Les actualités à Madagascar du Mardi 07 Mars 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar588 partages

Cyclogenèse – Enawo menace Antananarivo

Le cyclone tropical Enawo pourra être celui qui menace sérieusement Madagascar. Il risque même de toucher Antananarivo.

Devenu cyclone tropicale intense, Enawo sera prévu menacer Antananarivo, le mercredi 8 mars et jeudi 9 mars. Selon le bulletin cyclonique spécial de la direction générale de la météorologie, hier à 15h30, elle se trouvait à 300 km au Nord-Est d’Anta­laha. « Elle est accompagnée d’un vent de 170 km/h et d’une rafale de 240 km/h. Elle se déplace suivant la direction vers l’Ouest Sud-Ouest avec une vitesse de 10 km/h », selon le chef prévisionniste de la direction générale de la météorologie à Ampan­drianomby, Nomen­janahary Andrian­jafinirina.Le responsable a poursuivi qu’Enawo s’intensifie jusqu’à ce qu’elle touche la Grande île plus précisément entre Antalaha et Foulpointe en allant vers les Hautes Terres centrales (HTC), mercredi. Enawo entrera à Ambohitralalana (Antalaha) ce matin à 9h. Vers 17 h, il se dirigera vers Antsiatsia, Marontandrano, Maroadabo, Antanime­nabaka – Andila­mena, Amparafaravola, Anjozorobe, Sadabe, Anta­nanarivo (mercredi à 2h), Soamanandrariny, Antsirabe et Ambositra. « Un danger imminent (alerte rouge) est annoncé pour Sava et Analanjirofo, depuis hier. Les usagers de la mer sont ainsi priés de cesser toute activité surtout entre Toamasina et Antsiranana. Les écoliers, lycéens, étudiants ainsi que les travailleurs sont priés de rester chez eux dans un endroit sûr dans ces régions précitées », poursuit-il.Selon le bulletin cyclonique de la météo, en raison de l’approche et l’atterrissage prévu de Enawo, Sava et Analanjirofo sont menacés par des fortes pluies.

Alerte cycloneLe vent s’intensifie et l’anticyclone persiste en causant encore une hausse de température dans les HTC dont la température maximale est de 28° C. « Les HTC sont prévues recouvertes de pluies abondantes le soir (hier) jusqu’à mercredi. Un avis de menace (alerte jaune) pour Diana, Sofia, Alaotra Mangoro et Atsinanana et un avis d’avertissement (alerte vert) pour Boeny, Betsiboka, Bongolava, Analamanga, Itasy, Vakinan­karatra, Amoron’i Mania et Vatovavy Fitovianany», selon toujours le responsable. Après Enawo, un autre cyclone est en cours de formation à 2 000 km à l’Est de Toamasina.

Fanomezana Rasolomahery / Mamisoa Antonia

Orange Madagascar521 partages

Semblable à Ivan et Gafilo, Enawo peut affecter 720.000 personnes

L’intensité du cyclone tropical Enawo laisse à penser que les risques de dégâts majeurs sont actuellement élevés, et l’un des pires scénarios du plan de contingence national est à prendre en considération selon le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC).

Enawo est comparable à Ivan (2008), Gafilo (2004) compte tenu de son intensité à l’entrée et compte tenu du niveau de vulnérabilité socio-économique et l’augmentation de la population. Se référant au plan de contingence national, 720.000 personnes pourraient seront affectées directement ou indirectement.

Toujours selon le scénario, 5% des routes nationales et 30% des routes secondaires seront impraticables, et près de 00 ponts (toutes catégories) peuvent être endommagés et temporairement non fonctionnels, entrainant l’isolement de près de 450.000 personnes issues de 30 communes.

Des équipes de coordination d’urgence du BNGRC sont d’ores et déjà prépositionnées dans les zones stratégiques : Antalaha, Fenervie Est, et Antsohihy. Ces équipes auront pour rôle de faciliter les secours/interventions d’urgence et les activités de coordination/gestion des informations, mais aussi de coordonner l’arrivée des équipes d’évaluation  

Le système atteindra Madagascar entre Antalaha et le Cap Masoala ce 7 mars 2017 entre 9heures à 12heures. Avec des effets vents forts attendus, sur la partie Sud de l’œil, c’est-à-dire de Foulpointe à Cap Masoala, et autour de l’œil, soit pour les district d’Antalaha, Maroantsetra, Mananara-Nord, Soanierana Ivongo, Sainte Marie et Fénérive Est.

Il atteindra la Région d’Alaotra Mangoro, le  8 Mars au stade de Forte Tempête Tropicale (vents entre 85km/h et 117km/h), et Antananarivo, le 9 Mars au stade de Dépression Tropicale (vent inférieur à 63km/h).

En charge d’assurer la coordination des stratégies nationales de Gestion des Risques et Catastrophes (GRC), le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a commencé à déployer les réponses humanitaire opérationnalisée à travers le Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophes (CRIC).

Renaud R.

L'express de Madagascar336 partages

Mahajanga – Un logiciel pour objets égarés

La mairie de la Cité des Fleurs a créé une application pour Android permettant de retrouver les objets oubliés dans les taxis-motos. Moins de tracas pour les tête-en-l’air.

Une grande première dans les annales du transport moto tricycle (TMT). Une nouvelle application pour Android vient d’être créée par l’équipe du maire de la commune urbaine de Mahajanga, le 1er mars dernier et disponible à partir d’un téléchargement par Play Store pour retrouver les objets perdus dans les taxis-motos ou tricycles à Mahajanga.Il faut alors de bien jeter un coup d’œil sur le numéro de l’autocollant affiché sur le taxi jaune. Le propriétaire de l’objet perdu peut ainsi appeler le numéro de téléphone dans l’application TMT, qui correspond à l’autocollant.  Pour télécharger l’application, il suffit juste de taper « ville de Majunga».Les numéros de téléphone appartiennent aux propriétaires des tricycles. Ils aviseront immédiatement les chauffeurs concernés, le cas échéant. De fait, de nombreuses plaintes et réclamations sont déposées presque chaque jour par des clients distraits qui oublient des sacs de voyage, des téléphones portables ou d’autres objets dans ces bajajs.Une fois, une dame qui sortait du temple protestant de Tsaramandroso ambony a oublié son sac à main sur le siège, un dimanche matin.

Site internetElle avait la somme de 160 000 ariary dans son sac, Une autre fois, un homme qui venait de débarquer d’un taxi-brousse venant de la capitale a pris un tuc-tuc avec trois valises. Un de ces bagages a été oublié dans le taxi-moto. Malgré les annonces effectuées sur les chaînes télévisées, la valise n’a jamais été restituée. Tant d’autres objets de valeur dont des ordinateurs portables ont également disparu dans ces TMT.Par ailleurs, le maire Mokhtar Andriantomanga a déclaré la mise en réseau numérique des bureaux, pour bientôt.« La commune urbaine de Mahajanga se prépare pour le numérique à travers le projet de mise en réseau de tous les bureaux jusque dans ceux des 26 fokontany. Un site internet et des applications mobiles sont prévus », a déclaré le Premier magistrat de la ville de Mahajanga.Le nom du domaine www.majungaville.mg est déjà acquis.Mahajanga est la première ville au monde et à Madagascar à utiliser également le système de mobile banking pour le recouvrement des impôts et taxes, depuis le mois d’octobre 2016.

Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara260 partages

Enawo : Le cyclone va toucher terre entre Cap Masoala et Antalaha

Le cyclone Enawo devrait toucher terre entre Masoala et Antalaha ce jour.

L’entrée en terre du cyclone Enawo étant imminent, des mesures d’urgence sont prises par le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes pour limiter les dégâts aussi bien en termes de matériels qu’humains.

« Enawo continue sur sa trajectoire vers les hautes terres et touchera terre ce jour entre Antalaha et Masoala entre 9h et 12 » : messages forts du bulletin spécial de la direction générale de la météorologie de Madagascar hier. Entraînant des vents avec des rafales de 140km/h, il met les régions de Diana, SAVA, Sofia, Alaotra Mangoro en alerte rouge. Tandis que les régions d’Itasy, d’Analamanga et d’Amoron’i Mania sont en alerte verte. Etant donné l’ampleur des risques encourus par le pays, notamment les zones concernées, tous les acteurs sont mobilisés pour minimiser les dégâts lors de ce fameux passage.

BNGRC. A l’instar du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) qui a dépêché des équipes d’interventions depuis samedi dernier vers Antalaha, la région Sofia et Analanjorofo. Une initiative qui tenterait de limiter les dégâts aussi bien humains que matériels d’après le secrétaire exécutif du BNGRC, Venty Thierry lors d’un point de presse organisé à l’occasion du passage d’Enawo hier. Se voulant rassurant, ce responsable d’affirmer que « la trajectoire dudit cyclone concerne les régions de Madagascar qui ont bénéficié du plan de contingence régional mis en place par le Bureau ». Ce qui voudrait dire que « les populations locales devraient être à même d’adopter les bons gestes pour faire face aux catastrophes ».

Sites d’hébergement. Cinq sites dans la capitale malgache sont mis en place depuis 9 mois. Interrogé sur les lieux de ces sites, le secrétaire général du BNGRC est resté évasif. « Les lieux des sites d’hébergement seront communiqués en temps voulu » a-t-il fait savoir. Argumentant que « les responsables auprès des districts ainsi que des communes sont au courant des positions de ces lieux. Toutefois, « Le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes est actuellement en train de se mobiliser pour les réactiver » a-t-il enchéri. Etant donné l’ampleur des risques, l’on se demande alors le pourquoi de ce suspense quant au positionnement des sites d’hébergement.

José Belalahy

Midi Madagasikara125 partages

Logistique Pétrolière S.A. : Un programme « contrat d’apprentissage » pour les jeunes diplômés

Lors de l’accueil des étudiants apprentis.

Logistique Pétrolière S.A ou LPSA a initié cette année un programme  « contrat d’apprentissage » au bénéfice des jeunes diplômés. Dans ce cadre, l’entreprise a accueilli à son siège social à Ankorondrano, le premier groupe d’Apprentis composé de six jeunes nouveaux diplômés des écoles d’ingéniorat de l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo et de l’Institut Supérieur de la Technologie d’Antsiranana. Cette cérémonie d’accueil a été marquée par la présence du Directeur Général du Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle, du Directeur Général du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales, des Représentants des écoles partenaires, ainsi que des membres du Conseil d’Administration, du Comité Directeur de la Société et de son personnel.

Missions. Ce programme d’apprentissage d’une durée de 12 mois est ouvert aux nouveaux diplômés du système de l’enseignement supérieur. Les missions proposées peuvent concerner tous les métiers opérationnels. Elles peuvent se dérouler aussi bien au Siège que dans les dépôts de LPSA. Pour ce premier groupe d’Apprentis, une formation théorique d’une semaine sur les fondamentaux du métier pétrolier leur a été dispensée avant leur immersion de 3 semaines sur un site industriel et se terminera par une mise en situation de 11 mois sur un poste d’affectation. Ces contrats d’apprentissage seront proposés chaque année par Logistique Pétrolière aux jeunes diplômés en vue de leur donner l’opportunité d’acquérir des compétences professionnelles qu’ils pourront valoriser soit chez LPSA soit sur le marché de l’emploi. Notons que cette entreprise est un acteur important du secteur pétrolier aval Malagasy. Avec son réseau de 23 dépôts répartis sur l’ensemble du territoire, LPSA est présente dans toutes les régions de Madagascar pour assurer sa mission de gestion de stockages et de transport massif des hydrocarbures.

Navalona R.  

Midi Madagasikara105 partages

Toliara : La premiere decharge en service

La première livraison de la première décharge de Tuléar

Inauguré le 14 décembre dernier par le président de la République Hery Rajaonarimampianina, le nouveau « Centre de Stockage et Valorisation de déchets » de Toliara a reçu le 1er mars sa première livraison d’ordures ménagères et va désormais pouvoir fonctionner à plein régime.

A partir de maintenant, 40 à 80 tonnes de déchets vont être livrés quotidiennement à Aboriha, commune de Belalanda au nord de Toliara. Des déchets qui proviennent des bacs à ordures et de l’action journalière de nettoyage de la ville de Tuléar. Ce premier déversement d’ordures à Aboriha a réuni les autorités de la ville comme le chef de Région Rabe Jules, le maire de Toliara, Jean Rabehaja et le maire de Belalanda Jules Badeake ainsi que l’équipe du projet PASSAT de l’ONG Welthungerhilfe au cours d’une cérémonie symbolique et hautement importante puisqu’à partir de ce jour la pratique de déchargement sauvage dans le site de Tsongobory s’achève définitivement. Et le CSVD va pouvoir transformer les 80% des déchets en produits valorisés, comme du compost, des briquettes etc. La partie de ces déchets qui ne pourra pas être valorisée, estimée à peu près à 20%, sera, quant à elle, enfouie dans des bassins prévus à cet effet.

Perspective. Suite au démarrage officiel du CSVD, le projet PASSAT compte effectuer, prochainement, une réhabilitation du site de Tsongobory qui reçevait de manière sauvage les ordures urbaines de Tuléar depuis plus de 20 ans avec des effets très négatifs sur la vie des populations riveraines et sur l’environnement. Encore un objectif atteint signé par l’équipe gagnante de WHH et de la Commune urbaine de Toliara dans le cadre de la mise en place du Projet PASSAT pour l’amélioration de la condition d’hygiène, propreté et santé publique ainsi que la protection de l’environnement. Un centre qui va aussi créer de l’emploi et participer au développement économique de la région Sud-Ouest.

Charles RAZA, correspondant à Toliara.

Midi Madagasikara105 partages

Gare routière d’Andohatapenaka : Lalao Ravalomanana suspend les travaux de clôture

Les risques d’inondation sont réels pour les habitants d’Andohatapenaka.

Pour l’intérêt de la population environnante et le respect des procédures légales, la CUA a ordonné hier la suspension des travaux de clôture en cours à Andohatapenaka.

La Commune urbaine d’Antananarivo a constaté deux « infractions » hier à Andohatapenaka. Elles sont notamment liées à l’absence d’autorisations délivrées par la CUA, non seulement sur les remblais du terrain prévu pour la construction d’une gare routière, mais également sur les travaux de clôture dudit terrain. « Le remblayage du terrain n’a pas obtenu l’autorisation de la CUA. Pire, le terrain en question est une rizière et donc une zone non constructible. Il n’est même pas concerné par le projet de remblai prévu par le plan d’urbanisme directeur de l’agglomération d’Antananarivo, actuellement en vigueur », a expliqué le directeur de l’Urbanisme et du Développement à la CUA, Edison Razafitsihoarana, qui a effectué hier une descente inopinée à Andohatapenaka. Par ailleurs, la CUA a ordonné à l’entreprise SMATP de suspendre les travaux de clôture en cours. « Que ce soit pour une clôture légère ou pour une clôture en dur, il faut l’autorisation de la Commune urbaine d’Antananarivo. Ce qui n’a pas été le cas. », a fustigé ce responsable municipal.

Requête en annulation. Une signification a été faite hier même à la société Total qui utilise SMATP pour la clôture du terrain d’Andohatapenaka. « Nous voulons tout simplement faire savoir à la société Total que le terrain sur lequel elle construit une gare routière est un terrain faisant l’objet d’un litige devant les tribunaux. A ce propos, la Commune urbaine d’Antananarivo a déposé auprès du Conseil d’Etat une requête en annulation de l’arrêté qui prévoit la réalisation des projets présidentiels sur ce terrain qui est encore l’objet des litiges entre l’Etat malagasy et la société Tiko. » a souligné hier Edison Razafitsihoarana. A rappeler que le conseil municipal, par sa délibération du 27 février 2017, a autorisé le maire Lalao Ravalomanana de négocier avec Tiko pour l’élaboration d’une convention de partenariat (Article 21 de la Loi n°2014-018 régissant les compétences, les modalités d’organisation et de fonctionnement ainsi que celles de la gestion de ses propres affaires) qui permettra à la CUA de transférer la fourrière d’Anosipatrana à Andohatapenaka.

Doléances. D’après le directeur de l’Urbanisme et du Développement à la CUA, sa descente sur terrain fait notamment suite aux doléances de la population qui se sent victime des travaux de remblayage « illégal »  effectués sur le terrain d’Andohatapenaka. « Vous avez élu un maire qui s’appelle Lalao Ravalomanana. Elle a le devoir de vous écouter. C’est pour cela qu’elle nous a envoyé ici pour constater de visu les conditions dans lesquelles vous vivez. », a-t-il déclaré hier devant un groupe d’individus divisé étant donné que certains sont obligés de quitter leur maison car ils sont déjà indemnisés, et d’autres se plaignent des risques qu’ils encourent en cas de forte pluie. « Le niveau de nos maisons d’habitation est très bas par rapport à celui du terrain remblayé. Une goutte de pluie suffirait donc pour nous inonder. », a déploré hier une mère de famille. Devant les dangers qu’encourent actuellement des dizaines d’individus à Andohatapenaka, le directeur de l’Urbanisme et du Développement à la CUA de lancer un appel : « Il faut respecter les lois en vigueur. Tout travail de remblayage, s’il est autorisé, doit être précédé d’une étude technique menée par des experts. Ce qui n’a pas été le cas à Andohatapenaka. »

Eugène
Tia Tanindranaza104 partages

Andry RajoelinaTsy ho kandida indray ?

Tsy arakaraka ny teny nataon’i Andry Rajoelina ny 12 febroary lasa teo ny fihetsiny amin’izao fotoana izao.

Raha nilaza ny tenany tamin’izay fotoana izay fa tsy misy mahasakana azy tsy hirotsaka, dia nangina sy tampina tanteraka ny vavany ankehitriny. Tsy hay na noho ny resaka efa niely tamin’ny haino aman-jery vitsivitsy taorian’iny fa hoe misy ny mikasa hamono azy, ka naleony nangina sy tsy niteny intsony. Efa nisy feo nivoaka mihitsy aza fa mety tsy hilatsaka ho fidiana filoham-pirenena amin'ny 2018 ny lehiben'ny vondrona Mapar.

         Tsy fantatra mazava na mbola eto an-tanindrazana i Andry Rajoelina na efa lasa nandositra any ivelany mihitsy noho iny resaka iny. Raha tsiahivina dia 2 andro taorian’iny fanambarany iny, izany hoe ny 14 febroary no nivoahan’ny didim-pitsarana manameloka ny kolonely Lylison tanan-kavanany, higadra herintaona an-tranomaizina. Taty aoriana ihany koa dia naongan’ny mpanolotsainy i  Andriantomanga Mokhtar Salim ben’ny tanànan’i Mahajanga, izay lany tamin’ny alalan’ny vondrona MAPAR. Vao andro vitsy ihany koa izay no nisian’ny raharaha Elysé Ratsiraka, ben'ny tanànan'i Toamasina izay nambara ho nanao didin’ny be sandry ka nosamborina, ary tsy fantatra izay niafaran’ny raharaha amin’izao fotoana izao. Tapi-dalan-kaleha tanteraka ny fahitana an’i Andry Rajoelina satria izay hatao maneno sahona avokoa. Ny namana izay ianteherana raha tsy voavidim-bola sy mamadika, dia ataon’ny HVM fahirano, ka izy tenany aza tsy sahy nipoitra sy tsy sahy niresaka intsony, ka toy ny efa nilavo lefona satria tsy hita izay hiantsampazana. Milaza sy manambara ombieny ombieny ny haha kandida azy i Marc Ravalomanana ankehitriny, ary mamerimberina fa tsy misy mahasakana azy izany, mijoro izy ary sahy miteny. Tsy mba toy izany kosa ny an’i Andry Rajoelina fa tsikaritra ho nisintaka tanteraka amin’ny politika mihitsy ary tsy miteny tsy mivolana manoloana ny fahasahiranan'ny firenena sy ny adalana ataon'ny mpitondra.

Toky R

 

Orange Madagascar89 partages

Enawo fait déjà 3 morts, 6 blessés et 468 personnes déplacées

Le premier bilan officiel du passage du cyclone tropical intense Enowa sont déjà assez lourds. Ils font état de 3 morts, 6 blessés, 468 personnes déplacées dans le Nord-est. Les vents forts et les pluies torrentielles sont ressentis dans toutes les régions de Sava, Sfia, Analanjirofo et la partie Nord d’Alaotra Mangoro.

Le systéme engendre un vent moyen de l’ordre de 203km/h et une rafale de 300km/h. Son déplacement est vers l’Ouest avec une vitesse moyenne de 5km/h.

Concernant la date de basculement de l’alerte jaune en rouge pour Antananarivo, elle serait probablement prévue au matin du 08 mars 2017 selon le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC).

 

 

Madagascar Tribune85 partages

Naissance du mouvement de contestation « Insécurité kidnapping Aok’izay »

Viral, tel est le mot pour qualifier la propagation de l’initiative « Insécurité kidnapping aok’izay » hier sur le réseau social Facebook. Il s’agit d’une plateforme de contestation mis en place grâce à l’association d’une trentaine de groupement issue du secteur privé, plusieurs syndicats de travailleurs et de organisations de la société civile. L’engouement des internautes pour cette initiative s’explique par le ras-le-bol généralisé de l’insécurité.

Depuis le début de l’année, les cas d’attaque à main armée, de cambriolage, de kidnapping se sont multipliés sans que les autorités ne puissent y apporter de solutions concrètes. « La multiplication des actes de violences quotidienne, le développement de l’industrie du kidnapping et la généralisation de l’insécurité, qui ont connu une progression impressionnante ces dernières années ont poussé les organisations de la société civile, du secteur privé et les syndicats de travailleurs à se regrouper, pour, ensemble, dénoncer cette situation », peut-on lire dans le communiqué de presse conjoint faisant état de la création de cette plateforme. Cette plateforme viserait dans un premier temps à interpeller les autorités sur la question de l’insécurité afin d’aboutir à une table ronde qui mènerait à des mesures et des actions concrètes avec un chronogramme de mise en œuvre. Les membres de cette plateforme seraient disposés à apporter des solutions.

Manifestation

Dans l’attente de cette table ronde et afin de provoquer une réaction de la part des responsables étatiques, la plateforme « Insécurité kidnapping Aok’izay » mettra en œuvre une mobilisation citoyenne pour ce jeudi 8 mars. Une manifestation sonore sera mise en œuvre avec un appel lancé à tous les citoyens malgache afin de soutenir l’initiative. « Il est demandé à tous les habitants de Madagascar qui se sentent concerner par le problème d’insécurité de le manifester bruyamment le jeudi 15 mars entre 12h et 12h05. C’est ainsi que les usines actionneront leurs sirènes, les églises feront sonner leurs cloches, les véhicules de transports en commun, les taxis et les véhicules privées klaxonneront, les citoyens se manifesteront par toute forme de bruit », souligne toujours le communiqué. D’autre part, les forces de l’ordre seront également impliquées à travers la distribution de flyers pour une responsabilisation et une prise de conscience de leurs parts sur leurs responsabilités. La question reste celle de la réactivité des dirigeants qui jusqu’ici sont incapables d’apporter des résolutions concrètes au problème malgré une augmentation conséquente du budget alloué aux forces dans la loi de finances 2018.

Midi Madagasikara80 partages

SAMVA : Salaire des éboueurs à 250 000 ariary par mois

Le DG de la SAMVA Ratolonjanahary Damy Jean-Baptiste en pleine discussion avec les employés de la dite société.

Suite à la récente grève des éboueurs du Service Autonome de Maintenance de la Ville d‘Antananarivo (SAMVA), les dirigeants de cette société ont réagi. Ces employés se plaignent notamment qu’ils sont mal payés, pourtant leur tâche n’est pas des moindres. Ils revendiquent ainsi une hausse de leur salaire. D’après les explications du DG de cette société, Ratolonjanahary Damy Jean-Baptiste, SAMVA compte 600 employés et que depuis mars 2016, ils étaient payés à 540 ariary par heure. Avec 8h de travail dans la journée, ils gagnaient ainsi 4 320 ariary par jour. Notons qu’un employé travaille 24h d’affilée et un repos de 48h, soit 10 jours de temps de travail par mois. En faisant le calcul, il gagne ainsi 43 200 ariary par mois. Un salaire insignifiant, soit dit en passant. Et c’est peut-être la raison de cette augmentation de salaire, à partir de mars 2017, à raison de 740 ariary par heure. Mais, après la grève de deux jours des éboueurs, il y avait encore eu une révision à la hausse du salaire des employés qui passait à 897,60 ariary. Puis finalement, ils auront droit à 250 000 ariary par mois, à partir de ce mois-ci. Est-ce due à la pression des éboueurs de ces derniers temps ? Toujours est-il que le salaire des ces derniers n’a cessé de grimper, et ce, en l’espace de quelques jours.

Recueillis par Dominique R.

Orange Madagascar70 partages

Premier bilan de Nosy Be suite au passage d'Enawo

A Nosy  Be, l’entrée du cyclone tropical intense Enawo sur le territoire malgache a causé des dégâts sur son passage. Depuis la nuit d’hier, il a entrainé des pluies diluviennes qui ont provoqué des crues des rivières et des lacs.  Depuis 9h00 du  matin , les vents ont doublé d’intensité et ont provoqué  beaucoup  de dégâts.

Des arbres et un poteau de la Jirama  ont été déracinés, des cultures inondées, la mer agitée, l’érosion des plages, des infrastructures détruites tels sont  le premier bilan  du  passage d’Enawo  sur l’île  aux parfums.

Depuis le début  d’après-midi ce 7 mars, les magasins  étaient  fermés dans Hell-ville et  la population a commencé à déserter  les rues. La Jirama a volontairement coupé l’électricité  en ville par sécurité. En cette fin d’après-midi, la pluie tombe encore abondamment avec des rafales de  vent.

Par ailleurs, toutes festivités liées à la célébration régionale de la journée de la femme  sont  annulées. Des centaines de femmes venant  des districts sont  ainsi bloquées à Nosy Be. Aucune embarcation n’est  autorisée à traverser car  la mer est extrêmement agitée. 

Madagascar Tribune58 partages

Succession d’inaugurations pour le Président Hery Rajaonarimampianina

La période de la pré-campagne électorale est très active pour régime actuel, les inaugurations d’infrastructures qui commencent à se succéder en attestent.

Hier, le président de la République a inauguré le service d’urgences pédiatriques du Centre hospitalier universitaire de Befelatanana (CHUJRB). Ce service se compose des urgences pédiatriques proprement dite, d’une unité de soins intensifs, d’un service de réanimation néonatale, mais également d’une aire de jeux qui entrerait dans l’effort d’humanisation des hôpitaux entamé par la première dame Voahangy Rajaonarimampianina. Le couple présidentiel a également offert des équipements, fruit de leur contribution souligne-t-on au niveau de la Présidence.

Aujourd’hui, Hery Rajaonarimampianina va également inaugurer les aménagements autour du Lac Anosy. Un projet initié par les jeunes du HVM et le Ministère auprès de la présidence en charge des projets présidentiels. Des travaux qui rappelons-le avait entrainé une discorde entre l’Etat central et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Quoi qu’il en soit, la pré-campagne est bel et bien lancée pour le régime. L’on sait également que du côté de l’opposition, les préparatifs vont bon train. La réplique ne saurait tarder du côté du MAPAR dont le leader Andry Rajoelina aurait d’ailleurs reçu le soutien des membres du groupement politique Armada.

Midi Madagasikara57 partages

Analanjirofo : Trafikana basy sy vola sandoka, zandary roa nosamborina

Zandary roa miasa eo anivon’ny Vondro-tobim-pileovana Analanjirofo no nosamborina tany amin’iny faritra Analanjirofo iny ny faram-paran’ny volana febroary teo. Antony, fikasàna hanao trafika fitaovam-piadiana mahery vaika sy fanaovana vola sandoka. Araka ny efa noahiahian’ny rehetra tokoa ny amin’ny firaisan’ireo mpitandro filaminana sasantsany tendro amin’ity resaka fiparitahana fitaovam-piadiana mahery vaika ity dia io tokoa fa nitranga izany. Basy « kalach » iray, niaraka tamina bala maromaro niampy vola sandoka eo amin’ny iray hetsy mahery teo ho eo no saron’ny zandary avy ao amin’ity vondron-tobim-pileovan’ny zandary ity tany amina telolahy. Ny iray tamin’ireo, izay sivily, dia efa hikoizana tanteraka amin’ny resaka asan-jiolahy. Zandary am-perinasa kosa ny roa. Araka ny fantatra dia nolazaina fa very ity basy « kalach » ity, raha nentina nanaovana iraka. Satria fananam-panjakana ary fitaovam-piadiana mahery vaika no tsy hita tampoka teo, dia nanokatra fanadihadiana avy hatrany ireo tompon’andraikitra. Tsy niandry ela akory dia nivaly izany. Hita tao an-tranon’ireto mpitandro filaminana nihoam-pefy ireto mantsy izany fitaovam-piadiana izany tamin’ny fisavàna ny tranony. Ambonin’izay, dia mbola nahitàna bala maromaro ihany koa tao amin’izy ireo. « Tsara anefa ny manamarika fa talohan’ity tranga ity dia efa nisy ny fiaraha-miasa niarahana tamin’ny “Section de recherche” ao Toamasina izay nahazahoam-baovao ka  nahatratrarana vola sandoka iray alina miisa 11 mitentina 110.000 Ariary sy tapaka vody basy tamin’ireto zandary ireto, nandritra izany fisavana natao tao an-tranony. Tsy nahitana irony milina fanontana vola irony kosa anefa tao aminy » hoy ny fampitam-baovao. Efa nolazain’ireo tompon’andraikitra ambony ao amin’ny zandarimariam-pirenena ombieny ombieny fa tsy handefitra mihitsy izy ireo mahakasika ireo olom-peheziny mivaona amin’ny lalana tsy tokony ho izy sy tsy manaraka ny iraka tokony nampanaovana azy. « Na dia zandary aza no voarohirohy amin’izao raharaha izao dia tsy maintsy ampitoviana amin’ny olona rehetra nandika lalàna ka misy ny fisamborana, fanadihadiana ary fanolorana azy eny amin’ny Fitsarana, izay hosahanin’ny “Section de recherche” Tamatave, mba hofampiharana ny fanamby napetraky ny komandin’ny zandarimariam-pirenena, amin’ny fanadiovana atao ao anatin’ity zandarimariam-pirenena ity».

m.L

Midi Madagasikara56 partages

138 recrutements à l’Assemblée nationale : Le Bureau permanent accusé de népotisme et de clientélisme

Avec l’arrivée de ces nouveaux agents, la Chambre Basse fait face actuellement à un problème de sureffectif.  

Le Bureau permanent de l’Assemblée nationale est de nouveau pointé du doigt. En effet, les membres du personnel de la Chambre Basse montent au créneau face aux derniers recrutements décidés au niveau du Bureau permanent. Une décision considérée au niveau du personnel comme « un forcing de l’instance dirigeante dirigée par le président Jean Max Rakotomamonjy ». Selon nos sources, 138 nouveaux employés viennent d’être recrutés à Tsimbazaza. 108 auraient signé leur contrat de travail vers la fin du mois de décembre 2016 tandis que 30 autres ont été recrutés début février. Tous les services ont eu droit à de nouveaux agents. Pour ne citer que le service Administrative et Financière, le Service en charge des Bases de données, le Service des Affaires générales, le Service Soldes et Indemnités, le Service en charge du Budget, de la Comptabilité financière et de l’Approvisionnement, le Service en charge des Ressources humaines, la Direction de la Législation, la Direction de la Logistique, le Service de la Gestion du Park automobiles, le Service de la Documentation et des Archives et le Service du Jardin. Parmi les personnes nouvellement recrutées figurent des hauts fonctionnaires, une vingtaine de chauffeurs et plusieurs jardiniers. Pourtant, quand on vient à Tsimbazaza, l’on ne remarque aucun changement et aucune amélioration en ce qui concerne notamment le jardin.

Procédure légale. Pour ces 138 recrutements, certains employés accusent le Bureau permanent et les députés de népotisme et de clientélisme. Les recrutements n’auraient pas respecté la procédure légale relative aux recrutements des fonctionnaires. Aucun avis de recrutement, ni avis de concours n’aurait été publié. Le personnel accuse le Bureau permanent et les députés d’avoir organisé en catimini, ou enfin presque, les recrutements. Par ailleurs, bon nombre des nouvelles recrues ne disposeraient, ni les diplômes, ni la compétence, et encore moins l’expérience requise pour accéder au Corps des fonctionnaires. « L’instance dirigeante de la Chambre basse a favorisé leurs candidats… Sur les 138 employés qui ont signé leur contrat de travail, une dizaine seulement a été proposée par le personnel », martèle-t-on. A en croire nos sources, les nouveaux employés de l’Assemblée nationale seraient généralement des natifs de la partie Nord de la Grande île, la Province d’origine du président Jean Max Rakotomamonjy. Des soupçons de corruption à haut niveau engendreraient également ce recrutement massif à Tsimbazaza.

Sureffectif. Nul n’ignore que l’Assemblée nationale fait face depuis quelques années à un problème de sureffectif. Bon nombre des employés se présentent à Tsimbazaza chaque matin, uniquement pour signer la fiche de présence. Avant de procéder à ces 138 recrutements, la Chambre basse comptait déjà 383 employés. D’après les informations, la norme internationale est de trois agents par député. Faut-il rappeler que notre hémicycle est composé de 151 députés. Après ces nouveaux recrutements, le quota actuel à Madagascar est donc de quatre employés par député. Un quota « anormal et inconcevable » aux yeux des observateurs. Pas plus tard que l’année dernière, l’Assemblée nationale faisait face à d’énormes problèmes de budget. Tous les services, ou enfin presque, se heurtaient à une pénurie de fournitures de bureau. Par ailleurs, faute de carburants, le transport des personnels a été suspendu pendant un moment. La question est donc de savoir quel est le statut de ces employés nouvellement recrutés et comment l’Assemblée nationale prévoit-elle de payer leurs salaires ? Si c’est un « Emploi de Courte Durée » (ECD), leurs salaires seront tirés du budget de fonctionnement de la Chambre basse. En tout cas, bien malgré les débats autour de ces nouveaux recrutements à Tsimbazaza, la décision a certainement obtenu l’aval du Ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales et le Ministère des Finances et du Budget. Les responsables concernés devraient apporter des éléments d’éclaircissement car les contribuables ont le droit de savoir ce que les dirigeants font de leur argent.

Davis R

Midi Madagasikara53 partages

Faratsiho : Mpirahavavy naolana sy novonoina mpiandry omby

Habibiana tsy roa aman-tany no nitranga tany amin’iny faritra Faratsiho iny ny zoma lasa teo. Mpirahavavy kely, 12 taona sy 10 taona no hita faty tanaty kirihatra, tsy lavitra ny tananan’Andranonahoatra, ao amin’ny fokontany Ambarinomby, kaominina Miandrarivo. Tsy vitan’ny hoe novonoina tamin’ny fomba feno habibiana izy ireto fa mbola naolana ihany koa ilay zokiny. Mpiandry omby telolahy no avy hatrany dia noahiahiana ho nahavita izany heloka bevava izany, ary saika niharan’ny fitsaram-bahoaka.

Raha ny zava-nitranga mantsy tamin’io andro io dia nampilaza avy hatrany ireo fokonolona teo akaiky teo ny telolahy mpiandry omby fa hoe misy fatin’olona, ankizivavy roa tao anatin’ilay kirihatra. Somary hafahafa ny fihetsik’izy telolahy ireto, ka ny sasany tamin’ireo olona no nijery izay zavatra nolazain’izy ireo ary ny hafa niambina azy ireo hatrany. Ontsa avy hatrany kosa izay nahita ilay zava-doza : ny vatana mangatsiakan’izy roa vavy kely mitsirara ao amin’ny tany. Ilay zandriny, nahohoka tao anaty rano, ary tsy navelan’ireo tsy valahara raha tsy maty. Ilay zokiny kosa, miboridana tanteraka ny tapany ambany, rehefa avy naolan’ireo tsy mahatody dia nokendainy. Tsy vitan’izay anefa fa mbola novelesina ihany koa ny lohany, hahatapitra tanteraka ny ainy. Fantatra fa mponina eo amin’ilay tanana ihany izy roa vavy kely ireto, ary tamin’io fotoana io dia nirahiana handeha haka kitay izy ireo. Niantefa avy hatrany tany amin’ireto telolahy ny ahiahian’ireo fokonolona efa niakatra hatezerana teo anoloan’izao tranga izao. Tamin’io fotoana io anefa no tonga ny zandary, nitondra ireto  olona voarohirohy ho tao ambadik’ity heloka bevava ity, sy nanala azy ireo teo ambany vahoan’ireto fokonolona efa romotra tanteraka. Notazomina nanavaona fanadihadiana tany amin’ny biraon’ny zandary ireto mpiandry omby ireto. Ary niaiky tokoa fa izy ireo no nahavita nanolana sy namono ireto tovovavy kely ireto. Raha tsy misy ny fiovàna dia anio no hatolotra ny Fampanoavana ao Antsirabe izy telolahy.

m.L / Andry N.

