Les actualités à Madagascar du Vendredi 07 Avril 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar1223 partages

Violences à l’école – Une enseignante à Antanimora

L’éducatrice accusée de maltraitance sur une élève risque une sanction pénale. Elle est en détention provisoire à Antanimora.

Double peine. Après la sanction administrative et disciplinaire prise par le ministère de l’Éducation nationale à l’encontre l’enseignante de l’école privée à Anjanahary, face à la violence physique qu’elle a commise sur une adolescente de la classe de terminale, celle-ci est maintenant exposée à une sanction pénale. Elle a été placée en détention préventive à Antanimora, depuis hier, pour coups et blessures volontaires.

Cette affaire a été déférée au parquet du tribunal Anosy, hier. Après quoi, l’enseignante a été envoyée directement à la maison centrale d’Antanimora, dans le quartier des femmes, en attendant son procès, prévu le 24  mai. « Les parents de l’enfant sont venus avec un certificat médical. Ils ont déposé une plainte contre cette enseignante. Le ministère de l’Éducation nationale et l’office national de l’enseignement pédagogique (ONEP) ont réitéré leur plainte», précise le commissaire Fidy Andriamiandra, chef de division de la Police des mœurs et de la protection des mineurs, joint au téléphone. L’accusé aurait assumé ses actes. «Elle m’a mis vraiment en colère. Elle ne se concentrait pas au cours mais passait son temps à écrire un poème d’amour », aurait-elle répondu aux enquêteurs de la Police des mœurs et protection des mineurs, durant son audition.

Interdit

Cette affaire a vu le jour le 3 avril. Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre cette enseignante en train de frapper violemment cette élève à plusieurs reprises.

Cette fille a été humiliée devant ses camarades de classe et les coups qu’elle a reçu l’auraient presque mis K.O. « Elle s’est plainte d’avoir eu mal à la tête en rentrant de l’école. Une blessure a été observée au niveau de son oreille », a raconté la mère de la jeune fille, mardi. Le ministère de l’Éducation nationale a tranché sur le sort de l’enseignante, en retirant son autorisation d’enseigner.

Ces sanctions seraient trop lourdes, selon des enseignants qui soutiennent l’accusée.Mardi, le ministère de l’Éducation nationale (MEN) a sortie une note indiquant qu’il est formellement interdit de frapper et de porter la main sur un élève, quelles que soient les raisons. Ceux qui ne respectent pas cette note pourraient être exposés à des sanctions administratives et disciplinaires pouvant aller jusqu’à des poursuites judiciaires.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar488 partages

Affaire Razaimamonjy – Le SMM se désolidarise du ministre

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) affirme que la déclaration du ministre de la justice n’engage que lui et non le corps des magistrats.

Désaveu. Dans une déclaration faite, hier, à la Cour suprême, à Anosy, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), a soutenu : « Quand le ministre de la Justice a fait cette déclaration, il a exposé ses opinions et non celles des magistrats malgaches ».Une phrase qui isole donc, les arguments de Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, de celui du corps de la magistrature, concernant les conditions légales de la garde à vue de Claudine Razaimamonjy, opératrice économique, par le Bureau indépendant anti-corruption. Une position prise durant une conférence de presse, à son bureau, mercredi, à 22 heures 30, où le garde des sceaux a réclamé soit la « libération » de la baronne du parti au pouvoir, ou que son dossier soit transféré à la justice car, le délai de 48 heures pour la garde à vue était écoulé. Une demande sans fondement selon le Bianco qui argue que l’enquêtée est sous la coupe d’une « nouvelle garde à vue ».Quoi qu’il en soit, la réaction du ministre de la Justice a scandalisé une grande partie de l’opinion publique. Lors d’une rencontre avec la presse à son bureau, à Tsimbazaza, hier, maître Hanitra Razafimanantsoa, vice-présidente de l’Assem­blée nationale, a déclaré que le garde des sceaux « est le garant de la justice et de l’État de droit ». Selon elle, cette acception a été bafouée car, « le ministre de la Justice n’est plus garant de la Justice puisque lui-même fait pression sur une institution indépendante ».

Intervention et pressionÀ maître Razafi­ma­nantsoa d’ajouter : « Je n’entrerais pas dans les débats sur la culpabilité ou non de la personne. Seulement c’est la première fois qu’un ministre de la Justice se dresse pour demander la libération d’une personne enquêtée. Quel que soit le vice de procédure ou le vice de forme c’est à l’avocat de dénoncer ce qui cloche dans le dossier, surtout, lorsqu’il s’agit de droit à la défense (…) plusieurs cas de détention arbitraire ont été constatés dans ce pays mais, personne, à part les avocats, ne les ont dénoncés ».La déclaration faite à la presse par le Syndicat des magistrats, hier, est dans le but de préserver l’image de la Justice et d’affirmer son indépendance, ainsi que des entités destinée à faire respecter les lois dont, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), dans le contexte actuel. Le SMM réclame ainsi, l’application des textes garantissant « la totale indépendance du Bianco et de la non-intervention du pouvoir Exécutif et de la Justice tant qu’une affaire est encore au stade d’enquête au niveau de cet organe ».Le SMM affirme alors s’opposer à toute forme « d’intervention et de pres­sion », dans le dossier Razai­mamonjy et toute forme de violence contre les employés et responsables de l’administration publique et les entités connexes. « Le Syndicat souligne son opposition à la forme d’ingérence dans les enquêtes, comme c’est le cas avec le Bianco, actuellement », a été déclaré, hier. Ayant, également, convié les journalistes à une conférence de presse, hier, à Ambohibao, Jean Louis Andriamifidy, directeur général de l’organe anti-corruption a parlé d’« at­teinte à son indépendance ».Selon le numéro un du Bureau d’Ambohibao, « je n’ai pas reçu de pression directe mais, la situation actuelle, entrave l’indépendance du Bianco. Il faut laisser les enquêteurs faire leur travail dans un contexte apaisé ». Outre l’entrée en scène du ministre de la Justice et les multiples manœuvres des autorités politiques partisans du boss de l’AC hotel, des « gros bras », ont tenté une manœuvre d’intimidation, dans la nuit de mercredi, en jetant des bouteilles de bière et des briques sur les grilles du Bianco.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara457 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : La riposte du DG du Bianco au ministre Charles Andriamiseza

Ambohibao refuse de céder aux pressions et aux intimidations.

Le Bureau Indépendant Anti-Corruption persiste et signe dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. En effet, Ambohibao refuse de céder aux pressions et aux intimidations. Hier, le staff du Bianco dirigé par son Directeur général Jean Louis Andriamifidy a convoqué la presse pour « riposter » contre les attaques du ministre de la Justice Charles Andriamiseza qui, tout en dénonçant une détention arbitraire, a réclamé publiquement la libération immédiate de la patronne de l’hôtel « AC » lors d’une conférence de presse qu’il a tenue mercredi vers 23 heures. C’est la première fois depuis le début de cette affaire donc que le patron de l’organe en charge de la lutte contre la corruption s’exprime par rapport à cette affaire. Une occasion pour lui de démentir les propos du Garde des sceaux et de déclarer qu’ « il n’y a eu aucun vice de procédure et que toutes les dispositions légales prévues par les textes ont été respectées à la lettre aussi bien lors de l’arrestation que durant l’enquête ». Il a aussi rappelé que « le Bianco est une structure indépendante ». Selon le numéro Un du Bianco, « le ministre Charles Andriamiseza s’est fait manipulé par l’avocat de la défense ». D’ailleurs, Ambohibao déplore le fait que le ministre n’ait pas consulté le Bianco avant de faire cette déclaration. Tout en affichant la détermination du Bianco à aller jusqu’au bout de sa démarche, Jean Louis Andriamifidy d’expliquer qu’il cautionne toutes les mesures prises dans le cadre de cette affaire. Une manière de répondre aux allégations selon lesquelles le Directeur territorial Ratovoson Benjamina n’a pas été mandaté par son Directeur général lors de l’arrestation de Claudine Razaimamonjy. « Laissez travailler les enquêteurs et respectez l’indépendance du Bianco », a-t-il lancé. Une pique lancée certainement à l’endroit du ministre de la Justice et des tenants du régime HVM qui continuent de faire pression sur les agents du Bianco.  

Doléances. Au cours de cette rencontre avec la presse, le Directeur général Jean Louis Andriamifidy a aussi fait savoir que l’arrestation de la baronne du parti HVM faisait suite à cinq doléances et un rapport relatifs à des faits de blanchiment d’argent et de corruption, émanant du Service des renseignements financiers (SAMIFIN). Comme elle a déjà ignoré deux convocations pour l’affaire Ambohimahamasina, Ambohibao a donc été contraint de procéder à son arrestation. La première garde à vue concernait les dossiers traités au niveau de la branche territoriale du Bianco Tana. Pour ce qui est de la nouvelle garde à vue qui a débuté mercredi, elle concerne trois autres dossiers qui ont été traités par la branche territoriale de Fianarantsoa. D’après les explications du Directeur général du Bianco, « il ne s’agit pas d’un cumul de garde à vue, mais plutôt d’existence de deux gardes à vue distinctes pour des faits distincts et par deux entités d’enquêtes distinctes ». « Cette pratique est courante au niveau de tous les services responsables d’une enquête », a-t-il soutenu. Et lui d’ajouter que les dispositions du Code de procédure pénale et du Code pénal sont d’interprétation restrictive et ne peuvent pas fait l’objet d’une interprétation libre.

Défèrement. Hier, des individus soupçonnés d’être impliqués dans cette affaire ont encore été arrêtés, notamment du côté d’Itaosy. Claudine Razaimamonjy et son avocat auraient refusé de coopérer durant l’enquête en se défendant de révéler les informations concernant ces individus considérés comme des complices. C’est ce qui aurait rendu difficile leur arrestation. Jean Louis Andriamifidy a toutefois déclaré que le dossier sera déféré au parquet de la Chaîne pénale anti-corruption dès qu’il sera clôturé. Une source bien informée a fait savoir que le défèrement aura certainement lieu demain (ndlr : ce jour). Questionné sur le risque qu’il encourt en s’attaquant à un haut dignitaire du régime, le patron du Bianco de soutenir : « Bien entendu, je suis conscient du risque depuis le moment où j’ai pris ce poste… Avec cette affaire, nous menons actuellement le vrai combat contre la corruption ». En décidant de tenir tête au ministre de la Justice et aux barons du HVM, Jean Louis Andriamifidy risque de perdre son « seza » une fois que cette affaire sera terminée. Il reçoit cependant de nombreux messages de soutien et d’encouragement de la part des simples citoyens, notamment à travers les réseaux sociaux.

Davis R

Madagascar Tribune252 partages

Gyrophares

Quand un petit taxi d’un certain âge allume ses phares et se met à klaxonner, les véhicules cèdent le passage. Mais quand une grosse 4x4 avec vitres teintées et clignotant feux de détresse force le passage, les automobilistes sont plus réticents, voire résistants, à le céder. Dans le premier cas, les chauffeurs savent qu’il s’agit d’une vraie urgence. Dans le second, on est moins sûr, un « big man » ne veut-il tout simplement pas se taper l’embouteillage ? On dit que les malgaches ont perdu tout sens de civisme, mais dans ces cas, il y a un certain ras-le-bol, surtout en ce qui concerne les abus de pouvoir.

Pour en savoir plus, nous sommes allés à la recherche des textes et étions stupéfaits de trouver qu’il y en a à peine (contrairement, par exemple, à la France, où le type d’ « avertisseur spécial » autorisé est précisé pour chaque catégorie de « véhicule d’intérêt général prioritaire » et pour chacun desquels une autorisation préfectorale est requise). Selon notre loi, qui date de 1962, et un décret d’application datant de 1971, seul le véhicule du président de la République ou un « cortège officiel », « précédé par des représentants des forces de l’ordre public qui annonce leur approche par l’emploi d’avertisseurs spéciaux lumineux ou sonores … » ainsi que les « véhicules des services de police ou de gendarmerie, de lutte contre l’incendie et les ambulances » ont droit à la cession de passage, la réduction de vitesse et même éventuellement l’arrêt du véhicule pour faciliter le passage.

Il se peut qu’il existe des lois ou décrets secrets sur la circulation des « véhicules d’intérêt général prioritaire » à Madagascar mais s’ils existent, nous aimerions qu’ils soient publiés. Peut-être était-ce l’objectif de la refonte du Code de la route http://www.assemblee-nationale.mg/?... ? En tout cas, ce qui est sûr, c’est que les véhicules d’intérêt général prioritaires sont aussi diversifiés que leurs gyrophares et que les automobilistes sont de moins en moins convaincus de leur caractère non seulement « d’intérêt général » mais aussi de « prioritaire ». Nous suspectons que les forces de l’ordre assurant la circulation ne savent plus eux-même s’il s’agit de vrais ou de faux. Il fut un temps quand les voitures du gouvernement étaient identifiables par leurs plaques rouges, mais maintenant, il semble que n’importe qui peut s’acheter un gyrophare, même des véhicules avec plaques étrangères.

Cette cacophonie anarchique est à l’image de tout ce qui se passe dans le pays. Il est temps de remettre de l’ordre dans la baraque. Il faut publier les textes sur les privilèges éventuels et spéciaux consenti par la loi aux « véhicules d’intérêt général » ainsi que la mise en place d’une uniformisation de ce qui est exigé comme avertisseur ou feu spécial pour chaque type de privilégiés (lesquels d’ailleurs : chefs d’institution, membres du gouvernement et qui d’autre ?) et les conditions d’utilisation des avertisseurs ou feux spéciaux (vraie urgence, pas pour les conjoint(e)s , parents ou enfants)… Ou bien il faut simplement retourner à l’application des textes, c’est-à-dire l’ordonnance 62-066 et ne laisser qu’au seul président de la République, aux cortèges officiels, aux urgences (pompiers et ambulances) la priorité et forcer ainsi tous ces dirigeants à poiroter avec nous dans les embouteillages. Peut-être que là, enfin, ils penseront à résoudre le problème, au lieu de prendre le pouvoir, pas pour éliminer les embouteillages mais pour les éviter.

Midi Madagasikara238 partages

Football – Coupe de la CAF : Sécurité renforcée au match CNaPS – Recreativo Libolo

La CNaPS Sport va s’atteler à faire de l’après-midi du samedi une journée mémorable tant dans le match qui l’oppose au Clube Recreativo Desportivo Libolo que dans l’organisation dans l’ensemble et tout ce qui est autour. Objectif : satisfaire tout le monde.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire du match opposant la CNaPS Sport au Recreativo do Libolo une réussite. C’est l’essentiel de la conférence de presse d’hier, à Ampefiloha, en présence des dirigeants du club champion de Madagascar et des membres des forces de l’ordre dont le nombre a été augmenté pour plus d’efficacité dans l’enceinte du stade comme en dehors.

Route dégagée. Même les transporteurs associés sous la bannière de deux coopératives notamment Kofiamo et Transmar ont été présents pour montrer leur volonté de mieux servir les amateurs de football avec leurs 120 bus qui desservent Anosy à Vontovorona.

Et quand on entend de la bouche même des gendarmes que la route va être dégagée, à l’aller comme au retour, cela va certainement lever les inquiétudes nées des longues files interminables du dernier match à Vontovorona contre le Coton Sport de Garoua.

Voilà pour ce qui est côté cour et reconnaissez qu’il y a lieu d’être serein pour rallier le stade de Vontovorona et même pour le retour.

Njiva de retour. Côté jardin, la CNaPS Sport a annoncé le retour de Njiva dans le groupe après un test à Montpellier et que l’effectif est au complet, car même Feno est en bonne voie de guérison. Tout dépend en fait du choix des joueurs et même du gardien car selon certaines confidences des cadres de la CNaPS, le gardien Jolce est dans une forme étincelante.

Et c’est mieux ainsi, car les Angolais qui sont arrivés hier, affichent leur détermination en venant à 37 membres dont 21 joueurs, mais également en étant la première équipe visiteuse qui a choisi d’aller chez Ibis. L’effet du petro- dollar sans doute, puisque le Recreativo de Libolo s’est aussi attaché les services de l’entraîneur français, Sébastien Desabre. Un jeune technicien de 40 ans à peine, mais qui a déjà fait ses preuves en offrant plusieurs titres à l’ASEC Mimosas d’Abidjan avant de se trouver derrière le titre de champion du Cameroun du Coton Sport de Garoua.

C’est dire que ce Recreativo ne viendra pas pour un déplacement… récréatif. Attention !

Clément RABARY

L'express de Madagascar168 partages

Enquête pour corruption – Ses partisans défendent Claudine Razaimamonjy

Madagascar Tribune149 partages

L’affaire Claudine Razaimamonjy devient une affaire d’Etat

Scandaleux, du jamais vu. Pour une fois que le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) ose s’en prendre aux gros bonnets, il a toute la haute sphère de l’Etat contre lui, et les citoyens avec lui ! Sans foi, ni loi et toute honte bue, l’Exécutif et une partie des parlementaires se sont dressés contre le Bianco. Tout y passe, intimidations, menaces et pressions en tout genre, règlements de compte, tous les moyens sont bons pour sauver la milliardaire et leurs peaux aussi probablement, sinon ils n’auraient pas fait tout ce tintouin.

Conférence de presse en pleine nuit, manifestation devant le Bianco, déclarations intempestives des membres du parti présidentiel HVM sur les plateaux de télévision et sur les ondes des radios. Une dizaine de minutes a été même accordé sur le plateau de la Télévision nationale (TVM) pour démonter le Bianco. Le parti présidentiel, le HVM et l’Exécutif ne lésinent pas sur les moyens pour accuser le Bianco de tous les maux et blanchir la milliardaire. Les citoyens sidérés et scandalisés assistent aux opérations tous azimuts des HVM pour faire libérer leur « bienfaitrice » comme la qualifie les manifestants devant le Bianco. Un des manifestants a même osé dire « qu’importe d’où vient son argent, du moment qu’elle soit notre bienfaitrice ».

Après l’accusation du ministre de la justice Charles Andriamiseza à l’encontre du Bianco et son « ordre » à son endroit pour libérer la milliardaire sans délai, le Bianco se désole pour sa part que le ministre n’a pas jugé utile de s’informer auprès du Bianco avant de s’exprimer devant la presse. Le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy dément l’accusation de l’Exécutif sur la détention arbitraire de la milliardaire, « certes la garde à vue de 48 heures est passée et nous entamons une deuxième autre garde à vue de 48 autres heures pour d’autres accusations. Il ne s’agit pas de prolongation de la première mais d’une autre garde à vue selon le Bianco. Le bureau régional d’Analamanga a fini ses enquêtes, c’est la première garde à vue, s’ensuivent les interrogations du bureau régional de Fianarantsoa, c’est la seconde garde à vue. Il n’y a rien d’illégal dans la procédure du Bianco selon son directeur général. Certains avocats rappellent que la défense d’une suspecte revient aux défenseurs que sont les avocats et non au ministre de la justice.

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) s’est exprimé aussi pour mettre en garde le ministre de ne pas faire de pression ni sur le Bianco ni sur les juges plus tard. Le Bianco est indépendant, comme l’indique son appellation et tous, dont le ministre, sont priés de le respecter.

Des parlementaires HVM, députés comme sénateurs, pour leur part font le tour des plateaux de télévision tout en manifestant, banderoles à l’appui devant le Bianco. Riana Andriamandavy, sénateur HVM, et beau-frère de Claudine Razaimamonjy qui a conduit ses troupes devant le Bianco s’insurge contre ce qu’il qualifie d’action anti-HVM du Bianco. «  Que le Bianco sorte aussi les dossiers de Mamy Ravatomanga et de Marc Ravalomanana » clame le sénateur devant la presse « pourquoi seulement des dossiers contre le HVM ? ».

Les citoyens pour leur part essayent aussi de se mobiliser par voie de réseaux sociaux ou autre en demandant à tous les citoyens malgaches qui veulent en finir avec l’impunité de soutenir le Bianco. Qui a dit et redit des milliers de fois que Madagascar est un Etat de droit et que la lutte contre la corruption est la priorité des priorités du régime ?

Tia Tanindranaza142 partages

Hentitra ny BIANCO"Tsy hihemotra izahay !"

Nafana ny toe-draharaha teny amin'ny Villa La Piscine omaly. Siotsioka sy kiririoka ny tao ivelany nahitana ireo andian'olona mitaky ny hamoahana an-dRamatoa Claudine Razaimamonjy.

Tazana nanentana teny an-toerana ny senatera Riana Andiamandavy VII. Efa niatrana niambina teo ny mpitandro ny filaminana nirongo basy. Tao anaty birao kosa dia nitondra valin-kafatra ny Bianco manoloana ny fanambarana latsak'alina nataon'ny minisitry ny fitsarana Charles Andriamiseza milaza tsy fanajana ny lalàna.

Hamafisinay fa manaraka ny didy aman-dalàna avokoa ny fizotry ny asa atao eto amin’ny Birao, hoy ny tale jeneraly Louis Andriamifidy. Mikasika ny fanambarana nataon’ny Mpitahiry ny Fitombokasem-panjakana, minisitry ny fitsarana afak’omaly tamin’ny 11 ora alina, izay nilatsaka toy ny varatra tokoa dia heverinay fa voafitaky ny mpisolovavan’ny fiarovana izy. Io mpisolovava io dia miandany amin’ny olona arovany, hoy ny Bianco. Ny minisitra rahateo tsy nanao fanamarinana na nanontany vaovao tany amin’ny Bianco, mba nahafahana namelabelatra taminy ny fizotry ny raharaha mialoha ny nanaovany iny filazana iny. Azo adika izany fa nitongilana tany amin’i Claudine Razaimamonjy sy ny mpisolovava azy ny minisitry ny fitsarana, izay tsy nihaino afa-tsy feon-dakolosy tokana, ka mampametra-panontaniana hoe mbola mendrika ny ho minisitry ny fitsarana ve ny olona manao fahadisoana goavana toy izany ? Nanamafy ny teny Ambohibao fa nahazo fitarainana dimy avy amin’olon-tsotra sy tatitra iray mahakasika ahiahy famotsiam-bola avy amin’ny SAMIFIN ny BIANCO mahakasika an-dRamatoa Claudine Razaimamonjy. Voatery nosamborina izy rehefa tsy namaly ny fiantsoana am-panajana nifanesy nomena azy. Natao andrimaso voalohany izy mikasika ny raharaha nanaovan’ny biraom-paritra Antananarivo fanadihadihana azy. Tapitra afak’omaly ny 48 ora nitazoman’ny Biraom-paritry ny Bianco Antananarivo azy ary nampahafantarina azy tamin’ny « Proces-Verbal » izany. Omaly ihany dia tonga teto Antananarivo ny mpanao fanadihadihana maromaro avy any Fianarantsoa nitondra ny antontan-taratasin’ady miisa 3 mahakasika azy, ka nisokatra indray ny 48 ora vaovao.

Toky R

 

L'express de Madagascar120 partages

Air Madagascar et Air Austral – Les vols régionaux au cœur du partenariat

Le partenariat entre Air Madagascar et Air Austral sera axé sur le dévelop­pement du réseau régional. Air Madagascar assurera les vols domestiques.

Les détails se précisent sur les ambitions de la compagnie Air Austral. Pour la compagnie réunionnaise, l’accord de partenariat stratégique avec la compagnie Air Mada­gascar est l’occasion de développer le réseau régional.« Le partenariat sera beaucoup plus axé sur le développement des vols régionaux. C’est sur ces lignes qu’on doit travailler beaucoup plus ensemble et aider à mieux se positionner sur l’axe Antananarivo – Paris, une ligne très importante », a fait savoir Marie Joseph Malé, président directeur général de Air Austral lors d’une rencontre avec la presse, mardi, après la signature du protocole d’accord entre les deux compagnies.Présentes sur le réseau régional, les deux compagnies se connaissent très bien pour avoir déjà travaillé ensemble au travers de partages de codes sur certaines destinations. Dans ce sens, l’extension des destinations figure comme une priorité pour Air Austral. « On va desservir plus de villes dans les provinces malgaches de manière à pouvoir y donner plus d’accès, que ce soit via Antananarivo ou La Réunion. Les vols peuvent être exploités avec Air Austral ou Air Mada­gascar », a souligné le patron d’Air Austral. Pour lui l’objectif de ce partenariat est d’abord de redresser la compagnie malgache et d’en faire un relais de croissance.

Conflit d’intérêtsC’est pourquoi, la compagnie réunionnaise prévoit investir 40 millions de dollars pour faire sortir Air Mada­gascar de sa situation actuelle.Une frange de l’opinion publique craint, néanmoins, un conflit d’intérêts. « Quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, quand vous êtes a priori éloigné ou sur une même ligne en concurrence, il y a nécessairement au départ un conflit d’intérêts. Mais l’idée de cette coopération est de se dire ensemble qu’il y a de la place pour tous. Deuxièmement, ensemble on sera comme un groupe uni beaucoup plus fort face à la concurrence », a-t-il expliqué.Sur le plan domestique, c’est un domaine que la compagnie Air Austral laisse aux soins d’Air Madagascar. « Il n’y aura pas d’avions d’Air Austral sur les vols domestiques. Les expériences ont démontré qu’Air Madagascar dispose de plus de compétences sur ce marché. Toutefois, nous allons aider la compagnie malgache à développer ce marché afin de répondre aux attentes des passagers », a conclu Marie Joseph Malé.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara119 partages

Andohatapenaka : Voasambotra ny iray tamin’ireo mpisintona finday anaty fiara

Voasambotra i Papozy ! Lehilahy iray monina eny amin’iny faritra Andohatapenaka iny, ary efa kalaza lahy amin’ny resaka fanendahana sy fisintonana finday anaty fiara no saron’ny pôlisy avy ao amin’ny boriborintany fahafito etsy 67ha, ny talata lasa teo. Vehivavy iray no lasibatra tamin’io fotoana io, raha avy nanatitra ny zanany nandeha nianatra izy. Finday avo lenta iray no lasan’i Papozy tamin’io fotoana io. Ny tsy nampoizin’ity mpanendaka rain-dahiny sy ikohizana ity anefa, dia nisy nahafantatra teny an-toerana izy. Nametraka fitarainana avy hatrany tany amin’ny pôlisy ilay ramatoa voaendaka. Tsy nisalasala ihany koa ilay olona nahafantatra an’i. Papozy, nanoro ny trano fonenany teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny. Eo anatrehan’ny tsy fandriampahalemana manjaka eny amin’iny faritra iny, dia tsy niandry fotoana ela ireo mpitandro filaminana fa avy hatrany dia nanao bemidina teny an-toerana. Vao nahatazana ireo farany kosa ilay mpanendaka dia nitsoaka, saingy voasambotra ihany nony farany. Omaly moa ity tovolahy ity no natolotra ny Fampanoavana.

m.L

Midi Madagasikara116 partages

Le Bianco décidé à mener sa lutte jusqu’au bout

La réaction du ministre de la Justice après la mise en garde à vue de la conseillère spéciale du président de la République a de nouveau provoqué un tollé dans l’opinion publique. En volant au secours de Claudine Razaimamonjy, le Garde des Sceaux est proprement sorti de son rôle, en fustigeant les agents du Bianco. La réponse du D.G. de cet organisme et du SMM a permis de recadrer ce membre du gouvernement ayant outrepassé ses droits.

Le Bianco décidé à mener sa lutte jusqu’au bout

Le Bureau Indépendant de la lutte anti corruption a pleinement joué son rôle et son action a été saluée par de nombreux citoyens qui étaient navrés de le voir réduit à l’impuissance dans toutes les enquêtes diligentées par ses agents. Cette affaire a donc redoré son blason et elle lui donne l’opportunité de mener à bien la tâche qui lui est assignée. Il n’est plus question de céder aux pressions qui viennent de certaines personnalités proches du pouvoir. L’intervention du ministre de la Justice qui semblait une manœuvre maladroite d’intimidation n’a nullement fait reculer le Bianco qui a répondu calmement, en s’appuyant sur les règles de son statut. Les membres du syndicat de la magistrature ont, eux aussi, décidé de ne pas laisser le ministre  s’ingérer dans ce dossier qui doit être bouclé de manière claire et précise. L’opinion publique suit de très près cette affaire qui est exemplaire, car elle permet de montrer que les abus de pouvoir et les malversations commises par les puissants peuvent être sanctionnés. Le cas de la personnalité poursuivie est emblématique, car il s’agit d’une succession de violations de la loi qui ne pouvait jusqu’à présent pas mener à un passage devant la Justice. Le Bianco a suivi toutes les procédures nécessaires pour instruire cette affaire. Son D.G. et toute l’équipe qui l’entoure sont décidés à mener jusqu’au bout son traitement et ils affirment qu’ils ne veulent en aucune façon défier le pouvoir. Ils sont appuyés dans leur action par une large couche de la population. Jusqu’à présent, il n’y avait que des effets d’annonce. Maintenant, il y a l’espoir de voir enfin l’aboutissement d’un combat mené contre la corruption.

Patrice RABE

News Mada113 partages

Mahitsy : découverte macabre

Le corps sans vie d’une jeune femme d’une vingtaine d’années a été découvert dans la matinée de mardi sur la colline d’Ankadimainty, dans la commune de Mahitsy.

D’après le médecin et les gendarmes qui l’examinaient, le corps était en état de décomposition avancée.

Lors de la constatation, ils ont également décelé des blessures pénétrantes dues très probablement par des objets tranchants, au niveau de sa gorge. Des blessures ont également été découvertes sur son visage. Elle était à moitié nue. Toutefois, les enquêteurs ne privilégient pas pour autant la thèse d’un viol. D’après les premiers éléments de l’enquête, la femme a probablement été tuée ailleurs avant d’être jetée sur cette colline.

Un peu à l’écart du village, l’endroit de la découverte est  silencieux. Les meurtriers en ont profité pour se débarrasser du cadavre. Personne ne connaissait la femme. D’autant plus qu’aucune pièce d’identité n’a été retrouvée sur elle. La gendarmerie a ouvert une enquête en vue d’élucider ce meurtre.

Mparany

 

Midi Madagasikara110 partages

Amitié Picardie Madagascar : Des containers de dons indument vendus aux enchères

A Madagascar, peut-on faire librement des dons ? C’est la question que se posent les dirigeants de l’ONG Amitié Picardie Madagascar qui visiblement, est victime d’un abus de l’administration.

Opérant à Madagascar depuis 18 ans, l’ONG a l’habitude de faire des dons notamment à des établissements  spécialisés dans le secteur de l’éducation et de la santé.  Elle a  construit, agrandi ou rénové plus de 150 EPP ou CEG ou Lycées dans différentes régions du pays. Amitié Picardie Madagascar envoie régulièrement un container de 20 pieds de manuels scolaires, universitaires et de bibliothèque, ainsi que des ordinateurs. Pour la Santé, en accord avec le ministère de la Santé, l’ONG envoie  beaucoup de petits et gros matériels. Pour mener à bien cette mission humanitaire, elle a obtenu un accord de siège en 2010 et officiellement renouvelé en 2013 et valable jusqu’au 31 juillet 2015.

Accord de siège. Autrement dit, jusqu’à cette date, conformément à l’accord de siège, l’ONG bénéficie de la franchise douanière. Malheureusement ce n’était plus le cas, puisque en janvier 2015 un container de 20 pieds de dons en mobilier destiné à la mairie d’Antananarivo a été bloqué jusqu’en juillet  à la douane de Toamasina. Pire en août 2015, les matériels ont été vendus entièrement aux enchères.    En mai 2015 un autre  container de 20 pieds avec des manuels scolaires pour EPP, CEG, Lycée, Universités et bibliothèques de loisirs pour enfants, a été envoyé. Ce container est arrivé début juillet 2015 à Tamatave et l’ONG avait demandé une franchise au titre de l’accord de siège. Mais la douane a refusé  en présentant une lettre du MAE indiquant que l’accord de siège n’était plus valide. Et une fois de plus les marchandises qui sont des dons ont été vendues aux enchères.

Abus. Face à ce qu’elle considère comme des abus, l’ONG Amitié Picardie Madagascar redoute un avenir incertain pour ses actions de bienfaisance à Madagascar. « Nous nous posons de très sérieuses questions par rapport à nos actions futures pour votre si beau pays, pour tous les enfants malgaches en souffrance ». déclare Martine Ranson, Présidente d’honneur de l’ONG qui, à la limite, pourrait se tourner vers d’autres pays qui ont également besoin de ces dons.

Recueillis par R.Edmond

Tananews104 partages

Tiens, si ça vous intéresse de connaître la politique africaine d’Emmanuel Macron

« Chères Françaises, chers Français de l’étranger,

Vous êtes invité(e) à une visioconférence interactive, le 9 avril en direct du QG d’En Marche, animée par :

• Bariza Khiari, sénatrice de Paris et déléguée nationale d’En Marche, • Aziz François Ndiaye, référent En Marche des Yvelines, • Alexandre Aïdara, référent En Marche en Seine-Saint-Denis.

Vous pourrez échanger avec eux sur le projet porté par Emmanuel Macron, sur sa politique africaine, et sur toute l’actualité de notre mouvement.

Rendez-vous dimanche 9 avril à 16h (UTC+1) dans l’une des 10 villes participant à l’opération à travers le continent africain. »

Pour s’inscrire c’est par ici donc

Tananews103 partages

Destitution de maires : bah alors Marco ?

Sylvain Ranjalahy, de l’Express de Madagascar, procède à une petite piqûre de rappel.

Lire : Maladie d’Alzhei…maire

Satanée chienne de vie. Et maudit boomerang.

Oui d’accord on sait à qui appartient lexpressmada mais sur le fond ?

Midi Madagasikara97 partages

Hotely etsy Ivato : Ahiana mafy ho mpitandro ny filaminana no nanafika

Nisokatra ny fanadihadiana ary hatreto dia niainga tamin’ny telefaonina izay nentin’ny jiolahy ka latsaka tao amin’ilay toerana, ny hiaingan’izany. Raha tsiahivina dia ny asabotsy teo no nitranga ny fanafihana. Nofatorana ireo mpiambina matihanina ; izay miasa amin’ireny orinasa misahana ny fiarovana ireny. Saingy rehefa nisy basy maro teny amin’ireo jiolahy, dia tsy afa-nanoatra intsony. Nisy iray tamin’ireo mba nahavaha ny fatorany ka nahavita nampaneno ny « alarme » izay tonga hatrany amin’ny birao foiben’ny orinasa misy ireo mpiambina. Taitra ny jiolahy ary rifatra avy hatrany. Ilay sinoa tompon’ny toerana ihany koa mantsy namoaka basy avy hatrany ary nanao tifitra. Ny filatsahan’ilay finday izay nahitàna sary marobe no nandehanan’ny fanadihadiana fa mpitandro ny filaminana no ahiana ho tompon’antoka. Ho sahy hisambotra ve anefa ny mpanadihady, satria fantatra fa miasa eo anivon’ny toby izay manana kômandô ny voakasika ? Matetika dia mijanona hatreo amin’ny fahafantarana izany ihany ny fanadihadiana. Asa anefa amin’ity indray mitoraka ity…

D.R

Midi Madagasikara85 partages

Affaire MBS : Me Hanitra dénonce un « déni de justice »

La vice-présidente de l’Assemblée nationale devant la presse hier à Tsimbazaza.

