Les actualités à Madagascar du Dimanche 08 Janvier 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune333 partages

6 morts et plus de 63 000 sinistrés

Le cyclone AVA est bel et bien sorti de la Grande ile mais a néanmoins laissé des dégâts considérables et ce dans toutes les régions de Madagascar. Actuellement selon le dernier bilan du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), le cyclone aurait fait 6 morts, 3 blessés et 63 000 personnes sinistrées. Deux personnes sont encore portées disparues et 15 523 personnes ont dû être évacuées de leur lieux d’habitation. Par ailleurs 16 009 élèves sont dans l’impossibilité de rejoindre leurs classes pour cette semaine. Mis à part cela, plusieurs routes nationales ont été ou sont encore coupées notamment sur la route nationale 2 (RN2) allant vers Tamatave, la route nationale 7 (RN7) à plusieurs endroits ou encore la route nationale un (RN1). Ces coupures sont dues notamment à des éboulements, à des affaissements de la route ou à la montée des eaux dans certains secteurs, bloquant toute circulation dans un sens comme dans l’autre. A Antananarivo également, plusieurs quartiers se trouvent sous les eaux dont celui d’Andranomahery à Ankorondrano et les habitants ont été évacués par les forces de l’ordre. Le niveau de la rivière Ikopa n’a cessé d’augmenter jusqu’à hier dans la nuit. Aussi, les autorités ont-elles incité les riverains à quitter les lieux afin d’éviter tout risque d’accident. L’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA) a d’ailleurs décidé d’une vigilance rouge, de danger imminent, dans la plaine d’Antananarivo traversée par les rivières Ikopa, Sisaony et Mamba.

Toamasina

La ville qui a été la plus touchée par le passage du cyclone AVA est celle de Toamasina qui n’a plus connu un passage de cyclone depuis une décennie. Selon nos informations, 95% de la ville de l’Est ont été ravagée. En effet, le cyclone AVA de part sa lenteur a frappé par deux fois Toamasina. En conséquence, l’électricité est actuellement coupée dans de nombreux quartiers de la ville portuaire, plusieurs bâtiments ont été détruits, les arbres arrachés jonchent les rues et plusieurs localités sont inondées. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina s’y est rendu samedi dernier afin de constater les dégâts subis par la ville. Ce dernier a souligné lors de son discours que les forces de l’ordre seront mobilisées pour la reconstruction et la réhabilitation de la ville le plus vite possible. Plusieurs observateurs ont relevé le manque de réactivité de la part des autorités vis-à-vis de ce cyclone. Notamment avant l’arrivée du cyclone. Le fait est que la période cyclonique arrive tous les ans en cette période de l’année. En effet, à chaque année, les cyclones ravagent toujours les infrastructures. Et les catastrophes naturelles en général dont les sécheresses dont le dernier impacte toujours sur le prix du riz jusqu’à maintenant, ainsi que les criquets. Aucune organisation ni anticipation de la part des autorités n’a été faite.

Madagascar Tribune124 partages

La catastrophe

Les habitants des bas quartiers de la capitale sont de nouveau dans la détresse. Les pluies incessantes et les vents générés par le passage du cyclone ont réduit les foyers en des mendiants sans abris. Les photos ci-dessous en disent long sur le calvaire de ces foyers obligés tous les ans de supporter de telles catastrophes. En cause évidemment les pluies mais surtout selon eux, les canaux d’évacuation peu efficaces et les constructions qui obstruent ; ils n’ont cependant pas souligné les ordures qu’ils déversent dans ces canaux. En tout cas, les autorités ne baissent pas les bras pour leur venir en secours, dans la capitale mais également ailleurs dans les faritany et faritra.

Pour le moment, 3 sites d’hébergement ont été mis en place à Tsaramasay, Ankorondrano Andranomahery et à Ankazomanga. A rappeler que le ministère de la Population dispose de deux centres destinés à l’accueil des 4’amis, à Isotry. Il s’agit de l’ex-atelier dit Madcap ouvert depuis Janvier 2016 et le Seba, depuis Novembre 2016. Ces 2 centres, d’une capacité de 1800 personnes au total, sont plus que jamais, ouverts en cette période cyclonique.

