Les actualités à Madagascar du Samedi 07 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

Raoul Arizaka Rabekoto : Reconstitution de la fuite de l’ancien DG de la CNAPS

L’ancien DG de la CNAPS portait une casquette

En raison de l’affaire concernant l’ancien DG de la CNAPS qui fait l’objet d’un avis de recherche, le mariage de sa fille prévu ce jour a peu de chance d’avoir lieu.

La cérémonie nuptiale est reportée à une date ultérieure. Comme l’a été la réunion « tous les premiers du mois » de la Fédération Malgache de Football (FMF). « Étant encore en dehors d’Antananarivo pour des motifs relatifs aux intérêts de notre association, je suis contraint de reporter pour une date ultérieure, la réunion mensuelle des membres du comité exécutif de notre Fédération. La date de la prochaine réunion vous sera communiquée ultérieurement ». C’est en substance, la teneur du mail envoyé le 28 février dernier à la Secrétaire générale de la FMF qui l’a partagé aux autres membres. 

Péripéties. Le président de la FMF ne précise pas toutefois qu’il est même en dehors de Madagascar. En effet, il est établi que l’ancien DG de la CNAPS a bel et bien quitté le pays d’une manière rocambolesque. La Police a procédé à la reconstitution de sa fuite pleine de péripéties : Portant une casquette et des lunettes de soleil pour passer incognito, il s’était embarqué à bord d’une vedette rapide à Ambanja où il avait réussi à semer les policiers et les éléments du CIS chargés de le prendre en filature. Et ce, en faisant notamment sur place une fausse réservation auprès d’une coopérative de transport qui l’a vainement attendu, alors qu’il se trouvait déjà en pleine mer. Parvenu aux Comores, il a rallié l’Europe en transitant par La Réunion où un ancien baron du régime HVM l’avait aidé dans sa fuite. Sans compter la tentative ratée d’un de ses proches de corrompre la Police de l’Air et des Frontières à l’aéroport de Fascène à Nosy Be.

Intérim. Raoul Arizaka Rabekoto étant injoignable sur le numéro de portable mentionné au bas de son mail, les membres du comité exécutif de la FMF vont se réunir mardi prochain avec à l’ordre du jour, le match des Barea contre les Eléphants ivoiriens, qui ne peut pas être reporté à une date ultérieure. La rencontre aura sans doute lieu en l’absence du président en titre de la FMF dont l’intérim pourrait être assuré par l’un des trois vice-présidents. Pour les spectateurs, « ny baolina tsy miandry marary ». En l’absence du numéro Un de la FMF, il s’agit de faire en sorte que le football malgache ne soit …malade.

R. O

Midi Madagasikara4 partages

Exposition de peintures : Laila Bavy se dévoile dans « Beauty everywhere »

Laïla Bavy dans son antre de l’épice à Ivato.

La beauté se trouve partout, et ce n’est pas Laïla Bavy qui dira le contraire. C’est dans un univers à part qu’elle s’est construite avec la peinture, l’écriture, le dessin et le petit monde de l’épice, auquel elle amènera le large public à travers sa toute première exposition suavement baptisée « Beauty everywhere » . Avec une bonne centaine d’œuvres à son compteur, Laïla Bavy se décide enfin à faire son premier pas sur le marché de l’art à partir de cet après-midi à l’Ikm Antsahavola.

Portrait de femmes,  la vie des lémuriens, des paysages typiques de Madagascar… La jeune femme dévoile la beauté autant dans les choses simples que les plus complexes. Avec son œil de lynx, elle n’hésite pas à mettre la lumière sur l’éclat, parfois oublié ou omis de certains gestes, certains visages qui sont pourtant aussi importants que le « beau » en soi.  Pour Laïla Bavy, la peinture est une forme d’expression par le biais duquel, elle combine plusieurs passions artistiques avec son métier principal. Une professionnelle dans le milieu de l’épice, l’artiste inclut et s’inspire de ce quotidien aromatisé pour ses tableaux.

La vanille est son produit de base qui ramène inlassablement  les passionnés dans une fulgurante senteur stimulante du sensoriel. Dans sa boutique à Ankadindravola Ivato, c’est un petit bout de paradis qu’elle s’est créée tout en y donnant libre cours à ses émotions, son rêve et ses sentiments. Sans se cantonner à un seul style, Laïla Bavy se trouve toujours dans le couloir de la quête perpétuelle de sa propre conception de ce qu’est l’art, en mélangeant de multiples techniques. Mettant ainsi à profit ses autres atouts comme l’écriture et le dessin. Autodidacte, Laïla Bavy fait partie de ces jeunes artistes qui véhiculent des messages plus profonds grâce à des partages d’expériences et des rencontres artistiques entre femmes peintres. Une artiste en devenir à découvrir jusqu’au 31 mars.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara2 partages

8 mars sous le signe de la ”génération égalité”

La célébration de la Journée internationale de la femme est devenue un événement qui ne souffre d’aucune contestation. Au début de l’année 2019, elle revêt une importance toute particulière car elle marque la reconnaissance du rôle qu’elle joue dans notre société . Le thème choisi « Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes » souligne l’évolution croissante de son importance dans le monde d’aujourd’hui. On parle souvent d’un monde d’homme, mais il ne s’agit pas uniquement du genre masculin, mais il doit s’élargir à son acception beaucoup  plus large où la femme tient toute sa place. Ce dimanche 8 mars, les manifestations organisées souligneront la place centrale qu’elle occupe au sein de la Nation.

8 mars sous le signe de la ”génération égalité”

La femme n’est plus le « fanaka malemy »(objet fragile), décrite dans la littérature malgache. Elle est même un véritable roc et un pilier de la société. Sans elle, la famille se désagrègerait. C’est autour d’elle que se bâtit l’avenir de la Nation. Au fil des années, elle a su s’imposer avec douceur mais fermeté, et conquérir les mêmes droits que les hommes. Les femmes ont conquis de haute lutte leur place dans toutes les couches de la société en montrant leurs compétences. La résistance rencontrée à cause des traditions a été balayée par l’évolution du monde. Il n’y a plus d’entrave à leur accession aux postes les plus élevés. La compétence est maintenant le critère qui le permet, c’est à raison qu’elles clament aujourd’hui : « je suis de la génération égalité ». Ce thème choisi pour la célébration de la Journée internationale de la femme en 2020 coïncide avec la campagne plurigénérationnelle de l’ONU marquant le 25e anniversaire de la déclaration et du programme d’action de Beijing. Cette dernière est considérée comme la feuille de route la plus progressiste en matière d’autonomisation des femmes et des filles sur tous les continents. S’il était encore de ce monde, le poète Louis Aragon pourrait clamer fièrement : « la Femme est l’avenir de l’Homme ».

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Violences sexuelles sur des enfants : Les arrangements à l’amiable, une pratique à bannir !

Le Centre Vonjy de Toliara abritant tous les services de prise en charge médicale, psychosociale et judiciaire des enfants victimes de violences sexuelles.

