Les actualités Malgaches du Mercredi 07 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara763 partages

« Rap gasy » : Retour irrévocable de Buddha el Taga

Buddha El Taga reste fidèle à son image.

Classé dans la catégorie de rappeur métaphysicien versant dans le rap « hardcore », Buddha El Taga est bien connu dans le microcosme du « rap gasy ». Vendredi, il signe à nouveau son retour sur le devant de la scène.

Dans le monde du « rap gasy », les anciens ne cessent de faire un retour en force. Entre les Takodah sy Ngah Be, Double’nn et sa clique, Buddha El Taga n’est pas en reste. Multipliant incessamment les apparitions, le rappeur donne un nouveau rendez-vous aux amateurs de « rap gasy » à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo. Sans changer la formule qui gagne, il partagera la scène avec ses compères, aussi militants et engagés que lui, le temps d’un vendredi soir.

Buddha El Taga est un rappeur conscient de l’image qu’il veut véhiculer et des principes qu’il veut exprimer. Manifestant son attrait pour les préceptes bouddhistes, ce qu’il déclame avec son « blaze » définitif, il le prône dans un rap traitant de la métaphysique générale dans du « soft », du « hardcore » et du « horrorcore ». Au mois d’août, il sort son single « Ditsoka », remake de la version sortie en 2002. Ce single est un extrait de son prochain album « Metamorphosis » prévu être dans les bacs cette année.

Alarmé par la situation précaire du moment, Buddha el Taga de réitérer que « Madagascar est très riche en matière d’art et de culture, un domaine que l’on peut tout à fait mener dans une plus haute sphère. Le peuple a besoin de conscientisation à cause du manque de repère culturel. De ce fait, le rôle des artistes est surtout de donner le bon exemple. »

Donnant à une jeunesse passionnée et déterminée une occasion de construire une société plus saine et plus responsable. Structuration, circulation, protection, promotion, le tout en jalonnant un parcours d’engagement pour défendre librement les musiques et arts actuels.

Précurseur du « rap gasy ». Ayant commencé au sein du clan Tangala Mainty, le rappeur fait partie du groupe « Olon’ny Tena Fanahy » (OTF). Parmi les précurseurs du « rap gasy », le clan Tangala mainty a eu ses heures de gloire dans les années 90. Tiré du « Tangala mena », le nom du clan a été choisi dans l’esprit de perpétuer les valeurs culturelles malgaches à travers les textes. Le groupe a été formé en 1998, à l’époque, le clan a reçu le prix du meilleur clip malgache grâce à son single « Tehina ». Plus tard, Buddha el Taga appose une idée de maturation sur le plan musical ainsi que sur la vie générale du clan. Par ailleurs, le rappeur reste fidèle à son image en gardant toujours le genre métaphysique.

Zo Toniaina

L'express de Madagascar632 partages

7 Février – Les membres de l’AV7 demandent à être fonctionnaires

Émancipation. Les membres de l’Association des victimes du 7 février (AV7) demandent à être promus en tant que fonctionnaires. Employés de courte durée depuis quelque temps, ces membres pensent qu’il serait temps de demander une émancipation en ce jour qui a marqué leur vie.Le 7 février 2009 est un jour qui a marqué les mémoires. Le 7 février est une des dates phares de l’histoire de Madagascar car c’est le jour où des individus ont subi un massacre devant le palais d’Ambohitsorohitra. Pour commémorer le 9ème anniversaire de cet événement tragique, le Mapar (Miaraka amin’ny Président Andry Rajoelina) et l’AV7 sont, semble-t-il, les seuls à avoir demandé une autorisation auprès de la préfecture de police pour déposer des gerbes de fleurs sur les lieux de la tragédie. « Nous avons réquisitionné des forces de l’ordre pour garder un œil sur les lieux », a affirmé Angelot Ravelonarivo, préfet de police, contacté hier. Une mesure préventive, d’autant plus que les conjonctures actuelles peuvent tenter les fanatiques à intenter des actions sous le coup de l’émotion.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara244 partages

« Tanora Miandrandra ny Ho avy » : Pour la candidature de Andry Rajoelina

L’association « Tanora Miandrandra ny Ho avy » (TMH) de la section Moramanga est pour la candidature de Andry Rajoelina, lors de la prochaine élection présidentielle. C’est ce qui a été décidé lors de l’Assemblée Générale que cette section a tenue le week-end dernier dans ladite ville. Cette rencontre a aussi permis aux dirigeants du TMH de donner des directives à leurs représentants au niveau des « Fokontany » et des communes du district de Moramanga. Même si cette section n’a seulement existé que depuis quatre mois, elle est déjà très active dans la localité. Ce fut également une occasion pour la présentation de vœux entre les membres de cette association. Notons que Ralaiarimalala Sylvain Rodolphe préside actuellement le « Tanora Miandrandra ny Ho avy » de Moramanga.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara206 partages

Gouvernement : Benjamina Ramanantsoa PM par intérim

La Présidence de la République n’a fait aucune communication sur la date du retour au pays du locataire de Mahazoarivo.

Polémiques autour du décret portant nomination de Benjamina Ramarcel Ramanantsoa au poste de Premier ministre par intérim. Le décret n°2018-097 en date du 2 février et signé par le président Hery Rajaonarimampianina a fait le « buzz » sur les réseaux sociaux hier. Ce décret stipule que « Monsieur Ramarcel Benjamina Ramanantsoa, ministre auprès de la Présidence de la République chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, est chargé de l’intérim du Premier ministre, Chef du Gouvernement, en l’absence du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, appelé en mission à l’extérieur, pour compter du 05 février 2018 ». Bon nombre d’observateurs considèrent cette initiative comme une manœuvre visant à écarter l’actuel Chef du gouvernement. Certains se demandent pourquoi avoir pris un décret d’intérim alors que le locataire de Mahazoarivo ne sera absent que pendant quelques jours et il sera de retour la semaine prochaine. Jointe au téléphone, une source auprès de la Présidence de la République a expliqué que « la décision d’un décret d’intérim constitue une pratique courante. A chaque déplacement à l’étranger du Premier ministre, le numéro Deux du gouvernement assure l’intérim. Par ailleurs, le décret d’intérim est toujours publié dans le Journal Officiel de la République ».

Remaniement. Seulement, c’est la première fois qu’un décret d’intérim a été révélé au grand public, pile au moment où des rumeurs sur un éventuel remaniement gouvernemental tendant au limogeage du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana circulent. On se demande pourquoi aucun décret d’intérim n’a été divulgué à la presse et sur les réseaux sociaux à l‘époque où Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait son premier contrôle médical à La Réunion, ou encore lorsqu’il était en mission à Paris et en Afrique du Sud en 2017. D’ailleurs, la contradiction entre la version de la Présidence de la République et les explications du locataire de Mahazoarivo ne fait qu’alimenter les polémiques. Au cours de sa dernière conférence de presse organisée dimanche dernier, Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé qu’il partira à l’étranger pour un contrôle médical. Pourtant, dans le décret d’intérim, la Présidence de la République affirme que le Premier ministre est « appelé en mission à l’extérieur ». De quelle mission s’agit-il ?

Transparence. La question est alors de savoir si le Premier ministre n’a pas communiqué à la Présidence le motif de son voyage à l’étranger. Aucune transparence n’a également été faite en ce qui concerne la durée de son séjour à l’île de La Réunion. La Présidence affirme que le Chef du gouvernement sera absent « pour compter du 5 février 2018 ». Aucun mot cependant sur la date de son retour. Est-ce que cela signifie qu’il ne pourra pas assumer ses fonctions pour une durée indéterminée ? Joint au téléphone, une source proche d’Iavoloha a laissé entendre que « Mahafaly Olivier Solonandarasana est à La Réunion non pas pour un contrôle, mais plutôt pour suivre un traitement médical ». Notre source s’est toutefois défendue de révéler de quel genre de maladie s’agit-il ? Secret médical oblige. Quoi qu’il en soit, si l’on se réfère aux textes, la nomination de Benjamina Ramanantsoa à l’intérim de la Primature est une décision légitime, normale et évidente. Toutefois, on se demande pourquoi nos dirigeants partent toujours à l’étranger pour un contrôle médical… de routine. Est-ce que les centres hospitaliers et polycliniques présents à Madagascar sont incapables de fournir ce genre de service ? Quid également de l’intérim au niveau du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ? Autant de questions qui attendent des réponses de la part des tenants du pouvoir.

Davis R

Midi Madagasikara169 partages

Miandrivazo : Un touriste italien mort foudroyé sous les yeux de son épouse

Le séjour touristique d’un couple italien venu visiter et savourer la splendeur de la biodiversité de la Grande Ile a tourné en tragédie. En provenance de Palerme, en Italie, le couple a débarqué à Madagascar pour sillonner la région de Menabe quand le coup de foudre, au sens littéral du terme, s’est produit.  La foudre a emporté le mari le lundi 6 février en plein jour et sous les yeux de sa femme dans le district de Miandrivazo. Selon les informations, la tragédie s’est produite quand le couple accompagné de son chauffeur était en route pour rejoindre Morondava. Après quelques minutes de trajet sur la RN34, ils ont décidé de s’arrêter pour prendre leur casse-croute à Ankotrofotsy, soit à 40 km de la ville de Miandrivazo. En attendant que sa femme prépare le repas, le mari, comme font tous les touristes, est parti pour prendre des photos dans les parages. C’était à ce moment qu’une forte détonation suivie d’éclair a retenti. Surpris, son épouse et le chauffeur se sont précipités pour voir ce qu’il lui est arrivé. Une fois sur place, ils ont vu la victime déjà inconsciente..  Emmené d’urgence à l’hôpital, l’Italien n’a pas survécu à cause de la gravité de ses blessures.

10 ans de préparation. Ce qui est arrivé à ce couple confirme l’adage disant que « L’homme propose, Dieu dispose ». Selon le témoignage de l’épouse, ce déplacement à Madagascar pour visiter le Menabe était la concrétisation d’un rêve de longue date. Père et mère de deux enfants, ils ont préparé ce voyage pendant dix ans. Malheureusement, cela a tourné au cauchemar. Quoi qu’il en soit, la veuve a déclaré avoir été soutenue grâce à l’appui et à la solidarité manifestés par la population de Miandrivazo. La nuit du lundi, les autorités ont décidé d’organiser une veillée funèbre pour rendre hommage à la victime à la « Tranompokonolona ». Hier matin, le corps a quitté Miandrivazo pour être acheminé vers  Antananarivo. Selon toujours les informations, les autorités du district de Miandrivazo ont déjà alerté le Consulat d’Italie dans la Capitale.

T.M.

L'express de Madagascar133 partages

Affaire Houcine Arfa – Une dizaine de personnes auditionnées par le Bianco

Sans relâche. Les personnes impliquées de près ou de loin dans l‘affaire Houcine Arfa passeront des nuits blanches. Le Bureau Indépendant anticorruption (Bianco) mène actuellement des enquêtes sur cette affaire. D’après le directeur territorial d’Anta­narivo, le général Benjamina Ratovoson, une dizaine de personnes ont déjà été auditionnées.Saisi par le Syndicat des magistrats de Madagascar le 16 janvier, le Bianco  a ouvert une enquête pour tirer au clair l’évasion rocambolesque du franco-algérien Houcine Arfa. Les différentes déclarations de cet ancien « conseiller en sécurité » de la présidence ont ébranlé autant le monde politique que l’ensemble du système judiciaire malgache depuis le mois de janvier. Citée dans l’affaire, la ministre de la Justice Élise Alexandrine Rasolo a émis  un mandat d’arrêt international.En parallèle avec l’action de la Justice française,  le Bianco mène ses investigations afin de dénouer cette affaire. Ainsi, des auditions ont été faites sur une dizaine de personnes impliquées de près ou de loin dans cette évasion ainsi que les personnes évoquées par Hourcine Arfa et qui résident à Mada­gascar.Houcine Arfa a saisi la Cour d’appel pour revoir sa condamnation qui a été prononcée en novembre 2017. Bien qu’ayant réussi à s’évader, humiliant au passage la Justice malgache, le procès en appel se tiendra le 08 février.

Andry Ralintsalama

Midi Madagasikara101 partages

Kidnappings : Cinq ministres doivent trouver des solutions dans les plus brefs délais

L’ordre du jour du Conseil de gouvernement d’hier a été dominé par l’affaire des kidnappings qui ont ciblé ces derniers temps des membres de la communauté indienne de nationalité française à Madagascar. Sur le récent rapt d’un ressortissant indien à Toamasina, le ministre de la Sécurité Publique Mamy Jean-Jacques Andrianisa a affirmé que des renforts ont été déjà envoyés sur place pour donner main forte aux enquêteurs locaux, que des perquisitions ont été déjà opérées et que les recherches ainsi que les investigations nécessaires suivent actuellement leur cours. D’après ce membre du gouvernement, les premiers résultats des enquêtes « sont encore gardés secrets dans le dessein d’honorer le principe attenant au secret de l’instruction ».

Collaboration. Quant au ministre de la Défense Nationale Béni Xavier Rasolofonirina, il a souligné que les familles des kidnappés ont toujours rejeté toute collaboration avec les éléments des forces de l’ordre dans les opérations de traque des ravisseurs, alors qu’une telle collaboration reste, sans conteste, primordiale et revêt une importance capitale pour les enquêtes menées par les responsables concernés. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka a fait part au conseil d’hier que lors d’une entrevue qu’il a eue dernièrement avec des dirigeants du CFOIM (Collectif Français d’Origine Indienne de Madagascar), il a rappelé à ces derniers que, dans le traitement de ces crimes, « tout un chacun doit absolument observer les lois en vigueur dans le pays, tout comme les familles des kidnappés devraient mettre en avant leur statut de victimes et non point leur origine française ».

Stratégies efficaces. Par ailleurs, la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine a rappelé lors du Conseil de gouvernement d’hier la récente mise en place d’une Cellule anti-kidnapping composée de policiers et de gendarmes, et pilotée par deux hauts magistrats du Parquet d’Antananarivo. Hier, le Conseil a demandé aux trois membres du gouvernement en charge de la sécurité, à la ministre de la Justice et à celui des Affaires étrangères de tenir dans les plus brefs délais une réunion avec les ressortissants de diverses communautés indiennes dans la Capitale pour que, de concert, les participants accouchent de stratégies efficaces et fiables, dans afin de mettre un cran d’arrêt définitif au fléau de kidnapping.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara88 partages

Ambassade de Chine : Dons de 700 millions d’Ariary à la « Croix-Rouge malagasy »

La cérémonie de remise des dons hier à l’Ambassade de Chine.

Pour soutenir la « Croix-Rouge malagasy » dans sa noble mission et contribuer à son bon fonctionnement, l’Ambassade de la République populaire de Chine a offert hier à cette entité des matériels informatiques d’une valeur totale de 700 millions d’Ariary.

Il s’agit de la première collaboration entre la Croix-Rouge chinoise et de la Croix-Rouge malgache, par l’entremise de l’Ambassade de Chine. Lors d’une interview, SEM YANG Xiaorong, Ambassadeur de Chine à Madagascar a réitéré son souhait de voir se renforcer les collaborations entre ces deux Croix-Rouge, ceci pour le bien-être de la population. Mme l’Ambassadeur de rajouter : « Ce don de matériels informatiques ne représente qu’un début, nous espérons dans le futur pouvoir faire don de matériel médical à la Croix-Rouge malgache. En effet aider les Croix-Rouge des pays en voie de développement pour qu’elles puissent prendre soin des populations vulnérables constitue une des principales missions de la Croix-Rouge chinoise. » Notons que cette remise de dons cadre encore et toujours dans le renforcement des relations diplomatiques et de l’amitié sino-malgache qui datent maintenant de 46 ans.

Don. Ces matériels informatiques comme cités plus haut visent à améliorer les conditions de travail des éléments de la Croix-Rouge malgache. D’une valeur de 1,5 million de yuan RMB, soit plus de 700 millions d’Ariary, le don était constitué notamment de : 150 ordinateurs de bureau, 150 imprimantes laser, 20 projecteurs de vidéo et 20 ordinateurs portables. Effectivement, pour tirer le meilleur des nouvelles technologies – dont on ne peut plus se défaire actuellement et dans le domaine médical de surcroît -, il importe de disposer du matériel adéquat.

Historique. Pour un peu de culture, il est intéressant de rappeler brièvement l’historique de la Croix-Rouge chinoise. Celle-ci a été créée le 10 mars 1904 ; elle était alors dénommée « Comité International de la Croix-Rouge de Shanghaï ». Fondée par des hommes politiques et des « businessmen », elle n’a finalement adhérée à la Croix Internationale qu’en 1919 et fait même partie de ses premiers membres. « Active en temps de guerre comme en temps de paix » disait SEM YANG Xiaorong, Ambassadeur de Chine à Madagascar en parlant de la Croix-Rouge chinoise. A titre d’exemple, elle a réalisé sa plus importante action humanitaire en 2004 dans l’Océan Indien, après le tsunami ; les aides se sont chiffrées à 200 millions de dollars américains.

Luz Razafimbelo

Tia Tanindranaza82 partages

Marc RavalomananaMila azy ny Malagasy

Toerana sy tanàna manodidina ny 260 izao no efa notsidihin’i Marc Ravalomanana teto Madagasikara hatramin’ny nahatafaverenany an-tanindrazana taorian’ny nanoganana azy tamin’ny taona 2009.

 Hatry ny ela no nikatsahany ny fiverenana teto na dia tsy misy zava-mahory azy sy ny fianakaviany intsony aza. Tsapan-dRavalomanana fa mbola mila azy ny firenena sy ny vahoaka Malagasy, ary matoa izy mbola tafavoaka velona tamin’ny raharaha 2009 sy afaka nody teto Madagasikara dia misy antony goavana ao fa tsy tongatonga ho azy. Nosamborin’ny fanjakana HVM sy nogadrainy tany Antsiranana, raha vao fantatra fa tonga ny 13 oktobra 2014, izay mbola mifono misitery hatramin’izao io fomba niverenany io. Rehefa nandeha ny fifampiresahana isan-karazany, dia nahazo fahalalahana ny tenany. Nanomboka teo dia nijery sy nizaha ifotony ny fahorian’ny Malagasy, ary nahatsapa fa potika sy mila fanarenana ny firenena taorian’ny fanonganam-panjakana. Nitety toerana maro, nifampitakosina sy nihaino ny hetahetahetan’ny vahoaka ny tenany hahafahana mitondra fampandrosoana. Feno fahavononana tanteraka izy ary, tena ara-bakiteny mihitsy ilay hira faneva hoe: “sahy na dia sakanana aza”. Misokatra amin’ny rehetra vonon-kanohana sy hiara-kiasa amin’ny fampandrosoana ny firenena ny tenany. Olon’ny vahaolana sy ny fifampiresahana, fa tsy mba mpila vaniny sy mpila kisa, hany ka na avy amin’ny Antoko Tiako I Madagasikara na avy amin’ny antoko hafa, na olom-pirenena tsotra, dia maneho fahavononana hampandany azy. Efa nambaran’i Marc Ravalomanana rahateo, fa kandidan’ny Malagasy rehetra izy fa tsy an’ny Antoko Tiako I Madagasikara irery ihany. Tsy adinon’ny Malagasy ny zava-bitany teto amin’ny firenena, ary niaina sy nilamina ary nandroso i Madagasikara tamin’ny androny. Vao mainka mampiakatra izay fanohanan’ny olona azy izay ny tsy fahombiazan’ny mpitantana nanomboka ny taona 2009 mandrak’androany.

Toky R

 

News Mada71 partages

Gouvernement : Benjamina Ramanantsoa assure l’intérim

Sans surprise, en l’absence du Chef du gouvernement Olivier Mahafaly, c’est le numéro deux qui assure actuellement l’intérim.  Il s’agit du ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire, et de l’équipement, Benjamina Ramanantsoa. Ce dernier a d’ailleurs dirigé la rencontre hebdomadaire du gouvernement qui s’est tenu à Mahazoarivo.

En tout cas, le décret n°2018-097 du 2 février 2018 entérinant cet intérim évoque une mission à l’extérieur du locataire de Mahazoarivo. Sans plus de détail. Mais face à la presse, samedi dernier, le Premier ministre a annoncé qu’il effectuera un séjour à l’étranger cette semaine afin d’effectuer un bilan médical. Selon lui, il s’agit d’un contrôle de routine qui ne pouvait pas s’effectuer auparavant. «Il n’y a rien d’alarmant, il s’agit d‘un simple bilan de routine», avait-il alors déclaré.

Quoi qu’il en soit, même s’il s’agit d’une situation passagère, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa prend du galon. Présent au sein du gouvernement depuis la Transition, il a été successivement ministre des Transports, ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, ministre des Transports et de la météorologie, et membre de la Haute autorité de la Transition.

J.P

Midi Madagasikara59 partages

Bâtiment ex-Romanor : Démolition manu militari

Descente des « Zanak’i Dada »hier, à Ankorondrano. (Photo Kelly)

Avec la démolition de la propriété « Soa », ex-Romanor, des attroupements ont été observés du côté d’Ankorondrano, hier. Démolition manu militari. Des curieux, mais surtout des « Zanak’i Dada » ont rallié le lieu, mais la propriété a été fortement gardée par les forces de l’ordre. Par ailleurs, des tôles et des fers ronds se trouvant à l’intérieur de la propriété ont été enlevés pour être placés en dehors de l’enceinte. Sur cette affaire, le bras de fer continue entre les partisans de Marc Ravalomanana et le pouvoir central. Une connotation politique même si certains disent que cela n’a rien à voir. Selon le général Joseph Ramiaramanana, ladite propriété appartient à l’Etat malgache, en arguant que ce dernier est détenteur du certificat juridique. Ce Coordonnateur Général du Suivi des Projets Présidentiels de se demander d’ailleurs « où en est le permis de construire ? », concernant notamment les travaux en cours dans cette propriété.

Certificat juridique. En outre, l’ancien PDS d’Antananarivo ne cesse de brandir l’arrêté ministériel n°2379/2018 en date du 5 février 2018 du ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels ordonnant la démolition de la construction illicite faite par Rakotomanga Jean-Marie sur la propriété dite « Soa » TN°61.284-A sise à Ankorondrano, appartenant à l’Etat malgache et le scellage du chantier sur ladite propriété. Certificat juridique à l’appui. En effet, « le conservateur de la propriété foncière à Antananarivo certifie que la propriété dite « Soa » TN°61.284-A (Ex TN°25.785-A), sise à Ankorondrano, Antananarivo III, d’une contenance de trente et un ares quinze centiares, appartient d’après le livre foncier à l’Etat malgache. Il certifie, en outre, que jusqu’à ce jour exclusivement ladite propriété n’est grevée d’aucune charge ni d’aucun droit réel immobilier », et ce, en date du 12 janvier 2018.

Décision. De son côté, les partisans de Marc Ravalomanana persistent et signent que la décision du conseil d’Etat est irrévocable. Un verdict suivant l’arrêt n°102/CEP du 25 octobre 2017 annulant l’arrêté n°30.539/2011 du 17 octobre 2011 pris par le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation de l’acte de vente entre l’Etat malgache et le requérant sur la propriété « Tana Lait ». Ils estiment, en outre, que l’on a procédé à une réhabilitation voulant ainsi faire savoir que cela ne nécessite pas un permis de construire. Notons que les députés Félix Randriamandimbisoa et Hanitra Razafimanantsoa ont fait des descentes sur les lieux pour constater de visu la réalité. Faut-il souligner que cette dernière a souligné qu’une requête sera déposée incessamment auprès du conseil d’Etat pour l’annulation de l’arrêté ministériel ordonnant la démolition de la construction sur la propriété dite « Soa ». Visiblement la tension monte entre les tenants du pouvoir et les « Zanak’i Dada », ces derniers temps. En effet, le cas de la propriété « Soa » sise à Ankorondrano n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Dominique R.

News Mada58 partages

Hisorohana ny vohoka aloha loatra : ampitomboana ny CSB sakaizan’ny tanora

 « Efa nivoaka ny lalàna mifehy ny fandrindram-piterahana eto amintsika. Voalaza fa tsy tokony hisy sakantsakana tsy ahafahan’ny olona iray na tanora na efa ampy taona hampiasa ny fanafody mandrindra fiterahana », araka ny fanazavan’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Ratsirarson Joséa, omaly teny Ankorondrano. « Hatramin’izao, 14%-n’ny tanora latsaky ny 18 taona ihany no misoroka ny vohoka tsy nirina amin’ny fampiasana fanafody fandrindram-piterahana », hoy ny mpikambana amin’ny komity namolavola ny drafitrasam-pirenena momba ny fahasalamana ara-pananahan’ny tanora taona 2018-2020, Dremana Philémon. 17% amin’ny ankizivavy latsaky ny 15 taona efa miroso amin’ny firaisana ara-nofo sahady eto Madagasikara. 37% amin’ny zatovovavy latsaky ny 19 taona, efa manan-janaka avokoa. Vesatra ho an’ny firenena ny ankizivavy miteraka aloha loatra satria tsy afaka mitondra fampandrosoana.

Vita ny antontan-kevita mirakitra ny paikady ho an’ny fananahana ara-pahasalaman’ny tanora (SRA) ampiasaina manomboka amin’ity taona ity hatramin’ny 2020. Asa lehibe ao anatiny ny fanatsarana ny tolotra hikarakara ny fahasalamana ara-pananahan’ny tanora manerana ny Nosy. Tanjona hatramin’ny taona 2020, lasa sakaizan’ny tanora ny antsasa-manilan’ny CSB 1 600 miasa eto amintsika. Mbola 95 ihany ny CSB sakaizan’ny tanora izy ahitana tolotra sy toerana manokana natokana handraisana an-tanana azy ireny.

Vonjy A.

Midi Madagasikara57 partages

Andoharanofotsy : Nilalao fasana amin’ny andro antoandro

Nahita avokoa na ny mpianatra na ny olona izay sendra nandalo. Somary amoron-dàlana rahateo ilay fasana. Tamin’ny voalohany dia somary nampalahelo ny olona ilay ramatoa, noho ny ranomasony tsy an-kijanona. Nodakany amin’izay ny varavaram-pasana ary nataony izay fomba rehetra hidirana tao. Ny heriny mandaka sy ny fisintonany ilay varavaram-pasana, izay mazava loatra fa tsy voavahany, dia nanomboka nahatonga saina ny olona. Matanjaka loatra mantsy ravehivavy ary tsy vitan’izany fa efa nahazoazo taona ilay ramatoa. Nandeha amin’izay ny eritreritra teo ny amin’ny hoe mpamosavy na koa hoe misy devoly. Raha izany ve anefa dia amin’ny andro antoandro be nanahary no hitrangany ? Nihaliana ny olona ary nanakaiky ilay ramatoa. Rehefa tsikariny izany, dia rifatra nitsoaka izy. Teo indray no nandeha ny eritreritry ny maro, fa mety ho olona lasa adala izy. Ny alatsinainy teo no nitrangan’izany tetsy Andoharanofotsy ary dia nisy nahazo sary sy raki-tsary mihitsy ny zava-nitranga.

D.R

Tia Tanindranaza56 partages

Famotehana nataon-dRajoelina tamin’ny 2009Taona maro vao ho tafarina ny firenena

07 febroary 2009 – 07 febroary 2018 : Feno 9 taona anio ny nanaovan-dRajoelina sorona olona miisa 37 sy ny nandratrany olona 200 latsaka. Raha tsiahivina kely ny tantara, rehefa avy namotika sy nandoro ny fananam-pirenena sy ny orinasa Malagasy maro ny ekipan’ny TGV ny 26 janoary dia tonga nihani-dapa ny 07 febroary 2009.

Maro ny voka-dratsy sy ny takaitra naterak’izany tamin’ny lafiny maro. Raha ny lafiny ara-toekarena dia niantraika nivantana tamin’ny tokantrano Malagasy maro ireny fanapahana ny fifanarahana AGOA izay mamela malalaka ny zavatra vokarintsika ho any amin’ny tsena amerikanina noho ny fanonganam-panjakana nisy tamin’izany. Raha handray ohatra amin’ny orinasa Malagasy potika isika : tombanana ho 378 miliara ny fahavoazan’ny orinasa TIKO ary nitondra fahaverezan’asa ho an’ny olona marobe. Ankoatr’io orinasa izay tena voa mafy io, tsy vitsy ihany koa ireo izay nikatona noho ny fandrobana. Mahagaga anefa dia tsy misy mihitsy aloha hatreto ny fijerena manokana ireny orinasa nopotehin’ny sasany ireny, nanao fanelanelanana ny vondrona Afrikanina SADC ary nisy ny vola be nampiasaina tamin’izany saingy tsy nisy akony aty amin’ireo orinasa simba. Fatiantoka iray lavaka ary vola be no lasa lavenona noho ny hetraketraky ny mpanongam-panjakana. Mbola firy taona indray vao hiarina ny orinasa sy ny toekarena Malagasy ? Ny zavatra marina dia izao : ny lasa tsy fanadino ary mipetraka ho tantara ho an’ny zanaka faramandimby ireny fanapotehana natao tamin’ny firenena ireny. Ny tantara no hitsara.

Tsiry

Midi Madagasikara56 partages

Lutte – Championnats d’Afrique : Quatre Malgaches au Nigeria

La délégation malgache avant son départ à l’aéroport d’Ivato

Quatre lutteurs malgaches cadets et seniors (garçons et filles) prendront part du 7 au 11 février à Port Harcourt (Nigeria) aux championnats d`Afrique de lutte. La qualification pour les Jeux Africains de la Jeunesse du 19au28juillet à Alger et les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ-2018) de Buenos Aires en Argentine (6 au 18 octobre) sera en jeu.

Initialement prévu partir dimanche dernier, la sélection malgache n’a pas pu prendre le départ qu’hier. La délégation malgache conduite par le président de la Fédération malgache des luttes, Mamitiana Raveloson s’est envolée hier après-midi pour Nigeria avec le vol d’Ethiopian Airlines via Addis-Abeba. Quatre lutteurs ont fait le déplacement dont trois dans la catégorie cadette et un chez les seniors. Il s’agit de Jessie (-65 kg) et Randriamalala (-57 kg) chez les filles et Hasinirina (-48kg) du côté des hommes dans la catégorie cadette. Chez les seniors, Todisoa François (-65kg), un habitué de ces joutes continentales tentera de se démarquer face aux autres géants du continent. Les hostilités débuteront ce jour à Port Harcourt au Nigeria pour les Championnats d’Afrique. Un rendez-vous majeur qui sera qualificatif pour les Jeux Africains de la Jeunesse du 19 au 28 juillet à Alger et pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ-2018) de Buenos Aires en Argentine (6 au 18 octobre). La sélection malgache sera sous l’encadrement de Razafimahefa, coach national. « Ce rendez-vous africain sera marqué par une concurrence très rude de la part des lutteurs de l’Afrique du Nord, mais notre premier objectif majeur est d`arracher la qualification pour les JAJ d’Alger et les JOJ des JOJ » a fait savoir le coach.

T.H

L'express de Madagascar55 partages

Une femme heureuse, une nation heureuse

«Eduquer une fille, c’est éduquer toute une nation », disent les sages Toucouleurs du Sénégal. En grandissant, une fille éduquée devient inévitablement  une femme bien instruite qui fera donc de sa nation une terre où l’ignorance n’existe plus. Pas besoin d’être un génie pour faire le lien : la femme est la base de la nation. Une femme éduquée donne un pays éduqué ; une femme heureuse donne alors une nation heureuse.Aujourd’hui en huit, ce sera un des jours que les hommes détestent autant qu’ils le redoutent : la Saint Valentin. On s’attend déjà aux phrases préparées à l’avance, ces rhétoriques de machos que nos amoureux sortent pour se défendre. Ah les radins, de vrais Picsou ! Plus d’un vous diront que ce ne sont que des fêtes purement commer­ciales qui ont été inventées pour que nous consommions. Dépenser de l’argent « pour rien » d’après eux. D’autres, plus inventifs, nous narguent en prétendant que pour eux, la Saint Valentin c’est tous les jours. À croire que tous les jours c’est le 14 février.N’est-il pas magnifique de voir sur le visage d’une femme un sourire, dans ses yeux une petite lumière de bonheur ? Les femmes sont des énigmes dont le bonheur se cultive comme une fleur. Si tu ne l’arroses que rarement, elle se fane et les mauvaises herbes prennent le dessus. Si tu ne l’arroses même pas, rien ne poussera. Il ne restera qu’aridité, ruine et malheur. Si tu l’arroses trop, elle ne peut que pourrir. Le bonheur d’une femme se jardine petit à petit, au fil du temps et avec amour. Une plante devrait normalement être arrosée au moins une fois par semaine. Alors, pourquoi pas la joie de nos dames.À Madagascar, la gent féminine fait face à d’innombrables sources de pressions. Déjà, la société elle-même impose continuellement des fardeaux. Certains sont visibles, d’autres non. Il y a beaucoup de stress qu’elles doivent supporter en silence, des blessures face auxquelles elles sont assignées à se taire. Par-dessus, les tiraillements de la vie quoti­dienne atteignent plus les femmes que les hommes. La mère doit veiller à l’éducation de ses enfants, doit faire les tâches ménagères, gérer le peu de ressources dont chaque famille dispose et dans beaucoup de cas, elle doit en même temps travailler.Un sourire et une larme sur le visage d’un colosse, c’est une originalité presque divine nous décrivait Baudelaire. Si nous voulons que notre nation puisse se relever, se réveiller et se reconstruire, reconstruisons nos femmes. Car une mère heureuse ne peut que bien le rendre à sa famille, à ses proches, à son entourage. Il n’est point exagéré de dire qu’actuellement nos femmes, nos mères, nos filles ne sont pas assez aimées par nos hommes, nos pères, nos fils.Prenez le temps, dans la rue, de voir toutes ces femmes aux visages tristes, la tête dans les nuages toujours en train de courir ici et là. Prenez le temps de compter ces femmes, jeunes ou âgées, qui parlent toutes seules tellement les difficultés de la vie les rattrapent. «La seule chose importante en ce bas monde est de rendre heureuse une femme» (Alexandre Jardin).

par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara42 partages

Promotion de la destination : Madagascar à l’honneur sur la chaîne française TF1

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) organise systématiquement des voyages de presse dans le dessein d’augmenter la visibilité et la connaissance de la destination auprès des marchés émetteurs. Le marché français représente un de ses principaux marchés cibles. C’est la raison pour laquelle, cette entité a invité l’équipe de la chaîne de télévision française TF1 à réaliser des tournages sur les sites touristiques de la Grande Ile comme Nosy-Be, Anjanjavy, Miavana et le Nosy Ankao, du 30 novembre au 09 décembre 2017. Elle a assuré l’appui logistique de la visite de cette équipe sur le territoire malgache  et ce, en partenariat avec la compagnie aérienne Air Austral, l’hôtel Miavana et Anjanjavy. Madagascar était ainsi à l’honneur dans l’émission phare de cette chaîne TF1 intitulé « 50’Inside » et qui est suivie par plusieurs millions de téléspectateurs français, a-t-on appris.

Tourisme haut de gamme. Ce reportage d’une durée de 17 minutes a été diffusé le samedi 03 février 2018. Il a mis notamment en avant le tourisme haut de gamme et écologique dans la Grande Ile. Ces téléspectateurs de l’Hexagone ont pu de ce fait découvrir les lieux les plus prestigieux, les plus exceptionnels et les plus insolites de la destination Madagascar. Rappelons que cette émission « 50’Inside » est le rendez-vous glamour et hebdomadaire sur la chaîne française, pour retrouver des reportages exclusifs tournés dans les plus beaux endroits de la planète. Par ailleurs, l’ONTM a également appuyé la venue d’une équipe de la RAI TV, le principal groupe audiovisuel public italien, du 14 au 24 octobre 2017 en terre malgache. Ce projet s’est déroulé à Morondava avec un tournage de l’Allée des Baobabs, des « Tsingy » de Bemaraha et une traversée de la rivière Manambolo et de Tsiribihina. Cette équipe de la chaîne TV italienne a ensuite effectué d’autres tournages à Nosy-Be ainsi que dans le Parc National d’Andasibe, La diffusion de ce reportage à la TV italienne est prévue courant 2018, a-t-on conclu.

 Navalona R.

Midi Madagasikara37 partages

ROTARACT CLUB FANEVA : Une année d’exercice 2017 réussie

Les membres du Rotaract Club Faneva avec quelques familles bénéficiaires des actions sociales.

Ayant comme thème “le Rotary, un impact réel”, l’année d’exercice 2017 a permis aux membres du Rotaract Club Faneva de mener des actions à forts impacts sociaux. Des initiatives prises sous la présidence de Ny Fitia Razafiarison qui ont pu améliorer la vie des milliers de familles bénéficiaires. Entre autres, des dons de kits scolaires : aux élèves méritant de l’EPP (Ecole Primaire Publique) d’Ampasanisadoda et aux élèves du Centre Manjakaray. Le Club a également pu effectuer un don de 16 nébuleuses ainsi que des médicaments au CHU Ambohimiandra. Une action menée de concert avec le Rotary Club Saint-Denis Alizée. Outre les actions de donnation, le Club a pris une attention particulière à l’endroit des plus démunis lors de la saison festive du mois de décembre. Des repas de Noël ont été offerts aux enfants de l’« Akan’i Neny » Ambohimiandra. Actions sociales qui ont continué jusqu’au samedi 3 février durant lequel le club, en partenariat avec le Léo Club Tsaradia et le Léo Club Ankaratra, a procédé à des actions d’extraction de dents à qui s’additionnent des consultations ophtalmologiques à Ambohitririna, Antsirabe. Des actions sociales qui ont visé les familles nécessiteuses et que les membres du Rotaract Club Faneva pensent continuer pour les années à venir.