L'express de Madagascar49 partages

Terrain d’Andohatapenaka – La commune d’Antananarivo repose son véto

Les autorités municipales ont sorti un acte intimant l’arrêt des travaux à Andohatapenaka à la société concernée. Le motif invoqué est l’absence d’autorisation de la part de la CUA.

Opposi­tion. Le ministère auprès de la présidence chargé de l’Amé­nagement du territoire, de l’équipement et des projets présidentiels a annoncé, vendredi, le démarrage des travaux du complexe, devant accueillir une nouvelle gare routière à Andohatapenaka. En réaction, la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a produit un acte intimant à la société en charge de l’œuvre d’arrêter ses activités.Au motif d’absence d’autorisation, une délégation conduite par Edison Raza­fintsihoarana, directeur de l’urbanisme et du développement à la CUA, est descendue sur le site, hier, pour poser le véto municipal. Les autorités de la capitale ont, notamment, mis l’accent sur le vice d’autorisation de remblai. Contacté, Gérard Andria­manohisoa a invoqué l’article 185 de la loi sur l’urbanisme, et soutient qu’« étant un projet à caractère d’équipement public, les permis sont délivrés par le ministère ».Selon le responsable ministériel, du reste, tous les actes d’autorisation ont déjà été transmis à la Commu­ne. Ce que le directeur Raza­fintsihoarana réfute pourtant, en insistant sur le fait que « bien que le permis soit délivré par le ministère, il doit toujours être déposé au guichet unique de la commune. Seule la commune peut délivrer un permis de remblai ». À lui d’ajouter que le projet « se divise en deux. Il y a la gare routière, mais en face, il y a également la construction d’une station service Total, qui doit avoir l’autorisation de la commune ».Les explications fournies vendredi avancent, cependant, que le projet forme un tout. Gérard Andriama­nohisoa ajoute que « la loi sur l’urbanisme est claire », le projet d’Andohatapenaka « n’est pas de la compétence de la CUA. Nous en avons déjà discuté avec la maire Lalao Ravalomanana. S’il y a une quelconque opposition, la commune devrait s’adresser au Conseil d’État ».

LitigeLe directeur de la CUA réplique en indiquant que « ce terrain fait justement l’objet d’un litige devant le Conseil d’État ». Selon ses dires, la capitale a introduit une requête contestant un arrêté du ministère de l’Aména­gement sorti l’année dernière, pour « une exemption de permis ». L’article 180 de la loi sur l’urbanisme prévoit des exemptions de permis de construire « aux travaux entrepris par les services publics ou les concessionnaires de services publics, ou aux constructions provisoires et aux travaux urgents (…) ».Cette exemption est toutefois valable, à condition qu’« elle ne soit pas soumise à des dispositions législatives ou règlementaires spéciales », ajoute l’article 180. Martelant que « le ministère a publié un arrêté interdisant tout remblai », la commune d’Antana­narivo scande un vice de procédure. Les permis ministériels pour les projets à Andohatapenaka auraient été donnés le 27 avril 2016. S’en serait suivi l’arrêté d’exemption de permis de construire.Le litige opposant la CUA au ministère de l’Aména­gement du territoire sur le terrain d’Andohatapenaka a commencé lorsque le conseil municipal a décidé d’accepter l’offre de la société Tiko, qui revendique la popriété des lieux, d’en faire une fourrière municipale, le 29 juillet 2016. Étant donné la date, il pourrait s’agir d’une réaction à l’initiative du pouvoir central de construire des infrastructures sur ledit terrain.Le directeur de l’Aména­gement et de l’équipement affirme pourtant que les registres fonciers indiquent que c’est un domaine de l’État. Il déplore que la descente des responsables communaux d’hier « ne semble être que dans le but de défendre les intérêts de Tiko et de son propriétaire [Marc Ravalomanana, ancien président] ». Ce que réfute pourtant Edison Raza­fintsihoarana, qui réplique que « nous ne voulons que les choses se fassent dans les règles ». Les faits d’hier pourraient être le début de nouvelles passes d’armes entre la CUA et le ministère.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara48 partages

Sénateur Lylison : « Condamnation exagérée », selon le FISOFASO

Le Bureau central du « Fikambanan’ny Sojabe avy amin’ny Faritra Sofia » (FISOFASO) sort de son mutisme face à l’effervescence actuelle causée par l’affaire Befandriana Nord. Au cours d’un point de presse organisé hier, le Bureau central du FISOFASO a approuvé les démarches menées par certains Sojabe auprès des autorités centrales à Antananarivo. Depuis le début de cette affaire, différentes personnalités qui se disent Sojabe de la Région Sofia se sont succédé pour faire une déclaration à la presse. Le communiqué publié hier par le Bureau central se présente donc comme une sorte de rappel à l’ordre. Le FISOFASO se dit « totalement contre toute sore de vindicte populaire ». « Il convient de mettre à nu les raisons qui poussent les gens à ces extrémités barbares, et y apporter les remèdes appropriés », propose-t-on. L’association exige également que le gouvernement, l’équipe d’experts de la Gendarmerie et de la Police nationale envoyée à Befandriana Nord, puisse faire la lumière sur la responsabilité de l’incendie des 487 maisons à Antsakabary. Le Bureau central exige des sanctions sans complaisance contre les vrais auteurs de ce qu’il appelle une « vindicte policière ». « Nous faisons confiance aux autorités pour rétablir la vérité et punir les vrais fautifs », martèle-t-on. Le FISOFASO sollicite également le gouvernement, les ONG, les entreprises et les particuliers à apporter des aides d’urgence aux sinistrés d’Antsakabary.

Solidarité. En ce qui concerne la condamnation du Sénateur Lylison René de Rolland, le Bureau central du FISOFASO estime que « la qualification de l’acte commis (appel à la ville morte) qui a valu un an d’emprisonnement ferme est exagérée et inappropriée par rapport au fait réel ». L’association exhorte ainsi tous les élus de la Sofia, les cadres et intellectuels de la Région, à faire preuve de vigilance et de plus de solidarité. Un appel a également été lancé à l’endroit des Sojabe de la Région Sofia afin de rester sereins et attentifs, et de garder à l’esprit la devise de l’association qu’est : « Tany misy Sojabe tsy miady zaza » (Là où il y a un Sojabe,  les enfants ne se chamaillent jamais, la Justice sociale est garantie, la concorde règne).      

Davis R

News Mada44 partages

Femme et développement : le caractère polychrome est un atout à exploiter

Selon la présidente du « Point focal national femmes pour le développement durable », Ambinintsoa Lucie Noasilalaonomenjanahary, le caractère polychrome des femmes est un atout qu’il faut exploiter si on pense à un véritable développement durable. Interview.

.Les Nouvelles : Qu’ entendez- vous par caractère polychrome des femmes ?

-Ambinintsoa Lucie Noasilalaonomenjanahary : Les femmes sont les seules êtres qui sont capables de penser à la fois, en un rien de temps, à leurs enfants, leur mari, leurs travaux ménagers, leur beauté et la mode. D’où leur caractère polychrome, un don et un atout que les hommes n’ont pas. En milieu rural, une femme enceinte venant du marché portant sur son dos son enfant, les emplettes sur sa tête et un récipient d’eau dans la main, est aussi une autre illustration de ce caractère du point de vue capacité.

. Quel est le lien entre ce caractère et un développement durable ? 

– De par ce caractère polychrome, les femmes sont capables de défendre leur environnement familial, de gérer durablement les revenus et la consommation au sein de leur ménage selon les moyens qu’elles ont en main, et bien d’autres. Par conséquent, si on leur donne l’opportunité, elles sont aussi capables d’intervenir efficacement dans la gestion de leur environnement immédiat pour commencer. Et qui dit gestion de l’environnement, dit aussi développement durable. De ce fait, on ne peut penser à un développement durable, sans leur participation. Cela, sans parler que l’effectif des femmes est toujours supérieur à celui des hommes. A Madagascar, les femmes représentent 50,6% de la population malgache.

. D’après-vous, quels sont donc les lacunes qui ne permettent pas encore à ces femmes de jouer leur rôle dans le développement durable ?

-La vraie place des femmes est négligée à cause de notre culture mais surtout, de l’insuffisance de volonté politique de la part des dirigeants. A titre d’exemple, malgré le fait que Madagascar ait déjà approuvé le protocole de la Communauté de développement d’Afrique australe (Sadc) sur le genre et le développement, une ratification qui donne l’opportunité aux femmes de participer au développement durable du pays, l’objectif de la parité 50/50 n’est pas encore palpable chez nous. A cela s’ajoute aussi l’absence d’initiative et d’audace de la gent féminine, un autre impact de notre culture.

Sera R

 

Midi Madagasikara42 partages

Boulangerie – pâtisserie : Premier centre de formation créé à Toamasina

Un nouveau centre de formation de boulangerie-pâtisserie à Toamasina.

L’Ambassade Suisse et l’association EPIGASY ont lancé le premier centre de formation professionnelle en boulangerie et pâtisserie du pays. Les jeunes en difficulté et issus de familles défavorisées seront les premiers bénéficiaires. Basé à Tanamakoa dans la ville du Grand-port, ce centre a été inauguré vendredi dernier. Créé dans le cadre d’un projet de l’association Epigasy, impulsé par l’ambassade Suisse à Madagascar, le centre propose à des jeunes de 18 à 28 ans, titulaire de BEPC, l’accès à une formation professionnelle gratuite, dans le domaine de la boulangerie et la pâtisserie. « La formation initiale proposée dure 12 mois en duale, entre formation théorique et formation pratique dans une société. L’école Epigasy, assure son autosuffisance et veillera à réaliser un transfert de compétences, grâce à ses collaborateurs, l’association des boulangers Malagasy, la maison de blé et du pain d’Echallens Suisse, Société Macadams Madagascar, Eurogerm en France, et Mac Pan en Italie », a affirmé Marion Roland, ingénieur en agroalimentaire et président d’Epigasy à Madagascar.

Pointe. De son côté, le directeur de l’enseignement technique, formation professionnelle, et de l’emploi à Toamasina, Rakotonirina Jean Claude Roger, a noté que « cette cérémonie est historique car elle pose les bases solides de la modernisation et la professionnalisation du secteur de la boulangerie – pâtisserie dans notre pays ». Celui-ci d’ajouter que ces nouveaux professionnels contribueront également au développement de l’apprentissage de masse. Pour l’ambassadeur Suisse à Madagascar, l’insuffisance de main-d’œuvre qualifiée reste un phénomène handicapant pour la productivité à Madagascar. Ainsi, le Centre selon lui, apporte justement une réponse à cette préoccupation. D’un coût de 240 000 euros, soit 750 millions Ar, le Centre de formation de boulangerie et pâtisserie, est doté aussi de matériels et d’un laboratoire moderne. Actuellement 11 jeunes, dont 6 filles, suivent une formation assurée par deux experts, un Malgache en pâtisserie et un Suisse en boulangerie.

 Malala Didier

Madagascar Tribune39 partages

Les conflits entre Ravalomanana et l’Etat central n’en finissent pas

Il ne se passe pas un mois (ou presque) sans conflit entre la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo) dirigée par Lalao Ravalomanana et l’Etat central. Dernier en date, la suspension par la maire d’Antananarivo Renivohitra, des travaux d’Andohatapenaka. Sur ce terrain encore source de conflit entre le ministère d’Etat en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et Marc Ravalomanana en personne, sont prévues la construction d’une station d’essence et celle d’une gare routière. La CUA a ordonné la suspension des travaux en raison de l’absence de permis de construction de la clôture légère qui devrait émaner de la commune. Il est probable que Marc Ravalomanana, le conseiller de la maire, est à l’origine de cette décision.

Il est fort probable aussi que le ministère d’Etat dirigé par Narson Rafidimanana va rétorquer qu’il n’a pas besoin de l’autorisation de la mairie car le projet de construction dépasse les 1000m2. Cette affaire éclate alors que la bisbille concernant la construction de la bibliothèque sise à Antanimbarinandriana n’est pas encore réglée. Le ministère de l’éducation nationale et le ministère d’Etat chargé des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire qui vient en appui, soutiennent que ce projet est tout à fait dans les règles et dans les normes alors que le maire d’Antananarivo ville soutient le contraire. Et ainsi de suite.

Midi Madagasikara38 partages

8 mars à Analakely : La CUA appelle à une forte mobilisation

Deux démonstrations de force qui se tiennent le même jour, mais à deux endroits différents de la Capitale. C’est le moins qu’on puisse dire de la célébration de la journée internationale de la femme pour cette année 2017. La Commune Urbaine d’Antananarivo a choisi le parvis de l’Hôtel de Ville d’Analakely, tandis que le régime a opté pour un rassemblement devant le stade de Mahamasina. Si le régime a fait appel notamment à des artistes féminins comme Iary, Nina’s, Black Nadia et Stéphanie, la commune urbaine d’Antananarivo a invité pour animer son organisation Samoëla, Princio, Joseph D’Af et autres artistes évangéliques de renom. Dans un communiqué publié hier par sa direction de la communication, la CUA appelle la population tananarivienne à venir nombreuse demain à partir de 7h30 à l’hôtel de ville à Analakely.

Suspicion de coup bas ? Depuis quelques jours, les préparatifs de deux événements semblent prendre une tournure politique. Certains sont même allés jusqu’à affirmer que ceux qui sont avec le régime en place devraient être présents à Mahamasina, et ceux qui ne le sont pas devraient assister Lalao Ravalomanana à Analakely. En tout cas,  la ville d’Antananarivo est inondée d’ordures ces derniers jours à cause de la grève des éboueurs de la SAMVA. A en croire le directeur général de cet établissement public rattaché au ministère de l’Eau et de l’assainissement, le ramassage d’ordures devait reprendre hier. Certains observateurs soupçonnent la SAMVA de vouloir salir l’image de la CUA à l’approche de la célébration de la journée du 8 mars. A rappeler que la SAMVA était auparavant rattachée à la Commune urbaine d’Antananarivo. La retirer de la tutelle de la CUA pour la placer sous l’autorité du ministère de l’Eau et de l’assainissement a été une erreur car le maire d’Antananarivo n’a plus ses mots à dire sur le ramassage des ordures dans sa circonscription.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar35 partages

Bailleurs de fonds – Le FMI scrute la performance du gouvernement

Deux missions du Fonds monétaire international sont attendues ce jour. L’évaluation de la performance du gouvernement malgache est au centre de leur visite.

Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) est attendue au pays ce jour. Pendant plus de deux semaines, l’équipe conduite par Marshal Mills, chef de cette mission, passera à la loupe la performance du gouvernement malgache à travers la mise en œuvre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) soutenu par le Fonds. Une note positive de cette mission signifiera la continuité de ce programme, avec le décaissement de 43 mil­lions de dollars correspondant à la seconde tranche.La visite du FMI va jumeler deux missions. Le FEC n’est pas uniquement au centre de son programme d’après Patrick Imam, représentant résident du FMI à Madagascar. « La première mission consiste à faire la revue de la mise en œuvre du programme économique du gouvernement, que le Fonds soutient à travers la FEC. La seconde se focalisera sur la tenue des consultations au titre de l’Article IV. Celui-ci stipule qu’une fois par an, l’équipe du FMI doit avoir un échange de vues avec les autorités du pays quant à sa santé économique sur le moyen-terme, et discuter des problèmes d’ordre structurel auxquels il fait face, telle que la corruption par exemple », a fait savoir ce haut fonctionnaire international.

Sur la bonne voieDepuis quelques jours, des réunions s’enchaînent au niveau des responsables gouvernementaux. Cette visite du FMI marque un point important pour l’avenir économique du pays. La belle performance du gouvernement est un signal fort en matière de gouvernance. D’autant plus que le régime Rajaonarimampianina n’aura plus le droit à l’erreur, après avoir gagné la confiance du FMI et des partenaires techniques et financiers, lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs organisée à Paris en décembre 2016. La bonne pêche a été aurendez-vous lors de cet évènement. Pendant deux jours à l’occasion, le gouvernement a pu obtenir une promesse d’aide et de financement de plus de 10 mil­liards de dollars.Et en ce qui concerne la mise en œuvre du programme FEC, le gouvernement semble être sur la bonne voie. Pour le dossier Jirama par exemple, les réformes commencent à prendre place, avec la restructuration de l’équipe dirigeante de cette société d’État, et la répression des vols d’eau et d’électricité.D’après Patrick Imam, la mission d’évaluation préliminaire conduite par Marshal Mills en janvier affiche un certain optimisme dans la continuité de ce programme. « À l’issue de la mission, sur la base des informations préliminaires disponibles, et sans vouloir préjuger de la conclusion de la mission du mois de mars, on pourrait dire que dans l’ensemble, la mise en œuvre du programme FEC est plutôt sur le bon chemin. L’évaluation préliminaire indique que les autorités semblent avoir atteint les cibles quantitatives assignées au programme », a révélé le représentant résident du FMI.

Lova Rafidiarisoa

Madaplus.info33 partages

Retrouvailles des anciens de Sainte Antoine

L'occasion est toujours belle pour se revoir entre ces anciens de l'école catholique Sainte Antoine. Peu importe la promo tous se connaissent et aiment se retrouver
Samedi 4 mars à l'occasion du passage d'une des leurs sur le continent, les Saint Antoine se retrouvent pour trinquer, partager la bonne humeur autour d'un repas amical.
Ces rencontres permettent à chacun de donner de ses nouvelles, parler des enfants, des contraintes de l'éducation en France, évoquer le pays mais également pour les filles partager des régimes qui marchent. Tous se séparent avec regret et la promesse certaine de se revoir très vite.

Orange Madagascar28 partages

Vidéo d'Enawo en approche d'Antalaha

Ce mardi 7 mars, à 06h00, heure locale, Enawo était à 84km au Nord Est d’Antalaha. Ce cyclone tropical sur puissant apporte des vents moyens près du centre de 230 km/h, des rafales de l'ordre de 280 km/h, une pression en son centre de 936 hPa et une envergure de plus de 500km2. Ce cyclone se déplace avec une vitesse de 10km/h. Avis de danger imminent donc ou alerte rouge, pour toute la région du Sava et d'Analanjirofo.

La ville d'Antalaha ressent déjà le souffle d'Enawo, regardez la vidéo 

 

 

Tia Tanindranaza28 partages

« Gare routière » AndohatapenakaNaaton’ny kaominina ny asa

Tonga teny amin’ny tanimenabe Andohatapenaka omaly ny delegasionina avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra nijery ifotony ny zava-misy momba ilay fikasana hanorina “gare routière” na toby fiantsonan’ny taksibrosy sy toby fivarotan-tsolika.

 Ny minisitera misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany ary ny fampitaovana moa no mandraikitra ny asa. Tanin’ny Tiko izy io ary efa natolotra ny kaominin’Antananarivo Renivohitra (CUA) mba hanatobiana ireo fiara mandika lalàna na atao “fourrière”. Nisava ny fahazoan-dalana amin’ny famefena io tany io ny kaominina omaly no sady nijery ihany koa ny fanotofana ny tany rehetra izay tsy misy fahazoan-dalana avy amin’ny kaominina. Marihana fa ny minisiteran’ny fanajariana ny tany ihany no efa namoaka didim-panjakana milaza fa tsy azo atao ny manototra tany. Nisy avy hatrany ny taratasy nomen’ny kaominina ny orinasa SMATP izay nanao ny famefena fa tsy maintsy hajanona ny asa manomboka izao. Mila mankany amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny tompon’andraikitra mifampiresaka. Etsy an-kilan’izay dia velon-taraina ihany koa ireo fianakaviana 10 tafo nesorina tsotra izao tamin’ny toerany satria manify dia manify ny vola nomen’ny fanjakana ary tsy mahatsangana trano mihitsy. Mitaraina koa ny mponina noho ny fiangonan’ny rano manodidina ny fanotofana satria efa manomboka dibo-drano sahady eny an-toerana ankehitriny. Mampanahy ny zavatra mety hitranga rehefa mijojo noho ny andro ratsy na ny rivodoza ny orana fa dia ho dibo-drano tanteraka ny tanàna. Ho hita eo indray izay mety hambaran’ny minisi-panjakana misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany Narson Rafidimanana momba ity resaka tany eny Andohatapenaka ity fa dia miato aloha izany ny asa amin’izao fotoana taorian’ny bemidina nataon’ny kaominina omaly.

RTT

News Mada27 partages

Miharihary ny fivarotan-tanindrazana : namidin’ny fanjakana ny tany “Arboretum” Ambatobe

 Nantsikafon’ny fandaharana “Alalino” ao amin’ny Kolo TV, afakomaly alina ny fivarotan-tanindrazana ataon’ny mpitondra. Mitohy ny fikapana ny ala sy ny famefena tamboho ny« Arboretum” etsy Ambatobe.  Tanim-panjakana ahitana ireo karazana kininina sy “sapin” rehetra maniry eto amintsika izy io kanefa izao nopotehina hananganana fotodrafitrasa izao. Nilaza ho tsy mahalala izao raharaha izao  ny minisitry ny Tontolo iainana sy ny Ala, Ndahimananjara Johanita. Avy ao ihany anefa no mivoaka ny taratasy fahazoan-dalana hanapaka ny hazo ny volana desambra 2016. “Nahita sy nijery io tokoa ny mpiara- miasa ary nanakana izany fikapana ala izany.  Efa nangataka tany amin’ny minisiteran’ny Fanajariana ny tany izahay hijery akaiky izany ary  horaisin’ny fanjakana an-tanana io satria tsy azo atao ny mikapa ny ala sy ny manorina eo”, hoy izy ny volana janoary. Nivoaka tampoka indray anefa ny taratasy fanafoanana io fahazoan-dalana io ny janoary teo.  Nanamafy ny tomponandraikitra eo anivon’ny ny minisitera misahana ny Tetikasan’ny filoham-pirenena fa efa mandeha ny fanadihadiana.  “Tsy maintsy mijanona ho “espace vert” ny toerana. Anjarantsika ny manasazy…”, hoy ny minisitra Rafidimanana Narison. Na eo aza anefa izany, mitohy hatrany ny asa nataon’ilay orinasa  nahazo ny tany.  Anisan’izany ny fanapahana ny hazo, fananganana tamboho ary fantatra fa hananganana hotely fandraisam-bahiny ity toerana ity.

Etsy andaniny, nambaran’ny ben’ny Tanànan’ny kaominina Ilafy, Andriamiharisoa Salema fa tsy mbola nisy fahazoan dalana nomen’izy ireo io orinasa io. “Ny antontan-taratasy rehetra ilaina efa an-dalana ary efa feno ho amin’ny fahazoan-dalana hanorina, saingy sakana ny eo amin’ny fepetra amin’ny fanapahana hazo  satria raha mbola misy olana eo amin’ny tany tsy mbola mamoaka io fanomezan-dalana hanorina io izahay.  Efa nahazo fahazoan-dalana hikapa hazo ihany ry zareo nefa avy eo nisy fanohanana indray… Tsy mbola afaka manome fahazoan-dalana amin’izany izahay”, hoy izy.

Malahelo tanteraka ny mponina

Fantatra ny volana janoary ihany koa anefa fa tsy vitan’ny minisitera intsony ny mitantana ny arboretum ka antony nanomezana ny tsy miankina izany. Tsy niandry ela taorian’izany. Nesorina tamin’ny toerany ny tale jeneralin’ny fananantany,  Rasolomampionona  Hasimpirenena.  Efa nanambara ny fisokafan’ny fanadihadiana momba io arboretum io ny tenany. Nanaitra ny rehetra anefa  ny fahitana fa nisolo ny toeran’io tale jeneraly io, Rasendrasoa Hanitra,  nanasonia ny taratasy famaritana ny arboretum Ambatobe.

Malahelo ny tanteraka ny mponina.  “Tamin’ny taona 1929 no namidy tamin’ny fanjakana io rehefa nangatahiny. Namidin’ny fanjakana anefa izany amin’izao fotoana izao. Nahoana no hamidy sy tapahina nefa tahirin-kazo mampiavaka antsika maneran-tany ny hita ao…”, hoy izy ireo.  Tsy vitan’izany. Manana ny lanjany ho an’ny firenena ny fananana « Arboretum ». Manana ny ambarany momba izany ny manampahaizana. “Latsaky ny 10% amin’ny ala tany am-piandohana sisa tavela. Mahatonga ny olon-tsotra na fikambanana manangona ireo karazan-kazo ahina hanjavona satria tafahoatra ny fitrandrahana azy. Betsaka ny ala ahina hanjavona noho ny fanimbana azy ka mila ny toerana tahaka ny Arboretum”, hoy  ny talen’ny  Houston Zoo Madagascar, Ratsimbazafy Jonah. Nambaran’ny tompon’andraikitry ny sampandraharahan’ny ala,  Andrianiaina Henri Jeferson  koa fa  tafiditra anatin’ny faritra arovana izy io ary natokana hambolena hazo sy anaovana fanandramana.

Araka izany, iza ny tomponandraikitra tamin’ny famarotana ny tany ? Iza ny namoaka ny fahazoan-dalana hikapa ny ala ? Iza avy koa ireo mpiray tsikombakomba amin’ny fanatanterahana izany rehetra izany ? Aiza ny vokatry ny fanadihadiana sy ny fanasaziana ?

Synèse R.

 

Midi Madagasikara27 partages

Patrimoine : La résidence de Rainilaiarivony à Amboditsiry a failli brûler

Les bambous autour de la Résidence Rainilaiarivony ont pris feu ! (photo Yvon Ram)

La résidence de l’ancien Premier ministre Rainilaiarivony a été menacée par des flammes hier dans l’après-midi. Plus de peur que de mal, c’était les bambous tout autour qui ont pris feu.

Ce n’est pas la première fois. Mais hier encore, c’était la frayeur du côté d’Amboditsiry alors que des flammes menaçaient la résidence de l’ancien Premier Ministre Rainilaiarivony, parce que les bambous tout autour ont commencé à prendre feu. Plus de peur que de mal finalement, parce que la résidence n’a heureusement pas été incendiée. Le feu s’est déclaré dans l’après-midi, et tous les responsables se sont mobilisés pour que les flammes n’atteignent pas ce patrimoine culturel et historique malgache. Ce domaine a été classé Monument historique par le décret n° 78-257 du 4 novembre 1978.  Ce patrimoine a fait l’objet d’une convention entre le ministère de la Culture et du Patrimoine et la Fédération des Arts Visuels en août 2012 pour sa réhabilitation, étant un espace culturel.

La bâtisse. La Résidence d’Amboditsiry a été attribuée par le Roi Andrianjaka (1610) à un ancêtre de son grand-père Rainiharo. C’est dans la propriété de Tsarasaotra, où il a été maintenu en résidence surveillée avant son départ en exil à Alger (6 février 1896), que Rainilaiarivony rédigea le testament léguant Amboditsiry à son petit-fils Ratelifera. L’endroit est donc hautement historique. La maison principale a été construite par le missionnaire anglais James Cameron en 1863. Disposé selon un plan en I et divisé en 8 pièces ouvertes sur deux vérandas symétriques, le bâtiment repose sur de solides fondations de pierre et mesure 31m sur 15m. Les façades extérieures sont en briques et l’intérieur en bois doublé de tapisseries en papier grenat broché d’or. Les pièces étaient dotées de beaux lustres et de meubles d’époque. 

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara25 partages

Trap : Rap gasy en Image donne tout !

Kemyrah, qui vient de sortir son album mixtape, sera de ce concert.

Après le succès du spectacle inédit « Sekoly Taloha » au Cmdlac à Analakely, regroupant plus de 20 artistes, c’est toute l’histoire du rap du genre Trap qui se prépare pour un grand concert. Conçu par  Rap gasy en Image, TrapGasy Show est un spectacle exceptionnel qui réunira les artistes des quatre coins de Madagascar. Cela se déroulera le 11 mars au Cercle franco-malgache( CFM) à Anosy, à partir de 13 heures tapantes. Ngiah Tax Olo Fotsy , Barbo Cotier , Team Global, Sol’ste, tous originaires de la région Sava seront là. Antananarivo sera représenté par Outsize Music Group, Brolik, Elita, Andavaboay, Yoongs Wada du fameux groupe Jiolambups, les deux parrains  Mista et Ngahmatoa, des jeunes talents comme Rewab, Steph Two, Underclass,  Kevin LJB Mackinley music, Aiin Music Gang mais également du jeune prodige du Trap malgache Kemyrah, qui vient juste de sortir son album mixtape. Shadow Bangz, défendra l’honneur de l’Est. Fab’s Brownz sera la porte-parole de la cité des Fleurs. « L’idée est de faire savoir aux gens ainsi qu’aux rappeurs qu’il y a d’autres talents dans toutes les provinces de Madagascar, le rap n’est pas l’apanage d’Antananarivo comme tout le monde le pense, car d’autres talents se cachent dans toute l’île », explique Tanjona Andrandraina Andriamahaly, l’organisateur de l’événement et fondateur de Rap Gasy en Images.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara24 partages

Vindictes populaires : Les militaires rappelés à l’ordre par le Gal Béni

« La Justice populaire n’est pas conforme aux valeurs malgaches et contraire à l’esprit militaire ». C’est ce qu’a déclaré hier le ministre de la Défense nationale, le Général de Corps d’Armée, Béni Xavier Rasolofonirina. « En tant que dernier rempart, les forces de l’ordre doivent se concentrer à leur mission qui est de défendre les biens et les personnes », a-t-il réitéré. Faisant certainement allusion à l’affaire Antsakabary où des éléments de la Force d’Intervention de la Police nationale de Mahajanga sont accusés d’avoir incendié 487 maisons d’habitation au niveau de 6 villages, le ministre de la Défense nationale a profité de cette sortie médiatique pour rappeler à l’ordre ses troupes. « La vengeance et les représailles ne sont pas conformes à l’esprit militaire. C’est également sanctionné par la loi en vigueur », a-t-il soutenu. C’est la position du ministre de la Défense nationale par rapport aux « Dina » qui tendent à ôter la vie d’un individu. Tout en exhortant tout un chacun mettre à l’avant le « Fihavanana  malagasy » et d’éviter de se verser aux vindictes populaires, le Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina a réitéré que la loi prévoit des sanctions contre les initiateurs et contre tous ceux qui participent à une Justice populaire. « Ny hery tsy mahaleo ny fanahy » (La violence ne vaut pas la raison), a-t-il déclaré en s’adressant aux éléments des Forces de l’ordre. Il a aussi incité ces derniers à faire preuve de tolérance.

Davis R

Midi Madagasikara24 partages

Football – Analamanga : FC Tana signe sa toute première victoire

Coup de tonnerre à Mahamasina quand le FC Tana s’offre la peau du COSFA. Et de la plus belle des manières avec un score de 3 buts à 1 qui ne souffre d’aucune discussion.

Il a fallu attendre la 5e journée du championnat d’Analamanga de Ligue 1 pour voir enfin les protégés de Patrick Rakotonirina prendre leurs trois premiers points. Une victoire de 3 à 1 combien importante et réalisée face à une équipe du top 5 en l’occurrence le COSFA qui a pourtant enregistré l’arrivée de Vonimbola Jeannot de retour de Turquie après avoir fait les beaux jours de la CNaPS Sport.

Un football simple. Mais Nonot et même Dimby, l’artificier des militaires, n’ont pu rien faire face à la détermination des joueurs du FC Tana qui ont enfin montré leur visage c’est-à-dire un football simple où tout le monde défend et attaque en même temps sans oublier l’essentiel en fermant les couloirs pour empêcher les gens d’en face de développer leur jeu.

Et quand on peut battre le COSFA, l’actuel cinquième du classement, on peut le faire face aux autres membres de ce top 5 avec Elgeco Plus qui caracole en tête mais aussi et dans l’ordre Tana Formation, AS Adema et Mama.

L’autre coup d’éclat de cette cinquième journée est à mettre à l’actif de l’USCAFoot qui a battu la lanterne rouge, le Mi20, sur le score de 3 à 0. Un réveil certes tardif des joueurs de la CUA mais prévisible dans la mesure où tout le staff conduit par Lalao Ravalomanana en personne était dans les tribunes aux côtés du président de la Ligue Tota Henintsoa Rakotoarimanana heureux de pouvoir compter sur ce soutien inattendu.

Divorce à l’amiable. Du jamais vu mais comme il y a un début à tout, le nouveau président du club Guy Rivo est appelé à rééditer cette présence massive des barons de la commune d’Antananarivo.

Le grand perdant est encore Tana Formation qui reste certes à la seconde place mais qui a été contraint au partage des points par l’AS Adema voulant rester dans le trio de tête. Le score de 1 à 1 est néanmoins perçu comme une défaite pour Tana Formation qui s’est séparé du Néerlandais René Hiddink pour des raisons obscures mais qui signifient aussi un divorce à l’amiable avec Fosa Juniors, son principal mécène.

Comme le championnat d’Analamanga n’est qu’à ses débuts, on s’attend à vivre la réaction des petits comme Sabotsy Namehana qui a tenu en échec Mama FC sur un score nul et vierge.

Occupant le fauteuil de leader alors qu’il a encore un match en retard, Elgeco Plus semble bien parti pour garder son titre. Dimanche encore, Bela et ses camarades ont battu le COSPN par 2 à 0. Et encore, Elgeco Plus donnait l’impression de ne pas forcer la dose devant des policiers sans…défense.

Clément RABARY

Madagascar Tribune23 partages

Les conflits entre Ravalomanana et l’Etat central n’en finissent pas

Il ne se passe pas un mois (ou presque) sans conflit entre la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo) dirigée par Lalao Ravalomanana et l’Etat central. Dernier en date, la suspension par la maire d’Antananarivo Renivohitra, des travaux d’Andohatapenaka. Sur ce terrain encore source de conflit entre le ministère d’Etat en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et Marc Ravalomanana en personne, sont prévues la construction d’une station d’essence et celle d’une gare routière. La CUA a ordonné la suspension des travaux en raison de l’absence de permis de construction de la clôture légère qui devrait émaner de la commune. Il est probable que Marc Ravalomanana, le conseiller de la maire, est à l’origine de cette décision.

Il est fort probable aussi que le ministère d’Etat dirigé par Narson Rafidimanana va rétorquer qu’il n’a pas besoin de l’autorisation de la mairie car le projet de construction dépasse les 1000m2. Cette affaire éclate alors que la bisbille concernant la construction de la bibliothèque sise à Antanimbarinandriana n’est pas encore réglée. Le ministère de l’éducation nationale et le ministère d’Etat chargé des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire qui vient en appui, soutiennent que ce projet est tout à fait dans les règles et dans les normes alors que le maire d’Antananarivo ville soutient le contraire. Et ainsi de suite.

Tia Tanindranaza22 partages

Fitsaram-bahoakaMandamin-dresaka ny minisitry ny fiarovana

Nifoha tamin’ny torimasony ny minisitry ny fiarovam-pirenena Jeneraly Beni Xavier Rasolofonirina, rehefa tsy hita sy tsy nandrenesam-peo manoloana ny raharaha mafana eto amin’ny firenena amin’izao fotoana izao.

 Naneho ny heviny momba ny resaka fitsaram-bahoaka izay efa zary fomba raiki-tapisaka eto amin’ny firenena izy omaly. Tsy toe-tsaina ary tsy fahendrena nolovaintsika tamin’ireo razambe ny fitsaram-bahoaka. Izay rehetra tompon-kevitra sy nanatanteraka fitsaram-bahoaka dia melohin’ny lalàna sy henjehin’ny fitsarana na ny nanatanteraka na ny naniraka. Manoloana ny herisetran’ny mpitandro ny filaminana kosa, dia nilaza izy fa Malagasy iray ray iray reny isika, ka mamy ny aina, ny hery tsy mahaleo ny fanahy ary ny fanahy no maha olona, ka aoka isika ho tena tandroka aron’ny vozona manoloana ireo olom-pirenena Malagasy iray razana amintsika, ka tandremana ny zavatra mety handatsaka aina ary hitodihana ny fifankatiavana sy fifamelana mba hoenti-mpampandroso ny tanindrazana. Ny mahagaga sy mahatalanjona, dia tsy mba hita niteny ity tompon’andraikitra ity manoloana ny zava-nisy tany Antsakabary Befandriana Avaratra, fa nipirina tanteraka. Amin’ny fotoana mahamay toy ireny anefa no ilana ny fanazavana sy ny hevitry ny lehiben’ny mpitandro ny filaminana, na dia tsy tena izy aza no voakasika mivantana. Maro no mahatsapa fa tsy mahavita ny adidiny ny mpitandro ny filaminana eto amintsika, ka tokony hametra-pialana ny lehibe isan-tokony. Tsikaritra ho miezaka mandamindamin-dresaka ity tompon’andraikitra ity manoloana ny zava-doza tsy roa aman-tany miseho eto amin’ny firenena.

