Les actualités à Madagascar du Mardi 07 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara69 partages

Politique économique : Stratégies paradoxales de 2020, évoquées par Dr Rado Ratobisaona

Dr Rado Ratobisaona souligne l’importance de l’adhésion citoyenne au Programme de développement du pays.

Madagascar a fait un pas en avant dans le processus d’émergence, selon les explications de l’économiste Dr Rado Ratobisaona. Cependant, il a cité plusieurs imperfections qui restent à corriger dans la politique économique actuelle. Interview.

 Midi Madagasikara (MM). Il y a un an passé, vous avez souligné la faisabilité technique de l’émergence économique de Madagascar. 12 mois se sont écoulés. Que pensez-vous de l’évolution actuelle ?

Dr Rado Ratobisaona (RR). Madagascar a eu une bonne note du FMI (Fonds Monétaire International) dans l’exécution du Programme économique. Beaucoup d’initiatives pour le changement sont en cours et semblent afficher des résultats prometteurs. Du côté de l’opposition, on parle de trompe l’œil. Dans tous les cas, nous pouvons remarquer la volonté politique tant attendue par les techniciens malgaches depuis des décennies. Bref, nous avons avancé d’un pas, mais qu’en est-il de la suite ?  La question qui se pose actuellement concerne la capacité de soutien de la structure de base du Plan Emergence de Madagascar (PEM). Plus précisément, il faut se demander si la base de données statistiques utilisée est de qualité, si les ressources humaines mobilisées sont adéquates, si les ressources financières sont profitables par rapport aux objectifs fixés… Certes, une émergence socioéconomique nécessite une bonne base. En outre, pour que le processus puisse avancer dans le bon sens et dans le bon timing, il faut l’adhésion citoyenne et la responsabilisation du peuple. Mais pour cela, les dirigeants doivent être transparents sur les opportunités qui se présentent et sur les choix des projets priorisés.

MM.Les projets en vue sont nombreux, quels sont les priorités pour atteindre rapidement l’émergence ?

N’oublions pas qu’une émergence socioéconomique exige avant tout, une intensification de la création de richesses qui devraient être distribuées équitablement. Cela exige des projets à rendement d’échelle croissant. Pour l’Etat, les premières obligations consistent à mettre à disposition les infrastructures nécessaires si l’on ne cite que les routes, à assurer la sécurité publique, l’accès à l’énergie et aux nouvelles technologies, etc.

MM.Quel aperçu pourrait-on avoir pour cette année 2020 ?

RR.Si l’on parle de politique économique, la loi de finances 2020 affiche des objectifs ambitieux pour un pays qui vise l’émergence. D’un point de vue technique, il existe certaines incompatibilités entre ces différents objectifs et les mesures appliquées. On peut citer par exemple l’objectif de maîtriser l’inflation et la hausse des salaires de 13%. Pour cette année, on ambitionne également de devenir un pays à revenu intermédiaire, alors que le taux de croissance prévu reste modeste, et la valeur de l’Ariary ne présente aucun signe de stabilité par rapport aux monnaies de référence. Par ailleurs, on parle beaucoup de réduction de pauvreté, alors qu’il n’y a pas d’incitation à la production industrielle et agricole. En bref, on constate des stratégies paradoxales pour cette année 2020, qui pourraient, au meilleur des cas, nous maintenir au statu quo. Si l’on schématise, aucun chirurgien ne fait une opération sans faire un diagnostic et une analyse approfondie. Tous les pays qui se sont développés ont mis en œuvre des stratégies élaborées minutieusement basées sur des calculs de haute précision. Chaque décision prise doit être fondée sur des relations causales entre les objectifs fixés et les moyens choisis, mais non plus sur des effets d’annonce politique qui nous ont toujours conduit dans des situations catastrophiques.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara20 partages

Litige foncier : Démolition d’une église à Ankorondrano

De bon matin, la cour d’une église à Ankorondrano a été le théâtre d’une vive querelle entre les fidèles du lieu et les éléments de l’Emmo-Sécurité. Mandat entre les mains, les hommes en treillis étaient venus pour expulser les croyants de l’église, le motif étant d’assister à la démolition de l’endroit. Ils ont fini par lancer des grenades lacrymogènes pour dissiper les fidèles. Des personnes se sont plaintes de cette agressivité, elles disent être au milieu du culte lorsque les forces de l’ordre ont débarqué sur les lieux pour entamer la violence. Ces gens n’avaient pas gain de cause pour empêcher les éléments mandatés de l’Emmo-Sécurité. Les tentatives de négociation ont échoué et la démolition a commencé en début d’après-midi. Vers la fin de l’après-midi, une bonne partie de l’église a déjà été détruite lorsqu’il y avait un ordre de suspendre l’action. A Antananarivo, les dossiers liés aux litiges fonciers constituent presque 80% des affaires traités par le tribunal. Presque tous les jours, de nouveaux dossiers arrivent auprès des juges. Le plus étonnant dans les cas du genre, les deux parties en litige sont en possession chacune de dossiers légaux et se disent propriétaires. Toujours hier et dans le même chapitre, un groupe de personnes a empêché les travaux de clôture d’un terrain à Ambodin’Isotry. L’endroit en litige a servi depuis longtemps de parking aux habitants du fokontany. Hier, la tension était à son comble entre les riverains et les ouvriers. Là aussi, une autre histoire à suivre puisque le soi-disant propriétaire aurait décidé de porter plaintes pour entraves aux travaux. Dans la Capitale, on n’en finit pas avec les litiges fonciers.

D.R 

Midi Madagasikara9 partages

Pratique de la langue française : Appui éducatif de l’association MHM à 130 élèves vulnérables

Un groupe d’élèves pris sous les ailes d’un des quatre volontaires français.

Il y a quelques mois, l’association MHM (Mampitasoa Handicap Madagascar) a mis en place un centre de lecture et d’écriture de l’EPP Antsahavory. Dernièrement, c’est à une autre mission éducative dans la même école primaire publique qu’elle s’est consacrée à travers une deuxième mission de volontaires, organisée par l’association en partenariat avec l’ONG internationale Planète Urgence. C’est ainsi que quatre volontaires français, présents aux côtés de plus de 130 élèves durant deux semaines, du 7 au 21 décembre 2019, ont pris sous leurs ailes ces enfants. Leur mission a permis de mettre en place un appui éducatif à la langue française dans le but d’accompagner ces élèves pour améliorer la pratique et la compréhension de la langue. L’objectif a été de mettre en place des activités ludiques afin d’apprendre la langue française par le jeu. La bibliothèque, déjà existante au sein de l’école, et répondant aux normes européennes, mise en place avec le soutien de la même association, a donné la possibilité aux jeunes enfants les plus vulnérables d’accéder à une structure pédagogique performante. Ce, en donnant en même temps la possibilité aux enseignants d’enrichir le programme scolaire grâce aux choix exceptionnels de livres pour enfants et le matériel informatique.

Trois piliers. Chaque volontaire a eu sous sa responsabilité, un groupe de douze élèves durant quatre séances. La méthode pédagogique a été basée sur des jeux, la lecture, la poésie, l’écriture, le dialogue et l’art. Le tout, avec l’utilisation de différents supports : photos, dessins, livres, chansons, permettant de développer un lien et une relation très particulière à l’enfant. Les élèves les moins avancés, comme les plus forts, ont trouvé une nouvelle motivation pour apprendre, chacun d’eux étant motivé et très concentré au cours des quinze jours d’apprentissage. Chaque élève a fait l’effort de parler, d’échanger, de comprendre les consignes. Le résultat étant plus qu’encourageant.

La démarche de l’association est simple. Selon les explications de Mireille Rahaririaka, présidente de MHM, elle est basée sur trois piliers qui doivent fonctionner ensemble : la démarche pédagogique de l’école publique, la présence d’un centre de lecture et d’écriture, et l’animation par des volontaires de l’ONG. « Nous espérons que toutes les conditions sont maintenant réunies pour continuer dans ce sens et que ce projet soit renforcé. C’est vraiment très important pour permettre à tous les enfants vulnérables de croire en l’avenir », conclut-elle. Rappelons que l’association a déjà apporté plusieurs autres appuis à l’EPP Antsahavory, notamment la réhabilitation de la bibliothèque et de la cantine, ainsi que l’ouverture d’une classe intégrée destinée aux enfants en situation de handicap visuel. Outre cette école publique, d’autres structures bénéficient également des soutiens de MHM, entre autres, le Centre numérique aux déficients visuels (CNDV), le centre AI2M, et divers fokontany où des enfants issus de familles vulnérables bénéficient de compléments nutritionnels jusqu’à ce jour.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara4 partages

Destination Madagascar : Les pays de l’Europe de l’Est intéressés

Après l’Inde et l’Afrique, les pays de l’Europe de l’Est commencent également à s’intéresser à la destination Madagascar.  Ceux-ci font d’ailleurs partie des marchés prioritaires fixés par le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie afin d’atteindre l’objectif du gouvernement qui est d’augmenter le nombre d’arrivées des touristes internationaux jusqu’à 500.000 personnes d’ici à 2023. Ainsi, l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) a organisé dernièrement une tournée promotionnelle dans cinq villes des cinq pays de l’Europe de l’Est, et ce, à l’initiative de ce département ministériel. Il s’agit notamment des villes de Sofia, de Prague, de Varsovie, de Budapest et de Bucarest.

Accroître les opportunités d’affaires. En tout, 208 agents de voyage et Tours Opérateurs représentant ces grandes villes ont participé activement à cette tournée promotionnelle. L’objectif de cette rencontre consiste à accroître les opportunités d’affaires des opérateurs touristiques malgaches. Pour leur part, les professionnels du tourisme provenant de ces pays de l’Europe de l’Est, ont eu l’occasion de se familiariser avec les nouveautés de la destination Madagascar, en termes de produits touristiques et d’offres hôtelières et aériennes, d’après les explications des promoteurs. Rappelons que Madagascar se démarque des autres destinations dans le monde par sa richesse en biodiversité, avec un taux d’endémicité très élevé. A part l’écotourisme, la pêche sportive, la croisière à voile, le kitesurf et la plongée sous-marine ainsi que le « birdwatching », le raid motorisé et l’observation des baleines constituent les principaux produits phares qui attirent les touristes à choisir la destination Madagascar.

Avantages comparatifs. Et parlant des infrastructures d’accueil, de nombreuses entreprises hôtelières de luxe se sont implantées dans la Grande île. Ce qui permet d’accueillir des touristes exigeant des standards élevés. Il faut savoir que le nombre de maisons d’hôtes a également monté en flèche dans la mesure où ce type de structure d’accueil est actuellement très prisé par les touristes internationaux. L’objectif vise à développer le tourisme solidaire. L’accueil chaleureux de la population malgache constitue entre-temps un des avantages comparatifs de Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Tribunal administratif : Risque d’annulation d’élections dans certaines communes

Le tribunal administratif entretient le suspense sur le cas de la commune urbaine d’Antananarivo.

Des élections communales et municipales partielles ne seraient pas à exclure, à l’allure à laquelle évolue la situation à Anosy.

Les regards sont braqués sur le Tribunal administratif d’Anosy. Ce dernier n’a en reste que quelques jours pour proclamer les résultats définitifs et officiels des élections des maires et des conseillers municipaux organisées dans la province d’Antananarivo. Selon les informations, cette proclamation officielle serait prévue le 10 janvier. Pour les cinq autres provinces, la CENI, par le biais de son rapporteur général Fano Rakotondrazaka, a fait savoir que la proclamation ne devra pas aller au-delà de cette même date du 10 janvier. Revenant à Anosy, le Tribunal administratif a tenu les 3 et 4 janvier derniers ses audiences publiques sur les requêtes qu’il a reçues. D’après nos sources, ces audiences reprendront demain. Les juges administratifs d’Anosy ont jusqu’ici reçu 170 requêtes dont des requêtes demandant la disqualification de candidats, réclamant l’annulation des voix obtenues par certains candidats et revendiquant purement et simplement l’annulation des élections organisées dans certaines communes de Madagascar. Certaines requêtes sont diligentées contre des membres des bureaux de vote et des délégués de candidats. D’autres visent des candidats qui auraient enfreint l’article 220 de la loi organique n° 2018-008 qui dispose : « L’usage des ressources administratives ainsi que des prérogatives de puissance publique à des fins de propagande électorale entraîne l’annulation des voix éventuellement obtenues par l’option ou le candidat ou la liste de candidats mis en cause, dans la ou les localités où l’infraction a été constatée, et est puni d’une peine de deux (2) à cinq (5) ans d’emprisonnement ».

Dossiers délicats. Le Tribunal administratif d’Anosy aura à juger demain matin deux grands dossiers délicats dont ceux relatifs aux Municipales tenues à Antananarivo Renivohitra et à Antsirabe. Deux grandes communes urbaines où les candidats présentés par le TIM et autres formations ont été provisoirement battus par les candidats alignés par la plateforme pro-régime. Pour la commune urbaine d’Antananarivo, les résultats provisoires proclamés par la CENI ont donné 81.351 voix, soit 49,00%, au candidat de l’IRK Naina Andriantsitohaina, contre 75.425 voix, soit 45,45%, à celui du TIM Tahiry Ny Rina Randriamasinoro. Pour la commune urbaine d’Antsirabe, le candidat de l’IRK Rasamimanana Honoré Gabriel a provisoirement remporté la compétition électorale avec 23.008 voix, soit 55,89%, contre 11.989 voix, soit 29,12%, pour Guy Rivo Randrianarisoa du TIM. Celui-ci a immédiatement reconnu sa défaite, contrairement à Tahiry Ny Rina Randriamasinoro qui mène depuis un certain temps un mouvement de contestation au Magro de Behoririka en dénonçant des fraudes et irrégularités électorales, dont il aurait les preuves. Des fraudes et des irrégularités constatées notamment au niveau des listes électorales utilisées. C’est pour cette raison que le parti Tiko I Madagasikara ne cesse de revendiquer la confrontation des listes électorales émargées utilisées lors des dernières Législatives avec celles des Communales. D’après des indiscrétions, les Municipales d’Antananarivo et d’Antsirabe font l’objet des plus nombreuses requêtes au Tribunal administratif d’Anosy. En tout cas, on a appris que ce dernier ferait connaître demain après-midi ses verdicts sur les contentieux électoraux qui lui ont été soumis dans le cadre des élections du 27 novembre.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Communales : Les résultats officiels cette semaine

Les électeurs devraient connaître leurs maires dans le courant de cette semaine.

La CENI a commencé à publier les résultats partiels et provisoires des municipales et des communales derniers depuis début décembre. A titre de rappel pour la province d’Antananarivo, cette commission électorale a procédé, le 9 décembre dernier, à la proclamation officielle des résultats provisoires des élections communales du 27 novembre dernier. Depuis un certain temps, les tribunaux administratifs traitent les contentieux électoraux émanant des candidats ou de simples citoyens. Quant aux résultats officiels, ils seront probablement publiés cette semaine. Soit un mois après les résultats provisoires.

Rôle de figurants. Toujours est-il que 85 partis ont présenté des candidats, lors de ces récentes consultations populaires, mais trois seulement ont émergé du lot. Il s’agit de l’IRK, une plateforme proche du pouvoir, du TIM de Marc Ravalomanana et du MMM (Malagasy Miara-Miainga) de Hajo Andrianainarivelo. De leur côté, les candidats indépendants ont obtenu un score non négligeable. Toutefois, il y avait parmi eux des noms connus qui ont adhéré à l’ancien parti présidentiel, mais qui ont préféré se présenter en tant que candidats indépendants. A part quelques partis qui ont obtenu des sièges, lors de ces élections de proximité, d’autres ont joué le rôle de figurants. Du moins, jusqu’à preuve du contraire. Ce ne sont que des résultats provisoires. On attend ainsi les décisions des tribunaux administratifs qui ne vont plus tarder. Faut-il rappeler également que ces élections de proximité ont connu un faible taux de participation. A titre d’exemple pour la capitale, il avoisine les 20%. Qu’en est-il ainsi de la crédibilité de ceux qui seront élus ?

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Dans l’attente du verdict du Tribunal administratif

Les audiences du Tribunal administratif, qui se tiennent depuis la fin de la semaine dernière, laissent penser qu’un autre éclairage sera porté sur ces élections communales. Cette fois-ci, il faudra attendre les jugements rendus pour connaître les résultats du scrutin de novembre dernier. L’incertitude règne sur les verdicts de cette juridiction et il n’est pas question de se fier aveuglément aux résultats officieux qui ont été proclamés auparavant. Les requérants sont sûrs de leur bon droit et affirment qu’il y aura des retournements de situation.

Dans l’attente du verdict du Tribunal administratif

C’est certainement dans les grandes agglomérations que les litiges sont les plus sérieux. Les requérants affirment que leurs requêtes sont étayés par des preuves irréfutables. C’est sur leur recevabilité que les juges vont se prononcer. Si elles sont fondées, on risque de voir des annulations de votes qui vont changer totalement les résultats. Le cas d’Antananarivo est le plus emblématique car l’écart entre les deux candidats en tête est très serré. Celui de l’IRK est relativement serein et attend dans le calme la proclamation des résultats officiels. Par contre, celui du TIM est persuadé que l’élection est entachée d’irrégularités et que la Justice tranchera en sa faveur. Ce dernier prend à témoin l’opinion publique et les manifestations qui ont été régulièrement organisées au Magro et qui ont été l’occasion de le répéter. C’est une juridiction indépendante qui va rendre son verdict et dont les jugements sont fondés sur le droit et le droit seul. C’est en principe demain, que ces derniers vont examiner les requêtes déposées par les partisans du TIM. Ils vont y accorder une attention particulière car ils auront entre les mains le sort de la Capitale. Quelque soit l’arrêt qu’ils rendront, il ne devra souffrir d’aucune contestation.  

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Football – CAF Awards : Le verdict connu ce soir !

Les Barea, équipe masculine de l’année ? On connaitra la réponse ce soir.

Le football africain sera en fête ce soir à l’hôtel Albatros Citadel Sahl Hasheesh de Hurghada, en Égypte. 

