Les actualités Malgaches du Jeudi 07 Décembre 2017

Modifier la date
News Mada11000 partages

Lavo ny andrarezina : Nodimandry i Johnny Hallyday rehefa niady mafy tamin’ny homamiadana

Ny alin’ny talata hifoha alarobia teo no nindaosin’ny fahafatesana, teo amin’ny faha-74 taony, i Jean-Philippe Clerc, fantatr’izao tontolo izao amin’ny anarana hoe Johnny Hallyday. Nitarika ny fahafatesany ny aretina homamiadan’ny avokavoka, nikiky azy efa am-bolana maro. « Tsy mampino ahy, saingy izay no mitranga… Lasa i Johnny Hallyday », hoy ny fanambaran’ny vadiny, Laeticia Hallyday, omaly alina. Hatramin’ny faram-pofonainy, niady mafy tamin’ny aretina izy, araka ny nohamafisiny hatrany. Raha tsiahivina, ny volana marsa lasa teo no nanambaran’i Johnny Hallyday ampahibemaso ny tsy fahasalamany.

Tsy nahakivy azy anefa izany. Natanja-tsaina rahateo ny lehilahy ka nanohy ny asa maha mpanakanto azy tany amin’ny trano famokarana tany. Nanomana rakikira vaovao ihany koa izy. Nanohana ara-tsaina azy tamin’izany ny vadiny, Laeticia, sy ny zanany : David Hallyday, Laura Smet, Jade sy Joy Hallyday ary ireo olona akaiky azy.

Nihombo ihany anefa ny aretiny ka, ny tapaky  ny volana novambra teo, naiditra hopitaly izy noho ny tsy fahafahany miaina tsara. Enina andro ihany anefa i Johnny no notazonina tany ary nody tany amin’ny tranony, any Marnes-la-coquette, izay namboarina mihitsy ahafahana manohy ny fitsaboana azy.

Marihina fa tsy salama loatra ity mpihira malaza ity efa hatramin’ny 2009 ka fianjerana nampipitsoka ny valahany, no niandohan’izany. Taorian’io, niverina niditra hopitaly indray izy ary nodidina « hernie discale ». Niverina indray ny aretin’ny valahany, ny taona 2011 ka nitarika fandidiana indray. Herintaona taorian’izay, tratran’ny aretina « tachy­car­die » i Johnny ary nitohy tamin’ity homamiadana nandavo azy ity, izany.

Fahazazana mampalahelo …

« Teraka teny an-dalana aho », hoy ny tononkiran’i Johnny, tamin’ny taona 1969. Ny 15 jona 1943 no teraka, tany Malesherbes Paris, i Jean-Philippe Clerc. Nandao azy sy ny reniny ny rainy, Léon Smet, raha vao amam-bolana izy. Avy eo, nomen-dreniny hotezain’ny nenitoany i Johnny Hallyday.

Ny mpiahy azy, ilay mpandihy Lee Halliday, no nahatonga azy naka ny anarana hoe Johnny Hallyday. Nanosika azy hiditra teo amin’ny tontolon’ny rock’n’roll io ka nitarika ny lazany, eran’izao tontolo izao, nandritra ny 50 taona. Tsy tambo isaina ny rakikira navoakany nandritra izay fotoana izay ary maro karazana, hatramin’ny natokana ho an’ny tsena iraisam-pirenena. Eo koa ny hira ho an’ny horonantsary na « bandes originales » sy ny « albums live ».

Nitondra rivo-baovao teo amin’ny sehatry ny mozika frantsay, tamin’ny fotoan’androny, i Johnny Hallyday. Nankamamiana ny hirany, nalain-tahaka ny mombamomba azy : ny volony, ny fiankanjony, ny feony, ny ravaka nentiny, sns. Tsy vitsy ireo « sosie » na olona naka endrika mitovy amin’i Johnny Hallyday.

Marobe ireo efa naneho ny alahelony manoloana ny fahafatesan’ity andrarezin’ny mozika ity. Anisan’izany ireo mpihira namany, toa an’i Jacques Dutronc, Eddy Mitchell, Céline Dion, sns, ary ny filoha frantsay, Emmanuel Macron. Tsy vitsy koa ireo mangataka ny mba hisian’ny fisaonam-pirenena. Marihina fa tsy mba anisan’ireo i Michèle Sardou, namany hatramin’izay saingy niady taminy, hatramin’ny taona 2008.

Landy R.

Ino Vaovao954 partages

VOHEMAR : Lehilahy nandrahona ny vadin’ny ben’ny tanàna tamin’ny basy

Voalaza fa nikasa hivalan-drano tamin’ny lavanila nihahy ny lehilahy ka nosakanan’ny vadin’ny Ben’ny tanàna ity farany. Tezitra anefa ny tovolahy ka avy hatrany dia norahonany io renim-pianakaviana io ary nitsoriaka niditra anaty trano ilay ramatoa. Niantso vonjy io ramatoa io ary izany no nanaitra ny manodidina, nandositra ny lehilahy rehefa nandre izany. 

Nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany ny vahoaka ary fotoana vitsy dia tonga teo an-toerana izy ireo ka niroso tamin’ny fanarahan-dia ny jiolahy. Tsy lavitra akory dia sarona ity farany ary rehefa nosavain’ireo mpitandro filaminana ny kitapony dia nahatratrarana basy vita gasy iray sy bala karazany maromaro ihany koa. Hatreto tsy fantatra ny nahatonga io tovolahy io nanao ny zavatra nataony ity ary ahiana ho marary saina ihany koa izy io.  Taorian’ny famotorana nataon’ny Zandary ilay  jiolahy tao an-toerana dia nafindra any amin’ny fonjan’Antalaha ity farany miandry ny fitsarana azy.

Pounie

L'express de Madagascar790 partages

Jirama – Hausse de 10% du tarif d’électricité

Le plan de redressement de la Jirama bientôt mis en œuvre. Celui-ci prévoit une hausse graduelle du tarif d’électricité pour atteindre l’équilibre opérationnel en 2020. À partir du 1er janvier 2018, un nouveau plan tarifaire sera appliqué à tousles abonnés de la société d’État, avec, notamment, une hausse moyenne de 10% du tarif d’électricité. Les entreprises et industriels sont les plus touchés par cette nouvelle mesure. Les particuliers, quant à eux, seront épargnés.D’après Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, les couches sociales consommant moins de 25 kilowatts par mois ne sont pas concernées. « La Jirama et l’État arrivent à maintenir leur prix à 141 ariary le kilowatt heure pour plus de 50% de ses clients », a souligné le membre du gouvernement. Celui-ci tente de rassurer les clients particuliers qui semblent inquiets devant l’envol de l’inflation.Ce seront les entreprises et industriels qui paieront le lourd tribut dans cette révision tarifaire. D’après une source proche de ce dossier, la facture des clients haute tension (HT) et moyenne tension (MT) connaîtra une hausse moyenne globale de l’ordre de 8,5%. Dans le domaine de la fourniture de l’énergie, les clients qui souscrivent à ces niveaux de tension de fourniture électrique sont principalement des entreprises et industriels.La révision des tarifs entrent dans le cadre de la politique de redressement de la société. Elle fait aussi suite aux engagements pris par le gouvernement dans le cadre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) avec le Fonds monétaire international (FMI). Dans ce sens, le gouvernement s’engage à réduire progressivement les subventions allouées à cette compagnie de distribution d’eau et d’électricité. Pour l’année 2018, cette enveloppe d’aide est de 209 milliards ariary contre 450 milliards ariary en 2017.De son côté, la Jirama devait réduire les coûts et d’accroître les recettes, notamment, par des relèvements graduels des tarifs, si nécessaire, pour assurer un recouvrement total des coûts opérationnels. L’objectif est d’atteindre l’équilibre opérationnel en 2020, et de ne plus être dépendant de la subvention de l’État.Pour sortir sa tête hors de l’eau, la révision de tarif est incontournable pour la Jirama qui jusqu’ici vend toujours à perte. La dernière révision des tarifs d’électricité date du mois de juillet. La Jirama avait relevé une hausse moyenne de 7,5% sur l’ensemble de ses abonnés.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara177 partages

Riz importé : Les prix de nouveau en baisse, le kilo à 1.580 ar à Anosibe

Une importante quantité de riz importé arrive au marché d’Anosibe.

Les efforts entrepris par le gouvernement en général et le ministère du Commerce et de la Consommation ,en particulier, commencent à porter leurs fruits.

Cette mère de famille a fait le déplacement au marché d’Anosibe. Elle ne l’a pas regretté, puisque finalement, elle a trouvé du riz relativement bon marché. Depuis hier en effet, les consommateurs ont constaté un retour à la baisse des prix du riz.

Séances de travail

Il s’agit bien évidemment du riz importé. Plus particulièrement la variété « Tuc Tuc » dont le sac de 50 kg est vendu à 79.000 ariary. C’est-à-dire à 1.580 ariary le kilo. Alors qu’avant-hier, la même catégorie était encore vendue à 82.000 ariary le sac, c’est-à-dire à 1.640 ariary le kilo. Cette baisse rapide qui a fait le bonheur de plus d’un consommateur est à mettre à l’actif du ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine qui est descendu avant-hier à Toamasina pour des séances de travail avec les importateurs et les grossistes qui ont accepté de coopérer avec le gouvernement. Une coopération gagnante sur toute la ligne, puisque si les opérateurs qui ont accepté de réduire leur marge, font quand même des profits en jouant sur la quantité, les consommateurs quant à eux commencent de nouveau à souffler avec cette amorce de baisse des prix.

Efficace

Un retour à la baisse des prix qui a de la chance de se maintenir dans le temps et même de s’améliorer grâce à la loi de l’offre et de la demande. En effet, l’Etat qui ne veut pas se substituer au commerçant prend les mesures pour faciliter les importations. Une politique visiblement efficace en effet rien qu’hier, 13 camions semi-remorques ont débarqué des milliers de sacs de riz importé dans la Capitale. Il y a même du riz de luxe importé, proposé à 85.000 ariary le sac, c’est-à-dire à 1.700 ariary le kilo. « Il y a du riz importé qui rivalise de qualité avec le riz local » explique un détaillant d’Anosibe. Présent également, hier à Anosibe, Rakotorova Rabetsara, président de l’association des Consommateurs a incité la population à suivre de près les prix pratiqués et à bien faire le choix parmi les variétés de riz importé proposées. Il n’a pas manqué de remercier le gouvernement pour les efforts consentis pour faire baisser les prix.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza151 partages

Donald TrumpManaikyan’I Jerosalema ho renivohitr’IsraelyMiteraka resabe sy fimenomenomana maneran-tany ...

 Miteraka resabe sy fimenomenomana maneran-tany mihitsy ny filazan’ny filohaAmerikanina Donald Trump fa ekena ny maha renivohitry ny fanjakan’Israely an’i Jerosalema.Ny resaka sy fifampidinihana rehetra natao tany aloha anefa dia nametrahana fa zaraina roa ho an’i Palestina sy i Israely i Jerosalema fa tsy misy tompony manokana.Nilaza ihany koa nyfiloha Trump fa hanao izay tratry ny heriny hikarohana ny fomba rehetra hametrahana ny filaminana eo amin’ Israely sy Palestina

 

Nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny maha kandida azy amin’ny fifidianana filoham-pirenena tanterahana any Rosia amin’ny martsa 2018 i Vladimir Poutine, izay efa nitantana ny firenena nandritra ny 17 taona.Miroso hatrany i Rosia ary tsy misy hahasakana azy amin’izany, hoy izy

 

Nitsidika an’i Alzeria ny filoha frantsay Emmanuel Macron. Fitsidihana entina hanamafisana ny fifandraisana manokana misy eo amin’ny firenena roa tonta. Fitsidihana ara-pinamanana sy arak’asa ary hitsidika ny filohan’i Alzeria Abdelaziz Bouteflika any amina toeram-pitsaboana any Zéralda faritra ambanivohitra andrefan’iAlzeria ihany koa ny tenany

 

Olona 50 mahery no naratra vokatry ny fifandonan’ny fiaran-dalamby mpitatitra olona mampitohy an’i Cologne sy Krefeld sy fiaran-dalamby mpitatitra entana mampitohy an’i Rotterdam sy Pays-Bas tany akaikin’i Düsseldorf andrefan’iAlemaina.

 

News Mada149 partages

Hevitra mandalo : Resaky ny mpitsimpona akotry

Tsy fahampian’ny vokatra

Lasa ihany ny saina rehefa donainan’ny hafanana ao anaty fiara ka mikatso ny fifamoivoizana amin’iny mitataovovonana mandoro iny ny masoandro. Fantatra fa tery ny làlana eto Antananarivo, tsy ampy koa ny arabe misampantsampana mizarazara ny fizoran’ny fifamoivoizana. Ambonin’izany tsy azo amaivanina ny fitomboan’isan’ny fiara. Io no misarika fanontaniana. Inona marina moa ny vokatra eto an-toerana ho takalon’ny vidin’ireto karazan-javatra afarana avy any ivelany lafovidy ?  An’isan’izany ny fiara na vao na tonta na madinika na vaventy. Tsy misy misitery ny momba izany. Izay zavatra afarana rehetra dia mitaky takalony, vesatra eo amin’ny toe-karena. Nisy moa manam-pahaizana momba ny toe-karena izay namosa-kevitra somary valavala ihany izay tsy azo ampiharina noho izany, nefa kosa mitarika fandinihana. Ny rariny, araky ny famoaboasany izany hevitra izany, dia  tokony tsy afaka hanjifa entana avy any ivelany raha tsy manao famokarana mahatratra ny sandan’ilay entana vidiana. Mbola resaka mandany jiro ny fitadiavana fomba entina mampihatra izany ka aleo ajanona eo. Nefa kosa manitikitika ihany ny voalaza amin’izany mikasika ny andraikitra noho ny fanjifana entana avy any ivelany. Ny fanjakana moa dia mety ho sodoka ihany, tratran’ny tampi-maso ateraky ny haba izay tangosany isak’izay entana miditra. Ny maharariny an’izany, tsy ampy hampitovy lanja ny vidin’ny entana miditra sy ny vidin’ny vokatra ahondrana. Raha latsa-danja ny vidin’ny vokatra ahondrana dia mampitombo ny fahantrana angamba izany, satria ny banga noho ny elanelany, tsy maintsy efaina. Ny kely efa tsy ampy eto an-toerana indray no tsy maintsy animbinana. Izay no mahatonga hilaza fa ny fahantrana no manefa.

Misy ny mpanana sy ny sahirana. Lahatra tsy hita ho toherina izany. Nefa kosa na eo aza izany, tsy ampy anamaivana ny adidin’ny fanjakana izay tsy mahazo mikely soroka eo amin’ny fitsinjovana tsy misy fitsaharana ny rariny. Ny mpanana noho ny fahafaha-mividy eo am-pelatanany no misitraka be kokoa ireo entana afarana avy any ivelany. Ny rehetra efa mandoa haba isaky ny mividy ireny entana ireny. Na izany aza, noho ity fanampiana trotraka ny fahantrana vokatry ny fihoaran-danjan’ireo entana afarana, dia angamba rariny raha manontany hoe, vazo mitovy ihany ve dia hiampita rano ? Izany hoe, raha mety ho vita eto an-toerana ihany, inona no tsy ampirisihana ny fanaovana azy, toy izay ny zava-bita any ivelany indray no omena tombony, araky ny tazana amin’izao fotoana izao ?

Léo Raz

 

News Mada146 partages

Entrepreneuriat : Les agripreneurs malgaches se distinguent

Moringala, une startup malgache créée en juillet 2016, transforme aujourd’hui le moringa (ananambo) en savon, huile de massage et en thé infusion, soit des produits commercialisables sortant de l’habituelle utilisation de la plante pour la préparation de bouillon.

La startup a remporté le concours «Future Agro Challenge Madagascar» en novembre dernier. Sa fondatrice, Olivia Rakotondrasoa, représentera ainsi Madagascar à la finale mondiale du concours du même nom, en Turquie, en avril 2018.

Diplômée en communication, à 24 ans Olivia Rakotondrasoa  dirige Moringala, constituée à 100% de femmes. Formellement constituée depuis août dernier, la startup, basée à Antsiranana, met aujourd’hui en exécution son projet. Ses produits sont encore, pour le moment, distribués dans les hôtels, salons de beauté et de bien-être à Antsiranana.

Initialement, Moringala a été mise sur pied par quatre jeunes femmes dans le cadre du programme Young Women Leadership de l’ONG Youth First, en juillet 2016. Le programme  a retenu cinq projets mais Moringala n’a pas été sélectionnée. «J’ai refusé l’idée d’abandonner le projet contrairement à mes collaboratrices», confie-t-elle.

L’entrepreneure, qui n’était encore qu’une étudiante, a demandé de reprendre Moringala et réutiliser les idées. «C’était un gros risque, vu le contexte, mais j’ai su doubler mes efforts», s’exclame-t-elle. Soutenue ainsi par ses proches et quelques professionnels du métier, Olivia a décidé de poursuivre sa route.

De concours en concours

En décembre 2016 même, Moringala a été parmi les cinq gagnants du concours de projets initié par le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP). «Ce trophée m’a incitée à aller encore plus loin», raconte-t-elle. Puis, en mars dernier, elle a participé au concours continental organisé par la fondation Tony Elumelu au Nigéria.

Sur 93.000 dossiers de candidatures, deux Malgaches, dont Olivia Rakotondrasoa, étaient dans la liste des 1.000 sélectionnés. Ils ont bénéficié d’une formation et d’un financement. Un échelon de gravi qui a permis à la jeune entrepreneure de hisser son projet à un autre niveau en participant au concours Future Agro Challenge Madagascar.

Future Agro Challenge est une communauté internationale composée de startups, de mentors, d’investisseurs dans le monde de l’agribusiness réunis, afin de trouver des solutions aux défis alimentaires majeurs dans le monde.

Cette communauté a lancé le concours du même nom dans le but d’identifier des entreprises innovantes en la matière. Cette année 2017, le concours s’est déroulé dans 60 pays à travers le monde et la première fois à Madagascar. Les gagnants de chaque pays iront en Turquie pour disputer le titre de «Agripreneur de l’année» durant le sommet mondial des agripreneurs en avril 2018.

Arh.

 

Midi Madagasikara145 partages

Flambée des prix du riz : Le « kapoaka » du régime en danger

Lors de sa dernière émission « Le rendez-vous du président », Hery Rajaonarimampianina a évoqué « une véritable déstabilisation politique ».

Le « kapoaka » du riz s’achète désormais à 700 Ariary. Un prix record depuis une décennie, selon les consommateurs. Aliment de base des Malgaches, le riz est devenu un produit de luxe. Seules les familles aisées peuvent en manger trois fois par jour. A l’allure où vont les choses, cette situation risque de s’aggraver en cette période de soudure. La flambée des prix du riz devient un vrai casse-tête pour le régime HVM. Les solutions tardent à venir. Incapable de résoudre le problème, les tenants du pouvoir préfèrent se dégager de la responsabilité. Lors de sa dernière émission « Le rendez-vous du président », Hery Rajaonarimampianina a évoqué « une véritable déstabilisation politique ». Selon ses dires, « le riz a toujours été un produit hautement politique et socialement très sensible… Tout semble d’ailleurs bien calculé, car à un an de l’élection et à la veille des fêtes de fin d’année, rien n’est fortuit… L’Etat fait ainsi face à une opposition qui ne dit pas son nom. Sa tâche est d’autant plus compliquée qu’il affronte des adversaires totalement hors de contrôle ». Cette déclaration peut être considérée comme un aveu d’impuissance de la part du Chef de l’Etat. Au lieu de rassurer la population, Hery Rajaonarimampianina tient des propos qui risquent plutôt d’accentuer les maux sociaux auxquels la population fait face. D’autant plus qu’à la fin de son intervention, le numéro Un d’Iavoloha de déclarer : « Au lieu de s’en prendre à l’Etat, il faut plutôt s’attaquer à la mafia du riz qui règne totalement en maître ».

Promesse de campagne. Pourtant, en tant que détenteur des pouvoirs, Hery Rajaonarimampianina devrait faire preuve de fermeté et doit imposer sa « Force » et son autorité. Nul n’ignore que l’instauration d’un Etat fort a figuré parmi les promesses annoncées par le candidat n°3 Hery Martial Rajaonarimampiaina tout au long de sa tournée de campagne en 2013. « Nous allons mettre en place un Etat fort érigé par le peuple et qui travaillera pour le peuple… Notre croissance sera basée sur le Tourisme et l’Agriculture », a-t-il martelé. Par ailleurs, lors de sa première intervention devant l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2014, le Chef de l’Etat a repris le même discours en déclarant devant tous les dirigeants du monde entier que : « Notre pays est déterminé à créer les conditions de la mise en place d’une Nation prospère et moderne… Dans cette vision d’une Nation moderne et prospère, notre objectif majeur est de sortir la population de sa situation de précarité. Pour ce faire, nous avons décidé une politique d’amélioration de la production pour augmenter la productivité et développer un secteur agricole performant ».

Engagements. Si on se réfère à la situation socioéconomique qui prévaut actuellement à Madagascar, l’homme fort du pays n’a pas tenu tous ses engagements, du moins pour le moment. Au lieu de promouvoir des techniques agricoles modernes favorisant l’autosuffisance alimentaire, le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » favorise plutôt l’importation de riz. Toutes les initiatives et toutes les mesures prises actuellement par les membres du gouvernement concernent uniquement le riz importé. Au lieu de renvoyer la responsabilité dans le camp de l’opposition, les responsables étatiques devraient trouver une solution rapide et efficace contre la flambée des prix du riz. A l’allure où vont les choses, une explosion sociale n’est pas à écarter. En tout cas, le « kapoaka » du régime est sérieusement en danger.

Davis R

Midi Madagasikara123 partages

Ambositra : Mandat de dépôt pour les quatre meurtriers de la réceptionniste du Motel Violetta

Enfin, l’enquête sur l’horrible meurtre de la réceptionniste du « Motel Violetta » dans la ville d’Ambositra, le 23 novembre dernier a apporté ses fruits. Les investigations menées par la gendarmerie qui s’est chargée de cette affaire a débouché sur l’arrestation des quatre personnes impliquées dans cette affaire. Selon les informations, l’une d’entre elles, ne serait que le fils du propriétaire de l’hôtel. Déférés au Parquet du Tribunal de première Instance d’Ambositra le 5 décembre, les suspects sont placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’Ambositra en attendant leur procès dont la date n’est pas encore déterminée. Appelée Rosalie Rakotoharimaka ou Tsioty selon ses proches et âgée de 24 ans, la victime fut retrouvée grièvement blessée par des coups de couteau au bord de la rue devant son lieu de travail. Evacuée d’urgence à l’hôpital, elle n’a pas survécu à ses blessures. Il est triste d’entendre que la jeune femme a été violée avant d’être assénée de plusieurs coups de couteau dont deux à sa tête, un dans son cou, sept au niveau de son abdomen et un à l’un de ses pieds.

T.M.

Midi Madagasikara102 partages

Jirama : La hausse des tarifs effective à partir de janvier 2018

Pour survivre et espérer un retour à la profitabilité dans les années qui viennent, la Jirama est obligée de réviser ses tarifs à la hausse. On annonce en effet une hausse moyenne de l’ordre de 10% des tarifs. D’après nos informations, cette hausse tarifaire sera appliquée à partir du 1er janvier 2018. Cependant, pour préserver les intérêts des ménages à faible revenu, aucune hausse ne sera appliquée pour les clients utilisant la basse tension, c’est-à-dire pour les premières tranches sociales de moins de 25 Kwh. Pour les clients utilisant les haute et moyenne tensions par contre, une hausse moyenne globale de 8,5% sera appliquée.

En fait, il s’agit d’un ajustement progressif, en vue d’un retour futur à la profitabilité pour la Jirama. En effet, jusqu’à maintenant, la société nationale d’électricité roule toujours à perte. Et par milliards d’ariary, puisque si le coût de production du Kwh est actuellement d’environ 1.000 ariary, avec les nouveaux tarifs, le prix moyen du Kwh sera de l’ordre d’un peu plus de 500 ariary pour les clients de la Jirama. Autrement dit, même avec cette hausse des tarifs, la Jirama offrira encore environ 500 ariary par Kwh aux clients.

R.Edmond.

Midi Madagasikara98 partages

Ranesa Firiana : « Je me bats contre l’injustice au sein de la Justice »

Toutes les cartes ne sont pas encore jouées. Ranesa Firiana attend l’arrêt du Conseil d’Etat sur la requête en annulation au fond qu’il a déposée.

Rejetée. La requête pour sursis à exécution de Ranesa Firiana a été rejetée par le Conseil d’Etat hier lors de l’audience. N’ayant pas communiqué les motifs autour desquels est constitué le rejet, le Conseil d’Etat estime que la requête en elle-même est loin d’être fondée dans la mesure où « elle a été déposée tardivement », c’est-à-dire après l’élection or « elle concerne l’invalidité de la candidature d’un candidat ». Par conséquent, le Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) peut travailler avec l’actuelle composition en attendant l’arrêt du Conseil d’Etat en ce qui concerne la requête en annulation au fond que Ranesa Firiana y a déposée en parallèle. Faut-il rappeler que cette histoire remonte à l’élection des membres du CSM. Parmi les conditions d’éligibilité figure le fait d’avoir accompli huit années de service effectif au sein de la Magistrature. Mais un candidat, avec les initiales R.A. n’aurait pas complété ces huit années. Dans ce cas, la commission électorale au sein du CSM qui apprécie les candidatures et les sélectionne aurait dû ne pas considérer la candidature de R.A. « C’est la raison pour laquelle je me bats en ce moment. Je suis contre l’injustice au sein de la Justice », a soutenu Ranesa Firiana.

Texte flou. Par ailleurs, les imperfections de l’arrêté  n°18624/2017 du 8 Août 2017 ont été mises en exergue par Ranesa Firiana. En effet, ledit arrêté ne précise pas ce qu’il entend par « scrutin en général ». « Quand j’ai su que R.A ne remplissait pas le critère des huit années de services effectifs, j’ai saisi la commission électorale du CSM. Mais celle-ci a indiqué être compétente pour, entre autres, les contestations sur la campagne électorale et le scrutin en général. Chacun en a eu sa propre interprétation. J’ai pensé que la question relative aux candidatures relevait de ce que l’on appelait scrutin en général », a-t-il expliqué. Mais ce n’est pas tout. L’article 23 du même arrêté autorise un candidat, dans un délai de dix jours après la clôture du scrutin, de procéder à des réclamations. « C’est ce que j’ai effectué, mais la commission électorale a répondu que je devrais le faire au moment où la liste des candidatures était sortie », poursuit-il.

Deux poids deux mesures. Dans cette optique, Ranesa Firiana a fait savoir qu’il était loin d’être au courant de la liste des candidatures : « la commission électorale affirme que tous les candidats ont été notifiés des noms retenus. Mais pour ma part, je n’ai reçu qu’une lettre validant ma candidature ». Par ailleurs, Ranesa Firiana pointe du doigt le deux poids deux mesures dans cette affaire. « Au début, deux candidatures ont été rejetées par la commission électorale. Les deux candidats ont été taxés d’être en position de détachement respectivement au niveau de la Présidence et au sein du ministère des Finances et du Budget. Mais R.A. est également en position de détachement qui, de surcroît, n’a pas rempli les huit années de services effectifs », a indiqué Ranesa Firiana. A titre de précision, si un candidat a rempli les huit années de services effectifs au sein des juridictions, dans les ministères ou au sein de l’école et qu’il se trouve en détachement, sa candidature ne devrait poser aucun problème. Dans le cas contraire, sa candidature ne peut être que rejetée. Affaire à suivre.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza92 partages

Fanesorana ny praiminisitraAndro sisa isaina ?

Loharanom-baovao iray akaiky ny fitondrana no nahenoana fa tsy haharitra ela intsony eo amin’ny toerany ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Salovanin’i Rivo Rakotovao

Misy ireo lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ny HVM no efa tsy faly aminy sy maniry mafy ny hanesorana azy, ary voatonona ao ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao. Tato ho ato, tsikaritra ho mitsabaka mihitsy amin’ny asan’ny governemanta izy, raha tsy hilaza afa tsy ilay raharaha momba ny torabato tany amin’ny lalam-pirenena faha-2, izay ny ao anatin’ny governemanta tamin’ny alalan’ny minisitry ny fitaterana, aza toa voadingana fa i Rivo Rakotovao no niditra an-tsehatra tamin’ny famonoana afo voalohany. Toa te hanaporofo, fa tsy mahavita azy ny governemanta, indrindra ny praiminisitra mpitarika azy. Ny resaka pesta moa dia ireny niaraha-nahita ireny. Tsy resaka andraikitra minisitra tokana fa efa tena adidin’ny governemanta manontolo, saingy niaraha-nahita ny tsy nahafehezana azy,…  Fotoana voalohany hifanatrehan’i Rivo Rakotovao amin’ny maha filohan’ny antenimierandoholona azy anio 7 desambra, ary mety ho fotoana farany hifanatrehan’i Mahafaly Solonandrasana Olivier amin’ny parlemantera amin’ny maha praiminisitra azy. Iza no mety hasolo ny toerany ? Laharam-pahamehana ny fandresena amin’ny 2018, ka anisan’ny efa nalaza ny anaran’ny minisitry ny raharaham-bahiny teo aloha Atallah Beatrice, izay efa nitana ny toeran’ny filohan’ny CENI-T tamin’ny nahalany an’i Hery Rajaonarimampianina. Fomba fanaon’ny HVM rahateo ny mampifamadibadika toerana sy mamerina ny efa teo.  Anarana manomboka efa malaza fa mety ho praiminisitra manarakka eo ny Jeneraly Herilanto Raveloharison, izay sokajiana ho olona mahatoky ao anatin’ny fitondrana ary efa tao foana hatramin’ny tetezamita ?

Toky R

 

L'express de Madagascar90 partages

Candidature contestée du CSM – Malaise au sein de la magistrature

Le sursis à exécution de l’élection d’un des membres du CSM a été rejeté par le Conseil d’État. En attendant le procès au fond, des magistrats ont épanché leur frustration.

Injustice. Le mot a été sur les lèvres des magistrats qui ont assisté à l’audience d’hier, au Conseil d’État, au siège de la Cour suprême à Anosy. Il s’agissait de l’enrôlement de la requête en sursis à exécution et en annulation de l’élection du magistrat Arlème Lebon Rabevahiny, au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Un recours fait par le magistrat Firiana Ranesa.« La justice a tranché. Il fallait le faire pour dénoncer ce qui ne va pas », a déclaré Firiana Ranesa, à l’issue de l’audience d’hier. Le premier verdict du Conseil d’État est le rejet de la demande de sursis à exécution. Bien que la Cour administrative doive encore statuer sur le fond du dossier, la plupart des magistrats présents ont laissé éclater leur frustration et leur incompréhension face à la plaidoirie du commissaire de la loi qui, selon l’un d’eux, permettait déjà d’anticiper la décision. Mais aussi, la tournure du procès.« Si entre nous, nous osons nous traiter ainsi, qu’en est-il du simple justiciable », a déploré un autre juge. À l’écoute des arguments du commissaire de la loi, certains n’ont pas pu s’empêcher de chuchoter leur grogne en pleine audience. « Lorsqu’il y a une injustice, il faut la dénoncer. Nous sommes en face d’une inégalité de traitement. Je n’ai rien contre la personne, seulement, pourquoi des candidatures similaires ont elles été rejetées et la sienne retenue ? », furent entre autres les propos qui ont été dits, hier, en marge de l’audience au Conseil d’État.La raison de la requête du juge Ranesa est que son collègue n’a pas rempli l’une des conditions pour être candidat au CSM, qui est d’avoir accompli au moins huit années de service effectif au sein de la magistrature.

« Plus jamais ça »En réponse à un recours formulé devant elle, la Commission chargée de l’organisation de l’élection a indiqué que trancher sur ce point ne relève pas de ses attributions.Le juge Rabevahiny, a été élu au titre des juges en détachement, mis à disposition ou en service auprès de la Chancellerie et de l’Éco­le nationale de la magistrature (ENMG). Dans les travées de la Cour suprême, hier, il a été pesté : Comment la commission peut elle se dire incompétente pour trancher sur pareil contentieux alors qu’elle a été en charge de l’enregistrement ou du rejet des candidatures. Pourquoi a-t-elle accepté cette candidature, en particulier, et rejeté d’autres dossiers similaires ?L’arrêté fixant l’organisation des élections du CSM prévoit que la commission électorale tranche sur les contestations et réclamations relatives au déroulement de la campagne électorale et/ou du scrutin en général. Ne pas avoir rempli les huit années de service au sein de la magistrature car, ayant été en détachement, durant la majeure partie de leur carrière professionnelle, a été la raison du rejet de la candidature de cinq magistrats. Des juges dont les requêtes en sursis à exécution ont été rejetés par le Conseil d’État.Dans sa défense, hier, le magistrat Rabevahiny, a plaidé pour le fait, qu’étant directeur au sein du CSM, il effectuait des services pour la magistrature, donc, ne sortait pas du cadre de la magistrature. En face, le requérant a tablé sur le fait que le CSM est un organe rattaché à la présidence de la République. Que les magistrats qui y officient en étant directeur, notamment, sont en détachement. Il a souligné qu’un ancien directeur de la direction juridique de la présidence de la Répu­blique, autre organe présidentiel, a vu sa candidature rejetée.Durant les épanchements d’hier, il a été révélé que des soupçons de malversation, de favoritisme, planeraient autour de l’élection des membres du CSM. Que la disposition relative aux années de service requises, prête à confusion, une fois que certains s’aven­turent dans les inter­prétations. Dans les dénonciations, il a été, également, indiqué qu’il s’agit aussi, de dire plus jamais ça. Qu’il y a des choses à rectifier. Qu’il faut en finir avec l’injustice. Que pareille situation ne doit plus se reproduire. Vu le contexte, la nouvelle équipe du CSM pourrait avoir fort à faire pour fédérer leurs pairs.

Garry Fabrice Ranaivoson

 

L'express de Madagascar76 partages

Bois précieux – Embargo maintenu sur Madagascar

La CITES n’autorise toujours pas l’exportation de bois précieux de Madagascar. Un manque de progrès du pays dans la lutte contre les trafics est constaté.

C’est toujours non. Le secrétariat général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES) a constaté un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d’action sur les bois précieux de Madagascar, fait savoir World Wild Fund (WWF) Madagascar dans un communiqué de presse. La CITES a, de ce fait, décidé de maintenir la recommandation aux pays membres de la Convention de ne pas autoriser les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d’ébène, de bois de rose et de palissandre de Madagascar.Cette décision a été prise à l’issue de la soixante-neuvième réunion du comité permanent, qui s’est tenue à Genève du 27 novembre au 1er décembre. Une résolution qui réjouit particulièrement Nanie Ratsifan-dri­ha­manana, directrice du WWF Mada­gascar. « C’est une sage décision que nous soutenons, nous appelons les autorités à redoubler d’efforts dans la mise en œuvre du plan d’action, en particulier, dans l’application des lois en vigueur concernant l’exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits. »

Vaines interpellationsCet appel ne devrait pas tomber dans l’oreille d’un sourd puisque Johanita Ndahimananjara, ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, était également présente à la réunion. Malgré les mises en garde et interpellations, les actions en faveur de la lutte contre ces trafics illicites sont encore très peu perceptibles du côté malgache. L’établisse­ment d’un inventaire des stocks de bois de rose ainsi que leur localisation, demandé par la CITES par exemple, jusqu’ici, semble être resté sans suite. La mise en place d’un tribunal spécial dédié aux affaires de bois de rose n’a toujours pas été effectuée. Et en matière de lutte contre les trafics, nos frontières restent très poreuses.Le WWF attire l’attention sur la pression constante que continuent à subir les forêts humides de l’Atsinanana, inscrites sur la liste du Patri­moine mondial de l’UNESCO,  et abritant certaines des forêts les plus vierges de la planète et des écosystèmes uniques.« Ce bien est mis dans la liste des sites en péril de l’UNESCO à cause des pressions qui l’affectent: activités minières illégales, braconnage des lémuriens, mais surtout, la surexploitation de bois précieux liée au trafic de ces espèces », rappelle l’organisme international.Il y a près de deux mois, des experts de la CITES ont effectué des visites dans la partie Nord-Est de Mada­gascar. Aucune déclaration n’a été faite à l’époque. Nous savons maintenant pourquoi.

Rondro Ramamonjisoa

Midi Madagasikara73 partages

Atelier au Colbert : Vers la mise en place d’un code d’éthique des partis politiques

« L’éthique et la lutte contre la corruption pour renforcer la démocratie interne des partis politiques et accroître leur crédibilité aux yeux des citoyens ». Tel est le thème de l’atelier organisé hier et aujourd’hui par le Pnud ( Programme des Nations unies pour le Développement) en partenariat avec la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES), le Bianco, le Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI) et le Samifin à l’Hôtel Colbert Antaninarenina. A l’aube des élections de 2018, il est plus qu’indispensable d’instaurer un climat sain qui soit stérile à la corruption sous toutes ses formes. Justement, jusqu’à maintenant, les sources des financements des partis politiques et des propagandes demeurent méconnues nonobstant les dispositions légales y afférentes. Néanmoins, l’on note des imperfections au niveau de ces textes lesquelles amputent la transparence des partis et de leurs activités. A côté, force est de reconnaître les mauvaises pratiques de certains politiciens figés à des calculs nocifs pour le pays. « Il est opportun d’engager des réflexions sur la notion d’éthique en politique et des démarches à faire pour l’adapter à la vision de chaque parti et cela dans l’optique d’élections démocratiques, transparentes et inclusives », a souligné Violette Kakyomia, la représentante résidente du Pnud à Madagascar dans son discours. Mais ce n’est pas tout. La mise en place d’un « code d’éthique et de bonne conduite des acteurs politiques à Madagascar en 2018 » est en gestation selon les explications reçues.

Prise de responsabilités. Toujours dans le cadre de la lutte contre la corruption, le Pnud appelle à la prise de responsabilités des acteurs politiques. « Il est du devoir du gouvernement, des acteurs clés de la vie politique et des parties prenantes à la consolidation de la paix à Madagascar de lutter contre ce phénomène social, politique et économique complexe (…). Jouez un rôle clé dans cette lutte de par vos responsabilités dans la gestion de vos structures respectives et de l’influence que vous possédez vis-à-vis du comportement de vos sympathisants. Vous devez promouvoir le bannissement des comportements contraires à la loi, à l’éthique, mais aussi au jeu équitable et à l’égalité des chances dans lequel s’inscrit le processus électoral », a toujours indiqué Violette Kakyomia. Mais comme l’avait souligné Jean Aimé Raveloson, représentant adjoint de la FES à Madagascar, « la corruption est un choix », alors nonobstant les dispositions légales qui puissent exister, lutter ou non contre la corruption émane de prime abord de tout un chacun. Notons que cet atelier réunit 71 partis politiques.

Aina Bovel

Midi Madagasikara69 partages

Programme économique : Troisième décaissement de la FEC accordé par le FMI

Le Conseil d’Administration du FMI a approuvé le troisième décaissement de la Facilité élargie de Crédit (FEC), d’un montant de 31,428 millions de DTS, soit environ 45 millions USD ou 144 milliards Ariary. Ce financement soutient l’exécution du Programme économique du gouvernement malgache qui comprend des réformes sur la gouvernance, sur la politique monétaire et la stabilité macroéconomique. « Nous avons déjà bénéficié de 124 millions de DTS avec les trois décaissements. Pour cette fois, le financement sera surtout destiné à soutenir la balance de paiement », a annoncé le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, qui a tenu une conférence de presse hier, avec le gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BFM), Alain Rasolofondraibe « Nous avons maintenu la stabilité macroéconomique et marqué une croissance du Produit intérieur brut (PIB). L’inflation a également été maîtrisée à 8,5%. Les réserves en devises ont atteint 1 milliard USD, soit l’équivalent de 3,2 mois d’importations. En ce qui concerne le budget de l’Etat, les recettes ont augmenté et les dépenses ont favorisé les secteurs sociaux et les infrastructures », a poursuivi le Grand argentier.

