Les actualités Malgaches du Vendredi 08 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara17 partages

Déluge sur la Capitale : Panique sur les hauteurs de Tana et dans la ville basse

A Andravoahangy Mascar, comme ailleurs, les piétons ont dû composer avec les éléments et affronter la crue pour rentrer.

Après plusieurs jours au sec, la ville d’Antananarivo a vu, hier, s’abattre sur elle un véritable déluge qui a créé la panique aussi bien sur les hauteurs de la Capitale que dans la ville basse, et paralysant la circulation jusqu’à tard dans la nuit.

En quelques minutes, l’eau est montée jusqu’à mi-cuisse, puis jusqu’à hauteur de la poitrine des piétons et piégeant des véhicules au beau milieu de la chaussée inondée du côté d’Andravoahangy Mascar. Ailleurs, les vents violents et les torrents arrivant également à mi-jambe, emportent des kilos et des kilos de marchandises, lesquelles disparaissent en quelques secondes dans les caniveaux, sous les yeux médusés de leurs propriétaires au marché de Mahamasina. Ces scènes surréalistes qui se sont déroulées, hier, respectivement à Andravoahangy et au « marché du jeudi » à Mahamasina, lors de la pluie diluvienne qui s’est abattue sur Antananarivo, montre la force de ce que les Tananariviens n’ont pas hésité à qualifier de véritable déluge, tellement les dégâts étaient impressionnants.

Ultra-rapide ! De 14h30 à 16h, l’orage a eu pour effet de faire ressurgir les maux dont souffrent la ville des Mille et ses habitants à chaque période de pluie : canaux bouchés, rues inondées, plusieurs heures de crues, risque d’éboulement… mais la situation d’hier, par la force des vents et des torrents ainsi que la vitesse avec laquelle la crue s’est installée, a créé un vent de panique chez les usagers des rues, impuissants face à la situation. La montée des eaux était, en effet, la plus redoutée par les passants qui ont dû se trouver rapidement un abri au moment où les eaux pluviales commencent à se déverser sur la ville basse, à l’origine de la crue. Résultat : des rues complètement sous les eaux, voire des courants un peu partout : d’Anosy aux 67ha en passant par Anosibe, Analakely, Behoririka, Ankorondrano, Ivandry, Andravoahangy, Besarety et ailleurs.

Circulation paralysée. La situation n’était pas sans risque, plus particulièrement pour les enfants et les jeunes élèves sortant du collège ou du lycée. Sans parler des difficultés de l’ensemble des usagers des transports en commun, devant batailler plus que les autres jours pour réussir à avoir une place dans les taxis-be, devenus rares. Dès 15h30, les ralentissements ont commencé, amenant à une circulation complètement paralysée dans la Capitale dès 16h30. Taxis-be comme voitures particulières ont fait du sur place pendant de longs moments, voire au-delà d’une heure, avant de rouler… au pas, sur quelques mètres, puis s’immobiliser à nouveau. Situation qui a eu pour conséquence d’augmenter le nombre des adeptes forcés de la marche à pied, hier soir. Jusque tard dans la nuit, la circulation a eu du mal à retrouver une fluidité.

Les populations de « La Haute » sur le qui-vive. Sur les hauteurs d’Andohalo, d’Ambohipotsy, et sur le versant opposé, le sentiment d’insécurité était palpable chez certains habitants de ces quartiers.Un ressenti exprimé surtout après les récentes tragédies causées par les éboulements ou des chutes de rochers, suite à une averse ou après quelques jours d’une forte pluie, comme c’était le cas samedi dernier. Un nouvel épisode de glissement de terrain ou de chute de rochers reste, en effet, à craindre, autour des quartiers présentant des pentes plus ou moins fortes, ou menaçant de s’ébouler. Des mesures d’anticipation prises dans les quartiers concernés ont permis de limiter les risques.

En contrebas de la ville haute, les propriétaires de maisons qui ont dû être abandonnées suite à la mesure d’évacuation, sont inquiets de ce qui pourrait arriver à leurs biens, les orages étant un facteur de risque d’éboulement ou de fissures et chutes des rochers situés en hauteur. Situation justement à l’origine de l’évacuation qui peine encore à trouver la bonne voie d’exécution, face aux doléances des populations concernées. En effet, pour certains d’entre elles, c’est du fruit du travail et de l’économie de toute une vie qui risque d’être réduit à néant, au cas où aucune mesure d’accompagnement en termes de compensation, ne viendrait renforcer la mesure d’évacuation, voire éventuellement, d’abandon de leurs propriétés.

Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

FAITES CONNAISSANCE AVEC LES NOMINES SPORTIFS DE L’ANNEE 2018

Midi Madagasikara va être exact à son rendez-vous annuel en récompensant les meilleurs sportifs de l’année 2018 et les lecteurs avec.

Des lecteurs qui auront l’occasion de gagner double car le concours portera sur deux choix qui récompensent les efforts tant individuels que collectifs.

Cette année donc, Midi Madagasikara va récompenser le meilleur sportif mais également la meilleure équipe à la suite du choix des électeurs qui gagneront aussi au change avec les prix que notre journal met dans cette initiative.

Nous allons donc présenter dans ce numéro les nominés pour ce concours qui s’annonce très ouvert car la rédaction sportive de Midi Madagasikara a surtout tenu compte des performances internationales comme principaux critères. Retrouvez les nominés « équipes sportives de l’année » à la page 27.

Pétanque, Tendry Sitraka Honorat

C’est l’une des relèves par excellence de la pétanque malgache. En 2018, Tendry Fanjamanovo Fifaliana a remporté deux médailles d’or aux Jeux de la CJSOI à Djibouti avec l’équipe triplette et le concours de tirs de précision. Tendry a d’ailleurs remporté le trophée sportif de l’année 2017 de Midi Madagasikara avec l’équipe nationale junior sacrée championne du monde en Chine en 2017. Peut-être, il va réaliser le doublé cette année comme les deux titres remportés la saison dernière.

 

 

 

 

Tennis, Yaelle Vaissaud

Le tennis est l’une des disciplines où les jeunes joueuses excellent dans les compétitions internationales. Yaelle Vaissaud a fait parler d’elle en 2018. Elle a été sacrée championne d’Afrique U14 dans la catégorie double. Elle a remporté également le tournoi du circuit africain U14 grade 2 en simple. A son âge, elle est considérée comme la nouvelle « Dally Randriantefy », elle qui à son actif compte pas moins de 50 trophées.

 

Judo, Mireille Andriamifehy

La judokate malgache, Mireille Andriamifehy, est celle qui a réalisé la meilleure performance chez les jeunes en 2018. Elle a remporté la médaille d’argent par équipe aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos-Aires, Argentine. Elle a été classée 7e chez les moins de 52 kg. Ces résultats ont permis à Mireille Andriamifehy de grimper dans le classement mondial.

Haltérophilie, Eric Andriantsitohaina

Il est habitué à figurer sur le podium des compétitions internationales. Eric Andriantsitohaina engagé dans la catégorie des moins de 56 kg aux Championnats d’Afrique à Maurice a remporté trois médailles d’or. Eric a participé à la 5e édition « Senior International Solidarity Weightlifting Championships » (IWF Qualification Event) (Men Women), une étape qualificative pour les JO 2020. Il a remporté une médaille d’argent et de bronze. Il est le sportif le mieux titré de la saison.

 

 

Basket, Guy Randrianandrasana

Il est l’un des fers de lance de l’équipe du basket-ball de la police nationale. Capitaine de l’équipe, Guy a été élu meilleur joueur de la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien aux Seychelles. Il va encore disputer l’ « AfroLeague » du 15 au 17 février au Palais des Sports de Mahamasina.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Portrait – D’jao, un artiste au multi-talent : Du « salegy »mélangé avec de l’Afro-beat, la m...

Né en 1989 à Antsiranana, Paul Jaomazava est un chanteur très connu dans sa région. « j’aime bien la chanson de ce jeune homme, car il crache directement sans hésiter ses propos. Et je trouve cela impressionnant » a affirmé Sandrinet Randriantsoa, un fan de Djao. « Du coté musical, D’jao assure beaucoup. Je sens dans ses mélodies que c’est un homme qui ne cesse  de chercher de la bonne musique » rajoute un autre inconditionnel, Jerome Berivo.

Evidemment la chanson de Jao parle de la vie quotidienne. Par ailleurs, le jeune artiste raconte ce qu’il voit autour de lui des rumeurs. Ce chanteur de 30 ans décrit tout ce qui bouge. Il dit tout ce qu’il voit et écrit tout ce qu’il entend. Alors tout est  source d’inspiration pour le jeune Edwardo Paul Djaomazava. « Je suis en quelque sorte le porte parole de la société, et je raconte presque tout dans mes morceaux », a-t-il souligné.

Des clips bien structurés. Ce gars est avant tout un comédien depuis 2008. Metteur en scène, dans le groupe Zolobe, il est un perfectionniste dans tout ce qu’il fait. Pour réaliser un clip, Djao prend beaucoup de temps. Il s’inspire des paroles. D’ailleurs il a son propre production pour cela. Mais, le clip ne suit pas forcement la parole de la chanson. « Pour que mes clips soient  au top, c’est moi qui fais tous les scripts, les scénarios » affirme le chanteur. za malagasy, Facebook en featuring avec la reine du salegy tsatotsatoko, dity miaro mongo, jijy ont des  images claires et des scripts bien définis. Jaomazava travaille étroitement avec Floginot, qu’il qualifie de frère de confiance, parce que celui-ci a  la même conception que le chanteur.

Parole Antakarana. D’Jao a une façon de passer ses messages. Bon nombre de ses textes sont inspirés par des dictons malgaches. Le jeune homme est un conservateur de la langue malgache en général et du dialecte de la région du Nord en particulier. Effectivement, le but est de rehausser le parler de ce contré afin que génération montante puisse apprendre les proverbes.

Un look original. En effet, le jeune Edwardo Paul Jaomazava à un mode vestimentaire spéciale. Il fusionne tout dans sa vie.Chapeau de paille sur la tête, chemise à manches longues retroussées, on voit de temps en temps chez lui un look équilibré mi-malgache mi-moderne. D’jao a de la classe !

D’jao est un jeune homme attirant. Il a conquis la partie nord de l’île. Désormais il commence à gagner du terrain dans la Capitale. « J’aime faire les choses bien. Chaque jour est un défi » a confirmé le chanteur.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara4 partages

FAITES CONNAISSANCE AVEC LES NOMINES « EQUIPES SPORTIVES DE L’ANNEE 2018 »

Les cinq équipes championnes                       

Nous avons retenu cinq équipes qui ont marqué l’année 2018.

A tout seigneur tout honneur, le choix s’est logiquement porté sur les « Barea » qui ont arraché le billet pour la Coupe d’Afrique des Nations 2019 en Egypte. Une première qui ne l’est pas tout à fait car Madagascar a terminé à plusieurs reprises à la seconde place mais ne s’est pas qualifié. Aujourd’hui et en portant à 24 le nombre d’équipes participant à la CAN, la CAF a permis à Madagascar de se qualifier.

Une qualification qui a fait grand bruit car les « Barea » faisaient partie des premières équipes à se qualifier à la phase finale de la CAN 2019. Cela leur a même valu une nomination dans la meilleure équipe africaine de 2018 mais lors du choix final, la Mauritanie est passée devant.

N’empêche, c’est déjà un exploit d’être qualifié avec cerise sur le gâteau ce nul arraché de haute lutte (2 à 2) devant le Sénégal de Sadio Mané qui montre que le onze malgache a franchi un cap. Enfin presque car on n’oubliera pas de sitôt le gifle de 3 buts à 1 infligé par le Soudan  au Stade de la CNaPS à Vontovorona. Une défaite qui aurait peut-être le mérite de faire redescendre sur terre des « Barea » à qui il manquait un attaquant de pointe mais aussi un bon gardien.

2-Le handball refait surface

Trop longtemps laissé à l’abandon, le handball profite de l’IHF Trophy pour refaire parler de lui. Les Juniors sont allés dans la capitale zambienne, à Lusaka, au championnat zonal 6 et 7 pour se hisser sur la plus haute marche et ramener l’or à la maison.

Une très grosse performance qui n’est pas, loin s’en faut, l’effet d’un hasard mais bien le fruit d’une politique de détection initiée par la Fédération de Fidel Razafintsalama. Un président heureux qui a enfin pu trouver sa voie en allant à la pêche aux grands gabarits.

Et si les juniors ont dicté leur loi à Lusaka, c’est bien parce qu’ils ont pour la plupart le physique de l’emploi. Luco Jean Daniel Andrianirina mesure 1m 98 tandis que Théophile Maminirina fait 1m 95 sous la toise contre 1m 92 Tsiamohy Remy. Trois géants qui permettent d’aérer le jeu malgache sous la houlette d’un Tillo Andriamiharinosy heureux comme tout et qui est en train de remuer ciel et terre pour que ses protégés trouvent preneurs dans les équipes européennes. Une preuve, une de plus, que le handball a franchi un autre palier.

3- Pétanque, l’or de la CJSOI

On savait que les boulistes malgaches ont le niveau mondial mais on ne parle que très peu de cette relève qui pointe son nez. C’est le cas de l’équipe malgache lors des jeux de la CJSOI à Djibouti. Une sacrée équipe qui n’a laissé que des miettes aux autres pays tant ils ont littéralement survolé les débats. Assez souvent, les parties tournent en démonstration permettant à l’entraîneur Tiana Andriambelosoa de faire un « turn over ».

Outre Tendry sacré aussi meilleur joueur du tournoi, l’équipe malgache est composée de Hasina, Nambinina et de Garry. Un quatuor qui va désormais entrer dans la cour des grands si ce n’est pas déjà fait car ces derniers, on les voit participer dans les concours seniors.

 

 

4-Le COSPN au sommet de son art

Ayant souvent figuré derrière le GNVB et l’ASCUT, le COSPN a profité de la Coupe des clubs champions de l’Océan aux Seychelles pour frapper un bon coup.

Comme il se qualifie du coup à l’ « Afroleague » de basket, cela a aiguisé l’appétit de ce groupe qui va être renforcé par deux Africains de grande taille pour compenser un certain handicap même si sur ce chapitre, Ricky , le digne petit- fils du ministre Azaly Ben Marouf, fait des merveilles quand il se retrouve les yeux fermés avec son vieux « pote » majungais Livio. Comme Guy, depuis l’arrivée de l’entraîneur français Julien Chaisjnot, a retrouvé avec bonheur son rôle de meneur, le COSPN retrouve une certaine efficacité sinon une efficacité certaine au grand bonheur de la grande famille de la Police nationale qui fait bloc autour de ses basketteurs. Et il y a de quoi !

5-Le GNVB, des gendarmes en balade

Ils sont intraitables avec cette complicité qui anime le groupe et surtout cette aisance sur le terrain où ils alignent les victoires sans donner l’impression de vouloir se surpasser. Ils, ce sont les volleyeurs du GNVB qui, sous l’impulsion de l’entraîneur Noré, raflent tout sur leur passage.

En 2018, ils ont ramené la médaille d’argent de la Coupe des Clubs Champions de la Zone 7. Un championnat très relevé mais que le GNVB a su prendre par le bon bout grâce notamment aux deux géants, Andry Be et Eric mais surtout au talent conjugué des frères Fenozara et Mamizara.

Inutile d’épiloguer longtemps sur la prestation du GNVB sur le plan local où il fait carrément la pluie et le beau temps. Quelque peu bousculé par l’arrivée de la CNaPS qui lui tient souvent tête, le GNVB n’a pas hésité à apporter du sang neuf au groupe pour de nouveau rebondir et de partir en… balade.

