Les actualités à Madagascar du Vendredi 07 Juillet 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza142 partages

Tabera Randriamanantsoa« Avelao hiditra ao Mahamasina ny TIM »

Mampalahelo ny demokrasiantsika, hoy i Tabera Randriamanantsoa raha nivahiny tao amin’ny fahitalavitra TV Plus izy halina.

RTT

Tia Tanindranaza86 partages

Fanaovana fitaovana politika ny tafikaNokianin’ny filohan’ny SMM

Naneho hevitra sy nanakiana ny sakantsakana ataon’ny fitondrana i Fanirisoa Herinaivo, filohan’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM).

 

Notsiahiviny ireo fepetra sy lalàna momba ny fampiasana ny tafika sy ny mpitandro ny filaminana, izay efa mivaona tanteraka, raha dinihina amin’ny zava-misy ankehitriny. Araka ny didy navoakan’ny fitsarana avo momba ny lalàm-panorenana mitondra ny laharana 02-HCC /AV tamin'ny 16 septambra 2011 mifandraika amin’ny voalazan'ny fehezan-dalàna  56, 65 ary ny 95-II ao anatin’ny lalàmpanorenana dia voalaza fa ny fampiasana bontolo sy tsy araka ny tokony ho izy ny mpitandro ny filaminana dia loharanon’ny korontana ara-politika goavana eto amin’ny firenena. Voararan’ny fitsipika ankapobeny momba ny fampiasana ny tafika na mpitandro filaminana ny fampiasan’ny manampahefana sivily azy amin'ny tsy tokony ho izy na ho an'ny tanjona ara-politika na ho amin’ny tombontsoa manokana ... Ny fitsipika demokratika sy ny fitsipiky ny fanjakana tan-dalàna no fototry ny Repoblika, izay antoky sy fiarovana ny sy zo fototra maha olona sy ny fahalalahana sy ary zo fototra maha olom-pirenena dia tsy maintsy hajaina sy tanterahina ao anatin’ny fampiharana ny politika momba ny fiarovam-pirenena fiarovana-pirenena. Tsy izay anefa no miseho amin’izao fotoana izao, fa toa zary lasa fitaovana politika hoentin’ny mpitondra mamoritra izay tsy mitovy hevitra aminy ny mpitandro filaminana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza85 partages

Fankalazana ny faha-15 taonan’ny TIMMifanesisesy tonga ny avy any amin’ny faritra

Nanomboka efa tonga halina teto an-drenivohitra ireo solontenan’ny Tiako i Madagasikara avy any amin’ny faritra hanatrika ny fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny antoko rahampitso sabotsy.

 Anisan’izany ny avy any Toamasina, Morondava, Ambatofinandrahana. Fantatra ihany koa fa handefa solontena ireo distrika 9 misy any amin’ny faritra Atsimo Andrefana, izany hoe ny avy any Toliara ka hitarika izany ny filohan’ny RegTim, Sazalahy Tsianihy. Antony 3 no fantatra fa nampirisika an-dry zareo ho avy amin’ity fankalazana ity dia ny hanehoana amin’ireo mpiara-mitolona fa vonona amin’ny  firaisankina amin’ny rehetra ry zareo avy any Atsimo Andrefana sy vonona hifampizara traikefa ihany koa. Ao koa ny ny  fampisehoana amin’ireo namana TIM manerana ny nosy fa mbola velona tanteraka ary mavitrika ny TIM any an-toerana  sady vonona hiatrika ny zava-misy rehetra hitranga amin’io 8 jolay io. Haneho eo imason’ny rehetra avy any amin’ny Faritra hafa ny fahavononany izy ireo  hampandany amin’ny ara-dalàna eo amin’ny 1er tour ny kandidà filoha Marc Ravalomanana amin’ny fifidianana hatao amin’ny 2018. Mbola hitohy anio ny fahatongavan’ireo delegasionina avy any amin’ny faritra izay efa vonona tokoa ny hiatrika ny fihaonambe eny Mahamasina.

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza57 partages

Fanakanana ny hetsiky ny TIMHanentana isam-pokontany ny Emmo reg

Nahazo alalana hampihatra ny fahefam-panjakana izahay, hoy ny avy eo anivon’ny CIRGN na ny fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena Antananarivo, tarihin’ny jeneraly Njatoarisoa Andrianjanaka,

J. Mirija

L'express de Madagascar43 partages

Musique – Hanitra sur la scène du Festival de Bellac

Auteure, compositrice et interprète d’exception. Forte d’une carrière internationale exemplaire, Hanitra Ranaivo continue à émerveiller de sa voix, les mélomanes de l’Hexagone. Affichant fièrement l’étendard de sa patrie partout où elle se présente, mais surtout à travers sa musique, Hanitra que la majorité connait comme étant l’unique voix féminine du mythique groupe Lolo sy ny tariny, ne cesse de gagner en popularité Outre-mer.

Si elle se fait rare sur la scène nationale, elle enchaine effectivement les dates et les festivals internationaux. Ce 8 juillet, elle participe au Festival Bellac en France sur la scène des Jardins du Théâtre. Excellant aussi bien au chant qu’à la guitare, la chanteuse de « Omeko anao » s’y redécouvrira à travers un trio franco-malgache. Jean Marc Bontemps l’accompagne à la guitare, tandis que Pascal Bouterin sera à la batterie et aux percussions.

Chantant aussi bien la mélancolie que la joie, de même que le romantisme dans toute sa splendeur, Hanitra honore surtout la femme à travers sa musique. Elle continue à entamer tambour battant sa carrière, et a déjà trois albums à son actif, où le « World music » conjugué avec du folk et des mélodies plus rythmées illustrant Madagascar se retrouvent.

« Omeko anao » qu’elle a auto-produit, est sorti en 1998 puis réédité avec ARC Music Productions International en 2001. De même, « Any aminay » est auto-produit en 2010 et « Lasa » est produit par ARC Music Productions International, en 2016. Ce dernier dont elle continue la promotion à travers plusieurs dates dans toute l’Europe, s’affirme comme un vibrant hommage à la chanteuse Lhasa De Sela qu’elle admire. Après le Festival Bellac, Hanitra s’envolera pour l’Angleterre à Londres pour rejoindre la scène du festival « Tuned in London », le 19 juillet. L’album « Lasa » est disponible dans cinquante pays en version physique et sur l’ensemble des plateformes numériques en version digitale.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

Madagascar Tribune39 partages

Les forces de l’ordre mettent en garde les militants TIM

Après les branle-bas de combats d’hier 06 juillet quand les forces de l’ordre ont démonté les matériels du TIM prévus pour les festivités du 15ème anniversaire, les autorités HVM ont mis en garde voire menacé les militants TIM qui veulent joindre Mahamasina ce 08 juillet. Les forces de l’ordre ont ainsi fait savoir une fois de plus qu’il est interdit au TIM de fêter quoi que ce soit à Mahamasina ce week-end, et tous ceux qui oseront enfreindre cette règle seront punis en conséquence. Le chef de l’Emmoreg a même expliqué que les forces de l’ordre descendront dans les fokontany pour recommander aux citoyens qu’il n’y a plus de raison de venir à Mahamasina et surtout qu’ils n’en ont pas intérêt car c’est interdit ; des mesures seront prises à l’encontre de ceux qui persistent à ne pas observer cette interdiction.

Pour le moment, le leader du TIM Marc Ravalomanana demande à ses partisans de ne pas abandonner et de venir nombreux à Mahamasina. Reste à savoir s’ils vont répondre présents vu la menace directe qui pèse sur eux. Les commentaires à propos de cette annulation de la célébration des 15 ans du TIM dictée par la Préfecture vont bon train. Le président du Conseil municipal de la ville persiste et signe que l’annulation est illégale et qu’il envisage des poursuites judiciaires tout en laissant entendre que le Conseil municipal réuni en assemblée extraordinaire est solidaire du président du TIM. Lalatiana Ravololomanana qui n’a pas été informée de cette réunion déclare que c’est une affaire du TIM et non du Conseil. En tout cas, des suggestions pour le site d’Antsonjombe ou pour le site de Magro à Tanjombato ont été évoquées dans les médias pour éviter toutes confrontations.

Les représentants des ambassades accrédités à Madagascar comme l’ambassade des Etats Unis demandent également à leurs ressortissants de faire attention et surtout de ne pas fréquenter les lieux et les alentours de Mahamasina et du centre ville aujourd’hui 07 et demain 08 juillet.

Par ailleurs, la marche silencieuse des journalistes membres du mouvement pour la liberté d’expression MLE est également interdite. Bref, seul le parti présidentiel HVM peut bouger et manifester !

Tia Tanindranaza35 partages

Kaominina Antananarivo Renivohitra“Tsy maintsy hiaro tena izahay”

Misy ny antsirambina nataon’ny fitondram-panjakana foibe, tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna Analakeky, izay nisian’ny filatsahan’ireo miaramila maro mirongo basy.

 Teo koa ny latsak’alina tetsy Anosipatrana tamin’ny fangalana an-keriny ny kamio izay tsy nisy taratasy, ary vao ny alarobia teo ny teny amin’ny kianjan’i  Mahamasina, izay nidiran’ ny Emmo-reg fotsiny amin’izao tsy misy alalana kanefa ny Fiadidiana ny tanànan’Antananarivo no miandraikitra ny  fitantanana ny kianja. Tsy tokony  hatao toy ny biby fampitahorana ny fanjakana. Ny herim-panjakana toy ireny mantsy dia entina hampisehoana fa tany tsy misy lalàna sy tsy misy mifehy ny fananam-panjakana izay tantanin’ny kaominina. Manameloka ireny fihetsika ireny ny filankevitra monisipaly satria  tsy hidikidirana fahatany ny kianjan’ i Mahamasina. Hentitra ny fanambarana omaly alakamisy 6 jolay 2017 manolona ireny toe-javatra ireny. Olona voafidim-bahoaka ny filankevitry ny tanànan’Antananarivo Renivohitra ary misy ny fahefana izay nomena azy ireo ka mahasarotiny azy, toy ny fiarovana ny fananan’ny kaominina, hoy ny filohany Andriambahoaka Faustin. Manamarina izany ny andinin-dalàna 2014 /020, izay manambara fa miandraikitra mivantana ny fananan’ny tanàna ny Ben’ny tanàna ary manara-maso ny fanatanterahana izany ny filankevitra.

Andrimasompokonolona

Miandraikitra ny fiarovana ny fananany ny kaominina. Araka izany dia omen’ny filankevitra monisipaly torimarika sy alalana ny mpanatanteraka amin’ny fiarovana ny fananany amin’ny fomba rehetra. Asiana ny Andrimasompokonolona na andro na alina. Mampitandrina ny filankevitra ho an’ireo izay mbola minia  manao zavatra tsy ara-dalàna. Raha tsapa kosa anefa fa tsy vita ny fiarovana dia hanainga ny vahoakan’Antananarivo izy ireo hiaro ny fananan’ny kaominina. Nohamafisin’ny mpanolotsain’ny tanàna ihany koa fa efa nomen’ny kaominina Antananarivo Renivohitra alalana ny Antoko TIM  ny amin’ny fampiasana ny kianjan’i  Mahamasina ary tsy mihemotra intsony. Manasa tanana ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny filankevitra ny amin’ny fitandroana ny fandriampahalemana ny amin’ny zavatra mety hitranga satria tsy azo antoka ny fidiran’ireo Emmo-reg izay  nanao latsak’alina tao amin’ny kianjan’i Mahamasina. 

Toky R

 

News Mada32 partages

Tourisme : sur les sentiers de l’Isalo, au pays des Bara

Au pays des Bara, le désert côtoie l’abondance, la sécheresse côtoie l’humidité, et la soif côtoie les sensations d’un bon bain parfois glacé… Situé dans l’Ihorombe, à environ 280 km de Fianarantsoa, c’est par la RN7 que vous atteindrez Ranohira, le point de départ pour partir à la découverte du parc national de l’Isalo étalé sur plus de 81.500 hectares. Nous voici dans l’un des plus beaux parcs naturels de Madagascar, où la magnificence n’a d’égale que le plaisir que l’on prend à le parcourir.

Zoom sur le parc national de l’Isalo

Avec 30.000 à 35.000 touristes passant dans le parc chaque année, situé en plein cœur de la commune rurale de Ranohira, Isalo, l’un des sites les plus visités de la Grande île, constitue le premier atout touristique de l’Ihorombe. Et avec des nouveaux sites à découvrir et à mettre dans la carte postale, tels que le circuit reliant le pic d’Ivohibe à Andringitra et celui du Saphir à Ilakaka, en partant de l’exploitation dans les carrières jusqu’au marché des saphirs, Isalo est un véritable sanctuaire de la nature. L’on peut aussi citer les grottes d’Andranomilitry à 10 km au Sud d’Ihosy.

Caractérisé principalement par un massif rocheux naturel, le parc national de l’Isalo ressemble à un champ de ruines de part son relief très atypique, rappelant le grand ouest américain, d’où également son surnom de «Colorado malagache». Composé de roches formées, il y a plus de 150 millions d’années, le parc alterne paysages désertiques et canyons verdoyants au sein desquels coulent de nombreuses rivières prenant leur source dans de magnifiques piscines naturelles, lui donnant un paysage absolument magnifique.

Ranohira ne paie pas de mine au premier abord, mais donne plutôt l’occasion d’observer de loin le massif d’Isalo. Les reliefs, en forme de plateaux, poussent vers le haut. En réalité, il s’agit de l’œuvre de l’eau et du vent, érodant les sols les plus tendres pour ne laisser que les plus durs affleurer.

La Reine de l’Isalo toujours au rendez-vous, sa fenêtre grande ouverte

La fenêtre de l’Isalo : c’est une arche en pierre à travers laquelle s’infiltrent les rayons du soleil, laissant place à un beau panorama. L’orientation de la fenêtre est telle que l’on peut y observer l’un des plus beaux couchers de soleil qu’on n’est pas près d’oublier de sitôt.

La Reine de l’Isalo : c’est le nom d’un rocher assez spécial, car sa forme rappelle étrangement la silhouette d’une reine avec sa couronne. Avantage : elle se situe directement au bord de la route et visible depuis la voiture.

Le massif du Makay, situé au Nord du parc national de l’Isalo offre un paysage impressionnant au même titre de l’Isalo. Doté d’une biodiversité exceptionnelle et méconnue, il est néanmoins plus difficile d’accès. Il vous faudra donc au minimum 6 jours de trek accompagnés d’un guide expérimenté pour le découvrir.

Randonnée dans les entrailles de l’Isalo

Randonner à Isalo, c’est passer de canyon en canyon. Et qui dit canyon dit généralement rivière. Si les plateaux du massif sont plutôt arides et peu boisés, les canyons plus ombragés et surtout humides favorisent une végétation luxuriante. Du sommet, descendre de belles pentes en direction de la vallée de quelques dizaines de mètres permet de voir le contraste de la végétation.

Plusieurs parcours sont possibles, allant d’une demi-journée à dix jours de trek ! Ce qui laisse imaginer la taille du parc… Une journée de randonnée serait un peu courte pour apprécier toute la splendeur des montagnes et canyons, mais suffisante pour profiter de cet instant magique.

Dans les sentiers battus menant dans les entrailles du parc, l’on peut tomber à tout moment nez à nez avec un ou des groupes de lémuriens peu farouches, visiblement habitués à l’homme ou encore des groupes d’oiseaux dont les célèbres «Merles des roches», une espèce qui n’existe nulle part ailleurs que dans l’Isalo.

Dès lors, une courte marche d’une heure vous permettra de rejoindre le premier oasis du parcours : la piscine naturelle classée numéro 1 parmi les dix plus belles piscines naturelles du monde par le site Topito Voyage. Il est aussi possible de rejoindre la piscine bleue, la piscine noire ainsi que la cascade des Nymphes, à 2 km du parking. Ce sont des points d’eau claire et pure au milieu d’une végétation luxuriante, ce sont autant de merveilles à découvrir !

Quittant ces piscines naturelles, d’autres petits chemins s’enfoncent aussi dans les contrées désertiques où parfois l’ombre et le passage d’un courant d’eau ont permis à la végétation de prendre le dessus sur la sécheresse ambiante.

Un marathon pour booster le tourisme

Pour booster le tourisme, tant dans cette partie de l’île que dans l’ensemble du  pays, les promoteurs du secteur n’ont de cesse d’initier des programmes attractifs (randonnées, raids, marathons…), dont le but est de repositionner la destination Madagascar. Et c’est dans cette optique que s’est déroulée le 18 juin dernier la première édition du «Marathon de l’Isalo», organisé par le tour opérateur américain Marathon Tours and Travel en collaboration avec l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), Madagascar national parks (MNP), ainsi que l’Office régional du tourisme Isalo Ihorombe.

Raison sportive certes ! Mais la manifestation a revêtu des visées surtout touristiques dans la mesure où elle cadre dans la nouvelle stratégie de l’ONTM par rapport à son nouveau branding «Madagascar, Treasure Island», axé autour d’un marketing affinitaire. Une nouvelle stratégie pour booster la vente de la destination Madagascar en tant que marque.

Pour cette première édition, l’événement a attiré un peu plus de 80 coureurs des Etats-Unis, de l’Afrique du Sud, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et des Pays-Bas. Ces sportifs sont arrivés à Madagascar le 13 juin pour visiter le pays, avant et après la course. Un itinéraire qui comprend bien entendu la visite de la capitale et du parc national de l’Isalo, ainsi que de la réserve d’Analamazaotra à Andasibe et Morondava et du Menabe.

La promotion continue

«L’objectif est atteint pour cette première édition, et d’ores et déjà, nous comptons doubler le nombre des participants étrangers afin d’accompagner la promotion du tourisme, notamment dans la région», a déclaré Mohamed Ali Joma PCA de l’Office régional du tourisme Isalo Ihorombe. Le festival de danse traditionnelle «Karitaka» prévu en septembre se profile déjà à l’horizon.

Page Réalisée par Arh

 

L'express de Madagascar27 partages

Journée sans plastique – L’ADN montre un bon exemple aux jeunes

La jeunesse politique était au rendez vous. Dans le cadre de leurs activités, les jeunes du parti libéral ADN se sont mobilisés à travers deux actions.

 Les jeunes ADN ont organisé une conférence débat axée sur le thème « Lutte contre la pauvreté/ Changement de structure politique à Madagascar ?», le 1er juillet dernier dans les locaux du Parti.La conférence débat a permis aux membres de débattre sur les véritables enjeux liés à la pauvreté à Madagascar.En tant que jeune représentant du parti ADN, Andry Andriamandroso enseignant chercheur, a rappelé que depuis toujours, les dirigeants ne tiennent pas compte des véritables besoins de la population malgache. Les valeurs libérales défendues par le parti « Arche De la Nation » placent l’homme au centre de ses actions et prend en considération les véritables aspirations du peuple à la base. La lutte contre la pauvreté figure parmi les problématiques qui minent le développement du pays. Le parti ADN, en tant que parti progressiste, ne cesse de chercher des solutions avec tous les partenaires locaux, nationaux et internationaux afin d’établir un projet de société adapté à la résolution de  ce grand fléau.

Ecologisme

Une des solutions proposée par le jeune parti est le lancement du livre  «  Refondation de ma nation – Fédéralisme sahaza : Pourquoi ? Comment ? » (Fanorenana Ifotony – Federalisma Sahaza : Nahoana ? Ahoana ?). Le changement du système reste incontournable pour faire sortir Madagascar dans la pauvreté. Un avis partagé par les intervenants et l’assistance.

Toujours dans le cadre des activités du mouvement des jeunes ADN, ces derniers ont célébré la journée internationale sans plastique dans le Fokontany d’Andranomahery Ankorondrano. Une « opération de nettoyage à la base » a été faite avec la participation du Chef Fokontany d’Andranomahery et sa population.La protection de l’environnement est l’une des priorités du parti Libéral ADN et figure également dans les valeurs libérales mondiales que le parti défend. Force est de rappeler que le Chef de File National du parti ADN, Edgard Razafindravahy, a présidé une session portant sur le thème : « Environnement » à Andorre lors de l’Assemblée Générale des libéraux dans le monde, en mai. Il a avancé plusieurs solutions comme l’utilisation des énergies renouvelables.

L'express de Madagascar27 partages

Plaintes pour corruption

Selon le rapport annuel d’activité du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour le compte de l’année 2016, quatre secteurs sont les plus concernés par les plaintes pour corruption, à savoir les Collectivités territoriales décentralisées (CTD), la gendarmerie nationale, l’éducation nationale et l’administration foncière. Dans son plan d’action pour cette année 2017, par ailleurs, le Bureau d’Ambohibao compte s’atteler à avoir des résultats tangibles dans la lutte sur des secteurs jugés stratégiques par leur importance dans la vie nationale, notamment la Justice, la police, la gendarmerie, les finances publiques, l’éducation et la santé. La guerre contre la corruption dans les exploitations illicites des ressources naturelles et minières, ou encore, l’exportation illicite de bovidés ne seront pas non plus en reste.

L'express de Madagascar25 partages

Célébration à Mahamasina – Le Tim et l’Emmo campent sur leur position

Rapport de force. Le bras de fer entre l’État, par l’intermédiaire du préfet de police et le parti Tiako i Madagasikara (Tim), quant à l’organisation par cette dernière de la célébration de son XVe anniversaire, samedi au stade muni­cipal de Mahama­sina, ne semble pas s’atténuer.À l’écoute des différentes interventions et informations d’hier, la tension entre les deux parties est en train de monter en crescendo, au fur et à mesure que l’échéance approche. Durant une conférence de presse, hier, le général Njatoarisoa Andrian­janaka, commandant de la Circons­cription inter-régionale de la gendarmerie nationale (CIRGN) a bétonné l’interdiction de l’évènement que le Tim compte organiser.La décision d’interdiction a été annoncée par le général Angélo Ravelonarivo, préfet de police d’Antana­narivo, lundi. Selon le commandant de la CIRGN, « la décision du préfet de police est claire. Cette manifestation est interdite ». Aussi, l’officier général a-t-il intimé les partisans du Tim de ne pas venir au stade de Mahamasina. Selon ses explications, la restriction de l’accès au lieu, dès la soirée de mercredi, est une manière d’affirmer cette interdiction, et d’« éviter un éventuel affrontement ».À Mahamasina hier, il a été constaté que les grilles étaient surveillées par des éléments des forces de l’ordre. Des hommes de l’État-major mixte opérationnel (Emmo), postés devant l’entrée du stade ont filtré ceux qui pouvaient y entrer ou non. Seuls les employés ayant des badges ont pu le faire. Certains n’ont été autorisés à y rester que le temps de prendre quelque matériel. Pour l’échéance de samedi, le général Andrianjanaka martèle vouloir éviter l’affrontement.

ClashÀ entendre l’officier général toutefois, en cas d’entêtement de l’autre partie, les plans prévoient un dispositif et des munitions en cas de clash. En face, les ultimatums des différents responsables ne semblent pas impressionner. À l’issue d’une réunion hier, la position du bureau politique du Tiako i Madagasikara est restée figée.« Le Tim persiste et signe. La célébration du XVe anniversaire du parti se tiendra au stade Mahamasina », soutient un membre de la formation politique conduite par Marc Ravalo­manana, ancien président. Une posture confirmée par un député Tim contacté. Selon ses explications, le parti de l’ancien chef d’État ne semble pas envisager un affrontement avec l’Emmo. À l’entendre, une tractation se déroulerait en coulisses pour convaincre les autorités de leurs intentions.Les responsables étatiques basent leur position sur des renseignements indiquant un risque de jonction entre la célébration organisée par le parti du résident de Faravohitra, et la marche que prévoit le Mouvement pour la liberté d’expression (MLE), soutenu par des organisations syndicales, pour marquer la première année de l’adoption du code de la communication, ce jour.Certains politiciens compteraient profiter de l’affluence de ces rendez-vous pour déclencher une réaction en chaîne d’actes de déstabilisation. Pour affirmer que leur initiative n’a aucun lien avec celle du TIM, comme le soutiennent les autorités, le MLE, lors d’une conférence de presse, hier à Antani­mena, a déclaré que la marche pour la liberté d’expression est reportée au 22 juillet. Le Tiako i Madagasikara, n’est visiblement pas encore décidé à en faire autant.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada24 partages

Fanafoanana ny hetsiky ny Tim eny Mahamasina : vonona amin’ny fifandonana ny Emmo/Reg

Ho raikitra ihany sa tsia ny hetsika fankalazan’ny Tim ny faha-15 taony eny Mahamasina izay rarany fitondrana foibe? Vonona amin’ny fifandonana ny Emmo/Reg…

 

« Izahay manokana mahita fa tsy manana tombontsoa velively hisian’ny fifandonana. Koa raha mbola misy ny azo atao: aleo mifanaja isika mba samy mijanona, rehefa hoe tsy azo atao ilay izy. Manjary tonga amin’ny zavatra hafa no hiafarany. »

Io no nambaran’ny eo anivon’ny Emmo/Reg, faritra Analamanga, notarihin’ny jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa, teny Ankadilalana, omaly, momba ny fanafoanan’ny fitondrana foibe ny hetsika fankalazan’ny Tim ny faha-15 taony eny amin’ny kianjaben’i Mahamasina, rahampitso.

« Mba tsy hahatongavana amin’izay fifandonana izay: mieritreritra izahay fa alefa aloha lavitra ny fandaminana », hoy ihany ry zareo. Rehefa tsy misy ny fanorenana kojakoja amin’ny hetsika ary tsy hisy izany hatao ao Mahamasina, roa andro mialoha: mba mahafantatra ny olona hoe tsy hisy izany ary tsy azo atao. Izay no nahatonga ny fepetra fanalana ireo kojakoja mialoha.

Lazaina fa hendry ny vahoakan’Antananarivo

 

Mieritreritra ireo mpitandro filaminana fa manana vahoaka hendry Antananarivo. Koa rehefa voalaza fa hoe tsy azo atao ny mandeha ao Mahamasina, mba samy hanaja an’izay ny rehetra. Hiezaka hanentana ny olona eny anivon’ny fokontany ry zareo, fa tsy misy antony handehanana ao Mahamasina. Tsy misy na inona na inona hitranga ao.

Nefa raha misy ihany ny miziriziry: tsy maintsy atao ihany izay handresena lahatra azy, fa tsy tsara ny fiziriziriana. Tsy maintsy misy ny fepetra hentitra raisina mba hahazoana manatanteraka ny fandaminana. Manentana izay mbola mieritreritra hivezivezy sy handeha ao Mahamasina ry zareo, na efa fantatra izao aza fa tsy azo atao ilay hetsika.

« Nahazo ny fakan’ny fanjakana anay izahay ato amin’ny fitandroana ny filaminana, hampihatra ny fahefam-panjakana milaza fa tsy azo atao ilay fihetsiketsehana », hoy ihany ry zareo.

Manakorontana ny mpitondra sy ny mpitandro filaminana

 Tsy ny mpitondra sy ny mpitandro filaminana ve no tena manakorontana amin’izao raharaha izao? Tsy afa-namonjy ny asa, ohatra, ny mpiasan’ny kaominina, omaly, afa-tsy ireo mpiambina ny kianja sy izay mipetraka ao.

Fahazoan-dalana amin’ny hetsika efa nomena mialoha, nefa nolavina tampoka noho ny antony politika. Foronina sy ampangotsohina olona amin’izany ny hoe ahina ny mety hisian’ny fanakorontanana. Hisy zava-banona ve eto amin’ny firenena, raha foanana avokoa izay raharaha na hetsika ahina hisy hanakorontana? Ny fitandroana filaminana no tokony hohamafisina.

Tsy ny fahalalahana maneho hevitra ihany no voatohintohina amin’izao, fa tsy takona afenina koa ny halemena sy hakanosan’ny mpitondra. Raha lazaina ho hendry ny vahoaka, mba inona kosa ny mpitondra sy ny mpitandro filaminana amin’izany?

R. Nd.

L'express de Madagascar21 partages

Tourisme en Afrique – Le marché malgache absent du tableau

Le tourisme africain serait un potentiel à exploiter. Pour tirer profit de ce marché, des mesures doivent être prises dont la promotion de Madagascar.

Beaucoup reste à faire. Les Africains pourraient représenter un grand potentiel pour le marché du tourisme en Afrique. D’après le rapport 2017 de la conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), en Afrique, quatre touristes internationaux sur dix sont Africains. Ce chiffre est beaucoup plus intéressant pour l’Afrique subsaharienne. Les touristes africains représentent les deux tiers des arrivées. En ce qui concerne Madagascar, l’arrivée des touristes originaires du continent reste encore très faible.C’est le résultat d’une absence de promotion auprès du continent africain. Car jusqu’ici, le seul évènement auquel Madagascar a participé reste l’Indaba en Afrique du Sud. « Le développement du marché touristique nécessite une grande promotion auprès des voyageurs internationaux. Le budget dont on dispose actuellement ne nous permet pas de cibler le marché africain », a souligné Joel Randriaman-dranto, président de l’office national du tourisme de Madagascar (ONTM). Toutefois, il reste très optimiste sur l’évolution de la situation. « L’arrivée des deux nouvelles compagnies aériennes, comme Kenya Airways et Ethiopian Airlines est déjà un bon signe pour le marché malgache. La compagnie éthiopienne nous ouvre un nouvel horizon», soutient ce responsable.

