Les actualités à Madagascar du Mardi 07 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara553 partages

EPI : 14 tonnes réceptionnés hier

14 tonnes d’EPI ont été réceptionnés à Ivato hier.

« Le Ministère de la Santé publique a pris toutes dispositions pour résoudre les problèmes ». C’est ce qu’a déclaré hier le ministre Ahmad Ahmad. D’après ses explications, une nouvelle organisation a été mise en place pour faire en sorte que les agents de santé ne manquent plus d’équipements de protection individuels (EPI). Les différents syndicats et entités qui sont au front dans la lutte contre le coronavirus, sont désormais impliqués dans la distribution des matériels. Hier, 14 tonnes d’Équipements de Protection Individuels ont été réceptionnés à l’aéroport international d’Ivato. Des dons venant de la Chine et émanant de l’Organisation mondiale de l’économie publique. L’Etat Malagasy a donc reçu entre autres, 24 respirateurs, 10. 000 thermomètres et des produits désinfectants. Le Ministère de la Santé publique va commencer la distribution de ces EPI au niveau de tous les hôpitaux et centres de santé dès ce jour. Outre le ministre de la Santé, le ministre Hajo Andrianainarivelo et le Secrétaire Général auprès de la Présidence, Valéry Ramonjavelo ont aussi fait le déplacement à Ivato pour réceptionner ces nouveaux matériels.

Davis R

Midi Madagasikara29 partages

Football – Coupe du monde Ris-Orangis : Madagascar arrache deux matchs nuls

L’équipe malagasy avec Fanja Andriamampandry, la « femme » active du football malagasy en France.

Les Malagasy ont tenu en échec respectivement les Maliens et la sélection du TOM-DOM. 

Pas de seconde victoire pour Madagascar. Très attendue après sa victoire d’entrée face à l’équipe de France, la sélection malagasy  a signé deux matchs nuls à la Coupe du monde Ris-Orangis, France. Vendredi, les joueurs malagasy ont tenu en échec les Maliens. C’est par deux buts partout que les deux équipes ont quitté le terrain. L’équipe malienne a ouvert le score, qui a été vite rattrapé par les Malagasy sur la réalisation d’André. En menant de nouveau au score par 2 à 1, Ridkjard égalise de nouveau le score. Plus imposant physiquement que les Malagasy, les Maliens ont profité pour jouer très physique. Plus technique, Jaona et consorts ne se laissaient pas faire et arrachent un nul. Ce match est considéré comme le plus beau depuis le début de la compétition.  Dimanche soir, face à l’équipe tenante du titre, le DOM-TOM  (Département d’Outre-Mer et Territoire d’Outre-Mer), la sélection malagasy a de nouveau réalisé un match nul.  Les DOM-TOM ont mené par 2 buts à 0 grâce surtout à leur excellent gardien de but qui a été élu homme du match.  Dominés, les Malagasy arrivent à recoller au score en marquant deux buts à quelques minutes de la fin de la rencontre par l’entremise du capitaine Tino, et de Dina Rakotonanahary. « Tous nos adversaires ont adopté la même stratégie en misant surtout un jeu très bas. Nous avons aussi un problème de manque de concentration et d’échauffement. Nous allons remédier à  nos lacunes lors du prochain match contre les Ivoiriens », nous a confié Solonirina Raharijaona. Ce soir, la bande à Odon affrontera les Ivoiriens pour le compte de la quatrième des rencontres de poule. Il est à signaler que Madagascar a été tiré dans le groupe B aux côtés de la France, le Cap-Vert, le Cameroun, le Portugal, la Turquie, le Congo, la Côte d’Ivoire, le DOM-TOM et le Mali. La Grande Île aura encore toutes ses chances pour la suite de l’aventure.

T.H

Midi Madagasikara16 partages

STAR : Baisse du prix de la bière à 3000 ariary

La STAR a décidé d’appliquer des tarifs uniques pour chacun de ses produits, au niveau national.

La consommation de bière et de boissons gazeuses a considérablement baissé, depuis la pandémie de Covid-19. C’est ce qu’ont indiqué les responsables auprès de STAR, qui a également annoncé la révision du prix conseillé de sa bière phare – les THB 65cl – à 3000 Ariary, dans tout Madagascar. D’après les promoteurs du produit, ce tarif unique représente un cadeau exceptionnel pour les consommateurs malagasy, particulièrement dans le cadre de la célébration des 60 ans de l’indépendance malagasy. Selon la STAR, cette baisse de prix significative a été rendue possible grâce au réajustement des taxes sur les bières, voté au Parlement. « Dès que cela a été voté à l’Assemblée Nationale, nous avons décidé de le répercuter immédiatement en baissant le prix du produit phare THB 65 cl au prix rond de 3000 ariary dans tout Madagascar, car nous considérons que le consommateur doit être le premier à en bénéficier », a déclaré la direction de la STAR.

Egalité. Dans ce même élan, le prix de toutes les autres boissons de la STAR sera également désormais unique au niveau national, pour chaque référence, selon les explications. Le consommateur pourra donc se procurer sa boisson STAR préférée au même prix, que ce soit à Antsiranana, à Taolagnaro, ou à Antananarivo. « C’est une priorité pour la STAR de redonner du pouvoir d’achat aux Malagasy dans le contexte actuel qui n’est pas évident. Pour nous, la fierté nationale se traduit également par la consommation du Vita Malagasy. Grâce aux dispositifs que nous mettons en place, nous voulons unifier les malagasy et donner la même opportunité à chacun de célébrer toute l’année l’indépendance de notre pays », a déclaré Seheno Randriambolamanana, responsable Communication auprès de la STAR.

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Canada – Diaspora : La fête nationale malagasy célébrée sur zoom

L’association diaspora Malagasy au Canada fête ses 6 ans cette année.

L’association diaspora Malagasy au Canada qui fête cette année sa sixième année, a organisé un événement inédit le samedi 27 juin dernier, pour célébrer le 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar et le mois de la langue malagasy. A cause de la Covid-19, cette cérémonie s’est déroulée sur internet, plus précisément sur zoom. L’événement a vu la participation des Malagasy « d’andafy » notamment de la France, d’Afrique du Sud, de la Suisse, des États-Unis, mais aussi de Madagascar et du Canada bien évidemment, ainsi que d’autres nationalités entre autres canadienne et française. Plusieurs thématiques ont été débattues tout au long de la célébration. Des chansons comme « Zanahary ô, Tahio », en passant par le kabary, jusqu’aux poèmes des plus belles plumes de la communauté Malagasy ont résonné tout au long de la cérémonie. Les participants ont également eu l’occasion d’exprimer leurs vœux et de transmettre leur message. L’association diaspora « Malagasy Mifanohana au Canada », une association qui réussit à fédérer une bonne partie de la diaspora et œuvre dans des activités caritatives, se veut toujours d’être rassembleur, en harmonie avec ses objectifs. Elle continue à écrire l’histoire de la diaspora Malagasy au Canada. D’autres activités sont en cours de préparation et l’association Diaspora Malagasy Mifanohana au Canada est ouverte à toute collaboration avec d’autres associations qui partagent les mêmes objectifs et valeurs qu’elle.

T.H

Midi Madagasikara7 partages

MID : L’ariary poursuit sa dépréciation

Malgré une dépréciation continue, l’ariary pourrait se maintenir à un niveau raisonnable jusqu’à la fin de l’année

L’ariary continue sa tendance à la dépréciation par rapport aux deux devises  pivots que sont l’euro et le dollar. Mais la descente est relativement supportable

A 4.332,34 ariary l’euro et 3.851,50 ariary le dollar,  hier sur le marché interbancaire des devises, la monnaie malgache poursuit sa dépréciation constatée depuis le début de cette année, et renforcée depuis la pandémie de Covid-19. 

Moyenne annuelle. Au début de cette année, l’euro était encore à 4.059,25 ariary et le  dollar à 3.636,95 ariary. En somme l’ariary a perdu respectivement  273 points  par rapport à l’euro et 241 points par rapport au dollar en l’espace d’un peu plus de six mois. Cette progression devrait se maintenir sur le reste de l’année. Du moins si l’on tient compte de la prévision du document de performance de la loi de finances  rectificative 2020, concernant l’évolution de la parité USD/Ariary.  « Le cours de change USD / Ariary devrait se maintenir sur une moyenne annuelle de 3. 707,7 Ariary, comme initialement fixé dans la LFI 2020 et suivant les fluctuations possibles au cours des mois à venir. Cet optimisme est permis malgré le choc  subi par Madagascar suite à la propagation du Covid-19 dans le monde et aux mesures prises par le gouvernement ,afin d’endiguer la pandémie et de soutenir l’économie »

Stabilité relative. Considérée  par les auteurs de la LFR comme une « stabilité relative  de l’ariary sur l’ensemble de l’année », cette tendance s’explique notamment par la  baisse de la sortie de capitaux due à la crise sanitaire.  « La perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales (notamment en provenance de la Chine) entraîne une paralysie des échanges internationaux. A cela s’ajoute la baisse des cours du pétrole et des matières premières, impactés par la contraction de la demande, permettant de réduire les factures relatives aux importations. Dans ce contexte, le niveau des exportations et importations est amené à baisser drastiquement. Compte tenu de leurs poids dans la balance des biens et services, les importations en valeur subiront une contraction plus importante que celle des exportations. En conséquence, le déficit de la balance des biens et services devrait s’améliorer de -106.9 millions de DTS par rapport aux prévisions initiales, permettant de limiter les besoins en devises étrangères, et donc les sorties de capitaux ». 