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

L’après-midi de cauchemar : des habitants de la Capitale

C’est un spectacle de désolation que les habitants de la Capitale ont vu après les trombes d’eau qui se sont abattues sur la ville, hier après-midi. Le déluge n’a duré qu’une vingtaine de minutes, mais cela a suffi pour inonder les quartiers et provoquer de nombreux dégâts. C’est la nature qui a durement frappé les Tananariviens, mais cela a une fois de plus mis en évidence le mauvais état de nos infrastructures. On ne sait pas quelle catastrophe va se produire dans les jours à venir. L’alerte concernant l’éboulement d’Ampamarinana ne va pas être levée, bien au contraire. Les Tananariviens ont encore de nombreux jours d’inquiétude devant eux.

L’après-midi de cauchemar : des habitants de la Capitale

La Capitale n’a peut-être pas connu pareille épreuve depuis longtemps. Elle a souvent connu des pluies torrentielles, ce déluge qui s’est abattu sur elle est inédit. Les rues ont été inondées en quelques minutes et de véritables torrents d’eau ont balayé tout sur leur passage. Point n’est besoin de rappeler que les canalisations bouchées ont empêché l’évacuation du trop plein d’eau, mais il faut faire face à ce qui arrive. Les travaux de réfection des rues de la Capitale vont continuer, mais on n’ose pas imaginer ce qui va en rester à cause de ces trombes d’eau d’hier. Les maisons d’Antananarivo ont dû, elles aussi, souffrir de ces pluies torrentielles. Le bilan qui va être dressé par les pompiers va certainement être très lourd. Les rochers d’Ampamarinana vont encore plus vaciller sur leur base et le risque encouru par ceux qui ne veulent pas quitter leur habitation est encore plus grand. Hier, après le déluge, le soleil a fait son apparition comme si ce qui s’était passé auparavant faisait partie d’un mauvais rêve. Les embouteillages à n’en plus finir ont ramené la population à la dure réalité. Nombreux sont ceux qui ont préféré se déplacer à pied et ont pris leur mal en patience. Les Tananariviens ont connu hier leur après-midi de cauchemar et ils ne peuvent même pas dire : « Plus jamais ça ! ». Ils peuvent revivre le même drame demain, après- demain ou dans quelques jours.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Union européenne : 19 milliards d’ariary pour la société civile

Elle estime que cette approche participative et de partenariat, basée sur la promotion des droits humains et du genre est essentielle pour contribuer à un développement local et social inclusif.

L’Union européenne a procédé, hier, à Ankorondrano, à la signature de 11 contrats de subvention avec des autorités locales et des organisations de la société civile. Ces différentes entités ont été sélectionnées pour bénéficier de subventions d’un montant total de 4.735.387 euros à leurs projets, soit 19 milliards d’ariary pour cofinancer la mise en œuvre de leurs actions à Madagascar. Cette subvention  de l’Union européenne s’inscrit dans le cadre du programme thématique d’appui aux organisations de la société civile et aux autorités locales de l’initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’homme.

Développement. Les bénéficiaires de cette subvention sont l’association  « Médecins du monde », « Assocazione Reggio Tergio Mondo », « Capacity-building for communitites », « End Child Prostitution », « Child pornography and trafficking of children for sexual purposes », « Kolo Zaza Malagasy », « Louvain coopération », « Sos villages d’enfants Madagascar », « Grand Est solidarités et coopération pour le développement avec l’organisme public de coopération intercommunale Volamena », région Nouvelle-Aquitaine avec la région d’Itasy, commune rurale d’Ampitatafika et « Transparency international-initiative Madagascar ». Bien que différentes mais complémentaires, les activités des bénéficiaires des subventions sont construites sur le partenariat et le renforcement mutuel de capacités entre les organisations de la société civile, les autorités locales et nationales. Les domaines d’intervention dans lesquels les projets seront mis en œuvre portent sur l’amélioration des services de base notamment l’éducation et la santé, la promotion de l’égalité femme-homme et des droits des enfants ainsi que le renforcement de la gouvernance locale.

Subvention. Lors de son intervention, l’ambassadeur de l’Union  européenne à Madagascar, Giovanni Di Girolamo, a déclaré que « l’Union européenne est très présente à Madagascar notamment avec l’observation électorale et les droits de l’homme ». Il n’a pas manqué également de parler de l’égalité hommes et femmes et la protection des enfants. A l’endroit des bénéficiaires de cette subvention, l’ambassadeur a reconnu que le contexte est difficile et complexe, vu les conditions de vie de la population. Notons qu’au cours de la signature du contrat, chaque bénéficiaire a donné un bref aperçu de ses projets.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Promotion de Madagascar : Succès du roadshow mené par l’ONTM en Europe

De nombreux agents de voyages français et allemands ont participé au roadshow.

C’était une opportunité de présenter les attraits de la destination Madagascar ainsi que les offres de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar /Tsaradia.

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) a mené un roadshow en Europe durant la dernière semaine du mois de janvier dans le but de promouvoir la destination Madagascar. C’était un franc succès selon les promoteurs. En effet, 143 agents de voyages et journalistes ont répondu présents aux rendez-vous donnés par l’ONTM. ainsi que dix agences de voyages malgaches y ont  participé activement. La délégation malagasy a ainsi effectué un roadshow dans trois villes d’Allemagne, à savoir, Hambourg, Berlin et Frankfort, du 22 au 24 janvier dernier. Ensuite, un autre roadshow a eu lieu dans quatre villes de France du 29 au 31 janvier dernier. Il s’agit notamment de Marseille, de Lyon, de Nantes et de Paris.

Renforcer la visibilité. En Allemagne, 72 agences de voyages ont ainsi pu recueillir de nombreuses informations concernant la destination Madagascar durant ces événements. Elles ont entre autres, pu découvrir les différents produits touristiques présentés par les professionnels malgaches dans l’objectif d’attirer des touristes de nationalité allemande à venir dans la Grande île pour leurs prochaines vacances. Par contre, en France, les participants étaient au nombre de 71 professionnels du tourisme, dont  des agents de voyages et des journalistes. Notons que bon nombre d’opérateurs touristiques français connaissent déjà la destination Madagascar compte tenu des liens historiques entre les deux pays. Ce roadshow permettra ainsi de mieux renforcer la visibilité de la Grande île auprès de ce marché émetteur. Les professionnels du tourisme malgaches, de leur côté, ne ménagent pas leurs efforts afin de faire connaître les nouvelles offres plus diversifiées du pays, qui sont de plus en plus adaptées à toutes les catégories de touristes désirant se rendre à Madagascar.

Tombola organisée. Par ailleurs, l’Office National du Tourisme de Madagascar a organisé diverses animations dans le cadre de ce roadshow dans le dessein de mieux attirer de nombreuses agences de voyage allemandes et française. A titre d’illustration, une tombola a été organisée dans chaque ville concernée. Ce qui a permis aux participants de gagner de nombreux lots. On peut citer, entre autres, des billets d’avion Paris-Tana-Paris combiné avec un vol intérieur Tana-Tuléar-Tana ou un vol Tana-Morondava-Tana ainsi que des séjours de plus de deux nuits à Toliara, Nosy-Be, Fort-Dauphin ou Morondava. Il faut savoir que cette tournée d’informations réalisée par l’ONTM en collaboration avec ces professionnels du tourisme malgaches et ses partenaires, a comme visée principale de présenter les attraits de la destination Madagascar aux agents de voyage français et allemands. Les offres des compagnies aériennes nationales Air Madagascar et Tsaradia, ne sont pas en reste. A noter que la tournée en Europe a reçu l’appui financier de l’Union européenne à travers son programme d’appui au secteur privé malgache PROCOM ou projet d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Météo : Gelena et Funani s’éloignent, mais la prudence reste de mise

L’image satellite de la progression de Funani et de celle de Gelena hier.

Hier, bien que Madagascar ne fût pas directement concerné par Gelena et Funani, Antananarivo était quand même sous le « déluge » (dû notamment à la défaillance de son système d’évacuation et d’assainissement). Gelena s’est intensifié en cyclone tropical et son centre était détecté à 470 km à l’Est de Diégo-Suarez. Cependant, l’alerte verte est levée. Son état était qualifié de « quasi-stationnaire », malgré des vents moyens de 120 km/h et des rafales de 170 km/h. La météo prévoyait un déplacement vers l’axe Sud-Sud-Est puis Sud-Est depuis hier. Pour Gelena, le suivi se poursuit. Une vigilance forte houle s’applique par ailleurs pour les usagers de la mer du littoral nord-est.Pour Funani en revanche, le dernier bulletin a été émis hier.Il se positionnait à 1.760 km de la ville du Grand Port. Son vent moyen était estimé à 160 et l’intensité de ses rafales a atteint les 220 km/h. Hier, elle s’est également déplacée vers le Sud-Est à une vitesse de 15 km/h.

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

Ministère de l’Education nationale de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle : R...

Le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo, a reçu la visite du représentant du Fonds des Nations unies pour la Population hier. La visite fut une occasion pour les deux parties de réaffirmer leur engagement en faveur de l’amélioration de l’éducation à Madagascar, ainsi que leur volonté commune à raffermir et fructifier leur collaboration. Nous en reparlerons plus amplement dans notre édition de demain.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

Evacuation d’Ampamarinana : Des chefs de familles capricieux boudent le village Voara

Les chefs de familles ont quitté le Village Voara dans la déception et la colère.

Un seul sur les 32 chefs de familles évacuées au village Voara Andohatapenaka a accepté de rester sur les lieux. Les autres ont rebroussé chemin.

La première vague d’évacuation opérée hier ne s’est pas vraiment bien passée. Une fois arrivés sur les lieux, les chefs de familles qui devraient être des éclaireurs avant l’évacuation de leurs familles ont décidé de quitter le village Voara. Selon eux, « les box ne conviennent pas à leur confort et à leurs biens« . Un père de famille de déplorer la précarité des lieux en qualifiant les responsables des Organismes Mixtes de Conception (OMC) élargi de « menteurs« . Avant de déplorer « une discrimination dans le traitement des victimes. Pourquoi les autres ont bénéficié de maisons complètes à Ambohidratrimo et nous cet endroit qui ne fait qu’environ 3m2 ?« . Un reproche qui a été partagé par quelques chefs de familles sur les lieux qui n’ont pas manqué l’occasion de faire savoir leur déception. Les réactions à Andohatapenaka dans la soirée d’hier ont toutefois fait entrevoir une « incompréhension » de la notion d’urgence chez certains évacués. Habitués à un certain confort, les concernés étaient comme « quelque peu dans le déni de leur situation ». Des réactions également issues des chefs de familles qui ont les moyens d’offrir d’autres endroits que les sites de secours à leur foyer. De son côté, le Préfet de Police d’Antananarivo le gal Angelo Ravelonarivo de tempérer en expliquant que « la situation d’urgence actuelle ne permet pas d’offrir un grand confort aux évacués. L’Etat a dépêché des moyens humains, techniques et financiers pour leur offrir des endroits où vivre jusqu’à ce que leur situation soit complètement stabilisée« . Le Préfet de Police d’Antananarivo de renchérir que « d’autres personnes déplacées dans l’enceinte de l’INFP Mahamasina attendent encore de bénéficier d’un endroit où se loger. Les évacuations vont continuer pour les personnes en question« .

Inconfortable. La situation actuelle est loin d’être facile aussi bien pour les autorités étatiques que pour les victimes. Ces dernières ayant perdu membres de famille et biens sont compréhensibles dans leur refus et réticence à quitter, abandonner leurs maisons. La situation est toutefois claire, les rochers des collines de Manjakamiadana, d’Ambohipotsy et d’Ampamarinana se fragilisent avec le temps (il ne faut pas être un expert en géologie pour le constater). Les conditions météorologiques actuelles ne sont que des catalyseurs si l’on se réfère aux explications d’un technicien du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes. La saison des pluies ne devant pas prendre fin que dans trois mois (pleins), les menaces sont omniprésentes pour les habitants des quartiers en contrebas des collines. Une population dont une partie a investi des fortunes pour construire des maisons qui finalement devraient être démolies et abandonnées. Les pertes n’étant pas faciles à digérer pour les familles évacuées, l’Etat devrait faire plus qu’un geste pour les aider à remonter la pente. La dotation de terrains a déjà été annoncée. Outre ce geste, l’Etat pourrait-il prendre en compte les facteurs comme les investissements des foyers propriétaires dans son initiative de dédommagement ?

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina : « Plus jamais de tuerie pour des raisons politiques »

Les partisans de la Révolution orange se sont donné rendez-vous à Ambohitsorohitra.

Comme à l’accoutumée, les partisans de la Révolution orange de 2009 se sont donné  rendez-vous à Antaninarenina pour rendre hommage aux victimes.

7 février 2009 – 7 février 2019. Le 10e anniversaire de la tuerie d’Ambohitsorohitra a été commémoré hier. Comme à l’accoutumée, les partisans de la Révolution orange se sont donné  rendez-vous à Antaninarenina pour se remémorer ce massacre qui a fait 48 morts et plusieurs blessés, mais aussi et surtout pour exprimer leur soutien aux proches des victimes, dont bon nombre vivent encore avec les séquelles psychologiques causées par la perte d’un proche. A l’exemple de Solange qui a perdu son père lors de cette tuerie alors qu’elle n’avait que 13 ans à l’époque. Elle avait les larmes aux yeux en faisant un témoignage sur sa vie après la perte de son père. Grâce au soutien et aux encouragements du président Andry Rajoelina dont elle considère comme son second père, elle a réussi ses études et souhaite désormais apporter son savoir-faire dans la mise en œuvre des projets de développement inscrits dans l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar.

Hommage. Vers 10h, les personnalités du régime dirigés par le président Andry Rajoelina, le gouvernement Ntsay Christian, les familles et proches des victimes, ainsi que les leaders et les partisans du parti MAPAR ont déposé des gerbes de fleurs devant la stèle commémorative des victimes du 7 février à Antaninarenina. Une cérémonie très sobre a ensuite été organisée au Palais d’Ambohitsorohitra. Le « Iny lalana iny » a de nouveau retenti pour rendre hommage aux partisans de la Révolution orange qui ont lutté en 2009 pour réclamer la liberté. Les photos de toutes les victimes ont été exposées sur l’effigie d’un pigeon. Leurs noms, ainsi que ceux des blessés lors de ce triste évènement, ont également été cités un par un pour saluer leur patriotisme. Dans son discours, le président Andry Rajoelina a déclaré qu’ « on n’acceptera plus jamais la tuerie contre le peuple malgache pour des raisons politiques ». 10 ans après les faits, il est désormais temps de développer Madagascar. C’est la meilleure façon de rendre hommage aux victimes du 7 février 2009. « Tous les projets de développement qui n’ont pas été faits depuis l’indépendance, nous allons les réaliser en peu de temps », a martelé le Chef de l’Etat tout en sollicitant la confiance et le soutien du peuple malgache. Cette année, les autres formations politiques dont celles de l’opposition n’ont effectué aucune manifestation de commémoration du 10e  anniversaire de la tuerie du 7 février.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Kidnapping de Java Houssen à Antsiranana : Deux suspects dont un ancien détenu de Tsiafahy activement re...

L’enquête sur l’enlèvement de Java Houssen Habib le 14 janvier dernier dans la ville d’Antsiranana suit son cours. Suite à une longue investigation, la police nationale est parvenue à identifier deux individus fortement soupçonnés d’être impliqués dans cette affaire. Ils font actuellement l’objet d’un avis de recherche. Il est à rappeler que Java Houssen est le propriétaire de la société Kintana opérant dans la quincaillerie à Antsiranana. Il a recouvré la liberté le 18 janvier. Ce jour-là, le propriétaire de la maison où la victime a été séquestrée à Ambohimahatsinjo a été arrêté, tandis que les malfaiteurs qui étaient au nombre de quatre ont pu s’échapper. Durant son interrogatoire, il a indiqué la personne qui a loué sa maison. Appelé Nono, ce locataire a été arrêté le 23 janvier à Tanambao Avaratra. Avouant son implication dans ce forfait, Nono a dénoncé un certain Nasser qui était, selon ses dires, l’un des cerveaux de ce kidnapping. Nasser lui aurait demandé à chercher une maison à louer pour cacher Java Houssen. L’enquête a révélé que les ravisseurs ont revendiqué de l’argent à la famille de leur otage dès que celui-ci était entre leurs mains. Le paiement de cette rançon, dont le montant n’a pas été révélé, aurait été fait à partir d’Antananarivo comme il était exigé par les ravisseurs. L’enquête a également révélé que Nasser et son ami appelé Maho ont quitté Antsiranana le 16 janvier quand ils ont reçu l’argent envoyé par la famille de ce karàna. Depuis, ils n’ont plus donné signe de vie. En effet, un avis de recherche est lancé à leur encontre. Selon toujours les informations émanant de la Police, Maho est un ex-détenu de la Maison de force de Tsiafahy. Son incarcération a fait suite à son implication dans l’affaire 2002.

