Les actualités à Madagascar du Samedi 07 Janvier 2017

Modifier la date
Tananews607 partages

“Il y a des traîtres dans mon entourage”

Extrait du discours présidentiel à Iavoloha.

“Il y a des traîtres dans mon entourage”

C’est pas un scoop. Il y a même des grosses crapules dans son entourage, depuis le temps qu’on l’anone.

L'express de Madagascar377 partages

Concert – Poopy et Bodo se retrouvent

Divas de la chanson malgache, elles conjuguent leur talent. Poopy et Bodo invitent, une fois encore, le public à se joindre à elles au Palais des Sports et de la Culture.

Dans sa chanson « La place des grands hommes », le chanteur Patrick Bruel fait l’apologie d’une amitié intemporelle qui doit être célébrée tous les dix ans. Les paroles de cette chanson, ces deux divas émérites de la chanson malgache que sont Poopy et Bodo, les ont, sans aucun doute, prises au pied de la lettre. Comme le dit l’adage, « Jamais deux sans trois ! », Bodo et Poopy se retrouveront de nouveau, le temps d’un concert au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina, l’après-midi du 19 mars.Le concert en duo d’une décennie, c’est là une série de rendez-vous presque ponctuels sur cette même scène que les deux chanteuses ont proposés à leurs fans depuis le 27 décembre 1997, puis le 16 février 2007, notamment avec « Tia foana ». Dix ans plus tard, ce sont des retrouvailles qui s’annoncent plus chaleureuses et toujours plus mélodieuses que les deux stars promettent pour émerveiller toute une génération de fans de tous âges et de tous horizons, à travers ce concert qui s’intitule « Mifampitantana ». De plus, la relation quasi-fraternelle entre ces deux chanteuses de renom, a longtemps bercé les inconditionnels de pop et de variétés à travers leur tubes respectifs.

Du grand spectacleElles promettent ainsi un concert unique regorgeant de belles surprises pour le public. En effet, « Mifampitantana » s’annonce vraiment exceptionnel de la part de ces deux étoiles de la variété malgache. De 15 à 19 heures donc, un concert des plus spectaculaires, attendra les inconditionnels de ces deux divas. En tout, plus d’une cinquantaine de chansons composeront le répertoire de Bodo et Poopy qui seront constamment ensemble sur la scène. Sur près de quatre heures enivrantes de show, le duo envoûtera son auditoire à travers ces chansons intemporelles qui garnissent les carrières des deux chanteuses.De plus, le concert aura une allure très singulière, promouvant une toute nouvelle formule de la part du duo pour cette troisième fois, puisque « Mifampitantana » s’illustrera sous la forme d’une comédie musicale. À l’occasion, des décennies de musique rythmée et enchanteresse auréolée d’une bonne dose de nostalgie, raviront les spectateurs, à l’instar de la chanson « Fitia voarara » dont elles ont fait le fer de lance de leur répertoire. Pour ce rendez-vous, elles ont peaufiné exclusivement quelques medley qui raviront à coup sûr le public. Date à noter sur l’agenda pour les fans de Bodo et Poopy !

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar265 partages

Startup de l’année – Des projets malgaches dans la course

Sept projets malgaches participent au concours Startup africaine de l’année. Ils touchent plusieurs domaines porteurs pour le développement.

L’innovation avant tout. Des porteurs de projets malgaches sont entrés en lice pour décrocher le titre de « Startup africaine de l’année ». Ce concours organisé par Bonjour Idée met en avant les startups innovantes pour les mettre en relation avec des partenaires. Au total, sept projets malgaches touchant diverses domaines comme la technologie durable, l’énergie, l’agriculture ou encore une plateforme en ligne tentent de figurer parmi les finalistes à Casablanca le 25 janvier.Avec leur projet Earthbag, Amelie Champé et Francesca Rasamimanana veulent remporter haut la main ce concours. À l’heure actuelle, leur projet a récolté le plus de votes des internautes parmi les projets soumis par des Malgaches. « Earthbag est un sac en papier à base de paille de riz qui sera résistant, biodégradable, de forme, de contenance et de prix identiques aux sacs aujourd’hui interdits », expliquent ses promotrices.

InnovationsLes problématiques de l’énergie dans la Grande île se portent sur le terrain africain. À travers ces projets, des jeunes porteurs de projets malgaches veulent apporter des solutions innovantes. Majika, Solar Gas, ou encore Mazava veulent apporter leurs touches d’innovation dans ce domaine afin de permettre à une large majorité de la population africaine l’accès  à l’électricité.Ce concours laisse une opportunité pour les startups africaines. Même le fameux Milksoy, ce lait de soja très connu par les consommateurs malgaches tente sa chance. La participation à ce concours lui permet de renforcer sa position et de trouver une place sur l’échiquier international.Et face aux problèmes d’insertion professionnelle, les promoteurs de Teen Ketrika veulent mettre en place une plateforme en ligne pour accompagner les demandeurs d’emploi. « C’est une structure qui a été conçue et pensée par une personne qui avait rencontré beaucoup de problèmes lors de son insertion dans le milieu professionnel malgré les diplômes dontelle disposait dans son CV », indique-t-onQuand au déroulement du concours, le public peut soutenir le projet sur le site du concours, startup.info jusqu’au 15 janvier. Le nom des finalistes serait connu le lendemain, c’est-à-dire le 16 janvier. Ils passeront ensuite en audition devant le jury à Casablanca Maroc le 25 janvier.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar181 partages

Iavoloha – Un discours sans vision pour Rajaonarimampianina

Se contentant de réagir aux problèmes actuels, le président de la République n’a formulé aucune stratégie ni aucune politique pour anticiper les difficultés de demain. Sa Nation moderne et prospère est un pays où il peut agir à sa guise.

Comment faire en sorte que les trains, ou du moins quelques-uns d’entre eux, arrivent enfin à l’heure. C’est en résumé, et pour caricaturer, les seules propositions concrètes faites hier par le président de la République, Hery Rajaonari­mampianina. Augmenter la fréquence des trains pour faire face à une éventuelle augmentation des passagers ne semble nullement dans son programme. Mais a-t-il seulement les données lui permettant de déterminer le volume de la fréquentation des gares de demain   Même les solutions proposées aux problèmes de retard ne concernent que les arrivées en heures de pointe. Pour les autres, les responsables se contentent de proposer des petites compensations qui ne cou-vrent même pas la moitié du gain manqué en raison des contretemps.Dans un pays où tout va de travers, la moindre petite réalisation pour normaliser ou pour donner un semblant de normalité au quotidien de la population est présentée comme un véritable exploit, digne d’être raconté en pleine cérémonie de présentation de vœux des corps constitués de manière à cueillir vivats et félicitations flagorneurs et complaisants. De fait, les solutions proposées ne constituent-elles que des réponses ponctuelles à des problèmes actuels ainsi qu’un petit pansement pour couvrir des plaies particulièrement profondes, sans prévenir une éventuelle métastase qui pourrait s’étendre vers tous les autres organes.Hery Rajaonarimam­pianina a beau prétendre vouloir faire de « Madagascar une Nation moderne et prospère », lui-même n’arrive pas à dessiner la modernité qu’il veut pour le pays, ni à définir la prospérité qu’il veut pour ses habitants. Derrière ce qu’il qualifie de « vision à long terme » que, de tous les présidents connus par le pays, il prétend être le seul à en avoir, leprésident de la Répu­blique n’entend que des mesures populistes destinées à résoudre des problèmes ponctuels, et de gagner ainsi  le soutien du maximum d’électeurs.

HainePour 2017, le président de la République ne propose que des travaux de réhabilitation de route, dont celle qui relie Ambilobe à Vohémar, des actions pour mettre fin au délestage ou des infrastructures pour soulager les difficultés d’approvisionnement actuel des collectivités. Les besoins futurs du pays et de ses habitants, inconnus et méconnus, ne sont nullement entrés en ligne de compte et n’ont fait l’objet d’aucune anticipation. Mais même des sujets brûlants d’actualité, nécessitant la définition d’une véritable politique publique, n’ont pas été évoqués.Quel statut pour les fonctionnaires dont la retraite doit absolument être réformée pour résoudre les problèmes de déficit des caisses   Quelle stratégie mettre en place pour mettre un coup d’arrêt aux vindictes populaires, mais aussi pour les prévenir sur le long terme  Quelle politique mettre en œuvre pour que chaque Malgache puisse se sentir en sécurité partout où il vit  Autant de questions d’actualité auxquelles le chef de l’État n’a pas apporté de réponses. À la problématique liée aux procédures de succession, il s’est limité à une solution populiste en étendant la durée de la gratuité du droit de mutation en cas de succession, n’ayant sans doute réfléchi à aucune stratégie à plus long terme pour faciliter et accélérer le traitement des dossiers de succession ?À force de n’avoir que des objectifs populistes et électoralistes, les autorités n’ont aucune vision de l’avenir et ne promeuvent que les projets ayant des « impacts directs sur le quotidien de la population ». Mais même quand des projets sont avancés comme ne pouvant pas avoir de résultats immédiats, à l’instar des centrales hydroélectriques, ils ne sont pensés que pour répondre aux besoins actuels.Faute d’avoir une vision claire de ce qu’il veut pour Madagascar, Hery Rajaonari­mampianina a passé une grande partie de son discours d’hier à répandre sa haine envers tous ceux qui se mettent au travers de son chemin et qui ne le caressent pas dans le sens du poil.

Lova Rabary-Rakotondravony

News Mada164 partages

Tsy misy farany ny fitsaram-bahoaka : jiolahy 4 novonoin’ny olona tany Fenoarivo Atsinanana

 Tsy matoky intsony ny mpitondra fanjakana sy ny fitsarana manoloana ny asan-jiolahy izay efa manao ranolava ny ao amin’ny faritra Analanjirofo. Miezaka manafina loharanom-baovao noho izany ny tompon’ andraikitra anivon’ny faritra ao an-toerana. Tsy nasian’ny filoham-pirenena resaka mihitsy ity fitsaram-bahoaka ity teny Iavoloha omaly…

Io indray!  Jiolahy efatra indray matin’ny fitsaram-bahoaka ny alin’ny 26 desambra 2016 tamin’ny 8 ora alina teo tao amin’ny fokontanin’Andapabe, kaominina ambanivohitra Ampasina Maningory, distrikan’i Fenoarivo Atsinanana, faritra Analanjirofo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena ao Fenoarivo Atsinanana izay nanome ny antsipiriam-baovao marim-pototra, nilaza fa nisehoana fanafihana mitam-piadiana nataona andian-jiolahy tsy latsaky ny enina nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika tao amin’ny fokontanin’Akoba kaominina Ampasina Maningory ny alin’ny 23 hifoha 24 desambra teo ka nahavoaroba tokantrano iray mpanangom-bokatra jirofo sy lavanila. Vokany, lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny vola mitetina 40 tapitrisa Ar, volamena 4 grama, karatra microcred, finday rehetra tao an-tokantrano, miaraka amin’ny entam-barotra mora entina. Nisy nahatsikaritra anefa ny endrik’ireo jiolahy nirongo fiadiana ireo, saingy noho ny tahotra ny basy dia niezaka nanara-maso hatrany ireo jiolahy ny fokonolona nahatsikaritra an’ izany rehetra izany ary nanao ny fanaraha-dia avy hatrany.

Manafina ny tale kanibetra ao an-toerana…

Ny 26 desambra 2016 teo nandalo tao amin’ny fokontany Andapabe ny telo amin’ireo jiolahy ary nivantana tao an-tokantranon’i Fabrice, mponina amin’ity fokontany Andapabe ity ihany. Nifamory ny fokonolona ary nifampita hafatra fa ireo telo lahy nivantana ao amin’i Fabrice ireo ny anisan’ny jiolahy nanafika tao Akoba. Niezaka nanatona ny tompon-trano nampiantrano ireto jiolahy ny fokonolona mba hifampiresaka. Tsy izay kanefa no niseho fa narangarangan’ireo jiolahy indray ny antsibe sy sabatra hampitahorana ny fokonolona ka raikitra teo ny fifanjevoana ka nidiran’ireo fokonolona an-keriny tao an-tokantranon’i Fabrice ireo jiolahy telo : i Maradona 26 taona, i Elysé  22 taona, i Crélin 16 taona ary maty niaraka tamin’izy ireo koa i Fabrice mpampiantrano 25 taona. Tsy mijanona hatreo ny raharaha fa misy naman’izy ireo tsy latsaky ny efatra karohin’ny fokonolona.

Voalaza fa minia manafina ity raharaha ity ny tale kabinetra izay niezaka tsy hanome ny vaovao momba ity fitsaram-bahoaka ity. Na ny filoham-pirenena Rajaonarimampianina Hery aza teny Iavoloha, tsy nanisy resaka momba ity fitsaram-bahoaka ity nefa nahazo vahana izany nandritra iny taona 2016 iny. Fanahy iniana sa mody fanina tsotra izao? Variana mievotrevotra amin’ny fitanisana ireo voalaza fa zava-bitan’ny fanjakana ny taona 2016 fotsiny.

Sajo sy J.C

L'express de Madagascar158 partages

Is’Art Galerie – Silo reprend son « Vendredi 13 »

Ses fans de toujours depuis le fameux « Simple defiance of fancy » ou SDF à aujourd’hui, le savent très bien. Un vendredi 13 en compagnie de Silo Andrianan­draina ne peut être qu’enivrant de musique, et en ce début d’année, le chanteur rempile de nouveau en conviant le public à le découvrir sur une nouvelle scène. Rendez-vous est ainsi donné entre Silo et ses inconditionnels le 13 janvier à l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo pour un cabaret-concert mélodieux où il enchantera les mélomanes noctambules de la capitale à travers ses rythmiques conjuguant du rock-éléctro avec un zeste de musique traditionnelle.Si pour beaucoup, le Vendredi 13 » est une date à éviter par pure superstition, pour ce chanteur émérite, elle a toujours été synonyme de bonne musique porte-bonheur. Une fois encore, le multi-instrumentiste qu’est Silo et ses camarades vont perpétuer cette tradition incontournable qui a contribué à forger la légende même du chanteur.Les fans l’attendent d’ores et déjà avec impatience, ces premières retrouvailles avec Silo s’annoncent aussi spéciales que ne l’est cette date. D’Antaninarenina au Centre culturel Albert Camus, actuel Institut français de Madagascar, en passant par le CCESCA à Antanimena, c’est, à chaque fois, une belle épopée musicale dans la ville des Mille que Silo propose à son public. Un grand concert en perspective, celui de l’Is’Art Galerie promet d’être exceptionnel.

A. P. R.

Midi Madagasikara148 partages

Ravalomanana : Ramose prend au mot le président

Connu pour son franc-parler, Marc Ravalomanana prend au mot le Président Hery Rajaonarimampianina. « La réconcialiation nationale, il faudrait dialoguer. Le Président m’en a déjà parlé, je n’y vois pas d’inconvénient ». Toujours à propos du discours du Président de la République, Ramose a repris les propos du chef de l’Etat, « une année de montée en puissance, Madagascar avance ». Pour ce qui est de la présidentielle, le fondateur de l’empire Tiko a tout simplement dit que « c’est autre chose. En tout cas, je suis prêt ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara105 partages

Toamasina: Tambajotran-jiolahy mpitaingina scooter : Saron’ny polisy tao Depot Ingahy Patrice Sylvain sy ...

Tratran’ny tsy nampoizina ireto roa lahy isan’ny ao anatina tambajotran’andian-jiolahy mpitaingina moto scooter, nampitondra faisana ireo tranombarotra sy ireo mpivarotra ary ireo heverin’izy ireo fa manam- bola samy hafa, dia Ingahy Patrice Sylvain sy Sampy Stephan, sarona tao Depot Analakininina. Raha ny fanazavana azo dia isan’ny mpiray dia amin’Ingahy Milamaro izy ireto. Ity farany dia efa tratran’ny polisy ny taona lasa ary efa miandry fitsarana ao Ambalatavoahangy. Taorian’ny fahazoan’ny polisy vaovao mantsy dia efa namoahana fikarohana manokana ireto roa lahy tratra tao Depot Analakininina ireto, izay niaraka tamin’ny namany iray, saingy ity farany tamin’ny fisamborana nataon’ny polisy dia afa-nitsoaka, na efa nisy aza ny fifampitifirana teo aminy sy ny polisy ny alarobia alina teo. Ny fanazavana hatrany no nahafantarana fa ireto roa lahy tratra ireto no nitifitra ilay tovolahy iray tao Tanambao V manakaiky ny “cite Immobiliaire” raha namonjy fodiana ny alakamisy 29 desambra lasa teo, saingy tsy maty, ka nahavery ny vola iray tapitrisa ariary, satria mpivarotra fahana sy mpanao “banking-mobile” izy ity. Mbola izy ireo ihany koa no voalaza fa nanafika ilay mpamongady ranom-boakazo tao amin’ny gare routiere;…ary ilay mpivarotra mpamongady iray tao Mangarivotra ihany koa. Ankilan’izany, na mbola ao anatin’ny fanadihadiana aza ny polisy mikasika azy roa lahy ireto, dia efa misy sahady ireo andian’olona mitady fanelanelanana amin’ny hamoahana azy roa lahy ireto. Mitohy kosa, raha ny fanazavana azo hatrany, ny fikarohana ilay fahatelo tafatsoaka niaraka tamin’izy roa lahy tratra ireto, satria heverina fa ity tovolahy tafaporitsaka ity no isan’ny mihazona ilay basy PA faharoa fampiasan’ireto andian-jiolahy ireto. Efa sarona kosa ilay basy PA tany amin’Ingahy Milamaro…

Malala Didier

L'express de Madagascar96 partages

Claudine Razaimamonjy parade

La « boss » de l’hôtellerie, titulaire de plusieurs contrats de marchés publics, réputée conseillère présidentielle et bailleurs de fonds de la clique gravitant autour du chef de l’État et du parti politique au pouvoir a fait le show, à l’issue de la cérémonie d’hier. Collée-serrée avec sa « binôme », maitre Nicole Andrianarivoson, conseillère présidentielle et baronne du « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), celle qui a refusé de répondre à deux convocations successives du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), afin d’être entendue sur une affaire de détournement de deniers publics devant servir de subvention spéciale à treize communes rurales, dont 396 millions d’ariary pour la seule commune d’Ambohimahamasina, s’est pavanée à Iavoloha. Prenant la pose devant les objectifs des photographes et des caméras, la femme d’affaires a semblé vouloir affirmer sa sérénité et son statut au sein du pouvoir, notamment, des Bleus.

Midi Madagasikara95 partages

Logement : Les loyers largement au-dessus du pouvoir d’achat

La crise du logement ne touche pas encore la capitale, il y a seulement le faible niveau du pouvoir d’achat des Tananariviens qui n’arrivent pas à s’offrir des appartements décents.

Trouver une maison ou un appartement est difficile dans la capitale. En effet, outre les loyers qui dépassent les moyens financiers, le choix des quartiers, il y a les éventuelles arnaques de certains démarcheurs.

Le début du mois de janvier est habituellement connu comme le moment des déménagements dans la capitale. Une situation qui aurait comme cause la saison des pluies selon certaines personnes. « Beaucoup d’habitants des quartiers de la capitale vont connaître la galère de la montée des eaux » a annoncé Saholy, une mère de famille et « démarcheur» de logements à Nanisana. Les difficultés d’une telle opération sont toutefois nombreuses. Il y a d’abord, le côté financier de la plupart des Malgaches. Comme l’a affirmé Valérie R, habitante de Manakambahiny, « il faut débourser entre 350 000Ar et 400 000 Ar si vous voulez une maison 3 pièces qui se rapproche de la ville ». Avant d’ajouter que « par décent je dis un logement avec le minimum de sanitaire. On n’exige pas grand-chose, il faut juste un appartement viable». La notion de décence constitue également un des problèmes des Tananariviens. « Les gens ne prennent pas en considération le côté humain ou pratique lorsqu’ils construisent leurs maisons. Ce qui les incite ce seront les futurs loyers qu’ils vont percevoir des locataires » s’est indignée Valérie R. 

Périphérie. Étant donné la cherté de la vie, opter pour les zones périphériques semble être une option. En effet, les loyers sont moins chers dans les endroits comme Andranomena ou encore Ambohimanambola. Faudrait-il toutefois trouver des moyens de locomotion pour faciliter la mobilité. Ce qui n’est pas donné à tout le monde vu la pauvreté croissante. Une situation qui empire de jour en jour, et le nombre des sans-abri qui arpentent les rues de la capitale en sont de bonnes illustrations. Outre les problèmes financiers, les soucis liés au niveau de l’insécurité des quartiers constituent également les soucis des personnes qui veulent trouver un lieu où habiter dans la capitale. Un souci qui ne va pas s’alléger avec cette hausse de 30% des loyers prévue à partir de cette année.

José Belalahy

Midi Madagasikara89 partages

Rock’n blues : Vahömbey au taquet !

Vahömbey, plus rock’n blues que jamais, est au taquet pour 2017.

Assez perdu de temps ! Il l’a annoncé et marqué par la sortie de son cinquième album, Vahömbey est aujourd’hui de retour pour de bon sur la scène musicale. Cette année, il sera très présent. Il va d’ailleurs commencer l’année en musique, au Baobab rose. Son look et sa coiffure atypiques, sa voix grave qui ne laisse pas indifférent même si on n’est pas tellement rock, sa « positive attitude, son franc-parler, ses textes… On ne peut que l’aimer, à moins de ne l’avoir encore jamais vu sur une scène avec sa guitare et son harmonica. D’ailleurs, Vahömbey, car c’est de lui dont il est question, tous s’accordent à le dire, a plus le profil d’un artiste que d’un homme politique. Dans ce rôle-là, il excelle. Ces trop plein d’émotions sur scène, quand le temps d’une chanson, il se remémore son ami le poète Elie Rajaonarison, ses excès de bonne humeur d’ailleurs contagieuse… Vahömbey est un one-man-show qui surprend chaque fois son public. Après quelques années loin de la scène, ses inconditionnels peuvent s’attendre à vivre plus souvent ces moments inédits, car le chanteur est de retour sous les feux des projecteurs. Et pour de bon !

Sous toutes les coutures. En novembre dernier, Ikaky Ravaho a sorti « Blues ». Depuis, il a multiplié concerts et apparitions publiques et renoué avec ses inconditionnels. Cette année, le programme reste le même : faire le plus de scène possible. Pour bien commencer 2017, Vahömbey invite donc les amateurs de bonne musique à se joindre à lui pour le découvrir, apprécier ses nouvelles compositions, ou se remémorer le bon vieux temps, tout simplement. Ce jour, l’auteur de « Bezoro » va effectivement investir le Baobab Rose Antsahavola pour un après-midi musical, un « one-man-show version live, sans sampler », selon ses termes. Au programme ? Une vingtaine de morceaux. Toutes ces chansons qui ont marqué sa carrière musicale, « Lemuria », « Ilay malala », « Rôkarôka », « Ampelako-manta kisoka »… mais également des titres inédits compilés dans aucun opus comme « Te hamikitra », « Farasisa », « Aujourd’hui ». Interprète avant d’être lui-même artiste, Vahömbey va reprendre des titres de chanteurs qu’il apprécie particulièrement : « Le métèque » de Georges Moustaki, « L’important c’est la rose » de Gilbert Bécaud ou encore « Je n’aurai pas le temps »  de Michel Fugain. Bref, Vahömbey, cet après-midi va se dévoiler sous toutes les coutures !Mahetsaka

Midi Madagasikara68 partages

Manam-pahefana : Voapoizina tamina fanafody mahadomelina

Fantatra fa miisa fito hatreto ireo olona voasambotra sy atolotra ny fitsaràna mahakasika ny raharaha fanapoizinana manam-pahefana. Ny loharanom-baovao manakaiky ireo mpanao fanadihadiana no nahafantarana fa tamin’ny alalan’ny fanafody mahadomelina no nanaovan’izy ireo izany fanapoizinana izany. Fanafody natokana ho an’ireo olona manana olana ara-tsaina raha ny fanazavàna azo ity fanafody ity. Ranon-javatra natao hosotroina. Ity farany dia ranon-javatra miloko manga, ary mora afangaro amin’ny zava-pisotro misy lokony. Raha ny fantatra dia ampiasain’ireo olon-dratsy amin’ny asa ratsiny kosa ity fanafody ity, izay voalaza fa zavamahadomelin’ireo mpanolana, noho izy io, mampalemilemy haingana. Misy mandray ity fanafody ity ihany koa atao solona zavamahadomelina tsotra izao. Saika hovonoina mihitsy sa hosolokiana ? Hatreto araka izany dia mbola eo am-pamantarana ny anton’izao fanapoizinana izao ireo tompon’andraikitra. Marihana moa, araka ny loharanom-baovao hatrany, fa toa hoe olona mahafantatra sy azo lazaina ho mpiara-miasa aminy ihany ireto voasambotra ireto.

m.L

L'express de Madagascar67 partages

Fonction publique – Maigre hausse de salaire

Le taux d’augmentation des salaires sera de 7 % pour les fonc­tionnaires. Cette hausse pourra renforcer l’inflation.

Sept pour cent. Ce sera le taux de l’augmentation des salaires pour les fonctionnaires, cette année. Hery Rajaonarimampianina, le président de la République, l’a annoncé dans son discours, hier,  à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux des Corps constitués, au palais de l’État à Iavoloha.Le taux d’augmentation des salaires n’a pas vraiment évolué en trois ans. Il a même une tendance à la baisse, par rapport à 2016. 7,05 % en 2015, 7,5 % en 2016 et voilà qu’il rechute à 7 % cette année. Les fonctionnaires ne sont pas satisfaits. « Cette hausse est vraiment insignifiante, avec le niveau de vie actuelle. Si je fais le calcul, j’aurais 25 000 ariary de plus, à chaque fin du mois. Pourtant, cela ne couvre même pas mes frais de déplacement  mensuels, pour joindre mon lieu de travail », déplore Lantoniaina Ramahaly, une fonctionnaire à Antananarivo.

RévisionCette hausse est « un mal nécessaire », soutient un économiste. Il explique que le taux d’augmentation des salaires dépend du taux d’inflation mais aussi, du taux de croissance économique. Actuellement, le taux d’inflation serait estimé à 7,1 % et le taux de croissance économique, de 2 à 3 %, indique cet économiste. « Théori­quement, l’objectif est d’augmenter la consommation des ménages. Si la consommation augmente, la production augmente aussi. Ce qui permettra la croissance économique du pays », explique-t-il, avant de poursuivre que si ce schéma n’est pas respecté, il y aura un risque d’inflation.Pour Florentin Rama­monjisoa, président du Groupement des fonctionnaires de Madagascar (F3M), cette hausse est inopportune. « Comme nous avons toujours dit, nous contestons le taux d’augmentation. Nous réclamons la révision de la valeur des points d’indice et de la grille indiciaire », souligne-t-il. Cette hausse devrait s’appliquer dès ce mois de janvier. On attend le décret d’application.

Secteur privé

La hausse des salaires se concocte aussi pour le secteur privé. Les syndicats des travailleurs à Madagascar sont sur le  point de demander une rencontre avec le patronat, pour envisager l’augmentation annuelle. José Randrianasolo, coordonnateur national de la conférence des Travailleurs malgaches, n’a pas encore dévoilé le taux d’augmentation que les syndicats des travailleurs vont proposer au patronat. « C’est trop tôt », avance-t-il. En 2016, cette hausse a été de 8,2 %, pour les employés du secteur privé.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara65 partages

Iavoloha : Rien pour la culture dans le discours présidentiel

Samoela a animé la cérémonie à Iavoloha. (Photo Yvon)

La présentation de vœux du chef de l’Etat à Iavoloha est toujours un grand moment « people », et le tapis rouge menant vers la grande salle fait office d’un véritable « catwalk ». Pour ces dames, c’est le moment de sortir les plus belles robes, assorties avec les accessoires auxquels elles ont pensé depuis des semaines. Rester chic et belle, élégante mais originale, pour que sous les flashs des photographes on brille de mille feux, c’est tout un casse-tête. Surtout accompagnée, main dans la main avec « Monsieur », le must qui termine le look ! Les artistes, eux aussi, ont fait leur défilé. Il y a ceux qui ont animé l’événement sur scène, et ceux qui étaient juste invités, outre ceux qui font partie des institutions du gouvernement. Jerry Marcoss et Princio étaient là, mais n’ont pas poussé la chansonnette. Ce qui, évidemment, a attisé la curiosité. Avec Lucette Botralahy comme présentatrice, avec un « mpikabary », la cérémonie a été animée par Jean-Bà, Saramban’Anosy, le groupe de la femme de Jaojoby, Samoela et une chorale, Vox Angeli. Et si les artistes ont tout fait pour rendre l’instant festif, dans son discours, il n’y avait rien pour les artistes. Comme d’habitude, la culture est le parent pauvre de l’Etat.

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara58 partages

Grand’messe d’Iavoloha : Les grands absents et les non-dits

Des anciens hauts dirigeants du pays et des grandes figures politiques, en majorité de l’opposition, ont brillé par leur absence hier à Iavoloha.

Si Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana étaient présents hier à Iavoloha, les deux anciens présidents Andry Rajoelina et Zafy Albert ont brillé par leur absence. Si l’absence à Iavoloha de l’ancien président de la transition s’explique par son absence du territoire national, celle du Pr Zafy Albert reste sans motif officiel. D’après certains, Andry Rajoelina a rejoint sa famille à Paris parce qu’il ne voulait pas répondre à l’invitation du couple présidentiel. Les autres grandes figures de l’opposition ont également boycotté la cérémonie de présentation de vœux d’hier, pour ne citer que les leaders de l’ARMADA (Camille Vital, Hajo Andrianainarivelo, Jean Louis Robinson, Alexandre Georget) et des anciens PM comme Jean Ravelonarivo et Jean Omer Beriziky.

