Les actualités à Madagascar du Samedi 08 Février 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara6 partages

MEF : Conférence budgétaire à Morondava

Le ministre de  l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto, et le DG du Trésor, Ihaja Ranjalahy, ont rencontré  le personnel de la Trésorerie générale de Morondava.

Autres temps autres mœurs. Le ministère de l’Economie et des Finances (MEF) fait dorénavant preuve de sérieux et de rigueur dans le processus de préparation de la loi de finances. Ce département-clé de l’économie a organisé hier à Morondava une conférence budgétaire. Il s’agissait d’une réunion générale qui a permis aux hauts dirigeants, cadres et autres personnels du ministère d’échanger et de préparer leurs prévisions budgétaires pour l’exercice à venir. Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandranto était sur place pour diriger cette conférence d’une importance capitale pour la préparation de la loi de finances. Le Grand argentier a également profité de l’occasion pour discuter avec les différents services régionaux du ministère, dont la Trésorerie générale de Morondava (photo).  A propos du trésor public, justement, son DG a démenti une fois de plus les rumeurs qui font état d’une externalisation des services. Aucune décision officielle relative à cette externalisation n’a jamais été prise. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

7 février 2020 : Cérémonie sobre à Ambohitsorohitra

Commémoration du 7 février, cérémonie sobre à Ambohitsorohitra. (Photo : Kelly)

« Les sacrifices des martyrs ne seront pas vains ». C’est ce qu’a réitéré le président Andry Rajoelina hier durant la cérémonie commémorative de la tuerie du 7 février. Comme chaque année, le numéro Un de la « révolution orange » est revenu sur le lieu de la fusillade à Ambohitsorohitra, où une cérémonie très sobre a été organisée hier à la mémoire des 48 victimes, ainsi que des centaines de blessés. Le chef de l’Etat a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle du 7 février. Onze ans après, les fidèles partisans du mouvement populaire de 2009 et les proches des victimes regroupés au sein de l’association AV7, gardent encore la ferveur et la conviction.

Preuve de solidarité. Une centaine d’entre eux étaient présents à Ambohitsorohitra hier, tous vêtus de blanc. Et ce, en guise de respect à ceux qui ont perdu la vie pendant cette tuerie. Tous sont d’accord sur le fait que onze ans après les évènements de 2009, les changements escomptés n’ont pas encore été atteints. Le président Andry Rajoelina a incité tout un chacun à faire preuve de solidarité pour y parvenir. « Afin d’honorer la mémoire des victimes, il est de notre devoir de se donner la main, et d’avancer ensemble pour mener le pays sur la voie de l’émergence », a-t-il soutenu. Après la cérémonie à Ambohitsorohitra, ceux qui sont venus commémorer la tuerie du 7 février se sont donnés rendez-vous au Rova d’Ambohimanga pour un reboisement.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Épidémie de coronavirus : Le rapatriement des étudiants malgaches n’est pas encore envisageable

Une trentaine de journalistes malgaches sont venus s’informer sur la situation du nouveau coronavirus à l’Ambassade de Chine à Nanisana. (crédit photo : Kelly)

Lors d’une conférence de presse à l’ambassade de Chine à Nanisana, l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Madagascar, SEMme YANG Xiao Rong, a expliqué que le gouvernement chinois met tout en œuvre pour empêcher ce virus de passer les frontières, et qu’à l’heure actuelle, aucun malgache en séjour en Chine n’a encore contracté ce virus. Toutefois, leur sécurité est primordiale et il n’existe pas encore de vol pour les rapatrier au pays. 

« Les étudiants et les touristes étrangers qui séjournent  en Chine actuellement sont bien protégés face à ce virus car, nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour garantir leur sécurité. D’ailleurs, à Wuhan [épicentre de cette maladie, Ndlr], un numéro vert a été mis en place rien que pour les étrangers. Le gouvernement chinois accorde énormément d’importance à la santé et à la sécurité des ressortissants étrangers établis en Chine », a rassuré d’emblée l’ambassadeur de Chine à Madagascar. Sur place, des hôpitaux ont été construits en un temps-record ; l’armée chinoise a reçu l’ordre de participer à la lutte ; tous les experts sont à pied d’œuvre pour l’élaboration d’un vaccin ; le tourisme y est suspendu ; et toutes les informations concernant cette épidémie sont partagées avec les entités internationales afin de trouver une solution dans les plus brefs délais. Par ailleurs, l’OMS représentée par le Pr. Charlotte Faty Ndiaye a félicité le gouvernement chinois pour toutes les mesures impressionnantes qu’il a prises mais aussi, pour sa transparence à travers sa décision de partager les informations et le génome du virus aux experts internationaux. L’ambassade de Chine à Madagascar a ainsi encouragé le calme et le respect des recommandations de l’OMS. « Les mesures prises par le gouvernement chinois jusqu’ici ont donné des résultats positifs. La preuve est le peu de cas encore relevé en dehors de la Chine à cet instant. Par ailleurs, nous demandons à  la communauté internationale de voir cette épidémie de manière rationnelle», a fait savoir l’ambassadeur.  D’ailleurs, la Chine possèderait toutes les capacités requises pour endiguer cette épidémie du coronavirus.

Rentrer n’est pas une option.  Pour l’heure, on ne peut encore dire que le nouveau coronavirus représente une pandémie puisqu’il ne touche que quelques pays du monde. Selon la représentante-résidente de l’OMS, « l’organisation n’a pas recommandé la suspension des trafics aériens et maritimes entre la Chine et les autres pays. Toutefois, chaque nation est libre selon sa souveraineté de choisir de suspendre temporairement les trafics en fonction de sa capacité à faire face à ce virus ». Et comme pour l’instant, les vols entre la Chine et Madagascar sont suspendus, les étudiants qui souhaitent rentrer au pays sont donc obligés de rester sur les lieux malgré les inquiétudes de leurs parents.

Comparé à l’Ebola qui affiche un taux de mortalité de 40%, le 2019-nCoV a un taux de mortalité de 2,1%, soit un peu plus que le taux de mortalité pour la grippe. Le nouveau coronavirus serait donc moins dangereux que certaines maladies, et ce même si on dénombre actuellement une centaine de décès sur 7711 cas confirmés. Toutefois en ce moment, il n’existe encore aucun remède à cette maladie, et c’est ce qui inquiète le plus la population mondiale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara3 partages

Reconnaissance du Coronavirus : Les laboratoires africains formés à Dakar 

Des experts issus de laboratoires dans 15 pays d’Afrique participent actuellement à Dakar dans le cadre d’un atelier international de formation au diagnostic de laboratoire du coronavirus responsable de l’épidémie apparue en Chine. L’Institut Pasteur de Dakar (IPD), l’un des deux centres de référence en Afrique pour la détection du nouveau coronavirus par analyse d’échantillon, est le hôte de cette rencontre. L’autre établissement de référence est   l’Institut national des maladies transmissibles (NICD), en Afrique du Sud.

Plusieurs équipes scientifiques et techniques de laboratoires issus d’une quinzaine de pays africains sont ainsi dans la capitale sénégalaise pour cette rencontre de première importance en vue de riposter le plus efficacement possible face à l’assaut du coronavirus, notamment dans la reconnaissance du 2019-nCoV. Les personnels des laboratoires sont ainsi dotés, à travers cet atelier international, d’une capacité de diagnostic de haut niveau qu’ils peuvent mettre en pratique dans leurs propres laboratoires. La formation consiste à utiliser les tests qui se basent sur l’ADN du virus, permettant de le dépister avec certitude. Dans le processus du diagnostic de laboratoire, il est ainsi primordial de disposer du matériel génétique du virus.

Représentation. Madagascar ne figure pas parmi les pays représentés à cette rencontre, si l’on se réfère à la liste des pays d’où sont issus les laboratoires participants. En réalité, celle-ci réunit des laboratoires dont la présence se justifie par leur niveau de performance, tout en respectant la représentation géographique régionale. C’est ainsi que des laboratoires issus de cinq pays d’Afrique de l’Ouest, à savoir le Sénégal, pays hôte, la Gambie, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria sont présents à cette rencontre, ainsi que trois pays d’Afrique de l’Est : le Kenya, l’Ethiopie et l’Ouganda ; trois pays du Maghreb : le Maroc, l’Egypte et la Tunisie ; trois pays d’Afrique centrale : le Cameroun, la RDC (République démocratique du Congo) et le Gabon. La Zambie est le seul pays représentant l’Afrique australe.