Rien que durant le premier trimestre de l’année 2019, pas moins de 400 cas de violence sur enfants ont été enregistrés dans la région Atsimo-Andrefana par la DRPPSPF (Direction régionale de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme), mais seulement 40 ont été référés à l’hôpital. L’ouverture du centre de prise en charge intégrée des enfants victimes de violence sexuelle, dénommé « Centre Vonjy », permettra d’améliorer la situation. 

« Osez dénoncer, et n’acceptez pas les arrangements à l’amiable, familiaux ou communautaires quand il s’agit de violences sexuelles sur des enfants ». En d’autres termes, briser la loi du silence, solliciter les services des autorités en cas de violences sexuelles sur enfants, et faire en sorte que les auteurs des violences soient traduits en justice, laquelle devra appliquer strictement la loi. Le discours était quasi-unanime hier à Toliara, où a eu lieu l’inauguration du « Centre Vonjy », un centre de prise en charge intégrée des enfants victimes de violences sexuelles, et qui couvrira la région Atsimo-Andrefana. Le représentant résident de l’UNICEF à Madagascar, Michel Saint-Lot, a clairement mis le doigt sur un fléau pourtant ancré dans les moeurs : l’arrangement à l’amiable. Une pratique à bannir, car bafoue les droits de l’enfant victime, et évite aux auteurs de tels actes d’être sanctionnés selon les lois en vigueur.

Et de cinq ! Ce Centre Vonjy de Toliara, sis au centre hospitalier universitaire de Tanambao, est la cinquième structure de ce genre, mis en place à Madagascar, après celle d’Antananarivo en 2015, de Toamasina en 2016 , de Mahajanga et Nosy Be en 2017. Comme pour les quatre autres, le Centre Vonjy de Toliara a également bénéficié de l’appui technique et financier de l’UNICEF. Dorénavant, les enfants victimes pourront avoir accès sur un même lieu, voire sous le même toit, aux services de prise en charge médicale, psychosociale et judiciaire, sans avoir à faire comme par le passé, des va-et-vient incessants pour voir un médecin, déposer plainte ou en faire le suivi. Un changement important dans le processus de prise en charge, si auparavant, les victimes et leurs familles sont découragées par les difficultés causées par l’éloignement de ces différents services et sont tentées d’abandonner en cours de procédure.

Des cas invisibles. La ville de Toliara et la région Atsimo-Andrefana, classées parmi les localités exposées au risque de violences sexuelles, comptent chaque année un nombre impressionnant de cas. Durant le seul premier trimestre de l’année 2019, la Direction Régionale de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (DRPPSPF) a enregistré 400 cas de maltraitance et de violence envers des enfants, dont seulement 40 ont été référés à l’hôpital. Quant au Réseau de Protection de l’enfant (RPE), il a recensé et pris en charge 375 cas en 2019. Durant la même année, le service de la Police des mœurs et de protection des mineurs de Toliara a traité 31 cas de violence sexuelle sur des enfants. Autrement dit, de nombreux cas sont tus et demeurent de ce fait, invisibles. Le principe du filongoa reste encore une valeur importante au sein de la communauté de cette région, et constitue une résistance culturelle expliquant le défaut de signalement et l’arrangement à l’amiable, même en cas d’abus sexuels sur des enfants. S’y ajoute la méconnaissance du système de protection de l’enfant. Parmi les derniers cas qui ont fait grand bruit figurent celui d’un enfant de quatre ans victime d’abus par son grand-père et celui d’une jeune fille de 15 ans, victime de viol collectif perpétré par six hommes à Anteza, dans la commune d’Ankililoaka, suite à un différend opposant deux familles. Pour ce dernier cas en particulier, le ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur général de Police, Randrianarison Fanomezantsoa Rodalys, également présent hier à la cérémonie d’inauguration du Centre Vonjy, de faire savoir qu’une enquête a été ouverte, menant à l’arrestation et à l’incarcération des six individus.

Problèmes graves. Outre le cas de violences sexuelles, la région Atsimo-Andrefana observe,par ailleurs, le deuxième taux le plus élevé du pays en matière de mariage précoce : près de 60% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. Sachant que cette région compte 1,1 million d’enfants, l’ampleur de cet autre fléau qu’est le mariage précoce, est flagrante. Toute forme de violence « peut provoquer chez les enfants des problèmes graves et à long terme, des complications en matière de santé physique, sexuelle et psychologique », devait alors souligner le représentant de l’UNICEF. L’existence de structures comme le Centre Vonjy, permet d’améliorer la prise en charge des victimes. Au total, 4147 enfants victimes de violences ont bénéficié de prise en charge complète dans les quatre autres centres Vonjy déjà fonctionnels, dont 1082 en 2019. Bientôt, après celui de Toliara, un sixième Centre Vonjy, est déjà mis en place à Tolagnaro.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

CSI : Neuf axes prioritaires dans la lutte contre la corruption

La présidente du CSI Sahondra Rabenarivo a parlé d’un vaste programme de réformes. (Photo Princy)

Le Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI) a tenu un atelier, hier, à l’hôtel Le Pavé, portant notamment sur la mesure nationale de la corruption et de la gouvernance dans les neuf secteurs prioritaires de la Stratégie Nationale pour la Lutte Contre la Corruption (SNLCC). Il s’agit de la justice, de la sécurité, de la fonction publique, des ressources naturelles, des finances publiques, de la décentralisation et du foncier, de la santé, de l’éducation et du secteur privé. Lors de son discours d’ouverture, la présidente du CSI Sahondra Rabenarivo a parlé d’un vaste programme de réformes ainsi que de l’élaboration de textes sur la bonne gouvernance. Et au cours d’une interview accordée à la presse, elle a fait mention de trois points, à savoir, la revue à mi-parcours en 2015 afin d’harmoniser la politique générale de l’Etat, secundo la politique nationale de bonne gouvernance et tertio la mise en place de dispositifs pour l’évaluation.

Mesure nationale. Pour en revenir à cet atelier, le CSI a engagé une étude visant à élaborer une mesure nationale de la corruption et de la gouvernance, avec l’appui d’un consultant international financé par l’Union européenne, à travers le projet NFD (Ny Fanjakana ho an’ny Daholobe). Cette mesure nationale s’ajoute aux indices internationaux (IPC, Mo Ibrahim, Doing Business, Afrobaromètre). L’objet de la réunion d’hier est aussi de partager les premiers résultats de cette étude qui fournira un outil adapté aux réalités, en complément des outils internationaux évoqués. L’exposé sur le thème susmentionné a été bien mené, seulement ce n’est pas chiffré.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : Une mini crise politique qui a fait long feu

Pour la Chine, le pire n’est plus à craindre, mais ce sont les autres pays qui commencent à être impactés par la crise du coronavirus. L’attention des médias du monde entier est maintenant focalisée sur ce qui se passe en France et en Italie à la veille d’une véritable épidémie. Le président français Emmanuel Macron a déjà annoncé qu’elle est inéluctable et y prépare son opinion publique. Le nombre de morts et de personnes contaminées augmente de jour en jour. Les Malgaches suivent de près l’évolution de la situation et y attachent une attention particulière. Les relations étroites entre la Grande Île et la France étant ce qu’elles sont. La vigilance des autorités malgaches ne se relâche pas et les mesures appliquées pour prévenir le danger de contamination sont drastiques. Cela n’empêche, cependant, pas la dissémination du virus causée par l’arrivée de passagers venant de l’extérieur. Les arrivants suspectés de porter le virus sont tout de suite envoyés au CHU d’Anosiala et mis en quarantaine, mais jusqu’à présent, il n’y a pas eu de décès.