C’est le jour J. Le beau monde du football se donnera rendez-vous ce jour en Egypte pour connaître les lauréats de la CAF Awards 2019. Le titre de joueur africain de l’année est le plus attendu. Entre Mohamed Salah ( Liverpool, Egypte,) Riyad Mehrez (‪Manchester City, Algérie ) et Sadio Mané (‪Liverpool – Sénégal ), les statistiques donnent le Sénégalais favori de ce plus prestigieux titre.  Pour le clan malgache, la consécration des Barea est très attendue dans la catégorie « équipe masculine de l’année ». Quarts de finaliste de la CAN 2019 en Egypte et leader dans le groupe K aux éliminatoires de la CAN 2021, les Barea ont une belle carte à jouer face aux Lions du Sénégal et les Fennecs d’Algérie. Pour Nicolas Dupuis, coach de la sélection malgache, le titre doit revenir à Madagascar après le parcours que les Barea ont réalisé en 2019. Le verdict sera connu ce soir.

Les nominés par catégorie 

Joueur de l’année

Mohamed Salah ( Liverpool, Egypte,)

Riyad Mehrez (‪Manchester City, Algérie )

‪Sadio Mané (‪Liverpool – Sénégal )

Joueuse de l’année

Ajara espérons (Vålerenga – Cameroun)

Asisat Oshoala (FC Barcelone – Nigéria)

Thembi Kgatlana (Pékin BG Phoenix – Afrique du Sud)

Joueur interclub de l’année

Tarek Ahmed (Zamalek – Égypte)

Youcef Belaili  (Espérance Sportive de Tunis/Al Ahli KSA – Algérie)

Anis Badri (‪Espérance Sportive de Tunis – Tunisie)

Entraîneur équipe masculine

Aliou Cissé ( Sénégal)

‪Djamel Belmadi (Algérie)

‪Moïne Chaâbani ( Espérance Sportive de Tunis)

Jeune joueur

Achraf Hakimi (‪Borussia Dortmund – Maroc)

‪ Samuel Chukwueze (‪Villarreal – Nigéria)

‪ Victor Osimhen (Lille OSC – Nigéria)

Entraîneur équipe féminine

Alain Djeumfa (Cameroun)

Desiree Ellis ( Afrique du Sud)

Thomas Dennerby  ( Nigeria)

Equipe nationale féminine

Afrique du Sud

Nigeria

Cameroun

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Compatibilité investissements-environnement : Une révision du décret MECIE en gestation

Les sociétés ne respectant pas les dispositions du décret Mecie risquent la fermeture.

L’amélioration de la gouvernance serait l’une des premières causes de cette initiative de révision du décret portant sur la Mise en Compatibilité des Investissements avec l’Environnement (MECIE).  

25 ans après la promulgation du décret MECIE, le gouvernement malgache entendrait y apporter quelques modifications. C’est ce qui a été annoncé lors d’une conférence de presse organisée dans les locaux du ministère de l’Environnement et du Développement durable hier. Ainsi, « l’initiative entend être une mesure à long terme devant protéger l’environnement dans le sens large du terme ». Une initiative qui a été prise pour « renforcer les dispositifs existants et de protéger particulièrement l’homme dans son environnement de travail », d’après les dires de Laurent Ampilahy, directeur général de l’Office National de l’Environnement. Mais également pour « éviter les accidents dans les zones de production industrielle ou dans des zones de projets ». Comme ce fut récemment le cas à Anosizato. Des réflexions sur les mesures ou dispositifs d’évacuation desdites zones en cas d’accident seraient actuellement lancées du côté du ministère de l’Environnement et du Développement durable. « Des bus desservant cette partie de la capitale ont été réquisitionnés pour évacuer les blessés durant le récent accident observé à Anosizato » déplore le DG de l’ONE. Avant de noter « la nécessité de mettre en place des études environnementales stratégiques impliquant la responsabilité de plusieurs sociétés ou de nombreuses zones de production  industrielle ».

2020. Les modifications du décret MECIE devrait également inclure « une extension du champ d’application de l’étude d’impact environnemental ». La version actuelle dudit décret limitant l’étude d’impact environnemental aux projets d’investissements et non à toutes les zones de production industrielle, il serait donc temps d’y attribuer une attention particulière et d’apporter une nouvelle approche à la chose. Par ailleurs, concernant les frais d’évaluation  de l’Etude d’impact environnemental. Le décret MECIE, dans son article 14 alinéa 2 fait, en effet, savoir que les frais d’évaluation sont « versés par l’investisseur à un compte spécial ouvert à cet effet par l’ONE ». Ce serait « problématique en matière de gouvernance». Par ailleurs, la révision du décret MECIE devrait se faire suivant différentes étapes. « Une consultation publique devrait bientôt être organisée. Ce, dans le souci d’impliquer toutes les parties prenantes », avance Laurent Ampilahy. Ce dernier de renchérir « la version draft devrait être dispatchée auprès de tous les acteurs d’ici le mois de février ». Des mesures devraient être prises à l’entreprise responsable de l’accident à Anosizato. Les informations recueillies jusqu’ici faisant savoir qu’elle n’aurait pas respecté des dispositions du décret MECIE. 

José Belalahy

Tia Tanindranaza0 partages

Fanodikodinana volan’ny fonksioneraTsy miteny ireo mpiasa fa matahotra famindran-toerana

«Nasaina nanasonia izahay fa tsy nisy mari-bola ilay nosoniavina ary lelavola 12.000 ariary no azonay. Ny an’ny toerana sasany aza latsaky ny 10.000 ariary.”

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarakarana taratasyLolohavina hatrany ny vahiny

Velon-taraina tanteraka ny mponina manamorona iny lalana Boulevard de l’Europe mitohy hatrany amin’ny rocade iny amin’izao fotoana izao. Misy Malagasy mba mividy tany kely

 

amin’ireny ihany mantsy na dia efa saika totofana ho lasan’ny Karana sy Sinoa avokoa ny ankamaroan’ireny. Vetivety monja dia voatototra ny tany, mitsangana ny trano, tafiditra ny jiro sy rano! Ireo vahoaka Malagasy madinika mividy ny tany anefa tena mivoaka sempotra ary drodraky ny fivezivezina amin’ny fanamboarana ny taratasy. Mazava ho azy fa tsy maintsy mampiteny ny volany aloha ireo mpandraharaha mpanambola mpividy sy mpangorona ny tany  misy eto ireo. Izany mihitsy no mahavelon-taraina ny maro satria tokony amporisihina sy ampiana mihitsy aza ny Malagasy izay mba mahavidy tany. Izay mba mahavidy amoron-dalana ihany koa dia mitebiteby sy miahotra amin’izao fotoana izao satria tapitra lasan’ny vahiny ny eny ary mbola tadiaviny ho vidina hatramin’ny kely ananan’ny Malagasy. Amin’izany rehetra izany dia tsy vitsy ny milaza na ireo vahiny na ny Malagasy tompontany fa efa lafo i Madagasikara fa fombafomba sisa ary hasarotina tanteraka ny fikarakarana taratasy amin’ny lafiny rehetra amin’izao fotoana izao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Befandriana - MandritsaraTapaka indray ny lalana

\Faran’izay sahirana ny any amin’iny faritr’i Sofia iny amin’ny resaka fifamoivoizana ankehitriny satria saika tapaka daholo ny lalana ary maledaka ny tany,

 raha ny fanazavan’ny tomponandraikitra iray avy any an-toerana. Manao izay ho afany amin’ny fanamboarana vitany ny faritra fa tsy afaka. Ny toerana sasany mitombo be ny ora eny an-dalana vokatry ny fiakaran’ny rano sy ilay lalan-tany efa be dia be, raha ho any Bealalana sy Befandriana, ohatra. Raha ohatra an’i Mandritsara aloha dia mety tsy ho tonga mihitsy, hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity, na dia efa mipetraka aza ny fiarabe fanamboaran-dalan’ny faritra hampitoizana ny lalan’i Befandriana mihazo an’i Mandritsara satria tena tapaka.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

TRATRA IREO MPAMAKY TSENA

Nahomby ny mpiambin’Anosibe omaly tamin’ny asany. Teo am-pamakiana tsena ny telo lahy no saron’izy ireo.

 

Ny roa efa tafiditra tao anatin’ny tsena niaraka tamin’ny fitaovana samihafa izay famakiana trano. Isan’izany ny « bar à pince » sy ny lakile marobe. Sendra niverina tampoka ny mpiambina no nahita ny zava-nisy. Rifatra nitsoaka ireo roa lahy tety ivelany raha tsy afa-niala intsony kosa satria tratra ambodiomby ilay iray efa tafiditra tao anaty tsena.PV NITAKOSONA

 

Nitakosona ny PV na fitanana an-tsoratry ny fifidiana ary izay no nitarika ny ady teo amin’ny kandidà roa izay samy avy amin’ny tsy miankina tao amin’ny kaominina Analaroa, Anjozorobe. Niakatra eny anivon’ny tribunal misahana ny raharaham-panjakana koa ny raharaha ary isan’ny handrasana ny didy mifandraika amin’izany amin’ity herinandro ity, alohan’ny hamoahana ny valim-pifidianana ofisialy amin’ny zoma hoavy izao.ADY TANY AMBODINISOTRY

 

Raikitra koa ny fifamaliana tetsy Ambodinisotry. Izany dia mbola mifandraika amin’ny raharaha ady tany hatrany. Tezitra ny olona raha handeha hamefy ny tany izay fiantsonan’ny fiara amin’ny andavanandro ny milaza ho tompon’ny tany. Tonga hatramin’ny fidirana an-tsehatry ny fokontany sy ny olona marobe mponina eo an-toerana vao nijanona izany. Tsy nijanona teo anefa ny raharaha satria nanapa-kevitra koa ny ankilany ny nampiakatra fitsaràna ireo olona izay nitokona.VATO BE 30 HIRODANA

 

 Manodidina ny vatobe 30 isa no hirodana atsy ho atsy ary tsy azo ihodivirana intsony. Ny olona anefa hatreto dia samy mbola tsy mahafoy ny tranony ary tsy mety miala eny an-toerana na dia nandeha aza ny fanentanana maro isan-karazany. Vokatr’izany dia nilaza mazava ny mpitandro ny filaminana fa hampiasa hery amin’izay ary tapitra hatreo ny fifampiresahana. Mampalahelo ny zava-misy noho ny goragora ara-panjakana hatrizay tamin’ny fanomezana fahazoan-dàlana hanamboatra trano.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidran’i Etazonia sy IranMiha-mahazo aina i Sina

Miha manankarena hatrany i Sina ary niakatra hatrany ny harinkarena faobeny (PIB). Efa nahatratra 14 217 miliara dolara ny PIB an’i Sina tamin’ny efa-bolana voalohan’ny taona 2019 raha 13 407 miliara dolara izany ny taona 2018.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Samy miandry

Ny any Iran sy Etazonia samy miandry ny hoe iza no hanafika aloha. Ireo mpanararaotra amin’ny lafiny rehetra eto amintsika koa samy miandry izay fotoana hahafahan’izy ireo mampandeha ny

raharaha mety hanimba fiarahamonina maro saingy mbola ezahan’izy ireo ho tontosa ihany. Isan’izay ohatra ny tranga nahatorana mpiasana orinasa afaka haba iray efa ho 70 isa ny sabotsy teo sy ny fandravana fiangonana iray tetsy Ankorondrano vao omaly. Tsy adino amin’ireny koa anefa ireo vahoaka, antoko politika, vondrona, fikambanana samihafa izay miandry ny hivoahan’ny fahamarinana mikasika ny fifidianana kaominaly natao teto amin’ny firenena ny 27 novambra 2019. Samy miandry ny rehetra ary hita ho mbetika milamina,mbetika mampisavorovoro vetivety eny aloha ny toe-draharaha. Rehefa dinihina tokoa dia hita ihany ny fahamarinan’ny voalazan’ilay kandida ho ben’ny tanàna iray izay hoe tsy misy maniry korontana eto. Raha ny fiainam-bahoaka anefa no dinihina lalina dia hoy ilay filazana iray izay hoe soa ihany isika fa Malagasy fa raha tany amina firenen-kafa angamba no misy toy izao dia asa fotsiny. Nampiakarina 13%, hoy ny filoha, ny karaman’ny mpiasam-panjakana. Ireo mpiasa tsy miankina izany hanao ahoana. Azo antoka anefa fa hiakatra ny vidim-piainana, raha ny toetran’ny Malagasy maro efa tafiditry ny kolontsain’ny fifanambakana sy tia kely ankehitriny, no jerena. Hivoy tsy ho ela koa avy eo ny hoe niakatra ny hetra sy ny haba ary ny vidin-tsolika. Resaka fizarana harona ho an’ny fety aza efa nigagana. Tao ny hoe akoho nifandrombahana. Solom-body akoho nisy “nikepoka”. Asa, inona koa no mbola ho avy fa ny rehetra aloha dia samy miandry.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiombonan’ny Fiangonana Protestanta“Aretina azo tsaboina tsara ny fiarahan’ny mitovy fananahana”

Tontosa ny alahady 5 janoary tokandro teo ny famindram-pitantanana ny FFPM teo amin’ny Dr David Rakotonirina filohan’ny FLM, ary filoha vaovao hitantana ny Fiombonan’ny Fiangonana

 

Protestanta eto Madagasikara  amin’ity taona 2020 sy ny ny filohan’ny Fjkm ny mpitandrina Dr Irako Andriamahazosoa Ammi , filoha teo aloha.Nanamafy nandritra ny toriteniny ny Reverend Dr  David Rakotonirina fa manameloka ny dika vilana mety ataon’ny sasany amin’ny Soratra Masina ny FFPM, ka hialokaloka ao ambadik’izany sy hampiseho ampahibemaso ny fiarahan’ny mitovy fananahana.Heverin’ny FFPM fa marary ny olona mitovy fananahana miaraka na mivady hoy ny fanambarany; tsy mitsara kosa anefa ny Fiangonana na hoe mitaky ny hanagadrana ireny olona ireny; tsy eken’ny fiangonana koa anefa ny fitakian’izy ireo ny zony hiaraka na hivady an-kahalalahana.Soso-kevitra atolotry ny fiangonana ny hananganana toerana iray hikarakarana sy hitsaboana azy ireo satria resy lahatra ny FFPM fa aretina azo tsaboina tsara ity fiarahan’ny mitovy fananahana ity.

 

RTT

.

Tia Tanindranaza0 partages

Sosialy sy toekaren’i MadagasikaraMbola tsy mandeha amin’izay laoniny

Tapitra ihany ny taona 2019 ary efa manitsaka ny taona vaovao 2020 ny Malagasy. Feno herintaona ihany koa ny niasan’ny fitondrana ankehitriny.

 

Hatreto aloha dia mbola miaina anaty nofinofy sy fampanantenana hatrany i Madagasikara. Isaky ny manao fanambarana ny tompon’andraikitra dia ohatry ny maheno teny tamin’ny fotoanan’ny propagandy hatrany. Ampiainana ao anatin’ny zavatra mahafinaritra ny sofina sy jeren’ny maso ny rehetra. Aorian’izay anefa dia miverina indray ny adin-tsaina. Misy aza no efa kivy sahady ny hanalana ity volana janoary lava be ity. Niezaka mba nifety mantsy ary tsy maintsy mandany satria indray mandeha ao anatin’ny taona ary ifalifaliana miaraka amin’ny fianakaviana ny famaranana ny taona haindrasana ny taona vaovao. Amin’izao fotoana izao ihany koa dia efa maro sahady no efa miferinaina amin’izay tsy maintsy hanaovana fitsidihina ireo ray aman-dreny hanomezana solom-bodiakoho. Manginy fotsiny ny fifampiarahabana maro isankarazany izay tsy maintsy hanomanana vola. Tena hita sempotra ny Malagasy amin’ny lafiny ara-tsosialy. Mahakasika ny toekarena indray dia efa mananontanina sy mizotra isan’andro mankany amin’ny fahalafosam-piainana ny rehetra. Manomboka miaka-bidy tsikelikely ny entana ilaina noho ny fampiakarana hetra. Tsy mety mahazo aina ny Ariary ary ahiana sahady ho hisy fiantraikany amin’ny toekarena indrindra ny amin’ny resaka solika ny disadisan’i Iran sy Etazonia. Toekarena marefo ny an’i Madagasikara ary tonga dia misy akony avy hatrany raha vao misy tsy fetezana eo amin’ny fanapahan-kevitra raisin’ny fitondram-panjakana na ny zava-misy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Ny zavatra maika tena mahapotitra ny vahoaka aloha amin’izao fotoana izao no tokony himatimatesana satria tena efa halohalika ny ranom-bary. Miaina anaty fahantrana ny Malagasy!

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny serasera“Mila averina ny fanajana ny fitsipi-pifehezana”

Nandritra ny fananganan-tsaina voalohany tamin'ity taona 2020 ity teny Anosy, omaly maraina no niarahaba sy nirary soa ny fianakaviam-ben'ny Minisiteran'ny Serasera sy ny Kolontsaina Ramatoa Minisitra Lalatiana

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampanantenana tamin’ny propagandyAiza ho aiza ilay “Drône” sy “Puce” ho an’ny omby ?