José Belalahy

Midi Madagasikara33 partages

P.M. et pouvoir : divorce consommé ?

La classe politique bruissait depuis quelque temps de rumeurs faisant état de dissensions au sein du pouvoir. Même si les dirigeants du parti HVM affirmaient que les tensions supposées entre le Premier ministre et les membres du parti n’étaient que pures affabulations, on est aujourd’hui en droit de se demander si le divorce n’est pas effectivement consommé entre les deux parties.

P.M. et pouvoir : divorce consommé ?

La défiance des députés vis-à-vis du Premier ministre actuel ne date pas d’hier. On a entendu à plusieurs reprises des parlementaires soutenant le régime parler de motion de censure et du remplacement du chef de gouvernement. Les critiques à son égard se sont faites de plus en plus virulentes ces derniers mois, mais ces tentatives de déstabilisation n’avaient aucun effet sur un Mahafaly Olivier assuré apparemment du soutien du président de la République. Le chef de l’Etat affirmait qu’il n’y avait pas de raison de faire de remaniement. Mais, les paroles peu amènes de certains membres du parti à son égard, même si elles ne sont pas prononcées de manière officielle, montrent ce malaise qui existe au sein du pouvoir. Les propos apaisants du Premier ministre à plusieurs reprises n’ont pas dissipé le climat de suspicion régnant entre les deux parties. La conférence de presse de ce dernier, le week-end dernier, n’a pas levé les doutes sur la question. Ce dernier avait évoqué, à propos des kidnappings, une tentative de déstabilisation politique qui pouvait provenir de l’intérieur du pouvoir. Il avait dit qu’il devrait partir à l’extérieur pour un contrôle médical. Hier, un décret annonçait en conseil de gouvernement que Benjamina Ramanantsoa assurait l’intérim du Premier ministre « en mission à l’extérieur ». Cette formulation ne fait qu’alimenter les rumeurs non vérifiées accréditant la mise à l’écart de l’actuel chef de gouvernement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara31 partages

Andrefan’Ambohijanahary : Voasambotra i Menavolo sy Doly, ireo namono pôlisy

Herintaona teo ho eo izay, pôlisy iray izay nanao ny fihazakazahany maraina no nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana tetsy Andrefan’Ambohijanahary. Nandeha teny ny fotoana sy ny fanadihadiana nataon’ireo namany. Tra-tehaka tamin’ny asa ratsy hafa ny roa lahy ; izay fantatra amin’ny anarana hoe Doly sy Menavolo. Tamin’ny fanadihadiana natao azy ireo no nahafantarana, fa ireto farany no isan’ny nandray anjara tamin’ny famonoana io pôlisy io. Raha ny fampitam-baovao azo ,  dia efa fikamban-jiolahy mpanao ireo karazana fanafihana mahery vaika teto an-drenivohitra ry zalahy ireto. Misy fito izy ireo no voasambotry ny pôlisy, teny amin’iny faritra Anosizato sy Ankadimbahoaka iny. Manoloana ny tsy fandriampahalemana miseho lany eny amin’ireo faritra ireto moa, dia misy tsy an-kijanona ny fisafoana ataon’ireo mpitandro filaminana. Tamin’io fotoana io indrindra no nahasamborana lehilahy iray, izay voalaza fa jiolahy mpamaky trano. Tamin’ny famotorana ity farany no nanoroany ireo namany fito lahy teo ho eo. Nanomboka teo ny fanjonoana ireto andian-jiolahy ireto sy namelarana ny  fandrika isan-karazany. Nisesisesy ny fisamborana ka izao nahafahana nahatratra ireo tompon’antoka tamin’ilay famonoana pôlisy izao. Marihana hoy ny vaovao avy amin’ny pôlisim-pirenana hatrany, fa saika efa jiolahy rain-dahiny avokoa ry zalahy ireto ary efa samy mpamerin-keloka daholo. Ny iray tamin’ireo aza dia  nivoaka ny fonja vao haingana noho ny fanafihana. Taorian’ny fanolorana azy ireo teny anivon’ny Fampanoavana ,  fantatra fa ny efatra tamin’izy ireo dia nadoboka avy hatrany teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, ny sasany kosa nalefa eny Antanimora.

m.L

Midi Madagasikara28 partages

Santé de la reproduction des adolescents et des jeunes : Le premier rapport sexuel à 16 ans selon l’ENS...

Réduire la morbidité et la mortalité maternelle et infantile figure parmi les premiers objectifs du Plan National de Santé de Reproduction des Adolescents et des Jeunes 2018-2020.

Lancé officiellement hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, le Plan National de la Santé de la Reproduction des Adolescents et des Jeunes (PNSRAJ) 2018-2020 veut réduire de 50% le taux de grossesse précoce dans la Grande Île.Madagascar fait partie des pays à forte prévalence de grossesse précoce. Un fait qui tire son origine du fort taux de précocité des rapports sexuels chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans. En effet, l’Enquête Nationale sur le Suivi des indicateurs des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ENSOMD 2012-2013, INSTAT) fait savoir que “l’âge médian des femmes de 20-24 ans aux premiers rapports sexuels est de 16,6 ans”. Le même rapport de noter que 20,4% des filles ont eu leur premier rapport sexuel avant l’âge de 15 ans contre 10,5% des garçons. Une situation qui expose les adolescentes à de nombreux risques, notamment, la mortalité maternelle. L’enquête ENSOMD 2012-2013 de l’INSTAT toujours de préciser que les adolescentes enceintes sont plus exposées à la morbidité et à la mortalité en raison des complications aussi bien lors de la grossesse que lors de l’accouchement. Des solutions comme la fixation de l’âge matrimoniale à 18 ans (Loi 2014-022 relative au mariage) ont été mises en oeuvre pour remédier à ce fléau qui mine le développement des adolescentes et jeunes filles malgaches. Solutions à qui va s’ajouter le plan stratégique nationale de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes (SNSRAJ). Lancé officiellement hier, le plan en question veut apporter des solutions à la problématique de la santé sexuelle et reproductive des jeunes dans la Grande Île.

Approches. Concrètement, la SNSRAJ (Stratégie Nationale de Santé Sexuelle et de la Reproduction chez les Adolescents et les Jeunes) s’appuie sur les dispositifs déjà mis en place. Comme l’amélioration et le renforcement des services de santé sexuelle et reproductive tels que les Centres de Santé Amis des Jeunes (CSAJ). Actuellement au nombre de 91, les centres seront augmentés de 50%, soit 136,5 centres d’ici à 2020. Outre la mesure relative au centre de santé amis des jeunes, des actions de plaidoyer pour l’application les lois, notamment contre les exploitations sexuelles des jeunes, des renforcements des mesures de sensibilisations contre la précocité des rapports sexuels, ou encore les renforcements des capacités des acteurs impliqués dans la mise en oeuvre de la stratégie nationale devraient permettre une mise en oeuvre concrète de la stratégie nationale. Cette dernière arrive à point nommée étant donné les dernières prévisions démographiques. Les projections des Nations-unies affirment, en effet, que la population malgache va s’accroître pour atteindre les 36 millions d’habitants, soit une hausse de 50% d’ici à 2030 (World Atlas 2015). Le Plan National de la Santé de la Reproduction des Adolescents et des Jeunes (PNSRAJ) 2018-2020 veut réduire de 50% le taux de grossesse précoce dans la Grande Île.

José Belalahy

Midi Madagasikara27 partages

Sambava : Lehilahy tra-tehaka nangalatra, matin’ny fitsaram-bahoaka

Nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany sambava, ny alahady naraina teo tokony ho tamin’ny 9 ora, tao amin’ny Fokontany Ambohitrakongona, ka lehilahy iray manodidina ny 30 taona eo tra-tehaka nangalatra anamalao teny an-tsaha tao Ambilo no maty nofirain’ny tompon’ny tanimboly tamin’ny antsibe teo amin’ny lohany, rehefa nahatona teny ambony hazo. Raha ny fanazavana azo araka ny tati-baovao voaray, dia tsy navelan’ ireo andian’ olona avy ao amin’ny Fokontany Antanifotsy I izay tompom-boly natolotra ny mpitandro filaminana ity mpangalatra tra-tehaka voalaza fa monina ao an-tanànan’ i Nosy-be Sambava, fa novonoin’ izy ireo teo no eo nanamparan’ izy ireo ny hatezerany. Rehefa nihosin-drà ilay mpangalatra anana voavono dia natsipy tany anaty alan’ Ambilo. Manoloana an’ity fitsaram-bahoaka ity dia sahiran-tsaina mafy ny Lehiben’ny Fokontany ao Ambohitrakongona, satria lasa romotra amin’ny firongatry ny hala-botry ireo mpamboly leom-boan’ anana, ka izay olon-dratsy tratra sy voasambotra dia mitondra faisana hatrany iharan’ny hatezeram-bahoaka.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza24 partages

Raharaha 7 febroaryFanapotehana firenena

Feno 9 taona katroka anio alarobia 07 febroary 2018 ny raharaha 07 febroary 2009, nisian’ny fananihan-dapa sy fitifirana teny Ambohitsorohitra tamin’izany fotoana.

Fanonganana sy ra mandriaka efa tsara omana

Porofo iray maneho ny fanomanana ny fanonganam-panjakana sy ra mandriaka ny fandaharana antsoina «Reporters» nataon’i Virginie Herse sy i Cyril Vanier tao amin’ny fahitalavitra France 24 ny martsa 2009. Anisan’ny navoakany ny horonantsary mirakitra ny fivorian’ireo mpanao politika notarihin’i Andry Rajoelina. Mivoitra sy voaray ao anatin’io horonantsary io ny tenin’izy ireo hoe : tsy maintsy manao «accusation» na fanamelohana an’i Marc Ravalomanana. «Lazaina, ohatra hoe Ravalomanana ‘criminel’ (mpamono olona) na koa Ravalomanana ‘traître’ (mpamadika tanindrazana)», hoy ireo mpanao politika ireo. Tao anatin’izany ry Harinaivo Rasamoelina, Roland Ratsiraka, Augustin Andriamananoro, Haja Resampa, Georges Ruffin, Pierre Houlder, Alain Ramaroson, Cyrille Rasambozafy, Patrick Monibou, Ramakavelo Désiré Phillipe, Ny Hasina Andriamanjato, Lahiniriko Jean, Reboza Julien, Lieutenant-colonel Fidimalala, Lieutenant-colonel Sondrotalata,… Tsy azo tsinontsinoavina ny ampamoakan’ny kolonely Charles Andrianasoavina. Raha resaka tifitra sy diam-bala, dia azo hanaovana fanadihadiana tsara, saingy fitsarana kimaimaika no natao ka voasarona ny tena marina rehetra fa raha tena atao an-tsakany sy an-davany ny fanadihadiana ny fiditry ny bala tamin’ny vatan’ireo olona voatifitra teny Ambohitsorohitra sy Antaninarenina tamin’io 7 febroary 2009 io, hafa mihitsy ny zavatra hita.

Nangonin’i Toky R

 

News Mada20 partages

Accès au planning familial : les ados n’ont pas besoin d’autorisation parentale

L’accès des adolescents et jeunes aux services de planification familiale (PF) vient d’être démocratisé.

Selon la nouvelle loi qui vient d’être adoptée, les mineurs ont le droit de décider seuls l’utilisation de PF. Autrement dit, ces derniers peuvent accéder à des méthodes contraceptives, même à l’insu de leurs parents puisque les législations en vigueur actuellement leur donnent le feu vert. Une information confirmée par un responsable au sein du service  de la reproduction des adolescents auprès du ministère de la Santé hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano, à l’occasion du lancement officiel du Plan stratégique national en santé de la reproduction des adolescents et des jeunes pour les cinq ans à venir, soit de 2018 à 2022.

La nouvelle ne manque pas susciter une réaction négative de la part des parents. Ces derniers considèrent cette initiative comme un facteur incitatif à l’entrée précoce des mineurs à la vie sexuelle. Le ministère de la Santé ne voit pas l’impact de cette disposition d’un bon œil, en soulignant que cette mesure permet d’inverser la tendance actuelle. A ce propos, 32% des adolescentes entre 15 et 19 ans ont déjà accouché, alors que la grossesse précoce est l’une des causes de la mortalité pendant l’accouchement. Ce cas concerne 478 mères sur 100.000 naissances.

800 CSB amis des jeunes

Bien que l’initiative déplaît à plus d’un, le ministre de la Santé et ses partenaires avancent dans sa concrétisation. Dans ce cadre, ce Plan stratégique national prévoit le renforcement des structures dans les Centres de santé de base (CSB) pour que ces établissements puissent répondre aux besoins des adolescents et jeunes en matière de PF, y compris l’information et la sensibilisation.

 Dans le cadre d’un objectif à court et moyen terme, la moitié des CSB, actuellement au nombre de 1.600 à travers le pays, auront la capacité à prendre en charge ces bénéficiaires jusqu’en 2020. Ainsi, 800 CSB seront baptisés «Amis des jeunes» d’ici deux ans. Les parties prenantes s’engagent également à redynamiser les quelques 90 CSB amis des jeunes.

Rakoto

Midi Madagasikara17 partages

Programme « SmartFish » de la COI : Rencontre d’experts et d’acteurs sur la pêche thonière côtière

La délégation malgache à la rencontre qui se tient à Maurice.

Pêcheurs et autorités des sept pays du Sud-Ouest de l’Océan Indien tiennent depuis le début de la semaine, à Maurice, une réunion dont l’objectif est d’augmenter l’investissement de la pêche thonière.

 Une réunion intensive et multidisciplinaire rassemble depuis le 5 février 2018 et ce, pour trois jours, une trentaine de pêcheurs et de représentants des autorités de Madagascar, de Maurice, de l’Union des Comores, de la France (Réunion), du Kenya, des Seychelles et de la Tanzanie, pour discuter ensemble de l’avenir de la pêche thonière côtière. Une rencontre inédite qui vise à augmenter l’investissement dans le secteur de la pêche thonière côtière est organisée par la Commission de l’Océan Indien (COI) à travers son programme « SmartFish » financé par l’Union européenne.

Besoins et moyens. « A la COI, nous sommes persuadés que la pêche thonière côtière constitue un levier de croissance durable et d’emplois pour tous nos pays. C’est pourquoi la COI, avec l’appui de l’Union européenne, organise ce rendez-vous inédit qui nous permettra de débattre des moyens et des besoins pour le développement de ce secteur de l’économie bleue », déclare Luc Ralaimarindaza au cours de la cérémonie d’ouverture de cet atelier. « La pêche tient une place prépondérante dans les petits états insulaires en développement comme le nôtre », a, pour sa part, rappelé le ministre mauricien de l’Economie océanique, des Ressources marines et de la Pêche, Prem Koonjoo. En effet, la durabilité des ressources halieutiques est essentielle au bien-être des océans et à l’activité économique de la région, comme l’a souligné Marjaana Sall, ambassadeur de l’Union européenne pour la République de Maurice et des Seychelles, expliquant ainsi l’engagement pris par l’aide au développement européenne à soutenir les initiatives régionales en faveur de l’Objectif de développement durable (ODD) n°14.

Inventaire. Le thon figure aujourd’hui parmi les espèces les plus importantes économiquement au niveau mondial. Les communautés de pêche côtière se servent des DCP (dispositifs de concentration de poissons), utilisés depuis des siècles pour pêcher le thon et les espèces apparentées. L’Océan Indien est une importante zone de pêche pour le thon listao, le thon jaune et le thon obèse/albacore.

Au cours des trois jours de réunion, les experts et les champions des sept Etats représentés ont dressé un inventaire de leurs pêcheries de thonidés et examiné les causes profondes des résultats mitigés du déploiement de DCP au bénéfice des pêcheries côtières par les agences régionales et internationales. Il s’agissait alors d’identifier les moyens nécessaires, en matière d’innovations, d’investissements, de financements et de marketing, au développement de la pêche thonière côtière qui constitue une filière de croissance pour les communautés de ces pays.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara15 partages

JO d’hiver : Mialitiana Clerc prend ses marques à Pyeongchang

Lim Sang Woo, ambassadeur de la République de Corée avec les deux mascottes des Jeux Olympiques de Pyeongchang.

A part Mialitiana, Relaha Jean Claude, chef de mission de la délégation malgache est déjà sur place.

Arrivée à Pyeongchang lundi dernier, Mialitiana Clerc s’est déjà entraînée, hier sur la piste du site olympique. Mialitiana et son coach Stéphane Clerc ont pris leur marque au village olympique. Elle sera en action le 12 février avec le slalom géant et le 14 février avec le slalom spécial. A trois jours du coup d’envoi de ces olympiades d’hiver en terre coréenne, l’ambassadeur de la République de Corée à Madagascar, Lim Sang Woo a rencontré la presse, hier, à l’Hôtel du Louvre pour parler des Jeux. « Il y avait trente ans lors des JO d’été de Séoul en 1988, Madagascar n’était pas présent. Actuellement, je suis ravi que le drapeau malgache flotte sur le site olympique et sera présent sur le stade Olympique à l’occasion de la cérémonie d’ouverture ce vendredi. Mia est une star en Corée, car son histoire est touchante et beaucoup de journalistes coréens veulent l’interviewer» a expliqué l’ambassadeur, hier. A cette occasion, le diplomate a présenté les deux mascottes des Jeux « Soohorang » et « Bandabi ». Comme on a annoncé dans nos précédentes éditions, ces jeux de 2018 seront aussi marqués par la participation de la Corée du Nord. Les deux Corées vont défiler ensemble avec un drapeau unique lors de la cérémonie d’ouverture. A part Mialitiana, Relaha Jean Claude, chef de mission de la délégation malgache est déjà sur place, si les autres personnes accompagnatrices ont quitté le pays, hier.

T.H

Midi Madagasikara15 partages

HCC : Partage des voix impossible entre les neuf membres

Quid de la fin du mandat des membres de la HCC ?

Le siège de Haut Conseiller devenu vacant après le décès survenu le 30 mars 2017, de Raharison Ranoroarifidy Yvonne Lala Herisoa va être pourvu solennellement.

Deux semaines après sa désignation par le président de la République, Mme Rabetokotany Tahina prêtera serment en tant que nouveau membre de la HCC lors d’une audience solennelle prévue le vendredi 9 février 2018 à 11h 30, au siège de la haute juridiction. Le chef de l’Etat honorera certainement de sa présence l’installation du nouveau Haut Conseiller qui fait d’ailleurs partie de son quota. Notons que Rabetokotany Tahina est issue du corps de la magistrature. Elle était même membre du CSM en 2014 en qualité de magistrat représentant les Tribunaux de Première Instance du ressort de la Cour d’Appel d’Antananarivo.

Mandat. On est en droit – au propre comme au figuré – de poser des questionnements par rapport au début et à la fin du mandat de ce nouveau membre. Selon l’article 114 alinéa 1er de la Constitution, « la Haute Cour Constitutionnelle comprend 9 membres. Leur mandat est de 7 ans non renouvelable ». Si on prend à la lettre ces dispositions, le mandat de Rabetokotany Tahina arrivera à expiration le 9 février 2025, quoiqu’il soit peu probable qu’elle arrive à garder son siège en cas de non-réélection de Hery Rajaonarimampianina. Et pour cause, le successeur éventuel de ce dernier ne se privera pas de renouveler son quota en 2019. Il y a eu du reste un précédent « institutionnel » en 2002 lorsque Marc Ravalomanana avait limogé les sénateurs nommés par l’Amiral en 2001 quand bien même leur mandat était de 5 ans, selon la Constitution.

Effectif complet. Par ailleurs, le règlement intérieur révisé de la HCC prévoit en son article 2 dernier alinéa que « leur mandat est de 7 ans pour compter de la prise de fonction officielle des Hauts Conseillers dernièrement désignés afin d’éviter le remplacement partiel des membres de la Cour ». Le mandat des 8 autres membres installés auparavant, prendra donc fin avec celui de Rabetokotany Tahina. Une prorogation de mandat qui pourrait devenir inopérante si l’actuel locataire d’Iavoloha n’arrive pas lui-même à décrocher un second et dernier bail de 5 ans. En attendant, avec un effectif redevenu complet et impair, un éventuel partage des voix n’est plus possible entre les 9 membres de la HCC. La voix du président Jean Eric Rakotoarisoa n’aura plus à être prépondérante notamment en cas de désaccord avant, pendant ou après l’élection présidentielle de cette année.

R. O

L'express de Madagascar15 partages

Air Austral et Air Madagascar – Mariage consommé à Paris

Le partenariat signé entre les deux compagnies en octobre 2017 entre dans une phase active. Renforcement par Air Madagascarde la desserte de Paris.

Marie Joseph Malé, PDG d’Air Austral, et Rolland Besoa Razafimaharo, PDG d’Air Madagascar, ont choisi de dévoiler à Paris loin de l’océan Indien et de leurs médias ce qui sera la feuille de route commune pour les dix ans à venir des deux compagnies liées par un accord de partenariat depuis octobre 2017.Il faisait de la compagnie réunionnaise l’actionnaire à hauteur de 49% de la compagnie nationale malgache. Le gouvernement malgache a eu du mal à mettre en place les modalités d’apurement des 80 millions de dollars de passif qui plombaient les comptes d’Air Madagascar. De son côté Air Austral est parvenu dans la douleur à réunir les 40 millions de dollars représentant son ticket d’entrée. « Les fonds ont été apportés par une de nos filiales et par des prêts bancaires », a indiqué hier matin sans plus de précisions le PDG d’Air Austral qui a préféré s’attarder sur ce qu’il qualifie « de partenariat gagnant -gagnant ».« Face au durcissement attendu de la concurrence, l’arrivée des low cost long-courriers, il fallait absolument réduire notre dépendance à l’axe Paris-Réunion. Se diversifier pour réduire notre exposition. Auparavant, cette liaison représentait 72 % de nos recettes. Désormais c’est seulement 56 %. Nous sommes deux compagnies de taille comparable. Le concept central sera celui du bi-hub. Plus précisément, veiller au développement harmonieux et conjoint des hubs d’Antana-narivo et de la Réunion. Madagascar est un réservoir de trafic potentiel énorme. D’ici quelques années, il y aura 20 millions de Malgaches. À la Réunion, nous sommes à peine 1 million. »

SynergiesLe premier objectif est de ramener Air Madagascar à l’équilibre d’ici quatre ans. L’un des gros chantiers porte sur le réseau intérieur malgache. Le 19 janvier dernier a été officiellement créé Tsaradia, filiale à 100% d’Air Madagascar dont le gérant est Benoît Schaffer. Elle reprendra l’essentiel du réseau domestique d’Air Madagascar en avril prochain avec 79 dessertes contre 64 aujourd’hui. Les rotations vont être développées entre la Réunion et Antananarivo. Dès le 1er juillet le nombre de fréquences entre la capitale malgache et la France sera porté de deux à cinq, dont une sur Marseille.Air Austral et Air Mada­gascar vont développer les synergies. Elles vont harmoniser et simplifier leurs flottes et optimiser les programmes de vols pour maximiser l’utilisation des avions. Les programmes de fidélité vont être mis en commun, les passagers pourront combiner des segments de vol d’une compagnie sur l’autre et les services à bord d’Air Mada­gascar vont être revus. A partir du 15 février, Air Madagascar va profiter des accords TGV Air négociés par Air Austral. Les deux compagnies vont travailler ensemble en terme de maintenance de la flotte et d’achat d’avions. L’apport d’Air Austral va permettre à Air Madagascar d’améliorer ses performances, notamment en termes de ponctualité, l’un de ses gros points faibles. L’objectif est d’atteindre 85% contre 68% aujourd’hui.Alain Dupuis

© Jir

Midi Madagasikara14 partages

Ambohibary Moramanga : Razana efa simba hita tao anaty honahona

Nielenelana hatramin’ny 02 km ny toerana nahitana ny vatany sy ny lohany. Efa simba tanteraka no efa nibotsia ny vatany izay tao anaty ran misy onaona no nahitana azy tao Bejabora ao anatin’ny kaominin Ambohibary.Ny ambiny sisa tsy may tamin’ny lohany no nalaina teo akaiky ny trano fonenan’ity nahavanon-doza izay efa nasitriny tao anaty lavaka. Ny asabotsy 03 febroary 2018 maraina tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany no nahitan’ireo fokonolona sy ny fianakaviany ny razana. Raha efa tamin’ny 11 ora alina ny zoma 02 febroary  kosa no efa teny an-toerana ny zandary nanao ny fitadiavana.Efa tokony ho tamin’ny iray ora atoandro kosa no hita ny ambiny sisa tsy may tamin’ny lohany izay natoron’ity nanao azy ihany rehefa nampahafantarina azy ny fahitana ny vatany izay antony nanoroany ny toerana nanasitrihany ny lohany.Niha mafy hatrany ny firaisankin’ireo fokonolona tao amin’ny fokontany tsarafasina sy ny zandary nandritra ny fikarohana ny razana. Nandritra ny fitondrana ny razana dia nanararaotra nandositra avokoa ireo fianakvian’ny nahavanon-doza.Fantatra ihany koa fa efa fanintelon’ny olona novonoiny sy nataony toizao ity raim-pinakavian 74 taona ity  . Efa matetika ny manefa sazy ao am-ponja ihany koa ity olona nahavanon-doza ity. efa any am-ponja ny harivan’ny asabotsy 03 febroary 2018 ity lehilahy nahavita nandoro olona ity.

Cathy

Midi Madagasikara13 partages

Galerie Zoom Ankorondrano : « Avenue Fashion » ouvre ses portes !

Lors de l’ouverture, samedi dernier, de « Avenue Fashion », représentant exclusif de « Zara ».

Certaines s’habillent en Prada. D’autres sont particulièrement fan de Zara, la marque de qualité qui incarne la mode. Pour ces dernières, c’est une excellente nouvelle qui s’annonce. « Avenue Fashion », représentant exclusif de « Zara », a ouvert ses portes samedi dernier pour permettre à toutes de laisser libre cours à leurs envies. Chic ou trendy, la marque séduit par sa réactivité face aux nouvelles tendances. Jamais en retard, « Avenue Fashion » fera le bonheur de toute la famille, désireuse de trouver de bons basiques ou d’être à la pointe de la mode à des prix très attractifs. « Il vous suffira de venir chez Avenue Fashion à la Galerie Zoom Ankorondrano. Découvrez-y un large choix de vêtements pour homme, femme et enfant. Une équipe jeune et dynamique se fera un plaisir de vous recevoir et vous conseiller. N’hésitez pas à venir nous voir ! Soyez tendance. Et puis, contrairement aux préjugés, « Avenue Fashion » n’est pas aussi inaccessible qu’il semble l’être ! », explique Lila Randriamiharisoa. En effet, les prix de ces produits de qualité et de marque sont très concurrentiels si on compare au prix des produits Thaïlandais à Behoririka.Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

Coopération décentralisée : Réhabilitation de 120 km du réseau de distribution d’eau à Fianarantsoa

L’accès à l’eau potable va s’améliorer considérablement à Fianarantsoa.

De nombreux projets menés dans le cadre des coopérations internationales décentralisées avec la France sont actuellement en cours.

Fianarantsoa fait partie des communes bénéficiant de travaux d’adduction d’eau potable pour la campagne 2017-2018. Cette fois, c’est grâce au Programme Eaurizon, mis en œuvre dans le cadre de la coopération décentralisée entre le Grand Lyon de France et la région Haute Matsiatra. En effet, un diagnostic complet a déjà été réalisé en 2016 par les techniciens du programme Eaurizon et de la Jirama et a permis d’identifier la partie distribution comme cible prioritaire d’intervention. « La modélisation de ce réseau de distribution a permis de connaître et comprendre le fonctionnement du réseau. Les simulations réalisées ont précisé les travaux prioritaires à réaliser pour améliorer le service sur les 120 km du réseau de distribution. Il est ainsi prévu de renforcer le réseau de distribution. De nouvelles conduites permettront aux secteurs Ouest et Nord de la ville de bénéficier de meilleure pression d’eau au robinet », ont affirmé les responsables du Programme. Ces travaux bénéficieront à environ 80.000 des 170.000 usagers. Ils porteront aussi sur l’extension du réseau vers de nouveaux quartiers. L’amélioration de la desserte en eau passera aussi par la réalisation d’une trentaine de points d’eau publics permettant à 9.300 personnes d’avoir accès à l’eau potable.

Processus en cours. D’après les informations fournies par les promoteurs du Programme Eaurizon, la passation de marchés publics pour l’achat des conduites et accessoires hydrauliques est déjà terminée. Avec les délais de livraison, le chantier devrait démarrer vers la fin du mois d’avril 2018. « Les différentes parties prenantes à ce programme de travaux participent au projet. Le programme Eaurizon apporte expertise et financement, la Jirama a participé aux études et réalisera les travaux sans contrepartie financière et enfin la commune va financer un volet du programme. L’opération est estimée à 870 millions d’Ariary soit environ 240.000 euros », ont indiqué les responsables du Programme Eaurizon. Bref, la coopération décentralisée donne des impacts concrets pour la population de la Haute Matsiatra. Une raison qui poussera certainement les collectivités territoriales décentralisées à trouver de nouvelles coopérations, à l’occasion des deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Décentralisées malgaches et françaises (AICT) qui se tiendront à Antananarivo du 5 au 7 mars prochain.

Antsa R.

Midi Madagasikara11 partages

La cinquième édition en gestation ! : Festival international de guitare de Madagascar

Le festival international de guitare dédie une partie de l’évènement au groupe Mahaleo.

Après quatre éditions sans fausse note, le Festival de Guitare International de Madagascar compte revenir sous les feux des projecteurs avec beaucoup de nouveautés et une programmation encore plus alléchante.

Du classique au menu ? Oui, à volonté. Le festival reste cependant ouvert à tous les genres musicaux. Autrement dit, « salegy », jazz, rock, fusion et même le « vako-drazana » sont également les bienvenues. « Aucun genre de musique ne sera occulté, du moment que la guitare y est souveraine », précise les organisateurs. Du 6 au 15 avril, les amateurs de six cordes pourront donc partager leurs expériences et s’adonner entièrement à leur passion. La programmation a d’ailleurs été créée afin que tout le monde puisse trouver son bonheur. Quatre grandes parties composeront la 5e édition. Une première qui mettra en scène les jeunes guitaristes. « Tous les jeunes apprentis, sans aucune exception peuvent participer, qu’importe les écoles et les instituts où ils ont appris à manier leurs instruments ». La seconde est dédiée aux compositeurs. Une occasion rêvée pour eux de dévoiler au grand public le fruit de leur recherche et de leur travail. Les amateurs de classique fusion ne seront pas en reste. Ils vont trouver de quoi se régaler dans la troisième partie du festival où ils pourront s’en donner à cœur joie à reprendre et à revisiter à leur sauce le fameux « Flying over the Ocean » de Narimanana. Le meilleur interprète partagera la scène avec l’artiste. Le quatrième volet du programme ? Celui qui aura certainement le plus de succès : le « Sabotsy Mahaleo ».

Concours. Vous aimez Mahaleo ? Participez au concours « Sabotsy Mahaleo ». Comment jouer ? « Choisissez le titre que vous affectionnez le plus. Reprenez-le d’une manière différente de celle de Mahaleo : plus jazzy, à l’accent soul, métissé de reggae, comme vous voulez. Ce qu’on attend, c’est que vous sortiez un truc inédit, emprunt de votre personnalité et joué autrement que l’original ». Ceux qui ne sont pas fans de Mahaleo n’ont pas été oubliés. Un autre concours dédié aux compositeurs et aux interprètes se tient en parallèle. Les concours peuvent se faire en solo ou en groupe. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant jusqu’au 28 février, à l’Alliance française Andavamamba.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

RN7 : Nifampitifitra ny zandary sy ny mpanakan-dàlana

Ny basy nampisain’ilay jiolahy

Tsy maintsy nampiasana hery izay vao lefy ilay jiolahy mpanakan-dàlana. Nanana basy izy teny an-tanany ary tsy nisalasala ny nampiasa izany mba hanoherana ireo mpitandro ny filaminana izay hisambotra azy. Raikitra arak’izany ny fifampitifirana. Nanomboka nahatsiaro tena ho resy ilay rangahy ary nitsoaka teo an-toerana. Tsy namelan’ny zandary fa narahany hatramin’ny farany ary dia tao an-tranony izay tsy miala lavitra ny lalam-pirenena fanaovany fanakanan-dàlana no voasambotra. Nitolo-batana amin’izay rehefa hitany fa tapitra ny lalan-kizorana. Teny amin’ny RN7 no nitrangan’izany, teo Andohoany, Anjoma-Nandihizana. Nivoatra izany ny fanadihadian’ny zandary mahakasika ny fanakanan-dàlana izay niseho teo akaikin’Ambohimahasoa tamin’ny volana novambra lasa teo. Momba ity tranga ity, dia mbola nisy fifampitifirana ihany koa,satria nisy zandary tao anatin’ny taxi-brousse izay nataon’ireo olon-dratsy lasibatra. Tsy nisy voasambotra tamin’izany saingy tsy nanakana ny tsy hisian’ny fanadihadiana. Roa volana taty aoriana ary dia hita ny misy ilay olon-dratsy izay voalaza fa atidoha nikotrika ny fanakanan-dàlana nisesisesy teo amin’ny manodidina ny PK347. Rehefa voasambotra izy niaraka tamin’ny basim-borona fampiasany, dia mbola nilaza koa ny vadiny fa misy basy iray hafa. Basy kalachnikov raha araka ny filazan’io andefimandriny io. Tsy lavitra ny tranony no nanafenany izany ary mazava hoazy fa nitohy tamin’ny fikarohana izany fitaovam-piadiana izany ny asan’ny zandary. Nisy efa-dahy voasambotra taorian’io, rehefa nivoatra hatrany ny fanadihadiana. Nofatorana izy dia natao teo amin’ny arabe mba ho hitan’ny olona, talohan’ny nitondrana azy teny amin’ny biraon’ny mpanao fanadihadiana. Efa harivariva no nitranga io poa-basy io ary mazava fa vao milentika izany ny masoandro dia efa mivonona ny jiolahy mpanakan-dàlana eny amin’ny lalam-pirenena.

D.R

Tia Tanindranaza9 partages

Fakana an-keriny KaranaMikorapaka ny fanjakana

Miezaka mampiseho fandraisan’andraikitra ny fanjakana eo anatrehan’ny fakana an-keriny mahazo ny karana. Nibahan-toerana izany nandritra ny filankevitry ny governemanta, notarihin’ny Minisitry misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, misolo tena ny praiminisitra omaly teny Mahazoarivo.

  Efa nandefasana iraka manokana hanampy ny any Toamasina sy hanamafy ny fanadihadiana lalina. Mandeha ihany koa ny fisavana sy ny fikaroham-baovao,... Manano sarotra ny fiaraha-miasa sy fakam-baovao amin’ny fianakavian’ireo lasibatra izay matetika manda, raha ny fanazavan’ny Minisitra Andrianisa Mamy Jean Jaques. Ny Minisitry ny Raharaham-bahiny kosa nampahatsaiahy ny tafatafa niarahany tamin'ny mpitarika ny CFOIM (Fikamban’ny Karana mizaka ny zom-pirenena Frantsay), fa amin'ny fandraisana an-tànana amin'ireo heloka bevava ireo, dia tsy maintsy manaraka ny lalàna velona, ka tokony hametraka ny satany ho lasibatra ny fianakavian’ny nalaina an-keriny. Nampahatsiahy ny efa nametrahana ny “Cellule anti-kidnapping” iraisan’ny  polisy sy zandary, ary tarihin’ny mpitsara ambony eo anivon’ny fampanoavana mpampanoa eto Antananarivo kosa ny minisitry ny fitsarana. Tapaky ny filan-kevitry ny goverenemanta, fa hifandinika ireo minisitera 3 voakasiky ny fitandroana ny filaminan’ireo teratany vahiny, dia  ny Minisitry ny atitany,  ny raharaham-bahiny, ary ny fitsarana, fa hisy faran'izay haingana ny fihaonana amin'ny solontenan'ireo fikambanan’ny Indianina isan-karazany mba hahafahana maiara-manolotra paikady mahomby sy azo antoka, hampitsaharana ity resaka fakana an-keriny ity. Tompon’ny vola sy harena ny karana, ka toa marary amin’ny mpitondra sy hananany hena-maso, fa ny Malagasy tsy mandry andro, tsy mandry alina kosa toa tsy mba misy mpijery na zara raha rarahiana.

Toky R

 

News Mada8 partages

Assises nationales aux comores : Atallah représente Michaëlle Jean

Très discrète ces jours-ci, l’ancienne patronne de la diplomatie malagasy, Béatrice Atallah, vient d’ajouter une autre corde à son arc.

L’ancienne ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah se trouve actuellement aux Comores. Selon les informations fournies, elle représente la Secrétaire générale de la Francophonie Michaëlle Jean dans le cadre des premières assises nationales de cette île de l’océan Indien. L’objectif est de faire le bilan de quarante deux ans d’indépendance des Comores et de jeter les bases d’un avenir meilleur.

Cette invitation de l’Organisation francophone pourrait être interprétée comme une reconnaissance à l’endroit de l’ancienne Chef de la diplomatie malgache, plus précisément des efforts qu’elle a accomplis non seulement durant le Sommet de la Francophonie qui s’est tenu dans le pays, mais aussi de ses fonctions antérieures.

En effet, la confiance des partenaires internationaux envers l’ancienne présidente de la Commission électorale nationale indépendante pour la Transition (Cenit) demeure jusqu’ici intacte. Présente aux Comores jusqu’au 12 février prochain, elle pourra  raffermir cette relation.

Pour en revenir aux Assises nationales des Comores,  elles ont été présidées par le représentant du secrétaire général des Nations unies, celui de la Commission de l’océan Indien et aussi le président de la République des Comores. Des sujets comme la nécessité de réparer les erreurs et sauver la dignité du peuple comorien ont été abordés à cette occasion.