L’actualité nationale de cette semaine est riche en rebondissements. La déclaration faite par le vice-président de la CENI le week-end dernier a provoqué une véritable tempête dans le monde politique. Elle a été interprétée comme une manipulation par les uns, et comme une confirmation de leurs appréhensions à propos du processus électoral par les autres. Les explications fournies lors d’une nouvelle rencontre avec la presse par la commission ont permis de faire baisser la tension. Mais la requête, déposée par son président, demandant la destitution de celui par qui le scandale est arrivé pour violation de serment, s’apparente à une demande de sanction vis-à-vis de ce dernier. La polémique sera peut-être ainsi définitivement close. L’autre événement de la semaine est ce retrait des militaires assurant la sécurité du Sénat par le CEMGAM. Le président de l’institution a exprimé son incompréhension de cette mesure qu’il juge inopportune. La réponse qui lui a été faite s’est voulue rassurante. Il s’agit, a-t-on assuré, d’une simple mesure de contrôle. Elle a été suivie de celle de l’armement entreposé au Sénat. Certains commentateurs y voient une attaque pernicieuse contre le HVM. Cependant, on peut faire remarquer que ce parti, lorsqu’il était pouvoir, agissait de la même façon vis-à-vis de son opposition. Les régimes passent, mais les pratiques restent.

Sur le plan international, mis à part l’épidémie de coronavirus, c’est vers la tension au Moyen Orient entre la Syrie et la Turquie que l’attention des médias se focalise. L’escalade militaire à commencé lorsque l’armée turque est intervenue assez massivement dans le nord de la Syrie à Idleb après la mort de ses militaires. L’opération « Bouclier du printemps » a provoqué de nombreuses pertes du côté syrien. Mais des pourparlers ont été engagés entre les présidents Poutine et Erdogan. Un cessez-le-feu a été conclu, et il a pris effet hier.

Le primaires démocrates ont rendu leur verdict. C’est Joe Biden qui est maintenant en tête dans la course à l’investiture et il a de grandes chances d’être l’adversaire du candidat républicain en novembre prochain. Il a devancé Bernie Sanders qui est considéré comme trop à gauche par la partie conservatrice du camp démocrate. Le milliardaire Michael Bloomberg largement battu a apporté son soutien à Joe Biden.

La tempête politique qui a secoué le microcosme est en train de s’apaiser. Le Premier ministre, lui-même, a voulu calmer le jeu et a affirmé que le pays ne pouvait pas se permettre de vivre dans la contestation et qu’il avait besoin de calme pour progresser. La mini crise qui a eu lieu en ce début de semaine a fait long feu, l’opinion publique semblant peu sensible à l’appel de l’opposition. Le coronavirus est beaucoup plus présent dans l’esprit des Malgaches. La population a retenu les leçons du passé et préfère éviter de prendre part aux discussions politiques même si elles ont un véritable fondement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Roa lahy nitondra basy nanendaka, saika matin’ny fitsaram-bahoaka ny iray

Mpivarotra mpamongady iray monina ao amin’ny parc de l’Est no notafihan’ny bandy roa lahy ny alarobia hariva lasa teo. Nitondra basy sy antsy lava ary « barre a mine » izy roa lahy ireo. Teo am-pivoahana ny trano fivarotana, teo am-pamelomana môto izy mivady no avy hatrany ny roa lahy nanatona sy nandrahona ary nisitona ny poketran’ilay ramatoa. Nanohitra ilay rangahy ary nifampitolona tamin’ny iray. Ramatoa kosa niantso vonjy. Nitifitra avy hatrany anefa ilay jiolahy saingy tsy nahavoa, nikasa mbola hitifitra fanindroany saingy tsy nety nofahanana intsony ny basy fa niraikitra ny taim-bala. Marihina fa basy calibre 12 vita gasy izy io. Soa aloha fa nisy tsy fetazany ilay basy fa saika zava-doza. Nandritra izany no tonga ny fokonolona nanampy ary saika matin’ny fitsaram-bahoaka ny iray. Nalaky tonga ny FIP manao fisafoana ka ireto farany no nitondra ilay jiolahy notsaboina any amin’ny hopitaly. Nifanenjahana ny iray saingy tafaporitsaka. Efa fantatra kosa ny mombamomba an’io iray io ary efa mandeha ny fikarohana azy raha ny nambaran’ny kaomandin’ny FIP eto Antsirabe.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

« Etats-Unis d’Afrique » : Un projet fictif pour escroquer l’ambassade de l’Inde

Un homme se déclarant émissaire et propriétaire d’un projet initié par une association des Malgaches résidents en Amérique, a été arrêté par la brigade criminelle de la Police nationale Anosy, le 02 mars dernier. En effet, il a contacté par téléphone un secrétaire de l’ambassade de la République indienne à Madagascar pour demander des dons au nom de l’association susmentionnée, et pour un projet baptisé « Etats-Unis d’Afrique ». Pour ce faire, il s’est présenté comme un proche de la Présidence de la République de Madagascar, ainsi que de la Primature. Pour soutenir son argumentation, il a affirmé que ce projet a pour objectif d’aider les pays pauvres du continent africain. Méfiant, le secrétaire d’ambassade lui a réclamé la note verbale émanant du ministère des Affaires étrangères, ainsi que la procuration lui permettant de procéder ainsi. Ayant entendu la réponse du fonctionnaire indien, l’individu a haussé le ton tout en lançant des menaces. Le secrétaire affirme avoir reçu des messages et des mails compromettants provenant du suspect. Depuis, cette affaire est parvenue auprès de la brigade criminelle Anosy qui a tout de suite ouvert une enquête. Ce qui a permis de localiser le suspect à Antsirabe où, cet homme a été appréhendé grâce à la collaboration des policiers de la localité. Durant son interrogatoire, il a reconnu que le projet et l’association susmentionnés ne sont que de pures inventions de sa part pour attirer ses proies. Déféré au Parquet hier, ce présumé escroc a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora en attendant son procès dont la date sera prononcée ultérieurement. 

T.M. 

Midi Madagasikara0 partages

Projet USAID Hay Tao : Renforcement des compétences d’un réseau de société civile

Le projet USAID Hay Tao mené par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) a organisé pendant deux jours, une formation sur la communication organisationnelle et institutionnelle au profit d’un réseau des membres des organisations de société civile, à l’hôtel Le Fred à Antaninandro. L’objectif consiste à renforcer les compétences de ces membres des organisations de société civile composés entre autres, du réseau MAHARI, de l’ONG Koloharena, du réseau des communautés locales TAFO MIHAAVO, de SIF (Sehatra Iombonan’ny Fananan-tany), de Reniala CC et de l’Alliance Voahary Gasy. Cette dernière est représentée par l’Association des Journalistes de l’Environnement (AJE), de la Fondation des Aires Protégées , de la Biodiversité de Madagascar et de l’association Voahary Salama. 