Nampahafantarina nandritra ilay fihaonambe momba ny fandriampahalemana notanterahan’i Andry Rajoelina teny amin’ny CCI Ivato ny 29 novambra 2018, izany hoe fony izy mbola

 

kandida ny paikady “hhiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana eto Madagasikara.Tafiditra tao anatin’izany ny fampiasana “drône” hitsirihana ireo dahalo amin’ny toerana rehetra eto Madagasikara, indrindra fa ny faritra atsimo; nisy fotoana efa nanaovana karazana “demonstration” kely momba azy io.Miara-dalana amin’io ihany koa ny fametrahana “puce éléctronique” amin’ireo omby mba hahafahana mamantatra ny toerana misy ny omby tsirairay avy, ny 16 mey 2019 tany Tsiroanomandidy no nanaovana ny lanonana ofisialy hanombohana io tetikasa io.Janoary 2020 isika izao, tsy re feo intsony ny momba ny “drône” mpitsirika dahalo sy ny “puce” ho an’ny omby.Tsy misy tatitra ofisialy, manahirana ny mikaroka ny vaovao satria misalasala ny tompon’andraikitra hiteny, mety tsy fahadisoan’izy ireo velively fa ilay tetikasa mihitsy no mety mbola tsy misy ho tantaraina firy.Ny dadhalo anefa manao ny ataony, tsy amin’ny halatr’omby ihany fa ny fanafihana tanàna sy fandravana fananan’olona, ny fanolanana sy vono olona; tonga hatrany amin’ny fanakanana fiara eny amin’ireo lalam-pirenena.Mbola misy amin’izao fotoana ny Malagasy tsy sahy mijanona an-tanàna amin’ny alina f amatory any an’ala noho ny tahotra ny dahalo.Misy ireo andian-tafitra napetraka amina faritra mena eto amin’ny nosy, tena manao ny asany tokoa izy ireo, misy ny vokatra azo tsapain-tanana saingy hita hoe mila tosika mafy kokoa ry zareo mba hahamafy kokoa ny ady atao manohitra ny malaso.Tena ilaina ny teknolojia hanampy ny olombelona amin’ny asa ataony, efa lasa lavitra be ny teknolojia fampiasan’ny tafika maneran-tany amin’izao fotoana.Nampanantena fa hitondra an’io i Andry Rajoelina izay filoham-pirenena efa ho herintaona izao, dia mbola manantena ny rehetra fa tsy resabe nakana ny fon’ny vahoaka fotsiny ny hoe “drône” sy “puce” ho an’ny omby fa tena ho tanteraka tokoa manerana ny nosy.Ary mazava ho azy misy zavatra mila dinihana raha toa ka mikatso ilay tetikasa dia karohana ny vahaolana; efa nisy ihany mantsy ireo tompon’omby nanambara ny ahiahiny fa hoe mankarary ary mety mamono ilay omby mihitsy ny fametrahana “puce”.Izay ve no nampikatso ilay tetikasa, sa zavatra hafa.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana an’i MadagasikaraMiorina amin’ny lainga sy fitaka ?

Tafiditra tao anatin’ny fampanantenan’i Andry Rajoelina fony izy nanao propagandy tamin’ny 2018 ny hoe :

hiaro ny Malagasy aho ary tsy misy Malagasy hoesorina tsy ara-drariny amin’ny taniny izany.Izay ny kabary, fa hafa ny zavatra hita :fandravana tranon’olon-tsotra sy fiangonana no nitranga teto Antananarivo sy tany Toamasina tamin’ny herinandro voalohan’ny volana janoary.Mazava ho avy moa fa izay tonga manao izany dia miaraka amin’ny taratasy fa hoe nahazo alalana mazava tsara.Niezaka nanohitra ihany ireo olona niharan’ny fandavana, saingy afaka hanao inona moa rehefa mifanehitra amin’ny mpitandro filaminana miaraka amin’ny fitaovam-piadiana.

Hafa ny tenenina, hafa ny atao

Vao tsy ela akory anefa fa tamin’ny krismasy 2018 no niantso fiombonana, fifamelana sy firaisankina raha nikabary fohy teny Ambohitsorohitra ny filoha Andry Rajoelina ; dia samy velom-panantenana ery ny rehetra ary nifandrombahana ny naka sary tamin’ilay jiro manjelanjelatra eraky ny tanàna satria hoe mahafinaritra ery ary sambany vao mba nisy izany teto.Hay kay efa miainga any ny fandravana trano ; mbola nangingiana indray moa tato ho ato izay ny resaka Tana-Masoandro satria henjana ny hetsi-panoherana angamba.Ny fanavaozana ny kianjaben’i Mahamasina indray no naroso aloha ary dia finaritra indray ny rehetra.Hain’izao fitondrana izao ny mifehy ny serasera sy manasa ny atidohan’ny vahoaka mba tsy hifantoka amin’ny olana na fahasahiranana misy fa kosa ho finaritra amin’ny seho ivelany.Ka rehefa tapitra ny fahafinaretana mandalo amina kisehoseho iray, dia iny misy iray indray, ary tahaka izany hatrany.Fehiny : lasa tsy taitra intsony amin’ny zava-mitranga ny ankamaroan’ny olona ary lasa vitsy an’isa ho azy ireo miady amin’ny tsy rariny sy mitaky ny fahamarinana, dia lazaina fa adala sy mpanakorontana firenena.Tsara jerena ihany anefa andinindinin-javatra sasany mitranga, izay tena mampieritreritra : nanome vola ankoatry ny karama mba hanaovan’ny mpiasam-panjakana fety ny filoham-pirenena ; 65 000 ariary ilay izy, nisy nahazo an’io ara-dalàna, tao kosa ireo nitaraina fa tsy nisy afa-tsy 9000 ariary no voaray.Inona moa no ilazana izany tsy hoe halatra ? iza no nangalatra sy nanodikondina ? Tokony hanaovana fanadihadiana lalina fa tsy boriboriana fotsiny ny resaka, fa nisy zavatra nitranga tao.Farany teo indray hoe fiaramanidin’ny TOA Aviation izay an’Atoa Mamy Ravatomanga, mpandraharaha mpanefoefo akaikin’ny filoham-pirenena no nitondrana an’i Carlos Ghosn ilay lehiben’ny Nissan nitsoaka ; izy ity dia voarohirohy amina fanodikodinam-bola ary mbola manan-draharaha amin’ny fitsarana japoney.Ny mpiasam-panjakana nampitomboina ho 13% ny karamany manomboka amin’ity volana janoary ity, ny vinavinan’ny fitomboan’ny harinkarena ho an’i Madagasikara ao anaty tetibolam-panjakana 2020 anefa 5,5 %.Minisitra noesorina tamin’ny toerany satria tsy nahomby, no apetraka hitantana ny Jirama indray.Minisitra efa ambaran’ny tontolon’ny oniversite fa tsy mahavita azy sy manakorontana , mbola tazonina ihany hitantana ny ambaratonga ambony.Mbola resaka hafa ny fanendrena ny ampahany amin’ny governora sy ny tonga dia nanomezana vola azy ireo ; ny filazana fa 23 ny faritra eto Madagasikara : f’angaha efa novaina ny lalampanorenana moa ? Manome sary ratsy ho an’ny mpitantana an’i Madagasikara sy ho an’ny firenena Malagasy izany zavatra rehetra notanisaina izany, ary mazava ho azy fa mampiahotra ireo mpampiasa vola.Dia ho reraka hanome toky sy hanao velirano eo ny filoham-pirenena fa na ny vola hiasan’ny fanjakana aza atsy ho atsy mety hanahirana.Ny sosialim-bahoaka tsy ho voalamina amin’ny resaka tsena mora isan-kerinandro na isaky ny misy fety.Tsy nitranga anefa ireo rehetra ireo raha resy lahatra ny maro an’isa fa nadio sy nangaraharaha tokoa ny fifidianana ; tsy misy izao resabe etsy sy eroa izao raha tena mafy orina ny fahefan’ny filoha ; tsy nila fifandresen-dahatra be fa efa ela no nanomboka ny tetikasa goavana Tana-Masoandro raha nisy tokoa ny vola.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fakan-kevitra nasionalyEfa mihetsiketsika ny HVM

Tonga niarahaba ny Filohan’ny Antenimierandoholona Atoa Rivo Rakotovao amin’izao taona vaovao 2020 izao ireo solotenan’ny Birao Nasionalin’ny Antoko Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) ny 02 Janoary lasa teo.

 

Delegasiona izay notarihin’ny Sekretera Jeneraly Nasionaly Rachidy Mohamed sy ireo filoha isam-paritany , ary notronon’ireo loholona mpikambana ao amin’ny antoko. Fihaonan’ny mpiray antoko, fihaonana amin’ny Ray aman-dreny ihany ary  fotoana izay nanamafisan’ny Filohan’ny Antenimierandoholona no sady Mpandrindra Nasionalin’ny antoko HVM ny adidy miandry amin’ity taona 2020, izay mifandraika ihany koa amin’ny hafatra fiarahabana nataon’ny filoha mpanorina Hery Rajaonarimampianina , tamin’ny lahateniny ny 1 janoary lasa teo.Mieritreritra hanatanteraka fihaonambem-pirenena fakan-kevitra ny antoko HVM.Izany dia natao mba hamoahana ny hetahetan’ny Malagasy sy ny eritreriny amin’ny famahana ny olana mianjady amin’ny fiarahamonina sy ny firenena amin’ny ankapobeny.Tsy any amin’ny fanomezan-tsiny intsony izao fa fikaroham-bahaolana, raha nyf omba fijerin’ny HVM.Hanohy ny fandraisana andraikitra efa nataoko teto amin’ny firenena aho hoy ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina tamin’ilay lahateniny.Manamafy izany i Rivo Rakotovao, tsy mbola nisy daty kosa anefa na dia fantatra aza fa efa mihetsiketsika ny HVM isam-paritany sy isam-paritra.Ity antoko ity izay tena mbola manana ny olony na dia nangiangiana izay aza teo aloha teo, misy ny fotoana hanginana fa misy koa ny fotoana tsy maintsy hitenenana ka ho avy amin’izay izany ry manga kravaty.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka MalagasyMila fifohazam-panahy goavana

300 mahery kely ankehitriny ny antokom-pivavahana, azo antsoina ihany koa hoe Fiangonana nahazo alalana hijoro sy hiasa eto Madagasikara.

 

 

Maro an’isa amin’ireo ny finoana Kristianina, fa eo ihany koa ny Silamo sy ny maro hafa.Na amin’ny haino aman-jery, na anaty gazety, na ny hita eny an-dalam-be eny dia hoe : feno mpitory ny tenin’Andriamanitra, na mpanambara ny sitrapon’ilay mpahary eto, samy manana ny voambolana ampiasainy moa.Tsy dia any loatra ny olana, hoy ny mpandinika fiarahamonina iray fa ilay hoe lasa tahaka ny entam-barotra eny amin’ny “Epicerie” ny finoana sy ny fivavahana eto.Ary ny tena mampalahelo aza dia ataon’ny olona mety tsy mahita asa matotra ho fitadiavam-bola ny fitoriana ny tenin’Andriamanitra, ary vao miha loza ny hanereny ny sitrapon’Andriamanitra hifanaraka amin’ny filan’ny olombelona.Efa tena mivoana tanteraka amin’ny foto-pinoana no ataon’ny olona sasany milaza azy fa mpaminany sy mpitarika ara-pivavahana eto amin’ny firenentsika hoy ny mpitandrina iray.Ilay olana ara-piainana sy ara-materialy ihany no asongadina fa lasa tahaka ny haingon-trano sisa ny foto-pinoana, hoy izy.Efa mazava anefa hoy izy fa tsy afaka hahazo fahafaham-po amin’ny zava-misy eto amin’izao tontolo izao ny zanak’olombelona , io efa iarahantsika mahita io ny olana amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro ohatra, ny doro tanety, ala an-tapitrisany hektaka may kila tahaka ny any Aostralia sy Amazonia, ny any Etazonia.Na eto Madagasikara koa aza dia efa loza mitatao ny doro ala ary tsapa fa tena manimba ny tontolo iainana.Atao izao fandaharan’asa rehetra izao fa toa vao miha mitombo hatrany ny ala ravan’ny afo.Ny olana any anaty tokantrano, ny any anaty fiarahamonina miteraka herisetra sy fanotana fady tsy hay eritreretina; ny famoizam-po amin’ny endriny rehetra.Maro ny zava-misy sy mitranga efa tsy voazavan’ny sain’olombelona intsony ary tsy ahitany vahaolana, hoy hatrany ity mpitandrina iray ity.Ny antony dia satria miaina anaty fahalovana, kolikoly sy tsy fahamarinana ny zanak’olombelona ary tafasaraka tanteraka amin’ilay mpahary.Madagasikara manokana dia vao haingana no nampiantrano ny Papa Ray Masina François, izay nanitrikitrika io tsy maintsy handresena ny tsy rariny sy ny tsy fahamarinana io, zavatra vao nohamafisin’ny Kardinaly Dsiré farany teo.Koa hiroso amin’ny fanitsiana ny tsy mety ve sa mbola hilomano ao anatin’ny kimaizimaizina ihany ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Maka Alphonse« Tsy mahazaka krizy intsony ity firenena ity »

Niaraha-nahita ireo fihetsiketsehana namaranana ny taona. Tao ny ara-politika. Tao ny sendikaly ary tao ny sosialy.

 

 Nilaza ny heviny momba ireny ny filohan’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy, Maka Alphonse, ary nilaza fa misy antony ireny. Raha raisina ohatra ny raharaha Ambohitrimanjaka dia niantso izay voakasik’io raharaha io rehetra ny CFM, hoy izy. Nivory tato ny filohan’ireo rafitra sy rafi-panjakana ary solontenany. Tsy mahazaka krizy intsony tsinona, hoy izy, ity firenena ity fa ho faty raha mbola misy tranga hiteraka izany eto. Antony himatimatesanay ny mba hisian’ny kolontsain’ny fifampidinihana ary antony nanangananay tamin’ny faramparan’ny taona ny antsoina hoe sehatra ifampiresahana io. Ny herivelona rehetra eto amin’ny firenena dia ho avondrona ao amin’io rafitra ho apetraka isaky ny distrika na renivohi-paritany io avokoa. Na mpanao politika, na mpandraharaha, na mpitondra fanjakana, na mpitondra fivavahana, na mpianatra, na fikambanam-behivavy sy ny rehetra dia ho ao daholo. Tsy misy programa mipetraka mialoha fa ny fahafahana mifampiresaka sy mifanabe no tanjona ary mitarika fotsiny ny CFM, hoy hatrany izy. Inona daholo ny olana misy eto amin’ny firenena dia inona no vahaolana azo aroso? Rehefa nazavaina tamin’ny alalan’ireo atrikasa nitetezam-paritra, hoy izy, io dia nahafaly ny olona ary tena naharesy lahatra fa fitaovana iray ahafahana mametraka ny fandriampahalemana eto. Ny fahavononan’ny rehetra sisa andrasana. Antony nahatonga ny CFM hijery ny fanatsarana ny Dina mba hifototra amin’ny soatoavina Malagasy koa io ialana amin’ny tsy fanajana zon’olombelona. Isan’ny tsy azo ekena intsony, ohatra, ny mbola fisian’ny fanapahan-doha any amin’ny faritra sasany, hoy hatrany ity filohan’ny CFM ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fipariahan’ny basy entin-jiolahyAndosiran’ny mpizahan-tany Toamasina

Araka ny resaka nifanaovana tamin’ny tompona trano fandraisam-bahiny avy any Toamasina, mihena isan-taona ny mpiala sasatra any an-toerana noho ny fihanaky ny tsy fandriam-pahalemana.

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’i MahajangaMiandry fatratra ny fanamboarana ilay lakandrano 3,5 km

Nampanantena ny praiminisitra tamin’ny sabotsy teo fa amboarina io lakandrano lavareny mamoaka ny rano avy ao Mahajanga io,

 

saingy anatin’ny tanjona lavitr’ezaka izany. Voadion’ny mponina sy ny mpitandro filaminana tanteraka aloha tamin’ny alalan’ny fohy ezaka ny lakandrano avy Mahajanga izay mandalo fokontany efatra mihazo ny ranomasina. Andrandrain’ny mponina ny fanaboarana izany foto-drafitrasa izany ho manara-penitra ary tsy miandry ela. Efa eo am-pananganana ny komity any ifotony hijery akaiky ny tsy fanotofana iny lakan-drano iny aloha ny manam-pahefana sy ny mponina izay lalovan’ilay lakandrano any an-toerana, raha ny fampitam-baovao.Efa aman-taonany maro mantsy tsy nisy nanadio, sady mihamarivo no mihatery ka miandrandra fanamboarana tanteraka sady atoato ireo mponina. Araka ny fintim-baovao ofisialin’ny Ministeran’ny Fiarovam-pirenena, nanome tanana ny mponina tao Mahajanga ny miaramilan’ny Tafika Malagasy sy ny zandarimariam-pirenena ary ny polisim-pirenena miaraka amin'ireo fitaovana fanadiovana sy famonjena aina, afak’omaly. Voalaza hatrany moa fa maro ny lakan-drano efa nodiovina ka efa miverina amin'ny laoniny  tsikelikely ny fiainan'ny mponina ao an-toerana. Ny 29 desambra no efa nanomboka nikija tsy nijanona ny orana.  Efa hatramin’ny faran’ny taona tokoa no dibodrano tanteraka ny tanana maron’ny Mahajanga. Araka ny filazan’ny mponina tany an-toerana aza tsy dibo-drano fa safo-drano mihitsy no resaka mandeha.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Adin’ny mpivadySahy nandatsa-drà ny vehivavy tato ato

Ankoatra ilay faty nentina fiara-karetsaka ny alakamisy teo, naratran’ny antsy nataon’ny vadiny indray ny raim-pianakaviana teny Ivandry.

Araka ny angom-baovao, tsy nisy vola mihitsy tao amin’ilay tokantrano, afak’omaly alina. Tonga avy any anefa ilay lehilahy nikirakira vola teo imason-dravehivavy ary tsy nanome azy mihitsy. Nakan-dravehivavy 2 000 ariary izany ary nofihininy mafy tao anatin’ny tanany. Fara herin-dralehilahy dia nokekeriny ny tanan’ny vadiny sady nomeny ny kotro-doha. Nentim-po ka naka antsy ilay vehivavy ka naratra ny sandrin’ny vadiny. Efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy izy ary tsy misy ahiana ny ainy, raha ny filazan’ny polisy. Voalazan’ireo manodidina moa fa efa mpivady tia ady izy roa ireto. Amin’ny fotoana tsy fisian’ny vola ao an-tokatrano matetika no itrangan’ny ady toy izao. Voalaza koa fa tsy misy mpananatra izy ireo ka samy manao izay saim-pantany ary izao niafara tamin’ny fifandratrana izao. Mampametram-panontaniana ny fampideran’ilay lehilahy vola kanefa ilay renim-pianakaviana sahirana tsy manan-karotsaka.Tsapa ho miha mahery setra ny vehivavy Malagasy ankehitriny, ary maro no tsy manaiky sokajiana ho fanaka malemy izany intsony ; voizina mafy koa moa ny resaka miralenta efa ho 10 taona mahery izao, ka mety ho izay koa ve no mahatonga ny vehivavy tena midaroka sy sahy mamono mahafaty mihitsy ?

 

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana fitaovam-piadianaBasy mahery vaika tratra teny Anosibe sy Ampitatafika

Nahazo loharanom-baovao ny zandarimariam-pirenena fa misy olom-pirenena tsy nahazo alalana hitazona basy kanefa mivarotra izany teny amin’ny faritra Fenoarivo Atsimondrano.