Ce mois de février, l’IPD organisera une autre formation du même type, cette fois destinée aux pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Hasimpirenena – Ludovic Adrien : Demande de démission d’office pour les deux députés en prison

Hasimpirenena

Quatre dossiers concernant l’Assemblée nationale sont en instance auprès de la HCC.

Projet d’arrêté portant modification de certaines dispositions de l’arrêté n°88-AN/P du 21 mars 2003, fixant la structure et les missions des Services de l’Assemblée nationale ; Projet d’arrêté portant création, organisation, attributions et fonctionnement du Comité de coordination générale des projets de l’Assemblée nationale. Ce sont les deux textes soumis au contrôle de la HCC par la présidente de la Chambre basse le 4 février 2020.

Mandat d’arrêt et suspension. Deux jours après, Christine Razanamahasoa a de nouveau saisi le juge constitutionnel « aux fins de nomination des successeurs de députés déclarés démissionnaires d’office ». Il s’agit, croit-on savoir de Hasimpirenena Rasolomampionona, député IRD élu dans le district de Fandriana et de Ludovic Adrien Raveloson dit Leva, député indépendant élu dans le district de Mahabo. Les deux édiles sont respectivement placés en détention préventive à Antanimora et Morondava. Le premier s’est vu refuser plus d’une fois sa demande de mise en liberté provisoire tandis que le second vient de bénéficier d’une LP qui devait être aussitôt remise en cause. Un mandat d’arrêt vient même d’être décerné à l’encontre de Leva qui est activement recherché par les forces de l’ordre en multipliant les barrages le long de la RN7. Une enquête a été ouverte. Le Procureur général près la Cour d’Appel de Toliary  et le Substitut général ont été suspendus.

Ludovic Adrien

Résolution. On se souvient que les députés avaient adopté une résolution réclamant la libération des deux élus. Aujourd’hui, la présidente de l’Assemblée nationale demande à la HCC de les déclarer « démissionnaires d’office » en application du règlement intérieur de la Chambre basse qui prévoit que « lorsqu’un membre de l’Assemblée nationale manque au cours de son mandat à la totalité des séances de l’une des deux sessions ordinaires, sans excuse valable admise par l’Assemblée nationale, il est déclaré démissionnaire d’office par cette dernière. Sont considérées comme excuses valables : la maladie attestée par un certificat médical délivré par un médecin exerçant dans un hôpital public ; une mission officielle ; les événements familiaux ».

Réintégration.  Force est de constater que la détention préventive ne figure pas parmi les « excuses valables ». Reste à attendre dans quel sens va statuer la HCC qui a été également saisie hier par Christine Razanamahasoa « aux fins de réintégration au sein de l’Assemblée nationale de Volahaingo Marie Thérèse, ministre non reconduite ». Suspendue d’office de son mandat après sa nomination dans le gouvernement sortant, l’ex-ministre de l’Education nationale veut retrouver les bancs de Tsimbazaza.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara1 partages

Sambava : Talena orinasa tratry ny sinto-mahery, voaendaka finday avolenta

Ny alin’ny asabotsy teo, talena orinasa iray no lasibatry ny mpanao sinto-mahery tao amin’ny Fokontany Ambodisatrana Sambava tampon-tanàna, ka lasan’ny olon-dratsy ny finday avolenta. Taorian’izay, nametraka fitoriana teny amin’ny mpitandro filaminana ny niharam-boina, ka rehefa nataon’ny Zandarimaria any an-toerana ny fanarahana izany finday izany tamin’ny alalan’ny « GPS » niampy ny tetikady matipaika rehetra, dia tra-tehaka tamina lehilahy iray izay monina ao Moratsiazo Fokontany Antaimby, Kaominina renivohitra Sambava io finday io. Taorian’izay, rehefa nosavain’ny zandary ny tranon’ity lehilahy ity, dia nahitàna entana halatra maro isan-karazany toy ny : « Matelas éponge » mbola vaovao, « Écran plat », « Panneau solaire », . . . Ary nahitana rongony miisa 42 fonosana ihany koa tao. Nandritra ny famotorana nataon’ny mpitandro filaminana, niaiky ny heloka vitany ity jiolahy. Ary efa tafaverina tamin’ny tompony ilay finday raitra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Direct Aid : Un second don d’une valeur de 56 millions d’ariary

Direct Aid a apporté une seconde contribution aux sinistrés.

Chose promise, chose due. Une semaine après le premier don d’une valeur de 193 millions d’ariary en faveur des sinistrés, l’ONG Direct Aid a remis un second lot  constitué de 350 sacs de riz, 97 cartons d’huile alimentaire à raison de 12 bouteilles par carton ; 47 sacs de sucre ; 73 cartons de lait concentré à raison de 48 boîtes par carton. Une nouvelle aide d’une valeur totale de 56 millions d’ariary de la part de cette ONG très active qui est présente dans la Grande île depuis plus d’un quart de siècle. Une longue présence qui lui a permis de s’imprégner de l’esprit du « voin-kava mahatratra ». Sans parler de sa dénomination qui signifie « aide directe ». Ce qui ne l’a pas empêché de passer par la voie officielle du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes, ou plus communément appelé BNGRC.

R.O

Midi Madagasikara1 partages

Alerte au coronavirus : Descente de gendarmes dans une usine chinoise 

Psychose à Ambohidratrimo à la suite d’une alerte lancée par un internaute. Ce dernier a affirmé qu’un chinois porteur du coronavirus a été caché par ses compatriotes dans leur usine. La situation n’a pas été prise à la légère et des éléments de la gendarmerie ont été dépêchés sur place. Plus de peur que de mal, les gendarmes ont rassuré à travers un communiqué. « La suspicion d’un cas de coronavirus d’un Chinois caché par ses pairs à Ambohidratrimo, selon une alerte qui nous est parvenue jeudi dernier, n’est pas fondée. Notre descente sur terrain avec l’assistance des agents du ministère de la Santé et l’expertise des médecins spécialistes n’a pas confirmé ni l’existence ni la propagation du virus en question », a-t-on tiré de la publication. En tout cas, une pareille réactivité montre bien que les autorités ne négligent pas les mesures nécessaires pour faire face à une éventuelle entrée sur le territoire du coronavirus. Un numéro vert (910) a été mis en place à disposition du public sur tout le territoire pour tout renseignement lié au virus. Un mois déjà que le pays vit au diapason du monde, avec la même crainte que le coronavirus débarque à l’intérieur des frontières. Les plus préoccupés sont les parents des étudiants malgaches en Chine qui demandent le rapatriement de leurs enfants. L’ambassadeur sur place rassure qu’aucun ressortissant malgache en Chine n’est atteint du virus pour le moment. Ces derniers, quant à eux, sont condamnés à rester dans leur appartement depuis maintenant vingt jours, et demandent à être hébergés dans les locaux de l’ambassade de Madagascar à Pékin. Avec une interdiction stricte de sortir, les repas sont commandés sur internet et les livreurs sont les seuls autorisés à circuler dans les rues. Le budget repas commence à peser lourd pour les étudiants. Raison pour laquelle ils demandent également un regroupement pour alléger les dépenses. Sur un tout autre plan, le coronavirus risque d’affecter le tourisme à Madagascar, étant donné que les touristes chinois occupent la seconde place des visiteurs de la Grande île. Les opérateurs dans le domaine essaient d’être optimistes et croisent les doigts pour que ce virus soit rapidement maîtrisé.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Propriété foncière : 32 000 titres à attribuer cette année 2020

Attribution de titres fonciers à Manajara, district Ambohidratrimo, région Analamanga.

