Les actualités Malgaches du Dimanche 07 Octobre 2018

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Insolite à Madagascar: le Commandant Faneva célèbre son nouveau grade avec des “Dahalo” repentis

Plusieurs vidéos font le tour sur internet, et on vous propose de regarder également, l’ancien capitaine Fanevarison Onimihary Ralaiavy mieux connu pour ses luttes contre l’insécurité à Fort Dauphin, a fêté son nouveau grade avec les « dahalo niova-fo » (les Dahalo repentis).
Il a eu une autorisation de la préfecture et de la commune. 4500 dahalo repentis, issus de 20 communes, ont répondu présents à l’invitation de Commandant Faneva pour le nouveau grade qu’il vient d’obtenir. La fête a été animée par Black Nadia et Dadah de Fort Dauphin. Les acclamations viennent sur les réseaux sociaux, par contre, certains se demandent, qui a payé pour les uniformes des dahalo ?
Madaplus.info0 partages

Madagascar : L’intervention du Premier Ministre Christian Ntsay pour les hélicoptères de Ravalomanana...

Le refus de l’Aviation Civile de Madagascar, le 05 Octobre 2018, de donner l’autorisation d’exploitation des hélicoptères de certains candidats pour les campagnes présidentielles a engendré des problèmes.
En effet, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana et Olivier Solonandrasana en sont les principales victimes de cette décision. A la veille du jour avant le début des campagnes présidentielles, ces trois candidats ont riposté, sous prétexte que le Président de la République sortant, Hery Rajanonarimampianina a reçu à temps, et dans les mêmes conditions, son autorisation. Face à cela, le Premier Ministre actuel, Christian Ntsay, est intervenu en faveur des candidats Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Le Premier Ministre, qui n’est autre qu’un des membres du parti politique d’Andry Rajoelina, a remis une lettre au Directeur Général de l’ACM, soulignant la régularité des appareils appartenant à ces deux candidats pour des vols internes.
Madagate0 partages

Charles Aznavour. Hommage de Jeannot Ramambazafy sur madagate.org

Pour moi, Shahnourh Varinag Aznavourian alias Charles Aznavour était, est et demeurera à jamais un Grand Monsieur aux talents multiples mais éternellement discret et courtois. N'oublions jamais qu'il fait partie d'un peuple martyre et longtemps martyrisé dont je connais un pan tragique de son Histoire (ICI)... Mon président de jury, pour décrocher mon diplôme de réalisateur-cadreur de cinéma, était Henri Verneuil (1920-2002), de son vrai nom Achod Malakian. Un autre Arménien émigré en France. Ses acteurs fétiches sont Jean Gabin, Lino Ventura et Jean-Paul Belmondo (toujours parmi nous)...

Les Présidents arméniens et français, Armen Sarkissian et Emmanuel Macron, debout devant le cercueil de Charles Aznavour posé dans la cour des Invalides à Paris, ce vendredi 5 octobre 2018

Shahnourh Varinag Aznavourian, plus connu du monde entier sous le nom de Charles Aznavour, est décédé dans sa maison de Mouriès, en Provence, le 1er octobre 2018 à l’âge de 94 ans, des suites d’une « défaillance cardio-respiratoire ». L’actuel gouvernement de la France reconnaissante décide alors de lui rendre un hommage national (pour Jean-Philippe Smet alias Johnny Hallyday, l’hommage était populaire).

Second à gauche, Jean-Paul Belmondo; extrême-droite, Eddy Mitchell

A Paris, la cérémonie a eu lieu le vendredi 5 octobre 2018 dans la cour des Invalide, en présence du nouveau président arménien, Armen Sarkissian et de nombreux artistes amis et intimes comme Jean-Paul Belmondo et Eddy Mitchell. Quant aux éloges funèbres, ils ont été prononcés par le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, et le président français Emmanuel Macron. Pour les jeunes de l’actuelle génération mondiale, bien qu’il soit né à Paris le 22 mai 1924, Charles Aznavour était l'un des représentants les plus emblématiques de la diaspora d'Arménie, son pays d’origine avec lequel il aura entretenu des liens étroits tout au long de sa vie.

A Erevan, capitale de l’Arménie, toute la journée et la soirée de ce vendredi 5 octobre 2018, la circulation a été interdite sur toutes les grandes artères menant vers la Place Charles-Aznavour. Durant la journée, un écran géant y avait installé pour suivre en direct la cérémonie d'hommage organisée à Paris. Au cours de la soirée, une cérémonie d'hommage y a eu lieu, avec la diffusion sur grand écran d'un concert du chanteur de renommée mondiale. Par ailleurs, sur la chaine de télévision publique, Arménie 1, l'ensemble des programmes a été modifié pour être exclusivement consacré à Charles Aznavour, le vendredi 5 octobre et le samedi 6 octobre 2018 qui a été décrété journée de deuil national par les autorités arméniennes. Ainsi, les drapeaux du pays seront en berne et l'ensemble des églises arméniennes célèbreront des offices à la mémoire du chanteur décédé en France. Des milliers de personnes viennent encore déposer des fleurs ou allumer des bougies à sa mémoire, sur la place Charles Aznavour (Aznavour Square), à Erevan. Le chanteur revenait souvent sur la terre de ses ancêtres depuis les années 1960. "Il devait d'ailleurs, la semaine prochaine, donner un grand concert, à l'occasion du sommet international de la francophonie où un hommage tout particulier lui sera rendu", a révélé le journaliste Dominique Derda, en direct d'Erevan

