Les actualités Malgaches du Mercredi 06 Décembre 2017

Modifier la date
News Mada847 partages

Sakaraha : Un dahalo notoire et son sorcier abattus

Les membres du Dinabe Atsimo-Andrefana ont réalisé un véritable coup fumant. Fianara fait maintenant partie du passé dans la commune rurale d’Ambinany, district de Sakaraha.

La terreur règne à coup sûr quand Fianara et sa bande sortent de leur tanière. Un vrai danger public dit-on. Ils n’hésitent pas à tuer des gens sans véritable raison. Adepte de tortures les plus atroces, Fianara n’éprouve aucune compassion à ses victimes.

D’ailleurs, la semaine dernière, ils ont abattu deux villageois pour le simple mobile qu’ils n’avaient rien à donner.

Depuis des années, ces malfrats opèrent dans les exploitations de saphirs, plus précisément dans la commune Ambinany, mais à chaque intervention des forces de l’ordre, ils ont toujours réussi à prendre la poudre d’escampette.

D’après les informations reçues, même le maire de cette commune ne pouvait rien faire face aux actes de banditismes de Fianara et consorts. Selon toujours les éléments fournis, il aurait également déjà malmené des membres des forces de l’ordre et des élus. Les plus aisés du village sont victimes de racket.

Fianar et ses complices sont les bandits les plus recherchés de cette région. Mais, cette fois, après avoir semé la mort et la terreur, Fiarana fait maintenant partie de l’histoire. Le glas a sonné pour lui car déterminées à le neutraliser, les forces de l’ordre et les membres du Dinabe ont fini par l’avoir. Son neveu, un apprenti dahalo de 16 ans a été capturé. Et, six autres comparses de Fianara sont maintenant recherchés. En attendant, les enquêtes se poursuivent dans les endroits où les dahalo cachent les zébus volés.

Ando Tsiresy

Midi Madagasikara537 partages

Présidentielle de 2018 : Ravalo prêt à combattre les fraudes électorales

Marc Ravalomanana à Ankadimbahoaka hier.

Le président national du TIM n’a pas l’intention de créer des troubles avant les prochaines élections.

L’ancien président Marc Ravalomanana a trouvé hier une opportunité pour s’exprimer. C’était lors de sa descente à Ankadimbahoaka où il a été accompagné de la maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana, des collaborateurs de cette dernière et de députés de certains Arrondissements de la Capitale. Sur la reprise par ses partisans de la manifestation hebdomadaire au Magro Behoririka, le président national du TIM de réitérer : « Nous ne sommes pas là pour créer des troubles. Au contraire, nous œuvrons pour éviter une nouvelle crise politique qui risque de compromettre le processus électoral. Si les militants du TIM reviennent au Magro Behoririka, ce n’est pas pour déstabiliser, mais pour mettre en place une structure permettant de lutter contre les fraudes électorales à travers l’inscription dans la liste électorale. D’ailleurs, le KMMR 2018 (NDLR : Komity Mpanohana an’i Marc Ravalomanana) est déjà en place. Il n’est donc pas question au Magro de descendre dans la rue. Notre pays ne peut plus supporter cela. », a-t-il précisé. Avant de rajouter : « Il est faux d’affirmer que je veux rééditer les événements de 2002. »

Conseiller spécial. Outre sa casquette de président national du TIM, Marc Ravalomanana a également endossé hier à Ankadimbahoaka son maillot de conseiller spécial de la maire de la Capitale. Ankadimbahoaka a été choisi par la commune urbaine d’Antananarivo pour essayer une chenille dragueuse qui a permis hier d’assainir le canal d’Andriantany. « Cette nouvelle acquisition de la CUA nous aidera à lutter contre les inondations dans les bas quartiers d’Antananarivo. La commune va collaborer avec les populations habitant le long du canal d’Andriantany. », a expliqué la maire Lalao Ravalomanana. La première magistrate de la ville d’Antananarivo a profité de sa descente à Ankadimbahoaka hier pour sensibiliser les tananariviens sur la nécessité d’agir pour la propreté de la Capitale. Pour sa part, le conseiller spécial Marc Ravalomanana de souligner : « Les actions de la CUA ne se limitent pas à la lutte contre la propagation de l’épidémie de la peste. La commune est là pour servir l’intérêt général des tananariviens, et non un intérêt politique ou particulier. »

R. Eugène

Midi Madagasikara357 partages

Toliara : Tovovavy gasy 22 taona maty tsy tra-drano, notifirina karàna teo amin’ny lohany

Tovovavy Malagasy iray manodidina ny 22 taona eo, izay monina ao amin’ny Fokontany Ampasikibo Toliara no maty tsy tra-drano notifirina lehilahy iray voalaza fa karàna avy any Ejeda Distrikan’ Ampanihy Andrefana, tamina hotely iray lehibe ao Toliara, tsy lavitra tobi-miaramila, ny alin’ny alatsinainy hifoha ny talata, tokony tany amin’ny 12 ora mahery tany ho any. Niatefa teo amin’ny lohan’ity tovovavy ity ny bala ka nitarika ny fahafatesany teo no eo. Rangahy iray teratany karàna 50 taona mahery izay sakaizan’ity tovovavy ity kosa no naratra mafy voatifitra teo amin’ny takolany. Ho fanavotana ny ainy, dia nalefa haingana tamin’ny fiaramanidina tsaboina aty andrenivohitra ity mpandraharaha sady tompona hotely maromaro ao Toliara ity, omaly antoandro. Omaly antoandro izay ihany, dia voasambotry ny mpitandro filaminana ilay lehilahy nahavanon-doza nitsoaka niaraka tamina vehivavy iray 25 taona sipany, ary tazomin’ny polisy atao fanadihadiana lalina izy roa amin’izao. Araka ny angom-baovao azo, rehefa avy nisakafo sy nitsangatsangana ireto karàna niaraka tamin’ny olon-tiany avy, dia niady noho ny resa-bola tamin’ny afera niarahana, ka niafara tamin’ izao vono olona mahatsiravina nahafatesana olona tsy manan-tsiny izao. Ho hita eo ny tohin’ny raharaha be mpanaraka ao an-drenivohitry tanànan’i masoandro ity, satria tsy manaiky ny fianakavian’ny maty.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara156 partages

Riz : Vers la mise en place d’une Task Force pour mieux gérer les prix

: Le PM et le ministre du Commerce et de la Consommation, discutant avec un grossiste en riz à Anosibe.

Le gouvernement entend venir à bout de la flambée des prix du riz. Hier, une délégation conduite par le PM Olivier Mahafaly et le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine a effectué une descente au marché d’Anosibe.

Différence. Une occasion pour les responsables de découvrir, une fois de plus la réalité sur place, où l’on constate l’existence d’un important stock de riz sur le marché et la différence entre la production locale et les importations. En effet, si le riz local s’affiche jusqu’à 2 500 ariary le kilo, le prix du riz importé commence à connaître un léger mieux avec 1 800 ariary le kilo, voire moins. Il va sans dire que la différence de qualité est perceptible entre les deux variétés. « Même pour le riz importé, il y a plusieurs variétés et certaines sont quand même de bonne qualité »  explique un grossiste. En tout cas, les consommateurs ont actuellement l’embarras, mais les prix sont encore jugés trop chers par rapport au pouvoir d’achat des consommateurs.

Initiatives. Raison pour laquelle, le gouvernement en général et le ministère du Commerce et de la Consommation, en particulier, multiplient les initiatives pour maîtriser les prix. L’arrivée annoncée de 26 000 tonnes de riz importé devrait entraîner une baisse des prix. « Le pouvoir travaille avec les opérateurs en, riz pour faciliter l’importation et la distribution » a expliqué le Premier ministre qui a également annoncé la mise en place d’une task force  composée des autorités locales et des représentants du gouvernement, au niveau de tous les districts pour faire le suivi du circuit de distribution du riz.  Le défi du gouvernement est ainsi de parvenir à stopper la flambée des prix du riz. Des efforts qui permettront aux consommateurs de  passer de belles fêtes. Un défi qui a une chance d’être relevé puisque normalement, une importante quantité de riz proposé  entre 72 000 ariary et 73 000 ariary le sac de 50 kg, par les importateurs est attendu. Des arrangements ont été faits entre le ministère du Commerce et de la Consommation et les  importateurs pour cette opération. Par ailleurs, des grossistes sont prêts à jouer le jeu pour réduire leur marge. « On peut réduire notre marge et jouer sur la quantité pour  faire un peu de profit »  explique un grossiste d’Anosibe. Rappelons que le riz bénéficie d’une franchise douanière et fiscale totale. Une concession de taille de la part du gouvernement.

R.Edmond

Midi Madagasikara149 partages

Fondation BOA : Un don de 250 millions d’ariary pour la lutte contre la peste

L’accord a été signé par Alexandre Andrianasolo, Président de la Fondation BOA et Charlotte Ndiaye, représentante résident de l’OMS à Madagascar.

Le gouvernement a déjà annoncé la fin de l’épidémie de peste pulmonaire urbaine. Mais la maladie est toujours là et des cas sont encore répertoriés dans certaines régions comme Antsirabe et Ankazobe. Du coup, les actions pour la lutte contre cette épidémie se poursuivent. Et ce, avec l’appui des associations de bonne volonté, comme la Fondation BOA qui vient d’offrir à la représentante résident de l’OMS à Madagascar, un don de 250 millions d’ariary.  Une lettre d’accord a été signée avant-hier, entre les deux parties. Ce fonds servira au financement d’une partie des dépenses du Programme de Prévention et de Lutte contre la Peste. Des activités qui concerneront notamment les investigations, le suivi des personnes qui étaient en contacts avec celles qui ont été touchées par la maladie ainsi qu’aux actions de communication de proximité à travers la mobilisation sociale et l’engagement des communautés.  A travers cette collaboration, la Fondation BOA rejoint les actions menées par le gouvernement et ses partenaires pour mettre fin à ce désastre sanitaire qu’est la peste. La Fondation BOA qui a, à son actif de nombreuses actions sociales destinées aux couches les plus vulnérables de la population.

R.Edmond.

L'express de Madagascar133 partages

Coopération – Les investisseurs japonais sollicités

Le Président Hery Rajao­nari­mampianina multiplie ses appels aux investisseurs de tous bords. Après Londres et Rome, Tokyo figure cette fois-ci dans la ligne de mire de nos dirigeants. Des investisseurs japonais ont répondu présent au Forum des affaires Japon- Madagascar, hier. Ce forum a été organisé à Tokyo par l’ambassade de Mada­gascar au Japon et l’Agence japonaise de la promotion du commerce extérieur ou le Japan External Trade Organization (JETRO). C’est donc une occasion pour le Chef d’État de présenter les opportunités, notamment en ce qui concerne les secteurs prometteurs, pour inciter les Japonais à venir investir dans le pays.« Il reste encore beaucoup d’opportunités dans des domaines tels que l’énergie ou l’agriculture. Pour pouvoir optimiser l’exploitation de ces différentes opportunités, nous avons travaillé, ces dernières années, pour améliorer l’environnement des affaires. Madagascar offre aujourd’hui un environnement macro-économique relativement stable, évoluant de façon permanente », a déclaré le Président à l’ouverture du Forum. Des propos qui rassurent les hommes d’affaires présents quant à la stabilité macro-économique et l’environnement des affaires du pays.À Madagascar, les opportunités d’investissement ne  manquent pas. Les nouvelles technologies, le textile, l’énergie, le tourisme, l’immobilier, l’agriculture et les infrastructures sont les domaines très convoités en ce moment.

AtoutsD’ailleurs, Madagascar possède des ressources humaines dynamiques, de par sa jeunesse. Les Japonais ne veulent pas rater ces occasions. Au mois de juillet, plus d’une centaine d’investisseurs japonais ont fait le déplacement à Antananarivo pour saisir ces opportunités. Ces entreprises souhaitent partager leur technologie, dont la qualité est mondialement réputée, avec des partenaires malgaches dans le domaine de l’infrastructure, et même au-delà. Ce forum tenu à Tokyo est donc une suite logique de cette conférence organisée à Antananarivo.Le Japon est déjà le troisième grand investisseur à Madagascar, et le cinquième marché pour les produits malgaches. La présence du Japon à Madagascar est surtout très visible dans le secteur minier, avec les investissements de Sumitomo dans l’exploitation de nickel et de cobalt. Ce conglomérat, très actif dans divers secteurs au pays du soleil levant, est le principal actionnaire d’Ambatovy. Son investissement se chiffre à des milliards de dollars.

L.R.

Midi Madagasikara98 partages

Permis biométrique : Les retardataires « repêchés » !

Finalement, les « retardataires » ont eu raison de ne pas se précipiter au centre immatriculateur pour le remplacement du permis de conduire et/ou de la carte grise des véhicules en biométriques. Pour la énième fois, la date butoir pour le remplacement de ces pièces en biométriques vient d’être repoussée. A la grande satisfaction de ceux qui n’ont pas encore commencé à entamer les démarches pour l’obtention du permis biométrique. Depuis le dernier ajournement, cette année, avant celle qui vient d’être annoncée, hier, les usagers qui se présentent au centre immatriculateur à Ambohidahy pour le permis et la carte grise biométriques sont nettement moins nombreux en comparaison avec la cohue et les bagarres du début, en 2016, lorsque l’annonce de l’obligation de remplacement de ces pièces pour fin 2016, a fait précipiter les usagers vers Ambohidahy, quitte à passer des heures sur place. Cette première échéance a particulièrement fait paniquer les titulaires du permis de conduire établis à l’étranger et qui n’envisagent pas encore de revenir au pays avant fin 2016. Depuis, les donnes ont changé. Maintenant, les retardataires ont une nouvelle chance d’être repêchés. D’autant plus que les responsables du centre immatriculateur se sont, cette fois, gardé d’avancer une date limite pour la prochaine – et peut-être dernière – échéance. La démarche en vue de l’obtention du permis biométrique ne devra plus prendre des semaines, voire des mois, comme c’était le cas il y a encore quelques mois, estiment les usagers. Des situations fortement propices au développement de la corruption.

Hanitra R.

Midi Madagasikara93 partages

Elections de 2018 : Le Royaume Uni insiste sur l’inclusivité !

Même langage que ses pairs de la communauté internationale. La Grande Bretagne, par le biais de son ambassadeur, David Boyle, exige des élections « crédibles et inclusives ».  C’est ce qu’il a fait savoir hier lors de la rencontre entre ledit ambassadeur et le président du Sénat, Rivo Rakotovao au Palais d’Anosikely. En parallèle, il tient à ce que tous les acteurs du processus électoral se mettent autour d’une table en vue d’un dialogue. Ce dernier sera en l’occurrence axé, d’après ses explications, sur « le système électoral, les lois électorales et  l’inclusivité des élections ». Néanmoins, il n’a pas fourni d’amples détails sur la manière dont ce dialogue sera effectué, encore moins sur lesdits acteurs qui regroupent d’une manière générale les politiciens, les membres de la société civile, les citoyens, la Ceni, les aspirants au poste de président de la République et la liste est loin d’être exhaustive. Le but n’étant autre que de « rassurer la population », selon toujours les David Boyle.

Ni… ni… Elections inclusives impliquent le refus du fameux « ni… ni… » qui – dans une certaine mesure – a détruit deux principaux prétendants lors des élections de 2013. Un «ni… ni… » imposé par la communauté internationale que les autorités nationales, à titre de rappel, devaient accepter tant bien que mal à cette époque. Pour 2018, la même communauté internationale exige à ce que les élections organisées l’année prochaine n’excluent personne. Mais pour Rivo Rakotovao, le président du Sénat, il faut se référer au droit positif. « Faisons des textes mettant en vigueur les balises pour les élections. Laissons-les déterminer si telle candidature est recevable ou irrecevable », a-t-il réitéré. A en croire les arguments de Rivo Rakotovao, tout porte à croire que le HVM tend médiatement à l’appliquer. Si l’on tient aux textes en vigueur, faudrait-il rejuger l’ancien président de la République Marc Ravalomanana ? Ses partisans l’ont toujours revendiqué d’ailleurs. Aussi, ont-ils avancé que le casier judiciaire de leur « Dada » demeure vierge. Pour Andry Rajoelina, faudrait-il requalifier ce qu’il a effectué en 2009 : un putsch ou un soi-disant changement. Par ailleurs, les débats peuvent également ressurgir avec la fameuse Liste des 109 sanctionnés par l’Union Africaine publiée en 2010.

Aina Bovel

Midi Madagasikara91 partages

JIRAMA : Mise en place d’un dispositif anti-corruption

Tous les responsables publics dont le directeur général de la JIRAMA ont une obligation légale de mettre en place un dispositif anti-corruption au sein de leur entité. C’est le cas de la JIRAMA. Sinon, ils seront exposés à une sanction pénale allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement, selon la loi. Le directeur général du BIANCO, Jean Louis Andriamifidy, l’a évoqué hier lors de l’ouverture de l’atelier de renforcement des capacités de l’équipe dirigeante de la JIRAMA, organisé par le BIANCO avec la coopération allemande GIZ à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. L’objectif consiste à conscientiser les cadres de cette société d’Etat à prendre leurs responsabilités dans la lutte contre la corruption.

Erreurs. « Ce sera une formation en cascade au profit de tous les agents de la JIRAMA. Ceux-ci devraient par la suite signer un engagement individuel sur leur comportement au travail. Ce qui permettra de faciliter la prise de décision dans la mise en œuvre des grands projets d’investissement », a expliqué Olivier Jaomiary, le directeur général de la JIRAMA. « L’appui du BIANCO s’avère indispensable car celui-ci a entre autres partagé les erreurs commises sur la gestion de l’entreprise dans le passé et qu’il faut éviter. De nombreux cas ont été évoqués au niveau de la Justice et du BIANCO. Il s’agit entre autres, de branchements illicites, de détournements des versements des clients et du manque de transparence. Sur les 30% de pertes de production enregistrées, 20% proviennent de la mauvaise gestion. Raison de la restructuration de l’entreprise y compris le recrutement de 25 directeurs de la JIRAMA », a-t-il rajouté.

Eau potable. Parlant de la couleur jaunâtre de l’eau produite par la JIRAMA, Rakotomalala Roland, le responsable technique de l’Eau à Tanà, a fait savoir que c’est dû la dégradation de l’environnement du bassin versant du lac de Mandroseza et de la rivière Ikopa. « Les eaux qui alimentent ou se déversent dans le lac de Mandroseza, avec la survenue de pluies diluviennes ces derniers jours, sont excessivement chargées de boues. Du coup, il y a des difficultés au niveau du traitement de ces eaux brutes. La production de l’eau a ainsi baissé de 180 000m3/j au lieu de 200 000m3/j en temps normal. Toutefois, l’eau est toujours potable car nous faisons systématiquement des analyses microbiologiques », a-t-il conclu.

Navalona R.

L'express de Madagascar79 partages

Éducation – L’exemple Japonais à méditer

Prendre exemple de l’excellence. La première dame, VoahangyRajaonarimampianina, cherche des moyens pour améliorer l’éducation à Madagascar, à travers ses actions sociales. Accompagnant le chef d’État, HeryRajaonarimampianina, dans sa visite diplomatique au Japon, elle a rendu visite à une école publique à Yokohama, dans la capitale de ce pays du soleil levant, hier. La visite a été enrichissante. En dessus de l’enseignement, les élèves sont initiés au sens de la responsabilité, au sens de la solidarité, au devoir de servir les autres ainsi qu’au devoir de protéger l’environnement. Dans cette école, par exemple, les cours commencent à 8 heures du matin et s’achèvent à 15 heures. Les six cent élèves déjeunent à la cantine de cet établissement scolaire.

Ils sont responsabilisés dès leur très jeune âge. Ils s’organisent eux-mêmes dans la distribution de leur repas, sans l’aide de serveur. Ce sont encore eux qui s’occupent de leur vaisselle, après le repas. Les verres en plastique du jus ne sont pas à jeter mais à recycler, et les ordures ne se jettent pas partout.

Priorité

A la fin de sa visite, VoahangyRajaonarimampianina a remis des petits présents à ces élèves. Ce sont des objets de confection artisanale malgache qui permettront à ces petits japonais d’avoir connaissance de la particularité de Madagascar.

La première dame compte intégrer une partie de cette pédagogie du Soleil levant dans ses actions sociales qui mettent en priorité l’éducation. Nombreuses ont été les missions de VoahangyRajaonarimampianina, dans ce secteur. C’est grâce à elle que plusieurs bibliothèques et des centres multimédia ont vu le jour au sein de plusieurs établissements scolaires publics, comme à Antanimbarinandriana ou encore au lycée d’Ambohimangakely, récemment inaugurés. Le couple présidentiel a, aussi, offert récemment six millions de kits scolaires à des élèves de la région d’Analamanga.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara76 partages

Adiresy e-mail : Misy misandoka ny an’ny zandarimariam-pirenena

Ilay fampitam-baovao sandoka

Omaly no nalefa ilay fampitam-baovao izay sady misy ny famantarana manokan’ny fitondram-panjakana no misy koa ny famantarana manokana an’ny zandarimariam-pirenena. Ny mpanao gazety izay miara-miasa amin’ny seraseran’ny zandarimaria dia avy hatrany dia nahafantatra fa hosoka ilay adiresy e-mail izay nampitaina ilay vaovao ary koa ny fanamarinana manokana an’ny zandary dia tsy izy velively. Rehefa nohamarinina tokoa teo anivon’io vondrona dia tsy mitombina velively ilay vaovao nampitaina. Nanamarina rahateo ny zandary ny harivan’ny omaly : « misy amin’izao fotoana izao ny e-mail azon’ny mpanao gazety maro mikasika fikarohana olona iray (avis de recherche) ka « cirgnmadagasikara12@gmail.com » no nanaparitaka azy io. Tsara ny ahalalan’ny rehetra fa tsy avy amin’ny ZP io vaovao io ary adresse e-mail sandoka io nampiasaina io. » Ilay vaovao kosa dia mahakasika ny fisian’ny ramatoa iray izay nolazain’ny mpisandoka fa mpamatsy vola ny mpaka takalon’aina sy mpanao fakàna an-keriny eto an-drenivohitra. Izany dia mba entina hanakorontanana ny fifidianana amin’ny taona hoavy. Nisy sary nalefan’ny mpisandoka ary nisy ny nahafantatra fa sarin’ny mpanao gazety iray io nampiasaina io. Inona ny tanjona amin’ny fisandohana toa izao ? Raha efa mateti-pitranga ny fampiasaina kaonty « fake » amin’ny tambajotram-pifandraisana sy serasera dia izao koa izany dia efa tonga amin’ny fampiasàna e-mail ireo olon-dratsy. Manazava hatrany izany fa misy andian’olona izay mikarama amin’ny fanimbàna olona sy fanakorontanana fotsiny eto amintsika. Koa satria ny zandary no nisandohana tamin’ity indray mitoraka ity, azo heverina fa hisy fanadihadiana lalina izay hiafara amin’ny fisamborana ny tompon’antoka amin’ny asa fanakorontanana toa izao.

D.R

Midi Madagasikara75 partages

Rock : Les Pumpkins sur une même scène, 40 ans après

Kelly Rajerison, Solo Razaf, Alain Nirinasoa et Eric Rakotoary vont se reformer les Pumpkins le temps d’une soirée au Fara West Faravohitra, ce jeudi, à partir de 20 heures.

Aux grands maux les grands remèdes. Exceptionnellement, ce jeudi, Fara West va ouvrir ses portes à l’occasion du concert des Pumpkins qui vont à nouveau se retrouver sur une même scène, 40 ans après.

Saviez-vous que le titre « Tsikitsiky lava », repris par Pazzapa dans les années 2000 était une composition des Pumpkins ? Si vous êtes né dans les années 80, vous n’en avez aucune idée. Vous n’avez peut-être même probablement jamais entendu parler de ce groupe qui est pourtant un des pionniers du rock dans la Capitale, voire à Madagascar. A l’époque où ils se sont formés, porter des mini-jupes (pour les filles), et des cheveux longs (pour les garçons) étaient interdits mais ils se sont entêtés. « Je me souviens, pour aller au lycée le matin, je plaquais mes cheveux pour ne pas qu’on me remarque. A 14h, parce que la chaleur est à son summum, ils ne tiennent plus en place. Donc, le proviseur me fait sortir du rang », se remémore Solo Razaf. « Un vrai Hendrix », renchérit Alain Nirinasoa. « On avait vraiment le rock attitude », affirme Kelly Rajerison. Mais ils avaient eu du succès, beaucoup de succès. « Nous étions de jeunes hommes dans le vent attirés par une même passion de la musique, une même attirance pour les nouveautés, vibrant au rythme des changements de notre époque sans internet, par le biais des radios, des cassettes audio, des 45 tours qui tournaient en boucle et que chacun se repassait, copiait. On était avide de découvrir le monde, de partager notre fougue en toute circonstance pour le fun, pour la gloire éphémère, pour la joie de vivre », relate Eric Rakotoary.

Quarante ans après. Ils ont brûlé le plancher des scènes musicales malgaches, vécu à plein régime, affermi leur passion avant de prendre chacun des routes différentes, ici et là de part et d’autre de l’équateur. Ils ont chacun suivi leur chemin mais somme toute avec la même rigueur, la même flamme d’artistes. « Jamais ceux qui sont partis n’ont vraiment quitté leur île ». Ils ne se sont pas vraiment perdus de vue et ont gardé au chaud leur début commun, ce prélude à leur vie professionnelle pleine de sincérité et d’énergie pure. Depuis quelques temps un vieux rêve semble être sorti du sommeil, un rêve de reconnexion comme pour se conforter, éclairer le chemin parcouru et recouvrer le cœur même de leur passion musicale. Un bien beau challenge ! De biens belles retrouvailles, un rêve devenu réalité puisque demain soir, Kelly Rajerison, Alain Nirinasoa, Eric Rakotoary et Solo Razaf, actuellement de passage au pays, vont reformer les Pumpkins. Un rendez-vous à ne surtout pas manquer, surtout que leur dernière représentation au pays date d’il y a quarante ans.Mahetsaka

Midi Madagasikara60 partages

Fitoraham-bato fiara teny amin’iny RN2 : “MD” i Romeo, manangana barazy hamotsorana azy ireo mponina

Tena mafana ny disadisa eo amin’ny fitsarana sy ny zandary, ny fitsarana sy ny mpitatitra amin’ny lalam-pirenena faha-02, ary ny kaoperativa mampiasa ny lalam-pirenena faha-02 sy ny mponina ao Brickaville, taorian’ny nisamborana fanindroany indray an’i Romeo Lucien Randrianandrasana na “Dada” ilay mpivaron-kena voaroiroy ho isany mpanarama ireo mpitora-bato ao Brickaville.

Ny alatsinainy teo no efa tonga teo anivon’ny tonia mpampanoa lalana ny antontan-taratasim-panadiadiana nataon’ny zandary tamin’ingahy Romeo Randrianandrasana na i “Dada”, efa nentina teo anivon’ny fitsarana ihany koa ny tenany teo am-piandrasana ny fehin-tenin’ny fampanoavana mikasika ny raharaha manejika azy. Tamin’ny iray ora sy sasany tolakandro anefa dia nasaina niverina omaly talata indray izy ireo, ka samy niandry izay ho tenin’ny fampanoavana ny zandary sy ny fianakavian’i “Dada” ary ireo mpiara-monina amin’i Romeo. Hagagana anefa ny an’ny rehetra fa raha efa nahavita ny fehin-teniny ny tonia mpampanoa lalana, dia tsy misy mety mandray ilay antontan-taratasin’ny tora-bato tao Brickaville ireo mpitsara mpanao famotorana tokony hiazona izany, nanakatom-baravarana avokoa izy ireo ny talata.

Vokatra ity fisamborana an’i Romeo na i “Dada” fanindroany tao Brickaville ity taorian’ny fanomezan’ny fitsarana fahafahana vonjimaika ho azy tany amboalohany ny raharaha, dia naneho ny tsy fahafaliany ireo mponina ao Brickaville izay nilanja sora-baventy manerana ny tanana sy tamin’ny lalam-pirenena faha-02 ny alatsinainy lasa teo. Nisy noho izany ny fanazavana nataon’izy ireo tamin’ny mpanao gazety notarihan’Atoa Bary Jean Julien, fa amin’izy ireo dia olona marary saina tsy misy zavatra atao ao Ambalamakondro Brickaville ireo telo lahy nanonona ny anaran’i Romeo tamin’ity raharaha tora-bato fiara mpitatitra ity; koa raha misy ny zavatra manjo an’i Romeo na i “Dada” indrindra ny fampidirana am-ponja amin’ny zavatra tsy nataony izao, dia haverin’izy ireo ny barazy tahaka ny taona 2002. Ny didy nivoaka omaly tolakandro anefa dia nampiditra am-ponja vonjimaika an’i Roméo, raha avy nanakiana ny zandary ny mpitsara.

Ho an’ireto mponina ao Brickaville ireto dia tsy mpivaro-kena tahaka an’i Romeo na i “Dada” mihintsy no hahavita hanarama olona hitora-bato amin’ny lalam-pirenena faha-02; tsy olona adala ihany koa ny vahoakan’i Brickaville ka hitora-bato fiara mpitatitra tsy manelingelina azy. Ho an’Atoa Bary Jean Julien mpitondra tenin’ireto mponina anefa dia miisa telo ny olona mitondra ny solon’anarana hoe “Dada” ao Brickaville sy ny manodidina azy, koa maninona no tsy samborina avokoa ireo “Dada” rehetra ireo hanaovana fanadiadiana mba tena ahitana ny marina, indrindra ity “Dada Miliaridera” ao Antsampanana izay efa malaza amin’ny famakiana kaontenera. Raha ny zava-misy izany dia tena hahiana hihitana fatratra ity raharaha tora-bato fiara ao Brickaville ity, satria samy manana ny heviny ny zandary, ny mpitatitra, ny mponina, ny fianakavian’i Romeo, ary ny fitsarana misahana ny antontan-taratasin’adin’ireo voasambotra.

Malala Didier

Midi Madagasikara59 partages

Forum Africa 2017 : Hery Rajaonarimampianina absent en Egypte

Le président malgache qui aime honorer les rendez-vous internationaux, craint peut-être moins les missiles nord-coréens au Japon que les attentats terroristes en Egypte.

La cité balnéaire de Charm-el-Cheikh en Egypte va accueillir du 7 au 9 décembre prochain plus de 100 intervenants et 1 500 délégués issus de différents pays pour débattre de l’intégration régionale et de la création d’emplois en Afrique.

A cette occasion, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi aura pour hôtes de marque, ses homologues du Tchad, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, des Comores et de la Somalie. Sont également attendus, le vice-président nigérian et le Premier ministre mozambicain. En revanche, ni le président Hery Rajaonarimampianina ni le Premier ministre Olivier Mahafaly ne seront de la partie. Le premier pour cause de visite officielle au Japon jusqu’au 7 décembre, même si quand il le veut, il peut. C’était le cas pour le sommet Union Africaine – Union Européenne à Abidjan où il était présent malgré un emploi du temps très serré. Le second parce qu’il faut bien que l’un des deux chefs de l’Exécutif garde la maison, quoique le locataire de Mahazoarivo n’ait pas été non plus envoyé dans la capitale ivoirienne pour représenter Madagascar. Le maître d’Iavoloha qui semble avoir un don d’ubiquité en voulant être partout, avait tenu à se rendre lui-même à ce sommet UA – UE qui était une grande première pour Emmanuel Macron. Ceci expliquant visiblement cela.

Oublié par Macron. Le président français avait d’ailleurs saisi son déplacement à Abidjan pour effectuer sa tournée initiatique en Afrique qui l’a conduit le jour d’avant le sommet au Burkina Faso et le jour d’après au Ghana. Madagascar ne figurait pas dans l’agenda d’Emmanuel Macron qui avait pourtant fait part de sa volonté d’abattre « les barrières artificielles entre une Afrique francophone et une Afrique anglophone ; entre une Afrique du Nord et une Afrique subsaharienne ». Il a oublié ou omis (c’est selon) de mentionner le nom de Hery Rajaonarimampianina dans son discours à l’Université de Ouaga 1 à l’adresse de l’Afrique, alors qu’il avait cité nommément le Burkinabe Christian Kaboré; l’Ivoirien Alassane Ouattara ;  le Guinéen Alpha Condé ; le Tchadien Idriss Deby ; le Nigérien Mahamadou Issoufou ; le Sénégalais Macky Sall. Il ne pouvait évidemment ne pas parler de Thomas Sankara au Burkina Faso en déclarant avec son parler direct : «  Je veux m’exprimer ici au pays des hommes intègres ». Il ne savait sans doute pas que le défunt président burkinabe avait été formé à l’Académie militaire d’Antsirabe, au pays de …Claudine.