La sécurisation foncière est un des grands défis actuels du gouvernement. Pour cette année, le ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux publics compte sortir 32 000 titres fonciers. Une première campagne d’attribution de titres a déjà été lancée dans la commune Manajara, district Ambohidratrimo de la région Analamanga, le 5 février dernier. A l’occasion, 500 titres fonciers ont été délivrés aux propriétaires de terrains pour qu’ils puissent jouir de leurs droits en tant que propriétaires légaux. En effet, le titre foncier est la preuve irréfutable qu’un individu est bien le propriétaire légitime et légal d’un terrain. D’après le service des domaines, la campagne actuellement menée s’inscrit également dans le cadre des efforts menés pour réduire les cas de litiges fonciers et d’escroqueries dans ce secteur d’activité. A noter que la sécurisation foncière représente une grande préoccupation pour la population, surtout dans le monde rural, où les grands investissements se multiplient aujourd’hui davantage.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Monja Roindefo : Présent à la commémoration du 7 février 2020

L’ancien Premier ministre et non moins président national du Monima, Monja Roindefo, a déposé une gerbe sur la stèle en la mémoire des martyrs de la tuerie du 7 février 2009, hier à Ambohitsorohitra. Il a lancé à cette occasion trois messages. Primo, le peuple en avait ras-le-bol du pouvoir de l’époque. Il a ainsi décidé de rallier le Palais présidentiel à Ambohitsorohitra. Secundo, onze ans après cette tragédie, le changement tant revendiqué par le peuple dans le temps n’a pas eu gain de cause. L’ancien Premier ministre de citer notamment que la population était plongée dans une extrême pauvreté et que la décentralisation effective n’était pas palpable. Et tertio, Monja Roindefo s’est dit prêt à jouer le rôle de médiateur entre les institutions et le peuple malgache. Notons également que le Parti Masters d’Alain Ramaroson a aussi déposé une gerbe sur la stèle du 7 février à Ambohitsorohitra.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Danse : Conférence et exposition à Analamahitsy 

Pour Belly Sid et son équipe, se déhancher est une mission. (crédit photo : Belly Sid)

« Dancehall Mada, Special Culture » est un événement de danse dancehall  organisé par la communauté Dance Soul Mada.  Ce genre de danse vient de la culture afro-jamaïcaine née dans les années 1970, qui a également sa musique et son mode de vie.

Le dimanche 9 février prochain, un « dancehall session » se tiendra au Street I Dance Studio Analamahitsy. Cette édition sera axée sur la culture. Au programme, une conférence sur le thème :

« Origine, Structure Dancehall », qui présentera toute la spécificité de la culture dancehall. Il est important de s’informer théoriquement sur tout ce qu’il y a autour.  Ensuite, une exposition des différents styles de dancehall tels que le « Dancehall old », le « Middle New School », le

« Dancehall Female », le « Dancehall Queen », et le « Latonya Style » seront  présentés.  Les sessions sont aussi des réunions autour desquelles chacun peut donner son avis. Le but est de faire évoluer cette danse.  Plusieurs groupes et écoles de danse participeront au show, parmi lesquels

« Overqueens », « SMK Obus School », « 261 vib’Z », « Miara-Dihy », « Street I Dance » (Belly Sid). « C’est cette union qui fera notre force et la différence par rapport aux autres sessions », a déclaré Belly Sid, l’organisatrice de l’évènement.

La communauté Dance Soul Mada existe depuis 2017, et est née d’une initiative des danseurs et danseuses de dancehall. Pour faire vivre le mouvement, elle organise régulièrement des évènements « Dancehall Session », « Tana Ina Di Vibes : workshop tournage vidéo ».

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les Barea à la recherche d’un nouvel équipementier

A l’approche de la reprise des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 de football, et du début des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2022, la Fédération malgache de football (FMF) lance un appel d’offre ouvert international pour le futur équipementier des Barea de Madagascar. « Le contrat liant la FMF à son équipementier Garman est arrivé à échéance. Restant dans l’objectif d’offrir les meilleures prestations aux joueurs de l’équipe nationale malgache, et de répondre  au mieux aux attentes de tous ses fans, la FMF sollicite des offres fermées de la part des soumissionnaires éligibles, et répondant aux qualifications requises, pour fournir des équipements aux différentes sélections nationales toutes catégories à Madagascar. L’équipementier sportif sélectionné devrait accompagner les bénéficiaires dans l’ensemble de toutes ses activités relatives au football ». Telle est la teneur de l’appel d’offre de la FMF publié hier. Les soumissionnaires devront déposer leur offre avant le 18 février 2020 à 10 heures. Non seulement la FMF cherche un nouvel équipementier, mais elle a également lancé un concours pour la modification de son logo. Une décision qui a été prise à la suite des résolutions soulevées lors de la conférence nationale sur le développement du football à Ivato fin janvier. La réception des dossiers s’étalera du 7 au 18 février à minuit. La somme de 1,7 million d’ariary sera attribuée aux trois premiers.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar :  Partenariat avec MasterCard pour la vulgarisation des technologies de paiements

Alexandre Mey, DG de la BNI Madagascar, et Mark Elliott, président de la division Afrique Australe de MasterCard, ont signé un accord en faveur de l’inclusion financière.

La BNI Madagascar confirme son statut de première banque de Madagascar. Elle prend une longueur d’avance  en matière de technologies de paiements innovants en signant un partenariat avec  MasterCard, le leader mondial en la matière. Un partenariat qui va prochainement permettre à la BNI Madagascar d’émettre des cartes prépayées aux entreprises, notamment à leurs collaborateurs qui voyagent fréquemment pour affaires à Madagascar et à l’extérieur.

Cette nouvelle étape de la collaboration entre les deux institutions a été marquée par une cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente, qui s’est tenue au siège de BNI Madagascar à Analakely, entre Alexandre Mey, directeur général de BNI Madagascar, et Mark Elliott, président de la division Afrique Australe de MasterCard. Pour BNI Madagascar, la vulgarisation des outils de paiements innovants avec un leader mondial en la matière est une pierre à l’édifice pour, d’une part, révolutionner davantage les services bancaires et financiers à Madagascar , et d’autre part, pour contribuer davantage à l’inclusion financière du pays. « Il s’agit pour nous d’offrir à nos clients un accès aux produits et services de paiements innovants, tout en combinant le meilleur de la technologie et du digital », selon Alexandre Mey. « L’inclusion financière est un point important de notre mission en tant que première banque malgache », a-t-il ajouté. Avant de conclure : « À travers un réseau très important, BNI dispose aujourd’hui du plus grand nombre d’agences à Madagascar. Nous avons aujourd’hui cette stratégie qui nous permettra demain, grâce à ce protocole d’entente et à la capacité d’innovation de MasterCard, de déployer tout un dispositif, une gamme de cartes qui sera mise à la disposition des particuliers et des entreprises. » 

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

Kiaka au Trass Tsiadana

Le groupe Kiaka sera sur la scène du Trass Tsiadana aujourd’hui à partir de 16 h. Décidément, ce lieu de vêpres et de bonne humeur veut changer les habitudes. Proposant ainsi des spectacles à des heures moins sombres. La bande à Nini sera donc comme chez elle en investissant ce cabaret dans un endroit assez discret de la capitale. « Ilay Mahantra », « Atolotro Anao » et ses slows qui ont fait sa renommée seront au menu. Kiaka, c’est l’un des groupes de rock les plus résistants de sa génération, avec une stabilité et une solidarité à toute épreuve. Les inconditionnels peuvent aussi se réjouir de retrouver leur idole pour se féliciter de la nouvelle année.

Funky en altitude avec Arison Vonjy

Sur les hauteurs de Faravohitra se trouve Fara West, un cabaret qui va accueillir Arison Vonjy, le crooner funky « en veux-tu, en voilà » du paysage musical malgache, ce soir à 20h. Ce chanteur est à classer dans la catégorie des « soit on aime soit on n’aime pas ». Ceux qui recherchent le style cérébral et léché, c’est l’occasion rêvé d’y être présent. Pour ceux qui sont en quête d’une ambiance relax et sans complexe, ce serait mieux de trouver ailleurs. Quoi qu’il en soit, Arison Vonjy possède déjà sa petite flopée d’inconditionnels. Ces derniers seront sûrement présents lors de ce spectacle hautement musical.

La diva Rijade dans la capitale

Un grand moment pour les fans, Rijade sera à l’affiche du Bônara Be aux 67 ha pour une des meilleures soirées de ce samedi 8 février à travers Antananarivo à partir de 20 h. Pour les novices, Rijade est celle qui a bousculé la « pensée dominante » et la morale puritaine avec son tube « Drako Hely ». Sorti vers la fin de l’année 2019, la diva a été obligée de retirer son titre des réseaux sociaux. Bref, une artiste des temps modernes, une beauté fatale, trash et disant haut et fort les réalités de la femme malgache. Tiraillée entre la précarité d’un pays, désormais dans le top 5 des plus pauvres au monde, et la pression sociale.

Fêt’art à l’Is’art Galerie

Une plongée dans l’art contemporain pour le « Fêt’art » chez Is’art Galerie ce jour à partir de 10 h, avec Baz’art d’abord, un genre de marché artisanal qui affole les « expats » habitués de ce lieu. A partir de 14 h, les choses sérieuses vont débuter avec des séries de performance pluridisciplinaire. Il y aura de la danse, de la poésie, des sketchs, de la musique… Ensuite, il y aura des projections de documentaires. Le gros de l’évènement se tiendra à 19 h 30 avec les prestations des artistes comme Drwina, Teddy Prezeau, Kristel…. L’Is’art Galerie sera l’endroit « in » de ce week-end pour ceux ou celles qui veulent une ambiance particulière.