Au grand complet. Par contre, les quatre dirigeants du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) étaient au grand complet hier à Iavoloha. Sans parler de la présence massive des membres du corps diplomatique à Madagascar. La présence du Père Pedro Opeka n’a pas également échappé aux yeux des observateurs. Et ce malgré ses amitiés particulières avec l’ancien président de la transition. En tout cas, la présence à Iavoloha de Marc Ravalomanana et de Didier Ratsiraka suscite depuis hier des polémiques dans les réseaux sociaux.

Black-out. Censé être le porte-voix du peuple étant donné qu’il est à la tête d’une Institution dont les membres sont élus aux suffrages universels directs, Jean Max Rakotomamonjy a fait le black-out sur les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les 22 millions de Malgaches. Le président de l’Assemblée nationale n’a touché mot dans son discours du délestage, de l’insécurité et de la flambée des prix des carburants qui a un impact négatif sur les coûts de la vie. Pour sa part, Honoré Rakotomanana n’a pas évoqué les problèmes de subvention auxquels sont confrontés les communes de Madagascar, alors que le Sénat est censé défendre la cause des CTD (Collectivités Territoriales Décentralisées). Faute de subvention, la plupart des communes ne peuvent pas assumer leurs missions.

Remaniement. Contre toute attente, le président de la République n’a rien dit dans son discours sur l’éventuel remaniement du gouvernement. Alors que malgré le « bilan positif » présenté par le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, force est de reconnaître que certains membres du gouvernement ont failli à leurs missions. La lutte contre la pauvreté, l’insécurité et le délestage a échoué. La justice populaire a gagné du terrain ces derniers temps, signe de l’absence de la confiance de la population envers les autorités. Bref, ceux qui ont prononcé des discours hier à Iavoloha ont ignoré les vraies réalités dans lesquelles vivent les 22 millions de Malgaches.

R.Eugène

L'express de Madagascar54 partages

Tourisme – Ocean dream en escale à Tolagnaro

L’année 2017 démarre plutôt bien pour le tourisme à Anosy. Le paquebot Ocean dream, exploité par Peace Boat est resté en quai à Tolagnaro les 2 et 3 janvier. Ces deux journées représentent une aubaine pour le secteur touristique local avec près de 1000 touristes japonais à bord du paquebot.« La population locale leur a réservé un accueil chaleureux, placé sous le signe de la culture. Les touristes ont notamment visité les sites touristiques de renom et les parcs nationaux du Sud à l’instar d’Andohahela et de Berenty. La deuxième journée a été consacrée à la visite de la région du Menabe. Ils ont rejoint Moron­dava sur la côte Ouest à bord des avions qui ont été affrétés spécialement pour eux », indique l’Office national du tourisme de Mada­gascar (ONTM) sur son site internet.La ville de Tolagnaro est une escale privilégiée des bateaux de croisière de passage dans l’océan Indien. Elle devra encore accueillir d’autres paquebots d’ici le mois de mai, selon toujours l’ONTM.L’année dernière Ocean dream a déjà fait une escale dans cette capitale de la région Anosy.

L.R.

Midi Madagasikara54 partages

Hery Rajaonarimampianina : « Des Mpamosavy malemy » dans son entourage

Le Président de la République commence-t-il à s’inquiéter sur les agissements de son entourage ? Et l’on se demande, par ailleurs, s’il va prendre des mesures ?

Le discours du Président Hery Rajaonarimampianina, lors de la présentation de vœux à Iavoloha,  a duré 30 mn (de 12h03 à 12h41). Une allocution en malgche et en français. D’entrée de jeu, le chef de l’Etat a fait la remarque de certaines critiques portées à l’encontre du régime, notamment sur la tenue des différents Sommets à Madagascar. « La Francophonie n’aura pas lieu. Elle sera déplacée sous d’autres lieux. Ce qui ne fut pas le cas, tous les Sommets ont bel et bien eu lieu». Il prône ainsi le changement de mentalité. Le Président de la République de dénoncer les faux amis. Fait-il allusion à ceux qui feignent de le soutenir ? Son entourage n’a pas non plus échappé à la règle. « Des Mpamosavy malemy » dans son entourage, a-t-il souligné. Autrement dit, l’existence de fourbes dans son propre camp. Faisant suite à ces propos, va-t-il procéder à des limogeages ? Etant donné que le loup est dans la bergerie. A lui de déplorer également qu’au lieu de penser aux intérêts supérieurs de la Nation, certains ne pensent qu’à fustiger le régime.

Gestion du changement. Toujours d’après le locataire d’Iavoloha, 2016 est une année charnière, quant à 2017 elle est placée sous de meilleurs hospices. Il estime, en outre qu’avec les résultats de 2016, Madagascar avance. Pour ce qui est des perspectives, le Président de la République adopte la carte de la prudence dans la gestion du changement tout en soulignant au passage qu’il y a des gens qui ont une mauvaise compréhension de certaines réalités. Par ailleurs, il reste convaincu qu’il faudrait consolider la stabilité politique.

Dominique R.

Midi Madagasikara53 partages

Hausse des salaires des fonctionnaires : Crainte d’une hausse des prix

Les consommateurs craignent que l’annonce de la hausse de salaire pour les fonctionnaires n’incite les marchands de PPN à augmenter leurs prix.

Les 7% de hausse de salaire pour les fonctionnaires annoncés par le président de la République, hier, lors de la cérémonie de présentation de vœux, ont été diversement perçus par les agents de l’administration publique.

7,5% en 2016 et 7% en 2017. L’annonce par le président de la République dans son discours lors de la cérémonie de présentation de vœux, d’une hausse salariale dans la fonction publique, est presque devenue une tradition et un moment très attendu, non seulement pour les fonctionnaires mais également, l’ensemble de la population. Cette année, les 7% annoncés ne sont pas certains d’apporter une grande différence pour ceux qui en bénéficient. En les traduisant de manière plus concrète, un fonctionnaire qui perçoit un salaire de 200.000 ariary percevra, avec la hausse de 7%, 214.000 ariary. Les 14.000 ariary d’augmentation sont l’équivalent du prix d’un kilo et demi de viande ou de 1kg de poulet « gasy » !

 

Pouvoir d’achat. L’annonce publique de cette hausse salariale dans le secteur public est, chaque année, déplorée par les fonctionnaires, mais également les salariés du secteur privé et une proportion importante des consommateurs, car cela pourrait enclencher une augmentation des prix auprès des commerçants, notamment ceux dans le secteur alimentation, notamment les légumes, le charbon de bois au détail et les produits de première nécessité. Les fonctionnaires préfèrent ainsi une annonce moins en fanfare de la mesure d’augmentation salariale afin de limiter les dégâts autour d’un pouvoir d’achat en berne et qui n’a cessé de s’effriter ces dernières années. Pour l’instant, les consommateurs font face à un mois de janvier particulièrement rude, avec une fin de mois difficile en vue.

Pour les salariés du secteur privé, au vu du contexte économique actuel qui ne laisse pas, pour l’instant, entrevoir un léger mieux, leurs espoirs de voir leurs salaires augmenter, risquent fort de s’envoler… 

Hanitra R.

 

Midi Madagasikara53 partages

Analanjirofo : Nopotehin’ny olona ny fiaran’ny polisy

Ny alarobia lasa teo dia polisy efatra hanatanteraka didim-pitsarana any Fenoarivo- Atsinana no saika matin’ny olona. Tsy nanaiky ny didy navoaka ny fokonolona ka ireto polisy indray no niharan’ny hatezeran”izy ireo. Polisy iray no naratra vokatr’izany. Nahitana fahasimbana ihany koa ny fiara nentin’izy ireo: niala ny rivotry ny kodiarana, vaky ny fitaratry ny fiara. Tsy niandry fotsiny anefa ireto polisy fa niantso avy hatrany ny avy ao amin’ny zandarimaria Mananara avaratra. Namaly ny antso ny “commissaire de police” ka nidina avy hatrany nijery ny zava-misy. Ilay polisy  naratra kosa dia efa nalefa vedety hotsaboina any amin’ny hopitaly eny an-toerana ihany. Mbola fitsaram-bahoaka ihany, olona efatra no matin’ny fitsaram-bahoaka ary mbola tany Analanjirofo ihany koa no nitrangan’izany, tao amin’ny kaominina ambanivohitra antsoina hoe Ampasina Maningory. Tondro molotra fotsiny dia efa voahodidina olona ny trano nisy ireo olona. Raha araka ny fantatra dia nisy fanafihana mitam-piadiana tao an-toerana ary nisy olona nahita ny tarehin’ireo jiolahy. Dia narahina tokoa ary rehefa hita ny trano nidiran’ny iray tamn’ireo dia avy hatrany dia raikitra ny fitsaram-bahoaka. Novonoina hatramin’ny tompon-trano. Mirongatra ny fitsaram-bahoaka ary porofo mivaingana amin’izany ireo tranga roa nifanesy tao Analanjirofo ireto.

Kanto/D.R

Midi Madagasikara51 partages

Andranomena : Taxi-be 194 nivadika, olona roa naratra mafy

Ilay taxi be nivadika teo Andranomena (sary Mamy)

Vao maraim-be dia feona fiara naneno mafy narahina dona no nanaitra ny mponina tany amin’iny faritra Andranomena iny. Tsitapitapitr’izay dia feno olona ny arabe. Omaly tamin’ny 6 ora maraina  dia nitrangana lozam-pifamoivozana teo amin’ny tanàna iray antsoina hoe Amboavahy, ao amin’ny fokontany Andranomena. Taxi-be iray ao amin’ny zotra 159 nivoaka nanao “marche arrière” avy ao amin’ny garage no niandohan’ny loza. Rehafa nivoaka io fiara io dia nisy taxi-be 114 iray avy any Ambohimanarina, tsy nijanona fa nikasa hisongona ilay iray voalohany. Teo indrindra no nifanena tamina taxi-be 194 ho any Andravoahangy; nifampikasoka ihany ireo fiara ireo saingy tsy tafajanona ity farany, izay heverina fa nandeha mafy. Niezaka niala ilay lavaka be teo alohany ilay mpamily kanefa dia izao nifatratra tany amin’ny tambohon’ny fiangonana advantista Ambohidroa, izay nahitana fahasimbana kely, ary dia izao nivadika ambony ambany izao. Tsy nisy ny aina nafoy fa olona roa no fantatra fa naratra mafy ary efa nentina avy hatrany any amin’ny hopitaly ary araka ny nolazain’i Andry mpanampy ny mpamily hatrany dia taxi-be avy ao amin’ny cooperative Mirindra ihany no nitondra ny mpamily sy ireo olona naratra any amin’ny hopitaly. Tsy nahitana fahasimbana teo amin’ireo fiara roa voalohany saingy ilay taxi-be nivadika kosa no simba tanteraka ny lohany.

Ankoatra ireo naratra mafy dia nisy ihany koa ireo nahitana ratra teo amin’ny vatany, saingy nisafidy ny hijanona teo an-toerana ihany. Mpandeha iray ho any Andravoahangy ndeha hiasa maraina no tafaresaka taminay, ka nitantara ny fizotry ny loza: “ somary nandeha mafy ihany izahay satria mbola maraina moa ary mbola nalalaka tsara ny lalana. Nahita ilay 159 efa ho tafavoaka tanteraka izahay, sy ilay fiara sprinter mankany Ambatolampy nisongona. Niezaka niala, satria nisy nalalaka ihany teo, saingy nahita ilay lavaka be indray ilay mpamily dia tsy nahatana ny familiana intsony. Ramatoa iray teo amin’ny farany aoriana, seza faharoa, no naratra mafy, satria voatsindrin’ireo gony teo izy ary voahitsaka koa satria samy maika hanavotra ny ainy ny mpandeha, hoy hatrany i Riana Olivia R. nitantara. “ mbola tsy nahateny firy moa izy noho ny fahatairana tampoka nateraky ny loza.

Mamy

 

                   

L'express de Madagascar49 partages

Contrat des fournisseurs – La Jirama rectifie son tir

Les dirigeants de la Jirama veulent modifier certaines clauses du contrat avec ses fournisseurs, notamment le prix d’achat du carburant et la durée du document.

Des contrats désavantageux. En achetant du gasoil à un coût plus élevé que le prix du marché, la Jirama est lésé et veut rectifier le tir. Les dirigeants de cette société d’État annoncent de nouvelles mesures dans certaines clauses du contrat avec ses fournisseurs. Celles-ci touchent des points désavantageux pour la Jirama comme le prix d’achat du carburant ainsi que la durée de validité du contrat. « Désormais, les nouveaux contrats signés avec les fournisseurs sont ramenés à six mois. L’objectif est d’atténuer la fluctuation du prix du carburant », a déclaré, hier, à Iavoloha, Nestor Razafin­droriaka, directeur général de la Jirama.Les contrats d’achats de carburants établis par la Jirama avec ses fournisseurs faisaient toujours la cible de tout critique de l’opinion publique, du ministère des Finances et du budget et aussi des bailleurs de fonds. Dans un communiqué publié le 26 octobre, le Trésor public a pointé du doigt cette pratique. « Le prix d’achat du carburant est plus élevé que les prix à la pompe des stations services alors que la société d’État achète en grande quantité et via appels d’offres », a indiqué Pierre Jean Feno, directeur général du Trésor.

Charges supplémentairesCelui-ci ne manque pas de mentionner que « la Jirama (qui) a lancé un appel d’offres et (qui) a signé des contrats avec ses fournisseurs, indiquant que le prix du gasoil est indexé au cours du pétrole sur le marché international et de la fluctuation du cours de change de l’ariary par rapport au dollar ». « Cette fluctuation engendre des charges supplémentaires évaluées à 120 milliards d’ariary au titre de l’exercice de 2016 », poursuit-il.De sources gouvernementales, la plupart des contrats de la Jirama avec ses fournisseurs arrivent à terme. La société d’État devrait ainsi lancer une série d’appels d’offres. La livraison du fuel lourd inaugure cette passation de marché public. « Cette nouvelle mesure de prix  d’achat de validité du contrat serait introduite dans l’accord avec l’adjudicateur de ce marché », a souligné le DG de la Jirama.Les bailleurs de fonds tiennent à l’œil la gestion de la Jirama. Le dossier de cette société d’État n’échappe pas au Fonds monétaire international à chaque mission d’évaluation. Sa situation financière préoccupe les bailleurs  de fonds puisque les pertes enregistrées par les entreprises publiques représentent un risque important pour le budget de l’État. C’est ainsi que le gouvernement s’est engagé à mettre en place un plan de redressement de cette société nationale dedistribution d’eau et d’électricité dans le cadre du programme Fond élargie de crédit (FEC) en accord avec le FMI. Les dirigeants de la Jirama se sont engagés, par la suite, à réduire au minimum les contrats de gré à gré dans la fourniture d’énergie.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar42 partages

Présentation des vœux – Rajaonarimampianina règle ses comptes

L’allocution présidentielle du Nouvel An, a été une succession de tacles envers ses détracteurs, qu’il qualifie de « hauts parleurs » non patriotes.

Riposte. Laissant les énumérations des « réalisations » de l’Exécutif de l’année 2016 au Premier ministre et aux deux présidents des Chambres parlementaires, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a préféré consacrer une bonne partie de son discours de présentation des vœux à la nation, en malgache, à asséner des baffes à ses détracteurs.Dans sa riposte, Hery Rajaonarimampianina a laissé entendre que les « hauts parleurs », critiques du pouvoir ne seraient pas des « patriotes ». Le locataire d’Iavoloha s’est permis de classer en trois catégories l’opinion malgache. La première qu’il qualifie de critiques stériles et la deuxième de cérébraux attentistes et hésitants à prendre des décisions. La troisième, selon le président de la République seraient « la catégorie de personnes qui aiment leur pays ».D’après lui donc, cette dernière, consciente que « c’est un pays en perdition qu’il faut redresser, (…) ne souhaite pas seulement critiquer et n’hésite pas à tendre la main pour le développement du pays ». Sur sa lancée, le Président a affirmé que cette troisième catégorie rassemble « la majorité des malgaches ». Selon ses dires « une opinion majoritaire de moins en moins encline à jouer les dindons de la farce politicienne », et qui le soutiendrait. Pour motiver ses affirmations, le chef de l’État a soulevé la concrétisation des sommets internationaux malgré les assauts, les « dénigrements ».

ComplaisanceConcédant que les débats politiques font partie de l’essence de la démocratie, Hery Rajaonarimampianina semble, pourtant, résumer les mots non-complaisants et les réprobations à « des propagations de rumeurs, de mensonges et de bâtons dans les roues ». Le locataire d’Iavo­loha, dans sa logique qui assimile complaisance et « patriotisme », a même soutenu, hier, que le fait que pour « la majorité », d’avoir été imperméable aux « dénigrements » est « une participation au développement du pays ».Les chefs d’institutions et même le deuxième vice-doyen du corps diplomatique, dans leurs allocutions successives ont, visiblement, souhaité donner l’exemple de la complaisance patriotique requise par le président Rajaonarimampianina.Les ripostes présidentielles à ses détracteurs ne datent pas d’hier. Hery Rajaonarimampianina en a lancé à tout vent lors de ses multiples déplacements, l’année passée. Cette fois-ci, le chef de l’État a choisi la tribune de présentation des vœux, dans une allocution qui, comme il l’a souligné, « adressée à toute la nation car, retransmise en direct sur tous les médias nationaux », pour régler ses comptes avec ses « adversaires ».Bien qu’il ait appelé à travailler ensemble pour le développement, les mots du locataire d’Iavoloha ont, par ailleurs, sonné d’un ton plutôt clivant. Tout en parlant de réconciliation nationale, le président de la République a écorché ses prédécesseurs en mettant, comme la plupart du temps, sur leurs dos, le problème énergétique qui plombe le pays.« La vérité est que nous subissons les conséquences d’absence de vision à long terme dans ce domaine alors que le soleil, les cours d’eau et le vent étaient déjà là. Peut-être était-ce dû aux troubles politiques qui ont fait qu’il n’y a pas eu de continuité dans les projets », a lancé Hery Rajaonari­mam­pianina. Pour enfoncer le clou, il a soutenu qu’« à aucun moment de son histoire, Mada­gascar n’a réuni des conditions aussi favorables qu’aujourd’hui pour se mettre sur l’orbite d’une émergence ». À l’entendre, les anciens chefs d’État n’ont fait que de la figuration.

Didier Ratsiraka réplique

La réponse de Didier Ratsiraka, ancien chef d’État, aux affirmations du président de la République, n’a pas tardé. Ayant été parmi les invités d’Iavoloha, hier, l’amiral retraité a répliqué à son hôte, dès sa sortie de la salle de cérémonie. Sur les dires de Hery Rajaonarimampianina que ses prédécesseurs n’avaient pas de vision à long terme en matière de politique énergétique, avec comme conséquence le délestage chronique actuel, l’homme fort de la 2e République a soutenu : « Ce sont encore les réalisations durant la colonisation et l’administration Ratsiraka qui soutiennent la vie énergétique à Madagascar jusqu’à maintenant. N’est-ce pas une vision à long terme   ».Pour riposter, à son tour, aux tacles du locataire d’Iavoloha, dont-il a été le bâtisseur, l’amiral à la retraite a avancé comme exemple le barrage hydraulique d’Andekaleka, ou encore, ceux de Volobe et Namorona. L’ancien Président, lui aussi, a, toutefois, écorché ses successeurs, en indiquant : « Il est probable que ceux qui m’ont destitué du pouvoir n’ont pas continué les projets que j’ai entamés ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara41 partages

Air Madagascar : Remplacement des garanties souveraines pour la location de deux avions ATR

Air Madagascar louera l’ATR 72-600 MSN 11239 jusqu’au 18 avril 2025 et l’ATR 72-500 MSN 694 jusqu’au 13 mars 2017.

Les deux avions ATR 72-600 et 72-500, utilisés par la Compagnie Air Madagascar ont changé de propriétaire loueur. Mais les contrats de location se poursuivent sans modification.

 

L’Etat n’a accordé aucune nouvelle garantie souveraine ! C’est ce qu’a précisé le directeur général du Trésor Public, Pierre-Jean Feno, que nous avons questionné sur la sortie du Décret autorisant le Ministère des Finances et du Budget à émettre ce type de garantie. En effet, il s’agit de garanties souveraines de six mois de loyer, pour la location en Dry Lease, des appareils ATR 72-600 MSN 1239, et ATR 72-500 MSN 694, par Air Madagascar. A titre de rappel, ces appareils font depuis 2015, l’objet de contrat de location de 10 ans, expirant le 18 avril 2025 pour l’ATR 72-600 ; et de deux ans, expirant le 13 mars 2017 pour l’ATR 72-500. Au début du contrat, des garanties souveraines ont déjà été accordées par l’Etat au bénéfice de la société Elix Assets 7 Limited, pour six mois de loyer, ce qui équivaut à une valeur de 1 188 000USD pour la location du premier ATR et de 570 000USD pour le second. Ce sont ces mêmes garanties qui ont été annulées et remplacées par d’autres garanties souveraines de même valeur, mais cette fois, au bénéfice de la société Elix Assets 13 Limited.

Sans impact. Selon le directeur général du Trésor Public, Pierre-Jean Feno, il ne s’agit pas d’un engagement définitif pour l’Etat, qui est non moins actionnaire majoritaire de la compagnie nationale. « L’Etat se porte garant dans le cas où la compagnie Air Madagascar n’arriverait pas à payer à temps les frais de location de ces avions ATR. Plus précisément, le paiement par l’Etat au profit du bénéficiaire de la garantie n’intervient qu’en cas de défaut de paiement de loyer. Par la suite, l’Etat réclame la somme plus tard à Air Madagascar, qui est le véritable locataire. En outre, comme il s’agit de location en Dry Lease, une éventuelle rupture de contrat ne causerait de pertes ni pour la compagnie aérienne ni pour l’Etat », a expliqué le DG du Trésor.  Bref, l’émission des nouvelles garanties souveraines, en remplacement des précédentes, n’a aucun impact sur l’exploitation des avions ATR par Air Madagascar, ni sur les engagements de l’Etat vis-à-vis de la société bénéficiaire des garanties.

Antsa R.

 

L'express de Madagascar35 partages

Meurtre de six militaires à Betroka – un adjoint au maire enquêté

Quatre ans après une fusillade et la mort de six éléments des forces de l’ordre, le deuxième adjoint au maire de Bekirobo, est arrêté.

Un adjoint au maire soupçonné d’être parmi les chefs dahalo. Transféré à Betroka par les forces de gendarmerie après avoir échappé de justesse à une vindicte populaire à Isoanala mardi aux petites heures, le deuxième adjoint au maire de la commune de Bekirobo, fait l’objet d’enquête dans le meurtre de six éléments des forces de l’ordre, dont le capitaine Jonah Tsiresindahy, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ihosy.Les faits remontent à 2012, lorsque ce capitaine fraîchement nommé à son poste à Ihosy ainsi que ses hommes, ont été appelés à prêter main forte à leurs frères d’armes de Betroka. À l’époque, près de 200 dahalo, brandissant des armes de guerre, des fusils de chasse, ainsi que des armes blanches, s’étaient emparés de 480 zébus dans la commune de Beherena.

CommanditaireAttiré dans un guet-apens, enfoui dans les dédales de montagnes de l’Andriry, dans une zone limitrophe avec la commune de Bekirobo, fief de l’adjoint au maire incriminé, les forces de l’ordre ont été laminées par la horde de dahalo hyper-équipés.Piégés dans un déluge de feu lorsque l’effectif des dahalo armés a quadruplé, les éléments d’appui, constitués par des éléments de l’armée, n’ont pas pu défendre leur position, condamnant ainsi à une mort certaine les gendarmes en pleine progression. Décapité après la perte du capitaine Tsiresin­dahy, le peloton armé qui a bravé la mort dans cette opération périlleuse a battu en retraite après avoir essuyé de lourdes pertes. Le bilan est lourd. Six hommes ont péri sur le champ de bataille, certains ont été délestés de leurs Kalachnikov et la récupération de leur corps était de surcroît une autre opération à risques.Quatre ans après cette défaite, l’étau se resserre autour du deuxième adjoint au maire. Soupçonné d’avoir été parmi les redoutables dahalo qui ont infligé un cinglant camouflet aux forces de l’ordre, il est actuellement soumis au feu roulant des questions par la gendarmerie à Betroka.Cet adjoint au maire incriminé a été arrêté en revanche lundi, pour une toute autre affaire. La semaine dernière, lorsqu’un vol d’une trentaine de zébus a été perpétré à Ampasimaiky Bekirobo par trente-cinq dahalo, une fusillade a éclaté lorsque les fuyards sont tombés nez-à-nez, avec les villageois, et six gendarmes.Deux des malfaiteurs sont tués par les poursuivants, et un troisième, pris vivant, aurait révélé le nom du deuxième adjoint au maire incriminé. D’ailleurs, des plaintes, accusant le suspect d’être le commanditaire de nombreux vols de bétail, commis à Bekirobo, ont fusé de partout, suite à la dénonciation.Pour la dernière affaire, la gendarmerie le soupçonne d’avoir recruté les dahalo.Ayant eu vent de son arrestation, les villageois ont rameuté leurs pairs pour prendre d’assaut la brigade  de la gendarmerie à Isoanala, où le suspect était placé en garde à vue. Ayant débusqué l’attaque de caserne qui se préparait, la gendarmerie a entamé des pourparlers pour le transfert de l’adjoint au maire, à Betroka.

Andry Manase

News Mada33 partages

Marché de la vanille : les opérateurs se plaignent de la flambée des prix

Les opérateurs se plaignent de la flambée du prix de la vanille dans la région Sava. Pourtant,  la qualité de ce produit de rente connaît une nette régression.

Le prix du kilo de la vanille a connu une importante hausse ces deux dernières années. Sur le marché international, le cours est passé de 65 euros le kilo en 2014 à 205 euros en 2015, puis à 400 euros en 2016, rapporte le journal Le Monde le 5 janvier dernier. Une situation qui a engendré une forte inflation des prix dans le district d’Antalaha, la principale zone de production de la vanille à Madagascar.

En fait, cette forte hausse de prix a entraîné une mauvaise pratique chez les producteurs malgré les efforts du ministère du Commerce et de la consommation à renforcer les contrôles pour limiter la cueillette précoce  de la vanille. Car cette pratique  ne permet pas à la vanille d’atteindre la maturité pour avoir le taux de vanilline nécessaire qui garantit la qualité du produit. D’après les professionnels de la  filière, le taux de vanilline dans la vanille de Madagascar est passé de 1,8% en 2014 à 1,2% en 2015.

Inadéquation entre l’offre et la demande

Pour les experts dans l’aromatique, il y a inadéquation entre l’offre et la demande qui fait que le cours de la vanille explose actuellement. Selon les explications de Jean Michel Barbier, expert dans le secteur de l’arôme venu à Madagascar récemment, « Beaucoup de pays comme les Etats-Unis et les pays européens veulent aller de plus en plus  vers la vanille naturelle. Alors qu’il y a deux ans  la production de la vanille à Madagascar a connu une importante perturbation puisque  celle-ci a été réduite de moitié en raison des aléas climatiques ».

Celui-ci de poursuivre que « Les autorités devraient essayer de mieux organiser le marché de la vanille à Madagascar pour mieux assurer la production. Car certains pays comme l’Indonésie et le Mexique commencent aussi à produire de la vanille. Et peut être qu’à terme, cela représente un danger pour Madagascar ».

Riana R.

 

Midi Madagasikara29 partages

Un discours qui a laissé tout le monde sur sa faim

Tout le monde attendait cette grand-messe d’Iavoloha avec un certain intérêt. Mais finalement, cette cérémonie n’a réservé aucune surprise. Le président de la république et les différents orateurs qui se sont succédé n’ont point fait assaut de rhétorique et se sont cantonnés dans un certain clacissisme. Le chef de l’Etat  a annoncé la traditionnelle hausse de salaire des fonctionnaires, a parlé de l’allègement de peine accordé aux prisonniers et aux militaires sanctionnés et a prolongé de six mois l’exonération des droits de succession. Ceux qui attendaient  des déclarations fracassantes sont donc restés sur leur faim. Le fameux électrochoc attendu n’aura donc pas lieu de si tôt. Les Malgaches vont devoir subir sans broncher les difficultés auxquelles ils sont confrontés quotidiennement . Le chef de l’Etat a exhorté tous les citoyens à prendre leurs responsabilités et à participer à leur échelon aux efforts de redressement. La vie, donc, continue et l’espoir d’une amélioration est encore lointain.

Encore  beaucoup d’incertitudes au Proche-Orient. En Syrie, la situation est en train de se clarifier. La ville d’Alep a entièrement été reconquise par l’armée de Bachar Al Assad. Cependant, c’est une agglomération totalement en ruines et désertée par ses habitants que les forces gouvernementales ont investi, il y a quelque temps. Les combattants de DAECH complètement défaits se sont repliés. Ces derniers ont décidé de repenser leur stratégie. L’armée russe a arrêté ses opérations aériennes de bombardement, preuve que la guerre dans cette partie de la Syrie est terminée. Mais, les combats avec les rebelles ne sont pas pour autant terminés car certains quartiers de Damas sont régulièrement bombardés par l’artillerie du raïs syrien. En Irak, les djihadistes ne lâchent pas prise. Les forces spéciales irakiennes éprouvent d’énormes difficultés dans leur progression à Mossoul. Les combattants de DAECH multiplient les attentats suicides et les tirs de sniper. L’appui des forces de la coalition aux soldats  irakiens est précieux, mais ne permet pas pour l’instant d’avancées décisives.  C’est vers la Turquie que l’organisation terroriste déploie ses efforts. Ce pays a été frappé par deux attentats, ces derniers jours. Le premier qui a eu lieu dans une discothèque branchée d’Istanbul le 31 décembre a fait des dizaines de morts et le terroriste est toujours en fuite. Le  second s’est déroulé avant-hier à Izmir. L’explosion d’une voiture piégée a été moins meurtrière, mais on compte quand même deux morts et de nombreux blessés.