R. O

Madagascar Tribune51 partages

Des groupements professionnels s’engagent dans une alliance pour l’industrialisation durable

« L’heure est grave, et pour vous en convaincre, pas besoin d’études, de statistiques ou de beaux discours, la réalité que nous voyons tous les jours parle d’elle-même. » a déclaré Erick Rajaonary, du Fivmpama, hier 5 novembre 2017 à l’ouverture de la signature de la Charte pour l’industrialisation durable à Madagascar. Cinq entités se sont regroupées au sein de ce qu’on appellera désormais Alliance pour l’industrialisation durable. Il s’agit du SIM ou Syndicat des Industries de Madagascar, du Fivmpama ou Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy, le SSM ou Solidarité Syndicale de Madagascar, le CTM ou la Conférence des travailleurs de Madagascar et enfin le CREM ou Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar. L’objectif de cette alliance sera de combiner les efforts afin de rendre effectif l‘industrialisation et pour que les Malgaches puissent en profiter, afin que la réalité change. Car l’industrialisation est selon les membres de l’alliance un passage obligé pour Madagascar si l’on cherche un essor économique pour la Grande île. Le préambule de la charte déclare d’ailleurs que « Conscients de la stagnation économique qui se traduit par la misère sociale, le chômage, et la paupérisation croissante de la population, nous avons pris la décision de sortir du silence, de joindre nos forces et de surmonter les différends qui existent entre nous, afin de redresser la situation et d’arriver à une nouvelle orientation de la politique économique du pays.  ». Il s’agira donc pour les membres de l’alliance de conjuguer les efforts et les savoir-faire pour une relance économique effective du pays.

Exigences et mesures concrètes

Pour ce faire, plusieurs mesures doivent être mis en place et sont réclamés par l’alliance, dont en premier la considération de l’industrialisation comme priorité pour le développement. L’Etat est également fortement sollicité. Les efforts du secteur privé à se développer peuvent demeurer dérisoires, si l’Etat n’en fait pas autant, la situation risque de rester inchangée. L’alliance précise qu’il est nécessaire de mettre en place un système fiscal et d’accès aux financements soutenant les efforts de l’industrialisation. Bien évidemment, un assainissement de l’économie est aussi une condition sine qua non pour le décollage industriel escompté. Tout cela est associé avec la mise en œuvre d’une politique publique soutenant le développement de l’industrie notamment en milieu rural. Toutes ces mesures ainsi que d’autres doivent être appliquées selon les membres de l’alliance, afin que les résultats puissent être celles attendues par tous de cette association. Ces efforts devraient être appuyés par l’Etat notamment à travers la loi sur le développement de l’industrie. Une loi qui normalement traduit la politique économique décidé par l’Etat. Le développement de l’industrie doit s’accompagner du développement des infrastructures routières, du secteur de l’énergie et même du droit à un travail décent.

Nombreuses sont donc les défis à relever dans le processus de l’industrialisation durable. L’atout est que Madagascar dispose de ce que l’on appelle « man power » avec une population majoritairement jeune et active. C’est ainsi que l’alliance appelle ses concitoyens à « sortir de l’apathie, à arrêter de subir et à se joindre à notre alliance afin de bâtir ensemble un Madagascar industrialisé, pleinement indépendant et souverain. ».

Tia Tanindranaza40 partages

Krizim-baryMiala bala ny fitondrana

Efa nanao antso avo ny avy eo anivon’ireo mpianatra sy mpampianatra mpikaroka ary ireo ekonomista nandalo rehetra teny anivon’ny oniversiten’Antananarivo ny faran’ny herinandro teo

J. Mirija

Midi Madagasikara40 partages

FTAR : 3e grève prévue pour jeudi prochain

Presque trois mois après son commencement, le bras de fer entre la commune urbaine d’Antananarivo et les taximen continue. Les deux parties semblent vouloir garder leur position. Et la déclaration de la FTAR ou Fikambananan’ny Taxin’Antananarivo Renivohitra hier tend à confirmer la situation. “Les taximen vont cesser toute activité le jeudi 7 décembre prochain“  a fait savoir Clémence Raharinirina. Cette dernière d’ajouter que l’initiative de cette troisième cessation d’activité des taximen de la capitale a été motivée par la publication par la commune d’une édition spéciale via le journal “gazety taxi” dans laquelle “la commune a effectué un publireportage sur le  “projet OMAVET-Taxi“. Clémence Raharinirina toutefois de noter que la “décision a également été prise suite à la longue attente de la revendication envoyée auprès du Ministère des Transports et de la Météorologie“. Lesdites revendications raffermissant le refus du projet de transfert du centre de contre visite auprès de la société Omavet. Une troisième grève générale est donc prévue pour le jeudi  prochain. Et cette fois-ci, les membres auprès de la FTAR n’ont pas émis d’indices sur ce qu’ils vont faire. “Nous voulons faire des surprises” a souligné Clémence Raharinirina. Histoire à suivre.

José Belalahy

Tia Tanindranaza38 partages

Hambom-po politikan’ny HVMHilalaovana ny fiainam-bahoaka…

Tsy misy zavatra mandeha amin’ny laoniny intsony eto amin’ny firenena fa variana manao kajy politika sy miady an-trano ny HVM ka dia io iaraha-mahita io ny zava-misy.

  Ny asan-jiolahy sy asan-dahalo mandeha foana, ny vidin-tsolika miakatra, ny vidim-bary midangana, ny vidin’entana amin’ny ankapobeny miakatra andro aman’alina. Miandry vahoaka hivazavaza sy tezitra vao mody mihetsika sy mandray andraikitra. Raha ny vidim-bary, efa tany amin’ny hain-tany mahatsiravina sy loza voajanahary samihafa am-bolana maro izay no efa fantatra fa hitotongana ny famokarana, saingy toa fady tamin’ny HVM ny handray andraikitra fa aty afara efa manomboka mitroatra ny olona vao mamono afo sy milaza fa efa mitady vahaolana. Hiaraha-mitazana eo indray aloha na mba hisy fiantraikany mivantana amin’ny vahoaka indray ny fampanantenana natao na ho poakaty toy ny mahazatra.

 

Raikitra ny ady mangatsiaka

 

Ambinambin-javatra ihany ny famahana ny olam-bahoaka, fa ny kajy handresena amin’ny fifidianana izao no mahamaika, ka na ny samy HVM aza efa tsy mifampatoky sy mifampiandry an-kendritohana. Toa efa mifanipaka toy ny valala an-karona, ary samy miezaka miaro ny rambony tsy ho tapaka. Re fa misy ady mangatsiaka eo amin’ny praiminisitra Mahafaly Olivier sy ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao. Malaza fa hoesorina amin’ity volana desambra ity ny praiminisitra, saingy manangam-bovona sy mitady fiarovan-tena mafy, toy ny nampakarana ho avo roa heny ny tambin-karaman’ny mpiasan’ny primatiora mba hijoroan’izy ireo hiaro azy. Miezaka mampiseho ny eo anivon’ny primatiora fa matanjaka sy mahery ary tsy matahotra na iza na iza. Mitana ny sain’ny maro, ohatra, ny fijoroan’i Paolo Emilio Raholinarivo mpanolotsain’ny praiminisitra milaza ny hamongotra ireo jiolahy sy mpanao afera mialokaloka ao anatin’ny fitondrana. Toa tsy mbola nandrenesam-peo firy kosa izy manoloana ny vaovao isan-tsokajiny efa nandeha fa tsy afa-miala amin’ny raharaha kolikoly goavana mikasika an’i Claudine Razaimamonjy ny praiminisitra sady minisitry ny Atitany. Lojika ny fiarovany ny lehibeny ao amin’ny primatiora, saingy mandady ihany koa ny trambo ho an’ny praiminisitra, izay harovany fatratra. Miezaka manadio ny ao anatiny mantsy ny HVM, izay i Rivo Rakotovao hatrany aloha ny mpandrindra nasionaliny, ka re fa anisan’ny kendrena hadaraboka hiala amin’ny toerany i Solonandrasana Mahafaly. Mitady hirika hanadiovan-tena amin’ny tsy fahombiazana amina tompon’andraikitra ambony vitsivitsy, izay hatao sorona ny HVM. Efa miedinedina eraky ny tanàna ho mafy sy henjana ary mbola tompon’ny teny farany amin’ny fanapahan-kevitra eto amin’ny firenena kosa i Rivo Rakotovao, ka maro no tsy faly aminy ary misy ny mihorohoro hiala amin’ny sezany. Raha ny tsapan-kevitra tsotsotra natao anefa dia tena nandiso fanantenana ny mpifidy i Hery Rajaonarimampianina sy ny ekipany ka tsy hahazo ny vaton’ny olona azony tamin’ny 2013 intsony amin’ny 2018, raha tsy hoe hampiasa paikady hafahafa angamba.

 

Toky R

 

L'express de Madagascar38 partages

Concours de beauté – La RTA cherche une mini Miss

Un concours de mini Miss Madagascar se découvre. Cette élection s’adresse à des petites filles de quatre à huit ans, sans critères physiques exigés.

À la RTA, les évènements se suivent, mais ne se ressemblent jamais. Après « Tia Talenta 26 » «Feo tokana gitara iray » et « Sunny Master Cook », cette fois-ci toujours dans le but d’offrir de nouveaux divertissements au public et en collaboration avec Kala Event, une société œuvrant dans la réalisation d’événements organise ce samedi 9 décembre  au Terrace-Villa Pradon Antanimena, une élection «Mini Miss Madagascar». Ce concours, qui en est à sa première édition, s’adresse à des petites  filles de 4 à 8 ans, sans critère de taille ou de poids donnant ainsi à toutes les jeunes filles qui le souhaitent, la possibilité de participer à ce concours de beauté.Le principe est simple : élire la petite fille la plus mignonne de la capitale et lui décerner le titre de Mini Miss. Les critères de sélection seront leur façon de s’habiller, de défiler, de s’exprimer en public. «Cette année, on a choisi comme thème : défiler pour éduquer. Aussi, c’est leur apparence vestimentaire et leur personnalité qui seront jugées, pas leur apparence physique. Les candidates choisies à l’issue de cette journée de casting suivront une série de formations, sur comment bien défiler, comment parler en public, et une formation en éducation civique », annonce Naya Razafy, un responsable au sein de la RTA.La lauréate du concours participera à une œuvre sociale organisée par Kala Event, à laquelle elle fera appel à l’aide et à la générosité de tout un chacun.Les organisateurs ont le secret pour organiser de très belles soirées. L’équipe de la RTA et ceux qui l’entourent sont bien rodés et le choix des artistes est toujours judicieux. Pour cette première édition, c’est Naya Razafy que l’on a pu déjà voir de nombreuses fois sur le petit écran, qui sera à l’animation de la soirée élection.

Soirée animéeLes spectateurs, attendus nombreux pour encourager les candidates à l’élection vont être entraînés dans un spectacle original et coloré. Pour les parents intéressés, la fin des inscriptions est prévue pour ce vendredi 8 décembre. Les fiches sont toujours disponibles à la RTA Ankorondrano. Par ailleurs, les responsables de Kala Event ont mentionné que les évènements en collaboration avec la station RTA continueront pour l’année 2018, ne serait-ce que la grande tournée de sélection de Mini Miss dans tout Madagascar. Pour sa part, la RTA promet à son fidèle public d’être plus proche de lui et de réaliser plus d’évènements et d’émissions pour l’année qui vient.

Sitraka Rakotobe

Midi Madagasikara37 partages

Les premières réactions du pouvoir face aux hausses

Le  pouvoir a décidé de réagir après l’avalanche de critiques qui s’est abattu sur lui, ces derniers jours. Le Premier ministre en personne a voulu démontrer en descendant  au marché d’Anosibe qu’il n’y a pas péril en la demeure et que les Malgaches ne vont pas mourir de faim. Un premier pas a été fait, mais la population attend d’autres gestes forts pour que soit rétablie une confiance en train de s’effriter.

Les premières réactions du pouvoir face aux hausses

Le train de hausses de ces  derniers  temps a traumatisé des citoyens qui se sont très vite retrouvés sans ressource. Ces derniers se sont vite tournés vers les dirigeants pour qu’ils amoindrissent les conséquences de cette flambée des prix. Les responsables ne sont pas restés inactifs, mais l’impression de l’opinion fut très mitigée car les résultats ne se sont pas faits sentir dans le panier des ménages. Les Malgaches qui ont toujours été  patients ont commencé à récriminer. Il n’en pouvait pas être autrement devant cette cherté de la vie qui les  a totalement mis sur la paille. Pour amoindrir les effets négatifs de cette flambée des prix, les autorités  ont annoncé des importations massives de riz. Leur impact sur l’opinion ne s’est pas fait sentir car cette dernière s’est surtout focalisée sur les 2 500 ariary et plus du « makalioka ». Les consommateurs n’ont pas accordé d’importance à ces stocks en abondance sur le marché. Le Premier ministre a donc décidé de faire un geste fort, en faisant une descente médiatisée sur le marché d’Anosibe. Il a fait parler les grossistes qui ont assuré que les Malgaches ne devaient pas s’inquiéter. On a vu des prix très abordables. La population devrait donc de ce côté être rassuré et ne plus craindre de pénurie. Mais même si ses appréhensions sont calmées dans ce secteur, ses difficultés ne sont pas pour autant terminées. Les autres produits ont connu la même flambée des prix. Des solutions doivent être trouvées pour permettre aux Malgaches de  sortir la tête hors de l’eau.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza35 partages

ToliaraVehivavy iray maty notifirina metisy Karana

Malagasy iray 23 taona no maty voatifitra tany Toliara ny alatsinainy lasa teo tokony ho tamin’ny 12 ora alina. Bala iray teo amin’ny masony sy ny tendany no nahafaty azy.

 

 Fantatra fa lehilahy metisy Karana izay niray fiara tamin’ity tovovavy ity ihany no nitifitra azy. Raha ny fitantaran’ny polisim-pirenena nanao ny fanadihadiana tany Toliara dia mpisipa roa nahitana teratany Karana iray sy ity tovovavy voatifitra sy Metisy Karana iray narahana tovovavy iray no avy namonjy lanonana ka niaraka fiara. Naterina teo amina hotely lehibe iray ireo mpisipa roa voalohany. Nivoaka ny fiara ary niditra avy hatrany tao amin’ilay hotely ilay vehivavy iray. Tampoka teo anefa dia nirefotra  ny basy. Notifirin’ilay mpamily izay teratany Karana ilay vehivavy Malagasy tao anaty fiara sy ilay Karana iray.Voa teo amin’ny takolany saingy mbola afaka nitsoaka ihany ity farany, maty tsy tra-drano kosa ilay vehivavy. Navoaka ny fiara ny vata mangatsiakan’ilay vehivavy avy eo ary niantso ilay vehivavy niaraka taminy tao amin’ny hotely ilay metisy Karana ka niaraka nandeha tamin’ilay fiara izy roa. Tonga teny an-toerana ny polisim-pirenena nanao ny fanadihadiana. Fantatra ny momba ireo olona nitsoaka. Omaly talata moa dia fantatra fa nitolo-batana tany amin’ny mpitandro ny filaminana ilay metisy Karana nahavanon-doza ary notanana avy hatrany ary hatolotra ny fitsarana.

RTT

Midi Madagasikara35 partages

Industrialisation : Grande restructuration réclamée par l’AIDM

L’Etat a un grand rôle à jouer dans le processus d’industrialisation du pays. Le secteur privé étant prêt, la volonté politique détermine désormais la réussite ou l’échec du processus, selon l’Alliance pour l’Industrialisation Durable de Madagascar (AIDM).

L’industrie doit être le pilier du développement ! C’est ce qu’ont soutenu les cinq organisations qui s’allient au sein de l’AIDM, lancée officiellement hier au Carlton Anosy. Il s’agit du SIM (Syndicat des Industries de Madagascar), du FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy), de la CTM (Conférence des Travailleurs Malagasy), du SSM (Solidarité Syndicale de Madagascar) et du CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar).  Ces organisations issues du secteur privé et de la société civile ont, en effet, élaboré une Charte, qui retrace les éléments indispensables pour une industrialisation durable à Madagascar. Dans ce document, le rôle de l’Etat est indispensable, d’après les explications du représentant du CREM, Rado Ratobisaona. « Le secteur privé est prêt, mais les conditions sont encore difficiles. Il faut une protection intelligente de l’industrie. Cela consiste, entre autres, à lutter contre les importations sauvages causant la concurrence déloyale dans le pays. Le secteur informel doit également être réduit petit à petit par l’Etat pour que celui-ci ne domine plus sur le marché », a-t-il indiqué.

Incitations. La qualité des services liés à l’énergie est également citée comme déterminante, dans la Charte pour l’industrialisation durable. L’Alliance a parlé de transformation structurelle de l’économie, pour réaliser les ambitions du processus d’industrialisation. « Quel que soit les problèmes politiques, les industries doivent être protégées. L’Etat doit garantir la sécurité financière et les infrastructures des industries à Madagascar », a martelé les membres de l’Alliance.  En outre, ils ont évoqué la nécessité d’un système financier favorable aux investissements, avec un taux débiteur sur le marché qui devrait être inférieur à 7%. A noter que le taux directeur de la Banque Centrale est encore à 9,5% depuis novembre dernier. Bref, outre la loi sur le développement industriel (LDIM), tout reste à faire en termes d’industrialisation à Madagascar et selon les différents acteurs, c’est l’Etat qui est aujourd’hui à la traine.

Antsa R.

Midi Madagasikara32 partages

Tokyo : Recontre entre Hery Rajaonarimampianina et le PM japonais Shinzo Abe, hier

Le Président Hery Rajaonarimampianina a rencontré le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, hier à Tokyo. Ils ont déclaré ainsi que « les relations d’amitié et de coopération entre Madagascar et le Japon entrent dans une nouvelle phase ». La recontre a été marquée par une cérémonie d’échange de notes portant sur le domaine de la sécurité alimentaire et celui de l’approvisionnement en eau potable. Il s’agit d’une dotation d’aide alimentaire d’un montant de 470 millions de yen, et de l’octroi de 200 millions de yen pour la mise en place d’uné purateuer d’eau. Par ailleurs le Premier ministre Shinzo Abe a fait part du soutien du Japon dans la mise en œuvre du Plan National de dévelopement, notamment à travers une assistance technique et financière pour la réalisation de projets d’infratsructures de haute qualité et le renforcement de capacités.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara31 partages

Huguette Rakotoarivony : “La majorité des enseignants malgaches ignorent le contenu du PSE”

Les participants lors du Forum National de l’Education au Carlton Anosy.

Le troisième forum national de l’éducation se déroule actuellement à l’hôtel Carlton Anosy. Un évènement qui devrait apporter des mesures correctives sur le contenu du PSE.

On a mis plus de temps pour l’élaboration du PSE (Plan Sectoriel de l’Education) que pour sa vulgarisation“. Ce sont là les expressions d’Huguette Rakotoarivony, Coordonateur nationale CONAMEPT, lors du lancement officiel du Forum National de l’Education à l’hôtel carlton Anosy hier. En effet, selon les dires d’Huguette Rakotoarivony, “de nombreux enseignants malgaches ignorent le contenu réel du PSE”. Cette dernière de donner l’exemple des enseignants de la CISCO du Vakinankaratra et de Sofia. “Nous avons effectué la semaine régionale des enseignants dans la région Sofia durant le mois de septembre dernier. Sept CISCO se sont réunies à Antsohihy et nous avons constaté que la majorité des enseignants ne connaissaient pas le contenu du PSE ”. Une situation d’incompréhension, voire d’ignorance, qui a pour cause “le manque de temps dans la vulgarisation dudit plan “. Huguette Rakotoarivony toutefois de noter que “ la connaissance du contenu du PSE est le fonds de la réussite de la reforme du système éducatif à Madagascar”. Avant d’interpeller que “les trois ministères de pilotage (Ministère de l’Education, ministère de l’Enseignement supérieur et enfin ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle) devraient se concerter pour entreprendre une vulgarisation à l’échelle nationale du contenu du PSE “.

Forum. Le troisième forum national sur l’éducation qui se déroule actuellement vise donc “un renforcement du dialogue entre le gouvernement et les organisations de la Société Civile oeuvrant dans le secteur de l’éducation » . Accueillant la participation de divers acteurs tel que les syndicalistes, l’évènement ambitionne de “recueillir des mesures d’accompagnement ainsi que des mesures correctives pouvant permettre une réelle amélioration du système de l’éducation“. Une amélioration tant pronée par le ministère de l’Education nationale. Et dans cette optique d’amélioration, “les OSC se positionnent en tant qu’observateur, d’accompagneteur, d’interpellateur et d’opposant lorsque les contenus ne correspondent pas aux réalités existantes à Madagascar“ selon les dires d’Huguette Rakotoarivony. Il convient par ailleurs de noter que le MEN projette d’entreprendre des campagnes de vulgarisation du PSE.

José Belalahy

Madagascar Tribune23 partages

Le président du Sénat, Rivo Rakotovao répond à la CENI

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) avait déjà émis à plusieurs reprises son souhait de voir la date des élections être fixée, et même fixée par la Commission elle-même -une demande à laquelle l’Exécutif n’accèdera sûrement pas. Et comme pour confirmer cela, le président du Sénat qui n’est autre que Rivo Rakotovao, président du parti au pouvoir, a répondu à la CENI. Selon ce dernier, il est impossible de fixer la date des élections tant que les lois y afférentes n’ont pas été votées. Le numéro un de la Chambre Haute d’expliquer que sans aucun cadre juridique, on ne peut fixer une date pour les prochaines élections. Chose logique si l’on en reste là. La fixation de la date des élections de 2018 devra donc attendre que les lois relatives aux élections, qui ont totalement disparu de la circulation après le Conseil des ministres de Mahajanga soient votées. La question est de savoir quand ces lois passeront au Parlement. Après le Conseil des ministres de Mahajanga, les lois ont été certes validées mais sous réserve de correction. Il est donc fort probable que les dates ne soient connues que vers la fin du premier trimestre de l’année prochaine. Selon le député Siteny Randrianasoloniaiko, le passage de ces lois électorales ne pourrait attendre la prochaine session du Parlement en Mai 2018. Aussi, une session extraordinaire serait également envisagée par les députés. Tout cela si l’on veut que les élections se fassent en 2018 et si l’on veut que tout le monde soit sur un même pied d’égalité.

Midi Madagasikara23 partages

Maharidaza-MAnjakandrina : Un homme retrouvé mot défiguré dans des broussailles

Une découverte macabre a fait surprise les habitants de la commune de Maharidaza, une localité bordant de la RN2. C’étaient des enfants qui sont partis à la recherche de bois de chauffe le matin du vendredi 1 novembre qui ont remarqué quelque chose d’anormale dans les buissons qu’ils devaient traverser. Curieux, ils s-y sont approchés et ont trouvé un corps sans vie d’un homme presque dénudé et défiguré. Surpris, ces jeunes gens ont tout de suite alerté les responsables de leur village qui ont leur tour alerté les autorités le plus proche. Ainsi, la novelle a tout d’un coup répandu dans le fokontany. C’est pourquoi, des habitants se sont précipités sur le lieu de la tragédie pour constater de visu la réalité. Ce qui a provoqué un attroupement qui a bloqué la circulation sur la RN2 dans la mesure où, ce fait a eu lieu à peine à une dizaine de mètre du bord de cette route nationale. Alertés de ce fait, des éléments de l’unité de la gendarmerie, la plus proche, sont descendus sur le lieu. Le constat a revelé que la victime n’aurait pas été tué dans cette endroit du fait. Les circonstances du lieu et l’état du corps du défunt ne permettent pas de dire le contraire. Mais ce qui est sûr, les blessures trouvées sur la victime font penser qu’il s’agit un meurtre purement et simplement dont la raison serait une règlement de compte.

T.M.

Tia Tanindranaza22 partages

Ambendrana-AntsohihyFiaran’ny zandary nahafaty olona

Tovovavy roa mpianatry ny oniversite katolika ASJA ao Antsohihy no nodomin’ny fiaran’ny zandarimariam-pirenena tao amin’ny fokontany Ambendrana ny alatsinainy 4 desambra lasa teo.

 

 Raha ny fampitambam-baovao avy any an-toerana, nizotra tamim-pilaminana tamin’ny sisin-dalana izy ireo no nofaohan’io fiara io tampoka. Raha ny tatitra avy any an-toerana, tsy lojika mihitsy ny handonan’ny fiara azy ireo, saingy nandika lalàna nandeha tamin’ny sisiny an-kavia sady nirimorimo mafy io fiaran’ny mpitandro filaminana io. Maty tsy tra-drano ny iray, ary naratra mafy sy miady amin’ny fahafatesana kosa ny iray. Vao 21 taona monja io tovovavy maty io ary taona fahatelo amin’ny sampana lalàna tao amin’ny oniversite katolika ASJA. An-dalam-pahazoana ny mari-pahaizana “Licence” izy izao nindaosin’ny fahafatesana izao. Tsy sanatria natao hanenjehana ny mpitandro ny filaminana, fa porofo iray mibaribary amin’ny fisian’ny fitondran-tenan’ny sasany amin’izy ireo ho mitondra ho ambonin’ny lalàna ny tahaka izao. Tsy fantatra mazava hatreto ny antony nahatonga io fiaran’ny zandary io tsy maintsy nandeha mafy tamin’ny ilany an-kavia, izay tsy azo atao. Nisy dia maika tsy maintsy novonjena sa olana ara-teknika ? Mila hazavaina sy hampahafantarina an’ny mpiarabelona ny hoe rehefa inona ny fiaran’ny mpitandro filaminana no mahazo mampaneno anjomara sy tsy maintsy homen-dalana avy hatrany, ary afaka mandeha amin’ny lalana mifanohitra amin’ny tokony ho izy ? Raha ny voafaritry ny lalàmpanorenana dia ny koretezy mitondra filoham-pirenena, ny filohan’ny andrim-panjakana roa dia ny antenimierandoholona sy ny antenimieram-pirenena, ny filohan’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana ary ny fiara mpitatitra marary sy mpamonjy voina no manana zo tsy azo hivalozana sy tsy maintsy homen-dalana. Andrasana ny fanazavan’ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena momba ity toe-javatra, izay manaratsy endrika ny mpitandro ny filaminana ity.

Toky R

 

News Mada21 partages

Gangstabab : « Je mettrai en sourdine ma carrière musicale »

Un aperçu de son troisième album fraîchement intitulé « Fangady », c’est ce que Gangstabab promet aux noctambules, à l’occasion d’une soirée au Kudeta Urban Club Anosy, ce vendredi. Mais lors de ce show, Gangstababa va également annoncer qu’il  se retirera de la scène musicale durant un moment.

Connu pour être celui qui a propulsé le slam engagé dans la capitale, Gangstabab n’a pas mâché ses mots pour dénoncer les dessous de la politique à Madagascar. Mais comme cela ne lui a pas suffi, il s’est lui-même introduit dans l’arène politique afin de redorer son blason. «Une fois cet album dans les bacs, je mettrai en sourdine ma carrière musicale pour me consacrer à des projets d’envergure», avoue l’interprète de «Ankavanan’ ny Ray», intervenant sur une chaîne locale.

Numération traditionnelle

«Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler», a tout simplement commenté Bàbà Rakotoarisoa ou Gangstabab une fois au micro, après avoir été lynché sur internet à cause de son nouveau single intitulé «Atosika tsara».  En fait, les internautes ont suivi d’un mauvais œil ce clip.

Pour dire que cette soirée constituera la première apparition du chanteur en public après cet évènement qui a défrayé la chronique.  L’orateur met la barre haute avec son nouvel album «Fangady», qui sortira au début de l’année prochaine. Il s’agit en fait de la suite logique du deuxième opus «Aviavy» et du premier disque «Amontana», inspirés de la numération traditionnelle malgache.

«Gangstabab n’est pas limité à un seul genre musical, je compte bien sortir des sentiers battus, m’ouvrir à de nouveaux horizons. Raison pour laquelle j’ai changé de registre dans le clip Atosika tsara qui emprunte un rythme typique de la partie septentrionale de l’île et plus précisément, le salegy», argumente l’artiste. Faisant partie intégrante du groupe, Narindra 1.0 et 2.0 figureront dans cet album.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara20 partages

Incitations fiscales : Allègement exceptionnel jusqu’au 31 décembre, selon la DGI

16 000 Ariary d’impôts synthétiques (IS) pour toute entreprise nouvellement créée ! C’est l’une des dispositions exceptionnelles d’allègement adoptée par la DGI (Direction Générale des Impôts), dans le cadre de la célébration de son 20e anniversaire. L’objectif, selon Iouri Garisse Razafindrakoto DG des Impôts, est d’avoir une meilleure adhésion de la population à la contribution fiscale et à la lutte contre le secteur informel. Outre cette mesure la création d’entreprise, les contribuables immatriculés ont également leurs parts. « Les contribuables défaillants soumis à l’IS, ne faisant pas l’objet de taxation d’office ni de créances fiscales, peuvent régulariser uniquement leur situation de l’année en cours, sans intérêt de retard, ni amende pour non-dépôt. Pour ceux soumis à l’IR (Impôt sur le revenu), les contribuables défaillants ne faisant pas l’objet de taxation d’office ni de créances fiscales, peuvent régulariser leur situation des trois dernières années non prescrites sans intérêt de retard ni amende pour non-dépôt », a indiqué la DGI. Par ailleurs, l’Administration fiscale accorde également une priorité de traitement de faveur de dossier fiscal, pour les contribuables qui se présentent au bureau du Centre Fiscal ou de la Direction Régionale de leur ressort, munis de flyers avec coupon détachable distribué lors des journées portes ouvertes qui se sont tenues à Anosy du 23 au 25 novembre dernier.

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

Thaïlande – Madagascar : 27 ans de relation bilatérale

La date du 5 décembre se révèle d’une importance primordiale pour le peuple thaïlandais. Ainsi, selon le chef de mission du consulat général du royaume de la Thaïlande à Madagascar, Kriwat Phamorabutra, elle marque la célébration de la fête nationale du royaume de la Thaïlande. En deuxième lieu, c’est la commémoration de l’anniversaire de feu Sa Majesté le roi Bhumibol Adulyadej Rama IX. Ce jour est également consacré à la fête des pères pour ce pays  d’Asie du Sud-Est. A Madagascar, cette célébration s’est déroulée, hier, à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Concernant la relation bilatérale entre la Thaïlande et la Grande île, elle a débuté en 1990 et en est actuellemnt en sa 27e année.

Visite royale. Cette relation historique a été essentiellement marquée par la première visite de son Altesse royale la princesse Maha Chakri Sirindorn du 8 au 11 février de cette année. Son Altesse royale est la première petite sœur de Sa majesté le roi Bhumibol Adulyadej Rama IX. Cette visite royale a permis aux 70 millions thaïlandais de connaître incontestablement mieux Madagascar.

Dominique R.

L'express de Madagascar15 partages

Les arnacoeurs

«Considérant qu’un nouveau code de la com­munication a vu le jour et qu’il a été vivement critiqué par les journalistes malgaches dans la mesure où il fait référence au code pénal pour statuer sur les délits de presse, ce qui risque d’entraîner une criminalisation de la profession; que la situation s’est calmée, mais ne semble pas évoluer dans le bon sens ».« Considérant que, le 10 juillet 2017, le directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe a déclaré que le bilan de Madagascar en matière de droits de l’homme s’aggravait rapidement en raison du mépris flagrant de l’état de droit; que plus de 50 % des détenus se trouvent en détention préventive sans qu’un procès n’ait lieu et qu’on assiste à des violations telles que des exécutions extrajudiciaires par la police ou l’emprisonnement de défenseurs des droits de l’homme en raison de l’absence d’accès libre et équitable à la justice ».« Considérant que des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme font l’objet d’actes d’intimidation et de harcèlement de la part des autorités afin de les faire taire et d’entraver leurs investigations ou leur action en faveur des droits de l’homme; que depuis les élections de 2013, de nombreux médias ont été fermés et censurés au nom du “respect de l’état de droit” et de l’impératif d’assainissement du paysage audiovisuel” avancés par le ministère de la communication ».« Considérant que Madagascar est l’un des endroits les plus exceptionnels de la planète en termes d’environnement, mais aussi le pays en paix le plus pauvre du monde, avec 92 % de la population vivant avec moins de 2 USD par jour, et qu’il figure à la 154e place sur 188 pour l’indice de développement humain ».Considérant beaucoup de choses que les autres pays constatent de notre pays, on ne peut que se mettre à genoux et pleurer toutes les larmes de notre corps. Il est peut-être devenu coutume d’entendre que Madagascar est pauvre tout en étant riche, que notre île est paradisiaque mais un enfer car elle porte en elle toute la misère du monde. N’avons-nous pas rigolé nous-même en faisant des blagues sur notre situation, sur notre level inhumain de résilience face à cette situation catastrophique ? Et catastro­phique, le mot faible face à la réalité.Mais quand on voit noir sur blanc : « le pays en paix le plus pauvre du monde » on en prend un sacré coup. De tous les humains sur cette planète, mes compatriotes sont les plus démunis. Alors que nous voyons chaque jour sur les chaînes internationales les guerres ici et là, les soulèvements et les dictatures qui sévissent en Afrique et en d’autres parties du globe ; ces pays sont plus riches que nous. Quand on sait que des villes, des zones sont ravagées quotidiennement par des bombes, des maladies, des tueries, le plus pauvre de là-bas est sûrement plus riche que nous.On se demande quel est le sentiment du Président de la République, celui actuellement en place et ceux qui se sont succédé quand dans les réunions des Nations, ils représentaient le peuple le plus pauvre du monde. Ou est ce qu’ils ont oublié car ils étaient logés, mangeaient, faisaient leur shopping dans les même hôtels, magasins de luxe que les représentants des pays les plus riches du monde. Ils se soignent dans les mêmes hôpitaux que Macron, pouvaient partir en vacances dans les mêmes villégiatures que Trump, pouvaient porter les mêmes habits que les membres des familles royales du Royaume-Unis ou de Quatar.  Pire, ils ont des avoirs dans les banques à l’étranger au même titre que les plus riches de la terre.La résolution commune du parlement Européen sur Madagascar, adoptée il y a quelques semaines, est un document qui met la main sur un fait qui pourrait passer comme banal, usuel, un « fait divers » à nos oreilles. « Madagascar est LE pays en paix le plus pauvre du monde ». Il n’y en a pas deux, c’est notre pays. Mais nos dirigeants sont loin d’être les gouvernants les plus mal lotis de la planète. Une arnaque sans cœur.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara13 partages

Tour de Mada cycliste : Quand la peste et les connections aériennes jouent un Tour

On ne peut pas tout avoir.  Francis Ducreux l’a appris hier à son arrivée à Toliara où le Tour de Mada devait partir ce jeudi. 

