Les actualités Malgaches du Dimanche 07 Avril 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Émeute à Maroantsetra, des maisons de polices ravagées par des incendies

Tout a commencé par la mise en détention d’un étudiant suite aux plaintes d’une personne de sexe féminin. La police a emmené cet étudiant, blessé, à l’hôpital le matin du 6 avril. Le médecin a tout de suite déclaré son décès. La mort du jeune étudiant a créé la panique dans tout Maroantsetra. Il aurait été tabassé durant sa détention.
Les remarques des traces de violences sur les corps du défunt ont provoqué la colère chez une partie de la population qui s’est rendue au poste de police le soir même, pour le détruire. Ensuite, une foule a mis feu aux maisons des policiers. Et ils demandent une vindicte populaire pour les policiers responsables. Les agitations ont provoqué 2 morts et 6 maisons incendiées.
La Vérité0 partages

Rajaonarivony Rabarison Holitiana - « Les gens confondent encore psychiatre et psychologue, d'où cette gr...

Dans cette interview, Rajaonarivony Rabarison Holitiana, psychologue clinicienne et psychothérapeute, diplômée de l’université de Paris Descartes, va apporter des explications voire des éclaircissements concernant le métier de psychologue. Œuvrant depuis 3 ans à Madagascar, à la Polyclinique d’Ilafy, elle s’est imprégnée dans ce milieu que la plupart des Malagasy considèrent comme un monde de fous.La Vérité (+) : C’est quoi un psychologue ? Quelparcours faut-il suivre pour devenir psychologue ?  Holitiana Rajaonarivony Rabarison  (-) : Le psychologue est un expert du comportement, des émotions et de la santé mentale. Il intervient auprès des personnes qui éprouvent de la détresse ou des difficultés psychologiques. Chaque psychologue a réalisé au moins 5 années d’études universitairesen psychologie.

(+) : Le travail d’un psychologue consiste à faire quoi ? (-) : Le travail du psychologue consiste à évaluer le fonctionnement psychologique et la santé mentale de la personne. Il détermine également les interventions qui pourraient aider son patient et procéder aux interventions qu’il est habilité à faire, par exemple la psychothérapie. Si le psychologue estime que la personne a besoin de médicaments, il lui recommande de consulter un médecin généraliste ou un psychiatre. (+) : Est-ce qu’on peut nourrir une famille et subvenir à ses besoins en étant psychologue à Madagascar ? Le tarif d’une consultation et/ou des séances s’élève à combien ?(-) : Certainement, le métier de psychologue est déjà viable à Madagascar. La consultation varie entre 20 000 et 120 000 ariary. Toutefois, un psychologue fonctionnaire peut recevoir gratuitement des patients. Les consultations se passent à l’ex-Institut d’hygiène sociale à Analakely.(+) : Le nombre de psychologues à Madagascar est-il suffisant ? Quels caractères faut-il avoir et / ou adopter pour être un psychologue ? Le nombre de psychologues à Madagascar n’est pas suffisant car nous ne sommes que 20 psychologues membres de l’Ordre national des psychologues de Madagascar et exerçons tous à Antananarivo malgré une forte demande dans les autres Provinces. Pour être psychologue, il faut être curieux, à l’écoute, empathique. Pendant nos interventions, on se doit aussi de se décentrer de nos valeurs, de nos principes, d’éventuels jugements afin de pouvoir accompagner efficacement nos patients. (+) : Pour quelle raison les Malagasy et/ou vos patients en particulier ont recours à votre service ? Est-ce les personnes ayant des problèmes mentaux qui se rendent auprès d’un psychologue ? (-) : Nous recevons de nombreuses personnes avec des problématiques diverses, à savoir les problèmes de couple, familiaux, identitaires, santé, relationnels, harcèlement au travail, dépression, stress chronique,... Par contre, les personnes confondent encore psychiatre et psychologue, d’où cette grande réticence à nous consulter. Le psychologue ne s’occupe pas seulement des problèmes mentaux et ce ne sont pas les « fous » qui viennent nous voir. Nous recevons aussi des gens bien portants qui désirent tout simplement entamer une psychothérapie, de même que des personnes vulnérables au niveau psychique. (+) : Les clients s’intéressent-ils aux services offerts par les psychologues, le nombre de consultations par jour et l’intérêt porté à votre intervention ? (-) : Les clients commencent de plus en plus à s’intéresser aux services que nous leur offrons. En moyenne, je reçois une trentaine de consultations  par  mois. C’est très variable d’un jour à l'autre car il y a des créneaux fortement demandés comme les demi-journées où les enfants ne vont pas en classe et peuvent nous consulter. J’interviens également dans les entreprises et dans les établissements scolaires dans le cadre de la dispense de formation, d’« écoles de parents » ou de séances d’information sur une problématique liée à la psychologie. J’en conclus alors que les Malagasy commencent à porter un intérêt à nos interventions.(+) : Quelle sont les difficultés rencontrées par les psychologues à Madagascar ?(-) : La méconnaissance du métier ? je dirais. Et aussi le fait qu’il y ait des usurpateurs du titre de psychologue qui nous donnent une mauvaise image.  (+) Etre psychologue vous procure quoi dans la vie ?(-) : Comme tout métier qui est aussi une passion, être psychologue me rappelle que c’était un rêve de petite fille que j’ai pu réaliser et que je réalise encore chaque jour, surtout quand le changement désiré par le patient, à travers sa psychothérapie, est très palpable et très rapide. (+) : Pouvez-vous me raconter une anecdote qui vous a marquée au cours de votre exercice ? (-) : Cela sera assez difficile pour moi, étant moi-même soumise au secret professionnel. Toutefois, je vais vous relater un cas très général et pas une situation particulière. Ce qui me marque et me marquera toujours, ce sont les accompagnements psychologiques de fin de vie dans le cadre de soins palliatifs. C’est très coûteux psychiquement et pas toujours facile d’instaurer une bonne distance thérapeutique avec les patients et leurs familles malgré les expériences que j’ai déjà pu avoir avec cette population. Propos recueillis par Kanto Rajaonarivony

La Vérité0 partages

Coupure d’eau à Antsahameva Ankatso - Veillée des habitants auprès de la borne fontaine publique

Les problèmes d’eau dans plusieurs quartiers sont loin d’êtres résolus. La compagnie d’eau et d’électricité de Madagascar (JIRAMA) avance des problèmes d’infrastructures comme leur vétusté et leur insuffisance face à la croissance de la population, qui demande la hausse de besoin en eau ainsi que le gaspillage, comme les raisons principales de ce problème d’approvisionnement en eau. Parmi les quartiers les plus touchés figurent notamment Ambohimangakely, Soamanandrariny et Ambohibe Ilafy pour le côté est, Andoharanofotsy et Mahalavolona pour le côté ouest et Sabotsy Namehana et Lazaina ou encore Ambondrona et Faravohitra pour les côtés nord et sud. Le ras-le-bol est donc partout et dernièrement, c’était dans la partie de Tsiadana et d’Andraisoro que les manifestations ont explosé. Pour rappeler les faits, des bidons jaunes ont été mis par les habitants sur la route, vendredi dernier, pour bloquer la circulation afin de tirer la sonnette d’alarme. Selon les explications recueillies, leur mécontentement est dû à cause de la coupure d’eau qui est trop fréquente depuis plusieurs années. Apparemment, c’est la panne de quelques jours qui a surtout alarmé les consommateurs dans ces quartiers. De la matinée jusqu’à très tard dans la soirée, l’eau sortant du robinet n’arrive même pas à remplir douze bidons sur une centaine qui font déjà la queue et pourtant, le gagne-pain de plusieurs personnes qui y habitent dépend entièrement de l’eau. Sans parler des besoins d’eau quotidiens de chaque foyer. Pendant la « petite » grève, les Forces de l’ordre sont descendues sur place mais le calme est revenu surtout avec la promesse des responsables de trouver des solutions seulement en quelques heures. Pourtant, jusqu’à maintenant, les grognes des habitants ne cessent pas puisqu’aucune évolution de la situation n’a été enregistrée. Les habitants de Tsiadana et d’Andraisoro sont toujours privés d’eau.