Maminirina Rado/Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Funérailles de Jacob Andriambelo : Obsèques émouvantes

La levée du corps de Jacob Andriambelo a eu lieu à son domicile Lot II K 60 Ter- Villa JAYO, Mahatony Ivandry, hier, suivie de deux cultes d’action de grâce aux temples Tranovato d’Ambatonakanga et FLM Vinaninkarena Antsirabe. Son inhumation s’est tenue au caveau familial de Andohamandry Vinaninkarena. Obsèques émouvantes pour cette grande figure de la presse malgache. De hautes personnalités sont venues pour lui rendre un dernier hommage. Il s’agit, entre autres, du ministre Hajo Andrianainarivelo et du  professeur Raymond Ranjeva. L’on a remarqué également la présence de Sophie et d’Annick Ratsiraka. Les journalistes doyens étaient aussi venus nombreux pour rendre un dernier hommage à leur pair.

Icône. Faut-il rappeler que Jacob Andriambelo est diplômé de l’école supérieure de journalisme de Paris. Il a forgé ses armes dans le journal « Le Courrier de Madagascar », avant d’écrire dans le journal « Madagascar Matin » en tant que rédacteur en chef puis directeur. Il a aussi travaillé dans le journal « L’observateur ».  Malgré sa plume très appréciée dans le milieu journalistique, il est resté humble. Ce départ de cette icône du journalisme vers un monde meilleur a laissé un grand vide au sein du média malgache. En tout cas, ses écrits restent.

Dominique R.   

Midi Madagasikara0 partages

Football – Championnat Analamanga : UscaFoot cartonne

Les huit équipes qualifiées pour les quarts de finale du Championnat Analamanga de football sont connues, à l’issue des matchs retards de la onzième journée qui se sont déroulés ce jeudi au stade d’Akamasoa à Andralanitra. Cependant, l’Uscafoot ne disputera plus de matchs puisqu’elle est désormais la première équipe qui représentera la ligue au Championnat national, avec ses 32 points récoltés durant la phase des éliminatoires. Tandis que l’équipe championne à l’issue de cette phase finale rejoindra l’équipe de la Commune Urbaine. Cette prochaine étape se jouera ce lundi au stade des Elgeco Plus Bypass. Voici les confrontations pour ces quarts : MI20 FC contre Cospn, Disciples FC contre As Jet Mada, CFFA contre CNaPS Sport, et CFTFC contre Five FC

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ambanja : Raim-pianakaviana nisarahan’ny vadiny, maty namono tena

Lasa lamaodin’ny olona sasany tsy mahazaka onjam-piainana sy olana ara-pitiavana ankehitriny ity mamono tena ity. Tovolahy iray no hita maty an-drano, tao amin’ny Fokontany Mahalony, Kaominina ambanivohitra Ankatafa, Distrikan’ Ambanja, afak’omaly. Araka ny vaovao voaray, rehefa nisarahan’ny vadiny ity raim-pianakaviana tanora vao herotrerony ity, ny asabotsy teo, fa nanaraka lehilahy hafa ramatoa, dia namoy fo tanteraka izy satria tsy zakany ny nandaozam-badiny azy, ka namono tena nitsambikina avy teny ambony tetezana tao amin’ny reniranon’i Sambirano ity tovolahy ity, ary tany dia nilentika na dia nokarohana fatratra aza. Efatra andro taty aoriana vao hita ny razana; izay efa nanomboka simba tanteraka.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Interdiction de sortie du territoire : Ny Rado Rafalimanana convoqué par la police

Ny Rado Rafalimanana a défrayé la chronique ces derniers jours.

Le feuilleton Ny Rado Rafalimanana est loin d’être clos. Alors que celui-ci se rendait dans la région d’Alaotra Mangoro dans l’intention d’apporter de l’aide aux sinistrés des intempéries, qui ont secoué certaines parties de l’île ces derniers temps, une mesure d’interdiction de sortie du territoire a été prise à son encontre. Hier dans la matinée, Ny Rado Rafalimanana a tenu à Anosy une conférence de presse au cours de laquelle il a raconté les péripéties de ses déplacements dans la région d’Alaotra Mangoro, en particulier dans la commune de Tanambe, district d’Amparafaravola. Une occasion également pour ce président de l’ONG « Ny Fanahy Maha-Olona » de faire savoir qu’il sollicite actuellement des rencontres avec le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie et le ministre des Affaires étrangères.

Notification. Hier, Ny Rado Rafalimanana a reçu une convocation l’invitant à se présenter le 11 février prochain auprès du service de la surveillance du territoire à Anosy. Ce serait à cette occasion qu’il serait notifié du motif de la mesure d’interdiction de sortie du territoire prise à son encontre. A rappeler que les éléments de la Gendarmerie nationale de la région Alaotra Mangoro ont accusé Ny Rado Rafalimanana de refus d’obtempérer aux mesures de contrôle imposées aux usagers des routes qu’il a empruntées au cours de ses déplacements dans l’Alaotra Mangoro. Une accusation que le président de l’ONG « Ny Fanahy Maha-Olona » a nié en bloc. A l’allure où vont les choses, Ny Rado Rafalimanana sera bientôt fixé sur son sort. Pour le moment, il ne peut pas sortir du territoire de Madagascar.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimahasoa : Nifandona ny dahalo sy ny zandary, basy Mas36 iray azo

Vao nahita ireo zandary mpanao fisafoana ireo olon-dratsy, avy hatrany dia nanao tifitra variraraka. Na izany aza anefa, efa za-draharaha ireo mpitandro filaminana ka afaka niala ireo balan’ny jiolahy ary namaly tifitra. Resy tosika ireo dahalo ka nandositra. Tavela teo ny basy iray, Mas36 niaraka tamin’ny bala roa « calibre 7,5mm ». Teo amin’ny toerana antsoina hoe Andoharana, fokontany Tsimanavakavana, kaominina Befeta, distrikan’ Ambohimahasoa no nitrangan’ity fifandonana mahery vaika ity, ny harivan’ny alarobia lasa teo. Araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny zandary, dia nidina nanao asa fitsidiham-paritra sy fisafoana ireo tanàna tany amin’iny faritra iny ny zandary avy ao amin’ny zana-tobim-paritra Befeta. Tamin’izany no nifanenan’izy ireo tamin’ andian’olona mirongo basy. Vao nahatazana fotsiny moa ireto farany, dia nihantsy ady avy hatrany. Sendra ny nahay noho izy ireo anefa ka nanao tari-dositra nitsoaka, namela ilay fitaovam-piadiana mahery vaika teo. Efa mandeha ny fanadihadiana amin’izao, hikarohana ireo jiolahy ireto, fa indrindra ihany koa hahafantarana ny niavian’izany basy izany. « Ny fantatra hatreto, dia tsy anisan’ny an’ny zandarimariam-pirenena izy io », hoy hatrany ity fampitam-baovao ity. Ho hita eo ihany araka izany ny mety ho tohiny.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Activités illicites dans les aires protégées : Le MEDD attire l’attention sur les alternatives écono...

Faire de l’Aire protégée Menabe Antimena un modèle en termes de conservation, un défi signé ministère de l’environnement et du développement durable.

Les scientifiques font savoir que « l’ensemble de la forêt du Menabe central risque de disparaître complètement avant 2050 si le rythme actuel de déforestation continue ». Une annonce pris au sérieux par les acteurs oeuvrant dans le domaine de la conservation des biodiversités. C’est d’ailleurs, ce qui a été avancé durant le dialogue national multi-acteur sur les forêts sèches de Madagascar organisé à Ankorondrano jeudi dernier. Un événement d’envergure national qui avait pour objectif principal de « mobiliser l’Etat central, les partenaires techniques et financiers, ainsi que les organisations de la société civile à s’engager à prendre les mesures stratégiques et politiques en soutien à la stratégie régionale pour la réduction des pressions sur l’Aire Protégée Menabe Antimena (APMA) ». Ce, compte tenu de la situation actuelle dans ladite aire protégée. Et les menaces sont plus que présentes, les activités de défrichement et les activités économiques illicites comme la culture de maïs et d’arachide – de vraie filière économique – font que les effets du changement climatique se font ressentir au niveau régional. Entre autres, un manque considérable de pluie ou encore une importante augmentation de la température.

