Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Dimanche 07 Février 2021

Modifier la date
La Vérité0 partages

Président Andry Rajoelina - « Les Malagasy ne méritent plus de revivre une crise »

« Les événements qui se sont produits ici resteront gravés dans nos cœurs et dans nos esprits ». Les mots sont du Président Andry Rajoelina au cours d’une cérémonie devant le Palais présidentiel où plusieurs dizaines de personnes ont perdu la vie le 7 février 2009. Un jour au cours duquel des militants pro-Rajoelina avaient été la cible de tirs du régime Ravalomanana. « Beaucoup d'entre nous portons encore des séquelles. Les plaies ne sont pas encore refermées », ajoute-t-il.

Prenant l’exemple d’une jeune femme qui témoigne avoir perdu son père durant les évènements du 7 février 2009 mais qui serait sur le point de devenir administrateur civil grâce aux appuis du Chef de l’Etat, le Président de la République s’engage à être présent pour le développement de Madagascar.  Il a réitéré que le sang versé ce jour-là ne sera pas versé pour rien. La population malagasy, dit-il, ne mérite plus que des évènements similaires durant lesquels de nombreuses vies ont été perdues, se reproduisent. Alors qu’une lueur d’espoir ressurgit, les projets et tentatives visant à empêcher que l’objectif de développement ne soit atteint, ne constitueront pas un frein pour le Président de la République et ses collaborateurs. « Certains veulent détruire. D’autres veulent bâtir. Certains veulent avancer, d’autres veulent empêcher. Nous n’accepterons pas que le mal triomphe. Nous répondrons au mal par le travail », dit-il. Outre le Président de la République, la présidente de l’Assemblée nationale et celui du Sénat, les parlementaires pro-pouvoir, l’association des victimes du 7 février 2009 (AV7) et l’assistance ont choisi de revêtir pour l’occasion des vêtements blancs, symbole de la solidarité et de la pureté du cœur.

Le Président de la République a réitéré sa volonté de réaliser ses « Velirano » pour le développement de Madagascar, raison d’être de la lutte menée en 2009. « Personne ne peut nous enlever notre amour pour la patrie. Nous avancerons et nous ne nous arrêterons pas car la réussite de Madagascar est un engagement et un "Velirano" que nous avons fait avec la population », ajoute le Chef de l’Etat. L’intérêt supérieur de la population malagasy a été comme un mot d’ordre hier durant la journée de commémoration. Les politiques appellent à l’apaisement. « La lutte politique n’est pas la solution », a commenté le Premier ministre nommé par Andry Rajoelina au début des évènements de 2009, Monja Roindefo, durant la journée d’hier. Il estime que « la population malagasy ne mérite pas qu’elle soit l’objet d’une lutte. Elle mérite qu’on la serve, qu’on lui donne satisfaction. La population malagasy mérite un développement durable. Cela est encore possible », dit-il. Le Général Dolin Rasolosoa, ancien président du Conseil supérieur de la Transition, vogue dans le même sens. « Ce n’est plus le moment de s’agresser. Nous ne voulons plus voir le pays être détruit. S’il reste une once d’amour pour la patrie, le dialogue devra être priorisé », soutient-il. Alain Ramaroson appelle aux détracteurs du régime à montrer les corrections à faire et les travaux à entreprendre si besoin, et à éloigner toute idée de renversement du régime.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Visite à la station d'Anosizato - Le PM présent et fidèle au poste !

Un pied de nez aux détracteurs. Face aux rumeurs véhiculées par les médias de l'Opposition en fin de semaine, le Premier ministre Christian Ntsay a tenu à marquer sa présence dans le pays et rassurer la population. Dans la matinée de samedi dernier, le chef du Gouvernement a ainsi fait le déplacement à Anosizato pour effectuer une visite à la station de traitement d'eau en pleine construction. Cette présence du Premier ministre sur le chantier montre ainsi qu'il est fidèle au poste, contrairement aux divagations et affirmations gratuites des opposants. En très bonne forme et doté du calme qu'on lui connait, le patron de la Primature a pu constater de visu l'avancée des travaux d'exécution de cette infrastructure destinée à l'approvisionnement d'eau potable au profit de la population d'Antananarivo.