 

Nanatanteraka fanadihadiana lalina ny zandary ka tsy nivoana tamin’ny asa fitsikilovana sy ny angom-baovao fa eny Anosibe sy Soavimbahoaka Ampitatafika no atidohan’ireo fitaovam-piadiana mampidi-doza ireo. Nametraka ny zotra araka ny lalàna sy ny paik’ady rehetra isorohana ny mety ho fifampitifirana ny zandary ary nanao be midina tampoka tamin’ny tranon’ireo raim-pianakaviana ireo, taorian’ny fety. Sarona tamin’ny fisavana ny tranon’izy ireo ny basy poleta aotômatika roa izay vita gasy. Tratra nandritra izany koa ny fonom-bala miiisa roa sy bala sivy. Araka ny seraseran’ny zandarimariam-pirenena hatrany, miandrandra ny fampitam-baovao avy amin’ny tsara sitrapo hatrany ireo mpitandro filaminana hisorohana ny tsy fandriampahalemana aterak’izao trafika ana basy izao. Voatanan’ny mpitandro filaminana hatrany moa ny tsiambaratelon’ireo mpanome vaovao. Miandrandra ny fitsarana koa izy ireo mba tsy hanao akambo ny fanetriben’ny firenena sy ny namany toy izao. Niakatra fampanoavana ny fara’ny herinandro teo ny raharaha ary any am-ponja izy ireo no miandry ny fitsarana azy.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasemporan’ny mpiasa teny AnosizatoTsy nisy fanafody diso daozy, hoy ny “Stop insectes”

Tamin’ireo mpiasa 70 latsaka niditra hopitaly teo amin’ny HJRA Ampefiloha no nisy nanizingizina fa raha tsy nisy ilay famendrahana fanafody teo ivelany tsy nitranga ny loza tamin’iny sabotsy iny.

Nanambara  ny mpiandraikitra ny orin’asa afak’haba Gama-textile, Erica Andria fa efa faninefany ny fiaraha-miasa tamin’ny «stop insectes» fa izao vao nahitan-doza. Nanambara mazava ny lehiben’io orinasa mpandraraka fanafody biby kely io fa tsy nisy fanafody lany daty na diso daozy nampiasaina.  « 1,5% hatrany no fatran’io « insectiside » io hatramin’izay. Rano ny 98,5%, araka ny fampiasa hatrizay. Ireo biby kely tsy misy taolana tahaka ny kadradraka, lalitra, vitsika, « insectes » no matin’io fanafody io. Efa 16 taona izao no niasako tamin’io orinasa iraisam-pirenena io izay manana ny foibeny any La Réunion, manana ny sampany eto Madagasikara. Ilay famendrahana koa tsy natao tao anatin’ny efitra misy ireo mpiasa. Efa nomena ny lehiben’ny dokotera ny taratasy mahakasika ny fanafody nampiasainay sy ny fisorohana ary ny fiarovana vokatr’io fanafody io. Efa naterina any amin’ny zandary koa ny taratasy sy ny fanafody.” Hoy i Bourdel Awwil, tompon’andraikitry ny orinasa Stop Insectes izay notronin’ireo teknisianina telo niaraka tamin’ny antotan-taratasy maro. Andrasana araka izany  ny tohin’ny fanadihadiana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i BetrokaMisy aretina vokatry ny tsy fahampian-drano mamely ny ankizy

Ankizy manodidina ny efatra, teo anelanelan’ny roa ka hatramin’ny efa-taona no nandoha hafahafa no sady nipipy niloko mavo mena ny herinandro lasa teo tany amin’ny Fokontany iray ao anatin’ny distrikan’i Betroka.

 

 

Natahotra sy nihorohoro vokatr’izany ny rehetra saingy rehefa nanadihady ny toe-pahasalaman’ireo ankizy ireo ny Ministeran’ny Fahasalamana dia nanambara fa aretina vokatry ny tsy fahampian-drano no nahazo azy ireo. Notsipihin’ny dokotera Manitra Rakotoarivony ary fa tsy voatery hanana saribao mirehitra ao an-trano ny tokantrano iray vao afaka mampisotro rano azo antoka ny menaky ny ainy. Tsy voatery hampiasana filtre à eau ihany koa hoy izy na ireny  sur’eau ireny rehefa tena sahirana fa tavoahangy plastika madio tsara no hampiasaina dia efa ampy. Apetraka tsara eo ambony tafon-trano azon’ny masoandro tsara mandritra ny adin’ny valo izany rehefa feno rano dia efa azo sotroina, eny fa na dia ho an’ireo ankizy madinika aza. Nomarihin’ity dokotera ity moa fa tena mila rano ny vatan’olombelona indrindra amin’izao andro mafana be izao ary tsy voatery mahatsiaro ho mangetaheta vao misotro fa hatao fahazarana mihitsy izany mba hahasalama.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMANitohy omaly ny famerenana ny jiro tapaka

Faritra maro hatramin’ny omaly no mbola niaina tao anatin’ny fahatapahan-jiro lavareny na ilay antsoina hoe : delestazy. Anisan’izany ny teny Ambohimangakely…

Tia Tanindranaza0 partages

Toby fiantsonana eny AndohatapenakaHo hentitra ny fanaraha-maso ireo fiara hivoaka ny renivohitra

Ho hentitra ny fanaraha-maso ireo fiara hivoaka etsy amin’ny tobim-piantsonana Andohatapenaka hihazo ny lalam-pirenena voalohany, faharoa, fahaefatra ary fahaenina

 

manomboka izao. Hisy mantsy ny fitsirihana hatao amin’izy ireny ankoatra ny fanaraha-maso ny haavon’ny entana izay tsy tokony hihoatra ny 80 sentimetatra. Izany no hatao hoy ireo tompon’andraikitra nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly dia ho fiarovana ny ain’ny mpandeha, indrindra ao anatin’izao fotoam-pahavaratra izay mampahalamana ny lalana izao. Hanatanteraka fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao 2020 moa   ireo koperativa 39 isa miasa ao amin’ity tobim-piantsonana ity amin’ny sabotsy 11 Janoary ho avy izao. Manoloana io lanonana izay karakarain’izy ireo io dia fantatra fa hisy ny fiovana fandaharam-potoana tsy ho toy ny mahazatra  ho an’ireo taxi-brousse hitatitra olona hivoaka ny renivohitra. Amin’ny 3 ora sy sasany folakandro mantsy no fara fiaingan’ireo taksibrosy sahanin’izy ireo amin’io andro io raha amin’ny 5 ora hariva hatrany isan’andro.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasa torana teny AnosizatoOrinasa telo no hanaovana fanadihadiana

Orinasa telo no hanaovana fanadihadiana lalina ary tsy maintsy handraisana fepetra raha ny vaovao azo mikasika ireo olona 70 isa torana vokatry ny fofona fanafody

 

 

 famonoana biby kely niparitaka teny Anosizato Andrefana  ny Sabotsy lasa teo. Lohalaharana amin’izany ilay orinasa afaka haba Gama textile izay nisy ireo mpiasa 70 isa torana. Eo ihany koa ilay orinasa mpanondraka ranom-panafody famonoana bibikely  ary fahatelo farany dia ilay orinasa  mpanao provandy manakaiky ity orinasa afaka haba iray ity. Ny ôfisim-pirenena misahana ny tontolo iainana na ny ONE no hanao ny fanadihadiana izay nanambara fa mbola eo am-pangatahana ny fahazoan-dalana ara-tontolo iainana ao amin’izy ireo ny Gama textile ankehitriny. Efa nanana izany ihany ity farany teo aloha  fony izy mbola teny Tanjombato raha ny fantatra saingy raha vantany vao nifindra teny Anosizato dia tsy maintsy manavao izany indray. Tsiahivina moa fa roa sisa tamin’ny Alahady teo ireo mpiasa mbola notsaboina tao amin’ny hôpitaly HJRA Ampefiloha raha efa tapitra nivoaka avokoa ny ambiny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha AndavamambaSaika hodorana teny Alakamisy Fenoarivo ilay fatin-dehilahy

Olona efatra, telolahy sy vehivavy no natolotra ny Fitsarana omaly taorian’ilay vono olona feno habibiana nitranga tamin’ny 01 Janoary lasa teny Andavamamba tamin’ny 07 ora maraina.

 

 

Raha araka ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana dia ilay Renin-janak’ity raim-pianakaviana namoy ny ainy ity ihany no nahavita namono azy niaraka tamin’ny olon-tiany miaraka aminy amin’izao fotoana izay tratra teny Ambohidrazana Alakamisy Fenoarivo ny 02 Janoary lasa teo, niaraka tamina lehilahy iray namany. Efa nahatratra valo taona ny fiarahan’izy ireo, raha ny fantatra ary zaza iray no hikambanany. Efa herinandro kosa no nanomanana ny famonoana. Novelesiny tamin’ny “bois rond” ny lohan’ilay lehilahy rehefa nafaran’ilay Renin-janany tany an-tokantranony tamin’io 01 Janoary io, notsindrominy tamin’ny asidra sy formol izy taorian’izany ary nofatorana sy nofonosina tamin’ny sachet plastika  mba tsy ho maimbo ary efa nampatoriany tao an-trano, talohan’ny nikasany handoro ny razana tany Alakamisy Fenoarivo. Mbola tratra tao anatin’ilay taksi mantsy ny lasantsy 4 litatra natao tao anaty bidon. Raha araka ny fanazavan’ny pôlisy omaly hatrany moa dia noho ity Raim-pianakaviana ity izay nandrahona ny hamono io Renin-janany io hatrany raha vantany vao manam-bady lehilahy hafa ity farany no tena anton’ilay famonoana. Ilay lehilahy maty anefa teo an-daniny efa manam-bady. Ilay Ramatoa sy ilay mpamily ny taksi moa no nosamborina voalohany raha tsiahivina. Iray andro taorian’io indray no tratra ilay olon-tiany sy ny naman’ity farany raha mbola olona iray no tadiavina fatratra amin’izao fotoana izao.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Faritr’i SofiaTsy misy Merkiora izany

Toy ny faritra rehetra eto Madagasikara dia fotoana mampandeha ny fambolena sy fiompiana koa ao amin’ny faritr’i Sofia amin’izao fotoanan’ny orana izao.

 

Mijanona daholo aloha izany ny fihariana mifandraika amin’ny resaka harena an-kibon’ny tany fa ireo no tena mandeha, hoy ny fanazavan’ny sekretera jeneraly misahana iny faritra iny, Tolojanahary Maharavo. Mikasika ny filazana fa misy Merkiora aty amin’ny faritr’i Sofia, hoy izy dia ny ahy aloha dia ny harena an-kibon’ny tany toy ny vato famokarana na “pierre industrielle” sy ny GEM no fantatro fa io resaka Merkiora io amiko fampandriana adrisa. Tsy dia mino loatra ny fisian’izany aho fa ireo vato famokarana toy ny Jaspa sy Kristaly no misy any. Ireny izao ilay mitsahatra satria ahian’ireo mpitrandraka ny fiotsahan’ny tany amin’izao fotoam-pahavaratra izao, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firenena AmerikaninaNandefa miaramila maherin’ny 3000 isa any Moyen Orient

Samy miomankomana amin’ny fifanafihana izany amin’izao fotoana izao ny ao Etazonia sy Iran ao taorian’ilay daroka baomban’ny Amerikanina tao amin’ny seranam-piaramanidin’I Bagdad ka nahafaty ny jeneraly Qassem Soleimani izay mpitarika ny revolisionina iranianina ny zoma teo.

Efa nitsangana hatry ny omaly ary saika manenika ireo Moské ao Iran ny saina mena manambara fa raikitra ny ady ary manamafy fa tsy maintsy hamaly faty ity firenena iranianina ity. Etsy ankilany kosa dia nanainga omaly ny miaramila amerikanina miisa 3000 mahery nalefan’ny be kintana ho any Moyen Orient ametraka ny paikady amin’ny fanafihana sy hiady, mazava ho azy. Faniriana ihany moa ny an’izao tontolo izao ny amin’ny mba hahitan’ireto firenena roa ireto marimaritra iraisana tsy hifandonana na fara faharatsiny ho hatreo amin’ny firenena roa tonta ihany izay fifanandrinana izay fa tsy hisafilitika amin’ireo firenen-kafa.Hanolotra valisoa 80 tapitrisa dolara ho an’izay mahasambotra ny filoha Amerikanina Donald Trump sy manolotra izany azy ireo moa ny Iraniana, araka ny fanambarana nataona mpitarika iray omaly nandritra ny fandevenana ny jeneraly Soleimani izay nahavory olona an-tapitrisany maro tao Teheran renivohitra

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye-raid Dakar andiany faha-42Tontosaina manontolo any Arabie Saoudite

Sambany tao anatin’ny tantarany no tontosaina manontolo ao anatin’ny firenena iray dia any Arabie Saoudite ny fifaninanana Rallye-raid Dakar amin’ity taona 2020 ity. Halaviran-dalana anaty fasika 75 % mirefy 7800 km no ho.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ramaroson Jean MichelNahomby ny basikety Malagasy tamin’ny taona 2019

Azo ambara fa namiratra ny taranja basikety Malagasy tamin’iny taom-pilalaovana 2019 iny, hoy ny filohan’ny FMBB « Federation Malagasy de Basketball »,

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja baolina lavalavaManana ny ho aviny Anosizato Andrefana

Manomana ny ho aviny ary tena manana tombony amin’ny filalaovana baolina lavalava ny tanoran’Anosizato Andrefana.

Mitohy hatrany ihany koa moa ny fanohanan’ny FFAM (Force féminine d’aide Mutuelle) ireo tanora misehatra amin’ny fanatanjahan-tena ao izay notarihin’ny filohan’ny fikambanana Rasolofonoroniaina Julia Mickaëlle na i Mishah. Tontosa tamin’ny Alahady 5 Janoary lasa teo ny lalao aram-pirahalahina izay nifanandrinan’ny Ekipa 2 tonta dia ny Selection Itasy sy ny Rugby Force Anosizato Miray tsy mifezaka (RFAM) izany. Tamin’izany dia nibata ny amboara tamin’ny isa 49 noho 7 ny RFAM tsy Mifezaka tao anatin’ity lalao ity. Tsiahivina fa efa fanaon’ny fikambanana FFAM hatrany no mikarakara hetsika ara-panatanjahantena am-pirahalahina tahaka itony. Tanjona ny fampiroboroboana ny tontolon’ny taranja baolina lavalava ao Anosizato Andrefana sy ny hifanakalozana traikefa eo amin’ny samy ekipa ho fanatsarana ny lenta sy ny fahaiza manaon’ny mpilalao. Hita taratra tao anatin’ity lalao aram-piralahiana ity fa tena manana ny ho aviny ny tanora Malagasy eo amin’ny taranja baolina lavalava ary rariny raha ampirisihina sy tohanana amin’ny lafiny rehetra hoy ny fikambanana ny FFAM hananana ho avy mamiratra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnkorondranoNaato aloha ny fandravana ilay Fiangonana

Nisavorovoro ireo mpino Pantekotista tetsy amin’ny fiangonana Pantekotista mitambatra etsy Ankorondrano omaly. T

 

onga saika nampihatra ny didy fandravana ny fiangonana eo an-toerana ny vadintany sy ny tompon’ny orinasa iray raha vao maraina raha ny fitantaran’ny tompon’andraikitry ny tanim-piangonana ao amin’ity trano fivavahana ity, Lanto Rasoarimanana. Ny zoma teo, raha ny fanazavany, no naharay ny taratasy fampandrenesana mikasika ny hanatontosana ity fandravana ity ny fiangonana ary efa nilaza ho tsy afaka hanaiky izany. Mbola tao anatina vondrom-bavaka anefa omaly maraina, raha ny fanazavana hatrany, no raikitra avy hatrany ny fandravaravana. Raha ny fanazavan’ny zanaky ny fiangonana hatrany anefa dia efa 17 taona no naha teo ity fiangonana etsy Ankorondrano ity saingy izao nobodoina orinasa mpamokatra toaka izao. Nanoloana ny savorovoro hita teny an-toerana moa dia naato aloha ny fandravana ity fiangonana ity ary omaly hariva ihany dia efa niezaka namerina ny tafom-piangonana ny firaisankinan’ireo mpino. Heverina anefa fa tsy hijanona hatreo akory ny raharaha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ballon D’or AfrikaninaHifaninana amin-dry Sadio Mané sy Mohamed Salah i Carolus

Anio alina no ho fantatra any Egypta izay mpilalao kitra afrikanina mendrika indrindra, sokajy lehilahy, senior, na “Ballon d’or africain” tamin’iny taona 2019.

 

Mbola tsy fantatra mazava moa ny ora higadonan’izay anarana tokana hanan-tantara izay saingy efa fantatra omaly kosa ny lisitr’ireo mpilalao 30 mirahalahy mety hisalotra io anaram-boninahitra io. Tafiditra ao anatin’ireo nofidiana tamin’izany ny anaran’ny lohalaharan’ny klioba divizionina voalohany ao Arabia saodita, El Adhal, Carolus Andriamahitsinoro na Carolus Andrea. Teratany no sady mandrafitra ny ekipam-pirenena Malagasy na Barean’i Madagasikara ihany koa ny tenany. Na dia sambany aza no nisy teratany Malagasy nofidiana hahazo ity anaram-boninahitra ity dia azo lazaina ho marika goavana amin’ny fandrosoan’ny baolina kitra Malagasy izany.  ilay alzerianina, Mahrez, sy ilay senegaley, Sadio Mane, ary ilay ejipsianina, Mohamed Salah kosa no anarana azo lazaina ho kalaza indrindra ary tombanan’ny mpanara-baovao hahazo izay Ballon d’or afrikanina izay.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

La Gastro Pizza - 80 franchises à vendre en cinq ans

Du statut d’entreprise familiale à celui d’investisseur direct étranger. La Gastronomie Pizza a fortement évolué durant les dix-neuf ans d’investissement dans le pays. Le chef Mbinina, fondateur et directeur général de l’entreprise, va désormais vendre sa franchise à l’étranger. La cérémonie de signature avec la société Francorp, spécialiste dans la vente de franchises, est prévue se dérouler pour ce mois de janvier à Dubaï (Emirats arabes unis). « Nous avons confié la vente de notre franchise à la société Francorp.