Le bidon à 1000 ariaryPas loin de Tsiadana, les consommateurs à Antsahameva Ankatso sont également en galère puisqu’ils achètent le bidon d’eau à 1000 ariary, après une coupure de 72 heures à la borne fontaine. « Cela fait trois nuits que les habitants d’Antsahameva et ses alentours, en face du portail de l’Université d’Antananarivo, dorment près du borne fontaine à cause de cette coupure d’eau. C’est la galère totale car si même l’eau du robinet se remet à couler pendant 30 à 40 minutes, il n’arrive à remplir que quelques bidons raison pour laquelle les queues ne s’arrêtent plus de s’allonger sur place. Pour attendre que l’eau revienne, beaucoup sont donc obligés d’y dormir afin d’avoir de l’eau. Ceux qui ne peuvent pas attendre achètent donc le bidon à 1000 ariary à ceux qui peuvent en donner. De l’eau trouvée ailleurs et transportée sur place par des voitures », explique Lemana Elisée sur son compte facebook. Apparemment, cela est devenu un business pour certains mais  il vaut mieux payer fort au lieu de dormir dans le froid dehors. Quoi qu’il en soit, aucun communiqué n’a été fait à propos de cette coupure et personne ne connait la vraie raison. « Nous attendons le retour de l’eau, d’ailleurs, tout le monde n’aura pas toujours le moyen de se payer le bidon à 1000 ariary donc il faut bien que la JIRAMA trouve une solution car on souffre », conclut-il. Selon d’autres informations, le ministère de tutelle ainsi que la compagnie proposent de construire des forages dont les premières infrastructures seront construites à Ambohimangakely et à Ambohitrarahaba. Il s’agit d’une solution rapide et ces forages devraient produire 100 m3 par heure et  être opérationnels dans six mois, au plus tard. « Jirama Water Three », une amélioration de l’extension du réseau de distribution d’eau à Antananarivo figure également parmi le projet de la JIRAMA. Ainsi, les habitants de ces quartiers devront  donc encore patienter car la machine est encore loin d’être en marche. T.A.

La Vérité0 partages

« Velirano » du Président Andry Rajoelina - Les grands chantiers débutent à Toamasina

Les actions continuent ! Après le dernier lancement du « Vary Mora » et la présentation de l’aménagement du bord de la mer à Toamasina, le Président Andry Rajoelina est de retour au Grand port pour poursuivre la concrétisation de ses « Velirano ». A peine arrivé de son déplacement du Sénégal samedi, le patron de l’Exécutif a effectué sa seconde visite dans le Betsimisaraka hier. Cette fois – ci, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une voie rapide (autoroute) reliant le Port de Toamasina à la route nationale n°02. Une voie qui s’étend sur près de 10km et dont le délai d’exécution est de 24 mois. A priori, l’ouvrage a pour objectif d’ « accompagner le projet de développement du port de Toamasina et constitue également une solution pour résoudre de problème de saturation du réseau de transport dans la ville ». La cérémonie de lancement des travaux fut l’occasion pour le Président de réitérer les autres projets dont bénéficiera la capitale de l’Atsinanana.

« Nous devons travailler de manière rapide et moi – même je travaille sans relâche, 24h sur 24. Nous allons commencer la réalisation des Velirano qui ont été promis à la population à l’instar de la nouvelle ville, l’extension du Port, ect. », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Il a particulièrement insisté sur l’évènement d’hier qui fut une journée mémorable car marquant le début effectif des travaux pour la transformation de Toamasina en une ville modèle et moderne. Du rêve à la réalitéBientôt, les habitants de Toamasina passeront du rêve à la réalité. Aux grands ouvrages précités s’ajoutent, en effet, d’autres projets comme la construction d’un nouveau gymnase pour remplacer celui de Soavita qui date déjà de plusieurs années, la création de centre de loisirs et de formation pour les jeunes, les buildings et Trano Mora. Selon les explications, le nouveau stade devra être terminé avant la célébration de la fête nationale, le 26 juin prochain. Le Canal de Pangalane fera aussi l’objet de travaux et dans cette optique, le Chef de l’Etat a envoyé une délégation au Maroc. Pour ceux qui doutent encore de sa bonne foi, le Président Andry Rajoelina a donné rendez – vous à ses détracteurs dans deux ans pour évaluer les travaux effectués. « Je viendrai régulièrement à Toamasina pour suivre de près la réalisation de tous ces grands ouvrages », a promis le jeune Président. Il a également assuré que des Chefs d’Etat étrangers seront invités au moment de l’inauguration de ces grandes infrastructures.La Rédaction

La Vérité0 partages

Bavure policière à Maroantsetra - 2 morts, 22 habitations incendiées

Deux morts, des blessés dont un policier et une vingtaine d’habitations incendiées, la plupart appartenant aux familles des policiers !   La journée, puis toute la nuit du samedi dernier, Maroantsetra était comme un volcan en éruption, une situation  liée à la colère de ses habitants envers la Police.  Un jeune collégien de 16 ans a été accusé de vol par sa petite amie ou copine et placé en garde à la vue dans les locaux de la Police dans l’après-midi de vendredi. Personne n’est en mesure d’affirmer ce qui s’était passé dans la nuit de vendredi dans ce lieu de détention mais c’est le corps sans vie de ce collégien qui a été amené par la Police à l’hôpital. Et pourtant selon les témoins, le jeune garçon était en bonne santé lors de son interpellation la veille. Cependant l’autopsie  effectuée par le médecin de l’hopital, hier, a mentionné des traces de coups et tortures sur le corps de la victime.

La mauvaise nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre dans la ville de Maroantsetra accusant les policiers de maltraitance ou de violence envers l’adolescent et ayant causé sa mort.Des proches de la victime auraient eu l’intention de remettre le corps à la Police mais ils ont été dissuadés par un haut responsable local de ne pas passer à cet acte. Cependant, des jeunes de la ville en colère aidés par une partie de la population  ont voulu faire la peau aux policiers retranchés au commissariat. Face à cette furie populaire et à l’entrée dans leur local d’une partie des émeutiers, les policiers ont usé de leurs armes à feu. Ce face à face a fait un mort et des blessés.  Les émeutiers se sont repliés et retournés vers les habitations des policiers dans la ville. La maison du policier accusé à tort ou à raison d’avoir torturé l’adolescent placé en garde à vue, était la première incendiée. Suivent ensuite celles de ses collègues et de leurs proches. Au total  22 habitations ont été incendiées par les émeutiers pendant la nuit. Trois autres  constructions appartenant à des particuliers ont dû être démolies afin d’éviter qu’elles soient également touchées par le feu. « Après un peu d’accalmie d’une heure seulement environ, la ville était de nouveau entrée en ébullition à partir de 19h ce samedi là. Depuis, la situation s’est envenimée car il n’y avait plus aucun moyen pour retenir cette foule survoltée et assoiffée de vengeance », s’exprime un témoin. De son côté, la Gendarmerie explique qu’agissant en véritables commandos, ses éléments se sont efforcés à chercher tous les membres des familles des policiers encore restés en ville pour les mettre en lieu sûr, dans le local de la compagnie de Gendarmerie. Et pendant toute cette nuit d’émeute, tous les agents de Police retranchés dans le commissariat de la ville, ont dû être également transférés dans le camp de la Gendarmerie. C’était dans ces circonstances qu’un policier fut blessé en tentant de repousser les émeutiers en train de mettre le feu sur sa maison.  Sur place, le calme n’était revenu peu à peu que dimanche.  Hier, une forte délégation officielle s’est déplacée à Maroantsetra et incluant le ministre de la Sécurité publique et le secrétaire d’Etat à la Gendarmerie. Ces autorités du pouvoir central ont parlementé avec les familles des victimes tout en leur présentant les condoléances. Elles ont annoncé  l’ouverture d’une enquête pour éclaircir cette affaire et ont appelé tout un chacun à rester calme. Des informations  officieuses circulaient tard dans la soirée que la délégation officielle a pris la décision de suspendre sur le champ, les policiers officiant au commissariat de Maroantsetra y compris le commissaire. Interrogée hier en début d’après-midi, la Police a affiché encore la plus grande prudence.  D’après toujours une source policière, la consigne était stricte : pas un mot sur Maroantsetra tant que la délégation officielle dépêchée d’urgence sur place ne soit retournée dans la Capitale…Franck Roland

