Les actualités à Madagascar du Lundi 08 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara216 partages

Mois de la langue malagasy : Le poète-écrivain  Momo Jaomanonga offre une éducation à la Antakarana 

le poète Momo Jaomanonga sera  en mode enseignant dans quelques  jours.

Juin est le  mois de la langue malagasy. Alors, c’est  une occasion  pour  le poète-écrivain  Momo Jaomanonga d’offrir un cours de Kabary au jeune  d’Antsiranana les 13, 20 et 27 juin prochains.  

« Je veux partager le peu que j’ai », a-t-il dit avec humilité.  Ce mois est  important pour cet  orateur membre de Havatsa-Upem  depuis 2019. « Juin est la période charnière de l’histoire de Madagascar. Les trente jours de ce mois  sont très significatifs pour nous.  Non seulement c’est le mois  où les malagasy célèbre leur indépendance, mais également un mois où le varatraza, l’Alizée, qualifié par les Antakarana comme  le vent de l’espoir,  souffle dans la partie Nord». Très attaché à la culture de la partie septentrionale de l’Ile, Momo Jaomanonga ne fait   pas les choses   par hasard, il se réfère toujours à  la tradition ancestrale.

Depuis quelques décennies, l’Afrique en général, et Madagascar en particulier, assiste à l’avancée   de la technologie, ce qui permet à la population locale d’avoir une relation avec l’extérieur. Face à cette situation, le jeune poète ne cache pas son inquiétude.  Les jeunes d’Antsiranana ont tendance à  oublier  la  culture du pays au profit de celle de l’extérieur. « Ils s’occidentalisent de plus en plus ».  Donc, Momo Jaomanonga a une mission,  rappeler  à ces jeunes les us-et-coutumes malagasy.  Le  poète a remarqué   que nombreux  de ces jeunes  deviennent des cadres ou responsables d’entreprises.  Pourtant,  ils  n’osent pas parler lors des conférences ou dans des cérémonies. « Il est vrai que nous sommes dans l’ère de la mondialisation où la connaissance de la langue étrangère, notamment  l’anglais,   est un atout », mais Momo Jaomanonga a fait savoir qu’un peuple sans culture est un peuple déraciné. « On entend très souvent opposer développement et tradition, comme si le développement se faisait à partir de rien, comme si la tradition n’avait pas été peut-être aussi, à ses origines, un développement », a-t-il expliqué.  Fidèle à son engagement, la pandémie Covid-19 n’a pas empêché l’auteur de Taratasin’ny zaman’i Jao d’accomplir sa mission. Cependant, les mesures et les consignes de sécurité comme le port du masque, distance d’un mètre, lavage des mains seront strictement respectés.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara160 partages

Berija Ravelomanantsoa : Mandat de dépôt à Antanimora

Déféré devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy samedi dernier, Berija Ravelomanantsoa, a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, campagne de dénigrement contre le régime. Ce sont entre autres, les chefs d’inculpation qui pèsent contre lui. Les quatre autres personnes soupçonnées d’être ses complices ont quant à eux, bénéficié d’une liberté provisoire. Il s’agit de son épouse, sa mère, son frère et une femme qui a pris une photo lorsque Berija Ravelomanantsoa a été amené à la Brigade des Recherches criminelles à Fiadanana après son arrestation. Ses proches familles sont accusées de complicité en cachant son ordinateur et ses téléphones. D’après les informations, le procès de l’affaire Berija aura lieu le 21 juin prochain.

Davis R

Midi Madagasikara56 partages

Rangaina-Fieferana : Deux femmes violées par huit bandits durant l’attaque de leur domicile

Quelle atrocité ! La nuit du samedi 6 au dimanche 7 juin, ces deux habitantes de la Commune rurale de Fieferana, district d’Antananarivo Avaradrano ont subi le pire de leur vie. Non seulement, elles ont été volées, mais elles ont été violées par leurs prédateurs. L’acte a été commis dans le village appelé Antsahavola, fokontany de Rangaina,quand vers 1 heure du matin une bande composée des huit individus en cache bouche et muni d’un fusil de chasse et d’armes blanches se sont introduits de force dans leur maison pour réclamer de l’argent. Une fois à l’intérieur, les malfaiteurs s’en sont pris à ces deux femmes pour les forcer à s’adonner à eux et cela a duré une heure de temps. Selon les informations, les victimes n’ont pu alerter leurs voisins que le matin, soit vers 6 heures 30. En effet, les forces de l’ordre n’étaient avisés que tardivement. Selon toujours les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, ces bandits ont encore perpétré une autre attaque à Makarango, dans la Commune rurale d’Ankadikely-Ilafy quand ils ont quitté Rangaina. On attend alors la suite de cette affaire. Cet acte de banditisme a de nouveau réitéré que l’insécurité ne cesse de s’empirer dans les communes périphériques de la capitale. Le pire est de constater que cela prévaut en cette période d’État d’urgence sanitaire où le couvre-feu est instauré dans le pays.

T.M.

Midi Madagasikara5 partages

Covid-19 : Neuvième  décès 

Un homme de 63 ans est décédé à Toamasina suite à des complications liées au Covid-19. Il s’agit du 9e décès à Madagascar depuis le début de l’épidémie. Cette dernière victime souffrait d’hypertension artérielle doublée d’un antécédent d’asthme, faisant de ce patient un sujet particulièrement vulnérable.

Actuellement, Madagascar compte 1052 cas confirmés de Covid-19, dont 80 durant le week-end dernier. En effet, 54 nouveaux cas ont été rapportés samedi, et 26 hier. Pour la journée de dimanche en particulier, le laboratoire de l’Institut Pasteur de Madagascar à Antananarivo et son laboratoire mobile à Toamasina ont relevé 20 cas positifs, dont 11 au labo mobile sur (39 prélèvements) et 9 à Antananarivo (sur 106 prélèvements), parmi lesquels 4 sont localisés à Antananarivo Renivohitra, 2 à Arivonimamo, 1 à Ambohidratrimo, 1 à Ambohimanga, et 1 à Miarinarivo. De son côté, le laboratoire de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) a détecté 6 cas positifs sur 99 prélèvements traités. A ce jour, Madagascar compte encore 811 patients en traitement dont 9 formes graves : 4 à Befelatanana, 4 au CHU Morafeno Toamasina et 1 à l’hôpital Andohatapenaka. En revanche, 233 personnes sont déjà guéries du coronavirus depuis le début de l’épidémie à Madagascar. Les derniers à avoir quitté l’hôpital sont tous issus de Toamasina. Il s’agit d’un patient pris en charge au CHU Morafeno et de 20 autres au foyer Canada. Le nombre de tests PCR réalisés à ce jour, est de 13.608.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Ambassade de Madagascar à Paris : Vers le limogeage d’un agent auteur de violences conjugales

L’affaire risque de ternir l’image de l’Ambassade de Madagascar à Paris.

Un quadra en poste à la représentation malagasy au 4, Avenue Raphaël, 75016 à Paris, a été interpellé par la Police en France avant d’être relâché.

Comme l’a rapporté la presse française, notamment Le Parisien, un agent de l’Ambassade de Madagascar à Paris, a été interpellé par la Police à Massy (Essonne) « dans la nuit du vendredi 22 mai après l’alerte donnée par son épouse ». Cette dernière aurait été « saisie à la gorge et poussée » par son compagnon « très alcoolisé ».

Immunité diplomatique. En raison de son immunité diplomatique, le parquet d’Evry a décidé de faire remettre en liberté A.R contre lequel, aucune poursuite ne sera engagée par la justice française. Qui plus est, la victime a retiré sa plainte contre l’homme qui fait partie du personnel technique (PET) de l’Ambassade depuis une dizaine d’années. Quoiqu’il ne soit pas à proprement parler un diplomate, ce presque Quadra (il a un an de moins) bénéficie effectivement de l’immunité diplomatique prévue par la Convention de Vienne.

Persona non grata. Il a eu de la chance puisque contrairement à d’autres pays où l’immunité diplomatique n’est pas de mise dans des affaires privées, elle est quasi-systématique en France, même en dehors de l’exercice des fonctions diplomatiques. Mais s’il a échappé aux mailles de la justice du pays hôte, A.R risque d’être déclaré « persona non grata » par les autorités françaises qui pourraient alors l’expulser. Côté malagasy, pas besoin de lever son immunité diplomatique car il est question en haut lieu de « l’enlever de l’Ambassade de Madagascar à Paris ». En tout cas, en sa qualité d’Ambassadrice de l’UNFPA pour la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG), Mialy Rajoelina ne laissera pas non plus passer cette affaire car « Il y a une femme en danger », pour reprendre l’alerte lancée par le collectif « #Nous Toutes » en France.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara2 partages

Covid-2019 : Rapatriement de 1254 ressortissants malgaches bloqués à l’extérieur

L’Etat Malagasy procède actuellement au rapatriement de ses ressortissants.

Les ressortissants Malagasy vivant à l’étranger sont dans une situation intenable, à tel point qu’ils font appel aux tenants du pouvoir de la Grande île.

Face à la propagation du Covid-19, non seulement à Madagascar mais dans le monde entier, la Grande île a pris des dispositions pour rapatrier ses ressortissants à l’étranger. Selon le communiqué émanant du ministère des Affaires Étrangères, le gouvernement Malagasy mettra en place dans les meilleurs délais possibles, des dispositifs de rapatriement au vu des désagréments et des situations de précarité que peuvent être amenés à vivre nos ressortissants depuis la suspension des liaisons aériennes et maritimes à l’entrée des frontières de Madagascar. Les critères établis dans le cadre de cette coordination tiennent compte de la situation de vulnérabilité et de précarité de chaque individu ». A la suite de cette décision, 164 ressortissants Malagasy vivant au Koweït vont rentrer au pays ce jour, et ce, en en collaboration avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Par la suite, ils seront placés en quarantaine auprès de deux hôtels dans la capitale.

Dispositif logistique. Toujours est-il que 1.254 ressortissants Malagasy sont « bloqués » en Asie, Afrique, Europe, Etats-Unis, Japon et Chine depuis le début de cette pandémie. Une situation qui n’est guère favorable pour leur cas, avec ces dispositions prises par le pouvoir central, ils vont se soulager. Mais reste à savoir, s’ils vont tous sortir de la situation dans laquelle ils se trouvent. Toujours d’après le ministère des Affaires Etrangères, leur rapatriement implique la mobilisation d’un dispositif logistique pour la mise en confinement dans les locaux contrôlés par l’Etat, et qui seront suivis notamment de suivis médicaux. D’après toujours le communiqué que, tout rapatriement de nos ressortissants, concédé à titre exceptionnel, n’implique nullement la réouverture de l’espace aérien Malagasy. Les mesures de restriction en vigueur à cet égard demeurent valides et inchangés.

Vols exceptionnels. Pour le cas de nos ressortissants en France en particulier, ce serait une bouffée d’oxygène pour eux, du moins pour ceux qui voudraient rentrer au pays. Faut-il rappeler , que la France quant à elle, a déjà rapatrié à trois reprises leurs ressortissants de Madagascar, en négociant des vols exceptionnels avec les autorités malagasy durant les périodes de l’état d’urgence. En début de la crise actuelle, le gouvernement américain a pu négocier aussi, et ce malgré les mesures de fermeture exceptionnelle des frontières, le rapatriement des américains restés sur le sol malagasy.

Recueillis par Dominique

Midi Madagasikara2 partages

Tsaradia : vols de rapatriement de 180 ressortissants  français cette semaine

A travers ses  vols tout-cargo, Tsaradia maintient un minimum d’activités, tout en apportant sa contribution  dans la vie socioéconomique du pays.

La compagnie aérienne Tsaradia, filiale d’Air Madagascar pour le réseau domestique effectue des vols exceptionnels, et ses responsables font tout pour la maintenir en vie, tout en se préparant à l’après-coronavirus.

Frappée de plein fouet par les effets néfastes de la crise sanitaire, la compagnie aérienne malagasy Tsaradia  est encore loin de sortir de la  zone de turbulences. « On traverse actuellement une période très difficile », déclare Andriamamonjy Rafanomezantsoa, Directeur Général de Tsaradia qui doit sa survie aux quelques vols exceptionnels qu’elle assure, ainsi qu’aux vols tout-cargo récemment mis en place.

Rentabilisation

En somme, Tsaradia continue de bénéficier  de la confiance des Etats et des usagers du transport aérien puisque la compagnie va assurer cette semaine le rapatriement de ressortissants français.  Ils seront exactement 180 passagers à rentrer en France via la Réunion avec les trois vols prévus par Tsaradia les 12 et 13 juin prochains avec un des ATR 72. Cet appareil précisons-le , est d’une  capacité de 60 sièges. Et pour  une rentabilisation maximum de  ces vols de rapatriement, Tsaradia effectuera des vols cargo au retour de la Réunion. En effet, les vols cargo sont  permis même sur les réseaux régionaux et long courrier. Par ailleurs Tsaradia a également assuré des vols de rapatriement des employés étrangers d’Ambatovy. L’un des Twin Otter de la compagnie, jusqu’ici non opérationnel, a même été réparé pour mettre en service au profit des vols de rapatriement. L’autre activité de la période de confinement concerne les vols tout cargo. « On est entre une et deux fréquences tout-cargo par semaine », précise le DG de Tsaradia qui se réjouit du fait que cette option tout-cargo enregistre plutôt un bilan satisfaisant à seulement trois semaines après son lancement. « Nous avons commencé avec la ligne Antananarivo-Sambava, mais les autres provinces sont également desservies en  fonction de la demande ».  Quoiqu’il en soit, ces vols exceptionnels assurés sont d’une utilité particulière en cette période de crise sanitaire puisqu’ils ont notamment permis de transporter des médicaments et des matériels  dans  les régions concernées par le Coronavirus.