Toky R

Midi Madagasikara22 partages

Amoron’i Mania : Lutte contre l’insécurité, l’effectif des gendarmes sera revu à la hausse

« L’effectif des gendarmes dans la région d’Amoron’i Mania, sera revu en hausse à partir de ce mois de mars 2017 »  dixit le Commandant de la Gendarmerie nationale, le Général Ramiandrisoa, lors de sa rencontre avec les élus locaux et les autorités, en général et les maires  en particulier, lundi dernier à Ambositra.  Une réunion d’information et de prise de décision sur la lutte contre l’insécurité qui prévaut dans l’Amoron’i Mania et  qui a vu entre autres, la participation du vice- président de l’Assemblée nationale, le député Hary Andrianarivo.

Limitrophes. Une occasion pour le commandant de la gendarmerie nationale de rappeler aux « Ben’ny tanàna » que la décision d’installer des postes fixes et des postes avancés de gendarmerie relève plutôt des communes que de la gendarmerie. Dans la mesure où ces collectivités doivent prendre en charge  les éléments sur place. A propos de la gestion des zones limitrophes, cette mission sera confiée au commandant de la circonscription régionale de la gendarmerie de Fianarantsoa en collaboration avec les commandants de groupement, a révélé le général Ramiandrisoa qui entend assumer pleinement sa mission.

Chefs d’arrondissement. Concernant les gros poissons dans les trafics de tous genres et qui sont souvent peu inquiétés, le Gal Ramiandrisoa a été claire dans ses propos, en disant que la  gendarmerie a pris ses dispositions dans l’arrestation de nombreux trafiquants d’armes, de munitions et des rondins de bois de rose et que, ces malfaiteurs  croupissent actuellement en prison.  Le maire de la commune de Marosoa-Imady quant à lui, a pointé du doigt en présence du préfet d’Ambositra, certains chefs d’arrondissement administratif  dans les blanchiments de passeports de bovidés. Toujours le maire de Marosoa Imady de dénoncer la corruption qui existe au tribunal, favorisant ainsi les actes de banditismes et l’impunité.

Recueillis par Anastase

Midi Madagasikara21 partages

Manakambahiny : “Carte grise biometrique” hosoka, mpitandro filaminana roalahy karohina

Vehivavy roa sy lehilahy iray, ao anatina tambajotra mpanao hosokana taratasim-panjakana no saron’ny pôlisy avy ao amin’ny Sut Tsaralalàna ny alakamisy sy zoma lasa teo. Tamin’ny fisavàna ny tranony,  « fitombo-kasem-panjakana hosoka maromaro, karapanondrom-pirenena hosoka maromaro, taratasy fanamamarinam-ponenana  hosoka maromaro, laharana fiara hosoka, fanamiana Mpitandro filaminana, karatra maha zandarimariam-pirenena » no hita tao amin’izy ireo, araka ny vaovao azo avy amin’ny pôlisy. Nahitana milina maromaro fanaovana izany ihany koa tao amin’ireto olon-dratsy ireto. Marihana hoy ny vaovao fa saika vitan’ireto olon-dratsy ireto avokoa ireo karazana taratasim-panjakan maromaro mahakasika ny resaka findramam-bola, eny fa na hatramina taratasina fiara aza, ary mpitandro filaminana roalahy no voalaza fa ao ambadik’izao.

Niainga avy tamina fitarainana orinasa iray mpampindram-bola ny fanadihadiana ka nahafahana nahazo izao vokatra izao. « Nisy fiara lehibe iray natao antoka tamin’ny findramam-bola ka natao antoka ilay izy, marihana fa efa novain’ireto olona ny laharan’ity fiara ity. Mailo tamin’izany ireo mpiasan’ilay orinasa ka dia nanamarina izany teny amin’ny “centre immatriculateur” ka voamarina fa hosoka ity laharana ity » hoy ny vaovao. Sarona teny Morarano Manakambahiny ny lehilahy iray sy vehivavy iray ny alakamisy lasa teo. Nanoro ny namany mpiray tsikombakomba tamin’izy ireo ka vehivavy iray indray no tratra ny ampitson’io teny an-toerana hatrany. Efa tena rain-dahiny amin’ity fisolokiana ity mihitsy ireto olona ireto, tamin’ny fanadihadiana azy ireo. Fantatra mantsy fa efa ho orinasa maherin’ny enina no efa lasibatra ka efa nahazoan’izy ireo vola mitentina eo amin’ny 100 tapitrisa ariary teo. Ary io tsy eto an-drenivohitra ihany fa na hatrany amin’ny faritany aza. Araka ny loharanom-baovao hatrany dia mpitandro filaminana roalahy no tena ati-doha ao ambadik’ity raharaha maloto ary efa eo an-dalam-pikarohana azy ireo fatratra ireo pôlisy. Araka izany dia mbola mitohy ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara19 partages

Développement : Les étudiants de l’ES-DES prêts à y contribuer

Une participation effective des étudiants lors de la conférence-débat.

Ils bénéficient de stages pratiques et pré-emplois dans le cadre de leurs formations orientées surtout vers le développement.

« Développement humain et social ». Tel a été le thème débattu lors d’une conférence-débat organisée périodiquement par l’Ecole Supérieure de Développement Economique et Social (ES-DES). Le Général Désiré Ramakavelo y est intervenu pour sensibiliser les étudiants à bien faire leurs choix tout en exploitant leurs talents dans tout ce qu’ils entreprennent surtout pour leur avenir. Il leur a également éduqué comment avoir confiance en soi, être autonome et prendre des risques pour mener des projets, et ce, sans attendre un financement. A l’issue de cette conférence-débat qui a vu la participation effective des étudiants de cette école supérieure, ceux-ci sont plus que motivés et se disent prêts à contribuer au développement social, en commençant par leur propre développement.

Inscription ouverte. En fait,  « On ne se limite pas à donner des cours magistraux puisque l’organisation d’une telle conférence-débat est un autre moyen de former les étudiants chez nous. D’ailleurs l’inscription est encore ouverte à ceux qui veulent se lancer dans le domaine de développement, plus précisément, dans la création de leurs propres projets  de développement », a expliqué  Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice de l’ES-DES, qui plus est la présidente de l’ONG ACDM qui a mis en place cette école supérieure, il y a déjà deux ans. A part cette organisation de conférences-débats, l’ES-DES a également une particularité lui permettant de se démarquer des autres universités privées. « Nous offrons en même temps des stages pré-emplois aux étudiants grâce à une collaboration avec les partenaires de l’ONG ACDM comme le FID, l’UNICEF et le Madagascar National Parks. A titre d’illustration, quinze étudiants issus des filières Agronomie et Travail Social sont actuellement en stage de formation pratique, sur une durée de 15 jours minimum, dans les sites d’Ambohimandroso et d’Ampitatafika, et ce, avec l’accord de leurs parents. Ils sont pris en charge par l’ONG ACDM durant leurs stages. Ces étudiants y travaillent ainsi en tant que collecteurs de données ou d’enquêteurs  », a-t-elle précisé.

Polyvalent. En revenant sur la conférence–débat, Rakotoarimanana Lafatra, 2e Année en Gestion au sein de l’ES-DES, a témoigné que cela lui a permis de faire un bon choix dans ses études en exploitant ses talents car c’est inséparable. Il s’agit de se perfectionner dans le domaine de l’informatique, en plus de cette étude en gestion. « Mon objectif est de devenir polyvalent car j’étudie également la filière Droit à Ankatso afin de trouver facilement un débouché », a-t-il exprimé. Quant à Randriamiarisoa Nandrianina, qui est également un étudiant en 2e Année en Gestion au sein de cette université privée, il reconnaît que les modules de formation dispensés sont bien complets comparés à ceux de ses amis fréquentant une autre école supérieure. « C’est mon choix. Et je suis certain que je pourrais exploiter ultérieurement mes talents afin de contribuer au développement social », a-t-il conclu.      

Navalona R.

Midi Madagasikara19 partages

NATATION / Vive l’avenir 7 : Michael Rasolonjatovo met Saint-Michel sur orbite

La compétition Vive l’avenir, à sa 7e édition, a vu un partage de titre entre les clubs tananariviens sauf en individuel messieurs en 50m ,où Saint-Michel a tout raflé avec Michael Rasolonjatovo.

Tous les clubs, surtout des provinces, ont assuré lors de la compétition Vive l’avenir de ce week-end à Ampefiloha. Toamasina avec CRJS a surtout impressionné avec ses jeunes nageurs qui ont réussi la gageure de gagner le 4x50m nage libre dame. Antsirabe aussi a cartonné avec ses petites nageuses en 4x50m nage libre poussine. Quant au club organisateur, son secrétaire général Charles Rasolonjatovo de dire « en général, nos avenirs commencent à émerger. Ils en sont à leur 5e mois avec les nouveaux  adhérents et ils sont déjà sur le podium en 2e et 3e place. C’est prometteur. Et notre catégorie de nageurs benjamins est fort et rapide surtout les demoiselles ». L’unique meilleure performance des deux journées est à mettre à l’actif de Razafimaharo Johane en 50m papillon benjamine en 31’’12 contre 31’22 d’Amboaratiana Domoina avant.

Ainsi, aux relais, épreuves phares de cette compétition, chez les dames comme chez les messieurs, il fallait se départager avec Sain-Michel, Managing, COSRA, Cosbani et CRJS. En individuel, rien à dire, Michael Rasolonjatovo est en pleine forme en raflant le 50m papillon, le 50m nage libre, le 50m quatre nages et son coéquipier Rakotomavo Stéphane a gagné le 50m dos. Rabary Johana complète le trio des collégiens avec un titre en 50m dos dames.

Le must de la journée aussi a été le retour des anciens, des maîtres dans le relais masters avec au 4×50 nage libre, le Managing qui a gagné en 2’08’’30. Ce chrono a été effectué par le quator Delphin, Lova, Fidy et Doda juste devant Tohy, Nico, Aimé et Gerald de Saint-Michel.

Les relais :

4×50 NL Dames : CRJS 3’13’’54

4×50 NL hommes : Cosbani 3’01’41

4×50 NL Poussines Benjamines : COSRA 2’17’’30

4×50 NL hommes P / B : Managing 2’11’’45

4×50 NL masters : Managing 2’08 ‘’30

4x50m Quatre nage dames : Managing 2’16’’52

4x50m Quatre nages hommes : Saint-Michel  2’00’’21

4x100m NL dames : Managing 4’34’’49

4x100m NL hommes : Saint-Michel : 4’12’’17

4x100m Quatre nages dames : Managing 5’11’’31

4x100m Quatre nages hommes : Saint-Michel  4’40’’83

Les résultats en individuels

50m pap dame : Raharvel Sarah COSFA 30’’96

50m pap homme : Rasolonjatovo Michael  27’’05

50m dos dames : Rabary Johana Saint-Michel  33’40

50m dos hommes : Rasolonjatovo Michael Saint-Michel  29’39

50m brasse dames : Radaniela Andrianoro Domoina : Managing 37’’14

50m brasse homme : Rakotomavo Stéphane Saint-Michel  32’’32

50m NL dames : Raharvel Sarah COSFA59’43

50m NL hommes : Rasolonjatovo Michael Saint-Michel  25’’66.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara18 partages

Centre commercial Akoor : Maquillage et bar à ongles gratuits pour les femmes

Les heureux gagnants des jeux d’animation organisés par Akoor’Digue.

Après des jeux d’animation qui ont fait des heureux gagnants, Akoor frappe encore fort, en offrant des séances de maquillage et un bar à ongles gratuits, pour toutes les femmes en visite dans ce centre commercial. Cette offre sera valable durant toute la journée de demain, 8 mars. Valérie Fidihasina, gestionnaire d’Akoor’Digue l’a annoncé, samedi dernier, lors de la remise de lots à la tombola organisée dans le cadre du 1er anniversaire du centre, combiné à la St Valentin. « 10 bons d’achat de 25.000 Ar chacun seront à gagner tout au long de la journée de la F+emme. Mais pour l’heure, nous récompensons également les gagnants du concours selfie en couple organisé sur la page Facebook officielle d’Akoor. Des milliers de clients du Centre commercial y ont participé », a-t-elle affirmé, lors de la remise de lots. En effet, des bons d’achat et des cadeaux ont été offerts à l’occasion. Parmi les nombreux gagnants, Stéphane Lantonirina a gagné une moto 150cc ; Odilon Alio Dialos bénéficiera d’un séjour en amoureux tout pris en charge au Farihy hôtel à Ampefy ; Joelle Fabiola Razafindrasoa a remporté une TV LED 32 » ; Francky Ratiarijaona a gagné un réfrigérateur ; Bodo Eliarisoa Andriamanantena, un four électrique, etc.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara17 partages

Taekwondo : Tiavo sacrée championne de France

Une bonne nouvelle. Tiavo Randrianisa a fait encore parler d’elle aux Championnats de France le week-end dernier. En effet, elle vient de remporter son premier titre de championne de France sénior chez les moins de 49 kg samedi. Agée de 17 ans et évoluant en junior, elle a été surclassée lors de cette compétition et a déjoué tous les pronostics. Cette pensionnaire du club Cosma Arcueil Taekwondo  et de l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance (INSEP) à Paris rajoute une étoile à son palmarès.

T.H

Midi Madagasikara17 partages

Jirama Toamasina : Efa vonona amin’izay ho vokatry ny rivodoza “Anawo”…

Nampiantso mpanao gazety tao amin’ny birao fiasany ny talem-paritan’ny Jirama Toamasina, Atoa Veloson Leonard, izay nilazany fa “efa vonona amin’izay ho vokatry ny rivodoza Anawo ny Jirama amin’izao fotoana izao”, ireo mpiasa sy ny teknisian’ny Jirama eo ambany fiadidiany. Na ho inona ny vokatry ny rivo-doza eo dia efa misy ny fitaovana sy fomba entin’izy ireo manarina faran’izay haingana izay mety ho fahasimbana hoentin’i Anawo. Nandritra izao fihaonany tamin’ny mpanao gazety izao ihany koa, no nilazan’ny talen’ny Jirama Toamasina fa mety hisy fahatapatapahana ny herinaratra sy ny rano amin’ny fotoana maha-be ny rivotra sy ny orana, ka tsy tokony ho taitra amin’izany ny mpanjifa sy ny vahoaka. Manao ny fomba rehetra tsy hisian’izany anefa ireo teknisian’ny Jirama, ary raha mitranga izany dia ataon’izy ireo faran’izay haingana ny famerenana ny fahatapahana tampoka mety mitranga. Ankoatra izay dia mbola nohamafisin’ny talen’ny Jirama Veloson Leonard fa tsy delestazy ny mety fahatapahan-jiro eto Toamasina, fa olana ara-teknika ihany, satria raha ny herinaratra vokarin’ireo fitaovana misy eto Toamasina izao dia ampy tsara ny mpanjifa sy mbola azo anitarana. Raha ny momba ny rivodoza Anawo kosa dia oram-be mitsitapitapy no entiny eto Toamasina omaly tontolo, tsy mbola nisy ny rivotra be nentiny nanimba zavatra aloha. Araka ny vaovao fantatra dia ny ao Ambatosoa, Mananara avaratra sy Maroantsetra, no tena misy tafio-drivotra omaly tontolo. Ny ao Sainte-Marie sy Soanierana Ivongo ary Fenerivo atsinanana ihany koa dia nisy rivotra somary nahey ihany omaly, saingy ny orana no avy betsaka ka nampiakatra ireo renirano any an-toerana…

Malala Didier

News Mada16 partages

Arboretum Ambatobe : un énorme chantier de construction en cours

La vente de l’arboretum d’Amnatobe a soulevé bien d’interrogations ces derniers mois. Pour les scientifiques chercheurs et conservateurs, ce genre de plantation d’arbres d’essences variées revêt une importance capitale pour un pays riche en flore comme Madagascar puisqu’il abrite une collection d’espèces d’eucalyptus et de pins endémiques existant sur l’ensemble du territoire. Il se trouve dans une zone protégée. Or, un énorme chantier de construction se dresse sur les lieux à l’heure actuelle.

Les investigations menées ont révélé que l’acquéreur privé y effectue des travaux de grande envergure. Des murs d’enceinte sont érigés malgré l’inexistence d’autorisation émanant des responsables. Des sommes importantes sont effectivement en jeu dans l’exploitation de ce lieu stratégique à Ambatobe.

Permis de coupe, permis de construire…

L’émission «Alalino» de dimanche dernier sur Kolo TV a révélé que le terrain en question servira pour la construction d’un complexe hôtelier de standing. Johanita Ndaimananjara, ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts avait déclaré en janvier dernier que la coupe sur cette propriété de l’Etat est strictement interdite et que son département n’a pas été mis au courant de la situation. C’est ce département ministériel qui avait délivré un permis de coupe dans l’enceinte de l’arboretum en décembre 2016 mais a été suspendu par les responsables étatiques le 4 janvier dernier.

Les responsables du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, à l’instar du ministre Narison Rafidimanana lui-même, ont affirmé qu’aucune construction n’est autorisée sur ce domaine et qu’il doit rester « un espace vert ». Il a également déclaré qu’une enquête est ouverte et que les sanctions vont tomber.

Salema Andriamiharisoa, maire de la Commune rurale d’Ilafy a pourtant soulevé que la commune n’a pas délivré de permis de construire. Selon lui, les dossiers pour l’obtention de ce permis sont complets mais l’obstacle se dresse au niveau de la suspension du permis de coupe alors que les travaux ont déjà commencé.

Plusieurs questions se posent : qui sont les instigateurs de cette cession de terrain ? Qui a délivré le permis de coupe ? Quels sont les résultats des investigations et qu’en est-il des sanctions ?

Haja R.

News Mada16 partages

Exposition : Dina R. célèbre la beauté féminine

Dina Rabearivelo s’illustre à l’Institut Ravinala, les 9 et 10 mars, à travers son exposition baptisée «La femme… Un art».

En fait, cette exposition se déclinera comme une ode à la gent féminine à travers une trentaine de peintures, sur du papier journal orné de poèmes, célèbrant la beauté essentiellement féminine. «J’ai tout particulièrement jeté mon dévolu sur le papier journal pour son caractère à la fois fin et lisse. De manière précise, les papiers de dessin ont pour trait commun un grammage élevé des gains à la surface. Mais spontané et impatient que je suis, je ne voulais guère être limité par le support et la technique. Inspiré par la réalité malgache et notamment par le quotidien du pays, j’ai essayé de marier l’article des journaux et mon œuvre», argumente l’artiste.

Coopération culturelle

Tout au long de ces journées, Dina Rabearivelo va réaliser une performance en peignant le quotidien des femmes dans la société. L’événement sera également ponctué d’une conférence portant sur le thème «Un panel sur l’évolution de la place de la femme dans la société », d’une représentation de danses folkloriques malgache et turque et d’une exposition d’objets de décoration à base de bouteilles en plastique recyclées.

«Cet événement est non seulement une occasion de marquer d’une pierre blanche la Journée mondiale de la Femme, mais également et surtout de renforcer la solidarité et de la coopération culturelle entre Madagascar et la Turquie», a-t-il précisé.

Notons au passage que «La femme… Un art» sera le premier one-man-show de Dina après deux autres expositions collectives auxquelles il a pris part, à savoir «Madagascar en couleur» au Tahala Rarihasina en janvier et une «Vente-expo de la Saint-Valentin» à la Maison commune des Nations unies en février. S’ensuivra,  sous peu,  son exposition périodique au Louvre Antaninarenina.

Joachin Michaël

Orange Madagascar16 partages

Nosy Be ressent aussi le passage d'Enowa, et ça a été filmé

Le cyclone Enawo a touché terre à 12H00 à 20km d'Antalaha, et se déplace avec une vitesse de 10km/h. 

Avis de danger imminent donc (alerte rouge), pour toute la région du Diana, Sava, Sofia, Analanjirofo, Alaotra, Toamasina, Brickaville, Vatomandry. 

Avis de mance (alerte jaune) pour les districts dans les régions de Boeny, Betsiboka, Analamanga, Mangoro, Antanambao Manampotsyary Mahanoro. 

Avis d'avertissement (alerte verte) pour Bongolava, Itasy, Vakinankaratra, Amoron'i Mania, Haute matsiatra, Ihorombe, Vatovavy-fitovinany, Atsimo Atsinanana.

Si la ville d'Antalaha et ses environs subit le cyclone de plein fouet, l'île de Nosy Be, au Nord-ouest de Madagascar, subit également des vents forts et beaucoup de pluie comme le montre ces vidéos de Luckyman DJNono postées sur Youtube. 

 

Midi Madagasikara16 partages

La Vie des Entreprises, Ambatovy : Poursuite des actions sociales dans les zones d’intervention

Des table-bancs offertes à l’EPP d’Antananambo

Le mois de février a été riche en actions sociales pour Ambatovy qui, malgré la crise provoquée par la baisse des cours du nickel, continue de croire à l’avenir en poursuivant les investissements.

La première action est destinée au kiosque des jeunes Tamaga à Toamasina  qui a été équipé par Ambatovy.

TAMAGA

En effet, divers matériels dont des équipements sportifs, des instruments de musique,

de la sono mobile ainsi que des mobiliers ont été offerts par Ambatovy au kiosque des jeunes Tamaga de Toamasina afin de le soutenir dans ses activités qui sont essentiellement axées sur l’éducation et la sensibilisation des jeunes pour lutter contre le VIH/Sida. Environ 300 jeunes qui fréquentent tous les mois le kiosque, ainsi que d’autres jeunes et élèves

qui sont concernés par des animations en dehors du site, vont profiter de ces

matériels. Ladite dotation dont la remise officielle s’est tenue à Toamasina ce

mois de février 2017, fait suite à une série de formations destinées aux jeunes

pairs éducateurs de ce centre qu’Ambatovy avait appuyé au mois de

novembre 2016. Ces contributions d’Ambatovy dans le bon fonctionnement de

ces structures œuvrant pour l’épanouissement et la santé de la jeunesse

entrent effectivement dans le cadre de ses engagements sociaux au

profit des régions concernées par ses activités.

Mobiliers scolaires

Pour sa part, l’EPP d’Antananambo dans la commune rurale de Fanandrana a bénéficié de 100 table-bancs de la part d’Ambatovy. Cette dotation de mobiliers

scolaires d’une valeur de 15 millions d’ariary entre dans le cadre des

engagements d’Ambatovy en matière de responsabilité sociétale de l’entreprise

(RSE) au profit des communautés concernées par ses activités. La remise de

ces mobiliers, qui vont profiter à environ 700 élèves allant du CP1 au CM2,

s’est déroulée au début du mois de février. Soutenir l’éducation figure parmi

les axes de priorités d’Ambatovy dans ses engagements pour le soutien au

développement durable dans ses zones d’intervention. A noter que la

commune Rurale de Fanandrana est traversée par le pipeline d’Ambatovy et

touchée par le Parc à résidus de la compagnie. En septembre 2016, l’EPP

d’Ampasimbola, dans la commune Rurale Fanandrana, a également été doté

de mobiliers scolaires d’une valeur de plus de 8 millions d’ariary composés de

table-bancs, de chaises, de tableaux noirs et de deux armoires, par

Ambatovy.

Reboisement

Enfin, Ambatovy a procédé aux travaux de regarnissage et d’entretien des parcelles de reboisement à Antanimietrikely. Dans le cadre de ses actions pour protéger et conserver l’environnement autour de son site minier à Moramanga, Ambatovy a mené à

Antanimietrikely, situé dans la partie Sud de sa zone de bail, des

campagnes de reforestation en plantant des espèces autochtones depuis

2011, avec le concours des employés de la mine et les parties prenantes.

Pour une reforestation réussie, des travaux de regarnissage et d’entretien des

parcelles de reboisement sont réalisés sur ce site tous les ans. Cela cadre

effectivement avec les objectifs fixés pour 2017 qui consistent à enrichir la

densité de la plantation avec des espèces locales pionnières pour

booster la fermeture de la canopée et contribuer aussi à la mise en œuvre de

la politique nationale pour le développement des superficies reboisées. Ambatovy fournit également de l’assistance technique et matérielle pour les parties prenantes dans ces travaux, dont une délégation du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole qui s’y était attelé sur une surface de 7 ha, le vendredi 24 février 2017.

Recueillis par R.Edmond.

L'express de Madagascar13 partages

Vol de boeuf – Isoanala assiégé par les dahalo

Le vol de bœufs, un fait à ne plus présenter dans le Sud, connaît une résurgence alarmante depuis ce mois. Des dahalo armés ont circulé aux alentours de la commune rurale d’Isoanala, samedi, selon les informations de la gendarmerie locale. Les dahalo sévissent dans les milieux ruraux de Betroka. Une recrudescence de vol de bœufs est enregistrée depuis ce mois. Très tôt samedi, un groupe de dahalo lourdement armés, circulent dans les villages environnants de la commune rurale d’Isoanala, selon les villageois. Ces bandits se sont emparés d’une centaine de têtes de zébus, la semaine dernière à Bekily. Cette zone se trouve aussi dans un état d’isolement où règne l’insécurité, d’après les explications de la gendarmerie, du poste avancé d’Isoanala. Les responsables sécuritaires locaux ont indiqué qu’ils avaient déjà appelé desrenforts issus des éléments de la gendarmerie de Betroka, pour sécuriser les périmètres.En attendant l’arrivée des secours, les habitants du village ont été sensibilisés de veiller sur leurs biens et de monter la garde, notamment la nuit. Hier après-midi, les fokonolona avec deux militaires pacificateurs allaient patrouiller les zones censées, d’être lieu de refuge des dahalo. Certains parents n’envoient plus leurs enfants à l’école, en raison de cette détresse. «Le vol de bœufs et les invasions menées par les dahalo rythment le quotidien de la population locale. Ce qui pourrait aboutir à l’émigration, tant que ce problème ne sera pas résolu au plus vite», a informé Zanaria Odette, enseignante à Isoanala.Depuis l’année 2013, le district de Betroka souffre du mauvais état de la RN°13, reliant Ihosy à Taolagnaro. Les dahalo profitent de l’isolement du territoire, surtout l’été, selon la population locale.« Nous continuerons jusqu’à présent notre opération en milieu rural, afin de réduire en miettes les actes de banditisme», a précisé le commandant de la gendarmerie de Betroka Théodule. Ce dernier a rappelé que le nombre de vols de bœufs dans cette ville connaît une baisse par rapport à celui de l’année dernière, selon leur bilan. Par ailleurs, la restauration de la sécurité au niveau des communes rurales reste encore à raffermir.

H.L.

Midi Madagasikara13 partages

Affaire Antsakabary : La population encore traumatisée

Les évènements d’Antsakabary n’ont laissé personne indifférent. Les Malgaches ont montré leur solidarité à travers différentes mobilisations. C’est dans ce contexte que quelques prêtres de Befandriana ont effectué une déclaration, hier, à Antanimena.

Traumatisme. Le Père Fidèle Razafimandimby, directeur de la Radio Fivoarana à Mandritsara, a adressé ses sincères remerciements aux Malgaches qui ont affiché leur solidarité et leur compassion à l’endroit des victimes. « Je remercie vivement toutes celles et tous ceux qui ont participé aux téléthons pour la population de Befandriana que ce soit les autorités étatiques ou les simples citoyens », a-t-il lancé. Néanmoins, il a précisé que « la situation n’est pas encore revenue à la normale dans la mesure où les habitants restent traumatisés par les évènements. Il y a une accalmie mais la ville reflète une certaine fragilité matérielle et psychologique, surtout quand ces mêmes habitants croisent des agents de police ».

Démenti. Par ailleurs, les prêtres ont démenti l’intox selon laquelle la personne responsable des incendies criminels souffre d’une démence. « C’est faux », défend le Père Fidèle Razafimandimby avant de continuer que « ce sont des éléments de la police qui en sont les véritables auteurs ». Comment détient-il toutes ces informations ? Tout simplement car, d’après ses explications, il était et demeure en contact avec les habitants. Il est toujours à la recherche de l’information pour reprendre ses termes. Pour ce prêtre, l’heure n’est pas à la vengeance. « Si des prévenus sont reconnus coupables, ils doivent être traînés devant la justice et éviter toute forme de représailles », conclut-il. A noter que l’on a pu réunir, entre autres, la somme de 36 630 500 fmg dans cette mobilisation.

Aina Bovel

Midi Madagasikara13 partages

Vente en ligne : Lancement officiel de son offre VIP

Le premier site internet de petites annonces de Madagascar, permet aux particuliers et aux professionnels de vendre un article facilement et rapidement grâce à internet. Le principe est simple, il suffit de poster une annonce (gratuitement) sur le site en question pour voir les potentiels acquéreurs vous contacter pour acheter ou louer votre bien. Ensuite, la vente se fait directement avec l’acheteur, puisque pour plus de sécurité aucun paiement ne se fait depuis la plateforme.

Vendredi soir dernier, l’équipe du site a invité les meilleurs vendeurs de sa plateforme dans ses locaux pour une soirée VIP exclusive, afin de faire le lancement officiel de son offre VIP, qui permet aux vendeurs de mettre en avant leur annonce pendant plusieurs jours, et donc de la vendre plus rapidement. Ce nouveau service, facilement accessible, grâce au paiement par Orange Money, est actuellement en promotion de lancement sur le site JUMIA.mg. Les 65 participants ont  alors pu profiter d’une soirée VIP entièrement aménagée pour eux : buffet offert, tombola, cadeaux, et présence d’une équipe Orange pour expliquer personnellement les services proposés.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara12 partages

L’obligation d’instaurer un climat de sérénité

L’atmosphère politique actuelle est à l’image du climat qui règne en ce moment sur la Grande Ile. C’est un avis de gros temps et de fortes turbulences qui est annoncé avec la rentrée, ce soir ou demain matin, du cyclone Enawo dans le Nord-Est de l’île. A l’approche des élections présidentielles de 2018, les candidats et leurs partisans font monter la pression et quoiqu’ils s’en défendent, sont en train d’instaurer une certaine tension faisant craindre le pire lorsqu’arrivera l’échéance.

L’obligation d’instaurer un climat de sérénité

Le HVM prépare activement l’élection présidentielle de 2018 et les réunions des militants des différentes sections en province se terminent toujours par l’indéfectible soutien de ces derniers à Hery Rajaonarimampianina dont ils sollicitent la candidature. Bien qu’ils s’en défendent, les dirigeants de ce parti pensent à une disqualification des deux principaux rivaux de leur poulain. Ils répètent qu’ils n’ont jamais parlé de ce fameux « ni…ni » qui occupe tous les esprits, mais que c’est la loi qui fixe les règles de cette élection. Du côté des partisans de Marc Ravalomanana, le ton monte également. Les tournées de l’ancien président en province se déroulent dans une atmosphère enfiévrée. Ce dernier enflamme son auditoire qui se dit prêt à entrer en résistance si on empêche sa candidature. Le paroxysme a été atteint à Antsirabe où le slogan « premier tour dia vita » a été lancé. Du côté d’Andry Rajoelina et du MAPAR, aucune déclaration publique n’est faite, mais l’entourage du président de la Transition ne mâche pas ses mots. Les sympathisants du mouvement ne cachent pas leur désir de revanche. Il est peut-être temps de lancer un appel à la raison et de demander à tous de ne pas se laisser déborder par la passion. La longue crise que les Malgaches ont vécue de 2009 à 2013 est encore présente dans les esprits. L’ambition légitime des uns et des autres ne devrait pas les faire déraper. Nos concitoyens aspirent à une certaine sérénité et ce sont ces hommes politiques qui devraient en donner l’exemple.

Patrice RABE

Orange Madagascar10 partages

Enawo : de nouvelles vidéos impressionnantes de Maroantsera

Pluies et vents impressionnants à Maroantsetra à l'approche d'Enawo. La rivière Anjanambo a déjà débordé. 

La ville de Maroantsetra ce 7 mars 2017, filmée par des internautes. 

 

L'express de Madagascar10 partages

Foire – Le rendez-vous de la place Dauphine

Attirer des investisseurs. Les quelques trois mille passants hebdomadaires à la place Dauphine, à Stras­bourg France sont les principales cibles de cet événe­ment économique organisé par l’Association Event et la Chambre de commerce et d’Industrie d’Antana­narivo. La foire qui se tiendra du 22 au 28 mai s’intitu­lera, cette année, « Des Lémuriens et des Cigognes », si depuis les neuf éditions précédentes, elle a été connue sous le thème « Semaine de Madagascar à Strasbourg ». Artisanat, industrie et services, culture, art culinaire et tourisme sont les principaux domaines d’activités incités à y participer.« Nous avons fait appel à des participants motivés à se lancer vers la recherche de marché extérieur », indique Stéphanie Ratrimoson, chef de service Communication et marketing de la chambre de Commerce et d’industrie d’Antananarivo, à la séance d’information d’hier à Antaninarenina. « Quarante stands seront disponibles. Par ailleurs, nous avons apporté une certaine sélection quant aux produits au niveau de la qualité. Il n’est plus intéressant d’amener des produits en grande quantité », ajoute-t-elle. La marqueterie, les huiles essentielles et les produits d’art culinaire démarqueront cette édition.

DémarcheLe rôle de la chambre de Commerce est d’appuyer les opérateurs désirant participer à cette foire de Strasbourg dans les démarches administratives. « La chambre de Commerce les informe sur les lois et les textes en vigueur par rapport aux produits exportables car beaucoup l’igno­rent. Nous leur avons fait savoir, entre autres, le processus obligatoire pour les diverses certifications,  notamment pour les produits alimentaires ou relatifs à la culture gustative », précise Stéphanie Ratrimoson. Cette responsable avait également fait savoir qu’il n’y avait pas que les opérateurs économiques qui étaient incités à l’événement. Des ONG comme le centre médico-social de Betania, ou les Frères capucins alsaciens  à Madagascar ou encore des établissements scolaires comme l’université de Mahajanga ont déjà pu négocier avec des partenaires à Strasbourg de par cette foire. « Les exposants sont tenus de payer 850 euros pour la location d’un stand de trois mètres sur trois pendant la période de la foire. Des rencontres B to B et des conférences sur les destinations de rêve de Madagascar orneront la foire “Des Lému­riens et des Cigognes” », souligne Rinah, de l’Agence Event.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar8 partages

L’indépendance monétaire sans restriction en 1973

LeS négociations franco-malgaches  ouvertes en vue de jeter les bases de nouveaux rapports de coopération entre Madagascar et la France, aboutissent notamment à un résultat non souhaité certes, mais envisagé. « Contraint de sauvegarder à tout prix sa souveraineté nationale, Madagascar quitte la zone Franc et s’apprête avec fermeté à faire face à toutes les conséquences que pourrait entraîner un tel geste. »Cette « courageuse » décision, le général de division Gabriel Ramanantsoa, chef dugouvernement transitoire le laisse prévoir le lundi 21 mai 1973 à Betafo. Une foulenombreuse vient l’écouter,  brandissant des banderoles sur lesquelles se lisent « Diego-Suarez et Ivato aux Malgaches », « Évacuation des forces étrangères ». Le Général s’écrie alors:« Faites-nous confiance. Nous ne vendrons pas la Patrie. Nous préfèrerions nous tenir debout et rester pauvres plutôt que nous agenouiller pour être riches. »Quelques mois plus tôt, le 27 février, un accord se dégage à Paris sur les principes d’une nouvelle forme de coopération monétaire entre la France et Madagascar. L’accord repose sur la reconnaissance de l’exercice par la République malgache de sa pleine souveraineté monétaire, sur le plan interne comme sur le plan international. En outre, le Trésor français accepte de donner une garantie limitée et conditionnelle à l’image des tirages sur les tranches de crédit auprès du Fonds monétaire international.De plus, le principe de la liberté des transferts entre les deux pays est admis, chaque État ayant la possibilité d’apporter des restrictions à cette liberté si les circonstancesl’exigent. Toutefois, des facilités de transfert sont demandées au bénéfice des ressortissants français même en période de restriction.Durant le second volet des négociations à Antananarivo, les propositions de la délégation française ne sont pas jugées « acceptables ». Aussi les deux parties conviennent-elles que des dispositions monétaires, dont le traité général, ne sont pas indispensables. « Ce qui consacre la pleine et totale indépendance de la monnaie malgache. »D’après le ministre Albert-Marie Ramaroson (Économie et finances), le régime selon l’accord de Paris et le régime effectif diffèrent. L’accord de Paris consacrait l’indépendance interne et externe de notre monnaie certes, mais il ouvrait la voie à une forme nouvelle et originale de coopération monétaire en donnant en quelque sorte à notre pays le statut d’État non plus « membre », mais « associé à la zone Franc. »  Dans le régime effectif, « Madagascar ne fera plus partie de la zone Franc ».Albert-Marie Ramaroson évoque aussi la convertibilité du franc malgache. « Depuis 1960, notre monnaie est garantie par le Trésor français. C’est-à-dire qu’il met à la disposition de Madagascar, les sommes nécessaires pour assurer le paiement de nos engagements extérieurs. En treize ans, cette garantie n’a pas eu à jouer une seule fois, car les avoirs extérieurs malgaches ont toujours été suffisants. »Ainsi, la possibilité d’honorer les engagements extérieurs est donc essentiellement liée au niveau des avoirs extérieurs, c’est-à-dire des réserves en devises étrangères. « La défense de la valeur externe de la monnaie peut ainsi conduire, entre autres, à des mesures de restriction de transferts, comme c’est actuellement le cas dans notre pays. »Les réserves malgaches en devises sont alors à un niveau élevé « rarement atteint depuis treize ans ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnels

Tia Tanindranaza7 partages

Harem-pirenena very hatramin’ny 1960 Efa nahazoana helikoptera 100

500 hatramin’ny 750 tapitrisa dolara isan-taona ny harena an-dranomasina very eto Madagasikara, hoy ny filohan’ny Repoblika Rajaonarimampianina Hery.

