Les actualités à Madagascar du Mercredi 08 Mars 2017

Modifier la date
Orange Madagascar4925 partages

Antananarivo passe en alerte rouge à l'approche d'Enawo

Antananarivo et la région Analamanga viennent de passer en alerte rouge, avis de danger imminent. L’alerte rouge est généralement donné à 12 heures avant l’impact. Sous régime d’avis de danger imminent, tout un chacun est tenu de rester à l’abri dans son habitation.

La forte tempête tropicale Enawo est actuellement localisée dans la commune d’Antsirabe, district de Mandritsara, région Sofia. Elle a une force de 90km/h, est ses rafales de vent atteignent les 130km/h. 

Le système est prévu toucher Andilamena, dans la région Alaotra Mangoro, vers 12H00 ce 8 mars.

L'express de Madagascar544 partages

Nosy Be – Enawo balaie tout sur son passage

Plus les heures passent, plus le monde découvre l’étendue des dégâts causés par le cyclone Enawo dans l’ile aux Parfums.

Vents violents et mer fortement agitée et devenue rouge au propre comme  au  figuré. Les basses pressions du cyclone Enawo ont provoqué une montée du niveau de la mer. Le cyclone a déversé des millions de tonnes d’eau en vingt quatre heures, la pluie  a  provoqué des inondations, des crues de rivière, ce qui entraîne des glissements de terrain ainsi que des éboulements.Depuis hier, la préfecture de Nosy Be a décidé de fermer l’accès du  port, la circulation y étant rendue impossible. Ce qui a suspendu toutes les activités liées à la célébration régionale de la Journée mondiale de la femme, qui  aurait  dû  se tenir sur l’ile aux Parfums. Bloquées au  port d’Ankify, un millier  de femmes n’ont pas pu  rejoindre celle-ci par  voie maritime, le seul moyen de locomotion pour y  aller.De fait, de nombreux dégâts sont à déplorer un peu partout à Nosy Be, surtout  depuis hier à 9 heures. Des maisons en tôles et  en bois n’ont  pas résisté aux rafales de vent dont la force a augmenté surtout  dans des bas quartiers. Des arbres ont  été déracinés dans  la cour de Hell et  ses environs. Un grand arbre est même tombé en travers de la chaussée, près du  Lycée, et la rue a été coupée depuis midi. Près du  Bazar Be, le vent a arraché un poteau en béton  doté de câbles électriques et téléphoniques, endommageant au passage des kiosques de marchands.

Un poteau en béton est tombé sur des kiosquesde commerçants.

Journée vaquéeDieu merci, l’accident n’a pas occasionné un court-circuit et aucune perte de vie humaine n’a été déplorée. Enfin, des cultures sont inondées, des infrastructures endommagées, l’érosion des plages aggravée par le  passage d’Enawo  sur l’île  aux Parfums.Par vigilance,  tous les établissements scolaires  sont fermés  depuis hier matin, tandis que les propriétaires de  magasins n’ont pris leur décision qu’en début  d’après-midi. Petit  à  petit, les habitants ont déserté les rues. Jusque dans la matinée, la pluie à continué de tomber en abondance, sans arrêt.

La mer a été très agitée à cause des rafales de vent et est devenue rouge.

Toute la population souhaite que le bilan ne s’alourdisse pas. « Lors du passage du dernier cyclone, nous avions constaté que tout  était détruit. Nous étions vraiment tristes. Certaines personnes ne pouvaient s’empêcher de pleurer », lâche un notable de Nosy  Be. Il espère  que le passage d’Enawo ne laisse pas beaucoup de dégâts matériels ou  humains.Toutefois, des jeunes d’Ambatoloaka ont  discuté des effets bénéfiques du  météore. Pour eux, un cyclone tropical sert notamment à refroidir le temps. Cela retombe ensuite en pluie sur les côtes. « La température de la mer diminue nettement après le passage du phénomène, et cela ramène les poissons vers la côte. Les précipitations amenées par les cyclones sont aussi très utiles pour l’agriculture  dans certaines régions»,  concluent-ils.

Raheriniaina

L'express de Madagascar269 partages

Nord-Est – Trois personnes décédées et des centaines de sinistrés

Le cyclone tropical intense Enawo a tué trois personnes et a ravagé plusieurs bâtiments dans le Nord-Est de l’île. Ce bilan s’alourdira, certainement.

En seulement cinq heures après l’atterrissage du cyclone tropical intense Enawo sur les côtes de Madagascar, des villages sont ravagés, des personnes sont décédées et blessées, dans le Nord-Est de Madagascar.Trois personnes sont mort-noyées, dont un enfant de 5 ans et un autre de 15 ans à Maroantsetra et un adulte à Mananara-Nord, 478 personnes sont déplacées et quatre écoles ravagées dans la région d’Analanjirofo, selon le bilan provisoire du bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), recueilli à 17 heures, et envoyé tard dans la soirée.Le préfet de police de Fénérive-Est, Théophile Belahy indique, quant à lui, qu’il n’y a eu que deux décès, les deux cas enregistrés à Maroantsetra. Par contre, il évoque un nombre de sinistrés se rapprochant d’un millier dans ce district. « Huit cent sinistrés sont recensés dans la commune d’Ambi­nanitelo, et cent quatre-vingt dans la commune urbaine de Maroantsetra. Cinq personnes ont été blessées, suite à un éboulement. Vingt maisons ont vu leurs toits décollés, il en est de même pour le bâtiment du district, un collège d’enseignement général et deux écoles primaires publiques », rapporte-t-il, tout en précisant que l’eau commence à monter à Fénérive-Est, et que la pénurie des produits de première nécessité est à craindre, car les routes risquent d’être coupées.

Alerte rougeIl a été difficile de collecter des informations à Antalaha, là où Enawo a atterri, hier vers midi. Tous les contacts sont injoignables, des pylônes auraient été coupés. À Sambava, la gendarmerie n’a décelé que plusieurs arbres coupés, hier, vers 18 heures.« Nous ne pouvons même pas sortir pour recueillir des informations », avance l’un des éléments de la gendarmerie sur place. Pourtant, des photos publiées par des habitants de Sambava sur les réseaux sociaux montrent la montée des eaux dans plusieurs quartiers.Enawo a atterri sur les côtes Nord-Est de Mada­gascar, plus précisément à Ampahana, un village situé à 20 km d’Antalaha hier, vers 11 heures 30. Des vents de 205 km/h et des rafales de 300 km/h ont été enregistrés. Hier, à 22 heures, le cyclone a été localisé dans la commune d’Antakotako du district de Maroantsetra.Enawo continue lentement sa trajectoire vers l’Ouest, avec une vitesse de 5 km à l’heure, pour descendre ensuite vers le Sud, et traverser les Hautes Terres centrales, selon les prévisions des techniciens de la direction générale de la Météorologie. Les régions Analamanga et Itasy passeront à l’alerte rouge, dès ce matin à 6 heures, selon une source auprès du BNGRC.Toutefois, si Enawo s’affaiblit petit à petit, il continue de générer des vents de 130 km/h et des rafales de 180 km/h. De fortes pluies l’accompagnent. Les dégâts d’Enawo s’alourdirontcertainement.

Lire aussi :  Cyclone Enawo : Antananarivo passe en alerte rouge maintenant

Fanomezana Rasolomahery

Midi Madagasikara147 partages

UCTU : Pas favorable à l’introduction de l’autobus intelligent

L’autobus de marque Dong Feng, construit par ID Motors.

Les coopératives regroupées au sein de l’UCTU n’ont pas de solution de rechange quant à leur opposition à l’introduction de l’autobus intelligent.

L’Union des Coopératives de Transport Urbain (UCTU) a émis son avis concernant l’introduction de «l’autobus intelligent », à Antananarivo, lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue, hier, en son siège, à Ambodivona. Selon son président national Andriambinintsolomora Bernardin cet autobus n’est pas adapté à la Ville des Mille. De ce fait, il n’est pas partant. Pour étayer sa thèse, le président national a soulevé quatre points. Premièrement, l’autobus n’est pas garé dans notre parking. Deuxièmement, il n’y aura de « versement » qu’après deux ou trois mois. Troisièmement, l’utilisation de la carte prépayée n’est pas vraiment pratique notamment pour les usagers. Et quatrièmement, cet autobus n’est pas adapté pour les routes de la capitale. En outre, les modalités de paiement ne conviennent pas également à l’UCTU. La réponse a été évasive quant à la proposition de solution à la place de l’autobus intelligent.

Normes internationales. Un avis qui n’est pas partagé par les initiateurs de cet autobus intelligent. Ils avancent ainsi que le choix de l’autobus de marque Dong Feng, construit par ID Motors, répond à la recherche d’une qualité aux normes internationales, grâce au concept de « Bus intelligent ». Equipé de matériels appropriés, il répond aussi aux impératifs d’hygiène, de santé et d’environnement, outre l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication telles que le GPS, les caméras à bord, le wifi, et la carte prépayée pour permettre la démonétisation.  Ils pensent, par ailleurs, que l’introduction de « l’autobus intelligent », dans la capitale malgache, s’inscrit dans le cadre de la professionnalisation des transports publics, et vise à l’amélioration de la sécurité routière et celle des passagers, la fluidification de la circulation urbaine, la démonétisation et la modernisation du parc automobile.  

Dominique R.

Madagascar Tribune106 partages

Les scellages de l’usine Tiko Triple A remplacés par des soudures

La bataille entre les autorités étatiques et la société Triple A part a pris une toute autre envergure depuis cette semaine avec la découverte d’une vache morte dans le « Farm » ou la ferme de l’usine. L’animal aurait succombé faute d’approvisionnement en nourriture et en eau. L’usine étant quadrillée par les forces de l’ordre qui ont reçu ordre de ne laisser passer aucun véhicule, l’approvisionnement en provende et en gas-oil pour alimenter le puisage de l’eau ne pouvait plus se faire.

Pourtant, les autorités ne se sont pas arrêtées à une interdiction d’entrée et de sortie de tout véhicule dans l’enceinte. En effet, dans la journée d’hier, toutes les portes et portails en fer de l’usine, 13 au total, ont été soudés. Un huissier de justice accompagné des forces de l’ordre a assisté à la soudure des portes, les soudures étant censés remplacer les scellés. Pour les autres portes en bois, les scellages ont également été revus par l’huissier de justice et les forces de l’ordre. Ces derniers ont constaté la présence d’une vache morte dans la ferme de l’usine, qui a par la suite été brulée. Cette ferme compterait près de 168 têtes de bovidés dont 68 sont des vaches laitières de race Holstein et le reste des zébus malgaches.

Bataille juridique et politique

Face à cette situation, la société Triple A avait engagé une procédure de référé auprès du Tribunal afin de pouvoir procéder à l’approvisionnement en nourriture et en eau de la ferme à Andranomanelatra. Toutefois, l’audience qui devait pourtant se tenir hier a été reportée pour ce vendredi. La raison évoquée serait l’absence du préfet d’Antsirabe, représentant de l’autorité de l’Etat. Pourtant, les animaux dans cette ferme, notamment les vaches Holstein, nécessitent une attention et un régime particulier pour survivre. Ce report pourrait causer le décès d’autres animaux qui pour l’heure restent condamner.

Quant aux produits de la marque Tiko, ils ont été retirés des étales des grandes surfaces de la Capitale sur note du ministère du commerce. Etant donné que l’usine ne devrait plus fonctionner, les produits sont donc considérés comme illégaux. Cette bataille conjugue le juridique et la politique. Malgré les déclarations des responsables de la société Triple A selon quoi les dossiers de la société ont été régularisé depuis la fin de l’année 2017, l’Etat continue dans son sens et n’accorde aucun crédit à la société. Politique car Marc Ravalomanana ayant déjà déclaré sa candidature à la prochaine élection présidentielle, il s’agit d’une manière parmi d’autre de freiner celui-ci.

L'express de Madagascar61 partages

Affaire Befandriana-Nord – Les évêques cautionnent les locaux

La Conférence épiscopale des évêques a déclaré indirectement croire en la version des locaux. Les évêques ont toutefois fait appel à la non-violence.

Allusive. La Conférence des évêques de Mada­gascar (CEM), a publié une déclaration dans laquelle elle réagit sur les événements de, Befandriana-Nord, hier. Une réaction dans laquelle, la conférence épiscopale affirme, indirectement, sa caution aux« témoignages », des religieux et de la population locale quant à la responsabilité de l’incendie des villages de la commune d’Antsakabary.« Nous exprimons nos remerciements et encourageons les prêtres, religieux et laïcs du lieu où s’est déroulé le drame, sous l’autorité de l’évêque Rosario Vella, évêque du diocèse d’Ambanja, de s’être dressés en tant que témoins de la vérité et de se mobiliser pour la collecte d’aides et la prise de responsabilité, immédiatement, après la tragédie », a affirmé le CEM dans sa déclaration d’hier. Les évêques n’ont accusé personne ni aucune entité.Les propos de la conférence épiscopale tendent, néanmoins, à cautionner indirectement les accusations selon lesquelles les brasiers d’Antsakabary, le 22 février, ont été déclenchés par les éléments des Forces d’intervention de police (FIP). Dans une lettre partagée à la presse, aux lendemains des événements, des prêtres du district de Befandriana-Nord, affirmant avoir reçu l’autorisation de l’évêque d’Ambanja, ont formellement, imputé la responsabilité des incendies aux éléments de la police nationale.

Prise de responsabilitéDe simples citoyens ont repris les mêmes accusations par le biais d’interventions téléphoniques dans les bulletins d’information des médias audiovisuels de la capitale. D’autres mots allusifs ont été prononcés dans la déclaration des évêques, hier. « Nos compatriotes sinistrés, sans abri, démunis, affamés, ne pouvant plus travailler, ni étudier, suite aux violences qu’ils ont subies, se comptent par milliers », soutient le CEM.Sans le dire, la conférence épiscopale n’occulte pas le fait que les incendies d’Antsa­kabary font suite au lynchage mortel de deux policiers, le 18 février. Les évêques déclarent, ainsi : « Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et encourageons les sinistrés (…) Nous condamnons les atteintes à la vie humaine, les violences, ainsi que, les représailles quels qu’en soient les motifs ».Une nouvelle fois, la conférence des évêques souligne que le désordre social, actuel, est la conséquence de l’égoïsme et de la corruption qui gangrènent tous les systèmes du pays. Pour déterminer qui est ou sont les responsables des incendies d’Antsakabary, l’État a dépêché sur place une enquête mixte dont la mission a pris fin, dimanche. Pour cause de secret de l’enquête, les autorités soutiennent, pourtant, que les résultats de cette descente sur terrain ne peuvent pas encore être publiés.En attendant l’évolution du dossier, le CEM recommande le pardon et la conciliation. Il réitère, aussi, son appel à « une prise de responsabilité face à l’insécurité ». Si certaines lignes de la déclaration des évêques tendent à enfoncer la police nationale et ont trait, une énième fois, à des rappels à l’ordre, les prélats y prônent la non-violence, et à ce que les acteurs de la société soient des artisans de la paix.

Collecte de dons

Dans sa déclaration d’hier, la Conférence des évêques de Madagascar lance une opération de collecte de dons pour les sinistrés de la commune rurale d’Antsakabary. Elle appelle, ainsi, les fidèles, quelle que soit dans leur église, les associations religieuses, ou encore, les écoles confessionnelles à faire don de vivres, d’articles du quotidien comme des vêtements, des fournitures scolaires et autres, de l’argent, aussi. Des dons qui seront, ensuite, envoyés au responsable du diocèse d’Ambanja ou au siège de Caritas national d’Antananarivo.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza49 partages

Fosafosa amin’ny facebookMigadra herintaona i Hiary

Na dia efa nanala ny fitoriany an’ilay mpanakanto mpandrindra ny vondrona ao anaty tambajotra facebook “Fifosana hanatsarana people gasy”, Hiary Rampanoelina, daholo aza ireo voatohintohina rehetra tamin’ity raharaha ity dia tsy afa-bela ny voampanga.

 Noraisin’ny fampanoavana ho anisan’ny firaisana tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy ny famelana ilay fandrahonana haka an-keriny zanaky ny depiote Harijaona Randriarimalala na Jaona Elite nivoaka tao amin’ny rindrin’ity vondrona ity ka dia izay no antony tsy nahafahan’ny fitsarana hanafaka madiodio an’i Hiary. Voasazy higadra herintaona sazy mihatra izy ary nafahana noho ny fisalasalana kosa ny vadiny. Omaly moa no nivaly teny amin’ny lapan’ny fitsarana Anosy ity raharaha ity rehefa avy nisintona sy nandinika izany hatramin’ny 28 febroary teo ireo mpitsara. Mbola afaka mampiakatra fitsarana ambony na miantso fandravana ny didy ny mpisolovava an'i Hiary. Maro no taitra tamin'ity didim-pitsarana ity saingy raha ny filazana mpitsara iray dia io no izy ary mitombina tsara satria izay no mifanaraka amin'ialy vesatra niampangana azy.

Mirija

Tia Tanindranaza46 partages

Asehoy amin’izay e !

Aiza amin’izay ry Jean ilay fahaizanareo tamin’ny andron’ny frankofonia ireny a ! Hainareo ery ny nifaninana tamin’ilay nahary ka nanakana ny orana tokony hirotsaka mba tsy hanimba ny rendrarendranareo mianakavy.

Marco  leo sy tofoka an’i Jean

Orange Madagascar45 partages

Enawo touchera Antananarivo accompagné de rafales de vents de plus de 100km/h

Le cyclone tropical Enawo se trouve toujours actuellement dans le district de Maroantsetra, et est accompagné de vents de 120km/h et de rafales de 140km/h. Le système devrait se situer entre Mampikony et Andilamena ce 8 mars à 09H00.

Lorsque Enawo touchera Antananarivo ce mercredi 8 mars, le système sera accompagné de vents de 75km/h et de rafales de plus de 100km/h. La pluie continue qui s’abat sur Antananarivo depuis le soir du 7 mars fait monter le niveau des eaux à un niveau préoccupant. 

Enawo devrait atteindre la région Haute Matsiatra ce jeudi 9 mars, avant de sortir en mer par le district de Taolagnaro.

L'express de Madagascar34 partages

Mahajanga – Des condamnations dans l’accident du pont Fiofio

Le verdict est tombé dans l’affaire de l’accident de circulation survenu, le dimanche 15 janvier, entre un bajaj et une voiture, sur le pont Fiofio. Il a provoqué la mort de deux enfants. Le tribunal a condamné le conducteur du véhicule, un gendarme, à deux ans d’emprisonnement et à une amende de 200 000 ariary, lundi. L’affaire a été jugée au Tribunal de 1re Instance.Le coupable a été accusé d’homicide involontaire et d’excès de vitesse. Mais son avocat a refusé le fait qu’il sentait l’alcool au moment du drame, car le test d’alcoolémie n’a pas été effectué.Le père des deux jeunes victimes a exigé des dommages et préjudices d’une valeur de 20 millions ariary, leur mère a aussi réclamé la même somme, tandis que leur sœur  aînée a demandé 3 millions ariary par enfant tué. Quant au propriétaire du bajaj, un militaire, il a aussi requis la somme de 20 millions ariary à titre de dommages et intérêts pour son engin abimé. Pour sa part, le conducteur du tricycle a réclamé un dédommagement parce que sa fille  âgée de 5 ans, a été blessée lors de l’accident. Cependant, lui-même  a été condamné à une peine de trois mois d’emprisonnement avec sursis, pour n’avoir pas pu présenter un document en règle au moment du drame.La population de Mahajanga était venue en masse assister au procès, lundi. Si l’avocat de la famille victime a déclaré sa satisfaction pour le verdict, des habitants ont été offusqués par la durée de l’emprisonnement, à peine deux ans, pour le meurtre de deux enfants.Le concerné aura dix jours pour interjeter en appel, mais entretemps  il a été placé à Marofoto, dès lundi, au grand soulagement des parents et famille.

Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara34 partages

Cyclone Enawo avec des rafales de vent de 240 km/h : La SAVA ravagée à 80%, la capitale en alerte rouge, ...

Resté 5 heures dans les deux villes, le Cyclone tropical intense Enawo a pris son temps lors de son passage dans la région Sava.

« Ce cyclone a été unique en son genre de part sa puissance et le temps qu’il a mis pour ravager les villes d’Antalaha et de Sambava ». Ce sont là les propos du chef de région de la SAVA, L’Faustin Velomaro pour décrire le cyclone tropical Enawo et décrire les faits qui se sont passés dans ces deux villes. Joint au téléphone,  L’Faustin Velomaro a affirmé que le cyclone est resté dans la région SAVA durant à peu prêt 5 heures. Des heures interminables pour la population qui craignait continuellement des pertes aussi bien du point de vue matériel qu’humaine. Ladite crainte amplifiée « par les rafales de vent qui pouvaient atteindre les 240 km/h et des bruits assourdissants des dégâts sur les maisons d’habitation ainsi que des arbres qui cédaient » d’après Mboty, une habitante de Sambava jointe également au téléphone. Interrogé sur les pertes, le Chef de région a préféré jouer la carte de la prudence en affirmant que les dégâts matériels sont les plus importants (pour l’heure) et qu’il faudrait attendre la publication des bilans officiels pour plus de fiabilité.

Analamanga. La région Analamanga est comprise sur la trajectoire du cyclone tropical intense Enawo. Ce qui la place actuellement en zone rouge. En effet, d’après les prévisions de la direction générale de la météorologie, « Enawo continuant sur sa trajectoire pourrait atteindre la région Analamanga aujourd’hui vers 14h ». Face à ce risque qui plane, la population tananarivienne s’est toutefois montrée calme durant la journée d’hier. Elle semblait ne pas être inquiétée par le danger qui plane et qui pourrait causer d’importants ravages à l’instar de ce qui s’est passé dans la région SAVA et des pertes humaines (3 morts) déplorées dans la région d’Analanjirofo.  

Pas de classes aujourd’hui. Outre la région d’Analamanga, Enawo pourrait également traverser les 80% des régions malgaches. Ce qui a conduit les responsables auprès du ministère de l’éducation nationale de suspendre tous les cours dans toutes les écoles, collèges et lycées dans le territoire de la république de Madagascar. Une suspension qui devrait être maintenue jusqu’à nouvel ordre, et ce, afin de garantir la sécurité des enfants.

José Belalahy

Tia Tanindranaza32 partages

Mandravarava i ENAWO3 maty, 6 naratra mafy

Mahery vaika ny rivodoza Enawo izay niditra an-tanety tany Ampahana Antalaha omaly talata 7 martsa tamin’ny 12 ora antoandro.

RTT

 

Orange Madagascar32 partages

Alerte rouge dans la plaine d’Antananarivo

Alerte rouge dans la plaine d’Antananarivo traversée par les rivières Ikopa, Sisaony et Mamba.

Toutes les rivières sont en crues, et les eaux continueront à monter pendant les prochaines 12 heures. Communes concernées dans le Grand Tana :Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka, Fiadanana, Ampangabe.Masindray, Ambohimanambola, Alasora, Ankaraobato, Tanjombato, Soavina, Anosizato Andrefana, Bemasoandro, Ankadimanga, Ambohitrimanjaka, Ampangabe, Antananarivo.Sabotsy Namehana, Ankadikely Ilafy, Ambohibao Antehiroka, Talatamaty, Iarinarivo. Rivière Ikopa :A l’échelle d’Antelomita, le niveau de l’Ikopa est de 1,92  m. Le niveau a monté de 1,78 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures.A l’échelle d’Ambohimanambola, le niveau de l’Ikopa est de 1,95  m. Le niveau a monté de 0,67 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures.A l’échelle de Bevomanga, le niveau de l’Ikopa est de 1,53 m. Le niveau a monté de 0,11 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures. La cote d’alerte de menace de danger à cette station est de 4,00 m. Rivière Sisaony :A l’échelle d’Andramasina, le niveau de la Sisaony est de 2,00  m. Le niveau a monté de 1,50 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures.à l’échelle d’Ampitatafika, le niveau de la Sisaony est de 0,38 m. Le niveau a monté de 0,34 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures. Rivière Mamba :A l’échelle d’Ambohidroa, le niveau de la Mamba est de 7,40 m. Le niveau a monté de 1,20 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures.

Autorité pour la protection contre les inondations de la Plaine d’Antananarivo (A.P.I.P.A.)Bulletin D’ANNONCE DES CRUES dANS la plaine d’Antananarivo  n° 01

Madaplus.info29 partages

Réunion des associations de la diaspora malagasy

Madame Lanto Rahajarizafy, représentante de la direction de la diaspora malagasy au sein du Ministère des Affaires Etrangères animera le Jeudi 09 Mars 2017 une réunion avec des associations de la Diaspora Malagasy.
Cette première réunion informelle a pour objectif de mieux faire connaitre la direction de la diaspora et ses activités aux associations, de mieux connaître le tissu associatif de la diaspora et enfin de présenter le projet du Forum de la diaspora malagasy qui se tiendrait à Antananarivo au mois d’octobre 2017.
Chaque association est invitée à envoyer deux représentants.
Merci de confirmer votre participation à anitriniony@yahoo.fr avant Mercredi 08 Mars minuit pour clôture de la liste des participants.
Ando Raharimalala.
Midi Madagasikara28 partages

Njila 40 ans de scène : Un concert avec Poopy au Palais des Sports !

Njila va partager la scène avec Poopy pour ses 40ans de scène. (Photo d’archives)

40 ans de scène, un évènement qui se célèbre en grande pompe et entouré de bonnes personnes ! Le 9 avril, Njila, marquera donc son anniversaire d’une pierre blanche. Pour l’occasion, le chanteur a effectivement invité une grande amie à partager la scène avec lui. Une chanteuse qui a marqué une grande partie de l’histoire de Njila pour avoir été, pendant des années, la voix féminine du groupe. D’ailleurs, c’est avec eux que Poopy débute sa carrière, car il s’agit d’elle. Le 9 avril, les inconditionnels de Njila peuvent donc être sûrs de passer un excellent moment avec leur idole, au Palais des Sports. D’autant que, pendant cet évènement, ils vont revivre Njila, comme ils l’ont connu, à ses débuts. « Ce sera un revy Njila dans toute sa splendeur », rassure Andry Razakarivelo de Sound production.  Le répertoire sera composé d’une quarantaine de titres. « Il n’y aura pas d’interprétation. Que des titres de Njila », selon toujours l’organisateur. « Firaisankina », « Ianao ihany »… diffusés sur le petit écran donnent déjà un aperçu et un avant-goût de ce qui attend les spectateurs. Njila, en concert avec Poopy au Palais des Sports le 9 avril, un évènement à ne manquer sous aucun prétexte. D’ailleurs, les tickets sont déjà disponibles depuis quelques jours.Mahetsaka

Midi Madagasikara28 partages

ASOIMI : “L’élection n’est pas valide” dixit le ministre

Le numéro un du sport malgache, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa est sorti de son silence. Quinze jours après la tenue de l’élection contestée du président de l’Association Sportive Omnisports Interministériels et Institutions (ASOIMI) avec la reconduction d’Abel Randriamiarinarivo, le locataire de la place Goulette a apporté des précisions. « Beaucoup d’irrégularités et d’anomalies ont été constatées lors de cette élection. Le ministère a déjà convoqué les deux candidats protagonistes Abel  Randriamiarinarivo et Oliva Randimbiarisoa en insistant sur le report de l’élection. Cette élection est nulle et non avenue » a explique le ministre, hier, au cours d’un point de presse à Ambohijatovo. Et le ministre de continuer « L’ASOIMI regroupe toutes les régions du pays et lors de ce scrutin forcé, seul Analamanga a organisé l’élection. Toutes les actions menées par l’équipe de Abel  Randriamiarinarivo n’auront pas de valeurs ». Une nouvelle élection sera organisée avec la constitution d’un nouveau comité électoral regroupant les représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports et des candidats. Le représentant du candidat Abel est attendu d’ici à 48 heures, mais autrement le ministère prendrait les dispositions. Une nouvelle liste électorale sera établie, ce pour plus de transparence et de représentativité.

T.H

Midi Madagasikara24 partages

Hémophilie à Madagascar : Seulement 1% des patients sont connus

Pr Olivat Rakoto Alson.

Maladie des garçons ? L’hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire grave qui correspond à l’impossibilité pour le sang de coaguler : en cas de saignement, l’écoulement ne peut pas s’arrêter ou très difficilement. Les conséquences sont majeures, avec des hémorragies sévères en cas de blessure et parfois des saignements spontanés, notamment au niveau des articulations.

Dans le monde, les filles sont très rarement concernées par l’hémophilie.  L’hémophilie A, la plus fréquente touche un garçon sur 5 000 naissances. Elle se caractérise par un déficit du facteur de coagulation VIII. L’hémophilie B, cinq fois plus rare, qui touche un garçon sur 25 000 naissances, est liée quant à elle à un déficit du facteur de coagulation IX. En cas d’antécédents d’hémophilie dans la famille, un diagnostic devrait être effectué par dosage des facteurs de coagulation.

Prise en charge des hémophiles à Madagascar. « 30 nouveaux cas environ par an sont détectés par le service de l’hématologie de la HJRA. Les malades arrivent à l’urgence suite à une blessure et le saignement persiste, ou suite à une hémorragie après une circoncision… sans savoir qu’ils sont hémophiles » raconte professeur Olivat Rakoto Alson du service hématologie du Centre Hospitalier Universitaire HJRA. « Le traitement de l’hémophilie coûte très cher et le nombre de facteurs de coagulation  disponibles est insuffisant. Un flacon de 500 unités vaut trois millions d’Ariary. Pourtant, un hémophile a besoin de cinq à six flacons pour seulement une extraction de dent, et il faut plus de 40 flacons pour une chirurgie. L’Etat malgache n’achetait que 10 flacons de facteurs de coagulation depuis les 10 dernières années. Mais depuis 2016, la Fédération Mondiale de l’hémophilie envoie plusieurs flacons pour prendre en charge toute l’année les patients hémophiles, toutefois le nombre de facteurs de coagulation reste encore insuffisant. Actuellement, 1% des hémophiles sont connus. Pourtant, le dépistage est gratuit à l’hôpital HJRA», continue d’expliquer Pr Olivat Rakoto.