L’autre facteur évoqué  pour ce maintien de l’ariary à un niveau raisonnable se situe au niveau du moratoire de la dette dont a bénéficié Madagascar  de  la part de ses créanciers publics bilatéraux (pays du G20) et multilatéraux (FMI).  En effet, « ce gel de la dette permettra également de réduire les paiements envers l’extérieur , et de réduire ainsi les sorties de devises. A cela s’ajoute la hausse des aides extérieures qui sont sources de devises. En somme, même si l’ariary va encore continuer à se déprécier, ce sera probablement à un niveau supportable.

R.Edmond.

Midi Madagasikara4 partages

Talatamaty : Une députée giflée par un Gendarme

La députée Mamizara Laeticia Yasmirah élue dans le district de Besalampy dans la région Melaky, sous la couleur indépendant « Mamizara Yasmi » a eu une altercation avec un Gendarme, avant-hier soir, du côté de Talatamaty. Mais ce qui est pire, ce dernier aurait giflé cette élue. Probablement le ton était monté, entre eux. Un geste que ses pairs n’ont pas du tout apprécié. A cet effet, ils ont décidé de tenir une conférence de presse, hier, à Tsimbazaza. Finalement, cette rencontre avec la presse n’a pas eu lieu, étant donné que la principale concernée n’était pas présente. Ces députés n’ont pas voulu rentrer dans les détails, car cela devrait revenir à la députée, ont-ils soutenu. Toutefois, selon de sources concordantes, les papiers de sa voiture n’étaient pas en règle mais au lieu de procéder à émettre des procès verbaux, ce membre des forces de l’ordre aurait utilisé la manière forte. Toutefois, l’on se demande s’il y avait eu un arrangement entre les deux parties et c’est peut-être la raison pour laquelle la députée a fait faux bond.  Notons que Mamizara Laeticia Yasmirah est membre de la commission juridique, ainsi que des ressources halieutiques et de la Pêche, au sein de l’Assemblée nationale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Jean Nirina : Tsy avela manao dokam-barotra intsony

Isan’ny dokam-barotra miverimberina amin’ny haino aman-jery ny mahakasika ny Fitrama izay mpivarotra fanafody nentim-paharazana. Nampanantsoina i Jean Nirina Rafanomezantsoa sy Jean Pierre Rakotondranaivo ary nampahafantarina azy ireo ny lalàna manan-kery mahakasika ny fitsaboana eto amin’ny nosy. Ny minisitera misahana ny fahasalamam-bahoaka no niandraikitra izany fampahafantarana izany. Isan’ny voaresaka tao koa ny tsy tokony hanaovan’ireo roa lahy voalaza anarana etsy ambony dokam-barotra momba ny fahasalamana. Ny antony dia tsy mpitsabo izy ireo ary tsy mpitsabo nentim-paharazana koa. Tsy ao anatin’ny fikambanana nasionaly an’ny mpitsabo nentim-paharazana izy ireo raha araka ny taratasy nataon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Mampanahy arak’izany raha mbola mitohitohy ity resaka ity ny mety hanenjehan’ny fanjakana an’izy roalahy noho ny fisandohana andraikitra. Etsy ankilany, nandefa taratasy any amin’ny minisiteran’ny serasera ny ministeran’ny fahasalam-bahoaka ny mba hanajanonana avy hatrany ny dokam-barotra mahakasika ny Fitrama, mpamokatra fanafody nentim-paharazana. Mety hisy akony amin’ny fahasalam-bahoaka mantsy ny akon’izany eo amin’ny fiaraha-monina, raha araka ilay taratasy. Nahazo vahana tampoka ny fitsaboana nentim-paharazana, indrindra ny fampiasàna ny fanafody avy amin’ny zava-maniry. Vao nigadona teto amintsika ny Covid-19 dia efa nivadika ny fomba fanjifàna ara-pahasalamana teto amin’ny firenena. Nahazo vahana ny famokarana izany ary vetivety koa ny mpandraharaha dia niditra tao anatiny. Lasa misy karazany marobe ankehitriny ary samy milaza fa manara-dalàna sy nanao fikarohana avokoa. Tsy misy maharatsy izany fa kosa mila voamarina ny fikarohana nataon’izy ireo mba tsy hisy akony amin’ny fahasalam-bahoaka. Ezaka izany mila ifantohan’ny tompon’andraikitra akaiky.

D.R

Midi Madagasikara2 partages

Reconfinement : Début difficile à Tana

La matinée d’hier était presque normale à Antananarivo.

Air perdu se demandant ce qui devrait être fait dans les quinze jours à venir, timide attroupement devant des lieux de travail comme les marchés, discussions et commentaires sur les décisions de retour au confinement, les premières réactions d’une bonne partie des Tananariviens. Du moins, ceux qui vivent au jour le jour. Marchands ambulants, mécaniciens autos ou encore agents de lavage de voitures, ces personnes ont affiché un air dépité par la situation qui prévaut actuellement dans la ville des mille. Réaction tout à fait compréhensible compte tenu des difficultés engendrées par le confinement. Mais surtout étant donné que les séquelles des périodes de confinement d’avant sont encore endurées par les habitants d’Antananarivo. Conséquences, les mesures de confinement total ne sont pas respectées à la lettre. Beaucoup d’activités qualifiées par le gouvernement comme « n’étant pas essentielles » ont encore été exercées dans la matinée d’hier. Côté sortie, l’on a assisté à un quotidien tananarivien. Les gens sont sortis de chez eux sans trop tenir compte des gestes barrières comme les distanciations physiques ou le port des masques. La même impression a été observée dans la circulation. A Antaninarenina par exemple, des usagers de la route ont eu droit à leur dose de bouchons du lundi matin. Ce qui était inexplicable pour beaucoup.    

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le covid-19 : Détection précoce des symptômes au niveau des CSB

Les consultations pourraient désormais se faire au niveau des Centres de Santé de Base. 

« L’épidémie est actuellement dans sa phase communautaire ». Des propos qui interpellent sur la situation qui prévaut dans la capitale malagasy en ce qui concerne l’épidémie de Covid-19. La mise en place du centre de prélèvement au Village Voara constitue l’une des dernières démarches initiées par le gouvernement pour « essayer d’endiguer la propagation de la maladie ». Permettant un prélèvement et une consultation des personnes se sentant porteuses de la maladie, ce centre s’est vite vu saturer. Des files d’attente de plus de 300 personnes y sont observées chaque jour. Tandis que le premier jour de son opérationnalisation, on aurait enregistré environ 500 consultations. La nouvelle approche du ministère de la santé publique consisterait actuellement à « communautariser » les consultations et les prélèvements. Comme annoncé par le Professeur Ahmad Ahmad, ministre de la santé publique lors de son intervention à la télévision nationale malagasy dimanche soir, « avec les centres dédiés au Covid-19, les CSB seront impliqués dans la prise en charge des cas de covid-19 ». Et pour commencer, des actions seraient actuellement menées pour permettre aux centres en question de « détecter de façon précoce les symptômes liés au covid-19 ». Une façon pour le ministère de tutelle de « rapprocher » autant que possible, population et service médical adapté à la lutte contre l’épidémie.

Mercredi. Les tris se feraient donc auprès des centres de santé de base de la capitale. Tout comme les consultations à la suite desquelles, les agents de santé auprès des CSB devraient alerter le district en cas de détection de cas suspects de covid-19. Une équipe d’intervention rapide devrait ensuite être dépêchée par le district auprès des fokontany concernés, afin de mener des enquêtes épidémiologiques sur les personnes présentant des symptômes de Covid-19. La même équipe devrait également effectuer des prélèvements afin de confirmer l’état de santé exact des personnes à risque. L’accessibilité des centres de santé de base et sa proximité avec la communauté devraient permettre d’obtenir de meilleurs résultats dans la lutte contre le Covid-19. L’opérationnalisation des CSB est fixée pour mercredi prochain.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : Situation alarmante avec 309 nouveaux cas, hier

Un nouveau décès et un nouveau record de 309 nouveaux cas, dans la journée d’hier. L’augmentation du nombre de tests ces derniers jours a permis de dépister de nombreux cas de Covid-19, expliquant cette augmentation des cas confirmés. Pour les 309 cas d’hier, 303 sont issus d’Antananarivo ; 2 à Sainte- Marie ; 2 dans la région Menabe et 2 dans l’Itasy. L’Institut Pasteur de Madagascar a identifié 113 cas sur 219 tests effectués à Antananarivo, et aucun cas sur les 13 tests réalisés par son laboratoire mobile de Toamasina.  Le HJRA pour sa part, a identifié 42 cas sur 84 tests, et enfin le LA2M qui a identifié 154 cas (résultats sur deux jours) : 39 cas sur 117 tests réalisés le 4 juillet et 115 cas sur 223 tests effectués le 5 juillet 2020.