 Donald Trump se prépare à entrer en fonction. A quinze jours de son entrée en fonction officielle, Donald Trump commence à manifester son autorité, en rappelant à l’ordre tous ceux qui essaient de le défier. Les patrons de General Motors et Ford ont décidé de ne pas délocaliser leurs nouvelles usines au Mexique après des « tweets » menaçants du nouveau président. Toyota a fait de même après avoir essuyé les foudres de ce dernier.

La primaire de la gauche dans tous les esprits. C’est au tour de la gauche française de vivre une période d’agitation. La primaire qui aura lieu les 22 et 29 janvier suscite un énorme intérêt de l’opinion française, mais son résultat est incertain. Aucun spécialiste ne se hasarde de prédire quel sera le vainqueur de cette élection. Les principaux candidats multiplient les interventions médiatiques, mais ne sont aucunement assurés de l’emporter sur leurs rivaux.

La cérémonie de présentation de vœux d’Iavoloha n’a finalement pas marqué les esprits des observateurs. Elle a même provoqué une certaine déception. Il n’y aura pas cet élan tant espéré. La vie va reprendre son cours normal avec son lot de difficultés quotidiennes.

Patrice RABE

Midi Madagasikara27 partages

Mamy Rakotoarijaona : « Gouvernance forestière de Ranomafana »

Mamy Rakotoarijaona entouré par les membres du jury.

Mamy Rakotoarijaona a choisi comme thème pour sa thèse de doctorat, « La gouvernance forestière de la zone périphérique du parc national de Ranomafana – Fianarantsoa –Madagascar », la semaine dernière à la Faculté des lettres et sciences humaines à Ankatso. Le jury est présidé par le professeur émérite Jocelyne Ramamonjisoa et le directeur de thèse est Josette Randrianarison. Pour étayer sa thèse, l’actuel directeur des opérations au sein du Madagascar National Park Mamy Rakotoarijaona a répondu aux questions suivantes : « Comment développer la population autour d’une aire protégée comme le cas du parc national de Ranomafana ? Comment concilier la population locale avec leur souhait de développement durable avec son environnement naturel ?  Comment gérer toutes les parties prenantes dans une zone forestière afin d’avoir une bonne conservation du capital compatible au besoin de la communauté et comment résoudre le conflit entre les différentes parties prenantes ? ». Notons que ce sortant de l’école supérieure polytechnique de Vontovorona  est ingénieur de mines et à la fois spécialiste de la gestion des ressources naturelles tant renouvelables que non renouvelables.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara24 partages

Androy- Beloha : Kamiao tra-doza : Ramatoa iray maty nianjeran’ny mangahazo enina taonina

Ny talata lasa teo tokony tamin’ny 11 ora alina, kamiao iray no nahafaty olona tany Beloha. 35 km tsy hiditra ny tanàna dia niharan-doza ny kamiao nitondra mangahazo enina taonina niaraka tamina mpandeha 18. Nikija ny orana tao anatin’ny  andro maromaro ka nisy fiantraikany tany amin’ny lalana izany. Itsy farany izay nalama tokoa tamin’ny fotoana  nitrangan’ny loza ka niteraka tsy fahafehezana intsony ny familiana. Vokany : Niparitaka ny mangahazo tao anaty fiara, enina taonina no nifatratra tany amin’ireo mpandeha tao anatiny. Dimy tamin’ireo mpandeha 18 no naratra nianjeran’ireto entam-be vokatr’izany. Ankoatra ireo voa mafy naratra  dia ramatoa iray no namoy aina tao anatin’ny fifanjevona tamin’ny mangahazo. Raha zohina ny fisehon’ny loza dia nikisaka ho azy ny kodiaran’ny fiara ka nitongilana  niankavia. Ny lalana malama niampy  ny havesatry ny entana nentiny sy ny mpandeha tao anatiny mitambatra no antony niteraka ity loza ity. Voasoratra mazava eny amin’ny vatan’ireny fiarabe ireny anefa ny hoe « tsy mitondra mpandeha » kanefa dia hita porofo fa mitondra izy ireo. Mila fanaraha-maso araka izany ireny fiara natokana hitondrana entana ireny mba hialana amin’ny loza hahafatesana olona tahaka ity indray  mitoraka ity.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara23 partages

Discours du président Rajaonarimampianina : Les réactions des opérateurs économiques

PCA de l’ONTM, Joël Randriamandranto: Le Président de la République est prêt à collaborer avec toutes les parties prenantes tout en apportant des changements de méthode de travail pour cette année. C’est un discours plus combattant d’aller de l’avant. L’engagement de l’Etat de réaliser des grandes infrastructures surtout routières est également favorable pour les opérateurs touristiques. Il a cité entre autres, la réhabilitation du tronçon de route reliant Ambilobe et Vohémar. Celui desservant Farafangana et Taolagnaro n’est pas en reste. En effet, la construction de ces infrastructures routières permet de faciliter l’accès des visiteurs dans les sites touristiques à forte potentialité mais se trouvant dans des zones très reculées. Par ailleurs, on reconnaît qu’il y a une progression de nombre de touristes choisissant la destination Madagascar. Le Président Hery Rajaonarimampianina a annoncé que c’est en hausse de l’ordre de 20%  en 2016 comparé aux statistiques de l’année précédente.PCA de l’AVG, Ndranto Razakamanarina : L’Alliance Voahary Gasy se réjouit que les préoccupations environnementales actuelles qui sont des conditions transversales de développement durable soient enfin prononcées dans le discours annuel de vœux du Président de la République. La société civile est prête à collaborer avec l’administration et le secteur privé pour ce faire. Néanmoins, ce sont toujours des propositions techniques ponctuelles qui ne sont pas encore liées à une vision à long terme de la gestion durable des ressources naturelles à Madagascar. On aurait souhaité également qu’il soit plus clair et expéditif sur la volonté politique d’enrayer les trafics latents qui minent continuellement la biodiversité malgache et ternissent l’image des gouvernants du pays. On cite la complaisance inavouée et la non-application des lois sur les trafics de bois de rose depuis le retour à l’ordre constitutionnel. La preuve, les perspectives que le Premier ministre avance contre les trafiquants des bois précieux durant les dernières réunions du Groupe de Dialogue Stratégique, sont toujours restées lettre morte.   Président national du FIVMPAMA, Erick Rajaonary : C’est un discours positif. Le Chef de l’Etat reconnaît que le secteur privé joue un rôle moteur dans le développement économique du pays et que l’Etat a pour mission d’améliorer le climat des affaires à Madagascar. Pour ce faire, l’Etat doit nous donner les moyens. Il faut entre autres, renforcer le dialogue public-privé tout en satisfaisant nos revendications. Il s’agit notamment de la facilitation d’accès aux crédits pour les petites et moyennes entreprises. L’Etat doit également prendre des mesures d’incitations fiscales et sociales pour pouvoir développer ces entreprises. Il faut en même temps qu’il s’engage à freiner les importations sauvages des produits surtout ceux qui sont déjà fabriqués localement, car cela va engendrer une concurrence déloyale. Et enfin, l’Etat doit lutter contre la délinquance économique.

Recueillis par Navalona R. et Antsa R.

Midi Madagasikara23 partages

Téléphones portables : Excès de zèle de la Sécurité présidentielle

Les téléphones portables ont été interdits de Palais hier. Un nouvel excès de zèle des responsables de la sécurité au niveau de la Présidence de la République. A l’exception de quelques privilégiés, tous les invités ont été contraints de laisser leurs téléphones à l’entrée du Palais d’Iavoloha. L’interdiction ou l’ordre (c’est selon) venait d’un responsable de la Sécurité qui est un Officier de la Gendarmerie en tenue civile. La question est de savoir si cette initiative a été prise en haut lieu par crainte d’un éventuel attentat, ou c’était juste un excès de zèle de cet officier. Nul n’ignore que certains responsables profitent de ce genre d’évènements pour se faire entendre quitte à provoquer un incident, comme ce fut le cas hier. En effet, ce responsable de la Sécurité présidentielle a eu une altercation avec les membres de la presse venus à Iavoloha pour couvrir cet évènement. Ces derniers ne se sont pas laissés faire face à cet « abus ». Le téléphone étant un outil important pour les journalistes, ne serait-ce que pour enregistrer des éléments sonores. Le ton est monté pendant un moment. Au final, l’officier de Gendarmerie a cédé et a finalement autorisé les membres de la presse à amener leurs téléphones portables.

Dominique R

News Mada22 partages

Autres faits marquants d’Iavoloha : le président tacle ses faux amis

Lors de son discours d’hier, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a, à la surprise générale des observateurs avertis, fait part de l’existence de «faux amis» dans le cercle du pouvoir.  Il a ainsi pointé du doigt l’existence de personnes «Miaraka fa tsy namana», traduction libre «Ensemble mais pas amis». Une allusion à peine voilée à ceux qui font semblant d’être avec le régime alors que leurs actes ne correspondent pas à cette position.

Le chef de l’Etat a aussi égratigné ceux qui se trouvent à l’intérieur du régime mais qui ne donnent pas une image reluisante de celui-ci en le détruisant de l’intérieur. La rencontre d’hier a été aussi une occasion pour le Chef de l’Etat de toucher un mot à ses  détracteurs par rapport à l’accueil du Sommet du Comesa et de la Francophonie. «Beaucoup de choses ont été dit à ce propos comme quoi ces évènements seront délocalisés ailleurs ou encore que le pays n’était pas encore prêt pour accueillir de tels Sommets», a-t-il déclaré avant d’ajouter que ces deux rendez-vous viennent d’être concrétisés sans encombre et que c’était une première pour Madagascar.

Les téléphones portables ont failli créer des incidents

Les invités à la présentation de vœux d’hier ont été priés de ne pas faire entrer leur téléphone portable au «Cérémonie building». Une initiative qui a failli envenimer la situation entre les journalistes et les responsables du protocole auprès de la Présidence. Et pour cause, les téléphones portables figurent désormais parmi les outils indispensables au  travail des professionnels des médias. C’est le cas notamment pour ceux qui envoient des textos ou des commentaires en direct à travers les informations instantanées. Selon un responsable de la Présidence, la mesure a été prise pour éviter les prises de photos.  Une décision qui semble d’ailleurs ridicule car, en même temps, les appareils photos et les caméras ont été autorisés.  Les responsables se sont d’ailleurs ravisés par la suite.

Au menu

Sans surprise, les menus du banquet ont été  concoctés par l’Hôtel Colbert.  Pour ceux qui ont eu l’honneur d’accéder à la table des invités dans la salle d’honneur ont eu l’opportunité de goûter au «lingot de foie gras et ses petits légumes» comme entrée, de la «viande de zébu braisé et dinde cuite à la malgache avec du riz et d’achards» comme plat de résistance, ainsi que du «Dôme vanille-caramel et fruit rouge» en guise de dessert.

Recueillis par Jao Patricius

 

Midi Madagasikara22 partages

Un discours sans surprise

La cérémonie de présentation de vœux d’Iavoloha a depuis toujours été un indicateur important de l’élan que le régime en place veut donner à la politique du pays. Dans le contexte actuel, les différents discours qui allaient être prononcés étaient attendus avec intérêt car ils pouvaient  dissiper le malaise ressenti par la population. Les doutes éprouvés sur l’action du pouvoir n’ont pourtant pas été levés.

Un discours sans surprise

Les discours des différents orateurs qui se sont succédé avant l’allocution du président de la République ont paru sans grand relief. Ils ont cependant donné le ton de cette grand-messe qui est l’événement politique marquant de ce début d’année. Les propos du vice-doyen du corps diplomatique, des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat et du premier ministre ont semblé bien ternes. C’est donc sur ceux du chef de l’Etat que l’on pouvait compter pour rassurer une opinion très éprouvée par le climat morose qui règne en ce moment. Le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas essayé de marquer les esprits et s’est cantonné dans un certain classicisme. Il ne s’est pas étalé sur les succès enregistrés lors des deux sommets internationaux accueillis par Madagascar. Il s’est cependant enorgueilli du volume d’aides promis par la communauté internationale et qu’aucun de ses prédécesseurs n’a obtenu. Il s’est félicité des exploits de nos sportifs qui ont fait la renommée de la Grande Ile à l’extérieur.  Pour en revenir aux problèmes traversés par le pays, il a compati aux difficultés éprouvées par la  population, mais il a rappelé tous les efforts consentis par le régime pour les alléger. Il a exhorté la population à faire preuve de responsabilité et d’agir. Il n’a, par la suite, annoncé que des mesures qui n’ont surpris personne : hausse de 7% du salaire des fonctionnaires, traditionnel allégement des peines des militaires et exonération des droits de succession. Les observateurs attendaient un discours d’une portée historique. Ce fut une allocation sans grande surprise.

Patrice RABE

Midi Madagasikara21 partages

Christine Razanamahasoa : « Hery Rajaonarimampianina a tenu un discours standard »

« Il n’y a rien d’exceptionnel dans le discours de vœux du président Hery Rajaonarimampianina ». C’est ce qu’a déclaré la députée d’Ambatofinandrahana et non moins Coordonnatrice nationale du MAPAR, Christine Razanamahasoa. Elle considère l’intervention du Chef de l’Etat comme « un discours standard qui n’a rien de particulier ». « On dirait que lui-même, il n’est pas convaincu de ce qu’il avance », a-t-elle annoncé. L’ancienne Garde des Sceaux dénonce le fait qu’aucune solution concrète n’a été avancée concernant notamment des problèmes vécus au quotidien par la population. « En tant que Chef d’Etat, il devrait faire preuve de volonté politique », a-t-elle soutenu. D’après Christine Razanamahasoa, « il ne faut s’attendre à aucun changement pour cette année 2017. Je pense qu’il n’y aura pas de miracle, on risque de vivre ce que l’on a vécu en 2016 ».

Davis R

News Mada20 partages

« Mifampitantana » : Sehon’i Bodo sy Poopy

Fampisehoana an-tsehatra tsy fahita raha tsy isaky ny 10 taona ! Seho voalohany tamin’ny taona 1997, seho faharoa ny taona 2007. Hotanterahina ny 19 marsa izao ny seho fahatelo izay hotontosaina ao amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny Fanatanjahantena Mahamasina. « Mifampitantana », fampisehoana tokana hiarahana amin’i Bodo sy Poopy. Hiaraka eny an-tsehatra hatrany ireto andriambavilanitra andrarezin’ny hira malagasy ireto, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro ka hatramin’ny 7 ora hariva ka ireo hira miisa 50 tena ankafizin’ny olona hatramin’izany no hirain’izy ireo amin’izany.

Hanana endrika « comédie musicale » ny fampisehoana ka ny tantaran’ny finamanan’izy roa hatrizay sy ny mpankafy ary ny fifanaovana fotoana hiray sehatra fa feno indray ny 10 taona no hoentina an-kira. Anisan’ny tafiditra ao anatin’ny fandaharana ireo hira hiangalian’izy mirahavavy ny « Fitia voarara ». Ankoatra ireo, efa nahafantarana ny fampiaraham-peon’i Body sy Poopy ny hira tambatra na « medley » nivoaka tany amin’ny taona 2007.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada20 partages

Foot – France : Bôlida élu meilleur joueur du mois

En voilà une nouvelle qui redonne le sourire à Lalaina Nomenjanahary alias Bôlida ! Il a été élu meilleur joueur du mois de décembre 2016 par les supporters parisiens. Il devance ainsi Eden Massouema et Saifeddine Alami Bazza après les sondages.

Tout vient à point à qui sait attendre. Au chômage depuis le 30 juin après avoir quitté le RC Lens, Lalaina Nomenjanahary dit Bôlida, a rejoint Paris FC lors du mercato hivernal. Un choix qu’il n’a pas regretté malgré les critiques et les bruits de couloir. Bôlida a été élu joueur du mois de décembre par les supporters parisiens. Pour rappel, l’homme a été impliqué dans les trois derniers buts du Paris FC.

Très décisif

D’après les responsables du club, Bôlida a fortement participé au rebond du Paris FC face à Belfort (0-2) puis au CA Bastia (1-0). Le milieu de terrain malgache a été très décisif et a séduit des supporters parisiens qui ont estimé qu’il mérite largement le titre. Avec 46,9% des votes, il devance Eden Massouema (45,1%) et Saifeddine Alami Bazza (8%). Il y a eu également un tirage au sort à l’issue duquel Antoine Wattrelot a remporté le maillot dédicacé de l’international malgache. Pour la petite histoire, Bôlida a été le premier à annoncer qu’il quittait le RC Lens à la fin de la dernière saison. Le Paris FC est une sorte de transition pour le gaucher qui a largement fait ses preuves en Ligue 2 et évolué en Ligue 1.

Cependant, il n’a signé pour Paris FC que pour un an. Désormais âgé de 30 ans, Bôlida a disputé 10 matchs de championnat avec le Paris FC dont 9 en tant que titulaire avec un but marqué. Il a retrouvé du monde qu’il connait bien au sein du Paris FC comme ses ex-coéquipiers du RC Lens Jonathan Nanizayamo ou encore Aristote Madiani. Sur le plan collectif, le Paris FC est 13e après 17 journées avec une longueur d’avance sur le 15e et premier relégable, Pau.

Au bercail, la pose de la pelouse synthétique à Barikadimy, entrant dans le cadre du projet Fifa.com challenger, va bon train. Les matériaux sont déjà arrivés à Toamasina et les travaux débuteront bientôt.

Rojo N.

Madagascar Tribune19 partages

Ratsiraka et Ravalomanana félicitent le Président de la République

Comme prévu, Andry Rajoelina et le Professeur Albert Zafy étaient absents lors de la cérémonie de présentation de vœux d’Iavoloha. Andry Rajoelina car il ne digère pas toujours la « trahison et l’ingratitude » de Hery Rajaonarimampianina à son égard entre autres, quant au Professeur Zafy Albert, il était toujours ainsi.

L’amiral Ratsiraka avec sa fille Annick ainsi que le couple Ravalomanana quant à eux honorent toujours les invitations de Hery Rajaonarimampianina. Sur le plan politique, le Chef de l’Etat catégorisent les malgaches en trois catégories : ceux qui ne font que critiquer notamment les politiciens de l’opposition donc, ceux qui réfléchissent et attendent et ceux qui sont convaincus que le pays est sur la voie du développement. Le Chef de l’Etat est persuadé que la majorité des malgaches se trouvent dans cette troisième catégorie, c’est-à-dire convaincus que nous sommes sur la bonne voie. Ils mettent en garde ainsi les opposants qui n’arrêtent pas de mettre des bâtons dans les roues.

Les opposants, notamment le groupe politique MAPAR qui n’était pas présent à Iavoloha, a vivement critiqué l’allocution du Chef de l’Etat. Selon Christine Razanamahasoa, il s’agit d’un discours sans consistance, vague qui n’apporte aucune proposition ni solution concrète au quotidien des malgaches gravement touchés par la pauvreté actuellement. L’amiral Ratsiraka de son côté note que le discours est rassembleur, il appartient à chacun de prendre sa responsabilité ensuite. Comme tout discours, on attend la réalisation après selon l’amiral. Ce dernier note que des troubles n’apporteront rien au pays, au contraire.

L’ancien chef de l’Etat Marc Ravalomanana de son côté a vivement félicité Hery Rajaonarimampianina. Il n’a pas tari d’éloges aussi bien pour le discours que sur l’organisation en général de la cérémonie.

Ino Vaovao16 partages

VINAN’NY FILOHAN’NY REPOBLIKA : “Efa nanana vina izahay fa nahongana ”, hoy ny Amiraly Ratsiraka

Mikasika io vinan’ny Fitodram-panjakana io, dia nitondra ny heviny ny Filoham-pirenena teo aloha ny Amiraly Didier Ratsiraka. Nandiso izany ny Amiraly nandritra ny tafa fohy natao taminy, omaly.

Nilaza izy fa “fony izy teo amin’ny fitondrana dia efa nanana vina maro noentina nampandrosoana ny Firenena izahay fa naongana ary tsy nitohy intsony izany vinanay izany ary tsy notohizan’ny mpandimby anay ihany koa”, hoy hatrany izy. Naka ohatra roa tamin’izany ny Amiraly, ka anisan’izany ny momba ny famatsiana herinaratra. Nahavita trano 35 tafo tany Sahanivotry izahay tamin’izany, mba hamokatra herinaratra na angovo azo havaozina. Nilaza koa izy fa tamin’ny fitondrany ihany koa no nahatratra 116 megawatt ny herinaratra vokarin’Andekaleka, izay nahavita namatsy jiro tanàna maro mihitsy. Narodana izahay, ka tsy nitohy ny asanay. Ny solika anodinana milina ahazoana herinaratra dia efa vinanay hatramin’izay izany fa tsy nitohy intsony. Koa nahoana ny mpitondra ankehitriny no sahy nanambara fa izy no nanana vina entina hampandrosoana ny Firenena ?”

Mikasika ny tsy fahampian’ny sakafo any atsimo na eto an-drenivohitra dia nilaza ny Amiraly Ratsiraka fa vita izany na dia izao dia izao aza, raha toa ka omen’ny Filohan’ny Repoblika fahefana hanao izany izahay. Ny vola hamatsiana izany koa efa azo antoka fa andrasana ny fankatoavana avy aminy, amin’ny maha filoha azy.Nambarany ihany koa fa mila fifanomezan-tanana ny fanarenana ny orinasa Air Madagascar sy ny jirama ary ny Firenena, ka ndao hiray hina sy hitambatra mba havotana ity Firenena ity.

RaJean

Midi Madagasikara16 partages

Polibrèves

* Des directives, à l’endroit des journalistes, « à aucun moment, au cours de la cérémonie et du banquet, il n’est autorisé de circuler dans les allées et entre les tables, seuls les déplacements latéraux en direction des portes et du lieu de restauration sont permis ». Des dispositions qui n’ont pas du tout joué en faveur des journalistes, notamment pour les photograhes qui ont du mal à repérer leur « cible ». 

* Contrairement aux précédentes présentations de vœux, le président de la République n’a pas donné une conférence de presse, hier, à Iavoloha. Les médias ont dû ainsi tout simplement se contenter de son discours.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara15 partages

Fédération malgache de basket-ball : Jean Michel Ramaroson candidat à sa propre succession

Sauf changement de dernière minute, l’assemblée générale élective de la fédération malgache de basket-ball (FMBB) se tiendra le 27 janvier prochain.

Le renouvellement du comité directeur des ligues régionales se poursuit actuellement. Plusieurs présidents de ligues ont été reconduits à l’image de Boeny avec Arnaud Razafindraibe, Colonel Kakay Atsimo-Atsinanana, Haja Alaotra-Mangoro, Saminirina Razafindrakoto de Bongolava à l’issue de l’AGE. Nombre d’entre elles procéderont à l’élection ce jour entre autres Diana, V7V, Menabe, Sofia, Androy et Anosy. Comme le basket-ball fait partie des fédérations qui vont effectuer les élections cette année, sauf changement de dernière minute, l’AGE est prévue pour ce vendredi 27 janvier.

4e mandat. L’actuel président Jean Michel Ramaroson est candidat à sa propre succession. Mika selon ses amis intimes n’est plus à présenter dans le monde du basket-ball malgache. Entré à la fédération en tant que Manager Général en 2004, à l’issue de l’élection d’Abel Ntsay à la présidence de la zone 7 en juin 2007, Mika Ramaroson a été élu à la présidence de la FMBB. Il brigue ainsi un 4e mandat à la tête de la fédération. Lui qui est l’artisan des Afrobasket Women (2009), Men (2011), U16 garçons (2013), U18 garçons (2014) et U 16 filles (2015) sans oublier les formations et surtout que Madagascar a bénéficié du projet de la fédération internationale. En attendant la tenue de cette élection où l’on ignore encore ses adversaires, les activités ne connaissent pas un répit. Le regroupement de l’équipe nationale U 16 garçons se poursuit à Tsiroanomandidy. Douze joueurs suivent un entraînement intensif avec l’Ecole des Sports en partenariat avec SEPA.

T.H

News Mada13 partages

Accès à l’emploi : plus de 6.000 jeunes insérés l’an dernier

Une année fructueuse et riche en réalisations. 2016 l’est pour le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) surtout en matière de création d’emplois.

En bonne voie. Les visions du MEETFP concernant l’insertion des jeunes dans le monde du travail, conformément à la Politique générale de l’Etat, prennent forme. 93% des objectifs ont été atteints l’an dernier, comme l’a informé la ministre de tutelle, Marie Lydia Toto Raharimalala, lors d’une interview. Ainsi, plus de 6.000 jeunes ont accédé à l’emploi en 2016.

 Parmi lesquels figurent quelque 1.500 jeunes déscolarisés venant des milieux ruraux, formés sur des petits métiers de base, notamment dans le secteur du développement rural, grâce à un partenariat avec l’Unesco. En quête d’emploi, 2.550 autres disposant de diplômes dans différents domaines ont reçu des renforcements de capacités dans le dessein de leur donner un coup de pouce dans le domaine de l’entrepreneuriat, en créant leur propre emploi.

 Le Srie ET Simt portent

leurs fruits

Grâce à la mise en place du Système régional d’information sur l’emploi (Srie) et le Système d’information sur le marché du travail (Simt), deux plateformes web qui gèrent la demande et l’offre d’emplois, 2.495 autres jeunes issus des neuf régions sont actuellement opérationnels. Les diplômés à la recherche d’emploi tout comme les sociétés disposant d’offre d’emplois sont invités à insérer respectivement leurs données au sein de l’Office national de l’Emploi et de la formation (Onef).

«Le secteur privé a déjà manifesté sa volonté d’adhérer à ce système qui permet, d’une part, d’aider les diplômés à trouver un emploi et d’autre part, de réduire le problème d’inadéquation formation-emploi, qui mine depuis des années l’avenir de nos jeunes», s’est réjoui la ministre, Marie Lydia Toto Raharimalala. Lequel bénéficie du soutien technique du Bureau international du travail (BIT).

Le Sommet de la Francophonie, qui ne n’est déroulé qu’une semaine, a apporté sa pierre à l’édifice dans la mesure où plus de 900 jeunes, ayant reçu des formations pointues dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration, en collaboration avec le ministère du Tourisme et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), sont en ce moment actifs dans ces domaines, de manière professionnelle.

 Mise aux normes des centres de formations…

 La promotion de l’accès des jeunes à l’emploi se poursuit au sein du MEETFP avec des défis qui s’orientent surtout vers l’amélioration des offres de formations techniques et professionnelles, impliquant aussi bien les écoles et centres de formations publics et privés. Raison pour laquelle, le ministère de tutelle se montre ferme quant au respect des normes, tant sur le plan infrastructurel que pédagogique. Sur ce point, un contrôle strict sera mené.

Après avoir été informés et sensibilisés,  ces établissements disposent d’un délai de six mois pour se conformer aux «normes standards», notamment celles relatives à la qualification des enseignants telles que l’état des infrastructures et des ateliers où se déroulent les études pratiques ou la dotation de chaque enseignant d’une tablette pour suivre des formations continues en ligne… Ceux qui ne respectent pas les normes en vigueur seront passibles de fermeture à partir de l’année scolaire 2017-2018.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara11 partages

Système domotique : Solution plausible pour les personnes handicapées

Faciliter le déplacement des personnes en situation de handicap (PSH), chez elles, au point de leur procurer une vie plus facile. Grâce à la technologie domotique, elles peuvent ainsi tout contrôler à la maison, par des gestes simples, en appuyant sur des boutons. Autrement dit, en effectuant des actions à distance. Cette technologie leur permet surtout d’accéder aux endroits difficiles, la solution la plus adaptée pour éviter les déplacements difficiles aux PSH ou aux personnes à mobilité réduite, comme les personnes âgées, les femmes enceintes, etc. Ceci, bien que : jusqu’ici, « l’on soit encore dans la phase d’essai », faute de moyens. Quand bien même, l’initiative des trois jeunes techniciens qui collaborent avec l’Association des étudiants handicapés de l’Université de Tananarive (AEHUTE) aurait permis de constater l’efficacité de cette technologie assez nouvelle à Madagascar. « Nous avons développé une application à installer dans les cellulaires, avec des gadgets, permettant de contrôler les installations électroniques à la maison. Il suffit de cliquer sur le bouton pour allumer ou éteindre chacune des lumières dans toute la maison », confie Jean Faly, professeur d’électronique et de programmation instantanée, l’un des trois développeurs de la domotique. Toutefois, si le système peut se faire via la carte sim, jusqu’ici, nos techniciens ont été contraints de se limiter à l’utilisation de bluetooth, toujours par manque de moyens.

Appui des partenaires. Ces jeunes techniciens ont présenté plusieurs échantillons sur leurs inventions relatives au système domotique plus adapté aux personnes vulnérables, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des PSH, il y a quelque temps. Malgré leurs enthousiasmes, ils sont tout de même confrontés à ce manque de moyens. Ce qui ne manque pas de les empêcher de développer davantage leurs différents projets axés sur la domotique. Eux de solliciter ainsi l’appui des partenaires techniques et financiers, voire de l’Etat, afin de leur permettre d’avancer, au profit des personnes en situation de handicap.

Arnaud R.

News Mada10 partages

Filohan’ny Antenimierampirenena : « Mba ho hita amin’ny fiainam-bahoaka ny famatsiam-bola »

Mby aiza ihany ny ady amin’ny fahantrana? Mba ho hita amin’ny fiainam-bahoaka amin’izay ny famatsiam-bola azon’ny mpitondra…

« Maniry ny vahoaka malagasy mba ho hita soritra any amin’ny fiainan’ny isan-tokantrano ny voka-tsoa haterak’ireo tetikasa maro hahazoana famatsiam-bola », hoy ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, tamin’ny fifampiarahabana teny Iavoloha, omaly.

Ny irariana: ny mba hivadihan’izy ireny ho menaka hahamandina ny molotry ny valalatsimandiharona, mba ho tantely hahamamy ny vavan’ny vodiahitrarivo, mba ho hena hotsakoina hahafa-diana ny valalabemandry… Mihoatra lavitra noho ny vita ny mbola miandry sy andrasan’ny vahoaka.