Une association malgache des malades de l’hémophilie. En 2005, une idée de rassembler les hémophiles de Madagascar pointait à l’horizon. L’association proprement dite est officiellement opérationnelle en 2010. Elle est devenue membre de l’Alliance Franco-Africaine pour le Traitement de l’Hémophilie (AFATH) en 2014 et membre de la Fédération Mondiale de l’hémophilie en 2016. Le service de l’hématologie de l’HJRA délivre  au patient une carte d’hémophile qui permet à tout professionnel de santé de connaître le statut du malade et ses traitements en cas d’urgence. En l’absence de cette carte, le soignant doit être informé au plus vite de l’hémophilie du patient. L’hémophilie ne se guérit pas, mais elle se contrôle. L’association accompagnée du personnel médical de l’hématologie se charge de donner des formations aux malades hémophiles sur certaines précautions nécessaires pour éviter les saignements ou les risques d’hémorragie. Cette année, la journée mondiale de l’hémophilie sera célébrée à Miarinarivo la semaine du  17 avril.

Mamiah

 

Vivre avecQuelles précautions pour une personne atteinte d’hémophilie

Quiconque souffre d’hémophilie doit porter avec lui sa carte d’hémophile. L’hémophilie est mal connue et difficile à diagnostiquer. En cas d’accident, la carte sera très utile au personnel médical. Toute personne atteinte d’hémophilie doit connaître sa maladie, le traitement à recevoir en cas d’urgence et avoir sur elle les renseignements à ce propos. Cette personne doit savoir que les injections intramusculaires lui sont contre-indiquées et se faire suivre régulièrement dans une clinique de traitement de l’hémophilie.

En ce qui concerne la scolarité, les enfants peuvent être scolarisés normalement. Il est indispensable de prévenir les enseignants, le directeur de l’établissement sur l’état de santé de l’enfant, ainsi que sur ses traitements et les conduites à tenir en cas de problème.

Sur le plan sportif, il est important pour toutes les personnes atteintes d’hémophilie de faire régulièrement de l’exercice pour renforcer leurs muscles et leurs articulations et pour maintenir un bon état de santé général. Être en bonne forme physique peut en fait réduire le nombre d’épisodes de saignements. Quiconque souffre d’hémophilie devra découvrir par lui-même les activités physiques qui lui conviennent ou non. Il faut encourager les activités qui ne comportent pas de risque de choc (natation, gymnastique, marche, vélo…) et interdire celles qui peuvent entraîner un risque hémorragique au niveau du crâne par exemple (judo, boxe, rugby et arts martiaux). Les personnes encadrant ces activités doivent être au courant du diagnostic d’hémophilie et connaître la conduite à tenir en cas de problème.

Les gens atteints d’hémophilie doivent éviter à tout prix de prendre les médicaments suivants :

l’aspirine (AAS) et les autres médicaments qui en renferment (Alka-Selzer, Anacin, Aspirin, Bufferin, Dristan, Midol, 222, pour n’en nommer que quelques-uns);les anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’indométhacine, l’ibuprofène et le naproxen;les médicaments qui « éclaircissent » le sang, comme la warfarine ou l’héparine.

 

 

Madaplus.info23 partages

Refondation – Le parti ADN présente son ouvrage sur le fédéralisme « sahaza »

La refondation est une voie incontournable pour redresser le pays et parvenir à un développement durable. Cela passe par un changement de structure étatique. Dans un ouvrage présenté hier, le parti ADN expose le cheminement de la refondation nationale qu’il propose sur la base d’un État fédéral
« sahaza ».
Présenté officiellement hier, lors d’une cérémonie au dôme RTA à Ankorondrano, en présence de personnalités et journalistes, l’ouvrage qui compte 161 pages, est rédigé par Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN et son équipe.
Leur objectif est d’ « éclairer » les lecteurs et la population et les guider sur la voie de la refondation nationale. Une refondation qui « ne peut se faire sans changement de structure étatique », comme l’affirme l’ancien candidat à la présidentielle.
Le livre explique le cheminement sur la base de trois questions : « Pourquoi doit-on faire une refondation, à Madagascar Quelles sont les raisons qui empêchent le développement de Madagascar Comment procéder à la refondation par le biais d’un fédéralisme approprié ».
Ce livre sera bientôt disponible en France. Contactez pour cela contactfranceadn@gmail.com.
Lors de la présentation du "Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana Ahoana" Edgard Rzafindravahy a souligné que l’État fédéral « sahaza » ne remet nullement en cause le fait que Madagascar est « une nation unique». L'Etat fédéral sahaza implique une monnaie unique, une armée unique, un drapeau unique et une diplomatie unique, gages de « l’unité nationale » et qui prévaudront sur tout le territoire de Madagascar.
Dans cet ouvrage, le chef de file du parti ADN soulève que la situation actuelle de la Grande île prouve que le système d’État unitaire, appliqué durant ces deux cents dernières années, et notamment depuis 57 ans est inefficace. « Le fédéralisme ou le chaos », scande-t-il, pour rappeler que la refondation par le biais d’un système fédéral approprié permettra à Madagascar de s’extirper du bourbier de la pauvreté, du cercle vicieux des crises, de la corruption ainsi que de la mainmise d’une minorité nationale et étrangère sur ses ressources.
"Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana Ahoana" traite les sujets les plus importants pour le développement de la Nation.
« Seuls les Malgaches peuvent développer Madagascar et non pas les étrangers », c’est l’une des idées phares du fédéralisme « sahaza », que défend l’Arche de la nation. « Si nos richesses sont gérées comme il se doit, Madagascar atteindra l’autosuffisance économique », ajoute Rina Rasoava, membre du staff de la communication du parti ADN, dans son allocution d’hier. Il a ainsi expliqué les grandes lignes du livre Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana Ahoana . Une entreprise qui ne pourra se faire, affirme-t-il, que par le biais de la refondation sur la base de la structure fédérale appropriée.
Les membres du parti ADN rappellent qu’à la base, l’idée de mettre en place une structure fédérale résulte de l'aspiration du peuple. « Le parti ADN a développé cette ligne, en réponse aux aspirations de la population locale recueillies durant ses multiples descentes sur terrain », soutient Rina Rasoava (15 régions visitées sur 22 depuis 1 an et demi et des dizaines de districts et centaines de communes).
Textes : Garry Fabrice Ranaivoson – Photos : Ihandry Randriamaro
L'express de Madagascar23 partages

Mondial pupilles – Net Foot au centre de Pluguffan

Le tirage au sort de l’édition 2017 du Mondial Pupilles Plomelin a été effectué, le weekend dernier. Le représentant de Madagascar, Net Foot Mada, évoluera au centre de Pluguffan. Il aura comme adversaire le Lide­renca Sao Paulo du Brésil, le Royal Excel Mouscron de Belgique, l’Atletica de Avanca du Portugal, ainsi que les équipes françaises Evian Savoie FC, Toulouse FC, AC Ajaccio, ACS Pontchateau et sélection Pluguffan.Au final, cinquante-quatre formations prendront part à cette compétition française reconnue comme étant le Mondial des jeunes et qui s’apparente à un tremplin pour les futurs stars du ballon rond. Le tournoi s’étalera du 25 au 28 mai. L’an dernier, il n’y avait pas de club malgache engagé.Lors d’une conférence de presse donnée, il y a deux semaines à Mahamasina, les dirigeants de Net Foot Mada affirmaient vouloir réaliser le même exploit que l’Ajesaia, vainqueur de ce Mondial Pupilles en 2005.

H.L.R.

Midi Madagasikara23 partages

Patrimoine : Un musée du Betsileo par Nanta Péguy

Pour l’heure, le musée Faniahy est le seul musée de Fianarantsoa.

Nanta Péguy, une ancienne journaliste originaire de Fianarantsoa et vivant en France, ambitionne de créer un musée du Betsileo. Elle fait appel à l’implication de tous pour y parvenir.

 

Comment préserver et promouvoir la culture et le patrimoine du Betsileo. C’est le grand défi que s’est lancé Nanta Péguy, une jeune malgache qui vit en France, et qui est originaire de Fianarantsoa. Un grand projet qui résulte d’un constat, celui du peu d’intérêt qui se porte sur la préservation du patrimoine et de la culture betsileo. Dans ce musée, l’on retrouvera des éléments du patrimoine local, mais aussi des objets de tous les jours et scènes de vie. Le tout expliqué en malgache et en français. Le musée sera ainsi le lieu qui gardera vivants la mémoire et le patrimoine matériel et immatériel de la région Haute Matsiatra. Car pour le moment, il n’y a qu’un seul musée à Fianarantsoa, le musée universitaire Faniahy.

Créateur d’emplois. « On pourrait être tenté de croire que la préservation du patrimoine n’est pas une priorité comparée aux urgences sanitaires, alimentaires… mais il est pourtant fondamental de placer la culture au cœur du développement » estime Nanta Péguy. Le projet est de taille, et nécessite certainement du financement. La jeune femme compte alors sur la participation de tous à travers un crowdfunding, même si son dossier a été présélectionné par l’Organisation Internationale de la Francophonie. Car  Nanta Péguy a besoin de 7 000 euros pour faire exister ce musée à Fianarantsoa. Le projet, en plus de la préservation du patrimoine, est aussi un créateur d’emplois car son ouverture permettra à des locaux d’y travailler. En tout cas, pour participer à ce financement participatif, on peut s’informer sur la page https:/.fr.ulule.com/musee-du-betsileo/

Anjara Rasoanaivo

Madagascar Tribune22 partages

Le SeFaFi demande des lois électorales plus fiables

Les avancées majeures dans les projets de lois électorales qui devront être votés au sein du Parlement avaient été félicitées par les observateurs de la vie politique malgache. En effet, alors que l’on se félicitait de la mise en place d’un contrôle des financements des campagnes électorales, ou encore du rôle prépondérant accordée à la CENI (Commission électorale Nationale Indépendante), à la régulation des médias pour accentuer l’égalité entre les candidats, l’Exécutif qui avait apporté des corrections à ces projets de loi a su y mettre son grain de sel. Il semblerait que ce projet de loi ne soit que de la poudre aux yeux.

Le SeFaFi vient de relever un détail qui avait semble-t-il échappé au plus grand nombre dans son communiqué hier. « De l’art de se moquer du monde » titre l’Observatoire de la vie publique dans le dernier paragraphe de son communiqué hier. Une moquerie, c’est le cas de le dire lorsqu’on se penche sur les dernières dispositions de la loi organique relative au régime général des élections et référendum. « In cauda venenum (littéralement : le venin [du scorpion] se trouve dans la queue). Cette expression latine qualifie des écrits ou des discours qui semblent positifs au premier abord, mais qui réservent le négatif pour la fin ; en d’autres termes : les mauvaises surprises sont pour la fin », déclare le SeFaFi.

«  C’est bien le cas du Projet de loi relatif au régime général des élections et des référendums, en son antépénultième article (243ème sur 245), dans le Titre VII - Dispositions transitoires et finales. En voici la teneur : « Sur une période de trois (3) ans qui court à compter de la promulgation de la présente Loi organique, les dispositions des sections 2 et 3 du chapitre II du titre II ne s’appliquent pas aux élections des membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat, ni aux élections territoriales ». Les titres de ces sections, qui couvrent les articles 64 à 91, sont les suivants : - Section 1 - Le financement de la campagne électorale. - Section 2 - De la transparence en matière de compte de campagne électorale. ». Ainsi, les dispositions dont on se félicitait ne seront pas encore applicables pour les prochaines élections, à savoir les législatives et les communales car elles seront applicables pour l’élection présidentielle. Calcul politique oblige afin de limiter les concurrents au parti HVM qui pourrait avoir plus d’argent ou plus de possibilités que le candidat du parti au pouvoir. Les prochains députés, afin sans doute de placer le plus grand nombre de HVM au sein de l’Assemblée Nationale et dans les collectivités décentralisées, pourront quant à eux faire comme bon leur semble. Une belle farce de la part du régime actuel qui a trouvé la parade parfaite pour se soustraire à toute forme de règles devant régir les prochaines élections. « Ainsi donc, la seule véritable avancée démocratique que comporte ce projet, et dont tout le monde se félicite, est mise au rancart pour trois ans. Le temps pour les prochains députés, sénateurs, maires, etc. (à l’exception du président de la République – pourquoi ce traitement différent ?) de se faire élire en toute sérénité, sans aucune obligation financière. Ils n’auront pas à tenir de comptes de campagne, ni à respecter les dispositions relatives au financement de leur campagne électorale, notamment celles qui se rapportent à la transparence, à la lutte contre le blanchiment de capitaux et à la corruption, ni à faire de déclaration de probité, ni à déclarer les recettes perçues (au pays ou à l’étranger) ou les dépenses engagées. Pour eux, la transparence financière ne sera pas exigée - pourquoi donc, dans ces conditions, l’imposer à leurs successeurs ? Pousser le cynisme à cette extrémité révèle la vraie nature de nos dirigeants », conclue le SeFaFi.

L'express de Madagascar21 partages

Refondation – Le parti ADN présente son ouvrage sur le fédéralisme « sahaza »

La refondation est une voie incontournable pour redresser le pays et parvenir à un développement durable. Cela passe par un changement de structure étatique. Dans un ouvrage présenté hier, le parti ADN expose le cheminement de la refondation nationale qu’il propose sur la base d’un État fédéral « sahaza ».

Que la lumière soit. » C’est un extrait de la genèse que le parti Arche de la Nation – Antoka sy dinan’ny Nosy a choisi pour être l’un des « messages forts », de l’ouvrage qu’il vient de publier. Publication intitulée Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana ?  Ahoana ? , ou en  traduction libre Refondation nationale – Fédéralisme approprié : Pourquoi  ? Comment  ? .Présenté officiellement hier, lors d’une cérémonie au dôme RTA à Ankorondrano, l’ouvrage qui compte 161 pages, est rédigé par Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN et son équipe. Leur objectif  est d’ « éclairer » les lecteurs et la population et les guider sur la voie de la refondation nationale. Une refondation qui « ne peut se faire sans changement de structure étatique », comme l’affirme l’ancien candidat à la présidentielle.Le livre explique ce cheminement sur la base de trois questions : « Pourquoi doit-on  faire une refondation, à Madagascar   Quelles sont les raisons qui empêchent le développement de Madagascar   Comment procéder à la refondation par le biais d’un fédéralisme approprié  ».Aussi, pour concrétiser cette nécessaire refondation de Madagascar, ce parti libéral propose le fédéralisme approprié.« Une structure fédérale Sahaza [approprié] pour que cela ne soit pas une pâle copie de ce qui se fait ailleurs et non appropriée à Madagascar», explique le chef de file national du parti ADN. L’ouvrage explique ainsi que le modèle fédéral proposé sera composé d’un État-nation.Des États-régions qui s’attèleront au développement de leurs habitants, à leur sécurité, ou encore à la défense de leur intérêts et la gestion de leur richesses. « Que chacun soit le gardien de son étang », soutient Edgard Razafindravahy, actualisant la célèbre expression du roi Andrianampoinimerina « la mer est la digue de mon étang ».

Une nation uniqueToutefois, le parti ADN souligne que l’État fédéral « sahaza » ne remet nullement en cause le fait que Madagascar est « une nation unique».Au contraire, selon la formation politique, « l’État-région préservera comme la prunelle de ses yeux, la souveraineté et l’unité de la nation malgache ». Ce qui implique une monnaie unique, une armée unique, un drapeau unique et une diplomatie unique, gages de « l’unité nationale » et qui prévaudront sur tout le territoire de Madagascar.Cependant dans son ouvrage, le chef de file du parti ADN soulève que la situation actuelle de la Grande île prouve que le système d’État unitaire, appliqué durant ces deux cents dernières années, est inefficace. « Le fédéralisme ou le chaos », scande-t-il, pour dire que la refondation par le biais d’un système fédéral approprié permettra à Madagascar de s’extirper du bourbier de la pauvreté et du cercle vicieux des crises, ainsi que de la mainmise d’une minorité nationale et étrangère sur ses ressources. Pour qu’il n’y ait plus d’endroits ou de citoyens laissés pour compte.

Incontournable

Le livre  Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana   Ahoana    développe que la refondation par la mise en place d’une structure fédérale appropriée est incontournable parce que le contexte national et international dans lequel baigne Madagascar, l’impose. Elle permettra de renforcer la légitimité des dirigeants et des instances étatiques, soutient Rina Rasoava. L’ouvrage explique comment parvenir à réconcilier la population avec la terre.Pour la justice, par exemple, la mise en place des « justices foraines », impartiales, avec des « jurés », permettra de lutter contre la corruption et de rétablir la confiance des justiciables. Redorer l’image et l’efficience de l’armée et des forces de l’ordre figure également dans les objectifs, tout comme la concrétisation du plein accès à une éducation efficace et gratuite. « Le but sera de former des citoyens à la tête bien faite et non pas bien pleine », insiste-t-on.L’ouvrage indique ce qu’est la nouvelle politique proposée par l’Arche de la nation, pour mettre fin au délestage. Celle de la gestion des ressources naturelles y est aussi exposée, pour que les exploitations soient au bénéfice de la population et aient son adhésion.  En fait, le livre qui a été présenté hier, décrit  comment la refondation permettra à Madagascar de défendre une ligne diplomatique « gagnant-gagnant», avec ses partenaires internationaux.

L’ouvrage du parti ADN, écrit de manière claire,comporte 161 pages.

Courage

Dès le départ, le parti ADN s’est attaché à mettre l’homme et son bien-être au centre et à la finalité de toute action de développement. Dans ce sens, la formation libérale compte organiser des concertations par district pour réfléchir sur la concrétisation des principes proposés par l’ouvrage présenté, hier. La population locale sera également consultée sur la version du pacte social ou du texte fondamental qui prévaudra dans chaque État-région.Toujours, pour affirmer ce respect de la voix de la base, « de hautes écoles du peuple » seront mises en place. Ouvertes à tous les citoyens sans distinction, elles seront« les locomotives » de la réussite de la nouvelle structure à installer et de la refondation escomptée, explique l’ouvrage. La publication du livre est, par ailleurs, l’affirmation du courage du parti et de son chef de file à changer les choses. « L’on ne peut pas concrétiser la refondation sans en avoir le courage et avoir le courage de changer de système », soutient Edgard Razafindravahy.Ce courage politique consiste aussi à proposer un programme clair et écrit à la population, lui soumettre un contrat social. « Le livre impose que ce qui y est écrit sera concrétisé », affirme l’ancien candidat à la présidentielle. Justement, questionné par les journalistes sur sa position vis-à-vis de la présidentielle, il a répliqué en déclarant que l’objectif du parti ADN est d’appliquer la refondation prévue dans son ouvrage, quelle que soit la nature de l’élection.

Le président Edgard Razafindravahy (4e à partir de la gauche), entouré des chefs de file du parti.

À partir de la base

« Seuls les Malgaches peuvent développer Madagascar et non pas les étrangers », c’est l’une des idées phares du fédéralisme « sahaza », que défend l’Arche de la nation. « Si nos richesses sont gérées comme il se doit, Madagascar atteindra l’autosuffisance économique », ajoute Rina Rasoava, membre du staff de la communication du parti ADN, dans son allocution d’hier. Il a ainsi expliqué les grandes lignes du livre  Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana  Ahoana   . Une entreprise qui ne pourra se faire, affirme-t-il, que par le biais de la refondation sur la base de la structure fédérale appropriée.Le membre du comité central du parti libéral ajoute qu’à la base, l’idée de mettre en place une structure fédérale « sahaza », n’est pas celle du parti. « Le parti ADN a développé cette ligne, en réponse aux aspirations de la population locale recueillies durant ses multiples descentes sur terrain », soutient Rina Rasoava. La refondation que l’Arche de la nation compte concrétiser, se veut d’ailleurs partir de la base, pour faire en sorte que « la population locale, la base, soit le moteur du développement »

Textes : Garry Fabrice Ranaivoson – Photos : Ihandry Randriamaro

Orange Madagascar20 partages

Rupture du barrage d’Ambinanitelo, Maroantsetra sous les eaux

Le barrage d’Ambinanitelo, dans le district de Maroantsetra, région Analanjirofo, a rompu sous la force d’Enawo. La ville se réveille ce matin sous les eaux, qui arrivent jusqu’à hauteur de poitrine.

Selon les témoignages sur place, les habitants tentent tant bien que mal de sauver leurs affaires en transportant leurs affaires vers des emplacements en hauteur.

Andapa, dans la région de Sava se retrouve isolé dans la mesure où la route principale est désormais impraticable à la suite d’éboulements.

Midi Madagasikara20 partages

Célébration du 8 mars : Toutes les festivités annulées

Le carnaval et le concert prévus ce jour à Mahamasina sont annulés !

« Compte tenu des événements météorologiques liés au passage du cyclone Enawo qui a déjà fait 3 morts dont un enfant à Maroantsetra, le concert et le carnaval prévus le mercredi 8 mars à Mahamasina sont annulés. Le lancement de l’alerte rouge a contraint les régions traversées par le cyclone à reporter ou annuler les diverses célébrations qui y ont été programmées. Au lieu de reporter les deux dernières festivités programmées dans la Capitale, le Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme a décidé de les annuler, en guise de solidarité avec les zones touchées par l’aléa ». Le communiqué officiel du ministère de la Population explique bien les raisons pour lesquelles les festivités prévues ce jour dans le cadre du 8 mars sont annulées. Hier, les organisateurs ont désinstallé les matériels à Mahamasina. Malgré tout, les expositions sur l’artisanat malgache par les femmes, et sur leur savoir-faire, qui se sont tenues au Palais des Sports ont attiré du monde.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara19 partages

Pétanque- Trophée L’Equipe : Les équipes malgaches ne font pas l’unanimité !

L’équipe masculine malgache.

Le « Trophée des champions » rebaptisé « Trophée de l’Equipe » en raison de l’implication du plus grand journal sportif a débuté hier à Tour pour ne rendre son verdict que samedi. Un rendez-vous qui sert, certes de galop d’essai en vue des championnats du monde en double en Belgique, mais qui ne manque pas d’intérêt même si les deux équipes malgaches ne font pas partie des favoris.

Chassez le naturel notamment quand la Fédération décide de composer, sans le moindre test, ses équipes, et il reviendra au galop.  

Aucun palmarès. C’est le cas pour ce « Trophée L’Equipe » où la Fédération Malgache de pétanque a fait appel aux services de Fanja Aubriot pour composer une triplette malgache dont on ne connaît même pas les membres.

La concurrence est pourtant présente avec l’équipe française conduite par Angelique Colombet et incluant la jeune garde Audrey Bandiarea et Cindy Peyrot sans nul doute pour ravir la victoire.

La menace, on le devine, ne vient pas de Madagascar, mais de la Thaïlande avec Thongari Thamakord et ses sept titres mondiaux, mais également des championnes du monde en titre que sont les Espagnoles Rosario Inès, Melania Homar et Judit Renau.

Si on y ajoute les Tunisiennes également championnes du monde 2011 avec Mouna Beji, Nadia Ben Abdesselem et Asma Beili, alors on ne donne pas cher à la peau de ces Malgaches, entraînées par le DTN Samy Razafindrakoto, qui ne possèdent évidemment aucun palmarès.

Dolis out. Les hommes malgré la présence de Nanou et de Hery risquent de connaître le même sort car le même DTN a inséré dans le groupe un inconnu du nom de Jeanni tout en écartant l’entraîneur qui nous a permis de ravir le titre à Tana, Dolis Randriamarohaja.

En face par contre, la France qui bénéficie de deux équipes a remis les choses à leur place en faisant revenir Quintais aux côtés de Suchaud et Lacroix. Une sacrée dream team qui fait peur à tout le monde même si la seconde équipe française avec  Dylan Rocher, Damien Hureau et Michel Loy ne se contentera pas de faire de la figuration.

Mais le danger ne viendra pas du seul camp français car le Bénin de Guy Tronnou sera aussi de la partie tout comme la Thaïlande du redoutable champion du monde Phusa-At. Même les Italiens conduits par Diego Rizzi tenteront de bousculer les Malgaches qui, on le sait, ne seront pas au mieux de leur forme. Sans Dolis et surtout loin de ce chaud public de Mahamasina, on a bien peur pour ces boulistes malgaches victimes d’une mauvaise gestion de la Fédération. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Vitrine d’Iavoloha : Un rendement de 5 à 6 tonnes/ha

Lors du « santa-bary » au palais d’Iavoloha.

Le paquet technique de production rizicole vulgarisé par le projet PAPRiz financé par la JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale) est un modèle réussi. La preuve, un rendement de 5 à 6 tonnes/ha a été enregistré à la vitrine d’Iavoloha. Un site de démonstration étalé sur une superficie de 24 ares a été exploité pour avoir ce résultat concluant.  « Nous avons les terres, nous avons aussi les ressources humaines, notre objectif est maintenant de pouvoir exporter du riz. Et cette démonstration de culture rizicole adoptant ce paquet technique du PAPRiz constitue un pas de plus menant vers l’autosuffisance en riz à Madagascar », a évoqué le Président Hery Rajaonarimampianina lors de la cérémonie du « santa-bary » hier. Notons que les semences de type X 1648, X 265 et du FOFIFA 160 ont été utilisées à la vitrine d’Iavoloha. Et cette technique PAPRiz a été appliquée sur deux sites depuis le 3 octobre 2016. « Ce site de démonstration sert d’exemple concret qu’il est possible d’améliorer les rendements de productivité rizicole à travers une technique utilisant des intrants agricoles existant à Madagascar », a souligné Rivo Rakotovao, le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage.

Navalona R.

 

Tananews13 partages

“J’invite les salariés à rester chez eux”

Invitation bien tardive du Premier Ministre, aujourd’hui.

C’était hier qu’il fallait proclamer ça.

Un bon paquet vont se faire piéger sur leurs lieux de travail.

Orange Madagascar10 partages

Encore sans logement, la population d’Antsakabary frappée par Enawo

Le cyclone tropical Enawo frappe actuellement la partie Nord de Madagascar, et notamment la population encore vulnérable de d’Antsakabary, dans le district de Befandriana Avaratra, région Sofia. 

Il y a encore moins de deux semaines, près de 487 maisons avaient été incendié dans 4 villages situés dans la commune d’Antsakabary à la suite d’abus qu’aurait perpétré une quarantaine d’hommes des Forces d’intervention de police (FIP) dans la zone. 

Depuis la fin de la semaine dernière, une chaine de solidarité s’était constituée à Antananarivo pour récolter des dons à destination de la population d’Antsakabary. 

News Mada10 partages

Hip Hop : 18.3, bientôt un album

A l’heure de la reconquête. Après 18 ans d’absence, le groupe 18.3, composé actuellement de Tongue Nat, Slam Jah et BehRindr, est de retour dans le monde du hip hop malgache. Après avoir dévoilé son premier clip «Maizina» au début de l’année, le groupe projette prochainement de sortir un album.

En 2015, Tongue Nat, Slam Jah et Davy, l’ancienne formation, se sont réunis pour décider ensemble du come-back du groupe. Malheureusement, Davy a choisi autrement. «C’est pour cette raison qu’au début de notre retour sur scène, nous avons lancé le 18.2. Mais ensuite, nous avons fait appel à BehRindr du groupe Bogota. Et actuellement, le groupe est redevenu 18.3», a expliqué Tongue Nat.

Coté musical, 18.3 a évolué, surtout avec la nouvelle formation. Tongue Nat continuera de véhiculer le rap gasy, Slam Jah mettra en avant le reggae dancehall et BehRindr apportera une touche RnB soul. «Le son s’est plutôt amélioré, mais le genre reste encore le même, celui dans les années 90, c’est-à-dire le rap gasy old school», a-t-il continué.

Le premier titre du groupe «Maizina» a reçu des critiques positives, surtout sur les réseaux sociaux. Il projette bientôt de dévoiler un autre titre. «Nous sommes actuellement en pleine préparation de notre prochain album qui sera présenté officiellement avant le grand spectacle de rap gasy, le 29 juillet prochain au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina», a ajouté l’artiste.

En effet, selon le groupe, ce prochain album sera constitué de nouvelles compositions, des anciennes qui ont été réarrangées et des suites de certains titres de l’ancien album tels que «Tany an-dafy : part II».

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara9 partages

« Nirvan’art » : Sortie en DVD le 1er avril !

Ceux qui n’ont pas pu assister à « Nirvan’art » à l’IKM l’année dernière pourront très bientôt revivre l’évènement.

Il y a un an, Imiangaly, Julie Iarisoa, SHE, Tasha Randri… se sont réunies autour de « Nirvan’art » pour mettre en avant la femme à travers une prestation inédite à l’IKM Antsahavola. Prestation filmée et enregistrée et bientôt disponible en DVD.« Nirvan’art », un concept qui a séduit, non seulement les femmes, mais tous les amoureux d’art. Vous en rappelez-vous ? Elles étaient plusieurs, 18 femmes pour être exact. Elles viennent de différents horizons artistiques, mais ont, le temps d’une journée, réuni leurs voix et ont fait preuve de solidarité pour mettre en avant la femme. Un évènement où la diversité a été mis en avant, mais qui a justement, grâce à cette diversité, marqué les esprits. A travers leur prestation à l’IKM Antsahavola, le 08 mars 2016, Lantoniaina Fanny Rasoamiaramanana (Peinture et Art plastique), Sleeping pop (Maquillage artistique Body painting), Julie Iarisoa (Danse), Clipse Teean (Graffitis), SHE photography (Photographie ), Julie Ratefy (Keyboard), Mahalia Ravoajanahary (Guitare), Tasha Randri (Basse), Tsiky Moon (Nail art), Imiangaly (Chant), BAMBS (Rap), Joey Aresoa (Poésie) ont fait mouche. Magistrale, la représentation a été saluée de tous ! Malheureusement, tout le monde n’a pas pu y être. Mais bonne nouvelle ! Pendant cette manifestation, cette mosaïque de talents constituée par 18 femmes engagées pour la même cause a été filmée et enregistrée, afin que ceux qui y ont assisté puissent en garder un excellent souvenir, mais aussi et surtout pour que ceux qui n’en ont pas eu l’occasion, puissent découvrir cette merveille… Le 1er avril, le DVD « Nirvan’art » va effectivement, voir officiellement le jour à la Librairie-café Mille feuilles Behoririka. Une occasion unique de pouvoir revivre ce moment inédit. Avis aux amateurs !Mahetsaka

News Mada8 partages

8 mars : Urban Café inondé de femmes artistes

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la Femme, Urban Café propose un évènement exceptionnel en misant sur plusieurs femmes artistes. Issues de différents genres, elles ont la même vision qui est de défendre les droits des femmes à travers leurs arts.