Madagascar Tribune44 partages

Le ministère du commerce met en garde

Vu la situation actuelle à Madagascar, notamment avec les dégâts provoqués par le cyclone AVA, beaucoup de commerçants sont tentés d’augmenter leurs prix, notamment en ce qui concerne les produits de première nécessité dont le riz. La pénurie du riz local continue en effet de sévir. Face à cette situation le ministre du Commerce, Tazafy Armand, essaie de rassurer. Selon ce dernier, le stock de riz dont dispose la Grande ile actuellement serait largement suffisant et l’approvisionnement des différentes régions ne poserait pas non plus de problèmes. Rien n’irait donc justifier une hausse des prix des PPN et du riz en général. Cependant, les prix ont déjà augmenté depuis le passage du cyclone notamment à Toamasina. Tazafy Armand a mis en garde les commerçants qui seraient tentés d’augmenter leurs prix sur le motif du dernier cyclone. Aussi, le ministère du Commerce effectuera continuellement les contrôles sur les marchés. Toutefois, cela ne saurait empêcher certains de profiter de la situation. En effet, à la moindre perturbation sur les routes et autres conséquences du mauvais temps, les prix augmentent au niveau des détaillants, et encore plus en période de pluie.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre et les ministres Mapar absents

« Pour des raisons de santé, le Premier Ministre, Christian Ntsay, était absent lors de la cérémonie de présentation de vœux » au Palais d’Etat d’Iavoloha hier, selon un communiqué de la présidence de la République. Le chef du gouvernement n’était pourtant pas le seul à s’illustrer par son absence à cette cérémonie officielle organisée par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao. Tous les ministres issus de la plateforme Mapar n’ont pas honoré de leur présence à cet événement. Marc Ravalomanana était le seul ancien président a assisté à la cérémonie d’hier, Andry Rajoelina, Hery Rajaonarimampianina, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana étaient également aux abonnés absents.

La tension était palpable entre le président de la République par intérim et certains membres du gouvernement. Entre des ministres issus du HVM qui affichaient un soutien plus ou moins marqué au candidat Marc Ravalomanana et une poignée des membres du gouvernement proposés par la plateforme Mapar qui soutiennent le candidat Andry Rajoelina, la division au sein de l’exécutif a été plus que jamais manifeste hier au Palais d’ État d’Iavoloha.

Madagascar Tribune0 partages

L’appel au respect des résultats officiels du scrutin au cœur des discours

Sans surprise, la plupart des discours tenus au palais d’Iavoloha, lors de la présentation de vœux du président par intérim, Rivo Rakotovao a tourné autour de l’élection présidentielle. A la veille de proclamation des résultats officiels du second tour, le chef de l’État par intérim a notamment salué le futur président « réconciliateur et soucieux du bien commun ».

« Nous devons percevoir les élections comme une solution, et non une source de nouvelle crise, je reste confiant en ce nouvel élan qui s’annonce dans notre pays, en vue de relever tous les défis, destinés à honorer l’aspiration du peuple malgache à des lendemains plus cléments » a affirmé l’ancien président du parti HVM de Hery Rajaonarimpampianina. Il a néanmoins soutenu que l’élection doit exprimer la vérité quant aux aspirations profondes de la population.

Le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, quant à lui a exhorté le peuple à accepter le verdict des urnes, toujours dans le calme. « Les élections sont gages de la stabilité d’un État, le socle de son développement. Le peuple a soif de changement impactant directement sur sa qualité de vie » a-t-il ajouté. Ce chef d’institution candidat malheureux au premier tour de l’élection présidentielle n’a pas pourtant pas manqué d’apporter ses recommandations à l’endroit des autorités compétentes pour améliorer les lois électorales et prévenir les défaillances constatées lors des deux scrutins.

