Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 06 Novembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara24 partages

Projet Nouvelle ville : Début du processus d’implantation à Imerintsiatosika

Le ministère de tutelle a pris un arrêté prévoyant le gel des procédures des transactions foncières pour interdire la vente de terrains à Imerintsiatosika.

C’est désormais officiel. Le projet de construction de la Nouvelle ville Tanamasoandro sera réalisé à Tsimahabeomby Imerintsiatosika, dans le District d’Arivonimamo. « Nouvelle Ville de l’Ouest ». Tel est l’intitulé du projet. Les préparatifs en vue de son implantation ont débuté cette semaine. Mercredi dernier, une équipe de la Présidence de la République, du Vice-ministère en charge des nouvelles villes, les autorités au sein de la Région Itasy, les députés élus dans le District d’Arivonimamo, le Chef District, les représentants des communes concernées, les responsables locaux du Service des domaines, ainsi que des hauts responsables militaires au sein du Régiment des Artilleries Lourdes (RAL) Imerintsiatosika, ont effectué une descente à Tsimahabeomby pour installer le panneau d’affichage indiquant les limites et les caractéristiques du projet. En effet, l’Etat malagasy, par l’intermédiaire du Ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, a pris un arrêté prévoyant le gel des procédures des transactions foncières pour interdire la vente de tous les terrains concernés par ce projet à Imerintsiatosika. Les responsables vont commencer incessamment un inventaire foncier en vue d’éventuelles expropriations. Une source proche du Vice-ministère en charge des Nouvelles villes a annoncé que l’enquête de commodo et incommodo sera lancée dans les prochains jours. Au total, le Projet Nouvelle ville sera érigé sur un terrain de 1.000 Ha. Notre source a aussi fait savoir qu’il s’agit d’un terrain appartenant à l’Etat malagasy. En effet, le projet sera implanté sur une propriété de l’Armée malagasy où est situé le camp du Régiment des Artilleries Lourdes (RAL). Pour exprimer leur soutien à la mise en œuvre de ce projet, les parlementaires et les autorités à Arivonimamo ont assisté à la délimitation mercredi dernier. D’ailleurs, la Région Itasy a déjà pris une note indiquant « zone d’aménagement différé » les terrains de Tsimahabeomby.

Ambohitrimanjaka. L’implantation de ce panneau d’affichage confirme le choix et la détermination de l’Etat malagasy de déplacer la construction de Tanamasoandro à Imerintsiatosika et non plus à Ambohitrimanjaka. Et ce, contrairement à ce qui a été prévu initialement. Il convient en effet de rappeler que Tanamasoandro, considéré comme le projet phare de ce quinquennat d’Andry Rajoelina, a connu un retard de réalisation de presque un an et demi. Pour cause, le projet s’est heurté depuis le début à un mouvement de contestation très virulent de la part des habitants d’Ambohitrimanjaka qui ont refusé l’implantation de nouvelles infrastructures dans leurs quartiers afin qu’ils puissent garder leurs rizières. Le projet prévoit la construction de logements sociaux pouvant accueillir 100.000 à 300.000 habitants, d’une autoroute, des infrastructures scolaires et sanitaires, des complexes sportifs et hôteliers, des voies de communication et de nombreux bureaux administratifs. Bon nombre d’observateurs estiment qu’en refusant l’accueil de ce projet dans leur circonscription, la population d’Ambohitrimanjaka a raté le train de son développement. Les habitants du District d’Arivonimamo, quant à eux, ont affiché leur enthousiasme et se disent avoir hâte de voir le coup d’envoi des travaux.

Davis R

Midi Madagasikara14 partages

Projet MAP InsuResilience : Un partenariat multi-acteurs pour renforcer la résilience aux chocs climatiques

Madagascar fait partie des sept pays en Afrique et en Asie, qui bénéficie du projet MAP InsuResilience financé par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ).

En effet, la Grande-île est le premier pays le plus exposé aux catastrophes naturelles en Afrique et le 4e pays le plus vulnérable face au changement climatique au monde, selon l’Index des risques climatiques 2020.  On peut citer, entre autres, les inondations, les cyclones et la sécheresse. Ces phénomènes continuent de sévir dans le pays, et ce, de manière intense. Ce qui engendre des conséquences incommensurables tant sur le plan social qu’économique. A titre d’illustration, le passage du cyclone Enawo en 2017 a provoqué plus de 424.000 sinistrés et des pertes estimées à environ 415 millions USd, selon la Banque Mondiale, tandis que le cyclone Ava a ravagé près de 90% de la ville portuaire de Toamasina en 2018. En outre, plus de 1,6 millions de personnes dans le Grand Sud, ont de difficulté d’accès aux nourritures en raison de la sécheresse, d’après une étude menée  par le BNGRC en avril 2020.

Projet stratégique. Cependant, Madagascar s’est souvent concentré auparavant sur les activités de réponse post-catastrophe et de relèvement rapide. Une prise de conscience a eu ensuite lieu puisqu’investir dans la préparation et de prévention de ces risques climatiques et aux catastrophes, s’avère indispensable. Pour ce faire, le pays dispose cependant d’un soutien financier limité. Raison pour laquelle, un nouveau projet MAP InsuResilience  ou «Partenariat multi-acteurs sur le financement et la préparation aux risques liés au climat et aux catastrophes dans le contexte du partenariat mondial InsuResilience (IGP), a été lancé hier à l’hôtel Colbert à Antaninarenina. « Il s’agit d’un projet stratégique visant à créer un partenariat multi-acteurs au niveau national représentant l’administration, le secteur privé, la société civile et le monde des académiciens ainsi que les partenaires techniques et financiers, en vue de renforcer la résilience de Madagascar aux chocs climatiques », a exposé Martina Solofofiaviantsoa,  coordinatrice technique du projet MAP InsuResilience. Notons que ce projet, financé par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), sera mis en œuvre par le Care International et le SAF/FJKM, sur une période de 30 mois. Et Madagascar fait partie des sept pays en Afrique et en Asie bénéficiaires de ce projet.