La Vérité0 partages

Forêt primaire de Vohibola - L’Etat doit agir … et vite !

Le sort de la forêt primaire de Vohibola à Ambinaninony, Brickaville, dépend du rapport de mission effectué par des collaborateurs du ministre de l’Environnement et du Développement durable Alexandre Georget sur le terrain de mercredi à vendredi, la semaine dernière. La descente a fait suite à des injonctions du secrétariat général de la Présidence  qui était directement saisi de cette affaire à dimension planétaire  actuellement.Durant son séjour à Vohibola, l’équipe ministérielle a constaté de visu l’état de destruction massive de la forêt primaire de la localité sur la rive gauche du canal des Pangalanes à 60 km de la ville de Toamasina, direction sud entre les villages de Topiana et d’Andranokoditra. Cette réserve naturelle du littoral est disparaîtrait d’ici peu en raison de l’ampleur de la contrebande, œuvre d’un insatiable réseau de mèche avec des responsables locaux.Menaces de mortDans la journée du 24 mars, un groupe de villageois, tous des volontaires, équipés d’armes blanches ont procédé à la destruction d’un campement clandestin dans la forêt. C’était un message pour les contrebandiers. Près d’une centaine d’individus s’y sont installés peu de temps auparavant. Mais ils ont évacué la zone après le passage des éléments de la direction régionale de l’Environnement et du Développement durable d’Atsinanana avec deux gendarmes.Une centaine, c’est peu. « Ils ont été plus d’un millier à envahir notre forêt. Elle est sacrée pour nous. Nos parents l’ont protégée. C’est à nous maintenant de faire de même », dit un représentant de la communauté. Celui-ci reçoit constamment des menaces de mort. C’est aussi le cas d’un couple étranger. Ce dernier a milité corps et âme pour la sauvegarde de la forêt, reconnue être l’habitat unique des espèces qui n’existent nulle part ailleurs au monde.En infraction« On s’est battus depuis plus de cinq ans contre un mur. On est en danger permanent de mort. Mais on garde la tête haute », nous a informé le couple. Visiblement, les braconniers et leurs complices sont des personnes dangereuses. Dans la nuit du 23 mars, des villageois avec des journalistes, des correspondants internationaux, ont effectué une patrouille nocturne, sous une pluie diluvienne, à bord d’une embarcation motorisée sur le canal des Pangalanes.En effet, les patrouilleurs sont tombés sur d’autres embarcations, visiblement en infraction. Du coup, leurs occupants ont proféré des menaces verbales à l’endroit des patrouilleurs qui ont dû se tenir à l’écart. A Andranokoditra, les habitants ont des soucis pour leur propre sécurité s’ils n’ont eu rien à s’inquiéter jusqu’à récemment. « Les braconniers menacent de nous tuer si nous nous aventurons à les gêner », rapportent leurs représentants. De fait, l’association Razan’i Vohibola, créée en 2016, ne peut rien contre les envahisseurs.D’origine criminelleIl y a urgence à Vohibola. D’une superficie initiale de 2 000 ha environ, la forêt est sérieusement affectée. La coupe sélective se double de défrichement systématique, au profit de la production de charbon, et de feux de forêt d’origine criminelle. Les braconniers chassent les lémuriens, dont sept espèces sont recensées dans la forêt. Ils ont aussi mis le feu sur la partie sèche à proximité d’un établissement hôtelier après les interventions du propriétaire.La zone boisée, la seule à proximité de la ville de Toamasina en longeant le canal de Pangalanes, ne serait plus qu’une histoire d’ici quelques années si le gouvernement ne fait rien dès maintenant. « Cet endroit était densément couvert dans les années 80. Mais il est complètement dénudé à présent », témoigne un père de famille en désignant la lisière de la forêt au cours d’une expédition de vérification sur terrain ce 23 mars.Difficilement contrôlableJustin, 80 ans, le plus vieux d’Andranokoditra a fait le même constat. Il est plutôt sceptique. « Je ne donne pas plus de 3 ou 4 ans à cette forêt avant qu’elle ne disparaisse entièrement si la destruction actuelle continue », regrette-t-il. Un autre au village de Tampina, à 9 km de là, a dit que la forêt de Vohibola n’aurait plus que moins d’une année pour survivre si l’actuel rythme de destruction dont elle subit continue.Les produits forestiers clandestinement prélevés de la forêt de Vohibola partent tous pour Toamasina, la capitale économique de l’île. Le périmètre est difficilement contrôlable. Les contrebandiers en profitent pour opérer à loisir. Les possibilités offertes par la navigabilité du canal de Pangalanes leur facilitent l’affaire avec la complicité des responsables à des différents niveaux. Les contrebandiers, des chômeurs, viennent de Toamasina pour la plupart.Ils semblent bénéficier d’un appui solide. Des responsables seraient derrière eux. « Le maire (ndlr : celui d’Ambinaninony) a réuni des villageois contre nous. Il veut que nous nous pliions à lui. Mais son réseau de contrebande va être démantelé car c’est soit lui soit nous », nous a informé mardi soir le couple étranger cité plus haut. Depuis quelque temps, ses partenaires et lui ont multiplié les cris d’alerte au sujet de la forêt de Vohibola.Cas isoléLes responsables régionaux, quant à eux, accusent le couple de mauvaise foi. « Des villageois sont fâchés contre eux. Ils ne paient pas les patrouilleurs. Pourtant, ils se servent de la forêt de Vohibola pour trouver des financements à l’extérieur. Nous allons prendre une mesure d’ici peu », nous a confié le directeur régional. Les villageois, de leur côté, disent qu’ils protègent volontiers la forêt pour leurs enfants…Vohibola n’est pas un cas isolé, selon le directeur régional de l’Environnement et du Développement. « Ce genre de problème se produit partout dans les pays pauvres », soutient-il. A son avis, les controverses autour de cette affaire relèvent d’une histoire montée de toutes pièces. La vraie réalité sur le terrain dit plutôt le contraire. Affaire à suivre.