Stakeholder engagement. Le ministère de l’environnement et du développement durable opte pour une approche impliquant l’engagement des parties prenantes. Comme l’a fait savoir Vahinala Raharinirina « il est important que les populations locales trouvent plus d’intérêts dans la conservation que dans leurs activités illicites opérées dans les aires protégées ». En d’autres termes, les populations vivant à bord des aires protégées devraient « être amenées à comprendre les avantages offerts par la conservation ». Ainsi, le ministère de tutelle entend mettre en place des « alternatives économiques durables » à la place des pressions engendrées par les activités humaines. La culture de maïs et d’arachide qui sont opérées illicitement dans les aires protégées constituent de véritable filière économique. Le défi réside donc dans la capacité du ministère et de ses partenaires de persuader les populations locales à se tourner vers d’autres choix. Ce qui ne pourrait être fait que par l’adhésion de toutes les parties prenantes à une même et unique « vision nationale ». Ce à quoi la ministre de l’environnement et du développement durable fait appel « à la collaboration de tout un chacun à conserver ce qui nous reste comme richesses naturelles ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : 1 000 Ar kapoakan’ny vary 

12 andro taorian’ny andro ratsy niteraka tondradrano tany amin’ny Distrikan’i Tsaratanàna iny. Noho ny fanararaotana ataon’ireo mpivarotra, dia miaka-bidy avokoa ankehitriny ireo entana ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro. Raha ao Tsaratanàna renivohitra ohatra, arivo ariary ny vary iray kapoaka, tafakatra 1 100 ariary kosa izany any ambanivohitra, toy ny ao Bekapaika. Manoloana izao fiakaram-bidy izao, sahirana sy velon-taraina ny vahoaka, ka manao antso avo sy manaitra ny tompon’andraikitra mahefa izay voakasik’ izany, mba hijery akaiky ny zava-misy fa mitady tsy ho zaka intsony ny vidim-bary.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Depioté « wanted », rakotra « barrage » ny lalana

Solombavambahoaka iray, lany tamin’ny anaran’ny tsy miankina tao amin’ny distrikan’i Mahabo, Atoa Ludovic Adrien Raveloson, antsoin’ny maro amin’ny anarana hoe « Leva » no fantatra fa namoahana didy fampisamborana indray ary karohin’ireo mpitandro filaminana fatratra amin’izao. Heverina ho nihazo iny lalam-pirenena fahafito iny ity olom-boafidy ity, araka ny angom-baovao azo, ka nampitomboina, nanomboka omaly, ny sakana sy fisavàna atao amin’ireo fiara rehetra izay mandalo sy mindrana iny lalam-pirenena iny.

Tsiahivina, fa efa nampidirina am-ponja tao Morondava ny depiote Leva, volana vitsivitsy lasa izay. Izany dia noho izy voarohirohy tamina resaka fitrandrahana ala an-tsokosoko sy tsy ara-dalàna, niampy fanamparam-pahefana. Voalaza ihany koa aza fa toa hoe mbola misy raharaha hafa nitranga tamin’ny taona 2016 nahavoarohirohy azy ary miandry ny fampakarana izany eo anoloan’ny fitsaràna. Tao anatin’izay fitanana azy teny am-ponja izay dia voalaza fa efa maro ireo fangatahana fahafahana vonjimaika nataony saingy nolavin’ireo mpitsara hatrany hatrany izany hatreto. Ny alakamisy lasa teo anefa, dia fantatra fa neken’ny Fitsaràna tao Toliara ilay fangatahana fahafahana vonjimaika. « LP » izay ahiahian’ny maro ho azo tamin’ny fomba tsy dia mazava loatra. Anisan’ny antony, namoahana indray ity didy fampisamborana ny depioten’i Mahabo ity. Andrasana araka izany ny mety ho tohin’ny raharaha …

nangonin’i m.L

dep08mk……………………………. 5 modules

Midi Madagasikara0 partages

Fitsirihana fiara tampotampoka : Fiaram-panjakana  roa tratra tsy nisy taratasy sy “visite téchnique”

Fiara  hatrany amin’ny 1417  tany ho any no voasava tao anatin’ny fitsirihana tampotampoka notanterahan’ny Foibe fitsara fiarakodia, niaraka tamin’ny zandarimariam-pirenena, nandritra ny efatr’andro izay. 498 tamin’ireo no fantatra, fa nahitana tsy fahatomombanana, fiara 80 kosa no tsy maintsy nampidirina “fourrière”. Tratra tamin’ity fisavana tampotampoka ity ihany koa ny fiaram-panjakana  roa; izay voalaza fa tsy nanana taratasy mahakasika ny fiara ary ambonin’izay dia tsy mbola nandalo fitsirahana ara-tekinika hatramin’izay.  “Nandraisana fepetra avy hatrany, toy ny fiaran’olon-tsotra ihany koa izy io” hoy ny tatitra azo avy tamin’ireo tompon’andraikitra. Fa ankoatr- an’io dia mbola nahatrarana fiara iray izay ahiahiana no nanao hosoka ihany kosa, nandritra izay fisavana izay ary hanokafana fanadihadiana.

Nanomboka ny alatsinainy teo ity fidinana ifotony, nanaovana fitsirihana tampoka teny an-dalambe ity, teto Andrenivohitra. Nandritra izany moa no  fantatra, fa maro tokoa ireo tsy fahatomombanana hita tamin’ireo fiara, anisan’izany ny faharatsiana na anatiny na ivelany, ny fiara mamoaka setroka tafahoatra, ny fiara karetsaka mampiasa solika alefa mivantana amin’ny bidao na tavoahangy, ny tsy fananana taratasy na ny fampiasana hosoka, sns. Ary saika ireo fiara mpitatitra entana (biriky, hazo, fasika, …) eto Andrenivohitra, dia “tsy manana visite téchnique na taratasy ny ankamaroany”. Milaza ny ho hentitra tanteraka ireo tompon’andraikitra amin’izany amin’ny alàlan’ny Foibe fitsarana fiara, ary tsy hamindrafo  na amin’iza na amin’iza. “Tsy ekena ny fanelanelanana (intervention) mba hisian’ny fifamoivoizana hieren-doza” hoy hatrany ny voarakitry ny tatitra azonay.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Amparafaravola : Renim-pianakaviana nalaina jiolahy  ankeriny, maty voatapa-tenda

Rehefa nalain’ireto  jiolahy ireto avokoa ny vola, ny  vata fahitalavitra, ny entana sarobidy  rehetra tao an-trano  dia nofatorany izy   efa- mianaka ary nentiny nanaraka azy ireo ilay renim-pianakaviana rehefa tsy afapo tamin’ny vola azony ireo jiolahy  .Tsy lavitra ny tanàna anefa, dia nendahany ny akanjon’ilay renim-pianakaviana dia notetehany sabatra  ny hatony ka tapaka ny tendany, niboraka ny atidoha ,ary mbola nokapainy indray mandeha tamin’ny lamosiny ka niboraka ny nofo ,nandriaka ny rà .Tao amin’ny fokontany Antanandava kaominina Morarano chrome no nitrangan’izao habibiana izao, ny  5 feboroary 2020 tokony ho tamin’ny 11 ora alina izay misy fianakaviana 5 mianaka  izay niakaran’ireto jiolahy mirongo basy sy sabatra  ny toknatrano  misy azy ireo,    ka  avy hatrany dia namaky varavarana  lehibe  ka niditra tao an-trano . Nanontany ny jiolahy hoe : aiza avokoa ny volanareo sy ilay vary namidy  ,nanambara  ny tao an-trano fa tsy manambola izahay  ary mbola tsy azo ny vola,  tezitra ireto jiolahy ka nofatorany  ny raim-pianakaviana sy ny zanany telo mianadahy  ,ary nangoniny izay azo nalaina tao antrano ,ary nofatorany ihany koa ny vavan’ilay renim-pianakaviana ka nentiny niaraka taminy  haka ilay vola amin’ireo izay voalaza fa nividy ilay vary,  kinanjo novonoiny rehefa lasa lavitry ny tanàna  . Voavahan’izy efatra  mianaka ny fatorana  rehefa lasa kelikely ireo jiolahy  ka raikitra ny  antso vonjy , nifamory ny fokonolona ny andro rahateo nadiva ho maraina , nantsoina ny mpitandro ny filaminana ka niaraka nikaon-doha hitady ilay renim-pianakaviana fa hoe natao takalonaina .Rehefa nanara-dia sy nikaroka ireto fianakaviana, dia nisy nahita  ilay ramatoa,  saingy vatana mangatsiaka sy mihosin-drà no tazana  tao  tanimbary   izay efa tsy nisy akanjo ny vatany ambony .Manao antso amin’ny mpitondra ny ao Morarano amin’ny tokony hijerena azy ireo, fa matetika no misy manafika sy  misy maka an-keriny tahaka izao  foana . Ny alin’io 5 feboroary io ihany koa,  dia tokantrano roa no voatafika dia ny tao Ambahiboa izay nirefodrefotra ny basy ka tokantrano iray no lasibatra sy  ity tao Antanandava ity