Crédibilité des informations. Cette formation prodiguée par le projet USAID Hay Tao leur a ainsi permis de mieux communiquer entre eux ou en dehors de leurs organisations. Force est de reconnaître que les organisations qui communiquent efficacement, obtiennent de meilleures performances avec leurs projets, visant tous à conserver les ressources naturelles tout en contribuant au développement socio-économique des communautés locales vivant aux alentours des Aires Protégées. En outre, ce renforcement de capacités en matière de communication organisationnelle et institutionnelle a également permis aux bénéficiaires de mobiliser les autres membres des organisations de la société civile à s’adhérer à la même cause. Mais avant tout, la transmission de messages entre le réseau de société civile et à l’endroit des autres parties prenantes, la crédibilité et l’exactitude des informations à passer s’avèrent primordiales, a-t-on évoqué. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Célébration du 8 mars : Andry et Mialy Rajoelina débarquent à Toliara

Accueil triomphal de Andry Rajoelina à Toliara.

En effervescence. La Cité du Soleil se prépare à accueillir la célébration officielle de la Journée de la Femme. Plusieurs délégations d’associations de femmes venant des quatre coins de la Grande île sont présentes à Toliara pour célébrer le 8 mars où, plusieurs festivités sont au programme. Andry et Mialy Rajoelina vont honorer de leur présence toutes les cérémonies. Le couple présidentiel a débarqué hier en fin d’après-midi à l’aéroport de Toliara où ils ont été accueillis par une foule immense. Apparemment, le taux de popularité d’Andry TGV reste intacte dans la capitale de la Région Atsimo-Andrefana. Il s’agit de sa troisième visite à Toliara depuis son élection à la tête du pays. A son arrivée à l’aéroport, le chef de l’Etat a annoncé que plusieurs projets sociaux vont être réalisés à Toliara. Ce jour, Andry Rajoelina va inaugurer un château d’eau à Andranomena – Ankilibe Toliara et, à la pose de premières pierres pour la construction d’un nouveau centre de formation. Quant à elle, la Première Dame, Mialy Rajoelina va inaugurer un centre de vaccination et d’une maison des jeunes. Pour la Journée du 8 mars, plusieurs évènements sont prévus à Toliara.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Meeting du Grand Sud : Près de 80 athlètes de 6 ligues attendus

Les grands noms de l’athlétisme malgache notamment ceux du Sud du pays se livreront la bataille les 14 et 15 mars à Toliara.

Véritable vivier de talents et de champions, la ligue d’athlétisme d’Atsimo-Andrefana innove et prend les choses en main. Sous la férule de Indépendance Lahimana dit Depa, conseiller technique régional, ladite ligue organise le « Meeting Grand Sud » les 14 et 15 mars à Toliara. Une compétition qui verra la participation de 6 ligues de l’axe sud du pays à savoir Vatovavy Fitovinany, Ihorombe, Anosy, Haute Matsiatra, Amoron’Imania et Atsimo-Andrefana, organisatrice. Plusieurs épreuves et courses sont programmées pour cette première édition; entre autres les 100m, 200m et 400m, 1500m et 5.000m. Et au concours, il y aura le lancer de poids et le saut en longueur.   « Toutes ces ligues ont déjà confirmé leur participation. Elles vont engager 6 athlètes. L’objectif de l’organisation de ce tournoi est de multiplier les compétitions et aussi de faire une campagne de promotion de l’athlétisme dans cette partie de l’Ile qui est un vivier de jeunes talents et de champions. Cet évènement est sous la houlette du ministère de la Jeunesse et des Sports et de la fédération malgache d’athlétisme », a souligné Depa.  Une course de 5 km pour les dames et 10 km pour les hommes clôturera «  Meeting Grand Sud » le 15 mars sur la plage de Mangily. Des grands de l’athlétisme malgache seront présents à Toliara à cette occasion pour ne citer que Vavara Cléot, Sylvain Benandro, Sidonie, Fanjalina.  Des athlètes de la ligue Analamanga et d’Alaotra-Mangoro pourront également s’inviter à la fête pour donner plus de dimension au tournoi. En attendant, l’équipe organisatrice s’attèle aux préparatifs pour offrir à ses invités un événement digne de ce nom.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

District de Manjakandriana : Préparation de projets de réhabilitation des routes

Les routes de Madagascar doivent être de qualité et en bon état. C’est le défi qu’il faut relever, suite aux Velirano du président Andry Rajoelina, selon le ministère de l’Aménagement et des travaux publics (MATP). En effet, plusieurs projets sont déjà en cours dans les grandes villes et sur les routes nationales. Pour le district de Manjakandriana, les préparations commencent pour les projets de réhabilitation. Hier, une réunion de coordination a été organisée par le député Doda Andriamiasasoa Nirimboavonjy en collaboration avec la DRATP (Direction régionale de l’aménagement et des travaux publics) Analamanga. « Il s’agit d’une initiative du député élu à Manjakandriana, pour le développement de ce District. L’idée est de faire un état des lieux des routes interprovinciales (RIP) et des routes intercommunales. Après cette réunion, une descente sur terrain est prévue par la DRATP, en présence du député et des maires de ce district, pour constater de visu les axes indiqués dans le PV de réunion. Des études seront faites, par la suite », a indiqué la DRATP. Bref, le district de Manjakandriana veut être prêt pour que les travaux puissent immédiatement commencer, dès que les financements seront accordés. Les élus locaux comptent principalement sur le financement de l’Etat, les financements des partenaires techniques et financiers, ainsi que le partenariat public-privé (3P).

 Antsa R.

 

Midi Madagasikara0 partages

Rugby féminin-Championnat de Madagascar : SC Besarety près du titre

La dernière journée du championnat de Madagascar du rugby à XV féminin se déroulera demain au stade des Makis Andohatapenaka. Trois matches seront programmés et parmi les onze équipes en lice, celle qui engrangera le plus de points en sortira championne. A la tête du classement se place le SC Besarety. Mais cette dernière devrait encore assurer sa position en affrontant l’équipe de FTV Lalamaty. FT Manjakaray, pour sa part, croisera le fer avec 3FB. Le premier match sera une rencontre entre RCT Soavimasoandro et Sabnam.

Ce championnat a servi au staff technique de détecter les meilleures joueuses en vue de la Coupe d’ Afrique 2020 qui débutera au mois de mai.