Manque à gagner

Ces vols permettent également à Tsaradia  de maintenir un minimum d’activités et d’éviter ainsi un crash total. Car la situation  n’est pas du tout reluisante pour cette compagnie qui a accusé un manque à gagner d’un peu moins de trois millions de dollars depuis le début de la crise.   En effet, Tsaradia a enregistré 6000 annulations de billets depuis le début de la crise. « Pour la survie de la compagnie, on doit faire preuve de persévérance et prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour rentabiliser toutes les opportunités qui se présentent » selon toujours le D.G de Tsaradia qui reste jusqu’à présent l’une des rares entreprises à préserver les emplois. « Tant qu’on peut le faire, on évitera une compression du personnel ». Sur ce point, d’ailleurs Andriamamonjy Rafanomezantsoa se félicite de l’implication du personnel pour sauver la compagnie. Tsaradia bénéficie par ailleurs, de l’appui de sa maison mère Air Madagasikara qui lui a par exemple loué un Boeing 737-600.  En somme, Tsaradia  survit malgré la conjoncture. Et les dirigeants de la compagnie croient encore en une relance, après la crise sanitaire. « Il y aura une période après crise et on doit d’y préparer », conclut le DG Andriamamonjy Rafanomezantsoa qui pense déjà à un renouvellement de la flotte. En effet, la flotte de 6 ATR dont dispose la compagnie est dépassée par rapport aux besoins du marché.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Banalisation du nombre de cas de contamination

Le nombre de cas de contamination révélés par les tests effectués par l’IPM  et les différents laboratoires de la place ne semble plus à étonner les Malgaches. La banalisation de la situation devrait plutôt les inquiéter. Les chiffres sont désespérément les mêmes.On constate  une vingtatine ou  une trentaine de cas positifs tous les jours et on semble accepter avec fatalité l’annonce des cas graves et  des décès. Le constat est cependant effrayant : la propagation du virus se fait rapidement. On frémit à l’idée que si on pouvait faire  des tests par dizaine de milliers, on s’apercevrait que la pandémie est en train de gagner du terrain,

Banalisation du nombre de cas de  contamination

Il ne  s’agit  pas d’affoler les Malagasy, mais d’affronter  la réalité. Le relâchement constaté durant un certain temps est en train de se solder par la multiplication des cas de contamination. Le non-respect des recommandations faites régulièrement a entraîné cette explosion des cas contacts. Les autorités ont aussi leur part de responsabilité puisqu’elles  ont laissé se former des attroupements de population voulant recevoir les aides financières. Le raidissement des mesures qu’elles ont édictées est  intervenu après, mais le mal était fait. Actuellement, les chiffres  montrent que l’épidémie est loin d’être maîtrisée. On procède tous les jours à deux cents ou trois cents tests, ce qui est notoirement insuffisant . Ils ne peuvent pas donner la véritable ampleur de la propagation du virus.  Les personnes   contaminées sont prises  en charge par des équipes médicales compétentes . Les protocoles des soins prodigués ne donnent lieu à aucune  critique. Il y a des guérisons tous les jours, mais l’augmentation des personnes hospitalisées ne rassure pas, loin s’en faut.  L’avenir est incertain et les citoyens sont  dans l’expectative. C’est vers le pouvoir qu’ils se  tournent pour avoir de réponses rassurantes.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un test rapide est en cours d’essai

Un test rapide de Coronavirus est en train de se mettre en place dans le pays. L’objectif est d’augmenter le nombre quotidien de test effectué à Madagascar, une augmentation dont la valeur est estimée être le triple, selon l’Organisation des Nations Unies.
La durée du test est de 45 minutes et douze régions pourront en avoir accès. Ce projet, effectué sur GeneXpert, est réalisé par le ministère de la santé publique avec l’aide de l’IMP (Institut Pasteur de Madagascar) et l’OMS (Organisation Mondiale de la santé).
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Rapatriement – Un vol du Koweit a atterri aujourd’hui

Il y a quelques jours de cela, le gouvernement a annoncé le projet de rapatriement des ressortissants malgache à l’étranger. Ces ressortissants n’ont pas pu rentrer à Madagascar depuis le 20 Mars et selon le ministère des affaires étrangères, ils ne sont nombreux, à l’extérieur, à être en difficulté.
Un premier vol de rapatriement est arrivé aujourd’hui, 08 juin 2020, en provenance du Koweït, ramenant plus de cent soixante malgaches. Les mesures prises, pour les passagers, seront strictes, selon toujours le gouvernement, dans son communiqué. Ces passagers ont déjà expiré leur visa, et ont vécu en irrégularité dans au Koweït, depuis. L’isolement sera obligatoire après leur arrivé, et ceci pendant 14 jours.
Tia Tanindranaza0 partages

Nidangana ny isa ho an’AntananarivoNiampy 2 ny matin’ny coronavirus

Niampy roa ireo namoy ny ainy vokatry ny valanaretina coronavirus eto Madagasikara.

Lehilahy iray 63 taona misy tosidra avo sady misohika no nodimandry tany tany Toamasina ny sabotsy teo, ary lehilahy iray hafa 44 taona ihany koa no namoy ny ainy ny zoma lasa teo tany an-toerana hatrany. Niakatra ho 9 izany ny fitambaran’ireo rehetra namoy ny ainy hatramin’izay. Tranga vaovao 51 ihany koa no notaterina teto ny sabotsy teo ary 26 ny alahady ka 77 izany tao anatin’ny roa andro.

43 no voa ho an’Antananarivo

Ny 43 tamin’ireo dia teto Antananarivo avokoa (28 ny sabotsy, 15 ny alahady) ary 33 kosa ny tany Toamasina. Raha voaboasana ireo tranga 26 notaterina omaly, dia 106 ny fitiliana nataon’ny IPM teto Antananarivo (4, Antananarivo Renivohitra, 1 Ambohidratrimo, 1 Ambohimanga, 1 Miarinarivo, 2 Arivonimamo). Ny laboratoara tany Toamasina kosa dia nanao fitiliana 39, ka 11 no voamarina fa voa tany an-toerana. 99 kosa ny fitiliana nataon’ny HJRA, ka nahitana tranga 6 vaovao. Raha tany Toamasina foana hatramin’izay no midangana ny isa dia tsikaritra ho nitsimbadika io tao anatin’ny roa andro farany. Tsy eto Antananarivo renivohitra ihany, fa misy tanàna vaovao lasibatra. Miisa 9 kosa ireo marary mafy na “forme grave”, ka ny 4 any amin’ny CHU Morafeno Toamasina, 4 ao amin’ny Hopitaly Belefelatanana, ary 1 eny amin’ny Hopitaly Andohatapenaka. 21 no sitrana notaterina omaly izay tany Toamasina avokoa. Mitotaly 1052 izany ireo marary hatreto, 233 ireo sitrana, ary 811 ny mbola manaraka fitsaboana. 13 608 ny fitiliana rehetra vita teto Madagasikara nanomboka ny 19 martsa, izany hoe 200 isan’andro izany ny salan’isa, kanefa nisy ny fanambin’ny Filoham-pirenena fa 1000 hatramin’ny 2000 isan’andro no tanjona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Nidangana ny isa ho an’AntananarivoNiampy 2 ny matin’ny coronavirus

Niampy roa ireo namoy ny ainy vokatry ny valanaretina coronavirus eto Madagasikara.

Lehilahy iray 63 taona misy tosidra avo sady misohika no nodimandry tany tany Toamasina ny sabotsy teo, ary lehilahy iray hafa 44 taona ihany koa no namoy ny ainy ny zoma lasa teo tany an-toerana hatrany. Niakatra ho 9 izany ny fitambaran’ireo rehetra namoy ny ainy hatramin’izay. Tranga vaovao 51 ihany koa no notaterina teto ny sabotsy teo ary 26 ny alahady ka 77 izany tao anatin’ny roa andro.

43 no voa ho an’Antananarivo

Ny 43 tamin’ireo dia teto Antananarivo avokoa (28 ny sabotsy, 15 ny alahady) ary 33 kosa ny tany Toamasina. Raha voaboasana ireo tranga 26 notaterina omaly, dia 106 ny fitiliana nataon’ny IPM teto Antananarivo (4, Antananarivo Renivohitra, 1 Ambohidratrimo, 1 Ambohimanga, 1 Miarinarivo, 2 Arivonimamo). Ny laboratoara tany Toamasina kosa dia nanao fitiliana 39, ka 11 no voamarina fa voa tany an-toerana. 99 kosa ny fitiliana nataon’ny HJRA, ka nahitana tranga 6 vaovao. Raha tany Toamasina foana hatramin’izay no midangana ny isa dia tsikaritra ho nitsimbadika io tao anatin’ny roa andro farany. Tsy eto Antananarivo renivohitra ihany, fa misy tanàna vaovao lasibatra. Miisa 9 kosa ireo marary mafy na “forme grave”, ka ny 4 any amin’ny CHU Morafeno Toamasina, 4 ao amin’ny Hopitaly Belefelatanana, ary 1 eny amin’ny Hopitaly Andohatapenaka. 21 no sitrana notaterina omaly izay tany Toamasina avokoa. Mitotaly 1052 izany ireo marary hatreto, 233 ireo sitrana, ary 811 ny mbola manaraka fitsaboana. 13 608 ny fitiliana rehetra vita teto Madagasikara nanomboka ny 19 martsa, izany hoe 200 isan’andro izany ny salan’isa, kanefa nisy ny fanambin’ny Filoham-pirenena fa 1000 hatramin’ny 2000 isan’andro no tanjona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy mpitandro filaminana ao ToamasinaNizara voninkazo sy arotava tamin’ny vahoaka

Tsy nanadino ny mponina ao Toamasina ireo vehivavy mpitandro ny filaminana any an-toerana omaly alahady nankalazana ny fetin’ny reny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

TsiroanomandidyNodorana velona niaraka tamin’ny zafikeliny ilay dadabe

Efa tena mivadika ho biby ny olombelona. Dadabe iray niaraka tamin’ny zafikeliny roa tany Iaboketraka atsinanana kaominina ambanivohitra Ambararatabe distrikan’i Tsiroanomandidy ny alarobia lasa teo no nodoran’ny vinantolahiny velona tao an-tranony.

Tokony ho tamin’ny 08 ora alina teo no nitrangan’ny loza. Vinantolahin’ny dadabe ihany no nahavanon-doza, izay fantatra fa vao 23 taona monja raha 8 sy folo taona ireo ankizy nodorany. 76 taona kosa ilay Dadabe izay tsy afa-nivoaka tao amin’ilay trano noho ny fidin’izany avy ety ivelany.. Na izany aza anefa dia tsikaritry ny mpiambina ny tanàna ity lehilahy ity teo am-pandorana ilay trano izay marihina fa tafo bozaka, misy rihina iray. Nandositra ity farany vokatr’izany saingy tsy lasa lavitra dia tratra. Tany ambony rihina moa no nahitana azy telo mianaka izay efa maty kilan’ny afo tanteraka. Raha ny fantatra hatrany moa dia olana ara-tokantrano teo amin’io lehilahy nandoro io sy ny zanak’ilay dadabe no fototra nanaovan’itsy voalohany izao vono olona mahatsiravina izao. Tsy tao an-toeran moa a ilay vehivavy zanak’ilay Dadabe tamin’ ny andro nitrangan’ny loza io fa nandeha nitady vola ivelan’ny tanana. Niaiky ny heloka vitany moa ity lehilahy ity izay tsiahivina fa nifandrombahan’ny fokonolona sy ny zaza mena ihany koa ka namoy ny ainy.

Nangonin’i Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Maternité AlasoraNozaraina couette ireo reny vao tera-bao

Noho ny fatongavan'ny fetin’ny reny omaly alahady 07 Jona dia tonga niarahaba ireo reny vao tera-bao tao amin’ny maternité

Alasora ny vadin'ny ben'ny tanàna Ramatoa Mireille Razaka Randriantsoa sy ireo mpanolo-tsaina manokana ary ireo mpiara-miasa akaiky ao amin’ny kaominina. Nisy nandritra izany ny fanolorana couette ho an'ireo reny nahazo zazakely rehetra mba ho fankasitrahana azy ireo manokana sy ho fahatsiarovana. Nankasitraka feno izany fandavan-tena nananan’ny vadin’ny Ben’ny tanàna sy ireo mpiara-miasa aminy izany ireo reny vao tera-bao tao an-toerana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy tavela any ivelany Miomana hampody azy ireo ny fanjakana

Namoaka fampitam-baovao omaly ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny Malagasy fa hampody ireo Malagasy any ivelany maniry ny hiverina an-tanindrazana.

Mihaotra ny 1 200 ireo teratany Malagasy nihitsoka tany ivelany ka miaina ao anaty fotoan-tsarotra taorian` ny fanakatonana ny sisin-tany ny 19 martsa lasa teo noho ny aretina Covid-19. Fanamby lehibe atrehin'ny Firenena maneran-tany ankehitriny ny famongorana ny valan’aretina Covid-19, hoy ny fanambarana. Nampahatsiahy moa ny minisitera fa nandray ny andraikiny rehetra hahatongavana amin’izany koa ny fanjakana Malagasy nanomboka ny 20 martsa 2020. Ny Fitondram-panjakana malagasy dia hametraka haingana araka izay azo atao ny rafitra sy rindrandamina hahafahana mampody ireo teratany Malagasy tavela any ivelany noho ny fanelingelenana sy ny tranga izay iainan'izy ireo hatramin'ny fampiatoana ny sidina ana habakaka sy an-dranomasina. Sivana apetraka ao anatin'ny fandrindrana izao fampodiana azy ireo izao ny toe-java misy iaianan’ izy ireo tsirairay avy. Ampanarahana ny fepetra ara-pahasalamana ny fampodiana, hoy hatrany ny fanambarana. Hatreto dia mihoatra ny an'arivony ny mpiray tanindrazana miaina ao anaty fotoan-tsarotra ka voasoratra anarana eto anivon’ny Minisiteran'ny Raharaham-bahiny. Ny famerenana azy ireo dia mitaky fahatomombanan’ny fampitaovana, hametrahana azy ireo amin’ny toerana mihiboka izay voaara-mason’ny Fanjakana sy hahafahana manara-maso azy ireo ara-pitsaboana. Tsy midika ho fisokafan’ny sidina mankaty Madagasikara io, hoy ny fanamarihana, ary mbola mipetraka ny fepetra rehetra mifandraika amin’izany.

Marigny A sy J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy niasa tany KoweitHo tonga eny Ivato anio

Anisan` ireo Malagasy misedra fahasahiranana taorian` ny fampiatoana ny sidina ana habakabaka sy an-dranomasina ireo nila ravinahitra tany Koweit.