J.P

Midi Madagasikara8 partages

« Orange school » : 31 étudiants prêts à intégrer le marché du travail

Ces étudiants ont reçu leurs certificats de fin de formation remis par le Directeur Général d’Orange Madagascar, Michel Degland.

L’école de développement, « Orange School » s’engage à transmettre aux apprenants tous les bagages nécessaires pour entrer dans le monde du travail et pour briller dans la filière du téléconseil et du téléopérateur. Le service « calling » est en plus l’une des rares filières à offrir des opportunités d’évolution et des perspectives de progression. C’est un métier d’avenir par excellence, pour les jeunes les plus motivés. Elle vient de certifier 31 étudiants issus des 31e et 32e promotions ayant suivi une formation pendant trois mois. Ils sont maintenant prêts à intégrer le marché du travail.

Plus de la moitié d’entre eux sont aujourd’hui actifs dans le domaine de la relation-clients, et aspirent à une évolution de carrière, après avoir passé trois mois de formation dans les locaux d’« Orange School ». La formation offre en effet aux apprenants un accès direct au milieu professionnel, sachant que l’accompagnement continue jusqu’à  la recherche d’emploi.

Ouverte aux jeunes. Notons qu’une croissance exponentielle rapide des centres d’appel est observée actuellement à Madagascar. Les centres d’appels constituent de vraies plateformes de rencontre de l’offre et de la demande et donnent aussi lieu à de gros gisements d’emplois pour les jeunes, que ce soit auprès des opérateurs mobiles, des banques, ou des grandes distributions. Mais un manque de ressources qualifiées dans le domaine commercial a été constaté. Raison de la création d’« Orange School », une initiative entre Orange Madagascar et l’Association des Centres d’appels qui souhaitait accompagner le développement du secteur en lui apportant du personnel formé. La formation chez « Orange School » dure trois mois et est ouverte aux jeunes ayant le niveau académique baccalauréat et un niveau de français à partir du niveau B2 de la classification européenne DELF.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara4 partages

Informatique: Nexthope décroche le certificat du meilleur fournisseur de solutions HP 2017

Le certificat a été remis à Nexthope par Gilles Debert Managing Director de MC 3.

Nexthope est devenu un leader dans son domaine et pour s’équiper en matériels informatiques, beaucoup d’entreprises lui font confiance.

Et de deux pour Nexthope. Championne dans son domaine, cette entreprise spécialisée dans l’intégration d’infrastructures informatiques, réseau, télécommunications et progiciels, vient d’être certifiée, pour la deuxième année consécutive, meilleur intégrateur et revendeur de solutions HP.

Succès. Le certificat a été remis le vendredi 26 janvier dernier par MC3 distributeur officiel de la marque HP (Hewlett Packard) à Madagascar. Et, ce lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Skandal Buffet et qui a vu la présence de nombreux revendeurs HP à Madagascar. Un succès de plus donc pour Nexthope qui a introduit, il y a deux ans la microinformatique parmi ses secteurs d’activités, dans le cadre de l’expansion et de la diversification de son portefeuille d’offres. Une confirmation de son statut de leader dans ce secteur qui est pourtant très concurrentiel. Ce certificat du meilleur intégrateur et revendeur des solutions HP est le résultat de la stratégie adoptée par Nexthope pour proposer des solutions de haute qualité, mondialement reconnue et surtout, passant par le canal de distribution HP.

Certifications. « Nexthope continue les investissements au niveau de ses ressources afin de garder son statut de partenaire HP le plus qualifié à Madagascar » a déclaré un responsable de l’entreprise lors de la remise du certificat. Actuellement, Nexthope détient des certifications HP en tant que : HP « Golg Supplies Partner » (consommables pour imprimantes) ; HP « Computing Partner » (Ordinateurs de bureaux et portables) ; HP « Sikver Printing Partner » (imprimantes) et en « Business Partner » (serveurs et équipements réseaux). Ces qualifications sont la preuve des réussites techniques et commerciales de Nexthope et lui permettent de garder sa place de leader dans ce secteur où la plupart des acteurs sont, pourtant présents depuis une vingtaine d’années.

R.Edmond.

L'express de Madagascar3 partages

Madagascar-Chine – Relance des semences de riz hybride

Le centre multiplicateur d’Ambahivahibe dans la région Diana, un sur les trente, répartis dans toute l’île, entre en partenariat avec les Chinois. La coopération est axée sur la production de semences de riz hybride dont les rendements atteignent les 10t à l’ha d’après les démonstrations effectuées à la vitrine d’Iavoloha. «Ce partenariat fait suite à la visite présidentielle en Chine de l’année dernière. Les Chinois sont réputés spécialistes et expérimentés en matière de semences de riz hybride, un type de très bonne qualité», explique Lucien Ranarivelo, directeur général de l’Agriculture auprès du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE). «Les exploitants agricoles qui ont occupé les parcelles sur la ferme d’Ambahivahibe participeront à la relance du Centre multiplicateur de semences ainsi qu’à la production des semences de riz hybride. Ils recevront ainsi des encadrements techniques et les intrants nécessaires de la part des  techniciens du MPAE et des techniciens chinois», ajoute-t-il. Pour ce faire, des contrats clairs seront incessamment établis entre le ministère et les exploitants agricoles afin de redynamiser ce centre multiplicateur de la région Diana.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

Commemoration du 7 fevrier : totalement ignorée par le régime

La commémoration des évènements du 7 février est à nouveau totalement ignorée par le régime actuel. Aucune manifestation officielle n’est prévue ce jour et comme chaque année, seuls les dépôts de gerbes seront autorisés.

«Nous n’avons reçu que trois demandes d’autorisation pour les dépôts de gerbes à Antaninarenina», a indiqué le préfet de police, le général Angelo Ravelonarivo, joint au téléphone hier. Il s’agit de celles du Mapar, de l’AV7 et du Monima, des entités toujours présentes lors de la commémoration de cette date.

Le préfet de police ne sait donc pas si le HVM entend faire son apparition. Jusqu’à hier, aucune information officielle n’a été reçue par la Préfecture, contrairement aux années précédentes.

Le sujet ne semble même pas avoir été discuté lors du conseil de gouvernement d’hier. Ce qui ne serait pas étonnant, vu le contexte actuel. La commémoration se déroulerait donc en l’absence des autorités de l’Etat. Pour dire que les évènements du 7 février 2009 risquent ainsi de tomber dans les oubliettes et ne resterons plus qu’un souvenir comme ceux du 13 mai 72 ou encore du 10 août 1991.

Veille

Les dépôts de gerbes à Antaninarenina se feront donc sans tambour ni trompette ce jour, a indiqué le préfet de police. D’ailleurs, aucune déclaration politique ni toute sorte d’attroupement ne seront permises. «Les éléments des forces y veilleront de près», a fait savoir le général Angelo Ravelonarivo. Ces derniers assurent donc que la journée se passera dans le calme. «Nous pourrions toutefois envoyer une réquisition si des troubles se présentent», a-t-il fait savoir.

Monima, Mapar et AV7 seront ainsi de la partie ce jour, et cela comme chaque année. Si ces derniers étaient à l’unisson, il y a neuf ans de cela, force est de constater qu’ils vont chacun de leur côté cette fois-ci. Et cette scission touche aussi les victimes directes des évènements, à savoir l’AV7. En effet, cette dernière est actuellement divisée en trois camps, à savoir celui dirigé par Etienne Andriamahefarisoa, fidèle au Mapar, celui dirigé par Boana Jean-Pierre Rafaramandimby qui a opté pour le parti HVM et enfin celui de Jean-Paul Ratsimbazafy qui se retrouve entre les deux. En tout cas, lors d’une récente rencontre avec la presse, des victimes du 7 février ont demandé à ce que les décisions de justice liées à cet évènement soient traduites en acte.

T.N

News Mada1 partages

Élections 2018 La société civile perplexe

A moins d’un an des élections, les membres de la société civile ne semblent toujours pas rassurés quant à leur concrétisation. Cela, sans parler du Code électoral qui prend du temps à être adopté auprès des parlementaires pour la simple raison que le gouvernement n’est toujours pas prêt. Une dernière rencontre est d’ailleurs prévue avec la Primature avant que le texte soit présenté à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Cependant, «Nous n’avons toujours pas été informés», a indiqué un membre de la Coordination nationale des organisations de la société civile (Cnosc) sur une station privée de la capitale, hier. Ce dernier s’est même demandé si les élections se tiendront finalement ou pas.

Toutefois, d’autres difficultés sont à prendre en compte. Mis à part le problème de l’électricité qui empêche toute activité technique, celui de l’insécurité devrait également être pris en compte. Ce dernier d’expliquer que certains bureaux de fokontany restent férmés à cause des attaques de dahalo. Pour cela, les conditions requises pour des élections libres ne semblent pas réunies.

T.N

La Vérité1 partages

Gouvernement - Benjamina Ramanantsoa Premier ministre, par intérim

Le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, numéro deux du Gouvernement, Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, a été nommé Premier ministre, Chef du Gouvernement, par intérim en remplacement de Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Le décret de nomination du Pm par intérim a été signé le 2 février dernier par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina.  Selon le texte en question, le numéro Un de la Primature a été appelé en mission à l’extérieur et l’intérim prenait effet à partir du 5 février 2018. A la vue de ce décret, plusieurs personnes de se demander si cet intérim ne pourrait pas être un préalable à un départ définitif du Premier ministre.  En effet, un certain nombre d’observateurs n’ont pas manqué de rappeler le contexte actuel marqué par de forts bruits de remaniement ministériel voir de changement de Gouvernement.  D’ailleurs, beaucoup de signaler une contradiction entre ce décret présidentiel et la communication du Pm. Si le décret parle de mission à l’extérieur, Mahafaly Solonandrasana Olivier a affirmé devoir s’envoler vers l’étranger pour un check-up médical. En outre, beaucoup de s’étonner que le décret en question ait été communiqué. D’habitude en effet, lorsqu’un ministre effectue un séjour à l’étranger, aucune communication n’est d’ordinaire faite pour annoncer la nomination de celui ou celle qui prendrait son intérim. Il s’agit donc d’une première. Notons en tout cas que le numéro Un du Gouvernement a quitté le territoire malagasy dimanche dans l’après- midi, et ce, après avoir annoncé dans la matinée au cours d’une conférence de presse au Palais d’Etat de Mahazoarivo ce départ. Il devrait être de retour dès cette semaine, selon ses propres dires. A.R.

Tia Tanindranaza1 partages

Fivoahan’ny praiminisitra any ivelanyFanesorana amin’ny fomba hafa kely

Io ilay nambara fa tompondaka amin’ny zavatra hafahafa sy manjavozavo ny fitondrana HVM. Nambaran’ny didim-panjakana laharana 2018-097 nivoaka ny zoma 2 febroary lasa teo mantsy fa Atoa Ramarcel Benjamina Ramanantsoa izay minisitra misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena,

 

ny fanajariana ny tany ary ny fampitaovana no praiminisitra misolo toerana an’i Solonandrasana Mahafaly Olivier satria lasa namita iraka any ivelany ity farany. Mazava io, saingy ny nanaitra dia nampiantso mpanao gazety maimaika teny Mahazoarivo  ny alahady 4 febroary ny praiminisitra Solonandrasana ka nilaza fa handeha hanao fizaham-pahasalamana kely any ivelany. Ny faran’ny taona 2017 no tokony ho efa nandeha nanao izany aho saingy noho ny fifandaminana teo amiko sy ny filoham-pirenena noho ny asa maro be tsy maintsy natrehana dia nahemotra amin’izao volana febroary izao io fizaham-pasalamana io, hoy ny praiminisitra. Tsy misy resaka hamita iraka na handeha hanao « mission » mihitsy teny Mahazoarivo tamin’io alahady io. Dia tena mahagaga ilay didim-panjakana nivoaka ary omaly vao naparitaka moa. Tsy azo inoana fa diso tsipelina ireny, toa manaporofo hatrany kosa anefa fa misy ny tsy fifankahazoan-dresaka eo amin’i Mahazoarivo sy Iavoloha ary mampanahy fa sao ho tratry ny fitaka ambadika ingahy praiminisitra ka hosoloina toerana tsimoramora eo tahaka ny nahazo an’ny jeneraly Jean Ravelonarivo ihany koa. Fanilihana amin’ny fomba hafakely sy miova amin’ny mahazatra angamba e !

.

RTT

La Vérité1 partages

Présidence - Pris en flagrant délit de diffusion de fausse nouvelle

Etouffer le début d’incendie et vite sortir de l’ambigüité. Tel semble avoir été les mots d’ordre au niveau de la Primature. Par une double intervention, Mahazoarivo tente effectivement d’éteindre une polémique naissante au sein du microcosme politique suite à la publication sur les réseaux sociaux du décret présidentiel portant nomination de Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, en tant qu’intérimaire de Mahafaly Solonandrasana Olivier, Premier ministre, Chef du gouvernement, absent du territoire « appelé en  mission à l’extérieur, pour compter du 05 février 2018 ».  Publié premièrement par la page Facebook du ministère de la Communication et des relations avec les Institutions, le décret en question avait créé une forte polémique. Plusieurs internautes de se demander si l’intérim n’était pas un préalable à un départ définitif du Premier ministre, et ce, dans un contexte marqué par de forts bruits de remaniement ministériel voire de changement de Gouvernement. 

 

Beaucoup ont d’ailleurs tiqué en voyant le motif évoqué par la Présidence et le fait que la date du retour du Pm n’était pas précisée. Intervenu lors du journal radio d’une chaîne privée de la Capitale, Mahafaly Solonandrasana Olivier a tenu à apporter des explications sur son voyage à l’étranger.  D’emblée, le Pm parle de  « rumeur volontairement véhiculée » et précise qu’il était en séjour « à La Réunion ». Et lui de rappeler durant son intervention ses propos de dimanche dernier parlant ainsi d’  « un bilan médical et de contrôle de routine » et non de mission à l’extérieur. En parlant de « mission à l’extérieur », la Présidence de la République s’est donc une fois encore drapé de honte en diffusant une fausse nouvelle… Un  épisode qui rappelle la fameuse vraie fausse démission de l’ancien Premier ministre Jean Ravelonarivo de l’époque.  Concernant le décret, le chef du gouvernement de lancer une interrogation sur les desseins qui ont conduit ceux qui l’ont fait et ce, à diffuser ce texte sur les réseaux sociaux. Le Pm relativise toutefois en soulignant que ce genre de décret est habituel lors des voyages à l’étranger du Premier ministre.  Et le locataire de Mahazoarivo d’informer de son retour également. « Je serai de retour au pays demain  (ce jour, ndlr) et je reprendrai mon poste. L’intérim cessera car le titulaire du poste est de retour ».  Des propos réitérés dans l’après- midi par le Directeur de cabinet du Premier ministre Rakototafika Constant Bien Aimé. Au cours d’une conférence de presse à Mahazoarivo, ce dernier a martelé hier que le Chef du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier n’a « ni démissionné ni a été limogé d’une quelconque manière que ce soit » et que « le Pm restait le Pm ». Le DirCab en veut pour preuve le fait que de nombreux dossiers attendent le retour du titulaire du poste, notamment les rencontres avec les partenaires en cette fin de semaine. En outre, beaucoup de s’étonner que le décret en question a été communiqué. D’habitude, en effet, lorsqu’un ministre effectue un séjour à l’étranger, aucune communication n’est d’ordinaire faite pour annoncer la nomination de celui ou celle qui prendra son intérim. En tout cas, l’ambiance risque d’être tendue au niveau du gouvernement ces prochaines heures, où l’heure pourrait être au règlement de comptes après le retour 

du Pm.

 Recueillis par  A.R.

Madaplus.info0 partages

CENI : Election 2018 : 19 jours pour vérifier son identité sur la liste électorale

D’après un rapporteur de la CENI, le bouclage provisoire de la liste électorale se fera dans le courant de ce mois de février. Des Commissions électorales de Recensement des Électeurs ou CELRE ont été mise en place dans chacun des Fokontany pour que les citoyens puissent vérifier leurs identités sur la liste électorale, et de dénicher éventuellement les erreurs.
Il restera 19 jours pour les citoyens majeurs qui possèdent leurs cartes d’identité nationale de faire une mise au point auprès de la CELRE. Le rapporteur de la CENI de remarquer que même ceux qui n'ont pas été inscrits lors de la dernière échéance du 1er décembre à 2017 au 31 janvier 2018 auront encore une chance d'être inscrits si les conditions requises sont réunies à la CELRE. Par contre, les citoyens devenus majeurs après le 15 avril de l’année ne pourront pas participer au vote. La clôture définitive et officielle de la liste électorale est prévue pour le 15 avril 2018 prochain.
Madaplus.info0 partages

Commémoration du 7 février : Dépôt de gerbes autorisées par le Préfet d’Antananarivo

Le 7 février reste toujours une date commémorative des grévistes victimes lors des manifestations du 7 février 2009.
La Préfecture d’Antananarivo a accepté la demande d’autorisation de dépôt de gerbe à la stèle commémorative des grévistes victimes du 7 février 2009 du parti politique MAPAR et l'association des victimes du 7 Février 2009, mais sous condition que les personnes ne doivent gêner la circulation sur les lieux. Il est également interdit de tenir un discours politique sur la place. Les forces de l'ordre se tiennent prêtes à intervenir pour la sécurisation selon le commandant de la gendarmerie du groupement d'Analamanga. Les éléments de l’EMO/SECURITE assureront la sécurité aux alentours pour aujourd’hui.
Madaplus.info0 partages

Aéroport d’Ivato : Début de travaux de rénovation de la piste au mois de mars

Dans le cadre de la standardisation aux normes internationales de l'aéroport, les travaux de rénovation de la piste de l’aéroport d’Ivato commenceront d'ici fin mars selon le Ministère des Transports.
À part la construction de la nouvelle aérogare d’Ivato, celle déjà existante fait également l'objet d'une rénovation d’après les explications. C'est la piste de décollage et d'atterrissage qui est concernée par ce projet. Les études de faisabilité des travaux sans interrompre le trafic ont déjà été achevées, raison pour laquelle un calendrier a été sorti. Ainsi, l'alternance des travaux de rénovation de la piste de l'aéroport d'Ivato débutera d'ici fin mars. Des concertations avec les campagnes aériennes qui desservent Madagascar ont eu lieu afin de mettre en place un nouveau créneau horaire. Ainsi, les travaux à entreprendre n'impacteront pas le trafic. Aucune perturbation n'est à craindre d'après les précisions
Madaplus.info0 partages

PyeongChang 2018 : une skieuse malgache prête pour des débuts historiques

PYEONGCHANG, 07 fév. (Yonhap) -- La skieuse alpine malgache Mialitiana Clerc ne décrochera peut-être pas de médaille aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang mais elle pourrait déjà être victorieuse.
Clerc est la première femme malgache à participer à des Jeux olympiques d'hiver et la seule athlète de son pays à prendre part à l'événement de cette année. Madagascar a fait ses débuts aux Jeux d'hiver en 2006 avec le skieur alpin Mathieu Razanakolona.
«Je suis très honorée d'être la première femme de Madagascar à participer aux Jeux olympiques d'hiver», a-t-elle déclaré hier via un interprète au village des athlètes de PyeongChang, situé à quelque 180 kilomètres à l'est de Séoul. «C'est juste incroyable d'être ici.»
Clerc, 16 ans, est née à Madagascar, mais à un an, elle a été adoptée par des parents français. Elle a commencé à apprendre le ski à l'âge de trois ans en France. Son père, Stéphane Clerc, est maintenant son entraîneur aux Jeux olympiques.
«Je me suis beaucoup entraînée en France et dans d'autres pays européens», a-t-elle dit. «Avant de venir ici, je me suis également entraînée avec des skieurs belges.»
Contrairement à la plupart des Malgaches, Clerc connaît la neige et les autres sports d'hiver. Mais à PyeongChang, ce qui n'est pas familier, c'est sa température glaciale.
«Il fait vraiment froid et j'essaie de m'y habituer», a-t-elle confié. «Surtout aujourd'hui, il fait plus froid au pied de la montagne.»
Lors de ses premiers Jeux olympiques, Clerc a déclaré que son objectif était de faire des progrès chaque jour.
«D'abord, je veux finir la course», s’est-elle fixée comme objectif. «Je souhaite aussi progresser, je veux comparer mon temps avec la médaillée d'or et essayer d'apporter des améliorations.»
Source French.yonhapnews.co.kr
News Mada0 partages

« Raharaha 7 febroary » : mila fanadihadiana raha mbola ifandroritana ny marina

Efa ho folo taona izao, mbola tsy mazava na ifandroritana be ihany ny amin’ny « Raharaha 7 febroary ». Inona ny marina? Efa nisy ny fitsarana, ny taona 2010, ary efa nisy ny didim-pitsarana nivoaka. Hatramin’izao, tsy misy ny fampiharana ny didim-pitsarana, fa nangingina teny ny raharaha.

Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, hetsehin’ny fitondrana indray ny amin’ny fampiharana ny didim-pitsarana. Manoloana izany, nilaza, ohatra, ny filoha teo aloha, Ravalomanana, izay nomelohin’ny didim-pitsarana tamin’izany fa fitsarana tsy mahefa no nitsara azy.

Eo koa ny hoe ambonin’ny didim-pitsarana ny fifanarahana politika, tsy inona fa ny tondrozotra, septambra 2010. Inona ny marina? Na ny (h)atao amin’izany… Politika ny raharaha. Nahoana, ohatra, tsy nampiharin’ny fitondrana ny didim-pitsarana, raha vao nandray fahefana izy?

Tsy mahamaika ny fikarohana ny marina

Fiteny ny hoe rehefa tafiditry ny politika ny fitsarana, mivoaka ny marina. Anisan’ny lesoka tsy mba hakana lesona amin’ny fitsarana hatramin’izay ny tsy fikarohana ny marina, fa ny fitadiavana olona homelohina. Mbola fitaovana politika eo an-tanan’ny fahefana mpanatanteraka?

Tsy misy resaka ny amin’ny fitadiavana sy famakiana bantsilana ny marina momba ny  « Raharaha 7 febroary », fa ady antsangana eo amin’ny mpana politika no betsaka. Na efa vita fitsarana aza, tsy tokony hiverenana ve ny fitsarana, raha mbola ifandroritana ny marina sy ny didim-pitsarana?

Mbola misy ny trangan-javatra  mahabe adihevitra

Mbola mahabe adihevitra amin’ny « Raharaha 7 febroary », ohatra, ny hoe: nahoana no teny Ambohitsorohitra fa tsy teny Mahazoarivo no nanateran’ny mpanao fihetsiketsehana « Praiminisitra », ahoana ny amin’ny tifitra variraraka tampoka ireo mpanao fihetsiketsehana tsy nisy fampandrenesana sy fampitandremana ara-miaramila mialoha, avy aiza  marina ny niavian’ny tifitra… ?

Tsy mbola mazava na tsy ifampitokisana ny amin’izany rehetra izany, zary ifampiampangana sy ifampiandrasana kendry tohina lava aza. Tsy mila fanadihadiana lalina sy iarahana ve? Mba tsy hiampangana ny fitsarana ho miandany, na fitaovana politikan’ny izay eo amin’ny fitondrana hatrany… toy izao.

R. Nd.

News Mada0 partages

Fahatsiarovana ny 7 febroary : fanateram-boninkazo fotsiny… Voarara ny fivorivoriana

 Tsy ilana fahazoan-dalana ny hetsika fanamarihana ny faha-9 taon’ny “Raharaha 7  febroary”,  anio  eny Antaninarenina-Ambohitsorohitra. Na izany  aza anefa, voarara ny famoriana vahoaka na lahateny na kabary maharitra. Mijanona ho amin’ny fametrahana fehezam-boninkazo fotsiny ihany.   Mirava avy eo rehefa vita izany, araka ny toromarika avy amin’ny prefektioran’Antananarivo. Hitazana sy hanara-maso akaiky ny hetsika rehetra kosa ny eo anivon’ny Emmo/Reg, toy ny efa mahazatra  ity fitondrana ity.  Tahaka  ny isan-taona, ho avy hanatitra fehezam-boninkazo eny an-toerana  ny avy amin’ny Mapar. Hitarika izany ireo depiote tarihin-dRazanamahasoa Christine.  Ireo avy amin’ny AV7 andaniny sy ankilany avy, miara-dia amin’ny fitondrana sy ireo miray lalana amin’ny mpanohitra.

Hanampy izany ny eo  anivon’ny Master’s, mpiara-dia amin-dRamaroson Alain  sy ny avy amin’ny Monima, tarihin’i Monja Roindefo.

Tombanana anefa  fa ho maro ireo olona ho tonga eny an-toerana. Ao  ireo niharam-boina sy ireo nitarika  tamin’izany.  Fa eo koa ireo liana fotsiny ihany na koa te hahita indray ireo lohandohany  mpitarika. Manampy ireo ny olon-tsotra sasany leo izao fitondrana izao : vidim-piainana, fahantrana, tsy fandriampahalemana… Hifangaro ao avokoa ireo satria zara aza aloha misy fivorivoriana tahaka izao indray.

Randria

 

News Mada0 partages

« Mpanoratry ny taona… » : hosokafana lehibe kokoa ny sehatra

Anisan’ny iray amin’ireo manome vahana sy lanja ny hasin’ny soratra amin’ny alalan’ireo asa ataony ny vondrona « Koloiko sy hajaiko ny teniko » (KHT). Efa nisy ireo tontosa, ao koa ireo hotohizana. Iray amin’izany ny fitiliana sy fampahafantarana izay ho « Mpanoratry ny taona… ». Araka ny fanapahan-kevitry ny mpikarakara, hovelarina lehibe kokoa ny sehatra manomboka amin’ity taona ity. Tsy amin’ny alalan’ny facebook irery intsony no hampahafantarana ireo mpanoratra sy manan-talenta amin’ny soratra ny fisian’ny fifaninanana « Mpanoratry ny taona… » fa ezahina hipaka any amin’ireo sehatra sy vondrona na fikambana samihafa. Hisy, noho izany, ny fanatonan’ny vondrona « Koloiko sy hajaiko ny teniko » ireny sehatra ireny. Nanao antso ho an’ny mpanoratra rehetra ihany koa ity vondrona ity mba hifandray amin’izy ireo.

Antony nampivelarana ny sehatry ny mpandray anjara, tahaka izao, ny fahatsapan’ny mpikarakara fa marobe ireo mpanoratra sy manan-talenta amin’ny soratra eto Madagasikara, saingy tsy hita izy ireny noho ny antony samy hafa.

Ankoatra ny « Mpanoratry ny taona… », tohizana hatrany ihany koa ireo fanomezan-kasina ny teny sy ny soratra fanaon’ny Koloiko sy hajaiko ny teniko. Anisan’izany ireo karazam-pifaninanana mifandraika amin’ny fanamarihana vanim-potoana, toy ny « Fetin’ny mpifankatia », hifaninanan’ireo tononkalom-pitiavana, sns.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Trano fanontam-boky Dodo Vole : hitohy ny famoahana boky angano

Anisan’ny mamelo-maso ny angano fahiny, malagasy sy vahiny, ny trano fanontana boky Dodo Vole. Tetikasa anatanterahany izany ny fitetezana sekoly, any ambanivohitra any, izay miara-manatontosa ilay boky sady hizarana izany rehefa vita.

 Ireo ankizy mpianatra no manao ny kisarisary maneho ny tantara. Arahina fanazavana an-tsoratra izany. Ao anatin’ny angona antsoina hoe “Dodo bonimenteur” ireo boky ireo, izay miisa 22 amin’izao fotoana izao.

Araka ny nambaran-dRavaloson Johary, mpanoratra tsy zovina intsony sady tompon’andraikitra ao amin’ity trano fanontana ity, miisa telo ny boky angano vita tamin’iny taon-dasa iny. “La fille sans mains”, angano avy any Normandie ary nataon’ireo mpianatra ao Argences; « Darafify », angano fantatry ny Malagasy tsara, izay ahitana ny sarisary nataon’ireo mpianatra ao Ampanatoamaizina, tsy lavitra an’i Brickaville; ary “Le tamarinier tsikinainay”, angano nangonina tany Mangily tany ary asehon’ny ankizy any Tampon an-tsary.

Hahazo ny anjara bokiny àry ireo mpianatra any Ampanatoamaizina, amin’ny faran’ity volana ity, raha ny fanazavan-dRavaloson Johary hatrany. Hitohy ny tetikasa amin’io volana marsa io ka entanina hametraka ny asa tanany amin’ny fanaovana boky angano iray vaovao ny mpianatra ao amin’ny EPP Ambodihitsiny, tsy lavitra an’Ampanatoamazina.

Ankoatra ny any amin’ny faritra Atsinanana, hiara-hiasa amin’ny Dodo Vole amin’ity tetikasa ity koa ny mpianatra ao amin’ny Centre Mères-enfants ao Ambohimiandra. Mbola amin’io volana marsa io hatrany izany.

Etsy ankilan’izay rehetra izay, hivoaka amim-pomba ofisialy eto Madagasikara, ny 7 marsa izao, ny boky “Hotsaka”, tantara nosoratan’i Douna Loup, “L’oragé”, izay nadikan-dRavaloson Johary amin’ny teny malagasy. Hotanterahina ao amin’ny trano fivarotam-boky Mille-feuilles etsy Behoririka izany fampahafantarana izany.

Landy R.

News Mada0 partages

Mivoy ny Rn’b : anisan’ireo miaka-daza i Dalvis

Tsara iny taona nivalona iny ho an’i Dalvis. Anisan’ny nisongadina ilay hirany “Economiser”, niarahany tamin’i Jazz MMC, ary nahazoany ny fankasitrahana “Mozika duo”, nandritra ny “RDJ Mozika” notontosaina ny asabotsy lasa teo.Tsy mahagaga, satria nisy asa be tao ambadik’izay fankasitrahana azon’i Dalvis izay. Niezaka tamin’ny fampahafantarana ny sanganasany ity mpanakanto zanak’Antsiranana ity, nanomboka ny taona 2008. Anisan’ny nahafantarana azy voalohany ilay hira “Aza mamaraha”, nentiny nitety sehatra lehibe, toy ny “Festival Donia” tany Nosy Be.Anisan’ny sehatra izaran’i Dalvis ny sanganasany ho an’ny mpankafy ny “internet”, satria tsy mbola namoaka rakikira rahateo izy. “Ao anatin’ny fandraisana feo ny hira vaovao izahay izao, mandra-pahatonga ny fitetezam-paritra. Maromaro ny daty efa fantatra amin’ity, eto sy  any ivelany”, hoy ny fanazavana nomen’i Dalvis, nandritra ny fihaonana fohy taminy, tamin’ny “RDJ mozika”.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

67 ha : jiolahy iray niaraka tamin’ny basy tratry ny polisy

Saron’ny polisin’ny boriborintany fahafito 67ha ny lehilahy iray mpanao halatra mitam-piadiana miaro vono sy herisetra. Mbola tratra tany aminy ny “pistolet automatique” iray niaraka tamin’ny bala enina. Vao 26 taona izy io ary  fantatra amin’ny anarana hoe Eddy.  Ity lehilahy ity izay voarohirohy amin’ny resaka halatra mirongo fitaovam-piadiana.

Raha ny fanazavan’ny polisy, mitondra “pistolet automatique” ity lehilahy ity rehefa manao ny asa ratsiny ary matetika arahina herisetra izany ka mitondra takaitra hatrany izay olona sendra azy. “Ny nahitana azy farany, resaka halatra miaro herisetra mirongo basy tao amin’ny Restaurant Eowa ampitan’i Bonara be, ny alin’ny 24 janoary lasa teo, ka nahalasan’ny finday sy vola mitentina 100.000 Ar. Taorian’izany no nanomboka nikarohan’ny polisin’ny 67ha azy”, hoy ny fanazavana.

Tao amin’ny trano fisotroan-toaka iray no nahatrarana an’i Eddy tamin’ny 2 ora maraina rehefa nifampitadiavan’ny polisy. Natolotra ny fampanoavana ity lehilahy ity ary efa notanana avy hatrany eny amin’ny fonjan’Antanimora.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafihana teny Ankadimbahoaka : nidoboka eny Tsiafahy indray i Menavolo sy ny namany

 Naiditra am-ponja eny Tsiafahy sy Antanimora ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana teny amin’ny faritra Anosizato sy Ankadimbahoaka tarihin’i Menavolo sy i Doly, jiolahy raindahiny nikoizana mihitsy, araka ny fanazavan’ny polisy. Nisy ny fisafoana nataon’ny polisy isan-kalina manoloana ny tsy fandriampahalemana amin’ireto faritra ireto. Tratran’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahadimy Mahamasina sy ny UIR, ny alarobia vao maraimbe, ny jiolahy iray raha iny avy namaky trano teny Fasan’ny Karana iny. Nandritra ny famotorana azy teny amin’ny polisin’ny BC no nahafantarana fa nandray anjara mivantana tamin’ny fanafihana tokantrano iray eny Fasan’ny Karana, ny alin’ny 30 hifoha 31 janoary 2018 ity jiolahy ity. Tratra tany aminy avokoa ireo entana halatra azony tamin’io fotoana io. Nitantara ity jiolahy ity fa fito lahy ry zalahy no nanao io fanafihana io ary nampiasa basy sy baraminina. Lasan’izy ireo tamin’izany ny entana marobe tao amin’ity tokantrano voatafika teny Fasan’ny Karana ity.

Nifampizara ny vola sy ireo entana halatra teny Ankadimbahoaka ry zalahy. Teny an-dalana hody rehefa avy nahazo ny anjarany no tratra ny jiolahy iray. Tratran’ny polisin’ny BC taorian’izay ny jiolahy miisa fito. Tohivakana ny fikarohana taorian’izay ka nisy tratra teny Anosizato Atsinanana, nisy kosa tratra teny Ankadimbahoaka. Efa mpamerin-keloka avokoa ireto jiolahy ireto ary tsy sasatra ny miditra sy mivoaka ny fonja.

Jean Claude

News Mada0 partages

67 ha – Namontana… : ravan’ny zandary ireo tambajotran-jiolahy mpanao fanafihana

Jiolahy miisa valo indray saron’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Imerintsiatosika teny 67 ha, Namontana ary Nosibe, ny 4 febroary 2018 lasa teo. Basy PA vita gasy iray sy balana basim-borona iray ary odigasy marobe no tratra tany amin’izy ireo…

 Nanafika tokantrano iray ao amin’ny fokontany Ankeribe, kaominina Ambohimandry, distrikan’Arivonimamo ireto jiolahy ireto, ny zoma 26 hifoha 27 janoary 2018 lasa teo tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Lasan’ireo mpanafika tamin’izany ny entana sarobidy tao an-trano niaraka tamin’ny vola 1 200 000 Ar sy kojakoja tokantrano. Naratra vokatry ny tifitra nataon’ireo jiolahy ny renim-pianakaviana iray ary mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly HJRA. Nametraka fitoriana teny amin’ny biraon’ny zandary Imerintsiatosika ireo niharam-boina ny ampitson’io fanafihana io. Nisy koa ny fiaraha-miasan’ny zandary tamin’ireo alalan’ny fanomezam-baovaon’ireo olona tao an-tanàna. Voasambotra teny Namontana sy Anosibe ny roa lahy tamin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity, ny 4 febroary 2018 lasa teo. Nandritra ny famotorana azy roa lahy ireo no nanondroany ireo namany enin-dahy niaraka tamin’ireto roa lahy ireto. Mipetraka eny amin’ny kaominina Ambohimandry sy Imerintsiatosika ry zalahy ireto ka noraisim-potsiny. Mbola nahitana basy PA vita gasy iray miaraka amin’ny fanafody gasy maro isan-karazany ary antsilava fampiasan’izy ireo rehefa manao fanafihana tao an-tranon’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny zandary. Niaiky ry zalahy ireto fa tena tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity ary efa nampitondra faisana ny mponina tamin’iny faritra Imerintsiatosika sy ny manodidina iny.

Jean Claude

News Mada0 partages

Totoafo ny fanakianana sy ny tsikera : izao vao mikoropaka amin’ny “kidnapping” ny mpitondra

 Manao politikan’ny voa vao mihilana hatrany ary mbola voaporofo ny  tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra. Nisehosehoana tao anaty filankevitry ny governemanta, notarihin’ny Praiminisitra  mpisolo toerana vonjimaika, Ramanantsoa  Marcel Benjamina, teny Mahazoarivo, omaly ny fakana an-keriny teratany vahiny. Mbola nampahatsiahivina tamin’izany ny efa fijoroan’ilay  rafitra manokana hiady amin’ny “kidnapping”,  ahitana zandary sy polisy, miaraka amin’ny eo anivon’ny fitsarana. Izao anefa  ny maro  vao mahalala fa hay misy izany vondrona izany saingy tsy heno sy tsy  hita mihitsy hatramin’ny fotoana nananganana azy. Mba te ho  hita koa ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny ka  nilaza fa hamory haingana ireo teratany indianina  eto an-dRenivohitra ka hijery ny hampahomby ny tetika rehetra hiatrehana ity asan-jiolahy ity. Hadinon’ity fitondrana  ity fa efa maherin’ny 90 izao ireo nisy  naka  an-keriny. Izao vao mikoropaka. Efa nanao ranolava ny  fanehoan-kevitra sy ny  tsikera  ary  koa fanakianana samihafa. Tsy vao androany io fakana an-keriny io  ary  tsy eto an-dRenivohitra ihany. Efa mahazo  vahana any amin’ny faritra. Efa zary lasa fomba fanao,  tahaka ny fitsaram-bahoaka. Tsy hita sy tsy mazava anefa ny tena paikady sy fepetra hentitra raisin’ny fanjakana. Inona ny lesoka na fepetra raisina ? Mialokaloka amin’ny hoe tsy mety miteny ireo niharam-boina…

 Vahaolana petatoko sy kitoatoa…

 Tsy misy hevitra hafa mihitsy na tetika izany fa hiandry izany hatrany isaky ny misy fakana an-keriny. Adidin’ny fitondrana ny mametraka fandriampahalemana sy filaminana. Tahaka izany koa, miaro ny  vahoaka sy ny fananany ny  mpitandro filaminana.  Tsy izany anefa ny zava-misy. Mivaona any amin’ny tsy izy avokoa  ny zava-drehetra. Tonga hatrany amin’ny ahiahy fa mety ho olona ambony na mpitandro filaminana ny ao ambadik’izao fakana an-keriny lava  izao. Ho avy rahateo ny fifidianana ka mety misy ifandraisany amin’izany ? Midika avokoa ireo rehetra ireo fa  tsy manana  ny fahaiza-manao  sy ny fahaiza-mitantana izao fitondrana izao. Miandry sy miaina ny tranga miseho ary tara lava hatrany vao maka fanapahan-kevitra sy ny fepetra mifanandrify amin’izany. Matetika aza anefa, kitoatoa sy petatoko ary vonjy  tavanandro ny vahaolana. Tsy nivonona hitondra sy ny  ho mpitantana rahateo. “Kidnapping” aloha izao ny malaza.  Nihetsika ny fanjakana…Inona  indray ny  rahampitso  ?