Puisque le 8 mars sera la Journée internationale de la femme, les amoureuses du ballon oval malgache seront gâtées. Mis à part ces trois grandes rencontres, Malagasy Rugby organisera des activités et de diverses animations pour la gent féminine durant la matinée.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : 37 passagers transférés à Anosiala

La propagation du coronavirus dans les autres pays en dehors de la Chine ne cesse de s’intensifier. Désormais, cette épidémie compte trois nouveaux foyers : la Corée du Sud, l’Italie et l’Iran. En Afrique, l’Afrique du Sud vient d’enregistrer son premier cas. Pour ce qui est de Madagascar, l’Aviation civile de Madagascar a tenu une conférence de presse hier matin afin de communiquer le renforcement des mesures de protection du pays contre l’invasion du Covid-2019. Ainsi, sauf dérogation spéciale du ministère des Affaires étrangères, aucune compagnie aérienne n’est autorisée à transporter des passagers en provenance d’Italie, de la Corée du Sud, d’Iran et de la Chine dans les 14 jours précédant leur embarquement. Et toujours selon ce qui a été dit lors de cette conférence, 37 passagers ont été transférés à Anosiala depuis la première note du 10 février 2020. Parmi ces personnes en observation à Anosiala, on compte dix Italiens, deux Sud-coréens, douze Chinois et treize Malgaches.Quatre autres passagers ont quant à eux été refoulés ; un Taïwanais, un Italien, un Polonais et un Chinois. Enfin, trois résidents Chinois employés de l’ambassade de Chine sont pris en charge par l’ambassade elle-même.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Barea : Le partenaire Telma achète les équipements

Sans l’intervention de Telma, son partenaire historique, les Barea auraient une fois de plus, rencontré des problèmes d’acquisition d’équipement.

A J-20 du match aller contre  les Eléphants de la Côte d’Ivoire, les préparatifs vont bon train. La tenue du match au stade de Barikadimy est confirmée et les Barea ont maintenant leurs équipements.

En urgence

L’on apprend en effet que sur les conseils de Patrick Pisal Hamida, Administrateur Directeur Général de Telma, le coach Nicolas Dupuis  a commandé en urgence tout l’équipement nécessaire pour les BAREA pour les deux confrontations contre la Côte d’Ivoire fin mars…  TELMA  a également  des centaines de maillots officiels qui seront vendus à Toamasina une semaine avant le match (dans les Telma Shop et au LEADER PRICE). « Ces équipements indispensables pour notre équipe nationale ont été payés encore une fois directement par TELMA, compte tenu des délais serrés et du fait que la fédération est aujourd’hui paralysée administrativement avec la fuite du président », précise-t-on.  On rappelle que durant la CAN 2019, il était quasi-impossible de se procurer le vrai maillot des BAREA .

Détournement

Les seuls maillots officiels que l’on pouvait trouver à Madagascar avaient été achetés par le partenaire historique de la FMF, la société TELMA qui les avait mis en vente dans le réseau national LEADER PRICE… ils s’étaient arrachés en quelques jours ! La FMF, dirigée alors par le Comité de Normalisation, avait décidé de ne rien commander pour les supporters à Madagascar mais avait quand même acheté des centaines de maillots revendus pendant les matches de préparation en Europe et pour quelques supporters en Egypte…La question qui se pose maintenant est de savoir, que sont devenus les produits de ces ventes. En tout cas, la FMF ne fait pas preuve de transparence sur cette affaire.  Des rumeurs circulent par ailleurs sur  le détournement des fonds au niveau du  précédent Secrétaire général de la FMF.  L’ancien SG se trouve actuellement en France où des maillots officiels des Barea sont proposés sur Internet à trois fois le prix  de vente  au Leader Price  à Madagascar !.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Vakinankaratra : Tafapetraka ny governoran’ny faritra

Napetraka tamin’ny fombaofisialy amin’ny maha governoran’ny faritra Vakinankaratra azy Atoa Vy Vato Rakotovao, ny talata 3 martsa lasa teo. Teo amin’ny zaridainan’ny faritra no nanatontosana ny lanonana ara-panjakana, izay notarihan’ny filohan’ny antenimieram-pirenena Christine Razanamahasoa. Nanombohana ny fotoana ny fanaovan-tsonia ny famindran-draharaha teo amin’ny filohan’ny faritra mpisolo toerana  sy ny governora, hitantana ny faritra, natrehan’ny minisitra telo mirahalahy sy ireo tale jeneraly avy amin’ny fiadidiana ny Repoblika io fanaovan-tsonia io.  Naneho ny fahavononany hampandroso an’i Vakinankaratra ny governora Vy Vato. Nanome toky izy fa hitondra  fahazavana ho an’ny faritra. Nohamafisiny tamin’ny fandraisam-pitenenany,  izay nilazany fa  » ny biraon’ny faritra dia ho vata lehibe ho an’ny tolo-tsaina sy tolo-kevitra hoentina miara-miantsoroka ny fampandrosoana.  Ho milina lehibe fanodinana ireo tetikasam-bahivaingana. »

Raha tsiahivina, 11 volana no nitondran’ny lehiben’ny faritra mpisolo toerana. Na fampandehan-draharaha aza no tena niandraketany dia niezaka nampihodina ny faritra izy ary nijery manokana ny fandaminana anatiny sy ny tetibola isan-tsokajiny mba hanamora ny fandraisan’ny governor vaovao notendren’ny fanjakana foibe.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Transports aériens : Trois compagnies aériennes auditées par l’ACM.

Assistera-t-on prochainement à la fermeture d’une ou plusieurs compagnies aériennes ? La question se pose avec l’audit que réalise actuellement l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) sur trois compagnies aériennes opérant à Madagascar. Il s’agit en l’occurrence de Madagasikara Airways, d’Air Madagascar et de TOA. Lors d’une conférence de presse qu’il a donnée hier à Tsimbazaza, le Directeur général de l’ACM, Tovo Ramaholimihaso Rabemanantsoa a expliqué que, l’audit fait état d’un certain nombre de non-conformités du fonctionnement de ces compagnies aériennes, par rapport au Règlement Aéronautique de Madagascar (RAM). « La réglementation veut que, si des non-conformités sont identifiées, les compagnies aériennes concernées ont l’obligation d’apporter des mesures correctives », a expliqué le D.G de l’ACM. «La mise en application de tous les textes législatifs et réglementaires en vigueur est impérative afin d’avoir un transport aérien sûr et fiable, et atteindre l’objectif zéro accident », a-t-il précisé.

Concernant le cas particulier de Madagascar Airways qui a fait ces derniers temps l’objet de rumeurs sur le retrait de sa licence d’exploitation, l’ACM a indiqué que jusqu’à présent (hier) cette compagnie continue d’assurer ses vols réguliers.