« Tsy hitanisa ireo olana sy fahasahiranana atrehina ny vahoaka aho. Misy ny efa tafaorim-paka ka tsy mora ny ady atao handresena azy« , hoy izy. Hita sy tsapa fa betsaka ny ezaka sy asan’ny mpanatanteraka, ary misandrahaka amin’ny lafiny rehetra: fotodrafitrasa maharitra, tohodrano, rano fisotro, foibe famokarana angovo, fanodinana akora…

 

Zava-dehibe ny fahamarinan-toerana

 Fototry ny fitoniana sy fahamarin-toerana politika ny fampihavanam-pirenena. Ilaina ny fifankahazoan-tsaina, ny fifandeferana, fifanajana sy fifanomezan-kasina eo anatrehan’ny fifahasamihafana na ara-poto-kevitra politika, na kolontsaina, na finoana… Lafiny maha olona hiankinan’ny fahombiazan’ny firosoana amin’ny tena fampihavanam-pirenena koa izany, araka ny nambarany.

Volavolan-dalàna 65 no nodinihina sy nanapahan’ny Antenimierampirenena hevitra. Anisan’ireny ny volavolan-dalàna lah. 10-2016, ny 20 mey 2016, momba ny fampihavanam-pirenena, izay nandaniam-potoana lava sy niadian-kevitra lalina. Eo amin’ny fampiharana azy no imasoana sy andrandraina.

Vonona miara-miasa amin’ny mpanatanteraka ny Antenimierampirenena amin’ireo asa rehetra fampandrosoana sy hanasoavana ny firenena, indrindra ny eny anivon’ny vondrombahoaka ifotony.

R. Nd.

News Mada9 partages

Fa iza no nanapotika ? : mila asandratra ny kolontsaina malagasy

Raha ny kabarin’ny filoham-pirenena omaly, teny Iavoloha, iaraha-manaiky ankehitriny fa potika ny kolontsaina sy ny toe-tsaina mendrika nananan’ny Malagasy teo aloha. Nihanahazo vahana ny fitsaram-bahoaka, niafara tamin’ny vono olona. Tsy misy intsony ny fifanajana ary efa natakalo tsikalakalam-bola ny tsikalakalam-pihavanana. Inoana fa ireo no santionany amin’ny antony nahatonga ny fitondram-panjakana ho nahatsapa ny fahasimban’ny toe-tsaina malagasy. Fotoana izao hisandratan’ny kolontsaina ho fanoitran’ny fampandrosoana, raha ny voalazan’ny filoha hatrany. Mialoha izany anefa, angamba mipetraka ihany ny fanontaniana hoe inona no antony nampirongatra ireo tranga maneho fitotongan’ny fisainana maha olombelona sy maha malagasy ireo? Heverina fa manana anjara betsaka amin’ny valin’io fanontaniana io ny fahantrana. Fa iza no nampahantra ny malagasy? Samy manana ny havaliny izany, saingy ny azo antoka dia ny hoe andraikitra goavana sahanin’ny mpitondra ny manala ny vahaoka ao anaty fahasahiranana. Izany hoe, matoa mbola mahantra ny malagasy, tsy mbola nahavita ny adidiny ny mpitondra ary tsy tratra ny tanjona. Voalaza fa ho taon’ny asa ity 2017 ity, satria efa misy ny vola enti-manatanteraka izany. Entanina ny fampiroboroboana ny fandraharahana. Anisan’izany ny eo amin’ny sehatry ny fitrandrahana ny angovo sy ny harena voajanahary. Na tsy nasian’ny filoham-pirenena teny aza, inoana fa mba ho voahaja ny kolontsaina sy ny soatoavina malagasy mialoha sy mandritra ireny fitrandrahana goavana ireny, mba tsy hiverimberenan’ny raharaha ady tany eo amin’ny vahiny sy ny tompon-tanindrazana.

Landy R.

L'express de Madagascar9 partages

Menu fretin

Discours plats et flagorneries réciproques. Comme il fallait s’y attendre, la cérémonie de présentation de vœux au couple présidentiel, hier à Iavoloha, ressemblait à ses devancières avec des interventions bourrées d’allégeances et farcies de louanges. Les chefs d’institution ont brûlé l’encens à qui mieux mieux pour glorifier le Président bien aimé, éclairé, guide du peuple. Parmi les invités, Ratsiraka devait se rappeler de son époque à ce même endroit qui était l’antre du culte de la personnalité. Rien n’a changé sauf les acteurs.L’ambassadeur comorien, vice-doyen du corps diplomatique a ouvert le bal avec une allocution aux antipodes de celle de son homologue marocain, il y a un an. Rien que des propos flatteurs come si tout allait dans le meilleur des mondes. Il est vrai que Madagascar reste depuis toujours une référence pour les Comores malgré tout. Le président de l’Assemblée nationale lui a emboîté le pas trouvant en celui qu’il voulait destituer par une motion de déchéance, il y a deux ans, un Président éclairé, modèle de patriotisme, le messie que le peuple attendait depuis des siècles. Un peu farfelu à cause, sans doute, de la récitation par cœur des articles de loi, le président du Sénat a amusé la galerie avec un discours alambiqué sans tête ni queue. À force de vouloir trop plaire et trop en faire, pour prouver aux yeux du Président que ceux qui veulent le détrôner ont tort, il a choisi le plus mauvais des sénat..rios.Puis le discours le plus attendu fut le plus ronflant et le plus vaseux, en l’occurrence celui du Président. Autosatisfaction, appréciations narcissiques, élan Martial, ton mielleux. Tout un plat pour un menu fretin. Outre la dérisoire hausse des salaires, l’amnistie et la remise de peine classiques en pareilles circonstances, il n’y avait rien de particulier dans son discours. Pire, il a montré qu’il était un roi sans couronne en donnant un avertissement aux responsables, à ses collaborateurs, à son entourage de bien se conduire, de se garder de mauvais comportement qui ternit son image et l’image de son pouvoir. Une mascarade, bien entendu, pour impressionner. Ce n’est pas après trois ans de pouvoir qu’on finit par constater ce que l’opinion a décelé depuis le début. Un Président n’avertit pas, il dégage ceux qui nagent à contre-courant, il se débarrasse de ceux qui ne partagent pas sa vision, ses perceptions. Qui va croire qu’il va sanctionner ceux à qui ces propos sont adressés   Certains figuraient parmi les special guests à Iavoloha, déambulant en toute tranquillité loin des accusations que la presse leur prête et s’asseyant sur la convocation du Bianco.À en croire les discours d’hier, on dirait que 2017 sera l’année de l’ascension (fisandratana). Il y aurait dû avoir confusion entre encensoir et ascension. C’est dommage qu’un tel rendez-vous ne serve qu’à débiter des appréciations de complaisance pour être bien vu du Président et de pouvoir rester là où on se trouve jusqu’à l’éternité. Les 70 millions d’ariary engloutis dans cette journée auraient servi à quelque chose , autre que d’avoir rempli la panse, si le moment avait été consacré à un brainstorming pour améliorer les choses. Les chefs d’institution auraient pu proposer au Président des idées, soulever des problèmes, faires des remarques en dehors des cadres institutionnels. Il faut chercher à rentabiliser cet «investissement» au lieu d’aller quémander à Paris. C’est le début de la bonne gouvernance. Hélas, on sait qu’en pareille circonstance, la critique peut être mortelle par intoxication.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara9 partages

Badminton – Sommet national : Les jeunes en action ce week-end

Le championnat national 2016 se disputera ce week-end au Gymnase d’Ankorondrano pour les jeunes. Les seniors entrent en action les 14 et 15 janvier prochain. Ces joutes nationales concernent toutes les catégories allant des U9 aux vétérans hommes et dames. Plus de 200 badistes seront attendus pendant ces quatre jours de compétition.

T.H

Madagascar Tribune8 partages

En photos à Iavoloha

La cérémonie de présentation de voeux s’est déroulé sans encombres au palais d’Etat d’Iavoloha ce 6 janvier 2017 en présence de tous les chefs d’institution, de tous les chefs d’église du FFKM et des représentations diplomatiques travaillant dans l’île. Le président Hery Rajaonarimampianina a une fois de plus noté dans son discours la reconnaissance et l’appui de la communauté internationale. Il a insisté sur la politique énergétique qu’il conduit et a promis du travail par la promotion de zones économiques spéciales dans de nombreuses régions du pays. A noter que parallèlement au festin d’Iavoloha, s’est tenu sur la place de l’Indépendance à Antaninarenina, une manifestation silencieuse de Wake Up Madagascar pour l’arrêt de telles dépenses faramineuses alors que plus d’un million d’individus souffrent de famine chronique dans le sud.

News Mada8 partages

Fahatokisan’ireo mpamatsy vola : sambany i Madagasikara mahafeno ny fepetra rehetra takina

Nasian-teny betsaka, omaly nandritra ny lanonana teny Iavoloha, ny fahatokisan’ireo mpamatsy vola sy mpiara-miombon’antoka amin’i Madagasikara. Nasongadina indrindra ny fivoriana tany Paris, ny voalohan’ny volana desambra, taona 2016 lasa iny. Manodidina ny 10 miliara dolara ny fanampiana ho azo avy amin’irieo mpamatsy sy mpampiasa vola ireo. Nilaza ny filoham-pirenena, Rajaonarimampianina Hery, fa sambany i Madagasikara mahafeno ny fepetra rehetra takin’ireo mpamatsy vola ireo. “Manana tetikasa betsaka araka ny fandaharanasam-pirenena momba ny fampandrosoana na PND ny fanjakana ; voakasika betsaka koa ny fanampiana ny sehatra tsy miankina”, hoy ny filoham-pirenena.

Nofaritana ho laharam-pahamehana ny fambolena, ny angovo, ny lalana, ny fotodrafitrasa, ny harena an-kibon’ny tany, ny indostria, ny tontolo iainana. Momba ny lalana, ohatra, nasin-teny manokana ny hanamboarana ny mampitohy an’Ambilobe sy Vohémar. Efa ampolo taona maro izao ny niandrasan’ny mponina any avaratra ny hanamboarana io lalana io. Koa andrasana izany ny fanombohana ny asa amin’io lalana io, nanomezan’ny filohan’ny Repoblika toky.

Navoitra ihany koa ny olana iray lehibe eto amin’ny firenena : tsy fahampian’ny famatsiana angovo.  Etsy andaniny, ny Jirama handanian’ny fanjakana 300 miliara Ar isan-taona ho an’ny mponina 14 % monja. Na ireo vitsy anisa ireo aza, mbola tsy voavatsin’ny Jirama noho ny delestazy matetika. Koa nasian-teny ny hamokarana herinaratra avy amin’ny angovo azo havaozina, rano, masoandro, rivotra, sy ireo akora hafa azo trandrahina. Tetikasa iray lehibe efa fantatra ny hataon’ny orinasa frantsay Eiffage, mitentina 500 tapitrisa dolara. Fehiny, mitaky fanjakana tsara tantana sy tany milamina ireo mpamatsy vola. Samy manana andraikitra mifanandrify aminy ny olom-pirenena tsirairay.

Mahazatra haramin’izay ireo mpamatsy vola, toy ny FMI, Banky iraisam-pirenena, Vondrona eoropeanina, Banky afrikanina momba ny fampandrosoana (Bad), AFD, fa andrasana hanampy azy ireo manomboka izao ireo mpampiasa vola hafa, hisian’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina. Karazana fanamby izao ataon’ny fitondram-panjakana ankehitriny izao, hanomanana ny taom-pifidianana 2018.

R.Mathieu

News Mada8 partages

Crise de l’énergie : à défaut de vision à long terme

Le délestage est une réalité que la population vit au quotidien, pas seulement à Antananarivo, mais dans la plupart des localités desservies par la Jirama. Baisse de productivité, dégâts matériels et colère grandissante des usagers en sont les conséquences.

En parlant d’approvisionnement en électricité, d’aucuns mettent le contexte difficile actuel sur le compte d’un manque de volonté politique afin que la meilleure intégration des énergies renouvelables devienne parmi les choix stratégiques. A cela s’ajoutent la faible valorisation des ressources locales et les carences en termes de persévérance et de rigueur.

Dans son discours d’hier, le président de la République n’a pas manqué de toucher un mot sur la situation actuelle de l’énergie dans le pays. « Des problèmes persistent encore dans l’approvisionnent en énergie comme les délestages. La politique nationale dans ce domaine est claire dans laquelle figure le programme de construction de centrales solaires et hydroélectriques », a-t-il annoncé. « Nous en sommes là actuellement puisque nous subissons les méfaits d’un manque de vision de développement à long terme des anciens dirigeants en la matière », a-t-il fustigé. Pour dire qu’à court terme, les Malgaches devraient subir au quotidien la galère du délestage, malgré les promesses faites que le problème soit résolu en quelques mois.

Les projets

Avec un taux général de 15% dans l’ensemble du territoire, le taux d’accès en milieu rural ne dépasse pas les 5%. L’Agence de développement de l’électrification rurale (Ader) prévoit cependant de rehausser ce taux à 10%, jusqu’en 2020. Dans cette optique, l’Ader prévoit de renforcer l’implantation des infrastructures dans les régions qui en sont privées jusqu’à ce jour.

Plusieurs projets sont en cours actuellement. L’un d’ eux est le « Jiro Kanto », en collaboration avec l’Union européenne dans la région Alaotra Mangoro. Un programme qui a commencé avec la construction de deux microcentrales hydroélectriques. Dans la région Sava, un projet démarrera prochainement en partenariat avec le KFW et l’Onudi pour développer cinq centrales et réhabiliter certaines centrales thermiques de la région. L’Union européenne et l’Onudi fiancent également des projets dans la Sofia.

L’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) apporte son soutien à la promotion des énergies renouvelables à Madagascar. Un programme faisant partie du projet d’électrification  « Africa Green Tecsera », qui s’étale sur la période 2015-2030 visant à produire 5 000 MW, a été présenté récemment. Des appels à projets de centrales solaires et hydroélectriques sont en cours pour les régions Sava, Sofia et la partie Sud de l’île.

Arh.

 

News Mada7 partages

Mpiasam-panjakana : nidina ho 7% ny fisondrotry ny karama

Manodidina ny 7% foana ny fisondrotan-karama nataon’ny fitondrana tato anatin’ny telo taona nitondrana. Taha latsaka ambany nihoatra ny teo aloha, ary tsy nitondra fivoarana firy ho an’ny firenena.

 

Misondrotra 7% ny karaman’ny mpiasam-panjakana amin’ity taona 2017 ity, araka ny kabarin’ny filoha Rajaonarimampianina teny Iavoloha, omaly. Nisintona ny sain’ny orinasa tsy miankina hanaraka io tahan’ny fisondrotana io koa ny tenany. Nihena ity taha ity raha oharina ny taona 2016 satria 7,5% ary 7% ny taona 2015. Tamin’ity fitondrana ity no nisy taham-pisondrotana 7% satria mbola 10% na nandritra ny tetezamita aza. Nahatratra 12% kosa tamin’ny fotoana nitondran-dRavalomanana.

Kabary ihany ny fanao amin’ny fanambarana amin’ny fomba ofisialy ny fisondrotan’ny karaman’ny mpiasam-panjakana, fa efa voaomana sy voasoratra mialoha any anaty Tetibola 2017, toy ny fanao isan-taona. Manomboka ny volana jolay sy aogositra ny kajy ataon’ny teknisian’ny minisiteran’ny Tetibola, amin’ny alalan’ny antontan-kevitra sy fanadihadiana avy amin’ny sehatra isan-tsokajiny. Tsy maintsy alaina koa ny hevitra sy ny toromariky ny mpamatsy vola iraisam-pirenena.

Amin’ny ankapobeny, tokony hihoatra ny tahan’ny fidangan’ny vidim-piainana (anisan’ny fandaniana) ny fisondratan-karama (vola miditra) raha tiana ny hisian’ny fitomboan’ny harinkarena faobe miabo. Raha ny taona 2017, vinavinaina 7,1% ny tahan’ny fidangan’ny vidim-piainana ary 4,5% ny tahan’ny fitomboan-karena. Tamin’ny taona 2016, nahatratra 7,2% ny tahan’ny fidangan’ny vidim-piainana ary 4,1 % ny fitomboan’ny harinkarena.

Mampiakatra vidin-javatra

Raha izany ny kajy ankapobeny sy avy any ambony, mampanahy ny ety ifotony sy ny hita isan’andro. Tsy mitsaha-misondrotra ny vidin-tsolika, fototry ny vidin-javatra sy ny vidim-piainana. Matetika, mampiakatra vidin-javatra avy hatrany ny mpivarotra raha vao maheno filazan’ny fanjakana fisondrotan-karama toy izao. Tsy hita soritra amin’ny fiainana andavanandro anefa ny fivoaran’ny fiainan’ny isan-tokantrano. Tsy ampy ny fiforonan’asa, tsy ahafahana mamokatra ny asan-dahalo sy ny tsy fandriampahalemana, tsy anisan’ny nanomezan’ny fitondrana vahaolana teny Iavoloha.

Randria

 

News Mada6 partages

Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O. : « Mba tena hipaka amin’ny vahoaka ny asa atao rehetra »

« Na eo aza ireo antontan’isa efa mahavelom-bolo sahady, mbola be ny ezaka tokony hataon’ny governemanta mba tena hipaka tanteraka eo amin’ny fiainan’ny Malagasy amin’ny ankapobeny ny asa rehetra. »

Kabarin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O. tamin’ny fifampiarahabana teny Iavoloha, omaly, io. Taorian’ny fanomezana antontan’isa maneho ny zava-bita tamin’ny taon-dasa izany.

Be ny azo ambara, fa ireo hoe misy fiantraikany mivantana amin’ny fiainam-bahoaka no notanisany. Anisan’izany àry ny sosialiam-bahoaka, ny nanaovana ho laharam-pahamehana ny fiainan’ireo mponina any atsimo, ny fandriampahalemana, ny fanjakana tan-dalàna.

 

Miandrandra vokatra mivaingana ny vahoaka

Ho taon’ny asa tokoa ity taona 2017 ity. Taona hiandrandran’ny vahoaka malagasy fiotazana sahady ny voaloham-bokatra amin’ny ady atao amin’ny fahantrana. Nanome toky izy fa hanao mihoatra noho ny tamin’ny taon-dasa mba hanala fahasahiranana ny vahoaka malagasy, indrindra ireo izay tena fadiranovana.

Nisaorany ireo mpiara-miombon’antoka noho ny fahatokisany ny governemanta tamin’ny alalan’ny famatsiam-bola. Nahomby ny ezaky ny filoha mba hisian’ny fitoniana maharitra, antoky ny fampandrosoana.

« Na mafy aza ireo sedra nolalovan’ny firenena, niroso tamin’ny ezaka fampandrosoana isika », hoy izy. Nandray anjara hatrany tamin’ny asa fampandrosoana ireo tomponandraikitra isan-tsokajiny teo anivon’ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana sy ireo olom-boafidy isan-tsokajiny.

Araka izay tena iainana sy mahamaika ny vahoaka ifotony izany rehetra izany?

R. Nd

 

Tananews6 partages

A écouter tous ceux qui se sont exprimés à Iavoloha, tout va bien

Tout va bien à Babakoto Land, le ciel est bleu, les oiseaux chantent, il n’y a que quelques crapauds qui bavent.

Très bien, continuez donc à marcher avec vos oeillères.

Quand vous vous ferez décapiter ou botter le cul pour finir en exil, ce ne sera pas faute d’avoir prévenu.

Tananews5 partages

Les discours de Hery Rajaonarimampianina sont bizarres

Non ce n’est pas de la méchanceté gratuite mais en suivant avec attention son (ses) discours, il y a vraiment quelque chose de bizarre.

Pas tellement sur le fond mais plutôt son intonation, son élocution, les variations de tonalité font que ce qu’il raconte manque de percutant, de charisme, de conviction. Certes il sursaute beaucoup moins mais le problème est ailleurs maintenant.

Il n’est jamais trop tard pour embaucher un coach en image pour corriger tout ça afin d’être un peu plus convaincant dans ses speechs.

News Mada4 partages

Vœux à Iavoloha : des discours de complaisance

Les discours des orateurs d’Iavoloha, hier, ont été ponctués d’échanges d’amabilité et de satisfecits. Rien de concret sur l’avenir proche des Malgaches.

Des discours sans surprise en faveur du Président. A l’écoute des propos de chaque orateur, hier, à Iavoloha, à l’occasion de la présentation de vœux des Corps constitués, tout va bien dans le pays.  Que ce soit le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat, le Premier ministre ou encore le Chef de l’Etat, tous, dans leur discours ont énuméré les réalisations du régime. Les trois premiers, à coup de proverbes et d’envolées lyriques à la malgache dont le Président de l’Assemblée nationale en ont fait une spécialité, se sont succédé pour jeter des fleurs au Chef de l’Etat.  Les allocutions ont d’ailleurs pour mots clés plusieurs thèmes, tels que le Sommet du Comesa et celui de la Francophonie, la réussite de la conférence des bailleurs à Paris ou encore la réussite des sportifs malgaches au Mondial de pétanque.

Ces phrases ont résonné comme des chants de louange à la gloire du chef de l’Etat. Le numéro un de la Chambre haute Honoré Rakotomanana a même évoqué «la belle voix» de ce dernier. «Malgré les divers obstacles, vous avez su gérer la situation», a pour sa part chantonné le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Chacun a ainsi profité de son temps de parole pour énumérer les réalisations de son département ou encore pour faire quelques doléances.

Eloges et réalisations

Le chef du gouvernement a par exemple fait la liste des prouesses de son gouvernement, particulièrement sur le plan social et l’insécurité. Plus de trois millions de kits scolaires distribués, près de trois cent mille élèves bénéficient d’une cantine scolaire, 425 dahalo appréhendés, 946 titres fonciers régularisés, le chef du gouvernement n’a pas lésiné sur les détails. De son côté, le président du Sénat, hormis ses louanges à l’endroit du chef de l’Etat souhaiterait la mise en place d’un fonds spécial de solidarité cette année. Celui-ci pourra garantir la paix et la sécurité mais également la réconciliation.

Et même le vice-doyen du Corps diplomatique y est allé de son couplet en évoquant  les succès enregistrés au cours de l’année 2016 grâce aux titres mondiaux de Boxe chinoise et de pétanque. «Ces champions que nous admirons ont porté haut les couleurs du pays et la Nation malgache en est très fière», a-t-il indiqué. Il a aussi félicité le Premier ministre Olivier Mahafaly d’avoir été choisi parmi les lauréats du prix Nelson Mandela 2016 «au regard de sa vision louable en faveur de la paix et du développement de Madagascar et du Continent africain».

En tout cas, ces visions semblent loin du lot quotidien des Malgaches. «Spectacle triste et pitoyable. D’un côté, des hauts dignitaires, des politicards et des politiques qui festoient, des discours de satisfecits et d’auto satisfecits mal placés. D’un autre côté, un peuple affamé, en totale perdition, en perte de repère et livré à lui-même. C’est cela le spectacle vu à Madagascar aux premières lueurs de la nouvelle année», se désole une personnalité bien connue sur les réseaux sociaux.

Rakoto

News Mada3 partages

Tsy araka izay lazaina ny atao : ny mpitondra no tokony hiova toe-tsaina aloha

 Fanovana toe-tsaina, fomba fanaovana politika… Izany no takina sy andrasan’ny filoha amin’ny mpanao politika. Tsy ny mpitondra ve no tokony hiova toe-tsaina sy hanova ny fomba fanaovana politika aloha?

 

« Ataovy filamatra ny mifanaja fa tsy mifanebaka, ny mifameno fa tsy mifanavaka, ny mifamelona fa tsy mifamono, ny mifanoro fa tsy mifanilika, ny mifanitsy fa tsy mifamitaka, ny mifanampy fa tsy mifamingana, ny mifanotrona fa tsy mifanitsaka.« 

Anisan’ny nambaran’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny lanonam-pifampiarahabana teny Iavoloha, omaly, io. Azo arenina tsikelikely eo amin’ny andavanandro ny lesoka, ary ho hita fa hirindra ny atao rehetra. Miainga amin’ny fanovana toe-tsaina izany, fifampitaizana ho olom-pirenena vanona, ataon’ny isam-batan’olona sy isan-tokantrano.

« Tandremonareo ao anatin’ny ambaratonga samihafa ato anatin’ny fitondram-panjakana: mba tsy hanao mpamosavy malemy ka manaratsy endrika ny fitondrana sy ny mpitondra« , hoy izy.

Hotohizana ny asa… tsy ahombiazana

Asa be no miandry, asa haingana, tsara, madio, mirindra, fahasahiana manazava amin’ny vahoaka, fahasahiana manapa-kevitra fa ilaina izany. Aoka hifanolo-tanana, hiara-kibanjina ny tena tombontsoam-pirenena. Misokatra ny varavarana ao anatin’ny fihavanam-pirenena entina hampandrosoana ny firenena.

Ekena fa tsy afa-misaraka amin’ny fiainana repoblikanina manamasaka ny demokrasia ny adihevitra politika. Tanjon’izany ny handresy lahatra ny vahoaka ho namana. Hitondrany ny tena eo amin’ny fahefam-pitondrana amin’ny alalan’ny fifidianana, raha resy lahatra ny vahoaka fa ny tolotra avy amin’ny tena no mety mahasoa.

Betsaka no azo atolotra ho an’ny vahoaka, ivelan’ny fanaratsiana, fifaminganana, fanelezana tsaho sy ny lainga marivo tototra, araka ny teniny ho an’ny mpanao politika.

Hafa ny zava-misy sy izay iainana

Mifanaraka amin’izany rehetra izany ve ny zava-misy sy iainana? Manomboka eo amin’ny tena, ny ao an-dapa, ny havana, ny namana… Aleo hitsara ny vahoaka sy ny tantara. Tsy manilika, manavaka, mamono, mamingana, manitsaka, ohatra, ny afitsoky ny mpitondra  amin’izay manelingelina rehetra: ny vondrona politika Mapar, ohatra?

Tsy hita mazava koa izay hoe fahasahiana manazava amin’ny vahoaka miaro ny tanindrazana, raha ny « Raharaha Soamahamanina« , ohatra. Iza na inona koa no manaratsy endrika raha tsy ny akaiky ihany? Manginy fotsiny ny raharaha mahabe resaka: kolikoly avo lenta, kiantranoantrano, tsimatimanota…

Tsy izay madio sy izay miova ve no afa-kanadio sy hanova izany rehetra izany?

R. Nd.

News Mada3 partages

Filohan’ny Antenimierandoholona : « Manamora ny fahazoam-bola ny demokrasia »

« Tamin’ny fihaonan’ny mpamatsy vola sy mampiasa vola tany Frantsa, voalaza ombieny ombieny ny mari-bola azo. Mila fepetra izany. Hanamora ny famoahana azy, tokony ho hita taratra eto Madagasikara ny fanajana ny ny zon’olombelona, ny demokrasia, ny fanjakana tan-dalàna, ny fitondrana tsara tantana, ny fampanjakana ny fandriampahalemana, ny ady amin’ny kolikoly. »

Io ny tenin’ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotomanana Honoré, tamin’ny fifampiarahabana teny Iavoloha, omaly. Fepetra takina koa ny fitsangan’ny Fitsarana avo (HCJ) misahana ny fitsarana ireo manampahefana ambony. Samy eo ambany lalàna mitovy na ny entina na ny mpitondra, eo ambany fanaraha-mason’ny fitsarana mahaleo tena, araka ny nambarany.

Tokony hisy tahiry ho an’ny firaisam-pirenena

Ny fanjakana no miahy ny hisian’ny fampandrosoana mirindra eo amin’ny samy vondrombahoaka itsinjaram-pahefana. Mifototra amin’ny firaisankinam-pirenena izany. Mila handraisana fepetra manokana ireo faritra tratra aoriana. Anisan’izany ny tokony hisian’ny tahirim-bola manokan’ny firaisam-pirenena. Manantena izy fa hisy tsy ho ela izany tahiry manokana izany.

Vonona hijoro ho andrimpanjakana mampifandanja ny fahefana sy mahamarin-toerana politika ny fitondram-panjakana ny Antenimierandoholona… ho fitaratra.  Nasiany fanazavana ny anjara toeran’ny Antenimierandoholona, araka ny And. 68, 81, 83, 84, 102, 140 amin’ny lalàmpanorenana.

Mitondra inona eo amin’ny fiainan’ny vahoaka ifotony izany rehetra izany?

R. Nd.

 

News Mada3 partages

Théâtre : une saison sur les chapeaux de roues

Les acteurs de théâtre malgaches démarrent l’année sur les chapeaux de roues avec une programmation éclectique portant sur une formation, un festival de théâtre et un spectacle marathon.

Raviver l’amour de l’art de scène et notamment du théâtre, telle est la mission fondatrice de l’Akademy Théâtre, initiée en avril dernier par Henri Randrianierenana. Cette école d’art dramatique entame, la semaine qui suit, son troisième trimestre et compte marquer d’une pierre blanche la fin de son cursus par un festival. En moyenne, ils sont une centaine d’élèves à s’atteler à cet événement qui se tiendra au mois de mai. Selon le comité d’organisation, ce festival de théâtre fera la part belle aux spectacles de marionnettes, représentation théâtrale, ateliers et master-class.

Cette année marque les soixante-dix ans de l’insurrection malgache de 1947. L’association des acteurs du secteur du théâtre malgache (FMTM), témoins de  l’histoire, va ainsi livrer sur scène une véritable messe de patriotisme.

A l’affiche, Antananarivo Teatra va jouer deux pièces intitulées « Ny fireneko » et « Fitiavan-tanindrazana ». Ecrite et mise en scène  par Haja Ravaloson, la pièce « Procès 1947 » sera interprétée par la troupe Ilo. Dans la foulée, la troupe Victor Solo va présenter sur scène « Voky izy dia natory » et « Hoentina aiza ny firenena ? ». Si le lieu est déjà fixé à la Tranompokonolona Analakely qui ouvrira ses portes sous peu, la date reste encore à confirmer.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara3 partages

Parasport : L’élection ce jour

Après l’assemblée générale ordinaire de la fédération malgache de parasport hier, celle élective se déroule ce jour à l’Académie Nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha. Le président en exercice Monja Dinard est l’unique candidat à sa propre succession. Il veut rempiler pour un second mandat.