Cette dernière s’engage à vendre 80 franchises dans les cinq prochaines années, notamment aux alentours de Dubaï et la Chine. Notre entreprise est également sollicitée dans les îles voisines, entre autres Mayotte, La Réunion. Des opérateurs économiques réclament aussi notre présence en Ethiopie, Kenya, Cameroun et Nigeria », explique Landry Rakotondrainibe, directeur général adjoint de la Gastro Pizza, contacté au téléphone hier. Il faut dire que chef Mbinina et son équipe inversent ainsi la tendance. Effectivement, Madagascar a toujours été le pays hôte des Investissements directs étrangers (IDE). Mais cette fois-ci, c’est au tour des entrepreneurs malagasy d’investir dans d’autres pays. Le dernier investissement à l’étranger de La Gastro Pizza remonte à l’époque ou l’entreprise s’est implantée à Maurice. Selon les dires du DG, ils ont quitté de leur plein gré cette île sœur à cause de la concurrence déloyale.

Concernant le marché intérieur, la Gastro Pizza s’aligne aux normes internationales et ce, en améliorant ses infrastructures, les matériels utilisés, la qualité des produits et du service. « En ce moment, la concurrence devient tellement rude dans le domaine du fast food à Madagascar. C’est d’ailleurs une raison pour laquelle La Gastronomie Pizza a pour ambition de s’aligner aux " fast food " internationaux. Les clients deviennent de plus en plus stricts en matière de qualité. L’inauguration de notre point de vente à Antanimora n’est que le début. Nous multiplierons nos restaurants à compter de ce jour. D’ailleurs, notre équipe inaugurera bientôt la centrale de production située à Ankadimbahoaka. Parallèlement à cela, je continue à renforcer le savoir-faire de mes salariés en leur offrant des formations », explique le chef Mbinina. A noter que cette entreprise emploie actuellement 940 salariés directs, sans compter les travailleurs temporaires et les fournisseurs de matières premières.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Imperial Tobacco - Un engagement conséquent pour la nature

2,6 milliards d’ariary. Tel est le total des sommes engagées par SOCTAM, filiale de l’Imperial Tobacco, dans le reboisement ces deux dernières années. Plus de deux millions d’arbres ont ainsi été plantés par l’entreprise sur près de 1 100 hectares, actuellement gérés par l’entreprise. L’objectif étant d’assurer une reforestation des zones concernées mais aussi une autonomie. « Notre pays est aujourd’hui menacé par le changement climatique dont la principale cause est la déforestation.

Le reboisement est donc un engagement sur le long terme pour améliorer notre quotidien, mais surtout pour offrir un avenir à nos générations futures », a assuré un responsable auprès de l’entreprise. En dehors de cela, l’engagement social de l’entreprise s’étend également dans la réhabilitation de puits ou encore de centres de santé de base, et cela afin d’améliorer le quotidien des populations qui vivent près des plantations réalisées par SOCTAM. 

En tout cas, avec ses huit fermes industrielles, SOCTAM fournit actuellement la majeure partie de la production de tabac dans le pays. Pour faire fonctionner leurs infrastructures, ces fermes travaillent notamment avec plus de 1 100 planteurs encadrés et près de 32 000 saisonniers. Le tabac produit par SOCTAM est ensuite transformé en cigarettes par SACIMEN pour être revendues par PROMODIM. Toutefois, même si le tabac n’est pas bon pour notre santé, il est bon pour notre économie. A lui seul, le groupe Imperial Tobacco prévoit une contribution à hauteur de 1 000 milliards d’ariary dans les caisses de l’Etat sur trois ans. Un objectif qui se concrétisera cette année.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Ambassade de Chine-Association Fitia - 74 pompes à eau pour les femmes travaillant dans l’agriculture

Des dons octroyés par l’Ambassade de la République populaire de Chine à Madagascar, destinés pour les femmes malagasy qui œuvrent dans l’agriculture. Ce lot de matériels composé de 74 pompes à eau sera remis à des associations de femmes rurales afin qu’elles optimisent leur utilisation, d’après Mialy Rajoelina, Première dame et non moins présidente fondatrice de l’association Fitia. Cette dernière a été choisie par l’Ambassade de Chine pour la remise officielle des donations. « La Première dame et l’association Fitia ne ménagent aucun effort pour que chaque femme puisse s’épanouir et réaliser ses rêves », reconnait Yang Xiaorong, ambassadeur de la République populaire de Chine dans la Grande île.

Cette diplomate chinoise n’a pas manqué de rappeler la cause sacrée de protéger et soutenir les femmes malagasy, menée par la Première dame et son association. « …Vous connaissez parfaitement l’un des points auquel j’attache une importance capitale : l’aide à l’émancipation de la femme malagasy. En effet, en 2010, nous avons eu l’occasion d’apporter notre contribution pour améliorer les conditions de vie de nombreux concitoyens dans le grand Sud de Madagascar, en faisant don de pompes à eau. Soyez rassurée que votre appui sera fructueux », s’adresse l’épouse du Président de la République envers l’ambassadeur de Chine dans le pays.

Intelligentes et dynamiques…

« Les femmes soutiennent sur leurs épaules la moitié du ciel ». L’ambassadeur de la République populaire de Chine a utilisé ce dicton célèbre dans son pays pour décrire les femmes malagasy. « Depuis 4 ans que je travaille à Madagascar, je vois que les femmes malagasy, intelligentes et dynamiques, ont une forte volonté de travailler pour avoir un meilleur avenir pour la famille et la patrie. Comme épouses et mères de familles, elles portent sur leurs épaules la moitié du ciel tant au travail qu’en famille. Elles s’investissent énormément dans la vie famille et réalisent en même temps un grand succès professionnel », constate la diplomate chinoise. « Je suis enchantée par votre manière de percevoir et d’apprécier le caractère de la femme malagasy. Et j’aime beaucoup le proverbe chinois que vous avez cité. Nous devrions l’appliquer, car il reflète aussi les traits de caractère des femmes de ma Nation », réplique la présidente de l’association Fitia. La Première dame a, par ailleurs, exprimé sa reconnaissance envers l’Ambassade de Chine pour son soutien inconditionnel à l’endroit de l’association Fitia, et cela à travers les diverses actions qui ont été réalisées. Mialy Rajoelina a d’ailleurs avancé que la rencontre d’hier augure déjà une année d’actions, de dynamisme et de réalisations pour son association…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Stade Barea - La finition de la première partie avant le 26 juin 2020

Le stade Mahamasina devra avoir une autre  facette d’ici le 26 juin 2020, date des 60 années d’indépendance de Madagascar. Et ce avec des nouveaux périmètres de sécurité et une nouvelle tribune d’ici la date susmentionnée. Le début des travaux a été amorcé cette semaine pour une durée de 18 mois. La première partie du chantier devra être achevée avant  la célébration de la fête nationale. Il s’agit de la tribune centrale qui, après la rénovation, pourra  accueillir 14.300 places au lieu de 5.000 places auparavant.

Après le 26 juin, les travaux  de  rehaussement des gradins débuteront et  dureront 12 mois. Ainsi, Mahamasina pourra accueillir le double de sa capacité d’ici juin 2021 car le nombre de place sera de 24.700.  Une promesse de longue date que le Président de la République malagasy Andry Rajoelina a tenue comme un pari. L’entreprise chinoise, China State Construction Overseas Development (CSCOD) assurera tous ces travaux de réhabilitation.

Le stade est rebaptisé stade Barea à l'occasion de sa réhabilitation, en hommage à l’équipe nationale malagasy qui a brillé lors de la CAN 2019.

En outre,  le terrain aura une pelouse hybride avec des tuyaux d’arrosage automatique. On cite aussi la mise en place des projecteurs qui permettront à l’infrastructure  d’abriter des matchs nocturnes. Quant au gradin, on y trouvera 28 entrées à l’intérieur, tandis qu’à l’extérieur la clôture sera remplacée par des grilles transparentes avec six entrées ayant des aérations et chaque place sera dotée d’un numéro de ticket. Le sous-gradin sera aménagé en bureau et  on y  verra des salles de musculation et des centres de presse hormis les vestiaires des joueurs et arbitres. En somme, le coût des travaux est estimé à 77 millions de dollars.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Sources de revenus indécentes - Une poche de sang vendue à 80 000 ariary

Madagascar ne dispose que seulement 20 % des donneurs de sang réguliers si l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est d’atteindre 100 %. A cause de cette situation,  les centres de transfusion sanguine ne sont pas en mesure de satisfaire tous les besoins des demandeurs. D’une part, ces centres sont souvent en rupture de stock à cause de l’augmentation sans cesse du nombre des demandeurs et de l’autre, les receveurs devront remplacer une poche par deux, s’ils veulent l’acquérir.

 

Actuellement, certains profitent de cette insuffisance en approvisionnement. En effet, ils vendent une poche de sang à 80 000 ariary voire plus dans d’autres endroits. Dans les centres hospitaliers, bon nombre des familles éprouvent une grande difficulté pour trouver des personnes pour donner du sang aux patients ou remplacer les poches utilisées durant une opération. Par conséquent, une nouvelle source de revenus s’ouvre donc pour d’autres personnes. Et dans l’espoir de sauver leurs proches, les familles des patients n’ont pas d’autre choix que d’accepter le prix qui leur est imposé.

Toutefois, selon l’explication du Professeur Randriamanantany qui est en charge de la distribution du sang au niveau du ministère de la Santé Publique, des procédures doivent être suivies afin de garantir la sécurité ainsi que la santé du donneur et du receveur. Considérés comme des mercenaires, ces donneurs ou vendeurs de sang clandestins peuvent être des fumeurs, buveurs ou encore des personnes ayant une maladie génétique ou transmissible. Pour pouvoir donner du sang, il faut respecter certaines règles comme un poids minimum de 50 kg, avoir de bonnes conditions physiques, être en bonne santé et ne pas consommer de la drogue. Enfin, tout donneur doit se reposer avant l’opération.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Psychose de rapts

La toile prise d’assaut, les réseaux sociaux enflammés et les Forces de l’ordre débordées. En cause, de folles rumeurs de rapts d’enfants envahissent la ville. Fondées ou non, la « chose » affole les parents. En ce début d’année porteur d’espoir, les « bruits » de kidnapping enveniment l’atmosphère. Depuis la nuit des temps, Madagasikara un pays de tradition orale, la culture des « contes et légendes » prédomine.  La société malagasy fut et reste jusqu’à aujourd’hui très accessible aux rumeurs. C’est le théâtre permanent des « tsaho ». De bouche à oreille, des rumeurs parfois terrifiantes portant sur des thèmes irréels ou fantaisistes circulent.

 

A l’époque coloniale, les Vazaha avaient dû affronter mille et une rumeurs déclenchant souvent des psychoses difficiles à apaiser. On racontait l’histoire de voleurs d’organe, les cœurs ou le sang, des « mpaka fo » ou des « mpaka rà ». Mais personne n’était pas en mesure de prouver formellement les faits. On faisait aussi circuler le bruit sur les « biby olona », ce monstre moitié homme, moitié bête. Personne ne l’a jamais vu de ses propres yeux. Les autorités coloniales avaient beau tenter d’expliquer qu’il s’agissait de pures imaginations de certains individus malintentionnés  pour faire peur aux simples gens mais rien n’y fit. En fait, selon des études effectuées par des spécialistes en sociolologie communautaire, les rumeurs fantaisistes mais persistantes des  « mpaka fo » ou des « mpaka rà » ont été montées de toutes pièces destinées à salir la notoriété des membres de la Loge maçonnique, les  francs-maçons  de  Madagasikara. Et en remontant à la source, il se trouvait que certains dirigeants d’église méfiant de cette organisation secrète furent à l’origine.

La stratégie basée sur les rumeurs tient bien. Elle persiste et traverse le temps et les régimes successifs. Chaque régime a eu son lot d’intox. L’objectif final vise à  déstabiliser le pouvoir en place. A certains égards, le manège atteint ses objectifs.

Les folles rumeurs de rapts d’enfants  gagnent du terrain en ce moment. Elles embrasent les réseaux sociaux. Cette mère de famille postant sur sa page face book un long texto d’une tentative de rapt dont son propre fils a été victime sous ses yeux à Antanimena. Une autre  raconte une tentative de rapt  d’un petit gosse par un tiers. Seulement, parait-il, le dernier a pu crier  au secours et le « voleur » lâchait la prise et disparaissait dans les dédales d’Ankadifotsy. De ces deux cas, il n’y avait pas eu des preuves  matérielles (photos ou autres). On le sait bien qu’on peut  balancer sur la toile n’importe quel texto. Certains cas de rapts existent réellement suivis d’actes de barbarie (meurtres ou tortures)  mais en fin de compte, les enquêtes menées par la Police concluent qu’il s’agit plutôt des affaires de règlements de compte.  On saisit la moindre occasion pour ternir l’image du régime. La rocambolesque fuite de Carlos Gösn en est la preuve. On cite gratuitement le nom de  Madagasikara.

Le pays est en train de négocier, en ce moment précis, un tournant décisif et délicat. Tous les moyens sont « bons » pour les détracteurs de porter atteinte aux actions du Gouvernement. Pour les prétendus opposants, l’essentiel consiste à détourner les esprits des vraies priorités.   

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Lutte contre la malnutrition - Le Président Rajoelina met en place des solutions durables

Il y a des retards qu'on peut rattraper mais  d'autres non. Le Président Andry Rajoelina en recevant hier Alain Mérieux, président de la Fondation du même nom, au Palais d'Ambohitsorohitra a reconnu qu'il est presque impossible de rattraper le retard de croissance des enfants dû à la malnutrition. Toutefois, il est possible de mettre fin ou du moins diminuer ce phénomène de la malnutrition et de la famine dans le Sud en mettant en place des solutions durables.

 

« Le Kere dans le Sud est connu de tous depuis les années 60 mais les dirigeants n'apportaient que des solutions ponctuelles. Avec la Fondation Mérieux, nous allons mettre en place une usine de fabrication de compléments alimentaires dans cette Région du Sud. C'est un projet qui me tient vraiment à cœur tout comme la population de cette partie de la Grande île à qui j'ai rendu visite au lendemain de mon élection à la magistrature suprême », a révélé le Président de la République en recevant son hôte hier. Les deux personnalités se sont rencontrées à Lyon (France) lors de la 6e conférence pour la reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme.

La Fondation Mérieux qui œuvre  à Madagascar en 2006 a émis son souhait d'accompagner le Président  Rajoelina et son épouse dans cette croisade contre la malnutrition, surtout infantile. La Première Dame à travers son association  « FITIA » procède  depuis à des distributions de compléments nutritionnels à des  milliers d'enfants vulnérables dans la Capitale et dans les autres Régions.

 « Nous avons mobilisé les partenaires pour la concrétisation du projet et le groupe  Nutriset est parmi ceux qui ont adhéré à la cause », précise Alain Mérieux à la presse à l'issue de la réunion de travail tenue avec le Président de la République. Nutriset est spécialisé  dans la nutrition et l'accès à l'alimentation de qualité et il apportera son expertise et son appui technique à la mise en place de cette usine dans le grand Sud, ajoute le Président de la Fondation Mérieux.

Outre l'usine fixe implantée dans la Région du Sud, des unités de soin seront installées dans tout Madagascar. Cette unité mobile sera en mesure d'offrir des soins à 50.000 enfants.  Les parties prenantes à ce grand projet de lutte contre la malnutrition se fixent d'ici à la fin de l'année, la mise en place de ces infrastructures.

La rédaction

La Vérité0 partages

Suspicion de détournement des 65 000 ariary - L’Inspection générale d’Etat ouvre l’enquête !

Le débat sur les 65 000 ariary de la part du Président de la République en guise de dotation de fin d’année aux fonctionnaires continue d’alimenter les débats, dans les salons comme dans les réseaux sociaux. Les avis convergent vers une suspicion de détournement de cette dotation de la part des responsables au niveau des ministères. Le Gouvernement a décidé d’ouvrir l’enquête en la confiant à l’Inspection générale d’Etat (IGE).

 

La polémique autour de la dotation de fin d’année ne cesse d’alimenter les débats dans les salons privés comme dans les réseaux sociaux. Il s’agit d’une dotation de la part du Président de la République au profit des agents de l’Etat, et ce sans distinction de grade ou de poste. Normalement, tous les agents de l’Etat, du ministre au simple employé, auraient dû bénéficier la même somme d’argent avant la fin de l’année. Il s’agissait d’offrir un surplus aux agents de l’Etat durant la période de fin d’année pour que tout un chacun puisse choisir l’utilisation de l’argent, aux fins d’épargne ou dans le but d’acheter des aliments, friandises ou autres choses.

Mais ce n’était pas le cas pour le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP). Certains employés n’ont pas vu la couleur des 65.000 ariary et n’ont reçu que la moitié voire le tiers pour d’autres. Le pire, c’est que les responsables ont obligé les bénéficiaires de la somme dérisoire perçue à émarger alors que le montant reçu n’y apparait pas. La   ministre de l’Education nationale, Marie-Thérèse Volahaingo, a apporté des explications sur la raison du partage inégal en insistant que son département a décidé d’offrir leur part également aux enseignants non fonctionnaires. Une décision qui apparemment va à l’encontre des directives prises en Conseil des ministres et les recommandations du Président de la République, Andry Rajoelina. Il a été décidé en effet à ce Conseil des ministres que chaque employé de l’Etat des ministères percevra la somme de 65.000 ariary.  Hier, le Gouvernement a sorti un communiqué confirmant cette décision prise en Conseil des ministres. Le communiqué précise que toute autre somme octroyée aux agents de l’Etat et ne correspondant pas à celle convenue est inacceptable. Le Gouvernement tape ainsi sur la table et décide d’ouvrir une enquête diligentée par l’I.G.E. et à l’issue de laquelle des mesures seront prises.

Toujours au sein de ce ministère, un responsable dans la Région Sud-est, censé de dispatcher ce cadeau présidentiel, s’est dit victime d’un cambriolage. Bilan du « vol », la somme de 130 millions d’ariary prévue pour les employés de l’Etat a été emportée par les voleurs.