 

D'après les explications du locataire de Mahazoarivo, la station devra normalement arriver à produire jusqu'à 100 m3 d'eau par jour et pourra renforcer le grand réservoir d'eau sis à Ambatondratrimo Ampitatafika. Cette infrastructure permettra de résoudre le problème d'accès à l'eau potable pour les habitants de la périphérie Est, plus précisément à Antananarivo-Atsimondrano.

Une quête permanente de solutions

Etant donné l'avancée de l'ouvrage, la station est prévue être opérationnelle dans trois semaines. « Le régime sous l'impulsion du Président de la République travaille d'arrache-pied pour œuvrer dans l'intérêt général de la population et chercher en permanence des solutions. Ce genre de réalisation montre que nous ne nous limitons pas à des solutions provisoires mais avançons vers des solutions pérennes », a déclaré le PM au cours de sa descente. Et lui de rappeler que l'approvisionnement en eau pour toutes les Régions de Madagascar figurent parmi les grands axes de la politique de l'Etat. Les 119 Districts du pays seront ainsi pris en considération dans cette démarche.

En prenant exemple sur Antananarivo, le numéro deux de l'Exécutif de déclarer que la Capitale est actuellement confrontée à une pénurie d'eau avec un manque quotidien d'environ 100 000 m3. Pour remédier à ce problème, l'Etat a apporté 3 types de solution. La première est la construction d'un grand réservoir d'eau à Mandroseza qui permettra de fournir 40 000 m3 par jour. La seconde est la mise en place de stations d'eau, comme celle à Anosizato, dans 8 autres endroits dans la Capitale, et cela dans le but de couvrir tous les besoins des habitants, et enfin l'installation de forages dans plusieurs Fokontany dont 46 puits sont déjà sur pied. Toutes ces solutions sont destinées à rattraper tous les retards causés par l'extension de la ville durant ces dernières années, et ce, à défaut de nouvelles infrastructures d'approvisionnement d'eau.

La Rédaction

La Vérité0 partages

« Velirano » avance

En dépit du retard pris à cause de la pandémie de la Covid-19, le « Velirano » avance. D'après le chronogramme de base établi, cette année 2021, il devrait atteindre normalement la vitesse de croisière. Mais, pandémie dicte, le régime dut mordre les freins. Néanmoins, certains grands travaux ont pu avoir lieu ou plutôt commencer.

 

Du n° 1 au n° 13 du « Velirano », des études de faisabilité et de marché ont déjà été entreprises. Pour certains, le démarrage effectif des travaux se constate.

Velirano 1. La paix et la sécurité, étant la priorité maximale du Président, figurent parmi les urgences. Des matériels de guerre et d'armes sophistiquées débarquent et mis à la disposition des FDS. La situation s'améliore progressivement.

Velirano 2. L'énergie et l'eau. L'énergie renouvelable (solaire et hydroélectrique) fait l'objet de vulgarisation. La JIRAMA entreprend de travaux de forage (à Tanàet dans le Sud par exemple) pour pallier les insuffisances chroniques d'eau.

Velirano 3. Lutte contre la corruption. Rajoelina est en pleine bataille pour mettre hors d'état de nuire le réseau de corruption au sein de l'administration. Les services spécialisés et indépendants (CSI, BIANCO, PAC) sont à pied d'œuvre.

