Les actualités à Madagascar du Mardi 07 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara310 partages

Lutte contre la covid-19 : Marc Ravalomanana veut plus de solidarité

« Il faut de la transparence et de la solidarité », a revendiqué Marc Ravalomanana, lors d’une rencontre avec les journalistes d’une chaîne privée locale, ce lundi 6 avril. Depuis le début de la crise sanitaire, l’ancien président insiste non seulement pour qu’il y ait plus de « transparence dans la gestion des fonds destinés à gérer la crise » ; mais aussi pour que les forces politiques du pays soient « consultées » par le régime concernant la « stratégie à mettre en œuvre » pour endiguer la pandémie. « Nous avons des idées »,  a-t-il défendu en prenant l’exemple de la France où l’opposition a eu des échanges avec le gouvernement en place dans le cadre de la gestion de la crise. « Et si nous voulons prêter main forte, c’est que la situation risque de s’aggraver et le gouvernement ne pourra pas s’en sortir tout seul pour gérer la crise », a-t-il lancé. « Il s’agit de sauver des vies de millions de Malgaches et non d’une manœuvre politique », a-t-il voulu ensuite rassurer. Il a rappelé que « la crise est sanitaire et non politique ». Une crise qui a exposé le système de santé du pays. Marc Ravalomanana déplore la réalité dans les hôpitaux qui manquent beaucoup de moyens et de personnel médical, selon toujours ce dernier, et qui a besoin d’un renforcement de capacité pour faire face à un éventuel pic de personnes atteintes de la pandémie. « Il est alors crucial d’évaluer actuellement la capacité d’accueil des hôpitaux du pays », indique l’ancien président qui reste convaincu que « le pire pourrait être évité dans le pays, si on travaille dans la solidarité tout en étant bien organisé ». 

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara30 partages

COVID-19 : mettre tout le monde devant ses responsabilités

(Vision) C’est une deuxième période cruciale que nous avons abordée depuis hier. Une étape a été franchie après ces quinze premiers jours, qui ont en quelque sorte permis de rôder les méthodes de lutte contre l’épidémie de coronavirus. Celles du confinement et de la conscientisation de la population sur la gravité du fléau ont plus ou moins bien marché. Mais maintenant, on entre dans l’inconnu. Il s’agit de maîtriser la propagation de la COVID-19 engendrée par ces cas contacts qui se sont révélés. Ce sont les autorités, bien sûr, qui doivent jeter toutes leurs forces dans la bataille, mais il faut que les citoyens soient aussi en première ligne pour se prémunir des risques de contamination. Ils doivent maintenant être responsables de leur sécurité sanitaire, en appliquant à la lettre les consignes des responsables. Il leur faut respecter les directives concernant les gestes barrières et ne plus faire preuve de cette inconscience coupable où ils se complaisaient dans cette promiscuité indécente sur les marchés. Aujourd’hui, il est nécessaire de prendre véritablement conscience du danger et de faire preuve de responsabilité.

COVID-19 : mettre tout le monde devant ses responsabilités

Hier en début d’après-midi, le Professeur Vololontiana annonçait qu’il y avait dix nouveaux cas déclarés, dont sept cas contacts, qui portait le nombre de personnes contaminées ou malades à quatre vingt-deux. Ces derniers cas avaient été détectés dans des quartiers de la capitale et en province. A présent, tout le monde est en face de ses responsabilités et doit être sur ses gardes. La nécessité du confinement ne fait plus de doute et s’il faut sortir, il est impératif de porter son cache-bouche, respecter la distance d’un mètre prescrite, et se laver les mains régulièrement. Le virus est en train de se répandre très vite. Outre toutes ces recommandations, des restrictions ont été annoncées par le chef de l’Etat. La réorganisation de la distribution des aides aux catégories sociales vulnérables va avoir lieu. L’Etat va se décharger de cette distribution pour la confier aux chefs fokontany et à un collectif mis en place dans les quartiers, évitant ainsi les aberrations constatées auparavant. Les autorités sont prêtes à faire monter en puissance les moyens de lutte contre la COVID-19, mais les citoyens doivent prendre une grande part dans cette mobilisation. Les quinze jours à venir sont cruciaux et ils permettront de savoir quelle direction le pays va prendre : arriver à maîtriser la propagation de l’épidémie ou voir une catastrophe se produire.

Patrice RABE 

 

Midi Madagasikara1 partages

Pr Jonah Ratsimbazafy : Crainte que nos lémuriens deviennent des porteurs sains de la Covid-19

Selon le Pr Jonah Ratsimbazafy, il y a de fortes chances que les lémuriens deviennent des porteurs sains du coronavirus.

Il est professeur en pathologie des abeilles et en faune sauvage, à l’université d’Antananarivo. Le Pr Jonah Ratsimbazafy tire la sonnette d’alarme en adressant un message à la ministre de l’Environnement et du Développement durable. « De prime abord, il existe une liste de virus qui se transmettent entre l’homme et les primates non humains, entre autres, les gorilles, les singes et les lémuriens. Le coronavirus en fait malheureusement partie », commence-t-il dans sa lettre. La tuberculose et le VIH/sida sont les plus connus, et ont déjà fait des victimes parmi les primates. « Il y a sept ans passés, bon nombre de lémuriens ont péri à la suite de ces virus », a fait savoir l’expert en faune sauvage. Actuellement, ce qui le préoccupe le plus, et qui le motive à alerter le ministère de tutelle, c’est le récent passage d’un touriste italien potentiellement porteur du coronavirus au parc privé de Vakona, à Andasibe. « Nous savons très bien que les touristes y viennent pour être en contact direct avec les primates. En recevant des bananes, les lémuriens du parc n’hésitent pas à approcher les humains. De ce fait et avec ces contacts, il y a de fortes chances que les primates deviennent des porteurs sains », craint-il. Avant de continuer que la seule manière de le confirmer est le test médical. Ces derniers peuvent transmettre le virus non seulement à leurs congénères du parc, mais aussi à d’autres qui y seront installés plus tard. « A ma connaissance, il y a six espèces de lémuriens au parc de Vakona, et trois d’entre elles entrent souvent en contact avec les touristes. Nous avons des primatologues qui peuvent être mobilisés pour endormir les lémuriens avant que les membres de l’Institut Pasteur puissent faire d’éventuels prélèvements pour les tests », propose le Pr Jonah Ratsimbazafy. Il lance l’alerte pour briser d’éventuelles rumeurs dont les conséquences pourraient êtres désastreuses pour les primates. « Comme ce fut le cas dans certains pays d’Afrique, où les gens pensaient que c’étaient les primates qui étaient à l’origine de nombreux virus. Ils ont donc brûlé la forêt dans laquelle vivaient ces espèces. Non, nous ne voulons pas que cela se produise dans notre pays qui vit en grande partie du tourisme » estime-t-il. Il invite notamment la ministre de l’Environnement à suivre sa vision pour prévenir la disparition des lémuriens du parc de Vakona et, par la suite, à lancer une communication pour briser les éventuelles rumeurs au niveau des organismes internationaux, dont International Primatological Society.     

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Grossiste braqué à Tsiadana : Un mort par balle, cinq millions d’ariary dérobés

La présence d’éléments des forces de l’ordre, en patrouille dans tous les recoins de la ville d’Antananarivo pour veiller principalement à l’effectivité des mesures de confinement, n’empêche pas les malfaiteurs de commettre leur forfait. Ils n’attendaient qu’un petit relâchement de la part de ces hommes en treillis pour frapper. Ce qui s’est passé à Tsiadana le lundi 6 avril en début de soirée en est la preuve. Vers 18h45, deux bandits munis d’armes à feu se sont introduits de force dans le domicile d’un propriétaire de magasin de gros du quartier. Une fois à l’intérieur, ils se sont attaqués au maître des lieux en ordonnant ce dernier de leur donner de l’argent. D’une pièce mitoyenne, le frère du grossiste aurait tenté d’intervenir. Les assaillants ont alors tiré sur lui avant de prendre la fuite. Blessé par balle au niveau de sa poitrine, il a été transporté d’urgence à l’hôpital où il a rendu son dernier souffle. Ayant été alertés par des voisins, les policiers, débarqués sur les lieux quelques minutes plus tard, n’avaient plus à faire que de constater les faits et de partir à la recherche des malfrats. Selon les informations, ces derniers ont réussi à dérober cinq millions d’ariary, qui constituaient les recettes de la journée de la victime. Le service central des affaires criminelles de la Police nationale Anosy se charge de l’enquête. 

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

16ème jour de confinement : Comme si de rien n’était à Antananarivo ?

Confinement partiel ne veut pas dire matinée libre, la covid-19 ne se repose pas durant la première moitié de la journée. (crédit photo : Anja)

La population tananarivienne continue de faire la sourde oreille en ce 16ème jour de confinement. Après deux semaines et quelques jours de confinement partiel, le message n’est pas toujours passé auprès des habitants de la capitale qui s’entêtent à ignorer les mesures préventives préconisées par le gouvernement pour endiguer l’épidémie du coronavirus. La foule commence à grossir dans presque toutes les rues, et ce malgré le nombre de cas contacts qui croît plus ou moins rapidement ; une moitié portant des masques, suivant la déclaration du président de la République selon laquelle toute personne sortant de son domicile doit formellement porter un masque de protection ; l’autre moitié se pavanant dans les rues sans la moindre protection. Et pire que l’absence de masque, les mesures barrières n’ont plus la moindre importance, sans doute parce que ces personnes sont convaincues que leurs voisins ne sont pas malades alors qu’ils peuvent être potentiellement être des porteurs sains. 

Peur de rien. Mais lorsqu’on lance une conversation avec ces personnes, on comprend aussitôt la réaction de la majorité. La situation serait encore floue pour beaucoup d’entre eux. Certains ont même osé demander si cette maladie est réelle du fait qu’ils n’ont vu aucune image de malades de la covid-19 aux infos jusqu’à  présent, et qu’aucun Malgache n’a encore succombé à cette épidémie. Faut-il donc attendre que les victimes soient nombreuses avant de prendre les mesures nécessaires ? Pour une partie de la population, ils demandent à voir avant de croire. 

(crédit photo : Anja)

Se faire dépister. Mais outre le non-respect des mesures préventives, il y a aussi la réticence de la foule à aller se faire dépister auprès des autorités sanitaires. Les symptômes de la covid-19 étant assez similaires à ceux de la grippe, les Tananariviens, avec l’habitude de se soigner à la maison, prennent à la légère les signes de la maladie, croyant être en mesure de se soigner avec les médicaments génériques habituels. Le dépistage est pourtant l’un des moyens les plus efficaces pour maîtriser cette épidémie si l’on se fie aux dires des autorités sanitaires des pays les plus avancés, à l’instar de la Corée du Sud et de l’Allemagne. Pour l’heure, « les faibles chiffres de contamination à Madagascar vont de pair avec le nombre de dépistages effectués », selon le docteur qui s’est entretenu avec nous ce matin. Une campagne de masse pourrait donner des nombres de cas plus importants toujours d’après ce dernier. Ainsi, la seule mesure efficace reste le confinement et le respect des recommandations du président de la République, surtout que les cas contacts sont désormais recensés dans plusieurs quartiers. Une seule question requiert réflexion : comment faire respecter les mesures préventives à la population ? 

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Angleterre : Le premier ministre Boris Johnson a été hospitalisé

Le premier ministre Boris Johnson a été diagnostiqué du Coronavirus il y a environ une semaine de cela. Il a été confiné chez lui depuis, mais continuait quand même à travailler pour le gouvernement de son domicile. Dernièrement, les médecins ont décidé qu’il devrait être admis à l’hôpital afin d’être soumis à d’autres examens sanitaires.
Il est actuellement en soins intensifs à l’hôpital Saint Thomas à Londres. Selon les sources, il sera remplacé par le ministère des affaires étrangères si un remplacement est nécessaire. Selon un tweet, il présenterait encore des symptômes du Covid-19.
Madaplus.info0 partages

Afrique : Le milliardaire chinois Jack Ma fera une seconde donation

Si Jack Ma, fondateur de la Fondation Alibaba a récemment envoyé vers l’Afrique des dons de masques, d’outils de tests ainsi que d’autres matériels nécessaires pour la gestion du Covid-19 vers plusieurs pays d’Afrique, en guise de soutien, le milliardaire ne compte pas en rester là.
Jack Ma prévoit déjà d’effectuer une deuxième donation pour 54 pays d’Afrique. Il twité qu’il offrira 500 ventilateurs, 200 000 combinaisons et masques, 2 000 thermomètre, 1 000 000 d’écouvillons, ainsi que 500 000 gants. Ces donations seraient déjà en route.
Midi Madagasikara0 partages

Troisième art : Norma, quand le métissage se trouve dans une toile 

(Photo fournie)

Le mois de mars dernier, elle a réalisé sa première exposition personnelle intitulée « Schizophreni’art » qui s’est tenue au CRAAM. 

Norma, née sur l’île de La Réunion, est une artiste autodidacte, peintre plasticienne et modèle basée à Madagascar. Elle commence par le dessin et s’intéresse au recyclage depuis son enfance et c’est en 2016 qu’elle se met à la peinture. Elle s’inspire de la nature, de la vulnérabilité, mais aussi de l’art surréaliste, de l’avant-gardisme underground et de l’art africain. 

En 2017, elle participe à une exposition collective à La Réunion intitulée « Femme et Nature », auprès de l’ONG l’Homme et l’Environnement et de la marque éthique éco-responsable Ethnosoul. Cette exposition s’est déroulée au musée « La Cité du Volcan » (Plaine des Cafres), sur la place de la mairie de Saint-Louis, ainsi que dans la salle d’exposition du Moulin Maïs (Saint-Louis). A son retour à Madagascar en 2018, elle fait la rencontre des artistes Nash et sk4rz tsijonriake. Par la suite, elle crée avec ses complices le collectif TricolorZ. Ensemble, ils réalisent des « live painting », en français peinture en direct, dans divers lieux tels que le Bamboo Lodge, le Kudéta, l’IFM ou encore l’Is’art Galerie lors du Zero Waste Festival. C’est également vers la réalisation de fresques qu’ils se dirigent davantage. En octobre 2018, ils participent au Kolotsaina Festival anaty elakelatrano à Toamasina. 