Autant le dire,  les nouvelles ne sont pas du tout bonnes pour les délégations étrangères. D’abord pour les Congolais qui sont bien arrivés à Tana mais avec seulement deux vélos pour les quatre coureurs. « Si leurs vélos n’arrivent pas à temps,  ils risquent de répartir sur le champ », explique Francis Ducreux qui n’est pas à problème près car deux de ses collaborateurs ont vécu des fortunes diverses à cause des connections aériennes qui font que le Directeur de course,  Laurent Bezeaux, et le responsable de la photo finish, Nikema, arriveront à Toliara avec du retard.

Il y a ensuite les problèmes liés à la peste ayant déjà entraîné le forfait de nos amis belges mais même les Français ne sont venus qu’à  trois et il va falloir leur trouver un quatrième coéquipier malgache.

Les Réunionnais ont le même problème car la délégation conduite par Henriette Armand ne comprend que trois coureurs tout simplement par que certains parents ont interdit à leurs fils de venir par crainte de la peste.

Sur ce chapitre pourtant, le Tour à investi dans la prévention en achetant des thermomètres pour contrôler tous ceux gravitent autour de cet événement.  Comme il y a aussi une ambulance médicalisée tout au long du parcours, cela devait suffire à rassurer tout le monde.  Enfin on l’espère.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

CSPI-SAMADA : Hommage au personnel après la fin de l’épidémie de peste

Le DG de CSPI-SAMADA, Raphael Albaladejo.

« Il n’est de richesse que d’hommes ». Près de cinq siècles après être née des écrits de son auteur, cette philosophie de Jean Bodin demeure d’actualité. Bon nombre d’entreprises en font même la base de leur politique.

C’est le cas, entre autres, de CSPI-SAMAD dont le personnel a eu l’agréable surprise de recevoir l’hommage du dirigeant, après avoir été au front durant l’épidémie de peste. Compagnie spécialisée établie en France, CSPI (Compagnie de sécurité privée et industrielle) s’est vu confier par l’Etat malgache, en 2013, le projet de sûreté aéroportuaire : « Il s’agit de mettre aux normes les 8 aéroports internationaux de Madagascar suivant les recommandations de l’OACI (organisation internationale de l’aviation civile) », nous explique Raphaël Albaladejo sans donner plus de détails au cours d’une rencontre, la semaine dernière. Directeur général de CSPI-SAMADA, SAMAD SA (Sûreté aéroportuaire de Madagascar SA) n’étant autre que la filiale directe de CSPI chargée du projet, Raphael Albaladejo vient périodiquement à Madagascar pour faire le point de la situation avec les autorités malgaches et son équipe. Ainsi, il était sur place la semaine dernière.

Epidémie de peste. « Cette fois-ci, ma venue a un caractère spécial. Je suis venu pour à la fois rendre hommage et encourager mon équipe, l’ensemble du personnel sans aucune distinction, qui a fait preuve de courage et de professionnalisme durant cette dure épreuve d’épidémie de peste. Nous étions souvent en première ligne et malgré les risques énormes que nos collaborateurs ont encourus, pas un seul n’a quitté son poste, ou demandé à ne pas assurer sa mission et aucun n’a non plus contracté la maladie », nous confie-t-il. Il est d’autant plus satisfait que l’épidémie de peste est survenue à la fin de la haute saison touristique 2017 durant laquelle CSPI-SAMADA a aussi pris une bonne part d’activité. Grâce au projet de sûreté aéroportuaire, entre autres, les taux de fréquentation n’ont cessé d’augmenter aussi bien au niveau des passagers que du fret. « Les usagers, notamment les compagnies aériennes se disent d’ailleurs satisfaites du travail accompli en matière de sûreté aéroportuaire », a-t-il ajouté, en précisant que les chiffres et les objectifs ont été dépassés par rapport à 2016, avec des croissances à deux chiffres, plus particulièrement pour le fret. Le résultat des meilleures conditions d’exploitation notamment en matière de sûreté aéroportuaire, lequel résultat, selon le DG, est la conjonction des ressources humaines qui sont dans un processus de formation permanente, conjuguées aux importants investissements et le maintien en état de marche 24/24 et 7/7 des matériels de dernière technologie. Interrogé sur ces investissements, notre interlocuteur reste plutôt discret préférant parler des ressources humaines. « Chez CSPI-SAMADA, l’expression, ‘il n’est de richesse que d’hommes’ n’est pas qu’un slogan ! », conclut-il…

 Hanitra R.

News Mada11 partages

« Miss belle femme ronde » : Ho any Toulouse izay mendrika

Mitohy hatrany ny fivelaran’ny fikarakarana fifaninanana hatsaram-bika aman’endrika, karakarain’ny Malagasy, eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Nanampy ireo efa nisy teo aloha ny « Miss belle femme ronde ».

Araka ny efa fanao isan-taona, isaky ny tsingerintaona nahaterahan’i Fiyah no hanatanterahana ny fifaninanana « Miss belle femme ronde ». Anisan’ny hiavaka ny amin’ity taona ity satria ho any Toulouse izay tsara vintana ka mendrika ny hisalotra ny anaram-boninahitra « Miss belle femme ronde Madagascar 2018 ». Izay tafita eo, hisolo tena an’i Madagasikara amin’ny fifantenana izay ho « Miss belle femme ronde France », izay hotanterahina ny volana mey 2018.

Ny 9 desambra izao, manomboka amin’ny 8 ora alina ka ho mandra-maraina, eny amin’ny La Résidence Ankerana no hanatanterahana ny lanonana sy ny fifaninanana ahitana izay ho « Miss belle femme ronde Madagascar 2018 ». Hisolo akanjo indroa ny mpifaninana tsirairay ka ny iray, akanjo mihaja ampiakanjoin’ny Boutique chic by Fabiola. Akanjo faharoa hanaovan’ny mpifaninana, akanjo fanaovana amin’ny andro mafana ka ny tsirairay no miezaka manao izay manendrika ny vatany. Fantatra fa omen’ny Chic by Fabiola ireo mpifaninana telo voalohany ireo akanjo nentiny nandray anjara. Amin’io 9 desambra io ihany koa no hanokafana amin’ny fomba ofisialy ny Boutique chic by Fabiola.

Notanterahina tamin’ity taona ity ny fanaovan-tsonia nanomezan’ny filoha mpanorina ny komity mpikarakara ny « Miss belle femme ronde France » an’i Fiyah ny fahefana feno amin’ny fikarakarana ny « Miss belle femme ronde Madagascar »

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

 

L'express de Madagascar10 partages

Industrialisation durable – Une alliance pour motiver l’État

La charte de l’effectivité de l’Alliance pour une industrialisation durable a été signée  par cinq entités, hier. Elle constitue un défi pour l’État.

Fort. Un signal très puissant est lancé à l’endroit de l’État pour intervenir davantage et en urgence dans le développement de l’industrie à Madagascar. « Le secteur privé est le moteur de l’économie, tandis que l’industrie en est le fond », souligne d’emblée Eric Rajaonary, président du FIVMPAMA, le Groupement du patronat malgache, l’une des cinq entités qui a signé l’alliance pour une industrialisation durable. « L’industrialisation n’est pas possible sans les ressources humaines. Il est temps de reconsidérer le cas des travailleurs et des syndicats des travailleurs qui contribuent grandement au développement économique d’un pays », indiquent tour à tour Olga Rakotoarimanga, de la conférence des Travailleurs de Madagascar (CTM), et Faniry Ernaivo, de la plate-forme syndicale de la Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM) qui regroupe soixante- huit syndicats du public et du privé.« Notre alliance vient appuyer le projet de loi sur le développement industriel (LDIM), une étape importante franchie pour faire évoluer l’industrie. Mais l’État doit envoyer un signal plus fort pour dénouer la situation catastrophique de notre industrie », a martelé Fredy Rajaonera, président de l’organisation patronale qu’est le Syndicat des industries de Madagascar (SIM).

PrioritéLe cercle de Réflexion des économistes de Madagascar (CREM), représenté par son président, Andriampeno Ramiliarison, vient aux côtés de ces organisations patronales et syndicales, en tant que « think tank », sur tous les points relatifs à l’état des lieux de l’industrie, l’économie et le social.Il a été rappelé à l’assistance, venue en nombre à l’hôtel Carlton, hier, que l’État n’accorde que 0,7% du budget au ministère de l’Industrie et que l’heure était grave.Des parlementaires ont figuré parmi l’assistance.« Nous ne produisons pas ce que nous consommons et nous ne consommons pas ce que nous produisons », une citation fréquem­ment répétée pour faire réfléchir. Toute la problématique de l’énergie, de la concurrence déloyale, du cadre juridique non propice, du système fiscal, du taux de chômage et du secteur informel relève, en majeure partie, du manque de prise de responsabilité de divers secteursétatiques.« La LDIM marque déjà une avancée dans le développement de l’industrie, elle a déjà été soumise au conseil des ministres. Le secteur privé doit nous tendre la main dans le développement de ce secteur », se défend un responsable étatique. « L’Alliance se constitue, de ce fait, en moyen de pression pour un changement radical de la structure de l’économie, et créer ainsi un réel programme économique,  pour le déploiement d’efforts dans la transformation industrielle basée sur la durabilité, pour une impulsion au patriotisme économique, pour de nouvelles dispositions fiscales », résument les signataires de la charte. Ils attendent  des pas conséquents de la part de l’Etat en affectant plus de ressources au secteur secondaire, et interpelleront sans cesse pour que ce secteur devienne une priorité.  L’exemple de Rwanda  a été évoqué. Ce pays africain a décuplé son PIB par l’Industrialisation, tout en tenant tête aux grandes puissances dans la limitation de ses importations.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara10 partages

Santé publique : Stimulation de l’engagement du secteur privé

USAID- MBM, un partenariat qui commence sous de bons augures !

A Madagascar, le secteur de la santé publique n’arrive à assurer que le tiers des services de santé de base de la population. Le renforcement de capacité du secteur privé s’avère donc nécessaire pour une prise en charge sanitaire plus inclusive.

En effet, si les micros, petites et moyennes entreprises œuvrant dans le domaine de la santé- notamment celui de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (WASH) ont un accès facilité aux financements, elles seront plus à même d’offrir des services sanitaires de qualité optimale à leur client. C’est dans cette optique et dans le but d’apporter leur contribution dans l’amélioration de la vie des Malgaches que l’Agence américaine pour le Développement international (USAID) et la Microcred Banque Madagascar (MBM) ont scellé un partenariat. La cérémonie s’est tenue hier à l’Hôtel Colbert Antaninarenina dans le cadre d’une conférence de presse.

Engagements. Dans son allocution, le directeur du Bureau Santé-Population-Nutrition de l’USAID Madagascar, Daniele Nyirandutiye, a réitéré l’engagement de l’USAID dans le soutien effectif de la couverture sanitaire de l’Etat malgache : « 350 cliniques socialement franchisées sont actuellement appuyées par l’USAID. Par le biais du projet SHOPS PLUS (Supporting Health Outcomes through the Private Sector) –traduit librement par « la stimulation de l’engagement et de l’appui du secteur privé en matière de santé publique » l’USAID s’engage à booster le partenariat public-privé pour qu’il y ait plus d’équité et un assainissement effectif dans le secteur de la santé à Madagascar. »

Finances et Santé. La collaboration entre USAID et MBM favorisera le développement ou la création des cliniques et des prestataires privés œuvrant dans le secteur WASH en particulier et la santé en général. Ce qui, dans une visée large et à long terme, aura des répercussions positives sur la santé et le bien-être des Malgaches. MBM a été choisi en raison de son réseau très étendu (avec 155 000 clients, 39 succursales et 360 points MBM dans tout Madagascar) et de sa vision sociétale qui est au diapason avec celle de l’USAID. Michel Y. directeur de MBM Madagascar d’ajouter : « A travers ce partenariat, MBM désire accompagner le développement social de Madagascar, tout en permettant aux gens d’avoir un meilleur accès aux services sanitaires et financiers. Les taux directeurs seront les mêmes que pour les prêts classiques, mais ces prestataires en santé, bénéficieront d’un accompagnement plus approfondi» Notons que ce partenariat USAID-MBM est réalisé en collaboration avec l’Etat malgache, par le biais du ministère de tutelle. Dans son discours autant apprécié qu’improvisé, Joséa Ratsirarison, secrétaire général du Ministère de la Santé publique a d’ailleurs loué l’initiative audacieuse du MBM d’avoir percé le système de santé publique malgache, caractérisé par une dynamique complexe.

Luz R.R

News Mada9 partages

LFI 2018 : Les personnes en situation d’handicap oubliées !

La mise en œuvre du Plan national de l’inclusion du handicap (PNIH), élaboré en 2014-2015 par le ministère de la Population, la plateforme des personnes handicapées, Christian Blind Mission (CBM) et handicap international, nécessite 28 millions de dollars.

Mais «la lecture de la loi de finances 2018 n’indique rien d’encourageant à ce sujet», a souligné le président du Réseau malgache du handicap (RMH), Falihery Rafindrakoto.

Et d’ajouter, «le budget fléché handicap s’avère trop minime eu égard aux besoins. Malgré l’adoption du Plan national de l’inclusion du handicap (PNIH), celui-ci n’a pas obtenu de financement, contrairement au Plan sectoriel de l’éducation  et au Plan du développement du secteur santé. Pour dire que le handicap reste ignoré. Il ne faut pas ignorer que Madagascar a ratifié la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées en 2015», s’est indigné

Une situation perplexe

L’avenir des personnes handicapées à Madagascar tant au niveau professionnel que dans le secteur de l’éducation reste ainsi incertain. «La dernière enquête effectuée par le ministère de l’Education nationale pour le compte de 2015-2016  a stipulé que, environ 2,2% des enfants en situation de handicap sont inscrits dans le primaire (toutes déficiences confondues, dans les écoles publiques et privées). En termes d’emploi, je ne vais pas me hasarder à prononcer une statistique, mais il faut dire que les travailleurs handicapés sont très minoritaires», a-t-il signifié.

Madagascar célèbre chaque année la journée mondiale des personnes handicapées, mais apparemment, la situation de ces dernières ne change pas. Cette année, à Fianarantsoa, «Le thème de la journée mondiale des personnes handicapées 2017 porte sur le développement inclusif, me laisse perplexe» a noté Falihery Razafindrakoto.

Pour lui, «inclusif» devient un mot passe partout que tout le monde cite, mais personne ne se soucie de sa signification.

Rakoto

Midi Madagasikara9 partages

Fjkm Antananarivo Atsinanana : 10 taona teo amin’ny fitantanana ny prezidan’ny synodaly

Hankalazàna ny alakamisy ho avy izao ny faha-10 taonan’ny nitantanan’ny prezidàn’ny Synodaly, ny synodamparitany Antananarivo Antsinanana eo anivon’ny anivon’ny sahan’ny Fjkm. Hisy araka izany ny fanompoam-pivavahana izay hatao eny amin’iny fiangonana Fjkm Ambohitrarahaba amin’io fotoana io. Fotoana izay manomboka amin’ny sivy ora sy sasany maraina. Koa manasa ny rehetra araka izany ireo tompon’andraikitra : ny avy ao amin’ny Foibe Fjkm, ny Kômitin’ny fankalazana ary ny Synodamparitany Antananarivo Antsinanana mba ho tonga amin’io fotoana io, hiara-hidera sy hiombom-bavaka amin’ity mpanompon’Andriamanitra ity.

m.L

Midi Madagasikara8 partages

Rallye – Championnats de Mada : Plus que 10 jours avant la 6e manche

Les championnats de Madagascar de rallye 2017 ne touchent pas encore à leur fin. La première manche de cette compétition de sport mécanique s’est déroulée au mois de mai. La Fédération du Sport Automobile à Madagascar (FSAM) entamera la 6e manche de cet événement sportif, dans dix jours. Ce sera en effet du 15 au 17 décembre que se déroulera la dernière manche des championnats 2017.  Les engagements prendront fin le 11 décembre prochain. Les parcours et programmes de cette 6e manche de la compétition ont été annoncés de manière officielle par le club ASA Tana lors de la dernière conférence de presse, lundi, soir au Môtel à Anosy. Les pilotes devront conduire d’Ambohitsiry jusqu’à Ambodifasina. Aux alentours de la RN2, le circuit prévu n’est plus inconnu des pilotes malgaches. Les épreuves de ce rallye de coefficient 1,4 se dérouleront sur un trajet total de 412,56 km. Les 162,81 km de ce parcours seront constitués de douze épreuves spéciales présentées en trois étapes et en sept sections distinctes. Le circuit sera marqué par des variations et des pièges. Une manière pour les pilotes de démontrer leur talent d’as du volant. Toutefois, ils devront rester vigilants, même s’ils connaissent ce trajet presque comme leur propre poche.

K. A (Stagiaire)

Midi Madagasikara6 partages

Basket-ball – N1A : ASCUT s’offre de l’ASCB

Les basketteuses du SBBC se sont imposées face à celles du MB2All.

Des hauts et des bas pour les équipes engagées à la seconde phase du Championnat national N1A au Palais des Sports de Mahamasina.

Les garçons de l’Association Sportive de la Commune Urbaine de Toamasina (ASCUT) se sont imposés face aux basketteurs de l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) hier au Palais des Sports sur le score de 68 à 61. Dès l’entame de la rencontre, les Tamataviens emmenés par Lalason (12 points) creusent l’écart en menant par 13 à 8 au premier quart-temps. A la pause, les protégés de Herilanto Randriamanalina mènent par 34 à 20. De retour des vestiaires, les Elly (11 points), Livio (15 points) et compagnies de l’ASCB ont essayé de rattraper leur retard en inscrivant 23 points contre 13 pour leurs adversaires, mais, l’écart gagné d’avance par les Tamataviens a compliqué leur tache. L’ASCUT remporte la victoire par 68 à 61. Chez les dames, les filles du SBBC ont enfin pris leur revanche contre MB2All. La troupe à Prisca a pris le dessus des Rachou et camarades par 62 à 56. Les éliminatoires se poursuivent ce jour à Mahamasina pour cette deuxième phase du Championnat national N1A.

Résultats

(D): JEA Vakinankaratra contre ASA Analamanga: 97 – 46.D): FANDREFIALA Analamanga contre BC EST Atsimo-Andrefana : 119 – 39.H): CHALLENGER Analamanga contre MB2ALL Analamanga : 64 – 88.(H): COSFA Analamanga contre SEBAM Boeny : 96 – 66.(D): TAMIFA Amoron’i Mania contre ASE Haute Matsiatra : 74 – 42.(H): TMBB Analamanga contre COSMOS Diana : 64 – 84.(H): 2BC Vakinankaratra contre COSPN Analamanga : 59 – 90.(H): ASCB Boeny contre ASCUT Atsinanana : 61 – 68.(D): MB2ALL Analamanga contre SBBC Boeny : 56-62.T.H

Orange Madagascar2 partages

Le FMI approuve un décaissement de 44.5 millions de dollars au titre de la FEC

Le Conseil d’administration du FMI achève la deuxième revue de l’accord en faveur de Madagascar au titre de la facilité élargie de crédit et approuve un décaissement de 44.5 millions de dollars.

Le 6 décembre 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la deuxième revue du programme de Madagascar appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC). Cette décision a été prise sans que le Conseil d’administration ne se réunisse et permet de décaisser 31,428 millions de DTS (environ 44.5 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements au titre de l’accord FEC qui été approuvé le 27 juillet 2016 à 124,834 millions de DTS (environ 174.1 millions de dollars).

Le Conseil d’administration arrête ses décisions selon la procédure dite du défaut d’opposition lorsqu’il convient qu’une proposition peut être examinée sans réunion formelle.

Madagascar a continué de mettre en œuvre de manière solide son programme économique appuyé par la FEC. Tous les critères de réalisation quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints à fin juin 2017, et le programme structurel progresse aussi.

La reprise économique graduelle se poursuit, avec une croissance solide et une stabilité macroéconomique persistante en dépit de la sécheresse et du cyclone qui ont frappé le pays au début de 2017. Les résultats budgétaires ont été globalement conformes aux prévisions, la bonne tenue des recettes ayant compensé des dépenses imprévues en 2017. La politique monétaire et la politique de change ont permis de bien gérer les risques liés à l’évolution extérieure, et l’inflation a été stable en dépit de conditions climatiques défavorables. Le solde des transactions extérieures courantes s’est affaibli en 2017 par rapport à 2016, en raison du déficit commercial. Cependant, le solde extérieur global est resté solide, car les transferts et les entrées de capitaux ont compensé dans une large mesure le déficit courant. En conséquence, l’ariary s’est apprécié légèrement en valeur effective réelle, et la banque centrale a accru sensiblement ses réserves de change, pour les porter bien au-delà des objectifs fixés dans le programme.

La loi de finances 2018 accompagne l’objectif principal du programme, à savoir une croissance vigoureuse et inclusive. Une masse salariale plus élevée que prévu et la vigueur de l’ariary ont créé des pressions sur le financement. Pour faire face à ces pressions, tout en améliorant la composition des dépenses, les autorités ont établi des mesures visant à limiter les dépenses moins prioritaires et à accroître les recettes, notamment en relevant les taxes sur les carburants. Les dépenses d’investissement financées sur ressources intérieures ou extérieures devraient augmenter fortement, tout en restant inférieures aux objectifs fixés en raison de contraintes en termes de capacités.

Les principaux objectifs de la politique budgétaire à moyen terme consistent à accroître régulièrement les recettes, à réduire progressivement les transferts à la JIRAMA et à augmenter l’investissement public (tout en limitant les risques pour la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette). Les autorités devraient veiller à ce que les incitations fiscales qu’elles envisagent d’offrir ont un bon rapport coût-efficacité et ne mettent pas en danger les objectifs fondamentaux du programme en ce qui concerne les recettes et l’investissement public.

En outre, il est crucial que les autorités continuent d’améliorer la gouvernance et d’intensifier la lutte contre la corruption. Il est prioritaire d’achever le nouveau cadre juridique (conformément aux normes internationales), de renforcer le contrôle et de continuer d’améliorer la gestion des finances publiques.

Enfin, les travaux qui sont en cours pour développer le secteur financier sont importants et dotés de priorités claires. La stratégie des autorités vise à accroître la contribution du secteur au développement économique, en particulier l’inclusion financière. Les services d’argent mobile se développent rapidement et seront encore facilités par un nouveau cadre juridique et réglementaire modernisé. Par ailleurs, pour maîtriser les risques financiers, des initiatives sont en cours pour renforcer le contrôle, ainsi que le cadre juridique plus général du secteur financier.

Midi Madagasikara2 partages

Une première pour l’OIF

L’édition 2017 du Tour de Mada cycliste a vu la participation pour la toute première fois de l’Organisation Internationale de Francophonie. Une véritable bouffée d’oxygène selon le promoteur du Tour, Francis Ducreux,  mais une très bonne occasion pour l’OIF d’après l’antenne malgache de cette institution,  Béatrice Mahasahy.

Pour cette dernière en effet, ce Tour de Mada va servir à véhiculer les valeurs que défend l’OIF notamment sur l’intégration.  Un sujet d’actualité par les temps qui courent et que des milliers de migrants meurent en Mer Méditerranée ou que des Africains deviennent des esclaves en Lybie.

Le slogan de l’OIF sur ce Tour malgache en disait d’ailleurs long. Ce « Vivre ensemble » évoqué par Béatrice Mahasahy lors de la cérémonie de présentation du Tour à l’hôtel du Louvre, trouve tout son sens sur un tracé où la majorité de la population lutte pour sa survie.

Et quand une telle organisation consent à mettre la main à la pâte!  C’est sur qu’on aura un résultat au bout?

Clément RABARY

News Mada1 partages

Hajo Andrianainarivelo : « Le gouvernement n’a aucune stratégie valable »

Sur les réseaux, le président national du parti «Malagasy miara-miainga» (MMM), Hajo Andrianainarivelo, a une fois encore tiré à boulets rouges sur le régime actuel. Ce gouvernement est voué à l’échec.

Le pays est en marche vers le gouffre. Hajo Andrianainarivelo n’est pas allé par quatre chemins pour mettre à l’index une fois de plus le régime Hery Rajaonarimampianina. Le développement durable prôné n’est pas une référence ni même un modèle. «Manquant  d’objectivité, le gouvernement n’a aucune stratégie valable et navigue à l’aveugle», a souligné le président du parti MMM.

Face à la paupérisation, le régime n’a à proposer que «d’un programme tape à l’œil comme les travaux Himo pour amadouer les plus démunis et calmer les esprits frondeurs», a continué Hajo Andrianainarivelo. Aucune solution pérenne pour stopper l’inflation, augmenter le pouvoir d’achat et créer des emplois.

Le riz, l’aliment de base des Malgaches est maintenant devenu un produit de luxe. Les mesures prises se suivent et se ressemblent sans pour autant arriver à réguler la flambée des prix.  Cela rejoint les dires de Hajo A. sur le programme de ce gouvernement qui manque de perspectives claires.

Népotisme

Au bout du rouleau, la majorité des Malgaches sont maintenant en mode survie, mais le régime, de son côté, continue «de cultiver le népotisme» au détriment du développement, a martelé le président du MMM. Ce dernier a noté que la lutte contre la pauvreté repose sur la mise en place d’une politique et d’une stratégie de développement économique à la base. C’est la clé du développement durable faisant partie des 5 points primordiaux de son programme. C’est-à-dire la création d’emploi pour les jeunes accompagnée d’un renforcement des capacités. «Les jeunes sont le socle et le pilier d’un développement durable», a ajouté Hajo A.

L’élection n’est pas une fin en soi. Pour le MMM, l’élection n’est pas un but ultime. Il s’agit d’une étape cruciale à entreprendre pour le développement du pays, qui ne peut pas attendre. C’est pourquoi, selon le président du MMM, le programme du parti est déjà mis en œuvre auprès de chaque branche répartie dans toute l’île.

Nadia

L'express de Madagascar1 partages

FMI – Quid du décaissement du FEC

La ministre des Finances et du Budget a convié la presse ce jour. La suite du programme Facilité élargie de crédit (FEC) sera abordée.

Acquis ou non acquis ? Le décaissement de la troisième tranche au titre du programme Facilité élargie de crédit (FEC), avec le Fonds monétaire international (FMI), est tant attendu dans le microcosme politico-économique du pays. Le mois de décembre était annoncé, pour connaître l’issue du programme. Contactée, Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget, a annoncé qu’elle va inviter la presse ce jour dans son bureau.  La suite de cet accord avec le FMI sera abordée au cours de ce rendez-vous avec les médias.Les conclusions préliminaires de la mission d’évaluation du FMI en septembre avaient mis au conditionnel l’examen du dossier Mada­gascar, lors de la deuxième revue semestrielle dans le cadre de ce programme. Toutefois, tous les indicateurs semblaient être au vert, avec la réalisation des objectifs fixés. « À l’issue des discussions qui vont se poursuivre, le Conseil d’administration du FMI pourrait examiner comme prévu, en décembre, la deuxième revue de l’accord au titre de la FEC », a déclaré Marshal Mills, chef de mission du FMI pour Madagascar, le 21 septembre. « Les autorités ont réalisé d’importants progrès dans le cadre du programme appuyé par la FEC. A ce jour, tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés. Le recouvrement des recettes continue de dépasser les objectifs du programme », ajoute-t-il.

Bon signePour le moment, le dossier Madagascar ne figure pas encore dans l’agenda du Board du FMI pour les prochains jours, à moins que cet examen du Board ne soit plus nécessaire pour le décaissement de cette troisième tranche. Ce que l’on sait, c’est que le gouvernement a continué ses discussions avec les responsables du FMI. « Les négociations au titre de l’accord triennal concernant la FEC ont été abordées pour Mada­gascar », a déclaré le général Herilanto Ravelo­ha­rison, ministre de l’Écono­mie et du plan, après avoir assisté à l’Assemblée annuelle 2017 du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, en octobre.Outre le déblocage d’une enveloppe de 43.5 millions de dollars, le feu vert du FMI demeure un bon signe pour le monde économique du pays. La non-conduite de ce programme triennal aura de graves conséquences avec la fermeture du robinet des bailleurs de fonds traditionnels. Le régime n’a pas intérêt à ce que ce programme soit bloqué.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Fédération des associations des consommateurs – Revendication à tout prix

Ils étaient peu nombreux. Ils ont revendiqué la baisse du prix de carburant en  portant la banderole : « prix de carburant entraînant l’augmentation du prix du riz. Nous n’acceptons plus. Il faut que cela baisse immédiatement » devant le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), hier matin et après-midi, à Ampan­drianomby.Les membres de la Fédération des associations des consommateurs (Fac), comme prévu, se sont manifestés. Ils ont voulu représenter la population  qui souffre quotidiennement de la hausse du prix du carburant, du riz actuellement. L’action s’est passée dans le calme même si les forces de l’ordre étaient à l’heure pour crainte une émeute car la Fédération avait invité la population à participer à cette manifestation. Peu de gens sont venus soutenir cette action. « Il était prévu que nous fassions cette action afin d’alerter l’État sur le prix du carburant. Nous pouvons dire qu’il existe bel et bien des moyens pour baisser ce prix onéreux. Nous faisons notre part afin que l’explosion sociale n’ait pas lieu si cela n’est pas maîtrisé », affirme Tiana Rabarison, co-président de la Fac. Cette fédération pense trouver la solution de cette hausse en se basant sur la valeur de l' »ariary ». « Nous sommes  venus pour demander audience et proposer des solutions. Nous optons pour l’augmentation de la valeur de l’ariary à 100% et que ce soit une parité fixe par rapport à l’euro et au dollar. Il faut également supprimer le Marché interbancaire de devise (Mid) », ajoute t-il.La Fac a été reçue par Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, vers 16heures. Aucune résolution n’est encore sortie de ce rencontre.

UtopieL’augmentation de la valeur de l’ariary peut engendrer un profit ou un danger pour l’économie du pays. « Il n’est pas possible d’augmenter la valeur de l’ariary à 100%. C’est utopique. Il faut faire attention sinon le produit d’exportation augmente sur le marché international. Il faut souligner que le prix de la vanille  a beaucoup augmenté sur le marché international. Mais il est possible d’attribuer un taux de change fixe pour les produits pétroliers et le riz importé. On peut en profiter mais il faut également penser aux conséquences », affirme David Rakoto, économiste. Comme solution, cet économiste se penche sur la responsabilité de la Banque centrale. « Elle doit avoir une politique de change pour intervenir sur le marché interbancaire  de devise. Elle doit aussi avoir une politique monétaire et varier le taux directeur afin de réduire l’inflation », ajoute-t-il.

Mamisoa Antonia

Madaplus.info0 partages

Prix du riz : le premier ministre et le ministre de commerce se sont rendus à Anosibe

Le prix du riz ne cesse de monter en flèche. Les autorités compétentes avec les opérateurs essayent d’endiguer une éventuelle augmentation du prix du riz en boostant l’importation.
Hier, le premier ministre et le Ministre du Commerce se sont déplacés à Anosibe pour voir de visu la situation. Il a été constaté que peu de grossistes vendent du riz local. Ils affirment que c’est dû à la montée incessante du prix du riz local et de l’insuffisance de la production. Maintenant, ils se focalisent sur la vente du riz importé. Le prix de sac de riz importé ne dépasse pas les 72 000 à 73 000 Ar et pour les détaillants avec une marge de bénéfice de 10 %, le kilo du riz ne devrait pas aller au-delà de 1600 Ar dixit le premier ministre.
Madaplus.info0 partages

Carte Professionnelle des journalistes: début de dépôt des dossiers à partir de 8 janvier

La liste des journalistes qui vont bénéficier de cette nouvelle carte professionnelle sortira le 12 mars 2018 selon le président de la commission délivrance de carte professionnelle Nicolas Rabemananjara.
Le dépôt de dossier pour l’obtention de cette carte de journaliste débutera le 8 janvier 2018 et se terminera au 05 fevrier 2018. Les patrons de presse seront responsables de fournir à la commission de la délivrance de la nouvelle carte la liste des journalistes qui devrait bénéficier de la carte professionnelle au sein de leur organe. C’est aussi aux patrons de presse de s’acquitter la somme de 15 0000 Ar par journaliste en guise de frais de conception de la carte.
Madaplus.info0 partages

Salut l'Artiste !