Velirano 4 et 5. L'éducation, laculture et la santé publique. L'éducation et la santé, secteurs de l'administration qui engouffrent le gros lot du budget de l'Etat, occupent le centre de gravité des efforts du Chef de l'Etat et son épouse. La dotation des manuels pédagogiques,  d'infrastructures scolaires (« EPP manara-penitra ») et la formation d'enseignants, pour l'éducation, et la prise en charge des malades, surtout durant la crise sanitaire, la mise à la dispositiondes matériels médicaux performants ainsi que la dotation d'infrastructures « manara-penitra », pour la santé, se trouvent au centre des priorités du régime. La preuve, Madagasikara figure parmi les mieux placés dans la gestion de la Covid-19. Le patrimoine culturel n'est pas du reste. Le « Rovan' i Madagasikara » renait de ses cendres. Et d'autres vont le suivre.

Velirano 6 et 7. Emploi décent et industrialisation. Le ministère du Travail est en plein chantier d'améliorer les conditions de travail à Madagasikara. De même la mise en orbite de l'industrialisation.

Velirano 8. Les femmes et les jeunes. Tous les efforts ont été et serontfaits pour protéger les droits des femmes et les jeunes (filles). La Première dame s'engage personnellement dans la bataille.

Velirano 9. L'autosuffisance alimentaire. Le problème d'insuffisance alimentaire chroniquepréoccupe sérieusement les dirigeants du pays. Toutes les actions sont au programme pour que la Grande île parvienne à s'autoalimenter.

Velirano n° 10. La gestion durable des ressources naturelles focalise l'attention dans la mesure où le pays regorge de ressources endémiques.

Velirano n° 11 et 12. Modernisation de Madagasikara. En dépit de la crise sanitaire, le pays s'avance vers la modernisation des villes et des infrastructures de base (routes et autoroutes). A Tanà-ville, les locomotives pour moderniser et désengorger la circulation sont déjà sur place.

Velirano 13. Le sport. The last but not the least ! Des infrastructures sportives de normes internationales verront leurs installations se réaliser.

En somme, « Velirano » avance ! Il faut être de mauvaise foi flagrante pour ignorer les travaux effectués. Des vagues de mécontentements attisés par l'opposition envahissent l'atmosphère. Seul l'acte et non le verbe sait faire taire les animosités. Il faut éviter le piège des escalades verbales.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Taux de change - L’euro en chute libre, l’ariary s’apprécie

L’ariary gagne en valeur en ce début du mois de février. Sur le Marché interbancaire des devises (MID) de la Banque centrale de Madagascar (BFM), l’euro est en chute libre depuis janvier. Il vaut actuellement 4 432 ariary contre 4 691 ariary il y a un mois. Soit une différence d’un peu plus de 200 ariary. Quant au dollar américain, il reste plus ou moins stable. Le billet vert s’échange maintenant à 3 716 ariary contre 3 816 ariary au début de l’année.

 

Outre la balance commerciale, qui a toujours été déficitaire, le Gouvernement a renforcé le contrôle de rapatriement des recettes d’exportation. Parmi les dispositions prises figurent le blocage du compte Système intégré des opérations de change (SIG-OC) des opérateurs, sans lequel ils ne peuvent effectuer des échanges commerciaux. Les dernières statistiques démontrent par la suite une baisse considérable des fuites de devises. Sur environ 5 000 milliards d’ariary, 4 370 milliards d’ariary ont été rapatriés.

La BFM, de son côté, constitue davantage de réserves nationales d’or afin d’augmenter les réserves de devises. L’institution financière a déjà acheté 177 kilos d’or auprès de ses fournisseurs depuis le mois de décembre dernier. Un autre appel à manifestation d’intérêt a récemment été lancé sur son site web. Par ailleurs, les réserves officielles de devises étrangères ont connu une hausse de 321 millions de dollars américains (227 millions de DTS) durant les trois premiers trimestres de l’année 2020, tirant leur niveau à 1 421,7 millions de DTS ou 2 000,7 millions de dollars.