En octobre 2019, c’est au Lakana Toamasina qu’ils réalisent d’ailleurs leur première installation. En outre, ils partent également réaliser d’autres fresques dans des lieux reculés comme dans le village d’Ambavaniasy, dans la réserve de Vohimana et le village de Tampina sur le canal des Pangalanes.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : « Il faut savoir rectifier ses erreurs passées »

L’homme a à la fois changé et pas changé, comme sa veste à carreaux vintage remise à la mode avec des coudières.

Marc Ravalomanana est à l’image de sa veste à carreaux.

Invité du jour de Real TV, l’ancien président et actuel numéro Un du TIM veut visiblement faire de la realpolitik en concédant qu’« il n’y a pas d’adversaire politique éternel » pour expliquer son alliance avec le HVM de Hery Rajaonarimampianina. Partageant dans la foulée la réflexion d’un autre ex-président qui disait qu’en politique, il n’y a pas d’amitié ni d’inimitié éternelles, il n’y a que des intérêts permanents ». Il s’agit évidemment de Didier Ratsiraka, avec qui Marc Ravalomanana n’a pas eu l’occasion de parler ces derniers temps, quoique les deux hommes sont presque voisins dans le quartier de Faravohitra.

Désobéissance.  « Chacun reste confiné chez soi », fait-il remarquer. Le cache-bouche rabattu sur son cou, puisque la distanciation sociale d’un mètre était respectée par rapport à ses deux interviewers. Ce qui est loin d’être le cas dans les lieux publics. Le président de la plateforme RMDM d’attirer l’attention sur le non-respect du confinement. Pour lui, « c’est un signe de désobéissance ». A son corps défendant d’y ajouter le mot « civile », mais tout en insinuant l’absence d’adhésion populaire à la mesure décrétée par le pouvoir en place.

Erreurs passées. Ravalomanana donne toutefois l’impression de souffler le chaud et le froid en tirant la sonnette d’alarme sur les risques de propagation de la covid-19. Il met aussi en garde contre toute velléité de se servir de Madagascar comme cobaye. « Il n’y aucun projet d’essai de vaccin chez nous », a rétorqué le lendemain un responsable auprès du ministère de la Santé. Le Pr. Ahmad Ahmad est aussi monté au créneau hier pour montrer qu’il n’est pas invisible comme le coronavirus, contrairement à la remarque de l’invité du jour, ou plutôt de la veille, de Real TV, qui reconnaît aujourd’hui les fautes qu’il avait commises auparavant. « Il faut savoir rectifier ses erreurs passées », confesse-t-il, à propos des nombreuses personnes qu’il avait fait jeter en prison en 2002. Touchant « maux » du cas de Ny Rado Rafalimanana et de la journaliste Arphine Rahelisoa, celui qui avait ordonné l’opération « haza lambo » en 2002 de prévenir, en toute connaissance de cause, que « ceux qui emprisonnent aujourd’hui pourraient être emprisonnés à leur tour un jour ».      

Financements. « Ramose » souffle toujours le chaud et le froid en se défendant d’être « un donneur de leçons », tout en brandissant des graphes sur l’évolution de la covid-19 sur la Grande île. De même, il a sorti une lettre qu’il a signée au beau milieu de l’émission, et à travers laquelle il insiste sur la transparence et la redevabilité quant à l’utilisation des financements octroyés par les bailleurs de fonds, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international dans la lutte contre la covid-19. « Ce n’est pas l’argent qui manque, c’est son utilisation qui laisse à désirer », clamait-il, du temps où il était aux …affaires, au propre comme au figuré, c’est-à-dire à l’époque où il avait rattaché à la Présidence le Comité national de lutte contre le sida (CNLS), qui bénéficiait d’importants financements extérieurs pour combattre cette maladie. Aujourd’hui, le pays fait face à un autre virus avec un autre Président à sa tête.  

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Naina Andriantsitohaina : Appel à la population tananarivienne sur le coronavirus   

(Photo : Commune urbaine d’Antananarivo)

Le maire d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina, a lancé un appel à la population tananarivienne pour faire face à la propagation du coronavirus. Et ce, suivant la déclaration du président de la République portant notamment sur la mise en place du comité « loharano » au niveau des fokontany. Selon le Premier magistrat de la ville, « ces dispositions ont été prises afin que nous puissions gérer, coordonner et contrôler tout ce qui se passe au niveau des fokontany, tant sur le plan social, qu’économique et sanitaire ». Un message qui s’adresse à tous ceux qui sont prêts à apporter leur concours pour le bien-être de la capitale. Cette déclaration vise en particulier ceux qui sont dans le domaine de l’éducation, de la santé ; mais aussi les forces de l’ordre et les simples citoyens. Cet appel s’adresse à tout un chacun, sans aucune distinction.

Ainsi, pour les gens de bonne volonté qui ont l’intention d’apporter leur contribution pourront le faire à partir de demain. Et ce, durant deux jours. Ces mesures vont toucher probablement un certain nombre d’habitants de la Ville des Mille, puisqu’elles ont été prises au niveau des fokontany qui sont plus proches de la population. Une politique de proximité en sorte.

 Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Guerre des prix de pétrole : Une réunion des exportateurs le 9 avril en vue d’un accord

Madagascar dispose encore de blocs pétroliers, en zone marine et en zone terrestre, à attribuer aux investisseurs internationaux.

Madagascar attribuera ses blocs pétroliers aux investisseurs internationaux, après un appel d’offres international. Malheureusement, la situation des économies pétrolières africaines est encore désastreuse, selon la Chambre africaine de l’énergie.

Il faut conclure un accord sur la fin de la guerre actuelle des prix du pétrole. C’est ce que soutient la Chambre africaine de l’énergie, s’adressant à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). En effet, l’Opep et l’Opep+ se réuniront le jeudi 9 avril pour tenter de parvenir à cet accord. Depuis que l’Opep n’a pas réussi à parvenir à un accord sur le maintien des réductions de production en mars dernier, les principaux producteurs de pétrole ont augmenté leur production pour maintenir et augmenter leurs parts de marché. L’augmentation de l’offre est venue s’ajouter à un choc de demande dû à la pandémie de COVID-19, et a fait chuter le prix du pétrole à un creux historique de 20 USD en moyenne, selon les explications de la Chambre africaine de l’énergie. Celle-ci exhorte l’Opep et l’Opep + à travailler ensemble et à trouver un accord pour rétablir la stabilité du marché. « La situation dans les économies pétrolières africaines est désastreuse et le continent a besoin d’un accord pour assurer la continuité et la survie de son industrie », soutient le président de la Chambre, Nj Ayuk Nj Ayuk.

Réticence. À la suite de la chute des prix du pétrole, des projets clés en attente de décision finale d’investissement, tel que Rovuma LNG d’ExxonMobil, ont été retardés. D’autres projets déjà en cours, comme le Grand Tortue Ahmeyim du Sénégal, voient une prolongation de leur calendrier pour permettre des réductions de capex. Plus important encore, plusieurs contrats de forage ont été résiliés ou annulés, ou ne se produiront tout simplement pas. C’est le cas à travers le continent, en particulier pour les opérations de forage très attendues comme en Gambie ou en Angola. En plus de cela, des milliers d’emplois pourraient être perdus dans le secteur énergétique africain si la situation devait perdurer. « La double crise des confinements à l’échelle mondiale et de la guerre des prix du pétrole a eu un effet dévastateur pour l’Afrique et ses pays et entreprises producteurs », a déclaré Nj Ayuk. Selon lui, cette guerre des prix actuelle n’aura pas de vainqueur. Il exhorte les pays exportateurs, en particulier les producteurs africains, à soutenir tous les efforts pour parvenir à un accord et apporter la stabilité indispensable pour voir la fin du tunnel. Certes, cette crise risque de freiner les investissements, alors que Madagascar est encore dans la phase d’exploration pour presque l’ensemble des projets en cours. Sur les 200 blocs pétroliers existant sur la Grande île, seulement 20 font l’objet de recherches. Le reste est encore à attribuer, pourvu que, comme il s’agit de gros investissements, les compagnies qui ont déjà exprimé leurs intérêts ne soient pas découragées par la crise.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 : Don de la communauté chinoise à la CUA

Les dons ont été réceptionnés personnellement par le maire de la CUA, Naina Andriantsitohaina.

Et de trois pour la Communauté chinoise à Madagascar. Après les deux dons remis successivement au Centre de commandement opérationnel et au  Centre hospitalier universitaire d’Anosiala, l’Alliance des ressortissants et opérateurs économiques chinois à Madagascar a offert ce jour un lot de produits de première nécessité à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Quatre camions contenant 350 sacs de riz, 26 cartons d’huiles contenant au total 312 bouteilles, et 100 cartons de savon ont été déchargés ce matin dans l’enceinte de la CUA, et réceptionnés personnellement par le maire Naina Andriantsitohaina.  

Une manière en tout cas pour la communauté chinoise de démontrer sa solidarité envers la population malgache, au sein de laquelle elle est parfaitement intégrée. « La lutte contre le coronavirus est un combat commun, nous n’allons pas nous avouer vaincus sans même nous battre. Ensemble, nous le pouvons », a déclaré Sylvain Liu, le représentant de la communauté chinoise. « Madagascar est aussi notre chez nous. Nous nous engagerons toujours à vos côtés et vous offrons notre total soutien face à cette pandémie », a-t-il ajouté.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Équipementier des Barea : Tout se joue entre Errea, Macron et TED

On connaîtra très bientôt le nouvel équipementier des Barea qui va succéder à Garman. 

Trois concurrents sont en lice : Le Cercle by TED, Errea et Macron.

C’est l’essentiel d’un communiqué de la Fédération malgache de football (FMF), qui mentionne au passage qu’il ne reste plus que trois concurrents en lice, à savoir Le Cercle by TED, Errea et Macron. Un dernier tri est effectué par les membres d’un comité ad hoc en charge de l’évaluation des offres. Ce comité est composé de trois membres du comité exécutif de la FMF, de trois personnes ressources choisies selon leurs compétences, ainsi qu’un technicien de la fédération. Le processus approuvé par la FIFA, qui en est d’ailleurs le bailleur de fonds, comporte sept étapes bien distinctes, dont la première consistait à recruter un consultant en charge du développement et du marketing. Vient ensuite le lancement de l’appel d’offres international qui précède la mise en place du fameux comité ad hoc chargé de faire une première évaluation, ayant abouti au choix de trois sociétés mentionnées auparavant. Ensuite, la prochaine étape consiste à une consolidation des résultats d’évaluation individuelle avant la réunion de négociation pour une mise aux normes. Le résultat de tout ce processus permettra ensuite de connaître le nouvel équipementier des Barea toutes catégories confondues. Un passage obligé qui met en avant que la FMF est restée fidèle aux textes et que jusqu’ici, elle est décidée à donner la part belle au meilleur. Et ce, sans aucune pression extérieure. C’est tout aussi simple que cela.

 

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Don de l’équipe de Ranto Rajaona aux enfants de l’école de FTM

Les joueurs du club ont regardé spécialement les enfants élevés à l’école de rugby de FTM Manjakaray. Pour faire face à la deuxième période de confinement, ils leur ont distribué des compléments alimentaires, plus précisément du « koba aina » pour une soixantaine d’enfants de cette école. Il s’agit d’une initiative de Ranto Rajaona, la deuxième ligne senior de l’équipe du Dakar, avec la collaboration de ses collègues, à savoir Max, Justine et Tom. La distribution des dons a eu lieu hier après-midi à Manjakaray. Peu sont les enfants qui ont reçu l’invitation et sont venus sur place pour récupérer leur part, mais la plupart ont été livrés chez eux à domicile. « En raison de la situation financière précaire, nous pensions que c’est la moindre des choses à faire pour aider les parents des enfants pour affronter ces durs quinze prochains jours. Ils bénéficieront chacun de trois sachets de ‘koba aina’ quotidiennement. Il est également garanti que leurs poids seront maintenus après le confinement », a expliqué Lahatra Ramamonjisoa, le capitaine de FTM et éducateur au sein de l’école de rugby. De plus, l’équipe de Ranto a également sensibilisé leurs jeunes frères et sœurs sur les moyens de prévenir le coronavirus, comme se laver les mains fréquemment avec du savon, et le fait de se confiner chez soi selon les directives de l’État.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Etat-Major des Armées Malagasy : Passation de commandement dans la simplicité

(Photo : Princy)

Le conseil des ministres de samedi dernier a mis fin à l’existence de l’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy (EMGAM). Celui-ci est désormais appelé Etat-Major des Armées Malagasy.  Ce changement a été rendu effectif suite au Conseil des ministres de samedi dernier. A cette occasion, le Général de Division, Jean-Claude Rabenaivoarivelo, est nommé nouveau Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA). Lundi 6 avril, la passation de service entre le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy, Théophile Rakotonirina, et le nouveau « patron » à ce poste s’est déroulée dans une cérémonie simple, vue la conjoncture actuelle, même si elle revête une importance capitale dans l’histoire de l’Armée à Madagascar.  La dernière restructuration de l’Armée Malagasy s’est passée en 1976, marquée par des changements de dénomination basées sur l’idéologie de l’époque.

Rappelons que le Général de Division Théophile Rakotonirina, chef de l’EMGAM sortant, a pris sa retraite le 27 mars dernier.  Raison pour laquelle il était en tenue civile quand il a honoré cet événement hier. Il a tenu à réitérer son entière confiance en son successeur quant à la continuité des actions déjà entreprises, pour redorer l’image de cette institution qui devrait être le pilier de développement du pays. Ces deux généraux se connaissent très bien. Ils ont suivi ensemble presque tous les cursus de formation militaire, depuis l’école des enfants de troupe (SEMIPI – Fianarantsoa).