Harmoniser les actions. Et il faut savoir que de nombreuses initiatives réalisées par divers acteurs dans les domaines des risques climatiques, de la Réduction des risques de catastrophes, des mécanismes de financement et dans le domaine de l’assurance sont en cours dans le pays. «Ce projet consiste ainsi à regrouper ces différents partenaires et à renforcer leurs capacités pour mener des actions communes d’anticipation sur les réponses post-catastrophes afin de renforcer la résilience des communautés vulnérables face aux risques climatiques et aux catastrophes. En effet, nous avons besoin de l’implication de toutes les parties prenantes pour trouver des solutions innovantes tout en améliorant la vie des communautés les plus vulnérables à Madagascar, en particulier les femmes et les filles. Réunir leurs efforts vers une meilleure résilience du pays par rapport aux risques climatiques et aux catastrophes constitue ainsi notre défi », a évoqué Mme Jactat, directrice de Pays adjointe-Programme Care International à Madagascar.

Et le directeur national de SAF/FJKM, Rahajary Tsialoninarivo, a ajouté que le projet MAP InsuResilience cherche à valoriser et harmoniser toutes les actions entreprises par les différents acteurs pour faire face aux chocs climatiques et aux catastrophes. « Il faut ainsi consolider toutes nos actions et nos efforts pour mobiliser les ressources nécessaires afin d’atteindre une résilience durable dans des principes de lutte contre la pauvreté et de considération de l’approche genre et de droit de l’Homme. En outre, les organisations de la société civile s’engagent à apporter leur contribution aux efforts de l’Etat ayant une fonction régalienne, dans la mise en œuvre de la politique et de la stratégie nationale de gestion des risques climatiques et de catastrophes. L’objectif commun est de prévenir les risques climatiques et catastrophes tout en protégeant l’économie des chocs et des vies des communautés vulnérables », a-t-il réitéré. Force est de reconnaître que les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche sont très fragiles  à ces chocs. « Nous disposons déjà un cadrage politique visant à atténuer ces risques », a déclaré le directeur de Cabinet du ministère de tutelle, lors du lancement officiel de ce projet.

Modèle de financement. Toujours dans le cadre de cet atelier de lancement du projet MAP InsuResilience, « toutes les parties prenantes vont adopter une vision commune tout en identifiant un modèle de financement adapté qui a été basé sur les acquis des acteurs ainsi qu’une solution efficace d’assurance des risques climatiques et de catastrophes », a soulevé Martina Solofofiaviantsoa,  coordinatrice technique du projet. « A part la mise en place et la mise en œuvre de ces mécanismes de financement et d’assurance des risques climatiques et de catastrophes au niveau national, les expériences des autres pays vulnérables et la collaboration avec le réseau international comme l’IGP, seront prises en compte dans le cadre de ce projet. Le secteur privé est également sollicité à s’impliquer davantage étant donné qu’il s’agit d’un domaine ayant un aspect transversal. Il ne faut pas oublier que les effets néfastes des catastrophes naturelles sont amplifiés par les impacts du changement climatique. Et c’est encore aggravé par les actions anthropiques pour ne citer que les feux de brousse qui sont actuellement en recrudescence sur la RN 4 », a conclu Felana Andrianaivo, spécialiste du programme de Sécurité alimentaire et de résilience au changement climatique au sein de CARE International.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Sénatoriales : Hery Rajaonarimampianina appelle au boycott

Le président d’honneur du parti HVM est encore très discret sur la scène politique

Le parti HVM campe sur sa position et appelle les grands électeurs à ne pas participer au vote le 11 décembre prochain.

L’opposition ne change pas d’un iota sa position concernant les prochaines élections sénatoriales. Elles sont « illégales et inconstitutionnelles », a déclaré hier le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara dans un communiqué. Et comme d’autres partis de l’opposition, le parti de Hery Rajaonarimampianina, qui n’a plus de maires ni de conseillers communaux et municipaux, ne compte pas non plus participer aux consultations de décembre prochain.

Chaise vide. En effet, le parti va, non seulement, ne présenter aucun candidat, mais aussi ne soutiendra aucune liste. Il épousera la position du parti Tiako i Madagasikara, l’autre parti de l’opposition. La déclaration a été publiée hier et « confirme une décision du président d’honneur et du bureau politique national du parti » selon le communiqué. Le parti HVM appelle alors les grands électeurs à boycotter les prochaines sénatoriales. Il a avancé l’ « illégalité du scrutin » pour sensibiliser les autres états-majors à pratiquer la politique de la chaise vide.

Juges. Le coordonnateur national et d’autres sénateurs du parti HVM ont déjà déposé des plaintes auprès de la Haute cour constitutionnelle pour faire annuler le scrutin prévu le 11 décembre prochain. Mais Rivo Rakotovao et consorts ont été déboutés par la cour d’Ambohidahy. Les juges constitutionnels ont confirmé la légalité de cette consultation qui devrait élire les prochains locataires du palais d’Anosikely dont l’effectif sera réduit dorénavant à 18 sénateurs au lieu de 63 actuellement.