Perspectives

Lors d’une rencontre avec la presse, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato a annoncé une velleité de rétablir la balance de paiement pour cette année, et cela grâce au financement attendu du Fonds monétaire international (FMI). Notons que les partenaires techniques et financiers (PTF) ont massivement soutenu Madagascar en 2020. Néanmoins, notre monnaie devrait être appuyée par la reprise attendue des activités touristiques à partir du second trimestre 2021 et le retour progressif à un niveau d’activité post-crise pour les Zones franches, ainsi que l’augmentation des investissements directs étrangers (IDE). La loi de Finances 2021 prévoit une moyenne de 3 936 ariary pour le dollar et 4 670 ariary pour l’euro.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Groupe Filatex - 1 100 jeunes plants mis en terre à Ambohijanaka

Participation active dans la reforestation de Madagascar. Le groupe Filatex se joint à l’initiative du Président de la République en ayant réalisé un reboisement, vendredi dernier. Tous les collaborateurs sous l’égide du directeur général, Yavarhoussen Hasnaine, ont apporté leur contribution. Cette année, ils ont mené l’opération dans la Commune rurale d’Ambohijanaka au lieu de celle d’Ampitatafika, qui a été leur site d’intervention au cours des quatre dernières années. Les participants ont mis en terre 1 100 plants d’arbres autochtones, entre autres des « Amontana », « Nonoka », « Hazomena », « Mangarahara », « Tsidipahy », « Zamborizano », « Rotra ».

 

Selon Tanteraka Rakotoarisoa, directeur RSE au sein du groupe, le choix de l’emplacement s’explique par le fait que Filatex mène le programme agricole ROSO sur le lieu depuis août 2019. En plus de cela, le site de Sandandrano Ambohijanaka se voit être tari de ses eaux. « Ce changement est dû au changement climatique et au manque de forêts alors que ce site alimente en eau Ambohijanaka. En cette période, chaque année, les deux bassins en bas de la colline débordent d’eau. Or, à l’heure actuelle, seul l’un des bassins commence à se remplir d’eau grâce aux fortes précipitations de ces dix derniers jours », explique-t-elle.

Il faut savoir que le reboisement est un acte citoyen indispensable qui présente de nombreux avantages, entre autres l’enraiement de l’érosion, la rétention d’eau dans le sol, un bénéfice en terme de précipitations dans le climat régional et la fourniture de ressources aux communautés environnantes.

Recueillis par Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Université d’Antananarivo - La rentrée 2020-2021 reportée en juin

Report de la rentrée universitaire 2020-2021. L’inscription pour les concours d’entrée en première année à l’université d’Antananarivo est déjà ouverte depuis le début du mois de janvier dernier pour tous les Départements et Facultés. Cependant, la prochaine rentrée n’est prévue qu’au mois de juin 2021. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a prévu que l’année universitaire 2019-2020 sera clôturée au mois de mars prochain.

D’après le doyen de la Faculté d’économie, de gestion et de sociologie, le Docteur Ravokatra Andriamiarisoa, la prochaine rentrée dépendra de la fin de l’année universitaire, autant que l’évolution des conditions sanitaires dans le pays. Cinq mois ne suffisent pas pour finir correctement les cours. En attendant la fixation du prochain calendrier universitaire, tous les Départements se préparent déjà à accueillir les concours dans le respect des barrières sanitaire. Pour les étudiants, des stratégies ont été mises en place afin de rattraper le temps perdu durant la période de confinement, notamment l’utilisation des nouvelles technologies et les cours en ligne.

Afin de pallier une situation similaire, plus précisément le chevauchement entre deux années universitaires, le ministère de l’Enseignement supérieur mise actuellement sur l’accès au télé- enseignement, l’exploitation des nouvelles technologies ainsi que la construction de campus universitaires.

Cet ajournement affecte ainsi le calendrier des universités privées, établi après la sortie des résultats du baccalauréat dernièrement. Pour donner une nouvelle chance aux étudiants qui ne sont pas admis aux concours d’entrée dans les universités publiques, elles sont obligées de reporter leur rentrée académique.