Le CEMA, après sa prise de pouvoir effectif, a par la suite honoré de sa présence la passation de service entre le Contre-Amiral Voahavy Andriambelonarivo Andasy, Commandant des Forces Navales (COFONA), et le Capitaine de Vaisseau Ga Jacky Honoré, nouvellement nommé Chef d’Etat-Major de la Marine Nationale. Le nouveau nommé va alors diriger cette nouvelle structure qui va remplacer le COFONA qui n’a plus de raison d’être, suite à la restructuration de l’Armée Malagasy. Le nouveau Chef d’Etat-Major de la Marine Nationale a promis à son prédécesseur qu’il va assurer la continuité de tous les projets déjà mis en place durant leur collaboration et qu’ils ont concoctés ensemble. Il a été cité, entre autres réalisations, l’acquisition de bateaux, qui vont permettre à l’Armée Malagasy d’effectuer des contrôles au niveau des côtes malgaches.  A noter que le CEMA va chapoter trois états-majors : l’Etat-Major de la Marine nationale ; l’Etat-Major de l’Armée de l’Air qui va remplacer l’actuel Commandement des Forces aériennes ; et l’Etat-Major de l’Armée de terre. 

T.M.

Tia Tanindranaza0 partages

Sambo Melissa - MaroantsetraTsy nisy nahiana ireo mpandeha 250

Mpandeha miisa 250 tamin` ny sambo Melissa Express no voaporofo fa tsy misy mitondra ny tsimokaretina Coronavirus, rehefa nahavita ny fe-potoana fitokana-monina tao amin’ny CRINFO Maroantsetra.

 

 Marihana fa mpianatra ao amin’ny oniversite ao Toamasina sy avy eto AntananAarivo izy ireo. Ny 28 martsa izy ireo no nigadona tao Maroantsetra ka natoka-monina avy hatrany. Ny sabotsy lasa teo izy ireo no nandalo fitiliana TDR ka fantatra fa tsy nahitana tsimokaretina na ny iray aza, ka afaka nody avy hatrany. Mitohy hatrany ny ady amin’ny COVIID-19 any Maroantsetra ka nisy ny fametrahana ireo fepetra maro samihafa tahaka ny barazy ara-pahasalamana. Mitohy ihany koa ny ny fanentanana sy fampahafantarana ny olona ny mombamomba ny aretina Coronavirus.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarohana ny fanafodin’ny COVID19 Ny ara-pitaovana no olana

Efa manana fanafody fitsaboana ireo aretina mitovy soritraretina amin’ny Coronavirus hatramin’ny taona 1991 i Madagasikara, raha ny fanazavana avy eo anivon’ny foibem-pirenena fikarohana sy fampiharana ireo voka-panafody eto Madagasikara na ny CNARP. T

 

sy inona izany fa ny Evokine, izay nivoaka tamin’io taona io, sy ny Vaseline Niaouli, nivoaka ny taona 1997. Araka ny fanazavan’ny talen’ny CNARP, ny Dr Riana Rakotosaona, dia mahatsabo ireo soritraretina toy ny mahazo ny orona, ny tenda, ny tratra sy ny hafa ireo fanafody ireo. Tsy mbola voaporofo kosa anefa fa fanafodin’ny COVID-19 ireo, raha ny fanazavana hatrany. Na izany aza anefa dia isan’ireo fanafody efa namatsiana ny fitsaboana ireo mararin’ity aretina ity ireo nanomboka ny alatsinainy teo. Mbola tsy manana fikarohana isika, raha ny mikasika ny fanafody fanefitry ny Coronavirus saingy efa misy tondrozotra iaraha-manao kosa mikasika izany. manan-karena amin’ny lafiny zava-maniry i Madagasikara, hoy izy, fa eo amin’ny fitaovam-pikarohana no tsy maharaka. Isan’izany, ohatra, ny tsy fananana ny sosona na “souche” an’ilay otrik’aretina. Mila zava-maniry sy biby koa anaovana ny fanandramana, raha ny fanazavany, vao tokony atao amin’ny olona io fanandramana io. Tsy mitombona, raha ny fanazavan’ity mpitsabo ity, ny fidirana avy hatrany amin’ny fanaovam-bakisiny olona raha tsy mandalo amin’izay dingana izay. Na ireo firenen-dehibe aza, hoy izy, mbola maro no tsy manana fitaovana hikarohana ny fanefitry ny Coronavirus.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

SarombavaHanomboka rahampitso ny fizarana

Ho fanatanterahana ny toromariky ny Filohan'ny Repoblika dia nivory niaraka tamin'ny solotenan'ireo mpiara-miombon'antoka iraisam-pirenena ireo mpikambana ao anaty governemanta miandraikitra ny fizarana ireo sarombava (Cache bouche)

 

ho fiarovana amin'ny valanaretina coronavirus. Izy ireo moa dia hamboarina eto an-toerana avokoa mba hiarovana ireo mpiasan'ny orinasa afakaba tsy ho very asa. Hanohana an'izany ireo mpiara-miombon'antok¬a avy any ivelany ireo. Hanomboka ny Alarobia ho avy izao ny fizarana ny sarombava manerana an'i Madagasikara. Hatao laharam-pahamehana ireo faritra 3 efa misy tranga voamarina, dia Analamanga, Toamasina I sy II (Atsinanana) ary Matsiatra Ambony. Ny minisitry ny indostria sy ny varotra, minisitry ny asa sy ny asam-panjakana, ny minisitry ny fampianarana ambaratonga ambony, ny minisitry ny raharaham-bahiny ary ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina no mitarika ity rafitra misahana ny fizarana arovava ity. Omaly 06 Aprily 2020 teny amin'ny minisiteran'ny raharaham-bahiny no natao ny fivoriana, ary ny masoivohon'ny PAM (Programme Alimentaire Mondiale) no nisolo tena ny Firenena Mikambana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUS MANERAN-TANYManeran-tany

Mananika ny 74 000 ny maty1 324 907 ny olona voamarina maneran-tany voamarina fa tratry ny coronavirus, raha ny antontan’isa voaray omaly tamin’ny 11ora alina.

 

Taorian’ny fidinana roa andro nisesy tamin’ny olona maty ao anatin’ny iray andro, dia somary niakatra indray ny isa tany Italie. 636 no maty tao anatin’ny iray andro. Taorian’ny zoma lasa teo izay nananika 766 ny isan’ny maty dia nihena ho 525 ny alahady teo, saingy somary niakatra indray omaly alatsinainy. Olona 35 99 kosa no voamarina fa voa tao anatin’ny iray andro, izay voasokay ho isan’ny fitomboana kely indrindra nanomboka ny 17 martsa. Efa noresahina etsy ambony fa 132 547 ny voa hatramin’ny omaly, ka mahatratra 3898 no ao amin’ny fameloman’aina na ny “réanimation”. Nisy fihenany 79 io mitaha ny tamin’ny alahady, ary fihenany fanintelony nisesy.  

 

Handresy isika hoy ny mpanjaka Anglisy Elisabeth II ny alahady teo. Voatery niditra an-tsehatra nankahery ny vahoaka Anglisy izy manoloana ny fipariahan’ny covid-19 any an-toerana. Isan’ireo voa ary ao anatin’ny tsy fahasalamana sy voatery mihiboka mazava ho azy ny Praiminisitra Boris Johnson. Tsy misy ahiana ny ainy, hoy ny mpitondra teniny. Raha ny tatitra omaly alatsinainy dia nahatratra 439 ireo maty tao anatin’ny iray andro, mampiakatra ny isan’ny maty rehetra ho 5373. Mahatratra 51 608 kosa ny voa any amin’ity firenena ity.

 

 Tsy ny olombelona ihany fa hatramin’ny biby no voan’ny coronavirus any Etazonia. Tigra 4 taona antsoina hoe Nadia, ny rahavaviny Azul, ary tigra roa hafa mpifankatia sy liona telo fantatra amin’ny hoe Lion d’Afrique tao amin’ny valanjavaboaharin’i Bronx ao New York ireo voa, ka ny mpiambina ilay toerana izay tsy nahalala akory ny fitondrany ny covid-19 no voalaza fa namindra tamin’izy ireo. Nampijalian’ny koha-maina ireo biby saingy efa tsy misy ahiana ny ainy. Ahiana ny zava-doza bebe kokoa amin’ity herinandro ity satria vinavinaina ho betsaka noho ny raharaha sambo Pearl Harbor na ny raharaha 11 septambra ny faty olona.

 

Miisa 442 ny olona maty rehetra ho an’ny Kaontinanta Afrikanina, ary 9457 ny olona voamarina fa mitondra ny Coronavirus hatramin’ny omaly. Firenena 51 no efa ahitana azy, ka I Afrika Atsimo, Algérie, ary Egypte no voa mafy indrindra. Ny firenen-dehibe dia maminavina, fa hatrany amin’ny 450 000 ny olona ho voa aty Afrika. Isan’ny adihevitra moa ny hoe hanaovana andrana vaksiny amin’ny Afrikanina, izay olo-malaza maro no nanda izany, tahaka an-dry Samuel Eto’o, Didier Drogba.

 Maty namono tena ny Dokotera Bernard Gonzalez. Mpitsabo ny Klioba Stade de Reims, klioba baolina kitra diviziona voalohany any Frantsa, i Dr Bernard Gonzalez. Tsetsatsetsa tsy aritra no hilazana fa io no Kliova nilalaovan’ilay Malagasy Thomas Fontaine nialohan’ny nifindrany any amin’ny FC Lorient ilalaovany ankehitriny. Namono tena tao an-tranony moa ity dokotera ity, ary nametraka taratasy milaza fa misy ifandraisany amin’ny fitondrany ny tsimokaretina Coronavirus ny antony namonoany tena. Ankona tanteraka ny vadiny izay voan’ny Covid-19 ihany koa, sy ny klioba manoloana izao fahafatesana izao. 60 taona I Bernard Gonzalez izao maty izao.

Mihevitra ny hanao fanambarana hamehana na “Etat d’Urgence” ny Praiminisitra Japonais Shinzo Abe anio talata, raha ny fanambarany omaly. Any amin’ireo faritra hita fa tena mahazo vahana ny coronavirus no tena ho hentitra ny fepetra, toy ny any Tokyo, Osaka,… Nambaran’ity Praiminisitra ity ihany koa fa volabe 108 000 miliara yens (915 miliara euros) no haompana amin’ny drafi-panarenana ara-toekarana hiatrehana valanaretina ho an’ity firenena ao anatin’ny telo matanjaka indrindra ara-toekarena ity.

Nangonin’i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampanajàna ny fihibohanaHitombo avo roa heny ny miaramila hanara-maso

Ny tafika Malagasy dia efa mandray anjara amin` ny ady amin` ny « coronavirus ». Izy no misahana ny fitateran` ireo fitaovana ara-pahasalamana mankany amin` ny faritany.

 

Misahana ihany koa ny fanarahana maso an` ireo marary hatramin` ny fiarovana ny faritra amin` ny ankapobeany. Nanambara ny Jeneraly Jean-Claude Rabenaivoarivelo fa hampitomboina avo roa heny ny miaramila mandritra ny fihibohana 15 andro andiany faharoa ity eto Antananarivo, Toamasina ary Fianarantsoa. Nampatsiahy ity lehiben` ny Etamazaoron` ny tafika ity fa Madagasikara dia ao anaty ady mahery vaika amin` ny aretina “coronavirus”. Mba ahafahana mandresy ity fahavalo tsy hita maso ity, dia ilaina ny firaisan-kinan` ny vahoaka Malagasy. Miantso ny olom-pirenena izy mba hanaraka an-tsakany sy an-davany ireo fepetra amin` izao fahamehana ara-pahasalama izao.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusManomboka miparitaka eto Antananarivo

Nisy olona 10 vaovao voan’ny covid-19, izay manome ny isa ho 82. Ny amin’ireo 3 no tonga tamin’ny zotram-piaramanidina avy any ivelany Frantsa sy Maorisy.

 

 Ny 7 kosa dia “cas contact” na vokatry ny fifampikasohana tamin’ireo olona mitondra ny Covid-19. Ny 5 tamin’ireo dia nifanerasera tamin’ireo efa voa.

Tsy fantatra hoe taiza sy taiza avy

Ny 2 dia tsy dia mazava loatra hoe nifampikasoka tamin’ny olona avy any ampita sa Malagasy efa voa teto, raha ny fanazavan’ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle. Tena manahirana sy mampiahiahy io satria raha halalinina, dia tsy fantatra mazava izany izay olona mety namindra tamin’izy  ireo, izay mety miriaria any sy efa manaparitaka amina olona maro hafa.

Antananarivo, Toliara, Nosy Be

Tamina toerana 3 samihafa eto Madagasikara no nahitana azy 7 ireo, 2 tany Toliara, 1 tany Nosy Be Hell Ville ary io dia nisy soritr’aretina satria sempotra saingy tsy atahorana ny ainy. Ny 4 ambiny kosa dia teto Antananarivo, ka teny Alasora, Ankadifotsy, Ampitatafika sy Isotry no nahitana azy ireo; faritra anisan’ireo tena be olona mifamezivezy ireo. Midika izany fa manomboka ahitana ity valan’aretina ity ny tanàna maro, indrindra fa ny eto Antananarivo Renivohitra sy ireo kaominina manodidina, ankoatra ny any amin’ny Faritra samihafa, izay efa saika ahitana. Raha somary vitsivitsy tao anatin’ny andro vitsy, dia mihazakazaka ny isa raha 10 tao anatin’ny iray andro, ary ahiana ho maro be ny efa voa mbola nmiparitaka any. Hatreto, dia 82 izany ireo tratry ny coronavirus teto Madagasikara, ka ny 2 tamin’ireo no efa sitrana, ary ny 80 no mbola manaraka fitsaboana sy arahi-maso akaiky any amin’ny hopitaly. Marina fa misy ny sitrana, fa tsy maintsy mitohy ary mafimafy kokoa ny fisorohana. Iny mivoaka ny trano iny no mety hifindran’ilay aretina. . Ny ankamaroan’ireo marary dia tsy misy soritr’aretina na dia misy ihany aza ny manavy sy mikoha-maina. Ny 63 amin’ireo 80 no tsy misy soritr’aretina toy ny olona salama tsara. Tsy fantatra mazava ny olona mety efa voa eny amin’ny fiarahamonina. Tsy voatery hisy soritr’aretina ny olona voa, ka ny fanafodiny dia ny tsy mivoaka ny trano satria mety efa mihelohelo eny ny aretina, mety efa maro ny mitondra azy.