La tension monte d’un cran sur l’affaire MBS. En effet, après la déclaration du secrétaire général du ministère de la Communication Guy Laurent Ramanakamonjy, la vice-présidente de l’Assemblée nationale Me Hanitra Razafimanantsoa a riposté hier en dénonçant ce qu’elle appelle un « déni de justice ». « C’est inimaginable que le Conseil d’Etat ne s’est pas encore prononcé sur une requête déposée auprès d’elle il y a deux ans. Cette requête, je le rappelle, demande l’annulation de la décision prise en 2015 par le directeur général du ministère de la Communication et retirant la licence d’exploitation de la MBS. Pire, c’est actuellement le secrétaire général du ministère de la Communication, qui était à l’époque ce directeur général qui a annulé la licence d’exploitation de la MBS, qui se substitue au Conseil d’Etat pour affirmer que la réouverture de cette station audiovisuelle est à écarter », a-t-elle martelé hier à son bureau à Tsimbazaza. Avant d’enfoncer le clou : « L’indépendance de la Justice est en péril ». La vice-présidente de l’Assemblée nationale de se poser la question : « En vertu de quel droit et de quel texte, un secrétaire général d’un ministère peut-il se poser en avocat du Conseil d’Etat en se prononçant sur une requête déposée devant cette juridiction ? ».

Interpellation. Pour Me Hanitra Razafimanantsoa, le sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs est foulé aux pieds. Faisant allusion à l’affaire Claudine Razaimamonjy, elle a interpellé hier le ministre de la Justice Charles Andriamiseza : « Puisque vous pouvez intervenir quand on vous demande de le faire, je vous demande donc de faire de même sur l’affaire MBS, car pour moi, il y a déni de justice. » Touchant mot de l’affaire Claudine, Me Hanitra Razafimanantsoa de mettre les points sur les « i » : « S’il y a vice de forme ou vice de procédure, c’est aux avocats de le soulever, au nom du droit de la défense, et non au ministre de la Justice. »  Bref, le constat de la vice-présidente de la Chambre Basse est amer : l’Etat de droit est bafoué dans le pays et l’autorité de l’Etat est ébranlée. « Cela ternit gravement l’image de notre pays », a conclu hier Me Hanitra Razafimanantsoa. En tout cas, les regards sont actuellement braqués sur ces deux affaires (Claudine et MBS). La communauté internationale suit de très près l’évolution de la situation.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara83 partages

Signature du Pacte Alimentaire de Milan : La CUA devance les îles de l’Océan Indien

Le maire de la commune urbaine d’Antananarivo Lalao Ravalomanana et le directeur de l’IMV Tamara.

« L’agriculture urbaine est perçue comme la solution pour augmenter la résilience des villes africaines ». Une expression qui définit l’importance de l’agriculture dans un contexte de changements climatiques qui affectent de façon considérable la Grande Île. Et dont la résilience serait l’un des moyens les plus sûrs d’y faire face. Une résilience qui pourrait se faciliter grâce à une attention particulière apportée à l’agriculture urbaine. La signature du protocole sur le Pacte alimentaire de Milan entre la commune urbaine d’Antananarivo et l’Institut des Métiers de la Ville hier entre dans le cadre de cette politique de résilience. La pratique de l’agriculture urbaine a en effet déjà été initiée dans la capitale malgache depuis cinq ans. Une initiative entreprise avec l’Institut des Métiers de la Ville et qui a pu bénéficier à environ 15 000 familles. L’évènement consacre à cet effet l’engagement de la commune urbaine dans le processus de développement durable initié dans les Objectifs du Développement Durable (ODD). Par ailleurs, Antananarivo détient actuellement le 9e rang des villes africaines qui se sont engagées dans cette démarche. Une étape qui a pu se faire grâce au colloque sur l’agriculture urbaine organisé par l’IMV du 23 au 25 mars dernier.     

José Belalahy

L'express de Madagascar79 partages

Ressource halieutique – Nouveau label Crevette de Madagascar

Le blason du secteur de la pêche vient d’être redoré par le Groupement des aquaculteurs et pêcheurs de crevettes de Madagascar.

Gage de qualité, la crevette malgache se veut une référence sur le marché mondial et marquer sa présence malgré le faible taux de part de marché qu’elle détient. C’est ainsi que le groupement des aquaculteurs et pêcheurs de crevettes de Madagascar (GAPCM) a présenté officiellement la marque collective Crevette de Madagascar, hier, à l’hôtel Carlton Anosy.L’instauration d’un nouveau label a été décidée pour démontrer que Madagascar est à même de fournir un produit d’excellence sur le marché international de la crevette. En effet, tant sur les 22 années d’existence du groupement que les 50 ans d’exploitation de la crevette malgache, aucun incident majeur n’a été enregistré et qui aurait pu ternir la réputation de la crevette malgache. Selon Claude Brunot, du GAPCM, « depuis près d’un demi siècle, aucun incident majeur mettant en cause la qualité sanitaire de ce produit n’a été relevé sur les multiples marchés d’exportation concernés ».Entre autres, le label permettra aussi de rassurer les clients importateurs quant à la légitimité et la traçabilité ainsi que la qualité du produit tout en soulignant sa provenance de l’Île rouge. Ainsi, cette marque initiée par le GAPCM est destinée à l’usage exclusif de ses membres. Le groupement qui, pour le moment, est composé de deux divisions dont celui de la pêche avec des membres tels que Crusta­peche, Refrigepêche Ouest, Les pêcheries de Nosy-be ou encore pour la division aquaculture Oso farming, Marima, Aqualma et bien d’autres encore.

ProgressionAutant d’opérateurs qui seront donc en droit d’utiliser le label à l’échelle internationale afin de se prévaloir de la qualité de leurs produits.Si la production issue de la pêche crevettière était de l’ordre de près de 10 000 tonnes il y a de cela une décennie, avec les différents impacts du changement climatique planétaire, notamment le tsunami, la production a chuté à près du quart. Cependant, depuis l’année dernière, ce chiffre est en constante progression pour ne citer que les 4 200 tonnes enregistrées rien qu’en 2016 et surtout le développement de l’aquaculture qui tend à détacher le gros de la production uniquement de la pêche. Il est fort possible que ce gage de qualité qu’offre les crevettes de Madagascar puisse aussi impacter sur l’envergure de la part de marché que ce produit détient sur le plan international.« Des performances que le GAPCM affiche depuis ces 22 années d’existence et qui lui a valu la considération du Conseil Consultatif National pour la Gestion des Pêcheries et de l’Aquaculture », conclut le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, François Gilbert.

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza70 partages

Hanitra Razafimanantsoa“Mandoto endrika ny firenena ny mpitondra”

Voatohintohina ny fahaleovantenan’ny fitsarana, hoy ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena sady solombavambahoaka voafidy tao amin’ny boriborintany voalohany Hanitra Razafimanantsoa araka ny tafa fohy nataony tamin’ny mpanao gazety omaly.

La Vérité70 partages

Le début… ?

Est-ce le début de la fin ? Le régime s’avance-t-il vers la chute ? Quand on laisse traîner aux griffes des « fauves » une proche parmi les plus proches ! Ou bien, quand on se contredit en public dans la conduite des affaires nationales ! Il y a lieu de s’interroger : est-ce le début du déclin ?

Claudine Razaimamonjy, l’intouchable conseillère du Chef de l’Etat, une proche parmi les proches du couple présidentiel, fut interpellée, devant tout le monde, ce lundi dernier. Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) la traquait depuis toujours. A l’issue d’un point de presse, l’antenne régionale du Bureau précisait qu’elle serait poursuivie pour des affaires de corruption à grande échelle autour d’octroi de marchés publics, mais non pas des suites de soupçon des allégations de détournement de fonds d’Ambohimahamasina avec qui le ministre de l’Intérieur Solonandrasana Olivier Mahafaly serait également impliqué. Bizarre !Mener la lutte contre la corruption, surtout quand cela toucherait la haute sphère du pouvoir, n’est pas du tout une chose aisée. C’est une aventure où personne ne saura, exactement, où est-ce que l’opération aboutira-t-elle. Vouloir toucher une ou un membre très haut placé d’un régime, encore en exercice, relève d’un courage exemplaire, si ce n’est qu’une prouesse à… haut risque.Selon certains observateurs qui adopteraient l’attitude d’un cartésien, le doute est quand même permis sur la sincérité de l’action. On ne voulait pas remettre en cause sur la pertinence et l’acte de bravoure du Bianco, notamment du directeur général. Seulement, la perplexité envahit lorsqu’on évoque le motif de l’interpellation : la corruption estimée à des milliards d’ariary. L’objet du « crime » est tellement vague qu’il serait facile pour les professionnels de la défense de s’en dédouaner au moment où l’« affaire » atterrirait à la Justice et tourner l’opinion en bourrique, au final. L’intervention, qui ne dit pas son nom, du ministère public pour « sauver » la Dame semble privilégier cette hypothèse.Au mieux, le régime a, grandement, intérêt à soigner son image vis-à-vis des citoyens. Les enquêtes qui s’en suivent de cette interpellation rocambolesque, sinon bruyante doivent logiquement aboutir à des conclusions sérieuses, sinon coercitives à l’endroit de ce personnage trop compromis à des allégations de malversation financière qui font mal à l’économie du pays. On devrait laisser librement le Bianco aller jusqu’au bout de sa mission. Les canards boiteux et les brebis galeuses qui nuisent à l’honorabilité de ce régime et du pays existent trop en abondance.Au pire, les tenants du pouvoir, tenteraient de bloquer, coûte que coûte, le processus. Ce serait un véritable couac au sein même du pouvoir. Autrement, certains analystes y verraient plutôt une manœuvre de diversion bien calculée pour détourner les attentions du public sur les tentatives inavouées d’« attaques rangées » du régime contre les éléments-clé de l’opposition. Cela, bien entendu, dans un dessein précis, à savoir, affaiblir le camp d’en face. 2018 oblige !Dans tous les cas de figure, vu la mésentente apparente, la question s’avère pertinente : est-ce le début de la fin du règne d’un régime aux abois ? Ou plutôt, est-ce le début du harcèlement à l’encontre des opposants ? Et pourquoi pas, les deux à la fois. L’avenir nous le dira sous peu. Ndrianaivo

Midi Madagasikara57 partages

Nosy-Be Jazz Festival : Une 2e édition avec encore plus de musiciens internationaux

Lalatiana, lors de la première édition, sera de cette nouvelle aventure !

La deuxième édition du Nosy-Be Jazz Festival organisé par Za-Tours se tiendra du 25 au 28 octobre à Nosy-Be. Plusieurs grosses pointures du jazz malgache et international seront invitées. Entre musique et découverte, le festival s’annonce grandiose. 

La préparation de la 2e édition du Nosy-Be Jazz Festival s’esquisse à l’horizon. Hier, les organisateurs ont rencontré la presse pour un petit partage quant à l’avancée des préparatifs. Une chose est sûre, le festival s’annonce grandiose, avec une multitude d’artistes de divers pays, et des plus grands de la place. La liste est intéressante, il y aura entre autres Solo Razafindrakoto qui présentera son solo de guitare, Lalatiana qui a déjà participé lors de la première édition, tout comme le jazz Club du CGM, mais aussi la chanteuse Aina Cook et le trompettiste Kyle Allen, le Jazz Quart, Tristan Rabe le pianiste malgache issu du conservatoire régional de Rouen, et des artistes internationaux comme David Linx, Mathilde et Alexis Pivot, Roberto Ottaviano… de quoi faire saliver les mélomanes pour de bons moments sous les cocotiers, en octobre à Nosy-Be. Plusieurs soirées seront au programme, une bonne dizaine dura cinq jours, dans divers lieux de la ville, dont certains seront totalement gratuits.

Eco-citoyen. Pour le comité organisateur, le Nosy-Be Jazz Festival se veut être un événement au-delà de la musique. Certes, la participation de ces artistes de renom donne déjà un cachet à ce festival sous les tropiques, mais c’est aussi toute la beauté de Nosy-Be qui fait son charme. Avec les autorités locales et l’office régional du tourisme de Nosy-Be, le festival permettra à plus d’une cinquantaine de professionnels du tourisme de découvrir le patrimoine et l’histoire du site de Marodoka, la première ville de Nosy-Be, où se déroulera d’ailleurs un « showcase » VIP animé par Solo Razafindrakoto. L’endroit sera spécialement aménagé pour accueillir cet événement. D’autres actions seront également au programme, comme la collecte et le tri des déchets lors des concerts Off à la Cour de Hell.

En tout cas, bien au-delà du jazz, ce festival se veut être un rendez-vous exceptionnel où découverte rime avec musique et rencontres.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara47 partages

Jean Emilien : Fait Chevalier de l’ordre national

Les Malgaches ont pu faire leur adieu à Jean Emilien, médaillé d’or au concours d’harmonica, « Hohner 91 », hier à la « tranompokonolona » Analakely et non au Palais des Sports comme indiqué hier. Deux Ministres, dont celui du Sport et celui de la Culture se sont également rendus sur les lieux pour honorer cet harmoniciste qui a porté très haut le flambeau malgache qui a été fait chevalier de l’Ordre National”. La dépouille mortelle sera rapatriée ce jour à Fianarantsoa, veillée à Ambalavao le lendemain.Mahetsaka

L'express de Madagascar46 partages

Développement – Un partenariat exemplaire entre l’AFD et Madagascar

En 2016 l’Agence Française pour le Développement (AFD) a accordé près de 100 millions d’euros de financements pour le développement de Madagascar. Environ 350 milliards d’ariary ont été engagés par l’AFD en aide à l’État malgache et à des ONGs œuvrant dans divers domaines : promotion de l’agroécologie ou l’insertion des enfants de rues.

Le développement d’infrastructures au bénéfice de la population, notamment les plus défavorisées, représente les trois quart des financements accordés en 2016 à Madagascar. On citera entre autres le projet de construction d’une rocade urbaine qui reliera l’actuel marais Masay au By-pass à travers les quartiers de Nanisana et Ambohimahitsy.L’Agence s’est également engagée dans le financement d’un programme d’assainissement de la capitale afin de réduire les impacts des fortes pluies et les inondations dans les bas quartiers d’Antananarivo, en réhabilitant les stations de pompage d’Isotry, Ampefiloha et 67ha , mais aussi en curant le canal d’Andriantany.En outre, l’Agence travaillera sur un programme de développement des 6 plus grandes villes du pays, en dehors d’Antananarivo. Ce projet agira dans les villes de Diego Suarez, Fianarantsoa et Tulear notamment via la réhabilitation des routes et la construction de nouveaux marchés.  A plus long terme, Mahajanga, Tamatave ou Antsirabe devraient aussi être concernées.

Le développement de l’agriculture dans le respectde l’environnement est l’un des trois axes stratégiquesde l’action de l’AFD à Madagascar.

L’action de l’AFD à Madagascar s’illustre également par son accompagnement à l’agriculture et à l’environnement, deux domaines extrêmement liés et interdépendants. Par le biais d’une subvention à l’Etat malgache, l’agence promeut l’amélioration de la productivité de l’agriculture de Madagascar pour près de 25 milliards d’Ariary. Les pratiques agroécologiques seront développées et les agriculteurs pourront bénéficier de soutien pour de l’achat de matériel.

L’AFD mise sur l’alternanceL’AFD intervient aussi dans le secteur de l’éducation. Pour ce faire, l’agence appuie le ministère de l’Éducation nationale ainsi que le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. Grâce à ce partenariat tripartite, l’école supérieure en  informatique (ESTI) a été créée par la chambre des commerces et des industries d’Antananarivo, le GOTICOM et la CCI de Paris. Ce sera une grande première à Madagascardans la mesure où cet établissement adoptera un système de formation par alternance entre école et entreprise.

L’AFD soutient des dispositifs en alternance, une premièreà Madagascar.

L’objectif en 2017 est la réalisation rapide et efficace de tous les projets afin qu’ils deviennent une réalité pour les populations concernées. En outre, l’agence se penche déjà sur un projet dans le domaine de l’agriculture en partenariat avec la Banque mondiale.Par ailleurs, des discussions sont déjà engagées avec le Ministère du Commerce pour appuyer la création d’une agence de promotion des exportations ou encore avec le Ministère de la Formation professionnelle pour mettre en place un fonds de financement de la formation, financé par et pour les entreprises.A plus long terme, l’AFD projette d’entamer un projet afin d’améliorer la circulation et les équipements collectifs dans les quartiers défavorisés du Grand Antananarivo.

Jérôme Bertrand-Hardy – « L’année 2016 a été exceptionnelle »

Quel bilan tirer de 2016  ?L’année 2016 a été relativement exceptionnelle puisque l’AFD a engagé 98 millions d’euros de nouveaux financements en faveur de Madagascar. L’Etat malgache est le premier bénéficiaire de ces financements mais l’AFD a aussi apporté des financements à des ONGs pour des actions variées allant de l’insertion des enfants des rues à la promotion de l’agroécologie.

Qu’est-ce qui explique l’ampleur de ces engagements en 2016 ?Le retour à l’ordre constitutionnel et la diminution de l‘endettement de Madagascar ont permis à l’AFD de reprendre ses prêts à Madagascar en 2014. Il a fallu deux ans pour identifier, étudier et autoriser les financements qui sont arrivés à maturité au moment du Sommet de la Francophonie.

Quelles sont les perspectives pour 2017 ?Notre priorité sera de travailler étroitement avec tous nos partenaires pour mettre en œuvre à la fois rapidement et efficacement les financements que nous venons de signer ! Pour autant, nous ne comptons pas réduire notre activité de préparation de nouveaux projets.

Page réalisée en collaboration avec l’AFD

Orange Madagascar41 partages

112 enseignants du primaire de la région Diana reçoivent leurs outils de formation

 

Communiqué de presse

Antsiranana, 7 avril 2017 - Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, a procédé ce vendredi 7 avril 2017 à la rentrée solennelle de la Formation à Distance des Enseignants du Primaire à Madagascar (FADEP.mg) pour cette année 2017. Placée sous le haut patronage du Président de la République Hery Rajaonarimampianina, et sous le parrainage du Premier Ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, la cérémonie a également vu les présences du Chef de la Région Diana, du Préfet de Région, des diverses autorités locales, des représentants d’Orange Madagascar, ainsi que des représentants des différents partenaires du projet.

A l’occasion de la rentrée solennelle, le ministre de l’Education nationale a remis les outils de formation aux 112 enseignants du primaire de la Région Diana. « L’objectif de cette formation à distance chers apprenants, c'est la responsabilisation. Vous êtes responsables de votre destin » a expliqué le ministre de l’Education nationale.

Distribués sous forme de package, les outils sont composés de tablettes, de carte SD, de mini haut-parleurs, et de chargeurs solaires, fournis par Orange Madagascar dans le cadre de la convention de partenariat signée le 22 avril 2016. Les tablettes sont fournies avec des cartes SIM Orange.

Au total, 1.126 packages seront attribués dans 8 régions de Madagascar, dont 1.000 pour les enseignants du primaire (fonctionnaires-ENF), et 126 pour les formateurs régionaux.

Regroupement simultané dans 8 régions à partir du 10 avril

Dès ce lundi 10 avril, et ce jusqu’au 14 avril 2017, un premier regroupement se déroulera en simultanée dans les 8 centres régionaux de l’Institut national de formation pédagogique (CRINFP). Le regroupement permettra aux apprenant de se familiariser avec les équipements, ainsi qu’avec la plateforme mis à disposition par Orange Madagascar. La plateforme permet au ministère de l’Education nationale d'effectuer des tests de connaissance systématique par quiz vocal et de lancer des campagnes d'information par SMS.

Depuis plusieurs années, Orange Madagascar a tissé des liens forts avec le ministère de l’Education nationale, afin de travailler de concert dans des projets concernant l’éducation, tel que le programme Education Numérique.  Dans le cadre de sa politique RSE, Orange contribue pleinement au projet FADEP.mg, en mettant son savoir-faire en matière de Télécommunication au service du projet, afin de favoriser et accélérer l’introduction des TICE dans le système éducatif.

« Pour Orange Madagascar, opérateur engagé, responsable et solidaire, la RSE est un véritable enjeu majeur. Notre ambition est d’accélérer la diffusion de la révolution numérique et soutenir l’innovation, dans une optique de progrès économique, social et environnemental. Le soutien à l’Education est un soutien à la génération future, et une contribution sociale pérenne » explique Michel Degland, Directeur Général d’Orange Madagascar.

Projet axé sur la qualité de l’enseignement

Initié et financé par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Agence Française de Développement (AFD), le FADEP.mg est axé sur la qualité de l’enseignement, à travers l’amélioration des conditions d’apprentissage et le développement de la formation, de la motivation et de l’encadrement pédagogique des enseignants.

Comme les pratiques pédagogiques des enseignants, surtout à la base, sont les premiers des déterminants scolaires de l’apprentissage et de la réussite des élèves, le projet FADEP.mg présente de nombreux avantages, dans la mesure où il répond aux besoins des enseignants, dont la plupart, engagés à la suite du recrutement massif du ministère n’ont pas encore reçu de formation.

Prodiguées à distance, les formations qui durent un an se font au moyen des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).  Ainsi, l’éloignement géographique n’est plus un obstacle à la formation, puisque le projet vient aux enseignants, dans leurs lieux d’affectation.

Le projet bénéficie du partenariat technique du Ministère des Postes des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France à Madagascar, et de la société Orange Madagascar.

Les 8 régions concernées sont Analamanga, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Alaotra Mangoro,  DIANA, SAVA, Analanjirofo et Atsimo Andrefana bénéficient  de la formation

Midi Madagasikara40 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : Le SMM fustige le ministre de la Justice

Le cas de la propriétaire de l’Hôtel AC focalise l’attention non seulement des gens qui gravitent dans la  haute sphère, mais également des simples citoyens.

Le lendemain même après la déclaration du ministre de la Justice Charles Andriamiseza, concernant l’affaire Claudine Razaimamonjy,  le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) a réagi. Ce puissant syndicat a ainsi tenu un point de presse, hier, à la Cour suprême à Anosy. D’entrée de jeu, le SMM a brandi la loi 2004-030 du 9 septembre 2004 qui régit le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) portant notamment sur la lutte contre la corruption. Ladite loi garantit ainsi l’indépendance du Bianco ainsi que la non-ingérence du pouvoir exécutif et de la Justice si ce bureau procède encore à des enquêtes et à des investigations. Avant d’enchaîner que si le ministre a fait une telle déclaration cela n’engage que lui-même mais non pas les magistrats. Autrement dit, le SMM fustige le ministre de la Justice.

Pressions. Faut-il rappeler que le ministre Charles Andriamiseza a déclaré, lors de sa conférence de presse d’avant-hier, que le délai de 48 h de garde à vue de Claudine Razaimamonjy a expiré, de ce fait, on doit la libérer. Et lui d’ajouter que « c’est une détention arbitraire », tout en soulignant au passage la crainte d’une vindicte populaire. Des points de vue qui ne sont pas partagés par les membres du SMM. Est-ce à dire que le pont est coupé entre le ministre et le syndicat ? En outre, le SMM exhorte à la population à garder son sang froid. Ce syndicat apporte aussi son soutien aux magistrats et aux forces de l’ordre afin que ces derniers assument leurs responsabilités, et ce, au nom de la loi. Par ailleurs, il s’insurge également contre les pressions de toutes sortes d’où qu’elles viennent. Sans oublier pour autant l’indépendance de la Justice. Et lui de conclure que le SMM va bientôt tenir une Assemblée Générale extraordinaire.

Dominique R.

L'express de Madagascar39 partages

Environnement – La pollution menace Madagascar

La pollution cause diverses maladies telles que les infections respiratoires, le cancer, le paludisme, le VIH/Sida pouvant entraîner la mort. En 2015, 21 000 personnes ont succombé à cause de la pollution de l’air dans les ménages contre 18 500 en 2013, 7 500 meurent par la pollution de l’air ambiant contre 500 en 2013, 12 000 sont décédées à cause de l’insalubrité de l’eau contre 11 500 en 2013. Ces chiffres ont été évoqués lors d’un atelier initié par Global alliance on health and pollution (GHAP), en collaboration avec les ministères concernés, hier, au DLC Anosy. L’atelier consiste à recueillir les données récentes afin d’élaborer le plan d’action national pour répondre à ce fléau de la pollution qui s’abat sur la Grande île, actuellement.La hausse de l’utilisation du bois de chauffe et du charbon de bois par les ménages malgaches entraîne la plupart des maladies respiratoires. « Les Malgaches ont tendance à vivre dans des petites maisons où la cuisine se trouve dans la même pièce que la chambre à coucher. Ce qui n’est pas la norme d’une habitation », explique Yves Jean Michel Mong, chercheur et chef de laboratoire au sein du ministère de l’Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique. Quelques opérateurs essaient déjà de lancer l’éthanol à Madagascar. Pourtant, le prix exorbitant de ce biocarburant n’est pas encore adapté au pouvoir d’achat des Malgaches. En effet, l’éthanol coûte 3 000 ariary le litre.Avec l’augmentation des feux de brousse, la population malgache est totalement asphyxiée. La pollution de l’air est également due aux gaz d’échappement.

Pollution de l’eauSelon les études menées par le Laboratoire de sciences et de techniques nucléaires (INSTN) en 2008, dans les écoles publiques d’Andravoa­hangy, les enfants sont exposés à l’air pollué par le PM 10 ou particule respiratoire durant 208 jours alors que le maximum est de 35 jours par an.Nombreuses institutions œuvrent pour l’adduction d’eau potable dans différentes régions de Madagascar. D’après l’explication de ce chercheur, l’insalubrité entourant les bornes fontaines ne rassure pas, quant à la propreté de l’eau, surtout dans les régions côtières.Les décharges d’ordures figurent parmi les facteurs de pollution dans notre pays. Les eaux véhiculées par les ordures d’Andra­lanitra rejoignent les lacs d’approvisionnement d’eau de la capitale. Or, les outils de la Jirama détectent seulement la présence de nitrate, de phosphate et non de métaux lourds. En effet, les métaux lourds proviennent surtout des déchets électroniques par la contamination via les plombs rouillés.En 2014, 170 000 usagers dans 28 000 ménages ont utilisé plus de 9 000 bornes fontaines avec des plomberies, facteurs de risques de pollution. Une assemblée avec l’Organisation des Nations unies se tiendra bientôt avec les partenaires et les ministères concernés dans la préparation de ce plan d’action national.

Mamisoa Antonia

Tia Tanindranaza38 partages

Avoko RakotoarijaonaTsy mankasitraka fanakorontanana

Manamafy hatrany ny Grand Maitre Avoko sy ny mpanao Kung-Fu tarihiny fa tsy mankasitraka ny mety ho fanakorontanana ny firenena indray fa manentana ny olom-pirenena rehetra kosa hanomana sy hiatrika ny fifidianana 2018,

 ary manohana ny ezaka ataon’ny fitondrana Rajaonarimampianina. Milaza ho afa-po amin’ny zava-bitan’ny fitondrana izy ireo. Tao anatin’ny 2 volana dia nanao fitetezam-paritra, ka nahitany fotodrafitrasa tsy tambo isaina (lalana, tohodrano, sekoly, tetezana,..) vitan’ny fitondrana, ka ambarany fa afa-po ireo mpanao Kung-Fu any amin’ny faritra toy ny any Vavatenina, Fenoarivo Atsinanana, Toamasina, Ambalavao … Nanamafy i Avoko fa mitohy ny fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny Kung-Fu, ary nahitam-bokany noho ny fampiharana ny fiarovan-tena isan-tanàna na “Auto Défense Locale” (ADL). Matotra ny fiaraha-miasan’ny Kung-Fu sy ny filoham-pirenena, ka ity farany no nanasonia ny mari-boninahitra ho an’ireo Maitre Kung-Fu 21 nahavita be, izay sambany hatramin’ny nisian’ny Kung-Fu efa ho 37 taona lasa izay. Taorian’ny fitetezam-paritra nataon’i Maitre Avoko moa dia ny alahady 9 aprily izao no hiatrika ny fihaonambe fanao isaky ny 3 volana izy ireo eny amin’ny Foibe nasionalin’ny Kung-Fu Wiisa 67Ha, hotarihin’ny Filohan’ny Federasionina Malagasin’ny Kung-Fu Wisa Rakotoarisoa Victor.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar37 partages

Ny tany indramina ka aleo hatrany alamina

Tsy manafintohina velively ny antoko «HVM» raha maneho firaisankina amin’ny namany ( ), Claudine Razaimamonjy, izay nampanamborin’ny BIANCO.Saingy. Raha, araka ny Fanambarana nosoniavin’ny Filoha Nasionaly, Rivo Rakotovao, hoe «Ny antoko HVM dia mankato sy manaja ny lalàna» dia mahagaga tsy nisy fanambarana tahaka izao fony Ramatoa Claudine Razaimamonjy nandà tsotra izao ny fiantsoan’ny BIANCO azy. Didy aman-dalàna anefa no nametraka ny BIANCO sy mandamina ny asany. Ary, taiza ny fanambaran’ny HVM hoe mankato sy manaja ny lalàna raha sahy nitaky ny fametraham-pialan’ny Tale Jeneralin’ny BIANCO ny Senatera HVM Rina Andriamandavy VII noho ny fanadihadiana tokony natao tamin’ireo nihevitra azy ho «tsimatimanota» ?«Firenena tan-dalàna Madagasikara ka entanina samy hanaja ny lalàna velona daholo ny olom-pirenena rehetra na iza izy na iza» hoy ihany ny vakin’ny fanambaran’ny antoko HVM. Arahaba soa, arahaba tsara, raha ny antoko eo amin’ny fitondrana no mahatsapa-tena amin’izany. Satria tsy dia mahavantana loatra ny olona tafaka-dapa ary tsy mahazatra ny vahoaka intsony izany hoe mpitondra, tompon’ny fanapahana, maro an’isa any amin’ny Antenimiera izany, ka manana fanetren-tena fa tsy mieboebo hoe «izahay aloha izao no tompon’ny tanàna».Ka «raha tompon’ny tanàna» dia hiditra an-keriny biraom-panjakana. Rehefa inona ny antoko politika eto Madagasikara no mba mitaiza ny mpikambana ao aminy, izay mikasa avokoa ho Ministra, ho Depiote, ho Senatera, mba hahay aloha fara-faharatsiny ny lalàna velona eto amin’ny tany sy ny firenena ?  Rahoviana ny antoko politika sesehena eto Madagasikara no mba hananatra ny mpikambana ao aminy fa mialoha ny «ZO sy FAHEFANA» dongiana isan’andro vaky dia mba mametraha kely aloha «ADIDY aman’ANDRAIKITRA»?Ny ankizy any am-pianarana aza, ny zaza any amin’ny raiamandreniny, bedy raha tsy manaja ny fitsipika. Tsy fomba ny manao be am-bilia. Tsy fanao ny manao eo an-dovia tsy lany ny any ambilany takarina. Mahandrasa tantana fa aza mandrombaka.«Veloma, veloma, ry fahazazana, Arahaba e ry hatanorana, Mananontanona ny fahanterana, Miandry any am-pasana ilay toerana», hoy ny hiran’ny Mahaleo. Taiza teo amin’ny fitaizana ary no very an-javona ireny fahamendrehana mba efa tafapetraka ireny ! Zaza mba tsara taiza fahiny mivadika ho tompon-dakan’ny tsy fahalalam-pomba ! «Aza ny ataoko no atao, fa izay lazaiko tanteraho»…Impiry moa, teto amin’ity firenena ity, no hoe nisy Ministry ny Fitsarana ka niantso hamoahana olona voasingotra amin’ny raharaham-pitsarana ?  Mazàna aza, izany ministeran’ny Fitsarana izany dia ministeran’ny Fanenjehana sy ny Fiampangana no tena naharatsy laza azy. Fa inona loatra no zava-bitan’ity olona iray ity ho an’ny firenena sy ny Tanindrazana no izy no anton-dresaky ny Filankevitry ny Ministra ary nanirahana ny Ministry ny Fitsarana mihitsy?Hitako tatsy ity dia indramiko : fahiny hono, rehefa hananatra ny zanany ny Ntaolo dia entiny an-tsaha ny ankizy. Ny salohim-bary no milanja loha dia izy maivana satria akotry poakaty ; fa ny salohim-bary no folaka hatoka dia satria vokatra, mavesatra ny vary. Angano angano, arira arira…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Orange Madagascar36 partages

Consolidation de la paix – formation de « Peacebuilder »

Classé 38ème Pays le plus pacifique du Monde, Madagascar est montré par le Global Peace Index 20161 comme un pays paisible et calme avec peu de menaces extérieures. Cependant, sa situation précaire, sociale et économique le rend très vulnérable à l’émergence de la violence interne.

Madagascar est à un potentiel niveau de basculement avec des risques élevés de flambées de violence. Le pays est classé dans la catégorie de « Haute Alerte » par le Fragile State Index 20162 qui le classe à la 56ème place des pays les plus fragile du monde.

Pour éviter que la situation ne se transforme en conflit violent permanent et afin de consolider la paix, Search For Common Ground avec le soutien de l’Ambassade des Etats Unis à Madagascar, a lancé depuis ce jeudi 6 avril 2017 la première session de la formation continue des futurs « Peacebuilder » locaux à Madagascar.

L’objectif de la formation est de fournir aux futurs « Peacebuilder » Malagasy les connaissances et les attitudes nécessaires pour pouvoir, non seulement, prévenir et transformer les conflits, mais aussi pour consolider la paix et contribuer à plus de stabilité et de cohésion sociale.

Un groupe de 30 personnes venant de différentes régions et issues de différents secteurs ont été sélectionnées pour suivre cette formation, qui sera assurée par des experts internationaux conduits par Lena Slachmuijlder, Vice-présidente de Search For Common Ground en charge du volet Programme et sera axée sur l’« Analyse de Conflits et Approches Common Ground » pour cette première session.