En rappel, à cause de la pandémie de coronavirus, des ultimes changements ont été établis pour l’enseignement à Madagascar, allant des écoles primaires à l’enseignement supérieur. Les dates des examens ont été reportées, de même que la rentrée pédagogique.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Querelle intestine dans une église à Ankorondrano - Des victimes, des dégâts à l’issue d’un assaut...

Scène inouïe car dépassant l’entendement dans une église sise à Ankorondrano, dimanche après-midi dernier !  Des cris d’effroi de femmes, des vociférations, des blessés parfois légèrement, mais aussi plusieurs dégâts dont le pupitre et les vitraux ainsi que le matériel de sonorisation du temple ont été endommagés ! Tel est le fait d’un groupe de dissidents, selon les expressions des paroissiens rencontrés sur les lieux. Encadrée par un évangéliste, la bande de turbulents a, par surprise, pris d’assaut l’église pour semer la pagaille en plein culte.  

Selon des témoins sur place, ils étaient une centaine environ à venir, et pas les mains vides.  “Ils étaient 15h environ, et nous chantions tranquillement lorsqu’ils ont fait brusquement irruption dans le temple. Leur cible : le pupitre et les dirigeants du culte qui y tenaient office en direction desquels les nouveaux-venus ont foncé ! Les assaillants faisaient un boucan terrible et cela nous a complètement terrifiés, étant donné que la majorité de l’auditoire est constituée de femmes, du moins pour les trois principales rangées de sièges. Pire, les intrus étaient armés de gourdins parfois cloutés, d’objets tranchants et certains ont attaqué ouvertement le pasteur et ses assistants en leur lançant toute sorte de projectiles dont des morceaux de brique. Ils ont même lancé des chaises sur les victimes”, relate un membre du bureau de cette église. Une adolescente figure parmi la liste des personnes blessées au cours de cet assaut mené par ce groupe d’excités.  Elle a reçu une chaise lancée à toute volée au cours du chaos, mais s’en était miraculeusement tirée d’affaire.

A un moment donné, ce fut l’escalade ! L’assistance présente sur place a cherché à répliquer à l’agression des intrus. Il y eut un échange de tirs de projectiles, poussant ainsi à l’intervention d’une équipe de la Police stationnée dans le secteur. “A l’intervention des Forces de l’ordre, les assaillants se sont rapidement retirés de l’endroit”, explique une autre paroissienne.  Mais la Police n’était pas restée non plus longtemps sur place, le préfet ayant donné l’ordre à ce qu’elle se retire de l’enceinte de cette église, au grand dam des fidèles, qui ont vivement souhaité sa présence, de crainte d’une nouvelle agression. Vers 17h où nous nous rendions sur place, un calme plat semblait régner à l’endroit tandis que de petits groupes de paroissiens ont été observés, par- ci ou par-là, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du vaste temple. D’après notre interlocutrice, une volonté chez l’évangéliste à l’instigation de ce mouvement de contestation, particulièrement violent pour chercher à se hisser à la direction de ladite église, serait à l’origine des troubles de dimanche après- midi dernier. “L’évangéliste en cause, qui est vice-président de l’église, et ses partisans réclament le droit de siéger au sommet après la disparition du pasteur de l’église en mars dernier”, précise-t-elle. Or, le statut interne ne l’autorise pas à accéder à ce poste car il faudra notamment un suffrage et obtenir la majorité des voix pour l’atteindre.

Franck R.

La Vérité0 partages

Evolution de la Covid-19 - 585 cas actifs à Madagascar

Aux dernières nouvelles, 585 personnes testées positives au coronavirus suivent actuellement le traitement dans tout Madagascar. Ce nombre ne cesse de s’accroître depuis cette nouvelle année 2021. A en croire les autorités sanitaires malagasy, tous les cas actifs symptomatiques et asymptomatiques sont, directement, transférés au niveau des établissements respectifs.  Rien qu’entre le 30 janvier au 5 février dernier, sur 2 596 tests PCR et GeneXpert réalisés, 295 nouvelles contaminations de la Covid-19 dont 38 patients en difficulté respiratoire ont été comptabilisées sur tout le territoire malagasy.