Retards. Pour sa part, le gouverneur de la BFM a précisé que ce décaissement fait suite à la performance dans l’exécution du Programme économique au cours du premier semestre 2017, constatée par la mission du FMI lors de la dernière évaluation. D’après ses dires, le secteur financier est également prometteur, surtout avec les nouveaux textes de loi qui vont permettre son développement, les actions favorisant la bancarisation, la promotion de la diversification des offres de services financiers et l’utilisation progressive des nouvelles technologies dans ce domaine. Par ailleurs, il faut noter que cette approbation de la FEC par le FMI facilitera l’accès de Madagascar aux appuis des autres partenaires techniques et financiers. Dans ce cadre, des avancées ont été citées par le ministre et le gouverneur. Cependant, la faible capacité d’absorption de financements reste encore une limite pour la Grande Ile. D’après le ministre Vonintsalama Andriambololona les procédures internes ainsi que les procédures et conditionnalités des bailleurs de fonds sont également facteurs de retard dans l’utilisation des financements pour le développement.

Antsa R.

Midi Madagasikara66 partages

Tokyo : Le Président Rajaonarimampianina reçu par l’Empereur Akihito

Hery Rajaonarimampianina ainsi que son épouse ont été reçus par l’Empereur Akihito et l’Impératrice Michiko Shoda.

Au terme de sa visite d’Etat au Japon, le Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina ainsi que son épouse ont été reçus par l’Empereur Akihito et l’Impératrice Michiko Shoda, hier, au palais impérial, à Tokyo. La rencontre du Président de la République avec l’Empereur du Japon, au dernier jour de sa visite d’Etat au Pays du Soleil Levant, vient confirmer le raffermissement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. Une rencontre qui s’est tenue à huis clos. Et ce, après les entretiens avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe qui a confirmé la volonté du Japon d’accompagner la mise en œuvre du PND (Plan national de développement), notamment la réalisation des grands projets d’infrastructures, puis le succès de la tenue du Forum des affaires, qui augure un nouvel élan de la part des investisseurs nippons.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara65 partages

Guanomad : Poursuite des engagements sur l’écologie solidaire

Erick Rajaonary, le PDG de Guanomad a offert des cadeaux aux orphelins.

Dans le cadre des activités de RSE (Responsabilité sociétale de l’Entreprise) de ce groupe, trois projets sont mis en œuvre par l’association « Ho Maitso ny Tontolo ».

Depuis la création de son département RSE en 2011, le groupe Guanomad ne cesse de poursuivre ses engagements envers la société. L’association « Ho Maitso ny Tontolo », l’organe de mise en œuvre de ses activités sociétales, est actuellement présente dans huit régions, à savoir Bongolava, Itasy, Analamanga, Atsimo Andrefana, Vakinankaratra, SAVA, Atsinanana et bientôt dans la région de DIANA et ce, pour une décentralisation de ses actions de RSE. A l’approche des fêtes de fin d’année, « Ho Maitso ny Tontolo »-Guanomad a pris une longueur d’avance sur ses actions sociales en poursuivant des engagements sur l’écologie solidaire.

Trois projets. En effet, une tournée a été organisée sur l’axe RN7 et RN41, notamment dans les villes d’Antsirabe et de Fandriana dans le dessein  de faire un suivi sur la mise en œuvre des projets initiés dernièrement. « Il s’agit des engagements mettant en valeur la jeunesse et le développement communautaire. Et honorer ses engagements, c’est honorer ses entourages », a souligné le président national de l’association Erick Rajaonary qui est également le PDG du Groupe Guanomad lors de son discours. Cette fois-ci, l’association « Ho Maitso ny Tontolo » a mis en valeur un plaidoyer pour les droits relatifs à l’éducation des enfants et le développement écologiquement durable, en réalisant trois projets au profit de trois communautés différentes. Le premier projet porte sur la scolarisation de deux cent enfants de l’EPP Ampatana au niveau d’Antsirabe. « C’est le fruit d’une collaboration active avec la CISCO de la ville d’Antsirabe II, de l’EPP Ampatana ainsi que l’association des parents d’élèves de cette école primaire. Ce qui a favorisé l’intégration de la dimension Education Pour tous au niveau de l’EPP Ampatana », a-t-il évoqué.

Développement rural. Le 2e projet soutenu est celui de la région Amoron’i Mania dans la ville de Fandriana. Ce projet initié en août dernier a permis de promouvoir le développement rural et agricole local à travers l’appui et la dotation d’engrais auprès de trois cent quarante paysans membres d’une nouvelle organisation paysanne à Fandriana. Quant au 3e projet, l’association a pris une longueur d’avance sur la célébration du jour de Noël. Cinquante enfants du centre d’accueil d’Orphelins « Samaritana Fandriana » ont reçu leurs cadeaux de Noël tels que des jouets. « Ho Maitso ny Tontolo » leur a en même temps distribué du riz.

Navalona R.

Midi Madagasikara64 partages

Allocation des ressources : « Mettre en place un État régulateur », suggère Johnny Ranaivoarison

En 2018, les citoyens Malgaches se donneront, en principe, rendez-vous aux urnes pour élire un nouveau président de la République et les représentants au sein de la Chambre basse. En 2018 également seront célébrées les soixante années d’indépendance ou semblant d’indépendance (c’est selon) de Madagascar. Quoi qu’il en soit, le constat est amer pour la Grande Ile dans la mesure où le développement est loin d’être amorcé, l’économie connaît une torpeur chronique et la pauvreté ou la paupérisation (c’est selon toujours) y fait sa loi. Pire, la prise de conscience de tout un chacun reste finement anodine. C’est justement dans cette optique que Johnny Ranaivoarison, économiste et analyste politique attire l’attention. « Nonobstant la multiplication des aides extérieures ces derniers temps dont la facilité élargie de crédits de 307 millions de dollars en 2016 et les fonds accordés par la conférence des bailleurs de 6,4 milliards de dollars, la situation à Madagascar démontre que l’Aide Publique au Développement (ADP) n’a pas d’effets directs sur la qualité de vie de la population », indique-t-il.

État régulateur. Mais il ne s’arrête pas là. « Le mécanisme d’investissements est biaisé suite au détournement des fonds publics, à la corruption généralisée et à l’utilisation inefficace des deniers publics », selon lui. Effectivement, nombreuses ont été les aides attribuées à Madagascar, mais jusqu’à maintenant, force est de reconnaître que le pays est loin de voir le bout du tunnel. Aucun mot sur l’utilisation efficace de ces aides. Pour Johnny Ranaivoarison, la solution n’est autre que la mise en place d’un État régulateur qui « garantit le droit et la liberté des citoyennes et des citoyens dans la réalisation de l’activité collective ». Aussi estime-t-il que « c’est cet État régulateur qui rendra plus performant le mécanisme d’allocation des ressources via la participation citoyenne ». Dans cette mesure, la refondation de l’État revêt un caractère irréversible et requiert notamment l’implication et l’unanimité de tout le peuple. L’appel est de ce fait lancé par ce jeune et non moins porte-parole du parti MMM et les débats sont ouverts.

Aina  Bovel

Midi Madagasikara55 partages

Mahajanga : Fanafihana mitam-piadina in-droa nisesy tao anatin’ny alina iray

Tokatrano roa no lasibatra ny maraina ny Alahady lasa teto. Ny iray teny Tsararano Ambany, ny iray kosa teny Tsaramandroso ambany. Tamin’ny 2 ora maraina tany ho any no niseho ny tranga voalohany tao Tsararano. Telo lahy no voalazan’ny tompon-trano fa nandodona teo am-pivarotana ary lasa rehefa nivoka ny tao an-trano. Nanaraka ireo andian-jiolahy anefa ireto farany ka voarahona hiverina fa hoe manana basy izy ireo. Noho ny fahatahorana dia niemotra niverina nihidy tao an-trano. Nanao tampody fohy aveo ireo jiolahy, namaky an-keriny ilay toeam-pivarotana no nikapokapoka mafy ny varavarana, niantsoantso vonjeo ny tompon-trano saingy tsy nisy nahasahy nivoka ny mpirai-tanàna fa nanao tifi-danitra in-telo teo antokotany ireo jiolahy. Tsy vao voalohany fa efa fanintelony izao no nikasanireo jiolahy namaky io toeram-pivarotaana io saingy izao vao tena nidirany an-keriny. Efa nisy fotoana hoy ny tompon-trano nikasa ny hiditra tao aminny tafotrano ireo jiolahy fa tsy tafiditra. Niezaka niantso ireo mpitandro ny filaminana iany ny tompon-trano nandritra izay rehetra izay. 30 minitra taorina, bar iray iany koa no fantatra fa nisy nanafika teny Tsaramandroso Araka ny nambara, nivoka moramora ireo jiolahy aveo. Tany antokotany izy no nisy nanaraka ary dia nandrahona taminny basy ka nanao tifi-danitra in-droa nisesy.

Tantely Vandriam 

Midi Madagasikara53 partages

Antananarivo : Assainissement des canaux de la Capitale

Depuis le début du mois de novembre, un programme d’assainissement des canaux de la Capitale a été mis en place par la Commune urbaine d’Antananarivo(CUA). Le RF2 (Rafitra Fanadiovana sy Fahadiovana) a permis de nettoyer tous les canaux de la Capitale. Ces travaux ont été effectués dans tous les arrondissements. Ceci a été fait pour enlever tous les détritus empêchant l’évacuation de l’eau. Les bas quartiers sont les premières victimes de l’augmentation du niveau d’eau dans ces canalisations. Le 05 décembre 2017, Lalao Ravalomanana, maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo a effectué une descente à Ankadimbahoaka en compagnie de Marc Ravalomanana, conseiller spécial et de quelques délégués pour constater le travail accompli. Un grand engin de dragage a été utilisé à cette occasion pour ramasser les ordures.

RAV’Estl (Stagiaire)

Madagascar Tribune52 partages

Le FMI décaisse 44,5 millions de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de décider le décaissement de 44,5 millions de dollars pour Madagascar dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC). Ceci après une seconde revue de l’accord en faveur de la Grande île en ce qui concerne le premier semestre de cette année, c’est-à-dire jusqu’au mois de juin dernier.

Selon le FMI, « Madagascar a continué de mettre en œuvre de manière solide son programme économique appuyé par la FEC. Tous les critères de réalisations quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints à la fin juin 2017, et le programme structurel progresse aussi. La reprise économique graduelle se poursuit avec une croissance solide et une stabilité macroéconomique persistante ». Il est vrai que la croissance économique est maintenue, mais le fait est que cela ne se ressent guère dans le quotidien des Malgaches. Selon le FMI, la maitrise de l’inflation est aussi une des raisons de cette décision de décaissement. La réalité est tout à fait contraire si l’on se réfère aux prix des produits de première nécessité (PPN) et autres produits sur le commerce actuellement. D’ailleurs, le maintien du prix du riz à coup d’importation massive décidée par le gouvernement témoigne d’une toute autre réalité. La loi de finances 2018 qui soi-disant démontre une volonté de maintenir une croissance vigoureuse et inclusive avec les efforts fournis vis-à-vis des sociétés d’Etat dont la Jirama et la priorisation des dépenses par l’État ont été soulevé également par le FMI.

Cette fois ci, l’approbation ne s’est pas faite via la réunion du Conseil d’Administration du FMI mais simplement par la procédure dite du défaut d’opposition. En effet si aucun des administrateurs ne manifeste un avis contraire, le décaissement peut avoir lieu. Pour certains économistes, cela se traduit par le fait que le FMI ne se soucie plus trop du cas malgache contrairement à l’année dernière. Étant donné que le régime actuel arrive en fin de mandat, refuser le décaissement reviendrait en quelque sorte à déstabiliser les relations entre la Grande île et l’institution. Le décaissement se serait fait de manière quelque peu automatique, le programme ayant été engagé depuis l’année dernière. Madagascar aura jusqu’ici reçu 174,1 millions de dollars via le programme de facilité élargie de crédit (FEC). Toutefois, le FMI appelle à la vigilance en ce qui concerne les mesures d’incitations fiscales décidées par le régime, afin que celles-ci ne mettent pas en péril les objectifs du programme. La nécessité d’améliorer la gouvernance et la lutte contre la corruption ont encore été souligné, soit les mêmes recommandations depuis juillet 2016.

L'express de Madagascar51 partages

Aina en Afrique du Sud

La triple championne de Madagascar de badminton chez les seniors dames, Soaniaina Razanamaly s’est envolée ce mardi pour l’Afrique du Sud. La badiste du club Saint-Michel Itaosy disputera le tournoi international d’Afrique du sud du 7 au 10 décembre. Ce sera sa première sortie internationale. Elle affrontera d’entrée en huitièmes de finale la Zambienne, Evelyn Siamupangilia, classée 275e mondiale. En cas de victoire, la Malgache sera opposée à la Mauricienne, Kate Foo Kune classée 83e mondiale.

Midi Madagasikara51 partages

Exposition multidisciplinaire : « Feeling conjugué » ou le kaléidoscope artistique

Yasmine Fidimalala, précurseur du “feeling conjugué”.

Après son exposition « Feeling », quatre artistes rejoignent l’artiste peintre Yasmine Fidimalala dans un « feeling conjugué ». Aucune raison de se dispenser une fois de plus de cette rencontre amoureuse entre artistes multidisciplinaires. Un rendez-vous qui se fera à la « Boussole » jusqu’au 18 décembre.

L’exposition reflète l’émergence d’un autre regard qui s’articule autour de ce collectif de quatre garçons et d’une femme artiste. Le peintre Mahefa Rasamuel, les photographes Mat Li et Raj Hassanaly et le musicien SaintCrocs seront en atome crochu avec Yasmine Fidimalala.

Musique, photo, vidéo, « vidéomapping », peinture et art plastique se conjuguent pour donner un tout artistique. Tout préambule mène à sa suite et le parcours entre deux lieux résulte à des affinités plus qu’esthétiques, des croisements et des émulations ancrés dans le temps. Une échappée collégiale, le temps d’une soirée pour une réflexion mutualisée, conjuguée.

Chaque œuvre exprime des sentiments, des émotions, un bout de la personnalité de chaque artiste. Des signatures faciles à cerner, néanmoins la rencontre avec les artistes pourraient éclaircir quelques esprits. Une rencontre possible durant le vernissage le 14 décembre.

Maharindra Aina

L'express de Madagascar49 partages

Morondava – Six « bajaj » incendiés pour non  remboursement 

Tout a commencé par un contrat de prêt entre particuliers d’une valeur de quatre cent millions d’ariary. « Le débiteur a acheté des bajaj avec cet argent. Il a remboursé  cent quarante millions d’ariary à la date convenue et a refusé de payer le solde », a indiqué le commissaire de police local. Une procédure de référé a été faite. Le juge a, prononcé une saisie conservatoire de ces véhicules du débiteur. La créditrice et un huissier ont procédé, à la récupération des engins dans la ville.La dame en a gardé onze en attendant la décision de la justice. « L’ordon­nance de référé prise par le juge a correspondu à la restitution de ces biens saisis à l’endetté », a signalé une source au sein du tribunal.Désappointée par cette décision, la dame a mis le feu à six bajaj. Le portail de l’enceinte étant verrouillé, les sapeurs-pompiers ont arrosé depuis l’extérieur les maisons environnantes pour endiguer le feu. La police a amené la dame au commissariat pour sa sécuritépersonnelle. Elle est rentrée chez elle, hier matin, selon les explications reçues. L’affaire est toujours à suivre.

H.L.

L'express de Madagascar48 partages

Hausse du prix du riz – Vers une subvention de l’État ?

La descente du Gouvernement au marché d’Anosibe n’a pas persuadé les opinions dans la résolution de la hausse du prix. D’autres mesures sont proposées.

À l’allure où vont les choses, des économistes tendent vers une subvention de l’État pour pallier la hausse du prix du riz sur les étals. Des mesures exposées lors d’une rencontre entre les économistes, enseignants de l’Université d’Antananarivo et le président du Sénat hier. « Nous avons eu des échanges sur tout ce qui est relatif à l’inflation en général », avance Rakoto Davida, doyen de la faculté Droit, Économie, Gestion et  Sociologie (DEGS), de l‘université d’Antananarivo, venu avec deux autres enseignants.  « Mais la décision de les appliquer ne nous revient pas », se défend-il. Suite à l’appel lancé par les économistes la semaine dernière de se pencher réellement sur la situation économique catastro­phique du pays, les parlementaires de la Chambre haute ont entamé des échanges. « Nous avons consulté ces enseignants en économie de l’Université sur les éventuelles mesures à prendre dans ce contexte d’inflation et de hausse du prix du riz notamment », précise Rivo Rakoto­vao, président du Sénat. La subvention de l’État sous une forme de filet de sécurité ou encore le fait d’ opter vers un taux de change fixe ont été entre , indiqués.  Des solutions urgentes qui seront discutées avec les membres du Gouvernement lors de la rencontre Sénat- Gouverne­ment ce jour à Anosikely. « On ne peut encore rien avancer, ce sont des propositions qui doivent être analysées par l’Exécutif, jusqu’où l’État peut aller dans ce genre de mesures », précise le président du Sénat,  apparemment décidé à en découdre avec le problème.

MassiveContacté au téléphone, Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation dit ne pas adhérer  à ces mesures. « Le problème est ponctuel et le Gouvernement a pris des décisions stratégiques en choisissant l’importation conventionnelle, c’est-à-dire l’importation massive par bateau cargo. Près de 100 000 tonnes arriveront à partir du 15 de ce mois pour satisfaire la demande qui a dépassé les prévisions de 137 000 tonnes pour le dernier trimestre de l’année », explique-t-il. Une dizaine de semi-remorques  ont été aperçues, hier, au marché d’Anosibe, avec du riz stock et du riz de luxe. « La solution reste l’importation faute d’offre locale suffisante », insiste-t-il. Toutefois, les spéculations et rétention de stock de la part des opérateurs viennent assombrir cette lueur de sortie de crise. « Nous n’avons pas encore été consultés par le gouvernement jusqu’ici car il n’y pas de plainte de cas de concurrence déloyale », a fait savoir  Herinirina Rabetrena, président du Conseil de la concurrence, l’autorité compétente en la matière, qui contrôle et sanctionne les pratiques anti-concurrentielles comme les ententes, les abus de position dominante, concentration ou monopole. « Toutefois, le conseil est actuellement en pleine enquête car il est en pouvoir d’instruction », souligne-t-il.  Les yeux sont donc rivés sur le Sénat ce jour pour un dénouement de cette situation chaotique.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara48 partages

Fjkm Ambohidratrimo : 40 ans du SAMPATI

Le bureau du SAMPATI de la FJKM Ambohidratrimo au lancement du jubilé.

La branche Scout ou « Sampana Mpanazava sy Tily » (« Branche des Eclaireuses et Eclaireurs » en traduction simplifiée) de la FJKM Ambohidratrimo Marovatana Fanavaozana célèbre ses 40 ans cette année.  La présentation du bureau du comité du 40e fut le fer de lance de cette célébration. Dans son allocution, Fy Andrianarison, présidente de ce bureau a rappelé la vision du bureau qu’elle dirige : « Notre vision est de faire des jeunes des citoyens responsables et aussi des chrétiens au service de Dieu ». Ils envisagent ainsi de doubler l’effectif des jeunes scouts d’ici à l’année prochaine. Notons que le thème du jubilé est tiré du verset de Timothée I 4 : 12 b : « Sois  un modèle pour les fidèles ». Cette célébration s’étalera sur un an, ponctué de diverses activités et s’achèvera en août 2018 par un grand camp en bord de mer. Le carrelage de l’Akany, (centre dédié au Scout) sera notamment pris en charge par la branche SAMPATI. Une stèle de Baden Powel sera par ailleurs érigée dans la cour du temple, en mémoire et en hommage au fondateur international du scoutisme.

Luz R.R

News Mada47 partages

Exportation de bois précieux : L’embargo toujours maintenu

Le secrétariat général de la Cites maintient l’embargo sur l’exportation de bois de rose et de bois d’ébène en provenance de Madagascar, en ayant constaté un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d’ action sur les bois précieux. Il s’agit d’une décision prise lors de la 69e réunion du comité permanent de la Cites qui s’est tenue du 27 novembre au 1er décembre, à Genève.

Madagascar est loin du compte concernant l’assainissement de la filière bois précieux. Il s’agit de la énième décision  du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), concernant le maintien de l’embargo sur la commercialisation et l’exportation des bois de rose et des bois d’ébène.

Le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions durant la réunion du comité permanent de la Cites. Une session a été consacrée aux questions spécifiques à ces espèces, dont le bois d’ébène, le palissandre et le bois de rose, rapporte le WWF.

A ce sujet, la directrice du WWF à Madagascar, Nanie Ratsifandrihamanana, a souligné hier que «Pour le WWF, il s’agit d’une sage décision à soutenir. Les autorités sont appelées à redoubler d’efforts dans la mise en œuvre du plan d’action, en particulier dans l’application des lois en vigueur concernant l’exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits», comme l’a indiqué

Aucun progrès

La mise en œuvre du plan d’action de la Cites, relatif aux bois de rose et bois d’ébène, a été annoncée durant le Conseil du Gouvernement du 22 août dernier. Il s’agit des gages tangibles pour assainir la filière à Madagascar. Mais aucun détail n’a été apporté à ce sujet.

Si on se réfère aux principales recommandations de la Cites, celles-ci portent sur l’inventaire, le marquage et la sécurisation des stocks de bois de rose, la mise en vigueur de la loi relative à la chaîne spéciale contre le trafic de bois précieux et la dénonciation des gros bonnets impliqués dans ce trafic. Mais jusque-là, seul l’inventaire des stocks a été fait par Madagascar, cela en dépit des vives critiques reçues par le Gouvernement.

Pour rappel, depuis l’année 2013, le bois de rose et le bois d’ébène sont inscrits dans l’Annexe II de la convention de la Cites et figurent sur la liste des espèces qui pourraient être menacées si le commerce de leurs spécimens n’étaient pas étroitement contrôlés.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza47 partages

Fanendahana teny IvandryNodimandry ilay tovovavy voatsatok’antsy

Nodimandry ny talata 5 desambra teo i Fy Safidinandrianina na Fiderana mpianatry ny anjerimanontolon’Antananarivo naratra mafy nandritra ny fanendahana sy tsindron’antsy nahazo azy teny Ivandry ny zoma 1 desambra teo.

Toky R

 

Midi Madagasikara46 partages

Ambanidia : Tambajotrana mpisoloky amin’ny resaka vato ravan’ny zandary

Izay tratra aloha dia mandraingiraingy tanteraka. Vola efa mitentina eo amin’ny 30 tapitrisa ariary teo ho eo no efa lasan’ireto mpisoloky ireto amin’ity asa ratsy ity. Miisa fito izy ireo no voasambotry ny zandary teny amin’iny faritra Ambanidia, Mahamasina sy 67ha ity. Ary voalaza fa hoe teratany vahiny no mpiray tsikombakomba amin’izy ireo. Ity farany izay mbola karohina amin’izao fotoana izao. Efa maty paika tanteraka ny fomba fiadin’ireto olon-dratsy ireto, ary vehivavy, izay hitany ho manambola no tena ataony lasibatra. Milaza fa manana vato amidy mantsy izy ireo ary efa mahita mpividy, saingy teratany vahiny izy io. Tsy mahay teny frantsay anefa ilay mpanera ka mindrana an’ity olona hosolokiana ity hiady varotra aminy, dia omena ampahany. Amin’io fotoana io, dia tsy miaraka amin’izy ireo eo ilay vazaha fa any amin’ny toerana tsy fantatra ary milaza fa hamonjy azy ireo maika. Eo amin’izay no mandeha izao fandraikiraikena rehetra izao, satria miantso tampoka ilay teratany vahiny fa misy sampona mahazo azy ireo eny an-dalana, ka raha afaka manome vola ireto mpivarotra aloha ilay ramatoa hosolokiana. Na dia te handà aza dia fatratra tokoa ny fandresen-dahatra ka dia manome ilay volabe atao vodiom-barotra. Avy eo milaza indray ilay mody miteny vahiny fa nandona olona ka mila vonjy satria tsy misy afa-tsy vola vahiny any aminy. Dia mandefa vola ihany koa ilay ramatoa. Mitohy hatramin’ny hoe maty ilay olona voadona ka mila hanaovana fomba dia mangataka vola indray ity vahiny ary dia manome tokoa ilay voasoloky. Any anefa dia tsy misy tohiny intsony nony avy eo, rehefa betsabetsaka ny azo. Nametraka fitoriana avy hatrany ity vehivavy ity ary dia izao niafara tamin’ny fisamborana azy fito izao. Omaly ihany moa no natolotra ny Fampanoavana izy ireo, ary dia nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara41 partages

Njava : A nouveau sous les feux des projecteurs et au grand complet

Dozzy et Monika Njava, lors de la conférence de presse qu’ils ont donnée à leur domicile hier.

Leur dernier concert au pays ? Ils ne s’en souviennent pas. Les 15 et 16 décembre, Monika et ses frères vont donc à nouveau revivre et faire revivre cette sensation aux mélomanes.

Pour les mélomanes, c’est Noël avant l’heure ! Les 15 et 16 décembre prochains, les Njava seront sous les feux des projecteurs… et au grand complet.« La dernière fois que nous avons tous été réunis  ? Je ne me souviens pas, tellement ça fait longtemps », lance Monika. Et elle de continuer : « Cette fois, nous serons tous là. Dozzy, Pata, Maximin, Dadà, Lala et moi-même allons à nouveau jouer ensemble sur une même scène, comme au bon vieux temps ». Pour les Njava, la musique se joue effectivement en famille. Sur une initiative de Monika en 1991, le groupe voit le jour. L’année suivant sa création, la formation participe au Prix découvertes rfi et s’illustre. C’est le début de l’aventure sur le plan international. Jusqu’à aujourd’hui, le groupe, ou plutôt chacun de ses membres, continue de sillonner les quatre coins du monde. Dozzy d’affirmer : « Oui, nous avons commencé l’aventure en famille, mais chacun de nous avait également son propre projet musical. Lala, de son côté, a tracé sa route. Monika a également fait carrière à l’international. Nous ? Nous sommes consacrés à Suarez. Les occasions, lors desquelles nous nous retrouvons sont depuis devenues rares. Ces retrouvailles à l’IFM Analakely seront donc, pour nous et non  seulement pour le public, à apprécier sans modération. On y est pas encore, mais je suis déjà tout excité et heureux de pouvoir à nouveau jouer avec mes frères, surtout à Mada ».

Tubes. Pour ces retrouvailles, le répertoire de Njava ne sera composé que des titres avec lesquels le public l’a découvert et connu. « Pour le 15 décembre, le public découvrira Miary Lepiera en première partie. Nous prendrons ensuite le relais ». Le 16 décembre sera entièrement et exclusivement réservé à Njava. Ambassadeurs du petit peuple avant d’être des chanteurs de renom, les Njava dans leurs chansons abordent des thèmes engagés comme la maltraitance infantile, les enfants des rues, la corruption, la justice sociale, l’unité, la tolérance, l’espoir, le désespoir, l’amour et l’humour. Le tout, porté par les voix de Monika et Lala, sur les sons des guitares et de la batterie de leurs frères Dozzy, Pata, Maximin et Dadà. Un beau mélange dont le public pourra se délecter les 15 et 16 décembre prochains, à l’IFM Analakely.Mahetsaka

News Mada40 partages

NJAVA : Deux dates en hommage à leur père

Après plusieurs années d’absence sur la scène malgache, le groupe Njava décide de satisfaire ses fans en donnant deux concerts, les 15 et 16 décembre, à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely. «Nous serons au grand complet pour rendre hommage à notre père», a annoncé Dozzy, le guitariste du groupe.

«Njava est le nom de notre père. Il aurait aimé nous voir jouer de nouveau ensemble. C’est pour cette raison que ces deux concerts lui seront dédiés», a annoncé Dozzy, hier, lors de la conférence de presse, chez Monika à Tsimbazaza. En effet, le groupe Njava sera au grand complet, Dozzy et Dada à la guitare, Pata à la batterie, Maximin à la guitare basse, et les deux chanteuses Lala et Monika. « Il nous est difficile de se rencontrer parce que chacun de nous a actuellement ses propres responsabilités, sa propre vie. Ainsi, pour une fois, nous avons choisi cette date pour monter ce spectacle », a ajouté Monika Njava.

Deux spectacles inédits

Au début, le groupe ne pensait faire qu’un seul concert à l’IFM. « Mais nous avons reçu plusieurs sollicitations auprès des fans pour une deuxième date », a expliqué Christelle Ramanandraitsiory de l’IFM. Selon le groupe, « Le 15 décembre, la première partie sera assurée par Miary Lepiera et le second concert sera réservé uniquement au groupe Njava », a annoncé Monika. Toutefois, le répertoire sera le même. « Il n’y aura pas de nouveauté, nous allons interpréter les anciens morceaux. Bref, l’objectif est vraiment de nous retrouver ensemble avec notre public », a ajouté la chanteuse.

Bientôt un album ?

« En ce qui concerne notre prochain programme, aucun autre évènement ne figure dans notre agenda. En tout cas, nous allons nous réunir après ces spectacles justement pour nous focaliser davantage sur ce point », a expliqué Dozzy. Ainsi, le sujet tournera autour du prochain album qui sera présenté normalement l’année prochaine.

Un studio et un label en gestation

Par ailleurs, le groupe concocte un autre projet. « Conscients du manque de matériels musicaux professionnels, nous sommes actuellement en pleine préparation d’un nouveau studio qui sera ouvert à tous les artistes désirant travailler avec le groupe », a annoncé Monika. « Notre objectif est de partager les expériences et surtout, de renforcer les échanges pour acquérir une qualité musicale supérieure. Nous songeons même à créer un label pour les artistes », a-t-elle conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza36 partages

Fiara halatra avy any ivelanyMafia Karana no atidoha

Mbola mitohy hatrany ary hitan'ireo mpanaraka amin'ny alalan'ny fampahalalam-baovao maneran-tany ny fisiana halatra fiara raitra izay miroborobo fatratra any Eoropa ankehitriny.

 Hamafisin'ireo gazety vahiny ireo fa tambajotrana mpangalatra matihanina mihitsy no ao ambadik'ity asa maloto ity ary mieli-patrana amina firenena maro. Anisan'ny voatondro ho mpandray izany ny eto Madagasikara satria misy eto ny rantsan'ireo andian'olona mpangalatra ireo. Voaporofo izany volana vitsy lasa izay nandritra ny fisavana an-dalambe nataon'ny polisy eto amintsika ny taratasina fiara marika BMW X16 tratra tany Toamasina satria taratasy tsy mitovy no hita tamin’ny « papier” sy ny “n° chassis”. Ao an-drenivohitr'i Betsimisaraka no ahitana io "Mafia Karana" io izay manao izany ho asa fivelomana, kanefa tsy misy fandraisana fanapahan-kevitra hentitra ho famaizana azy ataon'ny tompon'andraikitra, ka mampametra-panontaniana ny maro ihany. Raha izay ny zava-misy dia tena mahamenatra mihitsy satria ny firenena manontolo no voahoso-potaka ary heverin'ny mpanara-baovao any ivelany any amin'ny alalan'ny ny famoahana azy amin'ny gazety any aminy, fa tena fitobian'ireo halatra ireo ny eto amintsika. Mety tsy ho diso ny fomba fijerin'ireo mpandinika eto amintsika satria maro dia maro ireo fiara raitra sy lafo vidy (ana miliara) ireo ny miriorio eto an-drenivohitr’i Madagasikara sy any amin'ny renivohi-paritra hafa koa. Heverina fa efa mahafantatra io vaovao io ny Bianco izay sampandraharaha mpanao fanadihadiana lalina eto amintsika, saingy hatreto dia tsy mbola nanao fanambarana amin'ny fandraisana fepetra ny amin'izany izy. Ny hanahirana dia mety ho tonga eto Madagasikara mihitsy ny mpanao fanadihadiana avy any ivelany vao hikoropaka isika.

 

Nantsoavina Evariste 

 

L'express de Madagascar34 partages

Programme FEC – Le FMI accorde les 44,5 millions de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a donné, hier, son accord pour le décaissement de la troisième tranche du FEC.

Le gouvernement passe le test encore une fois. Après quel­ques mois d’âpres négociations et plusieurs mois de réformes, le gouvernement malgache a reçu le feu vert du Fonds monétaire international (FMI) pour la continuité du programme Facilité élargie de crédit (FEC). Le conseil d’administration de cette institution a donné son accord, hier, pour le décaissement de la troisième tranche au titre de ce programme triennal. C’est la ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambo­lolona qui l’a annoncé, hier même devant la presse. Le déblocage du crédit d’un montant de 44,5 millions de dollars devait se faire dans les prochains jours. Ce qui porte le total de décaissement à 174,1 millions de dollars.« Tous les critères de réalisations quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints en fin juin 2017, et le program­me structurel progresse aussi », indique le communiqué du FMI. L’examen du dossier Madagascar est passé comme une lettre à la poste. « Contrai­rement aux évaluations précédentes, le Conseil d’administration de cette institution n’a pas tenu de réunion formelle. Il a arrêté ses décisions selon la procédure dite du défaut d’opposition », a déclaré Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) hier.

Croissance solide« Le FMI a constaté la continuité de la mise en œuvre des différentes réformes et d’importantes réalisations du gouvernement dans le cadre de ce programme. Tous les critères de réalisations fixées pour fin juin ont été respectés. La reprise graduelle de l’économie, avec une croissance solide et une stabilité macro-économique n’est que le résultat palpable de ces efforts », a déclaré la ministre Vonintsalama Andriam­bololona.Pendant près de trois semaines, au mois de septembre, l’équipe de Marshal Mills, chef de mission du FMI pour Madagascar a scruté de fond en comble toutes les exécutions des réformes entreprises par le gouvernement dans le cadre de ce programme. La délégation a tenu à l’œil la gouvernance des sociétés d’État, comme la Jirama ou Air Madagascar, qui, selon eux, handicapent le fonctionnement du budget étatique.L’adoption par le Parle­ment du projet de Loi des finances 2018 était donc cruciale dans cette décision du board du FMI. Le document budgétaire prévoit un accroissement des recettes de l’État, la limitation des dépenses moins prioritaires, la réduction progressive des transferts alloués à la Jirama, qui est de 209 milliards ariary pour l’année 2018 contre 450, cette année.La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue, à moyen et à long termes, dans le cas de difficultés persistantes de la balance de paiement. L’accord conclu avec Madagascar, d’un montant de 220 millions de DTS soit environ 304,7 millions de dollars, a été approuvé par le conseil d’administration du FMI, le 28 juillet 2016.

Lova Rafidiarisoa

News Mada33 partages

BNI Madagascar : Lancement du crédit “Fety”

A l’approche des fêtes de fin d’année, la BNI Madagascar propose une nouvelle offre de crédit à ses clients. Du 1er décembre au 31 janvier 2018, la banque met à la disposition des particuliers le crédit «Fety», avec un taux de 1% par mois et une durée de remboursement de 6 à 60 mois.

« Il s’agit d’un crédit à la consommation, accessible à tous les salariés privés et fonctionnaires. Le montant octroyé varie selon les besoins et la capacité de remboursement du souscripteur.» a expliqué Lanja Randriatsimialona, une responsable auprès de la banque à l’occasion de la présentation de l’offre, hier, à la BNI Analakely.

Notons qu’avec sa certification ISO 9001 – 2008, relative au système de traitement des crédits aux particuliers, la banque facilite l’accès et l’octroi de crédit dans les meilleures conditions. La banque dispose également de 69 agences et 97 Guichets automatiques de banque (GAB) au niveau national.

R.R.

 

L'express de Madagascar27 partages

Requiem par un fou

Johnny est mort. On en parle comme d’un vieil ami, d’un membre de la famille. Pour l’occasion, j’ai retrouvé le charme désuet d’écouter une vieille compilation d’il y a 25 ans sur l’anachronique radio-cassette de ma voiture. À l’époque, il m’avait fallu passer en revue une pile de disques vinyle, et patiemment, une chanson après l’autre, me confectionner mes best of à emporter. Impossible de raconter cette fastidieuse opération de «record-rewind-forward-play-stop-eject» à une génération pour laquelle même l’iPod est une antiquité. Pour l’instant, auto-reverse après auto-reverse, je me réjouis que la bande de ma cassette ne s’emmêle pas, parce que de stylo Bic, je n’en ai pas sous la main.Johnny Halliday 1943-2017. L’ancienne idôle des jeunes avait fini par vieillir doucement. Un look d’éternel bad boy pour des chansons d’une fragilité déconcertante («Un jour viendra, tu me diras je t’aime, du bout du coeur, mais le dire quand même»). Bien sûr, on n’ira pas chercher chez Johnny ce qu’on s’attend à lire chez Jean d’Ormesson. Mais, la succession des textes doucement amers («Elle m’oublie»), faussement victimaires («Tu vas défaire tes cheveux rien que pour lui, tu vas lui dire les mêmes mots qu’à moi»), ou dangereusement charmants («Si mon coeur ne peut être pour toi le premier, j’attendrai afin d’être dans ta vie le dernier»), on s’identifie plus facilement avec Johnny.Sa chanson sur l’Amérique m’avait fait entrevoir la géographie des States : «Mon Amérique à moi, c’est une route sans feux rouges, depuis l’Hudson River jusqu’en Californie». Et, au passage, je dus chercher à savoir qui était ce Norman Rockwell : finalement, un dessinateur qui a admirablement croqué la réalité des petites villes de l’Amérique profonde en un temps heureux qui ignorait le tsunami des selfies.Johnny, on croirait qu’il fut plus souvent délaissé qu’il n’a semé de chagrin : «Revoilà ma solitude ; moi qui pensais qu’elle avait fini par me laisser, par m’oublier ; je te dois ma solitude, merci ; et je t’aime encore»… «Qu’est-ce qu’il m’arrive, mon coeur s’en va, à la dérive, noyé dans l’ombre de toi»… Heureusement, il nous ramène tout de suite après dans une réalité beaucoup plus authentique : «Avant que tu ne m’oublies, je voulais te dire merci ; pour ta bouche qui riait, que j’ai fait crier, tes yeux que j’ai fait pleurer ; pour ce morceau de ta vie, que je t’ai volé, ce séjour au paradis ; pour ton corps que j’ai aimé jusqu’à le tromper ; n’espère pas de moi des larmes, du repentir, je veux simplement, simplement te dire merci».Commentant une de ses productions au succès mitigé, Johnny de dire : «Quand on a des paroles à défendre, c’est plus facile que quand on a des absurdités à chanter. La voix, elle est là, mais elle ne suffit pas. Il faut de jolis mots». Dans le clip de «Seul», on le voit anonyme au milieu d’une foule tandis que l’image finale le fait cheminer sur un boulevard désert : «Seul, avancer seul, vers un futur qu’on ne connaît pas, qu’on ne connaît pas». Des paroles passablement torturées, mais la voix, oui, elle est là.Qu’importe finalement, sa vie, ses choix, seule importe sa voix. Il y a quelque chose comme la beauté d’un sanglot dans certaines paroles : «Je ne suis que la somme, je suis ceux qui m’ont aimé, je suis ceux que j’ai aimés». Ou l’immortalité du désespoir : « Salut Charlie, tu es parti, mon frère, boire ton dernier verre, au grand bar de l’éternité, je boirai dans ton verre, et du haut de ton enfer, tu me verras peut-être pleurer, l’amitié en guenilles était ma seule famille, grâce à toi je m’en étais tiré»…La vie et ses nombreuses promesses qui n’engagent que celles et ceux qui y croient : «Je te promets le sel au baiser de ma bouche, je te promets le miel à ma main qui te touche ; et même si c’est pas vrai, si on te l’a trop fait, si les mots sont usés, comme écris à la craie, on fait bien de grands feux en frottant des cailloux, peut-être avec le temps, à la force d’y croire, on peut juste essayer pour voir». Juste pour voir. Un dernier texte a quelque chose de prémonitoire : «Ça ne peut pas finir, il y a trop de souvenirs ; et même si je pars, je ne te quitte pas. Ça ne finira jamais, on refera la route, je vous le promets». J’en mettrai pas ma main au feu.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara19 partages

Andriamena-Betsiboka : Ady amin’ny asan-dahalo, efa maro ireo voasambotra sy matin’ny zandary

« Miady amin’ny asan-jiolahy na ireo madinika izany, na ireo jiolahy mpitondra basy manafika, izahay araka ny baikon’ny minisitray».  Izany no nambaran’ny Lt Razafimamonjy Richard, misahana ny Zandary ao amin’ny Kaominina Andriamena. Ny herinandro lasa teo, dia nanamafy ny fanangonam-baovao ny zandary, notarihan’ny any an-toerana, indrindra amin’izao famakiana ady ataon’ny jiolahy amin’ny mpitandro ny filaminana izao. Vokany : nisy ny fahatrarana basy poleta iray vita gasy sy bala roa entina manafika sy mangalatra omby, tao anatin’ny fisavana ny tranon’ny lehiben’ny dahalo antsoina hoe Del, tao amin’ny fokontany Ambodiketsa, kaominina Andriamena, disitrikan’i Tsaratanàna. Marihana moa fa tafaporitsaka ilay lehiben’ny dahalo nandritra ny fisavana nataon’ity manamboninahitra ity sy ireo zandary roalahy niaraka taminy. Tamin’ny herinadro iny ihany dia dahalo roa sahady no maty tao anatin’ny fifandonana teo amin’ny roa tonta, tao amin’ny toerana antsoina hoe Manakana, vohibohitrana Isioka , ary tafaverina amin’ny tompony ny 128 nangalarin’ireo malaso. Ny angom-baovao ihany no nahalalana fa ny ekipan-dRadel no nanafika tokantrano iray tao Tsaratanàna izay nahavery ny vola maty ny tontolo andro. Mbola misy basy hafa mbola tadiavina, fa hoentina hanaovana «mission», isan’izany koa ireo basy kalaky fampiasan’ireto jiolahy heverina araka ny vaovao fa hofain’izy ireo aman’olona. Ary ireto moa ireo dahalo mampihorohoro sy mampitondra faisana ny vahoaka ato anatin’ny disitrikan’i Tsaratanàna. Ireo no tena manahirana ny mpitandro ny filaminana ao Tsaratàna. Manano sarotra ny fitadiavana azy ireo satria matetika, raha ny angom-baovao azo dia toa hoe afenin’ireo olona ao amina fokontany iray any amin’iny faritra iny, noho ireo olona ireo manana havana ao. Tsy sahy miteny ny olona fa ny mampandositra azy rehefa misy fitadiavan’ny Zandary azy ireo.