 

Manodidina ny 164 isa izy ireo no napetraka taminà ivon-toerana vonjimaika. “Efa mipetraka avokoa ireo fepetra handraisana azy ireo” hoy ny CCO Covid-19 omaly. Tsy maintsy mandalo fitiliana sy fihibohana mandritra ny 14 andro ao amin` ireo hotely roa handray azy ireto teratany Malagasy ireto. Nanome toromarika mba hanakonana ny tarehin’ireo olona vao tonga amin’ny famohana azy ireo amin’ny fampahalalam-baovao ny manam-pahefana.Hatramin` ny nanombohan` ny krizy ara-pahasalamana, teratany Malagasy maro no sahirana noho ny fanakatonana sisin-tany. Tsy manana toerana hiantsonana ireo tantsambo miisa 700 izay miparitaka aminà fari-dranomasina maro samihafa. Ny fanjakana Malagasy moa dia hametra rafitra sy rindrandamina hahafahana mampody ireo teratany Malagasy tavela any ivelany. “Sivana apetraka ao anatin'ny fandrindrana izao fampodiana azy ireo izao ny toe-java misy iaianan’ izy ireo tsirairay avy any amin` ny firenena mandray azy ireo”

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiatoana ny «Tanàmasoandro » Nifaly ny mponin’Ambohitrimanjaka

Naneho ny hafaliany teo anatrehan’ny fiovan-kevitry ny fanjakana amin’ny fanatanterahana ny tetikasa Tanàmasoandro eny Ambohitrimanjaka ny mponina ny sabotsy teo.

 

Ny 3 jona teo raha tsiahivina no nanazavan’ny minisitra lefitra misahana ny tanàna vaovao Atoa Zasy Angelo, fa volabe no mety ho lanin’ny fanjakana ao anatin’ny fanotofana an’io, ary sarotra ny fandresen-dahatra ireo tompon-tany hatrany amin’ny 9000. Mbola miandry ny valin`ny fanadihadiana mifandraika amin`ny sosialy sy ny tontolo iainana ihany koa moa.Tsy ilay tetikasa Tanàmasoandro no toherina fa ny fanotofana ny tanimbary hiveloman’ny vahoaka, hoy ny solontenan’ny mponina, izay nisaotra ny sehatra samihafa, toy ny Firaisamonim-pirenena, CNIDH, SIF, CRAAD-OI, Mode Justice, mpanao politika, olon-tsotra,…. Nankasitraka ny antenimierandoholona, ireo depiote,… izay nanohana sy niady ny mba tsy hanotofana io lemak’i Betsimisaraka ihany koa. Etsy an-kilany, dia nifamotoana ny vatan-dehilahy ho an’ireo kaominina miisa 4 Ambohitrimanjaka, Fiombonana, Ambohidrapeto, ary Ankazomanga tamin’ny fanajariana ny lakandrano manondraka an’i Betsimitatatra. Vatan-dehilahy 150 no tonga nanao asa tànamaro ho fananganana ny barazy 200m eny an-toerana ny faran’ny herinandro teo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianaka voadonan’ny kamiaoNiparitaka ny atidohan’ilay zaza

Lozam-piarakodia mahatsiravina no nitranga teny Avaradoha, akaikin’ny Institut Pasteur, ny sabotsy teo,

tokony ho tamin’ny 3 ora tolakandro. Mpianaka hiampita arabe no voahitsaky ny kamiao mpitondra simenitra iray. Maty tsy tra-drano avy hatrany ilay zazalahy kely sahabo ho 5 taona, raha ny nambaran’ireo nanatri-maso, ary niparitaka ny atidohany. Ilay renim-pianakaviana kosa nentina namonjy hopitaly. Vokatry ny hatairan’ireo manodidina moa dia tsy voafehin’ny mpitandro filaminana hatramin’ny fitangoronana ary maro tamin’ireo nanatri-maso no tsy nanao arotava ao anatin’izao fahamehana ara-pahasalamana izao.

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy maha taitra intsony

Efa tsy maha taitra intsony ny fiarahamonina Malagasy amin’ny ankapobeny ny fanapahan-kevitra raisin’ny fitondram-panjakana ao anatin’izao hahamehana ara-pahasalamana izao.

 

 Efa lasa fahazarana ho an’ny ankamaroan’ny malagasy ilay fepetra miha mifanipaka andro aman’alina amin’ny zava-misy. Fehiny iray fotsiny, ohatra, ny hoe mitombo isa ireo mararin’ilay valanaretina malaza sy ireo mamoy ny ainy vokatr’izany kanefa dia mizotra tsikelikely any amin’ny fialana tanteraka amin’ny fihibohana isika ankehitriny. Vazivazy lasa ataon’ny olona fihomehezana any anaty tambazotran-tserasera sisa ny hoe efa maherin’ny arivo ny isan’ireo marary, noho izany tokony efa miala tanteraka amin’ny fihibohana manomboka amin’ny alatsinainy. Tsy ilay zava-doza nampitahorana azy hatrany am-piandohana intsony no fahitan’ny aparahatony ilay aretina fa na ny fitondrana arotava aza efa adinodino. Na ireo heverina ho tompon’andraikitra tokony hanara-maso aza moa toy ny efa tsy mivaky loha. Ny adilahy politika no tena hita ho mibahan-toerana fa hatramin’izao dia tsy mbola nahavita nametraka firaisankinam-pirenena akory ny fitondrana kanefa dia lakolosy maro no efa naneno hatrany am-boalohany niantsoantso fa fotoanan’ny fampihavanam-pirenena izao. Ny mifanohitra amin’izany aza ankehitriny no toa miseho. Efa hita fa tsy mampifanaran-tsaina ny mpiara-belona ilay fikitihana vakoka fa mbola atao ihany. Iny izao ny sabotsy teo naiditra am-ponja koa ny olona iray tsy mitovy fijery amin’ny fitondrana. Ireo mpiray fikambanana aminy aza moa milaza fa ny fianakaviany iray manontolo mihitsy no niharana sotasota niaraka aminy. Iza amin’ireo mpandinika sy mpamakafaka ny raharaham-pirenena hatramin’ireo heverina ho raiamandreny manana ny fahaizany eto amin’ny firenena moa no tsy miaiky fa mizotra any amin’ny fisaraham-bazan’ny malagasy sy korontana hampivarina ny firenena indray izao zava-misy izao. Na fiteny na fihetsika na fanapahan-kevitra asehon’ny ankamaroan’ireo mpitondra anefa andrasana ihany hatramin’izao mba hitondra, fara fahakeliny, fitoniana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanakianana ny fanjakana RajoelinaNadoboka eny Antanimora i Berija

Nadoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora ny sabotsy lasa i Berija Ravelomanantsoa taorian’ny fitazonana azy teny amin’ny Borigady misahana ny heloka bevava eny Fiadanana nanomboka ny alahady 31 mey lasa teo.

 Nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny reniny, ny vadiny, ny zandriny. Amin’ny 21 jolay 2020 ny fitsarana azy. Arahin’ny fitsarana maso ary miverina eny amin’ny sampana misahana ny “cybercriminalité” kosa Rtoa Mirana, izay enjehina miaraka amin’i Berija. Vesatra hanenjehana azy ireo fanaratsiana ny fitondram-panjakana tamin’ny alalan’ny tambajotra facebook. Eo ihany koa ny fanohintohinana ny filaminana anatiny sy fanakorontanana saim-bahoaka, raha ny fanazavan’ny mpisolovava azy ireo. Tsy nanana toerana nahafahana mitazona azy ny sampana “cybercriminalité”, ka izay no anton’ny fitazonana teny Fiadanana. Tena malahelo aho Atoa Filoha satria nandritra ny tetezamita dia nampiasainao io zanako io, hoy kosa ny reniny taorian’ny fahafahany. Tsy nisy tambiny fa fitiavana anao. Ny fanampiana anao no nampigadra azy tany Tsiafahy. Niaro anao foana izy io, kanefa ny “message” nifanaovana taminao tamin’ireny no nanadihadiana sy nampigadra azy. Raha toa ka misy zavatra nataony tsy zakanao mananinona raha mba nantsoinao mba miresaka. Ianareo roa mba mpiresaka sy mifandefa “message” . Izy mba nanavotra anao dia ianao indray izany izao no ohatran’ny hoe mampigadra azy, hoy ity renin’I Berija Ravelomanantsoa ity. Taorian’ny fiarahana tamin-dRajoelina, dia niara-dàlana tamin’ny olon’ny fanjakana Rajaonarimampianina toa an’Atoa Mbola Rajaonah izay nadoboka am-ponja nanomboka ny febroary 2019 i Berija.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Alban Rakotoarisoa Nanakiana mafy dia mafy an-dRajoelina

Tapitra ny 100 andro, efa fanovana governemanta fanintelony na faninefany no nisy, kanefa nireharehany ny hoe hitady “cerveaux” na avy eto an-toerana na avy any ivelany, ka tsy nisy “cerveau” daholo ve ireo tao ireo?

 

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ambatondrazaka Nohenjanina ny fepetra amin’ny fihibohana

Mitohy ny asa ataorehetra any Ambatondrazaka Faritra Alaotra Mangoro toy ny fanamboarana ny RN 44 sy ny ao Manainga Zipo manokana ary ny

 

fanamboarana ny kianja Rasolonjatovo na dia somary nihanitombo kely azy ny tsy fandriampahelemana any an-toerana. Mikasika ny fiatrehana ny ady atao amin’ny fihanaky ny tsimokaretina covid-19 dia somary nohenjanina kely ny resaka fihibohana any amin’ity distrika ity ka naroso amin’ny 1 ora atoandro ny fijanonan’ny asa andavanandro ataon’ny rehetra ary hentitra amin’ny fanaraha-maso amin’ny fanarahana ny fepetra amin’izany ireo mpitandro ny filaminana any an-toerana. Somary nampimenomenona ny olona ihany aloha tany am-boalohany izany fepetra izany satria maro ireo entana simba noho ny tsy fahalaniany nefa efa mihazatra ihany ankehitriny ny vahoaka amin’ity resaka ity. Raharaha somary nanahirana ny any amin’ity sompitr’i Madagasikara ity koa ny amin’ny fepetra nifanarahana tamin’ireo mpandidy vary tonga miasa any Ambatondrazaka izay voatery hiantohana ny saran-dalan’izy ireo mandroso sy miverina izay tsy dia nifanarahana loatra tany aloha tany.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Sakafo madio sy ara-pahasalamanaMbola mila ezaka be i Madagasikara

Hitarafana ny fandrosoan’ny firenena iray ny fananany sakafo madio sy ara-pahasalamana. Raha ny eto amin’ny firenena dia mbola mila ezaka be ny fanarahana ny fenitry ny sakafo ara-pahasalamana

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Ady atao amin’ny Covid 19Mitaky fanadihadiana parlemantera ny HVM

Miantso fanadihadiana parlemantera mikasika ny fitantanana ny ady atao amin’ny valanaretina coronavirus ny antoko HVM. Mangataka ihany ny mangarahara mahakasika ny tambavy CVO sy ny tsindrona ity antoko ity.

 

Isan’ny fanontaniana napetrak’ireo loholona izay HVM no maro an’isa nandritra ny fihaonana tamin’ny mpikamban’ny governemanta ny faran’ny herinandro teo moa ny mahakasika ny fitantanana ilay 444 tapitrisa euros, fanampiana avy any ivelany. Efa 500 tapitrisa euros mihoatra aza io, raha ny nambaran’ny mpanao politika sasany. Vao tamin’iny herinandro lasa iny no nisy tohana 3 000 000 euros azon’i Madagasikara. Tamin’ny 31 jona no nisian’ny fanambarana nataon’ny Filoha mikasika ny andrana tsindrona fa hisy ny manam-pahaizana Malagasy halefa any Afrika hanao ny andrana tsindrona. Afaka 15 andro dia ho azo ny vokatra, hoy izy. Andrasana izany satria efa miditra amin’ny herinandro faharoa isika. Mbola tsy nisy ihany koa ny tatitra teto Madagasikara hoe: Malagasy firy marina no nanaovana andrana? Taiza sy taiza avy? Tsara ho marihana fa anisan’ny nahatonga ny hetsi-bahoaka any Mali amin’izao fotoana ny tsy fahampian’ny mangaraharaha amin’ny fomba nitantanan’ny fitondrana Maliana ny ady amin’ny Covid 19.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Imerinafovoany TalatamatyRaikitra ihany koa ny ankisisika Tosika fameno

Nitohy ny ankisisika Tosika fameno toy ireo efa fahita tamina fokontany samihafa hatramin’ny niatombohan’izao hahamehana ara-pahasalamana izao,

 

ka anisan’izany ny teny Imerinafovoany Talatamaty ny faran’ny herinandro teo. Vao fijerena anarana fotsiny raha ho isan’ireo hisitraka na tsia dia efa nifanosika sy nifameno, araka ny anaran’ilay lazaina fa fanampiana ho azo tokoa ny olona. Asa fotsiny izay hitranga mialohan’ny tena fizarana sy mandritry ny fizarana. Tena fampijerena ireo olona ny anarany ao anaty lisitra ve no tanjona sa fampakana aretina azy ireo?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampianatra Fram maty tany Ihosy Iray andro maninjitra vao vita ny taratasy hitondrana azy mody

Mpampianatra Fram iray miasa ao Ihosy ny maty tampoka noho ny fiakaran’ny tosi-dràny naheno fa anisan’ireo tafiditra ho voaray ho mpisam-panjakana izy tamin’ny herinandro lasa teo (alakamisy 04 jona 2020).

 

Nampalahelo, hoy ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, fa indray andro maninjitra vao vita ny antonta-taratasy hahazoana mitondra ny razana ho any Fianarantsoa toerana fihaviany ka efa tamin’ny 5 ora hariva vao afaka niala tany Ihosy ny fiara nitondra ny razana. Izany dia noho ny fahasarotan’ny “Procedure” napetraky ny CCO any an-toerana. Mbola manampy trotraky ny alahelo sy fahoriana efa mianjady amin’ny fianakaviana, araka izany, izany toe-javatra izany ka tokony hasiana fepetra iraisana miainga avy aty amin’ny CCO foibe mihitsy, araka ny fitarainan’ny fianakavian’ny mana-manjo.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganan-tsaina Maro no tsy mivaky loha intsony

Vanim-potoana miavaka ho an’ny firenena Malagasy ny volana jona hisian’ny fananganan-tsaina noho izy manamarika ny fetim-pirenena. Tsikaritra amin’izao fotoana izao fa maro ny trano sy tokantrano tsy marisika sy tsy mahatsapa tena.