Une exposition photographique assurée par Street photographer mg servira de prélude. Ensuite, la salle sera animée par Myriam Merch qui effectuera quelques performances plasticiennes. La chorégraphe Judith transmettra son message à travers une pièce inédite. Et enfin, la journée se terminera en musique avec des jeunes chanteuses et slameuses, telles que Caylah, Sandrine Rajaofetra, Sity Rakoto, Christelle Ratri…

Holy Danielle

 

News Mada7 partages

3 morts à Maroantsetra : Enawo atteint Analamanga cet après-midi

Accompagné de rafales de 300 km/h et de vents qui a atteint la vitesse de 205 km/h, le cyclone tropical Enawo a causé des dommages considérables ainsi que des pertes en vie humaine sur son passage, après avoir touché terre hier vers midi au a  Ampahana, à une vingtaine de kilomètres d’Antalaha. D’après la Météo, il devrait atteindre Antananarivo en début d’après- midi.

Comme il fallait s’y attendre, Enawo n’est pas passé sans avoir fait des dégâts matériels et humains. Selon un bilan provisoire émanant du BNGRC, 3 morts dont deux enfants à Maroantsetra et une personne adulte à Mananara nord, 6 blessés et 468 personnes déplacées ont été recensés. Les rafales ont également endommagé 4 établissements scolaires.

Plusieurs régions touchées ont également été privées d’électricité car les vents violents ont carrément arraché plusieurs poteaux électriques de la Jirama. Et comme Enawo apporte avec lui une pluie persistante, les inondations sont à craindre. D’ailleurs, d’après les informations reçues,  les habitants d’Ambalamanasy (Andapa) ont dû quitter leurs maisons à cause de la montée des eaux. Antalaha, Maroantsetra, Andapa, et Vohémar sont complètement inondées.

Enawo attendu dans la capitale

A 15h locales, sa force s’est affaiblie avec des vents atteignant les 166km/h et des rafales de 232 km/h. Il se déplace, direction ouest, très lentement, à une vitesse de 5 Km/h. Quant à la prévision de sa trajectoire, établie hier à 9 h locales par la Météo, « Enawo » entrera ce jour à Analamanga. La Météo recommande toujours la vigilance.

A part le bleu, les trois codes couleurs entrent en vigueur. Dans la journée d’hier, l’alerte rouge a été lancée pour les provinces, régions et districts de la Sava, Diana, Sofia, Analanjirofo, Alaotra, Toamasina, Brickaville, Vatomandry, Alaotra, Mahajanga I et II, Marovoay, Ambato Boéni, Tsaratanana et Maevatanana. L’ alerte jaune pour  Boeny, Betsiboka, Mangoro, Antanambao Manampotsy, Mahanoro, Soalala, Mitsinjo et Antananarivo. L’alerte verte pour Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Ihorombe, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Ihorombe, Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana. Pour les autres localités, leurs codes d’alerte sont encore maintenus.

Pas d’école

Toutes les activités sont interrompues dans les provinces, régions et districts concernées par l’alerte rouge, où il est formellement recommandé de rester chez soi. Pour Antananarivo, les responsables ont décidé de fermer tous les établissements scolaires ce jour et demain. Sous cette optique, la population de la capitale doit prendre les précautions nécessaires relatives à l’approvisionnement en eau potable et en nourriture.

Sera R

L'express de Madagascar5 partages

« Affaire Fifosana pipole » – Un an ferme pour Hiary Rapanoelina

Hiary Rapanoelina ira en prison, ainsi en a décidé le tribunal. Il aura, jusqu’au bout, espéré la relâche ou un sursis.

Le verdict est tombé. Hier matin, le tribunal d’Anosy a prononcé son jugement dans l’affaire relative aux ragots propagés sur Facebook. L’artiste Hiary Rapanoelina, principal incriminé dans cette affaire, écope d’un an de prison ferme. Sa femme, accusée de tentative d’enlèvement à l’encontre du fils d’un député, a, par contre, été relâchée. La charge n’a pas été retenue contre elle.À l’annonce du verdict, la femme de Hiary Rapa­noelina n’a pu retenir ses larmes. La sévérité de la peine prononcée par le tribunal a également  anéanti la famille de l’artiste. Jusqu’au bout, ils ont caressé le secret espoir de voir Hiary Rapanoelina relâché ou tout au moins bénéficier d’un sursis. Certains membres de la famille ont  quitté la salle en apprenant le jugement. Interrogés  sur leurs réactions et leurs futures intentions, à la sortie du tribunal, ils se sont contentés de dire: « La famille va se réunir ».L’affaire « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy » (ndlr : « ragots visant à améliorerl’image des pipoles gasy ») a été portée devant le tribunal le 31 janvier dernier.

ApaisementSelon le procureur Odette Balisama Razafimelisoa, mis à part le député Harijaona Randriari­malala et quelques artistes, d’autres personnes, se sont également portées partie civile dans cette affaire. Diffamation, atteinte à la vie privée, diffusion de conversations privées, et tentative d’enlèvement à l’encontre  du fils  du député plaignant, Telles ont été les accusations portées  contre Hiary Rapanoelina, détenteur  du compte facebook « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ».  La brigade criminelle est venue arrêter Hiary à Andoharanofotsy le 1er février. Quelques jours plus tard, l’affaire a été porté au tribunal et Hiary Rapanoelina placé en détention préventive à Antanimora.Le procès a débuté le mardi 28 février. Suite aux excuses publiques prononcées par la femme de Hiary Rapanoelina et de sa famille, les artistes plaignants ont joué la carte de l’apaisement en décidant de retirer leur plainte. Le député a fait de même. Malheureusement pour eux, leur geste n’a  eu aucun effet  sur la décision du tribunal et le procès a quand même eu lieu.Jusqu’au bout, Hiary Rapanoelina niera les accusations portées contre lui. Les personnes ayant affirmé avoir retiré leur plainte ne sont pas venus au procès. À l’issue des différentsplaidoyers, le président du tribunal a décidé que le jugement sera rendu le 7 mars (ndlr: hier). Hiary Rapanoelina a  encore la possibilité de faire appel  du jugement. C’est un homme particulièrement abattu qui a suivi les gardiens de prison, le ramenant à Antani­mora, à l’issue du procès.

Ranaivoson Faniry

L'express de Madagascar5 partages

Un complexe de l’esprit de corps des chefs

Les leçons données par le président Philibert Tsiranana dans son discours-programme du 10 octobre 1967, traduit certains comportements des fonctionnaires de l’époque et que l’on retrouve de nos jours. Ainsi du sens du service public qu’il définit comme « le sens des responsabilités tout en les assumant dans leur intégralité. C’est aussi travailler pour l’État sans lui mesurer son temps: les vacances, les congés, les repos ne sont pas pour les chefs ».Le président de la (Ire) République définit les chefs comme étant les ministres, les chefs de province, les préfets, les directeurs généraux, les directeurs… Il distingue d’eux les parlementaires qui sont les représentants du peuple.Il précise à l’intention des chefs leur mission. D’abord, tout savoir sur le service, tout voir, tout contrôler. Ensuite, interroger pour connaître et vérifier, commander et exiger la parfaite exécution, savoir sanctionner les fautes sans méchanceté mais sans trop de faiblesse, savoir récompenser les efforts et les initiatives et savoir reconnaître un échec, l’analyser et y remédier.« C’est encore endosser la responsabilité de toutes les erreurs commises dans son service, et non pas les rejeter sur des subordonnés qui ne sont là que pour exécuter, ou sur des conseillers qui ne sont là que pour conseiller. »Philibert Tsiranana met alors en exergue une « faiblesse » des chefs. Ils n’arrivent pas à commander leurs subordonnés directs de même corps qu’eux, sanctionnant les petits fonctionnaires et non ces derniers. « On n’a jamais vu un chef de province blâmer un préfetou un sous-préfet parce que tous sont administrateurs. » Cela est valable pour les ingénieurs, les médecins… « Si cela devait continuer, vous inciteriez le gouvernement à mettre à la tête de votre service un fonctionnaire d’un autre corps. »C’est d’autant plus inadmissible pour lui que sous la colonisation, les chefs ont agi autrement: des gouverneurs et sous-gouverneurs malgaches- « ou portant de ces titres ronflants de l’époque »- inspectaient les secrétaires officiels qui étaient chefs de canton et les punissaient. Depuis l’indépendance, souligne-t-il, seuls les inspecteurs d’État découvrent les irrégularités financières et anomalies. « On m’a même appris qu’il y a des chefs qui n’osent pas muter et qui demandent au ministre de le faire, mais en précisant qu’il ne faut pas mentionner que c’est sur leur demande! »Et de lancer un avertissement: « Vous êtes fonctionnaires d’un pays indépendant, vous devez agir en chefs ou abandonner votre poste: on vous trouvera un emploi dans un bureau ! » La menace s’ensuit: « Ou alors, nous mettrons des ingénieurs pour commander les administrateurs, et des administrateurs pour commander les ingénieurs! » Philibert Tsiranana engage alors les chefs à se libérer de ce « complexe de corps » et à agir comme dans l’Armée où « le capitaine sanctionne le lieutenant ».Cependant, les chefs ne sont pas les seuls à devoir montrer le sens du service public. Même les exécutants doivent l’avoir en accomplissant ce qu’ils ont à faire, signalant les impossibilités ou les insuffisances de moyens, les échecs et leurs causes, les succès et leurs raisons. « Mais induire le supérieur en erreur par mensonge ou par omission, c’est le trahir et trahir l’État. »Selon lui, c’est  un problème dont la solution réside dans le changement de comportement. « Ainsi chacun de nous pourra se dire, chaque soir après le travail: J’ai fait aujourd’ hui tout ce que j’ai pu pour mon pays. »En abordant le sujet des chefs, Philibert Tsiranana réfute l’assertion de l’opposition qui prétend que le gouvernement « ne veut pas employer les étudiants qui rentrent » à Madagascar après des études à l’étranger. Il argumente par le fait que la plupart des hautes fonctions de l’État ne sont tenues que par des jeunes ayant accompli leurs études à l’étranger.« Mais il y a des exceptions à cette règle. Il s’agit des jeunes ambitieux, égoïstes et orgueilleux qui veulent, dès leur arrivée, être directeurs généraux, en déboulonnant celui qui est en place comme s’il était déméritant. Et ils clament partout qu’on ne veut pas d’eux; or, on veut bien d’eux, mais ils demandent des places qu’on ne peut pas leur donner. »Le chef de l’État termine cette partie de son intervention en parlant d’une loi votée par le Parlement. Cette loi « accélère les procédures d’engagement de poursuites pénales contre les agents de l’État». Il a été, en effet, constaté des lenteurs dans la poursuite des agents « qui déshonorent l’Administration », imputées aux textes, législatifs ou règlementaires.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnels

Midi Madagasikara5 partages

M2PATE : Un directeur condamné pour faux et usage de faux

Le litige oppose le Dr Ramilison Jean Pierre (et son épouse) à un directeur au sein du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement. Les deux parties se disputent la propriété dite « Fanomezantsoa CDXXII » TF n° 53.504-A sise à Antetezana Afovoany (67ha), devenue actuellement Logement n°542 Cité des 67ha. Dr Jean Pierre Ramilison soutient qu’il a acquis en juin 2000 la propriété auprès de la SEIMAD. Depuis son acquisition, le prioritaire a loué l’immeuble à un locataire qui l’a sous-loué à une dame qui  l’a occupé par la suite avec ce directeur de ministère. Suite à un conflit de règlement des loyers, le propriétaire a obtenu du tribunal l’expulsion manu militari des sous-locataires. Le directeur a fait appel contre cette décision d’expulsion aux motifs qu’il est actuellement co-propriétaire de l’immeuble suivant acte de vente qu’il aurait passé avec une dame qui n’existe même pas. Face à  cette nouvelle donne, Dr Ramilison Jean Pierre et son épouse ont été obligés de porter plainte contre le directeur pour faux et usage de faux le 23 août 2012. Et ils ont obtenu gain de cause, car le tribunal correctionnel d’Antananarivo a condamné l’inculpé à deux ans d’emprisonnement ferme avec mandat d’arrêt. Le directeur a interjeté appel  et le verdict est attendu le 17 mars prochain.

Bongatsara. Dr Jean Pierre Ramilison et son épouse interpellent le ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement sur la situation de ce directeur qui écope actuellement d’une lourde peine judiciaire, alors qu’il continue d’occuper un poste de responsabilité au sein de ce département ministériel. D’après nos informations, ce médecin en retraite n’est pas la seule victime des actes d’escroquerie de ce directeur. A Bongatsara (Atsimondrano), il a pu inscrire en son nom une propriété d’une superficie de plus de 3 000 ha. Il a pu vendre une partie du terrain à un conseiller du président de la République. Actuellement, la propriétaire n’ose plus mettre ses pieds sur sa propriété, car chaque fois qu’elle le fait, le directeur fait appel aux éléments des forces de l’ordre pour l’arrêter. La propriétaire a déjà attaqué le directeur devant la justice pour faux et usage de faux, mais la Cour criminelle ordinaire d’Antananarivo a acquitté ce dernier et son épouse. Affaire à suivre.

Recueillis par R. Eugène

Tananews4 partages

“Le prix de la pomme de terre a augmenté de 100 ar à Anosy be”

Voila l’info principale en ouverture du journal de 16:00 de la RNM.

Une information vitale.

100 ar d’augmentation du kilo de la patate.

Orange Madagascar4 partages

Fanambarana nataon'ny Praiminisitra Lehibe ny Governemanta

Ho tohin’ny fandraisana andraikitra noraisin’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny 07 martsa 2017 niaraka amin’ny mpikambana ao amin’ny governemanta, dia misy ny fanambarana ataon’ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier :

Tafiditra ao anatin’ny faritra mena ny: faritra Analamanga, Diana, Sofia, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Boeny, Betsiboka

            Manao antso avo ny tompon’ny orinasa miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana izay voasokajy amin’ireo faritra ireo mba hamoaka ny mpiasa tsy misy atak’andro manomboka amin’izao fanambarana izao mba ahafahan’izy ireo miverina mihazo ny toeram-ponenany .

            Efa any amin’ny toerana rehetra ahafahana mandray andraikitra ny ekipa ny BNGRC sy ireo solontenam-panjakana rehetra ary vonona amin’ny fandraisana ireo mety ho sokajiana amin’izay traboina izay.

            Manasa antsika mianakavy mba ho tony eo amin’ny fandraisana ny vaovao rehetra izay ampitaina miandalana mikasika ny fandalovan’ny rivo-doza Enawo , ka hanaraka ireo toromarika izay omen’ireo teknisianina mahakasika ny toetr’andro na ny teknisianina ao amin’ny BNGRC sy ireo mpiara miombon’antoka izay miara miasa amintsika.

Ireo faritra na distrika voasokajy ao anatin’ny filazana manambana dia aoka mba hiomana ka hanaraka ireo fepetra toa ny distrika an’Ambatomainty, distrika ny Morafeno be, distrika ny Miandrivazo, faritra Amoron’I Mania, Haute Matsiatra, Ihorombe, Vatovavy fitovinany ary faritra Atsimo atsinanana.

Nanambara ny Praiminisitra fa efa nisy ny fiomanana teo aloha satria efa misy ny “plan de contingence” nataon’ny BNGRC ka nisy ny “operation de simulation” tamin’ny taona 2016. Tamin’ireny fotoana ireny dia saika amin’ireo toerana andalovan’ny rivo-doza amin’izao fotoana izao no nanaovana izay “simulation” izay .Efa mahafantatra ny ataony ireny olona ireny satria efa niomana tamin’izay fotoana izay. Efa nisy koa fitaovana izay efa napetraka tamin’ireny fotoana ireny toa ny sakafo, ny fialofana (tente), sambo aingam-pandeha mba ahafahana miaro ny olona handalovan’ny rivo-doza.

“Ny zavatra atao manaraka amin’izao dia vao afaka hisidinana ny habakabaka dia tsy maintsy handefa ny ekipan’ny BNGRC, ary hidina ifotony koa ny fitondram-panjakana hitondra izay voatsirambin’ny tanana. Raha vitan’ny enti-manana eto Madagasikara ny vonjy aina dia atao izay mety fa raha betsaka ny fahavoazana ara-materialy dia tsy maintsy hisy ny “declaration d’urgence” izay ataon’ny fitondram-panjakana” hoy hatrany ny tenany.

Atao izay mba hahafahantsika miomana satria izay tsara fiomanana tsy ho tapohin’ny loza. 

Midi Madagasikara4 partages

Elysée Ratsiraka : « Il n’y a aucun mandat d’arrêt contre moi »

Elysée Ratsiraka continue d’exercer son mandat de maire à la commune urbaine de Toamasina.

Le maire de Toamasina ne fait l’objet ni d’un mandat d’arrêt, ni d’une interdiction de sortie du territoire.

Il est rentré hier au pays. Et hier même, il a participé à Toamasina à la réunion de l’OMC (Organe Mixte de Conception) qui implique tous les responsables concernés par le maintien de l’ordre dans la capitale de Betsimisaraka. Il, c’est le maire de Toamasina  Elysée Ratsiraka qui fait ces derniers temps l’objet des rumeurs d’un mandat d’arrêt. Joint au téléphone hier, Elysée Ratsiraka d’affirmer : « Il  n’y a aucun mandat d’arrêt contre moi. La preuve, le procureur de la République de Toamasina s’est trouvé juste à ma droite ce matin durant  la réunion de l’OMC et pourquoi ne m’a-t-il pas arrêté ? » Et lui d’enfoncer le clou : « J’étais absent du territoire national au moment où les prétendus faits qu’on m’aurait reproché se sont produits. Je ne suis donc responsable de rien. D’ailleurs, avant de quitter Toamasina, j’ai délégué tous mes pouvoirs à mon secrétaire général qui a géré les affaires de la Municipalité durant mon absence. »  Hier, le procureur de la République de Toamasina a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a démenti l’existence d’un mandat d’arrêt contre le maire Elysée Ratsiraka. On a cependant appris qu’une plainte suite aux actes de violence perpétrés par des « agents » de la commune, aurait été déposée contre le maire du Grand Port.

Mapar. Sur une autre rumeur relative à sa situation au sein du Mapar, le maire de Toamasina Elysée Ratsiraka de mettre les points sur les « i » : « Je reste et je resterai Mapar. Je suis jusqu’ici le vice-président national du Mapar pour la province de Toamasina. » Quant à son absence lors de la présentation des vœux du Mapar de Toamasina, Elysée Ratsiraka a fait savoir qu’il n’a pas pu être présent pour des raisons indépendantes de sa volonté. « Par contre, j’ai été présent lors de la présentation des vœux du Mapar national qui s’est tenue à Antananarivo et qui a été présidée par le président Andry Rajoelina. » A rappeler que le « cas » du maire Elysée Ratsiraka suscitait ces derniers temps des interrogations au sein de la grande famille du Mapar. On reproche à l’ancien vice-président du conseil Supérieur de la Transition (CST) d’ignorer son origine politique depuis son élection à la mairie de Toamasina. En tout cas, Elysée Ratsiraka fait partie des trois maires élus sous les couleurs du Mapar à la tête des chefs-lieux de province. Il y a Mokhtar Andriatomanga à Mahajanga et Jean-Luc Djavojozara à Antsiranana, les deux ayant déjà fait l’objet de suspension par les conseils municipaux.

Recueillis par R. Eugène

Madaplus.info3 partages

Le cyclone juridique fait tomber Hary Rapanoelina

Hary Rapanoelina le fondateur et administrateur du groupe facebook «Fifosana Hanatsarana pipoles gasy » est coupable devant la justice.
Le verdict est tombé hier, Hary Rapanoelina a écopé d’une peine d’un an d’emprisonnement. En effet, selon la justice, il est complice des menaces à l’encontre de la famille du député d’Harijaona Randriarimalala ou (Jaona Elite), qui lui a valu cette peine d’un an d’emprisonnement. Mais la justice l’a acquitté des charges sur la propagation des rumeurs selon son avocat. Sa femme Tahiana Rapanoelina est libérée au bénéfice du doute. C’est ainsi que se termine alors ce périple media-juridique.
Un nouveau groupe avec le même nom «Fifosana Hanatsarana pipoles gasy » est déjà visible sur facebook. Mais maintenant les internautes sont avisés s’ils font une bourde.
News Mada3 partages

Peste : une cinquantaine de décès depuis septembre

Le taux de létalité a diminué. On peut dire que le nombre de décès durant la saison pesteuse 2016-2017 a connu une baisse conséquente par rapport à celle de 2015-2016, même si le bilan final ne sortira qu’en avril, fin de la saison en cours. Depuis le début de cette saison, soit de septembre 2016 jusqu’à maintenant (ndlr à la 9e semaine de 2017), 282 cas ont été déclarés auprès du ministère de tutelle. Certes, ce chiffre est supérieur au nombre de cas enregistrés durant la même période lors de la dernière saison pesteuse, qui était de 269, mais une nette différence est notée en termes de taux de mortalité. En fait, le décès concerne seulement 18% des cas enregistrés en 2016-2017, soit une cinquantaine, contre 37% en 2015-2016.

« Un tel résultat découle de la rapidité des réponses et de la prise en charge des patients effectuées en temps opportun », a souligné le directeur de la Veille sanitaire et de la surveillance de l’épidémie (DVSSE), Dr. Mahery Ratsitorahana, hier, en marge d’une cérémonie qui s’est déroulée à Mahamasina. Ce sont les cas enregistrés au niveau des nouveaux foyers pesteux dans le Sud du pays, notamment à Iakora et Befotaka, qui ont augmenté l’ effectif des victimes tout comme les décès. Respectivement, 88 et 37 cas ont été notifiés dans ces districts, soit  presque la moitié de l’ensemble des cas déclarés. Après les quelques mois de prise en charge et de suivi sur place, le ministère de la Santé, via le ministre Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a déclaré officiellement, en marge de l’événement d’hier, la fin de l’épidémie de peste dans cette partie sud de l’île.

Fahranarison

 

Orange Madagascar3 partages

VIDEO - Ce que vous devez savoir sur l’alerte rouge d’avis de danger imminent

Antananarivo est sous régime d’alerte rouge d’avis de danger imminent depuis ce mercredi 8 mars à 06H30, et les recommandations de la direction générales de la météorologie sont de : - Cesser toute activité- Se tenir toujours au courant des dernières informations météorologiques- Couper le courant électrique- Etre vigilent et ne pas sortir- Prendre garde au calme apparent lors du passage de l’œil du cyclone- Rester à l’intérieur d’un bâtiment sûr

Thierry Venty, Secrétaire exécutif du Bureau national de la Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) rappelle ce mercredi 8 mars qu’à l’annonce de l’alerte rouge dans une localité, toute activité doit immédiatement cesser, et tout le monde doit rester chez soi, dans un endroit sûr.

Orange Madagascar3 partages

Enawo passera à l'Ouest d'Antananarivo

Le centre du système Enawo est actuellement dans la commune de Maritampina, district de Fenoarivo Afovoany. Il est accompagné d’un vent moyen de 75km/h, et de rafales de 105km/h. Sa vitesse de déplacement est de 20km/h.

Enawo ne devrait pas traverser le centre d’Antananarivo selon les prévisions des services de la direction générale de la météorologie, mais contournera la capitale par l'Ouest pour se diriger vers Miarinarivo. 

Le système devrait atteindre Betafo ce jeudi 9 mars vers 06H00.

L'express de Madagascar3 partages

Exportation – Le poivre rouge très recherché

La production de baie rose devrait connaître une hausse pour la prochaine saison. La région Bongolava prévoit de produire jusqu’à 27 tonnes d’épices en 2018.

Une filière à fort potentiel. Très demandée sur le marché international, la baie rose ou le poivre rouge est une épice qui contribue fortement à l’économie malgache. Dans les zones productrices, les responsables et producteurs redoublent d’efforts pour l’amélioration de la qualité de production et la pérennisation de la filière. C’est le cas par exemple dans la région du Bongolava où « Les producteurs misent beaucoup sur la qualité, en ce moment. Ainsi, ils  prévoient de produire jusqu’à 27 tonnes de baie rose pour la prochaine saison », a fait savoir Aina Andria­namelasoa, directeur de développement régional (DDR) de la région du Bongolava.En ce moment, la campagne de récolte bat son plein dans les différentes localités de cette  région, depuis lundi, notamment à Ankadinondry Sakay et à Tsiroanomandidy Fihao­nana. Le prix du kilo de  baie rose de la catégorie grade 1 est de 35 000 ariary, celui du grade 2 est de26 000 ariary, et est entre 6 500 à 10 000 ariary pour le grade 3. Les responsables ont constaté une tendance à la hausse de la production, ces dernières années. D’après le DDR de la région du Bongo­lava, « la production du poivre rouge dans sa région était de 19 tonnes en 2014, puis elle a baissé jusqu’à 13 tonnes en 2015 pour arriver à 23 tonnes en 2016 ».

Négociations directesSi la région Anosy, Atsinanana et Atsimo Atsi­na­nana figurent aussi parmi les régions productrices de cette épice, cette filière semble bien structurée dans la région Bongolava. La notion d’intermédiaire n’existe pas sur le marché local. « Les négociations du prix se font directement entre les coopératives et les opérateurs du marché », a tenu à souligner ce responsable. D’autant plus que la production de la région Bongolava est très recherchée sur le marché international car elle enregistre une belle performance dans la qualité de production grâce aux bonnes conditions climatiques adaptées à la culture de la baie rose.La baie rose est un produit destiné à l’exportation avec une forte demande de l’Europe, comme matière première dans la parfumerie ou encore pour aromatiser leurs desserts, notamment l’Italie et la France. Le Japon n’est pas en reste car la baie rose est très prisée dans la cuisine japonaise pour son parfum puissant mais non piquant.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Développement durable – Les enseignants chercheurs en formation

Des formations axées sur cinq secteurs importants dont l’eau, l’habitat, l’énergie, l’informatique et l’anthropologie seront dispensées aux enseignants-chercheurs de trois universités de Madagascar, à savoir, l’université d’Antananarivo (Polytechnique), celle de Toamasina et l’Institut supérieur de technologie d’Antananarivo (IST). Cent vingt enseignants venant de France, Belgique et Espagne, spécialisés dans ces domaines, s’engageront et viendront à Madagascar pour former les enseignants malgaches, en matière de développement durable. « Il s’agit d’apporter une solution pérenne face aux problèmes de l’énergie renouvelable dans le pays », souligne Manitra Razafini­manana, coordonnateur à l’université Paul Sabatier de Toulouse.Ce programme, d’une valeur de 942 000 euros, est issu du projet Madeehi financé par l’Union Euro­péenne. Ceci entre dans le cadre de la collaboration entre l’université d’Anta­nanarivo et l’université Paul Sabatier qui remonte à 2004, et a été renouvelé en 2015. Les universités bénéficiaires ont pris part à cette collaboration, dès le début du projet.Les formations toucheront, en premier lieu, les enseignants et en deuxième lieu, les étudiants. Dans cette optique, 30 % des contenus des modules des étudiants en licence seront remodelés au début du projet. De nouveaux contenus s’y rajouteront. Dans quatre ans, les cursus universitaires suivront ces nouveaux modèles inscrits dans le projet. Ce projet permettra de renforcer l’influence sur la remise à niveau des formations malgaches vers les standards européens, ainsi que sur la qualité des enseignants et des enseignements, mais aussi sur la structuration du système LMD.Avant de passer au master, les étudiants pourront jouir d’un master équivalent à ceux des masters à l’étranger. L’anthropologie a été choisie dans ces secteurs car la population sera la principale bénéficiaire de ce projet. « L’impact du projet devrait se faire sentir avant que celui-ci ne prenne fin, et ce, à travers l’information sur les nouveautés des formations qui devraient attirer beaucoup plus les étudiants vers les formations mises en place », soutient Manitra Razafini­manana. Un village vert sera mis en place dans le cadre de ce projet.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara3 partages

ADN : Edgard présente son livre

Fruit d’un travail de plus d’un an, un livre sur la refondation (Fanorenana Ifotony) et le fédéralisme (Federalisma sahaza) a été présenté hier au Dôme à Ankorondrano. Le livre a été l’œuvre du coordonnateur national du parti ADN (Antoko sy Dinan’ny Nosy), Edgard Razafindravahy. D’après ce dernier, il a écrit le livre à partir des réalités qu’il a rencontrées lors de ses tournées à travers l’île. « Le choix de l’Etat unitaire n’a pas été un succès à Madagascar. Il est donc temps d’opter pour un fédéralisme adapté aux réalités malgaches. », a souligné hier Edgard Razafindravahy.

Présidentielle de 2018. L’ADN se pose en force de proposition en publiant ce livre sur la refondation et le fédéralisme. Par contre, Edgard Razafindravahy n’a pas encore déclaré s’il sera ou non candidat à l’élection présidentielle de 2018. Quoi qu’il en soit, l’ADN continue d’installer sa base à travers l’île

R.Eugène

Midi Madagasikara3 partages

« Bots for Messenger Challenge » : Des développeurs malgaches prêts à relever le défi

Un concours international de développement de « Bots intelligents » pour le service Messenger est organisé par Facebook. Sur une cinquantaine d’équipes malgaches candidates, les trois meilleures sont sélectionnées pour représenter le pays.

 

150 développeurs parmi les plus aguerris à Madagascar ont participé au « Facebook Bot Party », qui s’est tenu samedi dernier à l’hôtel Panorama, afin de se préparer à la participation de Madagascar au premier challenge de Chatbot pour Facebook Messenger. En effet, ce challenge lancé par Facebook vise à trouver et coder un concept innovant de « répondeur automatique ». En une heure, les prétendants ont ainsi programmé un bot intelligent pour le service Messenger, dans l’un des trois domaines au choix, notamment, les jeux et divertissements ; la productivité et l’utilité ; ou l’outil social. A l’issue des séances de développement et de présentation, le jury a attribué le premier prix au groupe « Game Trio », composé de Setra, Eric et Rado. Cette équipe a développé un bot nommé « Intello », qui aide les « gamers » à trouver des astuces concernant leur jeu. La seconde place a été attribuée au groupe « Fancines » composé d’Andrianina, Antsa et de Miangaly, qui ont développé un bot nommé « Dragula », un jeu sur Messenger. Enfin, le groupe « Little Pi-Bot » composé de Rantsa, Ammi et de Tsiry remporte la troisième place grâce à leur bot nommé « Pizza-Bot ». Le bot se propose de présenter les menus et de prendre des commandes de pizzas.

Appuis. Orchestré par les équipes d’« Azimuts Tech Events », le « Facebook Bot Party » est soutenu par Facebook et Orange Madagascar. D’après ses représentants, l’opérateur a doté les gagnants en équipements, et les accompagnera pour se préparer au « Bots for Messenger Challenge » de Facebook, auquel participeront 48 pays d’Afrique et 16 du Moyen-Orient. « Orange souhaite participer au développement du Chatbot à Madagascar, une innovation qui aura une influence significative et grandissante sur la vie des entreprises et des communautés, notamment en matière de relations avec les clients. Orange soutient ce concours dans le dessein de stimuler les idées innovantes et de soutenir les talents locaux qui proposent des solutions au profit des entreprises et communautés locales », ont-ils affirmé.