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny atitany“Mahakivy ny mijery ireo olona eto Iarivo”

Mahakivy ny mijery ireo olona eto Antananarivo hoe: fa dia nahoana loatra. Teo aloha dia fantatra ireo mety ho voa.

 

 Fa izao efa miditra amin’ny “cas contact”, hoy ny Minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19 Razafimahefa Tianarivelo. Izao no tena ady lehibe indrindra, tokony hifanomezan-tànana. Aza mivoaka ny trano. Ankasitrahako ny any amin’ny faritra, fa tena manja ny fepetra, manaja ny iray metatra, vitsy ny mivoaka. Aoka mba ho fitaratra ny eto Antananartivo. Rehefa hanontaniana ny olona dia tsy fantatra akory hoe inona no antony hivoahany, hoy izy. Tena zava-doza rehefa miditra amin’ny hoe: “Etat d’Urgence”, hoy ity minisitra ity. Zava-poana ny ezaky ny fanjakana, raha tsy manome tànana dia ny tsy fivoahana ny trano. Efa mitombo ny tarehimarika ary efa zava-doza io. Mampalahelo sy mahavaky fo ny zava-misy. Avy eo hifanome tsiny amin’ny tsy misy dikany, hoy ity minisitra ity naneho ny alahelony. Eto Antananarivo dia efa zava-doza ka mijanonana ao an-trano. Na izaho aza raha azoko atao dia tsy nivoaka fa tsy maintsy miasa. Aoka tsy hivoaka, ary tsy fiangaviana izany fa tena tsy mahazo mivoaka, hoy ny fanambarany. Nanome toromarika ny eny amin’ny lafin-tany sy ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny handray andraikitra ity minisitra ity.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitarika posy ao ToamasinaNiasa avokoa omaly maraina,efa azo ny fanampiana

Tsy nahandry ny fanampiana tokony hozaraina ho azy ireo ireo mpitarika posy ao Toamasina omaly maraina ka nivoaka nikasa hiasa mba hitady vola avokoa.

 

Feno azy ireo ny araben’ny fahaleovantena izay samy mahatsapa ny hamafin’ny fihibohana avokoa nefa tsy mifanaraka amin’izay akory ny fanohanana sy ny fanampiana tokony entin’ny fitondram-panjakana. Voatery nandamina azy ireo ny Minisitry ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy Rtoa Naharimamy Irmah noho izany mialohan’ny nanatanterahany fotoam-bavaka niarahana tamin’ireo filoham-piangonana ao anatin’izao fankalazana ny herinandro masina izao. Ankoatra ny vary dia nozaraina menaka sy kojakoja maro samihafa ihany koa izy ireo hiatrehany ny fiainany ao anatin’izao fihibohana mialohan’ny fetin’ny Paska izao. Tao anatin’ny hafaliana tanteraka moa no nandraisan’ireo mpitarika posy ny fanampiana izay nozaraina ampahibemaso ary tsy nisy fanavakavahana. Nanotrona ny ministra tamin’izany ireo tompon’andraikitra ao an-toerana sy ny mpitandro ny filaminana.Tsara ho marihana fa ao anatin’ireo faritra nandraisana fepetra hentitra kokoa toa an’Antananarivo sy Fianarantsoa i Toamasina I sy II nohho ny efa fisian’ny olona voan’ny Coronavirus ao aminy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana fahazoan-dalana hodyNiteraka fitangoronana be izay tsy izy

Tsy maintsy maka taratasy fahazoan-dalàna avokoa ireo olona hamonjy fodiana any amin’ny faritra raha araka ny tatitra navoakan’ny Antokon-draharaha Misahana ny Fitaterana an-Tanety na ATT omaly.

 

 Eny amin’ny tobim-piantsonana Andohotapenaka no hakana izany nanomboka omaly alatsinainy izay efa nahitana filaharam-be tokoa. Ho an’ireo manao fangatahana ho an’ny fiara hitondra olona hody amin’ny faritra dia efa misy dika mitovy amin’ ilay taratasy fangatahana fenoana eny an-toerana na ao amin’ny pejin’ny ATT. Ankoatra izay dia mila ny « carte grise » ary ny dika mitovy amin’ny taratasy fahazoan-dalàna mamily (permis de conduire) izany ho an’ny mpamily. Ho an’ireo olona mangataka ny hody amin’ny faritra indray dia mila maka ilay taratasy fangatahana eny amin’ny tobim-piantsonana Andohatapenaka izy ireo na ao amin’ny pejin’ny ATT ary mameno izany . Raha ny mikasika ireo avy any amin’ny faritra hiditra eto amin’ny Faritra Analamanga kosa dia mila manatona ireo tompon’andraikitry ny CCO COVID-19 any amin’ny toerana misy azy avokoa izy ireo maka izany fahazoan-dalàna izany. Tsiahivina moa fa anio Talata hatramin’ny Alakamisy ihany no hisian’izay fiara fitaterana izay, araka ny kabarin’ny filoha.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsy zaraina eny amin’ny fokontanyAvela ho faty noana izany izay tsy nahaloa adidy ?

Misedra fahasahirana goavana indrindra noho izay niainany rehetra hatramin’izay ankehitriny ny vahoaka malagasy.

 

 Na dia miantso firaisankina sy fifanomezan-tanana isan-kariva aza ny filoham-pirenena sy ny ankamaroan’ireo mpitondra ary tomponandraikitra samihafa dia hita ho zary kolontsaina raiki-tapisaka anatin’ireo malagasy mahazo fahefana hatreny ifotony ity resaka fanaparam-pahefana sy ny manodidina izay ity. Tsy vitsy ireo fokontany ahitana izany ankehitriny, raha tsy hiresaka afa-tsy ny eto an-drenivohitra. Isan’ny mitaraina manoloana izany, ohatra, ireo mpivaro-kena sasany etsy Besarety, izay milaza fa amin’ny 11 ora maraina dia efa mihadihaody ireo tomponandraikitra eny amin’ny fokontany mandrisika azy ireo hanidy tsena. Miafara amin’ny fikasihan-tanana mihitsy aza izany, raha ny fitarainan’izy ireo hatrany. Any amin’ny fokontany sasany moa, toa izay hita teny Amboditsiry, dia feran’ny tomponandraikitry ny fokontany ho ireo nahavita adidy tamin’ny taon-dasa ihany no hampisitrahana ny fanampiana tokony ho azony ao anatin’ny fiatrehana izao Covid 19 izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

FASAN’NY KARANAHody amin’izay ireo olona 200 nihitsoka tao

Miisa 200 hatreto ireo olona tokony hamonjy fodiana tavela etsy amin’ny toby fiantsonan’ny taxi-brousse Fasan’ny karana vokatr’ilay fihobohana nateraky ny fiparitahan’ny coronavirus.

 

Efa tapa-bolana izy ireo no voatery nonina sy nipetraka tao noho ny tsy fananana fianakaviana ka ny koperativa mivondrona ao anatin’ny KMFB no nanome trano azy ireo, niantoka ny sakafony….Anisan’ny tena nampijaly fatratra azy ireo ny resaka foto-drafitrasa, raha araka ny fanadihadiana natao. Tery ny trano satria ny biraon’ny koperativa no tsy maintsy nampiasaina, olana ihany koa ny resaka rano fisotro madio sy ny trano fivoahana. Nahatsiaro ho afa-patorana anefa izy ireo taorian’ny kabarin’ny Filoham-pirenena ny Alahady alina teo fa ho afaka hamonjy fodiana amin’izay. Hiasa manomboka anio talata hatramin’ny alakamisy ho avy izao tokoa mantsy ireo koperativa hianatsimo hitatitra azy ireo hamonjy ny trano fonenany miaraka amin’ny taratasy manamarina fa olona tokony hamonjy fodiana izy ireo. Na izany aza dia fantatra fa mbola betsaka ihany koa ireo olona tavela eto an-drenivohitra tokony hamonjy fodiana saingy nanan-kavana ka tsy tazana loatra. Hetahetan’izy ireo araka izany ny tsy hisian’ny saran-dalana hiakatra fa hitovy tamin’ny teo aloha ihany. Ho an’ny saran-dalana niazo an’Antsirabe manokana mantsy taorian’ilay fanambarana nisian’ny coronavirus iny dia tafakatra 30.000 Ar ny saran-dalana raha mbola 10.000 Ar teo aloha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Varotra tapak’androMaty ho azy anaty fihibohana ny akoho fakana nofony

100 isan’andro sisa ny akoho fakana nofony azon’ireo mpisehatra amin’izany hamidy eto amintsika raha nahatratra 500 isa teo aloha, haparitaka amina mpivarotra 6 ireo raha kely.

 

Noho ny fisian’ilay fihibohana an-trano miampy ilay tsy fahafahana mivarotra manomboka amin’ny 12 ora atoandro no anton’izany ka miteraka fatiantoka ho azy ireo. Etsy an-daniny anefa hoy ny mpiompy akoho fakana nofony iray dia tsy mahazo mihoatra ny 45 andro ny fotoana hitazomana akoho fakana nofony iray fa miteraka fahafatesana ho azy izany ka na vonoina hohanina ilay akoho na avela ho faty ho azy dia jerem-potsiny. Mahatsiaro ho maty antoka tanteraka araka izany ireo mpiompy akoho fakana nofony eto amintsika koa mangataka fanampiana amin’ny Filoham-pirenena ihany koa raha toa ka misy ny azo hatao. Manenjika volan’ny banky ihany koa mantsy ny ankamaroan’izy ireny no sady mamelom-bady aman-janaka. Tsiahivina moa fa manana akoho 300 isa raha kely ny mpikambana iray raha mahatratra 1.000 izy ireo no mivondrona anaty fikambanana ankehitriny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andranonahoatra Zokiolona miisa 400 indray no hahazo fanampiana

Taorian’ireo zokolona 6 isaky ny Fokontany notolorana fanampiana teny Bemasoandro ho an’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano andro maromaro lasa izay dia zokiolona miisa 400 indray no fantatra fa hahazo izany ho an’ny kaominina Andranonahoatra raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanana Rasamison Haja.

 

 Ahitana vary 5 kg, menaka 1 litatra, voamaina,…. io fanampiana io ka ireo zokiolona mihoatra ny 70 taona no kendrena hahazo tombontsoa amin’izany. Tsy hisy ny filaharana mandritra ny fizarana fa aterina isan-tokantrano izany. Ny Ben’ny tanana mihitsy no hitarika, hotronin’ireo tompon’andraikitra eny anivon’ny Fokontany hisorohana ny fiparitahan’ilay tsimok’aretina coronavirus. Tsiahivina moa fa efa nahazo ny anjara fanampiany avy amin’ny Fitondram-panjakana ity kaominina ity ny Sabotsy teo. Vary 1 taonina sy 500 kg no azon’izy ireo tamin’izany niampy menaka 20 bidon mihaty 20 litatra avy. 6.000 Ar avy no nalohan’ny isan-tokantrano tamin’izany nahazoany vary 3 kg sy menaka iray litatra ka tao amin’ny EPP Ambanilalana no nanaovana ny fizarana. Olona 100 isaky ny Fokontany izay hita fa tena sahirana no notsongaina tamin’izany izay nomarihin’ity Ben’ny tanana ity fa niarahany niasa akaiky tamin’ny fokontany ka ho an’ireo efa nahazo ny anjarany tamin’ny sabotsy dia miandry indray aloha fa anjaran’ireo mbola tsy nahazo izany no hisitraka ny fanampiana amin’ny manaraka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tohana ara-tsosialy ao ToamasinaNiditra an-tsehatra ny minisitry roa vavy

Ramatoa Minisitry ny Mponina sy ny Fiahiana ara-tsosialy, ny Minisitry ny Rano, Fanadiovana sy Fidiovana no nisolotena ny fitondram-panjakana aty Toamasina amin’ny fanatanterahana ny drafitra ara-tsosialy amin’ny hamehana (plan d’urgence social).

 

 Nanome Vatsy tsinjo ho fitsinjovana ireo mpiara-belona, indrindra fa ireo marefo ara-toekarena ato anatin’izao ny fihibohana izao izy ireo. Tokatrano maro eo amin’ireo fokontany miisa 138 ao Toamasina I sy ao amin'ny Toamasina II no nisitraka izany. Na izany aza, dia maniry ny mponina maro ny hihitaran’ny tohana bebe kokoa satria maro ireo sokajin’olona sahirana. Somary nafampana rahateo ny fitakiana tao Toamasina tao anatin’ny andro vitsy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy miasa, tsisy vola, tsisy hohanina Ahiana ny hisian’ny fipoahana ara-tsosialy

Misy amin’ireo sekoly tsy miankina no manery ny ray aman-dreny handoa saram-pianarana. Ny 1-6 aprily no fotoana hitakiana izany ho an’ny ankamaroan’ny sekoly.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirim-bola Iraisam-pirenenaHanafoana ny trosa amin’ireo firenena afrikana tena marefo

3,8% ny fitomboana ara-toekarena novinavinaina ho an’i Afrika tamin’ity taona 2020 ity.