 Les employés du MENETP ne sont pas les seules victimes de cette affaire qui sent le détournement à mille lieux. D’autres responsables ministériels ont préféré offrir un panier garni à leurs agents, toutefois sa valeur est loin d’être égale à 65.000 ariary. « On nous a offert 5kg de riz, un poulet de chair et une bouteille d’eau gazeuse. Des marchandises qui, au maximum, coûtent 30.000 ariary », rouspète un employé d’un ministère. Un détournement déguisé en somme en plus des ristournes ou commissions obtenus auprès des fournisseurs. Les agents de l’Etat souhaitent à ce que l’enquête de l’I.G.E. arrive à son terme et que les responsables du détournement de la dotation présidentielle soient sanctionnés.

Le Gouvernement a d’ailleurs martelé hier dans son communiqué  la bonne gouvernance dans les affaires administratives. Certainement des têtes vont tomber !

La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Mananara Avaratra : Namono zaza roa taona, matin’ny fitsaram-bahoaka

Vao nigadona ity taona vaovao 2020 ity, dia efa nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany amin’ny Distrikan’i Mananara Avaratra, Faritra Analanjirofo. Raha ny vaovao voaray avy any an-toerana, tovolahy iray no namono nahafaty tamin’ny fomba feno habibiana ny zanaka anabaviny vao roa taona monja, afak’omaly, tao Ambodimampay. Noho ny vely vatan-kazo sy tora-bato nihantra taminy, dia maty tsy tra-drano ilay zaza. Raha vao nahare ny loza ny Ray aman-drenin’ilay zaza, dia romotry ny hatezerana, ary nikaroka an’ilay tovolahy nahavanon-doza. Voasambotra ity farany, ka niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany, ary namoy ny ainy ihany koa.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

La « Lit Tana » 8e édition : Deuxième participation de Fanja Rakotondrainibe

Les étudiants du Lycée Moderne Ampefiloha ont assisté à la septième édition de la « Lit Tana »

Tous les vendredis du mois, l’ambassade de l’Inde à Madagascar consacre  une journée pour la littérature malgache et indienne. La huitième édition sera la première « Lit Tana » de l’année 2020. Ainsi, Vendredi 10 janvier prochain, une dizaine de poètes monteront sur l’estrade de la bibliothèque de l’Ambassade de l’Inde, à Tsaralalàna, pour citer leurs poèmes et traduire des poésies indiennes en malgache et en français.

A part Lalatiana Andréa (Antigone), Tsiky Rabenimanga et Placide Tsarahevitra, qui ont participé le plus lors des éditions précédentes, Fanja Rakotondrainibe est à sa deuxième participation à la « Lit Tana ». Elle a  commencé à écrire à l’âge de 15 ans en Français et en Malgache. En 2017, elle a  écrit quatre livres de contes en Français, qui ont été édités par une maison d’édition pour le compte d’une ONG, dans le cadre de la sensibilisation contre la violence et l’exploitation sexuelle des jeunes filles. En 2018, en étroite collaboration avec Ranjasoa Publishing, elle a  pu publier son premier recueil de poèmes en Malgache et en Français, intitulé  « Vetsovetsom-piainana – murmures sentimentaux ». Un recueil de 75 poèmes inspirés par son vécu et par l’amour, essentiellement. Par la suite, elle a  contacté Havatsa Upem Antananarivo avec qui elle a pu, grâce aux précieux conseils de l’écrivain Dol Haja membre de l’union des Poète et Ecrivain malgache,  continuer l’édition sur place. En  juillet 2019, son second livre “Topimaso » ou “Regards”, qui est un recueil de 70 poèmes en Français et Malgache a été édité, toujours en collaboration avec Dol Haja. Regards sur la vie de la cité, un partage sur ses émotions à travers sa quête, ses rencontres, et les confidences de ses proches sont évoqués dans le livre.

Comme toujours, l’ambassadeur de l’Inde Abhay Kumar sera présent et participera à l’évènement. Amoureux de la Grande île, le poète-diplomate est actuellement en train d’écrire un livre sur l’île rouge. Il nous informera de la sortie de celui-ci, prochainement.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Transport : Le GPS pour les transporteurs en zones suburbaines

Les passagers espèrent un meilleur service de la part des transporteurs pour cette nouvelle année.

Pour mettre fin aux dérives de certains chauffeurs de véhicules de transport en commun, le GPS ou Global Position System a déjà été adopté par certains transporteurs au cours de l’année 2019. Le mardi 14 janvier, le ministère des Transports, l’Agence des Transports Terrestres (ATT) et la TEC Company vont présenter cet outil de localisation aux transporteurs en zones suburbaines. Cette présentation se tiendra au PK.0 Soarano à partir de 11 heures. Notons que grâce à l’installation d’un GPS sur les véhicules de transport en commun, il est possible d’accéder à tous les trajets empruntés par les minibus équipés. Ainsi, les chauffeurs ne peuvent plus faire des détours, un des problèmes souvent évoqués par les passagers qui doivent parfois prendre deux bus pour arriver à destination. Reste à savoir si ce projet va emballer les transporteurs.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Jumbo millionnaire : Plus que quatre jours pour participer au jeu

Le cube Jumbo fait, depuis des années, partie de la tradition culinaire de nombreux foyers malgaches

Du coup, le jeu Jumbo millionnaire organisé tous les ans, enregistre un engouement des consommateurs. Et cette année, c’est encore le cas puisque depuis le lancement du jeu au 1er décembre 2019, le jeu enregistre déjà une participation record. « La particularité du jeu, cette année, c’est que dans chacune des six Faritany, il y aura des millionnaires » indique la société de distribution des cubes Jumbo qui se félicite du succès du jeu. « Nous avons choisi cette période de fin d’année et de début d’année pour donner plus de satisfaction aux consommateurs de nos produits qu’il s’agisse des fidèles et fervents que des nouveaux venus dans le club des amateurs », ajoute-t-il. En tout cas, le jeu se poursuit jusqu’à présent et prendra fin le 10 janvier prochain. Il reste donc quatre jours pour y participer. Une participation simple puisqu’il suffit de collecter dix emballages de cube Jumbo tout parfum confondu, de les placer dans une enveloppe prévue à cet effet et contenant le nom, l’adresse, le numéro de téléphone du participant et de  les déposer  dans des urnes placées dans les points de vente les plus proches ou de les envoyer par poste à la BP 1600.  Une démarche simplifiée qui donne aux participants la possibilité de  décrocher des lots de qualité.  En effet, plus de 10.000.000 d’ariary seront distribués cette année, dans les Faritany d’Antananarivo, de Fianarantsoa, de Toliara, de Mahajanga et d’Antsiranana.  Des lots incluant une somme de  1.000.000 d’ariary, un téléviseur  écran plat,  un  rice cooker… Le tirage se fera le 24 janvier prochain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Économie circulaire : Un modèle adapté aux îles de l’Océan Indien

L’économie circulaire était au cœur du forum Eco.Actions organisé tout récemment par la Commission de l’Océan Indien (COI) à Maurice. Plus de 215 participants venant de 14 pays ont participé à cet événement. Ce sont notamment des professionnels, des institutions étatiques, des administrations publiques, des entrepreneurs et des industriels, mais aussi des acteurs non-étatiques et des étudiants. Ils ont débattu le potentiel économique et les impacts sociaux et écologiques positifs de l’économie circulaire. En fait, «cette économie circulaire invite à repenser nos modèles économiques, les modes de production et de consommation. Elle promeut l’efficience par des modes de production économes et responsables, elle encourage des modes de consommation qui poussent à la réutilisation ou au recyclage, elle favorise des synergies positives entre les acteurs d’une même filière comme entre les opérateurs de différents secteurs. Elle a créé l’espace nécessaire à l’émergence de filières nouvelles qui proposent des alternatives au plastique que l’on croit à tort indispensable. L’économie circulaire est, sans aucun doute, un nouveau paradigme économique particulièrement adapté à nos espaces insulaires », selon les explications de Hamada Madi, le Secrétaire général de la COI.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsohihy : Mpandeha moto moto nodomin’ny taxi-brousse, maty tsy tra-drano

Nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona tsy manan-tsiny indray tao an-tampon-tanànan’ Antsohihy, renivohitry ny Faritra Sofia, afak’omaly naraina, tokony tamin’ny 11 ora teo, ka raim-pianakaviana iray miasa ao amin’ny Foibem-paritry ny ala, izay nitondra moto no maty tsy tra-drano nodomina taksiborosy, tao Bazary kely Ambalabe, akaikin’ny mpivarotra akoho. Handeha haka ny vadiny any Ambalavelona ity lehilahy ity no tra-doza teny an-dalana izao. Raha ny vaovao voaray, taksiborosy zotra nasionaly iray avy eto Antananarivo hiazo an’ Antsiranana izay nandeha mafy nirimorimo be no nifaoka « moto cross » nijanona. « Niandry ny handehanan’ny fiara tsy mataho-dalana iray nijanona teo alohany ilay mpitondra moto, satria mbola niresaka tamin’olona ny mpamilin’io 4×4 io. Nisosososo be avy any ilay taksiborosy izay tsy nijanona akory, fa tonga dia nanitsy tany amin’ity lehilahy nitondra moto », hoy ireo mpivarotra akoho teo amin’ny manodidina nanatri-maso ny loza. Raha ny nambaran’ireo mpandeha tao anatin’ity taksiborosy namoa-doza ity kosa : « Efa hatrany ampiaingana sy teny an-dalana no efa nandeha mafy sy nisetrasetra ny mpamilin’ity fiara Sprinter ity ». Araka ny vaovao voaray hatrany, mizahozaho sy mirehareha fatratra ity mpamily nahavanon-doza, ary nilaza fa manana olona ambony mpiaro azy hono, ka tsy miraharaha izay lalàna velona misy. Efa eo ampelatanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha, ka ho arahintsika eto ihany ny tohiny sy ny vokatry ny fanadihadiana.

Eric Manitrisa

Midongy Atsimo : Rongony 25 kg tra-tehaka

Noho ny fanomezam-baovao mari-pototra avy tamin’olona tsara sitra-po, ka nandritra ny fisafoam-paritra nataon’ny Zandary avy ao amin’ny borigadin’ny Zandarimaria Midongy Atsimo, mba hitandroana ny filaminana mandritra ny fety. Ny alin’ny 31 desambra hifoha ny alarobia taom-baovao 2020 teo, dia rongony nilanja 25 kg izay noentin’ olona roa lahy no tra-tehaka, tao Antanifotsy, Kaominina Nosifeno. Raha ny vaovao voaray, tafaporitsaka nandritra ny fisamborana azy ireo roa lahy nitondra ireto daigna (rongony), ka mbola karohina fatratra hatramin’izao. Taorian’ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro filaminana mahakasika ny fahatratrarana an’ ireto rongony roa gony mahery, dia nodorana afak’omaly teo anatrehan’ny Lehiben’ny Distrika sy ny mpitondra any an-toerana ireto zava-mahadomelina sarona.

Eric Manitrisa

Farafangana : Zazavavy fito taona naolan-drainy

Efa miha biby ny olona sasany ankehitriny. Raim-pianakaviana iray no nanolana ny zanany vavy kely naterany, tany Etrotroke Atsimo, Kaominina Ambanivohitra Etrotroke, Distrikan’ny Farafangana, ny andron’ny taom-baovao teo. Raha ny vaovao voaray, dia simba tanteraka ny fahadiovan’ilay zaza vao fito taona monja naolan-drainy. Araka ny fitantaran’ny renin’ ilay zaza, efa nisaraka tsy miray trano intsony izy sy ny rain-janany.  Ny 01 janoary teo, nandalo namangy an-janany ity raim-pianakaviana. « Tsy tao an-trano aho tamin’io fotoana io, ka nanararaotra nanao ny filan-dratsiny mamohetra tamin’ity zanako tsy manan-tsiny rangahy. Rehefa tonga aho dia nitaraina maharary mafy teo amin’ny fifaviany i Z., nanontaniako izy ary niteny hoe : Nanaovan’ny iabako kivadivady iaho mama da maharary ».

Saika matin’ny fitsaram-bahoaka. Taorian’izay, nanaitra avy hatrany ny Fokonolona teo an-tanàna ity reny mananontena ity, ka vory ny vahoaka. Voasambotra ilay ray voatondro nanolana an-janany, ka saika hataon’olona fitsaram-bahoaka, nefa nandrara izany fihetsika izany ny lonaky (Raiamandrenim-be to teny an-tanàna), ary niantso zandary. « Ny alakamisy teo izahay mianaka no tonga teto amin’ny hopitaliben’ i Farafangana. Noho ny tsy fisiam-bola dia ny asabotsy hariva teo vao natao ny fadidiana an-janako. Isaorako ny eo anivon’ny Foibem-paritry ny Mponina Atsimo Atsinanana nandray an-tanana ny lany amin’ny fitsaboana, ary ny olona niantra anay mianaka mikarakara sakafo sy nampandre ny tompon’ andraikim-panjakana », hoy ny renin’ilay zaza latsa-dranomaso. Raha loharanom-baovao azo farany akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tanana ny raharaha, dia androany na rahampitso talata farafahatarany no hatolotra ny Fampanoavana ity ray nahavanon-doza.

Eric Manitrisa

Mananara Avaratra : Namono zaza roa taona, matin’ny fitsaram-bahoaka

Vao nigadona ity taona vaovao 2020 ity, dia efa nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany amin’ny Distrikan’i Mananara Avaratra, Faritra Analanjirofo. Raha ny vaovao voaray avy any an-toerana, tovolahy iray no namono nahafaty tamin’ny fomba feno habibiana ny zanaka anabaviny vao roa taona monja, afak’omaly, tao Ambodimampay. Noho ny vely vatan-kazo sy tora-bato nihantra taminy, dia maty tsy tra-drano ilay zaza. Raha vao nahare ny loza ny Ray aman-drenin’ilay zaza, dia romotry ny hatezerana, ary nikaroka an’ilay tovolahy nahavanon-doza. Voasambotra ity farany, ka niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany, ary namoy ny ainy ihany koa.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Jean-Louis Robinson : Remise de sa lettre de créance au ministère des Affaires Etrangères chinois

L’ambassadeur de la République de Madagascar en République Populaire de Chine, Jean-Louis Robinson, a remis sa lettre de créance au ministère des Affaires Etrangères chinois.

Jean-Louis Robinson a remis le 2 janvier dernier au ministère des Affaires Etrangères chinois la copie figurée de la lettre de créance, en tant qu’ambassadeur de Madagascar en République populaire de Chine, par le biais de Li Anrong, Directeur général adjoint dudit ministère. Dans la foulée, notre ambassadeur a reçu une invitation émanant du ministère des Affaires Étrangères, comme ses pairs exerçant en Chine, pour une cérémonie officielle le 20 janvier 2020 prochain.

Événement. Enfin, au mois de février prochain, la lettre de créance sera remise à SEM XI Xinping, président de la République Populaire de Chine, événement qui se fait tous les trois mois dans le pays de Mao, où plusieurs ambassadeurs remettent leurs lettres durant une même journée. Dorénavant, Jean–Louis Robinson peut exercer en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar en République Populaire de Chine.

Recueillis par Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Ifm Analakely : Drwina, Wada et Yoongs ouvrent la saison au « Lapihazo »

Drwin, le chanteur à suivre de près.

Nouvel An, nouvel élan ! « Lapihazo » rouvre ses portes pour les talents. Pour la saison 2020, c’est Drwina et le duo Wada et Yoongs Guth qui donneront le coup d’envoi le 11 janvier. Si le premier est une étoile montante dévoilée au grand public récemment, le duo de rappeur a fait ses armes du côté d’Ambohipo. Effectivement, Wada et Yoongs font partie du collectif de Rappeurs Jiol’Ambups issu des quartiers universitaires d’Ambohipo Ankatso. Aujourd’hui, ce sont des artistes confirmés, forts de leur succès à travers des titres comme « Pio lou ny Télé » et surtout « Paradisako » qui sont restés plusieurs semaines dans les Charts malgaches. Ils explorent maintenant de nouveaux horizons à travers le Hip hop et la fusion et reviennent avec le projet d’un EP avec 5 titres qui sortira en 2020. Par ailleurs, quelques titres de cet EP seront joués pendant leur prestation à l’IFM Analakely pour l’occasion.

Quant à Drwina, le musicien vient tout droit d’Antsiranana. Il a commencé avec le rap mais s’est fait un nom avec le reggae, avec un EP de 10 titres. Il affine ensuite son style avec des inspirations à sonorités traditionnelles du Nord telles que le ‘Antsa’ ou le ‘Jijy’.  En 2016, il retourne dans sa ville natale après avoir vécu pendant 3 ans dans la Capitale. Il continue à travailler sa musique, ce qui lui permet de remporter le tremplin de l’Alliance Française de Diego en 2017. En parallèle il est sollicité par d’autres artistes malgaches comme auteur, compositeur et arrangeur. L’année dernière, c’est accompagné d’Anjara Rakotozafiarison à la guitare, Harifetra à la basse et Fandresena à la batterie, qu’il part à la conquête de la scène nationale, dont une tournée à Antananarivo et une autre à Nosy Be. Cependant, c’est quand il a fait la première partie de la chanteuse Razia Said lors de son passage à Madagascar qu’il a marqué les esprits.

Pour rappel, Lapihazo, est le programme dédié à la scène artistique émergente de l’Ifm Analakely. Un samedi par mois, le rendez-vous est fixé pour découvrir des créations singulières de talents en devenir. Cette plateforme de diffusion est ouverte à tous les artistes dans tous les domaines du spectacle vivant tels la danse, la musique, le théâtre ou encore la littérature.Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : Retour à la normale après les travaux d’urgence

Pour cette fois, la Jirama a remis les poteaux et les pylônes tombés en un temps record.

Les trois pylônes et les 40 poteaux tombés suites aux vents violents de la semaine dernière ont été remis en place en 48h, pour la majeure partie. Selon le directeur général de la société d’Etat, Vonjy Andriamanga, les techniciens ont travaillé jours et nuits, pour remettre en place les poteaux et remplacer les pylônes qui se sont écroulés. A noter qu’un de ces pylônes à Behitsy supportait un réseau de haute tension de 138.000V, et les deux autres à Alasora, un réseau de 63.000V. « L’électricité est revenu petit à petit pour les 20.000 ménages victimes de coupure d’électricité causée par cet incident. Les travaux se poursuivent le reste des poteaux qui sont tombés et qui n’ont pas encore été remis en place », a indiqué le DG de la Jirama. D’après les explications, des structures provisoires ont été mises en place pour remettre rapidement l’électricité en marche, dans les quartiers touchés. Par ailleurs, la Jirama invite les usagers à l’informer au plus vite, en cas de chute de poteaux ou de fils, afin d’accélérer les interventions des équipes d’urgence.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Réhabilitation de la RN44 : Promesse enfin tenue par les dirigeants

La réhabilitation de la RN44 aura de grands impacts positifs sur la filière riz.