La formation se fera en salle et sera suivi de pratique sur terrain. Au cours de la formation, les participants vont relever le défi de réaliser des « Initiatives Conjointes » sur la promotion et la construction de la cohésion sociale au bénéfice de la population malagasy. Leur progrès dans l’accomplissement de ce défi va être diffusé sur les radios partenaires de SFCG à travers l’émission « SAMY GASY », qui prendra le format de « reality radio program ». Le public peut soutenir les participants en votant pour le meilleur projet, qui sera d’ailleurs suivi par un panel de jury d’experts nationaux et internationaux. Aux termes de ce programme, un Certificat sera attribué à chaque participant pour témoigner de leurs nouvelles expertises.

 

Par ailleurs, la première session de la « formation spécialisée », qui est destinée à des participants plus professionnels dans le domaine de la construction de la paix, s’est tenu du 3 au 5 avril 2017, toujours sous l’égide des experts internationaux de Search For Common Ground.

 

Cette première session, qui a traité la thématique de « l’Analyse de Conflits et Approches Common Ground », a vu la participation de 28 personnes issues de différents secteurs et venant de différentes régions.

 

LDV

Midi Madagasikara35 partages

Betroka : Omby 200 lasan’ny dahalo, malaso iray maty voatifitra

Saika isan-kerinandro mba tsy hilazana hoe : isan’andro dia andrenesam-baovao momba ny fanafihan-dahalo sy halatr’omby foana any amin’ny distrikan’i Betroka , faritra Anosy. Ny maraim-ben’ny alahady lasa teo, tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany, ka dahalo enin-dahy nirongo basy mahery vaika no nangalatra omby  200, tao Ambalasoa 15 km tsy hiditra ny renivohitry ny distrika. Rehefa dify ny tanàna ireo malaso niaraka tamin’ny omby avy nangalariny, dia nampandrenesina haingana ny mpitandro filaminana. Nandritra ny fanarahan-dia natao, dia dahalo iray no maty voatifitry ny Zandary, ary tafatsoaka niaraka tamin’ny omby rehetra kosa ny namany dimy lahy. Mbola mitohy ny fikarohana an’ireo mpandroba mandrak’ ankehitriny, raha ny tati-baovao azo farany. Noho ny firongatry ny asa ratsy amin’ny lalam-pirenena faha-13 iny, indrindra eo anelanelan’ Ankilivaho hatrany Betroka, dia tsy maintsy mitondra Zandary avokoa ny taksiborosy rehetra mandalo amin’ny RN 10.

Faritra Androy

Mirongatra ny andiam-balala mamotika voly

Mirongatra ankehitriny ny andiam-balala mamotika voly any amin’ny faritra Androy, ka mitondra faisana amin’izay ny distrikan’i Tsihombe, Beloha ary Ambovombe. Ringana avokoa ny voly: vary, katsaka, mangahazo, sns, lalovan’ity andiam-balala ity, hoy ny tati-baovao voaray. Raha tsy misy ny fandraisan’andraikitra haingana amin’ny famonoana an’ireto andiam-balala mamba noana mandravarava ireto, dia ahiana indray hisian’ny kere handripaka ain’olona maro. Raha velom-bolo tamin’ny filatsahan’ny orana nanamaitso ny voly ny mponina any an-toerana, taorian’ireny hain-tany lavareny ireny, dia kivy tanteraka amin’izao fotoana izao noho ny fisian’ireto andiam-balala mamotika ny fananany ireto.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza34 partages

Riana Andriamandavy VIINitarika hetsika tsy nahazoana alalana

Fanaon’ny fanjakana HVM matetika ny fanakanana ny fanehoan-kevitra eto amintsika, ka raha vao misy ny hetsika famoriam-bahoaka ataon’ny vondron’olona na antoko tsy mitovy hevitra amin’ny fitondrana,

 dia mailaka ery ny eo anivon’ny prefektiora sy lehiben’ny mpitandro filaminana manao fanambarana fa hetsika tsy nahazoana alalana. Na misy aza ny fangatahana dia tsy misy valiny miabo fa matetika no homena lamosina. Mampametra-panontaniana kosa ny fihetsiky ny loholona sady filoha lefitry ny antenimierandoholona Riana Andriamandavy VII, izay nitarika olona teny amin’ny Bianco omaly. Nilaza izy fa tsy hihoa-pefy ny olona tarihiny saingy niaraha-nahita ny mpikarama an’ady nitora-bato ny biraon’ny Bianco teny amin’ny Villa La Piscine Ambohibao omaly. Ara-dalàna ve ireny ary ho afa-maina fotsiny ve ity loholona izay efa sokajian’ny maro ho mahery fihetsika sy nitarika milisy nananika tranom-panjakana ity? Efa endrika fitarihana fitsaram-bahoka ny toy ireny saingy tsy mba misy ny fepetra raisina, ka manome leson-dratsy ho an’ny rehetra. Miharihary izao ny fampanjakana ny tsy maty manota eto, ka ireo olon’ny mpitondra dia afaka manao izay tian-katao sy mandika lalàna imasom-bahoaka, saingy tsy mba hiharan’ny lalàna.

Toky R

Midi Madagasikara34 partages

Mais c’est quoi l’Art Contemporain ? Petite épistémologie imagée

Is’Art galerie, considérée à juste titre, comme l’Antre de l’Art contemporain à Madagascar… Que l’aventure continue ! Source: https://www.instagram.com/laura.luxe/Feu Randja Zanamihoatra, un des plus grands poètes contemporains malgaches !

Ces dernières années, l’Art contemporain commence à faire des vagues à Madagascar. On en parle, que ce soit du côté des amateurs d’art, des simples citoyens, ou même des politiques ! Si pour les « érudits » l’art contemporain semble familier, il sonne aux oreilles des non-initiés comme une notion élitiste, voire « bizarrissime »… Mais c’est quoi au juste ? Pour ne pas parler dans le vide ou paraître inculte lorsqu’on vous parle d’art contemporain, lisez ce dossier ! Il a été rédigé de manière à paraître le moins « intello », le plus concis et divertissant possible !

Feu Richard Razafindrakoto avait été l’un des ambassadeurs de l’art contemporain malgache pour les arts plastiques.

Quelques définitions de l’art contemporain

Histoire de l’art. L’Art contemporain désigne la période allant de 1945 à nos jours (1900-1945 étant la période de l’art moderne). La fin de la seconde guerre mondiale amorce effectivement un réel renouveau dans la création artistique. L’art n’étant plus restreint à la simple visée esthétique, mais davantage dans une dynamique de questionnement social, de brassage culturel et de recherche permanente où il est question de dépasser les limites, casser les carcans socio-culturels et les canons de beauté. L’Art contemporain se définissait alors par opposition à l’art moderne et à l’art classique. Il annonce en quelque sorte une rupture, pour un meilleur renouveau. Sont considérés en Occident comme précurseurs de l’Art contemporain : Andy Warhol (pop Art), James Turell, Anish Kapoor, etc. A Madagascar, on peut citer feu Richard Razafindrakoto (artiste peintre et journaliste culturel), Hemerson et R Faral (plasticiens), feu Randja Zanamihoatra, Korb (musicien) et Silo (chanteur et multi-instrumentiste), etc.

Warhol marque un tournant décisif dans la « naissance » de l’Art contemporain, ici « Flowers », l’une de ses œuvres cultes.

Définition en médiation culturelle. La médiation culturelle- qui rappelons-le, est une branche des sciences humaines consistant en un travail de communication pour rapprocher la société et la Culture (Arts et Sciences)- définit l’art contemporain comme un courant artistique prônant l’affranchissement de toutes les catégorisations, des règles, des carcans (considérés comme un frein à la liberté et à l’épanouissement de l’individu). Il découle ainsi d’un concept de création axée sur un questionnement permanent sur la société, sur la culture, l’environnement, bref sur le monde, voire l’univers, tout ce qui inspire l’artiste en question. Dans cette démarche conceptuelle, l’art contemporain acquiert une visée sociale, puisqu’il pousse l’opinion à se poser les bonnes questions quant à son fonctionnement, ou les maux qui la gangrènent…

La fondation Vincent van Gogh à Arles, une véritable pépite artistique et sociale !

Toutes les disciplines artistiques concernées. Concrètement aux idées reçues, l’Art contemporain ne se cantonne pas aux arts plastiques. Le vent de l’Art contemporain souffle au contraire sur toutes les disciplines artistiques. Les arts plastiques (peinture, sculpture, mode, etc), les arts musicaux, les arts visuels, le cinéma, les arts dramatiques, la bande dessinée, la danse et la littérature. Si tous les individus proclamés ou auto-proclamés artistes ne se ruent pas sur l’art contemporain, c’est que ce courant artistique relève avant tout d’un choix et d’une sensibilité. Toutefois, l’Art contemporain commence à se faire une place à Madagascar, quoi de mieux pour booster la vie socio-culturelle de Mada !

Liberté et technicité. Attention, qui dit affranchissement et refus des règles préétablies ne signifie pas manque de technicité ! Ne devient pas artiste contemporain qui veut… Pour pouvoir s’affranchir des règles et des techniques, il faut les avoir préalablement maîtrisés ! La démarche contemporaine suppose ainsi en amont : technicité et recherche, questionnement et travail permanent…Le talent et l’inspiration ne suffisent pas !

Dossier réalisé par Luz R.R

Midi Madagasikara34 partages

Emmoreg et gros bras : Au bord de l’affrontement

Conformément à ce que l’on a l’habitude de voir du côté d‘Ambohibao depuis le début de l’affaire Claudine Razaimamonjy, de nombreuses personnes qui se disent « zanak’i Fianara » se sont regroupées devant le local du Bureau Indépendant Anti-Corruption hier. Une centaine d’individus composés généralement de gros bras, quelques maires élus dans la province de Fianarantsoa et des proches de la patronne de l’hôtel « AC » Ivato ont réclamé la libération immédiate de leur « Mama ». En quelque sorte, l’ancien président des « Jeunes TIM » qui est actuellement sénateur élu en tant que « Jeune HVM », Riana Andriamandavy VII, souhaite instaurer un « Magro bis » à Ambohibao. Les revendications se font entendre par des banderoles, des sifflets et des cris. La tension est montée d’un cran devant le portail du Bianco. Un affrontement a même été évité de justesse entre les éléments de l’Emmoreg et les gros bras présents sur le lieu. Après un bref dialogue entre des représentants des forces de l’ordre et le sénateur Riana Andriamandavy VII, les manifestants ont accepté de se calmer.

Jets de pierres. Il convient toutefois de noter que dans la soirée de mercredi, les partisans de Claudine Razaimamonjy se sont déjà pris au local du Bianco en lançant des jets de pierres et de bouteilles devant le portail. Lors d’un bref discours prononcé devant ses partisans, le vice-président du sénat a déclaré que le droit de la défense a été complètement bafoué. « Pourquoi le Bianco n’ouvre pas une enquête sur les dossiers Ravalomanana et Ravatomanga » ?, se demande-t-il. De son côté, Penita, représentant des jeunes de Fianarantsoa a lancé une mise en garde contre les autorités judiciaires, en déclarant que « des mesures sévères seront prises si Claudine Razaimamonjy n’est pas libérée immédiatement ». Le défèrement qui aura lieu ce jour aux 67ha risque de se dérouler sous très haute tension.

Davis R

Madagate31 partages

Claudine Razaimamonjy. Placée sous mandat de dépôt, elle tombe dans les pommes et…

Chaine pénale anti-corruption, 67 ha, 07 avril 2017. A l’annonce de sa mise sous mandat de dépôt, Claudine Razaimamonjy a été prise d’un malaise et a aussitôt été évacué à l’HJRA d’Ampefiloha.Aura-t-elle été sacrifiée par ses puissants protecteurs sur l’autel du fric des bailleurs de fonds? En tout cas, elle n’a jamais été innocente dans les faits qui lui sont actuellement reprochés et qui ont bénéficié à ces dits puissants protecteurs. Et en premier lieu, le couple présidentiel actuel. Voahangy X. (vous connaissez son nom de jeune fille?) aura-t-elle la bienséance d’aller lui rendre visite à l’hôpital -avant une éventuelle et salvatrice évacuation sanitaire- ou fera-t-elle comme si de rien n'était? Bof, qu’elle goûte à la prison d’Antanimora ou qu’elle réussisse à s’évader à travers une maladie imaginaire ou pas -vous connaissez l'EVASAN, non?-, ses biens seront indubitablement placés sous séquestre s’il lui prend de ne plus revenir au pays. Sinon à quoi diable aura servi tout ce cinéma de mauvais goût ?

En attendant cette suite téléphonée, ci-après le compte-rendu du BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) qui a effectué un pas de géant dans la lutte contre la corruption à Madagascar.

Jeannot Ramambazafy

Après une semaine riche en rebondissement, les deux premiers dossiers concernant Madame Claudine RAZAIMAMONJY ont été transmis à la CPAEC ce vendredi par le Bianco. La clôture des autres dossiers n’étant pas encore matériellement possible pour des raisons purement techniques et opérationnelles, le Bureau d’Ambohibao a décidé de transmettre les dossiers déjà clôturés et de finaliser les autres dossiers par la suite afin de pouvoir les transmettre correctement ficelés incessamment auprès de la Justice. Par ailleurs, il a été rapporté que la célèbre dame ne répondait plus à aucune des questions posées dans le cadre de ces enquêtes.

En effet, les autres dossiers nécessitant des expertises et d’autres vérifications sur terrain, le Bianco a expliqué qu’ils vont transmettre une partie des dossiers dans un premier temps, les autres étant encore en cours et seront finaliser ultérieurement.

Le premier dossier transmis :

La Branche Territoriale du Bianco Antananarivo a été saisi d’une doléance rapportant des faits suspectés de corruption et de détournement de deniers publics perpétrés par des responsables auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant l’ octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 ariary pour l’année 2014 et de 200 000 000 Ariary pour l’année 2015 à la Commune Rurale d’Ialananindro, district de Fianarantsoa II, Région de Haute Matsiatra. Le BIANCO a entamé ses investigations et a pu mettre en exergue des faits suspectés de favoritisme dans l’attribution de ces marchés publics, de détournement de deniers publics, de recel de détournement de deniers publics, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent contre six personnes dont deux ont été déférées, trois sont en fuite et une hospitalisée mais représentée.

Le deuxième dossier transmis :

En 2016, la Branche Territoriale du Bianco Fianarantsoa a reçu une doléance dénonçant des faits suspectés de corruption, toujours dans la gestion des subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 Ariary allouées à la Commune Rurale de Mahasoabe, Fianarantsoa. Cette somme devait alors servir à la réhabilitation du Bureau de la Commune. La doléance aurait rapporté que les travaux effectués sur ledit bâtiment en 2014 semble minime voire inexistant malgré l’importance de la somme allouée. Les enquêtes menées par le Bianco semblent confirmer les suspicions des dénonciateurs. Quatre personnes ont été inculpées de favoritisme, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent dans ce dossier dont deux déférées, une en fuite et une hospitalisée et représentée.

BUREAU INDÉPENDANT ANTI-CORRUPTION

Vendredi 07 Avril 2017

Midi Madagasikara30 partages

Toamasina II : Tovolahy iray nitaingina môtô, maty nifandona tamin’ny taxi-brousse

Nisehoana lozam-pifamoivoizana ny lalam-pirenena faha-5, manakaiky ny CEG ao amin’ny kaominin’ Antetezambato Toamasina II, ny alarobia 5 aprily tokony tamin’ny  4ora sy sasany tolakandro. Raha ny fanazavana azo, dia tovolahy avy  nandevina ny renibeny hamonjy fodiana eto Toamasina renivohitra no maty nifandona tamin’ny taxi-brousse hihazo an’i Fenoarivo atsinanana. Nanao taingin-telo tamina môtô ka ilay tovolahy no nitondra sy nisy vehivavy iray teo afovoany ary tovolahy iray hafa tao afara. Raha io fanazavana azo io, dia ilay môtô no nitrosona tamin’ilay taxi-brousse, maty tsy tra-drano tamin’izany ilay tovolahy nitondra, tapa-tongotra kosa ilay vehivavy ary ratra maromaro kosa no nahazo ilay tovolahy tao afara. Efa samy nahazo ny fitsaboana sahaza azy ireto olona roa tapaka sy naratra, raha nentina namonjy ny tokantranony kosa ilay tovolahy maty avy nandevina ny renibeny ity…

Malala Didier

Midi Madagasikara26 partages

Airtel Madagascar : Aide aux sinistrés d’Enawo dans la SAVA

Des denrées alimentaires pour la population d’Antanandava.

Après le passage du cyclone Enawo dans la Grande Ile, plusieurs régions de la capitale ont subi des dégâts matériels et des pertes en vie humaine, faisant des milliers de victimes. Airtel  Madagascar, en tant qu’opérateur citoyen, a tenu à apporter son aide aux sinistrés du cyclone.

Le lundi 27 mars dernier, une forte délégation d’Airtel Madagascar conduite par Jimi Patrick Iandry, Territory Business Supervisor de la région SAVA, accompagnée des responsables locaux  ont effectué une descente dans le village d’Antanandava, Commune Farahalana pour apporter de l’aide  aux populations sinistrées, qui ont vu leur village entièrement ravagé, laissant ainsi plusieurs familles dans le désarroi total.

Devant l’ampleur des dégâts causés par le Cyclone Enawo, Airtel Madagascar a apporté une réponse aux besoins vitaux des nécessiteux de la commune de  Farahalana. Des produits de première nécessité, comportant du riz, du sucre, de l’huile, des bougies… ont été remis aux populations bénéficiaires. Des seaux et des timbales faisaient également partie des dons qui ont été offerts par Airtel au profit des  concernées.

Ce geste de solidarité est un moyen pour Airtel  Madagascar d’affirmer une fois de plus son engagement dans les causes humanitaires et d’assumer pleinement son statut d’entreprise citoyenne et engagée. Profondément attaché aux valeurs humaines, Airtel Madagascar réitère par cette initiative son engagement vis-à-vis  de ses valeurs fondamentales de respect, de dynamisme et de solidarité.

R.Edmond

Midi Madagasikara25 partages

Helina Randrianjatovo, une athlète d’exception sur les traces de son champion de père

Helina Randrianjatovo en Allemagne pendant sa formation en préparation physique.

Préparateur physique, titulaire du diplôme d’entraîneur de FIBA Afrique, entraîneur et ancienne sportive de haut niveau. Avec à son actif sa sélection  au sein de l’équipe nationale de basket-ball, Helina est une passionnée de tous les sports. Portrait d’une sportive atypique.

Un Randrianjatovo en cache une autre. Joueuse, coach, préparateur physique et enseignante à l’ENS-EPS, Helina Randrianjatovo est une sportive complète. Elle a tout connu et vécu dans le sport et c’est la raison pour laquelle, elle en a fait son métier et  sa passion.

16 ans. Le sport, c’est une tradition familiale. Fille de Henri Randrianjatovo, l’ancien international malgache et ministre des Sports, toute petite, Helina a pratiqué la natation au sein du CNUT. Une discipline qu’elle n’a pas pensé pratiquer longtemps. Le basket-ball qu’elle a adopté comme sport de prédilection, elle ne l’a connu qu’au lycée. « Ce n’est  qu’en classe de seconde à 16 ans, que j’ai commencé à jouer au basket. Une ancienne joueuse du Port, Sabine m’a sollicitée à l’époque » a-t-elle expliqué. En tant que joueuse, elle a évolué au poste de meneur de jeu avec ses 1 m 63. Elle a rejoint ainsi les rangs de l’équipe de l’Association Sportive de Saint-Michel, en  étant cadette et junior de 1999 à 2001. Elle a ensuite intégré l’équipe du Marocain, puis de 2002 à 2004, elle a évolué au sein de la JCSA avant de terminer son parcours de joueuse au Fandrefiala en 2005 et 2006.

Helina (2e à droite de la première rangée) avec ses coéquipières pendant les Jeux des Iles à l’Ile Maurice en 2003.

Internationale. Avec son talent, elle a tapé dans l’œil des coaches de l’équipe nationale. De 1996 à 2006, Helina fut  sociétaire du « team » malgache pour les Jeux de la CJSOI, les Jeux des Iles et les éliminatoires de la zone 7 du  Championnat d’Afrique. Par la suite, elle est devenue entraîneur quelque temps  après avoir rejoint la direction sportive  de Saint-Michel à Amparibe à travers l’école de sport de 1996 à 1999 et au sein de l’équipe de l’ASSM de 2000 à 2004 sans oublier son club de cœur le SOE. « En France, j’ai toujours continué le basket-ball en entraînant l’équipe de l’Orvault Sport de Nantes de 2006 à 2014 » a ajouté Helina.

Engagement. Comme Helina est une passionnée de sport, elle en a fait sa profession . Après le Bac, elle a suivi des études en Droit, mais, comme elle exerçait  déjà le rôle d’entraîneur, elle a décidé de poursuivre ses études à l’Ecole Normale Supérieure dans la branche Education Physique et Sportive (EPS). Après son diplôme de CAPEN, elle a poursuivi son cursus  en obtenant une maîtrise en Sciences de l’éducation en 2008 à l’Université de Nantes. Sept ans plus tard, elle a soutenu son master en Sports Sciences Sociales Administration toujours à l’Université de Nantes, de 2016 à février 2017, elle a suivi une formation en préparation physique à l’Université de Leipzig, Allemagne. « Lorsque vous prenez en charge des joueurs, athlètes, et que vous voulez entrer dans le cercle des entraîneurs, sans aucune formation, il est normal de suivre cette formation en préparation physique ».  Pendant son séjour, en Allemagne, elle a pu visiter plusieurs équipes et centres de formation dont Redbull, l’équipe première de handball de Leipzig,  le centre de formation de judo qui prépare les futurs olympiens allemands pour les JO de Tokyo en 2020 et le centre de SC DHFK. Sitôt fini, son cursus, elle a décidé de retourner au pays. « Il faut déjà aimer ce que l’on fait, aimer transmettre, partager et aller chercher les bonnes informations. A Madagascar, malheureusement le sport est la dernière roue du carrosse. Il faut avant tout se donner les moyens pour aller loin. Beaucoup de choses restent à faire au pays, et je veux apporter ma brique à l’édifice  » a-t-elle conclu.

T.H

Orange Madagascar23 partages

La réforme du secteur de la sécurité, appuyée par l'UA

 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE

-

Avec l'appui technique et financier de l'Union Africaine à Madagascar, le Cabinet Militaire de la Primature organise un Atelier de formalisation des documents finaux des Plans stratégiques et opérationnels de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), du 05 au 07 avril 2017 à Antsirabe.

Le processus de la RSS à Madagascar entame sa phase finale qui aboutira notamment à la remise officielle de ces Plans stratégiques et opérationnels au Gouvernement.

Sous l'impulsion des hautes autorités nationales , le Bureau de Liaison de l'Union Africaine se félicite de la poursuite du processus portant Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), tout en portant un intérêt particulier à sa mise en œuvre et à sa réussite à Madagascar.

 

 

Antananarivo, le 03 avril 2017

L'express de Madagascar23 partages

Federalisma sahaza à Anjozorobe – Initiation à l’élaboration du Dinam-piarahamonina

Après Sadabe, les voici à Anjozorobe. Lors de la présentation de l’ouvrage «Fanorenana Ifotony, Federalisma Sahaza; Nahoana  Ahoana  » ou « Federalisma Sahaza, pourquoi et comment   », le parti Antoka sy Dinan’ny Nosy-Arche de la nation a prévu d’organiser des concertations par district pour réfléchir sur la concrétisation des principes proposés.

Chose promise, chose due. Le parti ADN a franchi un nouveau pas dans la progression vers la refondation nationale et le Federalisma sahaza. Cap donc au Nord-Est d’Antananarivo où le parti a démarré la séance d’initiation à l’élaboration du Dinam-piarahamonina,  la constitution propre à chaque Région-État dans le Federalisma Sahaza.À travers une approche participative et multi-acteurs, l’élaboration du Dinam-piarahamonina a été initiée, le 30 mars, dans la salle d’œuvre catholique de la paroisse d’Anjozorobe. Ainsi, outre les échanges sur le contenu de l’ouvrage « Fanorenana Ifotony, Federalisma Sahaza; Nahoana  Ahoana  », « Federalisma Sahaza, pourquoi et comment   », le chef de file national Edgard Razafindravahy a animé une conférence sur le Dinam-piarahamonina. Cette approche du parti ADN, dans sa quête d’instauration d’une nouvelle structure étatique, se fera également dans tous les autres districts de Madagascar.

Le chef de file national de l’ADN, Edgard Razafindravahy, a animé la conférence sur le Dinam-piarahamonina à Anjozorobe.

À Anjozorobe, dans son introduction, le chef de file de l’ADN a exposé la nécessité de la mise en place du Dinam-piarahamonina. «Avec des simulacres de consultation de la base, les Constitutions régissant les quatre Républiques depuis l’indépendance, ont été faites dans l’esprit de renforcement du pouvoir des dirigeants de l’État unitaire. Il n’est pas étonnant que nous soyons englués dans des problèmes de différents ordres, actuellement. C’est pour cela que je m’emploie à parcourir la base pour la mise en place des Dinam-piarahamonina. Ce sera une constitution propre à chaque Région-État de la nouvelle structure fédérale, adaptée à leurs us et coutumes, répondant à leurs besoins, et protégeant leurs richesses », explique Zoky Edgard.

Le Dinam-piarahamonina plébiscité par les participants à la conférence.

 

Vif intérêtÀ travers les échanges, les participants composés de représentants des communes, des fokontany, notables, enseignants, agriculteurs, jeunes, religieux et responsables d’associations, ont affirmé leur vif intérêt pour l’instauration du Dinam-piarahamonina.Les participants ont effectué un travail préalable en collaboration avec l’équipe ADN. En effet, un questionnaire en douze points, détaillant les piliers du Dinam-piarahamonina a été travaillé de manière participative au niveau des fokontany et des communes.Fondés sur le respect de l’Homme, la liberté individuelle, la souveraineté politique et économique, la bonne gouvernance et l’intérêt général,  la proximité du pouvoir, la gestion équitable des ressources naturelles, les principes du Dinam-piarahamonina ont séduit les participants. « Nos réflexions ne vont pas s’arrêter en si bonne voie. Ce n’est qu’un début car  nous aurons très prochainement l’occasion d’en discuter davantage », conclut Edgard Razafindravahy.

Les participants ont montré un vif intérêtsur le sujet.

La consultation de la population locale sur la version du Dinam-piarahamonina aboutira à la constitution des Régions-État. Des conférences régionales se tiendront prochainement, afin de valider l’aspiration de la base pour une proposition finale de Dinam-piarahamonina après ces séances de consultation au niveau des districts.

Ils ont dit

Pascal, agriculteur à Antoby, commune de Mangamila« Nos objectifs convergent car nous aussi, nous attendons que les fokontany aient leur place au centre de l’arène du développement. En effet, dans le contexte qui prévaut, nous nous sentons impuissants. Souvent, même si nous détenons tous les arguments pour gagner une cause, rares sont les cas où nous obtenons justice. Dans le Federalisma sahaza, avec le rôle effectif des jurés, nous sommes sûrs que le tribunal sera exempt de toutes pressions. C’est pour cela que je suis convaincu que le Federalisma sahaza est adéquat pour le monde rural. »

Fred Ranjohery, chef du fokontany d’Ambohimijery, commune d’Anjozorobe«Dans le contexte qui prévaut, les fokontany ne sont que le démembrement du pouvoir central. À cet effet, nous sommes privés de tout pouvoir de décision et jouons les rôles de simples exécutants desordres émanant de nos supérieurs hiérarchiques. Bien que nous nous trouvions aux premières loges des réalités dans nos localités respectives, notre rôle est limité à la gestion administrative. Personnellement, je suis persuadé que l’habilitation des fokontany et des communes à gouverner les affaires qui les concernent, apportera un réel développement. »

Jean Arsène Rakotondratsimba, habitant à Antsoriaka, fokontany Andranokotona« J’adhère au principe selon lequel les instances décisionnaires se trouvent au niveau des districts. Cela favorisera la rapidité du traitement des dossiers diverses ainsi que la rationalité des décisions à prendre concernant le développement des localités respectives à Anjozorobe. J’espère que le Federalisma sahaza sera une réalité. L’initiation à l’élaboration du dinam-piarahamonina constitue une lueur d’espoir pour la concrétisation du Federalisma sahaza »

Textes : Andry Rialintsalama – Photos : Claude Rakotobe

Midi Madagasikara21 partages

Eau, Assainissement et Hygiène : Le MEN et PSI ensemble pour Wash Event

Wash event, pour une sensibilisation à l’hygiène dans la joie !

PSI Madagascar et le Ministère de l’Education nationale ont signé une convention afin de promouvoir les trois messages-clés du programme WASH (Water Sanitation Hygiene) : le lavage des mains avec du savon, l’utilisation de l’eau potable et l’utilisation rationnelle de latrine respectant les normes.

La promotion se fait par le biais d’évènements organisés dans les écoles primaires publiques (EPP). Trois EPP de la Circonscription Scolaire de Vatomandry ont été sélectionnées pour la première vague d’évènements du 4 au 6 avril dernier. Des évènements similaires sont prévus ultérieurement dans d’autres CISCO.

Les EPP sélectionnées. L’EPP Analanamba, l’EPP Ambalamangahazo et l’EPP Marofody de Vatomandry, région Atsinanana ont été sélectionnées grâce à leurs efforts d’adoption de comportements sains en matière d’hygiène, notamment à travers leur application assidue des trois messages-clés de WASH au quotidien. Les efforts qu’elles ont accomplis bénéficient à la communauté toute entière, les élèves ayant pu sensibiliser leurs familles respectives quant aux impacts positifs du programme WASH. Le lavage des mains avec du savon est en effet l’un des meilleurs remparts contre la diarrhée, qui avec la pneumonie et le paludisme représentent les principales causes de morbidité et de mortalité infantiles dans le monde et à Madagascar. En réduisant de moitié le risque de diarrhée, l’application des trois messages-clés du programme WASH sauve 100 vies par jour, voire plus !

Les « event ». Les représentants du MEN et de la DREN (Direction régionale de l’Education nationale) Atsinanana, le DREAH (Directeur Régional de l’Eau de l’Assainissement et de l’Hygiène) d’Atsinanana ont rehaussé de leur présence les évènements programmés au sein des EPP. Une pompe à eau manuelle a été offerte à chaque EPP. Le comité scolaire WASH (directeur et instituteurs) et les élèves se sont engagés mutuellement à appliquer les trois messages-clés du programme en décorant une toile accrochée au vu de tous de l’empreinte de leurs mains. Une cérémonie symbolique non dépourvue d’émotion ! Des animations avec Momota et les 3 mascottes géantes (Eau-Goutte et Savon), ainsi qu’un concours de dispositifs de lavage de mains réalisés en famille ont été également au programme. Une écolière dénommée Eva a attendri l’assistance avec son interprétation de la chanson « Sasao madio ny Tananao ». En guise de cerise sur le gateau, un délicieux goûter et des friandises ont été distribués dans une ambiance conviviale, pour le bonheur des enfants !

LUZ R.R

Midi Madagasikara17 partages

ORTANA : Une randonnée à Tsiazompaniry

Pour cette première sortie du mois d’avril, l’Office Régional du Tourisme d’Analamanga organise une randonnée afin de découvrir Tsiazompaniry ce week-end. Il s’agit d’une localité qui se trouve à 90 kilomètres au sud-est du centre-ville d’Antananarivo. Après une vingtaine de kilomètres sur la RN7, le bus local bercera les touristes aussi bien nationaux qu’internationaux sur un chapelet de route revêtue et de piste. Durant le trajet,  ils peuvent admirer un paysage coloré formé de terrains culturaux bien aménagés et de constructions avec un panel de couleurs, selon les organisateurs. Ensuite, ils auront l’occasion de côtoyer la population locale au marché,  un  véritable théâtre de la vie de campagne, en s’arrêtant à Sabotsy Ambohitromby. Ils visiteront également le village des artisans d’Antovontany tels que les travailleurs de bambous, les forgerons et les tisserands. Au village d’Ambohimiadana, les randonneurs peuvent effectuer des achats des produits du terroir ou des articles de souvenirs.

Simplicité. Et une fois arrivés à Tsiazompaniry, ils seront surpris par la quiétude et la beauté naturelle du paysage ainsi que l’air pur de la forêt et du lac. Bref,  il s’agit d’un voyage de nature authentique basé principalement sur les attractions rurales, lacustres et la biodiversité, selon toujours les organisateurs. Un site d’accueil géré par l’association Tsarafara est prévu pour les héberger après de longues balades et découvertes. Par ailleurs, l’ORTANA invite les touristes à vivre cette expérience dans la simplicité afin d’offrir une opportunité économique pérenne  au développement de la communauté locale qui  participe activement dans la gestion des ressources naturelles de cette région.

Navalona R.

Midi Madagasikara16 partages

Basket – Coupe du président Top 8 : Un duel Cospn-ASCB en demi-finale

Le TOP 8 de la Coupe du président de basket-ball aborde la phase des demi-finales ce jour au Palais des Sports de Mahamasina. A l’issue des quarts de finale d’hier, les affiches alléchantes des demi-finales. Après un parcours assez compliqué aux éliminatoires en terminant dernier des matchs de poule, l’équipe du MB2All s’est qualifiée pour les demi-finales de la compétition. La bande à Marc (17 points) malmenée à la pause par les Ronald (17 points) et consorts du TMBB par 32 à 29, les gars du MB2All ont  renversé la tendance en s’imposant au finish par 83 à 74 au retour des vestiaires. Les policiers du Cospn tombeur de l’ASCUT sur le score de 85 à 78 retrouveront les gars de l’ASCB. Comme on s’y attendait, les jeunes basketteurs de l’ASCB de Mahajanga ont stoppé l’aventure de la bande à Zo (21 points), Kakay (16 points) et camarades du Cosfa au stade des quarts. C’est sur le score très serré de 86 à 85. A la pause, la bande à Livio (27 points) mène par 40 à 33. A la reprise, les Majungais ont maintenu le rythme et ont toujours gardé de l’avance par 60 à 52. Au money-time, les deux équipes ont livré de belles bagarres. En inscrivant 33 points contre 26, les militaires du Cosfa n’ont pas réussi à renverser la tendance. Ainsi, les Ahmed, Elly, Bila et compagnie peuvent encore espérer remporter le trophée. Dans la dernière rencontre, la formation du SBBC a pris le dessus sur la GNBC. En demi-finale, SBBC affrontera MB2All. Dans la catégorie féminine, l’équipe du Fandrefiala, championne de Madagascar termine première des matchs de poule devant MB2All. La confrontation entre ces deux formations a vu la victoire des protégées de Cyrille Rasoloarijaona sur le score de 66 à 61. Partenaire de l’évènement, les grands moments de la Coupe du Président 2017 peuvent être suivis avec Ye’low 100 et MVola by Telma. Avec Ye’low 100 by Telma, on accède à tout l’Internet et on suit les dernières actualités. Dès aujourd’hui, les billets pour les demi-finales de ce vendredi et la finale prévue ce samedi 8 avril peuvent être achetés via MVola.