T.M.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La capitale inondée hier

La scène d’hier à Antananarivo était tout simplement du jamais vu. Une pluie diluvienne a surpris les Tananariviens, résultats presque tous les quartiers du centre ville ont été sous les eaux. C’est la première fois qu’une pluie de 30 mn engendre autant d’eau dans la Capitale. Une personne du quartier d’Ampefiloha, qui avait intervenu sur une chaine de télévision a affirmé qu’elle a l’habitude de voir une forte pluie d’une longue durée mais c’est la première fois que la pluie inonde leur quartier en 30mn. A Andraisoro, un enfant a été emporté par les eaux, le fokonolona a trouvé son corps inanimé à Ankadindramamy hier à minuit. Tout le monde en déduit qu’il faut un changement de comportement colossal de la part des Tananariviens. En effet, cette inondation est le résultat des canaux d’évacuation bouchés suite aux déchets que les Tananariviens jettent un peu partout.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La capitale inondée hier suite à une pluie diluvienne mortelle

La scène d’hier à Antananarivo était tout simplement du jamais vu. Une pluie diluvienne a surpris les Tananariviens, résultats presque tous les quartiers du centre ville ont été sous les eaux. C’est la première fois qu’une pluie de 30 mn engendre autant d’eau dans la Capitale. Une personne du quartier d’Ampefiloha, qui avait intervenu sur une chaine de télévision a affirmé qu’elle a l’habitude de voir une forte pluie d’une longue durée mais c’est la première fois que la pluie inonde leur quartier en 30mn.
A Andraisoro, un enfant a été emporté par les eaux, le fokonolona a trouvé son corps inanimé à Ankadindramamy hier à minuit. Tout le monde en déduit qu’il faut un changement de comportement colossal de la part des Tananariviens. En effet, cette inondation est le résultat des canaux d’évacuation bouchés suite aux déchets que les Tananariviens jettent un peu partout.
Tia Tanindranaza0 partages

EPP AndraharoTsy misy “cantine scolaire” intsony, sahirana ireo mpianatra

Tsy manana “cantine scolaire” intsony ny eo anivon’ny EPP Andraharo, sekolim-panjakana iray mandray ireo zanaky ny sahirana eny an-toerana.

 

 

 Nanomboka tamin’ny volana oktobra lasa teo no tapaka izany, raha ny fanazavan’ny talen-tsekoly, hany ka maro amin’ireo mpianatra no lasa tsy mazoto mianatra intsony ankoatra ireo nitsoaka an-daharana.   Nanomboka ny volana janoary lasa teo no nitrangan’izany, fotoana tena tsy hananan’ireo ray aman-dreny vola ka hatramin’izao. Mba ho fanampiana ireo mpianatry ny EPP Andraharo ireo ary dia tonga nanolotra  sakafo atoandro ho azy ireo ny Alarobia teo ny fikambanana Rotary Club Ivandry  sy ny orinasa Star izay miorina eny Andraharo. Ity farany no nanolotra ny vola nikarakarana izany izay fantatra fa mbola hitohy any amin’ny EPP hafa eto an-drenivohitra. Isaky ny alarobia voalohan’ny volana no hotanterahina izany ka EPP miisa 11 no ezahina hotratrarina hatramin’ny faran’ny taona. Mitentina 35 tapitrisa Ar kosa no vola holaniana. Mpianatra 600 isaky ny sekoly no omena sakafo izay misy vary sy laoka, tsindrin-tsakafo ary ranom-boankazo vokarin’ny orinasa Star.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Traboinan’AmpamarinanaNafindra etsy amin’ny INFP sy kianja mitafon’i Mahamasina

Omaly alakamisy 07 febroary no fe-potoana farany nomena ireo olona monina eny amin’ny Fokontany Ampamarinana sy ny manodidina tafiditra ao anatin’ny faritra mena, ahiana hisy fihotsahan’ny tany sy fianjeran’ny vato.

 Nafindra moramora eny amin’ny INFP sy ny kianja mitafon’i Mahamasina izy ireo araka izany, famindran-toerana tsotra hahafahana miaro ny ain’izy ireo fotsiny fa tsy misy resaka fandrodanana trano, akory. Ny miaramila raha ny fantatra no hiantoka ny fiambenana ny tranon’izy ireo raha ireo karazan’entana tsy afa-miala toy ny fitafiana sy ny lamba firakotra sisa no tsy maintsy entina. Nambaran’ny renim-pianakaviana iray fa nijanona hatreo ilay resaka fandravana trano izay tena nampisavoritaka ny mponina tokoa. Nalana ihany koa ilay peta-drindrina  niparitaka teny rehetra teny  raha ny fanazavany, fa nosoloina vaovao. Asa fanadiovana no fantatra, hoy izy fa hataon’ny fokontany sy ireo tompon’andraikitra maro samihafa ka ao anatin’izany  no hahafahan’izy ireo mamoaka sy mamaritra marina ireo toerana tsy maintsy hialana hahafahana misoroka ny  loza mety hitranga tampoka. Tamin’ny ankapobeny dia maro tamin’ireo olona voakasika no nandefitra rehefa nahare fa tsy horavana ny tranony raha nisy ihany ireo mbola nanda. Ho fitsinjovana ny asa fiveloman’izy ireo sy ny fianaran-janany moa no antony nametrahana azy ireo  manodidina an’i Mahamasina ihany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-piarahamoninaNy Malagasy mihitsy ve no tsy te handroso ?

Firenena sahirana isika ary mbola “miady amin`ny kapoaka”. Raha ny fiainan`ny ankamaroan`ny Malagasy no jerena akaiky dia feno fanaratsiana, fihatsarambelatsihy, kolikoly, fitiavan-tena…

 Hita taratra amin`ny trangam-piarahamonina isan-karazany izany. Ao anatin`ny fitadiavana filana fototra toy fisakafoanana ara-dalàna, tsy feno sy tsy afa-po ny ankamaroan`ny olona. Rariny raha samy mitady izay ho an`ny tenany aloha. Raha ny hevitry ny mpandinika fiarahamonina iray, ireo voalaza ireo no mitarika ny fitiavan-tena. Lasa tsy mitsinjo ny hafa intsony rehefa diso mifantoka loatra amin`izay hahasoa sy hahafinaritra ny tena fotsiny. Ny kolikoly indray dia mandray lafin-javatra betsaka, hoy ihany izy. Eo ny toe-tsaina tia kely, ho an`ny mpandray tsolotra. Miharo fanararaotam-pahefana ilay izy indraindray. Mbola tafiditra ao anatin`ny fahantrana sy ny fitiavana te hanam-be ihany koa izany. Na eo aza ny lamina mipetraka dia toa zary tia manasaro-javatra, hany ka lasa voatery manao kolikoly mba hanafainganana ny zavatra atao. Ny Malagasy dia mitady ny sitrany ahay foana mba hitomboan’ny eo am-pelatanana. Tsy mahagaga raha gaboraraka ny fitantanana ny firenena. Misy hatrany foana ny mampirisika fa rehefa hanatanteraka ilay asa iombonana dia tsy misy hita. Sao ny Malagasy ary no tsy te handroso ?

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

TSY MBOLA NIVOAKA NY VOLA

Tsy mbola nisy vola nivoaka sy nomena ny havan’ireo izay niharam-boina tamin’ny raharaha 7 febroary hatramin’izao.

 Miverina mampiantso sy mamerina ny fanadihadiana ireo rehetra tokony hahazo fanonerana ny komisiona amin’ny fampihavanana ny malagasy (CFM). Raha ny statistika dia mahatratra 1233 ireo olona izay tokony hahazo fanonerana nanomboka tamin’ny 2002 ka hatramin’ny 2009. 

MIFAMPIARO NY ZANDARY

Harovan’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena fatratra ireo zandary izay namono olona miisa valo tany Betroka. Izany dia taorian’ny nanamelohan’ny fikambanana iraisam-pirenena Transparency International fa vonoina tsy amin’antony ny olona. Nambaran’ny jeneraly Ravalomanana fa afaka manao fanadihadiana iraisam-pirenena izay te-hanao izany satria tsy hanakana azy tsy hiaro ny olony izany. 

DIBO-DRANO

Dibo-drano tanteraka indray Iarivo omaly. Tsy nisy tsy nimenomenona ny olona ary na ny mpampiasa fiara aza dia fay tanteraka satria simba ny motera ary tafiditra ao anatiny ny ranobe feno loto. Mitombo ihany ny làlana izay tsy azo handehanana intsony ankehitriny raha vao milatsaka kely ny orana, isan’izany i Tsaralalàna. Etsy andanin’izany, ranom-potaka no nivoaka tamin’ny paompin’ny Jirama tamin’ny faritra maro teto an-drenivohitra omaly. Mijaly tanteraka ny vahoaka. 

MPANAO GAZETY HIATRIKA FITSARANA

Niakatra fampanoavana omaly i Lôla Rasoamaharo sy Francis Aurélien. Izany dia noho ny fitorian’ny filohan’ny federasionan’ny baolina kitra Doda Andriamiasasoa izay nilaza fa afa-baraka noho ny lahatsoratra indroa miantoana tamin’ny volana novambra izay navoakan’ny gazety La Gazette de la Grande Île. Nilaza ny mpitsara ny hamerenana ny fihainoana satria tsy maintsy hatao fanadihadiana koa ny tonian-dahatsoratra momba ity raharaha ity. 

 

 

VOASAMBOTRA TANY MAHAJANGA

Voasambotry ny polisy tao Mahajanga ilay lehilahy namono ilay teratany Karana tamin’ny 23 janoary farany teo . Mbola mikaroka fatratra ireo namono ilay teratany karana tompon’ny tranom-barotra Krish koa ireo mpanao fanadihadiana. Ahiana hiverina indray ny opération karàna (OPK) raha araka ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana. nanapa-kevitra izy ireo ny handray fepetra maika mifandraika amin’izany.

MALOTO NY RANON’NY JIRAMA

Maloto tanteraka ny ranon’ny Jirama tonga eny an-tokantranon’ny olona amin’izao. Mitaraina ireo mponina kanefa lazain’ny jirama fa manely tsaho rehefa tsy manana ny porofo mifandraika amin’izany. Ankoatra ny loton’ny  rano,  tapaka ihany koa ny rano  indrindra fa rehefa  mirotsaka ny orana toy ny eny Besarety , Soavimbahoaka ka mampikaika ny vahoaka

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatry ny fampianaranaKitro ifaharan’ny fampandrosoana ny firenena

Rehefa miakatra ny faripahaizan’ny olona dia tokony hiakatra manaraka izay ihany koa ny faripananany.

Ho an’ny filoha mpanorina ny fikambanana Andry Fanabeazana sy Fanarenana Mirindra (AFFAMI), Ramatoa Raherisoa Vololona Victorine dia manamora ny famoronan’asa ny fianarana. Moramora kokoa ny mamorona asa ho an’ny olona nianatra noho ny tsy nahita fianarana  raha te hampandroso firenena iray, hoy izy.  Omaly alakamisy 7 febroary no nizara fanomezana fitaovam-pianarana  sy  tablie tamin’ireo mpianatra 58 karakarainy ity fikambanana AFFAMI ity. Zanak’olona sahirana eny amin’ny boriborintany faha-6 ireo zaza ireo ary  tsy mianatra any an-tsekoly noho ny fahasahiranan’ny ray aman-dreniny. Izany indrindra no antom-pisian’ity fikambanana izay efa nijoro nandritra ny 10 taona manome fampianarana maimaim-poana ho an’ny sahirana eny amin’ny boriborin-tany faha 6. Tsy vitan’izany fa misy ihany koa ny ezaka famoronana asa ho an’ny tanora ataon’izy ireo tahaka ny fanomezana fitaovam-panjairana. Tsy hiandrasana an’iza na iza ny fampandrosoana, hoy ny filohan’ny AFFAMI fa izay tia tanindrazana dia afaka mandray andraikitra avokoa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampirantiana vokatra fambolyOrinasa Malagasy 6 ho any Alemana

Nampahafantarina tetsy amin’ny filankevitry ny fampandrosoana ara-toekarena (EDBM) Antaninarenina omaly alakamisy 7 febroary ny fandraisan’anjaran’ireo orinasa Malagasy amin’ilay hetsika fampirantiana Biofach 2019.

 

 Hotanterahina any Nuremberg any Alemana ny 13 hatramin’ny 16 febroary izao ity hetsika ity ka orinasa Malagasy miisa 6 mpikambana ao amin’ny Sendika Malagasy momba ny fambolena Biolojika (SYMABIO) no hampiranty ireo vokatra Malagasy. Tombony lehibe ho an’i Madagasikara izany satria tsy vitan’ny hivarotra vokatra fotsiny fa amin’io no hanararaotana hijerena tsena vaovao sy hambolena fiaraha-miasa amin’ireo firenena maro handray anjara. Tanjon’ireo orinasa Malagasy tsirairay handray anjara ireo ny handrary fiaraha-miombon’antoka miisa 2 farafahakeliny amin’io fotoana io. Tsiahivina fa tafiditra 10 voalohany amin’ny firenena afrikanina 36 mampiasa velaran-tany amin’ny fambolena biolojika i Madagasikara. Haranty any ireo vokatra mampalaza ny firenena tahaka ny kakao, lavanila sy ireo menaka lafo vidy (huiles essentielles). Manana tombony be i Madagasikara amin’ireny vokatra ireny raha mitaha amin’ny hafa ary hita mitombo hatrany ny filan’ny firenena vahiny. Raha mahakasika ny lavanila ohatra dia ny vokatra sy ny kalitao avy aty amin’ny firenena Malagasy hatrany no manintona ny mpividy na dia efa manao izay ho afany aza ireo firenena hafa tahaka ny any Indonezia sy Ouganda. Arak’izany dia ny fitazonana hatrany ny kalitao tsara mba hifanandrify amin’ny filàn’ireo orinasa manodina ahafahana manondrana any ivelany no tokony himasoana. Mbola olana kosa ny tsy fahampian’ny vola hanaovana fandraharahana na dia efa mandroso aza i Madagasikara amin’ny resaka bio ka tokony hijeren’ny fanjakana vahaolana haingana.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny orinasa SIRAMAMiantso ny fanjakana ho sahy handray andraikitra

Mitohy hatrany ny fitokonan’ny mpiasan’ny SIRAMA Nosy Be faritra DIANA sy Brickaville. Tsiahivina fa efa am-bolana maro ity tolona ataon’ny mpiasa ity ary mitohy tsy mety milamina hatramin’izao.

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mazda nihitsoka familiana1 maty, 3 naratra

Tamin'ireo dimy mpandeha, telo naratra mafy, iray maty tsy tra-drano. Io no vokatry ny lozam-pifamoizana tamin'ny talata 5 febroary farany teo, sahabo ho tamin'ny 9 ora alina, araka ny loharanom-baovaon'ny zandarimariam-pirenena eo Andrefan'Ambohijanahary.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamotika fa tsy mpanangana !

Efa ny fanjakana mpamotika ny firenena tany amin’ny folo taona lasa no mitondra ny firenena amin’izao fotoana izao.