 Antony goavana mahatonga izany ny tsy fahampian’ny tafika an-dranomasina sy ny fitaovana ampiasaina hiarovana ny sisin-dranomasin’ny firenena Malagasy. Ilaina hampitomboina ny isan’ny miaramila miaraka amin’ny fanamafisana ny lafiny fiambenana izay tena marefo tanteraka. Harem-pirenena isan-karazany toy ny omby, ny volamena, ny andramena na koa ny harena an-dranomasina tsy hita pesipesenina no efa very hatramin’ny niverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara ny taona 1960, hoy ny avy eo anivon’ny inspektera jeneralin’ny zandarimariam-pirenena. Efa azo nividianana helikoptera tsy latsaky ny 100 rahateo ny fitambaramben’ny fivoahan’ireo harem-pirenena an-tsokosoko ireo. Mampalahelo moa fa na angidimby iray aza tsy ananan’ny zandary Malagasy. Toraka izany ihany koa ny havitsian’ny sambo haingam-pandeha ampiasain’ny tafika an-dranomasina, hoy hatrany ny fanehoan-kevitra avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Vitantsika ny miaro ny harem-pirenen’i Madagasikara fa ilay fahavononana, indrindra ny finiavana politikan’ny mpitondra no lesoka, araka ny fanamarihan’ity farany.

Nangonin-dRamano F.

 

Midi Madagasikara7 partages

EAH : Un financement de 13 120 000 USD nécessaire pour le volet Wash cette année

Les activités pour faire bénéficier les populations locales des accès aux soins continuent. Lesdites initiatives se manifestent par les efforts menés par les acteurs gouvernementaux, internationaux ou encore émanant des organisations de la société civile. A l’instar du système du Système des Nations unies et du gouvernement malgache via le ministère de la Santé Publique qui ont signé un plan de travail conjoint hier à l’hôtel Carlton Anosy. Découlant de la politique nationale de santé et contribuant à la mise en œuvre des objectifs du développement du secteur santé (PDSS) 2015-2019, ce plan pour 2017 requiert un financement de 27 974 475 dollars USD. Et ce, pour faire face aux défis à relever en matière de santé grâce à des actions axées dans différents domaines comme l’appui à la formation des principaux cadres programmatiques de développement à moyen et long terme du secteur ou encore le développement de la couverture santé universelle en tant que réforme à mettre en place pour cheminer vers l’accès aux soins de l’ensemble de la population. Étant une contribution collective du système des Nations unies, cette initiative est une étape importante dans la marche vers l’initiative intitulée Delivering as One ou Unies dans l’Action.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Basket-ball – Analamanga : TMBB et MB2All en roue libre

Les grandes équipes émergent déjà du lot à l’image du MB2All, TMBB et ASCUT 2 aux éliminatoires de la zone centre de la Coupe du président de basket-ball.

Les éliminatoires de la zone centre battent actuellement leur plein au Gymnase et terrain extérieur de Mahamasina. Hier pour le compte de la troisième journée des rencontres éliminatoires, l’équipe de TMBB a pris le dessus sur l’AS Roux de Fenérive-Est sur le score éloquent de 109 à 55. Les protégés de Aimé Randria alias Memé étaient en promenade de santé où au premier quart-temps le tableau affichait déjà un score de 32 à 10. A la pause, la messe a été presque dite avec presque 33 points d’écart, 56 à 23.  De retour des vestiaires, les John avec 37 points au compteur et consorts enchaînent les points. Au rebond offensif que défensif, ils ont mis à mal leurs adversaires. Chan de l’AS Roux, petit de taille mais très efficace tente de réduire l’écart même s’il était tout seul face à l’armada du TMBB. MB2All d’Analamanga a emboité le pas à l’équipe du TMBB en s’offrant de la formation du BCM d’Alaotra-Mangoro par 107 à 54.  L’autre rencontre phare de la journée a opposé la seconde formation de l’ASCUT d’Atsinanana à l’AS Fanalamanga d’Alaotra-Mangoro. Les Tamataviens emmenés par Kevin se sont imposés sur le score de 99 à 71. Malmenés au premier quart-temps, les Manitra et camarades ont du mal à suivre le rythme imposé par Antonio et compagnies. Mais une domination des gars de Moramanga de courte durée où les jeunes basketteurs de l’ASCUT ont repris les commandes jusqu’au coup de sifflet final. Au terme de ces 3 jours de compétition, l’ASCUT 2 enregistre deux victoires et une défaite. Les matchs se poursuivront ce jour au Petit Palais à Mahamasina.

Calendrier

Petit Palais

8h 00 : TACC contre MB2All

09 h 45 : Ankarana contre AS Roux

11 h 30 : AS St Pierre contre USBA

13 h 15 : BBCA contre ASCUT 2

15 h 00 : AS Fanalamanga contre BCM

16 h 45 : TMBB contre ECBBA.

T.H

Orange Madagascar6 partages

Enawo : des photos de la région Nord-est

La ville de Maroantsetra ce mardi 7 mars 2017, à l'approche d'Enawo

Midi Madagasikara6 partages

Madagascar All Stars : Les dates se précisent

Ils sont bien là. Et ils ont donné une conférence de presse hier dans les locaux de Dzama à Soanierana pour la présentation des trois concerts qu’ils donneront le 10 mars à l’IFM à partir de 19h, puis le 11 mars au CC Esca à partir de 15h et le 12 mars au Jao’s Pub à partir de 16h. Ce programme qui se précise est une aubaine pour les fans qui les attendent depuis bien longtemps. Dzama Event, qui s’est joint à l’événement depuis 2015, continue son soutien. En tout cas, ces concerts permettront aux artistes, Dama, Régis Givazo, Erick Manana, Justin Vali, Olombelo Ricky et Jaojoby, de partager la musique malgache aux Malgaches. Histoire de rappeler la beauté et la richesse de la culture malgache.

Anjara Rasoanaivo

Madaplus.info5 partages

Des chiffres alarmants sur les cas de viol sur mineurs dans la région Boeny.

Dans la région Boeny, on constate un taux élevé de violence sexuelle envers les enfants.
Ne serait-ce que parler de 2016, la moitié des enfants pris en charge par les réseaux de protection de l’enfance ont fait l’objet d’abus sexuel. Ils sont tous en dessous de 15 ans qui plus est. Le cas d’une jeune fille a marqué l’année 2016, en effet, elle a été violée à maintes reprises par son oncle, situation qui lui a fait perdre l’usage de ses membres inférieurs. Mais force de reconnaitre que même avec une statistique très élevée, des cas sont encore méconnus, des victimes restent dans l’ombre par peur du regard de la société. Or ces violences sexuelles, selon les recherches qui ont été effectuées, ont une conséquence fatale sur le développement de l’enfant.
L’Unicef a mis en place le centre Vonjy à Majunga pour que les enfants victimes de violences sexuelles puissent recevoir des prises en charge psychosociales dans un lieu unique.
Tananews5 partages

Samva : le salaire des éboueurs passera à 250 000 ar

C’est formidable ça. Mais euh, ils gagnaient combien jusqu’ici ?

Environ 43 000 ar. Par mois s’entend.

Ah, vivre à Tana avec 43 000 ar par mois ? Sachant que la plupart ont la tuberculose en plus ?

News Mada5 partages

Fotoana fanehoam-pitiavana ny karemy

Mandritra ny 40 andro fanomanantena hiatrika ny Paska, tokony hotsaroan’ireo kristianina rehetra ny ezaka telo tsara hananana”, hoy hatrany ny mompera Ramanantenasoa Manitra.

Anisan’izany ny fitiavam-bavaka izay hifandraisana akaiky amin’Andriamanitra. Ampitomboina ny fotoana hivavahana. Anaovana fanokanan-tena hahafahana mitondra am-bavaka ny hafa izay mila vonjy na mila fanohanana.

Eo koa ny fanolorantena amin’ny alalan’ny fifadian-kanina sy fandavana ny ratsy ary ny fanoherana ny fakam-panahy rehetra izay masiaka tokoa. Anisan’ny fakam-panahy ny fanokafana tsy an-kiato ny « facebook » izay mampihena ny fotoam-bavaka sy ny fanokanantena…

Ankoatra ireo ny asa fihantrana sy fitiava-namana. Raha misy azo atao, tsara ny mizara amin’ireo tsy manana. Mihantra ireo mahantra ary mampahery ny malahelo.

Fanehoam-pitiavana amin’ny mpiara-belona avokoa ireo ezaka telo rehetra tokony hananan’ny kristianina ireo. Tsy tokony hivaona araka izany na ny fihevitra na ny fihetsika na ny fiteny fa haneho fitiavana hatrany.

Takina amin’ny kristianina mandrakariva ny fahaizana mamela heloka toy izay nataon’i Jesoa Kristy ka nisoloany vaika ny fahotan’ny zanak’olombelona.

Anisan’ny sarotra ny  io famelan-keloka io izay takiana indrindra amin’izao fanomanantena hiatrika ny fetin’ny Paska izao kanefa mila mahay mamela heloka mba tsy haloto fo sy hihatsaravelatsihy.

Tatiana A

L'express de Madagascar5 partages

Jirama – Des agents prêtent serment

La Jirama n’aura plus le droit à l’erreur. La répression concernant les vols d’électricité et d’eau commence à prendre forme. Trente quatre agents contrôleurs – verbalisateurs ont prêté serment hier au tribunal Anosy en qualité d’Of­ficier de police judiciaire, d’après le communiqué de la société. Ils auront à débusquer et verbaliser les fraudeurs.« Ils sont immédiatement habilités à vérifier, à saisir, à constater les infractions à la loi pénale, d’en rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs, à confisquer tout matériel utilisé à des fins représentants des corps de délit comme le picage, la fraude, le vol de câble ou autres effractions. Ils sont également habilités à mener des enquêtes après des propriétaires », a indiqué la Jirama dans son communiqué.La prestation de serment de ces agents, à la veille d’une mission d’évaluation du FMI, n’est pas fortuite. Dans leur lettre d’intention d’engagement dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC), les autorités entendent restructurer la Jirama pour en faire une entreprise efficiente et en bonne santé financière. Les pertes non techniques sont de l’ordre de 20%, et principalement liées aux branchements illicites. Voilà un bon clin d’œil aux missionnaires de Bretton Woods.

L.R.

Madaplus.info4 partages

Cyclone ENAWO Frappera le nord de Madagascar aujourd’hui

Selon le bulletin cyclonique d’hier, ce cyclone tropical est positionné à environ 400 Km d’Antalaha, il est muni d’un vent de 140 km/heure alterné par des rafales instantanées de 195 km/heure autour du centre.
Ce cyclone s’approche dangereusement d’Antalaha avec une vitesse de 9 km par heure. Les prévisions affirment qu’il va entrer en terre malgache entre 9heures et 12 heures (heure locale). Le 08 et 09 Mars 2017, Enawo va continuer sa course sur les hauts plateaux de Madagascar. Les régions Diana, Sofia, SAVA, Analanjorofo et Antsinana font l’objet d’un avis de menace actuellement. Les régions Boeny Betsiboka Analamanaga, Bongolava, Itasy, vakinankaratra et amoron’ny Mania reçoivent un avis d’avertissement. Les fortes pluies ont déjà commencé hier dans le nord-est de Madagascar. Une vidéo de cette forte pluie fait actuellement le tour sur internet.
Tananews4 partages

“Premier tour dia vita”

Les partisans de Marco s’échauffent à Antsirabe et s’imaginent déjà rééditer le scénario de 2002, avec un premier tour dia vita.

Hélas 2002 c’était il y a 15 ans déjà et beaucoup d’eau ont circulé sous la pont depuis.

Et l’élection présidentielle ce n’est pas Tana et Antsirabe seulement, le sabreur précoce de champagne de 2013 s’en rappelle encore.

Dans tous les cas, tout ceci est bien parti pour bien péter en 2018.

L'express de Madagascar4 partages

Commerce international – La sécurité maritime préoccupante

Pour améliorer les échanges commerciaux maritimes, le respect des normes sécuritaires dans les installations portuaires est plus qu’indispensable.

La place stratégique de Madagascar dans le trafic mondial oblige. Les autorités sont préoccupées plus que jamais dans la sécurité maritime. Dans ce sens, la Grande île bénéficie d’une coopération active dans la sécurité maritime de la part de ses grands partenaires. Le mois dernier, le navire espagnol ESPS Relampago de l’EU Navfor Atlanta a effectué une visite du port d’Antsiranana. Pour l’occasion, des exercices d’entraînement ont été effectués conjointement entre les Forces navales malgaches et l’équipage européen. Quelques jours plus tard, c’est au tour des Etats-Unis de venir prêter main forte à Madagascar en termes de sécurité maritime. La marine malgache s’est vue doter d’un nouveau navire offert par les Américains.

Sécurité maritimeL’intervention des Amé­ricains et des Européens dans la sécurité maritime au niveau de l’océan Indien et du golfe d’Aden est importante pour l’ensemble des pays concernés, à commencer par Madagascar. Dans ce sens, l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) ne compte plus les ateliers et réunions internationaux permettant de construire pierre par pierre une sécurité maritime nationale. En plus, il y a aussi les choix techniques. « Ce point ne doit  pas être pris à la légère. Il fait l’objet d’une concertation entre les différents acteurs économiques du pays en ce moment. Et pour choisir la bonne stratégie maritime, il faut regarder chez nos partenaires comment les choses fonctionnent pour le contrôle des navires, les infrastructures portuaires. Tout en gardant le cap vers cette modernisation annoncée, unique voie vers l’indépendance sécuritaire », a souligné un responsable auprès du gouvernement.Pour améliorer leurs échanges commerciaux maritimes, certains pays africains ont choisi d’avancer dans la mise en conformité des normes sécuritaires internationales. « En Côte d’Ivoire, le Port autonome d’Abidjan observe depuis 2004 toutes les exigences du Code ISPS, cette norme de sécurité internationale recommandée par les principaux acteurs économiques internationaux. A Abidjan, cette opération a porté également sur l’établissement d’une évaluation et d’un plan de sûreté par installation portuaire, la formation des PFSO (ndlr : agent de sûreté de l’installation portuaire) et des autres agents du port impliqués dans la gestion de la sûreté, la réalisation de tests et audits internes, la réalisation d’exercices et d’entraînements. En plus de l’installation de l’équipement complet du point de contacts ISPS, le port d’Abidjan a entrepris diverses actions », a expliqué notre interlocuteur.

Lova Rafidiarisoa

Madaplus.info3 partages

Retrouvailles des anciens de Saint Antoine

L'occasion est toujours belle pour se revoir entre ces anciens de l'école catholique Saint Antoine. Peu importe la promo tous se connaissent et aiment se retrouver
Samedi 4 mars à l'occasion du passage d'une des leurs sur le continent, les Saint Antoine se retrouvent pour trinquer, partager la bonne humeur autour d'un repas amical.
Ces rencontres permettent à chacun de donner de ses nouvelles, parler des enfants, des contraintes de l'éducation en France, évoquer le pays mais également pour les filles partager des régimes qui marchent. Tous se séparent avec regret et la promesse certaine de se revoir très vite.

News Mada3 partages

Vokatry ny tsy fahaiza-mitantana sy ny kolikoly : “Tsy foana ny trafika andramena”, hoy ny ONG Traffic

Nahatratra 150.000 t ny bolabolna andramena naondrana an-tsokosoko tany ivelany teo anelanelan’ny taona 2010-2015. Araka ny fanadihadiana nataon’ny ONG Traffic, “tsy mety foana ny trafika vokatry ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra sy ny kolikoly”.

Namoaka ny valin’ny fanadihadiana ny fikambanana misehatra amin’ny tontolo iainana, ny  ONG Traffic, ao anatin’ilay fandaharanasa Scapes, vatsin’ny USAID ara-bola, miaraka  amin’ny WWF, ny Wildelife Conservation Society, ny Conservation international, ary miombon’antoka amin’ny fikambanana fiarahamonina sy ny governemanta.

Araka ny nivoaka tao anatin’ny fanadihadiana “l’Ile au bois: le commerce de bois de roses et d’ébène de Madagascar”, “nahatratra 350.000 ny hazo nokapaina tsy ara-dalàna, indrindra ny andramena tany anaty Faritra arovana (AP), ary nihoatra ny 150.000 t ny bolabola naondrana an-tsokosoko tany Sina, Malezia, Maorisy tao anatin’ny dimy taona (marsa 2010-marsa 2015)”.

Nambaran’i Roland Melisch, tompon’andraikitra ao amin’ny ONG Traffic, fa “ vokatry ny tsy fahaiza-mitantana sy ny kolikoly, nikorontana tanteraka ny zava-misy, tsy misy ny fanaraha-maso ny fitantanana sy ny fanangonana ny andramena, nitarika ny olon-drehetra nandripaka ny hazo tanaty Faritra arovana. Mila taona maro anefa vao hiverina ny hamaitson’ny voahary”.

Navoakan’ny fanadihadiana fa aman-jatony ny karazana hazo andramena “Diospyros” sy ny volombodimpoina (ébène) “Dalbergia” eto Madagasikara. Tian’ny mpanjifa any Azia tokoa ireo hazo ireo, noho ny hatsarany sady mafy sy maharitra, azo anaovana fanaka sy kojakoja tena raitra sy lafo vidy.

Njaka A.

(Tahirin-tsary)

 

News Mada2 partages

Fifanarahan’i Ramsar : faritra mando dimy vaovao ho an’i Madagasikara

Nandritra ny fankalazana ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny faritra mando, ny 2 febroary teo, nankatoavin’ny Fifanarahan’i Ramsar ny fanasokajiana toerana dimy vaovao ho faritra mando eto Madagasikara. Voakasik’izany ny any Ankarafantsika, ny Nosy Ve Androka, ny any Bemanevika, ny any Sahamalaza ary ny any Antrema.

Anisan’ny singa nahavoafidy azy ireo ny fananana harena voajanahary sy mampiavaka azy avy. Maro koa ny zavamananaina tandindomin-doza ao amin’izy ireo. Ho an’i Bemanevika, faritra Sofia, ohatra, tsy hita raha tsy any amin’ity toerana ity ny karazana gana dia (angaka) antsoina hoe “fuligule de Madagasikara” (Aythya innotata). Noheverina fa efa lany tamingana izy ireo saingy mbola nahitana tany an-toerana.

Ho an’ny Nosy Ve Androka, any amin’ny fari-dranomasina Mahafaly, faritra Atsimo-Andrefana, maherin’ny 140 ny karazana akorandriaka (corail), maherin’ny 240 ny karazan-trondro sy zavamananaina ambany ranomasina. Hita any koa ny karazan-trondro miendrika vato (fossile), “Latimeria chalumae”, miampy karazana fano (soka-dranomasina) miisa dimy.

Nilaza ny tompon’andraikitry ny tontolo mananaina an-tanety ao amin’ny WWF, Rafanomezantsoa Simon, fa “manome lanja iraisam-pirenena an’i Madagasikara amin’ny lafiny tontolo iainana, sady hanampy amin’ny fikajiana sy fiarovana azy ireny ny fanasokajiana ireo faritra mando dimy vaovao ireo”.

Njaka A.

News Mada2 partages

40 taona noho ny krizy politika : potika ny toekarena, marefo ny andrimpanjakana

 Tanjona nofaritana amin’ity taona ity ny hahitana fitombon’ny harinkarena 4,7 %. Nofaritana ho an’ny toekarena rahateo ny taona 2017, araka ireo laminasa ao anatin’ny PND. Politika voalohany hanatanterahana izany ny “Fitantanana, fanjakana manara-dalàna, fiarovana, fitsinjaram-pahefana, demokrasia, firaisankinam-pirenena”. Fanadihadiana.

 

 Tao anatin’ny 40 taona i Madagasikara, nahitana krizy politika nifanesy hatrany tonga hatrany amin’ny fanonganam-panjakana. Tsy hita izay vokany hatramin’izao afa-tsy ny fihemoran’ny firenena indray. Notsiahivana nandritra ny fanokafana ny taon’ny toekarena 2017 ny faran’ny herinandro lasa teo fa mila fitoniana, filaminana, indrindra firaisan-kina ny fampandrosoana ny toekarena. Ny fiverimberenan’ny krizy politika, mamparefo ny andrimpanjakana samihafa, toy ny fitsarana ary mampahazo vahana ny kolikoly ka sarotra ny mamaly ny hetahetan’ny mponina.

Fanavaozana sy fanarenana

Tokony hifantoka amin’ny fanavaozana hatrany ny asan’ny fitondram-panjakana eo amin’ny fanarenana ny sampandraharaham-panjakana maro. Hita izany, ohatra, amin’ny tsy fahampian’ny fitaovam-piasana any amin’ny kaominina na any amin’ny faritra. Tsy misy tambiny any amin’ny olom-pirenena ny hetra aloany. Hatsaraina sy hamafisina ny fitantanana hisian’ny fampandrosoana isam-paritra amin’ny alalan’ny fitsinjaram-pahefana. Hajaina araka izany ny lalàna velona eto amin’ny firenena sy ny filaminam-bahoaka. Tompon’andraikitra amin’izany avokoa ny rehetra, araka izay tandrify azy.

Mila vaovao ny mpampiasa vola

Anatin’ny fanatanterahana ny PND ny fitiliana ireo olana rehetra. Miainga amin’ny zava-bita ny ahitana vokatra avy hatrany, afaka fotoana kely sy mety mbola maharitra. Ao ny tolo-kevitra izay tokony hampiharina avy hatrany, ao aoriana kely ary miandry fotoana elaela. Fantatra amin’izany tolo-kevitra naroso izany, ohatra, ny fandrindrana tsara ny politika napetraka sy ny tetikasa naroso ; fanohanana amin’ny tetibola, misy amin’izany tetibola izany azo omena avy hatrany, ao ny miandry kely sy miandry fotoana elaela. Tsara ho fantatr’izay mpampiasa vola rehetra, eto an-toerana sy avy any ivelany, ny vaovao rehetra misy amina toerana iray, indrindra ny any amin’ny faritra.

Violette Kakyomya : “Hiarahan’ny rehetra midinika ny  fampandrosoana”

« Heveriko amin’ny maha mpandrindra ny asan’ny Firenena mikambana (NU) ahy eto  Madagasikara fa fotoan-dehibe izao taona ho an’ny toekarena 2017 izao, hiarahan’ny rehetra midinika momba ny politikan’ny fampandrosoana. Hita tamin’ny fotoam-panombohana teto ny fandraisana anjaran’ny solontenan’ny sehatra tsy miankina, olom-boafidy, mpandraharaha samihafa, fitondram-panjakana. Tsy tokony hotapahina izany fa hifanakalozan-kevitra ny asa rehetra, indrindra ny any amin’ny faritra, izay be mponina indrindra.

Noho izany, tokony zahana akaiky ny zava-misy any amin’ny faritra, izay betsaka ny asa fampandrosoana miandry amina sehatra rehetra, toy ny lalana na fotodrafitrasa hafa. Hita aloha fa nisy fihatsarana ny toekarena ankapobeny nanomboka ny taona 2014, nefa mbola tsy ampy, koa ilaina ny fitohizan’ny fandaharanasa rehetra hampiakatra ny harinkarena », hoy ny mpandrindra ny asan’ny NU,  Violette Kakyomya.

Rtoa Violette Kakyomya, nanomboka miasa eto Madagasikara ny volana marsa 2016. Izy no mpandrindra ny asan’ny NU eto an-toerana ataon’ireo sampana miankina aminy rehetra: Pnud, Unicef, Onudi, FAO, Pam … Andraikiny ny mandravona sy mandrindra ary manatsara ny asan’ireo sampana ireo, araka izay laharam-pahamehana hisian’ny fampandrosoana.  Izy no masoivohon’ny Firenena mikambana eto Madagasikara, notendren’ny Sekretera jeneraly, António Guterres.

 

Olana any amin’ny tontolo ambanivohitra

Na ahoana na ahaona, miantoka ny fampandrosoana sy ady amin’ny fahantrana ny sehatry ny fambolena. Mitombo isa hatrany ny mponina, mitombo isa miaraka amin’izany koa ny tanora. Amin’ny ankapobeny, 71 % amin’ny fianakaviana miaina any amin’ny tontolo ambanivohitra. Betsaka ankehitriny ny mitsoa-ponenana avy any ambanivohitra miakatra  an-tanàn-dehibe. Zara raha mamboly na tsy afa-mamokatra mihitsy izy ireo, noho ny sakana maro. Raha nohadiahadina ny olana mahazo azy ireo, nilaza fa  :

– Noho ny toetr’andro (haintany , rivodoza , tondradrano…) : 48 %

– Tsy ampy fitaovana : 32 %

– Aretina : 31 %

– Tsy ampy tany volena : 29 %

– Vidim-bokatra  : 24 %

– Tsy misy masomboly : 20 %

– Tsy misy zezika  : 15 %

Eo indrindra koa ny tsy fahampian’ny fotodrafitrasa, ka saika ny 50 % amin’izy ireo sarotra mahita fitaterana ara-dalàna hany ka ny 39 % no mba mahita tsena. Famahana ireo olana ireo ny fampiharana ny politika momba ny fampandrosoana, araka novelabelarina nandritra ny fanokafana ny taona ho an’ny toekarena 2017.

 Nanatontosa : R.Mathieu

Pnud –Instat 2016.

 

News Mada2 partages

Filière black eyes : les spéculateurs posent problème

Avec 14 905 tonnes d’haricot black eyes exportées en 2016, Madagascar est actuellement le troisième exportateur mondial de ce produit fortement prisé sur le marché mondial. Toutefois, cette filière porteuse fait encore face à quelques difficultés, notamment dans la région Boeny, la principale zone productrice de black eyes à Madagascar.

Le black eyes est un produit destiné avant tout à l’exportation. La consommation locale reste minime et le marché intérieur est pour l’instant presque inexistant. En 2016, Madagascar a pu exporter 14 905 tonnes de black eyes sur le marché mondial. La destination de ce produit de rente est constituée de deux marchés distincts ; le marché en Asie, avec l’Inde et le Pakistan, et le marché européen, comprenant l’Union européenne, les Etats-Unis et quelques pays du pourtour de la Méditerranée.

33% de black eyes exportés l’an dernier ont été envoyés dans la région indo-pakistanaise et 40% sur le marché occidental (UE).  D’après les études menées par le Programme de Soutien aux pôles de microentreprises rurales et aux économies régionales (Prosperer) sur cette filière, «Ces deux marchés se distinguent par la qualité des produits qu’ils absorbent. Le marché UE est avant tout concerné par un produit de première qualité (nommé grade 1, soit 460-480 grains pour 100 grammes de produit) alors que le marché indien s’oriente sur le tout-venant, c’est-à-dire que black eyes n’est pas calibré. Cette distinction de qualité sur ces deux marchés entraîne une différenciation en termes de prix de vente à l’exportation.»

Tendance à la baisse des exportations

Mais une tendance à la baisse des exportations de black eyes est constatée ces dernières années en raison du manque d’organisation dans la filière. En 2011, Madagascar a encore exporté près de 22 000 tonnes de ce produit sur le marché mondial. Pour les professionnels dans la région Boeny, il est nécessaire de sécuriser la filière black eyes, car de plus en plus de spéculateurs mettent en danger  la transaction de ce produit.

Par ailleurs, la qualité de la production et la maîtrise de l’itinéraire technique, ainsi que la circulation de l’information au sein de la filière sont aussi des paramètres à tenir compte. Plus spécifiquement du côté des producteurs, les questions de capacité financière des producteurs et leur faible niveau d’organisation sont des questions essentielles pour l’amélioration de leur activité.

Riana R.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien2 partages

2ème réunion du Conseil National du Cacao

La deuxième réunion du Conseil National du Cacao (CNC), organisée par le Ministère du Commerce et de la Consommation en collaboration avec le projet Pôle Intégré de Croissance (PIC), s’est tenue dans l’après-midi du lundi 6 mars 2016, au Tana Hôtel à Antananarivo.

Plusieurs entités ministérielles dont celles du Commerce, de l’Agriculture, de l’Industrie et des représentants du secteur privé (producteurs, transformateurs, les exportateurs) composent le CNC et ont participé à cette réunion de travail. L’objectif de cette réunion consistait d’une part à discuter et à décider de l’organisation et du fonctionnement du conseil et de la mise en place d’un centre de contrôle de qualité de cacao. D’autre part, les statuts et du règlement intérieur du Conseil National du Cacao (CNC) ont été adoptés au cours de la réunion

Plusieurs démarches ont déjà été entreprises concernant la filière cacao, dont la création dudit Conseil. Pour rappel, le CNC a été mis en place afin d’accroitre la productivité et la compétitivité nationale. Il a pour mission d’œuvrer pour la pérennisation et le développement durable de la filière cacao.

Label « cacao fine » pour Madagascar

Le cacao représente une source majeure d’exportation bien que sa production demeure encore tributaire de modestes agriculteurs à Madagascar. D’après les statistiques, 95% de la production de cacao provient d’une agriculture familiale paysanne, vivant de un à trois hectares de plantation de cacaoyers.

Classé parmi les meilleurs du monde, le cacao Madagascar a obtenu le label «cacao fine» de l’Organisation Internationale du Cacao, ICCO et la production est certifiée BIO. Il est donc plus que nécessaire de renforcer les efforts consentis dans le cadre de la promotion de cette filière.

L'express de Madagascar2 partages

Renouvellement d’agrément

Dans un communiqué publié dans la presse, la direction générale des douanes invite les titulaires éligibles  de magasins et aires de dédouanement (MAD) à renouveler leur agrément de local de groupage et de dégroupage avant le 30 juin. Du moins ceux qui veulent continuer encore à exercer dans ce sens. Les entités éligibles sont, entres autres, la Chambre de commerce, exploitant de terminal à conteneur sous douane,  commissionnaires agréés en douane, transporteurs aériens et maritimes ou leurs mandataires consi­gnataires, groupeurs.

L'express de Madagascar2 partages

Transformation – La filière lait se cherche

On est encore loin d’une production à grande échelle du lait. L’État essaie tant bien que mal d’améliorer la production.

Moindre. Une vache laitière dite de souche locale ne donne que huit litres de lait par jour en moyenne. Si elle est de race pure ou demi-sang, elle parvient à en donner quinze ou vingt. En comparaison d’autres pays comme le Maroc qui arrive à accumuler deux milliards de litres par an, ou le Mozambique qui élève des vaches pouvant donner vingt à trente litres par vache en moyenne, Madagascar est parmi les derniers sur le rang mondial avec ses 67 millions de litres par an. Le ministre, Rivo Rakotovao, en charge de l’Élevage et de l’agriculture a promis d’améliorer la filière lait, samedi, lors de la dotation de matériels de traite pour les éleveurs d’Ambatolampy Tsimahafotsy, dans la commune d’Ivato.

EntravesLes vaches de bonnes races locales ne sont plus en très grand nombre dans le pays. « Ceci est dû aux actes de banditisme, à des problématiques de suivi et surtout à un élevage à tendance contemplative », a dit le ministre. Seules les races étrangères comme le Holstein sont satisfaisantes. « La professionnalisation de la chaîne de valeur dans la filière lait inclut surtout le type et la disponibilité des fourrages pour les vaches », précise Jean Randriamarolahy, un ex-chef de service du Psdr et éléveur de Belemboka, dans le district de Toliara II. « Pour notre cas, nous ne pouvons nous comparer à ceux du Vakinankaratra qui assurent les 60 % de la production nationale, en raison du climat sec du Sud qui impacte sur la disponibilité des fourrages », explique-t-il.Pour le moment, ses vaches donnent huit litres par jour chacune. Même si son marché ne concerne que les consommateurs de Toliara, son offre n’arrive pas souvent à satisfaire la demande. Une vache  a besoin au minimum de cinq kilos de sonde de maïs ou de dix boîtes de Nestlé de pois du cap par jour. En période sèche, une charrette de feuilles de légumes secs, très prisés par les vaches s’achète à 25 000 ariary et s’épuise en une journée.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Ankazoabo-Sud – Démarrage du projet « Argent contre travail productif »

La cérémonie du premier paiement des bénéficiaires de filets sociaux de sécurité en argent contre travail productif a eu lieu, vendredi, à Ankazoabo. L’insécurité régnante dans ce district n’est pas un obstacle.

Un autre mode d’intervention de l’État et des bailleurs de fonds, dans le cadre des filets sociaux de sécurité, vient d’être lancé dans le district d’Ankazoabo-Sud, région Atsimo-Andrefana. Des ménages pauvres ciblés participent à des activités de protection sociale productive sous une nouvelle forme, dans le cas présent, contrairement aux travaux de haute intensité de main d’œuvre (HIMO).En effet, si auparavant, le projet « Argent contre travail » visait seulement à créer des revenus ponctuels pendant certaines périodes difficiles, le nouveau concept consiste à orienter les travaux rémunérés vers des activités plus productives et utiles à l’environnement sur une plus longue durée, en vue de l’inclusion économique des bénéficiaires. Ainsi, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) et le Fonds d’intervention pour le développement (FID), en tant qu’agence d’exécution, viennent de mettre en œuvre un nouveau projet, financé par la Banque mondiale, dénommé « Asa avotra mirindra », littéralement « Argent contre travail productif » (ACTP). Celui-ci a été mis en place dans  six des neuf communes du district d’Ankazoabo-Sud, dont Ankazoabo-Sud, Fotivolo, Tandrano, Ankilivalokely, Berenty, et Ankeriky.

Le représentant du FID, Mamisoa Rapanoelina, remet le premier paiement à une bénéficiaire.

Le projet concerne 2 500 ménages qui reçoivent un complément de revenu, en échange d’activités de plantation sur des chantiers. De fait, après le démarrage effectif des travaux, le 20 février dernier, par le biais de la cérémonie des premiers coups de bêche « Tsatok’ angady », ou« Vaky tany », dans le fokontany d’Ambalamarina, mille familles ont perçu un premier paiement d’au moins 30 000 ariary par ménage pour dix jours de travail. C’est au cours d’une cérémonie, vendredi dernier au stade municipal d’Ankazoabo, qu’ a été effectuée la remise officielle de ce premier transfert pécuniaire aux bénéficiaires, en présence du directeur du cabinet du MPPSPF, Michel Bedo, et du directeur des filets sociaux productifs et environnement au sein du FID, Mamisoa Rapanoelina, ainsi que des autorités locales.

