Les actualités à Madagascar du Lundi 08 Mai 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune6171 partages

L’érection de Macron fait rêver les Malgaches

Quel que soit le point de vue sur sa vision politique ou sa personnalité, le parcours d’Emmanuel Macron ne peut que forcer le respect. Malgré une carrière professionnelle plus qu’honorable, il est politiquement parti de « pas grand-chose » il y a un an. Mais peu à peu, il a gagné ses galons de présidentiable face aux « grands partis », avant de devenir Chef de son État par la voie des urnes à 39 ans. Exactement le même âge auquel Didier Ratsiraka avait obtenu les rênes de Madagascar par le vote du Directoire militaire en 1975, mais plus vieux de quatre ans qu’Andry Rajoelina après la réussite de son coup d’Etat de 2009. Toutefois, la comparaison entre Emmanuel Macron et les deux politiciens Malgaches cités s’arrête là.

On pourrait également être tenté par une analogie avec le parcours de Hery Rajaonarimampianina, celui de Chef d’Etat arrivé au pouvoir alors que personne n’aurait parié un kopeck sur lui six mois avant l’élection. Mais ce serait une recherche d’analogie tout à fait inappropriée : Emmanuel Macron est devenu Président après avoir livré une âpre bataille politique durant laquelle il a damé le pion à des favoris tels qu’Alain Juppé ou Manuel Valls. Quant à Hery Rajaonarimampianina, il est devenu Président par hasard, car il n’aurait jamais été élu sans le retrait forcé, puis le soutien de Rajoelina. Autre analogie un peu plus légère, l’ego de ces trois personnalités leur a inspiré l’inclusion de leur(s) initiale(s) dans le nom de leur mouvement : le H de Hery dans HVM, les EM de Macron dans En Marche, et les AR de Rajoelina dans MAPAR.

Source photo : Gouvernement français

Emmanuel Macron a réalisé un exploit, et rappelle un peu Nicolas Sarkozy. Tous deux snobés, ou pour le moins brimés dans leur camp politique d’origine, ils ont décidé de partir à la conquête du pouvoir contre le système, en faisant montre de talent et de leadership pour prendre le contrôle de son parti politique (UMP) pour Sarkozy, ou en créant son propre mouvement (En Marche) pour Macron. Pour moi, cela est le premier volet de la politique au sens noble : arriver au pouvoir « à la loyale », en arrivant à convaincre les électeurs par la force des arguments, et non par l’argument de la force comme un vulgaire DJ mal élevé.

Le second volet de la politique au sens noble est la pratique du pouvoir, à la fois dans le respect de l’état de Droit, et dans l’objectif de servir le peuple. Et sur ce plan, Emmanuel Macron a un parcours du combattant qui va se dérouler devant lui dès les législatives de juin 2017. L’attendent pêle-mêle : la conquête de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale face à des partis traditionnels mieux structurés et plus expérimentés, afin d’éviter une cohabitation dès le début du quinquennat ; la consolidation de son mouvement En Marche afin de dépasser le côté de patchwork disparate mariant les carpes et les lapins ; la conquête d’un rôle géopolitique face à de fortes personnalités telles qu’Angela Merkel, Vladimir Poutine ou Donald Trump ; et la nécessité de donner très rapidement des réponses concrètes pour gagner la confiance de ceux qui ont été tentés par les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite.

Si j’avais été électeur français, ce que je ne suis pas (contrairement à ce que certains Sherlock Holmes de forum se sont amusés à affirmer) [1], je n’aurais sans doute pas voté Macron. Mais je suis plus que fan du système élitiste qui veut que les places de responsabilité soient attribuées à ceux qui ont une formation académique appropriée. Je suis donc très admiratif du profil de formation d’Emmanuel Macron : mention très bien au baccalauréat scientifique, DEA de philosophie, Sciences Po, et sorti parmi les 15 meilleurs de sa promotion (« la botte ») à l’Ecole nationale d’administration (ENA). [2]

Pendant plusieurs semaines, les Malgaches (même non bi-nationaux) se sont enthousiasmés pour la présidentielle française, qui n’avait pourtant aucune chance de résoudre leurs problèmes d’insécurité, de corruption, d’inflation ou de délestage. Mais cet enthousiasme est sans doute le reflet d’une envie de vivre une démocratie réelle, et dont la transparence, l’équité et la fiabilité des élections rendent leurs résultats respectables. Ce qui permet aux Malgaches par comparaison de mesurer le niveau médiocre de la situation de la démocratie et des standards électoraux chez eux.

L’érection de Macron dans le monde politique fait fantasmer les Malgaches, et pas seulement celles de genre féminin. [3] Certains rêvent à présent de voir émerger un « Macron de Madagascar », qui arriverait à s’imposer de la même manière dans le paysage politique face aux dinosaures et aux vautours. Mais ce serait une utopie. Les systèmes politiques français et étatsunien permettent à un Macron, à un Obama ou à un Trump de se révéler, pour un certain nombre de raisons qui permettent le débat et la compétition équitable. A Madagascar, la corruption sera toujours le facteur déterminant, à coups de felaka pour les journalistes, de distribution de seza pour les politiciens, de retours d’ascenceurs pour les trafiquants de bois de rose, ou de T-Shirt et concerts pour les électeurs. A Madagascar, quelqu’un jugé comme rival dangereux comme Macron aurait déjà reçu quelques contrôles fiscaux, si ce n’est une accusation de bombinettes artisanales.

Midi Madagasikara598 partages

Riana Andriamandavy VII : Convoqué à la Gendarmerie pour enquête

Le vice-président du Sénat a quitté la Grande Ile hier matin à 9 heures à destination de Guangzhou.

Comme sa présidente Fanirisoa Ernaivo l’avait annoncé, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) a effectivement porté plainte contre le sénateur Riana Andriamandavy VII. Il est reproché à ce dernier d’avoir proféré des menaces sur les réseaux sociaux contre le bureau du SMM. Lequel a dénoncé également les agissements du beau-frère de Claudine Razaimamonjy qui avait amené des gros bras pour caillasser le siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) à Ambohibao lors de l’audition de la femme d’affaires. Des faits qualifiés d’ « incitation à la révolte » par le Procureur général de la Cour d’Appel, Jacques Randrianasolo, qui avait d’ailleurs ordonné à la Gendarmerie de convoquer le sénateur Riana Andriamandavy VII pour enquête. Et ce, à travers un Soit Transmis (ST). Nuance avec IST (Interdiction de Sortie du Territoire) dont il ne fait pas encore l’objet. Ceci expliquant cela, on a appris de source proche de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) que le Sénateur en question avait quitté librement le pays hier pour faire cap sur Guangzhou. En effet, le membre de la Chambre haute élu à Fianarantsoa sous les couleurs du parti HVM a quitté la Grande Ile hier matin à 9h à destination de la Chine. Est-ce pour échapper à une poursuite judiciaire ? En tout cas, il brillait par son absence à la soirée organisée samedi dernier au CEMES Soanierana par les natifs de la Haute Matsiatra dont il était auparavant le chef de Région. On ignore le motif de ce départ « précipité » à l’étranger alors que la session ordinaire du Parlement vient à peine de commencer. Reste à savoir également s’il osera revenir au pays pour répondre à la convocation de la Gendarmerie.

Immunité parlementaire. On croit savoir que la procédure de flagrant délit aurait été enclenchée. Par conséquent, il n’était pas nécessaire de demander la levée de l’immunité parlementaire même si l’intéressé fait partie du Bureau permanent de la Chambre haute et même si cette dernière est actuellement en session ordinaire. Ce n’est pas le président du Sénat Honoré Rakotomanana qui avait enseigné à l’époque le Droit Pénal Spécial (DPS) et la Procédure pénale à l’Institut d’Etudes Judiciaires qui soutiendra le contraire. Sous peine de faire un …flagrant « deux poids, deux mesures » par rapport au cas du sénateur Lylison René de Roland qui a été poursuivi et condamné à un an de prison ferme pour des faits nettement moins graves. L’affaire Riana Andriamandavy VII ne peut que mettre dans l’embarras le bureau permanent du Sénat qui traîne des pieds pour se prononcer sur la destitution ou non du sénateur MAPAR.

Séparation des pouvoirs. Pour l’heure, l’affaire reste au stade d’une convocation pour enquête. Une source judiciaire a d’ailleurs confirmé qu’aucun mandat d’arrêt n’a encore été lancé contre le sénateur Riana Andriamandavy VII. Joint au téléphone hier, un membre du bureau permanent du Sénat a fait savoir que pour le moment, Anosikely n’a pas encore été avisé de l’existence d’une poursuite judiciaire contre le leader du HVM Fianarantsoa. Cette source de laisser entendre que le Sénat n’envisage aucunement de faire blocage sur une éventuelle demande de levée d’immunité. « Il faut respecter la séparation des pouvoirs. La Justice doit faire son travail en toute indépendance », a-t-on martelé. Avant de rappeler au passage que « l’immunité parlementaire s’applique à des faits liés à l’exercice des fonctions parlementaires et non pas pour un délit de droit commun ». A travers cette déclaration, l’on pourrait croire que Riana Andriamandavy VII risque d’être lâché par ses pairs au Sénat. Histoire à suivre.   

Davis R

L'express de Madagascar495 partages

Concert – Hans Nayna enflamme le cœur du public

Avec un talent pur, emmené par une voix charismatique et envoûtante, Hans Nayna a littéralement conquis le public malgache.

Une forte personnalité de la scène musicale avec la musique dans l’âme. Ainsi se décrit au mieux ce jeune artiste mauricien qu’est Hans Nayna. Sa musique possède un caractère bien singulier qui n’a rien à envier aux plus grands noms du blues et du soul internationaux.Après avoir électrisé la scène du Festival Libertalia la semaine d’avant, justement en guise de prémices pour le concert exceptionnel de vendredi, le soulman mauricien a tenu ses promesses pour ses retrouvailles avec les mélomanes venus se joindre à lui, vendredi. À guichets fermés, c’est dans une salle de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely copieusement garnie que ce jeune prince du soul, a retrouvé ceux qui s’affirment d’ores et déjà être ses fans inconditionnels.Tel un bon bol d’air frais pour le public présent dans la salle, le chanteur entame le concert en toute sobriété, tout en affichant d’entrée sa convivialité et sa proximité avec ses fans. « C’est pour moi un véritable plaisir de jouer pour vous. La chaleur et la joie du public malgache m’animent et je le chérirai toujours », confie-t-il. Un moment privilégié pour le chanteur, le concert était l’occasion pour lui de se découvrir pleinement en affichant dans son répertoire, les morceaux de son premier album, « Music for the soul ».Tel un John Legend ou encore Steevie Wonder qu’il admire particulièrement, le chanteur enchaîne ses chansons une à une, tout en étant aussi mélodieux avec ses douces balades à la guitare acoustique qu’enivrant de rythmes à travers lesquels le jazz, la pop, le blues, le rock ou encore le reggae, se conjuguent au soul.

SurprenantMajoritairement anglo-saxonnes, ses compositions transcendent le public et font vibrer le tout IFM Analakely. Aussi bien avec sa chanson « Music for the soul », titre même de son album, que « Hope » ou encore « Song for my guitar » et « Pieces of the world », Hans Nayna chante son amour pour la musique.Étant de nature généreuse, il se livre librement au public en illustrant son histoire dans ses chansons, mais aussi l’amour dans toute sa splendeur. On pense notamment à ses deux chansons franco-créoles, « Le king» et « Mo lam » dans lesquelles il chante son état d’âme, de quoi envoûter encore plus la gent féminine présente dans la salle.Outre le public, sept Malgaches ont pleinement joui du spectacle, en accompagnant l’artiste sur scène. Andry Michael était à la trombonne, Andry Sylvano à la batterie, Rybota Ramalan­jaonina à la basse, Fy Rajaofetra au clavier, Andriniony Andriamanan­dratra au saxophone, Tsanta Randria­mihajasoa à la trompette et Benkheli Ratri à la guitare. Ensemble, ils ont réservé de belles surprises au public, car la reprise acoustique de « Lose yourself » du rappeur américain Eminem a contribué à susciter la curiosité du public pour Hans Nayna. Une version plus enchanteresse de « Say my name » des Destiny’s Child par le chanteur a émerveillé l’auditoire à l’occasion. Hans Nayna promet des retrouvailles plus festives à l’avenir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar319 partages

Toliara – Kopi kolé tourne au drame

La finale de la 5e édition de Kopi kolé à Toliara s’est terminée  tragiquement. Trois personnes ont été piétinées à mort et plusieurs autres blessées dans une bousculade.

Une bousculade à la sortie du gymnase de Tsienengea fait trois morts et quatorze blessés. Quand la TV Plus a invité, vendredi, la population de Toliara à assister à la finale régionale de la 5e édition de l’émission Kopi kolé, elle ne s’attendait certainement pas à une si forte mobilisation de sa part. Cette année, l’évènement couplé avec la Découverte de Madagascar, s’est déroulé dans un gymnase couvert autre que celui loué chaque année. Les organisateurs ont craint des incidents en raison d’un afflux trop important de personnes, comme en 2016.Les Tuléarois se sont effectivement déplacés en masse pour assister à la manifestation culturelle. Mais la capacité du gymnase couvert de Tsienengea n’est que de trois mille places. À part les deux gradins qui peuvent contenir chacun mille cinq cent places, le terrain où a été dressée la grande scène, a été également occupé par de nombreux spectateurs. Soit un total de plus de douze mille personnes. L’ambiance était très chaleureuse et paisible durant tout le spectacle.Mais il aura suffi d’un court moment de panique pour que la fin de la fête se transforme en un véritable cauchemar. Car dès l’annonce des résultats de la finale, la foule a commencé à se ruer vers la porte de sortie. « C’est à cet instant qu’un pickpocket a été surpris en train de délester une jeune fille de son téléphone portable. Une situation qui a provoqué une bagarre dans l’enceinte du stade», précise le lieutenant-colonel Cyr Razafialison commandant du groupement de la gendarmerie de Toliara.

Incontrôlable« Pris de panique dans cette confusion, beaucoup n’ont plus eu en tête que de se précipiter vers la sortie principale du gymnase où s’est déjà formé un entonnoir. Et dans cette cohue, le flux des spectateurs a créé une bousculade incontrôlable : des personnes ont été piétinées et étouffées par la foule », poursuit-il.Selon le Dr Francine, adjointe technique au CHU de Tanambao, parmi les dizaines de blessés évacués, ont figuré de nombreux adolescents entre 15 et 20 ans. Les trois victimes qui ontsuccombé, quant à elles, sont des jeunes gens âgés entre 17 et 25 ans.Dépêché à Toliara, le ministre Gilbert François de la Pêche et des ressources halieutiques a, au nom du président de la République Hery Rajaonarimampianina, présenté ses condoléances aux familles des trois victimes et a remis à chacune deux millions d’ariary. Les blessés hospitalisés, pour leur part,  ont reçu chacun un million d’ariary.  Le ministre estime « qu’à l’avenir, vu l’engouement des spectateurs, ce genre de manifestation gratuite doit se dérouler dans un endroit spacieux et en plein air ».Quant aux organisateurs représentés par le député de Toliara I et du directeur de TV plus de la cité du Soleil, ils maintiennent, pour l’instant, leur version des faits : l’accident serait dû à un acte de sabotage de quelques individus mal intentionnés qui auraient utilisé des « big boss » au milieu de la foule. À préciser que le président-directeur général de TV plus, Nicolas Rabemananjara, et le député Siteny Andrianasoloniaiko ont assisté au spectacle.

Francis Ramanantsoa

Midi Madagasikara261 partages

Qui sont nos hommes politiques ? « Aujourd’hui, je trace ma route avec conviction »

 Fetison Rakoto Andrianirina est l’invité du jour malgré le fait que ses apparitions médiatiques se fassent désormais rares. Personne n’a oublié celui qui était à la tête de la mouvance Ravalomanana durant la dernière transition, surtout qu’il devait – avec ses confrères – en payer le prix.

Fetison Rakoto Andrianirina est devenu, en l’espace de quelques années, un acteur de la vie politique malgache. Il est très actif dans la sphère politique par le biais de son parti, le Renouveau pour la Démocratie Sociale (RDS) – fondé en 2013 et d’obédience social-démocrate – qui est actuellement en plein…renouveau.

Foi et volonté. Agé de 54 ans, marié et père de 3 enfants – « que je n’ai pas vu grandir, regrette-il, mais je me rattrape actuellement » – l’homme est animé d’une volonté sans faille. « Mon projet politique à travers le RDS résume les convictions qui m’ont animé : le développement à travers la considération de la société  toute entière ». Il n’est pas question, pour lui, de marcher sans la foi. « J’ai la foi chevillée au corps. Je crois en Dieu et aux capacités des Malgaches de progresser d’une manière durable », soutient Fetison, pour qui, la croyance revêt une place prépondérante. Pour preuve, il est très actif au niveau de l’église réformée d’Andravoahangy Fivavahana. Il a été parmi les membres fondateurs du « Hetsika Jesoa Kristy ho an’i Madagasikara (JKM). Mais il « croit » énormément aux valeurs de la Gauche. En coulisses, Fetison Rakoto Andrianirina est un bon vivant. « Pendant mes temps libres, je m’occupe de mes petits enfants. J’adore voyager et regarder un bon film. Mes plats préférés sont le rambonomby sy voanjo et le vorivorin-kena », décrit Fetison Rakoto Andrianirina.

Expériences politiques. Son parcours est loin de ressembler à un long fleuve tranquille. Il est surtout connu pour avoir épaulé, pendant un certain temps, l’ancien chef de l’Etat Marc Ravalomanana. Il a même été la figure de proue de la « mouvance ». Mais depuis quelques années, ce n’est plus le cas. Il s’est lancé de nouveaux défis. « Je me suis totalement détaché du clan de l’ancien Président. Aujourd’hui, je trace ma route avec conviction », assume-t-il. S’il est entré dans la politique, « c’est pour assainir le milieu. Il n’y aura jamais de développement sans une instabilité politique. J’ai comme objectif de bâtir un Madagascar indépendant avec un peuple uni, prospère, fier et engagé », soutient-il. Pour lui, le respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance constitue le socle d’un Etat fort et prospère. Notons qu’il s’est d’ores et déjà présenté à la présidentielle de 2013 et a été crédité de 1,2% des voix.

Progressisme. Assainir le milieu politique, pour reprendre ses termes, ne le fait pas peur. D’ailleurs, c’est ce goût pour les défis qui l’a emmené à prendre les rênes du PSD (Parti Social Démocrate) en 2012, le parti historique même si l’expérience a tourné court. « Ce n’était pas un échec, mais une expérience enrichissante. Ce court passage à la tête du PSD m’a conforté dans mes certitudes que les valeurs du progressisme  permettront de faire développer le pays. Et surtout, il faut aller au-delà des clivages ethniques instaurés dans notre pays », explique-t-il. Le chemin est encore long, mais il continue à cultiver ces germes de l’espoir. C’est peut-être un relent de ses études d’agroéconomie, auprès de l’école supérieure agronomique d’Ankatso. Il est également diplômé du CEFEB (Centre d’Etudes Economiques et Bancaires) Paris, une branche de l’AFD (Agence Française pour le Développement). Professionnellement, l’homme est administrateur de plusieurs sociétés intervenant dans les domaines de l’énergie, l’agriculture et les mines.

Midi Madagasikara136 partages

Importation de cigarettes : Tentative de forcing par une société nouvellement créée

Le marché risque d’être inondé par les cigarettes de contrebande en provenance de la Chine.

Cinq millions de tiges de cigarettes ont été importés de Chine par une société dirigée par un ancien Premier ministre de la Transition.

 

Plus de 60% des recettes fiscales de Madagascar proviennent de la filière tabac, avec un droit d’accise fixé à 300%. En effet, les textes de loi sont clairs pour préserver cette potentialité.  On ne peut vendre des cigarettes à Madagascar, sans avoir une usine de production implantée dans le pays et dont 60% des matières premières utilisées doivent être des feuilles de tabacs produites localement.

Un container Cependant, les producteurs locaux peuvent importer des cigarettes, mais dont la quantité ne devrait pas dépasser 5% de leur production locale.  Et pourtant, une société nouvellement créée vient d’importer un container de cigarettes chinoises, sans avoir produit une seule tige dans le pays. L’année dernière, un lobbying a été lancé au niveau de l’Assemblée nationale, qui a poussé les députés à émettre une proposition de loi pour changer ces dispositions pour la préservation de la culture de tabac et le développement de la filière. En d’autres termes, la nouvelle loi permettra l’importation de cigarettes. D’après nos sources, aucun décret d’application de cette loi n’a encore été émis par le Gouvernement. De ce fait, l’importation de cigarettes en grande quantité est toujours interdite.

Interpellations. La semaine dernière, une nouvelle société dénommée Able Step a été présentée aux médias. Les dirigeants de celle-ci ont affirmé qu’une usine sera implantée dans la Grande Ile, pour la production de cigarettes à faible taux de nicotine. Avant sa première production, cette société a déjà importé ce premier container actuellement à Toamasina. En effet, la commercialisation du produit nécessite encore des documents provenant du fisc, des Douanes et des ministères en charge de la Santé publique, du Commerce, de l’Agriculture, des Finances et du Budget. D’après les informations fournies, aucune de ces entités n’a encore délivré de documents autorisant cette commercialisation. De leur côté, les producteurs locaux ont interpellé les dirigeants du pays. « Un importateur de cigarettes ne paierait que des droits de douanes très faibles, par rapport aux charges fiscales des producteurs locaux. Comme il s’agit pour ce cas de produits chinois low-cost, toute la filière qui est pourtant déterminante pour l’économie de plusieurs régions comme Sofia ou Menabe, sera mise en danger », ont-ils évoqué. Jusqu’ici, les cinq millions de tiges sont encore bloquées à Toamasina. Cette affaire reste à suivre.

Antsa R.

Midi Madagasikara124 partages

Internet : La 4G d’Orange lancée à Toamasina

Le réseau Internet 4G d’Orange Madagascar a été lancé officiellement, jeudi dernier, à Toamasina. Devant le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, Neypatraiky André Rakotomamonjy, ainsi que d’autres membres du Gouvernement et des autorités locales, le DG d’Orange Madagascar, Michel Degland a présenté cette nouveauté lors d’une cérémonie spécialement organisée pour l’occasion. Certes, l’arrivée de la 4G est une excellente nouvelle pour favoriser des usages innovants. C’est également une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes, ou grandes, d’être présentes à l’international. Le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises de ce monde, et ainsi d’avoir une vraie vie internationale. « La qualité du réseau Orange est une vraie force qui nous permet de continuer à proposer des solutions de qualité pour permettre l’intégration des nouvelles solutions numériques dans les activités des professionnels » a indiqué Michel Degland à l’occasion de son allocution. De son côté, le premier ministre a souligné la nécessité pour le secteur des Télécommunications de jouer un rôle de catalyseur afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé, mais aussi par l’Etat, dans le contexte de la reprise économique du pays.

Antsa R.

L'express de Madagascar64 partages

Rapt de français – Quatre fugitifs devant le parquet de Paris

Recherchés par le parquet de Paris, quatre suspects incriminés dans le rapt du directeur général d’Henri Fraise ont été arrêtés. Les faits remontent à 2013.

Alors que le rapt contre rançon de François Raphaël, directeur général de la société Henri Fraise à Ankorondrano, semble avoir été laissé aux oubliettes, la brigade criminelle reprend ses droits quatre ans après les faits. Recherchés par le parquet de Paris dans le cadre de cette affaire, quatre suspects, dont une femme, sont tombés dans les mailles des filets de la police.Alors qu’un couple, appréhendé à Ankaraobato, il y a deux semaines, a été placé en détention préventive après avoir été traduit devant le parquet d’Antana­narivo, deux autres fugitifs se sont fait arrêter la semaine dernière. Le premier s’est fait prendre à Amboditsiry mardi si la piste de son complice a conduit les enquêteurs de la brigade criminelle jusqu’à Mahajanga. Pour celui-ci, la fin d’une cavale, qui a duré une peu plus de quatre ans, a sonné. Sur la base de renseignements, les limiers l’ont capturé dans la ville des Fleurs, jeudi. La veille, après avoir décelé que le fugitif y a trouvé refuge et commencé une nouvelle vie, la police a d’emblée lancé une opération. Les deux derniers  suspects  arrêtés sont, de surcroît, recherchés pour le kidnapping du directeur général de la société Caromad,  une ligne d’entreprises, opérant dans les services industriels sise à Tanjombato.  Les faits remontent au mois de janvier pour le rapt en question.

Rançon faramineuseLe directeur général François Raphaël jouit d’une nationalité française. Bien qu’une enquête judiciaire ait été diligentée à Antananarivo après l’enlèvement, la victime a également saisi leparquet de Paris pour instruire l’affaire. Le enquêtes menées à Paris ont fait sortir les noms de plusieurs personnes, dont ceux du couple placé sous les verrous, ainsi que deux fugitifs arrêtés la semaine dernière. Les deux hommes vont répondre de leurs actes ce jour devant le parquet. Dans le cadre d’une entraide judiciaire, c’est le parquet d’Antananarivo qui va, à son tour, faire une liaison avec celui de Paris lorsque le dossier sera entre ses mains.François Raphaël a été enlevé à Androhibe  dans la soirée du 15 avril 2015 vers 19h 30, par quatre ravisseurs encagoulés, brandissant une Kalachnikov ainsi qu’un  pistolet automatique. Le gang lui a tendu un guet-apens à environ 200 mètres de sa résidence. Les assaillants ont fracassé la vitre de son véhicule et ordonné à son chauffeur de s’accroupir à l’arrière. Celui-ci a été abandonné avec la voiture du côté d’Anala­mahitsy quelques minutes plus tard. Le lendemain, les kidnappeurs ont contacté l’épouse de la victime, affirmant que c’était le Président Directeur Général de Henri Fraise, alors en mission à New York qui a été pris pour cible.Néanmoins, ils ont réclamé une rançon faramineuse s’élevant à 3,5 milliards d’ariary.

Andry Manase

Midi Madagasikara58 partages

Investissements : Madagascar parmi les 25 pays africains les plus attractifs

L’EDBM s’efforce d’améliorer l’environnement des affaires à Madagascar.

L’environnement des affaires s’améliore à Madagascar. Grâce notamment aux efforts entrepris par le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, ainsi que l’EDBM, le climat des affaires malgaches figure parmi les meilleurs en Afrique. La Grande Ile figure en effet parmi les 25 pays africains qui sont les plus attractifs en matière d’investissements, et se trouve au 23e rang, juste devant le Mali et le Bénin. C’est le Maroc qui vient en tête avec l’économie la plus attractive pour investisseurs sur le continent, selon l’édition 2017 de l’indice d’attractivité de l’Afrique, publiée par le cabinet d’audit Ernst Young, ce début mai.

Introduite en 2016, l’AAI (Africa Attractiveness Index) mesure l’attrait relatif des investissements de 46 économies africaines sur la base d’un ensemble équilibré de critères ciblés à court terme et à long terme. Intitulée «Connectivity redefined», cette dernière édition évalue les progrès réalisés dans les domaines de la gouvernance, la diversification, les infrastructures, les opportunités d’affaires et le développement humain, ainsi que la résilience probable des économies dans le contexte des pressions macroéconomiques actuelles.

Ainsi, le dynamisme économique et la position de pays émergent, proche de l’Europe ont fait du royaume chérifien une destination privilégiée des investisseurs en quête d’opportunités d’investissement et d’affaires. Le Maroc (+1) rafle la première place à la plus grande économie africaine en 2016, l’Afrique du Sud. La nation arc-en-ciel partage désormais la deuxième marche du podium avec le Kenya (+2). A noter également les bonnes places de la Côte d’Ivoire (7e, +2), l’île Maurice (8e, -3), ou le Sénégal (9, +2). Les pays ayant perdu le plus de places sont l’Egypte (8 places perdues), le Bénin et l’Ethiopie (6 places) et la Tunisie (5 places). L’étude révèle qu’au cours de la dernière année, les grandes économies en Afrique ont attiré plus d’investisseurs étrangers. Collectivement, ces marchés, à savoir l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Egypte, le Nigéria et le Kenya, ont attiré plus de 58% des projets d’IDE en 2016.

Voici le classement africain des pays les plus attractifs : 1-Maroc (+1), 2-Kenya (+2), 3-Afrique du Sud (-1) , 4-Ghana (+2) ; 5-Tanzanie (+7) ; 6-Uganda (+7) ; 7-Côte d’Ivoire (+2) : 8-Ile Maurice (-3) ; 9-Sénégal (+2) ; 10-Botswana (-3) ; 11-Egypte (-8) ; 12-Rwanda (-3) ; 13-Tunisie (-5) ; 14-Namibie (+1) ; 15-Algérie (+1) ; 16-Zambie (+1) ; 17-Nigeria (-2) ; 18-Cap Vert (+5) ; 19-Cameroun (+3) ; 20 ; Ethiopie (-6) ; 21-Burkina Faso (+0) ; 22-Mozambique (-2) ; 23-Madagascar (+1) ; 24-Mali (+4) ; 25-Bénin (-6).

Recueillis par R.Edmond

Tia Tanindranaza55 partages

Korontana eto amin’ny firenenaNy Franc maçon no fositra, hoy i James Ratsima

Mikorontana tanteraka ny raharaham-pirenena ankehitriny, hoy ny filohan’ny antoko Asandratro ny fireneko, James Ratsima.

Mirija

Tia Tanindranaza51 partages

Fitokanana paompin-drano tsy tontosaTezitra Raojanarimampianina

Ny loharanon’i Mangarangarana no notarihina hamatsiana ny kaominina Tanambe. Fokotany dimy izay misy mponina 22 000 no heverina fa hisitraka io rano fisotro madio io.

 11 km sy 500 m miala ny renivohitry ny kaominina no misy ny loharano. Mahatratra 41 ireo paompy naorina hamatsiana rano fisotro ny kaominina Tanambe. Mandalo ao amin’ny kaominina Beanana ny fantsona hitarihana ny rano vao tonga any Tanambe. Naneho ny hatezerany ny olona sasany ka nanapaka ilay fantsona fitarihan-drano. Iray tamin’ireo paompy izay naorina ihany hatreto no mandeha ka nahafahan’ny filoha nanao ny fitsidihana.Vokany, tsy tontosa ny fitokanana izay saika hatao fa navadika ho fitsidihana fotsiny ihany. Tezitra ny filoha ka nampitandrina ireo nanimba ilay fotodrafitrasa. Nanentana ny fokonolona koa ny tenany mba hiaro ireny fotodrafitrasa iombonana ireny ary hampilaza ny mpitandro ny filaminana raha misy ireo mandika lalàna. Marihina fa mitentina 813 tapitrisa ariary ireo fotodrafitrasa saika hotokanana ireo.

                                                                              Niry A

 

L'express de Madagascar44 partages

Ihosy – Le journaliste Fernand Cello arrêté

Poursuivi pour des délits de droit commun, le journaliste Fernand Cello sera jugé à Ihosy ce jour. L’ordre des journalistes a réagi.

Appré­hendé. Le journaliste Fernand Cello de la station radio Jupiter à Ilakaka comparaît devant le Tribunal de première instance d’Ihosy ce jour.Arrêté vendredi dernier par des éléments de la gendarmerie d’Ihosy munis d’une extension de compétence et appuyés par la section de recherches de Fiada­nana, Fernand Cello a été emmené à Ihosy pour audition. Selon la publication de Paolo Emilio Raholi­narivo, conseiller du Premier ministre, sur facebook, l’arrestation de ce journaliste a eu lieu à Anosizato vers 18h30.Une source avisée affirme que ce journaliste est poursuivi pour des délits de droit commun. En effet, les charges qui lui sont reprochées concernent, entre autres, le vol de chéquier, faux et usage de faux, diffamation, dénonciation calomnieuse, atteinte à la sûreté publique. En tout, il est sous sept chefs d’inculpation.Fernand Cello est connu pour ses fréquentes sorties médiatiques dénonçant des irrégularités sur l’exploitation de saphir à Ilakaka.Très actif sur facebook, il publie régulièrement des photos et informations sur l’évolution de différents dossiers. Tout récemment, il a tenu une conférence de presse le 26 avril et est apparu sur  une émission spéciale sur une chaîne privée le 3 mai. Curieusement, son arrestation survient quelques jours après ses sorties médiatiques qui dénoncent les activités de la société Gondwana à Ampandramitsivalana, Ilakaka.

PrudenceDevant les faits, l’Ordre des journalistes de Mada­gascar (OJM), à travers son président Gérard Rakoto­nirina a tout de suite réagi. Dans un communiqué du 6 mai, l’OJM témoigne sa solidarité avec Fernand Cello, en exhortant les autorités compétentes « de respecter les droits de l’Homme » d’autant que l’état de santé du journaliste est encore fragile au moment de l’arrestation.Toutefois, l’OJM a émis des réserves car il est «en train de rassembler tous les renseignements autour de cette arrestation». Tout en invitant tous les journalistes à respecter l’éthique et la déontologie dans l’exercice de leur fonction, l’Ordre est prêt à monter au créneau s’il s’avè­re que l’arrestation de ce journaliste relève d’un délit de presse.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara40 partages

Toamasina : Jiolahy fito mpanao fanafihana, tratra niaraka tamin’ny basy

Taorian’ny fanamafisan’ny polisy eto Toamasina ny fametrahana ny andrimasom-pokonolona amin’ireo fokontany voasokajy ho faritra “mena” eto Toamasina, izay misy mihitsy fifanatonan’izy ireo eny anivon’ny fokontany ho fananganana izany sy fanamafisam-piaraha-miasa, dia misy hatrany ny vokatra azon’ny polisy eto Toamasina renivohitra amin’ireo andian-jiolahy miteraka tsy filaminam-bahoaka. Ny herinandro nivalona iny, dia nisy andian-jiolahy fito saron’izy ireo mbola niaraka tamina basy “Revolver” azo ampiasaina ireo karazana bala “22 Long Rifles (L.R)”, izay mbola nahatrarana bala 5 mikasika izany koa niaraka tamin’izany. Raha ny fanazavana, dia efa tafiditra tao anatin’ny andian-jiolahy karohin’ny polisy eto Toamasina ny iray tratra tamin’izy ireo antsoina hoe: “Jojo”.Izy ity izay fantatra fa isan’ny nitifitra ka nahafaty ilay tera-tany karana nandeha posy niaraka tamin’ny mpanampy azy ny volana desambra ny taona lasa tao Ambolomadinika, izay nampiasany ity bala “22 L.R” ity. Ny zoma tolakandro teo no niakatra fitsarana ny raharaha, ka samy miandry fitsarana azy am-ponja izy fito lahy. Dimy maty voatifitra. Nanao tatitra ny telo volan’ny taona 2017 koa anefa ireto polisim-pirenena eto Toamasina. Nambaran’ny kaomisera Rafaliarivo Jules fa nahatratra 5 ireo jiolahy lavon’izy ireo, nisy 12 avy ny mpanao fanafihana mitam-piadiana sy fikambanan-jiolahy, ary  26 kosa ireo andian-jiolahy mpanao heloka samihafa. Ho an’ny Kaomisera Razafindahy Manitra kosa dia Ankirihiry bazary may, Ambolomadinika, Tanambao V ary Tanambao Verrerie no tena faritra “mena” eto Toamasina ankehitriny; tao anatin’izay dia  14 ireo mpanao fanafihana mitam-piadiana tratra, basy roa sy antsy 21 fampiasan’ireo andian-jiolahy sarona, ary  63 kosa ireo mpanao heloka hafa tratra. Ankoatra izay, dia nambaran’ireto polisy eto Toamasina, fa isan’ny tena olana goavana ho an’ny filaminam-bahoaka ny fitobahan’ny toaka gasy sy ny firongatry ny famarotana rongony etsy sy eroa, izay tanora tsy ampy taona no mpidoroka izany ankehitriny. Tamin’ny ity taona ity, dia nahatratra toaka gasy 200 litatra sy rongony  750g izy ireo, saingy mbola mitohy ny fandringanana izany…

Malala Didier

Midi Madagasikara38 partages

Ampasika : isolokiana amina resaka « mercure », teratany vahiny iray nosamborina

Teratany vahiny iray fantatra amin’ny anarana hoe « Ariaz » no nosamborin’ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy, ny herinandro lasa teo, teny Ampasika. Araka ny loharanom-baovao avy eny anivon’ny pôlisy, dia lehilahy fantatra amin’ny  fisolokiana avo lenta amina resaka fividianana « mercure », vato sarobidy ary menaka lavanila izy ity. «Tamin’ny fanadihadiana dia fantatra fa ity lehilahy ity ilay misandoka ho teratany vahiny mividy « mercure, huille essentiel vanille, ary vato », hoy ny vaovao. Efa fitarainana maromaro no voarain’ireo mpitandro filaminana mahakasika ity teratany vahiny, 35 taona ity. Efa vola aman-tapitrisany maro no efa azony tamin’ireo olona efa voasolokiny. Miasa amin’ny alàlan’ny tambajotra izy amin’izany asa ratsiny izany. « Misy ireo olona misandoka ho manana “mercure, huille essentiel vanille, ary vato” ka milaza fa misy teratany vahiny mahasahy mividy lafo izany. Mody ampiresahany amin’ilay teratany vahiny amin’ny alàlan’ny antso amin’ny finday ireo hosolokiana avy eo misy olona ataon’izy ireo hoe “expertise” mijery ilay entana ka rehefa izay dia angalan’izy ireo volabe ireo olona tafaroboka » hoy araka ny fampitam-baovao hatrany. Araka izany hoe efa maro ny fitarainana azon’ireo pôlisy, dia niroso avy hatrany tamin’ny fikarohana ireo olon-dratsy sy ny fanadihadiana izy ireo. Efa ela nokarohina io lehilahy io, hoy ny fanazavana azo ary dia izao voasambotra izao. Raharaha telo no hanenjehana ity olon-dratsy ity, ary ao anatin’izany ity resaka fisolokiana ity. Ny sabotsy no natolotra ny Fampanoavana izy, ary fantatra fa efa nadoboka am-ponja avy hatrany, miandry ny fotoam-pitsarana azy.

m.L

Midi Madagasikara35 partages

Basket : L’extraordinaire épopée des sportives malgaches en Normandie

Depuis plusieurs mois l’équipe du « Club des Amies Basketteuses » ayant ou portant encore le maillot de la sélection nationale avaient décidé de se déplacer en France pour participer à différentes compétitions. Ce fut d’abord, dès leur arrivée à l’aéroport CDG Paris- Roissy, un déplacement pour Poitiers afin de disputer les fameuses rencontres nationales du Sport (RNS) où elles atteignaient le dernier carré, seulement battues par des filles dont certaines avaient trente ans de moins que nos anciennes « gloires » des années 1980, 1990.