La Vérité0 partages

Asia-Enjoy Madagascar - Pari tenu pour les organisateurs

La quatrième édition de l’Asia-Enjoy Madagascar s’est clôturée sur une note positive, hier à Tanjombato. Le bilan final des organisateurs se fera bientôt pour voir si un salon de neuf jours peut vraiment tenir la route dans la Capitale. Et si c’est le cas, ils devront détecter les points à renforcer pour maintenir encore plus l’attention des visiteurs.Dossier réalisé par Rova Randria et Hervé L. La quatrième édition de l’Asia-Enjoy Madagascar a ouvert ses porters, le 30 mars dernier. Ce fut ainsi neuf jours consacrés à des ventes et des expositions pour les pays de l’Asie mais également ceux de l’océan Indien. Un challenge assez important. Il ne faut pas oublier que c’est la première fois qu’un événement commercial dure aussi longtemps dans la Capitale. Mais en tout cas, les organisateurs ont tenu leur pari. « Ce fut un grand défi pour nous d’avoir organisé cette édition. Toutefois, nous repartons sur une note positive. Effectivement, pour une première, nous avons bien rempli notre mission. Le bilan reste positif », maintient Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation du salon. A noter que les organisateurs ne sont pas les seuls à être satisfaits. Il en est de même pour les participants. « Les jours ouvrables ont été un peu difficiles mais durant les deux week-ends, nous avons su nous rattraper et attirer un bon nombre de clients potentiels », explique un exposant dans le domaine du bien-être. Pour rappel, les organisateurs ont décidé de rallonger la durée du salon à la demande des exposants venant de l’Asie. « Effectivement, ce serait une perte pour eux de venir pour seulement quatre jours. Ils nous ont demandé deux week-ends. Ainsi, nous avons accepté de changer le calendrier du salon pour leur permettre de venir et de nouer des relations autant avec les consommateurs que les entreprises locales », précise le président du comité d’organisation. « Maforal » : faire connaître Madagascar à travers la mode« Maforal » ou « Madagascar for All », la marque de la styliste Yaoudah, a été dévoilée au mois de juin 2017. Aujourd’hui, elle ne cesse de progresser. Après les vêtements bien évidemment, Maforal s’étend désormais vers la conception originale de sacs mais également de chaussures. L’idée étant de fabriquer des produits authentiques et de qualité à la portée de tous. En tout cas, l’ambition de la marque d’accéder au marché international et pas seulement au marché local est toujours d’actualité. « Nous voulons vraiment faire connaître Madagascar dans le monde entier à travers nos différentes créations », explique Yaoudah. A travers les vêtements qu’elle crée, elle essaie donc de faire refléter la culture malagasy, comme le slogan de sa marque « Dare to be yourself » le précise bien. Pour ce faire, elle use donc principalement de tissu typiquement malagasy comme le « soga », le « landy » mais également le raphia. « Chaque pièce de mes collections détient une part de la culture malagasy mais cela n’empêche pas les gens d’autres cultures de la porter », conclut-elle.Une participation active de la BNI Madagascar Du 30 mars au 7 avril dernier, la BNI Madagascar s’est retrouvée à la zone Forello Expo de Tanjombato, au milieu des participants de la quatrième édition du salon Asia Enjoy Madagascar. Avec l’ensemble des pays de l’Asie du Sud-est et de l’Asie continentale, cette plateforme économique a permis  à la BNI Madagascar d’assurer sa mission en tant que banque universelle et d’accompagner tous les acteurs, salariés d’entreprise, professionnels mais aussi chefs d’entreprise, importateurs et exportateurs dans leurs projets. Par le biais d’un stand de 40 m2, les équipes de BNI Madagascar - élue cette année la meilleure banque de Madagascar par le magazine international Global Finance - ont alors conseillé et proposé des solutions bancaires aux opérateurs économiques, aux investisseurs et aux porteurs de projets venant de plus de dix-huit pays. « Multisectoriel, l’événement Asia Enjoy Madagascar devrait constituer une convergence économique et commerciale gagnant/gagnant entre toutes les parties prenantes. La facilitation de la démarche des investisseurs qui choisissent de s’implanter à Madagascar est l’objectif de la BNI Madagascar à ce premier salon professionnel de l’année », a déclaré Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques auprès de BNI Madagascar.« La banque qui fête ses 100 ans » cette année a mis en avant ses produits et services qui faciliteront les relations économiques et commerciales entre Madagascar et la Région indianocéanique. Aussi, les visiteurs particuliers ont également été écoutés et conseillés dans leurs projets familiaux.

La Vérité0 partages

Omni sollicité !

Notre jeune Président a-t-il le vent en poupe ? A peine investi à son fauteuil de Président de la République le 19 janvier 2019, Rajoelina Andry Nirina compte déjà sur son tableau de palmarès deux visites d’Etat en tant qu’invité d’honneur. Et gageons que d’autres vont certainement suivre ! Le benjamin des Chefs d’Etat du continent noir fascine. A la tête d’une immense ile, grande comme la France, la Belgique et le Luxembourg réunis, à quarante-quatre ans, Rajoelina impressionne ! L’île Maurice, une île sœur des Mascareignes, en début de mars, invita spécialement le jeune Président Rajoelina Andry Nirina à honorer de sa présence les cérémonies de célébration du 40 ème anniversaire de son indépendance. Une grande première dans l’histoire des relations bilatérales entre les deux îles. En tant qu’invité d’honneur (special guest), le Chef de l’Etat malagasy, accompagné de son épouse, a été reçu sur le sol mauricien avec tous les honneurs. Des entretiens et des entrevues entrant dans le cadre du raffermissement des relations d’amitié des deux peuples  mais aussi et surtout des réunions et conférences pour la consolidation du partenariat économique ont pu avoir lieu.

A noter que Maurice la « petite » île sœur fait partie des « géants » de l’économie du continent noir. Elle caracole à la place d’honneur au même titre que les pays émergents comme l’Afrique du Sud ou le Nigeria. C’est une marque d’honneur particulière à l’endroit de tous les Malagasy d’avoir été considérés comme tels. D’importants accords de partenariat économique ont été signés. Entre autres, la mise en œuvre d’un parc industriel à Moramanga. Une zone industrielle spéciale qui fait des vagues pour ne pas dire de faux débats au pays. Il n’a jamais été de céder une portion de terre. Madagascar, à travers l’Initiative pour l’émergence véhiculée, ne voulait pas rater toutes les opportunités, savoir-faire ou expériences, qu’offrent les opérateurs mauriciens.Le Sénégal, l’autre géant de l’Afrique, manifesta aussi son intérêt de voir le benjamin des Chefs d’Etat d’Afrique honorer de sa présence les cérémonies officielles de célébration du 59 ème anniversaire de son indépendance. Le Sénégal accéda à l’indépendance le 4 avril de la même année que Madagascar en 1960, l’époque où la France, la puissance coloniale, « lâchait » une bonne partie de ses colonies d’Afrique. Dans le pays d’Abdou Diouf, le concept d’émergence, cher à notre homme fort, domina la philosophie des relations. Le Sénégal, un pays côtoyant de près les pays membres du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), dispose autant d’opportunités que la Grande Ile pourrait éventuellement exploiter. En somme, la visite d’Etat du couple Rajoelina Andry Nirina conforte la place Madagascar dans le concert des Nations souveraines et dignes de respect.Partout, Rajoelina et son épouse,  de l’île Maurice au Sénégal, ne manquèrent pas l’occasion de rendre et  s’entretenir avec la diaspora malagasy. Des rencontres enrichissantes pour les deux parties. Le Président tenait à rappeler à nos compatriotes résidant à l’étranger l’importance capitale d’investir au pays. Ils les invitent à contribuer à cet effort herculéen de redresser le pays. Omni sollicité, en dépit de son jeune âge et grâce à une ferme volonté de relever le défi malgré les multiples difficultés, Rajoelina Andry force l’admiration de la Communauté internationale.  Ndrianaivo

Ino Vaovao0 partages

FILOHAM-PIRENENA TAO TOAMASINA : Tafapetraka ny vatofehizoron’ny « autoroute » avy eny an-tseranan-ts...