Les formes graves sont actuellement au nombre de 45 dont 29 au HJRB, 8 au CHU Anosiala ; 6 à Andohatapenaka ; 1 à Antsirabe et 1 au CHU Morafeno Toamasina. Quant aux guérisons, elles sont au nombre de 27 hier, dont 9 à Analamanga , 2 à Tolagnaro , 2 à Arivonimamo , 6 dans la région Analanjirofo ,  1 dans la région Bongolava , 4 au CHU Analakininina Toamasina et 3 dans la région Alaotra Mangoro.

Au total, on dénombre 3.250 cas confirmés depuis le début de l’épidémie, dont 2082 cas actifs, 1.135 guérisons et 33 décès. Le nombre total de tests PCR réalisés est de 25.286.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Réforme des PAC : Désaccord entre l’exécutif et l’Assemblée nationale

Siège du comité de sauvegarde pour l’intégrité, un organisme rattaché à la Présidence de la République

Les pôles anti-corruption attendent leur mise en place dans les six provinces si, actuellement, ceux d’Antananarivo et de Mahajanga sont les seuls qui sont opérationnels. Une réforme de la loi 2016-021 régissant ces organismes, fait irruption à l’Assemblée nationale la veille de la clôture de la session ordinaire. L’initiative est très peu appréciée. 

L’adoption de la proposition de loi relative à la réforme des Pôles anti-corruption, entérinée in extremis par l’Assemblée nationale, a été écartée par le Sénat. L’initiative est jugée trop hâtive par les sénateurs. « Il faut du temps pour débattre sur cette proposition de loi », a lâché Rivo Rakotovao, président du Sénat, vendredi dernier, pendant son discours à l’occasion de la cérémonie de clôture de la session ordinaire du parlement. Dans cette proposition de loi, avancée par le député d’Ampanihy Ouest, Idealson, un magistrat de carrière, corrige des dispositions relatives à la compétence et à l’organisation générale du PAC. Notamment le retrait des infractions économiques et financières de la compétence du PAC, la suppression de la confiscation des avoirs illicites avant condamnation ainsi que la réduction du mandat du coordonnateur national et des magistrats. 

Concertation. Ces dispositions modifiées sous la houlette de l’Assemblée nationale n’ont pas eu aussi l’adhésion du système anti-corruption composé du comité de sauvegarde de l’intégrité, le bureau indépendant anti-corruption, le service de renseignements financiers, ainsi que les pôles anti-corruption. « Ces trois points cruciaux méritent une compréhension partagée entre tous les acteurs nationaux », soutiennent ces entités dans un communiqué conjoint publié dimanche dernier. Une concertation qui n’a jamais eu lieu préalablement avant la présentation de cette proposition de loi. Même le ministère de la Justice n’aurait pas eu connaissance des tenants et aboutissants de la réforme initiée par le député Idealson, a-t-on appris. 

Dispositions constitutionnelles. « La période qui s’ouvre jusqu’à la prochaine session parlementaire sera mise à profit pour engager ce dialogue avec le gouvernement et le parlement, afin que la portée de telles modifications soit bien mesurée », propose le système anti-corruption. Le député d’Ampanihy Ouest s’est tenu sur les dispositions constitutionnelles relatives à la compétence parlementaire sur l’initiative de loi, et brûle certaines étapes dans un domaine aussi sensible que délicat. Les organisations de la société civile, elles, ont déjà tiré la sonnette d’alarme la veille de l’adoption du texte à l’Assemblée nationale. 

Rija R. 

Midi Madagasikara1 partages

Un premier jour de reconfinement  à peu près normal 

Le premier jour de reconfinement s’est déroulé sans beaucoup d’incidents notoires. Les rues ont commencé à se déserter à partir de midi. Les magasins ont baissé leurs rideaux à la même heure. Les barrages établis par les militaires  ont  été opérationnels. Mais le paradoxe est toujours le même : les gens qui sortent le matin sont toujours aussi peu enclins à respecter les barrières sociales. La promiscuité est toujours la même. Le problème  se situe au niveau de la conscience  de certains Tananariviens.

Un premier jour de reconfinement  à peu près normal

 La présence de blindés et de militaires dans les rues   est spectaculaire .Les filtrages opérés à la sortie de la ville sont impressionnants. Mais on reste assez dubitatif quand on voit les piétons sur les trottoirs de la capitale pressés de vaquer à leurs occupations quotidiennes avant midi. Les taxis- be  considérés COMME  un des possibles vecteurs d’infection sont à l’arrêt.  Les taxis respectent parfaitement les consignes du gouvernement. Le bilan quotidien du professeur Vololontiana  Hanta Marie Danielle  justifie la prise de mesures drastiques. Mais elles doivent être comprises par  la population.  En apparence, le public semble convaincu de la justesse  des consignes, mais il ne respecte  que ce qu’il veut. A partir de midi, les gens rentrent chez eux et le confinement est respecté. On peut revenir à la boutade qui avait  eu cours au mois de mars sur les réseaux sociaux : « C’est à partir de midi que le virus commence à se propager ».  Un conseil des ministres a eu lieu hier pour compléter les mesures prises pour rendre efficace ce reconfinement .  Le résultat   ne pourra se mesurer que dans quelques jours .  Des corrections devront être apportées au fur et à mesure. Pour le moment, on reste dans l’expectative.  La réaction du pouvoir était nécessaire. Il ne reste plus  qu’à espérer  un retour  à une situation normale  à la fin de ces quinze jours de confinement.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

Madagascar : les rapatriements des Malgaches bloqués à l’étranger continuent

Le Ministre des Affaires Étrangères, Djacoba Tehindrazanarivelo, a parlé de plus d'un millier de malgache encore à l'étranger, ne pouvant pas rentrer au pays à cause des fermetures des frontières dues à la covid 19, devant l'Assemblée Nationale, il y a un mois de cela. Le Ministère a, depuis, déjà commencé peu à peu les rapatriements, avec les travailleuses du Koweït et les compatriotes de l'île Maurice.
Hier, plus de deux cent Malgaches ont pu rentrer des Etats Unis, de l'Égypte, du Royaume-Uni, et du Brésil. Ceux là feront quinze jours de quarantaine, avant de pouvoir rentrer chez eux, selon le coordonnateur du Centre de Commandement Opérationnel du Covid-19, le général Elack Andrianjaka.
Nous sommes heureux d’entendre que le gouvernement fasse vraiment le nécessaire pour ces personnes bloquées à l’étranger, mais, qu’en est-il des malgaches sur l’île ? En effet, depuis le (re)confinement total de la ville d’Analamanga décrété la semaine dernière, les mesures d’accompagnements sont moindre comparés aux différentes décisions prises. On peut citer entre autres, la suspension de la vente des journaux, car cela fait parti des facteurs propageant le virus, or la Ministre de la communication avait affirmé que la presse peut circuler librement ? Comment la presse écrite va-t-elle survivre dans ce cas ? Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. On espère vraiment que ce « lock down » de 15 jours de plus apportera ses fruits à la lutte face à ce virus.
La Vérité0 partages

Basketball 3x3- Young Lions Cup - 8 jeunes représenteront Madagascar à Harare

L’année dernière, l’International basketball foundation ( IBF) a implanté la 3e édition du 3 x 3 Young Lions Cup à Gaborone Botsawana qui a été jumelé avec le camp de Youth  Leader ». La FIBA a été conquise par le succès de l’évènement. Cette année, les joueurs et joueuses nés(es) entre 2000 et 2005 seront sélectionnés pour participer à l’IBF, dont l’organisation a été confiée à la fédération Zimbabwéenne de basketball comme comité d’organisation locale ou « Organizing Committee » (LOC). Le coup d’envoi sera donné à Bulawayo du 2 au 7 décembre 2020.Madagascar participera  prochainement  au camp d’entrainement de basketball Young Lions Cup 4e édition. Celui-ci est prévu en décembre, à Harare, Capitale zimbabwéenne. 11 dossiers de candidatures ont été validés par la commission de basketball 3 contre 3 (FIBA 33) de la fédération jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’un programme destiné aux jeunes passionnés de basketball, issus des différentes Régions de la Grande ile. La délégation sera composée de huit joueurs  U18, dont 4 garçons et 4 filles, d’un coordinateur et d’un youth leader ayant entre 20 et 25 ans, qui parlent l’anglais couramment et avec un passeport valable pour voyager au Zimbabwe au mois de décembre. Pour monter les deux équipes, la commission de basketball FIBA 33 malagasy organisera un tournoi de sélection entre août et septembre.Onze pays de l’Afrique Australe prendront part au tournoi à savoir le Zimbabwe (hôte),  Botswana, Comores, Zambie, Malawi, Mozambique, Lesotho, Seychelles, Namibie, l’île Maurice et Madagascar.  L’édition précédente a été abritée par le Botswana, tenue à Gaborone.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Inhumation à Analamanga - Des fosses provisoires à Anjanahary