 

 Noho ny fisian’ny valan’aretina coronavirus anefa dia tombanana ho 1,8% monja no ho tratra. Betsaka ny asa very indrindra ho an’ireo mpisehatra amin’ny fitaterana, ny fizahantany. Ankoatr’izay dia miasa amin’ny sehatra tsy ara-dalàna ny 90% n’ny mponina aty Afrika indrindra ireo tany mahantra ka ilaina ny fiarovana ara-tsosialy. Izany rehetra izany no nahatonga ny Tahirim-bola Iraisam-pirenena (FMI) hijery manokana ireo firenena tena marefo sy mahantra ka hanafoana ny trosa indrindra manoloana ny areti-mandringana misy amin’izao fotoana izao. Anisan’izany ohatra ny Soudan Atsimo izay hisitraka izany fanafoanana trosa izany. Andrasana ihany koa raha mba hisy fitserana an’i Madagasikara avy amin’ny FMI satria hita efa miroso mankany amin’ny krizy lalina ny firenena ary ho mafy ny akon’izao aoriana kely ao.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ny toekarenaAfaka 2 na 3 taona vao tokony handoa hetra ny Orinasa Malagasy

Mila fepetra mafy sy matotra avy amin’ny fanjakana ny fanarenana ny toekarena indrindra aorian’ny mety ho fifehezana ny valan’aretina coronavirus.

 Tsy misy fihariana azo antenaina intsony eto raha tsy mamelona ireo orinasa rehetra mikatso amin’izao fotoana izao ireo ny fitondram-panjakana. Nanambara ny mpahay sady mpampianatra toekarena, Hugues Rajaonson fa tsy ampy ny fepetra fanemorana ny fandoavan-ketra fa tokony tsy handoa hetra mandritra ny fotoana lava mihitsy ireo orinasa Malagasy nikatona na nanena ny famokarana ataony. Tsy mety ny mitaky hetra anatin’ny fohy ezaka fa any amin’ny 2 na 3 taona any mihitsy vao tokony hanatanteraka izany ny fanjakana hoy ny fanambarana. Tsy azon’ny fanjakana atao mihitsy ihany koa ny mampiakatra ny hetra takiana amin’izay fotoana izay na dia mila vola aza ny firenena. Izao tsy fahafahan’ny orinasa miasa izao amin’ny tokony ho izy izao mantsy dia hiteraka trosa ho azy aoriana ao. Hatsaraina ny fomba fiasa hanaingana haingana ny toekarena Mila jerena amin’izay ny fomba fiasa sy ny tetikady rehetra amin’ity tapa-bolana faharoa amin’ny fihibohana an-trano ity indrindra ho an’ireo orinasa madinika izay maro be eto Madagasikara. Ilaina ny fanampiana ny sehatra tsy miankina ary tokony omena renivola mihitsy izy ireo hoy hatrany ny nambaran’i Hugues Rajaonson. Mila velomina faran’izay haingana ireo orinasa madinika mba tsy hitombo intsony ny olona tsy an’asa. Ireo mpanao politika dia tokony mba tsy handray karama intsony manomboka izao satria manana ny fivelomany hafa ampy azy ny ankamaroan’izy ireo araka ny fanambarana ihany. Tsikaritra ihany koa hoy izy fa misy orinasa madinika maro tokony afaka mihodina ihany saingy noho ny tsy fisian’ny « service minimum » eny anivon’ny ministera maro dia tsy afa-manoatra izy ireny ka mila jerena ny mahakasika izany. Ankoatr’izany rehetra izany dia politikam-pihariam-pirenena vaovao mihitsy no tsara apetraka eto Madagasikara izay mamela malalaka ny Malagasy rehetra mamokatra. Tokony hanana ny hambom-pony amin’izay ny Malagasy indrindra amin’izao fisian’ny aretina izao satria na ireo firenena mpibaiko an’i Madagasikara dia hita ho tsy mahavita n’inona n’inona akory fa samy variana manavotra ny ainy sy miaro ny rambony tsy ho tapaka fotsiny. Fotoana izao hametrahana ny maha-izy azy ny firenena Malagasy na amin’ny firaisan-kina na amin’ny fahaiza-manarina sy miarina, hoy i Hugues Rajaonson.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Ny ara-pitaovana no olana

Efa manana fanafody fitsaboana ireo aretina mitovy soritraretina amin’ny Coronavirus hatramin’ny taona 1991 i Madagasikara, raha ny fanazavana avy eo anivon’ny foibem-pirenena fikarohana sy fampiharana ireo voka-panafody eto Madagasikara na ny CNARP.

 

Tsy inona izany fa ny Evokine, izay nivoaka tamin’io taona io, sy ny Vaseline Niaouli, nivoaka ny taona 1997. Araka ny fanazavan’ny talen’ny CNARP, ny Dr Riana Rakotosaona, dia mahatsabo ireo soritraretina toy ny mahazo ny orona, ny tenda, ny tratra sy ny hafa ireo fanafody ireo. Tsy mbola voaporofo kosa anefa fa fanafodin’ny COVID-19 ireo, raha ny fanazavana hatrany. Na izany aza anefa dia isan’ireo fanafody efa namatsiana ny fitsaboana ireo mararin’ity aretina ity ireo nanomboka ny alatsinainy teo. Mbola tsy manana fikarohana isika, raha ny mikasika ny fanafody fanefitry ny Coronavirus saingy efa misy tondrozotra iaraha-manao kosa mikasika izany. manan-karena amin’ny lafiny zava-maniry i Madagasikara, hoy izy, fa eo amin’ny fitaovam-pikarohana no tsy maharaka. Isan’izany, ohatra, ny tsy fananana ny sosona na “souche” an’ilay otrik’aretina. Mila zava-maniry sy biby koa anaovana ny fanandramana, raha ny fanazavany, vao tokony atao amin’ny olona io fanandramana io. Tsy mitombona, raha ny fanazavan’ity mpitsabo ity, ny fidirana avy hatrany amin’ny fanaovam-bakisiny olona raha tsy mandalo amin’izay dingana izay. Na ireo firenen-dehibe aza, hoy izy, mbola maro no tsy manana fitaovana hikarohana ny fanefitry ny Coronavirus.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fotoana fibebahana

Ao anatin’ny fankalazana ny herinandro masina moa ankehitriny ny mpino Kristianina.

 

Amin’ny ankapobeny ihany koa na dia ezahana apetraka eto amin’ny tany sy ny firenena aza ny tsy tokony hidiran’ny resaka finoana amin’ny fitantanana raharaham-panjakana dia mbola tsy afaka eo amin’ny tany ama-monina malagasy amin’ny ankapobeny ny fanasokajiana an’i Madagasikara ho firenena Kristianina. Fampatsiahivana heno matetika ny hoe Kristianina ny ankamaroantsika. Tsy hidirana lalina ny amin’iny. Ny zava-dehibe kosa anefa ao anatin’izao dia ny hoe fotoana fibebahana izao ho an’ny Kristianina ary fotoana fandinihan-tena ihany koa saingy rehefa mahita ny toe-draharaha misy kosa dia heverina fa tokony ho lojikan’ny olompirenena tsy an-kanavaka mihitsy ny filana izay fibebahana sy fandinihan-tena izay. Ekena fa manerana izao tontolo izao ity areti-mandripaka ity saingy mila tsaroana hatrany fa tsy misy loza tongatonga ho azy ao anatina tontolo na firenena iray izany. Tsy maintsy nisy disadisa tamin’ny zavaboary nitranga tao. Mety tafiditra ao anatin’izany ny resaka tsy fanajana tontolo iainana sy zavaboary hafa kanefa mety misy fomba efa tsy mendrika amin’ny maha olona intsony koa fa mbola niniantsika natao ihany nohon’ny fikatsahana tombontsoa manokana na fikasana hanimba ny hafa fotsiny izao. Mety ho ireo 2 ireo mitambatra koa anefa. Ny azo antoka dia ny hoe ho diso kajy izay ninia nanaparitaka ity loza ity, raha nisy an’izay moa sanatria, satria na ny Ntaolo malagasy aza moa niteny hoe tsy fanao ny mandidy alohan’Andriamanitra. Na lafiny ara-tsosialy, politika, toekarena, eny fa na dia ara-panatanjahantena sy kolontsaina, izany hoe ny mahaolona manontolo, dia samy lasa tsy tomombana avokoa ankehitriny. Asakasak’izay mpitondra minia tsy mihaino ny hafa fa mbola mandray fanapahan-kevitra mandeha ila mikasika ny fomba hifehezana izao toe-draharaha izao moa fa dia efa miteny indray ireo ny mpanohitra izay hita ho hany sisa tsy nohenoina tao anatin’izao raharaha izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Raux AugusteEfa nahatsiaro tena

Voatery naiditra hopitaly teny amin'ny HOMI Soavinandriana tamin'ny sabotsy 4 aprily lasa teo fa tsy nahatsiaro tena noho ny fahatairana be loatra ka nitarika AVC "fahatapahan'ny lalan-dra " teo aminy ny mpanazatra mpanampin'ny BAREA, Raux Auguste.

 

 Araka ny vaovao voaray dia efa nahatsiaro tena izy ka efa mihatsaratsara ny toe-pahasalamany ankehitriny. Marihana fa efa nandefa teny fankaherezana sy nirary fahasitrahana haingana ho azy avokoa na ny mpitantana ao amin'ny FMF, ny mpanazatra Rene Dupuis, na ireo mpilalaon'ny BAREA toa an-dry Faneva Ima, Dax sy hafa... Tsiahivina fa mpanazatra am-perinasan'ny ekipan'ny Uscafoot i Raux Auguste 65 taona rehefa nandalo tao nanazatra ny ekipan'ny Elgeco Plus sy ny As Adema ary ny Usjf Ravinala.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny PaskaHahazo fanampiana ireo sahirana eny Ambohidrapeto

Hizara fanampiana ho an’ireo olona sahirana ara-pivelomana ao aminy ny kaominina Ambohidrapeto, tarihin’ny Ben’ny tanana Mihary Andriantsilavo amin’ity herinandro ity mialohan’ny hankalazana ny fetin’ny Paska.

 

Hanentana ireo vato nasondrotry ny tany sy ireo malala-tanana rehetra ao amin’ny kaominina misy azy ity Ben’ny tanana ity manomboka anio talata hangataka fanampiana hotsinjaraina amin’izy ireo. Tafiditra ao anatin’izany ny vatsy hiatrehana ny fihibohana mba tsy hisy tsy hanan-karotsaka ny isan-tokantrano mandrafoanan’ilay fihobohana 14 andro fanampiny vokatry ny fisian’ilay areti-mandoza coronavirus izay mandalo eto amintsika. Tsiahivina moa fa efa nizara tampim-bava miisa 1.200 ihany koa ny kaominina ho an’ireo vahoaka izay tratra sy ny zandarimariam-pirenena. Hametrahana bidon efa voavoatra hanasan-tanana 10 ihany koa isaky ny Fokontany hahafahana manazatra ny olona hanasa tanana amin’ny savony matetika ho fiarovana ilay coronavirus tsy hiparitaka. Marihina fa anisan’ny kaominina mbola mijaly rano hatreto Ambohidrapeto antony nanosika ity Ben’ny tanana ity hametraka ireo bidon maromaro ireo. Mikasika ny fanampiana avy amin’ny Fitondram-panjakana indray dia fantatra fa ho avy amin’ity herinandro ity ihany koa izany ho fitsinjovana ireo vahoaka tena sahirana isam-pokontany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoHipoka olona hatrany ny maraina

Taorian` ny kabarin` ny filoham-pirenena, izay nilaza fa nitarina 15 andro ny fametrahana ny fahamehana ara-pahasalamana eto amin` ny tany sy ny firenena dia toa lasa fahazarana sisa izany ankehitriny.

 

 Hipoka olona ny arabe eto Antananarivo renivohitra sy amin’ireo kaominina manodidina azy, miverina manao taingin-droa ireo « moto », tsy voahaja ny elanelana iray metatra, … Toa hamaivanin’’ny olona ny aretìna “coronavirus” rehefa maraina. Tsy mampiraiky ny vahoaka mihitsy ny loza mitatao ho azy. Toy ny hoe manari-dia ny maraina fa tsy maintsy mivoaka ka aleony misangy amin` ny loza ateraky ny aretina. Milamin-tsaina ny rehetra mamonjy fodiana avy eo ka ny folakandro vao tena fihibohana; nefa misy tazana mbola miriaria eny an-dalambe ihany. Mitombo isa hatrany anefa ny tranga voamarina eto amintsika isaky manao tatitra ireo tompon’andraitra ara-pahasalamana. Ny filoham-pirenena dia efa nanome ireo toromarika iatrehana izany. Ny fihibohana dia tena ilaina saingy indrisy fa maro no mbola tsy manaraka azy . Fihibohana amin` ny ampahany no handraisan` ny olom-pirenena azy sisa ankehitriny. Mety hampiova izay fomba amam-panao izay ve eo amin` ny olom-pirenena raha toa ka mandray fepetra hafa hentitra kokoa ny fanjakana? Ny toromarika amin` ny haino aman-jery dia hoe : “mijanona ao trano satria izay no fomba mahomby indrindra tsy hahazoana ny otrik’aretina Covid-19.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanagadrana an’i Arphine RahelisoaNiditra an-tsehatra ihany koa ny UPF

Taorian’ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM) izay mitaky tsy misy fepetra ny famoahana, dia naneho ny heviny ary nanipika ny UPF (Union de Presse Francophone),

 

 fa miahiahy tanteraka eo anatrehan’ny fampidirana am-ponja vonjimaika an’i Arphine Helisoa Tonian’ny famoahana ny Gazety Ny Valosoa Vaovao. Araka ny fanazavan’ny mpisolovava azy, dia nolazaina ho naniratsira ny filoha sy nitarika ny olona hankahala ny Filoham-pirenena, izay adika ho fanohintohinana ny filaminam-bahoaka izy. Navadiky ny fampanovana any amin’ny fampiharana ny fehezan-dalàna famaizana araka ny andininy faha-91 ilay ambara fa hadisoana sy hanenjehana ilay mpanao gazety, ary indrindra ny fampidirana am-ponja vonjimaika ny 4 aprily, izay tsy fantatra mazava akory ny fotoana hitsarana, araka ny fanazavan’ny mpisolovava hatrany. Nanomboka ny taona 2016 anefa, nisian’ny fandaniana ny lalàna mifehy ny haino vaky jery izay ao anatin’ny fanavaozana amin’izao fotoana izao, dia nesorina ny fanagadrana ny mpanao gazety mahakasika ny fahadisoana amin’ny asa fanaovan-gazety, hoy ny UPF. Ankoatra izay, ireo mpahay lalàna ihany koa dia nisafidy ny hanatsahatra ny resaka fanagadrana ao anatin’ny lalàna mifehy ny « cybercriminalité » amin’ny heloka fanalam-baraka sy fanompana. Nisy filazan’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny Kolontsaina fa tsy manana karatra maha mpanao gazety matihanina i Arphine Helisoa, tsy mpanao gazety, ary tsy afaka misitraka ny lalàna mifehy ny haino vaky jery. Amin’ny maha Talen’ny famoahana gazety iray izay mivoaka ara-dalàna, ankoatra ny taorian’ny 21 martsa noho ny fanapahan-kevitry ny fanjakana amin’ny fihibohana, dia notsindrian’ny UPF fa ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM) aza dia manampy sy niaro azy amin’ny maha mpanao gazety azy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSD“Tena tsy mety io famelana ny olona hody io”

Nandefa taratarasy misokatra ho an’ny Filoham-pirenena ny antoko PSD tarihin’ny Sekretera jeneraliny Rtoa Eliana Bezaza, izay kandida Filoham-pirenena farany teo.