Randria 

News Mada0 partages

Lalam-pirenena faha-7 : tratra ireo dimilahy mpanafika taksiborosy

Tena rain-dahiny amin’ny fanakanana sy fanafihana taksiborosy, nampitondra faisana ny mpandeha amin’iny lalam-pirenena fahafito iny ireto dimilahy voasambotry ny zandary, ny alahady teo, ireto. Ankoatra ny entan’ny mpandeha, nisy basy koa tratra teny amin’izy ireo.

Sarona tamin’izy ireo ny basy “carabine”  iray efa novana endrika ary nisy koa ny entana halatra tany amin’izy ireo.

Ny 4 febroary tokony ho tamin’ny 4 ora tolakandro, taksiborosy iray Sprinter, avy any Vangaindrano hiakatra ho aty Antananarivo no nisy fahasimbana ka nijanona teo Andohoany, Anjoma Nandihizana, RN7. “Tsy nampandre ny zandary na ny manam-pahefana hafa ireo mpandeha na ny mpamily momba io sampona mahazo azy ireo io na tratra maizina teo aza satria nihevitra izy ireo fa eo amin’ilay tanàna no maty ny fiara ka tsy misy atahorana”, hoy ny zandary.

Tamin’ny 9 ora sy sasany alina, jiolahy tokony ho 20 eo ho eo nanafika azy ireo, nandroba ny vola 500.000 Ar sy ny entana isan-karazany toy ny sakaosy sy finday ary lasa nandositra avy eo. Lehilahy 50 taona iray no naratra nandritra izany.

“Rehefa nandalo ny tanjozotran’ny fiara maro hianatsimo izay narahan’ireo zandary avy ao amin’ny FIGN, nitaraina ireo mpandeha ireo. Niantso ny zandary avy ao amin’ny borigady Ambatofitorahana ireo namany mpanao “escorte” ireo ka raikitra ny fanarahan-dia. Tratra tamin’izany ny lehilahy iray izay mbola nahatratrarana entan’ny mpandeha toy ny finday, sy basy. Io no nanoro ny namany hafa ka nahatrarana ireo dimy lahy”, hoy ny fanazavana.

Olona efa nihaodihaody

Raha ny nambaran’ireo voatafika, andian’olona efa nihaodihaody sy nisotro toaka teo amin’io tanàna kely nijanonan’izy ireo teo ihany ireo tratra nanafika ireo. “Ny iray tamin’ireo tratra ireo, efa nanao vava mihitsy rehefa mamomamo ka nandrahona satria nanadala tovovavy mpandeha tao anaty fiara tao izy ary tezitra rehefa tsy nanaiky azy io tovovavy io ka nilaza fa ho hitan’izy ireo tsara ny hanjo azy  raha tavela eo izy ireo amin’ny alina”, hoy ny zandary. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy am-polony izay mbola misitrika. “Efa tsy afa-miaina malalaka izy ireo hatreto satria efa fantatra avokoa ka tsy sahy mody an-trano toy ny teo aloha”, hoy ny zandary.

“Tsiahivina fa ny filazana mialoha amin’ireo zandary ny ahiahy, mba ahafahana misoroka mialoha ny loza mety hiseho. Ampandrenesina mialoha ny fiara raha toa ka any amin’ny toerana  misy jiolahy mpanafika ahafahana nandefa mpanao fisafoana, hiaro eny an-toerana”, hoy ny fanamafisana. Atolotra ny fampanoavana tsy ho ela ireo jiolahy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Nohamafisina ny filaminana eny Mahazoarivo

 Henjana sy hentitra ny fitandroana ny filaminana ao amin’ny manodidina ny lapan’i  Mahazoarivo. Nohamaroana ny isan’izy ireo ary miatrana avokoa,  nanomboka ny fiandohan’ny  herinandro teo. Manomboka eny amin’ny vavahady fidirana izany. Nivory maika nikaton-trano koa ireo eo anivon’ny kabinetra miaramila eny anivon ‘ny primatiora, ny alatsinainy teo.  Voalaza rahateo fa tsy eto an-toerana ny lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana, noho  ny  fitsaboan-tenany any am-pitan-dranomasina. Mifanindry amin’izany ny feo  niely tato  ho ato amin’ny mety hialan’ny Praiminisitra Mahafaly na koa hanesorana azy. Mifandray avokoa izany rehetra izany ka mety ho anton’ny nandraisan’ny eny Mahazoarivo  izao  fepetra amin’ny fanamafisana ny fiambenana sy ny filaminana eny amin’ny lapa izao.

Tsiahivina fa efa nambaran’ny lehiben’ny governemanta, ny alahady lasa teo ny handehahany hitsaboany tena any ivelany ka tsy maha  eto an-toerana mandritra ny andro maromaro.  Tombanana  efa ho tonga kosa anefa ny  tenany amin’ny 14 febroary izao, hanatrehany ny fivorian’ny governemanta any Mantasoa.  Mandra-piandry izany,  misahana vonjimaika ny toerany ny minisitry ny Fanajariana ny tanàna  (M2pate),  Ramanantsoa Ramarcel Rabenjamina.

Randria

News Mada0 partages

Teny ananona teny

Araka ny fomba fiteny malagasy: ny hatsembohana no hihinanana…

Efa manakaiky ny fetin’ny mpifankatia, mahaiza misafidy.

Na avy aza ny orana, mandeha hatrany ny varotra.

Ny orana avy; ny fiara tsy mandeha, ny fitohanana manginy fotsiny.

Sary: Fanou

News Mada0 partages

Gaëlle tsirinofy : de la musique aux émotions

Etre talentueuse, c’est un cadeau du ciel, être Gaëlle Tsirinofy, c’est encore mieux. Sa présence scénique sans pareille, sa voix jazzy exceptionnelle et sa performance passionnante ne sont pas passées inaperçues aux yeux du public lors de l’édition 2017 de « Talenta sy Kanto ». Du haut de ses 18 ans, Gaëlle marche d’un pas assuré dans le microcosme du cover.

Née d’une famille très modeste, elle s’essaie au piano, plus précisément à la classique, à l’âge de 4 ans, époque où la musique n’était pas encore au centre de ses préoccupations. «Il fut un temps où j’ai tout laissé tomber…, jusqu’à l’âge de 13 ans. Ce fut pour moi une sorte de boost et revival. Je me suis découvert une passion pour la musique et le jazz en particulier». 

Pour assouvir sa passion, Gaëlle a participé au  concours «Talenta sy Kanto» au CCESCa, l’année dernière, à l’issue duquel elle a décroché le premier prix devant un parterre de public et d’artistes de renom.

Puis, repérée par l’équipe de France 5, lors d’une animation à l’occasion de la précédente édition de Miss Jeunesse Madagascar, Gaëlle a été la grande vedette de la prestigieuse émission «Echappées Belles». Hanitra Rasoanaivo, pilier du Tarika Be, lui a également inculqué les valeurs intrinsèques de la musique, lors d’une formation sur «Les métiers des arts».

Identité

La jeune artiste a surtout fait parler d’elle sur les réseaux sociaux grâce à une interprétation du titre «Mandigny» de Tana Gospel Choir, dont le clip a été sublimement réalisé par Memolife film et Mattcreasound. «Chanter, c’est un fait mais faire ressentir les émotions, pour moi, c’est primordial. Dans la musique, on respire la joie tout comme on exprime la colère, la douleur et la peine».

Elle est à l’affiche au Hennessy Café Ivandry, à l’occasion de sa soirée «Accoustic Cover». Dans la foulée, un projet de concert d’interprétation à l’Hôtel de ville Analakely est également en chantier. «Je m’accorde tout le temps nécessaire pour la composition. Ceci étant, je songe sortir mon premier single sous peu».

A ses heures perdues, Gaëlle développe une toute autre facette de son identité, à travers le stylisme et notamment, la balle jaune pour travailler son souffle.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Humour : Fitian-tsiky promet d’émerveiller

A l’occasion de la Saint-Valentin, la communauté de jeunes humoristes les plus adulés de leur génération, Mad comedy club, va décortiquer l’amour sous toutes ses facettes, lors d’un spectacle sobrement intitulé  «Fitian-tsiky», traduit libremment amour et rire,  le 14 février, à l’Ivokolo Cemdlac Analakely.

Ils seront une bonne quinzaine d’humoristes à être à l’affiche, tous des piliers de Mad comedy club (MCC). S’affirmant comme la relève de l’humour, chaque participant fera étalage de sa prestation qui mêlera sketch et chant. Outre le spectacle en soi, le public aura également le loisir d’apprécier une comédie musicale avec un ton satyrique et déroutant.

D’après Mihora Andrianiaina, «C’est la fête de l’amour et les couples seront tout particulièrement privilégiés. Ceci étant, nous avons imaginé un spectacle où le public de tout âge trouvera son compte».  Cette prestation au Cemdlac ne constitue qu’un prélude, cette communauté de jeunes ambitionne de multiplier, tout au long de l’année, ses apparitions en public.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Dalvis : 2017, une année de dur labeur

Nominé lors de la RDJ Mozika dans la catégorie «Mozika Duo», grâce à son titre «Economiser», en featuring avec Jazz MMC, Dalvis tire un bilan de la saison passée. «2017 n’a pas été de tout repos», assure le jeune chanteur de Rnb en vogue.  Dans l’océan Indien en passant par l’Europe, Dalvis a écumé les scènes de grands festivals comme les simples événements musicaux. «Economiser», vient tout récemment d’être à la RDJ Mozika

Jeune artiste originaire de la capitale de Diana, Dalvis perfectionne son style dans le RnB. Il s’est fait un nom à l’orée de 2008 grâce à son tout premier titre «Aza mamaraha».  Pour l’heure, malgré son ambition de composer plusieurs titres, il n’a jusque-là enregistré que des singles.

«La situation à laquelle les artistes malgaches font face, ne permet pas de travailler sur un album. Les contraintes sont multiples, que ce soit au niveau de l’Omda ou même du marché local. On se résigne à la diffusion de nos œuvres sur les plateformes en ligne. Et ce fléau touche également bon nombre de mes pairs», déplore le natif d’Antsiranana.

Quoi qu’il en soit, «comme à l’accoutumée, nous devons faire face à la saison morte, comme ce mois-ci, et de pouvoir entrer en studio.  La tournée débutera au mois de mars et s’achèvera à la fin décembre», conclut-il.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : lany filoha i Norbert, saingy miandry ny fankatoavan’ny minisitera

Tontosa soa aman-tsara, omaly talata, ny fifidianana izay ho filoha hitantana ny ligin’Analamanga, taranja rugby. Nizotra araka ny tokony ho izy ny latsa-bato, natao teny amin’ny foiben’ny Komity olympika malagasy.

Voafidy, tamin’ny isam-bato 2 tamin’ireo mpifidy 3, Razafimbelo Norbert Arnès raha 1 ny an’i Herisoa Philippe Olivier. Raha tsiahivina, tsy nisy afa-tsy izy mirahalahy mianaka ihany ny kandidà nifaninana. Niala an-daharana, tamin’ny fotoana farany mantsy, Randrianarisoa Solofoniaina Rija.

Seksiona telo ihany koa no nandatsa-bato : Andrefan’Iarivo sy Avaradrano ary Atsimondrano. Tsy afaka niatrika izany kosa Antananarivo Renivohitra, noho ny tsy mbola nahazoan’ny sekretera jeneraliny taratasy ara-dalàna.

Tsy mbola fantatra kosa na hanan-kery ity fifidianana ity na tsia. Antony ny tsy nanatrehan’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena izany, izay hany afaka manome fankatoavana izany. Na izany aza, nambaran’i Andry Rakoto, filohan’ny vaomiera mpikarakara ny fifidianana, fa azo notanterahina ny fifidianana satria feno ny fepetra rehetra.

Handefasana ny fitanana an-tsoratra rehetra ny minisiteran’ny Fanatanjahantena sy Komity olympika malagasy ary ny Malagasy Rugby.

 Hamerina ny firaisankina

Mandra-piandry izany, nambaran-dRazafimbelo Norbert fa laharam-pahamehana ho azy ny hampivondrona ho iray ny eo anivon’ity taranja ity sy ny hamerina ny hasin’ny baolina lavalava. Ankoatra izay, manana fikasana hametraka toeram-pivarotana fitaovana fanatanjahantena  izy ka ho afaka manjifa izany amin’ny sarany mora ireo fileovana sy ny klioba na koa manefa tsikelikely ny vidiny. Tsy hadinony ny fanamboarana birao hiasan’ny ligy, hahafahana mampandroso haingana ny rugby eto Analamanga. Miantso fiaraha-miasa amin’ny rehetra izy ary anisan’izany Ravelojaona Andry La Pie, izay nomarihiny fa tapitra ny fitantanany vonjimaika ity ligy ity. Efa nanamafy ny fahavononany hiara-kiasa amin’i Norbert  i Herisoa Philippe Olivier, mpifanandrina taminy.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : noraofin’i Maraoka avokoa ny amboara

Mbola ambetin-dresaky ny rehetra ny nahazoan’ny Lionan’i Atlas-n’i Maraoka, ny ho tompondakan’i Afrika, «Chan 2018», taranja baolina kitra ho an’ireo mpilalao tsy matihanina. Ankoatra ny anaram-boninahitra azony, noraofin’izy ireo avokoa ny amboara natolotra, tamin’ity.

Raha tsiahivina, anisan’ny ekipa nisongadina indrindra ary nahavita zava-bita tsara indrindra hatramin’ny nisian’ny «Chan», ry zareo Maraokanina. Nanana fanafihana tsara indrindra  ny liona. Nahafaty baolina 16, tamin’ny lalao 9 vitany. Toy izany koa ny teo amin’ny fiarovan-tena, satria tsy nampidiram-baolina, afa-tsy 2 ihany, ny liona tamin’ireo lalao vitany ireo.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Lalao Olympika amin’ny andro ririnina : hiady irery i Mialitiana Clerc any Pyeongchang

 Hiaro ny voninahi-pirenena, any amin’ny lalao Olympika amin’ny andro ririnina, i Mialitiana Clerc, izay vao 16 taona monja. Fihaonana, hotanterahina, any Pyeongchang, ny 9 ka hatramin’ny 25 febroary ho avy izao.

Hanana solotena any amin’ny lalao Olympika, fanao amin’ny andro ririnina i Madagasikara. Fihaonana, hatao any Pyeongchang, Korea atsimo, izay hisokatra afaka roa andro. 12 taona aty aorian’ny andiany natao tany Turin, ny taona 2006, vao hiatrika izany fifaninanana izany indray ny Malagasy.

Efa any an-toerana, i Mialitiana Clerc, hany atleta Malagasy hifaninanana amin’izany. Araka ny fantatra, hiditra an-tsehatra ny tovovavy ny 12 febroary ho avy izao. Marihina fa mipetraka any Genève izy, ary nanapa-kevitra ny hitondra ny akanjobàn’ny ekipam-pirenena, amin’ity lalao Olympika amin’ny andro ririnina, ity.

Hiady irery araka izany ny tovovavy, manoloana ireo efa andrarezina eran-tany. Izy ihany koa no hitondra ny sainam-pirenena, mandritra ny filaharan’ny delegasiona amin’ny fisokafan’ny lalao, ny zoma ho avy izao, ao amin’ny kianaja Olympikan’i PyeongChang. Mialitiana, no nampiditra ny ski afrikanina, teo amin’ireo fifaninanana goavana, tamin’ny alalan’ireo fihaonana iraisam-pirenena, maro natrehiny.

Fifaliana ho an’i Lim Sang Woo

Nahafaly ny masoivohon’i Korea, miasa sy monina eto Madagasikara, Lim Sang Woo ity fandraisana anjaran’i Mialitiana, amin’ny lalao Olympika amin’ny andro ririnina, ity. «Faly aho, mahafantatra fa anisan’ireo firenena handray anjara amin’ity lalao Olympika fanao amin’ny andro ririnina ity i Madagasikara, amin’ny alalan’i Mialitiana. Mankahery ny delegasiona Malagasy ny vahoaka koreanina”, hoy izy, omaly nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, teny amin’ny Hôtel Le Louvres Antaninarenina.

Hiavaka ity lalao Olympika amin’ny andro ririnina ity satria handray anjara i Korea avaratra.

«Ho tsaroana ity lalao Olympika 2018 ity, satria firaisankina eo ain’ny Korea roa tonta, izay hanolotra ekipa tokana, amin’ny taranja maromaro. Sainam-pirenena tokana, no lanjain’ny delegasiona, amin’ity. Fanirian’ny vahoaka roa tonta, indray andro any ny tsy hisian’ny Korea anankiroa fa ho Korea tokana”, araka ny fanamarihan’i Lim Sang Woo. Nomarihiny fa manana fifandraisana akaiky, i Madagasikara sy i Korea atsimo ary manamafy izany, ny eo amin’ny sehatry ny fanatanjahantena.

 Torcelin

News Mada0 partages

Handball : l’IHF Trophy prend date

Les éliminatoires de la Zone 7 de l’IHF Trophy auront bel et bien lieu au palais des Sports de Mahamasina, du 26 mars au 4 avril, avec deux nouveautés.

Nouvelle saison, nouvelle organisation! Si auparavant, les tournois de l’IHF Trophy au programme annuel concernaient les catégories masculine et féminine, dorénavant, les filles et les garçons auront chacun leur édition. Cette saison, ce sera au tour de ces derniers d’en découdre. L’autre modification apportée par l’Instance internationale de la discipline (IHF) touche les catégories participantes. Ainsi, les cadets disputeront également l’IHF Trophy, en compagnie des juniors, à partir de cette année.

Sous cette optique, Madagascar devra aligner deux équipes nationales aussi bien chez les cadets que chez les juniors, face aux formations des îles sœurs, telles Maurice, les Seychelles et Comores. A rappeler que  nos joueurs U18 ont affiché leur suprématie lors des qualifications des éditions précédentes et se présentent, dans ce sens, comme l’équipe à battre cette saison. Ce qui n’est pas le cas des cadets malgaches car, en fait, la FMHB devra mettre les bouchées doubles afin de constituer une sélection nationale digne du statut du hand malgache.

CJSOI pour les cadettes

Outre les deux sélections nationales masculines, la FMHB prépare également la campagne de l’équipe nationale cadette, en vue des Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports (CJSOI) à Djibouti, du 20 au 28 avril. Contrairement à l’édition précédente, où les cadets ont représenté Madagascar, cette fois, il appartient aux cadettes de défendre les couleurs malgaches. Dès lors, la FMHB a du pain sur la planche et attend un soutien concret du ministère de la Jeunesse et des sports, pour préparer ces grands rendez-vous régionaux et continentaux.

Naisa

 

News Mada0 partages

Masters de pétanque : Madagascar en quête d’un 4e joueur

La 20e tournée des Masters de pétanque s’annonce acharnée vu les équipes déjà constituées. Madagascar a des arguments à faire valoir sur ce plateau, avec les trois boulistes de renom retenus par la Fédération malgache de pétanque (FMP), notamment, Tiana Laurens Razanadrakoto alias Tonnerre, Lahatra Randriamanantany et Allain Samson Mandimby. Reste donc à trouver le 4e joueur qui sera connu dans les prochains jours.

Les idées divergent mais plus d’un pense que les sélectionneurs devraient miser sur le talent d’Alhenz Ulricha Tonitsihoarana, plus connu sous le sobriquet de Toutoune. Ce dernier étant un leader qui a mené l’équipe nationale au sommet de ce tournoi prestigieux en 2014. Lahatra Randriamanantany qui a partagé ce succès avec lui peut en être témoin. Ce serait un choix judicieux pour la Grande île qui doit atteindre le Final Four, en septembre, pour être invité aux 20 ans des Masters de pétanque en 2019. Cependant, le choix de la FMP peut être porté sur d’autres noms comme Tafita, Mahefa, Nanou, Taratra,…

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby – Analamanga : Arnès Norbert R. élu président

Encore une nouvelle qui va alimenter les débats chez les férus de la balle ovale de la capitale. La Commission électorale régionale (CER) a procédé à l’élection du nouveau président de la ligue d’Analamanga, hier, au bureau du Comité olympique malgache (Com) à Ivandry. Arnès Norbert Razafimbelo a remporté deux voix sur trois face à son adversaire Olivier Philippe Herisoa.

Trois sections sont allées aux urnes, à savoir Andrefan’Iarivo, Avaradrano et Atsimondrano. La section Antananarivo Renivohitra n’était pas de la partie. Cependant, il ne faut pas crier victoire trop tôt car, tel qu’on le connaît, l’actuel président d’Analamanga rugby, Andry «La Pie» Ravelojaona, ne baisse pas ses gardes. En plus, l’élection s’est déroulée sans la présence des représentants du ministère de tutelle ni ceux du Com. Un fait inhabituel même si la CER affirme qu’un procès verbal sera envoyé à ces différentes structures administratives.

Rojo N.

News Mada0 partages

Jeu d’échecs : début en mode semi-rapide

Sans tambour ni trompette! La Fédération malgache du jeu d’échecs (FMJE) démarre sa saison par une compétition homologuée par la Fédération internationale du jeu d’échecs (Fide), le 10 février prochain, au centre INFP de Mahamasina. En mode Open, ce tournoi d’ouverture sera joué en mode semi-rapide selon le système suisse en 7 rounds de  2×15 minutes. Et la fédération a annoncé que le nombre de participants est limité. Seuls les 100 premiers inscrits participeront à ce tournoi Elo Fide.

Trois autres tournois Open attendent les joueurs après cette compétition avant l’arrivée de l’événement de l’année qu’est l’Open international de Madagascar, du 23 au 30 juin. Il s’agit de la joute nationale Rapid et Blitz, précédée du tournoi Elo Fide, du 29 au 31 mars et enfin l’unique compétition féminine Elo Fide, prévue se disputer les 16 et 17 juin.

Quoique, sur le plan continental, Madagascar ait déjà raté un des neuf compétitions au programme de la FMJE, à savoir le Championnat d’Afrique amateur en individuel qui s’est tenu en Zambie, la semaine dernière.

Naisa

News Mada0 partages

Chronique : inconsciences populaires

Quidam, individu anonyme, citoyen lambda, des appellations pour désigner en prenant une certaine distance, un n’importe qui, à bien y regarder pourtant les « n’importe qui » dans leur ensemble font la majorité de la population. Ce n’est pas parce qu’il s’agit en général des gens issus de la couche des plus humbles que malgré leur nombre on peut exclure leurs avis de ce qui est convenu d’appeler l’opinion publique. C’est pourtant la tendance. On se réfère le plus souvent aux jugements d’une minorité constituée des seuls prétendus bien-pensants pour façonner  exclusivement une soi-disant opinion, se gardant bien en bonne hypocrisie d’user du qualificatif « publique ou particulière ».

On serait surpris plus souvent que l’on ne l’imagine de constater le décalage qui existe entre ce que l’on avance au nom de l’opinion et la réalité de ce que pense une majorité de la population. Les interviews enregistrées au cours micros-trottoirs, ne suffisent pas à dire l’opinion de la population, au contraire elles constituent une des bonnes méthodes pour cautionner en apparence les opérations de désinformation. L’argent représente par excellence l’objet sur lequel règne une énorme différence de perception, là où ça fait le bonheur ou au contraire ça fait mal au ventre de ceux qui en ont, à partir d’un certain volume ça participe à amuser les gens qui en jonglent de manière virtuelle. Ce n’est pas parce que les faits d’actualité perpétrés par de tristes sires, qui les intéressent c’est l’occasion que ces événements leur fournissent de se familiariser avec des millions et des milliards comme s’ils les palpaient dans leurs mains. Pour eux, sauf qu’ils ne disposent ni d’ordinateurs ni de tablettes, les calculs s’égrènent pareillement dans leur tête comme se déroulent sur l’écran des jeux vidéo.

Il ne faut pas croire pour autant que la population caresse une quelconque sympathie à l’endroit de quelque manifestation de banditisme que ce soit, qu’il s’agisse des détournements de deniers publics ou des kidnappings, qui les uns comme les autres tiennent en otage l’ordre et la paix et altèrent une situation déjà délétère. Les gens n’expriment certes aucune condamnation lors de chaque événement criminel, ils en font un bloc pour déplorer le climat général d’insécurité des personnes et des biens et condamne la gouvernance qu’elle tient pour responsable. Mais ils ne se privent pas du jeu qui consiste à imaginer des scénarios à partir des montagnes de fric qui passent à la trappe des opérations criminelles.

La libération de KantilalRajaikant d’une des plus célèbres bijouteries,Kalidas, a prêté à toutes sortes d’hypothèses et de conclusions sur les stratégies des protagonistes volontaires (le gang de criminels) ou malgré soi (la famille de l’otage). La rançon finale de 12 milliards 500 millions FMG pourrait être considérée comme une issue heureuse voire un succès des négociateurs de la libération. A ce qu’il semble les prétentions ont démarré à 2 millions d’euros soit l’équivalent de 40 milliards Fmg. Un sacré marchandage pour des négociateurs émérites.

12 milliards 500 millions n’impressionnent plus les petites gens, elles s’imaginent que nombreuses grosses fortunes en possèdent dix fois plus. Loin de plaindre la famille pour cette somme dont elle a été délestée les gens se résignent à croire qu’il reste à cette famille quelque cent milliards de disponibilité, ce qui n’est ni nécessairement vrai ni vérifiable. Plus probable c’est que souvent plus on en possède, plus un sou compte et que l’on prenne en conscience qu’il n’y a pas de petit profit. Naturel lorsque tout se déroule de façon virtuelle, l’on ne réduit pas la question à l’échelle de sa réalité. Et puis même si les gens voulaient transposer le problème à leur vécu, les 10% ne

procureraient pas le même ressenti : la privation de 150.000 fmg au sein d’une famille disposant d’un budget de 1.500.000 fmg pour boucler 30 jours, soit 50.000 au quotidien charges fixes inclus, amplifierait de plus de 10% les difficultés qu’elle éprouve déjà à survivre.

Le fait que l’on ne peut le traiter de façon privilégiée hors le problème d’insécurité dans sa globalité, ce phénomène des enlèvements en vue d’extorquer une rançon contre la libération de l’otage nécessite des mesures urgentes tout simplement parce que l’acquisition facile de ces sommes faramineuses peut faire école. La communauté Karana, principale cible et victime de ces exactions condamnables gagnerait à ne pas se désolidariser de la population pour réclamer une meilleure politique de sécurité publique, et même souffrante à s’interdire un extrémisme jusqu’à déceler un racisme dans ces actes de banditisme derrière lesquels se trouve la main du diable. Pourvu que l’on soit fort de pouvoir et puissant de moyens personne ne se trouve au-dessus du soupçon d’être le diable.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Une nouvelle ressource pour la Grande Île

Garbit, promu tout récemment gouverneur général de Madagascar, avait, quand il était encore dans cette colonie, chargé le Jardin colonial de procéder à une enquête sur la possibilité et l’intérêt de l’importation en France des graines du pignon d’Inde de la Grande Île.

Cette enquête a permis de constater que le rendement utilisable de l’huile de pignon d’Inde de Madagascar était de 27 à 28 % du poids total.

L’huile obtenue, et plus connue sous le nom d’huile de Pulghère, est surtout utilisée dans la saponification, mais cela ne veut nullement dire qu’elle ne peut se prêter à d’autres emplois.

C’est ainsi que, par sa faible acidité, l’huile de pignon d’Inde pourrait contribuer au graissage, être utilisée comme l’huile lampante et même employée en stéarinerie.

Ajoutons qu’avant la guerre, le cours de la graine de pignon d’Inde oscillait entre 17 à 25 francs les 100 kilos et que son prix n’a pu qu’augmenter. En outre,

l’énorme consommation de corps gras provoquée par la guerre assure à ce produit un débouché très intéressant pour notre grande colonie de l’océan Indien, en même temps qu’une précieuse ressource pour la métropole.

Le Courrier colonial

Les colis postaux

On nous écrit :

Les colis postaux arrivés par le Louqsor ne sont pas encore distribués. Seuls quelques privilégiés ont pu retirer les leurs.

Faut-il être étranger ou neutre pour recevoir satisfaction ?

Si le personnel ne suffit pas à la besogne, qu’on en mette d’autres ; mais qu’on ne fasse pas attendre quinze jours des colis qui contiennent des articles fragiles ou périssables.

La vente du riz

Des personnes nécessiteuses voudraient que l’Administration donne aux commerçants au détail du riz à vendre.

Pour elles, l’avantage serait d’abord de pouvoir se le procurer à toute heure du jour et ensuite la facilité de l’acheter par fractions de kilo ; car, ajoutent-elles, on a bien souvent 0 fr. 25 ou 0,50, mais on n’a pas toujours 1 franc pour 2 kilos de riz.

L’Administration n’a pas pris en compte les demandes qui lui ont été faites à ce sujet, parce que, n’ayant aucun moyen de contrôler la vente du riz, des abus auraient pu se produire.

C’est ce qu’elle a voulu éviter.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Croix rouge Malagasy-Sinoa : nahazo fitaovana mitentina 700 tapitrisa Ar

 Mifanome tanana ny Croix rouge sinoa sy ny Croix rouge malagasy. Namatsy fitaovana mitentina 700 tapitrisa ny sinoa ho an’ny CRM.

Notoloran’ny Croix rouge  sinoa fitaovana mitentina 700 tapitrisa Ar ny Croix rouge Malagasy. Nahitana ordinatera sy ireo kojakoja miaraka aminy miisa 150 izany fanomezana izany. Teo koa ny ordinatera enti-tanana 20 sy “projecteur” 20 ary imprimante 20.

Natao hanampiana ny Croix rouge amin’ny fitantanana ny karazana loza voajanahary mateti-pitranga eto Madagasikara ireo fitaovana ireo raha ny fanazavan’ny masoivoho sinoa.

Mbola hitohy amin’ny sehatra hafa ny fiaraha-miasan’ny roa tonta raha ny fampanantenana hatrany.

Tetsy andaniny, nilaza ny filohan’ny Croix rouge eto Madagasikara fa hahazo ordinatera hahafahana miasa avokoa ireo rantsa-mangaikan’ny Croix rouge any amin’ny distrika 120. Entina hanatsarana ny asan’ny mpilatsaka an-tsitrapo manao ny fanisana ny traboina sy manao tatitry ny fahavoazana rehefa misy loza voanajahary miseho ireo fitaovana ireo.

Efa niorina tamin’ny 4 marsa 1904 ny Croix rouge sinoa tamin’ny alalan’ny vaomiera iraisam-pirenen’ny Croix rouge Shanghai. Anisan’ny mpikambana nanangana izany ireo mpanao politika sy mpandraharaha tao Shanghai.

Tafiditra tao anatin’ny fianakaviamben’ny Croix rouge iraisam-pirenena izy tamin’ny taona 1919. Am-perinasa hatrany ny ekipan’ny Croix rouge na amin’ny fotoan’ny ady na amin’ny fotoan’ny fahatoniana ao anatin’ny firenena.

Tatiana A

News Mada0 partages

CEG Ranotsara : mpianatra 10 indray nihetsika ambalavelona

Hatairana ny an’ny mpampianatra sy ny mpianatra tao amin’ny CEG Ranotsara, ao amin’ny Cisco Iakora ny alatsinainy teo nahita ireo mpianatra 10 mirahavavy indray nihetsika ambalavelona.

Mihinjitsinjitra sy mirediredy ireo mpianatra ary tsy tompon’ny tenany. Avy amin’ny kilasy samihafa ihanuy koa izy ireo ary ny iray aza tany amin’ny lycée. Tsy fantatra ny antony mampihetsika ny aretina.

Novoriana maika ny ray aman-drenin’ny mpianatra ka nanafatra fanafody avy amin’ny mpitsabo manokana io aretina ambalavelona io avy any Fianarantsoa.

Mitebiteby ny ray aman-dreny sasany sao ho tratran’izany aretina izany koa ny zanany. Tsy hita mazava ny fisorohana tokony hatao mba tsy hahazoana izany fa toa tonga ho azy, ka mampihorohoro ireo ray aman-dreny sy ny mpianatra ary ny mpampianatra izany.

Efa maherin’ny 30 ireo mpianatra tratran’ity aretina ambalavelona ity tamin’ity taona vaovao 2018 ity. Saika ireo ankizivavy eny amin’ny CEG sy ny lycée no tena lasibatra.

Ao ireo mihevitra fa tsy fahampian-tsakafo sy hanoanana no mahatonga ny mpianatra ho safotsafotra ka heverin’ny olona ho ambalavelona izany. Ny hafa kosa mihevitra fa asan’ny satana sy herin’ny maizina io aretina io ka ezahin’ny mpanao ratsy afafy ka tratra ireo manana fanahy marefo.

Samy manana ny fanehoan-keviny ny rehetra. Hatreto, mbola ny asa fandroahana devoly amin’ny alalan’ny vavaka ataon’ny mpitondra fivavahana no hita ho nahomby tamin’ny fitsaboana rehetra natao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Telephonie mobile : 11 millions d’utilisateurs à Madagascar

La téléphonie mobile à Madagascar couvre actuellement 70% du territoire national, d’après la statistique établie en 2017 par la direction de la gouvernance numérique du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique. Et le pays compte plus de 11 millions d’utilisateurs dont 40% ont accès à l’internet, soit environ 4,5 millions d’internautes. A noter que 4 opérateurs de téléphonie mobile œuvrent dans la Grande île.

Dans la foulée, en 2016, la statistique de la Central intelligence agency (CIA),  rapporte que 43% de la population malagache possèdent un téléphone portable, contre 91% au niveau mondial.

Une journée mondiale non respectée

La Journée mondiale sans téléphone mobile a été célébrée hier. Et force est de constater qu’à l’heure numérique, il est très difficile pour les usagers de pouvoir se passer de leur portable.

Toutefois, des précautions sont recommandées sur l’utilisation excessive de cet appareil, notamment pour les jeunes. «Source d’individualisme, d’incivilité, de manque d’initiative, d’insouciance ainsi que d’irresponsabilité pour la plupart de nos jeunes», a souligné le responsable du département des jeunes adventistes de l’océan Indien, le pasteur Haja Raharijaona.

Sera R.

News Mada0 partages

Assistance humanitaire : la Croix-Rouge chinoise appuie la CRM

Très active au niveau international, aussi bien en temps de guerre qu’en temps de paix, la Croix-Rouge chinoise (CRC) ne manque par d’apporter son appui à la Croix-Rouge Malagasy (CRM). Hier à Nanisana, l’ambassade de Chine, lors de la cérémonie de signature de l’échange de lettres entre les deux parties, a fait don de matériels (150 ordinateurs de bureau, 150 imprimantes laser, 20 vidéoprojecteurs et 20 ordinateurs portables), d’une valeur de 1,5 million de Yuan RMB, soit l’équivalent de plus de 700 millions d’ariary, aux agents et volontaires de la CRM.

«Cette initiative arrive à point nommé surtout en ce moment où la Grande île fait face à différents types de catastrophes tels que la récente épidémie de peste et le cyclone Ava qui a fait de nombreuses victimes», a souligné l’ambassadeur de Chine, Xiaorong Yang.

 Une déclaration soutenue par le président national de la CRM, Claude Rakotondranja, qui a déclaré  que «ces dons permettront de renforcer les équipements des structures décentralisées de la CRM dans les 120 districts à travers le pays, qui seront équipés chacun d’un ordinateur et d’équipements connexes ».

« La remise de ces matériels marque le premier pas de la coopération entre les deux Croix-Rouge sœurs, qui pourrait s’étendre dans d’autres volets afin de mieux servir les deux peuples, surtout les populations en difficulté, notamment dans le domaine de la santé », a conclu l’ambassadeur de Chine, Xiaorong Yang.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Piéger des poissons : une activité rentable en milieu rural

Des activités typiques pour chaque saison de l’année. En cette période de soudure et des pluies, piéger des poissons bat son plein en milieu rural qui offre un revenu supplémentaire pour plusieurs familles. Les hommes posent les filets ou les nasses tandis que les femmes et les enfants raclent les étangs et les rizières à l’aide d’un large treillis en tissu ou de moustiquaire usagée.

D’après le témoignage d’un paysan du côté d’Imerintsiatosika, le métier fait vivre son homme. « Il suffit d’une journée pour que le prix d’une nasse soit amorti, à condition bien sûr d’attraper des poissons », a-t-il affirmé. En utilisant simultanément une dizaine de nasses, il peut gagner dans les 15 000 à 20 000 ariary de recette en une journée.