Demande accruePar ailleurs, le rapport du CNUCED démontre que « contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les Africains qui tirent de plus en plus la demande touristique en Afrique ». « Pour mettre le potentiel du tourisme intrarégional au service de la croissance économique du continent, les gouvernements africains devraient prendre des mesures pour libéraliser les transports aériens, promouvoir la libre circulation des personnes, garantir la convertibilité des monnaies et, surtout, reconnaître la valeur du tourisme africain et l’intégrer dans leurs plans », recommande le rapport.Si l’Afrique du Nord était la principale destination touristique du continent, le tourisme reste, toutefois, un secteur clef dans les petits États insulaires en développement (PEID) d’Afrique. En fait, les trois pays où le tourisme contribue le plus au PIB sont tous des PIED. Il s’agit des Seychelles (62 %), de Cabo Verde (43 %) et de Maurice (27 %). Ces pays, qui sont, pour la plupart, relativement petits, comptent également parmi les plus dépendants des exportations de services.

Lova Rafidiarisoa

Madagascar Tribune12 partages

Douche froide, mais ce n’est que partie remise

Des membres du bureau du Mouvement pour la liberté de la presse (MLE) ont rencontré la presse ce 6 juillet 2017 pour annoncer l’annulation de la « marche silencieuse » ou marche pacifique qui devait se dérouler ce jour 7 juillet 2017. L’entreprise est reportée le 22 juillet prochain et la forme qu’elle prendre sera précisée ultérieurement. Ce report a été décidé pour démontrer qu’il n’y a aucune jonction ni caractère ou dessous politique et encore moins lien quelconque avec la célébration du 15 anniversaire du parti de Marc Ravalomanana et la célébration du premier anniversaire du MLE et à la fois célébration de l’anniversaire du refus du « code liberticide » ou Code de la communication, fait comprendre Fetra Rakotondrasoa, porte-parole du MLE. La détermination des autorités gouvernementales qui ont réquisitionné les forces de l’Emmoreg a eu raison du MLE dans sa démarche à laquelle pourtant divers mouvements et plateformes politiques –Dinika Fanavotam-pirenena (DFP), Forces de changement, Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM)… ont déjà exprimé leur totale adhésion et entière participation. Maharavo Tolojanahary du DFP et des Forces de changement, Rado Rabarilala du syndicat des employés d’Air Madagascar et au nom du SSM, ont tous deux déjà sensibilisé leurs collègues du SSM de venir se joindre à la marche du MLE. Une marche qui devait donc aux yeux de ceux qui réclament à cor et à cri la démission du gouvernement ou un gouvernement d’union refusé par le parti au pouvoir, se présenter comme une démonstration de force ou un défi au régime. En tout cas Fetra Rakotondrasoa et Lalatiana Rakotondrazafy parlant au nom des membres du MLE, assurent que ce n’est que partie remise et que la prochaine initiative sera plus intense avec une autre envergure apparemment ; c’est reculer pour mieux sauter.

C’est la cinquième manifestation du MLE depuis sa naissance. Cette marche silencieuse devait être une marche encadrée depuis Ankorondrano jusqu’à la stèle de l’Ordre des journalistes à Soarano. Les organisateurs cette marche ont assuré qu’il n’y aura aucun équipement ni matériel sonore durant la marche mais les accoutrements, banderoles et pancartes suffisent.

News Mada11 partages

Prix du riz : des fluctuations à la hausse constatées

la barre des 2.000 ariary est de nouveau atteinte pour le prix du riz sur l’ensemble des marchés d’Antananarivo depuis plus d’une semaine. Le prix du riz local dont le makalioka et le vary gasy atteint même  2.200 ariary/kilo, selon la qualité.

Les principaux marchés de la capitale comme Analakely, Mahamasina, Anosy ou encore Andravoahangy, affichent des prix presque similaires. A Mahamasina par exemple, le kilo de vary gasy coûte 2.100 ariary, le makalioka s’achète entre 1.900 et 2.000 ariary, le riz de luxe à 2.000 ariary et le prix du kilo du riz importé varie entre 1.700 et 1.800 ariary.

Les détaillants questionnés sur les raisons de ces variations de prix irrégulières n’ont souvent d’autres réponses que la diminution de l’offre notamment au niveau des grossistes. Spéculation ou pénurie réelle ? Autant d’interrogations qui laissent perplexes les consommateurs.

Quid des importations ?

Pour parvenir à nourrir toute la population et compenser la période de soudure, Madagascar a importé cette année plus de 240 000 tonnes de riz. Lors de la réunion entre les opérateurs en riz et les

fournisseurs, concrétisée par une convention de partenariat avec l’État par le biais du ministère du Commerce et de la Consommation, le 23 juin dernier, Soloalitiana Rakotomanga, directeur général de la Consommation et de la Concurrence au sein du ministère du Commerce et de la consommation a fait savoir que 200.000 tonnes de riz seront importées pour le reste de l’année jusqu’en 2018.

« Le volume d’importation dépendra de la demande des opérateurs à Madagascar. Il appartient effectivement aux fournisseurs et opérateurs de définir les prix et le mode de distribution. L’Etat intervient en tant que facilitateur dans les processus », a-t-il expliqué. Une condition s’impose en tout cas, les magasins de stockage doivent désormais obtenir un agrément de la part du ministère pour pouvoir importer. Cela devrait entre autres faciliter les contrôles.

Arh.

News Mada11 partages

Journée internationale de la musique : Voots Kongregation au diapason

Voots Kongregation a annoncé officiellement hier qu’il est le premier à célébrer la journée internationale de la musique, le 1er octobre prochain. Sur ce, un grand évènement baptisé «Hay» sera au programme.

 «Les Malgaches ont l’habitude de célébrer la fête de la musique  qui se déroule tous les 21 juin. A partir de cette année, Voots Kongregation a choisi d’honorer la journée internationale de la musique qui se tient tous les 1er octobre au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina. Une grande première à Madagascar», a annoncé Imiangaly, hier, lors de la conférence de presse qui s’est tenue à Ampandrana.

Le programme déjà fixé

Effectivement, il est encore assez tôt pour annoncer l’évènement, mais Voots Kongregation lance un appel aux autres partenaires ou associations pour organiser, en bonne et due forme, l’évènement. Ainsi, le programme est déjà élaboré. La journée commencera à partir de 10 heures avec un carnaval, sous le nom de «Fetibe». Ensuite la scène sera ouverte aux artistes venus de différentes régions de la Grande île. L’inscription pour y participer est actuellement ouverte.

«Actuellement, une vingtaine de groupes ont déjà annoncé leur participation à cet évènement», a-t-elle ajouté. Ainsi, presque tous les genres de musiques seront véhiculés en allant du traditionnel au rock en passant par le jazz et l’électro…

«Au fait, notre objectif est de dévoiler au grand public, le genre musical qui est rarement diffusé dans les chaînes télévisées locales», a expliqué la chanteuse. C’est pour cette raison que Voots Kongregation a décidé de baptiser l’évènement «Hay», inspiré de l’élocution malgache «Hay ve !» qui exprime positivement un étonnement. «Sinon, ce titre a plusieurs connotations pour nous, il signifie aussi le savoir, la connaissance, ou encore notre groupe, notre musique, notre culture», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

 

Orange Madagascar8 partages

Prix des internautes, le FabLab Solidaire Mamiratra de Madagascar remporte 15.000 euros

Les prix du challenge #Imake4MyCity ont été remis ce jeudi 6 juillet à 20 heures, à l’Orange Vélodrome de Marseille. Les FabLabs Solidaires Mamiratra de Madagascar, Breakers d’Espagne et Cap Sciences de Bordeaux ont été récompensés chacun par un prix de 15 000 euros. Créés dans les FabLabs Solidaires par des jeunes sans qualification, ces projets sont des solutions numériques qui facilitent la pratique sportive de personnes ayant des difficultés. 17 équipes de jeunes dans 7 pays ont participé à cette 2ème édition du challenge international des FabLabs Solidaires.

Le prix des internautes

Entre le 17 juin et le 4 juillet, vous avez été près de 27 000 à voter pour soutenir les projets sur fondationorange.com. Au final, le prix des internautes est revenu au FabLab Solidaire Mamiratra de Madagascar, pour son projet de main bionique pour la pétanque. Très soutenu en ligne, ce projet est une solution pour les personnes amputées d’un avant-bras afin qu’il puissent continuer à pratiquer leur sport.

Le prix coup de coeur de la candidature Paris 2024

Un prix spécial associe le challenge et son thème « le sport pour tous », aux valeurs de partage et de dépassement portées par la candidature de Paris à l’organisation des prochains Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Ce prix coup de coeur a été attribué au FabLab Cap Sciences de Bordeaux.Réalisé par 5 jeunes, le projet "La boccia pour tous" a été récompensé pour son originalité et son utilité pour favoriser la pratique de ce sport paralympique. Ce très beau projet souligne tout le potentiel du numérique pour les personnes avec handicap.

Le prix du jury

Il récompense un projet à la fois collectif, solidaire avec un accompagnant pédagogique fort. Attribué par un jury de quatre personnes, ce prix a été remis aux FabLabs Breakers qui regroupent des FabLabs dans 5 villes d’Espagne. Le jury a été séduit par la dimension collective des projets. Des projets innovants qui répondent à notre priorité, utiliser le numérique pour permettre aux personnes éloignées, isolées, désocialisées d’accéder à la pratique sportive.

Les 14 autres projets à découvrir reflètent également la créativité et le talent des jeunes accueillis dans les FabLabs Solidaires. Ils font tous la preuve des compétences acquises ou stimulées au FabLab : compétences techniques, inventivité et capacité de travailler en équipe.

Midi Madagasikara8 partages

Portrait: Carole Rakotondrainibe: Etre femme, serial entrepreneur et épanouie, c’est possible !

Carole L. Rakotondrainibe, femme serial entrepreneur et fière de l’être.

Carole Rakotondrainibe conjugue le verbe « entreprendre » au féminin, avec passion et brio. Effectivement comme elle le dit : « Non, contrairement à ce que le laisse supposer la tradition littéraire ou la culture malgache, les femmes ne sont pas des « fanakamalemy » ; il suffit de choisir d’être forte et de l’assumer, pour devenir acteur de changement et moteur de développement ».

Devenir entrepreneur ne s’improvise pas, cela s’apprend, bien que la force de caractère, les circonstances de la vie, l’audace et l’esprit entrepreneurial demeurent prépondérants dans la réussite d’une carrière d’entrepreneur. Carole Rakotondrainibe ne s’est pas réveillée un beau matin en s’auto-proclamant entrepreneur…Il lui a fallupasser par plusieurs étapes, parfois peu évidentes, mais toujours avec cette ambition et cette envie de réussir- sans oublier le savoir-faire et le savoir-être.

Parcours. Son bac en poche, elle s’est perfectionnée en informatique avant d’intégrer un poste de commercial au sein du groupe Antaris pendant 5 ans, au terme desquels elle était ressortie en tant que chef de produits. Elle a ensuite intégrél’entreprise familiale iBuy IT Services, une SSII- meilleur distributeur de Microsoft à Madagascar à l’époque- en tant que Directrice Commerciale. Grâce aux prouesses de vente qu’elle a réalisées au sein de cette boîte, Microsoft l’a remarquée et lui a proposée de travailler pour eux, proposition qu’elle a finalement acceptée en 2006. Durant 10 ans donc, elle a été « Business Development Manager Citizenship Program » de Microsoft tout en étant chargée du programme d’action citoyenne de ladite boîte. Entretemps, dans le dessein de se perfectionner et de « se structurer » elle a entrepris des recherches corollaires à ses domaines de prédilection : l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies. Recherches qui l’ont menée à intégrer un cursus au sein de la HEC Paris -entre autres avec le soutien et selon les conseils d’un être cher- en vue de l’obtention d’un CESA Certificat de Perfectionnement Management de l’Environnement International, son mémoire de fin d’étude sur le « développement de l’entreprenariat à Madagascar », avec lequel elle était sacrée major de sa promotion. Un « petit » détail qui fait la différence ! Elle souligne qu’une éducation et une instruction réussies forment le précieux sésame pour la réussite professionnelle, mais qu’être bardé de diplômes ne vaut pas grand-chose si le savoir-vivre, le savoir-faire et le savoir-être qui devraient aller avec ne sont pas au rendez-vous. Or quand les qualifications manquent, nous ne pouvons aller bien loin, surtout en entrepreneuriat. Il est donc question de juste milieu.

Entrepreneuriat.Croyant fort que l’entrepreneuriat est un moteur de développement, bien que l’esprit entrepreneurial fasse encore défaut à Madagascar, Carole s’est également lancée dans l’entrepreneuriat et comme son tempérament laisse le présager, elle n’a pas fait dans la demi-mesure ! Affichant plusieurs casquettes à la fois, elle assume parfaitement cette diversification, qu’elle considère comme un atout : chefs de projets chez Hay Madagascar- ONG oeuvrant pour le développement social grâce à la démocratisation des NTIC-, fondatrice et directrice artistique chez Tanako Madagascar, fondatrice de www.restaurants.mg, consultante du Goticom, Vice-présidente du GEN (Global Entrepreneurship Network), membre du Business and Professional Women, etc. En plus de tout cela, elle est mariée et mère de deux enfants, donc l’entrepreneuriat n’est pas indissociable de la vie de famille ! En prendre de la graine ne serait pas inopportun !

Luz R.R

Madagate6 partages

Madagascar. Des nouveaux billets, dont celui de 20.000 ariary, un peu trop colorés

Effectivement, pour le bling bling, Madagascar n’est pas un pays pauvre. Aussi, je me demande bien pourquoi les dollars en billets, une des monnaies les plus fortes du monde, ne comporte qu’un minimum de couleurs. Et pour ce qui est du billet de 500 dollars, il a été retiré de la circulation le 14 juillet 1969. Or, il est certain qu’imprimer des billets aussi bigarrés coûte assez cher. Malheureusement, le mot «transparence» est inconnu dans la Grande île de l’océan Indien, en matière de finances publiques. Cela dissuadera-t-il les faux monnayeurs pour autant?

En attendant on-ne-sait-vraiment-plus-quoi, voici donc les nouveaux billets de banque de Madagascar qui seront bientôt mis en circulation.

**************************************

Jeannot Ramambazafy – 7 juillet 2017

Midi Madagasikara6 partages

Développement agricole: Appui de Guanomad aux paysans d’Ambohibao Antehiroka

Lors de la remise de 5 tonnes d’engrais aux paysans bénéficiaires.Un projet d’appui au développement agricole a été mise en œuvre dans la commune rurale d’Ambohibao Antehiroka. C’est une initiative du président national de l’association « Ho Maitso ny Tontolo », qui plus est le PDG de la société Guanomad, spécialisée en matière de production d’engrais biologique à base de guano. Cela entre également dans le cadre du partenariat entre cette association et l’entreprise ainsi que le Lions Club Ambohibao Laka. A cet effet, « Ho Maitso ny Tontolo » a effectué une donation de 5 tonnes d’engrais à la commune hier. Plus de 1 200 paysans en bénéficieront. Cet appui contribuera ainsi à améliorer la productivité agricole de ces petits exploitants agricoles. Notons que ce partenariat a déjà débuté par la construction d’une laverie au profit de la commune Ambohibao Antehiroka qui s’est tenue le 1er juillet dernier. Ce sont des projets qui ont été mis en œuvre en collaboration avec l’immédiat past président de Lions Club Ambohibao Antehiroka, en la personne de Lova Razafiarison, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madagate5 partages

Madagascar. Père Pedro Opeka: reçu à l’Elysée par Brigitte Macron

LE PÈRE PEDRO OPEKA ET BRIGITTE MACRON AU PALAIS DE L'ÉLYSÉE, LE 4 JUILLET 2017

 

News Mada3 partages

Dédé Fenérive : tsy nisy tonga nanome voninahitra ny manam-pahefana!

Notanterahana, ny alarobia 5 jolay teo, ny fanaovam-beloma farany ny noho mangatsiakan-dRabemanantsoa Bertrand Régis, fantatry ny maro amin’ny hoe Dédé Fénérive. Avy nandrasana tao amin’ny kianja mitafo Soavita ao Toamasina, ka tokony notolorana ny mari-boninahitra “Commandeur de l’Ordre National malagasy” izy, tamin’io fotoana io.Toy ny mahazatra amin’ny fanomezam-boninahitra taha izao, efa niatrana teny an-toerana ireo mpitsoka mozikan’ny tafika. Akory anefa ny hagagan’ny mpanotrona rehetra, fa tsy nisy solotenam-panjakana na dia iray aza, nanao ny fanomezam-boninahitra…Samy tsy tao na olom-boafidy na olom-boatendry, izay afaka manome ny voninahi-pirenena efa voatokana ho an’ity andrarezin’ny mozika kaïamba ity. Ny loholona iray ihany no nanatrika teo, kanefa tsy afaka nanatontosa izay fametrahana ny galona izay.Vokany, tsy tontosa ny fombafomba ara-panjakana, fa avy hatrany dia nitanjozotra nihazo ny fiangonana FJKM Betela, Tanambao V ny razana sy ny mpanotrona, nialoha ny nanitrihana ny nofo mangatsiakan’i Dédé Fénérive tao amin’ny fasana kaominaly ao Anjoma.

Sajo

 

Orange Madagascar3 partages

La patine de meubles à portée de main

Maxime Clouard, l’instigateur du projet Vaza Art Décor à Madagascar, proposera deux sortes de formations à savoir une formation de 30 heures (du 17 au 22 juillet) et une autre formation de 60 heures (du 17 au 29 juillet) sur l’art de la patine de meuble. Ces formations seront dispensées à Andrainarivo à côté du ministère de la Décentralisation).

La patine décorative donne une nouvelle  vie aux meubles et objets démodés ou abîmés. Maxime Clouard proposera ainsi différentes techniques de matières où il apprendra durant ces deux formations, à ses impétrants, à jouer avec les couleurs et les pigments.

En stage ou en formation à la carte, les bénéficiaires de ces formations pourront facilement réaliser différentes patines raffinées et personnelles, assorties ou non de motifs ornementaux peints d’inspiration classique ou contemporaine.

Diverses techniques y seront donc proposées dont la préparations des supports et réalisation des fonds avant patines, les études de la couleur appliquée à la décoration, les études techniques de la réalisation des patines et du motif, la réalisation des patines elles mêmes et enfin les finitions.

Les stagiaires bénéficieront donc de toutes les bases nécessaires pour réaliser une patine durable et de qualité.

La première formation d’une semaine ou de 30 heures, consistera à une formation de base sur la patine classique, la patine vieillie, la patine laquée, la patine essuyée ou encore la patine cordée.

Durant cette formation, les stagiaires pourront apporter eux-mêmes leurs propres meubles à patiner. Et à l’issue de cette semaine de formation, ils en repartiront avec leurs propres meubles, patinés suivant leurs propres imaginations, tout en respectant les normes de patinage durables et de qualité.

La seconde formation concerne les patines décoratives. Les stagiaires apprendront les mêmes patines que dans la formation classique ainsi que des patines décoratives. Ainsi, ils pourront s’étaler notamment sur les techniques de l’écaille de tortue, le bronze, le vert de gris, le papyrus, la peinture craquelée ou encore la peinture vieillie superposée.

Faly R.

Madagate2 partages

Madagascar sans opposition: un cas d’école depuis près de 4 ans

Tsiory Razafindrabe est publiée par la Revue française de droit Constitutionnel de juin 2017, N°110

Doctorante et enseignante, Tsiory Razafindrabe donne un avis dans un style époustouflant sur le livre intitulé «La loi sur l’opposition à Madagascar: un mal nécessaire» paru fin 2016 chez L’harmattan. Le thème est d’actualité en France au lendemain des élections législatives qui ont suscité un intérêt particulièrement important chez les scientifiques. Selon le Dr Kazadi, préfaceur du livre, l’ouvrage est aussi très prisé chez lui en République Démocratique du Congo où les questions sur le statut de l’opposition sont de premier ordre.

Toutes proportions gardées bien sûr, puisque le cas malgache est un cas d’école: il n’y a pas un seul opposant dans tout le Parlement depuis plus de trois ans! Et lorsque l’embryon d’opposition veut occuper le poste de chef de l’opposition qui est inscrit dans la Constitution, un certain blocage semble s’opérer au niveau de l’exécutif et de la Haute Cour Constitutionnelle… Par conséquent, ce poste est vacant; laissant le président de la République et le premier ministre sans «contradicteur» officiel désigné, ni alternative claire depuis les élections de «sortie de crise» de 2013... En tout état de cause, ce contexte d’absence d’opposition institutionnelle constitue un objet d’étude fondamental et hautement nécessaire en attendant les prochaines élections prévues en principe pour 2018.

Tsiory Razafindrabe, Doctorante en Science politique à l’Université Paris Est Marne-la-Vallée, est boursière de l’Académie des sciences – Institut de France; chargée d’enseignements à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité.

Contact: linkedin.com/in/tsiory-razafindrabe-a4b33662 ou

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Référence de l’article en Supplément électronique: Revue française de droit Constitutionnel, juin 2017, N°110, Presse universitaire française (Puf), et https://www.cairn.info/revue-francaise-de-droit-constitutionnel-2017-2-p-e1.htm

Avis de la Haute Cour constitutionnelle: N°04-HCC/AV du 17 septembre 2014 et N°01-HCC/AV du 12 janvier 2017

Références du livre: «La loi sur le statut de l'opposition à Madagascar: un mal nécessaire», L’harmattan, déc. 2016. Préfaces du Pr. Jean du Bois de Gaudusson (France) puis du Dr. Kazadi Mpiana Joseph (R.D.CONGO). Commentaires de Christina Chan Meetoo (Maurice).

Priceminister: http://www.priceminister.com/s/toavina

www.madagate.org

 

Ino Vaovao1 partages

ANALAKELY : Ramatoa bevohoka iray vao 30 taona monja maty nodarohan’ny Polisy monisipaly

Vokatr’izay dia renim-pianakaviana iray vao 30 taona monja, mitondra vohoka no nindaosin’ny fahafatesana, afak’omaly hariva, noho ny daroka an-kolaka amin’ny alalan’ny fifampisintonana nataon’ireo Polisy nandritra ny fandroahana azy ireo tsy hivarotra.

Tokony ho tamin’ny dimy ora tany ho any no nanomboka ny savorovoro, ka raha araka ny fandehan’ny zava-nitranga dia nifampisintona ireo entana nalain’ny Polisy no niavian’ny olana sy ny gidragidra. Avy hatrany dia tsy nahatsiaro tena intsony ity ramatoa ity, ka nifamonjena ary noentina haingana tany amin’ny Hjra. Nataon’ireo mpitsabo ny ala nenina rehetra saingy tsy niverina intsony ny ain’ity renim-pianakaviana ity.

Nandositra ireo polisy

Nanoloana ny zava-nisy dia namoaka fanambaràna ireo mpivarotra, ka nanamafy fa “ miombona alahelo tanteraka amin’ny fianakavian’ny mana-manjo izy ireo satria samy handeha hitady vola no ivoahana ny trano saingy fahafatesana no niafarany”. Ny tena nampalahelo azy ireo ihany koa ny fandosiran’ireo Polisy rehefa niankarapoka tamin’ny tany ity vehivavy ity.

Mbola tsy fantatra izay mety ho fepetra raisin’ny Fanjakana manoloana ny zava-nitranga satria raha tsiahivina tamin’ny taon-dasa dia ramatoabe iray no namoy ny ainy nandritra ny fifanenjehana mahakasika ny tsy fahazoana mivarotra amoron-dalana ihany.

Tatianà R.

News Mada1 partages

Hiragasy : nodimandry Rakotohasimbola Bernard

Nindaosin’ny fahafatesana tamin’ny talata 4 jolay, teo amin’ny faha-90 taony Rakotohasimbola Bernard mpitarika ny tarika Rakotohasimbola Bernard Fenoarivo. Raha ny fanazavan’i Dadafara  mpikambana tao amin’ny tarika Sahondrafinina Reniny ity andrarezin’ny hiragasy ity tamin’ny taona 1960 ka hatramin’ny 1968 teo ho eo. Sady nihira no namoron-kira izy tamin’izany. Taty aoriana, nanangana ny tarika ho azy manokana izy ka nikabary teo anivon’izany tarika izany.

Hoentina ao amin’ny FJKM Miadampahonina Fahazavana ny nofomangatsikan-dRakotohasimbola Bernard, alohan’ny hametrahana azy ao amin’ny fasan-drazany ao Ambohitsaratelo, anio tolakandro. Mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany ny Gazety Taratra.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada1 partages

Chronique – Corruption : l’auberge espagnole

Du spectacle en permanence entre gesticulations donquichottesques et séquences en live de l’underground off. De la corruption chacun et tous  se repaissent : la lutte s’en nourrit les ripoux aussi, au centre de tous les soucis la situation pourrit. Plus que jamais le sujet occupe la une dans l’actualité. Par vertu nombreux acteurs de la vie publique en font leur cheval de bataille, alors qu’apparaissent les verrues du chancre incrusté par une pratique familière du vice sans cesse se profilant en ombre chinoise. Les chiffres entre les prétentions de vertu et les coups bas du vice jouent les arbitres, le verdict sans appel est cruel : d’année en année, d’un régime au suivant, les notes chutent et le pays recule au classement, trainant dans les bas-fonds fangeux où la mauvaise graine pousse comme chiendent.

Le monde du vice en apparence s’offre le luxe d’une qualité, celle de s’assurer une solidarité en son sein, en réalité simple mesure de précaution telle l’omerta. L’hypothèse d’avoir dans les rangs de potentielles balances hantent les esprits au sein  de tout système lié à un vice. Assurer la défense à tout membre pris dans la tourmente d’une adversité offre une police pour garantir en retour son silence. Dans le public nombreux justifient ainsi certaines maladresses voire folles initiatives désespérées pour épargner des traitements infligés au commun des prévenus dame Claudine Razaimamonjy. A moindre échelle une tentative du genre, heureusement rapidement étouffée, vient de se manifester pour arracher des griffes du pénitencier des sous-offs chargés de la sécurité du fils du Chef de l’Etat, des éléments de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police Nationale sur lesquels pèsent de lourdes suspicions d’avoir constitué une organisation criminelle de voyous intouchables par leur fonction armés de leur état.

Encore que ces faits (divers parfois annonciateurs d’un automne) peuvent s’expliquer comme simples péripéties, accidents de parcours. A l’opposé il est des principes que l’on veut faire croire remparts et qui ne sont que passoires. On fait tout un cinéma autour des hauts responsables récalcitrants à se soumettre à l’obligation de déclaration de richesses. Escroquerie publique que cette formule. Simple formalité libératrice pour dissiper le public. Quelle efficacité que de connaitre les richesses que ces gens là n’ont pas au moment où ils accèdent à une haute fonction, si à l’issue aucune procédure ne se préoccupe des fortunes démesurées qu’ils y ont accumulées ? Complices, les parangons de la lutte enterrent cette question.

Léo Raz

 

Madonline1 partages

Régime HVM : Une nouvelle erreur qui risque d’être fatale

Trois ans et demi au pouvoir. Le compte à rebours a-t-il déjà commencé?

Une simple célébration d’un anniversaire interdite, et un stade bouclé par les forces de sécurité. Ce pourrait être la goutte d’eau qui fera déborder le vase. En empêchant le parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le Tiako i Madagasikara (TIM), de tenir une manifestation au stade de Mahamasina pour son quinzième anniversaire, le régime HVM est désormais appelé à faire face à un nouveau vent de fronde.

Les autorités politiques et militaires ont choisi les manières fortes pour empêcher les festivités du TIM : retrait d’une autorisation déjà livrée par la préfecture de police, désinstallation manu militari des banderoles et autres visibilités du TIM à Mahamasina et mise en garde sévère à l’égard des éventuels manifestants. Sauf que les menaces en tout genre semblent, au contraire, revigorer l’ardeur des militants du TIM et des sympathisants de Ravalomanana.

Ancien allié du régime HVM, ayant compté quelques ministres au sein du gouvernement, le TIM a récemment pris le large. Marc Ravalomanana, après divers points de divergence avec les dirigeants, a décidé de basculer officiellement dans l’opposition.

La préfecture de police a notifié le TIM concernant l’annulation de leur autorisation de tenir un rassemblement au stade de Mahamasina, le 8 juillet 2017. « Il n’y a pas de droits acquis en matière de maintien de l’ordre, mais nous devons agir en fonction du nouveau contexte », a soutenu le préfet de police.

Marc Ravalomanana voit les choses autrement. « Une autorisation a été déjà livrée, nous n’allons pas reculer », a-t-il lancé. La manifestation du 8 juillet est maintenue, à ses yeux, quelque soit le risque de confrontation, puisque, de nombreux analystes sont convaincus que la « provocation »émanait bel et bien du régime HVM.

Déjà politiquement très isolé, le parti au pouvoir prend un énorme risque d’engager un nouveau bras de fer avec l’ancien président, Marc Ravalomanana. Une coalition d’opposants pourrait très vite faire bloc derrière le TIM actuellement, car le HVM a déjà fait beaucoup de déçus. En trois ans, de nombreux anciens alliés ont rejoint l’opposition.

Tia Tanindranaza1 partages

Rahalahin’ny depioten’ImanjaNovonoin’ny dahalo omaly

7 lahy mirongo fiadiana mahery vaika no nanafika tao amin’ny tanàna antsoina hoe Andohambe, ao amin’ny distrikan’Imanja omaly maraina.