Le discours du Premier ministre, Christian Ntsay, absent suite à un malaise, a été lu par le ministre de la Défense, Beni Xavier Rasolofonirina. Ce dernier a dressé un bilan des six derniers mois de Christian Ntsay à son poste. Selon le Chef du gouvernement, son staff et les autres institutions ont pleinement collaboré avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) lors des ses élections. Les lois électorales ont été respectées ainsi que la neutralité de l’administration a-t-il affirmé. Il a également tenu à remercier les partenaires internationaux, à travers le Groupe de Dialogue Stratégique, qui ont travaillé de concert avec le Gouvernement pour financer les élections.

Mananjara Andriambololona, président du sénat par intérim a martelé que 2019 serait une année décisive pour Madagascar, placée sous le signe du changement et du progrès. Une marche en avant, qui, toujours selon lui, doit être appréhendée avec prudence et détermination. Mais il s’est particulièrement adresser aux membres de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), pour les encourager dans la réalisation de la lourde tâche qui leur est confiée, ce à la veille de la publication des résultats officiels de l’élection présidentielle.

Le représentant des corps diplomatiques, l’ambassadeur des Comores, a lancé pour sa part que « la communauté internationale a félicité le peuple malgache qui a démontré aux yeux du monde un exemple d’attachement à la démocratie, ainsi que toutes les parties prenantes au processus électoral, pour des élections transparentes, et inclusives ». Il a reconnu que le peuple malgache est un peuple pacifique. « Que Dieu protège ce pays », a t-il lancé.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre et les ministres Mapar absents

« Pour des raisons de santé, le Premier Ministre, Christian Ntsay, était absent lors de la cérémonie de présentation de vœux » au Palais d’Etat d’Iavoloha hier, selon un communiqué de la présidence de la République. Le chef du gouvernement n’était pourtant pas le seul à s’illustrer par son absence à cette cérémonie officielle organisée par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao. Tous les ministres issus de la plateforme Mapar n’ont pas honoré de leur présence à cet événement. Marc Ravalomanana était le seul ancien président a assisté à la cérémonie d’hier, Andry Rajoelina, Hery Rajaonarimampianina, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana étaient également aux abonnés absents.

La tension était palpable entre le président de la République par intérim et certains membres du gouvernement. Entre des ministres issus du HVM qui affichaient un soutien plus ou moins marqué au candidat Marc Ravalomanana et une poignée des membres du gouvernement proposés par la plateforme Mapar qui soutiennent le candidat Andry Rajoelina, la division au sein de l’exécutif a été plus que jamais manifeste hier au Palais d’ État d’Iavoloha.

Madagascar Tribune0 partages

L’appel au respect des résultats officiels du scrutin au cœur des discours

Sans surprise, la plupart des discours tenus au palais d’Iavoloha, lors de la présentation de vœux du président par intérim, Rivo Rakotovao a tourné autour de l’élection présidentielle. A la veille de proclamation des résultats officiels du second tour, le chef de l’État par intérim a notamment salué le futur président « réconciliateur et soucieux du bien commun ».

« Nous devons percevoir les élections comme une solution, et non une source de nouvelle crise, je reste confiant en ce nouvel élan qui s’annonce dans notre pays, en vue de relever tous les défis, destinés à honorer l’aspiration du peuple malgache à des lendemains plus cléments » a affirmé l’ancien président du parti HVM de Hery Rajaonarimpampianina. Il a néanmoins soutenu que l’élection doit exprimer la vérité quant aux aspirations profondes de la population.

Le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, quant à lui a exhorté le peuple à accepter le verdict des urnes, toujours dans le calme. « Les élections sont gages de la stabilité d’un État, le socle de son développement. Le peuple a soif de changement impactant directement sur sa qualité de vie » a-t-il ajouté. Ce chef d’institution candidat malheureux au premier tour de l’élection présidentielle n’a pas pourtant pas manqué d’apporter ses recommandations à l’endroit des autorités compétentes pour améliorer les lois électorales et prévenir les défaillances constatées lors des deux scrutins.