 

 Mbola vao “3 cas confirmés” teto Madagasikara ny 21 martsa 2020 no nirohotra nody amin'ny tany naviany avy ny malagasy maro tao an-drenivohitra ary efa nampatahotra ny olona eny amin'ny faritra fa hamindra an'ilay tsimok'aretina izany, hoy izy. Nilamina ihany ny saina, nefa akory ny hagagana sy ny fiverenan'ny horohoron-tsaina raha nilaza indray ianao omaly 05 aprily 2020 fa ao anatin'ny telo andro dia mahazo mody any amin'ny faritra misy azy avokoa izay te hanao izany, nefa efa tafiakatra 82 ny isan'ny olona voamarina fa mitondra ny tsimok'aretina amin'izao ora hanoratanay izao. Voatily ireo 82 ireo. Fa firy ny tsy voatily ary mbola tsy fantatra eny amin'ny fiaraha-monina rehetra eny ? Ka inona ihany ary no dikan'ilay fihibohana ? Lazaina ombieny ombieny fa ny Coronavirus dia tsy mandeha irery fa olona no mitondra azy. Angaha tsy hoe samy mihiboka avokoa mba tsy hiparitahan'ilay tsimok'aretina ? Ka raha samy mahazo mivezivezy daholo ao anatin'ny telo andro dia misy zavatra mifanohitra sy tsy lojika, hoy ny PSD.

NA ISIKA MIHIBOKA NA ISIKA TSY MIHIBOKA…

Na isika mihiboka na isika tsy mihiboka. Rehefa tapa-kevitra fa mihiboka kosa, dia ianao ihany Andriamatoa Filoha no nilaza fa aleo miaritra kely mba ahazahoana ny soa. Izay no nentinao handresen-dahatra anay vahoaka mba hanohizana ny fihibohana andiany faharoa. Dikan'izany dia tokony miaritra daholo. Tsy misy tokony mahazo mifindrafindra faritra hatramin'ny faran'ny fihibohana. Tsy vitan'izany fa tena miteraka fatiantoka hoan'ny toe-karenan'ny tokantrano tsirairay, ny faritra tsirairay sy ny firenena iray manontolo ny fihibohana. Faharetana avokoa izany ka maninona no ianao ihany indray no hanimba ny asa goavana sy tsara rehetra efa vitanao ary nahitam-bokatra ? Azonao antoka ve fa tsy hivezivezy sy hiparitaka ny tsimok'aretina amin'io fanapahan-kevitra noraisinao io ? Ahoana no ahazahoana antoka an'izany ? Mahafantatra tsara ianao fa misy ny atao hoe “porteur sain” izay mitondra ny tsimok'aretina anefa tsy marary nefa mamindra ny tsimok'aretina. Raha milaza ianao fa sarobidy aminao ny ainay malagasy dia mifanohitra amin'izany ity fanapahan-kevitra noraisinao ity Andriamatoa Filoha…. Tsy mahamenatra ny miverina amin'ny fanapahan-kevitra efa noraisina raha hita fa nisy tsy mety, ary voamaika hitiavan'ny vahoaka anao izany Andriamatoa Filoha. Mitalaho an-tanan-droa aminao mba hiverina amin'io fanapahan-kevitra io satria io no mety hampiely an'ilay valan'aretina amin'ny toerana rehetra mbola tsy misy azy ary tokony harovana mafy mba tsy hidirany, hoy ny hafatra nosoniavin-dRtoa Eliana Bezaza.

 

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana“Ho very eto isika raha tsy mifanampy”

Miady amin’ny zavatra tsy fantatra sy tsy nampoizina, izay mila fahakingana. Tsy sanatriavin’ny vava mitady toerana sy mitady fahefana aho, fa te hanampy, te hizara traikefa, hoy i Marc Ravalomanana omaly tamina fandaharana manokana.

 

Niresaka taminy ny any ivelany, toy ny Banky Iraisam-pirenena, FMI, ny Alemàna,… Miakatra be mantsy ilay voan’ny Coronavirus ary tsisy afaka miteny aloha hoe voafehy izany io. Hita ny voka-dratsy tamin’ny resaka fidiran’ny sidina avy any ivelany. 165 tapitrisa dolara avy amin’ny FMI, ary ny Banky iraisam-pirenena nanome 265 tapitrisa dolara ho an’ i Madagasikara (Première tranche). Maniry raha maniry firaisankiana ny tenany, samy hapetraka any aloha ny hambo-po politika, hoy i Marc Ravalomanana. Misy ny fanampiana, ary raha tsy mandeha amin’ny mangarahara dia zava-doza. Ataovy mangaraharaha ny fitantanana ny zavatra misy, ny zavatra azo sy ny fampiasana azy. Amin’ny ohatr’izao dia mila manomana paikady: mangarahara, serasera, tanjona, firaisan-kiana, arahina drafi-panatanterahana, hoy izy. Tsisy tokony hifanenjika sy hifanaratsy, hanararaotra, saingy misy ihany no mitady hanararaotra hoe: havily amin’ny resaka politika mba hampalazana ny tena ny zavamisy, hoy i Marc Ravalomanana.Tsy azo atao ny mitamatama fa tena vidiana lafo hoy hatrany izy ary raha miteny tsy hoe manakiana be fahatany fa te handroso hevitra sy hizara ny traikefa amam-pahalalana ananana mba hahafantsika miasa miaraka mandresy ny Coronavirus.

MANDINIHA TENA

 Matoa ny olona tsy mankatoa ny toromarika dia misy antony lehibe ao ! Efa ratsy izay fambara izay. Matoa ilay olona tsy manaraka intsony, dia tsy raharahany intsony, ary tonga dia mampamangy. Izay no tokony hampieritreritra ny mpitantana eto, hoy ity filoha teo sady filoha nasionalin’i TIM ity. Izahay mpanohitra manana olona, ary izahay faharoa mba tsy hilazanay hoe voalohany tamin’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2018, hoy izy. Tena diso be ny filazana hoe tsy ilaina ny demokrasia amin’izao hamehana izao, ary samihafa ny hamehana ara-pahasalamana sy ny hotakotaka ara-politika, hoy izy. Matoa ianao manao politika dia mahafehy ny olona miaraka aminao, ary manaraka ny torimarika avy aminao, fa ny “crédibilité” anao indray no mihena, izay toa mananatra ny filoha am-perin’asa. Diniho ihany ny ataonareo, fa ity fiainana ity mihodina. Ianao izao manindry manadoboka, mampiasa fahefana, mbola ho avy ny fotoana, hoy i Marc Ravalomanana.

 

 

HANDEFA TARATASY

Tsy ny fanenjehana na ny fanagadrana no zava-dehibe, fa ny fampitana hoe ity resaho, hoy I Marc Ravalomanana manoloana ny fampitahoran’ny fanjakana. Na iny Arphine mpanao gazety nogadraina iny aza zava-doza be. Efa milaza izy  hoe tsy nanao mbola alefanareo any am-ponja. Iza no tsy mahalala an’i Ny Rado Rafalimanana. Izy nandeha tany Ambatondrazaka hanampy ny olona indray , efa mba nandany solika no gadrainareo. Ny any aza havoaka, hoy izy. Hanoratra any amin’ny sehatra iraisam-pirenena izy, raha ny nambarany. Hilaza mazava ny zavatra misy eto azo hamarinina amin’ireo masoivoho eto. Nanampy anay ianareo misaotra betsaka, fa miangavy hoe: mitady ny mangarahara ny Malagasy. Mila manao tatitra any amin’ny mpanome momba ny fandaniana nataony ny mpandray ny vola. Tsy tokony hisy ny fitanilana fa atao mangarahara sy am-pahamarinana ny asa. Manameloka marin-drano ny fanagadrana mpanao gazety sy mpanohitra aho hoy i Marc Ravalomanana,laviny marindrano ihany koa, raha toa ka misy ny eritreritra hoe hanao andrana vaksiny momba ny Coronavirus aty Madagasikara.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola RajaonahNatoka-monina tanteraka …

Re fa novaina ny toerana izay ipetrahan’i Mbola Rajaonah ao amin’ny fonjan’i Tsiafahy.

 

Any amin’ny toerana mihiboka tanteraka ary tsy tongan’ny antso an-tariby sy ny tambajotran-pifandraisana no nametrahana azy, raha ny voalazan’ny loharanom-baovao. Nisy feo izay mandeha fa hoe niketrika fanonganam-panjakana ity mpandaharaha sady mpanolotsain’ny filoha teo aloha ity ary na dia tsy nisy porofo akory izany dia avy hatrany dia nohamafisina tanteraka ny fiambenana azy ao am-ponja. Mailo ny fanjakana, ka natoka-monina mba tsy hisy afaka mamangy intsony, na ny fianakaviany aza dia tsy afaka ny mijery azy, raha ny re hatrany. Andrasana izay mety ho fanamafisana na fandisoana an’izany avy amin’ny fitondram-panjakana satria resaka saropady ity raharaha ity. Raha tena mitombina tokoa izay resaka izay, dia midika fa tena mbola atahoran’ny fanjakana Malagasy mafy I Mbola Rajaonah na dia efa tamin’ny 13 febroary 2019 iray volana latsaka nitondran’ny filoha Rajoelina aza no nisamborana azy, ary nalefa tany am-ponja. Raha miverina kely amin’ny raharaha Mbola Rajaonah, dia nambara septambra 2019 dia nambara fa nanao hosoka ara-ketra 11,317 miliara ariary ny vondron’orinasan’ity mpandraharaha tanora, mpanolon-tsaina manokan’ny Filoha teo aloha Rajaonarimampianina ary naira-dàlana tamin’I Marc Ravalomanana tamin’ny fifidianana filoham-pirenena ity. Ny 29 febroary 2020 teo dia mbola nanaovana bemidina ny tranony tetsy Ambohimahitsy. Nafana tanteraka indray ny resaka sy ny dosie fanenjehana azy taorian’izay satria nambara fa ananan’ny fanjakana 1251 miliara ariary I Mbola Rajaonah noho ny tsy fandoavana hetra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tambabelo Mandaso dit MarinManohitra ny fampodiana an'ireo nihiboka taty Antananarivo

Antsika rehetra i Madagasikara fa tsy anareo mpitondra fanjakana irery tsy akory, hoy Atoa Tambabelo Mandaso dit Marin filoham-boninahitry ny fikambanana TOKOBE TELO any Toliara tafaresaka an-telefaonina tamin'ny Tia Tanindrazana omaly.

 

 Tsy mba nakan-kevitra akory tamin'ireo fepetra noraisina amin'ny fanohizana ny "Fahamaizana ara-pahasalamana" eto Madagasikara ireo fikambanan-drazana toa an'ny Tokobe Telo misy anay. Ambarako etoana anefa, hoy izy, fa tsy mankasitraka velively ny fanapahan-kevitry ny fitondrana amin'ny hampodiana an'ireo olona efa nahavita fihiboana nandritra ny 15 andro taty Antananarivo aty amin'ny Faritra izahay ka hampitondraina aretina aty fa tokony ho tohanan'ny fitondrana sakafo izy ireo raha ny tena marina hiatrehan'izy ireo am-pitoniana ny 15 andro manaraka ao Antananarivo. Ambarako etoana, hoy Atoa Marin, fa tompon'andraikitra feno amin'ny fanapahan-kevitra noraisiny ny filohan'ny Repoblika raha misy maninona izahay aty amin'ny Faritra aty. Ambarako etoana koa fa manahirana be ny sakafo aty aminay aty atsimon'ny nosy aty aty ankehitriny noho ny fanarahana ny fepetra tsy maintsy raisina hiadiana amin'ny coronavirus izao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Association Gasy Karana ao Boeny Nanolotra vary 15 taonina sy savony 375 baoritra

Amin’izao fihibohana an-trano izao, izay niampy 15 andro indray dia nivondrona ao anatin’ny “Comité 5”, ireo mpandraharaha karana mipetraka ao amin’ny faritra Boeny,

 

 ka nanolotra vary 300 gony na 15 taonina, savony 375 baoritra hanampiana ireo olona sahirana sy marefo ara-pivelomana ary ireo zokiolona. Ny fikambanana Gasy Karana ao Boeny no nanatanteraka izany ka ny sabotsy lasa teo no nanoloran’izy ireo ny fanampiana. Ny Ben’ny tanànan’i Mahajanga sy ny lehiben’ny faritra mpisolo-toerana no nandray an-tanana izany fanampiana izany. Nilaza ny mpitondra tenin’ny fikambanana Gasy karana, Atoa Ganivalah, fa efa nandritry ny 5 taona no nizara sy nanome sakafo ireo olona isaky ny fokontany ny fikambanana ary nandritra izany no nanaovan’izy ireo ny fanohanana sy fanampiana ara-tsakafo, fitafiana, hena, sns, ho an’ireo marefo ara-pivelomana. Voalazan’ity mpitondra teny ity, fa olona 100 isaky ny fokontany no mahazo ny fanampiana omen’izy ireo hatramin’izay. Miditra amin’ny andro ririnina isika, ka eo ihany koa ny fanomezana azy ireo lamba sy fitafiana mafana hoy ny tenany. Amin’izao fisian’ny valan’aretina coronavirus eto amintsika izao, dia manaraka ny toromarika rehetra omen’ny fanjakana ny fikambanana ary manohy hatrany ny fanampiana ara-tsakafo izay ataon’ny “Association Gasy Karana”. Araka ny fantatra dia mbola “Zero Cas” i Mahajanga amin’izao ary tsy misy ny soritr’aretina any Boeny, hoy Ganivalah.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

KABARIN’NY FILOHA

Mivoaka ampahibemaso amin’izay ny adin’ireo vehivavy manodidina ny Filoha. Taorian’ilay kabary izay nolazaina fa mivantana kanefa tsy izany akory ary feno diso ny votoatiny, dia niala bala ny minisitry ny serasera,

 

 Lalatiana Andriatongarivo sy ny ekipany ary nilaza fa i Rinah Rakotomanga no tompon’andraikitra. Fantatra koa fa olon’ny televizionan’ny filoha ihany no nanao ny fanambarana ny horonan-tsary ary tsy natrehin’ny talen’ny seraseran’ny prezidansa akory izany rehetra izany kanefa dia izy no nanatitra ny kapila efa vita tany amin’ny Tvm.