Cela fait des décennies que la RN44 a fait l’objet de promesses électorales. Cette fois, cette promesse est enfin tenue. Les financements sont trouvés et le processus de réalisation est déjà en cours, selon le ministère en charge des Travaux Publics.

L’appel d’offres pour travaux de bitumage RN44 – du PK60 Amboasary Gare au PK133 Vohidiala – et l’appel à manifestation d’intérêt pour la mission de contrôle, ont été lancés samedi dernier. A noter que de nombreuses études ont été réalisées sur les points les plus critiques de la RN44, comme ce fut le cas par exemple entre 2006 et 2008 pour la mise en place des couches de roulement sur 81 km, sans pour autant aller jusqu’au bitumage ou la construction de plusieurs ponts en 2012. Mais jamais, cet axe n’a été traité dans la totalité de ses 160 km, malgré les demandes répétitives et justifiées des usagers. Certes, cette route nationale reliant Moramanga à Ambatondrazaka présente un enjeu économique important. En effet, la région d’Alaotra Mangoro constitue le principal grenier à riz de Madagascar et cette route sera l’artère principale qui reliera cette région aux autres parties de la Grande Ile. Jusqu’ici elle restait quasiment impraticable durant les saisons de pluie. Et pourtant, depuis plusieurs décennies, ce ne sont pas les financements qui ont manqué, annonçant très souvent des débuts de travaux sur telles ou telles portions à grands renforts de discours tout aussi éphémères que les travaux effectifs.

Réalisation. Pour la toute première fois, les 160 km de la RN44, qui ont fait l’objet du principal Velirano du président Andry Rajoelina vont enfin être réhabilités intégralement en toute leur longueur. Selon le Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, le Gouvernement a maintenant trouvé les financements nécessaires pour prendre en charge sa totale et effective rénovation via ses propres ressources internes et la concurrence des partenaires telle la Banque Mondiale. « Effectivement, la Banque Mondiale a signé un accord de financement pour des travaux de bitumage de la RN44 sur près de 113 km pour un montant de plus de 65 milliards d’Ariary. Les travaux sur les premiers 40 km reliant Marovoay (PK20) à Amboasary Gare (PK60) ont déjà été entamés et sont assurés par l’entreprise CEC (China Engeneering Corporation). Les 73 km restant, qui font l’objet du Projet d’Appui à la Connectivité des Transports (PACT) partant d’Amboasary Gare (PK60 jusqu’à Vohidiala (PK 133), font actuellement l’objet d’un appel d’offres quant à son exécution, et devraient débuter cette année 2020 », a indiqué le MAHTP. Par ailleurs, ce sont les fonds propres de ce ministère qui prendront en charge pour un montant de près de 21 milliards d’Ariary des travaux non financés, à l’exemple de la construction d’un radier alvéolé à Lohafasika (PK160) ou du bitumage de la bretelle menant à l’Aéroport d’Ambatondrazaka et de la réalisation très attendue de l’aménagement de la chaussée, et la construction d’un radier à Manaingazipo, point noir bien connu des usagers de la RN44. Selon les informations, ces travaux financés par le MAHTP sont déjà actuellement en cours de réalisation.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Histoire Retour sur le trajet de Rainilaiarivony

Le Premier ministre Rainilaiarivony, une image restée dans la mémoire historique malgache.

“Rainilaiarivony, un destin exceptionnel” par Annick de Comarmond, ce sera le café histoire au Musée de la Photographie à Anjohy ce samedi à partir de 10 heures. L’historien Rainilaiarivony, appelé Radilifera avant son arrivée au poste de Premier ministre, est le dernier héritier d’une dynastie de Premiers ministres. Il accède au pouvoir en 1864 pour plus de 30 ans, jusqu’en 1895. Il adjoint à son titre, celui de Commandant en chef de l’armée. Pour préserver sa place, il épouse successivement les trois dernières reines de Madagascar. Conscient des convoitises étrangères et des rivalités entre Anglais et Français, il souhaite positionner Madagascar dans le concert des nations. Fin stratège et politique chevronné, il fait tout pour préserver, jusqu’au bout, la souveraineté du Royaume de Madagascar. Il perd finalement la bataille, face aux Français, en 1895. Cette communication revient également sur l’une des dernières personnalités politiques et administratives d’un Madagascar libre, avant que les colons français ne bouleversent la gestion du pays pour leur unique intérêt. Ecrivaine, Annick de Comarmond a déjà sorti des œuvres comme « Journal d’un Malgache du XIXe siècle » et « La Prédiction ». Son roman, « Loin sous les ravenales » a été récompensé à l’international.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Du modern-trad façon Maroloko

Maroloko ? Il y a des projets culturels, mais il y a aussi ce groupe de modern-trad. Le groupe retrouve  le chemin de la scène pour signer un bon début d’année. Les cinq musiciens rassembleront ainsi les noctambules du No comment bar Isoraka le temps d’un afterwork. Au menu, de la musique, de la bonne et surtout un aperçu de leur tout premier album. Maroloko comme l’indique son nom se pare d’une multitude de couleurs musicales. Du ‘jijy’, de la pop, de la dance… rien n’est laissé au hasard. Pareil, son thème de prédilection varie autant que sa musique. Avec Tahiana Rabearijaona au micro et à la « kabosy », Mbola Talenta à la guitare, Zo Randrianarisoa au Cajon, Jery Randrianarisoa à la basse et Litakely Rabearisolo au jembe et konga. Des mélomanes aguerris, ils apportent chacun ces esprits musicaux qui font la richesse de leurs œuvres.  

Baptisé « Manakory », l’album, prévu sortir très bientôt, est composé d’une bonne dizaine de titres. « Dans nos créations, nous parlons d’exodes ruraux comme c’est le cas dans « Eka Baba ». « Mamaliha » se penche sur l’éducation, du rôle de la mère dans la société. Quant à l’« Omby » c’est tout simplement du « jijy » sur cet emblème culturel de Madagascar » relatent les membres du groupe lors d’une interview. Engagé, Maroloko aborde des sujets sérieux, comme l’environnement, l’insécurité, les valeurs culturelles. Le tout est à découvrir ce jeudi. 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Anjozorobe : Famonoana zandary : tafakatra valo ireo olona voasambotra

Vehivavy telo sy lehilahy dimy. Ireo hatreto no olona nosamborin’ireo mpitandro filaminana tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny taorian’ilay famonoana zandary nitranga tao amin’ny kaominina Ambohibary Vohilena, iray andro talohan’ny krismasy teo. Raha tsy misy ny fiovàna dia mety hatolotra ny Fampanoavana anio izy ireo, araka ny angom-baovao azo.

Zandary telolahy, teo am-panantanterahana ny asany no tafiditra tao anaty velam-pandriky ny dahalo tany amin’iny distrika Anjozorobe iny ny 24 desambra lasa teo. Ny iray tamin’izy ireo no namoy ny ainy avy hatrany rehefa voatifitra, raha naratra kosa ny roa. Tsiahivina fa teny an-dalana, raha voairaka hampandry fahalemana ny fetin’ny krismasy izy ireo, no sendra ny andian-dahalo manodidina ny telopolo lahy teo, nirongo fitaovam-piadiana. Tifitra variraraka avy hatrany no nitsena azy ireo raha tonga tamina toerana iray somary saro-dalana izy ireo teo Ambohimiandra, Miarikofeno, kaominina Ambohibary.

Zandary maromaro avy any amin’iny faritra iny sy taty an-drenivohitra, nampian’ireo miaramila maromaro avy tamin’ny Tafika no nanao savahao sy hazalambo ireo dahalo taorian’ity famonoana an-kitsirano mpitandro filaminana ity. Hetsika naharitra teo amin’ny folo andro teo no natao, raha ny angom-baovao azo. Nandritra izay no nahatratrarana ireto valo mianadahy ireto. Ny sasany tamin’izy ireo no nandray anjara nivantana, anisan’ireo telopolo lahy, raha mpiray tsikombakomba, nanampy tamin’ny fampitaovana sy fampiantranoana ireo dahalo kosa ny hafa. Tsy nijanona hatreo ny fikarohana anefa, raha ny fantatra, fa mbola mitohy hatrany izany any an-toerana. Marihana fa nisy sasany tamin’ireto olona voasambotra ireto no nosamborina teo an-tanana ihany ary ny hafa kosa tany tamin’ny tanana manodidina.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Formation professionnelle : Le secteur informel ciblé par le FMFP

Les projets financés dans le cadre du secteur équité consisteront à former des artisans, entre autres. (Photo d’archives)

Le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP) a lancé le 2e appel à projet sur les projets interentreprises sectoriels et de type équité. 

La date limite de présentation des projets est fixée le 24 janvier 2020. Cette fois-ci, le secteur de type équité qui regroupe les acteurs économiques informels sera ciblé en complément des six secteurs prioritaires, à savoir, le tourisme-hôtellerie- restauration, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, le développement rural, le Bâtiment et Travaux Publics, les ressources stratégiques, le textile –habillement-accessoires. Ainsi, des mesures incitatives ont été formulées au profit des Petites et Moyennes Entreprises (PME) afin que celles-ci puissent renforcer la capacité de leurs salariés. En outre, une enveloppe de plus de deux milliards d’ariary de fonds additionnels aux cotisations et de financement total des projets équités, sera répartie sur les projets sélectionnés à l’issue de ce 2e appel à projet lancé par le FMFP.

Culture de la formation professionnelle. L’objectif consiste à développer la culture de la formation professionnelle auprès des entreprises, en général. Mais concernant les projets de type équité, le but est de développer les compétences et l’employabilité des jeunes, des micro-entrepreneurs du secteur informel et des populations vulnérables en vue de leur permettre d’accéder à des emplois décents. Rappelons que le projet sera financé par les cotisations des entreprises associées, et abondé par des fonds additionnels de l’Agence française de Développement (AFD). Une entreprise peut ainsi bénéficier une seule fois de fonds additionnels pour le financement de son projet. Il faut savoir également qu’un effet de levier est appliqué suivant la structure de l’entreprise qui demande un financement. A titre d’illustration, une PME disposant de moins de dix salariés peut obtenir un financement s’élevant à 100 fois de sa cotisation auprès du Fonds Malgache de formation Professionnelle. S’il s’agit d’une structure ayant entre 10 et 50 salariés, l’effet de levier atteint 20 fois de la contribution financière de l’entreprise. Pour les structures qui ont entre 51 et 100 salariés, les entreprises concernées pourront bénéficier d’un financement atteignant dix fois de leur contribution. Et enfin, s’agissant des entreprises employant plus de 100 employés, le financement accordé par le comité sectoriel paritaire s’élève à sept fois de leur contribution financière.

Entreprises non cotisantes. Notons que les micros et très petites entreprises qui emploient la très grande majorité d’une population active, sont en forte demande de formation et de qualification professionnelle de leurs salariés. Mais elles sont en général non cotisantes. Raison pour laquelle, le FMFP va mobiliser ses ressources additionnelles externes pour financer leurs projets. Les projets financés dans le cadre de ce secteur équité consisteront à appuyer et former les artisans, les producteurs agricoles ou entrepreneurs qui se professionnalisent. La formation des micro- et petits entrepreneurs à une meilleure gestion de leurs entreprises ou de leurs activités professionnelles ainsi que des jeunes en situation d’apprentissage traditionnel à des qualifications requises par le marché du travail, n’est pas en reste. Les employés des micros, petites et moyennes entreprises pourront également bénéficier à la fois de formations transversales, techniques et surtout, selon les cas, de la formation pour Maîtres d’apprentissage. En revanche, le projet doit être porté soit par une organisation professionnelle d’artisans, soit par une entreprise en lien avec un réseau d’acteurs informels,et soit par une organisation professionnelle agricole.

Navalona R. 

Midi Madagasikara0 partages

Crime passionnel à Andavamamba : La victime allait être brulée à Fenoarivo

L’affaire portant sur la découverte du cadavre d’un homme dans un taxi à Andavamamba le 2 janvier dernier est, enfin, sur le point d’être élucidée. Hier, quatre présumés responsables de la mort de la victime ont été déférés au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo, à Anosy, après avoir été arrêtés par la 1ère section du service central des affaires criminelles de la Police nationale (SCAC). Les suspects sont la petite amie du défunt, l’amant de celle-ci et son ami, ainsi que le chauffeur du taxi incriminé. En effet, la thèse d’un crime passionnel, avancé par le chef du SCAC dès que celui-ci a pris en main l’enquête sur cette affaire, a été prouvée. Selon l’Officier de Police Randrianasolo Mamy Yvon, chef de 1ère section du SCAC, la police a pu s’informer sur le mobile de ce crime à partir des aveux faits par les quatre suspects susmentionnés. L’interrogatoire de ces derniers a révélé que cet homme a été assassiné à cause de la jalousie de celui-ci. Il est à rappeler que le défunt est marié. La suspecte est sa maîtresse et avec elle, il a eu un enfant. Jaloux de sa concubine, il voulait garder celle-ci à lui-seul. Pour ce faire, il n’a cessé, selon toujours les aveux de la suspecte, de lui infliger des menaces de mort pour l’empêcher d’avoir des relations amoureuses avec d’autres hommes. Cependant, sa maîtresse a déjà un petit ami. Ainsi, l’assassinat de cet homme a été commis pour se débarrasser de la victime. 

Cadavre à calciner. Selon les explications de la Police, cet homme a été sauvagement tué. L’acte a été commis le 1er janvier vers 7 heures du matin, alors que la victime se rendait au domicile de sa maîtresse, à Andavamamba, en réponse à l’invitation de cette dernière. Cette invitation n’était qu’un piège pour réaliser ce crime. Ayant déjà attendu son arrivée, les assassins l’ont frappé avec du bois rond avant de lui injecter de l’acide puis du formol. Ils ont ensuite emballé le corps dans une couverture et un sac en plastique. L’enquête a révélé que les meurtriers étaient en route pour Fenoarivo où ils comptaient brûler le corps de la victime. C’est à ce moment que le taxi a été intercepté par la police. Un bidon contenant 5 litres d’essence a ainsi été saisi dans la voiture. Pourtant, le chauffeur du taxi, qui vient de Fenoarivo, affirme n’avoir jamais été tenu au courant de tout cela. Néanmoins, la police s’en est toujours prise à lui du fait que l’un des accusés aurait eu des relations avec lui. Celui-ci a été appréhendé dans la localité, souligne le chef de la 1ère section du SCAC. Ce dernier ajoute qu’un autre suspect dans cette affaire est encore à rechercher.

Deux hommes à Tsiafahy. Concernant le déferrement des quatre personnes déjà arrêtées dans cette affaire hier, deux hommes qui ont reconnu avoir participé directement à ce crime, ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison de Force de Tsiafahy. Une femme, la maîtresse de la victime, a été envoyée à la Maison centrale d’Antanimora. Le quatrième, qui est le chauffeur de taxi, est placé sous contrôle judiciaire. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Beach volley : Un championnat en trois étapes !

La Fédération malgache de volley innove. C’est le cas, notamment, pour le championnat de Madagascar de beach  qui opte pour une nouvelle formule à même de redonner du tonus à cette spécialité.

La FMBV va tout faire pour remettre sur orbite le Beach volley. Outre sa campagne de vulgarisation qui touche toutes les villes côtières possédant une belle et vaste plage, elle va mettre en branle un championnat de cette discipline en trois étapes.

Relever le niveau. La première étape de ce championnat de Madagascar de Beach volley aura lieu le 22 et 23 mai à Toamasina en parallèle avec les championnats de la catégorie U19, filles et garçons.

La seconde étape aura lieu à Mahajanga le 15 et 16 août avec les mêmes championnats jeunes des moins de 19 ans, filles et garçons.

La troisième et dernière va se tenir à Fort Dauphin, le 28 et 29 novembre.

L’objectif avoué de la FMVB est non seulement de relever le niveau du Beachsoccer à Madagascar mais aussi de par cette approche, d’élargir les champs de détection en vue de former les équipes nationales.

La famille Andriamanoha. La morphologie des Malgaches leur permet de maîtriser au mieux le Beachsoccer car il ne nécessite pas forcément une grande taille mais surtout une certaine agilité à se déplacer sur le sable.

Une discipline taillée sur mesure pour la famille Andriamanoha avec Fenozara, Mamizara et la sœur Lalah. Encore faut-il qu’ils acceptent de faire un choix car cette discipline exige une préparation quasi-permanente.

Mais elle peut rapporter de l’argent sur le circuit mondial ou tout simplement en Afrique du Sud où la prestation des Malgaches commence à se faire connaître grâce à des apparitions sporadiques des anciens volleyeurs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Hausse du prix du tabac : Loin de freiner la consommation des fumeurs

En vingt ans, le prix d’une tige de cigarette a triplé et pourtant, certains fumeurs d’il y a vingt ans le sont toujours aujourd’hui. (crédit photo : Anja)

Les gros fumeurs, c’est-à-dire les personnes qui consomment pas moins de dix ou vingt tiges de cigarettes par jour, n’envisagent pas de diminuer leur consommation quotidienne de tabac parce que le prix du paquet a augmenté. Complètement dépendant, à la fois sur le plan psychologique que physique, le fumeur accoutumé ne peut se passer d’une bouffée de cigarettes. « Je fume depuis plus de quinze ans. Et depuis toutes ces années, le prix n’a cessé de monter mais cela ne m’a jamais empêché d’en fumer. Au contraire, j’ai remarqué que ma consommation a augmenté au fil des années », a raconté Setra. D’ailleurs, cela explique les théories des spécialistes de l’addiction au tabac, plus l’organisme est nourri en nicotine, plus il en demande, ce qui crée une sensation de manque (nervosité, anxiété, sensation de mal-être) dès que la consommation quotidienne n’est pas atteinte. 