Intelligent. Les « discussions robotisées » avec un « Chatbot » sont capables de simuler une conversation avec un être humain sur une messagerie ou un réseau social et ainsi vendre des services, vêtements, voitures, ou autres, que l’on peut trouver sur le réseau malgache sur Facebook. Les Chatbots sont désormais en mesure de passer en revue d’énormes bases de données pour trouver des éléments de réponse en en très peu de temps. Les chatbots sont déjà utilisés par plusieurs applications de messagerie sécurisées comme le chinois WeChat et l’outil de communication en entreprises Slack pour réaliser des tâches simples à partir d’une conversation.

Recueillis par Antsa R.

 

Midi Madagasikara3 partages

Fisamborana ny Ben’ny tanànan’i Toamasina : “Mbola eny amin’ny polisy ny raharaha” hoy ny Tonia ...

Nampiantso mpanao gazety tao amin’ny birao fiasany eo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany Toamasina, ny Tonia mpampanoa lalàna Atoa Lauret Rajaona Thierry, niezaka nanazava ny maahakasika ilay raharaha mpanao fanadihadiana sy mampisambotra ny ben’ny tanànan’i Toamasina navoakany. Raha ny fanazavany, dia “tsy nisy izany didy mampisambotra” ny ben’ny tanàna izany navoakany; nefa raha ny voalaza tao amin’ilay taratasy navoakany ny 03 martsa teo, dia milaza mazava ary voasoratra amin’ny “litera lehibe” sy mbola ao anaty “farango sosona” mihitsy milaza hoe “enquête et arrestation pour  violation à domicile et destruction des biens” na “fanaovana fanadihadiana sy fisamborana noho ny fidirana an-keriny an-tranon’olona sy fanimbana fananan’olona”. Noho ity taratasy nataon’ny Tonia mpampanoa lalàna ity no naha-mailo ireo polisy misahana ny raharaha, noho ilay izy misy ity resaka “fisamborana” nefa ny olona asaina samborina ity tsy iza fa ny ben’ny tanànan’i Toamasina sy ny lefiny ary ireo “gros bras” nirahan’izy ireo nahatonga izao raharaha izao. Nomarihan’ny Tonia mpampanoa lalàna tamin’izao fiantsoana mpanao gazety izao anefa, fa “mbola eny anivon’ny polisy manao ny fanadihadiana ny raharaha hatramin’izao”, koa ho hita eo ny ho tohiny. Ankilan’izay, dia efa tonga eto Toamasina ny ben’ny tanàna raha avy tany ivelany, hatreto anefa tsy fantatra ny fotoana hihainoana azy araka ity taratasy nataon’ny Tonia mpampanoa lalàna mampanao fanadihadiana sy mampisambotra azy ity. Ny an’ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna sy ireo “gros bras” sasany voalazan’ny fitoriana kosa, dia efa vita ny alahady tolakandro sy ny alatsinainy teo raha ny fanazavana “marim-pototra” nangonina. Ankoatra izay, dia fantatra ihany koa izao raha ny fanazavan’ny Tonia mpampanoa lalàna ihany, fa nametraka fitoriana noho ny tsy fanatontosan’ny voakasika tamin’ny tsy fanajana ny lalàna manala azy amin’ny tranony koa ny ben’ny tanàna sy ny ekipany. Koa ho hita eo izany ny ho tohin’izao raharaha izao…

Malala Didier

Midi Madagasikara3 partages

BFV-Société Générale : Une extension du réseau cette année

Pour la BFV-Société Générale, le contact direct avec les partenaires est primordial. Raison pour laquelle la banque a organisé vendredi dernier la « Soirée des partenaires ». La rencontre, la deuxième du genre s’est déroulée au Villa Pradon Antanimena et a été surtout l’occasion pour la BFV-Société Générale de remercier ses partenaires de leur expertise et de la confiance qu’ils lui ont accordées au cours de l’année dernière.

 « C’est en agissant avec éthique et responsabilité et en appliquant les engagements de notre code de conduite, celui du Groupe Société Générale que nous agirons dans l’intérêt de nos actionnaires, de nos collaborateurs, nos clients et de nos fournisseurs bien évidemment. C’est le gage même de notre réputation sur le long terme. À travers l’ensemble de nos activités, nous entendons instaurer avec vous, clients et fournisseurs, une relation durable bâtie sur la confiance», a notamment déclaré Bruno Massez, PDG de BFV-SG lors de son discours.

En somme, la confiance est le fondement des relations que la BFV-SG veut construire avec chacune de ses parties prenantes. Actuellement, plus de 500 fournisseurs collaborent avec la BFV-SG et ont contribué à sa croissance. Cette collaboration sera amenée à s’intensifier vu que cette année encore, la banque continuera à étendre son réseau et à développer ses offres à la clientèle. En effet, avec un réseau d’agences qui se développe chaque année, la BFV-SG regroupera 56 agences dès cette semaine avec l’ouverture imminente de l’agence de Talatamaty, et la mise en place de services de plus en plus innovants.

R.Edmond

Midi Madagasikara3 partages

8 mars 2017 : Célébration annulée à cause du cyclone

La pluie n’a pas refroidi l’enthousiasme collectif de la ministre Onitiana Realy et des artisanes lors de l’inauguration hier du « Vohitra Kanto Fihary ».

Les évènements programmés ce jour dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la Femme sont tombés à l’…eau.

Le concert et le carnaval prévus ce mercredi 8 mars 2017 à Mahamasina ont dû être annulés par le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) à cause du cyclone Enawo, mais aussi et surtout par solidarité envers les zones sinistrées et les premières victimes. En effet, le passage d’Enawo a déjà occasionné 3 pertes en vies humaines dont celle d’un enfant à Maroantsetra. « Comme à l’accoutumée, nous allons accomplir nos missions dans le cadre de l’accompagnement des populations face à ce nouveau choc qui frappe le pays », assure la ministre Onitiana Realy. Sans oublier de présenter ses « sincères condoléances aux familles endeuillées ».

Firenena. La célébration de la Journée Mondiale de la Femme ce jour a été également annulée et/ou reportée dans les différentes régions traversées par ce cyclone tropical intense accompagné de fortes rafales de vent et de pluies diluviennes qui pourraient provoquer des inondations. Prévue ce jour sur le podium de Mahamasina, la proclamation des résultats de la finale du concours de projets « Vehivavy Mizaka Tena ara-Toekarena » a été reportée à une date ultérieure. Une finale organisée avant-hier « dans le cadre prestigieux du Carlton afin de mettre en valeur les participantes au concours », dixit la ministre Onitiana Realy. Laquelle a également donné honneur à un trio de femmes, en l’occurrence, Ry Kala vazo, pour animer les intermèdes. « Le terme Firenena puise ses racines dans le mot Reny », souligne-t-elle. Histoire de mettre l’accent sur la place de la femme dans la société malgache. 

150 stands. En revanche, le village baptisé « Vohitra Kanto Fihary » a bel et bien ouvert ses portes en début de semaine. Il a été inauguré hier par la ministre Onitiana Realy qui a visité les 150 stands tenus par les partenaires techniques et financiers du MPPSPF et par des artisanes représentatives des quatre coins du pays. Ces dernières ont animé hier le podium avec des artistes. La pluie n’a pas douché l’ardeur du public venu nombreux au Palais des Sports de Mahamasina où la série de conférences-débats animée par différents intervenants et axée sur la thématique de l’autonomisation des femmes, a intéressé l’auditoire composé notamment de jeunes.

3 sur 5. En somme, force est de constater que sur les 5 évènements programmés dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la Femme, le MPPSPF a réussi à en tenir 3. Les deux autres n’ont pu se tenir pour cause de cyclone. La ministre de souligner que « le 8 mars ne se limite pas aux festivités. Nous avons entamé la célébration de la Journée mondiale de la Femme depuis plusieurs mois à travers le lancement de ce concours de « Vehivavy Mizaka-Tena ara-Toekarena » qui a connu un réel engouement. A preuve, il y a eu 1526 retraits de dossiers dans les 22 Régions, 578 candidatures déposées dans les directions régionales du MPPSPF».

 

8 mars, tous les jours. Onitiana Realy de réitérer que pour son ministère, « le 8 mars, c’est tous les jours ». Et de citer « les filets sociaux de sécurité à l’endroit de plus de 500 000 personnes les plus vulnérables ». En prenant tout particulièrement l’exemple du « Vatsin’Ankohonana » dont l’encaissement est confié aux mères de famille. Et ce, dans l’esprit de la politique de l’ancien SG des Nations Unies qui militait pour l’implication et l’augmentation de l’effectif féminin au sein des forces de maintien de la paix afin d’apporter davantage de sérénité et de souplesse dans les règlements de conflit, mais aussi pour réduire les risques de dérapages tels les viols durant les opérations.

Solidarité.  « A Madagascar, j’invite les femmes qui occupent des postes de responsabilité à s’en inspirer », enchaîne la ministre chargée de la promotion de la femme. Avant d’ajouter : « Soyons les messagères de la paix, apportons davantage de sérénité, de calme et de sagesse dans les débats qui animent notre société ». Pour elle, « c’est l’esprit de convivialité, de solidarité et d’unité qui doit prévaloir le 8 mars ». Une Journée mondiale de la Femme marquée aujourd’hui par un cas de force majeure résultant d’un évènement exceptionnel et imprévisible qui ne dépend pas de la volonté d’Ambohijatovo. En tout état de cause, le cyclone Enawo fait tomber à l’eau la polémique sur ce que d’aucuns qualifiaient de  8  « mars forcé ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara3 partages

Hiary Rapanoelina : Herin-taona an-tranomaizina sazy mihatra !

Herinandro lasa izay, dia nolavina ny fangatahany fahafahana vonjimaika. Omaly kosa, raha noheverin’ny maro fa ho tapitra  ny fitazonana am-ponja azy, dia ny nifanohitra tanteraka tamin’izany no niseho : nosaziana an-tranomaizina sazy mihatra Hiary Rapanoelina. Tsy nisy fiantraikany teo amin’ny fitsarana ady heloka tsotra izany ny fanalan’ireo olona rehetra rehetra ny taratasy fitoriany an’ity artista voakasika ity. Tsy naharitra ela intsony ny famoahana didy omaly tao amin’ny efitrano faharoa. Ny vadin’i Hiary Rapanoelina kosa dia nafahana noho ny fisalasalana tamin’ity raharaha izay naha-voasaringotra azy ho mpiray tsikombakomba tamin’ny fandrindràna ny vondrona facebook “Fifosana hanatsarana pipoles gasy”. Telo ny fiampangana an’i Hiary Rapanoelina dia ny fanalam-baraka ny solombavambahoaka Harijaona Andriamalala, ny fanalam-baraka ny artista izay nivondrona teo anivon’ny syndikan’ny mpanakanto ary ny fahatelo farany dia fikasàna haka an-keriny ny zanaky ny solombavambahoaka izay efa notononina anarana etsy ambony. Ny fehezan-dalàna mahakasika ny « cybercriminalité » no nanenjehana azy araka ny andininy faha-16 sy faha-20 amin’ny lalàna 2014-006 tamin’ny 19 jona 2014. Tsy afa-po tamin’ity didim-pitsarana ity ny fianakavian’ny voampanga ary nilaza ny hampiakatra fitsarana ambony. Ho an’ny olona tonga nanaraka ity raharaha ity teny Anosy indray, dia nilaza izy ireo fa mafy loatra ilay fanasaziana. Ny antony dia satria efa niala tsiny i Hiary Rapanoelina ary efa nanala ny fitoriany rahateo ireo artista sy mpanao politika voakasiky ny fanalam-baraka. Hiary Rapanoelaina izany no Malagasy voalohany nigadra noho ny fampiasana facebook avy amin’ny fampiharana ny lalànan’ny “cybercriminalité”. Voalohany dia betsaka ny mahafantatra ny fisian’io lalàna mifehy ny fitaovan-tserasera informatika io ary na ny mpitandro ny filaminana aza dia vao manokatra ny sampan-draharaha misahana izany. Isan’izany ny teo anivon’ny pôlisy izay vao tamin’ny volana lasa teo no nisokatra. Raha jerena amin’io lafiny io, dia toa lasa andrana ihany ity nanjo an’i Hiary Rapanoelina ity. Ankoatr’izay, ny lalàna alohan’ny hampiharana azy dia mila fampahafantarana faobe aloha. Mba nisy an’izany ve ity “cybercriminalité” ity? Betsaka ny miasa saina ankehitriny rehefa nanaraka ity raharaha ity, satria olona an-tapitrisany maro no mampiasa ny tambajotra sosialy mba hizarany vaovao ary indrindra mba hanehoany ny heviny, hevitra izay tsy heno mihitsy any amin’ny sehatra hafa. Ekana fa ny fanalam-baraka dia mijanona hatrany ho fanalam-baraka, fa raha misy milaza ho afa-baraka amin’ny fanehoan-kevitra tsotra kosa na tsy voatonona anarana aza, mety hiteraka olana be ho an’ny fahalalahana maneho hevitra izany… 

D.R

Midi Madagasikara3 partages

Facilité au commerce : Un Projet à soumettre à la SADC

Madagascar prépare son Document de projet pour le Programme de Facilité liée au Commerce de la SADC.

Beaucoup reste  à faire pour l’objectif ultime des échanges libres que vise l’intégration régional.

Hier, un atelier de consultation s’est tenu au Colbert Antaninarenina, pour l’élaboration du Document de projet de Madagascar, à soumettre au Programme de Facilité liée au commerce de la SADC. Des représentants de Ministères, de Groupements du secteur privé, ainsi que de la SADC ont participé à cette rencontre. « Si nous en sommes là, c’est grâce à notre adhésion au Protocole sur le commerce de la SADC, nous ayant permis ainsi de bénéficier d’un montant de 1,4 million d’Euros, dans le cadre du programme de Facilité liée au commerce de la SADC », a noté le secrétaire général du Commerce et de la Consommation, Jean-Jacques Rasamoel, dans son discours. A noter que ce programme de Facilité liée au commerce a pour principal objectif de renforcer le processus d’intégration régionale de la SADC, et d’accroître la compétitivité commerciale de la région à l’échelle mondiale.

Avantages. À l’instar de nombreux pays en voie de développement, Madagascar fait face à de nombreux défis dans sa démarche d’intégration. Cet atelier a pour objectif d’entamer les démarches d’élaboration du Projet qui aidera Madagascar à occuper une place dans le système commercial régional voire mondial. Les besoins en activité seront ainsi transcrits, pour les matérialiser, et les concrétiser en actions cohérentes et productives. À l’issue de l’atelier, un document de projet est conçu, lequel met en avant une vision et des décisions concertées qui nous conduiront à un cadre d’échange valorisant les avantages comparatifs de Madagascar, pour une prospérité partagée, à travers une configuration plus diversifiée, résiliente, et industrialisée de l’économie du pays.

Recueillis par Antsa R.

Madaplus.info2 partages

Certaines manifestations de la journée mondiale de la femme annulées à cause d’Enawo

Après avoir dévasté une partie du nord de Madagascar, c’est le programme des manifestations de la journée la femme qui a dû être changé à cause d’Enawo.
D’après la météorologie, ce matin à 6 heures, heure locale, le centre d’Enawo était situé à Antsirabe dans le district de Mandritsara. Il entrera dans la région Analamanga vers 12 heures selon toujours la météo. Une des raisons pour lesquelles, certaines manifestations pour la célébration de la journée mondiale de la femme ont du être à l’instar de celle du ministère de la population de la protection Sociale et de la promotion de la femme. Par contre, la manifestation initiée par la commune urbaine d’Antananarivo se tiendra toujours selon la commune.
Madaplus.info2 partages

Suivez l'évolution du cyclone Enawo à Madagascar

Dans la matinée : Le premier ministre Mahafaly incite la population d’Antananarivo à rester chez eux à partir de 13 heures. En effet, Enawo est actuellement dans le district d’Andilamena, avec 130 Km / h de rafale, le centre d’Enawo sera à Antananarivo à 17 heures.
Tananews2 partages

Et après le cyclone, ça va se passer comment les “aides” ?

Il sera obligatoire de porter la cravate bleue avant de pouvoir venir en aide aux compatriotes ou comment ça va se passer ?

Ça rappelle un peu le DJ quand il était venu apporter son soutien aux gens dans le sud.

Sa Seignhery n’avait pas apprécié qu’on lui vole la vedette, fustigeant les gens qui s’étaient ramenés “avec leur bouteille d’eau vive“.

News Mada2 partages

Vidin-tsolika : lasibatra ny tapany atsimon’i Afrika

Miavaka roa mazava tsara ny toekarena aty Afrika amin’izao fotoana izao, araka ny fanadihadiana navoakan’ny FMI ho fantatry ny ambaratongam-pahefana rehetra misy, anisan’izany ny eto Madagasikara. Ny aty amin’ny tapany atsimon’i Afrika, misy an’i Madagasikara sy any amin’ireo tany mpamokatra solika. Mandalo fotoan-tsarotra ny aty amin’ny faritra misy antsika noho ny vidin’ny akora fototra midina eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Raha ny eto amintsika, voakasik’izany, ohatra, ny nikela sy kobalta fanondran’ny orinasa Ambatovy. Tao anatin’ny roa taona farany ny tena nahitana izany ary mafy indrindra tato anatin’ny folo taona farany.

Amin’ity taona ity, tokony hisy fisondrotana ny harinkarena ankapobeny. Voakasik’izany  ireo nandalo sy mbola mandalo fotoan-tsarotra : i Afrika Atsimo, Repoblika demokratikan’i Kongo, Ghana, Zambia, Zimbabwe. 3 % eo ho eo ny fisondrotry ny harinkarena any amin’ireo tany ireo fa mety ho tafakatra hatrany amin’ny 5 % izany taona 2017. Eto Madagasikara, kajiana hahatratra 4,7 %.

Any amin’ny fiainam-bahoaka …

Mampiova zavatra ny vidin-tsolika, izay hita fa mitady ny fomba rehetra hampiakarana  izany ireo « tompon’ny tsena » maneran-tany. Olana aterak’izany any amin’ireo tany tsy mpamokatra solika, ny fiakaran’ny vidim-piainana. Eo amin’ny raharaham-panjakana, raha fanjakana tsara tantana, voatery mampihena ny fandaniana ataony, izay misy fiantraikany mivantana any amin’ny fiainam-bahoaka ankapobeny. Mety mandray fepetra koa anefa ny fanjakana amin’ny fampiakarana ny hetra na fidiram-bola hafa. Miankina amin’ny tahiry  vola vahiny eto an-toerana izay vidin-tsolika izay. Mitondra fanazavana momba izany matetika ny fikambanan’ny mpivarotra solika eto amintsika.

Misy fiantraikany betsaka amin’ny sehatry ny toekarena maro ny fidinan’ny vidin-tsolika ny taona 2014-2015, vao mainka nampihisatra sy mahasarotra ny fanarenana azy ireny. Sahirana avokoa ireo firenena malaza mpamokatra solika, noho ny krizy sy ny ady. Hampihena ny vokatra fanondran’izy ireo izany ary mbola hampitombo ny vidiny. Miankina betsaka amin’ny toekarena eran-tany, na io vidin-tsolika io fotsiny aza, ny toekarena eto an-toerana fa tsy ny fahaizana kabary politika mihitsy na ho an’ny mpitondra na ho an’ny mpanohitra.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Toamasina : nitokona ny mpitondra posy, olona 40 voasambotra

Trano fivarotana telo sy tuctuc iray ary teratany vahiny iray nisy nandroba nandritra ny fitokonana nataon’ireo mpitondra posy sy ny mpanararaotra tetsy Tanambao fahadimy, Mangarivotra, Tanambao Bazarikely, sampanana Morarano, omaly. Nikasa handroba tao amin’ny lapan’ny Tanàna sy magazay tao an-toerana ireto andian’olona ireto. Vokany, niditra an-tsehatra ny  polisy sy zandary nandrava ny fihetsiketsehana izay niafara tamin’ny fisamborana olona miisa 40. Nilaza kosa ireo filohan’ny fikambanan’ny posy sy tompona posy fa tsy mpitondra posy ireo nanao ireo fandrombana sy fandravana fa  ireo jiolahy mpanararaotra, tao mihitsy aza ireo nahatrarana fitaovam-piadiana sy zava-maranitra.

Tsiahivina fa ny asabotsy teo tamin’ny alalan’ny fivoriamben’ireo mpitondra posy sy tompona posy ary lehiben’ny fikambanan’ny posy tetsy amin’ny Epp Leconte de Lisle dia tapaka fa hatokana ho andro tsy hiasana fa hanaovana fitokonana fanairana, omaly. Antony noho ny fampiakarana ny vidin’ny vignette alain’ny kaominina amin’izy ireo. Nifanindran-dalana tamin’izao koa ny didim-panjakana navoakan’ny prefet-n’i Toamasina, Benandrasana Cyril fa andro tsy hiasana sy hianarana nanomboka afakomaly mandra-pivoakan’ny rivo-doza. Toy ny tanàna maty tao Toamasina raha ny zava-nitranga tao an-toerana satria nangina ny tanàna. Nilaza ireo mpitarika posy fa tsy zakan’izy ireo ny vidin’ny vignette satria efa mahatratra 60 000 Ar ny iray.

Sajo /Sary Sajo

News Mada2 partages

Filière cacao : un centre de contrôle qualité en vue

Dans le dessein de garder la qualité du cacao en provenance de Madagascar, on prévoit de mettre en place cette année un centre de contrôle. Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion du Conseil national du cacao (CNC), lundi dernier à Antaninarenina.

Il s’agit de la deuxième réunion du CNC depuis sa mise en place en novembre 2016, dont l’objectif est de pérenniser et de développer cette filière à fort potentiel à Madagascar. Cette rencontre a été organisée conjointement par le ministère du Commerce et de la consommation et le Centre national de recherche appliquée au développement rural (Fofifa) avec le soutien du Projet Pôle intégré de croissance (Pic), lundi dernier, en vue de renforcer la compétitivité des opérateurs dans cette filière. Les statuts et le règlement intérieur du CNC ont été également discutés.

Label « cacao fine »

En effet, le cacao de Madagascar représente une source majeure d’exportation bien que sa production demeure encore tributaire de modestes domaines agricoles à Madagascar. D’après les statistiques du ministère du Commerce, 95% de la production de cacao proviennent d’une agriculture familiale paysanne vivant de un à trois hectares de plantation de cacaoyers.

Notons que le cacao de Madagascar a obtenu récemment le label « Cacao fine »  de l’ Organisation internationale du cacao (ICCO). Créée en 1973 dont le siège est en Côte d’ Ivoire actuellement, cette dernière regroupe la grande partie des

producteurs et consommateurs dans le monde. Le cacao représente 7.000 tonnes de production par an et presque sa totalité est destinée à l’exportation.

Riana  R.

 

News Mada2 partages

Facilité liée au commerce : renforcer le processus d’intégration régionale

Les marchés régionaux offrent à ses pays membres des opportunités énormes compte tenu du potentiel dont dispose chaque pays. Ce sont effectivement des outils permettant d’ atteindre les objectifs de développement. L’intégration régionale s’avère ainsi être un fer de lance pour la croissance économique.

Dans un optique de renforcer le processus d’ intégration régionale de Madagascar en tant que membre de la Communauté de développement d’Afrique australe (Sadc), les représentants de la Sadc, des départements ministériels et des groupements du secteur privé ont tenu un atelier de consultation en vue de l’élaboration du Document de projet de Madagascar à soumettre au programme de Facilité liée au commerce de la Sadc.

A l’instar de nombreux pays en voie de développement, Madagascar fait face à de nombreux défis dans sa démarche d’intégration. Cet atelier a pour objectif d’entamer les démarches d’élaboration du projet qui aidera le pays à avoir sa place dans le système commercial régional, voire mondial. Les besoins en activités seront ainsi transcrits pour les matérialiser et les concrétiser en actions cohérentes et productives.

« Si nous en sommes là, notre adhésion au Protocole sur le commerce de la Sadc nous ont permis ainsi de bénéficier d’un montant de 1,4 million d’euros dans le cadre du programme de Facilité liée au commerce de la Sadc », a lancé à cette occasion Jean Jaques Rasamoel, secrétaire général du ministère du Commerce et de la consommation.

En effet, le programme de Facilité liée au commerce a pour principal objectif de renforcer le processus d’intégration régionale de la Sadc et d’accroître la compétitivité commerciale de la région à l’échelle mondiale. L’ intégration régionale n’est pas à ses débuts. Toutefois, beaucoup reste à faire avant d’atteindre l’objectif ultime des échanges libres de toute entrave entre des économies stables et en croissance et ainsi, des populations libérées du joug de la pauvreté.

Optimisation des échanges

Le potentiel de production de Madagascar n’est plus à démonter. Cependant, l’optimisation des échanges reste encore entravée par des lacunes d’ordre institutionnel et infrastructurel. Une complémentarité active entre les divers départements et instituions s’impose. Pour les techniciens ayant participé à l’élaboration de ce document, la valorisation des ressources humaines et naturelles, encore largement inexploitées au profit des populations, doivent ainsi mettre en considération les particularités du pays mais aussi les appuis disponibles au niveau régional qui s’offrent au pays.

Arh.

La Facilité liée au commerce de la Sadc est un mécanisme de soutien financier et technique aux Etats membres visant à les aider à mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre de deux instruments : le Protocole commercial de la Sadc et l’Accord de partenariat économique (APE) conclu entre l’Union européenne et le Groupe APE de la Sadc. Sur un plan général, elle cherche à améliorer la participation des Etats membres de la Sadc au commerce régional et international afin de contribuer au développement durable dans la région de la Sadc. Sur un plan spécifique, elle se donne pour objectif d’améliorer la mise en œuvre du Protocole commercial de la Sadc et de l’APE en vue d’accroître les flux commerciaux intra et interrégionaux des États membres concernés.

News Mada2 partages

Agriculture : un laboratoire d’analyse à Alaotra

Le centre agronomique du lac Alaotra (Cala) sera doté prochainement d’un nouveau laboratoire d’analyse et de serre de croisement. La pose de la première pierre a été faite le 28 février dernier. L’idée est de concilier le changement climatique avec le développement agricole.

En fait, depuis maintenant quelques années, certaines régions de l’île comme l’ Alaotra Mangoro ont connu une baisse, voire un tarissement des ressources hydriques. Cela a entraîné un retard des activités agricoles et une perturbation du calendrier cultural. Confrontés à ces problèmes, les paysans ont dû opter pour des semences à cycle court, des semences plus performantes qui s’adaptent aux conditions agro-écologiques.

D’où l’importance de la recherche qui devrait impérativement s’adapter aux changements climatiques tout en préservant l’environnement. Etant le premier grenier à riz de Madagascar, le ministère de l’ Agriculture  a renforcé le Cala d’Alaotra Manogoro d’un tracteur et de petits matériels agricoles tels que des  pulvérisateurs, des sarcleuses, des vanneuses, des semoirs pour aider les chercheurs dans leurs activités.

Par ailleurs, le gouvernement malgache a bénéficié d’un don du gouvernement japonais et d’un financement de la Banque mondiale  pour la construction de ce laboratoire.

Riana R.

 

News Mada2 partages

La violence politique à l’égard des femmes débattue

Dans le cadre de la célébration de la journée de la femme, le ministère de la population, de la protection sociale et la promotion de la femme, l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (Eisa), l’UNFPA, et le CNFM ont organisé une conférence-débat hier au palais des Sports de Mahamasina sur la «Violence à l’égard des femmes en politique».

L’objectif étant de responsabiliser tous les acteurs sur les problématiques des femmes et la nécessité de promouvoir leurs droits. Il faut noter que le thème national choisi pour cette célébration est «Autonomisation des femmes, vecteurs du développement».

Les parlementaires, les organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers, les partis politiques, les élues locales et les femmes occupant des postes de décision dans différentes institutions ont participé au débat. Les résultats attendus sont alors la compréhension de la notion de violence à l’égard des femmes en politique, sa portée et ses enjeux.

Pour cela, il est nécessaire d’informer le public cible sur la notion de violence à l’égard des femmes en politique, de conscientiser les autorités locales et les leaders d’opinion, d’identifier les problèmes d’application de l’autonomie politique des femmes et d’encourager l’adoption de résolutions pour une intégration effective de l’égalité hommes-femmes dans les politiques publiques.

Tahina Navalona

 

Orange Madagascar2 partages

Enawo : le Premier Ministre appelle à la vigilance

Antananarivo est toujours sous régime d’alerte rouge d’avis de danger imminent. Le Premier Ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, encourage les entreprises du secteur privé et du secteur public à faire rentrer les salariés chez eux par mesure de sécurité.

A 12 heures locales, ENAWO est positionné dans le district Tsaratanana, Région Betsiboka. Sa force s’est notablement affaiblie, en stade « Tempête Tropicale Modérée » à 80 Km/h alternée par des rafales instantanées de 112 Km/h dans le parage. Elle a gagné plus de composante vers le Sud durant les dernières heures avec une vitesse de déplacement de 25km/h.

Tananews2 partages

Le chef de la région Sava est prudent sur l’estimation des dégats

Plutôt que de lire des rapports sous forme de sms non recoupés et non vérifiés, le chef de région L’Faustin Velomaro demeure très prudent avant de donner un quelconque bilan.

Mais les dégâts matériels s’annoncent considérables, sans parler du nombre définitif de victimes.

Au tour de la région Analamanga maintenant aujourd’hui : des pluies diluviennes incessantes depuis la nuit dernière et les rafales de vent devraient aller croissant.

L'express de Madagascar2 partages

Journée du 8 mars – Autonomiser encore plus les femmes

La célébration de la journée du 8 Mars veut se démarquer par la mise en exergue de la capacité des femmes pour des activités économiques. Un défi encore ambitieux.

Valoriser. Les cent cinquante stands mettant en valeur le savoir-faire des femmes des vingt-deux régions ont attiré des visiteurs au Palais des Sports à Mahamasina, depuis hier. Le lancement officiel de la célébration du 8 Mars, honoré par la ministre de la Population et de la promotion féminine, Onitiana Realy et celle de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Monique Rasoazananera, a voulu donner plus de considération aux capacités des femmes.« Mon industrie de transformation de miel dans la région Anosy est partie du constat que l’offre locale des paysannes et la demande sur le marché ne coïncident pas », explique Domoina Rasa­moelson, de la société Tatsimo. « D’un côté, il y a par exemple, une demande de 200 pots de confiture de miel et de mangue, et d’un autre, les productrices utilisent les manguiers comme combustible », continue-t-elle.Les femmes tisseuses de Beloha Androy sont motivées et capables de produire pour honorer les commandes, mais elles manquent souvent d’informations et de matériels de production. « Des fois, nous nous sentons exploitées à cause des démarcheurs alors que nous vivons, au jour le jour, de cette activité de tissage de lamba de type firake, un tissu très prisé à l’étranger », raconte Fomeisoa Soanandrasana.