A l’issue de ce tournoi, les filles se séparaient comme prévu. Certaines se sont rendues dans leurs familles et d’autres se dirigèrent vers la Normandie. A Grand Quevilly près de Rouen nos joueuses reçurent la visite d’autres Malgaches vivant en France dont Barivelo Rakotomalala, la capitaine de l’équipe nationale, gagnante des Jeux des îles de l’Océan Indien et qui avant de s’installer en Normandie, dirigeait le Port Fluvial de Tamatave. Barrie comme l’appellent familièrement ses amis, organisa des visites dans cette belle région. La découverte de la cité historique de Rouen était au programme et notamment les lieux rappelant tout ce qui concerne Jeanne d’Arc. Nos basketteuses n’avaient pas oublié qu’elles étaient venues en France pour pratiquer leur sport favori et c’est ainsi qu’elles ont pu travailler leur condition physique et découvrir les bienfaits des exercices de prévention des blessures dues à la pratique du sport de haut niveau. Ayant chacune des problèmes de colonne vertébrale, d’épaules, de mains, de genoux et de chevilles, ces joueuses ont appris à utiliser au maximum leurs possibilités musculaires et articulaires afin de les rendre encore plus performantes tout en guérissant les blessures qui les handicapaient depuis plusieurs années.

Les rencontres avec d’autres joueuses étrangères vivant dans la région Normandie et avec de jeunes enfants impressionnés par la taille (Entre 1M70 et 1M92) de nos internationales ont aussi été des temps forts de leur séjour en France.

 

Du Basket… à la marche athlétique. Pour la dernière semaine de séjour en Europe, les membres de l’association des Amis de L’Océan Indien qui se dépensent sans compter pour Madagascar avec de nombreux jumelages à leur actif entre la région, les départements et les villes normandes avec leurs homologues de la Grande Ile ont réservé quelques belles surprises à nos dames. Plusieurs basketteuses ayant participé aux 24 heures d’Antananarivo, lesquelles étaient organisées entre 2000 et 2009, ont décidé une participation à une épreuve de Marche de grand fond prévue à Loon Op Zand à proximité de Tilburg… en Hollande. Avant d’arriver dans ce beau pays, les AOI décidaient de prendre le « chemin des écoliers » afin de visiter le Nord de la France, une partie de la Belgique et la région du Brabant en Hollande. Ce fut assurément un merveilleux voyage. Amiens et sa cathédrale, son marché sur l’eau et ses ruelles historiques bien rénovées était la station de départ avant de rejoindre la côte picarde et ses habitations de haut standing. Les Ports de Calais, Boulogne, Dunkerque qui font face à la Grande Bretagne et qui débordent d’activité ne laissent pas insensibles. La Panne est le premier point de chute en Belgique. La richesse se fait sentir, les prix aussi qui sont nettement plus élevés que de l’autre côté de la frontière. Ostende est aussi un lieu haut de gamme avec son immense casino et son horloge de fleurs. Brugge est appelée, la Venise du Nord. Ce titre n’est pas usurpé.

Les canaux font la richesse de la ville. Nous voilà sur la route de Gand puis d’Anvers et son fameux Palais des Sports qui abrite un vélodrome accueillant chaque année une compétition de cyclisme qui dure… six jours et six nuits.

 

97 km en 15 heures pour Mirelle, Pony, Titine et Hélène. Et voilà nous y sommes ! Loon Op zand est une ville de 26 000 habitants connue pour être un haut lieu de la construction de manèges et d’attractions foraines. Malgré le temps frais, le Palais des Sports est très animé. Les drapeaux nous informent que des marcheurs viennent de Hollande bien sûr, mais également d’Angleterre, de Belgique, d’Allemagne, de France et de… Madagascar. A 21 heures l’ensemble des femmes et des hommes engagés, ils sont près de cent cinquante, qui se sont préparés dans cette grande salle de sport, se réunissent sur la ligne de départ. Les services médicaux, le ravitaillement, les ordinateurs et les chronos sont prêts. Le pistolet du starter retentit et chacun s’élance dans le seul but de se surpasser. En compétition, le marcheur courageux n’abandonne jamais. Lors des procédures d’engagement nos quatre filles avaient décidé d’opter pour la compétition par relais. Il fallait donc gérer le froid, le ravitaillement, le sommeil, car même si l’on ne marche pas, il est très difficile de dormir en raison du bruit et de la musique qui règne toute la nuit. Nos filles ont tenu le choc et ont respecté leur tableau de marche basé sur 6 km de moyenne. En réalisant 97 km, l’équipe malgache termine en seconde position battue de deux kilomètres par une formation du Limbourg en Hollande.

Le passage en Normandie puis en Belgique et en France de ces filles dynamiques n’est pas passé inaperçu. Que ce soit dans la presse française et hollandaise, une large place a été consacrée à ces dames qui se sont fait remarquer bien sûr pour leurs qualités athlétiques, mais également pour leur tenue, leur élégance et leur gentillesse. Ces sportives se sont montrées de parfaits opérateurs du tourisme malgache et plusieurs dirigeants Belges, Hollandais et Normands ont souhaité obtenir des documents sur la Grande Ile et ses possibilités d’hébergement. Décidément ce voyage a été particulièrement productif ! Pour ces néo ambassadrices qui ont réalisé une véritable promotion auprès de tous ceux et ils sont nombreux qui les ont côtoyées.

 Francis HERBET

 

Les participantes

 

VOLOLONA LI LOUIS Mirelle

FIERENANA Sophie Alida

RAKOTOALISINA Hantalalao Jeanne

REHARIFIDY AndryNantenaina

RAMANALINARIVO Lalasoa

RAVELOJAONA Fanja

RASOANIRINA Lydia Romaine

RAZANANIRINA Prisca Gouge

RAJAONARY Nirilanto

RATOVOARIVELO Rojovola

RASOLOJAONA Lalatiana

PIMONT Hélène. 

Midi Madagasikara33 partages

Kick-Boxing : Les Malgaches trop forts pour les Réunionnais

Victoire expéditive de Odilon devant le Réunionnais Damien.

Cent pour cent de réussite pour Lion Force et ses matches de défi de samedi au Palais des Sports. Enfin presque car on ne peut pas taire les sièges vides malgré un spectacle de toute beauté sanctionné par les victoires malgaches.

Pari tenu pour Madagascar qui a remporté tous les combats l’opposant aux kick-boxeurs réunionnais. C’était samedi dans un Palais des Sports chauffé à blanc par un public admirable et une ambiance savamment entretenue par un DJ de service et l’inégalable Gothlieb.

Mais le succès était surtout sur le ring quand Odilon (-63,5 kg) écourta le combat contre le Réunionnais Damien. Un crochet du gauche ouvrit l’arcade sourcilière du Réunionnais et obligeant ce dernier à abandonner alors qu’on venait d’entamer le premier round.

Montée en puissance. Les autres représentants de l’île sœur n’ont pas été non plus à la fête notamment Nassibou mise à mal par une fougueuse Anita chez les moins de 52 kg.

Khana n’a pas résisté aux assauts de Menavolo (-54 kg), mais aussi Emmanuel Perrault malmené par Fazaraly (-63,5 kg).

Du zéro pointé donc pour la Réunion bien obligée de subir cette montée en puissance des Malgaches.

Mais on retiendra des faits marquants d’hier le KO infligé par Mickaël (-73 kg) à Anigaël. Un signe qui montre que les seconds couteaux restent à l’affût. Lavakely l’a d’ailleurs appris à ses dépens en se rendant coupable d’un coup de genou disqualifiant face à Sambatra alors que c’était du low kick.

Mais dans cette foulée, il y a aussi des confirmations comme cette belle victoire de Johnny, le capitaine de l’équipe nationale, devant Joël qui lui est pourtant supérieur par la taille.

Voici les autres résultats :

-48 kg : Natacha (3FB) bat Tsilavina (AFKM)

-52 kg : Sandra bat Helisoa

-71 kg : Jean-Claude bat Njaka

 – 60 kg : Rojo bat Beloha

– 67 kg : Rasta bat Tovonay.

Clément RABARY

L'express de Madagascar29 partages

Climat des affaires – Hausse des investissements étrangers

Les investissements directs étrangers ont connu une hausse de 9,6% par rapport à 2016 au cours du premier trimestre selon la Banque centrale.

En croissance. Les Investisse­ments directs étrangers (IDE) ont enregistré une hausse selon les informations publiées par la Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) à l’occasion de la réunion du comité monétaire de cette institution, vendredi. Selon ces informations, cette hausse est de 9,6% durant le premier trimestre de cette année. « Celle-ci est tirée par les capitaux au profit des entreprises franches et des compagnies de télécommunication et de construction », peut-on lire sur le document. Au cours du premier trimestre, Mada­gascar a fait entrer 85,2 mil­lions de DTS contre 77,8 mil­lions de DTS pour la même période en 2016.« La croissance des investissements est constatée dans les entreprises franches que ce soit celles des services ou du textile. Dans ce qu’on dit service, on peut noter les entreprises ayant des activités de centres d’appel ou de services informatiques.  En ce qui concerne le secteur télécom, les opérateurs ont investi énormément dans le développement des infrastructures, notamment dans l’extension des zones de couverture », a expliqué Alain Hervé Rasolofon­draibe, gouverneur de la BFM, vendredi, à Antani­narenina.

Fragile stabilitéSelon les informations recueillies auprès de l’Eco­nomic development board of Madagascar (EDBM), organisme chargé de la promotion des investissements dans le pays, le nombre d’entreprises créées dans le secteur du centre d’appels ou dans celui des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ne cesse de croître. Entre 2005 et 2016, ils sont quatre vingt-cinq centres d’appel à avoir choisi de s’installer dans le pays.Cette amélioration progressive du climat des affaires à Madagascar est un signal fort pour les investisseurs. Le gouvernement avait procédé à différentes réformes, surtout au niveau de l’assainissement du climat des affaires, dont le seul objectif est de les rassurer.Toutefois,  le tissu économique de la Grande île reste très fragile. L’instabilité politique reste un obstacle majeur ayant déjà entraîné le blocage des investissements publics, et de très nombreux départs d’investisseurs. Durant la crise politique majeure qu’a traversée le pays entre 2009 et 2013, les IDE en direction de Madagascar ont fortement baissé. En 2014, par exemple, le pays n’a reçu que 290 mil­lions de dollars d’investissements étrangers.En 2013, les secteurs des activités financières, extractives et des télécommunications ont regroupé près de 80 % du flux des IDE.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara29 partages

Talatamaty : Vaviantitra iray, may kilan’ny afo tao an-tranony

Niredareda ny afo, omaly  vao mangiran-dratsy teny Imerinafovoany Talatamaty. Trano iray no levon’ny afo tanteraka. Ramatoa lehibe iray, tokony ho 85 taona any ho any no may kilan’ny afo tao anatiny. Araka ny fanazavana azo, dia tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany maraina tany ho any no nitranga ny loza. Hatairana ny an’ireo manodidina raha nahita setroka nijolofotra nivoaka tamin’ity trano ity. Ary vetivety taorian’izay, dia niredareda ny afo, avy tamin’izany trano izany. Samy nanao izay ho afany avokoa ireo mponina rehetra teny an-toerana nanao izay hifehezana ny afo tsy hiitatra amin’ny trano manodidina. Raha ny filazan’ireo nanatri-maso, dia vehivavy lehibe iray no mipetraka tao amin’io trano io, izay tsy fantatra tamin’izay fotoana izay na mbola tao na efa tsy tao intsony. Tsy sahy nitsofoka tao amin’ilay trano nataon’ny afo kilalao intsony anefa ireo mpamonjy noho ny firedaredan’ny afo, nahafahana nanamarina izany. Tetsy andanin’izay kosa anefa dia tsy afaka nanavo-tena intsony ilay ramatoabe, izay voafandrika tao anaty rindrin’afo, ary dia may kila tao. Tonga avy hatrany teny an-toerana ny mpamonjy voina, niezaka nifehy ny afo. Ora vitsy taty aoriana vao tena maty tanteraka ny afo, ka nahafahana naka ny vatan’ilay ramatoa, izay efa tsy nisy namantarana azy intsony. Teny an-toerana ihany koa ny mpitandro filaminana nijery ifotony ny zava-nisy. Noraisin’izy ireo an-tànana avy hatrany raharaha, satria nisy aina nafoy tao anatin’izany trano may izany. Tsy fantatra mantsy hatreto na inona no antony nahatonga ny loza na inona?  Misy ihany anefa ny filazana fa hoe afon-dabozia no nahatonga izany. Mety hoe resin-tory ilay vaviantitra ka dia hadinony ny namono izany ary dia izao nitarika tamin’ny fahamaizan’ny tranony izao, sy niafara tamin’ny fahatesany.

m.L

Midi Madagasikara29 partages

Le Salon de l’Entrepreneuriat et de l’Emploi : Pour une Economie plus dynamique

Les jeunes chercheurs d’emploi figurent parmi les cibles du salon de l’entrepreneuriat et de l’emploi.

L’inscription est ouverte pour le salon de l’Entrepreneuriat et de l’Emploi organisé conjointement par Kentia Holding et le MIDSP les 21 et 22 juillet, en partenariat avec Orange Madagascar. Ce salon représente une véritable plate-forme économique de rencontre et de réseautage entre toutes les parties prenantes du secteur privé.

La performance et la productivité du secteur privé boostent le dynamisme de l’économie nationale. Or, le secteur privé ne saura être productif et performant, si l’entrepreneuriat ne l’est pas. Face à une conjoncture socio-économique difficile et instable, la majorité des Malgaches intégrant la vie active se rue plus vers le salariat que l’entrepreneuriat. La culture entrepreneuriale observe ainsi un réel besoin de dynamisation, voire de sensibilisation à l’échelle nationale. Ramindo Gaëtan, DG du développement au sein du Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur privé (MIDSP) de rappeler : « Il est dommage de constater que les fraîchement diplômés préfèrent trouver un emploi, au lieu de chercher à devenir employeur en créant leur propre entreprise, c’est l’une des raisons pour lesquelles le MIDSP a décidé d’appuyer Kentia Holding dans l’organisation de ce salon ».

Emploi. Ce salon œuvre aussi pour l’emploi et les employés en aspirant à « susciter la synergie autour des problèmes du monde du travail et des affaires » selon les dires des organisateurs. Un espace de visibilité sera ainsi dédié à « l’employabilité » durant les deux jours du salon. Le problème récurrent de l’inadéquation de l’offre à la demande caractérisant le monde du travail a également été relevé par le DG du Développement de l’Industrie, au sein du MIDSP. Organisé en partie pour essayer de pallier à cette inadéquation et au sous-emploi ou chômage déguisé, le salon permet la rencontre directe entre les entreprises et les individus en quête de travail. Selon Mirana Ramilison,  responsable du salon au sein de Kentia Holding, « La dernière édition en 2013 a permis à 15% des visiteurs de trouver un emploi stable. 50% des start-up lancées lors de cette première édition sont maintenant des PME stables et productives ». Elle a aussi relevé que l’out-sourcing figure actuellement parmi les secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois.

4 activités. Les deux journées du salon promettent d’être bien productives, grâce à une programmation fournie. Rencontres B2B, conférences et ateliers, orientation professionnelle et offre de formation seront au programme. Les stands d’exposition seront regroupés en quatre « communities » (jargon choisi par les organisateurs), selon leur secteur d’activité : Technoparc, Startup communities, Investor, Incubateur et Business Center. Ce salon permettra ainsi aux entrepreneurs de tout horizon de se rencontrer, d’élargir et de raffermir leur réseau, par le biais des rencontres B2B. Les fournisseurs et transformateurs de matières premières se rencontreront ainsi plus facilement, dans un cadre formel et professionnel de surcroît. Ceux qui sont en quête de travail y seront en bonne voie pour en trouver un qui corresponde à leurs aspirations, ou dans le meilleur des cas, se convertir à l’entrepreneuriat !

Luz R.R

Midi Madagasikara28 partages

« Ho doria » : Inah met en avant l’éclectisme

Inah a donné une belle prestation au Café de la Gare.Photo : Kelly

Coup d’essai, coup de maître ! Vendredi dernier, celle qui s’est fait connaître grâce à ses collaborations avec Dadah Rabel et Poopy est définitivement sortie de l’ombre. « Ho doria », son premier album en solo,  a marqué les mélomanes par sa diversité.

Si la mode musicale se résume aujourd’hui à une chanson faite à la va-vite, avec comme texte, en tout deux phrases et une mélodie avoisinant celle des comptines pour enfants pour que ça passe plus vite, Inah, elle, n’a pas voulu tomber dans la piège du succès facile et éphémère. Pas question de jouer la carte de la facilité et d’interpréter des morceaux que dans un an, voire moins, tout le monde aura oublié! Pour sortir son premier album, la chanteuse a d’ailleurs attendu plus d’une dizaine d’années.  Une longue attente qui en valait incontestablement la peine. Ceux qui ont déjà entendu son nouvel album « Ho doria » ne diront pas le contraire. Et ceux qui ont assisté à son showcase au Café de la Gare vendredi dernier diront que les absents, cette fois-ci, avaient vraiment tort.

Eclectique. Avec son titre phare, un slow langoureux, avec des textes très bien pensés où il est bien évidemment question d’amour, Inah vient nous susurrer à l’oreille, se faisant « lover » par excellence. Car oui, on l’a toujours connue douce et romantique. Elle nous parle d’amour, avec une sensibilité poussée. Mais Inah, ce n’est pas seulement cette interprète qui fait le yoyo des rythmes et des sentiments ; qui a le pouvoir de nous émouvoir. C’est également une mélomane qui écoute du jazz et chante du country. Elle le prouve à travers des titres comme « Mila hery » ou encore « Samy tsara ».

« Tiako ny teniko ». De belles mélodies avec des arrangements bien étudiés : oui. Mais plus important encore : les textes. « J’accorde beaucoup d’importance à ce que racontent les chansons que je vais chanter ». Les titres composant « Ho doria » reflètent effectivement son amour pour la langue malgache. Elle le chante d’ailleurs haut et fort dans « Tiako ny teniko ». « Samy tsara » fait également part de cette passion pour le malgache. La chanson sert d’ailleurs d’au revoir. Un au revoir en toute poésie et en musique : « Mino izahay fa nahafinaritra anareo izay vita. Mifarana hatreo aloha ny seho ». Mais les fans ne devront pas s’en faire, un autre rendez-vous se prépare déjà.Mahetsaka

 

Tia Tanindranaza27 partages

Korontana taorian’ny “kopikole”Olona 3 maty, 14 naratra

Olona 3 namoy ny ainy ary 14 hafa naratra tany Toliara ny zoma lasa teo, 10 minitra taorian’ny famaranana ny lalao « kopikole »,

Gafy sy vono olona niniana natao ?

Tsy dia loza loatra fa nisy olona nigafy tao anatiny, raha ny fahitako azy, hoy ny mpitantana ny TV Plus Toliara, Siteny Andrianasoloniaiko. Tao anatin’ny trano dia feno olona tanteraka ary efa nisy ny endrika figafiana saingy voalamina. Tsy nisy olana ny fivoahan’ny olona tao amin’ny trano nanaovana ny lanonana fa efa tany amin’ny vavahady farany vao niseho ny zava-doza. Mampiahiahy ny fomba nahafatesan’ireo namoy ny ainy satria tsikaritra fa notsindronina, ka misy ny ratra sy ny fery lalina mampieritreritra hita tamin’ny vatan’ireo namoy ny ainy raha ny vaovao avy any an-toerana, anisan’ny nahitana izany ny vatana mangatsiakan’i Omega Josoa, izay nahitana loaka teo amin’ny fihirifany sy ny faritra hafa tamin’ny vatany, araka ny fitantaran’ny rahalahiny. Nampiasa “Big boss” sy antsy ireo andian-jatovo nanakorontana, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana, ka niteraka fifanosehana ny fahajenjenana nateraky ny fofon’ilay “Big boss”. Mangataka fanadihadiana lalina, toy ny fijerena ny horonantsary azo tamin’ny “camera” nampiasain’ny TV Plus ny fianakavian’ireo namoy ny ainy sy naratra. Manoloana izao voina izao, efa nitondra ny teny fampiononana ho an’ny fianakavian’ireo namoy ny ainy ny ekipan’ny TV Plus Madagascar notarihin’ny filoha tale jeneraliny, Nicolas Rabemananjara. Nisy ihany koa ny fanomezana ranomboankazo ireo naratra 14, izay efa nivoaka ny hopitaly ny antsasany. Andrasana ny ho tohin’ny fanadihadiana.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara23 partages

Vaovao tapatapany

#-Morondava : Trano  9 kila forehitry ny afo. Vokatry ny firehetana trano mifanila  sivy, afak’omaly alina, tao Morondava-Centre. Raha ny fanazavana azo, dia afo nandrahoana sakafon-kisoa navela irery tao an-trano no niitatra tamin’ ireo trano  sivy nifanila taminy ka niteraka ny loza, ary tsy nisy azo noraisina ny entana rehetra mitentina an-tapitrisan’ny maro, fa lasa lavenona may hotohoton’ny afo. Fianakaviana mahery ny 30, lasa traboina tsy fidiny tamin’ ity hain-trano ity. Noho ny trano mifanety sy ny lalana tapina dia tsy afaka niditra namono ny afo ny mpamonjy voina, hoy ny vaovao.

#-Melaky : Ombin’ny kaoperativa “ Mada Omby “ 100  mahery, lasan’ny dahalo. Malaso an-jatony nitam-piadiana, ka nisy tamin’ ireo dahalo nitondra basy “Kalach” nanafika ny ombin’ny kaoperativa Mada Omby, ny harivan’ny alakamisy teo tamin’ny 6 ora, tao Horombato Melaky, ka nanjavona norobain’ny dahalo tamin’izany ny omby zato  mahery, noroahina teny an-dàlana, izay nambenana mpitandro filaminana vitsivitsy. Raha ny tati-baovao voaray farany avy tamin’ny kaoperativa Mada Omby, dia mbola tsy hita ireo omby voaroba hatramin’izao. Manahy noho izany ny tompon’omby, fa misy firaisana tsikombakomba amin’ny olona ambony ity halatr’omby ity, raha ny fanazavana voaray hatrany.

Eric Manitrisa

La Vérité21 partages

Toamasina - Un « Karàna » intouchable

Un ressortissant « karàna » sème la terreur dans la ville de Toamasina sans être inquiété. La semaine dernière, il a de nouveau tabassé un gardien, suite à un litige foncier. Mais bénéficiant d’une protection en haut lieu, il reste impuni. Contre toute attente, c’est lui qui a porté plainte contre le patron de la victime tout en proférant des menaces. Le pire est à craindre devant les agissements de ce « Karàna » hors du commun.

Intouchable. Un ressortissant indien dicte sa loi dans le Grand port de l’Est. Pas plus tard que la semaine dernière, il a roué de coups un ressortissant malgache assurant le gardiennage d’un entrepôt appartenant à un autre « Karàna ». Avec l’aide de cinq gros bras, ils ont tabassé le gardien, dénommé Vazaha (un albinos) pour que ce dernier quitte les lieux. A priori, il s’agit d’un affrontement sur fond de litige foncier. Grièvement blessé, Vazaha a été évacué d’urgence vers un hôpital le plus proche. Selon les témoignages des riverains, il a été dans un état comateux, mais sa vie n’est plus en danger après qu’il ait reçu les premiers soins. Toutefois, son état est jugé très grave. Le certificat médical délivré par le médecin traitant et des images à l’appui en témoignent.

Du coup, la victime a porté plainte au Parquet du Tribunal de première instance de Toamasina contre cet ancien président d’une communauté « Karàna » de cette localité pour coups et blessures volontaires, menaces…Une infraction qui sera punie d’un emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de 25 000 à 100 000 Fmg, selon l’article 309 du Code pénal malgache. Le propriétaire du lieu a également porté plainte contre cet Indo-pakistanais pour violation de domicile, agression et destruction de biens d’autrui. Vu la gravité de cette affaire, le magistrat en charge du dossier a émis un « soit-transmis » pour enquête et arrestation contre ce ressortissant indien. Mais, ayant senti le danger, le suspect s’est évaporé dans la nature. Il a pris la poudre d’escampette pendant quelques jours pour essayer d’esquiver encore une fois la Justice. Mais, on vient d’apprendre qu’il est de retour à Toamasina depuis hier. Du coup, il a été auditionné par la Gendarmerie locale pour savoir les tenants et aboutissants de cette affaire. Chose curieuse, le fils du suspect a, à son tour porté plainte contre le gardien ainsi que son patron pour violences. Et bizarrement, il a eu un certificat médical…. de complaisance.  

Protection en haut lieu ?

De sources concordantes ont affirmé que ce ressortissant indien bénéficie d’une protection en haut lieu. Raison pour laquelle, il se permet de fouler au pied la loi et les textes existants. Il se vante d’être le financier du régime actuel et ami proche de certains ministres. Vrai ou faux ? En tout cas, son fils et lui n’ont pas cessé de crier haut et fort « qu’ils n’ont rien à craindre tant qu’on peut tout régler par l’argent ».   

Selon d’autres sources, ce « Karàna » n’est pas à son premier acte. Il est également mêlé dans une affaire criminelle. Il est soupçonné d’en être le commanditaire. Par ailleurs, il est aussi impliqué dans une affaire d’exportation de fausses marchandises et d’escroquerie d’une compagnie d’assurance dont le préjudice s’élève à 28 milliards d’ariary. Toutes ces affaires sont désormais pendantes devant la Cour d’Appel de Toamsina. Bref, cet homme agit en toute impunité. Autrement dit, il ne sera jamais tenue responsable de ses actes, tels que des menaces, agressions et meurtres qui restent tous impunis. Cette affaire a provoqué un tollé général dans la ville de Toamasina, notamment dans le quartier de Betainomby. La situation a failli dégénérer, mais la victime et son patron ont calmé la population. Sinon, le pire est à craindre. Des voix s’élèvent pour fomenter une vindicte populaire car plusieurs personnes sont victimes des agissements de ce ressortissant indien. Plusieurs terrains appartenant à des simples citoyens ont été accaparés par ce « Karàna » hors du commun. Ce genre de personne qui ternit l’image de l’ensemble de sa communauté. Il faut cependant séparer le bon grain de l’ivraie. En tout cas, le service du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) est vivement sollicité pour faire la lumière sur les agissements de ce « Karàna ». 

T. Maharavo

Midi Madagasikara19 partages

Olivier Mahafaly : Clin d’œil aux fidèles catholiques

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a assisté hier à la messe inaugurale de la 22e diocèse de l’Eglise catholique romaine installée dans la Région Melaky. Un évènement qui a également marqué l’investiture du nouvel évêque du diocèse de Maintirano, Monseigneur Gustavo Bombin Espino. A l’occasion, le locataire de Mahazoarivo a réitéré que « l’Etat est disposé à collaborer et à travailler avec toutes les entités et toutes les confessions religieuses ». « La coopération avec l’Eglise catholique est très importante pour le développement », a-t-il soutenu. Une somme de 4 millions d’Ariary a été offerte à la diocèse de Maintirano. Un clin d’œil lancé en quelque sorte à l’endroit des fidèles catholiques qui se plaignent depuis quelque temps d’être visés particulièrement par les problèmes d’insécurité qui prévalent au pays. En marge de cet évènement, Mahafaly Olivier Solonandrasana a annoncé la réhabilitation prochaine de la route Maintirano – Tsiroanomandidy.  

Davis R

Midi Madagasikara17 partages

Protection des végétaux : Vers une nouvelle législation phytosanitaire

Avec une législation phytosanitaire datant d’il y a plus de 30 ans, Madagascar a plus que besoin d’actualiser et de renforcer sa stratégie phytosanitaire dont les impacts sur le commerce et l’économie agricoles ne sont plus à démontrer. 

 

Plantes, animaux, ou micro-organismes qui ravagent les cultures, sont des organismes nuisibles à l’origine de pertes importantes pour les producteurs. A Madagascar, à titre d’exemple, les organismes nuisibles tels que les mouches des fruits occasionnent des pertes aux cultures de plusieurs millions d’ariary. « Le risque de l’introduction de nouveaux organismes nuisibles aux ressources végétales augmente, car avec la mondialisation des échanges et la circulation facilitée des personnes et des marchandises », explique la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Et de spécifier qu’« au-delà de nuire à la production agricole alimentaire du pays, le manque de contrôle des organismes nuisibles réduit les possibilités d’accès aux marchés étrangers par les opérateurs malgaches ».

Appui. Madagascar a récemment bénéficié d’une assistance financière grâce au Fonds de solidarité africain (ASTF) pour l’évaluation des capacités phytosanitaire, la réforme de la législation et la formulation d’un nouveau cadre juridique visant la protection de la santé des végétaux. Un premier atelier ayant eu pour objectif d’informer les parties prenantes concernées (exportateurs, chambre d’agriculture, douane, secteur forestier, chercheurs, etc.) sur le processus d’évaluation des capacités phytosanitaires s’est tenu avec succès à Antananarivo du 31 janvier au 3 février avec le soutien de la FAO et l’appui technique de la CIPV (Convention Internationale pour la Protection des Végétaux) qui encadre au niveau mondiale les impacts des organismes nuisibles et les problèmes qu’ils occasionnent.   

Obsolète. Dernièrement, un autre atelier, dans le cadre de la poursuite du projet, s’est tenu du 2 au 5 mai 2017, avec les experts de la FAO et de la CIPV afin de consulter les parties prenantes quant au contenu futur d’une nouvelle loi phytosanitaire et celui de la stratégie de renforcement des capacités phytosanitaires adaptées au contexte et aux besoins de Madagascar. Faut-il rappeler que pour Madagascar, la législation phytosanitaire date de 1986 ? Celle-ci, devenue obsolète, ne correspond plus aux traités internationaux ratifiés par Madagascar et encore moins aux réalités économiques et commerciales actuelles. Une nouvelle législation plus adaptée au contexte technique et juridique de Madagascar, est ainsi en gestation.

Stratégie. Le pays s’achemine ainsi parallèlement vers une nouvelle stratégie de renforcement des capacités phytosanitaires, pour protéger efficacement les ressources végétales du pays face aux risques d’organismes nuisibles. Une analyse de la situation a été effectuée dans le cadre de cet atelier, à l’issue duquel les grandes lignes d’une stratégie phytosanitaire ont pu être identifiées. La direction de la protection des végétaux au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, ainsi que les parties prenantes continueront de détailler cette stratégie dans les prochaines semaines, en vue d’un troisième et dernier atelier de validation prévu de se tenir en août.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara17 partages

Ivato : Zavatra nipoaka mafy, nampisahotaka ny mponina

Hatairana ny an’ireo mponina teny amin’iny faritra Ivato iny, ny sabotsy maraina lasa teo. Samy naheno fipoahan-javatra mafy dia mafy mantsy ny rehetra, indrindra fa ny tao amin’ny faritra K2. Fipoahana izay re nanakoako tamin’ireo faritra manodidina. Samy nihevitra avokoa ny rehetra fa olon-dratsy manafika indray. Raha ny fanazavana azo, dia fipoahana grenady izy io. Saingy grenady nipoaka sa napoaka tamin’ny inona ? Ny angom-baovao hatrany no nahafantarana, fa toa hoe niainga avy tamina tranona mpitandro filaminana iray, izay nisy lanonana famoran-jaza ilay fipoahana. Ary zavatra niniana natao satria napoaka izany ho fanehoana ny hafaliana tamin’ny fahavitan’izany famoran-jaza izany. Tranga izay mahagaga ihany hatreto, ary mampametra-panontaniana ny maro ny amin’ny hoe angaha moa azo apoapoaka fahatany amin’izany fotoana tiana hanaovana izany ireny fitaovam-piadiana ireny. Na izany na tsy izany anefa, dia fantatra fa efa  eny am-pelan-tanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha. Fa eo anatrehan’ny fanjakan’ny tsy fandriampahalemana amin’izao fotoana izao tokoa mantsy, dia tsy mahagaga raha mampisahotaka ny mponina avokoa rehefa feon-javatra tsy dia fandre mahazatra. Midika mantsy izany amin’izy ireo fa mety ho olon-dratsy manafika, na ho mpitandro filaminana manenjika jiolahy. Indrindra moa fa amin’ny fotoana tsy tokony hisian’izany : amin’ny alina na vao maraim-be. Toy ilay zavatra nipoaka tetsy Antohomadinika, vao tsy ela akory izay, ary nampivarahontsana ireo mponina. Tamin’io fotoana io, dia fantatra fa ireny « pistolet lance-fusée » ireny indray, na ilay basy fandefasana balafomanga toy ireny fahita eny ambony sambo ireny no napoakan’olon-tsy fantatra.

m.L

Midi Madagasikara15 partages

Tennis – Open CnaPS : Harivony et Sariaka remportent le pactole

Les finalistes de l’Open de la CNaPS avec un Harivony Andrianafetra (extrême gauche) qui fait figure de vétéran.

Pari tenu pour la section tennis de la CNaPS pour son Open qui a remporté un énorme succès auprès des participants issus des quatre coins de l’île. Un succès qui en appelle un autre, confie Randriantsalama Manan’Iala bien décidé à aider au mieux le tennis malgache.

L’Open de la CNaPS a permis à Harivony Andrianafetra de se rappeler nos bons souvenirs. Revenu au mieux, il n’a pas cédé devant le jeune Andritoavina Ratsimandresy en remportant la finale par 2 sets à 1.

Classe biberon. Très accrocheur notamment sur le jeu de fond de court, Harivony a puisé dans ce qui lui restait d’énergie pour arracher le troisième set, car après un premier set timide, Andriatoavina est parvenu à prendre le second set au grand bonheur d’un public ravi du spectacle.

Après cette guerre de générations, Harivony Andrianafetra n’entend pas céder, car au bout il y avait un million d’ariary à prendre. Et si on y ajoute cette fierté d’avoir gagné un beau duel, on comprend l’explosion de joie de Harivony à la fin de la rencontre.

La bataille a été aussi au rendez-vous chez les filles. Une bataille au sein de cette classe biberon qui fait miroiter aujourd’hui l’avenir du tennis féminin à Madagascar.

Match à l’usure. Sariaka Radilofe et Fitia Ravoniandro ont fait mieux en allant jusqu’au troisième set.

Autant le dire, les deux filles se valent, mais il a tout juste manqué un petit détail pour Fitia Ravoniandro victime de ce match à l’usure imposé par l’excellente Sariaka Radilofe dont on savait déjà le talent fort prometteur.

Mais à ce petit jeu, la fille de Rina Ravoniandro a aussi du talent à revendre. Une ascension presque fulgurante sanctionnée par de nombreux matches internationaux ont fini par offrir à Fitia une panoplie complète dans son jeu dont la finesse n’est pas le seul atout.

Les deux filles font en tout cas partie de cette relève bien malgache dont l’objectif est le même : faire mieux que Dally Randriantefy au cours d’une carrière chez les pros.

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

Droit au but

Le kick-boxing vient d’administrer, une fois de plus, sa belle vitalité lors de la rencontre internationale et organisée qui plus est par un club, en l’occurrence celui du Lion Force.

C’était samedi dans un Palais des Sports certes à moitié plein, mais sous un décor féérique avec outre le jeu des lumières, une animation sonore d’un vrai DJ, mais aussi celle de l’ami Gothlieb qui a apporté le sourire à un public ravi.

De Briand à brillant !

Indéniablement, ce fut un succès sur tous les plans, car si l’organisation a largement rempli son contrat, la mainmise des kick-boxeurs malgaches devant les représentants réunionnais.Mais au-delà de cette démonstration de Lion Force, on ne peut que mettre en avant le savoir-faire et le savoir plaire du président de la Fédération malgache de kick-boxing, Briand Andrianirina, qui a non seulement favorisé ce genre d’échanges inter-îles, mais a offert par la même occasion les sociétaires de l’équipe nationale.

Depuis ces dernières années, Briand Andrianirina n’a cessé de développer cette discipline en offrant au passage des titres mondiaux pour des kick-boxeurs issus des quatre coins de l’île. Ce qui fait encore la particularité de ce président qui n’hésite pas à quadriller la Grande Ile pour trouver l’oiseau rare capable de défendre honorablement les couleurs de Madagascar.

Une véritable sélection à qui il offre une préparation des plus professionnelles grâce aux moyens énormes offerts par des sponsors qu’il a réussi à convaincre au fil des ans.

Tout semble sourire à ce président à tel point qu’on se demande s’il ne serait pas mieux à la tête d’une discipline olympique. Là où l’on a le plus besoin de lui et de sa gestion saine. Eh oui !

