Les actualités à Madagascar du Mardi 08 Août 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar14000 partages

Fizafato – Jean de Dieu Maharante défend sa légitimité

Riposte. « Je suis un président légal et légitime », a lancé Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publi­que, hier lors d’une conférence de presse à la Rotonde Besarety. Le membre du gouvernement semble avoir attendu sa réélection à la présidence de l’association des natifs de la province de Toliara (Fizafato), pour répliquer publiquement à ses détracteurs.Devant quelques-uns de ses partisans et les journalistes, celui dont le second mandat à la tête du Fizafato a été proclamé hier, a soutenu que comme le prévoient les règles électorales au sein de cette entité, « J’ai bel et bien démissionné de mon poste de président avant les élections, car il est prévu que le président soit démissionnaire d’office ». Le fait qu’il n’aurait pas préalablement démissionné reste l’un des principaux points sur lesquels ses adversaires ont attaqué le ministre de la Fonction publique. Les détracteurs du ministre Maharante ont par ailleurs affirmé que « le statut de l’association prévoit une présidence tournante des natifs des six régions membres ».Une affirmation réfutée par l’intéressé hier. Le président du Fizafato affirme que l’acte sur lequel ses rivaux tablent leurs arguments « n’a pas encore été discuté, et encore moins adopté par l’assemblée générale de l’association, comme le prévoit le règlement intérieur, donc n’est pas encore en vigueur ». Par rapport au fait d’avoir été le candidat unique de l’élection pour la présidence du Fizafato dimanche, il a répliqué : « Si j’ai été élu par quel­ques dizaines, la question de la légitimité se serait posée. Mais ce n’est pas le cas ».Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara1083 partages

Tarifs de la Jirama : Hausse de 50 à 75% enregistrée !

Devant n’être que d’environ 7,5%, les hausses des factures de la Jirama ont atteint les 75% dans certains quartiers de la capitale.

Les dernières factures d’eau et d’électricité des clients de la Jirama ont été « salées ». Une mauvaise surprise pour lesdits clients qui doivent apporter des modifications sur les prévisions mensuelles qu’ils ont l’habitude de faire. En effet, pour certains particuliers, la nouvelle facture aurait eu une hausse d’environ 75%. Comme le cas de Lolona, une mère de famille habitant le quartier de Nanisana qui affirme que « la facture de la Jirama du mois passé est passé de 225.000 ariary et plus alors qu’elle est de 125.000 ariary habituellement ». Un écart considérable étant donné les difficultés auxquelles sont confrontés les ménages « moyens » (encore faut-il que la classe moyenne existe à Madagascar). La situation ne serait pas isolée car pour de nombreux habitants du quartier d’Itaosy, la dernière facture était élevée. Andrianiaina de se lamenter « comment veulent-ils (les responsables auprès de la Jirama) que nous payons ces factures avec la cherté de la vie ? »

Inexpliquée. Élevée ou pas, les particuliers doivent toutefois régler leurs frais de consommation d’eau et d’électricité. Et ce, même si cela n’était pas prévu si l’on se réfère aux dernières explications émanant de la Jirama. Il convient de rappeler que les responsables auprès de cette compagnie d’Etat ont affirmé que « les hausses des tarifs ne devraient pas toucher les tranches sociales ». Des questions sur la « définition » de ce qu’est la « tranche sociale » persistent toutefois. Les causes de ces augmentations ne sont toutefois pas connues du public. Joint au téléphone sur les éventuelles causes de ces hausses, un responsable auprès de la communication de la Jirama nous a redirigés vers un autre responsable d’un ministère qui n’a pas donné suite à notre demande. Les usagers devraient donc se résigner à payer ces frais sans que les causes des augmentations ne leurs soient expliquées…comme d’habitude d’ailleurs.

José Belalahy

L'express de Madagascar363 partages

Tennis – U18 – Tsantaniony en course pour ses premiers points mondiaux

Une aventure à vivre pleinement. La championne de Madagascar U16 en titre et demi-finaliste des cham­pionnats d’Afrique U16, Tsantaniony Iariniaina est actuellement à Harare au Zimbabwe pour disputer trois tournois du calendrier mondial des U18, grade 4.Un voyage à titre de récompense de la fédération internationale de tennis qui a suscité l’aide de la fédération malgache de tennis pour avoir été sensationnelle durant les championnats d’Afrique U16 à Prétoria au mois de mars.Après une première semaine où elle a perdu au premier tour contre l’Égyp­tienne Hala Khaled (5/7, 6/2, 5/7), tête de série numéro un et 219e mondiale des U18, elle est en lice dans le deu­xième tournoi avec comme adversaire, l’Américaine Macey Miller (383e mondiale des U18).En doubles, elle s’alliera avec l’Égyptienne Hala Khaled. Cette paire malgacho-égyptienne affrontera les soeurs américaines Macey et Skiller Miller. Le troisième et dernier tournoi au Zim­babwe est prévu du 14 au 18 aout.« J’ai le niveau pour arriver en quarts de finale du simple de ces tournoi grade 4. Je me donnerai à fond et puis on verra bien ce que cela va donner. Mon objectif serait de marquer un maximum de points pour avoir un classement mondial chez les U18 filles. Même si je rate les championnats de Madagascar, je pense que les tournois du circuit mondial des juniors sont plus importants »,assène Tsantaniony Iariniaina.Après ce périple au Zim­babwe, elle mettra le cap sur l’Égypte pour une semaine de formation et deux tournois du circuit mondial U18 au cours auxquels prendront part le top 4 africain des U16 filles.Dina Razafimahatratra

Midi Madagasikara214 partages

Claudine Razaimamonjy : Liberté provisoire impossible

La Chambre de détention a rejeté la demande de liberté provisoire déposée il y a deux semaines par les avocats de la patronne de l’hôtel « AC ».

Cela fait désormais 55 jours que la Conseillère spéciale du président de la République, Claudine Razaimamonjy est incarcérée à la prison de Manjakandriana. A l’allure où vont les choses, cette Dame considérée comme étant la baronne du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) est encore loin de recouvrer la liberté. Une liberté provisoire est quasiment impossible. La Chambre de détention a rejeté une énième demande de liberté provisoire déposée il y a deux semaines par ses avocats. Le risque d’une fuite peut justifier ce rejet. Faisant l’objet de deux Interdictions de Sortie du Territoire (IST), la patronne de l’hôtel « AC » a quand même pu quitter la Grande île le 10 avril dernier pour une évacuation sanitaire à l’île Maurice. Une évacuation considérée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) comme une « évasion organisée ». D’ailleurs, cette sortie en catimini organisée avec la complicité de nombreux hauts responsables étatiques, fait désormais l’objet d’une enquête auprès du Bianco à Ambohibao. Le rejet de la demande de LP constitue également une manière pour les responsables de la Justice d’empêcher la Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République de côtoyer les témoins et les autres individus concernés par le dossier. Faut-il rappeler que l’affaire Claudine Razaimamonjy n’est pas encore au stade de l’enquête au fond. A noter qu’elle est aussi soupçonnée d’être impliquée dans quatre autres dossiers de détournement de subventions exceptionnelles destinées à des communes rurales. D’ailleurs, le traitement de ces dossiers est actuellement en cours au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) et de la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC).

Intervention. Considérée par bon nombre d’observateurs comme étant la détenue la plus célèbre de cette quatrième République, Claudine Razaimamonjy risque de rester pendant un long moment en prison. Son cas est particulièrement suivi de près par les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar qui persistent et signent dans leur combat pour une Justice indépendante et à l’abri de toute intervention et ingérence des pouvoirs politiques. La baronne du parti au pouvoir ayant été accusée de détournement de deniers publics, la Communauté internationale fait pression aussi sur les autorités malgaches par souci du respect de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit. Par ailleurs, connue comme étant très proche du couple présidentiel, Claudine Razaimamonjy semble avoir été lâchée par Hery et Voahangy Rajaonarimampianina. Le Chef de l’Etat l’a d’ailleurs martelé lors de son interview sur « TV5 Monde ». Si la Justice refuse d’accorder une liberté provisoire à la patronne de l’hôtel « AC », ce n’était pourtant pas le cas pour le Directeur en charge des subventions exceptionnelles au niveau du Ministère de l’Intérieur. Placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora le 24 juillet dernier, ce haut responsable a bénéficié d’une LP quatre jours seulement après sa mise en détention préventive. De source bien informée, Claudine Razaimamonjy et ses co-accusés sont encore attendus à la Chaîne Pénale Anti-Corruption en vue d’être auditionnés sur les autres dossiers de corruption et de détournement de deniers publics.

Davis R

Midi Madagasikara176 partages

Football Poule des As : Un duel au couteau entre COSFA et Adema

On connaîtra ce mercredi, à Mahamasina à partir de 14h30, le deuxième représentant de la Ligue d’Analamanga à la Ligue des champions de football. Si le titre n’a pas échappé à Elgeco Plus qui plane sur un nuage et qui espère cette fois décrocher le jackpot, la Ligue d’Analamanga a dû passer par cette Poule des As réunissant les quatre équipes se trouvant juste derrière Elgeco dans le classement final de l’édition 2017.

Du coup, le dernier match mettant aux prises les deux équipes de tête notamment l’AS Adema et le COSFA prendra l’allure d’une bataille rangée dans la mesure où les militaires, pour espérer se qualifier, doivent arracher la victoire contrairement à l’AS Adema à qui un nul suffirait à son bonheur.

Mais autant le dire, ce sera un match d’une rare intensité même si collectivement l’Adema est d’un ton au dessus de par les qualités de son collectif. Le COSFA pour sa part doit faire parler sa puissance de feu avec d’authentiques tireurs d’élite tels Nono Vombola ou mieux encore Ndimby.

Une très bonne entrée en fait pour les amoureux du football on le sait, très impatients d’être à dimanche dans ce même stade avec ce très prometteur Barea- Palencas Negras angolais. Le match de la dernière chance pour les Malgaches qui ont intérêt à ne rien lâcher dans la perspective d’une première qualification à la phase finale de la CHAN 2018 au Kenya. On en reparlera…

Clément RABARY

Midi Madagasikara172 partages

Manakambahiny ambony : Laharana finday no namonoan-dRangahy ny vadiny tany anaty hantsana

Tantara nampahalahelo no  nitranga teny Manakambahiny ambony, ao amin’ny Boriborintany II, Antananarivo-Renivohitra, ny  Zoma 4 Aogositra tokony ho tamin’ny 5 ora hariva. Renim-pianakaviana iray no namoy ny ainy rehefa nianjera tao anaty hantsana, sahabo ho 15 metatra. Araka ny fanazavan’ny vadiny tamin’ny nitrangan’ny loza, dia nisasa tongotra teo amoron’ilay tevana ny vadiny ka solifatra ary nianjera. Tsy izay anefa no marina, raha ny fanadihadiana nataon’ny Polisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy (BC1), fa adin’ny mpivady no nahatonga izao fahafatesana izao. Nahita laharana tao anatin’ny findaim-badiny ilay Rangahy ka tezitra. Ity farany izay voalaza fa mifoka rongony sy efa mpiady matetika amin’ny vadiny.  Raikitra ary ny ady ka nandositra nivoaka ny trano Ramatoa. Tratran’ilay Rangahy teo amoron’ilay hantsana izy ka tonga dia natosiny tao. Tsy fantatr’ity raim-pianakaviana ity, fa nisy mpiray vodirindrina nahita ny zava-nitranga. Ny ampintson’io no nisy nampandre ny Polisy ka nisambotra ilay nahavanon-doza, teny Manakambahiny. Efa natolotra ny fampanoavana ny 7 aogositra ny raharaha.

T.M.

Midi Madagasikara171 partages

Varotra basy : Miaramilan’ny RFI, nidoboka eny Antanimora

Omaly no natolotra ny fampanoavana izy, niaraka tamin’ny olona telo izay  niray tsikombakomba taminy. Nidoboka am-ponja eny Antanimora avokoa izy ireo. Ny iray voalohany, dia miaramila mitondra ny galona « sergent-chef » eo anivon’ny RFI etsy Ivato, raha araka ny fanazavan’ny pôlisy misahana ny sakelika fahefatra eo anivon’ny sampam-pikarohana heloka bevava. Ny faharoa kosa dia gadra nitsoaka teny Tsiafahy. Ny ambiny dia sivily avokoa, mpanera raha ny marimarina kokoa. Toy izao ny zava-nitranga : ny 3 aogositra teo dia nisy olona tsara sitra-po izay nanome vaovao ny BC4 momba ny fisian’ny olona mpivarotra basy. Natao avokoa ny vela-pandrika rehetra ary teo no nahafahana nanao fotoana tamin’ny mpivarotra. Niainga teny Ivato ary teny Ankazomanga « Vassacos » no tontosa ny fotoana. Efa feno pôlisin’ny BC4 teo an-toerana, izay nanao fanamiana sivily. Nisy tokoa ny varotra basy, saingy raha vao nahita ny lehiben’ny BC4 ny iray tamin’ireo olon-dratsy dia nitsoaka. Raikitra ny fisamborana. Sarona teo ny lehilahy efatra. Ny fahadimy kosa dia tafatsoaka, kanefa tany aminy ny basy izay hamidy. Rehefa natao ny fanamarinana rehetra dia nivoaka fa miaramila eo anivon’ny RFI etsy Ivato ny iray ary mitondra ny galona izay voalaza etsy ambony. Manomboka mitombina tanteraka ny ahiahy ankehitriny momba ny fiparitahan’ny basy eto Andrenivohitra, avy amin’ny fahatrarana ity mpitandro ny filaminana ity. Eo ihany ny basy vita gasy sy ny orinasa mpanao an’izany, saingy rehefa tena zohina, ny maro amin’ireo basy dia ireo fitaovam-piadiana fampiasan’ny mpitandro ny filaminana avokoa. « Commando » izany miaramilan’ny RFI izany ary raha mitam-basy izany ka manafika dia tsy misy na inona na inona azo atao. Ilaina ho lasa lavidavitra kokoa ny fanadihadian’ny BC4; izay efa tsara ity satria manomboka mampiahiahy ity fanafihana sesilany eny Ambohibao, Talamaty sy Ivato ity. Andrasana tanteraka ny fahasahian’ny mpanao fanadihadiana satria matetika dia tampina ny daomy raha vao fantatra fa mpitandro ny filaminana « commando » no tompon’antoka. Deraina anefa ny fahasahian’ny BC4 nisambotra sy nampidoboka am-ponja hatreto.

D.R

L'express de Madagascar156 partages

Trafic d’armes – Un sergent-chef évadé et trois bandits écroués

Un sergent-chef en fonction, un fugitif de la prison de Tsiafahy et trois mercenaires impliqués dans un trafic d’armes ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

Un militaire, un évadé et trois aventuriers ont été écroués à Antanimora, hier. Un homme, qui a un pistolet automatique en sa possession, est activement recherché après l’arrestation qui s’est déroulée à Vassacos, jeudi 3 août. Des renseignements parvenus aux mains de la police affirment qu’un groupe de trafiquants d’armes serait suspecté à Ivato. Le chef de brigade criminelle (BC) section 4 s’est alors fait passer pour un acheteur, pour permettre l’investigation et le coup de filet. Les vendeurs et lui se sont ensuite donnés rendez-vous à Vassacos, pour conclure le marché. Lesergent-chef et ses troishommes de main se sont fait cueillir. « Le revolver n’était pas sur eux, mais gardé par leur autre complice guetteur un peu plus loin, lequel a pu s’échapper lors de l’arrestation », a signalé une source au sein de la BC4.Des coups de feu ont retenti lors du coup de filet de la police. « Le sergent-chef a essayé de nous affronter, alors qu’il était mains nues. Ce qui nous a amené à faire des tirs de sommation notamment pour disperser la foule », a indiqué un policier qui s’est également rendu sur place. Le guetteur a pris ses jambes à son cou.EvadéTous les cinq ont été directement embarqués à la BC d’Anosy. La police judiciaire essaie de les identifier. « L’on a découvert que le sergent-chef est toujours en fonction dans un régiment dans la capitale. L’un de ses complices s’est évadé de la prison de Tsiafahy et n’a pas encore purgé sa peine », a précisé le commissaire Alexandre Ranaivoson, chef de service de l’information de la police nationale.Fixés sur leur sort, tous les cinq sont mis sous les verrous. Le détenteur du pistolet automatique serait toujours un militaire, selon une enquête préliminaire. Cette affaire est le deuxième cas dans lequel sont épinglés des éléments des forces armées après celui d’un braquage survenu à Sabotsy Name­hana, jeudi 15 juin. Le soldat qui en était l’un des auteurs principaux a réussi à s’échapper lors de sa garde à vue à la gendarmerie locale.

Hajatiana Léonard

Tia Tanindranaza144 partages

Fampinonoan-drenyMbola mila ezaka i Madagasikara

Manao ezaka goavana hatrany ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka amin’izao fotoana izao manentana ny Reny Malagasy ny amin’ny tokony hampinonoana tsy misy fangarony ny zaza vao teraka mandrapahatongan’ny faha-enim-bolany.

Pati

Midi Madagasikara116 partages

Focus Development : 95 795 700 MGA pour la réhabilitation de l’EPP d’Andriba

Signature de convention pour la réhabilitation de l’EPP d’Andriba entre le MEN et le Focus Development.

A l’instar de la plupart des bâtiments publics, celui de l’Ecole Primaire Publique d’Andriba est délabrée et victime du manque d’entretien. Une situation que le ministère de l’Education Nationale peine à régler étant donné les moyens financiers que cela demande. Le projet de réhabilitation de neuf salles de classes de ce bâtiment arrive donc à point nommé. Fruit de la signature de convention entre l’association Focus Development et le MEN, le projet pourra bénéficier à quatre cent cinquante élèves. Le soutien de l’association Focus Development consiste à un versement d’un fonds de 95 795 700 MGA audit ministère pour « finaliser les travaux de réhabilitation ». Par ailleurs, la somme sera gérée exclusivement par l’association qui s’engage à assurer la mise en œuvre des dispositions de la convention. La part du MEN quant à elle consistera à un appui pour la facilitation des démarches administratives nécessaires relatives à la réalisation du projet.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara115 partages

Ambilobe : Mpamily “bajaj” maty tsy tra-drano, tapa-doha nokapaina tamin’ny antsibe

Raim-pianakaviana iray 48 taona, manan-janaka dimy izay mpamily fiara mpitety tsena any ambanivolo sady mpitondra “bajaj”, mipetraka ao Ambilobe tampon-tanàna no hita faty tapa-doha nihosin-drà nifatotra tànana tao anaty kirihitr’ala tsy lavitra ny arabe, tao Ambodimanga hiditra ny Fokontany Antsoha Ambilobe, ny marain’ny alakamisy teo, tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany. Mbola nahitana dian’antsy maromaro ihany koa teo amin’ny kibony ; izay feno loaka. Tsy nokitihan’ny olon-dratsy kosa ny “bajaj” nentin’ity lehilahy maty tamin’ny fomba feno habibiana niharan’ny herisetra ity, fa ny finday sy vola ary zava-tsarobidy teny aminy kosa nanjavona avokoa tamin’ny fotoana nahitana ny razana. Olona sendra nandalo no nahita ny vatana mangatsiakany ka nampandre ny mpitandro filaminana. Raha ny fanazavan’ny vadiny, araka ny loharanom- baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tànana ny raharaha, dia tsy nody an-trano ity lehilahy hita faty ity ny alin’ny alarobia. Raha ny tombantombana, mety ho ny alina io izany no namonoana azy. Misokatra ny fanadihadiana amin’ity vono olona nahatsiravina ity, ary karohina fatratra ny nahavanon-doza, ankehitriny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara108 partages

Beroroha : Fanafihan-dahalo, olona enina maty, am-polony maro naratra mafy

Olona enina be  izao indray no namoy ny ainy, ary am-polony ny naratra mafy. Izay no vokatry ny fanafihan-dahalo in-droa misesesy tany amin’iny distrikan’i Beroroha iny, ny faran’ny herinandro lasa teo. Tanàna roa samihafa tany an-toerana no nisian’ireo fifandonana maherivaika, namoizana ain’olona ireo. Ny sabotsy teo, tao Antanandava, dahalo telopolo lahy no nanafika an’io tanàna, ary rehefa nanara-dia ireo zandary,  miaramila, ny fokonolona mpiray dina ary ny Jamà dia raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta. Jamà telolahy no lavon’ny bala, ary nisy tamin’ireo fokonolona nanara-dia no naratra. Ny ampitson’io indray tany Maromiandra, olona telo nitondra basy no avy hatrany dia nitifitra ireo Jamà mpiambina ny tanàna. Vokany telo tamin’ireo mpiambina ireto no namoy ny ainy vokatry ny tifitra, ary ny roa hafa naratra mafy izay efa nalefa eny amin’ny toeram-pitsaboana. Efa nidina tany an-toerana moa ireo zandary any amin’iny faritra iny, nanokatra ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara107 partages

Direction de programme de la JICA : Funakoshi Yohei succède à Takahashi Ayumi

Le DGATE, Gérard Andriamanohisoa (à gauche) recevant l’ancienne directrice de programme de la JICA, Takahashi Ayumi et le nouveau, Funakoshi Yohei (Photo fournie)

Takahashi Ayumi fait ses adieux. En effet, la directrice de programme de la JICA ou Agence Japonaise pour la Coopération Internationale a rendu visite au directeur général de l’Aménagement du Territoire au sein du M2PATE (Ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement), hier, pour signaler la fin de sa mission à Madagascar. Elle regagnera le Japon demain. La rencontre d’hier a également été l’occasion pour Takahashi Ayumi de présenter son successeur en la personne de Funakoshi Yohei « arrivé à Madagascar la semaine dernière », selon elle. Gérard Andriamanohisoa, le DGATE n’a pas manqué, par ailleurs, de citer les réalisations de Takahashi Ayumi. « Quand elle a assuré la fonction de directrice de programme de la JICA, elle s’est beaucoup impliquée dans le côté technique de l’extension du port de Toamasina. Elle a également participé au démarrage du projet TATOM mais surtout à l’amélioration de l’axe économique des deux grandes villes concernées dont Antananarivo et Toamasina », soutient-il en comptant toujours sur l’appui de la JICA au M2PATE avec le nouveau directeur de programme. Un mot de la part de Funakoshi Yohei : « Je vais travailler beaucoup pour le développement de Madagascar ».

Aina Bovel

Madagascar Tribune84 partages

Des candidatures attendues

Mis à part les ténors des partis politiques majeurs dans la Grande ile, certaines personnalités politiques sont également attendues pour la course à la magistrature suprême de 2018. Reste à savoir de nouveaux programmes peuvent faire leurs apparitions.

Bon nombre de personnages politiques ont déjà déclaré vouloir être candidats aux élections présidentielles de 2018. L’ancien président Marc Ravalomanana en était le premier, quelques jours après son retour au pays, arguant même que le pays ne pourrait pas attendre 2018. Une candidature qui n’a étonné personne du fait que le lendemain même de son départ en exil après avoir cédé le pouvoir, Marc Ravalomanana a fait montre d’une volonté de reprendre les commandes à la tête de l’Etat. La candidature de Lalao Ravalomanana à la magistrature de la Capitale s’ensuivit. L’ancien Premier ministre de la transition Omer Beriziky a déjà lui aussi exprimé sa présence aux prochaines élections présidentielles, il représentera les partis UNDD et l’association MAMIMAD. Un groupement qui rassemble des personnalités politiques telles que l’ancien ministre de la Justice Imbiky Anaclet.

La candidature de l’actuel président de la République a également été officialisé par le parti au pouvoir Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Certains partis d’opposition dont le Malagasy Miara-Miainga (MMM) de Hajo Andrianainarivelo et le parti Freedom de Lalatiana Rakotondrazafy ont souligné que l’opposition devrait présenter un candidat unique. Une éventualité non-écarté par le parti Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR) qui ne s’est toutefois pas avancé. Enfin, le parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) de l’ancien Président de la Délégation Spéciale d’Antananarivo Edgard Razafindravahy est lui aussi déjà parti en conquête auprès de nombreuses régions de l’ile. Le dernier en date à avoir annoncé sa candidature fut le Pasteur Mailhol de l’église Apokalypsy. Pour ce dernier, sa candidature serait le fruit d’une prophétie qui aura déjà fait le tour de Madagascar.

Nouveaux noms

Mis à part ceux-là, certains noms ont commencé à circuler et persistent à ce sujet. Notamment celui de l’ancien Premier ministre sous le régime Ratsiraka de 1998 à 2002 en la personne de Tantely Andrianarivo qui vient tout récemment d’arriver au pays. D’ailleurs, le parti de l’Amiral Didier Ratsiraka se trouvait en mal de candidat lors des élections municipales. Par contre, un autre champion du parti rouge en son temps, en la personne de José Andrianoelison dont le nom avait déjà été mentionné comme pour succéder au Premier Ministre Jean Ravelonarivo pour ce régime pourrait également surprendre. En outre, le nom de l’ancien Directeur Général du Trésor Orlando Robimanana circule également dans la sphère politique. Celui-ci effectuerait encore des déplacements à l’étranger à titre d’expert pour le Fond monétaire international (FMI). Malgré quoi, selon les observateurs, il aurait ses chances de briguer un mandat présidentiel. Certains partis qui ont tout de même pesé lors du premier tour au mois d’octobre de l’année 2013 sont également attendus. Nombreux parmi eux ont d’ailleurs rejoint des coalitions d’opposition au régime Rajaonarimampianina telle l’Armada ou encore la plateforme « Mitsangana ry Malagasy » qui se sont tues depuis un certain temps.

Des programmes ?

Le nombre de candidat ne sera donc pas un problème en ce qui concerne les présidentielles de 2018. Les malgaches auront largement le choix. La question qui se pose est plutôt celle des programmes que les candidats vont et devront présenter à l’électorat. Bien que les malgaches aient une tendance à voter plus pour une personne que pour un programme, ce critère devrait être le premier souci et des candidats et des électeurs. Surtout pour le prochain mandat si l’on espère sortir le pays du marasme politique et économique dans lequel il a été plongé depuis des années déjà. Mis à part le parti ADN qui prône la mise en place du fédéralisme à Madagascar, les autres programmes proposés par les anciens dirigeants n’ont pas été réellement compris par la population. C’est par exemple le cas avec le Plan national de développement (PND) du régime Rajaonarimampianina. D’ailleurs, dans 75% des cas, les candidats n’élaborent leurs programmes qu’une fois arrivés à la tête de l’Etat, et ne soumettent aucun projet de société lors des campagnes électorales. Ils se contentent de scander la lutte contre la pauvreté et le développement de Madagascar. Il importe donc cette fois-ci de bien identifier le programme d’un candidat ou d’un autre, et de voter en conséquence. Car les électeurs doivent l’exiger autant que les candidats doivent en proposer et en élaborer un.

Tia Tanindranaza83 partages

Fifidianana 2018Raikitra ny « combat »

Samy mampiseho ny tanjany ireo kandida heverina ho matanjaka amin’ny fifiadianana 2018, ka isan’ny lohalaharana amin’izany i Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, ary i Hery Rajaonarimampianina.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara75 partages

15ème anniversaire du TIM : Célébration décentralisée

Marc Ravalomanana à Manakara mercredi dernier.

Place à la décentralisation au sein du TIM de Marc Ravalomanana.

Après avoir été deux fois empêché de célébrer au stade municipal de Mahamasina le 15ème anniversaire du TIM, Marc Ravalomanana a décidé de sillonner l’île pour une célébration décentralisée. En effet, en moins d’une semaine, du 02 au 06 août,  l’ancien président et son équipe ont pu traverser la partie Sud-Est et une partie Sud du pays, de Mananjary à Toliara en passant par Manakara. A Manakara, Marc Ravalomanana a profité de son déplacement à Ankaramalaza où il a été invité par l’église luthérienne pour la consécration de nombreux « Mpiandry » (Tobilehibe) pour présider une célébration à l’hôtel Magneva. Outre cette célébration du 15ème anniversaire du TIM à Manakara, l’ancien parti majoritaire y a également tenu son congrès régional pour deux régions : Vatovavy-Fitovinany et Atsimo Atsinanana. Des formations ont été en même temps dispensées aux militants TIM locaux. Après Manakara, Marc Ravalomanana a mis le cap sur Mananjary, un autre district de la région Vatovavy-Fitovinany. A Mananjary où il a été d’abord accueilli en tant que président du comité d’organisation du 50ème anniversaire de la FJKM dans le cadre de la clôture du symposium de la SAMPATI, et puis en tant que président national du « Tiako I Madagasikara ».

Cap sur le Nord. S’adressant aux jeunes de la FJKM, Marc Ravalomanana a exhorté ces derniers à persévérer dans la foi. L’ancien président s’est également rendu à Mananjary pour rencontrer les militants TIM locaux. Il y a rappelé les trois valeurs qui doivent désormais et à l’approche de l’élection présidentielle de 2018 guider ses partisans : solidarité, collaboration et ouverture. Par ailleurs, les militants TIM locaux ont reçu des consignes dans le cadre des préparatifs de l’élection présidentielle de 2018. Après Mananjary, capitale de la région Vatovavy-Fitovinany, la délégation de « Tiako I Madagasikara » conduite par Marc Ravalomanana s’est rendue à Toliara samedi dernier. A Toliara où les « Dorkasy » de la FJKM ont tenu leur symposium. Le président du comité d’organisation du 50ème anniversaire de l’église reformée a été présent à ce rendez-vous religieux. Ce qui ne l’a pas empêché de réunir les dirigeants locaux de son parti. D’après nos informations, Marc Ravalomanana va mettre bientôt le cap sur le Nord de Madagascar. Plus précisément à Antsirananana où la célébration du 50ème anniversaire de la FJKM sera officiellement lancée. Ce sera certainement une occasion pour l’ancien président d’organiser des rencontres avec les militants de son parti de cette partie nord de l’île.

R. Eugène

Tia Tanindranaza65 partages

Mampiaka-peo koa ny Silamo“Miala ny Filohampirenena raha hendry”

Sesilany ny fanakianana ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina sy fitondrana HVM tarihiny. Ireo olom-bitsy mahazo tombotsoa manokana amin’ny fitondrana sisa hany mankasitraka sy miaro fa ny sarambabem-bahoaka efa leo sy tofoka.

Toky R

 

L'express de Madagascar65 partages

Emil Kirjas : « Notre objectif est de porter les libéraux au pouvoir »

Avant de quitter Madagascar, Emil Kirjas a fait une brève rétrospective de son séjour. Invité par le parti ADN, le secrétaire général de l’International Liberal affirme que son objectif est toujours de soutenir ses membres à accéder au pouvoir dans leur pays pour appliquer les valeurs du libéralisme, selon son secrétaire général.

• Quel est le bilan de votre séjour à Madagascar  ?– C’était une semaine extraordinaire. À mon arrivée, j’ai dit que j’étais ici pour connaître les opportunités et les possibilités à la disposition du parti libéral qui est En Marche, qu’est le parti ADN. Et je quitte le pays avec l’inspiration et la motivation que vraiment, après les élections de 2018, nous allons avoir un parti libéral au pouvoir, ici à Madagascar. Nous avons rencontré des militants extraordinaires du parti dans les villages, dans les villes, avec le bureau politique, et la présidence de parti. Nous avons discuté de la stratégie politique, créée et basée sur nos valeurs.• Vous avez aussi rencontré le président de la République, de quoi avez-vous parlé   ?– Oui, nous avons aussi eu une rencontre avec le président de la République, où nous avons fait passer le message conjoint de l’International Libéral et du parti ADN. C’est-à-dire que pour nous, tous les partis politiques doivent avoir au cœur de leur politique l’intérêt de la Nation, et particulièrement le progrès et le développement de la population de Madagascar. C’était le message clair, présenté par le parti ADN et l’International liberal au chef de l’État. Nous avons, du reste, exprimé au président de la République, qu’il peut compter en tant que chef de la Nation, sur l’International Liberal. Que nous sommes là, prêts à assister cette nation. Comme vous le savez, l’International Liberal est une grande famille des partis libéraux. Que lorsque des partis libéraux sont au pouvoir, les nations sont En Marche. Vous avez des exemples de pays où les libéraux sont au pouvoir, et où le progrès et le développement du pays sont vraiment clairs et durables. Nous avons également dit au président de la République qu’avec la présence du parti ADN au sein de l’International Liberal, on a retrouvé Madagascar sur le « map », la carte politique du  monde. Avant cela, l’on n’a connu Madagascar que comme un pays pauvre en Afrique. Avec la présentation que le chef de file national du parti a fait lors du dernier congrès de la fédération (en mai), nous avons vu une lumière.• Pourriez-vous nous en citer quelques-uns   ?– Vous avez vu la grande victoire des libéraux au Sénégal, il y a une semaine. Là-bas, il y a une stabilité politique, le progrès et le développement. Il y a aussi la Côte d’Ivoire, où les derniers chiffres disent que le progrès économique du pays est de plus de 8%. En cinq ou six ans, la politique de la Côte d’Ivoire, basée sur les valeurs libérales menant à un progrès économique durable, permet aux habitants du pays de mieux vivre. Nous voulons faire la même chose ici, à Madagascar, avec le parti ADN. L’appartenance du parti ADN à la grande famille de l’International Liberal est la garantie que la politique du parti, lorsqu’il sera au pouvoir, sera pour l’intérêt du pays.• À Madagascar, nous comptons dans les trois-cent formations politiques. Qu’est-ce qui différencie le parti ADN des autres, pour l’avoir admis comme membre de l’International Liberal  ?– C’est une question dont nous avons également discuté avec le président de la République. J’ai aussi expliqué cela lors de notre meeting à Soavinandriana. J’ai dit, écoutons le programme et regardons le logo du parti ADN. Il nous donne vraiment l’espoir qu’il y a une nouvelle force politique dans ce pays, qui a basé son programme par rapport à des valeurs libérales. Il n’est pas nécessaire que le mot libéral soit inscrit sur le nom du parti. Mais les valeurs, le programme présenté par le chef de file national du parti aux autres militants, à nous au sein de l’International Liberal, nous ont donné l’espoir qu’ici, nous pouvons vraiment mettre en place une politique libérale.• Cela voudrait-il donc dire qu’aucun autre parti, à Madagascar, ne véhicule et défend réellement les valeurs libérales  ?– Peut-être qu’il y en a parmi ces trois-cents formations politiques que vous avez dit. Il y en a qui basent leur projet sur les valeurs libérales. Mais lorsque l’on parle de parti, il faut des projets réels. Est-ce que c’est un parti qui veut et peut réellement être au pouvoir   Est-ce que c’est un parti qui, vraiment, peut mettre en œuvre ses projets   Est-ce que c’est un parti qui est en connexion avec une grande majorité de jeune   Ces qualités, nous les avons vues chez le parti ADN.• Vous avez dit au début de notre entretien que l’appartenance du parti ADN à l’International Liberal est déjà une garantie sur le fait que le parti, lorsqu’il sera au pouvoir, travaillera uniquement pour l’intérêt du pays. Concrètement, qu’est-ce que ce statut implique  ?– Je vais vous répondre avec une question. Est-ce que vous accepteriez de vous installer dans une maison, où les relations entre les membres de la famille qui y résident ne sont pas claires   Est-ce que vous allez vous installer dans une maison où il n’y a aucune règle, où aucun principe n’est respecté   Bien sûr que non. C’est la même chose avec les investisseurs, c’est la même chose avec les amis politiques. Ils ne s’installent que dans les pays où le système politique, les valeurs politiques sont claires. Pourquoi nous sommes là   pour affirmer la garantie avant les élections, mais aussi, après les élections que la politique suivie par le parti ADN est basée sur nos valeurs.• Selon vous, quelles sont les chances du parti ADN pour les élections  ?– Les élections ne sont que dans quatorze ou quinze mois. Mais ce que je peux dire, c’est que j’ai trouvé ici un parti En Marche. On a vu des exemples dans d’autres pays du monde, où des mouvements nouveaux, dynamiques, clairs, avec aucun bagage de corruption, ou de mauvaise pratique politique passée, étaient aussi En Marche, quatorze ou quinze mois avant les élections. Beaucoup de personnes ont douté de la capacité de ces mouvements à gagner les élections. Les résultats ont été particulièrement positifs pour ces exemples. Nous croyons qu’il y a aussi cette opportunité à Madagascar. Et avec le parti ADN, nous devons la saisir.• Le fait qu’il soit soutenu par l’International Liberal augmente-t-il les chances du parti ADN  ?– La réussite d’une campagne électorale dépend du travail du parti au sein de la population, des citoyens, des électeurs. Ce que nous pouvons faire est d’assister à la création de la stratégie et en matière d’échanges politiques pour avoir le meilleur programme politique à présenter à la population. Mais, ce sera à la population malgache de décider si la campagne électorale a été une réussite ou non.• Pour Madagascar, quel est l’intérêt d’avoir un parti politique membre de l’International Liberal  ?– Notre objectif est toujours d’appuyer les libéraux à prendre le pouvoir, parce que lorsque vous êtes au pouvoir, vous avez l’opportunité de montrer la différence entre les formations qui suivent les valeurs du libéralisme et celles qui travaillent sans idéologie, ou qui véhiculent d’autres idéologies comme le socialisme, par exemple. En Afrique, la plupart des pays pauvres ont été dirigés par des socialistes. Nous sommes donc là pour prendre le pouvoir, pour changer la vie des personnes, pour avoir des populations riches et heureuses.