 Omby 2 no lasa vokatry ny fanafihana ary maty rehefa niharan’ny daroka sy ny kapa famaky tao an-katoka nataon’ireo jiolahy ny zokin’ny depioten’Imanja. Efa an-dalam-panaovana dinabe iraisana moa ankehitriny, manoloana ny tsy fandriampahalemana any an-toerana ireo fokonolona, raha ny loharanom-baovao. Manao antso avo ny manampahefana tompon’andraikitra ny depiote mba hijery akaiky ny toe-draharaha.

J. Mirija

Tia Tanindranaza1 partages

Fitsarana ny BEPCNitokona ireo mpampianatra ao Antsirabe

Na nolazaina fa nilamina aza ny fanadinana BEPC tao Antsirabe dia farany vao nisy ventiny izany. Nitokona tsy nety hitsara ny laza adina mantsy ireo mpampianatra tokony hanao izany omaly tolakandro .

 

Caius R

 

 

L'express de Madagascar1 partages

Appuis à la lutte contre la corruption – Le Bianco en quête de budget

Le manque de moyens pour intensifier la lutte contre la corruption a été soulevé par le Bianco. Une table ronde avec le gouvernement et les PTF s’est tenue hier pour y remédier.

Du concret. C’est ce qu’attendaient de leurs interlocuteurs les parties prenantes à une table ronde orga­nisée par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), avec l’appui du Programme des Nation-Unies pour le développement (PNUD), hier à l’hôtel Colbert, Antaninarenina.À l’ouverture de la séance, il a été indiqué par Jean-Louis Andriamifidy, directeur général du Bianco, que de grands efforts restent encore à faire dans la lutte contre la corruption. Le manque de moyens risque d’amenuiser les performances du Bureau.Convaincre le gouvernement, et particulièrement les partenaires techniques et financiers (PTF) sur la nécessité d’augmenter les moyens à la disposition de l’organe, ainsi que l’appui à la mise en œuvre de la Stra­tégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC), constituent l’objectif du rendez-vous d’hier.Les échos des échanges à huis-clos indiquent qu’il s’agissait surtout, pour le Bianco de reconquérir la pleine confiance des PTF. Le souci des partenaires serait essentiellement axé sur « l’efficacité de la lutte », et aussi que la guerre contre la corruption « permette de protéger la bonne gestion des deniers publics, et ait des impacts palpables sur les caisses de l’État et la vie de la nation ».L’indépendance du Bianco vis-à-vis du pouvoir et des courants politiques, celle de la Justice et la synergie entre le Bureau d’Ambo­hibao et les autres organes de contrôle de même que les tribunaux, figurent également parmi les questionnements des PTF. Les échos des débats indiquent également que l’engagement de l’État dans le leadership de la lutte a fait partie des interrogations.

Engagements« Nous soutenons tous les efforts déployés par le Bianco, car c’est l’affaire de l’État. Par rapport au budget, l’année prochaine, il y aura une évolution au niveau de l’entrée des ressources fiscales avec les aides budgétaires. Ainsi, je m’engage à réviser à la hausse les crédits alloués au Bianco (…) », a déclaré Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, durant les échanges.Selon les estimations inscrites dans la SNLCC, le budget alloué aux organes de contrôle et de lutte contre la corruption, pour être suffisant et assurer leur réelle indépendance financière, devrait se situer à hauteur de 0,3% du budget de l’État. « Actuel­lement, nous sommes encore loin du compte. L’enga­gement affirmé par le Premier ministre est, néanmoins, déjà un geste important », a réagi un membre du Bureau d’Ambo­hibao. Pour l’année 2017, un gap de 2 milliards d’ariary reste à combler, afin de financer tous les projets planifiés.Le pouvoir devrait également impulser la mise en œuvre de la politique sectorielle de lutte contre la corruption que doit adopter chaque entité étatique, selon la loi sur la corruption. Un décret d’application de la disposition y afférente serait incessamment adopté, selon les informations. Des PTF, une concrétisation des engagements affirmés serait aussi attendue. « Les partenaires posent plusieurs conditionnalités et attendent aussi des résultats concrets. Seulement, ils devraient, eux aussi, montrer plus d’engagement concret », indique une source avisée.Afin de rassurer les PTF, l’indépendance du Bureau vis-à-vis de l’État et des entités politiques, ou encore les réformes du cadre juridique de la lutte contre la corruption, dont le projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites attendu au Parlement, et la mise en place en cours des Pôles anti-corruption (PAC) ont été mis en avant.Il semblerait, pourtant, que les partenaires attendent parmi les résultats con­crets, que « des gros poissons soient pris dans les filets et jugés ». La procédure judiciaire en matière de corruption « prend du temps et peut prendre quelques années », explique pourtant une source avisée, « alors qu’il y a des besoins immédiats pour soutenir les efforts déjà faits et être plus efficace ». De l’échange d’hier, donc des signatures prochaines de conventions de collaborations avec les PTF sont « espérées ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Entreprise – La responsabilité sociétale des entreprises en vogue

Enjeux. Outre les dimensions sociales et environnementales de l’activité des entreprises, la responsabilité sociétale des entreprises est aussi au cœur de l’activité économique de ces dernières. « Une gestion optimale des ressources ainsi qu’une meilleure motivation du capital humain assureraient la productivité et la compétitivité de l’entreprise », a souligné  Ulrichia Rabefitiavana directrice d’Ur-CSR Consulting lors d’une rencontre avec la presse, mercredi à la Chambre du Commerce et de l’Industrie d’Antananarivo (CCIA). Par ailleurs, des études ont démontré la nécessité de la RSE pour renforcer les partenariats, plus particulièrement les partenariats financiers. D’après le guide «CAP vers la RSE-Faire de la responsabilité sociétale de l’entreprise un levier de performance », la RSE est « un moyen d’améliorer son efficacité économique et financière et ont susceptible également d’éveiller l’intérêt des investisseurs, des banques, des assurances qui interrogent de plus en plus les entreprises sur leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) avant d’y investir »

Rendez-vousPour l’heure, « faute d’une bonne compréhension du concept RSE, un bon nombre d’entreprises tardent encore dans son adoption. Des efforts restent à faire dans le plaidoyer et la promotion de la pratique »,  a précisé Ulrichia Rabefitiavana. Ainsi, se tiendra donc cette seconde édition  qui servira de plateforme d’échanges entre des organisations œuvrant dans la sensibilisation sociale et environnementale et  les entreprises désirant aller plus en profondeur dans la démarche RSE.« Croissance inclusive, durable et RSE », tel sera le thème de ce salon  qui se tiendra les 12 et 13 juillet à l’hôtel Carlton. Cette rencontre  entend  « capitaliser les acquis du salon précédent et renforcer l’engagement des différents acteurs dans les démarches RSE ».

Soa-Mihanta Andriamanantena

L'express de Madagascar1 partages

Transport urbain – Des taxis circulent avec des contraventions

Sans papier ou sans papier complet, quelques  taximen exercent toujours leur travail avec des contraventions. D’après Clémence Raharinirina, présidente de l’association des taxis-ville à Antananarivo-Renivohitra, « les chauffeurs ne reçoivent des contraventions que  lorsqu’ils ne possèdent pas de papier pour le véhicule ou lorsqu’ils sont stationnés sur une zone interdite. Or, les contraventions sont fictives car après 48 heures de validité, les chauffeurs paient l’amende auprès de la police pour une nouvelle contravention,jusqu’à ce qu’ils règlent tous les papiers du véhicule ». Du coup, ils peuvent circuler en toute quiétude. En cas de contrôle, ils présentent la contravention pour signifier qu’ils sont bel et bien en règle, qu’il ne leur reste plus qu’à s’acquitter du montant de la contravention, comme s’il leur manquait une pièce.Une opération de chasse aux taxis clandestins a commencé, mercredi. Elle est lancée par l’association des taxis-ville à Antananarivo Renivohitra. Quelques taxis ont été arrêtés. Il a été constaté qu’ils avaient circulé avec de multiples contraventions, en n’ayant aucun papier. « La plupart des taxis clandestins, surtout ceux en beige crème avec des lanternes, ne possèdent pas de papiers légaux mais seulement des contraventions. Normalement, ils doivent avoir sur eux les papiers restants qui n’ont pas été réquisitionnés par la police. Or, il n’y a rien », explique-t-elle.L’association dénonce la corruption entre les policiers et les chauffeurs de taxi. »Il est évident qu’il y a complicité avec la police », ajoute cette présidente. Cette association a déjà envoyé une demande de collaboration avec le commissariat central afin de lutter contre la corruption. À travers cette opération, beaucoup de taxis seront mis à la fourrière.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Antsirabe – Les correcteurs du BEPC en grève

Le même « gag » se répète tous les ans. Les correcteurs refusent de toucher aux copies des candidats tant que les vacations de la session précédente ne sont pas payées.

Malgré le bon déroulement de l’examen du BEPC dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antsirabe I, la publication des résultats des efforts des candidats, au bout d’une année scolaire studieuse, risque d’être retardée. De fait, les correcteurs ont entamé une grève.

La correction des copies devait commencer hier, mais les enseignants concernés ont choisi de faire grève tant que le paiement des vacations qui leur sont dues pour le compte de la correction des copies du BEPC de la session précédente ne sera pas effectué.

Les correcteurs se sont donc donné rendez vous devant le bureau de la Cisco d’Antsirabe I pour demander la régularisation de cet arriéré. Ils ont menacé de ne pas toucher à la correction avant d’obtenir une réponse favorable à leur revendication.

Sans incident

Face à cette situation, le directeur régional de l’Éducation nationale du Vakinankaratra a promis de trouver une solution. Malgré cela, les grévistes ont affirmé ne pas prendre la correction des copies jusqu’à ce que ce responsable détermine une date précise pour le paiement des vacations de la session précédente du BEPC. Le challenge de sortir les résultats du cet examen officiel avant le début des épreuves du baccalauréat ne sera pas éventuellement tenu.

Par ailleurs, outre les petits problèmes comme le retard de candidats, ce deuxième examen officiel s’est déroulé dans le calme et sans incident grave dans la Circonscription scolaire d’Antsirabe I, sauf pour un candidat qui a eu une heure de retard lors du début des épreuves, lundi dernier. Il n’a pas été autorisé à passer l’examen. Pour cette année, le nombre de candidats inscrits s’élève à 5 149 mais 259 d’entre eux n’ont pas pu concourir pour de raisons diverses.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar1 partages

Insécurité – Le secteur privé s’inquiète

Les entreprises privées montrent qu’elles sont solidaires. Elles dénoncent les multiples actes de banditisme et la recrudescence de l’insécurité qui sévit surtout dans la capitale.Les grandes entreprises du secteur privé ont publié un communiqué qui vise à attirer l’attention du régime quant à l’insécurité. L’impunité y est définie comme « la cause principale de la recrudescence de l’insécurité  ». En effet, depuis quelque temps on enregistre plusieurs cas de braquages à main armée  dont les cibles sont essentiellement des commerces comme les épiceries ou les kiosques de monnaie mobile. Dans ce communiqué, l’insécurité est pointée du doigt pour avoir « sapé » le moral des investisseurs et augmenté le taux de corruption à différentss niveaus il pollue ainsi l’environnement des affaires et freine les initiatives des entrepreneurs.Le secteur privé a passé de mauvais moments, notamment quand le kidnapping est devenu « à la mode » dans l’environnement des affaires. Le rapt d’un des membres du Syndicats des Industries de Madagascar (SIM), Yanish Ismael, était la goutte de trop. Les grandes entreprises saluent la volonté politique de l’État de lutter contre les actes de « terrorisme» sous quelle forme qu’ils soient, cela inclut le kidnapping ou encore le phénomène dahalo et d’éradiquer l’impunité des exécutants et des comman- ditaires, au pire, le réduire au minimum.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar1 partages

Le Père Pedro chez Brigitte Macron

Selon une information qu’il a partagée sur la page Facebook de « Madagascar Foundation », le père Pedro Opéka, durant son road-show en France, a été reçu par Brigitte Macron, première dame de France. Une rencontre impromptue qui, d’après la date de la publication de l’information, s’est tenue hier au palais de l’Elysée. En une heure et 15 minutes, le père Pedro rapporte de l’entretien que la première dame française « a manifesté un grand enthousiasme à faire connaitre davantage notre œuvre et notre combat pour les plus défavorisés et surtout pour les enfants qui sont oubliés, non scolarisés et avec la faim au ventre (…) a promis de faire son possible pour nous aider dans la mesure de ses possibilités pour qu’on puisse faire sortir du trou de la pauvreté des milliers de familles, d’une décharge et de la rue, dont nous nous occupons ».

L'express de Madagascar1 partages

Point de présence à Madagascar

Le fournisseur Sud-Africain Internet Solutions a déployé son premier point de présence (PoP) à Madagascar. Cette installation s’est faite en collaboration avec Airtel Madagascar. La société dispose actuellement de soixante- huit points de présence sur seize marchés africains. La société poursuit sa stratégie d’extension de son offre de service Internet en Afrique. D’ici quelques semaines, elle prévoit d’en installer un second en Zambie. Ces interconnexions sur les principaux points de raccordements et d’échanges de trafic internet offrent à ses clients une garantie d’un acheminement rapide de leurs données, sans perte de paquets, quelle que soit la destination .

L'express de Madagascar1 partages

BFV-SG s’installe à Mahanoro

La banque BFV-SG compte poursuivre le dynamisme de ses activités à Madagascar. La banque continue ainsi sa politique de proximité au cours de cette année 2017. Une nouvelle agence vient d’ouvrir ses portes, mardi, à Mahanoro. C’est la 57 e agence de la filiale de la Société Générale à Madagascar. Les clients de la banque, dans cette localité, auront droit, à cette occasion, à un certain nombre d’avantages comme la gratuité des frais de tenue de compte, du service Messalia et de la carte bancaire jusqu’au mois d’octobre. La banque projette d’atteindre soixante agences au niveau national cette année.

Madaplus.info0 partages

Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE): la manifestation reportée

Prévue se tenir ce vendredi, la manifestation MLE est reportée au 22 juillet prochain afin de prouver que la manifestation n’a nullement un rapport à celle organisée par le parti politique Tiko I Madagasikara (TIM).
Une réunion d’urgence a été tenue, en vue de prendre les dispositions nécessaires par rapport à cette situation. Ainsi, à l’issu de cette réunion, les membres du MLE ont pris la décision de reporter la manifestation. Cette dernière qui va marquer la première année de l’adoption du Code de la Communication liberticide par l’État. Les membres de ce mouvement ont déjà mis au courant les autorités compétentes de la tenue de cette manifestation dixit le de sa porte-parole.
Madaplus.info0 partages

La fuite d’information pourrait ternir l’image du BIANCO

Des opérations d’enquête sont actuellement menées au sein du BIANCO pour démasquer le responsable de la fuite d’information selon son directeur général.
Le numéro un du Bianco a mentionné que l’impact de cette fuite défavorise entièrement la lutte contre la corruption et anéanti la crédibilité et le professionnalisme du BIANCO. Lui de démentir fermement qu’il s’agit d’un employé du BIANCO qui a eu un entretien avec Claudine Razaimamonjy. Jean Louis Andriamifidy a annoncé que la commission menant les investigations est désormais en cours de travail pour trouver l’origine de la fuite de la conversation. Il a tenu à souligner que des dispositions radicales seront prises à l’encontre de la personne coupable de cette divulgation. Lors de son intervention, le numéro un du BIANCO a bien précisé que le BIANCO n’est plus le seul détenteur des dossiers sur l’affaire Claudine RAZAIMAMONJY. En effet, les documents afférents ont été déjà transmis auprès du Tribunal depuis l’année dernière.
Ino Vaovao0 partages

AMBATOBOENY : Voasambotra ny sasany amin’ireo jiolahy nanafika ny orinasa Star

Miisa valo izy ireo no nanafika ny tranom-barotry ny STAR ao an-toerana ny alakamisy 29 marsa teo ka lasa tamin’izany ny vola mitentina 45 trapitrisa Ariary sy volamena 30 grama. Nitondra basy miisa efatra izy ireo, ka ny telo pistolet vita gasy, ary ny iray kosa basim-borona ‘calibre 16’. Efa lasa izy ireo vao tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana, natao avy hatrany ny fanarahana azy ireo saingy nananosarotra noho ny habetsaky ny olona sy ny hetsika natao satria tsena ny andro.

Nisy ny nanome vaovao ka nahatrarana ireo jiolahy efatra. Telo tamin’izy ireo tena nandray anjara fa iray kosa tompon-kevitra. Ity tompon-kevitra ity dia mponina ao an-tanàna ihany, ka izy no manondro ireo olona manam-bola hotafihina ao an-tanàna. Iray amin’izy jiolahy nanatanteraka Rakotoarisoa avy any Kiangara. Nanofa trano tamin’ny trano fandraisam-bahiny teo an-tanàna izy.

Tsy nanaiky nanome ny kara-panondrony mba hamenoana ny fisy andraketana ireo mpivahiny nameno izy, ka nahagaga ny tompon-trano izay nampandre ny mpitandro filaminana. Nandraisan’ny Polisy izy, ny alin’ny alakamisy iny, saingy tsy nody mihitsy. Nosavain’ny mpitandro filaminana ny tranony, ka nahitana basy sy bala ary antsy. Mbola hita tao koa ny akanjo misy satroka sy satroka ba nentiny nanao ny fanafihana.

Ny tolakandron’ny zoma izy no niverina nikasa haka ny entany ka noraisim-potsiny. Izy indray no nanambara ny mpiray tsikombakomba taminy avy eo.

Mbola karohina ireo namany izay nitondra ny vola sy ny volamena azon’izy ireo nandositra nandritra ny halatra. Hatolotra ny Fampanoavana izy ireo rehefa vita ny fanadihadiana azy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA FAHAROA : Voasambotry ny Polisy ilay jiolahy mpanendaka sady mpamaky trano

Vaky trano sy fanendahana no tena nampalaza ity jiolahy raindahiny ity.

Eny amin’ny faritra Tsarakofafa Toamasina Faharoa no tena fanaovany ny asa ratsy. Efa tsy vahiny amin’ny Polisy ao Toamasina intsony ranamana satria efa mpamerin-keloka. Voasambotry ny Polisy avy ao Tanamabo II ny lehilahy, omaly. Mbola sarona niaraka taminy ny « pompe à eau » vao avy nangalarina ny tenany tamin’izao izy sarona izao.

Fifanomezan-tanana teo amin’ny vahoaka eny ifotony sy ny Polisim-pirenena avy eto Toamasina no nahazoana izao vokatra izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MAHAMASINA : Voasakan’ny Emmo-reg vao maraina ireo mpiasan’ny Kaominina

Taorian’ny fanendahan’ny mpitandro filaminana avy amin’ny Emmo-Reg ireo sora-baventy sy haingo isan-tsokajiny ary ny lampihazon’ny antoko Tiako i Madagasikara efa nirantina tao amin’ny Kianja monisipaly Mahamasina, ny alarobia hariva teo dia nisy ampahany tamin’ireo mpitandro filaminana no nijanona niambina ny kianja teny an-toerana nandritra ny alina.  

Omaly maraina kosa dia nobahanan’ireo mpitandro filaminana ny vavahady hidiran’ny mpiasa Kaominin’ Antananarivo misahana ny fikojana ny kianja, ka niteraka fifamaliana teo amin’ireo mpiasa sy ireo mpitandro filaminana teny an-toerana izany. 

Tsy afaka miditra ao avokoa noho izany ireo mpiasa hanao ny asa fanaony andavanandro ankoatra ny mpiambina izay efa mipetraka ao ihany, hoy ireo solontenan’ireo mpiasa, tafaresaka tamin’ny mpanao gazety.  Araka ny loharanom-baovao dia amin’ny zoma izao no mikatona tanteraka ho an’ny rehetra ny kianjan’ny monisipaly etsy Mahamasina, nefa nanomboka omaly maraina dia efa tsy azo idirana sy anaovana hetsika ao amin’ity kianjabe  ity. Mihenjan-droa tanteraka amin’izao ny tady eo amin’ny Fanjakana sy ireo antoko na fikambanana mikasa haneho hevitra eto Antananarivo. 

Tsy hay raha tahotry ny fampisehoan-kery amin’ny mety fahazoana mpanotrona maro no mampatahotra ny Fanjakana na misy tokoa ilay fanakorontanana efa re siosiso any ho any.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FAHAFAHANA MANEHO HEVITRA : Nahemotra ny hetsika karakarain’ny MLE nokasaina atao ny zoma 7 jolay

Androany zoma 7 jolay no daty voatondro fa hanatanterahan’ireo mpanao gazety mivondrona ao anatin’ilay hetsika ho an’ny fahafahana maneho hevitra na MLE ilay diaben’ny fahanginana hoentin’izy ireo hanamarihana ny tsingerin-taona voalohan’ilay lalàna serasera vaovao.

Manoloana ny vaovao tsy marina sy ny tsaho miely tonga eny am-pelatanan’ny mpitandro filaminana anefa dia tsy maintsy nandray fepetra ireo mpikambana ary tapa-kevitra ny hanemotra ny hetsika izay tokony hotanterahina ho amin’ny datin’ny androany. « Fantatra fa misy loharanom-baovao voarain’ny lehiben’ny Zandarimariam-pirenena izay milaza fa misy ifandraisany amin’ny hetsika hataon’ny antoko Tiako i Madagakasira rahampitso ity hetsika nokasaina hatao androany ity.

Mba hoentina hanaporofoana ny tsy fahamarinan’izany dia tapaka fa hahemotra amin’ny 22 jolay ho avy izao indray ilay hetsika », hoy ny nambaran’ny mpitondra tenin’ny MLE, Rakotondrasoa Fetra. Nanamafy ity farany fa « tsy midika ho faharesena akory ny fihemorana fa hakana bahana mba hahafahana manao zavatra mafimafy kokoa noho ilay heverina hatao androany ».

Mivaona tanteraka amin’ny nifanarahana ny zava-misy amin’izao ora farany tsy higadonan’ny 7 jolay izao. Raha nanao valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga, omaly maraina, dia nilaza izy ireo fa « hetsika tsy nahazoana alalana io kasain’ny MLE hatao io, ka tsy maintsy hisy ny fepetra horaisina raha mbola misy ny mikiry manatanteraka izany ». Ankoatra izany nanambara ihany koa ity tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny Zandarmariam-pirenena fa « tsy nisy izany ny nifampiresahana tamin’ireo mpanao gazety mivondrona eo anivon’ny fikambanana MLE ».

Namaly bontana avy hatrany an’izay voalaza izay ireto farany izay nanindry mazava fa « nisy delegasionina maromaro no indray nifampiresaka tamin’ny lehiben’ny CIRGN Antananarivo. Nampahafantarina azy ny mikasika an’io hetsika hatao androany ka nisy mihitsy aza ny fiaraha-misakafo kely nandritra ny fifampiresahana ». Mivadibadi-dela hatramin’ny mpitandro filaminana, tsy misy mitana ny teny nomeny intsony hatramin’ireo izay heverina ho olona hitokisana.

Hanamarika ny faha herintaona

Ny hetsika izay nokasaina hatao eny an-dalam-be no nahemotra fa ny famokarana an’ilay fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona” kosa dia hivoaka manomboka ny sabotsy ho avy izao ihany. Amin’io fotoana io no fantatra fa feno herintaona katroka ny nandaniana ilay lalàna mifehy ny serasera vaovao ka mifanindran-dalana indrindra amin’ny fanamarihana izay tsingerintaona voalohany izay no hivoahan’ny fandaharana voalohany.

Araka ny fanazavana dia hoentina hamaliana avy hatrany ny kabarin’ny Filoham-pirenena ao anatin’ilay fandaharana “Fotoam-bita” no antom-pisian’ity farany. Manoloana izao fanapahan-kevitra tsy maintsy noraisina izao dia manentana hatrany ny fiarahamonim-pirenena, ny sendikaly, ny olom-pirenena sy ireo olon-tsotra mpikirakira ny aterineto sy ny facebook ny MLE mba hiara-hientana sy hiara-hifanohana amin’izy ireo hatrany mandritra ny hetsika rehetra izay hatao ho amin’ny fahafahana maneho hevitra eto amin’ny firenena izay voatohintohina mafy amin’izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Harato tsy manara-dalàna sivy mirefy 60 metatra nodorana omaly maraina

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia afak’omaly alina no tra-tehak’ ireo mpiasan’ny Somapêche tao amin’ny farihy ranomasina amin’ny Faritra Antsiranana ireo harato tsy manara-dalàna ireo. Tsy tratra teo an-toerana kosa ny tompon’ireo fitaovana ireo fa tonga dia nampiakarina ary nogiazana tao amin’ny biraon’ny Somapêche any an-toerana. Omaly maraina kosa no nandray fepetra ny tsy maintsy hamotehana sady handorana azy ireo ny tompon’ andraikitra misahana ny jono ao Antsiranana.

Mandany tamingana ireo trondro ary mifaoka hatramin’ny hazan-drano madinika io harato ampiasain’ny mpanjono tra-tehaka ireto. Tsy maintsy raisina izao fepetra izao mba hiarovana ireo haza-dranomasina, hoy ny Talem-paritry ny jono ao Antsiranana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

HERINARATRA AMBANIVOHITRA : Vita sonia ny fiaraha-miasan’ny Faritra Atsinanana sy ny Osher Group

Taorian’ny fahavitan’ny sonia dia nisy avy hatrany ny fidinana ifotony nataon’ny Osher Group amin’ireo toerana misy rian-drano azo trandrahina ahafahana mamokatra angovo eny amin’ny tontolo ambanivohitra. Efa nisy ny fizahana ny rian-drano nataon’ireo teknisianina tao Ampasimbe. Ny rian-drano misy ao Ampasimbe izay afaka mamatsy ny Kaominina Ampasimbe iray manontolo sy ao Ranomafana ka hatrao Brickaville.

Tonga tao Vatomandry koa ny delegasiona Osher Group tarihin’ny Tale jeneraliny, Piko Mamba. Voaresaka ny ho fametrahana ivon-toerana mamokatra herinaratra hamatsy an’i Tsarasambo, Niarovana, Ampasamadinika ka hatrany Mahanoro. Efa nisy koa ny fizahana natao tao amin’ny Kaominina Fanandrana sy ny Kaominina Antetezambaro. Ireo Kaominina rehetra mandrafitra ny Faritra Atsinanana dia anatiny avokoa saingy misy ireo tetikasa fohy ezaka sy lavitr’ezaka amin’ny famatsiana herinaratra. 

Araka ny fanazavana noentin’ny Tale jeneralin’ny Osher Group, dia orinasa miara-miasa akaiky amin’ny firenena mpikambana ao amin’ny Sadc ny Osher Group. Amin’ny maha mpikambana an’i Madagasikara ao anatin’ny Sadc no nahatonga azy ireo ho avy eto Madagasikara izao. Natomboka amin’ny famokarana herinaratra aloha ny fiaraha-miasa eo amin’ny Faritra Atsinanana sy ny Osher Group saingy mbola hiitatra amin’ny sehatra hafa izany. Ho voakasika amin’izany tetikasa mbola hiaraha-miasa izany ny fambolena, fiompiana, fizahantany, hoy hatrany ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny Osher Group, Piko Mamba.

Kamy

News Mada0 partages

Bizarreries judiciaires : forcing à l’usine d’Ambatovy !

Les choses se corsent dans le litige commercial opposant Assist Développement (AD) à Dynatec Madagascar SA (DMSA), branche du projet Ambatovy. Hier dans l’après-midi, une délégation représentant Assist Développement composée d’huissier de justice et de gendarmes, a fait le forcing pour accéder à l’usine d’Ambatovy à Toamasina pour une saisie.

Des gendarmes dans l’enceinte de l’usine d’Ambatovy à Toamasina. L’impensable s’est produit hier. Impensable car comme tout le monde le sait, le site est astreint à de nombreuses consignes de sécurité, en l’occurrence le port d’équipements spécifiques, d’où l’impossibilité pour n’importe quelle personne étrangère à l’usine d’y pénétrer et d’y circuler. Et même le personnel lui-même n’est pas autorisé à se déplacer dans certaines zones sans se conformer à des directives de sécurité particulières.

Mais c’était sans compter le forcing des huissiers de justice et de nombreux éléments de la gendarmerie représentant Assist Développement, lesquels ont tout bonnement contourné les barrières de sécurité, sans avoir produit la preuve de l’ordre judiciaire autorisant leur mission. Et, comme si de rien n’était, ils se sont promenés à l’intérieur du site, sans aucun équipement ni induction, mettant en danger leur propre sécurité, ainsi que celles de l’usine et de la population d’une manière générale.

Illégalités

En ce qui concerne le motif de cette visite impromptue et imposée aux responsables de l’usine, il s’agissait, a-t-on fait savoir, de procéder à une saisie, Assist Développement se prévalant d’avoir obtenu gain de cause auprès du tribunal de commerce et de la cour d’appel de Toamasina. Il s’avère d’ailleurs plus qu’aberrant que le plaignant ait saisi la juridiction de cette ville, alors que le contrat qui lie les deux parties a été signé à Antananarivo.

La démarche se révèle d’autant plus teintée d’irrégularités lorsqu’on se rappelle que les décisions de la cour d’appel de Toamasina ont été annulées par la Cour de cassation, mais aussi et surtout que dans leur contrat, les deux parties ont expressément convenu que le règlement de tout éventuel litige sera soumis à l’arbitrage international.