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

Concert : Dah’Mama et Zazaraha se retrouvent à l’AFT !

Un nouveau parfum de fête à l’AFT Andavamamba ! Ce vendredi 12 mai, Dah’Mama et Zazaraha vont s’y relayer.

 Une grande première pour les deux artistes ! C’est effectivement la première fois que l’interprète de « Tompon’ny lakile » et la bande à Rija vont se retrouver sur la même scène. Plus connu dans le milieu de la musique tropicale, Dah’Mama, a toujours partagé l’affiche avec des artistes qui jouent dans le même registre qu’elle. Evoluant dans la world music, Zazaraha est plus intégré dans un tout autre milieu artistique. Cette fois cependant, les deux artistes vont être réunis sur la scène de l’AFT.

Parcours. De son vrai nom Elda Narijaona, Dah’Mama doit son parcours artistique à diverses rencontres parmi lesquelles celle avec Olombelo Ricky. En 2004, il repère la potentialité vocale de la jeune femme et l’initie au chant. En 2006, avec la sortie de son album « Tonton sôla », Dah’Mama sort de l’anonymat. En 2008, dans son deuxième album « Plaisir sans faute » Dah’Mama offre un nouveau style, une musique plus tropicale, puissante et rythmée. De 2006 à 2008, elle participe aux trois éditions successives du festival Donia à Nosy-Be et a également déjà effectué plusieurs tournées à Madagascar, en France, à La Réunion et à Mayotte.Originaire de Fianarantsoa, le groupe Zazaraha a été fondé en 2014. Il s’est fait connaître en participant à différentes éditions du festival Angaredona. Zahara dont la musique peut être qualifiée de « musique du monde » s’est déjà produit sur plusieurs scènes en provinces notamment à Fianarantsoa, Moramanga et Tamatave.Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

Cinéma parlementaire

La conjoncture économique reste morose. La grande majorité de la population continue de broyer du noir avec une inflation qui a tendance à afficher un taux de plus en plus inquiétant face à un pouvoir d’achat très étriqué des ménages malgaches.

Cinéma parlementaire

Les derniers chiffres communiqués la semaine dernière par la Banque Centrale de Madagascar ne sont pas pour encourager les consommateurs. Les perspectives ne sont pas bonnes, puisque la tendance à la hausse des prix va encore se maintenir. Pire, la hausse concernera en premier lieu, le riz qui reste encore et toujours la base de l’alimentation du Malgache. Par ailleurs, le carburant, un autre produit stratégique ne sera pas épargné par la spirale de la hausse. Le super carburant par exemple est actuellement en passe d’atteindre la barre fatidique des 4 000 ariary le litre. Une situation bien difficile en somme pour la grande majorité du peuple malgache. Un peuple résigné et qui ne sait visiblement plus à quel saint se vouer car visiblement, les responsables étatiques ne sont pour le moment pas capables de trouver le remède miracle pour sortir le pays du gouffre de la crise économique.

Et le pire est à venir puisque avec l’ouverture prochaine de la session parlementaire, les citoyens vont encore assister à un jeu politique auquel les politiques les ont habitués. Il s’agit en l’occurrence du cinéma qui a pour cadre l’hémicycle de Tsimbazaza et comme acteurs principaux les députés qui ont déjà brandi la menace d’une motion de censure contre le gouvernement. A priori, ce sera une bonne chose, car le gouvernement Mahafaly qui a échoué sur plusieurs plans ne mérite plus d’être là. Mais le problème c’est que la loi de l’argent va encore jouer durant cette session. Un camp ou un autre tentera encore d’acheter les voix des députés à grand coup de milliards pour se maintenir au pouvoir. Déjà, on parle de recourir à l’octroi de 4×4 pour faire taire les députés. Un cinéma parlementaire qui ne fera qu’enrichir quelques élus, mais qui enfoncera encore le peuple dans le gouffre de la misère.

R.Edmond

Midi Madagasikara11 partages

Slalom ASACM – Yacco : Hery Be signe le meilleur temps, Laza s’offre une seconde victoire

Le slalom ASACM d’hier à Ivato Bout de piste a rendu un résultat conforme à l’attente du public avec cette confirmation de Laza et sa 106, mais aussi le retour en force de Hery Be qui s’offre le meilleur chrono.

La bataille a été au rendez-vous du Slalom ASACM – Yacco du week-end sur le circuit de TMF Rally à Ivato. Venu pour laver l’affront au Slalom TMF Rally, Hery Be sur une Subaru Impreza a relégué tout le monde loin derrière lui en signant un cumul hors normes de 2 mn 44 sec 79.

Son adversaire direct chez les quatre roues motrices en l’occurrence Danielson a terminé les deux pistes en 2mn 45 sec 78 devant Jacques Ferre avec 2 mn 50 sec 57 et offrit dans la foulée le triplé pour TMF Rally.

Chez les deux roues, Laza et sa P 106 ont survolé les débats avec un chrono de 2 mn 49 sec 41 contre 2mn 54 sec 01 pour son dauphin qui n’est autre que Hugo Louvel. Fred sur une nouvelle P.206 complète le podium avec un temps de 2mn 54 sec 91.

On notera la remontée spectaculaire de deux frères Rasoamaromaka avec Faniry qui termine tout juste à 2 sec de Hugo Louvel tandis que Mika revenu au mieux avec sa C3, signe un temps prometteur de 3mn 01 sec 98.

On notera aussi la belle percée de deux filles de Nashemy dont Shekinah 3e des jeunes, mais aussi Mylène qui commence à pointer son nez.

Voici d’ailleurs le podium pour ces jeunes.

Espoirs

1er) Louvel Hugo sur C3

2) Rasoamaromaka Faniry sur C2

3) Rasoamaromaka Mika sur C2.

Jeunes

1er) Rabekoto Fred sur P. 206

2) Andrianainarivelo Hendry sur Citrën saxo

3) Randriamalala Shekinah sur Mitsubishi Colt.

Rookies

1er) Rasoamaromaka Faniry sur C2

2) Rasoamaromaka Mika sur C2

3) Randriamanga Andry sur P 106.

 Clément RABARY

Midi Madagasikara11 partages

Vendredi joli : Raimbl, indémodable !

Certains groupes deviennent moins performants au fil des années. Pour Raimbl, c’est tout le contraire. Il se bonifie, tel le vin. Vendredi soir, Niry et ses frères ont donc mis le feu au Piment Café. Un vendredi joli pas comme les autres ! Rattrapé par sa renommée, Iraimbilanja n’a bien évidemment eu que… du succès. Vendredi soir, c’était donc devant des noctambules assoiffés de bon vieux rock que Roger et ses frères se sont produits. « Tany vaovao », « Bekotro maro holatra », « Pasazy », « Lazao », « Tehina », « Radio » et d’autres morceaux qui ont marqué le début de leur carrière, ramènent les inconditionnels de Raimbl  une trentaine d’années plus tôt. Comme à leur début, ceux qui étaient là reprenaient toutes ces chansons en chœur, même les plus jeunes se sentaient… nostalgiques. Ce fut un vrai régal. Une prestation qui dément toute rumeur de retraite. Vendredi soir, Raimbl a donc enflammé le Piment Café, comme au bon vieux temps !Mahetsaka

Midi Madagasikara11 partages

Taxi-be : Le spectre de la hausse du tarif toujours présent

La révision à la hausse du tarif des taxis-be dans la capitale n’est pas encore clairement spéficiée par les transporteurs, mais le spectre de la hausse plane toujours. En effet, l’augmentation du montant de la compensation récemment décidée par l’Agence des Transports terrestres (ATT) a su geler la décision quelque peu enflammée des transporteurs au lendemain de la dernière hausse des prix à la pompe. Les Ar 40 de hausse du prix du gasoil a, en effet, eu plus de mal à passer auprès des transporteurs, alors que les problèmes persistent, affirment-ils, quant à la perception de la compensation dans la mesure où  certains transporteurs n’ont toujours par perçu les leurs depuis 2015. Pour l’instant, les usagers se sentent en sursis, car en cas de nouvelle hausse du prix des carburants, les transporteurs risquent de sauter le pas et adopter la révision à la hausse du tarif des taxis-be, quitte à renoncer aux compensations si au bout du compte, les compensations venaient à ne plus… compenser le manque à gagner. Pour l’instant, cela ne semble pas être le cas, d’après les usagers, car nombre de transporteurs qui touchent les compensations semblent trouver celles-ci acceptables. Dans tous les cas, une application de la hausse du tarif entraîne aussitôt une suspension des compensations offertes par l’Etat. Actuellement, la compensation forfaitaire est, rappelons-le, de 396 000 ariary par mois par véhicule.

Hanitra R.

L'express de Madagascar10 partages

Présidentielle française – Macron à 85,3% à Madagascar

En marche. Sans surprise, Emmanuel Macron a conquis la voix des Français résidant à Madagascar. Sur les douze mille deux cent quatre-vingt seize inscrits, cinq mille quatre cent soixante-trois ont rejoint la voie des urnes, soit un taux de participation de 44,4%. Oté les soixante-dix bulletins nuls et deux cent quatorze votes blancs, l’ex-candidat d’En Marche est plébiscité par 4417 électeurs soit 85,3%.Après la fermeture des bureaux de vote à 19h, le comité de soutien d’Emma­nuel Macron s’est donné rendez-vous au Café de la Gare. C’est dans une ambiance sereine et festive que les «marcheurs» à Madagascar ont attendu le compte à rebours annonçant le résultat officieux à 21 heures locales. Des applaudissements et des embrassades ont suivi l’apparition du portrait d’Em­manuel Macron avec un chiffre 65,5% sur l’écran prévu pour cet effet. «Nous sommes satisfaits des résultats. Avec ce score, il est avéré que les Français à l’étranger sont plus ouverts. Cela va donner une nouvellr dynamique à la France», se félicite Jean-Hervé Fraslin, délégué du candidat Macron.Au cours de la journée d’hier, les scrutins se sont déroulés dans le calme. Des mesures de sécurité ont été renforcées autour des bureaux de vote. Du côté du Lycée français d’Ambatobe, des éléments de l’EMMO sécurité ont été aperçus aux alentours de cet établissement.

A .R.

Midi Madagasikara9 partages

« A voté !»

Dans le  silence de cathédrale du bureau de vote, une personne sort du confessionnal –isoloir.  « A voté !» le cri du président d’un jour rompt  tout à coup le calme. Dehors, la longue queue des électeurs observe la même gravité  et tous attendent leurs tours pour effectuer leur devoir. Droit plutôt que devoir devrait-on dire, car à voir la sérénité de ceux qui sortent, il n’y a ni sentiment de soulagement de sortir d’un supplice ni celui de savourer la liberté d’un ex-prisonnier, mais une joie profonde de satisfaction d’avoir assouvi un besoin qui lui est cher et propre,  réaliser sa conviction. Puis viennent les longs moments d’attente où se mêlent angoisses et espoirs. Au crépuscule, dans la pénombre, la sérénité et la gravité de  la journée font place  à un brouhaha  de kermesse. La décompte des voix, cependant  se déroule dans le calme interrompu de cris de joie ou d’indignation selon les noms issus des urnes. Enfin, quand  tout est bouclé, les commentaires vont bon train, pour certains qui expriment l’allégresse, pour d’autres, qui se murent dans un mutisme qui disent long sur leur déception, mais néanmoins l’espoir qu’ailleurs les choses se dénouent autrement qu’ici. Mais toujours est-il que tout le monde  savoure et croit  ce que l’on nomme la Démocratie.

Il  en est ainsi d’un jour d’élection ordinaire chez nous. Sauf qu’ailleurs, les choses n’étant pas égales à part cela. La technologie, mais pas seulement, mais ce consensus virtuel qu’on appelle la confiance aux institutions font la différence, « le vox populi n’est pas le vox dei (de Dieu), mais  le vox rei (du Roi)».

Le lecteur aura sûrement compris que ce qui a été écrit est une prélude  à la Présidentielle française. Fait politique qui ne nous indiffère pas du fait  de notre proximité historique, mais plus simplement parce que qu’au-delà de l’existence de plus de dix milles Franco-Malgaches, il ne faut pas oublier que toute famille malgache a un parent plus ou moins proche qui vit en France et qui subit les suites de cette élection. Election hors norme parce que les candidats ne font pas partie du clivage classique (gauche-droite) propre au système politique français. L’échiquier ainsi bouleversé ne peut que changer le paysage de la société de l’Hexagone. Et si comme le présagent les sondages, le social-libéral pour les réformateurs ou libéral-social pour les conservateurs Emmanuel Macron l’emporte, les satisfactions  seront toujours mi-figue mi-raisin. Question si dans une grille de mots-croisés si on vous demande de remplir une grille de quatre lettres avec comme indication « a donné  une voix ». Réponse  facile : « voté ou vo_é ? ».

M.Ranarivao

Tia Tanindranaza8 partages

Senatera Olga Ramalason Ilaina fankatoavana lalàna ny fampandrosoana firenena

Tranga iray mampiseho ny fahantran’ny mponina eto Madagasikara ny lafiny tsy fahampian-tsakafo.

 

Lasibatra manokana amin’ity zava-misy ity ny zaza sy ny vehivavy Malagasy. Tandindomin’ny tsy fanjarian-tsakafo miaraka amin’ny fahabangana vitamina A, ohatra, ny ankizy 1 amin’ny 2 eo anivon’ny fiarahamonina Malagasy. Mandray andraikitra manoloana azy io ankehitriny ireo parlemantera mpanao lalàna mivondrona ao anatin’ny APMSAN (Alliance Parlementaire Malagasy pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition). Tsy mijanona ho mpanentana amin’ny ady amin’ny hanoanana sy ny sakafo tsizarizary intsony fotsiny moa izy ireo fa mpiara-miombon’antoka stratezika feno amin’ny fandrafetana politika sy fandaharanasa. Ho zava-poana ihany anefa ny fananantsika ireo karazam-pitaovana ireo raha mbola manjaka ny gaboraraka sy ny tsy fanajana ny lalàna velona eto Madagasikara, hoy ny loholona Olga Ramalason. Ilaina soloina fankatoavana ilay foto-pisainana fandikan-dalàna mihamahazo vahana eo anivon’ny fiarahamonina Malagasy ankehitriny. Antoky ny fampandrosoana ny firenena mantsy ny fisian’ny fifampifehezana miaraka amin’ny finiavana ananan’ny olom-pirenena manomboka amin’ny mpitondra fanjakana, araka ny fanamarihan’ity senatera Tiako I Madagasikara ity.

Ramano F.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien8 partages

Madagascar – La Route Nationale 5 sera réhabilitée grâce à la participation de plusieurs bailleurs

La région Nord-Est de la Grande Ile est connue pour le piteux état de ses routes. Cette situation handicape fortement cette partie de l’île et la laisse dans un état avoisinant l’isolement. Les trajets se comptent en jour notamment durant la saison des pluies.

Des travaux pour remédier à l’enclavement du Nord-Est de l’île ont été décidés. A l’issue du dialogue politique entre le gouvernement malgache et l’Union Européenne au début du mois de mai, la réhabilitation des 165 km de route reliant Ambilobe à Vohémar a été entamée. Ce 5 mai, un accord de prêt relatif à la réhabilitation de la Route Nationale 5 entre Soanierana Ivongo et Vahibe a été signé entre le Ministère des Finances et du Budget et le Fonds Saoudien pour le Développement. S’élevant à 14 millions USD, ce prêt concessionnel est remboursable pour une période de 30 ans avec 10 ans de grâce. Le projet implique la réhabilitation d’une section de 75,6km et la construction de 7 ponts d’une longueur de 7 820 mètres linéaires.

« Le dossier sur cette réhabilitation a été élaboré il y a 3 ans. Actuellement, nous procédons à sa réactualisation. D’après nos estimations, les travaux commenceront au plus tard au début de l’année prochaine. Les routes sont bitumées jusqu’à Soanierana Ivongo. Nous envisageons de poursuivre le bitumage jusqu’à Maroantsetra » déclare Eric Razafimandimby, Ministre des Travaux Publics.

Ce projet routier reflète également le modèle de coopération entre les bailleurs de fonds selon le Ministère des Finances et du Budget. Le coût total des travaux s’élève à 83,85 millions USD. Plusieurs bailleurs apportent ainsi leur contribution dont le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe (12,8 millions USD), le Fonds d’Abu Dhabi pour le Développement (30 millions USD), La Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (10 millions USD), le Fonds International pour le Développement (10 millions USD), le Fonds Saoudien pour le Développement et l’Etat malgache (7,05 millions USD).

Ino Vaovao6 partages

FIAINAM-PIKAMBANANA : Tafajoro ao Frantsa ny Ino Maresaka à Tamatave Diaspora

Telo taona izay no nijoroan’ ny IMT. Ny mpanao gazety ao Toamasina Ndiamahazo Mickaelys antsoina hoe Kamy no filoha mpanorina ny Ino Maresaka à Tamatave, ny volana avrily 2014. Telo taona aty aoriana, miitatra ny toerana misy ny fikambanana. Resy lahatra amin’ireo asa sosialy ataon’ny IMT Madagasikara, ka nanapa-kevitra ireo zanak’i Toamasina monina any ivelany fa hanangana rantsana IMT. Tanteraka izany, mijoro ara-panjakana ao Frantsa, nanomboka ny 22 avrily lasa teo ny fikambanana Ino Maresaka à Tamatave Diaspora (IMT Diaspora), ka i Behajaina Lalatina Angelin zanak’i Toamasina miasa sy monina ao Frantsa no filohany.

Tsy miova amin’ny tanjon’ny fikambanana IMT Madagasikara ny tanjon’ny IMT Diaspora dia ny fampivondronana ireo zanak’i Toamasina sy izay rehetra tia an’i Toamasina mba handray anjara mavitrika amin’ny fampandrosoana ao anatin’ny faritanin’i Toamasina. Manohana ny fikambanana nipoirany eto Madagasikara amin’ireo asa atao aty an-tanindrazana ny rantsam-pikambanana any Frantsa ity. Ao anatin’izany asa izany ny momba ny sosialy, fanatanjahantena, fampianarana, fifanampiana eo amin’ny samy mpikambana… Hamolavola tetikasa azo tanterahina ao Toamasina ihany koa ireo mpikambana IMT any ivelany. Ao Frantsa no misy ny foiben-toerana saingy mieli-patrana amin’ny firenena maro ireo mpikambana. Misy mpikambana ao Russie, Allemagne, Liban, Suisse, La Réunion, Italie, Etats-Unis, …

Amin’ny alalan’ny aterineto (internet) ny fidirana ho mpikambana. Toy ny fikambanana rehetra dia misy ny latsakemboka aloa.

Toky no nomen’i Behajaina Lalatina Angelin fa hanao ny ezaka rehetra izy ireo hitondra anjara biriky azo tsapain-tanana amin’ny fampandrosoana ny faritanin’i Toamasina. « Na dia tsy mbola nijoro aza ny fikambanana IMT Diaspora dia efa nitondra tolo-tanana ho an’ny IMT Madagasikara izahay, ka vao mainka hitohy izany amin’izao fotoana izao », hoy hatrany ny filohan’ny IMT Diaspora, Behajaina. Ny 22 sy 23 jolay 2017 izao no hiatrika fivoriambe ara-potoana voalohany ny IMT Diaspora. Na dia mifanalavitra aza, dia tsy an-kiato kosa ny fivoriana ataon’ny mpikambana amin’ny alalan’ny « visioconférence ».

Ravo

Madaplus.info5 partages

À Madagascar, Emmanuel Macron l’a emporté avec 85,3%

L’Élysée a un nouveau locataire, il s’appelle Emmanuel Macron, ce dernier vient de gagner la présidentielle Française avec 66,06 % des voix contre 33,94 pour Marine Le Pen.
C’est sans surprise qu’Emmanuel Macron devient le nouveau président de l’Hexagone pour les malgaches. Après le débat, les sondages ont déjà annoncé que Macron sortira vainqueur. Les électeurs français qui résident à Madagascar ont opté pour Macron, il est sorti avec 85,3 % des voix (Antananarivo 88,7%) sources Madagascar En Marche avec Emmanuel Macron. Rappelons, qu’Emmanuel Macron a fait une sensibilisation à Madagascar à travers son réseau sur la grande île. C’est surtout à travers la page facebook: Madagascar En Marche avec Macron que les informations ont été partagées.
News Mada5 partages

Fifanosehana tamin’ny « Kopi Kolé » : telo lahy maty, 16 naratra tany Toliara

Nitrangana fifanosehana ka nahafatesana telo lahy sy nandratra olona 16, nandritra ny fiafaran’ny lanonam-pamaranana ny « Kopi Kolé » sy ny fanamarihana faha-5 taon’ny fahitalavitra TV Plus Toliara, ny zoma alina teo, tany Toliara.

Araka ny vaovao voaray, 10 minitra taorian’ny firavan’ny fety, nitrangana fifanosehana teo amin’ny vavahadin’ny fivoahana ny kianja mitafo ao Tsienengea. Naratra mafy voahitsakitsaka ny olona maromaro anisan’ny tonga nijery ity lanonana ity. Voalaza fa tsy tana intsony ny ain’ny telo tamin’ireo rehefa tonga teny amin’ny hopitaly. 16 ireo naratra, ka ny valo efa afaka namonjy fodiana. Mbola manaraka fitsaboana ny ambiny.

Nilaza kosa anefa ny ny depiote Randrianasoloniaiko Siteny, tompon’andraikitra voalohany ny TV Plus Toliara, fa fanakorontanana ity niseho ity. Ahiana ho resaka fanakorontanana sy vono olona niniana natao no nitranga, raha ny vaovao voaray, satria nahitana tsindrona zava-maranitra maromaro teo amin’ny vatan’ny iray amin’ireo telo lahy namoy ny ainy tany amin’ny hopitaly. Fantatra fa nahitana tsindrona zava-maranitra telo, teo amin’ny sandrin’ilay iray.

 “Nisy andian-jatovo ninia nanakorontana ny lanonana ka nampiasa “big boss” mihitsy. Sompatra nataon’ireo tsy mataho-tody izao mba hanosoram-potaka ny TV Plus, satria tia mifety Toliara “, hoy ny depiote Randrianasoloniaiko Siteny, tompon’andraikitra voalohany TV Plus Toliara.

Manoloana ity voina ity, mangataka fanadihadiana manokana hahafantarana ny tena zava-nisy marina ny fianakavian’ireo maty havana. Nisy, araka izany, ny fametrahana fitarainana eny anivon’ny mpitandro filaminana, ary misokatra ny fanadihadiana. Ny mpitandro filaminana rahateo, efa teny an-toerana nandamina ny korontana io zoma alina io. Tsy nisy aloha ny fisamborana fa niverina tamin’ny laoniny ny filaminana tany Toliara. Fantatra fa efa nandray andraikitra ny fitsaboana sy ny momba ireo namoy ny ainy ny tompon’andraikitra amin’ny TV Plus Toliara. Nitsapa alahelo ireo tompo manjo ny fianakaviamben’ny TV Plus.

Tanàna mafana

Araka ny efa nambaran’ny depiote Randrianasoloniaiko Siteny, tia mifety ny olona any Toliara, ary tanàna mafana. Antony mahasarika olona maro rehefa misy ny lanonana na zava-mitranga any an-toerana. Efa nisehoana tranga mitovitovy amin’izao tany Toliara, ny 5 may 2013, nandritra ny fankalazana ny faha herintaonan’ny TV Plus Toliara, izay nahafatesana olona telo ihany koa, nianjeran’ny lampihazo. Mafampana, araka izany, ny mponina rehefa vory lanona. Toe-javatra mety mitranga ny toa ity niseho ny zoma lasa teo ity, rehefa tsy voafehy ireo vahoaka marobe. Ny depiote rahateo nilaza ny amin’ny fisian’ny mpanakorontana. Andrasana ny vokatry ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana ahafantarana ny tena marina. Tsy maintsy misy ny fanazavana ofisialy sy ny fisamborana raha tena marina ny momba ireo mpanakorontana ireo satria nisy ny fatiolona.

CMS sy Yves S.

 

L'express de Madagascar5 partages

Diplomatie – Le consulat d’Australie ouvre ses portes

« En crescendo ». C’est ainsi que Scott Reid, consul honoraire d’Australie à Madagascar, résume les relations diplomatiques entre son pays et Madagascar. Une bonne relation bilatérale que symbolise l’installation d’un consulat d’Australie, ou encore la participation de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, à la cérémonie de commémoration de l’ANZAC ou « Australia, New Zealand Army Corps », tombé durant les deux guerres mondiales, au « Commonwealth war cemetery », à Antsiranana le 27 avril, dans la Grande île, explique-t-il.Les locaux de ce nouveau consulat ont justement été inaugurés hier. Sise dans le quartier d’affaires d’Anko­ron­drano, cette représentation diplomatique aura pour rôle de faire le lien avec l’ambassade d’Australie sise à Maurice, et qui est également chargée de Madagascar, des Seychelles et des Comores. « Madagascar et l’Australie ont de grands intérêts à renforcer leurs relations bilatérales, car nous avons beaucoup de points communs. L’Australie peut apporter son expertise dans beaucoup de domaines », a déclaré Scott Reid, lors d’un entretien, hier.L’Australie excelle, entre autres, dans le domaine de l’exploitation des ressources souterraines. À titre d’exemple, le consul honoraire a indiqué, hier, que plusieurs responsables dans le projet Ambatovy sont australiens. Lors de sa visite d’adieu à Hery Rajaonari­mam­pianina jeudi, Susan Coles, ambassadrice d’Australie, a souligné parmi les points de coopération entre les deux pays, l’octroi de bourses d’études aux jeunes Malgaches dans des secteurs comme l’environ­nement, l’économie bleue, ou encore, les mines.

Garry Fabrice Ranaivoson

La Vérité4 partages

Alain Ramaroson - Son séjour en prison rallongé de 6 mois

Claudine Razaimamonjy et Alain Ramaroson sont tous les deux au cœur de démêlées judiciaires. Ces deux personnalités connues ont été placées en mandat de dépôt par la Justice. En attendant leur procès, ces deux prévenus bénéficient de la présomption d’innocence. Tels sont leurs points communs. Si la première n’a jusqu’ici pas encore franchi le seuil de la maison d’arrêt d’Antanimora, un mois exactement après son placement sous mandat de dépôt, le second y est enfermé depuis plus de 9 mois maintenant en attente de son procès. 

Inculpée d’avoir détourné des sommes de plusieurs milliards d’ariary, la propriétaire de l’hôtel AC d’Ivato continue de séjourner à l’Hjra. Le fait que l’un soit une proche du régime, tandis que l’autre est un farouche opposant est-il la raison de ce deux poids deux mesures flagrant ? En tout cas, incriminé dans un litige familial, Alain Ramaroson voit son calvaire se poursuivre à Antanimora. Les récentes informations indiquent que la Justice a prolongé le mandat de dépôt du président national du parti « Masters ». Selon les informations recueillies, son mandat de dépôt a été renouvelé pour six mois. Toutefois, il n’y a pas eu de précisions sur les raisons du prolongement de cette peine préventive.  Arrêté le 03 août 2016 pour faux et usage de faux, suite à une plainte déposée par « un membre de sa famille », le politicien est détenu depuis lors à la maison d’arrêt d’Antanimora. Le premier mandat de dépôt de l’ancien président de la commission « Défense et sécurité » au sein du Conseil supérieur de la transition (Cst) a donc expiré le mois d’avril dernier tandis que le nouveau, d’une durée de six mois, a aussitôt pris effet, selon les précisions. On ignore toutefois les raisons du prolongement de cette peine préventive. 

Plus de 9 mois après son arrestation, cet homme politique n’a pas toujours été jugé. De sources judiciaires, on apprend cependant que seule l’enquête au fond a déjà eu lieu. Toutefois, la date de son procès reste toujours inconnue. Sa défense n’a pas tenté de recours en vue d’une liberté provisoire, indique notre source. A l’allure où vont les choses, le numéro Un du « Masters » risque de rester encore quelques temps dans la maison centrale d’Antanimora. Bon nombre d’observateurs de s’interroger sur les raisons pour lesquelles le procès de ce politicien traîne autant en longueur. Il faut noter que le dossier relatif à cette affaire a été durant de longs mois bloqué au niveau du ministère de la Justice, avant d’être transmis au Parquet qui a pu procéder à l’enquête au fond. L’ancien membre du Cst devrait ainsi passer la commémoration de l’évènement de 1972 dans les geôles d’Antanimora. Déposer une gerbe sur ladite place le jour du 13 mai était devenu une coutume pour le président national du parti « Masters ». Pour rappel, l’affaire concerne un litige familial. L’homme fort d’Andoharanofotsy aurait utilisé une lettre de procuration signée par une personne qui est déjà morte depuis deux ans. Ses proches parents figureraient parmi les victimes de ce trafic.  

L.A.

L'express de Madagascar4 partages

Commerce et alimentation – Codex Alimentarius renforce les normes nationales

Ce jour débute, au Pavé Antaninarenina, par le lancement officiel à l’échelle nationale du projet d’appui à la mise en œuvre du renforcement des structures, processus et systèmes du Codex.Le Codex est une commission regroupant actuellement cent quatre pays, dont Madagascar, et qui œuvre dans le domaine du recueil des normes alimentaires internationales. Elle sert surtout de piliers du système de la sécurité sanitaire des aliments tout en adoptant le rôle de référentiels de base suivant les mesures établies dans l’accord sanitaire et phytosanitaire de l’organisation mondiale du commerce ou OMC. « L’objectif principal du Codex Alimentarius réside dans la protection des consommateurs et garantit la pratique loyale du commerce alimentaire », explique le docteur Miraho Felaniaina Rajemiari­moelisoa, présidente du comité national du Codex Alimentarius.

ÉclaircissementDans un contexte où le processus de suivi du respect des normes devient de plus en plus ardu pour les autorités compétentes, cette ini­tiative de renforcement de capacité tombe à point nommé, et a été honorée par la participation des grandes lignes d’activités du Codex, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ainsi que les structures nationales du Codex.Une présentation des grandes lignes d’activités ainsi qu’une clarification des rôles de chaque entité prenante seront à l’ordre du jour avec notamment plusieurs activités prévues, comme des programmes de renforcement de capacités, des séances de sensibilisation, des participations aux travaux à l’international et le développement de la communication.« L’expert qui assurera la formation, surtout axée sur les responsabilités spécifiques de chacun dans le Codex et sur l’importance de ce programme, est lui-même le vice-président de la Com­mission du Codex, nous espérons que cela pourra pallier les lacunes identifiées et capitaliser les acquis issus de l’outil de diagnostic des capacités nationales », conclut la présidente.

Harilalaina Rakotobe

Madagate4 partages

Frantsa. Iza moa i Brigitte vadin’ny Filoha Emmanuel Macron?

Pejy voalohan'ilay gazety boky "Paris Match", nivoaka ny 11 Aogositra 2016

Lany ho Filoham-pirenena frantsay izany Andriamatoa Emmanuel Macron. Izy no filoha frantsay voafidy tanora indrindra ao amin’ny Tantara politikan’ny Lafrantsa, satria ny 21 Desambra 1997 izy no teraka tao Amiens. Fa iza moa Ramatoa vadiny? Ato ianao no hahalala misimisy.

Brigitte Marie-Claude Trogneux no tena anarany. Teraka ny 13 Aprily 1953 tao Amiens, Frantsa ihany koa. Zanak’i Jean Trogneux sy Simone Trogneux teraka Pujol, efa samy nodimandry, ary faravavy amin’ireo zanaka enina naterany.

Ny 22 Jona 1974 i Brigitte dia nanambady an’i André-Louis Auzière, izay lasa tompona banky, taty aoriana. Telo ny zanak’izy roa ireo, dia: Sébastien, teraka tamin’ny taona 1975 ; Laurence, teraka ny taona 1977 (mitovy taona amin’i Emmanuel Macron izany) ary Tiphanie, teraka ny taona 1984.

Mpampianatra no asan’i Brigitte Trogneux-Auzière. Manana izany «CAPES de lettres» izany izy. Tao Parisy sy Strasbourg aloha izy no nampianatra teny frantsay sy teny latinina, izay vao niverina tao Amiens, ny taona 1991. Nanentana «atelier» momba ny fanaovana seho teatraly koa izy ka tao, ny taona 1993, no nanaitra azy i Emmanuel Macron, mpianany izay 15 taona tamin’izany, ary iray kilasy tamin’ny zanany vavy Laurence.

Ny taona 1994, latsaka ny varatry ny fitiavana (ilay «coup de foudre» e !) teo amin’izy roa na dia 24 taona be izao ny elanelan-taonan-dry zareo. Tsy nankasitraka izany fiarahana izany mihitsy ny ray aman-drenin’i Emmanuel kely ka dia nalefany nianatra lavitra, any Parisy any, io zanany lahy io. Ny tao amin’ny fianakavian’i Brigitte, izay efa nanam-bady aman-janaka moa, dia fahafaham-baraka no tsapa sy niseho.

Izany anefa tsy nanakana an’i Brigitte nandeha ampianatra tany Parisy koa. Ary nifankahita matetika, na dia niafina aza, izy sy i Emmanuel izay nilaza tsy niambahamba fa tsy maintsy ho lasa vadiny i Brigitte. Mahery ilay fitiavana e!

Inona tokoa no niseho? Nisaraka ara-panambadiana i Brigitte sy André-Louis Auzière, ny 26 Janoary 2006. Ary ny 20 Oktobra 2007, folo taona lasa izay, dia notontosaina ny fanambadiana ara-panjakana an’i Brigitte sy Emmanuel Macron. Izany ka tantara leiretsy a! Mbola tsy niteraka aloha izy roa hatreto, fa fito ny zafikely tamin’ireo zanaka telon’i Brigitte.

Aiza ho aiza amin’izany ny fiainan’ny «Première dame» malagasy? Na ny anaranan’ny ray aman-dreniny aza tsy misy mahalala k’aiza no tsy ataoko hoe Voahangy X ? Satria izany olona tsy misy foto-piavihana. Tsy misy izany « vie privée » izany koa, Tompoko, rehefa mpiasam-bahoaka.

Fa ny eto Madagasikara dia mihevitra ho mpanjaka mihitsy ireto Hvm ireto injay nampindramin’ny vahoaka fahefana.

Dia mandehana koa mitory ahy satria hoe «maniratsira» ny vadin’ny filoha, dia hanamboaro «dossier». Ao i Rolly Mrcia hanampy tosika. SSSssss.

Jeannot Ramambazafy – 08 Mey 2017

News Mada2 partages

Motion de censure : les tractations battent leur plein

« Vu le contexte actuel, la tenue d’une motion de censure contre le gouvernement Mahafaly Solondrasana semble nécessaire»

Après le Tim, le Mapar semble également vouloir aller jusqu’au bout sur la question de la motion de censure. Tsimbazaza entame une nouvelle semaine décisive.

«», a indiqué le député Mapar, Brunelle Razafitsiandraofa, joint au téléphone hier. Pour lui, la situation est telle qu’il faut impérativement faire quelque chose, notamment sur la hausse généralisée des prix actuellement.

« Pour l’heure, les négociations sont encore en cours bien que certains disent déjà avoir quelques signatures », a-t-il poursuivi. D’après l’élu de l’Ikongo, la situation devrait s’éclaircir d’ici cette semaine lorsque la session entrera dans le vif du sujet.

De son côté, le président de la Chambre basse, Jean-Max Rakotomamonjy tempère. Selon ses explications, aucune information concernant une quelconque motion de censure ne circule pour le moment  au sein de son institution. « Ce sont les journalistes qui véhiculent ces informations mais les députés ne semblent pas encore au courant », a-t-il indiqué, vendredi dernier, lors de sa rencontre avec les membres de la CNIDH à Tsimbazaza. « Le plus important est de mettre en place un climat d’apaisement et nous souhaitons fortement que ce genre d’intention ne soit pas fondée », a-t-il précisé.

Opposition parlementaire

Dans le camp de l’opposition parlementaire, le Mapar ne semble pas vraiment pressé. « Nous ne savons pas exactement à quoi cela sert lorsqu’on sait que la loi sur le statut de l’opposition n’est toujours pas décrétée par le chef de l’Etat », a expliqué le député du Mapar en soulignant qu’il s’agit d’une perte de temps. « Par contre, une fois cette loi promulguée, le Mapar fera effectivement partie de la liste des opposants », a-t-il poursuivi.

Brunelle  Razafitsindraofa estime de ce fait que l’initiative du Tim de se déclarer opposant n’est que du cinéma. « C’est tout à fait incroyable qu’hier à peine, il ait été en accord avec le régime et que du jour au lendemain, il soit tout à coup opposant », a-t-il ironisé.

Rakoto

 

L'express de Madagascar2 partages

Présidence – Rajaonarimampianina sur Youtube

Rendez-vous. C’est le titre de l’intervention hebdomadaire du Président de la République Hery Rajao­nari­mampianina sur Youtube. Une manière de se rapprocher visiblement de la population malgré les limites de ce support qui reste réservé aux grandes villes et à une certaine catégorie de personnes. Dans sa première intervention, Rajaonari­mampianina promet d’aborder les sujets qui passionnent la population et qui défraient les chroniques et d’y apporter un éclairage. Il annonce tenir un langage franc et direct dans ce qu’il appelle un « discours vérité ». On espère donc une cohérence entre ce qu’il dit et ce qu’il fait sur le terrain.

News Mada1 partages

Malnutrition chronique : Madagascar au quatrième rang mondial

Après avoir occupé le sixième rang mondial en 2012 sur le taux de malnutrition chronique, Madagascar est actuellement au quatrième rang.