Lire aussi :  Edgard Razafindravahy : « Oui à la démission, non au coup d’État »

Propos recueillis par Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara50 partages

Sambava : Vola sandoka 20.000 ariary, telo lahy voasambotra

Mbola tsy ampy iray volana akory no nivoahan’ny vola vaovao, dia efa vitan’ireo olon-dratsy sahady ny manao dika mitovy izany. Telolahy mpanamboatra sy mpanaparitaka vola sandoka roa alina Ariary maro be, tra-tehaka voasambotry ny Polisy ny zoma teo, niaraka tamin’ny fitaovana fanamboarana izany, no natolotra ny fitsarana ambaratonga voalohany tao Antalaha, omaly. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana nandray an-tanàna ny raharaha, dia niainga tao Ambohimalaza, 30 km miala an’i Sambava mihazo ny làlana Andapa iny, ny alakamisy teo ny fikarohana. Raha ny fantatra mantsy, dia vola sandoka 220 000 Ariary (11 isa) nandoavan’izy telo lahy vidin-tsakafo sy toaka ary tsaky lanin’izy ireo, ny alin’ny alarobia teo. Nony naraina ny andro vao traingo fa vola sandoka ireto. Tadidin’ny iray tamin’ireo mpivarotra ny endrik’ilay tovolahy irakiraka mpividy lavanila, ary niainga teo ny fikarohana azy.  Noho ny fanomezam-baovao mari-pototra avy amin’ny olona tsara sitra-po ny mpitandro filaminana, dia tra-tehaka tamina fampisehoana lehibe iray nataona mpanakanto malaza tao Antanifotsy Sambava ity “Commissionnaire de vanille” ity, ny zoma teo. Rehefa nofotorana lalina izy dia nanondro ny namany roalahy, dia ilay mpitondra “bajaj” sy ny jiolahy fahatelo izay tany Lanjarivo Distrik’ Antalaha no sarona. Ankoatra an’ ireo ravim-bola sandoka nandoavana revy, dia vola roa alina Ariary sandoka miisa 59 mitetina 1,180 tapitrisa Ariary ihany koa no efa nividianana lavanila tany ambanivolo. Raha atao ny kajy tsotsotra, dia vola sandoka tsy latsaky ny 1, 4 tapitrisa Ariary (70 isa) raha kely indrindra no efa niparitaka. Ny eto An-drenivohitra kosa, raha ny tati-baovao samihafa voaray, dia ny vola iray alina Ariary no betsaka sandoka, ary tena mitovy tsy misy valaka amin’ny tena izy ilay sandoka raha jerena tomba-maso, hoy ireo mpivarotra efa lasibatra, toy ny tranga teny Namontana sy Ankadindratombo.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar49 partages

Transport maritime – Les accidents en mer passés à la loupe

Des bateaux échoués, des accidents en mer existent bien dans la zone maritime malgache. On en a dénombré cinquante cinq cas au cours des dix dernières années.

Comment mener une enquête lors d’un accident en mer   C’est l’objectif d’un atelier organisé par l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) en ce moment à Anosy, pendant une bonne dizaine de jours. Dans une île comme Madagascar, les accidents maritimes existent bel et bien, et ils entraînent, dans la plupart des cas, une perte en vie humaine. Au cours des dix dernières années, cinquante cinq accidents ont été enregistrés. Ces incidents ont entraîné une perte en vie de deux cent dix huit personnes et/ou des pollutions maritimes.« Les principales causes sont souvent liées aux mauvaises conditions météorologiques et au manque d’infor­mations. Ils ne sont pas suffisamment informés des règles à respecter », a fait savoir Joseph Amade, directeur général adjoint de l’APMF hier à Anosy. D’après ses explications, les accidents se produisent surtout pendant la période cyclonique. Mais d’autres facteurs viennent s’ajouter à la liste. Les irrégularités dont les surcharges, le départ dans des quais d’embarquement non contrôlés, le non respect du minimum d’équipements seraient les facteurs principaux de ces accidents.À l’heure actuelle, la flotte malgache compte environ près d’un millier de bateaux. La plupart d’entre eux servent de transport de marchandises. Les bateaux de transport de passagers sont très rares. Ils sont visibles uniquement dans la ligne entre SoanieranaIvongo – Sainte Marie et Ambanja – Nosy Be.PréventionÀ en croire sa déclaration, l’enquête de sécurité est une enquête purement technique. Elle recherche les causes ayant entraîné l’accident en mer, en vérifiant si le navire s’est conformé aux dispositions de la sécurité maritime. Il n’est donc pas question de pénalisation ou de trouver des responsables. « Madagascar dispose d’une équipe d’enquête conduite par la gendarmerie. Les résultats d’enquête servent d’élément de base à certaines mesures pour que les accidents ne se reproduisent plus », a souligné ce responsable de l’APMF. Il n’écarte pourtant pas l’engagement de poursuite judiciaire.À l’issue de cet atelier, les participants  auront une connaissance sur comment conduire l’enquête, comment coordonner l’enquête, rechercher les preuves, et gérer les informations.

Lire aussi :  Le transport en mer à mieux sécuriser

Lova Rafidiarisoa

Ino Vaovao47 partages

ADY AMIN’NY KOLIKOLY : Mpiasa 33 isa teny amin’ny fitsirihana fiara nafindra toerana

Fantatra fa mpiasa miisa 33 teny Alarobia no voatery nafindra toerana. Tafiditra indrindra ao anatin’ny ady atao amin’ny kolikoly ny famindran-toerana an’ireto mpiasa ireto, sy hisorohana ny fiverenan’ny loza amoizana aina tahaka ireny. Tsy maintsy solosoloina ihany koa ireo mpiasa mandray an-tanana ny fitsirihana ny fiara mba hialana amin’ny mety fifankahazoana be eo amin’ilay mpiasa sy ny tompon’ny fiara izay ahiana hiafara amin’ny kolikoly. 

Efa nisy tamin’ireo mpiasa no voalaza fa tra-tehaka ambodiomby nanao kolikoly izay avy hatrany dia niharan’ny sazy.

Manoloana izay ady hatao mba tsy hiverenan’ny lozam-pifamopivoizana eny amin’ny lalam-pirenena izay ihany dia namoaka fepetra ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny minisiteran’ny Fitaterana izay nanambara fa ireo fiara rehetra mikasa hanao «  special  » dia tsy maintsy maka taratatsy fahazoan-dalana any fikambanana misahana ny fitanterana an-tanety «  ATT  » aloha, ao anatin’izay no hanaovana tsara ny fanamarinana ny lafiny ara-teknikan’ilay fiara mba hisorohana amin’ny mety loza miseho. Ireo fiara afaka mitondra olona mihoatra ny sivy sy handeha 40km miala an’Antananarivo no voakasik’izany.

Avotra Isaorana

Midi Madagasikara46 partages

Une course effrénée pour séduire le peuple de Dieu

Karl Marx a qualifié la religion d’opium du peuple. Aujourd’hui plus qu’hier, la citation de cet homme illustre explique cette volonté des hommes politiques malgaches d’essayer de capter ce désir de spiritualité d’une grande partie de la population malgache. A l’approche de l’élection présidentielle de 2018,  ceux qui aspirent  à la magistrature suprême font une cour effrénée à ces braves gens qui préfèrent se tourner vers le Seigneur pour leur salut.

Une course effrénée pour séduire le peuple de Dieu

Les Malgaches se sentent aujourd’hui désemparés et les aléas de la vie les poussent aujourd’hui plus qu’hier à trouver refuge dans la religion. Les millions de personnes qui sont portés par la foi sont enclins à considérer avec sympathie si ce n’est plus, les hommes politiques manifestant la même  ferveur qu’eux.  Les deux candidats déclarés, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina le font même très habilement  et espèrent en récolter les fruits en 2018. L’offensive de charme en direction des chrétiens s’est faite plus pressante ces derniers temps. Aujourd’hui, bien que les ouailles auxquels il s’adresse ne soient pas tout à fait les mêmes, le pasteur Mailhol n’entend pas se laisser supplanter sur son terrain. Celui qui a annoncé à deux reprises arriver au pouvoir sans passer par la case des urnes a décidé de franchir le Rubicon. Plutôt que d’attendre une hypothétique installation à la tête de l’Etat par la volonté divine, il espère y arriver de manière plus conventionnelle. Cette fois-ci, ce sont les électeurs qui lui accorderont leur suffrage. Cette déclaration de candidature a suscité de nombreux commentaires, mais après tout, c’est son droit de le faire. A  plus d’un an de l’élection présidentielle, ce n’est que la prémisse d’une course engagée par les candidats pour attirer l’adhésion des chrétiens. Certains ont pris de l’avance, d’autres vont dans les mois à venir se déclarer et essayer de combler leur retard. Une fois de plus, les uns et les autres vont multiplier les professions de foi pour parvenir à leur objectif : obtenir les voix de ces hommes et ces femmes qu’ils veulent séduire et qu’ils risquent d’oublier une fois qu’ils seront au pouvoir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara42 partages

Forces de changement : Descente dans la rue en vue

Des leaders des forces de changement expliquant leurs points de vue.

Face à la situation qui prévaut dans le pays, les forces de changement haussent le ton. Elles vont notamment défendre la liberté d’expression. Les Ratolojanahary Maharavo dit Doudou, Radanoara Julien et Randrianambinina Alphonse ont tenu ainsi une conférence de presse, hier, au siège de l’Akfm, à Andravoahangy Ambony pour expliquer que la liberté d’expression est inscrite dans la Constitution et qu’elle est également reconnue sur le plan international. Des démarches seront ainsi entreprises aupès des autorités compétentes dans ce sens. Au cas où cette plateforme n’aura pas gain de cause, elle fera une descente dans la rue, sans avancer toutefois une date.

Points de vue. Par ailleurs, les forces de changement vont organiser une conférence-débat jeudi prochain, elles ont ainsi l’intention d’inviter à cette rencontre des représentants du conseil d’Etat, du tribunal administratif de la Préfecture et des forces de l’ordre. Les forces de changement voudraient probalement exposer leurs points de vue à ces derniers.Reste à savoir si ces différentes entités vont répondre présent.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar39 partages

Startup Weekend à Antananarivo

Antananarivo accueille en fin de semaine un évènement international. Il s’agit  du Startup Weekend organisé à Anosivavaka. C’est une occasion pour les porteurs de projet de tester leurs idées, ou tout simplement d’expérimenter une aventure entrepreneuriale pendant cinquante quatre heures. Des mentors, des coaches ainsi que des conférenciers sont prêts à partager leurs expériences avec ces entrepreneurs en herbe.  Avec plus de quatre mille évènements organisés dans cent cinquante pays depuis 2009 et une communauté mondiale, Startup Weekend est souvent cité comme le plus grand incubateur au monde.

Midi Madagasikara35 partages

Ils ont fait le buzz

Neymar chez PSG pour 222 millions d’euros. La nouvelle a affolé la toile, et pas que dans le monde du ballon rond, ni même du sport. Le brésilien Neymar a été transféré au PSG pour la modique somme de 222 millions d’euros. Si beaucoup ont réagi par rapport à la somme, l’Etat français le voit d’un autre œil. L’arrivée de l’attaquant brésilien au sein du club parisien va pourtant rapporter plusieurs centaines de millions d’euros aux caisses de l’Etat, selon les experts interrogés par Le Parisien. Le salaire de Neymar pourrait générer, à lui seul, «entre 100 et 150 millions d’euros pour l’Etat» sur cinq ans, estime l’avocat fiscaliste Grégoire de Vogüé. «Ce salaire coûte quasiment le double au PSG qui prend en compte l’impôt sur le revenu et les charges sociales», ajoute-t-il.

Ankazobe, l’hécatombe. L’horreur, c’était une véritable hécatombe. L’accident survenu à Ankazobe la semaine dernière a fait réagir toute la communauté facebook. Avec plus d’une vingtaine de morts et des centaines de blessés, c’en est presque une affaire nationale. Les victimes étaient des fidèles de l’Eglise FJKM à destination de Mahajanga ,à bord d’un boeing quis’est renversé dans un ravin et qui a pris feu. Selon les informations,  seize parmi les décédés ont été calcinés. L’accident s’est produit à Ambohitromby, soit à 25 km d’Ankazobe quand le véhicule a raté une pente. Le chauffeur a perdu le contrôle de la voiture lorsque celle-ci a reculé à cause d’un problème de vitesse.

Meurtre de sang froid. Autre événement marquant la toile, le meurtre de sang froid de l’ancien ministre de la Fonction publique, Jacky Tsiandopy Mahafaly. Celui-ci  a été retrouvé mort à son domicile à Andavadopy, commune rurale d’Anosiala, district d’Ambohidratrimo. Le corps sans vie a été retrouvé allongé  sur le plancher, il a été ligoté. Une corde autour du cou comme si il a été étranglé. Son corps présentait des traces de bleus. Il semblerait que  son assassin l’ait roué de coups. Les enquêtes des autorités ont porté leurs fruits et un suspect a été arrêté à Nosy Be, qui n’est autre que le neveu de la victime.

News Mada29 partages

Milead Fellows 2017 : une jeune Malgache parmi les bénéficiaires

Holiarisoa Idah Razafindrakoto figure parmi les 28 jeunes boursières du programme «Moremi initiative leadership and empowerment development (Milead Fellows) 2017», sur les 2 500 candidates dans 45 pays en Afrique. C’est un programme qui regroupe des jeunes femmes leaders africaines, entre 19 et 25 ans, pour que ces dernières puissent faciliter, entre autres, le changement sur les problèmes critiques de la pauvreté à l’autonomisation économique des femmes, ainsi que de la justice environnementale en Afrique, en particulier au sein de leurs pays respectifs. Cela, à l’issue d’une formation de deux ans.

On peut dire que ce n’était pas le fruit du hasard, car Holiarisoa Idah Razafindrakoto est une étudiante au «Pan-African University de Cameroun», où elle se spécialise en gouvernance. «Le contexte panafricain est un domaine d’études qui me tient énormément à cœur, d’où mes objectifs d’émergence continentale, notamment de l’Afrique face aux défis de la mondialisation», a-t-elle souligné. Cela, sans parler de son intégration dans divers mouvements de jeunes à Madagascar et ailleurs, comme l’«Afrika Youth Movement», «The Movement Afrika», «Sweet @rt’Frika», et bien d’autres. Actuellement, elle suit une formation de leadership pendant trois semaines à Accra, au Ghana, à l’université de Legon. La durée de la formation s’étend jusqu’en juin 2018.

Sera R

 

Midi Madagasikara28 partages

Accidents maritimes : 218 morts enregistrés en dix ans

Cet atelier de formation durera deux semaines. (Photo : Kelly R.)

C’est énorme. L’Agence Portuaire Maritime et Fluviale (APMF) a enregistré 55 cas d’accidents maritime en l’espace de dix ans. « Ce qui a provoqué 218 morts. Ce chiffre pourrait encore augmenter car d’autres accidents n’ont pas été enregistrés faute de l’insuffisance du recensement », a expliqué Amade Joseph, le directeur général adjoint de l’APMF lors de l’ouverture officielle de l’atelier sur la conduite des enquêtes des accidents et des incidents de mer hier au DLC à Anosy.  Et comme cause principale de ces accidents maritimes, il a évoqué notamment les mauvaises conditions climatiques.

Dans le cadre de cet atelier organisé par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) en collaboration avec le ministère des Transports et l’APMF, tous les acteurs du secteur maritime suivent une formation sur la conduite des enquêtes de sécurité sur les accidents et les incidents en mer en conformité avec le Code de normes internationales. « La détermination des causes probables des accidents maritimes  ainsi que la vérification technique des navires s’ils sont en conformité avec les dispositifs inscrits dans les conventions internationales y seront étudiées. L’objectif étant d’assurer la sécurité maritime, de prévenir la pollution marine et de sauvegarder la vie humaine », a-t-il poursuivi. Le but est également d’uniformiser les procédures d’enquêtes sur les accidents et les incidents en mer.

Navalona R.

L'express de Madagascar28 partages

Toliara – Succès du festival Renew RN9

Pour sa première édition, le Festival Renew RN9 a été, un grand succès sur tous les plans. Le sport et la culture y ont été mis en évidence.

La 1ère édition du festival Renew RN9 a été organisée sur cinq jours dans le Sud-Ouest. Au départ de Morombe le mardi 1er août, les 50 cyclistes et leurs accompagnateurs sont arrivés à Toliara le dimanche 6 août vers 11 h. Les festivaliers ont partagé leur bonne humeur en faisant le tour de la ville au grand bonheur de nombreux spectateurs venus les accueillir. La distance de 206 km a été répartie en six étapes.« On a choisi le mode vélo car c’est un vecteur écologique et festif qui peut attirer plus de participants, percutant pour bien faire passer le message sur les problèmes de l’environnement », a déclaré Réné Walson Walfang, coordinateur de l’association Planet Renew.Potentialités localesSelon toujours les organisateurs, les activités de cette manifestation s’articulait autour d’un festival sportif (course de vélo), artistique et culturel (concert à Morombe et à Mangily), afin de contribuer à la protection et à la soutenance des droits culturels des populations locales, en particulier des jeunes. Il s’agissait de leur offrir l’opportunité, l’espace et l’appui pour y partager le savoir, le capital symbolique, l’énergie, ainsi que la créativité que ces populations détiennent. Il fallait les amener à participer de manière active, à travers leurs expressions culturelles, à l’édification d’une culture et d’une esthétique inclusives englobant la totalité des potentialités locales. Enfin, le festival a contribué à l’émergence de leadership des jeunes dans la construction sociale en cours, en les engageant dans un processus de développement de l’entrepreneuriat culturel, social et environnemental.En fait, ce festival a offert un espace de représentation et d’échange entre le grand public, les artistes issus de différents milieux et disciplines, tels que les musiciens, danseurs, plasticiens, peintres, photographes, poètes, conteurs et les artisans locaux.

Francis Ramanantsoa

Midi Madagasikara27 partages

Tourisme inclusif : Besoin de politique par pays, selon la BAD

Plus que jamais auparavant, les pays africains doivent formuler des politiques économiques et commerciales, susceptibles de promouvoir la croissance du tourisme inclusif et vert ainsi que les échanges commerciaux entre les pays du continent, et de contribuer à l’ouverture des visas, pour un continent interconnecté sans frontières, selon la dernière édition de l’« Africa Tourism Monitor ». Ce rapport publié par la Banque africaine de développement (BAD) explique les raisons pour lesquelles, il est aujourd’hui vital que l’Afrique tire parti de la collaboration et de l’expertise des praticiens des secteurs public et privé pour créer un secteur résilient du tourisme et des voyages en Afrique. « Aidons les Africains à se déplacer librement et faisons de l’Afrique un continent plus ouvert, plus prospère et véritablement connecté », recommande Akinwumi Adesina, président de la BAD, dans ce document.

Intégration. L’Africa Tourism Monitor est une publication annuelle de la BAD issue d’une collaboration triennale avec la Maison de l’Afrique de l’Université de New York (NYU) et l’Africa Travel Association (ATA). Cette nouvelle édition est consacrée au « Tourisme durable par le biais de l’innovation, de l’entrepreneuriat et de la technologie ». L’Agenda 2063 de la Commission de l’Union africaine propose la création d’un passeport africain et la suppression des exigences liées aux visas pour tous les citoyens d’Afrique. Plus particulièrement, il est considéré que l’ouverture des visas présente des perspectives indéniables pour améliorer l’interconnectivité, favoriser la croissance économique et le commerce, et stimuler les investissements, offrant ainsi d’énormes avantages à l’industrie du tourisme et des voyages. En outre, l’ouverture des visas cadre avec l’une des priorités « Top 5 » de la BAD qui consiste à « Intégrer l’Afrique », et qui vise à faire de l’Afrique un continent plus ouvert, plus prospère et interconnecté. « Il est évident que le tourisme constitue l’un des secteurs les plus prometteurs pour le développement en Afrique et qu’il offre des possibilités certaines pour encourager le développement inclusif, renforcer la participation de la région à l’économie mondiale, et générer des revenus permettant d’investir dans d’autres activités, y compris la préservation de l’environnement et de la culture », déclare Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), dans le rapport.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara25 partages

Développement du secteur privé : Le FIVMPAMA s’implante en Allemagne

Le président du FIVMPAMA, Erick Rajaonary avec les nouveaux membres de bureau de la nouvelle branche en Allemagne.

Après Washington, le Fivmpama prend la direction de Hamburg pour la mise en place de sa branche internationale en terre allemande.

La quatrième branche internationale du FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) a été mise en place tout récemment à Hamburg, et ce, à l’issue de la rencontre entre son président national, en la personne d’Erick Rajaonary et la diaspora malagasy installée en Allemagne. Prospérin Tsialonina, jeune entrepreneur et figure incontournable de l’entreprenariat à Madagascar, a été élu président de cette branche.

Pistes de partenariat. Il faut savoir que l’Allemagne est la première économie de la zone Euro. « C’est ainsi un pays incontournable dans la cartographie du déploiement du Groupement de Patronat Malagasy à l’international. Après les trois premières branches implantées en France, au Canada et aux Etats-Unis, la mobilisation ne s’est pas fait attendre au niveau de la communauté malgache installée en Allemagne. Nombreux sont ceux qui ont fait le déplacement de loin pour assister à la conférence-rencontre que nous avons organisée », a expliqué le Président du FIVMPAMA. Dans le cadre de son séjour à Hamburg, celui-ci, accompagné du nouveau président de la branche de FIVMPAMA-Allemagne, Prospérin Tsialonina, a eu l’opportunité de rencontrer Susanne Küchmeister, directrice adjointe du Département International au sein de la Chambre de Commerce de Hamburg. Les éventuelles pistes de partenariat mais surtout le développement de l’entreprenariat au niveau des jeunes ont été au cœur des discussions entre les deux parties.

Plus de 5 000 entrepreneurs. Aux Etats-Unis comme en Allemagne, cette initiative qui inclut la diaspora a été accueillie avec intérêt. En fait, « les membres de la diaspora ont besoin d’un interlocuteur ou d’un dispositif qui leur permettra de s’inscrire dans une véritable dynamique de développement de Madagascar. De son côté, le FIVMPAMA composé de plus de 5 000 entrepreneurs, un dense réseau de Petites et Moyennes Entreprises (PME) issues de différents secteurs d’activités, ouvre la porte aux partenariats et collaborations sous toutes les formes », a-t-il enchaîné. Rappelons que ce déploiement du groupement du patronat malagasy au niveau international rejoint l’effort de la diplomatie malagasy visant à renforcer la participation de la diaspora dans le développement de Madagascar. En tout, le FIVMPAMA a pu mettre en place quatre branches internationales tout en nouant des partenariats dans les deux grands continents, à savoir l’Europe incluant la France, l’Allemagne et le Benelux ainsi que l’ Amérique du Nord où se trouvent le Canada et les Etats-Unis.

Navalona R.

L'express de Madagascar23 partages

Pierrot Men ouvre son premier showroom

Il était temps. Les amoureux du noir et blanc, bien développé, bien tiré, ont de nouveau une porte à laquelle frapper. Le photographe Pierrot Men vient d’ouvrir son premier showroom dans la capitale, vendredi. Ce nouvel espace est situé dans l’enceinte du Tana Water Front à Ambodivona. Il permettra à l’artiste d’être à l’écoute des visiteurs et clients mais, également,  de répondre à tout type de demande et d’être encore plus proche de ses clients et fans.« Mes fans se plaignaient de ne pouvoir admirer mes œuvres qu’à Fianarantsoa. Pour répondre à ces demandes, j’ai décidé de mettre en place mon premier showroom  dans la capitale pour leur plus grand plaisir», explique Pierrot Men. L’artiste prévoit d’inaugurer cette nouvelle salle au mois de septembre.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar22 partages

Malnutrition chronique – L’ananambo recommandé dans les plats

La vulgarisation de l’ananambo s’effectue dans le cadre de la lutte contre la malnutrition. Toute communauté  est sensibilisée à en consommer.

La lutte contre la malnutrition connaît une autre tournure. Le ministère de la Santé publique lance la vulgarisation de l’ « ananambo » ou Moringo dans tout Madagascar. «Ces feuilles sont riches en micronutriments. En les consommant, nous pouvons lutter contre la malnutrition », explique le directeur du cabinet du ministère de la Santé publique, le professeur Willy Randriamarotia. C’était dans le cadre du lancement officiel de la culture du Moringo ou ananambo, au centre hospitalier universitaire mère-enfant à Ambohimiandra, hier.Des pépinières seront instaurées au niveau de tous les centres de santé de Madagascar. «Beaucoup ne connaissent pas la vertu de cette plante. La planter au niveau des centres de santé informera les gens sur sa vertu. Les villageois seront invités à en planter chez eux», indique le Dr Herlyne Ramihantaniarivo, directeur général du ministère de la Santé publique.L’ananambo est un aliment complet. Chez les enfants de 1 à 3 ans, la consommation de 100 grammes de feuilles de moringo leur apporte 50% du taux de calcium, de fer dont ils ont besoin, et un tiers d’acide minéral et du potassium.Réduire la malnutrition20 grammes de feuilles de moringo apportent tous leurs besoins quotidiens en vitamine A et C. «Elle contient sept fois plus de vitamine C qu’une orange. Elle peut remplacer l’apport de quatre pots de yaourt. Elle contient du calcium, de la vitamine A, du protide et du potassium », détaille le Dr Harinelina Randria-masiarijaona, un nutritionniste.La malnutrition chronique touche les 47,3% des enfants de moins de 5 ans à Madagascar. La vulgarisation de cette plante pourra contribuer à la réduction de ce taux jusqu’à 32%, d’ici 2021, un objectif que l’Office national de la nutrition (ONN) s’est fixé.Par ailleurs, les feuilles d’ananambo peuvent régler le problème de l’anémie, grâce au fer qu’elles contiennent.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara21 partages

Mère et enfant : Les 55 ans de l’Ordre des Sages-femmes à Mahajanga

Les journées portes ouvertes à la Maison de la Culture Majunga pour les 55 ans de l’Ordre des Sages-femmes.

Maillon incontournable pour la santé de la mère et de l’enfant, notamment dans la réduction du taux de mortalité infantile et maternelle au cours de l’accouchement, la ou le sage-femme exerce un métier noble.

Madagascar a célébré les 55 ans d’existence de l’Ordre des Sages-femmes dans la capitale du Boeny, Majunga. La Cité des Fleurs a donc abrité 3 jours de festivité- les 2-3 et 4 août derniers- durant lesquels la promotion d’une meilleure santé pour la mère et l’enfant et la reconnaissance du métier de sage-femme ont été mise à l’honneur. En plus des autorités locales, des autorités étatiques ont également honoré l’événement, dont Mme Eliane Raveloson représentant la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina et Mme Voahirana Andriamanarivo, épouse du ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamanarivo. Dans son discours, Eliane Raveloson a cité les propos de la première dame exhortant les sages-femmes « à intégrer l’Ordre et à exercer ce noble métier avec passion et honnêteté ». Voahirana Andriamanarivo a quant à elle annoncé que le ministère de tutelle a offert 2 millions d’Ariary à l’Ordre des Sages-femmes.

Protection sociale. Dans leur discours respectifs, le directeur de cette caisse nationale, Clément Razafimahatratra et le chef de service des prestations familiales, Alhin Randria ont unanimement souligné l’importance du rôle des sages-femmes dans la protection de la mère et de l’enfant. En effet, ce sont elles qui certifient les dossiers administratifs des affiliées de la CNaPS de la grossesse jusqu’à la naissance, pour que leurs droits soient pleinement respectés. Rappelons que ces dossiers sont intégrés aux PMD (Pièces de Maintien des Droit) à la CNaPS.

Evènements. Venant accentuer l’animation intense caractérisant Mahajanga en cette période de l’année, la célébration des 55 ans de l’Ordre des Sages-femmes a rassemblé les sages-femmes venant des quatre coins de l’île durant ces 3 jours. La présidente de cet ordre, Oméga Ranoromalala a profité de la cérémonie d’ouverture pour partager un bref historique de cette institution, tout en rappelant que « Pour rendre la santé de la mère et de l’enfant plus effective, l’ordre est ouvert à toutes les collaborations ». Pour le public, la Maison de la Culture a abrité des stands relatifs à la promotion de la santé de la mère et de l’enfant, des dépistages du SIDA et du cancer du col de l’utérus, mais aussi du dépistage du diabète. La journée de vendredi a été plus festive, car elle était consacrée à l’animation et la liesse à la Petite plage. Joindre l’utile à l’agréable !

Luz R.R

L'express de Madagascar21 partages

Plus 55kg de cannabis saisis

Père et fils présumés dealers. Ils se sont fait arrêter par la police à Ankadindramamy, samedi vers 14h 30. Sept paquets de cannabis et plus de 55 kg autres ont été découverts chez eux, lors d’une fouille. Tous les deux ont reconnu avoir commercialisé de la drogue durant ces quatre dernières années dans le quartier et ses environs.

Tia Tanindranaza17 partages

“Graphite” ao BrickavilleMbola fikarohana fa tsy fitrandrahana no atao

“Tsy marina ny filazana fa efa mitrandraka ny ‘graphite’ ao Ambatolampy Savalaina Ambinaninony izahay; mbola fikarohana ny misy ary mbola izay fahazoan-dalana azonay izay no ataonay izao…”,

 

 izay no nambaran’Atoa Rasangarivony Harifidy Fidèle injeniera mikasika ny harena ambanin’ny tany eo anivon’ny orinasa “DNI Metals” avy any Kanada.Enim-bolana ny fahazoan-dalana azon’ity orinasa manao fikarohana mikasika ny ho fitrandrahany “graphite” ao Ambatolampin’i Savalaina Brickaville ity, izay nosoniavin’ny talem-paritanin’ny harena ambanin’ny tany sy ny solika Toamasina Atoa Amable Benjamin. Saingy miato io fikarohana io izao araka ny fifanarahana teo amin’ny orinasa sy ny fokonolona, noho olana nateraky ny ben’ny tanana teo aloha nitarika ny mponina sasany hanohitra ity orinasa ity, izay tsy eken’ny mponina ao Ambatolampy ny fitiavan-tenany. Raha ny zava-misy teny an-toerana dia misy ilay asa sosialy, isan’izany ny fanokafana ny lalana 4 km, ny vovon-drano hasiana mpaompy, fanamboarana kianja filalaovana baolina, mbola ho avy kosa ny fitaovam-pianarana ho an’ny mpianatra alohan’ny fidirana ny fiandohan’ny volana oktobra ho avy izao. Efa saika nahazo ny vola araka ny fifanarahan’ny tompony sy ny orinasa kosa ireo fianakaviana 21 tamin’ny 24, simba voly sy lasa tany tamin’ireto asa sosialy nataon’ny orinasa “DNI Metals” izao. Ireo telo ambiny tsy mbola naka ny volany kosa dia fianakavian’ilay ben’ny tanana mitarika ny olona hikorotana. “Nanao ny fomban-drazana Betsimisaraka ho fangatan-dalana hiditra amin’ny asa atao ny orinasa alohany nanaovany fikarohana aty aminay, ka nekenay izany satria hitondra fampandrosoana ho an’ny tanananay”, hoy ny filoham-pokontany Atoa Raymond sy ny vavanjaka Atoa Augustin, ka tsy izahay izao indray no tsy hanaiky izany, nefa ny zanakay ihany no miasa ao izao.“Nanara-dalana tanteraka ny orinasa ‘DNI Metals’ tamin’ny fikarohana nataony, satria tany efa nanan-tompo hatramin’ny 2010 izy ity, ka ny tompony indray no nitady mpiara-miombona antoka aminy ny taona 2015 ka izay nanamboka izao ny fikarohana ataon’izy ireo”, hoy Atoa Amable talem-paritan’ny harena ambanin’ny tany sy solika eto Toamasina namanarana ny fanazavany.

 

Rakoutou

Midi Madagasikara17 partages

FIZAFATO : Résultat officiel proclamé hier

Le comité électoral de la FIZAFATO (FIKambanan’ny ZAnaky ny FAritany TOliara eto Antananarivo) a proclamé hier à Besarety le résultat officiel de l’élection du président de l’association qui s’est tenue dimanche dernier au Complexe scolaire Ampefiloha. Selon ce résultat, Maharante Jean De Dieu a obtenu 97,27% des suffrages exprimés. 2 160 électeurs sur les 4 022 inscrits ont voté, soit 53,70% de taux de participation. « Je suis réélu légalement et légitimement président de la FIZAFATO. », a déclaré hier à Besarety Maharante Jean De Dieu. Ce dernier a été entouré hier des représentants des « Foko » qui existent dans la  province de Toliara.