R janus

Midi Madagasikara0 partages

Antanifotsy : Vaviantitra 75 taona, maty nokapain’ olon-dratsy famaky teny an-tsaha

Nitrangana vono olona nahatsiravina tany amin’ny Fokontany Atembotra Distrikan’ Antanifotsy, ka vaviantitra iray 75 taona no hita faty nihosin-drà tany an-tsaha, nokapain’ olon-dratsy tamin’ny famaky, afak’omaly naraina, tokony ho tamin’ny sivy ora. Taorian’ny nahitana ny razana, dia nidina ifotony nijery ny zava-nisy ary nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny mpitandro filaminana. Hatreto, tsy mbola misy ny/ireo tsy mataho-tody voasambotra, na dia efa misy olona izay eo an-tanàna ihany, ahiahian’ny fianakavian’ny maty ho nahavanona izao vono olona tamin’ny fomba feno habibiana izao.  « Izahay fianakaviana mahalala ny zava-nisy, fa ny ratsy tsy lavitra eto, ary matoky ny fiasan’ny manampahefana izahay amin’ny fisamborana ny olon-dratsy », hoy ny havan’ny maty. Araka ny tati-baovao voaray hatrany, anpo no halevina am-pasan-drazany Itompokovavy Razafindravelo Harety.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Cross Country : Les grands athlètes exacts au rendez-vous

Jour J. La première compétition du Championnat national d’athlétisme de la saison, le Cross Country, se déroulera ce jour au Parc de l’Est à Antsirabe. Une centaine de coureurs sont attendus pour les huit titres en jeu. Pour la catégorie sénior avec le parcours de 10km, Mampitrotse du Cospn, vainqueur du marathon de Tana, sera bel et bien sur la ligne de départ. Tandis qu’Hervé Patrick du Cosfa, le champion d’Analamanga du Cross Country, veut aller remporter le titre national. Jean Claude, du As Crown Antsirabe, pour sa part, veut briller et remporter le titre à domicile. D’ailleurs, l’enjeu de cette joute nationale sera les deux tickets pour le Championnat d’Afrique au Togo. Pour les hostilités féminines, Mbolatiana de la CNaPs veut défendre sa place face à Ralisy du 3Fb ; et Hasina Florine celle de l’Ascut.

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Couverture santé : Les mutuelles de santé fédérées au sein de « MIARA-MIAHY »

En juin 2019, sept mutuelles de santé malgaches ont décidé de créer la Fédération nationale des mutuelles de santé à Madagascar, baptisée « MIARA-MIAHY ». Une initiative financée par l’Agence des Etats-Unis  pour le développement international (USAID) et appuyée par SHOPS Plus dans le cadre du projet de renforcement des résultats de santé par le secteur privé. L’objectif de la mise en place de cette fédération est la facilitation de l’accès aux soins de qualité pour l’ensemble de la population malgache, une mission qui s’aligne avec l’objectif de la stratégie nationale de la couverture santé universelle.

En effet, jusqu’à présent, moins de 15% de la population bénéficie d’une couverture santé et les mutuelles de santé demeurent inconnues du grand public, quoiqu’elles proposent des offres variées en matière de santé. Les mutuelles de santé qui composent cette fédération, à savoir AFAFI, Adéfi Santé, MAHAVELONA, TSIHAROFY, VAHATRA, MAMPITA et Ambositra Miray Salama sont déterminées à : « renforcer [leurs] actions afin d’offrir à tous les Malgaches une couverture santé de qualité à un prix raisonnable ».  Pour les trois prochaines années, la présidence du conseil d’administration de « MIARA-MIAHY » sera assurée par la mutuelle de santé AFAFI. Le siège de la fédération à Behoririka laisse la porte ouverte à toutes les collaborations avec les parties prenantes.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Développement numérique : Lancement de maraina.mg, nouvelle plateforme des appels d’offres

Présentation de maraina.mg au Le Pavé Antaninarenina, par les représentants de B2D.

Les appels d’offres nationaux des entreprises et organisations du secteur public et privé seront regroupés sur une plateforme numérique, présentée hier par la startup Business To Development (B2D).

Une grande première à Madagascar. Les annonces des entités à la recherche de prestataires de services seront regroupées sur une plateforme consultable en ligne. Il s’agit de maraina.mg qui réunit toutes les entreprises et les organisations qui cherchent à comparer les prix et les qualités proposés sur le marché. « Il s’agit d’un service d’annuaire dynamique des prestataires et des appels d’offres en ligne des grandes entreprises, des projets des bailleurs de fonds et de l’Administration. Cette initiative est lancée dans l’optique de mettre le numérique au service des entreprises », a indiqué Andry Randriamanamihaja, fondateur de la plateforme maraina.mg.

Partenariats. En effet, l’entreprise B2D a noué un partenariat avec l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), pour disposer des avis spécifiques et des dossiers d’appel d’offres des marchés publics, qui seront désormais visibles et accessibles sur la plateforme. Celle-ci assure en parallèle la publication des appels d’offres des projets des bailleurs, ainsi que des commandes des grandes entreprises et des prestataires inscrits, en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar (CCIFM). « Après les inscriptions sur le site, les entreprises sont alertées par e-mail et par SMS dès la publication d’un appel d’offres en relation avec leurs secteurs d’activité. Ces adhérents peuvent donc consulter directement les appels d’offres via la plateforme », a expliqué le fondateur de B2D.

Avantages. Selon les explications, chaque appel d’offres est visible en ligne gratuitement, jusqu’à la date limite de remise des offres. D’après les promoteurs de la plateforme, cela présente de nombreux avantages au niveau de la visibilité et des coûts. En effet, outre la plateforme en ligne, les appels d’offres publics seront également diffusés sur les réseaux sociaux, sur la page facebook de maraina.mg. Par ailleurs, les représentants de B2D ont indiqué que les prestataires inscrits sur la plateforme ont à leur disposition, une page web de présentation de leurs activités, de leurs spécificités, de leurs produits, de leurs réalisations et également, une galerie photos ainsi qu’une page de contact direct. « La plateforme sera riche en information, car de grands groupes internationaux ont déjà annoncé qu’ils vont se servir de cet annuaire et de ces pages web pour présélectionner des sous-traitants », ont-ils indiqué. A noter que Madagascar a encore un long chemin à parcourir dans le développement numérique. Beaucoup de PME de la Grande-île n’ont pas encore de site web. Ceux qui en possèdent n’ont presque pas de visiteurs pour diverses raisons. Cependant, cette nouvelle plateforme pourrait apporter un changement à la situation, compte tenu de son fonctionnement en réseau et de l’effet d’entraînement que ses promoteurs escomptent.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Cap sur Addis-Abeba ce jour

Le président Andry Rajoelina va quitter le pays aujourd’hui pour assister au 33ème Sommet ordinaire annuel de l’Union Africaine qui se tiendra du 9 au 10 février à Addis-Abeba. Un sommet placé sous le thème « Faire taire les armes : créer des conditions propices au développement de l’Afrique ». Et ce, conformément aux Aspirations 2063 de l’Afrique, en particulier l’Aspiration 4 qui vise à mettre en place une Afrique pacifique et sûre. Plusieurs tables rondes sont au programme ce jour, entre autres et non des moindres, celle du Comité des Chefs d’Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSC). On croit savoir que le numéro Un malgache ne prendra pas la parole au cours de ces assises dans la capitale éthiopienne.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Football – Orange Pro League : Deux belles affiches ce week-end !

Les quatre meilleures équipes  du Pro League vont se rencontrer ce week-end au grand bonheur des férus du football. Au bout, les duels permettront à l’Ajesaia ou au COSFA d’être le champion des matches aller. Ce qui n’est pas négligeable.

La 11ème journée de Pro League sera marquée par le choc des titans. C’est le cas de cette franche explication entre l’Ajesaia et le COSFA de dimanche à Vontovorona à partir de 14h30. Un point sépare ces deux clubs qui occupent les deux premières places. Ce qui signifie que le vainqueur passera devant.