47,3% des enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance au pays du fait que les mères commencent leur grossesse avec des carences nutritionnelles. Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas dans le Grand sud que prévaut la malnutrition chronique mais plutôt sur les Hautes terres. Dans les régions Haute Matsiatra, Itasy et Vakinankaratra, elle a un taux de prévalence de 66 %, contre 42% pour l’Androy. Une situation absurde, au vu de la production de denrées alimentaires effectuée dans ces régions, tant en qualité qu’en quantité.

Ignorance des 5 codes

Trois raisons ont été citées comme source de cette situation. La première est l’ignorance ou le non respect des 5 codes de couleur nutritionnelle, si la deuxième est que les habitants de la région sont en majorité des ouvriers agricoles qui n’ont de terre à cultiver que par lopin ou par métayage. Quant à la troisième, elle s’explique par la préférence des paysans de vendre la totalité de leurs produits, sans penser à leurs besoins.

3 384 milliards d’ariary perdus

Selon le rapport de l’étude Coût de la faim en Afrique (CDFA), réalisé l’année dernière, l’économie de Madagascar perd environ 3 384 milliards d’ariary, soit quelque 1,5 milliard de dollars par an, à cause de cette situation. L’équivalent de 14.5% du Produit intérieur brut (PIB) du pays. Les économies africaines perdent entre 1,9 à 16,5% du PIB à cause de la malnutrition infantile.

Sera R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kaominina ImerintsiatosikaMiroso ny asa fampandrosoana na dia tsy misy manampy aza

Miroso ny asa fampandrosoana ny tanàna ho an’ny kaominina ambanivohitra Imerintsiatosika.

Pati

 

L'express de Madagascar1 partages

Une journée perdue

«Une journée sans rire est une journée perdue», disait Charlie Chaplin qui, bien que comique au cinéma, ne menait pas une vie privée aussi drôle. Et hier, 7 mai, était la journée mondiale du rire. Si on institue une journée mondiale pour le rire, ce comportement réflexe inné qui exprime la joie et l’exultation, c’est qu’il perd du territoire. Le rire est-il menacé ?Notre vie nationale, elle, n’est définitivement pas amusante. D’ailleurs, dans le rapport mondial du bonheur 2017, nous sommes classés 36e sur 44 pays africains – tandis que notre voisin mauricien est le deuxième pays heureux d’Afrique. On cite comme conditions du bonheur l’espérance de vie, la bonne santé, la liberté, la générosité, le niveau d’aide sociale, l’absence de corruption gouvernemen­tale ou entrepreneuriale, le PIB/habitant. Vu sous ces conditions (des conditions bien occidentales, diront certains), on est bien mal en point. Et pour atteindre le bonheur, tel qu’il prédit dans ce rapport, il faudrait autant une volonté que nous ne semblons pas avoir des masses et des moyens, que nous pourrions avoir si nous ne dispersions pas nos forces à de futiles enrichissements sans valeurs ajoutées. D’ailleurs, qu’est-ce qui nous rend heureux ?  Qu’est-ce qui est potentiellement capable de nous faire rire et de nous procurer de la joie ?Ceux qui ont le privilège de passer quelque temps en campagne et de partager la vie des familles rurales reconnaîtront qu’il y a, dans un cadre de dénuement, une certaine forme de bonheur que les villes ne connaissent plus. Se contenter de peu, vivre de ce qu’il y a, travailler le jour et se reposer la nuit. On ne les voit et ne les entend pas trop se plaindre, sauf si on leur demande explicitement de parler de ce qu’ils vivent au quotidien. Autrement, ils continuent leur bonhomme de chemin, trébuchant beaucoup, se relevant toujours, même plus fragiles et plus vulnérables. La part de bonheur est si finement attachée à quelques détails à peine perceptibles qu’on ne les voit pas, mais elle est bien là. C’est sans doute ce qui rend notre quête du bonheur aussi difficile: ceux qui souffrent le plus se plaignent le moins. Inversement, ceux qui ont la capacité de créer un vrai changement pour eux-mêmes et pour les millions qui endurent la douleur en silence, ne le font pas. Et quand, pour des raisons fondées ou infondées, ils refusent d’agir pour le bien d’autrui, ils font aussi en sorte que ceux qui ont la volonté de le faire aient le plus de difficultés possibles pour y arriver. La générosité, l’aide à autrui et l’écoute sont des denrées inaccessibles pour ceux qui n’ont ni carnets d’adresses, ni entregent.Résultat : nous ne sommes pas capables d’atteindre les objectifs mondiaux du bonheur (trop grands, trop élevés) et nous ne sommes plus capables de créer le bonheur quotidien d’être Malgache. D’ailleurs, sommes-nous encore un peuple en quête de bonheur   Au final, nous ne recherchons plus qu’une pâle idée du confort : joindre les deux bouts. Et parce que les plus démunis supportent leurs situations, parce que la classe moyenne amenuisée peine à finir ses fins de mois, et que le peu de personnes capables d’élever leurs voix sont royalement ignorées par celles et ceux qui détiennent le pouvoir de changer les choses…On ne rit pas. Et comme nous manquons cruellement d’humoristes pour nous donner un regard décalé sur ce que nous vivons, soit on rit de moins en moins, ce qui est triste, soit on rit de tout, ce qui est sot ou pervers, comme dit le proverbe. Autrement, quand on éclate de rire, on se rend compte d’une situation très grave : des problèmes de dentition qui touchent la plupart des Malgaches, autre situation qui ne fait pas rire mais dont on ne se plaint plus.Voilà un sujet de vlogging qui devrait intéresser le président de la République qui vient de lancer sa chaîne youtube pour, dit-il, évoquer les sujets importants de notre vie nationale et répondre aux questions que l’on se pose. À la tête d’un pays malheureux, il a fort à faire pour recréer le bonheur à partir de beaucoup de malheurs.

Par Mialisoa Randriamampianina

Madaplus.info0 partages

Facebook: l’outil de diabolisation en politique à travers des comptes Fakes

Les réseaux sociaux tiennent des enjeux majeurs dans la société d’aujourd’hui. On ne peut plus les écarter dans notre vie quotidienne.
C’est dans ce cadre qu’une pratique est devenue de plus en plus courante ces derniers temps à Madagascar sur le plan politique. Il s’agit de la création d’un « compte fake » ou faux comptes. C'est-à-dire que la personne décrite sur le compte est une personne fictive. Ces comptes fakes sont destinés à ternir l’image de certains politiciens ou une célébrité. Il est difficile d’endiguer cette pratique pour le moment, la naissance d’une entité pour la lutte contre la cybercriminalité est peut-être un début pour stopper cette pratique. Attendons de voir la suite…
News Mada0 partages

Basikety – Mada N1B Lehilahy : nisongadina ny ekipan’i Diana

Ekipa telo avy any Diana no indray nahazo fandresena teo amin’ny andro voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja basikety, sokajy N1B lehilahy. Fihaonana, tanterahina any Antsiranana, izay nanomboka ny asabotsy 6 mEy lasa teo. Anisan’izany ny Sporting sy ny AS Douanes ary ny AS Chicago.

Ny Sporting Diana, nanamontsana ny AS Fanalamanga, avy any Alaotra Mangoro, tamin’ny isa mavesatra 100 no ho 64. Tsy niady ny fihaonana raha ny tati-baovao satria nanjaka tamin’ny lafiny rehetra ny mpilalaon’ny faritra avaratra ary nitarika anisa hatrany nandritra ny tapa-potoana efatra nilalaovana.

Nandresy tsy niady kosa ny AS Douanes, raha tokony hikatroka tamin’ny BC Tafaray. Ary lavon’ny AS Chicago, tamin’ny isa 97 no ho 53, ny BCO Boeny. Teo ho eo ihany kosa ny vokatra ho an’ny ekipan’Analamanga satria fandresena iray sy faharesena iray ny azon’izy ireo, teo amin’izany andro voalohany izany. Niondrika teo anatrehan’ny ABBS Sava, tamin’ny isa 78 no ho 69, ny CCBA Ankarana Analamanga, raha lavon’ny ECBBA Analamanga, tamin’ny isa 77 no ho 72 ny FBI Sava.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Na elaela tsy hita sy tsy heno aza, mbola be mpankafy hatrany i Jarifa eto Antananarivo. Porofon’izany, hipoka ny Le Glacier Analakely ny alin’ny zoma teo, nandray ity mpanakanto zanak’i Morombe ity. Nafana ny tsapiky, saingy nisongadina ihany koa ny hira milamindamina, izay niarahany namelona tamin’i Rojo. Mbola hafa ihany koa ny fahenoana indray ny “Fiainana dangodango” sy ny “Tealongo”.

Nambabo ! Nisongadina nandritra ny “Festival Libertalia”, ary avy hatrany dia nahazo mpankafy maro eto Madagasikara i Hans Nayna. Feno ny efitranon’ny IFM Analakely ny alinny zoma teo, nandray ny sehon’ity mpanakanto avy atsy Maorisy ity. Tombony lehibe ho azy ny nanarahan’ireo mpitendry malagasy tanora an’i Hans Nayna teny an-tsehatra.

Princio sy ny vazo miteny sy mivantambantana. Misy ireo tena mpankafy manaraka tsy tapaka ny fiakarana an-tsehatra hataon’ity mpanakanto ity, to any tsapa tamin’ny alin’ny zoma teo, tetsy amin’ny Karibotel Analakely. Ny tombony,mihaino tsara ny tononkira, manaraka ary mandihy mihitsy aza amin’ireo hira mihetsika ireo mpankafy.

Nitondra ireo mpankafy mozika nankany amin’ny tontolon’ny kabôsy Spirit ry Doda sy Mbity, notronin’ireo mpitendry toa an-dry Dads, Fefy, Tax, ny asabotsy tolakandro teo, tetsy amin’ny CGM Analakely. Nasehon’izy ireo tanatin’ny hira maromaro ny horija betsileo manolona ny fivoaran’ny mozika maneran-tany. Nanatontosa: Zo ny Aina / Fano

News Mada0 partages

Holafitry ny mpanao gazety : « Manaraka ny vaovao momba an’i Fernand Cello izahay »

 Nanao fanambarana ny eo anivon’ny Holafitry ny mpanao gazety, ny faran’ny herinandro teo manoloana ny fisamborana ny mpanao gazetin’ny radio Jupiter, Fernand Cello, ny alin’ny zoma 5 mey teo. “Eo am-panangonana ny vaovao rehetra momba ny antony nisamborana azy izahay. Hijoro amin’ny fiarovana azy ny birao  raha toa ka fandikan-dalàna momba ny asa fanaovan-gazety ny anton’izany”, hoy ny fanambaran’ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM). Niantso ny manampahefana tompon’andraikitra amin’ny fikirakirana io raharaha io mba hijery ny lafiny maha olona ny OJM satria fantatra fa tao anatin’ny tsy fahasalamana ny nisamborana azy. “Matoky ny fahendren’ny ambaratongam-pitsarana rehetra izahay amin’ny fandinihana ny raharaha momba azy.  Manara-maso akaiky ny fivoaran’ity raharaha ity izahay mpikambana manerana ny Nosy”, hoy ihany ny OJM. Nanentana ny mpanao gazety koa ny holafitra mba hitandro toy ny anakandriamaso ny “etika sy ny deontolojia” amin’ny fanatanterahana ny asa.

Tsiahivina fa  nisy nisambotra ny zoma hariva teo teny an-tranony eny Anosizato ity mpanao gazety any Ilakaka ity.

 

Atolotra ny fampanoavana, anio

 Araka ny vaovao voaray, efa vita ny asabotsy teo ny fakana am-bavany nataon’ny mpitandro filaminana ity mpanao gazety ity. Fantatra fa atolotra ny fampanoavana, anio any Ihosy, izy, raha tsy misy ny fiovana. Raha ny filazan’ny mpampanoa lalàna avy any an-toerana, miisa fito ny vesatra anenjehana azy ka anisan’izany ny fanaovana hosoka, ny fangalarana sekim-bola antapitrisany, ny fanendrikendrehana mitarika ho amin’ny fankahalana olona. “Tsy fandikan-dalàna noho ny asa fanaovan-gazety no nisamborana azy fa efa ady heloka bevava mihitsy”, hoy ny fanazavana azo.

Randria

News Mada0 partages

Ivoloina Maroantsetra : ben’ny Tanàna nahatrarana lakolosy halatra.

Sarona tao an-tokantranon’ny ben’ny Tanànan’ ny kaominina ambanivohitra Ivoloina, distrikan’ i Maroantsetra, faritra Analanjirofo, ny lakolosin’ny sekoly fanabeazana fototra tao amin’ny fokontany Ivoloina ihany. Raha ny fanazavana azo tamin’ny solontenam-panjakana iray avy any an-toerana, efa very nandritra ny fotoana lava ity lakolosy ity ary ireny karazany lakolosy mbola tamin’ny andron’ny fanjanahantany ary misy marika « RF » ireny. Ambaran’ny mpanao ity raharaham-barotra iray ity fa mahatratra hatramin’ny iray miliara Ar ny kilao aminy. Nilaza hatrany ny loharanom-baovao, fa vao telo volana ihany koa izay, nisy nangalatra ihany koa ny lakolosin’ny fiangonana Ekar iray any an-toerana.Vokany nanao fikarohana noho izany ny kristianina ary nahare sy nahazo loharanom-baovao fa ao an-tranon’ny ben’ny Tanàna misy lakolosy miafina. Nampandre ny mpitandro filaminana, noho izany ny fokonolona sy ny kristianina mpiangona amin’ ilay Ekar very lakolosy ary natao ny fisavana, ny antoandron’ny alakamisy 4 mey teo, kanefa tsy ny lakolosin’ny fiangonana  Ekar ao an-toerana noheverin’ny maro ho tadiavina indray anefa no hita tao an-tokantranon’ny ben’ny Tanàna fa ilay lakoloson’ny sekoly fanabeazana fototra efa very elabe. Tezitra noho izany ny fokonolona ary nihevitra ny hanao fitsaram-bahoaka an’ Ingahy ben’ny Tanàna fa saingy voaaron’ny mpitandro filaminana ka ny fandorana moto miisa roa sy fiara iray fananan’ ity ben’ny Tanàna ity no nanalan’ny fokonolona ny hatezerany.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Fisolokiana : voasambotry ny polisy i Ariaz

Lehilahy iray antsoina hoe Ariaz, 35 taona, voasambotry ny polisy misahana ny ady heloka bevava sakelika fahadimy teny Ampasika, ny alakamisy lasa teo tokony tamin’ny 10 ora maraina noho ny resaka fisolokiana. Voalazan’ny polisy fa ity lehilahy ity ilay misandoka ho teratany vahiny mpividy «mercure”, “huille essentielle vanille” ary vato. Misy olona misandoka ho manana na mitady “mercure”, “huille essentielle vanille” ary vato ka milaza fa misy teratany vahiny mahasahy mividy lafo izany. Asainy miantso ilay teratany vahiny amin’ny finday ireo hosolokina, avy eo misy olona ataon’izy ireo hoe “expertise” mijery ireo “entana”. Akan’izy ireo volabe ireo olona tafaroboka aorian’izay. Efa ela ny nikarohana an’i Ariaz ka izao izy tratra izao. Marihina fa maro ny fitarainana mahakasika azy ao amin’ny polisy ary efa matetika voasambotry ny polisy izy mahakasika io raharaha maloto io ihany. Tamin’ny fanadihadiana ihany koa, fantatra fa raharaha telo no anenjehana azy izay nahazoany vola mitentina 83 tapitrisa Ar. Natolotra ny fampanoavana, ny asabotsy teo, izy.

Yves S.

News Mada0 partages

Mpanafika sy mpandroba ao Toamasina : sarona ny sasany amin’ireo ireo jiolahy

Saron’ny fiaraha-miasan’ny sampana sy sakelika isan-karazany eo anivon’ny  polisim-pirenena ry Zozo Be sy ekipany izay tambajotran-jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana mahery vaika any Toamasina.

Nahafatesana olona efatra tao anatin’ny iray volana sy fandrobana fivarotana maro miaraka amin’ ireny mpaninjara fahana finday ireny miisa telo ny asa ratsin’izy ireo. Manginy fotsiny ny fahaverezana moto sy fandratrana olona efa ampolony. Niara-nisalahy, noho izany, ny polisy any an-toerana nahitana ny boriborintany voalohany sy faharoa, ny UIR ary ny Fip ka sarona, ny alatsinainy 1 mey teo, i Zozo Be niaraka tamin’ny basy poleta marika 22 Rafle sy bala miisa dimy, sy ny namany miisa enina hafa. Efa teo am-panomanana fanafihana hafa indray izy ireo, raha roa lahy hafa kosa afaka nitsoaka tamin’ny moto niaraka tamina fitaovam-piadina roa samy hafa. Jiolahy efa mpamerin-keloka i Zozo Be, raha ny fanazavana nataon’ny kaomisera, Razafindahy Manitra Fleurys, ary niaiky rahateo io jiolahy io fa efa nahafaty olona miisa roa, kanefa tsy voatazona ela ao am-ponja ny tenany. Nandritra ity fihaonana tamin’ny mpanao gazety ny zoma tolakandro teo ity, nilaza ity komisera ity fa niatomboka ny volana janoary taona 2017 ka  hatramin’ny volana marsa teo, efa miisa roa ny basy saron’ny polisy teo anivon’ny UIR, raha 21 kosa ny antsy lava entina jiolahy mandrava, 450 grama ny rongony, 200 litatra kosa ny toaka gasy. Mitotaly 60 ny jiolahy voasambotra ka ny valo amin’ ireo mpamerin-keloka ary 17 ireo vaky trano voaaro sy nahasamborana jiolahy miisa 37, miisa 40 kosa ny mpangarom-paosy, raha ny fanazavan’ny kaomisera Razafindahy Manitra Fleurys hatrany.

« Vao valo volana izay ny niasako teto taorian’ny namerenana ahy avy tany Fianarantsoa, ary mitotaly valo ihany koa ny jiolahy matin’ny balan’ny Fip, faramparan’ny taona 2016 ny telo, raha dimy kosa tao anatin’ny telo volana voalohany taona 2017. Araka ny ambarako hatrany fa tsy hitsitsy manoloana ny asa fampihorohoroana sy fanafihana ataon’ny jiolahy ny Fip », hoy ity komiseran’ny Fip izay anisan’ny lehibena polisy atahoran’ny jiolahy any Toamasina. Nambarany kosa fa manao ny asa tahaka ny fanaon’ny polisy rehetra ny Fip, ka anisan’ izany ny nahatraran’ izy ireo moto halatra miisa 10, raha mitotaly enina ny vonoan’ olona niniana natao sy fandratrana olona. 16 ny halatra tsotra, raha miisa enina halatra miharo vaky trano.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Tonga eto ny mpandrindra ny hetsika SUN : nohavaozina ny toby PNNC /Seecaline Lohanosy

Nijery ifotony ny zava-misy eny amin’ny toby PNNC/ Seecaline avy hatrany ny mpandrindra ny hetsika SUN iraisam-pirenena raha vao nigadona eto Madagasikara.

Tonga eto Madagasikara, omaly, ny mpandrindra ny hetsika maneran-tany Scaling Up Nutrition (SUN) ahitana ny vovonana miady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo, Gerda Verburg. Nidiny teny ifotony avy hatrany izy nitsidika ny toby PNNC/Seecaline Lohanosy, ao amin’ny kaominina Antanetikely Ambohijoky, distrika Atsimondrano, omaly hariva. Nohavaozin’ny Unicef io toby io ary nohatsaraina tanteraka ny fotodrafitrasa, nampiana fitaovana fahazoan-drano madio sy toeram-pivoahana manaraka ny fenitra. Niforona ny taona 1999 ny toby ary indroa isan-kerinandro ihany no misokatra mandray ny zaza sy ny reny. Mandray isaky ny talata sy ny zoma ny toby miaraka amin’ny mpanentana momba ny fanjarian-tsakafo tokana, Raholiharimalala Marie Josiane.

Manomboka izao, hisokatra isan’andro ny toby ary handray ny zaza herintaona ka hatramin’ny telo taona hotezaina amin’ny akany efa voaomana amin’izany. Nitombo roa koa ny mpiasa hampihodina ny toby sy  ny akanin-jaza. Mandanja, mandrefy ny sandrin’ny zaza, manao dinidinika ara-pahasalamana, mampianatra mahandro ny reny ny asa iandraiketan’ny toby. 104 ny zaza latsaky ny roa taona ary 118 ny 2 taona -5 taona karakarain’ny toby. « Manodidina ny 45% ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka eo amin’ny zaza vao teraka ka hatramin’ny 2 taona », hoy ny mpanentana nandritra ny volana avrily lasa teo.

Ho fandraisana an-tanana, mivarotra zaza tomady ny toby homena ny zaza tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo, ampianarina manomana sakafo ara-pahasalamana amin’ny vokatra misy eo an-toerana ny reny. Mamokatra vary, mangahazo, legioma sy anana ny mponina, indrindra ireo manana tany ahazoana manao izany.

« Nisy zaza roa tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika sy sarotra, ny volana febroary lasa teo ary nalefa teny amin’ny hopitaly mihitsy. Efa mivoatra tsikelikely ny lanjany amin’izao fotoana izao », hoy ny mpanentana satria manohy milanja eny amin’ny toby izy. Miorina eny amin’ny 2 km miala amin’ny toby ny CSB II Antanetikely ho an’ny zaza voatily fa tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika sy sarotra. Misahana fokontany efatra ny toby.

Miahy ny toby 33 miasa eny amin’ny distrika Atsimondrano ny ONG Andry fanofanana tantsaha (AFT). Miara-miasa amin’ny mpanentana momba ny fanjarian-tsakafo izy ireo ary manara-maso ny asa eny ifotony ihany koa, hoy ny filohan’ny ONG, Ranomenjanahary Violette. « Ny olana, mamboly sy miompy ny mponina ety, saingy avadika ho vola avokoa izany fa tsy ataony sakafo », hoy ny fanazavany. Ny rano koa mbola manahirana ny vahoaka satria vovo no ampiasain’ny ankamaroany. Amin’ny mponina 2 477 amin’ny tokantrano 380, 212 izao manana rano manokana ao an-trano.

Hihaona amin’ny filoha sy ny praiminisitra ny tenany

Mbola hihaona amin’ny tomponandraikitra maro eto amintsika ny mpandrindra ny hetsika SUN, anio tontolo andro. Hizara ny vokatry ny fihaonana izy anio hariva.

Niditra ho mpikambana ao amin’ny hetsika SUN i Madagasikara, ny taona 2012, izay hivondronan’ny vovonana dimy misahana ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo ; vovonan’ny fiarahamonim-pirenena Hina, vovonan’ny mpikaroka, ny governemanta, ny sehatra tsy miankina sy ny vovonan’ny firenena mikambana. Foibe mandrindra ny asan’ny hetsika SUN Foibem-pirenena misahana ny fanjarian-tsakafo (ONN).

Vonjy A.

News Mada0 partages

Boeny : hasiana “puce” elektronika ny omby

 Efa tetikasan’ny filoha teo aloha, Ravalomanana, ny hametrahana ny “puce” elektronika any anatin’ny omby, hanamora ny fanaraha-maso sy hiarovana amin’ny halatra. Mikasa hanao izany indray ny fitondrana ankehitriny, nampahafantarina tany Mahajanga, faritra Boeny.

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy, ny alarobia 3 mey teo, tany Betaba, fokontany Tsinjorano, kaominina Manerinerina, distrika Ambato Boeny, ny taom-baksiny ho an’ny biby fiompy taona 2017 tany amin’ny faritra Boeny. Lohahevitra noraisina ny hoe “asa fambolena sy fiompiana mahomby, Madagasikara mandroso”, nentina nanentanana ny mponina hiahy ny fahasalaman’ny biby fiompy. Nambaran’ny prefet-n’i Mahajanga, Ravelomahay Lalaniaina, fa “toy ny zavamananaina rehetra, manana zo hotsaboina sy ho salama ny biby fiompy”.

Nampahafantarina, nandritra ity fotoana ity koa ny lalàna vaovao 2017-023, mikasika ny biby manokana. Voarakitra ao fa ampitomboina ho efatra ny isan’ny kahien’omby raha telo teo aloha. Voaresaka ao koa ny hametahana puce elektronika ny omby, hanamorana ny fanarahan-dia raha sendra misy ny halatra.

Mijanona ho soratra

Efa novinavinain’ny filoha teo aloha, Ravalomanana, ity tetikasa hametrahana ny puce elektronika any anatin’ny omby ity, saingy tsy tanterany. Nanombohany azy ny fanangonana ny omby anatin’ny antsoina hoe “valabe”, hisorohana ny halatr’omby. Mamerina azy ny fitondrana ankehitriny, saingy tsy fantatra raha ho tanterany koa na mijanona ho soratra ihany. Tsy nisy aloha, hatreto, filazana azy tamin’ny fomba ofisialy manerana ny Nosy, tsy nisy koa ny fampahafantarana ny antsipiriany, toy ny tetibola holanina, ny fotoana tena hampiharana azy, fa io mijanona ho lalàna io fotsiny. Fahita matetika eto amin’ny firenena ny toy izany.

Nitombo ny omby natao vaksiny

Tratra ny tanjona tamin’ny andro voalohany, satria tafakatra 1.626 ny omby vita vaksiny raha 1.400 ny nokasaina. Nahena ho 500 Ar ny vidin’ny vaksiny raha 700 Ar amin’ny andavanandro. Naloan’ny solombavambahoaka voafidy tany Ambato Boeny ny saran’ny vaksiny ho an’ny omby 1.000 tonga voalohany. Nampahafantarina tamin’ity fotoana ity koa ny tompon’andraikitry ny fari-piadidiana ny fiompiana efatra any amin’ny distrikan’i Marovoary, Mitsinjo-Soalala, Mahajanga I sy II, sy an’ny fambolena miisa telo.

Randria

News Mada0 partages

Faritra arovana : nihena 40% ny ala potika

Nametrahana fitaovam-pitiliana an’habakabaka any amin’ny faritra arovana enina eto Madagasikara, hanampy ny mpisafo ala. Nanaovana izany ny valan-javaboahary Kirindy-Mite, Tsimanampetsotsa, ny tahirin-javaboahary manokana Andranomena ary ny faritra arovana vaovao Amoron’ny Onilahy, Ankodida ary Ifotaky Avaratra.

Araka ny tatitra navoakan’ny fikambanana iraisam-pirenena miaro ny tontolo iainana, WWF, ny 4 mey teo, nihena 40% ny salanisan’ny fanapotehana ny ala ny taona 2012 hatramin’ny 2016.

Nanatontosa ny tetikasa fanaraha-maso an’habakabaka ny WWF, niara-niombon’antoka tamin’ny Rafitra misahana ny faritra arovana (SAP), ny Aviation sans frontières ary ny Madagascar national park (MNP). Nanomboka ny taona 2006 ny asa, hampihenana ny fanapotehana ny ala, hanentanana ny mponina eny ifotony manodidina ny faritra arovana. Naharesy lahatra azy ireo ny nahitana avy hatrany ny kisarin’ny ala potika, rehefa naseho azy ireo mivantana. Tsapany avy hatrany koa fa anisan’ny tompon’antoka amin’ny fanimbana ny ala mivantana ny mponina eny ifotony, miampy ny olom-bitsy toy ny mpitrandraka tsy ara-dalàna ny ala, ohatra.

Nahatratra 88 ny sidina an’habakabaka natao nanomboka ny taona 2010, tamin’ny faritra arovana miisa 21 eto Madagasikara, ka anisan’izany ny any amin’ny alan’i Ranobe, Mikea ary Zamasy. Mifameno amin’ny fampiasana ny fitaovam-pifandraisana informatika, ny logiciel Lem/smart ny tetikasa fanaraha-maso an’habakabaka. Entina hanaraha-maso ny fanapotehana ny ala sy hamaritana ny fomba hampiharana ny lalàna manan-kery amin’ny tsy fanarahan-dalàna ity fitaovana ity.

Njaka A.

Nidina ho 3.450 ha raha 1.166 ha tany Kirindy-Mite (-66%), lasa 46,3 ha raha 8,46 ha (-81%) tany Tsimanampetsotsa, lasa 142,75 ha raha 53,74 ha (-62%) tany Andranomena, lasa69,31 ha raha 41,03 ha (-40%) tany Amoron’ny Onilahy, lasa 12,16 ha raha 2,72 ha (-77%) tany Ankodida, lasa 100,63 ha raha 51,58 ha (-48%) tany Ifotaky Avaratra.

News Mada0 partages

Joseph Yoland : « Hidina an-dalambe ny vahoaka… « 

« Midina an-dalambe rehefa vonona ny vahoaka malagasy tompom-pahefana. Rehefa tsy mety mihaino ny fitondrana, tsy mainitsy hanao an’izay izahay. Tsy maintsy fehezinay tsara izay mba tsy hisian’ny hoe mamaky trano, toratoraka… Efa betsaka ny dingana natao, fa rehefa tsy henoina: ny vahoaka marary no haneho ny heviny. »

Io no nambaran’ny eo anivon’ny Firaisankina ho fanavotana an’i Madagasikara, Yoland Joseph, teny Andavamamba, ny faran’ny herinandro teo, tamin’ny fivoriambe sy fampahafantarana ny fijoroan’izany vovonana vaovao izany. Misy fikambanana 50 mahery any ho any ao aminy, ary mbola miantso ny hafa: sendikà, antoko…

Tanjona ny fanorenana ifotony

Tsy ny olona hapetraka eo amin’ny fitondrana no tanjona, fa ny fanovana ny rafitra na ny fanorenna ifotony. Tsy hametraka fe-potoana amin’izany izy ireo. Rehefa vonona hiaro ny tanindrazany sy ny tombontsoany ny maro anisa amin’ny vahoaka: lasa… « Tsy maintsy ho tonga amin’ny fakan’ny vahoaka fanapahan-kevitra, rehefa tsy manao ny iraka ampanaovina azy ny fitondrana », hoy izy.

Ny vahoka no fanjakana: tompon’ny fahefana. Ampindramina ny fahefana ihany ny mpitondra. Rehefa tsy manao tamberin’andraikitra amin’ny vahoaka tompom-pahefana ny mpindrana, tsy tokony hitantana ny firenena intsony.

Haka ny fanapahan-kevitra ato ho ato ny vahoaka tompom-pahefana. Tsy maintsy aseho amin’ny alalan’ny fahefam-bahoaka ny fitakiana. Misy miteny hoe andao hidina an-dalambe avy hatrany handamina izany. Tsy tokony hisy olona haratra na maty amin’izany. Tanjona ny fanehoan’ny vahoaka ny fahefana ananany.

R.Nd.

(Tahirin-tsary)

 

News Mada0 partages

KMF/Cnoe : « Mametra ny datim-pifidianana ny Ceni raha tena mahaleo tena »

Efa mandeha izao ny tombontombana momba ny tetiandrom-pifidianana filohan’ny Repoblika, taona 2018. Mametra ny datim-pifidianana ny Ceni raha tena mahaleo tena, araka ny fijerin’ny KMF/Cnoe.

« Mametra ny tetiandrom-pifidianana ny Ceni, raha tena mahaleo tena marina », hoy ny ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix, raha nanontaniana ny amin’ny famaritana ny tetiandrom-pifidianana filohan’ny Repoblika.

Tokony hazava ao amin’ny lalàm-pifidianana anaovana fanatsarana amin’izao fotoana izao koa izay fahazoan’ny Ceni mamaritra ny tetiandrom-pifidianana izay. Miankina amin’ny vola enti-manana koa ny fifidianana. Nefa efa nahazo vola ho amin’izany ny Ceni.

Mamaritra mazava tsara ny lalàmpanorenana fa dimy taona ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika. Tapitra amin’ny 25 janoary 2019 ny fe-potoam-piasan’ny filoha am-perinasa amin’izao.

Azo atao tsara ny manatanteraka fifidianana 60 andro alohan’io. Mbola tafiditra tsara ao amin’ny fe-potoana voafaritry ny lalàm-pifidianana amin’izao fotoana izao izay 60 andro mialoha izay.

Amin’izany, mila mahay manangona sy mikirakira ny voka-pifidianana ny Ceni. Mba hahazoana mamoaka ny voka-pifidianana hiatrehana ny fifidianana filohan’ny Repobika, fihodinana faharoa, amin’ny desambra 2018. Amin’izay, manana filohan’ny Repoblika vaovao i Madagasikara amin’ny janoary 2019.

Andrasana ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana

 

Ny amin’ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana eo anelanelan’izay, efa mikofokofoka sy miketrika izany ny Ceni amin’izao fotoana izao. Efa nisy atrikasa maromaro nanaovan’ny Ceni fakan-kevitra tamin’ireo mpisehatra amin’ny fifidianana, samy nanolotra soso-kevitra hanatsarana ny lalàm-pifidianana. Mba hanaraka ny toetrandro izany ary tsy hisy fifanoherana.

Andrasana ny hivoahan’izay fanatsarana ny lalàm-pifidianana izay. Raha mivoaka izay, ny takina: mila hajaina fa tsy dinganina ny voalazan’ny lalàmpanorenana hoe dimy taona ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika, fa tsy tokony hihoatra an’izay. Miara-tapitra ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika sy ny solombavambavahoaka.

Amin’izany rehetra izany, tsy misy resaka intsony ny amin’ny fifidianam-paritra? Tsy mahagaga raha tsy misy izay hoe fampandrosoana ifotony, indrindra izay fandraisan’ny vahoaka anjara amin’izany araka ny hetahetany.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

AG des maires des grandes villes : de nouvelles résolutions à prendre

La 3e Assemblée générale de l’Association des maires des grandes villes de Madagascar (AGVM) s’est tenue vendredi et samedi derniers à Toamasina, en présence du chef de gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana, et de quelques ministres tels que le ministre en charge des projets présidentiels, Narson Rafidimanana, celui du Tourisme, Roland Ratsiraka, ou encore celui de l’Industrie et du développement

du secteur privé, Chabani Nourdine. L’ordre du jour a été axé sur la validation du règlement intérieur de l’association et les critères de validation de la candidature de nouveaux membres.

 Cette réunion aura permis aux 10 maires des grandes villes de prendre quelques résolutions sur l’amélioration de leurs projets.

« Nous sommes disposés à travailler avec le pouvoir central », a indiqué le président de l’AGVM, Paul Razanakolona. Une collaboration qui se situe particulièrement sur la construction d’infrastructures. De son côté, le maire de Toamasina, Elysée Ratsiraka, a clairement indiqué que « La commune n’est pas un Etat dans un Etat ».

Dans la foulée, les maires projettent de mettre en place la « Maison des maires », qui se trouvera dans la capitale à Andohalo. Il a également été décidé d’augmenter les membres de l’AVGM dont le critère d’adhésion est une cotisation annuelle de 2 millions d’ariary. Il s’agit des maires d’Antalaha, Ambilobe et de Morondava.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Jeux corporatifs – 10 taon’ny CEPA : hankalazaina ny 27 sy 28 mey ho avy izao

Feno 10 taona amin’ity taona 2017 ity ny Centre des écoles pépinières d’Alliance (CEPA); Fikambanana mitaiza ireo ankizy sahirana ara-pivelomana eny amin’ny faritra iva, ary manampy azy ireo hiditra an-tsekoly, tarihin’ny filohany, Sivah Gaston. Tsy avelan’izy ireo handalo fotsiny izany tsingerintaona izany fa hankalazaina ka anisan’izany ny fanomanana “jeux corporatifs”, hatao etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina sy eny Alarobia, ny 27 sy 28 may ho avy izao.

Bras de fer” ny teny entina amin’ity lalao ity. Tsy fiadiana izay ho be sandry fa hilazana fa misy fihaonana ara-panatanjahantena eo amin’ireo andrimpanjakana sy ireo minisitera 32, ary ireo orinasa samy hafa. Taranja enina no hifaninanana :  ny baolina kitra lalaovina olona fito, hatao eny amin’ny kianjan’Alarobia.

Hatao eo Mahamasina kosa ny volley, ny basikety iarahan’ny lahy sy vavy, ny tenisy ambony latabatra ary ny tsipy kanetibe, ho an’olon-telo miaraka. Ny alahady maraina kosa ny hazakazaka manodidina ny farihin’Anosy.

Fanasana manokana

Nasain’ny mpikarakara manokana ny polisy, ny Capsat, ny RM1 sy ny RTS ary ny Zandary. Mba hahafahan’ny rehetra mandray anjara, noferana ho 300.000 Ar ny saran’ny fandraisana anjara. Afaka miantso an’Atoa Rolland, amin’ny laharam-tariby 034 74 591 17, ireo izay liana amin’ity lalao ity. Loka maro sy fahatsiarovana avy amin’ny CEPA no hatolotra ireo mpandresy. Hahazo fankasitrahana manokana ireo mpijery mahay manohana sy miavaka indrindra.

Hatao eny amin’ny ANS Ampefiloha, ny asabotsy 13 mey ho avy izao, manomboka amin’ny 9 ora maraina, ny fivoriana ara-teknika. Mbola azo hatao eny an-toerana ihany koa ny fisoratana anarana ho an’izay tsy nahatontosa izany.

Eo ambany fiahian’ny minisitry ny Fanatanjahantena, Andriamosarisoa Jean Anicet sy ny minisitry ny Fampianarana ambaratonga faharoa, Rabary Paul, ary ny ben’ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra, Ravalomanana Lalao, ity “jeux corporatifs CEPA” ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Kick-boxing – «X-Trême Combat» : fandresena efatra no azon’ny Malagasy

 Tsy mbola mahatohitra ny malagasy ny reonioney, eo amin’ny taranja kick-boxing. Nanehoan’ny Malagasy ny fahaizany mantsy izy ireo, nandritra ny X-trême combat, natao ny asabotsy lasa teo.