Autant de procédures littéralement grillées ne peuvent que susciter les suspicions et les interrogations : tout le monde trouve-t-il normal que l’on passe outre cette clause conclu d’un commun accord et prévoyant un recours en arbitrage en cas de différend ? Et est-ce bien normal que l’affaire soit instruite à Toamasina alors que le lieu de signature du contrat est Antananarivo ? Ou est-ce à dire alors qu’à Toamasina, on peut se permettre certains écarts par rapport aux procédures et aux lois en vigueur ? Effectivement, pour rappel, alors que la Cour de cassation s’est prononcée en faveur de DMSA, les comptes de ce dernier ont encore, de manière incompréhensible, fait l’objet d’une saisie-arrêt…

Pas la première fois

A ce propos, l’histoire rappelle que les dirigeants d’Assist Développement n’en sont pas à leur premier coup d’essai. En 2014 en l’occurrence, la presse avait notamment fait largement écho d’un litige similaire, alors que les dirigeant de l’entreprise, dont Alain Moyon, avaient entrepris d’attaquer en justice leur coactionnaire majoritaire (Madagascar Estates Developpement Parteners – MEDP), alors qu’ils étaient également liés par une Convention d’actionnaires stipulant entre autres que «Tout éventuel différent quant à l’interprétation et l’exécution du contrat sera soumis à l’arbitrage du CAMM. Chaque partie désignera un arbitre, chaque arbitre en désignera un troisième». Il se trouve que le CAMM a bel et bien été saisi, cela dit, Assist Développement est allé en justice avant même que le tribunal arbitral soit constitué.

Ce genre d’évènement en dit long donc sur l’attitude de certains opérateurs évoluant au pays. Mais également sur le comportement de certains juges. Pour sûr, les responsables garants de l’application des lois doivent suivre ce genre d’affaire de près au risque de laisser les manipulations, pratiques véreuses et la corruption prendre le pas sur l’Etat de droit et la sécurité des investissements.

Haja R.

News Mada0 partages

Conservation international : miisa 38 ny faritra arovany eto Madagasikara

Mifototra amin’ny vokatry ny fitiliana ny karazana singa manan-danja amin’ny tontolo mananaina eto Madagasikara ny fomba fiasan’ny fikambanana Conservation international (CI) eto amintsika. Alahatra araka io, ny laharam-pahamehana ny asa hatao manerana ny Nosy. Mahatratra 38, ankehitriny, ny Faritra arovana vaovao (NAP) iasany ka telo amin’ireo no tena sahaniny mivantana, ny Tandavanala Ankeniheny-Zahamena (Caz), ny Tandavanala Fandriana-Vondrozo (Cofav) ary ny vavaranon’Ambodivahibe any Antsiranana.

Miara-miombon’antoka amin’ny rafitra miaro ny tontolo iainana hafa kosa ny CI amin’ireo NAP hafa. Anisan’izany ireo sokajina  ho faritra mando toy ny any Mahavavy-Kinkony, ny any Mangoky Ihotry, ny reniranon’Nosivolo, sns. Eo koa ny fari-dranomasina, toy ny vavaranon’i Bali, ny vavaranon’i Bombetoka.

Mahatratra 122, ankehitriny, ny Faritra arovana nahazo ny fankatoavana, ka tantanin’ny Madagascar National Park (MNP) ny 43. Ao anatin’ny sokajy fahadimy sy fahenina ny ankamaroan’ireo NAP ireo. Anisan’ny paikady hatao ny fitantanana azy ireny iarahana amin’ny mpiara-miombon’antoka ary manana andraikitra amin’izany koa ny mponina eny ifotony.

Njaka A.

News Mada0 partages

Hanaraka ny ladoany? : mandrahona hitokona koa ny fananan-tany raha….

  Milaza koa ny mpiasan’ny fananan-tany fa 15 taona tsy nandray ny tambin-karamany. Hitokona koa izy ireo raha tsy azony ny tombontsoany, hanaraka ny mpiasan’ny ladoany.

Fitakian-jo! Maneho hevitra koa ny mpikambana ao anatin’ny Sendikan’ny inspektera sy ny  mpanara-maso ary ny mpanampy ao amin’ny sampandraharahan’ny fananan-tany. Ambaran’izy ireo fa mitovy zo amin’ny sampandraharahan’ny fadin-tseranana koa ny ao amin’ny fananan-tany satria samy mampidi-bola ho an’ny fanjakana. Voalaza ao anatin’ny andininy fahatelo ao amin’ny Lalàna fehizoro voarakitry ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana (LOLF), fa misitraka zo sy tombontsoa ireo mpiasa mampidi-bolam-panjakana. Milaza anefa ireo mpikambana ao anatin’ny Sendikan’ny fananan-tany fa 15 taona tsy nandray ny anjarany izy ireo, ka mitaky izany.

Tsy handoa karama

Tsy hiditra amin’ny fitokonana avy hatrany ireo mpiasan’ny fananan-tany, fa hiditra amin’ny fifampidinihana amin’ny fanjakana, indrindra ny minisiteran’ny Tetibola. Misy koa ny dingana mifanaraka amin’ny lalàna mifehy ny asa sy ny fitokonana. Raha tsy misy kosa ny vahaolana mahafa-po, azo antoka fa hanaraka ny ao amin’ny ladoany koa ny ao amin’ny fananan-tany.

Marihina fa tsy mbola mivaha ny disadisa eo amin’ny Sendikan’ny ladoany (Sempidou) sy ny fanjakana, ary mandeha ny feo fa mety ho tonga any amin’ny fampiatoana ny fandoavan-karaman’ny mpiasan’ny ladoany mitokona ny fanjakana. Fehiny, tsy maty ny afo, ary mety hiitatra any amin’ny fananan-tany indray.

Randria

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa : manohana ny Bianco ny Pnud

 Notanterahina tetsy Antaninarenina, omaly, ny atrikasa momba ny ady atao amin’ny kolikoly sy ny fanamafisana ny fanjakana tan-dalàna. Anisan’ny nivoitra tamin’ny lahatenin’ny solontenan’ny Pnud, Viollet Kakyomya ny fanohananany ny Bianco. Na izany aza, mbola mitaky ezaka izany, araka ny nambarany.”Tokony hapetraka ilay “Pole anti-corruption (Pac) ary hirosoana ny fampiharana ilay volavolan-dalàna momba ny hamerenana ireo fananana azo tamin’ny fomba tsy ara-dalàna, efa nolanin’ny filankevitry ny minisitra… Raharahan’ny olom-pirenena sy ny rafitra rehetra io ady io ary tokony hampitomboina avo roa heny ny ezaka », hoy izy tamin’ny lahateniny.

Bianco matanjaka sy mahaleo tena

Nohamafisiny fa ilaina matanjaka sy mahomby ary mahaleo tena ny Bianco mba hahatrarana ny tanjona amin’ny paikadim-pirenena hatramin’ny taona 2025. « Miandry ny Bianco ny rehetra. Tokony hahatanteraka ny iraka ampanaovina azy koa anefa io rafitra io eo amin’ny fanabeazana ny olom-pirenena sy ny fikaroham-baovao na fanadihadiana lalina. Eo koa ny ho enti-manana ara-teknika sy ara-bola ary fitaovana », hoy ihany izy.  Miandry ny drafitrasan’ny Bianco ny Pnud, indrindra fa ny lafiny tetibola.

Notsiahiviny avy eo fa efa nanohana sy nanampy ity rafitra iray ity hatrany izy ireo, miaraka amin’ny tahirin’ny ONU ho amin’ny fametrahana filaminana. Tafiditra ao anatin’ny fiaraha-miombona antoka rahateo izany, araka ny fanamafisany.

Etsy andaniny, nambaran’ny talen’ny Bianco, Andriamifidy Jean-Louis, fa anisan’ny olana ho azy ireo ny tsy fahampian’ny tetibola sy ny mpiasa.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tsy fenekena ny « lalàm-pamoretana » : nahemotry ny MLE ny “Diabe am-panginana”, anio

 Nitondra fanazavana, manoloana ny fanambaran’ny eo anivon’ny mpitandro filaminana ny Hetsika ho an’ny fahalalahana miteny (MLE), omaly. Antony nampihemorana ny “Diabe am-panginana”, tokony hatao anio, izany.

 

Ahemotra ho amin’ny 22 jolay indray ny hetsika mba tsy hilazana fa misy ifandraisany amin’ny fetin’ny Tim ny hataonay. Hanaporofoana amin’ny lehiben’ny mpitandro filaminana, nametraka ahiahy, fa tsy misy ifandraisany ny hetsika ataonay sy ny Tim izao fepetra noraisina izao”, hoy ny mpitondra tenin’ny MLE, Fetra Rakotondrasoa, omaly tetsy Antanimena. Nohitsiny anefa fa tsy midika ho fahalemena izany. “Fakana bahana koa io satria ho mafimafy sy henjankenjana kokoa ny hetsika hatao amin’ny 22 jolay”, hoy  ihany izy.

Etsy andaniny, notebahin’ny MLE ny lehiben’ny mpitandro filaminana nilaza fa tsy nandray na niresaka tamin’izy ireo mialoha izao nikasana hanaovana hetsika izao. “Maromaro ny delegasiona avy aminay nihaona taminy ka nilazany fa tsy misy antony tsy hamelana ny MLE hanao ny hetsika. Fanapahan-kevitra politika raha misy manakana izany na ny an’ny Tim na ny an’ny MLE… Iza ny mpandainga ? Nisy mpiara-miasa aminy nahita izany… Noheverinay fa mba hiova ny fitantanana ny CIRGN… Samy olon-dehibe  ary jeneraly manamboninahitra izao nefa milaza fa tsy nihaona taminay…”, hoy ihany izy ireo.

Manameloka tanteraka ny sakana atao amin’ny Tim

Etsy andaniny, hanomboka ny asabotsy 8 jolay kosa ny valin-kafatra amin’ilay fandaharan’ny filoham-pirenena, “Fotoam-bita” na nahemotra aza ny hetsika, anio. “Hovalina amin’ny fandaharantsika, “Tsy mahaleo ny sampona izany”, hoy i Lalatiana Rakotondrazafy.

Ankoatra izany, nohelohin’izy ireo ny sakana atao amin’ny antoko Tim na koa ireo antoko na fikambanana tratry ny antsojay amin’ny tsy fahafahana maneho hevitra. “Toherinay tanteraka izany”, hoy ny MLE.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fampiharana ny lalàna : mitaky ady hevitra amin’ny PM ny mpanohitra

Mitohy ny tsy fanarahan-dalàna. Notsiahivin’ny antoko Malagasy miara-miainga indray tamin’ny fambarany fa tokony hihaona sy hiady hevitra amin’ny mpanohitra ofisialy ara-dalàna ny lehiben’ny governemanta. « Mazava ny voasoratra amin’ny satan’ny mpanohitra fa miady hevitra amin’ny praiminisitra isaky ny zoma fahatelon’ny volana janoary sy ny zoma voalohan’ny volana jolay. Mikarakara izany ny lehibe mpitarika ny mpanohitra sy ny mpikamban’ny governemanta ary halefa mivantana amin’ny haino aman-jerin’ny fanjakana izany”, hoy ny fanambaran’izy ireo. Tokony hotanterahina, anio, izany raha tena mametraka ny fanjakana tan-dalàna. Nandefa taratasy fampahatsiahivana izany ny eo anivon’ny fitondrana. Anisan’izany ny eo anivon’ny governemanta sy ny ao amin’ny haino aman-jerin’ny fanjakana (ORTM). “Tsy mbola nahitana valiny anefa izany”, hoy ihany ny MMM.

Synèse R.

News Mada0 partages

Manifestation du TIM : risque d’affrontement

L’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana et ses partisans maintiennent la célébration de leur XVe anniversaire à Mahamasina ce samedi. L’Emmofar se dit prêt à défendre les lieux.

Le risque d’affrontement entre les forces de l’ordre et les partisans du Tiako i Madagasikara (Tim) n’est pas à écarter. En effet, face à la presse hier, le général Njatoarisoa Andrianjanaka  à la tête du Commandement de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale (CIRGN) d’Antananarivo a réitéré que le parti n’a pas reçu d’autorisation pour célébrer son XVeanniversaire à Mahamasina. Alors que les partisans de cette formation politique persistent dans leur intention d’entrer dans le stade.

Une intention que les forces de l’ordre ne prennent visiblement pas à la légère. Les responsables au niveau des forces de l’ordre invitent d’ailleurs la population à ne pas se rendre sur les lieux et en appelle à la sagesse de la population. «Personne n’a intérêt à ce qu’il y ait un affrontement  et nous allons éviter cela autant que possible», a indiqué le général Njatoarisoa Andrianjanaka. C’était à l’issue d’une réunion de l’Etat-major mixte et opérationnel de la province d’Antananarivo (Emmofar), hier à Ankadilalana.

Il a été annoncé qu’une mesure de réquisition est déjà prise. En d’autres termes, les éléments des forces de l’ordre feront tout pour que cette réunion n’ait pas lieu à Mahamasina demain. Par ailleurs, l’Emmofar entend effectuer des sensibilisations auprès de chaque quartier sur l’annulation de la célébration du 15e anniversaire du parti Tiako i Madagasikara. Cette initiative a commencé depuis hier. «Nous espérons que la population de la capitale saura faire preuve de sagesse car quand c’est interdit, c’est interdit», a ajouté le numéro un du CIRGN.

Statu quo

La décision d’enlever dans la nuit du mercredi dernier les affichages et les banderoles du parti Tim sur place montre, à ce titre, la volonté du pouvoir à stopper toute velléité de manifester de la part des partisans de Marc Ravalomanana. Depuis hier, les employés de la Commune urbaine d’Antananarivo n’ont d’ailleurs plus accès sur les lieux. Ceux qui ont été présents sur place  devaient arborer leur badge, mais ils ont quand même été interdits d’accès.

Mercredi, l’Organe mixte de conception (OMC), conduit par le Préfect de police, avait déjà alerté l’opinion sur un risque de troubles sur les lieux, tout en appelant le camp Ravalomanana à s’en remettre à cette interdiction. La Préfecture avait soutenu que l’attroupement n’avait pas reçu d’autorisation et donc n’a pas lieu d’être. Pendant ce temps, les ténors du Tim campent sur leur position.

A en croire leur publication sur les réseaux sociaux, le rendez-vous aura bel et bien lieu à Mahamasina et non à un autre endroit. Hier, dans la soirée, en effet, des rumeurs ont fait état de transfert de la célébration du XVe anniversaire du Tim à Tanjombato. «Le bureau politique du Tim n’a jamais pris une telle décision.  C’est un leurre», note Guy Rivo Randrianarisoa, élu dans le Ve arrondissement, sur sa page facebook.

J.P

 

News Mada0 partages

Rakotovao Fanomezantsoa Olivier : « Tazonin’ny vela tsy ho lasan’ny vahiny ny fanorona »

Rehefa natao ny fikarohana, tokana aman-tany ary eto Madagasikara no ahitana ny fanorona ity. Voasarika koa ny vahiny. « Misy tranga mampanahy anefa ny momba izay », hoy Rakotovao F. Olivier.

Gazety Taratra (*) : Mpilalao fanorona, nandalina sy nikaroka momba ny vela koa ianao. Manao ahoana ny fivelaran’ity lalao ity ankehitriny ?

Rakotovao Fanomezantsoa Olivier (-) : Nisy fotoana tsy henoheno ny lalao fanorona fa tao anatin’ny taona vitsivitsy izay, nanomboka nifoha tamin’ny torimasony ny mpilalao sy ny mpitia fanorona. Aza hadinoina fa efa mianaka any ivelany ity lalao ity satria efa azo lalaovina amin’ny ordinatera amin’ny alalan’ny « internet », « logiciels », sns.

* Tsy atahorana ve izay fivelaran’ny fanorona amin’ny sehatra iraisam-pirenena sy fanarahany ny teknolojia vaovao izay ?

– Mampatahotra ! Raha eo amin’ny dingan’ny ady sy ny paika, efa azo lazaina fa lasan’ny vahiny ny fanorona. Efa misy ny « logiciels » ahafahana milalao azy ireo. Na izany aza, raha mitandrina tsara ny mpilalao, mbola azo resena tsara ireo « logiciels » ireo. Nomen’Andriamanitra fiarovana « hafahafa » ny fanorona satria mbola ao ny vela !  Io no mihazona ny fanorona tsy ho lasan’ny vahiny.

* Ady, paika, vela… Inona no mampiavaka ireo fomba filalaovana fanorona ireo ?

– Mizara 4 ny fomba ilalaovana ny fanorona. Raha somary tsorina ny fanazavana : ny ady, izy vao manomboka iny. Samy mbola maro ny vatom-panorona. Paika, eo amin’ilay efa vitsy tsy mihinana intsony. Vato 3 sy 4 ohatra. Mizara roa kosa ny vela : mihinam-bela sy mampihinam-bela. Tsy vita tsianjery io hany ka tsy mbola tonga amin’io ny vazaha. Vatom-panorona 5 mifanandrina amin’ny 22. Mila fahaizana sy faharetana satria tena sarotra ! Sahiko ny miteny fa na afaka 100 taona aza, tsy ho hain’ny vahiny ny mifehy an’io anaty « logiciels ». Aza hadinoina fa tsy afa-misaraka ny ady sy ny paika ary ny vela satria ireo no maha fanorona ny fanorona.

* Inona no heverinao fa hametrahana indray ny lalao fanorona amin’ny toerana sy hasina sahaza azy ?

– Ampidirina ho anisan’ny taranja ianarana any an-tsekoly ny fanorona. Hamaroina ireo toerana ahafahana milalao fanorona. Ho an’ny eto an-dRenivohitra manokana, tokony hisy an’izany ny boriborintany enina. Hatsangana ny federasiona. Tohizana ireo hetsika fampiroboroboana ny fanorona efa natao hatramin’izay. Ireo rehetra ireo anefa tsy vitan’olon-tokana fa mila miara-mientana ny rehetra.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Tsy mbola nankalaza tsingerin-taona… : hiverenana an-kira ny 25 taon’ny Mage 4

1992-2017. 25 taona izao no nisian’ny tarika Mage 4. Nandritra izay fotoana izay, tsy mbola nanamarika tsingerintaona mihitsy ny tarika. Amin’ity indray mitoraka ity kosa, nanapa-kevitra ry Elysé sy ny tariny fa mendrika raha mba homarihina izany 25 taona izany.“Nandalo sedra, nisy ny fifaliana nisy koa ny fahoriana. Mbola eto foana anefa ny tarika Mage 4 ka tianay hiverenana an-kiraa miaraka amin’ireo mpankafy izany”, hoy ny nambaran’i Elysé, iray amin’ireo mpikambana, omaly, nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety tetsy Analakely.Araka izany, hisy ny seho goavana, entina hanamarihana ny fanombohan’ny fankalazana. Hotontosaina ny alahady 6 aogositra izao io, etsy Antsahamanitra. “Hanomboka amin’ny 2 ora sy sasany ny fampisehoana, ary tsy ho latsaky ny ora telo sy sasany ny faharetany. Hiverenana avokoa ireo hira rehetra nahafantarana ny Mage 4. Misy aza ireo efa hadinodinon’ny tarika, kanefa mbola ao am-pon’ny mpankafy. Na izany aza tsy hadinoina koa ny mizara ireo hira vaovao”, hoy kosa ny nambaran’i Ken, anisan’ny andrin’ny feo ao amin’ny Mage 4 amin’izao fotoana izao.

Seho matihaninaEfa ela no nanomanan’ny Mage 4 ity fankalazana ity. Nosantarina tamin’ilay rakikira “Fanatitra” izany, izay natao ho fahatsiarovana an’i Mika, mpikambana efa nodimandry. Mifantoka tanteraka amin’io seho ny 6 aogositra io ny tarika, satria tiana hipetraka ho tantara izany.. Araka izany, tsy ambanin-javatra ny lafiny teknika: fanamafisam-peo, kilalaon-jiro, ravaka, sns. Ho avy hifanotrona ao ireo mpikambana rehetra nandalo tao amin’ny Mage 4 na ny eto an-toerana na ny tany ivelany.Tsy fampisehoana fotsiny, fa hijery ny lafiny maha olona koa ny tarika amin’io. Hisy, araka izany, ny fiaraha-miasa amin’ny PSI Madagascar, hanaovana fitiliana maimaimpoana ireo areti-mifindra, ankoatra ny fanabeazana ara-pananahana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Wass Na Wass : Angie Ambavilanitra à l’affiche

Cette année, le festival Wass na wass se déroulera à l’Alliance française de Moroni (Comores). Plusieurs artistes à savoir Malha, Mwegne Mmadi, Blackcomoriano… seront à l’affiche dont un groupe malgache, Angie Ambavilanitra.

Organisé par l’association Wass na wass, le festival servira à récolter un fonds spécial pour financer les diverses activités de l’association. Par ailleurs, son objectif est de mettre en avant la musique comorienne et malgache, de faire découvrir au public étranger les différents styles des îles voisines.

Rappelons qu’Angie Ambavilanitra vient de sortir officiellement un nouvel album intitulé «Maso adala» au mois de mars dernier. Inspirée du rythme venu de la région Betsimisaraka, elle commence actuellement à imposer son style, un mélange harmonieux du genre traditionnel et des genres occidentaux : reggae, folk, et parfois le slam.

Holy Danielle

News Mada0 partages

25 ans de scène : le groupe Mage 4 sous une bonne étoile

Cela fait maintenant 25 longues années que Mage 4 parcourt les routes, enchaîne les concerts, côtoie son public et s’enrichit de rencontres innombrables. Le groupe renouvelle l’expérience le 6 août prochain à l’occasion d’un grand concert à Antsahamanitra.

Certes, Mage 4 a connu une carrière riche en rebondissements et un parcours parsemé d’embûches, mais il a toujours bon pied bon œil. La genèse du groupe remonte à l’orée des années 90, époque où la plupart de ses membres fondateurs ont encore partagé les bancs de l’école.

«C’était en décembre 1992. Lita et moi se sont rencontrés en classe à Toliara, tandis que les autres ont passé leurs vacances dans la cité du Soleil. C’est là qu’est née l’idée de monter un groupe. Une fois réunis à Antananarivo, nous avons concrétisé le projet en sortant un album sur cassette», s’est remémoré Elysé, l’un des membres fondateurs du groupe.

A marquer d’une pierre blanche

De la version cassette contenant entre autres les titres mythiques comme «Valin’ny ditra» et «Lavitra» au format CD et DVD, (Fo vaovao, Fiandohana…), la discographie du groupe se résume en six albums.  Mais «Sahy minia», son dernier clip annonce en fanfare la célébration de ses 25 ans de scène.

«Il faut reconnaître que cette date sera le premier anniversaire que nous allons marquer d’une pierre blanche depuis notre carrière. Pour ainsi dire que nous avons mis tout notre cœur et toute notre énergie, que ce soit dans l’organisation ou le déroulement de ce concert», avance Beback.

Pour ses inconditionnels admirateurs, Mage 4 réserve deux dates dans la ville d’Eaux à savoir, le 28 juillet à l’Hôtel Diamant, et le 30 juillet à la maison de la Culture. Le 6 août, la bande à Ken et Titan sera au théâtre de verdure pour souffler ses 25 bougies. Et ce n’est qu’un prélude à une longue tournée puisque d’autres dates seront prochainement fixées.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fidirana an-keriny tao Mahamasina : manahy fandrika apetraky ny miaramila ny CUA

« Ankehitriny, misy ireo olona mihanika amin’ny andro alina, miditra ao Mahamasina, nirahin’ireo mpitondra fanjakana: aiza àry no hahazoanay antoka fa ireo miaramila niditra  tamin’ny andro alina dia tsy hametraka fandrika any amin’ny kianja rehetra any? Na any amin’ny sisintsisiny rehetra any. »

Izay ny fanahian’ny ao amin’ny komitin’ny fotodrafitrasa eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), Andriamandranto Joseph Ruffin, teny Analakely, omaly, momba ny fianihan’ny miaramila tamboho ao amin’ny kianjan’ny Mahamasina, afakomaly alina. Nalaina tamin’izany ireo kojakoja hanaovan’ny Tim hetsika hankalazana ny faha-15 taony.

« Noho izany, raha misy ny zavatra toy izany ao anatin’io kianja io: miala izahay », hoy izy. Efa tomponandraikitra amin’ny fisavana isan’andro ny eo anivon’ny CUA. Tsy anjarany intsony ny tsy filaminana noho ny fidirana tamin’ny andro alina tao amin’ny kianja.

Anjaran’ny CUA ny miandraikitra sy mitantana ny Tanàna

 

« Araka ny And. 29 ao amin’ny lalàna lah. 2014-020, milaza tsara fa miandraikitra sy mitantana mivantana ny fananan’ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra ny ben’ny Tanàna, manara-maso ny fanatanterahana izany ny filankevitry ny Tanàna », hoy kosa ny filohan’ny filankevitry ny CUA, Andriambahoaka Faustin.

Ny zava-misy, ny antsirambina momba ireo lalàna ireo noho ny resaka politika atao sy ampiharina eto amin’ny Tanànan’Antananarivo, indrindra izay ataon’ny fitondrana foibe, araka ny fanazavany.

Notsiahiviny ireo zava-nitranga rehetra toy izany: tonga dia niditra tao amin’ny lapan’ny Tanàna, ohatra, ny miaramila tamin’ny alina. Nisy ny teny Anosimpatrana. « Atao toy ny biby fampitahorana, sanatria, ny herim-panjakana hampisehoana fa tsy misy lalàna sy tsy misy mifehy ny fananam-panjakana izay tantananay ireny », hoy ihany izy.

Ny zava-niseho afakomaly alina, tao Mahamasina: nidirana fotsiny izao ny kianja, izay ny CUA no mikarakara sy mitantana ary mampiasa io kianja io. « Tsy mety aminay ato amin’ny filankevitry ny Tanàna ireny, ary sarotiny izahay momba izay », hoy hatrany izy.

Hanao ahoana no hiafaran’izao raharaha izao? Raha vitavita sy tsy hitahita ho azy toy ny teo aloha ihany, vao mainka mihamahazo vahana ny tsy fanarahan-dalàna sy ny jadona amin’ny fampiasan-kery.

R. Nd.

News Mada0 partages

Lozam-pifamoivoizana – Antsirabe : saika hitsoaka ilay zandary nandona taksiborosy

 Naratra ny olona roa noho ny lozam-pifamoivoizana tao an-tampon-tanànan’Antsirabe, omaly maraina tamin’ny 5 ora sy 30 mn. Fiara iray nentina zandary avy namonjy lanonana tao Ampihaviana no nifatratra tamin’ny taksiborosy iray. Taksiborosy hihazo an’Ilakaka ity notrongisin’ny an’ilay zandary tamin’ny fiarany ity. Vokatry ny fandehanana mafy no nahatonga ny loza. Vokany, naratra ny mpandeha roa tao amin’ilay taksiborosy naratra ka isan’izany ny mpamily. Nambaran’ilay mpamily fa nikasa hitsoaka ilay zandary, saingy nosakanan’ny olona ka nalain’izy ireo teny aminy ny fanalahidin’ny fiara ka tsy afa-nanohy ny diany intsony izy.

Niteraka fitohanan’ny fiara nandritra ny ora maromaro tao an-tanànan’Antsirabe ity lozam-pifamoivoizana ity. Tonga teny an-toerana nanao ny fandaminana ny zandary mpiara-miasa amin’ilay namoa-doza ka nilamina ihany ity raharaha ity na somary niteraka fifanjevoana kely teo amin’ireo mpandeha taksiborosy sy ilay mpitandro filaminana aza.

Randria

News Mada0 partages

Ambanitsena : mpanakan-dalana voatifitry ny zandary

Jiolahy iray no saron’ny zandary tany Ambodirano Ambanitsena RN2, afakomaly maraina. Sarona niaraka tamin’io jiolahy io ihany koa ny vy miisa 20 nangalariny tamin’ny andrin-jiron’ny Jirama.

Raha nanao fisafoana amin’ny alina teny Ambanitsena ny zandary ao Carion ny alin’io dia nahazo antso fa tokony hozahana akaiky ny eny amin’ny manodidina ny fokontanin’Ambodirano fa misy olona hafahafa misodisody. Nidina teny ireo zandary saingy tsy tratra ireo olon-dratsy.

Tamin’ny 3 ora sy 30 mn maraina, nisy fiara hafa indray nilaza tamin’ireo zandary raha nifanena teo am-panaovana fisafoana fa misy olona telo lahy manao akanjo maramara toy ny an’ny miaramila eo Ambodirano izay  toa hafahafa ny fahitana azy. Nidina teny indray ireo zandary ka raha vao tonga teny ny fiara nitondra azy ireo ka nandositra ireo jiolahy raha vao nahita ireo zandary. Nanao tifitra ho fanairana mba hijanonany ireo zandary saingy tsy nanaiky izany izy ireo fa lasa ihany. Vokany, voatifitra teo amin’ny tongony havanana ny jiolahy iray.

J.C

News Mada0 partages

Fampirantiana ho an’ny fahasalamana : nilaharana ny fitiliana maimaimpoana

Tonga maro ny olona nanao fitiliana maimaimpoana ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza, nijery ny fatran’ny siramamy ao amin’ny ra, naka torohevitra momba ny fandrindram-piterahana ary nisafidy avy hatrany ny fanafody mety aminy, omaly. Mbola hitohy mandritra ny roa andro ny hetsika eny amin’ny tokotanin’ny lapan’ny Tanàna Analakely nomena ny anarana « Fampirantiana momba ny fahasalamana ». Lafo ny saran’ny fanaovana fitiliana samihafa ka manararaotra ny fisian’ny hetsika tahaka izao ny rehetra mizaha fahasalamana.