Aucune autorisation d’entrée ni de sortie de la Région d’Analamanga. Cette décision prise en Conseil des ministres engendre la non-délivrance d’autorisation d’aller inhumer en dehors de la Région. Ainsi, tous les enterrements doivent se faire à Analamanga, même pour ceux dont les tombeaux familiaux se trouvent ailleurs. « Nous avons mis en place des fosses provisoires au cimetière d’Anjanahary, en collaboration avec le Centre de commandement opérationnel (CCO), le Gouvernorat et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), à travers le Bureau municipal d’hygiène (BMH). Toutefois, sa capacité  d’accueil n’est pas encore déterminée jusqu’ici », informe le docteur Allyre Razanakombana, directeur de l’Eau, Assainissement et Hygiène (DEAH) auprès de la Municipalité. Concrètement, ces fosses provisoires accueilleront les cadavres, décédés d’une cause naturelle, dont les familles pourront récupérer au bout d’une année, afin de les transférer dans leurs tombes. Les individus morts du Covid-19 sont inhumés dans une autre concession. Quand aux corps succombés d’une mort inconnue, par exemple ceux récupérés dans les rues ou non réclamés par leurs familles, leurs dépouilles seront enterrées dans des fosses communes, mises en place toujours au cimetière d’Anjanahary.Un sujet de polémiqueLa non-délivrance d’autorisation d’aller enterrer en dehors d’Analamanga a suscité une polémique depuis son annonce, non seulement sur les réseaux sociaux mais aussi dans la société. Certains pensent qu’il s’agit d’une décision inappropriée tandis que d’autres refusent de l’appliquer, en définissant d’autres issues. « Cette mesure aurait dû s’appliquer uniquement pour les morts de Covid-19. C’est inadmissible qu’un cadavre soit enterré à Anjanahary et non dans sa tombe familiale. C’est contraire aux us et coutumes malagasy, lesquels valorisent les morts », s’exprime A.R., père de famille qui vient de perdre son neveu. « Après une longue discussion entre les deux familles, mon neveu sera enterré provisoirement dans le caveau familial de sa mère à Ilafy, alors que sa dépouille aurait dû être inhumée à Tsiroanomandidy. Toutefois, son cadavre sera transféré dans le tombeau familial de son père d’ici quelques années », ajoute l’oncle du défunt. Bon nombre de familles endeuillées choisissent cette option pour éviter l’inhumation dans les fosses provisoires à Anjanahary. Pourtant, le DEAH de la CUA avance que les familles pourront quand même assister à l’enterrement de leurs proches ou amis dans ledit cimetière, en suivant toutes les mesures sanitaires exigées. D’ailleurs, le BMH conseille et oriente les familles qui le consultent. Les procédures à suivre y sont disponibles.Patricia Ramavonirina  

La Vérité0 partages

Isandra - Un chef présumé des dahalo éliminé

D’après un renseignement, la Brigade de gendarmerie de Mahazoarivo a eu vent sur l’arrivée sur place d’un chef présumé des dahalo, le 5 juillet dernier. L’homme en question vient de la Commune rurale d’Ambalamidera 2. Il serait également le pourvoyeur d’armes, parfois de guerre de ces bandes armées. Pire, le suspect aurait commandité la rébellion des dahalo l’année dernière dans l’Isandra.Sitôt informés, les gendarmes s’étaient dépêchés sur les lieux pour surprendre le suspect chez lui. Ce coup de filet s’est accompagné de la saisie d’une kalachnikov avec 10 munitions, deux fusils de chasse dont l’usage n’obtenait aucune autorisation officielle, ainsi qu’un fusil de fabrication locale. Pris sur le fait, ce chef supposé des brigands aurait imploré les gendarmes de se taire tout en leur proposant une somme importante comme gage de sa remise en liberté. Mais les membres des Forces de l’ordre ont refusé. Mieux, ils lui ont fait savoir aussi qu’il sera poursuivi pour tentative de corruption.Sur le chemin où les gendarmes l’ont conduit vers le bureau de la Gendarmerie, un groupe d’assaillants puissamment armés a fait subitement  son apparition. L’objectif de ces individus était clair : obtenir par la force la liberté de leur chef. Rapidement, l’affaire a dégénéré car il y eut un échange de tirs entre les gendarmes et les agresseurs. Or, certains d’entre eux furent touchés par les balles des gendarmes. Cette nouvelle tournure de la situation a finalement mis les dahalo en déroute. De son côté, le chef présumé de ces derniers, a également profité pour tenter de prendre la poudre d’escampette. Malheureusement, les projectiles des gendarmes furent plus rapides que lui pour le mettre définitivement hors d’état de nuire. Le suspect a eu déjà mailles à partir avec la Gendarmerie, qui l’avait arrêté en juin 2020. A l’époque, la détention illégale de puissantes  armes jointe à une complicité dans des affaires d’attaques armées à Isorana, était entre autres les motifs d’inculpation. Ce qui lui a valu une incarcération provisoire à l’issue de son déferrement. Cependant, l’homme a obtenu une liberté provisoire en avril dernier. L’élimination de celui-ci a été accueillie favorablement par les habitants de l’Isandra, qui estiment désormais que la paix va revenir. Enfin,  ces derniers s’étaient souvent murés dans un silence assourdissant, de crainte de subir les représailles des dahalo en cas de dénonciation et leur collaboration avec la Gendarmerie semble maintenant sur la bonne voie, toujours dans les efforts communs des deux parties pour sécuriser la Région.Franck R.

La Vérité0 partages

1er et 5ème Arrondissements d’Antananarivo - La vigilance doublée autant que les sanctions

Zones rouge en termes de propagation du coronavirus. Le 1er Arrondissement englobant les Fokontany d’Analakely, Soarano, Ampefiloha, Isotry, ainsi que le 5ème Arrondissement de la Capitale qui rassemble les Fokontany d’Alarobia Amboniloha, Soavimasoandro, Analamahitsy et Ambatomainty enregistrent le plus grand nombre de personnes contaminées par cette pandémie depuis sa découverte au mois de mars dernier dans le pays. D'ailleurs, les membres du Gouvernement l'a confirmé durant leurs interventions à la télévision nationale, dimanche dernier. D'une part, ces deux localités sont les plus peuplées de la Capitale et de l'autre la majorité des bureaux administratifs et marchés publics s'y trouvent. Par conséquent, le mouvement de la foule y est quasiment incontrôlable malgré les efforts des Forces de l'ordre et des dirigeants locaux. Face à cette problématique, la vigilance est doublée au sein de chaque Fokontany de ces Arrondissements. Pour le Fokontany d’Alarobia Amboniloha, par exemple, des affiches ont été placées à chaque coin de la rue pour rappeler aux habitants que nous sommes encore dans un état d'urgence sanitaire. Cela implique le suivi des mesures, assorties de sanctions infligées aux citoyens et commerçants irréguliers. Effectivements, concernant ces derniers, durant la première période de confinement, bon nombre d'entre eux exerçaient encore en dehors des heures mentionnées, c'est-à-dire dans l’après-midi. « Nous ne tolérerons plus la gabegie et ne baisserons pas la garde. Dès que la cloche de l'église sonne, nous entrons en action », avance l’un des membres du comité de vigilance qui a été mobilisé à cet effet. Ainsi, les représentants du Fokontany font la patrouille avec les forces de l'ordre dans les rues et ruelles et même dans la cour. Leur mission consiste à vérifier le respect des barrières sanitaires comme le port de masque et la distanciation sociale. Mais le plus important est la désinfection. Elle a lieu tous les jours après la clôture du marché. Bien que la surveillance ait été renforcée, cela n'est pas encore suffisant pour lutter contre le coronavirus. Afin de venir aide à la population, le Gouvernement a décidé de redistribuer du « tambavy » Covid-Organics et ces deux Arrondissements sont prioritaires. Une décision qui a ravi plus d'un dans le Fokontany d’Alarobia Amboniloha puisque la première opération a été une réussite. Anatra R.

La Vérité0 partages

Prêt « Miarina » - Les procédures au niveau de la BNI Madagascar allégées

Soutenir le redressement des PME et PMI. Dans le cadre de la relance économique du pays, le Gouvernement a mis en place le prêt « Miarina », en collaboration avec le programme « Fihariana » et les banques BOA et BNI Madagascar. Pour sa part, la BNI Madagascar a décidé d’assouplir les démarches administratives d’octroi de prêt. « Le raccourcissement du délai de traitement des dossiers et le déblocage rapide du fonds sont de mise pour alléger les entreprises dans leurs démarches, compte tenu de l’urgence », précise Hanta Rakotovao, responsable de la plateforme intégrée PME de la banque. Avec le contexte actuel, les opérateurs recherchent en effet des solutions immédiates à leurs problèmes, et ce, dans les plus brefs délais. « Conscients de la difficulté que traversent actuellement les entreprises, nous nous engageons à être à leurs côtés. Nous sommes constamment en quête de meilleures offres afin de les aider à maintenir leurs activités et à pouvoir ainsi garder leurs employés », ajoute-t-elle. Outre les procédures, les conditions ont également été adaptées en fonction de la situation. Ce prêt aura notamment un taux de 8 % et une période de remboursement de 24 mois. Toutefois, le client pourra demander un différé de 6 mois concernant l’échéance de remboursement. « Les conditions de l’offre ont été conçues de manière à donner aux entreprises le temps de se remettre à flot avant d’entamer le remboursement du prêt », a fait savoir la responsable de la plateforme intégrée PME.CritèresCertes, malgré la disponibilité des fonds et ces mesures d’allègement de la procédure, les soumissionnaires au prêt doivent se conformer à des critères de sélection. « Le prêt "Miarina" a en effet été mis en place pour les entreprises ayant des activités génératrices de revenus sur l’ensemble du territoire malagasy et œuvrant dans l’un de ces quatre secteurs dont l’agriculture et l’élevage, l’industrie, les services et le tourisme. Ces firmes peuvent contracter un prêt allant jusqu’à 300 millions d’ariary », a précisé Hanta Rakotovao. Rebondir après la crise, il s’agit d’un challenge de taille pour les entreprises, en particulier pour les PME. Ainsi, l’appui des institutions financières comme la BNI Madagascar s’avère plus que nécessaire. Rova Randria

