodiation sur des permis de recherches, a ensuite été signé. Question très pertinente, dès lors : veut-on sauver ou couler Kraoma S.A. ?

Conquistadors…

Selon de très nombreux témoignages, dès leur arrivée à Brieville, les représentants de la Société Ferrum Mining SARL se sont comportés en « conquistadors », se permettant tout jusqu’à ignorer la hiérarchie et l’organigramme structurel de Kraoma S.A. Cependant, malgré ces comportements de malotrus, les représentants du personnel ont réussi à négocier une entente entre la société russe et la société (encore) malgache. Selon cette entente, la Société Ferrum Mining SARL ne procèdera ni au licenciement ni au chômage technique ; elle assurera également le paiement de tous les avantages sociaux des travailleurs. Par ailleurs, elle avait promis le respect de cette de la convention collective dans sa totalité.

Hélas, malgré cette promesse et les dialogues multiples avec les représentants du personnel, la société russe s’est mise à faire du chantage doublé d’excuses sans fondement pour retarder le paiement des salaires du personnel. Pire encore, elle feint d’ignorer le paiement des heures supplémentaires alors qu’elle fait travailler le personnel la nuit et les week-ends.

Suite à un ultimatum lancé par les travailleurs pour réclamer le paiement de leurs salaires, une réunion quadripartite (Kraoma S.A., Kraoma Mining, Ferrum Mining et les représentants de personnel) a été organisée à Brieville le 18 novembre 2018. Ce, pour mettre fin à ce qui était considéré, semble-t-il, comme une « mésentente » entre la société partenaire et le personnel. Durant cette réunion quadripartite, un procès-verbal a été signé par les quatre parties, qui stipule noir sur blanc : le respect de la convention collective ; l’embauche de tous membres dupersonnel de Kraoma SA. : le paiement de tous les droits acquis (prime, 13ème mois, frais de congé, prime de départ à la retraite…).

Le feu aux poudres mis par Seva Mboiny Simon

Le 23 novembre 2018, Seva Mboiny Simon, DG de Kraoma Mining, a adressé une lettre à Kraoma S.A. concernant le projet de contrat de mise à disposition du personnel de Kraoma S.A. à Kraoma Mining. Dans cette lettre, ilsouligne qu’il n’a pas besoin d’embaucher tous les membres du personnel de Kraoma S.A., et indique clairement qu’il n’a pas besoin du personnel qui travaille au siège social à Ampefiloha Antanananarivo. C’est cette lettre, qui contreditla teneur même du procès-verbal signé le 18 novembre, qui a mis le feu aux poudres. De par sa décision écrite mais irréfléchie, Seva Mboiny n’a fait que semer la zizanie au sein de Kraoma S.A. et veut faire régner le chaos. N’étant déjà donc pas un homme de parole, voilà qu’il veut diviser pour mieux régner alors qu’il n’est qu’un simple pion des Russes, lui le Malgache qui feint d’ignorer que le président démissionnaire et quelques conseillers complices ont littéralement vendu à des Russes, un patrimoine économique de l’État malgache.

Grève d’alerte

Après s’être senti trahi et manipulé par Kraoma Mining et sa marionnette Seva Mboiny Simon, le personnel a décidé, lors d’une assemblée générale tenue le 27 novembre 2018, de faire annuler tous les contrats signés avec cette société russe. Passant aux actes, depuis le 04 décembre 2018 (habituellement jour de fête des sociétés minières utilisant des explosifs), tout le personnel de Kraoma S.A. a entamé une grève de trois jours autorisée par l’inspection du travail.

Tentative de manipulation !

Depuis l’assemblée générale, Seva Mboiny n’a pas cessé d’utiliser ses contacts à la présidence, au ministère des Mines et au sein même de la société Kraoma S.A. pour tenter d’éteindre un feu qu’il a lui-même allumé. Le 05 décembre 2018, le chef d’Etat p.i., Rivo Rakotovao, après avoir rencontré Seva Mboiny, a convoqué des représentants du personnel pour une entrevue avec lui le 06 décembre 2018. Rien n’a encore transpiré de cette rencontre, mais dans l’atmosphère ambiante des rafales pluvieuses rapportent que Terji Rakotondrazafy, l’actuel DG p. i., qui refuse de signer tout contrat avec les Russes, sera remplacé par Benjamina Ramarcel Ramanantsoa très longtemps ministre de quelque chose sous la transition et sous l’ère Hvm, sans discontinuité.