Ny tapak’andro maraina, 18 ny vehivavy ahitana ny salan-taona rehetra nitily ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza miaraka amin’ny mpitsabon’ny Marie Stopes Madagascar. Fantatra avy hatrany ny valin’ny fitiliana. Tsy vitsy koa ireo naka torohevitra amin’ny fandrindram-piterahana mety aminy. Be mpisafidy ny fitaovana ahitana fanafody DIU asisika any amin’ny tranon-jaza, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitra teny an-toerana.

Ankoatra ny tolotra ara-pahasalamana maro, nisy ny fandraisana ireo olona vonona hanome an-tsitrapo ra. Nandray an-tanana azy ireo ny mpiasan’ny ivontoerana famindrana ra. Nomena tohana ara-tsakafo maivana ireo avy nanome ra. Tazana tao koa ny Centre de fertilite de Madagascar (CEFERMAD) mitondra fanampiana ara-pitsaboana hampitoe-jaza.

Nahitana tranoheva maromaro mivarotra fitaovam-pitsaboana azo ampiasaina any an-trano sy fanampin-tsakafo isan-karazany teny Analakely. Vitsy ihany anefa no afaka hividy izany satria raha mitaha amin’ny fahefa-mividin’ny ankamaroan’ny tokantrano, ambony ny sorabola ilaina. Niarahan’ny minisiteran’ny Fahasalamana sy ny KIS Madagascar nikarakara ny hetsika.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ankatso-Fiatrehana ny Codis : mpianatra 15 tamin’ny 20 no tonga

Niatrika ny filankevi-pifehezana (conseil de discipline) ireo mpianatra nahazo taratasy fampiantsoana, omaly hariva. Tonga nanohana ny namany avokoa izy ireo. Nangataka ny handraisana miaraka ny mpianatra voakasika saingy niditra tsirairay niatrika ny tomponandraikitra. Mialoha ny handraisana azy ireo, mbola nandalo tao koa ny raharaha hafa mikasika mpianatra ihany. 20 ireo nahazo taratasy fiantsoana, 18  amin’ireo nampanantsoana amin’ny raharaha iray iraisana, ny roa ambiny zavatra hafa tanteraka, araka ny fanazavan’ny solontenan’ny mpianatra teny an-toerana.

Amin’izy 20, mpianatra 15 no tonga nanatrika ny codis ary mandeha tsirairay manoloana ny tomponandraikitra. Hatramin’ny ora nanoratana, mbola tsy afaka nilaza ny vokatry ny fihaonana izy ireo satria tsy azo natrehana. Mbola mpianatra voalohany amin’ny 15 no niatrika izany. Miankina amin’ny valin’ny codis ny tohin’ny hetsiky ny mpianatra, hoy ny nambaran’ny mpitondra teny.

Nilaza ny CrouA fa noho ny fanakorontanana nataon’izy ireo ny anton’ny fampiantsoana.

Vonjy

News Mada0 partages

Vol de 45 millions d’ariary : un suspect écroué, trois autres libérés

Rebondissement dans l’affaire de braquage d’un point de vente de boissons sis à Ambato Boeny. Les quatre suspects ont été présentés mardi et mercredi devant la Justice.

Le défèrement s’est tenu au Parquet de Mahajanga. Avant-hier, à l’issue de deux jours d’audition, le parquetier a décidé de placer en détention préventive le principal suspect, un certain Rakotoarisoa et d’accorder la liberté provisoire à ses trois présumés complices.

Une décision mal comprise par certains étant donné que les complices en question, tous des habitants d’Ambato Boeny, ont été nommément cités par le principal suspect qui est originaire de Kiangara. Selon des sources concordantes, le plaignant aurait formulé une opposition en vue d’attaquer cette décision du Parquet.

45 millions d’ariary et 30 g d’or

Le braquage en question s’est produit le 29 juin. Munis de trois pistolets, d’un fusil et d’armes blanches, huit individus ont dérobé 45 millions d’ariary et 30 grammes d’or avant de prendre la fuite.

Le lendemain même du vol, quatre suspects ont été arrêtés par des éléments mixtes de la police et de la gendarmerie. Pour réussir ce coup fumant, ils sont partis de l’exploitation minutieuse d’un renseignement fourni par les responsables d’un hôtel où le dénommé Rakotoarisoa a déposé ses affaires. Ce dernier a refusé à ce qu’on consigne sa carte nationale d’identité au registre de l’hôtel, éveillant ainsi les soupçons des responsables.

Les forces de l’ordre ont alors surveillé de près le suspect qui a été arrêté l’après-midi vers 15 h. Un pistolet de fabrication artisanale, quatre munitions ainsi que des effets vestimentaires ont été découverts dans son sac.

Lors de l’interrogatoire, le suspect a dénoncé ses complices. Trois d’entre eux ont été arrêtés, tandis que les autres ont complètement disparu de la circulation avec le butin.

Mparany

 

News Mada0 partages

Ambanitsena : un coupeur de route neutralisé

Très tôt dans la matinée d’hier à Ambodirano, commune d’Isoavina Ambanitsena, les éléments du poste avancé de Carion ont mis hors d’état de nuire un présumé coupeur de route appelé Manandahy, âgé de 36 ans.

Les gendarmes ont été alertés par un chauffeur qui avait remarqué le comportement suspect du trentenaire qui était accompagné de deux autres individus. Selon le témoin, certains des suspects portaient des treillis. Sans attendre, des gendarmes se sont rendus sur les lieux mais ayant aperçu leur arrivée, les trois suspects ont pris la fuite.

Les gendarmes ont lancé un coup de semonce mais les quatre fugitifs ont poursuivi leur plan de fuite. Une fois encore, l’un des gendarmes a ouvert le feu pour l’immobiliser. Le suspect s’est écroulé. Le projectile lui a traversé la cuisse de part en part.

Les gendarmes ont passé les environs au peigne fin et ont découvert dans les buissons, 25 éléments en acier constituant les éléments porteurs d’un pylône de la Jirama.

Le trentenaire a été arrêté et transféré d’urgence à l’HJRA. Des éléments de la gendarmerie assuraient sa sécurité à l’hôpital.

Mparany

News Mada0 partages

Université d’Antananarivo : un étudiant renvoyé après le Codis

Des mesures strictes ont été appliquées à l’encontre des étudiants auteurs de troubles à l’université et au sein des cités universitaires après la passage en Conseil de discipline (Codis). Les sanctions prises sont conformes à la gravité de chacun de leurs actes, suivant l’arrêté ministériel régissant le Codis.

Le verdict est amer. Les vingt étudiants convoqués en Codis ont été reçus un à un lors d’une audience qui a duré plus de trois heures au Rectorat d’Ankatso, qui n’a pris fin que vers 20 heures. L’un d’entre eux hier devrait plier bagages après la décision des responsables de l’université d’Antananarivo.  «Suite aux mauvaises conduites qui portent atteinte à la sécurité de l’université, de la cité universitaire et des riverains, cet étudiant de l’Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo (Espa) vient d’être renvoyé définitivement et ne peut intégrer aucune autre université publique à travers le pays», a informé le directeur du Croua, Samson Andriamihajaniaina, hier, lors d’une conversation téléphonique.

L’on sait que deux autres polytechniciens de Vontovorona, concernés dans l’affaire de déstabilisation au sein des campus universitaires et des fokontany environnants, ont également reçu des sanctions se conformant à la gravité de leurs actes. L’un est expulsé de l’université pendant cinq ans et l’autre a obtenu un sursis. Huit autres étudiants, notamment ceux d’Ankatso sont également sursitaires. Aucune charge n’a été retenue sur les sept autres.

Selon notre source, les responsables ont accordé quelques gages de confiance à ces quelques neuf étudiants sursitaires, à qui ils ont donné une chance pour se racheter en changeant leur comportement. En guise de garantie, ces derniers ont dû signer chacun une lettre d’engagement qui leur oblige à respecter les consignes de sécurité régissant l’université et les cités universitaires. En cas de récidive, les concernés seront renvoyés immédiatement. Deux autres étudiants qui n’ont pas répondu présent hier n’ont pas le droit de s’inscrire au  sein des universités publiques pendant trois ans, conformément au fonctionnement du Codis et à l’arrêté ministériel le régissant. «Toujours est-il que leur absence démontre déjà leur mauvaise foi», a souligné notre source.

Les temps des négociations sont finis

De source auprès de la présidence de l’université d’Antananarivo, on a appris que ces sanctions ont été déjà précédées d’avertissement et de négociations. On devrait agir au moment où l’on constate que ces démarches sont vouées à l’échec. Sachant qu’à chaque circonstance qui se produit à l’université ou aux cités universitaires, lors du délestage par exemple, ces étudiants interviennent par la force sans aviser les responsables. Pour des affaires privées, ils sèment la bagarre au niveau de localités environnantes et deviennent des menaces pour la sécurité publique. On craint chaque jour des manifestations ensanglantées dans la mesure où ce groupe de jeunes profite chaque occasion pour manifester leur soif de belligérance qui peut amener à la vindicte populaire.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : ordre à la garde indigène

Le Gouverneur Général a le regret de porter à la connaissance du personnel de la garde indigène la mort glorieuse de M. Muscatelli, inspecteur de 2e classe, capitaine au 22e régiment d’infanterie coloniale, décédé, le 18 avril 1917, à la suite d’une blessure au ventre par éclat d’obus, reçue le 16 avril, alors qu’il conduisait sa compagnie à l’attaque du village de Laffaux (nord-est de Soissons).

Muscatelli s’est conduit dans toutes les circonstances en véritable héros.

Il avait été blessé le 28 octobre 1915 à Massiges, cité à l’ordre de la division en février 1916 pour sa belle conduite dans les combats du 3 au 12 février 1916 et fait chevalier de la Légion d’honneur le 25 octobre 1916.

Avant sa mort, le capitaine Muscatelli fut fait officier de la Légion d’honneur.

Il signale également la brillante conduite à l’ennemi de :

1° M. Dousse (Jean), garde principal de 1re classe, sous-lieutenant au 359e régiment d’infanterie, nommé chevalier de la Légion d’honneur par arrêté du ministre

de la guerre en date du 17 avril 1917, avec la mention suivante :

« Officier d’une grande bravoure, ayant par son exemple beaucoup d’ascendant sur ses hommes. S’est particulièrement distingué aux combats de juin et juillet 1916. Une blessure (Croix de guerre) » ;

2° M. Chatelain, garde principal de 2e classe, sous-lieutenant au 48e régiment d’infanterie, cité à l’ordre du régiment avec la mention  suivante :

« Officier très vigoureux et d’une grande bravoure. Est resté dans les tranchées de première ligne sous un bombardement extrêmement violent et y a été blessé » ;

3° M. Stattner, garde principal de 2e classe, adjudant au 2e régiment étranger, décoré de la Médaille militaire par arrêté du ministre de la guerre en date du 15 février 1917.

Cet ordre sera lu dans tous les détachements de la garde indigène à l’appel journalier et affiché, en français et en malgache, pendant un mois, dans tous les corps de garde en un lieu apparent.

Tananarive,

le 18 juin 1917.

Le Gouverneur Général,

Garbit.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : maneho ny tontolo manodidina azy ny fibahan-toeran’ny toe-tsaina

Aiza re rey olona ka dia olona ao amin’ireo vondrona telo natao hiantoka ny fandriampahalemana eto amin’ny fiarahamonina sy ny fiarovana ny mponina sy ny fananana indray ity no manotafady amin’ny fanaovana asan-jiolahy mirongo fitaovam-piadiana manafika tranon’olona amin’ny alina. Iza intsony no hianteherana amin’ny fiarovana ny vahoaka ? Sergent-chef avy ao amin’ny Tafika, adjudant-chef avy ao amin’ny Zandarimaria ary inspecteur avy ao amin’ny Polisim-pirenena no indray voarohirohy ho nandray anjara tamin’ny fanafihana teny Sabotsy Namehana. Angaha vitan’izany? Ny mbola mahazava-doza an’ilay resaka dia ny filazana fa ny sasantsasany amin’izy ireo dia manana andraikitra eny andapa, mpiambina manokan’ny zanaky ny Filohan’ny Nosy. Loza ê! Sanatria tsy fanendrikendrahana io tovolahy io izany. Efa mampalahelo aza ny fanosoram-potaka miantefa aminy matetika noho ny fanendrikendrehana maro tsy misy porofo. Atao  ahoana moa, araky ny lalànam-piainana dia ny hazo avo no halan-drivotra. Mitovy amin’ny ambaran’ny fitenin’ny Frantsay hoe “ny mpanana ihany no ampidramana” io. Izay mitovitovy dika amin’ny fiteny mivantambantana hoe “tain’alika ka ny avo ihany no tovonana”. Eo koa moa ny fanararaotana ara-pôlitika. Raha ny zanany no voahoso-potaka, tsy afaka ny tsy hiantefan’ny piti-dra Hery Rajaonarimampianina. Na eo aza izany tetika fandotoana amin’ny tsy rariny izany dia tsy afaka ny tsy hanitikitika ihany ny fiverimberenan’ny tranga mikasika asa tsy mendrika nataon’ny olona manodidina ny fitondrana. Rariny raha miahiahy ny mpitazana mikasika ny toe-tsaina manjaka ao an-dapa ao. Toe-tsaina mampiseho fahasahiana toy ny olona mihevitra ny tenany tsy ho tratry ny aloka. Manamafy izany ilay fihantsiana sahin-dRamatoa Claudine natao ho valin’ny fiantsoan’ny Bianco azy. Ary mbola manampy sira izany ny fihetsik’ilay manamboninahitra nanampatra fahefana tamin’

ny fikasana hanakana ny fandefasana any am-ponja ireto miaramila sy zandary ary polisy nahiana ho nanao asan-jiolahy. Zatra ny fahitana fanjakazakana amin’ny tsimatimanota angamba ka nihevitra ny tenany ho manana fahafahana tsy misy arakaraka hanao an’izao karazan-keloka rehetra izao. Toe-tsaina tsy tonga hoazy izany. Na eo amin’ny alika aza anie hono dia ahitana taratra ny teo-tsain’ny tompony e.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : fils de…Un sifflet timide annonçant la fin de récréation

Trois ans d’emprisonnement agrémenté de la confiscation des biens saisis : peine requise près une chambre du Tribunal correctionnel de Paris à l’encontre du fils du Président d’une République bananière, de surcroit fils et vice-président du père.  Signal à dessein des « rois nègres » pour annoncer la fin de la tolérance qui leur a permis grâce à des subterfuges cousus de fil blanc de faire circuler de l’argent sale pour acquérir des biens propres en pays de droit. Sans violence le signal siffle avec brutalité tel un boulet au ras des oreilles des voyous nimbés de la gloriole d’avoir réussi à dénuder leurs populations vêtues de haillons. Tremblent les ex-ceci et ex-cela, là-bas proprios d’apparts et autres résidences, acquis grâce à des sources injustifiables.

 

News Mada0 partages

Vaky ny ady ho an’ny rugby Analamanga : samy hikarakara fifaninanana i Andry La Pie sy ny komity manokana

Vaky tanteraka ny ady. Nivoaka tamin’ny fahanginany ny filohan’ny ligin’Analamanga, Andry Ravelojaona (Andry La Pie) ary nilaza fa hiverina eny an-kianja. Nanitrikitrika kosa ny eo anivon’ny komitin’ny rugby fa tsy hihemotra amin’ny hanombohana ny lalao ho an’Analamanga.

 

« Efa feno ny klioba hifaninana amin’ny Top 20. Hanomboka ny 16 jolay izao izany. Tsy misy ligy roa izany eto fa ny ligin’Analamanga tarihanay ary voafidy ny 2 desambra teo ihany no ara-dalàna. Afaka manamarina izany any amin’ny minisitera ny rehetra”, hoy ny filohan’ny ligy Analamanga, i Andry La Pie, etsy Malacam, omaly. Hivory miaraka amin’ireo filohan’ny fileovana rahateo izy ireo anio etsy ka anisan’ny antsoina hiatrika izany ireo filoha na olona hafa mahazo alalana mazava avy amin’ilay klioba. Nohitsiny fa tsy mitombina izany “comité ad’hoc” na ny komitin’ny rugby ho an’Analamanga izany, raha ny voalazan’ny lalàna. Nampiomana ireo “Tsy tomponandraikitra amin’ireo mikasa hikarakara lalao amin’ny alahady izao izahay sy ny ekipanay”, hoy ihany izy. Notsiahiviny avy eo ny tantara niatombohan’ny olana. Nisy ny fandaminana teo amin’ny Malagasy rugby (MR), ligy, Seksiona, tamin’ny 24 may lasa teo. Nanapaka ny fivoriamben’ny ligin’Analamanga fa hatatao Top 20.

Tsy mitombina ny fanasaziana

 

Tampoka teo anefa, namoaka ilay fampiatoana ny ligy ny eo anivon’ny MR. Nanatona tany amin’ny minisitera izy ireo ka nilazan’ny tompon’andraikitra fa tsy mitombina ny fanasaziana azy ireo. Momba ny vokatra azon’ny Makis tany Maraoka indray, nambarany fa tsy tokony hanaitra izany. “Tsy nisy fifaninanana nandeha teto”, hoy izy.

Etsy andaniny anefa, nanatanteraka fivoriana niaraka tamin’ireo filohana seksiona efatra sy mpitarika klioba kosa ilay komitin’ny rugby ho an’Analamanga (comité ad’hoc),  natsangan’ny MR. “Tsy misy afa-tsy izahay ihany manomboka izao no mikarakara ny tompondakan’Analamanga. Homena herinandro ireo klioba mbola misalasala, amin’ny talata 11 jolay izao no fara-fandraisana azy ireo”, hoy ny filohan’ny komity, Randrianarisoa Rija, tetsy Ampefiloha, omaly. Nambarany fa efa malalaka tanteraka amin’ny fahafahana miasa izy ireo, taorian’ny taratasy voarainy avy amin’ny fitsarana. Hanomboka ny 16 jolay izao ny fiadiana ny tompondakan’Analamanga. Hatao ny alahady izao kosa ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy izany. “Nahazo fankatoavana tamin’ireo mpitantana seksiona avokoa izany”, hoy izy ireo.

Efa mipetrapetraka ny fandaharam-potoana

 Nambaran’ity komity ity fa afaka mifindra malalaka ireo mpilalao ho an’ireo klioba tsy handray anjara amin’izany. Eo koa ny hikarakarana ny fiadiana ny ligin’Analamanga,  lalaovin’ny olona fito ho an’ny sokajy  “junior”, “senior” ary ny vehivavy. Manampy izany ny fifaninanana U 17 ary ny fananganana seleksiona ho an’ny eto Analamanga. Hisy fanovana koa eo amin’ny « bonus » sy ny isa azo amin’ny « forfait ».

Araka izany, ho tonga hatraiza izao fifandirana sy ny samy mandeha samy mitady eo amin’ny  lavalava eto Analamanga ity izao ?

Synèse R. sy Tiana ary Fano

News Mada0 partages

Golf-Mercedes Trophy World : deux Malgaches dans la cour des grands

Le prestigieux tournoi mondial de golf amateur, Mercedes World Trophy qui aura lieu du 3 au 8 octobre prochain à Stuttgart en Allemagne, verra pour la première fois la participation de deux Malgaches.

Ainsi, Michel Morizot et Marchand Ramarijaona Rabary défendront les couleurs de l’Afrique en compagnie du Mauricien Kreshnaduth Mussai. En effet, les trois qualifiés à l’issue du tournoi qualificatif qui s’est tenu dans la ville de Francfort les 10 et 11 juin derniers sont issus des îles de la partie orientale du continent.

Lors de cette phase de qualification, le Mauricien Kreshnaduth Mussai a pris la pris la première place devant les deux Malgaches, Michel Morizot et Ramarijaona Rabary. Il a devancé d’un point le deuxième au décompte final avec 37 points contre 36, et 35 pour ses poursuivants. Troisième pays représenté lors de la qualification Afrique, la Tunisie rentre bredouille de Francfort.

Etant la grande finale après la phase qualificative dans les quatre coins du monde, le parcours du Mercedes Trophy world verra défiler près de 90 golfeurs amateurs issus d’une trentaine de pays dont la détentrice du trophée, la France.

Une expérience unique

Il n’y a de compétition  plus originale que ce tournoi de golf amateur de Stuttgart. Les participants changent obligatoirement à chaque édition. Pour cause, «Un même joueur ne pourra participer plus d’une fois au Mercedes Trophy World Final», comme le stipule le règlement. A noter aussi que la compétition se divise en trois catégories : Nations Cup, Team Eclectic et Single.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rallye – Haute Matsiatra : une âpre bataille se profile

La capitale du Betsileo vibrera aux rythmes des quatre roues, du 20 au 22 juillet prochain. Grâce au club Tanjaky ny auto-moto malagasy (Tasamm), les férus de rallye de Fianarantsoa en particulier et de la région Haute Matsiatra en général renoueront avec une manche du championnat de Madagascar.

Pour cette première édition du Rallye de la Haute Matsiatra, le plateau sera relevé avec la présence des ténors de la discipline sur la grille de départ. Après deux manches en effet, la course au titre est plus que jamais ouverte. Les équipages de tête au classement général provisoire se tiennent dans un mouchoir de poche bien que les champions de Madagascar en titre en l’occurrence Ndrianja-Fanja se trouvent en meilleur position par rapport à leurs adversaires. En fait, contrairement à l’équipage Loom-Lucas, vainqueur de la 1ère manche mais qui a abandonné lors de 2e manche, le duo Ndrianja-Fanja a terminé sur le podium lors des deux premières courses de la saison.

C’est également le cas de Tahiana et Tahiry qui ont fait un début de saison fructueux en terminant en 3e position lors des deux premières courses. Ce qui les place parmi les troubles fêtes à Fianarantsoa.

Quant au duo Loom-Lucas,  il n’a plus droit à l’erreur sur ces tracés au risque de voir les champions de Madagascar creusés l’écart au classement. Les concurrents auront huit spéciales pour se départager durant les trois jours de compétition dont deux en guise d’hors-d’œuvre.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rugby – Analamanga : mésentente et conflit

Comme il fallait s’y attendre, la mise en place d’un comité ad hoc pour diriger la ligue d’Analamanga de rugby n’a fait que mettre le feu à la poudre. Les membres de ce comité ont déclaré hier face à la presse à l’Académie nationale des sports (ANS) à Ampefiloha qu’ils prendront en main toutes les activités de la ligue jusqu’à la tenue d’une élection. «Toutes les structures sous la houlette de la ligue d’Analamanga doivent suivre le programme établi par le comité ad hoc qui est la seule structure reconnue par la fédération de tutelle», ont-ils martelé.

La réponse n’a pas tardé à venir du côté de Andry Ravelojaona qui a confirmé qu’il demeure le président d’Analamanga rugby. «J’ai été élu par les sections affiliées à la ligue d’Analamanga et il n’y a aucune loi qui stipule que la fédération doit installer un comité ad hoc. Je reste le président reconnu par le ministère de tutelle et nous allons réaliser les activités programmées dans notre agenda», a déclaré Andry Ravelojaona, hier au stade de Malacam.

Rakoto

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony UprimHiatrika ny fankalazana ny fahafolo taonany

Mankalaza ny fahafolo taona niorenany ny sekoly ambony UPRIM manana ny foiben-toerany etsy Andavamamba.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina diabetaMitombo isa hatrany ireo olona voany

Mitombo isa hatrany ireo olona voan’ny aretina diabeta eto amintsika, raha araka ny fanazavan’ny dokotera José, tompon’andraikitra eo anivon’ny AMADIA etsy Faravohitra.

 

 Isaky ny manao fitiliana maimaimpoana izy ireo dia mahatratra 5 % ireo olona lasibatr’ity aretina ity vokatry ny  rarintsaina, ny fihinanana sakafo tsy ara-pahasalamana, ny fisotroan-toaka, indrindra ny tsy fampiasam-batana izay tena mahazo vahana tokoa ankehitriny. Na izany aza anefa raha araka ny fanazavan’ity dokotera ity dia anisan’ny olona lava andro iainana indrindra ny olona voan’ny diabeta raha voatsabo ara-potoana ilay aretina mahazo azy. Lasa  mahay misakafo ara-pahasalamana mantsy izy ireny, misotro rano tsara, mihinana karazana legioma dimy isan’andro sady mampiasa vatana ihany koa. Nomarihiny manokana anefa  fa  tena mandany vola  ny fitsaboana ny diabeta saingy efa miezaka ny fanjakana ankehitriny manamaivana ny fahasahiranan’ny marary. Ho an’ny AMADIA manokana dia efa raisin’izy ireo an-tanana maimaimpoana ny fitsaboana ireo ankizy madinika voan’ny diabeta raha nohamaivanin’ny fanjakana kosa ny vidim-panafody ho an’ny olon-dehibe. Roa taona no kely indrindra lasibatr’ity aretina iray ity eto amintsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana tao AntsirabeIlay mpamily mamo indray no nandrahona

Nitrangana lozam-pifamoivoizana vao maraina indray tao an-tanànan’Antsirabe omaly.

 Fiara kely BMW iray nentina mpitandro ny filaminana avy nirevy tao amin’ny hotely iray misy toeram-pandihizana teo Ampihaviana no nirifatra mafy ka nifatratra tamin’ny fiara Mazda iray, mpitatitra efa feno mpandeha nikasa ho any Ilakaka, tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany. Olona roa no naratra dia ny mpandeha teo amin’ny ilay havanana teo amin’ny alohan’ny fiara sy ny mpamily ilay fiara mpitatitra. Nambaran’ilay mpamily fa saika hitsoaka tamin’ny fiarany ihany ilay nandona saingy nifanakanan’ny olona ka nesorina teny aminy ny fanalahidin’ny fiara vao nijanona izy. Avy eo dia norahonany indray ilay mpamily taksibrosy fa tsy mahalala azy hono ve fa mila amboarina ny fiarany fa tsy mila hiantsoana mpitandro ny filaminana izany. Tonga ny teo anivon’ny polisim-pirenena saingy niala maina ka niantsoana zandary nanao ny fanamarinana. Niteraka fitohanana vao maraina ity lozam-pifamoivoizana ity satria  tamin’ny 7 ora ka hatramin’ny 9 ora sy sasany maraina dia mbola nifandrirarira teo ny roa tonta. Marihina moa fa mbola mamo tampona ilay mpamily niteraka ny loza ka sarotra ny fifampiresahana ary nisy mihitsy ny fandrahonana ilay mpitondra taksibrosy.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipaky ny miala aina !

Tsy misy fanantenana intsony ny fitondrana Rajaonarimampianina na dia mbola mihevitra ny hitondra ny firenana ao anatin’ny 5 taona manaraka aza. Efa naman’ny manao tsipaky ny miala aina.

 Mila voatsiary sy manangam-pahavalo sisa atao, hany ka mampiasa hery sy mety mikendry korontana sy rà mandriaka mihitsy aza angamba. Raha toa ka miseho tokoa mantsy izany, dia izy ireo no hahazo tombotsoa amin’ny korontana sy ny fanemorana ny fifidianana, izay hahafahana mifikitra hatrany amin’ny fahefana satria raha mbola hirotsaka tsy ho lany intsony, raha mandeha amin’ny mangarahara. Nofinofy sy voambolana tsy voafafa sisa izany hoe tany tan-dalàna izany eto amin’ny firenena, fa fanjakana jadona sy mpanao didiko fe lehibe, kanefa tompon-dakan’ny fanitsakitsahana lalàna. Andevozim-pahefana sy tamana homana amin’ny kolikoly maloto, ka tsemboka mialohan’ny fotoana amin’ny olona atahorana amin’ny fifidianana. Mbola tsy fotoanan’ny fampielezan-kevitra akory dia efa may volon-tratra amin’ny fahazakan’ny mety ho mpifanandrina olona. Rehefa tonga angamba ny tena fotoana mety hahavita hamono olona mihitsy!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

« Salon du bonheur et du bien être »Nahavory olona

Nahavory olona marobe tokoa ilay hetsika “ Salon du bonheur et du bien être » nokarakarain’ny Kiss Madagascar tetsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely nanomboka omaly.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikolyTsy ampy vola sy fitaovana ny Bianco

Sakana amin’ny fanatanterahan’ny Bianco an-tsakany sy an-davany ny asany momba ny ady amin’ny kolikoly ny tsy fahampian’ny fitaovana sy ny tetibola enti-miasa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Firaisankina ho an’ny fanavotana an’i Madagasikara“Lozabe ny fijanonan’io fitondrana io eo !”

Manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny dia milaza ry zareo avy eo anivon’ny vovonana firaisankina ho an’ny fanavotana an’i Madagasikara tarihin’ny filoha mpiara-mitantana Manantsoa Victor sy Joseph Yoland fa lozabe ho an’ity firenena ity ny mbola hijanonan’ny fitondrana ankehitriny eo amin’io toerany io.