R. Eugène

Midi Madagasikara17 partages

Brickaville : Une société canadienne en phase de recherche de graphite

C’est un appareil utilisé pour les travaux de recherche de la société canadienne.

En dépit de tout cela, elle entreprend déjà des actions sociales en faveur du développement de la commune rurale d’Ambinaninony, sa zone d’intervention.

Un exploitant malagasy titulaire d’un permis  PRE ou Permis de Recherche et d’Exploitation avant 2009 a trouvé un partenaire. Il s’agit d’une société canadienne dénommée DNI Metals. Ils sont maintenant en phase d’exploration de graphite dans la commune d’Ambinaninony, district de Brickaville. « Selon la loi en vigueur, les matériels utilisés ainsi que la période d’exploration sont limités pour les détenteurs de ce type de permis minier qui est réservé aux PME. Pour le cas de cet opérateur, les travaux de recherche dureront six mois, soit jusqu’en décembre de cette année », a expliqué Amable André Benjamin, le directeur régional du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole à Atsinanana.

Consultations publiques. En outre, ce technicien a réitéré que même si les petits exploitants miniers ont eu un permis d’exploitation, ils n’ont pas le droit d’extraire les produits miniers sans avoir obtenu un permis environnemental, tout comme les grandes compagnies minières. En revenant sur cette société canadienne, des consultations publiques suivies de respect des us et coutumes ont eu lieu avant le démarrage de ses activités en février dernier. Il a rencontré les autorités locales, les notables et les représentants de la communauté villageoise. Ceux-ci l’ont réclamé des projets socio-économiques afin de contribuer au développement local, et ce, dans une concertation commune. « Même si nous sommes encore en phase de recherche, nous entreprenons des actions sociales. Il s’agit entre autres, de la création d’un terrain de foot, de forage des puits servant à assurer une adduction en eau potable des villages concernés ainsi que la construction d’une route desservant les fokontany d’Ambatolampy et de Vohitsara et la donation des fournitures scolaires », a exprimé Rasangarivony Harifidy, ingénieur au sein de DNI Metals.

10 000 tonnes. Parlant de cette création d’infrastructure routière d’une longueur de 4km, des champs d’exploitation agricoles appartenant à 24 ménages ruraux ont été touchés. Ce qui a engendré un certain litige entre les deux parties. Et des opportunistes ont voulu profiter de la situation pour faire fuir l’investisseur. Mais l’affaire est maintenant résolue après un arrêt des travaux de construction routière pendant deux semaines, selon les autorités locales. En effet, ces ménages impactés par le projet ont été récompensés par DNI Metals selon la taille de leurs parcelles. En plus, 140 emplois ont été créés dans le cadre de ces travaux. « Nous gagnons chacun 8 000Ar/j contre 6 000Ar/j auparavant. On travaille pendant 8heures/j y compris les séances de formation », a témoigné Lahady Joseph, un des bénéficiaires. Quant au graphite proprement dit, la partie Est de Madagascar en regorge. Quatre sociétés y exploitent maintenant. Le pays exporte chaque année environ 10 000 tonnes de ce produit minier reconnu de meilleure qualité, vers la Chine, l’Inde et les Etats-Unis.

Navalona R.

L'express de Madagascar16 partages

Michel Randria expose au Comptoir malgache de France

Après l’obtention de titres de prestige lors de différents concours et après avoir participé à des activités culturelles liées à la peinture dans quelques pays étrangers, l’artiste-peintre Michel Randria vient de prouver que les nombreuses difficultés rencontrées dans la réalisation de ses œuvres, comme le manque de matériel, ne l’empêchent pas d’avancer.Il a donc décidé de répondre à l’invitation d’une société française tenant une galerie où divers  produits artisanaux, culturels et agroalimentaires malgaches sont mis en vente et en exposition. Accompagné de son homologue Andrianaivoravelona, Michel Randria avec une vingtaine de tableaux de peinture de style concret et réaliste relatant l’identité et des scènes de vie des malgaches s’est rendu en France pour participer au vernissage de cette vente-exposition de produits malgache, laquelle va durer trois mois.En tant que premier responsable de la galerie d’art à l’Alliance française d’Antsirabe, Michel Randria donne également des cours de peinture à des jeunes, à des enfants et même des adultes.  À noter qu’il est connu dans la ville d’Antsirabe non seulement à ce titre mais aussi dans d’autres domaines de l’art.Angola Ny Avo

Midi Madagasikara15 partages

AFT : Salon des jeux de la société pour les vacances

Les jeunes aiment jouer mais ne savent pas toujours où aller.

Ce sont les vacances, et le temps que les plus chanceux fassent le voyage des grandes vacances, ceux qui restent sur Tana peuvent éviter de s’ennuyer en allant jouer tous les jours à l’AFT. Et pas à n’importe quoi, puisque comme chaque année, l’AFT organise le salon des jeux de la société, qui a débuté hier et qui s’y tiendra jusqu’au 21 août. Pour cette 22e édition, on y retrouvera un peu de tout. Echecs, jeu de dame, jeu de Go, Fanorona, Katro, Uno, 1000 bornes, et Sudoku. Marcel Razafindrabe, l’inventeur à l’origine de cette initiative, Jaona Razafimahefa, Président du club « Echecal », et Manitra Razafindrabe, Directeur Technique National de la Fédération Malagasy de Jeu de GO ont fait appel aux différentes fédérations concernées : go, fanorona, scrabble, bridge, échecs pour rendre l’évènement encore plus intéressant. Cela fait plus de 20 ans maintenant que l’AFT organise ces jeux, visant non seulement à distraire les jeunes avec des jeux intellectuels, mais aussi à promouvoir la culture à la fois malgache et étrangère, tout en proposant des activités ludiques.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara13 partages

Shell Extra Challenge : Serge Razanamahenina, grand champion

Le gagnant de la grande finale du Shell Extra Challenge organisé par Vivo Energy Madagascar.

La Grande finale du Shell Extra Challenge s’est tenue le 16 juillet dernier. Ce concours consistait à aller le plus loin possible avec la même quantité de carburant.

Organisé par Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les produits et services Shell dans la Grande-île, la grande finale du Shell Extra Challenge consistait à faire concourir les clients  gagnants des villes d’Antananarivo, Toamasina et Antsirabe où se sont déroulés les éliminatoires, durant un mois. Selon les organisateurs, le jeu consiste à faire concourir les utilisateurs des carburants différenciés, les Shell Super Extra et Shell Diesel Extra pour vivre une expérience unique visant à économiser du carburant. « Les participants avaient été tirés au sort dans chaque ville, et après avoir bénéficié d’une formation en conduite défensive et économique, ont par la suite été pré-qualifiés suivant des tests de conduite psychotechniques et pratiques,  la sécurité routière demeurant une des priorités pour Vivo Energy Madagascar. Vivo Energy Madagascar leur a ensuite mis à disposition un véhicule neuf, la Suziki Jimny en utilisant du Shell Super Extra,  avec lequel ils ont parcouru un trajet préalablement délimité d’environ 50 km; à l’issue du parcours, l’heureux gagnant est celui qui a parcouru le trajet avec le moins de carburants », ont expliqué les organisateurs du jeu.

Prix. Les 3 heureux champions de l’économie de carburant de chaque ville, qui avaient déjà remporté chacun un an de carburant, ont à nouveau parcouru chacun les 50 km pour repartir cette fois-ci avec un véhicule neuf la Suziki Jimny, commercialisé par SICAM,  le partenaire de l’évènement. « Introduit à Madagascar depuis décembre 2015, les carburants différenciés de Shell, le Super Extra et le Diesel Extra ont fait beaucoup d’heureux conducteurs en offrant des avantages inégalés dans le monde de l’automobile : des carburants leur offrant pour plus de kilomètres, au même prix, tout en protégeant leurs moteurs », soutiennent les promoteurs de la marque. D’après les explications, la qualité de ces carburants est similaire à ceux distribués dans plusieurs autres pays où Shell est présente. « Ces carburants sont conçus suivant une formulation unique, après plus de 100 ans de recherche dans les laboratoires de Shell », affirment les représentants de la marque. En effet, Vivo Energy Madagascar confirme une nouvelle fois sa volonté de répondre aux besoins de sa clientèle en leur démontrant qu’en associant un  carburant de bonne qualité et une bonne technique de conduite, il est possible d’économiser davantage.

 Antsa R.

Midi Madagasikara10 partages

Vacances scolaires : Manque d’investissements en matière d’activités de loisirs

L’aire de jeux près du Lac Masay est beaucoup plus fréquentée pendant les vacances, notamment le week-end. Photo d’archives.

Encore au moins un mois de vacances pour les écoliers, collégiens et lycéens, avant la rentrée. Problème : peu d’occupations pour ces enfants et adolescents, qui, en attendant de partir en vacances, ou après le retour, n’ont « rien à faire » pour s’occuper.

Outre la télévision, les réseaux sociaux, les petites sorties entre amis ou les après-midi devant un film loué au vidéo club, les enfants et adolescents qui n’ont pas ou peu de copains de leur âge dans leur quartier, peinent à trouver des activités attrayantes pour s’occuper. Le manque d’activités de loisirs, notamment pour les adolescents, reste un problème auquel sont confrontées les familles qui ne partent pas en vacances ou en attente du départ. Elles ont bien du mal à satisfaire les demandes de leurs progénitures. Que proposer alors aux 13-18 ans pendant les vacances ? Car pour les enfants en bas âge, les activités à leur proposer sont un peu plus variées. Des associations ou organisations proposent, du côté d’Ampefiloha, d’Itaosy ou d’Antsahabe, des jeux divers, des journées récréatives, des ateliers de langue étrangère et des activités ludiques et divertissantes aux enfants et préados. S’y ajoutent les aires de jeux qui pourraient faire le bonheur des plus jeunes. Des possibilités d’occupation qui ont le mérite de satisfaire des demandes sans cesse grandissantes, mais qui ne couvrent pas la majorité des besoins, les capacités d’accueil étant limitées pour chacun de ces sites. Le coût reste, par ailleurs, un obstacle pour nombre de familles.

Pouvoir d’achat. En l’absence de centres aérés qui auraient pu répondre à bien des demandes, le tour des sites de divertissement dans la capitale est vite fait. On se trouve ainsi face à un déficit manifeste d’investissements en matière d’activités de loisirs, notamment pour les enfants et les ados. Et quand bien même quelques initiatives existent, le coût de l’accès aux sites n’est pas toujours à la portée des ménages. Les professionnels dans le domaine du loisir se retrouvent alors face à un dilemme : la volonté d’investir se heurte à des résultats d’études de marché qui ne leur offrent pas suffisamment d’assurance d’avoir un retour sur investissements et de dégager des bénéfices dans un délai acceptable. Le pouvoir d’achat de la majorité des ménages étant ce qu’il est, s’aventurer à investir dans une activité de loisirs qui ne sera accessible que par une minorité parce que trop chère par rapport aux possibilités financières des familles, revient au suicide assuré pour l’investisseur. Bref, outre les sorties au zoo de Tsimbazaza ou dans les sites historiques proposés aux touristes autour d’Antananarivo, et les rares aires de jeu existants au Masay, à Ivato ou ailleurs, les activités de loisirs sont jugées rares en comparaison avec les besoins des centaines de milliers d’enfants et d’adolescents dans la capitale. En attendant mieux, ils s’occupent comme ils peuvent : internet, TV satellite et bons films ; cours de cuisine, de langue ou de conduite pour ceux qui en ont la possibilité, et beaucoup d’imagination pour les autres. Mine de rien, ils ne voient finalement pas les heures passer !

Hanitra R.

Midi Madagasikara10 partages

Basket-ball – 3 x 3 : Les présélectionnés de l’équipe nationale connus

Ils seront  trois à se préparer avant le Championnat d’Afrique de basket-ball 3 x 3 du 3 au 5 novembre 2017 à Lomé, Togo.

Après l’Afrobasket U16 au mois de juillet à l’Ile Maurice, le sommet continental 3 x 3 à Lomé au Togo attend les basketteurs malgaches pour ce second semestre. Qualifié d’office pour représenter la zone 7 après le désistement des autres pays de la région Océan Indien, le staff technique de la Fédération malgache de basket-ball a publié la liste de 16 joueurs présélectionnés. Le championnat national disputé début juin dans la capitale a permis aux techniciens au sein de FMBB de publier cette première liste de 16 joueurs. Parmi les joueurs appelés figurent des habitués de l’équipe nationale à l’image d’Elly Randriamampionina (Afrobasket U16, U18 et Jeux des Iles) et Orlando Rahajaniaina dit Bila (Afrobasket U16 et U18). Ces deux joueurs qui ne cessent de faire parler d’eux. Les trois joueurs du Cosfa sacrés champions de Madagascar à savoir Donga Stevel, Feno Stephan Théodule et  Kakay Enrico Fermi ont été tous appelés.  Le tournoi du Big Soma prévu du 18 au 20 août à Mahajanga va permettre à la fédération d’ajourner cette liste. D’autres joueurs peuvent encore espérer rentrer dans cette liste qui est loin d’être exhaustive.

T.H

La liste

– Andriamaharo Daniel Tsiry (As. Sava).– Andriamanambinirina Nanteherana (As. V7v).– Andrianjafy Rija Tahina (Cosmos Secren Diana).– Donga Stevel (Cosfa Analamanga).– Feno Stephan Theodule (Cosfa Analamanga).– Kakay Enrico Fermi (Cosfa Analamanga).– Loubacky Rick Ley (Ascb Boeny).– Rahelison Fenomanantsoa (Prah’lah Analamanga).– Rajaonarivony Mbolatiana Claudio (Prah’lah).– Rakotoson Mmadi Msaidi A (Ascb Boeny).– Randriamampionona Elly (Ascb Boeny).– Randriamiakadaza A. F. Judicaelas. (As V7v).– Randrianarison Sandrino Walter (As. Sava).– Solondrainy Jean Alpha (As. Sava).– Orlando Rahajaniaina (Ascb Boeny).– Tovonay Dodax (Mb2all Analamanga).

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – Somaroho : ASCB Boeny sacrée

A domicile, au championnat national et dans les autres tournois, la formation de l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) ne cesse de rafler les titres. A Nosy Be au festival Somaroho dans le tournoi de basket-ball, la bande à Elly s’est offerte de la victoire finale en s’imposant face à l’équipe du Cospn d’Analamanga sur le score de 88 à 74. Elly Randriamampionina a été élu meilleur marqueur et joueur de la compétition. Cet international malgache révélé lors de l’Afrobasket Men U16 en 2013 enchaîne les trophées. Dans le match de la troisième place, SBBC  de Boeny complète le podium après avoir battu ASCUT d’Atsinanana. Chez les vétérans, les basketteurs de Nosy-Be ont pris le dessus sur les gars du BBCM d’Analamanga par 70 à 66.

Midi Madagasikara8 partages

Patine décorative : Vaza’art partage ses expériences et initie les amateurs !

Une table classique après transformation

Une nouvelle chance pour les amateurs de décoration ! Maxime Clouard donne une nouvelle formation de patine décorative ce jour jusqu’au 12 août.C’est reparti pour un tour avec Maxime Clouard et son équipe ! A partir de ce jour jusqu’au 12 août, l’instigateur du projet projet Vaza’Art Décor, installé à Madagascar depuis deux ans, rouvre ses portes aux amateurs pour partager ses expériences en matière de patine décorative. « La patine décorative ? Elle consiste à donner une nouvelle  vie aux meubles et objets démodés ou abîmés. En formation, les stagiaires apprendront à réaliser différentes patines raffinées et personnelles, assorties ou non de motifs ornementaux peints d’inspiration classique ou contemporaine », nous explique-t-on. La formation se tiendra à Andrainarivo à proximité du ministère de la Décentralisation.

Riche parcours. La passion de Maxime Clouard pour le travail des espaces muraux fait suite à une rencontre avec le célèbre décorateur Romane Efremove. Après une collaboration enrichissante, il a décidé de se lancer pleinement dans l’univers de la création décorative. D’abord autodidacte dans ce domaine, il a ensuite décidé d’approfondir ses connaissances et ses techniques en se formant à l’institut Van Der Kelen Logain de Bruxelles. En 2011, il suit une formation à l’institut Van Der Kelen Logain (école spécialisée dans la peinture décorative, imitation marbre, bois, patines) et se lance, par la suite, dans de nombreux  travaux de décoration chez des particuliers et professionnel à Toulouse, Brest, Caen, Tours, Villandry, Nice, Bruxelles, Concarneau. Il y a deux ans, il a commencé à faire part de ses services aux professionnels malgaches, notamment à  l’Hôtel Niaouly, Doca Club ou encore l’ISCAM. Exerçant le métier de décorateur depuis 2008, essentiellement en France et en Belgique, Maxime Clouard rouvrira à nouveau ses portes et partagera ses expériences et son grand savoir-faire avec tous ceux qui, comme lui, sont passionnés par le métier. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara8 partages

Jumelage de communes : Un protocole d’accord entre Brickaville et Toamasina en gestation !

Elysée Ratsiraka a également indiqué que le parti Appel fait partie du Mapar (Photo fournie)

Les élections de 2018 approchent et les partis politiques fournissent des efforts pour « marquer » leur existence et leurs activités. Le parti Appel ou Appel pour la Patrie, le Progrès et la Liberté, fondé en 2012 par l’actuel maire de Toamasina Elysée Ratsiraka, fait partie de ces partis qui bougent car subira tôt ou tard le jugement de la population à travers les élections. Dans cette optique, le numéro Un de la commune de Toamasina a contacté celui de la commune de Brickaville pour une coopération entre les deux communes et mettre sur pied ce que l’on appelle le jumelage, décidé officieusement dimanche dernier à Brickaville. « En tant que maire de la commune de Toamasina et président fondateur du parti Appel, nous reconnaissons les potentialités de Toamasina et de Brickaville au niveau touristique, économique, infrastructurel et politique. Nous nous sommes donc convenus que le développement devrait profiter aux deux communes. Et pour ce faire, la stratégie du win-win sera mise en exergue. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de procéder à ce jumelage », a indiqué Elysée Ratsiraka. Et lui de poursuivre qu’ « un protocole d’accord sera signé dans les prochains jours ». Aussi a-t-on appris qu’une rencontre entre les techniciens des deux communes sera organisée dans un futur proche. « Nous allons nous focaliser sur les activités génératrices de revenus comme la filière litchi qui fait la réputation de la Région Atsinanana », a toujours informé le maire Elysée Ratsiraka. L’on n’attend plus que la création d’une structure y afférente. Notons au passage que la commune de Toamasina et la commune de Mahanoro ont également choisi ce jumelage.

Recueillis par Aina Bovel

News Mada7 partages

Fiaraha-miasa : ho tanàna mpirahavavy i Toamasina sy i Brickaville

Nomarihana, omaly, ny fiaraha-miasa eo amin’ny kaominin’i Toamasina sy i Brickaville. Hifanampy amin’ny sehatra rehetra fa indrindra, ny ahafahana mampiroborobo ny toekarena, ny kaominina roa tonta. Maro ireo vokatra mivoaka ao Brickaville eo amin’ny fambolena sy ny jono, mbola tena azo trandrahina ahafahana mampitombo ny fidiram-bola ka hirosoan’ny kaominina amin’ny fahaleovantena araka ny tatitra nataon’ny ben’ny Tanàna ao an-toerana. Eo amin’ny fotodrafitrasa, havaozina mba hahafahan’ny kaominina mampidi-bola ny tranom-pokonolona ao Brickaville. “Atsangana ny rafitra hisehatra eo amin’ny letisia, ho an’ny tsena anatiny na ny fanondranana mankany ivelany”, hoy ny ben’ny Tanàna, Ratsiraka Elysée. Hohamafisina koa ny fifandraisana eo amin’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena. « Entina mampiriborobo ny fizahantany avokoa izany rehetra izany”, hoy ny ben’ny Tanàna roa tonta. Tsiahivina fa nanamarihana ny fiaraha-miasan’ny kaominina roa tonta ny lalao baolina kitra teo amin’ny ekipan’ny Voromaherin’i Brickaville sy ny Appel Mahanoro, tao amin’ny kianjan’i Maromamy. Nahazo amboara avy amin-dRatsiraka Elysée sady filoha mpanorina ny antoko Appel avokoa ny roa tonta.

Synèse R.

 

News Mada6 partages

Atsinanana : dégradation des routes à Toamasina

Les responsables de la ville doivent encore redoubler d’efforts pour donner plus d’attraits à Toamasina. La circulation sur ses principales artères demeure toujours problématique malgré les différents projets liés à la redynamisation du tourisme envisagés récemment dans la localité.

La vétusté des infrastructures routières de la ville de Toamasina annihile tout effort de mise en valeur de son potentiel touristique, déplore la population qui s’attend à une symbiose entre le démarrage du projet de la commune urbaine avec l’aménagement de la ville. Plusieurs axes routiers de la capitale du Betsimisaraka ne le sont plus que de nom depuis des années sans aucun projet de réhabilitation. L’état du tronçon partant de la station-service de Manangareza jusqu’à la barrière d’Anjoma provoque quotidiennement un embouteillage monstre et pourra causer des accidents à la longue. La population se demande actuellement la raison pour laquelle la commune urbaine de Toamasina n’a jamais inclus dans son programme d’aménagement le projet de réhabilitation de ce tronçon d’environ 150 mètres de rues qui portent préjudice au développement socio-économique de la ville.

Des projets mort-nés

Les travaux de réfection annoncés pour la route reliant les fokontany d’Ankirihiry à Mangarano n’ont jamais débuté, déplorent les riverains. Cette route très passante se transforme en rivière de boue dès les premières pluies, obligeant à de larges détours, se plaignent les usagers. Outre cette dégradation des routes dans la ville de Toamasina, l’éclairage public a disparu totalement de la portion de route entre l’hôpital et le club nautique, suite à l’enlèvement des poteaux électriques par des voleurs de ferraille. La mise en marche du projet de développement par le tourisme initié par la commune urbaine de Toamasina risque donc d’être ralentie à défaut de remise aux normes de ses différentes infrastructures dont les routes.

Manou

Tia Tanindranaza6 partages

« Force de changement » Hidina an-dalambe

Omaly indray vao nipoitra tetsy amin’ny AKFM Andravoahangy ny vovonana politika,

 

 Force de changement, taorian’ny fitetezam-paritra nanaovan’izy ireo fanentanana mba hiditra ho mpikambana ao anatin’ity lazain’izy ireo fa herin’ny fiovana eto amin’ny firenena ity. Nanao fakan-kevitra sy nanentana ireo mponina hanaraka ny hetsik’izy ireo tsy hanaiky intsony ny fomba fitantanana ankehitriny moa no natao, raha ny fanazavana, ka hiainga eto Antananarivo ny baiko rehetra. Ny alakamisy izao no mikasa hametraka ny taratasy fangatahana hidina an-dalàmbe eny anivon’ny prefektioran’Antananarivo ity vovonana ity ary nilaza moa izy ireo fa mino sy manantena fa ho ekena ny fangatahiny. Mbola tsy nampahafantarina kosa ny toerana hihetsehana fa ho hita eo, hoy ny fanazavana ny fepetra ho raisina, raha sanatria misy fandavana satria tsy an’ny prefen’Antananarivo.

J. Mirija

 

News Mada5 partages

Isotry : le centre des sans-abri affiche complet

Une vague de froid, accompagnée parfois de pluies fines, a envahi Antananarivo est ses environs ces derniers temps. Les premières victimes sont les SDF dont l’effectif ne cesse d’augmenter dans la capitale. Malheureusement, les centres d’accueil affichent complet.

Cela à l’exemple du centre «Akany Fiarenana» d’Isotry qui compte actuellement plus d’une cinquantaine de familles, avec un effectif d’au moins une centaine de personnes. Elles sont réparties en trois catégories dont la première est réservée aux garçons, la deuxième est destinée aux filles et la troisième accueille la famille dont la majorité sont des femmes célibataires (veuves ou abandonnées par leur mari) accompagnées de leurs enfants. D’après un responsable,  ce centre n’accueille plus de pensionnaires depuis le début de ce mois. Sa capacité ne lui permet pas de recevoir davantage, malgré actuellement la demande incessante en hausse. Le comble est que le centre «Seba», un autre centre d’accueil, toujours du côté d’Isotry, a fermé temporairement ses portes pour cause de réparation.

Un abri temporaire

Ces centres n’accueillent leurs pensionnaires que temporairement. Ces derniers commencent à occuper les lieux à partir de 17 h, pour ne les quitter que le lendemain matin à 8 h au plus tard, pour vaquer à leurs occupations quotidiennes afin de subvenir aux besoins familiaux. Et de revenir de nouveau au centre le soir venu. A leur première entrée, ils reçoivent une couverture et une natte. Lors des périodes de fêtes, comme le 26 juin ou celle de la nativité, des repas leur sont offerts dont la quantité et le contenu varient selon les donateurs.

Une longue occupation

Il arrive que des familles restent sur les lieux pendant toute une année entière. «Nous les aidons à trouver du travail ou d’autres  occupations pour qu’ils puissent fonder leurs propres foyers ailleurs. Mais, quelquefois, faute de ressources financières, ils rejoignent de nouveau le centre. Et de tels cas ne sont pas rares», a précisé une responsable du centre «Akany Fiarenana». Et de noter ensuite que le respect de la discipline imposée par le centre, comme le nettoyage des lieux avant de partir, ou encore l’observation du silence à partir de certaines heures de la nuit, contraint certains pensionnaires à ne plus revenir.

Sera R

 

L'express de Madagascar5 partages

XXIIè Salon des jeux de société – Aiguiser son intelligence en jouant

Du 7 au 21 août, l’Alliance Française d’Andavamamba propose des exercices cérébraux intéressants à pratiquer en toute convivialité. 

Rakotoma-lala Nirina, un jeune étudiant de troisième année en polytechnique à Votovorona, est  venu avec ses petits frères pour se divertir sur une partie d’Uno Boom. Malala, une jeune femme de vingt-quatre ans est en train de s’adonner au Scrabble pour enrichir son vocabulaire en français. Valisoa, un jeune élève en classe de quatrième au Collège d’Enseignement Général d’Antanimbarinan-driana s’intéresse au jeu de dame.Chacune des tables disposées dans le hall de l’Alliance Française d’Andavamamba offre une discipline bien précise : mille bornes, Scrabble, « Katro », « Fanorona », Uno Boom, Yugi-oh, belote, jeu de dame, jeu de Go, Bridge, entre autres. Petits et grands s’y adonnent avec grand plaisir. Certains y sont pour découvrir les règles de ces jeux auxquels ils ne sont pas familiers. D’autres jouent habilement et se mesurent intelligemment à leurs adversaires de table. La vingt-deuxième édition du Salon des Jeux de Société, qui se tient du 7 au 21 août, a pu réunir ses fidèles adeptes dès le premier jour.Découverte culturelleAvec les seize disciplines mises à la disposition des visiteurs, il est fort probable de se laisser tenter pour une petite partie, histoire de faire travailler ses neurones et passer un bon moment en famille ou entre amis. Des moniteurs assistent les débutants.« Cette première semaine est consacrée à l’initiation aux différentes disciplines que ce salon offre au grand public. Il y a des jeux traditionnels malgaches comme le « katro », le « fanorona ». Il y a aussi le « jeu de Rova ». Ils méritent d’être connus. Faire connaître et transmettre ces jeux de société malgaches figurent parmi nos objectifs. D’autres jeux venus d’ailleurs présentent des intérêts éducatifs et offrent le même plaisir pour toute la famille. », précise Manitra Harimisa Razafindrabe, membre de l’association organisatrice de l’événement. Ce salon cible les gens qui restent dans la capitale en cette période de vacances, essentiellement les jeunes. Des concours, sur chaque discipline, durant la semaine du 14 août, sont prévus.Ricky Ramanan

Midi Madagasikara4 partages

Circulation de faux billets : Les grossistes tirent la sonnette d’alarme

Les faux billets de 10.000 Ariary sont de plus en plus visibles sur le marché, selon les grossistes.

Deux à trois faux billets dans une liasse d’un million d’Ariary ! C’est la moyenne constatée par les grossistes de Namontana, dans leurs recettes journalières. Selon les témoignages, cette prolifération des faux billets s’est produite, dès la sortie des nouveaux billets de banque. En effet,  les faux billets sont des copies du nouveau billet de 10.000 Ariary. « Nous pouvons identifier ces faux billets lorsque nous faisons le compte, chaque soir. Les vrais billets authentiques présentent des reliefs au touché et disposent de parties à couleur nacrée ; ce qui ne sont pas visibles sur les faux billets. Malheureusement, les transactions s’opèrent vite et le volume est assez important, comme nous sommes des grossistes. De ce fait, nous ne pouvons pas vérifier chaque billet, au moment des transactions. La semaine dernière, j’ai identifié dans les recettes, sept faux billets de 10.000 Ariary. Une telle situation ne s’est pas présentée avec l’ancien billet », a affirmé madame Holy, une des commerçantes à Namontana. Cette situation est de plus en plus intrigante, vu que la Banque Centrale de Madagascar a évoqué la sécurisation et la garantie de l’authenticité des billets de banque en circulation, pour justifier la sortie des nouveaux billets… et pourtant, c’est l’effet inverse que les agents économiques constatent.

Antsa R.

L'express de Madagascar3 partages

Mission au Canada – Une vingtaine d’entreprises intéressées

Des entreprises malgaches à la conquête du Canada. La chambre de commerce et de coopération Canada Madagascar (CanCHam Madagascar) laisse une grande opportunité avec l’organisation d’une mission économique dans ce pays de l’Amérique du Nord. « Elles sont au total vingt-quatre entreprises à avoir manifesté leur intérêt à ce road show économique », a déclaré Valéry Ramon­javelo, président de cette chambre consulaire. Une séance d’infor­mation sur cette mission de prospection était organisée hier à Anosy.Si d’habitude, la tendance était de faire venir des investisseurs, maintenant les donnes ont changé. Ce sont les entreprises basées à Mada­gascar qui feront le déplacement vers de nouveaux horizons pour trouver des débouchés, nouer des partenariats et remporter des contrats.Ce roadshow, organisé du 21 au 28 octobre dans trois villes canadiennes, illustre bien ce cas. « Le Canada dispose d’une politique favorisant  l’entrée en franchise et hors quota des produits exportés des pays les moins avancés. Les exportations de Madagascar vers le Canada ont représenté 79 mil­lions de dollars canadiens », a souligné ce responsable formé dans ce pays de l’Amérique du Nord. Le budget nécessaire à cette mission est de 2500 euros hors billet d’avion et frais de visa.Lova Rafidiarisoa

News Mada2 partages

Tambajotra ho an’ny daholobe : hametraka TNT amin’ny tanàna 500 ny Startimes

Hametraka fahitalavitra amin’ny alalan’ny TNT amin’ny tanàna 500 eto Madagasikara ny vondrona Startimers, orinasa sinoa, mitrandraka ny sehatry ny fifandraisan-davitra sy ny serasera. Nampahafantarin’ireo tompon’andraikitra ao amin’ny Startimes izany, omaly tao amin’ny Carlton,  miaraka amin’ny fandaharana vaovao ho an’ny mpanjifa azy. « Mbola eo am-pifidianana ireo tanàna isika amin’izao fotoana izao ka misy fepetra hijerena izany, araka ny isan’ny mponina sy ny tokantrano ao amin’ilay tanàna. Miara-miasa manavaka ireo tanàna ireo ny minisitera roa, miandraikitra ny Serasera sy ny Fifandraisan-davitra », hoy ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Serasera, Guy Laurent.

Lafo ny fametrahana io TNT io koa ezahin’ny Startimes ny hametraka izany eto Madagasikara sy any amin’ny tany afrikanina maro. Ho tombontsoan’ny maro anisa, indrindra ny any ambanivohitra, hapetraka any amin’ny sekoly na amin’ny toerana iray azon’ny maro hiarahana mijery ary maimaimpoana. Ny isan-tokantrano kosa, samy mandoa ny sarany ihany, izay marihina fa mora indrindra ity tambajotra ity, nampidirina eto Madagasikara nanomboka ny taona 2015. « Heverinay fa zakan’ny fahefa-mividin’ny Malagasy maro ny hofany, 20.000 Ar hatramin’ny 40.000 Ar ihany », hoy ny solontenan’ny Startimes eto an-toerana, Julien Zhu. Amin’izao fotoana izao, 30.000 ny mpanjifa mampiasa io tambajotra io eto Madagasikara.

Nampahafantarina ihany koa ny fandefasana fandaharana sarimihetsika sinoa mampihorin-koditra amin’ny teny frantsay eto Madagasikara sy ho an’ny tany afrikanina hafa mampiasa sy miteny frantsay. Mifanaraka amin’ny andrasan’ny mpanofa tambajotra Startimes izany, raha ny fanadihadiana vitan-dry zareo Sinoa. Mamokatra karazana sarimihetsika 300 isan-taona ny any Beijin, Renivohitr’i Chine. Beijin, foibe politika sy kolontsaina sinoa. « Misy amin’ny karazana teny 17 ireo sarimihetsika ireo, atao mamaly ny hetahetan’ny mpanjifa », hoy Julien Zhu.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Déploiement de la TNT : un financement de 160 millions de dollars à trouver

L’Afrique doit basculer vers la Télévision numérique terrestre (TNT) d’ici à 2020, d’après le délai fixé par l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Pour le cas de Madagascar, un financement de 160 millions de dollars est à trouver pour le basculement vers la TNT, a fait savoir le secrétaire général du ministère de la Communication et des relations avec les institutions, Guy Laurent Ramanakamonjy, lors d’une rencontre organisée hier à Anosy. Et à deux ans de ce deadline, Madagascar est encore en phase de déterminer les règles du jeu.

«Nous sommes actuellement en pleine élaboration du cadre légal et du cadre institutionnel qui détermineront la mise en œuvre de la TNT à Madagascar. C’est seulement après qu’on lancera les appels d’offres pour le financement de ce projet estimé à 160 millions de dollars», a précisé le SG du ministère de la Communication. Celui ci de poursuivre que «Madagascar est toujours dans la phase analogique jusqu’à présent. On a pu apercevoir la distribution commerciale des chaînes numériques depuis maintenant quelques années mais la numérisation de la télévision n’est pas encore effective».