 

Fandresena efatra no azon’ny Malagasy, teo amin’ny andiany faharoa amin’ilay “X-trême”, taranja kick-boxing, nifanandrinan’i Madagasikara sy La Réunion. Fihaonana, natao tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny asabotsy lasa teo.

Ravelosata Anita irery ny teo amin’ny vehivavy ary Rakotonirinia Odilon, i Elfazara Fazaraly sy i Heriniaina Jean Christian (Menavolo) kosa ho an’ny lehilahy.

Raha teo amin’ny vokatra, anisan’ny nisongadina indrindra tamin’izany i Odilon, teo amin’ny sokajy K1, – 63, 5 kg. Lavony tamin’ny fanipazana spaonjy, teo amin’ny fihodinana voalohany “1 è round”,  mantsy i Damien.

Teo amin’io sokajin-danja io ihany, tsy naharaka an’i Fazaraly i Emmanuel Pierrault. Nanantombo teo amin’ny tanjaka sy ny herin’ny daka sy ny totohondry nalefany mantsy ilay mpifanandrina taminy. Vokatr’izay, KO  teo amin’ny fihodinana faharoa i Pierrault.

I Giovani kosa no lavon’i Menavolo, teo amin’ny sokajy – 54 kg.

Teo amin’ny vehivavy indray, resin’i Anita  i Nassibou Bomela, ho an’ny sokajy – 52 kg. Ity farany izany, tsy afa-nanoatra tamin’ny fahaizan’i Anita, nampiaraka ny daka sy ny totohondry.

Nifarana izany ity “X-trême combat” andiany faharoa ity, izay nokarakarain’ny klioba Lion Force sy ny Federasiona malagasin’ny kick-boxing. Afa-po, tamin’ny vokatra sy ny fahatsaran’ny fikarakarana, ny tomponandraikitra. Dingana manaraka ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hatao any Brezila, ny volana oktobra ho avy izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tenisy – “Open Cnaps Sport” : norombahin’i Arivony ny 1 tapitrisa Ar

Nahaliana ny rehetra ny famaranana ny “Open Cnaps Sport”, taranja tenisy. Nahitana endri-dalao nahafinaritra ary tena ambony ny lentan’ny fifaninanana. Niady ny famaranana, izay lasan’Andrianafetra Arivony. 

Nikatona tamin’ny fomba ofisialy, omaly alahady teny amin’ny Centre complexe sportif Vontovorona, ny andiany voalohany amin’ny “Open Cnaps Sport”, taranja tenisy. Norombahin’i Arivony, ny fandresena tamin’izany ary nahazoany ny lelavola 1 tapitrisa Ar, loka tamin’izany fifaninanana izany.

Resiny teo amin’ny famaranana, tamin’ny seta 2 no ho 1, Ratsimandresy Andritoavina, teo amin’ny sokajy lehilahy. Niady ny fihaonan’izy mirahalahy ary tena nampitsanga-mitoetra ireo mpijery tonga maro. Efa nitarika tamin’ny seta 1 no ho 0 i Arivony no nosahalain’i Andritoavina, saingy nanantombo teo amin’ny traikefa ananany i Arivony, teo amin’ny seta fahatelo, ka nibatany ny fandresena. Na resy aza i Andritoavina, notoloran’ny mpikarakara 800.000 Ar.

Voahosotra ho tompondaka kosa Radilofe Sariaka, teo amin’ny vehivavy, rehefa nandresy an-dRavoniandro Fitia, tamin’ny seta 2 no ho 1 ihany koa. Mpilalao efa diso mifankahalala tsara izy mirahavavy ireto. Tsy nifampitsitsy fa samy naneho ny fahaizany sy ny talentany avy. Tombony ho an’i Sariaka ny tsy fanariana ny baolina.

Nanambara ho afapo Randriantsalama Manan’Iala, talen’ny informatika, sady mpikarakara ny fifaninanana. “Tanjon’ny fifaninanana ny hisian’ny fampivoarana eo amin’ny mpilalao”,  hoy izy.

Tsiahivina fa ny 19 avrily lasa teo no nanomboka ny fihaonana ary tokony hifarana ny 30 avrily lasa teo, saingy noho ny fandaminana, omaly vao tontosa izany.

Samy maniry ny hitohizan’ny fifaninanana avokoa ny rehetra. Fihaonana manaraka ny lalao ho an’ny isan-tarika.

Torcelin

News Mada0 partages

Rugby – «Top 16 Analamanga» : tsy nety hilalao ny Cosfa sy ny JSTA

Tsy nahasakana ny fanohizan’Analamanga Rugby  ny fanatontosany ny andro faharoa amin’ny fiadiana ny ho tompondaka  ny sazy sy ny antso nataon’ny Malagasy Rugby. Tontosa, omaly alahady, tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena, ny andro faharoa amin’izany fifaninanana izany. Na izany aza, tsy raikitra ny fihaonana tokony ho nikatrohan’ny JSTA Ambondrona sy ny Cosfa (Bebaoty). Efa samy vita akanjo ny roa tonta ary efa hiomana hiakatra ny kianja, saingy nosakanan’ireo tomponandraikitra  ao aminy  tsy hanatanteraka ny fihaonana.

Miandry izay ho tohin’ity raharaha ity indray izany ny rehetra. Ny filohan’ny Analamanga Rugby kosa, nanambara fa mbola misy hatrany ireo mpanakantsakana nefa zon’ny ligy ny mampandeha ny fiadiana ny ho tompondaka.

Tontosa hatramin’ny farany kosa ny lalaon’ny TFMA Ankasina sy ny an’ny Stade olympique de l’Emyrne. Lavon’Ankasina, tamin’ny isa 17 no ho 11 ry zareo  Tapany mena. Resin’ny USA Ankadifotsy, tamin’ny isa 11 no ho 6 kosa ny US Ikopa.

Lalao ara-pirahalahiana kosa ny an’ny  Savony sy ny VTMA Antsalovana, izay  nisolo ny toeran’ny UIRC, tsy afaka niatrika ny lalao ihany koa omaly. Lavon’ny Savony, tamin’ny isa 42 noho 12 ry zareo VTMA.

Hitohy amin’ny alahady ho avy izao  indray ny andro fahatelo amin’ity fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga  ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

“Slalom Yacco” : lasan’i Laza ny fandresena

Tontosa, ny asabotsy sy omaly alahady, teny amin’ny “piste TMF” Ivato, ny dingana faharoa amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, amin’ny “Slalom Yacco”. Nisongadina, Randriamifidimanana Laza, nitondra ny fiara Peugeot 106 DHL, izay nandrombaka ny fandresena tamin’ity.

Izy mantsy no nanana ny fe-potoana tsara indrindra, tamin’ireo fifaninanana roa natao, nandritra ny roa andro nihaonana.

Nifampitady taminy, tamin’ity, i Hugo Louvel izay nitana ny laharana faharoa. Ampaham-tsegondra kely monja mantsy ny nisarahan’izy mirahalahy teo amin’izany. Marihina fa miara-miainga amin’ny “piste” roa “A” sy “B”, mirefy 1, 5 km ny fiara. Natambatra ny fe-potoana vitan’ny tsirairay ka voahosotra ho mpandresy izay manana ny tsara indrindra.

Nanjakan’ny TMF Rally kosa ny teo amin’ny sokajy “4 Roues motrices”. Lasan’izy ireo avokoa mantsy ny telo voalohany ka nahazo ny laharana voalohany i  Hery Be. Toy izany koa ny teo amin’ny Cross Car, izay lasan’ny MSA avokoa.

Torcelin

Slalom

1 – Laza (Asa Tana) – P.106 DHL – (2 mn 49.51 s)

2- Hugo Louvel (FMMSAM) – Citroen C2 – (2 mn 54.01 s)

3- Fred (Asacm) – P.206 – (2 mn 54.91 s)

 

4 Roues motrices

1-Hery Be – (TMF Rally) – Subaru Impreza – (2 mn 44.79 s)

2-Haja Danielson (TMF Rally) – Mitsubishi Evo 7 – (2 mn 45.78 s)

3-Ferre Jacques (TMF Rally) – Mitsubishi Evo 7 – (2 mn 50.57 s)

Cross Car

 

1-Kash (MSA) – 2 mn 59.68 s

2-Joujou (MSA) – 2 mn 45.78 s

3-Veve (MSA) – 2 mn 50.57 s

News Mada0 partages

Kick boxing – X-Treme combat : les tireurs malgaches raflent la mise

Madagascar a encore fait parler de lui avec la compétition de haute volée, samedi dernier, au palais des Sports de Mahamasina. Les combattants réunionnais ont goûté à la sauce lors des quatre combats au menu de la 2e édition de l’X-Treme Combat.

Les Malgaches ont confirmé leur suprématie face aux assaillants réunionnais lors de la 2e édition de l’X-Treme combat de kick boxing couronnée de succès, tant sur le plan technique qu’organisationnel. Les très connus Elfazar Fazaraly, Odilon Rakotonirina, Anita Ravelosata et Heriniaina Jean Chrstian dit Menavolo ont été sous le feu des projecteurs. Aligné chez les 63,5 kg dans la discipline K1, Odilon Rakotonirina a offert le premier exploit malgache grâce à une victoire remportée par KO dès le premier round.

Dans la même catégorie, Elfazar Fazaraly lui a emboîté le pas. Le super bad boy malgache a fait plier Emmanuel Pierrault avec un puissant crochet du droit au second round. « Il y a quelques années, j’admirais Emmanuel Perrault avec mes yeux d’enfant, aujourd’hui je gagne face à lui par KO. C’est une étape de plus dans ma carrière. Un autre rêve qui se réalise », s’est réjoui Fazaraly, l’un des meilleurs espoirs malgaches de la discipline. Notons également la bonne forme de Menavolo chez les 54 kg. Il a été plus expéditif par rapport à Giovanni et  remporte la victoire à l’unanimité des juges.

Chez les dames – 52 kg, technicienne aguerrie, Anita Ravelosata a fait mordre la poussière à Nassibou Bomela et remporte la victoire aux points. Pour ce qui est des duels malgacho-malgaches, le jeune champion du monde malgache, Justin Zafy Mariamo (low kick -54 kg), a été disqualifié pour coups interdits lors de son combat contre Sambatra. Aux dernières nouvelles, ce dernier devrait même subir une opération et a déjà été admis à l’hôpital.

Le retour gagnant de Rasta

(-67 kg) n’est pas passé inaperçu. L’homme a encore toutes les forces pour surpasser ses adversaires et Tovonay en est le témoin. Jonace Yoann Rakotondrabe a pour sa part confirmé sa suprématie face à Joël Randrianjafy. En tout cas, le club Lion Force et la Fédération malgache de kick boxing (FMKBDA) ont offert un spectacle grandiose à rééditer. Et ce, sans parler de la prestation des passionnés de body building et le concours de Men’s physique.

Rojo N.

News Mada0 partages

Slalom – 2e manche : Hery Be, Laza et Hasina en roue libre

Le slalom Yacco Asacm, deuxième manche du championnat de Madagascar de slalom, a rendu son verdict. Chez les 4 roues motrices, Hery Rasoamaromaka alias Hery Be est à la première marche du podium à bord de sa Subaru Impreza. Il a fait un cumul de 2 :44,79 contre 2 :45,78 pour Haja Danieslon (Mitsubishi evo 7) et 2 :50,57 pour Jacques Ferre (Mitsubishi evo 7).

Mickael Rabesaotra (Toyota Celica) et Jacques Andriamanatsarasoa (Subaru Impreza) ont complété le top 5 en signant respectivement un temps de 2 :54, 89 et 3 :22,55. Dans le groupe des 2RM, Laza Randriamifidimanana et sa peugeot 106 DHL demeurent intraitables. Le champion de Madagascar a fait le meilleur temps avec un cumul de 2 :49,41. Il a devancé le jeune Hugo Louvel (Citroën C2) qui a fait un temps de 2 :54,1 contre 2 :54,91 pour Frédéric Rabekoto (Peugeot 206). Chez les pilotes de cross car, Hasina Rakotoarimanana a devancé Jouvelin Razanamparany et Velotiana Rabenanahary.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Tennis – Open Cnaps Sport : Arivony et Sariaka Radilofe au pinacle

Le complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona a été le théâtre de beaux échanges entre les passionnés de la petite balle jaune malgache jusqu’à hier à l’occasion du premier Open Cnaps sport. Un plateau qui mêle visages connus et tennismen en herbe. Le derby final a opposé le jeune champion de Madagascar Andritoavina Ratsimandresy au tennisman chevronné Arivony Andrianafetra.

Ce dernier a mené la danse et remporte le premier set mais la fougue de jeunesse d’ Andritoavina lui a permis d’égaliser. Cependant, l’expérience a primé et Arivony remporte la victoire ainsi que la coquette somme de 1 million d’ariary. Chez les dames, Sariaka Radilofe s’est imposée en vraie reine de bal devant la fameuse Fitia Ravoniandro. La rencontre a été très palpitante car les deux femmes se sont séparées sur le score de 2 sets à 1. Vivement la prochaine édition.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Trail-Utop : les locaux dictent leur loi

De bons moments offerts par les traileurs lors de la 9e édition de l’Ultra trail des ô plateaux qui s’est déroulée le week-end dernier. Au final, ce sont les coureurs locaux qui ont fait parler la poudre dans les distances phares.

Le plaisir de courir pour les uns, la soif de victoire pour les autres. Le trail Utop reste néanmoins, une compétition comme tant d’autres trails. Tout le gratin de la discipline a été présent sur la ligne de départ, que ce soit les étrangers ou les locaux.

Mais au final, seuls les meilleurs ont terminé sur la plus haute marche du podium dans leurs distances respectives. Cette fois-ci, malgré la présence des stars internationales de la discipline, les coureurs malgaches ont tenu bon.

C’était le cas notamment dans la course Ultra trail de 120 km où Jeremy Lavy, récent vainqueur de l’UT4M de Grenoble, a été pris de court par la vivacité des deux traileurs locaux que sont Mahariniavo Rajoelison et William Rasendrason, respectivement premier et deuxième au classement final. Le Français ayant fermé la marche.

Dans les deux autres courses phares de la compétition que sont le semi de 65 km et le trail de 30 km, les grands noms de l’athlétisme malgache ont tenu leur rang à l’image de Jean de la Croix Rakotomalala qui devient le premier champion de Madagascar, deux fois de suite, dans deux distances distinctes après son sacre sur le 65 km. Son premier sacre de l’année dernière était sur les 30 km.

Fulgence Rakotondrasoa a également marqué de son empreinte cette édition 2017 en s’adjugeant la première place sur les 30 km. Un succès qui lui permet de figurer dans les annales, de par sa capacité à s’illustrer sur différentes distances que ce soit sur piste ou sur un parcours.

A l’inverse

Si côté hommes, les traileurs malgaches ont dominé le débat en raflant les premières places dans les trois distances au programme, dans la catégorie féminine, seule Marie Noeline Razafiarisoa a su tirer son épingle du jeu en remportant les 30 km. Sur les 120 km et 65 km, Chloe Coenye et Marie Noelle Bourgeois se sont également illustrées.

Naisa

Classement hommes

120 km :

1- Mahariniavo Rajoelison

2-William Rasendrason

3-Jeremy Lavy

65 km :

1-Jean de la Croix Rakotomalala

2-Faniry Narindra Fitiavana

3-Hajanirina

30 km :

1-Fulgence Rakotondrasoa

2-Rivosoa H. Andrianirina

3-Jean-Baptiste Rakotonirina

Classement dames :

120 km :

1- Chloe Coenye

2- Anjara Sandrine

65 km :

1-Marie Noelle Bourgeois

2-Pucheu Pauline

3-Volatiana Rasoambolanoro

30 km :

1- Marie Noeline Razafiarisoa

2-Marie Natacha Rasoavololona

3-Claudia Ambininjara

 

News Mada0 partages

Basket-N1B : bon début de As Victoire et ECBBA

Bien que loin de leur base, l’As Victoire (Boeny) et l’ECBBA (Analamanga) ne tremblent pas lors du championnat de Madagascar N1B qui bat son plein à Antsiranana. Après deux journées de compétition, les deux formations dominent dans leurs poules respectives grâce à leur parcours sans faute.

Dans le groupe A, ECBBA a battu successivement, FBI (Sava) et l’As Douane (Diana). Elle est talonnée de près par l’As Chicago qui est bien entrée également dans la compétition. Dans la poule B, derrière l’As Victoire, la course aux places qualificatives est très ouverte. Sporting (Diana) CBBAnkarana (Analamanga) et ABBS (Sava) semblent bien parties pour figurer dans les quatre premières places.

Naisa

Résultats de la 1ère journée :

ABBS (Sava) – CBBAnkarana (Analamanga) : 78-69

ECBBA (Analamanga) – FBI (Sava) : 77-72

As Douanes (Diana) – BC Tafaray (Amoron’Imania):20-00

As Victoire (Boeny) – ASE PFOI (Diana) : 77-54

Sporting (Diana) – As Fanalamanga (Alaotra Mangoro) : 100-64

As Chicago (Diana) – BCO (Boeny): 97-53

Résultats de la 2e journée :

As Fanalamanga (Alaotra Mangoro) – ASE PFOI (Diana) 76-65

As Victoire (Boeny) – ABBS (Sava) : 92-75

As Douanes (Diana) – ECBBA (Analamanga) : 82-59

News Mada0 partages

Chronique : au revoir chef

Lorsque j’ai fait la connaissance de Christian Chadefaux, alors rédacteur en chef des toutes jeunes Nouvelles, je me suis retrouvée devant un homme qui ressemblait drôlement au journaliste et écrivain François Cavanna, ce que je n’ai pas pu m’empêcher de lui dire. Je me suis évidemment demandé si ce moustachu connu comme le loup blanc dans le milieu de la presse malgache était aussi irrévérencieux que son sosie ou s’il avait appris à envelopper les mots comme on sait si bien le faire quand on s’exprime en malgache.

Pendant dix-huit mois, jusqu’à son expulsion hors du territoire malgache, j’ai été l’assistante d’un rédacteur en chef que je n’ai jamais trouvé irrévérencieux même quand il ne mâchait pas ses mots, ce qui n’est pas un défaut quand on est journaliste, même et surtout à Madagascar. Mais cinquante années au pays du kabary n’avaient pas rendu son discours consensuel. Il pestait contre le pays et contre les Malgaches avec une verve toute française, cela a pu lui être reproché. S’il se l’autorisait, c’est qu’il estimait faire partie de ce pays, qu’il y travaillait et qu’il n’avait pas envie de le quitter.

J’ai longtemps cru que Christian Chadefaux était zanatany. Quand je lui ai posé la question, il m’a répondu en riant qu’arrivé à Madagascar à l’âge de dix ans, il n’avait pas connu ce lien si particulier qu’entretiennent avec leur « nénène » ceux qui sont nés dans le pays. Il se défendait donc d’appartenir à ce milieu auquel notre société communautariste le rattachait de fait.

L’histoire de Christian Chadefaux à Madagascar se confond avec celle de la presse malgache des quarante dernières années. J’aurais voulu lui demander comment un Français non malgachisant avait réussi le tour de force d’imposer sa présence dans le milieu de la presse pendant les années soixante-dix et quatre-vingts alors que le pays n’était pas particulièrement francophile.  Je ne l’ai pas fait et il est trop tard pour regretter de ne pas avoir osé. Au revoir chef.

 Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : comice agricole, séance du 28 avril (1)

Le Comice agricole s’est réuni samedi dernier, 28 avril, pour discuter le plan de campagne des travaux à exécuter au cours de l’année 1918.

de Laborderie, administrateur chef de la Province et Maire de Tamatave, présidait la séance.

Nombreux sont les travaux dont le projet est présenté par M. l’ingénieur Bernard, le très sympathique chef du service régional des T. P. Nous ne présenterons que ceux, plus importants, pouvant offrir quelque intérêt pour nos lecteurs.

Hangar à la Douane. – Ce hangar-abri serait construit en face du quai d’embarquement à la suite du hangar existant déjà, lequel est devenu insuffisant pour recevoir les marchandises en transit. Adopté à l’unanimité.

Pavillon à la Poste. – Les arrivages et les départs de colis postaux ont pris un tel développement que le service des postes, ne disposant pas de local suffisant pour les recevoir, est obligé de les déposer, au petit bonheur, dans des immeubles voisins appartenant à des particuliers. Il demande donc d’urgence la construction d’un pavillon annexé à la Poste pour pouvoir les loger convenablement.

Lorsque, il y a quelques années à peine, a été construit sur plans venus de Paris le grotesque immeuble que, fort ironiquement, on a baptisé Hôtel des Postes et qu’on n’a même pas su mettre en alignement sur la rue du Commerce, la presse n’a pas hésité à formuler des critiques et à dénoncer cet immeuble comme absolument insuffisant.

En effet, deux ou trois ans après, à force de réclamations de la part du service des Postes, on a procédé à la construction d’une annexe réservée au service des colis postaux. Cette annexe construite en massive maçonnerie et qui, par son esthétique, forme le digne pendant de l’immeuble principal, à peine terminée, n’a pas tardé à se montrer aussi incommode qu’insuffisante. Les trois uniques fenêtres donnant sur la rue, placées presque au ras du sol, ne donnaient ni assez d’air, ni assez de lumière, tout en permettant aux passants de contrôler les opérations qui s’y pratiquaient et au besoin, si l’envie leur en prenait, d’allonger le bras pour s’emparer d’un colis postal.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny kibo noana manome sain-dratsy

Na nisy ihany aza ireo nanome soson-kevitra, tsy mbola niova ny foto-tsakafon’ny Malagasy. Mahavokatra be amin’

ny katsaka sy mangahazo ary ovy isika fa vary ihany ny an’ny Malagasy. Hafa ihany ny mihinam-bary, hoy ny fiteny fandre matetika. Asa na fomba fijery efa tokony hovana izany na tsia fa hatreto aloha, tsy ho anio na rahampitso no ho afaka amin’ny fahazaran’ny Malagasy ny vary. Ny intelo isan’andro aloha dia efa nihena ho indroa fa efa nosoloina zavatra hafa ho an’ny sasany.

Noho izay fahazarana ara-tsakafo izay, maharary ny vahoaka raha misy olana eo amin’ny famatsiana fotsim-bary. Efa mitady hirona any anefa ny fandehan’ny tantara raha ny zava-misy ankehitriny no zohina. Mimenomenona ny maro fa misondro-bidy andro aman’alina ny vary tato ho ato. Saika isan’andro dia misodrotra ny vidin’ny kilao na ny kapoaka. Raha 450 ariary ny kapoaka, ho an’ny karazam-bary sasany, lasa 550 ariary izany ankehitriny. Manodidina ny 100 ariary eo ny fiakarany. Noho izay antony izay indrindra, misy

amin’ny mpivarotra no tsy mametraka intsony ny afisy milaza ny vidim-bary. Antony? Mandreraka fa voatery ovana

isan’andro, hoy ny mpivarotra iray.

Voalaza fa noho ny toetrandro maina ka nahasimba ny voly vary no nahatonga io fiakaram-bidy io. Mahagaga ihany izany. Voalaza ihany koa fa misy mpamongady manafina tahirim-bary. Fika efa taloha sy filma efa nandeha koa raha izany. Toy izany mantsy fomba fanao taloha rehefa te hampiakatra vidin’entana. Alentika mandritra ny fotoana vitsy, rehefa tena mila sy mitady ny olona vao avoaka fa atao

amin’ny vidiny ambony dia ambony.

Fa amin’izao raharaham-pirenena mafampana izao, matahotra ihany koa na ireo mpivarotra aza noho ity fiakaram-bidin’ny vary avy any amin’ny mpamongady izao. Ambaran’izy ireo fa mety hitroatra ny olona ka izy ireo indray no hifoterany na dia tsy avy aminy aza no fototry ny fampiaram-bidy ny voa madinika. Tsy ferana ihany koa fa rehefa noana ny kibo dia miitatra ho azy ny saina.

Volamena fotsy amin’ny Malagasy ny vary ka tokony hojeren’izay tomponandraikitra tandrify izany. Voalaza fa tsy misy ahiana ny famatsiam-bary eo amin’ny tsena anatiny fa na tiana na tsy tiana dia tsy handeha amin’ny tokony ho izy ny zava-drehetra rehefa voakitikitika ny ain-dehibe.

 

News Mada0 partages

Mbola filohan’ny Fizato i Toto Alphonse

Hatreto aloha. Mbola filoha mitantana ny Fikamban’ny zanak’i Toamasina i Toto Alphonse, araka ny nambarany tetsy Andrefan’Ambohijanahary ny faran’ny herinandro teo. Mbola nohamafisiny izany tamin’ny lanonana tetsy amin’ny Carlton Anosy, afakomaly, sy ny teny amin’ny Club Nautique Ivato, omaly. Notanterahina teny an-toerana ny “Tsaboraha maresaka” niarahan’ny Fizato, nifampizarana ny nofon-kena mitam-pihavanana. Vory lanona avokoa ny zanak’i Toamasina tamin’ireo lanonana roa sosona nifampiarahabana noho ny taona vaovao ireo. “Mpisandoka ireo tsy nahafeno ny fepetra maha mpikambana. Taiza izy ireo hatramin’izay tsy hita tamin’ny fampandrosoana ny fikambanana ?”, hoy ny filohan’ny Fizato. Nanteriny sy ireo birao am-perinasa miaraka aminy fa aorian’izao lanonana izao vao hirosoana ny fifidianana ary tsy ho kandidà intsony ny tenany. “Homena ny hafa izany toerana izany satria efa 14 taona nitantanana ny Fizato izahay”, hoy ihany izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Bousculades au gymnase de Toliara : trois morts et seize blessés

Les manifestations organisées par TV Plus dans la ville de Toliara ont tourné au drame pour la seconde fois en l’espace de quatre ans. Les bousculades à la sortie du gymnase de Tsenengea ont fait trois morts et seize blessés, vendredi, après la finale régionale du concours «Kopi Kolé» et de la célébration du 5ème anniversaire de l’antenne de TV Plus à Toliara.

Le drame est survenu une dizaine de minutes après la tombée de rideau du double évènement par une bousculade inexpliquée à la sortie du gymnase, selon les organisateurs. La situation n’a pu être maîtrisée par la suite, provoquant la catastrophe puisque 3 décès ont été enregistrés, en plus des 16 blessés. Premier responsable de l’organisation en tant que directeur régional de la station, le député Siteny Randrianasoloniaiko a réagi en accusant des perturbateurs à l’origine de l’accident. Il a révélé de ce fait l’existence de blessures par objets tranchants ou pointus constatées sur les défunts pour étayer ses hypothèses.

Des zones d’ombre.

Il a donc affirmé qu’il y a eu homicide volontaire et exige que des investigations plus approfondies soient menées pour élucider l’affaire en révélant la présence d’une bande qui a perturbé l’évènement en diffusant du gaz lacrymogène au moyen de bombe «big boss» durant l’évènement. Les proches des victimes ont aussi réclamé la transparence pour respecter leurs droits dans ce drame qui semble être une transposition de celui ayant endeuillé la célébration du premier anniversaire du même établissement en 2013. Trois personnes sont également décédées lors de cette manifestation, suite à l’écroulement de la tribune. Le député Siteny Randrianasoloniaiko a toutefois fait remarquer qu’une telle situation est prévisible en organisant des manifestations dans la ville de Toliara où la population aime fêter.

Aucun suspect n’a encore été arrêté mais l’enquête suit déjà son cours. Huit des seize blessés ont pu, par contre, rejoindre leurs domiciles respectifs après avoir reçu les soins nécessaires. Les organisateurs, qui ont présenté leurs condoléances aux familles éplorées, ont pris en charge les funérailles et les frais de soins des blessés.

Manou

 

News Mada0 partages

Protection sociale : les syndicalistes en formation

Bon nombre de travailleurs ne disposent suffisamment pas de connaissances sur leurs droits sociaux. «Des entreprises profitent de la situation et continuent de bafouer les droits sociaux de leurs employés qui, par peur de perdre leur emploi, n’osent réclamer ce qui est de leurs droits. Toutes ces réalités sont encore d’actualités dans le monde du travail», a souligné le conseiller spécial du directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps), Rakotomanana, lors d’une formation sur la vulgarisation de la Protection sociale des représentants des travailleurs au sein des entreprises privées, des collectivités décentralisées et des contractuels, qui s’est déroulée la semaine dernière à Ampefiloha.

Ladite formation a été organisée à l’intention d’une centaine de personnes, composées de travailleurs, d’employeurs et de syndicalistes. Les participants se sont engagés à partager leurs acquis et de devenir des ambassadeurs de la Cnaps auprès de leurs lieux de travail respectifs, en concrétisant le concept de la Caisse qui est de faire de  la protection sociale une affaire de tous. Le conseiller spécial du DG de la Cnaps n’a pas manqué d’inciter les employeurs à respecter leur part de responsabilité dans la promotion de la protection sociale des travailleurs, qui permet également d’optimiser les productivités.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Analamanga : développement par le 3P à Ambohipihaonana

Le Partenariat public-privé porte ses fruits dans le district d’ Ambohidratrimo où la commune rurale d’Ambohipihaonana se dote d’infrastructures d’ adduction d’eau potable, grâce au groupe «Financement sans frontières».

Six des onze fokontany de la commune rurale d’ Ambohipihaonana vont bénéficier désormais de l’eau potable. Le groupe Financement sans frontières a pris en charge le financement des travaux d’un montant approximatif de 300 millions d’ariary contre le traditionnel apport bénéficiaire de 10% de la commune. Vingt et quatre bornes-fontaines publiques sont prévues dans ce projet touchant particulièrement la partie sud de la circonscription, d’ après les explications du maire Jean-Marie Eusèbe Rafalimanana.

Les travaux doivent débuter dans le courant de ce mois pour une durée de 60 jours, selon le programme établi. Plus de 2.700 personnes jouiront des retombées de ce partenariat contracté par le maire de la localité. La commune a priorisé l’adduction d’eau potable dans ce financement pour protéger la santé publique en évitant les risques de maladies dues à l’utilisation des eaux insalubres des rizières et marigots, selon le maire.

Fortes potentialités agricoles.

Le faible taux de pression fiscale dans la circonscription freine le développement de la commune d’ Ambohipihaonana située à plus d’une quarantaine de kilomètres du chef-lieu du district, a toutefois avoué le maire Jean-Marie Eusèbe Rafalimanana. «S’acquitter de ses taxes et impôts n’a jamais été dans l’habitude des contribuables de cette commune et nous les sensibilisons dans cette responsabilité citoyenne actuellement en leur expliquant la nécessité de cette action », selon ce maire prêt à relever le défi. Sa production annuelle d’oignons et d’ails allant jusqu’ à 20.000 tonnes conforte les potentialités économique de la commune rurale d’Ambohipihaonana malgré son enclavement.

Manou

 

News Mada0 partages

Concert : Koloina et Mamina au Casino de Paris

Leurs pas vont franchir le star-system. Sortis victorieux de l’émission de télé-crochet «Feo tokana, gitara iray», Koloina et Mamina partageront la scène avec Erick Manana à l’occasion des 40 ans de scène de ce chanteur légendaire, ce vendredi, au Casino de Paris.

Partager l’affiche avec Erick Manana, Dama, Regis Givazo ou encore Bodo est loin d’être anodin, surtout quand cela a lieu au Casino de Paris.  Soucieux de la promotion des jeunes pousses sous-médiatisées, mais qui méritent d’être connues et reconnues de par leurs talents, Erick Manana a lancé, il y a quelques mois, le concours d’écriture musicale «Feo tokana, gitara iray» avec une chaîne privée de la capitale.

« Cela fait maintenant 40 ans que je partage ma passion pour la musique de part et d’autre des horizons. A présent, je souhaite vivement apporter ma part de pierre à la jeunesse malgache et aux artistes qui n’ont pas le moyen de faire valoir leur talents et savoir- faire », avait-il dit.

 Au summum de leur surprise, Koloina a remporté haut la main le «premier prix» tandis que Mamina, le «coup de cœur». Hier après-midi, ils ont quitté le tarmac de l’aéroport Ivato pour un séjour à l’Hexagone et vont surtout s’en donner à cœur joie sur scène avec l’interprète de «Tambazako» et les artistes mentionnés supra.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

L’amour de loin : l’opéra des temps modernes se découvre à l’IFM

L’opéra fraîchement intitulé «L’amour de loin» a été projeté en différé depuis Metropolitan Opera de New York, samedi dernier, à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely.

Composé par la Finlandaise Kaija Saariaho, sur un livret d’Amin Maalouf et mis en scène par Robert Lepage, cet opéra raconte l’histoire d’un troubadour, épris d’amour pour une femme qu’il n’a jamais vue, dont les charmes et qualités lui ont été rapportées par un pèlerin, et il semble que le sentiment est réciproque . «Le prince de Blaye, Jaufré Rudel, rêve désespérément d’un amour lointain. Un pèlerin lui conte la beauté de Clémence qui, séduite par cet étrange et distinct amant, se met à rêver de Jaufré en retour», résume l’auteur.

En 5 actes,  Kaija Saariaho tisse une partition enchanteresse et entêtante pour cet opéra. En proposant un riche répertoire musical et poétique, «L’amour de loin» use également de la technologie comme  les lumières Led pour planter le décor. Bien que l’âge d’or de l’opéra remonte à bien des années, ce chef-d’œuvre a prouvé que le 4e art vit et évolue au fil des ans.

 «Les opéras du Metropolitain» de New York est accessible dans plus de 60 pays du globe, mais Madagascar est l’ un des 3 seuls pays d’Afrique à avoir eu le privilège de la retransmission HD en différé de ces événements d’envergure, s’est réjoui José Bronfman, président de Madagascar Mozarteum.

Joachin Michaël

Le calendrier annuel a été établi :

– « Nabucco » de Giuseppe Verdi, le 9 juillet

 – « Roméo et Juliette » de Charles Gounod, le 30 septembre

– « La Traviata » de Giuseppe Verdi, le 28 octobre

– « Idomeneo » de Wolfgang Amadeus Mozart, le 2 décembre

News Mada0 partages

Kabôsy Spirit au CGM : un vibrant hommage à Jean Emilien

Le groupe Kabôsy Spirit a signé son retour dans la capitale à l’occasion d’un concert qui s’est tenu samedi dernier au CGM Analakely, en hommage au regretté Jean Emilien.

Tout de blanc vêtus, tenue brodée d’un «Aloalo» comme pour mettre en valeur la culture typiquement malgache, le groupe fianarois  Kabôsy Spirit a invité le public du CGM à se délecter du folklore des mélodies spécifiques de la région Haute Matsiatra. La six cordes, plus précisément le Kabôsy, a donc fait résonner la salle et avec laquelle Kabôsy Spirit a marié instruments modernes pour aboutir à un nouveau style  éponyme.

«Namako», «Asio resaka», «Bekamo», «Ontsa», «Ny any aminay any»… le quintet enchaînee les titres, juste après une brève introduction au public. «L’année dernière, Jean Emilien nous a fait l’honneur de présenter le groupe sur cette même scène. Et aujourd’hui, il n’est que justice de rendre hommage à celui qui a été un véritable monument de la musique malgache durant près de quarante ans», lance Mbity sur scène, s’accordant une minute de silence à ce champion du monde de l’harmonica qui a déposé définitivement son instrument de prédilection le 5 avril dernier.

Entre tradition et modernité, la bande à Fefy et  Ratax a proposé un voyage musical à travers les rythmes, allant du horija betsileo à l’a cappella et à la world music. Tandis qu’Ibemaso co a entretemps investi la scène pour changer un peu le décor.

Un esprit particulier

Unis par cette passion intarissable pour la culture musicale Betsileo, mais également et surtout par le sang, Mbity et Doda ont monté, il y a quelques années Kabôsy Spirit pour apporter un regard neuf et un ton original dans le milieu de la musique malgache. Après 15 ans de carrière, le duo fraternel accompagné de ses musiciens a sorti l’année dernière son nouvel opus intitulé «Tonga mamangy» qui se traduit en d’autres termes par «Rendre visite».

«Bien plus qu’un simple instrument de musique, le kabôsy dispose d’un esprit particulier qui dégage de l’énergie. Mais lorsque cette énergie spirituelle du kabôsy fusionne avec d’autres instruments universels, elle accouche d’une nouvelle forme de musique. C’est justement cette confrontation tradition-modernité que nous essayons de véhiculer constamment», confie Doda en coulisse.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : la hiérarchie respectée

La logique est respectée  au championnat d’Analamanga de volley-ball. Lors de la 6e journée qui s’est déroulée le week-end dernier à Mahamasina, les équipes favorites ont tenu leur rang. En première division masculine, Asi, Cosfa et GNVB sont rentrées avec une victoire en poche. Par la même occasion, l’équipe de la gendarmerie a pris le large d’autant que VBCD, deuxième au classement, était au repos.

Chez les dames de l’élite, les trois gagnantes ne sont autres que le numéro un de la catégorie, VBCD1, qui a pris la mesure de JMVB dans un match piège bien qu’elle ait laissé un set en route, Bi’AS vainqueur de l’affiche qui l’a opposée à l’Asi et AMVB, deuxième au classement, victorieuse de sa rencontre face à l’Asi2. Ainsi, VBCD1 continue son parcours sans faute dans cette compétition tandis que Bi’As redresse petit à petit la barre après un début de saison mitigé.