 Araka ny nambaran’ny minisitra teo aloha, Manantsoa Victor, dia miha ratsy ny toe-draharaha ary efa tsy zakan’ny filoham-pirenena intsony ny mifehy azy. Mampalahelo ny fanakanana ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko Tiako I Madagasikara izay tokony hatao eny Mahamasina amin’ny sabotsy. Ben’ny tanànan’Antananarivo i Lalao Ravalomanana ka tsy mahagaga raha i Mahamasina no nofidiany omena amin’ny fankalazana ity fety ity. Resaka demokrasia izany ary tokony halalaka amin’ny fanehoan-kevitra ny rehetra. Tsy mety intsony, hoy izy ireo, ny hijanonan’izao fitondrana izao eo amin’ny toerany ary efa maro ny hetsika politika manohitra izany ary afaka hitambatra. Ankoatra anay sy ny Force de changement, hoy ny tenany, dia efa henonay koa fa miaraka amin’ny fiombonamben’ny eveka sy ny FFKM ny ao Fianarantsoa.

 

J. Mirija

 

Orange Madagascar0 partages

Atallah reçoit les nouveaux ambassadeurs

La ministre des Affaires Etrangères Béatrice Atallah a reçu successivement ce jour le nouvel Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Madagascar auprès de la République Fédérale Démocratique d’Ethiopie, et Représentant Permanent de Madagascar auprès de l’Union Africaine et de la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), Pr Alain Djacoba Tehindrazanarivelo ainsi que le Commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine, Pr Victor Harison.

La rencontre était une occasion d’évoquer les principaux objectifs de la diplomatie malagasy dans un contexte où les relations internationales s’articulent autour de la solidarité.

Etant basé à Addis-Abeba (Ethiopie) les deux personnalités sont en effet amenés à collaborer de temps à autres même si la le Commission aux affaires économiques de l’Union africaine a plutôt vocation continentale. L’élection du Pr Victor Harison demeure par ailleurs une fierté pour les Malagasy car il s’agit de la première personnalité issue du pays à pu y accéder à ce poste d’envergure depuis la mise en place de l’Union africaine.  

Lors d’une courte déclaration à la presse, la ministre des Affaires étrangères a déclaré que, « Le Président de la République a respecté les principes diplomatiques comme le stipule la convention de Vienne de 1961. Aujourd’hui, nous avons évoqué les détails techniques liés à sa prise de fonction et les défis qui l’attendent dans notre relation bilatérale avec l’Ethiopie, multilatérale au sein de l’Union Africaine ainsi que la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies».

Le Pr Alain Tehindrazanarivelo a pour sa part tenu  à remercier le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et la ministre des Affaires Etrangères de lui avoir accordé leur confiance dans cette lourde responsabilité. « Il s’agit d’une grande responsabilité et je tiens d’abord à remercier le Président de la République et la ministre des Affaires étrangères de m’avoir nommé. Je m’évertuerai à accomplir cette tâche en portant haut la fierté des Malgaches. Madagascar fait partie des fondateurs de l’Union Africaine et je ferai en sorte que notre pays maintienne une place importante au sein de cette organisation ».

Outre les remerciements à l’endroit du Président de la République et la ministre des Affaires étrangères, le Pr Victor Harison a, quant à lui, donné des esquisses de ce qu’il veut mettre en exergue au sein de la Commission aux Affaires économiques de l’Union Africaine. «  L’Afrique est à la fois le berceau et le futur de l’humanité. Tout le monde veut investir en Afrique car le continent dispose d’énormes et inestimables potentialités. Aujourd’hui, l’Afrique se réveille aujourd’hui mais avec des disparités. La concrétisation d’une zone de libre-échange figure parmi les propositions à avancer. Il faudrait aussi mettre l’accent sur la mise en place d’une banque d’investissement pour l’Afrique ».

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Consultations gratuites au Salon de la Médecine et du Bonheur

« Santé gratuite pour tous », c’est à travers cet idéal que la société Kis Madagascar organise le Salon de la Médecine et du Bonheur du 6 au 8 juillet. Cet évènement ambitionne de faciliter l’accès aux soins médicaux aux habitants de la capitale et de ses périphéries. « Ainsi, les consultations, les dépistages et les différentes prestations médicales seront entièrement gratuites durant les 3 jours de salon. Par cette manifestation, nous tenons à relever le challenge de créer une plateforme de synergie sociale à partir de la responsabilité sociétale des entreprises » affirme Herisata Rajaonisaona, Directeur Général de Kis Madagascar. Pour cette première édition, l’organisateur attend près de 5 000 visiteurs. Afin de répondre à leurs attentes, une cinquantaine de stands ont été installés au Parvis de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo.

Dès la première journée du salon, une longue file a été constatée. De nombreux visiteurs profitent de la gratuité des soins étant donné qu’à Madagascar l’accès aux soins sanitaires demeure un luxe. En effet, selon les données de l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2014, un malgache ne consacre que 44 USD pour ses dépenses liées à la santé. « Je suis venue pour surveiller la santé et la croissance de ma fille. Je n’ai pas les moyens de payer les frais médicaux et dès que j’ai su que c’est gratuit, j’ai décidé de venir » confie une mère de famille. Une famille est venue spécialement pour effectuer une circoncision. « Une circoncision coûte en moyenne 60 mille Ariary (20 USD). Comme c’est une dépense que nous ne pouvons pas couvrir, nous profitons donc de la prestation gratuite durant ce salon. »

Madagascar Tribune0 partages

La lutte contre la peste doit être renforcée, annonce le Premier ministre

La présentation des résultats de la revue après action de la réponse à l’épidémie de peste pulmonaire urbaine et plaidoyer en faveur du renforcement de la lutte a eu lieu au Carlton à Anosy, vendredi. Ayant assisté à cette cérémonie, le Chef du gouvernement, Christian Ntsay a salué les efforts déployés dans la lutte contre ce fléau, à savoir l’opérationnalisation de la cellule nationale de coordination de la peste.

L’épidémie de la peste a fait 202 morts entre le 1er août et le 22 novembre 2017 à Madagascar. 2 348 cas ont été enregistrés durant cette période. Cela sans tenir compte des conséquences psychologiques causées par sa rapide propagation et la difficulté de l’Etat malgache à faire face à l’épidémie.

Pour lutter contre cette épidémie, les prestations de services de lutte contre la peste ont été améliorées, à travers l’apport de médicaments et autres intrants de base, ainsi que la formation et le renforcement de capacité des prestataires et agents communautaires, les capacités des régions ont été renforcées par la mise en place d’équipes de coordination régionale pour appuyer les directions régionales de la Santé dans les Régions touchées.

« L’ampleur des dimensions de cette flambée épidémique qui ne se sont pas limitées au secteur santé, mais se sont étendues à d’autres secteurs, et l’épidémie qui a failli paralyser la plupart des actions de développement et tous les aspects de la vie quotidienne du pays », a rappelé Christian Ntsay.

« L’Etat malgache doit néanmoins investir dans la lutte contre la peste », suggère le Premier ministre. Un investissement impulsé par une collaboration étroite avec les préfets, les autorités administratives, les municipalités, et les chefs de village, sachant que ces derniers sont d’excellents acteurs de la vie publique, et ce afin de contribuer au développement. Il a ainsi encouragé le Gouvernement à renforcer la coordination, à mettre l’accent sur une approche multisectorielle, décentralisée, et à renforcer la cohérence des interventions.

Madagascar Tribune0 partages

Les parents d’élèves montent au créneau

Les parents d’élèves des écoles publiques à Antananarivo commencent enfin à réagir. Vendredi, ils ont convoqué une réunion avec les premiers responsables de ces écoles à Mahamasina. Objet de cette rencontre : des explications sur la situation actuelle afin de dissiper les inquiétudes des élèves et celles des parents. Mais comme on pouvait s’y attendre, la réponse est anodine. Une fois de plus les enseignants ont confirmé qu’ils ne reprendront pas les cours tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites.

Les parents doivent se résigner. Ils ne savent plus quoi faire face à l’intransigeance des enseignants. Il ne sait faire que s’adresser aux dirigeants en leur demandant de résoudre au plus vite cette crise. « Nous sommes conscientes que la situation des enseignants n’est pas facile du tout. Ils travaillent dur par rapport aux autres corps et aux dirigeants qui gagnent facilement leur vie. Nous aussi, les parents d’élèves, nos efforts d’envoyer nos enfants à l’école risquent d’être vains si on arrive à une année blanche », s’indigne une mère de famille.

Beaucoup d’élèves commenceraient actuellement à se lasser de la situation et ne veulent plus rien savoir de l’école, espérant qu’il n’y aura pas d’examens officiels cette année. Autrement dit, la crise au sein du ministère de l’Education nationale affecte au plus haut degré la psychologie des élèves. Les enseignants qui manifestent comme l’Etat qui n’arrive pas à résoudre le problème en sont entièrement responsables mais ce sont surtout les parents qui en payent un lourd tribut.

Jusqu’à vendredi, les enseignants campent sur leur position et ont continué leur grève à Anosy, cette fois-ci dans l’enceinte du ministère, après une discussion avec les forces de l’ordre et le ministre de tutelle. Cela à une seule condition, qu’ils n’ont pas recours à la violence et à la destruction des biens du ministère de l’Education nationale. Le ministère n’a pourtant pas encore donné d’autres réponses à leur revendication à part ce qu’il a déjà été proposé au conseil des ministres de mercredi dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Douche froide, mais ce n’est que partie remise

Des membres du bureau du Mouvement pour la liberté de la presse (MLE) ont rencontré la presse ce 6 juillet 2017 pour annoncer l’annulation de la « marche silencieuse » ou marche pacifique qui devait se dérouler ce jour 7 juillet 2017. L’entreprise est reportée le 22 juillet prochain et la forme qu’elle prendre sera précisée ultérieurement. Ce report a été décidé pour démontrer qu’il n’y a aucune jonction ni caractère ou dessous politique et encore moins lien quelconque avec la célébration du 15 anniversaire du parti de Marc Ravalomanana et la célébration du premier anniversaire du MLE et à la fois célébration de l’anniversaire du refus du « code liberticide » ou Code de la communication, fait comprendre Fetra Rakotondrasoa, porte-parole du MLE. La détermination des autorités gouvernementales qui ont réquisitionné les forces de l’Emmoreg a eu raison du MLE dans sa démarche à laquelle pourtant divers mouvements et plateformes politiques –Dinika Fanavotam-pirenena (DFP), Forces de changement, Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM)… ont déjà exprimé leur totale adhésion et entière participation. Maharavo Tolojanahary du DFP et des Forces de changement, Rado Rabarilala du syndicat des employés d’Air Madagascar et au nom du SSM, ont tous deux déjà sensibilisé leurs collègues du SSM de venir se joindre à la marche du MLE. Une marche qui devait donc aux yeux de ceux qui réclament à cor et à cri la démission du gouvernement ou un gouvernement d’union refusé par le parti au pouvoir, se présenter comme une démonstration de force ou un défi au régime. En tout cas Fetra Rakotondrasoa et Lalatiana Rakotondrazafy parlant au nom des membres du MLE, assurent que ce n’est que partie remise et que la prochaine initiative sera plus intense avec une autre envergure apparemment ; c’est reculer pour mieux sauter.

C’est la cinquième manifestation du MLE depuis sa naissance. Cette marche silencieuse devait être une marche encadrée depuis Ankorondrano jusqu’à la stèle de l’Ordre des journalistes à Soarano. Les organisateurs cette marche ont assuré qu’il n’y aura aucun équipement ni matériel sonore durant la marche mais les accoutrements, banderoles et pancartes suffisent.

Madagascar Tribune0 partages

213 malgaches rapatriés au pays

Alors que l’Etat prend son temps pour rapatrier les ressortissants malgaches bloqués dans les pays étrangers, lundi, 213 malgaches sont rentrés au pays par un vol d’Ethiopian Airlines. Cette compagnie aérienne a diffusé une vidéo en direct sur les réseaux sociaux leur arrivée. Ils arrivent des Etats-Unis, du Royaume Uni, du Brésil et d’Egypte. Ce sont pour la plupart des militaires, des marins et des membres d’une communauté religieuse.

Le coordonnateur du Centre de commandement opérationnel Covid-19, le général Elack Andrianjaka, a précisé que ce vol de rapatriement n’était pas pris en charge par l’Etat malgache. Le déplacement des membres de la communauté religieuse a été par exemple assuré par leur communauté.

Comme les mesures sanitaires exigent que les nouveaux arrivants soient placés en quarantaine, chaque entité prendra en charge le confinement obligatoire de ses membres. Les militaires qui sont au nombre de 15 seront mis en quarantaine à l’hôpital militaire à Ampahibe. Concernant les marins qui sont au nombre de 37 et les autres passagers de ce vol, le coordonnateur du CCO Covid-19 précise qu’ils seront hébergés du côté d’Ambatomirahavavy durant leur quarantaine.

Ce rapatriement est le troisième pour Madagascar après notamment celui des 176 travailleurs malgaches venant du Koweït, organisé par le ministère des Affaires étrangères et celui des 130 malgaches bloqués à l’île Maurice. En France, des centaines de ressortissants malgaches souhaitent rentrer au pays, mais l’ambassade de Madagascar à Paris attend encore la décision des autorités.

De son côté, la France ne cesse de multiplier les vols de rapatriement de ses ressortissants bloqués à Madagascar. Ce 10 juillet, un vol au départ de Mahajanga et de Nosy Be, à destination de La Réunion sera organisé par l’ambassade de France en coopération avec la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar. A La Réunion, les passagers qui devraient se rendre en France devraient prendre un vol sur Air Austral ou Corsair, selon une information de l’ambassade de France.

Madagascar Tribune0 partages

Difficile reconfinement malgré des mesures plus strictes

Premier jour du reconfinement et constat amer pour les partisans du confinement. Hier, piétons, deux roues et voitures envahissaient encore les rues d’Antananarivo dans la matinée notamment au niveau des quartiers populeux tels Analakely, la Petite Vitesse, Tsaralalana, Behoririka, Antanimena, Manjakaray, Andravoahangy, Anosibe, Namontana, Mahamasina, les 67 Ha, Ambodin’Isotry, Ankazomanga, Ampasika, Itaosy, Tanjombato, Andoharanofotsy.

Au petit matin, des employés du secteur privé rejoignaient à pied leurs lieux de travail, faute de transports en commun. Ils souhaitaient s’informer sur les dispositions prises par leur société malgré l’annonce de l’arrêt des activités dans les secteurs non-essentiels. « J’ai dû me lever très tôt pour effectuer à pied mon trajet d’Andavamamba à Andraharo », explique Voahirana, mère de famille travaillant dans une zone franche d’Andraharo.

La circulation étant interdite après 14 heures, la Police nationale a indiqué que les voitures qui circulaient encore dans la région Analamanga après 14 heures ont été verbalisées. Hier, soixante-dix-huit (78) personnes contrevenantes aux gestes barrières ont effectué des travaux d’Intérêt général, et dix-sept (17) marchands sanctionnés pendant la matinée », rapporte la Police Nationale.

Des pick-up, des tanks, des militaires, allaient et venaient dans les artères de la Capitale. Les forces de l’ordre s’introduisaient dans les ruelles et essaient tant bien que mal de sensibiliser les gens à rentrer chez eux, notamment vers l’après-midi. Une tâche difficile pour ces militaires qui peinaient à imposer le confinement. En effet dans un pays où une grande partie de la population vit au jour le jour, l’application des mesures de confinement reste difficile, voire impossible, d’autant plus sans stratégie d’accompagnement concrète pour les familles qui vivent dans la précarité.

L'express de Madagascar0 partages

Fécondation – Des bébés in-vitro sont nés

La médecine de la reproduction connaît du succès à Madagascar. Cent cinquante bébés in-vitro ont vu le jour en 3 ans.

Des bébés « miracles ». Cent cinquante bébés in-vitro, « made in Madagascar», ont vu le jour depuis 3 ans, depuis que cette technique de fécondation a été réalisée sur le territoire malgache, selon le rapport du Dr Rakotobe Andriamaro, gynécologue obstétricien au centre de fertilité de Madagascar. «Ils sont nombreux car il y a des triplés et des jumeaux qui naissent grâce à l’intervention», explique ce gynécologue. C’était au parvis de l’Hôtel de ville à Analakely, hier, dans le cadre du salon Médecine et Bonheur, qui a lieu le 6 et le 7 juillet.Les premiers, nés ont vu le jour en septembre 2014, dans une clinique privée de la capitale. Il s’agit d’un triplé, une fillette et deux garçons qui se portaient bien à la naissance. Depuis, à peu près soixante-dix couples, ayant eu du mal à procréer, ont pu donner vie à des bébés.Il n’y a pas que les Malgaches qui ont recours à cette pratique à Madagascar. « Nous comptons parmi nos patients des couples allemands, français, guadeloupéens, ougandais, nigériens et comoriens. Ils viennent à Madagascar pour espérer la procréation. Un couple allemand a déjà essayé la FIV à Barcelone et en Allemagne mais sans succès. Chez nous, il a eu des triplés, d’un coup. Cela démontre que Madagascar a sa place dans la médecine», s’exprime avec un grand sourire ce gynécologue.

InfertilitéCette technique de procréation vient à point nommé. De plus en plus de femmes auraient du mal à avoir un enfant, de nos jours. Des gynécologues l’ont évoqué lors de la neuvième Journée scientifique du Collège Malgache des Gynécologues obstétriciens (Comago), en août 2016. Les causes sont multiples, à savoir : « l’avortement, l’obstruction ou l’ablation des trompes ». Cette infertilité peut également toucher les femmes qui ne se sont décidées à avoir un bébé qu’au delà de la trentaine.Cette avancée dans la santé de la reproduction ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Un autre projet est en vue au centre de la fertilité. « Des recherches sont en cours pour appliquer la fécondation artificielle in-vitro (FAV) à Madagascar. Ce sera une technique « made in Madagascar », ambitionne le gynécologue, le Dr Rakotobe Andriamaro.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambanitsena – Un bandit capturé vivant

Un des huit bandits de grand chemin réputés dangereux d’Ambanitsena a été capturé vivant et blessé par balle. Ses comparses ont pu s’enfuir.

Arrestation sanglante à Ambanitsena, hier, aux alentours de 3h du matin. Il s’agit d’un commando de huit individus armés et en tenue camouflée. La gendarmerie a pu mettre la main sur l’un d’entre eux. Celui-ci a été blessé par balle au niveau de la cheville. Réputés dangereux dans le quartier d’Ambani-tsena et ses environs, ces bandits auraient tenté, ce coup-ci, de piller un taxi-brousse sur la RN2, dans le fokontany d’Ambodirano. Cela a pourtant échoué.Dans la nuit de mercredi à jeudi, le commandant de brigade de Carion a reçu un appel comme quoi des bandits sont en train de concocter une attaque à main armée. Sans plus tarder, il a prévenu les éléments du poste avancé d’Ambanitsena, ainsi que ceux de la police de la route (PR) pour la patrouille et le ratissage. Dans un premier temps, ces derniers n’ont rien constaté sur les lieux. « Nous avons fait le va-et-vient pendant la nuit, mais n’y avons trouvé personne. Une deuxième alerte a été donnée vers 3h du matin », a signalé l’un des gendarmes qui étaient sur place.

Blessé par balleLes huit bandits de grand chemin ont bloqué la route avec des blocs de pierre. Fort heureusement, ils n’ont rien obtenu puisque la gendarmerie est arrivée à temps, selon les informations recueillies.Les bandits se sont enfuis dans les broussailles. « Nous les avons avertis par des tirs de sommation mais ils n’ont pas voulu se rendre, ce qui nous a amenés ensuite à tirer, », a signalé un gendarme. Le blessé a été conduit au centre de santé de base (CSB II) d’Ambanitsena avant d’être transféré aux services d’urgence de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), hier matin vers 11h. Sept individus, ses complices, sont activement recherchés.Cinq paquets de fers cornières de deux mètres de long appartenant à la Jirama ont été saisis près du lieu où les forces de l’ordre ont mis la main sur l’un des bandits. Une enquête a été ouverte. Le blessé sera reconduit à la brigade après les soins médicaux pour enquête.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Université d’Antananarivo – Lourdes sanctions contre quatre étudiants

Les sanctions sont tombées pour les fauteurs de trouble au campus universitaire. Quatre étudiants en sont concernés.

Intransigeant. Les études supérieures sont compromises pour quatre étudiants de l’université d’Antananarivo. Ils ont écopé de lourdes sanctions, suite à leur convocation au conseil de discipline (Codis), hier.Ce sont deux polytechniciens qui ont blessé grièvement un de leurs cama­rades à Vontovorona, et deux locataires de la cité universitaire à Ankatso II, qui n’ont pas répondu à leurs convocations.Le premier, l’auteur principal de la blessure, est renvoyé définitivement de l’université. Le second, un autre polytechnicien qui a participé à cet acte, est interdit de s’inscrire dans les universités publiques, dans les cinq prochaines années. Ceux qui étaient absents au Codis, ne pourront pas s’inscrire dans les universités publi­ques, pendant 3 ans.Vingt étudiants ont été convoqués à ce Codis, dont dix-sept locataires du nouveau bâtiment à étage de la cité universitaire à Ankatso II et trois étudiants du campus universitaire de Vonto­vorona.

SursitaireLeur convocation fait suite à leur participation à des actes de déstabilisation dans le campus universitaire.«Si les uns ont tabassé leur collègue, d’autres ont fréquemment participé à des manifestations. Il y a même un certain temps, où l’on a craint qu’ils effectuent une vindicte populaire », indique Samson Willy Andria­miha­janiaina, directeur du centre régional des œuvres universitaires à Antananarivo (Croua).Neuf de ces étudiants sont sursitaires. « Nous leur avons accordé une chance pour se racheter. Ils ont établi un engagement pour cela », enchaîne Samson Willy Andriamihajaniaina. Les sept autres sont relaxés.Ce verdict ne ravit pas les concernés. «Nous déciderons de la suite des décisions prises lors de ce Codis dans une assemblée générale », indiquent les victimes.

Miangaly Ralitera

 

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Mage 4 célèbre ses 25 ans

Mage 4 fête un quart de siècle de carrière. Il est l’un des groupes phares de la scène rock national, illustrant aussi bien romantisme et spiritualité.

Des retrouvailles s’annoncent particulièrement ornées de nostalgie. C’est ce que Mage 4 réserve aux métalleux de la ville des Mille, le 6 août. Le rendez-vous est ainsi donné à l’occasion à Antsahamanitra. 25 ans maintenant qu’il scrute la scène, enivrant les férus de rock de la Grande île de ses compositions. Il entend le célébrer ardemment avec le public le temps d’un concert qu’il annonce donc exceptionnel. La bande à Ken, Titan, Davids, Tins, Lita, Gégé, Biback ainsi et Élisé promet, le temps de ce concert, une belle épopée à travers l’histoire du groupe.Intitulé « Dia samy faly », ce concert débute, d’une manière officielle, la tournée nationale les 25 ans du groupe. « Pour ce concert, notre répertoire se composera essentiellement de ces chansons qui ont longtemps enchanté nos fans. Le concert sera donc surtout nostalgique », affirme Ken.

Solide et solidaire

En trois parties, le concert verra ainsi le groupe revisiter ses tubes comme ses fans l’appréciaient, mais, également, sur un ton plus acoustique et adouci. Elisé de souligner « Bien au-delà d’être un concert de rock fumant comme à l’accoutumée, cette célébration de nos 25 années de scène laissera surtout la part belle à l’émotion. On se plaira ainsi à communier en musique avec notre public à l’occasion ».

Son dernier album, « Fanatira », sortie l’année dernière, a d’ores et déjà annoncé une nouvelle couleur que le groupe arbore fièrement, se démarquant de ses pairs. Plus orienté vers le rock évangélique, il connait également un franc succès avec ses morceaux comme « Back again » et « Sahy minia ».Une offrande pour les intarissables admirateurs du groupe depuis ses débuts, « Dia samy faly » sera un concert de solidarité et de fraternité entre Mage 4 et le public. Formé d’après l’initiative d’une bande de copains rockeurs et mélomanes, le groupe a vu le jour à Toliara en 1992. Alors benjamin de la scène rock, il s’est continuellement forgé une notoriété auprès de ses pairs. Entamant son petit bonhomme de chemin tout au long des années 90, Mage 4 a depuis su s’affirmer par son charisme et son rock plus mélodieux que criard. De « Valin-ditra » à « Lavitra » à l’époque des K-7, puis « Tsiaro an’i Mika » en hommage à son soliste disparu, suivi de « Fo vaovao » et « Fiandohana », les albums de Mage 4 connaissent un succès notoire.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Haute Matsiatra – Hery Be en épouvantail

La troisième manche de la saison propose un parcours de quatorze épreuves spéciales. Les pistes sont plutôt roulantes et techniques, à Fianarantsoa.

260,16 kilomè­tres à parcourir, dont 155,26 km d’épreu­ves chronométrées. La première édition du Rallye Haute Matsiatra promet. Le parcours sera composé de quatorze épreuves spéciales, comme lors de la précédente course en date du côté d’Anjeva.Cette fois-ci, on s’éloigne des habituels tracés sur l’axe  RN2, direction Fianarantsoa. La course s’étalera sur trois jours, soit deux spéciales le jeudi 20 juillet, six pour le vendredi 21 et six autres pour le samedi 22.Plusieurs pilotes effectueront leur baptême de feu sur de nouvelles machines, lors de cette course. En premier lieu, Hery Rasoama­romaka, alias Hery Be, qui a récupéré la Mitsubishi Lancer Evolution X du team Berthin. On a également Yves Rabarijoely, qui sera au volant de la Subaru Impreza N16 double cham­pionne de Madagascar.Depuis plusieurs mois, Jacques Ferre prépare une Renault Alpine. Celle-ci est prête depuis quelques temps, mais elle ne devrait pas encore prendre le départ de ce Rallye Haute Matsiatra. Sa première apparition devrait être pour la quatrième manche de l’exercice, au mois d’août, sauf changement de dernière minute.Pour la première journée plus particulièrement, les ES1 et ES2 feront office de super-spéciales sur le circuit JMJ. Les pilotes y effectueront deux tours à chaque passage, pour un total de 1,92 km.

Spéciales techniquesIl en sera de même pour les ES7 et ES8, à la fin de la deuxième journée, ainsi que les ES13 et ES14, à la fin de la troisième journée.« Seule une petite portion a nécessité une réfection. Le reste des pistes est en très bon état. En d’autres termes, elles sont très roulantes et les pilotes pourront attaquer à leur guise », a souligné un membre du club Tasamm, qui organise le rallye, lors de la réunion d’information de mercredi soir au restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary.« Je précise que la majorité des spéciales sont plutôt techniques, avec de très nombreux enchaînements de courbes et peu de lignes droites », poursuit-on auprès du Tasamm. Avec quatorze épreuves chronométrées au programme sur de telles pistes, on s’attend à des bagarres à tous les étages encore une fois.

Le parcours du rallye

Jeudi 20 juilletES1    Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    13h30ES2@Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    14h30

Vendredi 21 juilletES3    Andohanimerina-Mahasoabe    19,55km    07h33ES4    Antanifotsy-Talata Ampano    18,86km    08h58ES5    Ankeringerina-Clos Malaza    16,73km    10h44ES6    Clos Malaza-Ankeringerina    16,73km    13h30ES7    Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    15h15ES8    Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    16h

Samedi 22 juilletES9    Andohanimerina-Mahasoabe    19,55km    07h33ES10    Antanifotsy-Talata Ampano    18,86km    08h58ES11    Ankeringerina-Clos Malaza    16,73km    10h44ES12    Clos Malaza-Ankeringerina    16,73km    13h30ES13    Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    15h15ES14    Super-spéciale circuit JMJ    1,92km    16h

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Anjanahary – Dix corps inconnus à enterrer

Dix cadavres en dépôt pendant deux mois, à la morgue d’un hôpital de la capitale, seront enterrés au cimetière d’Anjanahary, dimanche. Certains corps sont déjà en état de putréfaction. Des victimes de crime y sont toujours conservées après une autopsie médico-légale. Des appels à la famille ont été déjà lancés, mais cela semble infructueux. « Jusqu’à présent, aucun proche n’est venu reconnaître les corps. Alors, la mesure hospitalière consiste à les inhumer après deux mois d’attente de levée du corps par la famille », a souligné un professeur. Ce dernier a expliqué que la chambre mortuaire commence actuellement à être bondée. Des ossements humains bien emballés, saisis à Alarobia en janvier y sont également gardés. De leur côté, la brigade criminelle (BC) et le bureau municipal d’hygiène (BMH) ne cessent de transporter des dépouilles à la morgue, surtout celles des victimes de meurtre.Une source spécialiste en épidémiologie au sein du BMH a indiqué que plus de quarante corps sans vie avaient été retrouvés dans différents quartiers de la ville depuis mai, selon les statistiques.