T.H

Calendrier demi-finales11h00-(D): FANDREFIALA contre TAMIFA.12h30-(D): MB2ALL contre JEA.

MB2All contre SBBC.

Cospn contre ASCB.

Midi Madagasikara16 partages

Attaque contre les religieuses à Antsirabe : La commission Justice et Paix condamne !

Les séries de condamnations relatives aux actes odieux à Antsahatanteraka Antsirabe continuent.  Après celles de la conférence des évêques lundi dernier, la commission Justice et Paix du diocèse d’Antsirabe réagit aussi. Dans une déclaration en date du 5 avril, signée par l’évêque du diocèse, Mgr Philippe Ranaivomanana, l’évêque président national de Justice et Paix, Mgr Roger Victor Rakotondrajao et le père aumônier du diocèse Santa Jean Noël Andrianasolo, les membres de cette commission sont unanimes : « Nous condamnons les actes criminels organisés à l’endroit des religieuses à Antsahatanteraka Antsirabe ». Nous ne sommes pas sans savoir ce qui s’est passé dans cette localité dans la nuit du vendredi 31 mars au samedi 1er avril. A titre de rappel concis, un couvent a été attaqué par des hommes armés qui ont violé trois religieuses et qui ont, après cet acte inhumain, dérobé la somme de 6 000 Euros et trois millions d’Ariary.

Crime contre l’Humanité. La commission Justice et Paix qualifie ce qui s’est passé à Antsahatanteraka  Antsirabe, dans le même communiqué, de « crime contre l’Humanité » dans la mesure où, selon elle, « c’était une attaque qui a porté atteinte aux droits humains et à la dignité humaine. Avec de la violence, les bandits ont commis du vol, du viol et des agissements inhumains ». Conformément à l’article 7 du Statut de Rome, un crime contre l’Humanité est « l’un quelconque des actes ci-après lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque ». Parmi ces actes figurent, entre autres, « le meurtre, l’extermination, la réduction à l’esclavage, la déportation, ou transfert forcé de population, l’emprisonnement ou autre forme de privation de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international, la torture, le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, grossesse forcée, la stérilisation forcée, ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable, (…) ». Quoi qu’il en soit, la commission Justice et Paix « salue les efforts conjugués par les forces de l’ordre dans le cadre de l’arrestation des auteurs de ces crimes » et « supplie les autorités responsables à prendre leur responsabilité pour que la lumière soit faite dans cette affaire. Que la corruption ne biaise pas la vérité et que les auteurs soient définitivement et concrètement punis ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Maires des grandes villes : Front uni contre les conseillers municipaux

Face aux différentes pressions dont ils font l’objet, pouvant même aller jusqu’à leur suspension, l’association des maires des grandes villes de Madagascar se sont réunis avant-hier, à l’hôtel Colbert. Il s’agit notamment des maires d’Antananarivo, de Toamasina, d’Antsiranana, de Toliara, de Mahajanga, d’Antsirabe et de Fort-Dauphin. Seuls les maires de Sainte-Marie et de Fianarantsoa n’ont pas répondu présent. Ces maires des grandes villes ont constitué un front uni pour faire face aux conseillers municipaux. Ils s’insurgent ainsi contre la suspension des maires qui a pour origine les conseillers municipaux. Ils estiment également qu’il faudrait revoir les modalités des élections des conseillers. Dans leur déclaration, ils ont tenu d’ailleurs à souligner que c’est le peuple qui les ont élu, mais non pas les conseillers municipaux. Ils pensent, en outre, rencontrer le président de la République et le Premier ministre pour exposer notamment leurs desiderata.

Attributions. En marge de cette réunion, le maire de Toamasina Elysée Ratsiraka a tenu également une conférence de presse. Il a expliqué à cette occasion les attributions des conseillers municipaux. Et lui de déplorer que la motion de suspension des maires est devenu comme « un jeu d’enfant ».  Le Premier magistrat de la ville de Toamasina  a notamment rapporté que les conseillers municipaux ne voudraient plus travailler avec le maire. Etant donné que le courant ne passe plus entre eux, ce dernier revendique ainsi la dissolution du conseil municipal.

Dominique R. 

Midi Madagasikara13 partages

JISDP : Pour une nouvelle vision du sport

Tout le personnel au sein du MJS, hier, à Ampefiloha.

La date du 6 avril a été décrétée par l’UNESCO comme journée internationale du Sport pour le développement et la paix (JISDP). La Grande Ile n’était pas en reste en célébrant comme il se doit cette journée, hier, dans les locaux de l’Académie Nationale des Sports. « Le Comité International Olympique (CIO) a déjà accepté que le sport se divise en deux branches différentes celui du haut niveau et du sport pour tous. Une nouvelle vision du sport devrait être prise en compte comme quoi le sport est le meilleur moyen pour contribuer au développement humain, à l’adoption de modes de vie sains et à l’édification d’un monde pacifique » a expliqué le SG du ministère  de la Jeunesse et des Sports représentant le ministre, Lovatiako Ralaivao. C’est la 4e fois que Madagascar a célébré la JISDP et c’est aussi l’occasion pour les agents de l’Etat de se lancer dans les activités sportives. Une rencontre sportive dans plusieurs disciplines dont le volley-ball, le basket-ball, le futsal, la natation et la pétanque, entre les différentes directions a été organisée, hier, au Gymnase de l’ANS. Comme les fonctionnaires auront l’occasion de se retrouver et de pratiquer du sport à travers l’ASOIMI, le sommet national regroupant les agents de l’Etat sera amélioré.

T.H

L'express de Madagascar12 partages

Alaotra-Mangoro – L’association des natifs de Toliara fête le Nouvel An

Les natifs de la province de Toliara, regroupés au sein de l’association « Fizafato » ont passé la journée du 1er  avril, dans une ambiance qui a reflété la cohésion et la solidarité pour fêter le Nouvel An. « Mieux vaut tard que jamais », s’excuse Serge Ramaevarivo, président de l’association.La fête qui s’est déroulée à l’Espace Laza, à Antanifotsy-Ambatondra­zaka, a été marquée par la présence d’étudiants de l’université d’Ambohit­silaozana-Ambatondrazaka, natifs de l’Androy et regroupés dans le Fimpitea. « Outre les différentes associations, du Menabe à l’Anosy, regroupées dans le Fizafato, ces jeunes sont venus étoffer notre groupement », souligne le président. Ce qui reflète, indique-t-il, la solidarité entre ceux qui viennent du Sud du pays.Il a aussi tenu à apporter une précision face aux différentes rumeurs qui accusent les natifs du Sud profond d’être à l’origine de l’insécurité dans l’Alaotra et ses environs. « Le Fizafato est né bien avant que ces actes criminels apparaissent. D’ailleurs,  tous les membres de l’association (550 personnes majeures) sont sous le contrôle des dirigeants de l’association (et des autorités) », dans leur vie communautaire et professionnelle et leurs activités sociales.« Tous ceux qui savent parler notre dialecte ne sont  pas forcément membres de notre association ou natifs de la province de Toliara. Il faudrait vérifier avant de semer ce genre de rumeurs. » Car elles peuvent leur nuire dans leurs relations communautaires, ethniques ou professionnelles, conclut-il.

Hery Fils Andrianandraina

Midi Madagasikara12 partages

SOS Santé : Dinah Felana Rakotomalalasoa a besoin d’aide pour marcher de nouveau

Dinah Rakotomalalasoa a besoin de toutes les aides possibles.

Agée de 20 ans, Dinah Felana Rakotomalalasoa mène une vie difficile, une vie de bataille contre la paralysie qui la maintient au lit. En effet, selon sa mère, elle présente depuis l’âge de dix ans des symptômes de migraine aiguë. Une situation qui s’est soldée sur une paralysie des membres antérieures et de la partie gauche des membres supérieurs. La cause, un accident vasculaire cérébral survenu durant son adolescence et qui a eu raison de ses rêves et ambitions. Sa mère d’ajouter que depuis ses dix ans, la famille a tout fait pour l’hospitaliser afin qu’elle puisse remarcher un jour. « On a dépensé d’importantes sommes d’argent durant ces années, plus particulièrement de ses 8 ans, jusqu’à ce qu’elle en ait 18 » a fait savoir la mère de Dinah Rakotomalalasoa. Une hospitalisation qui n’a pas pu se faire depuis deux ans faute de moyens d’après toujours sa mère. Cette dernière d’implorer l’aide de tout le monde afin que la famille puisse prendre en charge son hospitalisation.  Cette dernière devant coûter quinze millions fmg selon toujours cette mère, mais qui n’est pas à la hauteur des moyens de la famille. Les aides pécuniaires seront les bienvenues au numéro airtel money 033 83 504 15. Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara12 partages

Fianar Reggae Festival : Une quarantaine de groupes attendus

Lewiky The Voots Kongregation participent à ce festival.

L’association Sarondra organise pour le week-end pascal la 5e édition du Fianar Reggae festival, qui se déroulera du 15 au 17 avril à Fianarantsoa. Une quarantaine de groupes, de Madagascar, des îles de l’Océan Indien et de Belgique, se produiront durant tout le festival.

Comme chaque année, pour la 5e fois maintenant, la ville de Fianarantsoa va vibrer au son du reggae tout le long du week-end pascal. Du 15 au 17 avril, une quarantaine de groupes des quatre coins de l’île et des pays de l’Océan Indien dont l’île Maurice, La Réunion et Mayotte. Les artistes se produiront dans toute la ville, notamment à l’Alliance Française de Fianarantsoa, La Chaud’Hier, Fianarois et Lac Anosy. Outre les concerts gratuits, il y aura aussi des expositions sur la musique reggae et sur la culture Rastafari et des conférences à thème. La programmation musicale met à l’honneur les artistes de la région Océan Indien, et même ceux de l’Europe. Il y aura Black Nation et Katwali de La Réunion, Wubani Spirit de Mayotte, Neguson de Maurice et Mighty Patch et Ichman de Belgique. Et puis il y a les artistes de Madagascar : Steve Madagascariensis, Jah Roots Malagasy Vibration, Holly Zion, Angie, Eka Zaho, Rev’Errant, Mem’s Family, Lewiky the Voots kongregation, Reggasy, Francky Majestic Lion, Santôs, José Satoub, Dodol, Ms Roots 514, Nadz Kaish et Mashmanjaka et Silo qui seront avec les Belges.

Association Sarondra. Ce festival international de reggae, le plus grand dans le pays, est mis en œuvre par l’association Sarondra, convaincue que la musique et le reggae en particulier, peut être un levier de développement. Ce festival est une grande opportunité pour la ville de Fianarantsoa, car il attire beaucoup de monde et contribue donc à dynamiser l’économie locale durant le week-end de Pâques. Chaque année, le festival draine près de 4 000 personnes. Car le festival vise à promouvoir la culture, mais aussi la création et la participation des actions fondées sur une vision large des relations entre les personnes. Aujourd’hui, le Fianar Reggae Festival a acquis une notoriété nationale, voire régionale et même internationale et devient une plateforme de rencontres, importante pour les artistes.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara11 partages

PADEIR : Appui de l’Union européenne pour booster les exportations

Lors de l’atelier de validation du programme PADEIR.

Madagascar fait face à de nombreux défis dans la conquête de nouveaux marchés du fait des barrières non tarifaires et des normes européennes très exigeantes.

Le développement des exportations et l’intégration régionale constituent des piliers importants de la croissance économique de Madagascar. Le ministre du Commerce et de la Consommation, Armand Tazafy, l’a évoqué lors de l’ouverture de l’atelier de validation du document pour le Programme d’Appui au Développement des Exportations et à l’Intégration Régionale (PADEIR), co-organisé avec la Délégation de l’Union européenne et qui s’est tenu hier à l’hôtel Colbert. L’objectif de ce programme est d’ailleurs de booster les exportations du pays en tenant compte de la compétitivité et des barrières non tarifaires. De son côté, l’Union européenne  s’est engagée à appuyer Madagascar à la fois sur les aspects d’amélioration de l’accès aux marchés, ainsi que sur le renforcement de la compétitivité des secteurs de production et les possibilités de tirer avantage des opportunités offertes par l’APE (Accord de Partenariat Economique).

Défis. Rappelons que l’APEi a été signé le 29 août 2009 et sa mise en œuvre a eu lieu en janvier 2014. Un Comité conjoint de mise en œuvre de cette APE, en 2012, a permis aux deux parties de faire le suivi constant des engagements pris à travers le Plan de Mise en œuvre qui est également à valider lors de cet Atelier. « Malgré les potentialités de Madagascar, l’optimisation de nos échanges reste aussi entravée par des lacunes d’ordre institutionnel et infrastructurel qui nous empêchent de saisir les avantages issus de cet APE », a soulevé le ministre de tutelle. Et lui de rajouter que “les possibilités que nous offre la libéralisation des échanges, conjuguées avec nos potentiels, sont autant d’outils qui s’offrent à nous pour permettre d’atteindre nos objectifs de développement. Toutefois, Madagascar fait face à de nombreux défis dans la conquête de nouveaux marchés, notamment celui de l’Union européenne, du fait des barrières non tarifaires et des normes européennes très exigeantes. Bien des efforts restent à faire dans l’amélioration de notre offre tant en termes de qualité que de quantité ».

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Nutrition scolaire à l’EPP Masindray : L’autonomisation sur la bonne voie

L’école primaire publique (EPP) de Masindray acquiert peu à peu son autonomie en matière de nutrition scolaire mobilisant ses propres ressources à travers les produits que les parents d’élèves cultivent eux-mêmes pour approvisionner la cantine.

Depuis la mise en place en mars 2015 de la cantine scolaire soutenu en grande partie par le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Office national de nutrition (ONN), l’EPP de Masindray, avec le concours des parents d’élèves, compte assurer bientôt elle-même  l’alimentation scolaire en ayant recours à ses propres ressources. Actuellement, l’école peut assurer environ 30% des besoins de l’alimentation scolaire à travers l’association des parents d’élèves qui s’implique directement dans les activités maraîchères dans les champs et potagers de l’école pour approvisionner la cantine scolaire. Se basant sur l’approche japonaise de développement rural « seikatsu kaizen », l’EPP de Masindray s’est appropriée la technique de mise en application de cette approche qui consiste à identifier les besoins et les éventuels défis puis y apporter des solutions en utilisant les ressources disponibles. L’objectif est alors de faire en sorte que l’école parvienne à se passer des aides extérieures en assurant elle-même l’approvisionnement de la cantine scolaire avec les produits cultivés dans les champs et potagers de l’école et ce, avec la participation active des parents d’élèves. Le PAM et l’ONN continueront, toutefois, à soutenir la démarche.

Résultats. L’EPP Masindray a déjà acquis une expérience en matière de cultures vivrières, des brèdes aux légumes en passant par le manioc et autres patates douces. Ces récoltes permettent, non seulement d’approvisionner la cantine, mais peuvent également devenir des sources de revenus pour les ménages lorsque des surplus de produits sont disponibles après avoir assuré l’approvisionnement de la cantine. Avec un système de gestion déjà bien rôdé, cette cantine scolaire de l’EPP Masindray permet actuellement d’offrir tous les jours d’école, à l’heure du déjeuner, un repas équilibré aux 197 élèves scolarisés dans l’établissement. La formule a fait ses preuves, car depuis la mise en place de la cantine, l’assiduité des élèves s’est améliorée ainsi que leur état nutritionnel. Des bienfaits qui se reflètent sur les résultats scolaires, car le taux de réussite aux examens a nettement évolué. Ce projet de nutrition scolaire existe également dans d’autres localités, notamment à Toamasina et Sambava, outre Antananarivo.

Hanitra R.

Midi Madagasikara10 partages

BFV- SG : Une offre de crédit moto au Madagacar Bijers Show

Les motos seront en vedette au Madagascar Bikers Show.

Parmi les événements majeurs de cette semaine figure « Madagascar Bikers Show qui se tiendra demain et après-demain au Palais des Sports. Un événement tout public, mais destiné plus particulièrement aux passionnés des deux-roues. Les concessionnaires de motos et les clubs de motards seront les principaux participants de Madagascar Bikers Show où les grandes entreprises seront également au rendez-vous.

A l’instar de la BFV-Société Générale qui confirme son statut de banque de référence en termes de proximité et de relations avec les clients. En effet, dans  cette première édition du Bikers Show, la BFV- Société Générale mettra particulièrement en avant son offre de crédit dédiée aux motos avec un taux préférentiel de 14,5%. « Le crédit Soafeno Moto a  été conçu pour l’acquisition d’une moto, scooter ou quad, neuve ou d’occasion, et est accessible à tous les clients de la banque » explique-t-on du côté de la BFV-SG. Avant de préciser que  pour un premier achat ou une montée en gamme, le délai de remboursement souple allant de 6 à 60 mois, séduira les passionnés quels que soient leurs envies et leurs budgets. Présents durant les deux jours de l’évènement, des conseillers spécialement dédiés seront présents au stand de la banque pour mieux renseigner les visiteurs.

La BFV-Société Générale a également noué des partenariats avec des concessionnaires moto, notamment CT Motors et Madauto. Ces partenariats permettront aux concessionnaires de proposer des offres de crédit spécialement taillées sur leurs modèles phares, par exemple le scooter Kisbee 4T de la marque Peugeot, qui sera proposé à partir de 125 967 Ar/mois chez Madauto. CT Motors présentera quant à elle plusieurs modèles de motos de la marque Kawasaki comme la Kawasaki Vulcan 650 à partir de 986 662 Ar/mois.

Par ailleurs, les clients bénéficieront encore d’une remise de 2 points sur le taux habituel auprès de ces deux concessionnaires partenaires durant toute l’année.

R.Edmond.

News Mada9 partages

ONG Picardie Madagascar : 18 ans au service de l’éducation et la santé

Containers bloqués puis vendus, versements indus exigés, accord de siège bloqué, des enfants privés de livres : une ONG en voie de découragement.

Appui permanent en faveur de l’éducation et la santé. L’ONG Picardie Madagascar, qui va fêter ses 18 ans d’intervention dans le pays au mois de juin, a mené des actions concrètes allant dans ce sens au profit des communautés défavorisées. Parmi les résultats des 18 ans d’impacts de l’organisme dans ces secteurs figurent l’extension et la réhabilitation de plus de 150 écoles publiques (EPP, CEG, lycée) à travers le pays.

Une initiative qui s’accompagne de dotation d’outil pédagogique et de matériel scolaire à travers l’envoi régulier d’un container de 20 pieds de manuels scolaires et universitaires, de bibliothèque et d’ordinateurs…En outre, des matériels médicaux, petits et gros, jusqu’à l’installation complète de radiologie, de fauteuils dentaires…ont été envoyés au pays pour équiper les hôpitaux publics et privés, en accord avec le ministère de la Santé. Depuis l’obtention de l’ONG de son 1er accord de siège  en 2010, l’envoi de ces équipements s’est effectué sans souci mais ce n’est plus le cas actuellement.

Vendus aux enchères

Cet organisme est confronté à un sérieux problème qui a conduit à la vente aux enchères des dons pour répondre à la demande de la Commune urbaine d’Antananarivo en 2014.  Arrivés au port de Toamasina au début du mois de janvier 2015, ces dons ont été bloqués jusqu’en juillet à la douane sans aucune raison invoquée, puis vendus aux enchères  le mois d’aout de la même année.

D’autres dons de manuels scolaires pour les établissements scolaires  et universitaires, de mobilier de bibliothèque et de loisirs pour enfants, arrivés en juillet 2015 à Toamasina n’ont pu être dédouanés sous prétexte que l’accord de siège de l’ONG n’était pas valide, alors que sa demande de renouvellement au mois de mars 2015 n’a pas été approuvée par le ministère de tutelle.

Comme pour le container de mobilier de bibliothèque, tout a également été vendu aux enchères. En sus, sans donner de motifs, le ministère des Finances a demandé des taxes d’un million d’ariary par mois depuis janvier 2017 à cet organisme qui ne dispose d’aucun personnel salarié ni à Madagascar ni en France où les membres sont tous des bénévoles.

Face à une telle situation, les responsables de l’ONG Picardie Madagascar se demandent s’ils doivent  se résigner à abandonner la population malgache en grande pauvreté pour tourner vers d’autres pays d’Afrique ou d’Orient avec lesquels il n’y a pas de souci.

Recueillis par Fahranarison

 

Midi Madagasikara9 partages

Toliara : Vola 1,2 tapitrisa ariary sy volamena 125 grama, nentina mpanampy an-trano nitsoaka

Tsy misy tandroka tokoa ny ratsy. Tovolahy iray 21 taona eo, izay mpanampy an-trano efa niasa roa taona tao amin’ireto mpivady tanora, ary nitokian’ireto farany, nentina toy ny mpiray tampo taminy no voalaza fa nandroba ny fananan’izy ireo lafo vidy (vola sy volamena), ny harivan’ny alarobia teo, tao Tsimenatse Toliara, ka karohina fatratra amin’izao. Gaga izy mivady rehefa tonga tao an-tranony avy nitondra ny zanak’izy ireo narary tany amin’ny dokotera nahita ny trano babangoana tsy nisy olona. Vao mainka ankona tanteraka ireto mpivady tompon-trano rehefa tonga tao amin’ny efitra fatorian’izy ireo nahita ny “armoire” efa vaky, ary tsy teo amin’ny toerany intsony ny vatakely fitoeram-bola nisy lelavola mitentina 1,2 tapitrisa ariary, saika hividianana simenitra sy fanitso hanamboarana trano. Nanjavona niaraka tamin’ity tovolahy “wanted” ity ihany koa ny boaty misy ny rojo sy firavaka volamena 125 grama, hoy ny vaovao voaray, ary tsy nisy nahatsikaritra ny zava-nitranga ireo mpiara-monina manodidina rehefa samy nofotorana.

 Eric Manitrisa

Tananews7 partages

Affaire Claudine : et qu’en pense Hery Rajaonarimampianina ?

Ou bien il va répondre comme Olivier Mahafaly, qui, interrogé sur la question, a répondu : « Je ne ferai pas de commentaire sinon on va m’accuser de faire de l’ingérence dans les affaires de la Justice » ?

Une question tarabuste le barbare dans la rue : comment la dame Claudine a fait pour sortir tout ce pognon des caisses de l’Etat ?

Toute seule, à la force de ses petits bras ?

 

Midi Madagasikara7 partages

Escale artistique Ariandro : Les retrouvailles de Fanja Andriamanantena et de Joël Rabesolo

Fanja Andriamanantena et Joël Rabesolo partageront la scène de l’Escale artistique ce soir.

« Je suis parfois tentée de ne plus me produire, de laisser les jeunes prendre les devant et d’être un simple spectateur. Ce qui ne signifie pas pour autant que je prends ma retraite artistique. Je serai là mais seulement en tant qu’auteur/compositeur », lance Fanja Andriamanantena. Quand « maman » retrouve son « fils » après de longs moments loin de l’autre, elle ne peut cependant s’empêcher d’être envahi par ce sentiment étrange qui l’a maintes fois gagné dans le passé : celui de vouloir se retrouver sur scène. Pour le bref passage de Joël Rabesolo au pays, Fanja voulait donc marquer le coup, partager la scène avec le guitariste. Tous deux vont investir l’Escale Artistique Ariandro, Andohanimandroseza. « Nous allons revisiter certaines de mes chansons et nous faire plaisir en interprétant certaines des compositions de chanteurs que nous apprécions, à notre manière », selon toujours Fanja A. En seconde partie, d’autres artistes, pour ne citer que Haingo Andriamanantena et Moumtaz Nyeora les rejoindront sur scène. Les retrouvailles de « maman » avec son « fils », c’est un évènement à ne rater sous aucun prétexte !Mahetsaka

Midi Madagasikara6 partages

Slalom : Andy Rasolomanana, du slalom au rallye ?

Il est jeune, il a 19 ans et il connaît le monde de la vitesse avec le slalom. A son 4e année de présence en compétition, le jeune pilote commence à réfléchir sur la suite de son programme en auto-moto : slalom ou rallye ?

En 3e année à l’ISCAM en marketing et communication, Rasolomanana Andy est dans sa phase réflexion méditation. « Que faire ?.  Au slalom avec son Citroën AX il a été vice champion en 2015.

3e chez les jeunes et 3e dans la catégorie M9.  Puis il montera les podiums petit à petit : en 2016 le voici vice-champion des jeunes et vice-champion M9. Petit garçon, il adorait les petites voitures et grand garçon, il vit sa passion. Sa famille très sportive tout comme ses amis aussi l’appuient dans ce sens. Le goût du risque aidant, il se mettra au volant d’une Citroën AX et s’offre ses victoires tout comme il s’offre  sa première peur bleue « j’ai fait un tonneau à Bevalala. C’est la première fois que je vivais cela …un accident. Cela m’a traumatisé et je l’ai surmonté et cela m’a vraiment forgé, car c’est devenu finalement un bon souvenir porteur de leçon ». Dans sa discipline, il y a les Laza Randriamifidimanana entre autres. « Je veux aller encore plus loin. Je réfléchis sur ce que sera la suite de ma carrière sportive.  Je suivrai les étapes évidemment, c’est un apprentissage. J’envisage le rallye mais je ne sais pas encore, peut-être cette année  ou l’année prochaine ». Licencié du club TMF, il déplore le fait qu’à Madagascar, on ne vit pas encore de sa passion en sport « où qu’on aille, quelle que soit la discipline, c’est dur. Mais il ne faut jamais baisser les bras. Je sais que ce sera difficile d’émerger du lot, mais je m’en accroche et je rêve encore plus de titres et de compétitions.  C’est à moi de me surpasser, d’essayer toujours et encore ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara6 partages

Moramanga : Naato vonjimaika ilay asa fanorenana andrim-by

Niantso ireo fokonolona rehetra monina ao amin’ny fokontany Antsirinala, ny avy eo amin’ny distrikan’i Moramanga sy ny ben’ny tanàn’Ambohibary ary ny avy ao amin’ilay orinasa izay niteraka izao disadisa izao. Handravona ny olana  sy hanazava ny mahakasika ny antom-pijoroan’ity andrim-by ity no niantsoana ireo vahoaka, saingy tsy nisy nanaiky ny mbola hanaovana izany ireo vahoaka tonga teo, fa ny hanesorana avy hatrany ny fotodrafitrasa no notakian’ireo fokonolona. Tsy nanaiky ny mbola hitoeran’io fotodrafitrasa io ihany koa ny olon-dehibe mpandala ny fomban-drazana noho ny fanotorana sy famefena ilay tsangam-bato hajain’izy ireo,anisan’ny nanamafy orina ny fitakian’ireo vahoaka. Nanao fanambarana ny ben’ny tanàna rehefa tsy nisy olona nanaiky ny fanorenana fa haato vonjimaika ny asa rehetra. Nisy anefa ireo komity najoro handinika ny raharaha ka ahitàna ny avy eo amin’ny fokonolona sy ny mpitondra ary ny orinasa. Manantena ny hamelàna malalaka ilay vato izay manan-tantara eo amin’ny fiainan’izy ireo ny vahoaka ao Antsirinala.

Cathy

Tananews5 partages

Urgent France : le garde des Sceaux exige l’arrêt des poursuites contre François Fillon

Ah ah, le gag n’est-ce pas ?

Ce qui serait simplement inimaginable en France et bien les barbares l’ont fait.

Au détour d’un délire nocturne.

Midi Madagasikara5 partages

Fédération mondiale de l’hémophilie : Gratuité des facteurs de coagulation pour les hémophiles du HJRA

Les patients hémophiles de l’hôpital HJRA bénéficient désormais d’un accès gratuit aux facteurs de coagulation, produit indispensable à la prise en charge des malades. L’hémophilie est, rappelons-le,  une maladie génétique de coagulation du sang, due à un déficit en facteur de coagulation dont le facteur VIII pour l’hémophilie A et le facteur IX pour l’hémophilie B. Elle se manifeste par une hémorragie externe ou interne dont les complications sont liées à la localisation de l’hémophilie. L’hémophilie entraîne un vécu lourd et difficile pour les malades et leurs familles. Cette gratuité des facteurs de coagulation est le fruit d’un partenariat entre la Fédération mondiale de l’hémophilie, l’association des hémophiles malgaches (ABEHM) et le ministère de la Santé publique. La Fédération mondiale de l’hémophilie a remis à titre de dons de flacons de concentré de facteur de coagulation pour le traitement des épisodes hémorragiques des hémophiles. Des flacons que les patients du CHU JRA (centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, plus connu par son ancienne appellation HJRA) vont pouvoir utiliser gratuitement. Ce partenariat profite aux malades, souligne le ministère de la Santé dans la mesure où le coût du facteur de coagulation s’élève à 3 millions d’ariary.  Ce coût élevé n’est pas à la portée de tous les malades. Soulignons au passage que le centre de référence de l’hémophilie au CHU HJRA offre déjà la gratuité du diagnostic et le suivi des hémophiles à partir du registre des hémophiles et de leur carnet de santé.

Le don remis par la Fédération mondiale de l’hémophilie s’inscrit dans le cadre de la visite d’une délégation de cette fédération, venue constater de visu la prise en charge de l’hémophilie à Madagascar et préparer ainsi le jumelage associatif « hémophilie Malagasy » et « hémophilie Bretagne ». Rappelons que l’association des hémophiles malgaches, créée en 2010 compte actuellement 100 malades.

Hanitra R.

L'express de Madagascar4 partages

Classement FIFA – Madagascar grimpe de 17 marches

Madagascar vient de réaliser la meilleure remontée du mois en Afrique juste après la Tanzanie (+22) et se place actuellement au 120e rang du classement mondial. Grâce notamment aux deux victoires remportées au mois de mars face à Sao Tomé et Principe, le rang de la Grande Ile au classement FIFA a bondi de 17 places.Madagascar se trouve actuellement à la 120e position du tableau sorti hier. Ce nouveau classement est actuellement dominé par le Brésil aux dépens de l’Argen­tine. L’Égypte est la première équipe du continent africain dans le classement, qui se trouve à la 19e place.Leader de la région de l’océan Indien, la Grande île est 8e de la zone COSAFA et se positionne à la 35e place du classement africain. Malawi, 100e au classement sera l’adversaire de  Mada­gascar au courant de ce mois comptant pour le premier tour des qualifications pour le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) au Kenya 2018, réservé aux joueurs évoluant en Afrique. Le prochain classement sera actualisé le 4 mai 2017.

S.R.

Madaplus.info3 partages

2018 : un candidat unique pour l’opposition

Hier, nous avons parlé du parti Freedom qui est officiellement dans le camp de l’opposition. Le parti Freedom qui entre dans la stratégie de l’opposition à unir leur force et de présenter un seul candidat.
L’opposition fera tout pour stopper Rajaonarimampiania en 2018. C’est en unissant leur force et en présentant un candidat de consensus entre les partis de l’opposition que ces derniers entendent exécuter leur dessein. Lalatiana Ravololomanana, conseillère au sein de la CUA et fondatrice du parti «Manda ho an'i Firaisam-pirenena », affirme que l’opposition est sur la bonne voir pour les élections de 2018. Mais qu’en est-il de l’ancien président Marc Ravalomanana? Est-ce que l’impensable pourrait se faire ? C’est à dire que les partis de l’opposition travaillera t-elle avec le fondateur de TIKO ? Ce dernier qui est déterminé à regagner sa place à Ambohitsirohitra. Mais la question cruciale qui se pose : est-ce que les partis de l’opposition arriveront à trouver un candidat de consensus ?
Tananews3 partages

Quelle est la différence entre …

Entre un sénateur qui appelle à une ville morte et et un autre qui ramène ses gros bras pour caillasser une Institution de l’Etat ?

Aucune ? Si une.

La couleur de leur cravate.

Selon la couleur de votre cravate, vous serez donc soit condamné à un an de prison, soit …. rien.

Tananews3 partages

Une centrale à charbon dans le sud ?

« La société Bushveld Minerals, à travers sa filiale Lemur Holdings, a signé un mémorandum d’entente avec la société chinoise Sinohydro portant sur le co-développement d’une centrale à charbon de 60 mégawatts dans le sud du pays ».

Alors que l’on hurle déjà avec toutes ces déforestations, ces changements climatiques, ces pollutions ? Ces sécheresses, etc. ?

Energies renouvelables connait pas ? Solaire ? Eoliennes ? A un moment il serait quand même temps d’arrêter les âneries dans ce pays.

News Mada3 partages

Herinandron’ny vola : rehefa mahay mitantana mahita tombony

Nifarana, omaly, ny fankalazana ny Global money week (GMW), andiany faharoa natao amintsika, andiany faha -6 maneran-tany. Nandray anjara tamin’io herinandron’ny vola io ny teto an-toerana, atao indrindra ho fanabeazana ny ankizy sy ny tanora hahay hitantana hitsinjovana ny ho avy. Nitarika izany ny minisiteran’ny Fitantanam-bola ; ny Fanabeazam-pirenena niaraka tamin’ireo sehatry ny mpikirakira vola (banky, IMF), trano fiantohana sy orinasa hafa.

Lohahevitra tamin’ity taona ity ny hoe : “Mianatra-Mitahiry-Mahazo”. Ampianarina momba ny zony sy ny andraikiny eo anivon’ny fianakaviana sy fiarahamonina ho fanatsarana ny toekarena ny ankizy sy tanora. Tsy handanindany fahatany, hahafantatra fa sahirana ny ray aman-dreny mitady vola. Hanana fahazarana mahay mitahiry sy mitantana fa tsy izay azo anio, taperina anio. Mahazo satria rehefa mahay mitahiry manomboka any amin’ny fahazazana, mahita tombony rehefa lehibe. Na izy ihany aza, afaka hanangana orinasa ho azy. Tsy miandry fanampiana  lava.