Ratantely 

Midi Madagasikara19 partages

« Souvenirs, souvenirs »

La France s’est réveillée tôt hier matin avec « Quelque chose de Te…rrible ». La mort d’une icône. La disparition d’un mythe. « L’idole des jeunes » pour reprendre l’un de ses tubes dont la plupart raconte d’ailleurs sa vie. De « Laura » qui parle de sa fille à « Oh Marie », un titre phare de son album prémonitoire « A la vie, à la mort ».

« Souvenirs, souvenirs »

« Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire ». C’est par un communiqué poignant que Laeticia a annoncé que « Jean-Philippe Smet est décédé dans la nuit du 5 décembre 2017 ». Né d’un père bruxellois il y a 74 ans de cela, celui qui allait devenir une rock-star en France était le plus Français des Belges ou le plus Belge des Français. Pour ces derniers, Johnny Hallyday était leur Elvis Presley. « A partir de maintenant » pour reprendre un autre titre de ses chansons, ses innombrables fans ne le reverront plus sur scène. « Noir c’est noir » après le décès du chanteur aux yeux bleus qui a fait « Le bon temps du rock and roll ». De la génération « Salut les copains » et disque vinyle à celle hyper-connectée d’aujourd’hui, « Tous ensemble » pensaient que « ça ne finira jamais » avec Johnny. « Et pourtant, c’est bien cela », a admis son épouse. « Johnny était un homme hors du commun. Il le restera grâce à vous. Surtout ne l’oubliez pas », a-t-elle ajouté. « Dans un an, dans un jour » (encore un de ses tubes), le monde de « La musique qu’il aime » depuis les années yéyé, se souviendra de lui. Contrairement à une de ses chansons « J’oublierai ton nom ». Sa vie, ses amours, ses excès resteront dans les mémoires. « Souvenirs, souvenirs ». On se rappellera aussi de ce « Fils de personne » qui avait servi sous les drapeaux avec le grade de sergent. « Je ne suis pas né militaire », avait-il fredonné. Hier, l’auteur de « Vivre pour le meilleur » est mort auprès des siens à Marnes-la-Coquette où la mort ne lui a pas donné le temps d’avoir son « plus beau Noël ». Celui qui avait chanté « Pour moi la vie va commencer » est parti vivre pour un autre monde afin de continuer d’ « Allumer le feu » avec « L’hymne à l’amour » et autre « Que je t’aime ».

R. O
Madagascar Tribune18 partages

L’éthique politique presque absente

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) avec la Fondation Friedrich Ebert (FES) a organisé hier 6 novembre un atelier interactif avec les partis politiques axé sur le thème de l’éthique et de la lutte contre la corruption. Il s’agissait entre autres de mettre sur table l’éthique politique à Madagascar, l’intégration dans les projets de société la lutte contre la corruption et la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement d’activités terroristes. Tout cela afin de renforcer la démocratie en interne des partis politiques mais aussi afin d’accroître leur crédibilité aux yeux des citoyens et aux yeux des votants.

Un peu plus d’une quarantaine de partis politiques étaient représentés durant cet atelier. Selon le représentant résident du PNUD à Madagascar Violette Kakyomya, « il est du devoir du gouvernement, des acteurs clés de la vie politique et des partis prenantes à la consolidation de la paix à Madagascar de lutter contre ce phénomène social, politique et économique complexe, afin de ne pas laisser naitre des sentiments de mécontentement  ». Force est pourtant de constater que la corruption est devenue une manière d’agir, surtout en ce qui concerne les politiciens et l’Administration en général. L’absence de l’éthique politique se traduit par les multiples changements de bord politique qui se manifestent surtout au sein de l’Assemblée Nationale, anéantissant la crédibilité des partis et des hommes politiques eux-mêmes. Selon Monja Roindefo du parti Monima, l’absence d’éthique constatée chez les politiciens résulte entre autres de l’implication trop insistante de la communauté internationale dans les affaires internes du pays. Une raison qu’on a du mal à concevoir du fait que l’éthique politique et la lutte contre la corruption sont des comportements que l’on devrait avoir quotidiennement, indépendamment de tout agissement extérieur. Il s’agit tout simplement d’un comportement absent chez la majorité des politiciens malgaches qui privilégient l’intérêt individuel face à l’intérêt commun.

Midi Madagasikara16 partages

Les travailleurs de l’ombre – Eric Rakotondralambo de « Bemiray » : « Donner toute sa valeur à la p...

Rien ne le prédisposait à la pétanque au début. Mais finalement, en cours de route, de football et de tennis de table, il est venu à la pétanque. Rakotondralambo Juan Eric est à la tête du club de « Bemiray » d’Ambodin’Isotry.

Ancien du lycée d’Ampefiloha, Rakotondralambo Eric connaît depuis longtemps, le milieu du sport. Il a fait partie des footballeurs de « Lapan’ny Tovolahy », parmi les dernières promotions, pour continuer avec « Lapan’ny Tanora » Isotry. Là-bas il en était au tennis de table et au foyer social d’Isotry, ce sera du football. A l’université, il a continué avec le ping pong et le football, mais blessé au pied, il fallait changer. Alors, en habitant Majunga, il s’est mis à la pétanque. Il a commencé avec le club « Mirah » qui a connu les Fafa, Malala, ou Mialy jusqu’à ce jour. Ensuite, il a créé  le club de Costi, le club omnisports de Tiko en y mettant le judo, la pétanque, le tennis de table et le basket-ball. De même, en travaillant à Sambava, il a créé avec les amoureux de la boule le « Club bouliste » de Sambava. Toutefois, maintenant, il se demande pourquoi laSAVA ou cette région formée parVohémar, Andapa et Antalaha n’a pas de représentants au sommet national alors qu’ils jouent bien à la pétanque. «Je pense sérieusement qu’il faut y aller pour relancer cela ».

Alors, en amoureux de la pétanque, il reviendra à CAI ou club d’Ambodin’Isotry avec son frère Charly. Toutefois, depuis quelques années, il a créé le club de « Bemiray », toujours un club d’Ambodin’Isotry, mais qui se démarque de CAI. « Pour le sommet national 2017, nous sommes arrivés à la grande finale. On voit qu’on tâtonne encore. Des essais quoi. Mais je pense qu’à l’open des 16 et 17 décembre, nous allons cartonner ». Les Mini-masters sont à son actif depuis des années, mais ce sera cette fois-ci sous les couleurs de « Bemiray ».

Il a toujours œuvré pour le bien de cette discipline. Pourquoi ? « Mon objectif est qu’on donne toute sa valeur à la pétanque. Tout le monde sait qu’on excelle dans cette discipline. Mais pourquoi les Français sont premiers en pétanque ? Il y a un esprit pétanque à vivre. Nous devons nous mettre dans la gestion de la pétanque comme il se doit. Et c’est faisable. »

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara16 partages

Dialogue germano-malgache : Suivi de l’utilisation des fonds mis à la disposition de Madagascar

Les participants au dialogue germano-malgache en plein travail.

Il servira à garantir le financement et l’effectivité des nouvelles initiatives pour les années à venir.

Dans le cadre du renforcement de la coopération germano-malgache  et pour assurer le suivi de l’efficacité de l’utilisation des fonds mis à la disposition de Madagascar par la République fédérale d’Allemagne, un deuxième dialogue politique et stratégique se tient au Palais de Mahazoarivo durant deux jours (les 6 et 7 novembre).  La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre Chef du gouvernement, Mahafaly Solonandrasana Olivier, en présence d’un haut fonctionnaire représentant le ministère fédéral allemand de la coopération (BMZ), Valentin Katzer, qui était à la tête de la délégation allemande, de l’Ambassadeur d’Allemagne, SEM Harald Gehrig et de quelques membres du gouvernement malgache.

Engagements. Cette rencontre s’effectue en concertation avec le ministère fédéral allemand de la coopération (BMZ) et des agences de coopération technique (GIZ) et financière (KFW) allemandes, dont le principal objectif est l’état des lieux sur les engagements pris par les deux parties lors de la première consultation en 2016, englobant la situation de la mise en œuvre des projets de coopération, des décaissements effectifs, des différentes réalisations, de l’identification des défis et éventuellement des obstacles. Ces états des lieux concernent quelques grands secteurs, entre autres la décentralisation, l’environnement, l’énergie, l’agriculture et pêche, le partenariat public-privé, ainsi que d’autres sous secteurs qui participent au rouage du développement. A l’issue de cette seconde concertation intergouvernementale, une cérémonie officielle marquera la validation et la signature d’un Aide-Mémoire qui en contiendra les résolutions.

Principes. Les objectifs du dialogue sont de renforcer le respect des principes internationaux pour rendre la coopération germano-malgache plus efficace, en s’assurant notamment du respect des principes de la déclaration de Paris, d’assurer la continuité de la mise en œuvre de ces principes, à travers l’organisation d’une réunion périodique et permanente. Il s’agit également d’assurer le suivi et évaluation de l’effectivité des actions engagées par les deux parties, ainsi, du côté de la partie allemande pour le financement des différents projets déjà acquis lors des dernières concertations et pour la partie malgache  dans l’utilisation efficiente des ressources mis à sa disposition au service du développement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

BIT- EAM : Accompagnement des promoteurs de projets innovants

Les cinq promoteurs lauréats du projet PACER sur Tana , en compagnie de l’un des encadreurs de l’EAM

L’atelier de restitution du projet PACER (Projet d’Appui à la Création d’Emplois décents par la Recherche) pour Analamanga a eu lieu le 5 décembre dernier, à l’issue duquel cinq promoteurs de projets innovants ont été primés et bénéficient d’un renforcement de capacité et d’un accompagnement à  long terme.

Notons que le projet PACER est conjointement réalisé par le Bureau international du Travail (BIT) et l’Entreprendre à Madagascar (EAM). Lancé officiellement en janvier 2016, le projet PACER vise non seulement à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes à Madagascar, mais aussi et surtout, le rapprochement et l’adéquation de cet entrepreneuriat aux recherches effectuées ou cursus académiques des entrepreneurs. C’est la raison pour laquelle les parties prenantes du projet ont mis en exergue le statut « d’entrepreneurs chercheurs ». Dans ses activités d’ISCM (Information Sensibilisation Communication et Sensibilisation), le projet a donc ciblé les promoteurs de projet innovant et où recherches effectuées et domaine d’entrepreneuriat choisi correspondent. Après un mois d’ISCM sur l’étendue du territoire national (sept sites comptant des universités au total), 120 dossiers de projets furent reçus par le PACER.

Vision et pragmatisme. Les cinq lauréats du projet PACER ont présenté chacun leur start-up- oui, ils sont déjà actifs et ont déjà percé le marché- durant l’atelier. Présentations qui ont permis de constater qu’innovation, recherche et audace n’étaient pas de vains mots pour eux. La Directrice générale de l’EAM d’ajouter : « Il faut savoir apprécier, célébrer et appuyer les prouesses entrepreneuriales des jeunes malgaches pour les encourager à faire davantage. » Effectivement, « quand nous avons une vision, il faut oser commencer avec les moyens du bord pour démarrer nos activités…Car un bon projet bien mené ne tarde jamais à avoir les appuis qu’il faut. », a renchéri Yvon Razafimahatratra, Directeur technique, au sein de l’EAM. Par ailleurs, une des qualités entrepreneuriales constatées chez ces cinq  promoteurs figure la diversification. A. Ambinintsoa par exemple, œuvrant dans le virtuel, affirme avoir déjà trois entreprises à son compte.

ENCADRE. Les lauréats.

-Lovatiana Raharinirina : Production et vente produits cosmétiques biologiques par la valorisation complète des organes végétaux-Ain Mee Robiath J.: Production et vente de tenues valorisant la culture malgache combinées à partir de matières premières locales et africaines-Ambinintsoa Alain : Création d’un « bot » permettant l’accès facile à la formation via Messenger-Ramiandrisoa Jocelyn : Production et vente de briques autobloquantes et décoratives par un matériel artisanal-Rafieferana Faly : Fabrication de tuiles légères mais ultra-résistante : isophonique, isothermique, anti-cyclone et ignifuge par un procédé innovant valorisant les matériaux locaux

Luz R.R

Midi Madagasikara14 partages

SPMAD : VIIe Congrès international de pneumologie du 13 au 15 décembre

La Société de Pneumologie de Madagascar (SPMAD) tiendra, cette année, la septième édition de son Congrès international de Pneumologie. Ce sera pour la semaine prochaine au Motel Anosy. Ce congrès international que la SPMAD, société savante fondée en 2005, organise tous les deux ans, portera cette fois sur le thème « Maladies respiratoires : handicap au développement ». Du 13 au 15 décembre 2017, la société de Pneumologie de Madagascar accueillera alors des experts étrangers, spécialistes de la pneumologie, pour partager et échanger des expériences avec leurs confrères malgaches. Des communications orales et des ateliers sur la radiographie du thorax, spirométrie, gestion du stress, seront au programme de ces trois journées de congrès, ainsi que des conférences portant sur des thèmes divers. Citons ceux de la Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) chez les femmes ; Tuberculose et VIH ; Infections respiratoires basses aiguës  ; Asthme ; Peste ; chirurgie thoracique, etc . Le congrès s’adresse ainsi aux personnels médicaux et paramédicaux.

Hanitra R.

Midi Madagasikara14 partages

Pétanque / Mini-masters : La 6e étape de Mini- masters demain

La version 2017 des Mini-masters en sera  à sa 6e étape demain vendredi. C’est une compétition spéciale que Razafindralambo Eric a conçue, réalisée et organisée  tous les ans. « C’est une sorte de marque déposée. Ce sera pour Bemiray ».  Cela a débuté le 3 novembre et la dernière étape aura lieu le 8 décembre. 48 équipes sont dans la grande finale. Les organisateurs prévoient des tenues pour tous les participants soit 144 maillots. Il en est de même pour les repas. Les meilleurs se retrouveront donc les 28 et 29 décembre. Du côté des lots, la triplette gagnante aura des tickets d’avion Tana-Réunion-Tana.  Les deuxièmes auront des scooters et les 3e et 4e des télés à écran plat. Les Mini-masters sont déjà connus à Madagascar et Eric Razafindralambo souhaite le mettre à l’heure internationale. La version 2018 sera internationale avec l’aide de tous ceux qui optent pour cette ouverture.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

« Roxicomania » : La relève du rock à la lumière du jour

« The Dizzy Brains » à l’affiche du « Roxicomania ».

2017 aura été une année d’or pour le rock malgache. Entre les grands spectacles à plusieurs reprises des grosses pointures, c’est au tour de la jeune génération de se montrer sous son meilleur jour.

Tout le monde s’y met pour redorer le blason du rock malgache. Après les grosses pointures, place à la relève au « Kudéta » Anosy. Une bonne dizaine de groupes prendra le chemin de la scène dans « Roxicomania » le 30 décembre. Pour les amateurs du genre, l’évènement sera une occasion de découvrir de nouvelles têtes ou de voir les « underground » à la lumière du jour.

En tête d’affiche, “The Bloody Park, The Dizzy Brains, No Mady, Angaroa, Fishy, Break the Silence, The Discord Lines, Death Child, The Shinny Happy People et The Sixties”. Si certains groupes sont des illustres inconnus, d’autres ont fait parler d’eux dans des festivals internationaux. Pour « Angaroa », la reconnaissance des aînés leur vaut un statut particulier, étant donné qu’ils assurent souvent les premières parties des grands rendez-vous de rock.

Pour sa part, No Mady sera à la 39e édition des Rencontres Trans Musicales de Rennes le 9 décembre. Sur la même scène où « The Dizzy Brains » a connu ses premiers succès il y a deux ans de cela. La bande à Eddy a, par ailleurs, connu une montée fulgurante en enchaînant les tournées en Europe et en Asie sans exclure un saut furtif au pays de l’Oncle Sam. Si le groupe était quasi inconnu à Madagascar avant son succès, les quatre compères ont porté haut le flambeau de la Grande Ile en multipliant leurs apparitions grâce à l’intérêt que portaient les médias internationaux à leurs égards.

Pour rappel, les rockeurs « old school » ont frappé fort cette année. Dans le dessein  de redonner sa lettre de noblesse au rock malgache, les formations comme « Kiaka, Iraimbilanja, Tselatra, Apost, Mage 4 », ou « Green et Rehg » ont été souvent sur le devant de la scène. Grands spectacles, concerts, ou cabarets, ils ont tous connu un succès notoire, sans oublier les soirées multiples dans l’Hexagone.

Maharindra Aina

Tia Tanindranaza13 partages

IT UniversityNotsidihan’ny minisitry ny fifandraisan-davitra

Taorian’ireo oniversitem-panjakana maro any amin’ny faritra dia ny IT University etsy Andoharanofotsy indray, sekoly ambony tsy miankina iray mampianatra ny lalam-piofanana informatika avo lenta no nosafidian’ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampivoarana ny haitao ara-kajy mirindra Neypatraiky André Rakotomamonjy notsidihana, omaly.

 Nisy ny dinidinika nifanaovany tamin’ny mpianatra ka nanoroany hevitra ireto farany fa azo ivelomana tsara ny sehatry ny nomerika ankehitriny. Raha manana solosaina iray miampy connexion fotsiny ianao ao an-trano, hoy izy dia efa afaka manao asa hatrany ivelany ho fidiram-bola. Nampirisihiny ny mpianatra nandritra izany mba tsy hijanona hiasa amina orinasa intsony fa hanangana orinasa ho an’ny tenany mihitsy ka hanampy ny manodidina azy.  Notsindriany manokana moa fa baikon’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina izao nataony izao mba hanampiana ny tanora Malagasy ka anisan’ireny ny mpianatry ny IT University. Mpampianatra ny filohantsika Hery Rajaonarimampianina teo aloha ary tsy mitazona izany fahalalana izany ho azy irery izy fa tiany hiampita amin’ny tanora Malagasy rehetra hahafahana miatrika ny hoavin’ny firenena amim-pitoniana. Fanontaniana maro moa no napetraky ny mpianatry ny IT University ity tamin’ny minisitra nandritra izany izay saika nahazoan’izy ireo valiny mahafa-po avokoa. Nofaranany tamin’ny fanolorana connexion 100 Mo ho an’ireo mpianatr’ity oniversite tsy miankina iray ity izany,  fanomezana haharitra roa taona. Tsiahivina moa fa mandray mpianatra ao amin’ny taona voalohany ka hatramin’ny fahadimy ny IT University ary afaka miasa eto an-toerana sy any ivelany  avy hatrany ireo mpianatra mivoaka ao aminy.

Pati

 

Midi Madagasikara13 partages

Insécurité dans l’Ibara : L’association FITIBA dénonce l’inertie des autorités locales

Pour lutter contre l’insécurité prévalant dans le district de Betroka, les natifs des 17 districts composant la région Ibara résidant à Antananarivo et regroupés dans l’association «FIraisan-kinan’nyTerak’IBAra » ou FITIBA ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Pour cette association, la recrudescence des actes de vols de bœufs dans ces districts s’expliquerait par l’inertie de certaines autorités locales. A cela s’ajouterait la prévalence de la corruption à tous les niveaux de l’Administration publique. Pourtant, les dirigeants du FITIBA n’ont pas écarté la responsabilité des notables et des parents dans cette affaire. D’après eux, ces derniers doivent être sensibilisés afin d’orienter leurs enfants sur la bonne voie. La corruption règnerait au niveau du Tribunal, parmi les éléments de forces de l’ordre, des employés de districts et des communes, des responsables faciliteraient le plus souvent le blanchiment des bovidés volés. Pour se débarrasser de ce fléau qui risque de tarir les principales ressources de revenus des habitants de ces régions à savoir les zébus, l’association propose comme solution la mise en place d’une convention collective ou « Dina itambarana », car elle devra impliquer l’ensemble de la population y compris toutes les autorités de l’Administration publique dans les 13 districts composant l’Ibara. « Que personne ne soit au-dessus de ce Dina », souhaite Nakany Charlie, Président de FITIBA qui vient d’être reconduit à ce poste. La semaine dernière, l’association a renouvelé les membres de son bureau exécutif qui est composé de cinq membres, un président, trois vice-présidents et un secrétaire général. En effet, Nakany Charlie est élu à l’unanimité pour présider l’association. Ce nouveau bureau a défini comme priorité de ses priorités le rétablissement de la paix et la sécurité dans l’Ibara. Pour ce faire, le nouveau bureau compte commencer cette action à travers l’envoi d’une délégation massive dans le district de Betroka qui est le plus touché par l’insécurité. Cette descente est prévue pour la troisième semaine de ce mois de décembre.

T.M.

L'express de Madagascar12 partages

Visite d’État – Rajaonarimampianina reçu par l’empereur Aki Hito

Une première. La visite d’État de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, au Japon, a été clôturée par une rencontre avec l’Empereur Aki Hito, au palais Kyüden. Durant une trentaine de minute, le locataire d’Iavoloha, s’est entretenu avec le souverain impérial. Un temps qu’ont également, partagé leurs épouses respectives.Les sujets abordés durant cet échange n’ont pas été révélés à la presse. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une première dans l’histoire de la coopération bilatérale entre la Grande île et le pays du soleil levant qu’un chef d’État est reçu par l’empereur japonais. « La rencontre du président de la République avec l’Empereur du Japon, au dernier jour de sa visite au pays du Soleil levant, vient confirmer le raffermissement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays », se réjouit le communiqué de presse publié par le service de communication de la présidence de la Répu­blique.

Réunion de travailLa rencontre avec l’Empereur vient consacrer le renforcement de la coopération bilatérale entre Mada­gascar et le Japon, que la délégation conduite par le président Rajaonari­mampianina, s’est évertuée à mettre en exergue durant son séjour. La veille du tête-à-tête au palais Kyüden, le locataire d’Iavoloha et sa suite ont eu une réunion de travail avec les décideurs nippons conduits par Shinzo Abe, Premier ministre. Une rencontre conclue par « une cérémonie d’échange de notes portant sur le domaine de la sécurité alimentaire et celui de l’approvisionnement en eau potable », selon le communiqué de presse.

Garry Fabrice Ranaivoson 

Midi Madagasikara11 partages

Manifestation de ce jour : Les avis divergent chez les « taximen »

Le VTM ou « Vondron’ny Taxis Matihanina » condamne la manifestion prévue se dérouler ce jour. Il convient de noter que la manifestation en question est organisée par la FTAR ou « Fikambanan’ny Taxi an’Antananarivo Renivohitra ». A cet effet, le VTM, via son président Jeannot Randrianarisoa définit le projet comme “ une atteinte à l’ordre public “. Le président du VTM a inviter les « taximen » “ à continuer leurs activités “. Avant d’argumenter que “ la période des fêtes est une opportunité pour eux de faire gonfler leurs recettes. Il ne faut donc pas arrêter de travailler ”. Jeannot Randrianarisoa d’interpeller également les responsables étatiques à ce qu’ils prennent “ des mesures en cas d’éventuelles perturbations du trafic routier durant ce jour “. Les « taximen » sont ainsi divisés. Une situation qui rappelle le principe du “ diviser pour règner “… qui a été brillamment utilisé par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) dans l’affaire qui l’oppose aux membres de la FTAR.

José Belalahy

News Mada8 partages

Sazy nihamafy : Tsy mahazo manondrana andramena i Madagasikara

Tsy nahatratra ny tanjona indray! Nohamafisin’ny Rafitra iraisam-pirenena mitantana ny varotra iraisam-pirenena ny biby sy zavamaniry ahina ho lany tamingana (Cites), ny tsy fahafahan’i Madagasikara manondrana ny hazo sarobidy. Tinapaka izany nandritra ny fivoriambe faha-69 natao tany Geneve ny 27 novambra-1 desambra teo.

Voakasik’izany ny andramena, ny voamboana ary ny volombodimpona (ébène).

Maromaro ny fepetra napetraky ny Cites tamin’ny fitondrana tsy maintsy tanterahina raha hiala amin’ny sazy. Anisan’ny tena misongadina amin’izany ny fanenjehana ireo mpanao trafika nanondrana andramena tany ivelany, ny fitantanana ny tahiry andramena nogiazin’ny fanjakana.

Tsy nisy voasazy ny mpanao trafika

Tsy nisy tratra ny ankamaroan’izy ireny, fa fihetsiketsehana sy fisehosehoana ny betsaka. Hanamarinana izany, nankatoavin’ny antenimiera ny lalàna manangana ny fitsarana manokana ho an’ny andramena. Tsy nisy asa nataony na iray aza, tsy misy mpikambana ao aminy ary tsy hita intsony ny tohiny. Maro ireo olona voarohirohy amin’ny trafika andramena, ananan’ny Bianco antontan-taratasy, tsy nisy voasazy na iray aza, ary efa miriaria ny ankamaroany.

Mikasika ny fitantanana ny andramena giazan’ny fanjakana, bolabola ampahany vitsy , manodidina ny 27.000 lazaina fa amin’ny 200.000 ny voaisa any Analanjirofo sy Sava. Tsy nisy tohiny fa very an-javony koa ny asa.

Randria

L'express de Madagascar8 partages

Sambava – Trois exécutions dans une chasse à l’homme

Pisté par la mort, un gang armé a été décimé par la population à Mahasoa Sambava. Capturés tour-à-tour par une foule assoiffée de sang, trois de ses mem­bres ont été exécutés un à un.Cette série d’actes de vindicte populaire a secoué la commune rurale de Mahasoa, située à 70 kilomètres au Nord du chef-lieu de district de Sambava, après que sept bandits brandissant tout un arsenal d’armes blanches ont fait parler d’eux dans la nuit de dimanche à lundi. À20 heures tapantes, cette escouade de brigands s’est abattue sur Mahasoa pour tenir en respect les villageois à coups de sagaies, coutelas, haches et lance-pierres. Pris par surprise, les hommes du village n’ont pas pu tenir tête aux assaillants. Face aux menaces, les femmes et les enfants ont été contraints d’évacuer les lieux, abandonnant leurs biens aux malfaiteurs. Proies de choix pour la bande, deux  producteurs d’or vert ont été les cibles de virulents assauts. Sabrée, l’une des victimes se trouve dans un état préoccupant.« Les bandits ont pris la fuite après s’être emparés d’une vingtaine de kilos de vanille préparée. Après un repli momentané, des hommes armés, prêts à en découdre, ont remonté les traces des fuyards. Formés en techniques d’autodéfense villageoise, ils n’ont pas eu de mal à organiser la résistance villageoise puis retrouver la piste des fuyards », a expliqué le capitaine Magy Mahasoa Raharimandina, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Sambava.

Vengeance tribaleSuivis à la trace dans la pénombre totale, deux des fuyards ont été froidement tués lorsqu’ils se sont retrou­vés nez-à-nez avec les poursuivants en furie.N’ayant rien cédé, le fokonolona a marché toute la nuit pour couper court à la fuite d’un autre membre de la bande, dès l’aube, à Belambo. Celui-ci a partagé le sort de ses deux comparses, lynchés à mort quelques heures plus tôt.Alors que les poursuivants progressaient dangereusement dans leur sillage, les bandits emportés par la panique ont pris des directions différentes. Les villageois lancés à leurs trousses se sont, de ce fait, scindés en deux groupes dans cette traque meurtrière.«Un quatrième membre de cette association de malfaiteurs s’est fait capturer lundi après-midi à Betsirebika, dans le district de Vohémar. Le rouant de coups et le traînant de force jusqu’au lieu du crime à Mahasoa, le fokonolona semblait décidé à lui faire subir le même sort que ses  défunts acolytes lorsque nous les avions rattrapés. Vindicative, la foule refusait de nous livrer le suspect. Il a, de ce fait, fallu lancer de sévères mises en garde pour empêcher un quatrième homicide», explique le commandant de compagnie.Alors que les gendarmes ont pris le chemin du retour en direction de Mangata­boahangy, en embarquant le suspect grièvement blessé, des individus en état d’énervement total les ont stoppés dans leur élan. Sept gendarmes, conduits par le commandant de compagnie ont dû menacer de faire parler la poudre pour les dissuader.Le rescapé de cette chasse à l’homme est placé en garde à vue à la brigade territoriale de la gendarmerie de Mangataboahangy, placée sous haute surveillance. L’épée de Damoclès est, néanmoins suspendue sur la tête des habitants de Mahasoa où la sécurité a dû être renforcée. Des personnes de l’entourage des trois individus froidement tués, natifs du Sud, crient vengeance.

Andry Manase

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – N1A : SBBC intraitable

Les journées se suivent et se ressemblent pour les Majungais du « Soma Beach Basket-ball Club » (SBBC) aux Championnats de Madagascar N1A au Palais des Sports de Mahamasina. Au terme d’un duel 100 % majungais, la bande à Djouma du SBBC s’est imposée devant SEBAM sur le score de 74 à 55. Les basketteurs du SBBC enchaînent les victoires et mènent provisoirement en tête. Les gendarmes, champions en titre ont triomphé face aux joueurs du MB2All. Dans les joutes féminines, les filles du MB2All, battues la veille par celles du SBBC se sont ressaisies en battant ASE de Haute-Matsiatra par 93 à 31. La dernière journée des éliminatoires se disputeront ce jour au Palais des Sports de Mahamasina.

Résultats

Petit Palais09h00-(D): JSB Boeny contre SBBC Boeny : 48-100.10h45-(D): ASE Haute Matsiatra contre MB2ALL Analamanga : 31-93.12h30-(H): CHALLENGER Analamanga contre COSFA Analamanga : 75-96.14h15-(H): GNBC Vakinankaratra contre MB2ALL Analamanga : 68-63.

Grande salle Palais des Sports09h00-(H): SBBC Boeny contre SEBAM Boeny : 74-55.10h45-(D): JEA Vakinankaratra contre CRJS Atsinanana : 74-39.12h30-(H): COSMOS Diana contre COSPN Analamanga : 52-74.14h15-(D): ASA Analamanga contre BC EST Atsimo-Andrefana : 44-61.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Tour de Mada cycliste : Un Tour sur fond de campagne pour la protection des enfants.

Le Tour de Mada cycliste 2017 servira de cadre à une noble mission avec cette collaboration entre le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique et l’UNICEF.

Si cette dernière va mettre  en avant son cheval de bataille dans la lutte pour la protection des enfants sur les méfaits de l’Internet, le MPTDN se chargera de lui fournir l’aide nécessaire par le biais d’un bus connecté qui suivra le Tour de bout en bout afin de permettre aux consultants de l’UNICEF de sensibiliser enfants et parents.

Il s’agit, selon Fidèle Herimamy, d’expliquer les dangers auxquels s’exposent les enfants sur Internet. Cela a d’ailleurs un nom sous d’autres cieux, puisque les Anglais l’ont baptisé « Weprotect », mais à Madagascar l’initiative à un site Web qui en dit tout sur ses objectifs, www.arozaza mg.

UNICEF et MPTDN vont donc travailler main dans la main durant toute la durée du Tour et plus particulièrement à Manakara où va se tenir la plus grande animation sur ce thème pour la protection des enfants.

En attendant, Herimamy Fidèle va s’atteler à apporter des explications pour que chaque enfant puisse se protéger dans la vie de tous les jours en utilisant Internet.

C’est ainsi qu’il va prodiguer des astuces pour éviter tout dérapage. L’utilisation d’un mot de passe de plus de 12 caractères ou encore le fait de ne pas étaler toute sa vie sur internet font partie des règles initiées dans ce bus connecté où il y a quatre tablettes, quatre disc top, ou encore six portables pour parfaire l’initiation des enfants pour éviter les dérives de l’utilisation du net.

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

Is’Art Galerie : Expo collective et « Human beatbox » au menu

La diversité au rendez-vous. « Fond noir », une exposition collective impliquant plusieurs disciplines artistiques à savoir photographie, peinture et installation, sera au programme ce jour. Le concept est né d’une ambition de (re)découvrir de nouveaux horizons. Une sorte de voyage dans l’incertain. Une autre manière de s’imprégner de nouvelles techniques et d’autres façons d’appréhender les couleurs et les objets. Ainsi « Fond noir » est une occasion pour le public de percevoir autrement les démarches artistiques qui seront présentées à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo ce jour à partir de 18h30. Comme à l’Is’Art, les évènements se suivent et ne se ressemblent pas, « Human beatbox », cette technique servait aux rappeurs pour caler leurs phrases quand ils n’avaient pas assez de moyens pour acheter une réelle boîte à rythmes ou un « sampler », sera au menu le lendemain. Plusieurs artistes se relaieront sur scène.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Il n’y aura pas de Tour sans Madauto

Cette phrase est de Francis Ducreux qui mesure mieux que personne l’importance du soutien de Madauto dans cet événement.

Pour ceux qui aiment les chiffres, Madauto met au service du Tour dix véhicules dont trois cars et sept voitures tout terrain.

Et pas n’importe quelle voiture, car pour ne citer que les gros cars jaunes chers aux Américains, ils offrent un réel confort à tel point qu’ils sont pris d’assaut par les coureurs et plus particulièrement par les Hollandais et les Français qui ont fait Tana-Toliara avec.

Que dire des 4×4 climatisées dans une région où la canicule sévit en permanence comme à Toliara ou l’Ihorombe, sinon qu’elles sont faites pour et que Madauto met à profit sa participation à ce Tour de Mada pour faire étalage de ses meilleurs produits dont la Duster dont tout le monde dit du grand bien.

Si on ajoute le savoir-faire de Jean, l’émissaire de Madauto depuis que le Tour existe, on comprend pourquoi cette société fait partie des plus fidèles des fidèles. Au bout en effet, il y a un mariage d’amour et de… raison.

Clément RABARY

L'express de Madagascar4 partages

Développement – Cinquante femmes expérimentent l’emploi verte

Coup de pouce. Cinquante femmes identifiées dans quelques fokontany d’Anta­nanarivo, issues d’un milieu vulnérable et avec un niveau faible d’instruction, vont béneficier du soutien de l’association  »Agir pour le Développement Durable et l’Économie Verte à Madagascar »(ADDEV Mada­gascar). Une convention a été signée dans ce sens, hier entre Mamy Rakotondraibe, Michaela Pawliczeck, respectivement président et secrétaire exécutive d’ADDEV Madagascar, et Mervyn Mobbeeboccus, directeur général de Ecologik Mada Sarlu.L’objectif est de mettre en place une chaîne de valeurs pour la collecte des  déchets. « Nous avons expliqué le projet, puis nous avons demandé aux femmes interessées de venir. Tout est avant tout question de volonté. Nous voulons d’abord les responsabiliser », explique  Michaela Pawliczeck.

AlphabétisationLes femmes bénéficiaires collectent les déchets auprès des entreprises membres d’ADDEV Madagascar, situées dans les fokontany d’Ivandry, Ankorondrano, Antsahavola, Analakely, Ankadivato et Ambanidia. Ces entreprises fournissent les déchets qui seront collectés par les femmes bénéficiaires du projet et qui les acheminent vers l’entreprise de recyclage Ecologik. Cette dernière reprend les déchets, en les achetant au kilogramme.La démarche nécessitera divers appuis spécifiques comme l’apprentissage à l’alphabétisation assurée par Teach For Madagascar, la formation active dans la collecte et le tri des déchets, la formation active en gestion entrepreneuriale assurée par le cabinet d’audit Tsaratombo.Ce projet d’ADDEV Mada­gascar est financé, pour une grande partie, à hauteur de 25 000 dollars canadiens (62,5 millions d’ariary) par le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL). L’accord de partenariat prévoit la création de cent emplois au cours des six mois que durera le projet.L’activité du recyclage des déchets, structuré et formalisé, en est encore à ses balbutiements à Madagascar. L’ADDEV croit au potentiel économique et ecologique de la filière. « Ce projet contribuera à la création d’emplois verts et d’une économie circulaire et solidaire et à l’assainissement et l’hygiène au sein des fokontany et des entreprises », affirment les membres de l’association.

Rondro Ramamonjisoa

Midi Madagasikara2 partages

Affaire Villa Elizabeth : Tabera dénonce le bluff du régime

Tabera Randriamanantsoa n’entend pas lâcher prise.

Le dirigeant du CRN encourage le Bianco à s’attaquer aux commanditaires de la vente illicite de ce domaine de l’Etat.

L’ancien ministre Tabera Randriamanantsoa est le premier à avoir été auditionné par le Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption) suite aux requêtes relatives à la vente de la Propriété « Saint Antoine IV » (Villa Elizabeth) à Ivandry. L’audition de ce proche de la famille Zafy a duré deux heures avant-hier à Ambohibao. Devant ses enquêteurs, Tabera Randriamanantsoa a réitéré que le Bianco doit s’attaquer aux commanditaires de cette vente du patrimoine de l’Etat, au lieu de s’acharner contre des responsables qui n’ont fait qu’exécuter des ordres. « Il y a des hauts dirigeants qui ont donné l’ordre et ont cautionné la vente de la propriété Saint Antoine IV. Le Bianco doit mener ses enquêtes là où il faut. », a-t-il souligné hier. Tabera Randriamanantsoa n’a pas également caché son indignation devant le fait que l’Etat n’a pas jusqu’à présent porté plainte contre les responsables de la mise en vente de la propriété « Saint Antoine IV ». « Les deux ministres, Benjamina Ramanantsoa de l’Aménagement du Territoire et Vonintsalama Andriambololona des Finances et du Budget, ont bluffé l’opinion publique lorsqu’ils ont annoncé que l’Etat allait traduire devant le Bianco les responsables étatiques impliqués dans cette affaire. J’ai la preuve qu’aucune requête de l’Etat relative à la vente de la Villa Elizabeth n’est jusqu’ici enregistrée au Bianco. », a-t-il affirmé.