 Mandeha ny hetsika sy ny sehoseho ivelany hoenti-maneho, angamba fa tena tia tanindrazana sy mitsinjo ny vahoaka Malagasy, hono, ilay fitondram-panjakana tsy nanao herisetra namotika sy nandoro ary ary nampandroba ny fananan’ny mpiray tanindrazana tamin’ny tena tamin’izany fotoana izany. Asa rahoviana no mba hahatsapa tena fa nanao ny tsy mety teto amin’ny firenena, fa ny fidinginan-drambo aloha no tena tsikaritra. Raha hiverenana ny tantara dia ilay mpitondra nopotehina sy nanaovana zavatra mamoafady indray no nifona sy niala tsiny tamin’ny vahoaka Malagasy tamin’izay heverina ho tsy nety nataony. Raha lanjaina sy hampitahaina ny famotehana natao teto, dia ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009 no vao mainka tena nampihemotra sy naha farahidiny ny firenena Malagasy tahaka izao. Mora ny miteny sy milaza fa ny fampandrosoana tsy vita tao anatin’ny 58 taona dia hataon-dRajoelina ao anatin’ny 5 taona. Eo anatrehan’ny olana ara-tsosialy miseho amin’izao fotoana izao aza anefa, dia tsikaritra ho valalanina sy kofona tanteraka. Ny zavatra nataon’ny hafa no tena hireharehana sy hanaovana sehoseho ivelany, fa izay zavatra tena nambaran’ny vava tamin’ny fampielezan-kevitra aloha, toa mbola tsy hita ny fiatombohany hatreto. Ny resaka asa sosialy sy ny vahaolana eo anatrehan’ny zava-miseho ankehitriny, toy ny valan’aretina, ny fitsinjovana ny tra-boina,… dia efa adidy tsy maintsy ataon’ny fanjakana, ka aoka etsy amin’ilay fivoizana sy kisehoseho ivelany amin’ny hoe: tonga dia miasa. Mbola maro ireo tena asa goavana miandry, ary tsy tambo isaina ireo zavatra nambara fa hatao, kanefa tsy voafaritra akory ao anatin’ilay ambara fa Politika ankapoben’ny fanjakana. Ho hita eo satria mbola manana 5 taona eo isika iaraha-miaina eto, ka hotsarain’ny tantara eo hoe: ho tanteraka ve ny zavatra nolazaina sa fampiesonana sy fampanantenana poakaty toy ny tramway nambara fa efa ho avy afaka volana vitsy, na ny trano ho an’ny tanora miisa iray alina ny zavatra hiseho e!

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Moramora ihany ee !

Miarahaba anao aho ry Jean ! Tena arahabaina ianao satria mbola velon’aina. Raha ny vitanao hatreto mantsy dia tokony tsy ho tratry ny famindram-po tahaka izao

 

intsony ianao rah any fanazavan’ireo raiamandreny be dia be eto an-tanàna ireo saingy izay tokoa angamba ilay hoe Zanahary tsy tia ratsy ee! Fa izaho aloha ry Jean dia mbola tsy sasatry ny miteny hatrany hoe moramora ihany ee! Tsy hananam-piry anie ny aina ee! Tsy sanatria akory hoe tsy fitiavana aa! Tena reveko be mihitsy ny tetikasanao na dia mampanonofy am-pitsanganana daholo aza. Kozy anie izany ry Jean ee! Saingy mba hajao ihany hoy aho ilay vato namelan-kafatra sy tapa-porohana sisa tsy may. Hidiran-doza eo anie vao hibabababa ee! Veloma aaaa  !

Marco 

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-pirenenaMila mahay misafidy tsara izay ho solombavambahoakany

Naneho ny heviny mikasika ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina omaly.

 

Nambarany fa mila mahay misafidy izay ho solombavambahoakany ny olom-pirenena feno taona rehetra amin’ny 27 mey ho avy izao fa tsy entin-kafanam-po fotsiny. Ny depiote no akaiky ny vahoaka ary azo hitarainana tsara satria mahita ny eny ifotony. Ankoatra izay dia nitondra vahaolana mikasika ny fomba hahafahana mampandroso ny firenena haingana ihany koa Rafanomezantsoa Jean Nirina mba hisy fiantraikany any amin’ny aty vilanin’ny mpiara-belona. Ny fanomezan-danja ny fiarahamonim-pirenena ihany no zava-dehibe satria izy ireny no mampihatra ny ara-drariny fa mijanona eo amin’ny ara-dalàna hatrany ny fanjakana. Ankoatra izay, ny fiarahamonim-pirenena no tena mahita ny fahoriam-bahoaka sy ny fahasahiranany toy ny fanajana ny zon’olombelona… ka mila jeren’ny fitondram-panjakana akaiky.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rafaramandimby Bona Jean PierreTsy nahazo nanatrika ny hetsiky ny 7 febroary

Tsy mahazo manatrika hetsika na lanonana intsony Rafaramandimby Bona Pierre, filohan’ny fikambanana niaram-boina tamin’ny 07 febroary taona 2009 na AV7, mpiara-dia tamin’ny antoko HVM teo aloha.

 

 

 Tsy mahazo mitsofoka any  anaty lapam-panjakana toa an’Ambohitsirohitra  ihany koa izy raha ny fanazavany omaly noho ny antony tsy fantatra.  Nosakanana tsy afaka nanatrika ilay fotoam-pivavahana nentina nanamarihana ny fahafolo taona nisian’ny rà latsaka teny Ambohitsorohitra sy ny manodidina araka izany  i Bona Jean Pierre omaly ka teny amin’ny manodidina teny fotsiny no nihaodihaody omaly. Efa vita akanjo fotsy tsara anefa ny lehilahy nandritra izany no sady efa vonona tamin’ny fanateram-boninkazo ihany koa saingy indrisy. Nomarihin’ity filohan’ny AV 7 ity moa fa tsy fantany mazava izay tena  manome baiko ny amin’ny tsy fahafahany mihetsika intsony na ny fitondrana amin’izao fotoana na ireo olona manodidina azy. Mikasika ireo olon’ny AV 7 nampidirina ho mpiasam-panjakana ary mbola  ao anatin’ny  ECD  ankehitriny dia nambarany fa miankina amin’ny fanjakana mijoro amin’izao ny mety ho tohiny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranon`ireo depiote ao TsimbazazaMisy zavatra tsy milamina

Tapitra ny 5 febroary misasakalina teo ny fe-potoana niasan`ireo solombavambahoaka.

 

 Maherin` ny 20 isa ireo depiote no efa naka ireo entana sy niala sy nanome ny hidin-trano any amin`ny tompon’andraikitry ny fampitaovana eo anivon`ny Antenimieram-pirenena. Amin`ny ankapobeny, ireo depiote lavitra sy saron-dalana no misitraka ireo trano ao amin`ny lapa. Herinandro ny fe-potoana farany hahafahan’izy ireo mipetraka eny an-toerana ary tokony hisy ny fanaterana fanalahidy ho an`ireo depiote. Eo ihany koa ny fangoronana entana isaky ny birao eny an-toerana. Misy kosa anefa ny fandaminana fa rehefa mivoaka ny naoty avy amin`ny sekretera jeneraly dia tsy maintsy misy ny fetra hijanonany ao.  Misy kosa ireo depiote no mitaraina amin`ny haratsin`ny fotodrafitrasa. Miaina amin`ny zavatra tsy tokony ho izy ny depiote satria tery ny efitra, ratsy ny trano, antitra ny fotodrafitrasa ka mila fanamboarana. Tsy misy mpijery ny trano natokana ho an`ireo depiote sady tsy manaraka ny fenitra. Miisa 115 no mahazo trano amin` ireo depiote 151 ary mandefitra ny eto Antananarivo sy ny manodidina kanefa mbola misy ihany ireo solombavambahoaka avy amin`ny faritra no tsy misitraka izany. Raha ny eo amin`ny tokotany indray dia zara lasa fitobiana fiara na koa fanamboarana fiara fotsiny. Marihana fa efa tapitra ity ny dimy taona nilazana fa hisy fanitarana eo amin`ny “ cafetaria”saingy tsy mbola nanomboka ny asa. Mila mandray fepetra ny tompon’andraikitra fa tsy mendrika ho andrim-panjakana ny eny Tsimbazaza.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote hiatrika fifidianana“Miainkina amin`ny fanjakana ny isany”, hoy ny CENI

· Namoaka ny didim-panjakana miantso ny mpifidy handatsa-bato amin’ny fifidianana solombavambahoaka ny 27 mey ho avy izao ny governemanta. Roso amin`ny dingana samihafa amin`ny fanatanterahana izany isika, hoy ny teo anivon`ny CENI.

Hatreto tsy mbola miova ny isan`ireo solombavambahoaka hofidiana, hoy ny filoha lefitry ny CENI, Thierry Rakotonarivo. Ny fitsinjarana ny sezan`ny solombavambahoaka dia didim-panjakana raisina eo anivon`ny filankevitry ny minisitra no hahafahana mamaritra an`izany, hoy izy. Miankina amin’ny tomponandraikitra ara-politika no hamaritana na hitombo na hihena ny isan`ny depiote. Na hijanona ho 151 io isa io na dia satrin’ny governemanta ny hampihena izany tarehikmarika izany noho ny politika fitsitsiana na koa hitombo ihany koa noho ny fitomboan`ny faritra ho 23 izay hiteraka distrika vaovao ihany koa. Raha tombantombanana ny mety hitranga: na mitombo ny isan`ny depiote na tsia raha tia hitondra fanovana hampiakatra ny fetran`ny isan`ny mponina hahazoana mametraka depiote iray isaky ny distrika ny fitondrana. Raha mbola misy fanovana entin`ny governemanta entina anefa amin`izany lalàna mifehy ny fifidianana dia manana ity herinandro ity ny mpitondra hamoahana didim-panjakana mifandraika amin`izany alohan`ny hisokafana ny fe-potoana hametrahana ny antontan-taratasy filatsahan-kofidiana ny 26 febroary 2019 ka hatramin’ny 12 martsa 2019 ny fametrahana ny antontan-taratasim-pilatsahan-kofidiana eny anivon’ny CED.

Hatreto ny fanovana nentin`ny solombavambahoaka tao anatin`ny lalàm-pifidianana farany teo ny fameranana indray izany lalàm-pifidianana izany toy ny tamin`ny 2013. Tsy “scrutin uninominal”, izany hoe depiote iray miaraka amin`ny mpisolo toerana azy ihany no hofidiana fa “scrutin de liste”, izay midika fa kandidà solombavambahoaka mitarika ny lisitra hofidiana miaraka ny olona maromaro ary distrika iray mila fari-pidiadiana iray. Noho izany, depiote iray ho an`ny distrika iray misy mponina latsaky ny 250 000. Miakatra ho roa kosa ny solombavambahoaka raha distrika iray raha misy 250 000 no miakatra  ny mponina.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Prince Dr Ndriana Rabarioelina“Tsy mety amintsika io rafitra Repoblikanina io”

Efa niteny foana izahay momba ny fifidianana feno hosoka, feno halatra, feno tsy fahamarinana. Iny fifidianana iny dia feno kolikoly

 

ary ny kolikoly no mandetika fa ny fahamarinana irery ihany kosa no manandratra ny firenena, hoy ny Prince Dr Ndriana Rabarioelina raha nalaina ny heviny momba ny raharaham-pirenena, toy ny nahazoantsiaka filoha vaovao. 2,5 tapitrisa amin’ny vahoaka Malagasy no nifidy ilay filoha, izany hoe ny 10% amin’ny vahoaka Malagasy 25 tapitrisa. Tokony ho tonga saina izany izy ireo fa ny vahoaka Malagasy maro an’isa dia tsy nifidy izay filoha nifanesy teo, hoy izy. Tahaka izany ihany koa ny lalàmpanorenana tamin’ny 2010, ary nisy anarana niverin-droa 1 trapitrisa aza. Ny 65% tamin’ny Malagasy no tsy nifidy an’io, izany hoe mila manova fomba famindra izay mpitondra mba tena hisian’ny firindrana eo amin’ny fiarahamonina.  Tokony hovaina ny lalàmpanorenana satria manana ny soatoavina sy ny kolontsaintsika manokana isika, ary tadidio fa ny Rafitra Repoblikanina sy demokratika dia napetraky ny fanjanahantany, dia avy amin’ny sivilizasiona Romanina sy Grika. Manana ny sivilizasionina Malagasy isika izay anisan’ny avo lenta maneran-tany, ka tsy tokony hiankina sy hanao dika mitovy fahatany ny lalàmpanorenana avy any ivelany. Raha jerena ny tantaran’ny firenena Malagasy nandritra ny 1000, 2000, 3000, 4000 taona mahery, dia ao anatin’ny vanim-potoana sadasada isika izao. Taloha nisy ny fitondran’ny Andriamanjaka, ary efa voalaza mialoha ny zavatra hitranga eto amin’ny firenena fa manjaka aloha ny lehilahy, avy eo manjaka ny vehivavy, avy eo mitondra ny vazaha menasofina, arahin’ny saribakolin’ny mpanjanatany ary ny fitondrana sadasada kosa amin’izao. Rehefa miverina amin’ny tompony ny fitondrana ny tany sy ny fanjakana izay vao tena handroso i Madagasikara. Izao aloha isika mbola ao anatin’ny fanjakana sadasada amin’ny alalan’ny rafitra Repoblikanina napetraky ny mpanjanaka. Ny soatoavina Malagasy no mila tena apetraka ary miainga amin’ny tenin’Andriamanitra. Tokony hisy lalàmpanorenana hisafidianana, fa ny zava-dehibe dia lalàmpanorenana manaja ny zanahary, tenin’Andriamanitra, Soatoavina Malagasy no hany mampandroso antsika. Rehefa tena hanova rafitra dia tena manova hatrany ifotony, ka mametraka ny ampanjaka amin’ny toerana mendrika maha ampanjaka azy ary mendrika azy isam-paritra, isam-poko, ny zokiolona amin’ny toerany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana RajoelinaTena kinga amin’ny fakana fananan’olona ?

Manomboka mihetraketraka ny fanjakana Rajoelina. Raha ny fampitam-baovao avy any Antsiranana dia raikitra ny fandrefirefesana ny tanin’ny orinasa Tiko any Arasara any Antsiranana any.

 Efa nambara sy nakana ny fon’ny olona tamin’ireny fampielezan-kevitra ireny rahateo ny resaka fizarana tany, toy ny tany Ambatondrazaka. Sahiny mihitsy ny niteny fa hizarana tany 10Ha avy ny tanora tsy an’asa. Novoizina ny hoe : haverina aminareo ny taninareo nalaina tamin-kery. Niadian-kevitra tamin’ny fifanatrehan’ny kandida roa tonta tamin’ny haino aman-jerim-panjakana ny resaka tany, izay nisy dingana mazava sy ara-dalàna ny nahazoana azy. Tetehina halaina amin-keriny ny fananan’olona amin’izao mba hoenti-maka ny fom-bahoaka sy hilazana fa havanana amin’ny fanatanterahana ny fanamby ? Ny lamasinina frantsay haingam-pandeha (TGV) rahateo no nalaina tahaka tamin’ny fananganana ny antoko ka ho TGV amin’ny hetraketraka, fanenjehana sy fanaratsiana ary ny fakana fananan’olona sa TGV amin’ny asa ? Asa raha misy ifandraisany amin’ny mpitondra ankehitriny itony tany voalaza fa lasan’ny mpanam-bola mety Malagasy na karana eny Antohamadinika sy Andohatapenaka itony ? Ny fanenjehana ireo tsy mitovy hevitra, tsy tonga teo akory ilay filoha dia efa nisantatra izany ny ekipany. Ny fanaratsiana samihafa, toy ny karazana eson-teny natao ireo filoham-panjakana telo teo aloha moa manginy fotsiny. Betsaka ireo fampanantenana natao. Sao lany andro amin’ny hetraketraka sy ny fanenjehana ny mpanao politika mipetraka tsara ka tsy ho vita ny building e !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Randrianasolo Jean NicolasHanohana an-dRajaonarimampiana hatrany

Anisan’ireo tapa-kevitra ny hanova tanteraka ny tontolo politika misy eto amintsika manomboka izao ny tenako, hoy ny solombavambahoaka teo aloha voafidy tany Betroka,

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana RajoelinaMipoerapoera amin’ny asa vitan’ny hafa

Tapa-bolana mahery izay no nitantanan’ny fanjakana Rajoelina ny firenena, ary tsy mbola ampy hitsarana azy izany.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

7 febroary teny AmbohitsorohitraNanadio tena indray Rajoelina

Tsy afaka ato an-tsaina hatramin’ny andro androany ny endrik’ireo tanora lavo sy naratra, hoy i Andry Rajoelina omaly tamin’ny fanamarihana ny faha-10 taonan’ny raharaha 7 febroary teny Ambohitsorohitra.