Il nous a fait vibrer toutes ces (longues) années ! De l'"
" à "
" ou encore "
", "
", "
"... à "
", pour ne citer que ces chansons là...
... le rocker nous a littéralement transporté au rythme de ces chants. Nous ne t'oublierons jamais et nous continuerons de fredonner tes tubes qui resteront à jamais dans nos coeurs et sur nos lèvres !
Et bien sûr la chanson mythique du couple tout aussi mythique... Johnny et Sylvie : "
?" ...
A cette "
", à cet
, à cette
, nous rendons aujourd'hui un vibrant hommage et adressons nos sincères condoléances à toute sa famille et ses proches. Salut l'Artiste !
Madaplus.info0 partages

Edgard Razafindravahy a parlé à La Haye de l’impunité

La réunion de la Commission des droits de l’homme du Libéral international a permis au leader national de l’ADN d’évoquer la culture de l’impunité. De fait, Madagascar figure parmi les pays africains qui en subissent les conséquences néfastes.
Edgard Razafindravahy a présenté afin d’être débattue la violation des droits de l’homme à Madagascar et en Afrique, par les agissements de ceux qui foulent aux pieds les lois fondamentales, n’étant pas du tout sanctionnés et se prévalant d’impunité. Le président national de l’Arche de la Nation (ADN) entend montrer par la pratique le fait d’être membre de la commission pour la défense des droits de l’homme au sein du libéral International (LI) en portant au plus haut degré des instances internationales la voix du peuple malgache.
Au cours de la réunion de la Commission des droits de l’homme au sein du LI qui s’est tenue du 29 novembre au 3 décembre à La Haye (Pays-Bas) Edgard Razafindravahy a insisté sur la nécessité absolue d’éradiquer la culture de l’impunité. Une résolution dans ce sens a ainsi été prise, laquelle sera présentée devant l’Union européenne et l’ONU. Edgard Razafindravahy estime, à juste titre, que l’existence de ces personnes qui s’arrogent l’impunité constitue un frein au développement du pays.
Le déplacement du président national de l’ADN a été aussi l’occasion de rencontres et d’échanges d’expériences avec diverses personnalités d’envergure internationales. On y note ses discussions avec la juge Silvia Fernandez De Gurmendi, présidente de la Cour internationale contre les crimes (ICC), avec Stevens Mokgalapa président des Libéraux d'Afrique puis les chefs d’État européens faisant partie de la Fédération des partis libéraux de l’Europe (ALDE) tels que Hans Van Balen, président de l’ALDE et député européen.
Les discussions ont été très ouvertes et intéressantes au cours de cette réunion de La Haye. C’est le cas effectivement pour le droit international, discussions au cours desquelles ont pris part d’éminents juristes internationaux comme Steven Van Hoogsgraten, de l’Institut de justice international de La Haye, ou Louisewies van Der Laan, député européen et spécialiste de droit international, ou encore Ilhan Kyuchyuk, membre du Parlement européen et vice-président de l’ALDE.
Des résolutions prises lors de la réunion seront présentées et remises à l’Union européenne et aux Nations unies en mai 2018. Des solutions ont été proposées pour le respect des droits de l’homme face à l’impunité, à l’esclavage en Lybie, et concernant le droit d’association et la liberté d’expression.
Lors de cette tournée internationale, Edgard Razafindravahy n’a pas manqué de se pencher sur d’autre sujets importants, comme le volet économique, ce afin d’apporter des expériences pour Madagascar. Ainsi, le concept de bonne gouvernance avait été longuement débattu à l’occasion la 199è réunion du comité exécutif du LI à Johannesburg (Afrique du Sud) en novembre dernier.
Le sujet a de nouveau été évoqué lors de la rencontre entre le leader de l’ADN et la présidente de l’ICC.
Par ailleurs, lors du congrès de l’ALDE, le respect de l’État de droit a été au centre des discussions d’Edgard Razafindravahy avec les chefs d’État des partis libéraux de l’Europe.
Ainsi, Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg, a montré sa volonté d’aider le parti ADN et son chef de file dans sa lutte contre l’impunité. Les deux parties ont également évoqué les solutions pour le développement économique du pays.
« C’est encourageant de constater l’intérêt que le Premier ministre du Luxembourg porte sur Madagascar », affirme le leader national de l’ADN.
Edgard Razafindravahy assistera et prendra part à diverses réunions au niveau international, en 2018, en tant que membre de la Commission des droits de l’homme au sein du LI. Il s’efforcera de défendre les droits de tous les Malgaches, pour que chaque citoyen soit effectivement le centre du développement du pays et qu’il ne soit plus victime des personnes se prévalant de l’impunité.
News Mada0 partages

Mandalo eto i Solorazaf… : Ho tafaraka indray ry Pumpkins !

« Tsaroanao ve ? », hoy ny hiran’ny Pumpkins izay… Mbola maro tokoa no mahatsairo izany tarika izany, na dia efa an-taony maro aza tsy nisehatra izy ireo. Tarika iray natsangan’i Kelly Rajerison sy ny namany, tany amin’ny taona 1970 tany izy ity, ary nitondra ny rock teto izy ireo.Vitsy kosa anefa no mahalala fa anisan’ireo mpikambana nanangana ny tarika i Solorazaf… Eny, efa nandrafitra ny Pumpkins niaraka tamin’ny Kelly Rajerison, Eric Rakotoary ary i Alain Nirinasoa izy. Mandalo eto an-tanindrazana amin’izao fotoana izao ity andrarezin’ny tendry gitara, fanta-daza maneran-tany ity.Tsy tao anatin’ny fandaharam-potoany ny hiaraka hisehatra amin’ireo namany, saingy nisy nahita ilay hevitra nahafaly ny maro: hiaka-tsehatra indray ny Pumpkins! Etsy amin’ny Fara West Faravohitra izy ireo ny takarivan’ny alakamisy 7 desambra izao. Hamerina indray ireo hira nampisongadina ny tarika, toa ny “Tsikitsiky lava”, “Malagasy allwright”, “Toerana iray”, sns.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Slam National fahavalo » : Hisesisesy ny seho an-tsehatra

Nanomboka ny asabotsy teo ny andiany fahavalo amin’ny « Slam National », fotoana hanehoana ny hakanton’ity endrika vaovaon’ny literatiora ity. Anisan’ny nisongadina, hatramin’ny niandohan’ity herinandro ity, ny atrikasa momba ny fanoratana « slam poésie », natao tetsy amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely, ny alatsinainy teo. Nizara ny traikefany tamin’ireo tanora maro liana amin’izany i Narcisse Slam sy i Nanda La Gaboma ary i Zafimahaleo Barry Benson. Nisy koa ny fifampizarana sy ny fifanakalozan-kevitra mikasika ny « slam mastering », nirahana tamin’i Gad Bensalem.

Mikasika ny seho an-tsehatra, hisesisesy izany, manomboka rahampitso. Mbola etsy amin’ny IFM Analakely, ny zoma hariva izao, azo lazaina fa hiavaka tanteraka ny kanto hatosaka ho an’ny mpankafy « slam ». Haneho ny talentany, mandritra izany, ny poeta enina avy amin’ny firenen-tsamihafa : Narcisse (soisa), Léonie (alemà), Nadine(belza), Nanda(gaboney), Nouriat (kaomorianina) ary i Tagman, tompon’ny amboara eto Madagasikara, tamin’ny taon-dasa.

Fa mialoha izany, rahampitso, hifamotoana etsy amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM), etsy Analakely, ny mpankafy izany. Fotoana iray io hihaonana amin’ny vahiny nasaina manokana amin’izao « Slam national » andiany fahavalo izao. Tsy iza izany fa i Leonie Warnke, avy any Leipzig Alemaina. Nanomboka ny taona 2012 izy no nanao « slam » ary efa nahavita seho an-tsehatra miisa 500 mahery. Matetika, miresaka mahakasika ny momba ny vehivavy, ny fiainam-piarahamonina sy ny tranga samihafa ao anatin’izany ny lahatsorany.

Landy R.

News Mada0 partages

Hanao sakana ao Brickaville ny mpomba azy… : Nidoboka am-ponja fanindroany i Roméo

 Tohin’ilay raharaha fitoraham-bato, eny amin’ny RN 2, naiditra am-ponja vonjimaika fanindroany, ao Ambalatavoahangy, omaly, indray i Roméo. Vokatr’izany, nilaza hanao sakana ao Brickaville ireo mpomba azy sy ny fianakaviany.

 Naiditra am-ponja omaly tamin’ny 4 ora sy 15 mn tolakandro i Roméo araka ny fanapahan-kevitry ny mpitsara misahana ny ankizy tsy ampy taona, hany tokana nandray ny antontan-taratasy momba ny fanenjehana ity olona efa navotsotry ny fitsarana ka nosamborina fanindroany indray.

Raha iverenana ny raharaha, tsy nisy mpitsara nandray mihitsy ny antontan-taratasy momba ity raharaha ity fa narirarira hatrany ireo zandary nitondra ny voampanga teny amin’ny fitsarana. Omaly tamin’ny 8 ora sy 30 mn maraina, tonga teo anoloan’ny fampanoavana ny zandary nitondra ny antontan-taratasy momba ny raharaha tora-baton’ny RN 2 ao Brickaville. Tamin’ny 11 ora sy 08 mn nivoaka ny birao ny tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany. Tamin’ny 11 ora sy 35 mn indray nisy teny midina fa entina any amin’ny mpitsara misahana ny ankizy tsy ampy taona. Tonga tao ny zandary sy ny voampanga, saingy nandà avy hatrany tsy handray ny antontan-taratasy momba ny raharaha Brickaville ny eo anivon’ny fitsarana ka nivoaka ny birao ilay mpitsara. Niandry teo amin’ny fitsarana ambony ny fianakavian’ny mpanara-dia ny voampanga sy ny zandary nitondra azy.

Hanao sakana ao Brickaville ny fianakavian’i Roméo…

Tamin’ny 4 ora niditra ny birao indray ramatoa mpitsara ary tamin’ny 4 ora sy 15 mn dia noraisiny ihany. Nilatsaka ny didy fa aiditra am-ponja vonjimaika i Roméo. Nilaza ny eo anivon’ny fitsarana momba ity antontan-taratasy ity fa “noho ny sitraponareo zandary dia naiditra am-ponja vonjimaika izy na tsy tokony ho izay aza”.

Tsy niandry ela ny fianakavian’i Roméo tonga nanaraka ny raharaha tao Toamasina fa nilaza tamin’ny mpanao gazety fa horaiketina manomboka androany hariva (omaly io) ihany koa ny sakana ho fitakiana ny famotsorana an’i Roméo fantatra amin’ny anaram-bosotra hoe Dada, mpivaro-kena. “Aleo samy hitokona ka hapetrakay ihany koa ny sakana eo Brickaville tsy hahafahan’ny fiarakodia rehetra hifamezivezy”, hoy ny solontenan’ny fianakaviany sy ireo mpomba azy.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Fampitrosana niafara tamin’ny vonoan’olona : Maty voatifitra ny sakaizan’ilay karana

 Ilay karana lahy, naratra voatifitra teo amin’ny hatony. Ilay sakaizany kosa maty tsy tra-drano. Karana namany ihany no navanon-doza, vokatry ny fifampitrosana.

Afakomaly alina, tokony ho tamin’ny 10 ora teo, nifamono teo anoloana hotely lehibe iray tany an-toerana ireto Karana. Voatifitra teo amin’ny hatony ilay Karana iray raha voa teo amin’ny masony ilay tovovavy malagasy sakaizany. Araka ny fanazavana azo, nisy olana teo amin’ireto roa lahy ka nitohy tamin’ny fifamaliana izany. Voalaza fa manana trosa amin’ilay nitifitra ilay voatifitra. Noho io resa-trosa io ny nahatonga ny olana ka izao niafara tamin’ny famonoana izao.

Nitsoaka tamin’ny fiaran’ilay voatifitra ilay Karana sy ny vehivavy iray voalaza fa vadiny avy eo. Narian’ireo tany amoron-dranomasina ilay fiara avy eo. Ilay voatifitra kosa nitsoaka ka niantso polisy. Tonga teny an-toerana ireto farany ka ny fatin’ilay vehivavy Malagasy no novantaniny teo. Nentina tany amin’ny hopitaly ny razana sy ilay Karana naratra mafy.

Nandeha kosa ny fikarohana ireo nahavanon-doza ka fantatra fa voasambotra, omaly hariva, ireo Karana mpivady. Notazonina amin’ny toerana azo antoka ireo, raha ny filazan’ny polisy mba hialana amin’ny mety ho valifaty.

Vola amina miliara ny resaka

Raha ny fanazavana azo, vola amina miliara no anton’izao famonoana izao. Tsy nahaloa trosa ilayKkarana iray ka novonoiny ny namany. Efa nomanina ihany ny famonoana, raha ny fanazavana. Talohan’ity tranga ity anefa, niaraka ihany izy efatra ireo, ary voalaza aza fa niara-nifetifety. Nivadika ny rasa avy eo ka tifitra ny niafarany. Mandeha ny famotorana momba ny basy notazon’ilay metisy karana io raha ara-dalàna na tsia. Efa am-pelatanan’ny polisy rahateo izy mivady nahavanon-doza. Manaraka fitsaboana kosa ilay Karana iray voatifitra.

Yves S. sy CMS

News Mada0 partages

Ambositra : Sakaosy iray nahitana basy Kalachnikov roa sy bala 44

Hitan’ny zandary avy ao amin’ny borigady Kianjandrakefona tao amin’ny fokontany Manarintsoa, kaominina ambanivohitra Mahasoa, distrikan’Ambositra, ny herinandro teo ireo ny sakaosy iray nahitana basy Kalachnikov roa miaraka amin’ny bala miisa 44. Araka ny fanazavan’ny zandary, jiolahy telo efa fantatra ny mombamomba azy ireo no nokarohin’ny zandary ka nifanehatra tao an-tsena ao amin’io fokontany voalaza etsy ambony io. Nandositra avy hatrany ry zalahy raha vao nahita ireo zandary ka navelany ny sakaosiny. Nahitana basy Kalachnikov roa niaraka tamin’ny bala marobe tao anatiny nandritra ny fisavana nataon’ny zandary. Nidina ifotony nanao fanadihadiana ny kaomandin’ny kaompanian’ny zandary ao Ambositra. Ny kara-panondron’ireo jiolahy toa anatin’ilay sakaosy no nahalalana ny momba azy ireo. Efa mandeha amin’izao ny fikarohana ireto jiolahy raindahiny ireto. Tsy fantatra mazava kosa na saika hamidy na nokasaina hanaovana fanafihana ireto fitaovam-piadiana mahery vaika ireto. Manentana ny mponina hatrany ny zandary mba hifanome tanana amin’ny fifanakalozam-baovao mba hisian’ny filaminana.

J.C

News Mada0 partages

Lalàm-pifidianana : Mitaky fifampidinihana hisorohana krizy ny Tim

 “Raha tsy mifanakalo hevitra isika, tsy mahita ny marimaritra iraisana. Tsy mahita ny mahasoa ny vahoaka, ka raha misy miteny hoe mivadika aho, tsy izany ny  hevitro.  Ndao hifanakalo hevitra miresaka mba hialana amin’ny krizy sy ny  tsy fitovian-kevitra”, hoy ny mpanorina ny Tim, Ravalomanana Marc, omaly, tetsy Ankadimbahoaka.  Karazan’ny valin-kafatra manoloana ny resabe tato ho ato manoloana ny resaka lalàm-pifidianana ny nataony. : “Tsy tonga hanakorontana isika fa tonga kosa hiezaka hialana amin’izany krizy izany amin’ny fifidianana”, hoy izy. Nambarany fa tokony handeha amin’ny mangarahara sy ny fifanakalozan-kevitra hiarahan’ny besinimaro ny resaka lalàm-pifidianana. Nanteriny koa fa tsy marina ny filazana  ny amin’ny hamerenany ny 2002 indray.  “Hanentana ny olona ho tonga eny amin’ny Magro hanamarina ny anarany ao anaty lisi-pifidianana izahay  fa tsy hoe hidina an-dalambe. Mbola hidina an-dalambe indray ve isika ? Efa mijoro ny KMMR iarahana amin’ireo depiote sy loholona ary ny mpitarika rehetra ho amin’ny resaka lisi-pifidianana…”, hoy Ravalomanana.

Tsiahivina fa nanao hetsika fanalana ny fotaka sy fako ary fanadiovana ny lakandranon’Andriantany ny CUA ary anisan’ny teny an-toerana ny tenany. “Mijaly ny vahoaka aty ambany tanàna amin’ny fahavaratra sy ny loto nefa manana zo hiaina toy ny rehetra izy ireo. Efa fanao ny fanadiovana toy izao fa tsy noho ny pesta teo ihany”, hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Antoko Malagasy miara-miainga : « Tsy manana paikady mirindra ny fitondrana… »

Tsy afaka ny hangina manoloana ny tsy fahaiza-mitantana sy ny fomba fitondrana firenena. “Tsy manana paikady mirindra sy marim-pototra ny fitondrana fa mandeha amin’ny fitantanana an-jambany sy kitanotano hatrany”, hoy ny fanambaran’ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo, omaly, tao amin’ny tranonkalam-pifandraisana. Nohitsinyfa  mifototra amin’ny fametrahana rafitra sy paikady miompana amin’ny fampivoarana ny fihariana eny ifotony ny tena ady amin’ny fahantrana. “Rebirebena amin’ny asa antselika toy ny Himo etsy sy eroa fotsiny ny vahoaka mba entina milaza fa mijery ary mamorona asa ho azy ireo tokoa ny fitondrana. Tsapa sy hita ary mivandravandra izany amin’izao fotoana izao”, hoy ihany izy.

Mazava ny napetraky ny antoko Malagasy miara-miainga fa tafiditra ao anatin’ireo teboka dimy laharam-pahamehana amin’ny fandaharanasany  ny famoronana  asa. “Anisan’izany ny fijerena akaiky ny fanomezana sy fanamafisana ny fahalalana arakasa ho an’ireo tanora mba ahafahany mipetraka ho isan’ny fototra sy fanoitra ho an’ny fampandrosoana maharitra”, hoy ny filoha nasionaly, Andrianainarivelo Hajo.Hiaraka hiainga hametraka fitantanana mahomby…

 Nanterin’ny antoko Malagasy miara-miainga fa tsy afaka miandry ny ezaka fanarenana sy fampivoarana ny firenena. Nomarihiny koa fa tsy tanjona ho an’ny Malagasy miara miainga ny fifidianana. “Dingana iray ahafahana miroso mankany amin’ny tena tanjona ho any amin’ny tena fampandrosoana maharitra izany”, hoy izy. Notsiahiviny  fa efa ampiharina sahady dieny izao miaraka amin’ireo rantsa-mangaikan’ny antoko manerana ny Nosy ho fanampiana sy fanohanana ireo mpiara-belona indrindra ireo tanora, fototry ny ho avin’ny firenena ny fandaharanasan’izy ireo. “Hiara-hiainga isika hametraka fitantanana mahomby sy rafitra antoky ny fampandrosoana maharitra mba handovan’ireo taranantsika tanindrazana sy fiarahamonina vanona”, hoy Andrianainarivelo  Hajo.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Ceni : « Mila fahamatorana ny fandinihana ny lalàm-pifidianana »

Aiza ho aiza ny lalàm-pifidianana? Mila fahamatorana ny fandinihana sy fandaniana izany, raha ny fijerin’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry.

« Tsy tokony hisy izany hoe atolotra eny anivon’ny Antenimiera, ohatra, ny volavolan-dalàna iray anio, lany afaka ora iray na rahampitso. Fa tokony hodinihina matotra tsara izany. » Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, momba ny fandaniana ny volavolana lalàm-pifidianana eny anivon’ny Antenimiera roa tonta ato ho ato.

Tsy tokony hampitoviana amin’ny fandaniana volavolan-dalàna hafa ny volavolan-dalàna mifehy ny fifidianana, araka ny nambarany. Satria manana ny fiantraikany hafa ary goavana amin’ny fiainam-pirenena amin’ny ho avy, raha tsy voadinika tsara izany, na maimaika ny fanapahana azy, na raha misy tsy itovian’ny rehetra hevitra.

Raha lalàna hafa, ohatra: azon’ny governemanta tapahina irery, fa izy no hampiasa azy. Hafa ny lalàm-pifidianana, ifehezana fitsipi-dalao amina fifidianana andraisan’ny besinimaro anjara. Ny dikan’izay, raha tiana hamoaka vokatra eken’ny rehetra sy fifidianana andraisan’ny rehetra anjara: tokony hoeken’ny rehetra sy hifanarahan’ny rehetra ny fitsipika itondrana ny fifidianana, na ny didy aman-dalàna mifehy izany.

Maro ny dingana mbola andrasana

  Handroso voalohany eny anivon’ny Antenimierampirenena na eny amin’ny Antenimierandoholona ny volavolana lalàm-pifidianana. Dinihin’ny vaomiera manokana misahana ny lalàna amin’ny Antenimiera mandray azy voalohany izany; rehefa tapaky ny vaomiera, na tapaka tsy misy fanovana na misy fanitsiana kely: aroso amin’ny fivoriana itambarambe izany. Amin’izany, hanaovana tsangan-tanana amin’ny fandaniana azy isan’andininy.

Rehefa lanin’ny Antenimiera roa tonta ny volavolan-dalàna: alefa eny amin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), hojerena raha mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana na tsia. Rehefa vita izay, alefa any amin’ny filohan’ny Repoblika ary havoaka hanankery. Aorian’izay, havoaka amin’ny gazetim-panjakana ny lalàna.

« Izay dingana izay no tsy maintsy mbola andrasana amin’io didy aman-dalàna mifehy ny fifidianana io », hoy izy.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

ENA : Les finances locales au cœur du débat

Les finances locales : levier du développement durable. Tel est le thème d’une conférence-débat initiée par  l’association des anciens de l’ENA à Madagascar et l’Institut français de Madagascar (IFM), hier. Parmi les intervenants, on note le directeur de la comptabilité publique auprès du ministère des Finances et du budget (MFB), Tiana Rajaonarivony Ramanoel, le directeur général de la Décentralisation, Gervais Rakotonirina, et le directeur général de cabinet de Ambre Associates, Max Rasendrasoa.

Les contraintes internes et externes de la gestion financière de collectivités territoriales décentralisées ont été évoquées. Dans cette foulée, les participants ont soulevé le manque de moyens humains, financiers et matériels, le niveau d’informatisation des CTD peu développé, le déséquilibre de la structuration budgétaire ou encore la lenteur, voire l’absence de remontée des informations.

Comme solution, la simplification des procédures, la systématisation du suivi et la réduction du nombre de communes en appliquant les critères de viabilité économique ont été proposées.

Il faut savoir plus de 60% des communes ont un budget réalisé de moins de 25 millions d’ariary. Le total du budget réalisé de toutes les communes de Madagascar est d’environ 140 milliards d’ariary.

Nadia

 

News Mada0 partages

Basikety – «Mada N1A» : Resin’ny Ascut ny ASCB Boeny

Nitohy, omaly, teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny andro fahatelo, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja basikety, sokajy N1A. Anisan’ny lalao nandrasan’ny maro ny fihaonana teo amin’ny Ascut Atsinanana sy ny ASCB Boeny. Lavon’ny ekipan’Atsinanana, tamin’ny isa 68 no ho 61 ry zareo avy any Boeny.

Niady ny fihaonana, na dia nitarika an’isa teo amin’ireo tapa-potoana roa voalohany aza, ry Mbola sy ry Tolotra. 18 no ho 8 avy eo 16 no ho 12. Taitra kosa avy eo ry Rick Ley sy i Elly, teo amin’ny tapa-potoana fahatelo ka lasan’izy ireo indray izany, tamin’ny isa 23 no ho 13. Tsy nahavita nanohitra intsony anefa ry zalahy, teo amin’ny 10 mn farany fa mbola ny Ascut indray no nahazo izany, tamin’ny isa 21 no ho 18. Fandresena fanintelony izany ity, ho an’ny Ascut.

Ankoatra izay, mbola manohy ny fahombiazany ihany koa ny Cosfa Analamanga. Hitohy anio, ny fifanintsanana amin’ity fifaninanam-pirenena ity. Tsiahivina fa mpanohana ofisialy ny fihaonana ny orinasan-tserasera Telma.

Torcelin

Toy izao ireo vokatra hafa

Vehivavy 

-Tamifa (74) – (42) AS Emma

-SBBC (62) – (56) MB2 All

-JEA Vakinankaratra (97) – (46) Asa Analamanga

-MB2 All (56) – (62) SBBC

Lehilahy

-TMBB Analamanga (64) – (84) Cosmos Diana

-2BC Vakinankaratra (54) – (90) Cospn Analamanga

-Challenger Analamanga (64) – (88) MB2 All Analamanga

-Cosfa (96) Analamanga – (66) Sebam Boeny

-Ascut Antsinanana (68) – (61) ASCB Boeny

 

News Mada0 partages

Marovitsika- Moramanga : Hiova fihariana ny orinasa mpamokatra tapioka mangahazo teo aloha

Fanodinana mangahazo ho lasa tapioka na lafarinina ny nahalalan’ny maro ny orinasa tsy miankina iray any Marovitsika, kaominina Belavabary, distrikan’ i Moramanga. Hiova fenitra izany, ka hisehatra amin’ny lalam-pihariana samihafa, toy ny fambolen-kazo, ny fanaovana ilomenaka, ny fizahantany, sns. Fanadihadiana.

Orinasa tsy miankina hany tokana aty atsinanan’i Afrika, niorina ny taona 1902, manana  velaran-tany 5. 300 ha ny « Féculerie de Marivitsika ». Nanorina azy i Madrin sy i Cotte, nanodina ny mangahazo ho tavolo na tapioka, nampiasa olona 2.000 sady nanorenana trano miisa 600 ho an’ny mpiasa, mamboly sy miasa ao amin’ny ozinina.

Ahitana ala arovana koa ity toerana ity, mamboly hazo, toy ny karazana ilaina ho an’ny andrin-jiron’ny Jirama.

Tsy nihodina intsony ny ozinina nanomboka ny taona 2013, noho ny fahateran’ny milina.

ka niova fihariana hafa. Ampiasaina araka ny tokony ho izy hitondra fampandrosoana ireo otrikarena ao aminy. Anisan’ny lohalaharana ity orinasa ity amin’ny fambolen-kazo, mahavita mamboly zana-kazo 70.000 fototra isan-taona, ahitana kininina (karazany telo), voamboana, kesika. Anisan’ny ahodin’ny mponina ho saribao ny kininina.

Mitsinjo ny tontolo iainana

Fihariana faharoa any Marovitsika koa ny fambolena kafe “arabica” amina velaran-tany 2 ha sy jirofo. Fahatelo, ny fambolena zavamaniry fakana ilomenaka, toy ny kininina manitra, ny citriodora sy ny radiata ary ny voninkazo geranium nohafarana avy any Aostralia. Mijanona ho tahiry hanaovana andrana ihany aloha ireo vokatra ireo.

Noho ny fananan’ny orinasa ny zavaboahary sy ho fitsinjovana ny tontolo iainana, miroso amin’ny fizahantany koa izy ankehitriny. Ankoatra ny ala voalaza etsy ambony, ahitana rano itoeran’ny vorona tsiriry  maherin’ny 1.000 sy varika koa any an-toerana. Maro koa ny hazo vaventy manana savaivo maherin’ny 6 metatra.

Hatao vakoka hotsidihin’ny mpizahatany, ny mpianatra manao fanadihadiana kosa ny ozinina ary mbola misy ny karazana tavolo efa voahodina tahirizina ao an-toerana.

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : Efa nesorin-dRabarisoa Herimamy i Gege Bosco

Nanapitra ny fiarahany miasa amin’Andriamanampisoa Gege Bosco ny filohan’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO), Rabarisoa Herimamy. Nesoriny tsy ho filoha lefitra intsony izy.

Nanambara Rabarisoa Herimamy, filohan’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO), fa efa lasa any amin’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena sy ny Komity olympika malagasy (Kom), ny alatsinainy 27 novambra lasa teo, ny taratasy manala an’Andriamanampisoa Gege Bosco, tsy hisahana intsony ny andraikitra maha filoha lefitra eo anivon’ny federasiona.

Nomarihiny fa tsy misy idiran’ny ligim-paritra ity fanesorana an’i Gege Bosco ity fa didy navoaky ny federasiona iraisam-pirenena, milaza fa tsy mahazo mikarakara ady totohondry  mandra-pahafatiny Andriamanampisoa Gege Bosco. “Tsy misy azoko atao mihitsy manoloana io taratasy nalefan’ny rafi-pahefana ambony io, fa ny manatanteraka azy ny hany ataoko”, hoy Rabarisoa Herimamy.

Nomarihiny fa efa tamin’ny taona 2014, fony izy tsy mbola nitantana ny federasiona, no efa nisy io didin-dry zareo federasiona iraisam-pirenena io.

 Nankato ny minisitera sy ny Kom

 Mahagaga amin’ity raharaha ity anefa ny mbola naneken’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena sy ny Komity olympika malagasy ny fisian’Andriamanampisoa Gege Bosco, tao amin’ny federasiona, nandritra ny fivoriambe, notanterahina ny volana febroary lasa teo. Ireo rafitra roa ireo, izay nanatrika izany ary nanome fankatoavana ny tapaky ny fivoriambe, tamin’izany fotoana izany.

Fanontaniana mipetraka ho an’ny tontolon’ity haiady ity ny hoe : efa telo taona lasa no efa fantatra fa voasazy i Gege Bosco, maninona no tsy nisy ny fandraisana andraikitra mahakasika izany fa efa aty amin’ny fiafaran’ny taom-piasan’ny federasiona vao ampiharina ilay didy. Nahatonga an’Andriamanampisoa Gege Bosco nilaza io toe-javatra io, no fa tsy fitiavana azy ary fanaovana halako bika tsy tiako tarehy izao fanenjehana sy fandroahana azy hiala ao amin’ny federasiona izao.

Nanamarika Rabarisoa Herimamy fa tsy hosoloina ny toeran’i Gege Bosco satria efa tapitra ny taom-piasana ary hatao amin’ny fiandohan’ny taona 2018 ny fifidianana  eo anivon’ny ady totohondry.

Torcelin

News Mada0 partages

Faritra Boeny : Nahazo sekoly mpanofana “Géomètres Topograghes”

 Nitombo iray indray ny sampam-piofanana arak’asa, ho an’ireo tanora vao afaka bakalorea, any Boeny, dia ny “Sekoly manofana mpanao rafi-tsary sy fandrefesan-tany sy mpandraharaha amin’ny fanorenana” na ESGTE*, nosokafana ny 28 novambra teo.

Niainga tamin’ny fahatsapana fa tsy tanteraka hatrany ny famaliana ny filan’ny orinasa goavana mpikirakira ny rafi-tsary sy fandrefesan-tany aty amin’ny ranomasimbe Indianina ny tsirin-kevitra nenti-nanangana ny sekoly. “Tsy ampy ny olona manana fahalalana sy mahafehy ny asan’ny Topographes sy Géomètres ary Entrepreuneurs eto Madagasikara koa nitadiavana ny hevitra nahazoana fankatoavana avy amin’ny fanjakana amin’ny fananganana ESGTE”, hoy ny filohan’ny Holafitry ny Ingénieurs géomètres topographes eto Madagasikara, Lucien Ranaivoarisoa, sady talen’ny sekoly.

Tanjona ny hahafahan’ny tanora mifehy ny fahalalana avo lenta amin’ity sehatrasa ity ary hitondran’izy ireo fampivoarana ho an’ny firenena avy amin’izany asany izany”,  hoy ihany izy. Ankoatr’izay, hofaninana koa ireo tanora ho afaka manova ny fomba fijery amin’ny famoronana ny tetikasany ary ho zarina hanalavitra ny kolikoly.

Saram-piofanana azo tsinjaraina inenina

Ireo tanora afaka bakalorea sokajy  C sy D sy Teknika, mahafehy tsara ny taranja matematika, fizika ary frantsay sy anglisy, ka lany tamin’ny sivana antontan-taratasy no ho raisina ao amin’ny ESGTE. Maharitra roa taona ny fiofanana izay hahazoan’izy ireo mari-pahaizana BTS. Afaka ho raisina taona faharoa avy hatrany rehefa avy nandalo sivana ireo mpianatra manana ny mari-pahazaina Téchnicien topographe spécialisé nivoaka avy ao amin’ny Lycée teknika, Mantasoa Manjakandriana. Ferana 25 isaky ny kilasy ihany ny mpianatra raisina amin’izao fanombohana izao. Saram-piofanana : 1.500.000 Ar ny taona voalohany ary 1.850. 000 Ar ny taona faharoa, izay samy azo tsinjaraina inenina mandoa.

Zava-dehibe manahirana ny tanora sy ny ray aman-dreny ny fitadiavana fianarana eto amin’ny faritra Boeny aorian’ny fahazoana bakalorea, ka ataon’ny faritra laharam-pahamehana ny  fanohanana ny finiavana hanangana sekoly mpanofana matihanina toy izao” hoy ny talen’ny  kabinetran’ny faritra Boeny, Hemedy. Ary mampirisika ireo ray aman-dreny izy handefa ny tanora hianatra amin’ny sehatra toy izao. “Ny fampianarana teknika no tena mampihena ny tsy fananana asa, satria ny olo-mahay raha tsy very mandeha”, hoy ny avy ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ara-teknika sy fanofanana arak’asa.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Modus mode : Tous les secteurs sensibilisés

Objectif atteint ! Organisé par TwentyTen Totem et Alliance Française d’Antananarivo (AFT), le festival Modus Mode s’est bien déroulé, vendredi, à Andavamba. Le but a été non seulement de mettre en valeur la mode à Madagascar, mais aussi de promouvoir les métiers de la mode, entre autres, le mannequinat, le stylisme, la photographie, la coiffure et l’esthétique.