Pour l’UIT, le continent Africain est encore loin du compte concernant le  basculement vers la TNT.  Seuls quelques pays d’Afrique orientale et d’Afrique australe ont fait le grand saut. Il s’agit entre autres du Malawi, de l’île Maurice, du Mozambique, du Rwanda et de la Tanzanie.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Chaine numérique : Startimes renforce sa présence à Madagascar

Le groupe de médias chinois Startimes renforce sa présence à Madagascar. La saison 2017 des séries télévisées et films de Pékin en Afrique a été lancée officiellement, hier, à Anosy. Une délégation chinoise constituée de plusieurs personnalités de Startimes se trouve actuellement dans le pays pour le lancement de ce nouveau produit. Le public malgache aura l’occasion de découvrir huit films et séries populaires de Pékin sur la plateforme de Startimes. Et au total, 17 films et 400 épisodes de séries seront disponibles sur cette plateforme au cours de l’année à venir.

Startimes est présente à Madagascar depuis décembre 2015. Elle couvre jusqu’à 90% du territoire national et compte jusqu’à 30 000 abonnés malgaches actuellement. «Startimes propose des chaînes anglophones et francophones sur sa plateforme. Et le prix proposé qui est entre 20 000 ariary à 40 000 ariary est à la portée du public malgache», a avancé le directeur général du groupe, Julien Zhu.

Par ailleurs, le gouvernement chinois prévoit d’équiper des télévisions numériques par voie satellite  dans 10 000 villages en Afrique dont 500 à Madagascar, bénéficieront de ce projet qui sera mis en œuvre par le groupe Startimes.

Riana R.

L'express de Madagascar2 partages

Cadavre exquis

On a eu beau abolir la peine de mort depuis 2010, elle n’a jamais été aussi présente et cruelle, apparaissant dans toutes les facettes, s’attaquant à toutes les catégories de personnes, y compris celles qui se consacrent à la dévotion. On dirait une malédiction. Jugez-en. Depuis le début de l’année, les tragédies se succèdent et ne se ressemblent pas. Accident faisant près d’une cinquantaine de victimes à Anjozorobe, cyclone Enawo faisant plusieurs dizaines de victimes, inondations causant la mort de plusieurs personnes, vindictes populaires dans plusieurs endroits, des paysans et des gendarmes massacrés par des dahalo, des dahalo mutilés par des fokonolona, des maires assassinés,  des passagers de taxis-brousse braqués et tues, de hautes personnalités politiques tuées de manière atroce, des artistes célèbres décèdé en série, accident d’un «Boeing» à Ankazobe tuant vingt et un passagers, des particuliers sont charcutes par leur bourreau… Sans compter ceux qui sont morts de faim, du sida, du palu, du cancer, d’un Avc, d’une insuffisance rénale, du diabète, de la peste… La coupe est pleine… de morts. Il n’a jamais été aussi facile et débile de faire un journal. On n’a pas à faire des pieds et des mains pour inventer une «Une» vendable avec cette générosité providentielle. Du moins en apparence puisque à la longue, la mort n’effraie plus les vivants. Avec la gratuité du meurtre, le sang froid des tueurs, l’atrocité banalisée des crimes, la cruauté courante des bourreaux, le cadavre exquis ne constitue plus le plat préféré des lecteurs. Trop de faits d’hiver tuent les faits divers et les lecteurs les plus friands ont fini par en avoir la nausée.Et ce n’est pas fini étant donné qu’il reste encore quatre mois à passer avant que l’année finisse. Tout le monde est ainsi condamné à mort avec sursis. Et on n’y peut rien. Il n’y a aucune mesure de prévention possible. La mort guette partout, à tout moment. Les voyages sont exposés à la fois aux accidents fréquents de la route infestée d’inconscients et d’assassins en herbe, et aux attaques des dahalo. Les taxis-be sont la cible préférée des braqueurs armés. Les foyers ne sont pas à l’abri d’attaque à main armée.Que faire face à une situation qui se dégrade d’un jour à l ‘autre, où les forces de l’ordre sont dépassées par l’ampleur de l’insécurité.  Il est clair qu’on ne peut pas mettre un policier ou un gendarme derrière chaque citoyen. Il est clair que ni l’exécution perpétrée par les forces de l’ordre, ni les vindictes populaires commises par une population excédée par tant de crimes impunis, ne pourront pas rétablir la sécurité. Au moment où la police tue un bandit, il naît cent bébés sans état civil et sans aucun avenir, pire condamné à survivre dans la rue et n’ayant d’autre perspective que de verser dans la violence pour tenter de changer leur destin.Tant que la pauvreté reste tenace, la corruption gangrènera l’appareil judiciaire et l’ensemble des forces de l’ordre, favorisera le banditisme et boostera l’insécurité.La sécurité reviendra avec la croissance économique, l’industrialisation, l’augmentation de la production, la création d’emplois, l’augmentation du pouvoir d’achat, la déflation…  Élémentaire mon cher Watson. Ce n’est pas avec la charité ou l’aumône lors de la fête nationale ou à l’occasion de Noël que l’on pourra améliorer les conditions de la population. Il faut en finir avec ce misérabilisme et instaurer des perspectives réalistes, établir des priorités, faire des sacrifices, privilégier l’essentiel au détriment de l’accessoire dans les dépenses de l’État.S’il faut absolument passer par la charité, il vaut mieux l’inscrire dans le programme de développement du gouvernement et non des actions ponctuelles servant à combler les lacunes d’une communication défaillante. C’est aussi cela la bonne gouvernance.Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar2 partages

Andry Rajoelina au pays

Selon une information diffusée sur le journal télévisé d’une station de la capitale hier, Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, serait présent au pays actuellement. Interviewé par cette station, Pierre Holder, porte-parole du groupe politique des partisans de Andry Rajoelina (Mapar), a soutenu que l’ancien chef d’État, comme tout opérateur économique résident à l’étranger, fait souvent le va-et-vient entre la France, où il réside depuis qu’il a quitté la Présidence, et Madagascar.

L'express de Madagascar2 partages

Motocross – Fibasom – Cross country sur le circuit d’Ampahazony

Après une trêve de plus d’un mois, le championnat de Madagascar de moto tout-terrain reprend ses droits. Les coureurs prennent la direction de Mahajanga, cette semaine, pour y disputer le Cross Country Fibasom,dimanche.Il s’agira du cinquième rendez-vous de la saison. Comme l’an dernier, le circuit Le Bivouac d’Ampaha­zony en sera l’hôte. Par contre, la formule va quelque peu changer. En mai 2016, les pilotes avaient eu trois manches de 45 minutes au menu, soit un total de 2h15 et deux pauses. Cette fois-ci, il n’y aura que deux manches, mais dont la durée sera de 1h30 chacune, pour un total de 3h donc.Sous le soleil de plomb de la capitale du Boeny, les organismes seront encore plus sollicités. Et plus que jamais, il faudra faire preuve d’endurance au vu des températures atteintes là-bas. Le mercure devrait osciller entre 22° et 31°, ce dimanche. Les motards devront supporter des conditions extrêmes sous leurs combinaisons, bottes, gants et casques.Ce circuit Le Bivouac présente une configuration plutôt intéressante. Le revêtement est de type sablonneux, situé en bord de mer. Il comprend des portions sinueuses, passage d’étang, enchaînements de montées et descentes et autres…Tous les ingrédients sont réunis pour avoir une course mémorable, comme ce fut déjà le cas l’an passé, avec une victoire finale de Claudio Tida (Kawasaki KXF-250). À propos du pilote Kawasaki justement, il mène la danse au championnat actuellement, avant cette cinquième échéance de l’exercice.Vainqueur à trois reprises sur les quatre courses disputées jusqu’à présent, il est crédité de 191 points. Il est bien parti pour aligner un quatrième titre consécutif de champion de Madagascar.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada1 partages

Tsy misy ny famatsiam-bola : maro ny lalam-pirenena potika

Mionona amin’ny vola azo eto an-toerana avy amin’ny hetra, toy ny Tahirimbola hikojakojana ny lalana (Fer) ny fanjakana. Na nokabarina nanomezana toky fa hatao aza, jerem-potsiny ireo lalam-pirenena tena potika, toy ny RN-6 (Ambilobe Antsiranana), ny RN 44, RN5,… satria tsy misy ny famatsiam-bola azo antoka.

63 miliara Ar ! Io ny tetibola ampiasain’ny fanjakana « hikojakojana » ireo lalam-pirenena manerana ny Nosy amin’ity taona ity. Avy amin’ny hetra alaina any amin’ny mpaninjara solika io vola io, hatokana ho an’ny Tahirimbola hikojakojana ny lalana (Fer).

Raha zohina, asa andavanandro fanao ny fikojakojana ny lalana satria efa misy ny tetibola manokana ho amin’izany. Tsy misy kosa ny famatsiam-bola ho an’ny fanatsarana na fanarenana na fanaovana lalam-baovao, afa-tsy ny arabe nandraisana ny Frankofonia, vao natao eny amin’ny vahilava sy ny eny Tsarasaotra mankeny Ivato, nifampiraharahana tamin’ny Sinoa, izay tsy nampahafantarina amin’ny besinimaro ny takalony mivantana na ankolaka.

Ny taona 2016, nanome toky ny fitondrana fa hanomboka amin’ity taona 2017 ity ny fanarenana ny lalam-pirenena fahenina (RN 6), mampitohy an’Ambilobe hatrany Antsiranana. Nopasohina indray mandeha monja ny ampahan-dalana tena ratsy, ary tsy nitohy intsony ny asa. Tsy misy asa manomboka, toraka izany, koa ny RN 3A, mampitohy an’Ambilobe-Vohemar. Ny hany nambara farany teo, eo am-panaovana ny tombam-bidy sy mijery ny lafiny teknika ny Vondrona eoropeanina (UE), izay marihina fa famatsiam-bola tsy averina, andaniny, ary ny Sinoa, etsy ankilany.

Takalon’aina politika ny RN 44

Fanaon’ny mpanao politika takalon’aina koa ny hanaovana godirao ny mankany Ambatondrazaka (RN 44). Anisan’ny tena manapotika ny RN 44 ny fiarabe mitatitra harena an-kibon’ny tany amin’iny lalana iny. Hatreto, fanomezana sy asa soa ny nanaovana ny ampahany sasany  azy. Nanao maimaimpoana ny Japoney, eo Moramanga hatreo Marovoay (20 km). Natao rarivato ny ampahan-dalana sasany. Fanomezan’ny Vondrona eoropeanina, novatsiny vola maimaimpoana, ny tetezana ampolony.

Sompitr’i Madagasikara ny any Alaotra, ary anisan’ny nambaran’ny minisitry ny Asa vaventy tany aloha fa hatao laharam-pahamehana ireo lalana manana lanja ara-toekarena toy ny mankany Ambatondrazaka. Tsy nanao izany (aiza ny fitohizan’ny raharaham-panjakana?) ny minisitra nandimby azy. Ankoatra izany, tsy misy resaka mihitsy ny fanarenana ny lalana mampitohy ny RN 4 mankany Marovoay (faritra Boeny), zara fa mirefy 12 km, nefa sompitra faharoan’i Madagasikara koa.

Tsy ampiharina ny lalàna

Vao mainka manampy ny hafa koa ny fahasimban’ny ampahan’ny RN 5 avy eo Toamasina mankany Foulpointe. Nifanilihana ny andraikitra nandritra ny fitondrana Tetezamita, voatery nanao ny orinasa sinoa Mainland. Nataony zara fa vita anefa satria tsy naharitra na dia anisan’ny tena mpanimba an’iny lalana iny aza ireo fiarabeny mitatitra ny fasimaintiny avy any Soanierana Ivongo. Raha ny lalàna, tsy azon’ny kamiao vaventy itaterana harena ambanin’ny tany ny lalam-pirenena. Tsy arahina izany eto amintsika fa ny fanjakana ihany no manome alalana manokana ireny orinasa vahiny vaventy ireny matoa afaka mampiasa malalaka ny lalam-pirenena, tsy sakanan’ny mpitandro filaminana ny fiarabeny.

Randria

News Mada1 partages

41,9% ny taha eto Madagasikara : misoroka fahafatesan-jaza 823 000 isan-taona ny fampinonoan-dreny

Miaro ny zaza vao teraka amin’ny aretina ny nonon-dreny no sady sakafo ampy ho amin’ny fitomboany hatramin’ny fahenim-bolany, araka ny fanadihadiana natao. Mandrisika ny reny rehetra hampinono tsy misy fangarony ho an’ny zaza vao teraka ho an’ny enim-bolana voalohany ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS). Tokony hotohizana hatramin’ny faharoa taon’ny zaza ny fampinonoana.

Eto amintsika, mampinono ny ankamaroan’ny reny (98%). Tsy voahaja anefa ny nonon-dreny tsy misy fangarony hatramin’ny fahenim-bolany. Ny 24%-n’ny zaza, omen’ny reny sakafo hafa raha vao teraka, ary ny ampahatelony kosa, mihinana sakafo hafa sahady raha vao feno telo volana monja.

41,9% ny tahan’ny fampinonoana tsy misy fangarony (fanadihadiana Ensomd 2012-2013) ho an’ny reny malagasy raha tokony ho fihetsika voajanahary sy arahin’ny reny miteraka rehetra. Raha voahaja anefa ny fampinonoana tsy misy fangarony ao anatin’ny enim-bolana, mihena 9% ny taham-pahafatesan’ny zaza latsaky ny 5 taona.

Azo isorohana fahafatesan-jaza 823 000 isan-taona ny fampinonoana ary miaro aretina mpahazo ny ankizy ihany koa (fanadihadiana Lancet 2008).

 

Miasa avokoa ny reny, mihena ny fampinonoan-dreny

Antony mitarika ny fampidirana ny ronono vovony tsy voajanahary ho an’ny zaza ny reny miasa matetika. Raha hanohy hiasa izy aorian’ny fiterahana, toron’ny mpitsabo hevitra avy hatrany hanome ronono vovony ny zaza farafaharatsiny indray mandeha isan’andro hizarana azy sahady. Fomba iray hidiran’ny otrikaretina ao amin’ny vatan’ny zaza ny fanomezana ronono vovony rehefa tsy araka loatra ny fahadiovana eo amin’ny fitaovana sy ny fikarakarana rehetra. Marihina amin’ity herinandro ity ny fampinonoan-dreny tsy misy fangarony. Isika rehetra no hanohana, hiaro ary hampiroborobo ny fampinonoan-dreny ny lohahevitra voizina amin’ny fanentanana samihafa. Anisan’ny paikady iadiana amin’ny tsy fanjarian-tsakafo  mpahazo ny zaza ny fampinonoan-dreny tafiditra amin’ny drafitrasam-pirenana ho an’ny fanjarian-tsakafo 2017-2021.

Vonjy A.

News Mada1 partages

Fanondranana olona : mila manokana tetibola ny fanjakana

Zava-dehibe ny adidin’ny governemanta malagasy amin’ny ady amin’ny fanondranana an-tsokosoko olona”, hoy ny masoivohon’i Etazonia, Robert Yamate, nandritra ny fanamarihana ny Andro iadiana amin’ny fanondranana an-tsokosoko olona.

Mbola ezaka miandry ny governemanta ny fanokanana ny tetibola ilaina amin’ny BNLTEH sy ireo rafitra mandray an-tanana ireo niharan’ny fanondranana, ny fanamafisana ny ezaka fanenjehana sy fitsarana ireo ahina ho manao fanondranana olona an-tsokosoko.

Anisan’izany ireo manam-pahefana heverina ho mpiray tsikombakomba ary ny fanatsarana ny angom-baovao mahakasika ireo ezaka fampiharana ny lalàna. Mazava ho azy fa adidy mavesatra izany, saingy inoana fa tena ao tokoa ny finiavana sy ny fitozoan’ny governemanta malagasy.

Manatanteraka tetikasa maharitra telo taona ny fikambanana iraisam-pirenena misahana ny fifindra-monina. Vatsin’ny governemanta vola mitentina 750.000 dolara izany. Tanjona ny hanamafisana ny fahaiza-manaon’ny governemanta malagasy amin’io ady io sy natao hananganana ireo rafitra rehetra ilaina amin’izany ady izany.

Efa nomarihin’ny tatitry ny Amerikanina fa tsy mahafeno tanteraka ireo fenitra farafahakeliny ho an’ny famongorana ny fanondranana an-tsokosoko olona ny fanjakana malagasy. Tsy naneho ezaka ny fitondrana raha ampihataina amin’ny fe-potoana notombanana teo aloha. Nahenan’ny fitondrana ny ezaka hitoriana sy hiampangana ireo nahina ho nanondrana an-tsokosoko olona.

Na teo aza ny fitombon’ny tatitra nilaza fa nisy tompon’andraikitra niray tsikombakomba nandritra ny taona, tsy nisy ny manam-pahefana nadinina tamin’izany, ary tsy nisy ny fanadihadiana natao mikasika ny tatitra nilaza fa nisy manam-pahefana nanamora ny fanondranana zaza tsy ampy taona hararaotina ara-nofo. Mbola tsy ampy hatrany ny lamina ofisialy ananan’ny fitondrana hamantarana haingana ireo niharan’ny fanondranana an-tsokosoko olona eo anivon’ireo mponina marefo.

Tatiana A

News Mada1 partages

Toamasina – Brickaville : les deux villes bientôt jumelées

Hier, les élus locaux ont scellé leur coopération à travers la concrétisation d’un jumelage des deux communes. Ce fut l’objet du déplacement du maire de Toamasina Elysée Ratsiraka dans cette ville. Lors d’une rencontre avec les élus, il a été annoncé qu’il est temps de prendre en main leur développement à travers le renforcement des liens de coopération  entre les deux villes. Cela concerne notamment l’agriculture, la pêche ou encore l’exportation de litchis.  Il faut souligner d’ailleurs que Brickaville figure parmi les villes qui exportent le plus de ce produit à l’extérieur dans la partie orientale du pays. «L’un des objectifs de ce partenariat est d’augmenter les ressources financières des deux communes. Cela permettra de développer davantage les deux villes», ont noté les responsables locaux.  D’autant que cette initiative s’accompagne aussi du renouvellement des infrastructures locales, comme la route et les infrastructures sportives et culturelles. Le  premier magistrat de la ville de Toamasina Elysée Ratsiraka a profité de cette occasion pour redynamiser sa formation politique «Appel». Cette formation a été mise en place en 2012 et fait partie de la famille du Mapar.

  Rakoto

 

News Mada1 partages

Bourse d’études en France : une cinquantaine de bénéficiaires

Une cinquantaine de bourses d’études ont été attribuées cette année aux étudiants et chercheurs malgaches pour la rentrée 2017 par l’ambassade de France à Madagascar. Les bénéficiaires sont issus des six universités, en particulier d’Antananarivo, de Mahajanga, Fianarantsoa et Toliara. Plus de la moitié d’entre eux sont des doctorants qui vont poursuivre leurs études à l’Hexagone. Sept étudiants ont obtenu une bourse «Excellence major» et trois autres bénéficient de la bourse «Eiffel». Sciences Po Reims a également octroyé cette année une bourse «Mastercard» à un bachelier malgache du lycée Faravohitra, (ex-Jules Ferry) d’Antananarivo. La semaine dernière, ces nouveaux boursiers ont été reçus par l’ambassadeur français au pays,  Véronique Vouland-Aneini.

A noter que dans le monde, La France est le quatrième pays d’accueil des étudiants qui choisissent d’étudier à l’étranger. «Elle est le premier pays d’accueil des étudiants en provenance de la Grande île», selon l’ambassade de France à Madagascar.

Sera R

News Mada1 partages

Femme guide touristique : tout est à base de compréhension

Harivola Rakotondrazaka est une mère de famille exerçant en «free lance» le métier de guide touristique. Le fait de ne pas être parfois présente dans son foyer à cause de ses déplacements fréquents ne perturbe pas son ménage. «Tout est à base de compréhension entre les membres de la famille», affirme-t-elle. Interview

* Les Nouvelles : Depuis quand vous êtes dans le métier ?

– Harivola Rakotondrazaka : Cela fait exactement 11 ans que j’exerce le métier de guide professionnelle, c’est-à-dire depuis 2005. Je n’ai jamais travaillé dans un bureau, mais toujours sur le terrain. Comme il y a la haute et la basse saison dans mon domaine, le fait de se serrer un peu la ceinture à la maison pendant la basse saison, en particulier pour satisfaire les petits caprices des enfants, est aussi un argument très convaincant sur les avantages de la femme au travail.

* Comment avez-vous réussi à convaincre votre entourage pour l’exercer ?

– Mes deux enfants avaient respectivement 5 et 7 ans à mes débuts. Certes, vu leur âge, j’avais un peu peur qu’il y aurait des impacts négatifs sur eux, notamment sur le plan affectif et sur leur éducation. Mais à force de leur  expliquer qu’un seul salaire, en l’occurence du père, ne suffit plus à satisfaire les besoins au quotidien actuellement, ils ont fini par comprendre et accepter la situation.

A tout cela s’ajoute aussi la confiance et la compréhension de mon mari. En effet, d’autres hommes à sa place n’auraient jamais accepté que non seulement sa femme soit au travail toute la journée, mais se permet en plus de s’absenter pendant plusieurs jours, voire des semaines.

* Avez-vous pris des mesures particulières pour vos enfants à titre d’accompagnement ?

– Oui, je les ai déjà engagés dans le scoutisme dès leur jeune âge, à partir de quatre ans. L’objectif est qu’ils apprennent à se débrouiller tout seuls, et aussi de s’habituer à se séparer de nous, les parents, à travers les campings pendant les week-ends ou les jours fériés.

* Ces mesures suffisent-elles pour assurer la bonne marche du ménage ?

– En effet, cette situation a aussi malheureusement ses revers. Mais comme je travaille en «free lance», cela me donne du temps pour combler l’absence de la femme au foyer durant les basses saisons. Une période qui s’étale du mois de novembre au mois de mars. Certes, les enfants remarquent qu’il n’y a rien de comparable avec une mère au foyer mais devant les restrictions qu’on devrait observer en cette période, durant la haute saison, sans parler des cadeaux que je ramène à la maison venant des clients, ils se font une raison sur mon engagement dans les finances de la famille. De plus, on ne peut pas tout avoir.

Propos recueillis par Sera R

 

News Mada1 partages

Association des Ivoiriens : respect des valeurs du pays hôte

En compagnie de quelques communautés sœurs, le bureau de l’association des Ivoiriens à Madagascar et ses membres ont commémoré la 57e année d’indépendance de la Côte d’Ivoire ce dimanche à l’hôtel Akoa Ivandry. «J’exhorte les Ivoiriens habitant dans la Grande île à faire preuve de solidarité, de respecter les valeurs du pays hôte et d’apporter une implication forte pour le développement de nos deux pays», a souligné le président de l’association, Atta, dans son discours lors de cette célébration. Et lui de poursuivre que, «Le rapprochement des dirigeants ivoirien et malgache, présents lors de la cérémonie d’ouverture des jeux de la Francophonie à Abidjan du 21 au 30 juillet, a renforcé davantage la coopération». Une prière pour la paix et la stabilité de leur pays respectif, de Madagascar ainsi que de l’Afrique en général, a été faite par tous les convives qui ont été présents à cette cérémonie.

Les Ivoiriens qui sont à Madagascar contribuent, à travers les différents secteurs d’activité qui les emploient, aux actions sociales lorsque les besoins se font sentir au pays.

Sera R

News Mada1 partages

Forces de changement : descente prévue dans la rue

Les acteurs politiques qui se réunissent au sein du mouvement «Les forces de changement» se radicalisent. Ils ont choisi de descendre dans la rue pour se faire entendre.

Un nouveau bras de fer se profile à l’horizon entre les opposants et le régime. Lors d’une rencontre avec la presse, hier, à Andravoahangy Ambony, les ténors du mouvement «Les Forces de changement» ont indiqué que la descente dans la rue demeure la seule option pour se faire entendre par le régime. «Nous avons décidé de réunir la population et de descendre dans la rue pour manifester notre mécontentement et en vue de dénoncer les dysfonctionnements et l’échec dans la gouvernance du pays», a tonné hier Maharavo Ratolojanahary dit «Doudou», porte-parole du mouvement. Il n’a pourtant pas précisé le moment ni le lieu de cette manifestation.

Lors de sa prise de parole, l’administrateur civil de formation n’a pas manqué de souligner, encore une fois, les divers maux du pays et qui incite le mouvement à prendre ses responsabilités. «Il n’y pas de liberté, ni pour les opposants, ni pour la presse. C’est trop», a-t-il ajouté.  Et d’ajouter que, «Pendant ce temps, les dirigeants continuent de fouler au pied la Constitution (…)». Le mouvement Les Forces de changement estime que la liberté de manifestation étant garanti par la Constitution, il est de son devoir de l’appliquer à la lettre.

Responsabilité

Cette initiative pourrait en tout cas se heurter probablement à un refus d’autorisation de la part de l’Etat car ces derniers temps, toutes les manifestations qui accablent le régime ont reçu une fin de non-recevoir. C’était le cas lors de la célébration du XVe anniversaire du parti «Tiako i Madagasikara» (Tim). «Le préfet et les forces de l’ordre ne doivent pas constituer une force de répression (…). Au contraire, la responsabilité des forces de l’ordre c’est d’encadrer notre manifestation et non pas la réprimer», estime Maharavo Ratolojanahary. Quoi qu’il en soit, le mouvement entend demander l’autorisation de manifester à la Commune urbaine d’Antananarivo ainsi qu’à la Préfecture. Par ailleurs, une rencontre avec le Tribunal administratif et financier (Taf) est aussi prévue ce jeudi. «Nous allons évoquer notre droit et notre responsabilité face à la situation qui prévaut au pays (…). Antananarivo n’appartient pas au régime, tout comme Madagascar d’ailleurs», note le groupe.

L’existence des  «Forces de changement» avait été officialisée en mai dernier au Panorama à Andrainarivo. A l’époque, le mouvement avait revendiqué une co-gestion des affaires nationales avec un pouvoir réduit du chef de l’État, à travers un projet de convention. Le projet qui ressemble de près à la «Convention du 31 octobre 1991» prévoyait la dissolution de toutes les institutions législatives, du gouvernement et de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). La mise en place d’un gouvernement d’union nationale, d’une Assemblée constituante, d’un Conseil de réconciliation nationale, d’un Conseil économique et social a été aussi avancée. Des initiatives que les tenants du régime voient comme une manière pour les opposants de revenir au pouvoir, et que le HVM avait écarté du revers de la main.

J.P

News Mada1 partages

Disadisa politika : tsy hita be ihany ny tena vahaolana azo antoka

Ahoana ihany ny amin’ny disadisa politika misy amin’izao fotoana izao? Tsy hita be ihany ny tena vahaolana azo antoka. Famakafakana…

Misy sa tsia ny disadisa politika eto amin’izao fotoana izao? Tsy mahita sy tsy mahazo ravin’avaratra ny mpanohitra. Na amin’izay lazaina ho ara-dalàna eny anivon’ny  Antenimierampirenena io, na ny fanehoan-kevitra amin’ny haino aman-jerim-panjakana, na famoriam-bahoaka ankalamanjana, na ny fanaovana hetsika an-dalambe…

Amin’izany, potehin’ny mpitondra avy hatrany amin’ny fampiasana herim-pamoretana izay mitady hihetsika rehetra; eny, na tsy antony politika aza. Ampangaina ho manakorontana sy manonganam-panjakana tsinona. Vokany, mihalalina sy maharitra ny disadisa politika, fifampiandrasana kendry tohina… Tsy misy izay hoe fitoniana.

Vokany, tsy mety ho marin-toerana tanteraka ny fitondrana na toy inona filaza. Toy ny tany tsy misy fanjakana eto, raha tsy hiteny afa-tsy ny tsy fandriampahalemana isan’andro vaky saika manerana an’i Madagasikara, ohatra. Eo koa ny fanjakazakan’ny manampahefana sy ny vahiny sasany isan-tsehatra sy isan’ambaratonga any ifotony…

Vahaolana tsy mampiombona

Iandrasana ny fifidianana amin’ny taona 2018 ve ny raharaha? Maro ny manahy ny hisian’ny krizy mafy sy sarotra no ho ny teo aloha: ahina ny hosoka sy hala-bato noho ny tsy fahatokisana mpitondra sy izay mety ho mpiray tsikombakomba aminy amin’izany. Nefa tsy hanaiky izany ny vahoaka, matoa tsy mihetsika sy tsy miteny amin’izao…

Mety hisy ihany ve izay lazaina ho fihaonambe na fiaraha-midinika hahatongavana amina  fifanarahana alohan’ny fifidianana? Na ho fanorenana ifotony io, na fampihavanam-pirenena… Mbola samy manana izay tetehiny sy mahamaika azy ny vondrona sy ny mpanao politika sasany: fiatrehana fifidianana, fihaonambe, fampihavanana… ?

Kitsapatsapa hatrany ny raharaha, fifanenjanana sy fifanenjehana, fifampiandrasana kendry tohina… Arakaraka izay mety ho fifandanjan-kery izay. Tsy misy izay finiavana hifanatona sy hifampidinika, na ekena izao aza ny fisian’ny disadisa politika ary ahina ny mety hisian’ny krizy ho mafy sy sarotra lavitra no ho ny teo aloha.

Fotoana fisaintsainana izao lazaina fa fiatoana politika amin’izao fotoam-pialan-tsasatra izao? Mangingina sy tsy mihetsika ny rehetra…

R.Nd.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Miparitaka ny vola sandoka3 lahy voasambotra tany Sambava

Iray volana latsaka izay no namoahan’ny fanjakana Malagasy vola vaovao, ka isan’ny mampiavaka azy ny fisian’ny 20 000 Ariary mitambatra. Nambara fa tsy dia ho hita mifamezivezy io vola iray io, fa ireo tena mila ihany no hampiasa azy.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Orinasa Startimes30.000 ireo mpanjifany eto Madagasikara

Efa mahatratra hatrany amin’ny 30.000 isa ireo mpanjifan’ny orinasa Startimes eto amintsika amin’izao fotoana izao raha ny 90 %-n’ny faritra 22 no efa voarakotr’izy ireo.

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Syndicat des Magistrats – La rencontre avec le Président Rajaonarimampianina relancée

Le SMM veut un rendez-vous avec le président de la République. La tenue d’une prochaine assemblée générale dépendra de cette rencontre.

Après le fiasco de l’échange avec le gouvernement, annoncé par le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) vendre­di, les membres de ce syndicat ont demandé à rencontrer le président de la République, Hery Rajao­narimampianina, pour parler de vive voix.Joint au téléphone hier, le vice-président du SMM, Clément Jaona, a déclaré qu’une autre rencontre avec un membre du gouvernement doit se faire dans un avenir proche. « Nous devons bientôt nous entretenir avec le ministère de la Justice », a-t-il soutenu.La rencontre avec le locataire d’Iavoloha, toujours d’après le vice-président du SMM, se fera selon sa volonté. « Cette rencontre dépendra de lui. La demande d’audience a déjà été envoyée, d’ailleurs, il l’a bien reçue, comme il l’avait dit dans son émission Fotoam-bita », a déclaré Clément Jaona.Cette rencontre avec le Président de la République aura lieu soit avant, soit après la prochaine assemblée générale (AG). D’après un autre membre du SMM, la rencontre du syndicat et du chef d’État dépendra de ce dernier.Les revendications proposées lors des travaux de la commission tripartie ont rencontré des difficultés lors de la séance de validation.Toujours d’après ce membre du SMM, « ces revendications sont plus d’ordre technique, et ce sera lors de la rencontre avec le chef d’État malgache que nous pourrons vraiment définir la suite des évènements ».Loïc Raveloson

Lire aussi :  Transport aérien - L'anarchie règne à l’aéroport d’Ivato
Midi Madagasikara1 partages

Startimes : Nouveaux films et séries lancés hier

Startimes lance des nouveautés.

Couvrant jusqu’à 90% du territoire national malgache, Startimes compte déjà plus de 30 000 abonnés, d’après ses promoteurs. Et ces chiffrent évoluent. Hier, le groupe chinois a lancé, à Anosy, la saison 2017 des séries télévisées et films de Pékin. Une délégation spéciale est en mission dans la Grande-île, pour cette occasion. En effet, les 8 films et séries populaires de Pékin s’ajoutent désormais aux programmes disponibles sur la plateforme de Startimes. « Les offres de Startimes présentent plusieurs choix, avec un tarif allant de 20.000 Ariary à 40.000 Ariary. Le public peut avoir accès à des chaînes anglophones et francophones », a indiqué le DG de Startimes, Julien Zhu, lors du lancement. Outre la présentation de cette nouvelle offre, la délégation chinoise a également noté que leur Gouvernement prévoit d’équiper 10.000 villages en Afrique de télévisions numériques connectées au réseau satellite. Pour Madagascar, 500 villages bénéficiaires auront leurs parts à travers l’intervention de Startimes.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Ressources minières : Madagascar à la traîne en matière de gouvernance

La gouvernance minière à Madagascar reste très faible.

De grands défis restent à relever dans la gouvernance des ressources minérales à Madagascar. Le classement établi par NRGI (Natural Resource Governance Institute) a placé le pays au 15e rang sur 19 en Afrique et au 68e rang sur 89 au niveau mondial.

Alors que les nouveaux Codes régissant l’exploration et l’exploitation de ressources minérales à Madagascar se font attendre depuis déjà plusieurs années, le rapport de NRGI sur la gouvernance minière indique des faiblesses, pour Madagascar. En effet, le pays est au 15e rang dans la classification des pays d’Afrique, en termes de gouvernance minière. Au niveau mondial, la Grande-île se situe à la 68e place, sur un total de 89 pays. Cette classification est basée  sur l’indice de gouvernance des ressources minérales de 89 pays, c’est-à-dire, les ressources minières, pétrolières et gazières. Le calcul de l’indice est basé sur trois critères, à savoir la réalisation de la valeur (gouvernance de l’attribution des droits d’extraction, la prospection, la production, la protection de l’environnement, le recouvrement des recettes et les entreprises publiques), la gestion des revenus (la budgétisation nationale, le partage infranational des revenus des ressources naturelles et les fonds souverains) et les conditions générales de gouvernance du pays.

Performance. Dans le rapport de NRGI, la note attribuée à Madagascar est de 36, contre 86 pour la Norvège, qui occupe la première place. Malgré les grandes exploitations, le secteur minier ne représente encore que 35% des exportations du pays. En outre, des défaillances sont constatées  au niveau de la protection de l’environnement, de la lutte contre la corruption, des relations avec les communautés locales des zones d’exploitation, et sur les impacts directs des projets au niveau local. Certes, toutes ces lacunes sont liées à l’ancien Code minier, qui date de 2005. Pour ce qui est du nouveau Code qui est en perpétuelle correction, depuis déjà 4 ans, de nombreuses versions sont déjà en circulation, mais font l’objet de rectifications sans fin, suite aux critiques émises par les opérateurs, les investisseurs et la société civile. Pour le ministère de tutelle, la prudence est de mise, comme il s’agit d’une amélioration. Mais un terrain d’entente est-il envisageable entre les différentes parties concernées qui ont des intérêts divergents ? Dans tous les cas, l’Administration a du mal à se décider quant à la finalisation des nouveaux Codes minier et pétrolier. En attendant, la gouvernance reste mauvaise, comme l’indique le rapport du NRGI.