VERY ASA

Mpiasa 1200 ao amina orinasa Afaka haba iray no nalefa chomage technique ka tsy niasa intsony nanomboka omaly alatsinainy.Tsy nisy resaka firy, tsy hitanay intsony ny DRH fa taratasy no hitanay hoe mikatona ny orinasa ary mandeha chomage technique izahay, hoy ireo mpiasa.Tsy mazava ny zava-mitrangahoy izy ireo satria ny fitondram-panjakana dia efa nanambara fa tsy alefa chomage technique izany ny mpiasa.Inona izany no ataonay hamelomanay ny fianakavianay, hoy izy ireo.

MANDEHA IHANY NY FANENDAHANA

Mbola misy ihany ny fanendahana eto an-drenivohitra na dia efa mandeha aza ny couvre-feu sy ny fihibohana. Toa vao mainka aza izany mampirongatra ny asan-jiolahy any amin’ny faritra iva satria rehefa tsy misy olona firy mandeha intsony amin’ny alina dia mora hoazy ireo ny manendaka izay tratra farany. Maro ny olona no mitaraina, indrindra fa ireo mody alina noho ny asa ary tsy maintsy mandeha an-tongotra. Handrasan’ny jiolahy fotsiny.

MBOLA RAJAONAH

Nafindra ny toerana izay ipetrahan’i Mbola Rajaonah ao Tsiafahy. Any amin’ny toerana mihiboka tanteraka ary tsy tongan’ny antso an-tariby sy ny tambajotran-pifandraisana no nametrahana azy. Nisy feo izay mandeha fa niketrika fanonganam-panjakana izy ary na dia tsy nisy porofo akory izany dia avy hatrany dia nohamafisina tanteraka ny fiambenana azy ao am-ponja ary natoka-monina mba tsy hisy afaka mamangy intsony, na ny fianakaviany aza dia tsy afaka ny mijery azy.

 

 

FAKANA AN-KERINY

Zazalahy iray no nisy naka an-keriny tao Toliara ary nifanenjehana tamin’iny RN7 iny ny famoahana azy. Voasambotra koa ireo efa-dahy izay nanatontosa an’izany. Raha ny fantatra dia misy hifandraisany amin’ity fangalàna maso izay malaza be any an-toerana ity ary efa nisy maty noho izany ny zaza miisa roa, noho ny finoanoam-poana. Hatao sorona izany ilay zaza ary esorina ny masony, izay no tanjon’ireo olon-dratsy.

MANAHY KORONTANA

Manahy ny mety hisian'ny korontana ara tsosialy ny depiote Tim raha mbola mitohy ny tsy filaminan'ny fizarana fanampiana amin'izao covid19 izao. Efa maro be ireo fitarainana Voaray tamin'ny mponina sasany tsy mbola nahazo na koa zara raha nahazo fanampiana.misy mihitsy ny tezitra ka atahorana ny hitarika any amin'ny korontana izany raha tsy milamina hoy hatrany ny depiote Tim.

TAXI SY TAXI BE

Mahatsiaro ho maty antoka ihany ireo mpitatitra manao taxibe sy taxi na dia nomena fanampiana aza satria izy ireo irery no tsy avela hiasa. Ny taxi brousse sy ny sidina mba nomena andro vitsy iasana mba hanarenana ireo andro maro tsy niasana fa ny taxi Be tsy mba izany. Milaza ny hanao hetsika hitaky izany izy ireo.

La Vérité0 partages

Ouverture temporaire des lignes nationales - Cohue générale à la gare routière d'Andohatapenaka

La gare routière Maki sise à Andohatapenaka a été prise d'assaut par les passagers, hier. On croyait que tout le monde veut fuir la Capitale pour rentrer dans sa ville natale à cause de la propagation du coronavirus. La foule, venue demander l'autorisation de sortir d'Analamanga, est devenue incontrôlable dès les premières heures de la journée d'hier. C'est effectivement dans cet endroit que les demandes d'autorisation ont été traitées. 

« Dans la matinée, toutes les organisations ont été respectées. Mais avec l'invasion des passagers vers 9h, nous avons perdu tout contrôle », avance un responsable sur place. Depuis l'entrée de la gare, toutes les barrières sanitaires comme la distance d'un mètre, le lavage des mains, le port des masques ne sont plus respectées. La foule a commencé à crier et manifestait sa colère à l'extérieur. Face à cet assaut, la demande d'autorisation de sortie pour les passagers qui veulent quitter la Capitale ainsi que celle des transporteurs assurant les voyages a été annulée. Durant sa visite à la gare Maki, le ministre des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a expliqué que vu le nombre des personnes qui veulent rejoindre leur foyer dans les provinces, les responsables sont contraints de changer l'organisation. 

« Au lieu d'aller directement au "Fasan'ny Karàna", nous avons pris le temps d'aller jusqu'ici. Mais en fin de compte, la demande n'est plus nécessaire », rouspète un passager, très remonté par l'amateurisme des responsables auprès du ministère. En contrepartie de cette annulation de l'autorisation, tous les passagers doivent remplir correctement le manifold. Le contrôle au départ est renforcé pour les taxis-brousse, notamment à travers le manifold visé par l'Agence des transports terrestres (ATT), le port de masque et la désinfection de tous les passagers, le prélèvement des températures et la consultation réalisée par les agents du ministère de la Santé publique. 

La hausse des tarifs a été accordée par le ministère de tutelle afin de combler la perte des transporteurs. En contrepartie, beaucoup d'entre eux ont diminué jusqu'à moitié le nombre de passagers, mais d'autres ont laissé seulement un siège vide entre deux personnes. D'après leur explication, ils rentreront vide dans la Capitale puisque la réservation dans les provinces se fait rarement. Pour les véhicules particuliers, une fiche leur est donnée, contenant le nombre de passagers et quelques informations utiles. Cette fiche doit être présentée au niveau des barrages sanitaires.

L'Association Fitia, qui a été présente sur place, a distribué des masques pour tous les passagers et du gel désinfectant pour chaque taxi-brousse afin que les passagers puissent se laver les mains régulièrement.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Pandémie de COVID-19 - Le pasteur Raliterason, le deuxième malagasy décédé en France

Impitoyable, la pandémie de coronavirus apporte quotidiennement  son cortège de victimes, notamment en France. Et les compatriotes qui y résident n’en sont pas épargnés. La nuit du 5 avril dernier, le pasteur Ravanona Ramaharavo Raliterason, alias Van fut emporté à son tour. Sa mort est survenue à son domicile sis au 74 Rue Pierre Soulié, dans le XXème arrondissement de Paris. Il est donc le deuxième malagasy à décéder du COVID-19 après le docteur Jean-Jacques Razafindranazy le 21 mars dernier à Lille.

Pour revenir dans la récente et triste disparition de l’évangéliste, l’information, bien qu’elle n’ait fourni de plus amples détails, a été plutôt  très explicite sur les conditions de sa mort. Elle rapporte  que le pasteur s’est éteint à la suite de complications liées à une atteinte par le COVID-19. Les faits avancent très rapidement car l’enterrement est prévu pour  jeudi après-midi prochain, au cimetière de Dreux. 

Face à cette triste nouvelle, l'ambassadeur de Madagascar en France, Rija Rajohnson, n’est pas resté de marbre. Puisqu’il n’est pas en mesure de se mettre au chevet de la famille du fait du confinement, en vigueur depuis la mi-mars dernier en France, il a adressé un e-mail à la famille en guise de condoléances et d'excuses aussi de ne pas pouvoir assister à l'enterrement.  

Néanmoins, l’ambassadeur a fait l’essentiel. Il a déjà pu converser au téléphone avec l’épouse du défunt, la première étant également évangéliste. 

Actuellement, deux compatriotes résidant en Hexagone ont été donc emportés par cette pandémie. Rappelons qu’il y eut Jean-Jacques Razafindranazy , le premier  malagasy et surtout aussi le premier soignant décédé à cause du coronavirus en France. Médecin à la retraite, il revenait de Madagascar « en pleine forme » et s’est porté volontaire pour servir dans un hôpital de  l’Oise. 

Recueillis par F.R.

La Vérité0 partages

CENAM 67ha - L’incendie d’une voiture provoque de grands attroupements

Si dans d’autres quartiers, le confinement est loin d’être suivi à la lettre du fait de cette timide reprise des activités commerciales pourtant interdites, dans le secteur du CENAM aux 67ha, on a assisté à une scène plutôt hors contexte par rapport au COVID-19, hier matin. Une voiture particulière a soudainement  pris feu au beau milieu de la chaussée. 

Heureusement, l’on n’a déploré aucune victime car, les trois personnes qui étaient à bord du véhicule ont réussi à s’extraire à temps et s’éloigner rapidement de ce dernier lorsque l’incendie a démarré. D’après une information, un court-circuit serait à l’origine de ce sinistre, qui réduit complètement le véhicule en un amas de tôle calciné.  Cette voiture a commencé à fumer de façon anormale du moment où elle a roulé du côté d’Ampasika. 

Cette situation a provoqué une sorte de panique mais aussi la curiosité des passants, qui étaient très nombreux à assister à la scène, du moins depuis une certaine distance.  Du coup, de grands attroupements d’individus ont été signalés de part et d’autre de la voiture en feu. « Tout le monde a voulu voir si bien que personne n’en s’est plus du tout soucié de la distance sanitaire », déplore un témoin. 

Les sapeurs-pompiers sont intervenus. Mais à leur arrivée, ils n’ont plus grand-chose à faire du fait que des riverains ont déjà réussi à mater le feu bien avant que les soldats du feu ne soient sur place.

F.R.

La Vérité0 partages

Vols exceptionnels de Tsaradia - 150 passagers transportés pour le premier jour

Une première vague. Suivant les directives du Chef de l'Etat dimanche dernier, Tsaradia, filiale domestique d'Air Madagascar, a donc repris ses vols depuis hier. D'une durée de trois jours, ces vols ont notamment pour objectif de permettre à toutes les personnes de rejoindre leurs régions respectives. « En tout, nous avons transporté près de 150 passagers hier, dont une trentaine à destination de Nosy Be, une quarantaine pour rejoindre Toliara et une cinquantaine de passagers pour Antsiranana. Les trente dernières personnes sont parties dans l'après-midi pour rejoindre la cité des fleurs.

Pour demain, des vols à destination de Taolagnaro et de Morondava viendront s'ajouter au programme », a expliqué Mahery Andriamamonjy, directeur d'exploitation de la compagnie aérienne, hier à l'aéroport d'Ivato. Le nombre de destinations autorisées a également augmenté. « Nous avons aussi obtenu l'autorisation de desservir sur Sambava. De ce fait, toute notre équipe s'organise pour les vols. Dès aujourd'hui, un vol devrait ainsi être possible », ajoute ce responsable. 

Aucune hausse

Toutefois, contrairement au transport routier, la compagnie aérienne n'a procédé à aucune augmentation de tarifs ou de prix. « Comme pour toutes les compagnies aériennes, Tsaradia a un quota de tarifs disponibles à respecter, pour éviter des ventes à perte. Nous organisons ainsi nos ventes de billets en fonction de ce quota. De ce fait, c'est en fonction du tarif que nous répértorions les billets de nos clients. Si le billet en possession du client correspond au tarif existant, il n'y a aucun changement opéré. Dans le cas contraire, nous procédons à un réajustement tarifaire », a précisé Mahery Andriamamonjy. Effectivement, des clients de la compagnie aérienne se voient payer des frais supplémentaires une fois arrivés à Ivato. Mais les prix restent les mêmes, pouvant aller de 650 000 à 900 000 ariary, selon la destination et la catégorisation du billet. 

En tout cas, afin de lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays, des dispositifs sont déjà en place avec la collaboration du ministère de la Santé publique et du gestionnaire de l'aéroport d'Ivato, Ravinala Airports. Les tests de diagnostic rapide sont donc opérés trois heures avant chaque départ. La liste de tous les voyageurs est ainsi remise aux autorités sanitaires. Le port de masque et l'usage du gel hydroalcoolique restent obligatoires.   

Rova Randria

La Vérité0 partages

FFKM - Appel au respect du confinement par son président

Le révérend pasteur Rakotonirina David, président en exercice du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) et non moins président de l'église luthérienne malgache (FLM), a appelé hier à respecter le confinement, pour tenter d'enrayer la progression du COVID-19. Le Président de la République a décrété en fin de semaine dernière la prolongation de l'état d'urgence sanitaire et un confinement dans les Régions Analamanga, Atsinanana et Haute Matsiatra pour quinze nouveaux jours. Faisant fi des interdictions, les Tananariviens ont été nombreux à sortir de chez eux ces deux derniers jours. 