Domaines Alarobia I et II. Un autre « dossier » sur lequel l’ancien ministre de la Fonction publique a été auditionné avant-hier à la Villa Piscine est celui relatif à la vente des Domaines Alarobia I et II, sis à Alarobia. Ces deux domaines privés immobiliers de l’Etat affectés au ministère des Travaux publics ont fait l’objet de désaffectation en faveur du ministère en charge des Services des Domaines avant d’être cédés à des particuliers. « Qui a vendu ces domaines de l’Etat et à quels prix ? », s’est interrogé Tabera Randriamanantsoa. Ce dirigeant du CRN (Comité pour la Réconciliation nationale) a dénoncé le manque de transparence dans la transaction. « Comme dans l’affaire Villa Elizabeth, j’ai également déposé une requête auprès du Bianco sur la vente illicite de ces deux domaines affectés à l’époque au ministère des Travaux Publics. J’espère que le Bianco fera également la lumière sur ce second dossier scandaleux. », a-t-il expliqué. En attendant l’aboutissement des enquêtes du Bureau Indépendant  Anti-corruption, on a appris hier qu’un Tour (Sun Tower) et un Hôtel V étoiles de huit  étages vont être construits sur les Domaines Alarobia I et II, sis à Alarobia. Le Cercle de Réflexion, d’Evaluation et d’Appui au secteur BTP (CREA/BTP) a déjà interpellé le ministre des Travaux publics Eric Razafimandimby sur ce dossier, mais il n’a pas obtenu gain de cause.

R. Eugène
Midi Madagasikara2 partages

CFM : Réconciliation entre les « Antandroy » et les « Antanosy »

Le président du CFM Maka Alphonse.

Le président du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) Maka Alphonse était descendu le mercredi 29 novembre 2017 dans le district de Fort-Dauphin pour résoudre un conflit qui a opposé les « Antandroy » aux « Antanosy ». Un « Antandroy » a été tué par un « Antanosy » à Andrakaraka, commune de Fort-Dauphin. Le rituel de « Tsaparaha » veut que le « Foko » (tribu) de celui qui a tué doive 30 têtes de zébus au « Foko » victime et ce pour effacer le crime. Ce qui n’a pas été le cas, car les « Antanosy » n’avaient pas  eu  les 30 têtes de zébus prévus.

Pacte de non-agression. Faute de ce rituel, les autorités locales ont pris leurs responsabilités, mais le problème n’a pas été résolu. Il fallait l’intervention du CFM par le biais de son président Maka Alphonse pour qu’un pacte de non-agression ait été conclu entre les « Antandroy » et les « Antanosy » de Fort-Dauphin. Le CFM a réussi son premier essai de réconciliation, mais sa principale mission l’attend à l’approche de l’élection présidentielle de 2018.

R. Eugène

News Mada1 partages

Boxe olympique : Mitaky ny fialan-dRabarisoa Herimamy ny komity mpitantana

Taorian’ny filazan’ny filohan’ny federasiona ady totohondry (FMBO), fa efa nesorina tamin’ny toerany, Andriamanampisoa Gege Bosco, avy hatrany dia nanatanteraka fivoriana ny komity mpitantana ka mitaky ny fialan’ny filoha.

Manome 72 ora an-dRabarisoa Herimamy, filohan’ny Federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO), hametra-pialana ireo komity mpitantana nivory, omaly. Antony ny fahatsapan’izy ireo fa tsy vitan-dRabarisoa Herimamy, ny andraikitra maha filohan’ny federasiona azy sy ny tsy fahaizany mitantana izany rafitra izany.

Nanaporofo izany hoy ireo komity mpitantana, ny tsy nahavitany nanangana ny birao mandrafitra ny federasiona, roa taona taorian’ny nahalany azy. Tsy nisy ihany koa tao anatin’izany fotoana izany, ny fifaninanam-pirenena. Noho ireo rehetra ireo, nitaky ny hamerenana an’Andriamanampisoa Gege Bosco, ao amin’ny federasiona ireo ligim-paritra.

Araka izany, natao ny fivoriambe, ny volana novambra 2016, teo anatrehan’ny Komity olympika malagasy sy ny minisiteran’ny Fanatanjahantena, izay nanome fankatoavana ny tapaky ny fivoriambe. Taorian’io, tafajoro ara-dalàna, ny komity mpitantana mandrafitra ny federasiona, izay nahazo “certificat de conformité”, ny 9 desambra 2016.

 Nanao fifaninanana

Niasa avy hatrany ny federasiona, ka nanatanteraka “inter-ligue”, tany Toamasina, ny 18 desambra 2016 sy ny tany Amoron’i Mania, ny febroary 2017, notarihin’Andriamanampisoa Gege Bosco. Notontosainy ihany koa ny fifaninanam-pirenena 2016 – 2017, tsy vitan-dRabarisoa Herimamy.

Nampitaraina ireo komity mpitantana ihany koa ny tsy fahitana ny filohan’ny federasiona, tamin’ny fampivondronana ny ekipam-pirenena, natao tao amin’ny ANS Ampefiloha, nandritra ny 1 volana sy tapany, teo amin’ny fanomanana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika. Ankoatra izay, tsy afaka niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, natao tany Hambourg Alemaina, ihany koa ny Malagasy, noho ny tsy fahampian’ny fifandraisana iraisam-pirenena. “Porofon’ny tsy fahaiza-dRabarisoa Herimamy miasa izany”, hoy i Gege Bosco, izay mbola nanamafy fa izy no filoha lefitry ny federasiona malagasin’ny ady totohondry.

Torcelin

Tia Tanindranaza1 partages

Ady Totohondry MalagasyMihamafy ny krizy anatiny

Saika ho isan’andro dia hahenoana fifamaliana amin’ny haino aman-jery hifanaovan’Atoa Rabarisoa Hery Mamy filohan’ny federasion’ny ady totohondry Malagasy sy ny filoha lefiny Andriamanampisoa Gégé Bosco.

L'express de Madagascar1 partages

Hanball – Championnat de Madagascar – Seize équipes en lice à la dernière ligne droite

Les dates sont fixées et les équipes engagées connues. Après un report de plus d’un mois à cause de l’épidémie de la peste, le championnat de Madagascar version 2017 se déroulera finalement du 12 au 17 décembre au Palais de sports à Mahamasina.Ce sommet national était prévu se tenir du 26 octobre au 4 novembre. Seize équipes dont huit chez les hommes et huit chez les dames seront en lice. Cette dernière ligne droite du sommet national devait être réservée normalement aux qualifiés des championnats des trois zones. Impacté par l’épidémie de peste, le championnat de la zone centre n’a pas pu se tenir à cause de la note ministérielle interdisant toute manifestation sportive durant tout le mois d’octobre.Annulé définitivement, ce championnat de la zone centre a été programmé du 16 au 22 octobre. Les représentants de cette zone ont été donc définis d’une autre manière sans passer par le championnat qualificatif. Sur les huit équipes engagées, Hasin’i Toamasina, champion de Madagascar en titre, figure en tête de liste et trois autres d’Analamanga, entre autres l’AS Saint Michel vice champion national et d’Analamanga ainsi que Cosfa, champion régional en titre.La zone centre a droit encore à une quatrième équipe et la Fédération a sollicité un représentant de la ligue d’Atsinanana à l’instar de Tsarahohafana, son vice champion qui s’est désisté, comme le cas aussi de Tilty, troisième au classement de cette ligue.La Fédération a même fait une proposition aux ligues d’Analanjirofo et de Menabe mais aucune équipe n’aura plus la disponibilité ni les moyens de faire le déplacement, décidé tardivement. C’est pour cette raison que la quatrième place pour la zone centre reviendra finalement au Sporting Analamanga. Quant aux au­tres zones qui ont pu boucler sans contrainte leur championnat respectif, celle du Nord sera représentée par Sofia Misoma d’Antso­hihy et HBCM de Mahajanga et celle du Sud par le Groupe Siteny et l’ASS, tous les deux de Toliara.Chez les dames, même cas pour la zone centre qui aura trois porte-fanions dont le Tanà handball club d’Anala­manga, champion national en titre, qualifié d’office. Les deux autres équipes de la zone centre sont HBCA, vice cham­pion d’Analamanga et HBCB119 de Tsiroano­man­didy, une des équipes engagées dans le championnat zonal.La zone Nord aura droit à trois représentants dont en tête de liste la cham­pionne de zone, AS Tsiky de Maha­janga et son dauphin Sofia Misoma d’Antsohihy. Le troisième porte-fanion de cette zone s’est désisté. Sollicité par la Fédération, Zanak’Ala Farafangana a pris cette place vacante. Et la zone Sud alignera pour sa part le HBCI d’Ihosy et le H3A de Toliara.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Basketball – Mada N1A – TMBB surprend ASCUT

Les quarts de finalistes aux championnats nationaux N1A valident petit à petit leur ticket pour la phase finale. A sa première année en N1A, le club des Top Model Basketball d’Anala­manga a créé hier la surprise en renversant l’Association sportive de la commune urbaine de Toamasina. Les locaux se sont imposés sur un score de 72 à 56 contre les Tamataviens.Ces derniers ont pourtant bien entamé la partie en menant 20 à 14 à la fin du premier quart temps, puis 34 à 29 à la pause. C’est seulement au retour des vestiaires que les Top Model ont imposé leur jeu et ont devancé d’un demi-panier, 53 à 52, leurs adversaires au terme de la troisième période.TMBB ont encore su creuser l’écart en dernier quart temps. C’était sa troisième victoire dans cette phase retour du sommet national qui est synonyme de confirmation pour se qualifier en quarts. Soma beach basketball poursuit également sa montée vers le sommet.Ce club majungais a écarté hier Sebam, un autre porte-fanion de la ligue de Boeny sur le score de 74 à 55. Les jeunes joueurs de Soma Beach ont bien maîtrisé la situation en prenant le maximum d’écart dès l’entame de la rencontre, le score à la pause était de 30 à 15.

Troisième succèsSebam n’arrivait plus à combler la large différence de points lors deux derniers quarts temps. Un des clubs hôtes en roue libre à cette phase retour est le Cosfa qui vient de décrocher sa quatrième victoire en quatre matches. Les militaires ont nettement battu le Challenger Analamanga par 96 à 75.La GNBC Vakinankaratra a enregistré aussi son troisième succès en disposant de MB2ALL Analamanga, par 68 à 63. Chez les dames, MB2ALL Analamanga a remporté sa troisième victoire après avoir écrasé l’ASE de la Haute Matsiatra par 93 à 31. Troisième succès également pour Soma Beach basketball club qui a laminé pour sa part la JSB Boeny sur le score fleuve de 100 à 48.La phase éliminatoire prendra fin ce jeudi et les quarts de finalistes seront connus ce soir. Sans repos, les qualifiés joueront de suite les quarts ce vendredi.

S.R.

Madaplus.info0 partages

Une étudiante détroussée puis poignardée à Ivandry

L’insécurité devient de plus en plus dangereuse dans la ville d’Antananarivo. Plusieurs quartiers sont devenus des zones rouges comme à Ivandry.
Une jeune étudiante en géographie à l’Université d’Antananarivo est morte mardi dernier après avoir été entre la vie et la mort pendant quelques jours à l’hôpital. Si on revient au fait, vendredi dernier, en rentrant chez elle, elle aurait été suivie par un homme du coté d’Ivandry, puis l’homme a tenté de la détrousser, mais elle aurait résisté qui poussa le malfaiteur à user d’une arme blanche. Elle a été poignardée, mais a pu encore rentrer chez elle. Ses proches l’ont tout de suite amenée à l’hôpital, mais quelques jours après, elle succombe a ses blessures. L’énième cas, qui devrait faire réagir les autorités.
Madaplus.info0 partages

Restructuration au sein de la JIRAMA

Ce sont les clients qui subissent la mauvaise gestion, le vol et la corruption au sein de la JIRAMA selon son directeur General.
En effet, par exemple, les vols de câbles engendrent la coupure de l’électricité, les réseaux malcablés entrainent des micros-coupures ou des basses tensions. La restructuration de la JIRAMA est un grand défi selon toujours le DG de la JIRAMA Jaomiary Olivier. Une formation est octroyée pour tous les employés de la JIRAMA, elle commence par les cadres dans un premier temps. Cette formation vise à une conscientisation des employés toujours dans la lutte contre la corruption et la bonne gouvernance.
News Mada0 partages

Fijerin’ny AKFM ny fampidirana mpitsoa-ponenana : « Manao kinanga ny fiainam-bahoaka ny mpitondra »

« Raha ny fijerin’ny AKFM azy, tena manao an-kinanga ny fiainam-pirenena sy ny fiainan’ny vahoaka malagasy ny fomba fiasan’izao fitondrana izao. » Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny AKFM, Rakotomanga Eric, momba ny fampidirana na fidiran’ny mpitsoa-ponenana avy any ivelany eto Madagasikara.

« Ahoana no nahatafiditra ny mpitsoa-ponenana eto? Manao ahoana avokoa izany ny fiambenana ireo sisintany rehetra? » hoy izy. Na eny amin’ny seranam-piaramanidina izany, na seranan-tsambo. Sarotra ny mino hoe tsy mahay ny asany ny mpitandro filaminana miambina sisintany.

Fifanarahana avy any ivelany no mahatonga ireny mpitsoa-ponenana ireny ho tafiditra eto, izay tsy iray na roa fa maro. Noho izany, inona no takalon’izany fampidirana olona an-tsokosoko eto izany? Ahoana ny ho vokatr’izany? Satria isika Malagasy eto aza, zara fa velona. Ny mpitsoa-ponenana avy any ivelany indray ve no hiditra eto?

Hiteraka olana maro izany. Tsy vitan’ny eo amin’ny ara-toekarena fotsiny, fa eo amin’ny kolontsaina: manana ny fombany manokana ao anatin’ny fiarahamonina misy azy ny Malagasy. Nefa misy olona izay tsy mitovy amin’ny toe-tsaina sy ny kolontsaina malagasy no tonga eto, tsy maintsy korontana…

Misy takalony ny fidirana na fampidirana mpitsoa-ponenana

 « Tsy manana izany fahefa-mividy haka tany izany, angamba, ireo mpitsoa-ponenana », hoy ihany izy. Fifanarahana avo lenta ny fakana ampahan-tany lehibe etsy sy eroa eto amintsika, izay ifanarahan’ny fanjakana amn’ireny goaibe mpanambola. Nefa tsy maintsy misy takalony ireny. Inona ny takalo nataon’ny fanjakana tamin’ireny goaibe mpanambola ireny, ahafahany mandroba ny tanin’ny Malagasy eran’ny tanàna?

Loza mitaotao amin’ny Malagasy momba an’i Nosy Be Hell Ville, ohatra. Azo lazaina fa lasa vahiny amin’io tany io ny Malagasy. Ankoatra ireo tany hafa izay efa robain’ny fanjakana izany. Tena zava-doza izao fomba fitondrana izao. Satria ny fifanarahana ataony amin’ireny goaibe mpanambola ireny, tsy fantatra mazava hoe inona. « Fa ny takalony no hitan’ny Malagasy hoe lasan’ny vahiny ny tany », hoy izy.

R. Nd.

      

News Mada0 partages

Filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry : “Aoka tsy hanana fiandaniana ny fanjakana amin’ny fifidi...

 Anisan’ny nisongadina tamin’ny  fanehoan-kevitry ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry,  nivahiny tao amin ‘ny fandaharana Ambarao, ao amin’ny Alliance 92, omaly, ny fanomanana ny fifidianana. Teo koa ny antso avo sy fanentanana   ho an’ny  rehetra… Ampahan’ny resadresaka.

Miantso fiaraha-miasa  amin’ny governemanta izahay mba havoaka  haingana ahafahana manazava ny sain’ny vahoaka  ireo didy aman-dalàna hifehy   ny fifidianana ary omena toky koa  izy ireo fa hisy ny fifidianana ary hampafantarina ny vahoaka ny hatao. Aoka hitazona  ny tsy fiandaniany ny fanjakana mialoha sy mandritra ary aorian’ny fifidianana”, hoy izy. Niantso fiaraha-miasa amin’ny mpanao politika koa ny Ceni amin’ny fanentanana sy ny fanabeazana ny vahoaka. Eo koa ny tokony hifanarahan’ny mpanao politika ka hametrahana ny  fitsipika  sy ny fitondran-tena hitondrana  io fifidianana io ary ho eken’izy ireo ny vokatra mivoaka eo, araka ny nambarany. Nentaniny koa ny fiarahamonim-pirenena amin’ny fanabeazana sy fanentanana ary ny  fanaraha-maso ny fifidianana. “ Manentana  ny mpifidy, satria ain’ny fifidianana sy ain’ny firenena  izany”, hoy  izy.

Na izany aza, nambarany hatreto aloha tsy mbola fantatra ny lalao hatao. Hanao fitsapan-kevi-bahoaka ihany ve ? Hanao fifidianana depiote mialoha ny fotoana ? Atambatra ny fifidianana depiote sy filoham-pirenena, araka  ny fanontaniany. “Marobe ny resaka tsy ahazoana fanamarinana amin’ny tompon’andraikitra manana fahefana amin’izany. Miteraka fahasahiranana amin’ny fanomanana ny fifidianana izany. Tsy mazava ny lalàna hatramin’izao”, hoy ihany izy. Nohitsiny fa maro ireo mitaky  ny tokony  hakana hevitra  mialoha  ny hamoahana ny lalana satria tsy lalàna tsotra  io. “Lalàna hifehezana ny fifaninanana handraisan’ny maro anjara izany ka raha tiana ny hamoaka vokatra eken’ny rehetra,  tsy maintsy eken’ny rehetra mialoha ny fitsipi-dalao. Mazava ho azy fa tsy hahazo fankatoavan’ny maro  anisany vokatra eo raha tsy hitovian’ny rehetra hevitra  ny lalàna”, hoy Rakotonarivo Thierry.

Nihena ny tahan’ny mpifidy… 

Nambarany  fa resy lahatra izy ireo raha fifidianana tsy azo antoka hamoaka vokatra eken’ny rehetra ny hiseho eo  ary hiteraka korontana izany. “Tsy ho marin-toerana sy tsy afaka hiroso amin’ny  fampandrosoana satria tsy mahazo  ny fanohanana  sy fanampiana avy amin’ny vahoaka”, hoy ihany izy.

Notsiahivin’ity filoha lefitra ity koa fa tsy miala amin’ny lalàmpanorenana izy ireo ary tsy misy mibaiko  na mandray baiko na avy amin’iza na iza. Miasa amin’ny feon’ny  fieritreterany sy ny lalàna velona  amin’ny fanomanana  fifidianana, araka ny nambarany.

Na izany aza anefa, manana ahiahy ny Ceni amin’ny fandraisana anjaran’ny mpifidy nefa

antoka lehibe ahazoana ny ho  feneken’ny maro ny valim-pifidianana sy ho fanekena ny fitondrana marim-pototra izany. “Kely ny finoana ary manahy amin’izany izahay satria nihena hatrany ny fandraisana anjaran’ny mpifidy sy ny fisoratana anaty lisi-pifidianana hatramin ‘ny taona 1992 no ho mankaty”, hoy ny Ceni. Notsiahiviny fa mihena ny fisoratana anaty lisitra, ny isan’ny olona mandatsa-bato  ary ny latsa-bato ataon’ny olona.  Tsy latsa-bato tompon’andraikitra fa baikon’ny tombontsoa na teren’ny tahotra. Tsy baikon ‘ny fandaharanasan’ny kandidà na ny fampandrosoana firenena,  araka ny fanahiany. Efa miezaka anefa ny Ceni ka anisan’ny vahaolana ny fanabezana  sy ny fanentanana ny vahoaka.

Etsy andaniny,  nanome  toky ny vahoaka ny Ceni fa hangarahara tanteraka ny zotram-pifidianana, manomboka amin’ny lisi-pifidianana. Iangaviana fiaraha-miasa amin’ny mpanao politika  sy ny fiarahamonim-pirenena izany. “ Ho mpikambana eo anivon’ny  Ceni avokoa ny solontenan’ny kandidà ary hiaraka hanapa-kevitra  sy mivory.  Tsy vitan’izany fa  azon’ny  besinimaro atrehina ny voka-pifidianana ary havoaka isaky ny birao fandatsaham-bato (BV) mihitsy fa tsy vokatra amin’ny ankapobeny tahaka ny teo aloha. Ekena koa ny fampitahana ny voka-pifidianana, miainga amin’ny fitantanana an-tsoratra ( PV)”, hoy izy.

Hametraka tantara ho an’ny taranaka

 Nentaniny ny rehetra dieny izao mba hisoratra anaty lisi-pifidianana satria hifarana  ny 31 janoary izany  satria tsy afaka mifidy intsony hatramin’ny  31 desambra  2018…”Aoka isika hihazakazaka hanao izany. Zava-dehibe ny fifidianana satria hametraka tantara ho an’ny firenena ny fifidna  hatao ary hotsarain’ny  tantara isika mpifidy amin’izao fotoana izao. Hisoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana, ho tonga hifidy ary hanao latsa-bato tompon’andraikitra…”, hoy Rakotonarivo Thierry.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Fitiba : « Tsy zaka intsony ny asan-dahalo… »

 “Efa tsy zakan’ny vahoaka intsony ny antsojay sy ny halatra ary ny famonoana ataon’ny dahalo. Tsy hiandry ny fampanantenan’ny mpitondra intsony izahay ka handray andraikitra hamongotra ny tsy fandriampahalemana”, hoy ny Fikambanan’ny terak’i Bara (Fitiba), Nakany Charly, omaly, tetsy Anosy.  Tsy hiandry ela fa hidina ifotony  ny mpikamban’ny Fitiba manomboka ny 22 desambra ho avy izao. Hanombohana izany ny ao amin’ny distrikan’i Betroka.  Hitohy amin’ireo distrika 12 hafa izany avy eo. « Tsy hanaiky lembenana intsony izahay amin’ny ataon’ireo « Mafia ». Tanjona ny hanenjika ireo mpitondra manao kolikoly ka mampahazo vahana ny asan-dahalo» , hoy Raholinarivo Paolo.  Nitondra  soso-kevitra amin’ny hanakambanana ny dina ho  iray koa izy ireo. “Mba tsy hisy fisarasarahana eo amin’ny vahoaka”, hoy  izy ireo. Nampahafantarina tamin’izany  koa ireo birao vaovao hitondra ny fikambanana Fitiba manomboka izao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Textes électoraux : Thierry Rakotonarivo regrette un flou

Invité de l’émission « Ambarao » sur Alliance 92 FM, hier, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni a regretté le flou qui existe encore par rapport au calendrier électoral. Outre la date, le type d’élections n’est pas non plus déterminé.

Moins d’une année avant la fin du mandat présidentiel,  plusieurs points restent encore à éclaircir, dont le plus important concerne les textes électoraux. Il semble par ailleurs que l’Exécutif traîne les pieds autour de cette question. Hier, la rencontre entre les journalistes de la radio « Alliance 92 FM » et le numéro deux de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) avait tourné autour de ce sujet.

« La Ceni s’est fixée comme objectif principal l’instauration d’une gouvernance électorale crédible mais pour l’atteindre, ce n’est pas facile si le flou règne autour de cet objectif (…) », a-t-il soutenu. Il a mis en exergue le fait qu’aussi bien les règles que les dates demeurent jusqu’ici inconnues. « C’est très difficile d’organiser quelque chose dans le flou », a-t-il indiqué en faisant notamment allusion aux textes réglementaires relatifs aux consultations populaires.

Ayant fait l’objet d’un examen au niveau du gouvernement, à de nombreuses reprises, trois textes relatifs aux élections sont actuellement entre les mains de l’Exécutif. Il s’agit de la loi organique relative au régime général des élections et des référendums, celle sur l’élection du président de la République et l’autre concernant l’élection des députés à l’Assemblée nationale seront probablement remises à la Chambre basse. Sauf que ces lois électorales devraient être adoptées au niveau du Parlement. Ce qui n’est pas encore le cas  jusqu’ici.

Interrogations

Face aux journalistes d’Alliance 92 FM, le vice-président de la Ceni a pourtant insisté pour que le gouvernement sorte le plutôt possible ces textes. « Il faudrait aux moins huit mois avant les échéances électorales de 2018, soit en février », a-t-il plaidé. Il a en effet noté qu’ actuellement, « on ne sait pas encore le type d’élection à organiser. Est-ce que ce sera un référendum, des législatives anticipées, ou la présidentielle et les législatives en même temps ? », s’est-il interrogé.

Ces informations sont d’une importance capitale pour la concrétisation de scrutins crédibles et inclusifs, selon cet administrateur civil de formation pour mieux se préparer, tant pour la Ceni que pour les candidats dans le cadre des activités de la précampagne.

Certes, à la lecture de la fin du mandat du président de la République, la présidentielle devrait se tenir entre le 25 novembre et 25 décembre 2018 mais jusqu’ici, l’officialisation du calendrier est encore en attente. « Nous (la Ceni, ndlr) avons déjà demandé au gouvernement de proposer les textes y afférents avant février et au parlement de mettre en place un processus où toutes les parties prenantes seront présentes (…). Ce sont des lois qui vont régir des élections auxquelles prendront part de nombreux participants. Il faudrait donc que les parties prenantes se mettent d’accord en amont », a-t-il soutenu.

Sauf que, à l’allure où l’Exécutif étudie le texte, il est peu probable que les résultats soumis au Parlement feront l’unanimité. C’est d’ailleurs à ce titre que les acteurs politiques et les organisations de la société civile réunis au sein du Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE) entendent faire pression au niveau du gouvernement pour que les lois électorales soient rendus publiques avant son adoption.

A entendre le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, hier,  ce flou risque  en tout cas d’impacter sur le taux de participation des citoyens au vote. Selon les observateurs, le taux de participation des électeurs ne cesse de diminuer car la population se désintéresse de plus en plus de la politique. « Pour autant, c’est pour cela que le gouvernement reste instable car les dirigeants sont mal élus », note les analystes politiques.

J.P

News Mada0 partages

Mirongatra ny fitsaram-bahoaka any : Morondava Efatra maty, iray voarasarasa antsy

 Efatra tamin’ireo jiolahy fito tratran’ny fokonolona nangalatra lavanila, tany Sambava no matin’ny fitsaram-bahoaka. Nisy iray hafa koa voatondro ho nangala-jaza, naratra mafy voarasarasa antsy.

Mirongatra ny fitsaram-bahoaka any Sambava. Olona efatra voalaza fa jiolahy no matin’ny olona tany amin’ny tanàna antsoina hoe Mahasoa Bemarivo Ambony, ny alatsinainy alina teo. Mpanagalatra lavanila izy ireto. Fito lahy izy ireo no saika hangalatra lavanila amin’ny tokantrano iray. Niantso vonjy ny tompon-trano ka nivoaka ny fokonolona. Nifandona tamin’ireto fito lahy izy ireo. Mafy ny fifandonana ka maty tamin’izany ireo efa-dahy raha tafaporitsaka ny telo lahy. Eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha.

Ankoatra izay tany an-toerana ihany, resaka hala-jaza. Niteraka fitsaram-bahoaka tany Sambava ity resaka ity ny alatsinainy teo. Lehilahy iray voalaza fa nangala-jaza niharan’izany, ary norasarasain’ny olona ny antsy. Tsy maty ity tovolahy niharan’ny fitsaram-bahoaka tany Sambava na voarasarasan’ny antsy aza, fa kosa mbola manaraka fitsaboana any amin’ny hopitaly Sambava amin’izao fotoana izao. Araka ny fanazavana azo, tany amin’ny tanàna antsoina hoe Antsahalava Beanantsindra no nisy zazalahikely vao 5 taona nisy nisy nitondra an-tsokosoko, ny alahady teo. Tsy hita io zaza io nanomboka teo. Nisy olona nilaza anefa fa nahita lehilahy iray nitondra ilay zazalahikely io.

Nanao ny fanarahan-dia ny fokonolona ka tratra tany Antanambao Mahadera ilay lehilahy voatondro ho nitondra ilay zaza ny alahady io ihany, tokony ho tamin’ny 7 ora alina. Nentina niverina tany Beanantsindra izy io ary nofatorana nandrasana ny alina. Ny alatsinainy vao mangiran-dratsy anefa, votsotra izy io ary afaka tamin’ny tady nifatorany. Nandrasana kartie mobily roa lahy, ka voalaza fa ny dadany ihany ny iray. Nambara fa tovolahy efa mpiray monina amin’ilay zaza ihany koa ity voatondro ho nangala-jaza ity.

Tezitra ny fokonolona nandeha nikaroka azy io, ka ny alatsinainy hariva tamin’ny 4 ora no tratran’ny olona tany Ambalafary Beanantsindra ilay tovolahy. Niharan’ny hatezeram-bahoaka izy io, ary norasarasain’ny olona tamin’ny antsy. Naratra mafy io io vokatr’izany ka naterin’ny olona tany amin’ny kaominina Bevontro naiditra hopitaly.

Nametraka fitarainana tany amin’ny ben’ny Tanàna ny fianakavian’ilay zaza very ary nitsoaka any Sambava noho ny tahotra valifaty. Voalaza mantsy fa tonga maro tao an-tanàna ny fianakavian’ilay tovolahy voatondro ho mpangala-jaza io, ary mihevitra ny hanao valifaty.

Olana eo amin’ny fiaraha-monina

Anisan’ny olana eo amin’ny fiaraha-monina ny ity hala-jaza ity izay efa niteraka fitsaram-bahoaka toy ny tany Anosy be, ka nahafatesana teratany vahiny. Tsy mbola voaporofon’ny mpitando filaminana ny tena fisiany, fa hatramin’ny tsaho mampisahotaka momba azy io, na teto an-drenivohitra aza.

Ny tranga mety misy, fa ny fanazavana avy amin’ny mpitandro filaminana mba hilaminan’ny olona no tsy ampy. Ity tany Sambava ity, fitsaram-bahaoka izay mety tsy mari-pototra loatra ny fiampangana olona, ary izao miteraka valifaty izao. Milaza ny mpitandro filaminana fa manokatra ny fanadihadiana momba ity raharaha ity.

Yves S.

News Mada0 partages

67 Ha Avaratra : Olona telo nahatrarana héroïne tao an-trano fivarotan-toaka

Voasambotry ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina Anosy tao an-trano fivarotan-toaka iray eny 67 ha Avaratra, ny alatsinainy lasa teo ireo lehilahy roa nivarotra vovoka héroïne sy ny ramatoa iray tompon’ilay zava-mahadomelina…

 Nahazo loharanom-baovao ny polisy nilaza fa misy lehilahy mivarotra héroïne eny 67 ha Avaratra tamin’io fotoana io. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka nanao ny vela-pandrika rehetra ahafahana misambotra ireo olona tompon’antoka amin’izany. Vokany, tratra teo am-pivarotana héroïne milanja 4 grama sy sasany ny tovolahy roa. Rehefa nohadihadian’ny polisy izy roa lahy ireo dia nilaza fa mpivarotra ihany fa tsy tompony ary nanondro tao amin’ny trano fivarotan-toaka iray eny en-toerana izay voalaza fa fakan’izy ireo ny entana. Notadiavin’ny polisy ny tompon’io trano fivarotan-toaka io ka tratra tao ny renim-pianakaviana iray 48 taona tompon’ilay toeram-pivarotana. Nentin’ny polisy avy hatrany ilay renim-pianakaviana hanaovana famotorana. Fantatra taorian’ny famotorana natao fa renin’ilay tompon’ny héroïne ity renim-pianakaviana ity fa ny zanany kosa no tena tompony.

Nohamafisin’izy roa lahy mpivarotra tratra voalohany fa fantatr’ilay renim-pianakaviana tsara ny fisian’ny zava-mahadomelina ao an-tsenany ary fantany koa fa ny zanany no tompony sy mpanakarama ireto roa lahy mpivarotra ireto. Izany rahateo no itazonana azy amin’izao raharaha izao, araka ny fanazavan’ny polisy. Nilaza ireto olona voasambotra ireto fa vao volana maromaro izay no nanaovan’izy ireo ity asa fivarotana héroïne ity.

Amidin’izy ireo 10 000 Ar ny 0,10 grama ary 80 000 Ar kosa ny 1 grama. Voalazan’izy roa lahy hatrany fa 10 000 Ar ny karama isaky ny manatitra vidin’entana.

Jean Claude

 

News Mada0 partages

Morondava : Bajaj enina nisy nandoro noho ny resa-trosa

Tsy mbola nisy tahaka ity ! Nodorana ny Bajaj enina tany Morondava noho ny resaka trosa, omaly. Araka ny fanazavana, manana trosa amina tompona Bajaj miasa ao Morondava ilay ramatoa iray. Niakatra fitsarana ny raharaha noho ny trosa tsy voaloa. Voalaza fa tsy nahazo rariny teny amin’ny fitsarana anefa ilay tompon-trosa ka tezitra ary izao niafara tamin’ny fandorana Bajaj izao. Fantatra fa nosakanan’ity ramatoa sy ny mpiara-dia aminy ny Bajaj nandalo ary izao nandoro izao ireo olona ireo. Nambara fa misy taratasy fifanekena mazava izany trosa izany saingy tsy voaefa mihitsy.

Tsy mbola nisy aloha ny fandraisana andraikitry ny mpitandro filaminana, omaly. Efa may kila tanteraka ireo fananan’olona ireo, ary notazanim-potsiny. Notondrahin’ny mpandoro lasantsy mihitsy izany, ary naka toerana manokana.

 Ity resaka trosa ity izay mapahatsiahy ny zava-nitranga tany Toliara ka niafara tamin’ny fitifirana teratany karana iray. Tsy nahavoaloa trosa ka tany amin’ny fitifirana vahaolana hitan’ny iray. Izao indray miafara amin’ny fandoroana fananan’olona. Loza mitatao amin’ny fiarahamonina ny trosa. Amin’ny ankapobeny anefa, miaina anaty trosa ny ankamaroan’ny olona eto amintsika.

Yves S.

News Mada0 partages

FAV Polio : Nangingina ny fanombohana ny vakisiny

 Nanomboka omaly ary haharitra hateloana ny fanaovam-baksiny faobe iadiana amin’ny aretina lefakozatra manerana ny Nosy.

Andiany faha-11 izao tanterahina izao izay tokony ho efa natao ny volana oktobra lasa teo saingy noho ny fahasahiranana tamin’ny fiadiana amin’ny pesta, nahemotra ny fanaovam-baksiny. Tokony haverina isaky ny enim-bolana ny vaksiny miaro amin’ny aretina lefakozatra hampahomby ny famongorana izany aretina izay ka hahazoan’i Madagasikara ny taratasy fanamarinana fa foana tanteraka ny lefakozatra. Ny taona 2016 no nahitana tranga farany tamin’ny aretina lefakozatra teto amintsika. Natokana ho an’ny zaza latsaky ny 5 taona ny vaksiny atete ao am-bava iarovana azy ireny. Mahatratra 5 tapitrisa latsaka kely ny isan’ny zaza latsaky ny 5 taona iantefan’ny fanaovam-baksiny andiany faha-11 miaro amin’ny aretina lefakozatra.

Ny zavatra tsapa, nangingina ny fanombohana ny hetsika ary tsy nialohavan’ny famangiana isan-tokantrano nanontany ny isan’ny zaza latsaky ny 5 taona ao aminy ataon’ny mpanentana eny ifotony toy ny mahazatra. Hotanterahina any amin’ny distrikan’i Maevatanana (RN4) ny fanamarihana ny fanaovam-baksiny faobe iadiana amin’ny lefakozatra sy ny Herinandron’ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza, anio.

Misy tolotra ara-pahasalamana maromaro ho an’ny reny mitondra vohoka sy ny zaza latsaky ny 5 taona mandritra ny Herinandron’ny  fahasalamana, manomboka amin’ny alatsinainy ho avy izao. Ankoatra ny fanatanterahana ny vaksiny mahazatra atao mialoha ny faherintaon’ny zaza, eo ny fizarana vitamine A, odikankana sy fitiliana ny zaza voan’ny tsy fanjarian-tsakafo. Homena odikankana koa ny vehivavy mitondra vohoka efa-bolana ary atao vaksiny miaro amin’ny aretina tetanosy. Manohana ny hetsika ny Unicef, OMS, USAID amin’ny alalan’ny PSI Madagascar.

Vonjy A.                    

News Mada0 partages

Fidangan’ny vidim-bary : Tsy tokony hihoatra ny 1.600 Ar ny kilaon’ny « stock »

 Handray fepetra ny fitondrana manoloana ny fidangan’ny vidim-bary. Nifanarahan’ny fanjakana sy ny mpanafatra vary, ary ny prefkatioran’i Toamasina ny hamerana ny vidim-bary nohafarana avy any ivelany.

Nidina taty Toamasina, ny 5-6 desambra teo, ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana, Chabani Nourdine, nijery ny zava-misy manoloana ny fidangan’ny vidim-bary. “Tsy rariny intsony izao”, hoy izy. Ny 28 novambra, efa nifanaraka an-tsoratra ny prefektioran’i Toamasina, ny sampandraharahan’ny varotra ary ny mpandraharaha mpanafatra vary fa hamidy 72.000 Ar  (1.440 Ar/kg) ny vary avy any Birmanie iray kitapo, 73.000 Ar (1.460 Ar/kg) ny avy any Pakistan. Tsy voaresaka kosa ny vary avy any Sina, saingy amidy 1.500-1.600 Ar ny kilao eny amin’ny antsinjarany, izany hoe 460 Ar ny kapoaka. Nilaza ny minisitry ny Varotra, fa manana andraikitra hanara-maso ny fahatongavan’ny vary avy any ivelany ny vaomiera iombonana “Task force”, ahitana ny prefektiora, ny faritra, ny sampandraharahan’ny varotra, ny mpitandro filaminana, ny vondron’ny mpandraharaha mpanafatra entana Toamasina(GIPT).

Tsy vao izao

Afaka arahi-maso koa ny vidim-bary eny amin’ny mpamongady sy ny mpaninjara. Nomarihiny fa ampy tsara ny famatsiam-bary, tsy tokony hisy ny vary lany daty, fa mahatonga ireny ny fanafenam-bary.

Tsy vao izao no nisin’ny fepetra nilaza fa harahi-maso ny vidim-bary, toy ny taorian’ny  rivodoza Enawo. Nampivory ny tompon’andraikitra toy izao ny praiminisitra, nanomezana toky fa milamina ny raharaha. Nambara fa tsy hihoatra ny 1.500 Ar ny kilaon’ny vary nohafarana ho an’ny mpaninjara, tsy maintsy apetraka ny vidin’entana. Tsy nisy nihaino izany sady tsy nisy tanteraka ka ho hita eo indray ity “Task force” ity.

Sajo

News Mada0 partages

Vondron’ny taxi matihanina : « Misy ny mpanakorontana… »

 « Misy ny fikononkononana  hanao   fitokonana  ataon’ireo taxi ao amin’ny  FTAR . Heverinay izany fa  fanakorontanana ny   firenena sy    ny vahoaka, efa tratry ny fahasahiranana amin’ny fiainana. Mitaona ny namana  mpisehatra amin’ny taxi izahay fa  fotoana izao ahafahantsika  manararaotra  miasa  sy mitady  vola   amin’izao fety  izao. Mba tsaratsara ny karama »,  hoy ny filohan’ny fikambanana, Vondron’ny taxi matihanina (VTM), Randrianarisoa  Jeannot   omaly. Nohitsiny fa  tsy mitondra fampivoarana sy fampandrosoana  izany fitokonana izany ka hotoherina amin’ny alalan’ny  asa. « Hiharihary eo ireo  manana hevitra  tsy mampandroso  ny firenena.  Fotoana fiasana  izao  ka tsy tokony ho helingelenina ny fifamoivoizana », hoy ihany izy.   Notsiahiviny  fa  efa ao anatin’ny   fiketrehana   ny fampijoroana  ny fikambanana VTM  ho ara-panjakàna  izy ireo izao ary hivoaka tsy ho ela  izany.