Désintéressement. Cette prise de position radicale de l’opposition fait donc perdre au scrutin la participation de quelques partis au challenge. Alors que les observateurs remarquent déjà un « désintéressement » des partis politiques dans le cadre de ces prochaines sénatoriales. Lors de la dernière élection sénatoriale en 2015, selon l’observatoire Safidy, 30 partis politiques et indépendants avec 52 listes de candidatures ont été enregistrés et 4 partis politiques ont présenté des candidats au niveau des 6 provinces, 2 autres ont participé dans deux provinces. Chaque province a vu la participation d’au moins 6 candidats.

Cependant, selon toujours cette organisation, pour les élections sénatoriales 2020, on n’a uniquement recensé 14 listes de candidatures représentées par 8 partis politiques et indépendants. Un seul parti politique arrive à présenter des candidats au niveau de toutes les provinces et cette fois-ci, note-t-elle, le nombre de candidats par province varie d’un à trois.

Rija R.

Midi Madagasikara11 partages

Prévision saisonnière : Une plus importante quantité de précipitations de novembre à janvier

(photo d’archives)

Météo Madagascar vient de présenter sa prévision saisonnière du mois de novembre 2020 au mois de janvier 2021. Les experts prévoient une plus grande quantité de pluies en général par rapport aux années précédentes. Ceci serait surtout valable pour les régions Diana et Sofia. La quantité de précipitation sera la même que lors des années précédentes dans les autres régions en dehors de Sava, Analanjirofo, Melaky, Menabe, Bongolava, Itasy, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Ihorombe, et Androy, qui auront droit à une quantité moins importante de pluies selon les météorologues. Quant à la température, la prévision saisonnière fait savoir qu’il fera plus chaud que d’habitude de novembre à janvier. En tout cas, cette prévision saisonnière semble rejoindre les idées reçues concernant le changement climatique, c’est-à-dire, l’augmentation des précipitations, une chaleur plus accrue, et une période de sécheresse plus longue. Toutefois, il convient de rappeler que Madagascar ne fait pas partie des pays qui polluent le plus l’atmosphère selon les derniers résultats sur le sujet.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara10 partages

Agressions sexuelles sur les enfants : Oser signaler et renoncer aux arrangements à l’amiable

Le cas de Tiphanie a particulièrement ému l’opinion publique. Cette fillette âgée de 7 ans a perdu la vie suite aux agressions sexuelles répétées dont elle était victime depuis l’âge de 5 ans, sans qu’aucun signalement aux autorités n’ait été enregistré.

Hospitalisée et dans le coma pendant près d’une semaine, Tiphanie est décédée dans la nuit du 1er novembre, et enterrée quelques jours plus tard. L’autre cas d’un garçon de 14 ans, également abusé sexuellement et décédé peu de temps après son admission au centre de prise en charge à Antananarivo, a également mis l’opinion face à une tendance recrudescente d’abus sexuels sur les enfants. Des cas particulièrement médiatisés, largement commentés sur les réseaux sociaux et qui sont à l’origine de vagues de condamnations et d’appels à la prise de responsabilités, non seulement de la part des autorités, mais également, de l’entourage ou de la famille des victimes. A commencer par le signalement. C’est justement ce que l’UNICEF encourage, tout en dénonçant toute forme de violence envers les enfants.  « Dans le souci de protéger les enfants et de sauver des vies, chaque individu est encouragé à  signaler tout cas (ou soupçon) aux autorités administratives ou judiciaires compétentes », souligne l’UNICEF, précisant l’existence des circuits de signalements déjà en place et opérationnels, accessibles à tous, telle la ligne verte 147, ou encore le site www.arozaza.mg, ainsi que la police des Mœurs et des Mineurs. Les services de  prise en charge des enfants victimes de violences sexuelles sont également disponibles. En font partie les centres de santé de base (CSB) et les six centres Vonjy ouverts auprès des Centres Hospitaliers Universitaires de Befelatanana à Antananarivo ; à Androva pour  Mahajanga ; à Analakininina pour Toamasina ; à Antanambao pour la ville de Toliara ; ainsi que le CHRD d’Andavakotoko à Nosy Be, et le CHRR  d’Amboanato pour la ville de Tolagnaro.

« La violence sexuelle notamment envers les enfants est un crime, qui ne peut et ne doit pas être  arrangé à l’amiable, et les auteurs doivent en être tenus entièrement responsables », souligne l’UNICEF. Faut-il rappeler que le Code pénal malgache prévoit des sanctions pour les auteurs et la protection pour les victimes. Certains avis, fort compréhensibles, demandent à ce que ces sanctions déjà prévues par la loi actuellement en vigueur soient révisées pour que les auteurs répondent de leurs actes, de la manière la plus sévère possible.

Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Recettes fiscales : Un objectif de 4165,5 milliards d’ariary pour la LFI 2021

Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandranto, a présidé hier le lancement de la campagne Anjara Hetra et l’inauguration du nouveau bureau du centre fiscal d’Ambohidratrimo.

Grâce à la maîtrise de la crise sanitaire, le gouvernement commence à s’atteler aux actions de redressement et les perspectives sont plutôt bonnes dès 2021 où un rebond de l’économie est attendu

Avec la crise sanitaire qui a mis en veille la grande majorité des activités économiques durant plusieurs mois, l’objectif de recettes fiscales ne sera pas atteint pour cette année 2020. De 4.029 milliards ariary dans la loi de finances initiale 2020, cet objectif a été en effet révisé à 2.757 milliards d’ariary dans la loi de finances rectificative, soit un écart de -1272 milliards d’ariary. Et encore la situation risque d’empirer avec les mauvaises perspectives de cette fin d’année, marquée notamment par la poursuite de la fermeture des frontières qui risque encore de peser lourd sur la situation économique, où l’on parle d’ailleurs d’une récession de -3,8% selon les projections du Fonds Monétaire International.