« Tout dépend du flair et du savoir-faire du piégeur en suivant l’évolution du niveau de l’eau », a-t-il indiqué. Le prix d’une nasse est aux environs de  2 000 ariary. Elle est fabriquée à partir d’éléments simples comme le fer extirpé d’un pneu de camion pour l’ossature, du filin en nylon pour le tressage du corps, du bambou pour le châssis, du sachet noir pour protéger le fer contre la rouille, et du fil de raphia pour l’assemblage.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Ambilobe : coupes illicites de mangroves à Bedara

De graves infractions environnementales se déroulent impunément dans le district d’Ambilobe. La communauté de Bedara dénonce la présence de groupes d’individus, procédant à des coupes illicites de mangroves dans la commune rurale de Beramanja, depuis le début de ce mois.

La communauté de Bedara lance des appels de détresse, notamment, à l’endroit du mouvement Rohy,  sur  l’exploitation massive des mangroves dans la circonscription de Beramanja, dans le district d’Ambilobe, par plusieurs boutres venant expressément de Nosy Be. Les coupes illicites pratiquées par ces contrevenants se sont étendues sur une superficie de  4 hectares de mangroves actuellement, selon les estimations des responsables au sein de la communauté.

Le verrouillage total des sites d’Analalava aux éventuels exploitants illicites de mangroves explique cette focalisation de leurs activités vers la zone d’Ambilobe, selon les membres de cette communauté de Bedara qui appréhendent les impacts environnementaux résultant de cette pratique illicite.

Manou

News Mada0 partages

Diana : Dar-Es-Salam sous les eaux

La Commune urbaine de Nosy Be compte de nouveaux sinistrés dus à la montée des eaux, actuellement. Le fokontany de Dar-Es-Salam vit sous les eaux depuis les pluies diluviennes du 3 février, faisant plus d’un millier de sinistrés.

Les efforts accomplis par la Commune urbaine de Nosy Be, dans l’assainissement de sa circonscription en prévision de la saison de pluies, n’ont pu prévenir les inondations. La construction d’une clôture sur le canal, devant évacuer les eaux de ruissellement du fokontany de Dar-Es-Salam vers la mer, a provoqué des inondations dans le quartier, après les pluies diluviennes du 3 février.

Le canal d’une largeur de 10 à 30 mètres a été, en effet, remblayé et substitué par des buses de 2 à 3 mètres de diamètres par l’acquéreur du terrain traversé par ce canal. Les eaux de pluies se sont donc refoulées vers le village à cause de la baisse du débit de ce goulot d’étranglement qui n’a pu être maintenu puisque l’accès à cette propriété privée où il est intégré est strictement interdit. La mise en place de buses aurait nécessité des travaux de curage permanent pour assurer la fluidité de l’écoulement des eaux charriées.

A ce sujet, les services de la voirie locale sont accusés de négligence dans cette situation, devenue préoccupante pour les autorités locales, car les modifications apportées par des particuliers sur ces infrastructures d’intérêt public doivent faire normalement  l’objet d’un contrôle très rigoureux.

Au vu de l’inertie des autorités communales devant cette situation à effet dévastateur sur la vie publique dans la Commune urbaine de Nosy Be, les victimes exigent, actuellement, la transparence sur le critère de délivrance de l’autorisation de cette construction chevauchant une infrastructure publique existante.

Manou

 

News Mada0 partages

Route nationale 7 : un taxi-brousse en panne se fait attaquer

Alors qu’il a été victime d’une panne mécanique au niveau d’Andoany, commune d’Anjoma Nandihizana, district de Manandriana, un taxi-brousse a été attaqué dans la nuit du dimanche. Cinq arrestations ont déjà été effectuées.

Les bandits ont profité de la panne du taxi-brousse pour l’attaquer. Dimanche dernier dans l’après-midi, un taxi-brousse en provenance de Vangaindrano et roulant en direction de la capitale a dû s’arrêter sur la RN7 au niveau du fokontany d’  Andoany, commune d’Anjoma Nandihizana, district de  Manandriana à cause d’une panne mécanique. Le chauffeur et les passagers ont vainement essayé de trouver une solution au  problème. La nuit tombée, la Mercedes Sprinter était toujours immobilisée au bord de la route avec ses occupants.

Vers 21 heures 30, une vingtaine d’individus armés, sortis de nulle part, ont pris d’assaut le taxi-brousse. Les passagers ont passé un mauvais quart d’heure. Pour éviter que la situation ne dégénère, ils ont dû obtempérer. En un rien de temps, les valises, les cellulaires et une certaine somme d’argent ont changé de propriétaires. Un quinquagénaire a été agressé par les voleurs.

Retrouvées par une caravane de taxi-brousse

Une trentaine de minutes après l’attaque, les victimes ont été retrouvées par une caravane de taxi-brousse allant vers le sud du pays. Les gendarmes qui escortaient la caravane ont informé leurs collègues de la brigade d’Ambatofitorahana pour ratisser les environs. Non loin de là, un des assaillants a été attrapé avec un téléphone d’un passager et une carabine. Il a dénoncé ses 5 complices qui ont été interpellés le lendemain.

D’après les explications des victimes, l’un des bandits s’affairait déjà dans les parages dans l’après-midi. La recherche des autres malfaiteurs se poursuit.

Ando Tsiresy

 

Ino Vaovao0 partages

MPAMPIANATRA FRAM AO FARAFANGANA : Lazaina fa very ny dosien’ireo tokony ho voaray

Nandritra izany no nanehoana ny hafaliana sy ireo hetahetan’ireo mpampianatra. Nisy ny tanjona ny mba hisian’ny firaisankina eo amin’ny samy mpampianatra. Nisy ihany koa ny jery todika manokana ny lafiny fanabeazana, indrindra any amin’iny Cisco iny. Fantatra àry izao fa tokony hisy ny fampitaovana, toy ny kilalao sy ny maro hafa mba hahafahana manabe ireo zaza. Araka ny fanazavana mantsy dia mora amin’ireo mpampianatra ny manabe ireo zaza any amin’ny kilasy ambony rehefa tsara fototra avy any amin’ny kilasy ambany. 

Manoloana izany rehetra izany dia mangataka ny mba handraisana azy ireo ho isan’ny mpiasam-panjakana ireto mpampianatra “préscolaire” ireto satria tsy mora ny asa, araka ny fanazavana. Tsara ny mampahafantatra fa miisa 800 mahery ny mpampianatra “préscolaire” manerana ny cisco ao Farafangana. Manodidina ny 60 amin’io isa io ihany anefa no efa voaray ho mpiasam-panjakana, ny sisa kosa dia mbola tsy misy resaka. Isany zavatra mampitaraina ireo mpampianatra kosa ny filazana fa very ny antontan-taratasin’izy ireo rehefa tonga ny fotoana hisian’ny “recrutement”. 

Manentana ny tompon’andraiki-panjakana voakasik’izao toe-javatra izao araka izany ireo mpampianatra mba hijery akaiky sy hamaha ny olana momba izany.

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

FOTODRAFITRASA AO TOAMASINA : Namboarin’ny Atft ny tetezana ao Mang...

Tao anatin’ny rivodoza sy taoriany, dia maro ireo mpividy sy ireo mpangalatra vy no nikasa hangalatra ireto takela-by amin’ny tetezana ireto, saingy niezaka niaro izany hatramin’ny farany ireo mponina manodidina isan’izany ny fikambanana Atft na «  Aina Tsimisaraka Fampandrosoana Tanindrazana  » tarihin-dRakotoarimanana Justin.

Ho fiarovana azy ireo dia nangonin’izy ireo aloha ireto takela-by ireto izay nampahalalan’izy ireo ny kaominina tampon’andraikitra izany nefa tsy nisy nihetsika ireto farany nanamboatra izany, nefa taorian’ny rivo-doza hatramin’ny sabotsy teo dia olona am-polony no nilatsaka tao ambany tetezana vokatry ny lavaka naterak’ireo takela-by niala. Tamin’ny alalan’ny heriny sy ny volam-pikambanana ary fanampian’ireo malala-tanana no nahafahan’ny fikambanana Atft nanam-boatra sy namerina ireo takela-by tamin’ny laoniny ny sabotsy 3 febroary lasa teo. 

Milaza ho samy afa-po ireo mpandeha an-tongotra mampiasa ny tetezana. Nanentana ny mponina ny Atft mba hiaraka hiaro ireo takela-by ireo fa be ireo mpangalatra sy mpividy vy ao Toamasina no mitsiriritra azy ireo. Ankoatra izay dia nisy ihany koa ny fanadiovana natao teo ambon’ity lalam-bahoaka ity sy ny manodidina izay hetsika nataon’ny fikambanana ho fitsinjovana ny fahasalaman’ny mponina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SAMPANA FANANTENANA (FAVI V) : Zava-dehibe ny fiaraha-mientana amin’ny asa sosialy

Tsy vitsy amin’ny olona anefa matetika no manao izany ho misy ambadika politika sy ho fitadiavana tombontsoa, indrindra rehefa fotoanan’ny fifidianana. Tsy mba toy izany kosa ny an’ny sampana fanantenana Favi V fa fanohanana sy fanampiana ireo hita ho marefo no tanjona, indrindra ny ao amin’ny Boriborintany fahadimy izay misy ny sampana. 

Farany teo izao dia ireo fianakaviana mitondra takaitra vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava teny Ambatomaro no nanaovana hetsika sosialy. Araka ny fantatra mantsy dia trano lehibe iray no nianjera ka nirodana tany amin’ireo trano madinika manodidina azy teny amin’iny fokontany iny. Manoloana izany dia fianakaviana roapolo no sahirana sy traboina. 

Ho fanatanterahana ny teny filamatra mifototra amin’ny fiarovana sy ny fanasoavana ny vahoaka, amin’ny alalan’ny kabary arahan’asa sy ahitam-bokatra, dia nitsidika sy nanolotra fanampiana ho an’ireo vahoaka traboina ny sampana sosialy fanantenana eo anivon’ny fikambanana mpanao asa soa (Favi V). Ity farany izay tarihin’ny filohany, Hanitriniala Raholdina. Ny faran’ny herinandro lasa teo kosa no nanatanterahana ny hetsika. Sakafo toy ny menaka, ny macaroni, miampy savony sy vovon-tsavony ary simenitra folo kitapo no nozaraina tamin’ireo traboina. Nahazo ny anjarany ihany koa ireo ankizy izay nomena vatomamy sy “Biscuit”. 

Araka ny fanazavana dia zava-dehibe ny fiaraha-mientana amin’ny hetsika toy izao ary tokony ho samy mitondra izay voatsirambin’ny tanany tahaka izao ny rehetra. Olona sahirana rahateo no mila fanohanana fa tsy ireo izay efa manan-katao, raha ny fanazavana hatrany. Nanambara ny solontenan’ny mponina fa mahalana ny fisian’ny fanampiana tahaka izao ary misy ihany koa anefa ny tena tsy mahatsiaro ny vahoaka sahirana. Eo anatrehan’izany àry dia velom- pisaorana ny sampana fanatenana (Favi V) ireo nahazo tombontsoa.

Lucien R.   

News Mada0 partages

Ho fisorohana ny haintany : mamatsy vola ho an’ny tetikasa iray ny any Alemaina

Mitsinjo ny hisorohana ny haintany eto Madagasikara amin’izao fotoana izao, ny ONG- Welthungerhilfe, miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny any Alemaina. Miara-miasa amin’ny BNGRC io ONG-W io izao. Tetikasa « Forecast-BasedFinancing » ny atao amin’izany, manomboka amin’ny fanangonam-baovao hisorohana ny haintany ; fantarina ny voka-dratsiny any amin’ny faritra maro manerana ny Nosy. Telo taona ny faharetan’ny tetikasa, famatsiam-bola avy amin’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny any RFA.

Iantohana, araka izany, ny fampiharana tetikasa amin’ny endriny maro samihafa, mifantoka amin’ny fanaraha-maso mitohy ny fisehon’ny haintany; fanadihadiana amin’ny lafiny siantifika hijerena ny voka-dratsin’ny haintany manimba ny toekarena : fahavoazana sy fatiantoka lehibe izany ho an’ny fambolena. Voamarina izany any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy manontolo. Avy amin’izay fanadihadiana siantifika izay koa ny handraisana fepetra any amin’ireo faritra maro iharan’ny haintany, Atsimo Atsinanana, Atsimo, Atsimo Andrefana, tapany avaratry ny faritra Analamanga.

Nampahafantarina ny faran’ny volana janoary teo izany tetikasa «Forecast-BasedFinancing » izany, hisorohana ny haintany. Nifampidinihan’ireo mpandray anjara ny tetibola hoenti-miasa sy hifamenoan’ny asa atao miaraka amin’ny mpiara-miombon’antoka hafa, hialana ny fahavoazana miantraika amin’ny toekarena sy sosialy eto Madagasikara. Nantsoin’ny ONG-W nanatrika ny fihaonana ny sampana ao amin’ny Firenena mikambana, ONG maro eto an-toerana sy avy any ivelany, sampandraharaha misahana ny tontolo iainana eto Analamanga, ary ny oniversiten’Antananarivo.

Tsy misy mpanao politika, na zara raha maheno mpanao politika, manisy resaka momba izany olana fototra iray lehibe misakana ny asa fampandrosoana izany eto amintsika. Ny vahiny avy lavitra indray no sahirana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Atrikasa nomanin’ny NCBA Clusa : iaraha-mijery ireo olana maro mianjady amin’ireo kaoperativa

Nampiantso atrikasa eto an-dRenivohitra, omaly, mitohy anio, ny vondrona kaoperativa any Etazonia, NCBA Clusa (National cooperatives business association). Nantsoina amin’ izany atrikasa izany ireo kaoperativa eto an-toerana. Mpiahy azy ireo ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina.

Manan-danja lehibe ho amin’ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, tafiditra anisan’izany ny vondrona kaoperativa miasa amina sehatra maro. Nandritra ny fotoam-panokafana ny atrikasa, nampirisika amin’ny fandraisana anjaran’ny rehetra mpikambana, ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Indostria, Rasamoel Jean Jacques. Kendrena amin’ny ataon’ireo kaoperativa ireo izay hamoronan’izy ireo asa ho fanatsarana sy fanamafisana ny sehatry ny toekarena.

Mialoha izany, nasongadina ny olana sedrain’ireo kaoperativa ireo, toy ny amin’ny lafiny hetra, fahazoana tany sy fahitana famatsiam-bola. Miainga amin’ny fahitana vahaolana iraisana amin’ireo ny fiarahana mamaritra ny politika hoentina mampandroso. Kendrena avy amin’izany tetikasa izany ny hisian’ny tontolon’ny asa azo antoka, mampandroso.

Nampahafantarina amin’izany atrikasa izany koa ny adidy iantsorohan’ny governemanta, indrindra ny minisitera mpiahy, ny amin’ny fampiroboroboana ny seha-piharian’ireo tsy miankina. Mandritra ny atrikasa, asam-bondrona maromaro no hamolavolana tolokevitra momba izany politika hoentina mampandroso  ny kaoperativa izany.

Tsara ho fantatra fa 100 taona mahery izao ny NCBA Clusa any Etazonia. Adidin’izy ireo ny miaro, manampy, mampandroso sy manaporofo ny tanjaky ny vondrona kaoperativa eo amin’ny sehatry ny toekarena. Tsiahivina fa ny volana septambra 2017, nisy ny fifanarahana nifanaovan-tsonia eo amin’ny NCBA Clusa sy ny minisiteran’ny Indostria momba ny tetikasa iray maharitra 17 volana. Tanjona nofaritana amin’izany ny fiaraha-miasa maharitra  ifandraisan’ny seha-pihariana maro.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Marche de la viande : légère baisse du prix de gros sans impact sur celui au détail

Le coût de la viande de bœuf commence à fléchir au niveau des grossistes. Mais chez les bouchers détaillants, les prix restent à leur niveau de janvier. Au mois de janvier, le kilo se négociait entre 8.700 et à 9.500 ariary à l’abattoir d’Ampasika. Depuis une semaine ces prix ont diminué à 7.000 et 8.000 Ar/kg.

«Nous avons commencé à faire baisser les prix au niveau des grossistes depuis une semaine. Les grossistes de Mada Omby ont d’ores et déjà vendu le kilo entre 7.000 et 8.000 ariary. Si les prix ne changent pas encore au niveau des détaillants, ce sera une décision qui ne relève plus de la coopérative», a déclaré Tahiry Sambehafa, président du Conseil d’administration de Mada Omby, l’association qui assure plus des 80% du ravitaillement de viande de zébus sur le marché de la capitale.

En effet, de 10.000 ariary le kilo, juste avant les fêtes de fin d’année, la viande de bœuf a connu en janvier une augmentation moyenne de 2.000 Ar/kg. Le kilo s’achète  actuellement entre 10.500 et 12.000 Ar/kg, pour les morceaux tout-venants et à plus de 13.000 Ar/kg, pour les morceaux de choix.

Même les abats ont enregistré des augmentations. Les détaillants justifient ces augmentations de prix par la rareté de la denrée et par conséquent, sa cherté. Les détaillants du marché d’Analakely affirment qu’il est aujourd’hui difficile de s’approvisionner car les prix au niveau des grossistes grimpent également.

Quid des interdictions de vente ?

Le mois dernier, la coopérative Mada Omby a attribué en partie la rareté et la cherté des bovins, à un arrêté  interministériel n°22804/2017, du 12 septembre 2017, d’interdire provisoire la circulation, la vente sur pied, l’abattage des vaches et jeunes bovins…

Toutefois, le ministre Harison Randriarimanana a apporté des précisions la semaine dernière, «Les interdictions citées dans cet arrêté concernent surtout les bêtes destinées à la consommation. Aussi, la vente de femelles et de jeunes bovins est permise à condition qu’elle soit destinée à l’élevage». Le ministre a souligné en outre que les contrôles auprès des marchés de bovidés seront du fait renforcés. Il s’agit, entre autres, d’une mesure adoptée afin d’assurer la survie du cheptel bovin.

Malgré tout, la concurrence reste rude entre les opérateurs de la filière bovine. Tahiry Sambehafa a fait savoir que 70% des bêtes vendues sur le marché sont des femelles et des jeunes bovins de moins de 18 mois. 30% seulement sont des bêtes adultes.

« Les opérateurs se ruent aujourd’hui vers le commerce des bêtes adultes. Par conséquent, la marchandise se fait rare et les prix grimpent », a-t-il expliqué. A cela s’ajoute le problème d’insécurité.

Arh.

La Vérité0 partages

Littérature - Célébration du centenaire de trois grands poètes

L’union des poètes et écrivains malgaches l'Havatsa-Upem a célébré l'année dernière ses 65 ans d'existence. Un demi-siècle et plus dans la promotion de la littérature, de la langue et de la culture malagasy, on peut dire que l'association a dû surmonter beaucoup d'épreuves pour pouvoir arriver à ce stade. Plusieurs événements ont été organisés dans diverses localités tous les ans pour atteindre leur objectif. Parmi ces manifestations figure la semaine de l'Havatsa-Upem.

Durant l'événement, les visiteurs, à travers l’exposition qui s’y tient, peuvent donc connaître davantage l’association ainsi que ses membres. Le parcours, la bibliographie et quelques-unes des œuvres des membres y sont dévoilés. Une exposition tout aussi intéressante qu’instructive. Selon certains, l'Havatsa-Upem regroupe uniquement des personnages âgées ou ayant évolué dans le milieu littéraire depuis une dizaine d'années. Il faut dire que c'est un préjugé car même si des auteurs spécialistes de la littérature et des figures comme Désiré Ramakavelo, Razafiarivony Wilson ou encore Iharilanto Patrick Andriamangatiana y sont membres, il y a également des jeunes pousses de la littérature qui intègrent l'union chaque année. Des nouveaux poètes animés par leur amour de la poésie et les belles lettres. Mais  comme les autres associations à but non lucratif, l'Havatsa-Upem rencontre souvent des problèmes financiers, des difficultés provoquant plusieurs impacts dans l’accomplissement de leurs tâches artistiques.  « Nous ne recevons aucune aide venant de l’extérieur. Nous n’avons que les cotisations et les diverses manifestations pour payer les frais de nos activités qui sont encore très pesants. En effet, chaque poète produit lui-même ses livres et les vend ensuite pour offrir sa contribution dans la promotion de l’association », confie un membre de l'association. CentenairesMais toujours dans le cadre de cette discipline, cette année, l'association organisera des événéments pour célébrer le centenaire de Célestin Andriamanantena. Ceci se déroulera du 19 au 21 février dans divers lieux de la Capitale. Exposition relatant l'histoire de l'écrivain ainsi que ses oeuvres, émission télévisée et bien d'autres activités seront encore au menu pendant ces 3 jours. Frère du poète Rado, il a été élève à l'école Paul Minault d’Antananarivo, puis à l'école de journalisme à Strasbourg. Dans les années 1960, il fonde avec son frère le seul hebdomadaire littéraire et satirique, Hehy, dont il est le directeur et rédacteur pendant 29 ans. Il fut un temps président de l'Ordre des journalistes de Madagascar et membre de l'Organisation internationale des journalistes. Ecrivain, il a laissé plus de 300 poèmes, dont le recueil « Bitsiky ny martiora », des pièces de théâtre en faveur du nationalisme et de l'évangélisation, et plusieurs romans. Il a aussi été président de l'Upem à partir de 1991, succédant à Régis Rajemisa-Raolison. A ce titre, il change le nom de l'association qui devient Havatsa-Upem. En 1992, il crée le journal littéraire Valiha. Il est également compositeur de musique. Par ailleurs, le 21 février, également journée internationale de la langue maternelle, une manifestation sera consacrée à Ener Lalandy à l'Alliance française d'Antananarivo. Le 22 février, ce sera E.D Andriamalala qui sera au centre de la célébration, à l'Académie malagasy, Tsimbazaza. Ce dernier célèbre également son centenaire. Par la même occasion, la semaine de l'Havatsa-Upen débutera en fanfare. Toujours dans le cadre de la commémoration, d'autres événements seront parallèlement organisés le mercredi 21 février prochain. L'un se tiendra dans la Commune d'Imerintsiatosika à partir de 14h et l'autre dans le Centre de lecture et d’activités culturelles (Clac) d’Arivonimamo, vers 16h. T.A.

La Vérité0 partages

Vie sociale - Deux Malagasy sur trois vivent dans l’extrême pauvreté

La famille moyenne bientôt rayée de la classe sociale. La majorité de la population malagasy souffre de pauvreté extrême, selon un rapport de la Banque mondiale. Le taux de pauvreté dans le milieu urbain est de 48 % contre 77 % dans le milieu rural. 91% de la population vivent en dessous du seuil national de pauvreté (moins de 2 dollars par jour) dont 71% vivent dans l’extrême misère avec moins de 1,25 dollar par jour.

Toutefois, Madagascar figure parmi les pays les plus riches du continent Africain en termes de ressources naturelles. Notre pays regorge d’une grande quantité d’or, de charbon, cacao, vanille, nickel, cobalt, de terres rares ou encore d’autres matières premières de haute qualité. Les dirigeants des associations qui œuvrent dans la lutte contre la pauvreté dans le pays sont du même avis concernant ce phénomène. La corruption est la principale cause de la pauvreté de la population malagasy. Bon nombre de compagnies étrangères s’acquittent des redevances à l’Etat ou collectivités territoriales. Mais cet argent est détourné par une minorité laissant la population dans la faim, le manque de soins et d’emplois, ainsi que la pollution de l’environnement.Prise de conscienceDans différents domaines, la Grande île est parmi les premiers fournisseurs des pays européens et asiatiques. Beaucoup d’entreprises utilisent des matières premières locales. Pourtant, ces ressources naturelles sont exploitées par des compagnies étrangères. Ces entreprises profitent d’une main d’œuvre abondante et moins chère. Elles bénéficient également d’une faible pression fiscale. Elles exportent des produits bruts lesquels seront revendus dans le pays à des prix plus chers après transformation à l’extérieur. La lutte contre la pauvreté est une affaire de tous. Sur ce, la prise de conscience de tout un chacun est de mise. « Nous sommes actuellement à quelques mois de l’élection présidentielle. Pour mettre fin à cette pauvreté, il faudrait une réelle prise de conscience pour la population en choisissant des dirigeants qui vont servir le peuple et non se servir. Il faut également mettre en valeur nos ressources naturelles dans un partenariat "gagnant-gagnant" », avance Rindra Rabefaritra, étudiant et chercheur à l’université d’Antananarivo. Outre ces facteurs déterminant la pauvreté, la dégradation des conditions météorologiques, la sécheresse qui engendre la difficulté à l’accès à l’eau potable sont des problèmes à gérer pour les responsables étatiques, outre l’insécurité alimentaire chronique et l’illettrisme. Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Mauvais temps - Un Européen meurt frappé par la foudre

En cette saison pluvieuse, la foudre fait des siennes. Lundi, les habitants de Miandrivazo ont assisté à un drame particulièrement émouvant lorsque la foudre a frappé un ressortissant européen âgé, alors en compagnie de son épouse. Cependant, on ignore où se trouvaient les victimes lorsque la foudre a ainsi frappé l’homme, de nationalité italienne selon une information sur place. Sa femme est miraculeusement indemne.  Le malheureux n’a pas succombé sur le coup.

Selon des témoins sur place, ils peinaient à voir où la forte charge lui a causé de graves brûlures et a réduit ses habits en lambeaux. Les gens l’ont emmené d’urgence à l’hôpital où il a donc finalement rendu l’âme. « Les médecins locaux ont tenté de le réanimer mais ils n’ont pu rien faire pour lui ! », a affirmé une source d’information de la Région.
Les deux filles du couple restées en Europe n’ont pas été encore informées sur le drame, selon l’information. Les autorités locales de Miandrivazo auraient décidé de ne pas les informer, du moins sur-le-champ, histoire d’éviter d’aggraver leur chagrin au moment où elles l’attendaient le moins. En octobre 2017, un autre ressortissant de l’Europe a subi le même et triste sort à Morondava. 
Plus près de la Capitale, précisément à Antsakabato, dans la Commune rurale d’Alarobia Ambatomanga, un drame similaire s’était produit le soir du 3 février. Cette fois, la foudre s’acharnait sur un couple qui allait rentrer à son domicile. La dame de 66 ans était tuée sur le coup tandis que son époux de 57 ans a perdu connaissance. Aussitôt après les faits, le médecin légiste et les éléments du poste avancé de la Gendarmerie d’Ambatomanga ont fait le constat d’usage sur place. Depuis, la dépouille de la victime a été restituée à ses proches.Franck Roland

La Vérité0 partages

Produits cosmétiques - Les offres de « Soanala »

Indispensable. Aujourd’hui, les produits cosmétiques sont devenus incontournables pour les femmes, et même pour les femmes malagasy. Pour un meilleur entretien de la peau ou encore par coquetterie tout simplement, elles usent de divers produits pour s’embellir, notamment les baumes, les rouges à lèvres, les différents types de crèmes...

Toutefois, les produits qui abondent sur le marché ne sont pas toujours fiables. Effectivement, ils peuvent contenir de nombreux composants chimiques nuisibles à la santé comme le plomb, l’aluminium ou encore le chrome. Ce sont des conservateurs habituellement présents dans certains produits importés, sauf que la majorité des consommatrices l’ignorent. Pour y remédier, « Soanala » propose des solutions naturelles pour se faire belle tout en préservant ses lèvres. Cette entreprise met à la disposition de sa clientèle une large gamme de rouges à lèvres ainsi que de baumes tous faits à base d’ingrédients naturels comme le cacao, le baobab ou encore la cannelle. Il n’y a donc ni conservateurs ni produits chimiques. Des ingrédients 100 % naturels« Madagascar possède une flore extrêmement riche. Nous nous en sommes ainsi inspirés pour composer chacun de nos baumes et de nos rouges à lèvres », expliquent les fondateurs de« Soanala ». A cet effet, la marque dispose donc de trois types de rouges à lèvres à base neutre, d’ylang-ylang ou de cannelle. Ces produits sont disponibles sur quatre couleurs : l’intemporel rouge vif, le rouge vin,  le rosé et le « dark red ». Pour les baumes à lèvres, les basiques sont le cacao, le coco, le baobab, sans oublier le « ravintsara » et le gingembre. Ces ingrédients sont particulièrement reconnus pour leurs propriétés réparatrices, protectrices et hydratantes. Le beurre de karité, la cire d’abeille et la vitamine E viennent également s’ajouter aux ingrédients afin de parfaire les produits. Il faut préciser que les produits cosmétiques de « Soanala » sont exclusivement des produits « Made in Madagascar » et que les clients peuvent s’approvisionner auprès de leurs revendeurs habituels ou contacter directement le fabricant.Rova R.

La Vérité0 partages

Kidnappings - Les victimes accablées par le Gouvernement

Fortement critiquées pour l'insécurité dans le pays engendrée notamment par le phénomène du kidnapping ayant frappé la communauté indienne de nationalité française, les autorités malagasy préfèrent pointer du doigt les proches des victimes. Le Gouvernement visiblement veut se délester d'une partie des responsabilités.

Invité par le Premier ministre par intérim, Benjamina Ramanantsoa à informer le Conseil sur la situation actuelle, notamment en ce qui concerne cette série de kidnappings, le ministre de la Défense nationale « a relevé que les familles des kidnappés ont toujours rejeté toute collaboration avec les éléments des Forces de l'ordre dans les opérations de traque des ravisseurs, alors qu'une telle collaboration reste, sans conteste, primordiale et revêt d'une importance capitale pour les enquêtes menées par les responsables concernés », rapporte le communiqué de presse relatif à ce Conseil de Gouvernement. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères a fait part au Conseil que, « lors de l'entrevue qu'il a eue dernièrement avec des dirigeants du Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (Cfoim), il a rappelé à ces derniers que, dans le traitement de ces crimes, tout un chacun doit absolument observer les lois en vigueur dans le pays. Tout comme les familles des kidnappés devraient mettre en avant leur statut de victimes et non point leur origine française ». Des propos qui au lieu de calmer la situation, sonnent plutôt au contraire comme une provocation à l'encontre des victimes et de leurs familles. Faut-il en effet rappeler que si ces kidnappings sont perpétrés, c'est surtout et en premier lieu en raison de la faiblesse de l'Exécutif à instaurer un climat de sécurité dans le pays ?Rejet de responsabilitéPour beaucoup ainsi, les déclarations de ces ministres du Gouvernement ne sont autres qu'une forme de rejet de responsabilité. Le énième de la part du régime Rajaonarimampianina, qui est un habitué du fait. Faut-il pourtant rappeler que ces dernières semaines, le Cfoim et les groupements patronaux sont montés au créneau pour dénoncer la situation actuelle. Notons que lors du Conseil de Gouvernement d'hier, la ministre de la Justice a rappelé la récente mise en place d'une cellule anti-kidnapping composée de policiers et de gendarmes et pilotée par deux hauts magistrats du Parquet d'Antananarivo censée traiter ces dossiers de kidnappings. Il est également utile de souligner qu'à l'issue de cette séance de partage d'informations, le Conseil a décidé « à ce que les trois membres du Gouvernement en charge de la sécurité, la ministre de la Justice et le ministre des Affaires étrangères tiennent, dans les plus brefs délais, une réunion avec les représentants de diverses Communautés indiennes dans la Capitale pour que, de concert, les participants accouchent des stratégies, efficaces et fiables, dans le but de mettre un cran d'arrêt définitif à ce fléau ». Reste à savoir si ces mesures auront des effets. En effet, un certain nombre de personnes de faire remarquer que des mesures ont été annoncées pour mettre un cran d'arrêt au fléau, mais celles- ci semblent ne pas avoir été suivies d'actes. Le Gouvernement paraît être toujours dans la réaction, fustigent les observateurs. Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Universellement reconnu

Pour une fois, sans vouloir entrer dans la spirale d'une vaine et stérile polémique, il nous parait inévitable de clarifier certains points. Suite à une déclaration, à la presse, d'un membre de cabinet de la Primature comme quoi « la stabilité passe par la continuité ». Il ne nous appartient nullement à travers la présente colonne, de mettre en doute sur la compétence intellectuelle ni la valeur professionnelle de l'auteur de l'assertion. Nous ne voulons pas, non plus, remettre en doute la maitrise des arcanes de l'administration dont le Monsieur est capable mais il semble à nos yeux, pour éviter la confusion, qu'une précision s'impose.

Une bonne fois pour toute, il faut éviter le piège de l'amalgame dans l'esprit des gens. Devant l'ampleur de la rumeur d'un éventuel changement du Gouvernement ou d'un simple remaniement, pris de panique, le cabinet de la Primature tente de sauver le meuble et s'aventure à une acrobatie intellectuelle pour défendre une cause qui est, apparemment, perdue d'avance.En fait, établir le lien de cause à effet sur la « stabilité » avec la « continuité » n'est pas du tout une erreur en soi. C'est une théorie hautement défendable seulement pour le cas d'espèce du contexte politique malagasy, en ce moment, il semble que Monsieur le conseiller spécial pèche en semant le trouble dans la conception des choses. En effet, on ne doit confondre « stabilité » avec « stagnation » et « continuité » par « incrustation ». Une eau dormante et stagnante diffère d'une eau paisible et limpide. Si la première est polluante et insalubre, la seconde une source potable.  Quand l'équipe de la Primature se lance dans la bataille pour défendre son intérêt, à savoir, s'accrocher à Mahazoarivo on le comprend. A la rigueur, c'est son affaire ! Mais, quand on sème la confusion tout juste pour s'offrir l'occasion de se cramponner ou de s'agripper à son fauteuil, c'en est une autre.Au regard porté sur les résultats de Monsieur Olivier Solonandrasana Mahafaly et à la Primature et au ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation, force nous est de relever la désolation. Rien que pour le volet insécurité auquel il s'était engagé, au moment où il avait pris les rênes du commandement à Mahazoarivo, de mettre un cran d'arrêt aussitôt qu'il faut. Un an et demi après ou plus, les résultats escomptés peinent à se manifester. Au contraire, l'escalade des violences assombrit le tableau. Le phénomène kidnapping « se porte » bien. Sans parler de la recrudescence des actes de corruption qui, au final, fait trébucher le pays et le glisse vers le bas-fond.Qu'il soit clair, une stabilité acquise sous l'effet de mensonges, d'actes d'intimidation, de rétorsion ou par des coups de matraque et de gourdin, sinon, par la menace des balles réelles des Forces de l'ordre n'est jamais l'image d'une vraie stabilité. Il ne s'agit que d'une flibusterie. Et la continuité qui en découle, une illusion.La démocratie, l'incontournable passage vers une stabilité authentique et reconnue par tous, s'érige en une unique assise solide sur laquelle on peut asseoir une continuité viable et acceptée. Monsieur le conseiller spécial et administrateur de votre état, sauf le respect que l'on vous doit, nul n'existe, ailleurs, en dehors ce concept universellement reconnu.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Présentation de vœux à Mahajanga - Les ministres « consignés »

Samedi dernier, la branche régionale du parti au pouvoir Hvm dans le Boeny a organisé une cérémonie de présentation de vœux de nouvel an à Mahajanga (cf. notre édition de lundi). Quatre membres du Gouvernement y ont été présents à savoir Harry Laurent Rahajason, le ministre-coach de Boeny, André Neypatraiky Rakotomamonjy, Marie-Monique Rasoazananera, et Jean-Anicet Andriamosarisoa.

Leur présence dans la cité des fleurs a eu aussi des liens avec la recherche des solutions à la crise universitaire qui a persisté sur le campus d'Ambondrona. Mais, selon des renseignements supplémentaires, un interdit formel d'aller à la fête des natifs de Fianarantsoa au luxueux établissement hôtelier AC sis à Ivato a poussé ces hauts responsables gouvernementaux à marquer leur présence loin de la Capitale et ses périphéries.En effet, la propriété de la richissime Claudine Razaimamonjy, emprisonnée depuis l'an passé pour cause de corruption et de détournement de fonds publics sous la pression venant de l'extérieur, a accueilli samedi dernier la fête de présentation de vœux de nouvel an pour les natifs de Fianarantsoa.Réservoir de voixA titre de rappel, leurs représentants sous la férule du sénateur Riana Andriamandavy, sont venus en masse pour réclamer devant le portail du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) à Ambohibao la libération de leur consœur, alors entre les mains des investigateurs. L'affaire a fini par prendre une tournure honteuse quand le parlementaire s'en est pris à la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm). Mais personne n'en savait plus aujourd'hui sur la condamnation du sénateur en flagrant délit.Pour revenir à la fête du week-end à l'AC, les ministres en déplacement à Mahajanga n'ont pas été les seuls à la bouder. Leurs pairs originaires de la province autonome de Fianarantsoa y ont aussi brillé par leur absence. C'est le cas de Ralava Beboarimisa, ministre des Transports et de la Météorologie, d'Armand Tazafy, ministre de l'Industrie et du Développement du secteur privé.De fait, aucun des membres de l'équipe d'Olivier Mahafaly Solonandrasana n'est venu honorer de sa présence le rendez-vous festif des Betsileo à Antananarivo, ce qui pourrait coûter cher au parti Hvm le moment venu. Après les Hautes Terres centrales, le pays betsileo représente un important réservoir de voix électorales.M.R.

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY AN’I AKYL CASSAM : Mamofompofona volabe ny famotsorana an’i Akyl Cassam

Raha tsiahivina, dia ny zoma 2 febroary no nisy naka an-keriny tao Salazamay Toamasina i Akyl Cassam Chenaï ka mbola tsy hita popoka hatramin’izao. Fakana an-keriny iray andro mialoha ny famotsorana an’ i Kalidas mpandraharaha karàna ao Antananarivo. Raha tsiahivina, dia ny alarobia 17 janoary no nisy naka an-keriny tao Antanimena Antananarivo i Kalidas. 