Miantso ny mpitandro filaminana

 Efa anatin’ ny firosoana  amin’ny   fanatanterahana  ny vina  sy  tetikasa  ary  fandaminana   hanatsarana  ny sehatr’asan’ny  taxi  izy  ireo. « Hiseho miharihary  ho hitan’ny besinimaro tsy ho ela ny asa ataonay .  Ohatra,  hanana ny birao fiasany ny VTM.  Eo koa  ny  karatra  maha matihanina. Tanjon’izy ireo ny   fampiroboroboana  ny tanàna sy ny firenena mba  ho tombontsoan’ny mpanjifa   sy   fampiroboroboana  ny fampivelarana  asa ataonay  taxi. Teny fanevan’ny VTM :  “ ny asa fivelomako, anjara birikiko  amin’ny fireneko”.

Nanterin’izy  ireo fa  fotoana fiasàna  izao  ka tsy tokony ho helingelenina  ny fifamoivoizana   amin’izao andro  izao. “Mitaona  ny  mpitandro filaminana handray ny andraikiny  manoloana  ny  mety ho  fitokonana     hibahanana ny   lalana  izahay. Efa mitohana be izao  ny lalana mbola ampiana  fitokonana indray. Raiso tompoko ny andraikitrareo amin’izany  raha tsy hoe misy  tsikombakomba  indray angaha any ?”, hoy  izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fianarantsoa : Nahazo fotodrafitrasa vaovao ny oniversite

Notokanana, ny herinandro lasa teo, tany Fianarantsoa ny fotodrafitrasa vaovao nametrahana ny Sekoly ambony misahana ny fitantanana sy ny fivoaran’ny teknolojia (Emite) ao amin’ny oniversiten’i Fianarantsoa. Efa azo ampiasaina koa ny kianjan’ny serasera sy ny Lmd natokana ho an’ny mpianatra sy ireo rehetra liana amin’ny rafitra LMD. Afaka ifampizarana vaovao sy fialamboly ny toerana izay fanavaozana nentin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony. Ho firosoana amin’ny rafitra LMD, napetraka ny « e-atiala » ahazoan’ny mpianatra mikirakira ny connexion fitaovana ilaina hanamorana ny fianarana.

Tafiditra amin’ny famaranana ny fanamarihina ny faha-40 taon’ny oniversite ny hetsika izay natrehan’ny praiminisitra sy ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Monique.

Ny taona 1977, roa ihany ny fakiolte nanome fampianarana teo amin’ny oniversite, fianarana lalàna sy ny mathématique ary ny fizika. Ny mpampianatra rahateo vahiny mpiara-miasa avokoa ho an’ny mpianatra anjatony. Amin’izao fotoana izao, 18 000 ny mpianatra amin’ny fakiolte valo, sekoly ambony telo ary ivontoeram-pampianarana enina ao amin’ny oniversite.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Oniversiten’i Toliara : Tara ny antontan-taratasin’ny ora fanampiny

Tara vao tonga ny antontan-taratasy milaza ny tambin-karaman’ny (saran’ny ora fanampiny) mpampianatra mpikaroka any amin’ny onivesiten’i Toliara. “Ny faran’ny volana oktobra lasa teo no azon’ny tomponandraikitra izany ary eo am-pikarakarana ny antontan-taratasy ny mpiasa misahana izany”, araka ny fanazavan’ny tale misahana ny fitantanana sy ny fandraharahana ara-bola ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Rakotoarison Hery. Ho an’ny onivesite hafa, efa teny am-pelatanan’ny mpikirakira ny antontan-taratasy ny volana avrily sy mey. Misy ny fetrandro arahina amin’ny tetibolam-panjakana ary tsy maintsy arahina ny fepetra rehetra amin’izany. Mitaky fotoana ny fandinihana izany rehetra izany ary tsy vita vetivety.

Ho an’ny oniversiten’i Mahajanga, hiverina ny 8 janoary 2018 ny fampianarana aorian’ny fanavaozana sy fanadiovana tsy maintsy natao teny amin’ny tranon’ny mpianatra noho ny toe-javatra nitranga tany an-toerana. Hisokatra ny 12 desambra kosa ny fikarakarana ny “these” sy ny “mémoire” eny anivon’ny oniversite.

Vonjy A.     

News Mada0 partages

Rétinoblastome : Mialitiana sauvée in extremis

Le rétinoblastome est une tumeur maligne oculaire rare qui peut atteindre un œil ou les deux. Il se manifeste en général auprès des enfants de moins de quatre ans, et peut être mortel au stade de la métastase si on ne le détecte pas à temps.

Haingonirina Mialitina, une enfant de 4 ans est atteinte de rétinoblastome. Elle a pu être sauvée à temps en grâce au soutien du Rotary club Antananarivo Tsimbaroa. En effet, faute de moyens, les parents de Mialitiana n’ont pas pu couvrir les analyses et les scanners nécessaires avant son opération, même si la tumeur a été detectée à temps.

Ainsi, cette association a pris en charge la totalité des dépenses nécessaires aux soinx de l’enfant dans le cadre de ses actions citoyennes dans la prévention de la santé de la mère et de l’enfant. «L’intervention chirurgicale oculaire de Mialitiana, réalisée par le professeur Léa Raobela, s’est déroulée hier à l’HJRA Ampefiloha, sans aucun incident», selon son père, Aristide Rasolofonirina.

Des nombreux cas apparus

D’après une spécialiste en ophtalmologie, le Pr Léa Raobela, non moins chef de service de l’Unité de soin de formation et recherche (USFR) de l’hôpital Sainte Fleur de l’HJRA Ampefiloha, «Le rétinoblastome fait partie des maladies rares. Cependant, de nombreux cas ont apparu ces dernières années à Madagascar».

Une étude menée par des médecins et des chercheurs anglais, en 2012, a fait sortir le taux d’incidence annuel de 3,5 millions d’enfants de moins de cinq ans qui sont atteints de cette maladie dans le monde. De leur côté, les Américains ont avancé le taux d’incidence de 53 millions d’enfants de moins de 14 ans, dont 45% sont âgés moins de 15 mois.

Peut être détecté à temps

Le rétinoblastome se développe au niveau de la rétine pendant la vie intra-utérine. Il se manifeste par l’existence d’un reflet blanchâtre de la pupille, connu sous le nom d’œil de chat amaurotique, ou encore par la présence de l’œil qui louche.

Afin de détecter à temps cette maladie, si un de ces deux cas se présente, les parents sont donc invités à consulter au plus vite un ophtalmologue. Dans la majorité des cas, quand il sera trop tard, l’ablation de l’œil à travers une intervention chirurgicale est inéluctable. «Cette opération fait peur aux parents. Et avant de revenir à l’hôpital, ils essaient de trouver d’autres solutions ailleurs», a mentionné le chef service de l’USFR.

Sera R

 

News Mada0 partages

CUA – état : A chacun son assainissement

Après le passage meurtrier de la peste et le début de la saison des pluies dans la capitale, la course à l’assainissement de la ville des Mille et à l’opération de charme auprès des Tananariviens, est lancée entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et le régime, par le biais du ministère de l’Eau.

La CUA a été la première à être sur  le chantier avant-hier sur le canal Andriantany. La maire, Lalao Ravalomanana et son époux, également son conseiller spécial, Marc Ravalomanana, ont donné le coup d’envoi des travaux. Et vaut mieux deux que rien surtout qu’à chaque fois, les inondations frappent de plein fouet la capitale, notamment les bas quartiers et submergent des hectares de rizières. Le ministère de l’Eau est entré en scène hier à travers la formule tape-à-l’œil à travers les travaux Himo, déjà fustigés par le président du MMM, Hajo Andrianainarivelo.

34 quartiers concernés

Ainsi, le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), par le biais du Service autonome de maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva),  a lancé officiellement les travaux de curage des canaux de la ville d’Antananarivo. 34 fokontany seront touchés et la population locale, appelée à la rescousse, gagnera 5000 ariary par tête à raison de cinq heures de travail au quotidien. Pour ce faire, 905 personnes dont 45 chefs d’équipe ont été recrutées.

«C’est une action qu’entreprend l’Etat malgache dans le cadre du renforcement et de la continuité de l’action relative à l’éradication totale de la peste. Les interventions toucheront non seulement la Capitale mais aussi toutes les régions de Madagascar», a expliqué le ministre Lantoniaina Rasoloelison.

Sur ce point, le Samva a bénéficié d’un financement de 1,2 milliard d’ariary de la part du MEEH ainsi que 600 millions d’ariary de la Banque mondiale.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Lutte contre la peste : La risposte continue

Même si l’épidémie de peste urbaine a été officiellement déclarée, la riposte continue autrement d’autant que la saison pesteuse ne se termine que vers la fin du mois d’avril.

Bon nombre de volontaires et d’équipes issues de différentes organisations publiques ou privées sont encore sur terrain pour effectuer des actions de sensibilisation, à l’exemple de l’ONG Action contre la Faim (ACF).

 Selon un communiqué de l’ACF, en date d’hier, 275 hygiénistes ont reçu une formation en la matière et actuellement des équipes par le biais des activités de proximité interviennent au niveau de 31 quartiers de la capitale. L’ACF prévoit de cibler 50 000 personnes dans la poursuite de cette action de sensibilisation, et en même temps de surveillance et de suivi.

Ces interventions sont soutenues financièrement par la Direction du développement et de la coopération de la confédération suisse, à hauteur de 200 000 francs suisse, aussi bien durant la phase d’urgence que la phase de consolidation, actuellement en cours.

Sera R

 

News Mada0 partages

Cantines scolaires La ration réduite de moitié

La ration de la cantine scolaire des élèves des EPP et des associations en charge des classes de Tana ville est réduite actuellement de moitié, d’après l’«Action scolaire d’appoint pour les Malgaches adolescents (Asama)» d’Alakamisy Fenoarivo.

Selon notre source, chaque élève  à la charge de l’association ne mange plus quotidiennement à midi que 100 g de céréales, 25 g de légumes ou de grains secs et 0,6 ml d’huile alimentaire. Et ce, depuis la moitié de l’année scolaire 2016-2017, jusqu’à ce jour.

Or, du temps du Programme alimentaire mondial (Pam), cette ration était doublée, c’est-à-dire 200 g de riz ou maïs, 50 g de légumes frais ou de grains secs et 12 ml d’huile alimentaire.

Ce problème a été soulevé au cours d’une réunion des directeurs des EPP de Tana ville, des chefs Zap, des responsables de l’Asama à Analamanga, des représentants du ministère de l’Education nationale (Men) et même des représentants du Pam à Madagascar à l’amphithéâtre du lycée JJ Rabearivelo Analakely, le mois de novembre dernier.

Des promesses pour l’amélioration de la situation ont été faites. Une demande a même été déposée auprès du chef de service de la coordination de la cantine scolaire du Men. «Mais jusqu’ici, aucune action n’a été encore menée», a déploré notre source.

Programme Asbal

Dans la foulée, un programme pilote «Alimentation scolaire basée sur des achats locaux» (Asbal) a été instauré au début de cette année auprès d’une soixantaine d’établissemsnts scolaires des régions Atsimo Andrefana, Androy et Anosy, de source auprès de l’Office national de la nutrition (ONN).

Il s’agit de procéder à l’injection de fonds auprès de la Feffi ou «Farimbon’ezaka ho an’ny fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony», le comité de gestion des écoles publiques de ces régions. Cela, à raison de 25 ariary par élève et par jour, destinés à acheter des denrées périssables produites par le groupement des femmes ou par les communautés locales,  selon les besoins de la cantine.

Sera R

 

News Mada0 partages

Victime d’une arnaque : Une femme perd 30 millions d’ariary

Les éléments de la gendarmerie de la Compagnie territoriale de gendarmerie de la ville d’Antananarivo ont interpellé sept présumés auteurs d’une arnaque à grande échelle dans la vente de pierres précieuses.

Vendredi dernier, une dame servant d’interprète à un homme  oeuvrant dans la vente de pierres précieuses, plus précisément du rubis, a porté plainte pour escroquerie à la gendarmerie. Le jour même, suite à une filature menée par les gendarmes, un homme a été arrêté à Manakambahiny puis six autres le samedi et dimanche à Mahamasina et aux 67 Ha.

Un coup bien préparé

Abuser la naïveté des autres est pour les gens malintentionnés un moyen de se faire rapidement et facilement de l’argent. Cette dame en a fait les frais. En fait, afin que les transactions puissent se conclure rapidement, un groupe d’individus l’a convaincue de servir de traductrice entre le propriétaire du rubis et les faux «acheteurs».

Et pour faire bonne impression, l’un des malfrats s’est dit être un haut responsable de la gendarmerie nationale. Du coup, la dame a mordu à l’hameçon.

Pour une arnaque bien huilée, c’en est une. Après une série de conversations téléphoniques entre la dame et les escrocs, ces derniers ont davantage séduit la victime que deux experts venus spécialement de l’étranger seront dépêchés pour tester la pierre. Alors qu’en vérité, il s’agit d’une histoire montée de toutes pièces. Mais la dame s’est laissée embarquée et c’est à ce stade que l’escroquerie à grande échelle est entrée en jeu.

Au téléphone, le soi-disant expert a proposé à la dame d’avancer 20 millions d’ariary de sa poche parce qu’il ne peut pas envoyer de l’argent depuis «Ambatofinandrahana».  Quelques jours plus tard, les escrocs  ont de nouveau appelé la dame pour l’avertir que si l’affaire prenne trop de temps, la pierre sera vendue à une autre personne. Mais dans le dessein de maintenir l’offre, ce serait mieux si elle verse de nouveau 10 millions d’ariary. Pour la seconde fois, la dame s’est fait avoir. Et depuis, les arnaqueurs ont coupé tout contact avec elle.

Faisant suite au défèrement des suspects, 7 personnes ont été placée0s sous mandat de dépôt.

ATs.

News Mada0 partages

Tonga an-tanindrazana…: Hanolotra seho roa ny tarika Njava

Mpiray tampo samy mpanakanto, nandrafitra ny tarika malagasy anisan’ny malaza indrindra eran-tany izy ireo. Tsy manadino ny eto an-tanindrazana anefa ry Njava.

Efa an-taona maro no tsy tafaraka niaka-tsehatra teto an-tanindrazana ny tarika Njava. Teo hatrany anefa ny faniriana hanatontosana izany, saingy tsy nety nifanojo mihitsy ny fotoana mampalalaka ny mpikambana tsirairay. Fantatra kosa anefa izao, fa ho tafaraka eto an-tanindrazana avokoa izy enina mianadahy izay mandrafitra ny tarika, amin’ity volana desambra ity.Araka izany, hisy ny seho hataon-dry Monika, Lala, Dozzi, Maximin, Dàdà ary Pata ao amin’ny IFM Analakely, ny zoma 15 desambra ho avy izao, manomboka amin’ny 7 ora hariva. Vantany vao naheno izany vaovao izany anefa ireo mpankafy, dia maro ireo naneho ny fahavononana ny hijery, ka azo antoka fa tsy hantonona ny efitra. Avy hatrany dia nandray fanapahan-kevitra ny hanao seho faharoa, ao amin’ny IFM ihany, ny 16 desambra ny tarika.Tsy tena hitovy tanteraka, satria hampihanoka mozika mandritra ny tapany voalohany amin’ny seho voalohany i Miary Lepiera. Hizaran’ny tarika Njava manontolo ny sanganasany kosa ny seho faharoa. Hatolotr’izy mianadahy avy ho fahatsiarovana ny rainy, izay nandovany ny talenta sy ny anaran’ny tarika ireto fiarahana ireto.“Tsy hisy hira vaovao halahatra amin’ity, fa aleo ireo taloha nahafantarana ny tarika sy tadiavin’ny mpankafy hatrany no homena azy amin’ireo”, hoy ny fanazavan’i Lala Njava, omaly.Tsy matetika no tafavory eto an-tanindrazana ny tarika noho ny fisian’ireo monina any ivelany. Na izany aza, manaraka akaiky ny fivoaran’ny mozika, ary mandray anjara amin’izany izy ireo. Anisan’ny tetikasa efa andalam-panatanterahana, ohatra, ny fananganana “studio”, izay anjara birikin’ny tarika Njava amin’ny fanohanana ireo mpanakanto malagasy. Hisy izay rehetra ilaina, ary hitondran’izy ireo ny traikefa hitany maneran-tany ao. Misokatra amin’ny karazan-kira rehetra izy ireo, ary efa nivonona amin’ny fitaovana raitra sy manara-penitra takian’ny tsenan’ny mozika iraisam-pirenena. Manomboka amin’ny torohevitra hatramin’ny fanatontosana ary ny fanarahana ny mpanakanto eo amin’ny tsean’ny mozika, hiandraiketan’io “studio” io avokoa.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fianarantsoa taona 2018 ; Raikitra ny « Taom-baovao iraisan’ny Malagasy »

Natomboka ny 20 novambra teo, teto Antananarivo, ny fankalazana iraisana voalohany ny « Taom-baovao iraisan’ny Malagasy ». Tamin’izany no nifanaiky ireo olobe tafavory fa hatao isan-taona ny fankalazana ka hitetezana ireo faritra rehetra eto amin’ny Nosy ny fanatanterahana izany. Ho an’ny amin’ny herintaona (taona 2018), tapaka fa ny faritanin’i Fianarantsoa no handray ny fankalazana ny « Taom-baovao iraisan’ny Malagasy », amin’ny 9 septambra 2018. Tonga nitatitra izany teny amin’ny biraon’ny lehiben’ny faritra Matsiatra ambony ny fanombohan’ny herinandro teo ny birao sy ny solontena avy ao amin’ny “Komity mpanomana ny Taom-baovao iraisan’ny Malagasy – Malagasy mampiray ny firenena” (KMTM-Mamafi), notarihin’ny filoha lefitry ny fikambanana Randrianantoandro Andriamahary Robert.

Nandray am-pifaliana io tolo-kevitra io ny lehiben’ny faritra Matsiatra ambony i Herizo Randrianasolo ary nanambara ny fahavononana amin’ny fanampiana tosika ho amin’ny fikarakarana sy ny fampahafantarana ary ny fanatanterahana.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

 

 

News Mada0 partages

Chorégraphie : « Kisandola » se balance avec joie

Décidément, Judith Olivia Manantenasoa multiplie ces temps-ci les collaborations chorégraphiques.  Après une pièce en hommage à Rudi Rehava, elle partagera la scène, ce 13 décembre, à l’IFM Analakely, avec Philibetine Nomendrazana dans « Kisandola ».

Un ambitieux projet en chantier, Kisandola s’inscrit dans le cadre du festival « Varavarana, une fenêtre sur les écritures contemporaines pour la rue et la scène » qui se fixe comme mission fondatrice de promouvoir les arts vivants dans leur diversité. L’intitulé du spectacle a été tiré du dialecte betsileo, pour ainsi dire se balancer avec joie, s’amuser  et s’abandonner tout simplement.

C’est une pièce en duo, dans laquelle Judith nous invite à une épopée vers le temps de l’enfance, époque l’on a vécu l’insouciance, la liberté et le jeu. Avec un subtil mélange de danse contemporaine et de cirque,  Kisandola exploite des points aussi variés que le poids et le contrepoids, le relâchement, la sensation d’abandon et le porté acrobatique.

Judith Olivia Manantenasoa fait ses premiers pas en danse contemporaine aux côtés d’Ariry Andriamoratsiresy  au sein de l’école et de musique Rary. A partir de 2003, elle intègre la compagnie au sein de laquelle elle assure dès lors les cours de danse contemporaine, danse avec percussion, danse en couple. Sa soif de toujours innover et de dépasser ses limites, que ce soit en tant qu’artiste ou en tant qu’enseignante, la pousse à agir sur plusieurs fronts à la fois.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Team kalo a capella : La musique vocale fait son festival

Trois groupes d’a cappella les plus adulés de leur génération, Feo, Quartet junior et Telo sy telo, clameront haut et fort la richesse de la musique vocale, à l’occasion de la 8e édition de « Team Kalo a capella », ce 16 décembre, à la Tranompokonolona Analakely.

Né d’une initiative de faire découvrir au public et de populariser la richesse de cette forme d’expression artistique, Team Kalo a cappella se veut être un moment de rencontres, d’échanges et de plaisir pour les formations a cappella. L’événement prend doucement de l’ampleur.

Le concept est assez simple, les groupes interprètent des chansons de diverses générations et cultures, allant du bà gasy et du gospel, en passant par le salegy et le RnB. « Écouter une chanson connue mais sous une interprétation originale », voilà le rendez-vous donné au public chaque année.

Pour cette édition, trois formations, aussi surprenantes les unes que les autres, feront montre de leurs talents à la Tranompokonolona Analakely. La bonne acoustique du lieu rendra tout particulièrement mémorable la prestation.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Agriculture urbaine : Garante de la sécurité alimentaire

L’agriculture, urbaine et périurbaine, disparait-elle progressivement face à l’urbanisation ou, au contraire, résiste-t-elle et se transforme ? C’est la question à laquelle le Centre de coopération internationale en recherches agronomiques pour le développement (Cirad) cherche à donner réponse dans son projet de recherches.

L’agriculture urbaine reste très importante  à Antananarivo et ce, malgré une forte croissance démographique relatif à un besoin énorme en logements. Les chiffres du Cirad à Madagascar montrent qu’un tiers des superficies (36%) de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) est constitué de terres agricoles. De même, le grand Tana (la CUA avec les 37 communes environnantes) forme une ceinture verte avec près de 50% des terres cultivées.

Perrine Burnod, chercheur au Cirad, a même constaté une croissance des superficies cultivées, «ce qui prouve que l’on assiste plutôt à un dynamisme de cette agriculture étant donné que la ville demande beaucoup de produits en quantité et en diversité. Cela donne des opportunités aux agriculteurs, il faut voir aussi qu’il y a des filières qui se développent fortement comme l’aviculture».

L’atout pour Antananarivo réside dans la proximité des produits et le coût de transport qui est moindre, contrairement aux autres villes. Et comme l’absence de chaînes de froid fait défaut dans ce domaine, une forte demande quotidienne oblige les opérateurs à produire davantage.

En effet, l’agriculture urbaine semble contribuer grandement à la sécurité alimentaire de la ville en fournissant la grande majorité des produits frais (légumes, brèdes, agrumes, œufs, lait, poulets) et également du riz. A titre d’exemple, l’agriculture périurbaine fournit 80% des tomates consommées à la capitale, selon toujours les chiffres du Cirad.

Actions locales, petits plans locaux

Des dynamiques sont actuellement en cours pour mieux penser à l’aménagement de la ville et la place de l’agriculture (plans d’urbanisme) et aménager les quartiers (association de fokontany contre les remblais), mais elles méritent d’être mieux connues et partagées avec l’ensemble de la population.

«Pour justement concilier les différentes activités du territoire, le plan d’urbanisme en cours de mise à jour. Nous nous intéressons également à mettre en évidence les actions locales, les petits plans locaux, notamment au niveau des fokontany», a indiqué Perrine Burnod.

Certes, l’agriculture urbaine est dynamique, mais la pression de la ville peut constituer un obstacle. Face à cette situation, Cirad mène des enquêtes sur le terrain et élabore des cartes pour identifier les zones où l’agriculture est dynamique et résistante, mais aussi de voir à quel endroit il y a des conflits d’usage (besoins de logements et d’infrastructures…) et comment peut-on gérer la situation.

Après une première phase de conception portée par le Cirad et l’Inra en septembre dernier, le projet a bénéficié des orientations et conseils des partenaires malgaches lors de l’atelier de lancement qui s’est tenu à l’hôtel Panaroma Andrainarivo, vendredi dernier.

Arh.

 

News Mada0 partages

Ambatovy : Évaluation des PGEDS et PGES

Ambatovy a accueilli la visite des membres du Comité technique d’évaluation interministérielle, dirigé par l’Office national pour l’environnement (ONE), du 13 au 18 novembre. Cette visite entre dans le cadre du suivi et de l’évaluation périodique de la mise en œuvre de son Plan de gestion environnementale et de développement social (PGEDS) et des différents Plans de gestion environnementale spécifique (PGES), qui constituent les cahiers des charges environnementales et sociales, annexés au permis environnemental.

Ce genre de visite d’évaluation fait partie des contrôles réguliers de conformité aux cahiers des charges. Elle constitue d’ailleurs une sorte de vérification du rapport annuel remis par Ambatovy à l’ONE ainsi que de la conformité aux PGEDS et PGES.

Les représentants de ministères et de services déconcentrés ont effectué durant cette deuxième mission de l’année 2017, entre autres, la visite des sites de relâchement des grenouilles endémiques Mantella aurantiaca et des poissons endémiques, l’évaluation des mesures de mitigation dans le Parc à résidus, et de la gestion des eaux de ruissellement et eaux usées à l’usine de Toamasina.

Sur le plan social, la rencontre avec les communautés de base et les coopératives villageoises concernées par le programme social soutenu par Ambatovy dans les districts de Brickaville, Moramanga, et Toamasina II ainsi que les questions relatives aux programmes d’accompagnement des paysans à Ambolomaro, Moramanga, ont figuré au programme.

A rappeler que le Comité et l’ONE ont collaboré avec Ambatovy avant même le début de la construction. L’ONE joue un rôle particulièrement fondamental puisqu’il doit approuver tous les programmes environnementaux avant leur mise en œuvre. Ambatovy présente un rapport annuel détaillé des efforts de suivi et de surveillance environnementale et sociale de la compagnie à l’ONE. C’est une voie qui permet à Ambatovy de s’assurer que ses mesures d’atténuation sont mises en œuvre efficacement pendant la durée de vie du projet.

Arh.

News Mada0 partages

Foot : Le C2RFM saisit le MJS

Le Comité pour la renaissance et le redressement du football malgache (C2RFM) passe à la vitesse supérieure. Après avoir exigé le report des élections pour la saison 2017, le comité a déposé une requête auprès du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), mardi dernier. «Notre comité estime que le ministère de tutelle a le devoir d’intervenir incessamment pour mettre de l’ordre dans le processus vers la tenue des élections au sein de la Fédération malgache de football (FMF). Un processus actuellement parsemé de litiges les plus éhontés car tout un chacun sait que ces élections se déroulent d’une façon injuste et malhonnête contrairement à l’éthique sportive précisée dans la loi 97-014 dans son article 31», a déclaré le président du C2RFM, Ali Michel, dans une lettre adressée au MJS.

Ce dernier de préciser que le code électoral établi par la FMF elle-même n’a jamais été respecté, en s’appuyant sur l’article 3 qui stipule que les membres de la commission électorale doivent être membres en tant qu’officiels ou avoir des relations professionnelles ou de partenariat avec la FMF. Et ce, outre l’article 4 qui stipule que : «Les membres de la commission ne peuvent pas effectuer deux mandats consécutifs. L’élection des membres de la commission électorale doit se tenir lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la FMF précédant l’Assemblée générale élective (AGE) dans un délai d’au moins six mois avant celle-ci ».  Le C2RFM n’a pas également omis de préciser que la commission de recours pour les élections doit être élue par l’Assemblée générale en même temps que les membres de la commission électorale.

«Dans un tel climat de frustration et de colère, toute marche en avant vers le développement du football malgache est utopique. D’où la demande d’intervention du MJS pour le report des élections afin de clarifier tous les problèmes et apporter des retouches au code électoral. Pour ce faire, l’extension du corps électoral (ligues, représentants de clubs, arbitres, entraîneurs, anciens joueurs) s’avère nécessaire», a conclu le président du C2RFM.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : Le torchon brûle

La boxe olympique risque une nouvelle sanction de la part de l’Association internationale de boxe amateur (Aiba). Et pour cause, les agissements de l’ancien vice-président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Gégé Bosco, qui vient d’être radié à vie.

A peine sa radiation à vie de la boxe olympique confirmée par la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Gégé Bosco joue les fauteurs de trouble au sein de la grande famille du noble art. Non seulement il continue de porter le titre de vice-président de la fédération mais il manipule également les membres du comité exécutif et les ligues régionales, en vue de démettre le président de la fédération, Hery Mamy Rabarisoa, de ses fonctions.

D’ailleurs, pas plus tard qu’hier, les membres du comité exécutif de la FMBO, sous la houlette de Gégé Bosco, ont sommé Hery Mamy Rabarisoa de quitter la présidence dans les 72 heures.

A y voir, Gégé Bosco aurait la mémoire courte. Alors, c’est pour la même raison qu’il a été radié à vie par l’Aiba en 2013. Mais apparemment, Gégé Bosco n’en a cure au vu de ses agissements actuels. Voilà l’attitude d’un homme qui se dit aimer la boxe.

Après plusieurs années d’absence sur la scène internationale, suite à la sanction imposée par l’instance internationale à cause de Gégé Bosco et consorts, la boxe olympique malgache a renoué avec les compétitions internationales cette année. Malheureusement, si l’ex vice-président de la FMBO continue sur cette voie, la boxe olympique malgache risque de nouvelles sanctions internationales.

Se tromper de cible

Curieusement, Gégé Bosco cible particulièrement le président de la FMBO, Hery Mamy Rabarisoa. Pourtant, son limogeage n’émane nullement de la FMBO mais plutôt de l’instance internationale (Aiba). D’ailleurs, son président a été le seul à prendre sa défense contre les membres influents du Comité olympique malgache (Com), qui ont demandé son départ de la fédération et lors de l’évocation de la lettre de l’Aiba, relative à sa radiation.

Et ce n’est pas tout! Lorsque Gégé Bosco a été au centre de la tempête suite au manque de transparence relative à la mauvaise gestion des subventions octroyées par le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), lors de la joute africaine au Congo Brazzaville, Hery Mamy Rabarisoa ne l’a pas abandonné. D’ailleurs, c’est à cause de Gégé Bosco si Madagascar a raté le championnat du monde cette année. Le MJS a perdu toute confiance en lui après la mésaventure des boxeurs au championnat d’Afrique.

Naisa

News Mada0 partages

Beach-volley : Le championnat national refait surface

Une décision express ! La Fédération malgache de volley-ball (FMVB) annonce la tenue du championnat national de beach-volley à une semaine du jour J. Les 16 et 17 décembre prochains, Toamasina accueillera donc la joute nationale chez les jeunes et seniors.

Par cette annonce, le beach-volley malgache renoue avec le championnat de Madagascar après une année 2016 vierge de compétitions nationales. En effet, l’année dernière, la FMVB a privilégié la Coupe des Nations au détriment de la joute nationale.

Cette fois-ci, le championnat national sera l’événement phare de la discipline et clôturera en même temps la saison des compétitions de la FMVB.

L’enjeu est de taille pour les beach-volleyeuses et beach-volleyeurs. Outre la course au titre de champions, ce sera l’occasion pour la fédération de détecter les meilleurs éléments qui pourront constituer l’équipe nationale hommes et dames.

En vue de la Coupe des Nations de la zone 7, qui se tiendra à Maurice le mois de février 2018, la FMVB compte frapper fort après la débâcle en terre malgache en 2016, en préparant dès maintenant le terrain.

«Nous allons prendre les meilleurs parmi les participants au championnat et aux tournois qui ont été organisés cette saison», a déclaré le président de la FMVB, Jocelyn Andriamandimbisoa.

Naisa

 

News Mada0 partages

Basket-n1a : Le jour du verdict

Cette journée marquera le tournant décisif du championnat national N1A à Mahajanga! Que ce soit chez les hommes ou chez les dames, seules huit formations se qualifieront pour les quarts de finale.

Dans la catégorie masculine, trois équipes risquent de disparaitre du tableau de la compétition, en l’occurrence MB2All Analamanga, Sebam Boeny et Challenger Analamanga. Dans la catégorie féminine, Asa Analamanga et CRJS Atsinanana sont dans la même posture.

Une victoire est impérative pour ces équipes, lors de cette dernière journée, pour espérer une place en quarts et éviter la relégation en N1B.

Naisa

Résultats de la 4e journée

Dames:

SBBC Boeny-JSB Boeny: 100-48

MB2All Analamanga-ASE Haute Matsiatra : 93-31

JEA Vakinankaratra-CRJS Atsinanana: 74-39

BC Est Atsimo Andrefana-Asa Analamanga : 61-44

Hommes :

Cosfa Analamanga-Challenger Analamanga: 96-75

GNBC Vakinankaratra-MB2All Analamanga:68 – 63

SBBC Boeny-Sebam Boeny: 74 – 55

COSPN Analamanga-Cosmos

Diana : 74-52

TMBB Analamanga-Ascut Atsinanana: 72 – 56

News Mada0 partages

Chèque sans provision : Un individu derrière les barreaux

Malgré le renforcement des mesures destinées à faire régner l’ordre et la sécurité, des personnes malintentionnées sont toujours présentes dans la société pour commettre leurs basses besognes. Pas plus tard que samedi dernier, les enquêteurs de la Compagnie territoriale de la ville d’Antananarivo (Tana-ville) se sont mobilisés à la suite d’un soit-transmis émanant du Parquet du tribunal d’Antananarivo après la plainte d’une personne, victime d’une arnaque de chèque sans provision. Selon les explications, la victime a mis en vente sa voiture, une Volkswagen Touareg. Se disant intéressé par l’offre, un homme l’a contactée. Après marchandage, le prix a été finalement fixé à 65 millions d’ariary. L’acquéreur lui alors a remis un chèque d’acompte de 9 millions d’ariary avant de partir avec la voiture. A la mauvaise surprise du bénéficiaire, l’effet de commerce a été refusé à l’encaissement pour défaut de provision.

A la suite des investigations menées par les gendarmes, le tireur du chèque a été arrêté dans la matinée de lundi. La voiture n’était plus en sa possession car il l’a déjà vendue. Mais en poursuivant leur enquête, les gendarmes ont réussi à la retrouver.

Déféré au parquet du tribunal d’Anosy hier, l’arnaqueur a été placé sous mandat de dépôt.

ATs.

 

News Mada0 partages

Chronique : Le soleil a rendez-vous avec la pluie, la pluie est là, le soleil ne l’attend pas

Cette année, les pluies sont à l’heure au rendez-vous, les pelouses reverdissent, les étals des marchands croulent sous les fruits. La poussière cède le terrain à la boue et aux immondices charriés par les torrents d’eau de pluie ; nos villes, qui n’ont jamais été des modèles de salubrité, sont des cloaques à ciel ouvert, des

nids de maladies d’un autre siècle que nous entretenons avec beaucoup de zèle. Voyez donc nos rues jonchées de noyaux de mangues et de letchis crachés par les très nombreux amateurs de fruits de Noël. Le letchi, c’est bon, c’est vrai. Les mangues, les abricots et les prunes aussi. Et leurs noyaux sont moins nocifs pour l’environnement que les sachets plastiques.

Il pleut, et c’est bien normal en ce mois de décembre. Il pleut et nos rues se transforment en rivières couleur latérite, creusant encore plus les trous et les ornières laissés par la dernière saison des orages. Par chance, nous pouvons repérer ces obstacles par temps sec. Le temps de quelques mois de poussière, le citoyen attentif mémorise les circuits en zigzag, bien plus utiles que le code de la route ou le permis biométrique. Un grand merci aux trous, révélateurs de talents qui resteraient tristement cachés si nos routes et nos rues étaient régulièrement entretenues.

Composer avec les trous et le compost public, c’est désormais à la portée du premier venu dans nos cités joliment insalubres. Mais pour accéder au niveau deux du jeu de la saison des pluies, il faut avoir le courage d’affronter les bouches d’égout découvertes et savoir slalomer sur de dangereuses patinoires de boue.  A ces désagréments s’ajoutent les habituelles pannes de voiture, les charrettes qui recolonisent les grandes villes, les marchands, l’incivisme, etc. Bienvenue dans le niveau trois.

Il pleut et il n’est pas besoin d’être prophète ou climatologue pour annoncer quelques beaux déluges d’ici le mois de mars. Finalement dans la saison des pluies, le problème n’est pas la pluie. C’est tout le reste.

Kemba ranavela

News Mada0 partages

Us et coutumes : Bateau, sur l’eau, la rivière, la rivière…

Les bottes, l’imperméable, le parapluie, tout cela est d’un commun…  Désormais vous pourrez vous distinguer du commun des usagers de la route en sortant de chez vous muni d’un bâton avec lequel vous évaluerez la profondeur de la piscine dans laquelle vous vous apprêtez à plonger votre véhicule. On croyait cela réservé aux privilégiés du «grand port de l’Est» et de ses rues sous les eaux. Ou encore des aventuriers perdus sur des pistes de la lointaine brousse. Plus de jaloux : la capitale a rattrapé son retard. Dans certains quartiers, votre bâton vous serait d’ailleurs d’un piètre secours. A défaut de véhicule amphibie, installez donc une barque sur votre galerie. Et surtout, n’oubliez pas les rames.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Anathème (2) (Suite et fin.)

Regarde, et tu verras cette flotte imposante

Qui faisait ta fierté demeurer impuissante,

Tes sous-marins couler sans autres résultats

Que d’indigner le monde par leurs attentats,

Tes zeppelin coûteux dégringoler des nues

Après avoir tué des enfants dans les rues !

Tu verras, écœurés par ces crimes commis,

Se dresser contre toi de nouveaux ennemis !

Tu verras l’Allemagne en proie à la famine,

Tes sujets se cabrer malgré ta discipline,

Tu verras tes soldats par milliers entassés,

Pêle-mêle et râlants, horriblement blessés,

Se soulevant avec effort dans leur délire,

Tendre vers toi leurs bras sanglants pour te maudire !

Comment après cela, si tu n’es pas dément,

Ne sens-tu pas planer sur toi le châtiment ?

Toi qui rêvais jadis d’être un grand capitaine,

Tu n’es plus aujourd’hui rien qu’un croquemitaine ;

Tu croyais être un aigle et tu n’es qu’un vautour ;

Drapé dans ton manteau, tu t’es cru tour à tour

César, Napoléon, mais, manquant de génie,

Ton orgueil a conduit ton peuple à l’agonie,

Et maintenant, déchu, vaincu, tremblant, hideux,

Tu vois bien que tu n’es rien que Guillaume Deux !

René Frelant1.

L’Ambulance/Croix verte

Enseignement

Le Gouverneur Général de Madagascar, commandeur de la Légion d’honneur,

Vu les décrets des 11 décembre 1895 et 30 juillet 1897 ;

Vu l’arrêté du 14 septembre 1917, prononçant la fermeture des écoles du district de Tananarive (non compris Tananarive-Ville) et de la ville d’Arivonimamo ;

Vu l’avis du directeur du service de santé ;

Sur la proposition du chef du service de l’enseignement,

Arrête :

Art. 1er. – L’article 3 de l’arrêté du 14 septembre 1917 est rapporté. La réouverture des écoles officielles et privées du district de Tananarive et d’Arivonimamo-Ville est autorisée à compter de ce jour.

Art. 2. – MM. le chef du service de l’enseignement et le chef de la province de Tananarive sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Tananarive,le 23 novembre 1917.

M.Merlin.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

Ce poème patriotique a été dit par son auteur lors de la soirée musicale et théâtrale du 8 septembre 1917 à Tamatave, ainsi que le rapporte le journal Le Tamatave du 12 septembre. (Note de l’éditeur.)
News Mada0 partages

Matsiatra ambony : Préparation du Nouvel an malgache

L’organisation commune du Nouvel an malgache par consensus suit son chemin. Après la première édition dans la capitale, la région Matsiatra Ambony accueillera le Nouvel an malgache par consensus, le 9 septembre 2018, suivant la politique de la célébration tournante par région, adoptée lors de la réunion préparatoire présidée par le ministère de la Culture. Le comité d’organisation dénommé «Komity mpanomana ny taom-baovao iraisan’ny malagasy» (KMTM) et l’association «Malagasy mampiray firenena» (Mamafi) ont été reçus au bureau du chef de région de Matsiatra Ambony, en début de semaine, pour lui annoncer la nouvelle.