EffortsDes entités d’appui technique et financier présentent une opportunité pour beaucoup de femmes. Et Perline Rasoloarinivo, vice-présidente de la coopérative Fipifi de l’Ihorombe de  préciser « Nous disposons d’alevins et de l’appui des techniciens pour nous améliorer dans notre activité de pisciculture pour laquelle nous avons des commandes un peu partout dans le Sud et la capitale ».Les femmes de la région Sofia, avec l’appui de Prospérer, veulent attirer d’autres femmes pour le moment au chômage, à s’atteler à des activités d’artisanat et de production de sésame. « Il faut vraiment renverser la tendance du faible engagement de la femme dans l’activité économique », souligne Emile Rafanomezan­tsoanante­naina, directeur régional de la Popu­lation et de la promotion féminine dans l’Androy. « La culture constitue une porte d’entrée pour le développement, et nous essayons de mettre en exergue les réalités et les capacités locales des femmes, pour peser fort sur l’économie régionale », ajoute-t-il.Le groupement des femmes-entrepreneurs de Madagascar (GFEM) rassemble aujourd’hui quelques deux cents membres qui sont incités à se tourner vers des marchés de qualité et exigeants, en participant à des foires et des salons de haut niveau. Néanmoins, 70 % des femmes dans le monde vivent encore dans la pauvreté totale. Elles assurent pourtant les 2/3 du travail mais n’en tirent que 10 % du revenu. Le travail des femmes est souvent peu visible mais il est temps de comprendre que le 8 mars n’est pas seulement la journée de la femme, « C’est une journée de lutte pour l’épanouissement de la femme, ce n’est pas une journée de fête mais une journée d’activisme », précise, quant à elle, Johanessa Andonirina de Gender Links.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Cyclone Enawo – Des vols vers Madagascar annulés

Des perturbations de vols enregistrées. Le passage du cyclone tropical intense Enawo dans le pays n’est pas du tout un bon signe pour le transport aérien. Des compagnies ont annoncé l’annulation de leurs vols en partance et au départ de Madagascar. Air Austral a, par exemple, pris hier, cette initiative pour la liaison entre La Réunion et Nosy Be.D’après la presse réunion­naise, « Le vol Air Austral en provenance de Nosy Be, qui devait arriver ce soir à 20h (ndlr hier soir), a été annulé, ainsi que celui en direction de la même ville cet après-midi à 15h (ndlr hier après midi) ». Les passagers de la compagnie réunionnaise devraient ainsi s’armer de patience.Considéré comme étant l’un des plus puissants cyclones de ces dix dernières années, Enawo a touché terre, hier, vers midi au niveau d’Anta­laha avec des rafales de vents entre 205 à 300 kilomètres à l’heures. Mais sa puissance a diminué, avec des rafales de 160 kilomètres à l’heure, après avoir touché la terre ferme. Avec le danger qui guette les villes du pays, de nombreuses représentations étrangères, comme les États-Unis ont déconseillé tout déplacement vers Madagas­car, jusqu’à nouvel ordre.

L.R.

L'express de Madagascar2 partages

Fonds de développement local – Les 200 millions d’ariary échappent aux députés

Spectateurs. Les députés président les comités locaux de développe­ment(CLD) à titre consultatif.  Composé du ou des sénateurs, des maires, du président des conseillers municipaux et des représentants des structures locales déconcentrées, le CLD délibère sur l’affectation des projets de développement, sur la base des propositions des communes de chaque district. La mise en œuvre de ces projets est financée par un fonds local de développement, à hauteur de 200 millions d’ariary.La présidence de ce comité se déroule sans encombre pour les districts ayant deux députés de même vision. Pour le cas de la commune urbaine d’Antana­narivo, les divergences d’opinions par médias interposés transparaissent à travers les déclarations des députés de chaque camp.

Déblocage attenduLes requêtes du député Jao Jean étant rejetées par la Haute cour constitutionnelle (HCC), ses homologues sont frustrés de ne pouvoir récupérer les actions menées en leur faveur. L’on se souvient des 302 millions de francs alloués par district pendant la première partie de la troisième République, grâce à laquelle les parlementaires ont pu réaliser une partie de leurs promesses électorales.Dans les communes périphériques d’Antananarivo, la collaboration entre les membres du CLD est au beau fixe. Les procédés diffèrent mais, d’une manière générale, les députés dans ces districts s’abstiennent de s’imposer dans le processus de prise de décision. « Par le biais de l’association des maires, nous avons défendu les projets de chaque commune. Le député suggère des actions, mais la décision finale nous revient », affirme Rigobert Rakotoarisoa, rapporteur du CLD et président de l’association des maires dans le district d’Antananarivo Atsimondrano.Pour le district d’Arivo­nimamo, les maires ont décidé de répartir équitablementles 200 millions d’ariary aux vingt-trois communes. Cela permet à chaque maire de réaliser ses projets à la hauteur du budget mis à sa disposition. Bien que ces projets aient été soumis il y a quelques mois, les communes de ce district sont en attente du déblocage des fonds.

Andry Rialintsalama

Tananews1 partages

Les nouvelles d’Enawo à Tana à 15:00

Le météore a perdu un peu de sa puissance, les rafales sont en dessous de 140 km/h.

Les pluies n’ont pas cessé depuis quasiment plus de 12 heures de temps, ce qui laisse présupposer de grosses inondations partout dans la Capitale.

Enawo devrait être au plus près d’Analamanga d’ici ce soir 20:00, les rafales sont puissantes depuis le milieu de la journée.

Eau et électricité coupés. l’Internet comment également à donner des signes de faiblesse.

Houston à vous.

News Mada1 partages

Tafiodrivotra, oram-batravatra,… nandravarava Enawo : potika Antalaha, telo no maty tany Maroantsetra

 Tafiotra mahatratra 300 Km isan’ora, miaraka amin’ny rivotra hatrany amin’ny 200 Km isan’ora. Izany no nandravarava ny tanànan’Antalaha, toerana nivantanan’ilay rivodoza Enawo, omaly. Telo kosa no maty natelin’ny rano, tao Ambinanitelo, distrikan’i Maroantsetra…

Ao anatin’ny loza mitatao tanteraka ny faritra Analanjirofo sy Atsinanana omaly. Samy nanangana saina mena ny rehetra. Ho an’ny faritra Analanjirofo izay mitondra takaitra ankehitriny indrindra ny distrikan’ i Maroantsetra. Araka ny voalaza telo no maty, ka ny roa ankizy 8 taona iray sy 15 taona hafa natelin’ny rano tao amin’ny kaominina Ambinanitelo. Ankizy iray hafa koa nentin’ny rano ny tolakandron’ny alatsinany lasa teo tao amin’ny fokontany Andranomahitsy, kaominina Manambolo fa hitan’ny fokonolona velona ihany omaly. Voalaza fa mahatratra valo ny tokantrano ravan’ny rivotra sy nihotsahan’ny tany ary miisa dimy kosa ny olona naratra, izay efa samy mahazo ny fitsaboana ao amin’ny hopitalin’ i Maroantsetra hatrany. Ho an’ izay kaominina Manambolo, simba avokoa ny tafon’ny sekolim-panjakana ao an-toerana. Vokany ny tranom-piangonana sisa handraisana an’ ireo traboina. Ankoatra izay, nanetsika vedette haingam-pandeha telo ny tomponandraikitra nitatitra ny olona tao amin’ny kaominina Andranofotsy sy Anatakotako.

 

Potika tanteraka i Antalaha

 Distrika faharoa noravan’i Enawo koa Antalaha satria tany amin’ny 20 km miala, ao amin’ny kaominina Ampahana izy no niditra omaly antoandro. Tapaka ny fifandraisana amin’Antalaha satria tsy misy herinaratra mihitsy ao an-tanàna, omaly. Betsaka ny faharavana eo amin’ny fotodrafitrasa sy ny fihariana, mamokatra voly fanondrana betsaka ny distrika anisany ny lavanila izay mampalaza azy. Azo antoka fa hiteraka voka-dratsy amin’ny fambolena samihafa ny rivotra sy ny orambe nikija. Nihidy avokoa ny toeram-piasana sy ny sekoly tao an-toerana omaly ary nangina ny tanàna nandritra ny fandalovan’ny rivodoza.

Vonjy sy Sajo

 

News Mada1 partages

Hidina ifotony ny Jirama : harahi- maso ny mpangalatra jiro sy rano

Nanao ny fianianany, ny alatsinainy 6 marsa teo, tetsy amin’ny lapan’ny Fitsarana Anosy, ireo mpanara-maso sy mpampiaka-teny miisa 34 avy ao amin’ny orinasa Jirama. Sambany nahitana sokajina mpiasa toy izao ao amin’ity orinasam- panjakana ity ary manana ny fahefana “officier de police judicaire” (OPJ).

Andraikitra miandry azy ireo ny ho mampaka-tenin’ny Jirama, eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Angovo sy ny vokatra ara-tsolika ho an’ny fanaraha-maso ny halatra herinaratra ary eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Rano sy ny fidiovana ny halatra rano.

Tafiditra ao anatin’ny fanarenana sy fanadiovana ny Jirama izao hetsika hiadiana amin’ny halatra jiro sy/na rano izao. Afaka miasa midina ifotony avy hatrany izy ireo, ary hanangona ny tranga sy ny porofo ahitana hadisoana sy tsy ara- dalàna rehetra, mitady ny nanao hadisoana, sns. Amin’ny maha-OPJ azy ireo, azo atao avy hatrany ny manageja ny fitaovana, ho an’ireo tratra na nahitana halatra, ny hosoka, sy ny hafa. Raha sendra misy ny manohitra azy ireo, azon’ireto mpanara-maso sy mpampaka-teny ireto atao avy hatrany ny miantso vadintany sy mpitandro filaminana, ahafahana manoratra ny tatitra (PV).

Efa misy fantatra ny toerana sy ny sasany amin’ireo mpangalatra herinaratra na rano.

Njaka A.

News Mada1 partages

KMF/Cnoe : « Tsy mila iandrasana fanatsarana lalàna ny fifidianam-paritra »

« Takinay ny fanatanterahana ny fametrahana ny rafitra eny anivon’ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana. Tsy mila miandry ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana izay. Azo hatsaraina hatrany ny lalàm-pifidianana, raha sanatria misy lesoka ny teo aloha. » 

Io ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix, teny Antanimena, omaly, manoloana ny mbola tsy fanatanterahana ny fifdianana eny anivon’ny faritra sy ny faritany. Na tsy nambarany aza, mby ao an-tsaina ny hoe noho ny fangatahana fametrahana rafitra iray handinihana ny tokony hanavaozana ny lalàna rehetra momba ny fifidianana no anemorana ny fifidianana.

Mila fanatanterahana izay voalazan’ny lalàmpanorenana: fametrahan’ny vahoaka ny olona safidiny hitondra ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana. Raha ny tokony ho izy, mifidy amin’izany ny vahoaka iray manontolo amin’ny ankapobeny, isam-paritra sy isam-paritany. Izay no tokony hatao, raha tiana ho azo ny fahatokisan’ny vahoaka iray manontolo izay mpitondra amin’izany.

 

Mibahan-toerana ny fifidianana filohan’ny Repoblika 2018

 

Efa vita ny kaominaly amin’ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana. Tokony hirosoana ny an’ny faritra sy ny faritany, araka ny voalazan’ny lalàna. Efa taloha aza no tokony ho nanatanterahana izay fifidianana izay, fa tratra aoriana loatra.

Ny zava-misy amin’izao fotoana izao: saika voabahan’ny fifidianana filohan’ny Repoblika amin’ny taona 2018 ny resaka. Na amin’ny haino aman-jery izany, na amin’ny fihaonana ara-panjakana aza. Na minisitra na tomponandraiki-panjakana hafa, samy miandrandra io fifidianana amin’ny 2018 io. Nefa  mbola tsy tanteraka ny rafitry ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana.

Nisy ny atrikasa efa natao nandinihana momba ny lalàm-pifidianana. Efa navoakan’ny eo anivon’ny Ceni ny fehinkevitra ankapobeny teo anatrehan’ny firaisamonina sivily, ny mpamatsy vola, ny fitondram-panjakana…

Niainga tamin’ny torolalana taorian’ny tatitra momba ny fifidianana natrehina farany no namoahana soso-kevitra amin’ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana. « Tsy misakana ny fifidianana ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana », hoy izy.

Mahita fialana hatrany andrirarirana ny raharaha ny fitondram-panjakana?

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Befandriana Avaratra : la Cem, pour le maintien de la paix

Les évêques catholiques ne peuvent se taire face à la situation à Befandriana Avaratra. Ils lancent un appel non seulement pour calmer les populations en colère, mais aussi pour rétablir un climat de paix dans le pays.

La Confédération des évêques de Madagascar (Cem) s’est exprimée hier sur la situation du pays, notamment sur l’affaire Befandriana Avaratra. «Nous sommes solidaires à toutes les victimes tout en condamnant tout acte de violence», a indiqué le communiqué reçu hier.

D’une manière générale, les évêques condamnent ainsi la vindicte populaire et toute sorte de violence causées par l’égoïsme, la soif du pouvoir et en l’occurrence par la corruption. Un point que la Cem n’a cessé de soulever ces derniers mois.

«Nous sommes en période de carême et c’est la mort de la conscience qui entraîne la mort», a-t-elle fait savoir. Elle lance ainsi un appel à tous les responsables afin que la colère de la population ne se termine pas toujours par une vindicte populaire. Dans la foulée, les évêques insistent sur la mise en œuvre de la réconciliation nationale qui permettra également d’apaiser la colère de la population.

Corruption

De la recrudescence des vindictes populaires à l’insécurité galopante, en passant par les problèmes sociaux du pays, la Confédération des évêques de Madagascar ne cesse de s’en prendre à la corruption. «Tout ce qui arrive dans le pays actuellement est la conséquence de la recrudescence de la corruption», poursuit le communiqué.

Néanmoins, la Cem a tenu à lancer un message de paix à la population en cette période de carême. Ces messages de paix ont été annoncés non seulement par le Pape François lors de la journée mondiale de la paix, mais aussi par son Secrétaire d’Etat, Pietro Parolin, lors de sa venue à Madagascar récemment. «Soyez des artisans de la paix», avait-il indiqué.

En attendant, un appel à solidarité est lancé par les évêques pour venir en aide à toutes les victimes. «Des milliers de nos compatriotes meurent de faim, n’ont pas de quoi se vêtir et n’ont aucun endroit pour vivre et que nous devons les aider», selon les évêques. Les dons seront collectés et envoyés à Ambanja, Antsohihy et Befandriana pour que les prêtres puissent les redistribuer par la suite.

Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Pétanque : Madagascar entre en lice à Tours

C’est parti ! Les boulistes malgaches sont dans le bain du premier Trophée l’Equipe depuis hier. Une sorte de remake du Championnat du monde organisé par Quarterback et l’Equipe. L’événement adopte un format novateur en mêlant les trois formules de jeu : individuel, doublette et triplette. Le plateau mettra les boulistes masculins et féminins sur le même pied d’égalité et s’étalera jusqu’au 11 mars au boulodrome de Tours.

Christian Andrianiaina alias Nanou, Hery Razafimahatratra et Mahefa Randrianarison défendront les couleurs nationales. Prévu dans la liste de la délégation, Tita Razakarisoa ne sera pas de la partie à défaut de visa. Lova Rakotondrazafy ne sera pas non plus du voyage pour des raisons personnelles. Chez les dames, l’équipe sera composée de Fafah et des deux expatriées, Fanja Aubriot et Rajo. Hasina Malalaharison n’a pas pu participer également, faute de visa. La délégation malgache sera sous les ailes du coach et non moins DTN de la fédération, Saminirina Razafindrakoto.

Chaque compétition se joue en 2 poules de 3. Les 2 meilleurs de chaque poule se rencontrent en demi-finales croisées. La finale se joue entre les 2 vainqueurs des demi-finales. Les perdants des demi-finales s’opposent pour la 3e place de la compétition.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Analamanga : coup de pouce du GDPEM

Le Groupement des professionnels de l’énergie à Madagascar (GDPEM) poursuit ses initiatives d’appui au développement de la nation. Outre les propositions de solutions aux délestages, ces opérateurs soutiennent le mouvement des femmes à Analamanga.

Les membres du GDPEM ont remis des dons en numéraires et matériels aux représentants du ministère de la Population, hier, au palais des Sports de Mahamasina. Leur président Andry Ramaroson a annoncé à l’occasion leurs responsabilités face à leurs concitoyens dans le contexte actuel, les incitant, de ce fait, à appuyer les femmes pour célébrer dans la dignité la Journée mondiale de la Femme ce 8 mars.

Le groupement a réitéré sa volonté de collaborer avec l’Etat pour résoudre les problèmes liés à la maîtrise de l’énergie à Madagascar par ses expériences dans ce domaine, hier, à Antananarivo.

Manou

 

Tia Tanindranaza1 partages

Hiary RapanoelinaVoaheloka 1 taona an-tranomaizina

Nivoaka omaly 7 martsa ny didim-pitsarana an’i Hiary Rapanoelina, ka sazy mihatra herintaona an-tranomaizina no azon’ity mpanakanto no azony.

 Afaka noho ny fisalasalana kosa ny vadiny, izay niara-voarohirohy taminy tamin’izao raharaha izao.. Raha haravona ny ny votoatin’ny fitsarana omaly, dia afaka madiodio ny tenany tamin’ilay resaka fosafosa. Vesatra hiampangana azy ny nahavoasariongotra azy tamin’ilay resaka fakana an-keriny ny zanaky ny solombavambahoaka Jaona Elite, ary io no nahazoany izao sazy izao. Ny fampiakarana ny raharaha sy ny fangatahana fandravana didy sisa no hany mety ho vahaolana ho azy. Ny lalàna mihitsy no efa nanenjika sy nandetika azy, ka nahatonga izao saziny izao. Tsy misy lanjany manoloana ny lalàna rahateo ny mety hisian’ny fifamelana sy ny fifonana satria na eo aza ny mety hitranga aza izany eo amin’ny olona roa na vondron’olona roa mifanolana, dia tsy azo hikipiana ny lalàna famaizana, saingy maro ny Malagasy tsy mahalala izany. Ny lalàna dia mihatra foana, ka mba tsy hisian’ny fahadisoam-panantenana sy hisorohana ny fandikan-dalàna dia tsy tokony ho zatra amin’ny hoe raharaham-pihavanana isika fa tokony hitandrina foana. Tsy misy antony ilàna ny lalàna intsony raha vao izay no masahana sy hatao fomba fiaina eo amin’ny fiarahamonina. Mbola olana eto amintsika ihany koa ny resaka tombo sy hala amin’ny fampiharana ny lalàna. Rehefa olona manana toerana ambony na akaiky ny mpitondra, dia toa afaka manao izay tiany hatao. Porofo iray mivaingana amin’izany ny momba ilay mpanao politika iray antsoina hoe R.A, mpandrindra ny vondrona iray efa tena malaza ao amin’ny fesiboky. Fanalam-baraka sy teny tsy fampiseho masoandro maro no efa niseho saingy tsy mba nokitihina sy noresahina akory ny momba azy satria voalaza fa mpanaohana mahafatra-po ny fanjakana HVM. Fa natao ho an’iza ny lalàna eto amintsika?

Toky R

 

Orange Madagascar1 partages

Enawo : Communiqué du système des Nations unies à Madagascar

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Système des Nations Unies à Madagascar devant les dégâts et dommages  causés par le cyclone ENAWO notamment les pertes en vie humaine, présentons  nos  condoléances, notre sympathie  et notre solidarité au Gouvernement Malagasy et  aux familles des  victimes et partageons  leurs douleurs en ces temps  difficiles. Nous souhaitons un prompt rétablissement à tous ceux qui ont été blessés.

Le SNU à Madagascar soutient les efforts du gouvernement et tous les acteurs humanitaires pour les actions de sensibilisation, d'information et d'évaluation. Des équipes sont déjà sur place depuis  lundi et des réponses ont été déjà entreprises pour aider la population  dans des zones affectées. 

Nous appelons à la prise de responsabilité de tout un chacun, de chaque foyer, de chaque famille, de chaque entreprise afin d'éviter le pire étant donné que la situation reste critique.  

L'express de Madagascar1 partages

Calendrier de collecte de vanille

Une cinquantaine d’acteurs de la filière vanille, réunis au sein du comité Obser­vatoire à Floraison et ceux de la plateforme Vanille des sept régions produc­trices de vanille se sont convenus sur la date de campagne de collecte de vanille pour cette année. Ce fut en présence des ministres du Commerce et de la consommation, et celui de l’Industrie et du développement du secteur privé. Les campa­gnes pour les régions Diana et Sofia (zone littorale) s’ouvriront le 15 mai, Sud-Est pour le 7 juin, région Est à partir du 15 juin, Sava et Analanjirofo com­menceront  le 7 Juillet.

L'express de Madagascar1 partages

Enawoman day

La nature a tranché. Pour être l’objet de surenchère entre l’État et la commune d’Antananarivo, la célébration de la journée mondiale de la femme tombe à l’eau. La faute en est au cyclone Enawo entré aux portes de la capitale tôt ce matin. Du coup toutes les manifestations officielles prévues pour célébrer cette journée ont été annulées, sauf celles organisées par la Commune urbaine d’Antananarivo sur l’esplanade de l’Hotel  de ville.Une situation compréhensible dans la mesure où deux femmes de caractère sont concernées par cette affaire. C’est d’autant plus logique qu’entre l’État et la Cua, ce n’est pas le grand amour depuis quelque temps. Chaque occasion de litige sert à élargir davantage l’écart qui les sépare. Après avoir reçu un coup de massue sur la tête à propos du terrain d’Antanimbarinandriana et d’Andohatapenaka, la Cua se rebiffe sur la journée du 8 mars rebaptisée «Oui Marc» pour la circonstance. Finalement l’État a préféré annuler son programme non pas à cause de la bataille pour le leadership mais en raison des intempéries.La Cua marquera à sa manière la journée. Eh oui, à un an de la présidentielle, il est conseillé de ne rater aucune occasion pour déstabiliser l’adversaire. Visiblement la journée de la femme a pris des tournures politiques au point de faire l’objet d’une vive polémique. Des bruits font état d’une obligation pour les fonctionnairesC’est tant pis pour un événement dont le programme de célébration est assez réducteur par rapport à son envergure et son importance. La journée de la femme n’est pas un concert artistique, ni une représentation festive. La reconnaissance des droits de la femme a été obtenue au prix d’âpres luttes, de longues batailles, d’énormes sacrifices. Il reste encore d’autres droits à conquérir dans plusieurs pays du monde où la femme reste assimilée à un objet. D’autres conditions restent à améliorer, comme la réduction du taux de mortalité à l’accouchement, la lutte contre le mariage précoce, la lutte contre l’excision, le droit à l’éducation, la lutte contre les violences conjugales… Une journée de réflexion, de sensibili­sation, de méditation aurait été plus appropriée à la célébration de cette journée cruciale pour l’humanité.Il faut cesser cette mauvaise habitude d’assimiler toute célébration à des spectacles artistiques. Une manie qui se fait quand des organismes internationaux financent des projets de lutte contre la drogue, la délinquance, la prostitution… il n’y a que des animations artistiques comme proposition. Furieux, un organisme onusien avait dû arrêter le projet après avoir constaté qu’au bout de quatre ans seulement, 25% du budget avait été utilisé, certainement pour les cachets des artistes. Il est évident que l’impact des animations artistiques était nul sur l’objectif visé. Au contraire, les jeunes profitent du spectacle pour enfumer l’ambiance.Enawoman day restera dans les annales comme une journée pas comme les autres au féminin singulier. Ni Mahamasina ni Analakely. Le verdict est sans appel.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar1 partages

Madagascar au salon de Berlin

Le salon International Tourismus Börse (ITB) ouvrira ses portes aujourd’hui à Berlin, la capitale alle­mande. Une forte déléga­tion malgache participe activement au  plus grand salon d’Europe, dédié au tourisme, pour faire la promotion de la destination Madagascar. Toute une gamme de voyages y est présentée comme les pays, les destinations, les voyagistes, les systèmes de réservation, le transport.

L'express de Madagascar1 partages

Deux petites filles violées

Les corps de deux fillettes ont été retrouvés au bord d’une rivière à Maronomby dans la commune de Miandrarivo, district de Faratsiho vendredi 3 mars vers 19 heures. Elles ont été violées puis tuées, selon les constats du médecin et les enquêtes de la gendar­merie. Les trois auteurs présumés de cet acte malsain ont été arrêtés. Deux d’entre eux sont encore des mineurs.

Midi Madagasikara1 partages

EISA : Sur les violences à l’égard des femmes

A Madagascar comme dans d’autres pays, la violence contre les femmes politiquement actives reste un sujet tabou, notamment dans la sphère privée et dans la sphère publique protégée. A cet effet, le ministère de la Population avec l’appui de l’Institut Electoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA), de l’UNFPA et du CNFM a organisé dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la Femme, une conférence-débat sur les violences à l’égard des femmes en politique à Madagascar, hier, au Palais des Sports à Mahamasina. La conférence-débat vise les élu(es), les femmes et les hommes leaders ou membres de partis politiques et les militant(e)s au sein de la société civile. L’objectif de cette conférence est de responsabiliser tous les acteurs sur les problématiques des femmes et la nécessité de promouvoir leurs droits.

Recueillis par Dominique R.   

Midi Madagasikara1 partages

Transfert monétaire/PAM : 5 000 personnes bénéficient des coupons électroniques à Amboasary

Le Sud de Madagascar figure parmi les régions les plus affectées par la sècheresse depuis des années.

Affectée par la sècheresse, la région du Sud bénéficie actuellement d’un programme d’aide d’urgence élaboré par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Bureau national des Risques et catastrophes.

Les mesures d’urgences sont les plus utilisées pour faire face aux catastrophes naturelles telles que la sècheresse ou l’inondation. Lesdites mesures devant permettre d’alléger les difficultés des populations victimes durant les périodes de crises. Le début de distribution des coupons électroniques dans la commune d’Amboasary est tombé à point nommé. Ce projet fait partie de l’assistance d’urgence au profit d’un million de personnes en insécurité alimentaire sévère causée par la sècheresse dans les régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana. Il est réalisé en appui au gouvernement et en collaboration avec les partenaires humanitaires à travers des distributions gratuites de vivres, des programmes de transferts monétaires et de coupons alimentaires, d’un appui nutritionnel pour le traitement de la malnutrition ainsi que d’un programme d’alimentation scolaire.

Avantages. Faisant partie des modalités utilisées par le PAM à Madagascar depuis trois ans, l’assistance des victimes de sècheresse via les transferts monétaires permettrait d’améliorer l’accès à la nourriture. Le procédé permettrait également de réduire le recours à des stratégies de survie comme la vente de biens de production pour acheter des vivres. Outre ces avantages, les nouvelles modalités d’assistance humanitaire développées par le PAM, dont « les différents mécanismes de transferts monétaires visent à élargir le choix des denrées consommées par les bénéficiaires ». A cet effet, les bénéficiaires munis d’un coupon électronique pourront utiliser leur crédit d’un montant de 60 000 ariary pour faire leurs achats auprès des vendeurs préalablement sélectionnés et équipés de terminal de paiement électronique. Il est toutefois à préciser qu’une liste des denrées disponibles est définie à l’avance ; ce qui permettrait aux bénéficiaires de faire le choix des produits à acheter.  En perspective, le PAM prévoit de couvrir progressivement plusieurs communes par l’utilisation de coupons électroniques. En fonction des résultats de ce premier essai, le projet sera mis à échelle pour atteindre 35 000 bénéficiaires de mars à mai.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

GDPEM : Soutien aux associations féminines

Le représentant du ministère de la Population en pleine conversation avec des membres du GDPEM.

A l’occasion de la journée internationale de la Femme, le groupement des professionnels de l’énergie à Madagascar (GDPEM) a apporté son soutien financier et matériel aux associations féminines. Ces dernières ont été représentées, à cette occasion, par le ministère de la Population. La cérémonie a eu lieu, hier, au Palais des Sports à Mahamasina. Lors de son allocution, le fondateur du GDPEM, Andry Ramaroson a déclaré « nous, groupement des professionnels de l’énergie à Madagascar, nous avions le devoir d’aider nos concitoyens, notamment les femmes, et ce, à travers le ministère de la Population ». Il a tenu aussi à souligner que ce groupement est composé de spécialistes ainsi que des représentants des consommateurs et des organismes non gouvernementaux.     

Savoir-faire. Pour sa part, Rakotoarisoa Andriamahefa, membre du comité de gestion du GDPEM a fait savoir que « aujourd’hui nous sommes prêts à apporter notre savoir-faire dans le domaine de l’énergie ». Dans la même foulée, ce groupement se dit également prêt à apporter son concours pour résoudre les problèmes de l’énergie dans le pays, notamment le délestage.  

Recueillis Dominique R.                            

Midi Madagasikara1 partages

Présidentielle de 2018 : Le Parti Arema présentera un candidat

Le parti de l’ancien chef de l’Etat Didier Ratsiraka va participer à l’élection présidentielle de 2018. En effet, il va présenter un candidat lors du scrutin.

Réconciliation nationale. Le parti de l’Amiral Rouge célèbrera ses 41 printemps le 19 mars prochain. Justement, ce sera l’occasion pour le parti de discuter de celui ou celle qui se présentera sous les couleurs de l’Arema pour la prochaine course à la magistrature suprême. C’est ce qu’a fait savoir le secrétaire national du parti, Simon Pierre : « Nous allons présenter un candidat en 2018 pour l’élection présidentielle. La célébration du 41e anniversaire de l’Arema aura lieu ce 19 mars et c’est peut-être l’occasion pour les membres d’esquisser les discussions ». Pourtant, compte tenu des différentes circonstances politiques, notamment la réconciliation nationale, il a eu son mot à dire. « C’est un processus à long terme bien qu’il revête un caractère impératif », a-t-il défendu. Et lui de poursuivre que « la mise en œuvre progressive de la réconciliation nationale n’empêche en aucun cas l’organisation des élections ». Pour Simon Pierre, ces dernières doivent avoir lieu advienne que pourra, car « les affaires étatiques ne peuvent pas être interrompues et la mise en œuvre du processus ne doit pas constituer un frein même si la loi y afférente renferme quelques imperfections ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Affaire Antsakabary : Les évêques appellent à la non-violence et à la paix !