Naisa

Résultats de la 6e journée :

1ère division masculine :

Asi-Voara : 3-2 (25-14/ 21-25/ 21-25/ 27-25/ 15-13)

Cosfa-JSA : 3-1 (22-25/ 25-14/ 25-19/27-24)

GNVB-MVBC : 3-0 (25-11/ 25-11/ 25-14)

CSA-RVB : 3-1 (13-25/ 25-18/ 25-21/ 25-15)

1ère division féminine :

VBCD2-ASSM : 3-0 (25-23/ 25-08/ 25-18)

Bi’As-Asi : 3-0 (25-16/ 25-10/ 25-19)

Afa-Voara : 3-0 (25-12/ 25-08/ 25-17)

VBCD1-JMVB : 3-1(25-20/ 28-26/ 22-25/ 25-22)

AMVB-Asi1 : 3-1(25-18/ 20-25/ 25-22/ 25-09)

News Mada0 partages

Natation : le Défi froid couronné de succès

Le complexe militaire sportif de Betongolo a été bondé, samedi dernier, à l’occasion du Challenge Cosfa natation défi froid. Une ambiance chaleureuse qui promet une belle saison hivernale pour les nageurs et nageuses de la capitale. Outre les animations (natation synchronisée et danses des nageurs du Cosfa, enveloppes surprises, buffet de levée de fonds), des courses de 66 m et des courses en relais très acharnées ont été à l’affiche.

Rien de mieux pour marquer la fin de la saison et le début d’une longue période hivernale pour les passionnés qui en redemandent. La compétition fut une parfaite mise en jambe en vue des divers championnats (section, ligue, national). Pour rappel, les nageurs ont été divisés en deux catégories. Les handisports et les amateurs ont été regroupés dans un tableau. Les licenciés, les gendarmes ainsi que les représentants d’entreprise ont été rassemblés dans un autre.

Rojo N.

 

Orange Madagascar0 partages

Star réitère son soutien à l’opération Smile

Le groupe Star réitère son soutien pour la réalisation de la 15e mission de l’Opération Smile à Madagascar. Près de 1600 bouteilles d’eau de source et de boissons gazeuses seront offertes dans le cadre de cette opération qui se déroule à Antsirabe depuis le 05 au 12 mai 2017.

L’Opération Smile a été initiée par William Magee et Kathleen son épouse en 1982. Depuis 2007, la mission est présente à Madagascar et près de 2000 personnes ont été prises en charge, notamment les enfants présentant des fentes labiales, des fentes palatines et autres malformations. Depuis ces débuts, le Groupe Star a toujours été aux côtés des bénévoles de cette organisation caritative. À Madagascar, les bénévoles ont effectué des missions à Antananarivo, Antsirabe et Toamasina.

Faut-il souligner que l’Opération Smile, constituée de milliers de bénévoles médicaux accrédités est présente dans plus de 60 pays, dont Madagascar. La dernière mission Opération Smile organisée en septembre 2016, toujours à Antsirabe, avait permis le dépistage 330 patient. 154 chirurgies avaient ainsi été pratiquées durant cette opération. Pour cette 15e édition, l’objectif serait de pouvoir traiter au moins 150 patients.

En tant qu’entreprise citoyenne, le Groupe Star renouvèle dans la foulée, son soutien à l’Opération Smile afin d’apporter sa contribution à l’amélioration de la vie de la population. Cette action s’inscrit dans l’axe santé des actions citoyennes que le Groupe Star effectue chaque année.

« Soutenir l’Opération SMILE est pour nous une action presque évidente. C’est dans un souci de pérenniser les aides déjà faites dans ce cadre durant les années précédentes que nous renouvelons notre partenariat » conclu José Andriamboavonjy, Directeur de l’Agence Star Antsirabe et représentant du Groupe STAR lors de la cérémonie de donation.

Faly R.

Tia Tanindranaza0 partages

Banky Foiben’i Madagasikara Nampiakatra ho 9% ny «taux directeur»

Zava-misy mivantana iainan’ny fiaraha-monina ankehitriny ny fidangan’ny vidim-piainana vokatr’ity tsy fahamarinam-pototry ny Ariary ity eto Madagasikara, araka ny fanampim-panazavany.

Nangonin-dRamano F

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanFarany vao manisy ventiny

Miarahaba anao Rahalahy Jean ! Mahafinaritra aloha rehefa manao ezaka e ! Fanontaniana manitikitika ihany ny ahy ity aloha ; firy isan-jatonay moa izao no mahatakatra sy mahita ary mahay mikirakira io sehatra asainareo hidiranay io ?

 Efa fantatrareo tsara anie fa nodontoina faran’izay zokiny izahay teto e ! Angaha io fanenjehana ny rivotry ny tandrefana io no anaovana herim-boatay a ! Sao dia mba efa tsy eto ambonin’ny tany intsony ary ianareo izany ? Izy ity tokoa ary aloha sao mba propavandy mialoha ny fotoana. Eo ianareo vao mody farany vao manisy ventiny eo ! Mody atao tandrametaka daholo izay tsy tontosa dia na ny 5% aminay fotsiny aza no mahita azy dia ahafahana miala bala indray hoe efa nanao izahay e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Hirefotra sa hitsefotra ?

Hirefotra sa hitsefotra ? Io indray no fanontanian’ny mpanara-baovao mikasika ny zava-misy eny amin’ny antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza amin’izao fotoana izao.

 Ny resaka fitsipaham-pitokisana ny governemanta no tian-kambara eto izay mbola baraingo amin’ny besinimaro hoe ho tanteraka ve sa dia hitsefotra toy izay efa niseho hatramin’izay. Miezaka mamono ny afo amin’ny fomba rehetra ny eo anivon’ny fitondrana, izay efa malaza amin’ny resaka fizaram-bola na malety hoenti-manambitamby ny solombavambahoaka tsy hanaiky ny resaka fitsipaham-pitokisana ny governemanta, izay efa hitam-poko hitam-pirenena fa tsy mahavita azy. Raha resaka kolikoly sy afera maloto, dia tena malaza sy tsy resy mihitsy ary anisan’ny voatonona matetika ao anatin’izany ny lehibeny, dia ny praiminisitra. Dia samy miandry ny rehetra hoe hiseho indray ve ny mikimaky na dia efa miseholany sy mitombo andro aman’alina aza ny tsy fankasitrahana ny mpitondra ankehitriny ? Hisy indray ve ny famotsiana ny efa hita fa mainty, ka ho jamban’ny vola aman-karena indray ireo solombavambahoakantsika, ka hivarotra ny feon’ny fieritreretana, ary hanapin-tsofina amin’ny kiakiakan’ny vahoaka efa torovan’ny fahantrana sy tofoky ny fanjakan-jiolahy ?

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pasitera Lanto Rabeharivelojaona“Mpitondra tena Kristianina no ilaintsika.”

Mitohy maneho ny heviny hatrany mikasika ny fahitany ny raharaham-pirenena, ny pasitera Lanto Rabeharivelojaona, mivondrona ao anatin’ireo mpanao politika mitaky ny hisian’ny fanorenana ifotony eto amin’ny firenena.

 Raha ny fanazavany dia tokony hanao politika ny mpitondra satria hita ao anatin’ny tenin’ny soratra masina (I Kor 12:28) fa tena baikon’Andriamanitra mihitsy amin’ny kristianina ny fitondrana fanjakana. Ny fanahy no olona, hoy ny fahendrena Malagasy, ary mitombina amin’ny Kristianina izany, raha ny fiheverany. Tsy toe-tsaina no ilaina ovana fa toe-panahy satria adin’ny fanahy ratsy sy fanahy tsara no misy. Na efa nomena an’i Jesoa Kristy aza, hoy izy, ny fahefana rehetra dia mbola midongy foana io fanahy ratsy ary izany no mahatonga ny raharaham-pirenena ho toy izao. Mila mpitondra tena kristianina isika, izany hoe, nandray an’i Jesoa Kristy ka manana fanahy masina raha te hivoaka, hoy ny fanazavany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fram ao AmparafaravolaMahatsiaro ataon’ny filoham-pirenena ankilabao

Voatery mikambana ny lisea sy ny CEG noho ny tsy fahampian’ny efitrano fianarana ao amin’ny kaominina Amparafaravola.

                                                                               Niry A

 

 

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MOROMBE : Roa lahy mpandroaka sarety novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Nandroaka sarety avy nanatitra entana izy ireo no nifanehitra tamina andian-jiolahy teny an-dalana rehefa nitodi-doha hiverina hody. Andian-jiolahy maro nirongo basy sy zava-maranitra no avy hatrany dia nanao be fiavy sy nanakana ireto lasibatra. Ny an’ireto farany tanam-polo no mbola tratran’ny be noho ny vitsy ihany koa ka tsy afaka nanao na inona na inona.

Anisany tena notetehin’ireo olon-dratsy tamin’io ny vola teny amin’izy roa lahy miampy ny ombin-tsaretiny. Na izany aza anefa dia niezaka nanohitra an’ireto jiolahy hatramin’ny farany ihany izy roa lahy, ka teo no nahatonga ny habibiana. Nanaovan’ireo olon-dratsy tambabe izy roa lahy, rehefa lavo tamin’ny tany tsy nahatsiaro sy tsy afaka nanohitra intsony ka notrobatrobaran’ireo olon-dratsy ny zava-maranitra ny kibony. Maty tsy tra-drano ireto farany, najifa avokoa ny zavatra rehetra teny aminy niaraka tamin’ny ombin-tsarety.

Tamina toera-mangina somary mihataka ny tanàna no nanaovan’ireo jiolahy io asa ratsy. Olona sendra nandalo avy eo no nahita ny razana nihosin-drà teo amoron-dalana. Izy ireo no niantso ny manodidina, nampandrenesina niaraka tamin’izay ihany koa ny Zandary. Voalaza fa mandry andriran’antsy tanteraka ny mponina any an-toerana manoloana ny tsy fandriam-pahalemana miseho lany izay matetika no arahina vono olona mahatsiravina tahaka izao.

Nisy ny fikarohana natao saingy mbola tsy fantatra ireo nahavanon-doza hatreto.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARAFANGANA : Ampanjaka voalaza ho namaky trano maty niharan’ny fitsaram-bahoaka

Tsy mifidy izay hanaovana fitsaram-bahoaka intsony ny olona fa na mpitandro filaminana na ireo heverina ho olona manana ny hasiny ao an-tanàna dia lasibatra vao mamofompofona ho nanao ratsy fotsiny.

Tany Evato ao anatin’ny Distrikan’i Farafangana iny dia ny Ampanjaka tao an-tanana no norotahin’ny olona. Vono sy daroka tsy nifankahitana no nihatra tamin’ity farany ka nitarika ny fahafatesany. Afak’omaly antoandro no nisehoan’ity korontana ity tany an-toerana. Araka ny loharanom-baovao voaray dia voarohirohy tamina vaky trano niseho tao an-tanàna izy io, ka izay no nampirehitra ny hatezeran’ny olona taminy.Herinandro vitsy teo izay no nisy nanafika ny Ben’ny tanànan’i Vohilengo mbola ao anatin’ity Distrika ity hatrany. Entana maro isan-karazany no very tamin’io niaraka tamin’ny vola.

Rehefa nanao ny fikarohana ireo olon-dratsy sy ny nahavanon-doza ny mpitandro filaminana dia isan’ny iray tamin’ireo voasambotra ny zanakalahin’ity Ampanjaka ity. Nisy tamin’ireo fokonolona teo amin’ny manodidina anefa no nanambara mazava fa nahita ihany koa ny rainy nandray anjara nandritra ilay fandrobana kanefa tsy nosamborin’ny Zandary ity farany.

Io no nampirehitra ny hatezeran’ny olona, ka nalainy an-keriny tany amin’izay toerana nisy azy ilay Ampanjaka ary io maty novonoina niharan’ny fitsaram-bahoaka io no niafarany. Araka ny loharanom-baovao voaray hatrany dia Ampanjaka vao nandray toerana nisolo ny teo alohany ity namoy ny ainy ity no sady voalaza ho rahalahina mpanao politika goavana avy any amin’iny faritra iny. Voalaza fa tsy manaiky mora foana manoloana ity trangan-javatra niseho ity ireo fianakaviany.

Ny fokonolona kosa anefa ankilan’izay milaza fa tsy handefitra amin’ny fisian’ireo mpanao ratsy fa hanao ny fisamborana hatrany hatrany na iza na iza. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA ANJIAJIA : Miverina manafika sy mandrahona ny iray tanàna ny dahalo

Ny alahady teo dia tonga nanafika tao amin’ny Fokontany Betanana ireo dahalo 50 mahery, ka omby miisa 70 no lasan’izy ireo. Niezaka nanara-dia ihany ireo vahoaka sy ny Zandary, ka tafaverina ihany ireo omby 70.

Tsy mora anefa ny fakàna ireo omby ireo teny am-pelatanan’ireo malaso fa nisy ny fifandonana mahery vaika. Maro ireo vahoaka no naratra mafy vokatry ny fifandonana, ka ramatoabe iray no voakapakapa tamin’ny fibara teo amin’ny lohany. Nilaza ireo dahalo ireo rehefa tsy nahazo ny zavatra tiany halaina fa mbola hiverina izy ireo, ka ao an-tamponànan’Anjiajia indray no toerana hotafihin’izy ireo Niakatra taty Mahajanga ireo vahoaka sy ny Ben’ny tanàna nitondra ny tatitra mikasika io fanafihan-dahalo io, ka sarotra ho azy ireo ny hiverina any an-toerana raha tsy misy ny fandraisana andraikitra ataon’ny Fanjakana. Voarahona ireo Ben’ny tanàna sy ny Lehiben’ny Fokontany, hatramin’ny Lehiben’ny Zandary ao Anjiajia aza dia matahotra vokatra io fandrahonana io.

Raha ny fampitam-baovao voaray dia tsy mifanara-tsaina ny Lehiben’ny Boriborintany sy ny Lehiben’ny mpiandry ny tobin’ny Zandary, ka izay koa no antony iray mahatonga ny firongatry ny asan-dahalo satria ity farany no ambadik’ireo malaso amin’ny fanafihana. Nahitana basy very nandritra ny fahafatesan’ireo Zandary roa ireo, ka raha ny filazan’ireo vahoaka ao dia efa voarain’ireo dahalo io fitaovana io ary entin’izy ireo manohy ny asa ratsiny.

Nangataka ireo vahoaka sy ny Ben’ny tanàna mba hidina hampandry tany ao Anjiajia ny miaramila ary nanamafy izy ireo fa vonona ny hamatsy sakafo ireo mpitandro filaminana mandritra ny fotoana hijanonan’izy ireo any an-toerana. Fokontany 11 no mandrafitra ny Kaominina Anjiajia, ka vina ireo vahoaka ny hisian’ny miaramila roa isaky ny Fokontany.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA TOAMASINA RENIVOHITRA : Mpiasa sivy nahazo ny mariboninahi-pirenena

Mpiasa sivy no indray nakarina eo amin’ny laharana “Officier de l”Ordre National” ; lanonana izay nifanindran-dalana tamin’ny fampiantranoana ny fivoriamben’ireo Ben’ny tanàna, mivondrona ao anatin’ny fikambanana “ AMGVM”.

Tafiditra ao anatin’ny politika ankapobeny entin’ny Ben’ny tanàna, Elysée Ratsiraka rahateo ny fijerena ny mahaolona sy ny fitsinjovana ireo nahavita be tamin’ny asany, ka mendrika ny homena ny mariboninahi-pirenena toy izao.

Nampirisika ireo mpiasa hanao ny asany an-tsakany sy an-davany ny fa “ny soa atao tokoa no ilevenam-bola”, hoy ny Ben’ny tanàna raha niarahaba ireto mpiasa nisondro-boninahitra ireto.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

FIFAMOIVOIZANA AO MAHAJANGA : Manembantsembana ny mpampiasa lalana ny sarety

Raha ny tokony ho izy dia ny maraina be ny sarety mitondra entana no manatona ny tanàna ary mijanona eo amin’ny garan-tsarety. Samy misy garan-tsarety na eo amin’ny fidirana amin’ny Sotema amin’iny lalam-pirenena Fahefatra iny, na eo Amboaboaka raha avy any avaratra, amin’ny lalana avy any Ampitolova sy Ampazony iny. 

Matetika dia mitatitra vokatra sy entana amidy avy any ambanivohitra izy ireo. Tsy izany ihany anefa no sahanin’ireto sarety fa mitatitra hazo koa, izay matetika hazo voarara sy ilàna taratasy toy ny honko sy ny voamboana. Tsy sakanan’ny Polisy mantsy ireo hazo tsy manara-dalàna taterin’ireo sarety satria tsy afaka giazana izy ireo. Avelan’ny tompony eo amin’ny toerana isakanan’ny Polisy azy dia tsy miverina izy raha tsy alina ka lasa ny Polisy indray no sahirana.

Tsy ireo hazo voarara ihany anefa no ampiasan’ny olona ny sarety fa ny fifindran-trano koa. Izany indray dia atao amin’ny antoandro mahabetsaka ny fifamoivoizana ka zary mampikatso ny fifamoivoizana.

Efa nisy ny fepetra noraisin’ny Kaominina amin’ny posy bisikileta sy ny sarety tarihin-tanana saingy mbola tsy misy kosa fepetra ho an’ny sarety sy ny posiposy hatramin’izao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TOEKARENA : Mitentina 340 miliara Ariary ny fatiantok’i Madagasikara raha ny fanadihadiana natao

Efa nandritra ny telovolana voalohany tamin’ity taona 2017 ity izay no tsapa fa mandalo fotoan-tsarotra ara-bola ny Firenena satria dia toa ny vola mivoaka no betsaka noho ny miditra.

Tsy mahahenika ny amin’ny fitantanam-bolam-panjakanana akory aza ireo vola miditra ka lasa nanjary niteraka fatiantoka indray izany tato ho ato. Nanamafy manoloana ny zava-misy ny governora Rasolofondraibe Alain Hervé fa «  mitentina hatrany amin’ny 340 miliara Ariary any ho any ny fatiantoka iainan’ny Firenena tao anatiny telo volana izay raha toa ka 177 miliara Ariary izany tamin’ny taon-dasa  ».

Anisan’ny tsy maintsy hampiakatra ny tahan’ny fahantrana  eto Madagasikara hatranyizany raha ny fandehany ny zava-misy rehetra ankehitriny no dinihana. Manoloana ny zava-mitranga rehetra misy eto amin’ny Firenena dia tokony hatsapa tena hametra-pialana mihitsy ireo Mpitondra raha toa ka tsy mahavaha olana intsony satria dia tsy mitsahatra miha mitotongana ny fari-piainan’ny vahoaka malagasy ankehitriny.

Raha ny fanazavana voaray mantsy dia mety hiafara amin’ny fahapotehan’ny toekarem-pirenena io fatiantoka goavana tsy misy fitsaharany io raha tsy hanaovana fanarenana haingana dia haingana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIZAHANANY : Niampy iray ny trano fandraisam-bahiny lehibe eto Mahajanga

 Ao Grand pavois no misy ity trano fandraisam-bahiny raitra dia raitra ity. Misy efitrano fandriana sy trano fisakafoanana ry dobo filomanosana ao, ankoatra ireo fotodrafitrasa manintona mpizaha tany maro. Misy “bungalows” miisa 3 ao, “villas” miisa 5, efitrano ho an’olondroa miisa 10. Ny trano fisakafoanana kosa dia mahazaka olona hatramin’ny olona 150. Ankoatra ny dobo filomanosana dia maro kosa ireo fialam-boly ao toy ny “billards”, “ping- pong”, “baby foot”… 

Misy ihany koa filalaovana ho an’ny ankizy. Anisan’ny tsara indrindra eto Mahajanga ity fotodrafitrasa fandraisam-bahiny vaovao ity. Efa nisokatra elaela ihany izy io, tamin’ny fialan-tsasatra lehibe tamin’ny herintaona fa ny sabotsy teo vao notokanana. Nanatrika izany ny Lehiben’ny Faritra sy ireo olo-manan-kaja maro eto Mahajanga ary ny fianakaviamben’ny fizahantany eto Mahajanga sy ny tompon’andraikitra any Antananarivo. Fety be kosa no nanamarihana ny fanokanana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA AN-TANAN-DEHIBE : Nidrikina tsy mety hiala ireo mpandeha tamin’ny zotra 109

Afak’omaly, tamin’ ny 7 ora hariva dia taksibe zotra faha-109 avy any Antanandrano no nanala ny mpandeha teo Ankazomanga. Niziriziry ilay mpamily sy ny mpanampy azy fa eo no farany raha nefa mbola tokony ho tonga any Anosy izany.

 Niaka-pofona ireo mpandeha ka tsy nety nivoaka tao anatin’ ilay fiara fitateram- bahoaka ary dia nifampiziriziry teo ny roa tonta. Naneho firaisan-kina, araka izany, ireo mpandeha ary niantso avy hatrany ny tompon’ andraikitra eo anivon’ny kaoperativa fitaterana an-drenivohitra. 

Nanazava ireo tompon’andraikitra fa manana zo tsy hiala ireo mpandeha raha tsy any amin’ny faran’ny toeram-piantsonana. Mbola maro ny mpitatitra no tsy manaja ny bokin’ andraikitra fa manao izay tiany hatao. Anisan’ny zotra mampitaraina ireo mpandefa fiara fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra ny zotra faha-109 sy 103, zotra B. Maro amin’ireo taksibe no tsy manara-dalàna, fa tsy mitandro ny fahasahiranan’ny mpandeha fa manararotra tsotra izao. Mare ireo tsy milaza mialoha ny amin’ny mety ho fiafaran’ny diany fa mampiditra olona fotsiny nefa avy eo dia ariana eny amin’ny toerana tsy tokony hialana ny mpandeha.

Pounie

La Vérité0 partages

Tennis - Présidence fédération nationale - Un deuxième candidat se manifeste

Andriantsalama Manan’Iala. C’est le second candidat qui s’est manifesté pour la présidence de la Fédération malagasy de tennis (Fmt) dont l’élection se tiendra le 29 mai prochain. Avant lui, Stéphan Rakotondrainibe a été le premier à déclarer sa candidature afin de prendre de nouveau les rênes de la petite balle jaune malagasy, après l’avoir été en 2012.

Jusqu’à ce jour, Tsialiva Rajaobelina, l’actuel président de la fédération, n’a encore pipé mot, du moins d’une manière officielle, de son intention de briguer ou non un autre mandat. Mais des signes apparaissent à une non-candidature de Tsialiva Rajaobelina. En attendant la prise de position de ce dernier, les prétendants à sa succession annoncent la couleur. Andriantsalama Manan’Iala est le dernier à se positionner sur la grille de départ. Haut dirigeant de la Cnaps, il est également le responsable de la section « tennis » de cette société qui à part sa principale activité, œuvre également pour l’épanouissement des jeunes à travers le sport. Ces derniers temps, Andriantsalama Manan’Iala s’est illustré avec l’organisation des tournois richement dotés. « Les joueurs manquent cruellement de rencontres officielles. La multiplication figure sur mes priorités à la présidence de la fédération », note Andriantsalama Manan’Iala, hier, lors d’une rencontre avec la presse. C’était l’occasion pour le candidat de dévoiler une partie de son programme quadriennal. A part la multiplication des rencontres, il prône aussi l’amélioration de l’organisation des tournois. Andriantsalama Manan’Iala a promis d’apporter une solution au problème crucial d’infrastructures. Sur ce point, il promet la réhabilitation de celles existantes et la construction de nouvelles infrastructures. Concernant la bonne gestion de la discipline, ce cadre supérieur de la Cnaps avance la création d’un siège fédéral. Le développement du tennis à Madagascar passe inéluctablement par sa vulgarisation, d’où son pari d’augmenter le nombre de ligues régionales, « au moins deux par an », selon ses dires. Ce qui implique, continue-t-il, la naissance des clubs et des sections dans toute l’île.Rata

La Vérité0 partages

Les quatre « Vérité » de Ny Ainga

Récemment, le groupe Ny Ainga a sorti un nouvel album intitulé « Zaho vadinao ». Cet opus contient 8 titres dont « 20 taona  milay », « Aza ataonao fantany », « Courage rasipa », «  Kala Tiana Julie », «  Neny », « Manja foana », « Herisetran’ny fitiavana ». Cela fait vingt ans que le groupe œuvre dans la promotion de la musique, la culture et l’éducation de la jeunesse malagasy. Depuis la disparition de son leader, Om-Gui, des rumeurs sur la séparation du groupe envahissent les réseaux sociaux et les médias. Les fans ne savent plus à quel saint se vouer. La semaine dernière, nous avons rencontré Dominique Rabesaiky Marie. Il n’est autre que le frère d’Om-Gui, mais également un membre fondateur du groupe. Interview.

La Vérité (+) : Après avoir perdu son leader, l’union du groupe Ny Ainga s’est-elle envolée ?Do Rabesaiky (-) : De manière officielle, le groupe Ny Ainga reste uni à jamais. Depuis une vingtaine d’années que le groupe existe, il ne s’est jamais séparé. La séparation est due à un malentendu. Seulement, un membre a déjà décidé de nous quitter et a emmené avec lui sa bande. D’ailleurs, il n’est plus membre actif du groupe il y a bien longtemps, et ce, avant la mort accidentelle d’Om-Gui. Le groupe Ny Ainga est encore dans la force de l’âge. Récemment, nous avons sorti un nouvel album et avons effectué une tournée nationale. (+) : Sur les réseaux sociaux, les tensions montent-elles entre les fans ? (-) : Les réseaux sociaux regroupent non seulement les fans, mais aussi les curieux. Chacun a sa passion. Il y a ceux qui aiment faire les ragots, critiquer les gens, faire la polémique, d’autres nous encouragent,… Pourtant, j’avoue que certains d’entre ces commentaires et publications sont vrais. Nous devons être forts pour faire face à ces critiques. C’est pour cette raison que nous ne répondons pas à ces publications. Au final, ces personnes adeptes des critiques deviendront nos fans.(+) : Tantely réintègre-t-il le groupe ?(-) : (Rire),  Le départ de Tantely est définitif avec la création de son nouveau groupe « Tantely Ny feo ». A mon avis, comme le groupe Ny Ainga, le sien a son propre statut. Nous n’avons pas non plus le droit de le réintégrer dans notre groupe. Même Om-Gui, il n’a pas eu le courage de le faire, puisque c’est injuste de détruire ou de quitter son nouveau groupe qui est actuellement en plein essor. (+) : La devise du groupe Ny Ainga a-t-elle changé ?(-) : Depuis toujours, le groupe Ny Ainga préserve l’esprit et la philosophie d’Om-Gui. La musique n’est pas seulement un moyen de se distraire. Cet art nous sert également à soutenir la jeunesse malagasy, notamment les familles défavorisées. Actuellement, nous investissons dans l’éducation des mineurs détenus et avons fondé l’Ecole des mineurs de Madagascar, sise à Antanimora.Anatra R.

La Vérité0 partages

Production d’œufs de caille - Nouvelle activité génératrice de revenus

Le marché des œufs de caille et de sa viande se développe dans le pays depuis près de trois ans. « Le type d’élevage à cycle court est intéressant dans la mesure où l’amortissement des investissements se fait en moins d’un an. Les cailles peuvent pondre au 42e jour de leur élevage avec des centaines d’œufs par an »,

explique Rado Ranarison, éleveur à Nanisana.  Il poursuit : « Ces volailles festives sont recherchées car elles jouent le rôle naturel d’anti-allergie. Les œufs de caille sont utilisés dans le traitement de l’asthme, des tensions artérielles, du diabète,… Ils sont recommandés aux adultes pour leurs effets régénératifs. Ils préviennent, soulagent et guérissent plusieurs maladies liées à l’âge, aux carences et aux excès alimentaires. Le goût de leur viande est un peu identique à celui du poulet de race locale. Les centres de formation sur l’élevage de cailles se multiplient et les formations varient d’une demi-journée à deux jours ». Comparé à l’œuf de poule, l’œuf de caille est cinq fois moins gros. Cependant, il contient cinq fois plus de phosphore, sept fois plus de fer, six fois plus de vitamines B1, et 15 fois plus de vitamines B2.  Auparavant, les grandes surfaces, hôtels et restaurants étaient les principaux clients des producteurs car les cailles étaient considérées comme des produits de luxe. En 2013, la coopérative dénommée  « Caille malagasy » a vu le jour afin de professionnaliser la filière. Cette coopérative aide les éleveurs à assurer les commandes tout en respectant les délais de livraison. Un abattoir respectant les normes d’hygiène a été mis en place à Nanisana.  La caille peut être abattue dès ses 35 jours. Actuellement, de plus en plus d’éleveurs se lancent dans la corniculture et le produit est consommé par bon nombre de Malgaches. Le kilo de caille est vendu entre  15 000 à 50 000 ariary, tandis que ses œufs coûtent entre 400 à 700 ariary l’unité. 

D.H.R.

La Vérité0 partages

Charivari

On ne s’y retrouve plus ! De cacophonie en cohue, le pays traverse une zone de turbulence indescriptible. Décidément, l’environnement social, politique et surtout économique ne s’y prête plus. La machine de l’Etat, au-dessus duquel se trouve un régime censé le conduire, tourne dans un fonctionnement boiteux et, parfois même, conflictuel. En effet, certaines « pièces » maîtresses entrent en conflit avec d’autres. Et le Gouvernement, tout comme un moteur mal en point, rate et risque d’un moment à l’autre d’être calé.

Le ministère des Affaires étrangères (Mae) et le Secrétariat d’Etat en charge de la coopération et du développement (Secd) entrent, malgré eux, en collision frontale. En cause, il existe un conflit de compétences au sein de ces deux départements. La gestion de la diplomatie qui est l’une des pièces maîtresses de la souveraineté d’un Etat fait l’objet d’un gênant cafouillage. Le problème se situe, essentiellement, au niveau de la perception des responsabilités auxquelles les partenaires étrangers devraient s’adresser normalement. D’autant que l’opinion s’étonne du caprice déplacé ou bien la maladresse des deux têtes de l’Exécutif en créant un département « doublon », le Secd ayant connu la situation problématique de nos Finances publiques.

Le ministère de la Fonction publique se chamaille, ouvertement, avec celui des Finances au sujet des concours pour les recrutements des agents de la Douane. L’interaction des charges et des responsabilités claudique et fait la honte de l’Administration en général. Inutile d’entrer dans les détails du conflit, les faits sont là. Le patron de la Fonction publique dénonce les résultats proclamés des concours. Il refuse de les contre-signer. Un fait rarissime dans les annales de la République !

Le différend latent entre les deux départements en charge de la sécurité du pays n’est plus un secret pour tout le monde. D’une part, le Secrétariat d’Etat de la Gendarmerie (Seg) qui s’occupe de la sécurité intérieure (zones rurales) et de l’autre, le ministère de la Sécurité publique dont les compétences se limitent dans les zones urbaines. Les litiges sur les « domaines » de responsabilité font légion. L’un ne supporte point les injonctions de l’autre dans son champ d’activité. Tandis que le second rejette toute immixtion du premier dans ses affaires. Et à travers ces micmacs stériles, c’est le pays tout entier qui en pâtit. Bref, les cas de litige de compétences de ces genres existent, malheureusement, dans d’autres d’activités de l’Etat.

En marge de ces chamailleries, le contexte global évolue dans un cadre tumultueux. Les organisations syndicales contestent, plus que jamais, leurs conditions d’existence. Elles sont devenues des « laissées-pour-compte » de ce pouvoir impotent et inepte. Elles montent au créneau et crient au scandale des dérives répétées des barons du régime. La ligne rouge est franchie ! Des institutions officielles telles la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (Cnidh) ne cachent plus leur désaccord sur le système des deux poids deux mesures concernant la gestion de certaines affaires critiques comme le cas d’Antsakabary.

Mais, finalement, c’est le peuple tout entier qui entre dans la logique de l’ingérable. Un comportement rebelle suscité par l’inaptitude flagrante des dirigeants à conduire, comme il se doit, les affaires de l’Etat. Le comble de tout, le « patron suprême », là-haut sur la colline d’un nom sarcastique d’Iavoloha, se mure dans un silence arrogant et se fout de ce… charivari.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

« Argent contre travail » - 300 familles d’Anosizato bénéficiaires

Pour des travaux d’intérêts communautaires. 300 personnes issues de 7 « Fokontany » auprès de la Commune d’Anosizato Andrefana sont mobilisées pour la mise en œuvre des travaux Himo (haute intensité de main d’œuvre) à travers le dispositif  « argent contre travail » (Act). Ce dernier étant mené sous l’initiative du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (Mppspf), dans le cadre de sa mission d’assistance aux groupes de population les plus démunis.

Pour ladite Commune du District d’Antananarivo Atsimondrano, les travaux consistent à curer un canal de 400m de long et 6m de large, plus précisément à enlever les sédiments accumulés à son fonds. « Le canal bouché nous pose toujours un problème notamment durant la période des pluies. Une obstruction qui entraîne une incontrôlable montée des eaux. C’était le cas suite au passage du cyclone Enawo, il y a 2 mois de cela », témoigne un riverain. Raison pour laquelle le Mppspf a opté pour les travaux Himo afin d’y remédier tout en soutenant 300 familles dans le besoin, notamment face à l’inflation actuelle. Chacun des bénéficiaires touche un complément de revenu de 5 000 ariary par jour contre 5 heures de travail. Dons pour les femmes et  personnes âgéesOutre les familles nécessiteuses bénéficiaires du dispositif « Act », le ministère dirigé par Onitiana Realy n’a pas oublié les associations de femmes d’Anosizato Ouest. Les 230 femmes membres ont été dotées de 3 machines à coudre et 50 mètres de tissus, outre les matériels leur permettant de passer d’une logique d’assistées à celle d’actrices. D’ailleurs, cette dotation vise à accompagner les femmes pour leur autonomisation économique grâce à ces équipements destinés à des activités génératrices de revenus. D’un autre côté, ce ministère a distribué des vivres composés de 5kg de riz, 1kg de sucre et du savon pour chacun des 100 personnes âgées du District d’Atsimondrano. Une aide qui a ravi ces doyens et doyennes, lesquels se sentent souvent négligés. Rappelons que le  Mppspf a multiplié les interventions en faveur des plus vulnérables, non seulement dans le grand Sud de l’île mais aussi dans la Capitale et ses périphéries. Anosizato Ouest est la 2e Commune de l’Atsimondrano où il a intervenu, après Ankaraobato.Recueillis par  Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Sécurité sanitaire des aliments - Renforcement des capacités pour l’application des normes

Pour garantir la sécurité sanitaire des aliments, le Code sanitaire est appliqué aux produits de consommation.  Un renforcement des capacités est prévu durant deux jours pour faire appliquer les normes. Le Codex Alimentarius ou Code alimentaire est un recueil des normes alimentaires internationales adoptées par la Commission du Codex Alimentarius,

programme mixte de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) et l’Organisation mondiale de la santé (Oms). A Madagascar, le Comité national du code alimentaire a été créé en 2006 sous tutelle du ministère du Commerce et de la Consommation. Il vise à protéger la santé des consommateurs et à garantir la loyauté de la pratique commerciale. Dans le cadre du Codex Alimentarius, le projet d’appui à la mise en œuvre du renforcement des structures, processus et systèmes du Codex, a été lancé hier à l’hôtel Le Pavé, Antaninarenina. L’atelier réunit des membres du comité national, ceux du bureau du point de contact, des Organismes internationaux comme la Fao, l’Oms,… A part le renforcement des capacités, l’atelier vise aussi à participer de manière effective au Codex, financé par « Codex Trust Fund 2 ».  En février 2016, le nouveau fonds fiduciaire du Codex a été lancé afin d’aider les pays à mettre en place des capacités solides, fortes et durables pour participer au Codex. Madagascar a présenté sa candidature et a été sélectionné avec trois autres pays parmi les 40 autres qui ont soumissionné. Ce projet va durer trois ans.  Ce programme contribuera au renforcement de la participation efficace de Madagascar aux travaux de la Commission du Codex Alimentarius à travers l’appui des structures nationales existantes. Il favorisera également la promotion de la sécurité sanitaire des aliments. Des sensibilisations et communications y afférentes ainsi que sur la protection des consommateurs sont prévues dans plusieurs Régions de Madagascar. Un programme de formation spécifique pour les décideurs est envisagé le mois prochain.

D.H.R.

La Vérité0 partages

Ihosy - Fernand Cello placé sous mandat de dépôt

Faux et usage de faux, vol de chèque et abus de blanc seing. Tels sont les charges retenus  contre Fernand Cello. Comme annoncé, le journaliste de la radio Jupiter a été déféré devant le Parquet du Tribunal d’Ihosy, hier. Au terme de cette comparution devant le juge du Parquet,

il a été placé sous mandat de dépôt. Les charges retenues contre lui constituent des délits de droit commun et non un délit de presse, selon une source auprès de la juridiction d’Ihosy. Rappelons que 7 chefs d’accusation pèsent sur ce membre du mouvement pour la liberté d’expression (Mle) dont le vol de chèque, la diffamation, l’escroquerie, la dénonciation calomnieuse, etc.  Jointe par téléphone, la procureure du Tribunal d’Ihosy, Tinah Radendrainy a confirmé ces chefs d’accusation contre le journaliste de la Radio Jupiter. Et cette juge de préciser que « Fernand Cello a fait l’objet de plusieurs St (soit transmis) depuis l’année 2016. Suite à une doléance des plaignants, il a donc été interpellé par des éléments de la Gendarmerie qui ont bénéficié d’une extension de compétences à Antananarivo». D’après toujours les informations, le prévenu a été immédiatement soigné à l’hôpital d’Ihosy dès son arrivée samedi dernier et a été autorisé à sortir le dimanche, jour pendant lequel son audition a débuté. 