Le vice-président de l’association, Robert Randrianantoandro Andriamahary, a exposé au chef de région, Herizo Randrianasolo, l’objectif principal de la manifestation destinée à synchroniser l’autorité étatique à la monarchie traditionnelle des 18 tribus malgaches ajoutées des tribus Anjoaty,  Antanosimboangy et Tanalàna. Le chef de la région Matsiatra Ambony a alors promis de faire le nécessaire pour la bonne organisation de la célébration dans sa circonscription. Il a annoncé à cet effet la mise en place prochaine d’un comité préparatoire, présidé par le directeur régional de la culture.

Manou

 

News Mada0 partages

Université de fianarantsoa : Plus d’innovations et de perspectives

L’Université de Fianarantsoa a fêté ses 40 années d’existence. Le jubilé célébré la semaine dernière a été marqué d’une pierre blanche.

Une École de management et d’innovation technologique (Emite), une nouvelle grande salle dénommée «Kianjan’ny serasera sy ny Lmd», une salle dédiée à la détente, aux échanges et aux informations un espace à la fois à ciel ouvert et clôturé, à la pointe en termes d’équipements numériques (l’e-atiala). Autant d’innovations qui ont marqué la célébration du 40e anniversaire de l’Université de Fianarantsoa.

Une université moderne

Lors de son ouverture en 1977, le centre universitaire de Fianarantsoa ne comptait que deux facultés, à savoir le Droit et les Sciences, et abritaient les filières mathématiques et physiques. Les cours étaient assurés par des enseignants dont la plupart sont régis par un statut de coopérants issus de plusieurs pays «amis», tels la France, la Russie, le Vietnam, la Pologne.

Depuis, l’Université n’a cessé de grandir, tant au niveau de l’effectif des étudiants qu’au niveau du nombre des départements et d’offres de formation. Actuellement, l’Université de Fianarantsoa a une capacité d’accueil de 18 000 étudiants environ et compte huit facultés, six instituts et trois grandes écoles.

Recueillis par Nadia

 

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA BRICKAVILLE : Naiditra am-ponja i Romeo, hahery vaika ny fitokonana

Ny alakamisy 29 novambra dia nosamborina fanindroany tao Brickaville Randrianandrasana Romeo Lucien, fantatry ny maro amin’ny anarambositra hoe Dada. Izy izay mpivaro-kena ao Brickaville ary voarohirohy amin’ny raharaha fitorahana fiara na dia efa nahazo fahafahana vonjimaika ny alarobia 22 novambra aza. Ny andron’ny alatsinainy 4 desambra dia efa tonga teny amin’ny Fampanoavana ny antontan-taratasin’ady momba an’i Romeo. 

Ny andron’io alatsinainy io rahateo no tonga tao Toamasina izy rehefa nentin’ny zandary avy tany Brickaville taorian’ny fitsaboana azy tao amin’ny hopitaly tao Brickaville ihany.

Nalaina handray io dosie an’i Romeo io kosa ireo mpitsara mpanao famotorana noho io raharaha Brickaville io izay voasokajy ho raharaha mahamay.  Ny tolak’ andron’ny talata 5 desambra vao nivoaka ny fehintenin’ny Fampanoavana. Voatazona vonjimaika ao Ambalatavoahangy miandry ny fitsarana azy i Romeo ankehitriny.

Hitohy ny fitokonana

Ny alatsinainy sy ny talata dia nitohy ny tsivorivory fitokonana nataon’ireo fokonolona tao Brickaville mitaky ny famotsorana an’i Dada. Ny angom-baovao voaray avy any an-toerana, ny marainan’ny alarobia 6 desambra no nahalalana fa tsy faly tanteraka amin’ny fitazomana am-ponja an’i Dada ireo fokonolona ao Brickaville, indrindra fa ireo mpiray monina aminy ao amin’ny fokontany St Jeannot sy ireo mpivarotra ao amin’ny tsenan’i Brickaville. 

Nilaza hanamafy fitokonana izy ireo ary nandrahona hanapaka ny lalam-pirenena faharoa mihitsy amin’ny alalan’ny fametrahana barazy raha tsy avoakan’ny fonja i Dada. Manizingizina mantsy ireto andian’olona mitaky ny famotsorana an’i Romeo (Dada) ireto fa endrikendrika tsotra izao no mahazo azy fa tsy izy velively no ao ambadik’io tora-bato io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Jiolahy miisa fito niharan’ny fitsaram- bahoaka, efatra maty tsy tra-drano

Misy ireo milaza fa  noho ny fivezivezen’ireo vahiny mividy lavanila no mahatonga ny tsy filaminana ao an-toerana. Vokany, niafara tamin’ny fanatanterahana fitsaram-bahoaka izany ny alin’ny alatsinainy lasa teo, ka jiolahy miisa efatra no maty  namoy ny ainy avy hatrany.  Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia  tao amin’ny tanànan’i Mahasoa Bemarivo ambony,  Kaominina Amboangimbe no niseho ity fitsaram-bahoaka ity raha toa ka  jiolahy miisa fito izy ireo no saika handrava lavanila tao amin’ny tokantrano iray. 

Noho ny antso vonjy  nataon’ireo voaroba tamin’io fotoana io  dia nirohotra nivoaka ireo mponina  niara-nisalahy ka nifandona tamin’ireo olon-dratsy ireo. Nahery vaika  ny fifanjevoana  tamin’izany ka  maty noho ny ratra mafy ireo jiolahy efatra ireo. Ny telo ambiny kosa mbola tafaporitsaka nitsoaka ihany nanararaotra ny andro maizina. Nandritry ny fanadihadiana natao momba ity raharaha ity  no nahafantarana fa olona avy any atsimon’i Madagasikara ireo mpandroba ireo. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana  ny  fanadihadiana ny raharaha hatreto .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANDRIAMPAHALEMANA : Miezaka mifanatona sy mifandray akaiky ny zandary sy ny vahoaka

Fihaonana izay nandraisan’ny mpisehatra maromaro anjara, nahitana ireo mpitondra isan-tsokajiny any anivon’ny faritra sy distrika sy ny sisa hafa koa. Hevitra maro araka izany no nivoitra nandritra ny fifampiresahana izay natao tao amin’ny kaominina Ambinaniroa. Ireo kaomandin’ny vondrom-paritry ny zandarimariam-pirenena Fianarantsoa roa tonta kosa no nitarika ny fotoana. Ireto farany izay sady nanatanteraka fifamindram-pahefana. 

Tonga nanatrika izany fotoana izany ihany koa ny lefitry ny lehiben’ny distrikan’Ambalavao ny Talata 05 desambra lasa teo. Hentitra ny fampahatsiahivana nataon’ny lehiben’ny zandary vaovao any amin’ny faritra Matsiatra Ambony fa sarotiny amin’ny fomba fiasan’ireo olona hapetraka hiaro ny vahoaka any ifotony ny kaomandy. Ny zandary mantsy dia tokony hanaraka ny rafitra sy ny lalàna mifehy azy ireo. Nohazavaina ny fanontaniana samihafa nipetraka nandritra ny fihaonana. Isan’izany ny lalàna tsy hahafahana mivarotra omby, indrindra ny omby vavy sy ny zanak’omby, eo ihany koa ny lalàna mahakasika ny fitsaram-bahoaka.

Hampahomby bebe kokoa ny ady atao amin’ny tsy fandriampahalemana ny fifandraisana am-po eo amin’ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana. Hatao ihany koa izay hanalana ny elanelana mahatonga ny tahotra tsy hanatonana ireo mpitandro filaminana. Niara-nanaiky ny rehetra araka izany fa samy tompon’andraikitra ny rehetra ka tokony samy handray ny andraikitra izay tandrify azy mba hamongorona ny ratsy. 

Ny fahavitsian’ny zandary sy ny tsy fahampiam-pitaovana ihany koa dia anisany mampananosarotra ny hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana. Nampanantena ireo manamboninahitra avy ao amin’ny zandariam-pirenena fa manohy ny fanadiovana anatiny efa natombok’izy ireo. Tetsy ankilany dia tsapa ho tonga maro tao amin’ity fivoriana ity ireo ben’ny tanàna any amin’ny distrikan’Ambalavao, ireo delegem-panjakana, ny mpikambana ao amin’ny fikambanan’ny mpiompy omby, indrindra ireo mpisehatra samihafa avy ao amin’ny renivohitry ny distrika. Mahakivy ny zava-misy amin’ny resaka tsy fandriampahalemana amin’izao, araka ny fanazavana. Tsy vitsy ireo efa miraviravy tanana tanteraka kanefa tokony haneho fahavonona hatrany. Indrindra taorian’izao fanomezan-toky avy tamin’ny zandarimariam- pirenena izao.   

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FAV POLIO : Nanome ohatra ny zanaky ny mpiasan’ny fahasalamana sy zanaky ny ben’ny tanàna

Nanome toky ihany koa ny ben’ny tanàna fa hitondra ny zanany hatao vaksiny. Tanterahina eto Mahajanga nanomboka omaly alarobia ny hetsika vaksiny polio ary tsy ho tapitra raha tsy ny zoma izao. Ny tanjona dia ny hahavita vaksiny ny 95% ny zaza latsaky ny 5 taona eto Mahajanga amin’ity Fav Polio andiany faha-11 ity. 92% ny zaza no vita vaksiny tamin’ny hetsika fanaovam-baksiny farany natao tamin’ny volana marsa teo.

Ny sakana matetika dia tsy manaiky ny hanaovana vaksiny ny zanany noho ny tsaho isankarazany miely momba io vaksiny io. Eo ihany koa ny ahiahin’ny ray aman-dreny sasany amin’ny mety tsy fahombiazan’ny fanefitra. Manoloana izany dia nisafidy ny hanazava ny saim-bahoaka ny mpiasan’ny fahasalamana ka misy ny fandaharana isankarazany atao amin’ny radio sy fahitalavitra ka ny lehibe indrindra dia ny fandaharana mivantana tao amin’ny M3Tv nahafahan’ny vahoaka nandray anjara tamin’ny fametrahana fanontaniana amin’ny alalan’ny antso antariby. 

Nampahafantarina tamin’izany fa raha misy zaza iray voan’ny polio dia mety mamindra amin’ny zaza 200 manodid ina azy. Isaky ny misy trangana polio dia tsy maintsy misy hetsika  fanaovam-baksiny faobe telo farafahakeliny atao aorian’izay. Tamin’ny taona 2015 iny anefa dia nisy zaza roa voan’ny aretina lefakozatra tao amin’ny fokontany Tsararano. Ilaina ny fanaovam-baksiny satria raha vao tratra ny zaza dia tsy avotra intsony mandra-maty. Indroa isan-taona ny hetsika fanaovam-baksiny. Ny volana marsa teo no farany teto Mahajanga ary tokony natao ny volana oktobra teo  ny hetsika faharoa tamin’ity taona ity saingy tsy maintsy nahemotra noho ny valanaretina pesta.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Mpianatra miisa telo no tonga nanatrika ny « Codis »

Nizotra tsara ny fanadihadiana azy ireo mikasika ny zavatra niantsoana azy ireo. Ny marainan’ny alarobia kosa dia tsy nisy tonga koa ireo nantsoina. Araka ny voalazan’ireo “ray aman-drenin’ny mpianatra” dia izy ireo mihitsy no manakana ny zanak’izy ireo tsy hanatrika ny fiantsoan’ny oniversite io satria manahy ny hanimbana ny zanak’izy ireo.

Misy amin’ireo ray aman-dreny ireo anefa tsy manana zanaka nateraka tena mianatra ao tokoa fa ray aman-dreny ara-piaviana fotsiny. Nanazava koa moa ny mpikambana ao amin’ny ‘conseil de discipline’ fa ny fampiakarana mpianatra iray Codis dia tsy midika fa meloka izy na nanao hadisoana fa ahafahan’ireo  mpikambana mametraka fanontaniana sy mahazo valiny, ka araka ny valin-teny azo no andraisana fanapahan-kevitra momba ilay mpianatra. 

Ireo mpianatra tonga izany dia afaka niaro tena tsara fa ireo tsy tonga kosa dia  nandà ny sehatra ahafahany miaro tena. Fomba fanao maneran-tany amin’ny sehatry ny fampianarana sy fanabeazana ny fampiharana ny fitsipika ifampifehezana amin’izay heverina ho nandika izany. Anisan’ny namotika io oniversiten’i Mahajanga io ny fitsabahana amin’ny fitantanana azy io sy ny fandrisihana ambadika ireo mpianatra noho ny antony maro, indrindra ny ara-politika. 

Hany ka mihevi-tena ho tsy matimanota izy ireo. Tsiahivina tokoa mantsy fa efa miisa telo ireo olona matin’ny fitsaram-bahoaka nataon’ireo mpianatra tato anatin’ny roa taona ary tsy nisy tohiny avokoa ireny tranga ireny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

OLEP : Miditra amin’ny fiarovana ny fihanaky ny solika amin’ny ranomasina sy an-tanety

Nampahafantarin’ny mpampiofan’ny Olep na “Organe de Lutte Contre l’Evénement de pollution marine par les hydrocarbures” ireo mpiofana ny momba ny Olep, ny asany sy ny andraikiny ary ny asa vitany. Nampahafantarina ihany koa ny karazana loza mety hiseho ka mitarika fipariahan’ny solika sy singa simika na an-dranomasina io na an-tanety, ary naseho an-tsary. 

Ny fepetra noraisin’ny Olep tamin’izany. Voalaza tao moa fa raha latsaky ny 10 taonina ny solika miparitaka dia ny eo an-toerana no miandraikitra azy. Raha anelanelan’ny 10 taonina sy 200 taonina dia efa ilàna fanampiana eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena saingy nanamarina ny mpampiofana fa mbola zakan’ny Olep eto Mahajanga tsara ny fanakanana izany. Misy ny famefena ireo solika miparitaka sy ny fitrohana azy ireo ary fametrahana azy ireo amin’ny toerana natokana hikarakarana azy ireo. Misy kosa anefa ny fampiasana ‘disperseur’.

Voalaza ihany koa fa araka ny karazana solika very ny asa atao. Efa manana traikefa amin’izany ny Olep. Manana ivon-toerana 15 izy ireo manerana an’i Madagasikara dia i Sainte Marie, Toamasina, Morondava, Maintirano, Nosy-Be, Antalaha, Vohémar, Antsiranana, Antsohihy, Analalava, Mahajanga, Taolagnaro, Toliary, Manakara ary Mananjary. 

Misy hatrany fanazarana amin’ny ady amin’ny fipariahan’ny solika amin’ny ranomasina amin’ireo ivon-toerana ireo, mba ho vonona ireo teknisianina raha misy tranga tampoka. Efa manana traikefa ihany koa izy ireo amin’ny fisorohana ny fihanaky ny solika amin’ny tany. Efa betsaka mantsy ireo fiarabe mpitatitra solika no tra-doza ary samihafa hatrany ny tranga mety miseho. Eo ihany koa ny halatra sy fanararaotana isankarazany ataon’ny mponina amin’ny toerana isehoan’ireny loza ireny. Marihina moa fa amin’ny tranga fipariahan’ny solika an-dranomasina noho ny olana amin’ny sambo dia misy ny fanonerana. 

Misy ihany koa ny fitsarana manokana azy ireny ka efa misy mpitsara Malagasy miisa enina nofanina manokana ahafahana mametraka fitsarana afaka mitsara resaka fandotoana ranomasina araka ny takian’ny fifanarahana iraisam-pirenena maro momba ny fahaverezan’ny solika an-dranomasina (fifanarahana Oprc 90, Clc 92, Fonds 92, Convention sur les hydrocarbures de soute, protocol Oprc-Hns).  Tsy miasa irery ny Olep fa miaraka amin’ny vahoaka sy ny vondrom-bahoakam-paritra ary ny sampan-draharaham-panjakana maro na dia ny ministeran’ny tontolo iainana aza no misahana azy mivantana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MNP – GOVERNEMANTA ALEMANA : Homena lanja ireo olona miaina sy misehatra amin’ny jono

Ny tranga hita sy tsapa anefa matetika dia ireo olona misehatra voalohany amin’ity tontolo ity indray no tsy misitraka ireo tombontsoa azo avy amin’izany. Indraindray aza toa iharan’ny fanararaotana mihitsy. Ny tombony tokony ho azon’izy ireo anefa dia mety hahafahana mivelatra eo amin’ny sehatra maro, toy ny famoronana asa, ny fandraharahana sy mampivelatra ny tontolon’ny varotra. 

Noho izay antony izay indrindra no hanatanterahana ny tetikasa «  Pêche côtière durable  » hahafahana manome lanja ny harena voajanahary ao an-dranomasina fa ihany koa, hanomezana lanja ireo olona miaina amin’ity sehatra ity. Tsara ny mampahafantatra fa miara-miasa amin’ny fanatanterahana izao tetikasa izao ny Madagascar National Parc (Mnp), miaraka amin’ny governemanta Alemana. 

Ity farany izay nanolotra vola 10 tapitrisa euros mba ho fandavorariana ny praograman’asa. Etsy ankilany dia manohana azy ireo ihany koa ny ministeran’ny tontolo iainana. Efa nisy ny lamin’asa napetraka ho amin’ny fanatontosana izany manerana ireo valan-javaboahary sahanin’ny Mnp rehetra manerana ny Nosy. Ho mariky ny fifanekem-piaraha-miasa eo amin’ny roa tonta noho izany dia tontosa ny alatsinainy lasa teo ny fifanaovan-tsonia teo amin’ny Mnp sy ny governemanta Alemana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

VIDIM-BARY : Mitohy ny famonoana afo amin’ny alalan’ny fivezivezena ataon’ny fitondrana

Nivezivezy tao Toamasina tato ho ato ny minisitry ny varotra Chabani Nourdine. Ny talata lasa teo, dia tonga tao Toamasina indray ny tenany. Tamin’izany no nilazany fa iraky ny Filoham-pirenena sy ny Praiminisitra izy hijery ny momba ny vidim-bary. Nisy ny fivoriana niarahany tamin’ireo lehiben’ny sampan- draharaham-panjakana isan-tokony nahitana mpitandro filaminana. 

Fivoriana izay natao tao amin’ny lapan’ny faritra Atsinanana. Tamin’io fotoana io koa no nananganana ‘Task Force’ hanara- maso ny fanararaotana ataon’ny mpanafatra vary sy mpivaro- bary. Nomarihin’ny minisitry ny varotra Chabani Nourdine nandritra ny fitsidihana nataony tao Toamasina izao fa hamoraina sy hafainganina ny famoahana vary ao amin’ny seranantsambon’i Toamasina.

Tsy tonga anaty vilany

Karazany famonoana afo hatrany ireo fehetsiketsehana ataon’ny fitondrana momba ny resaka vidim-bary. Raha ny ao Toamasina manokana dia tsy mbola nahitana fihenana ireo vidim-bary eny an-tsena. Lasa resaka eny anivon’ny fiarahamonina sy ao anaty tambajotra sosialy io fitsidihana sy fivoriana lava ataon’ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana ao Toamasina io. 

Tsy fivoriana intsony mantsy no ilain’ny vahoaka fa fidinan’ny vidim-bary mipaka any amin’ny aty vilanim-bahoaka. Momba ireo vary lo mitontaly 589 gony sarona tao Toamasina kosa dia mahagaga fa nafenin’ny sampandraharaham-paritry ny varotra Atsinanana mafy ireo mpanao gazety tao Toamasina ny fandorana ireo vary lo ireo. Fihetsika izay tena nahagaga ny maro.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Johnny HallidayMatin’ny homamiadan’ny avokavoka

Nodimandry ny alin’ny talata hifoha alarobia teo amin’ny faha-74 taonany ilay mpihira Rock Frantsay malaza, Johnny Halliday na Jean-Philippe Léo Smet amin’ny anarany feno.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana ny faritra BaraManaitra ny fanjakana ny FITEBA

Mbola lany soa aman-tsara ho filohan’ny firaisankinan’ny terak’Ibara indray Atoa Nakany Charlie.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Cisco Antananarivo RenivohitraEfa nahazo “kits scolaires” avokoa ny mpianatra

Efa tapitra nahazo ilay “kits scolaires” avy amin’ny filoham-pirenena mivady avokoa ireo mpianatra eo anivon’ny fari-piadidiam-pampianarana Antananarivo Renivohitra, hoy Rakotozafy Ramasy Harisoa, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ity Cisco iray ity, omaly.

 

Tany am-pianarana no nozaraina izany ho an’ireo mpianatra madinika noho ny hamaroan’ireo olona tonga teny amin’ny Coliseum Antsonjombe. Teny Antsonjombe kosa anefa no naka ny anjarany ireo mpianatra eny anivon’ny CEG miisa 15  eto an-drenivohitra izay miisa 19.810. Mikasika ny fizotry ny fampianarana amin’izao telo volana voalohany izao dia nomarihiny manokana fa tena mandeha tsara ho an’ny fari-piadidiam-pampianarana tantanany. Samy manana ny fanapahan-kevitra raisiny ny sekoly tsirairay na hampanao fanadinana telo volana voalohany ny mpianatra amin’ity desambra ity na fitsapam-pahaizana fotsiny ihany. Ny tsy maintsy hiraisana dia aorian’ny fetin’ny Noely sy ny faran’ny taona  vao handray ny bulletin ny mpianatra. Ny 23 desambra ho avy izao moa no hivoaka amin’ny fialan-tsasatry ny  fetin’ny noely sy ny faran’ny taona ny mpianatra rehetra  ary hifarana ny 3 janoary taona 2018.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitsiam-pitantanana eto MadagasikaraNankatoavin’ny tahirim-bola iraisam-pirenena

Nanambara tetsy amin’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola Antaninarenina omaly ny minisitry ny vola sy ny tetibola, Vonintsalama Andriambololona sy ny governoran’ny banky foiben’i Madagasikara, Hervé Rasolofondraibe,

 

 fa nankatoavin’ny filankevi-pitantanan’ny tahirim-bola iraisam-pirenena iny omaly iny  ny tomban’ezaka andiany faharoa nataon’i Madagasikara amin’ny fifanarahana Facilité elargie de crédit na FEC. Ny fahatsapana fa ampy ny ezaka nataon’ny governemanta malagasy tamin’ny fanitsiana ara-pitantanana moa, raha ny nambaran’ny minisitra, no anton’ity fankatoavana ity. 31,4 tapitrisa DTS na 44,5 tapitrisa no nomen’ity rafitra iraisam-pirenena ity hanohanana ilay rafi-panitsiana voalaza teo. Fanintelony no nanolorana io vola io, raha ny voalaza ary 124 tapitrisa DTS hatreto no azo.  Votoatin’ny fanitsiana ny fanompanana bebe kokoa ny tetibolam-panjakana hampiasaina amin’ny taona 2018 amin’ny lafiny sosialy, indrindra, ny resaka fanabeazana sy fahasalamam-bahoaka, hoy hatrany ny fanazavana. Mikasika ny fiakaran’ny vidim-piainana kosa dia nijanona ho 8,5% hatreto ny fisondrotam-bidy anatin’ireo entana ary amin’ny alalan’ity FEC ity no iezahana hanitsiana izany, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana hazo sarobidyMbola voasazy i Madagasikara

Tontosa tany Genève Suisse ny 27 novambra ka hatramin’ny 1 novambra lasa teo ny fivorian’ny komity mpanatanteraka eo anivon’ny CITES na ny fifanarahana momba ny varotra iraisam-pirenena mikasika ny zava-manan’aina sy zava-maniry ahiana ho lany tamingana.

 

Niompanan’ny adihevitra betsaka ny momba ny hazo sarobidy eto Madagasikara dia ny boaderosy, voamboana na “Palissandre” ary ny “bois d’ébène”. Harena voajanahary voasokajin’ny UNESCO ho vakoka iraisam-pirenena ny ala any Atsinanana, izay ahitana ny ampahany amin’ny ala maitso sy tontolo iainana miavaka eto ambonin’ny tany. Lojika, araka izany, ny fanasokajian’ny UNESCO azy harovana sy hatahorana ho potika noho ny fitrandrahana tsy ara-dalàna, ny fihazana gidro, indrindra ny fandripahana hazo sarobidy miharo fanondranana an-tsokokosoko. Tsy nahitana fivoarany ny drafitra sy hetsika fiarovana ny hazo sarobidy teto Madagasikara rehefa natao ny tombana, ka nanolo-kevitra ny hanohizana sy ny fandrarana ny fanondranana sy famarotana na “Embargo” hazo sarobidy avy eto Madagasikara ny tale jeneralin’ny CITES. Fanapahan-kevitra am-pahendrena izany, ary miantso ny fanjakana hampitombo avo roa heny ny fanatanterahana ny drafitrasa ho fiarovana ny harem-pirenena, indrindra ny  fampiharana ny lalàna manan-kery momba ny fitrandrahana tsy ara-dalàna sy ny fanenjehana ireo tompon’antoka,  talen’ny WWF eto Madagasikara Nanie Ratsifandrihamanana. Marihina fa anisan’ny niatrika ny fivoriana tany Génève ny minisitry ny tontolo iainana Dr Ndahimananjara Johanita. Vely kanonta ho azy sy ho an’ny fitondrana HVM io nataon’ny SITES io. Maro ireo afera maloto tsy misy tohiny, toy ny raharaha bolabolana andramena 341 tratra tao anatin’ny sambo Lumina tany amin’ny Cap Masoala ny volana febroary, kanefa hentitra ny lehiben’ny governemanta nilaza hoe : “misy olona mpanambola be mety hosamborina amin’io raharaha io ary tsy hihemotra ny governemanta…”. Ny 16 febroary, dia nampanantena izy hoe: “Raha mbola eto ny tenako, dia tsy hanaiky aho ary tsy maintsy hisy ny fanasaziana. Tazoninareo amin’ny teniko aho…”. Fampiesonana no betsaka, ary efa fomba fiasa io.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lasa aloha…

Efa iaraha-mahita ankehitriny fa miezaka manindraindra an-kolaka, izay mety ho kandidany amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018 ny antokon’ny fitondram-panjakana HVM.

 Mitety faritra ary efa ahitana taratra sahady izay mety ho fampiasana ireo fitaovana sy olom-panjakana amin’ny propagandy toy izay efa nitranga tamin’ny taona 2013 ihany. Raha ny sitrapon’izy ireo angamba dia ho zary lasa valala mitaha amin’ny lolo, zahatra mitaha amin’ny lakana na amberivatry mitaha amin’ny amontana sisa no ho fahitan’ny vahoaka ireo kandida hafa hitaha amin’izy ireo. Na eo aza anefa ny ezaka fangalarana fiaingana rehetra efa vakiana fotsiny, araka ny fitenin’ny tanora, ataon’ny HVM dia toa ny mifanohitra amin’izay noeritreretina ihany ity no mitranga satria dia tsy vitsy ny tomban-tambazotran-tserasera maneho fa any amin’ny laharana faha 4 any vao mety ahitana ny filoham-pirenena ankehitriny raha mbola kandida amin’ny fifidianana izay ho avy manaraka eo. Tsy adala ny vahoaka na manampi-maso ka tsy ahita izao fidanganan’ny vidim-piainana miharihary izao. Matoa nisy ny haintany tamin’ny fiandohan’ny taona dia nisy tsy fahaizana sy tsy fahafehezana ny lafiny serasera tao ka tsy nahatafita ny fanentanana ho amin’ny fiarovana ny tontolo iainana ary nampirongatra ny doro tanety.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

TsiroanomandidyNavotsotry ny fitsarana ilay mpanao taratasin’omby hosoka

Velon-taraina ireo mpisehatra amin’ny fiompiana omby mivondrona ao amin’ny FIMPI Omby manoloana ny famotsoran’ny fitsarana ilay olona voalaza fampanasonia ny taratasin’omby hosoka tany Tsiroanomandidy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafarana vary avy any ivelanyVahaolana tefy maika, hoy i Lita Rabetsara

Vary vao nohafarana avy any Inde sy Birmania ary Pakistan 15 kamiao no tonga tao amin’ny tsenan’Anosibe omaly ho vahaolan’ny fitondram-panjakana hampidinana ny vidim-bary eny an-tsena.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny AlemainaMifantoka amin’ny angovo, fambolena ary jono

Tanterahina ao amin’ny Lapan’i Mahazoarivo mandritra ny roa andro nanomboka omaly ny dinika politika sy stratejika andiany faharoa ao anatin’ny fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’i Madagasikara sy Alemana.

Nitarika ny fotoam-panokafana omaly 6 novambra ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier, notronin’ny mpiasam-panjakana ambony ao amin’ny minisitera Federaly Alema momba ny fiaraha-miasa (BMZ), Valentin Katzer  izay nitarika ny delegasiona alemana, ny Ambasadaoron’i alemana SEM Harald Gehrig, ary mpikambana sasany ao amin’ny Governemanta. Izao fihaonana izao dia niarahana nanapaka tamin’ny minisitera federaly Alema momba ny fiaraha-miasa (BMZ) sy ireo mpiara-miasa eo amin’ny lafiny teknika (GIZ) sy lafiny vola (KFW). Tanjon’ity dinika ity ny fijerena ny zava-misy mahakasika ireo nifaneken’ny roa tonta hotanterahina taorian’ny fihaonana voalohany tamin’ny taona 2016, amin’ny fanatanterahana ireo tetikasa samihafa, ny famoaham-bola vita, ireo asa vita, ny famantarana ireo fanamby sy ny mety ho sakana amin’izany. Sehatra lehibe vitsivitsy no voakasik’izany dia ny fitsinjaram-pahefana, ny tontolo iainana, ny angovo, ny fambolena sy ny jono, ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina ary koa sehatra hafa tafiditra amin’ny tontolon’ny fampandrosoana ny firenena. Hisy ny fanaovan-tsonia ny fehin-kevitra hivoaka amin’izao dinika andiany faharoa iraisan’ny governemanta roa tonta izao (Malagasy-Zermanika) amin’ny fotoam-pamaranana anio alakamisy 7 desambra 2017.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’ny Taxi Matihanina« Fotoana mahatsara ny karama izao ka aoka tsy hoelingelenina »

Miezaka manazava ny sain’ireo mpisehatra TAXI namany amin’ny hanatsarana ny asa fiveloman’izy ireo ny vondron’ny taxi matihanina VTM.

Nanambara omaly hariva delegen’ny boriboritany voalohany fa nahazo vaovao izy ireo izay milaza fa misy andian’olona mikononkonona fanakorontanana hanararaotra ny fitokonana kasain’ny FTAR atao anio.Efa nampandre ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny izahay , hoy Raharivelo Tiana Herilaza ary aoka samy ho mailo ny tsirairay.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Porofoy amiko…

Porofoy amiko fa mahantra ny Malagasy,Asehoy amiko fa tsy taka-bidy ny kafé sy mofogasy.Atondroy ahy fa mirongatra ny olon-dratsy,Hamarino amiko fa efa foana ny parasy..

Porofoy amiko fa tsy miasa ny fanjakanaAmbarao amiko fa isika firenena tan-dalána.Lazao ahy ary fa tsy misy mpitsoa-ponenanaTeneno amiko fa Gasikara tsy mila fanarenana.Lazaiko aminareo marina tokoaFa ny governemantako tsy manam-paharoa.Ireo solombavambahoakako miasa mafy tena mafyNy vahoaka entiko tsy mba misy iray miafy.Izaho no ra-JEAN aminy raha tsy fantatraoMbola hilatsaka hofidiana amin’ny taona vaovao.Mila fotoana aho hiasako tsara ho anareoKa mahandrasa tantana fa aza mora leo

Tia Tanindranaza0 partages

Dinika ho fanavotam-pirenenaHihazakazaka hanabe mpifidy

Ny 1 desambra teo ka hatramin’ny faran’ny volana janoary 2018 no fe-potoana sisa ahafahan’ireo olom-pirenena afaka mifidy manamarina sy mametraka ny anarany ao anatin’ny lisi-pifidianana, raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny vovonana politika Dinika ho fanavotam-pirenena na DFP tetsy amin’ny Au Bon accueil Ambatonakanga omaly.

 Ny 15 aprily 2018 dia tsy azo kitihina intsony ny lisitra. Raha ny fahafantaran’ny olom-pirenena ny mikasika ny azony atao rehetra ankoatra ny mandeha mifidy anefa, hoy izy ireo, mbola ankavitsiana no mahalala izany. Mila fantarina, ohatra, ny fepetra antony andavana ny filatsahan-kofidian’ny kandida iray sy ny sazy tokony hampiharina amin’ny kandida mihoa-pefy. Tsy maintsy hihazakazahana ny fanabeazana mikasika azy io satria antomotra ny fotoana ary efa misokatra ny lisitra elektronika nefa mbola betsaka ny olom-pirenena tsy ao anatiny. Efa manomboka manangana vovonana manokana isam-paritra hiandraikitra izany moa izy ireo, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly amin’ny fanaovana politikaAreti-mandoza tsy maintsy tsaboina

Nodinihina nandritra ny atrikasa tetsy amin’ny hotel Colbert Antaninarenina omaly ny mahakasika ny soatoavina politika sy ny ady amin’ny kolikoly mba hanamafisana orina ny demokrasia any anatin’ireo antoko politika sy hahatonga ny olom-pirenena hahatoky kokoa azy ireo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandraisan’i Madagasikara sy JaponMiditra amin’ny kihon-dalana vaovao

Nihaona tamin’ny Amperora Japonais Akihito sy ny mpanjakavavy Michiko Shoda tao amin’ny Lapan’i Kyüden ny filoham-pirenena Malagasy Hery Rajaonarimampianina mivady omaly alarobia 6 novambra, namaranana ny fitsidihana ara-panjakana nataony tany Japon.

 Nifantoka betsaka tamin’ny fametrahana fihavanana sy fiaraha-miasa mafonja sy fanokafana pejy vaovao ho an’ny fifandraisan’ny tany roa tonta. Nialoha ny fihaonana tamin’ny Amperora, dia tsiahivina fa efa nihaona sy nifanakalo hevitra tamin’ny praiminisitra Japonais Shinzo Abe ny filoha Malagasy. Nivoitra tamin’izany ny fahavononan’i Japon hanampy an’i Madagasikara amin’ny fanatanterahana ny Drafitra nasionaly momba ny fampandrosoana (PND), indrindra ny fanamboarana fotodrafitrasa goavana. Nisy ihany koa ny fanampiana ara-tsakafo mitentina 470 tapitrisa yens ary 200 tapitrisa yens ho an'ny fampidirana rano fisotro madio. Fahombiazana ihany koa ny fikaonan-doha niarahana tamin’ny mpampiasa vola Japonais sy ny mpandraharaha Malagasy niaraka tamin’ireo mpitondra fanjakana na ny «MadagascarJapan, forum business». Manga ny fiaraha-miasa eo amin’i Madagasikara sy Japon, ary kihon-dalana lehibe amin’ny dingana vaovao mankany amin’ny fampandrosoana izao, hoy ny fanjakana Malagasy.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Ambodihady Ambohimanarina - Une piétonne fauchée, un conducteur fugitif en cavale

Actuellement, le conducteur d’un 4x4 responsable d’un accident, qui a fait éjecter une femme dans une rizière traversée par la rocade à Ambodihady. Preuve que le choc fut brutal, même le véhicule a terminé sa course folle avec quelques tonneaux et la victime dans un état critique. Ce drame est survenu tôt dimanche matin pendant que la victime a effectué un jogging en compagnie de son époux. Par ailleurs, un autre homme, le passager du tout-terrain en question s’est livré à la Police. Il est maintenant soumis à un interrogatoire dans les locaux de la brigade des accidents (Bac) à Tsaralalàna.  En effet, l’homme, poussé par la peur et les avertissements de ses proches, qui l’ont fait savoir qu’il a été recherché, s’est rendu de son propre gré auprès des enquêteurs au cours de la matinée du dimanche.

Les investigations de la Police ont permis de savoir l’identité du propriétaire de la voiture et par la suite celle du conducteur. Il faut noter que quelques bouteilles de bière ont été trouvées à bord du 4x4.  Au cas où le chauffeur du 4x4 ne va pas toujours se manifester, il risque gros avec poursuite pour délit de fuite. Comme son passager, il fut indemne. A preuve, les deux occupants du véhicule ont encore tenté de secourir la victime, du moins dans un premier temps qui a succédé au terrible choc. Au même moment, une Peugeot 404 bâchée était passée à l’endroit et son chauffeur a été prié de transporter la victime à l’hôpital. De son côté, son époux a demandé aux deux individus responsables de l’accident de les accompagner, selon l’information. Or, ces derniers, après avoir feint de se démener, ont trouvé le moyen de disparaître discrètement des lieux.

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Montée des eaux usées au 67 ha Nord-est - Les habitants indignés

Qu’il pleut ou pas la route qui mène à l’hôtel Sava du côté de 67ha Nord-est est couverte d’eau usée laquelle dégage une odeur nauséabonde. A la moindre pluie, l’eau pénètre à l’intérieur des maisons qui se trouvent le long de cette route avec les dégâts et le désagrément que cela suppose. Les habitants dudit quartier en ont plus qu’assez de cette situation et ont fait appel hier aux journalistes pour crier leur indignation. « Cela fait plusieurs années que nous avons lancé un appel aux autorités compétentes sur la montée des eaux usées et l’insalubrité que celles-ci occasionne dans notre quartier mais jusqu’ici c’est resté sans suite. Faut-il attendre que la peste se manifeste de nouveau pour que les autorités procèdent au curage des canalisations ? Cela a trop duré. Il y va de la santé de tout le monde », a déclaré Fanjabe porte-parole des habitants dudit quartier. 

 

« La viande et les autres produits que nous vendons sont exposés à la saleté. Nombre de notre clientèle depuis quelque temps ne se manifestent plus », devait indiquer un boucher dudit quartier. Fanjabe a profité de l’occasion pour procéder à une autre demande : « Nous demandons par ailleurs  que cette route soit une route à sens unique et non plus  à double sens afin de mettre un terme  au stationnement sauvage et au désordre qui règnent dans notre quartier », a-t-il ajouté. Quoi qu’il en soit il importe de faire remarquer  que la construction de certains bâtiments sur des canalisations  y est pour quelque chose dans la montée des eaux usées de ce quartier. Des habitants dudit quartier ont par exemple alerté et saisi les responsables de la Commune urbaine d’Antananarivo  sur la construction récente d’un hôtel sur une canalisation mais à l’évidence, le propriétaire de celui-ci a le bras long. Les travaux  continuent de plus belle.

 

A.Lepêcheur 

La Vérité0 partages

Cyclisme - Tour de Mada - Botman Win gagne la première étape de Boa

 

Le Hollandais Botman Win donne le premier ton en gagnant la première étape du tour de Madagascar, patronnée par la banque Boa (Bank of Africa), sponsor officiel du tour, et présentée sous le soleil de plomb de Toliara hier. Il a signé le meilleur chrono 2h21mn48s sur les 90km de tour de la ville. Un baptême de rêve pour l’Hollandais pour gagner le maillot jaune Boa de meneur, pour sa première course à Madagascar sur l’avenue de la ville du soleil hier. Sur 35 tours, Botman Win a déjà creusé l’écart d’une minute avec deux coureurs angolais, Dario Manuel Antonio et Gabriel Dala Cole après seulement dix tours. A 14 tours de l’arrivée, les trois hommes ont doublé le peloton sur 4 minutes d’écart. 

 

Dama Miarintsoa finit sixième. Il a mis un peu plus de 4 minutes derrière un autre Angolais Bruno César et un Hollandais, Engel Van Anden. Il endossera ce jour le maillot de l’Unicef destiné pour le premier malagasy durant la deuxième étape de Toliara-Sakaraha (130km), toujours patronnée par Boa cette après-midi. Mazoni Rakotoarivony était élu meilleur jeune du maillot Eau Vive par les juges. 