Ny harivan’ny sabotsy 3 febroary izy vao navotsotr’ireo mpaka an-keriny. Nahatratra 2 tapitrisa euros ny vola notakian’ireo mpaka an-keriny tamin’ny fianakaviany. Vola izay tsy fantatra na naloa tokoa na tsia.

Ho an’ny mpanara-baovao ao Toamasina, dia miahiahy amin’ny mety hisian’ny fifandraisana eo amin’ny mpaka an-keriny an’i Kalidas tany Antananarivo sy ny mpaka an-keriny an’i Akyl Cassam tao Toamasina. Mandeha ny tombantombana hoe  : navotsotra i Kalidas mba hahafahana mifehy tsara ny fihazomana an’i Akyl Cassam. Nanjary fomba fiadin’ireo mpaka an-keriny eto Madagasikara ankehitriny ny mitazona elaela an’ireo olona nalaina an-keriny alohan’ny hitenenana sandan’ny famotsorana. Miha mitebiteby ny fianakaviana ka mahasahy sandam-pamotsorana ambonimbony kokoa.

Ho an’i Kalidas tao Antananarivo, dia naharitra 16 andro be izao no nihazoman’ireo mpaka an-keriny azy. Ahiana ho tonga amin’izany ihany koa ny an’i Akyl Cassam. Tazomina elaela vao mitaky volabe. Mamofona volabe araka izany izao fakana an-keriny ny tale jeneralin’ny orinasa Scim izao. Ny angom-baovao voaray ny talata 6 febroary no nahalalana fa mbola fihainoana aloha no natao an’ireo olona 8 nosamborina ny alahady lasa teo ary efa nalefa nody avokoa ny ankamaroany. 

Araka ny efa nitaterana azy teto, dia itambaran’ny polisy sy zandary ny fanadihadiana ka eny amin’ny biraon’ny sampana misahana ny fikarohana heloka bevava eo anivon’ny zandariamariam-pirenena no natao foiben-toeran’ny fanaovana fanadihadiana amin’izao raharaha Akyl Cassam izao. Manamafy ny mpitandro filaminana iray izay manaraka akaiky ity dosie fakana an-keriny ity fa mbola ho maro ireo olona hohenoina amin’izao raharaha izao. Mitohy ihany koa ny fisavana trano an’ireo olona mety ho ahiahiana nandray anjara mivantana na ankolaka.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAMPIHAVANAM-PIRENENA : Tsy afa-miasa irery ny FFM, hoy ireo tangalamena

Hatrany am-boalohany dia efa tsy nitsahatra nanamafy ireo tangalamena fa ny fampihavanana eny ifotony no tena tokony ho laharam-pahamehana voalohany indrindra ary tsy misy afa-tsy ireo raiamandreny be ara-drazana na ireo tangalamena no hany tokana afaka hanatanteraka izany. Araka ny fanazavana noentin’ny filohan’ny tangalamena eto Madagasikara dia tsy ho to teny eny anivon’ny fiarahamonina mihitsy ireo mpikambana ao anatin’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy ireo, ary tsy ho tafita ny fampihavanana kasaina hatao raha tsy misy ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta.

“Tsy ho to teny ireo mpikambana ao anatin’ny Ffm ireo raha mandeha eny ifotony eny ary tsy hoankatoavin’ny vahoaka. Raha miaraka amin’ny tangalamena ireo na miaraka amin’ny mpanjaka dia horaisin’ny vahoaka. Raha toa ka hiaraka hiasa aminay izy ireo dia vonona izahay”, hoy ny filohan’ny tangalamena. 

Ny faran’ity herinandro ity no fantatra fa hanao fihaonam-be ireo tangalamena avy amin’ny Faritra 22, mandritra an’io fotoana io no hoentin’izy ireo hampahafantarana ny asa vitan’izy ireo nandritra iny taona 2017 iny indrindra ny lafiny fampihavanana. Fantatra àry fa efa nisy ny fitetezam-paritra nataon’ireo mpikambana ka amin’io no hanaovana ny fandravonana ireo hevi-dehibe nivoitra nandritra ireo fitetezam-paritra ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO ARORIAKA : “Ny vahoaka no tokony ho masi-mandidy amin’ny fifidianana rehetra”

Ny faran’ny herinandro lasa teo iny, nanatanteraka fivoriana narahina dinika hoentina hanaovana tomban’ezaka manokana ny fiainam-pirenena ireo mpikambana ao anatin’ity antoko ity. Anisany tena nibahan-toerana tamin’izany ny mahakasika ny fiatrehan’ny firenena ny fifidianana amin’ity taona ity. 

Tanjona napetrak’ireo mpikamban’ny antoko Aroriaka ny hametraka paikady hiatrehana ny fifidianana eny ifotony. Hentitra ny filohan’ny antoko, Rakotonirina Odon raha nilaza fa ny fifidianana rehetra izay hatao dia hanomezana vahana ny vahoaka mba hanjakany eo amin’ny taniny. Tokony izy ireo no ho masi-mandidy amin’ny fametrahana izay olona tiany hitantana ny firenena, fa tsy izay tian’ny sehatra iraisam-pirenena foana. “Anjaran’ny vahoaka ny tokony hametraka izay olona mety ho filohany sy olona tena tiany. Raha ny zavatra hita amin’izao fotoana izao dia tena atao ankilabao tanteraka ireo vahoaka. 

Tsy misy miraharaha izay fiainany ny mpitondra raha tsy hiteny fotsiny hoe ny vahaolana ho an’ny fisondrotam-bidin’ny vidim-piainana”, hoy ny fanamafisam-panazavana noentin’ny filohan’ny antoko Aroriaka.  Nohamafasin’ity farany ihany koa fa tsy hanaiky lembenana amin’izay mety ho endrika fanaovana tsinontsinona ny vahoaka ao anatin’izay fanatanterahana ny fifidianana izay ny antoko tantaniny. 

Ny vahoaka, hoy izy, no tokony ho tompon’ny teny farany ny amin’ny fisafidianana izay ho filoham-pirenena tiany hitondra ny firenena amin’ny alalan’ny latsa-bato hataony. “Tsy maintsy handeha ny fifidianana, izahay antoko Aroriaka dia mitaky hatrany fa ny vahoaka no tena ho mpandray anjara fototra amin’ny fanapahan-kevitra ao anatin’ilay fifidianana fa izany vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Céni) izany tsy azo antoka.

Tao anatin’izay fifidianana niseho izay, firifiry ireo fitarainana nataon’ny olona teo amin’ny Céni tsy raisin’izy ireo, tonga any amin’ny fitsarana avo momba ny lalàm-panorenana dia lavin’izy ireo fotsiny indray ilay fitarainana”, hoy hatrany ny fanazavana noentiny. Nilaza hatrany ny filohan’ity antoko ity fa mba hoentina hanatratraran’izy ireo ny tanjona amin’ny fanomezana hasina tanteraka ny vahoaka eo amin’ny fiatrehana ny fifidianana dia misy rafitra tsy maintsy mila ovaina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’ANTANIFOTSY : Hametrahana ny toho-drano goavana indrindra maneran-tany

Ilaina araka izany ny fanohanana ireo tantsaha amin’ny alalan’ny fanaovana fotodrafitrasa isan-karazany mba ho fanatsarana bebe kokoa hatrany izany famokarana izany. Amin’izao fotoana izao àry dia fantatra fa noraisin’ny ben’ny tanànan’ Antanifotsy, ny alatsinainy lasa teo, ireo delegasiona avy amin’ny ministera maromaro notarihin’ny talem-paritry ny rano sy ny angovo ary ny akoran’afo ao Vakinankaratra.

Izy ireo izay nanatanteraka ny dinika savaranonando hametrahana ny tetikasa isany goavana iray. Tohodrano lehibe indrindra maneran-tany mantsy no hajoro ao amin’ny kaominina Belanitra, distrikan’Antanifotsy, araka ny fantatra. Antom-pisian’izao dinidinika izao, araka ny voalazan’ny talem-paritry ny rano, ny angovo ary ny akoran’afo Vakinankaratra, dia ny hanatanterahana avy hatrany ny fanamboarana ny lalana mihazo ny toerana hanatanterahana ny tetikasa.

Fotoana ihany koa izany nijerena ireo fotodrafitrasa samihafa toy ny tetezana izay tsy maintsy hamafisina amin’ny tsaratsara kokoa sy hovaina ho vy. Izany no hatao dia mba hahafahan’ireo fiara vaventy mitatitra ny fitaovana hanam- boarana izany fotodrafitrasa  izany. Raha ny antontan’isa nomen’ny injeniera avy amin’ny orinasa izay hanatanteraka ny asa dia milanja 40 taonina ka hatramin’ny 60 taonina ny fiara lehibe iray. Hahazo tombontsoa manokana araka izany ireo kaominina dimy izay handalovan’ny lalana mihazo ilay toerana. 

Velombolo tanterakaireo vahoaka any amin’ity distrika ity satria maro ireo olana ho voavaha, indrindra eo amin’ny fitaterana vokatra. Sahirana tokoa mantsy ny vahoaka mifamezivezy amin’izany lalana izany satria dia mahatratra an’aliny maro ny saran-dalana amin’ireo “taxi-moto”. Raha ny fanampim-baovao voaray avy tamin’ireo tompon’andraikitra mikarakara izany tohodrano izany tsy ho ela dia hatomboka ny fanamboaran-dalana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO : Voafehin’ny lalàna tanteraka ny seha-pihariana sy fandraharahana jono

Raha ny fantatra izao dia sehatra azo trandrahina tsara nefa marisarisa ny fandraharahana jono sy ny fitrandrahana ireo harena anaty rano any amin’ny Distrikan’Ambalavao. Hita taratra izany nandritra ny fivoriana izay nataon’ny fikambanana «  Tanjona Soafaniry  » ny faran’ny herinandro lasa teo tany an-toerana. Nisongadina nandritra ny fihaonana fa misy tsy voahaja ny lalàna samihafa eo amin’ity seha-pihariana ity.

Niezaka nampahatsiahy sy nanaraka akaiky ny fanarahana ireo fepetra takian’ny lalàna mifehy ny jono sy fanaratoana ny tompon’andraikitra, araka ny fantatra. Tsara ny manamarika fa manodidina ny roanjato eo ireo voaentana mivondrona ao anatin’ity fikambanana «  Tanjona Soafaniry  » ity amin’izao fotoana izao, raha toa ka maherin’ny telonjato tany am-piandohana, izany hoe tany amin’ny taona 2 000 tany ho any. 

Tonga tany an-toerana nanatrika ity fivoriana ity ireo teknisiana avy amin’ny sampan-draharaham-paritry ny harena anaty rano sy ny jono any amin’ny faritra Matsiatra Ambony, notarihin’ny talem-paritra. Fivoriana izay nanamafisana fa voafehin’ny lalàna tanteraka ity seha-pihariana ity, ary mahavelona raha toa ka tena hifotorana. Nohamafisina ihany koa fa tokony hentitra amin’ny fanarahamaso ny ministera tompon’andraikitra. Malalaka ny toeram-pitrandrahana, dia ny vavarano roa tonta lehibe ao amin’ny distrika. Na izany aza anefa dia tsapa ho nihena dia nihena ny vokatra amin’izao fotoana izao, araka ny nambaran’ny filohan’ny fikambanana « Tanjona Soafaniry ».

Misy olona manarato an-tsokosoko

Manoloana izany dia mitaky tetikasa matomatotra mba hahafahana mamerina ny lazan’ny faritra teo aloha amin’izany vokatra trondro izany ity seha-pihariana ity. Mandra-pisy izany anefa dia takiana amin’ireo mpikambana tsirairay ny fandrotsahana zana-trondro farafahakeliny 100 isan-taona. Hatreto anefa dia mbola vitsy no manatanteraka izany. Maro ihany koa, araka ny fanazavana, ireo ivelan’ny fikambanana izay minia mandika ny vanim-potoana fikatonan’ny rano ka manarato na manjono antsokosoko.

Setrin’izany dia tsy maintsy miara-miasa amin’ireo mpivarotra eny an-tsena ny fikambanana ho fanaraha-maso ny vokatra. Tanjona amin’izany ny hanavahana ireo mpanjono tsy manara-dalàna sy ireo mpiompy mahaleo tena voamarina an-taratasy. Ireto farany irery ihany mantsy no tokony handraisana vokatra. Nanamafy ny fivoriana natao fa ilaina ny fahamatoran’ny mpikambana mba hampirindra ny asa atao ka tsy misy ny tokony hatao an-tsirambina, indrindra amin’ny fanefana ny adidy 6 000Ar isan-taona ho fampandehanan-draharaha madinidinika.

Lucien R.

La Vérité0 partages

Jeux olympiques d’hiver - Mialitiana Clerc, la seule athlète malagasy à Pyeongchang

Jour J-2 de l’ouverture des  Jeux de Pyeongchang en Corée du Sud.  Mialitiana Clerc sera la seule athlète malagasy en lice à cet évenement sportif qui aura lieu du 9 au 25 février. 12ans après les Jeux olympiques de Turin, Madagascar revient dans la compétition grâce à Mialitiana Clerc.  Et pas avec un wild-card mais elle a bien mérité sa participation en allant décrocher sa qualification de ses propres efforts  bien des mois avant l’ouverture des Jeux.

Evoluant en Genève, elle décide d’endosser le maillot de l’équipe nationale à cette olympiade d’hiver. Malgré une bonne intégration dans son pays d'adoption qu'est la France, elle a décidé de porter les couleurs malagasy.  Elle sera ainsi le porte-drapeau de la délégation malagasy lors du traditionnel défilé, ce vendredi au stade olympique de PyeongChang. Elle entrera en lice le 12 février avec le slalom géant et le 14 février avec le slalom spécial.  Douze ans plus tard après 2006 à Turin, Madagascar renoue avec les Jeux olympiques d’hiver. Ainsi, la Grande île sera bel et bien représentée dans deux jours. Cela grâce à la jeune Mialitiana Clerc qui n’a que 16 ans seulement, mais qui a décroché sa qualification. Elle sera en action le 12 février.  Elle fera la fierté de tout un pays.« Je suis très content de savoir que la Grande île est présente aux Jeux. Vous êtes les bienvenus à Pyeongchang. Le peuple coréen encouragera la délégation malagasy sur place », a déclaré le premier ambassadeur de la République de Corée à Madagascar, Lim Sang Woo, hier lors de sa rencontre avec la presse à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina. Ces jeux de 2018 seront également historiques car ils démontreront la valeur du sport en tant que vecteur de réconciliation. Et d’ajouter« C’est une édition pour la réconciliation entre les deux Corées où, nous alignerons une équipe ensemble dans plusieurs disciplines. Ainsi la Corée du Sud et la Corée du Nord vont marcher ensemble avec un drapeau unique. Le souhait des peuples coréens est qu’un jour il n’y aura plus de Corée du Sud et Corée du Nord mais une Corée unique », a-t-il poursuivi.  Notre interlocuteur a conclu qu’une relation étroite se tisse entre Madagascar et la Corée du Sud. Ce lien s’est renforcé dans le domaine du sport mais beaucoup de projets pourront se réaliser aussi bien dans le domaine économique que social. « C’est la raison de l’existence de l’ambassade de Corée dans le pays depuis 2ans », explique Lim Sang Woo.Elias Fanomezantsoa

Ino Vaovao0 partages

MAROAMBIHY - SAMBAVA : Mpirahalahy nianjera tamin’ny môtô, maty tsy tra-drano ny iray

Mpirahalahy nitondra kodiaran-droa no nifatratra tamin’ny vato ka maty tsy tra-drano ilay zandriny, izay 28 taona, naratra mafy kosa ny zokiny 39 taona. Voalaza fa io namoy ny ainy io no nitondra ny môtô fa ilay zokiny nanao taingin-droa tao aoriana. 

Hiditra tamin’ny tetezana izy mirahalahy ireto saingy tsy tafiditra fa nifatratra tamin’ny «  beton  » teo amin’ny fidirana ny tetezana, araka ny loharanom-baovao. Voalaza fa rehefa napitiky ny môtô ny tovolahy dia ny lohany no nifatratra tamin’ny vato ka izany no nahafaty azy. Noentina namonjy hopitaly tao Sambava ny rahalahiny naratra ary mbola manaraka fitsaboana ao an-toerana ankehitriny. 

Ny vata mangatsiakan’ny zandriny kosa efa noentina any Andranomena Ambodiangezo, Distrikan’Andapa ary efa vita ny fandevenana azy, araka ny fampitam-baovao. Matetika dia noho ny tsy fitandremana no mahatonga ny loza. 

Fantatra fa matetika isehoana lozam-pifamoivozana ao Sambava, indrindra ho an’ny mpam- piasa kodiaran-droa satria fitaovam-pitaterana tena miasa ary ilaina any an-toerana izy ireny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

BELO AMORON’I TSIRIBIHINA : Lasibatry ny fanafihan-dahalo indray ny tantsaha mpamboly vary

Mahazo vahana indray ny fanafihana ireo tantsaha mpamboly vary any amin’ny Kaominina Delta Distrikan’i Belo Amoron’i Tsiribihina iny tato ho ato. Eny ambony rano no anaovan’ireo dahalo ny fanafihana. Tsy maintsy mandeha lakana ireo mpamboly miala avy ao Belo rehefa hamonjy tanimbary ao Delta satria tsy maintsy mirobo-drano. 

Voalaza fa tamin’ny herinandro lasa teo dia lakana roa no niharan’ny fanafihana tany an-toerana ka lasa avokoa ny vary amin’ny gony hoentina hambolena. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana dia mirongo fitaovam-piadiana ireo jiolahy rehefa manakana ny lakana ary ambanan’izy ireo basy ny mpitondra ka voatery mijanona.

Eny ambony rano ihany no amindrana ireo vary amin’ny gony amin’ny lakan’ireo dahalo. Efa mandray andraikitra manoloana ity zava-misy any an-toerana ity ny mpitandro filaminana ao Belo Amoron’i Tsiribihina ankehitriny. Voalaza fa miverina mihorohoro indray ny mponina raha mba efa niaina am-pilaminana teo ho eo satria mbola tsy fahita sy tsy fandre tany amin’ity distrika ity izao fahafihana lakana izao.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Tovovavy 20 taona nangalatra tao amin’ny toeram-piasany voasambotra

Araka ny fantatra dia mpiasa an-trano mikarakara zaza menavava roa volana, kamboty reny tao amin’ny fokontany Mahatsara aty Antsiranana ity tovovavy ity. Nomena fitokisana araka izany ity farany nefa nivadika. Voalaza fa noraofin’ity zazavavy ity ny entana sarobidy tao anatin’ilay trano raha sendra nivoaka ny tompon-trano, izay nenitoan’ilay zazakely. 

Tamin’ny zoma teo no nanaovany izany asa ratsy izany. Lasa tamin’izany ny volamena, vola tahiry 400 000Ariary, zava-maneno, fahitalavitra hatramin’ny kidoro. Azo lazaina fa efa voaomana ny teti-dratsiny satria naka posy ilay tovovavy nitondra ireo entana ireo ary nandray fiara avy hatrany nihazo an’ Ambilobe. Araka ny voalaza dia avy any Antalaha faritr’i Sava ity farany, ka nikasa hamonjy fodiana an-tanàna rehefa vao nahazo ireo entana halatra rehetra ireo. Tsy niraviravy tanana ireo fianakaviana voaroba fa niezaka nikaroka ity mpanao ratsy ity ka nanaraka hatrany Ambilobe. 

Mbola tratra teny amin’ny vozony sy tanany ireo firavaka volamena izay nangalariny fa ireo entana rehetra indray dia efa teo ambony fiara nitodi-doha hankany Antalaha. Fangalarana, famelàna irery ilay  zaza menavava tao an-trano, fivadiam-pitokisana, ireo rehetra ireo no fiampangana ity tovovavy ity. Ankoatra ny fitoriana nataon’ireo lasibatra dia nitsangana ihany koa ny avy amin’ny sampan-draharahan’ny mponina mahakasika ity raharaha ity. 

Ny talata 6 febroary no natolotra ny Fampanoavana ity tovovavy 20 taona nahavanon-doza ity. Ho fantatra eo izay mety ho tohin’ny raharaha.

Mpanjono

Tia Tanindranaza0 partages

VAOVAO AVY ANY IVELANY

MALDIVESManao antso amin’ny governemanta inde sy Etazonia ny mpanohatra ny fitondrana sy ny filoha Maldivianina teo aloha Mohamed Nasheeda mba hanampy azy ireo hanala ny filoha amin’izao Abdulla Yameen eo amin’ny fitondrana.

FRANTSA(CORSE)

Tonga nanotrona ny fahatsiarovana ilay prefektiora Claude Erignac tany Ajaccio ny filoha frantsay Emmanuel macron ny omaly. Ity prefectiora ity moa dia nisy namono 20 taona lasa, ka teo amin’ny toerana nahafaty azy ihany no nanaovana izany fahatsiarovana izany, ary nandray fitenenana teo ny filoha Frantsay. Nanambara moa ity filoha Frantsay ity fa tsy tokony hisy ny famelan-keloka ho an’ireo namono olona. Ny famonoana ity prefectiora ity no famonoana voalohany tao aorian’ny ady lehibe faharoa izay nampihetsi-po ny vahoaka Corse.

STRASBOURG

Parlemanta Eropeanina 1 Steeve Briois sekretera jeneralin’ny antoko“Front National” no nanevateva olona imasom-bahoaka ka nisy ny fitoriana avy amin'ny mpanolotsaina mpanohitra ny tanàna avy ao Hénin-Beaumont izay mpitarika ny FN no ben'ny tanàna ao . Nanaovana ireo parlemanta Eropeanina tsangatanana ny hanalana ny fananany tsimatimanota, ka nahazo ny maro anisa ny fanalana izany zony izany

Tia Tanindranaza0 partages

TRAFIKANA SOKATRA SY RONGONY

Nisy ny vaovao nivoaka omaly momba ny raharaha fahatrarana fiara “sprinter” nitondra sokatra 245 sy rongony 10 gony tsy ara-dalàna sarona tao Fianarantsoa ny alin’ny 4 febroary teo.

 Laharana 1951 TBC no voasoratra noho ny somary fitoviana eo amin’ny litera “C” sy ny “G”, ka nanao fanamarihana ny tompon’ny fiara 1951 TBC, fa tsy ny azy ireo velively io fiara tra-tehaka tamina asa ratsy io. Ny tena marina dia ny fiara 1951 TBG io nanaovana asa ratsy io, ka nisy ny fangatahana fanitsiana avy amin’ny tompon’ny laharana 1951 TBC momba ny nahavoatonona ny laharan’ny fiaran’izy ireo, ka hanaovana ity fanamarihana ity.

 

MIGADRA I EDDY MPAMPIHOROHORO BAR

 

Nidoboka am-ponja eny Antanimora i Eddy, jiolahy mitam-basy izay nampihorohoro ireo bar eny 67 ha. Sarona teny aminy ny basy poleta izay mbola misy bala enina. Io no fanatontosany fanafihana ary ampiany fikasihan-tànana hatrany izany rehefa manao ny asaratsiny izy. Mbola tao amin’ny trano fisotroan-toaka koa no nahatratrana azy niaraka tamin’ilay basy.

SINOA SAIKA MATIN’NY FITSARAM-BAHOAKA

 

Saika norotahan’ny olona ny sinoa iray nitondra fiara tetsy Ambohibao ka nikasi-tanana mpamily taksi izay nifandona tamin’ny fiarany. Lavony tamin’ny tany ilay mpamily ary mbola saika hanamparany ny herisetra hatrany. Teo no niditra an-tsehatra amin’izay ny mpandalo ary nalaky tonga ny polisy raha tsy izay dia nahiana ho niharan’ny fitsaram-bahoaka teo ilay teratany sinoa.

VOAFITAKA NY PRAIMINISITRA

 

Tratran’ny horonan-tsarimihetsika Ravelonarivo 2 koa i Mahafaly Solonandrasana. Mazava fa efa nisy ny fifampiresahana ary natao sarimihetsika fotsiny ny fandehanany any andafy satria raha ny kajikajy politika dia hosoloina avy hatrany izy rehefa tonga avy any ivelany na farafahatsarany hapetraka ho minisitra amin’ny sehatra hafa. Ny efa re dia hiverina ho minisitry ny atitany indray izy. Voafitak’Iavoloha indray i Mahazoarivo, raha ny fijerin’ny mpanara-baovao ny raharaha.

 

NANOKATRA VARAVARAM-PASANA

 

Amin’ny andro antoandro no nisy vehivavy nanao fihetsika hafahafa tetsy Andoharanofotsy ny alatsinainy teo. Teo imasom-bahoaka no nanao izay ho afany izy ny hanokatra ny varavaram-pasana saingy tsy tontosa izany. Tsy sahy nanatona ny olona fa nanao tazan-davitra. Toa entin’ny hery hafa izay mitondra tanjaka ho azy mantsy ilay vehivavy raha ny fijery azy. Nirifatra nitsoaka izy rehefa nanomboka nanakaikaiky ny olona. Izany tokoa ve no hoe mpamosavy miasa antoandro ?

JIOLAHY RN7

 

 Nanohitra ny jiolahy mpanakan-dalana teny amin’ny RN7 ary dia sahy nifampitifitra tamin’ny zandary mihitsy. Sendra ny be no ho ny vitsy anefa izy ireo tamin’ity indray mitoraka ity ka dia nitolo-batana ihany ny farany. Mbola manana kalachnikov izy ary mbola karohina izany rehefa nafeniny teo amin’ny manodidina ny tanànany ihany.

ASA FANAOVAN-GAZETY

 

Tapi-dalan-kaleha tanteraka i Rolly Mercia sy ny komisiona natsangany rehefa nivondrona ny orinasan-gazety marobe mba hanohitra ny fomba famoahana ny karatry ny mpanao gazety izay hataon’izy ireo. Ny faraheriny dia ny fampiasana ilay komisiona mba handresy lahatra ny tompon-gazety sasantsasany. Maninona anefa no izao vao hatao izany ? Efa tara loatra angamba, hoy ny hiran’i Mahaleo izay.

 

 

 

 

TOVOVAVY VOAOLANA

 

Tovovavy iray no nitaraina ho narary mafy ary hita ho mitanjaka rehefa nilaza fa nisy nanindrona zava-mahadomelina dia avy eo naolana. Tovovavy 17 taona izy io ary nolazainy fa mpitandro ny filaminana no nanao ny asa ratsy. Ny olona no nanome akanjo fitafy azy rehefa nahita azy niboridana.

 

VIDIN’NY SAKAMALAHO

 

Mihamitombo ny vidin’ny sakamalaho eny an-tsena amin’izao noho ny fisian’ny orinasa manodina ity vokatra ity hanaovana menaka. Lasa 2000 Ariary ka hatramin’ny 4000 Ariary ny kilao, raha latsak’izany teo aloha.

 

MPANAKANTO BARRY’S

 

Efa mihatsara ny fahasalaman'ilay mpanakanto ara-pilazantsara Barry’s amin'izao fotoana. Efa misakafo tsara ny tenany, ary efa afaka miteny sy mandeha izy izao rehefa narary aman-bolana ka nanaovana antso avo sy tolo-tanana tamin’ny fitsaboana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Posy sy saretyAzo atao manara-penitra tsara

Olana iray mbola saro-bahana eto amintsika ny fandaminana ny posy sy ny sarety. Matetika miteraka fitohanana sy fanelingelenana amin`ny fifamoivozana izy ireny ka mahavelon-taraina ny maro.

 

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly NomerikaCEG 8 no hahazo fitaovana avy amin’ny Orange Solidarité

Mitohy hatrany ny asa sosialy tanterahin’ny “Orange Solidarité” entina hanatsarana ny sehatry ny Fanabeazana eto amintsika.

 Natomboka tamim-pomba ôfisialy ny fiandohan’ny herinandro teo ilay fandaharan’asa sekoly nomerika izay tanterahin’ny fikambanana. CEG miisa valo eto amintsika no hisitraka izany ka ny dimy amin’ireo dia eto amin’ny Faritra Analamanga avokoa. Any amin’ny Faritra Diana kosa ny telo ambiny. Ho antsika eto an-drenivohitra manokana dia ny CEG Antanimena, ny CEG eny Itaosy, Faliarivo Ambodiafontsy, ny Analamahitsy ary ny CEG Ankadinandriana no hisitraka izany. Ny CEG ao Nosy-be hell ville, ny CEG Anivorano avaratra ary ny CEG Dzamanjary kosa no hahazo ny tolotra ho an’ny faritra Diana. Omena fiofanana manokana amin’ny fampiasana ireo karazam-pitaovana toy ny tablette, ny video projecteur ireto ireo mpianatra  sy mpampianatra mandritra izany hahafahana manatanteraka ilay sekoly nomerika. Ao anatin’ireo  fitaovana ireo avokoa no hampitana ny fampianarana amin’ny mpianatra noho izany entina hanatsarana ny kalitaon’ny fanabeazana. Tsiahivina moa fa hiarahana amin’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena ity fandaharan’asa iray ity. Ho an’ny fikambanana Orange Solidarité kosa dia fantatra efa mahatratra 88 isa hatreto ireo sekoly nisitraka izany sekoly nomerika izany nanomboka ny taona 2014 no mankaty ka mpianatra manodidina ny 42.200 no efa nahazo tombontsoa tamin’izany.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CISCO Antananarivo RenivohitraTohanana manokana ireo mpianatra hiatrika CEPE sy BEPC

Hifarana ny 02 martsa ho avy izao, araka ny fanazavan’ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianaran’Antananarivo Renivohitra Rtoa Rakotozafy Ramasy Harisoa, ny fisoratana anarana ho an’ny fanadinam-panjakana CEPE amin’ity taona 2018 ity.

Ny volana janoary lasa teo no nanomboka ny fisoratana anarana izay notsindriany manokana fa efa lavalava ihany ka tsy tokony ho tara  amin’ny fikarakarana ny antontan-taratasy ilaina amin’izany ny ray aman-dreny. Ho an’ity fari-piadidiam-pampianarana iray ity manokana  dia fantatra fa efa ao anatin’ny fanomanana tanteraka izy ireo. Ho an’ny fanadinana CEPE, ohatra, dia hisy  ny “cours de soutien” omena maimaimpoana ny mpianatra rehetra ao amin’ny taona voalohany ka hatramin’ny taona fahadimy, iarahan’ny mpampianatra sy ny talen-tsekoly. Hanaovana andrana isaky ny taranja mihitsy izany, ho an’ny mpianatra tsirairay avy. Ho an’ireo mpianatra eny anivon’ny sekoly ambaratonga faharoa indray, indrindra fa ireo hiatrika ny fanadinana BEPC dia hisy ny  fiofanana omena ny mpampianatra entina hanatsarana ny kalitaon’ny Fanabeazana mba hahazoana vokatra mahomby. Ho an’ny fanadinana BEPC manokana moa dia tsara  ny mampahatsiahy fa hifarana ny 08 martsa ho avy izao ny fisoratana anarana.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaoperativam-pambolenaSahirana mitady lalam-barotra

Nisy ny atrikasa manokana ho an’ny sehatra miara-miasa amin’ny kaoperativa notontosaina nanomboka omaly ary hifarana anio etsy amin’ny Colbert Antaninarenina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Zotram-pitaterana suburbaine EMaro no manary olona antenantenan-dalana

Mampitaraina an’ireo mpandeha avy any amin’ny By Pass hihazo ny renivohitra fatratra ny afitsoky ny zotram-pitaterana suburbaine E fa manivana olona tsotra izao ny ankamaroan’izy ireo, tahaka an’ireo zotram-pitaterana maro any amin’ny toeran-kafa ihany koa,

Tia Tanindranaza0 partages

Miha krizy indray

Nihazakazaka ny fahasahiranam-bahoaka tato anatin’ny fitondrana HVM, raha tsy hilaza afa-tsy ny fiakaran’ny vidim-bary avo 2 heny amin’ny teo aloha fotsiny sy ny fiakaran’ny vidin-tsolika matetika ary ny sandam-bola ho 2000% be izao nanomboka tany amin’ny fiitondran’ny filoha Tsiranana no ho nankaty.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatanjahantena MalagasyNy rafi-pitantantanana no miteraka savorovoro

Tena mampisavorovoro sy mampikorontan-tsaina ny maro, na mpitantana, na mpilalao, na mpitia fanatanjahantena tsotra fotsiny izao, ny fikorontanan-dava miseho lany eo anivon’ireo rafim-pitantanana fanatanjahantena eto amintsika ka tsy mety ahitam-bahaolana mandraka ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo AtsimondranoTratry ny fitaka bevava ireo sefom-pokontany

Ny alarobia 31 janoary hariva no nilazana ny sefom-pokontany rehetra teny amin’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano dia Itaosy, Andranonahoatra, Ambavahaditokana, Tsararay, Fiombonana…

 fa misy fiofanana tsy maintsy hatrehina eny ny ampitson’iny teny amin’ny kaominina Fiombonana. Nomena baiko hanakatona ny birao avokoa izy ireo fa tsy maintsy mankany. Rehefa tonga anefa ny fotoana, hagagana sy hatairana ny an’ny rehetra fa fifampiarahabana nahatratra ny taona ho an’ny antoko HVM Atsimondrano no niseho. Anisan’ny nanatrika tao i Rivo Rakotovao, filoha nasionalin’ny antoko. Nanampy trotraka ny nisian’ny olona tsy fanta-piaviana nanandra-tena ho solontenan’ireo lehiben’ny fokontany rehetra fa solontenany. Nisolelaka avy hatrany tamin-dry Rivo Rakotovao, ka nanao fampanantenana fa tsy hivadika amin’ny HVM sy ity mpitarika azy ity ireo sefom-pokontany. Maro ny tezitra sy tofoka tamin’ny fitaka bevava, indrindra ny fikatsahana azy ireo hatao fitaovana politika hampandaniana ny antokon’ny fitondrana amin’ny fifidianana ho avy. Ahitana kaominina miisa 26 Antananarivo Atsimondrano ary anisan’ny be mponina sy mpifidy indrindra eto amin’ny faritra Analamanga, ka tadiavina hatao tohatra fiakarana. Miezaka mampiasa ny fahefam-panjakana, saingy efa habaribarin’ny Malagasy fa tsy ilainy, kanefa dia manao letrezana hatrany. Afa-baraka tanteraka, ohatra, ny HVM tao Mahajanga ny herinandro nandritra ny fifampiarahabana nahatratra ny taona 2018. Delegasionina mafonja notarihin’i Rivo Rakotovao, Mohamed Rachid, Harry Laurent Rahajason, Monique Rasoazananera, Anicet Andriamosarisoa,… izay oloben’ny HVM sy ny fanjakana, saingy nitsanga-menatra satria zara raha nisy nanotrona. Voalaza fa tsy nisy afa-tsy fikambanam-behivavy notambatambazana 3 tapitrisa Ariary hanomanana sy hiatrehana ny 8 martsa sy olom-bitsy avy amin'ny isam-pokontany, nanerena ireo sefo fokontany miaraka amin'ny antoko HVM no tonga tao amin’ny Complexe sportif.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mba menatra ry Jean 7 a !

Tena variana aho ry Jean fa ialahy isany indray ve no nitory ? Sa ve tokony ho navela hovakian’ialahy isany ny lapa feno basy sy ny tahirina volam-panjakana ?

 Koa tsy may daholo ve ny tanàna rehetra raha navela hahazo basy tao ianareo ? Nahazo ihany moa ianareo tany an-kafa, ary dia ireny no nafitsokareo ! Vao mainka angamba nodoranareo mbamin’ny anjely maintin’Anosy marina e ! Izaho aloha dia misaotra ireo mpitandro ny filaminana fa tena niaro ny fananam-bahoaka izy e ! Lisany ihany anie no namaky sy nanimba ny RNM sy TVM e ! Sa tsy ampy fa Antananarivo mihitsy no mila potehina ? Mandehana hoe ry Jean 7 mba manandrana manao an’ireny any Frantsa na Etazonia  dia jerena hoe mety havelany hiditra ao amin’ny “maison blanche” ve na Lapan’i Elizée lisany. Izao ny vokatry ny lazain’lisany fa tolona. Nitotongana tahaka ny inona ny vola Malagasy, potika ny lalana, feno tsy fandriampahalemana ny tanàna. Potika e ! Firy no very asa ? Izaho manokana aloha dia mba mangataka ny hitsarana an’ialahy isany ireo koa e ! Manjary lasa manome ohatra ratsy ho an’ny zanatsika letsy ry Jean a ! Aiza ve dia vao misy olona mahangona vahoaka kely dia andeha haka fanjakana eny amin’ny lapa ? Atsy ho atsy koa izany ry Ambondrona na ry Rebika hanao an’izay dia manana ny rariny ? Mba alefaso lavitra ihany letsy ny saina marina a ! Mba menatra sady miala tsiny e !

 

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Mihenjan-droa ny tady eo amin’ny Fanjakana sy ny CENI

Nifarana vonjimaika tamin`ny 31 janoary 2017 lasa teo ny fisoratana anarana tao amin’nylisi-pifidianana, fisoratana anarana izay hahazoana ny lisitr’ireo mpifidy hiatrika nyfifidianana vinavinaina amin’ity taona 2018 ity.