Taorian’ny dia nataony tany Sénégal izay nanasan’ny Filoha Macky Shall azy ho vahiny manokana nandritra ny fankalazana ny fetin’ny fahaleovantena sy ny fianianan’ ny Filoha senegaley, dia Toamasina no notsidihin’i Andry Rajoelina voalohany.Ny alahady 7 avrily tamin’ny 10 ora sy 50 mn no nigadona tao amin’ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy ny fiaramanidina nitondra azy. Nihazo avy hatrany ny vavahadin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny tenany sy ireo delegasiona niaraka taminy.  

Nisy ny fametrahana vatofehizoron’ilay «  voie rapide  » mampitohy ny seranan-tsambon’i Toamasina amin’ny Rn2 Bis. Araka ny fanaza-vana nentin’ny Minisitry ny Fanajariana ny tany sy ny toeram-ponenana ary ny asa vaventy, Hajo Andrianainarivelo, dia mirefy 9 km mahery kely io lalana hamboarina io raha 22,50 m kosa ny sakany. Lalana 4 migodana. Izany hoe roa avy eo amin’ny seranantsambon’i Toamasina mihazo ny Rn2 Bis raha roa ihany koa avy amin’ny Rn2 Bis mihazo ny seranantsambon’i Toamasina. Haharitra 24 volana ny asa fanamboarana. Fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sinoa sy fanjakana Malagasy no angady nananana sy vy nahitana azy. Mandritra io asa fanamboarana io, dia misy ny fanorenana tetezana vaovao sy fanamboarana lalana vaovao avy eny amoron-dranomasina. Fantatra fa ny volana jona izao no hivoaka ny fankatoavana ny drafitra an-tanànan-dehibe ho an’ny Kaominina Toamasina ambonivohitra. 

Hisy fanarenana fotodrafitrasa maro

Ankoatra io fanorenana «  autoroute  » na lalambe migodana ao Toamasina io, dia tafiditra ao anatin’ny polikam-pampandrosoana tarihin’ny Filoha Rajoelina ihany koa ny fanorenana trano fonenana, fanorenana toerana vaovao natokana ho ana orinasa. Tetikasa izay ao anatin’ny veliranon’ny Filoham-pirenena.

Ny solontenan’ny masoivoho sinoa eto Madagasikara kosa tamin’ny fandraisam-pitenenana nataony, dia nanamarika fa mitentina 60 tapitrisa dolara ny vola natokana amin’izaotetikasa fanamboaran-dalana goavana izao. Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina, nanipika ny tenany fa « tsy maintsy miasa haingana » isika satria mila fampandrosoana haingana ny vahoaka Malagasy. Fanombohan’ny asa rehetra eto Toamasina izao fametrahana vatofehizoron’ny « autoroute  » eto Toamasina izao, hoy ny Filoham-pirenena. Hampihena ny fitohanan’ny fiara ao Toamasina ny fahavitan’io lalana migodana io. 

Notsiahiviny ireo tetikasa goavana rehetra atao ao Toamasina. Anisan’izany ny fanamboarana ny moron-dranomasina ho tahaka ny any Miami. Eo koa ny fanadiovana ny tanànan’i Toamasina. Ity farany izay nanaovany fampanantenana fa hanome fiarabe tsy lasaky ny 10 ho an’i Toamasina ny tenany. Ankoatra ny fametrahana ny vatofehizoron’ny lalambe migodana dia nizaha ny dobo filomanosana ao amin’ny CRJS sy ny kianja mitafo CRJS ny Filoha. Nilaza izy tamin’izany fa hamboarina avokoa ireo. Nijery ny fanamboaran-dalana ao Valpinson ihany koa ny tenany. Nampanantena koa ny Filoha fa hamboarina ny lalana miainga ao Salazamay mihazo ny kianjan’ny Poste Analankininina Hopitalibe.

Nojereny ny koa ny tetezana ao amin’ny Maternité taloha. Toky no nomeny tamin’ireo fitsidihana rehetra ireo fa hasiany fanamboarana avokoa ireo. Hitohy anio ny fitsidihana ataon’ny Filoha eto Toamasina.

Nandritra ny kabariny , dia niantso ny firaisankinan’ny Malagasy ny Filoham-pirenena. Ilaina firaisankina ny fanavotana ny firenena, hoy ny Filoha Andry Rajoelina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA NY FIFIDIANANA : Vonona hanolo-tanana ireo kandidan’ny IRD ny IFi manerana ny Nosy

“Izay misy ny Filoha no misy ny IFi ary izay drafi-pampandrosoana atolotry ny Filoha  Andry Rajoelina no tohanan’ny IFi”, hoy ity farany nanamafy ny fahavononany hanolo-tanana ny Kandida Anyah amin’ity fifidianana depiote ity. Fankasitra-hana avy hatrany no nasetrin’i Anyah ny IFi. “Faly ny fo satria vao mainka noporofoinareo ilay hoe « ny fitiavana no lehibe indrindra »”, hoy ity farany.

Fony mbola Kandida ho Filoham-pirenena ny Filoha  Andry Nirina Rajoelina dia efa teo anilany ireo mpikamban’ny IFi, raha ny fanazavan’ny filoha nasionaliny tao amin’ny Hotely Carlton tamin’ny herinandro lasa teo. Samy resy lahatra izy ireo fa ny “Vina Iem” izay novolavolain’ny Filoha Andry Rajoelina no hany tokana afaka hanavotra ny firenena. Vokatr’izany dia nanambatra ny heriny ireo fikambanana maro vonona hanolo-tanana ka nivondrona tao amin’ny IFi. Nijoro ny «  vovonana IFi  » tamin’ny talata 11 septambra 2018  ary napetraka ho filamatra ny hoe :  «  Fifankatiavana, Firaisan-tsaina ary Fifanomezan-tanana”. Fikambanana 14 no nandrafitra azy tamin’io fiforonany io saingy tsy nitsaha-nitombo izany ka tafakatra an-jatony mahery, ankehitriny. Tahaka ny fikambanana rehetra dia mivory matetika ny IFi, mikaon-doha ary mikatsaka izay hahasoa ny firenena.  

Nandritra io fihaonana tao amin’ny Carlton io ihany koa dia nanasa manam-pahaizana Malagasy telo ny IFi hitondra ny fomba fijeriny amin’ny raharaham-pirenena eto Madagasikara ka lohahevitra telo no niompanan’ny dinika tamin’izany dia  “Ny tolona politika sy ny fiarahamonina malagasy”, novelabelarin’ny Jeneraly Ramakavelo Desiré Phillipe  : Mpanoratra, mpanabe, mpandalina tantara, akademisianina. Teo koa ny Profesora Mamy Ravelomanana, filohan’ny Oniversiten’Antananarivo, mpahay toekarena, nanazava mahakasika ny fiovam-penitra mahery vaika amin’ny lafiny ara-toekarena eto Madagasikara.” 

Ny vahiny fahatelo nasaina kosa dia ny Dokotera Thierry Rasolondraibe, teolojista nanazava mahakasika ny “Ny fiangonana sy ny fampandrosoana.”  “Tsy azo sarahina mba hampazava ny fijery sy ny fisainan’ny olona ny lasa, ny ankehitriny ary ny ho avy”, hoy ny Jeneraly Ramakavelo Desiré ary notsipihiny ihany koa fa “matoa misy ny tolona natao na tamin’ny firenena taiza na tamin’ny firenena iza dia nisy ny tsindrihazolena nataon’ny mpitondra ary tsy misy ny tolona raha miadana ny vahoaka ao aminy.” Ny profesora Mamy Ravelomanana kosa dia nilaza fa “Ny firenen-dehibe rehetra, toy ny Anglisy, Sina, Japana matoa mandroso sy lasa lavitra dia tao ny fiovam-penitra mahery vaika nataony izay nialoha ny fanovan-drafitra miainga avy any ifotony. 