Antsa R.

L'express de Madagascar1 partages

Les anciens combattants sous les projecteurs

À l’occasion de la commémoration de la Première Guerre mondiale (1914-1918), une exposition des archives des photos des combattants malgaches et d’autres pays qui ont combattu pour la France, a eu lieu hier, à l’Office nationale des anciens combattants et des victimes de guerre à Antsahamanitra. Quelques représentants du ministère de la Défense nationale, ainsi que des forces armées étaient présents à l’évènement.Cette exposition a été initiée par Saholy Letellier, présidente de l’association « Éducation et Culture pour Tous ». Elle y a notamment présenté des ouvrages sur la participation des tirailleurs malgaches au sein de l’armée Française, et qui sont enterrés en Macédoine.MéconnaissanceD’après elle, « il y a des histoires encore méconnues de tous à propos de ces braves soldats malgaches morts pour la France, et c’est assez malheureux ». Dans l’un des nombreux ouvrages présentés sur les lieux, « Le Front d’Orient », l’on peut trouver quelques-unes de ces histoires qui doivent être « enseignées dans les programmes scolaires ».Selon d’anciens combattants venus assister à l’exposition, cette partie de l’histoire de Madagascar doit être connue et enseignée aux plus jeunes. « En Amérique, on enseigne la guerre de sécession. En France, on enseigne l’histoire des Gaulois. Pourquoi n’enseigne-t-on pas l’histoire des braves hommes malgaches qui ont perdu la vie pour une partie du globe   », a déclaré un ancien combattant venu sur place.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar1 partages

Forum Agoa à Lomé

La ville de Lomé abrite, à partir de ce jour, le Forum de l’Africa growth and opportunity act (Agoa) 2017. Co-organisé par les États-Unis et le Togo, cet évènement réunira de hauts fonctionnaires américains et des trente huit pays d’Afrique subsaharienne dont Madagascar, pour discuter des moyens de renforcer la coopération économique et le commerce entre les États-Unis et l’Afrique. Depuis juin 2014, la Grande île figure dans le cercle des pays bénéficiaires de cet accord de libre échange entre les États-Unis et l’Afrique. Trente-deux sociétés sont actuellement éligibles à cette loi américaine, et peuvent exporter sur le sol américain.

L'express de Madagascar1 partages

Des enfants kidnappés déportés en Imerina

Une petite fille de 10 ans, est en train de pêcher à la nasse, quand elle est « capturée ». C’est vers les dernières années du « Royaume de Madagascar ».  Elle est ensuite trainée au fort d’Ikalamavony où elle est gardée avec d’autres personnes. Elle y grandit et y a son premier enfant, avant d’être transférée comme « gadralava » dans une concession du gouverneur en Imerina. C’est là que résident encore après l’indépendance, ses descendants dont l’une de ses filles est l’informatrice de David Rasamuel (revue universitaire d’études historiques « Omaly sy anio », N°15, 1982).C’est à partir de ce témoignage de la jeune captive qu’elle transmet à sa fille, que l’auteur essaie de  reconstituer l’histoire des déportés d’Ikalamavony. « D’après elle, ces gadralava, amenés en Imerina, sont des personnes capturées, notamment des enfants en train de garder le bétail, de pêcher ou de travailler dans les champs. »Selon l’auteur, ce cas n’est pas unique car d’autres enfants et adolescents disparaissent de cette façon au XIXe siècle. « Le rapt est sans doute une pratique courante à l’époque, car l’on nous a rapporté aussi le cas analogue d’une petite fille originaire d’Ambohimanganiovana qui jouait dans les champs. Elle fut enlevée et ramenée dans le Vorimahery » , relate l’auteur dans la même revue universitaire, mais en 1979.Le kidnapping de personnes existant, David Rasamuel en recherche les responsables. D’après son informatrice, il s’agit d’une initiative du gouverneur d’Ikalamavony qui aurait lancé lui-même ces rapts : « Des personnes capturées… qui lui obéissent puisqu’il est le gouverneur », soutient-elle. Mais l’auteur apporte une précision à cette assertion : elle semble ne pas se souvenir  ou elle ignore que sa mère « avait été capturée puis vendue au Komandy ». Toutefois, ajoute-t-il, s’ils ne sont pas responsables directs ou complices des trafiquants d’esclaves, « le gouverneur et ses collaborateurs tolèrent cette pratique puisqu’ils achètent le produit ».Dans certains cas, il ne s’agit pas de rapt, mais de véritables razzias organisées par des groupes armés, comme le spécifie Decary en 1958. « Les villages sont alors attaqués le soir, puis les habitants et leurs biens enlevés, et parmi les villageois se trouvent des femmes et des enfants. »En 1961, Jean-Pierre Domenichini commente: « Les pillards avaient… des appuis et des alliés parmi les fonctionnaires merina ou betsileo. » Il est donc difficile pour David Rasamuel de concevoir que « les grands du fort d’Ikalamavony ne bénéficient pas du butin provenant de ces razzias ».Il résume alors que ce sont autant de différentes possibilités qui permettent au gouverneur d’acquérir une main-d’œuvre particulière. D’après son informatrice qui se réfère toujours aux propos de sa mère ancienne captive, avant d’envoyer en Imerina ces personnes, il les réunit à Ikalamavony. « Ces gadralava étaient alors enfermés tous ensemble dans une cellule en attendant leur déportation. Là, ils vivaient dans des conditions peu enviables. »L’informatrice insiste : « On les rassemblait dans une sorte de garage… on les gardait là comme on élèverait des poules. »Quand ces gens qui perdent leur liberté (esclaves, condamnés, prisonniers de guerre, captifs…), sont assez nombreux, ils sont confiés à des « Manamboninahitra » (officiers) et des « miaramila » (soldats) chargés de les convoyer en Imerina. Pour cela, « les déportés, reliés les uns aux autres, voyagent de nuit, et le jour, ils se cachent ou, plus exactement, on les oblige à se cacher… »Selon Domenichini, les prisonniers sont « attachés avec une même corde aux mains et au cou… Les personnes sont entravées et conduites par des marches nocturnes jusqu’à la caverne de la forêt d’Imaina. »David Rasamuel précise enfin, que c’est dans les mêmes conditions que les Bara déportent les Betsileo faits prisonniers lors de leurs razzias et destinés à la vente en pays sakalava en 1883. C’est-à-dire à une époque où le trafic d’esclaves est déjà interdit dans tout le « Royaume deMadagascar ».Pela Ravalitera

Madaplus.info0 partages

Réouverture des ambassades de Madagascar à l’étranger

Madagascar est actuellement en train de renforcer sa coopération avec plusieurs pays. Le redéploiement des personnels auprès des Ambassades Malagasy à l’extérieur est déjà envoyé dans plusieurs pays.
Le Président de la République est en attente des réponses. En effet, l’Etat Malagasy est actuellement en cours de rouvrir les ambassades malagasy, fermées à l’étranger, selon le Ministre des Affaires Etrangères (MAE), Atallah Béatrice. L’Ambassade Malagasy à Londres ouvrira ses portes dans deux semaines, selon le Chef de la Diplomatie Malagasy. Atallah Béatrice de parler également, la tenue de la rencontre des diasporas malagasy, du 26 au 28 octobre prochain à Madagascar. Il s’agit d’une collaboration avec les secteurs privés, en vue de voir les opportunités de coopération. Cette information est disponible sur le site officiel de MAE, pour en savoir plus.
Madaplus.info0 partages

Tantely Andrianarivo serait aussi candidat pour 2018

L’ancien Premier Ministreà l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, Tantely Andrianarivo se présenterait aussi à la présidentielle du 2018
Il est du retour au pays depuis la semaine dernière. Le politicien n’en est pas à sa première participation à la course à la magistrature suprême. Il aurait déjà voulu se porter à l’élection en 2013, mais sa candidature été retirée, pour de raison personnelle et de santé. Une précampagne aurait été déjà prévue. Selon les informations qui circulent, sa candidature serait maintenue jusqu’au bout pour 2018. Il aurait déjà demandé la bénédiction de l’ancien président Didier Ratsiraka, sur sa candidature. Mais il ne se présenterait pas sous la bannière du parti politique AREMA. Tantely Andrianarivo prévoirait des réunions avec des associations et des partis politiques pendant cette semaine.
Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Mpanao vola sandoka telo lahy tra-tehaky ny mpitandro ny filaminana

Fantatra fa mpandraharaha lavanila sy mpamily bajajy ny roa tamin’izy ireo fa ny iray fahatelo kosa olon-tsotra. Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana,  dia ny alarobia lasa teo no nisy fampisehoana nataon’ny tarika Dadi love tao amin’ny kaominina Ambohimalaza ka nisy mpivarotra tsakitsaky maro nandritra ny fampisehoana. 

Nividy tsakitsaky sy zava-pisotro tamin’ny renim-pianakaviana iray izy telolahy ireto ka  mitentina 220 000 ariary  ny fitambaran’ny zavatra nohanin’izy ireo tamin’izany. «  Ilay mpandraharaha lavanila mihitsy no namoaka ny vola nanefana ny sakafo rehetra tamin’ny vola 20 000 ariary vaovao  », hoy ilay mpivarotra. 

«  Ampitson’iny niakatra tao an-tampon-tanànan’i Sambava nividy entana aho ka rehefa nampidirin’ilay mpivarotra tamin’ny milina  fanisam-bola ireo vola dia nilaza ity farany fa vola sandoka ireto. Hataraina ny ahy ka avy hatrany dia nanazava tamin’ilay mpivarotra ny zava-nisy aho. 

Niaraka namonjy polisy izahay roa  ka tadidiko ny tavan’ilay mpandraharaha lavanila ary fantako ny toerana fiasany  », hoy ilay mpivarotra ihany. Ny zoma kosa dia raikitra ny fikarohana ireto mpanao vola sandoka ireto ka mbola nahatratrarana milina sy vola sandoka maromaro tao amin’ny tranon’ilay mpandraharaha lavanila, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana. 

Tratra tao an-tranony ihany koa ity mpandraharaha lavanila sady mpanao vola sandoka ity  ka avy hatrany dia noentin’ny polisy nanontaniana ny toerana misy ireo namany. Nilaza ity farany fa mpamily bajajy ao an-toerana ny iray ary nojerena tamin’ny tranony ihany koa ny iray fahatelo ka tra-tehaka avokoa. Notanterahina omaly ny famotorana azy telo ireto tao amin’ny biraon’ny Polisy ao Sambava ka anio no hatolotra ny fitsarana ao Antalaha miandraikitra ny sazy omena ireto olon-dratsy.

Pounie

News Mada0 partages

Ambatovy sy ny CCS : tohizana ny fanofanana tanora sahirana

Nohavaozina, mandritra ny dimy taona, indray ny fiaraha-miasa eo amin’ny orinasa Tetikasa Ambatovy sy ny Ivontoeran-kolontsaina sy sosialy (CCS) any Toamasina. Fiaraha-miasa mifantoka amin’ny fanofanana ny tanora avy amin’ny fianakaviana sahirana any Toamasina, mikasika ny fampianarana asa. Voakasik’izany ny fitantanana sy fanodinana indray ireo hazo efa nampiasain’ny Tetikasa Ambatovy. Nanomboka ny volana mey 2015 ity fiaraha-miasan’ny roa tonta ity, izao nohavaozina izao.

Manodidina ny 200 m3 isam-bolana ny hazo efa niasa omen’Ambatovy maimaimpoana ny CCS. Ampiasain’ny mpianatra asa ireo hanampy amin’ny fianarana asa, ahafahany mitady asa na mamorona orinasa madinika any aoriana. Maro ny asa efa vitan’izy ireo nahitana lalam-barotra, toy ny fanaka ho an’ny akanin-jaza, sekoly, vondrombahoaka itsinjaram-pahefana (kaominina, prefektiora,…), toeram-pitsaboana, hopitaly, sns. Mampiavaka ny zava-bitan’ireo mpianatra ny kalitao satria izany no singa andrasana sy takin’ny mpanjifa, mba hampaharitra ny varotra.

Njaka A.

News Mada0 partages

Minisiteran’ny Varotra : nifanakalo traikefa ny mpiasa

Nanamafy ny fiaraha-miasa ny mpiasan’ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana (MCC), ny 2 aogositra teo tany Mantasoa. Nahatratra 110 izy ireo, nahitana ny tale sy ny lehiben’ny sampandraharaha samihafa ao amin’ny foibe sy ny isam-paritra. Votoatin’ny fotoana ny fifanakalozana traikefa, nanomezana vahaolana ny tompon’andraikitra namana. Nambaran’ny ministra Tazafy Armand, fa mila vahana isan’andro ny tsy firindran’ny asa satria mampitarazoka ny fahombiazan’ny rehetra.

Anisan’ny nivoriana nandritra ny fotoana koa ny fampiroboroboana ny fahakingan-tsaina iombonana, ny fanentanana sy fandrisihana ny mpiara-miasa vaovao ho ao anatin’ny fiaraha-miasa sy firahalahiana. Ary indrindra, nohamafisina ny fanasongadinana ny mampiavaka sy ny lanjan’ny tsirairay sy ny fikarohana hevitra vaovao isaky ny mpiasa avy. Tsikaritra tokoa fa nandray anjara mavitrika tamin’ny fifanakalozan-kevitra ny rehetra ary naneho ny fahavononany avy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fitaterana an-dranomasina : mahabetsaka ny loza ny andro ratsy sy rivodoza

Nanomboka omaly ary maharitra 10 andro, eto an-dRenivohitra, ny atrikasa fanofanana momba ny lalàna mikasika ny fanadihadiana ny loza an-dranomasina. Manome izany fiofanana izany ny OMI(1) miaraka amin’ny APMF(2).

Havaozina hatrany ny lalàna mikasika ny fanadihadiana ny loza an-dranomasina. Manana ny azy manokana i Madagasikara, nefa amin’ny maha mpikambana antsika ao amin’ny OMI, misy ihany koa ny lalàna iraisam-pirenena tsy maintsy arahina. Tafiditra ao anatin’ny fitaterana an-dranomasina avokoa ny 90 % ny raharaham-barotra rehetra maneran-tany. Amin’ny maha Nosy an’i Madagasikara, mitana anjara toerana lehibe ny fitaterana an-dranomasina, ankoatra ny jono sy izay fikarohana rehetra ambanin’ny ranomasina. Noho izany, tsy azo atao ambanin-javatra ny fisorohana ny loza.

10 taona namoizana ain’olona 218

Eto Madagasikara ihany, tao anatin’ny 10 taona, 55 ny loza an-dranomasina niseho namoizana ain’olona 218. Koa havaozina, araka ny lalàna, ny fandalinana ny antony nisehoan’ireny loza ireny hahitana ny tena marina, hisorohana izany araka izay azo atao. Amin’ny ankapobeny, miteraka loza maro ny andro ratsy sy rivodoza, eo koa ny faharatsian’ny sambo na tsy fahafehezan’ny tantsambo ny asany. “Tombontsoan’ny tany mpikambana rehetra ao amin’ny OMI ny fitovian’ny fanaovana fanadihadiana rehetra miainga avy amin’ny lalàna, ka tamin’ny taona 2013 izao ny lalàna nohavaozina farany”, hoy ny solontenan’ny OMI, Babakar Diop.

Fifehezana izany lalàna vaovao izany ho an’ny teknisianina isan-tsokajiny eto Madagasikara, izay arindra araka ny lalàna eto amintsika ny votoatin’izao atrikasa fanofanana izao”, hoy ny tale jeneraly lefitry ny AMPF, Ahmad Joseph. Eto an-toerana, adidin’ny APMF ny manara-maso ny lafiny teknika izay manao asa an-dranomasina rehetra, anisan’izany ny botry. 1.000 eo ho eo ny sambo eto amintsika, tsy ao anatin’izany ny botry sy ny lakana.  “Vitsy ny sambo vaventy, ny tena marina, tsy ampy ny antontanisa mahakasika ny fitaterana an-dranomasina ”, hoy ihany ny tale jeneraly lefitra. Koa mitondra ny fanampiany ny OMI ho fisorohana ny loza an-dranomasina. Ankoatra izany, mbola eo ny lalàna iraisam-pirenena hialana amin’ireo jiolahin-tsambo. Betsaka ny tojon’izy ireny, indrindra ny aty amin’ny fari-dranomasimbe Indianina.

R.Mathieu

OMI (1) : Organisation maritime internationale

APMF (2) : Agence portuaire maritime et fluviale

News Mada0 partages

Fifaninanana fanjifana solika : 1,85 litatra, lany amin’ny lalana 58,7 km

Vita, ny alahady 6 aogositra teo, ny tena lalao famaranana farany tamin’ny fifaninanana nampanaovin’ny Vivo Energy, mpanjifa solika Shell, ho an’izay mahay mitsitsy solika indrindra. Famaranana nihaonan’ireo lohany avy eto Antananarivo, Toamasina ary Antsirabe, tafita tamin’ny fifanintsanana nisy teo amin’ireo tanàna ireo.

Traikefa vaovao nomena ireo mpifaninana ny hahitana izay tena mahay mitsitsy indrindra, ho an’ny mampiasa lasantsy na gazoala. Rehefa voasivana ireo mpandray anjara, nomena fiofanana amin’ny fahaiza-mitondra sy fisorohana ny loza, laharam-pahamehana ho an’ny Vivo Energy Madagascar.

Fiara Suzuki Jimny, noho ny fiaraha-miasa eo amin’ny Vivo Energy sy ny Sicam mpivarotra azy, ny nomena nampiasan’ireo mpifaninana. 50 km ny lalana nanaovana ny fifaninanana, ka izay tafavoaka mpandresy, nahay nitsitsy indrindra izany, loka voalohany ho azy ilay fiara Suzuki Jimny. Koa nahazo ny voalohany Razanamahenina Serge, avy eto Antananarivo, tsy nahalany solika afa-tsy 1,85 litatra tamin’ny halaviran-dalana 58,7 km.

Ho fitandroana ny tontolo iainana

Nampidirina eto Madagasikara voalohany ny solika Shell ny taona 2015. Araka ny fanadihadiana maro, afa-po amin’ny fampiasana azy ny mpanjifa. Mitovy maneran-tany ny kalitao amidy eto Madagasikara, atao indrindra ho fiarovana ny fiara sy fitandroana ny tontolo iainana. Efa fomba fanao any amin’ny firenena maro, indrindra any Eoropa,  ny fifaninanana toy izao,  izay efa mifantoka betsaka amin’ny fitandroana ny tontolo iainana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Accidents maritimes : connaître les causes pour mieux les prévenir

Madagascar a enregistré, ces dix dernières années, 55 accidents en mer ayant causé la mort et la disparition de 218 personnes. Connaître les causes de ces accidents serait de nature à renforcer la sécurité maritime.

L’espace maritime de Madagascar est très vaste avec ces 5.600 km de côtes. Hormis les boutres et les goélettes, près d’un millier de navires constituent la flotte malgache. La vétusté de la plupart de ces navires conjuguée avec les conditions climatiques souvent dangereuses les exposent à diverses menaces. En effet, l’analyse de ces accidents recensés a permis d’en situer le pic en période cyclonique.

En effet, les navires doivent faire face aux mauvais temps, à des conditions commerciales souvent très tendues avec des coûts de fonctionnement en croissance permanente, à la traversée des zones où la piraterie est une menace très forte… La prévention de ces accidents nécessite, entre autres, l’identification de leurs causes. D’où, la conduite d’enquêtes sur les accidents et incidents en mer. Un atelier national sur la conduite d’enquête sur les accidents et incidents en mer est organisé par l’Organisation maritime internationale (OMI) à Madagascar en collaboration avec l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF). L’atelier destiné aux responsables de l’administration maritime de Madagascar se tient depuis hier jusqu’au 18 août au Development Learnig Center (DLC) à Anosy.

«Bien réaliser une enquête de sécurité maritime est très probablement de nature à faire progresser plus la sécurité maritime», a déclaré Babacar Diop, consultant auprès de l’OMI à l’ouverture de cet atelier hier. «Le but de cet atelier est d’assister les administrations maritimes internationales membres de l’OMI pour une mise en œuvre uniforme du Code de l’OMI sur les enquêtes après accidents et pour la réalisation de ces enquêtes», a-t-il expliqué.

Selon les affirmations de Rado Rajoelison, secrétaire général du ministère des Transports et de la météorologie: «Une tendance à la baisse du nombre d’accidents et du nombre de victimes a été constatée ces trois dernières années». «Le Gouvernement a déjà déployé par le biais de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF)  des efforts en matière de sécurisation de la navigation. Ces actions sont amplifiées dans les zones critiques pendant les grands événements maritimes et fluviaux et durant la période précédant la saison des pluies et des cyclones», a-t-il assuré.

Madagascar, ayant ratifié la Convention sur la sauvegarde de la vie humaine (Solas), doit mettre en application ce Code en tant qu’instrument obligatoire de l’OMI qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2010.

Arh.

 

News Mada0 partages

Shell Extra Challenge : Serge R. remporte le gros lot

Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les produits et services Shell à Madagascar, a organisé la grande finale du Shell Extra Challenge, dimanche dernier. Cette finale consiste à faire concourir les clients gagnants des villes d’Antananarivo, de Toamasina et d’Antsirabe où se sont déroulées depuis un mois les éliminatoires.

Après l’affrontement entre les trois champions de l’économie de carburant de chaque ville, Serge Razanamahenina, le concurrent d’Antananarivo, a remporté le gros lot : la Suzuki Jimny.  Il a réalisé une consommation de 1,85 litre pour 58,7 km.

Le jeu consistait à faire concourir les utilisateurs des carburants différenciés, les Shell Super Extra et Shell Diesel Extra, pour vivre une expérience unique visant à économiser du carburant. Vivo Energy leur a mis à disposition une Suzuki Jimny neuve en utilisant du Shell Super Extra,  avec lequel ils ont parcouru un trajet préalablement délimité d’environ 50 km. A l’issue du parcours, l’heureux gagnant est celui qui a fini le trajet avec le moins de carburant.

Arh.

News Mada0 partages

“Super Rugby 2017” : lasan’ny Crusaders ny amboara

Norombahin’ny ekipan’ny Les Crusaders, avy any Nouvelle-Zelande, fanimbalony, ny amboaran’ny “Super rugby 2017”. Lavon’izy ireo, tamin’ny isa 25 no ho 17, ny Lions Afrika Atsimo, ny asabotsy lasa teo tao amin’ny kianjan’i Johannesbourg.

Tsiahivina fa nilalao 14 ry zareo Afrikanina Tatsimo, teo amin’ny minitra faha-39, rehefa nahazo karatra mena i Kwagga Smith, taorian’ny fahadisoana nataony  tamin’i David Havili.

Azo lazaina fa nanjakan-dry zareo New-Zelande  tanteraka ny fihaonana satria efa nitarika tamin’ny isa 12 no ho 0 ry zareo raha vao nanomboka 12 mn ny lalao. Avy eo, lasa 25 no ho 3. Samy nahatonga baolina nentin-tanana avokoa, tamin’io, ry Tamanivalu sy ry Kieran Read, izay samy voatsaran’i Richie Mo’unga avokoa.

Marihina fa mpilalao fito ao amin’ity Les Crusaders ity no manatevina ny All Blacks, toa an’i Matt Todd sy i Sam Whitelock.

Indroa izany izao no very teo amin’ny famaranana ny Afrikanina Tatsimo, teo amin’ity fihaonana ity. Niverina eo am-pelatanan’ny Crusaders indray ny anaram-boninahitra, taorian’ny taona 2008, nahazoany izany farany.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra vehivavy – «Division Elite» : hiady ny toerana fahefatra ny Mifa sy ny Ascuf

Hitohy, anio any amin’ny kianja Rabemananjara Mahajanga, ny andro fahatelo  hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, baolina kitra vehivavy “Division Elite”. Anisan’ny lalao hisongadina ny an’ny Mifa Analamanga sy ny Ascuf Matsiatra Ambony,  ho an’ny sokajy “B”. Hiady ny tapakila farany  hahafahana miatrika ny lalao manasa-dalana mantsy ny roa tonta.

Hatreto mantsy, samy manana isa telo avy ny andaniny sy ny ankilany. Fandresena iray sy faharesena iray avy ny azon’izy ireo  tamin’ny lalao roa vitany. Manantombo  amin’ny “goal average” anefa ny ekipan’Analamanga raha mihoatra amin-dry zareo avy any Fianarantsoa. Tafita amin’ny ankatoky ny famaranana ny Mifa raha toa ka misaraka ady sahala ny roa tonta, anio.

Marihina fa efa tafakatra amin’izany dingan’ny manasa-dalana izany ny Sab-Nam,  tompondaka farany, sy ny Asot ary ny Askam. Hatao, ny alakamisy ho avy izao, ireo lalao manasa-dalana, amin’ity fifaninanam-pirenena vehivavy, ity.

 Torcelin

Toy izao ny fandaharan-dalao anio :

07:30 – Mifa # Ascuf (B)

09:30 – Som # FC Prescoi (A)

02:00 – AS Comato # AS Sab-Nam (B)

04:00 – Asot # Askam (A)

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : maratra i Mario, nantsoina i Ndimby sy i Eddy

 Ao anatin’ny fanomanantena farany ny Barea de Madagascar, hiatrehana ny lalao mandroso hikatrohana amin’i Angola, hiadian-toerana izay ho tompondakan’i Afrika “Chan 2018”.

 

Niantso mpilalao mpanafika anankiroa i Raux mpanazatra ny Barea de Madagascar, eo amin’ny lalao mandroso hikatrohana amin’i Angola, ny alahady ho avy izao, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina : i Eddy, avy amin’ny Elgeco Plus, sy i Ndimby, lohalaharan’ny Cosfa.

Ny fanamafisana ny famonoam-baolina izay mbola lesoka ho an’ny Barea ny anton’izany. Tsy hoe tsy mahay akory ireo efa  eo fa ampiana raha ny fanazavan’ny mpanazatra. Mila mamono baolina betsaka araka izay azo atao mantsy ny Barea, amin’ity lalao mandroso ity, hahafahana maka antoka tsara amin’ny fiatrehana ny lalao miverina, any Luanda.

Ankoatra izay, maratra i Mario, taorian’ny fiatrehany ny “Poule des As”-n’ny ligin’i Boeny, tany Mahajanga, ka tsy afaka hijoro.

Mpiandry tsatoby telo mirahalahy kosa no nantsoina : i Kandy, an’ny Fosa Juniors;  i Jolce, an’ny Cnaps Sport ary i Joma, avy amin’ny Jet Mada, miampy an’i Ando  izay efa eo. Tsiahivina fa tsy afaka ny hijoro amin’io fihaonana amin’i Angola io i Leda, izay nahazo karatra mavo roa.

Rahampitso, hiatrika lalao tsapa amin’ny Uscafoot  ny Barea de Madagascar. Lalao hotanterahina etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Hitarafana ny mety ho firafitry ny mpilalao ho tompon-toerana, amin’ny alahady,  io fihaonana io ary koa hanitsiana izay mbola mety tsy ho tomombana amin’ny famonoam-baolina sy ny fiarovantena.

Tsy mbola fantatra kosa ny fotoana hahatongavan-dry zareo Angoley. Marihina fa mpitsara maorisianina no hitantana ny fihaonana, ny alahady ho avy izao. Teratany kaomorianina kosa ny mpitsara fahefatra.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Boxe-Mondiaux : le MJS tarde à se manifester

Dans deux semaines, plus précisément le 25 août, le championnat du monde de boxe débutera à Hambourg en Allemagne. Marco Jérôme (-52 kg), le seul représentant de Madagascar, connaît pourtant une préparation perturbée.

Les séquelles de la mésentente entre le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) et le vice-président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Bernard Andriamanampisoa alias Gégé Bosco, perdureraient-elles ?

Après les 7000 dollars octroyés par le MJS à la FMBO lors de la joute africaine, le ministère ne semble plus enclin à mettre les mains dans les poches en vue des Mondiaux malgré les promesses faites par le ministre au président de la boxe, Hery Mamy Rabarisoa.

Une histoire de sou qui impacte directement sur la préparation de Marco Jérôme actuellement. «La préparation de notre boxeur a commencé depuis plusieurs jours. Mais faute de moyens financiers, nous ne pouvons rien faire qu’avec les moyens du bord», a déploré le président de la FMBO.

«Comme le ministre m’a personnellement confié que son ministère va aider la boxe en vue de ce championnat du monde, nous attendons à ce que ses paroles se matérialisent le plus vite possible car le temps nous est compté», a-t-il poursuivi.

Les mauvaises nouvelles s’acharnent apparemment sur le boxeur alors qu’une préparation de haut niveau a été annoncée pour lui, après sa médaille de bronze africaine en Allemagne, durant les deux semaines qui précèdent la compétition. Au final, il affûtera ses armes à Madagascar.

Rien n’est clair

Plusieurs événements sont en préparation au niveau de la boxe malgache dont le championnat de Madagascar. Mais, la persistance de doutes dans l’utilisation de l’argent octroyé à la boxe par le ministère risque de semer des troubles.

Depuis l’affaire de 7000 dollars sur laquelle le ministre a promis une enquête, rien n’a été dit. Les résultats tardent à sortir comme si le ministre ne tenait pas sa parole…

Rakoto

News Mada0 partages

Miaramila am-perinasa, gadra nitsoaka ny roa lahy : voasambotra ireo dimy lahy mpivarotra basy

 Miaramila am-perinasa ny iray, misy koa gadra nitsoaka ny fonjan’i Tsiafahy, ankoatra ireo mpanera efa-dahy. Tratran’ny vela-pandriky ny polisin’ny BC tetsy Vasakaosy izy ireo, ny asabotsy teo, raha nikasa hivarotra basy. Basina mpitandro filaminana ?

 

Nahazo loharanom-baovao ny eo anivon’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), sakelika fahefatra fa misy andian’olona mpivarotra basy eny Ivato. Nomena fotoana ireo andian’olona fa hovidiana ilay basy ka eny Vasakaosy ny toerana hihaonana sy hijerena ilay fitaovam-piadiana. Nametraka ny vela-pandrika avy hatrany ny polisy taorian’izay ka lehilahy iray miaramila am-perinasa no nitonona ho tompon’ny basy niaraka tamin’ny mpanera efa-dahy. Lehilahy iray hafa kosa no nitazona ilay basy ka nijanona tamin’ny toerana tsy lavitra teo. Nitsoaka avy hatrany ity lehilahy ity raha vao nahatsikaritra fa misy polisy teny amin’ny manodidina an’i Vasakaosy. Noraisim-potsiny kosa izy dimy lahy nifampiraharaha tamin’ny fivarotana ilay basy.

Fantatry ny polisy tamin’ny famotorana sy famantarana ny mombamomba azy dimy lahy fa mitondra ny solon’anarana hoe King ny iray amin’izy ireo. ”Jiolahy raindahiny nitsoaka ny fonjan’i Tsiafahy ity King ity ka tsy hita mihitsy taorian’izay kanjo izao nanohy ny asa ratsiny izao indray tamin’ny alalan’ny fikasana hanao trafikana fitaovam-piadiana”, hoy ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka bevava.

Miaramila manao asan-jiolahy…

Tsy takona afenina intsony izao fa miaramila ihany ny ambadiky ny asan-jiolahy sy ireny fitaovam-piadiana miparitaka etsy sy eroa ireny. Tsy mahagaga raha mihamahazo vahana hatrany ny tsy fandriampahalemana satria ireo tandroka natao hiaro ny vozona indray ity no lasa tandroka manoto ny mpiara-belona aminy. Manaratsy endrika ny fianakaviamben’ny Foloalindahiny ny fisian’ny saonjo iray lohasaha, tsy ilaozan’ny mamarara toy izao. Ahoana ny fanadihadiana ara-moraly mialoha ny handraisana ireny tovolahy hiditra ho ao anatin’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana ireny? Lasa toerana fialokalofan’ireo tanora tsy mahita asa sy fieren’ny jiolahy matetika ny eo anivon’ny Foloalindahy ka na olona tsy mendrika ny hanao izany asa izany aza lasa manao izany satria tsy an’asa. Nony tonga ao anefa, izao iaraha-mahita izao ny vokany. Matoa tonga eny am-pelatanan’ny jiolahy ireny basy ireny, misy ny firaisana tsikombakomba amin’ny jiolahy fa tsy ho tongatonga ho azy ireny fitaovam-piadiana ireny. Ny ankoatra izany, fanadiovan-tena avokoa. Manginy fotsiny ireo mpitandro filaminana manao asan-jiolahy mivantana. Raha tena misy ny mangarahara tokony hampahafantarina koa ny tobi-miaramila nivoahan’ireny basy ireny. Tokony hofaizina sy homena ny sazy henjena ny mpitandro filaminana mivadi-pitokisana toy izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Soanierana Ivongo : adala namono zaza niharan’ny fitsaram-bahoaka

Lehilahy iray voalazan’ny olona fa adala no matin’ny fitsaram-bahoaka tany Soanierana Ivongo, omaly antoandro. Niharan’ny daroka ary tsy namelan’ny olona raha tsy maty izy io. Araka ny fanazavana azo, omaly tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro, nandeha teny an-tsena ilay lehilahy io nitondra antsibe. Nifanena tamina vehivavy iray sy ny zananikely vao herintaona sy tapany ilay lehilahy voatondro ho adala ka nokapainy ilay antsibe ny lohan’ilay zaza. Nizara roa mihitsy ny lohany ary maty tsy tra-drano izy io.

 Nahita izany ny olona ka  tezitra ary nikaroka ity lehilahy ity. Tsy namelan’ny olona izy io raha tsy tratrany ary izao niharan’ny fitsaram-bahoaka izao. Tsy nisy azon’ny mpitandro filaminana natao. Efa am-pelatanan’ny distrika ny razana ary misokatra ny fanadihadiana.

Toe-javatra mampalahelo kanefa zava-misy eto amin’ny fiarahamonina amin’izao fotoana izao ny fahamaroan’ny adala mirenireny. Mety hampidi-doza, tahaka ity tany Soanierana Ivongo ity, izany ka miandry izay fepetra raisin’ny tompon’andraikitra amin’ireny, na ny fianakaviany.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Chronique : records différents dans le domaine sportif

Deux noms ont marqué de façon différente l’histoire du sport ces derniers jours, Neymar et Bolt. Neymar a fait l’objet d’un transfert battant le record de prix, Bolt le recordman mondial du sprint, qui même en perdant sa couronne pour sa dernière course, grâce à la noblesse de sa réaction réussit sa sortie par la grande porte et gagne davantage de sympathie et de respect . Ce n’était pas la course de trop, comme le sous-entendent ses détracteurs, c’est la plus belle course de sortie juste ce qu’il fallait pour rappeler que sa suprématie n’a pas été celle d’un extra-terrestre et ne pouvait durer qu’un temps.  Sûrement déçu comme la majorité de ceux qui ont assisté à la victoire du repentant mal-aimé Gatlin, Bolt a rarement débordé d’autant d’attention pour le public. Il n’avait pas assez de gestes nobles pour exprimer ses remerciements et surtout son respect pour le public auquel il faisait ses adieux en tant qu’athlète. Bolt a balayé toute possibilité d’exploiter du mélo autour de sa troisième place et s’en va la tête haute sous ses airs autant de gamin taquin que d’aristo désinvolte.