Selon le communiqué, une centaine de spectateurs sont venus honorer l’évènement malgré les caprices de de Dame pluie. Le groupe Bakomanga a aussi ajouté une touche originale durant la soirée, avec sa musique folklorique et ses danses spectaculaires. Les défilés ont été en parfaite harmonie avec l’animation.

Holy Danielle

 

 

News Mada0 partages

Sosialy : Mitohy asa soa ho an’ny mponina

Ankoatra ny fihariana amin’ny toekarena, tsy mitsahatra manao asa sosialy ho an’ny vahoaka ny mpitantana ny orinasa Féculerie de Marovitsika sady mitondra fampandrosoana ho an’ny fokontany sy ny kaominina. Anisan’izany ny tamberim-bidy, mitentina hatrany amin’ny 8 tapitrisa Ar isan-taona. Manorina sekoly EPP sy CEG, trano fonenan’ny mpampianatra, famatsiana herinaratra, biraon’ny zandary, toeram-pitsaboana, biraon’ny paositra, sns. Iantohan’ny orinasa ny tambin-karaman’ny mpiasam-panjakana tsy raikitra sy ny an’ny mpampianatra tokony hokaramain’ny ray aman-drenin’ny mpianatra.

Nandritra ny fotoana nidinanay teny an-toerana, manomboka ny asa fanamboarana ivon-toerana sivy hamatsiana rano madio fisotro ho an’ny mponina.

News Mada0 partages

Tetikasa Shops Plus : Tohanana ny mpiasan’ny fahasalamana amin’ny sehatra tsy miankina

 Afaka hanatsara ny tolotra ara-pahasalamana sy ny fitaovana ao aminy ny mpitsabo amin’ny sehatra tsy miankina, amin’ny tetikasa vaovao miaraka amin’ny USAID sy ny Microcred.

Ho fanatsarana ny tolotra ara-pahasalamana indrindra ho an’ireo mponina any ambanivohitra sy lavitra, nametraka tetikasa iray Shops plus ny USAID miaraka amin’ny ivontoerana mpampindram-bola Microcred. “Tanjona ny hahazoan’ny mpiasan’ny fahasalamana amin’ny sehatra tsy miankina manatsara ny kalitaon’ny tolotra omeny amin’ny alalan’ny fahazoana tohana ara-bola sy fanofanana”, hoy ny sekretera jeneralin’ny fahasalamana, Ratsirarson Joséa. Nosafidin’ny USAID iarahana miasa ny ivontoerana Microcred satria misandrahaka hatrany ambanivohitra lavitra. 38 ny masoivohon’izy ireo manerana ny Nosy ary manodidina ny 750 000 ny mpanjifa ao aminy.

Afaka mindram-bola ao amin’ny Microcred izay liana ary mitovy amin’ny findramam-bola amin’ny sehatra hafa ihany ny zana-bola alaina. Ankoatra ny tohana, mbola mahazo fiofanana avy amin’ny USAID momba ny fitantanana tetikasa  mahomby ny mpiasan’ny fahasalamana mazoto hiroso amin’ny tetikasa. Nanokana vola mitentina 150 tapitrisa dolara ho an’ny Shops plus ny USAID mandritra ny dimy taona. Firenena iray aty Afrika amin’ny sivy nosafidiana hiasana i Madagasikara.

Natokana ho an’ny sehatra tsy miankina ny tetikasa ary efa nisy fitiliana mialoha ny sokajim-pitsaboana mety liana amin’ny fiaraha-miasa, araka ny fanazavana azo, omaly, teny Anosy nandritra ny fampahafantarana ny tetikasa.

Mitantana ny tetikasa ny ABT Associates ary manohana koa ny PSI, satria efa manana traikefa amin’ny fahasalamana. Tafiditra amin’ny sahanasa karakaraina ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza, ny fandrindram-piterahana hahatrarana ny tanjon’ny fampandrosoana maharitra hampihenana ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mametraka ny ahiahiny ny fiarahamonim-pirenena Manao fakan-kevitra momba ny PSE ny Conamept

 Nanao fivoriana fahatelo momba ny fanabeazana ny firaisan-kinam-pirenena ho an’ny fanabeazana ho an’ny rehetra (Conamept) teny Anosy, omaly. Fakan-kevitra manodidina ny teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana avy amin’ny sokajin’olona maro voakasika ny tanjona. Maneho ny ahiahiny ny fiaharamonim-pirenena manoloana ny fanavaozana hoentin’ny minisitera (PSE). Maro ny mpampianatra sy ny ray aman-dreny tsy mahafantatra ny votoatin’ny fanavaozana ka mametraka ahiahy. “Nojerena manokana mandritra ny roa andro ny olana sy ny sehatra tsy mbola mazava ilana fanentanana sy fanazavan-kevitra.

Ety am-piandohana, miaraka amin’ny minisitera voakasika ny Conamept mizara ny vaovao rehetra tsara ho fantatra hampandroso ny PSE”, araka ny fanazavan’ny filohan’ny firaisankinam-pirenena, Rakotoarivony Huguette.

Nandritra ny Herinandrom-paritry ny mpanabe tany Antsohihy ny taona 2016, nivoitra ny hetahetan’ny mpanabe manoloana ny fanovana entin’ny PSE. Mila tohana ara-bola ny mpanabe, ny sekoly ary ny mpianatra hanampiana azy ireo.

Ezaka lehibe tokony ataon’ny fanjakana ny fampahafantarana ny PSE indrindra ho an’ny mpanabe hanatanteraka azy.

Efa nanambara kosa ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena fa aorian’ny fihaonana amin’ny GPE any Etazonia amin’ity volana ity, hiroso amin’ny fanentanana isan-tsokajiny ny tomponandraikitra ary tafiditra ao ny mpanabe.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Meteo : Retour des orages, mais pas de cyclone en vue

Le retour des pluies orageuses est prévu à partir de ce jeudi à Analamanga, mais également sur toute l’île, à cause de la présence d’une zone de basse pression engendrant un mauvais temps, des vents violents et des pluies abondantes.  Mais d’après la prévision, il ne s’agit pas d’un signe annonciateur d’un cyclone.

N’empêche que la saison cyclonique 2017-2018 s’annonce active et légèrement supérieure à la moyenne climatologique, selon toujours la prévision de la météo. Deux à quatre perturbations pourraient atterrir sur les côtes malgaches. Et une à deux d’entre elles pourraient atteindre le stade de cyclone tropical voire supérieur.

Pour le moment, il continuera à pleuvoir sur la partie Est de l’île. Tandis que des crachins apparaîtront en début de matinée à Alaotra Mangoro et dans  la partie Est d’Analamanga et du Vakinakaratra. Ce jour, le soleil s’alternera avec les nuages dans la capitale.

Concernant les températures maximales, elles subiront une hausse également à partir de ce jeudi sur les hautes terres, aux environs de 27°C, si elles, resteront quasi-stationnaires pour le reste de l’île.

Sera R

 

News Mada0 partages

Défis de l’éducation a l’horizon 2030 : Les sociétés civiles crèvent l’abcès

L’échec de l’éducation pour tous (EPT) reflète l’ampleur du chantier à mener pour  honorer les nouveaux défis en la matière à l’horizon 2030 définis dans l’Objectif de développement durable (ODD), volet 4. C’est l’objectif de la 3e édition du forum sur l’éducation hier à l’hôtel Carlton.

Les  sociétés civiles œuvrant dans ce domaine, notamment celles réunies au sein de la Coalition nationale malagasy pour l’éducation pour tous (Conamept), montent au créneau pour crever l’abcès en vue d’interpeller toutes les parties prenantes à tous les niveaux.

«Le Plan sectoriel de l’éducation (PSE) constitue l’un des outils permettant d’atteindre une partie des défis de l’ODD volet éducation, mais les acteurs principaux de cette réforme, plus précisément les enseignants ne sont pas suffisamment informés sur le sujet», a souligné la présidente de la Conamapet, Huguette Rakotoarivony.

Une crainte qui a été  vite apaisée par les responsables au sein du ministère de l’éducation nationale (Men) qui ont annoncé une mobilisation générale à tous les niveaux, pour faire connaître tous les volets du PSE, aussi bien à l’endroit des enseignants que les autorités traditionnelles et administratives.

A ce propos, un plan de communication bien défini est déjà en place pour assurer la vulgarisation du PSE. Des initiatives allant dans ce sens ont été déjà menées récemment, notamment les informations du public via les médias…Des descentes sur le terrain à travers des «road tour» et des «road show»… vont compléter prochainement ces initiatives

Fahranarison

News Mada0 partages

Volontariat : Appui à l’engagement civique des jeunes

A l’occasion de  la Journée internationale des volontaires (JIV) 2017, célébrée  hier au Le Pavé Antaninarenina sous le thème, «Les volontaires, premiers à agir, ici, partout», 70 volontaires et des représentants du secteur public, privé et civil, sous la houlette de la Direction nationale du volontariat, ont dressé le programme d’activité pour le compte de l’année 2018. En général, l’engagement civique des jeunes et  la cohésion sociale à Madagascar seront appuyés.

«Placé sous la coordination de la Direction nationale du volontariat (DNV), ce programme est prévu pour une durée de trois ans dans deux régions pilotes», a fait savoir le chargé du Programme des volontaires des Nations unies (PVNU) à Madagascar, Marc Lalane.

Ce projet est en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et l’Organisation internationale de la Francophonie. Sous cette optique, des renforcements de capacités de tous les volontaires, engagés à temps partiel ou intervenant auprès des communautés, seront réalisés pour mener à bien ledit programme.

Certificats de reconnaissance

En effet, les volontaires sont toujours parmi les premiers à apporter leur soutien en cas de catastrophe ou de crise humanitaire. Comme c’était le cas au pays durant la riposte à l’épidémie de peste urbaine. C’est pourquoi, l’Etat malgache va procéder à une remise de certificat aux représentants des volontaires issus des différentes associations ce 7 décembre au CHU d’Andohatapenaka. A cette occasion, la Croix-Rouge malagasy (CRM) va également procéder au don de médicaments à l’hopital d’Andohatapenaka.

Sera R

 

News Mada0 partages

Canal andriantany : La CUA fait appel à une chenille dragueuse

Les travaux de curage du canal Andriantany ont débuté hier. C’est le maire de la capitale Lalao Ravalomanana, assisté du conseiller spécial de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), Marc Ravalomanana et des délégués des six arrondissements qui a procédé au lancement des travaux. Pour plus d’efficacité, la CUA va utiliser une chenille suceuse.

Ces travaux sont effectués pour prévenir une éventuelle inondation lors de la  saison des pluies, afin que la population d’Antananarivo ne subisse plus les aléas de ces inondations comme ce fut le cas l’année dernière.

Nadia

News Mada0 partages

Diana : Détournement à la commune d’Antsiranana I

Nouveau scandale en vue, au sein de la commune urbaine d’Antsiranana, après le passage d’une brigade mobile du Trésor public qui a révélé un détournement de deniers publics dans la caisse de la mairie. Les procédures judiciaires sont engagées actuellement pour confondre les responsables indélicats.

Le maire d’Antsiranana I, Jean Luc Désiré Djavojozara, risque gros dans cette affaire de détournement de deniers publics, constaté par des contrôleurs du Trésor public, lors d’une descente sur les lieux la semaine dernière. Des irrégularités auraient été commises sur le déblocage d’une enveloppe de plus de 20 millions d’ariary dans la caisse communale, selon les rapports de constatations des agents du Trésor public qui y ont été envoyés après saisine de la direction générale.

Le maire de la commune urbaine d’Antsiranana leur a d’ailleurs expliqué avoir ordonné à son régisseur de recettes  de débloquer une somme avoisinant ce chiffre pour financer des festivités organisées par la mutuelle des employés de la commune.

Une initiative malheureuse La difficulté dans le remboursement a perturbé le calendrier de versements de la commune au Trésor public d’Antsiranana mais la lettre de relance, qui lui a été adressée à cet effet pour rétablir sa situation financière, n’a eu aucune suite. Les procédures d’usage ont donc été engagées par les agents du Trésor public local après cette attitude des responsables communaux qui n’ont pas fait preuve de transparence dans leur gestion.

A l’affût de la moindre erreur du maire depuis le sursis à exécution de la délibération portant sur sa suspension en 2016, les membres du Conseil municipal ont avoué ne pas avoir été consultés dans le déblocage de ce fonds que le maire a décidé unilatéralement. Le Conseil municipal a rappelé d’ailleurs que le financement des festivités de la mutuelle des employés communaux mentionnés n’est porté dans aucune inscription budgétaire de la commune urbaine d’Antsiranana.

Le maire Jean-Luc Djaovojozara sera donc obligé d’endosser la responsabilité de son initiative malheureuse ayant porté préjudice à la caisse de la commune urbaine d’Antsiranana devant la justice dans un futur proche.

Manou

News Mada0 partages

Alaotra : Dons de semences aux agriculteurs

Les risques de famine sont réels dans plusieurs régions à cause des aléas climatiques subis au cours de l’année. La région Alaotra-Mangoro dépend actuellement des dons en semences de l’Etat pour redémarrer ses cultures.

Les agriculteurs de la région Alaotra-Mangoro sont obligés de dépendre des semences distribuées par le pouvoir pour relancer leurs productions cette année, suite aux aléas climatiques subis par plusieurs communes de la circonscription. Une trentaine de familles de la commune rurale d’Ambandrika, dans le district d’Ambatondrazaka, viennent ainsi de bénéficier d’un don de 1 550 kg de semences pour les aider à redémarrer leurs activités, pour la saison culturale en cours, après le passage du cyclone Enawo qui a provoqué des dégâts considérables dans la zone.

Le chef de région Alaotra-Mangoro et le directeur régional de l’agriculture et de l’élevage ont été unanimes à révéler, au cours de la cérémonie de remise de ces dons, que plusieurs communes de la circonscription sont prévues dans le programme de distribution de ces dons en semences pour le redressement de la situation catastrophique ayant marqué le passage du cyclone Enawo.

Concernant le programme de relance de la riziculture dans l’Alaotra, des usagers attirent l’attention des autorités sur la qualité des infrastructures agricoles de la région qui ont une durée de vie très limitée à cause de l’incompétence de certaines entreprises adjudicataires des marchés publics. Le barrage hydraulique d’Ampilahoana ne peut plus assurer ses fonctions depuis quelques jours suite à des défaillances techniques dans ses structures. Les premières pluies de ce début du mois de décembre ont eu raison de ce barrage qui vient d’être inauguré, en effet.

Manou

 

News Mada0 partages

Assainissement a la jirama : La corruption scrutée de près

La mauvaise gouvernance mine l’essor de la Jirama. L’atelier de renforcement des  capacités de l’équipe dirigeante de la société, organisé, hier, avec le Bureau indépendant de anti corruption (Bianco) et la coopération allemande GIZ, fait partie de l’assainissement initié au niveau de la société depuis janvier 2017.

La Jirama accuse une importante perte de 30% sur sa production chaque année dont les 20% sont liées à la mauvaise gestion, d’après le directeur général, Olivier Jaomiary. A ce propos, la compagnie d’eau et d’électricité prévoit de réduire cette perte à 10% à travers plusieurs actions d’assainissement.

Le programme de lutte contre la corruption a été mis en œuvre dans ce sens avec l’appui du Bianco et de la coopération allemande GIZ. Sur ce point, le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy,  a annoncé que «la mise en place d’un dispositif anti corruption est une obligation pour la Jirama. L’absence de cet dispositif est passible d’une sanction disciplinaire». 

Regagner la confiance des PTF

En effet, la mauvaise gestion de la compagnie d’eau et d’électricité a longtemps été pointée du doigt par toutes les parties prenantes et les partenaires techniques et financiers du pays. Plusieurs responsables ont déjà fait l’objet d’une enquête par le Bianco, dans le cadre d’une investigation portant sur les contrats conclus par la Jirama avec ses fournisseurs d’énergie en 2015.

L’assainissement mené depuis le début de l’année a pour objectif de redresser la situation financière de la Jirama, mais également de regagner la confiance des PTF, pour pouvoir mettre en œuvre plusieurs projets déjà à l’étude.

D’après le DG de la société: «Les PTF sont encore réticents à l’idée de collaborer avec la Jirama pour des raisons historiques liées à la corruption au niveau de la société. Le redressement de la compagnie  lancé en janvier 2017 voudrait pallier les difficultés de cette société d’Etat car le problème de la Jirama n’a rien à voir avec l’expertise technique. Cela concerne exclusivement la mauvaise gouvernance».

Le président du Conseil d’administration (PCA) de la société a poursuivi dans ce sens que «les indicateurs industriels, financiers et opérationnels de la Jirama étaient au rouge. Seule l’expertise technique des responsables a permis à cette société d’Etat de survivre».

Questionné sur les cas concrets de corruption au niveau de la Jirama, Olivier Jaomiary a avancé que «la gestion en général de la société nécessite un assainissement. Cela concerne  les plaintes reçues des abonnés, à propos des factures, du blanchiment… L’assainissement est indispensable pour pouvoir réaliser les projets de redressement de la société et aussi pour regagner la confiance des PTF». 

Pour rappel, l’exécution du plan de redressement de la Jirama s’étale jusqu’en 2020.

Riana R.

 

News Mada0 partages

USAID – MBM : Renforcer l’accès au financement

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) Madagascar a annoncé, hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina, un nouveau partenariat avec Microcred banque Madagascar (MBM), à travers le projet «Renforcement des résultats de santé par le secteur privé Plus» (Shops Plus).

Ce partenariat vise à renforcer l’accès au financement et au crédit pour les micro, petites et moyennes entreprises privées (PME) ainsi que les prestataires de services intervenant dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (Wash) et de la santé.

A travers Shops Plus, l’USAID travaille en étroite collaboration avec MBM pour multiplier les possibilités financières dans ces secteurs. En parallèle, l’USAID organisera une formation en gestion financière à l’intention de ces entreprises pour leur apprendre comment recourir aux emprunts, comment utiliser le crédit pour étendre et améliorer leurs services et comment produire un revenu supplémentaire pour rembourser les prêts.

Une contrainte majeure au développement de l’entreprise à Madagascar demeure l’impossibilité d’avoir accès au crédit d’investissement. Le secteur de la santé publique n’assurant que le tiers des services de santé de base destinés à la population, dont moins de la moitié ont accès à l’eau potable. Du coup, il est essentiel de renforcer la capacité du secteur privé. En ayant accès aux ressources financières, les entreprises et prestataires de services privés pourront développer et renforcer la qualité de leurs services sanitaires et améliorer les soins de santé pour la population.

En somme, ce partenariat USAID-MBM, en coopération avec l’Etat malgache, appuiera le développement des cliniques et des prestataires privés dans le domaine et concourra à atteindre le défi de la couverture sanitaire universelle.

Arh.

 

News Mada0 partages

Basket – saison 2018 : Un agenda chargé pour la FMBB

La Fédération malgache de basketball (FMBB) a dévoilé, hier, son programme d’activités pour la saison 2018. Notons le tournoi NBA Junior League qui est un autre rendez-vous important inscrit sur un calendrier plus que chargé.

Un menu varié. La FMBB met les petits plats dans les grands pour la saison 2018 en mêlant compétitions nationales et internationales. Les choses sérieuses débuteront en février avec les éliminatoires de la Coupe du président, suivies du tournoi universitaire Smatch’ in en avril ainsi que le championnat national N1B hommes et le tournoi 3×3 en avril. L’affiche la plus importante étant la tenue du NBA Junior League, du 22 au 27 mai, au palais des Sports de Mahamasina. L’Afrobasket U18 garçons s’avère également un autre rendez-vous important, outre l’Afrobasket 3×3.

Pour la prochaine saison, les championnats nationaux N1A hommes et dames seront disputés du 9 au 17 juin. En attendant, Challenger ne s’est pas défait des griffes de MB2All et s’incline par 64 à 88 lors de la 3e journée de la phase 2 du championnat national N1A 2017. Cosfa a créé la surprise en battant Sebam par 96 à 66. ASCB et Ascut se sont séparés sur le score serré de 61 à 68 en faveur du club d’Atsinanana.

Rojo N.

Calendrier de la saison 2018

Coupe du président : Eliminatoire des Zones

-3 au 11 février : Nord : (Boeny/Diana/Sava/ Sofia), Sud : (Atsimo Andrefana/Anosy/Androy/ Ihorombe)

-17 au 25 février : Ouest : (Vakinankaratra/ Bongolava/Itasy/Menabe

-24 février au 5 mars : Centre Sud : (Haute Matsiatra/V7V/Amoron’i Mania/Atsimo Atsinanana), Centre : (Analamanga/Alaotra Mangoro/Atsinanana/Analanjirofo)

-28 au 30 avril : Coupe du président play-off :

-24 au 31 avril : Coupe du président Top 8/Grande finale

-14 au 22 avril : Smatch-in

-28 avril au 6 mai : Championnat National N1B hommes

-18 u 20 mai : Tour 3X3

-19 au 27 mai : Championnats nationaux N1B Dames et U20 garçons

-22 au 27 mai : NBA Junior League

-9 au 17 juin : Championnats nationaux N1A hommes et dames 1ère phase

-21 au 29 juillet : Phase finale afrobasket U18 garçons

-Août : Critérium U12 garçons et filles ; Big Soma 3X3 ; Championnats nationaux vétéran dames et hommes + U14 garçons et filles

-Septembre : Championnats nationaux U16 filles et garçons

-Septembre-octobre : Championnats nationaux U18 filles et garçons

-Octobre : Championnats nationaux N1A hommes et dames 2e phase et phase finale

-Novembre : Afrobasket 3X3 2e édition ; AGO

News Mada0 partages

Handball : Le sommet national prend date

La saison se terminera à temps pour le handball malgré le chamboulement du programme causé par l’épidémie de peste. Le championnat national aura bel et bien lieu, du 12 au 17 décembre, au palais des Sports de Mahamasina.

Les meilleures équipes au grand derby final ! 16 formations, dont 8 chez  les hommes et autant chez les dames, issues de trois zones (Centre, sud, nord), ont obtenu leur ticket lors des tournois qualificatifs. Et les tenantes du titre, THBC (Dames) et As Saint-Michel (Hommes), n’ont pas failli à leur suprématie et seront les clubs à abattre. Mais, à analyser le déroulement des phases qualificatives et des championnats régionaux, force est de constater que d’autres formations joueront les trouble-fêtes.

Chez les hommes, le retour de l’équipe championne d’Analamanga, Cosfa, sur le devant de la scène, ne saute pas aux yeux. Les jeunes handballeurs de la Cité du Soleil montent également en puissance, à l’image du groupe Siteny et de ASF, championne et vice-championne de Madagascar chez les juniors cette saison.

Côté dames, THBC demeure encore la grande favorite à sa propre succession malgré une campagne désastreuse lors de la Coupe des clubs de l’océan Indien où Aina et sa bande sont sorties dès la phase de poule. L’AS Tsiky, vice- championne de l’année dernière, peut également jouer dans la cour des grands…une fois de plus. Mais, la formation de Boeny devra en découdre avec le clan du Sud composé essentiellement des équipes d’Ihosy et deToliara.

Analamanga en force

Dépourvue de tournoi de zones, la Fédération malgache de handball (FMHB) a décidé de sélectionner respectivement deux équipes pour Atsinanana et Analamanga dans la catégorie masculine. Mais après le désistement de l’AS Tsarahofana, une autre formation d’Analamanga vient compléter l’effectif, en l’occurrence, celle de Sporting.

De ce fait, avec trois équipes, Analamanga est la mieux représentée chez les hommes, suivie d’Atsimo Andrefana avec deux formations. A noter, chez les dames, l’arrivée d’une nouvelle équipe, celle de H3A de Toliara en remplacement de l’Asco et le repêchage de Zanakala.

Naisa

Liste des équipes participantes

Hommes :

AS Saint-Michel, Cosfa, sporting, Hasin’i Toamasina, Sofia misôma, HBCM, Groupe Siteny, ASF

Femmes :

THBC, HBCA, HBCB 119, HBCI, H3A, Zanakala, As Tsiky, Sofia misôma,

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : Gégé Bosco radié à vie

La Fédération malgache de boxe olympique a officialisé le départ de Gégé Bosco, conformément à l’ordonnance de l’Aiba.

Après quelques semaines de remous et d’indécision, suite à l’ordonnance de l’Association internationale de boxe amateur (Aiba) et la requête du Comité olympique malgache (Com), de bannir Gégé Bosco du poste  de vice-président de  la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Hery Mamy Rabarisoa, président de la FMBO, a fini par prendre le taureau par les cornes. Le feuilleton touche à sa fin.

En fait, le 27 novembre dernier, le président de la fédération a officialisé le départ définitif, sans possibilité d’appel, de son lieutenant, à travers une lettre adressée au Com et au ministère des Sports. A ce stade, il est difficile, voire impossible, de tenir tête à l’instance internationale. «C’est officiel, Gégé Bosco ne fait plus partie de la grande famille de la boxe malgache. Une missive a été envoyée aux entités concernées à titre d’information», a déclaré Hery Mamy Rabarisoa.

Persona non grata

La messe est dite, Gégé Bosco est radié à vie du noble art. Et encore, selon toujours le président de la fédération : «Il sera interdit d’exercer toute autre activité relative au sport au sein des autres disciplines».

D’après les informations reçues, Gégé Bosco a vivement contesté cette décision en arguant que seules, les ligues peuvent le destituer de son poste de vice-président. Sauf que, dans ce cas-ci, il s’agit d’une affaire qui s’est passée bien avant le mandat de l’actuelle équipe dirigeante. De plus, la décision émane de l’instance suprême de la boxe olympique.

 «Notre mandat touchera à sa fin en 2018. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de laisser vacant le poste de vice-président en attendant les nouvelles élections de l’année prochaine», a conclu le numéro un de la boxe malgache.

Naisa

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Etrennes pour le nouvel an

 Il n’est pas une personne qui ne râle pas après la circulation dont la pollution asphyxie la ville et les embouteillages paralysent les déplacements.  Tôt ou tard il faudra que les responsables locaux prennent les mesures nécessaires, fatalement astreignantes pour certains mais bienfaisantes pour l’ensemble.

Deux coups en un ! Cadeau pour la fin de l’année, c’est la dernière fois que l’on a la liberté de s’amuser dans de tels bouchons. Un autre beau joujou le premier de l’an : jour pair numéro pair, impair-impair, ou autre chose mais il faudra bien une solution : question de santé physique max de poitrinaires et histoire de salubrité psychologique, éviter une surpopulation de névrosés dus aux embouteillages

News Mada0 partages

Hevitra mandalo : Resaky ny mpitsimpona akotry

Paompin-dranom-potaka

Mikaikaika ny mponina noho ireny ranom-potaka tsinjarain’ny Jirama. Na any amin’ny mpanjifa nampiditra rano any an-tranony izany na eny amin’ny paompy ikambanan’

ny mponina anovozan’ny maro ny rano ilaina any an-tokantrano. Avela hitsika dia tsihifina am-pitandremana mba tsy hikobana dia atao hoe afaka anasana ilay rano mavomavo, fa manahirana ihany ny fampiasa azy amin’ny fandrahoana sakafo. Asa angamba any amin’ny dite sy kafe tonga dia mahazo loko ilay fisotro. Vazivazy iny, izay sisa no  atao mba tsy hisafoaka lalandava noho ny fahatezerana. Aiza ê ! Na andoavam-bola na tsia ny rano tovozina, dia ahoana kosa no hanekena fifamahanana fotaka am-pitoerana eto ? Asa na tsy fidiny na safidy fa any amin’ny faritra maro mponina no tena miseho ity fahagagana ity dia ny

« robinet mamany ranom-potaka », manompo lokon-tantely no mila haditidity toy ny tantely ihany koa.

Nitondra teny fampitoniana ny ahiahy mety ateraky ny lokon’ny rano ny mpiandraikitra ny serasera ao amin’ny Jirama. Mialoha ny fiaingana avy ao amin’ny ozinina fanadiovana ny rano tsinjaraina dia  anovozana santionany izay anaovana fitiliana ny fahadiovany, ka azo antoka noho izany ny rano mivoaka ny ozinina.

Eny tompoko, fa tsy ny teknisianina ao amin’ny Jirama indray no hampatsiahivina fa izay rano madio miala avy any amin’ny ozinina izay dia mbola hitetitety fantsona izay angamba efa maro no « harafesina ». Tsy efa ho folo taona lasa izay moa no nisy fikasana ary efa nahitana famatsim-bola mihitsy ny fanavaozana an’ilay firarin’ny fantsona ahafahana manaparitaka ny rano manenika ny tanàna. Tsy tanteraka moa ilay fikasana noho ny ditran’ny mponina

« diso safidy » tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna, angamba sodokan’ny akanga tsara soratra ka tsy nahita atody intsony avy amin’ny akoho efa tamana, mbola mandraingiraingy mizaka ny fery toy izao mitranga izao mandrak’ity ny androany.

Samy mivetsovetso an’izay tiany, « tadidinao ve ? » hoy ny Railovy, samy eto an-tanàna ihany, ny kilalao mbola ela, ho aiza no tsy hifanena ? Na miafina ambadiky ny fitaratra matroka aza andavanandro, tsy maintsy hiseho ihany rehefa tonga ny andro fanaovana « mimi » ho fangatahana ny vaton’ny mpifidy.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Anathème (1)

Ô, sinistre empereur d’une race en démence,

Espères-tu toujours, en ton orgueil immense,

Voir des peuples craintifs, privés de liberté,

Se courbant pour baiser ton spectre ensanglanté ;

Réduire d’un seul coup l’Europe à l’esclavage,

Et trôner, comme un fauve enivré de carnage,

Sans souci d’être abject et tout fier d’être fort,

Sur les champs désolés où tu semas la mort ?

Crois-tu donc qu’il suffit, pour dominer le monde,

D’être arrogant et fou, d’être une brute immonde,

De laisser libre cours aux lâches cruautés

Du sauvage troupeau de tes soldats bottés,

De retrousser en crocs les bouts de tes moustaches,

De broder des tibias au flanc des sabretaches

Et, violant le droit et n’ayant plus d’honneur,

De n’être qu’un bandit sous l’habit d’empereur ?

Crois-tu donc qu’il suffit à tes soldats infâmes

De tuer des vieillards, des enfants et des femmes,

D’achever des blessés, de brûler des moissons,

Et, n’agissant partout qu’en barbares qu’ils sont,

Sans souci d’être vils ou d’être ridicules,

De voler des bijoux, d’emporter des pendules,

Et pour être plus sûrs de ne rien oublier,

De prendre, chez les gens, jusqu’à leur mobilier ?

N’as-tu pas déjà vu s’évanouir ton rêve ?

Ne regrettes-tu pas cette guerre sans trêve

Que, délibérément, un jour, tu provoquas

Sans faire alors, ô criminel, le moindre cas

Des malheurs qu’elle allait répandre sur la terre,

Sans penser aux enfants dont tu prendrais le père,

Aux filles qui verraient mourir leur fiancé,

Au sang pur qui serait, par ta faute, versé ?

N’as-tu pas vu Paris où, dans ton arrogance,

Tu pensais pénétrer presque sans résistance

Se dresser, calme et fière à l’heure du danger

Et repousser d’un coup le flot de l’étranger ?

N’as-tu pas vu non plus la formidable armée

Sur la Marne, la Somme et l’Yser, décimée

Reculer, et tes beaux régiments, un à un,

Succomber vainement sous les murs de Verdun ?

(À suivre.)

René Frelant .

L’Ambulance/Croix verte

www.bibliothequemalgache

1 – Ce poème patriotique a été dit par son auteur lors de la soirée musicale et théâtrale du 8 septembre 1917 à Tamatave, ainsi que le rapporte le journal Le Tamatave du 12 septembre. (Note de l’éditeur.)

 

News Mada0 partages

Chronique : Modification des objets de promesse

Le pays est tombé bien bas, la population a perdu ses illusions, les gouvernants … ? Aucune situation ne peut dissuader presque tous ceux qui parviennent au pouvoir, de la prétention à se croire les meilleurs en tout. Le problème du riz devrait pourtant suffire à inviter ceux d’hier et d’aujourd’hui à raser les murs.Malgré l’étendue des terres cultivables, malgré une tradition rizicultrice de toutes les régions, malgré la demande croissante de riz, aliment de base de prédilection de toutes les populations de l’Île, malgré les promesses répétées, depuis cinquante ans la succession de Champions qui se sont relayés au pouvoir n’a pu réaliser une autonomie de production propre à satisfaire les besoins de consommation intérieure. Pire au fur et à mesure il y a de plus en plus loin de la coupe aux lèvres : les écarts se creusent, les besoins s’envolent la production stagne voire recule. Comment assumer l’indépendance lorsque l’on ne parvient pas à assurer la production de l’aliment de base dont se nourrit la population ?