T.H

News Mada2 partages

Kitra afrikanina – Taona 2016 : voafidy mendrika indrindra voalohany i Riyad Mahrez

 Betsaka ireo mpilalao baolina kitra sangany any Eoropa, manana ny toerany any amin’ireo klioba vaventy. Isan-taona ny Caf, mifidy izay tompon’ny laharana voalohany amin’ireo mpilalao afrikanina. Samy ho hita amin’ny Can hanomboka tsy ho ela avokoa izy ireo.

 

 5 janoary teo, voafidin’ny Confédération africaine de football (CAF) tany Abuja, Nizeria,   ilay Alzerianina, Riyad Mahrez, 25 taona, lohalaharana ao amin’ny Leicester City, any Angletera. Baolina 17 ny matiny ary tolotra 11 avy aminy nahafatesana baolina, nahazoan’ny Leicester City, tompon-dakan’i Angletera, taom-pilalaovana 2015/2016. I Riyad Mahrez, mpilalao voafidy mendrika indrindra amin’ny Premier League, anaram-boninahitra mbola tsy nisy Afrikanina nahazo izany talohany.

Mpilalao dimy izy ireo voafidy nifaninana farany tamin’ireo 30 nofantenana tany am-boalohany : ilay Gaboney, Pierre-Emerick Aubameyang, tompon’ny anaram-boninahitra farany taona 2015, izay mbola nantenain’ny maro hahazo izany laharana voalohany izany. Izy no nandimby ilay Ivoarianina, Yaya Touré, nitazona izany laharana izany nandritra ny efa-taona. Lohalaharana ao amin’ny Borussia Dortmund izy, voafidy mahay indrindra ao amin’ny federasiona alemaina Bundesliga, nandritra ny taom-pilalaovana farany. Hatramin’ny nanombohana ny taom-pilalaovana 2016/17, efa nahatafiditra baolina 15 izy tamina lalao 15.

Tsy ambakan’izay ilay Senegaley, Sadio Mané, 24 taona, mamiratra any Liverpool rehefa avy any Southampton, any Angletera ihany. 41 tapitrisa euros ny tambin’izay famindrana azy izay. Eo koa ilay Egyptianina, Mohamed Salah, 24 taona, malaza any amin’ny AS Roma nandritra ny taom-pilalaovana roa.

Sangany ihany koa amin’izany mpilalao afrikanina izany, ilay Alzerianina, Islam Slimani, 28 taona.  Mpilalao avy amin’ny Sporting CP any Portugal nifindra amin’ny Leicester City any Angletera misy ny mpiray tanindrazana aminy. Nampidi-baolina be indrindra izy, taom-pilalaovana 2015/2016 tany Portugal,  27 tamina lalao 33.

R.Mathieu

News Mada2 partages

OMDA : Haja R annonce la rigueur pour 2017

Depuis le mois de novembre dernier, Haja Ranjarivo est de nouveau le directeur de l’Office malgache des droits d’auteurs (Omda). Après l’affaire qu’il a entamée contre Brigitte Rasamoelina, l’ancienne ministre de la Culture et de l’artisanat, il se veut être plus rigoureux cette année.

La vie à l’Omda, depuis sa création, ressemblait à un fleuve bien tranquille jusqu’à ce que retentisse cette affaire Haja Ranjarivo au mois de novembre 2015 où il a été limogé par l’ancienne ministre qui l’a accusé, entre autres, de détournement de fonds.

Des contrôles financiers sévères

Soutenu par les artistes qui ont effectué des lobbyings auprès du Gouvernement, il occupe de nouveau le même poste, depuis le mois de novembre dernier. En fait, Haja Ranjarivo a annoncé que des contrôles plus sévères au niveau des instruments financiers en externe et surtout en interne sont entrepris tout au long de l’année. En effet, son limogeage dans le temps a débuté par un détournement de fonds par un responsable de l’Omda sis à Toamasina.

« Pour éviter que ce genre de problème se reproduise, nous allons suivre de près tous les recouvrements, surtout dans les provinces », a-t-il expliqué. Sur ce point, il sera donc appuyé par le syndicat des artistes ainsi que par certains artistes membres de l’Office.

Renforcements des capacités

« Afin que chacun remplisse dans les normes ses missions, nous allons procéder à des renforcements de capacités », a-t-il continué. Après ces formations, certains détails importants, qui restent flous pour les autres, seront éclaircis, telles les entités qui devront payer les droits des artistes. « Nous effectuerons une sorte de sensibilisation sur ces sujets », a-t-il expliqué. Effectivement, nombreux ne savent pas exactement le rôle de l’Office.

 « Mais l’un des grands projets phares cette année est de rehausser l’image de l’Omda qui a été souillée depuis cette affaire », a-t-il répliqué. Ainsi, il projette de renforcer les communications, multiplier les sensibilisations et surtout, inciter les autres artistes à devenir membres de l’Office.

Holy Danielle

 

News Mada2 partages

Alaotra Mangoro : une banque de données en adduction d’eau

Une équipe de 87 jeunes sélectionnés dans 5 districts de la région Alaotra-Mangoro a participé à l’atelier d’élaboration du Budget-programme par objectif régional (BPOR) durant 3 journées.

L’atelier aboutira à la mise en place d’une banque de données partant de 30 jours de recueil d’informations sur l’adduction d’eau potable auprès des communes. Les jeunes des 5 districts qui en seront les concepteurs se rencontreront les 16 et 22 février prochains à Moramanga pour coordonner les résultats de leurs enquêtes respectives avant la finalisation du dossier. Cette étude sur le système d’adduction d’eau potable au niveau des communes est organisée dans 13 des 22 régions de Madagascar. Dans le cadre de ce programme d’adduction d’eau potable au sein des collectivités territoriales de la région Alaotra-Mangoro, 5 fokontany de la commune de Tanambe, dans le district d’Amparafaravola seront dotés de 42 bornes- fontaines publiques prochainement. Les travaux d’une valeur totale de 70 millions d’ariary ont débuté depuis 2 mois pour l’approvisionnement en eau potable des 22.000 habitants de ces localités.

La région de l’Alaotra-Mangoro figure parmi les moins loties en matière d’adduction d’eau potable puisque moins de 36% de sa population en bénéficie à ce jour. Ce volet constitue pourtant une des conditions principales dans l’atteinte de l’objectif de développement durable prôné dans le monde en ce troisième millénaire. Des résultats sont donc attendus à l’issue de la mise en place de cette base de données par commune dans la région.

Manou/Solo

 

News Mada2 partages

Menabe : l’EPP Manja-Ville bientôt équipée

L’éducation prend le pas sur les autres programmes de développement dans le district de Manja, dans la région du Menabe.

Les membres du Comité local de développement (CLD) ont pris la sage décision d’affecter la totalité du Fonds local de développement, subventions octroyées aux collectivités territoriales par l’Etat, à l’achat de tables-bancs destinées à l’Ecole primaire publique (EPP) de Manja-Ville. En effet, les 80% des élèves de cet établissement scolaire publique de la Zone d’administration pédagogique (Zap) de la Circonscription scolaire (Cisco) de  Manja s’assoient par terre pour suivre leurs cours depuis des années, faute de mobilier dans les salles de classe.

L’acquisition des équipements est prévue au mois d’avril mais la Direction régionale de l’éducation nationale du Menabe rappelle aussi aux responsables la nécessité de réhabiliter une vieille école tombant en ruines dans la ville actuellement.

Manou

 

L'express de Madagascar2 partages

Football – Installation du gazon synthétique à Barikadimy

L’aménagement du stade de Barikadimy entre dans sa phase terminale. L’installation de la pelouse synthétique débutera «dans une quinzaine de jours et durera un mois et demi environ », d’après le responsable. L’enceinte de Toamasina devrait être fin prête dans la foulée. Cequi en fera le quatrième terrain doté de gazon artificiel à Madagascar, après ceux du stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga, du stade Moderne d’Ampa­sambazaha Fianarantsoa et du centre technique national de Carion.« Il s’agit d’un gazon optimum de dernière génération (Ndlr : drains de 60mm). On débute par la pose du tapis. Ensuite, on procède au lestage avec du sable en provenance d’Égypte et au remplissage avec des billes en caoutchouc traité. Et, on conclut avec la finition en liège nécessaire pour les zones tropicalisées et ce sera vraiment très proche de la qualité d’une pelouse naturelle », ajoute le responsable.Rappelons qu’il s’agit d’un projet financé par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Au départ, ce tapis devait être destiné à Antananarivo. Mais son installation n’avait pu se faire, ni à Alarobia ni à Mahamasina. Par la suite, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean Anicet Andriamosarisoa, avait annoncé, l’an dernier, qu’il serait finalement redirigé vers le stade Barikadimy de Toamasina. Précisons que les tribunes et les gradins de ce dernier n’ont pas été rénovés.De ce fait donc, comme pour le cas du stade Moderne d’Ampasambazaha Fianaran­tsoa, le stade de Barikadimy ne sera pas encore apte à accueillir de match international. Par contre, il sera opérationnel pour les compétitions régionale et nationale.

H.L.R.

News Mada1 partages

Fampianarana – Atsimo Atsinanana : mangarahara ny fandraisana ireo mpiasam-panjakana

Nanombohana ny fandraisana ho mpiasam-panjakana vaovao andiany fahefatra manerana ny Nosy ny any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana. Natomboka tany Farafangana, faritra Atsimo Atsinanana, ny 5 janoary teo, ny fandraisana mpampianatra Fram ho mpiasam-panjakana raikitra, andiany fahefatra. Samy handray ny azy ny faritra rehetra, 10 000 ny fitambarany ho raisina amin’izany andiany faha efatra izany. Ny mampiavaka azy, hatao eto Antananarivo Renivohitra ny fanomezana fifanarahana amin’ireo mpiasam-panjakana vaovao ireo. Mety hanatanterahana izany ny volana avrily 2017, ka ny filoham-pirenena no hanolotra ny fifanarahana ho an’ireo mpanabe ireo.

Natao lavitry ny kolikoly sy anatin’ny mangarahara tanteraka ny fandrafetana ny lisitra nianga avy any amin’ny Cisco tsirairay. Nahazoana fankatoavana avy amin’ny komity miady amin’ny kolikoly izany. Izany komity izany ahitana olona ivelan’ny sehatry ny fampianarana. Rehefa izany, alefa any amin’ny minisitera foibe hatao fanamarinana sy fanaraha-maso, avy eo vao averina eny anivon’ny Cisco hankatoavina ampahibemaso. Voaray avy hatrany ilay olona raha  tsy misy ny fanakianana.

Momba ny faritra Atsimo Atsinanana manokana, voaray 435, ka 69 any Midongy atsimo,  87 any Vondrozo, 139 any Vangaindrano ary 140 any Farafangana. Tsy misy kosa ny avy any Befotaka satria efa tafiditra avokoa ireo mpampianatra amin’io fari-piadidiam-pampianarana io ny taona 2016. Antenaina fa ao anatin’ny mangarahara koa ny fandraisana ho mpiasam–panjakana any amin’ny faritra hafa rehetra.

Nanome voninahitra ny fotoana, ny tale fari-piadidian’ny fampianarana (Dren) Atsimo Atsinanana, i Tsaramanana Raymond Donald sy ny lehiben’ny Cisco Farafangana, i Girousse Noel. Nanotrona azy ireo ny talen’ny fampahalalam-baovao sy ny fifandraisana, i Tsitohary Thierry.

 

News Mada1 partages

Six militaires tués dans une embuscade : un adjoint au maire pointé du doigt

Le deuxième adjoint au maire de la commune de Bekirobo, district de Betroka, fait actuellement l’objet d’une enquête serrée à la gendarmerie de Betroka pour son implication dans le meurtre de six éléments des forces de l’ordre.

Quatre ans se sont écoulés après l’embuscade qui s’est soldée par la mort du capitaine Jonah Tsiresindahy, alors commandant de la Compagnie territoriale de gendarmerie à Ihosy, ainsi que de cinq autres éléments des forces de l’ordre. Soupçonné d’être derrière ce traquenard, le deuxième adjoint au maire de Bekirobo se trouve actuellement à Betroka où il doit répondre des faits qui lui sont reprochés.

Notons au passage que le mis en cause a échappé de justesse à une vindicte populaire mardi dernier à Isoanala. Sans l’intervention de la gendarmerie, il aurait déjà été lynché.

Embuscade

Pour rappel, près de 200 dahalo lourdement armés ont attaqué le village de Beharena en 2012. Ils se sont emparés de 480 têtes de zébus. Le commandant de la Compagnie territoriale de gendarmerie à Ihosy, fraîchement nommé à son poste, et ses hommes ont été appelés en renfort.

Mal leur en avait pris car leurs guides les ont attirés dans un guet-apens, au beau milieu de la chaîne de montagnes d’Andriry, dans la circonscription de l’adjoint au maire incriminé.

Pris au piège, les gendarmes ont essuyé des tirs nourris. Ils ont vainement essayé de défendre leur position. Le capitaine Jonah Tsiresindahy ainsi que cinq de ses hommes sont tombés sous les balles des dahalo, obligeant ainsi le reste de la troupe à abandonner la partie.

Quatre ans plus tard, il faut dire que l’adjoint au maire a été rattrapé par son passé et subit un retour de manivelle. Il a été dénoncé par un dahalo qui a été capturé après un vol de bœufs commis la semaine dernière à Ampasimaiky Bekirobo.

Mparany

 

L'express de Madagascar1 partages

Foncier – Dix mille mutations gratuites jusqu’en juin

Le président de la Répu­blique, Hery Rajaonarimam­pianina, a décidé, une fois de plus, de prolonger le délai de gratuité de la mutation par succession des propriétés immobilières. « La gratuité de la mutation par succession s’étend sur six mois », a-t-il indiqué hier, à Iavoloha. Ainsi donc, cette opération va se poursuivre jusqu’en juin.Depuis le début de cette opération, en janvier 2016, la direction générale des services fonciers a pu effectuer près de dix mille mutations par succession. De janvier à juin 2017, ce département du ministère auprès de la Présidence, en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipement lance un défi. « Nous espérons réaliser 10 000 mutations gratuites en six mois », explique Hasimpi­renena Rasolomampionona, directeur général des services fonciers, qui indique que plusieurs demandes sont encore en attente, actuellement. Pour atteindre cet objectif, une amélioration des services s’effectuera, selon ce premier responsable de l’opération.C’est la deuxième fois que l’État a accordé le prolongement de cette mutation gratuite, depuis son lancement. En janvier 2016, cette opération a été prévue pour une durée de six mois. Dans son allocution, le 26 juin 2016, le président de la République a accordé le délai de gratuité de la mutation par succession. Hasimpire­nena Rasolo­mampionona promet de renforcer la lutte contre la corruption, dans cette opération.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Le code minier en attente

Le projet de loi portant réforme du secteur minier et du pétrole serait soumis à l’examen des deux cham­bres parlementaires pour la prochaine session ordi­naire prévue au mois de mai. Alors que le gouver­nement l’avait déjà annoncé pour la dernière session parlementaire d’octobre. Avec l’adoption de ces textes, le gouverne­ment estime favoriser une meilleure redistribution de la manne pétrolière et minière que regorge le pays. Le code minier actuel, en vigueur depuis 2005, est la cible de critiques de toute part.

L'express de Madagascar1 partages

Athlétisme – Le COSRM 52 fête ses dix ans

2007-2017. Le club omnisports du régiment militaire (COSRM 52) à Sakaraha, célèbre, cette année, son dixième anniversaire. Ce club phare et pépinière de l’athlétisme malgache a vu le jour le 12 février 2007, lors du premier championnat de Madagascar de crosscountry qui s’est tenu à Ambalavao. Le club a été fondé à la suite de la sollicitation d’un haut responsable du COSRM 52 de transférer les athlètes du club ASJT, après ses deux ans d’existence.« Le club totalise actuellement 112 médailles d’or toutes compétitions et catégoriesconfondues, régionales et  internationales. Le club a déjà eu des représentants aux jeux africains, championnats d’Afrique et du monde, jeux des îles de l’océan Indien et jeux de la CJSOI, Jeux olympiques et d’autres » a confié le responsable technique du club, Nasimana Indépendance alias Depa Sakaraha. Pour marquer cette décennie, le club compte organiser un meeting à Sakaraha au mois d’avril, en invitant les ligues aux alentours telles que celles de la Haute Matsiatra, du Sud Ouest et d’Ihorombe.« Nous sommes fiers de nos résultats vu l’état de nos infrastructures. Nous n’avons ni piste, ni virage, ni matériels. Dans la commune rurale de Sakaraha, un tour de notre piste mesure 324m, et on y trouve des cailloux, des broussailles épineuses une piste sablonneuses, et les zébus et chèvres s’y donnent rendez-vous tous les jours… Mais nous ne baisserons jamais les bras. Au contraire, les athlètes sont très motivés car ils ont pu visiter Antanana­rivo et même des pays étrangers grâce à l’athlétisme» a ajouté Depa.  « Nous avons porté haut les couleurs de notre commune, notre district et notre région, mais aucune reconnaissance jusqu’à présent, aucun appui financier ni logistique, même pour les athlètes qui ont  représenté la Grande île en compétitions internationales» a souligné ce technicien du club.

S. R.

L'express de Madagascar1 partages

Bilan positif de l’année 2016

Le volet social a été primé par le gouvernement, pendant l’année 2016, selon le discours du premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, hier.  Près de 300 000 élèves de 1 208 écoles primaires publiques ont bénéficié de cantines scolaires et 3 362 273 ont reçu des kits scolaires. Près de 56 000 ménages en situation précaire ont tiré parti du système « Vatsin’ankohonana », pour qu’ils puissent scolariser leurs enfants.  9 640 enseignants non fonctionnaires ont été recrutés.  Des bornes fontaines au nombre de 2 406 ont été érigées dans tout Madagascar. Vingt-quatre centres de santé de base ont été construits dans neuf régions et  346 paramédicaux recrutés. 186 centres de santé de base ont été équipés de réfrigérateurs solaires pour conserver des vaccins. Il reconnaît que son gouvernement a encore des efforts à fournir pour que le développement touche le quotidien des Malgaches.

L'express de Madagascar1 partages

Taux de pénétration à 5,42%

Le taux d’accès à internet est encore très faible à Madagascar. Selon les données publiées par l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec), le taux de pénétration au service internet est de 3,65% en 2014 et 5,42% en 2015. En ce qui concerne la téléphonie mobile, ce taux est évalué à 49,39% en 2015. Il a fallu seule­ment une décennie pour que le nombre d’abonnés d’internet à Madagascar ait augmenté de quelques milliers d’individus à plus d’un million.

L'express de Madagascar1 partages

Des anciens réapparaissent

La cérémonie de présentation des vœux d’hier, semble avoir été le rendez-vous de politiciens désuets qui ont fait leur réapparition à pareils événements officiels. Des figures d’anciens régimes comme Radavidson Andriamparany, ancien ministre des Finances et du Budget du temps de Marc Ravalomanana, ancien chef d’État, ou encore, d’anciens parlementaires de la Transition, qui au début du quinquennat de Hery Rajaonarimampianina, ont formé les rangs des premiers opposants, ont fait la queue, hier, pour entrer dans la salle de cérémonie d’Iavoloha. Pour les observateurs, la perspective d’un éventuel remaniement, voire changement de gouvernement, ont réveillé ceux qui ont été en hibernation politique. Questionné sur le sujet, l’ancien grand argentier de l’État n’a pas caché des envies de retrouver un siège au sein de l’Exécutif. Pour d’autres, il pourrait s’agir d’une tentative d’avoir le soutien étatique en vue des probables élections régionales et provinciales de cette année.

L'express de Madagascar1 partages

Le Président jette de la poudre aux yeux

Durant son allocution d’hier, le président Rajaonarimampianina a prévenu les représentants étatiques au niveau local, et ses partisans d’éviter les actes pouvant nuire à l’image du pouvoir, le sien en particulier. Un appel qui pourrait n’être que de la poudre aux yeux, étant donné que les agissements et abus répréhensibles de certains de ses proches et collaborateurs ont eu un écho fracassant durant l’année passée, au point que le locataire d’Iavoloha ne pouvait plus se taire au risque d’être imputé d’un silence complice. Face à ces faits, en effet, l’administration étatique reste amorphe et ferme même les yeux, pareillement pour la justice. Si des cadres ou des subalternes de l’administration publique sont sanc­tionnés ou poursuivis, les gros bonnets, à part un ou deux boucs émissaires, ne sont pas inquiétés et continuent de fanfaronner sans crainte jusque dans les événements officiels où ils jouissent toujours de places privilégiées.

L'express de Madagascar1 partages

Ravalomanana brouille les pistes

La réaction de l’ancien chef d’État, sur le tacle infligé par le président de la République à ses prédécesseurs en matière de politique énergétique a été sollicitée par la presse, hier. Pour s’extirper de l’avalanche de questions, Marc Ravalomanana a parlé de l’organisation de l’événement d’hier, et a même félicité le locataire d’Iavoloha pour son allocution, ainsi que, le président de l’Assemblée nationale. Une complaisance intrigante, surtout que l’année dernière, il a été l’un des principaux acteurs du bras de fer entre la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’État central. Pour certains, le comportement du fondateur de l’empire Tiko d’hier, pourrait indiquer qu’il y a anguille sous roche. Ce dernier qui, suite au clash avec le pouvoir concernant les droits sur le terrain d’Andohatapenaka, a déclaré haut et fort la rupture avec l’administration Rajaonarimampianina, a soutenu, hier, suite à une question de la presse concernant le remaniement qui se chuchote, être ouvert à une collaboration avec cette dernière si cela est nécessaire, au nom du développement.

L'express de Madagascar1 partages

Le périple de Raminia et ses descendants

Mananjary, ville maritime de l’océan Indien est constitué de deux parties qui chevauchent le canal des Pangalana par la lagune Ampotamantsina: la ville ancienne bâtie sur une dune étroite et contiguë, et la ville nouvelle construite au-delà de la lagune, sur un plateau de sable parallèle à la dune. Sa fondation se situe au XVIe siècle et attribuée à Ravelarivo, arrière-petit-fils d’un émigrant de la Mecque, Raminia. On raconte qu’évincé du trône dont il est le légitime héritier par un frère consanguin, ce dernier quitte de dépit la Mecque pour émigrer aux îles Comores, où il s’attend à un accueil favorable. Il est accompagné des siens et de ses partisans, en particulier de son frère  Andrianakovatsy qui passe pour l’un des ancêtres des Antanosy de Tolagnaro.Cependant, arrivé à la hauteur de Dar-es-Salam, le boutre de Raminia est assailli par une violente tempête et dérive bien loin vers l’Est. En essayant de se redresser, il échoue sur la côte Nord-est de Madagascar, « probablement à Ihara, près de Vohémar, comme en témoignent certains vestiges orientaux que, selon Hubert Deschamps, des fouilles récentes ont mis à jour » (Armand Raomelina, 1969). Après quelques vaines tentatives pour vivre à Ihara puis à Ivondro, Raminia et les siens longent la côte Est vers le Sud et ne s’arrêtent qu’à Ambinin’i Sakaleona, au nord de Nosy Varika. Ils y élisent domicile. Bien leur en prend car « la résidence se révéla favorable à la multiplication de la race ».C’est de là que ses nombreux descendants, un demi-siècle plus tard, se répandent sur cette partie de l’ile, alors que Raminia retourne à la Mecque. Notamment entre la Matitanana et la Fanantara, mais aussi un peu plus au nord, dans les villages d’Ampanotoana, Masomeloka, Ambalafanafa et Amboantalanina. Des monuments bien conservés attestent « le passage massif ou le séjour intensif des émigrants du Sud ». Tel dans le village d’Ambohitsara, localité située sur la rive droite de la Fantara, où « l’on trouve encore de nos jours, une statue d’éléphant pesant plus de 1 000 kg en grès sculpté couvert d’inscriptions en caractères orientaux, témoignage authentique de la lointaine origine, dont se réclament les habitants du village ».À la suite de quelques aventures passées successivement à Vohimasina sur la Faraony, puis à Vohibola près d’Ambohitsara, et enfin à Mahela, Ravelarivo se replie vers le Sud et parvient à Mahazoarivo, à 3 km à vol d’oiseau, au Sud-ouest de Mananjary, avant de se fixer définitivement dans cette dernière ville. C’est là que le patriarche Ravelarivo vit heureux, « entouré de ses enfants et au milieu de ses partisans auprès desquels sa grande popularité lui valut le nom de Ratiambahoaka, celui qui est aimé du peuple, d’où le nom Antambahoaka par lequel on désigne ses descendants ».À leur majorité, ses cinq fils- Ramalaza, Rantsiaka, Rafandaharana, Ramindisa et Satrokefa, bâtissent aux environs de la résidence paternelle les villages d’Ankatafana, Tsaravary, Marofody, Manakana et Ambalaromba, « dont ils devinrent les patriarches et où ils formèrent en quelque sorte, les piliers sur lesquels est fondé l’édifice de la tribu Antambahoaka ou Zafiraminia ».Ravelarivo bénéficie du prestige personnel de Raminia et devient « l’incontestable détenteur de Sourates». Ce qui lui permet d’en imposer aux autres peuples qui entourent sa ville et ne manquent d’être éblouis par sa science. Mais le développement de la ville est surtout dû à sa position près d’une importante porte d’accès de l’île. Cela lui vaut d’être surnommée par les Hova, Manan-jara-tanàna (la chanceuse), « nom qui se corrompit en Mananjary lequel fut transmis ensuite au fleuve qui la baigne».De fait, cette ville est déjà un port à l’époque du gouvernement hova. Selon Hubert Deschamps en 1826, le roi des Betsimisaraka, Jean René, une fois soumis à Radama Ier et devenu son allié, se charge d’une expédition militaire dans le Sud-est de l’île, accompagné du Grec Nikolos qui est par la suite nommé Andriambaventy (chef avec droit de justice) à Mananjary. Sous Ranavalona Ire, le Breton Napoléon de Lastelle, reconnu comme citoyen malgache, investi du pouvoir d’un agent principal du commerce extérieur et établi à Toamasina, achète une plantation à Mahela, à 2km de Mananjary. Un port y est créé, mais il est plus tard supprimé au profit de celui de Mananjary.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara1 partages

Ratsiraka : L’amiral répond au Président

Suite au discours de Hery Rajaonaonarimampianina qui n’a pas ménagé ses prédécesseurs, l’amiral Didier Ratsiraka a réagi. L’ancien Président a tenu ainsi à rappeler que les centrales hydroélectriques d’Andekaleka, Namorona et Volobe ont été construits du temps où il a été au pouvoir. Toujours à propos du discours du Président, l’amiral de souligner que « les troubles n’apportent rien de bon, nous devrions plutôt être solidaires. Le cas d’Air Madagascar est déplorable. C’est une industrie stratégique pourtant, elle est dirigée par un étranger. Ne nous lamentons pas, ensemble, on va sauver Air Madagascar, Jirama et le pays. Il faut se donner la main pour la réconciliation nationale ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Mahafaly Olivier Solonandrasana : Zéro bois de rose exporté en 2016

Le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a tenu hier son premier discours officiel au cours d’une cérémonie de vœux des corps constitués. Comme il fallait s’y attendre, le locataire de Mahazoarivo a profité de son intervention pour présenter le bilan des huit premiers mois de son équipe. Un bilan plutôt positif et satisfaisant, selon ses dires. Sur le plan social, le Chef du gouvernement a mis en avant les efforts fournis notamment dans le cadre de la lutte contre la famine dans le Sud, l’insécurité et l’Etat de droit. Durant 2016, 291 965 élèves issus de 1 208 établissements scolaires publics et privés ont bénéficié de cantines scolaires. 3 362 273 élèves ont également reçu des kits scolaires. A rappeler également que 9 640 enseignants FRAM ont été recrutés au sein du corps des fonctionnaires durant l’année écoulée. Pour ce qui est du projet « Vatsin’Ankohonana », 55 831 familles nécessiteuses en ont bénéficié.

Insécurité. En ce qui concerne la lutte contre l’insécurité, 425 malfaiteurs ont été appréhendés tandis que 24 réseaux de criminels ont été mis hors d’état de nuire. Sur 3 005 bovidés volés, 1 425 ont été restitués à leurs propriétaires. Dernièrement, 59 « dahalo » ont été arrêtés à Ikalamavony et à Ambalavao. Pour ce qui est de la lutte contre la corruption et l’exportation illicite des ressources naturelles, 25 kilos d’or et 700 tortues ont été saisis à l’aéroport d’Ivato. Hier, Olivier Mahafaly Solonandrasana a réitéré qu’il n’y a eu aucune exportation de bois de rose en 2016. Actuellement, l’Etat malgache est en train de fournir les dossiers nécessaires pour réclamer la restitution des bois de rose saisis à Singapour en 2014. Hier, le locataire de Mahazoarivo a tenu à rassurer que de nombreux efforts seront entrepris cette année pour que les actions du gouvernement aient des impacts sur le social de la population. « 2017 sera une année pour le travail », a-t-il martelé. « Une année où le peuple malgache pourrait savourer les premières récoltes de la lutte contre la pauvreté ». S’adressant au président de la République, Mahafaly Olivier Solonandrasana a déclaré que le gouvernement fera plus que ce qu’il a réalisé l’année dernière. Il n’a pas non plus manqué de remercier les partenaires techniques et financiers qui ont financé les actions de développement.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Wake Up Madagascar : Une manifestation interpellatrice à Antaninarenina

Le mouvement Wake Up Madagascar a organisé, parallèlement à la cérémonie de présentation de vœux d’Iavoloha, une manifestation pacifique à Antaninarenina. « 1 400 vs 1 400 000 ». En effet, ce sont des statistiques qui illustrent le contraste évident mettant en exergue les 1 400 invités dans le Palais d’Etat d’Iavoloha contre 1 400 000 Malgaches affamés dans le Sud. Des rubans noirs au nombre de 1 400 ont été attachés à Antaninarenina pour incriminer ces agissements de la part de l’Etat. Sur les réseaux sociaux, une pluie de réactions abonde. « Si nous ne sommes pas affamés, si nous ne sommes pas victimes du délestage, si nous avons accès à l’eau potable, si le kere est pris en charge, cette manifestation interpellatrice n’aurait pas eu sa raison d’être. Mais nous savons tous que c’est loin d’être le cas ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Iavoloha : Le paradoxe de …Martial

Le premier responsable de l’établissement 4 étoiles s’est occupé personnellement de la table présidentielle.