Liana tamin’ny fanabeazana ny rehetra

Nandritra izany fotoana izany, nisy ny fitetezana tanàna maro, Ambatolampy, Antanifotsy, Ambohimandroso, Antsirabe sy teto Antananarivo, nanaovana fanentanana samihafa hahaizan’ny ankizy sy ny tanora hitantana. Nitondrana izany fanabeazana izany ireo sekoly ambaratonga fototra sy faharoa, oniversite avy amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina. Ankizy 4.000 eo ho eo nandray nivantana sy liana tamin’ny fanabeazana nomena azy ireo. Tombanana 150.000 kosa ireo nanaraka izany tamin’ny haino aman-jery.

Vita iny ny herinandron’ny vola, natao ny fotoam-pamaranana tao amin’ny trano fiantohana Aro, fa antenaina hitohy tsy tapaka ny fanabeazana amin’io lafiny fahaiza-mitantana io. Notolorana mari-pankasitrahana ny sekoly, banky, IMF, orinasa nandray anjara, ary ny solontenan’ireo ankizy. Zava-dehibe mitsinjo ny ho avin’ny toekarena maneran-tany izany matoa najoro ny Child and youth finance international (CYFI), ny taona 2012, manana ny foibeny any Amsterdam.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Claudine Razaimamonjy toujours en garde a vue : le Bianco ne lâche pas prise

En l’espace de 48 h, l’affaire Claudine Razaimamonjy va de rebondissements en rebondissements. Jamais une affaire traitée par le Bianco n’a connu un tel chamboulement politique inattendu. Le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza fait pression sur le Bianco qui entend poursuivre ses enquêtes jusqu’au bout et n’envisage pas de lâcher du lest. Pendant ce temps, la conseillère spéciale de la présidence arrête de coopérer.

Une conférence de presse à 22 h 30 du soir du ministre de la Justice et relayée sur la radio nationale malagasy (RNM) pour demander la libération de Claudine Razaimamonjy et des natifs de Fianarantsoa qui manifestent jour et nuit devant le siège du Bianco à travers des jets de pierres et de bouteilles, le Bianco semble se retrouver dans une situation inhabituelle. Cependant, il entend poursuivre les enquêtes jusqu’à la fin au nom de son indépendance.

Cinq plaintes

Autant dire que le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza a vraiment lancé un pavé dans la mare en avançant les vices de procédure. Et sans attendre, le Bianco a remis les pendules à l’heure. «Nous avons reçu 5 plaintes de simples citoyens et un rapport du Samifin sur une suspicion de blanchiment d’argent», a indiqué le DG du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy, hier à Ambohibao. Il explique alors que la première garde à vue qui a expiré mercredi soir a été effectuée par le Bianco de la capitale. Une deuxième garde à vue a été par la suite demandée par le Bianco de Fianarantsoa pour trois nouveaux dossiers.

«Ce qui écarte les déclarations du ministre selon lesquelles il y aurait cumul de garde à vue ou une prolongation», a précisé le numéro un du Bianco en soulignant qu’il s’agit de «Deux gardes à vue distinctes pour des faits distincts et des entités d’enquêtes distinctes». Celle d’Antananarivo et de Fianarantsoa.

Relaxe ou défèrement

Par ailleurs, Claudine Razaimamonjy aurait dû être transférée à la chaîne pénale hier sauf que les enquêtes n’ont pas encore pu être bouclées. «Nous devons encore auditionner deux autres personnes sauf qu’elles restent introuvables», a indiqué le DG du Bianco en expliquant que les enquêtes devraient être poursuivies à Antsohihy. Cela d’autant que l’opératrice économique ne veut plus coopérer depuis hier.

«Elle ne répond plus aux questions posées par les enquêteurs», a fait savoir Jean-Louis Andriamifidy. La deuxième garde à vue s’achevant ce jour, Claudine Razaimamonjy devrait soit être déférée à la chaîne pénale, soit relaxée.

Pressions

Mais à la vue des derniers évènements, où l’Exécutif à travers quelques ministres commencent réellement à s’en mêler, les pressions ne sont pas à écarter, qu’elles viennent des partisans ou de l’Etat lui-même.

«Pour l’heure, je n’ai encore reçu aucune pression directe ou indirecte de qui que ce soit», a indiqué le directeur général du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy. Cependant, «Il faudrait laisser les enquêteurs travailler sereinement», a-t-il souligné en faisant référence aux manifestations constatées devant les locaux du Bianco, notamment les coups de sifflets et les jets de pierres de la part des partisans de Claudine Razaimamonjy. Ce qui a d’ailleurs obligé le Bianco à faire appel à l’Emmo-reg.

Volonté du régime

Dans tous les cas, il est difficile de penser que le régime actuel veuille réellement avancer dans la lutte contre la corruption. Suite à la demande de libération de l’enquêtée par le ministre de la Justice, on peut facilement deviner le genre de gouvernant au pays. «Nous n’avons aucune intention de nuire au régime en place, nous voulons juste avancer dans notre objectif, celui de lutter contre la corruption», a justifié le DG du Bianco. Cela, en réponse aux questions des journalistes selon lesquelles le DG du Bianco aurait à craindre pour sa sécurité. «Avant d’accepter ce poste, nous nous sommes préparés à ce genre de situation», a assuré Jean-Louis Andriamifidy.

Néanmoins, on susurre déjà qu’il ne s’agit ici que d’une première liste. D’autres personnalités seraient déjà dans le collimateur, dont un autre conseiller du président bien connu de la sphère politique.

Rakoto

 

News Mada3 partages

Andohatapenaka : jiolahy mpanendaka raindahiny voasambotry ny polisy

Lehilahy iray antsoina hoe Papozy, 26 taona monina eny Andohatapenaka no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahasfito eny 67 ha, rehefa avy nanendaka findaina ramatoa iray teny 67 ha, akaikin’ny FLM, ny talata teo. Ramatoa iray avy nanatitra ny zanany nandeha nianatra no niharan’ny sinto-mahery tao anelakelan-trano tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany folakandro. Very tamin’izany ny finday avo lenta iray. Niezaka nanenjika ihany ilay ramatoa sy ny tovolahy iray nahita ny zava- niseho tsy lavitra teo, saingy efa tsy tratra intsony ilay olon-dratsy.

Nilaza anefa ilay tovolahy fa hitany ny tranon’ilay olon-dratsy ka nandeha teny ny polisy izy ireo nametraka fitoriana. Tonga tany amin’ilay fokontany voalaza fa ipetrahan’ilay tovolahy mpanendaka avy hatrany ny polisy. Vao nahatazana ny fahatongavan’ireto farany i Papozy, nitsoaka avy hatrany. Raikitra ny fanenjehana ka tsy lasa lavitra ary tratra. Mbola ilay akanjo nanaovany tamin’izy nanao ny asa ratsiny iny ihany no nanaovany tamin’io ka noraisim-potsiny izy. Ilay finday kosa tsy tratra teny aminy intsony.

Tsy ny eny 67 ha ihany anefa no mirongatra ny mpanendaka fa amin’ny faritra maro. Toy ny eny Ankorondrano, izay eo antokonan’ny toeram-piasany no voaendaka ny vehivavy iray. Mitazam-potsiny olona sy ny mpiambina manoloana izany.

Yves S.

 

Midi Madagasikara3 partages

Toamasina : Karana vavy maty voatifitra teo amin’ny lohany

Akbaraly Sabrina, teratany indopakistanais izay mizaka ny zom-pirenena Malagasy. Nandeha “bajaj”, ireny posiposy mandeha motera ireny, izy sy ny vehivavy iray namany ny an toandron’ny alarobia teo. Nisy lehilahy roa nandeha moto scooter nanaraka avy ato aoriana saingy tsy tsikaritr’izy ireo. Raha ny fantatra dia saika hamonjy fodiana ao amin’ny Cité Nouvelle Ville eo Maintirano izy roa vavy. Efa tsy mifanalavitra ny tranony intsony no namoaka ny basy teny aminy ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Norahonany tamin’izany ny mpitondra ilay posy. Tsy vitan’izay aza fa mbola narahina tifi-danitra izany mba hampitahotra ireo olona. Nitsoaka avy hatrany teo an-toerana ny mpitondra ilay “bajaj” ary mba tsara ny fanapahan-keviny voalohany izay nizotra nankany amin’ny biraon’ny zandary akaiky azy indrindra. Teo anelanelan’izany dia mbola nitohy ny tifitra nataon’ireo olon-dratsy. Rehefa tonga teo amin’ilay toerana ny zandary dia vehivavy efa nihosin-drà, ilay karàna vavy io, no novantan’izy ireo. Ilay vehivavy faharoa izay Malagasy kosa tsy nisy ratra teny aminy. Nentina faran’izay haingana teny anivon’ny hopitaly ny naratra mba hanavotana ny ainy. Raha ny fanamarihana azo dia fotoana fohy taorian’ny avotr’aina natao taminy dia maty ihany ilay vehivavy. Inona no anton’ny famonoana? Ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka ny borigadin’ny Toamasina saingy ny hany fantatra dia ny fahaverezan’ny kitapo izay teny amin’io karana vavy io. Dia tsy maintsy novonoina ve anefa izy mba nahazoana an’izany? Matoa ihany koa izy nandeha bajaj dia inona fa tsy hitondra volabe na zava-tsarobidy hafa, iaraha-mahalala ny tsy fandriampahelamana misy eto Madagasikara ankehitriny…

D.R

Madaplus.info2 partages

Affaire Claudine: une grande pression sur le Bianco

Claudine Razaimamonjy fait La Une de tous les journaux depuis déjà 3 jours. Pour cause, elle a été arrêtée après un match de Basket à Mahamasina par le Bianco.
Cette affaire sur Claudine est le sujet qui défraye la chronique actuellement. Cette femme Milliardaire, propriétaire de l’A Ivato, très proche du couple Rajaonarimampianina qui plus est, est accusée de corruption. Elle est en détention dans les locaux du BIANCO. Mais les proches de cette femme se mobilisent actuellement pour la faire libérer. Une manifestation se fait même devant les locaux du BIANCO, où des personnes brandissent des banderoles invites les dirigeants de cette instance contre la corruption à libérer Claudine. Le ministre de la Justice avait même fait une conférence de presse à 22 h du soir le 5 avril pour affirmer que la détention de Claudine est arbitraire.
News Mada2 partages

Milaza ny heviny ny mpanakanto : « Olona tsotra sy be fanetren-tena i Jean Emilien »

Niaiky ny fahaizany izao tontolo izao ! Mpanakanto iraisam-pirenena i Jean Emilien. Manana ny lazany maneran-tany ny anarany sy ny sanganasany… Tsy hita soritra teo amin’ny fifandraisany taman’olona teny anivon’ny fiarahamonina sy ny namana anefa izany noho ny fananany toetra miavaka… Milaza ny heviny ireo mpanakanto nifanerasera taminy.

Nantenaina (Tarika Nantenaina):

Maty tsy niala-nenina akory i Jean Emilien. Mbola ao anatin’ny heriny tanteraka izy satria vao 54 taona. Banga be ny tontolon’ny zavakanto malagasy satria mpanakanto goavana izy raha jerena amin’ny sehatra nahitana sy nahenoana ny sanganasany. Sarotra ny hisolo ny toerany. Nahazo voninahitra lehibe izy, kanefa tsy nentiny nirehareha izany noho ny fananany toetra tsotra sy mahay mifandray aman’olona na teny anivon’ny fiarahamonina na teo aminay samy mpanakanto.  Mampalahelo satria nisy fikasana hanatanteraka fiaraha-mifaly eo amin’ny mpanakanto tokony hatao ato ho ato, saingy izy nindaosin’ny fahafatesana izao. Mbola maromaro ihany koa ny tetikasa neritreretina hatao miaraka amin’i Jean Emilien, eto an-toerana sy any ivelany… Indrisy !

Luc (Tarika Ny Ainga) :

Raha tsy voalazan’ny haino aman-jery ny vaovao, tsy nino aho satria vao nihaona izahay herinandro vitsy izay. Olona sariaka sy miramirana no nitafa tamiko. Raha nisy ny fiarahana tamina artista hafa sy ny tarika Ny Ainga, tsy maintsy teo foana i Jran Emilien. Mbola nanana fandaharam-potoana maro saika hotanterahina miaraka aminy izahay. Hisy « album » havoaka ato ho ato, i Jean Emilien no hiantsoroka ny fitsofana farara. « Country » rahateo ny hira hatao.

Tafaraka eo amin’ny fiarovana ny tontolo iainana ihany koa ny tarika Ny Ainga sy i Jean Emilien. Eo am-pikenonkenonana « dossier » momba izany ny tarika Ny Ainga sy i Jean Emilien, izy nindaosin’ny fahafatesana izao.

Ho ahy manokana, zokibe nanandratra ny kanto malagasy izy. Tsy nahitana na nahatarafana fanaovana « copie » amin’ny kanto voizin-dry zareo vahiny mihitsy ny zavatra nataony fa tena sanganasa maneho ny maha Malagasy tokoa. Olona tsotra sady modelin’ny fiarahamonina izy. Mpanakanto avy ao anatin’ny vahoaka i Jean Emilien.

Sammy Andriamalalaharijaona (Tarika Sammy) :

Samy ao anatin’ny fikambanana Sarondra izahay. Anisan’ny olomangan’i Gasikara i Jean Emilien satria nitondra avo ny kolontsaina malagasy any ivelany. Efa nisy fotoana nandalo fahasahiranana izy fa tsy nisy nijery. Na izany aza, niezaka ny hanasongadina hatrany ny zavakanto malagasy i Jean Emilien. Goavana be ny zava-bitany. Mendri-piderana Rajean akama tsy hohadinoina mihitsy. Olona tsotra tia fihavanana i Jean Emilien.

Ny Eja (Mpanoratra) :

Niara-niasa akaiky tamin’i Jean Emilien aho. Nanome lanja lehibe azy sy ny zavakanto ataony ny fananany fahatsorana sy fanetren-tena. Tadidiko tsara tao amin’ny Tahala Rarihasina Analakely. Niangavy azy aho hanaingo ny zavatra ataoko amin’ny alalan’ny hira sy zavamaneno. Tsotra be ny valin-teniny : « … Ho avy eo aho fa haka fitaovana vetivety ». Tonga tokoa izy. Fanampiana tsy misy tambiny fa tena tao anatin’ny fahatsoram-po tanteraka.

 

 Fandaharam-potoana ao Fianarantsoa

Zoma 7 avrily

– 9 ora maraina hatramin’ny 4 ora tolakandro : Tsiahy eo anoloan’ny ORTF (Tranompokonolona taloha). Hisy ny fampahafantarana momba an’i Jean Emilien.

– 5 ora hariva : Fitsenana ny nofomangatsiakany amin’ny Amphi Région Matsiatra Ambony.

– 8 ora alina : Fiaretan-tory ao amin’ny lapan’ny Faritra Matsiatra Ambony.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada2 partages

Mandroso sy mivelatra hatrany : handray mpanakanto maro ny Fianar Reggae Festival andiany faha-5

Anisan’ny hampiavaka ny Fianar Festival Reggae hotontosaina any Fianarantsoa ny 15 ka hatramin’ny 17 avrily izao ny fandraisana anjaran’ireo mpanakanto maro. Tsy avy eto an-toerana ihany izy ireo fa avy any ivelany indrindra ihany koa. Toa an-dry Black Nation sy  Katwall avy atsy amin’ny Nosy La Réunion, Mighty Patch sy Ichman avy any Belzika, Wubani Spirit avy any Mayotte, Neguson avy ao amin’ny Nosy Maorisy. Tsy ho latsa-danja amin’ireo ihany koa ny tarika sy ny mpanakanto avy eto an-toerana hanafana ity Fianar Reggae Festival andiany faha-5. Anisan’ireny Steve Madagascariensis, Jah Rouuts Malagasy Vibration, Eka Zaho, José Satoub, Dodol, Ms Roots 514, Rev’Errant, Reggasy, sns.

Ankoatra io fahamaroan’ny mpanakanto mandray anjara io, nialohavan’ny atrikasa ihany koa ity Fianar Reggae Festival 2017 ity. Atrikasa nifanakalozana traikefa eo amin’ny samy mpiangaly reggae. Efa nisy rahateo ny fanehoana ny vokatra avy amin’izany teto an-dRenivohitra. Mbola hotohizana ao Antsirabe ity atrika sy fiofanana ity.

Marihina fa ny fikambanana Sarondra tohanan’ny Alliance Française ao Fianarantsoa sy ny mpiara-miasa amin’izy ireo no mikarakara ny Fianar Reggae Festival.

HaRy Razafindrakoto

 

L'express de Madagascar2 partages

Événement – Nosy Be Jazz Festival 2017 plus festif

Valorisant autant le tourisme que la vie culturelle de la localité de l’île aux parfums, le Nosy Be Jazz Festival prépare une programmation enrichie pour sa réédition.

Chaleureux et prestigieux à la fois, le Nosy Be Jazz Festival a su s’affirmer comme un événement unique en son genre dans l’agenda culturel de l’île aux parfums qu’est Nosy Be. Porté par la passion des membres mélomanes de l’association, « Nosy Be Jazz Festival Organisation Comitee » (NBJFOC), est en étroite collaboration avec le tour opérateur Zà-Tours et la maison de production Sunny Live Music. Il a réussi l’exploit de conquérir le public local en promouvant un jazz populaire, le tout conjugué au folklore local.S’affirmant comme un bon bol d’air frais dans un lieu déjà réputé comme étant féérique, le Nosy Be Jazz Festival reviendra bel et bien du 25 au 28 octobre, pour une deuxième édition qui s’annonce plus festive et enrichie. Il s’est découvert comme un véritable dépaysement, surtout pour tous les mélomanes amateurs de jazz de la Grande île.Le festival prône pour la solidarité, cette année, en mettant activement à contribution les artistes locaux dans sa programmation, avec un bel éventail d’artistes nationaux et internationaux. « L’essence-même de ce festival est de promouvoir un tourisme culturel et artistique, tout en valorisant la beauté de cette destination exceptionnelle qu’est Nosy Be. Plus qu’auparavant, on garantit une édition harmonieuse et haut en couleurs », souligne Niry Ravelojaona, président du NBJFOC.

« Jazz in heaven »Une affiche bien garnie est ainsi à découvrir lors de cette deuxième édition du Nosy Be Jazz Festival, prévu pour octobre. En fait, ce sont les sommités du jazz national et international quisublimeront de leurs talents, les scènes du festival. On retrouvera, entre autres, le groupe Full Vao Band, la jeune Minah, Alexis Pivot, Aina Cook qui y fera son grand retour avec son mari Kyle Allen, Little Bob Blues Bastards, l’émérite Solorazaf, la diva Lalatiana, Tristan Rabe, le Jazz Club du CGM, le Jazz Quart. De plus, plusieurs artistes locaux dont les danseuses de Wadra, Mogodro, Mbio, Trotrobe et Biyaya de l’association Ravinala du village de Marodoka, égayeront la scène.Des artistes de jazz de renom sont aussi annoncés, tels Martin Taylor, David Linx, les Italiens Andrea Bozzetto et Roberto Ottaviano qui pensent jumeler le festival avec le festival  international Bari in Jazz (BIJ) en Italie. Quatre soirées VIP sont prévues, ainsi que trois concerts gratuits, destinés au grand public. De même, des échanges et des séances de partage entre les artistes nationaux et internationaux, se feront à travers plusieurs masterclass.Le Festival continue ainsi sur sa lancée en promouvant le jazz dans cette destination paradisiaque qu’est l’île aux parfums, d’où son slogan « Jazz in heaven ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar2 partages

Importation – La Douane accorde des franchises

Dans un communiqué transmis à la presse, l’administration douanière précise qu’elle peut octroyer l’exonération des droits et taxes à l’importation de certaines marchandises adressées à des catégories de destinataires bien définies. « L’octroi d’exonération des DTI est actuellement cadré par les dispositions de l’article 240 du Code des douanes et de l’Arrêté n°10416 MFB/SG/DGD du 04 Mai 2016 », indique ledit communiqué.Dans ce sens, afin de soutenir la politique de proximité menée par le Gouvernement, l’administration douanière accorde la franchise pour certaines marchandises bien déterminées servant à la réalisation des programmes visés par le plan de développement et présentant une utilité publique pour  une collectivité territoriale décentraliséeDes organismes peuvent aussi bénéficier de cette exonération. Mais ils doivent avoir conclu des  accords de siège avec le ministère des Affaires étrangères pour les envois de matériels et équipements conformément aux conditions et activités édictées dans l’Accord de siège, à raison de deux véhicules par an de type 4×4 ou utilitaires et deux motocyclettes par an destinés à l’usage officiel de l’ONG concernée.

L.R.

L'express de Madagascar2 partages

Rencontres économiques – African Business Connect ce jour

Une centaine d’opérateurs marocains, issus des secteurs publics et privés sont attendus, ce jour, à l’hôtel Carlton pour participer à la seconde édition de l’African Business Connect. Les entreprises opérant dans les secteurs du textile et cuir, bâtiments-travaux publics  et matériaux de construction, l’aéronautique, l’automobile, l’énergie, la logistique, les TIC et la chimie-parachimie seront présentes à ce rendez-vous économique. « L’objectif est de développer un partenariat gagnant-gagnant basé sur les complémentarités  entre les sociétés malgaches et marocaines », indique My Yassir El Khalifa, de la direction des marchés de Maroc Export dans un communiqué.African Business Connect est un concept qui s’inscrit dans le développement des entreprises marocaines en Afrique. Une série de missions B to B, de voyages d’affaires, de rencontres commerciales et de missions B to C est ainsi organisée régulièrement dans différents pays africains. 52% des participations aux actions de Maroc Export sont enregistrés sur l’Afrique subsaharienne, « soit deux fois celles enregistrées sur l’Europe », continue-t-il. « L’originalité de ce concept réside dans son caractère sur-mesure en choisissant minutieusement les secteurs par pays, en réalisant au préalable des études macroéconomiques et sectorielles et en établissant des programmes étudiés et personnalisés de rencontres », souligne le directeur.La stratégie consiste à mobiliser les acteurs économiques locaux à travers le réseau africain de BMCE Bank of Africa et les partenaires de Maroc Export  en assurant un accompagnement de proximité tout au long de la démarche. La première édition s’est déroulée au Mali et au Sénégal en 2015.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Formation sur la pas­sation des marchés

Les acteurs en passation des marchés de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) ont suivi une forma­tion sur le nouveau Code des Marchés Publics. Cette formation dispensée par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) avait eu lieu au siège de l’ACM à Tsimba­zaza les5 et 6 avril. Elle a été essen­tiellement axée sur la répartition matérielle des dossiers de passation des marchés, l’examen et l’évaluation des offres et la réception de l’objet d’un contrat.

Tananews1 partages

Affaire Claudine : le Samifin est également de la partie

Outre les soupçons de détournements de fonds publics, la machine à laver du blanchiment d’argent est également évoqué.

Jusqu’où, jusqu’à qui est-ce que tout ce pognon remontera ?

Dans d’autres pays, tout ce scandale politico-financier aurait déjà provoqué de sacrées vagues mais ça c’est dans d’autres pays.

News Mada1 partages

BFV-SG : ahena ny zanabola ho an’ny hividy moto

Hotanterahina, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny 8 sy 9 avrily ho avy izao, ny hetsika “Madagasikara Bikers Show”. Fotoana manokana ahitana ny tontolon’ny moto sy ny manodidina azy samihafa. Mandray anjara amin’izany ny banky BFV-SG ary hanome tolotra manokana ho an’ny mpanjifa. Amin’ny alalan’ny findramam-bola Soafeno moto, hahena 14,5% ny tahan’ny zanabola. Ho an’ireo hividy avy hatrany, hisy fanalefahana ny famerenam-bola 6-60 volana, tsy anavahana ny fidiram-bolany. Hisy mpanolotsaina avy amin’ny banky hanoro hevitra sy lalana ny mpitsidika mandritra ireo roa andro ireo.

Marihina fa miara-miombon’antoka amin’ireo orinasa tsy miankina anankiroa mpanafatra sy maninjara moto ny BFV-SG, nahatanterahana izao fanomezana tombontsoa ho an’ny mpanjifa izao. Avy amin’izany no nahafahana mandoa tsikelikely ny moto manodidina ny 125.000 Ar hatramin’ny 986.000 Ar isam-bolana, arakaraka ny marika. Nahena tarehimarika roa koa ny tahan’ny zanabola ho an’ireo mpanjifa mividy zavatra any amin’ireo orinasa roa ireo mandritra ity taona ity.

Njaka A.

News Mada1 partages

Fampiatoana ben’ny Tanàna : « Mila hahitsy ny lalàna », hoy ny KMF/Cnoe

Lasa resabe ny amin’ny fampiatoana amin’ny asany ny ben’ny Tanàna tato ho ato. Mila fanitsiana ny lalàna, raha y fijerin’ny KMF/Cnoe.  

« Tokony hahitsy io lalàna mifehy ny kaominina amin’izao fotoana izao io. Mba hampirindrana ny fitantanana eo anivon’ny kaominina izany. » Io ny fanehoan-kevitry ny sekretera jeneralin’ny KMF/Cnoe, Raharisoamalala Patricia, teny Antanimena, omaly, momba ny fampiatoana ben’ny Tanàna tato ho ato.

Araka ny lalàna mifehy ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana eto amintsika, rehefa mandeha ny fifidianana ben’ny Tanàna: miditra ho mpikamban’ny filankevitry ny Tanàna ireo kandidà be vato tsy lany.

Miteraka firaisamonina sadasada izany eo amin’ny ben’ny Tanàna sy ny mpanolotsain’ny Tanàna nirotsaka ho ben’ny Tanàna nefa tsy lany, izay manana ny fandaharanasany ihany koa amin’izay itondrana ny tanàna.

Nefa voatery miara-miasa izy ireo, ary hanatanteraka ny fandaharanasan’ny ben’ny Tanàna lany ireo mpanolotsaina mpifaninana taminy tamin’ny fifidianana. Miteraka fifandirana izay.

Any amin’ny fototry ny lalàna no hita fa misy lesoka, antony tsy mampandeha ny fitsinjaram-pahefana tena izy eny anivon’ny  kaominina.

 

Ahina ho kajikajy politika ny raharaha

 

Misy tokoa ny fampiatoana ben’ny Tanàna amin’izao fotoana izao. Nametraka azy ireny olom-pirenena mpifidy, manan-jo hahafantatra ny toe-java-misy marina: inona ny hadisoana goavana ampiatoana ny ben’ny Tanàna nofidiny? Anisan’ny hahazoana mampiato ny ben’ny Tanàna ny hoe fahadisoana bevava eo amin’ny fitantanana: tsy fahatanterahan’ny andraikitra izany, na tsy fangaraharana amin’ny fitantanana, ohatra.

« Mampanahy amin’izao fotoana izao, fantatra ny loko politika misy ny minisitry ny Atitany amin’izao. Lasa ny eritreritra hoe manoloana ny fanomanana fatratra ny fifidianana 2018: sao, lahy, efa any amin’ny kajikajy politika no ampiatoana ny asany ireo ben’ny Tanàna am-perinasa izay hita fa tsy HVM? » hoy izy.

Mety ahina hanembantsembana tsy hahazoan’ny antoko eo amin’ny fitondrana ny vato be indrindra amin’ny fifidianana. Tokony hohajaina ny safidim-bahoaka, izay ny maro anisa no nametraka ny ben’ny Tanàna. Aleo tsy hitsakitsahina na odian-tsy hita izay, araka ny nambarany.

R. Nd.

News Mada1 partages

Niatrana teny amin’ny Bianco ny Emmo/Reg : savorovoro torabato nitakina ny hamoahana an’i Claudine

 Nisehoana savorovoro ny teny amin’ny foiben-toeran’ny Bianco eny Ambohibao, omaly alina. Torabato tsy nifankahitana teo am-bavahady nanehoan’ireo andiana olona tsy mankasitraka ny nisamborana sy ny fanadihadina an-dRazaimamonjy Claudine. Niatrana avy hatrany ny avy amin’ny Emmo/Reg.

 

Henjakenjana ny zava-nitranga. « Nitora-bato sy tavoahangina labiera izy ireo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina tany ho any… Narahina ompa variraraka ny tale jeneralin’ny Bianco izany sy ny fiantsoant soana ny hamoahana tsy misy hatakandro an’i Claudine », hoy ny mpitandro filaminana iray, anisan’ny niambina ny vavahady. Nalaky tonga anefa ny Emmo/Reg ka nitsahatra izany. Noraisin’ ireo mpitandro filaminana niambina teo an-tsoratra amin’ny kahie avokoa ny tranga niseho.

Mbola hita miparitaka eo am-bahadin’ny Bianco ireo vato sy vakina tavoahangy, hatramin’ny omaly tontolo andro. Tazana teny an-toerana ny lehiben’ny CIRGN ny maraina niaraka amin’ireo ekipany, tety amin’ny toerana ambony, miaraka amin’ny fitaovam-piadiana sy ny lakrimozenina. Teny ambany kosa ireo andiana tanora sy olona maromaro, mitonona ho zanak’i Fianarantsoa, miaraka amin’ny fiara maromaro, toy ny mazda sy sprinter ary koa 4×4. Nifampiandry teo ny roa tonta nandritra ny omaly, tontolo andro. Nitohy tamin’ny horakoraka sy siotsioka narahina kiririoka mitaky ny hamoahana ity mpandraharaha ity izany. Nanampy izany ny  filanjana sorabaventy.

Nody sy nirava…

 Nandefa fanamafisam-peo koa izy ireo nanaovana fanentanana ireo andiana olona tonga teny. « Voahitsakitsaka ny zon’olombelona… Tsy voahaja ny lalàna. Mbola ho avy eo ny mpianatry ny oniversite zanak’i Fianarantsoa ary efa misy ny any an-dalana niainga avy any Fianarantsoa… », hoy izy ireo.  Nanatrika izany rehetra izany ny filoha lefitry ny Antenimierandoholona, Andriamandavy Riana olona akaiky sady fianakavian’ity mpanolotsain’ny filoham-pirenena natao fanadihadiana ity. Noresahin’ny Emmo/Reg izy ireo ny atoandro mba hilamina sy tsy hitabataba  ary hanaja ny fandaminana sy ny lalàna. Nanaiky izany ary nanaraka ny toromarika izy ireo. Tsy nisy ny fisamborana na fanapoahana baomba mandatsa-dranomaso.

Tsy niala teny an-toerana izy ireo raha tsy efa tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva… Ny sasany kosa efa niandry taty amin’ny Fitsarana mijirika ny kolikoly (CPAC) 67 ha nanomboka ny tolakandro, niandry ny handefasana an-dRazaimamonjy Claudine eo anivon’io sampam-pitsarana io, saingy nirava maina izany avy eo.

Randria

Tananews1 partages

Affaire Claudine : transfert à la chaîne pénale en cours

Tiens un petit air de déjà vu.

Et comme à l’accoutumé, la fameuse CPAC va libérer tout le monde, demander un complément de preuves et ainsi de suite.

La CPAC est clairement le maillon faible dans la chaîne anti-corruption.

Tia Tanindranaza1 partages

Ben'ny tanàna nivory tetsy amin'ny ColbertMangataka fihaonana amin'ny filohampirenena

Araka ny efa nampahafantarin’ny filohan’ny fikambanan’ireo ben’ny tanàna an-tanàn-dehibe, Lalao Ravalomanana, dia notontosaina omaly tetsy amin’ny hotely Colbert Antaninarenina ny fihaonana tamin’ireo ben’ny tanàna mpikambana

. Fototry ny lahadinika ny fikarohana izay ahafahana miala amin’ny fanapotehana ny tanàn-dehibe eto amin’ny firenena. Tsapan’ireo ben’ny tanàna nivory fa fototry ny tsy fahombiazana rehetra tsy mampandeha ny fampandrosoana ny faminganan’ireo tsy lany ho ben’ny tanàna ka lasa mpanolotsaina eo anivon’ny kaominina tsy nahalany azy. Mangataka, noho izany, ireto ben’ny tanàna ireto ny mba hanovana io lalàna mamotika fampandrosoana io ary dia mangataka fihaonana amin’ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra ihany koa izy ireo mba handinihana izay fanatsarana hafa azo atao.

Mirija

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mpanolotsain'ny tanàna ao ToamasinaVoazara vola, hoy i Elysée Ratsiraka

Tia vola loatra ! Izay raha fintinina ny fahitan’ny ben’ny tanànan’i Toamasina Elysée Ratsiraka ireo mpanolotsain’ny tanàna nanongana ny tenany. Nisy nandray izany niteny tamiko, hoy izy.

 Zavatra hiainako, hoy izy, ary hita taratra ao anatin’ny fitsipika anatiny izay novolavolain’ireto mpanolotsaina ireto izany. Anisan’ny takian’ireto mpanolotsaina ireto, ohatra, ny zo fahazoan-tsolika 500.000 ariary ho an’ny mpanolotsain’ny tanàna tsotra ary 900.000 ariary isam-bolana ho an’ny filohan’izy ireo. Anisan’izany koa ny fitakiana fiara tsy mataho-dalana nefa an-tampon-tanàna no misy ny lapan’ny tanàna fa tsy any ambanivohitra be, finday sy fahana ary tsy maintsy raisina an-tanana koa, hono, ny jiro sy ranon’izy ireo. Tsy mahagaga ahy, hoy izy, raha mandalo ny trano fonenan’izy ireo aho dia mahita ny jiro mirehitra amin’ny 7 ora hariva hatramin’ny 7 ora maraina. 7.500.000 Ariary eo ho eo isam-bolana no lany amin’ny mpanolotsaina iray nefa 19 no isan’izy ireo.

Fampiatoana tsy ara-dalàna

 Rehefa tsy azon’izy ireo izany dia mandray fanapahan-kevitra tsy ara-dalàna toy izao izy. Tsy fantany intsony ny asany amin’ny maha mpanolotsaina fa ny mamingana indray no ataony. Andraikiny ankoatra ny manolo-tsaina amin’ny ankapobeny ny mandinika fanapahan-kevitra (texte) sy mamoaka fanapahana (deliberation) ary tokony haseho peta-drindrina ho fantatry ny rehetra. Anisany izao resaka fampiatoana ben’ny tanàna izao. Tsy ara-dalàna koa ny hoe fanapahana dia avy hatrany dia mankany amin’ny prefe fa mbola tokony handalo amin’ny ben’ny tanàna.