Zone rougeDans le passé, le district d’Ankazoabo-Sud était l’un des grands producteurs de coton, d’oignons, de pois du Cap, d’arachide dans l’ex-province de Toliara. Actuellement, il est confronté à de graves problèmes d’insécurité, obligeant parfois les paysans à abandonner leurs cultures. Une situation qui freine le développement économique de la région. Aussi, l’implantation de ce nouveau projet dans cette localité n’est-elle pas fortuite.« Ce système de protection sociale vise à rompre le cycle de la pauvreté et de la peur dans cette région réputée zone rouge, car ce projet sera un levier de développement inclusif réduisant les inégalités et l’insécurité. », a souligné le représentant du FID lors de son intervention.Quant au représentant du MPPSPF,  il a soutenu que  la politique de protection sociale du gouvernement est conçue dans le but d’intégrer au mieux les pauvres dans le circuit économique, de façon à améliorer la production nationale.« Ce projet va initier des travaux productifs pour renforcer la base productive de ces ménages ruraux pauvres et, partant, améliorer leur niveau de vie et leur sécurité alimentaire», a expliqué Michel Bedo.

Un programme à moyen terme

À Ankazoabo-Sud, trente-deux sites sont à aménager sur une durée de trois ans, touchant le reboisement (80 ha), l’aménagement des rizières (198 ha) et des tanety (192 ha), et la réhabilitation de pistes (36 km).La rémunération s’éleve à 3 000 ariary pour cinq heures de travail par jour et sur une durée de 80 jours par an pendant les périodes d’inactivité agricole, ou la période soudure, ou encore celle  précédant la rentrée scolaire.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar2 partages

Gare routière d’Ando­hatapenaka

Le ministère auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’Aménagement du ter­ritoire, de l’Équipement a annoncé vendredi le début des travaux de construction de la nouvelle gare routière d’Andoha­tapenaka. D’après ce ministère, le coût de ce projet est évalué à six milliards ariary sous le contrat d’un partenariat public privé. Bâtie sur une surface de quatre hecta­res, cette nouvelle infras­tructure desservira les taxi-brousses reliant la capitale et les RN 1 et RN4.

Midi Madagasikara2 partages

C C I – Amoron’i Mania : Les élections pour très bientôt…

Les élections des membres du bureau de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) d’Amoron’i Mania auront lieu très prochainement. Le Comité ad hoc, chargé de ces élections, est actuellement à pied d’œuvre. Ce nouveau bureau de la CCI Amoron’i Mania sera composé de 20 membres issus des différents collèges. A savoir, 5 membres pour le collège d’industrie, 5 membres pour les prestataires et 10 membres pour les commerçants. Les inscriptions débuteront le 12 mars prochain pour les potentiels candidats.

A noter que la dernière élection des membres du bureau de la CCI d’Amoron’i Mania date de 2009. Des membres du bureau qui ont assuré tant bien que mal les différentes activités de cette chambre malgré  l’insuffisance de moyens financiers qui n’a pas permis à cette institution d’assurer pleinement ses objectifs : pour promouvoir davantage l’essor du commerce et de l’industrie tant au niveau régional que national, malgré les richesses que dispose la région d’Amoron’i Mania. Une région qui, malheureusement, reste encore réputée économiquement pauvre à cause d’un manque de savoir-faire dans la gestion rationnelle et équitable de ses ressources.

Chan Mouie Jean Anastase

Midi Madagasikara2 partages

Lutte contre les vols d’électricité : 34 nouveaux contrôleurs-verbalisateurs de la JIRAMA

34 contrôleurs-verbalisateurs de la Jirama en mission à partir de ce jour.

Les contrôles seront stricts ! 34 contrôleurs-verbalisateurs de la JIRAMA ont prêté serment, hier, au tribunal d’Anosy, en qualité d’Officiers de Police Judicaire (OPJ)

Cette prestation de serment fait suite à l’application des décrets relatifs à l’électricité datant du 9 décembre 2016 2016-N°130107 ; et à l’eau, daté du 11 janvier 2017 2016-N°1309. « C’est la première fois que des contrôleurs ont été assermentés. Ils auront une compétence sur l’ensemble du territoire national en tant que verbalisateur au sein de la société, en leur qualité d’OPJ. Ils agiront sous la tutelle du Ministère de l’Energie et des Hydrocarbures pour le vol d’électricité et du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène pour le vol d’eau. Ce processus entre dans le cadre de l’assainissement mené par la société nationale JIRAMA. Une rigueur indispensable pour la réussite des réformes amorcées », a indiqué les responsables auprès de la Jirama dans un communiqué.

Inopinés. D’après les informations, ces contrôleurs-verbalisateurs assermentés sont immédiatement habilités à vérifier, à saisir, à constater les infractions à la loi pénale, d’en rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs, à confisquer tous matériels utilisés à des fins représentants des corps de délit comme le picage, la fraude, le vol de câble ou autres effractions. Ils sont également habilités à mener des enquêtes après des propriétaires. Néanmoins, ces agents sont tenus de s’identifier, selon la Jirama. « En cas de résistance, ils peuvent aussi faire appel à des huissiers ainsi que des agents de police afin de procéder à la rédaction du procès-verbal ». Pour la société d’Etat, l’objectif, avec ces nouveaux agents est de réduire les pertes dites non techniques, dues notamment aux vols de courant et aux vols d’eau. Cela est d’ailleurs l’un de ses axes de travail prioritaires. Les opérations de ratissages menées ont déjà permis de débusquer des fraudeurs et se poursuivent de manière inopinée.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Allemagne : Un Plan Marshall avec l’Afrique

Le ministre fédéral allemand de la Coopération et du développement économique, Gerd Müller, a dévoilé le « plan Marshall » avec l’Afrique que propose son gouvernement au Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), en déclarant que le Plan peut aider à relever certains des défis auxquels l’Afrique est confrontée. Lors d’une réunion d’information organisée jeudi à Abidjan avec la direction de la Banque, Gerd Müller a fait remarquer que, même si l’Afrique reste un continent d’opportunités avec un développement très dynamique et une jeunesse forte et prometteuse, celui-ci fait face à de nombreux défis. Selon le ministre allemand, le continent devra créer 20 millions d’emplois par an et multiplier le nombre d’établissements d’enseignement et de formation pour répondre à l’accroissement de la population, qui devrait atteindre 2 milliards d’individus d’ici 2050. Ce cas de figure, a-t-il ajouté, réclame une nouvelle initiative de l’envergure d’un « plan Marshall avec l’Afrique (pas pour l’Afrique) », une expression qui, selon lui, souligne l’importance des efforts concertés de l’Afrique, de ses partenaires et du système multilatéral mondial.

Antsa R.

News Mada1 partages

Fanondranana ny hena : nomena fiofanana ny mpiompy any Boeny

Notanterahina tany Mahajanga ny 24 sy 25 febroary 2017 ny atrikasa ho fanatsarana ny fiompiana sy ny fanondranana ny henam-biby ary ho fanamafisana ny fahaiza-manao amin’ny fiarovana ny fahasalaman’ny biby.  Nandray anjara tamin’izany ny foibem-paritry ny Varotra sy ny Fanjifana, ny foibem-paritry ny Fambolena sy ny Fiompiana ary ny fivondronan’ny mpanondrana harena an-dranomasina.

Nandritra io roa andro io, nampahalalana ireo mpizaika ny lalàna mifehy ny kalitaon-tsakafo, ny aretina mifindra mpahazo ny biby ary ireo aretina mpahazo ny biby ahina hifindra amin’ny olombelona. Vita iny atrikasa iny, hisy ny fizarana solosaina miisa 50 ho an’ireo mpizaika mba hanamorana ny asan’izy ireo eto anivon’ny faritra Boeny sy hahazoan’izy ireo tombontsoa amin’izany sehatry ny fiompiana biby sy fanondranana ny hena azo avy aminy izany.

Tonga nanatrika sy nanokatra ny fotoana ny solontenan’ny lehiben’ny faritra Boeny, ny Talem-paritry ny Varotra sy ny Fanjifana ary  ny solontenan’ny Talem-paritry ny Fambolena sy ny Fiompiana avy ao Boeny. Tompon’antoka nahatontosana izany ny tetikasa Santatra, izay mahazo famatsiam-bola avy amin’ny Vondrona Eoropeanina.

Natao ihany koa iny atrikasa hisarihana ny sain’ny tanora hitodika any amin’ny fambolena sy ny fiompiana manara-penitra. Misy hatrany ny mpanohana rehefa mivonona ho matihanina.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Vanille-Sava : la campagne débute le 15 mai

A l’issue d’un atelier organisé vers la fin de la semaine dernière à Sambava qui a réuni près de 50 représentants des sept régions productrices, le calendrier des dates d’ouverture de campagne de la vanille a été établi par le «Comité observatoire à la floraison»

La récolte de la vanille débutera le 15 mai prochain dans les régions Diana et Sofia Ankaramibe, le 17 juin pour la région Atsinanana, le 20 juin pour les régions Sava et Analanjirofo.

Force est de constater qu’à cause de la recrudescence des vols et de la cueillette précoce, la baisse de qualité de la vanille est constatée durant les deux dernières campagnes. Du coup, l’administration et les professionnels de la filière se sont convenus de mettre en place un «Dina»  pour sécuriser la culture de la vanille et réorganiser la filière. La sensibilisation sur l’existence de ce texte a commencé dans les régions Nord de l’île depuis février.

Riana R.

Orange Madagascar1 partages

Echos de Mahajanga, 07 mars 2017

ACCIDENT MEURTIER. Le gendarme qui a percuté un bajaj avec son véhicule sur le pont Fiofio et ayant causé le décès de deux enfants vient d’être condamné à une peine de deux ans d’emprisonnement, assortie du paiement d’une amende de 200 000 ariary. Son procès a eu lieu hier, lundi 6 mars.

MAHAJANGA BE. Deux ménages viennent d’être expulsées de la Cité des Postes à Mahajanga be, suite à une décision administrative. Pour rappel, le ministère des Télécommunications, des Postes et du Développement du Numérique a émis un préavis depuis 2014.

TSARARANO AMBONY. Très tôt ce mardi 07 mars, un cambrioleur s’est introduit dans une maison d’habitation sise à Tsararano ambony. Après avoir arraché les grilles de protection, le voleur a emporté un écran plat 42 pouces.

Madagate1 partages

Antsakabary. 9.381.500 ariary collectés en 2 jours à Antananarivo

Comme promis et selon la règle de la transparence totale, les organisateurs du Téléthon pour les sinistrés d’Antsakabary et ses villages environnants, ont publié, ce jour, tous les chiffres sur la collecte effectuée les 03 et 04 mars 2017 à Antananarivo. Les voici :

Total de fonds collecté : 9.381.500 Ariary ou 46.907.500 anciens francs malgaches

Dons collectés : 65 sacs de vêtements 01 sac de seaux 06 cartons de livres, cahiers... 02 cartons de cuvettes, ustensiles de cuisines... 01 valise noire

La répartition de l'argent a été comme suit:

URNE TRANSPARENTE: 7 326 100 ariary ou 36 650 500 anciens francs malgaches

MVOLA: 1 593 000 ariary ou 7 965 anciens francs malgaches

AIRTEL MONEY: 208 400 ariary ou 1 042 000 anciens francs malgaches

ORANGE MONEY: 254 000 ariary ou 1 270 000 anciens francs malgaches

Si cette somme sera remise aux prêtres d’Antsakabary, cet après-midi, les autres dons collectés, eux, ont déjà acheminés que les lieux où ils parviendront ce soir.

Un grand bravo à tous ces Malgaches, anonymes ici, et que les absents, les spectateurs stériles et les calculateurs beaux parleurs politocards se taisent à jamais.

L'important n'est pas de dire, après coup: on aurait pu faire mieux et plus. Il fallait être présent les jours indiqués. Nous attendons le bilan de la collecte effectuée à Mahajanga par les Natifs de la région Sofia.

Jeannot Ramambazafy – 07 Mars 2017

L'express de Madagascar1 partages

Antananarivo – Six établissements de crédits escroqués

Six sociétés de microfinance ont été victimes d’escroquerie. La police de la capitale a interpellé des suspects.

Un beau coup de filet. La police de la sûreté urbaine d’Antananarivo (SUT) a mis la main sur trois auteurs présumés d’escroquerie en février dernier. Leurs victimes sont six  établissements de crédits opérant sur Antanana­rivo. Cent millions d’ariary ont été soutirés suite à ces malversations. C’est la plainte déposée le 8 février par la dernière de ces sociétés de microfinance anarquées,  qui a pu déclencher l’enquête.L’un des suspects a joué le rôle de l’emprunteur, explique la police. Il a fourni aux sociétés un faux dossier dans lequel, notamment, un camion est proposé comme gage. Il s’est avéré, après vérification faite auprès du Centre immatriculateur (CIM) à Ambohidahy,  que le numéro du véhicule était un faux.

Banditisme urbainTous les différents éléments de l’enquête, mis bout à bout, ont mené la police dans une maison à Morarano, dans le fokontany de Mana­kambahiny. Un homme et une femme s’y sont cachés. La perquisition a permis aux policiers de saisir des appareils informatiques ayant servi à fabriquer de faux papiers. Les enquêteurs ont également trouvé différents cachets, plusieurs cartes d’identité nationale, des certificats de résidence, des numéros d’immatriculation de véhicule, des tenues militaires, ainsi que des cartes de gendarmes, tous contrefaits. C’est sous de faux noms que tout ce beau monde a été  enquêté par la police.Dans cette affaire, une autre femme a pu être arrêtée vendredi dernier. Deux frères  ont été identifiés comme étant les principaux cerveaux des arnaques. L’un des deux est encore activement recherché. Ils comptaient étendre leurs méfaits  dans les provinces. Ils ont pu profiter des fruits de leurs malversations durant toute l’année 2016.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Natation – Vive l’avenir 7 – Triplé pour Rasolonjatovo

Avenir serein pour St Michel. Le club de natation a raflé la moitié des trophées lors de la septième édition de la compétition « Vive l’avenir ».

Le mondialiste de Windsor Canada, Michael Raso­lonjatovo a réalisé un triplé le week-end dernier, aux concours des meilleurs sprinters de la VIIe édition de « Vive l’avenir ».Cette compétition est organisée, chaque année, par le St Michel club natation (SMCN), au bassin de 50 m de l’Académie nationale des sports d’Ampefiloha. Le numéro un national et star du club organisateur a raflé trois trophées en nages différentes.Mika termine premier en 50 m papillon avec au chrono 27’’05, puis gagne l’épreuve des 50 m dos effectué en 29’’39 et en 50 m nage libre, en bouclant la distance en 25’’66. Un autre nageur du SMCN, Stephan Rako­tomavo offre le quatrième trophée à son club dans l’épreu­ve de 50 m brasse effectuée en 32’’32.Chez les dames, la nageuse de Cosfa, Hanta Valisoa Sarah Raharvel, a, quant à elle, arraché deux trophées, en 50 m papillon (30’’96) et en 50 m nage libre (29’’43). Les deux autres trophées reviennent au club Managing.Celui de l’épreuve des 50 m brasse a été ravi par Domoina Andrianoro Rada­niela (37’’14) et celui en 50 m dos par Antsa Rabejaona (33’’86).

InternationalAucun record national n’a été enregistré durant cette version 2017, du Vive l’avenir. Par contre la nageuse du club hôte, Johanna Nambi­nintsoa Razafimaharo a actualisé la meilleure performance de la catégorie benjamine de 31’’22 de Domoina­navalona, en décembre 2011 en 31’’12. Étant une compétition destinée surtout aux relèves, Andriamiantasoa de Cosra Vakinankaratra, âgé de quatre ans et huit mois, était le plus jeune et Valisoa Raza­findratsima de Cosbani, quatre ans et six mois, la plus jeune chez les filles.« Nous sommes satisfaits de l’organisation. Les deux jours de compétion ont tout de même réuni du monde et aussi des partenaires. Nous envisageons de donner une envergure internationale ce rendez-vous, à partir de la prochaine édition. Nous demandons juste aux autorités de remettre aux normes la piscine olympique de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha et surtout les vestiaires », a souligné le président du St Michel club natation, Hary Jaona Rabary au terme de cette version 2017.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Imagine-t-on le général de Gaulle à des primaires !

Alors que j’ai suivi en direct les deux discours d’Alain Juppé, celui de la reconnaissance de sa défaite aux primaires et celui de son renoncement «une bonne fois pour toute» à l’élection présidentielle française, j’ignorais quasiment tout du ministre malgache de la sécurité publique avant son limogeage. C’est que la politique, dans ces pays dont la tradition démocratique nous fait envie, comporte une lisibilité, par l’équilibre des mots honneur et dignité, loyauté et cohérence, ambition personnelle et grandeur nationale.Qu’a dit Alain Juppé   «Gaulliste, je ne me livrerai pas aux tractations et marchandages qui ne sont pas l’esprit d’une élection présidentielle». Mais, quelle est donc cette certaine idée gaulliste de la présidence de la République.À nos yeux de Malgaches, le souvenir le plus marquant du général de Gaulle reste ce discours du 22 août 1958, à Mahamasina, quand il a déclaré : « Demain, vous serez de nouveau un État, comme vous l’étiez, quand ce palais de vos rois, là-haut, était habité par eux». Ce discours constitua la vraie fermeture de la parenthèse coloniale et un désaveu des prétendus «droits historiques» de la France, imposture assumée depuis Richelieu et Flacourt, au XVIIe siècle.Pour la petite histoire, Madagascar a introduit l’élection du président de la République au suffrage universel direct, par la modification constitutionnelle du 6 juin 1962, avant que le général de Gaulle n’en fasse la proposition en France, le 20 septembre 1962. Singularité unique qui mérite d’être signalée, tant les Constitutions successives de la République malgache n’ont jamais su s’affranchir de la matrice originelle de la Constitution  française du 4 octobre 1958, à l’adoption de laquelle, d’ailleurs, les électeurs de Madagascar avait participé (1.361.801 OUI, 77% des suffrages exprimés contre 391.166 NON, 22% des suffrages ; mais, dans la province de Tananarive, victoire du NON avec 51% des suffrages exprimés, et surtout dans la Capitale le NON à 62%).Sa certaine idée de la présidence, il faut les chercher dans les discours du général de Gaulle. Et d’abord le discours de Bayeux, du 16 juin 1946, cinq mois après sa démission par refus du «régime des partis» et un mois après le «Non» au référendum sur le projet de Constitution : «qu’au-dessus des contingences politiques soit établi un arbitrage national qui fasse valoir la continuité au milieu des combinaisons». Ou encore le discours d’Épinal du 29 septembre 1946, quelques heures seulement après l’adoption par la deuxième constituante d’un autre projet de Constitution : «Non, franchement Non (…) qu’il appartienne (au chef de l’État) d’assurer, au-dessus des partis, le fonctionnement régulier des institutions, et de faire valoir, au milieu des contingences politiques, les intérêts permanents de la nation» (…) «que le pouvoir exécutif ne procède pas du législatif même par une voie détournée qui serait inévitablement celle des empiètements et des marchandages».Cette transcendance, au service de l’État et de «ses droits, sa dignité, son autorité», se retrouve dans le même discours de Bayeux : «le salut vint d’une élite qui, bien au-dessus de toute préoccupation de parti ou de classe, se dévoua au combat pour la libération, la grandeur et la rénovation de la France. Sentiment de supériorité morale, conscience d’exercer une sorte de sacerdoce du sacrifice et de l’exemple, passion du risque et de l’entreprise, mépris des agitations, prétentions, surenchères». Dans le vocabulaire et la posture gaullistes, voilà donc les mots à bannir : «contingences politiques», «combinaisons», «empiètements», «marchandages», «agitations», «prétentions», «surenchères».D’Alain Juppé, l’ancien président Jacques Chirac avait dit qu’il est «le meilleur d’entre nous». Cet éloge rappelle les mots de René Coty à l’élection du général de Gaulle, en décembre 1958 : «le premier des Français est désormais le premier en France».Le vrai assassinat politique a été ourdi contre Alain Juppé : sollicité «trop tard» et par une offre qu’il ne pouvait que refuser.Ce n’est donc pas à 72 ans que «le meilleur d’entre nous» allait commencer une carrière de succédané, «filan-draha tsy mahita». Imagine-t-on le général de Gaulle fourvoyer son «équation personnelle» à des primaires !

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Tananews0 partages

Enawo : il est inutile de lister les zones menacées

C’est tout Babakoto Land qui est en zone rouge et puis c’est tout, c’est plus simple comme ça.

Donc préparez-vous à vous barricader, réserves d’eau, bougies, lampes de poche.

Et être vigilant les 96 prochaines heures, pour suivre la trajectoire du météore.

Tananews0 partages

70 000ar la vignette pour un pousse-pousse ?

Ça n’y va pas de main morte à la Commune Urbaine de Toamasina dites donc.

Ainsi va la vie à Babakoto Land : racketter ceux qui gagnent un peu d’argent.

Si au moins on savait où allait toutes ces taxes, impôts, perception et autres.

En attendant c’est donc rotaka à Toamasina par rapport à cette vignette.

News Mada0 partages

Minisitry ny Fiarovam-pirenena : « Tsy fahendrena ny fampiasan-kery amin’ny fitsaram-bahoaka »

Mbola resaka tsy misy fiafarana ny amin’ny fitsaram-bahoaka. Tsy fahendrena ny fampiasan-kery amin’ny alalan’izany, raha ny nambaran’ny minisitry ny Fiarovam-pirenena.

« Tsy toe-tsaina sy tsy fahendrena nolovaintsika tamin’ireo razambentsika ny fampiasan-kery amin’ny alalan’ny fitsaram-bahoaka. Melohin’ny lalàna izay rehetra tompon-kevitra sy nanatanteraka fitsaram-bahoaka. »

Io ny nambaran’ny minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny jeneraly Rasolofonirina Béni Xavier, teny amin’ny toby Rezimanta miaramila voalohany (RM 1), Analakely, omaly. Na tsy nambaran’ny mivantana aza, mby ao an-tsaina amin’izany ny nafitsok’ireo polisy 40 mahery nandoro tanàna dimy ao amin’ny kaominina Befandriana Avaratra.

Na ny manatanteraka mivantana na ny maniraka ny fanaovana fitsaram-bahoaka, mbola melohin’ny lalàna ihany koa, araka ny nambarany. Tsy eken’ny fitsarana ny dina fikasihan-tanana, indrindra ny fanalana aina.

Mitodika manokana amin’ireo miaramila eo anivon’ny Foloalindahy izy: Malagasy isika; Malagasy iray ray, iray reny, fa tsy safiotra. Tsotra ny fahendren’ny Malagasy: mamy ny miaina; ny hery, tsy mahaleo ny fanahy; ny fanahy no maha olona.

« Aoka isika mba tena ho tandroka aron’ny vozona manoloana ny olom-pirenena malagasy: iray ray, iray razana amintsika », hoy izy. Koa ampandeferina ny zavatra rehetra mety handatsaka aina.

Nasiany teny koa ny amin’ny fitodihana amin’ny fifankatiavana sy ny fifamelana mba hoentina mampandroso sy hiarovana ny firenena.

Sarotra ny hiverenan’ny fifampitokisana

Tena mbola mino ve ny vahoaka ifotony fa miaro ny vahoaka sy ny fananany ny miaramila, matoa miseholany ny fitsaram-bahoaka etsy sy eroa amin’izao fitondrana izao? Na to teny amin’izay lazainy sy ataony ny Foloalindahy…

Hatramin’izao, tsy manaiky ho diso ary tsy mahatsiaro ho tomponandraikitra amin’izany zava-mitranga izany ny eo anivon’ny fitondram-panjakana. Na ny fialan-tsiny na ny fankaherazana ireo niharam-boina aza, ohatra, tsy misy, na eo aza ny hoe fanolorana fanampiana.

Na ny fanoloana minisitra aza, lazain’ny fitondram-panjakana fa tsy misy ifandraisany amin’ny « Raharaha Befandriana Avaratra« . Hatraiza no hiverenan’ny fifampitokisana amin’izany?

R. Nd. / Sary : Mamiherison

 

News Mada0 partages

Gare Routiere d’Andohatapenaka : la CUA réplique et suspend les travaux

L’affaire opposant la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) au  ministère auprès de la Présidence, chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement et de l’équipement (M2pate) risque de ne pas se terminer de sitôt.

Le week-end dernier, le M2pate a été bien déterminé à clôturer le terrain qu’il a jugé dans les règles. Mais, hier la réponse de la CUA s’est fait pas attendre et a ordonné aux employés sur place de suspendre les travaux. Un véritable bras de fer au sens propre loin d’un  baroud est engagé entre les deux parties. Et déjà, plus d’un se demande quelle sera la réponse du berger à la bergère car à cette allure, ce litige n’est vraiment qu’à son début houleux.

En fait, le directeur de l’Urbanisme et de développement auprès de la Cua, Edison Razafintsihoarana, a effectué une descente inopinée sur le terrain à Andohatapenaka hier. Son objectif est de demander auprès du personnel sur place l’autorisation permettant de dresser la clôture autour du terrain qui d’après ses explications, «Appartient à la société Tiko qui l’a offert à la CUA pour servir de fourrière».

«La CUA n’a aucunement reçu une demande d’autorisation pour poser une clôture sur ce terrain. Donc nous sommes venus sur place pour faire un constat et par la suite d’exiger la suspension de tous les travaux», a déclaré Edison Razafintsihoarana.

Ce responsable a appelé les responsables auprès du M2pate à venir s’expliquer à la CUA. «Nous devons nous mettre d’accord sur les procédures. C’est la CUA qui émet les demandes et le M2pate qui se charge de communiquer un arrêté», a-t-il fait savoir.

Risques d’inondation

Profitant de cette descente sur le terrain, le directeur de l’urbanisme et du développement au sein de la CUA s’est entretenu avec les 10 foyers expropriés suite à ce projet. Selon les explications des familles qui ont commencé à déserter les lieux  hier, «Les indemnités qu’ils ont perçues sont insuffisantes». De plus, les habitants des environs craignent fort une inondation suite au remblayage éffectué sans étude.

«Nous tiendrons pour responsable le ministère car la population environnante va incessamment entreprendre une pétition pour dénoncer ce remblayage sauvage», a conclu ce haut responsable de la Cua.

Il faut rappeler que c’est le directeur général des infrastructures et des projets présidentiels (DGIPP), Lalao Mbolatiana Rajaonarivo, auprès du M2pate qui a dirigé le lancement des travaux de pose de clôture de la future gare routière le week-end dernier. Cette dernière a déclaré que les travaux dureront neuf mois et cette gare routière s’étendra sur une surface de 4 ha. Elle sera construite dans les normes dont le coût total s’élève à 6,5 milliards d’ariary.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Vovonana mampiray -« Raharaha Antsakabary » : « Tokony hifona ny fanjakana »

 Nanao fanambarana momba ny « Raharaha Antsakabary » ny « Vovonana Mampiray ny vahoaka ho an’ny fanorenana ifotony sy ny fanarenana an’i Madagasikara ». “Tena endriky  ny fanjakana tsy tan-dalàna  izao ka mitaky fandraisana andraikitra maika sy fanovana ny toe-tsaina mifanilika adidy. Tsy mila miandry fitoriana akory ny mpitondra manoloana izao heloka be vava izao fa mampiseho avy hatrany ny fahadisoany  ka mitondra ny fialan-tsiny sy fifonana ary fiaraha-miory ampahibemaso. Endriky ny fanjakana tsara tantana izany”, hoy izy ireo. Nohitsin’ny fanambarana fa tompon’andraikitra voalohany ny fanjakana na nihoa-pefy na tsia ireo polisy nalefa namita iraka tany Antsakabary, ka niantso ny fitondrana izy ireo  handray andraikitra amin’ny fanonerana tsy misy hatakandro ireo tsy manan-tsiny. “Handray fepetra hentitra koa amin’ireo nahavanon-doza mba ho ohatra velona ho an’ireo mpitandro filaminana hafa mety hihoa-pefy ka tsy hiverenan’ny tranga mampalahelo toy izao intsony”, hoy izy ireo. Etsy andaniny, mitsipaka marindrano sady manameloka ny fitsaram-bahoaka ny Vovonana mampiray satria tsy mifanaraka amin’ny soatoavina malagasy izany sady manitsakitsaka ny  fanjakana tan-dalàna, ny zon’olombelona sy ny lalàna iraisam-pirenena…

Tsy tongatonga ho azy ny fitsaram-bahoaka

Na izany aza anefa, tsy tongatonga ho azy ny fitsaram-bahoaka araka ny nambaran’izy ireo. Notanisain’izy ireo ho anton’izany ireto. Tsy mahatoky ny rafitra sy ny fitondram-panjakana ary ny fitsarana ny vahoaka noho ny kolikoly, ny fanamparam-pahefana, ny tsikombakomba amin’ireo vahiny lazaina fa mpandraharaha, ny fitsinjarana tsy ara-drariny ny harem-pirenena, ny asan-dahalo, ny fandraisana anjaran’ireo mpitandro filaminana sasany amin’ny fiaraha-miasa amin’ireo jiolahy, ny fanondranana an-tsokosoko ny harem-pirenena, ny fivangongon’ny  fahefana eo anivon’ny fitondrana foibe… “Mitarika amin’ny fampahantrana hatrany ny vahoaka izany tranga rehetra izany”, hoy izy ireo.

Manoloana izany, manao antso avo amin’ny filoham-pirenena sy ireo hery velona rehetra ny Vovonana Mampiray  mba hifanatona sy hiray hina ary hiaraka hanomana ny loabary an-dasy ho fanorenana ifotony sy ny fanarenana ny firenena mialohan’ny fifidianana ny filoham-pirenena. “Mba hisorohana ny korontana mety hitranga eto amintsika, mialoha na aorian’ny fifidianana izany”, hoy izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : mandravarava ny ekipan’Analamanga

 Niditra tamin’ny andro fahatelo ny fifanintsanana amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, taranja basikety ho an’ny faritra afovoany. Fihaonana tanterahina etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina. Hatreto, mitarika ny TMBB sy ny MB2 All, ekipan’ny ligin’Analamanga. Mandravarava tanteraka izy ireo satria tsy resy mihitsy, hatreto. Nahazo fandresena fahatelo avy ny roa tonta ary mitarika ao amin’ny vondrona misy azy.

Samy nanamontsana tamin’ny isa mavesatra, nihoatra ny isa 100, ireo mpifanandrina taminy, ry zalahy. Ny TMBB, nanilika ny AS Roux avy any Analanjirofo, tamin’ny isa 109 no ho 55 ary 107 no ho 54 kosa ny nandavoan’ny MB2 All ny BCM Analanjirofo. Taorian’ity lalao ity, mitarika amin’ny isa 6 avy ny MB2 All ao amin’ny vondrona “B” sy ny BCM ho an’ny sokajy “A”.

Ankoatra izay, resin’ny USF tamin’ny isa 82 no ho 69, teo amin’ny famaranana, ny Fandrasa, ho an’ny faritra afovoany atsimo. Fihaonana, notanterahina tany amin’ny kianja mitafon’i Matsiatra Ambony. Marihina fa hisolo tena ny azy ireo izany, eo amin’ny “play off”, ny roa tonta. Tsiahivina fa manohana ity fiadiana ny “Amboaran’ny filoha” ity ny Telma.

 Torcelin

 

Toy izao ireo voka-dalao, omaly alatsinainy :

-USBA Alaotra Mangoro (65) – (89) Ankarana Analamanga

-AS Fanalamanga Alaotra Mangoro (71) – (99) Ascut 2 Atsinanana

– Tac BB Analamanga (71) – (61) BBCA Alaotra Mangoro

-AS ST Pierre Alaotra Mangoro (71) – (78) ECBBA Analamanga (71-78)

 

News Mada0 partages

Kitra – “Ligue des champions d’Europe” : tsy afaka hilalao i Ozil, anio, fa marary

Hifantoka amin’ny lalao ampahavalon-dalana miverina eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra ny sain’ny rehetra anio. Anisan’ny hiady ny tapakila amin’izany ny Arsenal sy Bayern de Munich.

Ho fantatra, anio alina, izay ekipa roa voalohany tafita ka hiatrika ny lalao ampahefa-dalana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa «Ligue des champions 2017». Anisan’ny lalao iray ny fampiantranoan’ny Arsenal ny Bayern de Munich. Efa nandresy tamin’ny isa mavesatra, 5 no ho 1, ny Bayern, tapa-bolana lasa izay tany Munich.

Ankoatra io faharesen’ny Arsenal io, mbola manana olana ihany koa izy ireo satria tsy afaka hiakatra kianja hifanandrina amin’ireo mpiray tanindrazana aminy  i Mesut Ozil. Ao anatin’ny tsy fahasalamana mantsy ny lehilahy ankehitriny ka tsy mbola tena miverina amin’ny heriny, raha ny fanambaran’i Arsène Wenger, mpanazatra ity klioba anglisy ity.

Na izany aza, heverin’ny rehetra fa mety tsy hanova zavatra firy ny tsy filalaovany satria ho sarotra amin’izy ireo ny handresy ny Bayern de Munich, amin’ny isa 4 no ho 0 na ao an-jaridainy aza ny hilalaovana.

Etsy an-kilany, tsy afaka hilalao ihany koa, ho an’ny Bayern de Munich, i Philippe Lahm, nahazo karatra mavo roa sy i Jerome Boateng, izay tsy mbola tena salama. Etsy ankilany, hiverina hiakatra kianja i Renato Sanches.

Real tsy misy Varane

Fihaonana iray kosa ny fifandonan’ny Real de Madrid sy ny Naples. Any Italia no hanatanterahana ny lalao. Efa manana tombonisa 3 no ho 1 ny Madrilènes, amin’ity. Na izany aza, tsy anisan’ireo hiatrika ity fikatrohana amin’i Naples ity i Raphael Varane, noho ny ratra nahazo azy, nandritra ny fihaonana tamin’ny Valence, ny alarobia lasa teo. Araka ny nambaran’ny mpitsabo azy, mety tsy afaka hiakatra kianja ny tovolahy mandritra ny roa herinandro eo.

Na izany na tsy izany, matoky tena tanteraka ny Espaniola fa ho tafavoaka ny Real de Madrid, amin’io lalao anio io.

 Tompondaka

News Mada0 partages

« Ny vehivavy sy ny fitiavan-tanindrazana » : hankalaza ny 8 marsa ny Havatsa sy ny AIFM

Tononkalo sy hira ! 8 marsa, « Andro eran-tany ho an’ny vehivavy ». Hankalaza io vanim-potoana io ny fikambanana Havatsa-Upem sy ny Alliance internationale des femmes de France et Madagascar (AIFM). « Ny vehivavy sy ny fitiavan-tanindrazana », lohahevitra haseho amin’ny alalan’ny hira bagasy hiarahana amin’ny tarika Tafasiry Kolokanto avy ao amin’ny ENS Ampefiloha sy antsa tononkalo tontosain’ny mpikambana ao amin’ny Havatsa-Upem. Hetsika hotanterahina ao amin’ny Tahala Rarihasina Analakely ny tolakandron’ny alarobia 8 marsa izao manomboka amin’ny 2 ora sy sasany. « Hiavaka mihitsy ity indray maka ity satria tsy hisy ny velakevitra toy ny nahazatra hatramin’izay fa hianoka ao anatin’ny kalon’ny fahiny sy ny tononkalo ny olona rehetra ho tonga eny an-toerana », hoy i Hajaina, filohan’ny Havatsa-Upem.

Anisan’ny tononkalo hantsaina amin’io andro io ny sanganasan’i Clarisse Ratsifandrihamanana, Di…, I P Andriamangatiana, Ranjatohery Harilala, Hajaina, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Samva : nitokona ireo mpandraoka fako 600

Naneho ny alahelony omaly ireo mpiasa mpandraoka fako miisa 600 ao amin’ny Samva. Nitokona nampiato ny asany izy ireo nitaky ny karama tsy mbola voarainy. Nangataka ny hampidirana azy ireo ho mpiasa raikitra ihany koa ireto mpandraoka fako ireto.

Nilaza izy ireo fa mafy ny asa, miaina ny maloton’Antananarivo rehetra kanefa anisan’ny olona faraidiny sy tsy mba misy mpijery. « Efa an-taona maro izahay nandraoka ny fakon’Antananarivo kanefa tsy mbola manana fahitalavitra na salon akory hatramin’izao ».

Nanao antso avo amin’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka ihany koa ireto mpiasan’ny Samva ireto ny mba hitsinjovana azy ireo ara-pahasalamana. Miahy tena ny mpandraoka fako rehefa marary fa tsy manana fiantohana ara-pahasalamana, tsy mpikambana amin’ny Cnaps   ihany koa.