Le tout nouveau bureau du centre fiscal d’Ambohidratrimo

Passagère. Heureusement que cette crise ne sera que passagère puisque les autorités parlent actuellement d’un rebond économique dès 2021. Une projection de relance économique qui se confirme par la projection de recettes fiscales pour l’année prochaine. L’objectif est en effet de réaliser des recettes fiscales de 4165,5 milliards d’ariary. Pour cela, le ministère de l’Economie et des Finances mise sur une palette de mesures législatives et administratives. En matière législative par exemple, il y aura un élargissement de l’assiette fiscale grâce à l’extension de l’application de la taxe sur les marchés publics aux sous-traitants. Pour une meilleure équité fiscale, l’administration des taux progressifs par tranche sera appliquée pour le calcul de l’Impôt sur les Revenus Salariaux et Assimilés (IRSA). Par ailleurs, en guise d’incitation aux investissements, certains produits et services seront exonérés de la TVA. En tout, les mesures législatives prévues feront perdre à la caisse de l’Etat 65,79 milliards d’ariary.

Compensée. Une perte qui sera largement compensée grâce aux mesures administratives qui ont été déjà prises et qui seront encore prises. En effet, les efforts supplémentaires à travers l’adoption des mesures administratives apporteront au moins 531 milliards d’ariary de recettes. On peut citer, entre autres, une meilleure gestion de la TVA grâce à l’e-déclaration et à l’e-bilan, une bonne gestion de l’IRSA, à travers la plateforme e-salaire ; ou encore la généralisation des télépaiement comme le e-hetra paiement, e-hetraphone, hetra-online… L’administration fiscale procédera, par ailleurs, au recouvrement des arriérés et aux contrôles fiscaux, ainsi qu’à un recouvrement de la Taxe sur les marchés publics. En somme, l’heure est actuellement à la bonne gouvernance pour une administration fiscale efficace et soucieuse des intérêts des contribuables. Et c’est justement dans cette démarche d’efficacité et d’efficience qu’a été lancé l’initiative Anjara Hetra dont le lancement a eu lieu hier, en même temps que l’inauguration du nouveau bureau du centre fiscal d’Ambohidratrimo. Deux symboles de la bonne gouvernance qui se traduit par la sensibilisation sur le civisme fiscal et les meilleurs services aux contribuables. Nous en reparlerons dans notre édition de demain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Football – Barea vs Eléphants : L’Etat investit corps et biens !

Le président Andry Rajoelina se sent très à l’aise aux côtés des Barea comme ici avec Faneva Ima et Abel Anicet.

Il n’y a aura pas de report de match tout comme il n’y aura pas de changement de programme. C’est l’essentiel de la conférence de presse de ce matin à 11 heures de l’entraîneur ivoirien, Patrice Beaumelle qui a dévoilé son groupe de 26 joueurs ainsi que la volonté des Eléphants d’aller au bout.

Le match aller Côte d’Ivoire-Madagascar aura lieu le 12 novembre à 19 heures au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé, à Abidjan. L’entraîneur ivoirien de dévoiler dans la foulée que le match retour aura lieu au stade de Barikadimy, à Toamasina, le 17 novembre à 16 heures .

Avertissement. Le tout sur un ton très confiant car il révèle que les 26 joueurs qu’il a retenus affichent la grande forme et qu’ils sont prêts à mouiller leur maillot, en martelant qu’une défaite ruinerait les chances de la Côte d’Ivoire pour ces qualifications pour la CAN 2021 au Cameroun. Du classique en fait. Surtout pour un nouveau venu.

L’avertissement ne tomberait en tout cas pas dans l’oreille d’un sourd car le camp malgache est aussi en train de faire les dernières retouches pour préparer au mieux le stade de Barikadimy mais aussi le public tamatavien afin de redonner une confiance totale aux Barea.

Sur ce chapitre, l’Etat et tout particulièrement le président Andry Rajoelina s’investissent dans cette double confrontation qui, on le sait, est importante pour la qualification des Barea.

Elan de patriotisme. Une aspiration légitime car Andry Rajoelina veut sans nul doute revivre ce bel élan de patriotisme au lendemain de la qualification de Faneva Ima Andriatsima et ses camarades aux quarts de finale de la CAN 2019. Il a d’ailleurs fait du football une de ses priorités comme l’attestent la construction de plusieurs nouveaux stades en couverture synthétique aux quatre coins de l’Île. Depuis, l’Etat, par le truchement du ministère de la Jeunesse et des Sports conduit par le ministre Tinoka Roberto, investit une somme énorme pour que tout soit parfait, notamment d’honorer toutes les dépenses d’organisation allant du transport des joueurs éparpillés dans le monde entier et tout le confort qui va avec, incluant même des primes.

Un travail dans lequel, la FMF joue son rôle de facilitateur tout en participant à son niveau aux autres dépenses telles la préparation du match retour à Barikadimy et tout ce qui a trait à la logistique.

Une saine collaboration entre toutes les parties prenantes. Et c’est la meilleure façon de faire gagner les Barea. Nos Barea !

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Retour de la couronne : « Fruit d’un dialogue constructif avec la France » selon Liva Djacoba Tehindraz...

Le ministre des Affaires Etrangères veut « bâtir une nouvelle ère de confiance » entre Madagascar et la France.