Le discours du Premier ministre, Christian Ntsay, absent suite à un malaise, a été lu par le ministre de la Défense, Beni Xavier Rasolofonirina. Ce dernier a dressé un bilan des six derniers mois de Christian Ntsay à son poste. Selon le Chef du gouvernement, son staff et les autres institutions ont pleinement collaboré avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) lors des ses élections. Les lois électorales ont été respectées ainsi que la neutralité de l’administration a-t-il affirmé. Il a également tenu à remercier les partenaires internationaux, à travers le Groupe de Dialogue Stratégique, qui ont travaillé de concert avec le Gouvernement pour financer les élections.

Mananjara Andriambololona, président du sénat par intérim a martelé que 2019 serait une année décisive pour Madagascar, placée sous le signe du changement et du progrès. Une marche en avant, qui, toujours selon lui, doit être appréhendée avec prudence et détermination. Mais il s’est particulièrement adresser aux membres de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), pour les encourager dans la réalisation de la lourde tâche qui leur est confiée, ce à la veille de la publication des résultats officiels de l’élection présidentielle.

Le représentant des corps diplomatiques, l’ambassadeur des Comores, a lancé pour sa part que « la communauté internationale a félicité le peuple malgache qui a démontré aux yeux du monde un exemple d’attachement à la démocratie, ainsi que toutes les parties prenantes au processus électoral, pour des élections transparentes, et inclusives ». Il a reconnu que le peuple malgache est un peuple pacifique. « Que Dieu protège ce pays », a t-il lancé.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre et les ministres Mapar absents

« Pour des raisons de santé, le Premier Ministre, Christian Ntsay, était absent lors de la cérémonie de présentation de vœux » au Palais d’Etat d’Iavoloha hier, selon un communiqué de la présidence de la République. Le chef du gouvernement n’était pourtant pas le seul à s’illustrer par son absence à cette cérémonie officielle organisée par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao. Tous les ministres issus de la plateforme Mapar n’ont pas honoré de leur présence à cet événement. Marc Ravalomanana était le seul ancien président a assisté à la cérémonie d’hier, Andry Rajoelina, Hery Rajaonarimampianina, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana étaient également aux abonnés absents.

La tension était palpable entre le président de la République par intérim et certains membres du gouvernement. Entre des ministres issus du HVM qui affichaient un soutien plus ou moins marqué au candidat Marc Ravalomanana et une poignée des membres du gouvernement proposés par la plateforme Mapar qui soutiennent le candidat Andry Rajoelina, la division au sein de l’exécutif a été plus que jamais manifeste hier au Palais d’ État d’Iavoloha.

Madagascar Tribune0 partages

L’appel au respect des résultats officiels du scrutin au cœur des discours

Sans surprise, la plupart des discours tenus au palais d’Iavoloha, lors de la présentation de vœux du président par intérim, Rivo Rakotovao a tourné autour de l’élection présidentielle. A la veille de proclamation des résultats officiels du second tour, le chef de l’État par intérim a notamment salué le futur président « réconciliateur et soucieux du bien commun ».

« Nous devons percevoir les élections comme une solution, et non une source de nouvelle crise, je reste confiant en ce nouvel élan qui s’annonce dans notre pays, en vue de relever tous les défis, destinés à honorer l’aspiration du peuple malgache à des lendemains plus cléments » a affirmé l’ancien président du parti HVM de Hery Rajaonarimpampianina. Il a néanmoins soutenu que l’élection doit exprimer la vérité quant aux aspirations profondes de la population.

Le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, quant à lui a exhorté le peuple à accepter le verdict des urnes, toujours dans le calme. « Les élections sont gages de la stabilité d’un État, le socle de son développement. Le peuple a soif de changement impactant directement sur sa qualité de vie » a-t-il ajouté. Ce chef d’institution candidat malheureux au premier tour de l’élection présidentielle n’a pas pourtant pas manqué d’apporter ses recommandations à l’endroit des autorités compétentes pour améliorer les lois électorales et prévenir les défaillances constatées lors des deux scrutins.