Investigation 

Selon toujours la procureure d’Ihosy, Fernand Cello a obtenu une liberté provisoire pour le chef d’accusation relatif à la dénonciation calomnieuse. Le dossier a été transmis au juge d’instruction du Tribunal correctionnel d’Ihosy qui procèdera encore à une investigation sur le dossier portant sur le vol de chèque, l’usage de faux et l’abus de blanc seing. Une étape qui permettra d’effectuer une enquête à charge ou à décharge. En principe, le juge aura entre 6 à 12 mois pour ce genre d’investigation. D’autres dossiers sont également en instance et contiennent d’autres charges contre le journaliste.  Pour le moment, l’Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) semble marcher sur des œufs par rapport à cette affaire.  Pour cause, les charges retenues contre le journaliste sont majoritairement classées comme des délits de droit commun. Après une première déclaration du samedi dernier, aucune nouvelle déclaration émanant de cet organe n’a encore été faite jusqu’à maintenant. De source auprès de l’Ojm, l’Ordre ne se positionnera pas encore pour le moment mais attend que les autres chefs d’accusation, entre autres la diffamation, soient soulevés. En attendant la date du procès qui n’est pas encore déterminée jusqu’à maintenant, Fernand Cello restera à la prison d’Ihosy.

Recueillis par S.R. 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

La déforestation régresse dans 5 aires protégées

La déforestation a diminué de plus de 40% dans six aires protégées clés de Madagascar selon une communication émanant du World Wide Found for Nature. La surveillance aérienne a rendu possible cette grande performance. Cette méthode a été un grand appui dans l’organisation des patrouilles et l’application des sanctions dans six aires protégées de Madagascar : les parcs Kirindy-Mite et Tsimanampetsotse, la réserve spéciale d’Andranomena et les nouvelles aires protégées de Amoron’ny Onilahy, Ankodida et Nord Ifotaky.

A titre d’exemple, de 2012 à 2016, les défrichements sont passés de 3 449,87 ha à 1 166,58 ha dans le parc de Kirindy-Mite, de 46,3ha à 8,46ha à Tsimanampetsotse ou encore de 12,16ha à 2,72ha dans l’aire protégée d’Ankodia. Ces résultats ont été présentés le jeudi 4 mai dernier à l’Hôtel Panorama d’Antananarivo par les intervenants du programme de surveillance aérienne.

Le programme de surveillance aérienne, initié par WWF en collaboration avec le système d’Aires Protèges de Madagascar, Aviation Sans frontières et Madagascar National Parks, a démarré en 2006 et vise à être un outil de dissuasion pour la déforestation et de sensibilisation auprès des communautés et sociétés demeurant autour des zones protégées. Grâce à des prises de photos lors de ces survols, les communautés et les gestionnaires des aires protégées peuvent identifier facilement les aires défrichées et les responsables de ces actes. Le programme de surveillance aérienne a effectué depuis 2010 environ 88 survols dans 21 aires protégées de la Grande Ile, y compris les forêts de Ranobe, Mikea et Zamasy.

La déforestation, à cause des feux de brousses pour la culture sur brûlis et l’abattage d’arbres non contrôlés sont les principales causes des destructions des ressources naturelles et des habitats de la faune et flore de Madagascar.

Le programme de surveillance aérienne se complète avec l’utilisation du système LEM/SMART (Law Enforcement Monitoring/ Spatial Monitoring and Reporting Tool). Ce dernier est un logiciel qui permet de faire le suivi des défrichements et de définir l’application de la loi aux infractions commises.

Madagascar Tribune0 partages

L’érection de Macron fait rêver les Malgaches

Quel que soit le point de vue sur sa vision politique ou sa personnalité, le parcours d’Emmanuel Macron ne peut que forcer le respect. Malgré une carrière professionnelle plus qu’honorable, il est politiquement parti de « pas grand-chose » il y a un an. Mais peu à peu, il a gagné ses galons de présidentiable face aux « grands partis », avant de devenir Chef de son État par la voie des urnes à 39 ans. Exactement le même âge auquel Didier Ratsiraka avait obtenu les rênes de Madagascar par le vote du Directoire militaire en 1975, mais plus vieux de quatre ans qu’Andry Rajoelina après la réussite de son coup d’Etat de 2009. Toutefois, la comparaison entre Emmanuel Macron et les deux politiciens Malgaches cités s’arrête là.

On pourrait également être tenté par une analogie avec le parcours de Hery Rajaonarimampianina, celui de Chef d’Etat arrivé au pouvoir alors que personne n’aurait parié un kopeck sur lui six mois avant l’élection. Mais ce serait une recherche d’analogie tout à fait inappropriée : Emmanuel Macron est devenu Président après avoir livré une âpre bataille politique durant laquelle il a damé le pion à des favoris tels qu’Alain Juppé ou Manuel Valls. Quant à Hery Rajaonarimampianina, il est devenu Président par hasard, car il n’aurait jamais été élu sans le retrait forcé, puis le soutien de Rajoelina. Autre analogie un peu plus légère, l’ego de ces trois personnalités leur a inspiré l’inclusion de leur(s) initiale(s) dans le nom de leur mouvement : le H de Hery dans HVM, les EM de Macron dans En Marche, et les AR de Rajoelina dans MAPAR.

Source photo : Gouvernement français

Emmanuel Macron a réalisé un exploit, et rappelle un peu Nicolas Sarkozy. Tous deux snobés, ou pour le moins brimés dans leur camp politique d’origine, ils ont décidé de partir à la conquête du pouvoir contre le système, en faisant montre de talent et de leadership pour prendre le contrôle de son parti politique (UMP) pour Sarkozy, ou en créant son propre mouvement (En Marche) pour Macron. Pour moi, cela est le premier volet de la politique au sens noble : arriver au pouvoir « à la loyale », en arrivant à convaincre les électeurs par la force des arguments, et non par l’argument de la force comme un vulgaire DJ mal élevé.

Le second volet de la politique au sens noble est la pratique du pouvoir, à la fois dans le respect de l’état de Droit, et dans l’objectif de servir le peuple. Et sur ce plan, Emmanuel Macron a un parcours du combattant qui va se dérouler devant lui dès les législatives de juin 2017. L’attendent pêle-mêle : la conquête de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale face à des partis traditionnels mieux structurés et plus expérimentés, afin d’éviter une cohabitation dès le début du quinquennat ; la consolidation de son mouvement En Marche afin de dépasser le côté de patchwork disparate mariant les carpes et les lapins ; la conquête d’un rôle géopolitique face à de fortes personnalités telles qu’Angela Merkel, Vladimir Poutine ou Donald Trump ; et la nécessité de donner très rapidement des réponses concrètes pour gagner la confiance de ceux qui ont été tentés par les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite.

Si j’avais été électeur français, ce que je ne suis pas (contrairement à ce que certains Sherlock Holmes de forum se sont amusés à affirmer) [1], je n’aurais sans doute pas voté Macron. Mais je suis plus que fan du système élitiste qui veut que les places de responsabilité soient attribuées à ceux qui ont une formation académique appropriée. Je suis donc très admiratif du profil de formation d’Emmanuel Macron : mention très bien au baccalauréat scientifique, DEA de philosophie, Sciences Po, et sorti parmi les 15 meilleurs de sa promotion (« la botte ») à l’Ecole nationale d’administration (ENA). [2]

Pendant plusieurs semaines, les Malgaches (même non bi-nationaux) se sont enthousiasmés pour la présidentielle française, qui n’avait pourtant aucune chance de résoudre leurs problèmes d’insécurité, de corruption, d’inflation ou de délestage. Mais cet enthousiasme est sans doute le reflet d’une envie de vivre une démocratie réelle, et dont la transparence, l’équité et la fiabilité des élections rendent leurs résultats respectables. Ce qui permet aux Malgaches par comparaison de mesurer le niveau médiocre de la situation de la démocratie et des standards électoraux chez eux.

L’érection de Macron dans le monde politique fait fantasmer les Malgaches, et pas seulement celles de genre féminin. [3] Certains rêvent à présent de voir émerger un « Macron de Madagascar », qui arriverait à s’imposer de la même manière dans le paysage politique face aux dinosaures et aux vautours. Mais ce serait une utopie. Les systèmes politiques français et étatsunien permettent à un Macron, à un Obama ou à un Trump de se révéler, pour un certain nombre de raisons qui permettent le débat et la compétition équitable. A Madagascar, la corruption sera toujours le facteur déterminant, à coups de felaka pour les journalistes, de distribution de seza pour les politiciens, de retours d’ascenceurs pour les trafiquants de bois de rose, ou de T-Shirt et concerts pour les électeurs. A Madagascar, quelqu’un jugé comme rival dangereux comme Macron aurait déjà reçu quelques contrôles fiscaux, si ce n’est une accusation de bombinettes artisanales.

Madagascar Tribune0 partages

L’érection de Macron fait rêver les Malgaches

Quel que soit le point de vue sur sa vision politique ou sa personnalité, le parcours d’Emmanuel Macron ne peut que forcer le respect. Malgré une carrière professionnelle plus qu’honorable, il est politiquement parti de « pas grand-chose » il y a un an. Mais peu à peu, il a gagné ses galons de présidentiable face aux « grands partis », avant de devenir Chef de son État par la voie des urnes à 39 ans. Exactement le même âge auquel Didier Ratsiraka avait obtenu les rênes de Madagascar par le vote du Directoire militaire en 1975, mais plus vieux de quatre ans qu’Andry Rajoelina après la réussite de son coup d’Etat de 2009. Toutefois, la comparaison entre Emmanuel Macron et les deux politiciens Malgaches cités s’arrête là.

On pourrait également être tenté par une analogie avec le parcours de Hery Rajaonarimampianina, celui de Chef d’Etat arrivé au pouvoir alors que personne n’aurait parié un kopeck sur lui six mois avant l’élection. Mais ce serait une recherche d’analogie tout à fait inappropriée : Emmanuel Macron est devenu Président après avoir livré une âpre bataille politique durant laquelle il a damé le pion à des favoris tels qu’Alain Juppé ou Manuel Valls. Quant à Hery Rajaonarimampianina, il est devenu Président par hasard, car il n’aurait jamais été élu sans le retrait forcé, puis le soutien de Rajoelina. Autre analogie un peu plus légère, l’ego de ces trois personnalités leur a inspiré l’inclusion de leur(s) initiale(s) dans le nom de leur mouvement : le H de Hery dans HVM, les EM de Macron dans En Marche, et les AR de Rajoelina dans MAPAR.

Source photo : Gouvernement français

Emmanuel Macron a réalisé un exploit, et rappelle un peu Nicolas Sarkozy. Tous deux snobés, ou pour le moins brimés dans leur camp politique d’origine, ils ont décidé de partir à la conquête du pouvoir contre le système, en faisant montre de talent et de leadership pour prendre le contrôle de son parti politique (UMP) pour Sarkozy, ou en créant son propre mouvement (En Marche) pour Macron. Pour moi, cela est le premier volet de la politique au sens noble : arriver au pouvoir « à la loyale », en arrivant à convaincre les électeurs par la force des arguments, et non par l’argument de la force comme un vulgaire DJ mal élevé.

Le second volet de la politique au sens noble est la pratique du pouvoir, à la fois dans le respect de l’état de Droit, et dans l’objectif de servir le peuple. Et sur ce plan, Emmanuel Macron a un parcours du combattant qui va se dérouler devant lui dès les législatives de juin 2017. L’attendent pêle-mêle : la conquête de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale face à des partis traditionnels mieux structurés et plus expérimentés, afin d’éviter une cohabitation dès le début du quinquennat ; la consolidation de son mouvement En Marche afin de dépasser le côté de patchwork disparate mariant les carpes et les lapins ; la conquête d’un rôle géopolitique face à de fortes personnalités telles qu’Angela Merkel, Vladimir Poutine ou Donald Trump ; et la nécessité de donner très rapidement des réponses concrètes pour gagner la confiance de ceux qui ont été tentés par les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite.

Si j’avais été électeur français, ce que je ne suis pas (contrairement à ce que certains Sherlock Holmes de forum se sont amusés à affirmer) [1], je n’aurais sans doute pas voté Macron. Mais je suis plus que fan du système élitiste qui veut que les places de responsabilité soient attribuées à ceux qui ont une formation académique appropriée. Je suis donc très admiratif du profil de formation d’Emmanuel Macron : mention très bien au baccalauréat scientifique, DEA de philosophie, Sciences Po, et sorti parmi les 15 meilleurs de sa promotion (« la botte ») à l’Ecole nationale d’administration (ENA). [2]

Pendant plusieurs semaines, les Malgaches (même non bi-nationaux) se sont enthousiasmés pour la présidentielle française, qui n’avait pourtant aucune chance de résoudre leurs problèmes d’insécurité, de corruption, d’inflation ou de délestage. Mais cet enthousiasme est sans doute le reflet d’une envie de vivre une démocratie réelle, et dont la transparence, l’équité et la fiabilité des élections rendent leurs résultats respectables. Ce qui permet aux Malgaches par comparaison de mesurer le niveau médiocre de la situation de la démocratie et des standards électoraux chez eux.

L’érection de Macron dans le monde politique fait fantasmer les Malgaches, et pas seulement celles de genre féminin. [3] Certains rêvent à présent de voir émerger un « Macron de Madagascar », qui arriverait à s’imposer de la même manière dans le paysage politique face aux dinosaures et aux vautours. Mais ce serait une utopie. Les systèmes politiques français et étatsunien permettent à un Macron, à un Obama ou à un Trump de se révéler, pour un certain nombre de raisons qui permettent le débat et la compétition équitable. A Madagascar, la corruption sera toujours le facteur déterminant, à coups de felaka pour les journalistes, de distribution de seza pour les politiciens, de retours d’ascenceurs pour les trafiquants de bois de rose, ou de T-Shirt et concerts pour les électeurs. A Madagascar, quelqu’un jugé comme rival dangereux comme Macron aurait déjà reçu quelques contrôles fiscaux, si ce n’est une accusation de bombinettes artisanales.

Madagascar Tribune0 partages

L’érection de Macron fait rêver les Malgaches

Quel que soit le point de vue sur sa vision politique ou sa personnalité, le parcours d’Emmanuel Macron ne peut que forcer le respect. Malgré une carrière professionnelle plus qu’honorable, il est politiquement parti de "pas grand-chose" il y a un an. Mais peu à peu, il a gagné ses galons de présidentiable face aux "grands partis", avant de devenir Chef de son État par la voie des urnes à 39 ans. Exactement le même âge auquel Didier Ratsiraka avait obtenu les rênes de Madagascar par le vote du Directoire militaire en 1975, mais plus vieux de quatre ans qu’Andry Rajoelina après la réussite de son coup d’Etat de 2009. Toutefois, la comparaison entre Emmanuel Macron et les deux politiciens Malgaches cités s’arrête là.

On pourrait également être tenté par une analogie avec le parcours de Hery Rajaonarimampianina, celui de Chef d’Etat arrivé au pouvoir alors que personne n’aurait parié un kopeck sur lui six mois avant l’élection. Mais ce serait une recherche d’analogie tout à fait inappropriée : Emmanuel Macron est devenu Président après avoir livré une âpre bataille politique durant laquelle il a damé le pion à des favoris tels qu’Alain Juppé ou Manuel Valls. Quant à Hery Rajaonarimampianina, il est devenu Président par hasard, car il n’aurait jamais été élu sans le retrait forcé, puis le soutien de Rajoelina. Autre analogie un peu plus légère, l’ego de ces trois personnalités leur a inspiré l’inclusion de leur(s) initiale(s) dans le nom de leur mouvement : le H de Hery dans HVM, les EM de Macron dans En Marche, et les AR de Rajoelina dans MAPAR.

Source photo : Gouvernement français

Emmanuel Macron a réalisé un exploit, et rappelle un peu Nicolas Sarkozy. Tous deux snobés, ou pour le moins brimés dans leur camp politique d’origine, ils ont décidé de partir à la conquête du pouvoir contre le système, en faisant montre de talent et de leadership pour prendre le contrôle de son parti politique (UMP) pour Sarkozy, ou en créant son propre mouvement (En Marche) pour Macron. Pour moi, cela est le premier volet de la politique au sens noble : arriver au pouvoir « à la loyale », en arrivant à convaincre les électeurs par la force des arguments, et non par l’argument de la force comme un vulgaire DJ mal élevé.

Le second volet de la politique au sens noble est la pratique du pouvoir, à la fois dans le respect de l’état de Droit, et dans l’objectif de servir le peuple. Et sur ce plan, Emmanuel Macron a un parcours du combattant qui va se dérouler devant lui dès les législatives de juin 2017. L’attendent pêle-mêle : la conquête de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale face à des partis traditionnels mieux structurés et plus expérimentés, afin d’éviter une cohabitation dès le début du quinquennat ; la consolidation de son mouvement En Marche afin de dépasser le côté de patchwork disparate mariant les carpes et les lapins ; la conquête d’un rôle géopolitique face à de fortes personnalités telles qu’Angela Merkel, Vladimir Poutine ou Donald Trump ; et la nécessité de donner très rapidement des réponses concrètes pour gagner la confiance de ceux qui ont été tentés par les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite.

Si j’avais été électeur français, ce que je ne suis pas (contrairement à ce que certains Sherlock Holmes de forum se sont amusés à affirmer) [1], je n’aurais sans doute pas voté Macron. Mais je suis plus que fan du système élitiste qui veut que les places de responsabilité soient attribuées à ceux qui ont une formation académique appropriée. Je suis donc très admiratif du profil de formation d’Emmanuel Macron : mention très bien au baccalauréat scientifique, DEA de philosophie, Sciences Po, et sorti parmi les 15 meilleurs de sa promotion (« la botte ») à l’Ecole nationale d’administration (ENA). [2]

Pendant plusieurs semaines, les Malgaches (même non bi-nationaux) se sont enthousiasmés pour la présidentielle française, qui n’avait pourtant aucune chance de résoudre leurs problèmes d’insécurité, de corruption, d’inflation ou de délestage. Mais cet enthousiasme est sans doute le reflet d’une envie de vivre une démocratie réelle, et dont la transparence, l’équité et la fiabilité des élections rendent leurs résultats respectables. Ce qui permet aux Malgaches par comparaison de mesurer le niveau médiocre de la situation de la démocratie et des standards électoraux chez eux.

L’érection de Macron dans le monde politique fait fantasmer les Malgaches, et pas seulement celles de genre féminin. [3] Certains rêvent à présent de voir émerger un « Macron de Madagascar », qui arriverait à s’imposer de la même manière dans le paysage politique face aux dinosaures et aux vautours. Mais ce serait une utopie. Les systèmes politiques français et étatsunien permettent à un Macron, à un Obama ou à un Trump de se révéler, pour un certain nombre de raisons qui permettent le débat et la compétition équitable. A Madagascar, la corruption sera toujours le facteur déterminant, à coups de felaka pour les journalistes, de distribution de seza pour les politiciens, de retours d’ascenceurs pour les trafiquants de bois de rose, ou de T-Shirt et concerts pour les électeurs. A Madagascar, quelqu’un jugé comme rival dangereux comme Macron aurait déjà reçu quelques contrôles fiscaux, si ce n’est une accusation de bombinettes artisanales.

Madagascar Tribune0 partages

112 armes saisies et 48 bandits de grands chemins arrêtés

112 armes saisies, 48 bandits arrêtés et plus de 260 zébus remis à leur propriétaire. Le ministre de la Défense nationale, le général Léon Jean Richard Rakotonirina, a dressé hier un bilan satisfaisant de la lutte contre l’insécurité dans le pays ces deux derniers mois. Toutefois, le ministre rapporte que trois éléments des forces de l’ordre, dont deux militaires et un gendarme, y ont laissé la vie.

En matière de kidnapping, le ministère de la Défense nationale affirme la libération de 24 otages ces derniers mois. Pour le district de Tsaratànana, réputé pour son insécurité grandissante, une indice de perception de la sécurité jusqu’à 70% aurait été constatée. Plus de 1 600 éléments, gendarmes et militaires confondus, ont été mobilisés pour parvenir à ce résultat, selon le ministre.

Malgré les efforts déployés, certains éléments des forces de l’ordre sont de connivence avec les bandits. Ce qui rend difficile le combat mené, regrette le ministre. Il rapporte le cas d’une poursuite de dahalo durant laquelle, l’un deux avait fait tombé son téléphone portable et qu’on avait découvert qu’ils étaient en contact téléphonique avec des hommes en treillis.

Malgré tout, la lutte contre l’insécurité et la politique de l’Etat d’instaurer la paix et la sécurité dans le pays continue. « Les efforts menés jusqu’ici seront poursuivis », affirme le ministre de la Défense nationale. Quatre zones de priorité rurale ont été installées à travers le pays (Delta, Charly, Bravo et Alpha). La dernière en date a été celle du Grand Sud où 700 militaires ont été déployés pour garantir la sécurité. L’extension de ces zones est envisageable mais le renforcement en matière de ressources humaines et matériels reste difficile.

Le général Léon Jean Richard Rakotonirina a également rappelé la régularisation de la détention d’armes et le marquage des munitions afin de faciliter les analyses balistiques et de lutter efficacement contre l’implication des forces de l’ordre dans des actes de banditisme. La campagne de dépôt d’armes illicites initiée par le ministère devrait être effective avant la fête nationale du 26 juin.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina au chevet de la ville du Grand Port

Le président de la République, Andry Rajoelina, est au chevet de la population de Toamasina. Hier, accompagné des membres du gouvernement, il a effectué une descente dans cette ville du grand Port où l’on a enregistré le plus de cas de contamination au coronavirus, après la capitale. Face au nombre de contamination enregistré dans cette région, une campagne de dépistage massif a été lancée par le chef de l’État sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville.

Concernant les allocations sociales pour les foyers dont les revenus sont touchés directement par les mesures de confinement, le président de la République a confirmé qu’à l’instar de Fianarantsoa et Antananarivo, la ville de Toamasina bénéficiera également de ce plan d’urgence social « Tosika Fameno » via le service Paositra Money. Selon le Chef de l’État, 42 000 familles nécessiteuses bénéficieront de cette aide à hauteur de 100 000 ariary par foyer. Initialement, 25 000 foyers étaient prévus bénéficier de ce plan d’aide sociale.

Au CHU Hopitaly Be Analakininina, le Chef de l’État a remis plusieurs matériels et équipement sanitaires dont des équipements en salle d’accouchement, un incinérateur de déchets médicaux, ainsi que des produits de désinfection contre la propagation du coronavirus. Le président a terminé sa descente dans la Ville du Grand Port par la visite du CHU Morafeno où un laboratoire mobile de l’Institut Pasteur de Madagascar est installé afin de faciliter le traitement des tests de dépistage du coronavirus. Par ailleurs, le projet Ambatovy a remis deux respirateurs au CHU de Morafeno.

Andry Rajoelina en a profité pour encourager le personnel médical qui est en première ligne dans la lutte contre le COVID-19. Il a ainsi remis les primes destinées aux agents de santé qui sont en contact direct avec les patients atteints du Covid-19.

Madagascar Tribune0 partages

Regain d’inquiétudes chez les parents d’élèves

Regain d’inquiétudes chez les parents d’élèves après l’annonce hier d’une nouvelle recrudescence des cas de contamination par contact au coronavirus. Avec 35 nouveaux cas dont la majorité concerne des enfants de 9 à 16 ans, notamment dans la capitale, la situation semble être critique à nouveau. Leurs âges correspondent à ceux qui sont en classes d’examen de CEPE et de BEPC ou encore du baccalauréat, les classes qui ont repris les cours depuis quelques semaines maintenant.

Ainsi, des parents, à l’instar d’Arnaud Andriamifidy, qui habite à Androndra, décide de ne plus envoyer à l’école ses deux enfants, ce jusqu’à la fin de l’épidémie, quel que soit la décision de l’Etat malgache. « L’école, il y en aura toujours, mais on ne vit qu’une fois sur terre », explique-t-il. Même réaction pour Mamisoa, un habitant d’Ambanidia, « Qu’on arrête maintenant les cours, qu’on cesse d’envoyer les élèves à l’école, à cause de cette nouvelle recrudescence des cas à Antananarivo ».

L’Ambassade de France à Madagascar a également décidé de repousser le début de la réouverture des établissements scolaires français à Antananarivo et à Toamasina à cause de l’évolution récente de la situation sanitaire dans ces deux villes ces derniers jours. Initialement prévue le 11 mai, la reprise des cours dans les lycées et écoles françaises de la capitale et de la ville du Grand Port sera reportée au 25 mai au plus tôt. Mais pour les autres établissements scolaires des autres villes, leur réouverture progressive à partir du 11 mai est maintenue.

Pour beaucoup, l’indiscipline et l’insouciance de la population dans le respect des mesures indiquées par les autorités pour limiter la propagation de la maladie sont principalement à l’origine de ce rebond de contamination. D’un côté, il y le non-respect de limitation de nombre des passagers pour les transporteurs en commun, notamment les bus, et le non-port de masque ainsi que le non-respect de la distanciation.

L'express de Madagascar0 partages

Santé publique – Des postes budgétaires disponibles 

Le ministère de la Santé publique prépare le recrutement de quatre cent vingt agents de santé. Les nouvelles recrues devront rester au moins quatre ans à leur poste.

Hausse du personnel de santé en vue. Quatre cent vingt postes budgétaires sont disponibles au sein du ministère de la Santé publique, selon son secrétaire général, Joséa Ratsirarson, joint au téléphone, hier. Ce sont des postes pour des médecins spécialistes, des médecins, des paramédicaux, mais également, des ingénieurs. « Les quelques postes de médecins spécialistes sont attribués aux centres hospitaliers universitaires (CHU) des six ex-provinces. Les autres postes sont, notamment, pour les centres hospitaliers ou centres de santé de base en dehors des grandes villes », explique Joséa Ratsirarson.Le recrutement se ferait par voie de concours ou par sélection de dossier. Il serait affiché publiquement d’ici trois ou quatre mois. Le ministère de la Santé publique est sur le point de préparer les textes y afférents.

Sans affectationCeux qui envisagent d’y soumettre leurs candidatures devront se préparer à vivre pendant quelques temps en dehors des grandes villes, voire dans des zones enclavées. Aucune affectation ne sera approuvée avant les quatre premières années de prise de service, comme l’a indiqué la réforme des ressources humaines de ce ministère. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo l’a, d’ailleurs, rappelé dans son discours, lors de l’inauguration d’un centre de santé de base à Bezaha, dans la région d’Atsimo Andrefana, il y a quelques jours. « La demande d’affectation à Antananarivo est excessive. Nous répartissons les postes selon les besoins. Et ce n’est pas à Antananarivo qu’il manque de personnel, mais dans les zones enclavées, comme dans la région de Melaky, d’Androy, d’Anosy », souligne le secrétaire général.Les médecins et les paramédicaux évoquent le problème d’insécurité comme motif de leur demande d’affectation. C’était le cas de deux infirmiers du centre de santé de base (CSB) de la petite commune d’Ambohi-milanja, district de Manan-driana. Le CSB a dû être fermé pendant quelques mois, car ses paramédicaux ont abandonné leur poste, après que leur logement ait été assailli par des « dahalo », en juillet 2016. Le ministère de la Santé publique promet de renforcer leur coopération avec les forces de l’ordre de chaque communauté pour assurer la protection de son personnel.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Conférence – L’intégration à l’international à la loupe

Madagascar accueille la 7e conférence ATLAS-AFMI. Une réunion d’envergure internationale qui met en exergue l’importance de l’intégration à l’international.

Primordial pour Mada­gas­car, le concept d’intégration à l’international est plus que jamais d’actualité dans une conjoncture où la libéralisation des échanges économiques sur les marchés tant nationaux qu’internationaux devient une condition obligatoire dans les procédures de développement économique. C’est dans ce contexte que se tient en ce moment la 7e Conférence ATLAS-AFMI (Association Franco­phone de Management International) dans les locaux de l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprise  (INSCAE) aux 67Ha.Adoptant le thème des « Défis managériaux de l’intégration à l’international », cette rencontre d’envergure internationale est organisée par l’Association Franco­phone du Management International, ATLAS-AFMI et bien sûr en étroite collaboration avec l’INSCAE.

EffortsCes deux institutions travaillant de concert ont ainsi invité des enseignants-chercheurs de renom et provenance de tous les pays du monde à participer à ces quelques jours d’échanges qui se tiennent pour la toute première fois sur le continent africain après ces quelques années d’existence.Sous le haut patronage du président de la Républi­que Hery Rajaonarimam­pianina, lui-même ancien enseignant à l’INSCAE, cette 7e rencontre a permis aux conférenciers d’aborderdes thèmes portant sur les bonnes pratiques managériales. Ceci, dans le but de parfaire les efforts déjà accomplis par certaines grandes entreprises malgaches dans ce domaine afin que ces derniers puissent servir d’exemple pour les nouveaux émergents.À l’instar du cas de la Chocolaterie Robert avec son processus d’internationalisation en tant que PME présenté par Anaïs Georges, étudiante en cursus doctoral. Ou encore pour le cas du groupe SOCOTA présentée par son PDG Salim Ismail lors de son discours inaugural portant sur les regards croisés sur la notion d’intégration dans les systèmes managériaux aux niveaux des entreprises.Cependant, ce même concept d’intégration peut et doit aussi s’appliquer au niveau des échanges internationaux pour des pays en quête de développement durable à l’instar des pays africains dont Madagascar. À ce sujet, au président de la République de souligner que «l’appartenance de Mada­gascar à la COI, au COMESA et à la SADC, outre les accords existants avec l’Union européenne et les États-Unis témoigne déjà de cette volonté d’intégration du pays à l’international à l’image de l’organisation en 2016 des sommets du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) puis de la Franco­phonie ». Une volonté d’effort d’intégration que cette 7e conférence ATLAS-AFMI confirme », encore conclut Ulrike May­rhofer présidente d’ATLAS-AFMI lors de son discours inaugural.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Nutrition – Le site de Lohanosy refait peau neuve

La coordinatrice du mouvement Scaling up nutrition (SUN), Gerda Verburg, en visite officielle à Madagascar a inauguré, hier, les travaux de rénovation du site de nutrition communautaire de Lohanosy, commune rurale Antanetikely. Créé en 1999, ce site a été réhabilité en 2006 par l’Unicef. Les activités ponctuelles de pesée et de mesure, d’éducation nutritionnelle se passent tous les mardis et vendredis.Cette fois, le bâtiment est entièrement relooké et à partir de ce jour, il accueille tous les jours, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. « Le taux de malnutrition chronique est assez élevé dans notre fokontany. Il est évalué à 45 %. Nous prévoyons de nouvelles activités puisque le site fonctionnera comme un centre d’éveil et de crèche pour les enfants âgés de moins de trois ans. Les mères pourront également poursuivre les démonstrations culinaires », a indiqué Marie Josiane Raholihari-malala, chef du site. L’existence d’une telle structure est bénéfique pour les mères et les enfants. Ceux qui fréquentent l’endroit apprennent comment améliorer l’état nutritionnel de leurs enfants ainsi que de leur ménage.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – La folk soirée de Mall’s et Fara Gloum

C’est dans l’intime restaurant Telozoro d’Andrefana Ambohijanahary que Mall’s et Fara Gloum ont donné rendez-vous, ce vendredi. Armées de leurs instruments, elles ont offert un concert pour le moins surprenant. Mall’s, du haut de sa carrière de près de trois ans, a proposé des concerts folks bon enfant à son public. La bonne humeur et l’ambiance folk ont été généralement au rendez-vous. Cependant, c’est un show bien différent qui s’est présenté devant les yeux ébahis des noctambules venus les admirer.Le concert a débuté de manière acoustique par la présentation de son album « Tiako tiako tiako ianao ». Vu l’accueil chaleureux des invités, les deux chanteuses prennent rapidement de l’assurance. Mall’s et Fara Gloum ont un style musical bien à elles. Dès les premières notes, leur musique nous emporte. Le son des guitares s’intensifie, une complicité manifeste se dégage de leur prestation. De quoi réchauffer l’atmosphère et faire bouger le public. Mall’s et Fara Gloum, ce sont deux chanteuses qui mêlent à merveille blues et folk, dans des mélodies résolument modernes. Mall’s, c’est cette fille d’aujourd’hui, amoureuse de la musique d’hier. Quant à Fara Gloum, même si musicalement elle a déjà fait mieux, une chose est certaine, la chanteuse aurait appris, une fois de plus, qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Avec ses airs un peu austères, Fara Gloum a plus d’un tour dans son sac, et elle l’a prouvé une fois de plus au Telozoro. S’il y a un endroit où il fallait être vendredi soir, c’était bien au Telozoro.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Ultra Trail des ô Plateaux – Mahariniavo dame le pion aux ténors

Le coureur non licencié d’Ambohimalaza, Mahariniavo Rajoelison brille à l’Ultra. Jean de la Croix Rakotomalala l’emporte en semi.

Une nouvelle tête, occupe la plus haute marche du podium de la neuvième édition de l’Ultra Trail des Ô Plateaux. Il s’agit du villageois d’Ambohimalaza, Mahariniavo Rajoelison.Ce coureur, non licencié, a toujours participé à l’Ultra long de 120km et a fini deu­xième l’année passée. Grace à ses expériences d’au moins six ans, il mérite bien ce premier titre.« J’ai rencontré beaucoup de difficultés en début du parcours et en plus dans la nuit car la piste est boueuse et glissante, mais dans la journée après Mantasoa, tout allait bien », a confié Mahariniavo Rajoelison. Ce dernier a donc gagné le ticket pour participer au Trail de l’UT4M à Grenoble, France en fin-août.Il a été suivi de près par un athlète confirmé, William Rasendra et le champion français se contentait de la dernière marche du podium. Le champion en titre, Joachim Andrianirina, a abandonné à la sortie du village de Man­ta­soa, a mi-parcours, « le sentier est trop glissant. Je suis tombé plusieurs fois dans la nuit du vendredi, et j’ai mal partout », a-t-il expliqué pour son abandon. Cent-quarante-deux coureurs ont repris le départ de l’Ultra la nuit du vendredi.

Et de deuxEn semi, long de 65km, qui compte aussi pour le championnat de Madagascar, le titre revient à Jean de la Croix Rakotomalala. C’est son deuxième titre consécutif en trail après celui de l’an passé. Ce coureur du Vaki­nankaratra, champion de Madagascar en semi marathon en 2013, champion national en cross country en 2016, et champion du marathon international de Tanà en 2015 a bouclé cette distance en 6.13.10. Il a été talonné par un coureur non licencié, Fitiavana Narindra Faniry. Hajanirina termine troisième au classement et est vice champion national avec un chrono de 6.20.59 devant Nesser Howssey (6.31.46).Les deux premières places chez les dames ont été remportées par des étrangères, en l’occurrence Bour­geois Marie Noëlle et Pucheu Pauline et en troisième position la Malgache, Volatiana Rasoambolanoro. Quant aux résultats du T-Rail de 30km, le multiple champion du semi-marathon et cross country, Fulgence Rakotondrasoa termine premier chez les hommes et Marie Noeline Razafiarisoa pour les dames.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Otiv de Mahajanga – L’ancien directeur régional s’explique

La présence de l’ancien directeur régional des opérations de l’OTIV Boeny à Mahajanga, durant la célébration de la Journée mondiale de la presse, n’est pas passée inaperçue des médias. Nombreux se sont demandés quant au sort du remboursement de quelquevingt mille membres épargnants de l’agence de micro-finances mutualiste de Boeny.Celle-ci est confrontée à des problèmes financiers depuis un an et demi et ne peut plus solder les dépôts ni honorer le retrait d’argent des mutualistes.« C’est à la fois un problème technique et financier », précise un membre du conseil d’administration. « Ouverte en 2010, l’agence de Boeny n’a jamais été accompagnée alors que les autres institutions de micro-finances (IMF) ont été subventionnées à hauteur de2 millions de dollars,  leur mise en place étant une politique de l’État. Elle a, toutefois, réussi à ouvrir trois agences rien que dans la ville de Mahajanga. Mais beaucoup de mutualistes n’arrivaient plus à rembourser leurs emprunts, d’où cette difficulté financière de l’agence», précise-t-il au téléphone.En effet, l’OTIV Boeny fait  partie des IMF encore opérationnelles sur la liste établie par la Commission de supervision bancaire et financière de la Banque centrale. Il n’y a donc pas de liquidation en vue.L’agence paie au compte-gouttes du mieux qu’elle peut. Dernièrement, un membre a demandé le remboursement de 5 millions ariary pour cause d’hospitalisation. « Celui-ci n’a reçu que 10 000 ariary », indique un journaliste local. L’association des femmes de Mandritsara y a placé 12 millions ariary, mais ne peut pas les récupérer. Après le « limogeage » du directeur des opérations, Andriatiana Rasolofomanana, un administrateur par intérim a essayé de gérer la situation pendant six mois. Son mandat ayant expiré en octobre 2016, un cabinet d’audit a été appelé afin d’analyser toute mauvaise gestion, ou tentative de détournement de fonds, ou autres problèmes justifiant la situation financière actuelle de l’agence.Andriatiana Rasolofo­mananase justifie: « Près de cinq mille membres n’ont pas remboursé leurs emprunts alors que l’agence survit grâce à leur cotisation. » Il a indiqué qu’il est tout à fait possible de sauver l’OTIV de Boeny.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Élection FMT – Razafindratsimba officialise sa candidature

Vincent Razafindratsimba postulera à la présidence de la Fédération malgache de tennis, le lundi 29 mai prochain. Il a officialisé sa candidature samedi, après avoir eu confirmation de la date officielle du scrutin, en début de semaine.Le propriétaire de Havoa­na Land Imerikasinina, célèbre pour son circuit de Karting, est connu comme étant un ancien président du Tennis Club de Betongolo, mais aussi comme un sportif multidisciplinaire et un dirigeant de multinationale. « Depuis mon enfance, je fais du handball, du karaté, de la natation, du football. Concernant le tennis, j’en joue depuis une quarantaine d’années, avec comme palmarès des titres de champion d’Analamanga, vice-champion de Madagascar et champion du Tennis Club de Betongolo », se remémore-t-il.« Mes entreprises sont prêtes à soutenir la Fédération. Il en est de même pour mes au­tres collaborateurs nationaux et internationaux. Et ce, afin de disposer des moyens matériel, financiers et humains nécessaires pour faire avancer le tennis. C’est ce qui me motive à me porter candidat parce qu’on pourra vraiment développer la discipline ainsi. On a déjà mis à disposition ces moyens à l’épo­que où je présidais le Tennis Club de Betongolo, notamment en apportant un soutien matériel », rajoute-t-il.