 

 

Tsy vao izao io, fa tena mihavitsy isan-taona tato anatin’ny taona maro. Tsy ampy ny fanentanana, tsy ampy ny fahatsapan-tenan’ny olom-pirenena,… Zava-dehibe ny fahaleovantena, saingy mety mbola tsy feno io ho antsika Malagasy. Na izany aza tsy sakana amin’ny fananganana ilay fanevam-pirenena. Tsy tokony hidiran’ny politika io, izay isan’ireo zavatra iraisan’ny Malagasy tsy ankanavaka. Tsy mipaka any amin’ny Malagasy ilay fahatsapana ny fisiany na “sentiment d’appartenance” ka hananany fireharehana ny maha izy azy. Tamin’ny vanim-potoanan’ny CAN herintaona izay no nisiana firaisam-po goavana sy tena nampisongadina io sainam-pirenena sy io loko Fotsy mena, maitso, fa ankehitriny toa tsy misy intsony fientanam-po, tsy tsapan’ny Malagasy ny fisiany sy ny maha-izy azy. Tsy misy intsony ny firaisam-po satria mety tsy mahavita mametraka izany angamba ireo mpitarika sy mpitondra. Tsy tokony hiandrasana an’izay fa ny rehetra no mila tonga saina.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny tontolon’ny sarimihetsikaNodimandry i Thomas Raoelijaona

Misaona ny tontolon’ny sarimihetsika Malagasy satria dia nodimandry ny marainan’ny sabotsy teo ny mpilalao sarimihetsika,

 

 

Thomas Raolijaona, fantatry ny rehetra amin’ny fiantso hoe Ratoma na Ingahindriana tao anatin’ireo sarimihetsika nahitana azy. Isan’ny nahitana azy ireo sarimihetsika nalaza toy ny “Malok’ila”. Tao anatin’ireo andian-tantara “Play boys” kosa no tena namantaran’ny maro azy. Ny anjara toerana somary masiatsiaka sy mpanefoefo nefa manao fihetsika mahatsikaiky matetika no tena nahitana azy matetika. Mirary fiononana ho an’ny fianakaviany sy ireo akaiky azy rehetra ny gazety Tia tanindrazana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Eric Rakotoarisoa “Hajao Andriamanitra, hajao ny Razanao!”

Misy zavatra iray tsara ho fantatrareo. Ireo izay mahalala ny tantaran’i Madagasikara, ny tantara tena izy fa tsy ny tantara ôfisialy, dia mahafantatra fa ity taona 2018 ity dia fotoana tokony hamerenana ny hasim-piandrianan’ny Fanjakana Malagasy very sy novonoina ary nofafàna tamin’ny fanjanahantany.

 

“Adidintsika ankehitriny, indrindra izay manantena hitondra ny tany sy ny fanjakana no manatanteraka izany ka asakasak’izay mitady hitsivalana amin’izany fa “Masina ny Tanindrazana“.” Nanan-daza io tenin’ny filohan’ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana, Jean Eric Rakotoarisoa, ny taona 2018 io, raha avy nanambara ny voka-pifidianana filoham-pirenena, fihodinana voalohany tetsy Ambohidahy. Maro no nihevitra tamin’izany fotoana izany fa ho isan’ireo hanaiky ho singa iray hanala ny firenena ao anatin’izay mbola fangejan’ny mpanjanaka izay ity olom-panjakana ity. Anjaran’ny rehetra moa no mandinika raha nanao izay tokoa izy ankehitriny satria dia maro ireo olompirenena notsarainy ho nandray an-tendrony io teny nataony io taorian’izay. Hita indray ho naeliny tao anaty tambazotran-tseraserany ny faran’ny herinandro teo moa ny hoe “Hajao Andriamanitra! Hajao ny Razanao! Aza manao izay mahatezitra an’Andriamanitra sy ny Razanao!” Asa indray aloha izay tena tiany ho tenenina fa dia aleo samy misaintsaina aloha mba tsy ho voatsara ho mandray an-tendrony fanindroany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranomasimbe Indianina Hamporisihana hanjifa ny « Vita Malagasy»

Nandritra ny fivorian` ny filankevitry ny ministra eo anivon` ny COI ny zoma lasa teo dia nanao ny tatitra momba ny ezaka nataon` i Madagasikara tamin` ny ady amin` ny “coronavirus” ny ministry ny raharaham-bahiny, Tehindrazanarivelo Djacoba A. S. Liva.

 

 

 

Namafisiny fa fanafody natoraly sady tsy misy akora toxika, ary mifanaraka amin` ny kolontsaina afrikanina ny tambavy CVO. Manoloana ny voka-dratsy eo amin` ny lafiny ara-tsosialy sy ara-toekarena naterak` ny Covid-19, nanambara ny minsitra fa fotoana izao hanatanterahina ny programam-paritra eo amin` ny fiarovana ara-tsakafo. Manoloana izany, namporisika ny fampiroboroboana sy fanjifana ny vokatra « Vita Malagasy » indrindra ny fambolena, ny fiompiana ary ny indostria « agro-alimentaires » ny lehiben` ny diplaomasia. « Manasa an` ireo firenena mikambana eo anivon` ny COI aho hanisy lanjan` ny vokatra Malagasy indrindra amin` izao vanim-potoana izao», hoy izy. Eo anivon` ny fifandraisana ara-paritra, mila mahay miatrika ny krizy ireo firenena mikambana eo anvon` ny COI izay niteraka akony ara-toekarena eo anivon` ireo « Petites et Moyennes Entreprises » sy ireo mpandraharaha amin` ny sehatry ny fizahan-tany sy ny fitaterana, hoy hatrany ny ministra Tehindrazanarivelo Djacoba.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ampamoaka any anaty gazetyMifampitady i Lola R sy Lalatiana A

Vaky ny ady eo amin’ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina, Lalatiana Andriatongarivo, sy ny mpanolontsain’ny minisitry ny tetibola, Lola Rasoamaharo.

 

 

Niandoha tamina fitsikerana ny fihetsik’i ramatoa minisitra tao anatin’ny gazetin’ity farany rehefa eny Imasom-bahoaka ny disadisa, raha ny fijery azy ety ivelany ny 4 jona teo. Nanome valin-kafatra koa moa ny gazety naorin-dramatoa minisitra ny ampitson’io ary nampimpongatra dosien’andriamatoa mpanolontsaina izay efa hatramin’ny taona 2007. Resaka filazana fa mangalatra jiron’ny Jirama ny orinasa iray an’ity mpanolontsaina ity io dosie io. Izay nilazan’ny gazetin-dramatoa minisitra fa hananan’ny Jirama trosa amina miliara maro ny orinasan’andriamatoa mpanolontsaina. Nivaly indray ny hafatra avy aty amin’ny ankilany ny ampitso izay milaza fa manana porofo fa tsy nisy izany halatra izany. Mbola navoakan’izy ireo indray ny fomba fiainan-dramatoa minisitra fony izy mbola mpanao gazety tsotra na koa hoe olom-pirenena tsotra, raha azo ilazana azy izay. Fitsikerana izay mbola nanamarinan’izy ireo ilay fomba voalaza tamin’ny voalohany ihany fa manahirana efa hatry ny ela ny fihetsik’i ramatoa minisitra eny imasom-bahoaka. Ho hita eo moa ny tohiny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

COINahemotra ny fihaonambe amin` ny 25 jona

Fotoan-dehibe hafa foana indray. Nisy ny filankevitry ny ministra mpikambana eo anivon` ny vaomieran` ny Ranomasimbe Indianina (COI) ny zoma lasa teo ka tapaka fa hahemotra amin` ny fotoana manaraka ny fihaonamben` ireo filoham-pirenena sy governemanta, andiany fahadimy,

 

 eto Antananarivo ny 25 jona izao. Izany fivoriambe izany dia niniana natao hifanindry an-dalana amin` ny fankazalana ny faha-60 taonan` ny fahaleovantenan` i Madagasikara saingy noho ny valanaretina Covid-19, dia voatery naato. Marihana fa ny filoham-pirenena frantsay, Emmanuel Macron, dia nasaina manokana aorian` ity fivoriambe ity ho filoham-boninahitra nandritra ny fankalazana ny fetim-pirenena ny 26 jona. Hatreto dia tsy mbola voafaritra ny daty hanatanterahina ny fihaonamben` ny COI. Ny fampitaham-baovao ihany koa dia tsy mamaritra raha hihaona amin` ny alalan` ny aterineto (visioconférence). Ny zoma lasa teo, dia nanatanteraka fivoriana tsy ara-potoana ny mpikambana eo anivon` ny filankevitry ny ministra, tamin` ny alalan` ny “visioconférence” handinihana ny aretina Covid-19.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraMiverina amin’ny laonina ny fiainana…

Efa azo ambara ho miverina amin’ny laoniny ny fiainan’ireo mponina eto Antananarivo renivohitra, raha mijery ny zava-mitranga eny amin’ny

fiarahamonina isan’andro hatramin’izay nilazan’ny filoham-pirenena fa ho alefahana izay ny fepetra hiatrehana izao krizy ara-pahasalamana izao. Miverina ny fifanaretsahana eny an-tsena sy eny amin’ireo toerana be mpivezivezy nahazatra hatramin’izay. Miverina toy izany ihany koa ny fitohanan’ny fifamoivoizana amin’ny ora mahabe mpampiasa ny lalana. Efa zary naman’ny sery madinidinika na aretin’andoha mandalo ny fahitan’ireo mponina eto Antananarivo ilay Covid 19, raha ny fihetsika ivelany asehony. Tsy nahafaty olona an-jatony toy ny tazomoka sy dengue rahateo koa moa ilay ka dia izay angamba no iheveran’ireo mponina azy ho azo hiaraha-miaina sy resana mora toy ireo aretina madinika hafa rehetra.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Naivo RaholdinaLasa mpamono afon’ny fitondrana

Tsapa indray tato ato fa ampiasain’ny fitondrana hamono afo fotsiny ny Solombavam-bahoakan’ny Boriborintany faha-5 Naivo Raholdina.

 

 Ity farany izay efa atao filan-tsy mahita ary mpitolona hita ho mahafatra-po manohana an’ny filoha Rajoelina nefa hatreto tsy mety mahazo amboara mihitsy. Mahagaga ihany koa fa dia tena tsy mety fay ity Depiote mpanohana fitondrana tsy mety afak’olana ity. Hitam-poko sy hitam-pirenena mantsy fa efa mahamay ny raharaha politika ankehitriny ka na ny olona tsy nampoizina hipoitra intsony tahaka ny filohan’ny Asa Vita no Ifampitsarana (AVI) aza dia toa niseho vahoaka indray. Nivoaka tamin’ny fahanginany tokoa mantsy Atoa Norbert Lala Ratsirahonana izay tsy olona tsy very nandeha hatreto tamin’ny raharaha politika. Rehefa nangingina ihany koa ny Solombavam-bahoaka Naivo R. izay volom-boasary tsy mivadika ary tena mivavaka amin’ny filoham-pirenena mihitsy,dia mazoto mipoitra sy miteny etsy sy eroa indray izy tato ato. Tsiahivina anefa fa efa voakapoka am-parahatoka ary efa tsy niloa-bava intsony izy nanomboka tamin’ny nitsipahana azy tamin’ny ora farany tsy ho filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena tamin’ny fotoan’androny. Atoa Hajo Andrianainarivelo izay nifanolana taminy no nahazo avara-patana ary tamin’izay dia nirona be tamin’ny asa sosialy Ingahy Depiote sy ny vadiny. Amin’izao fotoana izao anefa dia hita ho resy tosika ny fitondrana ary mipoitra daholo ireo fambara ratsy. Ireo teknisiana nafarana manokana avy any am-pita tsy mitsaha-mamoan-tsampona. Miala an’Ankatso dia Ambohidepona, lasa ny olan’ny « Panier garni » dia miditra indray ny « bonbon » ary mety hifarana resaka « cotelette » indray atsy ho atsy. Manoloana izany rehetra izany dia hita miaro be fahatany indray Atoa Naivo R. ary anisany mbola arovany mafy koa aza moa ny ataon’ny filoha ny amin’ny resaka Rova ankoatra ny ady tany izay hamatarana azy. Tsy mety fay mihitsy ity farany ary tsy mahatsapa mihitsy angamba hoe ataon’ny olona fitaovana sy filan-draha tsy mahita fotsiny !! fanina ny mpanara-baovao ary manontany tena hoe politikan’ny mpanara-drenirano sa politikan’ny tsy manakambo no ataon’Ingahy Depiote Naivo R ?

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko FanorolahyNy ady amin’ny coronavirus izao no tena maika

Ny ady amin’ny fahavalo iombonana dia ny coronavirus amin’izao no tena maika ho an’ny antoko Fanorolahy, tarihin’ny filoha nasionaliny JoséRandrianary.

 

 Pati

 

La Vérité0 partages

Que dal !

Signe du temps. Une floraison de mouvements associatifs regroupant d’hommes et de femmes prétendant appartenir à la caste noble de l’Imerina monte au créneau. En ce XXIème siècle, deux mondes aux réalités contradictoires et encore bien vivantes écartèlent à tout moment Madagasikara: le pays réel et le pays virtuel ou imaginaire. Le Continent noir passait sans le vouloir de la monarchie au joug colonial au XIXème siècle. Le vent de libération d’après-guerre des années 40-50 balaya les pouvoirs coloniaux. Une grande partie des pays africains subsahariens dont Madagasikara qui accédèrent à l’indépendance deviennent des  Républiques.

 

A Madagasikara, ni le pouvoir colonial installé de force le 6 août en 1896 ni l’instauration de la République le 14 octobre 1958 et plus tard le retour à l’indépendance le 26 juin 1960 n’ont pas pu effacer dans l’esprit des gens surtout d’une certaine caste la nostalgie de la royauté. En dépit du changement de système politico-administratif, la pratique républicaine, la monarchie maintient toujours son influence auprès des populations jusqu’à nos jours. Les « Ampanjaka » restent toujours des personnalités respectées, écoutées et même vénérées.  Comme tout africain qui se respecte les Malagasy du moins certaine catégorie sociale sinon certaine caste où qu’ils soient à travers le pays gardent jalousement leur identité culturelle. Les descendants ou prétendant être des Andriana  entretiennent avec ferveur et nostalgie leur appartenance à l’ancienne classe dirigeante de la royauté. Ceci étant, ils se croient être les seuls dépositaires du patrimoine de la royauté et ne reconnaissent pas la réalité en refusant, à certains égards, l’autorité régalienne mise en place démocratiquement au nom de la République dans le pays.

Le Président de la République Rajoelina Andry Nirina entreprend des travaux de réhabilitation plus exactement de restauration du patrimoine national notamment des palais royaux à travers le pays. En parallèle, pour le cas du Rova Manjakamiadana, il bâtit à l’intérieur du site un édifice dont le seul objectif consiste à donner une image de grandeur et encore plus  attrayante du palais existant. Seulement voilà, la démarche  « ne plaît pas » aux « Andriana » ou au « Zanak’Andriana ». C’est là que le bât blesse !