Nilaza ny talen’ny Samva, Ratolojanahary fa efa vonona ny karama notakin’izy ireo ary efa neken’ny fitantanana. Efa miverina miasa ara-dalàna, araka izany, ireo mpiasa raha ny filazany hatrany. Tsikaritra ho nisavovona ny fako teto Antananarivo, hatramin’ny faran’ny herinandro teo vokatr’ity fitokonan’ny mpiasa ity

Tatiana A

News Mada0 partages

Nahazo fitaovam-pitsaboana ny tobim-pahasalamana

Ho fisantarana ny fanamarihana ny Andro maneran-tany ho an’ny vehivavy, notoloran’ny vadin’ny filoham-pirenena fitaovam-pitsaboana sy fanafody ny toeram-pitsaboana ao anatin’ny Rezimanta 1 amin’ny faritany miaramila voalohany, omaly teo Analakely. Tsy ny miaramila sy ny vady aman-janany ihany no tonga manatona ao fa ny mponina amin’ny fokontany manodidina an’Analakely rehetra ka manampy ny fitaovana vaovao azo. Maimaimpoana ny fizahana fa ny fanafody no vidiana. 15 isan’andro ny olona mizaha fahasalamana ao amin’ny toeram-pitsaboan’ny Rezimanta 1.

Nohavaozina koa ny toeram-pandraisana hahatsara ny tolotra ho an’ny marary. Anisan’ny fitaovana natolotra ny fitsapana ny tosidra sy ny tahan’ny siramamy, kidoro, fandanjana…

Nanambara ny minisitry ny Fiarovam-pirenena, Rasolofonirina Béni Xavier, fa nanokatra toeram-pitsaboana ho an’ny reny sy ny zaza koa ny miaramila any Antsiranana ka mangataka fitaovana avy amin’ny malala-tanana hapetraka ao amin’ny tobim-pahasalamana izay ho vita amin’ny faran’ny volana avrily.

Nisy ny fanompoam-pivavahana iraisam-pinonana niarahan’ny vadin’ny filoha tamin’ny fianakaviamben’ny vadin’ny zandary sy miaramila, omaly teny amin’ny Chapelle militaire eny Ampahibe, izay natrehin’ny minisitra vehivavy sy ny vadin’ny praiministra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Avy amin’ny Firenena mikambana : nahazo 41 tapitrisa dolara ny fahasalamana sy ny rano

Natao, omaly teny Antaninarenina, ny fanaovan-tsonia ny fiaraha-miasan’ny sampandraharahan’ny Firenena mikambana sy ny minisiteran’ny Fahasalamana ary ny minisiteran’ny Rano ho an’ny taona 2017.

Mahatratra 41 094 745 dolara ny sorabola hampiasaina ho an’ny fahasalamana sy ny rano, fidiovana ary fahadiovana. Mpiray ombon’antoka voalohany amin’ny fanatsarana ny fahasalamam-bahoaka ny Unicef (mikarakara ny zaza), UNFPA (misahana ny mponina), OMS (miompana amin’ny fahasalamana) ary ny ONU Sida miaraka amin’ny mnisitera mpanatanteraka. Ho an’ny fahasalamana, 18 tapitrisa dolara (amin’ny 27 974 745 dolara ho an’ny fahasalamana) ny vola efa vonona hanatanterahana ny asa, manodidina ny 71 347 dolara ny anjaran’ny fanjakana malagasy ao anatin’izay, araka ny fanazavan’ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana. Sehatra dimy no tena iompanan’ny fandraisana andraikitra, fahasalaman’ny reny sy ny zaza, fanohanana ny any atsimo rehefa hamehana, fanatsarana ny rafi-pahasalamana, fananahana ara-pahasalamana ary ny fikarakarana ny areti-mifindra samihafa sy ny aretina hafa amin’ny fanaraha-maso ny fivoarany. « 60 ny asa hotanterahina amin’ity taona ity ka laharam-pahamehana ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza », hoy ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Ratsirarson Joséa.

 

Haompana amin’ny fampidiran-drano any atsimo

Ho an’ny minisiteran’ny Rano, asa maika sady goavana ny fampidiran-drano any atsimo izay iompanan’ny ankamaroan’ny tohana ara-bola. Mpiara-miasa amin’ny minisitera ny Unicef sy ny OMS. « Andraikitra lehibe koa ny fanafoanana ny fanaovana maloto ankalamanjana izay mbola mampirongatra ny valan’aretina maro », hoy ny minisitry ny Rano, Ravatomanga Rolland.

Vonjy A.  

News Mada0 partages

ONN : un plan d’actions en gestation

Le Plan national d’actions pour la nutrition (PNAN) est actuellement en pleine gestation. Il est à sa troisième édition après le PNAN II qui a été réalisé en 2015, A ce sujet, l’Office national de nutrition (ONN) s’y active actuellement. Les objectifs généraux sont, entre autres, la réduction au maximum de la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de deux ans et la contribution à la réduction de la mortalité infantile. D’après les informations reçues, auprès de l’ONN hier, on envisage de valider, au plus tard pour ce mois de juin, le document cadre de ce PNAN III.

Prévalence sur les hautes terres

Contrairement à ce qu’on pense, ce n’est pas dans le Grand sud que prévaut la malnutrition chronique, mais plutôt sur les hautes terres. A l’exemple, dans les régions de la Haute Matsiatra et du Vakinankaratra, elle a respectivement un taux de prévalence de 66 et 65%, contre 42% pour l’Androy. Une situation qu’on peut qualifier d’incroyable, au vu de la production de denrées alimentaires dans ces régions, tant en qualité qu’en quantité.

Trois raisons ont été citées comme source de cette situation. La première est l’ignorance ou le non respect des 5 codes de couleur nutritionnels, si la deuxième est que les habitants de cette région sont en majorité des ouvriers agricoles qui n’ont de terre à cultiver que par lopin ou par métayage. Quant à la troisième, elle s’explique par le choix des paysans de ces localités à vendre la totalité de leurs produits, sans penser à leurs besoins.

Sera R

 

News Mada0 partages

RM1 Analakely : l’infirmerie de la garnison dotée de médicaments

Des dons qui arrivent à point nommé. L’infirmerie de la garnison du Premier régiment militaire numéro un (1er RM1) à Analakely, qui fait souvent face à une pénurie de médicaments, vient de recevoir un don de plusieurs cartons de médicaments de la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina. C’était hier en marge de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’infirmerie qui vient d’être réhabilité. Cette dernière a également offert des matériels informatique et médical pour le fonctionnement de cette nouvelle infrastructure.

Cet événement constitue un avant-goût de la célébration de la Journée de la Femme. Ceci a été suivi d’un culte œcuménique qui s’est déroulé à la chapelle militaire à Ampahibe, qui a vu la participation des épouses des militaires et qui a été honoré par la présence de l’épouse du chef de l’Etat  et celle du Premier ministre, Bernadette Mahafaly. Parmi les usagers de cette infirmerie du 1er RM1 figurent des femmes et enfants issus des familles vulnérables de la capitale, notamment celles des quartiers environnants, mises à part les familles des militaires. Les patients, aux environs de 15 par jour, y reçoivent des consultations et soins gratuits.

Dans son allocution, le ministre de la Défense, le général Béni Xavier Rasolofonirina, a fait savoir qu’un centre de santé ouvrira ses portes au sein du 1er Régiment de la région militaire n°7 à Antsiranana. Ce dernier a lancé un appel aux généreux donateurs pour équiper cette nouvelle infrastructure qui devra être fonctionnelle à la fin du mois d’avril.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Marché Namontana : 15 jours d’assainissement

Dans le dessein d’assainir le marché de Namontana pour être dans les normes dans un délai de quinze jours, un atelier s’est déroulé, hier, dans la salle d’œuvre du IVe arrondissement.

A cet effet, plusieurs entités ont  pris part à cet atelier, entre autres, le Samva, le DSH (ex BMH), les délégués des marchands, le commissariat de police du IVe arrondissement, les pompiers, sans oublier les comités de sécurité des quartiers environnants. La répartition des responsabilités entre ces différentes entités pour tenir le pari constitue  le fond de cet atelier. En cas de réussite de ce projet, il s’étendra vers les autres marchés de la capitale.

Sera R

 

News Mada0 partages

Aide d’urgence dans le sud : une nouvelle stratégie adoptée

La technologie s’invite dans l’octroi d’aide d’urgence dans le Sud. L’assistance aux familles les plus affectées par la sécheresse, via les transferts monétaires menés depuis trois ans, cède la place aux coupons électroniques.

Améliorer le système de suivi. Cette nouvelle stratégie, pour venir en aide aux personnes vulnérables face à l’impact de la sécheresse dans le Sud du pays, permet de s’assurer que les aides financières sont utilisées à bon escient. Les bénéficiaires munis d’un coupon électronique pourront utiliser leur crédit d’un montant de 60.000 ariary pour faire leurs achats auprès des vendeurs préalablement sélectionnés et équipés de terminal de paiement électronique.

Cet outil, équipé d’un lecteur d’empreintes, permet d’identifier les produits achetés qui doivent être limités aux denrées alimentaires. Ainsi, une liste de vivres disponibles est définie à l’avance, ce qui laisse aux bénéficiaires le choix des produits qu’ils veulent acheter et de la quantité qui leur conviendra. La distribution de ce coupon électronique a commencé au début de ce mois dans la commune d’Amboasary, avec 5.000 bénéficiaires.

Selon le représentant du Programme alimentaire mondial (Pam) à Madagascar, Moumini Ouedraogo, «Les nouvelles modalités d’assistance humanitaire développées par le Pam, dont les différents mécanismes de transferts monétaires, visent à élargir le choix des denrées consommées par les bénéficiaires». L’autre avantage de l’utilisation de coupon réside dans le fait qu’il favorise l’injection d’espèces dans l’économie locale, contribuant à développer les marchés locaux, inciter les petits exploitants à produire plus et renforcer les capacités nationales.

35.000 bénéficiaires d’ici mai

Le Pam prévoit de couvrir progressivement plusieurs communes par l’utilisation du coupon électronique. En fonction des résultats de ce premier essai, le projet sera mis à échelle pour atteindre 35.000 bénéficiaires jusqu’au mois de mai. Ce projet, tout comme les autres programmes de transferts monétaires du Pam, bénéficie de l’appui de donateurs comme la Suisse, Echo, la France, l’Australie, la Corée du sud, l’Estonie et la Finlande.

Mené dans trois régions, à savoir Anosy, Androy et Atsimo Andrefana, ce projet fait partie de l’assistance d’urgence au profit d’un million de personnes en insécurité alimentaire sévère causée par la sécheresse. Une telle assistance, en appui au  Gouvernement et en collaboration avec les partenaires humanitaires, se présente sous forme de distributions gratuites de vivres, de programmes de transferts monétaires et de coupons alimentaires, un appui nutritionnel pour le traitement de la malnutrition et un programme d’alimentation scolaire.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alerte cyclone : avis de menace pour Analamanga

Selon les informations recueillies auprès de la Météo, la tempête tropicale « Enawo » qui s’ est transformée en cyclone tropical, est prévu toucher terre, ce jour, entre 9h et midi. Les alertes jaunes et vertes sont ainsi lancées dans certaines régions, dont Analamanga

Pour le moment, l’avis de menace jaune est lancé à l’endroit des régions de Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro et Atsinanana. Pour dire  que Enawo menace ces régions, mais le danger n’est pas encore imminent. L’avis d’avertissement, ou l’avis de menace verte, est aussi déclenché à l’endroit des régions de Boeny, Betsiboka, Bongolava, Itasy, Vakinankaratra, Amoron’i Mania et Analamanga..

A 9 heures locales, hier, le cyclone tropical « Enawo » est positionné à 400 Km au nord-est d’Antalaha. Il est accompagné de vent de 140 Km/h, qui est alterné par des rafales instantanées de 195 Km/h autour de son noyau ou centre. Il se déplace actuellement suivant une direction ouest et approche lentement Antalaha à un rythme de 10 Km/h. Il est prévu toucher terre aujourd’hui entre Antalaha et Cap Masoala, entre 9 et 12 heures. Puis, il va continuer son trajet le long des Hautes terres centrales sur deux jours, à partir de demain. « Enawo » est attendu à Analamanga ce jeudi.

Sera R

News Mada0 partages

Afffaire « Befandriana » : fin des enquêtes sur les lieux du crime

Les affaires de meurtre dont ont été victimes deux policiers et d’incendie de plusieurs villages de la commune d’Antsakabary ont été au centre des enquêtes rondement menées par la Commission mixte d’enquête et la Commission nationale indépendante des droits de l’ homme (CNIDH) dans le district de Befandriana.

Les enquêteurs mixtes de la police et de la gendarmerie ainsi que les trois émissaires de la CNIDH, après avoir parcouru près de 115 km, sont arrivés à Antsakabary, dans l’après-midi de vendredi.

Sous la férule du commissaire principal de police Georges Joël Randriananjoanimanana, chef du service de la police judiciaire auprès de la Direction provinciale de la police à Ambohidahy, et du général Mosesy Randrianarimanana, directeur de la police judiciaire au sein du commandement de la gendarmerie, les enquêteurs mixtes de la police judiciaire se sont plutôt attelés sur l’affaire d’incendie. Ils ont visité les ruines des villages incendiés et rencontré les villageois en vue de recueillir le maximum d’indices.

De leur côté, les missionnaires de la CNIDH se sont penchés sur tout ce qui est violation des droits humains, aussi bien dans l’affaire de double meurtre que dans l’affaire d’incendie, et son impact sur la vie de la famille des victimes de l’homicide et celle de la population locale et des écoliers. Après avoir bouclé leurs enquêtes, les missionnaires ont regagné la capitale.

Factice et tendancieux

Tant décriée à cause de son caractère jugé factice et tendancieux, l’enquête sommaire menée par des policiers locaux a coûté sa place au contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique. Cette fois-ci, après la venue des missionnaires de la CNIDH et des enquêteurs mixtes de la police judiciaire, on y verra assurément plus clair.

Entre-temps, l’on sait que les aides pour la population d’ Antsakabary, composées entre autres de 10 toiles de tente, de 10 tonnes de riz et d’ustensiles de cuisine, sont déjà sur place. Les kits scolaires sont déjà dispatchés et, sauf imprévu, les écoliers d’Antsakabary reprendront les chemins de l’école ce jour.

Par ailleurs, la députée de Befandriana Avaratra, Lyliette René de Rolland, a demandé aux autorités concernées de faciliter autant que possible le remplacement des papiers (copie d’acte de naissance, carte nationale d’identité et certificat de situation juridique…) des victimes de l’incendie.

Mparany

 

News Mada0 partages

Faux et usage de faux : deux éléments des forces de l’ordre recherchés

Impliqués dans une affaire d’escroquerie ainsi que de faux et usage de faux, deux éléments des forces de l’ordre font actuellement l’objet d’une traque intense. Selon une source policière, les deux suspects font partie d’un réseau d’escrocs écumant la capitale.

Grâce à une plainte déposée le 8 février dernier par une société de microfinance, cette bande a été amputée de trois de ses membres dont deux issus de la gent féminine. D’après la déposition du plaignant, une personne a fait un emprunt et mis en gage un camion sauf qu’une vérification effectuée auprès du Centre immatriculateur a permis d’établir que le camion avait un faux numéro d’immatriculation.

Les policiers n’ont pas mis longtemps pour localiser le domicile du premier suspect à Morarano Manakambahiny. Il a été arrêté le 2 mars dernier. De fil en aiguille, les limiers ont appréhendé les deux femmes le lendemain et le surlendemain. La perquisition opérée à leur domicile a permis de découvrir plusieurs faux cachets, des fausses cartes nationales d’identité, des faux certificats de résidence, des effets militaires et des cartes professionnelles de gendarme.

Pendant un certain temps, les trois suspects ont voulu mener en bateau les enquêteurs mais soumis au feu roulant de questions, ils ont fini par tout avouer. L’on sait aussi que la bande a déjà réussi à engranger plus de 100.000.000 d’ariary en escroquant d’autres opérateurs économiques de la capitale. Les deux éléments des forces de l’ordre qui tiraient les ficelles dans cette affaire sont actuellement recherchés.

Mparany

News Mada0 partages

Energie solaire : et la lumière fut à Ambohidronono

Les potentialités naturelles exploitées pour le bien des habitants d’Ambohidronono. La marie locale vient d’avoir accès à l’électricité grâce à la dotation d’équipements du Rotary club Antananarivo Anosy. Ainsi, deux panneaux solaires munis de deux régulateurs et de deux batteries ont été octroyés à cette Commune rurale du district de Moramanga, à l’occasion d’une cérémonie assistée par le président de ce club, Donatella Rakotonavahy. Une activité entrant dans le cadre du projet dénommé « Fanilo » de ce club rotarien, lequel fait partie intégrante de l’un des six axes stratégiques relatifs au thème « paix et prévention », véhiculé par le Rotary club Antananarivo Anosy.

« Un de ces équipements, pourvus de cinq ampoules, est installé au sein du Centre de santé de base (CSB II) de ladite commune, où on a recours aux bougies ou lampes torches si des patientes accouchent la nuit », a fait remarquer le responsable du projet « Fanilo »,  Mahafaly Rakotobe. Ce club rotarien compte mener la mise à échelle dudit projet  dans des endroits qui n’ont pas accès à l’électricité.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

SAMVA : reprise de travail des manutentionnaires

Les éboueurs et manutentionnaires du Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) ont repris du service dans la matinée d’hier. Ils ont déclenché vendredi dernier une grève pour revendiquer une hausse de salaire pour leurs prestations et ce, suite aux rumeurs selon lesquelles leur rémunération mensuelle devait être de 350.000 ariary.

Après négociation avec les responsables du Samva, il a été décidé d’augmenter leurs émoluments mensuels. « Avec un taux horaire de 890 contre 740 auparavant, chacun des manutentionnaires recevra 250.000 ariary par mois pour 240 heures de travail. Cette décision s’appliquera à compter de ce mois de mars comme il a été convenu entre les deux parties », comme l’a fait savoir Damy Jean-Baptiste Ratojanahary, directeur du Samva, lors d’une rencontre avec ces manutentionnaires, hier.

Outre l’augmentation de salaire, ces employés demandent également une certaine gestion de carrière. « Nous demandons à être intégrés en tant qu’employés permanents puisque la majorité d’entre nous sont des employés temporaires », d’après un représentant de ces employés. Ces prestataires demandent également à bénéficier d’un service de protection sociale.

Le Samva compte près de 600 manutentionnaires répartis en trois groupes. Chaque groupe est en service pendant 24 h contre 48 h de repos.

Arh.

 

News Mada0 partages

Tsiazompaniry : diminution de la réserve d’eau

Constat amer. Suite à la déforestation et les changements climatiques, le barrage de Tsiazompaniry s’assèche dangereusement. L’on sait que le niveau d’eau n’est plus qu’à 1/3 de son niveau normal.

Comme il est indiqué plus haut, le manque de précipitations est l’une des principales causes de cette situation. C’est la raison pour laquelle la gendarmerie a décidé de reboiser les alentours de Tsiazompaniry, plus précisément le village de Miantsoarivo, commune rurale d’Ambohimiadana Andramasina.

Afin d’endiguer le tarissement du lac, 150 éléments du Secrétariat d’Etat chargé de la gendarmerie, du Centre de formation spécialisée et des Forces d’intervention de la gendarmerie, dirigés par le général Didier Gérard Paza, ont mis en terre 1.500 plants d’eucalyptus (eucalyptus grandis), vendredi dernier.

Le patron de la gendarmerie a profité de l’occasion pour inciter les associations, le personnel des ministères et tout citoyen à prendre part au reboisement de Tsiazompaniry en vue d’assurer la protection des captages d’eau et préserver l’environnement.

Mparany

 

News Mada0 partages

Vol d’arme : deux gendarmes et un civil arrêtés

Les éléments du Groupement de gendarmerie d’ Analanjirofo ont réalisé un coup fumant en mettant la main sur deux gendarmes et un civil, suspectés de vol d’un fusil d’assaut Kalachnikov et de détention de faux billets de banque. Les trois suspects ont été arrêtés le 22 février dernier et remis à la Section de recherches criminelles de Toamasina avant leur défèrement au Parquet de Toamasina.

Le vol du fusil en question a été déclaré le 20 février dernier. Sans attendre, une enquête a été ouverte et grâce à des renseignements qui leur sont parvenus, les enquêteurs n’ont pas eu du mal à le retrouver. L’arme de guerre a été découverte au domicile de l’un des gendarmes mis en cause. Des munitions ainsi que des étuis, 110.000 ariary en faux billets, une crosse de Kalachnikov ont également été découverts chez lui.

Mparany

Ino Vaovao0 partages

VALIFATY : Mpanara-dia iray notetehin’ny rain’ilay jiolahy tamin’ny famaky tao amin’ny Distrikan’...

Lehilahy iray isan’ireo mpanara-dia sendra nifanena taminy no avy hatrany dia nosamboriny ary notetehiny tamin’ny famaky. Tsy namelany raha tsy tapitra ny ainy, ary lasa nitsoaka izy avy eo.

Ny herinandro lasa teo iny, nisehoana fanafihana tao Ambodimadiro ao anatin’ ny Kaominina Anahidrano, Distrikan’Antsohihy. Enin-dahy no nanafika tanàna tokony ho tamin’ny 9 ora alina. Ankoatra ny entana an-tokantrano maro najifan’ ireo olon-dratsy dia mbola navoakan’izy ireo ihany koa ny omby tany am-bala miisa roa ambin’ny folo. Tsy nisy sahy nikofoka ny mponina nandritra ny fandravaravana nataon’ireo jiolahy. Minitra vitsy nahalasan’izy ireo vao raikitra ny fanarahan-dia.

Tsy nandigana teo amin’ny 15 km miala ny tanàna dia nifanehitra ny roa tonta. Nikasa hanohitra hatrany ireto olon-dratsy kanefa tratran’ny be noho ny vitsy ka resy tosika ihany. Vaky nitsoaka ry zalahy, roa lahy kosa no azo sambom-belona ary notaritarihin’ny olona noentina any amin’ny biraon’ny Zandary. Teny an-dalana hiverina hody any an-tanàna ireo mpanara-dia no nahatratra lehilahy iray isan’ny fokonolona ny rain’ny raikalahy tamin’ireto voasambotra. Namaly ity farany, notetehiny tamin’ny famaky ilay tovolahy ary lasa nitsoaka izy taorian’izay. Hatramin’izao mbola ifampikarohana io rangahy io.

Ankoatra izay, dahalo roa lahy ihany koa no maty tao anaty fifandonana tany Ambodimandresy mbola ao anatin’ny Distrikan’Antsohihy hatrany. Ny zoma alina tokony ho tamin’ny 11 ora no nanafika tao an-toerana izy roa lahy ireto ary samy naka omby iray avy tao am-balan’olona. Efa hadiva mazava ny andro vao tsikaritry ny tompon-trano fa tsy tao ny ombiny roa.

Teo vao raikitra ny antso vonjy tamin’ny mpiara-monina nahafahana nanao ny fanarahan-dia. Tany Ankazobetsihay, Kaominina Ampandriakilandy no tratra ireto dahalo niaraka tamin’ny omby. Nisy ny fifampitifirana ary samy lavo tamin’izany izy roa lahy ireto. Ny omby kosa tafaverina soa aman-tsara amin’ny tompony.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO - ATSINANANA : Zandary am-perinasa roa nahatratrarana basy halatra sy vola sandoka

Ny tranga farany nisy tao Fenoarivo-Atsinanana no nentina ho vavolombelona teo anatrehan’ny mpanao gazety.

Raha hiverenana ny zava-misy dia 20 febroary lasa teo, dia basy iray vao avy nampiasaina ny alin’ny 19 febroary no very nisy nangalatra. Natao avy hatrany ny fandraisana andraikitra. Ny 22 febroary, nosavaina ny tranon’ny Zandary roa lahy efa noahiahiana amin’ny firaisana tendro amin’ireo jiolahy.

Vaky am-batolampy ny raharaha. Sarona tao an-tranon’ny Zandary iray ilay basy very, niaraka tamin’ny “chargeur” ary bala vitsivitsy. Mbola nahitana vodim-basy mitapaka ary vola sandoka 110 000 Ariary ihany koa ny tranon’ity Zandary am-perinasa ity. Ankoatra ity Zandary nahatrarana basy sy vola sandoka ireto dia Zandary ihany hafa namany, mpanao asa ratsy ary lehilahy iray ikoizana amin’ny asa fanafihana mitam-basy no indray voasambotra.

Manomboka eto, miezaka ny manatsara fomba fiasa ny Zandarimariam-pirenena, mba hiverenan’ny fahatokisam-bahoaka azy ireo. Sokajiana olon-dratsy ny Zandary manao heloka be vava toy izao ary iharan’ny sazy henjana mifanaraka amin’izany. Ity andron’ny alatsinainy ity no natolotra Fampanoavana izy telo lahy ireto dia ny Zandary roa ary ilay jiolahy naman’izy ireo.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

AMBATOLAMPY : Zandary iray namoy ny ainy nazeran’ny môtô ny alahady hariva teo

Miasa ao amin’ny Kaompania Ambatolampy, ao amin’ny Sampandraharaha miandraikitra ny fisavana fiara miaraka môtô (BPR) izy izao namoy ny ainy izao.

Araka ny loharanom-baovao avy any an-toerana dia nahazo fotoam-pialan-tsasatra kely izy io alahady io, ka nikarakara ny môtôny tany amin’ireny toerana mpanamboatra fiara ireny. Rehefa vita ny fikarakarana dia nanao andrana izy ka ilay mpanamboatra nitondra môtô hafa teo alohany ary izy kosa nanaraka avy ao aoriana. Gaga anefa ilay mpanamboatra môtô fa tsy hitany tao aoriany intsony ilay Zandary rehefa somary lasa tokony ho 3 km teo ho eo.

Niverina nijery ny zava-misy ilay mpanamboatra fiara ka akory ny hatairany fa ilay Zandary efa mitsirara ao anaty lakan-drano no hitany. Nanakana fiara izay nandalo ity mpanamboatra fiara ity, ka io fiara io no nitondra azy teny amin’ny toeram-pitsaboana ao Ambatolampy ihany. Na dia natao aza ny ala nenina rehetra tamin’ny fitsaboana ity Zandary ity dia tsy avotra intsony ny ainy. Raha ny fanazavan’ny mpitsabo dia misy hozatra tapaka ao amin’ny hatony ka io no nanempotra azy ary nitarika hatramin’ny fahafatesana.

Raha ny tombantomban’ny mpitsabo dia nianjera izy, ka ny lohany no nandeha mialoha. Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra izay antony nampianjera ity Zandary nitondra môtô ity.

Mampiahiahy ny mpanao fanadihadiana ity lozam-pifamoivoizana namoizana aina Zandary ity. Raha ny traikefa anan’ity Zandary ity dia tsy tokony ho tratran’izay loza izay izy satria io no nianarany sy nifotarany mafy nandritra ny fianarany teo anivon’ny Zandariam-pirenena, ka nahatonga azy ho ao amin’ny Sampandraharan’ny BPR ao Ambatolampy.

Namela manano tena iray sy kamboty mirahavavy ity Zandary ity. 35 taona izy izao namoy ny ainy izao. Zanaky ny Ben’ny tanànan’ny Kaominina ambanivohitr’i Vinaninkarena izy ary anisan’ireo nanampy ny tanora ao Vinaninkarena tamin’ny alalan’ny fanomezana fitaovana ho azy ireo.

Tiaray R

News Mada0 partages

Guerre de leadership : l’association des « Sojabe » rappelle à l’ordre

Le «Fikambanan’ny Sojabe avy amin’ny faritra Sofia» (Fisofaso) a réuni les membres de la presse malgache hier à Antaninarenina. «Les Sojabe sont les garants de la solidarité, de la justice sociale et jouent le rôle de pacificateur. Le vrai Sojabe est toujours respectueux et respectable», a rappelé le président de l’association, le général de division Jules Mamizara. Ce dernier de faire savoir que «certains Sojabe ont failli à leur mission et il est de son devoir de les rappeler à l’ordre. Ils n’ont même pas demandé l’autorisation de parler au nom du Fisofaso», a renchéri le président national.

Selon le général Jules Mamizara, le règlement intérieur de cette association précise que «L’association est apolitique, les membres ne soutiennent pas de parti politique, mais soutiennent le régime élu démocratiquement dans son projet de développement».

Appel au calme

Cette réaction fait suite aux déclarations effectuées en fin de semaine par les «Sojabe», mettant à grand jour la dissension entre ces «Raiamandreny». Le président national de  Fisofaso a appuyé et approuvé sans réserve les démarches entreprises par certains Sojabe tout en soulignant que les Sojabe doivent garder à l’esprit la devise de l’association qui est : «Là où il y a un Sojabe, les enfants ne se chamaillent jamais».

Le président de Fisofaso a pour sa part souhaité que la région Sofia et ses natifs ne soient plus les victimes d’«Expiatoires de la défaillance d’un système dont ils ne sont pas responsables».  Nous faisons confiance aux autorités pour rétablir la vérité et punir les vrais fautifs ». En effet, l’association sollicite des aides urgentes de l’Etat et de tout un chacun pour les sinistrés de Befandriana Avaratra.

Concernant le cas du colonel Lylison, le bureau central du Fisofaso pense que «La condamnation à un an de prison ferme pour un appel à une journée ville morte est exagérée et inappropriée».

Nadia

 

News Mada0 partages

Chronique : ballade de santé de la cherté en pays de pauvreté

Oiseux les débats autour de la surchauffe actuelle des prix, si tant est que l’on puisse qualifier de débats les viles polémiques qui se disputent soit à nier la réalité soit à exploiter la situation que paie au prix fort la population, sans que ni d’un côté ni de l’autre n’apparaissent des propositions pour y porter remède.

Les politiciens de tous bords s’activent à se préoccuper prématurément des élections prévues se dérouler en fin 2018, préoccupation qui aurait pu bénéficier au pays si dans cette perspective les acteurs privilégiaient la réflexion pour identifier les causes du marasme dont souffre la population, afin d’établir des objectifs (projet de société) propres à faire rêver la populace, et des stratégies (programme de gouvernement) dressant la somme d’efforts requis au risque

de démotiver ceux qui pensent qu’autant sur eux pèsent les méfaits de la pauvreté autant sur leur dos se tondent des richesses dont ils ne bénéficient d’aucune retombée.

La flambée des prix actuelle nécessite des solutions dans l’immédiat pour soulager d’un excès de difficultés une population déjà scandaleusement malmenée. Les périodes de soudure reviennent de façon cyclique. Elles réapparaissent telles les saisons, phénomène que certains exploitent pour les alléger de leur importance en se contentant de les qualifier « conjoncturelles », omettant de façon coupable qu’elles s’inscrivent dans une structure qui reste l’objet du combat.

Deux pubs, un spot en France et un communiqué ici dans le pays, suffisent à faire la différence concernant le coût que supporte le consommateur d’un pays avancé en rapport au prix que paie un utilisateur de la même prestation en pays pauvre. 20 euros (l’équivalent de 70.000 ariary) pour 60 GO vante un spot là-bas, ici le dixième, 6 GO à 50.000 ariary constitue un argument de publicité. On raconte la distance pour justifier la différence. En partie pourtant la connexion aux réseaux sans fil  se fait à travers les airs, la pratique de tels tarifs tendrait ainsi à témoigner qu’ici on se trouve éloigné des cieux. « Il est loin le bonheur » : plagiat (ici tendance) infidèle aux paroles d’une chanson en vogue là-bas.

 Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : une Colonie en progrès (3)

(Suite et fin.)

Un drainage qui amènerait un écoulement plus rapide des eaux permettrait de supprimer ou d’abaisser considérablement 250 kilomètres de digues dont l’entretien est très coûteux, d’assainir et rendre à la culture de 25 à 30 000 hectares de terrains marécageux, d’assurer la navigabilité de l’Ikopa et de ses affluents sur un assez long parcours.

Trop s’étonner de ces belles perspectives serait sans doute provoquer de la part de nos compatriotes de la grande île des exclamations comme celle-ci : « Pour qui nous prenez-vous donc ? Croyez-vous voir encore des sauvages dans ces hommes qui ont mérité l’attention, les sympathies, les souvenirs des Gallieni et des Lyautey ? » Répondons : « À Dieu ne plaise ! on vous prend simplement pour une colonie trop peu connue, trop peu populaire, mais dont

les progrès déjà certains s’étendraient beaucoup si elle avait un peu plus de main-d’œuvre et moins de protégés. »

Henri Joly.

Journal des Débats

politiques et littéraires

Note au sujet

des ouvriers agricoles

Il arrive fréquemment que des colons s’adressent au service de colonisation pour obtenir des ouvriers déjà au courant des travaux agricoles spéciaux, tels que la conduite des charrues, l’entretien des étables, la traite des vaches, greffeur, préparation des produits, etc. Les fermes-écoles, en dehors des élèves-contremaîtres qu’elles préparent, ne comportent qu’un petit nombre d’ouvriers, dont ces établissements ne peuvent se défaire sans gêner considérablement leur fonctionnement. Toutefois, pour donner satisfaction aux besoins exprimés par les agriculteurs, M. le Gouverneur Général a décidé d’autoriser les fermes-écoles de l’Ivoloina et d’Antsirabe à recevoir des ouvriers indigènes envoyés par les planteurs. Ils recevront pendant leur séjour une allocation fixe de 0 fr. 40 par jour, le restant de leur salaire, s’il y a lieu, demeurant à la charge de leurs employeurs, selon les conventions établies entre eux et que les chefs de station s’efforceront de faire respecter.

Ces dispositions faciliteront peut-être le recrutement et la conservation des ouvriers agricoles, ce qu’il y a de plus délicat dans la direction d’un domaine agricole.

Journal Officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : méprises dans l’espace francophone

Faute d’en ignorer les nuances et non par volonté délibérée de la maltraiter, parfois des utilisateurs occasionnels sans chercher à éviter les pièges adaptent la langue française à leur sauce. Pension !?! Approximation phonique, nombreux  mettent aventureusement sous la même appellation ceux qui la « subissent » et ceux qui en bénéficient. La dénomination des pensionnés d’un organisme social tels les allocataires d’une pension de retraite, résonne identique à la désignation des internes pensionnaires dans une institution.  Vient à l’esprit l’interrogation : serait-ce fantaisie d’artiste ou euphémisme que la qualification  de « pensionnaire de la Comédie Française » attribuée à une catégorie de comédiens, peut-être en raison d’une gratification d’un statut de titulaire au titre d‘une sorte de cdi.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fiparitahan’ny fitaovam-piadiana sy fampihorohoroana

Mampihorohoro ny mponina ny tsy fifehezana ny fandriampahalemana amin’izao fotoana izao. Raha tsy mandry ny tany, mihevitra ny vahoaka fa tsy mahefa ny adidiny ny fanjakana. Maro ny mponina no miezaka mikaroka fiarovan-tena ary misy noho izany no mivarina any amin’ny fanaovana fitsarana an-dàlam-be tsy ara-dalàna. Fanararaotana ny fisehon’izany tsy filaminana eo amin’ny fiarahamonina izany, maro no mikaroka fitaovam-piadiana voarara. Saropady satria mahery vaika afaka ampiasaina ifofoana ain’olona. Ny zava-boarara toy ny ratsy rehetra moa dia tsy kely làlana. Na izany aza, arakaraky ny fahasarotan’ny làlana no maha sarobidy ny zavatra. Tsy mandigana izany lalàna mifehy ny takalo ara-toekarena izany ny tsenan’ny fitaovam-piadiana. Varotra an-tsokosoko ny fitaovana sarobidy, lasa lafo vidy noho ny havitsin’ny tolotra. Eo ankilany ny fitombon’ny mpitady.

Mila vola ary mitarika fahasahiana ny fividianana ireny basy toy ny kalaky ireny. Aiza moa ny vola ? Moa ve tsy ireo vahiny, na Vazaha izany na Karana na Sinoa no enjehin’ny mponina ho mpanana ka noho izay, mizaka ny endrikendrika ho mpangorona fitaovam-piadiana? Misy amin’izy ireny moa no tsy misalasala mampiseho fahasahiana amin’ny fanaovana herisetra, miseho tompon-daka noho ny teratany. Matetika anefa dia maro ireo fikambanana an’ny vahiny maneho firaisankina amin’ny fanaovana asa soa. Tsy manakana izany araky ny fahatsapan’ny mponina. Ny ankamaroany amin’ny vahiny, amin’ny andavan’andro, dia manalavitra ny fiainam-bahoaka ary raha sendra miharoharo aza dia mitady hanjakazaka.  Tsy ny maha vahiny azy angamba fa araky ny tranga mahazatra, ny mpanana tsy miray vilany amin’ ny mahantra.

