Les actualités Malgaches du Dimanche 08 Juillet 2018

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Une nouvelle compagnie dans le ciel malgache

La nouvelle filiale d’Air Madagascar, Tsaradia, a été lancée le 2 juillet 2018. La compagnie, annoncée l'année dernière, sera dédiée au réseau domestique.
La nouvelle filiale domestique d'Air Madagascar, baptisée Tsaradia, va disposer d'une flotte composée de 4 ATR 72 et 42 ainsi que de deux Twin Otter. Selon la presse locale, les fréquences seront doublées sur certaines destinations comme Nosy-Be, Antsiranana, Toamasina et Tolagnoro.
Le nouveau transporteur s'appuie sur sa culture malagasy. L’identité visuelle de Tsaradia comme son nom, exprime son appartenance à la Grande Ile. Le communiqué ajoute : "Animal emblématique de Madagascar, le lémurien revêt les couleurs symboles de la compagnie : une dominante de Terre Rouge alliée aux couleurs du Ciel, du Soleil, de la Nature, enveloppés d’un bleu profond couleur du voyage et de la sérénité".
Le lancement de cette entité domestique est un des éléments du Business Plan proposé par le partenaire stratégique Air Austral de l'entreprise malgache : "La consolidation et le développement du marché domestique font en effet partie des trois axes prioritaires autour duquel se construit le plan avec le développement du leadership d’Air Madagascar à l’international notamment sur l’axe Madagascar-France et le renforcement de la coopération sur le réseau régional", explique le groupe.
Sources: Dépalcementspros.com
Madaplus.info0 partages

Comprendre le Moraingy à travers les oeuvres de Christian Sanna, jeune photographe de la diaspora

A Madagascar, le « moraingy » est un art martial traditionnel du nord-ouest de l'île. Autrefois utilisé comme entraînement à la guerre ou comme rite initiatique pour marquer le passage à l'âge adulte, il avait presque disparu durant la colonisation. Mais depuis une petite dizaine d'années, la pratique de ce type de boxe a conquis une jeunesse déboussolée en quête d'identité. Une quête immortalisée par le photographe Christian Sanna. Après Bamako, New York et Toulouse, les clichés de ces lutteurs sakalava sont pour la première fois exposés dans le pays d'origine du jeune artiste.
« On comprend qu'on est sur un ring, on voit le public autour, on voit le dos du lutteur qui est musclé, mais ce qui est le plus important, c'est vraiment cette main derrière. La main de l'aide-soignant qui vient et qui le soutient. Parce que pour moi, c'est ça le moraingy. C'est vraiment une idée de connexion dans la communauté. »
Corps massifs, poses aériennes, regards qui défient l'objectif. Christian Sanna offre aux visiteurs une plongée au cœur des combats informels de cet art martial ancestral.
Pendant trois ans, les dimanches après-midis, l'enfant du pays a arpenté les plages de sable fin et les parkings bétonnés de Nosy Be, Hasselblad argentique en main, pour capturer les errances et désirs de résilience de ses amis lutteurs.
« Beaucoup des jeunes de Nosy Be, quand Nosy Be a commencé vraiment à perdre toutes les économies locales, que ce soit le rhum ou la canne à sucre, ils se sont un peu retrouvés sans avoir de formation, et d'un coup le tourisme est arrivé, et beaucoup de ces jeunes-là se retrouvent sans avoir de place dans tout ça. Beaucoup de mes amis me disaient : "On n'arrive pas à trouver du travail, donc on ne peut pas construire une famille, nos parents ne nous voient pas comme des adultes." Et ils me disaient : "Au moins en faisant le moraingy, en m'entraînant, je retrouve des camarades, et puis quand je gagne, je deviens quelqu'un d'important. On me respecte." Donc il y a vraiment cette idée de reconstruction identitaire de ces jeunes garçons à travers un art martial traditionnel. Et moi c'est vraiment ce côté-là que j'ai voulu illustrer avec mes clichés. »
Des clichés puissants, envoûtants même, à découvrir jusqu'au 21 juillet à l'Institut français de Madagascar, nous espérons revoir ces oeuvres en France notamment dans la capitale où réside la plupart de nos compatriotes.
Sources RFI
Madaplus.info0 partages

Eulalie : la jeune héroïne d’Itasy reçue à Iavoloha

Le héros Mamadou Gassama appartient au Mali tandis que Madagascar a une jeune héroïne qui s’appelle Rafaramalala Heriniaina Eulalie. Elle a été reçue par le Président de la République malgache vendredi dernier au Palais d’Iavoloha.
Pour son acte de bravoure, la jeune Eulalie a été élevée Chevalier de l’ordre du mérite de Madagascar. Rappelons qu’elle a sauvé un bébé de la noyade lors de l’accident survenu sur la route d’Arivonimamo le dimanche 01 Juillet 2018. Le Président Hery Rajaonarimampianina a martelé qu’Eulalie a vraiment montré du courage en ayant eu l’initiative de faire sortir le petit bébé hors de l’eau. Sans elle, ce dernier ne serait probablement plus de ce monde. C’est toute une société qui devrait s’inspirer du courage de la jeune fille.