La Vérité0 partages

Remboursement de crédit TVA - Le délai des demandes reporté et rallongé de cinq jours

Des mesures exceptionnelles pendant les situations exceptionnelles. Normalement, les demandes périodiques de remboursement des crédits de Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sont effectuées cinq jours à partir du 15 de chaque mois. Vu que nous nous retrouvons en confinement total jusqu’au 20 juillet, la Direction générale des impôts (DGI) a décidé de reporter la date de la demande au 21 juillet. En plus de cela, le délai est rallongé de cinq jours soit dix jours au total. « Il est porté à la connaissance des entreprises éligibles au remboursement de crédit de TVA que le dépôt des demandes de ce mois de juillet sera, à titre exceptionnel, effectué du 21 au 31 juillet » annonce Germain, directeur général des impôts dans un communiqué publié, hier. Outre le report de la date de la demande, toutes les réclamations qui auraient dû être déposées pour ce mois de juillet peuvent être effectuées en même temps que les nouvelles demandes. « Lorsqu’une société demande un remboursement de TVA, il se peut que le fisc ne valide qu’une partie de sa requête. Par exemple, l’entreprise veut 100 mais la DGI n’approuve que 80. Elle peut procéder à la réclamation des 20 restants un mois après l’obtention des résultats. Normalement, la DGI ne reçoit pas les demandes et les réclamations en même temps mais nous faisons une exception si le délai de la réclamation tombe sur cette période » explique Randrianarivelo Tojo Haritsimba, directeur des recherches et du contrôle fiscal auprès du ministère de l’Economie et des Finances.D’après le code général des impôts, les entreprises admises au régime de Zone franche, les professionnels de l’exportation, les crédits bailleurs dûment agréés et toutes entreprises assujetties à la TVA réalisant des investissements peuvent demander le remboursement des crédits de taxe. Notons que le seuil d’assujettissement à la TVA est revu à 400 millions d’ariary dans le projet de loi de Finances rectificative. Cette disposition s’applique à compter du prochain exercice comptable. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Effets délétères

Les rafales de balles réelles du Covid-19 frappent de plein fouet le pays. Elles atteignent malheureusement des cibles stratégiques. L’ennemi  gagne du terrain. La Grande île est en guerre ! L’état-major de guerre change de tactique et opte décidément pour la manière forte. Devant la gravité de la situation au front, le chef de guerre donne l’ordre de déployer l’artillerie lourde. La bataille est difficile. En cause, deux mobiles majeurs. Un d’abord, dans le camp adverse, on a affaire à un redoutable ennemi dont la force principale réside sur le fait qu’il est « invisible ». Deux, le commandant en chef des Armées se confronte à un problème quelque peu complexe en raison de l’atmosphère d’indiscipline qui règne dans les rangs des guerriers. Les « simples soldats » vont en ordre dispersé. Leurs chefs sur terrain ont du mal à les mettre au pas. Ainsi, l’ennemi jouit l’avantage dû à son invisibilité mais le bordel du camp d’en face lui offre l’opportunité de frapper  sans faille.  Les longues périodes d’errements, de crises cycliques à répétition et gabegie ambiante à partir des années 70 ont jeté les bases d’une indiscipline et d’anarchie chroniques dans le pays. Les mouvements de 72 débouchant vers la chute de la Première République furent le début d’une ère nouvelle. Telle une armée à double tranchant, le changement à 180° obtenu au forceps sur la place du 13 mai en 1972 présente, à la fois un avantage énorme pour le pays mais aussi un danger pour la Nation. Madagasikara fut sorti du giron néocolonialiste français. Les Malagasy devenaient maitres de leur avenir. Seulement, ce fut à partir de ce tournant historique qu’on avait pu constater un phénomène de fracture dans le respect du principe de la discipline sociale surtout au niveau des jeunes. Quand on avait scandé, à l’époque, sur la place du 13 mai le concept de la « désobéissance civile », le pays s’engagea, sans le vouloir forcément, dans la voie de l’anarchisme cher aux Trotskistes. Les crises cycliques qui, au final, détruisent le socle de la stabilité du pays, démontrent à quel point on se trouve en permanence sur un volcan en ébullition. Sans vouloir intenter  un procès à l’endroit de l’histoire, force est de reconnaitre que le pays s’enfonce davantage dans l’abîme de l’anarchie, un phénomène inséparable d’ailleurs à la misère générale.La pandémie de Covid-19 prend réellement de l’aile notamment à Analamanga et en particulier dans la Ville des Mille. Le Professeur Vololontiana Marie Danielle, porte-parole officiel du CCO-Ivato, n’a de cesse  d’alerter que le virus infecte la ville. Le péril n’est plus au stade de la menace mais il sévit de fait in vitro. Les chiffres des derniers jours l’attestent. En quarante-huit heures, il y a eu au moins 500 contaminés. Le Gouvernement assume ses responsabilités. Des mesures draconiennes s’imposent de soi. Le retour au confinement total est incontournable. Il appartient à chacun de s’y mettre. Le Chef de l’Etat Rajoelina le répète à tout moment « Si nous voulons vaincre dans les meilleurs délais cette maladie, il nous faut obligatoirement respecter les consignes données !». C’est là le problème ! L’anarchie et la gabegie, effets délétères des crises successives et tellement ancrées dans notre quotidien, s’érigent en blocage.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Route nationale secondaire 34 - Un pont métallique réhabilité par la direction régionale

La direction régionale de l’aménagement du territoire et des travaux publics du Vakinankaratra procède aux travaux de réhabilitation d’un pont situé sur la RNS 34. La déviation étant terminée, les travaux se poursuivent pour prendre fin dans trois mois.Un pont métallique se trouvant sur la RNS 34, à la limite de la Région Vakinankaratra et la Région Menabe est en piteux état. Les derniers travaux d’entretien de routine ont eu lieu en 2015. Depuis, l’état du pont s’est détérioré au fil des années. En 2019, des travaux de réparation d’urgence ont été entamés. Mais cette année 2020, il a été décidé de réhabiliter complètement le pont pour rétablir de façon durable la circulation des personnes et des biens.La direction régionale de l’aménagement du territoire et des travaux publics du Vakinankaratra entreprend donc les travaux de réparation dudit pont. Jusqu’à maintenant, la déviation des voitures est terminée pour ne pas couper la circulation. Les travaux de confortement de pile ont été achevés également. Cette première tranche des travaux a permis aux voitures de toujours circuler sur ce tronçon de route.De nombreux travaux sont en cours actuellement. Il s’agit entre autres de la « réparation des appareils d’appui, le démontage des platelages, la confection des platelages, le renforcement des pièces de pont et des dalles de transition », selon les informations reçues de la direction régionale.Le rétablissement de la circulation sur cette portion de route est important pour le développement des relations économiques entre les Régions  de Vakinankaratra et de Menabe et pour la Région Menabe car cette route peut approvisionner les autres Régions (par exemple les Régions d’Analamanga, Amoron’i Mania, etc.) en divers produits, notamment agricoles. Il est à noter qu’entre 200 et 500 voitures y circulent par jour. Les responsables des travaux estiment que le chantier prendra fin dans trois mois. Grâce aux travaux de réhabilitation, le pont pourra supporter jusqu’à 44 tonnes.

La Vérité0 partages

Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

L’Etat doit montrer sa rigueur pour le marché de la vanille tout comme il le fait pour la gestion du reconfinement total d’Analamanga depuis hier. La prochaine campagne en vue de l’exportation de cette seconde épice plus valeureuse au monde ouvrira bientôt. Mais chaque Région a son propre calendrier de production.Puisqu’il s’agit d’une saison générant rapidement beaucoup de profit, les opérateurs font remuer ciel et terre pour être aux premières loges. Des responsables locaux des services déconcentrés se plaignent en ce moment des pressions exercées par certains opérateurs et d’autres hauts commis de l’Etat qui abusent de leur fonction.Ils demandent à avoir les pièces requises à tout prix en usant de tous les moyens. En effet, les paperasses qui doivent être renouvelées chaque année comprennent l’autorisation de collecte, la carte de collecteur, la patente et la déclaration d’emmagasinage. La Région délivre la carte de collecteur. La patente revient à la direction régionale des impôts et la déclaration de magasinage à la direction régionale du commerce et de la consommation.Ces derniers jours, des opérateurs se bousculent au portillon pour avoir ces pièces en présentant des documents non valides car la campagne 2019 est pratiquement finie. En même temps, des produits illégaux circulent déjà, profitant de la grande confusion liée à la propagation de Covid-19. Les agissements de ces gens-là risquent de porter atteinte encore plus à la réputation de la vanille de Madagascar dont le marché est aussi durement frappé par les impacts de la pandémie.M.R.