L’autosuffisance apparait désormais comme un mirage, plus personne n’y croit. Désormais la fuite en avant doit se poursuivre, les besoins augmentent en conséquence de la croissance démographique. Il en faut plus pour  désarçonner les politiciens au pouvoir. Comme les pauvres qui n’ont pas assez de langes pour changer un enfant dont la couche est mouillée, le pouvoir retourne la culotte des promesses : « vous voulez du riz ? On va doubler le tonnage des importations ». Facile ! Comme si ça ne devait produire aucune répercussion économique. Comme si l’on avait perdu tout amour-propre jusqu’à en oublier le respect de soi.

Des abandons significatifs du contraire de ce développement que l’on chante comme objectif. Il serait bien grave et très triste d’avoir à reconnaitre définitifs les abandons de ce genre, qu’il soit question d’objectif à atteindre ou de valeur à cultiver. La question mérite du sérieux : cela n’exige-t-il pas un changement fondamental de gouvernance ? Changement qui à son tour ne requerrait-il pas  une transformation radicale de mentalité ? On en arrive immanquablement à la question qui fâche parce qu’elle tue ou au moins disqualifie : ces gens-là accepteraient-ils et seraient-ils capables de changer de mentalité ? La réponse se trouve dans le préambule de la question.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

MPANAO TRAFIKANA RONGONY : Lehilahy miisa telo voasambotry ny Zandary tao Antsirabe Avaratra

Vokatry ny fikaroham-baovao tsy an-kiato teo anivon’ny  zandary dia fantatra fa nisy andian’olona mitatitra rongony any ho any, izay tsy voafaritra mazava ny toerana misy azy na ny iaviany. Vantany vao naharay io vaovao io ny zandary avy ao amin’ny Borigadin’Ampanefena dia nandefa  mpitandro filaminana nanao ny fisavana teny amin’ny lalana rehetra ka teny amin’ny lalam-pirenena RN5A. 

Rehefa nosavaina ny fiara Mazda iray dia nahitana gonin-tsaribao 03 izay samy nisy  daba feno rongony iray avy tao anatiny ary milanja 21,5 kg isanisany. Nosamborina avy hatrany ireo lehilahy roa tompon’entana sy ilay mpamily izay niray tsikombakomba tamin’izy ireo. Hodorana eo anatrehan’ny manam-pahefana sivily tompon’ andraikitra eo an-tanàna sy ny vavolombelona hafa ireo rongony tratra ireo ary hatolotra ny Fampanoavana ireo voarohirohy aorian’ny famotorana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TOBIN-TSOLIKA VOAROBA : Menaka 11 zerikana lasa, maratra mafy ny mpiambina

Afak’omaly alina tokony ho tamin’ny 12 ora no nitrangan’ny fanafihana ary olona telo no efa voasambotra tamin’io fotoana io ihany, araka ny fampitam-baovao azo. Andian-jiolahy nirongo basy sy famaky no nanao fanafihana ka nodarohan’izy ireo tamin’ny famaky ny lohan’ilay mpiambina. Naratra mafy ary tsy nahatsiaro tena ity farany ka nanararaotra niditra tamin’ny efitrano misy ny solika ireo olon-dratsy ka nobatain’izy ireo avokoa ny zerikana tao an-toerana. 

Voalaza fa mitentina eo amin’ny 100 000 ariary ny vidin’ny iray zerikana  amin’ilay solika. Nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany ny olona tao amin’ny trano misy io tobin-tsolika io saingy efa lasa ireo jiolahy vao tonga ireto farany ka niroso tamin’ny fikarohana. Olona telo no sarona nandritra ny fikarohana tamin’io alina io ihany. Noentina namonjy toeram-pitsaboana avy hatrany ilay lehilahy mpiambina voafira tamin’ny famaky ary marefo ny fahasalamany hatramin’izao ora nanoratanay (talata antoandro) izao, araka ny vaovao voaray farany.

Mbola ao anatin’ny fanaovana famotorana ireo olona tratra ny Zandary any an-toerana ka andrasana ny tohin’ity tranga fandrobana tobin-tsolika tao Morondava ity. Ny Zandary no mandray an-tanana ny raharaha.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA AO ANKAZOBE : Tsy mifidy sokajy ireo dahalo karohin’ny zandary

Mbola voafaritra ao anatin’ny faritra mena ity farany ary efa tsy avahana intsony fa na renim-pianakaviana aza dia mahavita midina ifotony manatanteraka fanafihana tanàna mihitsy.

Amin’izao fotoana izao, dahalo efatra mianadahy no karohin’ny mpitandro filaminana fatratra eny an-toerana. Miandahy, miambavy mihitsy izy ireo izay voalaza fa dahalo tena ikoizana amin’ny halatr’omby, vono olona miampy doro trano ao anatin’ity Distrika ity. Anisan’izany i Voahirana, ity farany dia vehivavy lehiben’ny dahalo any amin’ny tanànan’Antanatanana, Kaominin’Antakavana ao anatin’ny Distrikan’Ankazobe. Araka ny vaovao voaray dia anisany mandray anjara mivantana amin’ny fanafihana tanàna ny tenany, mangalatr’omby ary maro ireo andian-dahalo mpiara-miasa aminy. Anisan’ireo dahalo raindahiny namoahana didy fampisamborana ihany koa i Mahavelo ; monina ao Ankazomamoha ao anatin’ny Distrikan’i Fenoarivobe.

Torak’izany ihany koa i Charlot monina ao Beronono, Kaominin’i Tsaramasoandro ao anatin’ny Distrikan’Ankazobe ary i Rijabe mipetraka ao Antsahatanteraka, Kaominin’i Beronono  ao anatin’ny Distrikan’Anjozorobe. Amin’ny ankapobeny dia ireo dahalo ireo no tompon’andraikitra amin’ireo trangana halatr’omby sy fanafihana mitam-piadiana mahery vaika niseho tao anatin’ity Distrika ity. 

Mitovy hatrany ny asa ratsy ataon’izy ireo izay tsy vitan’ny mandroba fananan’olona fotsiny ihany fa mamono amin’ny fomba feno habibiana ihany koa. Mifindrafindra ireo dahalo ireo ary na any Fenoarivobe aza izy ireo dia tonga hatrany Ankazobe no manafika. Eo anatrehan’izany dia efa misy ny paikady napetraky ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena hifehezana io asan-dahalo amin’ny sisin-tany io. 

Efa miparitaka manerana ny biraon’ny zandary ny sarin’izy efatra mianadahy ireto mba hoentina hampahafantarana ny olon-drehetra ny asa fikarohana atao azy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TENDROMBOHITR’I AMBRE- ANTSIRANANA II : Ripaka ny atiala matevina sy mando

Tsy vao izao no aripaky ny olona izany atiala izany ary tsy mitsahatra mampiaka-peo ny mponina ao an-toerana sy ny manodidina fa tsy ahitam-bahaolana avy amin’ny fitondrana hatramin’izao.

Ahitana hazo mijoalajoala mahatratra hatrany amin’ny 25m ny haavony ao amin’ny tendrombohitr’i Ambre izay marihina fa lasa valan- javaboaharim-pirenena  nanomboka tamin’ny taona 1958. Ao ihany koa no misy ny loharano na lohasaha mamatsy ny tanànan’ Antsiranana sy ireo kaominina maro hafa manodidina. Miisa 78 ireo lohasaha ireo tany aloha tany. Ankehitriny dia tsy misy afatsy 16 monja. 

Tandindomin-doza arak’izany ny kaominina Joffre-Ville sy ny distrikan’Antsiranana II ary ny maro hafa any amin’ny tapany avaratry ny Nosy. Kaominina tsy latsaky ny 26 mantsy no miankin-doha amin’ny tendrombohitr’i Ambre eo amin’ny resaka rano araka ny fantatra. 

Ankoatr’izay, tsikaritra fa vokatry ny fandripahana atiala matevina sy mando ao amin’ny tendrombohitr’i Ambre  dia mihamafy ny fiovaovan’ny toetrandro any Antsiranana sy ny manodidina. Ao amin’ny kaominina Joffre-Ville, ohatra, raha nahatratra 2° ny maripana ambany tao an-toerana  taona vitsivitsy lasa izay dia  eo anelanelan’ny 15° sy 18° izany ankehitriny.

Misintona ny lakolosy fanairana i Amido

Misintona ny  lakolosy fanairana ny loholona, Amido manoloana izao toe-javatra izao. «  Tsy mitsahatra mihena ny ala. Rava ireo harena voajanahary ao amin’ny tendrombohitr’i Ambre. Tsy ampy ny fandraisana andraikitra ataon’ny minisitera  mpiahy araka ny fahitako manokana izao toe-javatra izao. Tsy tokony havela amin’ireny «  Ong  » ireny irery ny fiarovana ny valan-javaboary eto amintsika satria efa loza mihatra eto amin’ny firenena ny fandripahana ala sy ny voka-dratsy aterak’izany. Ao Antsiranana, ohatra, amin’ny 2 ora maraina efa milahatra ireo olona haka rano eny amin’ny toerana misy paompin-drano ireny ankehitriny noho ny tsy fahampian’ny rano. Efa mba tokony hisy vola amin’izay  atokan’ny minisiteran’ny tontolo iainana  ho fanampiana sy fiarovana ny valan-javabohary eto amintsika fa indrindra ny valan-javaboaharim-pirenena Ambre. 

Lovam-pirenena ity farany  », hoy ny fanazavana nomen’i Amido. Nomarihan’ity farany fa maherin’ ny  400 000 ny isan’ny mponina mivelona amin’ny rano avy ao amin’ny tendrombohitr’i Ambre.

Tsy ampy ny sazy

Miezaka manao ny asany ny mpitandro filaminana ny amin’ny fisamborana ireo olona manapaka hazo ao amin’ny tendrombohitr’i Ambre fa tsy ampy araka ny fahitan’ny mpanara-baovao azy  ny sazy azony ka miverina manao izany asa ratsy izany foana. Tokony hovaina amin’izay  ny lalàna ary hatao mafy ny sazy omena ireo izay tratra manapaka hazo anaty valan-javaboary na tsy nahazoana alalana. Na izany na tsy izany nambaran’ny loholona Amido fa misy tambajotra miaro sy miray tsikombakomba amin’ireo olona mandripaka ny atiala any amin’ny tapany avaratry ny Nosy. «  Ahoana no hanazavana ny fisian’ny toerana mpanamboatra fanaka amina «  palissandre  » sy hazo ala hafa tsy latsaky ny 50, ohatra, ao amin’ny kaominina ambanivohitra Anivorano-Avaratra  ?  », hoy izy.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

SAMBO COSTA : Tsy nahomby ny antso nataon’ny Praiminisitra Mafahaly Olivier

Taorian’ny fanemorana lava efa nataony, raha tokony niantsona tao Toamasina ny talata 5 novambra teo ny sambo Costa mpitondra mpizahatany dia tsy tonga tamin’ny ora farany indray izany. Ireo Nosy rahavavy, Seychelles sy Maurice no tena misakana ny fahatongavan’ny sambo Costa ao Toamasina izao, araka ny loharanom-baovao. Ny valan’aretina pesta hatrany no mbola ambentinten’ireto nosy rahavavy ireto. Izy ireo izay mandrahona hanageja ilay sambo ao anatin’ny 40 andro raha miditra eto Madagasikara ny sambo Costa. 

Na dia teo aza ny fanambaràna nataon’ny Praiminisitra Mafahaly Olivier ny amin’ny fahataperan’ny valan’aretina pesta eto amintsika dia nihemotra ihany ity sambo lehibe mpitondra mpizahatany ity. Midika ho tsy fahombiazan’ny fifampiresahana nataon’ny governemanta malagasy tamin’ny filohan’ny fikambanambe iraisam-pirenena momba ny fizahantany, izay nandalo teto Madagasikara ihany koa izao tsy fahatongavan’ny sambo Costa izao.

Fatiantoka ho an’ireo mpandraharaha ara-pizahantany izao. Izy ireo izay efa niomana fatratra tamin’ny fandraisana ireo mpihazahatany an’arivony entin’ny sambo lehibe io. Ireo mpivarotra taozavatra ao Bazary Be-Toamasina, izay anisany mba efa nanantena fatratra ny sambo Costa, dia nampitombo entana hamidy mihitsy saingy izao tratran’ny tsy fahatongavan’ny sambo izao. Mahatratra 300 tapitrisa ariary ny fatiantoka ho an’ny fizahantany Malagasy manoloana izao tsy fahatongavana izao. Mitentina 300 tapitrisa ariary eo mantsy ny vola miditra amin’ny fizahantany malagasy amin’ny fiatsonana 24 ora ao Toamasina ataon’ny sambo Costa iray. Ny vaovao marim-pototra no nahalalana fa tsy ho avy eto Madagasikara mihitsy ny sambo Costa amin’ity taona 2017 ity.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

AMBOSITRA : Mpiandraikitry ny fiompiana avy amin’ny faritra telo nomena traikefa

Ilaina araka izany ny manana olona ampy traikefa sy manam-pahaizana amin’izany sehatra izany mba hahalavorary ny fihariana. Mahakasika izay indrindra dia nisy ny fiofanana nomena ireo mpiandraikitra ny fiompiana eo anivon’ny faritra telo eto Madagasikara izay notontosaina tao amin’ny «  Village Zafimaniry  » ao Ambositra. 

Naharitra roa andro izany ary niarahana tamin’ny ministeran’ny fambolena sy ny fiompiana. Fiofanana mahakasika ny fikarakarana ny sakafom-biby no natao izay nosokafana tamin’ny fomba ofisialy ny marainan’ny alatsinainy lasa teo. Nambaran’ny talem-paritry ny fambolena sy ny fiompiana any amin’iny faritra iny, Raveloson Dieu Donné fa izao no natao dia mba hitsinjovana sy hanomezana traikefa ireo tanora miandraikitra ny fiompiana eto Madagasikara eo anivon’ny sampan-draharahan’ny fiompiana isam-paritra. 

Fantatra tokoa mantsy fa betsaka ireo tompon’andraikitry ny fiompiana eo anivon’ny ministeran’ny fambolena sy ny fiompiana any amin’ireo faritra samihafa no efa misotro ronono sy efa an-dalana amin’izany. Ilaina araka izany ny mizara sy manome izay fahalalana rehetra tokony ho azon’ireo zandry mba tsy hampikoroso fahana ny fiompiana eto an-toerana. Ny faritra Amoron’i Mania, Vakinankaratra ary Analamanga no faritra telo izay misitraka ny tombontsoa tamin’izao fiofanana nomena izao. Tsara homarihana fa nanome voninahitra ny fotoam- panokafana tamin’ny fomba ofisialy ity atrikasa ity ny lehiben’ny faritra Amoron’i Mania.

Tonga any Ambositra ny zezika 30 taonina

Ankoatra izay dia zezika milanja 30 taonina avy amin’ny ministeran’ny fambolena sy ny fiompiana no tonga any Ambositra tamin’ny alalan’ny sampan-draharaham-paritry ny fambolena sy ny fiompiana tamin’ny zoma lasa teo. Mbola hisy ny fanampin’ireo fanampiana ireo amin’ity herinandro ity araka ny voalaza ka hilanja 40 taonina kosa izany ho avy manaraka izany, raha ny fanazavana hatrany. Izany no natao dia mba hitsinjovana ny sehatry ny fambolena any amin’iny faritra iny ihany. Efa misy lamina mipetraka mba hitsinjarana ireo zezika ireo amin’ireo tantsaha mba tsy hisian’ny fiangarana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

SENDIKAN’NY MPIASA - JIRAMA : “Tsy misy idiran’ny fanjakana intsony ny fitantanana ny orinasa”

Antony iray lehibe  ny  nambaran’izy ireo tamin’izany dia  ny  fampahafantarana ny olon-drehetra fa ny orinasa Jirama irery ihany sisa  no mikarakara ny fampandehanana ny orinasa, izay nanomboka tamin’ity fiandohan’ity herinandro  ity. 

Izany hoe tsy misy  idiran’ny fanjakana intsony  manombok’izao ny fitantanana momba  ity orinasa ity.  Vokatr’izay  dingana natao izay dia fepetra miisa dimy no navoakan’izy ireo nandritra ny dinidinika natao toy ny  : fijoroana hatrany ny amin’ny fotokevitra ijoroana momba ny fiarovana ny zon’ny mpiasa  ; ny fanamelohana ny hetsika sendikaly  itaomana ireo andiana mpiasa mitady tombontsoa manokana  ; fanoherana  ny endrika an-kolaka na mivantana mahakasika ny fanomezana ny orinasa ho an’olon-tsotra ary ny farany dia nohamafisin’izy ireo fa  tsy misy resaka ambadika politika velively ny  vondrona misy azy ireo.  Nandritra ny ady hevitra natao dia  nilaza ihany koa i Tiana Razafindrakoto Sekretera Jeneraly Nasionalin’ny Sendika  fa azo atao tsara ny mifampiresaka amin’izy ireo  raha toa ka misy ny soson-kevitra hamahana  ny olana  mianjady amin’ny orinasa ankehitriny .

Fahatapahan-jiro sy fahalotoan’ny rano tato ho ato   

Na eo aza   ny fametrahana    fa tantanan’ny orinasa irery ihany  manomboka izao ny  orinasa  dia ny fahazoan’ny mpanjifa fahafaham-po ihany hatreto no tena mibahana ao an-tsain’ny maro.  Raha ny zava-misy ankehitriny izao no halalinina dia hita taratra fa misedra olana goavana ny mpanjifa jiro sy rano hatramin’izay  ka hatramin’izao. Faritra maro manerana ny Nosy  amin’izao fotoana izao no velon-taraina noho ny fahatapahan-jiro lavareny  sy tsy misy fiafarany. 

Etsy andaniny ny fahalotoan’ny rano ampiasaina tato ho ato, izay atahorana mety hiteraka aretina. Manoloana ireo olana goavana ireo anefa dia  toa vao mainka mitombo ny vola aloa isam-bolana. Manantena fiovam-pitantanana vaovao sy mahomby  araka izany ny vahoaka manomboka izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Tsy navelan’ny ray aman-dreny nanatrika Codis ireo mpianatra

Nanomboka ny talata teo mantsy ny ‘conseil de discipline’ ho an’ireo mpianatra voarohirohy tamin’ny korontana sy tabataba teny amin’ny oniversite, ny volana oktobra teo.  Haharitra telo andro izy io ary mpianatra miisa 80 eo ho eo no voakasik’izany. Voalaza ihany koa fa mpianatra avy amin’ny faritra Sofia ny ankamaroan’izy ireo. 

Tsy avy amin’ny faritra Sofia irery fa misy ihany koa ny Sava, Diana ary atsinanana, hoy hatrany ireo ray aman-dreny ary misy avy any Vakinankaratra ihany koa. Tsy mahagaga raha zanak’i Sofia no maro amin’izy ireo, hoy hatrany ny ray aman-dreny satria mpianatra avy any Sofia ny ankamaroan’ireo mpianatra eny amin’ny oniversite. Vao maraina dia niatrana manodidina ny oniversite ny Emmo, saingy tsy nisy ny korontana. Nangataka ny hihaona tamin’ny tompon’andraikitry ny oniversite ireo ray aman-dreny saingy efa nanomboka ny Codis ka tsy voaray izy ireo. Tsy nisy mpianatra na iray tamin’ireo voaantso aza anefa niatrika io fiantsoana io fa araka ny nambaran’ireo ray aman-dreny dia tsy navelan’izy ireo ho any ireo mpianatra mba hialana amin’ny tetika ataon’ny tompon’andraikitry ny oniversite sy hialana amin’ny ady mety hisy eo amin’ny samy mpianatra.

Marihina moa fa mpianatra mpikambana ao amin’ny Bdeum  ny ankamaroan’ireo voakasik’ity fiantsoana ity. “Mitaky ny fihaonana mialoha amin’ny tompon’andraikitry ny oniversite izahay ahafantaranay ny fomba itondran’izy ireo io Codis io sy ahafahanay manome soson-kevitra hanatsaran-javatra”, hoy hatrany izy ireo. Ilaina ny fifampiresahana ary takianay izany, hoy hatrany ireo ray aman-dreny. Nifamory moa izy ireo taorian’izay, nilaza fa mitohy ny fitakiana. Tamin’ny 10 ora teo dia nampiantso azy ireo ny tompon’andraikitry ny anjerimanontolo ao Mahajanga mba hifampiresaka saingy tsy nanaiky indray izy ireo. Ho hita eo ny tohiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I TSIHOMBE : Nanangana ny drafi-pampandrosoana ireo mpisehatra isan-karazany any an-toerana

Manoloana izay indrindra dia nisy ny fakan-kevitra ifotony ho an’ny drafi-pampandrosoana ny faritra handroso notanterahana tao amin’ny distrikan’i Tsihombe. Fotoana izay notarihin’ny lehiben’ny faritra sy ireo delegasiona niaraka taminy. Niompana tanteraka tamin’ny lafiny tontolo iainana, toekarena, sosialy ny laha-dinika nandritra fihaonana. 

Naharitra roa andro ny atrikasa ka nahitana mpizaika zato avy amin’ny kaominina sivy mandrafitra ny distrikan’i Tsihombe. Hita tao anatin’izany avokoa ireo tanora efa miasa, ireo mpitantana samihafa sy ny sisa hafa koa. Nandritra ny tapany voalohany, izany hoe ny alatsinainy lasa teo no nitadiavana vahaolana ho an’ny tontolo iainana sy ny toekarena. Anisany voarekasa indrindra tamin’izany ny fanatsarana ny lafiny fanjonoana, ny fiompiana, ny fizahantany ary ny fambolen-kazo izay hita fa lesoka miteraka ny hanoanana any Atsimo. 

Tao anatin’ny fanatanterahana ny tapany faharoa, omaly kosa no niresahana ny ara-tsosialy. Tsapa ho navitrika ny mpizaika tamin’ny fanolorana vahaolana mahakasika ireo sakana isankarazany tsy mampandroso ny distrika. Tsara marihana fa isany nandray anjara feno tamin’izany ny lehiben’ny distrika, ny solombavambahoaka, ireo ben’ny tanàna sivy. Antenaina araka izany fa hisy fivoarana indray iny distrika iny taorian’izao fihaonana hikatsahana fampandrosoana tontosa izao.

Lucien R.   

Tia Tanindranaza0 partages

Emmanuel MacronVelon’ahiahy amin’ny fanambaran’i Donald Trump

Nanambara ny filoha Frantsay Emmanuel Macron fa manana ahiahy ny amin’ny faneken’ny Filoha Amerikanina Donald Trump an’i Jerosalema ho renivohitr’i Israely.

 

 

Namoaka fanambarana ny fitsarana an-tampony any Espana ny talata teo ny amin’ny fampiatoana ny didy iraisam-pirenena amin’ny fisamborana ny filoha Catalogne teo aloha Carles Puigdemont, izay nanao sesitany  ny tenany any Belzika niaraka tamina minisitra 4 akaiky azy rehefa napetraky ny governemanta Espaniola teo ambany fitantanany ny faritanin’i Catalogne, izay vao avy nanambara ny fahaleovantena tamin’ny 28 oktobra lasa teo.

 

Nahitana trangana fampihorohoroana indray tany amin’ny tanànan’i Homs any Syria omaly, ka olona miisa 8 farafahakeliny no maty ary am-polony maro no naratra rehefa nipoaka ilay fiara mpitatitra olona izay voasesika baomba.

 

Nanambara omaly ny praiminisitra Libaney Saad Hariri fa hiverina haka ny toerany, raha nisy fanapahan-kevitra noraisiny nametra-pialana iray volana lasa izay, ka nahataitra ny vahoaka Libaney sy ny vondrona iraisam-pirenena. Tany Arabie Saoudite izy no nananao fanambarana fametram-pialana, nisy avy eo ny fifampiresahana teo amin’ny Frantsay sy ny Saodianina, noraisin’ny filoha Macron tao Paris i Saad Hariri ary niverna nody tany Liban amin’izay avy eo dia izao niverina ho praiminisitra izao indray..

 

Nisy fitifirana variraraka nataona olona tsy fantatra tao amin’ny seranam-piaramanidin’i Bastia any Haute-Corse ny talata maraina teo ka nahafatesana olona 1 ary naharatrana olona maromaro ka olona  2 no tena voa mafy.

Tia Tanindranaza0 partages

Lakandranon’AndriantanyNodiovin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra

Nirotsaka an-tsehatra nanadio mivantana ny lakandranon’Andriantany mandalo etsy Ankadimbahoaka omaly, ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) notarihin’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana mivady.

Pati

 

 

 

 

 

 

 

                                        

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana amboarina anaty fotoam-pahavaratraAsa kitoatoa, miteraka fahasahiranana hafa indray

Alasafay, hoy ireo mpitatitra sy mpampiasa lalana ity asa fanamboaran-dalana tanterahin’ny fitondram-panjakana amin’izao fotoam-pahavaratra izao ity.

 

 Sady tsy mahavonjy poritra no vola ariana fotsiny  toy  ilay  lalana namboarina efa simba sahady etsy Anosizato nefa  niteraka fitohanana be tokoa. Tsy mankasitraka ity asa fanapenana lavadavaka tanterahin’ny fitondram-panjakana manerana ny faritra maro eto Antananarivo ity ny ankamaroan’ireo mpampiasa lalana. Raha tsiahivina, vokatry ny tsy fisian’ny asa fikojakojana ny fotodrafitrasa tamin’ny andron’ny tetezamita no niteraka izao haratsian-dalana goavana eto an-drenivohitra izao. Ankehitriny indray tsy manam-bola ny fitondrana foibe sy ny kaominina isanisany ka tsy misy ihany koa ny azo atao. Tonga saina ny rehetra ankehitriny fa tena ilaina tokoa ny lalana ary miteraka fatiantoka goavana ny faharatsiany. Manazava ny heviny tahaka izao ireto mpampiasa lalana sendra ny gazety Tia tanindrazana ireto :

Rado Rakoto, mpamily ao amin’ny taksibe zotra G mihazo an’Alakamisy Fenoarivo :  Tsy mety mihitsy aloha ilay hoe : fotoam-pahavaratra vao manamboatra lalana ity e ! Sady miteraka fitohanana etsy sy eroa ilay izy no mampijaly ny madinika koa. Ny fitohanana efa tsy maintsy hiainana isan’andro aza efa  fidiny.

Laza, pointeur ao amin’ny zotra G  : Tena tsy mety ilay izy fa tokony hojeren’ny fitondrana ihany ilay asa fanamboarana ao anatin’ny fotoam-pahavaratra. Lasa tsy misy dikany mantsy ilay asa.  Mahantra ihany koa ny mpitatitra amin’ny fitohanana etsy sy eroa nefa tokony hitatitra ny vahoaka am-pilaminana. Ho anay avy any Alakamisy Fenoarivo izao raha amin’ny 6 ora maraina izahay no miala any an-toerana tsy tonga eto Anosy raha tsy amin’ny 10 ora antoandro.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry fahagagana !

Antomotra ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018, ary samy mitady izay fomba fiady hoenti-mandresy na ireo sokajiana ho mpanohitra na ireo eo amin’ny fitondrana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety N 1 A lahy sy vavyNandravarava indray ny Fandrefiala Analamanga

Nitohy omaly talata 5 desambra 2017 ny fiadiana ny ho tompondaka nasionalin’ny basikety 2017 miverina sokajy N1 A lahy sy vavy izay notontosaina tetsy amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina rehefa niala sasatra kely ny alatsinainy 4 desambra.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Compagnie Malagasy TextileTsy mahazo fialan-tsasatra amin’ny fety, nitokona ny mpiasa

Nitokona nanoloana ny vavahadin’ny orinasa afaka haba Compagnie Malagasy Textile ( CMT) eny Ambohimangakely avokoa, omaly, ireo mpiasa ao aminy.

 Anton’ny fitokonana, araka ny fanazavan’ny solontenan’ireo mpiasa, dia noho ny tsy fanajan’ny tompon’ity orinasa ity ny zon’ireo mpiasa ao aminy izay efa mahatratra 3.000 mahery. Anisan’izany ny tsy fahazoan’ireto farany  fiatoana mandritra ny fetin’ny Noely sy ny faran’ny taona ho avy izao. Eo ihany koa ny fahakelezan’ny karama, nefa miditra amin’ny 7 ora sy fahefany maraina ka hatramin’ny 6 ora hariva isan’andro. Tsy mba misy fotoana hakana aina mihoatra ny 15 minitra koa, amin’ny antoandro, fotoana hisakafoanana. Ankoatra ireo dia mitaraina fatratra ny amin’ny tsy fahazoany “repos” ihany koa ny mpiasa rehefa marary sady tsy mahazo fanafody afa tsy  “paracetamol”… Feno, araka izany, ny kapoakan’ireto mpiasan’ny orinasa afaka haba CMT  ireto, ka nitaky ny zony izy ireo. Raha ny fantatra dia fandrahonana horoahina  hatrany no mahazo ireto mpiasa ireto, raha vao misy fihetsika ataony, toy ny fampiasana finday ao am-piasana, ohatra. Tsiahivina fa mpitandro ny filaminana maro no nameno ny vavahadin’ity orinasa afaka haba iray ity. Tsy nety niresaka tamin’ny mpanao gazety ihany koa ireo tompon’andraikitra ao aminy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiaro ny zon’ny mpanjifaMitaky ny hanafoanana ny MID

Ampiakaro 100% ny sandan’ny ariary ary foano ny MID. Antsoantso isan’ny nanakoako tetsy amin’ny minisiteran’ny angovo sy ny solika tetsy Ampandrianomby ireo omaly nandritry ny fitokonana fanairana notontosain’ny federasionin’ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa.

 

Antony nanaovana ny fitokonana teny an-toerana moa ny fahatsapana fa ity vidin-tsolika ity no fositra mampidangana ny vidim-piainana ankehitriny, raha ny fanazavana. Niantrana teny an-toerana, toy ny mahazatra, moa ny mpitandro ny filaminana. Avy amin’ny sandam-bola malagasy mitotongana no mahatonga ny solika miakatra io. Foano ny MID na ny “Marché inter-bancaire de devise” satria ny vahiny no tena mitazona sy mifehy azy io fa tsy Banky foibe akory. Ny teratany vahiny rahateo no manjaka eo amin’ireo banky marobe misy eto amintsika fa tsy ny Malagasy akory”, hoy Rabarison Tiana, filohan’ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa na ny Fizompam. Hiitatra ihany koa io olana sosialy io, hoy ny tenany, raha tsy voajery ny resaka solika ary efa misy ny tsilian-tsofina mandeha fa manambana ny hanitsy ny saran-dalana koa ireo mpitatitra. Nanantitrantitra moa izy ireo fa didim-pitondrana tokana dia azo hamahana izany rehetra izany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Komisonina hanome karatra ny mpanao gazetyNicolas Rabemananjara no voafidy ho filoha

Ny 8 janoary 2018 izao no handraisan’ny avy eo anivon’ilay komisionina manokana misahana ny fitsinjarana ireo karatra maha matihanina ny mpanao gazety eto Madagasikara ny fangatahan’ireo mpanao gazety maniry hahazo izany.

Ny 5 febroary kosa no fetra farany handraisana izany, raha ny fanazavan’ireo mpikambana ao anatin’ity komisionina ity tetsy amin’ny hotely Le Louvre Antaninarenina omaly. Hifarimbona ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana, ny holafitry ny mpanao gazety ary ity komisionina ity, hoy ny fanazavana, amin’ny asa fanadiovana ny tontolon’ny fanaovan-gazety eto Madagasikara. Lany ho filohan’ny komisionina moa Atoa Nicolas Rabemananjara , filoha tale jeneralin’ny TV Plus Madagascar, raha toa ka vofidy ho mpitondra teny kosa i Mara Volamiranty Donna; nahazo isam-bato 5 tamin’ireo 6 tonga nifidy izy mianadahy ireto.Hiandraikitra ny fifandraisana amin’ny haino aman-jerim-panjakana kosa I Rocco Rasoanaivo, raha toa ka hisahana ny gazety an-tsoratra i Hery Rakotomalala.Mialohan’ny fandaminana rehetra mikasika ny fandraisana ireo fangatahana, araka izany, dia hitety ireo orinasan-tserasera ireto komisionina ireto. Isan’ny mbola hanaovana fanadihadiana manokana moa ny tena isana mpanao gazety manerana ny nosy satria dia raha 1300 isa ireo  voaisa tamin’ny fanisana farany dia mampiahiahy ny 600 isa amin’ireo, raha ny fanazavana. Karatra maha mpanao gazety, hoy ny komisionina, ilay ho zaraina ka noho izany dia tsy hahazo izany ireo tsy mpanao gazety intsony na ny minisitra aza. Fepetra takiana kosa ny hoe niasa 3 taona fara-fahakeliny tao amina gazety iray ary mbola manohy izany ao na manana mari-pahaizana maha mpanao gazety no sady efa manao asa fanaovan-gazety raha te hahazo karatra.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanHanova vavony

Henjana ianareo ry Jean a ! Tena miaiky anareo aho. Toa tsy mino aho fa ozon-drazana na loza voajanahary ilay nahazo antsika tamin’ny herintaona iny.