Efa ela hoy ity farany no tokony handroso i Madagasikara saingy entanin’ny fisainana “moramora” dia tsy mety lasa lavitra mihitsy.Manana ny paikadiny manokana ny IFi amin’ny fietrehana fifidiananaAnkehitriny ny IFi dia miara-miasa amin’ny “Vovonana IRD” ary mbola miezaka mampiditra ireo fikambanana hafa hanatevina izany. Vonona ny mpikambana rehetra sy ireo fikambanana miaraka aminy hanolo-tanana ny Kandida natolotry ny “Vovonana IRD” ary tsy manohana afa-tsy ny “Vovonana IRD” ihany koa. “Tsy vahiny fa tompon-tanana” ny IFi raha ny fiatrehana fifidianana no asiana teny ary manana paikady mampiavaka azy izy ireo. 

Isan’ireo nandray anjara tamin’ny rodobe nentina nampandaniana ny Filoha, Andry Rajoelina, ohatra, ity fikambanana ity tamin’ny 20 oktobra 2018, mpikambana maro no nandray anjara tamin’ izany satria nahatratra 1 km mahery ny halavan’ny olon’ny IFi, niainga avy teny amin’ny tranombokim-pirenena, Anosy, hamonjy ireo solombavambahoaka teo Mahamasina. Ankoatra ireo dia nampiavaka ny IFi koa ny fanaovana tantara miendrika hatsikana, nanentanana sy nampianarana ireo mpifidy tamin’izany nandritra ny fihodinana voalohany sy faharoa tamin’ny fampielezan-kevitry ny fifidianana filoham-pirenena. 

Nanampy tamin’ny fanisana vato tao amin’ny, QG Arena Alarobia sy tany amin’ny Departemanta rehetra nisahana izany.

Rehefa lany  ka nahavitra ny fianianany tamin’ny maha Filoha azy ny kandida notohanany, Andry Rajoelina dia nohamafisina toy izany ihany koa ny fijoroan’ny IFi ny 21 febroary 2019 ka natsangana sy natolotra teny amin’ny CCI Ivato ireo birao vaovao hitantana indray ny IFi, ahitana filoham-paritra 06 mitantana ny IFi any amin’ny faritany enina.  Ny 05 marsa 2019 lasa teo moa no efa nanambara tao amin’ny hotely Colbert ny IFi fa vonona hanolo-tanana ny solombavambahoaka Ird manerana ny Nosy ary hanao ny fomba rehetra hampandiana azy ireo.  “

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

HALATRA LAVANILA MAITSO AO AMBANJA : Jiolahy miisa telo nataon’ny fokonolona hazalambo

Notazan’ireto mpangalatra ireto mbola maitso ny lavanila ana mpamboly iray any an-toerana ny alakamisy teo, tokony ho tamin’ny dimy ora hariva. Nafatrany tamin’ny gony izay rehetra azony, kanjo teo am-piotazana izy ireo no tratran’ny tompony. Niantso vonjy tamin’ny fokonolona tany an-toerana avy hatrany ity tompom-boly, ka raikitra ny fifanjevoana teo amin’ny roa tonta. 

Nandositra nankany anaty ala ireo jiolahy niaraka tamin’ny antsy sy fitaovam-piadiana hafa, tsy nihemotra tamin’ny fanarahan-dia anefa ny fokonolona fa niroso hatrany na dia maizina aza ny andro. Rehefa nahita izany ireto jiolahy ireto dia namono izay sendra azy avy hatrany. Vokany, olona iray avy amin’ny fokonolona nanara-dia no voatorabaton’ny jiolahy ka naratra mafy.

Vao mainka nampisendaotra ny fokonolona nefa ny nahita ity naman’izy ireo naratran’ireto jiolahy ka nitohy hatramin’ny telo ora maraina ny fifanjevoana teo amin’ny roa tonta na dia maizina tsy nifankahitana aza ny atiala. Rehefa ela nifampitadiavana dia tra-tehaky ny fokonolona ihany ny iray tamin’ireo jiolahy, izay nikasa hamono sy hamirafira ny fokonolona. Tsy nipetra-mora ireo fokonolona nanoloana izany fa niaro tena izay niafarana tamin’ny famoizan’ilay jiolahy iray ny ainy. Nitohy hatramin’ny valo ora maraina ny fifanjevoana teo amin’ny fokonolona sy ny jiolahy, ka tratra tamin’izay koa ilay namany faharoa raha toa ka tafaporitsaka ilay fahatelo farany.  

Raha ny nambaran’ireo fokonolona any an-toerana dia mpivahiny avy any Ambilobe avy any amin’ny kaominina Mantaly fa tsy mponina any amin’io tanàna io akory ireo jiolahy ireo satria tsy nisy nahafantatra azy ireo ny fokonolona any an-toerana. Ny havan’ireo jiolahy rahateo tsy nisy hita ka nalevin’ny fokonolona any an-toerana ihany ny razana. Efa nidina ifotony tany an-toerana moa ny zandary “Be Rambo” nanao fanadihadiana mahakasika ny razana nialoha io nandevenan’ny fokonolona azy io. Hatreto aloha dia tsy mbola tratra ilay fahatelo farany tamin’ireo mpangalatra lavanila maitso saingy mbola mitohy hatrany ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro ny filaminana raha ny tatitra voaray.

Raha ny nambaran’ny mponina dia tsy mbola fotoam-piotazana lavanila izao kanefa dia efa mirongatra sahady ny fangalarana lavanila maitso. Velon’ahiahy araka izany ny mponina any an-toerana no sady raiki-tahotra fatratra. Ahiana mety hampitotongana ny vidin’ny lavanila mantsy ny fiotazana azy maitso tahaka izao. “Tokony hojerena akaiky ny mahakasika ity raharaha ity satria matoa misy ny mpangalatra lavanila maitso dia misy ihany koa izany mpandraharaha mividy lavanila maitso izay tokony saziana faran’izay mafy”, hoy ny tarainan’ireo mpamboly lavanila any an-toerana.

A.Lepêcheur, Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY SY FANAFIHANA MITAM-PIADIANA : Jiolahy iray tra-tehaka tany Antalaha

Raha ny angom-baovao voaray dia efa hatramin’ny taona 2009 ity tratra ity no nanao ny asa ratsiny. Tra-tehaka niaraka taminy ihany koa ny basy “Kalachnikov” sy bala an-jatony izay voamarina fa an’ny mpitandro filaminana. Raha ny antontan’isa voaray avy eo anivon’ny mpitandro filaminana kosa dia tafakatra folo hatreto ireo jiolahy tratra tamin’ity resaka fakàna an-keriny sy fanafihana mitam-piadiana ity manerana ny Nosy.

Ny fampiharana izany moa dia tafiditra tanteraka ao anatin’ny fampiharana ny politika ankapoben’ny fanjakana amin’ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana.Raha ny nambaran’ny mpitandro filaminana hatrany dia miparitaka manerana an’i Madagasikara mihitsy ireo mpaka an-keriny satria raha tany Antalaha iry nolazaina tetsy aloha no tratra dia mbola nisy hafa ihany koa teto amin’ny faritra manodidina an’Antananarivo sy tany amin’ny Faritra Boeny, Mahajanga.