 

Tsy ekena intsony mandrakizay mandrakizay ny fisian’ny toe-javatra tahaka ireny nandatsahana ny ain’ny mpiray tanindrazana. Hanafarana taranaka ny tsy hisian’ny fandripahana ny Malagasy tahaka azy na inona na inona hevitra tsy mitovy. Izay indrindra no antony nandeferako tamin’ny taona 2013, tsy nilatsaka hofidiana tamin’izany mba tsy hisian’ny fifandonana sy ny ra latsaka intsony. Ny tantara kosa dia manabaribary teti-dratsy amin’ny fikotrehana fanasoketana ny mpitondra tamin’izany na inona na inona holazain-dRajoelina. Tsy ho raraka an-tany ny aina nafoy sy ny tolona rehetra natao. Hatao modely amin’ny fandrosoana i Madagasikara, hoy izy. Tsy te ho tompon’andraikitra amin’ny zava-niseho i Andry Rajoelina, ary toa famadihana ny tantara no betsaka tamin’ny zava-niseho omaly. Nandeha hatramin’ny famendrofendroana sy fampisehoana miendrika “kifatifaty”, nitanisana ny anaran’ireo maty niisa 48 sy ny seho an-tsehatra nifandraika tamin’izany. Ny haizin’ny rahona, ny zavona, niainantsika sy nolalovan’ity firenena ity, dia atao toy ny lasa fa ny ho avy no banjinina. Tonga ny fotoana hanavotantsika, ka tsy maintsy ho avotra. Misy firenena nandalo zavatra sarotra noho isika, tahaka ny Rwanda tamin’ny ady mahery vaika tamin’ny 1994, fa ankehitriny dia firenena mandroso indrindra aty Afrika, hoy izy. Mbola nanamafy i Andry Rajoelina fa ny asa tsy nataon’ny mpitondra rehetra nifanesy, dia hataony. Afaka 5 taona dia mahasahy milaza amintsika fa ho reharehan’ny Malagasy tsivakivolo, hoy izy. Ny tena zava-niseho teto amin’ny firenena kosa, dia ny famotehana tsy vitan’ny mpitondra nifanesy teto hatrizay no vitan-dRajoelina tamin’ny 2009 indray nipoaka. Niteny ny tarehimarika rehetra, narahin’ny sazy iraisam-pirenena. Nisy ny zavatra iray nampiavaka ny omaly nampisehoana ny tovovavy iray vao  13 taona tamin’ny 2009 no maty tamin’ireny ny rainy. Ny zavatra hodian-dRajoelina tsy fantatra sy tiany hokosehina, dia maro ny fiainan’olona potika noho ny nataony tamin’ny 2009. Tsy tambo isaina ny olona maty tamin’ny fandrobana sy fandorana, raha tsy hilaza afa tsy ny tao amin’ny “Trading center” Analakely. Maro ny orinasa may sy nikatona ary fiainana Malagasy ana hetsiny no potika.

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Classement FIFA - Madagascar perd une place, le Sénégal reste au sommet

Le premier classement FIFA de l'année 2019 montre très peu de changements. La moitié des Nations asiatiques, portées par la dernière Coupe d'Asie des Nations, ont fait chuter plusieurs sélections africaines. Aucun changement n'est noté ni dans le top 10 mondial ni  dans le top 10 africain dans ce premier classement des nations pour l'année 2019, à part la Belgique et le Sénégal qui continuent respectivement de mener la danse. Rappelons-le que les sélections africaines n'ont disputé aucune rencontre durant ces derniers semaines.

Madagascar, classé vingt-troisième national africain en fin 2018 recule d'une place sur le classement dévoilé par l'instance internationale du football  mondial ce jeudi 7 février. Les Barea ont perdu un point mais pointent au 24e classement africain et 107e mondial derrière le Kenya et devant l'Azerbaïdjan.

Quant à la prochaine adversaire des Barea pour le compte de la dernière journée qualificative de la Coupe d'Afrique des Nations qui se jouera en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019, au mois de mars à Thiès, Les « Lions de la Téranga » occupent toujours la première place sur le continent Africain, devant la Tunisie et le Maroc. Toutefois, Ils ont perdu une place et pointent désormais au 24e  classement mondial.

Les Barea de Madagascar se déplaceront au Sénégal le 22 mars prochain pour y affronter les Lions de la Teranga. Les deux équipes s'affronteront avec en jeu la première place du groupe, occupée actuellement par le Sénégal. C'est le stade Lat-Dior de Thiès, toujours en attente d'homologation de la CAF,  qui va abriter Sénégal-Madagascar.

Après son triomphe face au Japon en Coupe d'Asie des nations, le Qatar a fait un bond au classement FIFA. En effet la formation de Felix Sanchez Bas a gagné 38 places et s'installe en 55e position du classement FIFA. Le podium est composé, dans l'ordre, de la Belgique, la France et le Brésil.

E.F.

La Vérité0 partages

Détournement de deniers publics - Le directeur de cabinet de Lalao Ravalomamana sous MD

Coup dur pour la Mairie de la Commune urbaine d’Antananarivo et la mairesse en particulier. En effet, son directeur de cabinet vient d’être placé en détention préventive à la prison d’Antanimora. Présentée devant le Pôle anti-corruption (PAC) mercredi, la femme de confiance de Lalao Ravalomanana est accusée d’abus de fonction et de détournement de deniers publics et complicité.

L’affaire remonte en octobre 2016, à l’époque où ce directeur de cabinet de la Mairie occupait encore le poste de chef de la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville. Elle aurait commis des infractions qui ont engendré un préjudice de 74 691 100 ariary à l’Etat. Le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) qui a diligenté l’enquête ayant abouti au placement en détention préventive de cette dame, s’est basé sur une doléance anonyme dénonçant les actes. D’après les informations, la manœuvre frauduleuse a entraîné d’important préjudice à la CISCO de Tanà-ville.

Limogée de son poste par le ministre de l’Education nationale, Horace Gatien, au mois de mai de l’année dernière, l’ex-chef CISCO de Tanà-ville a rejoint l’équipe de Lalao Ravalomanana dans le courant du mois de novembre. Elle n’est pas l’unique transfuge du Département de l’éducation nationale vers la Mairie d’Antananarivo. Un directeur général du ministère de l’Education nationale est lui aussi devenu l’un des bras droits de la première magistrate de la ville, en tant qu’adjoint.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Kidnapping - Les cerveaux et complices arrêtés à Andraisoro

Si Tsaratanàna retient les esprits avec la succession des rapts qui s'y déroulent actuellement, dans la Capitale, la situation est tout autre. Les récentes investigations de la Police l'ont menée sur la piste des commanditaires supposés de ces rapts à Andraisoro. Les Forces de l'ordre enchaînent les coups de filet de certains auteurs d'enlèvements qui ont marqué cette ville l'année dernière. Ainsi, le matin du jeudi 7 février dernier, dans le quartier d'Andraisoro, la Brigade criminelle (BC4) a interpellé trois cerveaux supposés, dont deux femmes, de deux kidnappings de citoyens indo-pakistanais survenus en juillet et en décembre 2018.

L'enquête de la Police a révélé que l'homme incriminé dans ces affaires est un ex-élément des Forces de l'ordre radié de son poste et qui fut arrêté à Anosy. Récemment, il fait office de chauffeur de service d'un avocat à Anosy. Durant son audition, il a avoué avoir touché sa part de la rançon de sa propre épouse. Cette dernière qui fut également interpellée lui aurait donné 43 billets de 50 euros mais qui étaient déjà échangés en monnaie locale, depuis.

En poussant davantage les investigations à propos de la dame en cause, la Police a appris que le couple a dépensé l'argent de la rançon reçu en juillet 2018 en vacances dans une cité balnéaire du pays, mais aussi dans l'achat d'une belle  voiture que le gang utilise d'ailleurs pour commettre un enlèvement. Par ailleurs, la rançon perçue en novembre de l'année dernière a été consacrée à la construction de maisons.

Pour revenir dans les circonstances des arrestations à Andraisoro, la Brigade criminelle n'y trouvait que l'épouse et une sœur du principal incriminé. De toute façon, ce sont les deux femmes qui furent arrêtées en premier. Sitôt soumises à une enquête, elles ont avoué que le suspect figurerait bel et bien parmi les personnes recherchées par la Police pour sa participation présumée dans ces affaires d'enlèvement.

Enfin, la Police précise que tous ces kidnappeurs d'Indo-pakistanais appartiennent au même réseau. 10 d'entre eux sont déjà arrêtés dont 4 séjournent actuellement à la prison de Tsiafahy et 6 autres à Antanimora. L'enquête se poursuit encore.

F.R.

La Vérité0 partages

Lutte contre l’insécurité - Cinq hélicoptères et de nouveaux armements pour les Forces

Un nouveau visage de la sécurité à Madagascar dans les six mois à venir. Telle est l’ambition du Président de la République Andry Nirina Rajoelina. « Il faut fixer des objectifs », rapporte le Conseil des ministres d’avant-hier. L’Exécutif est décidé à taper fort sur la table pour renverser la tendance croissante de l’insécurité à Madagascar. Des actions urgentes pour lutter contre le fléau ont été annoncées. L’Etat va procéder à l’achat de cinq hélicoptères à mettre à la disposition des Forces de sécurité pour qu’elles puissent agir très rapidement. Selon le rapport du Conseil des ministres, ces hélicoptères seront disponibles à Madagascar dans deux mois. Andry Rajoelina réaliserait ainsi la moitié de son engagement de campagne de doter de 10 hélicoptères les Forces de l’ordre malgaches.

Outre l’inventaire des matériels roulants achetés l’année dernière et qui sont censés avoir été utilisés par les Forces de l’ordre, l’Etat compte procéder au renforcement de l’équipement par l’achat de nouveaux véhicules. Afin qu’elles retrouvent leur dignité d’antan, les Forces de l’ordre et de la sécurité seront également dotées de nouvelles armes. Le Conseil des ministres rappelle que le dernier approvisionnement en armes des hommes en treillis date de 1975.

Sur le plus long terme, des mesures drastiques sont prises, notamment la mise en place d’un système de renseignements efficace, l’adoption d’une politique pénale sévère dans la lutte contre l’insécurité et surtout en matière de kidnapping, de banditisme en ville et dans nos campagnes, la mobilisation et coordination de toutes les Forces de l’ordre pour la mise en place d’un système de quadrillage des villes particulièrement la nuit et ce, afin de rassurer la population et d’instaurer un climat général de sécurité, la création de prisons spécialisées de « haute sécurité » pour incarcérer les auteurs des infractions liées à l’insécurité notamment en matière de crimes de sang, de vols de zébus, d’attaque à main armée, et finalement le démantèlement des réseaux de kidnapping.

« La peur doit changer de camp »

Selon le communiqué relatant les décisions prises lors du Conseil des ministres, « La reprise des attaques à main armée, les kidnappings en ville ou dans  les campagnes ces derniers jours est perçue comme une défiance à l’égard de l’autorité  de l’Etat ».  L’Etat reconnaît, par ailleurs, que les dispositifs et les mécanismes en place trouvent leurs limites pour endiguer et éradiquer ce fléau. « Il est temps de mettre fin à cette situation. Il est impératif de renforcer la présence de l’Autorité au sein de la société », indique le communiqué.

En attendant la mise en place des nouvelles structures pour lutter contre l’insécurité comme les forces spéciales, le Gouvernement annonce le déploiement de tous les moyens disponibles afin de démanteler les réseaux.  « La crédibilité de la parole publique et de l’efficacité de l’Etat en dépendent », précise le communiqué. L’Exécutif entend continuer à déployer les efforts fournis précédemment sous le précédent gouvernement de Ntsay Christian,  de renforcer et d’améliorer les dispositifs et système de sécurité mis en place. « Le chantier est vaste et la sécurité des citoyens doit faire partie des priorités (…). La peur doit changer de camp », selon la consigne du Président de la République.

L.R.

La Vérité0 partages

Salon du transport de marchandises et de la chaîne logistique - Offrir une meilleure visibilité aux opér...

Organisé par l’agence 2HP,  le Salon du transport de marchandises et de la chaîne logistique en est aujourd’hui à sa seconde édition. Durant deux jours, les visiteurs auront l’opportunité de découvrir plus de 40 stands tenus par les différents acteurs du milieu. Pour cette deuxième édition, le salon se déroule à l’Alliance française d’Antananarivo, sise à Andavamamba. La précédente édition a eu lieu au Parvis de l’Hôtel de ville à Analakely.

« Le salon regroupe aujourd’hui tous les acteurs œuvrant directement ou indirectement dans le domaine du transport, à savoir les transitaires, les manutentionnaires, le groupement maritime, les transporteurs, les services de fret et d’expédition, ainsi que les institutions financières », énumère Hasin’ Andrianoninarivo, l’organisatrice. L’idée pour cet évènement est d’offrir une meilleure visibilité pour ces opérateurs dans le domaine du transport de marchandises et de la chaîne logistique. Il ne faut pas oublier que cette branche demeure le pilier du fonctionnement de plusieurs secteurs comme le commerce et l’import-export ou encore le secteur médical, étant donné que la plupart des matériels et des médicaments sont importés.   

De ce fait, la porte s’ouvre surtout aux entrepreneurs désirant importer ou exporter des produits. Les exposants vont détailler les démarches à suivre pour éviter les problèmes. A titre d’exemple, Gasynet y sera présent et expliquera aux visiteurs les procédures de dédouanement. De même, l’entreprise DISCOI, fournisseur de pièces détachées et d’accessoires, tiendra un stand durant ce salon. « Quand on parle de transport, on ne peut pas se passer de l’entretien. C’est pourquoi nous sommes venus participer à ces deux jours d’exposition », explique Asminah,  commerciale. A titre de rappel, l’évènement commence aujourd’hui vers 9h pour se terminer à 17h 30. L’entrée est gratuite. Cependant, une invitation est à retirer à l’accueil.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Affaires Mbola Rajaonah et consorts - Apaisement ne rime pas avec impunité

L'opinion publique est toujours dans l'attente de la suite des deux affaires judiciaires impliquant le nommé Mbola Rajaonah, l'ancien puissant conseiller spécial de l'ex-Chef d'Etat Hery Rajaonarimampianina. Si l'une de ces affaires, celle portant sur des suspicions de corruption à grande échelle, serait déjà entre les mains de Pôle Anti-corruption (PAC), la seconde, relative à une atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat, a disparu pour le moment des écrans radar après pourtant un démarrage sur les chapeaux de roue. Ce qui fait craindre à certains une issue « au nom de l'apaisement » alors que les faits reprochés aux prévenus sont loin de procéder de « simples » divergences de point de vue politique, comme certains des concernés le soutiennent, mais constituent des délits de droit commun d'une particulière gravité.