Le retour de la couronne du dais royal a été célébré solennellement hier.  L’événement a été riche en symboles. Pour le ministre des Affaires Etrangères, il marque une nouvelle facette de la coopération entre Madagascar et la France. Durant son discours à Anatirova, Liva Tehindrazanarivelo a souligné que le retour de cet objet royal dans le pays « est le fruit d’un dialogue constructif » entre les deux pays et « renforce notre cheminement commun vers une relation apaisée », poursuit-il.

Un « travail commun » qui a été, en effet, entamé par les autorités des deux pays, et qui a abouti à la signature d’une convention, rendant effective la demande du président de la République à son homologue français concernant le retour au pays du patrimoine culturel. Par ces gestes de restitution, selon le chef de la diplomatie, on assiste donc à l’avènement d’une nouvelle page des relations entre l’Afrique et la France où cette dernière reconnaît, a-t-il soutenu, la légitimité de la demande des peuples africains pour récupérer les œuvres saisies lors de la colonisation.

L’évènement à Anatirova est avant tout, selon Liva Tehindrazanarivelo, l’occasion de rappeler, avec fierté et reconnaissance, le sacrifice des anciens de toutes les régions de Madagascar pour cette liberté chèrement défendue. Et le retour de cet élément significatif du patrimoine national, toujours selon ce dernier, est un grand symbole de la souveraineté nationale.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Industrie agroalimentaire : La Centrale de production de la Gastronomie Pizza inaugurée hier

Inauguration de l’usine GLP, hier à Ankadimbahoaka. (Photo : Kelly R.)

Groupe IGP (International Gastronomie Pizza) lance sa sixième filiale. Plus de 2 tonnes de tomates transformées en coulis, plus de 2.500 litres de crème glacée, 5.000 litres de jus naturel, etc. sont produits chaque jour, par GLP, la nouvelle Centrale de production.

 Global Purchase ou GLP. C’est la nouvelle centrale de production du groupe IGP. Il s’agit d’une usine industrielle de l’agroalimentaire qui produit une ligne de produits de coulis (notamment de tomate), de crèmes glacées, de jus naturel, de kebab, etc. « Cette usine produit plusieurs types de produits consommés par le Groupe lui-même, et une partie sera distribuée sur le marché local dans les épiceries et autres points de vente. Nous envisageons également de les exporter plus tard. De ce fait, la production ainsi que toutes les installations suivent les normes. De même pour les compétences. Nous avons formé 10 de nos employés pour améliorer notre savoir-faire. Ils ont suivi la formation ACCP à Lyon. Bref, si auparavant, la Gastronomie Pizza était parfois victime de l’insuffisance de matières premières en période difficile, cette centrale de production va résoudre une bonne fois le problème. Nous pourrons même approvisionner les restaurateurs et d’autres entreprises », a affirmé le PDG du groupe IGP Chef Mbinina ou Ambinintsoa Randrianaivo de son vrai nom.

Un empire qui grandit. Le parcours et le succès de Chef Mbinina ont impressionné plus d’un à Madagascar, comme au niveau international. Aujourd’hui, son groupe IGP comprend 6 entreprises, notamment la Gastronomie Pizza bien connue par le public, la nouvelle GLP (Global Purchase) inaugurée hier, SGH Mada spécialisée en hôtellerie, SCI Maivaranoune société immobilière qui gère le patrimoine immobilier d’IGP et la société de sécurité GDS dont les agents ont été formés suivant les besoins du Groupe IGP. Selon son PDG, le groupe emploie aujourd’hui près de 1000 salariés. « Je gère cette grande firme comme une cuisine, suivant l’esprit de leadership d’un chef cuisinier. En effet, on trouve toutes les expériences dans une cuisine pour pouvoir gérer une entreprise »,a-t-il soutenu.

Félicité. Pour ses activités, le Groupe IGP travaille avec des coopératives d’agriculteurs et d’éleveurs pour s’approvisionner en pomme de terre, fromage, légumes, viande, etc. Des activités qui créent donc des effets d’entraînement pour la croissance économique du pays. Présente lors de l’inauguration, la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala a noté que la mise en place de GLP est un grand pas en avant permettant au groupe IGP de s’aligner aux multinationales du fast food.« Le rapport de Global Entrepreneurship Monitor (GEM) indique que 51% des jeunes qui connaissent un entrepreneur à succès ont une intention d’entreprendre. Ils ont besoin d’un modèle d’inspiration. Malheureusement, 81% de ceux qui veulent entreprendre lancent leurs activités car ils ont des difficultés à trouver un emploi. Il s’agit là de l’entrepreneuriat de nécessité. Ce que nous voulons promouvoir c’est l’entreprenariat de vocation et le Groupe IGP montre la voie à nos jeunes », a affirmé la ministre. Pour sa part, le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto a félicité le Groupe qui a su se démarquer malgré la crise. D’après ses dires, c’est ce que le pays fait en misant sur le tourisme local, depuis la crise sanitaire. A noter que la Gastronomie Pizza a déjà traversé trois crises, plus précisément deux grandes crises économiques et une grande crise sanitaire. Malgré ces difficultés, le Groupe a réussi à construire deux à trois infrastructures par an, depuis 2003. Cette centrale de production GLP fait partie des plus grandes d’entre elles.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Rova d’Antananarivo : Soutien de la France à son inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO

« La France se réjouit de cette restitution du couronnement du dais royal de la Reine Ranavalona III à l’Etat Malagasy ». C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard, lors de la cérémonie officielle de restitution qui s’est tenue hier dans l’Anatirova. En effet, en répondant favorablement à la demande des autorités malagasy, la France opte pour le renforcement de la relation diplomatique entre les deux pays. Le discours de l’ambassadeur de France a d’ailleurs été axé sur ce point. « Nos deux pays, nos deux peuples partagent des liens exceptionnels et une amitié qui se trouve encore renforcée par ce moment symbolique aujourd’hui », a-t-il soutenu. Malgré la tension autour des Îles Eparses, la France affiche une volonté de renforcer les liens de coopération avec la Grande-île. Christophe Bouchard a même rappelé que « la restitution du couronnement de dais royal de Ranavalona III représente un geste exceptionnel et rare que la France entreprend ». Selon ses dires, jusqu’à présent, seul le Sénégal a bénéficié d’une remise semblable. Une manière à lui de souligner l’importance de la relation diplomatique avec Madagascar. D’ailleurs, la cérémonie d’hier a permis de savoir que des négociations sont en cours entre les deux pays en vue de la restitution d’autres patrimoines. La France se propose aussi de soutenir le projet d’inscription du Rova d’Antananarivo dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. « Le palais de la Reine et l’ensemble de la ville haute d’Antananarivo franchissent une nouvelle étape de leur renaissance que nous soutenons notamment à travers le projet de la Région Ile de France sur la restauration de la ville haute avec l’ambition d’aider à son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO », a déclaré Christophe Bouchard. En ce qui concerne le couronnement du dais royal restitué hier, ce diplomate français affirme que la France initiera dans les meilleurs délais les mesures préalables à la procédure législative pouvant permettre le transfert de ce bien à Madagascar.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Barea : Cap sur Abidjan ce samedi !

Ce samedi, la délégation malgache ralliera Abidjan pour le match des Barea contre les Eléphants.

Ce même jour, une équipe partira de Paris et une autre de Tana.

Reste à espérer que toute l’équipe sera au complet pour ce match d’une importance capitale. Le point d’interrogation concerne plutôt l’effectif au départ de Paris car il n’y a rien de précis à ce sujet, notamment en ce qui concerne les joueurs évoluant en dehors de l’Europe tels Romain Métanire, Carolus Andriamahitsinoro, Amada Ibrahim et Voavy Paulin.

Quant à la délégation qui quittera le sol malgache ce samedi, elle sera composée de deux représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que de deux autres représentants de la FMF sans oublier le médecin ainsi que Nicolas Dupuis et le nouvel entraîneur Léonni Rakotovao.

Les deux gardiens en l’occurrence Nina Razakanirina et Adrien Melvin feront aussi partie du groupe.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

TIM et Colisée : « Les valeurs malgaches n’ont pas été respectées »

Le TIM s’oppose toujours à la construction du Colisée au sein du Palais de la Reine.

Le parti TIM campe sur sa position quant à la construction du colisée au sein du Palais de la Reine. Il s’est exprimé de nouveau sur ce cas, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, au CCI-Ivato. Selon le Secrétaire Général de ce parti, Riana Andriamasinoro, « le parti TIM estime que le « Soatoavina » et les valeurs malgaches n’ont pas été respectés avec l’installation du Colisée dans l’enceinte du Palais de la Reine ». De ce fait, le parti TIM est absolument contre cette installation du Colisée dans le « Rova » de Manjakamiadana mais également son inauguration par le pouvoir central. Il pense, en outre, que cela aurait des impacts sur l’unité et le fihavanana malgaches. La députée Hanitra Razafimanantsoa a aussi abondé dans ce sens. Sans parler de la souveraineté nationale. Faut-il rappeler que l’ancien président Marc Ravalomanana, les députés et les conseillers municipaux issus du TIM ont déposé des requêtes auprès du Conseil d’Etat le 24 juin dernier pour contester la construction du Colisée dans l’enceinte du Palais de la Reine. Toujours sur ce sujet, le comité des descendants d’Andriamanjaka ont aussi élevé le ton tout récemment, et ce, à l’instar des Andriana merina.

Recueillis par Dominique R.

Ino Vaovao0 partages

ASA MAMOAFADY : Vehivavy valo nofitahina sy noterena hivaro-tena amin’ny aterineto

Ankoatra ny herisetra mahazo ireo zaza dia ireo tanora mitady asa indray no atao fitadiavam-bola sy alaina am-pitaka mba hivaro-tena amin’ny aterineto. Efa nisy teo aloha teo ireo olona voasambotra teto an-drenivohitra momba ity raharaha ity, dia nisy olona hafa indray tratra sy efa nidoboka am-ponja ankehitriny. 

Araka ny tatitra avy amin’ny Polisim-pirenena, omaly, vehivavy miisa telo no voasambotra teny Ambatomaro ny faha 14 oktobra lasa teo noho izy ireo tompon’antoka tamin’ny fampiasana sy fanerena ireo vehivavy miisa valo hivaro-tena. Olona tsara sitrapo no nahatsikaritra ny zava-nisy, ka nanome vaovao ny Polisy ary nosokafana avy hatrany ny fanadihadiana. 

Fantatra tamin’izany fa ankizy nitady asa izay avy any Ambalavao, Ambositra ary Tsiroanomandidy ireo vehivavy miisa valo, 18 taona ka hatramin’ny 24 taona ny salan-taonan’izy ireo. Rehefa tonga teto Antananarivo anefa dia asa mamoafady no nomen’ireo telo vavy nanafatra azy ireo. Nanaiky tsy fidiny ireo vehivavy ireo satria tsy nisy na saran-dalana aza hiverenana hody, manginy fotsiny ny fampijaliana nahazo azy ireo, toy ny tsy fahazoana mivoaka ny trano ka dia nihafiana aloha. 

Teny Ambatomaro sy Andranomena araka izany ny toerana nanaovana ny asa ka teratany vahiny amin’ny aterineto no mpanjifa, andefasana ny sary sy horonantsary mamoafady isan’andro. Raha ny fanazavana ihany dia noterena izy valo vavy ireo hanao io asa mamoafady io.