Fiara roa an’ireo olon-dratsy no nambaran’ny mpitandro filaminana fa tsy maintsy nogiazan’izy ireo ary trano maromaro teto Antananarivo ihany koa no nosavaina nahafahana nahatratra ny dian’ireo mpanao asa ratsy sy ny toerana iereny. “Efa manomboka voafehy ny filaminana eto Madagasikara”, hoy ny tatitry ny avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena nahatratra ireto tambajotran-jiolahy ireto. 

Na izany aza, nanamafy izy ireo fa mbola hitohy foana ny paikady napetraky ny zandary hanamafisana ny fandriam-pahalemana eto Madagasikara. Isan’izany, ohatra, ny “hetsika papango” nentina nametrahana mpitandro filaminana andro aman’alina amin’ny toerana rehetra mafampana amin’ny asan-jiolahy manodidina an’Antananarivo. Azo lazaina fa tena nahitam-bokany io “hetsika papango” io na dia mbola vao tamin’ny voalohandohan’ny volana febroary aza no natomboka. Mbola hitohy hatrany moa ny fisamborana ireo olon-dratsy ary tsy hanavahana na iza na iza ny fisamborana, hoy ny avy eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena.

Ny Ami}

Ino Vaovao0 partages

FANESORANA NY LEHIBEN’NY DISTRIKA ANY VOHEMAR : Misy ambadika politika ?

Izay nambaran’ny raiamandreny sasany any Vohemar manoloana ny hetsika fanoherana ny lehiben’ny distrika any an-toerana. «  Voizina tato ho ato fa mikorontana ny mponina eto Vohemar hoe hanala ny lehiben’ny Distrika.Eto, tianay ny manambara fa tsy nahomby tanteraka ny teti-dratsy saika hataon’ireo olom-bitsy izay niezaka hamory olona hanakorontana satria zara raha ampy roapolo ny olona tonga na dia teo aza ny fitetezan-trano nataon’ny Ben’ny tanàna  eto an-toerana izay hilatsaka hofidina ho solombavambahoaka. Teo ihany koa ny antso natao variraraka tao amin’ny radio iray eto an-toerana izay kandida hilatsaka hofidina ny tompony, hoy ireto raiamandreny ireto.

Tianay ny manambara etoana hoy hatrany ireto farany fa lainga avokoa ireo afafy aminy zotran-tserasera sy an-gazety mikasika ity lehiben’ny distrika ity toy ny hoe manao kolikoly, mpiray tsikombakomba amin’ny mpivarotra rongony sns. Ny mahagaga mantsy hoy ireto raiamandreny ireto  nahoana hatrizay tsy novoizina izay resaka izay fa amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, satria tsotra ny antony dia atahorana ho lany ny kandida  natolotry ny antoko eo aminy fitondrana izay zandriny indrindra amin’ireo kandida miisa 13.

Hanao fanambaràna ireo beantitra

Ny fanesorana ny lehiben’ny distrika ao Vohemar arak’izany no vahaolana hitan’ireo kandida sasany fa fomba tsy hahalany an’ity kandidà farany ity.Na izany na tsy izany tezitra ireo beantitra any an-toerana amin’izao fotoana izao satria « tsy nahazo alalana tamin’izy ireo ny fitodrana ny anaran’ny fikambanana nitaomana olona amin’ny anaran’ ny be antitra fa fanapahan-kevitra noraisin’ny filohan’ny fikambanana samy irery satria notambazan’ireo kandidà sasany », hoy ireo beantitra. Manoloana izany dia hanao fanambaràna ireo be antitra izay mitaky ny fialan’ity filohan’ny fikambanana ity amin’ny toerany ary nambaran’izy ireo ampahibemaso fa tsy miombon-kevitra amin’ity farany amin’ny asa fanakorontanana ataony.

«  Ray aman-dreny mijoro mba hanjakany fifanajana sy fandriam-pahalemana izahay  » hoy izy ireo. Heno ihany koa fa hanao hetsika lehibe ireo olona izay tsy mankasitraka iny fanakorontanana sy famafaizana lainga entina hanakorontanana ny tanànan’i Vohemar iny. Hotaterinay eto hatrany  ny mety ho tohin’ity raharaha ity.

Ino Vaovao0 partages

ISIKA REHETRA MIARAKA AMIN’I ANDRY RAJOELINA : Nampahafantarina ireo kandidà depiote ao Toamasina

Notanterahina tao amin’ny efitrano malalaky ny Hotel Miou Miou Antseranampasika ny fampahafantarana tamin’ny fomba ofisialy ireo kandidà ho solombavambahoaka avy amin’ny Vovonana Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina. Feno hipoka ny tao amin’ny Miou Miou. Liana tamin’izao fampahafantarana izao ireo vahoaka maro.Nandritra io fotoana io koa no nampahafantarana ny laharan’izy ireo ao anaty biletà tokana.

Ireo rehetra nandray fitenena dia samy nanasongadina fa vononona hampandresy amin’ny fifidianana solombavambahoaka ireto kandidà miara-dia amin’ny filoha Rajoelina ireto. Mbola tsy vita ny ady fa anisany ady io fifidianana solombavambahoaka tanterahina eto amintsika io, hoy ireo mpandaha-teny avy amin’ny vovonana miaraka amin’i Andry Rajoelina. Toky no nomen’ireo vahoaka maro tonga nanatrika fa vonona hampandany ireo kandidà avy amin’ny vononana Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina manerana ireo distrika 18 izy ireo.

Tonga niatrika izao fampahafantarana izao i Tinoka Roberto amin’ny maha Sekretera nasionalin’ny antoko Tgv azy. Fifidianana solombavambahoaka eto amintsika izay tanterahina ny alatsinainy 27 mey. Manomboka ny alatsinainy 6 mey kosa ny fampielezan-kevitra ary mifarana ny sabotsy 25 mey. Aorian’ny fifidianana depiote, dia ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny mpanolotsaina kaominaly indray ny manaraka. Ity farany izay mbola tsy voatondro ny daty fa heverina kosa fa hovitaina amin’ity taona 2019 ity ihany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIP TOAMASINA : Namboarina ny fiara sady nahazo tolo-tanana avy tamin’ny olona tsara sitrapo

Ho fanampiana ny polisin’ny Fip Toamasina amin’ny fanatanterahana ny asa andavanandro izay sahaniny, dia noraisin’ny Minisiteran’ny Filaminam-bahoaka an-tanana ny fanamboarana ny fiaran’ny Fip izay simba. Nosoloina ny motera mba hahafahan’ny fiara manana tanjaka vaovao. Amin’ny maha hery vonjy taitra ny Fip, dia ny fidinana ifotony no tena ahalalana azy. Ilaina noho izany ny fananana fiara matanjaka mba hahafahana tonga ara-potoana araka ny filan’ny vahoaka.

Ankoatr’izay, dia ny faran’ny herinandro lasa teo, naharay fanampiana avy tamina olona tsara sitrapo ny Fip ao Toamasina. Ramatoa iray monina ao Toamasina avy any Italie no nanolotra «  gilet par balle  ». Fitaovana nomeny ho fiarovana ny polisin’ny Fip eo am-panataterahana ny asany. Izay miasa ihany no ampiana. Teny nataon’ilay olona tsara sitrapo mpanolotra ireto fiara amina bala ireto. Nitondra fisaorana ho an’ny fanjakana foibe sy ny ministera ny Kaomandin’ny Fip Toamasina, Kaomisera Rafaliarivo Jules. Nomarihiny fa endriky ny «  3P  » io fahazoana «  gilet par balle  » avy tamina olon-tsotra io ka nitondrany fisaorana manokana. Hanatsara ny asan’ny Fip izao fampitaovana izao, hoy hatrany ny fanazavany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

PRAIMINISITRA NTSAY CHRISTIAN : "Mila averina ao anatin’ny fotoana fohy ny filaminana"

Distrika maro mandrafitra ny Faritra Amoron’i Mania iny no mbola voasokajy ao anatin’ny Faritra mena noho ny trangana asan-dahalo sy halatr’omby mbola maro  any an-toerana. Na izany aza anefa mihetsika avokoa ireo tompon’andraikitra isan-tokony mba hamerenana amin’ny laoniny ny filaminana. Toy ny ao anatin’ny Distrikan’Ambositra, ohatra, dia anisany paikady hataon’izy ireo ny fiaraha-miasa amin’ny fokonolona amin’ny alalan’ny andrimasom-pokonolona.