Rappelons, en effet, que l'affaire dont il s'agit repose sur une plainte pour « atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat » déposée le 3 janvier dernier par la Direction de la Législation et du Contentieux (DLC) auprès de la Primature. Elle est dirigée contre, outre  l'homme d'affaires Mbola Rajaonah suscité, les journalistes Rolly Mercia,  Fidèle Razara Pierre et Fernand Cello, ainsi que le politicien James Ratsima et la magistrate suspendue Fanirisoa Ernaivo. La plainte en question fait suite à l'incitation à la haine et à la révolte à laquelle se sont livrés les personnages en question entre les deux tours de l'élection présidentielle. Si certains d'entre eux se sont exprimés lors des manifestations sur le parvis de l'Hôtel de ville de la Capitale, d'autres avaient  lancé leur appel à partir des organes de presse du  groupe RLM communication, appartenant à Mbola Rajaonah. Concrètement, les prévenus avaient appelé la population à se rebeller contre les résultats de l'élection présidentielle déjà publiés par la Commission Electorale nationale indépendante (CENI) ainsi que contre les résultats qui, à l'époque, étaient déjà en attente de publication par la Haute Cour constitutionnelle (HCC).

Articles 91 et suivant du Code pénal

Outre la participation à une manifestation interdite, fait visé par l'article 11 de l'Ordonnance n°60-082 du 13 août 1960 relative aux réunions publiques et aux manifestations sur la voie publique, ce sont les articles 91 et suivant du Code pénal qui sont soulevés par la DLC lorsqu'elle parle d'« atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat ». Au regard de la plainte de cette dernière, le fait pour ces politiciens et journalistes pro-Ravalomanana d'inciter la population à se révolter contre les résultats provisoires et définitifs proclamés par des organes et Institution officiels, mais aussi pour incitation à la haine contre le Premier ministre en accusant celui-ci de violence contre la population, tombe sous le coup des dispositions du Code pénal suscitées, lesquelles visent les « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à provoquer la haine du Gouvernement, à enfreindre les lois du pays ».

Selon certaines sources, dans la foulée du déferrement de l'affaire le 25 janvier dernier, le ministère de la Justice aurait demandé la communication du dossier, une démarche fréquemment mise en œuvre pour des dossiers sensibles. Et ce serait la raison pour laquelle la procédure au niveau du parquet a été suspendue et que les prévenus ont été autorisés à rentrer chez eux, mais avec obligation de rester à la disposition de la Justice. La balle est donc actuellement dans le camp de Faravohitra. Quoi qu'il en soit, d'aucuns estiment que, dans cette affaire   -  comme dans celle pendante auprès du PAC qui implique également le nommé Mbola Rajaonah d'ailleurs  -  la nécessité d'apaisement ne devrait nullement servir de prétexte à l'impunité et ce, étant donné la nature et la gravité des faits.

La Rédaction   

La Vérité0 partages

Secteur touristique - Les résultats en perpétuelle évolution

6,6 %. Tel est le taux d’évolution des arrivées de touristes à Madagascar, constaté au niveau des agences de voyages. Les chiffres sont en effet passés de 115 387 en 2017 à 123 018 pour l’année dernière. Un grand pas en avant vu qu’il y a deux années, la hausse a été estimée à seulement 1,6 %. Ces résultats sont ainsi palpables grâce à la contribution de tout un chacun, allant des opérateurs aux promoteurs de la destination, sans oublier le ministère de tutelle. Toutefois, ces efforts doivent encore être renforcés pour que le secteur touristique soit un réel pilier pour le développement économique du pays.

D’ailleurs, Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, précise : « Le tourisme, en tant que secteur pourvoyeur de devises, contribue à hauteur de 7 % au produit intérieur brut. La mise en place de nouvelles infrastructures adéquates et de nouveaux produits touristiques reste une priorité pour pouvoir attirer plus de touristes dans la Grande île et augmenter les gains ». La question de la formation a également été abordée. Effectivement, les infrastructures ne serviront à rien s’il n’y a pas de main d’œuvre qualifiée.

« International tourism fair Madagascar 2019 »

En tout cas, pour pousser l’évolution du secteur touristique dans le pays, la huitième édition du salon « International Tourism fair Madagascar » a été officiellement lancée, hier, dans les locaux du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. Pour cette année, l’évènement aura donc lieu au Centre de conférence international (CCI) à Ivato, du 13 au 16 juin prochain. « Pour cette année, nous avons décidé de changer de lieu afin d’offrir un espace plus élargi tant pour les exposants que pour les visiteurs. Le salon dispose ainsi de plus de 300 stands à la disposition des participants. L’idée est d’ouvrir nos horizons pour  donner une opportunité à tous les opérateurs d’avoir plus de visibilité », détaille Vola Raveloson, directeur exécutif de l’Office national du tourisme de Madagascar. Pour cette 8e édition, l’Indonésie sera l’invité d’honneur. Les organisateurs prévoient d’accueillir plus de 15 000 visiteurs.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Tanà à plaindre !

Les tananariviens seraient-ils les damnés de la Terre ? Les Malagasy ainsi que les diverses nationalités résidant à Antananarivo auraient-ils fait un mauvais choix ou auraient-ils eu la mésaventure d'habiter la Capitale de Madagascar ? Réellement, c'est la galère de tous les jours ! Insécurité et insalubrité dans tous les états sont le pain quotidien des citoyens de la Capitale.

Antananarivo, la seule Capitale en Afrique voire dans le monde où il existe deux institutions policières (Police municipale et Police nationale) alors que la Ville succombe sous le diktat des gangs de tous les acabits ainsi que sous l'emprise de l'anarchie et de l'incivilité. Les bandits imposent leur loi. C'est un risque mortel de s'aventurer dans les ruelles dès la tombée du jour. La loi de la jungle sévit de jour comme de nuit.

La circulation des hommes et des véhicules s'avère un parcours harassant de combattant. Il est pratiquement impossible de circuler au centre de la Ville. Les bouchons sévissent à tout moment, en tout endroit. L'état délabré, au stade avancé, des rues complique sérieusement le trafic et les nids de poule voire d'autruche qui crèvent partout les chaussées n'arrangent pas du tout le calvaire des conducteurs pris au piège à Tanà.

Les odeurs nauséabondes émanant des saletés ordurières et les défécations humaines qui jonchent partout, polluent lourdement l'atmosphère. Les sujets allergiques aux poumons fragiles souffrent d'asphyxie. Et même les individus supposés costauds supportent mal l'air empoisonné surtout en cette période de chaleur caniculaire.

Le tracé des égouts de la Ville des Mille datait de l'époque coloniale. Depuis, aucune sérieuse réparation n'a jamais été entreprise. Aux moindres flottes, c'est le déluge apocalyptique ! La panique générale. Les rues pratiquement inondées d'Anosikely à Ampefiloha, en passant Isotry, par Analakely, par Behoririka, par Antanimena, par Besarety et ... partout, ne sont plus d'aucune utilité. Elles présentent même des dangers mortels. Sans parler du drame des bas-quartiers où l'eau envahit les pauvres maisons d'habitation à chaque saison des pluies. Bref, c'est un exercice inhumain de vivre à Tanà. Une ville à plaindre !

Et on s'interroge forcément « y a-t-il quelqu'un là-haut gérant la Cité ? » Les lustres d'antan s'évanouissent au fil des années. A ce rythme, la belle Capitale de Madagascar serait méconnaissable, à plaindre !

Les édiles de la Ville s'illustrent par leur incompétence à contrôler la situation. Mme le Maire Lalao Ravalomanana plafonne. L'ombre de son conseiller spécial de mari plane trop sur sa tête à tel point que sa marge de manœuvre se réduise à ...néant. Elle n'a pas, non plus, l'étoffe d'un leader capable de diriger une Cité de la taille d'Antananarivo. Pauvres de nous Tananariviens !

Non seulement, Tanà se fait plaindre pour des raisons aberrantes liées à l'ineptie et à l'incurie des élus, censés gérer les affaires de la Cité, mais elle est victime d'une certaine braderie. La plupart des espaces ou terrains, en plein centre de la Ville, sont tour à tour cédés à des particuliers. Des Chinois et des Indiens, par le biais des prête-noms,

« saccagent » sinon « pillent » les meilleurs terrains domaniaux de la Ville des Mille. Au rythme actuel de ces insanités, les Malagasy résidant à Tanà seraient des étrangers sur les terres de leurs Ancêtres.

Ndrianaivo

Madagate0 partages

Razanadrakoto Mamirinina. Lasa i Tonton Mamy be vazivazy sy hatsikana

Tonton Mamy sy Toutou Lilie tamin'ny nandraisana azy mivady mpandray Fanasan'nyTompo

Antananarivo, Alakamisy 7 Febroary 2019. Nandao antsika taminy telo ora maraina ny havanay, Tonton Mamy (Razanadrakoto Mamirinina), rehefa tsy nahatsiaro tena (« dans le coma ») nanomboka tamin’ny 24 Janoary 2019. In-droa natao scanner ny lohany ka hita fa misy lalan-drà tapaka ao.

Ny Alahady 20 Janoary 2019 no nivory tao Ampandrana ny fianakaviana, nifampiarahaba tratry ny taom-baovao. Nandray gitara i Tonton Mamy ka ny hirany voalohany dia «Mifankatiava ihany». Vita ny asany taty ka lasa niala sasatra Ary i Tonton Mamy. Malahelo ny fianakaviana iray manontolo kanefa izay no lahatr’Andriamanitra izay isaorana nanome antsika an’i Tonton Mamy nandritra ny 53 taona. Raha oharina amiko izay 65 taona dia tanora dia tanora tokoa i Tonton Mamy izao nandao antsika izao.

TSINDRIO ETO HO AN'IZAY MANANA COMPTE FACEBOOK

Ny fahatsiarovako an’i Tonton Mamy ? Izy sy Toutou Lilie no nitondra aho tany Mahitsy tao amin’ny hopitalin’ny Sinoa, ny taona 2000 rehefa tapaka fanintelony ny « clavicule »-ko. Simca 1100 ny fiarany tamin’izay. Io fiara koa no nandehanay tany Ambatondrazaka ny taona 2005 hamonja raharaham-pianakaviana tao Ambongamaneno. Tena « aventure » tamin'izay fa tsy ho tantaraiko eto...

I Tonton Mamy dia be vazivazy ary be hatsikana. Raha tsy nanam-pahaizana tamin’ny « mécanique automobile » angamba izy dia mety ho nanara-dia an-dry Francis Turbo sy ny tariny. Fa toa avy amin’ny fianakaviany mihitsy izany be vazivazy izany.

Efa niady ny ady tsara tokoa i Tonton Mamy ka lasa niala sasatra

Efa tonga tao an-tranony ao Ampandrana, ny alakamisy 7 Febroary 2019 io ihany, taminy 6h30 maraina ny razana. Hoy i Jerôme Randria, mpihira tao amin’ny tarika « Ny Railovy », izay : « Veloma namako salut la compagnie ! ».

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Monja Roindefo et commémoration du 7 février : « Je suis toujours disponible pour continuer la lutte »

Le président national du Monima, Monja Roindefo, a dressé un message en hommage à ceux qui sont tombés le 7 février 2009. « Cela fait exactement 10 ans jour pour jour que le peuple malgache s’est levé sur cette place historique pour exiger un vrai changement dans la gestion des affaires nationales. C’est avec émotion que je me souviens de l’enthousiasme, de la détermination et de la solidarité qui ont animé les manifestants. Pour l’avènement de la démocratie, seule voie pour vaincre les égoïsmes et la pauvreté qui ruinent notre pays jusqu’à présent. Oui le vrai changement pour lequel les martyrs ont versé leur sang, n’est pas encore atteint ». Et lui de continuer, « Aujourd’hui, en ma qualité de président national du Monima, ayant conduit les manifestations populaires sur cette place, je  renouvelle et renforce la promesse que j’ai déjà faite. Je suis toujours disponible pour continuer la lutte pour le progrès à la suite des patriotes qui nous ont précédés. C’est seulement ainsi que nous pourrons bâtir un avenir meilleur pour notre pays et notre peuple. Et il  faut que nous défendions aujourd’hui encore et avec courage, l’unité et la souveraineté nationale, garantes d’un développement équitable pour toutes les régions de Madagascar ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis – U12 : Madagascar ira au Zimbabwe

Le tennis malgache poursuit sa marche en avant en s’appuyant notamment sur la préparation de la relève. Indispensable rendez-vous selon le président de la FMT, Stéphane Rakotondrainibe, qui ne ménage pas ses efforts pour prendre, même avec l’aide des parents, toutes les opportunités qui se présentent.

C’est le cas notamment des championnats de l’Afrique australe par équipes chez les moins de 12 ans qui vont se tenir le 6 au 12 mars au Zimbabwe.

Afin de mettre toutes les chances de notre côté, la Fédération Malgache de Tennis va tenir un tournoi de sélection qui aura lieu ce week-end pour se poursuivre le 13 mars sur les courts du CAR, à Ivato.

L’objectif est de former une équipe de trois filles et de trois garçons. Comme il y a cinq filles et cinq garçons, cela signifie que le quatrième et le cinquième du classement resteront à quai.

Voici donc la liste des participants :

Filles : Iriela Rajaobelina, Lucie Rakotondrainibe, Zarasoa Jacky Randria, Mirindra Razafinarivo et Andraina Mitia Voavy

Garçons : Hasina Ranaivo, Alvin Mihaja Andrianavalona, Aritoky Mamisoa Razafindrakoto, Nicolas Faye et Idealy Fandresena Andrianiaina.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fampanoavana : Talen-gazety sy mpanao gazety nohenoina omaly

Mbola hiverina indray eo anivon’ny fampanoavana ny raharaha.

Niakatra fampanoavana omaly ilay raharaha izay nitorian’ny filohan’ny federasiona mpisolo toerana Doda Andriamiasasoa ny orinasan-gazety « La Gazette de la Grande Île ». Ny talen’ny famoahana, Lôla Rasoamaharo sy ny mpanao gazety izay nanoratra ilay lahatsoratra, Francis Aurélien, no nohenoin’ny mpitsara teo anivon’ny fampanoavana omay. Mahakasika lahatsoratra roa izay nivoaka tamin’ny volana novambra 2018 ka noraisin’ny filohan’ny federasiona mpisolo toerana ho fanalam-baràka azy ny votoatin’ny raharaha. Samy tonga teo ny roa tonta ary notronin’ny Holafitry ny mpanao gazety izany, satria mahakasika lahatsoratra an-gazety. Tapaky ny fampanoavana omaly fa hahemotra amin’ny fotoana manaraka ny fihainoana, satria tokony mbola halaina am-bavany eo anivon’ny mpitandro ny filaminana koa ny tonian-dahatsoratra. Miandry izany ho vita vao miverina eo anivon’ny fampanoavana ny raharaha. Fanindroany izany izao hatramin’ny fiandohan’ny taona no nisy mpanao gazety natolotra ny fampanoavana, teto amin’ny nosy. Isan’izany i Marino Rajaonina, mpanao gazetin’ny Radio Vanille ao Sambava. Ny azy dia fanohintohinana ny filaminana anatiny no vesatra nanenjehana azy rehefa voarohirohy ho nanaparitaka tsaho tamin’ny tambajotra sosialy. Toy ireny jiolahy atahorana fatratra ireny no nitondràna an’i Marino teny amin’ny fampanoavana tao an-toerana ary nanofàna fiara tsy mataho-dàlana manokana mihitsy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sakoroka tao ao amin’ny fonjan’Ambalatavoahangy : Mikomy ireo tatsambo voarohirohy tamina resaka « b...