Loups affamés. Si l’Ajesaia peut miser sur son attaquant Yvan pour tenter de battre le COSFA, ce dernier compte aussi sur le talent de Ndimby pour faire la différence. Avec peut-être, le conditionnel est de rigueur, un léger avantage aux militaires qui ont besoin de convaincre s’ils aspirent revivre les compétitions africaines.

L’autre choc au sommet de dimanche à 14h30 au stadium Elgeco Plus, mettra aux prises Fosa Juniors à l’AS Adema. C’est sans doute en vue de cette guerre ouverte que l’Adema a mis en place une belle organisation mettant à contribution son club de supporters. Car il va falloir jouer serré pour faire douter ces loups affamés qui, même s’ils savent que les chances de ravir le titre sont de plus en plus minces, se battront jusqu’au bout. Pour l’honneur et pour cet empire qu’ils sont en train de construire à Belobaka par la magie du plus grand complexe sportif avec de l’hébergement et de la restauration.

Choc JET- Elgeco. Pour ce même après-midi dominical, Zanakala de Francklin Randriamanarivo aura l’occasion de quitter la zone rouge en recevant le 3FB Toliara. Tout devait aller pour le mieux sauf si l’entraîneur du club fianarois qui est originaire de Toliara ne veut pas  battre son club de cœur.

L’occasion est donnée, samedi au Stadium de Barikadimy, au Club M pour s’offrir ses premiers points contre le FC Ilakaka. Il doit impérativement réagir pour sauver l’honneur.

Le choc dans le ventre mou du classement aura lieu samedi à Vontovorona à 14h 30 avec cette franche explication entre JET Mada et Elgeco Plus.

Auparavant et à 12h, la CNaPS Sport rendra encore plus dure la vie de Tia Kitra qui viendra tout juste pour limiter les dégâts avant d’attaquer la seconde partie de ce championnat pied au plancher dans l’unique but de se maintenir. Et après avoir écumé tous les stades, Tia Kitra jouera presque tous ses rencontres à domicile.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Branle-bas de combat lancé contre le coronavirus

C’est une épée de Damoclès qui est suspendue sur la tête de tous les habitants de la planète. Le coronavirus fait peur et il ravive les craintes nées des épidémies qui ont difficilement été maîtrisées ces dernières années. Strass et Ebola ont laissé des souvenirs cuisants. On n’en parle plus aujourd’hui, mais il reste un fond d’inquiétude chez les autorités sanitaires des pays. Le premier cas de contamination de coronavirus a été détecté en Chine, et le  jeune médecin qui a alerté les autorités est aujourd’hui décédé. La réaction du  gouvernement chinois, après quelques atermoiements, a été à la mesure de la gravité de la situation. Les mesures prises ont été drastiques. Les cas de contamination se chiffrent par milliers et les décès par centaines, mais pour le moment,  il n’y a pas de véritable pandémie. Chez nous, c’est également le branle-bas de combat et toutes les précautions ont été prises. Les passagers venant de l’extérieur font l’objet d’une surveillance particulière. Les membres de la communauté chinoise de retour à Madagascar se mettent de leur propre chef en quarantaine. La population malgache elle-même observe un attentisme prudent.  Elle n’a pas pour autant mis de côté ses propres préoccupations. Elle continue de se battre pour sa survie  et elle attend du régime ce mieux-être qui lui a été promis. Les membres du nouveau gouvernement ont commencé à prendre leurs marques. Certains d’entre eux ont fait part de leur détermination à aller de l’avant.  Pour l’instant, il ne s’agit que d’intentions, mais on leur souhaite de réussir à faire avancer le pays.

C’est un Trump triomphant qui s’est exprimé après l’échec des démocrates qui n’ont pas réussi à le destituer. Cet échec est d’autant plus cuisant que ces derniers  n’ont  pas de véritable rival à opposer à l’actuel président à l’élection de novembre 2020. Il a donc beau jeu de railler la manière dont les primaires démocrates de l’Iowa ont été organisées. Les résultats y ont été incertains. Et c’est après beaucoup de précautions que l’on a annoncé la victoire du jeune Pete Buttigieg. Il devance d’une courte tête Bernie Sanders. Ce candidat atypique a 38 ans et  est homosexuel. Il va cependant devoir franchir plusieurs étapes  pour obtenir l’investiture démocrate. A l’heure actuelle, le locataire de la Maison Blanche peut se sentir rassuré. Il jouit d’une côte de popularité enviable dans l’opinion, et il se  sent conforté dans son désir de briguer un nouveau mandat.

Les premiers problèmes de l’après-Brexit surgissent. Les pêcheurs français ont l’interdiction de jeter leurs filets dans les eaux territoriales britanniques. Ils ne vont plus pouvoir disposer du quota qui leur avait été attribué quand le Royaume-Uni faisait partie de l’Union européenne. C’est au large des côtes britanniques que ces derniers faisaient leurs plus grandes prises. Ce n’est que le début des nouvelles réglementations qui vont être appliquées et qui vont demander  de nombreuses  adaptations.

Le Proche-Orient va devoir aussi s’adapter après la décision américaine de proposer un plan de paix. Le gendre de Donald Trump en est l’auteur, et il a décidé de réunir les représentants des quinze pays membres du conseil de sécurité pour en discuter. Malgré la réticence du président Mahmoud Abbas, il est persuadé de pouvoir convaincre toutes les parties prenantes. Ce plan fait l’unanimité dans le camp israélien.

C’est donc bien le coronavirus qui domine l’actualité en ce moment. Toutes les énergies sont mobilisées pour empêcher le virus de se propager. A Madagascar comme dans tous les pays du continent, l’on redouble de vigilance pour que le pire ne survienne. La nonchalance malgache n’est plus de mise.  C’est un véritable branle-bas de combat qui est lancé.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Stadium de Barikadimy : C’est (presque) réglé !

Notre article de mardi sur l’absence de tout entretien du Stadium de Barikadimy n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Dès jeudi  en effet, une forte délégation conduite par le ministre de la Jeunesse et des Sports, est descendue sur place régler le problème dans les heures qui suivent.

C’était au cours d’une table ronde autour de laquelle se trouvaient les ministres Tinoka Roberto et Irma (Population), mais également des représentants de la commune de Toamasina I ,et bien entendu la ligue de football Atsinanana et les responsables de la Société Leong.

Bien avant l’arrivée du ministre au Stadium de Barikadimy, le gazon naturel qui servait de décor a été coupé sans doute par les hommes de la société Leong, le maître d’œuvre chargé de remettre en place les branchements tant de l’eau que de l’électricité. Les deux vestiaires seront également opérationnels et surtout équipés d’ici peu, tandis que la partie des gradins qui a été fermée au public, sera rouverte.

L’idéal en fait car il s’agit d’une plus belle réalisation dont est fier le président Andry Rajoelina. Et ce dernier y tient.

Clément RABARY

Madagate0 partages

Madagascar Santé et Coronavirus : appelez le numéro vert 910

De gauche à droite, au premier plan : Professeur Charlotte Faty N'diaye et Madame l’Ambassadeur de Chine, Yang Xiaorong saluant Jeannot Ramambazafy, journaliste

Hier, vendredi 7 février 2020, l’Ambassade de Chine a organisé, à Nanisana, une nouvelle édition du “Salon des Médias” axé, cette fois-ci, sur la lutte contre l'épidémie de Coronavirus. Outre Madame l’Ambassadeur de Chine, Yang Xiaorong, et deux conseillers de l’Ambassade, était présente la Représentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé à Madagascar, Professeur Charlotte Faty N'diaye. Voici des extraits percutants de ces deux personnalités à propos d'une épidémie qui fait l'objet de toutes les fantaisies... médiatiques.

Au micro, Madame l’Ambassadeur de Chine, Yang Xiaorong

(...) Le 4ème point c'est le travail de l'ambassade de Chine avec le gouvernement de Madagascar, surtout avec le ministère de la Santé publique. L'ambassade de Chine attache beaucoup d'importance à ce sujet et nous travaillons jour et nuit, ensemble avec le ministère de la Santé publique et les autres ministères concernés. Nous allons renforcer la coopération pour la lutte contre cette épidémie. Donc, l'ambassade de Chine entretient des contacts étroits avec le ministère de la Santé et fournit des informations en temps opportun.

Nous travaillons aussi avec la communauté chinoise ici pour lui donner des conseils et faire respecter les décisions du gouvernement à Madagascar. Donc, la Chine comprend les mesures de prévention telle la prise de température, la déclaration sanitaire des passagers, etc. Et la Chine espère aussi de la communauté internationale pour évaluer objectivement et raisonnablement la situation et éviter les effets négatifs causés par une réaction excessive.