Et avec un Rivo Rakotovao qui usurpe à tout-va ses fonctions de chef d’État intérimaire, sinon transitoire, sans grand pouvoir selon la Constitution, il faut s’attendre à tout… comme il l’a prouvé à propos de soi-disant « armes stratégiques importées illicitement » pour pointer du doigt le candidat n°13 et son IEM sur la Sécurité. C’est donc cela la neutralité administrative ? Le Premier ministre Ntsay Christian a vraiment intérêt à faire respecter la loi, rien que la loi.

Dossier de Jeannot Ramambazafy également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 08 décembre 2018

GRAND FORMAT ICI

GRAND FORMAT ICI

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – CCCOI : COSPN battu par Premium Cobras

Fin de la phase aller. Avec la nouvelle formule de la compétition, la représentante de la Grande Île à la CCCOI aux Seychelles a connu sa première défaite. A mi-parcours, les policiers après un parcours tonitruant ont été accrochés par les Seychellois du Premium Cobras. C’est sur le score de 67 à 66 que les Livio et consorts ont perdu la rencontre. Les deux équipes étaient au coude-à-coude tout au long de la rencontre. Un revers qui relance la chance des autres équipes. Les policiers du COSPN n’occupent plus la tête du classement chez les hommes. Comme déjà annoncé, la compétition se jouera sous la formule aller et retour, sans demi-finales et finale. Cette phase retour est très ouverte. Les protégés de Richardin Ratsitokana devront batailler dur et surtout réaliser un sans- faute à la phase retour pour espérer remporter le ticket continental. Il est à signaler qu’à la fin du tournoi, l’équipe qui termine première au classement général représentera la zone 7 à l’Afroligue 2019.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

FCCIM : Le nouveau bureau provisoire opérationnel

La plupart des chambres de commerce et d’industrie étaient représentées lors de l’assemblée générale d’hier.

La Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar (FCCIM) entend renforcer sa mission de promotion du secteur privé. Elle vient par ailleurs de retrouver la confiance des bailleurs de fonds.

Viviane Dewa prend les rênes de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar en tant que présidente de l’institution. Le nouveau bureau provisoire a été présenté hier, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue dans la salle de conférence de l’IT Station Behoririka.

Bien placée. Ayant déjà été présidente de l’Office du Tourisme de Fort-Dauphin, et étant actuellement vice-présidente nationale d’Entreprendre au Féminin Océan Indien (EFOI) ; Viviane Dewa est en tout cas bien placée pour sa mission à la tête de la FCCIM dont le premier objectif est le développement du secteur privé, plus particulièrement les petites et moyennes entreprises. « Nous réalisons des efforts pour le renforcement de capacité des PME et la promotion des chaînes de valeur ainsi que la recherche des débouchées » explique-t-elle. Et d’ajouter que « la FCCIM va également s’atteler plus efficacement à sa mission de promotion des relations du secteur privé malgache avec les autres pays ». En agissant ainsi, la FCCIM veut jouer son rôle dans le développement économique du pays. « Un Etat fort, c’est celui qui dispose d’un secteur privé dynamique et nous allons réaliser des actions pour cela », selon toujours la nouvelle Présidente de la FCCIM qui a pour membre les 24 chambres de commerce et d’industrie éparpillées dans tout Madagascar. En tant que femme entrepreneure, Viviane Dewa tient également à cœur la promotion du genre. « Il y a de plus en plus de femmes entrepreneures et elles ont besoin d’être appuyées » a-t-elle expliqué. L’environnement des affaires constitue également l’une des grandes préoccupations de la FCCIM. « Pour un secteur privé performant, nous avons besoin d’infrastructures énergétiques répondant aux besoins des entreprises, du savoir-faire des opérateurs économiques, et aussi d’une législation bien adaptée au contexte actuel. »

Partenaires financiers. Pour assurer sa mission, la FCCIM a bien évidemment besoin de partenaires financiers. Sur ce point, justement, la fédération vient de retrouver la confiance des bailleurs de fonds. En effet le projet PROCOM de l’Union Européenne vient d’accorder un financement de 98.000 euros destiné à la mise en place d’intranet dans huit chambres de commerce et d’industrie pilotes qui vont ainsi pouvoir mieux assumer leur mission. « Utiliser l’intranet s’avère être important car la communication et les informations figurent parmi les outils essentiels de la promotion des activités des entreprises qui doivent par exemple être tenues constamment au courant de l’évolution des prix internationaux ». Toujours à propos de partenaires techniques et financiers, l’année 2019 sera particulièrement riche pour la FCCIM qui prévoit de signer d’autres projets avec plusieurs partenaires venant notamment de la Chine, de l’Inde et de la Banque Africaine de Développement (BAD). Pour en revenir au nouveau bureau provisoire de la FCCIM, on y dénombre 3 vice-présidents : Lau-Po Wilfrid (Diego), Ramanankavana Christian (Manakara) et Tsileny Christian (Menabe). Les 4 conseillers sont : Dahy Léonard (Toamasina), Randriamiaramisaina (Itasy), Rabenarivo Feni Laza (Amoron’i Mania) et Eustratiou Mourad (Mahajanga).