Mitombo anefa amin’izao fotoana izao ny fifindramonin’ny olona noho ny fitadiavana. Mitovy nefa tsy sahala ny fisehony. Ny mponina avy aty amin’ny tany mahantra dia mitady ravin’ ahitra maitsomaitso kokoa hahafahany mivelona tsaratsara kokoa. Ireo vahiny eto an-toerana kosa matetika tonga hitrandraka sy hanangona harena. Ny tena any aminy dia tsy manana anjara afa-tsy ny fitampifimpifiana fa izy kosa eto toa avela hibahambahana. Tsy manangona harena fotsiny hono izy ireo fa manampy be eo amin’ny famokarana harena. Noho izany no nananganana sampan-draharaha hanambitamby sy hanamora ny fandrendriky ny mpanam-bola any ivelany harena atao hamokatra eto an-toerana. Tsy tena tafa anefa izany. Mpitrandraka marani-tsaina amin’ny fanambakana sy fitsikombakombana no mazana mameno tanàna.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO - BETSAKA NO KIVY : Mihen-danja ny fifehezana ny taranja basket-ball

Ny ekipan’ny Fanalamanga ihany no nahazo fandresena tamin’io fihodinana voalohany io.

Betsaka, araka izany, no kivy ary vaky vava fa efa hita soritra sahady fa hihen-danja ity taranja ity aty Alaotra Mangoro raha izao no mitohy. Taranja iray izay isan’ny nisongadina tokoa taty Alaotra hatramin’izay ary nankafizin’ny mpitia fanatanjahantena sy nandrian’ny fony ankoatra ny baolina kitra sy ny taranja fototra atletisma. “Mila fijerena manokana mihitsy izy io ary ilaina politika hentitra hoentina mampandroso azy raha tiana ny hitazona ny lazany”, hoy ireo teknisianina misahana izany.

Azo lazaina fa samy nahatsiaro ny asa vitan’ny Ligy teo aloha tamin’ny fampivelarana ny Seksionina nanerana ny Distrika ny mpitia basket-ball ka inoana fa ho hain’ireo mpitantana ny Ligy vaovao amin’izao ny haka lesona amin’ireo mpitarika teo aloha sy hanatsara izay noheverina fa lesoka teo amin’ny fitantanana tany aloha satria matoa mitantana dia midika fa manana paik’ady mahomby hoentina manatsara izay.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

BIRAON’NY FOKONTANY AMPASIKIBO : Niangavian’ny mponina i Tinoka Roberto hanohy ny asa

Niangavian’ny vahoaka izy, ny amin’ny maha zanaky ny tanàna azy, satria tao amin’ity fokontany ity no nilatsahan’ny tavonin’ity Depiote ity, ary mbola manana trano ao izy hatramin’izao. “Mpanao politika iray no nanomboka ny asa io, tamin’ny fifidianana solombavambahoaka teo iny, nefa dia tsy nahazahoany vato tao an-toerana, ka najanona ny asa”, araka ny fitantaran’ny filohan’ny fokontany. 

Miteraka olana nefa izany, satria misy ny fandrahonana maro samihafa , ka nisy andiana tanora vitsivitsy izay nanambara fa raha misy olona hafa hanohy io asa io dia hisy ny ra mandriaka.

Nandritra ny fivoriam-pokonolona natao ny alahady hariva teo tao amin’ny Hotel Prestige no nanambaran’i Tinoka Roberto, fa avelao hanohy ny asa io olona io, mba tsy hisian’ny disadisa. Koa andrasan’ireo vahoaka hatramin’ny faran’ny volana ity izany, fa raha tsy izay dia handray ny andraikiny izy ireo. Tsara ihany anefa ny manambara fa dia efa nanatitra fasika sy fitaovana ny Solombavambahoaka, koa raha vao nahita izany ny an-kilany dia nanatitra fasika iray kamiao sy simenitra roa gony. Hatreto dia mbola milamina ny tanàna ary miandry ny fanohizana ny asa ny vahoaka.

Bems

Ino Vaovao0 partages

NOSY BE : Gadra iray novonoin’ny mpiambina fonja ny alatsinainy 27 febroary lasa teo

Araka ny loharanom-baovao tsy azo eritreretina ny fomba feno habibiana nampijaliana  ity gadra ity alohan’ny nanaperan’ireo mpiambina fonja ny ainy.

«  Ankoatra ny daroka nahazo azy dia nalàna  tamin’ny alalan’ny «  pince  » hatramin’ny fotony  ny hohon’ilay gadra   », hoy ny fanazavana nataon’ny raim-pianakaviana iray akaiky ny fianakavian’ilay olona maty. 

«  Avelan’ireo mpiambina fonja mivoaka isan’andro ity gadra ity fa kosa tsy maintsy mitondra vola homena azy ireo rehefa miverina ao am-ponja amin’ny hariva. Tamin’io andro io tsy nahazo vola izy ireo, ka nodarohana sy nampijalian’izy ireo ilay gadra ka  niafara tamin’ny fahafatesan’ity farany  », hoy izy hatrany. Saika halevin’ireo mpiambina fonja an-tsokosoko ilay gadra maty fa nisy nahita ary nampandre avy hatrany ny havany. Fantatra fa notambatambazana vola ny fianakaviana mba tsy hitory sy hilaza ny fomba nahafaty  ny havan’izy ireo.  

Fa angaha rehefa migadra ny olona iray dia azo vonoina tahaka ny mamono moka  ? Na dia tsy nametraka fitoriana aza ny fianakavian’ilay gadra maty izay notambatambazana vola  dia tsy azo ekena zavatra toy izao. Manoloana izao vono olona izao mino ny mpanara-baovao rehetra fa handray andraikitra ny Fanjakana mahefa, indrindra ny tompon’andraikitra eo anivon’ny minisiteran’ny Fitsarana sy ny minisiteran’ny Mponina. Aiza ho aiza ny fanajana ny zon’olombelona eto Madagasikara  ?A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

VOKATRY NY FANADIHADIANA : 40% ny ankizy iharan’ny herisetra no mitondra takaitra ara-batana

Eto Mahajanga dia 50% ny trangana herisetra nihatra tamin’ny ankizy voarain’ny tambajotra tamin’ny taona 2016 dia trangana fanolanana ny telo ampahefany, ary zazavavy manomboka amin’ny taona 6 hatramin’ny 14 taona ireo lasibatra.  Araka ny fanadihadiana ihany koa dia hita fa ny herisetra mahazo ny ankizy dia miteraka fahasimbana ara-tsaina, tsy ahazoana vokatra any an-tsekoly, ary mampitsoaka an-tsekoly ireo ankizy.

Mifanohitra amin’ny fampandrosoana ara-toekarena sy mampahantra ireo ankizy sy ny ray aman-dreniny ny herisetra satria tsy afaka hamokatra ara-dalàna intsony ireo ankizy. Tsy manarina ny fahavoazana rahateo ny fitsarana amin’ny ankapobeny satria na ny sazy azon’ireo mpanao herisetra aza dia ny farany ambany no azony, raha hahazo. Tsy misy fanerena azy hanarina ny fahavoazana nataony ihany koa, ka matetika dia manaiky tsy sazoka ny ‘raharaham-pihavanana’ ireo ray aman-dreny, izay matetika sahirana. Sitrany ahay misy hitsaboana ny menaky ny aina mangirifiry. 

Ankoatra ny CDEF izay efa misahana hatrizay ireo ankizy iharan’ny herisetra eto Mahajanga dia efa mitsangana koa ny ivon-toerana Vonjy eny Androva.  Ahitana ireo olona misahana ny fitsaboana sy sosialy ary ny mpitandro filaminana misahana ny ankizy tsy ampy taona sy ny fitondran-tena, izany hoe ireo afaka handray an-tanana ireo ankizy. Mbola olana lehibe eo amin’ny fianakaviana anefa ny fananana, ny fitsaboana, ny vidim-panafody, ny vatsin’ny marary sy ny mpikarakara. Matetika dia olona ao amin’ny fianakaviana ihany no manao ny herisetra amin’ny ankizy.

Vanessa

News Mada0 partages

Taekwondo ITF : Madagascar présent au sommet mondial

Loin d’un effet d’annonce, Madagascar sera bel et bien présent au 20e Championnat du monde de taekwondo ITF. L’heure est à la préparation et la mise en place de la sélection nationale.

Le bureau exécutif de Madagascar International taekwondo federation (MITF) vient d’annoncer la participation de la Grande île au prochain Championnat du monde de taekwondo ITF du 15 au 21 septembre à Pyongyang, Corée. Un plateau relevé qui réunit les meilleurs combattants venant d’une centaine de pays. La Corée du Sud, pays d’origine du taekwondo, a accueilli l’événement à six reprises et a toujours terminé en tête du tableau des médailles.

Le MITF dirigé par Sabumnim Andriamisaina Rasamaminana (ndlr, président du MITF) désignera et sélectionnera les membres de l’équipe nationale pour ce grand événement. Les séances d’entraînement seront dirigées par l’instructeur national Sabumnim Henintsoa Fidèle Andriamananjara. Ce dernier établira la liste définitive des combattants malgaches aptes à défendre les couleurs nationales. La tâche ne sera pas aisée mais Madasgacar a toutes les chances de se frayer un chemin parmi les grandes nations de taekwondo.

L’année dernière, Madagascar n’a pas démérité au 3e Championnat d’Afrique de taekwondo ITF qui s’est tenu à Johannesbourg les 25 et 26 juin. L’unique représentante malgache et non moins secrétaire générale de MITF, Fitiavana Randriamiharisoa (ceinture noire 4e dan), est rentrée au bercail avec une médaille d’argent en «tul» et une bronze en combat (matsogi). Une joute continentale qui a réuni sept pays qui se retrouveront durant le sommet mondial à Pyongyang. Pour rappel, la saison a été officiellement ouverte le 21 janvier dernier avec la remise de ceintures du passage de grade aux adeptes méritants.

Rojo N.

News Mada0 partages

Basket – Coupe du président : Analamanga marque son territoire

Avec cinq formations dans ses rangs, la ligue régionale d’Analamanga vise loin pour les éliminatoires de la Coupe du président pour le compte de la zone Centre. Pas plus tard qu’hier, les basketteurs d’ Ankarana ont pris le dessus sur USBA Alaotra Mangoro sur le score de 89 à 65 au gymnase couvert de Mahamasina. TMBB affiche également une grande forme en écrasant AS Roux sur le score sans appel de 109 à 55 au terme d’un match gagné d’avance par les éléments de la capitale.

On a assisté au même scénario au terrain annexe 2 de Mahamasina. TACBB a écarté BBCA Alaotra Mangoro par 71 à 61. De son côté, le club emblématique de la région d’Analamanga, MB2All, n’a fait qu’une bouchée de BCM Analanjirofo et s’est imposé sur le score fleuve de 107 à 54. La première affiche du jour opposera les deux équipes d’Analamanga, MB2All et TACBB.

Rojo N.

Résultats :

Gymnase Mahamasina :

– USBA Alaotra Mangoro # Ankarana Analamanga (65-89)

– AS Roux Analanjirofo # TMBB Analamanga (55-109)

– AS Fanalamanga Alaotra Mangoro # Ascut 2 Atsinanana (71-99)

Terrain annexe 2 :

– TACBB Analamanga # BBCA Alaotra Mangoro (71-61)

– MB2All Analamanga # BCM Analanjirofo (107-54)

– AS St Pierre Alaotra Mangoro # ECBBA Analamanga (71-78)

Affiches du jour :

-8H00 : TACBB Analamanga # MB2All Analamanga

-9H45 : Ankarana Analamanga # AS Roux Analanjirofo

-11H30 : AS St Pierre Alaotra Mangoro # USBA Alaotra Mangoro

-13h15 : BBCA Alaotra Mangoro # Ascut 2 Atsinanana

-15H00 : AS Fanalamanga Alaotra Mangoro # BCM Analanjirofo

-16H45 : TMBB Analamanga # ECBA Analamanga

 

News Mada0 partages

Baseball-Softball : initiation pour les élèves de la capitale

La ligue centre de baseball/softball d’Analamanga enclenche la vitesse supérieure pour la relance de ce sport à Madagascar. Dans sa démarche, le collectif des passionnés a décidé de revenir à la base du développement de toutes les disciplines. Soit d’inculquer les valeurs entourant le baseball/softball aux futurs passionnés dès leur plus jeune âge. Pour ce faire, les membres du collectif vont travailler de concert avec des établissements scolaires de la capitale pour une séance d’initiation.

Pour ce premier test, une soixantaine d’élèves (primaire et secondaire) de l’école Peter Pan seront les bénéficiaires du projet. D’après le consultant en baseball/softball à Madagascar, Armand Varnat, «Un accord a été trouvé entre la directrice de l’établissement et les responsables du collectif. Les 15 et 22 mars prochains, deux groupes de 60 élèves bénéficieront d’une initiation à notre sport favori. C’est un bon début pour l’intégration du baseball en milieu scolaire».

Rojo N.

News Mada0 partages

Incendies des Rova : quelles mesures prises par l’Etat ?

Grosse alerte, hier, du côté d’Amboditsiry. Un incendie s’est déclaré dans le domaine du Palais Rainilaiarivony. Heureusement, les sapeurs- pompiers sont arrivés à temps et ont pu maîtriser le feu qui a failli ravager, une fois de plus, un autre palais de la région d’Analamanga.

Aucun dégât majeur n’a été enregistré. Malgré tout, cette interminable série noire d’incendies des palais royaux laisse pensif  et suscite de nombreuses interrogations. Quelles mesures l’Etat a-t-il prises pour la protection de ces patrimoines malgaches ?

Le 6 novembre 1995, le Rova Manjakamiadana est parti en fumée. Les flammes ont consumé toutes les constructions en bois ainsi qu’un certain nombre d’objets royaux. Alors que ce malheureux événement aurait dû marquer le coup d’envoi  d’une réforme en profondeur dans la sécurisation de ce genre de site, 21 ans après, on n’en a pas fini avec les incendies de sites royaux. A se demander si l’Etat n’a rien fait en matière de préservation de ces patrimoines.

Pour rappel, le Rova d’Ilafy a pris feu le 31 octobre 2014, puis ce fut le tour du Rova d’Ambotrimanjaka le 18 août 2015. Quelques jours après, plus précisément le 26 août 2015, le Rova d’Ambohidratrimo a été la proie des flammes. Et pas plus tard que le 10 janvier dernier, le Rova d’Ambohimalaza y est aussi passé.

Et hier, du côté d’Amboditsiry, un autre drame de feu aurait pu faire des ravages, mais heureusement, le feu n’a pas touché le palais Rainilaiarivony. Toutefois, il n’en demeure pas moins que, selon les riverains, c’est déjà la troisième fois qu’un incendie s’est déclaré sur les lieux.

Le ministre a dit

Notons qu’au mois de janvier dernier, après l’incendie du Rova d’Ambohimalaza, Jean-Jacques Rabenirina, ministre de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine a officiellement fait savoir que désormais, tous les palais seront dotés d’électricité et équipés d’un dispositif de sécurité contre les incendies. Est-ce la seule vision à long terme du Gouvernement pour préserver les valeurs culturelles et historiques des patrimoines malgaches ? Une mesure de moindre portée lorsqu’on sait que la plupart des actes sont perpétrés en-dehors du périmètre du site proprement dit.

Des crimes contre le patrimoine

Cela dit, il apparaît également que le département de la Culture reste le parent pauvre du Gouvernement. A chaque loi de finances adoptée, ce ministère est toujours doté d’un budget minime, insuffisant à valoriser à juste valeur les richesses patrimoines malgaches.

Néanmoins, depuis 1995, de nombreux fonds ont été levés en vue de la reconstruction du Palais de la Reine, pour ne citer que cela. Des centaines de milliards ont été récoltés, mais depuis plusieurs années, le palais de Manjakamiadana n’arrive pas à renaître de ses cendres. Pour dire que la prise de mesures drastiques pour la préservation des patrimoines culturels nationaux, dont les palais, doit découler de la volonté politique des plus hautes sphères de l’État. Une volonté également de ne pas laisser impunis les criminels, de prioriser la transparence et la communication.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Madagascar All Stars : les dates des concerts dévoilées

Dzama event et les six artistes du groupe Madagascar All Stars ont donné une conférence de presse, hier, à Soanierana pour faire le point  et communiquer les dates officielles de leurs concerts à l’affiche dans la capitale.

Soutenu par la compagnie Vidzar, le groupe, composé de Dama, Régis Gizavo, Erick Manana, Olombelo Ricky, Justin Valiha et Jaojoby, donnera trois spectacles. Le premier se tiendra le 10 mars  à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely à partir de 19 heures. Le second se fera le 11 mars au CCEsca Antanimena à 15 heures et le dernier aura lieu le 12 mars  au Jao’s Pub Ambohipo à 16 heures.

A part ces spectacles, un film sur le groupe sera bientôt présenté. Intitulé «Song for Madagascar», il a été réalisé par César Paes qui raconte l’histoire de chaque membre du groupe. «Durant une semaine, le réalisateur a été au pays pour filmer mon quotidien», a annoncé Justin Valiha, l’un des membres du groupe Madagascar All Stars.

Holy Danielle

 

Tananews0 partages

A propos du rapport/sms lu par Anandra

Il est confirmé que ce sms a été envoyé par un tiers .. qui n’était même pas à Befandriana Nord au moment des faits.

Quand nous étions enfants, nous jouions à un jeu qui s’appelait “téléphone arabe”. Le premier enfant énonçait une phrase à l’oreille de son voisin, qui en faisait de même, et ainsi de suite. Et à la fin tout le monde rigolait quand le dernier enfant énonçait la phrase qui lui a été transmise.

Apparemment ils y ont aussi joué dans la Police nationale.

Mais nous, nous n’y jouons plus. Aujourd’hui, nous recoupons d’abord ce qu’on nous dit à l’oreille avant de l’anoner à notre voisin.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampivoarana ny kolontsainaHanampy ny tanora Malagasy ny LCC

Hanampy ny tanora Malagasy amin’ny fifehezana sy ny fampivoarana ny kolontsaina misy ny Centre de langue et de la culture ( LCC) naorin-dRaoelijaona Bodo,

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirananaFaha-25 taonan’ny IST-A

Natomboka tamin’ny fanompoam-pivavahana tao amin’ny kathédrale sy ny mosquée ao Antsiranana, ny zoma lasa teo ny fanamarihana ny faha-25 taona niorenan’ny IST-A na ny « Institut Supérieur de Technologie d’Antsiranana ».

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i MorondavaMirongatra indray ny Androbe

Misy milaza fa Androbe, ao koa ny miteny hoe Ambalavelona. Raha ny fampitam-baovao dia mirongatra indray izao ireny karazan’aretina mampihetsiketsika hafahafa ireo ankizy mpianatra amin’ny ambaratonga fototra ireny ao amin’ny distrikitr’i Morondava ao.

 Hatreto aloha, raha ny voalaza, dia miisa 12 ireo ankizy voa ary samy mpianatry ny ambaratonga fototra ao an-toerana avokoa. Nanapa-kevitra ny tompon’andraikitry ny fanabeazana any an-toerana fa hampiato ireo mpianatra tra-pahasahiranana aloha mandra-pahasitranany.

Mirija  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandravana trano eny AmbohijanakaManomboka mitroatra ny vahoaka

Mihamafana ilay raharaha fandravana trano ao anatin’ny kaominina Ambohijanaka amin’izao fotoana izao na dia vao manomboka maka ny hevitr’ireo mponina voakasika sy handravona izany aza ny Ben’ny tanàna Alain Ratsimbazafy sy ireo ekipany mialoha ny hifampiresahany mivantana amin’ny minisitera misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena.

 Nitroatra ny mponina omaly ka tonga nirodorodo nilanja sorabaventy teny amin’ny biraon’ny kaominina avokoa. Raha fehezina, ny fahasahiranana mianjady amin’ny isam-baravarana no hafatra tena tian’izy ireo hampitaina  nefa mbola potehina ihany ny fananany. Ny lefitry ny Ben’ny tanàna no nifampiresaka  mivantana tamin’izy ireo. Fantatra kosa fa ny Ben’ny tanàna mivantana no hanazava ny zava-misy amin’ny mponina anio manomboka amin’ny 9 ora maraina. Lasa mivadika ho fankahalan’ny mponina  ny Ben’ny tanàna Alain Ratsimbazafy ity raharaha fandravana trano eny Ambohijanaka ity amin’ny ankapobeny. Avy amin’ny fanapahan-kevitry ny minisitera anefa no niaviany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Efa dodona !

Ekena fa tsy mifanaraka amin’ny toetrandro intsony ny rafi-pitantanana misy eto amintsika ankehitriny.

Mirija    

Tia Tanindranaza0 partages

Mikorontana ny ngeza !

Mikorontana tanteraka ny tontolo politika any Frantsa. Fifidianana no antony. Samy mizarazara na ny hery an-kavia misy ny sosialista antokon’ny filoha Hollande na ny hery an-kavanana antokon’ny Les Republicains tarihan’i Nicolas Sarkozy ary nanolotra an’Atoa Fillon ho kandida amin’ny fifidianana filoham-pirenena.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fiarovana« Arovy ny vahoaka ! »

Nivoaka tamin’ny fahanginany ary naneho ny heviny mikasika ny fahitany ny raharaha mikasika ny fitsaram-bahoaka niseho tato ho ato

, toy izay hita tany Antsakabary farany teo ny minisitry ny fiarovam-pirenena, Beni Xavier Rasolofonirina. Araka ny fantatra dia 16 no trangana fitsaram-bahoaka voarakitra an-tsoratra tao anatin’ny 6 volana. Manoloana izany dia nanao antsoavo amin’ireo seham-pitandroana ny filaminana isan-tokony ny minisitra mba hijoro ho mpiaro ny vahoaka fa tsy sanatria ho hery famoretana azy ireo. Tsy azo ekena intsony, hoy izy, raha mbola maharitra eto ny fitsaram-bahoaka. Toy ny fiaikena fa nisy hadisoana avy amin’ny mpitandro filaminana no mampirongatra ny fitsarambahoaka ve ity fanambaran’ny minisitra ity? tazana tetsy amin’ny toby RM1 etsy Analakely, nandritry ny fanoloran’ny vadin’ny filoham-pirenena ireo kojakoja ilaina amin’ny fitsaboana ireo miaramila ao amin’ity toby ity moa ny tenany io maraina io ary dia nampita vaovao ihany koa fa tokony efa ho tomombana amin’io volana ho avy io ihany koa ny toeram-pitsaboana (infirmerie) ho an’ireo miaramila ao Antsiranana.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny RivodozaEfa vonona ny BNGRC

Hiditra an-tanety anio talata 7 martsa amin’ny 12 ora antoandro ilay rivodoza Enawo. Eo anelanelan’ny distrikan’Antalaha sy Cap Masoala no hiaingany, hamakivaky eto afovoan-tany rahampitso alarobia 8 martsa sy ny alakamisy 9 martsa.

 Efa mipetrapetraka  avokoa ny paikady hiatrehana ny loza eto amintsika ho an’ny birao nasionaly misahana ny loza voajanahary, hoy Andriamatoa Venty Thierry sekretera mpanatanteraka ao amin’ity sampandraharaha iray ity. Ny sabotsy teo ihany dia efa nandefa ekipa  dimy nihazo ny faritra izy ireo ka ny roa any Analanjirofo, ny roa any amin’ny Faritra Boeny, ny iray any SAVA. Ho an’Antananarivo Renivohitra indray dia nambarany fa efa misy ny toerana dimy vonona hamindrana  ireo traboina  raha sanatria ka tena miakatra be ny rano, indrindra fa ho an’ireo mponina eny amin’ny faritra iva. Mikasika ny fitaovana toy ny tranolay sy ny sakafo indray dia nambarany fa efa misy ihany koa ny vonona avy amin’ny mpiara-miombon’antoka na dia tsy betsaka aza. Nomarihiny manokana fa miara-miasa akaiky amin’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro izy ireo hahafahana mampihena ny taham-pahafatesana mety hitranga na koa ny fananana simba sy rava.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Onitiana Realy« Tsy misy faneriterena ny fetin’ny 8 martsa »

Natomboka omaly ny hetsika fanamarihana sy fankalazana ny andron’ny vehivavy 8 martsa amin’ity taona ity.Nisy ny fampahafantarana teny amin’ny hotely Carlton azy 18 mirahavavy misolotena ny faritra 22 amin’ilay fifaninanana

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Andron’ny vehivavyAnaty rivodoza, ahiana ny fandriampahalemana

Sambany indray no ao anaty vanim-potoanan’ny rivodoza no hankalazana ny andron’ny 8 martsa.

Anio talata raha ny vinavinan’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro no hiditra ao Antalaha ilay rivodoza Enawo. Ho ao anaty rivodoza tanteraka, araka izany, no mety hankalazan’ireo andriambavilanitra ny andron’izy ireo ao an-toerana raha tsy miova ny fandaharan-janahary. Etsy an-kilany, vinavinaina ho havoriana indray etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina rahampitso izay marihina fa eo ambany fiahian-dramatoa vadin’ny filoham-pirenena, Voahangy Rajaonarimampianina. Maro ireo fanontaniana mipetraka any an-dohan’ny mpanara-baovao. Anisan’ireny ny hoe manao ahoana ny eo amin’ny lafiny fitandroana ny filaminana ? Tsy azo odiana tsy tsaroana mantsy ny zava-doza efa nitranga nandalo matetika isak’izay nikarakara zavatra tao amin’ity kianja ity ny fitondrana ankehitriny.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivodoza « Enawo »Tena mahery vaika

Anio talata 7 martsa eo anelanelan’ny amin’ny 9ora maraina ka hatramin’ny amin’ny 12 ora antoandro no mety hiditra tanteraka an-tanety ny rivodoza “Enawo”, raha ny tomban’ny sampandraharaha mpamantatra ny toetr’andro, ka eo anelanelan’Antalaha sy Cap Masoala no hidirany.

  Omaly tamin’ny 9 ora maraina dia tany amin’ny 400 km Avaratra Atsinanan’Antalaha no misy ny foibeny. Rivodoza mahery i “Enawo” ary mitondra rivotra 140 Km/ora sy tafiotra hatrany amin’ny 195 Km/ora manodidina ny ivony, goavana ity rivodoza ity satria mahatratra 500 km ny habeny. Mikisaka miakandrefana izy ary nanatona an’i Antalaha amin’ny hafainganam-pandeha 10 Km/ora. Hamakivaky ny afovoantany izy ny 8 sy 9 martsa 2017. Noho izany dia mihatra ny fepetra mikasika ny filazana loza manambana ho an’ny faritra DIANA, Sofia, SAVA, Analanjirofo, Alaotra Mangoro ary Atsinanana. Filazana fanairana kosa ho an’ny faritra Boeny, Betsiboka, Analamanga, Bongolova, Itasy, Vakinankaratra ary Amoron’i Mania. Vokatr’ity rivodoza ity dia efa  nijohy ny orambe any amin’ny faritr’i SAVA sy Analanjirofo hatry ny omaly. Voatery noravana mihitsy ny mpianatra tany Antalaha . Mahery vaika ihany koa ny onjan-dranomasina ka ilazana sy ampahafantarina ny mpiandriaka mba hijanona an-tanàna ao anatin’ny andro vitsy hisorohana ny loza mety hitranga, hoy ny sampan-draharaha mpamantatra ny toetry ny andro.

Nangonin’i Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hitsena loza !

Manao ahoana ianareo any ry Jean fa izahay aty efa tena mihoro-koditra ! Vita iny haintany migaingaina fa ho avy kosa ity ny ranobe mangeniheny sy ny rivotra tsy hifankahitana.

 

Ny tena loza ry Jean dia orana kely indray alina aza anie ka mahadifotra e! Izany ve ry Jean no ho tonga ity rivo-doza ity, ka tsy dia ho difotra indray ve ny antsasa-manilan’I Gasikara? Fa mba inona izao ry Jean no zavatra mba nivonononareo amin’ny ho fiantrehan’ny Malagasy izao loza tsy roa aman-tany izao sa dia efa miandry izay higadonany na hitsena loza fotsiny eto? Mba manao ahoana ny tahirin-tsakafo eto amin’ny firenena ry Jean fa izahay anie efa hitanareo ihany fa tsy afa-namokatra firy e? Tena manahy aho ry Jean fa tena tsy mba mahataitra anareo mihitsy ny zava-doza miandry anay an! Ny anareo mantsy dia ny 2018 ihany no tanjona sy masaka an-tsaina, fa izay fahoriam-bahoaka any dia tsy mampihetsika kely akory ny volomasonareo. Efa fantatra fa ianareo mihitsy aza angamba no haniry loza ho anay mba hahafahana mamendrofendro sy hambabo ny fonay indray amin’ny fandatsaham-bato satria propangandy ny anareo ity mody manome fanampiana ity, ary mihomehy anaty mihitsy aza ianareo hiteny hoe voanay indray ireto. Mba matahora ihany ry Jean an’ilay nahary fa mbola rà Malagasy no mikoriana ao anatinareo a! Izahay ity miferon’aina mafy fa ianareo kosa misonina sy miliba ny harena tsy dia nisasarana. Tsy mba hatahotra ny atahorako mihitsy ve e?

Marco miferon’aina

Orange Madagascar0 partages

Rappelez-vous des significations des différentes alertes cycloniques

News Mada0 partages

Mpiray tsikombakomba amina fikambanan-jiolahy… : zandary roa lahy nahatrana Kalach, bala, vola sandoka

 Miasa ao amin’ny Groupement Analanjirofo ireto zandary roa lahy ireto. Ankoatra ny basy Kalachnikov sy bala maromaro, nanaovana asan-jiolahy ary hita tany amin’izy ireo, voalaza fa mbola nahatrarana  vola sandoka  iray alina ampolony koa tany amin’izy ireo.

Niainga avy amin’ny fahaverezan’ny basy Kalachnikov iray ana zandary iray miasa ao Fenoarivo Atsinanana very ny 20 febroary 2017 lasa teo no niaingan’ny famotorana ka nahafahana nanao ny famotorana ireto zandary roa lahy ireto”, hoy ny fanazavan’ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra Analanjirofo, ny Kly Razafindramiaraka Château Brillant, momba ny fahatrarana ireto zandary niray tsikombakomba tamin’ny jiolahy ireto. Jiolahy raindahiny ikoizana amin’ny fanafihana mitam-piadiana ity tratra niaraka tamin’ireto zandary roa lahy ireto. Nandritra ny famotorana, niaiky izy roa lahy fa niray tsikombakomba tamin’ity jiolahy tratra ity. Nitohy ihany ny fanadihadiana ka niafara tamin’ny fisavana ny tranon’izy roa lahy. Mbola nahitana vodim-basy sy bala marobe hafa tsy an’ny zandary niaraka tamin’ny vola sandoka mitentina 110 000 Ar tao an-tranon’izy ireo. Tsy nahitana irony milina fanontana vola irony kosa anefa tao an-tranon’izy roa lahy, araka ny fanazavana hatrany. Nahazo vahana rahateo ny fanafihan-jiolahy izay nifanindran-dalana tamin’ny fitsaram-bahoaka tany amin’iny faritra Analanjirofo iny.

Nambaran’ny Kly Razafindramiaraka Château Brillant fa “tsy natao hialokalofan’ny jiolahy ny fanaovana zandary ka tsy afaka hanafina izany toetra tsy mendrika ataon’ny zandary eo ambany fifehezanay izany izahay. Heloka bevava izao nataon’izy roa lahy izao ka tsy maintsy hatolotra ny fampanoavana izy ireo. Tsy maintsy ampitoviana amin’ny olona rehetra nandika lalàna”. Misahana ny famotorana ity raharaha ity ny zandary misahana ny fikarohana heloka bevava ao Toamasina.

Kolikoly sy fahafantarana olona…

Taratry ny kolikoly sy ny fahafantarana olona ny raharaha toy izao fa hatramin’ny olona tsy tokony hanao zandary aza, tafiditra. Efa misy ihany ny fanadihadiana eo amin’ny lafiny ara-moraly mialoha ny handraisana ireny mpianatra ho zandary ireny any amin’ny sekoly, saingy araka ilay fomba fiteny hoe “saonjo iray lohasaha, tsy ilaozan’izay mamarara”. Misy ihany anefa ny tsindry bokotra sy ny fampidirana olona an-tsokosoko? Miezaka ny eo anivon’ny foibem-pibaikoana manafoana ny kolikoly, saingy eo hatrany ireo mahita lalana ambanin’ny tany. Tsy vitan’izany fa lasa sehatra fitadiavana asa koa ny fanaovana zandary sy miaramila ary polisy ka na ny olona tsy tokony hanao izany aza, manao izay fomba rehetra hidirana amin’izy ireny.

Manaratsy endrika ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena iray manontolo ny fihetsika tsy am-piheverana sy ny hadalan’ny zandary sasantsasany toy izao. Tsy midika akory izany hoe ny fianakaviamben’ny zandarimaria rehetra no manao fihetsika tsy voahevitra toy izao. Misy tokoa ny ezaka ataon’ny zandarimariam-pirenena amin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany. Nanamafy hatrany, araka izany, ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Ramiandrisoa Jean Dieu Daniel, fa tsy maintsy misy ny fanadiovana eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ho fampiharana ny fanamby napetraka. Tsy natao hialokalofan’ny mpanao ratsy koa ny zandarimariam-pirenena. Midika izany fa rehefa vandana dia kary.

J.C sy Sajo /Sary : Sajo

News Mada0 partages

Sahotaka teny Amboditsiry… : ny fantaka manodidina no may fa tsy ny tranon-dRainilaiarivony

Niteraka horohoro sy tebiteby ho an’ireo mponina teny Amboditsiry sy ny manodidina ilay firehetana tao amin’ny faritra misy ny tranon-dRainilaiarivony, omaly hariva. Samy nanana ny filazany ny olona, tao ireo nilaza fa may ny tranon-dRainilaiarivony, nisy kosa ireo nilaza fa trano hafa indray no may kilan’ny afo. Voamarina anefa tamin’ny farany fa tsy araka ny fieritreretan’ny maro azy hoe ny tranon’ny Praiminisitra Rainilaiarivony no may fa ireo fantaka sy hazo manodidina ity vakoka ity. Nalaky ny fahatongavan’ny mpamonjy voina namono ny afo teny an-toerana, omaly hariva. Hatreto aloha tsy fantatra marina izay nahatonga ny firehetana fa ny afo efa nirehitra nahazo ireo fantaka manodidina no nampikoropaka ny olona. Tsiahivina fa efa may toy izao koa ireto fantaka ireto tamin’ny taon-dasa izay niteraka tebiteby tamin’ireo mponina teny Amboditsiry. Nalaky voavonjy ihany anefa ny afo ka tsy niitatra tamin’ity vakoka manan-tantara ity.

J.C / Sary : Tiana R.

News Mada0 partages

«Alerte rouge» any Sava, Analanjirofo… : hamakivaky an’Antananarivo i Enawo rahampitso

Rivodoza matanjaka i Enawo raha ny filazan’ny Météo Malagasy. Handravarava izy satria mahery vaika ny rivotra entiny. Mitondra rivotra 170 km isan’ora sy tafiotra mahatratra 240 km isan’ora manodidina ny ivony. Omaly hariva, tany amin’ny 300 km avaratra atsinanan’Antalaha no nisy ny foibeny.

Mikisaka mianandrefana izy io ary manatona an’Antalaha amin’ny hafainganam-pandeha 10 km isan’ora.

Hiditra an-tanety, anio, eo anelanelan’Antalaha sy Cap Masoala ity rivodoza Enawo ity. Hamakivaky an’Antananarivo izy rahampitso sy afakampitso ka mila miomana amin’izany ny rehetra indrindra amin’ny mety ho fanararaotan’ireo mpivarotra amin’ny fanitrihana entana sy fampiakarana vidin’entana indray. Anisan’izany ny arina fandrehitra, vary, labozia, paty, siramamy, sira, rano fisotro madio…

Noho izany, mampihatra ny fepetra mikasika ny filazana loza manambana ny faritra Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro ary Atsinanana.Filazana fanairana ho an’ny faritra Boeny, Betsiboka, Analamanga, Bongolava, Itasy, Vakinankaratra ary Amoron’i Mania.

Efa nanomboka omaly, ny orambe entin’ny rambon’i Enawo any Sava sy Analanjirofo, ary ny faritra atsinanana. Hahery vaika ny onjan-dranomasina ka tsy tokony handriaka intsony ny ireo mpampiasa ranomasina rehetra.