 Azo atao moa ny manao orana voatr’olombelona ka ahoana no inoako fa tsy ho hainareo koa ny manao hain-tany voatr’olombelona ? Tena manahirana ahy ny tsy hieritreritra fa tsy tao ambadik’ireny zava-nitranga ireny ianareo a ! Manao kajy mampitaha ny zava-misy ankehitriny aho dia ohatry ny mahita fa omenareo sera tsikelikely izany ilay havana avy any Dilambato. Tena efa vakiana fotsiny koa fa mandeha be ny ketrikareo amin’ilay fanaovana amin’ny fomba rehetra iverenana ao an-dapa amin’ny herintaona indray. Ry zareo havana avy any izay tena akaiky anareo amin’izao mantsy toa ohatry ny mpisera an’ilay foto-tsakafontsika daholo. Faly ery izao ny vahoakany hoe voambakany isika. Dia hamoa-doza hisolelahana amin’ny mpiara-miombon’antoka toy izao foana ve ry Jean no atao eto mba handrotsahan’ny olona rano in-dray mitete ? Dia rehefa ho lany fika indray ianareo atsy ho atsy dia hanova ny vavoninay amin’ny alalan’ny mofo dipaina sy saosisy koa angamba.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatsarana ny fifandraisanaNotoloran’ny FES fitaovana ny Antenimieram-pirenena

Taorian’ny niatrehan’ireo solombavambahoaka ny fivoriana nitambarambe notanterahina omaly talata 5 desambra teny Tsimbazaza, ka nandaniana ny volavolan-dalàm-pandaharam-potoan’ny Antenimieram-pirenena nanomboka ny alatsinainy 4

Tia Tanindranaza0 partages

Guy Maxime Ralaiseheno“Tsy manohana na iza na iza aho”

Nanamafy i Guy Maxime Ralaiseheno omaly tamin’ny alalan’ny antso an-tariby nifanaovana taminy fa tsy mbola nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny tenany hoe miaraka na manohana an-dRabe na Rakoto ary tsy manilika ny hafa ihany koa ary mandiso ny fanambarana an-gazety fa tsy mila an-dRavalomanana sy Rajoelina ary Rajaonarimampianina amin’ny fifidianana.

 

 Tsy mbola nilaza ny hevitro momba izany aho ka aoka hazava tsara, hoy izy.  Tsara kosa anefa ny manamarika fa niainga tamin’ny famakafakana ny horonam-peo sy ny fanadihadiana nataona mpanao gazety tsy miankina taminy no nivoahan’ny horonam-peo ka namoahany hevitra hoe : “Ny olana eto amin’ny firenena, dia olana ara-pitantanana ara-politika, ary ny olana ara-pitantanana no tokony handamina sy handrindra ny lafiny ara-ekonomika sy ny lafiny ara-tsosialy ary ny lafiny ankapobeny mihitsy amin’ny fampandrosoana ny fiarahamonina sy ny Malagasy… Raisintsika ho olana ny olan’i Marc Ravalomanana sy Didier Ratsiraka tany aloha, ny olana teo amin’i Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina taty aoriana, ary fantatsika amin’izao ny olana eo amin’i Andry Rajoelina sy ny filoha Rajaonarimampianina…” Fanontaniana napetrany ny hoe tsy maintsy ireo ve no hitondra firenena ? Raha amiko manokana izaho Guy Maxime Ralaiseheno, hoy izy, dia mitaky mihitsy ary mitady olom-baovao, vaovao ara-toetsaina, vaovao ara-poto-kevitra, araka izay fandaharan’asa sy programa hoentina hampandrosoana ity firenena ity fa mendrika izany ny Malagasy, hoy izy tao anatin’ilay horonam-peo. Tsy mbola nanao fanambarana imasom-bahoaka aho hoe miaraka na amin’iza na amin’iza, ary izay no politika amiko, hoy i Guy Maxime Ralaiseheno  .

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaHiasa mafy ny eny amin’ny MAGRO

Ahitsiko tsara, hoy i Marc Ravlomanana omaly, fa tsy izay zavatra soratana eny amin’ny gazety no marina, fa ny zavatra mivoaka ny vavan’ny olona sy ny fandraisany andraikitra.

 

Tsy tonga hanakorontana akory isika fa tonga hiezaka hiala amin’izany korontana izany alohan’ny fifidianana, ka ny zavatra noresahiko hoe izahay ato amin’ny TIM dia mba te hanara-maso ny lisi-pifidianana. Ireo sampana rehetra ato amin’ny TIM sy ireo mpanohana, ary any moa izao efa misy ilay KMMR 2018 izay dia ireo nilaza hoe aleo izahay mba hiantso ilay olona namanay ho eto amin’ny toerana eto amin’ny Magro dia eo izany hisy “box” na efitra kely manokana fakan-kevitra sy fizaram-baovao. hoy i Marc Ravalomanana. Tsy hisy hidina an-dalambe izany, izao ve mbola hidina an-dalambe indray, zavatra hafa indray izay rehefa izay, hoy izy. Nohamafisiny fa tsy marina ilay teny hoe hamerina ny 2002 indray, fanentanana ny olona ho tompon’andraikitra amin’ny fanamarinana ny anarany ao anaty lisi-pifidianana no tanjona. Nanomboka tamin’ny 01 desambra teo hatramin’ny 31 janoary 2018 mantsy no fe-potoana farany hisoratana anarana anaty lisi-pifidianana ho an’ireo izay voadingana na latsaka. Nanapa-kevitra noho izany, ho fanampiana ny olom-pirenena ireo depiote TIM sy ireo mpitarika TIM, fa asiana toerana ao amin’ny Magro izay hahafahan’ny olona isaky ny fokontany sy ny Boriborintany maka hevitra sy manontany izay tokony hatao raha tsy tafiditra ao anaty lisi-pifidianana izy. Fampianarana, torolalana sy torohevitra no atao ao fa tsy fitaomana ny olona hidina an-dalambe izany mihitsy, hoy i Marc Ravalomanana omaly. Nomarihany fa zava-dehibe ny fandrafetana ny lisi-pifidianana ary tokony ho saro-piaro amin’io ny olom-pirenena rehetra. Ankoatr’izay, aleo mba misy fifanakalozan-kevitra hiarahan’ny besinimaro mijery, izay vao mba halefa any amin’ny depiote sy ny senatera  ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana fa tsy atao amboletra fotsiny, hoy ity filoha teo aloha ity.

Toky R

Orange Madagascar0 partages

Dialogue germano-malagasy à Mahazoarivo

Dans le cadre du renforcement de la coopération germano-malagasy et pour assurer le suivi de l’efficacité de l’utilisation des fonds mis à la disposition par la République Fédérale d’Allemagne, un deuxième dialogue politique et stratégique se tient au Palais de Mahazoarivo durant deux jours.  La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre Chef du gouvernement, Mahafaly Solonandrasana Olivier, en présence d’un haut fonctionnaire représentant le ministère fédéral allemand de la coopération (BMZ), Valentin Katzer, qui était à la tête de la délégation allemande ;  de l’Ambassadeur d’Allemagne, SEM Harald Gehrig; et de quelques membres du gouvernement malgache. 

Cette rencontre s’effectue en concertation avec le ministère fédéral allemand de la coopération (BMZ) et des agences de coopération technique (GIZ) et financière (KFW) allemandes, dont le principal objectif est l’état des lieux sur les engagements pris par les deux parties lors de la première consultation en 2016, englobant la situation de la mise en œuvre des projets de coopération, des décaissements effectifs, des différentes réalisations, de l’identification des défis et éventuellement des obstacles. Ces états des lieux concernent quelques grands secteurs, entre autres la décentralisation, l’environnement, l’énergie, l’agriculture et pêche, le partenariat public-privé, ainsi que d’autres sous secteurs qui participent au rouage du développement.

A l’issue de cette seconde concertation intergouvernementale, une cérémonie officielle marquera la validation et la signature d’un Aide-Mémoire qui en contiendra les résolutions.

La Vérité0 partages

Assassinat d'une stagiaire à Ambositra - Les 4 suspects jetés en prison

Que justice soit faite ! C'est ce que l'opinion clame face à l'assassinat barbare de Tsiory (24 ans), survenu la nuit du 23 novembre, cette universitaire originaire de la Capitale mais qui faisait son stage dans un hôtel à Ambositra. Après leur audition qui s'est prolongée jusque très tard mardi soir, les 4 suspects impliqués dans l'affaire, furent provisoirement placés en détention à la Maison centrale d'Ambositra.

Parmi les incriminés, on peut citer un membre de la famille du propriétaire du Motel en question. Son soudain et inexplicable empressement pour regagner la Capitale au lendemain du meurtre de la victime, ravivait le soupçon sur sa personne. Selon une précision émanant d'une source proche de l'enquête, l'homme est du genre  « tête brûlée »  avec une habitude à se comporter parfois avec violence, autant de points qui ont amené à porter le soupçon sur lui. Un employé de l'hôtel serait également dans le coup, selon toujours l'information.Le réceptionniste titulaire, lequel avait été justement remplacé par Tsiory dans la nuit du drame, a étonné les enquêteurs par son absence inexpliquée de son poste, toujours au cours de  la nuit des faits. « Le soir du 23 novembre, l'homme n'était pas à son poste alors qu'il aurait dû y être justement ! », confie-t-on de source informée.Mais un second salarié de l'établissement hôtelier a été également fortement soupçonné à cause de quelques indices le concernant. En effet, c'était cet autre employé, les vêtements en sang, qui aurait alarmé en premier, la même nuit,  tous ceux qui se trouvaient à l'intérieur sur le drame qui était en train de se dérouler sous ses yeux à l'extérieur, selon toujours l'information. « Outre le fait que ses habits étaient curieusement souillés de sang, la première chose qu'il a faite, c'est de demander aux autres si le réceptionniste était à son poste ou non. Que signifiait donc sa question concernant particulièrement son collègue réceptionniste ? », a-t-on argué du côté de la Gendarmerie.Enfin, le gardien est le quatrième suspect potentiel. Comme ses deux autres collègues, il est inconcevable aux yeux des enquêteurs que le premier n'ait pas été à son poste de garde. Bref, tout ce qu'on peut considérer comme de la complicité de sa part malgré sa tentative pour se justifier. En effet, les enquêteurs sont intrigués par sa présence inexpliquée dans la salle de karaoke alors que la victime était en train d'être agressée et surtout se faire violer.Pour tenter de retracer brièvement le déroulement de l'agression, gageons que la victime aurait été entraînée de force à l'extérieur de l'hôtel où son ou ses agresseurs l'ont violée et attaquée avec un couteau jusqu'à ce que mort s'ensuive. Dire que la malheureuse n'était arrivée à Ambositra pour son stage qu'à peine deux semaines avant son assassinat. Depuis, la Gendarmerie n'a pas lâché ses investigations  entre Ambositra et la Capitale, et ce, malgré le fait que les suspects aient affirmé n'avoir rien vu, ni entendu, du moins dans un premier temps qui a succédé à l'ouverture de l'enquête.Franck R.

La Vérité0 partages

Football – Super - Coupe Telma Les dates de report connues

A l’issue de la réunion des membres du Comité Exécutif de la Fédération malagasy de football, les dates de report des matches sont connues. Initialement prévu ce dimanche 10 décembre (aller) à Mahajanga et le 20 janvier (retour) à Vontovorona, les matchs opposant CNaPS Sport Itasy et Fosa Juniors Fc Boeny, comptant pour la Super Coupe Telma de Madagascar, ont été reportés. Pour cause, les majungais ont demandé, d’un côté, ce report pour un souci logistique au sein de l’équipe, selon les sources et de l’autre, la date du match aller coïncide avec la date d’élection des ligues, et la fédération était plus que favorable à cette demande de report.

Ainsi il a été décidé dans la soirée du mardi 05 décembre par le Comité Exécutif que le match aller se déroulera le 14 janvier 2018 au stade Alexandre Rabemananjara et celui retour est prévue pour  le 20 ou 21 janvier au Complexe Sportif et culturel de la CNaPS à Vontovorona, Antanananarivo. Rappelons que la Super Coupe Telma est sous l’égide de la Fédération Malagasy de Football et Telma Madagascar, premier partenaire du football malgache. La finale de la Super coupe opposera les deux équipes qui représenteront le pays dans les campagnes africaines. Il s’agit de l’équipe championne de Madagascar, la CNaPS Sport Itasy, vainqueur du THB Ligue des Champions et de Fosa Juniors FC, gagnant de la Coupe Telma. Une rencontre qui sent la poudre car depuis la finale de la coupe nationale, les deux équipes ont déjà entamé chacune de leur côté leur préparation. Ce match servira aussi de préparation pour les deux formations malgaches avant la Compétition africaine. Notons que la CNaPS Sport Itasy n’est pas novice dans cette course, quant au Fosa Juniors, c’est une équipe ambitieuse à sa première participation.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Assainissement et curage à Antananarivo - Des millions d'Ariary de plus pour le Samva

Vers une résolution des problèmes d'hygiène dans la Capitale ? Le Service autonome pour la maintenance de la ville d'Antananarivo (Samva) dispose désormais d'assez de financements pour mener les travaux d'assainissement. Ces derniers engendrent à la fois la collecte et le transport des ordures dans le dépotoir d'Andralanitra ainsi que le ramassage des résidus de curage des canaux d'évacuation des eaux usées, après les travaux Himo entrepris.

« Le Samva participe activement à la tenue de cette campagne d'assainissement et de curage des canaux lancée aujourd'hui à Antananarivo. Cela figure parmi ses activités pérennes. De plus, le ministère vient d'attribuer au service un financement additionnel de 1,2 milliard d'ariary pour mener à bien sa mission. La Banque mondiale, à travers sa contribution dans la riposte à la peste, a également accordé un financement de plus de 600 millions d'ariary pour le Samva », fait part Lantoniaina Rasoloelison, Ministre de l'Eau, de l'Energie et des Hydrocarbures (Meeh). C'était hier à Besarety où s'est déroulé le lancement officiel de ladite campagne menée non seulement dans la ville des Mille mais aussi dans tout Madagascar. Tous les Fokontany d'Antananarivo en seront ainsi touchés, surtout ceux localisés dans les zones basses. Le Samva dispose, notons-le, d'un budget trimestriel de 400 millions d'ariary. Récemment, les agents dudit service notamment les éboueurs se sont manifestés pour réclamer les arriérés de leurs primes ainsi que l'augmentation de leur salaire. Ce problème est désormais résolu, à en croire le numéro Un du Meeh. Les manifestants ont accepté les compromis, à l'issue des pourparlers.Du côté de Besarety, des milliers d'habitants issus de divers Fokontany, dont Mahavoky et Ampandrana, sont sous les eaux durant la saison des pluies. « Aucune amélioration de cette situation n'a été constatée ces dernières années. Pourtant, nous effectuons régulièrement des travaux de nettoyage des canaux », fait part Nirina R., mère de famille habitant à Ampandrana Besarety. Les résidents font appel aux autorités compétentes pour étudier leur cas pour trouver une issue face à leur calvaire annuel. Notons que dans ces quartiers la montée des eaux dure plus de 6 heures, même après quelques minutes de pluies diluviennes.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Fonds monétaire international - Un troisième décaissement pour Madagascar

44,5 millions de dollars. Telle est la somme dernièrement octroyée par le Fonds monétaire internationnal (Fmi). Effectivement, après une deuxième revue de l'accord en faveur de la Grande île dans le cadre de la facilité élargie de crédit (Fec), le Conseil d'administration du Fmi a accordé hier un troisième décaissement pour Madagascar. 

Au total, le pays a reçu un crédit de 174 millions de dollars qu'il devra utiliser durant 3 ans pour permettre le redressement de sa politique budgetaire. D'après la ministre des Finances et du Budget, Vonitsalama Andriambololona, « Madagascar a respecté tous les résultats budgetaires attendus par le Fmi. C'est pour cette raison que le pays a obtenu ce troisième décaissement ». La reprise économique du pays demeure, d'après le Fmi, graduelle et les résultats sont aussi conformes aux prévisions faites auparavant et ce, malgré les circonstances imprévues auxquelles le pays a dû faire face comme la sèchesse, le cyclone Enawo ou encore dernièrement l'épidémie de peste. Ce crédit servira particulièrement à combler le déficit budgetaire rencontré actuellement étant donné que les dépenses sont plus élevées que les revenus. Une rectification sera également apportée « afin de mettre en valeur le secteur financier du pays tout en facilitant l'inclusion des consommateurs », comme l'a mentionné la ministre des Finances et du Budget. Pour l'année prochaine, il est donc prévu d'améliorer le taux de pression fiscale afin d'augmenter les recettes, rehausser les investissements publics mais également de réduire les financements déversés à la Jirama. Tout cela dans le but de garantir un bon rapport entre le coût et l'efficacité. En tout cas, il faudrait mettre en place une priorisation des dépenses et des investissements publics afin de permettre un réel accroissement de l'économie malagasy, une amélioration de sa gouvernance, sa politique financière et budgétaire. Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Obtention du « Livret professionnel de marin » - Extorsion de fonds au niveau de l'Apmf ?

L'Agence portuaire, maritime et fluviale de Madagascar (Apmf) est actuellement secouée par un scandale. Récemment, cet organisme a accepté de contribuer à la lutte contre le chômage à travers la délivrance d'un « livret de marin » au profit de ceux qui sont intéressés par une carrière dans la marine. A noter que ledit document, dont la délivrance relève de l'Apmf, est le premier sésame qui peut ouvrir au titulaire une carrière dans la marine.

Selon les prévisions, dans un premier temps, 400 chômeurs auraient été visés par l'opération. Alléchées par la perspective, plusieurs dizaines de personnes issues de toutes les régions de l'île ont manifesté leur intérêt et fait le déplacement dans la Capitale pour remplir les formalités d'usage. A noter en effet que, selon les recommandations d'un haut responsable auprès de l'Apmf, les procédures relatives à ladite opération « livret professionnel de marin » seraient centralisées à Antananarivo, plus précisément à Alarobia où se trouve le siège de l'Agence.Selon la procédure normale, outre les 200.000 Ariary requis pour la visite médicale, les postulants devaient s'acquitter de la somme de 7.000 Ariary pour le frais d'inscription ainsi que de 28.000 autres Ariary pour l'obtention du fameux livret lorsque toutes les formalités sont accomplies avec succès. En tout et pour tout donc, le candidat devrait normalement débourser 235.000 Ariary pour l'obtention du livret, en sus bien évidemment des frais de transport et d'hébergement pour ceux qui n'habitent pas dans la Capitale. Une fois en possession de ce document en forme de carnet de poche, les bénéficiaires peuvent suivre une formation dispensée notamment par des établissements privés, lesquels se chargent d'habitude de les placer auprès des navires employeurs.  Les récents titulaires du livret bleu sont d'ailleurs nombreux à être en poste actuellement, ce qui a encore attisé l'intérêt des postulants marins.D'après les explications de plusieurs sources, au début de l'opération, il y a quelques mois, la délivrance du fameux sésame ne connaissait aucun couac et l'obtention se faisait au bout de trois ou quatre jours. Cependant,  le robinet se serait brutalement refermé.  De nombreux postulants ont vu leur attente s'éterniser jusqu'à plusieurs semaines actuellement pour des raisons inconnues. Pourtant, ces derniers affirment avoir déjà satisfait à toutes les formalités d'usage et payé tous les droits requis. En guise d'explication, des responsables au niveau de l'Apmf auraient soutenu que cet arrêt était dû à une rupture de stock des livrets.  Néanmoins, selon des informations obtenues auprès de l'imprimerie nationale, deux mille carnets auraient été récemment commandés par l'Apmf, dont 520 déjà livrés pas plus tard qu'au mois de novembre dernier. Ce qui bat en brèche l'alibi de la rupture de stock pour les dossiers actuellement en souffrance.Chantage et extorsion de fondsD'après les témoignages de plusieurs postulants frustrés  -  le conditionnel est de rigueur à partir d'ici  -, deux hauts responsables au niveau de l'Apmf retiendraient les livrets en question et demanderaient un à deux millions d'ariary aux candidats marins pour donner suite à leur dossier. Si cela se révèle vrai, cela s'appelle purement et simplement du chantage et de l'extorsion de fonds. La preuve, soutient-on, des livrets continuent toujours à être délivrés en catimini et certains de ceux qui, dernièrement, ont réussi à obtenir satisfaction avancent qu'ils se seraient bel et bien soumis à ce racket. On se demande d'ailleurs pour quelles raisons les responsables de l'Apmf ont décidé de centraliser la délivrance de ces livrets à Antananarivo alors que cet organisme à des démembrements dans les faritany. Est-ce pour mieux prendre le contrôle de ce présumé extorsion de fonds ?Rappelons que beaucoup de demandeurs de livrets viennent des provinces et ont effectué le déplacement à Antananarivo spécialement pour l'obtention de ce sésame.  Nombreux parmi ceux qui ont vu leurs dossiers bloqués sont actuellement obligés de rester à Antananarivo faute de moyens.  Plusieurs d'entre eux affirment pourtant avoir vendu leurs biens pour pouvoir venir dans la Capitale et effectuer les démarches pour obtenir le livret, espérant ainsi voir leur avenir s'améliorer par la suite. Dans tous les cas, certaines des victimes de cette situation seraient actuellement sans un sou et vivent aux crochets de leurs proches ou simples connaissances dans la Capitale. Exaspérés et à bout de nerfs, ces derniers prévoient ainsi de tenir une mobilisation ce jour à Alarobia afin de demander des comptes auprès de l'Apmf. Affaire à suivre de près…A.R.

La Vérité0 partages

Exportation de bois précieux - Madagascar toujours sous embargo

Interdiction maintenue. La décision de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction (Cites) vient de tomber. Ce fut à l'issue de la 69ème réunion de son comité permanent à Genève du 27 novembre au 1er décembre derniers que la Cites a décidé de maintenir l'embargo dans l'exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d'ébène pour Madagascar. Une réunion à laquelle a assisté la ministre de l'Environnement, de l'Ecologie et des Forêts, Ndahimananjara Johanita.

«  Le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions. D'ailleurs, une session a été consacrée aux questions spécifiques à ces espèces, dont les bois d'ébène, palissandres et bois de rose », peut - on lire dans le communiqué du fonds mondial pour la nature (Wwf) à ce sujet.A priori, la Cites s'est particulièrement penchée sur les forêts humides de l'Atsinanana, site du Patrimoine mondial de l'Unesco, qui abritent certaines des forêts les plus vierges de la planète et des écosystèmes uniques. Un endroit qui figure également dans la liste des sites en péril de l'Unesco pour différentes raisons dont les activités minières illégales, le braconnage des lémuriens, mais surtout la surexploitation de bois précieux liée au trafic de ces espèces.   Progrès insuffisantConstatant un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d'action sur les bois précieux de Madagascar, le Secrétariat Général de la  Cites a donc proposé de maintenir la recommandation aux  pays membres de la Convention de ne pas autoriser les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d'ébène,  de bois de rose et de palissandre de Madagascar, selon toujours le Wwf.Une décision qui est soutenue par le bureau du Wwf à Madagascar. « Nous appelons les autorités à redoubler d'efforts dans la mise en œuvre du plan d'action, en particulier, dans l'application des lois en vigueur concernant l'exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits », a déclaré Nanie Ratsifandrihamanana, directrice du Wwf Madagascar. Supplanté par les différents problèmes sociaux qui préoccupe le commun des malagasy, le trafic des bois précieux dont le bois de rose, en particulier, continue de faire rage dans le Grand nord.Recueillis par Sandra R.

La Vérité0 partages

Vers le fond !

Le petit peuple suffoque. L'inflation étouffe. L'air manque. Le poumon et la voie respiratoire souffrent. La Grande île ressemble à une petite cellule exigüe, sans ouvertures, où se font coincer et s'entassent des détenus par centaines. Les petits et vieux vont s'évanouir tandis que les plus forts s'exploseront.

Alors que le pays ne se trouve pas encore en pleine période de soudure, le riz, la principale nourriture quotidienne des Malagasy s'achète au prix d'or le kilo sur le marché du quartier de la Capitale. Dans les zones reculées, le kilo est vendu à des prix fous. Un luxe hors de portée des minables bourses de la grande majorité. Face à la situation, jugée tellement critique, les observateurs n'écarteraient pas le risque d'explosion sociale. Pris de panique et pour camoufler leur indifférence depuis toujours, les tenants du régime se démènent sur tous les fronts, pour désamorcer la bombe. Le Premier ministre, en personne, descend sur terrain. Il est allé voir le marché central d'Anosibe. Certains estiment que le geste vient un peu tard. Les bonnes déclarations et les explications, fut-ce fondées, ne suffisent plus. Le mal atteint, déjà, la profondeur de l'être. Dire que les insuffisances en eau l'année dernière sont à l'origine de la baisse de la production de riz, étant la principale cause de la flambée des prix, s'avère un peu trop facile ou expéditive. Aussi, mettre en place une structure à la sauvette du genre « Task force » ne résoudra pas le problème. Le régime, trop habitué à des pratiques de mascarade, un raccourci qui ne mène nulle part, n'est pas ici à la première manœuvre dilatoire ou démagogique de sa part. Le Gouvernement sait, pertinemment, que la gestion de la production et la commercialisation du riz ne s'effectue jamais en une journée, au moment où la pénurie s'éclate. Tout doit être planifié un an ou deux auparavant. Le pays dispose de grands ministères, celui de l'Agriculture et l'autre, du Commerce. Il leur appartient, justement, de mettre sur pied toutes les stratégies nécessaires et efficaces afin d'épargner le pays de ces crises inutiles. Les journalistes de la Rfi ont complètement raison quand ils font remarquer que le prix du kilo du riz, cette année, en comparaison à celui de l'année dernière à la même période, a connu une hausse vertigineuse.A cette malédiction autour du riz s'ajoute la disparition quasi systématique de la viande des bœufs sur les étals. Si par hasard on la croiserait au marché, c'est au prix de diamant.Et comme le malheur ne vient jamais seul, dit-on, les prix des carburants, également, ont été revus à la hausse. Une augmentation de 70 ariary pour le gas-oil, de 80 ariary pour l'essence sans plomb et 70 ariary pour le pétrole lampant. Logique de fait, le pays s'emballe dans une escalade de prix, sans fin et sans modération ! A ce rythme, les ménages à revenus moyens et les familles nécessiteuses qui constituent le gros de la troupe vont être noyés par les difficultés catastrophiques provoquées par cette ignoble flambée des prix.Le régime Hvm de Rajaonarimampianina, entièrement débordé et totalement dépassé, n'a d'autres choses à soumettre dans les entrailles que de gesticuler. La population suffoque et meurt « doucement » car le pays s'enfonce tout droit vers le fond. Ndrianaivo

Madagascar Tribune0 partages

Des groupements professionnels s’engagent dans une alliance pour l’industrialisation durable

« L’heure est grave, et pour vous en convaincre, pas besoin d’études, de statistiques ou de beaux discours, la réalité que nous voyons tous les jours parle d’elle-même. » a déclaré Erick Rajaonary, du Fivmpama, hier 5 novembre 2017 à l’ouverture de la signature de la Charte pour l’industrialisation durable à Madagascar. Cinq entités se sont regroupées au sein de ce qu’on appellera désormais Alliance pour l’industrialisation durable. Il s’agit du SIM ou Syndicat des Industries de Madagascar, du Fivmpama ou Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy, le SSM ou Solidarité Syndicale de Madagascar, le CTM ou la Conférence des travailleurs de Madagascar et enfin le CREM ou Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar. L’objectif de cette alliance sera de combiner les efforts afin de rendre effectif l‘industrialisation et pour que les Malgaches puissent en profiter, afin que la réalité change. Car l’industrialisation est selon les membres de l’alliance un passage obligé pour Madagascar si l’on cherche un essor économique pour la Grande île. Le préambule de la charte déclare d’ailleurs que « Conscients de la stagnation économique qui se traduit par la misère sociale, le chômage, et la paupérisation croissante de la population, nous avons pris la décision de sortir du silence, de joindre nos forces et de surmonter les différends qui existent entre nous, afin de redresser la situation et d’arriver à une nouvelle orientation de la politique économique du pays.  ». Il s’agira donc pour les membres de l’alliance de conjuguer les efforts et les savoir-faire pour une relance économique effective du pays.

Exigences et mesures concrètes

Pour ce faire, plusieurs mesures doivent être mis en place et sont réclamés par l’alliance, dont en premier la considération de l’industrialisation comme priorité pour le développement. L’Etat est également fortement sollicité. Les efforts du secteur privé à se développer peuvent demeurer dérisoires, si l’Etat n’en fait pas autant, la situation risque de rester inchangée. L’alliance précise qu’il est nécessaire de mettre en place un système fiscal et d’accès aux financements soutenant les efforts de l’industrialisation. Bien évidemment, un assainissement de l’économie est aussi une condition sine qua non pour le décollage industriel escompté. Tout cela est associé avec la mise en œuvre d’une politique publique soutenant le développement de l’industrie notamment en milieu rural. Toutes ces mesures ainsi que d’autres doivent être appliquées selon les membres de l’alliance, afin que les résultats puissent être celles attendues par tous de cette association. Ces efforts devraient être appuyés par l’Etat notamment à travers la loi sur le développement de l’industrie. Une loi qui normalement traduit la politique économique décidé par l’Etat. Le développement de l’industrie doit s’accompagner du développement des infrastructures routières, du secteur de l’énergie et même du droit à un travail décent.

Nombreuses sont donc les défis à relever dans le processus de l’industrialisation durable. L’atout est que Madagascar dispose de ce que l’on appelle « man power » avec une population majoritairement jeune et active. C’est ainsi que l’alliance appelle ses concitoyens à « sortir de l’apathie, à arrêter de subir et à se joindre à notre alliance afin de bâtir ensemble un Madagascar industrialisé, pleinement indépendant et souverain. ».

L'express de Madagascar0 partages

Réunion internationale – Edgard Razafindravahy évoque l’impunité à La Haye 

La réunion de la Commission des droits de l’homme du Libéral international a permis au leader national de l’ADN d’évoquer la culture de l’impunité. De fait, Madagascar figure parmi les pays africains qui en subissent les conséquences néfastes.

Edgard Razafindravahy a présenté afin d’être débattue la violation des droits de l’homme à Madagascar et en Afrique, par les agissements de ceux qui foulent aux pieds les lois fondamentales, n’étant pas du tout sanctionnés et se prévalant d’impunité. Le président national de l’Arche de la Nation (ADN) entend montrer par la pratique le fait d’être membre de la commission pour la défense des droits de l’homme au sein du libéral International (LI) en portant au plus haut degré des instances internationales la voix du peuple malgache.De fait, Edgard Razafindravahy a défendu les droits de l’homme à Madagascar au  cours de la réunion de la Commission des droits de l’homme au sein du LI qui s’est tenue du 29 novembre au 3 décembre à La Haye (Pays-Bas). Il a insisté sur la nécessité absolue d’éradiquer la culture de l’impunité. Une résolution dans ce sens a ainsi été prise, laquelle sera présentée devant l’Union européenne et l’ONU. Edgard Razafindravahy estime, à juste titre, que l’existence de ces personnes qui s’arrogent l’impunité constitue un frein au développement du pays.Le déplacement du président national de l’ADN a été aussi l’occasion de rencontres et d’échanges d’expériences avec diverses personnalités d’envergure internationales. On peut, par exemple,  mentionner ses discussions avec la juge Silvia Fernandez De Gurmendi, présidente de la Cour internationale contre les crimes (ICC), et les chefs d’État européens faisant partie de la Fédération des partis libéraux de l’Europe (ALDE) tels que Hans Van Balen, président de l’ALDE et député européen. La rencontre d’Edgard Razafindravahy a été particulièrement  chaleureuse.

Le chef de file de l’ADN a rencontré Zoran Sapuric, ministre de la Macédoine.

 

Diktat de l’impunitéEn fait, trois points essentiels ont été débattus lors de cette réunion de la Commission des droits de l’homme au sein du Libéral international de La Haye, à savoir le droit international, les droits d’association et la liberté d’expression, et l’esclavage à but lucratif comme ce qui s’est passé actuellement en Lybie.L’ADN a surtout mis l’accent, par l’intermédiaire de son leader national, sur l’existence de l’impunité en Afrique, en particulier à Madagascar. L’assistance a été particulièrement intéressée par l’exposé clair d’Edgard Razafindravahy lequel a démontré que la culture de l’impunité est un obstacle au respect des droits de l’homme.Markus Löning, président de la Commission des droits de l’homme au sein du LI, en même temps député européen et vice-président de l’ALDE, a mis en exergue le caractère malsain de l’impunité lors du débat.« Les catégories de personnes se prévalant de l’impunité font totalement de l’ombre au développement sous toutes ses formes car elles se croient être au-dessus de la loi. Les droits de l’homme sont bafoués, chez nous à Madagascar,  comme ceux qui ont été dépossédés de leurs terres, ceux qui endurent les violences et l’insécurité. Il y a détournement de deniers publics, jusqu’à  s’abriter dans le milieu politique afin de protéger et agir malhonnêtement, et tant d’autres malversations », a rapporté Edgard Razafindravahy.

La réunion a discuté le droit international, le droit d’association et la liberté d’expression, ainsi que l’impunité et l’esclavage.

Union européenne et Nations unies Les discussions ont été très ouvertes et intéressantes au cours de cette réunion de La Haye. C’est le cas effectivement pour le droit international, discussions au cours desquelles ont pris part d’éminents juristes internationaux comme Steven Van Hoogsgraten, de l’Institut de justice international de La Haye, ou Louisewies van Der Laan, député européen et spécialiste de doit international, ou encore Ilhan Kyuchyuk, membre du Parlement européen et vice-président de l’ALDE.Des résolutions prises lors de la réunion seront présentées et remises à l’Union européenne et aux Nations unies en mai 2018. Des solutions ont été proposées pour le respect des droits de l’homme face à l’impunité, à l’esclavage en Lybie, et concernant le droit d’association et la liberté d’expression.