Efa nadoboka am-ponja moa ireo telo vavy tompon’antoka tamin’ity raharaha ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRABE : Zaza menavava nipitika teny ambony posy bisikileta namoy ny ainy

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia posy bisikileta na “cyclo-pousse” no tra-doza ka zaza menavava iray vao telo volana monja no namoy ny ainy tamin’izany. 

Nidina ny lalan’ny Voirie hihazo ny orinasa Star, mankany Betafo iny no niseho ny loza, raha toa ka voalaza fa nandeha mafy ilay mpitari-posy, hoy ireo nahita maso ny trangan-doza. Efa midina sy mitsotsorika ny lalana no mbola nandeha mafy ny mpamily, hany ka nipitika avy eny ambony posy bisikileta ilay renim-pianakaviana niaraka tamin’ny zanany kely. Nindaosin’ny fahafatesana ny zazakely na dia efa nifamonjena tany amin’ny tobim-pahasalamana aza ; ny reniny kosa naratra saingy avotra soa aman-tsara ihany. 

Manoloana ny fisavoritahan’ny fifamoivoizana vokatry ny fahabetsahan’ny posy ihany koa, izay anisany mahabetsaka ny loza dia manao antso avo amin’ny tompon’andraikitry ny kaominina Antsirabe mba hametraka fandaminana ny mponina. 

“Maro loatra, hoy izy, ireo posy mifanaretsaka eran’ny tanàna, ao anefa ireo tsy mahavoafehy akory ny fifamoivoizana”. Lalana misy fidinam-be toy ny eny amin’ny Voirie, Andranomafana, faramasia Vakinankaratra moa no tena ahitana loza matetika ao an-toerana ka matahotra ireo mponina ary mangataka fandraisan’andraikitra hentitra ankehitriny, hisorohana ny loza amoizana aina tahaka izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA FIARAKODIA ANTSIRANANA : Entanina ireo manana fiara hanatona ny ivon-toerana

Araka ny voalaza hatrany dia heverina fa hanampy amin’ny fahafantarana amin’ny kojakoja hosoloina ny fanatanterahana izany ary koa manampy amin’ny antontan-taratasy ilaina amin’ny fampiasana fiara. Raha ny aty Antsiranana manokana no resahina dia tsy vitsy ireo mampiasa fiara no tsy mazoto manao fitsirihana fiarakodia, indrindra ireo manao asa fitaterana. Araka ny fanadihadiana natao dia fantatra fa mifampiankina ny asa eo anivon’ny sampan-draharahan’ ny hetra sy ny ivon-toerana fitsirihana fiarakodia. Izany dia anisany mampihena ireo fiara fitaterana ny manao fitsirihana satria araka ny fantatra dia tsy mandray ireo fiara mbola tsy nahaloa hetra ny eo anivon’ny fitsirihana fiarakodia.

Araka ny nambaran’ny mpamily fiarakaretsaka iray tafaresaka taminay dia andrasana amam-bolana vitsivitsy ny fahazoana fahazoan-dana na licence, nefa tsy afaka mandoa hetra raha tsy manana karatra «  licence  » ary ny fitsirihana ara-teknika koa tsy misy karatra hetra, nefa ireto farany tsy mitsahatra manao hetsika mikasika ny fiara tsy vita fitsirihana ary giazina amin’izao. 

Ny ankamaroan’ireo manao fiarakaretsaka dia manenjika ny mandoa trosa ka voatery mampiasa amin’ny tsy ara-dalàna noho ny fisian’ny fifampiankinana ataon’ireo sampan-draharaha voalaza eo ambony ireo. Tsy mitsahatra ny manao fanentanana ny eo anivon’ny fitsirihana fiarakodia, mba hiarovana amin’ny loza mety hitranga vokatry ny tsy fahatomombanan’ny fiara.

Voarara ny fampiasana «  lampe led  » amin ny fiara  

Lasa lamaody tafara tato izay ny fampiasan’ireo fiara ny «  lampe led  », ireny jiro mazava be ireny. Indrindra ireo fiara mpitatitra manao zotra nasionaly sy rezionaly no tsikaritra efa maro no mampiasa izany, ankehitriny.

Fantatra fa noho ny lalana ratsy no ampiasan’ireo mpitatitra izany. Nanambara hatrany ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fitsirihana fiarakodia fa voarara ny lalàna ny fampiasana azy ireny izay voalaza fa miteraka lozam-pifamoivoizana indrindra an-tanàn-dehibe.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

KITRA-FANOMANANA NY LALAO ANY ABIDJAN : Nihaona tamin’ny Minisitra Tinoka Roberto ny mpanazatra

Laha-dinika nandritra izany ny fanamafisana ireo asa efa niarahana hatramin’izay herinandro maro lasa izay. Tafiditra tao anatiny koa ny mahakasika ny fiatrehana ny tohin’ny fifaninanana hiatrehana ny CAN 2021. Tapaka nandritra an’ity fihaonana ity ny fanatanterahana ireo fihaonana indroa miantoana amin-dry zareo Ivoarianina izay hotanterahina amin’ny faha 12 novambra, lalao mandroso any Abidjan sy 17 novambra 2020, hanatanterahana ny lalao miverina hotontosaina ao amin’ny Kianja Barikadimy Toamasina, araka ny fandaharam-potoana navoakan’ny CAF. Nanome toky ny Minisitra nandritra ny tafa nifanaovan’ny roa tonta fa tsy hamela ny ekipam-pirenena Barea handeha irery tsy hisy mpiahy.