Manangona izay ilaina rehetra ny mponina ao Antalaha

Hatry ny omaly, efa misahotakotaka sy mitebiteby amin’ny mety hafitsok’ilay rivodoza Enawo ny mponina ao amin’ny distrikan’Antalaha. Manangona labozia sy kojakoja ilaina andavanandro ny rehetra. Ny sasany, manamafy ny tafon-trano, manapaka ny hazo mety hampidi-doza…

Tsy mitsahatra mampivory ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny ny lehiben’ny distrika handraisana ny fepetra rehetra hifehezana ny mponina manolana ny fihavian’ilay rivodoza.

Efa nampodiana ny mpianatra omaly ary nafarana tsy hivoaboaka ny trano.

Nampiakarina amin’ny toerana azo antoka ny mponina mipetraka amin’ny faritra iva.

Tao Maroantsetra, nivory ny komitim-paritry ny BNGRC nametraka ny lamina rehetra. Efa miatrana ny lakana hampiasaina sy iasana. Efa voaomana ny trano hialofana ho an’ireo mety ho traboina. Nojerena ihany koa ny tahirin’entana eny amin’ny mpamongady. Tsy mitsahatra ny antsoantso fanentanana ny olona ho mailo.

 Tatiana A

News Mada0 partages

Minisitry ny Filaminam-bahoaka : mpiasam-bahoaka ny polisy

 “Mpiasam-bahoaka ny polisy ka natao hanompo ny vahoaka fa tsy ny mifanohitra amin’izany. Ilaina ny fahaiza-miaina eny anivon’ny fiaraha-monina indrindra ny fiaraha-mientana eo amin’ny polisy rehetra mba hanao ny asany araka ny lalàna, amin’ny fanajana ny fitsipi-pifehezana sy ny soatoavina maha polisy”, hoy ny fanazavan’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny contrôleur général de police, Andrianisa Mamy Jean Jacques raha nanome toromarika sy hafatrafatra ho an’ireo polisy miasa eny amin’ny foibem-pitantanan’ny polisim-pirenena Anosy, omaly nandritra ny fananganan-tsaina. Nohantitranteriny hatrany ny hisian’ny fiaraha-miasa matotra eo amin’ny vahoaka sy ny polisim-pirenena mba hisorohana amin’ireny zava-nitranga farany tany Befandriana Avaratra ireny. Nasiany resaka manokana momba ny raharaha Befandriana Avaratra. Misy ireo olona efa natolotra ny fitsarana any Antsohihy ka niafara tamin’ny fampidirana am-ponja ireo olona dimy voarohirohy momba ilay fitsaram-bahoaka nahafatesana polisy. Momba ny doro trano kosa indray, efa mandeha ny famotorana momba ity raharaha ity.

J.C

News Mada0 partages

Efa nahazoana 100 tapitrisa Ar… : mpitandro filaminana ny atidohan’ny fisolokiana mpampindram-bola

 Tratran’ny polisy Sut teny Morarano Manakambahiny, ny alakamisy teo ireo olona roa voarohirohy ho nanao hosoka sy fisolokiana tamina orinasa iray mpampindram-bola. Vola mitentina 100 tapitrisa Ar mahery no efa lasan’izy ireo. Mpitandro filaminana ny atidohan’ity fisolokiana ity…

Saron’ny vela-pandrika nataon’ny polisy Sut eny Tsaralalana koa ireo olona roa hafa mpiray tsikombakomba amin’ireto mpitandro filaminana roa lahy ireto.  Malaza ratsy amin’ny fanaovana hosoka sy fisolokiana ireto. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, nisy orinasa iray mpampindram-bola nametraka fitoriana tao amin’ny polisy Sut Tsaralalana, ny 8 febroary 2017 fa nisy olona nisoloky sy nanao taratasy sandoka tao amin’izy ireo. Fiara lehibe iray natao antoka tamin’ity findramam-bola ity, saingy hosoka ihany koa ny laharan’ilay fiara satria efa novain’izy ireo. Mailo avy hatrany ireo tompon’andraikitra tao amin’ity orinasa ity ka nanamarina avy hatrany teny amin’ny “centre immatriculateur” ka voamarina fa hosoka tokoa ny laharan’ilay fiara. Niroso tamin’ny fanadihadiana avy hatrany ny polisy ka fantatra taorian’izay fa eny Morarano Manakambahiny no miafina ireto olon-dratsy ireto. Natao ny vela-pandrika ka lehilahy iray sy vehivavy iray no voasambotra tao an-trano, ny alakamisy maraina teo. Nanoro ny namany iray mpiara-miray tsikombakomba aminy izy ireo. Niroso tamin’ny fisavana ny tranon’ireto olon-dratsy ireto ny polisy ka hita tao ireo fitaovana maro samihafa fampiasan’izy ireo rehefa manao hosoka. Toy ny fitombon-kasem-panjakana hosoka maromaro, kara-panondro hosoka maromaro, fanamarinam-ponenana hosoka, laharana fiara hosoka, fanamiana mpitandro filaminana, karatra ana zandarimariam-pirenena.

Tsy vitan’izay fa mbola anarana diso ihany koa no nampiasain’izy ireo nandritra ny fanadihadian’ny polisy. Niaiky izy ireo nandritra ny famotorana fa nanao fisolokiana sy taratasy hosoka. Nilaza izy ireo fa orinasa mpampindram-bola miisa enina eto an-dRenivohitra no efa nahazoan’izy ireo vola mitentina 100 tapitrisa Ar, ny taona 2016 ka hatramin’izao.

J.C

Madagascar Tribune0 partages

Les conflits entre Ravalomanana et l’Etat central n’en finissent pas

Il ne se passe pas un mois (ou presque) sans conflit entre la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo) dirigée par Lalao Ravalomanana et l’Etat central. Dernier en date, la suspension par la maire d’Antananarivo Renivohitra, des travaux d’Andohatapenaka. Sur ce terrain encore source de conflit entre le ministère d’Etat en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et Marc Ravalomanana en personne, sont prévues la construction d’une station d’essence et celle d’une gare routière. La CUA a ordonné la suspension des travaux en raison de l’absence de permis de construction de la clôture légère qui devrait émaner de la commune. Il est probable que Marc Ravalomanana, le conseiller de la maire, est à l’origine de cette décision.

Il est fort probable aussi que le ministère d’Etat dirigé par Narson Rafidimanana va rétorquer qu’il n’a pas besoin de l’autorisation de la mairie car le projet de construction dépasse les 1000m2. Cette affaire éclate alors que la bisbille concernant la construction de la bibliothèque sise à Antanimbarinandriana n’est pas encore réglée. Le ministère de l’éducation nationale et le ministère d’Etat chargé des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire qui vient en appui, soutiennent que ce projet est tout à fait dans les règles et dans les normes alors que le maire d’Antananarivo ville soutient le contraire. Et ainsi de suite.

Madagascar Tribune0 partages

Le syndicat des policiers et le ministère de l’intérieur sur la bonne voie

La rencontre entre le syndicat des policiers et le ministre de la sécurité intérieure concernant la suspension de la mission de la police de la route qui a eu lieu hier semble être sur la bonne voie. Dans une déclaration effectuée à l’issue de cette entrevue, le syndicat des policiers a annoncé qu’il serait prêt à participer à l’assainissement mené actuellement au sein de l’administration publique y compris la Police nationale. Le syndicat s’engage également à respecter le « contrat de performance au sein du ministère de tutelle ».

Bien que cette déclaration n’indique pas clairement la résolution des problèmes des policiers qui s’opposent catégoriquement à la décision gouvernementale de suspendre momentanément les missions de la police de la route, le ton employé par le syndicat semble présager qu’une bonne entente a été trouvée à moins que les syndicalistes ne subissent de forte pression de la part de leur supérieur hiérarchique. Ils réclament néanmoins une autre rencontre avec les dirigeants pour certainement tirer les choses au clair.

Quoi qu’il en soit, la décision gouvernementale de suspendre les missions de la Police de la route a fait des heureux. C’est le cas notamment des transporteurs victimes des rackets de policiers corrompus sur les routes nationales. C’est pour mettre d’ailleurs un terme à cette forme de corruption grandissante qui gangrène le corps de ces fonctionnaires de la police nationale que le gouvernement a pris cette décision de suspension.

Madagascar Tribune0 partages

« J’accepte les éventuelles décisions de la haute juridiction »

La crise générée par les révélations du vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dépasse l’entendement. Après avoir soutenu son lieutenant, Thierry Rakotonarivo, lors d’une conférence de presse donnée mercredi, Hery Rakotomanana, président de cette commission, a déposé une requête demandant sa destitution le lendemain. La demande est actuellement en instance de traitement auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

Les motifs de cette requête déposée par Hery Rakotomanana : faute grave et violation de serment. Faute grave parce que le vice-président aurait pris tout seul l’initiative de révéler l’existence de plus d’un million de cartes d’identité nationale ayant des numéros identiques dans la liste électorale ; violation de serment parce qu’il n’aurait pas dû révéler ces informations classées secrètes.

Affaibli et apeuré, Thierry Rakotonarivo a déclaré hier vouloir accepter les éventuelles décisions de la haute juridiction et cette mesure prise par son président. Une fois de plus, il a rappelé que l’objectif de cette déclaration était d’informer les citoyens sur l’existence de ces anomalies graves qui méritent une correction. Mais visiblement, « cela ne peut être corrigé que lorsque les citoyens en sont informés », a-t-il précisé. Mais en effectuant ce rapport complet de l’opération de révision annuelle de la liste électorale, il aurait donc violé le serment.

Thierry Rakotonarivo aurait déjà été informé de ce projet de sa destitution lors d’une assemblée générale des membres de la CENI tenue jeudi matin. Des sources concordantes indiquent que cette décision fait suite à la rencontre entre Andry Rajoelina et Hery Rakotomanana la veille au palais d’Iavoloha. Une rencontre que l’opposante du régime, Fanirisoa Ernaivo, révèle avoir eu lieu en présence du président de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

Depuis les révélations de Thierry Rakotonarivo, des politiciens ont demandé la destitution de tous les membres de la CENI et non seulement son vice-président. Mais à l’allure où vont les affaires nationales et le projet du régime, cette destitution de tous les membres s’avère impossible. En effet, l’exécutif envisage encore d’organiser cette année même, les référendums et les élections sénatoriales. Pour leurs organisations, il faudra bien entendu une équipe bien rodée, expérimentée, mais dépourvue d’un élément dissident.

Madagascar Tribune0 partages

Des milliers de cas de violences sexuelles traités dans les « Centre Vonjy »

Des cas de violences sexuelles sont traités par milliers dans des centres de prise en charge des mineurs victimes de violences sexuelles, dénommés « Centre Vonjy », et qui commencent à s’implanter dans diverses régions du pays depuis leur création en 2015. Depuis 2015, quatre mille cent quarante-sept (4 147) mineurs victimes de violences ont été pris en charge dans les quatre centres Vonjy déjà fonctionnels dans le pays, dont mille quatre vingt-deux (1 082) pour la seule année 2019, selon la statistique publiée par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ou UNICEF, qui se charge du volet financier de cette lutte au niveau de la Grande Ile.

Hier s’est déroulée une cérémonie d’inauguration du cinquième centre Vonjy à Toliara, après l’ouverture du premier centre à Antananarivo en 2015, suivie du deuxième à Toamasina en 2016. Ceux de Mahajanga et de Nosy-Be ont été créés en 2017.

Les enfants victimes de sévices sexuels et traités dans ces centres ont tous accès aux services gratuits de prises en charge médicale, psycho-sociale, et judiciaire, et ne sont plus contraints aux longs va-et-vient inhérents au traitement des dossiers de plainte.

Signalement faible

« Dans la région Atsimo Andrefana, dont le centre Vonjy vient de s’ouvrir, le Réseau de protection de l’enfant (RPE) a recensé trois cent soixante-quinze (375) mineurs victimes de violences sexuelles et qu’il a pris en charge en 2019. Ainsi, la Police des mœurs et de protection des mineurs de Toliara a dénombré trente et un (31) cas de violences sexuelles traités en 2019 », selon toujours le communiqué publié par l’UNICEF Madagascar.

Dans cette région, 58% des mineurs sont victimes du mariage précoce. Elle est donc la deuxième région du pays détenant le taux le plus élevé en termes de mariage de jeunes filles avant leurs 18 ans.

Le communiqué de l’UNICEF a mentionné que le taux de signalement des violences est faible, selon l’étude nationale des violences envers les enfants à Madagascar en 2018, et cela est dû aux résistances culturelles et à la méconnaissance des parents des mécanismes du système de protection de l’enfant.

Beaucoup d’enfants victimes de violences sexuelles ont peur de dévoiler leurs cas, même à leurs parents ; aussi, très peu de plaintes sont déposées auprès des centres.

Témoignage pertinent : Fitia (nom d’emprunt) était une fois victime d’attouchements sexuels quand elle n’avait que 12 ans. « Après avoir été menacée par l’auteur de ces attouchements, qui n’était autre que mon propre beau-frère, j’avais peur de les révéler à mes parents. Durant des années, j’ai vécu dans le traumatisme causé par cet incident odieux, et n’en fus délivrée que par une autosuggestion pour l’accepter comme un des échecs de ma vie ».

Madagascar Tribune0 partages

Le bureau permanent apporte des précisions

Un rapport des forces de l’ordre à la suite de l’opération de contrôle systématique et/ou inopiné des armements du Sénat a indiqué la disparition de cinq (05) armes à feu. Le rapporteur général du Sénat, Bruno Betiana, a expliqué dans un communiqué que ces informations ne sont pas fausses mais sent la manipulation. « Pour que l’opinion ne soit pas induite en erreur », il juge utile d’en apporter des précisions au nom du bureau permanent de cette institution de la République.

« En effet, cinq (05) pistolets automatiques (PA) ont été déclarés disparus suivant des dates précises, et ce, selon le rapport du directeur de sécurité du Sénat à savoir 2 PA le 20 mars 2006 et le 22 avril 2006, 1 PA le 25 décembre 2007 et un autre PA le 23 avril 2009 et enfin un PA le 3 octobre 2011 ». En effet, le bureau permanent du Sénat « confirme et réitère que depuis le début de son mandat à ce jour, aucun armement ni munition n’a fait l’objet d’une perte ».

Bruno Betina précise que toutes ces disparitions ont été mentionnées dans les différents procès-verbaux de passation, précisant les nomenclatures ainsi que le nombre d’armes. Ces précisions figurent dans les PV de passation du mercredi 4 mars 2020 entre le directeur de sécurité du sénat et le chef de corps du 1er RTS. En outre, le PV de passation de juin 2018 entre le directeur de sécurité sortant et le directeur de sécurité entrant relate également ces faits.

Le Sénat dénonce en effet les « articles tendancieux parus dans la presse » qui ont suscité des questionnements aussi bien au sein de l’opinion publique qu’au sein des responsables militaires concernant notamment la disparition de ces armes à feu.

Tananews0 partages

Ils sont tous comme ça les flics ?

Il y a l’affaire des 40 flics pyromanes de Befandriana Nord dont on ne sait si la pseudo enquête aboutira un jour à des conclusions et des sanctions.

Maintenant, il y a le flic menaçant sur FB

Lire : Ilakaka. Jean Laurent Razafimamonjy: polisy mandrahona ao aminy Facebook

Elle est vraiment belle notre Police nationale dites donc.

Tananews0 partages

Andohatapenaka : la guerre froide

Andohatapenaka, c’est le terrain de bataille entre la CUA et les Projets Présidentiels.

Ces derniers étaient en train d’installer une clôture sur le terrain.

La CUA est descendue sur place pour faire cesser ces travaux.

La prochaine étape n’est pas compliquée à deviner : Emmoreg.

Tout ça c’est du déjà vu.

Ils ont les flingues Marco, toi tu creuses. Et tu peux aussi collaborer si tu veux.

Tananews0 partages

Meteo : aaah de la bonne flotte

Ça commence enfin à tomber des cordes sur Tana.

La saison des pluies commencerait-elle enfin ?

Après quasiment un trimestre de retard.

L'express de Madagascar0 partages

Artisanat – Expression Malagasy Wear & Design vise le haut de gamme

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – USF et Fandrasa en Play-off

Quatre zones ont déjà bouclé leurs éliminatoires de zone de la Coupe du Président de basket-ball. Celle du Centre Sud a effectué sa finale ce week-end, au gymnase couvert d’Ambatomena à Fianarantsoa.Lors de ce dernier duel, l’USF s’est imposée 82 à 69 face à Fandrasa, toutes les deux équipes de la ligue de la Haute Matsiatra. Ces deux finalistes représenteront donc cette zone au Play-off, du 18 au 26 mars, dans la capitale Betsileo.Les qualifiés des autres zones sont l’AS l’ASCB et Sebam Boeny pour la zone Nord, BCA et BCTI pour le Sud, et GNBBM et ASB Itasy pour la zone Ouest. Le Play-off n’attend donc plus que les deux qualifiés de la zone centre qui seront connus ce week-end.Deux clubs porte-fanions d’Analamanga à savoir Mb2all et TMBB, finalistes du tournoi qualificatif de la ligue locale, ont brillé lors des deux premières journées des éliminatoires de la zone centre de la coupe du président, qui en est à sa troisième édition. MB2ALL a battu d’entrée l’Ascut Atsi­nanana sur un score large de 89 à 53 et a défait en deuxième journée l’AS Fanala­manga Alaotra mangoro, par 79 à 69.Le champion du tournoi qualificatif d’Analamanga, Team Model Basketball a, pour sa part, écrasé St Pierre d’Alaotra Mangoro, sur un score fleuve de 107 à 47, puis a battu l’Ankarana, un autre club d’Analamanga, par 112 à 70.Les éliminatoires s’étaleront jusqu’au mercredi. Toutes les équipes participantes auront droit à un jour de repos, le jeudi 9 mars et les quarts de finale se tiendront le vendredi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Madagascar All Stars – « Souligner des valeurs malgaches »

Ce week-end, la musique et les valeurs culturelles chères aux membres du « Madagascar All Stars » égayeront la capitale. Trois concerts exceptionnels sont au programme.

Redoubler d’effort pour faire valoir l’identité culturelle du pays, ainsi que sa richesse ». À travers ce leitmotiv fédérateur qui les rassemble depuis plus d’une décennie,« Madagascar All Stars » enchante constamment un public de tous âges et de tous horizons. Le groupe débarque de nouveau dans la ville des Mille, après avoir réjoui un public francophone amateur de ces douces mélodies du terroir malgache à l’île de la Réunion. Un groupe d’exception, emmené par des artistes mélomanes aux parcours tous exemplaires, et qui ont su s’affirmer comme des modèles pour des générations de fans.Fort du succès de son grand concert au palais des Sports et de la Culture, en octobre 2015 en collaboration avec Dzama Event et son fidèle partenaire la compagnie Vidzar, « Madagascar All Star » repart de plus belle pour son retour au devant de la scène au pays en ce début d’année. Les fameux Dama, Régis Gizavo, Erick Manana, Justin Vali, Olombelo Ricky et Jaojoby se retrouveront au grand complet avec le public durant tout un week-end, pour une série de concerts inédits.

Idéologie communeDe l’Institut français de Madagascar (IFM) ce 10 mars à 19h au CCESCA Antani-mena le 11 mars à 15h, et au Jao’s Pub Ambohipo le 12 mars à 16h, le groupe promet de transcender son audience. Il retranscrira à travers ses prestations la persévérance et la réussite du peuple malgache.« Outre la valorisation de notre identité culturelle et de cette gratitude que l’on doit à notre patrie, cette fois-ci on s’attardera plus sur l’aspect humain. Le fait est que chacun a son histoire, et le parcours du peuple malgache regorge d’histoires à raconter et à faire vivre à travers notre musique. Notamment, en ce qui concerne la persévérance et cette ténacité propre à nous, pour en arriver à cette réussite qui fait notre fierté », affirme Olombelo Ricky.Ils ont décidé d’unir leur talent en hommage à Madagascar et son peuple, par le biais de leur savoir-faire. Les membres du « Madagascar All Stars » souhaitent rendre à leur terre d’origine les bienfaits qu’ils ont acquis s’y étant épanoui, et qui ont contribué à forger leur renommée. C’est d’ailleurs en ayant adopté cette même idéologie que la compagnie Vidzar, par le biais de Dzama Event, s’est joint à l’aventure du groupe.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – Les éboueurs payés à Ar 830,80 par heure

Les déchets qui débordent des bacs dans la capitale reviennent aux ramas­seurs d’ordures. Vendredi, ils ont fait la grève, mais certains d’entre eux ont assuré le service minimum jusqu’à samedi pour que les immondices n’inondent pas les rues. Les moyens humain et matériel ont été réduits car douze camions seulement ont été déployés. Les quatre cent cinquante employés temporaires ont réclamé à ce que leur taux horaire augmente. Une loi adoptée en 2016 prescrit un cours de 740 ariary par heure et une nouvelle loi de cette année indique un taux de 830,80 ariary par heure. Ils ont ainsi exigé le nouvel indice. Les manutentionnaires travaillent temporairement et leur présence sur place définit leur taux multiplicateur.Andry Rakotondrasolo, conseiller technique en charge de l’assainissement du Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) explique que ces derniers accomplissent leurs tâches suivant des heures de travail effectif au même titre que les paysans. Après une assemblée générale, l’entente a été établie et il a été convenu que la situation reviendrait à la normale dès demain. Le problème réside, d’après le conseiller technique, dans le non respect du code municipal d’hygiène qui fixe l’heure de dépôt des ordures entre 17 et 20 heures. Quand les manutentionnaires passent et les ramassent, les usagers viennent après et ne laissent pas les bacs vides.

F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vingt millions d’ariary dérobés

Deux bandits ont dérobé vingt millions d’ariary et 25 kg de vanille dans la nuit du samedi 4 mars, dans le fokontany d’Anaboandrefana, district de Vohémar. La poursuite et l’enquête menées par la brigade de la gendarmerie d’Ampanefana sont actuellement en cours.

L'express de Madagascar0 partages

Danse contemporaine – La cinquième édition de « Dihy Soratra » égaye le centre ville

Toute une semaine consacrée au partage, à la création et à la découverte à travers la danse dans toute sa splendeur. C’est ce que la cinquième édition du festival « Dihy Soratra » réserve au public qui s’est joint à lui depuis hier jusqu’au 11 mars. Évènement exclusif en ode à la danse contemporaine et traditionnelle, « Dihy Soratra» contribue depuis quatre ans maintenant à égayer la vie artistique et culturelle de la capitale. Initié par l’incontournable compagnie Rary, menée par le fameux chorégraphe Ariry Andriamora-tsiresy, il s’affirme comme un festival solidaire avant tout, ainsi qu’une plateforme pour des danseurs de tous horizons.« C’est un festival dont l’essence est principalement d’accorder une grande place à l’histoire de la danse en général, ainsi qu’à la créativité des danseurs, en valorisant leur écriture chorégraphique. Le tout, aussi bien à travers la création de pièces inédites, des ateliers et des conférences. Ces derniers laisseront la part belle aux échanges, quant à la pérennisation des valeurs culturelles dont regorge la danse », souligne la chorégraphe Lovatiana Erica Rakotobe.Définitivement unique en son genre, « Dihy Soratra» occupe ainsi jusqu’à cette fin de semaine le jardin d’Antaninarenina. Dès la matinée jusqu’en fin d’après-midi, il propose constamment une exposition exclusive, des spectacles et des manifestations artistiques transcendantes. En outre, dans l’optique de valoriser la créativité des artisans de la danse contemporaine nationale, à travers ces écrits chorégraphiques, des livres sont aussi à découvrir. Notamment,« Rakitra dihy soratra » édité par la Compagnie Rary, et écrit par divers chorégraphes.Ariry Andriamoratsiresy tient des ateliers au quotidien pour les artistes au jardin d’Antaninarenina, tandis que Lovatiana Erica Rakotobe retrouvera parallèlement certains au Tahala Rarihasina dans la matinée. Près d’une vingtaine de compagnies, de danseurs et chorégraphes garnissent la programmation de cette cinquième édition de « Dihy Soratra ».Pour la clôture du festival ce samedi, de belles surprises sont à prévoir pour le public. Entre autres avec les  prestations de la compagnie Haintso, Théâtre Kala, Mirza Iray, Ranoh’ira, Hip H 213 et le groupe Solofomandimby. Une nouvelle forme de littérature chorégraphique y est à découvrir.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Zizanie autour de la gestion de la commune

L’ancien PDS de la commune urbaine de Mahajanga a précisé sur sa page Facebook, jeudi, être l’auteur et l’instigateur du voyage actuel du maire au pays de l’Oncle Sam, pour une formation, et surtout être le promoteur du projet mobile banking qui a été félicité par la Banque mondiale, MSIS Tatao ayant décerné le premier prix de la transparence budgétaire à Madagascar.« En juin 2011, je fus désigné par le ministre de l’Intérieur et la décentralisation comme maire intérimaire et j’avais comme mission de redresser la situation financière de la ville. Nous avions établi un plan de redressement et parmi les  propositions, figure le mobile banking afin de réduire les détournements et le maniement de cash», a précisé Mokhtar Andrian-tomanga.Telma avait offert des puces électroniques gratuites aux commerçants, en 2011. Mais la mairie a été confrontée à la résistance de certains commerçants qui ne voulaient pas changer leur habitude de payer en espèces, ce pour pouvoir négocier avec le percepteur.Par la suite, une délégation spéciale a été mise en place. L’ancien directeur technique des opérations de la commune urbaine, qui a succédé à Mokhtar Andriantomanga, a alors pris le relais au niveau de la commune.« En 2015, j’ai été élu maire. J’ai entrepris de continuer la mise en place du système de redressement initié depuis 2012.1 500 commerçants sur les 5 000 utilisent maintenant le mobile banking », a précisé l’actuel maire de Mahajanga. Mokhtar Andriantomanga a donné sa version sur la décision du Conseil municipal de le suspendre de ses fonctions.« Le litige entre les conseillers et le maire n’a pas de raison politique, c’est surtout un problème d’intérêt personnel. On m’accuse de mauvaise gestion mais comment expliquer qu’actuellement dans les caisses muniçipales, nous avons 400 millions ariary   Les conseillers m’obligent à utiliser les recettes à des fins personnelles, ce que je ne pourrais jamais accepter », a-t-il martelé.D’après le président du Conseil municipal, le maire aura encore à répondre aux neuf remarques qu’ils ont adressées.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Appui dans le Sud – Des coupons électroniques contre des vivres

Les systèmes vivre contre travail et argent contre travail ont changé dans le Sud. Désormais, les coupons électroniques les remplacent pour répondre aux urgences. Le Programme alimentaire mondial (PAM) en collaboration avec le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc), expérimente, pour la première fois, cette nouvelle stratégie dans la commune d’Amboasary avec cinq mille bénéficiaires.Ces coupons s’apparentent aux cartes de paiement prépayées lesquelles permettront aux récipiendaires d’accéder à la nourriture et d’acheter d’autres vivres. « Les nouvelles modalités d’assistance humanitaire développées par le PAM, dont les différents mécanismes de transferts monétaires, visent à élargir le choix des denrées consommées par les bénéficiaires », soutient Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar.Chaque acquéreur dispose de 60 000 ariary dans son coupon et il lui est possible de faire des achats auprès de vendeurs préalablement sélectionnés et équipés de terminal de paiement électronique. Curieusement, personne ne connaît la validité d’un coupon ni comment le recharger. Le PAM compte mettre à l’échelle le système entre mars et mai et cibler trente cinqmille autres bénéficiaires en fonction de la réussite de ce premier essai.

F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans une attaque

L’invasion des quatre bandits armés dans le village d’Ampasitapaka, commune rurale d’Anjiajia, district d’Ambato-Boeny, samedi 4 mars, a fait deux blessés graves. Les fokonolona et les gendarmes continuent jusqu’à maintenant la poursuite de ces dahalo. Le poste avancé d’Anjiajia se charge de cette enquête.

L'express de Madagascar0 partages

CHU Androva – Ouverture d’un centre Vonjy

La Première dame, Voahangy Rajaonarimam-pianina a présidé à l’inauguration du centre Vonjy, pour accueillir les filles victimes de violences sexuelles, au Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Androva  Mahajanga, vendredi dernier.C’est le troisième centre ouvert à Madagascar après ceux de Toamasina et de la capitale. Nosy be Hell-Ville sera la prochaine ville qui abritera un pareil centre Vonjy.Le représentant de l’Unicef, partenaire dans le projet et le ministre de la Santé publique étaient aussi présents à la cérémonie.L’épouse du président de la République a souligné dans son discours l’importance de la lutte contre l’indifférence face à la détresse des personnes fragilisées.« Beaucoup de défis sont à relever et nous en sommes conscients. L’accompa-gnement des victimes nécessite une solidarité et une prise de conscience», a indiqué Voahangy Rajaonarimampianina.La lutte contre la violence repose sur le triptyque « Protection des victimes, prévention contre la violence, poursuite des auteurs de délits ».« La violence est sans cesse grandissante. La Nation est victime d’une crise cyclique récurrente depuis 1960 », a ajouté la Première dame.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Course en ligne – Retour gagnant de Ravoatabia

C’est parti. La ligue d’Analamanga de cyclisme organise une course presque tous les week-ends. Celle de ce dimanche, une course en ligne sur la RN1, était la deuxième de la saison.Différentes catégories, comme d’habitude, étaient au programme. La première place chez les élites revient à Jean de Dieu Rakotondrasoa alias Ravoatabia. Cette icône, un des sportifs les plus titrés de la discipline, a bouclé les 100 km en 2:09:01.La deuxième place a été ravie par le Néerlandais Realdo Zessurun (2:30:00) et Paul Ranaivoson de VCA complète le podium (2:59:01).Chez les cadets, le Néer­landais Zessurun Dimitri du club Mbike se hisse sur la plus haute marche. Il a effectué les 40 km en 1:16:31. Du côté de la catégorie vélo tout terrain dont la distance à parcourir était de 80 km, Yvon Ratolojanahary a franchi en premier la ligne d’arrivée avec au chrono 2:02:16.Et chez les vétérans, l’habitué au podium, Ernest Rakotonirina de CCAMI remporte le trophée en bouclant les 40 km en 1:20:03. Cette deuxième course de la saison a réuni 105 coureurs. Le prochain rendez-vous aura pour cadre, le Tanà Mountain Bike à Amba­tobe, et est destiné aux vététéistes.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Jeu d’échec – Victoire de Bruno Tsilanizara

La victoire finale est revenue à Bruno Tsilanizara, samedi au Tropic Asia Tsiazotafo, lors de la première édition du tournoi de cohésion de jeu d’échecs, organisé par le club Daddycool. Il s’agissait de la toute première compétition organisée par ce club, créé en 2014. Bruno Tsilanizara, issu du club Daddycool, a tiré son épingle du jeu, face à quinze autres adversaires, tous classés -1500 Elo.La deuxième place est, quant à elle, revenue à Rivo Andriamaholisoa du club Super 7. Les organisateurs ont récompensé les deux joueurs à hauteur de 50 000 et 30 000 ariary. Ils ont primé  aussi leurs clubs respectifs, avec des enveloppes de 60 000 et 40 000 ariary.« Nous voulons inciter chaque club à bouger et à s’occuper de leurs joueurs. C’est ainsi que l’on pourra développer la discipline. D’où notre choix de les primer également »,explique-t-on auprès de Daddycool.Le rendez-vous de samedi était la première des quatre tournois de cohésion, que le club tiendra. La deuxième édition est prévue pour ce samedi. Elle sera destinée aux joueurs classés -1600 Elo.

H.L.R.

Tananews0 partages

Alors mesdames, où serez-vous demain ?

A Mahamasina avec Voahangy ?

Ou sur le 13 mai avec Lalao.

Peu importe, tout le monde sera avec Enawo.

Midi Madagasikara0 partages

Andoharanofotsy : Mpihazakazaka maraina maty nisy namono

Olona roa izy nanatanjan-tena ary niaraka nihazakazaka no nifanehatra tampoka tamin’ny olona dimy izay nanakana azy ireo avy hatrany. Ny marain’ny asabotsy teo no nitrangan’izany tao amin’ny fokontany Bevalala. Mba tafatsoaka ny iray tamin’ireo ka nahavita nampandre ny zandary izay nidina avy hatrany teo an-toerana. Tsy nisy tratra intsony ireo dimy lahy nidaroka fa ilay olona kosa  no nitsirara tamin’ny tany. Noezahina nentina teny amin’ny toeram-pitsaboana faran’izay akaiky izy saingy tsy tana intsony ainy noho ny daroka isan-karazany izay nihatra taminy. Mandeha ny fanadihadiana ankehitriny ao amin’ny borigadin’Andoharanofotsy. Manjaka loatra ny tsy fandriam-pahalemana. Raha olona handeha hiazakazaka hanatanjan-tena izany anefa tsy tokony hisy fitaovana na firavaka sarobidy andrandraina loatra. Tsy nanakana ireo andian’olona tsy nanao ny asaratsiny anefa izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Concours de Projet « vehivavy mizaka tena ara-toekarena » : La grande finale hier

La ministre Onitiana Realy avec les femmes qui ont participé au concours.

Le concours de projet lancé par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme intitulé « vehivavy mizaka tena ara-toekarena » est arrivé à son terme hier. En effet, lors d’une cérémonie officielle célébrée à l’hôtel Carlton, les finalistes ont pour la dernière fois fait face aux membres du jury. Une dernière étape qui pourrait changer la vie de nombreuses femmes de toutes les régions de l’île si celles-ci ont pu figurer dans le trio gagnant. Effectivement, les lauréates pourront bénéficier de financement allant de 20 millions d’ariary pour l’association qui a gagné le premier prix, 10 millions pour la deuxième et 5 pour la troisième. Lesdits financements devant permettre de concrétiser leurs projets, et ce, pour la promotion des femmes dans leurs régions respectives.

Filtre. Faut-il rappeler qu’avant d’arriver au stade final, les associations finalistes sont passées par différentes phases. A savoir, les présélections durant lesquelles 66 associations issues des 22 régions ont pu exposer leurs projets de développement (aussi bien humain qu’économique). Lesdites phases qui ont été suivies par le choix des 18 associations finalistes d’où les membres du jury ont tiré les lauréates. Les résultats finaux devront être proclamés durant la célébration de la journée internationale de la femme, le 8 mars prochain à Mahamasina. Une journée durant laquelle des activités telles qu’un carnaval, le village des talents féminins ou encore des concerts sont prévues.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Trano telo indray no may kilan’ny afo

Nandrava indray ny afo teto Antsirabe, trano telo indray no kila forehitra tao Vatofotsy. Nisesisesy mihitsy raha ny hay trano teto Antsirabe tato ho ato izay, tsy latsaky ny roa isam-bolana no andrenesana izany, ary saika mandrava sy mitondra fahavoazam-be hatrany ny takaitra apetrany. Ny alatsinainy teo no niseho ny loza tao amin’ny piste Vatofotsy tokony ho tamin’ny 1 ora tolakandro tany ho any. May tsy nisy azo noraisina intsony ny fananana rehetra, isan’izany ny vola be  saika hanorenana trano. Fantatra mantsy fa hanangana trano ilay fianakaviana niharam-boina, ary efa vonona teo an-tokotany avokoa ny fitaovana rehetra hanorenana azy, nefa dia izao may tao anatin’ny ora vitsy izao ny ho enti-manana.  Raha ny fanazavana voaray dia ilay trano iray teo ampovoany no niandohan’ny afo, tsy fantatra mazava tsara aloha hatreto ny tena antony nahamay io trano io fa mpiambina iray efa nikoropaka niantso vonjy no nanaitra ny manodidina. Nandritra ny fotoana nahatongavan’ny fokonolona anefa, efa nijoalajoala ny afo ary nanahirana na ny namono azy. Vetivevety rahateo dia nitatra  ary niampita tamina trano hazo roa hafa nifanila taminy. Voalaza fa may tao amin’io trano nifanila taminy  io koa ny vidina kisoa telo vao lafo miampy ny fitaovana sy lamba fitafy ary firakotra sy ny entana rehetra. Ankoatra izay, ny biby fiompy toy ny kisoa dia maty kilan’ny afo tao avokoa. Niezaka nomono ny afo tamin’ny alalan’ny fitaovana kely toy ny rano, fasika sy tany ny fokonolona, saingy nahery vaika loatra ny firedaredan’ny afo ka tsy nisy azo natao afa-tsy niandry izay nahalevona ny afo. Tokantrano telo ahitana olona 20 eo ho eo no traboina ankehitriny ao Vatofotsy, marihina moa fa trano hazo avokoa ireo telo may kila tanteraka ireo.

Andry N.