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Risques et catastrophes : Une stratégie de prévention concoctée au CNGRC  

Réunion du CNGRC, jeudi dernier à Mahazoarivo.

Une phase « El Nino » a déjà pris son élan et impacte quelques zones de la Grande Île. Cette phase aura 70 à 75% de chance d’apparition, pour les prochains mois à venir. D’autres fléaux sont à prévoir, selon le CNGRC (Conseil National de Gestion des Risques et des Catastrophes).

Une réunion de préparation à la saison cyclonique 2018-2019 s’est tenue, jeudi dernier, au Palais de Mahazoarivo. Conduite par le Premier ministre, Ntsay Christian, cette concertation avait pour objectif d’assurer d’une part, la synergie des actions concrètes à entreprendre ; et d’autre part, la complémentarité des interventions des différents secteurs, en terme de préparation et de prévention, face aux effets néfastes des aléas climatiques et épidémiologiques avant, pendant et après cette saison. L’évolution de la situation épidémiologique dans le pays, et les interventions face aux problèmes de la sécheresse et de l’insécurité alimentaire dans le sud, figuraient parmi les grands sujets de discussion. D’après la Direction Générale de la Météorologie (DGM), l’évolution actuelle des conditions atmosphériques et océaniques laisse prévoir une saison cyclonique 2018-2019 active et proche de la moyenne climatologique à Madagascar avec 1 à 3 perturbations, pouvant atterrir sur les côtes malgaches. Durant le début de la période de saison des pluies 2018, la Grande Île a presque obtenu des précipitations à l’exception du centre-ouest de Madagascar. L’extrême sud-ouest de l’île a reçu des précipitations supérieures à la normale, et il en est de même dans quelques localités visiblement éparpillées au nord, à l’est et au sud des plateaux de Madagascar. Des précipitations localement abondantes pouvant entraîner des crues de rivière. De plus, des inondations seront à craindre en décembre, janvier et février pour quelques régions, selon cette Direction. « Des mesures sont prises pour renforcer l’opérationnalité de la DGM en matière de moyens logistiques, matériels et communications disponibles », a indiqué ses représentants.

Préparés. Le BNGRC et les autres acteurs principaux d’intervention sont prêts à faire face à cette saison cyclonique, selon les informations. Série de formations, suivi de sensibilisation, notamment pour les volontaires et société privées ainsi que les structures décentralisées, sont déjà menées. En outre, la mise à jour des plans de contingences, le pré-positionnement des vivres et moyens logistiques, l’opérationnalisation de poste-avancé de coordination au niveau de certaines régions ainsi que le renforcement de communication au moment des interventions, sont déjà effectifs, selon les responsables. Par rapport aux épidémies de peste et de rougeole, le Ministre de la Santé Publique, présent à la réunion, a noté que les nombres de cas suspects et de cas confirmés ont baissé, cette année. Pour la peste, 55 cas sont confirmés, dont 44 buboniques, 11 pulmonaires et 18 décédés – 24 districts sont touchés, notamment Tsironomandidy, Befotaka, Ankazobe et Faratsiho. Par ailleurs, le ministère poursuit toujours la surveillance dans les zones endémiques et prend les mesures préventives nécessaires pour renforcer la lutte contre la peste, durant cette saison cyclonique.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Vatomandry : Taxi-brousse voatafika, olona iray naratra, vehivavy lasa takalon’aina