Moins de désinvolture autour de l’arrivée de la star brésilienne Neymar émigrant d’un club espagnol au Paris-Saint-Germain : l’orchestration d’un suspens médiatisé n’a pas tout à fait réussi à dégonfler l’inconvenance du prix du transfert. 220 millions d’euros représentent une somme dont on ne se fait idée qu’en recourant à des comparaisons. Il se trouve que presque en même temps, événement servant de sorte de référence, les élus locaux des communes de France ont exprimé leur désarroi suite à la suppression d’un crédit de 300 millions pour 2017, une somme qui même répartie, à l’évidence compte dans la gestion de chacune des quelques milliers de communes. La prétendue règle de fair-play dans les transferts de joueurs s’effrite lorsque l’on traite les sportifs d’une part comme des marchandises et d’autre part comme des salariés de luxe. Aucun rapport n’est possible sans révéler des comparaisons outrancières auxquelles aboutissent des calculs pourtant simplistes : chaque mois le PSG vire au compte de Neymar ce que gagnerait dans le même pays un ouvrier hautement qualifié pendant un siècle, et ici dans le pays un agent de maitrise durant neuf siècles. Il y a des chances pourtant que ces deux travailleurs pris en exemple applaudissent simultanément Neymar lors d’un but splendide que celui-ci marquerait. Ils auraient raison, on ne peut  reprocher à Neymar d’avoir du talent, ni de profiter du système qui entretient écarts et iniquités pour bien fonctionner.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : gouverneurs généraux (1)

Sous ce titre, le Courrier Colonial du 18 mai dernier publie un article de M. Henri Mailier, dans lequel il félicite M. Maginot de s’être affranchi des influences parlementaires qui auraient voulu des politiciens à la tête de chacun de nos gouvernements généraux, et d’avoir choisi, dans le corps colonial même, les hommes les mieux qualifiés pour occuper ces hautes fonctions.

Voici son appréciation sur M. Merlin, appréciation qui nous fait augurer un avenir de grande prospérité pour Madagascar et fait s’évanouir complètement les quelques appréhensions qui pouvaient encore rester sur son compte.

La personnalité sympathique de M. Martial Merlin est bien connue de nos lecteurs qui savent de quel beau passé colonial est faite la carrière du nouveau gouverneur général de Madagascar. C’est une grande figure de notre épopée africaine digne de Roume, dont il faut au Sénégal le dévoué collaborateur, et de Brazza, dont il continua au Congo l’œuvre pacifique en même temps que glorieuse.

C’est en 1908 que M. Merlin fut chargé, avec le titre de gouverneur général, d’organiser nos « possessions du Congo français et dépendances ». Une tâche immense, non au-dessus de ses forces, l’attendait à Brazzaville. Il fallait, en effet, organiser un empire pour lequel, par imprévoyance, on avait jusqu’alors refusé de demander à la métropole les subsides nécessaires pour l’ébauche d’un outillage économique ; il fallait enrayer le courant défavorable que les scandales de 1906 avaient créé en Europe ; il fallait achever la pacification des territoires du Tchad ; il faudra, par la suite, diriger et coordonner les efforts militaires qui devront mous rendre maîtres du Cameroun allemand !

Remédier à la situation, mettre de l’ordre et de la méthode, coordonner les efforts, préciser les responsabilités, ne rien heurter, ne rien brusquer dans la mesure du nécessaire, telle était la tâche qui incombait au gouverneur général.

Esprit méthodique et réfléchi, caractère ferme et consciencieux, d’une ténacité souple, M. Martial Merlin a donné la preuve qu’il était à la hauteur de la mission difficile qui lui était confiée.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tontam-boka

Tsy afenina intsony ny fahasahiranan’ny fanjakana. Matetika ny fahenoana filazana momba ny fitsitsiana tsy maintsy atao noho ny fisedrana ny tsy fahampian’ny vola. Asa anefa izay antony mahamaimaika ny fitondrana handray fanapahan-kevitra amin’ny fanaovana raharaha izay heverin’ ny maro fa tsy tokony hihazakazahana eo anivon’ny zavatra miendrika atao ankamehana.

Natao ireny ny fanaovazana permis de conduire sy carte grise tamin’ny alalàn’ny karatra sarotra sandohana noho izy ireo mirakotra famantarana azy miankina amina teknika elektronika. Mbola tsy tanteraka daholo fa nohalavaina ny fe-potoana. Tany am-piandohana, fandrahonana toy ny inona no nentina nanaovana fandodonana. Raha tsy mbola manana ilay fitaovana fanavahana ny tena karatra sy ny tsy izy ny mpisava dia menaka ahoso-bato fotsiny ny taratasy lazaina ho filamatra elekitrônika. Ahoana moa no hahafahan’ny polisy na zandary mahafantatra na tena izy na sandoka ilay taratasy atolotra azy raha toa ka tsy manana fitaovana manokana hanampy azy amin’ny fikarohana ny fahamarinana eo amin’ ny lafiny tekinika izy ? Inona ary no nahamaika raha tsy mampiova ny fahafahan’ny olon-dratsy mamitaka amin’ny taratasy sandoka ?

Hafahafa noho izay ny momba ny fanapahan-kevitra namoaka vola taratasy vaovao na samy tsy maika aza ny antony nanaovana azy. Tsotra anefa, samy taratasy na samy nampandalovana trano fanontana atao hoe imprimerie. Asa manokana lafo dia lafo vidy mihitsy ny fanontana an’izany. Vola mbola mandifotra noho izay tonga ao an-tsaina izay. Ao Afrika, misy firenena iray izay voafitapitaka tamin’io fanavaozana kara-panondro io. Mitondra faisana mihitsy ny fanjakana. Ny fananan’ny firenena rehetra any ivelany no voagejan’ ny fitsarana… Sanatria ve dia izay fahalafosana izay no nahatonga fakampanahy ? Asa, arakaraky ny fivangovangony no mampisy lanjany ny ra mipitika. Dia hamaivanina atao ady koropaka tsy asiana fandinihana daholo ve izao raharaha rehetra mampanantena pitik’afo izao ? Marina fa manakaiky isan’andro ny fifidianana ary araky ny vinavinan’ ny mpanao vinany dia miliara anjatony no ilaina mba ahafahana manana vintana ho lany amin’ny fifidianana Filohampirenena. Iza amin’ireo mikasa hilatsaka no manana izany? Ary raha mahita moa ve afaka hanambara mazava ny tsirairay mikasika ny fihavian’ny vola eo aminy?

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : champ de vision limité

Les enquêtes autour de l’accident ayant dernièrement entrainé le décès de plusieurs passagers témoignent de la possibilité de poursuivre son bonhomme de chemin au quotidien plusieurs années durant sans besoin de conformité à la réglementation. La validité du contrôle technique de ce car a expiré depuis deux ans. Les déclarations de guerre contre la corruption dans les rangs de la Gendarmerie et de la Police n’ont d’effets que ceux d’annonce ? Les pros du transport routier s’adaptent à la logique du système. Pourquoi se fouler à respecter les formalités alors que l’acquittement du prix du ticket suffit à ouvrir la voie, et que de toute façon vouloir passer gratis expose à une détermination des autorités à déceler un quelconque vice, si nickels que soient les papiers et l’état du véhicule. Souvent les hautes autorités parlent et agissent en n’ayant de regard que celui réduit à travers un trou de serrure.

 

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : mifamahofaho ilay resaka haromotana

  « Nifamahofaho be ihany hatrany amin’ny minisitera sy ny Institut Pasteur ny antontanisa nivoaka mikasika ny fahafatesan’olona vokatry ny haromotana taty amin’ny distrikan’Ambatondrazaka tao ho ao », hoy ny Dr Randriamiarilaza Eugène, medecin inspecteur-n’Ambatondrazaka. «Ny marina, hoy izy, voakaikitry ny alika iray tao Bejofo ny olona telo, nisehoana haromotana roa volana taty aoriana ary maty na notsaboina aza:  ireo ihany ny mahakasika ny distrikan’Ambatondrazaka. Tany amin’ny distrikan’Amparafaravola, Moramanga ary Andilamena ny tranga sisa nahafeno valo ireo matin’ny haromotana taty Alaotra-Mangoro». Nomarihiny kosa fa nisy ny tranga nampiahiahy:  iray teto amin’ny tanànan’Ambatondrazaka, iray hafa tany Madiorano. Tsy ny alika ihany fa ny saka sy biby hafa , toy ny ramanavy, ohatra, mety hamindra haromotana amin’olombelona ny kaikitra sy ny rangotr’ireny. Ary ny loza, roa volana aty aorinan’ilay kaikitra na rangotra vao miseho amin’ilay olona voakaikitra na voarangotra ny haromotana: efa sarotra tsaboina. Koa toroina hevitra izay voakaikitra na voarangotra biby mba tsy hangataka andro fa hanatona toby fitsaboana avy hatrany. Efa misy ny fomba fitsaboana azo antoka fa mahasitrana amin’izay, araka ny nambaran’ity mpitsabo.

Rarivo

News Mada0 partages

Miha miparitaka ihany… : vola vaovao sandoka 2 alina Ar, miisa 59 indray no sarona

Vaony herinandro teo no nahatrarana vola sandoka amin’ny iray alina vaovao teny Anosibe, izao indray ity tany Sambava ity. Miha mipariataka ihany… Vola sandoka 20.000 Ar vaovao miisa 59 no saron’ny polisy tany Sambava taorian’ny fitarainana nataona mpivarotra iray avy any amin’ny kaominina Ambohimalaza, ny alarobia 2 aogositra teo.

Araka ny fanazavana azo, nisy tanora telo nividy sakafo tao amin’ny mpivarotra iray, nandritra ny fampisehoana nataona mpanakanto iray tany an-toerana. “Rehefa natambatra ny vola tokony no naloan’izy ireo, nahatratra 220.000 Ar. Nanome tokoa izy ireo, hay vola sandoka daholo ny nandoavan’izy ireo izany”, hoy ny fanazavana.

Voalaza fa tsy mahalala ary tsy mbola nahita maso akory ireo vola vaovao ny olona any ambanivohitra fa ny lazany fotsiny no henon’izy ireo amin’ny vola vaovao. Miparitaka ny feo fa somary ratsy endrika noho vola teo aloha izany ka nohararaotin’ireo olon-dratsy izany. “Teo am-pividianana entana tany Sambava tampon-tanàna ilay mpivarotra vao taitra fa tsy vola tena izy ireo teo am-pelantanany ka teo vao nikoropoka”, hoy ny kaomisera Tsara Nestor nanazava.

Tadidin’ilay mpivarotra ny endrik’ireo olona nitondra ireo vola ireo tao aminy ka tratran’ny polisy avy hatrany. Fantatra fa “commissionaire de vanille” sy ny mpitondra Bajaj ireo olona ireo. Tratra hatramin’ny fitaovana nampiasain’izy ireo nanaovana dika mitovy ireo vola ihany koa.

Nilaza ny kaomisera eto Sambava, Tsara Nestor fa efa ela ny nahenoana feo fa miparitaka eto Sambava sahady ny vola sandoka vaovao nefa tsy nisy iray volana akory ny nivoahany. Mbola eo am-panaovana fanadihadiana momba izany ihany, efa nisy iray hafa koa sarona avy any Lanjarivo Antalaha ary samy efa voasambotra ny tompon’antoka.

Mpanararaotra

Araka ny fanazavana azo ihany, hararaotin’ny sasany ireo olona any ambanivohitra amin’ny fanaparitahana  vola sandoka. Noho tsy fahampian’ny fampahafantarana tonga any amin’ny faritra indrindra ireo olona any ambanivolo, manararaotra ny olon-dratsy. Diso ny filazana fa sarotra ny manao sandoka amin’ity vola ity raha ity zava-nitranga tany Sambava ity. Tsy kely lalana ny ratsy ary mahita irika hamitahana olona.

Manana andraikitra ny mpitondra amin’ny fampahafantarana ny any ambanivohitra satria fanararaotan’ny olon-dratsy izao fotoana voalohany hanapariahana ireo vola ireo izao. Mailo ny olona ary maro ny tsy mety mandray ireo vola vaovao eto an-dRenivohitra. Mety hanimba ny tsenan’ny vola ny fisian’ny tranga tahaka izao.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Angonina tsikelikely : nisondrotra 10 % ny vidin’ny fitaovam-pianarana

 Manangona tsikelikely ny fitaovam-pianarana ny ray aman-dreny amin’izao fotoam-pialan-tsasatra izao. Vidiana mialoha ny tena mavesatra sy lafo, toy ny kahie sy ny boky ho an’ireo efa nahazo ny lisitry ny boky hampiasaina mandritra ny taom-pianarana vaovao. Nahitana fiakarany 500 Ar ka hatramin’ny 1 000 Ar ny kahie amidy eny an-tsena na any amin’ny magazay mpivarotra fitaovam-pianarana. Ny kilasy 7 ème hanala fanadinana CEPE mampiasa kahie tsy latsaky ny 15. Ny kahie 200 pejy mahatratra hatramin’ny 3 000 Ar ny iray arakaraka ny kalitao sy ny hatevin’ny fonony. Tsy ny kahie ihany fa nisondro-bidy ihany koa ireo kojakoja hafa toy ny fandokoana, ny fanipika, fonon’ny kahie.

Mitaky fitaovana tsara kalitao ny sekoly ary mametraka ny marika ilaina. Ambarany fa raha tiana haharitra hatramin’ny faran’ny taona ny kojakoja, tsy mety ny mividy ireo vita sinoa tsy mateza akory. Ho an’ny mpianatra iray, manomana 120 000 Ar ny ray aman-dreny hatokana ho an’ny fitaovam-pianarana fotsiny. Tsy mbola tafiditra ao ny boky samihafa.

Ho an’ny ivontoeram-pampianarana sasany, ho fanampiana ny ray aman-dreny, nifampirahraha tamin’ny orinasa mpanafatra fitaovana izy ireo. Amidy any an-tsekoly ireo kojakoja ilaina amin’ny vidiny latsaka ambany kokoa raha mitaha amin’ny any an-tsena.

Rehefa mandia taom-pianarana vaovao, betsaka ny ray aman-dreny manana fahazarana mividy akanjo, kiraro, kitapo vaovao koa hiatrehana ny taona. Manoloana ny fahasahiranana anefa, ny fitaovana aloha no tena mahamaika fa afaka mandefitra ny ambiny, hoy ny renim-pianakaviana iray.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Bibliothèque de ressources éducatives : innovation au service de l’éducation

L’amélioration de la qualité de l’éducation est sur la bonne voie. Des partenaires privés apportent leur contribution en soutenant l’initiative du ministère de l’Education nationale (Men) dans la mise en œuvre de ce processus.

Des nouvelles ressources pédagogiques sous plusieurs formats, vidéo, fichier PDF, image, son et fichier texte, répondant au contexte actuel, seront mises à la disposition des enseignants. Ce fruit du partenariat entre le Men et l’association «Open Learning exchange»(OLE), qui vient d’être signé lors d’une cérémonie qui s’est déroulée hier à Anosy, permettra aux établissements scolaires à travers le pays de diversifier les ressources à mettre à la disposition des élèves.

L’objectif de ce projet est la promotion de la qualité et de l’efficacité de l’éducation ainsi que les méthodes d’apprentissage. Des tablettes, des outils à faible consommation d’énergie, des Raspberry PI, des mini serveurs, pour les zones ne disposant pas de connexion internet, seront utilisés comme supports et modalités de diffusion pendant les trois années de réalisation de ce projet.

Après une décennie de travail, l’OLE a enregistré, avec l’approche «Planet Learning», plus de 50.000 apprenants, via ce bibliothèque de ressources éducatives libres, sur trois continents dans des écoles du Népal, du Ghana, du Kenya et du Rwanda, avec des réfugiés syriens en Jordanie ainsi qu’avec des réfugiés somaliens au Kenya et les agents de santé du village en Ouganda. «A l’heure actuelle, cette association est en activité pour développer des programmes supplémentaires à Madagascar, en Somalie, au Pérou, au Mexique et en Inde», a informé le représentant de l’association, Richard R.Rowe.

Réhabilitation d’infrastructures

Une autre association, «Focus development» compte également apporter sa contribution dans l’amélioration de la qualité de l’éducation, via un projet de réhabilitation d’infrastructures scolaires. A ce propos, un projet de réhabilitation de neuf salles de classe pour accueillir 450 élèves au sein de l’école primaire publique d’Andriba, dans la région Betsiboka, est sur les rails.

En collaboration étroite avec le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations unies, qui a initié ce projet, l’Association «Focus Development» reverse, selon la convention conclue hier avec le Men, des fonds en soutien au ministère de tutelle s’élevant à 95.795.700 d’ariary afin de finaliser les travaux de réhabilitation y afférents.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Fotoam-pialan-tsasatra : mampianatra « cirque » ny Chapitô Metisy

 Nanomboka, ny asabotsy teo, misokatra ny fanofanana sy fampianarana « cirque » ho an’ny ankizy sy ny tanora, etsy amin’ny Chapitô Metisy etsy Mandialaza Ambatomitsangana.  Ity toerana ity izay sekoly efa zatra mifanerasera amin’ny ankizy sy efa mpanofana ireo ankizy avy amin’ny fianakaviana sahirana.

Mandritra ity volana aogositra ity ary isaky ny asabotsy ny fiofanana. Tanjona amin’izany ny hampivelatra ny ankizy amin’ny lafin-javakanto hafa, ankoatra ireo efa mahazatra azy any an-tsekoly, toy ny hira sy ny dihy ary ny fitendrena zavamaneno. Eo koa anefa ny fampidirana tsikelikely ny hoe zavakanto an-dalambe, anisan’ny malaza sy ankafizin’ny tanora amin’izao fotoana izao. Manampy izany rehetra izany ny fitaizana ny ankizy hifanerasera amin’ny sokajin’olona samihafa.

Fa ankoatra ny « cirque », marobe ny foibe ara-kolontsaina manoka-baravarana ho an’ny ankizy sy ny tanora amin’izao fotoam-pialan-tsasatra izao. Ao, ohatra, ny fianarana teatra, ny karazana dihy (dihy ankehitriny, « danse de salon », sns). Ankoatra ny zavakanto, azo atao tsara koa ny mampitombo fahalalana mikasika ny kolontsaina sy ny vakoka, amin’ny alalan’ny fitsidihana ireo toerana manan-tantara eto an-dRenivohitra sy ny manodidina.

Landy R.

News Mada0 partages

Mahasarika olona hatrany : andiany faha-22 ny « Lalao iombonana »

Nanomboka, omaly, tontosaina etsy amin’ny Alliance française Antananarivo Andavamamba  ny andiany faha-22 amin’ny « Lalao iombonana ».

Mahasarika olona hatrany ity hetsika ity, noho ny antony maro. Anisan’izany ny fahitana ireo karazana kilalao iombonana avy eto an-toerana sy ny avy any ivelany. Ao ny fanorona, ny katro, ny suduku, ny go, ny scrable, sns. Ankoatra ny maha maimaimpoana ny fandraisana anjara, anisan’ny mahasarika ny olona indrindra fa ny tanora sy ny mpianatra amin’ny « Lalao iombonana », ny maha fitaizan-tsaina azy. « Na fotoam-pialan-tsasatra ho an’ny ankizy aza izao, ilaina hatrany ny mitaiza ny sain’izy ireny mba ho zatra mandinika sy mamakafaka. Soa iray azo avy amin’ny kilalao iombonana, tahaka izao, ny fahazoana saina matsilo »,  hoy ny ray aman-dreny iray nitondra ny zanany telo mianadahy teny an-toerana. Nanaiky ihany koa ity raim-pianakaviana ity fa « maro ankehitriny ireo ray aman-dreny tsy mahefa mampita sy mampianatra ny kilalao iombonana, tahaka izao, amin’ny zanany intsony noho ny fahasarotan’ny fiainana… ».

 Ho an’ny mpikarakara, anisan’ny antony hanatanterahana ny « Lalao iombonana » tahaka izao isan-taona, ny fahitana fa marobe ireo zaza sy ankizy ary tanora, tsy afaka mandeha miala sasatra. Izy ireny indrindra no kendrena amin’ny fanaovana ny « Lalao iombonana ».

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Doug’l and the wave : un nouvel album prévu en fin d’année

Il est bien d’être artiste mais c’est encore mieux d’être un défenseur de Dame nature. Dans ce dessein, le groupe Doug’l and the wave s’apprête à sortir son nouvel album intitulé «Zavaboahary», au plus tard en décembre.

Le groupe a dévoilé récemment un clip fraîchement intitulé «Zavaboahary», extrait de son nouvel album éponyme, actuellement en préparation. Sans donner plus d’information, il se consacre un peu plus de temps pour peaufiner les détails de l’opus afin d’offrir un produit à l’image du groupe. «La prise de son et le mixage achevés, nous projetons de le dévoiler avant la fin de l’année», a promis Dougl Andriamihaja.

S’affirmant comme un fervent défenseur de l’environnement, Doug’l and the wave impose lentement mais sûrement sa signature dans la sphère musicale. Pas plus tard que samedi dernier,  le groupe a fait sensation à Analamaintso lors de la 4e édition «Unity concert» qui use de la musique comme vecteur de sensibilisation pour la protection de l’environnement.

Dubstep

Pour la petite histoire, Dougl Andriamihaja a fait ses premières armes en 2009 dans la culture hip hop. Décidant de s’engager pour une grande cause, il s’est fixé dans la foulée comme thème de prédilection la protection de l’environnement. «D’autres musiciens se sont ralliés à notre cause en 2015, The wave, ce qui a donné le nom du groupe Doug’l and the wave», argumente-t-il. Actuellement, le sextuor est composé de Piu et Faneva aux guitares, Dina à la basse, Zo la batterie, Zorg au clavier et  Doug’l au micro.

Doug’l and the wave se démarque du lot par le «dubstep». «En tant que jeunes, on se doit d’être familiers avec la technologie aussi bien dans le rythme que dans la parole. Ceci étant,  la fusion de différents genres musicaux que nous essayons de véhiculer entend toucher un large public», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Antsahamanitra : «Rock Dona be», le dernier round

Forts du succès de la précédente édition au stade annexe Mahamasina, les groupes Apost et Tselatra vont se livrer à un round musical, le 27 août, à Antsahamanitra, au plus grand bonheur des férus du rock.

Avant que les sommités du rock malgache, «Malagasy rock stars», n’aillent  s’envoler sous d’autres cieux pour une tournée française au mois de septembre, les groupes Tselatra et Apost concoctent un grand évènement pour les metaleux de la capitale, ce mois-ci, en l’occurrence «Rock Dona be».

La bande à Eric et celle d’Abass ont fait vibrer les planches du stade annexe Mahamasina devant le regard admiratif d’un parterre de fans, l’année dernière. Et comme on ne change pas une formule qui fait tilt, les deux groupes vont proposer un remake qui aura lieu, cette fois-ci, au théâtre de verdure d’Antsahamanitra.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Nanou : bientôt un premier album

La jeune chanteuse Nanou est actuellement en plein studio pour enregistrer son premier album intitulé «Kalon’ny foko» qui sera bientôt présenté au grand public. «J’ai toujours rêvé de présenter mes œuvres, surtout pour entendre les critiques», a-t-elle annoncé.

Enfant, Nanou a commencé à écrire elle-même ses textes. Quelques années après, elle a ajouté des mélodies. Actuellement, la jeune femme a une dizaine de titres à son actif, certains morceaux datent des années 90, d’autres sont de nouvelles créations. Elle a choisi d’adopter le style pop rock. «Ce genre musical m’a toujours attirée depuis. Il m’inspire et c’est pour cette raison que j’ai dénommé l’album Kalon’ ny Foko ou le chant de mon cœur», a-t-elle continué.

Ce prochain album contiendra 11 titres. Nanou a déjà donné un aperçu lors de la Journée de la musique, au mois de juin dernier. Elle était aussi sur la scène pour déclamer ses poèmes, lors de la manifestation de solidarité envers Haingo, à la Bibliothèque nationale à Anosy.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Athlétisme-Marathon : deux nouvelles dates prises

Le calendrier 2017 de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) s’étoffe ! Deux nouvelles dates viennent d’être ajoutées pour le compte du marathon. Il s’agit notamment de l’Ultra marathon dont le premier aura lieu à Fuxian en Chine, le 30 septembre, d’une distance de 50 km. Le deuxième se tiendra en terre nigériane au mois de novembre.

Aucun nom n’a encore été évoqué pour représenter Madagascar à ces deux ultra marathons. Mais le directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala, a laissé des indices.

«Il est possible que la sélection se fasse entre les vainqueurs du marathon international de Tana, du semi-marathon d’Afrique australe, de l’Utop 65 km, du Racingt trail d’Antsiranana, du trail d’Ibity entre autres», a-t-il confié.

Dans ce cas, la FMA compte donner leur chance aux coureurs et traileurs en forme du moment pour les premiers pas de Madagascar dans ces deux courses de fond.

Naisa

News Mada0 partages

Voile-Coupe de l’ Océan Indien : Madagascar aux abonnés absents

Rien de nouveau sur la mer ! La voile malgache est toujours introuvable lors des grands rendez-vous dans l’océan Indien. Annoncé parmi les pays qui prendront le départ de la Coupe de l’océan Indien du 12 au 19 août à l’île Maurice, Madagascar brillera une fois de plus par son absence.

Pourtant, une fédération, qui gère la discipline depuis plusieurs années, existe bel et bien dans la Grande île. Mais force est de constater qu’elle a du mal à tenir la barque à flot.

A cette allure, la voile malgache pourrait être encore une fois la grande absente des Jeux des îles de 2019. En effet, cette Coupe de l’océan Indien fait partie de la préparation de ces Jeux pour les îles participantes, à l’exception de la voile malgache.

Or, c’est une aubaine pour se mettre dans le bain d’autant que plusieurs disciplines sont au programme, à savoir le laser radial, le laser standard, le laser 4.7, l’optimist, la planche à voile, le kitesurf.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Tsy ekena intsony izao fitondrana izao : hitarika vahoaka an-dalambe ny Herin’ny fanovana

 Tsy azo ihodivirana intsony. “Tapa-kevitra izahay hamory vahoaka sy hidina an-dalambe manoloana izao fijaliana sy fahantrana izao. Tsy mba misy fahalalahana ho an’ny mpanao politika, ny mpanao gazety hilaza ny marina. Tafahoatra izao didy jadona izao ary tsy zaka intsony ny fampahoriana. Ny mpitondra, etsy andaniny, manitsakitsaka lalàmpanorenana… Aoka tsy hatao biby fampitahorana ny prefet sy ny Emmo/Reg… “, hoy ny mpandrindra ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo na i Doudou, tetsy Andravoahangy Ambony, omaly. Nambarany fa hangataka alalana amin’ny kaominina (CUA) sy ny prefektiora izy ireo. Mialoha izany anefa, mbola hihaona amin’ny eo anivon’ny Filankevi-panjakana, ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana (Taf) izy ireo ny alakamisy izao. “Horesahina ny zo sy ny fahalalahana ary ny adidin’izy ireo… Tsy an’ny mpitondra irery Antananarivo sy i Madagasikara. Ampy izay fanaovana tsinontsinona ny vahoaka izay”, hoy ihany izy.

Tsy hanao hazalambo ny mpitarika…

Nanteriny avy eo fa tsy azo ekena ny fanaovana omeko tsy omeko, toy ny nataon’ny tamin’ny antoko Tim raha nikasa ny hankalaza ny faha-15 taony. “Mivadika amin’ny fotoana farany amin’ny tsy fanomezana alalana… Miaro ny hetsika ataonay ny adidinareo mpitandro filaminana  fa tsy hanao hazalambo anay mpitarika sy ny vahoaka…”, hoy ihany i Doudou. Notsiahiviny koa fa misy lalàna mifehy ny zo sy ny fahalalahana, araka ny voalazan’ny fanambarana iraisam-pirenena ny zon’olombelona, nosoniavintsika. Eo koa ny andininy voalazan’ny lalàmpanorenana, manaporofo ny maha vahoaka afaka. “Tsy izany anefa ny zava-misy fa izao iaraha-mahita izao ny toe-draharaha. Tsy azo leferina intsony izao”, hoy ihany izy.

Midika izany fa efa mivonona sy maka bahana amin’izany hetsika izany ny Herin’ny fanovana… Ho tonga hatraiza anefa satria efa maromaro ihany ireo niana-kendry teto ?

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Filohan’ny Fizafato, Maharante : « Miantso anareo mpifanandrina aho hifampiresaka »

Tsy niandry ela. “Miantso anareo mpifanandrina amiko na nanaratsy aho mba hifampiresaka. Tsy fahavaloko ianareo… Fahavalon’i Maharante ny fahantrana. Hovahantsika miaraka ny olana”, hoy ny filohan’ny Fizafato, Maharante Jean de Dieu, omaly tetsy Besarety, taorian’ny nahalany azy indray ho filohan’ny Fizafato, ny alahady teo. Nambarany koa fa anisan’ny fandaharanasany ny hitondra vahaolana amin’ny asan-dahalo any atsimo, ny kere mahazo laka amin’ny faritanin’i Toliara. “Hitondra hevitra eo anivon’ny governemanta isika satria manana minisitra enina ny avy any atsimo”, hoy ihany izy. Notendreny avy hatrany koa ireo filoha lefitra sasany amin’ireo foko enina, mandrafitra ny any atsimo. Tsiahivina fa nanjaka tokana, tsy nisy mpifanandrina, ny tenany tamin’ny fifidianana noho ny fisintonan’ny kandidà Andriamanarivo Berkley ny firotsahany satria tsy araka ny tokony ho izy ny fikarakarana izany.

Synèse R.

Ino Vaovao0 partages

HALA-JAZA ETO AN-DRENIVOHITRA : Zaza miisa efatra no tsy hita tao anatiny herinandro iray

Tao anatiny herinandro izao dia zaza efatra no tsy hita ka ny roa vavy tamin’ireo dia monina eny Andoharanofotsy ary ny roa hafa kosa dia tsy hita tamin’iny faritra Analamahitsy iny.  Hatreto aloha dia ilay ankizivavy kely iray nipetraka  eny Andoharanofotsy  no tafaverina teny amin’ny tranon-dray aman-dreniny, ny zoma lasa teo. 

Marihina fa tokony ho enina taona eo io zaza io raha ny fanazavana voaray  ihany.Niezaka nampandre ny olon-drehetra ny fianakaviana  rehetra tamin’ny tsy fahitana azy, ka ny nahagaga ny iray tanàna indray  dia nipoitra moramora indray ilay zaza  tamin’io zoma io  Rehefa natao ny fanadihadiana azy dia nilaza ny tenany fa “nisy ramatoa iray nisintona azy teo an-tokotany, ny talata lasa teo ka niditra tao anaty fiara avy hatrany izy ireo taorian’izay. 

Niezaka nanadihady azy ny fianakaviany taorian’ny nahitana azy io saingy tsy misy fantatr’ilay zaza izay tokony holazainy sy izay rehetra nataony tany amin’ny toerana nitondrana azy. Manahy mafy, araka izany, ny fianakaviany manoloana ny zava-misy satria dia ny zaza iray hafa very tany amin’iny faritra iny dia tsy mbola tafaverina  hatramin’izao. 

Marihana ihany koa fa ireo very teny Analamahitsy ihany koa dia mbola tsy hita popoka. Mipetraka ny  fanontanian’ny mpanara-baovao noho ny firongatry ny hala-jaza satria toa lasa mifanesisesy izany tato ho ato ary tsy fantatra mazava hoe hatao inona tokoa ireo zaza ireo.  Hatreto anefa dia mbola tsy fantatra mazava ny tambajotra manao ity hala-jaza ity. Misokatra amin’izao fotoana izao ny fanadihadiana  ka andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SOANIERANA IVONGO : Matin’ny fokonolona ilay adala namira zaza tamin’ny antsy

Zazakely  tokony ho herintaona sy tapany eo no nofirain’ity lehilahy tsy salama saina.  Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia renim- pianakaviana iray nibaby zaza no sendra nifanena tamin’olona tsy salama saina iray teny an-dalana. 

Tampoka teo dia nofirain’ity rangahy ity tamin’ny antsy teo amin’ny tendany ilay zaza. Maty tsy tra-drano avy hatrany ilay tsy manan-tsiny. Avotra soa aman-tsara kosa ny renin’ilay zaza tamin’io fotoana io na dia somary naratra mafy teo amin’ny tanany aza. Tezitra ireo mponina raha nahita ny habibiana nataon’ilay olona tsy salama saina. Nirohotra namono azy noho izany ireo fokonolona nahita ny zava-doza nataony. Tsy noraharahan’ireo mponina ny maha adala azy fa samy nidaroka sy namono azy daholo ny rehetra nandalo. Namoy ny ainy, araka izany, ilay lehilahy tsy salama saina taorian’ny fitsaram-bahoaka nahazo azy. 

Manodidina ny 40 taona eo ho eo ny ilay rangahy raha ny fijery azy avy ety ivelany, hoy ny loharom-baobao avy any an-toerana. Araka ny filazan’ireo fokonolona hatrany dia tsy salama saina vao tonga teo an-tanàna izy ity ary toa avy any amin’ny Faritra Sambava any no niaviany. 

Mikorontana tanteraka ireo vahoaka any an-toerana hatramin’ny nanoratana ka miandry ny fandraisan’andraikitry ny Fanjakana izy ireo hatreto. Misy mantsyireo milaza fa tokony ho anjaran’ny mpitondra fanjakana ny misahana ireny adala mandehandeha ireny, ka eo indrindra no vao mainka mahatezitra ny mponina any  an-toerana amin’izao fotoana izao. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha satria tsy maintsy hisy ny fanaovana famotorana ny tena zava-nisy marina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VEHIVAVY VOATETITETIKA TAO ANTSIRABE : Lehilahy 35 taona sakaizany teo aloha no ahiahiana

Araka ny loharanom-baovao, nametraka taratasy mialoha ilay vehivavy fa raha misy zavatra mahazo azy sy ireo zanany mirahavavy dia ity lahilahy mpivaro-kena ity no tompon’antoka. Araka ny loharanom-baovao ihany dia manda mafy amin’io fiampangana azy io ity sakaizany taloha ity, na maro aza ny lafin-javatra mitazona azy manoloana io vono olona tamin’ny fomba feno habibiana io. 