La Vérité0 partages

Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

Le déroulement des deux premiers jours de confinement de la Région d’Analamanga permet de tirer la conclusion que la population tananarivienne s’en moque complètement  du danger de mort. La députée élue à Taolagnaro, Zafinandro Perle, appelle la population à respecter les consignes de sécurité sanitaires de l’Exécutif.La Région d’Analamanga est entrée dans une nouvelle période de confinement de 15 jours. Les mesures ont été renforcées par l’Exécutif pour juguler la propagation du coronavirus dans la société. Mais le constat des deux premiers jours est ahurissant. La population brave la pandémie pour vaquer à ses occupations quotidiennes. L’on constate même que la circulation des personnes et des véhicules s’est accrue.Dans le centre- ville comme Anosibe, Analakely, Behoririka, Andravoangy, Isotry, 67 ha, ou comme dans les périphéries comme à Ampitatafika, Ambohimanarina, Tanjombato et Andoharanofotsy, l’on observe une forte affluence de la population. Certes, tout le monde porte un masque. Toutefois, la distanciation sociale de 1m n’est pas respectée. Le risque de propagation du virus reste toujours élevé dans cette situation.Pour la députée Zafinandro Perle Bien Aimée, « Les autorités n’ont pas pris la mesure de confinement de la Région d’Analamanga à la légère ; Il y a une raison fondamentale derrière cette décision, il s’agit de protéger la population malagasy ». Elle ajoute que « Les autorités ont décidé de reprendre dès le début, entre autres l’arrêt de toutes les activités à midi, c’est que le nombre de cas confirmés a augmenté de façon exponentielle ».Pour cette députée de Madagascar élue dans la circonscription électorale de Taolagnaro, « Il faut suivre les consignes sanitaires comme le respect de la distanciation sociale de 1m, le port de masque ou le lavage des mains ». Elle rappelle que le pays traverse une période difficile et que chaque citoyen doit faire sa part des choses. Les autorités ont également le devoir de protéger la population face toutes sortes de menaces.La députée a expliqué que « Le confinement aura certainement des conséquences sur la vie des citoyens, notamment les personnes vulnérables ; Il revient aux autorités de prendre les mesures adéquates pour que les citoyens puissent traverser cette période de confinement de 15 jours ». Elle relativise toutefois qu’il ne s’agit pas d’un confinement total. A preuve, le commerce des marchandises essentielles se poursuivent jusqu’à midi.

La Vérité0 partages

Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !

Photo d'illustration

Les rumeurs vont bon train depuis quelques jours quant à l’imminence d’un remaniement au niveau du Gouvernement de Christian Ntsay. En temps normal, en effet, les membres du Gouvernement sont confrontés à une évaluation à mi – parcours en cette période de l’année. Il n’est plus à rappeler que chaque ministre est lié par un contrat – programme auquel le Président de la République l’ait engagé. Une appréciation des objectifs atteints et des réalisations des ministères débouche donc nécessairement vers une prolongation de contrat ou d’un limogeage. D’autre part, la vacance de poste au ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle après le départ de Rijasoa Andriamanana augmente les pressions venant de toute part. Un poste dont l’intérim est pour le moment assuré par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Dernièrement, les différents acteurs dans le domaine de l’éducation – syndicats d’enseignants, éducateurs certifiés, etc. – ont  tour à tour fait part de leur souhait de voir un nouveau titulaire au sein de ce département ministériel ô combien important et stratégique.D’autres prioritésCertains médias de la Capitale ont même avancé qu’un remaniement du Gouvernement serait prévu d’ici le week – end prochain. Aux dernières nouvelles pourtant, aucune retouche du  Gouvernement n’est encore prévue pour le moment, du moins durant cette période de confinement. Etant donné la crise sanitaire qui a frappé le pays depuis maintenant plus de trois mois, il sera difficile d’évaluer réellement le parcours de chaque ministre. Par conséquent, remercier un ou des membres de l’équipe gouvernementale en pleine bataille sanitaire relève d’une décision délicate à moins d’une faute grave. A en croire des sources bien informées, le remaniement n’est pas encore la priorité du moment. Tous les membres de l’Exécutif sont encore focalisés sur la lutte contre le Covid-19 avec les mesures d’accompagnement y afférentes et la relance économique, entre autres.Depuis le Conseil des ministres organisé tout le long du week – end, les consignes du Président Andry Rajoelina ont été claires en vue de l’application stricte de toutes les mesures et stratégies établies pour combattre la pandémie. Chaque ministre se doit d’assurer ses missions à son niveau que ce soit dans le domaine du transport, la communication, la santé, etc. D’autre part, les projets présidentiels suivent leurs cours.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Fihibohana teto Antananarivo : Niditra hatrany anaty elakelan-trano ireo mpitandro filaminana

Amin’ny ankapobeny, voampita ny hafatra ho an’ny mponina Antananarivo raha ny mikasika ny tokony hanajana ny fepetra fihibohana ny andro voalohany omaly. Manamarina izany ny vokatra azo avy eo anivon’ny polisim-pirenena. Ireto farany izay nanakana tanteraka ny fanaraha-maso sy ny fampiharana ny lalàna tany amin’ireo toerana mafampana sy malaza ho tsy dia mpanara-dalàna ireny. Niditra tany an’elakelantrano rehetra tany ny mpitandro filaminana nanakatona ireo fivarotana sy nandrava tsena rehefa tonga ny ora voatendry hanaovana izany. Teo ihany koa ny fanaraha-maso ny fivezivezen’ny fiara izay nosavaina avokoa izay mbola nandeha teny an-dalam-be teny nanomboka tamin’ny 2 ora tolakandro. Tao anatin’izay no nahitana fa saika nanara-dalàna avokoa ireo ireo taxi na dia nisy ihany aza ireo vitsivitsy tsy nanaraka fepetra. Ny taxibe moa dia tena tsy nisy niasa. Tsara ho marihina fa nandray anjara navitrika tamin’izao fandaminana izao ny avy ao amin’ny Tafika Malagasy izay nanakatona avy hatrany ny ampahan-dalana rehetra miditra aty afovoan-tanàna toy ny teo  Antanimena sy Andohan’Analakely ary ny maro hafa tsy voatanisa mba hahamora ny fisavana ireo fiara mivezivezy. Hita nipetraka teny rehetra teny ireo fiara mifono vy ny tafika, miaraka amin’izany dia mbola nisy ihany ny fanentanana na dia teo koa aza ny fanasaziana.

Eo amin’ity farany dia olom-pirenena 78 isa no tsy maintsy notanana ary nampanaovina asa ho amin’ny tombontsoa iombonana (TIG) ny maraina ny omaly. 17 kosa ireo mpivarotra nahazo sazy rehefa nampitandremana saingy mbola tsy nanaraka ny fepetra ihany. Arak’ireo tarehimarika ireo dia hita tokoa fa tena  nisy fivoarana ny toetsaina ary efa mahatsapa ny andraikiny amin’ity ady goavana ity ny tsirairay oharina amin’ny tamin’ny herinandro lasa teo. Araka ny tarehimarika avy amin’ny polisy hatrany dia nahatratra 773 ireo olona nampanaovina TIG ary 66 ireo nahiditra  « violon » noho ny fandikan-dalana teto Antananarivo nanomboka ny 29 jona ka hatramin’ny sabotsy teo. Manamafy moa ny avy eo anivon’ny mpitandro filaminana fa hitohy ny fandraisana andraikitra ataon’izy ireo saingy mila ezaka avy amin’ny tsirairay izany satria fahavalo iray no iraisana mba hahafahantsika mandresy ilay valan’aretina coronavirus ity.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Reconfinement : Les activités culturelles mises en veille

La ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazaka, lors de son allocution à la Télévision Nationale, a fait savoir que tous les évènements culturels seront mis en veille durant quinze jours.  Une décision qui oblige  les artistes, installés dans la ville des Mille, de poser leur valise.  Ainsi,  leurs managers ne cachent pas leur inquiétude. « Je crains fort que 2020  sera une année morte pour nos artistes.  Certes, ils produisent de nouveaux morceaux, mais ils ne peuvent pas assurer des concerts. Pourtant, les évènements culturels sont nos principales sources de revenus », a expliqué un manager d’un artiste de la capitale. Malgré cette situation « déplaisante », en tant que leader d’opinion, les artistes encouragent la population à respecter les règles de barrière sanitaire, en  espérant que ces quinze jours soient une dernière ligne droite afin que les Tananariviens sortent  définitivement dans cette crise sanitaire, et pour qu’ils  puissent reprendre leur vie quotidienne.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Village Voara Andohatapenaka : File séparée pour les malades symptomatiques

Ouvert 24h/24, le Centre Médical Covid-19 (CMC) à Andohatapenaka continue d’accueillir les malades souhaitant se faire dépister. Si à son ouverture la semaine dernière, les patients affluaient de partout, saturant dès le premier jour les services d’accueil et de soins, les nouvelles organisations mises en place ont quelque peu amélioré l’accueil et l’orientation des patients. « Il est préférable que ce soient les patients présentant des symptômes du Covid-19 qui viennent au CMC… Les femmes enceintes et les personnes âgées seront prioritaires, ainsi que les personnes développant visiblement une détresse respiratoire, nécessitant une prise en charge rapide », indique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé au sein du ministère de la Santé publique.

Sur place, les patients présentant des symptômes sont accueillis séparément des autres afin d’éviter tout contact, et diminuer les risques de contagion. Même la nuit, des patients continuent d’arriver, principalement dans l’espoir d’être autorisés à faire le test. En effet, il arrive que le personnel de santé sur place estime durant la consultation, que le test est inutile pour certains patients, notamment les personnes totalement asymptomatiques, pour qui le test n’est pas effectué.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo- Coupe de l’Ambassadeur de Corée : Début de la réception des vidéos des participants

Des matériels de taekwondo seront les lots à gagner pour les brillants.