Azo lazaina fa sambany  tamin’iny lalam-pirenena faha-11a, miala eo Antsampanana mihazo an’i Vatomandry iny no nisiana fanakanana taxi-brousse. Ny alakamisy teo tokoa mantsy, tokony ho tamin’ny efatra ora maraina tany, dia taxi-brousse avy ao amin’ny kaoperativa Sonatra, araka ny fampitam-baovao avy eny anivon’ny zandarimariam-pirenena no voatafika, teo amin’ny PK40, teo amin’ny tanana antsoina hoe Vohiboza, kaominina Sahamateza, distrika Vatomandry. Vokany, olona iray no naratra mafy voatifitra, ary vehivavy iray, mpivarotra no lasa takalon’aina. Ankoatra ity fiara voasakana ity mantsy dia fantatra fa nisy mpivarotra teo an-toerana ihany koa notafihan’ireo olon-dratsy ary io nentin’izy ireo an-keriny io ilay mpivarotra. Dimy lahy ireo olon-dratsy, raha ny fampitam-baovao azo hatrany, izay nirongo basim-borona sy zava-maranitra isan-karazany. Nitifitra avy hatrany izy ireo, raha vantany vao hitany ilay taxi-brousse, antony namparatra ilay mpamily. Soa ihany anefa teo fa nalaky niantso ny sasany tamin’ireo mponina ka tonga haingana tany amin’ilay tanana nitrangan’ny fanafihana ny zandary avy ao amin’ny kaompania Vatomandry, ary nanao ny fanenjehana ireo olon-dratsy. Raiki-tahotra tamin’izay ireo olon-dratsy, izay efa nanao tari-dositra nitsoaka raha vao nahare ny fahatongavan’ireo zandary. Hany ka navotsotr’izy ireo teny an-dalana teny ihany ity vehivavy mpivarotra saika nataon’izy ireo takalon’aina ity. Hatreto raha ny tati-baovao hatrany dia mbola mitohy ny savahao ataon’ny eo anivon’ny zandamariam-pirenana any amin’iny faritra iny, hikarohana ireo olon-dratsy. Efa napetraka ihany koa ny paik’ady, entina hitandroana ny filaminana amin’iny lalam-pirenena iny. Marihana tokoa mantsy fa isan’ny lalana be mpindra izy iny, indrindra fa ho an’ireo mpiala sasatra avy aty an-drenivohitra mba te hihazo ny morontsiraka noho izy akaiky.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Esport : Mamitiana Rakotoarison champion, Mamitiana Herilanto Ralainaivo finit deuxième  

Lors du tournoi panafricain Esport qui s’est déroulé à Dakar les 5 et 6 décembre dernier, trois gamers malgaches représentaient la Grande Île dont, deux ont brillé en remportant le tournoi de jeu vidéo. Dans la catégorie Asphalt, le jeune Rakotoarison a été sacré champion, alors que dans la catégorie PES 2019, Ralainaivo a fini deuxième. Les deux jeunes garçons ont reçu une somme de 1.500 euros chacun. Plus de 50 gamers issus de 11 pays africains ont participé à ce tournoi.

Le « Dakar Digital Show » est une réunion incontournable qui combine des conférences et démonstrations dans les stands, dans un style agile et riche qui permet à un panel d’acteurs (éditeurs de contenus, développeurs, groupes de médias, acteurs des médias sociaux, investisseurs, porteurs de projet, start-ups) de vivre une expérience inoubliable.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Une délégation de la COI chez le PM

Poignée de main entre le chef de délégation de la COI et le Premier ministre.

Dans le cadre de la préparation de la visite du Président du conseil des ministres de la Commission de l’Océan Indien (COI) à Madagascar, qui aura lieu la semaine prochaine, une délégation de la COI dirigée par Barry Faure, représentant de la Présidence du Conseil de cette commission, s’est entretenue avec le Premier ministre et Chef du Gouvernement Ntsay Christian. Lors de cette entrevue, le chef de délégation a affirmé qu’ils apporteront leur contribution dans l’accompagnement de Madagascar pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, tout en soulignant au passage que « nous avons eu un entretien excellent et formidable avec le Premier ministre et nous avons salué le très bon travail  que le Gouvernement a fait dans la neutralité ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Les dix jours qui vont sceller le sort des deux candidats

C’est sur un rythme effréné que cette campagne électorale a été entamée par le candidat n°13. Il a décidé de couvrir le maximum de localités pour convaincre des électeurs parfois démobilisés. Les reportages télévisés et les articles de presse suivent automatiquement. Son adversaire a choisi de ne pas déployer autant de moyens pour faire adhérer les citoyens à sa cause, mais son approche sur le terrain semble porter ses fruits. Cette première semaine ne donne aucune indication sur la tournure que prendra le scrutin du 19 novembre.

Les dix jours qui vont sceller le sort des deux candidats

On ne peut pas préjuger de l’issue de ce duel du second tour de l’élection présidentielle. Le sens de la communication d’Andry Rajoelina a réussi à le hisser en tête du scrutin du 07 novembre. Il doit maintenant aller au-devant de ceux qui n’ont pas été convaincus par son discours. Le défi qu’il doit relever est immense et son équipe est obligée d’innover pour séduire un électorat plutôt réticent. Il va falloir maintenant argumenter et monter ses qualités d’homme d’Etat lors des débats qui vont être bientôt organisés. Les journalistes vont lui poser des questions qui le mettront dans une position inconfortable. Son adversaire a déjà commencé à rappeler les circonstances malheureuses dans lesquelles il a été évincé du pouvoir. Il ne pourra pas se défiler devant les allusions faites sur le coup d’Etat de 2009. Marc Ravalomanana a choisi de parler de lui et de son parcours pour toucher ceux à qui il s’adresse. Il joue le registre de la sincérité, mais il ne peut pas ignorer les attaques menées à propos de ses pratiques dites « dictatoriales » ou de l’édification de son empire industriel. Le candidat n°25 a jusqu’à présent décidé d’ignorer toutes ces piques. Il devra pourtant se défendre s’il ne veut pas être déstabilisé. Les dix jours qui restent vont sceller le sort  des deux candidats.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Gold Top 20 – Rugby : JSTA-COSFA, retrouvailles acte II