Si les deux Rakoto… mamonjy pour l’Assemblée nationale et …manana pour le Sénat ont cité chacun un poète du terroir dans leurs discours en malgache,  le troisième Rakoto…arimanana a terminé son discours en français par une citation d’Antoine de Saint-Exupéry : « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible ».

Le président Rajaonarimampianina Rakotoarimanana Hery Martial n’est visiblement pas un disciple d’Emile de Girardin qui disait : « Gouverner, c’est prévoir ». A moins qu’il ne partage la pensée de Pascal célèbre pour son paradoxe qui se résume en une phrase : « Notre religion est sage et folle ». Qui plus est, le locataire d’Iavoloha donnait hier l’image d’un pasteur sur son pupitre, même si c’était plutôt le président des « Loholona » d’Anosikely qui avait cité des versets bibliques dans son intervention. Ce qui n’a pas empêché le chef de l’Etat dont l’un des frères est du reste pasteur, d’adopter comme à son habitude, un ton et des gestes pastoraux.

7% pour 10 milliards. Paradoxe également lorsqu’il a annoncé d’un côté l’augmentation de 7% des salaires des fonctionnaires tout en soulignant de l’autre, les 10 milliards de dollars issus de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs (CBI) à Paris qui « représente deux fois plus que ce qui a été prévu ». Car il s’agit quand même parfois de  prévoir. En tout cas, il y a un paradoxe dans le paradoxe dans la mesure où le président n’a pas touché mot du salaire des non fonctionnaires tout en rappelant que le Privé a sa part dans l’enveloppe allouée par la CBI. Le comble du paradoxe, c’est qu’avant d’accéder à la magistrature suprême, il était dans le secteur privé. A la limite, il aurait pu dire qu’il appartient au patronat de voir en fonction des possibilités et moyens de leurs entreprises ou sociétés.

4 étoiles. L’autre paradoxe de …Martial est le fait de parler avec orgueil et fierté de Madagascar et des Malgaches alors que les spécialités du traiteur choisi pour la énième fois pour le banquet d’hier ne sont pas forcément le « ravitoto » ou le « romazava ». D’ailleurs, le premier responsable de l’établissement  4 étoiles dont on ne citera pas l’enseigne car il est assez connu et reconnu pour avoir besoin de publicité, s’est occupé personnellement hier de la table de la famille présidentielle. Non pas par crainte de « mpamosavy malemy », pour reprendre l’expression du maître des lieux, mais parce qu’il est aussi le conseiller du chef de l’Etat. Ceci expliquant tout cela.

R.O

Madaplus.info0 partages

Rajaonarimampianina se félicite lors de son discours à Iavoloha.

La présentation des vœux hier a bien eu lieu au palais Iavoloha. Tout le monde attendait le discours du président à l’occasion.
Si son allocution télévisée du 31 décembre 2016, pour le message adressé à la nation, a fait couler beaucoup d’encre, jugée trop courte, témoignant de ses réalisations comme le disent certains politiciens, tout le monde a remarqué que le président Hery Rajaonarimampianina s’est félicité lors de son allocution, en outre, lui de dire qu’ « a aucun moment de son histoire, Madagascar n’a réuni de conditions favorables, comme aujourd’hui, pour se mettre sur l’orbite d’une émergence ». Cette phrase n’est pas passée inaperçue et suscite différents commentaires. Pour certains, il parle de sa situation personnelle, pour d’autre, c’est les conditions favorables pour une forte paupérisation qui sont réunies actuellement. Les réactions fusent de partout, dont la plupart péjoratif.
De son côté, wake up Madagascar a fait une manifestation condamnant cette dépense folle du régime avec le denier public. Cette manifestation s’est tenue à Antaninarenina. Ce mouvement a joué avec les chiffres, 1400 vs 1400000, le premier est le nombre des invités à Ivoloha et le second, le nombre de personnes victimes de famines dans le sud. La somme faramineuse utilisée pour la présentation de vœux, qui s’élèvent à des millions d’Ariary, aurait pu être utilisée pour assister les personnes victimes du kere dans le sud.
Ino Vaovao0 partages

TSARALAZA TSARAMANDROSO : Dobo rano mandavan-taona ny lalana ao ambadiky ny restaurant Kismat

Tsy misy fotoana tsy isian’ny rano amin’ireo lalana ireo, fa tena lasa lakan-drano tanteraka ny eny na amin’ny fotoam-pahavaratra izany na main’andro.

Tsy vitan’ny hoe feno rano foana mandavan-taona fa miteraka fofona maimbo tanteraka isan’andro izany. Toerana samy hafa sy mifanalavitra ireo kanefa tena mampitaraina ny mpiara-monina eny amin’ny monodidina rehetra.

Efa betsaka ny dingana natao ho fanamboarana sy fanarenana ireo toerana ireo, indrindra manoloana ireo lalana maro efa namboarina amin’ireo Fokontany sasany. Na ny ao amin’ny Fokontany Mahajanga be izany na ny eny Tsaramandroso dia samy tsindrin-daona amin’ny hahavita ny lalana ao aminy.

Ankoatra ny fahasorenan’ ireo mponina manodidina mantsy dia tsy misy fiara mety handalo amin’io lalana io ankoatra ireo fiara tsy mataho-dalana. Etsy an-daniny ny aretina azo vokatr’io loto sy rano miangona io.

Fety

Ino Vaovao0 partages

NANDRITRA TAONA 2016 : Fanafihana 32 isa no voasoroka, jiolahy miisa 315 tra-tehaka

Faritra maro manerana ny Nosy no fantatra fa mbola anjakan’ny asan-dahalo tanteraka.

Ankilany tsy miraviravy tanana ihany koa ireo mpitandro filaminana amin’ny fiarovana ny vahoaka. Nisy ny vokatra azo tsapain-tanana tamin’ny ezaka nataon’izy ireo. Ankoatra ny trangana fitsaram-bahoaka izay tena nahazo vahana tamin’iny taon-dasa iny dia anisany taona nirehetan’ny tsy fandriam-pahalemana ihany koa iny 2016 iny na ny tany ambanivohitra izany na an-tanàn-dehibe.

Fanafihan-jiolahy, fanafihan’ireo malaso, halatr’omby sy fandrobana isan-karazany ireo nanjaka saika manerana ny Nosy. Nanoloana izany anefa dia nanao ny ainy tsy ho zavatra hatrany ireo mpitandro filaminana nampandry fahalemana tamin’ny alalan’ireo asa fampandrian-tany maro. Ankoatra izay isany nanampy tamin’ny fisorohana ny fanafihana ihany koa ny fiaraha-miasa tamin’ny olona tsara sitrapo sy ny fahazoana loharanom-baovao marim-pototra sy ara-potoana tamin’izy ireo.

Nandritra ny taona iny fanafihana miisa 32 no fantatra fa voasoroko mialoha. Fantatra io nandritra ny tatitra nataon’ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta raha nandray fitenenana nandritra ny fifampiarahaba nahatratra ny taona, teny Iavoloha, omaly. Vokatry ny fiaraha-miasa matotra teo amin’ny mpitandro filaminana sy ny vahoaka nahazoana io vokatra io, nanampy betsaka tamin’izany ny fisian’ilay laharana maitso ahazoana ny mpitandro filaminana.

Nahatratra hatrany amin’ny 374 ny isan’ireo jiolahy voasambotra, ny taona lasa iny, ny ankamaroan’ireo dia tra-tehaka tao anatin’ny Distrikan’Ikalamavony sy Ambalavao avokoa.

Maherin’ny 3005 ny isan’ireo omby very lasan’ny dahalo, ny 1425 tamin’ireo no tafaverina soa aman-tsara tamin’ny tompony taorian’ny fanarahan-dia natao. Mitohy ny ezaka atao mba hitandroana ny filaminana.

Amin’ity taona ity dia fantatra fa hanatsara hatrany ny paik’ady hoentina hampandriana fahalemana ny Firenena ireo mpitandro filaminana telo tonta.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TSY NAHAZAKA NAMPIRAFESINA : Tovolahy iray maty namono tena tany Sainte-Marie

Nanararaotra ny tsy maha ao an-trano azy ny fofombadiny ka nampiditra lehilahy hafa. Ny alahady 1 janoary rehefa namonjy fodiana ilay tovolahy dia mbola nahatratra ilay tovovavy fofom-badiny niaraka tamin’ny lehilahy hafa tao an-trano. Vokany, raikitra ny fifandirana teo amin’izy roa.

Nisintaka ny tokantrano ilay ramatoa kely noho izay fifandirana izay. Io fisintahana io no tsy zakan’ilay tovolahy vadiny. Niezaka niandry ny fiverenany ity farany saingy tsy nody an-trano mihitsy taorian’ilay gidagidra. Ny alin’ny alahady, dia maty namono tena samirery tao an-traony ilay tovolahy.

Faty olona no nitranga ka nandray andraikitra ny mpitandro filaminana tao Sainte-Marie nisambotra an’ilay ramatoa kely fofom-badiny sy ilay tovolahy sipany. Fisamborana natao ny alatsinainy 2 janoary lasa teo. Miatrika fanadihadiana izy roa ireo.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TABERA RANDRIAMANANTSOA : « K.O ny Firenena, ka mila fanarenana haingana »

Anisan’izany ny fifanomezan-tanana eo amin’ny mpitondra sy ny mpanohitra, mba hanarenana ny tanindrazanantsika tsy ho latsaka ao anaty kizo intsony. Ny mpanao politika rehetra dia samy tompon’andraikitra avokoa amin’ny fampandrosoana ny Firenena fa tsy hanavahana”, hoy izy.

Ankilany dia nanambara ny filohan’ny CRN fa tamin’ity lanonana natao, teny Ivoloha, omaly ity dia tsy nisy intsony ny kabary fitsikerana ireo mpitondra nifandimby teo aloha, fa tokony hiditra amin’ny fampandrosoana sy/na fanarenana ny firenena amin’izay no tanjona.

Mikasika ny fampihavanam-pirenena kosa indray dia nilaza ity mpikambana avy amin’ny ankolafy Zafy Albert ity fa soson-kevitra efa naroson’izy ireo ny hidirana amin’ny fampihavanam-pirenena.

Efa nanolotra boky mirakitra izany tany amin’ny Filohan’ny Repoblika izy ireo. Ny lalàna momba ny fampihavanana rahateo efa lany teny anivon’ny Antenimierampirenena ary niarahana nahita iny ny fandanian’ny Solombavam-bahoaka azy iny.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

PETY RAKOTONIAINA : “Tsy misy azo antenaina amin’ny famahana olana izao fitondrana izao”

Nambarany anefa fa “tsy misy azo antenaina amin’ny famahana ny olan’ny vahoaka izao fitondrana mijoro izao. Fitondrana tsy mahay mijery ny sosialim-bahoaka fa variana amin’ny fanangonan-karena sy ny famarotana ny tanindrazana”. Tato anatin’ny volana vitsy dia tsy naneho hevitra mikasika ny toe-draharaham-pirenena ity antoko ity. Nandeha ny feo fa voavidy vola na/sy notambazana vola ingahy Pety Rakotoniana ka nisafidy ny nangina. Nipoitra tampoka anefa izy ary nilaza tamin’ny fahitalavitra iray fa mbola mijoro ny antoko Tambatra ary tsy nandray vola izany.

“Tsy azon’iza tampenana ny vavako, fa rehefa misy tsy mety ataon’ny mpitondra, dia tsy maintsy mijoro manakiana izay tsy mety”.

Mikasika ireo Sinoa mitrandraka harena ankibon’ny tany eto amintsika dia nambarany fa “tsy tokony ny vahiny no omena vahana amin’ny fitrandrahana ny harenan’ny vahoaka malagasy fa aleo izy ireo hisitraka an’izany harenany eny ambony sy ambany ny tany izany”.

Takian’ny antoko Tambatra ihany koa ny hanaovana ny fifidianana ny lalàm-panorenana satria io no fototra iaingana amin’ny fampandrosoana.

Ny rafitra eto amintsika mihitsy no tokony hovaina dia hita ny lalan-kizorana amin’ny fampandrosoana.

RaJean

News Mada0 partages

Climat : les débats d’experts

Une séance de partage, suivie d’un débat en matière de climato-sensibles et du changement climatique, aura lieu, ce lundi, à la Direction générale de la Météorologie (DGM) Ampandrianomby.

Parmi les conférenciers, on aura le docteur Samueline Rahariveloarimiza, le représentant permanent de Madagascar auprès de l’Organisation météorologique mondiale, également DG de la DGM, le Pr Richard Ramaroson, ex-membre du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le docteur Nirivololona Raholijao, vice-présidente du groupe de travail du GIEC pour la région Afrique, ainsi que le sénateur Olivier Rakotovazaha, chef du département Météorologie à l’Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo.

Cette séance entre dans le cadre de la vulgarisation des bases scientifiques des Conférences des parties (Cop).

Sera R

 

News Mada0 partages

Nosy Varika : incendie, séquestration et lynchage

Le fokontany de Fenoarivo, commune d’Ambahy, une localité se trouvant dans le district de Nosy Varika, a été hier le théâtre d’un double lynchage.

D’après une source sécuritaire, une série de cambriolages suivis d’incendies criminels sont survenus à Fenoarivo au mois d’octobre et novembre. Les villageois ont immédiatement porté leurs soupçons sur quatre individus qui jouissaient de trop mauvaise réputation.

Sachant qu’ils sont recherchés, ces derniers se sont terrés loin du village. Du coup, les villageois s’en sont pris aux proches des suspects pour les obliger à livrer ces derniers. Mercredi et jeudi, ils ont séquestré six personnes dont cinq femmes dans une grange. Alertés, les éléments de la Compagnie territoriale de gendarmerie de Nosy Varika sont intervenus pour les libérer.

Ne s’avouant pas vaincu, les villageois ont continué à traquer les suspects. Hier, aux petites heures de la matinée, ils ont découvert l’un des quatre suspects et l’ont abattu. Un individu qui l’accompagnait a également été lynché à mort par la foule.

Mparany

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires

Tout le monde convient d’une stagnation voire d’un délitement du pays, on a parfois le sentiment que chacun essaie de s’en accommoder comme si la possibilité d’inverser la courbe de cette descente dans les abimes constituait une cause désespérée. Le quotidien conditionne le citoyen à se soumettre à une bureaucratie aveugle dont on ne s’en sort qu’en acceptant d’être le corrupteur des «broyeurs». Tout perd de sens quand le dysfonctionnement constitue la norme et que la puissance publique ne fonctionne que pour alimenter d’autorité à une machine folle. La banalité des choses aberrantes fausse la perception des usagers. Dans une société repaire de coquins et voyous, les citoyens  perdent les repères voire même la notion de ce que devrait être une norme. Au secours Zola ! A l’aide Kafka ! Il nous faut apprendre à lire le désastre absolu dans lequel on lie notre existence.

Non-sens dans un univers « zolao-kafkaïen »

Un rien, une formalité des plus banales du quotidien  exige souvent un certificat de résidence. Ce serait exagérer que de vouloir comparer les démarches pour obtenir ce bout de papier à un parcours de combattant, mais que de temps perdu. Celui qui, à cet effet, dispose de temps à perdre pleure les mille balles dont on le saigne, à l’inverse de l’autre qui ne sourcille pas à cracher dix mille et gagner ainsi une heure à attendre pour si peu. Dans le pays tout le monde ne possède pas de facture d’électricité, mais il n’est ni injuste ni sorcier d’imaginer que pour ceux qui en disposent, la facture serve de justification de domicile, cet allègement de formalité se pratique ailleurs. En compensation, pour ceux qui ne sont pas branchés à un réseau, situation qui témoigne ou de leur état d’indigence ou d’une indigence de l’Etat à avoir apporté le bénéfice de l’électricité dans leur quartier, la gratuité de la délivrance d’un tel certificat pourrait faire partie de l’arsenal de solidarité nécessaire aux nécessiteux. Ici souvent les choses laissent à croire que les hauts responsables ne pensent pas à donner de leur temps ne serait-ce à faire fonctionner leur imagination pour trouver des solutions pérennes et propres à soulager de la misère les plus défavorisés. Parfois le pouvoir recourt à ce qu’il est convenu de qualifier «filet de sécurité», davantage destiné à faire du spectacle dans lequel le miséreux tient le rôle d’utilité, simple faire valoir au service des généreux donateurs (sur le compte d’autrui).

S’il est un document essentiel à chaque personne permettant de lui reconnaitre sa qualité de citoyen, à la fois qu’à l’Etat pour identifier chaque individu, c’est l’acte d’état-civil, unique document à faire foi de l’existence de chacun. Tel que l’on le traite malheureusement il perd de sa crédibilité. Le fait d’être né dans un centre urbain est une chance, encore que les plus démunis rechignent à déclarer la naissance de leurs enfants en raison d’une appréhension justifiée des dédales de l’administration, réputées coupe-gorge. Dans les mairies d’arrondissement de la capitale, faire la queue pour déposer la demande d’une copie de l’acte d’état-civil un jour, revenir le lendemain prendre le document : il suffit d’y consacrer le temps, du temps à ce qu’il parait une population à majorité «oisive» en a à revendre. Moins simple pour qui réside loin de son lieu de naissance, non seulement le courrier postal ne rend plus le service comme d’antan, mais dans les services d’état-civil des mairies rarement il est prévu une quelconque procédure pour satisfaire à des demandes par courrier, qui ont toutes les chances de rester en souffrance sine die.

Ce n’est un secret pour personne, la conservation n’est pas le fort de l’Etat, hauts responsables et administration n’en ont fait ni priorité ni culture.

L’incendie qui a détruit l’Hôtel de Ville d’Antananarivo a réduit en cendres une partie des registres d’état-civil. Heureusement pour les malchanceux ayant eu leur identité calcinée dans ces feux, que le Tribunal possédait un registre tenu à jour à cette époque. Malheur ! Quelle tristesse que la conservation dont ces registres font l’objet. Du Zola ! Entassés dans des réduits, les registres classés en volume par année tombent en lambeaux, il faut des mains expertes pour les consulter : soulever délicatement le coin d’une feuille, glisser la main dessous pour la retourner sinon le coin de la feuille se détache et reste dans les doigts, description de la manipulation à prendre à la lettre.

Evidemment que ces registres ne font l’objet d’aucune mise à jour. Il n’est du reste pas interdit de s’interroger sur la considération d’une mise à jour des registres d’état-civil comme obligation pour faire foi des mentions qui y figurent. Souvent on exige un acte d’état-civil de moins de six mois, alors qu’il est presque certain qu’il sera à l’identique d’un acte ayant dépassé cette date de péremption. Dans nombre de bureaux les préposés ne procèdent pas à un rapprochement avec le registre, une copie datant même de dix ans suffit à établir un nouvel acte. La transcription d’un événement modifiant l’état d’une personne n’est pas garantie d’un automatisme obligé dans les pratiques de nombreux service, qu’il s’agisse d’un mariage, d’un divorce, voire d’un décès. Bigamie, utilisation de l’identité d’une personne défunte, et autres modes d’usurpation sont en liberté dans la nature.

L’état-civil en danger couvre une grande hypocrisie sur laquelle repose la société. A partir de ces considérations les campagnes de sensibilisation pour réduire le nombre des 4 ou 5 millions de personnes n’ayant pas d’existence civile, semblent n’être qu’une invite à grossir les rangs des citoyens escroqués de leur qualité d’identification par la Banque d’état-civil. Quelle vanité entre autres mascarades que de cette volonté de «bio métriser» les cartes grises face à l’incapacité de sauver d’une dérive à vau-l’eau l’état-civil des citoyens en perdition de crédit. Un effort sérieux en 2017 pour rendre à l’état-civil toute sa valeur constituerait un gage de volonté de redressement. Simple vœu pieux peut-être. Planches pourries accrochées à de vieux pieux plantés dans l’arène politicienne, les combattants peinent à réaliser que l’Etat ce n’est pas eux, et que la Nation c’est nous tous, chacun citoyen.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : joyeusetés coloniales

Il y a des gens qui ne lisent jamais le compte rendu des séances de nos doctes académies ; ils ne savent pas ce qu’ils y perdent, car les esprits curieux y découvrent souvent des perles.

Ainsi Madagascar a l’heur de posséder une académie siégeant à Tananarive, où les discussions offrent un grand intérêt, car elles nous tiennent au courant des découvertes scientifiques dont la Grande Île est le théâtre et… d’autres choses aussi, parfois assez drolatiques.

J’ai appris, par exemple, qu’un savant, parti pour aller étudier les variations barométriques sur le mont Tsiafajavona, s’était trouvé dans la triste nécessité d’interrompre ses intéressantes expériences parce qu’un gasy inconnu avait eu le mauvais goût de lui voler ses instruments de précision !

Certes, les savants, particulièrement ceux qui se nourrissent de chiffres, d’algèbre et de logarithmes, sont des êtres fort distraits, à telle enseigne que nos écrivains leur font jouer des rôles plutôt comiques ; mais enfin un astronome qui se fait dépouiller de ses instruments barométriques, thermométriques et autres appareils en ique doit en rester inconsolable, car il commet un crime de lèse-science !

Dans l’Aurore boréale d’Henri Rochefort, nous voyons bien un astronome si absorbé par le phénomène étudié qu’on le trompe derrière lui sans qu’il s’en aperçoive. Jules Verne nous a également fort amusés avec Nicolas Palender, Paganel et Palmyrin Rosette ; mais ces types de savants, pour distraits qu’ils soient, n’atteignent pas aux chausses de notre géodésien, tellement dans la lune qu’il se laisse subtiliser ses précieux instruments !

Une servante malgache, ramenée par moi de la Grande Île il y a déjà pas mal d’années, à qui je narre l’aventure parce qu’elle me paraît drôle, agite mélancoliquement sa perruque toute blanche au-dessus de son visage d’ébène, et me répond : «On n’aurait jamais vu pareil scandale au temps de Rainilaiarivony ou du général Gallieni».

Évidemment, ma vieille Rakotobe, mais au temps de Rainilaiarivony et de Gallieni, les savants n’allaient pas étudier les variations atmosphériques sur le mont Tsiafajavona, raison péremptoire pour qu’un effronté gasy ne fut pas tenté de leur voler leurs instruments !

Chanteclair.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaNanadio tena fotsiny

Nanarina ny kabary fohy nandiso fanantenana ny vahoaka Malagasy nataony ny alin’ny faran’ny taona 31 desambra 2016 ny filohan’ny Repoblika Rajaonarimampianina Hery.

 Naharitra 30 minitra latsaka mantsy ny halavan’ny fandraisam-pitenenan’ny filoham-pirenena omaly nandritra ny lanonam-panjakana fifampiarahabana ny taona vaovao 2017 notanterahana teny Iavoloha. Nisongadina tamin’ny lahateniny ny fampiakarana ho 7% ny tahan’ny karaman’ny mpiasam-panjakana. Hotohizana hatramin’ny volana jiona 2017 ihany koa ny hetsika fanamorana fikarakarana ny fandovana tany natomboka tamin’ny volana janoary 2016.

Feno ireo fepetra

Niverina ny fifampitokisana teo amin’ny sehatra iraisampirenena sy i Madagasikara. Nanamafy izany ny fihaonana niarahana tamin’ireo mpamatsy sy mpampiasa vola tao Paris ny volana desambra 2016, hoy ny filoha Rajaonarimampianina Hery. Tontosa ireo dingana samihafa toy ny fanatsarana ny fitantanana ankapobeny ny lafiny ara-bola sy ny fankatoavan’ireo mpiara-miombon’antoka ny drafi-pirenena fampandrosoana. Feno rahateo ireo fepetra rehetra ary tonga ny fotoana hampajariana ho vokatra ny harena eto Madagasikara miaraka amin’ny fahavononan’ny Malagasy hiala ao anatin’ny fahasahiranana sy ny fahantrana, araka ny tafa nifanaovan’ny filohan’ny Repoblika tamin’ny solontenan’ny mpamatsy vola.

Vina arahina enti-manana

Mila finiavana sy fahasahiana ny fikatsahana ny fanatsarana ny fiainam-bahoaka amin’ny fampiasana tsara ny volam-panjakana. Tsy mijanona ho vina intsony rahateo ireo asa marobe efa natomboka tamin’ny taona 2016 ary hotohizana sy hafainganina amin’ity taona 2017 ity, hoy ny filoha Rajaonarimampianina. Efa hananantsika ny vina miaraka amin’ny enti-manana fa mitaky kosa ezaka sy fandraisan’andraikitra avy amin’ireo manam-pahefana isan’ambaratonga mba tsy sakana hoan’ny fampandrosoana ny firenena sy ny fiaraha-monina ifotony. 

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola be ny asa miandry

Tsy misy aza moa manantena, mainka moa fa hoe nitombo 7% ny karama dia mba velom-bolo ny mpiasam-panjakana; manantena sy manam-pinoana koa ny mpiasan’ny sehatra tsy miankina fa mba hahazo izany

.Hita ihany hoe miezaka ny fitondram-panjakana fa na izany aza mbola tena lavitry ny afo ny kitay eee.Be loatra eto Madagasikara nyelanelana eo amin’ny manankarena sy ny olona sahirana..ary toa miha mitombo hatrany io elanelana io aza.Anisan’ireo firenena ahiana hahafoana ny sokajim-piaraha-monina eo antenatenany na ny “classe moyenne” i Madagasikara raha izao no mitohy .Rehefa misy anefa ny olana dia tsy maintsy misy ny vahaolana, fa ny olombelona mihitsy matetika no manasarotra ny fiainany; olan’ny Malagasy amin’ny ankapobeny ny fiononana amin’ny kely izay ananana, hany ka tsy mikaroka zavatra hafa intsony.Asa hoe noho ilay fahazahiranana izan’andro koa ve fa dia tsapa fa tsy miasa saina firy intsony amin’ny resaka kalitao na ny fahatsaran’ny zavatra ataony na jifainy ny Malagasy  fa rehefa mahavelona sy ahazahoam-bola dia izay.Mafonja noho izany ny asa miandry ny fitondram-panjakana satria goavana ny fanarenana, ary ny fomba fisainana mihitsy no mila miova.Fa tsy hoe rehefa misy ny loza misesisesy dia ny Sprinter no omena loza..ny sprinter tsy nihetsika raha tsy nisy mpamily ary hikorontana foana ny fifamoivoizana rehefa tsy hajaina ny fepetra napetraka.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

TAXI-BE AN’I MAHITSYLeo ny teny ratsin’ireo mpamily ny eny Antohomadinika

Ela ny ela fa leon’ny teny ratsin’ireo mpamily sy ny tabataban’izy ireo ny Fokontanin’Antohomadinika.

Handray fepetra izy ireo araka izany ka fantatra fa tsy mahazo miantsona eo amin’ny toby fiantsonany etsy Antohomadinika intsony manomboka ny Alatsinainy ho avy izao izay taxi-brousse miazo an’i Mahitsy rehetra tsy manara-dalàna. Diso be loatra mantsy ny  tsy fanarahan-dalàna hataon’ireo taxi-be  miazo an’i Mahitsy ireo hoy ny sefom-pokontany  toy ny fitabatabana vao maraim-be manakorontana ny mponina, ny teny ratsy sy ny teny maloto tsy fihainon’olom-pady, ny fanaovana maloto any an’elakelan’ny fiara izay miteraka fofona manamaimbo ny tanàna… Amin’ny ankapobeny ihany koa hoy izy dia fiara miisa sivy ihany no tokony ho zakan’ity toby fiantsonana ao Antohomadinika ity saingy noho ny fiaraha-miasa  nisy hatramin’izay dia niezaka ny nandefitra ny Fokontany sy ny mponina. Nanambara moa itsy voalohany fa efa eo am-pikarakarana ny taratasy mifandraika amin’izany alefa amin’ny isan’ambaratongany ny tenany mba ho tombontsoan’ny mponina. Nilaza kosa anefa ireo mpitatitra rehefa nohadihadiana fa misy fijerena tavan’olona ity fanalana azy ireo eo Antohomadinika ity noho izany  tsy hihetsika eo amin’ny toerany izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taona 2016 Nandamoka ho an’ny vahoaka Malagasy

Taonan’ny asa ny 2016, hoy ireo mpandaha-teny nifandimby teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha omaly.

 Nasiana tsindrim-peo manokana tamin’izany ny fampiantranoan’i Madagasikara ireo fivoriana iraisampirenena, indrindra ny fihaonana tampon’i Frankofonia andiany faha-16 tamin’ny volana novambra. Miandry vokatra azo tsapain-tànana mipaka amin’ny fiainana andavanandrony anefa ny vahoaka Malagasy, hoy ny mpitondra tenin’ireo masoivoho vahiny sady filoha lefitra faharoan’ny ambasadaoro diplomatika Caabi Elyachroutou Mohamed. Antenaina hisy fiantraikany amin’ny isan-tokantrano amin’ity taona 2017 ity ny akon’ny ezaka nataon’ny fitondrana mpanatanteraka tamin’iny taona 2016 iny, hoy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Rakotomamonjy Jean Max. Tokony hajaina fatratra kosa ireo fepetra ahafahan’ny mpiray tanindrazana misitraka haingana ilay famatsiambola goavana avy amin’ireo mpiara-miombon’antoka, hoy ny filohan’ny Antenimieran-doholona Rakotomanana Honoré. Niaiky ihany koa ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier fa tsy mbola tonga any amin’ny vahoaka ny fiotazana ireo vokatra tamin’ireo hetsika maro notanterahan’ny ny governemanta vonona hiatrika ady tao anatin’ny volana vitsy nijoroany. 