Mirija

 

News Mada1 partages

Village de nutrition : succès de la méthode Seikatsu Kaizen

Dans le cadre de l’amélioration de l’état nutritionnel des élèves par le biais des cantines scolaires, l’Office national de la nutrition (ONN) a mis en place en 2015 un «Village de nutrition» à l’EPP Masindray Ambohimanambola, du district d’Antananarivo Avaradrano, à titre de projet pilote.

L’objectif est d’aider la Feffi ou «Farimbon’ezaka ho an’ny fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony», le comité de gestion de cette école, pour assurer plus tard l’approvisionnement de la cantine scolaire par ses propres moyens. La méthode japonaise Seikatsu Kaizen a été l’approche utilisée par l’ONN dans la mise en œuvre du projet.

Au vu des résultats constatés hier sur les lieux, on peut dire que la méthode a porté ses fruits et qu’il y a eu réellement des avancées. «Nous assurons actuellement 30% des besoins de la cantine, notamment à partir de  l’exploitation du jardin scolaire», a souligné le président de la Feffi, Dieu Donné Randrianarisoa. Le reste, comme le riz et les légumes secs, est encore fourni par des partenaires, à l’instar du Pam. A noter que la recherche de partenaires figure aussi dans la méthode Seikatsu Kaizen.

Démarrage par ses propres moyens

A la différence du programme «Alimentation scolaire basée sur des achats locaux» (Asbal) des régions d’Atsimo Andrefana, Androy et Anosy, aucune injection de fonds n’a été effectuée auprès de la Feffi dans le projet «Village de nutrition».

Ce projet a démarré avec ses propres moyens pour réussir aujourd’hui à participer dans l’approvisionnement de la cantine par l’exploitation des produits du jardin scolaire à laquelle les membres de la Feffi ont tous participé à tour de rôle, selon les moyens et la capacité de chacun, en fournissant des semences et de l’engrais, en labourant le jardin et aussi en s’occupant de l’entretien des plants comme les arrosages et les élagages.

Il convient de noter que les surplus qui ne sont pas consommés par la cantine sont vendus,  afin de renflouer les revenus des ménages des membres pour mieux les motiver. Cela en sus des formations sur les techniques d’agriculture dispensées par les partenaires, entre autres, les techniciens de l’ONN.

Sera R

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

Des contrats de partenariats en vue avec le Maroc

Créé en 2015 par Maroc Export et BMCE Bank of Africa, « African Business Connect » tend à soutenir le développement des entreprises marocaines sur le continent africain à travers des rencontres B to B. Cette année, pour sa deuxième édition, une délégation marocaine a entamé différentes étapes au Rwanda, en Tanzanie et à Madagascar.

L’escale en terre malgache a clôturé les missions économiques ce 7 avril à l’hôtel Carlton. Les rencontres B to B ont vu la participation de 80 entreprises marocaines et plus de 340 entreprises malgaches. Elles permettront également de développer les relations commerciales entre Madagascar et Maroc. Pour la délégation marocaine, c’est un engagement pour concrétiser les 22 accords signés entre les deux pays, en 2016, pendant la visite officielle du roi du Maroc dans la Grande Ile. Selon la Directrice Générale de Maroc Export, Zahra Maafiri : « la première édition de l’African Business Connect au Sénégal et au Mali était un franc succès. Des contrats de joint-venture et de partenariat ont été conclus. Des entreprises ont ainsi contribué à faire rayonné le Made in Morrocco. Nous en attendons encore plus, que d’autres partenariats mûrissent, car nous sommes sur une démarche de durabilité ». Des retombées similaires sont attendues pour cette deuxième édition, notamment pour cette dernière étape à Madagascar.

Soutien financier de la BMCE Bank of Africa

Le manque de financement demeure le principal obstacle aux projets d’investissement. La BMCE Bank of Africa s’engage ainsi à jouer le rôle de catalyseur pour fournir les fonds nécessaires aux projets de partenariats entre les entreprises malgaches et marocaines. « Nous sommes là pour investir et co-investir, c’est un gage de développement économique et cela permet de gagner en confiance et en pérennité » souligne M’Fadel El Halaissi, Directeur Général de la BMCE Bank of Africa.

Pour marquer la consolidation des relations économiques entre les deux pays, un Memorandum Of Understanding a été signé entre Maroc Export et l’International Trade Board of Madagascar. Ce mémorandum devrait encourager les entreprises à participer aux foires internationales. Pour la partie malgache, c’est une opération de benchmarking qui permet d’échanger les bonnes pratiques.

La Vérité1 partages

Corruption et détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy derrière les barreaux…

Déférée aux 67ha hier dans la mi-journée, Claudine Razaimamonjy a été placée sous mandat de dépôt. Au terme de son audition, la propriétaire de l’AC a été victime d’un « malaise » et transportée à l’Hjra…

Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a clôturé ses enquêtes dans deux dossiers de corruption impliquant Claudine Razaimamonjy.  Cette opératrice économique a été déférée devant la Chaîne pénale anti-corruption (Cpac) aux 67ha. A l’issue d’un peu moins de 6 heures d’une audition débutée vers midi, le couperet est tombé. La conseillère du Chef de l’Etat est placée sous mandat de dépôt. Claudine Razaimamonjy est accusée d’être impliquée dans des faits similaires à ceux d’Ambohimahamasina pour lesquelle elle avait été convoquée l’an dernier par le Bianco. « Favoritisme dans l’attribution de marchés publics, détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics, abus de fonction et blanchiment d’argent » auront été les charges retenues par la Cpac contre la patronne de l’hôtel AC.

Le premier dossier pour lequelle elle a été entendue concernerait des faits suspectés de corruption et de détournement de deniers publics par des responsables auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant l’octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de 150 millions d’ariary pour l’année 2014 et de 200 millions d’ariary pour l’année 2015, allouées à la Commune rurale d’Ialanindro, District de Fianarantsoa I, Région de Haute Matsiatra. L’enquête ouverte par la branche territoriale du Bianco à Antananarivo suite à une doléance, concerne « 6 personnes, dont deux ont été déférées, trois sont en fuite et une hospitalisée mais représentée », précise le Bianco. En 2016, c’est au tour de la branche territoriale du Bianco de Fianarantsoa d’ouvrir une enquête suite à des faits de détournement d’une somme de 150 millions d’ariary dans la Commune rurale de Mahasoabe, Fianarantsoa. Dans ce second dossier, « 4 personnes ont été inculpées, 2 ont été déférées, une en fuite et une hospitalisée et représentée », selon le Bianco.« Malaise »Claudine Razaimamonjy n’est sortie du bâtiment de la Cpac que vers 18h 15. Arrivée à bord d’un minibus à son audition, elle est toutefois ressortie à bord d’une ambulance et sur une civière pour être emmenée à l’hôpital Hjra. D’après ses proches, la femme d’affaires « aurait été victime d’un malaise » durant son audience.  Après avoir subi un scanner, elle a été admise aux urgences du centre hospitalier sus-cité. Sous sérum et sous oxygène, Claudine Razaimamonjy a reçu la visite d’Henri Rabary-Njaka, de Nicole Andrianarivoson, conseillers du Président de la République. Neypatraiky Rakotomamonjy, Anicet Andriamosarisoa, ministres au sein du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana ont également été aperçus à son « chevet ». La passation entre les éléments du Bianco et de l’Emmoreg avec les agents de l’Administration pénitentiaire d’Antanimora a eu lieu dans cet hôpital. Au moment où nous mettons sous presse, vers 22h, la milliardaire était donc bien gardée dans sa chambre d’hôpital.

En tout cas, Claudine Razaimamonjy est loin d’être tirée d’affaire. Seuls deux dossiers la concernant ont été déférés, indique le Bianco. D’autres affaires restent pendantes au niveau de la villa La Piscine d’Ambohibao. Quoi qu’il en soit, le fait que cette personnalité soit une baronne au niveau du régime Hvm et dans l’entourage du Président de la République ne l’a visiblement pas aidée. Les observateurs nationaux et internationaux seront attentifs à la poursuite des autres dossiers liés à Claudine Razaimamonjy afin que soient décapitées toutes les personnalités impliquées dans ces affaires de corruption. L.A.

Tananews1 partages

Le Riana Andriamandavy rameute une centaine de « partisans » devant le Bianco

Tiens tiens, c’est de la manifestation non autorisée ça.

Ça mérite une petite convocation à Ankadilalana ça non ?

Ou c’est 2 poids 2 mesures comme d’habitude ?

L'express de Madagascar1 partages

Bealanana – Douze émeutiers arrêtés

Une foule en furie a attaqué la brigade de gendarmerie de Bealanana, hier, pour arracher quatre individus arrêtés pour viol et meurtre. Le couvre-feu a été décrété.

Une vague de violence s’est abattue sur le chef-lieu de district de Bealanana hier après-midi. Réclamant que quatre suspects arrêtés pour le viol suivi du meurtre d’une fillette de 14 ans  lui soient remis, une horde  de villageois en furie a pris d’assaut la brigade territoriale de la gendarmerie. Une douzaine de personnes ont été arrêtées dans les rangs des manifestants.Ayant couvert de jets de pierres la caserne de la gendarmerie où étaient placés en garde à vue les quatre individus incriminés  avant leur transfert à Antsohihy, la foule déchaînée s’est heurtée de plein fouet aux forces de l’ordre qui l’ont chargée à coups de grenades lacrymogène et procédé, dans la foulée, à des arrestations. Les altercations ont duré près de deux heures. Un couvre-feu a été décrété après qu’une frêle accalmie s’est installée dans la ville.

AveuxLes hommes du commissariat de police du district de Bealanana ainsi que les militaires de la 414e Compagnie se sont mobilisés pour prêter main-forte aux gendarmes dans cette défense de caserne.Le double crime contre la mineure a été constaté avant-hier matin lors de la découverte macabre. Un vent de colère a alors soufflé, mais les hostilités n’ont débutéqu’hier, vers 15h 30, lorsque des villageois prêts à en découdre, ont mis le feu aux poudres. Les gendarmes sur place ont signifié aux émeutiers que les personnes dont ils veulent les têtes avaient déjà été déplacées, mais ils n’ont pas cédé d’un iota. Les affrontements s’ensuivaient alors.Mercredi, lorsque le corps souillé de la victime a été retrouvé, un premier suspect a été confondu. Le quidam  s’est fondu dans le décor parmi les badauds lorsqu’il s’est fait arrêter. Apprenant que l’un des auteurs de cet acte odieux portait des vêtements couverts de boue, les enquêteurs venus faire le constat ont essayé d’identifier des suspects parmil’assistance, en se fiant à leur flair. Des griffures décelées sur le visage du suspect leur ont mis la puce à l’oreille. D’emblée arrêté par les gendarmes, il a été soumis au feu roulant de questions, et serait passé aux aveux.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Dossier MBS – Maître Razafimanantsoa interpelle le ministre Andriamiseza

À la lettre. Prenant Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, aux mots, maître Hanitra Razafi­manantsoa, vice-présidente de l’Assemblée nationale, l’a « interpellé », hier, concernant « un déni de justice », dans l’affaire qui oppose la société audiovisuelle « Malagasy broadcasting system » (MBS), au ministère de la Communication.« Puisque maintenant, tout le monde peut faire une doléance auprès du ministre de la Justice, et qu’ensuite celui-ci se dresse durant une conférence de presse, je fais donc, ici une doléance, je lance une interpellation à l’endroit du ministre sur le déni de justice sur l’affaire MBS. Voilà que c’est le secrétaire général du ministère de la Communication qui rend le verdict sur le dossier. Je demande donc, au ministre de demander au Conseil d’Etat de statuer sur la question, le juger comme il se doit », a martelé l’élue du parti « Tiako i Mada­gasikara » (TIM), lors d’une conférence de presse, à son bureau, à Tsimbazaza, hier.Dans certains journaux  privés de la capitale, Guy Laurent Ramanan­kamonjy, secrétaire général du ministère de la Com­munication, a soutenu que pour cause d’annulation de ses droits sur ses fréquences, la station MBS ne pourrait plus émettre. Des affirmations contestées par la députée Razafimanantsoa, et qu’elle considère comme une entrave au déroulement de l’affaire en instance auprès du Conseil d’État, depuis 2 ans. Devant les journalistes, dans la nuit de mercredi, à son bureau, à Faravohitra, elle a soutenu que tous ceux qui s’estiment être lésés dans une affaire judiciaire, ou vis-à-vis des procédures légales peuvent « lui adresser directement une doléance ».

G.F.R.

L'express de Madagascar1 partages

Un corps ensanglanté retrouvé

Une dépouille ensanglantée a été découverte sur la montagne, mardi dernier à Ankadimainty commune rurale de Mahitsy. La femme d’une vingtaine d’années qui n’avait pas donné signe de vie depuis une semaine aurait été assassinée, selon le médecin. La victime a reçu un coup de couteau à la gorge.

L'express de Madagascar1 partages

Des accords qui se nouent et se dénouent

Durant les sept premières années de son règne, deux souverains se partagent avec Andrianampoinimerina- qui trône à Ambohimanga- l’Imerina. Il s’agit d’Andrianamboatsimarofy à Antananarivo (territoire d’Imerinatsimo) et Ramanan­drianjaka à Ambohidratrimo.D’après la tradition orale, un jour les trois souverains décident de passer un pacte de non-agression et de bon voisinage. Ils se retrouvent à Ambatobe et l’accord est scellé par le sacrifice d’un bœuf doublé d’un coup de fusil. Outre le respect mutuel de la souveraineté, chaque roi s’engage à apporter son aide à celui dont le royaume sera assiégé par un ennemi.Plus tard, poursuit la tradition orale, Andrianampoinimerina épouse sa cousine, la princesse Rambolamasoandro, devenue reine d’Ambohidratrimo. Elle lui donnera sonhéritier sur le trône, Laidama. Ce mariage est, comme les autres, contracté par le monarque pour sceller l’union politique de ses sujets, les Tsimahafotsy, et ceux de ses épouses, ici les Marovatana.En revanche, face à son voisin du Sud, le roi d’Ambohimanga fait d’ores et déjà d’Ambohitrarahaba un avant-poste militaire qui a l’œil sur le territoire d’Andrianam­boatsimarofy. Ambohitrarahaba- la « colline  des félicitations »- tire d’ailleurs son nom de l’exploit accompli par les hommes qu’Andria­nampoinimerina y poste. Quand la bataille entre les deux  royaumes est engagée, raconte la tradition orale, ils ont si bien combattu contre ceux du roi d’Antananarivo qu’ils les repoussent bien loin à l’intérieur d’Imerinatsimo.Après cette bataille, les deux souverains décident une nouvelle fois de se rencontrer, mais cette fois-ci à Nanisana. L’objectif est de se réconcilier et de renforcer leur collaboration. Mais comme chacun se défie de l’autre, Andrianamboatsimarofy installe ses hommes à Ankadindramamy et Andrianampoini­merina place les siens à Analamahitsy, à distance plus ou moins égale de leur lieu de rendez-vous.Le nouvel accord se concrétise par une double union : Andrianampoinimerina épousera Ravaonimerina,, fille du roi d’Imeri­natsimo, et ce dernier héritera de Ralesoka, sœur du roi d’Ambohimanga. L’accord précise que « si Ramatoa Ralesoka ne devient pas l’épouse d’Andrianamboatsimarofy, Ambohimanga redeviendra le terrain des semis rizicoles d’Antananarivo. Et si Dame Ravaonimerina ne devient pas l’épouse d’Andrianampoinimerina, Antananarivo redeviendra la pépinière d’Ambohi­manga. »Une autre fois, poursuit la tradition orale, Andrianampoinimerina invite son illustrevoisin à un festin qu’il organise à Nanisana. Et tandis que ses « Tsindranolahy » (catégorie de Hova au service du souverain ou des princes) abattent le zébu et le préparent, il part à Andranobevava « pour s’amuser ». Entretemps le roi d’Antananarivo arrive à Nanisana et, las de l’attendre, demande  à goûter à la viande. On lui présente un « havitra » (fer pointu servant à attiser le feu ou à faire rôtir la viande) et pique un morceau mais n’y arrive pas. Il le retourne et utilise la partie recourbée et là, il prend un morceau. Et de réfléchir avant de conclure : « Le droit n’obtient rien, le fautif obtient tout. » Et il s’en va, sans attendre son hôte.Quand celui-ci revient de sa promenade, un peu embarrassé d’avoir fait faux bondà son invité, semble-t-il, ses hommes lui racontent tout. Et là, dit-on, dans sa joie, il se met à danser en criant : « À moi le royaume, Dieu l’a béni pour moi, car à Andrianamboa­tsimarofy le droit qui n’obtient rien, le fautif obtenant tout. » Et c’est la rupture sans espoir de réconciliation, affirme-t-on.Cependant, la guerre entre les deux royaumes ne se déclare pas immédiatement, même si Andrianampoinimerina s’y prépare à sa manière. Il contacte, dit-on, sept cousins, les Sages des Tantsaha, Andrianarabo, Andriantsoanandriana, Andriankotonavalona, Andriantsimandeharery, Andriamahery, Andriamparany et Andriandambovolony. Ceux-ci refusent de le rencontrer, bien qu’ils soient ses parents, car « nous ne sommes pas à toi, nous sommes encore les gens d’Andrianam­boatsimarofy ».Néanmoins, le roi d’Ambohimanga ne se contente pas d’un simple refus. Il leur envoie autant de messagers qu’il faut jusqu’à ce qu’ils acceptent de venir à Ambohimanga où, malgré l’heure tardive, ils sont immédiatement reçus par le roi. Toujours selon la tradition orale, à la demande de ce dernier, les Sept Sages lui auraient promis de le rejoindre dès qu’il s’attaquera à Antananarivo. En récompense, Andrianampoinimerina leur offre une forte somme d’argent pour « acheter» certains « Loholona »  et des soldats « Tantsaha », ainsi que de nombreux cadeaux de valeur.Quand il attaque la colline des Mille, les sept sages et leurs alliés s’abstiennent de participer au combat. Cependant, la ville ne se rend pas aussi facilement qu’ils le pensent. Après cette victoire, le roi de l’Imerina réuni les envoie à la conquête d’autres pays, en particulier le Betsileo.

L'express de Madagascar1 partages

Réunion des maires des grandes villes

Les maires des six chefs-lieux de province se sont réunis à l’hôtel Colbert à Anta­nanirenina, hier. Ils ont dénoncé la modalité de scrutin communal et muni­cipal, notamment, le fait que des anciens candidats perdants, deviennent des conseillers municipaux ou communaux.

Madagate0 partages

Claudine Razaimamonjy. Placée sous mandat de dépôt, elle tombe dans les pommes et…

Chaine pénale anti-corruption, 67 ha, 07 avril 2017. A l’annonce de sa mise sous mandat de dépôt, Claudine Razaimamonjy a été prise d’un malaise et a aussitôt été évacué à l’HJRA d’Ampefiloha.Aura-t-elle été sacrifiée par ses puissants protecteurs sur l’autel du fric des bailleurs de fonds? En tout cas, elle n’a jamais été innocente dans les faits qui lui sont actuellement reprochés et qui ont bénéficié à ces dits puissants protecteurs. Et en premier lieu, le couple présidentiel actuel depuis la campagne électorale de 2013. Voahangy X. (vous connaissez son nom de jeune fille?) aura-t-elle la bienséance d’aller lui rendre visite à l’hôpital -avant une éventuelle et salvatrice évacuation sanitaire-? Bof, qu’elle goûte à la prison d’Antanimora ou qu’elle réussisse à s’évader à travers une maladie imaginaire ou pas, ses biens seront indubitablement placés sous séquestre s’il lui prend de ne plus revenir au pays. Sinon à quoi diable aura servi tout ce cinéma de mauvais goût ?

En attendant cette suite téléphonée, ci-après le compte-rendu du BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) qui a effectué un pas de géant dans la lutte contre la corruption à Madagascar.

Jeannot Ramambazafy

Après une semaine riche en rebondissement, les deux premiers dossiers concernant Madame Claudine RAZAIMAMONJY ont été transmis à la CPAEC ce vendredi par le Bianco. La clôture des autres dossiers n’étant pas encore matériellement possible pour des raisons purement techniques et opérationnelles, le Bureau d’Ambohibao a décidé de transmettre les dossiers déjà clôturés et de finaliser les autres dossiers par la suite afin de pouvoir les transmettre correctement ficelés incessamment auprès de la Justice. Par ailleurs, il a été rapporté que la célèbre dame ne répondait plus à aucune des questions posées dans le cadre de ces enquêtes.

En effet, les autres dossiers nécessitant des expertises et d’autres vérifications sur terrain, le Bianco a expliqué qu’ils vont transmettre une partie des dossiers dans un premier temps, les autres étant encore en cours et seront finaliser ultérieurement.

Le premier dossier transmis :

La Branche Territoriale du Bianco Antananarivo a été saisi d’une doléance rapportant des faits suspectés de corruption et de détournement de deniers publics perpétrés par des responsables auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant l’ octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 ariary pour l’année 2014 et de 200 000 000 Ariary pour l’année 2015 à la Commune Rurale d’Ialananindro, district de Fianarantsoa II, Région de Haute Matsiatra. Le BIANCO a entamé ses investigations et a pu mettre en exergue des faits suspectés de favoritisme dans l’attribution de ces marchés publics, de détournement de deniers publics, de recel de détournement de deniers publics, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent contre six personnes dont deux ont été déférées, trois sont en fuite et une hospitalisée mais représentée.

Le deuxième dossier transmis :

En 2016, la Branche Territoriale du Bianco Fianarantsoa a reçu une doléance dénonçant des faits suspectés de corruption, toujours dans la gestion des subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 Ariary allouées à la Commune Rurale de Mahasoabe, Fianarantsoa. Cette somme devait alors servir à la réhabilitation du Bureau de la Commune. La doléance aurait rapporté que les travaux effectués sur ledit bâtiment en 2014 semble minime voire inexistant malgré l’importance de la somme allouée. Les enquêtes menées par le Bianco semblent confirmer les suspicions des dénonciateurs. Quatre personnes ont été inculpées de favoritisme, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent dans ce dossier dont deux déférées, une en fuite et une hospitalisée et représentée.

BUREAU INDÉPENDANT ANTI-CORRUPTION

07 Avril 2017

News Mada0 partages

Kitra Amboaran’ny Caf : vonona handray ny Recretivo ny Cnaps Sports

 Hanatsara hatrany ny fandaminana amin’ny fandraisana ny lalao mandroso amin’ny fiadiana ny amboaran’ny Caf,  taranja baolina kitra, ny eo anivon’ny Cnaps Sport. Hotanterahina ny asabotsy izao eny amin’ny kianjan’ i Vontovorona izany ka handraisana ny ekipa angoley, Recreativo do Libolo, avy any Angola.

 

Ezahina hipetrapetraka tsara ny fandraisana ny lalao. Nivoitra tamin’ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’ny mpikarakara eo anivon’ny Cnaps Sports, tetsy Ampefiloha, omaly, fa hatsaraina hatrany ny lesoka hita tamin’ireo lalao noraisina teny amin’ny kianjan’i Vontovorona. Hisahana ny fandaminana ny fifamoivozana mihazo an’iny lalam-pirenena voalohany iny, indrindra manoloana ny mety ho fitohanan’ny fiara, ny mpitandro filaminana, ahitana ny avy amin’ny zandary. Eo koa ny fitaterana ataon’ireo fiara miisa 120, miainga etsy Anosy mihazo ny eny amin’ny kianjan’i Vontovorona. Misy, araka izany, ny fiaraha-miasan’ny klioba sy ny mpikarakara amin’ny zotram-pitaterana, “G” Cotransmar sy ny eo anivon’ny Kofiamo, amin’ny fitaterana ireo mpijery ka 2 000 Ar ny saran-dalana mandroso sy miverina. Tsy mitsahatra ny mitatitra ireo fiara ireo raha tsy tapitra avokoa ny mpijery baolina na amin’ny firy na amin’ny firy. Ho an’ireo hitondra fiara manokana kosa, tsy maintsy tokony hanaraka ny fandaminana ka mila tonga alohan’ny amin’ny 1 ora tolakandro izy ireo.

Ankoatra izany, efa vonona tanteraka amin’ny hiatrehana ny lalao amin’ny Recreativo do Libolo ny ekipan’ny Cnaps Sports. Ao anatin’ny fanomanan-tena tanteraka izy ireo ary manome toky ny hanao dingana lehibe amin’ity indray mandeha ity.

Synèse R. /Sary Tiana

 

 

News Mada0 partages

Basikety – « Amboaran’ny filoha » : tafita amin’ny manasa-dalana ny MB2 All

Manohy ny lalany mankany amin’ny manasa-dalana ny MB2 All, rehefa nandresy ny TMBB, sokajy lehilahy, fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”.  Isa 83 no ho 74 no nandavoan’ny MB2 All ny TMBB nandritra ny lalao teo amin’ny ampahefa-dalana. Niady hatramin’ny farany ny lalao teo amin’ny samy Analamanga.

Nifanakaiky ary nifandimbiasana ny nitondra ny isa, teo amin’ny roa tonta, nandritra ny tapa-potoana telo voalohany. Nitarika tamin’ny isa 15 no ho 12 ny TMBB, nandritra ny 10 mn voalohany, izay notarihin-dry Mijoro sy Ando ary Tsito. Tsy nanaiky kosa ny MB2 All fa nenjehiny ka sahala 17 no ho 17 teo amin’ny tapa-potoana faharoa. Niezaka hatrany avy eo ry Dodax sy ry Marc, ho an’ny MB2 All, teo amin’ny fe-potoana fahatelo ka nitarika indray izy ireo tamin’ny isa tery 26 no ho 25. Nohararaotin-dry Francou sy Christian hatrany izany, rehefa nanafika tsy nahafaty ny TMBB teo amin’ny 10 mn farany. Nisesy ny baolina matin’ny MB2 All teo amin’ny valim-panafihana.

Sokajy vehivavy, resin’ny Tamifa Amoron’i Mania, 51 no ho 43, ny CRJS Atsinanana ary lavon’ny Fandrefiala, 66 no ho 51, ny MB2 All. Hifandona eo amin’ny manasa-dalana, anio, ny Fandrefiala sy ny Tamifa ary ny MB2 All sy ny JEA Vakinankaratra. Marihina fa mbola tafiditra ao anatin’ny laharana efatra voalohany ny MB2 All tamin’ireo ekipa vehivavy dimy fa nihintsana kosa, laharana farany, ny CRJS Atsinanana.

Manohana ary mampita mivantana hatrany ny lalao amin’ny alalan’ny « Backbone fibre optique national » ny Telma malagasy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Mpanakanton’ny taona 2016 : ifarombahan’ny mpikarakara i Dadi Love

« Tsy atakaloko » sy « Ataoko sonia ». Hira roa nampisongadina an’i Dadi Love tamin’iny taona iny, ary nampiakatra azy ho isan’ireo mpanakanto be mpankafy amin’izao fotoana izao ireo. Voaporofo izany, tamin’ny nandrombahany ny « Artiste de l’année » na ny mpanakanto mendrika indrindra tamin’ny taona 2016, nandritra ny « RDJ Mozika » farany teo.Noho izay lazany izay, anisan’ireo mpanakanto ifarombahan’ny mpikarakara fampisehoana i Dadi Love amin’izao fotoana izao. Feno dia feno rahateo ny fandaharam-potoan’ity mpanakanto ity, ary ao anatin’ny fitetezam-paritra tanteraka izy izao.Na izany aza, hahazo tombony ny eto Antananarivo, satria nisafidy ny hanafana ny alatsinain’ny Paka eto i Dadi Love. « Lundi de Pâcques Fety be » ny nampisalorana ny fampisehoana, izao hatao eny amin’ny kianja maitso Antanimenakely. HIfampizara sehatra amin’i Dadi Love mandritra izany i Jean Aimé izay elaela tsy hita an-tsehatra. Eo koa ireo mpanakanto vao misondrotra kanefa efa manana ny lazany toa an-dry Jess Flavi One, Mijah, Martiora Freedom ary Elodie. Hanaingo izany rehetra izany amin’ny “salegy mipoapoaka” i Tence Mena. Tompo-marika amin’ny fikarakarana ny M Production.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanolanana tany Bealanana : olona efatra voasambotry ny zandary

Voasambotry ny zandary, ny 5 avrily teo, ny lehilahy roa voalaza fa tompon’antoka tamin’ny fanolanana sy famonoana tovovavikely iray 14 taona, tany Bealanana, tao Antanimanga. Ny ampitson’io kosa no tratra ny olona roa hafa voalaza fa niara-nanao ity asa ratsy ity.

Niakatra ny mari-pana tany an-toerana satria nahatezitra ny olona ny zava-niseho. Saika niitatra tamin’ny fitsaram-bahoaka ny raharaha. Nambaran’ny olona avy any an-toerana koa fa nisy nentina tamin’ny moto tsy nifatotra akory ireo jiolahy, ka nampitabataba ny mponina. Nilamina ihany anefa ny toe-draharaha.

Raha tsiahivina, rehefa avy nianatra cours, ny alin’ny talata 4 avrily tany an-tsekoly MBS, ilay tovovavikely, nisy nanolana sy namono. Nidina teny an-toerana ny zandary sy ny lehitry ny kaomisera ny lehiben’ny distrika, ny ben’ny Tanàna, ny dokotera. Rehefa nojerena ilay zazavavy, feno ra ny fivaviany ary nokendaina ny tendany. Miandry ny tohin’ny raharaha ny rehetra.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Habibiana tany Farafangana : maty voatsatoka antsy ny dokotera Rakotonirina Justin Pierre

Niharan’ny vonoan’olona tamin’ny fomba feno habibiana tao Farafangana, afakomaly antoandro, ny medecin inspecteur Rakotonirina Justin Pierre Michel. Tsatoka antsy sy tifitra teo amin’ny lohany no nitarika ny fahafatesany…

 

Nampihoron-koditra ny nahita ny fatin’ny medecin inspecteur Rakotonirina Justin Pierre Michel satria tsy vitan’ny notifirina teo amin’ny lohany izy fa mbola notsatohana zava-maranitra ihany koa. Araka ny fampitam-baovao voaray, dokotera miasa any Midongy Atsimo ity niharam-boina ity fa namita iraka momba ny fanaraha-maso ny fanatanterahana ny vaksiny Polio tany Farafangana izy, kanjo izao nisy namono tampoka izao. Teo akaikin’ny sampanan-dalana mihazo an’i Manakara no hitan’ny olona ny fatiny efa nihohoka tamin’ny tany sady feno ratra teo amin’ny manodidina. Hatreto aloha tsy fantatra marina izay antony nahatonga izao vonoan’olona feno habibiana izao. Tsy hita soritra teny aminy anefa hoe nendahina ity mpitsabo ity, saingy mahavariana ny anton’izao vonoan’olona tampoka izao. Olona no nahita ny fatiny ka nampandre ny  mpitandro filaminana avy hatrany. Efa mandeha kosa ny fanadihadiana eny anivon’ny mpitandro filaminana ka aorian’izay no hahafantarana ny marina rehetra momba ity vonoan’olona ity.

Tsy milamina intsony ny fandriampahalemana amin’iny tapany atsimo iny indrindra ny ao Farafangana. Saika isan’andro no andrenesana fanafihana mitam-piadiana amin’iny faritra iny. Manginy fotsiny ny asan-dahalo izay mampandry andriran’antsy ny mponina hatrany.

J.C

News Mada0 partages

Fitaterana : avo telo heny ny saram-piantsonana

Tsy nisy teny ierana tamin’ny mpitatitra fa dia nampiakarin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ho avo telo heny be izao avy hatrany ny saram-piantsonan’ny fiara mpitatitra toy ny taxi sy ny taxi-be. Niakatra koa ny patanty.

Samy nampiaka-peo ny mpitatitra vokatr’izany fampiakarana izany satria lafo loatra ny fahitan’izy ireo ny elanelana. Ho an’ny fiarakaretsaka, 10.820 Ar isaky ny efa-bolana ny vola aloan’ny taxi amin’ny kaominina. Nampiakarina ho 28.000 Ar avy hatrany anefa izany ka izay no nampitroatra azy ireo.

Nihaona tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna ny fikambanan’ny fiarakaretsaka sy ny UCTU ary ny tompon’andraikitry ny kaominina omaly nitady ny marimaritra iraisana. Tapaka tamin’izany fa samy hiverina amin’ny fikambanany avy na ny fiarakaretsaka na ny taxi-be. Tsy maintsy hisondrotra ny saram-piantsonana saingy hojerena izay ho zakan’ny mpanao fitaterana.

Nilaza ny kaominina fa efa saram-piantsonana tamin’ny taona 2014 io mihatra amin’izao io ka ilaina ny fanavaozana hifanaraka amin’ny toetrandro.

Hodinihin’ny filankevitra kaominaly amin’ny fivoriana manaraka ny fanitsiana izany ka hampiharina rehefa tapaka.

Tatiana A

News Mada0 partages

Sasa tanana amin’ny savony : mitohy ny fanentanana eny amin’ny EPP

« Sasao madio ny tananao ». Hira fanentanana, izay efa manomboka hain’ireo ankizy tsianjery io. Fitaovana iray nampiasaina anatin’ny tetikasa Diorano /Wash, novolavolain’ny PSI Madagascar, hanentanana ny ankizy amin’ny fanasana tanana amin’ny savony izany.Taorian’ny fanomezana ireo fitaovana « Wash » ho an’ireo EPP anjatony manerana ny Nosy, nitohy tamin’ny fikarakarana hetsika fanentanana ny mpianatra ny fiaraha-miasa eo amin’ny PSI Madagascar sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, amin’ny alalan’ireo sampandraharaha isam-paritra.Nosafidina hanokatra ny hetsika ny EPP miisa 3 teo amin’ny fari-piadidiam-pampianarana ao Vatomandry. Anisan’izany ny EPP ao Analanamba izay mbola tsy miarina vokatry ny haintrano nahazo azy, kanefa manohy ny fampianarana hatrany. Manampy azy ny EPP Ambalamangahazo sy EPP ao Marofody. Nomena paompin-drano, izay narahina lanonana nanomezan’ny mpanabe sy ireo mpianatra toky amin’ny hitazonan’izy ireo fomba tsara ho an’ny fahadiovana izany. Nanaraka avy eo ny fanentanana sy lalao niaraka tamin’i Momota, narahina fifaninanana mamorona ireo fitaovana ilaina amin’ny fanasan-tanana, sns. Fanombohana ihany iny, fa mbola maro ireo fari-piadidiam-pampianarana handray hetsika toa izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Nidaroka mpianatra : notanana am-ponja ilay mpampianatra

Nitory avy hatrany ilay ray aman-drenin’ilay tovovavikely nodarohin’ilay mpampianatra tao amin’ny sekoly La Croyance etsy Anjanahary. Notohanan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena izany fitoriana izany.