La dernière équipe qualifiée pour les demi-finales du championnat de Madagascar Gold Top 20 sera connue demain.

Une affiche à ne pas manquer. Après six jours de repos, COSFA et JSTA vont se rencontrer demain au stade Makis à Andohatapenaka à 14 heures 30. Il convient de rappeler que le 2 décembre, ces deux clubs se sont séparés sur un score de 20 points partout, cinq minutes après le début de la prolongation. A cause de l’obscurité, l’arbitre a été obligé de siffler la fin du match. A l’issue de la réunion de « Malagasy Rugby » du lundi 3 décembre, il a été décidé que la rencontre se jouera ce dimanche. Il s’avère que les deux coaches ont trouvé des stratégies afin d’obtenir le ticket pour les demi-finales. C’est une rencontre cruciale car l’équipe qualifiée pourrait encore espérer remporter les tickets pour la compétition de l’Océan Indien, ou CCCOI. Le club d’Ambondrona ne va pas se laisser faire face aux assauts des militaires. Tovoniaina et ses coéquipiers vont user de tous les moyens pour transformer plus d’essais que leurs adversaires. De son coté, COSFA va miser sur l’offensive, surtout avec la présence de ses braves joueurs tels que Toky et Hery. L’équipe qui complètera la liste des quatre demi-finalistes aux côtés de TFA sera connue demain.

Trois belles affiches. La demi-finale ‘Challenge Elite Fédéral’ se déroulera le même jour mais dans la matinée. A 8 heures 30, RFA d’Ankazomanga rencontrera RCTS de Soavimasoandro. Ensuite, à 10 heures 30, 3F5 (Amboditsiry) jouera contre STM (Savonnerie Tropicale). Enfin, XV Avenir sera face à l’US Ikopa d’Andohatapenaka.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Antsahamaina Famonjena : “Garden party” anio etsy Ankadikely !

Mikarakara hetsika “garden party” anio sabotsy 8 desambra 2018 tontolo andro etsy amin’ny FOFIKRI Ilafy Ankadikely ny Fjkm Antsahamaina Famonjena Alarobia Ambatomanga. Hetsika tafiditra amin’ny ezaka hanitarana ny fiangonana hanasana ny rehetra. Hisy ny trano heva hahitana ireo kojakoja samihafa ilaina eo amin’ny fiainana andavanandro sy kilalao maro amin’izao ankatoky ny Noely izao. Ankoatra izay eo ihany koa ny fifaninanana ara-panatanjahantena amin’ny taranja samihafa toy ny basket-ball, tsipy kanetibe. Mbola misokatra eny an-toerana ny fisoratana anarana amin’ireo taranja ireo. Misy ihany koa ny sakafo sy tsakitsaky efa nomanina eny an-toerana. Hanafana izao hetsika ireo ny antoko mpihira avy amin’ny fitandremana samihafa sy mpanakanto fanta-daza tsy ampoizina. Manampy ireo ny lalao sahaza ny rehetra karakarain’ny Komitin’ny faha- 150 taona sy ny TAFA. Tsy ny taranak’Antsahamaina irery ihany fa ny kristiana rehetra avy eto Antananarivo sy ny manodidina no asaina ho tonga eny anio satria goavana ny asa fanitarana hataon’ny fiangonana. “Ary ambonin’ity vatolampy ity no haoriko ny fiangonako, ary ny vavahadin’ny fiainan-tsihita tsy haharesy azy” (Matio 16/18b)

H.R.