Raha ny loharanom-baovao hatrany dia nisy fotoana efa nametraka fitoriana fiandry tany amin’ny polisy ilay niharan-doza. Taty aoriana rehefa nandeha ny fanadihadiana dia hitan’ireo mpitandro filaminana izany ka izany indrindra no nahatonga ny ahiahin’izy ireo manoloana io fahafatesan’ity renim-pianakaviana ity.  Voalaza fa olona fito no efa nataon’ny mpitandro filaminana fanadihadiana mahakasika ilay vehivavy nisy nitetitetika avy eo natao tao anaty gony ka nisy nahita, ny marainan’ny  alahady 30 jolay teo. Tao Vatofotsy Distrikan’Antsirabe no nahitana ny razana.

Araka ny loharanom-baovao ihany, dia mpisakaiza izy ireo taloha saingy nisaraka noho ny vono ataon’ilay lehilahy sy ny hasarotam-piaro tafahoatra ary efa nisy fotoana nodorany ihany koa ny tranon’ity namoy ny ainy ity. Araka ny fitantaran’ireo fianakavian’ilay niharan-doza,  na efa nisaraka aza  izy roa ireo dia mbola nisy fotoana niharan’ny fanolanana ilay vehivavy satria hitan’ity farany nampiaraka tamin’ny lehilahy hafa. Voalaza fa 35 taona ity lehilahy ahiahiana fatratra ho nahavanon-doza ity, mbola mitohy kosa ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBONIVOHITR’I TOAMASINA : Mihozongozona amin’ny toerany ny filohan’ny Filan-kevitra

Taorian’ilay raharaha nahavoasaringotra ny ben’ny tanàna, Elysé Ratsiraka ka niafara tamin’ny fampanantsoana an’ity farany hanaovana fanadihadiana lalina teny amin’ny biraon’ny mpitandro filaminana dia ireo mpanolotsaina monisipaly indray no misy olana amin’izao fotoana izao.

Araka ny loharanom-baovao marim-pototra voaray avy any an-toerana dia miketrika ny hanalana amin’ny toerana ny filohan’ny Filan-kevitry ny Kaominaly, Solofo Ginah ireo mpikambana ao anatin’ny Filan-kevitra monisipaly ao anatin’ny Kaominina ambonivohitr’i Toamasina, amin’izao fotoana izao. “Efa mandeha ny fanangonan-tsonia, ka sonia miisa sivy no efa voaangona hatramin’izao. Olona sivy, araka izany, no manaiky tsy misy hatak’andro ny hialan’ity filohan’ny Filan-kevitry Kaominaly amin’ny toerany”, hoy ny loharanom-baovao voaray tamin’ny alalan’ny antso an-tariby avy any Toamasina. 

Fantatra fa noho ny tsy fifankahazoana eo amin’ity farany sy ny ben’ny tanàna ao an-toerana, ka miteraka fifanolanana eo amin’ny roa tonta no antony hanalana azy eo amin’ny toerany. Maro an’isa tamin’ireo mpanolon-tsaina nanao sonia no avy amin’ny vondrona Mapar. Izy ireo izay voalaza fa miketriketrika ny hamerina an-dRazafimanana Christin izay efa nitana ny filohan’ny Filan-kevitra  Kaominaly teo aloha. 

Araka ny fanazavana dia efa nisy disadisa teo amin’ny ben’ny tanàna ity farany tamin’izany fotoana saingy efa nilamina izany ankehitriny, ka izao kendren’ireo mpiasa hiverina amin’ny toerany izao indray. Miandry ny fivoriana tsy ara-potoana ireo mpikambana ao anatin’ny Filan-kevitra Kaominaly ary ao anatin’izay no hanaovana ny safidy eo amin’izy ireo, ka raha mahatratra ny maro an’isa ireo mangataka ny hialany dia tsy maintsy hotanterahina izany, araka ny loharanom-baovao voaray hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VOLA VAOVAO : Efa miparitaka eraky ny tanàna sahady ny vola sandoka 10 000 Ariary

Ireto mpivarotra am-bongadiny no tena lasibatra ary nahitana ity tranga ity ny eny Namontana sy Ankadindratombo iny.

Renim-pianakaviana iray mpivarotra amina toeram-pivarotra lehibe eny Namontana no efa nahazo vola sandoka iray alina Ariary amin’ilay vola vaovao vao nivoaka. Nambarany fa raha jerena tomba-maso fotsiny dia tena mitovy tsy misy valaka amin’ny tena izy ilay sandoka fa kosa rehefa tena jerena tsara izay vao hita ny fahasamihafany. 

“Ny fanaonay dia maka entana am-bongadiny ny ankamaroan’ireo mpanjifa. Mivarotra izany aloha izy ka aorian’izay vao atao ny fandoavam-bola izay mahatratra hatrany amin’ny efatra na dimy tapitrisa Ariary. Noho ny fahamaroan’ireo vola ireo dia tsy mahavita mijery tsara izahay fa isaina fotsiny fa rehefa any an-trano vao jerena tsara ka tany no nahitana fa misy tsy mitovy ireo vola”, hoy ny fanazavan’ilay ramatoa mpivarotra. 

Nambarany fa miisa fito ireo ravim-bola 10 000 Ariary azony hatreto ary tsy fantany mazava izay olona nahazoany izany. Araka ny fanazavana nomeny hatrany dia eo amin’ilay mangirangirana, sy ilay sarin’omby ao anatin’ny vola no tsy nampitovy ilay vola tsy ara-dalana tamin’ilay tena izy. Mila mailo, araka izany ny rehetra. Na dia niezaka aza ny avy eo anivon’ny banky foiben’i Madagasikara mba tsy hahafahan’ireo mpanao vola sandoka manao ny asa ratsiny dia mbola mahita hirika hatrany ry zalahy. 

Mila mailo ny rehetra manoloana izany indrindra fa ireo mpikirakira vola. Araka ny loharanom-baovao voaray, ankoatran’ny eny Namontana dia nahitana io trangana vola sandoka io ihany koa ny tena Ankadindratombo.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

FIKAROHANA GRAFITA : Migoka tombontsoa mivantana ny vahoakan’Ambinaninony

Maharitra enim-bolana izany asa fikarohana izany, nanomboka tamin’ny jolay 2017 hatramin’ny desambra 2017 izao.

Niato kely izany fikarohana izany vokatry ny tsaho naely sy fanakorontanana saim-bahoaka nataon’ny ben’ny tanànan’Ambinaninony iray teo aloha, saingy efa niverina amin’ny laoniny kosa. Tsy resy lahatra tamin’ny fihetsika nataon’ ilay ben’ny tanàna teo aloha mantsy ireo vahoaka ao an-toerana.

Mponina ao amin’ny Fokontany Vohitsara manodidina 1 500 no mahazo tombontsoa mivantana amin’ny fisian’izao asa fikarohana harena an-kibon’ny tany ataon’ny orinasa IDN Metals izao.

Asa fikarohana fa tsy fitrandrahana

Niteraka resa-be tokoa ny fahatongavan’ny orinasa kanadianina tao Vohitsara ity. Fantatra anefa fa nisy fifampiresahan’izy ireo mivantana tamin’ny vahoaka mialoha ny nanombohana ny asa fikarohana ary voahaja ny fomban-tany rehetra. Nandalo tato amiko ireo mpitantana avy amin’ny orinasa IDN Metals ary nisy tokoa ny fivoriana niarahana tamin’ny vahoaka mialoha ny asa rehetra, hoy i Iambana Jean Pierre, Sefo Fokontany Vohitsara.

Taorian’ny fifampiresahana, dia nekenay ny fidiran’izy ireo hanao io asa fikarohana eto aminay io, hoy hatrany ny fanazavany. Sady mikaroka izy ireo no manone asa ireo vahoaka eto an-toerana, raha ny fanazavany hatrany. Nanamafy io voalazan’ny Sefo Fokontany ao Vohitsara io ny ben’ny tanànan’Ambinaninony, Ranaivo Cécilien. Ity farany izay nilaza fa, ny 23 febroary 2017 dia nisy fivoriana niarahana tamin’ny vahoaka Vohitsara manontolo, ny IDN ary ny teo anivon’ny Kaominina, nampahafantarana ny hisian’ilay asa fikarohana sy ireo asa sosialy hotanterahina. Nihaino ireo hetahetam-bahoaka ilay orinasa hanao asa fikarohana ary voarakitra an-tsoratra izany rehetra izany. Mandainga izay milaza fa niditra an-keriny teto aminay ny IDN Metals, hoy hatrany ny ben’ny tanànan’Ambinaninony.

Nanakiana mafy ny fihetsik’ilay ben’ny tanàna teo aloha ny ben’ny tanàna am-perinasa izay nambarany fa manao sakana amin’ny fampandrosoana. Nisy ny fanaovana fomban-drazana tamin’ny alalan’ny vono omby ho fanajana ny fomban-tany mialoha ny nanombohana ny asa. Nilaza ny fahavitan’io fanajana ny fomban-tany tamin’ny alalan’ny vono omby sy laho joro io ny Vavanjaka ao Vohitsara, Razafindrabe José. Fomba izay natao ny zoma 31 marsa lasa teo.

Manoloana ireo resabe sy tsaho niely fa fitrandrahana grafita no ataon’ny IDN Metals, dia nitondra fanazavana ny Tale iraisam-paritry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika Toamasina, Amable André Benjamin. Nolazainy tamin’ny fomba mahitsy fa fahazoan-dalana amin’ny asa fikarohana no nomena ny IDN Metals fa tsy fahazoan-dalana hitrandraka velively. Tsy nivadika amin’izany ity orinasa kanadianina ity fa nanaja antsakany sy andavany izay efa voasoratra ao anatin’ny bokin’andraikitra, hoy hatrany ny fanazavany. Misy ny fanaraha-maso sy fitsirihana akaiky ataon’ny sampandraharaha misahana ny harena an-kibon’ny tany izay midina matetika ao Vohitsara. Voaporofo tokoa fa tsy manao fitrandrahana velively ilay orinasa fa fikarohana no ataony. Tsy mampiasa fitaovana fitrandrahana fa fitaovana fampiasa amin’ny asa fikarohana no ampiasainy.

Roso sahady ireo asa sosialy

Mahazo tombony mivantana amin’ny asa fikarohana ataon’ny IDN Metals ireo mponina ao Vohitsara sy ny manodidina. Anisan’izany ny ao Ambatolampy izay faritra ao anatin’ny Fokontany Vohitsara. Anisany nitondra faisana tamin’ny fandalovan’ny rivo-doza Enawo ny tany an-toerana. Nisy noho izany ny fitondran’ny IDN Metals fanampiana ho an’ireo vahoaka tao Vohitsara tamin’ny alalan’ny fanolorana vary.

Ankoatra izay dia roso koa ny fanamboarana ny lalana mirefy 4 km mampifandray an’i Vohitsara amin’ny faritra kely Ambatolampy. Misy tetezana iray iampitana ka anisany tafiditra anatin’ny asa fanamboarana izany. Ny faran’ny volana avrily lasa teo no nanomboka ny asa. Lalana izay atao rarivato, ka azon’ny fiara iampitana soa aman-tsara ary manala fahasahiranana amin’ny fivezivezena sy ny famoaham-bokatra. Vohitsara izay tanàna mamokatra.

Ahitana letisia, voasary, mangahazo, akondro, saribao. Ao anatin’ny lisitr’ireo asa sosialin’ity orinasa manao asa fikarohana grafita ao an-toerana izao koa ny fanomezana rano fisotro madio. Samy hahazo izany ny ao Vohitsara sy Ambatolampy. Efa mandeha ihany koa amin’izao fotoana izao ny fanorenana kianja manara-penitra any an-toerana amin’ny nomen’ny vahoaka. Iantohan’ny IDN Metals kosa ny vola sy ny hoenti-manana rehetra amin’ny asa fanorenana. Ny volana sepambra izao no ho vita ny asa.

Amin’izao ankatoky ny fidiran’ny mpianatra izao, dia hanome kojakojam-pianarana ho an’ny zanaky ny mponina ao an-toerana ny orinasa ho fanamaivanana ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny.

Ankoatra ireo asa sosialy ireo dia mipaka mivantana amin’ny isan-tokantrano ny fisian’ny asa fikarohana grafita ao Vohitsara. Misy ireo miasa mivantana amin’ny fikarohana ireo vahoaka ary misy koa ireo misehatra amin’ny asa fanamboaran-dalana. Ho an’ny asa fanamboaran-dalana dia 8 000 Ariary isan’andro ny karaman’ireo olona 140 ampiasain’ny IDN Metals. Mahalafy ireo mponina ao an-toerana araka izany ny fisian’ny orinasa manao fikarohana izao, izay miteraka asa mivantana ho azy ireo.

Nonerana ireo tompon’ny tany lalovan’ny lalana amboarina

Miisa 24 ireo olona manana voly voakasika amin’ilay asa fanamboaran-dalana mampifandray an’i Vohitsara sy Ambatolampy. Nisy ny fifampiresahana mivantana tamin’ilay orinasa manao fikarohana sy ireo olona 24 ireo. Natao ny tombana ka nonerana avokoa ny tombanim-bidin’ireo voly voakasika.

Ny 21 amin’ny 24 dia efa vita soa aman-tsara ny fandoavan’ny orinasa vola ho azy ireo. Mbola ao anatin’ny fanaovana tombana ny telo ambiny amin’izao fotoana izao ary tsy maintsy handray anjara volany ireo olona telo ireo tsy ho ela, hoy Raymond Borida izay tompon’andraikitry ny fifandraisana amin’ny vahoaka eo anivon’ny IDN Metals. Nandritra ny fidinana ifotony tany an-toerana dia nanamafy ny fahazoana io vola fanonerana avy amin’ny IDN Metals io ny solontenan’ireo olona 24, Richard Auguste. « Voahaja ny fifanarahana natao taminay », hoy hatrany ny solontenan’ny mpahazo tombontsoa.

Hofantarina ny hatsaran’ny grafita eto Vohitsara Nandritra ny fidinana natao tany ifotony hatrany dia nitondra fanazavana Rasangarivony Harifidy Fidèle manam-pahaizana malagasy momba ny tany sy ny toe-tany (géologue) miasa eo anivon’ny IDN Metals. Nilaza ny tenany fa tao anatin’izao fotoana fohy nanaovana ny fikarohana izay, dia hita soritra sahady fa misy grafita ao Vohitsara fa ny kalitaony sy ny fatrany no mbola tsy fantatra. Alefa any ivelany hatao fitiliana ireo singa azo avy ao Vohitsara ary mbola mitohy ny fikarohana, raha ny nambarany hatrany.

Raha nanontaniana mahakasika ny mety ho fitrandrahana na tsia aorian’ny fahavitan’ny fikarohana kosa ity manam-pahaizana miasa eo anivon’ny IDN Metals ity dia nilaza fa mbola tsy izay no mahamaika fa vitaina hatramin’ny farany aloha ny asa fikarohana. Sady tsy mbola nahazo alalana amin’izany fitrandrahana izany rahateo ny IDN Metals, hoy hatrany ny fanazavany. Notsipihiny kosa fa voajaha tanteraka ny tontolo iainana mandritra ny asa fikarohana atao. Ireo toerana akana ranon-tany anaovana andrana dia averinay totofana soa aman-tsara rehefa vita ny atao, hoy hatrany Rasangarivony Harifidy Fidèle. Nomarihiny hatrany fa tsy misy fakana tanin’olona ataon’ny IDN Metals fa fakana nofon-tany anaovana andrana ihany no atao mandritra izao asa fikarohana izao.

Manondrana grafita 10 000t isan-taona ny Malagasy

Araka ny fanazavana noentin’ny Tale iraisam-paritry ny Harena ankibon’ny tany sy ny solika Toamasina, Amable André Benjamin, dia ao anatin’ny faritanin’i Toamasina irery ihany no misy grafita eto Madagasikara. Mahatratra 10 000 taonina isan-taona ny grafita aondran’i Madagasikara mankany ivelany. Misy karazany telo kosa ny kalitaon’ny grafita, ka manodidina ny 400 hatramin’ny 1 000 dolara ny vidin’ny iray taonina. Izany hoe miankina amin’ny kalitaony ny vidiny.

Ny fatran’ny karbona ao anatiny no mamaritra ny kalitaon’ny garafita. I Shina, Etazonia, Inde : ireo no firenena telo tena mpanafatra grafita eto Madagasikara sy tena mpanjifa izany maneran-tany. Hampiasaina amin’ny orinasa maro izy io. Maro ny zavatra ilàna grafita toy ny fanamboarana loko, crayon, … Miisa efatra kosa ireo orinasa mpitrandraka sy mpanondrana grafita eto amintsika, dia ny Power Stand Development , Etablissements Rostaing, Graphmada ary ny Etablissements Gallois. Ny Etablissement Gallois izay nanomboka nitrandraka grafita malagasy hatramin’ny taona 1900.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

TSY AMPY NY TAKSIBE AMBOROVY : Sahirana ireo mpitsangantsangana hody hariva

Efa ilaharana sahady ny fiara fitateram-bahoaka ka izay tratra aoriana dia taraiky. Adiny iray ka hatramin’ny adiny roa sy sasany ny eo amin’ny fiatsonan’ny fiara vao mahazo indraindray.

Ireo eny anelanelany kosa tsy mahazo mihitsy satria efa feno raha vao miainga. Na dia efa afaka mankeny Amborovy aza ny bajajy amin’ny andavanandro afatsy ny andro fety dia mbola vitsy ihany ny mampiasa azy io noho ny halafony. Manodidina ny 7 000 Ariary ka hatramin’ny 8 000 Ariary ny olona iray, ary olona telo isaka ny bajajy. Ny taksi kosa dia 20 000 ariary, izay mahazaka olona efatra na dimy.

Noho izany dia ny taksibe no tena fampiasan’ireo mpitsangatsangana eny amin’ny torapasi-dranomasina Amborovy iny. Ireo fiara mpitatitr’olona mankeny Belinta no mba manampy ny zotra 12 eo amin’ny Petite plage. Noho izany dia betsaka ireo olona mandeha an-tongotra mamonjy ny taksibe eo amin’ny sampanana miditra amin’ny zahamotel iny, mihazo ny biraon’ny fokontany.

Efa nilaza ny handray andraikitra ny ao amin’ny kaominina amin’ny hanampiana isa ireo taksibe ireo, saingy nankininy amin’ny kaoperativa misahana iny zotra iny aloha izany. Rehefa tsy voavaha mihitsy vao tsy maintsy haka taksibe amin’ny zotra hafa izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA : Mahazo vahana ny fanendahana sy mpanao sinto-mahery anaty taksibe

Fantatr’izy ireo fa efa maro ireo andiana polisy mivezivezy eny amin’ny arabe dia miezaka manova ny paikady ratsiny indray ry zalahy amin’izao fotoana izao.Tato anatin’ny roa herinandro monja dia fiara fitanteram-bahoaka miisa telo no indray nidiran’ireo mpanendaka an-keriny. 

Najifa tsy nisy niangana avokoa ny vola sy ny firavaraka tany amin’ireo mpandeha hatramin’ny saran-dalana teny amin’ilay mpamily mpanampy. Nisehoan’io tranga io ny teny Betongolo, Isotry ary vao tamin’ny alakamisy lasa teo no lasibatra ihany koa ny taksibe iray tetsy Besarety. Raha ny fitantaran’ireo lasibatra dia mitovy tsy misy valaka ny tetikady ampiasan’ireo olon-dratsy. “Mody miditra sahala amin’ny tsy olon-dratsy izy ireo. 

Tsy misy ahafantarana azy mihitsy na ny kely aza ary mody maka seza tahaka ny besinimaro. Manao andiany telo ka hatramin’ny dimy lahy izy amin’izany. Tsikaritra fa misy fihetsika iombonana ataon’izy ireo dia eo amin’izay vao miara-mitsangana mandrahona ny mpandeha iray fiara ry zalahy”, hoy ny fitantaran’ny loharanom-baovao voaray. Antsibe, sabatra ary misy amin’izy ireo aza no mitondra basy mihitsy. 

“Hampihorohoroany amin’ireo fitaovam-piadiana ireo mpandeha mba tsy hisy hihetsika na hiantso vonjy, ny raika lahy miambina ny varavaran’ny fiara mba tsy hisy hivoaka ary ny namany sisa kosa mitaky ny vola sy finday any amin’ireo mpandeha”, hoy hatrany ny fanazavana. Tatazan’izy ireo amin’ny satroka sahalan’ireny mitaty rakitra ireny ny vola sy ny ny volamena any amin’ireo mpandeha, ary aorian’io dia vaky mitsoaka ry zalahy.Mpamerin-keloka

Manao ny ezaka hatrany anefa ny polisim-pirenena amin’ny fanenjehana ireo mpanao ratsy saingy tsy mitsaha-mitombo izy ireo. Misy aza no efa zatra miditra ny fonja mihitsy noho ny asa fanendahana fanaony. Porofon’izany ny fahafantarana fa saika efa nisazy sy vao nivoaka ny fonja avokoa ny ankamaroan’ireo mpanendaka tratra eto Antananarivo. Isan’izany i Baina izay efa nigadra teny Antanimora kanefa mbola voasambotra ho namerin- keloka indray. Ity farany dia mpanendaka gaigilahy eny amin’ny faritra manodidina an’Antohomadinika eny.

Fitarainana maro no voarain’ny polisy amin’ny fisiana lehilahy manendaka eny an-toerana na amin’ny andro mbola mazava be izao aza. Ny faran’ny herinandro lasa teo olona iray no lasibatra, niantso mpitandro filaminana avy hatrany ity farany ka rehefa natao ny velam-pandrika dia tra-tehaka i Baina. Niezaka nanavotr’aina nitsoaka ihany ny tenany raha nahatazana ny polisy saingy efa voahodidina ka tsy afa-niala lavitra intsony. Ny finday, ny pôketra no tena ataony mahita faisana. Ny sabotsy teo no natolotra ny fitsarana ny tenany ary naverina eny Antanimora indray. Ireo izay efa lasibatra dia mangataka ny mba hanasaziana faran’izay henjana an’ireo izay tratra mba tsy hisian’ny famerenan-keloka tahaka izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FILAN-KEVITRA AMBONIN’ NY FITSARANA : Nifanakalo hevitra momba ny fahamarinan’ny Fitsarana

Nasaina tamin’izany ny fiarahamonimpirenena, ny bianco,  ny mpanao famotorana, ny mpitandro filaminana... Nampahafantarina ny asan’ny CSM sy ny momba azy. Izy ireo no misahana ny famindratoerana sy fampiakarana grady ireo mpitsara. Niresaka momba ny olana sy nanome sosokevitra hanatsarana ny tontolon’ny fitsarana sy fahitan’ny vahoaka sy hahatokisany indray ny fitsarana. 

Betsaka ireo tsy sahy miteny na dia lasibatry ny tsy ara-drariny aza.  Anisan’ny nampisalasala ny olona ny fiarovana ny momba ny mpitaraina satria matahotra ny valifatin’ny mpitsara. Sarotra ny mitory mpitsara satria atahorana hiandry kendry tohina. Manambara anefa ny ao amin’ny CSM fa miezaka manadio ny tontolon’ny fitsarana izy ireo. Maro koa ny fepetra efa noraisina.  Efa 10 mahery no nahazo fampitandremana. 

Mihoatra an’izay ny nahazo fanontaniana. Nisy telo kosa no voaroaka tato anatin’ny roa taona izay. Ny ao amin’ny CSM kosa dia mampirisika ny olona handray andraikitra, ho sahy hitory raha misy fandikan- dalàna ataon’ny mpitsara. Manambara kosa izy fa tokony hatao mavesatra ny porofo. Nangataka sosonkevitra ihany koa hanatsarana ny tontolon’ny fitsarana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANARENANA NY TETEZANA SAMBIRANO : Tsy mitana ny teny nomeny ny Fanjakana

Efa maherin’ny telo volana izao no lasa nefa tsy mbola nanomboka ny asa ary mitombo miha ratsy izany tetezana izany. «  Mitaky fanamboarana maika ny tetezana Sambirano. Sa andrasana hisy faty olona izay voa hikoropoka indray ny ministera  ? Tsy mitana ny teny nomeny ny minisitry ny asa vaventy  » hoy ireo mponina any an-toerana. Raiamandreny iray izay to teny any an-toerana no nanambara fa tsy vao sambany nanao fampanantenana poakaty izao  fitondrana izao.

«  Nilaza ny filoham-pirenena sy ny ministeran’ ny asa vaventy tamin’ny taon-dasa fa hatomboka amin’ity taona ity aorian’ny fotoam-pahavaratra ny asa fanamboarana ny lalana mampitohy an’Ambilobe sy Vohémar. Nefa hatramin’izao iarahantsika mahita ny zava-misy  », hoy hatrany ity raiamandreny ity. Tena marina hoy ity farany, ohatra ny tsy matotra ny mpitondra ankehitriny. «   Tany  am-boalohany nilaza izy ireo fa ny Vondrona Eropeana no hamatsy vola ny asa fanamboarana ny lalana mampitohy an’Ambilobe sy Vohémar. Izao indray araka ny fantatra dia ny sinoa indray no andrasana hamatsy vola hanatontosana ity farany  », hoy izy. 

Koa satria miresaka ny lalana any amin’ny tapany Avaratra ny Nosy iny isika dia tsara ny manamarika fa simba tanteraka ny lalana Rn6 mampitohy an’Ambilobe sy Antsiranana izay mirefy 135 km ary atao adiny 5 ora mahery. Na tiana na tsy tiana  sakana ho an’ny fampandrosoana ny faritra Diana izany  nefa ohatra ny tsy raharahian’ny fitondrana ankehitriny. Raha hiverenantsika ny tetezana Sambirano, niezaka niantso ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny ministeran’ ny asa vaventy izahay fa tsy nahazoana fanazavana mikasika ny fanamboarana ity farany.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadihadiana ny loza an-dranomasina eto MadagasikaraHampanarahana ny fenitra iraisam-pirenena

Nanomboka omaly ary tsy hitsahatra ny hanao atrikasa hijerena izay hahafahana manatsara ny lalàna mifehy ny fanadihadiana ireo loza an-dranomasina eto amintsika etsy amin’ny DLC Anosy hatramin’ny 18 aogositra

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Julien Radanoara« Zo mahafaty no misy eto »

Tsy nitsitsy fitenenana ny mpahay diplomasia, Julien Radanoara, omaly, nanatsikafona ireo tsy fihetezan-javatra rehetra misy eto amin’ny firenena na eo amin’ny lafiny lalàna izany, fa indrindra teo amin’ny resaka zon’olombelona

. Efa lasa zo mahafaty (droit à la mort), hoy izy, no misy eto fa tsy zo hiaina intsony (droit à la vie). Mizara 3 ny zon’olombelona dia ny maha olom-pirenena sy maha olon-tsotra ary ny zo ara-politika. Ao anatin’izany maha olom-pirenena sy olon-tsotra izany ny hoe zon’ny malagasy ny miaina sy miasa amin’ny taniny kanefa dia hiarahantsika mahalala ankehitriny fa any Ankazobe sy ny manodidina any fotsiny, ohatra, dia tany efa ho 150 hektara izay niharian’ireo mponina an-taonany maro no nalana amin’izy ireo. Nahoana ny fifandraisana amin’i Tiorkia no tsy nandalo teny amin’ny Antenimieram-pirenena ? Mahafantatra ve isika hoe otrinona no totalin’ireo vola vaovao natonta? Fa maninona no izao akaiky fifidianana izao vao atao izany amin’io mbola mamono antoka koa ny manonta ilay 100 ariary? Na ny zo hiteny na haneho hevitra ary haneho fihetsiketsehana manoloana izany rehetra izany aza izao, hoy ny fanazavany, dia voatohitohina avokoa.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maneno kiririoka sa ….

Heverina fa hanomboka hisesy amin’izay izany izao ny fanambarana amin’ny fomba ofisialy hitanjozoran’ireo mikasa ho kandidà filoham-pirenena amin’io taona ho avy io.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao SHELL Extra ChallengeLasan-dRazanamahenina Serge ny Suziki Jimny

Lasan-dRazanamahenina Serge, ilay tovolahy iray 32 taona, nibata ny amboara tamin’ilay lalao dingana manasa-dalana ho an’ Antananarivo notontosaina ny herinandro teo ihany koa ilay fiara Suziki Jimny natolotra ho an’izay mpandresy ho an’ireo mpifaninana telo farany isam-paritra niatrika ny lalao famaranana.

Pati

Madagascar Tribune0 partages

Toliara Sands peut exploiter en dépit de vives tensions sur place

Malgré les différentes contestations sur place, l’exploitation d’ilménite dans la région Atsimo Andrefana par Toliara Sands peut désormais commencer. La signature de convention entre la mairie de Toliara et des représentants de cette société a eu lieu le week-end dernier en présence des membres du gouvernement dont Henri Rabary-Njaka, ministre chargé des Mines et du pétrole qui a tenté de convaincre la population locale.

Une partie de la population s’est alors résignée par rapport à cette situation. Ces habitants n’ont pu faire grand-chose que demander aux autorités de valoriser la ville, construire et améliorer les infrastructures, transférer les tombes ancestrales et prioriser la population locale lors des recrutements. Des exigences sèchement répondues par le ministre de tutelle par des propos vagues et peu rassurantes : il n’y aura pas d’infrastructures qui ne profite pas à la population.

Dans la commune Ankilimalinike, Toliara II, la population s’oppose jusqu’au bout à cette exploitation. Les habitants qui font fi du comportement de l’élu de cette commune n’accepteront pas l’installation de cette société minière dans leur ville. Il y a déjà eu trop de mensonges avec cet élu, disent-ils, et un accord entre lui et Toliara Sands ne profiterait certainement qu’à une partie de la population.

Lors des conseils des ministres du 11 avril et du 18 juillet, les autorités malgaches ont déclaré d’utilité publique les travaux de construction des infrastructures portuaires et routière du projet minier de Toliara Sands ainsi que les travaux d’exploitation dans le périmètre des sites miniers situés dans les communes d’Ankilimalinike et Tsianisiha, portant acquisition par voie amiable ou par expropriation pour cause d’utilité publique des parcelles de terrain et/ou immeubles touchés par ces travaux.

Mais quelques jours plus tard, le 23 juillet, plusieurs organisations de la société civile ont signé et publié un communiqué contestant les dispositions de l’Etat malgache. A la suite de ce communiqué, les communautés concernées par le projet Toliara Sands se sont mobilisées pour réaffirmer leurs oppositions aux déclarations faites par les autorités malgaches. C’était le cas de la communauté des pêcheurs Vezo qui s’est exprimée avec force au cours d’une manifestation publique organisée le 27 juillet dernier.

L’artiste et non moins fervent militant contre la tenue de ce projet, Théo Rakotovao alias Mikea, a même été déjà menacé d’arrestation par le maire d’Ankilimalinike à son prochain passage dans la commune. Pas plus tard que le week-end dernier, l’élu a empêché des journalistes locaux d’effectuer leur reportage sur la manifestation organisée par la population locale.

Madagascar Tribune0 partages

A l’approche d’une nouvelle période éléctorale, pensons-y, tant qu’il est encore temps

Guy Tam Hyock est pisciculteur dans le nord de Madagascar. Président de l’Association des Producteurs Privés (APPA), il est expert en élevage de poissons d’eau douce endémiques. Avec son association, il dissémine des poissons endémiques dans différents étangs de la région. En collaboration avec WWF, son association et lui-même ont formé les communautés des hautes terres du nord de Madagascar en pisciculture. Ainsi, il contribue à promouvoir des activités génératrices de revenus pour les communautés.

Guy a commencé la pisciculture dès la fin de ses études dans les années 80. Sur un terrain de 2 hectares, son association possède 13 bassins où vivent 23 espèces de poissons endémiques. « Tous les poissons endémiques que j’élève sont dans la liste rouge de l’UICN » affirme-t-il. D’ailleurs, une équipe de l’UICN visitera ses bassins cette année pour attester de la santé de certains poissons avant de les relâcher dans la nature. C’est un grand pas pour la sauvegarde des poissons malgaches, et le fruit de 30 ans de travail de Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons.

« J’ai même une espèce qui a été déclarée éteinte dans son habitat naturel en 2000, mais redécouverte en 2011. Aujourd’hui, des milliers d’individus de cette espèce vivent en captivité dans nos bassins », déclare-t-il. Une fierté pour cet homme dont la plus grande passion est de faire reproduire ses poissons.

Il y a plus de 23.000 espèces de poissons à Madagascar. 200 espèces parmi celles-ci sont endémiques, elles vivent uniquement à Madagascar. Pourtant, près de 80% de ces poissons endémiques sont en danger d’extinction. « Ma vision est que les plans d’eau de la région soient comme il y a 20 ans, foisonnants de poissons. C’est ce qui justifie tous nos efforts » conclue-t-il avec optimisme. « Voilà pourquoi nous travaillons avec des partenaires comme WWF. Il faut protéger la forêt pour éviter l’ensablement des rivières », dit-il convaincu du besoin de protéger les habitats de l’extraordinaire diversité de poissons d’eau douce de Madagascar.

Article paru initialement sur le site de www.wwf.mg

Madagascar Tribune0 partages

Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons

Guy Tam Hyock est pisciculteur dans le nord de Madagascar. Président de l’Association des Producteurs Privés (APPA), il est expert en élevage de poissons d’eau douce endémiques. Avec son association, il dissémine des poissons endémiques dans différents étangs de la région. En collaboration avec WWF, son association et lui-même ont formé les communautés des hautes terres du nord de Madagascar en pisciculture. Ainsi, il contribue à promouvoir des activités génératrices de revenus pour les communautés.

Guy a commencé la pisciculture dès la fin de ses études dans les années 80. Sur un terrain de 2 hectares, son association possède 13 bassins où vivent 23 espèces de poissons endémiques. « Tous les poissons endémiques que j’élève sont dans la liste rouge de l’UICN » affirme-t-il. D’ailleurs, une équipe de l’UICN visitera ses bassins cette année pour attester de la santé de certains poissons avant de les relâcher dans la nature. C’est un grand pas pour la sauvegarde des poissons malgaches, et le fruit de 30 ans de travail de Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons.

« J’ai même une espèce qui a été déclarée éteinte dans son habitat naturel en 2000, mais redécouverte en 2011. Aujourd’hui, des milliers d’individus de cette espèce vivent en captivité dans nos bassins », déclare-t-il. Une fierté pour cet homme dont la plus grande passion est de faire reproduire ses poissons.

Il y a plus de 23.000 espèces de poissons à Madagascar. 200 espèces parmi celles-ci sont endémiques, elles vivent uniquement à Madagascar. Pourtant, près de 80% de ces poissons endémiques sont en danger d’extinction. « Ma vision est que les plans d’eau de la région soient comme il y a 20 ans, foisonnants de poissons. C’est ce qui justifie tous nos efforts » conclue-t-il avec optimisme. « Voilà pourquoi nous travaillons avec des partenaires comme WWF. Il faut protéger la forêt pour éviter l’ensablement des rivières », dit-il convaincu du besoin de protéger les habitats de l’extraordinaire diversité de poissons d’eau douce de Madagascar.