En effet, l’initiative présidentielle à construire le Kianja Masoandro dans l’enceinte du Palais de la Reine crée des remous. De soi-disant descendants des Rois et Reines de l’Imerina crient au scandale. Ils se sentent offusqués par le fait qu’on ose toucher  à « leur » patrimoine sans avoir pris la peine de les consulter. Que dal !

Pure coïncidence ou simple fait du hasard ou concours de circonstance, il se trouve que la plupart de ces semblants farouches défenseurs de l’identité culturelle du Palais appartiennent d’une manière ou d’une autre au camp de l’opposition. Certains ont des comptes à régler personnellement avec Rajoelina Andry. Et ceci explique cela.

Qu’on se le dise ! Kianja Masoandro ne serait-il qu’un simple alibi pour des opposants à court d’arguments politiques de poids pour ébranler le socle de l’IEM ? On se cache derrière une apparence innocente sous la forme de défense d’un patrimoine qui au fait appartient à la Nation mais non pas l’apanage  d’un groupe de personnes intéressées politiquement, et ce, pour tenter de saper à la base le régime Rajoelina. Que dal !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ouassiero Sylvio - Le bail de l’international malagasy prolongé avec le Fola Esch

Le défenseur malagasy Sylvio Ouassiero portera le maillot du Fola la saison prochain. Le club doyen du championnat luxembourgeois vient de prolonger son bail d’une année supplémentaire. En ce qui concerne les clubs qui seront engagés en coupe d'Europe, le conseil d'administration de la FLF s'est basé – comme demandé par l'UEFA – « sur des critères sportifs obtenus dans les compétitions nationales », en l'occurrence le classement de la BGL Ligue du 12 mars. C'est ainsi que le Fola Esch représentera le Luxembourg en Ligue des champions alors que le Progrès Niederkorn, le FC Differdange 03 et l'Union Titus Pétange seront engagés en Ligue Europa.

 

Effectivement, double sentiment chez le chef des dirigeants eschois. Le club a décidé de renouveler le contrat avec son défenseur pour un meilleur renfort défensif, en vue de sa participation en ligue des champions UEFA. Contrairement à l’autre défenseur malagasy, en la personne de Jérémy Morel, qui ne bénéficiera pas les fruits de la qualification de son ancienne équipe le Stade Rennais. L’international malagasy qui vient de signer avec son club de cœur, le FC Lorient dont l’officialisation de son arrivée est attendue dans les jours à venir.

Pour revenir avec Sylvio, après avoir signé une saison dans le club luxembourgeois après son débarquement au mois de juillet de l’année dernière, les dirigeants semblent bien satisfaits de sa prestation. Avant de rejoindre le Luxembourg, ce garçon de 26 ans a transité par Auxerre, la réserve du Standard et Geel.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Centre immatriculateur de Madagascar - Reprise de la délivrance des permis biométriques à partir de demain

L'Etat d'urgence sanitaire décrété par le Gouvernement et qui s'applique sur le tout territoire a mis à l'arrêt les opérations menées au niveau des 6 bureaux du Centre immatriculateur de Madagascar (CIM). En vue de l'évolution de la crise sanitaire causée par le Covid-19, le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation (MID) a décidé de procéder progressivement à leur réouverture, à l'exception du CIM à Toamasina. Cette reprise s'effectue en service minimum, de 8.30 à 11.30,  et ce à partir de demain avec un maximum de 50 usagers par jour et suivant les gestes de barrières sanitaires.

D'après les explications du chef du Centre immatriculateur de Madagascar sis à Ambohidahy, Briand Philippe Randriamahafehy, les services fournis vont se limiter à la délivrance de permis de conduire et de cartes grises biométriques, aux nantissements et aux cartes violettes. « Nous allons tout particulièrement traiter les dossiers déposés préalablement et qui attendent juste d'être récupérés. Le remplacement gratuit de faux permis biométriques à ceux authentiques, ainsi que la réception de nouveaux dossiers attendront ainsi le retour à la normale de la situation sanitaire à Madagascar », souligne-t-il.

Pour ce faire, les dossiers relatifs au nantissement vont être réceptionnés à Ambohidahy le lundi, mercredi et vendredi. Les deux jours restants, c'est-à-dire, le mardi et le jeudi seront consacrés aux cartes violettes. Quant à l'annexe du centre situé à la galerie Alhambra, Ankadimbahoaka, ses activités seront concentrées sur la distribution des cartes grises biométriques le lundi, mercredi et vendredi, ainsi que celle des permis de conduire biométriques pour mardi et jeudi. Dans un communiqué publié par le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation, il a été précisé qu'une liste nominative des personnes titulaires de permis de conduire et celle contenant des numéros d'immatriculation de véhicules pour les cartes grises seront partagées une semaine à l'avance sur la page Facebook du CIM. Elles seront affichées au niveau des bureaux respectifs d'Ambohidahy et d'Alhambra gallery.

Cette nouvelle courait depuis hier qu'une longue file d'attente a été déjà aperçue devant le CIM d'Ambohidahy. Pour Ndriana, un nouveau propriétaire d'une voiture de plaisir, il a appris la réouverture du CIM par le biais de la page Facebook de la Région d'Analamanga et s'est vite dépêché sur place pour effectuer une mutation. Malheureusement, il doit encore patienter jusqu'à la maîtrise de la propagation du coronavirus à Madagascar avant d'y procéder. Selon Dieudonné Razafindrazaka, directeur général de Hephalu Mada, fournisseur en produits biométriques auprès du CIM, les mesures mises en place s'appliqueront dans environ 72 heures et seront les mêmes dans chaque Province. Chaque chef CIM met en place un plan de régulation s'y rapportant. Cependant, tous les dossiers qui sont adressés à Toamasina seront automatiquement rejetés, étant donné que toutes les opérations s'exécutent en ligne et sont liées à une base de données principale.

K.R.

La Vérité0 partages

Société Kraomita Malagasy - En quête d’un nouvel investisseur

Dans un gouffre financier. La société Kraomita Malagasy (KRAOMA) accuse une dette à hauteur de 101 milliards d’ariary et une perte jusqu’à 39 milliards d’ariary. En plus, les salaires des personnels ne sont pas payés depuis six mois. La situation actuelle de la société KRAOMA interpelle les députés et les sénateurs. Le sujet a été évoqué dans les deux Chambres durant leur rencontre avec les membres du Gouvernement, la semaine dernière. D’après le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, la quête d’un nouvel investisseur reste la solution pour sortir l’entreprise de ce gouffre financier. « Nous reconnaissons la crise sociale au sein de cette entreprise.

Cela fait maintenant six mois que les employés n’ont pas perçu leur salaire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le ministère leur a apporté une aide d’urgence. Malgré cela, les membres du Conseil d’administration travaillent d’arrache-pied pour dénouer cette crise au sein de KRAOMA. Une difficulté réside en matière de rupture de contrat avec le partenaire russe, étant donné que le contrat signé fait état de 3 millions de tonnes de chrome à exploiter. Une résiliation du contrat à l’amiable est déjà envisagée afin de permettre à d’autres partenaires de signer. Les caisses sont certes vides mais des réserves de chrome sont bel et bien existantes, contrairement aux rumeurs sur l’épuisement des stocks. On se demande parfois si nous allons encore trouver un nouvel investisseur, mais nous ferons tout notre prossible pour redresser cette société », explique le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques. Il faut rappeler que KRAOMA était une société forte et indépendante financièrement avant 2015. Mais un audit a permis de mettre à jour les problèmes financiers au sein de l’entreprise.

Concernant les stratégies de relance du secteur après cette crise santaire, le numéro 1 du département mise sur l’appui des exploitants nationaux ainsi que la promotion de l’arrivée des investisseurs directs étrangers (IDE). Les opérateurs miniers, de leur côté, attendent impatiemment le dégel des permis pour développer leurs activités. Cependant, l’Etat prépare encore le cahier des charges minières et détermine les critères et conditions à adopter pour que la réouverture de la délivrance des permis soit bénéfique pour toutes les parties prenantes, surtout les exploitants nationaux.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Huiles essentielles - Un marché de 640 millions de dollars par an pour Madagascar

Fort potentiel économique. Vu l’évolution de la situation, les huiles essentielles peuvent devenir le nouveau produit phare de la Grande île et le nouveau filon des investisseurs. La demande a effectivement explosé depuis le début de la pandémie de coronavirus. D’après une source auprès du Groupement des exportateurs d’huiles essentielles, extraits et oléorésines de Madagascar (GEHEM), l’exportation de cinéol devrait au moins doubler pour cette année. De même pour le « Ravintsara », dont le volume d’exportation devrait atteindre les 200 tonnes.  

A l’heure actuelle, la tendance mondiale se tourne davantage vers des produits plus sains et naturels. Pour la France par exemple, une enquête menée par Ipsos a révélé que près de 41 % des Français utilisent désormais des traitements naturels pour se soigner. « Ce chiffre inclut les utilisateurs d’homéopathie (25 %), d’aromathérapie (19 %) qui sont des produits exclusivement à base d’huiles essentielles et la phytothérapie (17%), exclusivement à base de plantes. 4 utilisateurs de traitements naturels sur 10 ont augmenté leur utilisation de produits naturels au cours des deux dernières années. 75 % des Français envisagent d’en utiliser à l’avenir pour se soigner, ce qui prouve un bon potentiel de croissance pour ces produits » rapporte l’Organisme Economic Development Board of Madagascar (EDBM).

De plus, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les dépenses liées aux médecines non conventionnelles dans le monde sont non seulement considérables mais également en hausse rapide. Ainsi, d’après les estimations des opérateurs, le marché des huiles essentielles pourrait passer de 104 millions à 640 millions de dollars de revenus pour Madagascar, soit de 384,8 milliards à 2 368 milliards d’ariary. « A Madagascar, nous avons une pharmacie à ciel ouvert. Les principes actifs contenus dans les plantes médicinales peuvent aisément concourir à remplir une pharmacie », se réjouit Stéphanie Rakotomalala, CEO de la startup Masoala Laboratoire.

Huit zones

Pour arriver à cet objectif, huit zones d’émergence agricole ont ainsi été identifiées du nord au sud du pays, avec des cultures spécifiques. Madagascar peut se positionner avec ses 8 millions ha de surface cultivable dont 2,6 millions ha viabilisés et près de 150 000 ha de surface certifiée biologique. Les Régions concernées sont celle de Diana, de Sava, d’Alaotra- Mangoro, d’Atsinanana associées à Vatovavy-Fitovinany, Bongolava, Atsimo-Atsinanana mais aussi Anosy et les régions de Vakinankaratra et d’Amoron’i Mania combinées. A chaque zone sera attribuée quatre cultures. Pour Alaotra-Mangoro par exemple, les plantations se concentreront sur le « Ravintsara », la cannelle, le géranium mais aussi le curcuma.

Avec ces prévisions, miser sur les huiles essentielles pourrait notamment contribuer à la relance de l’économie de la Grande île, en appliquant des mesures inclusives et respectueuses de l’environnement.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Tentative d’assaut de bandits - Double arrestation spectaculaire aux 67Ha

La scène qui s’est produite, en milieu de matinée, près d’un rond-point situé à la hauteur de la station Jovena aux 67Ha, a été  particulièrement poignante. Il s’agissait d’une action de la Police en vue d’arrêter deux suspects âgés de 24 et de 47 ans. Ces derniers faisaient partie des quatre larrons que cette force a repérés en train de rôder dans le secteur sur deux scooters.  Selon la Brigade criminelle (BC4) ayant mené l’action, les suspects auraient essayé de commettre une attaque quelque part.

Mais informés à temps sur leur funeste objectif, les policiers les ont alors pris en chasse, également avec des motos. Visiblement, la course à laquelle les deux camps se livraient aurait commencé du côté d’Andavamamba. Armés, les fugitifs ont tenté de semer les membres des Forces.  Mais ces derniers semblaient ne pas vouloir leur donner cette chance. Au prix d’une course poursuite éperdue, les deux Jogs furent finalement encerclés par les motos de la Police lorsqu’ils étaient en vue de cette station. Là, la nasse s’est refermée sur les fuyards, du moins pour les passagers d’un Jog. « A un moment donné, le policier qui roulait à droite du scooter, sur lequel se trouvaient deux suspects, leur a donné un coup de savate qui suffisait à les envoyer valdinguer au sol. Un grand couteau et un scotch sont tombés du sac qu’ils avaient sur eux », commente un témoin.

Cependant, l’un des suspects a encore réussi à se relever et dégaina aussitôt son arme contenant au moins trois cartouches. Mais les policiers, plus rapides, l’en ont empêché. Après l’ordre de la police de s’immobiliser au sol, toujours en position couchée, les suspects ont été tenus en respect. Après avoir désarmés et menottés lesdits suspects, les membres des Forces les ont embarquer vers leur poste. Pour l’heure,  la Police s’est contentée de faire un sorte de résumé de l’audition des deux suspects. Dans une information divulguée en début de soirée, hier, elle a avancé que les deux larrons auraient avoué avoir l’habitude de perpétrer leurs sales coups dans la ville et sa périphérie. Et que ces deux-là figurent dans la sombre liste des individus recherchés par la Police. De toute façon, le public ne pouvait que saluer ce genre d’action. Au moins, il permet d’empêcher les bandits de réaliser leur funeste plan. Certains estiment que la Police aurait dû agir plus tôt afin d’empêcher l’assaut meurtrier de bandits ayant coûté la vie à une femme innocente.

Franck R.

La Vérité0 partages

Education nationale - La ministre intérimaire se fie aux techniciens

Aucune date divulguée. La ministre par intérim auprès du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP), Léa Béatrice Assoumacou, ne s'est pas prononcée quant à la tenue des examens officiels pour cette année scolaire. « Puisque je viens d'être nommée provisoirement à ce poste, je vais prochainement réunir les techniciens pour en parler. Il en est de même pour les autres sujets à débattre auprès du ministère », a-t-elle répondu à la presse, à l'issue de la passation de service, hier à Anosy.