Dino, quant à lui, estime que s’il décide un jour d’arrêter le tabac, ce sera en raison de sa volonté personnelle et non pas parce que le prix a augmenté. Cependant, lorsque nous lui avons demandé ce qu’il ferait si le prix d’une tige de cigarette montait à 1.000 Ariary, il nous a répondu qu’il trouverait toujours un moyen de fumer mais que forcément, son budget va le forcer à diminuer sa consommation. Pour l’instant, le seul moment où ces gros fumeurs diminuent leur consommation, c’est quand ils sont malades. Certains d’entre eux trouvent même le moyen de fumer en cachette alors qu’ils sont asthmatiques ou hospitalisés. Et ceci en étant conscient des dégâts du tabagisme sur leur

 santé.  

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz… La troisième guerre mondiale déjà terminée sur Internet

La monstruosité de la guerre avec ce bateau coulé lors de la guerre entre japonais et américains

Quand la guerre fascine, bienvenu sur la planète ou « bulle » réseaux sociaux et 3ème Guerre Mondiale. Depuis que les américains ont assassiné le général iranien, Qassem Soleimani, le 3 janvier, la planète facebook est en effervescence. Une effervescence semblable à la première frappe des occidentaux en Syrie, pour chasser Bachar Al Assad en 2011. Et pourtant, ce dernier reste inamovible dans son palais, bien que son pays soit en partie dévasté.

Quand tout le monde disait que la Syrie possédait un armement assez solide pour riposter, comme il se doit, aux attaques des “pays alliés”, toutes les théories sont venues ajouter une fièvre guerrière à l’opinion mondiale. Et quand on parle d’Internet, de Twitter, Instagram, Facebook et autres réseaux sociaux, Madagascar n’est pas en reste. Les internautes se sont lâchés à travers les groupes d’actualités, et notamment sur Facebook.

Bizarrement, en scrutant le profil des « publicateurs » et « publicatrices », on y retrouve des intellectuels, des juristes, des médecins… Ce qui étonne et amuse quelque peu, puisque si il y a encore cinq ans, cette catégorie de personnes évitait d’émettre des avis sur les groupes, maintenant certains n’hésitent plus à donner leur opinion. Facebook aurait visiblement réussi à créer un semblant de place publique, de débat public malgache.

Et comme toujours, comme un « classico » de la Liga, les aficionados bataillent dur à coup de “post” et de publications partisanes. « Vous verrez la colère d’Allah pour guider son peuple », vocifère un internaute. « Battez-vous entre vous et l’Afrique en profitera quand vous tous serez à terre », fanfaronne un autre. « Leur discours est le même des deux côtés », analyse une autre. Maintenant, le conflit est noyé dans un brouhaha numérique aussi coloré que insaisissable.

En cas de guerre, les bookmakers seront en difficulté pour ressortir une réelle tendance. Bien sûr, les millions de spécialistes écumant facebook pensent que la Russie va entrer en jeu et que la Chine, Israël et l’Angleterre suivront également… « La Russie peut faire reculer les Occidentaux », « Les Etats-Unis ont un budget énorme, que même trente pays réunis ne peuvent pas avoir »… Bref, « Ce sera la troisième guerre mondiale », émet un pessimiste.

Il faut, cependant, de tout pour faire un monde. Les illuminés de la Bible s’improvisent déjà en prophète de l’Apocalypse. « C’est écrit dans les Saintes Ecritures », insiste un pieux internaute. S

ans oublier les désintéressés, les défaitistes, les « peace and love »… Ce qui est sûr, si une guerre éclate, elle sera « rapide est très meurtrière ». Avec les armements actuels, il est difficile de croire que ce sera le contraire.

Entre les spéculations et les craintes et un véritable affrontement mondialisé, le gouffre serait encore énorme. Ce ne sera pas deux pays qui vont bouleverser cette vie tranquille de débauche et de fous rires que plus de 7 milliards d’individus mènent. Eux qui vont sûrement mourir, même sans aucune guerre. Il est fort possible qu’il y ait des pays, aussi puissants, qui bataillent dur pour garder cet équilibre. Il faut tout de même admettre, la paix est précaire mais la vie est intemporelle.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : David Rakotonirina succède à Irako Ammi Andriamahazosoa

Le président de la FLM assure la présidence du FFKM durant 2020.

Nouvelle présidence tournante au sein du Conseil des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) pour cette année 2020. En effet, le président de l’église luthérienne (FLM), le Dr David Rakotonirina, succède au pasteur Irako Ammi Andriamahazosoa qui y a siégé au nom de la FJKM durant l’année 2019. La passation de fanion entre ces deux dirigeants religieux aura lieu le 19 janvier à la Cathédrale FJKM d’Analakely. A rappeler que le FFKM a tenu la dernière réunion de son comité central à Mananjary du 29 novembre au 1er décembre 2019.

Chronogramme. Les quatre chefs d’église n’ont pas mâché leurs mots à l’issue de cette rencontre de Mananjary. Ils ont demandé aux dirigeants l’établissement d’un chronogramme pour la réalisation des promesses faites durant les campagnes électorales. David Rakotonirina (FLM), Irako Ammi Andriamahazosoa (FJKM), Odon Marie Arsène Razanakolona (ECAR) et Samoela Jaona Ranarivelo (EEM) ont également mis l’accent sur la nécessité de renforcer la lutte contre la corruption. Le FFKM célèbre cette année son 40e anniversaire.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

65 000 Ariary des fonctionnaires : Les lésés réclament des explications

Des agents de l’Etat, notamment des enseignants dans les écoles publiques à Toamasina, menacent de faire grève suite à cette affaire. 

Le flou est total en ce qui concerne la distribution de la somme de 65 000 Ariary que le président Andry Rajoelina a offert aux fonctionnaires en guise de cadeau de fin d’année. Jusqu’ici, aucune explication officielle de la part des ministères concernés par les suspicions de détournement. Pour sa part, la ministre de la Communication et non moins Porte-parole du gouvernement a déjà confirmé le déblocage du budget y afférent. « Chaque employé de l’Etat devait recevoir 65 000 Ariary. Chaque ministère a envoyé la liste de son personnel à la Présidence de la République pour validation. L’argent a ensuite été encaissé au niveau du Trésor public », a expliqué Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Pourtant, pour l’heure, bon nombre des agents de l’Etat continuent de hausser le ton considérant avoir été lésés. Certains agents ont reçu une somme d’argent largement inférieure aux 65 000 Ariary annoncés. Pour le cas du Ministère de l’Education nationale, celui-ci a expliqué que le montant reçu ne suffisait pas à couvrir les dépenses pour tous les fonctionnaires et enseignants dans tout Madagascar. Pourtant, si l’on se réfère à cette explication de la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, la Présidence de la République a débloqué le budget en tenant compte de la liste émanant de chaque ministère. L’on se demande alors si certains départements ne disposent pas de base de données, à jour, comportant la liste de tous leurs agents. Des questions se posent également à propos du Ministère de la Santé publique qui a envoyé un mail aux responsables de tous les hôpitaux et établissements sous sa tutelle vendredi dernier pour demander une liste exhaustive de tous les fonctionnaires et employés de courte durée au niveau de leurs départements respectifs. Les bénévoles et les employés non fonctionnaires devraient donc être écartés. 

Grève. En tout cas, d’après les informations recueillies, le budget devant servir au paiement de la somme de 65 000 Ariary destinée aux agents de l’Etat n’a pas encore été envoyé au niveau des hôpitaux et des centres de santé. C’est le cas notamment au niveau du Centre Hospitalier Universitaire de Fenoarivo où l’on a pu confirmer que la Direction n’a pas encore reçu l’argent venant du Ministère. Mais Fenoarivo ne constitue pas un cas isolé. Le même sort concerne aussi d’autres hôpitaux de la capitale Antananarivo. La question est donc de savoir pourquoi le Ministère concerné n’a pas encore distribué la somme d’argent une semaine, ou presque, après la fête de fin d’année. Nul n’ignore pourtant que le président Andry Rajoelina a offert cette somme de 65 000 Ariary aux fonctionnaires en guise de soutien financier dans le cadre de la période de fin d’année. Nos sources ont toutefois fait savoir que les responsables au niveau des centres hospitaliers auraient reçu hier matin une promesse comme quoi le budget serait distribué incessamment. « Mieux vaut tard que jamais. » Reste à voir si la somme de 65 000 Ariary sera reçue partiellement comme dans certain cas ou en totalité. Pour faire la lumière sur cette affaire et pour enlever toute suspicion de détournement, chaque département ministériel devrait apporter des explications claires concernant la procédure de distribution de cet argent. Ceux qui se sentent lésés réclament des explications. Aux dernières nouvelles, des agents de l’Etat, notamment à Toamasina, menacent de faire grève suite à cette affaire. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Paludisme à Betroka : Décès de plusieurs enfants ce mois de janvier

C’est une année qui commence mal pour le district de Betroka. Deux décès d’enfants de moins de dix ans dûs au paludisme ont été enregistrés dans la commune rurale d’Ivahona en plus de quelques autres décès rapportés au niveau du fokontany Ampotaky par le chef Fokontany.  

L’équipe du CSB de rattachement a mené une investigation sur les lieux et s’est aperçu qu’il s’agit de décès d’enfants de moins de dix ans qui ont présenté de la fièvre et des convulsions. Pour expliquer ces décès, le chef du CSB a évoqué la tendance de la communauté à venir tardivement aux centres de santé de base. Les gens mettent environ cinq jours après les manifestations des premiers symptômes avant de venir dans un centre de santé, ils préfèrent, en premier lieu, consulter les tradipraticiens toujours selon les explications du chef CSB d’Ampotaky. 

69% de cas de paludisme. L’équipe du CSB d’Ampotaky a effectué une descente au niveau du fokontany pendant le début de ce mois de janvier. C’est ainsi qu’elle a pu s’apercevoir après un test de diagnostic rapide du paludisme que 69%  des personnes dépistées sont effectivement atteintes de paludisme. Toutefois, les cas positifs ont été traités correctement. Face à cette nouvelle épidémie qui s’annonce dans le district de Betroka, les autorités sanitaires ont réagi avec un renforcement de la sensibilisation sur la prévention du paludisme et la fréquentation rapide des centres de santé de base et sites communautaires. Outre ces actions de sensibilisation, les intrants antipaludiques ont également été rendus plus accessibles, la surveillance des maladies au niveau communautaire renforcée et une aspersion intradomiciliaire d’insecticide est prévue dans les prochains jours à Ampotaky. Cette dernière mesure est déjà en cours en ce moment dans les cinq communes de Betroka, à savoir Manandrotsy, Isoanala, Ianabinda, Ianakafy et Benato Toby. 

A noter que ce district est devenu un foyer épidémique du paludisme depuis quelques temps. L’année dernière, cette maladie avait déjà frappé Betroka avec près de 600 cas enregistrés par semaine. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Zaza 09 taona voaolana tao Vavatenina : Noafahan’ny fitsarana ilay raikely mpampianatra nahavanon-doza

Na dia politikam-pitsarana napetraky ny minisitry ny fitsarana ankehitriny aza ny tsy fandeferana amin’ny raharaham-pitsarana momba ny fakana an-keriny sy ny fanaovana zinona ny harem-pirenena ary indrindra ny fanolanana zaza tsy ampy taona, dia hafa ny zava-nitranga tao amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany tao Fenerivo atsinanana ny zoma teo. Noafahan’ny fitsarana alohan’ny fitsarana ny raharaha, nefa heloka be vava ny fanolanana zaza latsaky ny 15 taona ity raim-pianakaviana izay sady mpampianatra ihany koa, sahy nalonana efa im-08 ny zana-badiny mipetraka amin’izy ireo vao 09 taona.

Mety hiteraka olana ara-piaraha-monina sy sakoroka ao Vavatenina anefa izao raharaha izao, satria manahy ny hanitaran’ny sain-dratsin’ity raim-pianakaviana ity, antsoina hoe Ratiarisonina Nirina na Eddy izay 43 taona, amin’ireo mpianany izao fanolanany ny zana-badiny tsy ampy taona izao, ka maro ireo ray aman-dreniny no tezitra amin’ny fitsarana ao Fenerivo atsinanana tamin’ny didy savaran’ando noraisiny sy eo anivon’ny mpitandro filaminana ao Vavatenina nanamoramora ny raharaha fanolanana zazavavikely 09 taona ity. Araka ny fitantaran’ity ankizivavy 09 taona antsoina hoe Chemila Elisabeth naholan’ny raikeliny ity dia efa tsy eo ny reniny ka izy sy ity raikeliny ity ihany no ao an-trano dia batain-drainy eo ambony fandriana atoriany ilay zazavavikely raha resin-tory ary entiny eo ambony fandrian’izy mivady. Eo no ataony ny fanolanana, raha vitany ny filan-dratsiny dia rahonany ho vonoina ilay zazavavikely, ary raha nitaraina tamin’ny reniny ilay zazavavikely izay efa nisaraka raha teo izy mivady noho izany dia ilay raim-pianakaviana mpanolana no sady mpampianatra ity indray no nandrangaranga, fa hampiasany ny volabeny izany fa tsy izany fanilanana izany mihintsy no hampiditra azy am-ponja, ary tena nitombona ny voalazany raha tarafina tamin’ny zoma teo tao amin’ny fampanoavana Fenerivo atsinanana.

Ankoatra izany dia samy nanamafy avokoa ny mpitsabo fa tena voamafy tamin’ny fanolanana nahazo azy ilay zazavavikely ity, izay no nahatonga ilay renim-pianakaviana nilaza fa aleo mitsabo ny zanaky ny tena voamafy fa raha ny fitsarana ao Fenerivo atsinanana sy ny mpitandro ny filaminana no hianteherana dia ho voamafy eo ny zanaky ny tena. Ny 16 janoary izao no hiakatra fitsarana ny raharaha nefa raha ny lalana dia fitsarana ady heloka be vava tsotra no tokony hitsara izany raharaha fanolanana zazavavikely 09 taona izany. Ho hita eo ny tohin’ny raharaha amin’io fotoam-pitsarana ao Fenerivo atsinanana io.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Le baril du brut à 70 dollars : Risque de flambée des prix à la pompe du carburant et du gaz

La hausse des prix à la pompe pourrait être la bombe à retardement.

La crise irano-américaine risque de provoquer des dégâts collatéraux dans le monde. Notamment sur le plan économique. 

Sur le marché pétrolier mondial, les cours du baril affichaient un léger mieux en terminant l’année 2019 à 66 dollars. Un cours considéré comme l’un des meilleurs depuis 2016 et qui a ravivé l’espoir des pays producteurs et les majors du secteur pétrolier après une année très difficile marquée par une volatilité des cours mondiaux. 

Plus compliquée. Mais la crise irano-américaine née de  la mort du général iranien Ghassem Soleimani tué dans un bombardement à Bagdad, a changé la donne en l’espace de quelques jours. Les cours du brut ont bondi et frôlent depuis hier la barre des 70 dollars. Et les observateurs s’attendent encore à une remontée des cours dans la mesure où le conflit entre les Etats-Unis et l’Irak risque de s’étaler dans le temps. Une situation qui n’est pas pour rassurer les pays consommateurs dont Madagascar où la crainte d’une flambée des prix du carburant et du gaz s’installe. « Avec le cours du dollar qui n’est pas prêt de baisser et celui du pétrole brut qui effectue une remontée spectaculaire, la tendance sera forcément à la hausse pour les prix des carburants à la pompe », indique un économiste. Faut-il, en effet, rappeler le cours du dollar, devise de référence du marché pétrolier et les prix du baril sur le marché pétrolier mondial, sont les deux facteurs principaux qui influent sur les prix à la pompe. A Madagascar, la situation risque d’être encore plus compliquée dans la mesure où jusqu’à présent, les autorités ont tenté de bloquer les prix pour préserver les consommateurs d’une flambée des prix à la pompe dont l’effet inflationniste n’est plus à démontrer. Vérité des prix oblige, si la tendance à la hausse des cours se maintient, les autorités et les opérateurs pétroliers seront obligés dans les semaines ou les mois qui viennent d’augmenter en conséquence, les prix à la pompe.

Cascade. Ce qui provoquera bien évidemment une cascade de hausse des prix des autres produits. Pour ne citer entre autres que, le gaz dont le prix dépend de celui du pétrole. Le prix de ce combustible qui a le mérite d’être propre risque d’autant plus d’augmenter plus fortement dans la mesure où finalement, le projet de détaxation du gaz a été finalement abandonné. On rappelle sur ce point que la loi de finances initiale avait prévu l’abandon de la TVA de 20% sur le gaz domestique, sur proposition du ministère de l’Environnement. Et ce, dans un objectif de vulgariser l’utilisation du gaz et de limiter le recours au charbon de bois qui est très polluant. Mais au final, cette détaxation qui aurait pu entraîner une baisse de 20% du prix du gaz n’est plus prévue dans la loi de finances promulguée par voie d’ordonnance par le Président de la République. En somme, au lieu de baisser, le prix du gaz domestique risque de flamber.  Tout comme ceux des autres produits d’ailleurs.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Validation des acquis de l’expérience : Les premiers diplômes délivrés

La validation des acquis par l’expérience permet d’aider des milliers de jeunes malgaches à faire face au monde hermétique de l’emploi.

Les efforts s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre de la VAE ou validation des acquis de l’expérience initiés depuis 2018 auprès du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel commencent à porter leurs fruits. « Les premiers diplômes ont été délivrés suite à la finalisation des cadres réglementaires et les dispositifs techniques », avance un article publié sur le site officiel de l’UNESCO. L’article faisant également savoir que « les diplômes concernés par la VAE ont fait l’objet d’une première phase de restructuration de leurs référentiels en blocs de compétences afin d’assurer leur compatibilité totale avec les principes mêmes de la VAE et de la construction de parcours individualisés de formation ». L’on a entre autres : le Brevet d’étude Professionnelle en Cuisine pâtisserie option cuisine, le Brevet de technicien supérieur en topographie ou encore le certificat d’aptitude professionnelle en installateur sanitaire. Par ailleurs, une opération pilote de grande envergure devrait être menée cette année. Celle-ci toucherait tous les secteurs prioritaires, soit dix secteurs d’activités en tout et pour tout. Permettant l’obtention de certifications professionnelles sur la base de l’évaluation et de la validation des acquis de l’expérience au regard de norme, la VAE mise en œuvre par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel est initiée avec le soutien du programme CapED  ou programme de développement des capacités de l’Education. 

Recueillis par José Belalahy