Article paru initialement sur le site de www.wwf.mg

Madagascar Tribune0 partages

Toliara Sands peut exploiter en dépit de vives tensions sur place

Malgré les différentes contestations sur place, l’exploitation d’ilménite dans la région Atsimo Andrefana par Toliara Sands peut désormais commencer. La signature de convention entre la mairie de Toliara et des représentants de cette société a eu lieu le week-end dernier en présence des membres du gouvernement dont Henri Rabary-Njaka, ministre chargé des Mines et du pétrole qui a tenté de convaincre la population locale.

Une partie de la population s’est alors résignée par rapport à cette situation. Ces habitants n’ont pu faire grand-chose que demander aux autorités de valoriser la ville, construire et améliorer les infrastructures, transférer les tombes ancestrales et prioriser la population locale lors des recrutements. Des exigences sèchement répondues par le ministre de tutelle par des propos vagues et peu rassurantes : il n’y aura pas d’infrastructures qui ne profite pas à la population.

Dans la commune Ankilimalinike, Toliara II, la population s’oppose jusqu’au bout à cette exploitation. Les habitants qui font fi du comportement de l’élu de cette commune n’accepteront pas l’installation de cette société minière dans leur ville. Il y a déjà eu trop de mensonges avec cet élu, disent-ils, et un accord entre lui et Toliara Sands ne profiterait certainement qu’à une partie de la population.

Lors des conseils des ministres du 11 avril et du 18 juillet, les autorités malgaches ont déclaré d’utilité publique les travaux de construction des infrastructures portuaires et routière du projet minier de Toliara Sands ainsi que les travaux d’exploitation dans le périmètre des sites miniers situés dans les communes d’Ankilimalinike et Tsianisiha, portant acquisition par voie amiable ou par expropriation pour cause d’utilité publique des parcelles de terrain et/ou immeubles touchés par ces travaux.

Mais quelques jours plus tard, le 23 juillet, plusieurs organisations de la société civile ont signé et publié un communiqué contestant les dispositions de l’Etat malgache. A la suite de ce communiqué, les communautés concernées par le projet Toliara Sands se sont mobilisées pour réaffirmer leurs oppositions aux déclarations faites par les autorités malgaches. C’était le cas de la communauté des pêcheurs Vezo qui s’est exprimée avec force au cours d’une manifestation publique organisée le 27 juillet dernier.

L’artiste et non moins fervent militant contre la tenue de ce projet, Théo Rakotovao alias Mikea, a même été déjà menacé d’arrestation par le maire d’Ankilimalinike à son prochain passage dans la commune. Pas plus tard que le week-end dernier, l’élu a empêché des journalistes locaux d’effectuer leur reportage sur la manifestation organisée par la population locale.

Madagascar Tribune0 partages

Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons

Guy Tam Hyock est pisciculteur dans le nord de Madagascar. Président de l’Association des Producteurs Privés (APPA), il est expert en élevage de poissons d’eau douce endémiques. Avec son association, il dissémine des poissons endémiques dans différents étangs de la région. En collaboration avec WWF, son association et lui-même ont formé les communautés des hautes terres du nord de Madagascar en pisciculture. Ainsi, il contribue à promouvoir des activités génératrices de revenus pour les communautés.

Guy a commencé la pisciculture dès la fin de ses études dans les années 80. Sur un terrain de 2 hectares, son association possède 13 bassins où vivent 23 espèces de poissons endémiques. « Tous les poissons endémiques que j’élève sont dans la liste rouge de l’UICN » affirme-t-il. D’ailleurs, une équipe de l’UICN visitera ses bassins cette année pour attester de la santé de certains poissons avant de les relâcher dans la nature. C’est un grand pas pour la sauvegarde des poissons malgaches, et le fruit de 30 ans de travail de Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons.

« J’ai même une espèce qui a été déclarée éteinte dans son habitat naturel en 2000, mais redécouverte en 2011. Aujourd’hui, des milliers d’individus de cette espèce vivent en captivité dans nos bassins », déclare-t-il. Une fierté pour cet homme dont la plus grande passion est de faire reproduire ses poissons.

Il y a plus de 23.000 espèces de poissons à Madagascar. 200 espèces parmi celles-ci sont endémiques, elles vivent uniquement à Madagascar. Pourtant, près de 80% de ces poissons endémiques sont en danger d’extinction. « Ma vision est que les plans d’eau de la région soient comme il y a 20 ans, foisonnants de poissons. C’est ce qui justifie tous nos efforts » conclue-t-il avec optimisme. « Voilà pourquoi nous travaillons avec des partenaires comme WWF. Il faut protéger la forêt pour éviter l’ensablement des rivières », dit-il convaincu du besoin de protéger les habitats de l’extraordinaire diversité de poissons d’eau douce de Madagascar.

Article paru initialement sur le site de www.wwf.mg

Madagascar Tribune0 partages

Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons

Guy Tam Hyock est pisciculteur dans le nord de Madagascar. Président de l’Association des Producteurs Privés (APPA), il est expert en élevage de poissons d’eau douce endémiques. Avec son association, il dissémine des poissons endémiques dans différents étangs de la région. En collaboration avec WWF, son association et lui-même ont formé les communautés des hautes terres du nord de Madagascar en pisciculture. Ainsi, il contribue à promouvoir des activités génératrices de revenus pour les communautés.

Guy a commencé la pisciculture dès la fin de ses études dans les années 80. Sur un terrain de 2 hectares, son association possède 13 bassins où vivent 23 espèces de poissons endémiques. « Tous les poissons endémiques que j’élève sont dans la liste rouge de l’UICN » affirme-t-il. D’ailleurs, une équipe de l’UICN visitera ses bassins cette année pour attester de la santé de certains poissons avant de les relâcher dans la nature. C’est un grand pas pour la sauvegarde des poissons malgaches, et le fruit de 30 ans de travail de Guy Tam Hyock, l’homme qui murmure à l’oreille des poissons.

« J’ai même une espèce qui a été déclarée éteinte dans son habitat naturel en 2000, mais redécouverte en 2011. Aujourd’hui, des milliers d’individus de cette espèce vivent en captivité dans nos bassins », déclare-t-il. Une fierté pour cet homme dont la plus grande passion est de faire reproduire ses poissons.

Il y a plus de 23.000 espèces de poissons à Madagascar. 200 espèces parmi celles-ci sont endémiques, elles vivent uniquement à Madagascar. Pourtant, près de 80% de ces poissons endémiques sont en danger d’extinction. « Ma vision est que les plans d’eau de la région soient comme il y a 20 ans, foisonnants de poissons. C’est ce qui justifie tous nos efforts » conclue-t-il avec optimisme. « Voilà pourquoi nous travaillons avec des partenaires comme WWF. Il faut protéger la forêt pour éviter l’ensablement des rivières », dit-il convaincu du besoin de protéger les habitats de l’extraordinaire diversité de poissons d’eau douce de Madagascar.

Article paru initialement sur le site de www.wwf.mg

Madagascar Tribune0 partages

Agri-business ou rural-business ?

Pour la première fois depuis plus de 20 ans que Fier Mada est né, un président de la République a procédé à l’inauguration de cette foire-exposition et forum à la fois des paysans agriculteurs éleveurs, pêcheurs et artisans à la fois qu’est le Fier-Mada ou Foire de l’économie rurale de Madagascar. Tout le monde s’en félicite et en premier lieu les organisateurs et les exposants. Le président de la République Andry Rajoelina d’ailleurs n’a pas caché sa fierté ; et dans son allocution il a encouragé de telles manifestations et il a promis un soutien conséquent pour les prochaines éditions de Fier-Mada. En tout cas, Jacques Ramanantsoa, un des fondateurs de Fier-Mada a saisi l’occasion pour transmettre au président de la République, des messages en faveur du monde rural –plus précisément en faveur des salaires minima (SMIG) dans le secteur rural. Il a aussi suggéré la revue annuelle du SMIG agricole sur la base des recettes issues des exploitations des ressources naturelles, du sol et du sous-sol (impôt, taxe et redevance divers) des régions ; et que cette méthode soit stipulée dans la Constitution. Jacques Ramanantsoa a apparemment recadré la perception communément en vogue d’agri-business pour une option et une philosophie plus appropriée du rural-business.

En tout cas le président Andry Rajoelina a recommandé à la population malgache de changer d’habitude alimentaire, de consommer davantage de maïs et de poulet pour davantage de protéine, et ce à la place du riz et de la viande rouge (de zébu).

Bien sûr le maïs est plus nutritif et procure plus d’énergie mais il demande plus de charbon ou de bois de chauffe, et de temps également à la cuisson ; en d’autres termes il est onéreux. De plus, il faut tenir compte de la concurrence animale et des rentrées d’argent des ménages qui écoulent le maïs auprès des collecteurs qui approvisionnent les compagnies et usines de provenderie. Si voici un mois le kilos de maïs en grain s’achète auprès des épiceries à 800 ariary, aujourd’hui, il vaut 1200 ariary.

Par ailleurs, quand le président indique qu’il faut aussi recourir à l’élevage à cycle court qui est plus productif en 40 jours ; il entend par là l’élevage de poulet de chair. Il n’y a pas de mal à cela certes, bien qu’il faille toujours s’approvisionner auprès des compagnies productrices de poussins d’un jour et de provende pour garantir la poursuite de sa petite entreprise individuelle d’élevage de poulet de chair, voire de poule pondeuse. Mais que faire alors des « poulets gasy » qui sont déjà implantés alors que des associations d’éleveurs de « poulets gasy » sont depuis plus d’un an déjà, dans l’Imamo entre autres régions, en train de promouvoir des méthodes à productivité aussi performante à l’échelle du paysannat malagasy. D’après un membre d’une de ces associations d’éleveurs de « poulets gasy », avec un coq et cinq poules élevés de manière méthodique et rationnelle, un éleveur arrive à quelque 500 têtes en une année ; un élevage domestique moderne qui convient au paysannat et qui peut améliorer la vie et l’économie rurale. Bref, il y a beaucoup de matière à réflexion entre agri-business et rural-business.

Madagascar Tribune0 partages

Des chefs de fokontany dans la tourmente ?

Quelques jours après la mise en garde lancée par le président de la République et la décision interministériel de mettre à l’écart les chefs fokontany dans le cadre de la distribution des aides sociales, trois présidents de Fokontany et un vice-président du 6e arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra auraient été démis de leurs fonctions. Ce sont les présidents du fokontany d’Ambodihady, de Tsararary, d’Ambodivona et le vice-président du fokontany d’Anosivavaka.

Joint par téléphone, le général Angelo Ravelonarivo, préfet d’Antananarivo Renivohitra déclare n’avoir signé aucune décision de limogeage d’un chef de fokontany ou de nommer un autre. Or, il affirme que cela relève bien de ses fonctions. Un membre de l’association des 192 chefs fokontany d’Antananarivo-Renivohitra confirme de son côté que ses collègues ont bel et bien reçu hier une lettre leur notifiant cette décision. Une passation avec leur remplaçants aurait déjà été effectuée dans la journée même.

Les raisons du limogeage de ces chefs fokontany n’auraient pas été spécifiés, selon ce membre de l’association des chefs fokontany de la capitale. Si l’on se réfère à la mise en garde lancée par le président de la République, des faits de détournements d’aides sociales pourraient être en cause. « Mais de tels faits devraient être justifiés par une enquête », estime-t-il. Ce dernier soupçonne ainsi une décision politique.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice Be : « Je suis très touché … »

Dimanche à Ambohidratrimo, Maurice Be a été décoré du Mérite Sportif. En parallèle, il a également évoqué le niveau des pilotes actuels.

L’univers du sport automobile était en effervescence, depuis quel­ques jours. Et ce, parce que Maurice Rabetokotany, alias Maurice Be, était de passage à Madagascar.Beaucoup se sont précipités pour rencontrer une telle personnalité, notamment dimanche à Ambohi­dratrimo, à l’occasion du slalom Tacs, quatrième manche du championnat de Madagascar . En marge de cet événement, l’ancienne gloire de la discipline a reçu l’ordre du Mérite Sportif de la part du ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Fédération du Sport Auto­mobile de Madagascar.« Je suis très touché par ce geste. Cela signifie qu’on ne m’a pas oublié à Madagascar, même si j’ai arrêté ma carrière de pilote depuis longtemps. J’étais vraiment très ému quand on m’a informé que j’allais être décoré. On a attendu mon passage à Madagascar, pour la cérémonie », a-t-il lancé dimanche en fin d’après-midi, après la cérémonie de décoration.Maurice Be a marqué l’histoire du sport automobile à Madagascar, durant sa carrière de 1968 à 1997. Il a roulé au volant des voitures les plus mythiques des années 70, 80 et 90. Il a remporté de très nombreuses victoires, comme celle au Grand Rallye Papmad 1994, sur une Super 5 en compagnie de Koc Be.Voitures radiocommandéesParmi les machines qu’il a conduites figurent des R8 Gordini, Super 5 GT Turbo, Peugeot 205 GTI et bien évidemment une Lancia Delta Integrale, avec laquelle il a disputé sa dernière course en 1997.Depuis, Maurice Be a déménagé en France. Dans l’Hexagone, il s’est notamment reconverti en pilote de voitures radiocommandées. « J’ai noué des contacts avec des passionnés de RC en France et j’en ai acquis plusieurs modèles, à échelle 1/5 et 1/8. J’en possède huit actuellement, dont la majorité est dédiée au drift. Des Subaru Impreza, Nissan 350Z ou encore Peugeot 306 Maxi. J’ai aménagé une piste à l’extérieur de mon pavillon. A côté, j’ai également monté mon propre playseat pour faire du rallye virtuel (Ndlr : siège baquet, volant et grand écran) », a-t-il rajouté.Dimanche donc, il a également assisté aux passes d’armes des meilleurs pilotes de slalom actuels. « Je tiens à féliciter les jeunes. Ils ont un bon niveau. Je suis les rallyes en France et je pense que les Malgaches pourraient très bien rivaliser avec les étrangers, s’ils ont les moyens pour aller courir à l’extérieur », a-t-il analysé à ce propos.Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara0 partages

Ambanidia : Lasan’ny jiolahy ny volan’ny « station-essence »

Tsy maizina tanteraka akory ny andro, dia efa nipoaka ny basy tetsy Ambanidia. Ny zava-nitranga : tokony ho tamin’ny dimy ora sy sasany hariva, dia nisy lehilahy iray nitondra môtô izay nisy nidaroka tamin’ny vy ary nitsirara tamin’ny tany. Mpaka vola vidin-tsolika amin’ny « station essence » izay maty isan’andro eto Andrenivohitra izy io.  Tsy hotononina ny anaran’ilay orinasa mba hiarovana sao hiverenan’ny jiolahy indray. Mitentina 20 tapitrisa ariary mahery no lasa nandritra ilay fanafihana. Nentina tamin’ny môtô ny vola ary nataony tao anaty ny kitapo an-damosina. Toa efa nisy nanaraka izy taorian’ny nangalany ny vola, raha araka ny fandinihana ny raharaha. Tsy mifanalavitra ny tsenan’Ambanidia no nitranga ny fanafihana tamin’ny ora voatondro etsy ambony. Rehefa vita izany dia niditra tao an-tsena ireo jiolahy no sady nanapoaka basy. Nitsoaka tany amin’ny làlana izay heverina fa elakelan-trano mizotra any Manakambahiny izy ireo nony avy teo. Mafy ny jiolahy sy ny mpanome vaovao azy ireo momba ny toerana misy ny vola sy ny olona mitondra izany…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Soanierana Ivongo : Rangahy nikapa olona tamin’ny antsibe, matin’ny fitsaram-bahoaka

Fitsaram-bahoaka indray ! Rangahy iray nikapa olona tamin’ny antsibe no matin’ny hatezeram-bahoaka omaly tao Soanievana Ivongo. Nisahotaka indray ny tao Soanierana Ivongo omaly maraina. Renim-pianakaviana iray nitondra ny zanany teny an-trotroana no niharan’ny herisetra nataona lehilahy iray teny an-dàlana. Kapa antsy avy hatrany no nihatra teny amin’izy mianaka ireto. Nijininika ny rà. Voa teo amin’ny lohany ary naratra mafy ilay zaza. Torak’izany ihany koa ilay reniny izay voafira antsy teo amin’ny tanany. Nisy nahita ny zava-niseho ka vetivety dia nitangorona ny olona. Tao ireo niezaka nitondra azy mianaka tany amin’ny toeram-pitsaboana, araka ny fanazavàna azo tany an-toerana. Tao kosa ireo nanampatra ny hatezerany tamin’ily rangahy nahavanon-doza. Tsy tonga tany amin’ny hôpitaly akory ilay zaza kely vao herintaona monja, izay tena voa mafy fa teny an-dàlana dia tapitra ny ainy. Raha ny fampitam-baovao azo moa dia vaky tanteraka ny lohan’ity zaza ity. Ilay reniny kosa dia efa manaraka fitsaboana. Fa tetsy andanin’izay, tezitra noho ity habibiana ity ireo fokonolona nitazona ilay nahavanon-doza ka samy nanampatra ny hatezerany avokoa. Niainga ny daroka sy tora-bato, ary tsy namelan’ireto fokonolona raha tsy tapitra hatramin’ny ain’ity farany. Mbola tany tamin’ity rangahy ity moa ilay antsibe nikapany an’ilay zazakely sy ny reniny. Araka ny vaovao hatrany dia toa hoe tsy dia salama saina ity rangahy namono olona sy matin’ny fokonolona ity, ary tsy mponina eo an-tanàna rahateo ihany koa. Efa tonga teny amin’ny toerana nitrangan’ity zava-doza ity moa ireo tompon’andraikitra isan-tokony tany an-toerana, nanadihady sy nijery ifotony ny zava-nisy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Seranam-piaramanidina Ivato : Gaboraraka ny filaminana ety amin’ny fiantsonan’ny fiarakodian’ny mpandeha

Mahagaga ihany raha seranam-piaramanidina iraisam-pirenena toy ny eny Ivato, no andrenesana mpandeha voaendaka sy voasoloky eo am-piondranana ny fiaramanidina, indrindra fa vahiny mba nitsidika ny firenena no iharan’izany. Vao tsy ela akory fa, tamin’ny faran’ny volana jolay lasa teo tokony ho tamin’ny 9 ora alina. Vazaha iray handeha handray zotra iraisam-pirenena ho any ivelany no very vola 90 000 ariary, rehefa nosolokian’ireo olona milaza fa mpanakalo vola vahiny mivezivezy eny amin’ny toeram-piantsoan’ny Seranan’Ivato. Lehilahy malagasy iray no tonga dia nanatona ny fiara nanatitra ity Vahiny ity ka nanontany azy raha manana vola malagasy izy ka tokony hatakalo “devise” satria tsy ilainy intsony io. Tena nampiseho vola vahiny tokoa ilay lehilahy ka roboka ity vahiny. Vao natolotra azy anefa ny 90 000 ariary dia nentin’ity malagasy milaza ho mpanakalo “devise” nirifatra nandositra. Fa ny tena mahavalalanina tamin’ity tranga mampalahelo ity, dia tsy nahitana mpitandro filaminana akory  teny an-toerana tamin’io fotoana io. Tsy dia atao mahagaga loatra aloha izany, satria ireo mpandeha eny amin’ity seranam-piaramandina ity dia mahalala tsara fa misy fotoana toa gaboraraka mihitsy ny fitandroana ny filaminana eny amin’ny fiantsonan’ny fiarakodia, indrindra eo anelanelan’ny amin’ny 02 ora ka hatramin’ny 05 ora maraina eo ho eo. Vokany, ireny  mpikarama mpibata entana sy manosika kalesy (chariot) ireny sisa no manao izay saim-pantany amin’ny fandaminana eny an-toerana. Tsy mahagaga raha manararaotra ny sasany manao ny asa ratsiny ka mahatonga ny maro hiahiahy, fa sao misy tsikombakomba amin’ireo mpitandro filaminana ihany ao ambadik’izao raharaha izao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#-Manakara. Fiarandalam-by nivadika, niala tamin’ny lalam-by. Lamasinina amin’ny zotra FCE, izay mampitohy an’i Fianarantsoa sy Manakara no nivadika teo Sahasihanaka rehefa niala tamin’ny lalam-by ny kodiarana. Araka ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana dia noho ny fahanteran’ny foto-drafitrasa no nahatonga ny loza. Marihana fa tsy nisy ny namoy ny ainy, raha ramatoa iray izay nitsambikina avy eny no naratra vokatr’izay.

Nangonin’i m.L

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Les bouffes mobiles reviennent à Analakely

Les bouffes mobiles d’Analakely reprennent leur place habituelle malgré l’assainissement effectué par la Commune urbaine d’Anta­nanarivo (CUA), il y a quelques mois. « Effectivement, nous avons enlevé les bouffes mobiles de leur place, devant l’Institut d’hygiène, mais leurs gérants refusent de quitter les lieux. Les bouffes mobiles sont donc revenues à leur ancienne place », explique Harilaza Raharivelo, délégué au 1er arrondissement dans la commune d’Antananarivo-Renivohitra.Différents emplacements ont été tracés pour une bonne vue d’Analakely, mais les gens préfèrent rester à leur place habituelle. « Nous avons des propositions d’emplacements pour les bouffes mobiles et les marchands ambulants mais les gens ne les respectent pas », ajoute t-il. « Les gens ont l’habitude de nous voir ici, à Analakely. Nous serons prêts à accepter les dispositions prises par la commune si cela ne nuit pas à notre commerce », insiste Tojo Nantenaina, un vendeur de confection sur un véhicule.La commune compte partager la route vers Soarano en deux. D’après Edison Razafintsiahoarana, directeur de l’urbanisme et du développement auprès de la CUA, « tous les véhicules de stationnement en activité commerciale doivent êtredéplacés. Ainsi, la route d’Andohananalakely vers Soarano aura un double sens. Nous sommes encore entrain d’achever les pavillons situés sur l’esplanade Analakely ». Un grand assainissement est prévu cette semaine à Analakely d’après le délégué du 1er arrondissement.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Sampras Rakotondrainibe et les Ranaivo en invités de marque

Toky, Narindra et Mialy Ranaivo ainsi que Sampras Rakotondrainibe, quatre expatriés évoluant en Afrique, participent au championnat de Madagascar de tennis, catégories jeunes et vétérans. Tournoi qui a débuté hier, sur la terre battue de l’Acsa Ambohidahy.Au terme de la première journée d’hier, Narindra, tête de série numéro un en U14 filles a été fixée sur le nom de son adversaire de ce mardi. Il s’agit d’Ediane Haingoniaina (Vakinanka­ratra), qui a battu Aina Ravololonarimalala (Anala­manga) sur le score de 6/1, 6/3, au premier tour.Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Visite inopinée à Manjakandriana

Des substituts du procureur de la République du Parquet d’Antananarivo ont effectué une visite inopinée à la prison pour femmes de Manjakandriana. Maison de détention où se trouve notamment Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires, qui y est placée sous mandat de dépôt. L’opératrice en hôtellerie serait en bonne santé. Les informations indiquent par ailleurs, qu’elle est sous la coupe de « deux mises en détention préventive ». L’une sur le dossier déféré à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC) en avril, et l’autre concerne un autre dossier déféré fin juillet.

Lire aussi :  Manifestation devant le bureau du Bianco à Ambohibao
L'express de Madagascar0 partages

Dougl’and Wave concocte un nouvel opus

Bonne nouvelle pour les férus des chansons à thème militant. Le groupe Doug’l and the Wave s’apprête à sortir un nouvel album, au plus tard en décembre. Dougl’ et sa bande a dévoilé un clip fraîchement intitulé « Zavaboahary », extrait de son nouvel album éponyme, actuellement en préparation. « La prise de son et le mixage viennent d’être achevés, nous projetons de le dévoiler avant la fin de l’année », annonce Dougl Andriamihaja.Le sextuor est composé de Piu et Faneva aux guitares, Dina à la basse, Zo la batterie, Zorg au clavier et Doug’l au micro. Persévérant dans le milieu musical depuis 2012, où il a commencé à peaufiner son premier album, « Doug’l and the Wave » puise ses inspirations dans l’amitié et la fraternité qui renforcent sa musique.Dougl Andriamihaja a fait ses premières armes en 2009 dans la culture hip hop. Décidant de s’engager pour une grande cause, il a choisi comme thème de prédilection la protection de l’environnement. Son album «Zavaboahary» en est ainsi la parfaite illustration.« Doug’l and the Wave» entame son petit bonhomme de chemin dans le milieu et ne cesse de réunir les rythmes roots, rap et reggae à sa cause.Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Un projet de développement pour Vatomandry

Du concret. Un avant-projet de développement local pour le district de Vatomandry a été élaboré par l’Agence malgache de développement économique (AMDP). Le document a été présenté au Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, par les dirigeants de l’Agence en présence du chef de la région Atsinanana et des représentants des agriculteurs de huit communes de Vatomandry.L’objectif consiste à pouvoir lancer plusieurs productions en chaînes de valeurs, notamment pour les filières riz et maïs.« Toutes les régions ont besoin de ce genre d’initiative pour redresser l’économie, et sortir de la pauvreté », a souligné le Président Hery Rajaonarimampianina.Selon le directeur général de l’AMDP, Hugues Ratsiferana, les travaux ont déjà commencé dans la commune de Niarovana Caroline, pour la production de semences à vulgariser dans la région Atsinanana. Le démarrage officiel des travaux a lieu cette semaine. Dans un premier temps, le projet se focalise sur la filière maïs. Il sera possible de développer un cycle de deux cultures de maïs, associé au haricot, sur 7 000 ha de terres arables, avec une production totale de 70 000 tonnes par an à partir de 2018. C’est l’objectif final, mais pour cette année, le projet vise d’abord 1 000 ha de plantation de maïs. Il prévoit également la mise en place d’infrastructures de base, comme les routes, et l’énergie pour la transformation du maïs, avec deux maïseries qui seront installées dans deux communes.Quant à la filière rizicole, le projet prévoit d’exploiter plusieurs milliers d’hectares, avec l’installation de grandes infrastructures hydroagricoles, dont des canaux d’irrigation d’une longueur totale de 32 km. L’objectif est d’obtenir deux cycles par an, sur 4 000 ha bien exploitées ; le taux moyen de productivité envisagé pour le démarrage est de cinq tonnes à l’hectare, avec deux cycles par an.Pour ce projet à Vatomandry, l’AMDP a pour rôle d’accompagner le développement local, à travers des centres de formation des acteurs des collectivités locales, ainsi qu’au niveau des opérateurs économiques. L’Agence compte amener, à travers ce projet, dans les deux années à venir, une valeur ajoutée d’environ 60 millions de dollars, en termes de PIB, et créer plus de 20 000 emplois, avec le concours de la population, ainsi que par la pratique effective du partenariat public-privé.

Recueillis par Prosper Rako

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Un service de soins à mettre pour l’informel

Un décalage à redresser. À Madagascar, 74% de Malgaches actifs travaillent encore dans l’informel, alors que 35% des produits de notre économie proviennent de ce secteur. C‘est donc dans l’objectif de les inciter à faire la transition vers l’économie formelle que l’Organisation internationale du travail, à travers le Bureau international du travail (BIT) à Madagascar, s’intéresse à ces acteurs de l’informel afin qu’ils puissent bénéficier de la protection sociale qui fait partie de la base de la paix sociale.Ainsi, sept plateformes de travailleurs informels, issues des districts d’Antsirabe, Ambatolampy, Betafo, Ambositra, Fandriana, Mahajanga, et Marovoay, cueillent déjà les fruits de la promotion de ce nouvel agenda. Depuis quelques temps, les membres de ces plateformes ont pu bénéficier d’un recouvrement sanitaire auprès de Centres de santé de base, de services médicaux des travailleurs, de services inter entreprises, ou autres.Cela a été possible grâce au paiement d’une cotisation par les membres de la plateforme, ainsi que de l’accord entre celle-ci et le centre médical concerné. De fait, ces deux parties ont accepté de collaborer pour assurer la santé, source de productivité, des travailleurs.Un atelier de suivi-évaluation de cette première expérience en matière de recouvrement sanitaire des travailleurs informels s’est tenu à Antsirabe, le mercredi 26 juillet dernier, en présence des responsables du BIT et du ministère du Travail et des lois sociales. Les résultats de cette rencontre serviront ensuite de références dans la mise en place et dans l’élargissement de cette activité de recouvrement social dans les chefs-lieux de province et dans d’autres districts, ce après la mise en place de la plateforme nationale que le BIT projette de réaliser avant la fin de cette année.Après le domaine de la santé, l’agenda vise également à promouvoir tout ce qui concerne la  protection sociale en général pour tous les travailleurs.Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Tennis de table – Champ de détection pour seize joueurs

Une aubaine pour les fanas de tennis de table. La discipline bénéficiera de l’aide du gouvernement chinois tout comme la natation et l’haltérophilie dès cette année. « Pour le tennis de table, il y aura seize joueurs âgés de quinze à vingt-cinq ans qui vont suivre un stage intensif de cinq mois à Antananarivo et qui vont être sous la houlette d’un expert chinois. Les seize joueurs sélectionnés iront en stage pour cinq mois en Chine pour l’année 2018. Ce nombre sera réduit et les membres de l’équipe nationale iront encore en Chine pour cinq mois de formation juste avant la tenue des Jeux des îles de l’océan Indien qui se dérouleront à Maurice en 2019 », rappelle Tahiry Rakotoarisoa, directeur technique national de la fédération malgache de tennis de table.Pour entamer les premières détections en vue de choisir les seize joueurs qui auront droit à la formation, la fédération malgache de tennis de table organisera les championnats de Mada­gascar du 10 au 15 août au Palais des Sports de Maha­masina. Une scène nationale qui réunira les meilleurs joueurs et joueuses du moment qui auront des épreuves par équipes et individuelles ainsi que les doubles messieurs, doubles dames et doubles mixtes.Outre la ligue d’Anala­manga, qui vient à peine de terminer son championnat, d’autres ligues régionales seront attendues à savoir celles d’Atsinanana, d’Alaotra Mangoro, de Vakinankaratra, d’Amoron’i Mania et de Haute Matsiatra.« Nous aurons du travail, certes, mais nous nous sommes engagés à travailler dans le but de promouvoir et de développer le tennis de table à Madagascar. C’est une chance inouïe d’avoir le soutien du gouvernement chinois pour redorer le blason de la discipline, déjà au niveau de l’Océan indien », termine Tahiry Rakotoarisoa.

Lire aussi :  Tennis de table - Aro rafle sept titres régionaux

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Education – Une école d’enfants à risque d’apatridie à rénover

Les neuf salles de classe de l’École primaire publique (EPP) à Andriba, dans la région de Betsiboka, seront entièrement rénovées à la prochaine rentrée scolaire. Cet établissement a des élèves à risque d’apatridie, selon Maika Mahazaka Fandresena, responsable de communication de l’association « Focus development », hier. Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, d’ajouter que certains enfants ne disposent pas d’acte de naissance. L’absence de cet acte administratif pourrait être une entrave à leur scolarisation.Ce qui a, notamment, poussé cette association à financer la réhabilitation de l’établissement. « Nous voulons donner la même chance de réussite à tous les enfants», lance Maika Mahazaka Fandresena.La réhabilitation de cet établissement est le fruit de partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’association « Focus development », et le Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations Unies. Ce dernier a initié le projet. Le coût des travaux est à hauteur de 95 millions d’ariary. Les travaux vont bientôt commencer.Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Des centres de secours implantés

Bonne nouvelle. Cinq centres de secourisme seront pour bientôt mis en place dans cinq régions. Il s’agit de Sofia, Vatovavy Fitovinany, Menabe, Atsimo Andrefana et Analanjirofo. Ce projet a pour objectif de renforcer les capacités du personnel du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc). Il est financé par la Banque Africaine pour le développement (BAD), à hauteur d’un million de dollars. En ce sens, a eu lieu l’ouverture officielle d’un atelier dans le bureau de la Région Sofia à Antsohihy, hier. Des membres du personnel du Bngrc , des chefs-régionaux en sont les principaux bénéficiaires.« Madagascar est vulnérable au changement climatique. Il faut donc renforcer les systèmes d’alertes précoces pour sauver des vies. Ces cinq centres sont équipés de matériel de gestion des catastrophes naturelles », explique le général Charles Rambolaharison , secrétaire exécutif adjoint du Bngrc. Ce projet  durera  six mois. « La mise en œuvre de ce projet fera suite à l’atelier et à la formation »,reprend le responsable.

Fanomezana Rasolomahery

L'express de Madagascar0 partages

Andrefan’Ambohijanahary – Un gang armé attaque un policier à son domicile

Cette fois-ci, un brigadier-chef connu de ses services à la brigade criminelle (BC) d’Anosy a été la cible d’une bande de huit individus armés de pistolet automatique et d’armes blanches. Les malfrats ont fait irruption dans sa maison à Andrefan’Ambohijanahary, près du camp de Général Ratsimandrava, vendredi 4 août vers 2h 30 du matin. « Les bandits ont réussi à s’introduire dans sa chambre, en fracturant la porte principale », a indiqué une source proche de l’enquête. Le policier a essayé de riposter en faisant usage de son arme à feu, pour dissuader les braqueurs. Ces derniers opéraient à visage découvert, mais sont repartis les mains vides à cause des tirs du brigadier.Ils se sont enfuis dans les dédales du quartier, après trois coups de feu successifs qui ont retenti sur les lieux d’assaut, selon un voisin. Celui-ci a immédiatement prévenu la gendarmerie à côté, pour intervenir. Deux suspects se sont fait cueillir, tandis que quatre autres ont pu disparaître de la circulation. Tôt, les deux hommes arrêtés ont été placés en garde à vue à la BC pour enquête.Aucune nouvelle arrestation n’est, jusqu’ici, signalée par la police. Le mobile du crime pourrait reposer sur un hold-up, si l’on se tient aux informations de la BC saisie de l’affaire. Le brigadier-chef s’en est sorti indemne. Mardi 13 juin, un braquage similaire, dont la victime était une gendarme, a également eu lieu à Andrefan’Ambohijanahary.Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Un conflit conjugal vire au meurtre

Un conflit conjugal s’est soldé par un homicide sur la falaise de Manakambahiny, vendredi 4 août, aux alentours de 17 h. Le mari ayant accusé sa femme d’être infidèle a fini par la pousser dans un ravin. La victime a fait une chute de 15 mètres en contrebas et est morte sur le coup. Le meurtrier a été arrêté et écroué à Antanimora après l’enquête. Il s’était dopé avant de tuer sa femme.

L'express de Madagascar0 partages

Bande de Huit

Un gang de huit individus armés ont fait beaucoup parler d’eux depuis lundi 31 juillet dans la capitale. Quatre braquages ont été enregistrés en une semaine, dont ces huit bandits en seraient les auteurs, d’après les informations de la police.