Les enquêtes sur les 8 milliards d'ariary destinés pour l'achat de bonbons aux élèves ainsi que celles sur d'autres sommes conséquentes pour divers projets font partie de ces sujets. « Je reste persuadée que l'éducation constitue la clé du développement. Ainsi, je fais appel à la collaboration de tout un chacun pour y arriver. Ma porte reste grande ouverte à tout le monde, que ce soit les directeurs centraux et régionaux, les syndicats ou encore les enseignants », a-t-elle lancé. La ministre intérimaire, également à la tête du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, n'a pas manqué de remercier la responsable sortante pour les efforts déployés et les activités entreprises auprès du MENETP durant les quelques mois qu'elle a passés au sein de ce poste. Pour sa part, Rijasoa Josoa Andriamanana, la ministre sortante, a exprimé sa reconnaissance envers le Président de la République et le Premier ministre de lui avoir fait confiance durant son service. Elle a aussi remercié tous les collaborateurs, depuis les directeurs généraux jusqu'aux chauffeurs, en passant par les employés.

P.R.

La Vérité0 partages

Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - La première vague arrivée à bon port

Comme annoncé depuis plusieurs jours, par le ministère des Affaires étrangères, de mettre en place le dispositif de rapatriement pour les Malagasy bloqués à l'étranger, c'est une première vague de 177 compatriotes qui ont regagné Antananarivo hier en début de soirée, en provenance du Koweït via la compagnie Qatar Airways. Ce premier groupe qui, comme le prévoit le protocole, a été isolé pour les deux prochaines semaines. L'aéronef de cette compagnie a atterri sur le tarmac de l'aéroport international hier, en fin d’après-midi, en provenance de Koweït.

A son bord, 176 femmes malagasy, travailleuses, plus un enfant, qui rejoignent Antananarivo après avoir été bloquées pendant près de deux mois dans ce pays du Golfe pour cause de nouveau coronavirus. L'Etat, qui avait pris des mesures drastiques afin de limiter la propagation du Covid-19 à Madagascar, vient donc de permettre à ses ressortissants de regagner leur sol. Ce rapatriement a été organisé en collaboration avec le Koweït. « Un accord a été trouvé avec le Koweït pour permettre le rapatriement de nos ressortissants », indique la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Madagascar, Rahelisoa Adèle Virginie. Ces femmes n’avaient plus de permis de séjour. « Certaines ont été victimes de violence, d’autres ont été obligées de fuir, d’autres encore ont été victimes d’escroquerie. Elles sont considérées comme des personnes vulnérables, d’où la nécessité de les rapatrier au plus vite », selon les explications.

Avant d’embarquer à bord de l’aéronef devant les transporter vers Madagascar, l’intégralité de ces rapatriés a été dépistée, selon les explications de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Madagascar. A leur arrivée sur le sol malagasy hier, ces ressortissants ont fait l’objet d’un contrôle sanitaire avant d’embarquer à bord de cars spécialement affrétés en direction des lieux où ils seront placés en quarantaine durant les quinze prochains jours. Des lieux qui n’ont pas été dévoilés par les responsables pour prévenir tout contact entre les personnes rapatriées et leurs proches. Ils y bénéficieront d’un suivi médical strict quotidien. Ces compatriotes seront pris en charge par l’Organisation internationale de la migration et de l’Organisation internationale du travail durant toute la durée de leur mise en quarantaine.

Pour ces nationaux, c’est donc la fin d’un calvaire. D’autres attendent un dénouement aussi heureux. Le rapatriement des autres malagasy bloqués à l’étranger sera communiqué progressivement, à entendre la porte-parole du MAE. Selon un dernier décompte publié par le ministère des Affaires étrangères, ce sont près de 1200 ressortissants répartis dans plusieurs pays de par le monde qui se sont signalés auprès des ambassades malagasy pour demander à être rapatriés au pays. « Nous organisons et préparons actuellement ce rapatriement. Cela nécessite des dispositifs importants », précise Rahelisoa Adèle Virginie.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Traitement du Covid-19 - Les effets curatifs du Covid-Organics confirmés

La tisane Covid-Organics vient encore de faire ses preuves. Outre le nombre de personnes guéries qui ne cesse d’augmenter à Madagascar, les effets de ce remède traditionnel élaboré par les chercheurs de l’IMRA (Institut Malgache de Recherches Appliquées) sont aussi reconnus dans les pays africains qui en ont bénéficié. A l’exemple du Tchad qui a déjà révélé le succès de l’utilisation de ce tambavy malagasy. Rappelons que le gouvernement tchadien a dépêché un avion spécial en vue de récupérer 1200 doses de Covid-Organics (dont 600 doses curatives et 600 doses préventives) à Madagascar le 09 mai dernier.

Près d’un mois après, le ministre de la santé du Tchad, Mahamoud Youssouf Khayal a déclaré que 34 malades ayant bénéficié exclusivement d’un traitement à base de CVO curatif associé à quelques antibiotiques ont été guéris selon des informations relayées par des médias africains. Durant une intervention au parlement tchadien, ce ministre avait annoncé l’intention de son gouvernement de commander d’autres doses de ce remède « made in Madagascar ».

La Grande île n’est pas en reste puisque l’Etat avait déjà annoncé la guérison de plusieurs patients qui ont pu vaincre le Covid-19 grâce au CVO. Parmi eux, la chanteuse Tence Mena qui avait livré un témoignage poignant sur la chaîne nationale, il y a plusieurs semaines de cela. Cette artiste avait fait des révélations sur son éprouvant séjour à l’hôpital tout en assurant avoir pu être guéri grâce à la prise de Covid-Organics. Il a fallu près d’une dizaine de tests pour que la chanteuse voie enfin deux résultats successifs qui sont négatifs. Une autre personnalité qui a témoigné de l’efficacité du Tambavy CVO, l’Evêque de Fénérive – Est, Mgr Marcellin Randriamamonjy, qui assure avoir bel et bien être guéri du coronavirus grâce à la prise de ce remède traditionnel amélioré.

Lancé par le Président de la République, Andry Rajoelina, en personne au cours d’une cérémonie au siège de l’IMRA à Itaosy, le remède CVO n’a cessé de faire parler de lui depuis.  En cette période de forte ascendance des nouveaux cas à Madagascar, beaucoup de citoyens manifestent leur intention de recourir à cette tisane à titre préventif. Toutefois, plus d’un s’interroge sur l’accessibilité de cette tisane en ce moment. Du côté des centres commerciaux, les étals sont déjà vides depuis quelque temps. Il reste certains pharmaciens qui disposent encore de stocks limités. Les responsables concernés sont ainsi interpellés afin de mettre, de nouveau, le Covid-Organics à la disposition de tous.

La Rédaction 

Midi Madagasikara0 partages

Examens officiels : Le Covid-19 ne devrait pas poser problème

(Photo d’archives)

Les examens officiels prévus pour le mois de juillet seront inévitablement repoussés d’environ un mois si la situation de la pandémie de Covid-19 s’aggrave. Mais le fait que la date des examens soit repoussée ne représente aucun trouble quant à l’organisation au niveau du ministère de l’Education nationale. « Pour les examens officiels, cela a toujours été un candidat par table. Donc, la distanciation physique ne devrait poser aucun problème. Quant aux dispositifs pour se laver les mains, le ministère s’est déjà préparé afin de fournir à chaque centre les matériels nécessaires », nous a confié une source auprès du MENETP. Et au sujet des masques, il semblerait que tous les candidats doivent en porter ; le ministère médite sur cette question actuellement : « nous étudions en ce moment les possibilités pour doter chaque candidat aux examens d’un masque. Ce qui est certain, c’est que chaque candidat devra en porter », a avancé cette même source.

Les sujets d’examen. Ce jour, le comité responsable d’élaborer les sujets se penche sur celui du BEPC. Rappelons qui si pour le CEPE, les sujets diffèrent d’une région à une autre, celui du BEPC est le même pour tous. « Les sujets seront adaptés en fonction des leçons qui ont pu être traités en classe » a rassuré un responsable au niveau du ministère.

Ainsi, les examens officiels auront bel et bien lieu et les mesures barrières seront imposées au niveau des centres d’examen. Si nécessaire, le ministère responsable pourrait augmenter le nombre de salles.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Roa lahy mpangalatra lavanila manta, nampidirina am-ponja

Tsy mbola ahitana fanafana mihitsy aloha hatreto ity resaka halatra lavanila manta ity, na dia eo aza ny ezaka ataon’ny mpitandro ny filaminana any amin’ireo faritra mpamboly ity vokatra fanondrana iray ity. Lehilahy  mpanao izany asa ratsy izany indray no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny kaomisaria Maroantsetra, tao amin’ny fonkontany Varongohitra kaominina an-tampontanana Maroantsetra, ny herinandro lasa teo. Ny voalohany dia lehilahy iray izay efa voarohirohy amin’ny halatra lavanily nandeha « taxi-moto » no tra-tehaka teo amin’ny  « barrage de sécurité » ny alarobia 03 jiona. Mbola nahitana lavanila milanja enina kilao tany aminy nandritra ny fisavana natao azy. Nentina namonjy ny birao avy hatrany ity lehilahy ity nofotorana. Ny faharoa kosa, dia voasambotra ny alakamisy 4 jona tokony tamin’ny 4 ora maraina noho ny fitarainana tonga teo amin’ny polisy, mikasika fisiana halatra tao amin’ny fonkontany Varongohidy, Maroantsetra. Nidina nanao fisafohana teny an-toerana avy hatrany ny Polisy nony vao naharay izany ka tra-tehaka tao amin’io toerana io tokoa ny lehilahy iray miaraka amin’ny lavanila milanja roan-jato grama (200 gr). Rehefa avy natao fanadihadiana izy roa lahy ireo, dia natolotra ny fitsarana ka naiditra am-ponja tao Maroantsetra.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Cités universitaires : Trois nouvelles constructions prévues cette année

Les actuelles cités universitaires sont des dangers pour les étudiants.

Les cités universitaires du pays sont âgées d’environ quarante ans, en mauvais état et souvent saturées.

La répartition des logements constituent un des grandes problématiques des universités du pays. Et sont la majeure partie des temps des motifs de revendications et manifestations estudiantines. Ces dernières dégénérant globalement à des affrontements entre étudiants et les forces de l’ordre. Des troubles qui perturbent le bon déroulement des activités pédagogiques dans les universités. Les capacités d’accueil des cités universitaires sont en effet, largement dépassées face à un nombre croissant de nouveaux bacheliers chaque année, mais surtout à cause de la quasi-inexistence de nouvelles constructions. Le projet de construction de cités universitaires dans trois régions du pays a été avancé par Assoumacou Béatrice durant son face-à-face avec les députés au CCI (Centre de Conférence Internationale) Ivato la semaine passée. Selon la ministre « une collaboration entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et le vice-ministre en charge de l’Habitat et des nouvelles villes devrait aboutir à la construction de trois citées universitaires dans trois régions du pays ». Un projet qui rentre dans « le cadre du Programme d’Investissement Public du vice-ministre en charge des nouvelles villes et de l’habitat de cette année », d’après toujours les explications d’Assoumacou Béatrice. Un projet qui arrive à point nommé et qui devrait résoudre les problématiques de la répartition des logements dans les cités universitaires des régions bénéficiaires.

Prioritaires.  La prise de parole d’Assoumacou Béatrice a également permis de savoir quelques-unes des critères de sélection des régions bénéficiaires des nouvelles constructions. Entre autres, l’état de délabrement des cités universitaires ou encore la saturation de la capacité d’accueil de celles-ci. Les cas d’Antsiranana et de Toliara ont été particulièrement avancés par la ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. « La cité universitaire d’Antsiranana est en très mauvais état et cela a des impacts sur la sécurité des étudiants. Pareil pour le cas de la cité universitaire de Toliara où la proximité entre les logements constitue un risque majeur en cas d’incendie », a-t-elle interpellé. De leur côté, les travaux de construction des campus universitaires de proximité lancés depuis l’année 2019 affichent un certain avancement, soit, environ 26,75% pour la région Itasy, 15% pour Analanjirofo, et 29,71% pour Vakinankaratra

Avec l’état actuel des cités universitaires, seuls ceux qui n’y ont pas vécu diront qu’il faudrait réhabiliter au lieu d’en construire de nouvelles.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Remplaçant de Thierry Rakotonarivo : Quatre dossiers rejetés par l’Assemblée nationale

Après la vacance de poste prononcée par la haute cour constitutionnelle, en mars dernier, le nouveau membre de la formation permanente de la commission électorale nationale au titre de l’Assemblée nationale, devrait être connu mercredi prochain. Selon l’agenda établi par l’Assemblée nationale, et sauf changement de la dernière heure, les députés devront voter dans l’après-midi du mercredi leur représentant auprès de cet organisme en charge de la gestion des opérations électorales. Quatorze candidats ont présenté leurs dossiers devant l’Assemblée nationale dont dix ont été déclarés recevables et quatre rejetés, indique une source au courant du dossier.

Comité restreint. Les quatre candidatures n’ont pas rempli les critères requis pour le poste, suivant les termes de la manifestation d’intérêt lancé par la Chambre basse. En revanche, les dix autres candidats devront, quant à eux, passer l’oral devant un comité restreint, et ce après avoir franchi la première étape de la sélection. Ce comité sera composé par les membres de la commission intérieure et décentralisation, ainsi que des représentants du bureau permanent de l’Assemblée nationale. L’épreuve devrait se dérouler d’ici demain, nous confie une source. En dernière étape, les candidats vont se présenter, mercredi, en séance plénière devant les membres de l’Assemblée nationale.  Et le vote bouclera le sujet.

Réserve. Le poste a été occupé pendant six ans par Thierry Rakotonarivo, le médiatique administrateur civil. Mais celui-ci a dû quitter son poste après avoir annoncé publiquement les millions de cartes nationales d’identité concernées par des doublons. Cette déclaration a fait l’effet d’une bombe et provoque la démission de l’ancien vice-président de la commission électorale. Il lui a été reproché de ne pas avoir su tenir sa langue dans sa poche. Maintenant, l’Assemblée nationale qui a lancé l’appel à candidature, exige au candidat à faire preuve non seulement  d’« intégrité, probité et réserve » mais aussi  d’« indépendance, impartialité et neutralité ». Sur les dix candidats, de profils divers, tous estiment avoir répondu à ces critères. Autrement dit, on promet de ne pas prêter le chemin choisi par Thierry Rakotonarivo.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Avaradoha : Zaza dimy taona maty voahitsaky ny kamiao

Loza mahatsiravina no nitranga tetsy Avaradoha, ny tolakandron’ny sabotsy teo. Zazakely iray no potipotika, rehefa voahitsaky ny fiarabe iray.