H. L.

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket U16G – Un challenge de taille à Maurice

Coup d’envoi de l’Afro­basket U16 garçons dans six jours. L’équipe nationale malgache est actuellement en train de fignoler les détails techniques, en vue du cham­pionnat africain destiné aux cadets. Ce sommet continental aura lieu à l’île Maurice, du 13 au 22 juillet.Un des plus sérieux, le regroupement a duré plus de dix mois, sous l’encadrement de l’entraineur national, Maminirina Razafin- drakoto, alias Kyms. Ce dernier avec ses protégés ont passé huit mois de stage bloqué sous forme de sports-études, au Bika Motel à Tsironomandidy. En plus des matches tests habituels, les présélectionnés ont été rodés à plusieurs reprises en cham­pionnats nationaux U20 garçons et N1B, lors du Smatch-in, un tournoi inter instituts et dernièrement lors du cham­pionnat national de Fiba 3×3.« On est en train de renforcer et fignoler cette dernière semaine les stratégies et les tactiques offensives et défensives… Etudier aussi les situations exceptionnelles en cours de match, la finition d’un quart temps, et sans oublier, surtout pour ces jeunes, la préparation psychologique », a confié Maminirina Razafindrakoto.Quatorze joueurs suivent l’entraînement et les matches tests chaque après-midi au palais des sports à Mahamasina depuis mi-juin. La liste des douze retenus pour faire le voyage à Maurice ne sera dévoilée qu’au début de la semaine prochaine.Les grands pays africains de la balle orange à savoir l’Angola et le Mali, en plus des Maghrébins seront nos principaux adversaires à cet Afrobasket. À domicile, La Grande île a fini quatrième, lors de la version 2013. « Le niveau technique de la compétition sera surement très élevé. La tâche sera difficile, et nous devrions donner notre maximum pour pouvoir bien défendre les couleurs nationales… Pourvu que les joueurs soient tous en forme à la veille du départ», a mentionné le coach Kyms.La sélection nationale jouera encore trois matches tests en cette fin de semaine, entre autres, contre le club de Dream Team SC, catégorie U20 garçons, puis la Gendar­merie nationale basketball club catégorie senior et en fin l’ISPM, une des grandes équipes lors du tournoi inter-instituts Smatch-in. La délégation malgache quittera le pays le mardi 11 juillet, dans le but de rééditer ou faire mieux que l’exploit en 2013.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Réduction du temps de délivrance des CIN

L’informatisation de la base de données dans les six districts de la ville d’Antananarivo est pour bientôt. La mise en place technique du système intégré de gestion (SIG) de la carte d’identité nationale (CIN) a été lancée, hier, au district Tanà I à Isotry. Cette numérisation de l’administration publique devrait diminuer le temps de traitement et de délivrance des CIN.« Le travail sera plus rapide. Les machines à écrire vont être remplacées par des ordinateurs. Ainsi, nous pourrons simultanément imprimer quatre CIN», indique le chef de district de Tanà I, hier. Ce délai de traitement sera étudié, ce jour, dans le cadre de la formation des opérateurs de saisie. L’utilisation de ce logiciel permettra, en même temps, la traçabilité des CIN. Les fausses cartes d’identité ne devraient plus circuler, grâce à ce SIG.Le chef de district de Tanà I a souligné que son département n’est pas le seul à avoir mis la main sur des fausses CIN.Le district de Tanà I délivre deux cent cinquante CIN par semaine. Au mois de juin, neuf cent cinquante neuf CIN ont été délivrées. Ce matériel sera implanté dans les six districts de Tanà-ville, en ses débuts. Les autres districts ne seront pas en reste.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – FIFA – Madagascar grimpe au 89e rang mondial

La progression continue pour la Grande île. Elle occupe désormais le 89e rang mondial, au classement de la Fédé­ration Internationale de Football Association, qui vient d’être mis à jour hier. Aupa­ravant, elle était créditée de 341 points. A l’heure actuelle, elle en possède désormais 380 et se trouve derrière la Norvège, qui en a 391. Mada­gascar a grimpé de huit places, sachant qu’il occupait la 97e position auparavant.Les Barea sont invaincus depuis le début de cette année, avec sept victoires et un nul en huit rencontres. Sur le mois de juin plus particulièrement, certes, ils ont été éliminés en phase de groupes de la Cosafa Castle Cup en Afrique du Sud, mais ils sont rentrés avec un bilan de deux succès et d’un nul en trois matches, d’où cette nouvelle ascension dans le FIFA Ranking.Au niveau africain, l’Égyp­te caracole toujours en tête. Les Pharaons trustent la 24e place mondiale. Madagascar se place, quant à lui, au 22e rang du continent, juste derrière la Lybie.La prochaine sortie de la Grande île est fixée pour ce dimanche 14 juillet, au stade municipal de Maha­masina. Elle sera opposée au Mozambique, en deuxiè­me tour aller des éliminatoires du Championnat d’Afri­que des Nations 2018. Le match retour se jouera une semaine après, probablement à Maputo. La dernière confrontation entre les deux nations remonte à vendredi dernier. Les Barea s’étaient alors imposés faci­lement, quatre buts à un.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Le Dr Luigi Bellini élevé au grade de Grand Officier

Le Dr Luigi Bellini figure parmi les 225 personnalités décorées d’une médaille ou d’une distinction honorifique à l’occasion de la célébration de la Fête nationale.  Des 18 récipiendaires, il a été aussi le seul étranger, un Italien de surcroît, élevé au grade de Grand Officier de l’Ordre  national malgache pour sa contribution à la mise en place des infrastructures au service de l’humanité et de la nation. Au cours de cette cérémonie, le Chancelier Georges Diny lui a remis les insignes de cette haute distinction, au même rang que le chef de la région de la Diana, Eddie Tongazara.

Le Dr Luigi Bellini est un spécialiste en biologie, converti en apôtre de l’humanité.  Fondateur du Centre de diagnostic Le Samaritain, sis à Scama , il s’est distingué par son conversion à 360 degrés. Il a débarqué, en 1998, sur les rives de Madagascar par pur hasard, toujours guidé par ses recherches sur l’origine de l’homme. En tant que chercheur biologiste, il s’est intéressé aux reptiles. Mais la voie du Seigneur en a décidé autrement.

Après avoir côtoyé les serpents, ce bon samaritain est arrivé à s’occuper de ses semblables. En Italie, ce philanthrope a aussi reçu des prix en signe de gratitude pour ses œuvres humanitaires.

À Madagascar, ce président de l’ONG Next Onlus de Benevento a été fait Chevalier de l’Ordre national en 2007 et élevé Commandeur en 2014. De même, il a été décoré Ecclesia Pro Deo, en 2006, par l’Église catholique. Mais notre homme est toujours resté humble malgré ces hautes distinctions obtenues.

Après avoir formé toute l’équipe de “samaritain”, Luigi Bellini s’est attelé  à mettre sur pied une école de médecine dans la capitale du Nord. Il est alors le cofondateur de la Faculté de Médecine de l’Université Nord d’Antsiranana (UNA).

Au centre Le Samaritain s’est ajoutée une polyclinique avec des blocs opératoires et des services destinés à la santé de la mère et de l’enfant (maternité, gynécologie, service pédiatrique, hémodialyse…). Du matériel performant est abrité dans une infrastructure bâtie sur 5 000 m2 de terrain.L’ouverture de Next Polyclinique marque aussi la collaboration de l’ONG Next avec l’État malgache et l’Université d’Antsiranana. Cet organisme non gouvernemental s’est engagé à participer dans la formation des futurs médecins.

Des chirurgiens bénévoles allemands, issus de la coopération Interplast Germany, sont aussi venus à Antsiranana, l’année dernière, pour la formation de médecins et infirmiers malgaches ainsi que pour des opérations gratuites, ce à l’initiative du Dr Luigi Bellini.Ce dernier est actuellement conseiller scientifique de l’UNA.« Je suis ravi car l’obtention des distinctions honorifiques signifie que la personne est un  citoyen de la ville », s’est exprimé le Président directeur général de Next  Polyclinique.À Madagascar, le Dr Luigi Bellini a fait le plus, dans le domaine de la santé, outre le Père Pedro.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Happy bluff day

y aura-t-il un feu d’artifice demain entre le Tim et l’Emmoreg à Mahamasina ?  Entre l’entêtement du premier et l’alarmisme du second, on peut craindre quelques accrochages. Si Ravalomanana peut rameuter cinquante mille personnes comme il le prétend, la tâche des forces de l’ordre ne sera pas facile. Elles auront beau fermer le stade, la foule risque de les encercler.Mais il faut se rendre à l’évidence, entre la popularité de Ravalomanana en 2002, le raz de marée qu’il a réalisé à Antananarivo et la prétendue grande audience actuellement, il y a une grosse marge. Il suffit de voir le nombre de compagnons de route qui l’ont abandonné pour s’en convaincre. Et pas des moindres quand on pense à Mamy Rakotoarivelo, Raharinaivo Andrianatoandro, Fetison Rakoto Andrianirina, Rajemison Rakotomaharo, Radavidson Andriamparany, Patrick Ramiaramanana… des militants de la première heure qui ont tous quitté le navire pour se débarrasser de la personnalité encombrante de Ravalomanana et de tenter de voler de leurs propres ailes avec plus ou moins de bonheur. Ils seront les grands absents de ce XVe anniversaire du Tim que ceux qui sont restés fidèles au kid d’Imerinkasinina comptent fêter avec fastes et strass. Ils n’auront peut-être aucun regret.Avec beaucoup d’artistes au programme, le stade aurait certainement été plein si l’événement n’avait pas été annulé par la préfecture de police. C’est cette démonstration de … farce qui aurait gêné le pouvoir au point de chercher des prétextes dramatiques pour l’interdire. On sait, pourtant, que le Tim est incapable de remplir son fief du Magro Behoririka où il est revenu faire son meeting hebdomadaire depuis l’année dernière pour célébrer le 64e anniversaire de Ravalomanana. L’affluence était famélique par rapport à celle qu’il y avait en 2009. On se demande pourquoi le Tim n’a pas choisi son endroit fétiche et symbolique pour cet événement historique. On sait que remplir un stade à coup d’artistes ou d’espèces sonnantes et trébuchantes ne veut absolument rien dire et ne sert qu’à s’infatuer d’une réalité virtuelle. D’un côté comme de l’autre, on a la même berlue.Beaucoup de candidats à l’élection présidentielle se font des illusions avec l’affluence au stade. À l’arrivée, ils n’ont même pas recueilli la moitié des voix de la capacité de l’enceinte. Les spectacles sont les meilleurs fraudeurs électoraux.Le Tim savait pertinemment que sa manifestation ne serait pas autorisée. Quand on sait que le dépôt de fleurs à Ambohijatovo et à Andrainarivo a été réglementé à l’occasion du 70e anniversaire des événements du 29 mars 1947, de même que le dépôt de gerbe à Analakely pour le souvenir du 45e anniversaire du 13 mai 1972 où six cents éléments de l’Emmoreg avaient quadrillé l’endroit, on imagine mal la préfecture donner des largesses à Ravalomanana. Seules l’inexpérience et la naïveté du nouveau préfet, qui aurait pu lui coûter sa place, a donné de courtes illusions au Tim.En tout cas, cela aurait pu être un bon test pour le Tim et indice sérieux pour le pouvoir afin de pouvoir jauger la valeur de l’adversité à la présidentielle 2018. Refuser ce test grandeur nature, c’est déjà craindre une certaine infériorité. Le pouvoir n’avait pourtant rien à perdre mais tout à gagner dans cette histoire. Ravalomanana n’a plus rien à prouver à Tana qui lui voue une admiration sans bornes. C’est, d’ailleurs, la raison pour laquelle le HVM n’avait pas présenté de candidat à Tana lors des communales.Ravalomanana aura déjà réussi son coup en jouant la vic…tim. Happy bluff day.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Mode – La deuxième étape de « Takalo Haingo » sera reportée.

« Takalo Haingo », la plateforme favorisant  les échanges entre les créateurs de mode, est à sa dixième édition, cette année. Une modification touche la réalisation de cette dernière, qui comporte trois étapes. La première s’est déroulée en mois de mars. La deuxième est prévue pour la semaine du 17 juillet. Celle-ci sera reportée pour la semaine du 18 septembre. La dernière, prévue avoir lieu le 6 novembre, suit cette modification. Elle se tiendra dans la semaine du 4 décembre. La raison évoquée est d’ordre personnel, selon Leong Sang Géraldine, un responsable au sein de l’organisation de « Takalo Haingo « .

Quoi qu’il en soit, le thème reste la noce. Sept jeunes créateurs montreront le fruit de leur travail durant ces deux périodes.  Malala, Fifaliana, Tafitasoa, Sandy, Ange, Nantenaina et Nirina feront découvrir au grand public leurs griffes à travers quelques modèles. Les six stylistes, participants aux précédentes éditions de « Takalo Haingo »,  continueront également de présenter  leurs collections. Kala Jejo, Maromaintso, VeloAry, Sikin’Olondihy, Hery Karl, MirzAingo offriront les meilleurs d’eux mêmes pour cette occasion.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Kenya – Finaritra décroche ses premiers points

Finaritra Andriamadison a engrangé ses premiers points au classement mondial juniors, en atteignant les demi-finales du double du tournoi ITF Nairobi Étape 1, au Kenya. Avec son équipière, la Zimbabwéenne Vimbai Moyo, elles ont disposé de Mialy et Narindra Ranaivo en deux sets (6/3, 6/4), mercredi en quarts de finale.Hier, Finaritra et Moyo se sont malheureusement inclinées face à la paire tête de série numéro un, composée de la Gabonaise Celes­tine Avomo Ella et de la Burundaise Aisha Niyonkyru (0/6, 0/6). Pour leur part, Mialy et Narindra ont décroché cinq points, en atteignant les quarts.En simple, Narindra a également été au rendez-vous des quarts de finale, synonyme de cinq unités supplémentaires au classement mondial. Cependant, elle n’a pas réussi à se qualifier pour le dernier carré, hier. Défaite contre la tête de série numéro 3, l’Indienne Sharannya Gaware, malgré le gain de la première manche (6/2, 3/6, 5/7).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Analamanga – Les nouvelles communes en difficulté

Les communes nouvellement créées dans la région d’Analamanga subissent un problème d’infrastructure. C’est un facteur de blocage au développement, selon le maire de la commune d’Andranomisa, dans le district d’Anjozorobe, Alijaona Rabekoto. « Le chef lieu de commune n’a  pas de centre de santé de base (CSB). La CSB de la commune est à 12 kilomètres du chef lieu, et c’est encore un CSB niveau 1. Les enfants vont à l’école, mais les infrastructures ne répondent pas aux besoins », rapporte ce maire, hier. Sept communes ont été créées, ces dernières années. Celles situées dans les zones très enclavées sont les plus touchées par ce problème d’infrastructure.D’autres communes rurales connaissent, également, un problème de matériel.« Nous n’avons pas d’armoire pour classer nos états civils. Ils sont placés dans des sacs. Ce qui rend difficile la recherche des registres d’état civil», indique le maire de la commune d’Iarinarivo. La région d’Analamanga a équipé de matériel, à savoir des tables, des chaises et un armoire à quinze communes. La remise du matériel s’est déroulée à Isotry, hier, en la présence du chef de Région d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque à main armée à Ankadikely

Cinq bandits armés de quatre pistolets automatiques et d’un sabre ont attaqué une épicerie à Ankadikely Ilafy, mardi soir. Ils ont menacé le propriétaire avant de se servir dans la caisse. Ils sont repartis avec un million six cent mille ariary et trois téléphones. La victime a crié, mais aucun voisin ne l’a entendue. Elle s’en est sortie saine et sauve.

L'express de Madagascar0 partages

Investissement – Des permis environnementaux octroyés 

En hausse. Trente-et-un permis ont été délivrés par l’Office National pour l’Environnement (ONE) durant le premier semestre 2017 d’après un bilan publié par l’Office, hier. Parmi ces trente-et un-permis délivrés, 32% concernent respectivement des projets des secteurs miniers et de  l’industrie. D’autre part, c’est la région Analamanga qui a raflé le gros lot car 23% de ces permis délivrés la concernent, suivie de la région Antsinanana avec 16%.En comparaison avec les chiffres de 2016, à la même période, cette année, le nombre de permis environnementaux délivré a accusé une augmentation. Aue premier semestre de l’année 2016, seulement vingt-et-un permis ont été octroyés par l’office, soit dix permis de moins qu’au premier semestre de cette année.Notons que, pour tous les investisseurs désirant s’implanter et exploiter  à Mada-gascar, l’obtention d’un permis environnemental est indispensable. Par ailleurs, faute de mesures compensatoires par rapport aux impacts négatifs potentiels du projet, ou encore le non aboutissement même du projet peuvent être des raisons de non obtention dudit permis, a-t-on appris sur le site internet de l’office.

S. M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Mangatokana – Une dizaine de maisons illicites démolies

La commune urbaine de Mahajanga a procédé à la démolition d’une dizaine de maisons, lundi 4 juillet matin au cimetière de Mangatokana. Un préavis de 48 heures a été déjà lancé depuis vendredi dernier suite à la descente du maire, Mokhtar Andriantomanga et le président du Réseau de défense des consommateurs, Gabin, sur place, selon un arrêté municipal du 30 juin 2017.

« Nous avons investi le terrain car on a entendu que le cimetière n’est plus utilisé depuis 2005. Et nous n’avons aucun endroit où nous loger », s’est justifié un père de famille.

Des agents de la police municipale ont ainsi détruit une grande partie de ces abris de fortune érigés parmi les caveaux. En fait, quelques occupants du cimetière étaient partis de leur propre gré avant la démolition. Tandis que certains ont présenté des documents pour justifier que le terrain leur appartenait.Des fosses ont déjà été saccagées pour construire des fondations.

« Nous devons trouver des solutions et des mesures d’accompagnement pour ces squatters. Mais, le cimetière sera gardé désormais pour éviter que cette situation ne se reproduise plus », a averti le maire.

Vero Andrianarisoa

 

L'express de Madagascar0 partages

Les Anglais très impliqués dans les affaires malgaches

Après avoir présenté l’ile de Madagascar, et l’avoir située dans le contexte de l’époque, la brochure américaine de 1883 commence à critiquer la démarche malgache (lire notre précédente Note) et surtout les Anglais.Pour l’auteur anonyme de la brochure qui cite la « Contem­porary Review » anglaise, cesderniers se sont engagés « dans une grande mesure, à donner quelque appui au gouvernement hova par les paroles prononcées par notre envoyé spécial près de la reine Ranavalona, l’année dernière. Le vice-amiral Gore-Jones donna à plusieurs reprises confirmation de l’accord (au sujet de l’indépendance de l’ile) et encouragea le gouvernement hova à consolider son autorité sur la côte Ouest. Ce langage incita les Hova à entreprendre sur cette côte, une action qui servit de prétexte à l’actuelle intervention française ».La brochure américaine explique alors le « véritable motif » de cette intervention française: la non exécution par les reines Rasoherina et Ranavalona II du traité conclu entre Radama II, assassiné, et les Français Lambert et Laborde. En outre, le traité franco-malgache signé à Antananarivo, le 8 août 1868, contient une clause annexe.« Art.4: Les Français à Madagascar jouiront d’une complète protection pour leurs personnes et leurs propriétés. Ils pourront comme les sujets de la Nation la plus favorisée et en se conformant aux lois et règlements du pays, s’établir partout où ils le jugeront convenable, prendre à bail, acquérir toute espèce de biens immeubles et se livrer à toutes les opérations commerciales et industrielles qui ne sont pas interdites par la législation intérieure. Les baux, les contrats de vente et d’achat et les contrats d’engagement de travailleurs seront passés par acte authentique devant le consul de France et les magistrats du pays. »Ainsi selon la brochure américaine, « le gouvernement français est en droit de demander l’exécution de cette clause, dont le refus a été la principale cause de leur désaccord avec le gouvernement hova ». Malgré ces traités, les Merina découragent l’établissement des étrangers, et aussi longtemps qu’il leur sera permis de limiter la possession de la terre par des baux de courte durée, « cette belle et riche ile restera le pays improductif qu’il a toujours été sous leur domination, et les pauvres et infortunés peuples de la côte Est, qu’ils ont conquis, attendront en vain l’introduction d’industries qui pourraient leur donner les moyens d’adoucir leur misérable condition ».Pour les auteurs de la brochure américaine, ce traité n’annule pas les anciens droits de la France sur la possession d’autres régions de l’ile et il lui concède quelques privilèges. Les Anglais n’en sont pas satisfaits et espèrent l’expulsion des Français de l’île dont ils veulent faire « une Inde africaine ». Les Américains savent bien ce que cela signifie pour eux, et par l’intermédiaire de leur consul à Toamasina, M. Robinson, s’efforcent d’assurer l’équilibre des forces entre les Français et les Anglais.La brochure cite alors le cas du « Stillman B. Allen » pour prouver la mauvaise foi britannique. « Ce navire américain a, à son bord, une cargaison d’armes destinées au gouvernement hova (ce qui est interdit par un accord franco-malgache) et l’agent britannique lui ayant assuré que le commandant du navire de guerre français stationné à Tamatave s’opposerait au débarquement de ces armes, M. Robinson (…) avertit le commandant français et le consul que le déchargement aurait lieu n’importe où, ce qui fut fait stupidement » (au détriment des Français). Le consul Robinson en conclut que « dans les affaires de Madagascar, il n’était pas sûr d’avoir une très grande confiance dans les dires des agents anglais ou des fonctionnaires hova ».Et la brochure d’ajouter: « Le  meurtre en septembre dernier (1882) de deux Américains et d’un Français de leurs amis, montre avec évidence l’esprit bien connu manifesté par les Anglais dans toutes ces choses coloniales. » Il semble pourtant qu’il n’y a qu’un seul Américain tué, le prospecteur Emerson, assassiné près de la baie de Saint-Augustin, le 10 septembre 1882, car son compagnon Hulett réussit à s’échapper. L’autre victime tuée est le Français (ou Mauricien) Théodore Parent établi dans le Sud de Madagascar et qui servait de guide aux Américains.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – CAN groupe B – Pas de Gold Cup pour Madagascar

Pas de Gold Cup, pas de Mondial. Madagascar perd d’entrée, face au Maroc. Les protégés du coach national, Noé Imboazafy Rakotoarivelo alias Razily se sont inclinés sur le score de 33 à 57, lors de la demi-finale de la coupe d’Afrique groupe B dénommée Rugby Africa Silver Cup. Les deux demi-finales directes de la première journée se sont déroulées ce mercre­di. Les Marocains, avantagés par leur gabarit et aussi leur endurance, ont maîtrisé la situation dès la première période, en menant au score par 29 à 26 à la pause.En deuxième mi-temps, les Malgaches ont en plus raté plusieurs transformations de coups de pied de pénalité. Madagascar s’est donc incliné face à un pays qui vient d’accéder en groupe B.Quant à l’autre demi-finale, la Côte d’Ivoire écarte le Botswana sur le score de 58 à 25. Ainsi, le Maroc et la Côte d’Ivoire disputeront donc, ce samedi 8 juillet, le ticket pour l’Africa Gold Cup. La gagnante de ces deux formations sera qualifiée et représentera le continent africain à la coupe du monde au Japon en 2019.La Grande île et le Botswana se contenteront donc de disputer la petite finale, pour la troisième place ce samedi. Ce match est tout de même capital pour ces deux équipes car une défaite sera synonyme de relégation en groupe C, la Bronze Cup pour la prochaine saison.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Les tapages nocturnes réprimés

L’officier de Police Judiciaire, chef de division des renseignements généraux et des jeux, Marcel Tsiaroso, est catégorique. La loi sera appliquée et des mesures sévères seront prises désormais, face aux bruits et tapages nocturnes à Mahajanga.

« La loi existe toujours mais n’a jamais été appliquée. Tout tapage et bruit à partir de 22h seront désormais punis. Ce, face aux nombreuses plaintes des habitants occasionnées par ces bars et débits de boisson alcooliques. Lors d’une descente, nous avons constaté que la plupart d’entre eux ne possèdent même pas une autorisation d’ouverture », a martelé l’OPJ, hier.

Il a mis en garde ceux qui osent encore enfreindre la loi.

« Cette infraction est régie par le Code pénal, selon l’article 473, aliénas 13, passible d’une amende jusqu’à l’emprisonnement. Des mesures administratives sont aussi applicables », a encore ajouté l’officier.

Marcel Tsiaroso a surtout exhorté la population à déposer des plaintes auprès de la Police nationale, car celle-ci sera dorénavant intransigeante face aux récalcitrants.

Les bruits et tapages nocturnes sont devenus le lot des quotidiens des habitants de la ville de Mahajanga. Les plaintes et réclamations ainsi que contestations ne cessent de fuser de toute part.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Un couple blessé

Six bandits encagoulés ont fait irruption dans la maison d’un grossiste à Ambodivona, commune d’Anosizato Ouest, lundi à minuit. Ils ont forcé la porte en brisant la vitre pour s’y introduire. Ils ont ensuite tabassé le couple qui se trouvait à l’intérieur avec une barre à mines. Ce dernier a été grièvement blessé. .

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sans vie découvert

Un cadavre a été retrouvé, mardi à Ambatomena Antsirabe II. Il s’agit d’un homme âgé de 65 ans. Il aurait été assassiné, selon le médecin légiste et la gendarmerie qui ont fait le déplacement sur les lieux. Des traces de violence ont été constatées au niveau du cou de la victime. Une enquête a été ouverte sur ce meurtre.

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports: Mettre en place une interactivité entre les fédérations et le ministère

Le ministre lors de son intervention, hier, au Palais des Sports.

Elles étaient presque au grand complet, hier, à la salle du Petit Palais des Sports à Mahamasina pour la première journée de l’atelier d’échange et d’information sur l’harmonisation du point de vue sur le mode de gestion du mouvement sportif à Madagascar.

Repartir sur de nouvelles bases. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa a repris le chemin de la table ronde, hier, avec les représentants des fédérations sportives. Cet atelier a pour objectif de mettre en place une interactivité entre les fédérations et le ministère de tutelle. Le numéro Un du sport malgache prône le dialogue et le respect dans les actions entre ces deux instances. « L’amélioration de la relation entre le mouvement sportif et l’Etat à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports est primordiale.  Il est important de dialoguer pour le bon épanouissement du sport malgache. Il ne faut pas oublier que mon ministère est présent pour aider les différentes fédérations et cherche par tous les moyens les solutions pour que les sportifs malgaches ne soient pas lésés. Je mise sur une synergie pour aller de l’avant, a expliqué le ministre.

Préparation. Et toujours dans cette politique du ministère en partenariat avec l’Ambassade de Chine, une centaine de sportifs et d’entraîneurs feront le déplacement en Chine pour la préparation des Jeux des Iles de l’Océan Indien 2019 et les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.   Le ministère  a souhaité pouvoir compter sur le soutien de toutes les fédérations dans la préparation de la relève. « cinq disciplines seront concernées par ce projet à savoir la natation, l’athlétisme, le tennis de table, l’haltérophilie et le badminton. Les sportifs âgés de 15 à 25 ans et entraineurs suivront  cinq mois d’entraînement », conclut le ministre.

Complémentarités. Le manque de communication, les différences de points de vue et la méconnaissance de la législation figurent parmi les problèmes de la relation entre le ministère et le mouvement sportif. Cet atelier a permis aux deux entités indispensables et complémentaires dans le développement du sport de connaitre leur rôle et mission respective. « A la fin de cet atelier, on espère que les résolutions et recommandations soient appliquées. Il est important de cerner les problèmes et de trouver des solutions. Nous avons soulevé le problème dans l’organisation de compétition de Trail partout dans l’Ile où le ministère des Sports et la Fédération ne sont pas au courant » a indiqué Julie Bemanjara, Secrétaire Générale de la Fédération malgache d’athlétisme. Plusieurs points ont été discutés lors de cet atelier entre autres le cadre juridique de l’organisation sportive, sport et éthique, principes universels de base de bonne gouvernance du mouvement olympique et sportif et à la fin un programme quadriennal sera établi.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ferme mise en garde des forces de l’ordre Mobilisation du « Tiako i Madagasikara ».

D’après les informations, tous les camps militaires sont consignés à cause de ce meeting prévu par les « zanak’i Dada ».« Il faut qu’on se respecte pour éviter les affrontements ». C’est ce qu’a déclaré le Commandant de la Circonscription Inter-Régionale de la Gendarmerie Nationale Analamanga, le Général Njatoarisoa Andrianjanaka au cours d’une conférence de presse des hauts responsables des forces de l’ordre qui s’est tenue hier à Ankadilalana. Une occasion pour le patron de la CIRGN de réitérer que la mobilisation prévue demain par le parti « Tiako i Madagasikara » ne pourra pas avoir lieu. Ayant été réquisitionné par la Préfecture de Police d’Antananarivo, l’Emmoreg prévoit de tout faire pour empêcher la tenue de cette manifestation. Une ferme mise en garde a été lancée à l’encontre de ceux qui envisagent de faire un forcing. « En cas de débordement, nous allons intervenir », a averti le Général Njatoarisoa Andrianjanaka. L’intervention se fera certainement à coup de gaz lacrymogènes et éventuellement, par des arrestations. Pour l’heure, le numéro Un de la CIRGN se défend de révéler les tenants et aboutissants des dispositifs de sécurité qui seront appliqués samedi. Il a toutefois réitéré que dès vendredi soir, le stade de Mahamasina sera complètement bouclé.Panique. Depuis mercredi soir, de nombreux éléments des forces de l’ordre sont postés autour de Mahamasina. D’ailleurs, toutes les décorations déjà installées par le TIM ont déjà été démontées. Hier, l’entrée au stade a été bouclée. Les « zanak’i Dada » n’ont plus été autorisés à y accéder pour leur répétition de zumba. Même les employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui travaillent à Mahamasina étaient bloqués à l’extérieur. Pour ce qui est de la journée de samedi, la circulation ne sera pas coupée à Mahamasina et ses environs. Il convient de noter que tous les camps militaires, ceux de la Gendarmerie et de la Police nationale sont consignés à cause de cette mobilisation du « Tiako i Madagasikara ». Ceci prouve que la mobilisation du parti « Tiako i Madagasikara » dans le cadre de la célébration de son 15è anniversaire provoque une situation de panique générale dans les rangs des tenants du régime HVM. Bon nombre d’observateurs se demandent pourquoi les forces de l’ordre n’appliquent pas simplement les caméras de surveillance et les dispositifs de sécurité qui ont été utilisés le 26 juin pour éviter les troubles.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Concert de solidarité: Un « tolo-tanana » pour Haingo au Trass !