Midi Madagasikara0 partages

Anjozorobe : Dahalo fololahy nanafika tanana

Omby am-polony no lasan’ireo malaso ary tovolahy iray no naratra mafy voan’ny bala. Izay no vokatry ny fanafihan-dahalo nitranga tao amin’ny tanan’Amboanjobe, kaominina Anjozorobe, ny harivan’ny alakamisy lasa teo. Araka ny fampitam-baovao azo avy tany an-toerana dia nahatratra teo amin’ny folo lahy teo ireo andian-dahalo no nanafika ity tanana ity, izay marihana fa dia tsy ampy am-polony kilaometatra monja miala ny tampon-tanana, manaraka iny lalam-pirenena fahatelo iny. Nitondra basim-borona izy ireo tamin’izay fotoana izay ary avy hatrany dia nitifitra raha vantany vao tafiditra tao an-tanana. Vokatr’izay tifitra izay dia tovolahy iray no voan’ny bala, teo amin’ny tendany sy teo amin’ny tanany. Valan’omby efatra kosa no ravan’ireo dahalo tamin’izany. Taorian’ny fanafihana dia nampandrenesina avy hatrany ny tompon’andraikitry ny filaminana ary efa nisy ny fanarahan-dia nataon’ireo fokonolona sy ny mpitandro filaminana tany an-toerana. Ilay tovolahy voatifitra kosa dia efa nentina namonjy toeram-pitsaboana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Secteur extractif : 35 compagnies déclarantes selon les normes EITI

Un plan d’action est en cours d’élaboration par le comité national de l’EITI (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives). Il s’agit d’une instance tripartite composée à parité égale de représentants de l’Etat, des industries extractives et de la société civile. « Ce plan d’action inscrit toutes les activités à entreprendre compte tenu des engagements de toutes les parties prenantes, afin d’atteindre le niveau de progrès satisfaisant permettant à la Grande Île d’obtenir le statut de ‘pays conforme’ aux normes EITI d’ici fin 2019 », a expliqué Daniella Randriafeno, le Secrétaire Exécutif de l’EITI Madagascar, lors de la clôture d’un atelier de formation des entités déclarantes hier à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

Audit. « Chaque collège a ainsi son engagement. Et selon les rapports EITI en 2015, on a recensé 35 compagnies extractives qui ont fait des déclarations sur les données financières et fiscales, ainsi que sur les informations contextuelles selon les normes EITI », a-t-elle poursuivi. La production et les exportations des industries extractives, ainsi que la distribution des revenus issus du secteur extractif au sein de l’administration, y sont également publiées. En outre, un administrateur indépendant, recruté par le comité national, se charge de collecter, de vérifier et d’analyser ces données financières et ces informations en vue de préparer le rapport EITI. Et l’accord signé récemment par l’EITI Madagascar et la Cour des comptes permettra à ce dernier de jouer le rôle d’audit.

Divulgation. « De notre côté, nous, les industries extractives regroupées au sein de l’APPAM et de la Chambre des Mines de Madagascar, nous nous engageons à effectuer les déclarations de ces données financières. D’autant plus que cela devient obligatoire quand le seuil de matérialité au niveau du paiement des frais d’administration minière dépasse les 5 000 USD. D’autres sociétés se trouvant en dessous de ce seuil ont même fait une déclaration volontaire en 2017. Et nous allons également participer au processus de réconciliation », a soulevé Lydia Boarilaza, le PCA de Madagascar Consolidated Mining. Par ailleurs, une liste partielle des propriétaires réels des industries extractives sera divulguée. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

# Rija Rakoto à l’Hôtel de Ville

A l’approche de la fête de la nativité, les adorateurs chrétiens ne sont pas en reste. Cette journée sera consacrée à l’évangélisation et la louange à l’Hôtel de Ville Analakely. A l’affiche, le « worship leader » Rija Rakoto, qui partagera la scène avec plusieurs hommes et femmes de Dieu afin d’accomplir la mission d’évangélisation et faire de plus de monde les disciples de Jésus. Le répertoire se fera avec les tubes de la musique chrétienne contemporaine à chanter sans modération.

# Mily Clément au Le Ravimpôntsy

La retraite? Mily Clément en est encore loin. Plus en forme que jamais, cette grande figure du salegy donne le coup d’envoi de son « nouveau son du salegy tour » ce soir. Oui, l’interprète de « Banja malalaka » retrouvera les inconditionnels des soirées endiablées des années 90 au Le Ravimpôntsy Tsiadana. Outre ses tubes comme « Mandrora mitsilany », il fera découvrir ses nouvelles compositions avec une nouvelle couleur de son salegy déplié sous toutes ses coutures.