Nandriaka indray ny rà tamin’iny làlam-pirenena faharoa iny, tsy lavitra fa tetsy Avaradoha, miala kely ny sampanana ho any Betongolo iny. Tokony ho tamin’ny telo ora latsaka kely teo no niseho ny loza, hoy ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny polisim-pirenena. Voalaza, fa raha iny handeha hiampita iny ity ankizilahikely vao dimy taona monja, niaraka tamina vehivavy iray no nipoitra tampoka avy any ny fiarabe iray feno entana, simenitra aman-taoniny maro. Kamiao avy any amin’ny Météo hihazo an’i Besarety izy ity, raha ny loharanom-baovao hatrany. Mazava ho azy fidinana ihany koa iny làlana ka na dia heverina fa voamarik’ilay mpamily aza ny fisian’ity zaza niampita ity dia tsy maintsy ho sarotra ho azy ny hanajanona haingana izany fiarabe izany. Tsy izay anefa no nitranga, fa sady tsy nahamarika na ireo handeha hiampita na ilay mpamily tsy nahatazana akory ilay zaza. Vokany, tsy azo nialana ny loza. Ary dia tena mampihoron-koditra tokoa ho an’ireo olona nanatri-maso ny zava-nisy. Tsy vitan’ny voadona fotsiny mantsy ity zaza ity, fa mbola notetezin’ireo kodiaran’ity fiarabe ity ny tenaben’ilay zaza. Potika sy rotika tanteraka, hoy ny fitantaran’ireo nahita. Noho ny vesany, dia niala metatra vitsy ny toerana nitrangan’ny loza vao tafajanona tanteraka ilay fiara nahavanon-doza. Tsy tazana tao intsony moa ny mpamily izany, hoy hatrany ireo nanatri-maso. Ny fanampim-panazavana azo avy tamin’ny polisy hatrany no nahafantarana fa noho ny tahotra dia nandeha nanatona mpitandro filaminana avy hatrany ity farany ary notazonina avy hatrany teo am-pelan-tànan’izy ireo. Marihana, fa naratra ihany koa ilay ramatoa niaraka tamin’ilay zaza. Nentina avy hatrany nihazo toeram-pitsaboana moa ity farany ary nalefa nody, hoy ny vaovao rehefa nahazo ny fitsaboana sahaza azy. Ny vatana mangatsiakan’ilay zaza kosa, dia nentina nihazo ny tranom-patin’ny Hjra etsy Ampefiloha. Tonga teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy sy niezaka nandrindra ny fifamoivoizana moa ireo polisy misahana izany. Niteraka fitohanam-be teny an-toerana mantsy ity loza ity

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : 7 élections fédérales à tenir avant fin décembre 

Avec la pandémie de covid-19, le monde du sport est complètement bouleversé. L’élection au sein de la Fédération malagasy de wushu qui était prévue se tenir le 22 mars dernier, a été reportée après l’annonce des mesures de confinement. Comme la circulation au sein du pays n’est pas encore possible, l’organisation des élections n’est pas encore envisagée, et surtout que  le ministère n’autorise pas encore les différents rassemblements et réunions. Seules deux fédérations ont pu tenir leur élection cette année, à savoir la fédération de danse sportive et celle de badminton. Selon la déclaration de Finaritra Privat au sein de la direction fédérale du sport, sept fédérations devront organiser leur élection cette année. Les élections au sein de la Fédération malagasy d’haltérophilie, judo, cyclisme, sont prévues se tenir au mois de décembre. Pour la Fédération d’athlétisme, le mandat de l’actuelle équipe dirigeante prendra fin en novembre. « Comme nous respectons le cycle olympique et que les Jeux de Tokyo ont été reportés en 2021, les élections au sein de la FMA se tiendront au plus tard en 2021. La pandémie de covid-19 empêche aussi l’organisation des compétitions et les élections au niveau des structures déconcentrées et qui a sans doute un impact au niveau fédéral », a déclaré Norolalao Andriamahazo, présidente de la FMA.  Les fédérations de la savate boxe française, wisa, et de la boxe olympique sont tenues aussi à organiser leur assemblée générale élective avant la fin de l’année.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Les Rasoanaivo, une famille extraordinaire ! 

Les frères Rasoanaivo, de haut en bas et de gauche à droite, Titi, Haja, Tiana, Fidy, Rado et le dernier Andry.

De mémoire de journaliste de sport, on n’a jamais connu une famille aussi sportive que celle des Rasoanaivo. Une famille qui vit par et pour le sport. À commencer par le père, Étienne Rasoanaivo, plus connu sous le nom de Rasoa et qui fut la grande star du ballon rond à Madagascar des années 70. 

Un lourd héritage pour ses six garçons qui ont tous imité de son toucher de balle magique doublé d’un vista hors du commun. Les Rasoanaivo, c’est une grande famille de sportifs car outre Rasoa, le père, et son épouse qui est une basketteuse truffée de talent, tous les six garçons ont tous brillé au football. Le début en est bien simple car appelé à diriger la Jeunesse Sportive Mandrangobato, Rasoa a fait appel à ses quatre fils avec Tiana dans les buts ,tandis que le regretté Haja ainsi que Fidy forment la charnière centrale. Titi, l’aîné était chargé d’orienter le jeu presque aussi logiquement et avec des joueurs talentueux et obéissants aux doigts et à l’oeil à leur illustre père, la JSM est devenue la championne de la deuxième division d’Analamanga. Le début d’un conte de fée en fait puisque Fidy et Haja devenaient des titulaires indiscutables de l’équipe nationale et du FC BFV où ils furent rejoints par Titi et Rado. Andry, le dernier attendit la mise en place de Génération pour venir au football mais aux dires de son entourage, il est le seul à avoir hérité de ce toucher magique de Rasoa. Tiana, quant à lui, rejoint le groupe Tsivahiny avec bonheur. Aujourd’hui établi en France, il vit d’autres choses. Ses frères par contre, gravitent autour du football. Rado, après avoir remporté plusieurs titres avec le club de Tampon, est revenu au pays pour devenir le meilleur préparateur physique. Il était déjà en service au Fosa Juniors quand ce dernier a fait appel à son grand frère Titi pour être le head coach du club. Le fruit logique d’une carrière d’exception après avoir été entraîneur de l’USCA Foot, l’AS Adema et même de l’équipe nationale aux côtés de Raux Auguste, et plus tard de Raniry. Fidy et Rado partaient pour l’île Maurice plus précisément au Sunrise. Si Rado a été transféré au Tampon, à la Réunion, Fidy s’établit définitivement à Maurice. Il s’est même mariée avec  une Mauricienne. Comme son talent ne se dément pas, là fédération mauricienne l’a nommé à la tête de l’équipe Espoirs. Dans la foulée, il était à l’origine de la sélection de Francis Rasolofonirina dans l’équipe nationale mauricienne. C’est dire que Fidy est devenu un Mauricien de coeur. Et il ne s’en cache en répétant à chaque fois que le SC Sunrise n’est pas seulement son club mais surtout sa famille.

Une illustration de ses qualités hors normes. Car si son grand frère Haja est parti à Toamasina pour entraîner le Fortior, Fidy avait encore une autre corde à son arc. Il a été appelé en équipe nationale de volley-ball lorsqu’il jouait dans les rangs de l’Union Sportive Ambatonilita. Avec la même hargne, le même sens de la discipline et une hygiène de vie irréprochable. Le propre des Rasoanaivo en fait.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fête des mères : Les inventions des femmes à l’honneur

L’événement intitulé « Secrets des femmes » a été un succès.

Le premier événement intitulé « Secrets des femmes », organisé trois jours durant par la Chocolaterie Ecole Edenia dans son jardin à Nanisana, à l’occasion des fêtes des mères, a été un grand succès.

Des femmes talentueuses y ont dévoilé leurs secrets alors qu’on parle ici de leurs fêtes. Il s’agit notamment de leurs inventions sur différents domaines. Mais leur point commun consiste à respecter la nature tout en promouvant les produits naturels à Madagascar. Force est également de remarquer que toutes les parties prenantes oeuvrant dans le domaine de l’environnement consacrent ce mois de juin, en mois de la nature qui procure des services écologiques très importants pour le développement socio-économique d’un pays et le bien-être de la population. Parlant des inventions de ces femmes talentueuses qui ont participé activement à cet événement, on peut citer entre autres, Mme Jeannie, une nutri-aromathérapeute, qui exploite les fruits et légumes biologiques, ainsi que les plantes aromatiques et médicinales pour renforcer le système immunitaire des gens. Elle peut également traiter les maladies des patients à travers ses produits naturels, et ce, sans aucune intervention chimique depuis la plantation jusqu’à la transformation des fruits et légumes. Parmi ses inventions constitue entre autres la production d’huile à partir de la pression des graines de fruits.  « J’étais le premier cobaye de mes inventions pour traiter les maladies génétiques et les autres maladies qui m’ont affectées, il y a quelques années », nous a-t-elle confié.

Passion et expérimentation. Quant à Mme Valitiana, une paysanne soutenue par l’association Agrinature, elle a pu exposer pour la première fois ses variétés de légumes issues de la technique de l’agriculture naturelle. C’est très prisé par les visiteurs composés en grande partie des femmes. Une des inventions de cette association dirigée par une femme, est la production de jus de canne à sucre mélangé avec du citron et de gingembre, et ce, sans conservateur et ajout de sucre. Rappelons que tous ses produits sont naturels. Ensuite, Mme Emma, qui promeut les produits de terroir malagasy, a fait une expérimentation sur la transformation de groseille Ceylan et de groseille étoilée. Ce sont des fruits existant en Inde, à La Réunion et en Israël, puis introduits à Madagascar depuis  plusieurs années. Plantés sur un site privé à Ambohimanga, ces fruits encore méconnus par la population malagasy sont transformés en confiture.  « Ces fruits ont un goût acidulé et très riche en vitamine C. Cependant, bon nombre de gens les considèrent comme un poison étant donné que les fruits de groseille se trouvent à l’intérieur de l’arbuste qui plus est épineux », a-t-elle exprimé. Elle est une amoureuse de la nature. Elle a fait une telle invention en tant que passion, et l’a présenté pour la première fois lors de cet événement. Les commandes des particuliers étaient nombreuses.

Chocolats artisanaux. Dans la foulée, Achille Rajerison, le directeur de la Chocolaterie Ecole Edenia, qui plus est, l’organisateur des « Secrets de femmes », a fait savoir qu’il faut exploiter et valoriser les produits du terroir qui existe à Madagascar.  C’était également une occasion de faire la promotion de cette première école au grand public. Notons que le CLAC (Club des Amoureux du Chocolat), a mis en vente les chocolats produits par cette École de formation des artisans chocolatiers à l’occasion des fêtes des mères. « Nous promouvons notamment des chocolats artisanaux à base de produits exotiques tels que le baie rose, les confitures de groseille et le miel de palissandre. Ce sont des inventions de l’Edenia », a fait savoir le Dr Evelyne, la présidente du CLAC.  Par ailleurs, Mme Sandrine Reibel, gérante de l’entreprise artisanale en biscuiterie et confiserie, a pu inventer des biscuits français à base d’ingrédients locaux. « Cela a été bien réussi. Les cannelés ont été très prisés lors de ma première exposition », a-t-elle raconté. Quant à Mme Diana, elle promeut les produits cosmétiques et les kits de protection contre la Covid-19 de « Vaniala » qui sont des produits 100% naturels, sans oublier le miel des forêts. Et enfin, les habillements et accessoires, ainsi que les chaussures de mode qui sont mis en vente en ligne, ont été exposés lors de cet événement. L’huile essentielle de Ravintsara de Eden Green, a été également très prisée par les visiteurs.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Pandémie de covid-19 : Le masque devenu un simple accessoire

(photo d’archive)

Le covid-19 a fait apparaître le masque dans le décor tananarivien. Son port obligatoire est destiné à protéger contre la propagation du virus ; ce qui a ouvert la porte à un nouveau marché. En effet, si les masques vendus en pharmacie sont les plus indiqués et les plus efficaces, ceux en tissu peuvent aussi dans une certaine mesure, remplir ce rôle de protecteur. D’ailleurs, ces derniers, étant réutilisables, sont les plus prisés. Ils sont également plus  attrayants puisqu’il y en a de toutes sortes et de toutes les couleurs. A l’effigie de clubs de football, de grandes marques européennes, de personnages de dessins animés, aux imprimés floraux, géométriques ou aux couleurs unies, les épiceries, les marchands ambulants et autres commerces, proposent autant de « modèles » que de personnalités. Ainsi, le masque est devenu un vrai accessoire. Et malheureusement, comme pour tout article de mode vendu dans la Ville des Mille, on marchande, on tâte, on essaie, et si ça ne nous convient pas, on rapporte. Bref, des habitudes qui accroissent les risques de propagation de la maladie.

Après les gestes dangereux lors de l’achat des masques en tissu vient ensuite le moment de le porter ; là aussi, à chacun son style. Sous le nez, sous le menton, accroché à une oreille ou pour les plus inventifs, sur la tête, le masque n’est plus mis comme il le devrait. En résumé, aujourd’hui, que chacun porte le masque sous peine de travaux d’intérêt général ; il serait peut-être aussi temps de voir de plus près comment on les porte.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Parva Liga : Anicet et Ludogorets s’imposent !

Abel Anicet, le capitaine des Barea était en pleine forme.