Et je peux dire que l'ambassade de Chine va continuer à travailler avec le gouvernement de Madagascar, ensemble, et avec les médias aussi pour gagner cette bataille. Et je pense que l'épidémie est temporaire mais la propagation est permanente. Pour terminer, j'aimerai citer des phrases du Directeur général de l'OMS : “Les faits doivent l'emporter sur la peur; la science doit l'emporter sur les rumeurs; la solidarité doit l'emporter sur la stigmatisation”. Merci de votre aimable attention”.

Professeur Charlotte Faty N'diaye, Représentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé à Madagascar

(...) Je viens ici au titre de l'Organisation mondiale de la Santé qui, comme vous le savez est l'organisation responsable du règlement sanitaire internationale, c'est-à-dire que nous avons la mission essentielle de protéger la propagation des maladies à travers le monde. Et aujourd'hui, donc, nous sommes au centre de la réponse et de la préparation par rapport à cette nouvelle épidémie parce que le coronavirus est un nouveau virus.

Je suis venue ici au côté de l'ambassade de Chine parce que nous devons montrer que nous sommes avec la Chine dans cette lutte contre cette maladie, et qu'il n'y aucune raison de ne pas travailler avec l'ambassade de Chine, et avec la Chine en général. Je commencerai donc par féliciter Madame l'Ambassadeur d'avoir bien voulu organiser cette conférence de presse qui est fondamentale, parce qu'il s'agit, aujourd'hui, de pouvoir partager les informations, de pouvoir communiquer en temps opportun.

Madame l'Ambassadeur, l'Organisation mondiale de la Santé vous félicite pour la qualité de votre intervention qui rejoint tous les domaines. Aujourd'hui, l'Organisation mondiale de la Santé a classé cette épidémie comme une urgence sanitaire mondiale. Cela veut dire que tous les pays peuvent être concernés par ce coronavirus, mais ce n'est pas une pandémie! Lotmot pandémie veut dire que la maladie existe dans tous les pays. Ce n'est pas une pandémie. C'est une épidémie avec des points, avec des zones où nous avons des cas. Le deuxième point important c'est qu'aujourd'hui la Chine est arrivé à circonscrire la propagation. Comme l'a dit Madame l'Ambassadeur, très peu de cas ont été recensés en dehors de la Chine. C'est important.

L'autre point important c'est qu'aujourd'hui l'Organisation mondiale de la Santé fait des efforts incroyables importants au côté de la Chine, pour mieux connaître le virus; pour mieux connaître son mode de propagation; pour mieux connaître son mode de transmission et, surtout, son traitement et des efforts sont faits également dans la découverte très rapide d'un vaccin. Ce qui est important, c'est nous, nous sommes ici, à Madagascar, très conscients du risque. Et depuis le début de cette épidémie, nous travaillons avec le gouvernement malgache à préparer le pays qui a été classé parmi les pays qui ont un bon niveau de préparation.

Cela veut dire quoi? Que nous avons distribué, au côté du gouvernement malgache, au niveau des aéroports -huit aéroports- et ports -14 ports- tous les matériels nécessaires pour assurer la détection précoce des cas possibles. Je dis bien possibles de coronavirus. Cela veut dire que quand vous arrivez à l'aéroport ici, à Madagascar, il y a une prise de température qui va se faire. Non seulement cela mais on va vous demandez également de procéder à un lavage ou une désinfection des mains.

Deuxième point, nous avons assuré que le personnel de santé aux aéroports et aux ports, reçoit la formation nécessaire, selon la définition des cas. Cela veut dire qu'aujourd'hui, en principe, le personnel malagasy est capable de détecter s'il y a un cas de coronavirus. Et au moment où je vous parle, il n'y pas de cas de coronavirus à Madagascar. Nous sommes à zéro cas, nous espérons, comme toute la région africaine, comme tous les pays africains, qu'il n'y aura pas de cas.

C'est clair: il n'y a pas de cas mais nous nous préparons. C'est le rôle du règlement sanitaire international. Il n'y a aucun pays dans le monde qui peut dire qu'il est préparé à 100% et qui peut dire : le virus ne passera pas. Puisque vous savez que le mode de transmission est très facile par les postillons ou par la salive. Donc il n'y a aucun pays qui peut dire qu'il est préparé à 100% et il n'y a aucun pays qui peut dire qu'il n'y aura pas de coronavirus dans son pays.

Aujourd'hui, comme vous le savez que la Chine, qui est un grand pays reconnu sur le plan mondial par ses compétences scientifiques, est en train de travailler à pouvoir endiguer la maladie. Donc, c'est assez rassurant et nous espérons très rapidement, au contact de la Chine, pouvoir arriver à endiguer cette maladie.

L'autre point important, et je voudrais faire un appel à vous médias, parce que vous êtes... moi, j'ai toujours, depuis que je suis ici, travaillé avec vous. Et vous savez que Madagascar a des experts et des capacités dans la prise en charge des épidémies puisqu'au cours des trois dernières années, nous avons été confrontés, non seulement à une épidémie de polio qui a été éradiquée, mais nous avons également été confrontés à l'épidémie de peste et nous avons eu, tout dernièrement, l'épidémie de rougeole. Et cela pour vous dire ici que le personnel de santé, le ministère de la Santé, savent ce qu'ils font puisqu'ils ont eu à lutter contre ces trois épidémies.

Cela, c'est pour vous rassurer que nous somme vraiment à pied d’œuvre pour vous protéger et protéger la population malagasy. Et vous [les médias], vous avez un rôle important : c'est de pouvoir endiguer toutes ces mauvaises rumeurs qui circulent; c'est de pouvoir nous aider à communiquer de façon positive; à informer de façon positive et à sensibiliser la population sur ce qu'elle doit faire pour se protéger.

C'est fondamentale et je crois que c'est le rôle le plus importante -et que j'admire !- de votre profession. C'est celui de donner l'information et la bonne information. Donc, aujourd'hui plus que jamais -et mieux que jamais!- nous comptons sur vous personnel médias pour que l'information qui circule soit la bonne information. Et je voudrais vous dire également qu'un numéro vert est disponible, il est ouvert : appelez ! Vous aurez un répondant formé par les organismes internationaux qui sont ici, formé par le ministère de la Santé et capable de vous donnez la bonne information.

Dès que vous avez une rumeur, appelez le 910, on vous donnera la bonne information. Et moi-même et tous mes collègues au niveau de notre organisation, et je pense que tout le ministère de la Santé aussi, nous sommes à vos côtés pour cela.

Le dernier point sur lequel je voudrai revenir, c'est que nous, Organisation mondiale de la Santé, nous ne recommandons pas l'arrêt des trafics aériens avec la Chine. Nous ne recommandons pas parce que nous pensons que l'impact que cela peut avoir, est quelquefois plus négatif que positif. Donc, il ny a pas lieu de recommander dans toute

l'Organisation mondiale de la Santé pour tout le monde, des arrêts du trafic aérien, ou de tous les trafics ou flux de passagers avec la Chine. Mais nous donnons les informations qu'il faut et nous laissons les peuples et les gouvernements -ils sont souverains- à décider de ce qu'ils veulent faire pour leur pays.

Ambassade de Chine, Nanisana. Photo de famille à l'issue du “Salon des Médias” du vendredi 7 février 2020

Ici, à Madagascar, ils dont décidé -vous avez vu le communiqué conjoint- d'arrêter le trafic. Mais nous, Organisation mondiale de la Santé, nous ne le recommandons pas. Il y a d'autres pays qui l'ont fait mais ce n'est pas recommandé. Voilà les faits que je voulais vous donner, j'espère que j'ai été assez claire. Mais nous restons vraiment à votre disposition et nous réitérons notre volonté de travailler avec Madame l'Ambassadeur de Chine et son équipe et lui dire : nous vous remercions, Madame l'Ambassadeur parce que, déjà, pour la presse, vous avez été à nos côtés. Nous avons pu bénéficier du matériel, mais, surtout, nous avons bénéficié de l'expertise chinoise qui nous a permis de mieux comprendre et de faire qu'aujourd'hui, on espère ne plus avoir d'épidémies. Merci pour cela.

Donc, oui à la solidarité comme l'a dit le Docteur Tedros [Directeur général de l'OMS] et non à la stigmatisation.

Merci”./.

Recueillis par Jeannot Ramambazafy