L’ACM a également profité de la conférence de presse d’hier pour souligner que l’application des règlements est purement technique. Ces règlements concernent tous les domaines relatifs au transport aérien, à savoir la licence du personnel, les aérodromes, la navigabilité des aéronefs, l’exploitation technique des aéronefs… Des actions correctives sont mises en place dès lors que des non-conformités sont identifiées. Le cas échéant, l’Autorité de l’Aviation Civile appliquera les sanctions y afférentes pour éviter le dysfonctionnement du système. En somme, le sort des trois compagnies dépend des résultats définitifs de l’audit. Précisons que ces trois compagnies sont toutes de droit malgache.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Sopharmad : Un reboisement dans le cadre de sa responsabilité sociétale

L’un des leaders de la distribution de produits pharmaceutiques à Madagascar, la société pharmaceutique de Madagascar (Sopharmad) a procédé, samedi 29 février, à une journée de reboisement à Ambohimanga Rova. Cette action entre dans le cadre de la responsabilité sociétale de la société selon le Directeur général, Andry Rabemanantsoa. « Le reboisement se fera chaque année et une descente régulière d’un comité chargé d’assurer le suivi des jeunes pousses est prévue», a expliqué le DG de Sopharmad. 

Si la société a décidé de mettre en terre 1.000 plants avec la participation de tous ses employés, c’est parce qu’en dehors du fait d’être soucieuse de la qualité des médicaments qu’elle propose à Madagascar, l’environnement figure aussi parmi les préoccupations de Sopharmad. D’ailleurs, pour la livraison de ces produits dans les pharmacies, la société a choisi le vélo, un des moyens de transport les plus écologiques. Le Directeur général de mentionner que ce type d’actions ne doit pas juste être le fruit d’un effet de mode, mais d’un réel engagement en faveur de la protection de l’environnement. 

A noter que cette société compte en son sein une centaine de Malgaches qui ont participé pleinement à cette journée de reboisement. Un moment qui a permis de consolider l’équipe, « particulièrement important dans la gestion d’une société car cela garantit un travail de qualité en motivant chaque employé », selon les mots du DG qui a invité les différents opérateurs à prioriser davantage la qualité des produits commercialisés localement pour le bien de la population malgache. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les Barea sous les feux de la rampe !

Les nouvelles sur la forme de chaque joueur des Barea fusent de partout au point d’éclipser l’essentiel, notamment sur le lieu où va se dérouler le match retour contre la Côte d’Ivoire le 31 mars. La sortie de la liste de Nicolas Dupuis est ainsi scrutée à la loupe par les nombreux fans de l’équipe nationale. Des fans presque inconditionnels qui prennent pour de l’argent comptant, tout ce que dit le coach Nicolas Depuis, et qui défendent bec et ongles tout ce qu’il décide.

C’est peut-être mieux ainsi car on aura un soutien de tous les instants de la part de ces fanatiques. Des ultras pour reprendre le terme chez les clubs professionnels.

Pas de club. Il faudrait bien une foi inébranlable pour comprendre le choix de Nicolas Dupuis qui s’appuie sur un groupe certes solidaire, au sein duquel se trouvent un joueur qui n’a même pas un club, en l’occurrence Dimitry Caloin et un autre qui a peu joué pour les Barea, notamment William Gros qui joue pour l’AS Vitré, une équipe évoluant en National 2.

Si on y ajoute Jérémy Morel encore convalescent à la suite d’une blessure, cela ramène théoriquement à 17 le nombre des Barea retenus par Nicolas Dupuis pour le match aller contre la Côte d’Ivoire.

Est-ce suffisant pour contenir des Éléphants qui reprendront du poil de la bête après l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Patrice Beaumelle qui n’est autre que l’adjoint attitré d’Hervé Renard , quand les deux hommes ont gagné la CAN 2012 avec la Zambie et celle de 2015 avec la Côte d’Ivoire.

On ne change pas…C’est dire que ce Beaumelle- là est du solide avec cet avantage d’avoir connu les Éléphants, même vieillissants à l’image de Serge Aurier.

Madagascar repose sur un groupe qui a mis à mal le Niger en infligeant un 6 à 2 retentissant. Et les acteurs de cette superbe performance sont tous là.

La logique veut qu’on ne change pas une équipe qui gagne avec une formule de trois milieux défensifs et trois attaquants mais on a bien peur que Nicolas Dupuis ne va pas s’arrêter là en faisant appel à Hery Bastien, un vrai numéro 10. Et l’entrée de ce milieu de Linfield en Irlande du Nord va chambouler les habitudes et qu’il va falloir mettre en touche Amada Ibrahim ou Marco Ilaimaharitra, car le fait de porter le brassard de capitaine va permettre à Anicet d’être indéboulonnable, même s’il était impliqué sur les deux buts nigériens.

National 2. Le recours à Alexandre Ramalingom de Virton, un club de 1ère division B belge à la pointe de l’attaque ou de Hakim Abdallah qui est au FC Nantes mais chez la réserve en National 2, signifie-t-il le début de la mise à l’écart de Carolus, Bolida et même Voavy Paulin. C’est toute la question car encore une fois, la majorité des supporters des Barea tiennent à ces derniers. Carolus a montré qu’il maîtrisait la situation d’être seul à la pointe de l’attaque et que Bolida trouvait sa marque en étant juste derrière lui en 9 et demi. Un poste qui sied également comme un gant au jeune Rayan Raveloson.

Voavy Paulin a montré un réel talent sur le flanc gauche et qu’il est capable de faire la différence pour peu qu’on l’aligne même en joker.

Dans tous les cas, tout Malgache qui se respecte ne vise que la victoire où une seule suffirait peut- être pour se qualifier, en espérant qu’on tiendrait tête aux Ethiopiens au match retour.

D’ici là, les commentaires vont encore surgir car chacun veut être Nicolas à la place de Dupuis.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ambohibao Antehiroka : Mpiambina tanàna nodarohana sy noroahana tamin’ny andro alina

Maso mahita. Mihetraketraka loatra ny teratany vahiny sasany eto amintsika kah ! Tranga nahavalalanina ny maro sy ireo mpifanila vodirindrina no niseho afak’omaly alina, tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany, tao amin’ny Fokontany Mamamba Ambohibao Antehiroka. Fianakaviana roa izay mpiambina tanàna no noroahina teratany Sinoa (izay tsy tompon’ny tany akory) hiala ny trano bongo fonenany. Tsy vitany noroahina tamin’ny andro alina ireto fianakaviana, fa mbola niharan’ny daroka sy vono ihany koa ny raim-pianakaviana iray rehefa niezaka nanazava. Taorian’ny zava-nitranga sy ny fitarainan’ny mpiara-monina, tonga nijery ny zava-misy teny an-toerana ny tompon’andraikitra avy tao amin’ny Fokontany. Raha ny fanazavana azo, mpiambina tanàna niasa efa am-polo taonany tamina teratany Sinoa iray ao Mamamba ireto fianakaviana, ary efa fito taona ireto farany no tsy nandray karama, satria tsy monina eto Madagasikara ilay Sinoa tena tompon’ny tany.