 

 Manodidina ny 9 715 000 ny isan`ny mpifidy raha ny tarehimarika azo teo anivon`ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana.  Raha ny vinavinan’ny CENI hatreto dia tokony hahatratra 10 tapitrisa ny isan’ny mpifidy horaketina. Amin’ny maha zava-dehibe ny fandraisan’ny olom-pirenena anjara dia hanamafy ny lafiny ara-teknika ny CENI. Hanomboka hanadio ny lisitr’ireo mpifidy indray ity vaomiera ity ka hiverina eo anivon`ny fokontany tsirairay amin’ity volana febroary ity ny lisitra hanamarinana fanindroany ny isan’ny mpifidy. Mandritra ny roapolo (20) andro, manomboka amin’ny fotoana hampahafataran’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fokontany ny besinimaro amin’ny alalan’ny peta-drindrina fa efa afaka manamarina ny anarany sy ny momba azy ao anaty lisitra ny mpifidy, araka ny voalazan’ny andininy faha-17 amin’ny fehezan-dalàna mifehy ny fifidianana « Ao anatin’ny fe-potoana roapolo andro manomboka amin’ny vaninandro nanaovana ny petadrindrina dia mahazo maneho ny fitarainany, ny olom-pirenena rehetra tsy voasoratra». Manaraka izany ny andininy faha-18 dia manambara fa ao anatin`ny dingana atao ``dedoublonnage`` tanteraka ny CENI sy ny mpikambana ao amin’ny vaomiera ifotony mpanisa mpifidy na ny C.L.R.E ìzay anisan’ny mandray anjara feno amin’ny fanaraha-maso ny fikirakirana ny lisitra sy ny famaranana vonjimaika ny lisi-pifidianana, miaraka ireo filohan’antoko politika mba hanamarina ny lisi-pifidianana. Ity lisitra ity mantsy no anisan’ny nampisy olana hatrany teo aloha nandritra ny fifidianana. Manentana ny olom-pirenena rehetra hanamarina ny anarany sy ny mombamomba azy ao anatin’ny lisi-pifidianana ny CENI satria io no antoka ahafahan`ny tsirairay mandray anjara feno amin’izay fifidianana ho avy.

 

Misedra olana

Misedra olana ny Ceni teo amin’ny tsy fahavitrihan’ny olona noho ny serasera marefo. Maro ihany koa ireo tsy manana kara-panondro satria tsy manana kopia nahaterahana. Ny volana novambra lasa teo no vao natomboka ilay hetsika ``Fitsarana mitety vohitra`` kanefa aim-pirenena ity fisoratana anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana ity. Hiezaka hatrany ny CENI hanatratra ilay isan`ny mpifidy ho 10 tapitrisa kanefa ny fanjakana foibe dia toa manisy sakana ary efa mandondona an`ity vaomiera ity mba hamarana faran`izay haingana ny fisoratana anarana. Tamin`ny fifidianana 2013 teo dia mpifidy 2 tapitrisa teo dia efa ampy nampandresy an`Atoa Hery Rajaonarimampianina tamin`ny fifdianana filoham-pirenena. Izao anefa ny CENI dia manentana hatrany mba hitombo ny isan`ny mpifidy ka sarotra ho an`ny antoko HVM no handresy raha tonga maro ireo mpifidy. Tanjon`ny CENI rahateo ny fahatokisan`ny besinimaro ny voka-pifidianana, ny fanomezana eo amin`ny fiainam-pirenena sy ny sehatra iraisam-pirenena mba ahafahana hampanjary ny manodidina rehetra momba ny fifidianana. Na izany aza, mipetraka ny ahiahin`ny olom-pirenena ny amin`ny tsy fananan`ity Vaomiera ity fahaleovantena tanteraka na ny sehatra iraisam-pirenena na eo amin`ny fitondrana. Marihina fa ny fanjakana malagasy no manohana an`ny CENI amin`ny alalan`ny Basket Fund izay vatsin`ireo mpamatsy vola. Fa izay mandoa vola ve no tompon-draharaha e ?

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

GovernemantaHanao St Valentin any Mantasoa ?

Miala any indray ny governemantan`ny fandaniana sy ny fihetsiketsehana. Hisy indray mantsy ny fanaovana tombana na Team Building hotanterahina any Mantasoa ny 13 sy 14 febroary ho avy izao ka hanao ny fandaniana mihoapampana indray ny mpitondra fanjakana ahafahana mikarakara ny hetsika.

 

Tanjona ny hanamafy ny firaisankina eo anivon`ny fitondram-panjakana ka hivory sy hiala sasatra kely ny filoham-pirenena sy ny governemanta Mahafaly. Hihaona ny mpikambana ao amin`ny governemanta miisa 39 izay samy manana ny staff avokoa ary tsy hohadinoina koa ny filoham-pirenena sy ny ekipany. Hirantiranty ireo fiara tsy mataho-dalana toy ny V8 izay tsy maintsy hiantohana solika amin`ny fivezivezena. Tsy hay hadinoina ihany koa fa tsy maintsy misy ny pitsopitsony rehefa mikarakara fivoriana arahina lanonana toy izao. Mametra-panotaniana tokoa izany satria 95%-n`ny Malagasy ankehitriny no tafalatsaka tanteraka ao anaty fahantrana. Ny mpitondra anefa dia tsy tahotra tsy henatra manohy mangalatra ny harem-pirenena sy volam-bahoaka ary milomano tanteraka ao anaty fiadanana be sy harembe. Etsy an-daniny dia mametra-panontaniana ny maro ny hoe aiza no ahitana sakafo anio sy ny ampitso ? Mahantra ny Firenena ary nampahantraina tanteraka ny vahoaka. Aiza ho aiza ny politikan`ny fitsitsiana eo anivon`ny kitapom-bolam-panjakana mba tsy hisian`ny gaboraraka sy ny fandanim-poana ? Mifanohitra an`izany ny fomba amam-panao ny fitondrana HVM fa dia manao fandaniana be amin`ny haitraitra sy ny fihetsiketsehana maro amin`ny volam-bahoaka. Ity fitondrana HVM rahateo dia manaraka tendance satria amin`izao hakatoky ny fetin`ny Mpifankatia izao dia mba hiara hankalaza St Valentin angamba ny fitondrana! Mila malina e

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Analamanga, Prefektiora, CUANatomboka omaly ny fampihavanana

Nihaona manokana tao amin’ny Lapan’ny tanànan’Analakely omaly talata 6 febroary ny ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana, ireo mpikambana avy ao amin’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy dia ny jeneraly Charles Rabemananjara sy Razaka Oliva,

 ny Prefen’Antananarivo, jeneraly Angelo Christian Ravelonarivo, ny lehiben’ny faritra Analamanga Ndranto Rakotonanahary. Tanjona tamin’izany ny hisian’ny fampihavanana hahafaha-mikatsaka ny tombontsoan’ny renivohitra sy ny faritra ary ny faritanin’Antananarivo mipaka amin’ny firenena. Samy nanaiky ny rehetra fa zava-dehibe ny fiaraha-mijery ny tombontsoam-bahoaka, ka ny faritra Analamanga sy ny kaominina Antananarivo no hatao fitaratra amin’ny fampihavanana sy ho loha-masinina hitarika ny rehetra amin’izany, raha ny fanehoan-kevitry ny lehiben’ny faritra Ndranto Rakotonanahary. Tsy hijanona eo io fihaonana sy fampihavanana io fa hitohy eny amin’ny biraon’ny faritra eny Ambohidahy, avy eo eny amin’ny prefektioran’ny polisy Tsimbazaza. "Maniry firenena iray mendrika isika mba hahafahantsika miaina ao anatin'ny fandriampahalemana sy ny firindrana ara-tsosialy ", hoy ny an-daniny. "Ny zava-drehetra dia mangarahara. Ireo mpanao gazety dia hantsoina tsy ho ela mba hahafahan’izy ireo hahalala ny pitsopitsony sy ny sasantsasany amin'ireo dingana noraisina. Samy manana ny andraikiny anefa ny tsirairay, raha ny fanehoan-kevitr’i Oliva Razaka. Mandeha ny fampihavanana eny antsefatsefany eny. Fa mifanindran-dalana amin’izay ihany koa anefa ny karazana antsojay misy amin’izao fotoana.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Sambava - Tentative avortée de braquage d’une automobiliste

Un véhicule 4x4 conduit par une dame, a été visé par un braquage mardi soir dans la ville de Sambava.  Selon des témoins, l’assaut aurait été planifié.  Les deux auteurs du hold-up ont mis la main sur une somme estimée à 50 millions d’ariary. Le fait qu’ils ont circulé à bord d’une moto a facilité leur tâche pour prendre la voiture en filature. A l’entrée d’un pont de la ville, les bandits ont rattrapé  le 4x4 qui était obligé de ralentir l’allure. D’autant plus qu’un mini embouteillage s’est formé à l’endroit. Une fois que leur moto se trouvait à la hauteur du véhicule, les malfrats ont menacé la conductrice avec leurs armes. 

Le passager de la moto était descendu de l’engin pour ouvrir carrément la portière arrière du 4x4 avant de s’emparer du sac renfermant l’argent, lequel était été posé négligemment sur la banquette arrière. Une fois le butin en main, le voleur a voulu rejoindre de facto son acolyte. Mais trop tard ! L’alerte a été déjà donnée. Les curieux s’étaient rapidement mobilisés afin d’appréhender les bandits. Dans sa panique, le motocycliste a rapidement enfourché son engin pour fuir sur-le-champ, abandonnant sur place son compagnon. Malgré sa tentative pour échapper à ses poursuivants, ce dernier a été rattrapé avec l’argent. Il a échappé de peu à une vindicte populaire. Avec leurs motos, d’autres témoins de la scène s’étaient lancés aux trousses du motocycliste fuyard. La traque n’a guère duré qu’une poignée de minutes et le fugitif fut coincé au bout d’une brève course-poursuite à travers une rue de Sambava. Visiblement, les deux bandits avaient fait preuve d’amateurisme et ils l’ont payé cher. L’affaire est entre les mains de la Police.

F. Roland

La Vérité0 partages

Trafic de drogue - Un puissant réseau opère sur le triangle Ile Maurice – Madagascar - Inde

L’Icac (« Independent commission against corruption »), l’équivalent mauricien du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), a adressé une demande d’entraide judiciaire auprès des autorités  malagasy et indienne. L’objectif est d’amener celles-ci à se pencher sur le cas d’un certain S.M.A.K. Cette commission soupçonne ce dernier d’être un gros bonnet de narcotrafiquants. A travers cette coopération judiciaire, l’Icac veut faire d’une pierre deux coups : évaluer les biens de S.M.A.K et déterminer l’identité des personnes que celui-ci côtoie en Inde et à Madagascar.  

 

Notons qu’un ex-magistrat et non moins président de la commission d’enquête portant sur le narcotrafic à l’île Maurice a déjà eu l’occasion d’auditionner S.M.A.K. L’ancien juge a voulu s’enquérir des relations que celui-ci aurait avec deux caïds actuellement en détention. L’un serait un spécialiste du transport de l’héroïne par vedettes rapides depuis Madagascar. Quant à l’autre, il a déjà été inculpé pour blanchiment d’argent après l’arrestation de son neveu dénommé A.S.K, en décembre 2015. Ce dernier fut surpris avec plusieurs centaines de roupies en devises étrangères destinées à un certain T.C., un agent de change mauricien qui serait en relation avec le narcotrafic. A propos dudit T.C., les enquêteurs cherchent justement à savoir si, dans ses opérations de transfert d’argent via « mobile banking », le concerné n’ait versé l’argent à Madagascar. Mais il y a aussi le cas d’un autre agent de change répondant au nom de R.S. qui aurait reçu des centaines de milliers de roupies des mains du susnommé A.S.K., et qui serait un spécialiste de telles transactions. Pendant le dernier trimestre 2015, R.S aurait effectué 760 transactions (contre seulement 35 à 100 transactions pour ses collègues). En gros, le fameux S.M.A.K cumule les dossiers sales. En juin 2013, il fut impliqué dans la saisie d’héroïne d’une valeur de 30 millions de roupies, mais a bénéficié d’une liberté conditionnelle. La drogue fut interceptée  sur deux passeurs répondant aux noms de M.A.K.M (20 ans) et Jean Marc Y.T Ng. M.K. (46 ans), lequel est un familier de la Grande-île. Dans sa déposition, le premier a affirmé avoir accompagné le second par deux fois à Madagascar. Mais il a également cité, outre S.M.A.K lui-même, deux autres membres du réseau. Concernant toujours S.M.A.K, il est aussi soupçonné d’être le partenaire d’un casino mauricien que les narcotrafiquants utiliseraient comme plateforme de blanchiment de l’argent provenant du trafic de drogue. Le propriétaire de cette maison de jeu a été condamné le 5 février dernier à 8 ans de prison pour importation d’héroïne dont la valeur se chiffre à des centaines de millions de roupies.

 Recueillis par F.R.  

La Vérité0 partages

Terrain glissant

Le régime Hvm serait-il en train de perdre le contrôle de la situation ? Tel un navire qui tangue sous l’effet pervers de puissantes vagues de tempête en plein océan. Le commandant de bord, en proie à une vive panique, tourne en rond. Iavoloha et Mahazoarivo, submergés par les divers problèmes et les crises récurrentes, sont débordés. Des indices, visibles à l’œil nu, corroborent le constat de leur égarement. Les grands engagements de janvier 2014 à Mahamasina demeurent lettre morte. Les délestages persistent et continuent de tordre le cou des usagers dans tout Madagascar. A Tanà et environs, le Grand Tanà, en dépit de nouvelles puissantes installations, affirme-t-on, les coupures d’eau et d’électricité ne baissent point d’intensité.

L’insécurité, en milieu urbain et rural, redouble de gravité. La recrudescence des kidnappings, un signal rouge pour le pays, atteste de façon indiscutable l’échec du régime. Les familles des victimes pointent du doigt le laisser-aller ou l’ineptie des responsables concernés, notamment les Forces de sécurité. Il a fallu que ce phénomène nuisible fasse, derechef, son méfait à Toamasina pour qu’on daigne dépêcher sur place des éléments d’élites, les « saka mainty ». Des mesures toujours tardives ! Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, lors d’un point de presse à Mahazoarivo, dimanche dernier avant son départ, laissait entendre que certains haut placés du pouvoir seraient de mèche avec les kidnappeurs ! Les enquêtes seraient en cours. Les vindictes populaires qui se généralisent dans toute l’île, témoins d’une faillite de la crédibilité de l’Etat et qui fragilisent l’autorité morale des Instances judiciaires du pays, ne s’estompent pas. Elles illustrent, aussi, l’emprise de la corruption dans ce secteur qui, normalement, est le bastion de l’Etat de droit. Non sans rappeler de l’affaire d’Houcine Arfa qui s’éclate en pleine figure des maîtres du pouvoir. Et l’inflation, les dirigeants n’arrivent pas à la contourner malgré les gesticulations ici et là. Les prix des produits de première nécessité continuent de grimper. Sur les étals du marché, le riz et les légumes s’achètent à prix d’or. La viande de bœuf se raréfie. Bref, les mères de famille ne savent plus où donner de la tête ! Le trafic illicite des espèces protégées nargue les différentes autorités compétentes. Des responsables étatiques, des éléments hauts gradés des Forces de l’ordre et des agents mieux placés de la Douane, un véritable réseau, favoriseraient le circuit. Certes, il y a eu des saisies, sporadiquement, mais elles ne  mettent pas fin à l’ampleur du dégât. En toile de fond à ce tableau pas si brillant, les rumeurs de remaniement s’enflent et confortent la thèse selon laquelle une panique générale envahit en haut lieu. Le locataire de Mahazoarivo part ou a été prié de quitter le territoire suivant un motif, pour le moins, très ambigu : maladie ou mission ! Sinon les deux à la fois !  En réalité, on ne se retrouve plus dans ce pays. Qui dit vrai ? Qui ment ? Qui fait quoi ? En tout cas, le régime, dans son ensemble, paraît totalement dépassé par le cours des évènements. Le « taxi-brousse » du pouvoir arrive sur un point de virage dangereux dont la chaussée comporte un risque réel de dérapage. Un terrain glissant ! Et dire qu’on est à l’approche d’une échéance électorale d’une importance capitale pour la Nation.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Carte professionnelle des journalistes - La médiation du Gepimm sollicitée

Le vice-président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) à Antananarivo Didi Ratsimbazafy et le conseiller  de l’Ojm à Antananarivo Zoelson Rakotonindrina  souhaiteraient les bons offices du  Groupement des Editeurs de Presse et d’Information Multimédia de Madagascar (GEPIMM) pour chercher des solutions au problème relatif à la confection de la carte de professionnelle des journalistes.

Une déclaration allant en ce sens a été faite hier à Analakely à l’issue d’une consultation entre membres de l’Ojm élus à Antananarivo et les représentants des responsables de rédaction issus de médias privés qui forment le front commun de refus contre la démarche unilatérale du ministère de la Communication relative à la confection des cartes professionnelles des journalistes. Rappelons qu’à quelques jours de la date butoir fixée par le ministère de la Communication pour l’envoi des dossiers en vue de la confection des cartes professionnelles des journalistes, plusieurs organes de presse audiovisuelle et écrite étaient montés au créneau pour contester la mise en place hâtive par le ministère de la très contestée Commission paritaire. La sollicitation a été faite en prévision de la rencontre entre les membres du Gepimm.

 La Rédaction

La Vérité0 partages

Vol d’énergie électrique à Andranomanelatra - La Jirama n’a trouvé aucune preuve hier

Le régime Rajaonarimampianina veut à tout prix faire couler le navire Marc Ravalomanana. Le pouvoir central a pour la deuxième fois depuis janvier dépêché sur le site industriel de la société AAA-Tiko à Andranomanelatra Antsirabe des agents de la Jirama. Leur mission consistait à trouver des preuves matérielles confirmant l’existence d’un quelconque câblage souterrain illégal. Celui-ci est censé alimenter clandestinement la résidence privée de l’ancien président de la République à partir du réseau électrique de la compagnie d’électricité.

 

 Selon les informations, les responsables de la Jirama sont depuis lundi descendus sur le lieu en vue de mener l’opération de vérification après la première, sans le résultat escompté, réalisée dans la journée du 24 janvier suite à une plainte déposée auprès du parquet d’Antsirabe le 3 novembre 2017 pour « vol d’énergie électrique » à l’endroit du fondateur de l’empire Tiko Group Sa, sérieusement mal en point depuis 2009.

 Groupe électrogène

 Le tribunal de première instance d’Antsirabe a alors autorisé les agents de la Jirama à rouvrir l’enceinte close et les installations industrielles d’Andranomanelatra. Il a fallu des scies à métaux pour faire sauter les verrous scellés par un huissier de justice. Hier, l’opération a débuté à 

9 heures en présence des représentants légaux des deux parties en conflit. Les membres des délégations ont tous inspecté ensemble et constaté de visu les endroits suspects en les visitant un à un. La suspicion repose sur la présence d’un groupe électrogène. Le communiqué diffusé par la Jirama 

en date du 29 janvier a confirmé son existence.  « Même s’ils n’ont pas eu accès directement à la résidence de l’ancien président, les agents de la Jirama ont pu découvrir auprès des installations de la société Tiko les dispositifs qui ont servi à alimenter en électricité la résidence de l’ancien président à travers les installations de AAA », a mentionné la source.

 Groupe de secours

 Cette dernière persiste et signe que le huissier de justice a dûment constaté l’enfouissement d’un câble venant de la société AAA vers ladite résidence. « Le câble électrique sortant de la cour a été fixé au mur et entre dans un boîtier qui constitue l’arrivée de la source d’alimentation électrique. Sur place, ils ont également découvert un groupe électrogène d’une puissance de 500 kVa», a rajouté la source officielle. Celle-ci du reste a indiqué qu’il s’agit seulement d’« un groupe de secours alimentant l’usine et le logement en même temps en cas de coupure d’énergie fournie par la Jirama ».

La descente d’hier a en effet eu pour objet principal de confirmer par des preuves tangibles le bien-fondé de tels énoncés. Sur les lieux, le raccordement au réseau de la Jirama reste déconnecté suivant la coupure effectuée par les agents de la Jirama eux-mêmes. Par contre, le câble provenant dudit groupe électrogène alimente bel et bien la fromagerie, la résidence de Marc Ravalomanana et les lieux d’aisance (WC et douches pour les employés).

 Rien d’affirmatif

 Sous les yeux attentifs des responsables de l’AAA-Tiko, les agents de la Jirama ont procédé au creusement de la fondation autour des constructions. Ils ont aussi escaladé les murs à l’aide d’une échelle pour trouver le  passage d’un éventuel câblage clandestin. Rien d’affirmatif n’a été trouvé au moment où les membres de la presse spécialement invités à couvrir l’événement ont quitté le site aux alentours de 14 heures. De la sorte, le défenseur de Tiko a suggéré la mise en marche du groupe électrogène pour attester qu’il reste la principale source d’électricité fonctionnelle pour les différentes composantes se trouvant à l’intérieur de l’enceinte de la société privée. Mais les agents de la Jirama ont décliné la proposition. Ceci n’a pas été l’objet de leur mission. L’AAA-Tiko a  tout de même démarré le groupe électrogène pour mettre en confiance les témoins oculaires.

Rageusement

 Malgré tout, le directeur interrégional de la Jirama pour le Vakinankaratra a annoncé la poursuite de l’opération de vérification. Le creusement du sol a ainsi continué dans la cour. Des individus payés par l’argent de l’Etat ont été appelés en secours pour ce faire. La publication du procès-verbal qui sera conjointement établi et validé par les deux parties en présence sera attendue dans les prochains jours. En s’acharnant sur le président national du parti Tiako i Madagasikara, le régime Rajaonarimampianina, en mal de popularité et de performance, fait de la propagande gratuite pour lui. L’Etat-Hvm cherche rageusement à brouiller la carte là où la moindre odeur du téméraire Marc Ravalomanana est perceptible dans le but non avoué de l’anéantir. Les autorités gouvernementales s’évertuent à lui couper l’herbe sous le pied par tous les moyens possibles exactement comme durant la période ayant précédé les tumultueuses présidentielles de décembre 2001. 

 Manou Razafy

La Vérité0 partages

Viols non dénoncés - Des victimes brisent le silence…

Un déni collectif. C'est ce qu'une jeune femme victime de viol a qualifié ce cas qui affecte certaines jeunes filles, femmes et même les enfants à Madagascar. Dans certains cas, les victimes de viol sont contraintes de se taire pour éviter la discrimination et l'exclusion de la communauté, à commencer par leurs familles. Des personnes non compréhensives arrivent même à pointer du doigt les victimes en pensant que ce qui leur arrive étant de leurs fautes, à cause de leurs comportements. Le pire c'est que des auteurs sont des membres de la famille et proches des victimes, dont des oncles et grands-pères. Raison pour laquelle le silence persiste pour sauver l'honneur et la réputation de la famille. Pourtant, cette culture du silence détruit la vie des milliers de jeunes filles victimes à Madagascar. Les jeunes filles et femmes qui ont accepté de nous faire part de leur calvaire ont décidé de briser le silence, non seulement pour mieux avancer mais surtout pour encourager les autres à suivre leurs pas.

 

« J'étais dans le déni jusqu'à mes 17 ans »

Un souvenir gravé. L'enfance est une période charnière de notre vie. Elle définit en quelques sortes notre personnalité et certains souvenirs issus de cette période restent parfois gravés dans les mémoires selon le degré de leur impact sur notre vie. Ils viennent même nous hanter quand nous nous y attendions le moins. Pour Fitia, mère célibataire d'un petit garçon de tout juste 6 mois, ce souvenir reste son viol par son instituteur de l'école primaire. Elle a confié que «  quand cela s'est produit, je n'ai pas vraiment pris conscience de la situation, tout ce dont je me souviens c'était que j'avais extrêmement mal et que j'avais perdu énormément de sang ». « En plus de cela, mise à part la honte, mon instituteur était un ami de mes parents donc je n'ai pas osé leur parler de ce qu'il m'avait fait », ajoute-t-elle. A partir de là, Fitia a toujours été distante et méfiante, plus particulièrement à l'encontre des personnes du sexe opposé. 

Elle avait toujours peur que l'évènement se reproduise ou que quelqu'un finisse par se rendre compte qu'elle avait quelque chose d'anormal. Ce n'est qu'à l'âge de 17 ans qu'elle a appris qu'elle a été violée. « Je suis toujours restée dans le déni au fil des années, et c'est l'éducation sexuelle qu'on nous a octroyé au lycée sans oublier les différents films que je voyais à la télévision qui m'ont mise la puce à l'oreille ». Un film a provoqué le déclic. « Quand j'ai vu ce film qui racontait l'histoire d'un professeur de musique qui violait ses élèves, indique Fitia, tous mes souvenirs sont remontés à la surface, c'était comme si je revivais toute la scène : le professeur qui me disait qu'on allait jouer ensemble et que je ne devais ni crier ni le raconter à quelqu'un ». Se relever a été un vrai défi pour elle, en particulier, quand elle a eu son premier rapport sexuel avec son petit ami. 

Actuellement, elle a passé le cap de l'acceptation. Cependant, les blessures de cet horrible évènement la hantent toujours. Elle se demande encore combien de jeunes filles ont subi la même chose qu'elle à cause de ce fameux instituteur. « Aujourd'hui, je remercie le ciel de m'avoir donné un fils parce que si c'était une fille, j'aurais eu trop peur qu'elle vive les mêmes choses que moi. Je ne l'aurais pas supporté », conclut-elle.  

Midi Madagasikara0 partages

Fakana an-keriny an’i Akil Cassam Chenai : Efa navotsotra avokoa ireo olona valo nosamborina

Dimy andro androany no nakan’olona dimy nirongo basy mahery vaika an’ity tera-tany Indiana Bohra manana ny zom-pirenena frantsay ity, teo Salazamay Toamasina. Hatreto aloha raha ny angom-baovao marim-pototra voaray avy amin’ireo tera-tany Bohra, dia tsy mbola misy ny fitakiana vola nataon’ireo mpaka an-keriny azy tamin’ny fianakaviany. Ho an’ny mpitandro ny filaminana ahitana ny USI sy ny polisy eto Toamasina ary ny Zandary izay miara-mihetsika manao ny fikarohana sy ny fanadihadiana ny raharaha, dia fomba fiadin’ireo mpaka an-keriny ny fihazonana ireo olona alainy elaela vao mitaky vola izy, mba hampitombo ny vola takian’izy ireo, izany no mahatonga ny fomba fahazoana azy amin’ny fianakavian’ireo tratrany mandoa faran’izay haingana ny fitakian’izy ireo noho ny ahiahy ny ain’ny havany. Tahaka ny nitranga momba ny raharaha “Kalidas” tao Antananarivo : izay 16 andro aty aoriana vao nisy ny fitakiana vola ka taorian’izay dia navotsotr’ireo mpaka azy an-keriny ity tera-tany karana manana zom-pirenena frantsay ity; nefa ny raharaha Akil Cassam Chenai dia iray andro monja taorian’ny famotsorana an’i “Kalidas”. Raha mikasika ireo olona valo nosamborina ny alahady teo kosa, dia efa saika navotsotra avokoa izy ireo taorian’ny fihainoana azy ireo teo anivon’ny sampan’ny zandary misahana ny heloka be vava izay ivon-toerana misahana ity raharaha fakana an-keriny ity, saingy iarahan’ny polisy sy ny zandary manao ny fanadihadiana rehetra mandritra izany. Ireo andiana “saka mainty” sy ireo polisy mpanao ‘intervention” eto Toamasina ary ireo ekipan’ny zandary, dia mameno ny ao Andranomadio sy Mangarano II ary Ambalamanasy amin’ny fikarohana an’i Akil Cassam Chenai, noho ilay fiara nitondrana azy tao Andranomadio no hita. Mitaraina noho ny antsonjay mahazo azy ireo vokatr’ izao zava-misy any amin’ny fokontan’izy ireo izao, ireo filoham-pokontany misahana ireo fokontany feno mpitandro ny filaminana ireo, ary isany efa nohenoina mikasika ity raharaha ity koa.

Malala Didier

L'express de Madagascar0 partages

Reproduction – Les centres de santé au service des jeunes

L’accès au service de santé de la reproduction des jeunes étant faible, huit cent centres de santé de base deviendront des centres de santé amis des jeunes.

Accessibilité. 50 % des cen­tres de santé de base de Madagascar dont huit cent à mille six cent des CSB II fonctionnels seront changés en centres de santé, amis des jeunes, en l’an 2020. Ils seront censés proposer des offres sur la reproduction des jeunes. C’est ce que le ministère de la Santé publique a rapporté lors d’un atelier sur le lancement de plan stratégique national en santé de reproduction des adolescents et des jeunes, à l’hôtel Ibis hier.« Il existe quinze critères à respecter pour ces centres de santé de base. L’existence d’un espace pour recevoir les jeunes, la préparation de programmes pour les jeunes en font partie. Les responsables au sein des CSB II doivent maîtriser le contact avec les jeunes, les respecter et garder la confidentialité. Les zones enclavées ne sont pas encore incluses dans ce projet car il faudrait encore voir l’accessibilité géographique, culturelle et financière. Toutes les  prises en charge doivent être gratuites et n’ont aucune barrière », explique Philemon Ndremana, consultant national en santé de la reproduction des adolescents.

Aucun consentement parentalLe ministère de la Santé publique avec le partenaire technique et financier vise à voir de plus près la situation des jeunes et des adolescents ainsi que les personnes vulnérables dans le cadre de la santé de la reproduction. 20 % des jeunes filles de moins de 24 ans ont fait des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. Elles sont très vulnérables lors de la grossesse. Dix femmes par jour meurent à Madagascar  lors de l’accouchement dont trois sont des adolescentes. Beaucoup de jeunes avortent et n’adoptent pas encore le planning familial. « Ce plan stratégique renforcera les actions menées au niveau de la société et la première dans ce renforcement est l’accès des services aux jeunes », ajoute t-il.Les jeunes de moins de 18 ans sont actuellement autorisés à adopter le planning familial, même sans consentement parental. « 33 % de la population malgache utilisent la planification familiale et seulement 13 à 14 % sont des jeunes de moins de 18 ans. C’est la raison de la loi sur l’usage du planning familial. Il n’y aura plus d’obstacle pour les personnes mariées ou célibataires pour planifier le nombre de leur enfants, que ce soit dans le milieu urbain ou rural. Néanmoins des consultations doivent se faire avant d’adopter le type de méthode de planning familial adapté. Il faut également inciter les jeunes de moins de 18 ans qui sont pas encore entrés dans le rapport sexuel à l’adopter, afin d’éviter les effets nocifs sur la santé », explique docteur Angeline Razafin­dravelo, chef de service de la santé de la reproduction au niveau du ministère de la Santé publique.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Ambatolampy – Deux morts dans un vol plané

Lancée à grande vitesse, une Renault 5 s’est précipitée par dessus le pont d’Antsaha­firaisana avant-hier. Un transporteur et son compagnon sont morts noyés.

Dramatique accident de la circulation sur la RN 7. Dans l’après-midi d’avant-hier, aux alentours de 16h 30, une Renault 5 a fait un vol plané par dessus le pont d’Antsaha­firaisana au point kilométrique 57, à une dizaine de kilomètres au Nord d’Amba­tolampy. Le bilan fait état de deux morts et d’un rescapé. Un transporteur âgé de quarante ans, ainsi que son compagnon de trente-six ans, ont péri dans l’accident. Le chauffeur a en revanche échappé de justesse à la mort. La Renault 5 s’est retrouvée littéralement engloutie sous les eaux montantes et déferlantes après cette meurtrière sortie de route.Alors que ses deux passagers, enfermés dans le véhicule, se sont noyés, l’individu qui se trouvait au volant a pour sa part  réussi à s’extirper in extremis, pour être secouru juste à temps. Les deux autres occupants de la citadine avaient déjà en revanche rendu l’âme lorsqu’ils ont été désincarcérés de leur piège de  métal, gisant sur le lit de la rivière à plus de deux mètres de la surface.Les corps inertes des deux hommes qui y ont laissé la vie ont été acheminés hier Tana hier pour les funérailles. Le quadragénaire opère dans le transport en commun. Il s’était rendu à Ambatolampy pour faire réparer un volant moteur et avait loué le taxi de marque Renault 5 impliqué dans ce drame pour regagner Tana, lorsque la mort l’a happé. Hors de danger, le chauffeur  du taxi a été quant à lui entendu et placé en garde à vue par la gendarmerie d’Ambatolampy, en charge de l’enquête.

Piège mortelLe véhicule impliqué dans ce tragique accident faisait route sur Tana quand le pire s’est produit.En arrivant à Antsaha­firaisana, la route s’étrangle sur le pont, après un virage serré, qui guette dangereusement les automobilistes imprudents.D’après les informations communiquées, le contrôle de la Renault 5, lancée à vive allure, a apparemment  échappé au chauffeur lorsque celui-ci a négocié le tournant. Son véhicule s’est du coup précipité vers les garde-fous pour les percuter de plein fouet, avant qu’il ne termine sa course effrénée dans la rivière. En plus de la double perte en vie humaine, les dégâts matériels sont importants.Ce n’est pas la première fois qu’un aussi grave accident survient sur ce tronçon, où des ponts sont tristement connus comme étant des pièges mortels pour les automobilistes. Des taxis-brousse en ont déjà fait les frais. Sommeil au volant, défail­lance mécanique, excès de vitesse et imprudence en sont le plus souvent les causes.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – La coopération des familles des victimes sollicitée

Les séries de kidnapping ont été discutées en conseil du gouvernement. Le manque de collaboration des familles des victimes freine les efforts dans les enquêtes.

Pointés du doigt. Un changement d’attitude s’impose. Les familles des victimes de rapt refusent de collaborer avec les forces de l’ordre. C’est le constat émis par le ministre de la Défense nationale, Béni Xavier Rasolofonirina, hier, à Mahazoarivo.Lors d’un conseil du gouver­nement dirigé par Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, intérim du Premier ministre, un temps a été accordé pour discuter de la recrudescence des rapts envers la communauté indienne. D’après le compte rendu partagé, l’intérim du Premier ministre a invité les ministères en charge de la sécurité publique à établir le point de la situation.D’une manière générale, des efforts ont été fournis, des pas sont franchis mais la collaboration des familles des victimes constitue un frein majeur dans la lutte contre le kidnapping. Ainsi, concernant le ressortissant indien d’origine française Akyl Cassam Chenai, enlevé à Toamasina, le ministre de la Sécurité publique Jean Jacques Andrianisa a affirmé que des renforts ont déjà été envoyés sur place pour prêter main forte aux enquêteurs locaux. De ce fait, des perquisitions ont déjà été opérées et les recherches ainsi que les investigations nécessaires suivent actuellement leur cours. Les premiers résultats sont encore gardés secrets dans le dessein d’honorer le principe attenant au secret de l’instruction.Signé en octobre 2017, un accord de partenariat entre le ministère de la Sécurité publique, le secrétariat d’État chargé de la gendarmerie nationale, l’autorité de régulation des technologies de la communication (ARTEC) et le ministère de la Justice a mis en place une cellule anti-kidnapping aujourd’hui opérationnelle.

Accès facileSous la houlette du ministère de la Justice, elle vise à faciliter l’accès aux informations relatives aux propriétaires des téléphones mobiles. La Garde des sceaux soutient que deux hauts magistrats du Parquet d’Antana­narivo pilotent cette cellule en collaboration avec des policiers et des gendarmes».La vie de leurs proches en jeu, les familles refusent toute collaboration avec les forces de l’ordre. Forts de cet avantage, les ravisseurs agissent à leur aise. « La collaboration reste, sans conteste, primordiale et revêt une importance capitale pour les enquêtes menées par les responsables concernés », affirme le ministre de la Défense nationale. Une situation qui interpelle le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka qui a rendu compte de sa rencontre avec les responsables de la Communauté française d’origine indienne à Madagascar (CFOIM). Ainsi, il a rappelé à ces derniers que, dans le traitement de ces crimes, tout un chacun doit absolument observer les lois en vigueur dans le pays.Tout comme les familles des kidnappés devraient mettre en avant leur statut de victimes et non point leur origine française.Limité dans ses actions à cause de la discrétion des familles des victimes, le conseil de gouvernement a sommé les trois ministères impliqués de près à ce sujet brûlant à rencontrer des représentants des communautés indiennes de la capitale. Règlement de compte, acte de déstabilisation, source de revenus rapide, symbole de l’insécurité à Madagascar, le kidnapping est une épine qui s’accroche dans les pieds de tous les régimes qui se sont succédé.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Liste électorale – Deux cent vingt mille doublons éliminés

Selon Thierry Rakotonarivo, plus de deux cent mille doublons ont été éradiqués de la liste électorale à ce jour. Le taux d’inscription atteint maintenant les 5%.

Une évolution positive. À ce jour, la liste électorale compte neuf millions sept cent quinze mille électeurs. Selon le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Thierry Rakoto­narivo, ces chiffres sont apparus après l’opération de dédoublonnage des listes qui sont déjà parvenues à la centrale depuis le 31 janvier. « Nous avons enregistré plus de deux cent vingt mille doublons que nous avons éliminés avantd’arriver à ce nombre aujourd’hui », a-t-il soutenu lors d’une conversation téléphonique, hier. Ainsi, le taux d’inscription à la liste électorale atteint les 5% depuis la fin janvier. Se laissant aller à un bref moment de plaisanterie, il a déclaré que « les dix millions d’électeurs auraient pu être atteints si l’opération de dédoublonage n’avait pas été effectuée ».Toujours d’après les explications du vice-président de la CENI, la date du 31 janvier n’est que la date limite de consultation de la liste électorale au niveau des fokontany, tandis que l’arrêtage se fait au niveau des districts. « Après le 31 janvier, le comité local de recensement des électeurs (CLRE), composé de partis politiques et de la société civile, a revu une dernière fois les noms inscrits dans la liste pour y ôter les imperfections. La liste est ensuite envoyée auprès du centre informatique de district pour être saisie avant d’être envoyée au format électronique à la centrale », a-t-il indiqué.