C’est parti. La première édition de la Coupe de L’ambassadeur de Corée du Sud en ligne est lancée depuis hier. Une activité qui occupera les taekwondoïstes durant cette période de confinement version 2.0. En effet, il n’y aura aucun changement vis-à-vis de la situation actuelle. Les participants peuvent désormais envoyer leur séquence vidéo de Poomsae ou de démonstration de coups de pieds, selon leur catégorie et performance respective. Ils ont le droit de l’envoyer jusqu’au jeudi 9 juillet 2020. A titre de rappel, la compétition est ouverte à tous les malagasy que ce soit à Madagascar ou à l’étranger. Conscients des difficultés que connaît actuellement notre pays, les inscriptions sont gratuites et pourront être suivies sur le site www.wetransfer.com. Ainsi, les informations concernant la vidéo sont vues sur la page Facebook de la Fédération Malagasy de Taekwondo (FMTKD).

Puisque c’est l’ambassade de Corée qui organise cette compétition, en collaboration avec la fédération, l’ambassadeur Lim Sang-Woo invite tous les Malagasy à y participer. « Bienvenue dans la première édition Coupe de l’ambassadeur. J’espère que vous serez nombreux à y participer », a exprimé l’ambassadeur, à travers une vidéo publiée dans la page de l’Ambassade de la République de Corée à Madagascar. Par ailleurs, il n’y aura plus de phases éliminatoires mais les noms des champions ou championnes seront connus à l’issue d’une sélection finale.

ManjatoRazafy

Midi Madagasikara0 partages

Institut des Mines, de la Géologie et du Pétrole : Un nouveau laboratoire de Gemmologie et de Lapidaireri...

Ce nouveau laboratoire est équipé de tous les matériels nécessaires pour développer les recherches appliquées.

Cette infrastructure a été implantée au campus d’Ambohitsaina et sous tutelle de l’Université d’Antananarivo. 

Transformer les produits miniers avant leur commercialisation et leur exportation, afin de créer de la valeur ajoutée tout en augmentant la valeur marchande des gemmes. Tel est l’objectif fixé par l’Etat en identifiant le secteur minier comme étant un des secteurs prioritaires contribuant au développement économique de la nation. « La mise en place de ce nouveau laboratoire de Gemmologie et de Lapidairerie au niveau de l’Institut des Mines, de la Géologie et du Pétrole, contribue à l’atteinte de cet objectif », a soulevé le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, lors de son inauguration la semaine dernière. Ce qui permettra aux étudiants qui choisissent la filière gemme et lapidairerie de développer des recherches appliquées en matière de transformation des ressources minérales au sein de cet institut. 

Atelier communautaire de lapidairerie. En outre, ce nouveau laboratoire de Gemmologie et de Lapidairerie pourra en même temps accomplir une prestation de service, et ce, au profit de tous les acteurs oeuvrant dans le secteur des gemmes et de lapidairerie. Il est à noter que ce laboratoire appartenant à l’Institut des Mines, de la Géologie et du Pétrole, qui est implanté au campus d’Ambohitsaina, est sous tutelle de l’Université d’Antananarivo. La cérémonie d’inauguration de cette nouvelle infrastructure, a ainsi vu la présence du président du Conseil d’Administration et du président de l’Université d’Antananarivo. Dans la même foulée, le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques Fidiniavo Ravokatra, a annoncé qu’un projet de création d’un atelier communautaire de lapidairerie est en vue à Antsirabe. « Le budget servant à la réalisation de ce projet est déjà inscrit dans le cadre de la Loi des Finances Rectificatives 2020. Cette initiative permettra de professionnaliser les artisans et les exploitants locaux en matière de taillage et de transformation des pierres précieuses et pierres fines. La collaboration entre le ministère de tutelle et l’Institut des Mines, de Géologie et du Pétrole, doit se poursuivre en vue d’installer une pareille unité de transformation de gemmes locale dans d’autres localités », a-t-il enchaîné. .  

Fierté pour la nation. En revenant sur le nouveau laboratoire de Gemmologie et de Lapidairerie qui a été inauguré, les travaux de construction de cette nouvelle infrastructure et l’acquisition des équipements nécessaires à son fonctionnement, ont été financés sur ressources propres internes de l’Institut des Mines, de Géologie et du Pétrole. Par ailleurs, l’Ambassade de Thaïlande à Madagascar, y a remis une partie des matériels de lapidairerie au profit de tous les acteurs oeuvrant dans la filière de transformation des pierres précieuses et des pierres fines. « Ce nouveau laboratoire constitue une fierté pour la nation, pour l’université, pour le secteur minier qui est également un secteur clé pour la relance économique de Madagascar », a conclu le ministre de tutelle.    

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : Antananarivo sur « facebook » au reconfinement Jour – 1

Le quartier d’Ampitatafika vers 11 h 47’ hier avec sa foule et ses embouteillages(crédits photos : Delors Jaozandry)

Le regard des tananariviens envers la société, envers lui–même, a complètement évolué avec l’entrée des réseaux sociaux. Dès que les dirigeants ont annoncé avec plus de détails, dimanche soir, les mesures pour les quinze jours de « reconfinement » plus sévères. Il fallait s’attendre à ce que des dizaines de témoignages visuels inondent « facebook » dès le lendemain. Ainsi, des images de foule immense dans les rues sont partagées sur ce réseau social. Difficile d’imaginer que dès que midi sonne, cette étendue humaine puisse disparaître d’un coup. Tout comme ceux ou celles, dénonçant les groupes de personnes qui s’adonnent aux jeux de hasard dans les couloirs et les cours/espaces communs des quartiers difficiles. Manjakaray, Ampitatafika, Ambohimanarina et ses parcelles… Bref, ces cités où le populisme politique est toujours servi sans autre perspective. Loin du tableau d’art, de sa conceptualisation démiurgique de la « horde amorphe », la numérisation amène cette vision entomologique. Telle une nuée d’insectes nocifs et grouillants, où la grégarité de l’instinct règne. Voilà, ce qu’est l’image de la pauvreté et elle génère des centaines de commentaires et de réactions sur « facebook ». Et qu’ensuite, certains commentaires s’étonnent de voir cette « horde » sortir de chez elle pour sa pitance quotidienne. L’image d’une démographie dont les politiques n’ont jamais considéré ni forcé une mise en conformité avec l’urbanisation, quitte à bouleverser quelques idées acquises. Des images presque artificielles, faisant quelque peu penser que Antananarivo est devenu depuis des lustres un espace clos. Un village rural, aux rêves de ville–monde. Il est fort probable, ses images seront partagées sur « Twitter », « Instagram », « Youtube »… et là, c’est une autre sphère numérique qui les analyse.  Personne n’est plus à l’abri, foi d’un insecte.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Mpanendaka eny Anosy : Lasibatry ireo mpiandry marary voatery hitady fanafody amin’ny alina

Mihaodihaody manodidina ny tsenan’i Soamanatombo eny ry zalahy mpanendaka raha vao manomboka miha-maizina fotsiny io andro io. Araka ny voalaza dia ireo mpiandry marary ao amin’ny hôpitaly tsy lavitra eo, voatery mivoaka mitady fanafody any ivelany no ataon-dry zalahy ireo mahita faisana mihitsy. Efa maro ireo voa tamin’izany, antony nahatonga ireo pôlisy misahana iny faritra iny, nidina mihitsy teny an-toerana.

Ny faran’ny herinandro lasa teo ary dia nisy roalahy, izay hita fa nampiseho fihetsika hafahafa no voatery nosamborin’ireo pôlisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahadimy, teny amin’iny faritra Anosy iny, tokony ho tamin’ny sivy ora alina tany ho any.  « Lehilahy maromaro no tazana nitampify eo amin’ny maizimaizina manodidina ny tsenan’ny Soamanantombo ». Nanatona avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka rafitra nanao tongotra an-katoka avokoa ry zalahy ireto. Fihetsikana olon-dratsy efa tsy zoviana amin’ireo pôlisy intsony ka dia raikitra teo ny fifanenjehana. Roalahy no fantatra, araka ny loharanom-baovao azo fa voasambotra. « Ny iray tamin’ireto voasambotra dia nahatrarana antsy maranitra » : irony fitaovana fampiasaina amin’ny fanapahana bozaka eny an-jaridaina irony no noranitina sy navadika ho zava-maranitra, fentin’izy ireo manao ny ny asa ratsiny. Fantatra, araka ny loharanom-baovao nampitain’ny pôlisy fa efa mpamerin-keloka ity lehilahy ity ary efa indroa no nifonja, noho ny antony fanendahana hatrany. Nentina notazomina natao andrimaso avy hatrany tany amin’ny biraon’ny kaomisaria moa ry zalahy ireto. Mbola misy ireo namany hafa, hoy hatrany ny vaovao ary efa eo am-pikarohana azy ireo ny pôlisy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Aéroport d’Ivato : 213 ressortissants « Gasy » rapatriés hier

L’Etat Malagasy continue de rapatrier ses ressortissants qui ont été bloqués à l’étranger après la fermeture des liaisons aériennes. Après les travailleuses Malagasy au Koweït et les expatriés de Maurice, 213 autres ressortissants venant de plusieurs pays du monde, entre autres, des Etats-Unis, de Londres, d’Egypte et du Brésil, ont foulé l’aéroport international d’Ivato hier. Parmi eux figurent des militaires, des marins et des membres de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (mormons). La venue de ces derniers à Madagascar est le fruit des négociations entre les deux pays, a fait savoir le Coordonnateur National du Centre de Commandement Opérationnel, le Général Elack Olivier Andriankaja. Mise en quarantaine systématique pour tous ces ressortissants « Gasy ». Le CCO et le Ministères des Affaires Étrangères ont pris toutes les dispositions afin qu’ils respectent les mesures sanitaires. Si les membres de l’Eglise mormone vont être placés en quarantaine pendant 15 jours dans leur siège, les militaires quant à eux seront à Ampahibe. Même disposition pour les marins Malagasy qui figuraient aussi dans la délégation. A entendre les explications du Gal Elack Olivier, 100 autres personnes vont être mises en quarantaine à la Villa Verte d’Ambatomirahavavy.  