Les évènements tragiques d’Antsakabary à Befandriana-Nord continuent de défrayer la chronique. Après les autorités étatiques, les « Sojabe » de la Région Sofia, c’est au tour de la conférence des évêques de Madagascar – à travers un communiqué signé par son président, Mgr  Désiré Tsarahazana  et son secrétaire général, Mgr Jean Claude Randrianarisoa – d’émettre son avis.

Condamnation. Comme les autres, ces deux responsables dénoncent ce qui s’est passé à Antsakabary. « Nous condamnons les meurtres, la vengeance et les violences quel que soit le motif soulevé », lisent-ils dans leur communiqué sur une station radio privée. Avant de continuer que « le bureau, la conférence des évêques de Madagascar et l’Eglise Catholique dans son ensemble compatissent avec les victimes de ces agissements répréhensibles ». A examiner les arguments de la conférence des évêques de Madagascar, force est de constater qu’elle tient à ce que chacun assume ses responsabilités. D’ailleurs, elle l’a marqué dans son communiqué : « Nous appelons à la solidarité, au pardon et à la prise de responsabilité par rapport à l’insécurité et aux vindictes populaires qui prennent de l’ampleur dans toute l’île. Nous avons répété ce message plus d’une fois ».

Prise de conscience. La conférence des évêques de Madagascar de remercier les mobilisations esquissées par les responsables religieux d’Ambanja. « Nous remercions les prêtres, les laïcs et les religieux de la région Sofia sous l’égide du Mgr Rosario Vella, évêque de la Diocèse d’Ambanja, qui ont  témoigné sur l’honneur et qui n’ont pas hésité à prendre les mesures y afférentes au moment du drame », poursuivent-ils. Aussi la journée d’hier était-elle une occasion pour eux de rappeler les messages importants du Souverain Pontife et du secrétaire d’Etat du Vatican. « L’égoïsme et la corruption sont les principales sources de tous ces problèmes. Pour cela, nous appelons à ce que chacun prie et écoute la voix de sa conscience durant ce carême. Il faut rappeler les messages du Pape François lors de la célébration de la journée mondiale de la Paix durant laquelle il a appelé à la non-violence et celui du cardinal Pietro Parolin imposant d’être des artisans de la paix ». Reste à savoir si ces responsables de l’Eglise Catholique se feront entendre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

OMS : Don de 15 véhicules au ministère de la Santé publique

Ce don de véhicules est la manifestation de la coopération entre le gouvernement malgache et l’OMS.

Les problèmes liés au manque de matériels roulants handicapent les différents services du ministère de la Santé publique. Une situation qui impacte de façon significative sur les efforts fournis par les responsables afin d’assurer des services de qualité aux contribuables. C’est dans le dessein de remédier à cette situation que l’Organisation mondiale de la santé a procédé aux dons de 15 véhicules au ministère de la Santé publique malgache hier. Une façon pour ladite organisation de concrétiser d’emblée la mise en œuvre des dispositions du document de stratégie de coopération avec Madagascar. Ladite stratégie étant lancée de façon officielle hier même. A cet effet, huit de ces voitures vont être affectées dans huit régions prioritaires afin de véhiculer les six assistants techniques régionaux et deux techniciens internationaux recrutés par l’OMS pour renforcer le système de santé. Deux autres véhicules, neufs cette fois-ci et des Land Cruisers V8,  vont être utilisés pour renforcer la surveillance de santé publique. Ladite surveillance étant faite de façon continue afin de permettre au pays de faire face aux grandes urgences de santé publique qui menacent de plus en plus la planète. Et enfin, cinq autres voitures recyclées sont remises définitivement au ministère de la Santé publique. Une façon pour l’OMS de contribuer au renforcement du système de santé malgache.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Jeunes ambassadeurs : 10 jeunes formés sur les techniques de communication

Le ministre de la Jeunesse et le représentant résident de l’UNFPA lors de la cérémonie de lancement officiel de la formation des jeunes.

Ils sont jeunes, certains sont les lauréats lors du dernier examen du baccalauréat, d’autres sont issus d’associations œuvrant dans le domaine humanitaire ou du développement. Issus des régions de l’île, ils sont 10 à avoir bénéficié d’une formation axée sur les techniques de communication. Une initiative entreprise par le ministère de la Communication et l’UNFPA le 6 et 7 mars dernier. Ladite formation avait pour thème la santé de la reproduction, un sujet encore tabou pour de nombreux Malgaches, mais qui mérite d’être traité, et ce, afin de limiter la prolifération des maladies liés à la reproduction.  Ainsi, les 10 jeunes ont eu les outils nécessaires pour sensibiliser, informer et accompagner les jeunes dans la lutte pour une meilleure santé de la reproduction chez les jeunes.

Difficultés. Cette formation de formateurs est tombée à point nommé étant donné la difficulté d’aborder les jeunes quant il s’agit des questions relatives à la reproduction. Ladite difficulté étant la conséquence de la culture d’un côté, mais également des caractères des jeunes de l’autre. En effet, fougue, indiscipline, méfiance sont les termes qui qualifient le mieux les attitudes, surtout actuellement.  

José Belalahy

Tananews0 partages

Alors Enawo, il passe à l’Est ou à l’Ouest de la Capitale ?

Selon Moov.mg

et selon Orange.mg

Donc faudrait savoir ?

Et en parlant d’Orange, l’internet est down depuis 14:00.

Madagate0 partages

Madagascar. Sud sécheresse: 4 millions USD du Japon, gérés par l’UNICEF

Un don japonais de plus de 4 millions de dollars en faveur des populations touchées par la sécheresse dans le sud de Madagascar

Antananarivo, 8 mars 2017: Le Gouvernement japonais a annoncé aujourd'hui une contribution financière d'un montant total de4 285 000 dollars à travers l’UNICEF pour appuyer les personnes touchées par la sécheresse dans le sud de Madagascar, notamment dans les domaines de la santé et de l'eau.

La partie sud de Madagascar a été frappée par plusieurs années d’insuffisance de pluies – dont le plus récent se rapporte à la population. On évalue près de 1,1 million le nombre de la population totale touchée par la sécheresse dans les huit districts les plus touchés du Grand Sud.

Une sécheresse prolongée a entraîné un accès insuffisant aux aliments nutritifs, notamment pour les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants. La malnutrition s’empire avec l'accès limité à l'eau potable et aux infrastructures d’assainissement ainsi qu’aux mauvaises pratiques d'hygiène. La situation est encore aggravée par l'accès difficile à des services de santé de qualité dans une région caractérisée par une prévalence élevée de maladies infectieuses comme la pneumonie, la diarrhée et le paludisme chez les enfants de moins de cinq ans.

Dans l'ensemble, 748 000 personnes des huit districts les plus touchés vivent à plus de deux heures de marche du centre de santé le plus proche. 130 990 d’entre eux sont des enfants de moins de 5 ans (dont 30 000 nouveau-nés); 34 000 femmes enceintes et 178 000 femmes en âge de procréer - représentant les groupes les plus à risque de la population.

M. Ichiro Ogasawara

« L’insuffisance d’eau et la détérioration de l’état d’hygiène ont augmenté sérieusement chez les enfants moins de cinq ans, le nombre des cas de maladies de pneumonie, de diarrhée, de paludisme et ainsi remonte le taux de mortalité infantile », a noté M. Ichiro Ogasawara, l’Ambassadeur du Japon à Madagascar. « Face à cette urgence humanitaire et en réponse à l’appel lancé par l’autorité malgache, le Gouvernement du Japon a décidé de financer de divers projets des Nations Unies au profit de la population affectée du Sud. Le montant total de ces financements s’élève à environ 9 millions d’US dollars dont la moitié est affectée au projet de l’UNICEF qui fait l’objet de la signature d’aujourd’hui. »

L’UNICEF intervient dans le sud avec une coordination étroite avec les autorités locales, les ministères ainsi que les autres agences des Nations Unies.

Mme Elke Wisch

« Nos interventions en situation d'urgence visent toujours des approches multisectorielles qui se concentrent tant sur les causes sous-jacentes que sur les symptômes de crise qui en résultent, afin d'assurer une réponse durable », a déclaré Mme Elke Wisch, Représentante de l'UNICEF à Madagascar. « Ce soutien immense du Japon, s’ajoutant à celle octroyée conjointement à tout le système des Nations Unies, nous aidera à renforcer le système national afin d'assurer un accès équitable à l'assainissement, à l'eau et à l'amélioration des pratiques d'hygiène pour tous, y compris les personnes vivant dans les zones les plus défavorisées. »

Pour plus de précision, la contribution du Japon sera utilisée par l'UNICEF pour:

·fournir des services de santé de base intégrés de qualité à travers la réhabilitation de 50 centres de santé;

·renforcer les capacités des agents de santé;

·accroître les activités de sensibilisation pour fournir des services de santé aux personnes vivant dans des régions éloignées;

·renforcer les systèmes d'information sur la santé et améliorer les chaînes d'approvisionnement en intrants de santé afin d'éviter les ruptures de stock;

·assurer une infrastructure adéquate d'eau, d'assainissement et d'hygiène et des services d'urgence pour les centres de santé et les communautés grâce à la construction et la réhabilitation des points d'eau;

·éliminer la défécation à l’air libre et promouvoir l'utilisation de latrines améliorées et de pratiques d'hygiène.

Photos fournies par:Ambassade du Japon - UNICEF

Contact pour plus d’informations:

Ambassade du Japon

Motonobu Ichijo

Premier Secrétaire

Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

UNICEF

Matthew Conway

Chef Média et Relations Extérieures

Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tananews0 partages

Elle est ouverte de 07:00 à 20:00

Nous aurions mis “Ouvert de 07:00 à 20:00” pour éviter les commentaires graveleux et grivois

News Mada0 partages

Fifosana anaty facebook : herintaona sazy mihatra an-tranomaizina i Hiary Rapanoelina

 Nomelohin’ny fitsarana sazy mihatra herintaona an-tranomaizina i Hiary Rapanoelina, ilay mpanakanto mpandrindra ilay kaonty fifosana anaty facebook. Nohafahan’ny fitsarana izy tamin’ity raharaha niampangana azy ity fa momba ny raharaha fakana an-keriny no nahazoany ity sazy mihatra ity…

Afaka noho ny fisalasalana ny vadiny raha sazy mihatra herintaona an-tranomaizina kosa ny nomen’ny fitsarana ilay mpanakanto i Hiary Rapanoelina mpandrindra ny fifosana anaty facebook. Nohafahan’ny fitsarana madiodio izy momba ilay raharaha facebook fa tany amin’ny raharaha fakana an-keriny no nahazoany ity sazy mihatra ity. Vesatra iampangana azy ny raharaha fakana an-keriny ny zanaky ny depiote Randriarimalala Johns na Johns Elite araka ny fahantaran’ny maro azy. Tsiahivina fa ny 28 febroary 2017 ny didim-pitsarana azy, saingy nahemotra omaly indray izany ka nahazoany sazy mihatra izao. Efa nanala ny fitoriana momba ny raharaha anenjehana azy ny sendikan’ny artista sy ny depiote Johns Elite saingy tsy nanakana ny fitsarana momba ny votoatin’ady izany. Noho izany notazonin’ny fitsarana ireo fiampangana azy. Isan’ny anenjehana azy ny fandrahonana sy fanalam-baraka nihatra tamin’ny depiote Johns Elite ka niafara tamin’ny famoahana ny sazin-janany. Teo koa ny fitantarana ny fiainan’ireo mpanakanto malaza. Ny lalàna mifehy ny Cybercriminalité no nampiharina tamin’ity raharaha ity ka nahatonga azy mivady tsy afaka noho izany. Fifosana tsara ny lohatenin’ity fifosana tanaty facebook ity. Fifosana ratsy sy fanalam-baraka miharo ompa anefa no nivoaka tamin’ity hoe fifosana tsara ity.

J.C

News Mada0 partages

Petite Vitesse : jiolahy telo nahatrarana vola sandoka 6 hetsy Ar

 Nidoboka am-ponja rehefa avy natolotra ny fampanoavana ireo jiolahy telo nahatrarana vola sandoka mitentina 6 hetsy Ar teny amin’ny Petite Vitesse, ny alakamisy teo. Taorian’ny fitoriana nataona mpivarotra iray no nahafahan’ny polisy Sut eny Tsaralalana nisambotra ireto olon-dratsy ireto. Nilaza ity mpivarotra ity fa nisy olona nividy entana tamin’ny vola sandoka teo aminy. Nandeha teny an-toerana avy hatrany ny polisy taorian’izay ka lehilahy iray mpibata entana no nirahan’ireo olon-dratsy haka ireo ampli sy baffle novidian’izy ireo tamin’ilay vola sandoka. Nilaza indray ilay mpibata entana fa miandry eny amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy eny Fasan’ny Karana ny tompon’entana. Niroso tamin’ny vela-pandrika avy hatrany ny polisy ka tratra teny an-toerana ireo jiolahy. Vao nahatazana an’ilay mpibata entana niaraka tamin’ny polisy izy roa lahy, nirifatra nitsoaka avy hatrany. Raikitra ny fifanenjehana ka tratra ihany ireo jiolahy. Niaiky ry zalahy nandritra ny famotoran’ny polisy fa nanaparitaka ireo vola sandoka ireo. Nilaza izy ireo fa hoe novidiana 4 hetsy Ar tany Nosivarika izany. Nohamafisin’ny polisy fa vao nanomboka nanaparitaka ry zalahy kanjo izao tratra tampoka izao.

J.C

News Mada0 partages

8 marsa : milaza ny heviny ny andriambavilanitra

 Sosoa : Ilaina ny vehivavy mahaleotena ara-bola

Tovovavy vao erotrerony i Sosoa. Miasa amina orinasa iray eto an-dRenivohitra izy ary mahaleo tena ara-pivelomana tanteraka. Raha ny heviny, ilain’ny firenena ny vehivavy miasa. Tsy tokony hiantehitra befahatany amin’ny lehilahy intsony. Hafa mihitsy ny fahitan’ny lehilahy ny vehivavy mahavita tena ara-piainana miohatra amin’ireo miandry mahazo fotsiny. Manana ny hajany kokoa eo amin’ny fiarahamonina ihany koa ny vehivavy miasa. Manentana ny vehivavy ho sahy hanao dingana ka hahasahy hivoaka ny trano hitady vola i Sosoa. Fantaro koa anefa fa sady mila vehivavy mendrika ara-pitondrantena no mahavita tena ara-bola ny firenena fa tsy mandeha irery ny fahaleovantena.

Ankoatra ny asa, mampirisika ny vehivavy hirotsaka amin’ny fandraisana andraikitra amin’ny sehatra misy azy avy ihany koa i Sosoa. Isaky ny alahady, mampianatra sekoly alahady ao amin’ny FJKM iray eto an-dRenivohitra i Sosoa. « Io no anjara biriky entiko hanasoavako ny fiarahamonina misy ahy », hoy izy. Asa masina nanendrena ahy ihany koa izany ka raisiko ho adidy lehibe ny fanatanterahana izany.

Fafah : Mila mijoro sy sahy ny vehivavy

Renim-pianakaviana manan-janaka iray sady miasa amina kaominina iray manodidina an’Antananarivo i Fafah. Aminy, na eo aza ny raim-pianakaviana natao hamelona ny ankohonana, tsy tokony hipetrapetraka fotsiny koa ny renim-pianakaviana. Mila mijoro, maneho fa mahavita azy ny vehivavy. Mila mahavaha-tena tsara mba ho endrika ivelany fa mahakolokolo vatana ny vehivavy. Mila mendrika ara-pitenenana sy ara-pihetsika ihany koa, indrindra ny ara-toe-tsaina. Mitaky fahasahiana avokoa anefa izany rehetra izany. Eto Madagasikara, mbola betsaka ny vehivavy iharan’ny tsindry hazolena. Vao mihetsika kely dia voakotaban’ny vady ao an-trano. Tsy tokony hanaiky lembenana toy izany intsony ny vehivavy fa sahy mijoro. Ilaina ny miditra amin’ny fikambanana samihafa hahazoana mandray lesona sy mahafantatra zavatra maro hahafahana mivelatra. Rehefa misy adihevitra, sahia mandray anjara, maneho hevitra, mijoro fa mety na tsy mety ny zavatra miseho fa tsy mitazam-potsiny fa izany ny vehivavy takin’ny firenena.

News Mada0 partages

Faritra maro voakasika : nahazo filazana loza manambana Antananarivo

Hamakivaky ny faritra Analamanga Enawo anio miaraka amin’ny orambe sy tafiotra, araka ny vaovao nampitain’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro, omaly. Rahampitso mbola hanohy ny diany eto afovoan-tany ny rivodoza. Niditra an-tanety tao Ampahana, 20km miala an’Antalaha ilay rivodoza Enawo, omaly antoandro tamin’ny 12 ora. 300 km isan’ora ny tafiotra miaraka aminy ary mitondra rivotra hatramin’ny 205 km isan’ora. Omaly, tamin’ny 3 ora tolak’andro teo, mbola tao amin’ny kaominina Ampahana, Distrikan’Antalaha no misy ny foiben’ny Enawo. Nihena ny heriny taorian’ny nidirany an-tanety. 166 Km isan’ora ny rivotra entiny ary mahatratra 232 km isa’ora ny tafiotra. Mikisaka miakandrefana miadana izy izao ary mahafaka 5 km isan’ora.

Nahazo filazana mena manambara loza mitatao i Diana, Sava, Sofia, Analanjirofo, Alaotra, Toamasina, Brickaville, Vatomandry, distrikan’Alaotra, Mahajanga I-II, Marovoay, Ambato Boeni, Tsaratanàna ary Maevatanàna. Filazana loza manambana ao Soalala, Mitsinjo, faritanin’Antananarivo, distrikan’i Mangoro, Antanambao Manampotsy ary Mahanoro. Filazana fanairana ho an’i Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony, Ihorombe, Vatovavy-Fitovinany ary Atsimo Atsinanana.

 

Vonona ny kianjan’Ankorondrano handray ny traboina

Tonga teny amin’ny foiben’ny BNGRC eny Andrainarivo  ny filoha sy ny praiminisitra ary ny minisitra maromaro nijery ny fiomanana hiatrehana ny fandalovan’ny rivodoza eto Antananarivo. Manana toerana dimy ny tanàna handray ny traboina ka anisan’izany ny eny amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano.

Nihetsika ny tomponandraikim-panjakana misahana ny loza BNGRC teto amin’ny foibe sy any amin’ny faritra manoloana ny fandalovan’ny rivodoza omaly. Any amin’ny faritra, nisy ny fivoriana niarahan’ny rantsan’ny BNGRC sy ny mpitantana ny faritra nanomanana ny fiavian’ny voina sy ny toerana handraisana ny traboina. Nanampy betsaka koa ny mpikamban’ny Croix rouge malagasy misandrahaka amin’ny faritra maro.

Vonjy

News Mada0 partages

Lalao CJSOI : miandry ny valin-tenin’i Frantsa ny rehetra

 «Andrasana izay ho valin-tenin’i Frantsa mahakasika ireo tolo-kevitra noraisin’ireo mpikambana eo anivon’ny kaomision’ny lalao ho an’ny tanora aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina (CJSOI), nivory tatsy Maorisy, ny herinandro lasa teo», hoy ny minisitra Andriamosarisoa, filohan’ny CJSOI. Nodinihina tamin’izany ny vahaolana, mahakasika ireo departemanta frantsay, La Réunion sy Mayotte. Safidy roa no omena azy ireo. Voalohany, samy mandeha miaro ny voninahitry ny fireneny avy izy ireo ka ny sainan’ny CJSOI no lanjaina izay misy ny anaran’ireo firenena mandray anjara rehetra eo ambaniny, na mitambatra ho iray i La Réunion sy i Mayotte (France de l’océan indien), amin’ny fifaninanana atao ka afaka mitondra ny sainam-pirenena frantsay izy ireo ary malalaka ihany koa ny itondran’ireo firenena hafa ny sainany. Marihina fa efa nanaiky ary tsy nisy nitsipaka io tolo-kevitra io avokoa ireo mpivory rehetra. Ny fivoriana manaraka hatao atsy Seychelles, ny 26 na 28 septambra ho avy izao, hanapahana izany farany.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : mety tsy hilalao i Di Maria sy i Rabio, ho an’ny PSG

Hifantoka ao amin’ny kianja Camp Nou, Espaina, avokoa ny sain’ny rehetra anio, indrindra ny mpitia baolina kitra, hiatrika ny lalao ampahavalon-dalana miverina hikatrohan’ny PSG sy ny FC Barcelone.

Hiendrika famaranana kely, anio, ny lalaon’ny PSG sy ny FC Barcelone. Efa nanantombo tamin’ny isa 4 no ho 0 ny Parizianina, tapa-bolana lasa izay, ary ny hiaro izany ny tanjon’izy ireo amin’ity fihaonana hanan-danja ity. Etsy ankilany, hilalao eo amin’ny kianja filalaovany sy manoloana ny mpijeriny ny Barça.

Tojo olana ry zareo Frantsay ora vitsy mialoha ny lalao satria mpilalao telo mirahalahy andrin’ny ekipa mihitsy no maratra ka mety tsy ho afaka hiakatra kianja. Anisan’ireny i Adrien Rabiot sy i Angel Di Maria ary i Thiago Motta.

Na izany aza, efa nanomboka nitsabo azy ireo mpanomana ara-batana nanomboka ny alatsinainy lasa teo, ka amin’ny ora farany mihitsy vao ho fantatra ny hahazoan’izy ireo miakatra kianja na tsia.

 

Samy nanova paik’ady

Manoloana ity lalao ity, samy miketrika ny paik’ady hoentina miatrika izany ny mpanazatra roa tonta. Nanapa-kevitra i Unai Emery, mpanazatra ny PSG, fa hanova ny toeran’ireo mpilalao eo ambony kianja. Nakisaka ao amin’ny vodilaharana havanana i Serge Aurier, maka ny toeran’i Thomas Meunier ary hisahana ny fiarovantena afovoany i Kimpebe. Handrindra ny lalao eo afovoan’ny kianja i Krychowiak sy i Pastore ary any amin’ny fanafihana no misy an’i Guedes sy i Lucas ary i Cavani.

Etsy ankilany, niala tamin’ny taktika 4-3-3 i Luis Enrique, mpanazatra ny Barcelone, ka nanova izany ho 3-5-2. Hipetraka aorian’i Suarez, any amin’ny lohalaharana, i Messi “attaquant de soutien”. Marihina fa nahatafiditra baolina 6 i Messi, tao anatin’ny lalao efatra nataony, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Espaina, nialoha ity lalao hikatrohany amin’ny PSG ity.

Ny fihaonana iray kosa, hifandonan’ny Dortmund sy ny Benfica de Lisbonne, izay efa nandresy tamin’ny isa 1 no ho 0, tany Portugal.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Asoimi : «Averina ny fifidianana», hoy ny minisitra

Nanao fanambarana lehibe ho ren-tany, ho ren-danitra, ny minisitry ny fanatanjahantena Andriamosarisoa Jean Anicet, omaly fa tsy maintsy averina ny fifidianana eo anivon’ny fanatanjahantena natokana ho an’ny mpiasam-panjakana (Asoimi). “Tsy mitombina ny fifidianana natao amboletra, ny alarobia 22 febroary lasa teo. Tsy izy ihany koa io sarintsarina Asoimi, tarihin-dRandriamiarinarivo Abel, izay nanambara fa lany ho filohany”, hoy ny minisitra, namaly ny fanontanian’ny mpanao gazety, tetsy amin’ny toeram-piasany tetsy Ambohijatovo.

Notsiahiviny fa efa nisy fifampiresahana teo amin’ny kandidà roa tonta, mialoha ny daty voatondro hanaovana ny fifidianana fa averina dinihina aloha ny lisi-pifidianana. Samy nanaiky izany avokoa ny roa tonta saingy mbola nanao an-tery nanatanteraka izany ihany ny kandidà Abel. Efa nisy ihany koa naoty, navoaka hampitsaharana ny fifidianana. Nambarany ihany koa ireo fandikan-dalàna samihafa nataon’ny Ceni sy ny kandidà Abel, toy ny fisian’ny lisitra telo teto Analamanga ary roa avy tany amin’ny faritra. Eny fa na ny kandidà Randimbiarisoa Oliva, aza tsy tao anaty lisitra akory. Vokatr’izany, miantso ny kandidà Abel, ny minisitera hiverina amin’ny fifanarahana. Manome 48 ora ny minisitra hamaliana izany. Avy hatrany dia hiroso amin’ny fifidianana madio sy mangarahara ny rehetra, raha toa ka tsy mamaly izy ireo. Tomponandraikitra feno amin’ny fifidianana, ny minisiteran’ny Fanatanjahantena, araka ny voalazany.

Torcelin / Sary : Tiana

News Mada0 partages

Basket-Coupe du president : une pause qui tombe à pic

Comme les autres activités de ce jour, les éliminatoires de la zone Centre de la Coupe du président, qui sont programmées depuis bien longtemps, font une pause. Et contrairement aux autres,  cela n’est pas dû au passage du cyclone Enawo.

Un break qui permet de faire le bilan des trois premières journées de la compétition. Et force est de constater qu’Analamanga maintient le rythme en haut du tableau. Que ce soit TMBB dans le groupe A ou MB2All dans le groupe B, les deux clubs continuent leur sans- faute qui les propulse en tête du classement provisoire, en attendant la quatrième journée.

Leur qualification pour les quarts de finale est néanmoins déjà acquise, indépendamment des résultats de demain. Une dernière journée de la phase de poule qui est pourtant décisive pour d’autres équipes, à l’image de l’AS Saint-Pierre Alaotra Mangoro, de l’AS Rour Analanjirofo ou encore de l’ECBA Analamanga qui ont la particularité de n’enregistrer qu’une seule victoire.

Même l’AS Fanalamanga et le Tac BB, qui s’affrontent demain pour le compte de la poule B, n’auront pas droit à l’erreur au risque de se voir subtiliser les places qualificatives par les derniers du classement.

Naisa

Résultats de la 3e journée

MB2All Analamanga -TacBB Analamanga : 97-53

Ankarana analamanga-AS Roux Analanjirofo (75-73)

USBA Alaotra Mangoro-AS St-Pierre Alaotra Mangoro : 96-69

Ascut 2 Atsinanana-BBCA Alaotra Mangoro: 77-34

AS Fanalamanga Alaotra Mangoro-BCM  Analanjirofo : 83-38

TMBB analamanga-ECBA Analamanga : 80-59

Programme de la dernière journée :

AS Fanalamanga-TACBB

BBCA-MB2All

BCM-Ascut 2

TMBB-USBA

ANKARANA-AS St-Pierre

ECBBA-AS Roux

 

News Mada0 partages

Volley-ball : la fédération sommeille

Les vacances  de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB) s’avèrent plus longues que celles de ses collègues des autres disciplines sportives. Deux mois se sont écoulés cette année mais elle reste dans un sommeil profond.

L’attente a assez duré ! Les langues commencent à se délier concernant la gestion du volley-ball malgache par l’actuelle équipe dirigeante. En cause, l’inactivité flagrante constatée depuis quelque temps. En effet, après que la précédente saison se soit terminée silencieusement, la nouvelle tarde à enclencher son démarrage.

Heureusement que les ligues régionales n’ont pas pris l’exemple d’en haut, autrement cela aurait été une catastrophe pour cette discipline. La ligue d’Analamanga, entre autres, débutera sa saison le 18 mars prochain.

Or, normalement, la hiérarchie de la publication des activités annuelles revient à la fédération. Ensuite, les ligues font en sorte de bien caler les leurs afin d’harmoniser la saison en cours. Ce qui est loin d’être la priorité de la FMVB.

On est encore dans l’attente du calendrier des activités de la nouvelle saison deux mois après son commencement. Du jamais vu pour une fédération qui se veut ambitieuse dans le développement de la discipline que ce soit sur le plan national ou continental.

Des rendez-vous manqués

Lors de ces deux mois écoulés, Madagascar a raté des opportunités immanquables que Maurice a su saisir. Tout d’abord, il y a eu le sommet africain des U23 garçons, qualificatif pour le Championnat du monde où deux équipes nationales seulement se sont disputées l’unique place, à savoir Maurice et l’Algérie. Puis, la joute africaine des U20 filles, une autre catégorie à notre portée eu égard à l’émergence des jeunes volleyeurs et volleyeuses malgaches.

D’autres rendez-vous sont en approche et les inquiétudes prennent de l’ampleur. La crainte que la Grande île ne soit pas de la partie. Rien d’étonnant !

Rakoto

 

News Mada0 partages

Solidarité nationale : les célébrations officielles du 8 mars reportées

Changement de dernière minute. Compte tenu des événements météorologiques liés au passage du cyclone Enawo, qui a déjà fait trois décès selon le bilan provisoire diffusé hier, le Gouvernement a décidé d’annuler les cérémonies officielles entrant dans le cadre de la Journée mondiale de la femme (JMF), en guise de solidarité envers les victimes.

Dans un communiqué diffusé dans la soirée d’hier, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) a fait savoir que le concert et le carnaval prévus ce jour à Mahamasina sont annulés. Sous cet angle, la proclamation des résultats du concours de projet «Femmes économiquement autonomes», mettant en lice 18 femmes finalistes issues des 22 régions, sera reportée à une date ultérieure.

« Vohitra kanto fihary »

Malgré cette modification, trois événements sur les cinq prévus  dans le cadre de la célébration de la JMF de cette année ont pu être honorés. Parmi lesquels figure l’inauguration dans la journée d’hier du Village des talents au féminin baptisé «Vohitra kanto fihary». Celui-ci a ouvert ses portes depuis le début de la semaine à Mahamasina avec 150 stands et auquel les artisanes et les artistes issues des 22 régions ont pris part.

Par ailleurs, les conférences-débats, organisées le même jour au Palais des sports de Mahamasina, ont également connu un réel succès, mis à part les activités déjà menées en provinces depuis la semaine dernière. Pour dire que, le 8 mars n’est pas passé inaperçu dans le pays, malgré cette malheureuse circonstance climatique.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Antohomadinika : deux hommes kidnappés

Peu de temps après leur arrivée dans la capitale, deux habitants de Zahamena Ambatondrazaka ont été enlevés par des inconnus à la gare routière d’ Antohomadinika.

Brigitte Raharimalala, la femme qui les accompagnait, a fait savoir que les deux hommes ont fait pour la première fois le voyage dans la capitale.