Natolotra ny fampanoavana, omaly, ary nanaovana fanadihadiana sy nalaina am-bavany ilay mpampianatra ka naiditra am-ponja vonjimaika (MD). Hotanterahina ny 24 mey izao kosa ny fitsarana azy.

Nanamafy moa ny minisitra Rabary Paul fa tsy azo hatao velively ny mikasi-tanana mpianatra na inona na inona antony. Efa hakatona ihany koa ny lycée ao amin’ny La Croyance amin’ny taom-pianarana manaraka.Toraka izany ny “préscolaire” izay tsizarizary sy maloto ny fotodrafitrasa handraisany ireo mpianatra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Constructeur de paix : le coup de sifflet a été donné

Search for Common Ground (SFCG) Madagascar a lancé hier, à Ambolokandrina, la première session de la formation continue de niveau international sur la consolidation de la paix et la transformation des conflits. Cette cérémonie a été présidée par la directrice Pays de SFCG Madagascar Hilde Deman et de l’assistant public officer auprès de l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar, Denise Jobin Welch.

Financée par l’ambassade des Etats-Unis et organisée en partenariat avec la compagnie Air Madagascar, cette formation a pour objectif de « Réduire les approches de confrontation et accroître le dialogue et la collaboration entre un groupe diversifié de hauts responsables malgaches, de la société civile, des professionnels médias, des chercheurs,  des forces de l’ordre, des représentants des syndicats… pour la bonne gouvernance et une cohésion sociale pérenne », en fournissant aux acteurs de la société malgache les connaissances et attitudes nécessaire pour non seulement prévenir et transformer les conflits mais aussi pour consolider la paix et contribuer à plus de stabilité et de cohésion sociale.

Une autre formation destinée à un public plus spécialisé dans le domaine s’est tenue à la grande salle des sœurs Notre-Dame-du-Cénacle à Amparibe. Il faut savoir que la formation qui durera trois jours sera dispensée par des experts internationaux, dirigés par la vice-présidente de SFCG, Lena Slachmuijlder.

 Recueillis par Nadia

 

Tia Tanindranaza0 partages

FAMINDRAN-TOERANA NY SG SEMPAMAManazava ny minisitra Paul Rabary

Tsy misy hifandraisany velively tamin’ny fanambarana nataon’ny SEMPAMA tamin’ny volana martsa lasa teo izay nilaza ny tsy fiarahany lalana amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena intsony, hoy ny minisitra Paul Rabary omaly ny famindran-toerana ny sekretera jeneraly Ramanahaka Bodo.

 Efa mahatratra 2.000 ankehitriny ireo mpiasan’ny minisitera iadidiany ka tsy maintsy apetraka ny fomba fiasa sy ny lamina hahafahana manaparitaka azy ireo, hoy hatrany izy. Ho an’ity sekretera jeneralin’ny SEMPAMA ity manokana dia nambarany fa tsy any Beraketa na Ihosy izy  no nafindra toerana fa eny anivon’ny fari-piadidiam-pampianarana eto Antananarivo  ihany izay vao mainka manakaiky kokoa ny asa sahaniny. Nomarihiny manokana moa fa tsy ity sekretera jeneralin’ny SEMPAMA ity ihany no voakasika fa tompon’andraikitra maro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa agri urbaine90%-n’ny vehivavy sahirana no efa mampihatra azy

Voalohany amin’ireo tanàn-dehibe aty amin’ny oseanina indianina ary faha-9 aty Afrika nanasonia ilay fifanarahana momba ny politika ara-tsakafo na pacte politique alimentaire izay tetikasa iarahana ivontoerana misahana ny asa an-tanàn-dehibe (IMV) ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

 Io omaly io no nanasonia izany ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana ary naneho ny hafaliany ny amin’ny fanantenana fisiana firoboroboana bebe kokoa eo amin’izay fihariana an-tsakafo an-tanàn-dehibe izay. Marihina fa tafiditra ao anatin’ilay tetikasa agri urbaine izay efa natomboka ny taona 2011 izy ity. Ny 90%n’ireo vehivavy tena sahirana no efa mampihatra io fambolena an-tanàn-dehibe io ankehitriny.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fahaketrahana ara-tsainaAnkizy no tena betsaka voany

Aretina iray miafara amin’ny famonoan-tena hatrany amin’ny ankapobeny ny fahaketrahana ara-tsaina (Depression) raha tsy voatsabo.

 Ireo ankizy adolantsento manomboka eo amin’ny 16-20 taona no tena betsaka mamono tena hampidirina etsy amin’ny hopitaly HJRA  Ampefiloha tato ho ato, hoy ny profesora Rajaonarison Hortensia. Tsy mbola matotra tsara mantsy ny atidohan’izy ireny, tsy ampy ihany koa ny fiheverany ka ny famonoan-tena no hany hitany fa vahaolana tokana. Mbola latsaky ny 10 % amin’ireo marary ihany anefa no afaka mitsabo tena eto amintsika. Mety ho vokatry ny tsy fananam-bola izany nefa mety ho vokatry ny tsy fahampian’ny mpitsabo ihany koa. Mbola vitsy amin’ireo tobim-pitsaboana eto amintsika mantsy no manana mpitsabo mandray an-tanana manokana ireny  olona lasibatry ny fahaketrahana ara-tsaina ireny. Hankalazaina anio zoma 7 aprily ny andro manerantany ho an’ny fahasalamana. Nanaovana adihevitra tetsy amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka omaly ny resaka fahaketrahana ara-tsaina sy ny vahaolana hoenti-miady aminy. Fomba fisehon’ny aretina ny kendrena eo anelanelan’ny maso sy ny handrina sy ny fitokana-monin’ilay marary.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Milisy nahazo fanjakana !

Natao ho an’iza ny lalàna eto amin’ity firenena ity fa ny minisitry ny fitsarana mihitsy no mijoro ho mpisolovava ny olona enjehina noho ny resaka kolikoly,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

67 HATratra Rapapozy mpanendaka

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahafito etsy 67 Ha i Papozy, 26 taona monina eny Andohatapenaka rehefa avy nanendaka findaina Ramatoa iray teny 67Ha akaikin’ny fiangonana Loterana ny talata lasa teo.

 

 Avy nanatitra ny zanany nianatra ity ramatoa no sendra an-dRapapozy. Niezaka nanenjika ihany ilay tompon’ny finday sy ilay tovolahy iray nahita ny zava-niseho saingy efa tsy tratra intsony ny lehilahy. Nilaza anefa ilay tovolahy fa hitany ny tranon’ilay olon-dratsy ka nandeha teny amin’ny polisy izy ireo nametraka fitoriana. Nandeha teny amin’ilay fokontany voalaza fa hipetrahan-dRapapozy avy hatrany ny polisy taorian’izay. Nitsoaka avy hatrany izy raha vao nahita ny polisy ka raikitra ny fifanenjehana. Mbola ilay akanjony tamin’ny fanendahana ilay Ramatoa ihany anefa no nanaovany ka  noraisim-potsiny izy. Natolotra ny fampanoavana omaly ny lehilahy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sendikan'ny mpitsara"Avelao hiasa malalaka ny Bianco sy ny fitsarana"

Tsy niandry ela ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM), fa naneho ny heviny mikasika ny raharaha Claudine Razaimamonjy, taorian’ny resaka nataon’ny minisitra Charles Andriamiseza,

 

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanNivadika ny glaoby

Miarahaba anao aho ry Jean a ! Manontany kely ihany aloha, mbola salama tsara ve ianao io ? Tena gaga be ihany aho mantsy naheno ny fanambaranao afak’omaly iny a !

 Izaho ve no manonofy sa izao vao ho tanteraka ara-bakiteny ilay fitenenana tranainy be iny hoe mivadika ny glaoby ka ny pô ity no lasa jaogy ? Raha tsy diso aho dia hoy ianao talohan’iny omaly iny hoe avoahy i Jeanne fa raha tsy izany dia hisy fitsaram-pokonolona eto ! Fa angaha moa ianao lasa mankasitraka an’izany ? Raha tsy diso aho dia ianareo mihitsy no nametraka dina hoe voarara sy heloka ireny a ! Tsy gaga aho ry Jean raha nanongo tena sy voatery nanao fanambarana ny ondrinareo manohitra iny voalazanareo iny marina a ! Fa angaha tafiditra ao anatin’ny raharaha koa ianareo no toa hatramin’izay tsy narovanareo ny hafa notazonina elabe tao amin’io fitsikilovana lavatanana io fa  tamin’ity indray mitoraka ity dia lasa mpisolovava bojy teo ianareo ?

Marco

News Mada0 partages

Reflet : les clichés de la semaine

Le parti politique Freedom fait désormais partie de l’opposition.

Les membres du Syndicat des magistrats de Madagascar ont annoncé leur soutien à l’équipe du Bianco

Décoration à titre posthume de Jean-Emilien à la Tranom-pokonokona d’Analakely.

Des étudiants de la faculté de médecine ont observé une grève à la suite de l’audition de leurs collègues à la brigade criminelle d’Anosy.

Affaire « Claudine Razaimamonjy », malgré la pression, l’équipe du Bianco ne fléchit pas.

Le dialogue se déroulant hier à l’hôtel Akoa Ivandry a permis de renforcer davantage la coopération entre les forces de l’ordre et les journalistes.

L’agriculture urbaine est une activité à la fois pratique et rentable pour la ville Photos : Mamiherison, Tiana R et Fanou

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : l’affaire d’Antsirabe

 De la Tribune.

Nous avons très succinctement indiqué les événements dont Antsirabe avait été le théâtre. Il n’est pas inutile d’en faire connaître la cause. Dès le début de la mobilisation indigène, les frères Franceschi imaginèrent de faire savoir aux Malgaches que le service militaire serait obligatoire et que seraient exemptés ceux qui seraient engagés chez des vazahas.

Ils employèrent un certain nombre de commandeurs, une trentaine, dit-on, qui opérèrent dans le district d’Andramasina, dans les provinces de Miarinarivo, d’Ambositra et naturellement d’Antsirabe.

Chaque engagé devait payer une prime à ses employeurs. Comme ils s’adressèrent à des milliers d’indigènes, ils recueillirent une somme d’environ 45 000 francs, qui leur permit de faire d’importantes acquisitions à Antsirabe.

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse. Les plaintes d’indigènes parvinrent à l’Administration. Une enquête s’ouvrit.

C’est alors que se place l’incident du Cercle. Les frères Franceschi entrèrent au Cercle, dont ils n’étaient pas membres, et sur le refus opposé de les servir, ils se répandirent en invectives, proférant des menaces.

Ils brisèrent des verres et déchirèrent les journaux. Ce bel exploit accompli, ils se retirèrent.

Il y a quelques jours, lundi matin, l’Administrateur Bensch convoqua les deux frères. L’Inspecteur Battaglini assistait l’instructeur, dont il suivait les moindres mouvements.

À un moment donné, le frère aîné qui, sous la vérandah, attendait son tour d’être interrogé, se précipita dans la salle d’instruction et tira, puis s’enfuit.

Bensch eut la mâchoire traversée, une seconde balle l’atteignit à l’aisselle, M. Battaglini fut atteint à l’épaule.

Le meurtrier prit la fuite, son frère fut arrêté aussitôt. Un peu plus tard, la force armée finissait par découvrir l’auteur de l’attentat. Il était armé, fit usage de son arme sans atteindre personne. Une balle le frappa mortellement. Les nouvelles des blessés sont satisfaisantes.

Le régime de terreur qui régnait dans la région du fait de ces deux individus prend donc fin à la grande satisfaction de la population.

On était à Antsirabe justement alarmé, surtout depuis les incidents qui eurent le Cercle pour théâtre et au cours desquels des menaces avaient été proférées par les frères Franceschi.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : justice maison en suppléance

La banalisation du recours des foules à rendre justice dans la rue, témoigne d’une déconsidération générale de la Justice d’Etat. Ces manifestations de vengeance quand on a fini de faire foi en l’Etat, ne s’arrêtent pas aux seules vindictes populaires, apparaissent des sortes de règlement de compte individuel  sur la place publique. Pour venger la mort de son père, un homme se fait fratricide tuant froidement son frère qu’il accuse de parricide, devant une grande foule, en présence d’autorités civiles et militaires. La disponibilité du temps  pour emballer ses effets et disparaitre avec sa famille une fois le forfait réalisé, dit la compréhension voire une complicité passive de tous ceux qui ont assisté à la décapitation. Ras-la-moumoute et impuissance.

News Mada0 partages

Padier : promouvoir l’exportation autrement

Booster les exportations malgaches en tenant compte de la compétitivité et des barrières non tarifaires. Tel est le principal objectif du programme d’appui au développement des exportations et à l’intégration régionale (Padeir) engagé par le ministère malgache du Commerce et de la consommation avec l’Union européenne.

La conquête de nouveaux marchés relève toujours d’un défi pour Madagascar, notamment dans les pays européens. Les barrières non tarifaires et les normes européennes sont très exigeantes.

Un atelier de validation du Padeir s’est tenu hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina avec la participation de l’ambassadeur de la délégation de l’Union européenne à Madagascar, des représentants des différents départements ministériels et du secteur privé. Dans ce programme, il est question de booster les exportations malgaches en tenant compte de la compétitivité et des barrières non tarifaires, avec l’aide de l’UE.

Dans son discours d’ouverture, Armand Tazafy, ministre du Commerce et de la consommation a rappelé les objectifs du Padeir, à savoir le développement des exportations ainsi que l’intégration régionale, qui constituent des piliers importants de la croissance économique du pays.

«Les possibilités que nous offre la libéralisation des échanges, conjuguées avec nos potentiels, sont autant d’outils qui s’offrent à nous pour nous permettre d’atteindre nos objectifs de développement (…) Bien des efforts restent à faire dans l’amélioration de notre offre tant en termes de qualité que de quantité», a-t-il déclaré avant d’ajouter que, «A travers le document du Padeir, les besoins en activités seront transcrits afin de les matérialiser et les concrétiser en actions cohérentes et productives avec l’appui de l’Union européenne».

Optimisation des échanges

L’Union Européenne s’est engagée à appuyer Madagascar à la fois sur les aspects d’amélioration de l’accès aux marchés ainsi que sur le renforcement de la compétitivité des secteurs de production et les possibilités de tirer avantage des opportunités offertes par l’APE. Ceci dans le cadre de l’accord de partenariat économique intérimaire (APEi) signé en août et mis en œuvre en janvier 2014.

Jusque-là, des lacunes d’ordre institutionnel et infrastructurel entravent l’optimisation des échanges et empêchent le pays de saisir les avantages fournis par cet APE et ce, malgré le potentiel de Madagascar.

Ainsi, à l’issue de cet atelier, les efforts conjugués de tous les participants aboutiront à un document mettant en avant une vision et des décisions concertées, permettant de valoriser les avantages comparatifs de Madagascar pour une prospérité partagée à travers une configuration plus diversifiée des exportations.

Arh.

 

News Mada0 partages

40 ans de scene : Njila s’entoure d’artistes dont Poopy

Des questions se sont posées auparavant pour savoir si les deux chanteurs, Njila et Poopy, vont  de nouveau chanter ensemble. C’est chose faite, car ce dimanche au palais des Sports, à l’occasion des 40 ans de scène de Njila, les deux chanteurs seront sous les feux de la rampe avec d’autres artistes, amis chanteurs, entre autres, Melky, Anyah, Mahery, Farakely, Sarobidy…Et autant dire que les retrouvailles s’annoncent déjà chaleureuses.  PCo, l’organisateur de l’évènement, a relevé le défi. «90% des billets sont tous vendus», a-t-il annoncé, hier.

Les deux artistes interpréteront une quarantaine de morceaux. «Le spectacle durera trois heures environ», a-t-il ajouté. Tous les tubes incontournables seront intégrés dans le répertoire, entre autres «Rivotra», «Ditra» ou encore «Ilazao».

Nombreux se demandent pourquoi le troisième chanteur, Hery, ne participe pas au concert. Les trois chanteurs n’ont aucun problème relationnel. «Au fait, il est bel et bien en pleine forme mais n’a plus le droit de chanter à cause d’un problème de corde vocale. Sinon, les autres membres du groupe habitent actuellement à l’étranger. Il est ainsi difficile de les appeler tousAu fait, il est bel et bien en pleine forme mais n’a plus le droit de chanter à cause d’un problème de corde vocale. Sinon, les autres membres du groupe habitent actuellement à l’étranger. Il est ainsi difficile de les appeler tous», », a-t-il expliqué.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Nosy Be Jazz… : plus qu’une manifestation musicale

Même si la deuxième édition de Nosy Be Jazz Festival (NBJF) ne se tiendra qu’au mois d’octobre prochain, plus précisément du 25 au 28 octobre, les organisateurs sont déjà en pleins préparatifs. «Nous voudrons instaurer un univers festif où tout le monde sera servi», a annoncé Niry Ravelojaona, premier responsable du festival, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, au siège de l’agence Zà Tours à Ivandry.

Par ailleurs, de grosses pointures seront en tête d’affiche, entre autres Solorazafindrakoto qui sera ravi de présenter le «solodeguitar». Et comme l’année dernière, Lalatiana sera encore de la partie. «Des stars internationales seront aussi invitées dont les noms seront communiqués bientôt. Bref, notre objectif est que le public passe des moments exceptionnels, avec la beauté de l’île et de la bonne musique», a-t-il ajouté.

 Jeunes musiciens

«Nous allons d’abord soutenir les jeunes talents», a-t-il continué. En effet, depuis la première édition, le NBJF a invité des jeunes musiciens. Cette année, il a fait appel à Tristan Rabe, un pianiste sortant du conservatoire de Rouen. Mais l’une des surprises sera le retour sur scène d’Aina Cook qui accompagnera un jeune trompettiste américain dénommé Kyle Allen.

Les artistes locaux seront à l’honneur. «Le festival ne se focalisera pas seulement sur le jazz, mais également sur les autres genres traditionnels de Nosy Be, tels que le wadra, le mogodro, le mbio ou le trotrobe… Le festival sera plus accentué sur les échanges et les découvertes», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Fianar reggae festival : le festival prend de l’envergure

La 5e édition du Fianar Reggae festival se tiendra  du 15 au 17 avril prochain à Fianarantsoa.  Organisé par l’association Sarondra, l’événement prendra plus d’envergure, cette année, avec la participation d’une quarantaine de groupes nationaux et internationaux.

Fianar Reggae festival a pour objectif, non seulement de promouvoir le style reggae, mais aussi de partager au grand public ce qu’est la culture Rastafari. Ainsi, à part les divers concerts, l’association Sarondra proposera également une exposition et des conférences en la matière. «Le reggae peut être un levier de développement grâce à l’esprit de paix et d’amour qui y règne», a annoncé l’un des membres de l’association.

Six artistes internationaux invités

Des artistes internationaux venus des îles voisines et de la Belgique sont invités pour soutenir ce même objectif. Il s’agit donc de Wubani Spirit de Mayotte, Neguson d’île Maurice, Black Nation et Katwali de La Réunion, Mighty Patch et Ichman de Belgique. Et les artistes nationaux ne sont pas en reste, à savoir Silo, Steve Madagascariensis, Jah Roots Malagasy Vibration, Holly Zion, Angie, Eka Zaho, Rev’Errant, Mem’s Family, Lewiky the Voots kongregation, Reggasy, Francky Majestic Lion, Santôs, José Satoub, Dodol, Ms Roots 514, Nadz Kaish et Mashmanjaka.

Un levier de développement

Selon l’association, le festival attire 4 000 personnes environ, chaque année. Il permet donc de donner un coup de pouce à l’économie de la ville. Les concerts se tiendront d’abord dans plusieurs sites de la capitale, entre autres à La chaudière, à l’Alliance française de Fianarantsoa… Les hôtels seront de ce fait quasiment complets. Rappelons que depuis ces dernières années, Fianarantsoa attire plusieurs manifestations culturelles, tel le festival Angaredona…

Holy Danielle

News Mada0 partages

Classement Fifa : Madagascar au 120e rang

Une autre bonne nouvelle pour le foot malgache. Madagascar a grimpé à la 120e place au classement mondial de la Fifa publié hier. C’est la meilleure remontée du mois en Afrique, juste après la Tanzanie.

Grâce aux deux victoires signées par les Barea au mois de mars contre Sao Tomé et Principe, la Grande île se trouve actuellement au 120e rang mondial. Soit, un bond de 17 places. Mieux, Madagascar, qui n’est pas un géant de l’océan Indien, est à la 8e place dans la zone Cosafa et au 35e rang au classement continental. Le prochain adversaire de Madagascar au premier tour des qualifications pour le championnat d’Afrique (Chan), le Malawi, se trouve en 100e position.

A ce sujet, d’après les responsables de la Fédération malgache de football (FMF), «Contrairement aux précédentes communications, le Malawi n’a notifié aucune instance d’un éventuel retrait et sera donc bel et bien le premier adversaire de Madagascar dans ces éliminatoires du Chan 2018». En attendant le prochain classement qui sera dévoilé le 4 mai prochain, force est de remarquer la domination du Brésil dans ce classement. Et ce, à la grande déception de l’Argentine. Sur le continent africain, l’Egypte garde son trône et se trouve à la 19e place.

Rojo N.

 

La Vérité0 partages

Jean Emilien - Un dernier hommage dans la Capitale

Le monde entier s’est démené pour honorer Jean Emilien, un des plus grands représentants de la musique populaire. Le devant de la « Tranompokonolona Analakely » a été truffé de monde et de tristesse, hier matin. Beaucoup de gens sont venus rendre un dernier hommage à Jean Emilien Rakotonandrasana. Sa dépouille a quitté la Capitale pour rejoindre Fianarantsoa. Public, artistes, sont venus très nombreux pour cet adieu. Le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly a été également présent sur les lieux. Il a été accompagné de quelques-uns de ses ministres.

Jeudi dernier, Jean Emilien a été élevé au rang de Grand officier de l’Ordre national malagasy, par le biais du ministre de la Culture, Jean Jacques Rabenirina, qui s’est rendu sur place, pour présenter ses condoléances et soutenir la famille.  Jean Emilien, figure emblématique de la culture malagasy, est décédé mercredi dernier à l’âge de 54 ans d’un arrêt cardiaque. Il est un grand défenseur de la culture malagasy, notamment les chansons traditionnelles, les us et coutumes de la Région betsileo. Cet artiste se distingue par son jeu étonnant d’harmonica qui lui a valu d’être comparé à Robert Johnson, le père du blues, et également une référence de John Lee Hooker et d’Eric Clapton. Son dernière apparition sur scène a eu lieu samedi dernier, lors de l’événement baptisé « Sokela betsileo » qui s’est tenu à la Bibliothèque nationale, Anosy. Sa disparition, si soudainement, a laissé une trace dans les cœurs des Malagasy, notamment ses disciples. Les obsèques de l’artiste auront lieu à son caveau familial sis à Ambalavao Sendrisoa, Région de Matsiatra Ambony. Il a laissé derrière lui une veuve et sept orphelins.Anatra R.

La Vérité0 partages

Casting « G5 » - Premier prime pour 21 candidats

Ils sont 21 garçons, issus des quatre coins de la Grande île qui participeront ce jour au premier prime de « G5 », le concours de « Boys band ». Le show aura lieu cet après-midi au studio Arena à Ivandry. A l’issue de la prestation des candidats, deux d’entre eux seront éliminés. Après le dernier casting qui s’est tenu mercredi dernier, les garçons ont bénéficié d’une formation sur la voix et la danse. Une rude épreuve attendra les candidats ce samedi, puisqu’ils sont actuellement presque au même niveau, selon les membres du jury.

Ils ont déjà impressionné le jury, durant la grande finale du casting. La plupart des prétendants ont beaucoup plu aux membres du jury et ont été tous dignes d’accéder à la prochaine étape de la compétition. Chaque semaine, deux candidats doivent quitter l’aventure, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que 5. Ces derniers composeront le groupe de « Boys band », le G5. A partir de ce moment-là, les choses sérieuses commencent, notamment le tournage des clips en Europe, la production d’un album, ainsi que les tournées nationales et internationales. Le groupe sera parrainé par la chaîne Viva, jusqu’à ce qu’il soit capable de voler de ses propres ailes.  Ce télé-crochet, initié par la chaîne Viva, a réuni plus de 400 garçons âgés de 18 à 26 ans. L’émission a pour objectif de créer un groupe de « Boys band ». A suivre de très près !Anatra R.

La Vérité0 partages

Tsiroanomandidy - Il se qualifie de conseiller spécial à la Présidence pour arnaquer

Le 5 avril dernier, un individu répondant au nom de T.R. et à l’intention louche a été interpellé et a finalement atterri dans une cellule de détention du poste Pmp 13 de la Gendarmerie à Tsiroanomandidy. L’homme en question est soupçonné d’une affaire d’arnaque, associée au faux et usage de faux. En novembre 2016, il a promis à deux résidents âgés de 23 et de 35 ans de cette ville du Moyen-ouest la possibilité d’un recrutement  à des postes de fonctionnaire. 

Pour tromper  ses proies, le suspect leur aurait fait savoir qu’il est chargé de mission et n’a pas hésité à montrer sa carte professionnelle en tant que conseiller spécial à la Présidence. Il leur a alors demandé de lui payer un montant de 4 millions d’ariary. Une fois qu’il a empoché l’argent, il leur a donné des convocations tout en les rassurant que leurs embauches étaient prévues les 8 et 9 février derniers. Or deux jours avant le rendez-vous officiel, il les a de nouveau rencontrés pour leur dire une nouvelle, plutôt peu rassurante. Il a avancé que leurs dossiers ont des anomalies et que l’embauche aurait dû être reportée. Les victimes ne l’entendaient donc pas de cette oreille et ont décidé de réagir. Elles ont porté plainte auprès du Pmp 13 de Tsiroanomandidy dont ses éléments ont procédé à l’interpellation du suspect. Ce dernier est actuellement soumis à un interrogatoire dans ce même poste. Poussés par la pauvreté ou l’appât du gain, des gens cherchent souvent la  solution facile pour atteindre leur objectif : arnaquer les autres en utilisant la pression, l’intimidation, voire la menace avec le faux statut de personnalité ou de personnes haut placées  à l’intérieur du régime. Et le chemin le plus court pour y arriver consiste à jouer les commis de l’Etat. Néanmoins,  des  escrocs bénéficieraient d’un réel soutien en haut-lieu. Combien de fois n’assiste-t-on que certains d’entre eux, malgré le côté flagrant et compromettant de leurs dossiers, n’ont pas été finalement inquiétés en dépit d’un simulacre de mise en examen ou de garde à vue.Franck R.

La Vérité0 partages

Troubles mentaux - « Les problèmes au travail m’ont rendu dépressive », dixit une victime

Parmi les cas de troubles mentaux. La dépression ne cesse de gagner de l’ampleur à Madagascar, non seulement chez la population active mais aussi chez les enfants, jeunes et personnes âgées. Une jeune femme victime a accepté de nous faire part de son état dépressif. Sans une prise en charge adéquate, la dépression conduit les patients au suicide.   

 

Consciente de son état dépressif depuis juillet 2016. E.R. a décidé de quitter son travail, lequel a été la source de sa dépression. « Après avoir obtenu mon diplôme de Licence à Ankatso, j’ai travaillé au sein d’une grande entreprise pendant 5 ans. J’y ai beaucoup investi mais en retour, je n’ai eu aucune reconnaissance des employeurs. Mon salaire n’a jamais augmenté, contrairement à celui de mes collègues », nous confie cette jeune femme âgée de 30 ans qui habite aux 67ha.  En plus de la démotivation au boulot, sa déception s’est manifestée notamment par le rejet des nourritures qu’elle aime le plus, jusqu’à en vomir. « J’étais tout le temps fatiguée, sans parler de la perte du poids et de la chute de calcium. Lors d’une consultation médicale, un professeur de passage au cabinet m’a avoué que je suis atteinte d’une « anorexie mentale », à ma grande surprise. Depuis, j’ai décidé de me libérer de ce « mal-être » en commençant par affronter mes patrons avant de démissionner. Selon les conseils des médecins, j’ai ensuite pratiqué des activités que j’aime et dont je récolte des succès, par exemple auprès du scoutisme », ajoute notre interlocutrice. Actuellement, E.R. se porte mieux et se sent bien dans sa peau. « Pendant ces 9 mois, j’ai appris à reprendre goût à la vie telle qu’elle vient, sans trop m’en casser la tête. Je retrouve l’appétit et gagne progressivement du poids », se réjouit-elle.

Les cas de suicide en hausse

E.R. a pu détecter à temps sa dépression, ce qui a conduit à son rétablissement dans un bref délai. Par contre, les cas de dépression chronique conduisant les victimes jusqu’à la suicide s’accroissent de jour en jour. Cela s’explique non seulement par les dépistages limités, faute de connaissances des symptômes mais aussi par la rareté des centres de prise en charge dans la Grande île. « Moins de 10 % des personnes dépressives reçoivent les traitements adéquats, lesquels coutent chers, une fois que leur état se soit aggravé. D’un autre côté, les cas de suicide gagnent du terrain dans toutes les tranches d’âge. La preuve, un enfant de 7 ans s’est suicidé suite à son état dépressif puisqu’il s’est senti seul et abandonné dans sa souffrance. L’on constate toutefois que les jeunes âgés entre 15 et 20 ans en sont les plus tentés », avance le docteur Bertille Rajaonarison, de l’Etablissement universitaire de soins et de santé publique d’Analakely (Eusspa). Celui-ci fait partie des centres de santé où des dépistages et une évaluation de la dépression s’effectuent.  Pour information, une dépression légère peut être guérie par le soutien des familles et proches du patient, tandis que celle chronique nécessite une intervention des spécialistes. Ces derniers sont encore en sous-effectif puisque le pays ne recense actuellement que 23 psychologues et psychiatres.

Patricia Ramavonirina     

La Vérité0 partages

Air Madagascar - « Air Austral n'investira pas un euro d'argent public »

 

Depuis plusieurs semaines, les choses se précisaient pour Air Austral qui restait dans le sprint final, au coude à coude avec Ethiopian Airlines, pour un partenariat avec la compagnie nationale de la Grande Ile. Le président directeur général d’Air Austral, a tenu à faire ce matin un point d’étape sur ce dossier qui a connu une évolution significative il y a 48h avec la désignation d'Air Austral comme futur partenaire de la compagnie malgache, avec laquelle elle est entrée en négociations exclusives. 

 

Cela fait cinq ans que Marie-Joseph Malé est aux manettes d’Air Austral  avec à son actif un redressement de la compagnie, même si les syndicats se sont rappelés à son bon souvenir pendant quasiment deux longues semaines au mois de janvier… Air Austral négocie officiellement seule depuis le 4 avril avec Air Madagascar, un protocole nommé MOU. Le dossier est de taille avec Air Madagascar, compagnie nationale malgache, qui a derrière elle une histoire prestigieuse. Le président directeur général d’air Austral est très clair : Si le projet aboutit, ce qui est quasi certain maintenant, Air Austral passera en division supérieure. Elle quittera le statut de petite compagnie régionale pour commencer à jouer dans la cour des grands. « Cela changera le paysage aérien au niveau de l’Océan Indien », a déclaré Marie-Joseph Malé. Ce partenariat constitué avec la compagnie malgache s’impose selon lui, le marché de Madagascar, et surtout sa situation géographique, offrant un très fort potentiel. Madagascar en tant que porte ouverte vers l’Asie ou encore l’Afrique, cela pourrait avoir du sens car il existerait un véritable gisement au niveau du trafic. Marie-Joseph Malé tempère cependant quelque peu ses propos : « Le niveau du trafic de 2006 n’est pas pas encore retrouvé mais c’est en train de reprendre. Le potentiel est considérable, déjà plus 26% de croissance ont été enregistrés mais nous sommes très loin des niveaux du passé ».  Au départ de l’Europe mais aussi d’autres pays, que ce soit en classe Loisir ou Affaire, Air Austral pense tenir un vrai relais de croissance stratégique. Afin de faire face à la concurrence grandissante, la compagnie réunionnaise a donc choisi de s’engager dans la durée sur la voie d’un partenariat associant deux leaderships. 

Air Austral va s’employer à trouver des investisseurs 

Attention tout n’est pas rose pour autant… Air Madagascar, au bord de l’asphyxie est aujourd’hui contrainte de s’ouvrir… Trop peu d’appareils, un manque criant de pièces de rechange, sans parler d’un déficit d’image énorme, le défi à relever est énorme. Il s'agit dans un premier temps de trouver 40 millions de dollars, charge au gouvernement malgache de s'y atteler avec l’appui du FMI… De son côté, Air Austral va s’employer à trouver des investisseurs : Marie-Joseph Malé se verrait bien dans la configuration de trois partenaires investisseurs à hauteur de 12 millions chacun. Air Austral n’investira pas avec ses fonds propres… Ce qui a permis à Marie Joseph Malé de rassurer les Réunionnais qui auraient pu s'inquiéter de voir notre compagnie régionale investir dans Air Mad : « Pas un euro d'argent public ne sera investi dans la compagnie malgache. Ce sont des partenaires financiers étrangers qui investiront. Air Austral n'apportera que son savoir faire ». Comment s ‘annonce la suite, maintenant qu'Air Austral a été choisi comme partenaire exclusif ? La quête aux investisseurs va donc commencer avec fin mai 2017, la signature d’un contrat de partenariat définitif ainsi que celle du pacte d'actionnaires avec le gouvernement malgache. Marie-Joseph Malé et ses équipes prévoient une première phase s’étendant de 2017 à 2020 dans laquelle il s’agira de rétablir les fondamentaux. De 2020 à 2027, Air Madagascar entrera dans sa phase de décollage, avec l'acquisition, ou plus probablement la location, de nouveaux appareils afin de desservir de nouvelles destinations, que ce soit à l'intérieur de la Grande Ile ou à l'extérieur…  De la même façon qu’il avait opéré avec Air Austral, Marie-Joseph Malé va placer le développement du réseau au cœur de ses priorités et va se concentrer sur les routes stratégiques. Un renforcement du réseau long courrier avec des dessertes vers Johannesburg, Paris puis l’Europe, l’Asie, l’Inde et des destinations en Afrique (Kenya, Mozambique...) devraient permettre à Air Madagascar de retrouver ses parts de marché historiques...Demeure le problème du risque pays, car ce partenariat va s’entendre à hauteur de 51% pour le gouvernement malgache qui conservera la majorité. Mais cet écueil sera contourné via la signature du pacte d'actionnaire. Air Austral aura bel et bien la main sur la conduite de la compagnie malgache.  Et quid de la concurrence low cost sur les lignes de l’Océan Indien avec l’arrivée imminente de French Blue ? Le président directeur général de la compagnie se veut une fois de plus rassurant : « L’impact de French Blue est déjà intégré dans nos prévisions et je pense que nous sommes en mesure de résister… Je ne suis pas certain que sur la période d’été, où les tarifs sont traditionnellement les plus élevés, que French Blue soit moins chère qu’Air Austral ! ». Et il rajoute, avec un air faussement contri : « Et puis on va voir ce que Norvegian va faire sur les Antilles », sous-entendu que la future low cost du groupe Dubreuil pourrait bien avoir un plan de vol un peu perturbé dans les mois à venir sur sa destination de base, les Antilles. Est-ce que Air Madagascar pourrait devenir la future compagnie low cost d'Air Austral, avec des personnels malgaches payés moins cher que celui d'Air Austral, et avec laquelle notre compagnie régionale pourrait aller titiller Air Caraïbes sur les Antilles, histoire de lui rendre la monnaie de la pièce French Blue? « Je n'y ai absolument pas pensé », répond Marie-Joseph Malé, avec malgré tout un petit sourire malicieux...