Tsindrihazo lena. Ka rehefa nanomboka nitaky ny volany ireto mpiambina, dia tezitra mafy ilay rangahy Sinoa rain’ny tompon’ny tany, ary nitory an’ireo mpiambina teny amin’ny zandary Ambohibao Antehiroaka. Tsy nahazo rariny tany ity lahiantitra, ka nanao latsak’alina niaraka tamina olona telo « gros bras » tany amin’ireto mpiambina, ary tonga dia nandroaka avy hatrany teny an-dalambe an’ireto mpiambina tanàna sy ny fianakaviny. Nanoloana ny herisetra nihatra sy fandroahana tao amin’ny trano fonenany tamin’ny andro alina. Omaly naraina, nametraka fitoriana sy fitarainana teny amin’ny biraon’ny Zandarimaria Ambohibao ireo niharam-boina. « Efa tsy mahazo karama an-taonan’ny maro izahay, dia mbola iharan’ny herisetra sy natao roaka alika ihany koa amin’ny trano onenanay. Sa mbola manjaka eto ny tsindrihazo lena amin’ny madinika », hoy ireto fianakaviana. Efa eo ampelatanan’ny tompon’andraiki-panjakana ny raharaha ankehitriny ka ho hita eo ny tohiny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

ONTM : Les meilleures vidéos sur Madagascar primées

Les lauréats primés entourés des dirigeants de l’ONTM et leurs partenaires.

La population malgache commence à s’intéresser au développement du tourisme national en découvrant les beautés de la destination Madagascar.  

Dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire de l’ONTM (Office National du Tourisme de Madagascar), cette entité en charge de la promotion de la destination Madagascar a organisé un jeu concours vidéo sur le thème « Harena ho an’ny Malagasy ny Fizahan-tany ». Ainsi, le tourisme s’impose désormais comme l’un des moteurs de développement économique du pays. Non seulement ce secteur est le 2e pourvoyeur de devises à la nation, mais il figure également parmi les secteurs créateurs d’emplois. C’est pour toutes ces raisons que l’ONTM a incité la population à s’engager dans le développement de ce secteur à Madagascar tout en prenant conscience des avantages comparatifs de la Grande Ile en matière de tourisme.

Visionnées sur Youtube. Organisé du 11 au 25 novembre 2019, ce jeu visait d’ailleurs à créer de l’engouement pour les sites touristiques et un désir de voyage chez les résidents. Il s’agit notamment d’un événement digital qui s’est déroulé exclusivement sur le réseau social Facebook et qui a touché plus de 45.000 personnes. Pour départager les participants, l’ONTM a fait appel à des professionnels dans le domaine de l’audiovisuel dont l’agence DL Visuel et Dina Valisoa Ratsisetraina. Ainsi, trois gagnants sont sortis du lot dont deux lauréats primés par le jury et un gagnant élu par le vote du public. En effet, ils ont pu réaliser des meilleures vidéos relatant la beauté de la destination Madagascar. Divers lots ont été attribués à ces heureux gagnants dont un billet d’avion TTC (Toutes Taxes Comprises) Tana-Paris-Tana et deux billets d’avion TTC Tana-Maurice-Tana, et ce, grâce à un partenariat avec la compagnie aérienne Air Madagascar. Notons que ces trois meilleures vidéos primées, dans le cadre de ce concours, peuvent être visionnées sur la chaîne YouTube « Madagascar Tourism Board », a-t-on appris. Notons que ce concours organisé par l’ONTM a marqué la clôture de la célébration de son 15e anniversaire.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana amin’ny resaka volamena : Lehilahy iray voasambotry ny polisy teny Ankorondrano

Efa maro no efa lasibatr’ireo olon-dratsy. Eny an-dalana eny mantsy izy ireo no mitily izay olona mora rebirebena sy jonoina na io amin’ny resaka vato sarobidy na io resaka volamena. Raha ity lehilahy iray voasambotra tetsy Ankorondrano ity izao dia efa nahatratra hatrany amin’ny 28 tapitrisa ariary tany ho any no efa azony tamin’iny taon-dasa iny fotsiny.

Ny fomba fiadin’izy ireo : olona iray mody milaza fa tambanivohitra no mindrana finday amin’izay olona tiany atao lasibatra. Milaza izy fa tsy manana finday kanefa misy olona mifanao fotoana aminy, izay mazàna dia lazain’izy ireo fa terantany vahiny. Mitabataba mafy ireo olona ireo (ilay mpisoloky sy ilay vazaha anaty finday) rehefa miresaka ary ataon’izy ireo henon’ilay olona mpampindrana finday mihitsy fa hoe bizina volamena no resahan’izy ireo ary ilay tambanivohitra dia mitondra volamena tokony alain’ilay terantany vahiny. « Eo no miainga ny fisolokiana satria milaza ilay olona miteny vazaha fa tsy afaka miakatra tampoka maka ilay entana fa ilay olona aloha no manome vola ilay rangahy ka any amin’ilay olona manome vola indray no halainy ny entana ary hampitomboany ny vidin’ilay volamena rehefa tonga maka ilay entana izy » hoy ny tati-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena. Zovy amin’izany tokoa moa  no tsy ho roboka raha misy ihany ny eo am-pelan-tanana ? Rehefa lasa ny vola, azo ny entana ary rehefa ela ny ela, tsy nisy akory ilay terantany vahiny nilaza ny hividy an’ilay volamena vao tonga saina ilay voasoloky. Raha nahazo volamena tena izy moa naninona fa ny loza amin’ny atambo dia hosoka ihany koa ity volamena nosandaina tamin’ny vola tena izy, rehefa nentina tany amin’ireo teknisianina mpitily izany.

Naharay fitarainana maromaro mahakasika izany tranga izany ny teo anivon’ny pôlisim-pirenena misahana ny heloka bevava ary saika ity lehilahy voasambotra no voalaza fa tompon’antoka tamin’ireo. Ny voalohandohan’ny herinandro teo dia tsikaritra ho nihaodihaody teny amin’iny faritra Ankorondrano Andrefana iny io lehilahy io ary nidinan’ireo pôlisy teny an-toerana. Tra-tehaka teny tokoa ny anao lahy izay mbola niaraka tamin’ireo vovo-bolamena sandoka famitahany olona. Voalaza fa teo am-pitadiavana izay ho hazany mihitsy ranamana no izao voasambotra izao. Marihana fa efa nigadra ity lehilahy ity ary dia izao miverina manao asa ratsy izao indray. Omaly moa io mpisoloky rain-dahiny io no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana. Mbola mitohy amin’ny fitadiavana ilay mpiray tsikombakomba aminy (ilay mody milaza fa terantany vahiny) kosa ireo mpitandro filaminana amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Pancrace : Les héros accueillis par leur parrain

Les combattants en apportant leur ceinture auprès de leur parrain.

De retour au pays. Les athlètes malgaches ayant participé au Challenge Fight Pancrace de l’Océan indien, cinquième édition, ont été accueillis hier par le parrain de la Commission malgache de pancrace et submission (CMPS), le vice-ministre en charge des Nouvelles Villes et de l’Habitat, Zasy Angelo à Anosy. Ils étaient accompagnés par le Secrétaire général de la commission, Eric Randriamanantena et le président du comité Analamanaga, Mely Zafindranaivo. Très heureux, le ministre a vivement remercié les combattants pour ce bon résultat. « Même si le pancrace n’a pas encore de fédération, les résultats s’affichent bien dans l’histoire du sport de combats malgache. On voit votre motivation et vos efforts et en tant que parrain de cette discipline, je serai toujours à vos côtés pour vous aider en toutes circonstances et vous encourage d’aller plus loin pour défendre l’honneur de Madagascar », a-t-il déclaré. Le trophée de la meilleure équipe que les combattants a remporté à La Réunion a été remis au vice-ministre. Ainsi, c’était l’occasion pour le SG de parler de leur prochain programme après cette rencontre internationale. D’ailleurs, une bonne nouvelle s’annonce, puisqu’ après sa victoire, Jocelyn Rasolomampionona est le premier Malgache champion en combat pro du pancrace. Il est qualifié et devrait participer à un combat international en France dans quelques mois.