VérificationsLa liste en version électronique passera ensuite par le dédoublonnage avant d’être renvoyée auprès de chaque centre informatique régional du pays pour impression. « À partir de là, les citoyens ont vingt jours pour vérifier si leur nom est bien inscrit dans la liste », a soutenu Thierry Rakoto­narivo. Dans le cas où l’électeur ne trouve toujours pas son nom dans la liste, il peut faire une réclamation auprès du CLRE. « Si le CLRE ne daigne pas inscrire le nom de l’électeur malgré ses explications, ce dernier peut intenter une action en justice », a déclaré le vice-président de la CENI.Concernant les individus qui ont eu dix huit ans après le 31 janvier, ils ne pourront pas s’inscrire dans la liste, ni même se rattraper durant les vingt derniers jours de l’ouverture de la liste électorale. « La loi est claire. Tous ceux qui fêtent leur dix huit ans après le mois de janvier ne peuvent pas participer à l’élection », a soutenu Thierry Rakotonarivo.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Rock – Mage 4 à la conquête du Palais des Sports

Une nouvelle exceptionnelle vient de tomber. La bande infernale de Mage 4 mettra ses pieds pour la première fois en solo, au Palais des Sports. 

Amateurs de sons forts et de performances live décoiffantes, cette information risque bien de vous combler. Dans quelques mois, ou plus précisément au mois d’avril,  préparez-vous à sauter dans tous les sens au rythme des sons de Ken et sa bande. Après avoir rempli le théâtre de verdure d’Antsahamanitra l’an dernier, Mage 4 se lance donc un défi de taille puisque l’enceinte du Palais des Sports est capable d’accueillir quelque 7 000 spectateurs. « C’est un véritable plaisir pour le groupe  de  pouvoir enfin convier le public et nos fans de  toujours à nous rejoindre dans cet antre de la fête de la capitale.  Je ne veux pas trop en dire plus pour l’instant, mais nous sommes en train de travailler sur plusieurs décors de scène, tout en conservant la tradition de Mage 4, et nous espérons donner aux fans une expérience fantastique quand ils viendront voir ce concert exceptionnel », mentionne Ken, le lead vocal du groupe.Pour cette année le groupe Mage 4 a choisi de collaborer avec l’agence événementielle Ivenco afin de faire parler son art pour une série de concerts, et il y en a vraiment pour tout le monde. Les rockeurs feront donc vibrer le Palais des Sports à Mahamasina, le Théâtre de verdure d’Antsahamanitra et d’autres salles de spectacle, pour des moments de live explosif. Pour l’instant le groupe n’a pas donné une date précise, mais il ne reste plus qu’à attendre patiemment.

Une référenceAprès plus d’un quart de siècle d’existence, Mage 4 déchaîne toujours les passions de la part de ses fans. Formé, suite à l’initiative d’une bande de copains rockeurs et mélomanes, le groupe a vu le jour à Toliara en 1992 et, est devenu légendaire de la scène rock métal à Madagascar, au fil des ans. De ce temps benjamin de la scène rock, il s’est continuellement forgé une notoriété auprès de ses pairs. Entamant son petit bonhomme de chemin tout au long des années 90. Depuis, Mage 4 a su s’affirmer par son charisme et son rock plus mélodieux que criard. De « Valin-ditra » à « Lavitra » à l’époque des K7, puis « Tsiaro an’i Mika » en hommage à son soliste disparu, suivi de « Fo vaovao» et « Fiandohana », les albums de Mage 4 connaissent un succès notoire.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Claudio Tida sur KTM SX-F250

Le quintuple champion de Madagascar de moto tout terrain, Claudio Tida, se lance un nouveau défi. Il roulera sur une KTM SX-F250 pour la saison 2018. 

Un nouveau challenge attend Claudio Tida, cette année. Le quintuple cham­pion de Madagascar de moto tout terrain en catégorie scratch (2012/14/15/16/17) vient de s’engager chez la team KTM-Madauto.Il a signé son contrat samedi dernier à Andraharo, avant une brève présentation de sa nouvelle machine sous ses nouvelles couleurs. Le pilote de vingt-cinq ans sera au guidon d’une toute nouvelle KTM SX-F250, pour la saison 2018. « J’ai gagné plusieurs titres auparavant et c’est un nouveau défi dans lequel je me lance maintenant. Je suis très motivé à l’idée de disputer cette saison avec ma nouvelle équipe. Je compte bien avoir la couronne nationale », a-t-il confié samedi.La KTM SX-F250, une machine de dernière génération, bénéficie d’une alimentation par injection électronique. Il est possible d’opter pour deux cartographies moteur, pour rouler en full power ou limiter la puissance en mode soft. On note également la présence d’un contrôle de traction, qui gère l’anti-patinage et la procédure de départ.Le coup d’envoi de l’exercice 2018 sera donné ce samedi 24 février, avec l’Enduro Sherco, au café d’Ampasimbe sur la RN2. Claudio aura donc deux semaines pour s’habituer à sa nouvelle monture.

Gagner les 4H Honda« Je pense que la prise en main ne sera pas compliquée. C’est une marque différente et donc une moto différente. Je saurai m’adapter et je serai prêt pour l’ouverture du championnat », a-t-il poursuivi.Claudio Tida sera aussi en mission lors des Quatre Heures Honda, le dimanche 18 mars à Imerintsiatosika. Jusqu’à aujourd’hui, la mythique course d’endurance, à disputer par équipe de deux, s’est toujours refusée à lui. Une anomalie dans son palmarès, sachant qu’il a déjà tout gagné à part cette compétition.« Je suis plus que jamais motivé pour les 4H avec cette nouvelle équipe et cette nouvelle moto. J’ai déjà terminé deuxième à plusieurs reprises, mais je n’ai jamais gagné. J’espère que ce sera cette année avec la team KTM-Madauto », a-t-il affirmé à ce propos. Sauf changement de dernière minute, il devrait être associé au Réunionnais Pascal Dorseuil.Le calendrier comprendra sept autres échéances par la suite. Citons leX-Country Acerbis du 4 mars, le MX Antsirabe du 8 avril, le MX Nosy Be du 20 mai, le Grand Prix d’Ilakaka du 24 juin, le X-Country Antsirabe du 2 septembre, le MX Antsirabe II du 25 novembre et enfin le MX By Pass du 23 décembre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Imerintsiatosika – Huit arrestations et saisie d’armes

Octuple arrestation  pour grand banditisme. Suivis à la trace par des gendarmes de la brigade territoriale d’Imerintsiatosika, huit individus se sont fait cueillir dimanche à Anosibe, aux67 ha ainsi qu’à Ankeribe Imerintsiatosika. Un pistolet  automatique de fabrication artisanale, un fusil de chasse et des grigris ont été découverts sur la bande démantelée.Une attaque à main armée, perpétrée dans la nuit du 26 au 27 janvier à Ambohimandry Arivoni­mamo a déclenché cette vague d’arrestations. Lors du méfait, une mère de famille a été blessée par balle et les assaillants se sont emparés de 1,2 million d’ariary en numéraires, un poste téléviseur à écran plat, ainsi que deux téléphones portables d’après les préjudices déclarés aux gendarmes.La famille prise pour cible a porté plainte. Mis sur la piste des malfaiteurs, les gendarmes d’Imerintsiatosika ont coincé deux premiers suspects à Anosibe et aux 67ha dimanche. Lorsque les enquêteurs leur ont tiré les vers du nez, ces derniers les ont conduit le même jourjusqu’à leurs six comparses à Ankeribe Imerintsiatosika, où des perquisitions ontpermis de dénicher les armes et les grigris. Interrogés, des membres du comité local de sécurité indiquent que certains des incriminés se seraient déjà trouvés mouillés dans des actes de banditisme. Les huit suspects seront traduits demain devant le parquet.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Le riz stagne à 2 500 ariary

Aucun changement. Le prix du riz stagne à 2 500 ou  2 600 ariary actuellement. D’après un épicier à Besarety, le prix du riz n’a pas encore changé et ne peut descendre que vers fin avril quand la nouvelle récolte de riz arrivera sur le marché. La consommation de riz a également diminué pour la plupart des ménages car les gens n’ont pas les moyens d’acheter des kilos de riz comme auparavant. Il en est de même pour la consommation des produits de première nécessité.La présence de riz importé aide actuellement les gens à subvenir à leurs besoins quotidiens. Le riz de luxe coûte actuellement 1850 à 2 000 ariary le kilo. Les vendeurs prennent le maximum de marge bénéficiaire car, ce riz importé coûte notamment 400 dollars la tonne soit 1 270 ariary le kilo. Le riz stock coûte moins cher car il est à 1 500 ariary. À part le ministère du Commerce, le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage joue un rôle crucial dans la production du riz, surtout auprès des paysans cultivateurs. Ce ministère compte améliorer la filière riz en accompagnant les paysans dans les différents projets réalisés avec des partenaires. La production de rendement en riz dépend également de plusieurs facteurs comme la réhabilitation des canaux d’irrigation. « La durée de vie des canaux d’irrigation qui datent de 10 à 20 ans, est expirée. Il faut souligner que la production de riz à Madagascar ne se basait par sur l’usage d’engrais mais plutôt sur la gestion de l’eau. Les systèmes d’irrigation sont très anciens », explique Harison Randriarimanana, ministre de l’Agriculture et de l’élevage.

M.A.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le nouveau bâtiment hospitalier sort de terre

Le centre hospitalier universitaire s’agrandit. Le Japon finance la construction d’un nouveau bâtiment dont les travaux dureront quatre mois. 

Deux rassemblements se sont déroulés, en fin de semaine, dans l’enceinte du Centre hospitalier universitaire de Place Kabary à Antsiranana. Le premier s’est tenu devant la salle de triage où une partie de personnel hospitalier a joué au domino montrant aux passants et aux patients qu’ils sont en grève pour demander le départ du directeur de l’hôpital. Le Professeur ne se comporte pas bien et nous avons constaté la mauvaise gestion du CHU », explique Julien Rakotoarisoa, gréviste et non moins directeur administratif et financier de l’établissement tout en soulignant qu’ils sont en grève depuis le mois de décembre. Apparemment, une autre minorité du personnel hospitalier a assuré le service minimum.En outre, la tension est montée d’un cran car les manifestants ont clouté le bureau du Pr Herinirina Andriamanana Rakotoarisoa, directeur du CHU. Ils ont aussi dégonflé les roues de sa voiture 4L.Quant au deuxième regroupement tenu à l’entrée de l’hôpital, il a vu la présence des autorités locales, d’une autre partie du personnel et de quelques personnes issues de la grande famille de la Santé. Ils étaient là pour la pose de la première pierre d’un nouveau bâtiment qui permettra d’offrir de meilleurs soins et des services médicaux adéquats à la population locale. C’est une grande première dans les annales de l’histoire de cet hôpital créé en 1901. Sa construction se fait sur financement non remboursable du gouvernement japonais, pour un montant de 228 millions ariary. Les travaux sont confiés à l’entreprise Ny Avo et s’achèveront le 13 mai, soit dans un délai de quatre mois.

Méthode saineCe pavillon accueillera dans ses murs des salles de consultation, de neuropsychiatrie, d’ophtalmologie, d’oto-rhino-laryngologie (ORL), de rééducation et un laboratoire.Lors de cette cérémonie, le directeur du CHU n’a pas caché sa détermination à redorer le blason de cet établissement historique d’Antsiranana. Et ce, malgré la grève menée pour exiger son départ. « Si nous voulons avancer, il faut mettre en place une méthode de travail saine et efficace que tout le monde doit appliquer, même moi», indique le Pr Herinirina Andriamanana Rakotoarisoa, dans son bref discours. Interrogé sur les revendications des grévistes, il a répondu qu’ils ont le droit de le faire, mais ils doivent aussi respecter les droits des autres membres du personnel qui n’adhèrent pas à leur cause, et surtout ne pas agir en vandales.En sa qualité de parent, Jafimanjo, le directeur de l’Administration générale du territoire de la région Diana, a encouragé les deux parties à trouver un terrain d’entente et ne penser qu’aux besoins des patients et des populations.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Gouvernement – Le Premier Ministre en contrôle sanitaire

La propagation, sur les réseaux sociaux, du décret qui nomme Benjamina Ramanantsoa, ministre de l’aménagement du territoire et de l’équipement, en tant qu’intérim du Premier Ministre, a affolé les internautes. Lors d’une conférence de presse à Maha­zoarivo dimanche, le chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonan­drasana a annoncé qu’il ferait un saut à l’étranger pour effectuer un bilan de santé. Contacté hier, le responsable de la communication de la primature a d’ailleurs reconfirmé ses dires. « Le Premier ministre effectue un bilan de santé à l’étranger. Il n’est souffrant d’aucunemaladie, mais comme tout ếtre humain il veut connaître les détails de sa santé », a-t-il expliqué.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Six étapes au programme du championnat

Le championnat de Mada­gascar de pétanque, en doublettes constituées masculines et féminines, comprendra six étapes. Celles-ci s’étaleront sur trois mois. La première d’entre elles est fixée pour les 17-18 février, à Antananarivo.La capitale accueillera deux autres rendez-vous, les 16-18 mars, puis les 7-8 avril. Par la suite, les quatrième et cinquième échéances sont prévues à Antsirabe et à Toamasina, respectivement les 28-29 avril et les 19-20 mai. L’ultime étape, quant à elle, se tiendra une nouvelle fois à Antananarivo, les 26-27 mai.À l’issue de ces six joutes, les meilleures formations s’affronteront lors de la grande finale, les 2-3 juin, toujours à Antananarivo.La paire cham­pionne de Madagascar sera renforcée par deux mem­bres de l’équipe nationale. Et ce, afin de défendre la couronne mondiale décrochée au Palais des Sports et de la culture de Mahamasina au mois de décembre 2016, lors du prochain Mondial au Canada, du 13 au 16 septembre à Desbiens City.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Kenya Junios Open U18 – Les Malgaches hors course

Une dure journée. C’est ce qu’on peut dire par rapport à la prestation des quatres joueurs malgaches, hier, dans le cadre du Kenya Juniors Open U18 qui se poursuit à Nairobi cette semaine.Finaritra Andriamadison, qui avait écarté la Suédoise Sissi Axelsson (6/2, 6/1) au premier tour, s’est inclinée en huitièmes de finale contre la Kenyane Angela Okutoyi, pensionnaire du centre de la Fédération internationale de tennis de Nairobi en deux sets (4/6, 4/6).Même constat pour Mialy Ranaivo qui n’a rien pu faire contre l’Italienne Béatrice Ricci (1/6, 5/7).Sa sœur Narindra Ranaivo, quant à elle, a pu faire un remarquable début de match contre l’autre Italienne Eleonore Alvisi en enlevant la première manche par 6/4. La suite du match a été catastrophique puisque Narindra n’a plus réussi à gagner le moindre jeu et a concèdé les deux au­tres sets 0/6, 0/6.Chez les garçons, Sam­pras Rakotondrainibe, du haut de ses quatorze ans, s’est contenté d’une défaite par 2/6, 3/6 contre l’Amé­ricain Matthis Ross tête de série numéro 16 du tournoi. En double, en s’associant avec le Rwandais, il a frôlé la victoire mais finalement le duo malgacho-rwandais s’est incliné 3/6, 6/4, 5/10 contre Prachet (Inde) et Piercarlo Usai (Etats-unis).Demain, Narindra, Mialy et Finaritra joueront les quarts de finale du double. Finaritra et sa partenaire Scarlett Hutchinson affronteront Zoe Billon (France) et Elena Gemovic (Serbie), têtes de série numéro quatre.Narindra Ranaivo et sa partenaire d’entraînement Angela Okutoyi (Kenya), tête de série numéro trois, s’opposeront aux Italiennes Béatrice Ricci et Alessandra Simone.Enfin Mialy Ranaivo et l’Américaine Victoria Sasinka joueront contre Celestine Avomo (Gabon) et Aïcha Nyunkuru (Burundi).

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Des différences sociales jusqu’au sein des castes

«De 1794 à 1810, la société paysanne merina vivant dans la paix, n’est pas encore affectée par des apports nouveaux de population, c’est-à-dire d’autres Malgaches soumis et des Masombika ou Makoa importés d’Afrique» (Manassé Esoavelomandroso, À propos des groupes paysans en Imerina, 1794-1810, revue historique Omaly sy Anio, premier semestre 1982).L’auteur soulève, dans son étude, les oppositions juridiques et sociales. S’adressant aux Ambaniandro, c’est-à-dire à son peuple, Andrianampoinimerina s’écrie : « Le pays et le royaume sont à moi (…) Je vais donc partager la terre ; je donnerai une rizière à chaque homme, je veillerai à ce que tous les Ambaniandro aient le même ventre, car ils sont tous mes sujets, les petits comme les grands ; je diviserai la terre en rizières pour vous permettre de me servir : c’est ainsi que je disposerai mes sujets, en faisant régner entre eux l’égalité » (Tantara ny Andriana eto Madagascar, R.P. Callet).Puis le roi précise : « Ces hetra (rizières) que je vous donne, tant aux sujets libres qu’aux Mainty, c’est pour assurer votre subsistance ; c’est pour vous racheter si vous êtes esclaves ; c’est pour y être ensevelis à votre mort. »Toutefois, précise l’historien, la société paysanne merina, au début du XIXe siècle n’est pas égalitaire. Durant le règne d’Andrianam­poinimerina, la distinction fondamentale entre hommes libres et esclaves se renforce : « Les hommes libres- Andriana, Hova et Mainty enin-dreny- se différencient ainsi des groupes sociaux caractérisés par la détention de certaines catégories de terres. »Manassé Esoavelomandroso souligne que, durant cette période, les Andevo (esclaves) sont sûrement moins nombreux que les hommes libres. Cela s’explique aisément, ajoute-t-il. En effet, en voulant faire des habitants des régions qu’il soumet, des sujets fidèles, et en cherchant à créer un royaume peuplé et puissant, « le roi a très peu réduit en esclavage les populations vaincues ou les prisonniers de guerre ».De plus, la réduction en esclavage pour des crimes commis, n’a pas dû toucher un grand nombre d’hommes libres sous Andrianam­poinimerina. Sur les conseils de Hagamainty, le souverain décide de ne plus réduire en esclavage les femmes et les enfants des coupables,lesquels sont asservis sinon condamnés à mort. Cependant, entre 1794 et 1810, « des esclaves pour dettes sont venus s’ajouter aux descendants des captifs de la période trouble qui a suivi le partage du royaume d’Andriamasinavalona », affirme l’auteur.Et de souligner : « Ces esclaves appartiennent aux sujets libres que des privilèges, pas toujours politiques, mais essentiellement honorifique et rituels, divisent en Andriana, Hova et Mainty enin-dreny ». La plupart du temps, les uns et les autres ont leur territoire qu’ils habitent avec leurs esclaves qui les aident dans les travaux agricoles.Mais ces trois castes, si castes il y a, ne constituent pas des groupes homogènes sous Andrianampoinimerina. Ils ne disposent pas tous des mêmes privilèges. Les différents groupes ou catégories de sujets libres ont souvent leurs territoires propres, à l’exception des deux premières catégories d’Andriana, les Zazamarolahy et les Andriamasinavalona, qui obtiennent du roi des seigneuries (« menakely » ou « vodivona »). Et ce, non seulement dans les régions éloignées de la capitale ou fraichement conquises, mais à l’intérieur même de l’Avaradrano. Ces seigneurs n’ont pas d’esclaves, mais ils bénéficient des services rendus par les Hova ou les Mainty vivant dans leurs seigneuries.Pour rappel, les Andriana sont répartis en six sous-castes. Par ordre décroissant, il s’agit des Zazamarolahy, des Andriamasinavalona, des Andriantompokoindrindra, des Andrianam­boninolona, des Andriandranando et des Zanadralambo. L’Imerina, depuis Andrianam­poinimerina, comporte six districts ou « toko » : l’Avaradrano, l’Ambodirano, le Marovatana, le Vakinisisaony, le Vonizongo et le Vakinankaratra.Dans l’Avaradrano, les Hova sont répartis en quatre groupes : les Tsimahafotsy, les Tsimiamboholahy, les Mandiavato et les Voromahery. Dans ce dernier groupe, se trouvent des Hova, mais aussi  des princes de la famille royale et des serviteurs royaux.Les Mainty enin-dreny pour leur part comportent les trois groupes de Manisotra rattachés au Vakinisisaony (les Mainty telo reny) ; les deux groupes de Manendy comprenant les Manendianativolo rattachés à l’Avaradrano et les Manendianosivola rattachés au Marovatana ; et les Tsiarondahy installés à Mangarano et Faliary, à Ambohipoloalina et à Manjakaray.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

 

L'express de Madagascar0 partages

Ligue des champions féminine

Une compétition internationale féminine de football pourrait voir le jour prochainement, en l’occurrence une Ligue des Champions, opposant les meilleurs clubs de chaque nation du continent africain. Le projet sera abordé lors de la prochaine assemblée de la commission du football féminin de la CAF, en mars.

L'express de Madagascar0 partages

Jazz – Tahiry Andriamanoro intègre une nouvelle formation 

Tahiry Andriamanoro, le fils du musicien émérite Sammy Andriamanoro, a officialisé sa nouvelle formation appelée « Three Voices Band ». Les trois connaissances de longue date qui composent ce groupe vont se produire devant leur public, pour la première fois, dans la soirée du jeudi 8 février, au No Comment Bar à Isoraka. Ils sont tous des habitués des scènes et de l’univers jazz. Chacun a forgé son expérience de son côté. Mais comme les grandes idées qui se retrouvent toujours à un moment donné, les trois personnes se sont rencontrées grâce à leur passion commune, la musique. Forts conscients de leur complémentarité pour offrir quelque chose d’exceptionnel, la bande des trois voix est née. « On se connait depuis longtemps. On joue ensemble depuis longtemps. Et on a eu l’idée de combiner nos talents, vu qu’on a le même style musical et une parfaite complicité. J’ai déjà intégré d’autres bandes auparavant, mais dans celle-ci, la symbiose est plus forte et l’osmose adhère mieux », a confié Tahiry Andriamanoro qui a commencé à jouer de la batterie à l’âge de quinze ans, un des membres de « Three Voices Band ».Au fil des ans, il a accompagné son père et les amis musiciens de ce dernier dans différents concerts. Quant à Zara Rajaonarisoa, la seule fille du groupe, elle est chanteuse de jazz, et aussi auteure et compositrice. Elle a déjà deux albums à son actif. Elle a été repérée lors du Walking Jazz en février 2012 et a participé aux différents festivals de jazz de la capitale. Elle a même partagé la scène avec l’américain Kenny Wesley, durant le Jazz Day de l’année dernière. Le troisième élément de cette formation est Toky Ramasi- manga. Il a été découvert et présenté aux mélomanes par Fanja Andriamanantena en personne, lors de leur concert intitulé « Deux claviers pour deux voix », en tant que pianiste talentueux qui saura sans aucun doute  ravir, et bercer tendrement avec la maîtrise de son instrument de prédilection, selon le propos de sa marraine.Sans nul doute, la soirée du jeudi sera aux couleurs jazzy. « Nous trois, nous allons jouer des standards du jazz et du blues, des variétés internationales et des reprises de quelques morceaux malgaches à notre façon, et ce, pendant deux heures de temps. C’est nous trois ensemble qui faisons la vraie différence », ont précisé les trois artistes avec optimisme.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Morte foudroyée

La foudre a frappé à Alarobia Ambatomanga samedi vers 18heures. Une femme de soixante-six ans allait regagnerson foyer avec son mari lorsqu’elle a été foudroyée. La sexagénaire a été tué sur le coup alors que son mari a perdu connaissance.

 

L'express de Madagascar0 partages

Cultures résistantes dans l’Androy

Des résultats probants sur la culture de pois d’Angole, des produits tout à fait consommables, ont été présentés par l’ONG GRET à Ambovombe, qui en a fait l’essai depuis quatre ans. Des aménagements importants ayant impliqué plus de mille familles ont été entrepris pour la culture du pois d’Angole. Des variétés de patates douces plus riches en oligo-éléments,  légumineuses et  céréales avec des cycles de production plus courts et résistants à la sècheresse ont également été présentées.

 

L'express de Madagascar0 partages

 Compétition des enseignants en éducation physique

C’est la première fois qu’il y aura une compétition pour les enseignants de l’éducation physique, plus connue sous l’abréviation EPS. Deux cents enseignants participeront à cette compétition. Les épreuves écrites et pratiques sont prévues se dérouler du 7 au 9 mai. La compétition se divise en deux parties. Tous les enseignants de 18 à 30 ans participeront à la première compétition où cent cinquante enseignants seront retenus. La deuxième concerne les enseignants fonctionnaires jusqu’à 40 ans où cinquante enseignants seront retenus. Les gagnants bénéficieront d’une formation de deux ans avant de travailler dans les EPP et les CEG de toute l’Ile. L’inscription est ouverte depuis le 29 janvier et ne se terminera que le 30 mars.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le campus d’Ambondrona en pleine réhabilitation

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique l’a recommandé. Les travaux de réhabilitation de la cité universitaire d’Ambondrona ont commencé lundi, comme prévu.Les installations électriques ainsi que les sanitaires sont totalement endommagés. Les conduits d’eau ainsi que les toilettes et douches ne sont plus fonctionnels. Pire encore, les chambres sont dépouillées de tous les accessoires, tandis que les portes et les fenêtres sont complètement réduites à l’état de ruine. Les plafonds sont ravagés par le temps et l’usure. Tout est à refaire. Les dégâts sont évalués à 51 milliards ariary.Mais pour l’instant, le plus urgent est de restaurer cinq blocs de six chambres chacun, soit trente chambres d’ici à la prochaine rentrée universitaire en avril.Rappelons que trente blocs et quatre autres cités préfabriqués composent la cité universitaire à Ambondrona.«En parallèle, la réparation de plusieurs blocs se poursuit jusqu’à la rentrée universitaire  », précise le Dr Robelson Rabi Jean Sterah, directeur de la TICà   l’Université de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Supersbike – Panigale 1299, un concentré de puissance et de technologie

Avec les 205 CV délivrés par son bicylindre, la Panigale 1299 est l’une des supersportives les plus puissantes au monde. Son pilotage s’avère exigeant et nécessite une concentration à tout instant.

Dans l’univers des superbikes, la Ducati Panigale fait figure d’une vraie bête, au sommet de la hiérarchie. N’en déplaise aux amateurs de japonaises. À l’occasion de la « Rencontre des Motards », à Havoana Land Ambohimalaza, samedi, nous avons eu le plaisir de rouler sur la seule Panigale 1299 recensée à Madagascar. Son propriétaire, Rivo Aina Randrianarivony, un biker chevronné, nous a gratifiés d’une plaisante balade sur la RN2, avant de grimper sur la montée vers Imerikasinina. Une brève sortie, mais suffisante pour nous rendre compte du potentiel démoniaque de l’italienne.De prime abord, elle est plus fine, par rapport aux super sportives équipées de moteurs quatre cylindres en ligne. En effet, on retrouve ici un bicylindre en L calé à 90°, desmodromique. Il cube exactement 1285 cm3 et développe une puissance maximale ahurissante de 205 CV à 10 500 tr/min. À ne pas mettre entre les mains de n’importe qui, car le pilotage de la Panigale est extrêmement exigeant. « Si on se balade tranquillement, la prise en main est accessible. Par contre, si on commence à attaquer et à mettre un peu plus d’angle, c’est vrai que c’est exigeant. Il faut découvrir ses limites et les franchir peu à peu, afin de progresser dans son pilotage. Sinon, on stagne », confie Rivo.

Comme toutes les italiennes, elle est très réussie au niveau esthétique.

Montées en tours expéditivesUne telle puissance dans la poignée de gaz implique une concentration maximale. Et ce, sachant que le comportement du bicylindre est totalement différent d’un traditionnel quatre cylindres. À chaque sortie de courbe, la moto vous propulse en avant tel un boulet de canon. Le couple est tellement important (14,7 mKg à 8 750 tr/min), que l’italienne grimpe très rapidement dans les tours. Les changements de rapports, bénéficiant d’un shifter, doivent suivre ces montées en tours expéditives. Ce qui requiert un pilotage extrêmement pointu, pour éviter le rupteur à chaque fois. Un caractère bien trempé qui fait le charme du bicylindre Superquadro.Bien évidemment, étant une machine de dernière génération, la Panigale 1299 est bourrée d’aides au pilotage, aussi précises les unes que les autres. Histoire d’assurer un maximum de sécurité, mais aussi de mieux gérer la bête. En mode « race » où toutes les aides sont désactivées, sur la montée d’Imerikasinina, elle est tellement puissante que l’avant avait tendance à se lever à chaque coup de gaz, en première comme en deuxième. C’est là qu’on se rend compte de toute l’importance de l’anti-wheeling DWC. Le contrôle de traction DTC relié à une centrale inertielle permet également de mieux gérer les accélérations. Outre le DWC et le DTC, l’anti blocage des freins ABS 9.1 MP et le réglage de frein moteur EBC tiennent également des rôles prépondérants.

Le mono-bras laisse paraître une superbe jante à bâtons sur la droite.

Cadre ultralégerBien évidemment, un tel moteur doit être monté sur une partie-cycle digne de ce nom. Et Ducati n’a pas fait les choses à moitié, avec notamment un cadre ultraléger en aluminium, qui fait également office de boîte à air. Le mono-bras oscillant arrière est également en alu, comme les belles jantes à bâtons. Il est monté avec un mono-amortisseur latéral. Si ce système peut engendrer une certaine appréhension, il n’en est rien. Au contraire, il en découle un équilibre à toute épreuve. La firme de Bologne a certainement réalisé des études approfondies avant de choisir ces deux éléments. La fourche inversée de 50 mm contribue également à la stabilité de la Panigale et procure une précision chirurgicale au train avant. Tandis que le pneu de 200/55-17 inspire vraiment confiance à l’arrière.La partie-cycle a été conçue de manière à alléger la moto au maximum. Résultat, elle ne pèse que 190 kg en ordre de marche. Et avec 205 chevaux dans le ventre, le rapport poids/puissance est tout simplement phénoménal.

Rivo a été séduit par la gueule de la Panigale.

Rivo Aina Randrianarivony – « Avoir autant de couple, c’est un vrai régal »  

. D’où vous est venue l’idée d’acquérir une Panigale ?Je l’ai achetée en août 2017. Je suis passionné de deux-roues depuis toujours. À un moment, j’ai fait une pause. Mais cette passion s’est réveillée quand j’ai vu toutes les motos rassemblées au salon Bikers Show, en avril de l’an passé. J’ai choisi la Panigale pour sa gueule et son design, qui m’ont grandement séduit. Cette moto est réputée nerveuse et difficile à dompter, mais j’étais excité quant à l’idée de tenter l’aventure. D’un autre côté, les Ducati sont toujours très bien cotées et ne souffrent pas de dévalorisation malgré les années.

. Comment s’est passée la prise en main ?Quand j’ai roulé pour la première fois à son guidon, c’était en mode « race », pleine puissance sans aucune aide au pilotage, et j’ai fait quelques erreurs. Je me suis demandé si je n’avais pas fait une erreur d’acquérir une moto aussi indomptable, avec l’avant qui partait toujours en wheeling. Ce n’est que par la suite que j’ai fait quelques réglages, afin de trouver mes marques.

. Qu’est-ce que ça fait d’avoir autant de puissance et de couple entre les mains ?Par rapport à mes anciennes motos, le couple est incroyable. À chaque sortie de virage, la moto en veut toujours plus et l’arrière se dérobe un peu. Au fur et à mesure qu’on roule, on apprend à doser les accélérations. Mais une fois qu’on est habitué, la moto se révèle accessible et c’est un vrai régal d’avoir autant de puissance et de couple.

Commande desmodromique, un système à part

L’appellation desmodromique découle de deux termes grecs, en l’occurrence « desmos » qui signifie lien, et « dromos » qui évoque la course d’un élément du moteur. Dans un moteur classique, le culbuteur exerce une force pour comprimer le ressort de soupape, à chaque ouverture. Ce ressort se décomprime par la suite, à la fermeture. Avec une commande desmodromique, l’on retrouve deux culbuteurs, un pour l’ouverture et un autre pour la fermeture. Ainsi, le rappel de la soupape est contrôlé de façon positive. Il n’y a plus de danger que celle-ci reste enfoncée trop longtemps, ce qui engendrerait l’affolement. Sur ce genre de moteur, les frottements entre les pièces sont accrus. Ainsi, il est impératif d’opter pour une lubrification de haute qualité.

Trois modes de conduite

Il est possible de choisir entre trois modes de conduite sur la Panigale 1299. Sur le mode « Rain », les chevaux sont contenus, la prudence étant de mise sur goudron mouillé. C’est avec le mode « Sport » que l’italienne délivre un peu plus de jus et gratifie de son couple incroyable. Le tout géré par les nombreuses aides au pilotage cependant, comme le système anti-wheeling DWC, entre autres. Ces aides disparaissent du tableau sur le mode « Race ». Le pilote est le seul maître à bord. Un mode réservé uniquement aux pilotes expérimentés, capable de dompter la bête.

Le mono-bras et le mono-amortisseur latéral procurent un meilleur équilibre.

Un regard perçant et agressif

Au niveau design, la Panigale 1299 se distingue par sa face avant particulièrement réussie. Une grande majorité des motards s’accorde à dire que c’est la sportive avec « la plus belle gueule ». Avec les optiques, en haut, et les entrées d’air, en bas, l’ensemble forme une certaine symétrie. Cette magnifique signature se retrouve sur tous les modèles de Panigale. Elle constitue leur principale caractéristique graphique et leur procure un regard aussi perçant qu’agressif.

Le choix des modes de conduite se fait sur l’écran de bord TFT.

Panigale désigne un quartier de Bologne

Auparavant, les motos de Ducati étaient dénommées selon leurs cylindrées, de la 851 jusqu’à la 1198. L’année 2011 marque un tournant pour la firme italienne, avec la sortie de la première Panigale 1199. Elle est équipée d’un nouveau moteur Superquadro bicylindre, délivrant 195 CV. La 1299 s’inscrit comme une évolution de celle-ci. L’appellation Panigale fait référence à un quartier de Bologne, Borgo Panigale, où est implanté le siège de Ducati. Un quartier rendu célèbre par les machines « rouges » produites par l’usine. En constante progression, la dernière version a été présentée lors du salon EICMA de Milan, en novembre 2017. Ce dernier millésime se démarque cette fois-ci par un moteur V4, développant 214 CV.

FICHE TECHNIQUE DE LA PANIGALE 1299 :

MoteurBicylindre en L calé à 90°, 4 tempsRefroidissementLiquideAlimentationInjection électroniqueArbre à camesDOHC desmodromiqueCylindrée1285 cm3Puissance max205 cv à 10.500 tr/minCouple max14,7 mKg à 8750 tr/minSuspension avantFourche téléhydraulique 50 mmSuspension arrièreMono-amortisseur latéralFrein avantDouble disque 330 mm, étriers radiaux à 4 pistonsFrein arrièreSimple disque 245 mm, étrier à 2 pistonsRoue avant120/70-17Roue arrière200/55-17CadreMonocoque en aluminiumRéservoir17 litresHauteur de selle830 mmPoids en ordre de marche190 kg

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Taxi-brousse attaqué

Cinq individus ont été arrêtés à Ambatofitorahana dimanche et lundi pour attaque de taxi-brousse. Une carabine a étésaisie. Tombé en panne à Anjoma Nandihizana dimanche, un minibus de marque Mercedes Sprinter s’était fait attaquer par vingt bandits armés vers 21h 30.

L'express de Madagascar0 partages

Rationnel

Le Président de la Répu­blique de Madagascar a récem­ment présenté son projet de société appelé : Fisandra­tana 2030. Son programme me parait rationnel dans le cadre de la promotion de l’Industrie et des Mines. Le fait «de ne plus exporter du brut» est une bonne résolution car cette situation nous a envahi depuis un certain temps. En déclarant ce propos dans son élocution, je me suis, tout de suite sentie confiante et optimiste de l’avenir de mon beau pays. Oui, confiante, parce que ma patrie n’est pas une source intarissable de joyaux sans propriétaires, où tout le monde s’en procure pour s’y enrichir, au détriment de mes compatriotes. Le Président s’engagera à mettre un filtre dans l’exploitation des ressources naturelles de notre pays, ce qui semble très réaliste  pour la croissance de notre économie. En exploitant le brut, directement sur notre territoire, nos mines seront reconsidérées dans leurs valeurs. En plus, cela génèrerait la promotion de l’industrie, et donc de l’emploi, sans parler de l’impact positif sur l’estime et la reconnaissance de notre Nation par rapport aux partenaires étrangers. Depuis toujours, il fallait produire nos mines, d’une efficience remar­quable comme ce que font les chinois à mettre en valeur leurs pandas. Le gouvernement chinois dégage un revenu considérable par rapport aux profits qui leur reviennent dans le traitement des Pandas (soin, transfert et location). Nos mines doivent être valorisées de la sorte. Unique ressource que notre immense fosse de toujours pourrait nous apporter une valeur ajoutée. Bravo ! c’est le terme qui convient à cette vision du Président, notamment sur le fait d’éradiquer le brut et entrer dans une méthode plus efficace et rentable.

par Rija Razafimandimby

L'express de Madagascar0 partages

Attaque de dahalo

Six dahalo armés ont sévi à Ambodirina Antsampa­drano hier aux petites heures. Un homme a été blessé par balle. Deux zébus qu’ils allaient dérober ont été en revanche récupérés. Les poursuites continuent.

 

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 2

Avancement des travaux d’entretien des portions de route reliant la capitale au grand port de l’Est. Notamment à Marozevo et entre Brickaville et Toamasina, au PK 287 à l’entrée et à la sortie du pont de Brickaville, au PK 333 au niveau d’Antana­nambo.  Des nids de poule seront remplacés par du béton ou par du goudron. Les chaussées seront élargies au niveau des tournants et de nouvelles  plaques de signalisation ainsi que de nouvelles balises seront mises en place. Les travaux sont assurés par l’entreprise Colas et l’entreprise RIN’S.