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hafa mihitsy

Arahabaina jean fa dia vita tsara ny fety aman-danonana aaa…ary mba tsotsotra fiaingo kosa aloha madama omaly ee, mety ireny jean a

.Hay ve ianareo ka mba mamaky ny taratasy alefanay eto ihany e.efa tena zava-dehibe izany, vaovao tokoa angamba ny taona koa mba samy miezaka manova famindra ny tsirairay.fa izao ra jean a,  tena mba poins daholo ve ireny resakao omaly ireny ee ?Tazako somary nivanitika ihany mantsy ry vazaha be lava orona tamin‘ianao nikabary aa.Sa mba nifampitantara blagy atoandro tao ry zareo dia nifandimby nihomehy ?Fa na izany aza kalma ihany ianao ry jean fa aza be filaza aaa..ny olona anie mitadidy ee.Ilay resaka delestazy iny izao dia ho entinao mandra-maty a.Ka amin’ny manaraka mba zavatra tena matotra resahana fa tsy resabe e.Ary angaha ry jean tsy nist teto an-toerana ny ankizy no tsy mba nasiana photo de famille a…eny e fa samy manana ny style’ny koa aloha io e, fa ny anareo izany dia hafa mihitsy kooo.

Maro

Tia Tanindranaza0 partages

KAOMININA ANDOHARANOFOTSYMiroso mankany amin’ny fampandrosoana hatrany

Taom-pahombiazana tamin’ny ankapobeny ny taona 2016 ho an’ny kaominina Andoharanofotsy. Betsaka ireo asa efa vita raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Ranirison Hasina,

 indrindra fa ny  lafiny ara-tsosialy toy ny fandaminana sy ny fandrindrana ny tanàna saingy na izany aza mbola betsaka ihany koa ireo asa tsy maintsy hotontosaina. Anisan’ny asa mbola hotohizan’izy ireo amin’ity taona vaovao 2017 ity ohatra ny fampanarahan-dalana ny mponina amin’ny asa fanorenan-trano na fanitarana izany foto-drafitrasa izany amin’ny alalan’ny fanatonana ny kaominina ka hahafahan’izy ireo mandray anjara amin’ny fandoavan-ketra toy ny hataon’ny mponina rehetra. Toraka izany koa ny fanitarana ny lalana alehan’ny  taxi-be sasany izay ezahina hampidirina any anatin’ireo fokontany somary lavi-dalana isan-karazany, ny fanomezan-danja ireo fiara karetsaky ny kaominina ara-dalàna izay efa niasa tao amin’ny Andoharanofotsy hatramin’izay…Tsiahivina moa fa tsy nanadino ireo zokiolona manerana ireo fokontany iadidiany ny Ben’ny tanàna nandritra ny fankalazana ny fetin’ny taom-baovao lasa teo. An-jatony izy ireo no notolorana fanomezana toy ny fotsim-bary sy ny menaka ary ireo karazana kojakoja maro samihafa, hetsika efa fanaon’ny kaominina isan-taona.

Pati

 

      

Tia Tanindranaza0 partages

JAMES RATSIMATsy mbola mahaleo tena mihitsy isika

Misarika ny sain’ny vahoaka Malagasy sahady amin’izao fiandohan’ny taona vaovao 2017 izao ny profesora James Ratsima, filoha mpanorina ny fikambanana Asandratro ny fireneko.

 Naveriny indray ny fanehoan-kevitra efa nataony hatramin’izay fa tsy mbola mahaleo tena isika eto Madagasikara ary tsy tokony hanantena zava-tsoa avy amin’ny mpitondra napetraky ny mpanjanaka mihitsy. Hita taratra hatrany mantsy hoy izy fa rehefa misy asa hatao eto amin’ny firenena dia tsy ho an’ny tombontsoan’ny vahoaka mihitsy izany raha toraka izany koa ireo karazana fanahapan-kevitra maro samihafa raisina.Tsy misy mpanjana-tany hitsinjo antsika Malagasy izany eto hoy izy fa ny tombotsoany ihany no heveriny sy ataony laharam-pahamehana. Natao hitsetsefana sy hanambakana ary hanjakazakana avokoa izay rehetra hataony hoy hatrany ny profesora James Ratsima, na hetsika ara-panahy na ara-politika na ara-toekarena na ara-tsosialy indrindra fa ireny nolazaina hoe : fanampiana na  fampindramam-bola hotrosaina ireny  na fiaraha-miasa koa izay tena feno fitaka sy lainga tokoa hoy izy.Ny mpanjana-tany sy ny bolokiny ary ny mpiara-miombon’antoka aminy ihany no voky sy mitavana ny tombotsoany  rehetra eto hoy izy fa tsy misy vahoaa milamina izany. Mikasika ny mpitandro ny filaminana dia notsindriany manokana fa tsy hametraka tafika manana ny maha-izy azy eto amin’ny firenena mihitsy ny mpanjanaka ary ireo mpitandro ny filaminana misy dia ataony herim-pamoretana ho an’ny vahoaka satria voabaikony,na dia ny hetra aloantsika eto ihany aza no andoavana ny karaman’izy ireny. Fehiny hoy hatrany izy dia mbola andevo eto amin’ny taniny ny Malagasy noho izany tsy tokony hanantena fandrosoana na zava-tsoa avy amin’ny mpitondra napetraky ny frantsay isika  na inona na inona lazainy sy ambarany ary hataony. Miantso ny Malagasy rehetra mba samy handinika sy hisaina ary hanapa-kevitra ity filohan’ny fikambanana Asandratro ny fireneko ity araka izany ho tombontsoan’ny tanindrazana iombonana sy ny taranaka faramandimby.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Randriamamiarizafy Ignace« Aoka hifanaja ny mpitondra sy ny mpanohitra »

Fotokevitra hijoroako ary hoentiko mamakivaky ity taona vaovao 2017 manotolo ity, hoy Atoa Randriamamiarizafy Ignace mpikambana fahiny tao amin'ny Kongresin'ny Tetezamita avy amin'ny ankolafy Ravalomanana, ny hoe :

  " Hifampizara  aminao izay hananako aho fa aza manahy, raha ohatra ka fihavanana syfifankatiavana no ambara". Ny dikany, hy izy dia tsotra : "tsy fifanenjehana sy fifankahalana no hampandroso an'ity nosy Madagasikara malalantsika ity  fa ny fifanajana eo amin'ny samy Malagasy mba hisian'ny fitoniana marina. Refa vita ny fifidianana iray izay hatao, hoy ity CT taloha ity, dia tokony hanaja izay vokatra mivoaka ny rehetra ka hanaja ny mpitondra izay lany teo ny antoko mpanohitra. Ny filoham-pirenena lany koa anefa etsy an-kilany, hoy izy, dia tokony hanome lanja ireo antoko mpanohitra ka hanaja izay fotokevitra harosony heveriny fa hanatsarana ny fitondrana nyfirenena.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapariaham-pahefana Ilaina hatsangana ny fikambanamben’ny ben’ny tanàna

Hanampy an’i Madagasikara eo amin’ny lafiny fanapariaham-pahefana ny CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique). Lalana iray ahatongavana amin’izany ny firaisankinan’ireo mpitondra tompon’andraikitra akaikin’ny vahoaka, hoy ny tale eto Afrika Atsinanana Dr Juma M

 . Nyende. Mpanatanteraka ireo hetaheta sy filan’ny mpiara-monina mantsy ireo ben’ny tanàna voafidim-bahoaka ka tsara kokoa raha miombom-peo amin’ny fitondrana ny tenin’ireo mpiray tanindrazana izy ireo. Soso-kevitra mahomby amin’ny fampiharana ny fanapariaham-pahefana eto Madagasikara ny fananganana ny fikambanamben’ireo ben’ny tanàna manerana ny nosy, hoy ity mpitarika ny fikambanan’ny tanàna sy governemanta ifotony miray hina eto Afrika ity.Tohana manokana andrasan’ny kaominina Antananarivo renivohitra amin’ny maha-mpikambana feno azy ao ny fanamafisana ny fahaiza-manao eo amin’ny sehatry ny fitantanana ara-bola ifotony, hoy kosa ny lefitry faharoan’ny ben’ny tanàna Andriamorasata Julien.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fety be teny Iavoloha Nokianin'ny Wake up Madagascar

Na dia somary nangina tanteraka aza ny teto an-drenivohitra omaly noho ny fisian’ilay fifampiarahabana nahatratra ny taona nifanaovan’ny filoham-pirenena mivady tamin’ireo ambasadaoro sy tompon’andraiki-panjakana isan-tsokajiny dia tsy nanakana ny fikambanana Wake Up Madagascar tsy hanao hetsika izany.

 Niara-nirona nilanja sora-baventy teny Antaninarenina ireo mpikambana omaly maraina naneho ny tsy fankasitrahany izany, indrindra fa ny famahanan’olona  teny Iavoloha.Asa maika tokony hotanterahin’ny Fitondram-panjakana hoy Rafidison Ketakandria, mpikambana eo anivon’ny Wake Up Madagascar  ny fijerena ireo olona miisa 1.400.000 lasibatry ny kere any Atsimo fa tsy ny famahanan’olona mihoatra ny 1.400 isa teny Iavoloha. Tsy tokony ho lanilaniana fahatany tahaka izany ny vola hoy hatrany ity mpikambana eo anivon’ny Wake Up ity satria mbola betsaka ireo vahoaka Malagasy no  tena sahirana. Azo hatao  amin’ny fomba hafa ihany koa ny fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao hoy hatrany Rafidison Ketakandria  satria ireo efa voky teo  hatramin’izay ihany no mbola vokisana. Tsiahivina moa fa anisan’ny fikambanana iray mijoro hatrany ity fikambanana ity rehefa misy zavatra mahakasika ny fiainam-bahoaka mivantana tahaka izao.

     Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Honoré Rakotomanana« Tsy misy ambonin’ny lalàna eto »

Efa mahazatra ihanymoa eto Madagasikara izay firenen’ny eny aman-tsoratra ny sarisarin-teny any anaty kabary ofisialy, ary dia sakamalaho sy havozo ary samy manana ny hanitra ho azy tokoa ireo rehetra nifandimby nikabary tamin’ny fitondrana nifanesy teto ; indrindra moa fa rehefa amin’ny asaramanitry ny volana janoary

.Mbola tsaroan’ny Malagasy izany hoe Pastera Andriamanjato Richard izany izay efa ben’ny tanana, CSR, filohan’ny antenimierampirenena fa tena manana atokona raha io kabary io no resahana, teo koa ohatra ry Guy Rajemison Rakotomaharo, filohan’ny antenimierandoholona fony fitondrana Ravalomanana, ry Lahiniriko Jean, Rasolosoa Dolin sy ny sisa maro tsy ho voatanisa eto.Nampiseho ny maha mpikabary azy ihany koa omaly teny Iavoloha nyfilohan’ny antenimierandoholona Honoré Rakotomanana, ary ny tena tsaroana tamin’ny nambarany dia ny hoe :tokony atsangana ilay fitsarana ambony hitsara ny mpitondra fanjakana satria hoy izy :tsy misy ambonin’ny lalàna eto fa mitovy daholo na ny mpitondra na ny ho entina.Tena ilaintsika ny fanajana sy fampanajana ny lalana hoy ny filohan’ny antenimierandoholona satria lakile manafaingana ny fivoahan’ny famatsiam-bola io.Asa moa na naare sy nahatakatra tsara io kabary io ny mpitondra fanjakana na tsia fa dia ho hita eo ny ho tohiny eee.

RTT

Madagascar Tribune0 partages

En photos à Iavoloha

La cérémonie de présentation de voeux s’est déroulé sans encombres au palais d’Etat d’Iavoloha ce 6 janvier 2017 en présence de tous les chefs d’institution, de tous les chefs d’église du FFKM et des représentations diplomatiques travaillant dans l’île. Le président Hery Rajaonarimampianina a une fois de plus noté dans son discours la reconnaissance et l’appui de la communauté internationale. Il a insisté sur la politique énergétique qu’il conduit et a promis du travail par la promotion de zones économiques spéciales dans de nombreuses régions du pays. A noter que parallèlement au festin d’Iavoloha, s’est tenu sur la place de l’Indépendance à Antaninarenina, une manifestation silencieuse de Wake Up Madagascar pour l’arrêt de telles dépenses faramineuses alors que plus d’un million d’individus souffrent de famine chronique dans le sud.

Madagascar Tribune0 partages

En photos à Iavoloha

La cérémonie de présentation de voeux s’est déroulé sans encombres au palais d’Etat d’Iavoloha ce 6 janvier 2017 en présence de tous les chefs d’institution, de tous les chefs d’église du FFKM et des représentations diplomatiques travaillant dans l’île. Le président Hery Rajaonarimampianina a une fois de plus noté dans son discours la reconnaissance et l’appui de la communauté internationale. Il a insisté sur la politique énergétique qu’il conduit et a promis du travail par la promotion de zones économiques spéciales dans de nombreuses régions du pays. A noter que parallèlement au festin d’Iavoloha, s’est tenu sur la place de l’Indépendance à Antaninarenina, une manifestation silencieuse de Wake Up Madagascar pour l’arrêt de telles dépenses faramineuses alors que plus d’un million d’individus souffrent de famine chronique dans le sud.

Madagascar Tribune0 partages

En photos à Iavoloha

La cérémonie de présentation de voeux s’est déroulé sans encombres au palais d’Etat d’Iavoloha ce 6 janvier 2017 en présence de tous les chefs d’institution, de tous les chefs d’église du FFKM et des représentations diplomatiques travaillant dans l’île. Le président Hery Rajaonarimampianina a une fois de plus noté dans son discours la reconnaissance et l’appui de la communauté internationale. Il a insisté sur la politique énergétique qu’il conduit et a promis du travail par la promotion de zones économiques spéciales dans de nombreuses régions du pays. A noter que parallèlement au festin d’Iavoloha, s’est tenu sur la place de l’Indépendance à Antaninarenina, une manifestation silencieuse de Wake Up Madagascar pour l’arrêt de telles dépenses faramineuses alors que plus d’un million d’individus souffrent de famine chronique dans le sud.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Semaine décisive et hautement politique

Semaine décisive ! Celle-ci l’est en long et en large. Après des semaines d’attente, les résultats officiels du scrutin du 19 décembre seront proclamés cette semaine, plus précisément ce mardi 8 janvier à 15h au bureau de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Relance d’un véritable changement dans le pays ou nouvelle crise politique, tout dépendra des résultats proclamés et des décisions prises par la HCC présidée par le juriste Jean-Eric Rakotoarisoa.

En attendant, la semaine débute avec la cérémonie de présentation de vœux du président de la République par intérim, Rivo Rakotovao au palais d’État d’Iavoloha. Il s’agit avant tout d’une fête, d’un banquet pantagruélique, mais il ne peut que se dérouler sur un fond purement politique. Corps constitués et corps diplomatiques seront, entre autres, au rendez-vous, non pour faire seulement leur adieu au chef de l’État qui cédera son poste au nouveau président élu dans les jours ou semaines à venir, mais pour renforcer leur soutien et coopération avec l’État Malgache. La présence des deux finalistes de la présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina reste toutefois encore en suspens.

Dans l’après-midi, les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), entendent apporter un compte-rendu par rapport au scrutin du 19 décembre sur lequel la HCC statuera demain. Dans l’exposé de motifs de la rencontre avec la presse, le service communication de la Ceni une explication sur les procédures adoptées par cette commission pour assurer la tenue de l’élection.

Avec tous les événements politiques de ces prochaines 48 heures, les éventuelles réactions des manifestants sur la place du 13 qui mai qui dénoncent des fraudes électorales lors l’élection présidentielle seront à suivre de près. Samedi dernier, les forces de l’ordre ont de nouveau interdit l’accès des partisans de Ravalomanana au Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Une fois de plus le gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule, et des arrestations ont eu lieu. Le préfet d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo ne fléchit pas et maintient l’interdiction de manifestation qu’il a émise depuis quelques jours.

Madagascar Tribune0 partages

Le cadeau de fin d’année du Président aux fonctionnaires volatilisé à Atsimo Atsinanana

La polémique sur le cadeau de fin d’année octroyé par le président aux fonctionnaires ne cesse de s’enfler. Au moins une somme de 35 millions d’ariary, destinée à plus de 530 fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale dans la région Atsimo Atsinanana, en guise de cadeau pour les fêtes de fin d’année, aurait été dérobée. L’information a été véhiculée par plusieurs médias privés depuis hier. Le domicile des parents du directeur régional de l’éducation nationale (Dren) de cette région où l’argent a été conservé aurait été attaqué et vandalisé le week-end dernier. Le père de ce fonctionnaire ainsi qu’une autre personne auraient été blessés lors de cette attaque.

L’argent qui devait être distribué aux enseignants et fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale dans les circonscriptions scolaires de Farafangana, Midongy Atsimo, Befotaka, Vondrozo et Vangaindrano aurait été ainsi volé. Des explications qui n’ont pas convaincu les destinataires de ce cadeau d’autant plus que de fortes suspicions de détournement de ces fonds sont de plus en plus persistantes au niveau du ministère. En tout cas, les forces de l’ordre ont déjà ouvert des enquêtes face à cette présumée attaque et l’éventualité d’un détournement de fonds.

L'express de Madagascar0 partages

Iavoloha – Des invités non assouvis du banquet officiel

Le banquet officiel offert par Hery Rajaonarimam­pianana et son épouse, n’a pas conquis tous les invités.« Je ne suis pas très satisfait des plats servis, cette année. Ils étaient un peu sec et fade à mon goût », confie un invité et habitué de ce banquet officiel, hier.Un autre invité n’hésite pas à dire que le rapport qualité prix n’est pas respecté. « Je suis certain que le tarif de ces plats n’est pas inférieur à 60 000 ariary par personne, mais en terme de festin, c’est vraiment au-dessous de mes attentes », explique-t-il. D’autres invités annoncent toutefois, qu’ils ont été bien rassasiés, à la fin du banquet.Le couple présidentiel a offert une entrée, une résistance et un dessert à chacun de leurs quelque mille trois cents invités. Du « Lingot de foie gras et petits légumes », à l’entrée, le fameux « Henomby ritra nahandro fahiny », ou viande de zébu mijotée à l’ancienne, de la dinde façon malgache accompagnée de riz rouge et blanc et des achards, à la résistance, et un « Dôme vanille-caramel et fruits rouge », au dessert.La grande majorité des invités ont répondu présent à cette invitation de Hery et Voahangy Rajaonarimam­pianina. Les quelques 120 à 130 tables ont presque toutes été occupées.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis-Centre fédéral – Le centre fédéral en attente de permis

La construction ne peut débuter sans une autorisation de la Commune. Et ce, suite à une demande de la Fédération de mise à disposition du site pour dix ans.

La situation est bloquée, concernant la construction du centre fédéral de tennis de Mahamasina. Au départ, la Fédération Malgache de Tennis a requis une mise à disposition pour cinq ans auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Une requête acceptée dans un premier temps. « Par la suite, nos partenaires financiers ont exigé une durée de dix ans pour une meilleure visibilité. Nous avons transmis une nouvelle demande auprès de la Commune. Mais jusqu’à présent nous n’avons reçu aucune réponse », explique Tsialiva Rajaobelina, président de la FMT.D’après ce dernier, cette autorisation constitue aujourd’hui le seul et dernier frein, qui bloque encore le lancement de la construction du centre fédéral, un projet qui lui tient à cœur depuis son arrivée à la tête de la Fédération. « Il ne reste plus qu’à obtenir cette autorisation. Nous ne savons pas pourquoi la Commune n’a pas encore répondu à notre demande. Mais dès qu’on l’aura, on pourra construire le centre avec l’aide de nos partenaires », ajoute-t-il. Du côté de la Commune, c’est le silence radio jusqu’à présent.

ProuesseLa Fédération s’est démenée depuis plusieurs années pour trouver des soutiens à droite et à gauche. Aujourd’hui, elle a réussi la prouesse d’avoir convaincu plusieurs boîtes pour l’appuyer. Ce serait triste que le centre ne puisse pas voir le jour en raison d’une histoire d’autorisation non obtenue, alors que la FMT a déjà trouvé les financements pour réaliser le projet. Ce serait vraiment dommage, sachant que la plupart du temps, c’est plutôt l’argent qui pose problème à Madagascar.L’élection présidentielle au niveau de l’entité fédérale de la petite balle jaune est fixée au samedi 25 mars. Pour l’instant, Tsialiva Rajaobelina n’a pas encore dévoilé sa position, quant à une candidature pour un deuxième mandat ou non. Mais quoi qu’il en soit, il assure qu’il « construira toujours le centre fédéral » qu’il « reste ou non à la présidence de la Fédération. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Para sports – Élection – Monja Dinard pour un deuxième mandat

Finalement, l’assemblée générale élective de la fédération malgache de para sports ou Madagascar Paralympic Committee s’est tenue hier, tout de suite après celle ordinaire, à l’académie nationale des sports à Ampefiloha. L’élection s’est déroulée sans incident.Deux candidats étaient en lice.Le duel entre le président sortant, Monja Dinard, qui a occupé le poste de secrétaire général depuis la création de la fédération en 1989 à 2013, et la présidente de la ligue régionale d’Analamanga, Fabienne Ranoromihaja qui vient d’être réélue au même poste, il y a quelques semaines. Cette dernière a pourtant dû démissionner pour pouvoir  postuler cette élection de la fédération.

SuprématieCinq ligues à savoir celles d’Analamanga, du Sud Ouest, du Vakinankaratra, de Menabe et d’Atsinanana ont assisté à l’assemblée générale et ont eu droit au vote. Le président sortant, Monja Dinard a remporté la victoire sur un score de quatre voix contre une de son adversaire.« Notre objectif principal pour le prochain mandat de quatre ans, sera axé sur lapréparation dès maintenant, de  notre participation aux jeux paralympiques de Tokyo en 2020, outre les compétitions classiques locales et régionales» a confié Monja Dinardaprès sa reconduction. L’équipe sortante de la fédération a procédé aux différents rapports de l’assemblée générale ordinaire avant l’élection.Comme c’est la première et dernière AGO de cette fédération durant son exercice quadriennal, l’équipe de Monja Dinard a donc effectué, hier le bilan d’un cycle olympique entier, depuis 2013. Un des points qui ont marqué ces quatre ans était le succès de l’organisation de la coupe des clubs champions de handisport de l’océan Indien sur le sol malgache en 2015 où le pays hôte était sacré champion en basketball sur fauteuil roulant ainsi qu’en pétanque doublette hommes et dames.Bilan négatif pourl’absence de Madagascar aux éditions de la CCCHOI 2013 aux Comores et 2014 à l’île Maurice. Heureusement que la Grande île a su récupérer ses titres, en raflant lors de la dernière version 2016 à Maurice, trois médailles d’or, en l’occurrence celle du basketball sur fauteuil, et le doublé en pétanque doublette masculine et féminine.En fait, Madagascar a pu prouver, depuis des années, sa suprématie dans la région océan Indien. À l’issue de l’AGO, l’équipe sortante a obtenu le même score que celui de l’élection, quatre validations contre une.

Serge Rasanda    

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Varika – Deux personnes tuées, six autres séquestrées

La loi de la jungle à Ambahy Nosy Varika. Deux personnes ont été lynchées à mort par le fokonolona tandis que six autres ont été séquestrées. C’est une série de cambriolages suivie d’incendies criminels, perpétrée aux mois d’octobre et novembre qui a viré en chasse à l’homme meurtrier.Soupçonnés d’en être les auteurs, quatre individus sont, depuis, en cavale, et demeurent à ce jour introuvables. Mercredi et jeudi, un groupe d’individus s’en est pris à six membres des familles des suspects. Ces derniers ont été séquestrés dans un magasin de stockage de récolte. Informé de la situation, le commandant de la compagnie de la gendarmerie à Nosy Varika s’est dépêché sur les lieux avec des éléments armés.Arrivés sur place, avant-hier soir aux alentours de 21 heures, la gendarmerie a procédé à la libération des six otages. N’ayant pas pour autant fait machine arrière, le fokonolona a poursuivi la traque des quatre fugitifs. Appré­hendé hier vers 2 heures du matin, l’un d’eux a été tabassé à mort. Un individu qui l’accompagnait a partagé son sort tragique.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Entre l’histoire de l’Imerina à travers ses collines, sacrées ou  non, les cartes d’eaux de restaurants de Los Angeles, des réflexions sur l’Univers…, Tom Andriamanoro emmène ses lecteurs dans des découvertes.

Racines – Collines de l’Imerina

Elle nous attendait, nous a-t-elle avoué, c’est pourquoi elle a bien soigné ses tresses. Comment a-t-elle pu savoir   La femme, qui ne paraît pas ses 75 ans, dit se nourrir exclusivement de tomates et de poissons séchés. Épouse de catéchiste, elle est aussi par ce syncrétisme dont le Malgache a le secret, la vestale du « doany » d’Andriamaheri­tsialainolontany, le Seigneur-puissant-à-qui-on-ne-peut-pas-prendre-ses-terres, au sommet de la colline d’Amboatany. C’est là qu’elle dialogue avec les ancêtres pour ensuite transmettre des recettes de santé, de fertilité, et d’abondance à ses visiteurs…Le temps a passé, est-elle encore là-haut aujourd’hui   Ce matin-là, notre inspiration nous avait menés dans l’Avaradrano, mais en laissant Ambohimanga aux touristes. Bifurcation vers Lazaina, un village tout fier de l’architecture tout en hauteur de ses vieilles maisons nobles, et qui possède les plus beaux « tamboho », ces enceintes en terre battue qui défient l’usure du temps. Là est aussi la tombe de Ranivo. S’agit-t-il de celle qui devait être exécutée en 1849 avec un groupe de chrétiens   La jeune fille de 16 ans était si belle que le bourreau n’eut pas le courage de la mettre à mort, se contentant de la gifler. Un des villages suivants est Iavoambony où, dans les temps anciens, on fabriquait du savon noir avec du suif et du « iaro », une plante dont la combustion donne une sorte de sel utilisé  pour atténuer le piquant du tabac à chiquer. Au loin, se profilent déjà le chaînon du Mangabe et l’élévation la plus à l’Ouest : la colline d’Amboatany avec, à ses pieds, le hameau de Morarano.Amboatany devait être d’une certaine importance, puisqu’elle est dotée, à son sommet, de deux portes et de trois rangées de fossés. Plus on monte par une bonne route en terre que l’on peut déserter  à tout moment pour une multitude de chemins de chèvre, et plus la campagne de l’Imerina qui s’étend à perte de vue révèle une impressionnante majesté. Même l’aéroport d’Ivato que l’on domine parfaitement à partir de ce belvédère semble s’être dépouillé de ses atours technologiques pour revenir à son élément premier. Désignant le site à partir des hauteurs, Andrianampoinimerina se serait écrié : « Tena iva ato », c’est vraiment très bas par-là ! Dans d’autres directions, le regard scrute le Palais de la Reine qu’on croyait pourtant avoir semé loin derrière, ou la Colline sacrée d’Imerimandroso. Les sportifs pousseront la promenade en contrebas jusqu’à l’église anglicane d’Ambatoharanana, un bijou architectural en pierre de taille construit en 1882. Il arrive que des parapentistes de passage choisissent ces lieux chargés d’histoire pour s’adonner à leur passion, en planant au-dessus du damier des rizières, vertes ou or selon les saisons.

Le Rova d’Ilafy figure parmi les Douze collines sacrées de l’Imerina.

Des collines sacrées au nombre variéChangement complet de cap après l’Avaradrano. Quand on parle des collines de l’Imerina, on pense à celles dites « sacrées » dont le nombre varie selon les sources et les circonstances historiques. D’autres ont pourtant tenu une place non moins importante dans l’Histoire de la royauté. C’est le cas d’Ambohitrombihavana, au PK13 de la RN2. C’est là qu’Andrianamboninolona, fils d’Andriamananontany, trouva refuge après les démêlés de son père avec son oncle Andriamanelo, là-bas du côté d’Ambohitrandriananahary. Cette colline familièrement appelée Ambohitromby a sorti une myriade de grands noms pour ne citer que Joseph Andrianaivoravelona, un des premiers pasteurs du Palais, ou encore, dans notre Histoire contemporaine, les frères Roland et Blaise Rabetafika, ce dernier qui fut récemment honoré par un Centre d’études diplomatiques de la place. Mais peut-être parce qu’on y trouve plus de tombes que de maisons, elle n’est plus que très rarement fréquentée par les « taranaka » ou descendants, dont beaucoup n’y viennent que pour enterrer un des leurs. La nature et la vie ayant horreur du vide, les paysans des petits hameaux en contrebas se sont décidés à monter à la conquête de la forteresse « andriana ». Un culte ordinaire du dimanche matin à Ambohitromby est, de nos jours, un rassemblement on ne peut plus humble de braves paysans aux mains calleuses et d’enfants aux pieds nus. À défaut d’assiduité en matière de présence, les natifs « zanaka ampielezana » n’oublient  heureusement pas d’ouvrir le portefeuille pour les grands travaux de la paroisse. Les réalisations, admirablement gérées et obtenues par une femme-pasteur fauchée par la mort en pleine fleur de l’âge en témoignent. Seul point sombre, une de ces antennes  géantes qui, à tort ou à raison, font polémique quant à leurs effets sur la santé avait été installée sur le clocher, surplombant de quelques mètres seulement la « trano vadim-piangonana »…En bas de la montée, au bord de la Nationale, une stèle ne payant pas de mine rappelle étrangement un corps enveloppé dans son linceul. Cas unique dans l’Histoire de l’Imerina, Andrianamboninolona avait exigé qu’après avoir « tourné le dos » il soit enterré debout.

Martin Riese est devenu un sommelier en eaux.