# Hommage à Johnny au Fara West

Johnny Hallyday l’intemporel, l’icône du rock qui a inspiré plus d’un. C’est de cette image que les musiciens se souviennent quand ils pensent à lui, et les mélomanes malgaches ne sont pas en reste pour lui rendre hommage, un an après sa disparition. Ce soir, ce sont les grosses pointures qui rallieront leurs instruments en redonnant un second souffle aux tubes du rockeur. Erica Rakotoary, Datita Rabeson, Titi Razakamiadana,Tahiry Andriamasinoro, Naivo et Do Andriambelo monteront sur la scène du Fara West Faravohitra. Un moment de détente, de nostalgie mais surtout une soirée musicale.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Le ton de la campagne électorale s’envenime

La campagne électorale du second tour de l’élection présidentielle est bien lancée. Le candidat n°13 est tout de suite entré dans le vif du sujet, en reprenant le marathon qu’il avait fait lors du premier tour. C’est un show complet avec artistes et slogans bien choisis qu’il a proposé aux habitants de plusieurs localités. Cette stratégie se complète par une communication intense à la télévision. En face, le candidat n°25 a paru, en comparaison, moins actif,car il n’a pas suivi le rythme effréné de son rival. Les équipes de chaque candidat essaient de prendre l’avantage dès le début, mais il est trop tôt pour dire lequel devance l’autre. Il reste encore une dizaine de jours pour convaincre le maximum d’électeurs à rejoindre son camp. Ce duel à distance n’occulte cependant pas les autres faits marquants de l’actualité nationale. L’augmentation du nombre de personnes atteintes de la rougeole commence à alarmer l’opinion. Bien que les autorités sanitaires affirment que la situation n’est pas alarmante, le public est sur le qui-vive. Cette propagation risque d’échapper au contrôle des responsables du Ministère de la Santé. Elle survient en même temps que l’apparition des cas de peste qui, elle aussi, entretient une psychose latente. Plus discrète, la hausse du prix des carburants est passée presque inaperçue. Les cinquante ariary d’augmentation n’ont suscité aucune réaction des consommateurs qui n’y ont finalement vu que du feu. Le vote de la loi de finances 2019 est lui aussi passé comme une lettre à la poste. Les députés l’ont amendé à leur guise, s’octroyant des avantages assez substantiels au passage.

Les médias du monde entier continuent de se focaliser sur cette crise des « gilets jaunes » qui est en train d’ébranler les institutions de la France. Elle est allée crescendo depuis trois semaines et elle a atteint son paroxysme ces derniers jours. Tout le monde attend avec une certaine angoisse les événements qui vont avoir lieu aujourd’hui. Les mesures annoncées par le Premier ministre Edouard Philippe n’ont pas réussi à calmer cette rancœur des « gilets jaunes » les plus endurcis. La manifestation d’aujourd’hui à Paris va se dérouler dans une atmosphère sécuritaire jamais atteinte. Le dispositif mis en place par le Ministre de l’Intérieur est exceptionnel : 8.000 gendarmes et policiers seront sur le terrain pour stopper les casseurs. Des engins blindés de la gendarmerie seront également présents. Les autorités gouvernementales appréhendent de voir se renouveler les scènes de violence du week-end dernier et redoutent qu’elles empirent. Le président Macron attend de voir comment vont se dérouler les événements pour décider de prendre ou non la parole.

L’autre sujet important de la semaine est l’ouverture la COP24 à Katowice en Pologne. Cette 24e conférence sur les changements climatiques a pour but de faire aboutir les négociations sur les règles d’application de l’accord de Paris. Les pays signataires y négocient la mise en œuvre depuis la COP22 de Marrakech. L’autre sujet important qui sera discuté est celui de la transition juste. « Un plan d’action de Katowice pour la transition juste devrait être adopté ».

Aux Etats-Unis, l’affaire Khashoggi continue à faire des vagues. Le secrétaire américain à la Défense Jim Mathis, qui jouissait jusqu’à présent du respect de toute la classe politique, essuie maintenant un feu roulant de critiques à cause de son soutien inconditionnel à l’Arabie Saoudite. Malgré sa condamnation répétée du meurtre du journaliste, il a soutenu qu’il n’y avait aucun « pistolet chaud » pour accuser directement le prince héritier de l’avoir commandité.

Les deux candidats du second tour de l’élection présidentielle sont bien entrés dans la compétition électorale. Les échanges commencent à être rugueux. Dans ce domaine, les piques lancées à l’adversaire sont censées le déstabiliser. Mais rien n’est encore acté et les dix jours à venir devraient être fertiles en rebondissements. Le ton de la campagne électorale commence à s’envenimer et celui qui aura le plus grand sens de l’esquive raflera la mise.

Patrice RABE

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Transport public : Formation de formateurs initiée par le Ministère et l’ATT

Remise de certificats aux formateurs de transport terrestre, par le Ministre Beboarimisa Ralava.