« Lundi vers 14 h, nous étions quatre, mon mari et moi ainsi que les deux hommes, à avoir quitté Antanambe. Nous sommes arrivés à la gare routière d’Antohomadinika aux environs de 2 h. Comme il faisait encore noir, nous avons dû passer la nuit dans le taxi-brousse mais comme par enchantement, ils ont disparu. Nous avons appris plus tard qu’aux alentours de 3 h, ils sont sortis du car pour faire leurs besoins », a expliqué la dame. Cette dernière et son mari ont vainement essayé de les joindre par téléphone.

Après ces vaines tentatives, quelqu’un a finalement décroché. Aussi curieux que cela puise paraître, l’homme au bout du fil a réclamé avec aplomb 200.000 ariary en échange de la libération des deux hommes. Des négociations ont été engagées mais les prétendus kidnappeurs n’ont voulu rien entendre. Les deux époux n’ont eu d’autre choix que de prévenir le fokontany et la police.

Mparany

 

News Mada0 partages

Chronique : crêpage de chignons en célébration de la journée de la femme

Pis que des hommes, s’offusquent les uns. Elles ne sont pas là pour faire l’égal que font les hommes, en bien comme en mal elles les dépassent, ironisent d’autres. Ce n’est pas tant le fait que deux femmes se battent comme des chiffonnières qui cause scandale, ça peut arriver à n’importe qui, mais c’est qu’il s’agit de deux femmes qui à défaut d’être des lames du combat pour l’égalité des genres occupent des postes en vue pour faire d’elles des repères-phares.

Dans la perspective de la célébration du 8 Mars journée de la femme, deux personnalités exposées en raison de leur responsabilité, l’une ministre de la Population l’autre maire de la capitale, se disputent à vouloir tirer chacune à elle les lumières de la célébration. Etalées sur la place publique ces chicaneries dépouillent d’une coloration de dignité la cause en faveur de la femme.

A cette conclusion ne doit pas toutefois s’arrêter le regard que l’on porte sur ces échanges peu amènes, d’autres acteurs dans les coulisses tirent les ficelles qui sous-tendent les rapports entre le pouvoir central et la Mairie d’Antananarivo. L’un n’a raté aucune occasion pour traiter de dédain l’autre, celle-ci en retour ne s’est pas privée de snober avec morgue les arrogances du premier. Bonjour l’ambiance !

Ambiance qui reflète en spectacle un climat de guerre, guerre qui se trame en coulisses. Guerre ouverte des coups bas prélude à nombreuses déclarations de guerre pour la conquête de la victoire en 2018. Il ne s’agit pas de faire de 2018 un leitmotiv, mais constat oblige, ils en ont fait une obsession. Non seulement ça risque de paralyser l’action (déjà que ni le volume ni le dynamisme ne caractérisent les initiatives des gouvernants en ce domaine) mais ça menace de pourrir l’atmosphère.

Que de femmes dans toutes les couches sociales témoignent de leur classe au quotidien à endosser autant les responsabilités dans lesquelles on a voulu et voudrait les confiner qu’à en assumer d’autres en des domaines où l’on ne les attendait  pas. Aussi l’on ne saurait arrêter le regard sur les seuls spectacles de mannequins que de derrière les rideaux manipulent des marionnettistes.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : une erreur à réparer au plus tôt (1)

On sait que la culture de la vanille est entreprise presque exclusivement par les planteurs des colonies françaises : ses difficultés, ses aléas, les travaux minutieux qu’elle exige, ne tentent pas les coloniaux étrangers.

Nos colons de la Réunion, de Madagascar, des îles Comores et Tahiti envoient presque entièrement en France les

300 000 kilos qu’ils récoltent annuellement ; la France en consomme environ 25 000 kilos et tout le reste est exporté dans le monde entier.

À l’inverse de tous les produits de consommation qui ont vu leurs prix s’élever du fait de la guerre, la vanille (produit de luxe) a subi une baisse immédiate du tiers de sa valeur, à laquelle est venu s’ajouter l’augmentation des frets, des emballages, des assurances contre risques de guerre qui, tout dernièrement, atteignaient 10 p. 100 de la valeur, si bien que nos planteurs arrivent, actuellement, avec difficulté, à récupérer simplement leurs dépenses. Le dernier coup vient de leur être porté par le décret du 27 octobre, qui interdit, entre autres, l’exportation de la vanille en Hollande et en Suisse, pays neutres où la chocolaterie de luxe emploie tout particulièrement la vanille en grandes quantités. – Ce décret interdit en général l’exportation des épices en ces pays limitrophes de l’Allemagne, afin que les Boches ne puissent en profiter. «Cette mesure, qui résulte d’une entente intervenue entre les gouvernements alliés, ne comporte pas d’exception», répond M. le directeur général des douanes aux exportateurs qui réclament contre le refus d’obtenir l’autorisation d’y expédier de la vanille, même si ces exportateurs présentent des certificats de nos consuls et toutes pièces nécessaires, assurant que la marchandise sera employée dans le pays.

Cependant, nous recevons, de ces pays neutres, des cacaos, du chocolat, même de la vanilline (ce parfum chimique fabriqué en Allemagne sur lequel le Courrier Colonial a, maintes fois, attiré l’attention des pouvoirs compétents) ; le tout est payé en bon or, qui sort de France, alors que l’on pourrait si facilement l’échanger contre la vanille qui, ne pouvant être entièrement consommée chez nous, servirait tout au moins à parfumer le chocolat de luxe que nous recevons de Suisse et de Hollande.

(À suivre.)

Touchais.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : retomber sur ses pattes à partir de connaissances boiteuses

Les turfistes locaux ne peuvent se rabattre qu’à miser sur des courses à 10.000 kms. Les plus accros y scrutent l’actualité des paddocks pareillement que les hommes d’affaires suivent les variations sur les places boursières à travers le monde. Ne maitrisant pas la langue du lointain pays, ils débroussaillent les infos en tâtonnant avec les connaissances du bord. L’annulation des paris ici en raison de mouvements sociaux là-bas a provoqué des mouvements d’humeur. Nombreux pestaient contre les réseaux sociaux. Mais qu’ont donc à y voir ces réseaux sociaux interroge l’un. Le phénomène ne s’embarrasse d’aucune frontière pour tout envahir, rétorque un voisin. Ah, si seulement je savais ce que sont les réseaux sociaux ! Simple! « Ny anton’ady hevitra eo amin’ny fiara-monina », (les raisons de débats au sein de la société). A chevaucher sous la selle ‘sociaux’, mouvement, réseau, on finit avec approximation par franchir la ligne d’arrivée.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy matoky saka fa trondro no laoka

Mbola saro-pady noho izay trondro ny raharaham-pirenena. Manana hasina manokana ny fitantanana azy io. Tsy maintsy malina lalandava eo amin’ny fisafidianana ireo olona miara-miasa akaiky raha miandraikitra adidy ambony ny tena. Ny toky fitaka, ny ahiahy tsy ihavanana, maro ny hafatra toy izany izay napetraky ny fitenenana nolovaina tamin’ireo teo aloha. Tsy anatranatra fahatany fa fahendrena vokatry ny traikefa sy fandinihana. Mangirifiry tsy misy toy izany koa anefa ny kaikitry ny amboakely tiana.

Angamba mety hahagaga ihany ny fahitana mpanolo-tsaina vahiny eo anilan’ny tompon’andraikitra eo amin’ny fitantanana any an-tampon’ny fitondrana. Na tsy maro aza izy ireny dia ny tompon’ny fiadidina izay nifandimby teo toa samy nanana mpanolo-tsaina avy any ivelany, tao ny Frantsay tao ny Amerikanina tao koa ny Afrikanina…

Raha ny fo sy ny saina amin’ny maha olombelona, mazava ho azy fa ny fiarovana ny tombontsoan’ny tany niaviany no ataony ambony mialoha ny hitsinjovany ny tombontsoan’

ny tany ivahiniany. Tsy isan’andro izao moa no hifaninana ny fijerena ny tombontsoan’ny firenena roa tonta, nefa mety hiseho izany na amin’ny fomba ankolaka aza. Mety hitranga koa ny toe-draharaha ahafahana mizarana ny tombontsoa. Raha misy izany dia tsy tombontsoa feno ka mba tsy hisehoan’ny zara vilana, tsy aleo ve ny tena samy irery no misafidy. Tsy atao anjoanjo fotsiny ny momba izany. Efa niseho ny fisisihana vahiny voalaza hoe mpanolo-tsaina, hay ve mpamily saina any amin’ny famarinana an-kady. Asa raha voan’ny fandraikiraikiana ny fitondrana tamin’ny fakana fepetra izay nampiditra ny fandraharana ao anatin’ny kizo raha fanalalahana ny tontolon’ny asa ao anatin’ny rafitra fandaminana no andrasana tamin’ny fanjakana. Raha tsy hitanisa afa-tsy ny indroa miantaona teo amin’ny tranga efa nandalovana dia azo lazaina fa samy fanakendana ny tontolo fandraharahana ilay tetika natao nanerena ny fifandraisana an-telefonina amin’ny any ivelany hizotra amin’ny lalan-tokana izay raha nampiharina dia nampindangana ny vidy mba ahafahan’ny orinasa tsy miasa tsy mivoly farihy hitango mamy. Tsy latsak’izay koa ity ACD izay tsy rony tsy ventiny izao dia mampitondra vesatra amin’ny vidin’entana aondrana, hahafahan’ny sasany manimbika eny am-panidinana. Malaza fa vahiny avokoa ny tompon-kevitra nandroso ireny tetika tsy dia madio ireny, izay samy vato mandoro ny tombontsoam-pirenena.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Opération de sécurisation : huit bandits notoires mis hors d’état de nuire

Afin de rassurer la population, les éléments de la Compagnie territoriale de gendarmerie de l’Imerina centrale ont lancé une opération ponctuelle de sécurisation dans plusieurs localités. Des résultats palpables ont été obtenus.

La gendarmerie a frappé fort et mis hors d’état de nuire deux bandits dans la commune d’Amboasary, district d’ Anjozorobe, et six autres à Mahitsy.

L’opération a été lancée le 22 février dernier. Suivant des renseignements qui leur ont été transmis, les gendarmes ont ratissé les coins et recoins, passé au peigne fin plusieurs localités se trouvant dans les parties nord et ouest d’Antananarivo.

D’importantes similitudes ont été observées dans le mode opératoire de ces bandits, auteurs présumés d’attaques à main armée et de vol de bovidés. Pour mieux s’enquérir de renseignements sur leurs cibles, certains d’entre eux se font passer pour des intermédiaires. Le moment opportun, ils passent à l’action.

Les deux font la loi

Dans le district de Mahitsy, plusieurs éleveurs et revendeurs de bétails du marché de cette localité ont déjà fait les frais des agissements de ces bandits regroupés au sein de la bande des 8. Deux frères qui vendraient leur mère pour une poignée d’argent sont à la tête de ce gang.

Comme il est évoqué plus haut, les bandits identifient ceux qui venaient de vendre du bétail pour les attaquer au moment voulu. Le dernier cas en date a eu lieu à Ambohimilemaka. Lors de cette attaque, ils n’ont pas hésité à frapper une femme à coups de hache. Cette dernière a été touchée au niveau de son front mais elle a miraculeusement survécu. Une importante somme d’argent a été dérobée ce jour-là. Grâce à un renseignement, six présumés membres de la bande ont été capturés. Certains d’entre eux ont été arrêtés à Imerintsiatosika.

Le 4 mars dernier à Amboasary, les gendarmes ont arrêté deux membres de la bande des 5, le gang qui a longtemps écumé cette commune du district d’ Anjozorobe. L’attaque d’au moins trois foyers se trouvant dans cette commune a été attribuée à la bande.

D’après la gendarmerie, cette opération de sécurisation ponctuelle se poursuivra jusqu’à ce que la sécurité dans les zones ciblées soit rétablie.

Mparany

News Mada0 partages

Atsinanana : la grève des pousse-pousse maîtrisée

La grève d’avertissement lancée par les tireurs et propriétaires de pousse-pousse de la ville de Toamasina a dégénéré, hier, faisant une quarantaine d’arrestations. Toutefois, des négociations sont en cours pour résoudre la crise.

Les tireurs de pousse-pousse ont suspendu leurs activités à Toamasina, hier, en concrétisation de la décision prise lors de l’Assemblée générale de samedi pour contester la hausse à 100% des taxes sur la vignette appliquée par la Commune urbaine. Des opportunistes ont alors profité des échauffourées entre les grévistes et les conducteurs de tuc-tuc et de taxi qui leur ont manqué de solidarité en vaquant à leur travail pour saccager des magasins dans certains fokontany. Des tentatives de pillage des locaux de l’Hôtel de ville et d’un magasin à Tanambao V ont par contre échoué suite aux interventions des forces de l’ordre.

L’OMC intervient

L’Organe mixte de conception (OMC) élargi, composé des dirigeants d’associations de tireurs de pousse-pousse, des forces de l’ordre, du procureur de la République et des responsables communaux, a jeté les bases d’un consensus en décidant de réduire le prix de la vignette à 50.000 ariary au lieu des 60.000 ariary décrétés par la commune mais les tireurs de pousse-pousse campent toujours sur les 30.000 ariary qu’ils ont annoncés. Quoi qu’il en soit, le dialogue lancé doit aboutir certainement à un consensus pour aplanir le différend.

Manou

News Mada0 partages

Hamerina ny taloha… : hampiara-peo indray i Njila sy i Poopy !

40 taona nihirana i Njila. Homarihina izany fa tsy handalo fotsiny. Goavana sy akaiky indrindra ny fiarahany an-tsehatra amin’i Poopy sy ireo mpanakanto hafa.Maro ireo nihevitra fa tsy ho hisy intsony izany… Fantatra kosa izao fa raikitra, ary hotontosaina tsy ho ela ilay fampisehoana goavana. Njila sy Poopy, hamerina indray ny “Revy Njila”. Hotontosaina ny alahady 9 avrily ho avy izao io seho io, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina.“Fanirian’ny mpankafy efa hatramin’ny ela izany, ary handrasan’izy ireo foana. Isaoranay i Njila sy i Poopy namaly izany hetaheta izany”, hoy ny nambaran-dRazakarivelo Andry, avy ao amin’ny Sound Production, izay hiantsoroka ny fikarakarana.“Hanombohako ny fankalazana ny faha-40 taona nihirako io seho io, ary hisaorako ny mpankafy hatramin’izay ka hatramin’izao”, hoy kosa ny fanambarana nataon’i Njila, anatin’ny pejiny “Facebook”.“Fampisehoana revy Njila 100%”, hoy ny fampahafantarana, satria hiran’ity mpanakanto ity avokoa ireo halahatra mandritra ny seho. Araka ny efa hita amin’ny rakitsary maromaro izay vao notontosaina, nanasa ireo mpanakanto tanora hiray sehatra aminy i Njila. Ankoatra an’i Poopy, ho avy ao ihany koa i Anyah, Melky ary Mahery. Ho taratry ny fiampitan’ny zavakanto sy ny maha tsy tontan’ny ela an’ireo hiran’i Njila, nosafidina manokana ihany koa i Christian K sy i Sarobidy, amin’io. Efa tontosa ny rakitsarin’ny “ Andro hafa”, anisan’ireo hiran’i Njila nahafantarana azy, izay hataon’ireto ankizy mpanakanto ireto.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Potins sur facebook : un an de prison ferme pour Hiary Rapanoelina

Le verdict est tombé. Hiary Rapanoelina, le créateur et administrateur du groupe facebook «Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy» écope d’une peine d’un an de prison ferme. Son épouse, Tahiana Rapanoelina Andriamady, a été relaxée.

Le tribunal de Première instance à Anosy a, comme prévu, rendu son verdict, hier, concernant l’affaire «Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy» dans laquelle ont été accusés Hiary Rapanoelina et son épouse.  Sur les trois chefs d’inculpation retenus contre lui, seule la menace de kidnapping a été retenue, suite aux retraits de plaintes faits la semaine par les artistes et le député élu dans l’Antananarivo Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala, alias John Elite, ainsi que par le désistement de la partie plaignante.

Un jugement qui ne satisfait pas la partie défenderesse. «Il faut reconnaître que nous nous sommes fixé comme objectif de disculper notre client, le reste étant laissé à l’appréciation souveraine des juges. Ceci étant, nous sommes décidés à faire appel après avoir consulté notre client et sa famille», a fait savoir Me Rindra Rakotonaivo.

Les artistes solidaires

L’annonce du verdict a laissé plus d’un sans voix, contrairement aux artistes. «De cette affaire, nous pouvons retenir trois choses. Ici bas, nul n’est parfait, mais il est important de reconnaître ses torts et par-dessus tout, de savoir pardonner », analyse le comédien Loulou. « Le verdict de ce procès laisse perplexe, d’autant que le syndicat des artistes s’est déjà  mobilisé contre l’emprisonnement de ses pairs. Quoi qu’il en soit, nous sommes de tout cœur avec Hiary Rapanoelina et sa famille», a dit Njakatiana.

Rappelons que des membres du syndicat des artistes et un député élu d’Antsimondrano ont déposé deux plaintes auprès du tribunal, pour diffamation, incitation à la haine et menace de kidnapping, le 31 janvier dernier. Ce qui a conduit le lendemain à l’arrestation d’Hiary Rapanoelina.

Une enquête a été ouverte suivie d’un placement sous mandat de dépôt d’Hiary Rapanoelina. La famille du prévenu a ensuite demandé pardon  en public, profitant d’une rencontre avec la presse, le 16 février dernier. Soupçonnée d’être l’un des administrateurs de ce groupe facebook suivi par plus de 76 000 utilisateurs, la femme d’Hiary Rapanoelina a été entendue par la Brigade criminelle, mais a finalement bénéficié d’une liberté provisoire. Le couple a été en audience le 28 février et le verdict est tombé hier.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Taom-baovao malagasy : haneho ny tena kolontsaina malagasy

Mitohy hatrany ny famerenana ! Mpanakanto sy tarika maro no indray mifarimbona manatontosa ireo hira telo anisan’ny manamarika lanonana fanao fahiny. « Mazava atsinanana », « Mandihiza Rahitsikitsika », « Diavolana fenomanana takariva », hiraina amin’ny feo tena malagasy, arahina zavamaneno mampiavaka ny Malagasy, toy ny valiha, amponga, sns. Ahenoina hafatra amin’ny feo avo ihany koa.

Taorian’ny famerenana tamin’ny herinandro lasa, notontosaina omaly tontolo ny fandraisam-peo. Samy niezaka nanolotra ny tsara avy any aminy avokoa ireo mpanakanto sy tarika ary ny teknisianina nandray ny feo ho fametrahana amin’ny toerana sahaza azy ny zavakanto sy ny kolontsaina ary ny fomba malagasy.

Tazana teny an-toerana i Nantenaina sy i Narindra (tarika Nantenaina), i Lolona sy i Liva (tarika Levelo), Rakoto David sy i Ankoay Mikolohasina (manao ny Jijy), ireo mpitendry valihan’ny Ako Miantefa, Saholimalala, Masy, Tita, Doné Andriambaliha, Ratovo, Rivo (angorodao, langoraona, ampongabe, valiha…), Ifanihy, sns. Hisy ihany koa ny mpandihy handravaka ireo hira malagasy telo natambatra ireo.

Fantatra fa ny 28 marsa izao ny hankalazana ny Taom-baovao malagasy.

HaRy Razafindrakoto

Tananews0 partages

Hiary Rapanoelina : 1 an de prison ferme

L’administrateur de la page “Fifosana people” paie donc pour les commentaires postés par les internautes.

Diffamation ? Dénigrement ? Non, le tribunal a retenu les menaces de kidnappings proférés dans les commentaires.

Les internautes comprendront donc un peu mieux les “bye” facilement anonés sur TNN.

Tia Tanindranaza0 partages

« Vohitra Kanto Fihary”Nahasarik’olona tokoa

Efa iaraha-mahita ny haratsian’ny toetr’andro amin’ny faritra maro manerana ny nosy koa dia nandray fanapahan-kevitra ny minisiteran’ny mponina sy ny fitondram-panjakana fa dia hofoanana ny lanonana fankalazana ny andron’ny 8 martsa nokasaina hatao teny Mahamasina anio alarobia.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiakarana ny vidin-tsolikaTsy izahay no tompon’antoka, hoy ny GPLSS

Tsy miankina amin’ny kaompania sy ny mpaninjara solika ny fiakaran’ny vidin-tsolika eto amin’ny firenena fa kajy ifanarahan’ny fanjakana sy ny kaompanian-tsolika eo ambany fanaraha-mason’ny mpamatsy vola atao isaky ny voalohan’ny volana, hoy ny fikambanan’ireo mpaninjara solika na ny GPLSS.

 Io kajy io dia mianga amin’ny vidin’ny solika eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ary amin’ny alalan’izany no hamaritana ny vidin’ny solika eto Madagasikara. Izahay mpaninjara solika manerana ny nosy dia tsy mametra ny vidiny fa toy ny mpanjifa rehetra ka tsy tokony ho ny mpaninjara no homena tsiny, hoy i Jean Martin Rakotozafy, eo anivon’ny GPLSS. Tsy misy afa tsy ny fampiakarana ny sandam-bola Malagasy sisa no azo hampidinana ny vidin-tsolika, ka politika hoenti-mampiakatra ny lanjan’ny ariary no tokony hojerena, raha ny hevitr’io tompon’andraikitra io. Manatsara ny volan’ny firenena iray ny fisian’ny volamena antoka saingy toa gaboraraka ny fivoahan’io harena io eto amintsika, kanefa anisan’ny vahaolana raha voafehy, araka ny hevitr’i Jean Martin Rakotozafy. Tsy fantatra mazava izay tahirim-bolamena eto Madagasikara amin’izao fotoana izao ary efa nilaozan’ny Maorisianina lavitra be isika satria manana 11 taonina izy ireo raha zara raha misy an-jatony kilao vitsivitsy ny an’i Madagasikara noho ny tsy fisian’ny mangarahara sy ny fanondranana an-tsokosoko.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seha-pihariana “cacao”An-dalam-panatsarana

Notanterahina teny amin’ny Tana Hôtel Antaninarenina ny filankevi-pirenena-pirenena momba ny «Cacao » na CNC andiany faharoa, nokarakarain’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana, ary niaraha-niasa tamin’ny tetikasa PIC.

 

 Mifototra betsaka amin’ny fampiakarana ny lentan’ny famokarana sy ny fifaninanana momba ity vokatra mampiavaka an’i Madagasikara ity izany.  Maro ny dingana narahina momba ny fanomezan-danja ny sehatry ny “cacao” eto amin’ny firenena, ka zava-dehibe ny nananganana ny CNC. Marihina fa teo avokoa ny solontenan’ny minisiteran’ny varotra, ny fambolena, ny indostria, niampy ny avy amin’ny sehatra tsy miankina, mpamokatra, mpanodina, ary ny mpanondrana nandritra ity atrikasa ity. Maro ireo zavatra noresahina mba hampiroboroboana ny seha-pihariana “cacao”, ka  nisongadina ny fananganana ny filankevitra manokana na ny CNC. Tanjona goavana tamin’ny fihaonana ny fikaonan-doha sy ny fanapahan-kevitra momba ny fampihodinana io filankevitra io. Teo ihany koa ny fananganana sata sy ny fitsipika anatin’ny CNC. Mbola mipetraka ho “cacao” tsara kalitao indrindra maneran-tany ny antsika amin’izao fotoana izao, ary efa nahazo ny amboara  «cacao fine» avy amin’ny rafitra iraisam-pirenena momba ny “cacao” na ny ICCO. Mbola olana anefa ny fahanteran’ny fomba famokarana satria ny 95% dia tantsaha tsotra no misahana azy amin’ny alalan’ny fambolena amina velarana 1ha ka hatramin’ny 3 ha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andron’ny 8 martsaManohana mavitrika ny ben’ny tanàna ny fokontany 32 ao amin’ny Boriborintany fahe...

Manohana mavitrika ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra Lalao Ravalomanana ny fokontany 32 ao amin’ny Boriborintany fahefatra

. Nanao fiaraha-mientana amin’ny fiara manokana ny fokontany Anosipatrana Atsinanana sy Andrefana ho eny amin’ny lapan’ny tanàna anio alarobia 8 martsa. Ny mpitahiry vola sy ny mpitantsoratry ny fokontany tarihin’ny prezidan’ny  FOKO TIM Anosipatrana Atsinanana no mpanentana mavitrika.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Distim sy vehivavy TIM Boriborintany faha-6Hanao DIABE hihazo ny Lapan’ny tanàna etsy Analakely

Ho fanohanana an'i Neny Lalao Ravalomanana izay vehivavy voalohany nitantana ny Renivohitr' ity Nosintsika ity dia ho avy hanohana sy ankahery azy amin’ny adidy

 iantsorohany ny DISTIM eny amin’ny boriborintany faha-6 eto andrenivohitra miaraka amin’ny depiote Rasoanoromalala Horace sy ireo vehivavy TIM dia hanao DIABE miainga eny amin’ny Firaisana Anosisoa ka hihazo ny  Lapan'ny tanàna etsy Analakely. Hanotrona azy ireo koa ireo lehilahy ao amin’ity Distim ity.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filoham-pirenena sy praiminisitraTsy nisy tany Antsakabary

Ny minisitry ny asa vaventy, Eric Razafimandimby, izay sady minisitra mpiahy ny faritr’i Sofia no nirahin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina sy ny praiminisitra Mahafaly Olivier,

nisolotena ny fitondram-panjakana nitondra fanampiana ho an’ireo traboina tany amin’ny kaominina Ambanivohitra Antsakabary ao amin’ny distrikan’i Befandriana Avaratra ny fiandohan’ny herinandro teo. Vary 84 lasaka miampy kojakoja fampiasa amin’ny fiainana andavanandro, toy ny sio miisa 50, koveta 50 ary simenitra 20 lasaka no natolotry ny fitondram-panjakana ho an’ireo traboina na teo aza ny tsikera isan-karazany nametra-panontaniana ny maro ny amin’ny mbola hifampieran’ireo manampahefana nialoha ny nidinana tany an-toerana. Nolazain’ny praiminisitra fa hifanaraka ny tenany sy ny filoham-pirenena izay hidina hijery ny zava-misy any amin’ity toerana nahamaizana trano maherin’ny 400 sy naha traboina vahoaka maro ity.

Mirija

 

Madagascar Tribune0 partages

Les ressortissants chinois dans le collimateur des forces de l’ordre malgaches

Les trafiquants chinois sur le sol malgache, toutes filières confondues, sont principalement dans le collimateur des forces de l’ordre. Ces derniers jours, ils sont trois à tomber dans le filet des policiers. Traite de personnes à travers notamment le trafic des jeunes femmes malgaches en Chine, trafic de drogue dure, exportation illicite et détention illégale des ressources naturelles malgaches figurent parmi leurs chefs d’inculpation. Mais visiblement, il n’y a pas que cela.

Deux d’entre eux sont principalement impliqués dans une affaire de vente voire de prostitution des femmes malgaches en Chine. Un business qui rapporte beaucoup à ce qu’il parait parce qu’une femme leur coûte environ 84 millions d’ariary (soit 420 millions fmg). Pour faciliter le trafic, ils se marient civilement avec les femmes. Effectivement, ces ressortissants chinois travaillent en collaboration avec des Malgaches. Trois de leur complice sont en effet déjà arrêtés.

Dans son bilan, la police nationale indique qu’il a fallu à son Service d’enquêtes spécialisées (SES) effectuer une descente dans la commune d’Ambohibary, district de Moramanga pour les arrêter. Ce, pour ainsi dire que ce genre de trafic d’être humain peut prendre une ampleur inimaginable et peut toucher le fin fond de la brousse comme le centre-ville où l’on retrouve presque tout. En effet, c’est dans la capitale, à Ankazomanga que les policiers ont arrêté le troisième chinois pour trafic de drogue.

Si depuis quelques années, les Africains se spécialisent notamment du trafic de drogue sur le sol malgache, notamment dans la capitale, cette fois, les ressortissants asiatiques s’y mettent également. Ce Chinois d’Ankazomanga était en effet arrêté en possession de 21 grammes de cannabis. Lors d’une perquisition effectuée à son domicile, les forces de l’ordre ont également mis la main sur des tortues dans des sacs, certainement prêtes à l’exportation.

En matière de trafic de drogue, les Malgaches commencent également à prendre part au marché. C’est le cas notamment de 7 personnes arrêtées à Ambohimanarina. Elles étaient en détention de 24 bottes d’héroïne qu’elles écoulent à 80 000 ariary le gramme.

D’aucuns ne savent pourtant que certains ressortissants chinois à Madagascar s’illustrent par d’autres trafics. Les gros bonnets se livrent notamment dans des trafics plus importants des bois précieux comme le bois de rose et les ressources naturelles animalières malgaches ainsi que le trafic des ressources minières, notamment aurifères. C’est le cas dans de nombreux sites d’exploitation minière à travers le pays, comme c’était le cas à Soamahamanina. Des sources concordantes confirment par ailleurs qu’ils commencent également à dépouiller les ressources halieutiques marines de la Grande île.

Ces derniers temps, Madagascar ne sert pas uniquement de plaque tournante du trafic de tous genres de l’océan Indien, il constitue même un potentiel marché pour les mafias. Le laxisme en matière de contrôle de l’entrée et de la sortie du territoire national, l’ampleur qu’a prise ces dernières années la corruption dans le pays ainsi que la politisation de tous les secteurs d’activités sont en grande partie à l’origine de cette situation. Effectivement, ces « mafias » de différentes nationalités, mais surtout asiatiques ont leur complice sur le sol malgache, à tous les niveaux.

Rien qu’à travers ses multiples arrestations des ressortissants chinois sur le sol malgache pour des crimes et délits, l’ambassadeur de la République populaire de la Chine à Madagascar, devrait apporter des explications et précisions. Le gouvernement malgache qui se veut intransigeant en matière de lutte contre toute forme de trafic devrait également adopter davantage de mesures pour renforcer le contrôle des ressortissants étrangers opérants sur le sol malgache.

Madagascar Tribune0 partages

En attente d’une loi de finances rectificative

Il fallait s’y attendre. Le régime actuel prévoit d’apporter déjà une rectification à la loi de Finances de cette année. Lors du conseil des ministres tenu le 7 mars dernier, le ministre de l’Economie et des finances a remarqué lors de sa communication verbale que cette loi doit correspondre à la politique générale de l’Etat. Il faudra alors la modifier en fonction des besoins et des projets du gouvernement.