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

La Ruche Analakely 

Une cinquantaine de toiles exposées 

Il fait à nouveau parler de lui. Zouzar expose ses œuvres pendant une vingtaine de jours chez la Ruche Analakely,  le vernissage a eu lieu jeudi 5 mars dernier. Plus de 50 tableaux y seront présentés. Le peintre fera connaître son univers pictural au public. De nouvelles toiles seront exposées lors de l’évènement. Des scènes de la vie quotidienne – images d’enfants, de femmes, … – dans des instantanés vifs et colorés.  Des scènes illustrés à travers les œuvres de ce jeune homme de 33 ans.   On voit de temps en temps sur ses toiles ; de la peinture, de la terre rouge, du raphia. Un style atypique et inventaire de l’artiste.  Effectivement, l’emprunt de la culture  indienne se remarque dans ses œuvres.

AFT

Débat sur l’environnement avec les universitaires 

La phase éliminatoire du sixième tournoi inter-universitaire de débat en français se déroulera ce jour à l’Alliance Française Andavamamba à partir de 9 heures. « Des mots face aux maux de l’environnement » tel est le thème choisi pour cette compétition.

IFM 

« No Karaoké » à la Gad Bensalem 

Après la chanteuse Kristel, c’est au tour de l’artiste Gad Bensalem de répondre à l’invitation de l’IFM. Créer, confronter les œuvres et les idées, inviter des artistes complices et revisiter les espaces de l’IFM, « UN JOUR, UN ARTISTE » est conçu comme un laboratoire éphémère dans lequel le public déambule à travers les propositions pluridisciplinaires et l’univers d’un artiste : spectacles, installations in situ, performances, lectures, projection de film, concert… Gad Bensalem orchestre et signe cette journée « No Karaoké ».

Concert 

 Danse et musique au CGM Analakely 

la célébration de la Journée mondiale de la femme sera fêtée avec un concert donné par deux jeunes femmes : JAHMITASCAR, une danseuse urbaine qui a lancé des chansons en reggae et dancehall avec KyàLaa. A travers leur style, les deux artistes mettent en valeur la culture malgache.

 

Trass Tsiadana 

Fara kely anticipe la célébration de la journée mondiale de la femme

Farakely bercera ses inconditionnels avec sa voix mélodieuse ce jour au Trass Tsiadana à partir de 16 heures. La célébration de la Journée mondiale de la femme sera anticipée par cette chanteuse. Evidemment la fête sera animée par le soul, le funk teintés de sonorité gasigasy.

Maminirina Rado / Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Thierry Rakotonarivo : Le numéro 2 de la CENI menacé de destitution

Le vice-président de la commission électorale, Thierry Rakotonarivo, va être fixé sur son  sort d’ici peu. Le président de la commission a saisi la Haute cour constitutionnelle pour le destituer. Les motifs de « faute grave et violation de serment » sont évoqués.

L’information sur les numéros de carte d’identité nationale a pris l’effet d’une bombe. Et Thierry Rakotonarivo, vice-président de la commission et non moins auteur de la diffusion de ces informations du vendredi 28 février dernier, risque de le payer cher. Suivant les dispositions de l’article 28 de la loi n° 2015 – 020 relative à la Commission Électorale Nationale Indépendante, le président de la commission électorale, Hery Rakotomanana, a saisi la Haute cour constitutionnelle pour demander la destitution de son vice-président. Thierry Rakotonarivo est reproché d’avoir commis une « faute grave et violation de serment ». Selon le site de la Cour constitutionnelle, la requête a été déposée le jeudi 05 mars dernier.

Danger. Cette demande de destitution semble avoir un lien avec la divulgation d’information sur les doublons de cartes nationale d’identité. Le vice-président de la commission électorale a annoncé que 1.162.512 électeurs sont concernés par des numéros de carte nationale d’identité identiques. Depuis, la commission a attiré les foudres de la classe politique. Partisans et opposants du régime ont réclamé sa dissolution. Mercredi dernier, sentant le danger qui guette son entité, Hery Rakotomanana est monté au créneau pour essayer de calmer la grogne et sauver la face. Du côté d’Alarobia, il n’est pas question que l’unanimité de la classe politique pour la dissolution de la commission passera à l’acte. Les chiffres avancés par Thierry Rakotonarivo ont été « mal interprétés par certaines personnalités qui parlent aujourd’hui de manipulations électorales à partir de ces faits lors des dernières élections qui se sont déroulées au pays », a déclaré le président de la commission électorale.

Impossible. Le président de la Commission électorale n’a pas alors démenti ni l’existence des numéros identiques de carte nationale d’identité ni les chiffres avancés par son vice-président. Et d’après une source proche du dossier, l’existence de ces doublons pourrait être vérifiée au niveau du fokontany. Pourtant, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, qui est en charge de la gestion des cartes nationales d’identité soutient urbi et orbi qu’il est « quasiment impossible » de croire à l’existence de ces millions d’électeurs concernés par des numéros de carte nationale d’identité identiques, tel qu’il a été annoncé par le vice-président de la commission électorale. Tianarivelo Razafimahefa quant à lui, veut alors diligenter une enquête pour avoir des éclaircissements sur ces chiffres qui incriminent son ministère.

Débat. L’accusation du président de la commission électorale contre Thierry Rakotonarivo pèse lourd et la Cour constitutionnelle est sollicitée pour statuer sur le sort de ce dernier dans les jours qui viennent. La balle est donc dans le camp d’Ambohidahy. Les feux des projecteurs vont être orientés sur Jean Eric Rakotoarisoa et les huit autres juges constitutionnels. Néanmoins, la qualité de Hery Rakotomanana dans cette requête pour destitution fait déjà débat. « La Commission électorale n’est pas une institution de la République et son président n’a pas les qualités requises par la Constitution pour saisir la Cour constitutionnelle », analyse un juriste. Thierry Rakotonarivo, quant à lui, assume ses responsabilités dans cette affaire. Joint au téléphone hier, il a rétorqué : « mes objectifs ont été de mobiliser les citoyens à vérifier au niveau du fokontany leur numéro de carte d’identité nationale, afin qu’on puisse corriger les erreurs. Pourtant, l’information a été mal interprétée et l’opposition m’a fait dire ce que je n’ai jamais dit. Mais j’assume. Et je suis prêt à respecter la décision de la Haute cour constitutionnelle », conclut-il.

Rija R.