La qualité de service de transport terrestre laisse à désirer, si l’on se réfère aux propos des usagers de transports publics. Et pourtant, ce n’est pas la volonté de toutes les parties prenantes qui manque. Désormais, la situation va changer. Pour la première fois, un atelier de formation a été organisé par le Ministère des Transports et de la Météorologie, en partenariat avec l’Agence des Transports Terrestres (ATT) et les présidentes des coopératives de transports de la Grande Île. Cette formation s’est achevée hier. Des certificats ont été remis aux participants, par le Ministre des Transports et de la Météorologie, Beboarimisa Ralava. « Le savoir-faire et la compétence sont très importants dans le secteur des transports, surtout lorsqu’on parle de service public. C’est pour cela qu’on a organisé cet atelier de renforcement de capacités pour les acteurs concernés. Ce savoir-faire conditionne aussi bien la qualité de service que la sécurité routière. Notre objectif est de former des formateurs professionnels spécialisés. A noter qu’il s’agit d’une grande première dans le secteur des transports publics », a affirmé le Ministre.

Améliorations. D’après les informations, cet atelier n’est qu’un début. Si l’on se réfère au calendrier prédéfini, plus de 16 000 transporteurs – comprenant entre autres, des chauffeurs et des receveurs – bénéficieront de formations octroyées par ces formateurs nouvellement certifiés. Selon le Ministère de tutelle, il a un grand rôle à jouer dans l’amélioration du secteur des transports. C’est d’ailleurs la raison qui a motivé ce département à initier cette formation de formateurs, pour l’amélioration de la qualité et de la sécurité. Ces améliorations bénéficieront non seulement aux transporteurs, aux coopératives et aux différents acteurs de ce secteur d’activité ; mais également et surtout, aux usagers qui méritent des services de qualité, selon le Ministre Beboarimisa Ralava.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Mage 4 termine l’année avec « Rock Legends »

Mage 4 a atteint le sommet de sa carrière cette année.

Le 21 décembre, le concert « Rock Legends » avec Mage 4 au dôme Ankorondrano fermera l’année musicale du rock tananarivien. Place aux interprétations de Queen, Metallica, Toto…

Un des groupes phares du rock malgache, Mage 4, signe son dernier concert avec la manière le 21 décembre au dôme Ankorondrano. Au programme de cette soirée « Rock Legends », qui débute à 20 h – rien que des interprétations des gloires du rock international. Il y aura du Queen , pour ceux ou celles qui adorent retrouver le temps d’une soirée les performances de la « diva » Freddie Mercury. Un peu de Toto, du Bon Jovi et de l’Europe, pour se rappeler du bon vieux temps des années ’90. Metallica, The Police et Mr Big clôturent cette longue liste d’un répertoire qui risque d’être aussi long que la soirée.

Pour Rinah Andrianiaina Jeannel Manambintsoa, batteur et porte-parole du groupe Mage 4, « ce sera notre dernier concert pour cette année ». Après des années fastes, le rock band veut revenir à son dada pour la conclure en beauté et revisiter les tubes mondiaux de rock. En effet, en quelques années, Mage 4 est monté en puissance. Avec des titres comme « Aza hitserana », où le band raconte la fierté de poisson mort d’un pauvre prince charmant délaissé par sa belle pour les artifices du jeune bourgeois du village. Avec sans doute un des meilleurs clips de l’année. Sans oublier « Lafatra », « Tsy Sahy » et compagnie.

Mage 4 monte. L’apothéose pour Mage 4 a été deux représentations à guichets fermés à Antsahamanitra et au Palais des Sports. D’ores et déjà, un retour sur ce lieu est annoncé pour le 10  mars de l’année prochaine. Il y a eu aussi quelques liftings. « David Randriambololona est parti formé un autre groupe. Nous lui avons donné notre bénédiction, étant donné que c’était son rêve depuis qu’il était petit », met en avant le vocal de Mage 4, Maminiaina Thierry Andrianaharinjato, ou Ken. Ce guitariste émérite a été remplacé par Teddy Andrianiaina. De cette manière, Mage 4 garde la même polyphonie musicale que ses fans adorent depuis toujours.

Il ne faut pas se fier à leur musique parfois tire-larmes. Sur scène, les riffs sont balancés comme dans des purs concerts de heavy metal. Une fois après leur concert, il est difficile de qualifier le band de groupe de rock FM. Pour Airtel, qui soutient corps et âme cet évènement, et l’organisateur Ivenco, il s’agit de réitérer « son soutien envers les jeunes talents malgaches en offrant un soutien indéfectible aux organisateurs de ce spectacle ». C’est sûr que les amateurs de rock vont goûter à un des meilleurs derniers spectacles de rock de cette année. « Il y aura d’autres éditions, une troisième, une quatrième… », avance déjà Ken. Il y a quelques années, le spectacle « Rock Legends » a débuté dans des salles plus restreintes. L’aventure continue donc et s’agrandit.

Maminirina Rado