Ny faran’ny herinandro lasa teo isany notsidihin’ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian niaraka tamin’ireo delegasionina notarihiny ny Distrikan’Ambositra sy ny Distrikan’i Manandriana samy ao anatin’ny Faritra Amoron’i Mania. Hentitra ny tenany amin’ny fampandrasaina andraikitra ny rehetra eo amin’ny tontolon’ny asam-panjakana, ny kolikoly izay anisany miteraka tsy fandriam-pahalemana. Nambarany tamin’izany fa tsy ekena intsony ny gaboraraka ary tsy maintsy averina ao anatin’ny fotoana fohy ny filaminana sy ny fandriam-pahalemana. “ Mazava izao ny toromarika nomena fa tsy maintsy averina ao anatin’ny fotoana fohy ny filaminana sy ny fandriam-pahalemana. Nisy ny fanapahan-kevitra maro izay efa noraisina any an-toerana nefa kosa mbola fanapahan-kevitra maro no tsy maintsy horaisina ao anatin’izao fivoriana izao. Ao anatin’izany fanapahan-kevitra izany ny tsy maintsy hanatevenana ny mpitandro filaminana, ao anatin’izany ihany koa ny tsy maintsy hanaovana fanadihadiana amin’ireo tambajotran’olon-dratsy. Hojerena manokana izay rafitra sy fandaminana manokana eo amin’ny samy mpitandro filaminana”, hoy ny fanazavana noentin’ny Praiminisitra Ntsay Christian.

Tsy hananan-kavana ny fitantanana ny firenena

Notsipihin’ny Praiminisitra ihany koa fa ilaina ny mijoro amin’ny fahamarinana hitondrana ny fiovana eto amin’ny firenena, miainga avy amin’ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany izany mba hiova eo amin’ny lafiny toe-tsaina. Hentitra ny Praiminisitra raha nilaza fa tsy hananan-kavana ny fitantanana ny firenena raha tiana ny hampandroso an’i Madagasikara ao anatin’ny fotoana fohy. “Tsy azo lalaovina intsony ny fiainan’ny firenena sy ny fiainan’ny vahoaka ka hijoro isika ao anatin’izany lalan-tsaina vaovao izany. Ny olona vonona hanorina an’ity firenena ity dia olona vonona hijoro amin’ny fahamarinana. Tsy natao ho an’ny minisitra fotsiny ny fametrahana ny fifanarahana arak’asa fa ho an’ny mpitondra rehetra, na olom-boafidy na voatendry dia tsy maintsy manana izay foto-kevitra hijoro ao anatin’ny fahamarinana izay. Tafiditra ao anatin’izany ny ady hatao amin’ny kolikoly sy ny fitantanana ny raharaham-panjakana rehetra”, hoy hatrany ny praiminisitra. Niara-dia tamin’ny Praiminisitra nandritra ny fidinana ifotony nataony io ny Minisitry ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny Minisitry Fahasalamam-bahoaka, ny Minisitry ny Harena an-kibon’ny tany ary ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

EZAKY NY FITONDRAM-PANJAKANA : Tafakatra 113 ireo vehivavy niasa tany Koweit tafody

Ny antoandron’ny sabotsy lasa teo nanodidina ny tamin’ny 1 ora no nigadona an-tanindrazana ny andiany fahatelo tamin’ireo vehivavy nila ravinahitra tany Koweit. Niisa 15 indray izy ireo no tafody ary notsenaina tamin’ny fomba miavaka tahaka ny natao tamin’ireo namany teo aloha. Tsy nisy fahasamihafana fa nampandalovina fizaham-pahasalamana avy hatrany izy 15 mirahavavy ireto. Nisongadina nandritra izany ny fahitana fikorontanana ara-tsaina tamin’ny ankamaroan’ireo vehivavy vokatry ny herisetra goavana sy ny fampijaliana nihatra tamin’izy ireo tany amin’ny toerana niasany avy. 

Tamin’ny ankapobeny ny tsy fahatomombanana ara-tsaina no tena nahazo ireo vehivavy saingy voalaza fa vitsy izy ireo no niharan’izay raha oharina tamin’ireo andiany roa efa tonga teo aloha. «  Nisy ny fanatanterahana ny fizahana tsotsotra sy amin’ny ankapobeny ihany. Nanokana mihitsy ny Minisiteran’ny Fahasalamana sehatra kely iray ahafahana mijery ny toe-pahasalaman’ireo vehivavy tonga eto an-tanindrazana ireo. Fizahana somary savaranonando ihany izy ireo kanefa ahafahana mahafantatra ireo izay tsy salama. Ohatra amin’izany ny fahasalaman’ny fony sy ny sainy. Tamin’izy ireo dia natao ireo nahitana olana tamin’ny ara-tsaina satria henjana ihany ny toe-javatra niainan’izy ireo tany an-dafy tany. Tsy dia tena maro kosa anefa ny isan’izy ireo tsy salama tamin’ity andiany ity raha oharina tamin’ireo efa tonga  », araka ny fanazavana noentin’ny mpitsabo eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka.

Misy ireo mbola tsy afaka mody

Nambarany fa tsy mijanona eo akory ny fizahana fa ireo nahitana tsy fahasalamana dia mbola harahi-maso akaiky ao anatin’ny telo na efatr’andro eo. Ireo tompon’andraikitra isan-tokony eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika no tonga teny Ivato nitsena ireto andiany fahatelo ireto. Ankoatra izay horaisin’ny fitondram-panjakana an-tanana ihany koa ny fampodiana azy ireo tsirairay avy any amin’ny toerana sy ny Faritra niaviany. Fanambin’ny fitondram-panjakana ankehitriny ihany koa ny hanome fanofanana arak’asa azy ireo mba hanomezana asa ho an’ny tsirairay. 

Fantatra fa mbola misy ireo vehivavy teratany Malagasy no mbola tavela any Koweit amin’izao fotoana izao. Mbola tsy afaka mody izy ireo noho ny antony maro samihafa, ao ireo manana olana ara-taratasy ary ao ihany koa ireo mbola miandry raharaham-pitsarana. Araka ny fitantaran’ireto namany vao tonga ireto dia misy amin’izy ireo no endrikendrehin’ny mpampiasa azy ho nangalatra ka mbola enjehin’ny polisy any an-toerana ka tsy afaka mody an-tanindrazana aloha. 

Hatreto, nahatratra 113 ny isan’ireo vehivavy niharan’ny antsojay tany Koweit no tongasoa eto an-tanindrazana. Niisa 46 ireo tonga tamin’ny andiany voalohany, 15 kosa ireo tafaverina tamin’ny alakamisy teo ary izy 15 mirahavavy ireto no tonga ho amin’ny andiany fahatelo. Ny fampodiana azy ireo dia fanamby nataon’ny Filoha Andry Rajoelina.

Avotra Isaorana