De retour du Championnat de Bulgarie de football, après avoir mis en trêve forcée occasionnée par le Covid-19, le capitaine des Barea, Abel Anicet et Ludogorets ont entamé leur 25e journée de la saison régulière ce vendredi dernier, en déplaçant sur le terrain de Levski à Sofia. Une suite fructueuse puisqu’à l’issue d’un match âprement disputé, sans  spectateur évidemment, ils se sont imposés face aux bleus sur le score de 1 à 0. Le seul et unique but de cette rencontre a été marqué par Cowley Oliveira à la 46e minute. En effet, au début de la deuxième mi-temps, Claudiu Kesheru, qui a eu un léger problème de santé, a été remplacé par Jakub Schverchok. À peine 24 secondes après le renouvellement du match, Cowley a combattu Martin Raynov au centre. Il a réalisé par la suite un coup incroyable d’environ 20 mètres qui n’a laissé aucune chance à Milan Mijatovic, le portier de Levski. Ludogorets conserve donc sa première place avec 58 points dans ce Championnat. D’ailleurs, notre capitaine de l’équipe nationale était titulaire et a offert une bonne prestation durant ce match.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures routières : Le pont d’Anjilajila à Mananjary réhabilité

Le pont d’Anjilajila à Mananjary, avant et après les travaux de réhabilitation. (Photo : MATP)

L’amélioration des infrastructures sur le réseau routier de Madagascar se poursuit, selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics). Cette fois, c’est le pont d’Anjilajila à Mananjary, région Vatovavy Fitovinany, qui est présenté par le ministère, après les six mois de travaux de réhabilitation. « L’amélioration des infrastructures routières est un des défis du Gouvernement. Des réalisations ont déjà été faites. Parmi celles-ci figure aujourd’hui le pont d’Anjilajila. Cette infrastructure a fait l’objet de travaux de point à temps à l’entrée et à la sortie du pont, avec une couche d’enrobé temps à l’entrée, sur le tablier et à la sortie du pont. Des pièces ont été renforcées, incluant la poutre principale. Les profils laminés métalliques ont également été remplacés. A cela s’ajoutent les travaux de ragréage, de remplacement d’ouvrage en maçonnerie, de peinture, de sablage, etc. Ce ne sont que des exemples, mais on peut dire que le pont est comme neuf », a communiqué le MATP. D’après ce département ministériel, une réception provisoire a été déjà faite. La semaine dernière, tous les travaux sont achevés. Pour le ministère, ce n’est qu’une réalisation parmi d’autres, car beaucoup reste encore à faire, par l’amélioration du réseau routier à travers toute la Grande-île.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Chronique de Mickey

La petite poule rouge

En ce jour de la fête des mères, une récitation( à apprendre par cœur) pour les cinq, six ans doit revenir en tête  de ceux qui n’ont pas ni 20, ni 30, ni 40, ni même pas  50 ans et pourtant ce conte leur est resté à jamais dans l’esprit car il montre le dévouement d’une mère pour ses enfants. Et en passant l’ingratitude des autres devant l’abnégation de toute maman.

« La petite poule rouge grattait dans la cour quand elle trouva un grain de blé !

 – Qui est-ce qui va semer ce grain de blé ? dit-elle.

 – Pas moi, dit le dindon.

 – Ni moi, dit le canard.

 – Ce sera donc moi, dit la petite poule rouge, et elle sema le grain de blé.

Quand le blé fut mûr, elle dit :

 – Qui va porter ce grain au moulin ?

– Pas moi, dit le dindon.

– Ni moi, dit le canard.

-Alors je le porterai, dit la petite poule rouge ; et elle porta le grain au moulin.

 Quand le blé fut moulu, elle dit :

 – Qui est-ce qui va faire du pain avec cette farine ?

 – Pas moi, dit le dindon.

– Ni moi, dit le canard.

-Alors je le ferai, dit la petite poule rouge ; et elle fit du pain avec la farine.

Quand le pain fut cuit, elle dit :

 – Qui est-ce qui va manger le pain ?

 – Moi ! cria le dindon.

– Moi ! cria le canard.

– Non, pas vous, dit la petite poule rouge. Moi et mes poussins, nous le mangerons. »

D’après Sarah Cone Bryant

Certaines mamans seraient peut être outragées du fait qu’on les compare à une poule, allusion peut-être au fameux « dis ma poule ? traduit par « dimampolo ?», mais ne vous en faîtes pas, vous veillez toujours sur la  basse-cour tandis que le coq, lui, est surtout le roi du « moi cours après  elles »

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Fête des mères : Les inventions des femmes à l’honneur

L’événement intitulé « Secrets des femmes » a été un succès.

Le premier événement intitulé « Secrets des femmes », organisé trois jours durant par la Chocolaterie Ecole Edenia dans son jardin à Nanisana, à l’occasion des fêtes des mères, a été un grand succès.

Des femmes talentueuses y ont dévoilé leurs secrets alors qu’on parle ici de leurs fêtes. Il s’agit notamment de leurs inventions sur différents domaines. Mais leur point commun consiste à respecter la nature tout en promouvant les produits naturels à Madagascar. Force est également de remarquer que toutes les parties prenantes oeuvrant dans le domaine de l’environnement consacrent ce mois de juin, en mois de la nature qui procure des services écologiques très importants pour le développement socio-économique d’un pays et le bien-être de la population. Parlant des inventions de ces femmes talentueuses qui ont participé activement à cet événement, on peut citer entre autres, Mme Jeannie, une nutri-aromathérapeute, qui exploite les fruits et légumes biologiques, ainsi que les plantes aromatiques et médicinales pour renforcer le système immunitaire des gens. Elle peut également traiter les maladies des patients à travers ses produits naturels, et ce, sans aucune intervention chimique depuis la plantation jusqu’à la transformation des fruits et légumes. Parmi ses inventions constitue entre autres la production d’huile à partir de la pression des graines de fruits.  « J’étais le premier cobaye de mes inventions pour traiter les maladies génétiques et les autres maladies qui m’ont affectées, il y a quelques années », nous a-t-elle confié.

Passion et expérimentation. Quant à Mme Valitiana, une paysanne soutenue par l’association Agrinature, elle a pu exposer pour la première fois ses variétés de légumes issues de la technique de l’agriculture naturelle. C’est très prisé par les visiteurs composés en grande partie des femmes. Une des inventions de cette association dirigée par une femme, est la production de jus de canne à sucre mélangé avec du citron et de gingembre, et ce, sans conservateur et ajout de sucre. Rappelons que tous ses produits sont naturels. Ensuite, Mme Emma, qui promeut les produits de terroir malagasy, a fait une expérimentation sur la transformation de groseille Ceylan et de groseille étoilée. Ce sont des fruits existant en Inde, à La Réunion et en Israël, puis introduits à Madagascar depuis  plusieurs années. Plantés sur un site privé à Ambohimanga, ces fruits encore méconnus par la population malagasy sont transformés en confiture.  « Ces fruits ont un goût acidulé et très riche en vitamine C. Cependant, bon nombre de gens les considèrent comme un poison étant donné que les fruits de groseille se trouvent à l’intérieur de l’arbuste qui plus est épineux », a-t-elle exprimé. Elle est une amoureuse de la nature. Elle a fait une telle invention en tant que passion, et l’a présenté pour la première fois lors de cet événement. Les commandes des particuliers étaient nombreuses.

Chocolats artisanaux. Dans la foulée, Achille Rajerison, le directeur de la Chocolaterie Ecole Edenia, qui plus est, l’organisateur des « Secrets de femmes », a fait savoir qu’il faut exploiter et valoriser les produits du terroir qui existe à Madagascar.  C’était également une occasion de faire la promotion de cette première école au grand public. Notons que le CLAC (Club des Amoureux du Chocolat), a mis en vente les chocolats produits par cette École de formation des artisans chocolatiers à l’occasion des fêtes des mères. « Nous promouvons notamment des chocolats artisanaux à base de produits exotiques tels que le baie rose, les confitures de groseille et le miel de palissandre. Ce sont des inventions de l’Edenia », a fait savoir le Dr Evelyne, la présidente du CLAC.  Par ailleurs, Mme Sandrine Reibel, gérante de l’entreprise artisanale en biscuiterie et confiserie, a pu inventer des biscuits français à base d’ingrédients locaux. « Cela a été bien réussi. Les cannelés ont été très prisés lors de ma première exposition », a-t-elle raconté. Quant à Mme Diana, elle promeut les produits cosmétiques et les kits de protection contre la Covid-19 de « Vaniala » qui sont des produits 100% naturels, sans oublier le miel des forêts. Et enfin, les habillements et accessoires, ainsi que les chaussures de mode qui sont mis en vente en ligne, ont été exposés lors de cet événement. L’huile essentielle de Ravintsara de Eden Green, a été également très prisée par les visiteurs.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Stock d’hydrocarbure à Bongatsara : « Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone »

Les propriétaires des terrains contestent l’expropriation pour cause d’utilité publique.

Énième manifestation de la population de Bongatsara. Ils restent unis et déterminés pour défendre leur terre face au projet d’installation du dépôt d’hydrocarbure de Logistique Pétrolière. Samedi, les propriétaires des terrains ont observé une manifestation pacifique à Bongatsara en véhiculant le même message de refus au projet. « La décision de déplacer les dépôts d’hydrocarbure d’Alarobia et de Soanierana date de l’ancien régime Rajaonarimampianina suivant l’arrêté 237-2018 du M2PAT. Elle n’a eu jusqu’à maintenant l’aval de la population locale. Dès l’installation de l’actuel Chef d’Etat à sa place, nous lui avons adressé une doléance l’invitant à trouver un autre endroit que notre commune et ainsi d’annuler l’arrêté ministériel. Cette demande a été fructueuse et nous le  saluons de nous avoir écouté’ » a expliqué Ramiandrisoa Lalaina, porte-parole des propriétaires des terrains concernés. Si ces derniers espèrent avoir eu gain de cause, il y avait un retour de manivelle lorsque les géomètres et des émissaires de ministère sont descendus à Bongatsara et passent aux bornages des terrains.  » Le 3 juin dernier, ils ont profité de la période de crise sanitaire durant laquelle les gens sont en situation de faiblesse pour réactiver le projet dont le sort est à notre égard, déjà fixé. À cet effet, nous relançons notre demande au Chef de l’Etat de voir de visu ce dossier, il s’est déjà engagé à nous défendre après notre doléance », selon notre interlocuteur. « Que l’Etat et Logistique Pétrolière trouvent d’autres endroits puisque nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone. On parle de menace à la population urbaine parmi les motifs de la délocalisation des installations à Soanierana et Alarobia. Ceci en cas d’explosion. Suivant cette logique, s’ils seront déplacés à Bongatsara, les effets ne sont-ils pas pareils pour notre localité? Je réitère que nous (les habitants de Bongatsara) ne sommes pas une population de seconde zone/classe », s’insurge le porte-parole. Déjà que les neuf hectares prévus à la base pour ériger les infrastructures restent problématique, l’annonce des 88 autres hectares à exproprier pour cause d’utilité publique rendent les riverains nerveux, très nerveux. Ils sollicitent une rencontre directe avec Logistique Pétrolière dans la résolution du problème. « Que la firme ne se cache pas derrière l’Etat et que ce dernier respecte son engagement. C’est ce que nous sollicitons dans cette affaire qui frappe notre quotidien. A Bongatsara, nous vivons de notre terre (agriculture, pêche, alimentation en eau) et nous doutons des impacts environnementaux du projet, entre autres, les éventuelles émanations de produits chimiques qui peuvent affecter la nappe phréatique », conclut Ramiandrisoa Lalaina.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Fatoma sort Makoa vavy  

La makoa vavy  Fatoma sera bientôt en live une fois que la Grande Ile sera déconfinée.

Ses followers l’ont attendu depuis quelques mois. Sorti  en audio en février 2020 dernier, le clip de makoa vavy de Fatoma  est sorti la semaine dernière.  Dans un garage plein de tas de ferrailles, la chanteuse Antsirananaise se sent à l’aise ! Elle est au top de sa  forme. Elle s’affirme ! Elle est la reine et elle tient les rênes. D’ailleurs c’est ce qu’elle dit dans son couplet  «  quand je chante, tout le monde hoche la tête. Mon son est tellement lourd qu’ils ont la bouche bée ».  En fait, cette chanson reflète le succès de l’auteur durant la compétition musicale à laquelle  elle s’en sortait gagnante  il y a  deux ans passés. A part les textes egotrip et poignants  de la  chanteuse, elle a posé sa  voix  rocailleuse sur une sonorité à la mode, l’Afrobeat.

la « Makoa vavy »  promet un autre morceau dans quelques  mois. Elle rassure ses fans qu’elle donnera que du lourd.  Malgré la situation actuelle, Fatoma cherche un moyen pour divertir ses fans en  les publiant des “live” sur les réseaux sociaux

ZO Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Télé – The Voice 9 : Tom Rochet (Nambinina), le talent de l’équipe d’Amel Bent arrive en final

Tom Rochet a toutes les chances de remporter le titre dans The Voice 9.

Pour sa première participation au format adulte de The Voice, Amel Bent est fière de son équipe. Si ses choix n’ont pas toujours fait l’unanimité auprès des téléspectateurs, la chanteuse de 34 ans en est convaincue : la victoire sera pour l’un de ses favoris. Toni – pour qui elle s’est battue face à Pascal Obispo – fera le show, Terence – le plus grand regret de Lara Fabian – montrera toute sa palette d’émotions et Tom Rochet surprendra encore le public. Le jeune homme s’était présenté, comme bon nombre de candidats, derrière un piano lors de son audition à l’aveugle. Sa reprise de Let it be des Beatles avait rapidement fait vibrer Pascal Obispo puis Amel Bent. Et si la coach belgo-canadienne avait tapé du talon sur son buzzer et hurlé des « wow » à tout-va, c’est à l’interprète de Ma philosophie que Tom Rochet a choisi d’accorder sa confiance.

Alors qu’il débute dans le monde de la musique, la jeune maman avait pris le risque de l’opposer à une chanteuse d’expérience à l’épreuve des battles. Face à Alexia – la compagne de Sam -, le jeune artiste de 20 ans s’est révélé sur Dusk till dawn, le duo de Zayn (ancien One Direction) et Sia. Marc Lavoine, bluffé par l’évolution rapide de Tom Rochet, encourage sa collègue Amel Bent de le sélectionner pour l’étape suivante. Son ticket pour les K.O en poche, le Belfortain est apparu plus serein et libre que jamais avec une étonnante reprise de la balade; Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai, de Francis Cabrel. « Il fallait vraiment que j’apporte quelque chose de nouveau, de différent de ce que j’avais pu faire auparavant. Ça incitait donc à chanter en français, de la variété française en plus… C’était important pour moi de montrer que je pouvais chanter en français, à Amel Bent et à tout le monde. », a-t-il confié à Gala. Une excellente idée puisque charmée par l’univers de son poulain, le coach a décidé de lui offrir la demi-finale. « J’étais choqué, content et stressé à la fois. C’était un mélange d’émotions. », a-t-il expliqué.

De la piste d’athlétisme au plateau de The Voice

L’aventure est nouvelle pour Tom Rochet. Avant de se lancer corps et âme dans la musique, le jeune homme était aux Etats-Unis pour étudier le sport – plus spécialement l’athlétisme – sur un campus universitaire. Un problème administratif a malheureusement empêché ses entraînements et ses compétitions. « J’ai profité de cette « pause » pour m’investir dans la musique au quotidien. J’ai trouvé une chapelle qui était dans mon université, j’ai commencé à y aller tous les jours. Je me suis dit pourquoi pas faire des covers et les poster sur mes réseaux sociaux, et en même temps, travailler ma voix. », a-t-il raconté. Un mal pour un bien. C’est à présent dans la course à la victoire de The Voice qu’il est engagé.

Recueillis par Maminirina Rado