Insolite – Profession, sommelier d’eau

« Eau! Tu n’as ni goût, ni couleur, ni arôme, on ne peut pas te définir, on te goûte, sans te connaître. Tu n’es pas nécessaire à la vie, tu es la vie. Tu nous pénètres d’un plaisir qui ne s’explique point par les sens. Par ta grâce, s’ouvrent en nous toutes les sources taries de notre cœur. Tu es la plus grande richesse qui soit au monde, et tu es aussi la plus délicate, toi si pure au ventre de la terre. Tu n’acceptes point de mélange, tu ne supportes point d’altération, tu es une ombrageuse divinité… »Il est des choix de vie qui ont une drôle de naissance. Ainsi celui de Martin Riese, du temps où il était gérant d’un restaurant berlinois, quand un client lui posa cette question imprévisible : « Vous proposez une carte de vins très variée, pourquoi n’offrez-vous qu’une seule sorte d’eau   » Il est aujourd’hui sommelier d’eau à Los Angeles, une ville où tous les extrêmes sont envisageables à condition d’en valoir la peine. D’ailleurs ses parents lui ont raconté que, petit, il avait toujours soif, et qu’à quatre ans, il aimait collectionner des échantillons d’eau du robinet. Après l’anecdote berlinoise, tout s’est enchaîné très vite : 2008, Martin Riese écrit un livre sur… l’eau. 2010, l’association des eaux minérales allemandes lui décerne un certificat officiel de sommelier d’eau. 2011, il débarque à Los Angeles avec un visa O-1, celui accordé uniquement aux « personnes dotées de compétences extraordinaires ». Aujourd’hui, quatre grands restaurants de la ville proposent sa carte d’eaux de source et d’eaux minérales haut de gamme. Martin Riese donne des cours de dégustation, et roule en Porsche…

À Los Angeles, il existe quatre restaurants où l’on trouvedes cartes d’eaux.

D’abord incrédule, un journaliste de Santa Barbara a voulu en avoir le cœur net, et s’est vu proposer par l’expert quatre eaux en bouteille, versées ensuite dans des verres à pied. Les différences sont réelles : la première a le goût auquel on s’attend généralement quand on commande de l’eau. La seconde est une eau danoise qui semble pétillante sans l’être : on la cherchera en vain dans les rayons des grandes surfaces, elle ne se rencontre qu’en restaurant. La troisième est une eau gazeuse espagnole au goût assez proche de l’aspirine, mais en plus rafraichissant. La quatrième enfin est une eau pétillante slovène qui, selon Riese, a la plus haute teneur en magnésium au monde. Il la surnomme d’ailleurs le « Red Bull de la nature ». Tout simplement étonnant : ces boissons aussi différentes les unes des autres sont toutes… de l’eau.Quand l’eau du robinet, à la transparence parfois suspecte, devient une denrée de plus en plus rare et chère, il est permis de se demander si la différence entre des eaux en bouteille va plus loin que leur habillage commercial. Le mot de la faim pour assoiffés à Martin Riese : « Je donne de la valeur à quelque chose qui n’en a pas pour les gens, sans pour autant vouloir en faire un produit de superluxe. Quand il n’y aura plus d’eau, vous pourrez toujours essayer de boire de l’essence ».

Le grand télescope de Guizhou.

univers – Sommes-nous vraiment seuls ?

Les scientifiques s’accordent au moins sur un point : la question de la possibilité de vie extraterrestre est trop sérieuse pour qu’on continue à la traiter sous la forme de films de fiction et de bandes dessinées. Exit donc les petits hommes verts et les humanoïdes à tête de « tarondro » avec pleins d’écailles sur le nez ! Le problème en fait est que l’homme se représente les autres civilisations et planètes selon des schémas qui restent trop humains, malgré toutes les extrapolations artistiques, mais aussi techniques qu’il y apporte.  Exactement le cas de l’image que vous renvoie un miroir déformant et qui reste la vôtre ! Même certains signaux envoyés dans l’espace comme autant de bouteilles à la mer n’échappent pas à cette tare. Trop humains ! Au XVIIe déjà, l’écrivain français Savinien de Cyrano de Bergerac (rien à voir avec l’autre) imaginait un paysage lunaire peuplé de géants mi-hommes mi-animaux mais débattant de philosophie très terrienne. Notre imagination est lamentablement restée au même point.Les chercheurs qui travaillent loin du sensationnalisme poursuivent heureusement leur travail de fourmi. Le télescope spatial Kepler, lancé en 2009 par la Nasa, a, par exemple, permis de cataloguer 3 443 planètes en orbite autour d’étoiles autres que notre Soleil. En mai 2016, il en a été découvert 1 284 parmi lesquelles une petite minorité se situerait dans une zone pouvant être habitable, c’est-à-dire à une distance par rapport à leur étoile permettant la présence d’eau liquide et de vie. Quant au plus grand radiotélescope du monde, il n’est ni américain, ni russe, ni d’un consortium européen, mais chinois. Installé dans une cuvette naturelle de la province de Guizhou, d’un diamètre de 500m, il a nécessité cinq ans de travaux et un budget de 160 millions d’euros.

Le 4 janvier dernier, un centre de recherche au Nord du Chili photographie Orion et la poussière de molécules qui l’entourent.

Malgré tous ces équipements à l’affût du cosmos, malgré toutes les intelligences mobilisées, il semblerait qu’aucun signal incitant à l’optimisme ne  nous soit encore parvenu. Selon des chercheurs de l’Université Cornell aux États-Unis, « l’humanité n’a guère de chance d’entrer en contact avec des civilisations de même niveau avant 1 500 ans environ. De plus, il n’y a apparemment pas de civilisation extraterrestre à moins de 40 années-lumière de la Terre ». De quoi doucher bien des enthousiasmes…Le biophysicien Axel Kowald de l’Université de Newcastle explique que l’exploration de l’univers au-delà du système solaire est une œuvre de colonisation ne pouvant se concevoir qu’à l’aide de sondes autoreproductibles. C’est là un principe emprunté à la biologie selon lequel, de génération en génération, il y a malheureusement un phénomène de dépérissement qui, appliqué aux sondes, se caractérisera par une accumulation d’erreurs et une perte progressive de fonctionnalité. À partir d’un certain seuil critique, les sondes disparaitront d’elles-mêmes, signant l’arrêt du processus de colonisation. Sommes-nous condamnés à ne rien pouvoir découvrir  ?D’après les astronomes Lisa Kaltenegger et Ramsès Ramirez, il importe de ne pas se tromper de direction dans les observations. Pour trouver des traces de vie extraterrestre, il faut s’intéresser plus aux étoiles mourantes en train de se consumer, qu’aux jeunes. En se référant aux délais constatés sur la Terre, la plupart des scientifiques s’accordent sur le fait qu’il a fallu près d’un milliard d’années pour que la vie y apparaisse, les estimations les plus extrêmes n’allant pas en-deçà d’un demi-milliard d’années après la naissance de la Terre. Au lieu de s’interroger sur le nombre de civilisations existant actuellement, il faudrait se demander quelle est la probabilité que la nôtre soit la seule jamais parue. Et les astronomes de conclure : « À moins que la probabilité pour l’évolution d’une civilisation sur une autre planète dans une zone habitable soit inférieure à 1 sur 10 milliards de milliers de milliards, nous ne sommes pas les premiers. »À des années-lumière de ces calculs savants, ce croyant préfère, quant à lui, se demander pourquoi Jésus a choisi de ne travailler que trois petites années sur terre, avant de« remonter au ciel ». Y avait-il d’autres chantiers, d’autres urgences « ailleurs »  ? Pour lui, la réponse ne peut être que oui.

Rétro pêle-mêle

Année 2004. Le président de la République reçoit séparément les représentants des trois communautés karana : les Khojas des Ylias Akbaraly, Hiridjee, Cassam Chenai, Ballou, très costume-cravate à l’occidental, les Bohras arborant barbe fournie et tenue blanche traditionnelle des Souzar Boukha, Asgaraly, Goulam Raza Ali, et les Ismaéliens agakhanistes des Rajabali, Ismail, et autres Karim Nandjee. Ne manquaient plus – était-ce un oubli involontaire   – que les Hindous, leaders dans le domaine de la bijouterie. Les réunions étaient-elles exclusivement économiques au vu du poids des Karana en la matière, et des ouvertures en cours vers l’ile Maurice et l’Afrique de l’Est où ils retrouveront des décideurs partageant leurs origines ?  Ou, à en juger par la langue de bois adoptée à la sortie par tous les participants, la politique y était-elle plus qu’un « Special guest »   L’approche séparée du Président était en tout cas des plus naïves, et il est à parier qu’une réunion entre les trois communautés n’a pas tardé, avec, pour seul ordre du jour, cette question : « Que vous a-t-il dit   » On est Karana ou on ne l’est pas…Cyril Juge, consul de Monaco à Madagascar et PDG des Grands Magasins de Madagascar, s’est fait rare depuis qu’il a vendu Champion au sud-africain Shoprite. Ne voilà-t-il pas qu’il réapparait au meilleur moment possible, avec la victoire des Monégasques sur les galactiques du Real dans la Ligue des Champions, sachant que c’est une compétition très suivie par les Malgaches ! Ce zanatany qui maitrise bien la culture du pays a, à l’occasion de son  retour médiatique, remis des dons au Comité national de secours, et apporté une contribution de 35 millions Fmg pour la construction d’un barrage à Ambalaretra près d’Ambatosoratra.Un séminaire économique sur Madagascar est prévu à Paris le 11 mai 2004 sous l’égide d’UBI France. Parmi les participants retenus par l’ambassade, on retrouve les noms de Guy Besnardeau, PDG de Réfrigépêche et des Pêcheries de Morondava, un chiraquien de la première heure, Jean-Claude Berger, DG de Colas et président du syndicat BTP de Madagascar, Vincent Desobry, directeur de l’agence de tourisme Océane Aventure et représentant de Corsair, et des banquiers dont Jean-Pierre Ducroquet de la BFV, et Dominique Tissier de la BNI. De quoi requinquer des acteurs économiques gagnés par une certaine morosité.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Archives de L’Express de Madagascar – AFP

L'express de Madagascar0 partages

Barreau – Malgaches et Réunionnais collaborent

Après l’île Maurice en 2015, c’est désormais avec Madagascar que les avocats de Saint-Pierre vont travailler en collaboration.

IL y a quelques semaines, le 8 décembre, le bâtonnier Hubert Raharison et son homologue de Saint-Pierre, Nathalie Jay, ont officialisé la convention de jumelage qui lie, désormais, plus de 1000 avocats malgaches à leurs 70 confrères de Saint-Pierre. C’est à l’occasion d’un récent voyage dans la Grande Ile que la bâtonnière de Saint-Pierre a pris contact avec le responsable des avocats malgaches pour évoquer la problématique dans la sécurisation juridique des échanges commerciaux de la zone océan Indien. «À La Réunion, nous sommes confrontés à des frontières économiques qui demeurent limitées et notre objectif, en tant que barreau, est aussi d’encourager les acteurs économiques et commerciaux à développer leur activité dans la zone en toute confiance et en toute sécurité au plan juridique» indique l’avocate.Confrontés à des cultures et des droits différents, les acteurs économiques peuvent rencontrer des difficultés qui peuvent rendre problématiques l’exécution d’un contrat. De fait, c’est pour pallier à ce type de problème, synonyme de frein économique, que cette convention de jumelage, effective depuis ce début d’année 2017, a été pensée.

Continuité des liens«Il s’agit vraiment de donner ou redonner confiance aux opérateurs locaux et extérieurs pour des échanges sécurisés juridiquement» explique à ce titre la bâtonnière qui évoque la continuité de liens forts entre La Réunion et Madagascar. À travers cette convention, plusieurs actions seront mises en place à commencer par des échanges entre avocats de chaque barreau sur les législations respectives.«Nous organiserons des formations deux fois par an en droit comparé avec des thématiques diverses comme la construction ou les marchés publics lors de conférences mais il y aura également des stages et des échanges pour nos jeunes avocats» confie Nathalie Jay qui évoque une «vision plus claire en cas de difficultés». Bien entendu, ces liens entre Madagascar et La Réunion seront désormais entretenus à l’image de ce que l’on peut déjà observer avec l’île Maurice.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Échauffourée à Mananara-Nord

L’exécution d’un mandat judiciaire par un huissier, escorté par quatre policiers a viré à l’échauffourée à Tanambe Mananara-Nord avant-hier. Un  des policiers est blessé. La foule a brisé les vitres et crevé les roues du véhicule qui les ont emmenés.

L'express de Madagascar0 partages

Collection – La philatélie et la numismatique fascinent les jeunes

Deux types d’art bien distincts, mais néanmoins complémentaires. L’art de collectionner les timbres et celui d’étudier la monnaie sont à découvrir, actuellement au Tahala Rarihasina à Analakely. 

«Un travail de passion avant tout ! » C’est souvent ainsi que s’exposent au public les précieuses collections des quelques philatélistes et numismates qui croiseront votre chemin. C’est tout un devoir de mémoire également qu’il convient au public, à chaque occasion, de découvrir, car aussi bien la vieille monnaie que les timbres représentent des bribes et des vestiges de l’histoire nationale.Si cette passion est, depuis longtemps, parfaitement ancrée dans la culture occidentale, elle apparaît dans la Grande île sous la colonisation. À l’instar de ses nombreux pairs d’Outremer, Julie Rasolonjatovo expose, au Tahala Rarihasina à Analakely actuellement, une collection bien étoffée de timbres d’antan et de monnaies anciennes. De quoi susciter  la curiosité de jeunes visiteurs qui se joignent à elle. Entre découvertes, échanges et acquisition également pour les heureux chanceux qui perpétueront la collection et la passion de Julie Rasolonjatovo, ce sont divers pans de l’histoire malgache qe l’on y voit.

Une collection d’enveloppes timbrées inédites et d’époque, également ornées de diverses personnalités littéraires de Madagascar.

La philatélie

Jusqu’au début du XXe siècle, la collection de plis, d’enveloppes, d’empreintes postales et de timbres-poste à partir de 1843, se nomme couramment la « timbrologie ». Le terme« philatélie » est attribué à Gustave Herpin dans la revue Le Collectionneur de timbres-poste en novembre 1864, créé à partir des mots « philos » signifiant ami et « ateleia » signifiant « l’exemption de taxe ». En Grèce, on utilise « telos » ou taxe, « timbromanie » ayant été depuis jugé péjoratif. Depuis, l’appellation « philatélie » a donc été préférée à celle de« timbrologie » en raison de sa meilleure adaptation, du fait de ses racines grecques et pour un emploi international.

Les timbres les plus prisés du public à l’époque, laissent la part belleaux illustrations de la faune et de la flore endémiques de la Grande île.Des pièces qui sont désormais bien rares.

Une collection diversifiée

Riche et fascinant, ce domaine regorge plusieurs catégories et des spécialisations bien distinctes les unes des autres. Notamment, les timbres-poste neufs, les timbres-poste oblitérés, les timbres-poste sur pli ou enveloppe, les timbres-taxes de poste aérienne, pour journaux, préoblitérés, ou encore les timbres pour colis postaux. Julie Rasolonjatovo, pour sa part, se plaît à garnir constamment sa collection d’autres éléments, depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui. À savoir, des enveloppes postales entières ornées d’illustrations. Des timbres-monnaies, des carnets ou feuilles de timbres, des bords de feuilles ou encore des timbres accolés à une publicité et tant d’autres. Le tout par thème, par pays, par époque ou selon des domaines bien particuliers comme la philatélie fiscale et de la « préphilatélie » pour les documents postaux avant l’apparition du timbre postal.

Les premières monnaies qui ont été utilisées à Madagascar, la collectionde Julie Rasolonjatovo est garnie principalement de versions en papier.

La numismatique

La numismatique du latin « numisma » ou pièce de monnaie a pour objet l’étude des monnaies et médailles. Considérée comme une science auxiliaire à l’histoire et à son étude, elle est particulièrement utile dans les recherches appropriées à ce domaine, mais aussi en archéologie en particulier. Hormis sa finalité scientifique, la numismatique est une aide précieuse pour les collectionneurs numismates. La collection de monnaies a, en effet, été pratiquée depuis l’Antiquité, mais pour la majorité des collectionneurs, l’intérêt historique au sens strict est secondaire. Les collections sont entreprises à des fins et intérêts artistiques, techniques ou culturels, voire au titre de simple loisir. C’est notamment le cas de Julie Rasolonjatovo qui préfère collectionner les monnaies anciennes pour les faire découvrir aux nouvelles générations.

L'express de Madagascar0 partages

Coopération – Une commission Maurice-kenya en place

Vishnu Lutchmee­naraidoo a procédé, hier matin, à la signature pour la mise en place d’unecommission conjointe avec la secrétaire du ministère des Affaires étrangères du Kenya Amina Mohamed.La signature a eu lieu dans le bureau de Vishnu Lutchmeenaraidoo. Cette commission aura pour but d’établir un calendrier de travail entre les deux pays. Les domaines de coopération seront entre autres l’économie bleue, la santé, l’éducation, les services financiers. (…)Le ministre mauricien des Affaires étrangères a évoqué la volonté de faire de Maurice la plateforme aérienne pour les échanges avec l’Afrique, avec le Kenya comme hub. Selon lui, si la coopération réussit, les autres pays feront la queue pour venir s’implanter en Afrique. (…)La secrétaire du ministère des Affaires étrangères Kenyane a, quant à elle, exprimé son optimisme quant à cette commission. (…)Elle a aussi salué la performance de Maurice en matière de tourisme, et évoqué une coopération entre la State Bank of Mauritius et la Fidelity Bank de Kenya.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre le changement climatique

Hery Rajaonarimampianina a mis en place un « Dinam-pirenena » pour lutter contre la dégradation de l’environnement, hier. « L’impact de la dégradation de l’environnement sur les infrastructures dont dépendent le développement du pays, commence sérieusement à se faire sentir, comme ce que l’on peut constater à Andekaleka. L’objectif est d’arriver à un développement équilibré et durable », indique-t-il. Les communes seront encouragées dans le reboisement, la protection de la forêt et la lutte contre les feux de brousse.

L'express de Madagascar0 partages

Attaques de véhicules

La gendarmerie a établi le bilan des attaques de  véhicules perpétrés au cours de l’année 2016. Quarante-cinq cas ayant fait trente-huit morts sont dénombrés.

L'express de Madagascar0 partages

Chagos – Des prix Nobel font appel à Barack Obama

Sept prix Nobel appellent Barack Obama à rendre justice aux Chagossiens avant son départ de la Maison Blanche le 20 janvier. Dans une lettre adressée au président des États-Unis, ces prix Nobel rappellent que ce peuple a été déporté de l’archipel des Chagos par les Britanniques en présence des Américains. Ils ont été déplacés à Maurice et aux Seychelles de 1968 à 1973 pour permettre la construction de la base américaine de Diego Garcia. Depuis 50 ans, les Chagossiens luttent pour retrouver leur terre.Les Chagossiens ont promis, cette année, de faire savoir au monde l’injustice qu’ils subissent depuis 50 ans qu’ils vivent en exil. Ils espèrent que l’appel de sept prix Nobel rendra leur cause plus audible…Ces prix Nobel soulignent que Barack Obama est lui-même détenteur du prix Nobel de la Paix, et qu’à ce titre, ils s’attendent à ce qu’il répare l’injustice causée aux Chagossiens. (…)Les sept prix Nobel ne demandent pas la fermeture de la base militaire de Diego Garcia, mais le droit des Chagossiens d’y retourner et d’y travailler aux côtés des militaires américains.

© RFI

L'express de Madagascar0 partages

Igor le terrible

Soixante centimètres et poids plume, ce petit-là ne laisse personne insensible. Et même dans la rue, on croise des regards pleins de questionnements en le voyant. Il se prénomme Igor et il a été chargé d’une mission importante pour le peuple malgache. Très sûrement que c’est la toute première fois pour lui que tant d’intérêt soit si soudainement tourné sur sa petite personne. Mission importante disait-on que de se mesurer à un Président de la République. Pire, Igor le terrible a été mandaté pour moraliser ce dernier.Mais il ne risque pas de choper la grosse tête notre Igor. Car il est habitué à la simplicité. Un gars si simple au point de ne point se soucier des futilités de la vie : pas de Facebook ni de high tech, pas de dépense pour les vêtements, nourritures. Pourtant, quel charisme, quelle aura. Ce n’est point un hasard qu’Igor soit la vedette. Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours. On cherche un gars exceptionnel qui peut, à lui tout seul, attirer l’attention du monde sur le cas de Madagascar. Il doit être en mesure de délivrer le message en un seul regard, sans piper un mot. Croyez que la tâche fut ardue pour trouver le bon candidat car ni Brad Pitt, ni Leonardo DiCaprio n’a eu l’audace de se présenter. Mais on a reçu celle du jeune Igor. Il est prêt, mais il prévient : il a une clavicule qu’un petit farceur lui a volée. Aussi, il a du mal à tenir la tête bien droite. Il semble convaincant et a un atout terrible : ses soixante centimètres, son poids plume et son…ossature.Igor a rempli sa mission haut-la-main. Couvert du drapeau Malagasy comme ces grands athlètes du monde qui remportent la première place, il se laisse photographier par la presse, les passants qui le regardent avec tellement de vrai dans les yeux. On entend les commentaires sur la prestation d’Igor : « c’est tout à fait vrai, c’est tout à fait nous ». Igor, petit squelette en plastique de 60cm, couvert du drapeau malagasy est assis à même le sol devant une gamelle de chien vide et essayant de tenir une cuillère.Les symboles sont forts, le message est passé. Igor, squelette d’enfant qui représente sans factices ces milliers de gamins du Sud de Madagascar dont la seule différence avec lui est la fine peau qui recouvre leurs os. La gamelle montre que ces êtres humains sont démunis de leurs droits fondamentaux et qu’ils n’ont même pas accès à des nourritures que ces hauts dignitaires de l’État donnent à leurs animaux domestiques. Finalement, depuis l’année dernière à la même période, il ne resta plus qu’un petit squelette attendant des âmes humaines se pencher sur l’horrible sort de ceux qui sont loin de nos yeux citadins.Ils étaient 1 400 invités à Iavoloha, ils sont 1 400 000 dans le grand Sud. Igor le terrible a été terriblement bon communicateur quoiqu’il ne pût rien dire. Mais à bien y réfléchir, y-a-t-il encore quelque chose à dire   « La voix intérieure ne sait point se faire entendre à celui qui ne songe qu’à se nourrir » Jean-Jacques Rousseau.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara0 partages

Iavoloha : Les membres du CFM chez Hery Rajaonarimampianina

Le Président Hery Rajaonarimampianina a reçu, hier, en début de soirée, les membres du « Conseil pour le Fampihavanana Malagasy » (CFM), et ce, en présence du Premier ministre Mahafaly Olivier. Ils étaient 31 sur les 33 membres du CFM à être présents, lors de cette rencontre. Ce fut une occasion pour le chef de l’Etat de rappeler l’importance du cadre légal qui régit les actions du CFM. Notons que ce dernier est chargé de réaliser le processus de réconciliation nationale. Cet organe exerce sur toute l’étendue du territoire national, la plénitude de compétence dans l’accomplissement de sa mission afin de soigner et guérir les blessures individuelles et collectives du passé en vue d’établir les saines fondations pour l’avenir de Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Faritra Analanjirofo : Jiolahy 17 matin’ny fitsaram-bahoaka, tao anatin’ny telo volana

Ny alin’ny alarobia 11 janoary nifoha ny alakamisy 12 janoary lasa teo, dia nitranga  halatra lavanilina am-potony tao amin’ny tanana antsoina hoe Ambodihintsina Sambolava Mahambo faritra Analanjirofo. Efa-dahy izy ireo no nanao izany. Avy hatrany dia raikitra ny fitsaram-bahoaka, koa maty tsy tra-drano izy 2 lahy, izay mbola nahatrarana gony nisy ireo lavanilina maitso 30kg.

Olona 17 maty. Ny telo volana tato ho ato izany hoe nanomboka ny volana novambra sy desambra ny taona nivalona, ary ny volana janoary ity dia 17 ireo olona maty noho ny fitsaram-bahoaka, tao Analanjirofo, raha ny tarehimarika fantatra. Ny 9 tamin’izany dia taorian’ny fanafihana nataona jiolahy 12, tao Miarinarivo Vavatenina. Ny 4 kosa maty tao Akoba Andapabe Ampasina Maningory, taorian’ny fanafihan’izy ireo fivarotana sy fianakaviana mpivarotra vokatra fanondrana. Ny 1 avy kosa niseho tao Ampasina sy tao Anjiro Morafeno Maromitety, ary ity 2 nitranga tao Sambolava ity.

Mila ezaka be ny fanentanana ny mponina amin’izao fitsaram-bahoaka izao, hoy ny mpitandro ny filaminana, saingy mila ezaka betsaka amin’ny fandraisana ny andraikitra napetraky ny vahoaka amin’ireo tomponandraiki-panjakana amin’ny fanovana ny fomba fiasa ihany koa no hanafoana izao fitsaram-bahoaka izao hoy ny olona, satria misy tsy fifampitokisana ao matoa mitranga ireny…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Zandary naratra tany Namorona : Novonjena nafenina tao ambadiky ny fasana

Fantatra hatreto fa raha tsy nisy olona tsara sitra-po nanampy dia efa aina roa no nafoy tamin’ilay savorovoro tany Namorona, Mananjary. Fantatra mantsy fa efa tsy nihetsika intsony ary noheverin’ireo mpamono fa efa namoy ny ainy, toa an’ilay lehibeny, ny zandary kilasy voalohany antsoina hoe Lama. Olona no nanavotra ny ainy avy eo, rehefa avy nafenina tao ambadiky ny fasana ny tenany. Nalefa tanaty tranon’akoho ary izay vao nentina tany amin’ny toeram-pitsaboan-dry masera, tao Ampasimanjeva. Raha tsy izay dia mety ho efa ny ain’ity mpitandro filaminana ity ihany koa no nafoy. Amin’izao fotoana izao dia efa an-dalam-pahasitranana saingy mbola « manonofy ratsy » tamin’ilay zavatra nihatra taminy ny tenany, raha ny fampitam-baovao azo. Tetsy andanin’izay, fantatra ihany koa fa efa voalevina soa aman-tsara any an-tanindrazany ny GP2 Fanambina, ilay « chéf de poste » lavo teo am-panantanterahana ny asany. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka mahakasika ity raharaha ity moa ireo mpanao fanadihadiana hatreto. Tsiahivina fa mbola  misy olona karohina amin’izao fotoana izao, izay voalaza fa isan’ireo nandray anjara nivantana tamin’ny famonoana ireo zandary roalahy tany an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Nosy Varika : Roalahy noahiahiana ho nandoro trano, maty novonoin’ny fokonolona

Fitsaram-bahaoka iray hafa koa ! Tany amin’iny ilany Atsinanana iny hatrany, tao amin’ny distrika Nosy Varika. Roalahy izay voalaza fa mpangalatra sy mpandoro trano no niharan’ny fitsaram-bahoaka ary namoy ny ainy, omaly maraina, tao amin’ny fokontanin’i Fenoarivo. Raha ny zava-nisy tany an-toerana, araka ny fampitam-baovao azo : ny volana oktôbra sy novambra lasa teo, dia nisesisesy ny halatra narahina doro trano tany amin’iny kaomina Ambahy, ao amin’ny distrika Nosy Varika hatrany. Voarohirohy tamin’ity resaka halatra sy doro trano ity ny efa-dahy, izay samy monina tao amin’io toerana io hatrany. Nanaovan’ny fokonolona savahao izy efa-dahy ireto, izay efa tafatsoaka teo an-tanàna. Tezitra tamin’izany tsy fahitàna azy izany ireo fokonolona ka tany amin’ny fianakavian’izy efa-dahy no namatratra. Ny alarobia sy alakamisy teo, olona enina no nosamborin’izy ireo sy karazan’ny nataon’izy ireo takalon’aina hamoaka azy efa-dahy tsy hita. Tonga tany am-poto-tsofin’ny mpitandro filaminana ity resaka ity ka nidina avy hatrany tany an-toerana izy ireo handamina ny sain’ireo fokonolona. Sao mantsy hitatra any amin’ny resaka fitsaram-bahoaka izany, toy izay nitranga tsy ela akory tao Namorona, Mananjary. Nanaiky ny fifampiraharahana ireo fokonolona ka namotsotra azy enina mianadahy ireto, izay samy salama avokoa moa, araka ny tati-baovao avy any an-toerana hatrany. Omaly vao mangiran-dratsy, nandeha ny feo fa hitan’ny andrimasom-pokonolona tany amin’ny fokontany Fenoarivo, Nosy Varika ny iray tamin’ireo efa-dahy nifampitadiavana, niaraka tamin’ny namany iray. Tsy niandry alaharo alaharo ny olona nahita azy roalahy ireto  fa avy hatrany dia niafara tamin’ny fandatsahana aina izany. Tsy fantatra hatreto hoe, avy hatrany dia novonoina sa namaly ireo mpisambotra izy roalahy ka nifamely tamin’ireto andrimasom-pokonolona ireto, ary dia izao niafara tamin’ny aina latsaka izao indray. Tonga nijery ny zava-nisy avy hatrany tany an-toerana ireo mpitandro filaminana, izay voatery nizara roa, ka ny hafa nandeha nanadihady ny mikasika ilay vono olona ary ireo hafa, mbola nanohy ny famotorana mahakasika ilay fisamborana olona tsy amin’ny antony tao Ambahy. Lasa fahazarana any amin’iny faritra iny ve ity fitsaram-bahoaka sy famonoana olona toy ny mamono akoho ity ? Volana vitsy lasa izay, ilay ramatoa maty nodoran’ny olona velona tao Mananjary, ny faran’ny taona teo ilay zandary maty tao Namorona Mananjary, herinandro aty aoriana dia izao olona roa izao indray no matin’ny fitsaram-bahoaka tao Nosy Varika.

m.L