Charles Aznavour, auteur-compositeur-interprète, acteur et écrivain franco-arménien, a été inhumé, en toute intimité, dans l’après-midi de ce même samedi 6 octobre 2018 à Montfort-l’Amaury, dans les Yvelines, à l’Ouest de Paris.

Il repose désormais dans le caveau familial, aux côtés de ses parents, Mamigon, surnommé Micha, Aznavourian et Knar Baghdassarian, et de son fils Patrick, décédé à l’âge de 25 ans.

Pour moi, avec ce départ d’Aznavour, c’est toute mon enfance et une large partie de ma jeunesse qui foutent le camp. Deux de ses très nombreuses chansons m’ont le plus marqué. Il s’agit de « Mourir d’aimer » et de « Non, je n’ai rien oublié ». Pour ce qui est des films dans lesquels il a joué un rôle important, mon préféré reste « Les Fantômes du Chapelier » sorti sur les grands écrans en mai 1982.

Pour en revenir à « Mourir d’aimer », il s’agit du titre d’un film d’André Cayatte, avec Annie Girardot et Bruno Pradal. Sorti en 1971, il est inspiré de l'histoire vraie de Gabrielle Russier (1937-1969), professeure agrégée de Lettres qui s’était suicidée le 1er septembre 1969, en attendant son jugement en appel à la suite de sa liaison avec un jeune élève.

En 2009, Josée Dayan fit de « Mourir d’aimer » un téléfilm avec Muriel Robin, diffusé sur France 2. Ici, il est question de Gabrielle Delorme, la quarantaine, professeur de lettres, divorcée et mère de deux enfants, et Lucas Malzieu, 15 ans et demi, un de ses élèves de la classe de seconde.

L'emplacement exact du cinéma « Métro ». Photo prise en 1951

Nous, adolescents tananariviens ayant juste atteint la majorité à l’époque, nous avons pu voir le film d'André Cayatte dans la salle du cinéma « Métro » qui se trouvait juste à droite avant de monter l’escalier menant sur la place de l’Indépendance à Antaninarenina, devant l’actuel hôtel « Le Louvre ».

Wikipédia nous rapporte que : « Contrairement à ce qu'on peut lire parfois, la chanson « Mourir d'aimer » de Charles Aznavour, écrite avant le film, ne figure pas dans la bande-son de la version française du film de Cayatte, le compositeur de la bande originale, Louiguy, s'y étant opposé. Elle est présente en revanche dans certaines versions étrangères. À sa sortie dans les bacs, début 1971, elle est présentée comme « inspirée du film d'André Cayatte Mourir d'aimer ». Charles Aznavour explique dans une interview qu'il a demandé à André Cayatte l'autorisation d'utiliser pour sa chanson le titre de son film ».

MOURIR D’AIMER

Les parois de ma vie sont lisses Je m'y accroche mais je glisse Lentement vers ma destinée Mourir d'aimer Tandis que le monde me juge Je ne vois pour moi qu'un refuge Toute issue m'étant condamnée Mourir d'aimer Mourir d'aimer De plein gré s'enfoncer dans la nuit Payer l'amour au prix de sa vie Pécher contre le corps mais non contre l'esprit Laissons le monde à ses problèmes Les gens haineux face à eux-mêmes Avec leurs petites idées Mourir d'aimer

Puisque notre amour ne peut vivre Mieux vaut en refermer le livre Et plutôt que de le brûler Mourir d'aimer Partir en redressant la tête Sortir vainqueur d'une défaite Renverser toutes les données Mourir d'aimer Mourir d'aimer Comme on le peut de n'importe quoi Abandonner tout derrière soi Pour n'emporter que ce qui fut nous, qui fut toi Tu es le printemps, moi l'automne Ton cœur se prend, le mien se donne Et ma route est déjà tracée Mourir d'aimer Mourir d'aimer Mourir d'aimer

Une œuvre à lire et relire sans modération

Eh oui Charles, tu as parfaitement raison : Laissons le monde à ses problèmes et les gens haineux face à eux-mêmes avec leurs petites idées.

Mais toi, Charles, vas car ta route est déjà tracée vers le firmament luminescent des artistes immortels dans nos cœurs et nos esprits.

Jeannot Ramambazafy – 7 octobre 2018