Volet économiqueLors de cette tournée internationale, Edgard Razafindravahy n’a pas manqué de se pencher sur d’autre sujets importants, comme le volet économique, ce afin d’apporter des expériences pour Madagascar. Ainsi, le concept de bonne gouvernance avait été longuement débattu à l’occasion la 199è réunion du comité exécutif du LI à Johannesburg (Afrique du Sud) en novembre dernier.Le sujet a de nouveau été évoqué lors de la rencontre entre le leader de l’ADN et la présidente de l’ICC.Par ailleurs, lors du congrès de l’ALDE, le respect de l’État de droit a été au centre des  discussions d’Edgard  Razafindravahy avec les chefs d’État des partis libéraux de l’Europe.

Entretien avec le Premier ministre luxembougeois, Xavier Bettel.

Ainsi, Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg, a montré sa volonté d’aider le parti ADN et son chef de file dans sa lutte contre l’impunité. Les deux parties ont également évoqué  les solutions pour le développement économique du pays.« C’est encourageant de constater l’intérêt que le Premier ministre du Luxembourg porte sur Madagascar », affirme le leader national de l’ADN.Edgard Razafindravahy assistera et prendra part à diverses réunions au niveau international, en 2018, en tant que membre de la Commission des droits de l’homme au sein du LI. Il s’efforcera de défendre les droits de tous les Malgaches, pour que chaque citoyen soit effectivement le centre du développement du pays et qu’il ne soit plus victime des personnes se prévalant de l’impunité.

Avec Stevens Mokgalapa, président du parti libéral africain.

Texte : Andry Rialintsalama - Photos fournies

L'express de Madagascar0 partages

Mahanoro – Quatre individus tabassés à mort

Les villageois d’Ambohipeno, commune d’Andranambomaro, à Mahanoro ont mis quatre présumés cambrioleurs à mort, jeudi 30 novembre, à 9h.

Sans foi ni loi, tel est l’adage employé par les proches de quatre individus lynchés à mort par la foule, à Ambohipeno, dans le district de Mahanoro. Cette scène de vindicte populaire s’est déroulée jeudi dernier en plein jour. Ces hommes âgés de 18 à 26 ans étaient soupçonnés d’avoir opéré une casse signalée le mardi 28 novembre. « La maison d’un enseignant a été cambriolée. Les bandits se sont déjà évanouis dans la nature avant que les gendarmes n’interviennent », a relaté un membre de comité de vigilance locale.Une enquête a été pourtant menée tambour battant. Deux jours plus tard, le fokonolona a eu des renseignements sur les noms des suspects. Les villageois ont procédé eux-mêmes à l’arrestation de ces quatre présumés bandits. « Ils les ont cueillis un à un à leur domicile. Une partie du butin raflé lors du dernier maraudage a été encore saisi sur eux », a indiqué un gendarme sur place pour l’enquête.Amenés devant la maison récemment pillée, torturés et les mains ligotées, tous les quatre se sont inclinés mais, la cour villageoise les a laissés pour mort. D’après le rapport de la brigade de la gendarmerie de Masomeloka saisie de l’enquête, aucune arrestation relative à cette loi de la jungle n’a été encore réalisée, jusqu’à hier.

Trois cas constatésEn l’espace d’une semaine, deux cas de lynchage, dont le premier le mercredi 22 novembre à Masomeloka, ont été enregistrés dans le district de Mahanoro. Un policier impliqué dans un meurtre collectif a été aussi exécuté en octobre dans la même localité. Neuf individus ont donc trouvé la mort dans cette triple vindicte populaire, selon les statistiques de compagnie de la gendarmerie locale. Le village d’Ambohipeno, dans le fokontany d’Ambato­mitsanga où s’est déroulé le dernier coup de théâtre est enclavé. Ce qui aurait rendu difficile la maîtrise de ce quadruple supplice.L’option pour une violence pour régler une violence est devenue courante dans le district. La population en a assez face à l’incapacité des forces de l’ordre à éradiquer l’insécurité. Une stratégie en cours correspondant à la gendarmerie communautaire tente pourtant de remédier au problème, d’après les investigations.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – Les textes électoraux absents de l’ordre du jour

Les projets de lois organiques sur les élections ne figurent pas à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Au mieux, ils seront votés durant une session extraordinaire.

La messe est dite. Les projets de lois organiques devant composer le nouveau cadre légal des élections ne sont pas inscrits au nouvel ordre du jour de l’Assemblée nationale, voté, hier. L’éventualité d’une session extraordinaire pour l’adoption de ces textes par le Parlement semble se préciser.Le nouveau planning des travaux parlementaires à l’institution de Tsimbazaza, voté, hier, court jusqu’au 15 décembre, où est prévu la cérémonie de clôture de la deuxième session de l’Assemblée nationale. Contacté lundi, le député Jean Adrien Vano­vason, questeur à la Chambre basse, a affirmé que le projet de loi organique relatif au régime général des élections et des référendums, celui sur l’élection du Président de la République et l’autre concernant l’élection des députés à l’Assem­blée nationale ne sont pas encore arrivés à l’Assemblée.Le cabinet de Jean Max Rakotomamonjy, président de la Chambre basse, a indiqué, hier, que ces textes ne sont pas encore parvenus au bureau permanent de l’institution législative. Sauf changement de plan de la part de l’Exécutif, les projets de loi organiques devraient, pourtant, être présentés en premier lieu devant l’Assemblée nationale. Une éventuelle volte-face pour les déposer préalablement au Sénat, ne changera pas. Les jours de session restants ne suffiront plus pour que la première Chambre saisie puisse passer au vote.La Constitution prescrit que parmi les conditions de vote d’une loi organique que le projet ou la proposition n’est soumis à la délibération et au vote de la première Assemblée saisie qu’à l’expiration d’un délai de quinze jours après son dépôt.

IncontournableÀ la Chambre basse, les députés semblent se faire à l’idée de jouer les prolongations durant une session extraordinaire pour voter les projets de lois organiques électorales.La Loi fondamentale fixe  toujours la durée d’une session extraordinaire à douze jours. Pour respecter le délai de quinze jours avant délibération, prévu par la Constitution, il faudra que les projets de lois organiques soient tout de même présentés soit au Sénat, soit à l’Assem­blée nationale, durant cette deuxième session ordinaire.Comme l’indique un observateur, toutefois l’Exécutif peut toujours convoquer une deuxième session extraordinaire si cela est nécessaire. Ce ne sera pas la première fois.Étant donné le temps qui reste avant la fin de cette deuxième session, la Chambre qui sera saisie en second devrait, quoi qu’il en soit, faire un extra pour pouvoir débattre et voter les trois projets de lois organiques. Sauf si les parlementaires décident d’un vote expéditif. Les dispositions constitutionnelles soulignent, néanmoins, qu’au risque d’une décision définitive à la majorité des deux tiers de l’Assemblée nationale, ou d’une mise en vigueur par ordonnance par l’Exécutif, les deux Chambres parlementaires doivent adopter les projets de loi organiques dans les mêmes termes.Ceci étant, la convocation d’une session extraordinaire du Parlement par un décret de l’Exécutif semble incontournable. La Commission électorale nationale indépendante (CENI), recommande en effet, que les textes électoraux soient adoptés le plus tôt possible pour laisser assez de temps pour leur appropriation et vulgarisation. Des analystes affirment que connaître les règles du jeu électoral, tôt, contribuerait à l’apaisement du processus.Une source gouvernementale indique, toutefois, que l’Exécutif ne devrait pas attendre la première session, le mois de mai prochain pour présenter les textes électoraux au Parlement. La question est, quand se tiendra la session extraordinaire ? Certains ne souhaiteraient pas compromettre la trêve des fêtes de fin d’année.Pour adopter ces projets de loi dans la quiétude, toutefois, le pouvoir songerait à organiser une rencontre avec les entités récalcitrantes afin de leur exposer leur contenu et expliquer leur esprit. Convaincre les parlementaires étant, probablement, aisé.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Shell Hélix – Des modifications sur le parcours

Le Rallye Shell Hélix se tiendra finalement les 15, 16 et 17 décembre. Ce sera la sixième et dernière manche du championnat de Madagascar des rallyes. 

Vingt-huit équipages se sont déjà inscrits pour le Rallye Shell Hélix prévu initialement les 6, 7 et 8 octobre. L’événement a dû être reporté à cause de l’épidémie de peste qui a sévi surtout dans la capitale.Le club ASA Tana, organisateur de cette manche qui est devenue la sixième et dernière de la saison, a finalement décidé de repousser ce XVIIe Tour de Tanà pour les 15, 16 et 17 décembre. « Nous avons décidé de remplacer les deux spéciales 3 et 5 de Tsiafahy programmées pour la deuxième étape du samedi, vu son état apparemment impraticable après la pluie de ces dernières semaines », a précisé Johnny Randriana­rijaona, responsable technique du club organisateur.« Nous les avons remplacées par les spéciales de Mampitombosoa-Ambohimena, à deux passages également », a-t-il poursuivi.« Nous avons aussi remplacé la troisième étape du dimanche par les spéciales de la dernière journée du RIM (Rallye International de Madagascar) », a ajouté ce responsable technique du club ASA Tanà. Les deux super-spéciales au circuit TMF programmées pour la première journée ont été également enlevées définitivement. Le nombre d’épreu­ves spéciales reste inchangé, douze en tout dont sept différentes.Les épreuves chronométrées seront cette fois plus longues, sur une distance totale de 162,81km contre 142,60km du rallye prévu en octobre, donc vingt kilomètres de plus. Avec les liaisons, la distance totale de ce rallye s’élève à 412,56km. Comme d’habitude, le Rallye Tour de Tanà empruntera les périphéries Est et Ouest de la capitale.

Remboursable« Ceux qui se sont inscrits lors de la précédente inscription sont engagés d’office dans ce rallye reporté. Et s’ils ne sont plus disponibles pour courir cette manche reportée, nous rembourserons leurs droits d’inscription », a souligné les dirigeants du club ASA Tanà. La première clôture des inscriptions est fixée au vendredi 8 décembre et la deu­xième au lundi 11 décembre.Les concurrents auront quatre choix pour les jours de reconnaissance, à savoir samedi 9 et dimanche 10 décembre, et aussi mardi 12 et mercredi 13 décembre. « La reconnaissance de l’épreuve spéciale d’Ambohimena-Ambodi­fasina, longue de 7,77km, sera limitée uniquement au dimanche 10 décembre de 6 heures à midi », a prévenu l’organisateur. Même si ce rallye est la dernière manche de la saison, son coefficient est de 1,4.« Ce rallye n’était pas programmé en tant que dernière manche du championnat dans le calendrier. C’est plutôt une manche reportée donc le coefficient n’est pas obligatoire à deux comme toutes les manches finales de la saison », explique Jimmy Rakotofiringa, dit Bébé. La précédente édition de ce Rallye Tour de Tanà a été remportée par le jeune équipage Loom-Lucas. Leur successeur sera connu bien tôt.

Parcours

Vendredi 15 décembreES1    Ambohotsiry – Ankadindravololona 1    (20,30km)Samedi 16 décembreES2    Ambohotsiry – Ankadindravololona 2    (20,30km)ES3    Mampitombosoa-Ambohimena 1    (8,39km)ES4     Ambohidraondriana – Anjeva 1    (7,00km)ES5     Mampitombosoa-Ambohimena 2    (8,39km)ES6     Ambohidraondriana – Anjeva 2    (7,00km)ES7     Ankadindravololona - Ambohotsiry 1    (20,30km)Dimanche 17 décembreES8     Andobokely-Antsahatateraka    (11,37km)ES9     Ambohibe-Ambodimanga 1    (22,11km)ES10     Ambohinome-Ambodifasina 1    (7,77km)ES11    Ambohibe-Ambodimanga 2    (22,11km)ES12    Ambohinome-Ambodifasina 2    (7,77km)

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Sakaraha – Un tueur en série et son guru exécutés

Le fokonolona s’est fait justice à Ambinany Sakaraha.  Activement recherchés, un  multirécidiviste notoire et son gourou ont été abattus la semaine passée  par  des villageois affiliés au pacte Dinabe Atsimo Andrefana. Les dépouilles des deux individus ont été enterrées hier  par leurs bourreaux.L’individu assassiné par la foule est accusé de meurtres en série. Avant qu’il ne  trouve la mort, il était dans  le collimateur du fokonolona pour un double meurtre commis quelques jours  plus tôt.Selon les déclarations de ses victimes, l’homme abattu par le fokonolona est également incriminé pour une série de viols, dont des fillettes.Outre ces actes odieux, des villageois l’accusent de surcroît de fratricide ainsi que de maltraitances et de traitements dégradants  à  l’endroit d’un maire. En poursuivant son opération  contre la sécurité, le Dinabe a procédé à l’arrestation de sept autres suspects, dont un mineur. Ses membres ont dans la foulée investi un endroit réputé comme étant un fief de bandits de grand chemin, où des blanchiments de bovidés sont effectués.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Développement – La pêche côtière se met au durable

Gérer au mieux les ressources marines côtières. Tel est l’objectif du projet « Pêche côtière durable » qui vient de bénéficier d’un financement allemand.

Après deux années de préparation du projet « Pêche côtière durable », Madagascar national parks (MNP) et ses collaborateurs arrivent au stade de sa concrétisation avec un contrat de financement et d’exécution entre l’Institut de crédit pour la reconstruction, la KfW, et l’État malgache. Le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ) a décidé d’appuyer le projet avec un don de plus de 37,4 milliards d’ariary pour le fonctionnement, pendant cinq ans, des six sous-projets élaborés par cinq ONG constituant le projet « Pêche côtière durable ».Ainsi, une signature de déclaration de coopération du projet entre World wild fund for nature (WWF), Mitantana Harena An-dRanomasina avy eny Ifotony (Mihari), Wildlife conservation society (WCS), Gret et Blue ventures et MNP s’est déroulée avant-hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina, sous l’égide du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts et du BMZ.La mise en œuvre du projet sera du ressort de son promoteur, le MNP. Ce programme ambitionne d’appuyer les populations locales des zones côtières choisies par les ONG parmi les dix-huit aires protégées marines de la Grande île.

ÉcosystèmesLe MNP et ses partenaires prévoient vingt-huit bénéficiaires du projet, répartis dans trente-sept communes, soit cent trente huit fokontany.L’objectif principal est l’appui aux aires de pêches gérées localement, avec la coopération d’une ou plusieurs ONG afin de supprimer la surexploitation des ressources halieutiques et les pratiques de pêches illicites.« Il s’agit de préserver le capital naturel et les écosystèmes, réduire les effets négatifs du changement climatique et renforcer la résilience des populations et des territoires concernés », a rappelé la ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Ndahimananjara.L’augmentation des revenus de la population locale  dans les zones côtières prioritaires est un souci pris en compte.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Des task forces pour contrôler le prix du riz

Le Premier ministre Olivier Maha­faly Solonan­dra­sana, accompagné d’une délégation du ministre du Com­merce et de la Consommation Chabani Nourdine, est descendu au marché d’Anosibe hier, pour évaluer les prix affichés du riz. Outre les mesures déjà prises, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un dispositif de contrôle des prix du riz. « Des “task forces” seront mises place dans chaque district, pour contrôler de manière journalière le prix du riz local et importé, la quantité de riz en stock et le besoin mensuel du district pour éviter la rupture de stock », a-t-il déclaré, lors d’un entretien avec la presse. Le prix du riz importé sera également contrôlé. « Nous avons constaté que c’est le prix du riz local qui connaît une hausse importante des prix par rapport au riz importé. Le gouvernement travaille avec des grossistes pour maintenir le prix affiché du riz depuis la base, c’est-à-dire à Toamasina, à soixante douze mille ariary » constate le Premier ministre.Selon Olivier Mahafaly Solonandrasana, il y a une explication logique à cela. « Ce problème est dû à l’insuffisance de la production engendrée par les changements climatiques », a-t-il expliqué.

Supervisions conjointesCela dit, les commerçants ont également une part de responsabilité par rapport à tout cela. « Le détaillant ne devrait pas non plus prendre une très grosse marge dans la revente. Si, par exemple, il achète le riz à 1620 ariary le kilo, il devrait le revendre à 1750 ariary tout au plus », a-t-il attesté. Pourtant, dans la réalité, le détaillant propose un prix nettement plus élevé. À cet effet, le gouvernement lance un appel aux associations de consommateurs à superviser conjointement ces prix avec l’État.À l’international, le prix du riz est environ de 12 dollars le quintal, depuis le mois de janvier. Cependant, les prix des variétés locales n’ont pas cessé d’augmenter depuis le mois de février. Lors d’une conférence de presse du 24 janvier, Armand Tazafy, ministre du Commerce et de la consommation de l’époque, a annoncé que le manque d’eau a engendré une baisse de la récolte de riz. On parle alors de 20% de la production. Dès lors, l’importation est ainsi perçue comme la solution appropriée pour satisfaire la demande.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Prévoyance sociale – Des producteurs bénéficient d’une sécurité

Avancée. La caisse nationale de Prévoyance sociale (Cnaps) améliore sa prestation. Elle a élargi ses activités aux producteurs. Une signature de convention avec le Référentiel HOREB (Hygiène, Organisation, Restauration de l’environnement et de la biodiversité) à Foulpointe, le 14 novembre, vient raffermir cette avancée de la sécurité sociale. Cette convention entre la Cnaps et ce professionnel des produits agricoles tels que le litchi, le « Black eye beans », permettra à cent soixante seize producteurs affiliés à la Coopérative Taratra, de bénéficier des différentes prestations sociales de la Cnaps. Il s’agit, entre autres, des prestations familiales, de la prise en charge en cas d’accidents de travail ou de maladies professionnelles, et surtout, de la pension de retraite. L’employeur, représenté par la Coopérative membre du Référentiel, versera un taux de cotisation de 8% mensuel, et la participation des travailleurs, que composent ces producteurs, est de 1%. C’est une aubaine pour ces leviers du développement du secteur agricole, qui sont confrontés à divers aléas.

M.R

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – CCC zone7 – Les Seychelles récupèrent l’organisation 

Il a été décidé lors du congrès de la CAVB (Confé­dération Africaine de volleyball) qui s’est tenu la semaine passée à Kinshasa, République Démocratique de Congo, que l’édition 2017 de la Coupe des clubs cham­pions de la zone 7 aura lieu aux Seychelles. Le président de la Fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andria­man­dimbisoa, a assisté à cette réunion des dirigeants des Fédérations membres de la Confédération et était de retour au pays en début de cette semaine.Cette joute régionale était prévue se tenir initialement aux Seychelles ce début décembre, mais a été annulée à cause de l’épidémie de peste qui a justement tué un coach de basketball seychellois lors de la CCCOI de basketball en fin septembre. L’île Maurice s’est rapidement proposée pour l’accueillir, avant le 31 mars 2018. Il y a quelques jours, la zone 7 a finalement confié encore une fois l’organisation de l’édition 2017 de la Coupe des clubs champions de la 7 à la Fédération seychelloise.« La Fédération de volleyball seychelloise a tellement insisté pour organiser chez elle la CCC zone 7 et a finalement pu récupérer l’organisation… La compétition est prévue au début du mois de mars 2018 et les dates précises seront fixées prochainement », a confié le président de la Fédération malgache de volleyball Jocelyn Andriamandimbisoa, à son retour de Kinshasa. Les porte-fanions malgaches, la Gendarmerie nationale et la CNaPS, clubs cham­pion et vice champion hommes d’une part et le Stef’auto 501 et VBCD, équipe championne dame et sa dauphine, auront donc trois mois de préparation, mais leur participation dépendra aussi et surtout des moyens financiers pour faire le déplacement.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Mada N1A – Ascut et Cosfa assurent

Deux clubs chez les hommes sont en roue libre. L’ASCUT Atsinanana dans le groupe B et Cosfa Anala­manga dans celui A ont effectué un parcours sans faute jusqu’à hier.À l’issue de la troisième journée des éliminatoires des championnats natio­nauxN1A retour, l’équipe de la commune urbaine de Toamasina a arraché hier au palais des sports à Mahama­sina sa troisième victoire en autant de rencontres. Les hommes du coach Herilanto Randriama­nalina ont défait l’Association sportive et culturelle de Boeny, leader de la poule B sur le score de 68 à 61.Après deux victoires, l’équi­pe détentrice de la coupe du président a donc encaissé sa première défaite face au club champion de Madagascar en titre. Dans le groupe A, Cosfa a remporté lui aussi sa troisième victoire en trois journées. Les militaires se sont imposés largement par 96 à 66 contre SEBAM Boeny.Chez les dames, Fandre­fiala, club champion en titre, a enregistré son troisième succès en battant hier BC Est du Sud Ouest sur le score fleuve de 119 à 39. Quant au leader du groupe B, première défaite pour MB2ALL qui s’est incliné sur le score de 52 à 62 face au Soma Beach Basketball club de Boeny.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps repêché

Un corps sans vie a été découvert près de la digue d’Ampitatafika, hier à 10h50. Un pêcheur l’a remarqué qui flottait à la surface de la rivière et a, dans la foulée, alerté les habitants du quartier. La dépouille a été tirée de l’eau. La gendar­merie a ouvert une enquête pour l’identification de la victime et l’origine de la noyade

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Les bonsaïs ornent  le jardin d’Antaninarenina

Plus de vingt variétés d’arbres nains dont quelques uns sont endémiques s’ajoutent à la verdure du jardin d’Antaninarenina depuis le 22 novembre jusqu’au 20 décembre.L’art traditionnel japonais dans la technique de miniaturiser un arbre par différentes techniques afin d’en faire une œuvre d’art esthétique ressemblant à un arbre dans la nature, attire la curiosité des gens venus se prélasser dans cet espace public à ciel ouvert.  Voahangy Malala Razafialivony, Herizo Volanirina Noro Razafindrabe, Bremond Momsen Tsabotobe et Bruno Rakotomanga, les quatre membres de l’association Malagasy Bonsaï sont les maîtres d’œuvre de cette vente exposition.Cent soixante pièces d’arbres nains sont disposés dans les recoins du jardin.« J’ai commencé à pratiquer le bonsaï en 1986. La première fois où j’en ai vu un, j’ai été fasciné devant cette œuvre de la nature façonnée par la main de l’homme et depuis je suis devenu un amoureux inconditionnel de cet arbre en miniature », a confié Bruno Rakotomanga, président de l’association qui regroupe dix-huit adeptes de cet art.Cette vente exposition sert d’outil de communication pour donner les instructions afin de bien entretenir les bonsaïs, les gestes à adopter régulièrement pour réussir son œuvre d’art à partir d’un jeune arbre. « De plus en  plus des gens s’intéressent à cette pratique. Et ils ont besoin de conseils », poursuit-t-il».

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement du canal d’Andriantany

La commune urbaine d’Antananarivo se lance dans le curage des boues et des ordures dans le canal d’Andriantany, pour éviter les inondations dans la grande ville. Elle utilise une chenille de dragage pour faciliter les travaux qui ont commencé, hier, du côté d’Ankadimbahoaka.

 

L'express de Madagascar0 partages

Tsaratanàna – Opérations de sécurisation après les sévices de dahalo

Un réseau de dealers vient d’être démantelé à Tsaratanàna. Un revendeur a été appréhendé et le campement de son fournisseur  brûlé avec une importante quantité de chanvre indien.Les forces de l’ordre ont mené une opération après qu’une trentaine de bandits se sont abattus sur la ville, il y a une dizaine de jours, tuant un villageois dans la rue. Un opérateur économique, cible de cette attaque virulente a été dépouillé de son fonds de commerce, s’élevant àquatre millions d’ariary, ainsi que de diverses marchandises de commerce.Après que cette onde de choc a touché la ville, l’Organe Mixte Conception a mis au point un nouveau dispositif, ayant permis l’arrestation du dealer dimanche soir vers 22 heures. Celui-ci a été pris en possession de quatre bottes de cannabis. Soumis à un feu roulant de questions, il a conduit le forces  de l’ordre jusqu’au fournisseur, dont le campement a été brûlé.La sécurisation bat encore son plein à Tsaratanàna. Un déploiement de gendarmes et de policiers est signalé, notamment pendant la nuit.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Le plan sectoriel de l’éducation peu vulgarisé.

Plusieurs enseignants ne sauraient pas encore le contenu du Plan sectoriel de l’éducation (PSE), selon le rapport de la Coalition nationale malgache pour l’éducation pour tous (Conamept), hier. Le temps de vulgarisation de cette réforme de l’éducation serait restreint par rapport au temps de conception. Le ministère de l’Éducation nationale projette de renforcer la communication de masse de ce plan.

 

L'express de Madagascar0 partages

Usurpation de fonction

Un inconnu s’est fait passer pour un employé du service de communication de la gendarmerie nationale, hier matin. L’usurpateur a envoyé aux journalistes, à partir de son adresse cirgnmadagasikara12@gmail.com un avis de recherche d’une dame qu’il soupçonne d’être la commanditaire des kidnappeurs. La gendarmerie est toujours sur ses traces.

L'express de Madagascar0 partages

Les pluies orageuses reprendront

Les pluies orageuses reprendront à partir de vendredi, dans la grande majorité de la Grande île, d’après la prévision du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby.

L'express de Madagascar0 partages

Quatre présumés tueurs devant le juge

Les quatre individus impli­qués dans le meurtre de Rosalie Rafitoharimaka, la stagiaire du Motel Violette à Ambositra ont été pré­sentés au juge d’instruction, hier dans la nuit. Le résultat de leur comparution au parquet sera dévoilé ce jour, selon le commandant de brigade (CB) de la gendarmerie locale.

Madagate0 partages

Madagascar Presse. Et les médias on line alors? Oubli intentionnel?

«Mba ataovy sérieux namà a !»

Première apparition des membres de la Commission de délivrance de la carte d’identité professionnelle de Journaliste, à l’hôtel Le Louvre, le 5 décembre 2017, après une réunion-élection non communiquée à la majorité des journalistes, le 30 novembre. Ci-après la composition officielle de cette Commission:

Président:

Rabemananjara Nicolas

Membres:

Rocco Rasoanaivo et Ravelontsalama Salomon, responsables des médias publics (Rnm et Tvm)

Rakotomalala Hery, responsable de la presse écrite (journaux, magazines)

Mara Volamiranty Donna, porte-parole responsables des médias privés (radios privées)

Rabemananjara Nicolas et Rabenjamina Marovola Laza, responsables des télévisions privées.

A partir de cette composition déjà, une question de pose: QUID des Media online ou communication numérique (conception, publication et diffusion d’informations diverses sur le web) définis au début de la Loi n°2016-029 portant Code de la communication médiatisée (page 7, ligne 35)? Etrangement, lors de cette apparition en public donc, la réponse de Rocco Rasoanaivo, quand un journaliste a posé la question (tout de même), a été: «voyez votre dossier, on verra» («Alefaso ny dosie dia ho hita eo»). Je réponds ici: «Mba ataovy sérieux namà a !». Ce sera donc «à la tête du client»… En tout cas, s’il espère bloquer madagate.org (et même moi -et d’autres comme sobikamada, par exemple- en me refusant cette carte de presse devenue une vulgaire carte d’électeur dans le monde journalistique à Madagascar) en agissant de la sorte, on verra qui sera le plus surpris.

Que dire, dès lors, sinon, merci Rolly pour cette intention flagrante, par « omission », de vouloir museler la presse malgache en ligne, à l’approche de l’élection présidentielle! Plus sérieusement, et en attendant d’avoir un peu plus d’éclaircissement à ce sujet, car on ne sait jamais, ci-après le calendrier proposé par cette commission carte d’identité professionnelle de journaliste pour l’avoir:

Selon la Loi N°2016-029 portant Code de la Communication médiatisée, l’article 203 alinéa 1 et l’article 54, la Commission rappelle que la Carte d’Identité Professionnelle de Journaliste est délivrée:

*Aux journalistes exerçant la profession de journaliste d’une manière permanente pendant trois années consécutives.

*Aux personnes titulaires d’un diplôme, Brevet de qualification ou Certificat délivré par un établissement de formation professionnelle en journalisme.

Ne sont pas concernés par la Carte de presse, les agents (chargé de communication, attachés de presse, agents publicitaires), travaillant pour le compte d’institutions publiques et privées (institutions étatiques, ministères, entreprises, ONG, etc.).

Elle porte à la connaissance des médias, des Patrons de presse que le dépôt des dossiers en vue de la délivrance de la carte d’Identité Professionnelle de journaliste se tiendra entre le 08 Janvier 2018 et le 05 Février 2018 sur l’ensemble du territoire national Malagasy.

Aussi, les éléments de dossiers exigés en vue de l’examen de la demande, avec les frais de confection de 15.000Ariary, sont :

* Pour une nouvelle demande :

o Demande certifiée par l’Organe de presse

o Photocopie du diplôme

o Photocopie CIN certifiée

o Photo d’identité

* Pour un renouvellement :

o Demande certifiée par l’Organe de presse

o Attestation de travail au sein de l’organe de Presse

o Photocopie CIN certifiée

o Photo d’identité

Les organes de presse sont priés de déposer leurs dossiers sous scellé au Secrétariat permanent de la Commission, qui transmettront, à leur tour, l’ensemble des dossiers à la Commission.

 

Ci-après le calendrier des activités prévues par la Commission :

* Dépouillement des dossiers : 12 Février au 12 Mars 2018

* Publication de la liste définitive des journalistes accrédités : 12 Mars 2018.

LA COMMISSION DE DÉLIVRANCE DES CARTES PROFESSIONNELLES DES JOURNALISTES

Midi Madagasikara0 partages

FJKM Antananarivo Ouest : Formation de 154 agents en protection sociale

154 agents de la FJKM Antananarivo Ouest bénéficient d’une formation en sécurité sociale.

Le Synode Antananarivo Ouest ou SPAA 10 compte 165 églises, de la FJKM Amboninampamarinana vers l’Ouest jusqu’à la Commune de Fihaonana. Ces 121 pasteurs et 33 directeurs d’établissements scolaires bénéficient d’une formation en protection sociale depuis hier jusqu’à ce jour à Mandrosoa Ivato. Les participants sont formés sur les subtilités du contrat de travail, les droits sociaux et les avantages inhérents à l’affiliation  à la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS). Après cette formation, les contrôleurs feront un suivi sur terrain.

3 613 affiliés. Le synode est le 10e à bénéficier de ce genre de formation, suite à la convention signée entre le président du FJKM pasteur Andriamahazosoa Irako Ammi et le Directeur général de la Caisse nationale de Prévoyance sociale, Arizaka Rabekoto Raoul. L’amélioration de la protection sociale des agents de l’église représente l’objectif principal de la formation.  Marco Randriamanalina, formateur de la CNaPS d’ajouter : « La protection sociale n’est pas faite seulement pour les employés de bureau, mais aussi pour les hommes et les femmes qui travaillent au sein de l’église ». Selon les statistiques, la FJKM compte 386 employeurs et 3 227 déclarés à la CNaPS. Le synode d’Antananarivo Ouest compte quant à lui 14 employeurs et 180 travailleurs affiliés.

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Ivandry : Tovovavy mpianatra, maty notsatohan’ny mpanendaka antsy

Tovovavy iray, mianatra eny amin’ny Anjerimanontolo no namoy ny ainy omaly maraina, taorian’ny ratra nahazo azy, vokatry ny tsatok’antsy teo amin’ny kibony. Ny zoma hariva teo tokoa mantsy, no niharan’ny fanendahana ity tovovavy ity, teny amin’iny faritra Ivandry iny. Samy nahatadidy ny rehetra fa avy be izay tsy izy ny orana tamin’io harivan’ny zoma io teto Andrenivohitra sy ny manodidina. Ary ao anatin’ny fotoana tahaka ireny mihitsy no manjaka ireo tontakely manao ny asa ratsiny. Tamin’io fotoana io dia avy nianatra ity tovovavy ity, ary niala ny fiara nitondra azy teo amin’ny fiantsonana teo Alarobia, hamonjy ny fodiany. Nandeha irery tao anatin’ilay ora-mikija. Raha ny angom-baovao azo dia lehilahy iray, izay nitondra aro orana no nanaraka azy avy ato aoriana. Rehefa tojo tamin’ny toerana mangingina dia nohararaotiny noendahana. Sendra ny tsy nampoiziny anefa ilay mpanao ratsy fa tsy nanaiky mora izay asa ratsy natao taminy izany ity tovovavy mahery fo ity fa niezaka ny nanohitra azy hatramin’ny farany. Rehefa hitan’ilay mpanendaka fa tsy ahazo n’inona teny aminy izy dia avy hatrany dia nolerany ny antsy teo amin’ny kibony, ary lasa nitsoaka nony avy eo. Tonga tany an-tranony ihany ity farany na dia teo aza ny ratrany, raha ny vaovao azo. Ary nentina novonjena haingana tany amin’iny hôpitaly. Lalina ihany anefa ny ratra nahazo azy, ary fantatra fa nisy taova saropady voakitika tamin’izany. Ka na dia teo aza ny vonjy aina nataon’ireo mpitsabo dia tsy tana intsony ny ainy io omaly maraina io. Fantatra fa efa nametraka fitairanana teny anivon’ny mpitandro filaminana ny fianakavian’ity tovovavy voaendaka sy namoy ny ainy ity.

m.L