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Tantsambo Malagasy tafahitsoka any ivelany : Mirary fifampiraharahana amin’ireo sidina manokana frantsay

Efa nisy ny fotoana nitarainan’ireto Tantsambo Malagasy izay niasa tamin’ny orinasam-pitaterana an-dranomasina samihafa, ka zary tra-pahasahiranana tahaka ny mpivahiny rehetra mipetra-potsiny, tsy an’asa any an-tanin’olona. Nitranga moa izany noho ity valanaretina “Covid-19” ity. Maniry ny hiverina an-tanindrazana ny 710 amin’izy ireo raha araka ny fanambaran’ny fikambanan’ny mpila ravinahitra « Zanak’i Gasikara » ka mila ny fanampian’ny mpitondra aty an-toerana amin’ny hahafahany manao ny dia, toy ireo efa nody teo alohany. Henon’ireo mpila ravinahitra ireo anefa ny fisian’ny sidina intelo miantoana (6 jolay, 10 jolay, 12 jolay) hiainga avy ao amin’ny Nosy La Réunion haka ireo teratany vahiny tavela aty Madagasikara. « Fanirianay ny hifampiraharahan’ny mpitondra malagasy amin’ireo tomponandraikitra ka hampandalovana ireo sidina ireo any amin’ny Nosy Kaomaoro, hitondra ireo Malagasy tafajanona ao na izay afaka mamonjy ireo fiaramanidina ireo ao », araka ny fanambarana nampitain’ny « Zanak’i Gasikara » tamin’ny solontenany eto an-tanindrazana, Rasambozafy Cyrille, omaly. Nampahatsiahy ity farany fa efa tongotra mby an-dakana hatry ny ela ny tantsambo malagasy 128 any Soisa sy ny 50 hafa tavela any Dubaï fa miandry ny fampiharana ny fanapahan-kevitra fanamorana ny fampodiana azy ireo araka ny tapaka tamin’ny filankevitry ny minisitra tamin’ny fiandohan’ny volana teo fotsiny.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

World Music Trophy : Madagascar passe en finale

le Beko de Takasy séduit les mélomanes

Ca y est, la liste des finalistes du  concours World Music Trophy est sorti  et Madagascar est en lice pour la finale. Si le vote public a propulsé le groupe Takasy à la troisième place sur les 24 pays d’Afrique, ils font partie des 62 groupes finalistes. Le Beko de Madagascar s’aligne ainsi avec les musiques du monde dans ce concours international. 

Après avoir été soumis au vote du public, chaque groupe a été également évalué par un jury sélectif pour être adhéré à la phase finale du concours. Pour rappel, Takasy défend les couleurs de Madagascar. Trio gagnant, Andry, Bosco Rakoto et Le Manana versent dans du Beko.  Adeptes des instruments traditionnels, ils jouent essentiellement  de « kabosy », « valiha », « voatavo monta » et de la guitare. Fort de son album « Mila vonjy » , le groupe est surtout engagé dans la protection de l’environnement. S’inspirant de la vie sociale et des us et coutumes malagasy, la bande annonce la couleur aisément et semble être en atome crochue avec les amateurs du genre. Dans l’attente des résultats, les sept titres qui constituent leur premier album, sont à découvrir sur les plateformes musicales et les réseaux sociaux. A consommer sans modération !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#- Amboditsiry. Lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona. Lehilahy iray manodidina ny 25 taona no namoy ny ainy, ny harivan’ny alahady teo, tetsy Amboditsiry rehefa nofahon’ny fiara iray izay nandalo. Voalaza fa izy teo am-piampitàna ny arabe no nipoitra tampoka ilay fiara, izay heverina fa tsy sady tsy hitany no tsy nahita azy. Naratra vokatry ny dona nahazo azy ilay tovolahy ary indrisy fa tsy tana intsony ny ainy, teny an-dalana nitondrana azy teny amin’ny toeram-pitsaboana. Efa misokatra ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany.

#- Toliara. May ny biraon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany. Omaly tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany atoandro tany ho any no nahitàna setroka nijolofotra, narahina lelafo avy tao amin’ny trano misy ny sampandraharahan’ny fananan-tany tao Toliara. Niolomay avy hatrany ny rehetra ary efa tonga ara-potoana teny an-toerana ireo mpamonjy voina. Voalaza araka ny fampitam-baovao azo fa tselatr’afo vokatry ny « court-circuit » no nahatonga ny loza izay niainga avy tao amin’ny tranon’ny mpiambina tany an-toerana. Soa ihany fa nalaky voafehy anefa ny afo ka tsy nihitatra tany amin’ny birao. Tsy nisy arak’izany antonta-taratasy may tao an-toerana. Torak’izay ihany koa, tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Mpimasy nihantsy mpitandro filaminana, maty voatifitra

« Raha mbola izy no izy, tsy hahasambotra ireo dahalo namany ireo mpitandro filaminana ». Io no vava navoakan-dRamano, isan’ireo mpimasy sy mpilalao ody gasy ikoizana sy atahoran’ny olona fatratra any amin’iny distrikan’Isandra iny. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo zandary tany an-toerana ka voasambotra niaraka tamin’ireo ody gasiny ity mpimasin-dahalo ity. Mbola nikasa ny hitsoaka ihany anefa, ka voatery nitifitra ireo zandary. Maty avy hatrany Ramano …

Ny vava no tsy atao be, hoy ny fitenenana… Ny faran’ny herinandro lasa teo dia nahazo angom-baovao mahakasika ny fisiana mpimasin-dahalo rain-dahiny any amin’iny distrikan’Isandra iny ireo zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Mahazoarivo. Ity rangahy ity, izay sahy nanao fanamby fa raha mbola izy no eo, tsy hisy « dahalo taizany » ho voasambotra na dia iray aza. Nidina avy hatrany tany amin’ny trano fonenan’ity mpiray petsapetsa amin’ny dahalo ity ireo mpitandro filaminana ka voasambotra tao an-tranony tao amin’ny tanàna antsoina hoe Aterimihila, kaominina Mahazoarivo, distrika Isandra,  ny lehilahy iray fantatra amin’ny anarana hoe « Ramano mpampandro », izay mpanao fanafody gasy, ody bala, ary mpamatsy ody ireo dahalo rain-dahiny any amin’iny faritra Matsiatra Ambony iny. Araka ny fampitam-baovao azo dia tratra tao an-tranony nandritra ny fisavàna izany ireo tapa-kazo marobe, niaraka tamin’ny moara maromaro. Tsy vitan’izay ihany, hoy ny vaovao, fa mbola nahitàna basy vita gasy miisa roa niampy balana « kalachnikov » maromaro sy bala « calibre12 » miisa telo tao an-tokatranony. Nosamborina avy hatrany ity farany ka nentina nihazo ny tobin’ny zandary atao famotorana.

Teny an-dalana anefa, raha ny loharanom-baovao hatrany dia toa hoe mbola niezaka nampiasa ny fanafodiny ingahirainy, ahafahana miporitsaka teo an-tanan’ireo zandary. Indrisy anefa fa diso nitoky loatra tamin’ireto « tapa-kazo » tsy mandeha lalany ingahirainy, eny fa na dia voavahany mora foana aza  ny fatotra, tongotra aman-tanana natao taminy, izay « zava-nahagaga » ihany hoy ny fampitam-baovao. « Saingy noho ny fahaizamanaon’ireo zandary dia tsy lasa lavitra ity mpanao ratsy ity fa naratra mafy noho ny tifitra nahazo azy ka tsy tana ny ainy ». Anisan’ireo nanampy isa ireo « dadarabe » mpiray tsikombakomba amin’ireo dahalo, tsy afa-manao intsony ny asa ratsiny indray izany ity iray voatifitra tany Isandra ity. Marihana fa hetsika iray ataon’ireo mpitandro filaminana hiadiana amin’ny asan-dahalo moa ity fanaovana hazalambo ireo mpimasy sy mpilalao ody gasy mpiray tendro amin’ny olon-dratsy ity. Fantatra mantsy fa raha mbola eo izy ireny, izay itokian’ireo malaso tokoa amin’ireo karazan’ody ratsy amboarin’izy ireny dia tsy ho foana mihitsy ity resaka tsy fandriam-pahelamana ity.

m.L