Voatery nanapoaka basy ny mpandraharaha ny fonja io fiafaran’ny tolakandro io satria tsy mety manaraka fitsipika ireto sinoa ireto, tara koa ny mpanati-bary azy ireo ka nikomy izy ireo ny fiarafan’ny tolakndro teo, voatery niditra tamin’ny fandaminana sy fanapoahana basy ny mpandraharaha ny fonja ho fandaminana izany. nanaitra ny olona manodidina ny fonja izany satria maro ireo nihevitra fa nisy gadra nandositra indray tao amin’ny fonja, nefa ireto sinoa MD ireto no manakorontana sy mitarika fikomiana nampisy izao poa-basy tao amin’ny fonjaben’i Toamasina Ambalatavoahangy izao

Maditra tsy  manaraka ny fandaminana misy eo anivon’ny fonja fa manao ny lohany sy ditrany ireo 15 lahy tantsambo eo anivon’ny sambo “Flying” izay voarohirohy noho ny fikasana hanao trafikana andramena eto amintsika. Manahy noho izany ny mpandraharaha ny fonja eto Toamasina sao hiteraka korontana eo anivon’ny fonjaben’Ambalatavoahangy ny fanagiazana azy 15 lahy aziatika ireto, ka tokony handray fepetra amin’ny fanagiazana any Tsiafahy tahaka ireo teratany malagasy nanao trafikana andramena tratra izay efa ho roa taona tsy miroso tsy mihemotra ny mikasika ny antontan-taratasin’izy ireo na efa ny tana 2018 aza no nikatona izany antontan-taratasy izany miandry fitsarana, na efa nahazo fahafahana vonjimaika aza ny tompon’antoka roa fa ireo mpiray tsikombakomba no mboka hazonina ao Tsiafahy hatramin’izao. Tokony hatao toy izny ihany koa izy 15 lahy aziatika ireto. Araka ny angom-baovao hatrany dia miisa 17 ireto tantsambo ireto tamin’ilay sambo “Flying” saingy naratra ka notsaboina tao SAVA ny roa nandritra ny fifanenjehana teo amin’ny mpiandry sisin-tany malagasy sy ity sambo aziatika “Flying” ity tamin’izany. Izy 15 lahy ihany no tratra farany fa nanaovana EVASAN, na famindrana fitsaboana, tao Antananarivo ireo roa naratra ary nanjavona tsy hita hatramin’izao raha ny fanazavana azo hatrany. Ahiana hiteraka fahasorenana ho an’ireo namany izany ka hitarika korontana ao Ambalatavoahangy koa. Hatreto aloha dia ny fikambanana teratany tena sinoa tarihan’ny tompon’ny trano fandraisam-bahiny “Ocean d’Or” Tanambao V no mikarakara azy ireo ao am-ponja amin’ny fanaterana sakafo. Hatreto ihany koa dia mbola ireto teratany aziatikza ireto no tratra fa ireo Malagasy mpibizna miara-dia amin’izy ireo tsy mbola voakasika na azo inoana tokoa aza fa fantatry ny fanjakana sy ny mpanao fanadihadiana tsara izy ireo noho antony ara-politika.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

‘Hôtel de l’Avenue’ accueille Fy Rasolofoniana

Fy Rasolofoniaina sera sur la scène de l’Hôtel de l’Avenue Analakely ce soir à partir de 20 h 30 pour une soirée sous le signe du relax et de la convivialité. D’ailleurs le cadre s’y prête, ce lieu d’ambiance se trouve en centre ville et commence à entrer dans les mœurs des noctambules de la Capitale. Quant à l’artiste, il commence à se faire un nom auprès des Tananariviens avec ses titres comme « Aza manahy », « Mitonia », « Arambato »… Depuis 2018, il a investi plusieurs scènes réputées d’Antananarivo. Pour les amateurs de musique acoustique et des sons limpides,  c’est l’occasion de découvrir Fy Rasolofoniaina.

Fandrama chauffera ‘le Glacier’

Un grand monsieur du « salegy » sera à l’affiche du ‘Glacier’ Analakely, Fandrama chauffera la scène de ce haut lieu de la variété malgache ce soir à partir de 20 h. S’il a un peu baissé de régime ces derniers temps, son fan base est toujours resté fidèle avec l’artiste. Ces titres comme « Koragna alamina », « Jaolahinay mahery »… cela fait maintenant 17 ans qu’il a mis en avant la musique du terroir de la région nord de Madagascar. Il est temps qu’il retrouve ses fastes d’antan cette année, il attend donc le soutien de ses inconditionnels. Ce sera l’un des évènements de ce week-end, Fandrama va mettre le feu au ‘Glacier’.

« Jamaïca Chill » rend hommage à Marley

Né le 6 février, Bob Marley aurait sûrement fait un concert s’il a su que le reggae a été intégré au patrimoine mondial de l’humanité. Un concert en son hommage se tiendra ce jour à partir de 18 h au « Jamaïca Chill » By Pass sur la route d’Ambohimanambola, avec le groupe « Majestic Lion ». Le microcosme du reggae antananarivien commence ainsi l’année par rendre à Marley ce qui appartient à Marley. D’autant plus que cette formation est capable de faire revivre les chansons du roi du reggae avec justesse et vitalité. Il ne reste qu’à espérer qu’elle passe par les albums comme « Songs of Freedom » ou « Survival ».

Sisca investit le « Jao’s Pub »

Sisca sera sur la scène du « Jao’s Pub » à Ambohipo ce soir, à partir de 21 h. Cette chanteuse débarque sur un terrain qui la connaît déjà, puisque ce ne sera pas le premier concert qu’elle fera sur les lieux. Elle a bien choisi ce cadre pour débuter son année musicale. Le « Jao’s Pub » est un haut lieu réputé pour accueillir et être le tremplin des artistes en devenir. Avec ses titres comme « Fomban-draha », « Tsindry Fe », « Par couleur » et tant d’autres, cette chanteuse a déjà porté des titres en haut des hit-parades locaux.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Inscription sur la liste électorale : Seulement 0,23% de hausse dans tout Madagascar

Les commissaires électoraux mènent une campagne de sensibilisation dans tout Madagascar.

Ouverte le 1er décembre 2018, l’inscription dans la liste électorale, dans le cadre de la révision annuelle, sera clôturée dans huit jours, plus exactement le 15 février. Hier, la CENI, par le biais de son président Hery Rakotomanana, a fait savoir que les nouveaux inscrits ne représentent jusqu’ici que 0,23% de ceux qui se sont déjà inscrits dans la liste électorale. Le président de la commission électorale a interpellé ceux qui ont accusé la CENI de ne pas avoir inscrit leurs noms dans la liste dans le cadre des dernières présidentielles alors qu’ils n’étaient pas venus s’inscrire. « Où sont-ils passés ces gens ? », s’est-il interrogé.

Campagne de sensibilisation. A « Antananarivo-Renivohitra », les nouveaux inscrits représentent 1,25% seulement de ceux qui sont déjà dans la liste. Visiblement, les nouveaux électeurs, ceux qui viennent d’avoir 18 ans, ne sont pas intéressés par la révision annuelle de la liste électorale ; et ce malgré la campagne de sensibilisation tous azimuts  menée par la CENI. A rappeler que la liste électorale reste disponible au niveau des « Fokontany » jusqu’au 15 février. Mais ladite liste sera définitivement arrêtée le 15 mai. D’après le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo, la liste électorale révisée sera utilisée aux prochaines Législatives qui auront lieu le 27 mai de cette année.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Fanafarana vary avy any Pakistan eto Madagasikara : Bizina mandeha, misy fanadiovam-bola hafahafa ara-ketra

Tao anatin’ny folo taona teo izay dia tena nahazo vahana sy bizina nandeha teto amintsika ny fanafarana vary avy any Pakistan noho ny tsy fahampian’ny famboelam-bary malagasy, sy noho ny loza voajanahary samihafa nanimba ny vokatra anatiny. Nandritra izany fanafarana vary avy any Pakistan izany anefa dia lasa bizina be ho an’ireo mpanafatra ny vary sy hisiana fanadiovam-bola hafahafa ara-ketra ao anatiny, na eo anivon’ny fanjakana izany na eo anivon’ny ladoany.

Raha ny fantatra dia saika manodidina ny 2.000 kaontenera isan-taona no tonga eto amintsika mikasika ireo vary avy any Pakistan ireo, ka ny “Mama Afrika “, “Lava”, “Butterfly”, ary “African Safari” no tena malaza. Orinasa fito no tena mpisahana azy, izay saika orinasa misoratra amina teratany malagasy avokoa, saingy Ingahy M. Dodai avokoa no tompony, ary Ingahy B. Lal no tompon’ny orinasa hanafarana azy avy any Pakistan. Raha ny fanazavana azo dia saika vary efa natokana ho fihinan’ny biby any Pakistan ireo vary alefa aty Madagasikara ireo, izay vidiana eo amin’ny 260 na 290 dolara ny iray taonina amin’izany vary tsy fihinana miditra izany, raha  manodidina ny 500 na 600 dolara ny iray taonina amin’ireo vary tsara fihinana any an-toerana. Tsy nandoavana hetra izany miditra ny ladoany malagasy, satria mandoa vola 1.000 dolara isaky ny kaontenera ireo mpandraharaha mandritra izany hialana amin’ny fisavana sy ny sakana, ary ampitomboina avo roa heny amin’izany ny misoratra amin’ny faktiora mba hahafahana maka tombony be loatra amin’ny famarotana azy eto amintsika. Miray tsikombakomba amin’izany ireo banky malagasy miara-miasa amin’ireo mpandraharaha Pakistanais ireto mandritra izany, satria mahazo 40% amin’ny vidin’ny vary mandritra ny famerenana izany ho vola vahiny any Pakistan izy ireo.

Voalazan’ny angom-baovao natao fa tena paradisan’ny fanadiovam-bola hafahafa ara-ketra momba ny vary hafarana avy any Pakistan mihitsy i Toamasina amin’izao, satria raha manafatra 100 koantenera ireo mpandraharaha dia 50 avy amin’izany vary tsara sy vary ratsy izay atao mitovy amin’ny vidiny anaty faktiora, ary misy ny fanafangaroana izany rehefa tonga eto amintsika, alohan’ny famoahana azy eny an-tsena amin’ny vidiny tokana, araka ny angom-baovao natao sy azo hatrany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – CCC zone 7 : GNVB passe, Stef’Auto à la trappe

Les gendarmes évoluent un cran au dessus.

L’aventure continue pour la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) à la Coupe des Clubs Champions de la zone 7. Les demi-finales se jouent cet-après-midi au Palais des Sports de Mahamasina.

C’est l’avant-dernière ligne droite de la compétition ce jour au Palais des Sports de Mahamasina. La 25e édition de la CCC zone 7 aborde le stade des demi-finales. Si chez les hommes, les représentants de la Grande Ile ont assuré, chez les dames, Bi’AS est la seule rescapée.

Les champions de Madagascar de la GNVB poursuivent leur bonhomme de chemin à Mahamasina. Hier, en quarts de finale, la bande à Andry Be s’est imposée facilement face à la formation mauricienne du Quatre Bornes VCB par trois sets à zéro. Au premier set, les Mauriciens ont essayé de tenir tête aux gendarmes où à un moment le score était de 18-18. Au final, ce sont les hôtes qui l’ont emportés par 25 à 21. Bien rentrée dans le jeu avec un collectif bien rodé, la GNVB a remporté sans encombre le second set par 25 à 20. Au troisième set, les Mauriciens ont entamé un bon début de manche en menant par 4 à 1, mais, dame pluie a gâché la fête. Le match a été interrompu en raison de la coupure d’électricité. Ces aléas qui n’ont pas empeché aux volleyeurs de la gendarmerie de boucler la rencontre par 25 à 18. Vice-championne en titre, la GNVB est pour le moment en bonne position pour remporter la victoire finale. L’équipe de la Jeunesse Sportive d’Ambatonilita a battu Trou aux Biche de Maurice en trois sets à zéro (25-22/28-26 et 25-21).

Stef-Auto éliminé. Chez les dames, l’aventure s’arrête pour Stef’Auto de Toamasina. La troupe à Lalah a été corrigée par Bi’AS en trois sets à zéro, (25/19-25/20-25/21). L’équipe de Bi’AS a tenu ainsi sa revanche face à cette formation qui l’a battue en finale du Championnat de Madagascar. La formation d’Itaosy a réalisé ainsi, un parcours sans faute à la compétition. L’autre représentante malgache, l’Amvb a été battue par Quatre Bornes de Maurice par trois sets à zéro, (25/20-25/8-25/12). Bi’As affrontera Pralin Girls des Seychelles ce jour. L’autre demi-finale opposera Quatre Bornes de Maurice à Anse Royale des Seychelles.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Les Chiffres de la semaine

35. Le nombre recueilli, mercredi dernier, de foyers évacués à Ampamarinana, pour prévenir les éboulements, glissements de terrain et écroulement de rochers. Ce nombre est appelé à augmenter dans les prochains jours, malgré la réticence des premiers concernés, tiraillés entre leur attachement à leurs terres et leur sécurité. Cependant, les autorités ont été fermes et formelles, les destructions se feront coûte que coûte, pour des raisons de sécurité justement.

4 millions. Dans sa descente dans le Grand Nord, Andry Rajoelina a promis que 4 millions de vaccin anti-rougeole vont être administrés dans les mois qui viennent pour endiguer l’épidémie de rougeole qui frappe la Grande Ile actuellement.

86. Le nombre de décès dus à la rougeole à Ambilobe.

800. Le nombre d’individus atteints par la rougeole toujours dans ce district du Grand Nord.

30. Dans le cadre de la tenue prochaine du Sommet du Rugby africain, 30 présidents de fédération sont attendus au Maroc.

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Orambe omaly : Difotra tanteraka ny teto an-drenivohitra !

Totofy ihany ny tanimbary dia anoreno trano ary ario etsy sy eroa ny fako. Mizaka ny vokatry ny gaboraraka ankehitriny ny renivohitr’i Madagasikara ary ny orana izay tokony mba hanamando ny tontolo iainana ka hanamaivana ny rivotra maloto dia lasa olana mivantana ho an’ny mponina. Orana tao anatin’ny adim-pamataran’andro iray mahery dia efa dibo-drano tanteraka Antananarivo. Tsy vitan’izany aza fa nisy ny tany nihotsaka indray. Mba tsy teny Ampamarinana aloha izany fa kosa ny làlana pavé sasantsasany no nihotsaka. Tsy vitan’izany fa nisy zazalahy iray, mpianatra izay vao avy nanao fanadinana, no lasan’ny rano tetsy Andraisoro. Tetsy Besarety dia tapaka ny làlana noho ny fiakatry ny rano. Na ny mpandeha an-tongotra aza dia izay nanam-bola ihany no afaka niampita. Efa nisy mpikarama mibaby fotsiny amin’ny sarany arivo ariary. Izay tsy nanana izany dia tsy maintsy niandry ny rano nitsiaka vao afaka nanohy ny diany. Tetsy Tsaralalàna indray dia nisy olona nifaly nilomano mihitsy satria hatreny amin’ny fe ny rano. Tetsy Analakely koa dia tafiditra hatrao anaty fiara ny rano, samy nitaraina an’izany izay nampiasa fitaovam-pitaterana. Izany sisa ny sarin’Iarivo ankehitriny. Ela loatra ny gaboraraka sy ny tsy fanajàna ny tanàna ary ankehitriny dia samy mizaka ny vokany…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Agriculture biologique : Six entreprises malgaches au « Salon Biofach 2019 » à Nuremberg

Madagascar dispose d’une importante potentialité en agriculture biologique.

Pour les entreprises malgaches, le « Salon Biofach » est une occasion d’envergure pour échanger autour des dernières tendances du marché mondial des produits biologiques

L’agriculture biologique est plus que jamais devenue un secteur porteur à Madagascar. La Grande Ile commence à occuper une place privilégiée et se trouve au 4e rang en termes de nombre d’exploitants et au 64e rang en termes de superficie  sur les 164 pays pratiquants.