Le discours du Premier ministre, Christian Ntsay, absent suite à un malaise, a été lu par le ministre de la Défense, Beni Xavier Rasolofonirina. Ce dernier a dressé un bilan des six derniers mois de Christian Ntsay à son poste. Selon le Chef du gouvernement, son staff et les autres institutions ont pleinement collaboré avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) lors des ses élections. Les lois électorales ont été respectées ainsi que la neutralité de l’administration a-t-il affirmé. Il a également tenu à remercier les partenaires internationaux, à travers le Groupe de Dialogue Stratégique, qui ont travaillé de concert avec le Gouvernement pour financer les élections.

Mananjara Andriambololona, président du sénat par intérim a martelé que 2019 serait une année décisive pour Madagascar, placée sous le signe du changement et du progrès. Une marche en avant, qui, toujours selon lui, doit être appréhendée avec prudence et détermination. Mais il s’est particulièrement adresser aux membres de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), pour les encourager dans la réalisation de la lourde tâche qui leur est confiée, ce à la veille de la publication des résultats officiels de l’élection présidentielle.

Le représentant des corps diplomatiques, l’ambassadeur des Comores, a lancé pour sa part que « la communauté internationale a félicité le peuple malgache qui a démontré aux yeux du monde un exemple d’attachement à la démocratie, ainsi que toutes les parties prenantes au processus électoral, pour des élections transparentes, et inclusives ». Il a reconnu que le peuple malgache est un peuple pacifique. « Que Dieu protège ce pays », a t-il lancé.

Madagascar Tribune0 partages

Une enquête sur le taux de pauvreté débutera la semaine prochaine

Une enquête sur le taux de pauvreté à Madagascar débutera à partir de la semaine prochaine a annoncé l’Institut National de la statistique ou INSTAT, hier. Financée à hauteur de deux millions de dollars par la Banque mondiale, les enquêtes seront menées auprès des ménages pour permettre d’évaluer le taux de pauvreté à Madagascar et d’étudier l’évolution du niveau de vie des ménages.

« Cent vingt enquêteurs sont prêts à effectuer des enquêtes auprès de ménages dans les vingt deux régions de Madagascar à partir de la semaine prochaine. L’enquête sera basée sur la consommation des ménages. Pour ce faire, les enquêteurs devront rester toute une année dans chaque région pour observer et évaluer la consommation et les dépenses de chaque famille, telles que la consommation de riz et de viandes. Ainsi, ils devront effectuer des visites répétitives vers les ménages-cibles pour s’assurer des résultats fiables », selon les explications du directeur général de l’INSTAT, Mande Isaora Zefania Ramarolahy.

Ce responsable a ajouté que le résultat des enquêtes menées pour chaque région sera comparé au seuil d’indice de pauvreté aux niveaux national et international, pour permettre d’évaluer le taux de pauvreté actuel à Madagascar. Si ce taux dépasse le seuil, Madagascar sera considéré comme un pays pauvre, mais s’il est au-dessous du seuil de pauvreté, alors, notre taux de pauvreté est décroissant, et le pays commencera à sortir de la pauvreté.

Le résultat de cette étude sera prévu en 2021. Les derniers chiffres sur le taux de pauvreté à Madagascar dont l’INSTAT dispose datent de l’année 2012. Ce taux s’élevait à environ 71%, selon toujours le directeur général de l’INSTAT.

Un recensement du nombre des artisans à Madagascar est également prévu pour cette année 2020 tandis que les résultats définitifs du Recensement Général de la population et de l’Habitat (RGPH3) sont attendus ce mois de janvier.

Madagascar Tribune0 partages

L’inspection générale de l’Etat diligente une enquête

Le gouvernement met fin à la polémique concernant la distribution de « panier garni » d’une valeur totale de 65 000 ariary aux fonctionnaires. Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy a annoncé que tous les fonctionnaires de chaque ministère bénéficieront de cette somme, parce qu’il s’agit d’une décision prise au sein du conseil des ministres. Ainsi, toute autre distribution qui ne correspond pas à cette valeur ne suit pas l’ordre du président de la République qui a promis ce cadeau de fin d’année, affirme le communiqué.