Bodo va se produire au Trass en guise de « tolo-tanana » à Haingo (au milieu), l’auteur de « Efa fantatrao ».

Elle fait partie de ces nombreux artistes à qui Haingo a fait don de ses poèmes. Bodo, en guise de reconnaissance et pour lui témoigner son amitié, a donc décidé de tenir un « tolo-tanana » au Trass ce soir.

Admis au service pneumologie de l’hôpital Befelatanana depuis la fin du mois de juin, Haingo n’est toujours pas sorti d’affaires. Ses amis poètes se sont ainsi mobilisés pour le soutenir. Bodo, à qui il a fait cadeau de l’une de ses créations : « Satria » ou plutôt « Efa fantatrao » en 1997, va elle aussi lui témoigner sa solidarité. Ce soir, elle donnera, en guise de « tolo-tanana », un concert au Trass. Pour joindre l’utile à l’agréable, participer à une bonne action tout en prenant plaisir à voir la diva sur scène, rendez-vous est donc pris ce soir à Tsiadana dès 21 heures.

De la poésie à la chanson. On le connaît très peu. Haingo est pourtant à l’origine de plusieurs tubes. En 1997, Bodo lance « Efa fantatrao », écrite par Haingo et mis en musique par Bessa. La chanson connaît un grand succès. Mais des titres rendus célèbres, Haingo en a écrit des tas. A part ce duo interprété par Bodo et Malala, il a également donné quelques unes de ses créations à des artistes comme Lôla (Bessa), Solo Andrianasolo, Tovo J’hay ou encore le RFF. Car Haingo Razafiarijaona, c’est cet auteur, ce poète discret mais talentueux dont la plume est appréciée, non seulement des amoureux de littérature mais aussi de ses pairs. L’illustre Rado le considérait d’ailleurs comme son fils spirituel. Il a effectivement hérité de ce monument de la poésie, cette faculté de faire partager son émotion avec des mots et des rimes. En 1987, il intègre le cercle des poètes Faribolana Sandratra et depuis, il a fait son chemin. Il publie plusieurs ouvrages, « Soitrafo », « Randran-droa », « Mpirahalahy mianala », « Gasikara maitso volo » et bien d’autres. Haingo n’a jamais cessé de porter haut le flambeau malgache. Il a entre autres représenté la Grande Ile au « Festival Kreol » au Seychelles en 1995.

Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la corruption: Le Bianco déplore l’insuffisance des moyens

Le Bureau Indépendant Anti-Corruption a organisé une table ronde avec ses partenaires techniques et financiers hier à l’hôtel Colbert. A l’occasion, le Directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy a déclaré que les efforts du Bureau commencent à être reconnus. Il déplore toutefois l’insuffisance de moyens. Pour cette année 2017, seulement la moitié des activités prévues a bénéficié d’un financement. D’après les explications, un gap financier de presque 2 milliards d’Ariary a été observé. Ceci, sans mentionner l’insuffisance et l’obsolescence des équipements de travail et les besoins de renforcement de capacités. Une situation qui risque d’avoir des répercussions sur les résultats du Bureau. De son côté, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui a honoré de sa présence cet évènement a déclaré que l’Etat soutient les efforts déployés par le Bianco car la corruption est l’affaire de l’Etat. Dans son discours, le locataire de Mahazoarivo s’est engagé à réviser à la hausse les crédits alloués au Bianco à partir de l’année prochaine. Il n’a également pas manqué de remercier les partenaires techniques et financiers d’avoir accompagné le gouvernement dans la lutte contre la corruption.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Indépendance de la Ceni: Le thème de la conférence-débat du « MIEL » de ce jour

Une conférence-débat. L’indépendance de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) ne cesse d’intriguer plus d’un nonobstant du fait que le président de la commission, HeryRakotomanana, affirme et réaffirme à maintes reprises que c’est et ce sera le cas pour les échéances électorales à venir. En attendant l’avènement de ces dernières, le MIEL ou Mouvement pour l’Intégrité des Elections et des Leaders organise aujourd’hui une conférence-débat qui porte le thème : « L’indépendance de la CENI : quels enjeux ? » qui se tient dans les locaux de l’ENMG (Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes) Tsaralalàna à partir de 9 heures. Rasolo André, professeur en Sociologie Politique, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni, Rabekijana Félix, président du KMF/CNOE et Philippe Lebon, juriste publiciste et également membre du Miel sont ceux qui vont animer le débat avec, bien évidemment la participation de l’auditoire.

Recueillis par AinaBovel

Midi Madagasikara0 partages

Voots Kongregation: Hay pour fêter la musique !

Voots Kongregation expliquant cet événement Hay hier, lors de la conférence de presse à Ampandrana.

1er octobre, journée mondiale de la musique. La date n’est ni marquée ni célébrée à Madagascar. Ou du moins pas encore car désormais, à partir de cette année, le Voots Kongregation va faire de cette date un grand événement musical. Le concept est simple mais engagé : Hay, l’intitulé de l’événement, veut faire découvrir la musique des 4 coins de Madagascar : Fort-Dauphin, Toliara, Ambositra, Toamasina, Antananarivo et la région Nord… tous les styles seront représentés par une vingtaine de groupes, qui font de la bonne musique mais qui n’ont pourtant aucune occasion d’être diffusés à la télé et à la radio. « Il y aura également des groupes qui font de la musique plus occidentale » explique Imiangaly, une des représentantes de Voots, car la musique n’a pas de frontières. « Nous comptons organiser cet événement tous les ans, pour marquer cette date importante et faisons appel à tous, particuliers ou entreprises, institutions et autres, pour nous aider à faire en sorte que l’événement soit grandiose » ajoute Imiangaly. Pour ce 1er octobre, la fête se déroulera au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina, de 10h à 22h. Après les discours officiels, place à un carnaval encore ouvert à tous les artistes, puis aux concerts gratuits proprement dits. Pour que « Hay » il y a de la bonne zik à Mada !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Basket – Tampon Club : Carole Mangalaza élue à l’unanimité

C’est fait. L’ancienne internationale malgache, capitaine du Tampon Basket-ball (TBB) Girls  a été élue, mercredi soir président du club pour un mandat quadriennal 2017-2021. Elle succède donc à Johan Guillou qui est devenu le président de la ligue réunionnaise de basket. Un nouveau défi attend la native de Toamasina pour les quatre années à venir. Son prédécesseur a placé la barre très-haut. « Je suis prête à assumer le défi » a expliqué Carole.  L’ancien président part avec beaucoup de satisfaction. « J’ai abandonné mon mandat de président du TBB ce soir en assemblée générale pour être à 100 % président de la ligue réunionnaise de basket. Une femme et pas n’importe laquelle me remplace. Carole Mangalaza, la capitaine des TBB Girls qui vient de prendre sa retraite sportive. C’est d’ailleurs moi qui lui ai demandé de me succéder. C’est d’ailleurs la seule personne que je soutenais pour ce poste de présidence. Carole est maintenant une dirigeante de club qui connaît le basket. C’est un énorme atout. Elle était joueuse, capitaine, championne de France nationale 3 avec le Tampon, chef d’entreprise donc elle sait aussi gérer une structure. Et elle sait parler et s’exprimer sur tous les sujets. Elle est aimée de tous » a fait ressortir Johan Guillou. Il est à signaler que le club du Tampon recense le plus de licenciés à La Réunion. Depuis 2010, le club a régné en maître sur le paysage du basket-ball féminin réunion et reste la première équipe ultra-marine à remporter le titre national en NF3.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

25e anniversaire de Mage 4 Antsahamanitra pour débuter !

Le groupe Mage 4 et leur manager hier au Karibotel, lors de la conférence de presse.

La célébration du 25e anniversaire du groupe Mage 4 commence en trombe à Antsahamanitra le 6 août prochain à partir de 14h30. Un grand concert où toutes les chansons du groupe seront revisitées.

On se souvient, fin des années 90, d’un groupe de rock qui a apporté un souffle nouveau à cette scène à l’époque dominée par les Iraimbilanja, Kiaka, Green et Apost. Eux se la jouaient plutôt tendance, plus épuré et mélodique, et cela a plu. Avec « Valin’ny ditrako » et un clip scénarisé hors des sentiers battus, Mage 4 s’impose dans le paysage rock local. Leur carrière débute en fanfare, et les fans, des rockers et plus encore, car pour une fois, le rock dépasse les frontières de son public. D’un concert à l’autre, Mage 4 voit de plus en plus de personnes les suivre, et même lorsque certains des membres ont du déménager à l’étranger, les nouveaux venus ont été accueillis avec enthousiasme. Aujourd’hui, Mage 4 peut faire un clin d’œil au passé, à un parcours jonché de défis et de succès, mais toujours avec le soutien de leurs fans. Et c’est pour célébrer ce quart de siècle de musique qu’il montera sur la scène d’Antsahamanitra le 6 août prochain à partir de 14h30.

Démarche citoyenne. Un grand rendez-vous à ne pas manquer donc, puisque tous les membres du groupe, avec ceux qui ont déjà officié pour Mage 4 dans le passé, seront là le 6 août. « Ce sera un grand moment de retrouvailles avec tout le monde, ceux qui ont fait un passage dans la bande, ceux qui sont là, et même Elian qui est à l’étranger pour le moment, mais qui fait tout pour venir », explique le groupe. « Le répertoire sera complet, il y aura toutes les chansons de tous les albums de Mage4 depuis le début. Et bien sûr celles que nous avons sorties récemment », continuent-ils. L’ambiance sera donc entre nostalgie et découverte. Outre cet aspect purement festif, le concert sera aussi une occasion de transmettre des messages de sensibilisation. Un stand sera consacré à un dépistage du Sida, gratuit pour tout le monde. Des pairs éducateurs seront dans le public pour passer les messages sur la sexualité de la reproduction, et des animations seront programmées durant le spectacle. En tout cas, ce n’est que le début car cette célébration du 25e anniversaire se fera jusqu’à l’année prochaine.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Ambatovy : Une entrée irrégulière d’éléments de la gendarmerie dans l’enceinte de l’usine

Circuler dans l’enceinte d’une unité minière sans matériels de sécurité est une entorse à la réglementation.Le litige entre Assist Développement et Dynatec Madagascar SA, une entreprise prestataire de service pour Ambatovy prend une autre tournure. Une tournure teintée de forcing puisque Assist Développement a réussi à faire pénétrer des éléments étrangers dans l’enceinte même d’Ambatovy. En effet, hier après-midi, un huissier est entré dans l’usine en compagnie d’une dizaine d’éléments de la gendarmerie.Par la force. Une entrée « par la force » qui n’est pas du tout en conformité avec les règles de sécurité en vigueur dans les grandes usines minières. En effet, non seulement, les gendarmes et l’huissier s’exposent eux-mêmes à un danger, mais ils peuvent également mettre en péril la sécurité des autres personnes qui se trouvent dans l’usine minière dont l’accès obéit à des procédures strictes. Chaque entrée d’éléments étrangers dans ce genre d’usine minière doit par exemple faire l’objet de ce qu’on appelle « induction » dans le jargon de l’industrie minière. L’induction consiste à informer les visiteurs sur les mesures de sécurité lors du passage dans l’usine et chaque visiteur doit être équipé de matériels de protection comme les casques, masques anti-poussières et bottes. Or, d’après nos informations, les gendarmes ont pénétré dans l’enceinte d’Ambatovy sans aucun équipement de sécurité. Une entorse à la réglementation en somme et qui risque d’aggraver davantage cette affaire entachée d’irrégularités de procédures.Arbitrage international. Malgré, par exemple le fait que les deux parties aient convenu dans leur contrat initial, un recours à l’arbitrage international en cas de différends, Assist Développement a opté pour une saisine du tribunal de commerce de Tomasina. Qui plus est, le contrat ayant été signé à Antananarivo, normalement c’est le tribunal de la capitale qui devrait être saisi. Une anormalité de plus en somme. Et ce n’est pas fini puisque malgré l’annulation de la décision de la Cour d’appel, par la Cour de cassation, Assist Développement a encore pu faire exécuter la saisie des comptes de DMSA. Assist Développement bénéficie-t-elle encore d’un certain nombre de faveurs dans le milieu judiciaire ? La question se pose en tout cas dans la mesure où, dans le milieu des affaires, les dirigeants de cette entreprise ont déjà fait l’objet de doléances et de demande d’expulsion de la part d’autres entreprises. En tout cas, cette affaire qui a visiblement un relent de favoritisme risque, une fois de plus de ternir l’image de marque de l’environnement des affaires à Madagascar. Lors de sa récente visite à Paris, le Président Hery Rajaonarimampianina a crié haut et fort que Madagascar est réellement une terre d’accueil des investissements directs étrangers. Mais avec une justice qui fait souvent preuve d’impartialité, ce souhait du locataire d’Iavoloha risque de ne pas se réaliser.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina: Un Karana se soustrait de nouveau à la Justice

Le Karana n’a pas comparu hier devant le tribunal correctionnelParti le 14 juin dernier à la Réunion grâce à la mainlevée surprise de son Interdiction de Sortie du Territoire (IST), le Karana qui a fait parler de lui et dont on parle encore à Toamasina, n’est toujours pas revenu, alors qu’il a plusieurs dossiers en instance au Tribunal de Première Instance de la ville. Entre autres et non des moindres, une plainte pour coups et blessures volontaires sur la personne d’un gardien qui a été délesté pour l’occasion de ses biens.Renvoyée. L’affaire devait être jugée hier, mais le prévenu qui jouit de la double nationalité – notamment française – n’a pas comparu au motif qu’il suit des soins médicaux dans l’île sœur, quand bien même des témoins oculaires l’auraient vu « en bonne forme » se rendre à La Mosquée pendant la période du ramadan. Reste à attendre s’il sera présent à Toamasina où l’audience a été renvoyée au 31 août prochain. En tout état de cause, jugement sera rendu à cette date, même en l’absence de ce Karana qui est coutumier du fait en se soustrayant plus d’une fois à la Justice. Aussi bien au niveau du parquet que par rapport à sa convocation devant la barre.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Un pouvoir qui se veut intraitable

Entre l’ancien président Marc Ravalomanana et le régime, le dialogue semble bel et bien rompu. Chacun est allé trop loin dans son obstination et ne veut absolument pas céder. Le premier ne veut pas accepter la proposition qu’on lui fait car ce serait pour lui une reculade et le second, après avoir fait preuve d’une extrême fermeté, essaie de se montrer conciliant et veut avoir le beau rôle.

Un pouvoir qui se veut intraitable

La destruction du matériel de sonorisation du TIM par les forces de l’EMMOREG avant-hier soir a provoqué la colère des membres de ce parti et suscité l’indignation des personnes qui se trouvaient aux alentours du stade. Dans la foulée, des éléments armés ont interdit l’entrée à tous ceux qui voulaient y pénétrer. En agissant ainsi, le pouvoir montre qu’il entend rester le seul maître de la situation. Il a donc pris les devants et mis les membres du parti de l’ancien président Marc Ravalomanana devant le fait accompli. Ses porte-paroles n’ont pas cessé durant la journée d’hier de mettre en garde la population si elle venait quand même au stade, ce samedi. En coulisses, des négociations ont eu lieu et le report de la manifestation a été proposé, ce dimanche au Coliséum. L’ancien président a sèchement refusé, en ayant l’impression qu’il acceptait de céder aux pressions du pouvoir. Pour le moment, donc, il persiste dans sa volonté de maintenir la célébration du 15e anniversaire, ce samedi. Le bras de fer avec les autorités est donc réel et si aucune solution n’est trouvée, l’affrontement est inévitable. La surenchère est pour le moment verbale et comme nous le disions plus haut, des tractations ont lieu en coulisses. Les citoyens semblent très attentifs à la situation actuelle. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une manifestation organisée par un rassemblement d’opposants peu connus, mais de celle du parti d’un homme politique éminent, qui plus est un ancien président de la République. Pour le pouvoir, il s’agit d’un test. Il veut montrer qu’il ne se laissera pas défier impunément et qu’il fera tout pour réduire l’audience d’un de ses plus dangereux adversaires.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

15e anniversaire du TIM: Le régime propose Coliseum ce dimanche, Ravalo refuse

Marc Ravalomanana a saisi la communauté internationaleLe bras de fer persiste. Le TIM refuse une proposition qui viserait à torpiller le rendez-vous donné par le parti de l’ancien président à ses partisans.Ni Coliseum Antsonjombe, ni Magro Tanjombato. Le bureau politique du TIM conduit par l’ancien président Marc Ravalomanana a démenti hier les rumeurs intentionnellement véhiculées sur le report de la date et le changement de l’endroit de la célébration du 15e anniversaire du parti « Tiako I Madagasikara ». Des négociations auraient été menées sur cet éventuel report et changement de lieu, mais Faravohitra aurait refusé les propositions du régime HVM. Ce dernier aurait suggéré la tenue du rendez-vous à un dimanche et au Coliseum à Antsonjombe. Hier, Marc Ravalomanana et ses partisans ont persisté et signé que cette célébration aura lieu demain au stade de Mahamasina. Ils ont en même temps saisi la communauté internationale sur cette affaire. Les pro-Ravalomanana et les militants TIM résidant en dehors d’Antananarivo commencent à arriver dans la Capitale. Ils ont exprimé hier leur colère face au « sabotage » du régime en place qui cherche selon eux à tout prix et par toutes les manœuvres à torpiller la célébration du 15e anniversaire du « Tiako I Madagasikara ». A noter que le régime en place déploie depuis ces derniers jours ses forces pour empêcher les partisans de Marc Ravalomanana de venir au stade de Mahamasina. Chose curieuse, des éléments de forces de l’ordre descendent actuellement au niveau des 192 Fokontany d’Antananarivo, dans l’objectif de dissuader les gens de se rendre à ce lieu demain.« Assaut ». Tout a commencé par l’annulation controversée de l’autorisation délivrée par le préfet de police d’Antananarivo. Ce dernier a invoqué une raison de sécurité liée aux éventuels actes terroristes pour motiver sa décision. L’ancien président et ses partisans ont réagi en déclarant qu’ils considèrent cette décision d’annulation comme n’ayant pas existé. Ils s’accrochent à la Lettre n°131-MID/PREF.POL/AG du 30 juin 2017 autorisant la tenue d’un « culte œcuménique » et d’une « manifestation festive » au stade de Mahamasina le 08 juillet 2017 pour le 15e anniversaire du TIM. Le régime HVM a riposté par la force en ayant dépêché à Mahamasina des éléments de l’Emmo-Reg pour fermer le stade et démonter les décors déjà plantés par le « Tiako I Madagasikara ». Depuis hier, à ce stade administré par la Commune urbaine d’Antananarivo, c’est l’Emmo-Reg qui y gère la circulation. Même les employés de la CUA avaient du mal à y rejoindre leurs bureaux. Ils sont obligés d’effectuer leur travail dehors. Les conseillers municipaux d’Antananarivo ont condamné hier ce qu’ils qualifient d’un « assaut » contre un domaine public de la Commune urbaine d’Antananarivo (stade municipal). Le président du conseil municipal Faustin Andriambahoaka a évoqué l’article 36 de la Loi n°2014-020 qui stipule : « Le chef de l’Exécutif gère le domaine de la Collectivité territoriale Décentralisée. A ce titre, il exerce les pouvoirs de police afférents à cette gestion, notamment en ce qui concerne la circulation sur ce domaine ».

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Débat démocratique: Aucun feu vert de la Primature !

Finalement le débat démocratique prévu par l’article 23 de la loi n°2011-013 du 18 août 2011 portant statut de l’opposition et des partis de l’opposition n’aura pas lieu pour cette année. Le premier prévu en janvier n’a pas été effectué car, rappelons-le, les initiatives du parti MMM ont été ignorées par l’ORTM et le second qui devrait se produire le premier vendredi du mois de juillet, soit aujourd’hui, est boudé par la Primature. Interrogé sur le déroulement de ce débat démocratique, qui – d’après toujours cette loi – doit être diffusé sur les médias publics, un responsable auprès de ces derniers a informé que « le feu vert sur son organisation et sa diffusion émane de la Primature. Jusqu’à maintenant, nous n’avons reçu aucune consigne selon laquelle une émission dédiée à ce débat démocratique aura lieu aujourd’hui ».Pas d’opposition. A un an de la fin du mandat présidentiel, le régime Rajaonarimampianina n’a pas d’opposition officielle. La place qui est dédiée au chef de l’opposition officiel au Parlement vaque toujours et les partis qui se réclament d’opposition ou ceux qui ont d’ores et déjà affirmé officiellement y être s’éparpillent et ont du mal à désigner leur chef. Par ailleurs, les textes réglementaires devant combler « les lacunes et les insuffisances » de la loi sur le statut de l’opposition que la HCC a préconisé dans son avis n°01-HCC/AV du 12 janvier 2017 sur les dispositions constitutionnelles se rapportant à la désignation du chef de l’opposition au sein de l’Assemblée Nationale sont restés lettre morte.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

MLE: La marche silencieuse annulée

Le mouvement pour la liberté d’expression (MLE) a décidé d’annuler la marche silencieuse qu’il a prévu d’effectuer ce jour. Toutefois, le MLE a décidé de reporter cette manifestation pour le 22 juillet prochain. Ce mouvement tient à préciser qu’il n’y a aucune corrélation avec la manifestation organisée par le parti Tim. En outre, pour cette manifestation du 22 juillet, ce ne serait plus une marche silencieuse. D’après les responsables, ce sera une manifestation un peu plus grande.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ecotourisme et biomanagement: Mise en place d’un master interuniversitaire

L’université de Toliara en collaboration avec l’ARES CCD de Belgique ont mis en place un Master Interuniversitaire en Ecotourisme et Biomanagement à Madagascar. Les deux parties viennent de signer une convention de partenariat en juin dernier afin de mettre en œuvre ce projet. C’est une grande première dans le pays. L’objectif de ce nouveau programme de formation est de former des professionnels de l’Ecotourisme et du biomanagement, a-t-on appris. Il répond au développement de l’écotourisme qui prend de plus en plus d’importance dans la région. Le socle de la formation doit également permettre aux candidats de développer leurs aptitudes en écologie, en biodiversité, en gestion et management à part les domaines linguistiques.Gestion de l’environnement. Notons que le Master Interuniversitaire fera appel à une équipe d’une vingtaine de professeurs comprenant des représentants de l’Université de Toliara, principalement de l’Institut Halieutique et des Sciences Marines, de la Faculté des Sciences et de la Faculté de Droit, Economie, Gestion et Sociologie d’Antananarivo. Des enseignants issus de quatre universités francophones de Belgique ainsi que de l’Université de Genève y contribueront également. Ce programme est ouvert aux étudiants titulaire d’un baccalauréat avec trois années d’études en Tourisme, en Sciences Naturelles ou possédant un diplôme équivalent. Et une trentaine d’étudiants par an qui sont originaires de toutes les régions de l’île et des pays limitrophes en voie de développement, sortiront de cette formation à partir de la 2e année, a-t-on évoqué. Une fois en activité, ces professionnels contribuent à favoriser une meilleure gestion de l’environnement et des ressources naturelles à Madagascar.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

# Mahaleo à l’Eldorado. Cela fait 45 ans que le groupe Mahaleo berce ses fans, des générations de familles qui ont assisté, et parfois même participé aux plus grands tournants de l’histoire. En racontant le quotidien en chanson, avec des accords faciles et des mélodies qui marquent, le groupe a réussi à transmettre ce goût du simple au public. Les jeunes, en grattant quelques notes à la guitare pour apprendre à jouer, ont tous interprété du Mahaleo. Et c’est certainement pour cette raison que les chansons du groupe, bien que n’ayant pas toutes été enregistrées, sont bien connues du grand public. Et qu’il ne se passe pas une seule fête de famille, ou entre communautés, où l’on ne chante pas leurs chansons. Ce soir, Mahaleo réunira donc toutes les générations à l’espace Eldorado.

# Rija Rasolondraibe au Carlton. Malgré l’éloignement, Rija Rasolondraibe, est toujours très prêt du cœur des milliers d’amateurs de variétés évangéliques de la Grande île. Sa carrière internationale ne lui permet de revenir au pays qu’une fois tous les deux ou trois ans et à chaque fois, ce sont toujours d’intenses moments de bonheur qu’il partage avec ce public qui ne l’a pas oublié. En ces temps quelque peu troublés, la venue de Rija revêt une certaine importance. Ce dernier désire faire passer un message d’apaisement et de concorde lors de ses concerts. Quels plus beaux symboles en effet que ces chansons où la ferveur pour le Seigneur se mêle à l’amour pour son prochain ? Sur le plan scénique proprement dit, le spectacle qu’il donnera au Carlton ce soir n’aura rien à envier à ceux que Rija fait à l’extérieur.

# Dah Mama au Glacier. De son vrai nom Elda Narijaona, Dah’Mama doit son parcours artistique à diverses rencontres parmi lesquelles celle avec Olombelo Ricky. En 2004, il repère la potentialité vocale de la jeune femme et l’initie au chant. En 2006, avec la sortie de son album « Tonton sôla », Dah’Mama sort de l’anonymat. En 2008, dans son deuxième album « Plaisir sans faute » Dah’Mama offre un nouveau style, une musique plus tropicale, puissante et rythmée. De 2006 à 2008, elle participe aux trois éditions successives du festival Donia à Nosy-Be et a également déjà effectué plusieurs tournées à Madagascar, en France, à La Réunion et à Mayotte. Ce soir, c’est au Glacier qu’elle retrouvera ses inconditionnels.

# Rija, Luk et mahery au Piment Café. Ayant chacun un penchant pour les chansons d’hier, ils revisiteront sans aucun doute, comme au bon vieux temps, les grands succès de Barijaona, ceux de Solika ou de ces autres chanteurs qui ont marqué les années 60. Les chansons à texte de Jeneraly ou encore les folksongs d’Erick Manana et de leurs compères sans oublier les tubes de Johary et ceux de Rija Ramanantoanina lui-même vont également figurer dans le répertoire. Car Rija, Luk et Mahery, il ne faut pas l’oublier, sont des talentueux interprètes. Rien n’est moins sûr. Demeure cependant une certitude, qu’importe ce que chantera le trio, le public est preneur, tant qu’il  partage la même scène.  

Midi Madagasikara0 partages

Roland Ratsiraka: Promotion du tourisme interne

Présentation des attractions touristiques de la région Boeny, par le ministre Roland Ratsiraka et les représentants de l’ORT Boeny.

Les destinations touristiques de la région Boeny font l’objet de la première campagne de promotion du tourisme interne, lancée par le Ministère de tutelle, en partenariat avec l’Office National et les Offices Régionaux du Tourisme.

Les opérateurs touristiques misent beaucoup sur les touristes étrangers, alors que les touristes locaux représentent un potentiel beaucoup plus énorme. Selon le Ministère du Tourisme, Madagascar compte chaque année, près d’un million de touristes locaux qui voyagent par voie terrestre. Pour les voyages par vols aériens, cet effectif est d’environ 200.000. C’est dans cette optique que le ministre Roland Ratsiraka et son équipe ont décidé de se lancer dans la valorisation du tourisme interne, en partenariat avec les Offices régionaux du tourisme. Pour ce début, la région Boeny sera mise en avant, d’après la déclaration faite par le ministre, hier aux médias. « On attend toujours les étrangers alors qu’il existe un autre grand potentiel pour le développement du tourisme. Même si les pouvoirs d’achat des nationaux et des étrangers sont différents, le tourisme interne représente beaucoup », a indiqué le ministre Roland Ratsiraka.

Destinations. Les attractions touristiques de la région Boeny ont été présentées hier par l’Office régional du tourisme (ORTB). Les promoteurs de cette destination ont mis en avant les 64 espèces d’oiseaux, dont 9 sont endémiques de Madagascar et 6 endémique de la région Boeny. D’après Toky Armel Ranjatonantenaina, directeur exécutif  de l’ORT Boeny, le Threskiorni bernieri sera mis en exergue durant le Safari des oiseaux, un événement promotionnel, qui se tiendra en novembre prochain. « La région Boeny dispose de plusieurs sites pittoresques qui sont de nouvelles destinations, si l’on ne cite qu’Ampitsopitsoka, le lac Kinkony, le site historique Boeny Aranta, les diverses espèces de baobabs, les vestiges arabes, etc. », a-t-il affirmé.  Par ailleurs, pour faire connaître cette région, le ministre Roland Ratsiraka fera une descente sur les lieux au mois d’août ; une mission qui s’inscrit dans le cadre de la campagne de promotion du tourisme interne. « Nous suivrons la voie terrestre empruntée par les touristes locaux. D’abord sur la RN6 pour visiter les sites d’attraction, les restaurants, et les autres offres touristiques. Ensuite, nous poursuivrons à Mahajanga, avant d’aller vers les autres destinations de la région Boeny, toujours par voie terrestre », a noté le ministre.

Offres adaptées. Certes, les offres pour les touristes locaux ne sont pas les mêmes que celles dédiées aux touristes étrangers. En partenariat avec les offices régionaux, le Ministère du Tourisme compte promouvoir un package touristique adapté aux touristes malgaches. Pour l’heure, ces promoteurs du tourisme interne ont déjà pensé à un package d’une valeur de 100.000 Ariary par personne, pour cinq jours. Un budget qui devrait être à la portée des touristes locaux.

 

Antsa R.