Nouveaux marchés

Cette position privilégiée va encore se conforter avec la participation de six entreprises malgaches à l’édition 2019 du Salon mondial de l’agriculture biologique Biofach qui se tiendra à Nuremberg (Allemagne) du 13 au février prochain. L’annonce de cette participation a été faite, hier au siège de l’ « Economic Development Board of Madagascar », par le « Syndicat Malagasy de l’Agriculture Biologique » (SYMABIO). Ce sera une occasion pour ces entreprises malgaches d’échanger autour des dernières tendances du marché mondial des produits biologiques. Et ce, en vue de cibler de nouveaux marchés, de créer de nouveaux contacts à travers des rencontres B to B et bien entendu de promouvoir et vendre leurs produits. « L’objectif est que chacune des entreprises du SYMABIO qui participera à cette grande foire mondiale de l’agriculture biologique puisse concrétiser au moins 2 nouveaux partenariats commerciaux ». a-t-on indiqué, lors de cette conférence de presse. En tout cas, il y aura du concret pour les agriculteurs biologiques malgaches participants dans la mesure où une liste des clients potentiels ainsi que leurs demandes et leurs exigences sera établie afin de créer des conditions favorables au montage de nouveaux partenariats. Les démarches seront par ailleurs appuyées dans le futur, par le programme « develoPPP.de », financé par le ministère fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ). Il s’agit d’un programme qui encourage l’engagement du secteur privé afin d’atteindre les objectifs de développement durable de la filière bio.

En 2018, le salon Biofach de Nuremberg a enregistré .3.000 entreprises et près de 50.000 participants venus de 134 pays.

Potentialité importante

Dans ce contexte concurrentiel de plus en plus marqué, Madagascar est reconnu comme étant un pays qui possède une potentialité importante en matière de production biologique. Un modèle de développement respectueux des hommes, de leur santé et de l’environnement constitue un contexte de développement favorable. Au niveau mondial, cette forme d’agriculture connaît actuellement une dynamique forte avec un taux de croissance de la demande de 15% par an depuis 2015. Ce qui fait que, sur 36 pays africains, la Grande Ile se place actuellement parmi les 10 premiers en termes de superficie biologique totale et de nombre d’exploitants. 25.000 exploitants d’agriculture biologique sont recensés à Madagascar avec une superficie de 120.000 ha. In fine, l’idée est de développer des filières agricoles porteuses pour une agriculture responsable et durable tournée vers le marché international.

Marché allemand

Pour en revenir au Salon de Nuremberg, il regroupera une fois de plus, les professionnels de l’agriculture biologique qui travaillent sur toutes les étapes de la chaîne de production organique : producteurs, distributeurs, acheteurs et décideurs. ​​ Une session de présentation avec l’ambassade de Madagascar en Allemagne est prévue pour appuyer le secteur privé malgache afin de percer le marché allemand et de faire la promotion des produits biologiques en provenance de Madagascar. L’EDBM dans sa mission de promotion de la filière agro-industrie facilitera les rencontres B2B lors de l’évènement et mettra en avant Madagascar, comme pays propice aux investissements internationaux. C’est dans ce contexte que l’unité « Competence Center for the PrivateSector » (CCPS), mise en place par la coopération allemande GIZ, en partenariat avec l’ « Economic Development Board of Madagascar » (EDBM), s’attelle à la création de liens d’affaires durables entre le secteur privé malgache et international. Elle vise également à renforcer le dialogue public-privé. Le CCPS soutient la participation d’entreprises à certains événements, notamment les foires et les salons à caractère économique aussi bien nationaux qu’internationaux afin de favoriser le « matchmaking » d’entreprises engagées pour le développement durable.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Histoire :  Justin Bezara, un patriote oublié de l’histoire

(à gauche) Rakotonirina Stanislas, (à droite) Justin Bezara.

Actuellement, Justin Bezara n’a laissé que son nom comme héritage, mais son action demeure méconnaissable pour la génération actuelle. Pendant la deuxième République, l’autorité de l’époque a inauguré une  rue qui porte son nom à Antsiranana : rue Justin Bezara. Pour la vieille génération, il était le « Raiamandreny ».

Singulier destin tout de même que celui de Justin Bezara, un leader nationaliste de Diégo-Suarez, qui aurait passé de cultivateur à celui de ministre. Itinéraire exceptionnel tout de même que celui d’un enfant de Sandrampiana, un village perdu dans la commune rurale d’Andranofanjava sud-ouest de la ville de Diégo-Suarez.

Fils de Jaonasy un paysan aisé, et de Rakala fille d’un migrant, Justin Bezara est né le 1er janvier 1900. Dès sa naissance, il a vécu l’oppression de l’administration coloniale. Dès lors ce phénomène forge naturellement notre personnage à être contre le pouvoir. Au début du XXe siècle avec la période de tâtonnement politique des Français, la population locale ne sait pas qui il faut suivre. Le royaume Antakarana qui s’affaiblit de plus en plus et sous la pression des Français qui eux aussi influencent de leur part cette dernière. La colonisation reste encore incomprise. Pour être à jour des informations il faut quitter son village. C’est le cas de notre personnage.

La crème de la crème. Le but de chaque future élite est de se faire former, pour ne pas être le commun des mortels dont le but est de pouvoir diriger la population et de la conscientiser. Mais pour être un leader, le savoir est une arme. C’est ainsi qu’en 1915, il est admis à l’école primaire d’Analalava. Après avoir suivi pendant trois ans les cours de l’école régionale d’Analalava, et un an à l’école le Myre de Vilers à Tananarive, Justin Bezara a obtenu le certificat d’aptitude à l’enseignement et un diplôme de comptabilité commerciale délivré par la chambre de commerce. Recruté comme instituteur en 1921, il a travaillé à Majunga et Ambilobe jusqu’en 1929, année au cours de laquelle il a démissionné de la fonction publique pour occuper un emploi d’aide-comptable à Nosy-Be pour le compte de la banque de Madagascar.

Un nationaliste déterminé. S’il était toujours inconnu dans les années 1920, en 1932, il entretient des rapports avec Jean Ralaimongo. C’est à cette époque qu’il est devenu dépositaire du journal « L’Aurore malgache » dirigé par le Réunionnais Dussac. Malgré son caractère, qui se fond toujours dans le décor, Elu en septembre 1946 président de la section locale du MDRM de Diégo-Suarez, il a créé avec un accord du comité politique  MDRM de Tananarive le journal « Ny Fivondronana malagasy » qui se traduit par « Bloc malgache ».  Mésentente, mal entendu entre les insurgés ce sont les principales causes de la difficulté de la réalisation de l’insurrection dans le Nord de Madagascar en général et à Diégo-Suarez en particulier. Alors, l’insurrection de mars 1947 a été tuée dans l’œuf. Même s’il ne s’est rien passé dans cette partie de l’île, des cortèges d’arrestation était effectué par l’administration coloniale. Le 10 avril Justin Bezara est arrêté pour complicité de vol d’armes et atteinte à la sûreté de l’Etat. Il est condamné à 10 ans de détention.

En avril 1948, Justin Bezara se fait maltraité par un garde pénitentiaire de Diégo-Suarez. Il porte plainte deux fois, le 16 et le 23 avril contre son agresseur. Ces exactions ont fait écho dans la ville. On le forçait à s’agenouiller et les gardes se déchaînaient sur lui. Le procureur de Diégo-Suarez dément ces actes dans son rapport. La condition carcérale est critique pour Justin Bezara.

L’année 1948 était dure pour lui. Comme son compagnon d’arme Joseph Jaozandry qui a perdu sa fille lors de son incarcération, Justin Bezara lui aussi connaît le même problème pour son fils le 24 juin 1948. Eugène Bezara est mort à l’âge de 26 ans. Est-ce le même mauvais sort qui s’abat sur ces deux hommes forts du Nord de Madagascar ? La disparition de son fils était un fait marquant de la vie de Justin Bezara. C’était une rudee épreuve pour lui. L’administration locale l’a  laissé  faire son dernier adieu et à aider sa femme de faire le tombeau familial qui se trouve à 60km de Diégo-Suarez.

Parcours d’un militant. Justin Bezara est un personnage parmi tant d’autres qui ont lutté contre l’installation des Français à Madagascar. Influencé par les idéologies de Jean Ralaimongo depuis 1932, il porte le flambeau après la mort de son aîné. Grâce à son charisme et son caractère volontaire, il arrive à convaincre la population du Nord et Nord-ouest de Madagascar ( Nosy-Be, Ambanja, Ambilobe) à joindre l’idée nationaliste. Il a subi des épreuves difficiles des échecs électoraux  l’emprisonnement, la mort de son fils. Mais il ne s’est pas arrêté, au contraire ces difficultés sont surpassés grâce à son courage et sa détermination. Après son incarcération, il est accueilli par la population de sa région comme un héros en 1956. Puis il participe dans le gouvernement provisoire de 1957, et 1959. La fierté que Diégo-Suarez n’a jamais eue. Il est le personnage clé de la lutte anticoloniale dans la ville dans la région septentrionale de l’île. La ville d’Antsiranana était animée aussi bien politiquement qu’économiquement au temps de Justin Bezara. (1945-1960).

Justin Bezara s’est éteint le 16 février 1968.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Revanche électorale entre le Mapar, le TIM et le HVM

L’Assemblée nationale aura ses nouveaux occupants vers fin juin.

Tout n’est pas terminé. Les trois grandes formations politiques vont encore s’affronter aux prochaines législatives prévues se tenir le 27 mai. Une revanche électorale pour certains, un troisième tour pour d’autres. Pour le Mapar, ce sera une occasion pour confirmer qu’il est en pole position après avoir pu faire élire Andry Rajoelina aux dernières présidentielles. Pour le TIM, il ne ratera pas cette opportunité pour démontrer qu’il a sa place dans l’échiquier politique national. Et pour le HVM (Hery Vaovao ny Madagasikara), il aura l’occasion pour qu’il reste debout malgré la défaite cuisante de son candidat Hery Rajaonarimampianina qui s’est présenté à sa propre succession. L’avenir de ces formations politiques dépendra des résultats qu’ils obtiendront à l’issue de ces Législatives. Car le fait de ne pas être suffisamment représenté à l’Assemblée nationale serait synonyme de l’absence dans les débats démocratiques dans le pays. Et tant qu’on ne touche pas à l’actuelle Constitution, tout se jouera encore à la Chambre basse, pour ne parler que de la mise en œuvre de l’article 54 de cette loi fondamentale.

Quatrième tour. A l’issue des Législatives de 2013, le Mapar a pu faire élire 49 députés contre 21 pour le TIM. Le HVM n’a pas encore présenté de candidats. Mais puisque Hery Rajaonarimampianina a été élu président de la République, une partie des élus du Mapar et des députés indépendants ont formé une majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Une majorité à géométrie variable qui était à l’origine de l’instabilité chronique du régime de Hery Rajaonarimampianina. Pire, l’article 72 de la Constitution (« Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. » a été bafoué. La question qui se pose est de savoir si le Mapar pourrait avoir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Sinon, il serait obligé de composer avec d’autres forces politiques ou avec les indépendants pour assurer la stabilité du nouveau régime. En tout cas, après les Législatives du 27 mai, il y aura un quatrième tour ou un quatrième round. Ce sont les élections communales qui pourraient se tenir fin août de cette année.

R. Eugène

 

Midi Madagasikara0 partages

Andraisoro : Zazalahy mpianatra lasan’ny rano

Zaza iray, nirava avy nianatra no tsy hita popoka omaly tetsy Andraisoro. Araka ny voalaza dia lasan’ny rano, vokatr’iny ora-mikija omaly teto an-drenivohitra iny izy. Tokony ho tamin’ny telo ora tokalandro teo, raha iny avy nirava tao amin’ny sekoly ambaratonga voalohany Avaradoha iny izy no nitranga ny loza. Izany hoe tao anatin’ilay oram-be iny mihitsy. Tsy fantatra tsara izay zava-niseho fa ireo namany mpiara-mianatra aminy no nampilaza ny ray aman-dreniny fa nentin’ny rano ilay ankizilahy kely. Raha ny angom-baovao tetsy sy teroa dia toa hoe nianjera tampoka tanaty tatatra izy ary nentin’ny riaka avy eo. Nanomboka ny fikoropahana sy ny fiantsoana vonjy. Efa tonga teny an-toerana moa ireo mpamonjy voina nanampy ireo fokonolona tamin’ny fikarohana ity zazalahy ity vao 14 taona monja ity. Hatramin’ny ora nanoratanay omaly dia mbola tsy hita izany zaza izany, ary mbola manohy hatrany ny fikarohana ireo tompon’andraikitra rehetra. Andrasana araka izany izay mety ho tohiny.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : Des groupes électrogènes ont pris feu à Morondava

Un programme de délestage tournant a lieu dans la ville de Morondava. (Photo d’archives)

Un programme de délestage tournant se tient à Morondava depuis hier, soit entre 8heures et 16 heures dans la journée. Il s’est prolongé dans la soirée, soit entre 18 heures et 22heures 30. En effet, des groupes électrogènes de la centrale de la JIRAMA ont pris feu hier matin vers 1heure 30, selon les informations communiquées par cette société nationale de distribution d’eau et d’électricité. Ce qui est ainsi à l’origine de cette programmation de coupures de courant dans la ville de Morondava.

Puissance disponible. Notons que grâce à la mobilisation de toute l’équipe de la JIRAMA Morondava, le feu a été maîtrisé à temps. Et les flammes ont été complètement éteintes. En dépit de tout cela, l’incident impacte sur la distribution d’électricité à Morondava, selon toujours les explications des responsables de la JIRAMA. En effet, la puissance disponible ne reste plus que de 500 kilowatts alors que les besoins en énergie s’élèvent à 1.300 Kilowatts dans la journée. Ils sont en hausse durant la période de pointe pendant la nuit, atteignant jusqu’à 2.300 Kilowatts. En conséquence, la JIRAMA à Morondava prévoit un délestage tournant toutes les quatre heures dans la ville de Morondava. Dans la même foulée, cette entreprise étatique est à pied d’œuvre dans la recherche de solution adéquate afin de rétablir à la normale l’alimentation en électricité dans cette ville et ailleurs, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Anjozorobe : Vehivavy roa lasan’ny dahalo an-keriny

Vehivavy roa indray no lasan’ny dahalo an-keriny tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny ny talata lasa teo. Nitrangana fanafihan-dahalo mahatsiravina tao amin’ny fokontanin’Ambasambo, kaominina Andranomisa tamin’io fotoana io. Folo lahy ireo mpanafika, raha ny fampitam-baovao azo, izay nirongo fitaovam-piadiana. Niditra an-keriny tao amina tokantrano iray tao an-toerana ireo farany. Ambonin’ny zavatra sarobidy nalain’izy ireo dia nentin’ireo an-terisetra ihany koa ny vehivavy tao amin’io tokantrano io. Mazava ho azy fa amin’ny tranga toy itony dia fotoana vitsy aorian’ny fanafihana dia niantso an-tariby ny fianakavin’ireo vehivavy ireo malaso. Vola an-tapitrisany maro no notakian’izy ireo tamin’izany, fa rehefa nandeha ny ady varotra dia tapaka fa efatra hetsy sy roa tapitrisa ariary no homena ireo dahalo. Raha ny fantatra dia harivan’ireo fanafihana io ihany dia navotsotr’ireo olon-dratsy ireo vehivavy rehefa nisy ny fandoavam-bola.

Efa tonga hatrany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny ny resaka fakàna an-keriny ataon’ireo dahalo, izay mahazo vahana any amin’iny faritra Betsiboka iny. Raha ny fanazavàna azo avy amin’ireo mpitandro filaminana dia mazàna any amin’ireo kaominina ao anatin’ny distrikan’Anjozorobe, izay manasaraka ny faritra Analamanga sy Betsiboka no mahazo vahana ity resaka fakàna an-keriny.  Azo heverina araka izany fa ireo dahalo malaza ratsy, mampikaikaika an’i Tsaratanana sy Maevatanana ihany no ao ambadik’ireo fakàna an-keriny ao Anjozorobe ireo. Nisy mihitsy araka izany ny fidinan’ny avy eo anivon’ny kaompania any an-toerana. Zandary maromaro izay tahirana manamboninahitra no midina ifotony sy manao hazalambo ary mikaroka ireo dahalo ireo any an-toerana.

m.L