Trois candidatsVincent Razafindratsimba dévoilera prochainement les membres de son équipe. Avec celle-ci, il prévoit de partir en tournée auprès des ligues régionales, afin d’étaler son programme.Sa politique peut être présentée en trois lignes générales. « Il faudra former continuellement les entraineurs et les arbitres pour rehausser le niveau et la valeur du tennis. Sans oublier une gestion transparente de la Fédération. Et enfin, on mettra les moyens cités précédemment à disposition des joueurs, pour qu’ils puissent jouer le maximum de compétitions nationales et internationales. On sait tous que pour évoluer, il faut disputer le maximum de matches », décrypte-t-il.Vendredi, Stéphane Rakotondrainibe avait annoncé sa candidature. Vincent Razafindratsimba est donc le deuxième postulant officiel. Et un troisième candidat est attendu pour se prononcer, en ce début de semaine. « C’est une bonne chose qu’il y ait plusieurs candidats. Les présidents de ligues auront une large palette de choix et pourront opter pour le programme qui leur plait le plus », conclut l’ancien président du Tennis Club de Betongolo.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Le gang de Zozo démantelé

Depuis un mois, les agents de la police nationale luttent contre l’insécurité qui a repris de l’ampleur dans la ville de Toamasina. Néanmoins, les efforts n’ont cessé de porter leurs fruits car le mercredi 3 mai, le gang de Zozo a été démantelé par les policiers. Sept membres de la bande ont été reconnus comme auteurs de vols à main armée en moto .D’après les informations fournies par le commissaire du central de Bazar kely, Manitra Fleurys Razafindahy, le leader de la bande était recherché depuis longtemps, pour répondre à bon nombre d’attaques et de vols à main armée dans le quartier d’Ambolomadinika. Les agents de la Police ont réussi à mettre la main sur eux. Au cours de l’arrestation, un revolver chargé de cinq balles ainsi que des motos utilisées pendant leurs opérations, ont été trouvés.Durant la conférence de presse organisée vendredi dans le bureau du commissaire Manitra Feurys Razafindahy, les rapports depuis janvier font état de deux armes à feu, de vingt et un sabres et de couteaux saisis. À cela s’ajoutent sept cent cinquante kilos de marihuana et deux cents litres d’alcool de fabrication locale. Quant aux arrestations de malfaiteurs, dix-sept cambrioleurs et soixante détrousseurs ont été appréhendés, dont la plupart ont été localisés dans les quartiers de Bazary May Ankirihiry, d’Ambolo­madinika, de Tanambao V et de Tanambao Verrerie.La nuit du même vendredi, Eric Poara, un détrousseur réputé et récidiviste, a été également arrêté. Il a déjà subi la vindicte populaire durant laquelle il a perdu un œil. Mais le fait d’être devenu borgne ne l’a pas assagi pour autant. D’ailleurs, malgré les résultats obtenus par les forces de l’ordre dans la grande ville de Toamasina, le problème de l’insécurité reste irrésolu.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Une baisse de température sur les Hautes Terres.

Antananarivo et la région du Vakinankaratra connaîtront une baisse de la température dans les trois jours. Elle sera entre 9°C et 25°C pour Antsirabe et entre 13°C et 22°C à Antananarivo, à partir de ce jour. Ce weekend, la température enregistrée était de 14°C à 24°C pour Antananarivo. La partie Est de la Grande île et des Hautes Terres centrales bénéficieront de faibles averses. Le régime d’alizé s’intensifie et régit notre climat.

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Fanyah scintillait au Complexe

Après avoir émerveillé de son charme naturel la scène du Smart Tanjombato un peu plus tôt samedi soir, le temps du Smooth Night Women, Fanyah ne s’est pas privée de ravir, une fois encore, son public un peu plus tard sur la scène du Le Complexe Antanimena. Pour elle, les cabarets se suivent et ne se ressemblent pas. Tous les paramètres entrent en jeu pour satisfaire et fidéliser la clientèle. La chanteuse Fanyah a séduit son public samedi soir au restaurant Le Complexe à Antanimena. L’accueil était chaleureux. Le cadre était agréable.Le restaurant Le Complexe séduit avec sa cuisine qui n’aurait rien à cacher, ivre de sens, cambrée dans les plaisirs et ouverte à toutes les bouches. Rien qu’à énoncer ses plats, les lèvres s’arrondissent. Un plaisir succulent qui s’est gâté avec la qualité de l’ambiance que Fanyah a offerte, samedi soir.Sa voix caressante donnait du confort. Et son regard laissait exprimer ses sentiments à travers sa façon d’interpréter « Happy » de Pharrel l Williams ou « Tady vita fato-maty » de Lolo sy ny tariny. Accompagnée par Andry Micka au clavier, leur vaste répertoire fut un moment de bonheur pour les fans qui sont venus les admirer. Les notes du claviériste se distillaient dans la voix de la chanteuse et créaient la magie. L’instant devenait précieux et brillait au scintillement du haut argenté de Fanyah. L’interaction du public a pimenté la soirée qui s’est prolongée. Une formule que ce lieu incontournable de la bonne cuisine et de l’ambiance conviviale compte renouveler chaque fin de semaine, avec d’autres artistes pour faire plaisir à ses habitués.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Manandriana – Un militaire abattu et dépouillé de sa Kalachnikov

Coup dur pour l’armée malgache. Neuf éléments du Détachement Autonome de Sécurité (DAS) ont essuyé des tirs meurtriers de dahalo à une soixantaine de kilomètres de Manandriana, dans une zone limitrophe avec le district d’Ambohi­mahasoa, hier après-midi vers 13 heures. Un soldat de première classe est tombé sous les balles des voleurs de bétail. Ses bourreaux ont fait main basse sur son fusil Kalachnikov avant qu’ils ne  le laissent pour mort sur le champ de bataille.C’est une poursuite engagée tôt hier matin après le vol d’une vingtaine de têtes de bovidés, qui a viré en fusillade meurtrière. Après s’être emparé du troupeau, les bandits de grand-chemin, armés de fusils de chasse se sont engouffrés dans les montagnes. Cinq militaires du DAS se sont d’emblée lancés aux trousses des malfaiteurs avant qu’ils ne soient renforcés par quatre autres éléments. Pris dans le déluge de feu des trente dahalo prêts à en découdre, l’unité en tête de front a essuyé une perte. Après la fusillade, les brigands ont continué leur fuite en s’accrochant à leur butin.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Les ministres coaches rencontrent les Sojabe

Une réunion de coordination avec le ministre coach de la région Boeny, Harry Laurent Rahajason, les autorités locales a été organisée, jeudi, à la Chambre de commerce et d’industrie de Mahajanga.D’après le ministre de la Communication, cette nouvelle disposition de désigner un coach par région permet de faciliter la communication avec le président de la République. De même, les doléances et désidérata recueillis au niveau des régions et les consignes du gouvernement central seront transmis par leur intermédiaire. Le secrétaire d’État auprès du ministère de Affaires étrangères chargé de la Coopération et du développement, Bary Rafatrolaza, également présent, est le responsable de la région Betsiboka.Chaque département a ainsi exposé les difficultés auxquelles il fait face, tant au niveau des moyens qu’au niveau technique et financier. Le directeur régional de l’Agriculture et de l’élevage, Micheline Baofeno, a mis l’accent sur le manque de moyens de communication dans les communes rurales. Celui de l’Environnement et des forêts, Josette Rakotoarimanana, a évoqué le problème de la destruction des forêts dans la région Boeny. Le directeur interrégional des Transports et de la météorologie, Ali Tabet, a suggéré que l’on place la gestion de la gare routière régionale d’Aranta sous tutelle de son département. Le directeur régional de la Santé publique, Diana Ratsiambakaina, a, pour sa part, proposé que l’État intervienne avant que son département prenne des décisions finales sur la prochaine fermeture de certains centres de santé qui utilisent des appareils de scanner.Le ministre coach a pris note de tous ces rapports,  tandis que Bary Rafatrolaza a déclaré qu’à la suite d’une coopération avec l’AFD région de La Réunion, un projet de construction d’une salle de spectacles pouvant accueillir dix mille personnes, au Banja Toalaza, était en vue.Les Sojabe ainsi que différentes associations politiques ont également rencontré les deux coaches.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Slalom Yacco – Laza double la mise

Et de deux pour Laza Randriamifidimanana, vainqueur du Slalom Yacco, hier sur le circuit d’Ivato, au volant de sa Peugeot 106. Il avait dominé la première manche de la saison, il y a deux semaines sur ce même tracé, lors de la course organisée par le club TMF.Il a récidivé ce weekend, durant le deuxième rendez-vous de l’année, organisé par le club Asacm. Au final, il a compté une avance de plus de quatre secondes sur Hugo Louvel, aux commandes d’une Citroën C2.Soit un cumul de 2min 49,41sec contre 2min 54,01sec. Fred Rabekoto, sur Peu­geot 206, a complété le trio de tête, avec un cumul de 2min 54,91sec. Et donc, le podium de ce slalom Yacco a été similaire en tous points à celui du slalom Big TMF d’il y a deux semaines.La course de ce weekend a également été marquée par les performances des jeunes Rasoamaromaka, qui ont terminé dans le top 10. Les fils de Hery Be n’en étaient qu’à leur deuxième apparition officielle, ce weekend. Mais Faniry a signé une belle sixième place avec sa Citroën C2 (2min 57,97sec). Tandis que Mika, également sur C2, a pointé en neuvième position (3min 01,94sec).Ceux qui se sont déplacés à Ivato ont sûrement remarqué les écrans installés aux abords du circuit. Divers spots de sensibilisation sur la sécurité routière y ont été projetés. Une initiative de la Fédération internationale de l’automobile et de la Fédération du sport automobile de Madagascar, en partenariat avec JC DECAUX.Cette campagne se poursuivra dans les rues de la Capitale. Les nombreux panneaux publicitaires de JC DECAUX seront recouverts d’affiches de sensibilisation sur la sécurité routière, d’ici peu.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sakamanga – Serge Ramiandrasoa Band enchante les générations

Des retrouvailles festives entre les nostalgiques des années 60 et 90 ont eu lieu, hier après-midi. Un moment enchanteur et convivial durant lequel, Serge Ramiandrasoa accompagné de ses fidèles musiciens et choristes, a fait danser le public du Sakamanga à Ampasamadinika. Une charmante épopée nostalgique dans le temps, en musique et en danse, cet énième rendez-vous avec le Serge Ramiandrasoa Band, a une nouvelle fois conquis le public.L’évènement s’est affirmé comme un vibrant hommage à cette époque festive des années 60 à 90, durant lequelle les fameux boums ou surprise-party fédéraient amateurs de danse et fêtards de tous âges. Un genre de cabaret-concert dominical, relancé avec fierté par Serge Ramiandrasoa, comme un moment mélodieux destiné à un public de toutes les générations. Prenant l’aspect des traditionnels « Thé dansant » d’antan, comme les apprécient les aînés, le concert d’hier après-midi a envoûté les mélomanes par les interprétations du groupe et de son fervent meneur des grands standards de la musique.Laissant la part belle à un répertoire qui invite le public à danser, Serge Ramiandrasoa Band exulte autant qu’il charme par sa prestation durant deux bonnes heures. Du bon vieux rock de Johnny Halliday, en passant par les rythmiques jazzy de Louis Armstrong, le concert s’est animé en valorisant tous les genres de danse de salon. Du cha cha cha au tango, en passant par le séga, la valse, le rock’n’roll, le Madison, le groupe a amusé et fait bouger son auditoire.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Présumé ravisseur relâché

Traduit devant le parquet vendredi, pour le meurtre d’un garçonnet de trois ans à Andoharanofotsy, un prévenu a bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Le présumé ravisseur est passé aux aveux et un SMS revendi­quant le rapt et réclamant la rançon a été retrouvé sur son téléphone mobile. Les parents du gamin enlevé ont, pour leur part, abandonné les poursuites.

L'express de Madagascar0 partages

Reproduction sociale : de la droite de la gauche à la gauche de la droite

Émmanuel Macron, président de la République française. C’est la victoire d’un novice en politique, encore inconnu du grand public avant sa nomination comme membre du Gouvernement en août 2014, et dont le mouvement «En Marche» avait été fondé, il y a un peu plus d’un an, le 6 avril 2016. Un novice en politique qui a, cependant, réalisé le parcours le plus typique, «la voie royale», menant aux sommets du pouvoir en France. Diplômé de Sciences Po Paris en 2001, sortant « dans la botte » de l’ENA en 2004, ce qui l’autorise à choisir de devenir inspecteur des finances (corps supposé concepteur et artisan des grandes réformes économiques des trente dernières années), l’un des deux plus puissants grands corps de l’État avec le corps des Mines qui regroupe les meilleurs ingénieurs sortant de l’École Polytechnique.Cette «caste» se retrouve aux sommets des plus importantes hiérarchies du pouvoir politico-administratif et économique en France : cabinets du président de la République, du premier ministre et du ministre des finances, directions du Trésor et du Budget, présidence de la Banque de France et de l’Autorité des Marchés Financiers, conseils d’administration des entreprises du CAC40 et directions générales des grandes banques et assurances.Cependant, une intéressante analyse, «La candidature de Macron et la recomposition politique à l’oeuvre», de la revue «Contretemps» («appartenance à la Ligue communiste de la plupart des auteurs, avec la volonté d’élargir ce noyau à un collectif pluraliste de radicalités sociales et intellectuelles» dans le «souci d’une rencontre entre le champ de la recherche universitaire et l’engagement militant», selon son fondateur, le marxiste Daniel Bensaïd (1946-2010), ancien professeur de philisophie à l’Université Paris VIII) offre une grille de lecture moins inattendue.Jean-Louis Beffa, polytechnicien du corps des Mines, PDG de Saint-Gobain de 1986 à 2007, surnommé le « pope de l’industrie française » et aujourd’hui conseiller pour la banque d’affaires Lazard, aurait ainsi avoué « rêver de voir la France dirigée par une grande coalition avec Alain Juppé à l’Élysée et Emmanuel Macron à Matignon afin qu’ils fassent ensemble des réformes à la Schröder » (social-démocrate, chancelier à la tête de l’Allemagne, de 1998 à 2005).Sur le modèle allemand des grandes coalitions centristes, pour dépasser le clivage obtus droite-gauche, cette élite française voudrait pouvoir constituer une grande majorité centriste allant de la droite de la gauche à la gauche de la droite et en se démarquant des deux extrêmes – à droite comme à gauche. Émmanuel Macron serait ainsi l’homme dont le Siècle rêvait, «un homme de gauche menant une politique de droite».«Contretemps» liste les appels à cette coalition de la droite de la gauche à la gauche de la droite : le livre «La France au défi» (Fayard, 2014) d’Hubert Védrine, énarque, conseiller diplomatique puis secrétaire général de François Mitterrand à l’Elysée, ancien ministre des affaires étrangères, puis conseiller des entreprises du CAC 40 et membre du conseil d’administration de LVMH ; Jacques Attali, polytechnicien, énarque, ancien conseiller spécial du président français François Mitterrand, auteur prolifique de 67 ouvrages, qui a appelé à un« gouvernement de salut public » ; Pascal Lamy, Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce de 2005 à 2013, énarque également diplômé de HEC, inspecteur des finances, ancien sherpa de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, suggérait un gouvernement d’union nationale réformiste.En janvier 2015, Alain Juppé a évoqué la perspective d’une grande coalition pour que « les gens raisonnables gouvernent ensemble et laissent de côté les deux extrêmes, de droite comme de gauche». L’ancien Premier Ministre de droite Jean-Pierre Raffarin, soutenu par son successeur de gauche Manuel Valls, en décembre 2015, avait proposé un « pacte républicain contre le chômage ».S’ils sont moins efficaces dans l’exercice du pouvoir, il faut reconnaître aux marxistes un réalisme dans la lecture du rapport des forces dans une société. À propos d’Émmanuel Macron, cette analyse constatait donc «l’écho que rencontre son projet politique auprès des élites politiques, administratives et économiques» et «de solides points d’appuis au coeur du pouvoir». Et elle fait l’hypothèse d’un «choix stratégique d’une grande partie de la classe dirigeante française d’opérer une mutation dans le fonctionnement du système politico-institutionnel de la Vème République afin de mieux préserver sa capacité à dicter les choix législatifs et gouvernementaux».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Un sacrifice rituel à Ambohimirandrana

La forêt de Manjaka­tompo, dans le district d’Ambato­lampy, renferme jadis un « mystère ». En fait, il s’agit d’un rite de sacrifice qui a pour cadre Ambohimirandrana, la Montagne-tressée.Les habitants des environs sont, d’ailleurs, foncièrement imprégnés de superstitions : « Ne passez pas par tel marais, vous pouvez y avoir le cou tordu. » « Ne crachez pas ici, vous deviendrez muet.» « Ne montrez pas de la main ce tombeau, vous allez perdre vos doigts.»Effectivement, les voies de communication sont tellement difficiles que seuls, les sorciers et les devins sont les rois et maitres des lieux. Ces croyances perdurent, d’autant plus profondément que la contrée est le royaume des Vazimba, « nains » de descendance africaine qui, d’après la légende, auraient disparu comme par enchantement et se seraient transformés en habitants maléfiques des sources et des lieux solitaires.Pour apaiser ces colères invisibles ou pour demander des bénédictions, de nombreusespersonnes viennent immoler des sacrifices sanglants au sommet d’Ambohimirandrana, surtout au mois d’aout.Selon Fulgence Eutrope Ramilijaona, du Musée d’arts et d’archéologie en 1971, du Lac Froid, un petit sentier discret, secret même, mène au pied d’une cascade dans une forêt d’arbres et d’arbustes entrelacées de lianes. L’eau tombe en gerbes glacées, mais pour qui veut participer au sacrifice, il doit s’astreindre au rite habituel de l’ablution pour se purifier de ses péchés.Y apporter quelque chose à base de porc (viande, graisse, charcuterie, mets) est un sacrilège mortel, car alors les dieux se mettent en colère et punissent le profanateur. À partir de la cascade, il faut en outre marcher pieds nus, les chaussures ne sont pas permises dans l’enceinte «archisacrée». Enfin, le silence est de rigueur et « attention au faux pas si vous ne voulez pas être commenté sévèrement et d’une façon fantaisiste parfois ».Au sommet de la montagne se trouve une grande clairière que seuls les adeptes du culte connaissent. Ici et là, de vieux troncs d’arbres troués recèlent différents présents : des bonbons, du miel, des têtes et des pattes de volaille, des pièces de monnaie…Des crânes de bœufs munis de leurs cornes sont accrochés un peu partout. « Au milieu, à l’ombre d’un grand figuier, le tombeau royal, celui de Rafohy, la reine des Vazimba, impose le respect par son aspect insolite. Il est couvert de sang séché et d’ossements d’animaux et de présents hétéroclites. »Devant le tombeau se dresse une table de pierre. Tout autour, les gens, hommes, femmes, enfants, jeunes et vieillards, « las et fatigués d’un long trajet, attendent silencieusement, saisis d’une crainte mystérieuse ».Un vieillard, enveloppé dans son grand lamba blanc de fête, cache un coq sous le bras gauche. Une famille garde un agneau blanc retenu par une cordelette rouge. Un bœuf roux, tacheté de blanc sur le front, rumine insouciant au pied d’un arbre. De grands coutelas et des cuvettes blanches luisent au soleil. Des joueurs de flûtes et de tambours s’exercent en sourdine.En début d’après-midi, « un grand individu aux cheveux crépus, la barbe en broussaille, une longue bure jusqu’à terre, le prêtre sans doute, foudroie l’assemblée d’un regard circulaire. Calme et mystérieux, il se place devant la porte du tombeau, s’incline presque comme coupé en deux, se croise les bras sur la poitrine, lève les mains au ciel, puis les ramène sur la figure tout en prononçant des oracles incompréhensibles et enfin, se tourne vers l’assistance ».À cet instant, le silence est brusquement rompu et une « cacophonie de tamtam, de cris, de prière, de danses étranges et de prosternations », accompagne le rythme des chants. Dix hommes robustes immobilisent le bœuf, et le prêtre et ses aides procèdent au sacrifice, le saignant d’abord avec un coutelas avant de lui donner le dernier coup de grâce. Le sacrificateur revient devant l’entrée du tombeau, prend une poignée de terre, la mélange au sang du bœuf, fait une courte révérence et asperge les fidèles au moyen d’une branche de figuier.Pendant ce temps, les adeptes « se prosternent  à terre, dans un murmure confus et des gestes convulsifs ».Vient ensuite le moment de l’offrande de l’agneau, des coqs et autres présents appropriés. Le repas en commun se prépare avec les dernières paroles de prédication, de reproche ou d’exhortation, d’une « danse hystérique » effectuée par une femme, soutenue par les acclamations scandées de l’assistance.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – CNaps Sport – Harivony et Sariaka au top

Harivony Andrianafetra et Sariaka Radilofe sont les lauréats de la première édition de l’Open CNaPS Sport. Premier grand tournoi pour joueurs licenciés organisé sur les courts en surface rapide de Vontovorona.Sariaka Radilofe et Fitia Ravoniandro ont ouvert la journée, hier matin, avec la finale du tableau féminin. Fitia a réalisé une meilleure entame de match, en décrochant le premier set. Mais c’était sans compter sur le retour de Sariaka, qui a égalisé avant de s’adjuger la manche décisive. Score final 1/6, 6/4, 6/4.Le scénario de la finale masculine a été similaire. Andritoavina Ratsimandresy a d’abord enlevé le premier set. Mais par la suite, Hari­vony Andrianafetra s’est repris pour s’imposer, 6/7, 6/3, 7/6. À l’image du résultat final, ce choc des générations a été très disputé, du premier jusqu’au dernier jeu. Avant le début de ce tournoi, la CNaPS Sport avait promis un joli pactole aux vainqueurs.Soit 1 000 000 ariary pour le gagnant et 600 000 ariary pour la gagnante. Prochaine­ment, une autre compétition est d’ores et déjà prévue à Vontovorona. Il s’agit d’un open par équipe pour entraîneur.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Faux mercure

Entendu par le juge d’ins­truction au parquet d’Anta­nanarivo avant-hier, un individu de trente-cinq ans, inculpé pour escroquerie a été placé sous mandat de dépôt. Il est poursuivi dans trois dossiers pour lesquels les préjudices s’élèvent à quatre vingt-trois millions d’ariary. Le quidam serait parvenu à rouler ses victimes dans la farine en leur vendant du mercure ou encore de l’huile essentielle de vanille qui ne valent pas un clou.

L'express de Madagascar0 partages

Cercle Germano-Malgache – Kabosy Spirit honore les mélodies du terroir

Des retrouvailles folkloriques et enivrantes se font dans la joie et l’allégresse. Le concert du Kabosy Spirit a ravi un public de toutes les générations ce week-end.

Un groupe doté d’une forte personnalité, représentatif de la région Haute Matsiatra, voue un amour intarissable pour la musique traditionnelle et celle du terroir. Il s’agit de Kabosy Spirit qui s’est redécouvert au public de la ville des Mille, sur la scène du Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely. Le temps d’un concert rythmé et fraternel, le groupe Kabosy Spirit a ainsi envoûté son public samedi après-midi, l’embarquant pour un voyage musical d’exception tout à son image.Représentant toujours le fameux « The Betsileo Contemporary Roots », le groupe a invité le public à se délecter du folklore des mélodies spécifiques aux « Horija Betsileo». Kabosy Spirit revient ainsi en imposant les sons traditionnels distillés par le kabôsy, instrument de prédilection de sa région natale, ainsi que de divers instruments traditionnels qu’il conjugue avec des instruments modernes. Groupe représentatif de la région Haute Matsiatra, vouant une passion pour la musique traditionnelle, Kabosy Spirit continue son périple, en mettant en avant ses compositions issues de son album « Tonga mpamangy».Emmené par les jumeaux Doda et Mbity principalement aux kabosy, le groupe se compose de Dads à la guitare, Fefy à la basse et Taks à la batterie. À travers une prestation tonitruante et harmonieuse, Kabosy Spirit a porté haut l’étendard de sa région natale.

FraternelUne ode à l’identité culturelle de la Grande île, la musique festive du Kabosy Spirit transcende aussi bien qu’elle inspire le public du CGM, durant près de deux heures de concert. L’auditoire, de tout âge et de toutes les générations, a repris en chœur les compositions du groupe, et les a parfois accompagnées de quelques pas de danses. Humble et modeste à la fois, Kabosy Spirit séduit alors aussi bien qu’il enchante. Le groupe a officiellement vu le jour en 2012, en s’illustrant lors de ses débuts sous le nom de « Ery Mbity ».Les chansons du groupe se tournent essentiellement sur la thématique des beautés de la région Haute Matsiatra, de la générosité de ses natifs et de leur nature accueillante. Le titre « Tonga mpamangy » illustre parfaitement cela, de même que « Aminay any » et « Kila olo» qui racontent les particularités et les caractères des fameux Betsileo.Kabosy Spirit est d’ores et déjà bien à l’aise sur la scène culturelle nationale, qu’il connait parfaitement. Il ne cache pas son envie de s’exporter également à l’étranger pour valoriser sa musique traditionnelle et prévoit une belle tournée nationale au courant de cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Des interventions chirurgicales pour les femmes fistules à Antananarivo.

Le professeur Yoël Rantomalala, urologue, a annoncé une campagne d’opération pour les femmes fistules, prochainement. Ces interventions chirurgicales s’effectueront dans les bâtiments de la maternité Sainte-Fleur et du service urologie du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), de l’hôpital Bejofo à Mahitsy. Les malades nécessitant ces opérations, seraient nombreux.

L'express de Madagascar0 partages

Déflagrations à Ivato

Des déflagrations ont semé la panique à Ivato avant-hier. Une source sécuritaire, révèle que c’est un gen­darme qui s’est permis d’allumer des pétards à l’occasion de la circoncision de son fils.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Max le ferrailleur valorise des tableaux de maître

Un lieu de prédilection, unique en son genre pour les férus d’art pictural de collection de la ville des Mille, l’atelier de Max le ferrailleur à Isoraka, brocanterie et  magasin d’antiquités d’exception, tient une exposition de peinture d’antan, depuis samedi jusqu’au 13 mai. Un moment privilégié pour redécouvrir les œuvres intemporelles de grands maîtres de la peinture malgache. Le magasin de Max le ferrailleur, de son vrai nom Bruno Chateauneuf, expose pour le public amateur d’art pictural, des œuvres qui respirent à plein nez l’histoire de la Grande île.Laissant la part belle aux paysages figuratifs, on y retrouvera les œuvres picturales d’Henri Ratovo, d’Emile Ralambo et Ramanda, mais aussi des peintres francophones comme Tellier et Stephane Mania qui retranscrivent la beauté de la Grande île. Des toiles de maître à découvrir, ce sont des pièces uniques que le public aura le plaisir d’admirer.   Outre ses expositions, le collectionneur se plaît également à partager son territoire avec des artistes talentueux qui souhaitent s’y faire une visibilité, voire une clientèle. Les habitués des lieux le savent très bien, une exposition de peinture chez Max le ferrailleur est une occasion de jouir directement d’une belle collection de fresques et de tableaux aussi rares que pittoresques.Valoriser et collecter des œuvres artistiques d’époque, c’est la passion de Max le ferrailleur. Une passion qu’il partage souvent à travers des expositions ouvertes au grand public. C’est ainsi du 6 au 13 mai où le collectionneur invite les férus d’art à se joindre à lui, car il mettra cette fois-ci à l’honneur des œuvres des années 1920 à 1950. Garnissant continuellement sa collection, il expose ainsi dans le cadre de ce rendez-vous dix huit œuvres de peintres malgaches, mais aussi de ce qu’il prénomme comme étant « Les peintres voyageurs ».

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Mada N1B – ECBBA et AS Victoire lancés

Deux clubs, l’ECBBA Analamanga et l’AS Victoire Boeny ont effectué un parcours sans faute en deux journées des éliminatoires. Le coup d’envoi du cham­pionnat de Madagascar N1B a été lancé ce samedi au gymnase couvert d’Antsiranana.ECBBA a défait en première journée FBI Sava par 77 à 72 puis a écarté l’AS Douanes Diana hier par 82 à 59. Pour sa part, AS Victoire a battu samedi l’ASE PFOI Diana par 77 à 54 et a renversé l’ABBS Sava dimanche par 92 à 75. Un autre club d’Analamanga, CBBAnkarana s’est incliné face ABBS par 69 à 78 lors de son premier match.L’ASE PFOI vient d’encaisser sa deuxième défaite en autant de matches, battue hier par l’AS Fanalamanga d’Alaotra mangoro. Les éliminatoires s’étaleront jusqu’au mercredi, les quarts de finale vendredi, les demies samedi et la finale dimanche.

S.R.

Midi Madagasikara0 partages

Famaranana ny « kopi kolé » tao Toliara : Olona 3 namoy ny ainy, 14 hafa naratra mafy

Ratsy fiafara, niafara tamin’ny faty olona ny lanonam-pamaranana ny « Kopi Kolé » sy ny fanamarihana faha-5 taonan’ny fahitalavitra TV Plus Toliara, ny zoma hariva teo, tany Toliara. Folo minitra taorian’ny fiafaran’ny fety, dia nisy ny fifanosehana teo amin’ny vavahady fivoahana ny kianja mitafo ao Tsienengea. Olona miisa 17 tonga nijery an’ity fifaninanan-kira malaza ity no naratra mafy voahitsakitsaka, ary tsy tana intsony ny ainy telo tamin’ireo rehefa tonga teny amin’ny hopitaly. Misy amin’ireo naratra no mbola manaraka fitsaboana ankehitriny. Vono olona niniana natao ! Raha ny fanazavana azo, dia ahiana ho resaka fanakorontanana sy vono olona niniana natao no nitranga, satria nahitana tsindrona zava-maranitra maromaro teo amin’ny vatany iray tamin’ireo telolahy namoy ny ainy. “ Nisy andian-jatovo ninia nanakorontana ny lanonana, ka nampiasa “big boss” mihitsy. Hasomparana nataon’ireo tsy mataho-tody izao mba hanosoram-potaka ny TV Plus, satria tia mifety Toliara “, hoy ny depiote Siteny Andrianasoloniaiko, tompon’andraikitra voalohany TV Plus Toliara. Manoloana an’ity voina tranga mahonena ity, dia mangataka fanadihadiana manokana hahafantarana ny tena zava-nisy marina ny fianakavian’ireo maty havana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Famonoana « assistant administratif », mitarazoka ny raharaha

Nodorana tamin’ny afon-tsigara ary nodarohina ho faty Itpk Robertos. (sary nomena)

Herintaona androany, 08 mey, ny namonoana ho faty an’i Robertos Andrianatoandro, assistant administratif, izay niasa tao Morondava, izay novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tokoa. Efa-dahy, izay namany mpiara-miasa aminy ihany no voarohirohy tamin’izany vono olona izany. Efa niakatra fitsaràna, telo volana taorian’ny tranga, ity raharaha ity. Ka tamin’izany dia fantatra fa ny iray tamin’ireo efa-dahy dia voaheloka hisazy an-tranomaizina enin-taona, raha nohafahana kosa ny telolahy. Tsy nahafa-po ireto fianakaviana izay didy navoakan’ny fitsaràna izany. «Ambonin’izay tamin’io fotoana io dia tsy teo ny mpisolo vava anay fianakaviana nanana ny maty ary nisy tamin’ireo vavolombelona ihany koa no tsy nohenoina. Nangataka izahay ny hanemorana ny fitsaràna kanefa dia mbola notanterahina ihany izany ». Nisy araka izany fampiakaràna nataon’izy ireo. Hatreto anefa tsy hita veroka ihany izany. Ka noho izany dia miahiahy ireto fianakaviana ireto, izay tonga taty aminay fa sao sanatria ka mihitsy ambadika, antony izay mampitarazoka ny raharaha. Eo anatrehan’izany dia miantso sy manao antso avo amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, indrindra fa ireo eo anivon’ny fitsaràna, ireto fianakavin’ity mpiasam-panjakana ity mba hijery akaiky ity raharaha ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Karaté : Un atelier rassembleur

La démonstration de kata a remporté un vif succès.

Inédit, l’atelier organisé, hier au Palais des Sports de Mahamasina, l’est à plus d’un titre ;

Il a en effet permis de voir en détails les règlements du kata, mais également de voir en détail la manière de gérer le stress par un exposé du Dr Ny Aina Andriamiandrisoa, mais aussi les causes de cette « maladie du XXe siècle ».

Il y en avait eu d’autres sujets tels les astuces coach et athlètes qui ont été développées devant une assistance fournie, mais la démonstration de kata a été une réussite parfaite. Et ce n’était pas la seule car sur ce chapitre et hors atelier, on retiendra la présence de tous les anciens qui sont en train d’emboîter le pas de la réconciliation.

On citera volontiers Ratafika du Sodokan, Rivo de l’ASKA, David de Aro, Monjy de la FIHEZAMA, mais également le président de MAKA, Richard Rakotonirina. Une belle brochette de gradés qui fait plaisir à voir et ce n’est pas le président de la Fédération, Solofo Andrianavomanana qui va se plaindre, car il sait plus que tout autre que l’union fait la force. Et pour un homme qui vise la vice-présidence de l’Union des Fédérations Africaines de Karaté, se savoir entouré est un bon point pour le moral.

Clément RABARY

Madagate0 partages

France. Emmanuel Macron président: ses toutes premières priorités

Le couple Brigitte (qui me fait vraiment penser à Jane Fonda et son charme) et Emmanuel Macron

7 mai 2017. Avec 66,06% des voix suffrages exprimés contre 33,94% pour Marine Lepen -Front national-, c’est sans aucune surprise à la Donald Trump, qu’Emmanuel Macron, 39 ans -candidat d'«En marche!»- a été élu, pour 5 ans, 8ème Président de la Vème république française. Né le 21 décembre 1977, il sera, d'ici peu, le plus jeune des 25 Chefs d’État élus que la France aura connu dans son Histoire.

Si cette élection de M. Macron ne changera certainement pas grand’chose à la politique extérieure de la France, surtout vis-à-vis de ses anciennes colonies africaines -dont Madagascar-, il a, cependant, annoncé ses toutes premières mesures prioritaires, pour l'Hexagone et les Français, dès qu’il entrera en fonction dans quelques jours. Les voici -Source Le Monde-:

Moralisation de la vie publique

Le nouveau Président entend rapidement mettre fin au népotisme des parlementaires en leur interdisant d'employer un membre de leur famille ou un proche. Exercer une profession de conseil pendant la durée du mandat sera également proscrit. La rémunération de ces mêmes parlementaires sera par ailleurs fiscalisée dans son intégralité. Le projet de loi sera mis sur la table du Conseil des ministres avant les législatives de juin, afin d'être voté ultérieurement.

Réforme du code du travail

Sur ce point, Emmanuel Macron veut aller vite en légiférant par ordonnances. Le fondateur d'"En Marche!" souhaite ainsi simplifier le code du travail en donnant plus de place à l'accord majoritaire d'entreprise ou de branche et en encadrant le montant des dommages et intérêts accordés par les prud'hommes en cas de licenciement. Un projet qui devrait aller encore plus loin que la loi El Khomri, en somme.

Réforme de l'école primaire

Emmanuel Macron fait de l’Éducation l’un de ses priorités.. Dès la rentrée 2017, le nouveau président souhaite limiter à douze élèves l'effectif des classes en zone d'éducation prioritaire, rétablir les classes bi-langues et supprimer en partie la réforme du collège. Les principaux hauts fonctionnaires devraient par ailleurs être renouvelés.

Développer la construction européenne

Européen convaincu, Emmanuel Macron devrait rendre visite à la chancelière allemande Angela Merkel pour son premier déplacement à l'étranger. D'ici la fin 2017, il devrait également proposer des conventions démocratiques dans l'Union européenne à propos «du contenu de l'action de l'Union» et sur «ses priorités».

Lutte anti-terrorisme

L'ancien ministre de l'Économie veut maintenir l'État d'urgence. Au cours de l'été, il entend également créer un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme, ainsi que d'une cellule spéciale du renseignement dédiée à Daesh.

 

LE MACRON EXPRESS

Diplômé de l’École nationale d’administration, Emmanuel Macron a commencé sa carrière dans l’administration publique comme inspecteur des Finances, avant de rejoindre la banque Rothschild, où il est rapidement promu associé-gérant. En 2012, il réintègre la fonction publique et est nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée avant de rejoindre Bercy comme ministre de l’économie, où il donnera son nom au projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques.

Le 6 avril 2016, Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie du gouvernement de Manuel Valls, lance son mouvement, qu’il baptise "En marche!" Le 30 août, il présente sa démission. La voie est alors libre pour une candidature à l’Élysée. Le 16 novembre 2016, l’ancien banquier annonce qu’il est officiellement candidat à la présidence de la République. Le 23 avril 2017, il passe le premier tour d'une élection à 11 candidats. Le 7 mai 2017, il est élu Président de la république française face à Marie Lepen du Front national.

Dossier préparé par Jeannot Ramambazafy