Le chronogramme présenté par le ministère de l’Economie indique alors que toute opération de changement de montant de budget doit être réalisée le 15 mars prochain. La proposition de loi de finances rectificative doit être soumise en conseil des ministres le 17 avril prochain. Et en l’absence de l’Assemblée nationale dont les élections des futurs membres n’auront lieu qu’au mois de mai, cette loi pourrait être adoptée par voie d’ordonnance.

Madagascar Tribune0 partages

De nouvelles nominations et des abrogations

Autres temps, autres mœurs. Avec le changement du régime qui s’est opéré officiellement le 19 janvier dernier, des changements s’opèrent logiquement au sein des ministères et organismes rattachés à certains départements ministériels. Des têtes biens connues aussi bien en tant que politicien ou encore techniciens sont tombées, d’autres reviennent ou s’émergent du lot pour se placer sur le devant de la scène. C’est le cas notamment des nouveaux secrétaires généraux et directeurs fraîchement nommés en conseil de ministres du 7 mars à Iavoloha.

Plusieurs ministères sont concernés par ces changements. C’est le cas entre autres du ministère de la Justice qui s’est doté d’un nouveau directeur financier, le ministère de l’Aménagement, le ministère de l’Economie et des finances, le ministère des Transports, le ministère de la Défense nationale, le ministère de l’Education, le ministère de l’Energie, le ministère de l’Enseignement, le ministère de l’Agriculture, le ministère des Postes, le ministère de la Communication et le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie. La Primature a également nommé son nouveau directeur chargé de la législation et contentieux.

Les abrogations des décrets de nomination de hauts fonctionnaires et organismes connus comme l’ONN (Primature), l’Institut Gemmologie de Madagascar (IGM) ou encore l’OMNIS (ministère de l’Energie), le directeur de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) au sein du ministère des Transports, le directeur de l’ARTEC (ministère des postes) et le directeur de la télévision malgache au sein de l’ORTM (ministère de la Communication) ont également été communiquées lors de ce conseil des ministres.

Madagascar Tribune0 partages

En attente d’une loi de finances rectificative

Il fallait s’y attendre. Le régime actuel prévoit d’apporter déjà une rectification à la loi de Finances de cette année. Lors du conseil des ministres tenu le 7 mars dernier, le ministre de l’Economie et des finances a remarqué lors de sa communication verbale que cette loi doit correspondre à la politique générale de l’Etat. Il faudra alors la modifier en fonction des besoins et des projets du gouvernement.

Le chronogramme présenté par le ministère de l’Economie indique alors que toute opération de changement de montant de budget doit être réalisée le 15 mars prochain. La proposition de loi de finances rectificative doit être soumise en conseil des ministres le 17 avril prochain. Et en l’absence de l’Assemblée nationale dont les élections des futurs membres n’auront lieu qu’au mois de mai, cette loi pourrait être adoptée par voie d’ordonnance.

Tananews0 partages

Eugène semble avoir gardé les cochons avec Edgard

Lire : ADN : Edgard présente son livre

Tananews0 partages

Enowa : le BNGRC envoie des sms

Tandremo mila miomana isika ho avy ny cyclone enawo araho tsara ny fepetra fanambarana loza izay homena anao, henoy ny radio jereo ny television arovy ny ainao

Reçu donc sur un Telma. C’est formidable mais ..

Mais donc ceux qui sont chez Orange sentent le fromage ou quoi puisqu’ils n’ont pas eu droit à ce sms ?

Et secundo, les vahiny qui ne parlent pas un mot de la langue des babakoto, on les considère donc comme des laissés pour compte ?

L'express de Madagascar0 partages

Football- Ligue des Champions – Ando pourrait remplacer Feno en défense

xL’arrière central de la CNaPS Sport, Feno, s’est blessé à l’entraînement, il y a quelques jours à Maha­masina. Il a été touché à la cheville gauche, son pied de prédilection.En raison de ce pépin physique, il sera indisponible pour les deux matches à venir du second tour de la Ligue des Champions de la CAF, face à l’équipe camerounaise du Coton Sport. Rencontres prévues à Garoua ce dimanche 12 mars et à Vontovorona le samedi 18 mars. Feno est un titulaire incontournable au sein du club quadruple cham­pion de Madagascar, où il évolue en défense centrale en compagnie de Lanto.Ce dernier devra jouer avec un autre défenseur, face aux Camerounais. Deux noms sont avancés pour l’instant. D’un côté, Ando, qui était entré en jeu à la place de Feno justement, lors du match aller du tour préliminaire face au Township Rollers du Botswana, le samedi 11 février à Vontovorona.Mais une autre option se présente également au coach Tipeh. Il s’agit de Tantely, un autre arrière-stoppeur de formation. Transféré de l’AS Adema vers la CNaPS Sport lors du dernier mercato, le Barea peut aussi prétendre à une place dans les onze premiers rentrants des Caissiers.Comme cité précédemment, la première confrontation entre la CNaPS Sport et le Coton Sport se tiendra ce dimanche après-midi. La délégation malgache prendra un vol spécial ce vendre­di, pour rallier le Cameroun.Pour l’instant, aucune perturbation n’a été confirmée par rapport au passage du cyclone Enowa à Madagascar.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Petite vitesse – De faux billets saisis

La police de la sûreté urbaine de Tananarive (SUT) a mis la main sur trois hommes avec de faux billets, jeudi 2 mars vers 9 heures au marché de la Petite Vitesse. La somme de 600 000 ariary a été trouvée sur eux.La scène s’est déroulée dans un magasin à la Petite vitesse. un homme a acheté des appareils électroniques. La commerçante a remarqué que l’argent reçu était en faux billets. Elle a alerté immédiatement le commissariat de police de Tsara­lalàna. Les responsables sont arrivés sur le lieu et ont mis la main sur le suspect, en train de transporter des appareils de sonorisation. Il a  indiqué, qu’il a été envoyé par ses complices, soi-disant propriétaires de ces matériels, et qui l’attendent déjà au stationnement de Fasanikarana. La police s’est dépêchée sur place pour arrêter les deux complices. Ils ont pris la fuite dès qu’ils ont vu leur ami accompagné par les forces de l’ordre. Toutefois, les malfaiteurs ont été encerclés et n’ont pas pu résister.Selon les informations policières, ces trois faux-monnayeurs ont avoué, lors de l’enquête, qu’ils ont acheté ces faux billets pour quatre cent mille ariary à Anosi­varika.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Claudio Tida à La Réunion

Claudio Tida, champion de Madagascar de motocross, a reçu son trophée samedi à Besarety. À cette occasion, il a dévoilé son projet d’aller courir sur l’île de La Réunion.

Pour la quatrième fois, Claudio Tida a remporté le titre de cham­pion de Mada­gascar de motocross, en 2016. Le pilote Kawasaki-CT Motors a reçu son trophée, samedi dernier, lors d’une cérémonie organisée par la Fédération malga­che de motocyclisme, en compagnie des autres lauréats de l’année dernière.Questionné sur ces futurs défis, Claudio a dévoilé son projet d’aller courir à l’étran­ger cette année : « Pour 2017, mon objectif ne sera pas forcément de garder le titre de cham­pion de Madagascar. Mon principal projet sera plutôt de participer à des courses sur l’île de La Réunion. Je prévois d’en disputer trois au minimum. Pour l’instant, je n’ai pas encore les dates exactes. Je suis en train de planifier mes séjours là-bas. »Ce ne sera pas sa première sortie à l’extérieur. Entre autres, on se souvient qu’il avait couru à Libreville, au Gabon en juin 2014, en compagnie de Ted Boyaval. Les deux motards s’étaient alors imposés à l’époque.

Grande coupeSamedi, la FMAM a offert une grande coupe au quadruple champion de Mada­gascar, outre son trophée de champion 2016. « Claudio est le premier pilote à recevoir cette grande coupe, qui vient d’être instaurée à l’issue de la saison 2016. Elle sera offerte au champion de Madagascar à la fin de chaque saison désormais. Le motard qui la remporte à trois reprises à l’avenir, la gardera définitivement », a-t-on expliqué auprès de la Fédération, à propos de cette récompense à part.Claudio a remporté quatre couronnes pour sa part, comme cité précédemment, soit en 2012, 2014, 2015 et 2016. Pour pouvoir garder définitivement cette nouvelle coupe, il devra rajouter deux autres sacres dans le futur.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Maroantsetra – Enawo tue deux enfants

Les rafales qui ont accompagné le cyclone Enawo a commencé à ravager le district de Maroantsetra, dans la nuit du lundi 6 mars. Il n’avait pas encore touché la terre.Le premier bilan provisoire du passage du cyclone tropical Enawo a été publié hier, vers 14 heures, par le poste de coordination de la cellule de crise cyclone. Celle-ci, composée des représentants de la région Analan- jirofo, de la préfecture, des directeurs régionaux et des équipes du Bureau national de gestion des risques et catastrophes, reçoit des informations sur les dégâts provoqués par le cyclone, venant du chef du district de Maroantsetra. La cellule de crise a déjà pris des mesures pour venir en aide aux sinistrés.D’après ce premier bilan, deux morts ont été déplorés dans la commune d’Ambinanitelo. Il s’agit d’enfants de 5 ans et de 15 ans. Un autre enfant a été porté disparu, mais heureusement, il a été retrouvé plus tard, sain et sauf. Cinq personnes blessées à la suite d’un éboulement dans le quartier d’Amborona, ont été hospitalisées. Et cent quatre vingt personnes sinistrées ont dû être évacuées d’urgence dans le Tranom-pokonolona et dans les écoles primaires publiques d’Andranongozy et d’Anjana-marina.Sur le plan matériel, neuf maisons ont été détruites, dont huit dans le quartier d’Amborona. Trois bâtiments ont été décoiffés, le collège d’enseignement général, l’école primaire publique de Manambolo, ainsi que le bâtiment de la commune,  et les communes rurales d’Antakotako, d’Andrano-fotsy et d’Anjanazana, sont actuellement inondés.Ce sont les données collectées pour le district de Maroantsetra. Dans les cinq autres  qui constituent la région Analanjirofo, jusqu’à 14 heures, seules de fortes précipitations ont été constatées.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Golf-Trophée Asgar Barday – Victoire de Rens-Tahiana-Ramy-Yohann

La première place est revenue à Rens Faber, Tahiana Rabenja, Ramy Rabenja et Yohann Kananura, lors du tournoi du Lions Club International – Trophée Asgar Barday. Ils ont réalisé un score brut de 62 sur le green du golf du Rova Anda­kana, dimanche. Comme promis, ils ont été récompensés avec un séjour sur l’ile Maurice, ainsi que trois « greenfees » au golf Club Tamarina, offerts par Travel Agency Concorde Île Maurice.En deuxième position, l’on retrouve l’équipe composée de Danie Akesson, Holy Razafindrakoto, Gabriel Ravon et Sarah Rajaona­rivony, avec un score de 63. Pour leur part, ils ont reçu deux « greenfees » offerts par l’Exclusivgolf d’Apremont et le Garden Golf de la Forêt de Chantilly de Paris.Enfin, la troisième marche du podium a été trustée par le quatuor constitué de Nam Kihyeok, Zatovo Andrianjafy, Robin Joubert et Laurencine Rakotozafy, avec également un score de 63. A titre de récompense, ils ont bénéficié d’un « greenfee » offert par le Foulpointe Golf Club Azura.L’événement a été une franche réussite pour le Lions Club International, avec vingt trois équipes inscrites. D’un côté, il s’agissait d’un tournoi en mémoire d’Asgar Barday, golfeur et membre du Lions Club Antananarivo Doyen.

Levée de fondsDe l’autre, il s’agissait aussi d’une levée de fonds, pour aider le Centre Hospi­talier Soavinandriana, afin de construire une unité de soins intensifs en cardiologie ainsi qu’une salle d’angiocoronarographie.« Il y a quelques jours, un enfant est décédé dans l’avion pendant son évacuation à l’étranger. La construction de cette unité et de cette salle permettront d’éviter ce genre de tragédie à l’avenir », confie-t-on auprès du Lions Club.L’événement a permis d’engranger une somme considérable, avec les droits d’engagement des quatre vingt dix joueurs inscrits ou encore une donation de la famille Barday.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vol de boeufs

Huit dahalo ont attaqué un village dans le fokon­tany de Tsinjorano dans la commune d’Andrano­mamy, district de Maeva­tanana lundi dernier dans la nuit. Les gendarmes les ont poursuivis et ont récupéré le bétail. La pour­suite continue jusqu’à présent.

L'express de Madagascar0 partages

Neuf blessés dans un accident

L’accident d’un taxi-brousse de Tanà-Marovoay sur la route nationale n°4, dans le fokontany d’Ambohi­trafovoany commune d’Ankazobe, lundi vers 3 heures du matin, a fait neuf blessés. Ces derniers ont été conduits immédia­tement au centre de santé de base II d’Ankazobe. Les gendarmes se sont rendus sur le lieu pour le constat.

L'express de Madagascar0 partages

Question sur le régime semi parlementaire

Après trente ans de régime présidentiel fort, Madagascar a basculé vers un régime semi-parlementaire. Il faut noter que 1993 ont été une année de rupture. Pour la première fois, le Président de la République n’était pas connu dès le premier tour, selon les résultats de l’élection présidentielle du 25 novembre 1992, ci-dessous

Candidats    PourcentageAlbert Zafy     45,16%Didier Ratsiraka     29,22%ManandafyRakotonirina    10,21%Marson Evariste    4,60%Ruffine Tsiranana     3,51%Jacques Rabemananjara    2,87%Nirina Andriamanalina    2,25%TovonanaharyRabetsitonta    2,19%

Les deux premiers ont affronté le second tour le 10 février 1993, que le Pr Albert Zafy a gagné avec 67,80% contre32,20% à l’Amiral Ratsiraka. Avant l’investiture du nouveau Président de la République, le 27 mars 1993, Didier Ratsiraka a reconnu la victoire de son adversaire par un télégramme de félicitations. À Madagascar, cet acte d’alternance démocratique reste unique jusqu’à présent.Le début de la III°République, sous le Président Zafy, a marqué la fin du régime présidentiel et le début d’un régime semi-parlementaire. Conduit par le pasteur Richard Andriamanjato, le Hery Velona (Forces vives) a dominé l’Assemblée Nationale à plus de 70%. Élu au suffrage universel sur un programme, le Président n’avait pourtant pas le chef de gouvernement qui lui convenait. Cette dualité au sein d’un exécutif à deux têtes a fragilisé le Président. Ainsi, malgré la présence massive des compagnons de lutte du Président Zafy à la Chambre basse, le 5 septembre 1996, l’empêchement définitif du Président de la République a été voté par sa propre majorité. Durant les tractations précédant ce vote, les « mallettes » ont fait leur première  apparition à l’Assemblée Nationale.Revenu au pouvoir en 1997, le Président Ratsiraka a amendé la Constitution : abrogation des dispositions sur l’empêchement du Président de la République, et pouvoir revenu au président de choisir le Premier ministre. En bref, le retour au régime présidentiel. Par la suite, le mouvement orange dirigé par Andry Rajoelina est revenu à un régime semi-parlementaire. Après moins d’un an et demi au pouvoir, le Président Hery Rajaonarimampianina a fait l’objet d’un vote d’empêchement définitif voté par 121 députés sur 151, en juillet 2015, mais il a été sauvé par la Haute Cour Constitutionnelle. Ainsi, en 1993 comme en 2014, Madagascar a tenté l’expérience d’un régime semi parlementaire qui, à chaque fois, devient source de corruption au sein de l’Assemblée Nationale et de crise institutionnelle pour la République. Pendant ce temps, la décentralisation tant attendue par les régions n’est toujours pas mise en œuvre.Dans le contexte actuel de pauvreté et de défaillance de l’État de droit, le régime semi-parlementaire est-il adapté   Faudrait-il plutôt améliorer un régime présidentiel, par la mise en œuvre d’une véritable décentralisation   Ou, comme le propose l’ADN, adopter un « federalisma sahaza » (fédéralisme adapté), un risque d’éclatement du pays pour certains   La question est ouverte. La réconciliation communautaire, à travers la libération de la parole à la base, dans son volet « refondation de la République », pourrait donner aux Malgaches l’occasion de donner des réponses à la question.

Par André Rasolo

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : Telo lahy tratra niaraka tamina vola sandoka enina hetsy ariary

Efa voavidy ireo entana marobe, izay mitentina eo amin’ny enina hetsy ariary teo ho eo, vao tonga saina ilay mpivarotra fa tsy izy ireto fehezam-bola iray alina ariary maromaro noraisiny. Tranga niseho tetsy Tsaralalàna, ny alakamisy lasa teo.

Efa maty paika tanteraka ny teti-dratsin’ireto roalahy voasambotry ny mpitandro filaminana, niaraka tamin’ny vola sandoka ireto. Rehefa voavidy mantsy ireo entana maromaro novidina tamin’ireo vola sandoka, dia handeha hiala avy hatrany eto Andrenivohitra izy ireo. Efa teny amin’ny Fasan’ny karàna vao tratra ireto olon-dratsy ireto. Araka ny fanazavana azo avy tamin’ireo pôlisy, « tonga tao amin’ny Sut Tsaralalana ny mpivarotra iray ao amin’ny Petite Vitesse nilaza fa nisy olona nividy entana tamin’ny vola sandoka tao aminy. Nandeha teny an-toerana avy hatrany ny Polisy ka lehilahy iray mpibata entana nirahin’ireo olon-dratsy haka ireo ampli sy bafle novidin’izy ireo no tratra tao ». Tamin’ny famotorana ity farany no nilazany fa, efa miandry azy eny amin’ny toby fiantsonan’ny taxi-brousse ireto tompon’ny entana. Napetraka avy hatrany ny vela-pandrika ka nojokoina teny amin’ny Fasan’ny karàna ireto jiolahy. Vao nahatazana ilay mpibata entana niaraka tamin’ny pôlisy anefa ireto roa lahy, avy hatrany dia nitsoaka. Raikitra teo ny fanenjahana. Tsy lasa lavitra anefa izany dia voasambotra soa aman-tsara ireto fanetriben’ny firenena ireto. Niaiky avy hatrany ireto farany tamin’ny fanadihadiana, fa tompon’ireo vola sandoka, izay mitentina enina hetsy ariary izy ireo. Tany amin’iny faritry Nosy Varika iny no nahazoan’izy ireo ireto vola ireto, ary novidiny efatra hetsy ariary, vola tena izy. Efa teo an-dàlana hanaparitaka ireto vola sandoka ireto mihitsy izy ireo no izao tratra ireo, araka ny fanazavana azo hatrany. Ny alatsinainy teo no natolotra ny Fampanoavana ireto olon-drasy ireto ary nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

Tananews0 partages

Le carnaval des bonnes femmes est annulé

Vu les conditions meteo, c’est plus sage effectivement.

Et d’autre part, vu qu’Enawo a déjà fait des morts sur son passage, ça aurait été indécent de faire la nouba dans la Capitale.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Fitokonanan’ny mpitari-posy, olona 40 nosamborina

Taorian’ny famoahan’ny kaominina tamin’ny alàlan’ny didim-pitondrana noraisin’ny lefitra faharoan’ ny ben’ny tanàna, Atoa Pagny Ricky Dinh-Van, nampiakatra 100% ny hetra sy haba alain’ny kaominina amin’ireo mpitondra « cyclo-pousse », dia nanao fitokonana faobe eran’ny tanànan’i Toamasina ireto mpitondra « cyclo-pousse » ireo, omaly maraina izay niteraka sakoroka sy fitoraham-bato. Saika feno ireto mpitondra posy ireto avokoa ny kihon-dàlana rehetra, ka niteraka fanakanan-dàlan’ireo mpampiasa lalana. Voatery niditra an-tsehatra ireo mpitandro ny filaminana mitambatra nandrava izany fanakanan-dàlana sy tsy famelana ireo fitateram-bahoaka hafa hiasa ireo. Raikitra teo ny sakoroka sy fikasana handrava mpivarotra vokatr’izany, nisy ny fifanenjehana sy fitoraham-bato teo amin’ireto mpitokona sy ny mpitandro ny filaminana, vokany olona 40 no voasambotra ho mpanakorontana. Nisy tao anatin’izay ny fihaonana teo amin’ny Prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille sy ny tonia mpampanoa lalàna ary ireo mpitandro ny filaminana niaraka tamin’ny ben’ny tanàna sy ireo fikambanan’ny posy, satria ny olana dia ilay hetra sy haba 60.000 ariary isan-taona nataon’ny kaominina tamin’ity taona ity, ka raha ny tapaka dia nampidinina ho 50.000 ariary izany nefa 35.000 ariary izay herintaona lasa izay. Ho an’ireto mpitondra posy, dia ny ho fampiakaran’ny tompon’ny posy ny hofany ho 7.000 no tena olana amin’izy ireo, raha mbola 4.000 ariary izany aloha hatramin’izao. Ankoatra izay, dia nisy koa ny fanapahana noraisin’ny OMC Atsinanana amin’ny tsy fahazoana manamboatra posy vaovao intsony eto Toamasina, izay hihatra afaka roa herinandro, ho hamafisina ihany koa ny fanaraha-maso ireo posy vaovao ampidirina eto Toamasina renivohitra, ary ireo posy mandoa ny hetra sy haba eo anivon’ny kaominin’i Toamasina ihany koa no ho afaka hiasa eto Toamasina renivohitra…Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Le besoin d’une véritable unité nationale

Le Nord du pays est ravagé par ce cyclone Enawo qui n’a pas épargné les localités traversées. Dans ces endroits, tout n’est que désolation et il est normal que nous nous sentions concernés par les malheurs de ces compatriotes durement éprouvés. Aujourd’hui, les problèmes politiques semblent dérisoires en comparaison des épreuves que traverse le pays.

Le besoin d’une véritable unité nationale

Les rares images diffusées par les chaînes de télévision de la capitale donnent une idée de l’ampleur des dégâts causés par ce cyclone Enawo. Comme il fallait s’y attendre, les villages qu’il a traversés sont totalement dévastés. Les rafales de vent ont arraché les tôles des toits de certaines maisons qui, il était vrai, étaient de véritables bicoques. Les eaux ont commencé à submerger de nombreuses localités. Le cyclone poursuit son chemin à travers l’île et ravage tout sur sa route. Les Hautes Terres qui se trouvent sur sa trajectoire sont maintenant en état d’alerte et ses habitants s’attendent au pire. Les Tananariviens s’apprêtent à subir les assauts de ce météore avec une certaine crainte, car ils ne sont plus habitués aux fortes intempéries. On serait tenté de dire qu’à quelque chose, malheur est bon, car les rivières vont pouvoir se remplir et permettre aux turbines des usines hydroélectriques de tourner à plein régime. Mais cela ne pourra pas effacer le spectacle de désolation que l’on pourra voir dans certains quartiers. De nombreux sinistrés vont s’installer dans les camps mis en place par le BNGRC. Ces pauvres malheureux auront tout perdu et ne devront compter que sur l’aide apportée par cet organisme. Comme nous le disions plus haut, les chamailleries politiques qui ont fait la une des journaux ces derniers temps ne doivent plus être de mise et tous les efforts doivent tendre à soulager les maux de nos compatriotes durement éprouvés. Une véritable unité nationale doit s’instaurer. Les autorités au plus haut niveau se doivent de mobiliser tous les moyens en leur possession pour venir en aide aux citoyens qui, depuis, n’avaient pas eu le sentiment d’être aidés.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Antohomadinika : Mpandeha taxi-brousse, nisy naka an-keriny

Hatrizay dia karàna miliardera no lasibatry ny fakàna an-keriny. Ity indray kosa dia mpandeha taxi-brousse avy any Ambatondrazaka no nisy naka vao maraina, tetsy amin’ny fiantsonan’ny fiara fitaterana tetsy Antohomadinika. Raha araka ny vaovao nampitaina taminay, dia olona efatra izy ireo no niara-niainga avy tany Tanambe (Alaotra),  ny alatsinainy teo tokony ho tamin’ny roa ora tolakandro. Mpivady ny roa ary ireo ambiny kosa dia tanora roa lahy izay mbola tsy niakatra teto An-drenivohitra mihitsy. Izay rahateo no antony nampiarahana azy reo tamin’ireo olona roa mpivady mba hanampinampy azy amin’ny fanoroana ny lalàna rehefa tonga eto Antananarivo. Tonga vao maraina be ny fiara omaly, tetsy amin’ny fiantsoanan Antohomadinika. Fanaon’ny olona, mba hialàna amin’ny fanendahana isan-karazany, ny miandry masoandro miposaka vao miala ao anaty fiara. Dia mba nanaraka izany koa izy roa lahy. Nisy fotoana anefa nivoaka kely ny fiara mba hivalan-drano. Teo no nanomboka tsy hita intsony. Nokarohina teo amin’ny manodidina rehetra kanefa tsy hita izay nanjavonan’ireo olona roa. Rehefa izany dia nantsoina ny finday teny amin’izy ireo ary teo no nahafantarana fa zavatra hafa mihitsy no nitranga. Ireo jiolahy no namaly ary nilaza fa mila vola roa hetsy ariary ho solon’ireo takalonaina. Nampahafantarina avy hatrany ny fianakavian’ireo roa lahy ary omaly dia efa nandeha ny fifanarahana. Nangataka ireo jiolahy ny handefasana ny vola amin’ny alàlan’ny finday ihany ary nandà ny sosokevitry ny fianakaviana ny hanatona azy ireo mba hanomezana an-tànana ny vola. Hafahafa ihany ny fitrangan’ity raharaha ity…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Zandarimariam-pirenena : Zana-kazo 1500, nambolena ho an’ny taranaka

Zandariamaria mamboly hazo ho fitsinjovana ny ho avy mirindra ho an’ny taranaka. Teny filamatra nentin’ireo teo anivon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, nandritra ny fambolen-kazo, teny Miantsoarivo Tsiazompaniry, ao amin’ny kaominina Ambohimiadana, Andramasina, ny zoma lasa teo. Zana-kazo kininina  1500 no novolena. Ireo zandary miasa eo  anivon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria-pirenenena, ny avy amin’ny FIGN ary ny CFS Ivato no niara-nientana namboly ireo hazo ireo, niaraka tamin’ny  fikambanana TSARAFARA, ny Kaominina ary ny Ministeran’ny Tontolo Iainana. Nandritra ity fotoam-pambolen-kazo ity no nanentanan’ny Sekereteram-panjakana  miadidy ny Zandarimariam-pirenena, ny Jeneraly Paza Didier Gérard, ny olom-pirenena tsirairay avy sy ny minisitera isan-tsokajiny mba ho tonga hamboly hazo eto Tsiazompaniry ho fiarovana ny tontolo iainana, izay hita sy tsapa fa mihasimba tsikelikely noho fisian’ny doro tanety sy fitrandrahana ireo ala misy. Marihina fa mbola toerana maro manerana ny Nosy no hanaovan’ny Zandarimaria hetsika fambolen-kazo ho fandraisana andraikitra miaraka amin’ny vahoaka ho fiarovana ny tontolo iainana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mahitsy : Voasambotra ny enina tamin’ireo « bande des 8 », jiolahy mpampihorohoro

Jiolahy enina rain-dahiny amin’ny fanafihana mitam-piadiana, no voasambotry ny zandary misahana iny faritr’i Mahitsy iny ny faran’ny herinandro lasa teo. Araka ny fanazavana azo, dia isan’ireo mpikambana ao amin’ilay fikambanan-jiolahy fantatra amin’ny hoe « bande des 8 », anisan’ireo nampitondra faisana ny teny amin’iny faritra iny ireto voasambotra ireto. Ireo olona izay fantatra fa avy nivarotra sy nahalafo omby no matetika lasibatra amin’izany. Efa maty paika tanteraka mantsy ny tetik’adin’ireto andian-jiolahy ireo, satria dia izy ireo mihitsy no milatsaka ho mpanelanelana na « ira-kely », araka ny fiantson’ny mponina azy any an-toerana, eo amin’ny mpivarotra sy mpividy. Fantatr’izy ireo amin’ny antsakany sy andavany araka izany izay olona nivarotra ka nahalafo ny ombiny, ary dia tongavany any an-tranony ny alina. Toy ilay nitranga tao Ambohimilemaka, Mahitsy, roatokom-bolana lasa teo izay. Mpivady izay fantatr’izy ireo fa mipetra-drery ary avy nahalafo ny omby no notafihany tao an-tranony. Efa fantany tsara anefa ireo varavarana sy varavarankelin’ny trano ka samy efa nisy jiolahy niambina tamin’izany. Iny vao nivoaka handeha hiantso vonjy ireto mpivady ireto no nasian’izy ireo tamin’ny famaky, ka ilay vehivavy no naratra mafy, voa teo amin’ny lohany. Tsy izay ihany anefa fa, efa maro ireo tokantrano no efa lasibatr’ity « bande des 8 » teny Mahitsy sy ny manodidina. Ary izay fanjakan’ny tsy fandriampahalemana any an-toerana izay indrindra no nanosika ireo zandary misahana iny faritra iny hanatanteraka hetsika ho famongorana izany. Efa nanomboka tamin’ny 22 febroary teo izany hetsika izany, ary izao efa nahazoana vokatra izao sahady. Raha ny fantatra, dia mbola misy olona roa karohina fatratra amin’izao fotoana izao, naman’ireto efa tratra ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Faritra Analanjirofo : Vokatry ny rivodoza ankizy telo maty an-drano

Efa nahafaty olona sahady tao Maroantsetra ilay rivodoza Enawo, raha vao niditra an-tanety, omaly. Raha ny angom-baovao avy tany an-toerana sy ny vaovao azo avy tamin’ny komitin’ny vonjy taitra ao amin’ny Faritra Analanjirofo tarihan’ny lehiben’ny faritra Ramaroson Jacques, dia ankizy 03 no maty an-drano, ka ny iray tao amin’ny fokontany Andranomahitsy kaominina Manambolo raha niampita rano tamin’ny lakana, ny roa izay 8 taona sy 15 taona tao amin’ny amin’ny kaominina Ambinanitelo raha mbola variana nilalao rano tao anatin’ny fotoan’ny rivodoza. Samy efa hita avokoa ireto ankizy maty an-drano ireto raha ny vaovao azo. Fantatra ihany koa fa maro ny sekoly simba ka isan’izany ny Epp sy ny Ceg ao amin’ny kaominina Manambolo; olona 5 ihany koa voatery naiditra toeram-pitsaboana noho ny fahavoazana nahazo azy ireo, tamin’ny fianjeran’ny tranony. Ankoatra izay dia, voalaza fa maro ny trano simba tamin’izao fandalovan’ny rivodoza izao, manginy fotsiny ireo fambolena toy ny jirofo izay ao anatin’ny famoazany izao, sy ny lavanilina izay miandry fotsiny ny datim-piotazana azy atsy ho atsy…

Malala Didier