Zinfos974

 

La Vérité0 partages

« African Business Connect » - adagascar et Maroc raffermissent leur coopération

La deuxième édition des rencontres économiques « African Business Connect » s’est tenue hier à l’hôtel Carlton, Anosy. Il s’agit d’une mission qui s’inscrit dans la nouvelle dynamique des relations bilatérales insufflée par la visite officielle de Sa Majesté le roi Mohammed VI en octobre 2016. Après le Rwanda et la Tanzanie,

c’est au tour de Madagascar d’accueillir une forte délégation d’entreprises marocaines, notamment Maroc Export et le groupe « Bmce Bank of Africa » qui continuent leur engagement pour le développement du business panafricain.  Elles ont comme priorité commune l’internationalisation des entreprises marocaines et le développement des exportations du Maroc.Madagascar et le Maroc entretiennent des relations économiques soutenues. Les deux pays veulent ainsi raffermir la coopération sud-sud. Notre pays s’intéresse aux domaines de l’agriculture, l’énergie, l’eau,... Success story marocaine à Madagascar, présentation des opportunités d’investissement à Madagascar, rencontres  « B to B » (« business to business ») étaient au programme de l’événement « African Business Connect ». Le symposium d’échanges s’est poursuivi par une présentation du climat des affaires à Madagascar par le directeur des services aux investisseurs de l’organisme Edbm (« Economic Development Board of Madagascar »), Johary Rajosefa.  

Rencontres « B to B »

80 entreprises marocaines et plus de 340 entreprises malagasy opérant dans divers secteurs d’activité ont effectué des rencontres « B to B ». L’« African Business Connect» continuera de mettre l’expertise et les réseaux du groupe « Bmce Bank of Africa » en faveur du développement international des entreprises marocaines, et cela, en organisant des nouvelles missions dans d’autres régions d’Afrique pour développer les relations économiques et faire rayonner l’Union africaine au-delà des frontières. L’événement « African Business Connect » a été créé en 2015 par Maroc Export et « Bmce Bank of Africa ». Cette première mission multisesctorielle permettra aux entreprises marocaines de découvrir une région à fort potentiel et de développer leurs affaires à l’échelle internationale. Maroc Export est le partenaire privilégié au service des exportateurs marocains depuis 37 ans. « Bmce Bank of Africa » est la première banque marocaine implantée en Afrique de l’Est et en Afrique australe à travers ses filiales « Bank of Africa » dont celle qui est installée à Madagascar.

D.H.R.

Madagascar Tribune0 partages

Le frais des taxi-brousse revu à la hausse

Les frais de transport des taxis-brousse sont revus à la hausse. Hier, les passagers ayant effectué leurs réservations à la gare routière d’Andohatapenaka, après avoir cherché leurs autorisations de quitter la capitale, ont tous été surpris par la modification des tarifs.

De même, les transporteurs se sont rués à la gare routière Maki d’Andohatapenaka, hier, pour demander l’autorisation spéciale de transporter les passagers se trouvant bloqués à Antananarivo à cause du confinement. Ils ont envahi la gare routière sans aucun respect de la règle de distanciation physique exigée par les consignes de prévention du Covid-19. Face à la conjoncture, les transporteurs ont dû revoir à la hausse les frais de transport au niveau national et régional pour compenser leur manque à gagner dus à divers contraintes.

Le ministre des Transports, Joël Randriamandranto, qui s’est rendu sur place affirme qu’il s’agit d’une situation normale. Cette hausse aurait alors été approuvée par les autorités à la suite d’une discussion avec les coopératives.

« Après avoir ramené les voyageurs à leurs destinations, les taxis-brousse rentrent vides dans la capitale. C’est pour cela que des calculs ont été effectués », explique le ministre. « L’objectif est d’éviter que les transporteurs ne subissent trop de pertes. Ce calcul consisterait à ajouter sur le frais de transports le prix total estimatif de carburant consommé par le taxi-brousse, divisé au nombre des passagers ». Ainsi, la hausse varie-t-elle d’une coopérative à une autre selon la consommation en carburant des véhicules.

« Normalement, le frais entre Antananarivo et Mahajanga s’élève à 30 000 ariary, mais nous sommes obligés de le porter à 60 000 ou 80 000 ariary, parce que le nombre de voyageurs par rangée de places est limité à deux ou trois personnes, alors qu’une rangée est destinée à cinq personnes. Nous subirons des pertes si nous restons sur les anciens tarifs », explique un chauffeur de la coopérative Santatra de Mahajanga.

« Nous risquons de revenir vide à Tana, car il se peut que les gens des régions ne veuillent pas se déplacer à Tana par peur du coronavirus, d’où une perte si nous n’augmentons pas nos tarifs », explique de son côté une guichetière.

Ainsi, les tarifs ont doublé, voire triplé dans certains cas. Un voyage Antananarivo-Antsirabe coûte 25 000 à 35 000 ariary au lieu des 10 000 ariary en temps normal. Pour Toamasina, le nouveau tarif tourne autour de 40 000 ariary.

Le président de l’Association des transporteurs de Madagascar (ASTRAM), Fredinard Rakotondrafara a défendu cette hausse. « Cette hausse est justifiée suite à la limitation de nombres de places sans oublier que les transporteurs risquent également de rentrer à vide. Selon nos prévisions, le frais au tarif double allégera les pertes, car les transporteurs doivent calculer le retour à vide ».

Les transporteurs précisent toutefois que malgré la restriction de voyage, ils programment le départ de leur véhicule uniquement lorsque le nombre limite de passagers en partance est atteint. Autrement, le voyage est annulé et les passagers remboursés.

Le ministre des Transports a également a insisté que les taxis-brousse qui transportent des passagers quittant la capitale doivent posséder une autorisation de circuler. Sans cette autorisation, ils ne peuvent pas assurer le transport. Les seuls véhicules exemptés de cette autorisation sont les voitures particulières, de sociétés, des professionnels de la santé ou celles transportant des matériels médicaux et des médicaments, les motos montées par une seule personne et le transport funéraire.

Par ailleurs, les transporteurs doivent également se soumettre à d’autres mesures sanitaires strictes : port de cache-bouche obligatoire pour tout passager, désinfection des véhicules au niveau des gares routières. A cela s’ajoutent la prise de température et les différents contrôles au niveau des barrages sanitaires sur la route.

Selon la décision des autorités, les taxis-brousse opérant sur les zones régionales et nationales pourraient reprendre leurs activités du 7 au 9 avril.

Face à cette décision, le conseil municipal de la commune urbaine de Mahajanga en session, hier, a décidé de prendre des mesures drastiques. Toute personne en provenance des différentes régions et arrivant à Mahajanga par voie aérienne, maritime et terrestre, doivent subir un confinement obligatoire de 15 jours pour prévenir toute contamination dans cette région.

Madagascar Tribune0 partages

Certains services du tribunal à Anosy restent ouverts

Certaines mesures restent en vigueur, selon Ella Inham Herinatrehina, greffier en chef du tribunal à Anosy. À la suite de la prolongation de 15 jours du confinement, certains services restent ouverts au grand public. C’est le cas notamment le service de délivrance d’actes de naissance pour la préparation des dossiers pour le départ à la retraite. Il en est de même pour le service de délivrance des dossiers nécessaires aux emprunts bancaires.

Pour le tribunal de première instance d’Antananarivo, la note publiée par le ministre, Johnny Richard Andriamahefarivo du 23 mars, indique entre autres que pour les procès civils, seules les affaires en urgence sont traitées. Elle suspendait également les audiences correctionnelles. Par ailleurs, les juges d’instruction restent opérationnels. La chambre des détentions préventives reste également fonctionnelle.

Tananews0 partages

Tunisie : un DJ remixe l’appel à la prière

Verdict : 1 an de taule.

D’habitude nous ne relayons pas les news africaines mais sur ce coup là ..

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Aide au traitement de l’hémophilie

Une charge en moins pour les patients atteints d’hémophilie. La CHU JRA a reçu des dons de facteurs de coagulation.

La Fédération mondiale de l’hémophilie (WFH) a fait don de flacons, facteurs de coagulation au centre de référence de l’hémophilie au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA). Ces flacons seront offerts gratuitement aux hémophiles, si normalement, ils sont achetés à 3 000 000 d’ariary. « Les facteurs de coagulation sont obligatoires pour les hémophiles qui passent à des chirurgies ou des petites chirurgies, même à l’extraction des dents. Autrement, ils perdront beaucoup de sang », explique le professeur Olivat Rakoto Alson, directeur de l’établissement du CHU JRA et spécialiste de la maladie du sang.

PartenariatCet allègement du traitement de l’hémophilie a vu le jour, grâce au partenariat du ministère de la Santé publique avec le WFH dont une délégation accompagnée de l’association des hémophiles malgaches a rendu visite au ministre de la Santé publique, hier matin. Près d’une centaine de personnes sont membres de cette association des hémophiles.Cette maladie héréditaire, touche principalement les garçons. « Elle se manifeste par une hémorragie externe ou interne, dont les complications sont liées à la localisation de l’hémophilie. Elle entraîne un vécu lourd et difficile pour les malades et une charge pour la société et l’état », indique un communiqué de presse relatant ce partenariat du ministère de la Santé publique et du WFH.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Football – Coupe de la CAF – La CNaPS Sport opte pour l’offensive

La CNaPS Sport accueillera le Recreativo do Libolo d’Angola en seizièmes de finale de la coupe de la CAF demain au stade du complexe sportif de Vontovorona.

Tout est fin prêt pour accueillir le match aller entre CNaPS Sport Madagascar et Recreativo do Libolo d’An­gola des seizièmes de finale de la coupe de la Confédé­ration africaine de football (CAF) qui se tiendra ce samedi à 14 heures au stade du complexe sportif de la CNaPS à Vontovorona.La délégation angolaise composée de 37 membres dont 21 joueurs, est arrivée  mercredi soir. Les Angolais ont déjà tâté le terrain hier et cet après-midi aussi. Après l’élimination de la CNaPS Sport face à Coton Sport Camerounais en seizièmes de finale de la ligue des champions, les caissiers ont eu trois semaines de préparation pour affronter son premier adversaire à la coupe de la CAF.« On a travaillé surtout l’offensive et la conservation. On a axé les trois semaines de préparation sur la tactique offensive et la finalisation devant le but », confie le coach Patrick Andriambololona, dit « Tipeh ». Ce dernier a aussi précisé que ce club angolais est plus efficace en attaque latérale que dans l’axe, plutôt sur les deux côtés et c’est pour cela qu’il faut également renforcer notre système défensif.Tous les joeurs sont en forme. Après son test à Montpellier, Njiva est déjà de retour au pays et figurera sur la liste des onze titulaires de ce samedi. Par contre, Bora ne pourra pas jouer après ses deux cartons lors des précédents matches.

OrganisationSur le plan organisationnel, le club hôte a dit avoir tout fait pour que cet événement soit une réussite et se déroule dans de bonnes conditions. De nombreuses mesures ont été prises pour éviter les contraintes lors de précédentes rencontres internationales abritées par le complexe sportif de Vonto­vorona. L’effectif des forces de l’ordre qui vont être mobilisés sera augmenté.Ces forces de l’ordre assureront la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur du stade et surtout la circulation, d’Ano­sy à Vontovorona, à l’aller comme au retour. Côté transport, cent-vingt minibus des coopératives COFIAMO et COTRAS- MAR, seront, cette fois, utilisés contre quatre-vingt lors du précédent match de la CNaPS contre le Coton Sport.Les frais seront fixes à 1000 ariary et des autocollants affiches seront collés sur les minibus concernés pour éviter les clandestins qui profiteront avec des frais plus chers. « Et pour que l’accès au stade soit plus fluide, et pour éviter les embouteillages à l’entrée et à la sortie du stade, le premier portail sera réservé uniquement aux piétons, et celui qui se trouve un peu plus haut sera destiné aux voitures autorisées qui veulent se garer aux parkings à l’intérieur », selon les explications Jean Jacques Razafin­draibe, directeur d’évé­nement de la CNaPS Sport. Pour les spectateurs, quatre autres guichets seront mis en place en plus des quatre déjà utilisés lors des précédents événements.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Tsaratanàna – Attaque mortelle sur une propriétaire de zébus

La femme, propriétaire de bétails a été attaquée par  dix individus armés. Ces derniers lui ont directement tiré dessus. Elle a été touchée en pleine tête et a succombé à ses blessures, d’après les informations du chef de fokontany. Une dizaine de têtes de zébus ont disparu lors de cette agression. « Les malfrats ont menacé de tirer sur celui qui oserait sortir. Puis, ils se sont dirigés dans la cour de la dame. Cette dernière a surveillé à la fenêtre et l’un des dahalo l’a mise en joue », a expliqué un voisin de la victime. Une alerte a été immédiatement donnée. Mais, les éléments de la gendarmerie de Tsara­tanàna sont arrivés trop tard sur les lieux, selon une source d’information locale.Quoi qu’il en soit, les villageois et les forces de l’ordre se sont lancés à la poursuite des dahalo, suivant les empreintes du bétail. La dernière information reçue fait état d’une identification en cours du lieu de refuge de ces voleurs de bœufs qui se situe dans la forêt près d’une rivière à 50km d’Ambatomitsangana. Des renforts depuis Tsara­tanàna ont été appelés hier pour venir en aide.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – Les carrés d’As formés

Place, ce jour, aux demi-finales de la coupe du Président, troisième édition au palais des sports à Maha­masina. La ligue d’Anala­manga, hôte de cette com- pétition aura encore deux équipes en lice cet après-midi.MB2ALL a validé le premier ticket de qualification pour les demies finales, en écartant TMBB, victoire sur un score de 83 à 74. Cette formation d’Analamanga retrouve le Soma Beach basketball club de Boeny en demi-finale après avoir éliminé la GNBC hier par 79 à 76. Les Majungais ont donc fait tomber l’équipe cham­pionne en titre.L’autre duel qualificatif à la finale sera entre COSPN Analamanga et ASCB Boeny. Ce premier a défait dans la douleur l’ASCUT Atsinanana sur un score de 85 à 78 après prolongation, car les deux camps se sont séparés sur un score de 70 partout à l’issus des temps réglementaires. En quarts, les Majungais de l’ASCB, a, pour sa part, battu de justesse COSFA sur un score serré de 86 à 85.Un match de gala entre la sélection U16 garçons et le reste du monde de la même catégorie précédera les demies chez les hommes. Chez les dames, Analamanga a également qualifié deux clubs en demi-finales. Fandrefiala se trouve en tête du classement en battant hier lors de la dernière journée MB2ALL Analamanga par 66 à 51.Et le dernier ticket pour les demies, a été ravi par TAMIFA Amorin’Imania. Ce dernier s’est imposé hier 51 à 43 face à CRJS Atsina­nana. En demies, Fandrefiala sera opposé TAMIFA et MB2ALL contre JEA Vakinankaratra.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Les guides protègent l’environnement

Les professionnels du tourisme décident de s’impliquer dans la préservation de la flore locale. Ils décident aussi de formaliser leur métier.

L’environne-ment joue un rôle important dans le tourisme écologique car les acteurs ne peuvent vendre leurs produits sans les circuits et les sites touristiques qui attirent les touristes. Conscients de cette interdépendance souvent déniée par les opérateurs, les guides touristiques du Vakinankaratra ont donc décidé de se lancer dans la protection et la préservation de l’environnement dans les sites et circuits les plus visités par les touristes.Pour débuter les activités qu’ils envisagent d’effectuer dans de nombreux sites, l’association des guides de la région, composée aujourd’hui d’une centaine de membres, a réalisé le reboisement des bords du lac Andraikiba.

Bonne initiativeC’est l’un des sites qui font le renom d’Antsirabe et qui est le site le plus proche de la ville d’Eaux. Environ 300 pieds de plants d’eucalyptus et de pins ont été mis en terre durant cette première activité organisée sous la houlette de la direction régionale du tourisme du Vakinankaratra. « On ne peut pas séparer l’environnement de nos activités. C’est pour cela que nous, guides régionaux et nationaux, avons pris cette initiative qui, d’ici peu, se poursuivra dans d’autres sites », explique Elie Jean Rakotonirina, responsable des professionnels du Vakinankaratra.Afin de développer, de pérenniser et de  protéger la profession, l’association en collaboration avec la direction régionale du Tourisme, a notifié à ses membres qui ont suivi une formation qu’il fera tout « pour formaliser le métier qui est souvent victime des informels. Des badges professionnels seront distribués d’ici peu et tous les touristes et agences de voyages sont priés de vérifier ce badge avant d’engager un guide », insiste  Elie Jean Rakotonirina.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Fianarantsoa – Fianar Reggae Festival s’ouvre à l’international

Un rendez-vous incontournable pour tous ceux qui prêtent allégeance au drapeau vert, jaune et rouge, mais aussi aux inconditionnels du reggae. Fianar Reggae Festival transcende la scène culturelle depuis cinq ans, et a contribué à faire de la ville de Fianarantsoa le fief des adeptes de la culture rastafari. De tous âges et de tous horizons, ils sont nombreux d’Antananarivo à Fianarantsoa à se joindre ponctuellement aux concerts de ce jeune festival initié par l’association Sarondra, qui gagne en maturité chaque année.Pour sa cinquième édition, le Fianar Reggae Festival enchantera la capitale de la région Betsileo durant le week-end pascal, du 15 au 17 avril. Une bonne quarantaine de groupes de chaque recoin de la Grande île seront alors à l’affiche, ainsi qu’une pléiade de groupes originaires de la région océan Indien et de la Belgique. Une fois encore, les rythmiques du reggae et ses mélodies promettent d’enivrer le public qui rejoindra le festival à l’occasion.Nombreux artistesnationaux comme Steve Madagascariensis, Jah Roots Malagasy Vibration, Holly Zion, Angie, Eka Zaho, Rev’Errant, Mem’s Family, Lewiky the Voots kongregation, Reggasy, Francky Majestic Lion, Santôs, José Satoub, Dodol, Ms Roots 514, Nadz Kaish et Mashmanjaka et Silo se produiront. De plus, des artistes de l’île Maurice,  La Réunion et Mayotte sont ainsi annoncés, tels que Black Nation et Katwali de La Réunion, Wubani Spirit de Mayotte, Neguson de Maurice et Mighty Patch et Ichman qui représentera donc la Belgique. Les artistes se produiront dans toute la ville, notamment à l’Alliance Française de Fianarantsoa, La Chaud’Hier, Fianarois et Lac Anosy.Outre les concerts gratuits, les traditionnelles expositions sur la musique reggae et sur la culture rastafari accompagnées de conférences à thème égayeront aussi les lieux. Le festival contribue à valoriser l’art comme un levier de développement ainsi que la musique reggae pour véhiculer la préservation de l’environnement.

A. P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Taka Andrianavalona expose « Who ethnie »

La récupération était la particularité dans ses œuvres. De vieux boutons, une capsule de bouteille, un bout de tissu qu’il composait pour en faire de jolis tableaux. Taka Andra­navalona, un artiste autodidacte a commencé la peinture en 2009. Cette exposition qu’il a baptisé « Who ethnie » et dont le vernissage s’est tenu hier à 18 heures 30 à l’Is’art Galerie à Ampasa­nimalo, constitue sa troisième exposition, depuis sa collaboration avec l’association La Teinturerie.Notre artiste recycleur puise son inspiration dans les dix-huit ethnies de Madagascar qu’il transpose  sur une toile de « Soga » avec une technique de collage. Les personnages prennent forme et s’illuminent grâce aux peintures acryliques et aux bombes aérosols. On arrive à déceler, dans le fond, un côté « Street art », une discipline par laquelle il est passé.Parmi la vingtaine de tableaux exposés, il porte une attention particulière à son œuvre intitulé « L’économie se meurt » qui évoque la précarité du commerce local. Cette situation a une répercussion sur le milieu artistique.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Cacophonie au conseil municipal

Coup de théâtre au sein du conseil municipal de la commune urbaine de Mahajanga,  mardi. La soi-disant suspension du maire qui a fait couler beaucoup d’encre, est, en fin du compte, un leurre et une décision du président Paul Gervais Rasoanaivo et du bureau du conseil uniquement, d’après les conseillers.Mardi, le préfet de Mahajanga, Lalanaina Ravelomahay a organisé une réunion entre le maire Mokhtar Andriantomanga  et les conseillers pour éclaircir et aplanir les dissensions qui règnent entre les deux camps.Les conseillers ont alors abattu leurs cartes et déclaré que le vote de 8 contre 7 concernait le délai de soixante douze heures accordé au maire pour répondre à la demande d’explication en date du 25 février. Et non un vote de demande de suspension.« De vives discussions sur le délai ont éclaté entre eux, les uns ont avancé qu’il débute au moment de l’envoi de la lettre. Un autre camp a martelé que, selon la loi, le délai ne commence qu’à la réception de la lettre. Un vote a alors départagé les deux camps. Ce qui a donne le résultat de 8 voix contre 7. Mais le président et le bureau du conseil ont interprété autrement la décision en parlant de suspension du maire, contre notre volonté. Ils ont élaboré à eux seuls la demande d’explication sans nous avoir consultés », explique le porte-parole des conseillers.Un autre élu a critiqué le maire de ne pas respecter les conseillers car il ne les a pas avisés de son voyage aux USA. « J’ai été mandaté par le ministère de tutelle pour entendre votre avis et je dispose de dix jours pour statuer et effectuer un rapport », déclare le préfet de Mahajanga, au terme des discussions.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Urban Trail – Les escaliers de la capitale au menu

Le Trail du centre ville d’Antananarivo dénommé « Urban Trail », organisé par les neuf clubs Rotary de la capitale en collaboration avec la fédération malgache d’athlé­tisme en est à sa troisième édition.Cette course de montagne en ville aura lieu ce samedi 8 avril et passe par les historiques escaliers de Tana comme Tavao d’Am­bohijato vers Faravohitra, Ambanidia vers Andafia­varatra et les 416 d’Andohalo descendant vers Mahamasina. Deux courses au choix seront au programme à savoir la courte distance de 6,2 km et l’autre plus longue de 11,05 km.Les inscriptions peuvent se faire au New Print. Les participants licenciés et non licenciés seront répartis en trois catégories à savoir les jeunes de moins de 18 ans, celle de 18 à 40 ans et les plus de 40 ans. La première édition à cet Urban Trail a vu la participation de 2000 coureurs, puis 3500 lors de la précédente édition en 2016. L’organisateur attend cette fois 6500 participants.Le point de départ de cette version 2017 aura lieu au parking du Jumbo Score à Ankorondrano et l’arrivée est toujours prévue devant le stade de Mahamasina. Le parcours est comme suit: départ à Ankorondrano et passant vers Ambondrona, Ambohijatovo, Ambanidia, Andafiavaratra, puis descendant les escaliers « 416 » d’Andohalo pour la courte distance et un peu de retour à Mankanamabahiny et Tsimbazaza avant d’arriver à Mahamasina pour la plus longue distance.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Interruption de la manifestation des étudiants en médecine

Le ministère de la Santé publique a affirmé son soutien aux quatre internes impliqués dans l’affaire de décès d’une parturiente dans une maternité d’Antananarivo. De ce fait, Les étudiants de la faculté de Médecine à Antananarivo ont accepté d’interrompre leur mani­festation. Ils ont effectué une assemblée générale à Ankatso, hier, pour éclairer leur situation dans pareils cas. Cette affaire n’est pas encore close. Un complément d’enquête est en vue.

L'express de Madagascar0 partages

Un accident grave

Une BMW a télescopé le bâtiment de la région d’Analamanga à Ambohi­dahy, mercredi soir. Le véhicule est totalement détruit. La brigade des accidents de la circulation a indiqué que le chauffeur avait perdu le contrôle de sa voiture. Celui-ci a été grièvement blessé et se trouve encore à l’hôpital.

L'express de Madagascar0 partages

Betafo – Le GEG d’Alakamisy souffle ses trente ans

Après trente ans d’existence, le collège d’enseignement général de la commune rurale d’Alakamisy-Anativato, dans le district de Betafo, fonctionne encore avec quelques difficultés. Cependant, il a tenu à marquer cet anniversaire par une grande fête   durant trois jours. Célébration concrétisée par  la rénovation de l’environnement et de quelques infrastructures de l’établissement. Ainsi des salles de classe ont été repeintes, le  dallage de la grande salle réparé, le terrain de basket réhabilité.Formé par trois bâtiments vétustes comprenant sept salles de classe pour quatorze enseignants dont huit à la charge du Fram, l’établissement compte 329 élèves dont la majorité est issue de familles d’agriculteurs. Le directeur du CEG, Abel Fils Rakotonjanahary, déplore, cependant, le faible taux de réussite des élèves au dernier examen officiel (BEPC) qui n’a été que de 29%. « La vulnérabilité des parents entraînant l’absence répétée des élèves y est pour quelque chose », explique-t-il.D’autres difficultés, concernant l’indemnité des maîtres, Fram et l’insuffisance infrastructures et d’équipements sportifs, ont été abordé. Les sénateurs  Luc Ramparison et Léon Ravelomanantsoa, élus dans la province d’Antananarivo, ont, tout de suite, offert des ballons et des maillots.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Réunion des maires des grandes villes

Les maires des six chefs-lieux de province se sont réunis à l’hôtel Colbert à Anta­nanirenina, hier. Ils ont dénoncé la modalité de scrutin communal et muni­cipal, notamment, le fait que des anciens candidats perdants, deviennent des conseillers municipaux ou communaux.

L'express de Madagascar0 partages

Interruption de la manifestation des étudiants en médecine

Le ministère de la Santé publique a affirmé son soutien aux quatre internes impliqués dans l’affaire de décès d’une parturiente dans une maternité d’Antananarivo. De ce fait, Les étudiants de la faculté de Médecine à Antananarivo ont accepté d’interrompre leur mani­festation. Ils ont effectué une assemblée générale à Ankatso, hier, pour éclairer leur situation dans pareils cas. Cette affaire n’est pas encore close. Un complément d’enquête est en vue.

L'express de Madagascar0 partages

Visite de station de pompage

Une descente a été effectuée dans les quartiers d’Isotry, hier, pour visiter la station de pompage de ce quartier ainsi que quelques évacuateurs de crue. La réhabilitation de cette station de pompage et de quatre autres, fait partie des travaux prioritaires aux Programme Intégré d’Assainissement d’Antananarivo, financé par l’Agence française de développement.

L'express de Madagascar0 partages

Pickpocket en plein jour

Un voleur à la tire a dépouillé un téléphone d’une mère de famille en plein jour aux 67ha mardi dernier. Il s’est fait, après, piéger par le fokonolona près de l’église luthérienne. Ce dernier l’a livré au commissariat pour l’enquête. Son présumé complice a été également intercepté.

Tananews0 partages

“Toutes les dispositions légales prévues par les textes ont été respectées à la lettre”

Le Directeur général Jean Louis Andriamifidy, remet le Ministre de la Justice Charles Andriamiseza à sa place.

Le DG du Bianco regrette par ailleurs que ledit Ministre n’ait même pas pris la peine de s’informer auprès du Bianco des tenants et de aboutissants de l’affaire et ait préféré monologuer et pérorer à la télé à 23:00.

Laissez travailler les enquêteurs et respectez l’indépendance du Bianco” a conclu Jean Louis Andriamifidy.

Et pan dans les gencives.

Petit apparté et question sur le système juridique malgache : on parle beaucoup de garde à vue mais beaucoup moins de mise en examen : ça n’existe pas chez nous ?

Tananews0 partages

Prof folle névrosée : allez zou à Antanimora

Aaah enfin une bonne nouvelle dans cet océan de médiocrité.

Elle aura le temps de “maka saina kely” (réfléchir) sur son comportement, en attendant son procès le 24 mai prochain.

Au suivant(e).

Midi Madagasikara0 partages

Bealanana : Fanolanana nitarika fahafatesana mpianatra, voasambotra ireo nahavanon-doza

Tsy niandry ela tokoa, fa omaly ihany dia voasambotra ireo efa-dahy voarohirohy tamin’ny fanolanana niharo famonoana ho faty an’ilay ankizivavy mpianatra tao Bealanana, ny alarobia lasa teo. Raha ny fampitam-baovao avy tamin’ireo zandary any an-toerana, dia lehilahy roa voatondro sy hitan’ny olona nanadala ity ankizivavy ity no nosamborina avy hatrany, io alarobia io. Omaly kosa no voasambotra ny lehilahy roa, izay voalaza hatrany fa isan’ireo nandray anjara nivantana tamin’ny fanolanana sy ny famonoana ho faty an’ity mpianatra ity. Tsiahivina fa, ny alin’ny talata teo, raha avy nianatra « cours », ka handeha hamonjy fodiana ilay zazavavy no nifanehitra tamin’ireto andian’olona ireto, izay nanadala azy. Tsy navelan’ireto farany anefa raha tsy nanaiky azy ireo hatramin’ny farany ity ankizivavy mahantra, izay vao 14 taona monja ity. Tsy vitan’ny efa nifandimbiasan’izy rehetra teo anefa, fa mbola nokendaina sy notaperina ny ainy, ary navelan’ireo tsy valahara teo. Ny marainan’ny alarobia no hitan’ny fokonolona ny vatana mangatsiakany. Niboridana tanteraka ny tapany ambany ary nisy ratra ny fivaviany. Nisy faritra mangana ihany koa teo amin’ny tendany. Marihana fa na dia nahatohina ireo fokonolona tany an-toerana tokoa aza ity toe-javatra ity, dia voaaron’ireo mpitandro filaminana tamin’ny fitsaram-bahoaka ireto efa-dahy voarohirohy ireto. Vetivety tokoa mantsy dia niely ny vaovao mahakasika ny fisamborana ireto nahavanon-doza ireto. Nitaky tamin’ireo mpitandro filaminana ny hanolorana azy efa-dahy ho eny am-pelan-tanan’izy ireo ny fokonolona, saingy tsy nanaiky hatramin’ny farany ny zandary. Somary nisy mihitsy aza ny fikorontanana kely tany an-toerana; izay voatery nalamina tamin’ny tifi-danitra, araka ny vaovao voaray. Ho fisorohana ny mety hitohizan’izay savorovoro izay, dia nandray fanapahan-kevitra ireo mpitandro filaminana ny nandefasana azy ireo any Antsohihy

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

# Joëlle Claude et Fanaiky à l’Is’art galerie. Ses inconditionnels ont l’habitude de la voir entourée de plusieurs musiciens. Joëlle Claude, c’est cependant une artiste qui s’adapte à toutes les situations. Ce soir, elle sera uniquement accompagnée de Fanaiky pour un duo basse-vocal. Une prestation qui réserve plein de surprises, mais qui sera sans aucun doute au goût des mélomanes.

# Zara friends au CGM. Avec sa voix à la fois douce et grave, Zara, accompagnée par Nali Rabarison aux drums, Datita Rabeson à la guitare et au clavier, Hasina Rakotoarimalala à la basse et au sax et Andry.R à la percussion vont transporter les mélomanes dans l’univers du jazz, leur univers. Anjatiana Andrianoroarivo et Sanda Ranaivososa seront là en tant que guests.

# Jimmy B Zaoto à l’HDA. Pendant des années, il est resté en retrait, au second plan, mais c’était pour mieux préparer sa carrière solo. Aujourd’hui, Jimmy s’est émancipé et c’est tant mieux. Le batteur a trouvé sa voie et ne semble plus vouloir s’arrêter d’époustoufler les amateurs de bonne musique. Connu en tant que batteur, Jimmy est également un guitariste de talent et avant tout un showman qui surprend chaque fois son public. On se souvient d’une prestation au Trass. Une soirée inédite pendant laquelle le public s’est délecté et a pu apprécier un répertoire très éclectique naviguant entre « salegy », « tsapiky », jazz et bien d’autres. 

# Benny, Bebey, Sammy et Sefo au Piment Café. « Lôlô sy ny tariny » revisité par trois des membres, avec Sefo à la rescousse ! A défaut d’un « Lôlô sy ny tariny » au grand complet, les inconditionnels de ce légendaire groupe de folk devront se contenter des reprises de Benny, Bebey et Sefo. Ce soir, le trio va investir le Piment Café et revisiter tous ces tubes qui ont fait la renommée de la formation !

# Sacha Bam Bam au Glacier. Jeune, déjantée et débordant de créativité, Sacha Bam Bam a su tracer son chemin dans le milieu de la mode. C’est effectivement en tant que styliste que le public la découvre. Passionnée comme sa grande sœur, Tence Mena, elle se lance également dans la musique et gravit les marches une à une. Elle réussit à imposer son style. Aujourd’hui, elle continue à avancer. Ce soir, les noctambules pourront la découvrir au Glacier.

# Raimbl à l’espace Nambinintsoa. Une autre soirée avec du bon rock comme vous l’aimez ! Ce soir, les gars de Raimbl vont faire danser les noctambules au rythme de tous leurs tubes. Quelques-unes des compositions de leurs idoles vont également composer le répertoire. Niry et ses frères à l’affiche, un évènement qui promet !Mahetsaka