La menace angolaise

 Le bémol de la première étape d’hier était la grogne des Angolais. Ces derniers se sont donnés en scène devant le public en réclamant leur victoire au détriment du Hollandais, tout en accusant une erreur d’arbitrage de la course. Pour eux, c’est Dario Manuel Antonio qui devrait porter le maillot du meilleur au classement. Après avoir doublé le peloton, les trois premiers devront s’arrêter d’une tour à l’avance mais au lieu de cela, les juges ont arrêté le peloton tout en prenant compte des quatre minutes d’écart, cela a provoqué l’altercation sur le classement car pour les Angolais, le vainqueur se trouvait deuxième derrière leur coureur. L’équipe Bai-Sicasal de l’Angola est parvenue jusqu’à menacer de rentrer. 

Elias Fanomezantsoa

 

La Vérité0 partages

Bni Madagascar - Pour passer de meilleures fêtes

D’une pierre, deux coups ! Afin de marquer cette fin année mais également pour aider sa clientèle à passer de meilleures fêtes, la Bni Madagascar, en tant que première banque malagasy, a lancé mercredi dernier deux offres exceptionnelles : le crédit « Fety » ainsi que l’offre «Valisoa ».  Effectivement, défendant les valeurs de la proximité, la Bni Madagascar tient à accompagner ses clients dans chaque évènement de leur vie. C’est pour cette raison qu’en cette fin année, elle a lancé le crédit « Fety » avec un taux exceptionnel de seulement 1% par mois. Le crédit « Fety » est un crédit à la consommation accessible à tous les salariés que ce soit du secteur public ou du privé.

Il est déjà disponible depuis le début du mois jusqu’à au 31 janvier 2018. Et, la  durée du remboursement peut aller de 6 à 60 mois. Toutefois, « le montant octroyé variera selon les besoins et les capacités de remboursement du souscripteur », affirme Lanja Randriatsimialona, la responsable marketing et communication de la banque.  «Valisoa», la première offre pour les retraités En parallèle à cela, la Bni Madagascar a également lancé l’offre « Valisoa ». Une offre sur mesure adaptée pour les fonctionnaires retraités. « C’est une grande première à Madagascar, c’est comme une marque de gratitude envers les fonctionnaires retraités », confie Lanja Randriatsimialona. Cette nouvelle offre exclusive comprendra donc le pack « Valisoa » composé d’un compte bancaire, d’un compte mobile Mvola, de services Internet de la Bni Madagascar ainsi que de la carte Visa nationale « Lokanga » et du crédit « Valisoa » qui permettra aux retraités d’emprunter de l’argent allant jusqu’à 8 millions d’ariary avec un taux de 15% par mois et le taux de remboursement peut durer jusqu’à 24 mois. A partir de là, les fonctionnaires retraités pourront alors recevoir directement leur pension depuis leur compte mais aussi emprunter de l’argent à leurs dépens. Pour rassurer les intéressés, la responsable marketing et communication a tenu à dire que  « pour les emprunts, en cas de décès, leurs descendants n’hériteront pas de leurs dettes ! » Ce sera déjà garanti par l’assurance vie comprise dans l’offre.  

  Propos recueillis par  Rova R.

La Vérité0 partages

Parent pauvre

Emmanuel Macron, Président de la République française, en tournée en Afrique. Il a entamé son périple au Burkina Faso. Une première étape où l'Elysée voulait marquer son empreinte dans ce qu'il appelle la « nouvelle vision » de la France dans la relation avec le Continent noir. Macron exposait devant les étudiants burkinabés dans une université d'Ouagadougou, la Capitale, les grandes lignes de la nouvelle politique française en Afrique.

Une vision qui voulait trancher avec la traditionnelle « France-Afrique » de l'Elysée depuis De Gaule, c'est à dire, de la Vème République.L'étape suivante n'est que le prolongement de la nouvelle tendance. A Abidjan, lors du sommet « Union européenne-Afrique », le Chef de l'Etat français se voulait être le porteur de message d'une nouvelle ère des relations entre l'Europe et l'Afrique. Macron affiche sa volonté d'apporter sa contribution pour le relever ensemble les grands défis qui attendent l'Afrique en partenariat avec l'Europe.Le périple continue son bonhomme de chemin et atterrit à Alger. Algérie, une étape incontournable pour tous les hauts dirigeants de la Métropole, représente une plaque tournante de la politique étrangère française au Maghreb et dans le reste des pays d'Afrique francophones. Un pays que la France ne néglige jamais à travers la nouvelle donne. C'est le deuxième déplacement d'Emmanuel Macron dans ce pays. Le premier en tant que candidat, au mois de février de cette année, et maintenant le second en tant que Président élu. Ce voyage s'inscrit dans l'optique d'un recadrage de la déclaration du candidat Macron en février, jugée un peu osée dans les milieux politiques de l'Hexagone, selon laquelle la « colonisation est un crime contre l'humanité » devant les Algériens.  Et Madagascar dans tout cela ? On entend par Afrique, selon l'approche traditionnelle de l'Elysée, les anciennes colonies françaises du Maghreb et de l'Afrique sub-saharienne, à savoir, les pays de l'ancienne Aof (Afrique occidentale française), entre autres, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Burkina Faso, etc. Le reste, notamment, dans l'océan Indien, ne sont que des pays de seconde zone dont Madagascar.Les grands Chefs d'Etat ou les personnalités de marque du monde ne viennent visiter la Grande île que vers la fin de leurs mandats respectifs. Pour le cas de la France-Madagascar, on attend de pied ferme la venue  d'Emmanuel Macron. Au moins deux dossiers de taille attendraient de lui de suffisantes lumières. Les évènements de mars 1947 où des milliers, sinon, des centaines de milliers de Malagasy ont perdu leurs vies à la suite des tragiques répressions des forces coloniales. Les différentes sensibilités politiques et des plateformes de société civile réclament réparation en le qualifiant de génocide. L'autre dossier brulant, le cas des Iles Eparses. On aimerait entendre le Chef de l'Etat français se prononcer sur ce sujet qui retient le souffle de tous les citoyens, dignes de l'être, de ce pays. Les cinq « perles » des Iles Eparses font partie intégrante du territoire de la République malagasy. Elles appartiennent aux Malagasy. La France use de façon injuste de sa puissance et occupe illégalement une partie du territoire d'un pays souverain.Madagascar n'entre jamais dans les programmes des périples des locataires de l'Elysée. Isolée, plutôt oubliée dans les vagues de l'océan Indien, la Grande île fait figure de parent pauvre.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Alliance pour l’industrialisation durable - Tout un engagement du secteur privé

L’industrialisation, une étape incontournable du développement. Mardi dernier, 5 acteurs concernés par l’industrialisation à savoir le Syndicat des industries de Madagascar (Sim), le Fivondronan’ny mpandraharaha malagasy (Fivmpama), la Conférence des travailleurs de Madagascar (Ctm), la Solidarité syndicale de Madagascar et le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar, se sont alliés afin de promotionner l’industrialisation durable dans la Grande île. Ils restent persuadés que l’industrie est la seule issue pour surmonter la stagnation économique du pays. Ils s’activent donc afin de pousser Madagascar vers une industrialisation rapide mais durable et inclusive.

Pour ce faire, à travers leur charte d’alliance, le secteur privé s’engage alors à contribuer à la transformation de la structure économique du pays à travers l’industrialisation, à assurer la transformation locale des ressources brutes afin de favoriser la création de plus de valeurs ajoutées  pour le pays, à faire de l’industrialisation agricole et rurale une réalité ainsi qu’à veiller à ce que toutes les actions des acteurs concernés visent à l’amélioration du climat et de l’environnement des affaires relatives à l’industrie. Cette alliance met également au centre de ses intérêts la défense des intérêts des industriels malagasy contre toute concurrence déloyale.  Afin de concrétiser tout cela,  il est nécessaire qu’un consensus national émerge afin que le pays puisse enfin se tourner vers l’industrialisation. Toutefois, le secteur privé attend encore le feu vert du secteur public en ce qui concerne la mise en place d’une politique industrielle plus favorable au développement des industries nationales. 

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Délivrance de « Livret Fascul » - L’Apmf mène en bateau les marins pêcheurs

 Une vingtaine de jeunes  marins pêcheurs sont bloqués dans la Capitale, depuis le mois d’octobre dernier. Ils sont issus de Maroantsetra, Toamasina et Sainte Marie. Ils attendent la délivrance de leurs « Livrets Fascul »,  qui sont aussi bloqués par des responsables de  l’Agence portuaire maritime et fluviale (Apmf) à Alarobia. Certains d’entre ces jeunes sont licenciés de leur travail, et d’autres ont vendu leurs biens pour pouvoir rejoindre la Capitale en espérant avoir ce passeport.  Selon leur version, ils ont déjà payé tous les droits, notamment  la somme de 240 000 ariary pour une visite médicale, 7000 ariary pour le frais d’inscription et 28 000 ariary pour le livret.

« Après avoir rempli tous les formulaires, ainsi que les procédures que  nous devons suivre. On nous a donné  reçu un ticket en attendant le « passeport des marins ». Mais jusqu’à maintenant rien. Nous sommes coincés ici. » Hier, les jeunes accompagnés par le représentant de l’association des marins pêcheurs de Toamasina (Ampt) ont rencontré les responsables au sein de l’Ampf. Après une heure de rencontre, ils sont sortis de la salle, la tête basse. Aucun d’eux n’a voulu rendre compte aux journalistes quant au déroulement de la réunion. Visiblement, ils sont déçus de l’issue de la rencontre. D’après la représentante de l’association, l’Apmf a expliqué que les livrets sont en rupture de stock et que les demandeurs devront encore attendre. « On nous avisera  au moment opportun » explique notre interlocutrice. Pourtant, selon une information émanant de l’Imprimerie nationale qui fournit les livrets, elle a déjà livré 520 livrets à l’Apmf,  au mois de novembre dernier.  C’est après la délivrance des passeports marins que ces jeunes pourront suivre des formations et travailler dans les bateaux de pêche. En attendant, ils grossissent le rang des chômeurs….

  Receuillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Fanirisoa Ernaivo - « Que la présomption d'innocence soit respectée »

Discret ces derniers temps, le Syndicat des magistrats de Madagascar par le biais de sa présidente Fanirisoa Ernaivo a accepté de se livrer à notre journal sur les actualités concernant la magistrature.  Interview.

La Vérité (+) : Bon nombre de gens s'interrogent sur la discrétion affichée par le Syndicat ces derniers temps. Où en sont vos revendications ?Fanirisoa Ernaivo (-) : A l'heure où nous parlons, le pouvoir a répondu à certaines de nos revendications, notamment celles ayant trait à la réforme des textes et la promulgation de décrets etc.  Les réformes engagées ne pourront toutefois pas être adoptées durant l'actuelle session ordinaire du Parlement.L'augmentation du budget du département de la Justice, parmi nos revendications, a en revanche été snobée par les dirigeants. Cette augmentation est pourtant nécessaire au bon fonctionnement du secteur. Les magistrats travaillent pour rappel souvent avec leurs propres moyens.  Les dirigeants ont refusé l'augmentation au motif que l'Etat était actuellement en pleine thésaurisation.(+) : Comment interprétez-vous ce mépris de l'Etat ?(-) : Le secteur de la Justice ne fait visiblement pas partie des secteurs prioritaires pour le pouvoir.(+) : Beaucoup de simples observateurs se demandent par ailleurs où en sont vos revendications dans l'affaire Claudine ? (-) : L'affaire Claudine suit son cours au niveau des juges d'instruction. Le Smm n'interfère pas à ce niveau. Notre rôle se limite à dénoncer les éventuelles illégalités. Jusqu'ici, l'instruction suit son cours normal. C'est pour cela que nous sommes silencieux sur le dossier. En revanche, s'il existe des irrégularités dans la procédure, par exemple, si pour des raisons x ou y, la dame venait à obtenir une liberté provisoire ou si le procès débouchait sur un renvoi à des fins de la poursuite, au vu des charges qui pèsent sur elles, là nous serons obligés de sortir de notre réserve. Cependant, jusqu'ici, l'instruction du dossier suit son cours normal. La dame est encore en prison à l'heure actuelle. Les enquêtes préliminaires au niveau du Bureau indépendant anticorruption ont duré trois ans.  Les enquêtes au niveau de l'instruction devraient normalement durer autant. Il faudra du temps avant que le dossier ne soit clôturé. D'ailleurs, il existe 6 dossiers, sauf erreur. Ces dossiers seront traités au cas par cas. A chaque fois que le Bianco bouclera un dossier, il l'enverra au niveau de la juridiction compétente.(+) : Des tensions sont de nouveau apparues entre les magistrats et la Gendarmerie suite à l'affaire Rn2. Quel regard le Smm pose sur cette affaire ?(-) : Dans le cadre de cette affaire, nous tenons à dénoncer les violations de la présomption d'innocence. Le fait pour les gendarmes d'accuser publiquement les présumés auteurs de jets de pierre peut également être interprété comme tel et également comme une volonté de dicter au juge la décision qu'il doit prendre, ce qui est totalement impensable. Le principe de la violation de la présomption d'innocence n'est pas un concept nouveau que nous avons inventé. Il s'agit d'une convention internationale ratifiée par Madagascar. Aussi, l'unique version des gendarmes ne suffit pas à affirmer la culpabilité d'un individu. Si cela était le cas, la Justice n'aurait pas lieu d'être et tout s'arrêterait au niveau de la Gendarmerie. D'ailleurs dans le cadre de cette affaire, la population de Brickaville a également manifesté mercredi, pour hausser le ton contre l'arrestation d'un dénommé “Dada”. Les habitants s'indignent de cette arrestation d'autant plus qu'un autre “Dada”, présumé auteur de vols de container continue de circuler en toute liberté. Ils se demandent pourquoi le premier « Dada » et pas le second ? Est-ce parce que c'est ce que la Gendarmerie a choisi ? Pour moi, si certains comportements au niveau de la Gendarmerie se poursuivent, il existera toujours des problèmes entre la Justice et ce Corps des Forces de l'ordre. Une remise en question serait nécessaire pour éviter les nombreuses violations de loi constatées jusqu'ici.  Je tiens à préciser une chose également : Il est vrai que les Forces de l'ordre n'ont pas fait grève. En revanche, de par leurs attitudes et leurs déclarations, ils ont incité les transporteurs à faire un débrayage parce qu'une décision de justice ne leur convenait pas. (+) : Des observateurs ont mis en avant un deux poids deux mesures dans cette affaire de la Rn2.(-) : Effectivement. Pourquoi dès que les transporteurs dont les usagers n'ont de cesse de se plaindre de la mauvaise qualité de service offert, haussent la voix pour réclamer le retour en détention de certains individus, l'Etat se plie en quatre et donne des ordres à la Justice. Comment voulez-vous d'ailleurs que le magistrat refuse étant entendu que l'ordre de remettre les prévenus en prison vient d'en haut. Tout en sachant que les magistrats qui se hasarderaient à refuser d'exécuter des ordres d'en haut lieu sont affectés. Je tiens au passage à informer ici que le magistrat qui a traité cette affaire de la Rn2 a été affecté...Et pourquoi quand le syndicat interpelle les décisionnaires et demande des enquêtes sur le sénateur Riana Andriamandavy VII pour rébellion au niveau du Bianco, personne ne bouge le moindre petit doigt et aucune arrestation n'a lieu ? Pourquoi également est-ce que les leaders de la fédération des associations de consommateurs, qui ont tenu un sit-in à Ampandrianomby mercredi pour protester contre la hausse du coût de la vie, font face à des poursuites pénales et ont été convoqués auprès des enquêteurs pour cause de manifestation sans autorisation ? Et pourtant des personnes en flagrant délit de rébellion, parce qu'elles sont proches des dirigeants, sont nullement inquiétées et leurs dossiers étouffés…(+) : Une controverse entoure actuellement l'élection d'un membre au sein du Conseil supérieur de la magistrature (Csm). Votre opinion ?(-) : Pour bien comprendre l'histoire, il faut rappeler que lors de la sélection des candidatures, plusieurs magistrats avaient été rejetés parce qu'ils ne satisfaisaient pas au critère de huit ans d'ancienneté de service effectif dans la magistrature.  Les textes en vigueur précisent en effet que sont considérées comme service effectif dans la magistrature, les années passées au sein des juridictions, de l'Ecole nationale de la magistrature ou au niveau du ministère de tutelle.  Même s'ils ont 12 années de service, 5 candidats ont été disqualifiés parce qu'ils ne remplissaient pas le critère de huit ans d'ancienneté dans la magistrature. Pourtant, une fois les élections terminées, à la surprise de tous, un candidat qui ne satisfaisait pas au critère de huit ans a été élu.  (+) : Comment pouvez-vous affirmer cela ?(-) : Après investigations, il s'est avéré que celui-ci n'a effectué que trois ans de service effectif au sein de la magistrature et huit ans en détachement. Un point que certains ont pris soin de dissimuler voire de falsifier pour affirmer que ce magistrat a effectué les huit ans dans la fonction de magistrat et seulement 4 en détachement.  C'est ce qui a été contesté. Un recours pour irrégularité a été déposé auprès de la commission électorale, qui s'est déclarée incompétente pour statuer.  On se demande pourquoi avoir accepté la candidature alors qu'il est évident qu'elle était irrecevable alors que 5 autres magistrats, pour n'avoir pas satisfait à ce même critère, ont vu leurs candidatures rejetées ?  Hier (mercredi, ndlr), l'affaire est passée au niveau du Conseil d'Etat qui a rejeté le sursis à exécution demandé. Il faut pourtant souligner que la même cour a rejeté la demande de sursis formulée par les 5 candidats dont les candidatures avaient été rejetées. Ces derniers avaient argué que malgré le fait qu'ils étaient en détachement, ils conservaient leur statut de magistrat. Le Conseil d'Etat, en vertu des textes en vigueur, avait rejeté les demandes arguant que, si le candidat n'était pas en poste au niveau d'une juridiction, de l'Enmg ou du ministère de la Justice, il était considéré comme étant en détachement et donc l'ancienneté ne comptait pas. Pourtant, le candidat élu pour représenter les magistrats en détachement auprès du Csm n'a travaillé que 3 ans au niveau des juridictions et travaillé 8 ans en détachement donc 5 ans auprès du Csm, qui est un organe rattaché auprès de la Présidence de la République. Et pourtant la candidature de celui-ci a été avalisée sur la base d'une ancienneté de 8 ans.Le problème c'est le deux poids deux mesures au niveau de la Justice. Si entre nous magistrats, il existe une telle injustice pour des raisons politiques, qu'en est-il des justiciables ?  Les informations circulent en effet selon lesquelles le candidat en question, dont la candidature a été forcée, serait un candidat d'Etat.  Pour nous en tout cas, il y a fraude parce que des détails auraient dû rendre irrecevable la candidature de cette personne. En tout cas, la Commission électorale s'est déclarée incompétente et le Conseil d'Etat a donc rejeté le sursis à exécution de l'élection.  En ce qui concerne la demande d'annulation de l'élection du représentant des magistrats en détachement auprès du Csm, nous ne nous étonnerons plus si le Conseil d'Etat rejettera la candidature contestée uniquement à la fin du mandat du Csm ou encore  déclarera la demande sans objet car le mandat de quatre ans serait déjà arrivé à son terme. Recueillis par Lalaina A.

Madagascar Tribune0 partages

Le FMI décaisse 44,5 millions de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de décider le décaissement de 44,5 millions de dollars pour Madagascar dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC). Ceci après une seconde revue de l’accord en faveur de la Grande île en ce qui concerne le premier semestre de cette année, c’est-à-dire jusqu’au mois de juin dernier.

Selon le FMI, « Madagascar a continué de mettre en œuvre de manière solide son programme économique appuyé par la FEC. Tous les critères de réalisations quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints à la fin juin 2017, et le programme structurel progresse aussi. La reprise économique graduelle se poursuit avec une croissance solide et une stabilité macroéconomique persistante ». Il est vrai que la croissance économique est maintenue, mais le fait est que cela ne se ressent guère dans le quotidien des Malgaches. Selon le FMI, la maitrise de l’inflation est aussi une des raisons de cette décision de décaissement. La réalité est tout à fait contraire si l’on se réfère aux prix des produits de première nécessité (PPN) et autres produits sur le commerce actuellement. D’ailleurs, le maintien du prix du riz à coup d’importation massive décidée par le gouvernement témoigne d’une toute autre réalité. La loi de finances 2018 qui soi-disant démontre une volonté de maintenir une croissance vigoureuse et inclusive avec les efforts fournis vis-à-vis des sociétés d’Etat dont la Jirama et la priorisation des dépenses par l’État ont été soulevé également par le FMI.

Cette fois ci, l’approbation ne s’est pas faite via la réunion du Conseil d’Administration du FMI mais simplement par la procédure dite du défaut d’opposition. En effet si aucun des administrateurs ne manifeste un avis contraire, le décaissement peut avoir lieu. Pour certains économistes, cela se traduit par le fait que le FMI ne se soucie plus trop du cas malgache contrairement à l’année dernière. Étant donné que le régime actuel arrive en fin de mandat, refuser le décaissement reviendrait en quelque sorte à déstabiliser les relations entre la Grande île et l’institution. Le décaissement se serait fait de manière quelque peu automatique, le programme ayant été engagé depuis l’année dernière. Madagascar aura jusqu’ici reçu 174,1 millions de dollars via le programme de facilité élargie de crédit (FEC). Toutefois, le FMI appelle à la vigilance en ce qui concerne les mesures d’incitations fiscales décidées par le régime, afin que celles-ci ne mettent pas en péril les objectifs du programme. La nécessité d’améliorer la gouvernance et la lutte contre la corruption ont encore été souligné, soit les mêmes recommandations depuis juillet 2016.

L'express de Madagascar0 partages

Anti-pollution – Report de la campagne de vaccination

La campagne de vaccination anti-poliomyélite a été reportée dans deux grandes villes. Le ministère est prudent après la folle rumeur sur la peste.

La rumeur sur la peste en filigrane. La campagne de vaccination anti-poliomyélite et la Semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME) se déroulent sur la majorité du territoire national, depuis hier, sauf dans le Grand Tanà et dans la ville de Toamasina. Elles seront reportées au mois de janvier pour ces deux grandes villes. Cette décision a été inévitable après les folles rumeurs sur la vaccination contre la peste au niveau des établissements scolaires qui ont créé un vent de panique à Antananarivo et dans cette ville de l’Est, en octobre et en novembre. « Des parents pourraient encore en être tétanisés. Cette peur pourrait les inciter à priver leurs enfants de la vaccination», explique le Dr Hanitra José Rabenarison, médecin inspecteur àAntananarivo, hier.Le ministère de la Santé publique est prudent. Le taux de refus de cette vaccination a été en éternelle baisse depuis la première campagne en 2014. Lors de la 10e campagne, en avril, ce taux de refus a augmenté jusqu’à 39 %. Les agents de ce ministère ont besoin de temps pour persuader cette population urbaine sur l’importance de la vaccination contre la poliomyélite et pour regagner leur confiance.

RefusLe ministère reconnaît une faille dans la communication. « Nous allons élucider ce sujet de vaccination auprès des parents, avant d’entamer cette nouvelle campagne. Il y aura une journée sans école pour les élèves de moins de 5 ans, pour expliquer à leurs parents ce qu’est la poliomyélite », explique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé au sein du ministère de la Santé publique.Il y a du pain sur la planche pour immuniser tous les enfants contre cette maladie paralysante. Dans la ville, des parents sont réticents, dans les zones reculées, les cibles pourraient être introuvables, habitant à plusieurs dizaines de kilomètres d’une formation sanitaire.Madagascar devra enregistrer près de 100 % de taux de couverture vaccinale, pour la certification de la « Polio free ». Après cette 11e campagne, une 12e s’effectuerait dès le mois de février et jusqu’à l’obtention de cette certification qui libère le pays des maux de ce virus. « Ces vaccinations anti-poliomyélites successives ne devront pas avoir de méfaits. Au contraire, elles permettront le renforcement de l’immunité de l’enfant », assure un médecin.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre à Ambositra – Les tueurs de la stagiaire d’un motel écroués

Le parquet a mis les quatre assassins de Rosalie Rafitoharimaka, stagiaire du motel Violette à Ambositra à l’ombre, hier vers 22h 30.

Mandat de dépôt. La comparution des quatre individus inculpés pour l’assassinat de Rosalie Rafitoharimaka, devant le juge d’instruction a fait long feu hier dans la nuit, au parquet d’Ambositra. La décision ferme n’a été annoncée qu’à 22h30. Fixés finalement sur leur sort, les meurtriers ont été renvoyés derrière les barreaux. Un médecin résidant à l’étranger, compagnon de la victime est encore recherché, selon les indiscrétions.D’après les premiers éléments de l’investigation, le fils du propriétaire du motel Violette figure parmi ces quatre criminels. Après les coups de filet successifs opérés par les forces de la gendarmerie, les tueurs ont été placés en garde-à-vue à la brigade locale. Treize jours semblent avoir suffi pour passer au peigne fin les pièces à conviction découvertes lors du constat qui ont été déjà rendues au procureur. Un couteau-scie sanglant a été retrouvé près de la porte principale, au rez-de-chaussée du motel où les malfaiteurs ont traîné la stagiaire violée et charcutée, d’après les informations recueillies.

CruelCe crime barbare a mis le feu à la baraque dans le district d’Ambositra. « Le dimanche minuit avant le meurtre qui a eu lieu le jeudi 23 novembre, une altercation et des coups de feu impliquant la stagiaire et le fils du patron du motel ont été signalés dans les parages », a indiqué un voisin. Le pot-aux- roses a été démasqué lors de l’interrogatoire du gardien, du réceptionniste, d’un autre employé et du fils du boss. Convoqué pour enquête, ce dernier a prétendu avoir été à Antana­narivo alors qu’il était présent toute la journée avant l’assassinat.Le gardien du motel a révélé qu’un réceptionniste et un complice sont montés et descendus plus de cinq fois au premier étage avant que l’acte n’a été signalé. Un enquêteur a précisé que le fils du propriétaire du motel était cruel envers ses employés, notamment les femmes. « Ce n’est pas la première fois que nous avons des renseignements sur son comportement. Il fumait du cannabis », a-t-il soulevé.D’après les informations données au compte-gouttes, le mobile du crime reste indéterminé. Les quatre inculpés ont nié  jusqu’au bout alors que leurs réactions de défense s’avéraient incohérentes. La date de leur procès n’a pas été encore communiquée par le tribunal, selon le commandant Herilalatiana Andrianari­saona, chef de service de communication et des relations publiques de la gendarmerie nationale (SCRP), hier matin.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Mahatsinjo – Mobilisation générale contre la polio

Assis à l’ombre d’un manguier, Avotriniaina Raso­loarisoa embrasse fièrement Aina, son fils âgé de dix-huit mois, rayonnant de santé. Ce petit garçon vient de recevoir sa deuxième dose de vaccin anti-poliomyélite. Deux mille quatre cent quarante-deux enfants de moins de cinq ans, comme Aina, sont ciblés par la onzième édition de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, dans la commune rurale de Mahatsinjo, district de Maevatanana. Malgré l’appréhension de l’éventualité d’un refus massif contre cette campagne de vaccination, suite à la rumeur d’un vaccin mortel contre la peste, la première journée de cette campagne s’est déroulée sans encombre dans cette commune. « Je sais que c’est pour le bien de mon fils. Les conséquences seraient désastreuses si jamais il contractait cette mala­die », soutient Avotriniaina Rasoloarisoa.La conviction de cette mère de famille n’est pas le fruit du hasard. Depuis un mois, le comité de pilotage de la campagne FAV Polio 2017, travaille d’arrache-pied pour mobiliser toutes les parties prenantes. « Nous avons mobilisé toutes les forces vives de la commune sur la tenue de cette campagne. Il s’agit des autorités traditionnelles et religieuses, des associations et des équipes communales. Après cela, les agents communautaires sont envoyés pour recenser et ratisser large. Cela facilite le travail des vaccinateurs pendant la campagne », explique Rakotom­bahoaka, maire de la commune de Mahatsinjo.Maevatanana fait partie des dix districts à hauts risques sur la polio, à Madagascar. Du fait de la richesse de son sous-sol, notamment, les gisements aurifères, cette localité accueille beaucoup de migrants. Ainsi, malgré le ratissage des ménages, une partie des habitants, notamment ceux qui travaillent dans les carrières, risquent d’être oubliés lors des campagnes de vaccination de routine. « L’année dernière, le niveau d’atteinte des objectifs était de 131 % du fait de la présence des migrants venant de la région du Vakinan­karatra », explique le médecin chef du centre de santé de base d’Antanimbary.La onzième campagne de vaccination contre la poliomyélite se tient du 6 au 8 décembre. Le lancement officiel se déroule ce jour à Maevatanana. Mobilisant plus de 4 milliards d’ariary, cette action de vaccination supplémentaire vise quatre millions sept cent mille enfants de moins de cinq ans. « Il est important d’atteindre tous les enfants pour qu’ils puissent être protégés des maladies contagieuses. L’Unicef, en collaboration avec le ministère de la Santé publique et ses partenaires, se mobilise pour y parvenir », soutient Elke Wisch, représentante de l’UNICEF à Madagascar.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité aliementaire et eau potable – Le Japon fait don  de 19 milliards d’ariary

La coopération Japon-Madagascar se renforce davantage. Le président Hery Rajaonarimampianina, chef d’État malgache et Shinzo Abe, Premier ministre Japonais ont effectué une signature de notes sur la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau potable, lors d’une rencontre entre les deux parties à Tokyo, le 5 décembre. Ces notes contiennent d’une part, la dotation d’une aide alimentaire d’un montant de 13,33 milliards d’ariary (470 millions de yens), et d’autre part, la mise en place d’un épurateur d’eau, d’un coût de 5,67 milliards d’ariary (200 millions yens). « Les relations d’amitié et de coopération entre Madagascar et le Japon entrent dans une nouvelle phase », ont reconnu ces deux hommes d’État. Ce pays du Soleil levant promet à Madagascar de soutenir la mise en œuvre du Plan National de développement (PND), à travers  une assistance technique et financière pour la réalisation de projets d’infrastructure de haute qualité et le renforcement de capacité.Dans le cadre de cette cérémonie, le Chef d’État malgache n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction sur la coopération entre les deux pays, dans la mise en œuvre du projet d’amélioration de la Productivité rizicole, le projet de réhabilitation du système d’irrigation au Sud-Ouest du Lac Alaotra, dans le projet d’extension du port de Toamasina, la gestion des bassins versants et des périmètres irrigués. « Ce sont autant de projets qui approfondissent continuellement la coopération entre le Japon et Madagascar », a déclaré Hery Rajaonarimam-pianina.Shinzo Abe a félicité le chef d’État pour les efforts qu’il a déployés dans la sortie de crise, dans la lutte contre la corruption, l’instauration de l’État de droit et la reprise de la croissance économique.

 

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Les rockeurs pleurent Johnny Hallyday

Un artiste dont le charisme n’a d’égal que sa légende sur la scène musicale internationale, Johnny Hallyday s’est éteint hier, laissant orphelins plusieurs générations de rockeurs.

On a tous en nous quelque chose de Johnny ». Une phrase qui fut collée aux lèvres de tous les mélomanes du monde entier et qui le restera sans doute encore pour un bon bout de temps. Résumant un amour et une passion inconditionnels pour ce chanteur mythique qu’est Johnny Hallyday, qui au bout de cinquante ans de carrière, aura inspiré plusieurs générations de rockeurs de part et d’autre du globe. À l’âge de 74 ans, après avoir combattu avec force et courage son cancer du poumon, Jean-Phillipe Smet, de son vrai nom, s’en est allé rejoindre son Tennessee éternel, ainsi que le panthéon des plus grandes étoiles  dans un monde meilleur.Une icône de la scène, quasiment unique en son genre dont la voix et le charisme ont longtemps influencé ses millions de fans, Johnny Hallyday était et restera à jamais ce rockeur intemporel à la gueule bien voyante et légendaire qui laisse autant orpheline la France que ses admirateurs et ses pairs francophones. Il en est de même pour ceux de la Grande île où toute la communauté artistique rend hommage à cet artiste et ce grand homme qu’est Johnny Hallyday

Un drame internationalL’une de ses plus grandes particularités reste sa capacité à s’épanouir au-devant de la scène au fil des années. Jusqu’à devenir aussi bien un modèle pour les plus jeunes, qu’il ne l’était déjà pour leurs ainés. Au-delà de l’Hexagone, Johnny Hallyday a su aussi se forger une forte renommée internationale. À Madagascar, il occupait également une grande place dans le cosmos musical national depuis ses débuts, influençant toute une génération de passionnés du rock’n’roll. « Je l’ai toujours vu comme ce grand frère bienveillant que je regardais avec admiration. Il a eu un grand impact sur ma vie en général, aussi bien par sa musique que par sa personnalité. Sa disparition laisse un grand vide dans ma vie, j’aurais aimé le rencontrer et partager cet amour que j’ai pour lui », affirme Stenny, chanteur évangélique qui voue une grande admiration pour Johnny Hallyday.« C’est une légende de la musique rock qui s’en est allé, car Johnny, pour nous, c’était une voix, des chansons et surtout de belles histoires. Il en imposait et il était un homme, un vrai. Ne serait-ce que par sa présence et sa personnalité, il a marqué toute une génération de rockeurs », confie Papay de Iraimbilanja. Véritable bête de scène et acteur confirmé , il a aussi inspiré au-delà de la scène du rock. L’humoriste Gothlieb de souligner « Moi , je l’adorais à ma façon , discrètement à la folie. Je ne collectionnais pas ses albums, mais je connaissais toutes ses chansons. Je l’admirais pour sa personnalité artistique et son abattage scénique ».En 2009, le roi du rock français qu’il est, était prévu faire un concert à Madagascar. Jaobarison Randrianarivony, directeur général de Media Consulting raconte « On était fin prêt pour l’accueillir, le concert était prévu au Stade Mahamasina entre le mois de janvier et février à l’époque. Malheureusement, ça reste un rendez-vous manqué entre Johnny et ses fans malgaches ». Les rockeurs malgaches entendent tous pouvoir donner de la voix à leur manière pour rendre hommage à Johnny dans les jours qui suivent. Stenny lui dédiera une nouvelle chanson, tandis que Papay espère fédérer prochainement tous ses frères rockeurs pour un événement inédit dédié à sa mémoire.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – Les forces en présence

Le Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) débute ce jour à Toliara. Malgaches, Hollandais et Angolais se positionnent premiers prétendants aux victoires au temps et aux points.

Coup d’envoi du TCIM 2017 ce jour a Toliara. La caravane du TCIM, coureurs, responsables techniques, équipe médicale, sponsors et bien sur les medias sont prêts à vivre une XIV ème édition historique pour dix jours d’une course longue de 1123km qui sont répartis en dix étapes.Une soixantaine de coureurs est prévue participer au TCIM. Les organisateurs ont confirmé la participation des équipes étrangères qui viennent de la Réunion, de la RD Congo, des Pays-Bas, de France et d’Angola.« Je le dis en toute objectivité, si les coureurs malgaches courent intelligemment en équipe, ce sera un Malgache qui gagnera le Tour. Après, dans l’équipe hollandaise, il y a un ou deux bons sprinters et un grimpeur. La force de cette équipe, c’est qu’elle s’est bien préparée. Pour un commentaire à propos des Angolais, je peux juste dire qu’en Angola, il y a des semi-professionnels. L’équipe angolaise constituera donc une belle adversité pour les coureurs malgaches mais aussi pour les autres équipes étrangères en lice », rappelle Francis Ducreux, promoteur du TCIM.On parle beaucoup des coureurs malgaches, hollandais et angolais car ces trois équipes ont les moyens qu’il faut pour espérer gagner le TCIM 2017. Les meilleurs coureurs malgaches ont pu effectuer une belle mise en jambes en participant au Grand Prix d’Ilakaka le 2 décembre. Depuis, ils s’entraînent et peaufinent leur préparation. « On compte sur une victoire malgache à la fin. On a pu mettre ensemble des coureurs qui se connaissent bien pour que l’entente soit vraiment au rendez-vous On aura une belle bagarre en vue et on s’attend tout simplement à vivre une belle fête du cyclisme à Madagascar », assène Jean Claude Relaha, président de la Fédération malgache de cyclisme.Pour les autres équipes étrangères, quelques handicaps peuvent s’observer. La France, qui avait prévu de venir avec deux équipes est arrivée avec seulement une équipe réduite.

HandicapJuste trois coureurs qui s’allieront avec des coureurs malgaches pour former une équipe. Même chose pour la Réunion dirigée par Armand Henriette qui ne compte aussi que trois coureurs. Avec ce léger effectif, gagner le TCIM représente un tour de force. « On avait prévu de venir avec une grosse équipe. Mais on a tellement entendu de mauvaises publicités sur Madagascar à propos de l’épidémie de peste que les coureurs se sont rétractés », souligne Armand Henriette, directeur sportif de l’équipe de la Réunion.Pour la RD Congo, le handicap est dû un problème administratif. Partant de Kinshasa et voyageant avec la compagnie aérienne Kenya Airways, les coureurs ont pu tous arriver à Antana­narivo mais pas la totalité de leurs matériels. Deux vélos seulement sont arrivés et de ce fait, ils ne seront que deux Congolais à courir. Les quatre autres coureurs ne seront pas au départ de Toliara ce jour et ont dû faire une croix sur le TCIM.Le même problème de retard des bagages a aussi concerné les Angolais. Mais pour eux, les vélos ont pu être récupérés à temps et les six coureurs munis de leurs vélos ont pu rejoindre Toliara hier en soirée. Ils n’ont donc pas pu observer une journée de récupération de leur voyage et attaqueront tout de suite la course ce jour.Un contre la montre individuel qui ne comptera pas au classement général est prévu ce matin. La première étape du TCIM se disputera vers 14h avec un tour de la ville de Toliara de 90km.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Pollution – Un exercice de lutte simulé à Mahajanga

Cette fois-ci, l’OLEP a mis l’accent sur les pollutions terrestres. Plus précisément sur celles provoquées par les accidents des camions-citernes transportant du carburant. 

Déploiement et vérification du matériel, remise à niveau et renforcement des capacités du personnel. Ce sont les thèmes de l’exercice organisé, cette année, par l’Organe de lutte contre l’événement de pollution marine par les hydrocarbures (OLEP) à Mahajanga. «L’exercice a été axé sur l’initiation de nouveaux participants. Comme l’intervention est mixte, les Forces navales ont été représentées par quinze militaires, auxquels se sont ajoutés une dizaine d’éléments de la Gendarmerie nationale, et des hommes de l’Armée de terre. Le déversement des hydrocarbures crée un problème au niveau du port, comme c’était le cas en 2015 et lors du cyclone de 2006 », rappelle le commandant du détachement de la marine de Mahajanga, Andry Rafehizato.

Camions-citernesLa formation de mardi après-midi, dans la salle de réunion de l’Hôtel de ville, s’est concentrée sur les pollutions terrestres. Ces derniers temps, les accidents terrestres ont augmenté, surtout des camions-citernes qui transportent du carburant. En particulier, dans la région Sud-Est et dans les zones d’Ambilobe, d’Ambanja et de Morondava.«En 2016, l’OLEP est intervenu lors de l’échouage du navire Mykonos, au large de Faux-Cap, et lors de l’accident d’un camion-citerne venant de Toamasina et chargé de 32 000 litres de jet appartenant à Total Madagascar, à la sortie du village de Marovoalavo. Dans le cas d’un déversement ou de pollution après un accident de camion-citerne dans une rizière, l’OLEP est chargé d’indemniser les victimes pendant quatre ans. Il faut remettre la rizière en son état naturel», explique le responsable de la communication de l’OLEP, Guy Francis Randrianjafy.L’État malgache n’a jamais pu obtenir gain de cause dans les litiges provoqués par des cas de déversement ou de pollution marine. Bientôt, un tribunal reconnu internationalement sera créé et on pourra y recourir pour trancher sur les litiges.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Minimalisme – Moins de choses et plus d’ordre

Une nouvelle tendance fait son chemin entre les piles de papiers et d’objets inutiles amassés au fil des existences. On parle aussi  de Zéro déchet ou vivre sans poubelle. Et si le minimalisme est, en fait, la définition d’une vie simple?