Certes, ces nouveaux cas positifs ont un peu baissé par rapport à la semaine précédente, mais il faut toujours noter qu’ils représentent de réels dangers pour la communauté.  Comme ces dernières semaines, la Région d’Analamanga a encore enregistré plus de cas positifs que les autres Régions. Plus précisément, au cours de ces 7 derniers jours, 137 nouveaux porteurs du virus y ont été identifiés. 21 d’entre eux requièrent de l’oxygène pour respirer. Elle est suivie par Haute- Matsiatra avec 53 nouveaux cas positifs dont 12 formes graves et la Région d’Atsinanana qui vient de répertorier 52 nouveaux patients de Covid-19. Les cas confirmés restants sont répartis dans les Régions de Vakinankaratra, Itasy, Analanjirofo, Vatovavy- Fitovinany, Ihorombe, Boeny, Menabe, Sud- ouest et SAVA. Un cas importé a été aussi rapporté hier. Entre cet intervalle, 4 décès ont été signalés à Analamanga et Haute- Matsiatra. Le bilan hebdomadaire a également fait état de 275 cas de rémission faisant un total de 18 490 guéris. Depuis le 19 mars, la Grande île a recensé 19 360 individus infectés par le Sars-Cov 2. 18 490 patients ont recouvré la santé.  Malheureusement, cette maladie virale a emporté 285 patients victimes du syndrome de détresse respiratoire aigüe depuis son apparition à Madagascar.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Infrastructures sportives - Betafo aura bientôt son gymnase et un terrain « Manara-penitra »

La Commune urbaine de Betafo est le seul et l’unique District doté d’un gymnase couvert de 1 000 places et d’un terrain synthétique « Manara-penitra avec un gradin de 1 000 places également. Cette ville le mérite amplement. Car non seulement elle est la capitale historique de la Région de Vakinankaratra mais aussi un vivier de sportifs malagasy. La majorité des grands boulistes qui ont rehaussé l’honneur du pays, que ce soit dans des championnats du monde ou dans des compétitions internationales, sont pour la plupart issus de cette ville du Vakinankaratra.

En termes de sport collectif, des grands sportifs de haut niveau sont aussi originaires de Betafo si l’on ne parle que de feu Rafaly, un joueur du Elatr’i Betafo et ancien pensionnaire de l’équipe nationale. Aujourd’hui, la majorité de l’équipe de Disciple FC qui évolue en Pro League est issue de cette ville.

Effectivement, elle mérite d’être privilégiée parmi tant d’autres. Normalement, les gymnases couverts sont spécifiquement réservés aux Chefs-lieux de Province et les terrains synthétiques pour les Chefs-lieux de District.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto et son coordonnateur général de projet, le colonel Raherinjanahary, ont effectué une visite de chantier hier à Betafo. Si les fondations ont déjà commencé pour le gymnase couvert, le terrain synthétique est déjà presque fini à 95%.  Son inauguration officielle est prévue au plus tard au mois de septembre.

Durant son passage, le ministre Tinoka Roberto n’est pas resté indifférent sur la situation que les boulistes de Betafo ont vécue depuis des années. Beaucoup de champions viennent de cette ville pourtant, elle n’a même pas un seul boulodrome en sa possession.

Effectivement, le ministre de la Jeunesse et des Sports malagasy a promis un boulodrome dans la cour du gymnase couvert pour faire honneur aux boulistes de la Région. Il a également promis de bâtir en bonus une piste en tartan autour du terrain « manara-penitra » pour servir aux écoliers durant les épreuves d’éducation physique.