Hier en début de soirée, à la fin du culte quotidien de la semaine sainte diffusé sur la télévision nationale malagasy, le président du FFKM, le révérend pasteur Rakotonirina David a touché mot de cette situation. Il a alors indiqué être choqué et triste à la vue de ces nombreux malagasy dans la rue. « En tant que ray aman-dreny, je lance un appel à vous les fidèles : restez chez vous », a indiqué le chef de l'église FLM à Madagascar devant la situation actuelle dans le pays. 

« Si ce coronavirus avait été un militaire muni d'arme, personne n'aurait attendu d'ordre et tout le monde se serait réfugié chez soi.  Personne ne se serait manifesté pour demander à ce qu'on lui tire dessus. Aujourd'hui pourtant, nous sommes tristes, et voilà pourquoi nous vous implorons de rester chez vous, ne sortez pas chercher ce virus du COVID-19 », a rajouté le président du FFKM. Rappelant au passage que plus d'une dizaine de cas contacts ont été mis au jour rien qu'au début de cette semaine, le révérend pasteur Rakotonirina David demande aux personnes de respecter les consignes et de ne pas accepter d'être « l'hôte du virus » ce qui augmenterait le nombre de cas contacts recensés. 

Notons qu'une prière pour la Nation et pour les dirigeants du pays a été formulée lors du culte d'hier. Pour information, le culte de ce jour entrant dans le cadre de la Semaine sainte sera dirigé par l'église épiscopale de Madagascar et diffusé, à partir de 17 heures comme hier, depuis la cathédrale anglicane d'Ambohimanoro. La célébration du jeudi saint, qui sera dirigée par les 4 chefs d'église au sein du FFKM sera diffusée depuis l'église FLM des 67ha.  L'église catholique apostolique romaine d'Andohalo accueillera le culte de célébration du vendredi saint et le culte de Pâques. Des cultes qui seront, comme annoncé, diffusés sur la télévision nationale malagasy. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

Coronavirus à Madagascar - 07 personnes guéries

07 personnes sont guéries du coronavirus à Madagascar. C'est ce qu'a révélé hier la porte-parole du Centre de commandement opérationnel COVID- 19, le professeur Vololontiana Hanta. Le ministre de la Santé publique, le professeur Ahmad Ahmad rassure que les mesures sanitaires seront renforcées pour endiguer la propagation de cette pandémie.

Bonne nouvelle. Le nombre de personnes guéries du coronavirus passe de 2 à 7. 05 patients testés positifs au COVID- 19, traités, et faisant l'objet d'un suivi sanitaire strict, ont donc été guéris. C'est ce qu'a révélé hier la porte-parole du Centre de commandement opérationnel COVID -19 Ivato, le professeur Vololontiana Hanta. Une annonce qui apporte un peu de réconfort à la population, au personnel médical et aux Forces de l'ordre dans cette lutte sans répit contre la propagation de cette pandémie. Ces patients qui ont la chance de retrouver leurs proches ont  été traités à l'hôpital Anosiala (2), à celui d'Andohatapenaka (2) et à la Polyclinique d'Ilafy (1). Bien qu'ils soient sortis de l'hôpital, ils devront tout de même suivre les règles sanitaires émises pour contenir le virus à savoir le confinement. 

Cette augmentation du nombre de personnes guéries ne signifie pas pour autant qu'il faut baisser sa garde a-t-elle affirmé. Au contraire, cette situation devrait nous inciter à faire attention aux règles d'hygiène et de santé. Elle a rappelé que même si le nombre de personnes guéries a augmenté, le nombre de personnes testées positives a également connu une croissance. Actuellement, 88 personnes sont contaminées par le COVID- 19, dont 54 cas importés et 34 cas contacts. C'est ce dernier cas qui est le plus dangereux et le plus difficile à contenir. D'où l'importance du confinement, l'étape principale pour contenir la propagation du virus. En restant chez soi, les risques de contamination sont très minimes. On n'est pas contaminé par le coronavirus, on ne contamine pas les membres de la famille, on ne contamine pas le reste de la société. La réussite de cette seconde période d'état d'urgence sanitaire dépend ainsi de tout un chacun. Chaque citoyen doit prendre ses responsabilités pour que l'état d'urgence soit levé et que l'on puisse se concentrer sur les travaux de développement qui accusent un retard à cause de cette pandémie.

Face à cette situation, le ministre de la Santé publique, le professeur Ahmad Ahmad a affirmé que le ministère qu'il dirige met en œuvre un plan d'action plus poussé. Ce plan d'action concerne quatre étapes : le suivi, la réactivité, la riposte et la prise à main des malades. Les agents communautaires et le personnel médical font le suivi sanitaire sur le terrain. Au cas où ils détectent un ou plusieurs cas suspects, ils procèdent aux tests adéquats. C'est la réactivité que feront preuve les agents sur le terrain. Dans le cas où une ou plusieurs personnes sont testées positives, les agents ripostent. Les malades seront isolés pour qu'ils ne contaminent pas leurs proches et la société. Ils feront ensuite l'objet d'une prise à main stricte par l'Etat.

La Vérité0 partages

Risque de contamination carcérale par le COVID-19 - La décongestion des prisons comme option

Retour à la charge ! Après de nombreuses interpellations, Amnesty International relance sa requête en vue d'accélérer le processus de désencombrement des prisons malagasy et ce, dans le cadre de la lutte contre la propagation du COVID-19 en milieu carcéral. Dans une déclaration, cet organe international appelle ainsi l'Etat à prendre les mesures nécessaires dans ce sens, notamment par la libération des prévenus qui n'ont pas commis de crimes graves et qui font pourtant l'objet d'une détention provisoire. Il en est de même pour les prisonniers vulnérables qui pourraient facilement attraper le virus comme les personnes âgées.

A priori, les nombreuses mesures prises pour prévenir que le coronavirus n'atteigne les cellules, à l'exemple du nettoyage et la désinfection des maisons de détention, la surveillance des températures corporelles pour les agents pénitentiaires et les détenus, ne seraient pas suffisantes pour protéger les prisonniers.

Inquiétude 

Amnesty international se réfère à son rapport de l'année 2018 qui souligne que la majorité des prisons malagasy comptent trois fois voire dix fois plus de prisonniers par rapport à leur capacité d'accueil. A cela s'ajoutent les conditions de détention qui vont à l'encontre des droits de l'homme selon le même rapport. Récemment, des familles de détenus n'ont pas caché leur inquiétude face aux risques de contamination carcérale par le coronavirus en cette période de forte propagation de la pandémie. 

Dégager de la place au niveau des prisons est même devenu une des principales mesures sanitaires adoptées par certains pays du continent africain à l'instar du Sénégal où une prison sise à Dakar a été entièrement libérée. Tous les  prisonniers ont été transférés, y compris les détenus politiques dont l'ancien président tchadien Hissène Habré qui a bénéficié d'une détention à domicile dans son lieu de résidence pour une durée de 60 jours avant de retourner en prison. L'endroit a par la suite été transformé en un service sanitaire destiné à accueillir des prisonniers malades du COVID-19. 

S.R.

La Vérité0 partages

Pour contribuer à la lutte contre le COVID-19 - Les médecins libres réclament l'autorisation de prescrir...

Une pétition circule actuellement sur la toile afin de revendiquer la possibilité, pour les médecins libres, de prescrire le protocole hydroxychloroquine - azithromycine aux patients atteints du COVID-19 qui les approchent.

A souligner en effet que, en France, depuis le 26 mars dernier, un décret interdit aux médecins généralistes de prescrire ce traitement, lequel n'est autorisé qu'en milieu hospitalier et uniquement pour les cas déjà compliqués. Une « décision absurde » selon le docteur français, Eric Menat, initiateur de la pétition suscitée : « on réserve l'hydroxychloroquine aux cas graves alors qu'on sait que ce traitement n'a plus d'effet quand il est donné trop tard. On le réserve aux médecins hospitaliers alors que, justement, c'est pour éviter l'aggravation de l'état de santé des malades et leur hospitalisation que ce médicament semble utile », s'insurge-t-il.  

La situation est sensiblement la même à Madagascar où, pas plus tard que la semaine dernière, au cours de son intervention au CCO Ivato, le président de l'Ordre des pharmaciens, Tantely Rakotomalala, a déclaré que la chloroquine et l'hydroxychloroquine sont prescrites officiellement pour traiter le COVID-19 mais que leur usage n'est autorisé qu'en milieu hospitalier et qu'ils sont « formellement interdits de vente, même dans les pharmacies ». La conséquence est qu'actuellement, les médecins généralistes du pays ne peuvent donc pas prendre en charge les patients victimes du nouveau coronavirus, plus précisément leur prescrire l'association hydroxychloroquine - azithromycine, laquelle est pourtant, à ce jour, le seul traitement qui ait montré une efficacité à guérir le COVID-19.

Désencombrer les salles de réanimation 

Cette restriction est actuellement dénoncée par un nombre de plus en plus croissant de médecins de terrain qui ne comprennent pas sa raison d'être. « Les médecins (généralistes) ont fait 10 ans d'étude et sont parfaitement capables en toute connaissance de cause, de prescrire ce médicament à leurs patients qui en ont besoin », s'indigne le docteur Eric Menat dans une vidéo présentant la pétition qu'il a mise en ligne. Et lui de rapporter que «  l'hydroxychloroquine, administrée tôt, donne la possibilité d'éviter une évolution grave à une majorité de patients et permet de désencombrer les salles de réanimation ». 

En clair, permettre aux médecins libres de prendre en charge des patients atteints du COVID-19  en leur prescrivant le traitement à base de chloroquine pourrait éviter aux malades de voir leur état s'aggraver et de se retrouver  dans les hôpitaux ou en salle de réanimation. Une piste à envisager sérieusement dans un pays comme Madagascar où les structures sanitaires sont loin d'être suffisantes et de ce fait, n'arriveront pas à faire face à un afflux important de contaminés à l'approche du pic de la pandémie.

Surtout pas en automédication

« Les médecins généralistes pourraient sauver des vies mais on les en empêche !   Les médecins généralistes pourraient éviter des milliers d'hospitalisations mais on les en empêche ! Les médecins généralistes pourraient contribuer à permettre une sortie plus rapide du confinement mais on les en empêche ! » tonne le docteur  Eric Menat, toujours dans sa vidéo. Et lui de balayer d'un revers de la main les objections fondées sur les prétendus sévères effets secondaires de la molécule incriminée. 

« L'hydroxychloroquine est un médicament très sûr. Des dizaines de millions de patients en ont pris tous les jours pendant des années avec une excellente tolérance dans la majorité des cas »,  soutient-il avant de continuer : « le protocole prévoit un traitement de 10 jours seulement alors que les éventuels effets secondaires apparaissent surtout après un ou deux ans de traitement. Jusqu'au mois de janvier 2020, l'hydroxychloroquine était même en vente libre en France, preuve qu'il était considéré comme sans risque pour les autorités ». Néanmoins, le même généraliste de bien préciser que  le médicament ne doit surtout pas être pris en automédication et qu'il doit impérativement être prescrit par un médecin.

Le droit d'aller au front et d'enfoncer la première ligne du virus 

Pour en revenir au cas de Madagascar, la mise à profit de la contribution des médecins libres, en leur redonnant la possibilité de prescrire l'hydroxychloroquine aux patients qui les approchent, pourra alléger les difficultés qu'éprouveront inévitablement les structures sanitaires existantes pour faire face à la pandémie de COVID-19. Ce qui limitera un tant soit peu une aggravation de l'état sanitaire du pays due au manque ou à l'absence de prise en charge. Il reste que les mesures barrières à adopter doivent également être prescrites par les médecins libres prenant en charge des malades du nouveau coronavirus.

La vente en pharmacie strictement sous prescription médicale des médicaments en question permettra d'éviter l'automédication et partant, les complications. Si l'on s'en tient au protocole du traitement mis en œuvre actuellement pour traiter le nouveau coronavirus, une seule boîte d'hydroxychloroquine par patient suffit, auquel il faut associer  l'azithromycine. Ces médecins généralistes, français ou malagasy, qui revendiquent « le droit d'aller au front et d'enfoncer la première ligne du virus » seront-ils entendus par les autorités concernées ?

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Quarantaine systématique pour tout voyageur : Une décision validée à 100% par la population du Boeny

Bon nombre d’observateurs considèrent la réouverture des routes nationales de trois jours, du 7 au 9 avril inclus, comme « une erreur monumentale ». En effet, cette initiative risque de favoriser la propagation du coronavirus dans les autres régions encore non contaminées. Les voyageurs ne seront soumis à aucun test, donc aucun moyen de savoir s’il existe des cas confirmés parmi eux. Connaissant l’indiscipline et l’insouciance des Malgaches par rapport à cette pandémie, les conditions que le chef de l’Etat a annoncées dimanche soir ne seront certainement pas suffisantes. À en juger par ce qui s’est passé hier à la gare routière d’Andohatapenaka. En effet, suite à l’annonce d’un délai exceptionnel pour la réouverture des routes nationales, des milliers de personnes se sont ruées vers Andohatapenaka pour récupérer une autorisation et réserver au niveau des guichetiers. Conscientes du risque, les autorités à Mahajanga ont pris la décision de mettre en quarantaine systématique toutes les personnes qui arrivent dans la région Boeny. Une décision saluée unanimement par la population locale. A travers les commentaires sur les réseaux sociaux, le Maire de Mahajanga, Mokhtar Salim Andriantomanga, a reçu des messages de félicitations et d’encouragements de la part des « Zanak’i Boeny ». Ceux qui prévoient d’emprunter la route nationale numéro 4 ce jour risquent ainsi d’être déçus, car après la fin de leur confinement systématique, le 22 avril, le président de la République pourrait annoncer le retour à la vie normale qui signifie reprise de toutes les activités. 

Davis R