«Je crois qu’il est possible d’être efficace dans la vie quotidienne, tout en avançant dans ses projets personnels et en n’oubliant pas de passer le maximum de temps avec sa famille », explique Mino, « maman de trois enfants, vivant en région parisienne et travaillant chez Adobe » comme elle se décrit sur son blog. Pour cette adepte du minimalisme, convertie à cette mode de vie depuis 2010, « l’équation paraît simple : moins on a d’objets inutiles, moins on a de désordre, et moins on passe du temps pour le ménage et l’entretien, ce qui fait qu’on aura plus de temps pour les projets qui nous tiennent vraiment à cœur et pour notre famille ».À des milliers de kilomètres de Paris, en plein cœur de la capitale malgache, Nirina a ce problème qui est connu de toutes les personnes face au dilemme de leur quotidien : « Trop de choses non utilisées, non optimisées et donc inutiles » Mais c’est un entassement d’objets, de vêtements et de papiers « qui est dû au mode de vie actuel. On peut avoir des vêtements et des souliers pour pas chers, en achetant aux friperies ou aux boutiques d’importations chinoises. On a aussi tendance à garder des années de vieux objets abîmés, comme un fer à repasser, un vieux poste radio, des draps qu’on n’utilise plus, les vélos des enfants aujourd’hui devenus adultes… »

Le minimalisme a cinq principes : trier, ranger, nettoyer, standardiser et maintenir.

Garder le nécessaire« L’idée générale est d’adopter l’habitude de ne pas encombrer la maison, en particulier si on vit dans un espace réduit comme le sont, par exemple, les appartements d’Antananarivo où l’on vit à plusieurs dans à peine deux ou trois pièces », explique Mialy, 36 ans, nouvelle venue dans le monde minimaliste. Mais le concept, s’il n’a pas de définition officielle, peut toucher divers domaines de la vie : « Le concept du minimalisme consiste à déterminer ce qui est nécessaire dans la vie et, par conséquent, se libérer de ce qui est superflu. Par superflu, on parle des objets, mais aussi des habitudes, des états d’esprit qui encombrent le quotidien. »Le minimalisme se base en général sur cinq principes : trier, ranger, nettoyer, standardiser et maintenir. Trier, est donc la première étape et il est nécessaire dans un contexte où l’accumulation de choses inutiles est devenue très facile. « D’abord, il s’agit de freiner l’achat de choses inutiles qui n’ont de finalité que d’encombrer le sac, les buffets et les armoires. Une fois cette habitude ralentie, il est question de faire un inventaire de ce qui se trouve dans chaque pièce et chaque rangement, et de se questionner à propos de l’objet », souligne Mialy. « La plupart du temps, l’on aura toute une liste  de bibelots, de vêtements et de chaussures qui ne sont plus utilisés depuis des années. » Les objets gardés seront rangés et les objets inutilisés pourront être donnés pour l’usage d’autrui ou pour être recyclés.Vient l’étape du rangement qui est cruciale pour maintenir l’environnement en ordre. Une étape qui inspire plusieurs techniques, voire même une certaine philosophie de vie. La japonaise Marie Kondo est considérée comme la papesse du rangement. La méthode KonMari, du nom de Marie Kondo, consiste en un rangement radical : tout ranger d’un seul coup, ne garder qu’entre le tiers et le quart de ce que l’on possède au départ, ne garder que les objets qui inspirent de la sérénité, ranger ce qui reste par catégorie. « Le principe consiste à éviter l’effet de rebond où les choses reprennent le territoire rapidement. Il faut réfléchir une bonne fois pour toutes aux emplacements choisis, afin que les objets soient rangés de manière intelligente. Cette réflexion facilite plus tard le nettoyage quotidien, standardise les formes de rangement et rend l’environnement plus clair. »

La garde-robe minimaliste : moins d’habits, mieux habillés

On l’appelle aussi la garde-robe capsule. Il s’agit de ne garder que quelques pièces dans sa penderie de façon à n’avoir que l’essentiel selon les saisons, selon les évènements et selon le cadre professionnel de la personne. La technique consiste, une fois le style vestimentaire défini, à ne garder que deux sortes de pièces : les basiques indémodables et faciles à porter en toutes circonstances, et quelques vêtements accessoires qui les accompagnent. La matière doit être de qualité afin qu’elle dure et garde toute son allure au fil du temps. La garde-robe capsule compte entre une quinzaine et une petite vingtaine de pièces, sans excès, fruits d’un tri et d’un inventaire scrupuleux. Chaque pièce s’accorde les unes aux autres, de façon à créer  facilement une tenue cohérente. Un défi qui semble inaccessible en cette époque où l’achat de vêtements à petits prix est à la portée d’un clic sur les réseaux sociaux et où les étals de friperie s’entassent d’un quartier à un autre. Mais comme on dit, qui peut le plus, peut le moins.

Plier et rouler un vêtement pour en prendre soin, un principe du KonMari. (Photo sur Instagram de Marie Kondo)

Vivre serein : prendre soin de ses objets 

La méthode KonMari de Marie Kondo qui, en 2001, a publié un best seller baptisé « La Magie du rangement » chez First Editions, se base sur le soin que l’on porte aux objets que l’on possède. Ainsi, il s’agit de choisir de garder un objet parce qu’on apprécie les bienfaits de le posséder et donc, que l’on mesure l’importance de les garder en les rangeant correctement.La méthode KonMari initie à une certaine forme de pliage de vêtements afin de ne pas froisser le tissu, tout en gagnant de l’espace. Pour cela, disposer, par exemple, un t-shirt à plat, replier chacun des côtés vers le milieu, rabattre les manches pour qu’elles ne dépassent pas et plier le vêtement de telle sorte que l’on obtient un rouleau. Le vêtement ainsi roulé ne se froisse pas et ne prend pas de place dans l’étagère, de sorte qu’il faut un rangement minimaliste pour ranger l’essentiel.

Un bocal de déchet pour un an de la famille Zéro Déchet sur

Zéro Déchet

Zéro déchet ou vivre sans poubelle est une autre tendance qui fait des émules, parmi ceux qui veulent se simplifier la vie. Le principe du zéro déchet consiste à vivre et à consommer en ayant en tête de créer le moins de déchet possible, voire aucun déchet du tout. L’idée semble farfelue, pourtant, l’expérience des adeptes de ce mode de vie a démontré qu’une famille de quatre à six personnes qui pratiquent le principe du zéro déchet, est capable de ne produire au maximum qu’un bocal de déchet pour une année de vie familiale. Le zéro déchet consiste à suivre scrupuleusement cinq pratiques : refuser d’utiliser tout ce qui produit des déchets, réduire l’usage d’objets ou la consommation de produits qui augmentent les déchets, réutiliser ce qui peut l’être, recycler ce qui peut l’être, composter les déchets organiques.

 

Pas de gaspillageLe mode de vie zéro déchet est donc une manière très radicale et très efficace contre le gaspillage. L’idée exige d’appliquer une discipline drastique et d’accepter certains modes de consommation : acheter en vrac, refuser les emballages à usage unique, recourir à des outils ou produits lavables et réutilisables au quotidien, refuser les échantillons gratuits, consommer localement et même composer soi-même certains produits du quotidien s’ils n’existent pas sans emballages superflus. C’est le cas du shampoing ou de la pâte à dentifrice.

« Maman Minimaliste », aux éditions Idéo.

« Maman Minimaliste » par Mino Rakotozandriny

Ce livre de la bloggeuse Mino Rakotozandriny est sorti en novembre aux éditions Idéo. « Maman Minimaliste »  donne des tuyaux pour désencombrer et se concentrer sur l’essentiel d’une manière efficace et épanouissante. Pour plus d’idées sur le désencombrement, le rangement et le tri, visitez son blog : http://www.mamanminimaliste.fr

Planter soi même ce que l’on consomme, pour optimiser son espace.

Rien ne se perd, tout se cuisine

Le gaspillage alimentaire est un fléau bien honteux, dans une époque où se nourrir à sa faim n’est pas à la portée de tous. La cuisine sans gaspillage consiste à ne produire aucun déchet dans son alimentation : ne consommer rien qui nécessite un emballage supplémentaire et non réutilisable, utiliser toutes les parties des fruits et légumes, y compris les racines et les épluchures soit en les intégrant dans une recette, soit pour le compostage.  Un procédé bien rigoureux, mais qui permet aux familles de faire des économies et de diversifier les recettes sans gâcher ou gaspiller.Produire ce que l’on consomme est aussi une alternative possible, en optimisant les outils à disposition si l’on vit dans un espace réduit, avec une véranda ou une petite courette.

On peut cuisiner les épluchures pour en faire des frites ou de la soupe.

Textes et photos : Mialy Randriamampianina – Marie Kondo

L'express de Madagascar0 partages

Campus France – Visa d’études pour mille étudiants

Record. Mille étudiants de Madagascar sur les mille huit cent dépositaires de dossiers, sont partis poursuivre des études dans des universités de France pour la rentrée du mois de septembre, selon le rapport de l’Espace Campus France. Sylvie Kananura, responsable de l’Espace Campus France, parle d’une année record de départ. Les visas d’études délivrés auraient augmenté de 28 %, par rapport à ceux de l’année dernière. « Ces mille nouveaux partants ont pu rejoindre les quatre mille cinq cents étudiants malgaches, actuellement, en cours de cursus sur le territoire français, parfois dans le cadre d’un accord de coopération et certains grâce à une bourse d’études de l’ambassade », souligne Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France à Madagascar. C’était à Ambatomena, hier, lors de la cérémonie d’inauguration des nouveaux locaux de l’Espace Campus France qui entre dans le cadre de son 10e anniversaire.L’affluence des visiteurs ne cessera pas d’augmenter dans cet Espace qui promet l’enseignement supérieur français et la mobilité estudiantine. C’est ainsi que l’extension du local de cet Espace a vu le jour. Il accueille autour de dix mille visiteurs par an. Pour l’année 2018, Campus France organise la troisième édition du salon des Études en France, qui se tiendra à l’Alliance française d’Andavamamba et au lycée français d’Antananarivo, les 18, 19 et 20 janvier.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Tokyo – Le modèle japonais séduit le Président

Le savoir-faire japonais au premier plan. La première journée de la visite officielle du Président Hery Rajao­narimampianina au Japon était marquée par la revue d’entreprises et d’infrastructures à Tokyo. Dans la journée du lundi, la délégation présidentielle était au siège de NEC, le géant japonais de l’informatique et de la télécommunication ainsi qu’au Port de Tokyo, l’un des plus grands du monde.L’équipe de NEC a présenté les dernières innovations de l’entreprise comme cet appareil d’enregistrement et de reconnaissance faciale permettant de contrôler l’accès à des sites comme les bureaux administratifs, les lieux de travail. Le Président lui-même avait fait un test durant cette visite, d’après le service communication de la Présidence. L’occasion était ainsi pour Nobuhiro Endo, président de cette entreprise japonaise, de déclarer son souhait d’aider le pays à acquérir de nouvelles compétences en matière de nouvelles technologies.Le Japon est reconnu pour ses avancées technologiques et son savoir-faire dans le déploiement des infrastructures de qualité. Dans ce sens, le pays du soleil Levant va soutenir le gouvernement dans l’extension du Port de Toamasina. Les travaux commenceront en 2018 et dureront sept ans. La visite du Port de Tokyo donnera ainsi une petite idée à la délégation présidentielle de cette compétence japonaise.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

La réquisition et le sous-salariat, facteurs de blocage économiques

Pendant que le gouverneur général Garbit essaie de se justifier à Paris sur l’utilisation de la réquisition et du très bas salaire de la main-d’œuvre, dans les concessions de la côte Est centrale (Vatomandry, Mahanoro, Mananjary), son intérimaire, Brunet, par « une circulaire non officielle » du 13 octobre 1923, rappelle que les chefs de circonscription « seront jugés sur les collaborations effectives qu’ils apporteront à la colonisation ».Selon Jean Fremigacci (lire précédente Note), le langage est suffisamment clair pour que, dès la récolte de café suivante, les colons de Vatomandry demandent et obtiennent ce qu’il leur faut. Il en est de même à Mananjary, en 1925-1926, en dehors de tout cadre légal. Puis, un « flottement » de l’administration est observé. « Il faut la justification des cyclones pour relancer en 1928 puis en 1930, une pratique qui contredit trop le libéralisme officiel du gouverneur général Olivier. »Le rapport politique de 1934 suggère qu’une certaine intervention administrative continue dans la région de Mananjary. Dans celle de Vatomandry, la réquisition tend à reculer nettement. Réclamée par les colons en janvier 1930, elle est refusée par le chef de la province qui répond que « les règlements ne l’y autorisent pas ». Puis elle est rétablie par un  nouvel administrateur qui doit céder auxinstances de son chef de région, venu à Vatomandry pour organiser « la mobilisation de la main-d’œuvre pour les produits du sol ». Il est toutefois précisé que « l’aide administrative ne peut aller qu’à l’exploitant qui aide lui-même l’administration ». Bref, la réquisition est utilisée contre le système corvéen et semble fonctionner sans heurts, en 1930-1931.Mais en 1932, c’est au tour du chef de la région d’être réticent, aussi les colons s’adressent-ils au gouverneur général. Mais ce dernier refuse de s’engager d’autant qu’il vient de suspendre la réquisition pour les chantiers publics. La question revient devant l’administration locale et en 1933, le chef de district promet de « faire son possible, dans la mesure de ses moyens limités ». Mais ce que les colons ne comprennent pas, explique Jean Fremigaccci, c’est que l’administration a de plus en plus de bonnes raisons de se désengager.La première et la plus ancienne est le fait que la réquisition bloque le développement normal du salariat car, d’après l’administration, lorsqu’elle est convenablement payée, la main-d’œuvre est suffisante. « Les colons asiatiques ou malgaches qui ne peuvent pratiquer les méthodes féodales des Européens, en trouvent facilement, ce sont eux qui ont le plus grand nombre d’engagés par contrat et qui paient le mieux. »De plus, les Asiatiques ne provoquent jamais  de réclamations pour « détournement de main-d’œuvre », ni aucun grief des populations ou de l’administration dont ils ne sollicitent pas l’aide après les cyclones. « Les colons européens pourraient obtenir les mêmes résultats, mais ils ne les ont pas parce qu’ils se désintéressent de la question », conclut le chef de la province de Mananjary. Son collègue de Vatomandry, en 1929, est beaucoup plus sévère concernant la réquisition et les colons.Ces derniers choisissent en 1924, « de lutter pied à pied  contre tout relèvement des salaires ». Une autre résistance se manifeste en 1926-1927 quand l’administration porte un nouveau salaire minimum à Mananjary. Mais comme le prix du riz, aliment de base des Malgaches, a doublé depuis 1924, « ce n’était guère qu’un rattrapage ». Et au cours le plus bas du café à l’époque, « ce salaire équivalait à une demi-livre de café vert ».En 1928, les colons de Vatomandry s’opposent à leur tour à un nouveau relèvement du salaire minimal « en reprenant l’éloge d’un système corvéen qui donnait déjà d’évidents signes de craquements ». Toutefois, la situation y est moins défavorable à la main-d’œuvre et pour certains, leur salaire dépasse le taux offert par les chantiers publics à leurs volontaires, tandis que d’autres  voient leurs salaires complétés par du riz. Beaucoup d’exploitants en font de même, la même année, à Mahanoro. Mais ce qui étonne l’administration, « c’est qu’à ce prix-là, on puisse encore trouver de la main-d’œuvre ». Et tandis que le salaire, en général, stagne, « les facteurs de crise du système corvéen et du salariat s’étaient considérablement aggravés ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – 20/20 par Hay Kanto 

Le format 20/20 centimètres  est un format international, un format moderne dans l’art plastique. R. Dzery, Dina Rabearivelo et Ranarivony, trois artistes peintres ont répondu présent à l’invitation de l’association Hay Kanto pour conjuguer leur talent dans le cadre d’une exposition intitulée  « Hay Kanto 20/20 ». C’est une des différentes manières de marquer en beauté le 5e anniversaire de l’établissement Dzama Cocktail Café à Ivandry. Plus de deux cent cinquante beaux tableaux jalonnent les différentes pièces de ce lieu exaltant les arômes locaux dans tous les sens du terme.Ces trois artistes ne sont plus à présenter dans l’univers de la peinture malgache. Chacun a son style. Pour cette occasion, certains d’entre eux ont laissé libre leur inspiration pour explorer d’autres techniques. « Je me suis exprimé plus abstrait tout en gardant mon style d’aquarelle. Le résultat me plaît », explique R. Dzery. Les supports en papier journaux de Dina Rabearivelo accrochent le regard avec les différents sujets apposés dessus, et les peintures acryliques de Ranarivony pétillent sous les yeux. Les travaux des trois peintres évoquent la culture malgache dans toute sa splendeur. Ces œuvres restent exposes jusqu’au 23 décembre.L’association Hay Kanto travaille avec plusieurs endroits de la capitale pour exposer les œuvres de différents artistes. Les cinq années de partenariat avec le Dzama Cocktail Café aboutissent à cette exposition significative pour tous les concernés. Surtout pour l’association qui fait de l’art thérapie aux enfants défavorisés de la capitale.  C’est une éducation intermédiaire. .

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Beach volley – Mada – Des tickets pour Maurice en jeu

L’équipe actuelle de la Fédération malgache de volleyball organisera son premier championnat national de beach volley. La plage du restaurant Océane 501 à Salazamay Toamasina où s’est déroulée le Festival Avy litchi fin novembre a été choisie par la Fédération pour accueillir la compétition nationale les samedi 16 et dimanche 17 décembre.Le championnat se jouera en deux catégories à savoir les U17 garçons et filles et les plus de 18 ans pour les seniors. Ce sommet national servira principalement de première sélection des membres de l’équipe malgache en vue du championnat de la zone 7.« Ceux qui feront preuve de bonnes performances durant ce championnat national seront présélectionnés pour le championnat des nations de la zone 7 qui aura lieu à l’île Maurice les 24 et 25 février 2018 », confie le directeur technique national de la Fédération, Serge Saramba. La réunion technique du championnat national se tiendra le vendre­di 15 décembre.En partenariat avec la ligue française de volleyball, le président de la fédération malgache, Jocelyn Andria­mandimbisoa signera une convention avec celui de la FFVB à la Réunion le 19 décembre. « Le partenariat consiste en la réalisation des projets sur la promotion de la discipline dans l’océan Indien en organisant des formations et compétitions, ainsi que la mise en place plus tard d’un système sport-étude», a expliqué le président de la Fédération malgache.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Quatre grammes d’héroïne saisis

Les policiers du service des stupéfiants ont mis la main sur deux dealers  de drogue lundi à 14h 30, aux 67ha nord. Ces deux indi­vidus étaient en possession de quatre grammes d’héroïne. La mère du propriétaire de ces marchandises a été aussi embarquée pour enquête. Un gramme se vend à quatre-vingt mille ariary, selon l’enquête de la police.

L'express de Madagascar0 partages

Antsohihy – Un gendarme écrase une étudiante

Une universitaire de l’athénée Saint Joseph Antsohihy, âgée de 21 ans, a été mortellement fauchée par un gendarme, lundi à 13h, à Ambendrana. Deux blessés graves ont été également constatés. Le gendarme et sa famille à bord du 4×4 de marque Nissan ont terminé leur course dans un canal après le heurt. Ils en sont sortis indemnes. D’après les premiers éléments de l’enquête, ce chef travaillait à Diégo et avait obtenu une décision d’affectation à Mahajanga. Il était en chemin pour rejoindre son nouveau poste lorsque le drame l’a frappé. « Le gendarme avait somnolé à cause du long voyage. Ce qui aurait provoqué l’accident », a raconté un lieutenant-colonel, commandant de groupement de la région Sofia, hier au téléphone.Ce dernier n’a pas dévoilé le grade du militaire qui a été déjà placé en garde-à-vue à la gendarmerie locale. Un appel à témoins a été lancé le jour de l’accident. L’autre étudiante, grièvement blessée, a été évacuée vers Antananarivo après avoir reçu des soins d’urgence au centre hospitalier de référence régionale (CHRR) d’Antsohihy. Un élève de l’école primaire publique (EPP), âgé de 9 ans, a été touché au niveau de la tête. Son état est jugé critique, selon un médecin.Les trois victimes allaient à l’école lorsque le gendarme roulant à pleins gaz les a percutés. Le commandant de groupement de la gendarmerie n’a pas encore signalé le jour où le chauffard comparaîtra devant le Parquet. Les proches des victimes espèrent la transparence au niveau de l’enquête, selon les informations recueillies.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Une étudiante succombe

Une universitaire d’Ankatso s’est fait voler son sac à main après avoir été poignardée par des détrousseurs à Ivandry, dans la nuit de vendredi. Des passants sont venus à la rescousse après que les tueurs se sont évanouis dans les dédales du quartier avec leur butin. Conduite à l’hôpital, la victime a succombé à ses blessures mardi.

L'express de Madagascar0 partages

Un individu battu  à mort

La foule a lynché un homme impliqué dans l’ enlèvement d’un garçon de 5 ans dans le district de Sambava, lundi aux environs de 16h. Des traces d’estafilades ont été constatées sur son corps.  Conduit à l’hôpital il a perdu la vie.

Midi Madagasikara0 partages

5e forum de la Recherche : La biodiversité, levier de développement

Remise de lots lors du cinquième forum de la recherche pour le développement à Fianarantsoa.

Concilier biodiversité et développement, tel était l’objectif du cinquième forum de la recherche pour le développement.

La biodiversité a été à l’honneur durant la cinquième édition du Forum de la Recherche pour le Développement. S’étant déroulé durant le 30 novembre 2017 à l’université d’Andrianjato Fianarantsoa, l’évènement a été une occasion pour environ 289 chercheurs issus de toutes les universités de Madagascar, des Instituts supérieurs de Technologie et de tous les centres nationaux de recherche, pour partager leurs travaux et résultats de recherche. Une cinquième édition qui “ s’est déroulée à un tournant déterminant pour la recherche scientifique, avec quatre années de pratique de la nouvelle stratégie nationale de la recherche qui est axée sur la valorisation des résultats et sur l’ouverture aux autres acteurs de la société et du développement », d’après les propos du Pr Rasoazananera Marie Monique lors de la clôture du Forum à Fianarantsoa. Il convient par ailleurs de noter que le forum de la recherche qui s’est déroulé à Fianarantsoa complète la trilogie de Forum consacré à la question de la biodiversité ainsi qu’aux objectifs du développement durable.

Levier de développement. Consistant à des présentations de produits et de résultats de recherche, les trois forums qui se sont déroulés dans la Grande Ile ont bien démontré que le pays possède des potentiels de recherche en biodiversité. Potentiels pouvant permettre un réel développement du pays s’ils sont exploités de façon adéquate. Par ailleurs, les résultats des recherches ne peuvent être utilisés directement. D’où l’importance du partenariat entre chercheurs et secteurs de production privés pour leurs transformations en produits utiles pour le développement. Une importance que le ministère de tutelle a prise en compte en appuyant le développement des start-up, la multiplication de plateforme ainsi que le développement des FABLAB. Le paradoxe de la Grande Ile est toujours présent. Riche en biodiversité – potentiels de développement – le pays figure parmi les pays les plus pauvres du monde.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Mpibizina « heroïne » telo voasambotra, vehivavy ny iray

Nisinisy ihany izay efa voasambotra teny amin’iny faritra 67ha iny, tamin’ity resaka fivarotana rongony mahery vaika ity. Raha teratany vahiny foana no fantatra fa atidoha tao ambadik’izy ireny, dia fantatra izao fa nisy Malagasy roalahy voasambotra teny an-toerana, ny voalohandohan’ny herinandro teo. « Heroïne » milanja eo amin’ny 4 grama sy sasany teo ho eo no mbola tratra teny amin’izy roalahy ireto, nandritra ny fidinana tampoka nataon’ireo pôlisy miady amin’ny zava-mahadomelina eny Anosy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena dia nisy ny loharanom-baovao azon’izy ireo mahakasika ny fisian’ireto tambajotra mibizina rongony mahery vaika eny amin’iny faritra 67ha Avaratra iny. Nanao bemidina avy hatrany teny izy ireo ka sarona tamin’izany ireto roalahy ireto, izay mbola teo am-pivarotana izany. « Rehefa nohadihadiana teny an-toerana izy roalahy ireo dia nilaza fa mivarotra ihany izy ireo fa tsy tompony ary ao amin’ny trano fivarotan-taoka eny an-toerana ny fitoeran’ny entana », hoy ny vaovao. Nisy avy hatrany teo ny fikarohana ny tompon’ilay fivarotana ka ramatoa iray no nentina nanato famotorana. Tamin’ny fanadihadiana, araka ny fampitam-baovao hatrany, dia fantatra fa zanak’ity ramatoa ity no mpamatsy iretsy roalahy sady tompon’ny entana. Ity farany moa dia mbola karohin’ny pôlisy fatratra amin’izao fotoana izao. Ilay ramatoa kosa dia voatery notazomina niaraka tamin’iretsy roalahy. Notondroin’izy ireo ho mpiray tsikombakomba ihany koa mantsy ilay renim-pianakaviana. « Voalazan’ireto roalahy mpivarotra ireto fa fantatr’ilay ramatoa tsara ny fisian’ny zava-mahadomelona ao an-tsenany ary fantany ihany koa fa ny zanany no tompony sy mpanakarama ireto roalahy mpivarotra ireto ka izany no itazomana azy amin’izao raharaha izao », araka ny tati-baovao hatrany.

m.L

Madagate0 partages

Madagascar. Maintien de l’embargo sur l’exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d’éb...

Communiqué de presse

06 décembre 2017

Maintien de l’embargo sur l’exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d’ébène pour Madagascar

La 69ème réunion du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES), s’est déroulée à Genève du 27 novembre au 1er décembre 2017. Durant cette réunion, le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions. D’ailleurs, une session a été consacrée aux questions spécifiques à ces espèces, dont les bois d’ébène (Diospyros spp.), et palissandres et bois de rose (Dalbergia spp.).

Particulièrement riches en biodiversité, les forêts humides de l'Atsinanana, site du Patrimoine mondial de l’UNESCO, abritent certaines des forêts les plus vierges de la planète et des écosystèmes uniques. Ce bien est mis dans la liste des sites en péril de l’UNESCO à cause des pressions qui l’affectent: activités minières illégales, braconnage des lémuriens, mais surtout la surexploitation de bois précieux liée au trafic de ces espèces.

Constatant un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d’action sur les bois précieux de Madagascar, le Secrétariat Général de la  CITES a donc proposé de maintenir la recommandation aux  pays membres de la Convention de ne pas autoriser  les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d’ébène,  de bois de rose et de palissandre de Madagascar.

« C’est une sage décision que nous soutenons, nous appelons les autorités à redoubler d’efforts dans la mise en œuvre du plan d’action, en particulier, dans l’application des lois en vigueur concernant l’exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits », a affirmé Nanie Ratsifandrihamanana, directrice du World Wide Found - WWF (Fonds Mondial pour la Nature) à Madagascar.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter le département de Communication de WWF Madagascar:

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Madagate0 partages

Madagascar. Un pays en danger comme sa presse nationale

Il y a plus d’un mois, j’avais mis sur la page de profil de mon compte facebook, ma photo avec un T-Shirt où est écrit: «La presse nationale en danger». Certains avaient alors écrit pour demander: «Pourquoi? Mais que se passe-t-il?». Eh bien il se passe ce qui s’est déjà passé dans le passé mais avec une amplitude qui frise la démence. Mais lorsqu’on apprend aux journalistes de la génération actuelle, l’art de se faire des ennemis, de corrompre la définition même des mots et de ne plus respecter les aînés, ce n’est plus la presse nationale qui est en danger mais le pays tout entier.

Tout cela à cause de deux hommes: un président de la république qui méprise ses compatriotes et un ministre de la Communication qui, en voulant régler d’éternels comptes personnels avec la puissance publique, tue de manière inexorable un métier noble pour quelques ariary de plus qu’il n’emportera nulle part. Pour eux, servir la nation n’est qu’un slogan impraticable. Quant aux fameux «journalistes» des médiaboliques (terme que j’ai inventé en 1991 à propos des antennes paraboliques de Didier Ratsiraka) du régime actuel, on leur apprend ceci: attaquez tout et tous ceux qui critiquent le régime Hvm et vous empocherez le pactole. On verra au final s’ils deviendront riches effectivement, mais pour l’instant, ne pas dénoncer leur infamie envers le pays tout entier serait non seulement de la lâcheté et de l’antipatriotisme, mais entrainera le journalisme malgache au même niveau que le propagandisme sous Staline, Hitler et Mussolini.

Ilaka. Radio Jupiter officiellement fermée. Merci Rolly!

CLIQUEZ ICI

Il ne sait plus quoi faire ce ministre de la Communication repêché de Madagascar. Vraiment. Mais le comble, c’est qu’il sait pertinemment comment çà finit. Seulement, les sirènes à milliards sont irrésistibles pour lui. Dans son esprit, servir Hery vaovao avec des «articles» qu’il aurait fallu inventer s’ils n’existaient pas, et quoi que fasse ou dise leur gagne-pain (oui Hery Rajaonarimampianina n’est plus que sa raison d’être payé à la fin du mois, à lui et à ses diablotins); servir Hery vaovao donc, pour lui, le rendra riche comme Crésus. Et il utilise des jeunes et moins jeunes avec des salaires pourtant en dents de scie… Or, il faut que vous sachiez une fois pour toutes que ce n’est pas lui qui casque personnellement… Seules des miettes sortent de sa poche. On verra dans quelques mois, en ce qui concerne leur avenir, mais, pour l’heure, Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia fait pire que son prédécesseur, Bruno Andriantavison (sous Marc Ravalomanana).

Bruno Andriantavison

****************

En effet, après la radio Feon’ny Sambava, dans le Nord de Madagascar, appartenant à Manoro Régis, membre très influent du parti UNDD (Union nationale pour le développement et la démocratie) fondé par le président Zafy Albert, Rolly Mercia vient aussi de fermer la radio Jupiter à Ilakaka, dans le Sud, pour cause… d’illégalité, purement et simplement! Une radio qui existe depuis 2002. A l’époque, elle se dénommait Radio Saphir, avant de devenir Radio Jupiter en juin 2005. Une radio qui a été nominée par Reporters Sans Frontières pour le prix RSF-TV5-Monde 2017. Une radio où travaille notre Fernand Cello qui n’est plus à présenter, mais ceci explique assurément cela.

Il n’a peur de rien le Rolly Mercia qui était déjà ministre de la Communication sous la transition 2009-2013. Pourquoi n’a-t-il pas fait fermer cette radio «illégale» à l’époque? Mais là n’est pas le problème. Est-il, oui ou non, conscient qu’en agissant de la sorte, il sera le numéro un de la défaite du parti Hvm à l’élection présidentielle de 2018 en matière de communication? Si ce n’est pas le cas, son… cas relève de la psychiatrie pure. A bien y voir, je pense qu’il veut se «rattraper» sur la connerie, pure aussi, des médias de Mbola Tafaray le financier (qui va finir par être la vache à lait d’«investissements» en pure perte), à propos des récentes déclarations du FFKM. Principalement «La Ligne de Mire» dont le sens de la désinformation (déformation des informations) est élevé en art: «FFKM, un appel à coup d’État?» peut-on lire en sa «Une» au lendemain des déclarations de ce Conseil œcuménique des Églises chrétiennes de Madagascar. Avec un article pseudo-historique à la sauce incendiaire Rolly Mercia. Un style facilement reconnaissable et repris par tous les jeunes journalistes du groupe.

Mais il s’est certainement fait taper sur les doigts par le big boss himself (president elect Hery, of course). En effet, non seulement ils ont enlevé cette «Une» sur leur compte facebook ainsi que sur certains secteurs d’Internet (on ne peut pas effacer toute l’Histoire ainsi, heureusement) mais le 1er décembre, le ministre a subitement changé de langage: «Raisin’ny fitondram-panjakana ho zava-dehibe iny fanambaran’ny Ffkm iny ary raisin’ny fitondram-panjakana ho anjara birikin’ny Ffkm amin’ny fanampiana ny mpitondra izy iny…». Traduction libre: «Le régime considère les déclarations du FFKM comme une grande chose et aussi une participation dans l’aide aux dirigeants». Dans la foulée, se voulant ironique, il n’a pas pu s’empêcher de contredire purement et simplement son action de fermeture de deux radios en une semaine. Car il a ajouté: «I Madagasikara dia iray amin’ireo firenena manaja ny fahalalahana maneho hevitra, ary vokatr’izany dia samy maneho izay tiany hambara ny tsirairay, na olom-pirenena tsotra izy na filoham-piangonana…». «Madagascar fait partie de ces pays qui respectent la liberté d’expression. Ainsi, tout un chacun peut s’exprimer librement, citoyens comme chefs d’église». Bravo!

La fermeture des radios Feon’ny Sambava et Jupiter, c’est quoi alors? L’envers de l’exception confirmant toute règle? Bah, quand on veut tuer son chien, on l’accuse toujours d’avoir la rage. Mais les plus enragés dans cette descente du journalisme malgache vers l’enfer de la pensée unique, ce sont bien ces jeunes formés à l’école sans mercy (pitié en anglais) de Rolly. Car ils se sont aussi tout bonnement attaqués aux journalistes doyens qui avaient publié un communiqué demandant le respect de la loi, en ce qui concerne la composition de la commission de délivrance de la carte de presse officielle.

On aurait pu tout leur pardonner mais pas çà. Ci-après, le dernier paragraphe d’un «article» signé N.H. paru dans «La ligne de Mire» évidemment. Du Rolly Mercia tout craché: «Comme le nom de leur club l’indique, les membres du CJD (Ndlr: Club des Journalistes Doyens) ne sont plus en fonction et par voie de conséquence, ils ne peuvent plus figurer dans la liste des bénéficiaires de la carte professionnelle des journalistes. En effet, avec une assurance particulière, le ministre de la Communication assure que seuls les journalistes en fonction pourront être titulaires de ladite carte de presse. Cette année, en tout cas, la commission de délivrance procèdera à un contrôle physique des bénéficiaires de la carte ». Imbécile va! Un contrôle physique, hein? Le mot «doyen» vient du latin decanus signifiant «chef de dix personnes». Depuis le Moyen Âge en Europe, le doyenest, dans le système universitaire mis en place, le personnage le plus élevé des facultés, une des structures constitutives d'une université (Wikipédia). De nos jours, c’est celui (ou celle) qui est le plus ancien suivant l'ordre de réception dans un corps, dans une compagnie. Par exemple, le doyen du corps diplomatique.

Par ailleurs la traduction en langue malagasy est très explicite: «Zokiolona», signifiant littéralement aîné des gens et non «Beantitra» voulant dire personne âgée, du 3ème. Une différence capitale car, contrairement à ce qu’insinue R.H. dans sa prose téléguidée, les doyens sont des personnes d’expérience, des aînés, des sages et non pas des individus grabataires qui «ne sont plus en fonction» ou qui ont besoin d’un «contrôle physique», mais des aînés qui restent des journalistes actifs -d’une manière ou d’une autre- jusque dans leur tombe. Je prends donc cela pour une insulte grave et irrespectueuse qui assassine l’identité culturelle malagasy même reposant sur le respect des aînés, ceux qui sont venus avant nous. Mais le vrai coupable n’est pas R.H. -et ses autres compères scribouillards incultes (s’ils se sentent insultés qu’ils prennent d’abord un dictionnaire pour connaître tous ces mots)-, mais ses commanditaires qui le paient bien moins que «l’ami» Maurice Tsihiavonana qui, lui, ne vend que sa parole… Pourquoi se suicider tout en avilissant le journalisme à Madagascar?

A présent, je prends sur moi le devoir d’éclairer quelque peu l’esprit de bon nombre de Malagasy citizen (et restez zen), particulièrement à l’approche des fêtes de la Nativité chrétienne 2017, et au seuil de la nouvelle année 2018. Rien n’est jamais inutile ici-bas. Je le fais, ici, à partir d’une lecture continuelle de la Bible. Le 4ème commandement dit: «Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne» (Exode 20 : 12). Ici, le sens du verbe «honorer», traduit du grec, est: avoir de la référence, estimer, attacher de la valeur à. Il s’agit de le faire envers ceux qui sont donc venus avant nous et dont certains sont encore parmi nous aujourd’hui. Personnellement, je ne peux pas prendre comme exemple le président de la république qui est censé être le «raiamandreny» de tous les Malgaches, en parlant d’âge. Hery vaovao a quatre ans de moins que moi, il ne peut pas être mon père. Mais le pays en question est Madagascar, bien évidemment.

Ainsi, Dieu nous exhorte à honorer notre père et notre mère. L’honneur accordé aux parents est très important pour lui, au point qu’il le mentionne, comme cité plus haut, dans les Dix Commandements (Exode 20 : 12) et le reprend dans le Nouveau Testament: «Enfants, obéissez à vos parents, car cela est juste. Honore ton père et ta mère – c’est le premier commandement avec une promesse – afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre» (Éphésiens 6 : 1-3). Honorer ses parents est le seul commandement biblique lié à la promesse d’une longue vie. Ceux qui honorent leurs parents sont bénis (Jérémie 35 : 18-19). En revanche, ceux qui, dans les derniers jours, sont décrits dans les Écritures comme ayant des «sens réprouvés» et vivant dans l’impiété, se caractérisent notamment par leur désobéissance à leurs parents (Romains 1: 30 et 2 Timothée 3: 2). Salomon, l’homme le plus sage de l’histoire, a encouragé les enfants à respecter leurs parents (Proverbes 1 : 8 et 30 : 17). Même si nous ne sommes peut-être plus sous leur autorité directe, en tant que croyants nous ne pouvons pas négliger le commandement de Dieu d’honorer nos parents. Même Jésus, Dieu le Fils, s’est soumis d’abord à ses parents terrestres (Luc 2 :51) puis à son Père céleste (Matthieu 26 : 39).

Il ne s’agit pas pour vous de comprendre ou d’interpréter quoi que ce soit, mais de lire tout simplement et d’essayer de mettre cela en pratique dans votre quotidien, même si je sais pertinemment que bon nombre de chrétiens se conduisent plutôt comme des crétins. Pour clore cet article inédit, et c’en est un, ce qui suit est spécialement destiné au président Hery Rajaonarimampianina, fils et frère de pasteur: «Un fils sage écoute l’instruction de son père, mais le moqueur n’écoute pas la menace». (Proverbes 13.1). Ainsi, c’est par respect pour lui, en tant que son frère aîné dans la foi chrétienne, que je le critique pour qu’il revienne sur le droit chemin. Celui dicté par son serment, le 25 janvier 2014, fait sur la Constitution de la IVème république de Madagascar dont il restera, pour l’Histoire et à jamais, le premier président. Cependant, j’ai des doutes qu’il revienne à la raison. En tout cas, personne ne pourra jamais dire que je ne l’ai pas prévenu maintes fois à travers des critiques souvent rudes, certes, mais auxquelles le courant de l’Histoire donnera raison.

Sachez tous que l’honneur engendre l’honneur. Dieu n’honorera pas ceux qui désobéissent à son commandement d’honorer leurs parents. Mais honorer quelqu’un n’est pas toujours facile ni plaisant et c’est même impossible par nos propres forces. Cependant, l’âge aidant, c’est un moyen sûr d’accomplir notre destinée: glorifier Dieu. «Enfants, obéissez en tout à vos parents, car cela est agréable au Seigneur» (Colossiens 3 : 20). Article inédit, vous ai-je dit…

Jeannot Ramambazafy - Article publié également dans le quotidien "La Gazette de la Grande île" du 6 décembre 2017