L’Inspection générale de l’Etat ou IGE sera ainsi saisie dans cette affaire et va diligenter une enquête aux fins de connaître l’identité de ceux qui sont à l’origine de cette situation embarrassante. « Le résultat de l’enquête définira les mesures à prendre face à ce problème », selon toujours le communiqué.

Des enseignants au sein du ministère de l’Éducation nationale se sont notamment plaints de la réduction de cette somme à quelques milliers d’ariary dans des circonscriptions scolaires sous prétexte que les enseignants touchent déjà leur indemnité de craie. Pas plus tard qu’en début de semaine, le secrétaire général dudit ministère a expliqué que la décision a été prise au sein de ce département de partager la somme aux membres du personnel du ministère, y compris les enseignants-Fram. Ce serait la raison pour laquelle la somme est moindre par rapport à celle annoncée par le président de la République.

Face à cette situation, les enseignants du lycée Raherivelo Ramamonjy à Anjomà, Fianarantsoa ont emboité les pas de leur collègues à Mananjary, ils sont en grève depuis hier, pour réclamer leur juste part car ils n’auraient reçu que 6 800 ariary au lieu de 65 000 ariary. D’après leurs dires, on leur a fait signer un reçu affichant la somme totale alors qu’ils n’en ont perçu qu’une part infime. Pour leur part, les professeurs du Lycée technique et professionnel de Beravina, toujours à Fianarantsoa, ont lancé un ultimatum de 72 heures pour qu’on leur donne des explications claires et satisfaisantes sur la répartition de ce cadeau de fin d’année du président.

Madagascar Tribune0 partages

Naina Andriantsitohaina et Rina Randriamasinoro devant les juges

Les yeux se tourneront vers le tribunal administratif d’Antananarivo ce jour où une nouvelle audience des contentieux électoraux aura lieu à Anosy. La particularité de cette audience réside dans le fait qu’elle concernera en grande partie les plaintes reçues sur les élections communales et municipales à Antananarivo-Renivohitra, opposant les deux grands partis politiques du moment. Ce sont le parti au pouvoir, le Mapar, et le parti de l’opposition, Tiako i Madagasikara (TIM).

L’avocat du parti de l’opposition révèle que le dossier des élections communales de la capitale occupera une place prépondérante à cette audience. Ainsi, le candidat-maire du TIM dans la capitale, Rina Randriamasinoro et le candidat-maire de la plateforme avec Andry Rajoelina, Naina Andriantsitohaina devront se présenter à la barre, passer le grand oral devant les juges et éventuellement formuler leurs défenses.

C’est à l’issue de cette audience que les juges trancheront sur le dossier et mettront fin au bras de fer très tendu ayant opposé les deux partis politiques. Les résultats officiels des élections communales et municipales tenues dans la province d’Antananarivo le 27 novembre dernier ne seront proclamés que le vendredi 10 janvier. Reste à savoir si le perdant dans cette course à la mairie d’Antananarivo-Renivohitra va accepter facilement sa défaite.

Après cette audience à Anosy, les juges du tribunal administratif rendront le verdict des audiences tenues les 3 et 4 janvier ayant impliqué plus de 160 candidats-maires, issus principalement des communes périphériques de la capitale. C’est le cas notamment des communes rurales d’Ivato et de Mahitsy.

Ce sera également ce mercredi que l’audience des contentieux électoraux à Toamasina se déroulera au tribunal administratif de la ville du Grand Port. Le dossier opposant Rolland Ratsiraka, candidat-maire de Malagasy Tonga Saina (MTS) et l’artiste Nantenaina, candidat-maire de l’IRK, sur une trentaine de bureaux de vote, occupera principalement cette audience. Les juges de cette juridiction prévoient néanmoins de rendre public les résultats officiels des élections dans cette province dans l’après-midi.

L’on a également appris que la proclamation des résultats officiels des élections communales et municipales dans la province d’Antsiranana s’effectuera également ce vendredi au tribunal administratif de cette ville.