Hanohana amin’ny fomba rehetra ary ho eo akaikin’ny tanora sy hampiroborobo ny fanatanjahantena hatrany ny fanamby napetraky ny Fitondrana ankehitriny ary tsy miala amin’izay ny Minisitera, hoy ny Minisitra. Tsiahivina fa raikitra soa aman-tsara ny lalao eo amin’ny Elefanta sy ny Barea any Abidjan ny 12 novambra izao. Efa namoaka izany tamin’ny fomba ofisialy ny Federasiona Ivoarianina. Amin’ny 10 ora alina eto Madagasikara no hanomboka ity lalao mandroso ity ary mpitsara Toniziana efatra mirahalahy no hiara-hisalahy amin’ny fitsarana ny lalao. Ho an’ny Ivoarianina, ho mafy tanteraka ny fanohanany ny ekipam-pireneny satria efa namoaka fanambaràna ny federasiona any an-toerana fa tsy hisy vidim-pidirana mandritra ity lalao ity.

Adikan’ny mpitia kitra ho fahatahorana mafy ny ekipam-pirenena malagasy moa ity fihetsiky ny Ivoarianina ity kanefa koa heverin’ny mpanara-baovao hafa ho pi-maso ataon’ny Fitondram-panjakana any an-toerana entina hanalefahana ny krizy mamaivay ara-politika misy any an-toerana amin’izao fotoana. Voalaza moa fa ho avy hanatrika ny lalao ny Filoha Ivoarianina, Alassane Oattara, mandritra ity lalao mandroso ity.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY SIDA : Mijery ifotony ny ady atao eto Mahajanga ny komity nasionaly

Nampahafantatra ny hetsika ataony eto Mahajanga izy ireo  : hitety tobim-pahasalamana mandritra ny roa andro, hijery ny fanatanterahana eny ifotony ny ady amin’ny VIH/SIDA. Hanao atrikasa roa andro aorian’izay, handrefesana ny asa vita sy hamaritana ny ezaka hotratrarina manaraka.

Nankahery azy ireo ny Governora satria ilaina, hoy izy, ny mampahatsiahy ny olona fa mbola misy io tsimokaretina io eto amintsika mandraka ankehitriny.

Olona miisa 600 eo no mitondra ny tsimokaretina VIH/SIDA eto Boeny raha ny fanisana farany. Somary nangina ny fanentanana ny ady amin’ny VIH/SIDA tato ho ato, hoy ny Sekretera mpanatanteraka, satria naompana any amin’ny fitsaboana ireo marary ny ampahany betsaka amin’ny tetibola.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Nijery ny fiaraha-miasa vita sy ny mbola hatao ny masoivohon’i Frantsa

Niara-dia taminy ny mpanolotsainy sy ny Consul honoraire de France eto Mahajanga. Nandray azy ireo niaraka tamin’Andriantomanga Mokhtar, Governoran’i Boeny, tao amin’ny birao fiasany eny Ampisikina kosa  Ravelomahay Lahiniaina Prefen’i Mahajanga sy Ravelomanantsoa Emilson, ben’ny tanànan’i Mahajanga mpisolo toerana.

Niompana tamin’ izay mety ho fiaraha-miasa azo tanterahina ny fihaonana, ankoatra izay efa misy, eo amin’i Frantsa sy ny Faritra Boeny ary ny Kaominina ambonivohitr’i Mahajanga. Koa satria ny fiompiana sy ny fambolena no hatao fanoitry ny fampandrosoana eto amin’ny Faritra Boeny ankehitriny, dia nanantitrantitra ny Governora  ny amin’ny tokony hiompanan’izay fiaraha-miasa izay, eo amin’ireo sehatra roa ireo.

Navohitra ihany koa ny hivelaran’ny fiaraha-miasa manokana amin’ny nosy Mayotte noho izy departemanta frantsay, izay tsy lavitra an’i Mahajanga. Maro, hoy ity Ambasadaoro ity, ny fiaraha-miasa efa misy eo amin’i Frantsa sy Mahajanga manokana, ka hojerena izay mbola azo tanterahina hanamafisana izany arakaraka ny laharam-pahamehana.

Ny ben’ny tanàna mpisolo toerana kosa dia nilazalaza momba ireo fiaraha-miasa efa misy amin’i Frantsa amin’ny alalan’ny Gescod sy ny tanànan’i Mahajanga. Anisan’izany ny fanavaozana ireo tsena lehibe miisa telo izay novatsian’ny AFD vola dia ny tsenan’i Marolaka, Tsaramandroso sy Mahabibo.  Tao ihany koa ny fametrahana ny fandoavan-ketra  amin’ny alalan’ny finday. Ny fanomezana ireo fiarabe entina hanalana fako….

Noresahina ihany koa ny momba ny Maison Eiffel sy ny bazary be izay nangatahana ny fanampian’i Frantsa ny fanatsarana azy. Ankoatra izay dia nentina nitsidika ireo tetikasa sy fotodrafitrasa vatsian’ny AFD sy ireo mpiara-miombon’ antoka amin’ny kaominina Mahajanga toy ny tanànan’i Mulhouse, Hochfelden, Alsace ny ambasadaoran’i Frantsa. Nisy atrikasa niarahan’ ny kaominina sy ny Gescod ary ny ambasadaoro moa tao amin’ny ‘Voirie’ Analakely nijerena ireo tetikasa mbola itadiavana famatsiam-bola. Taorian’izay dia nitsidika ny bazarin’i Marolaka izy ireo ary naseho ity vahiny manan-kaja ity ny fomba fandoavan -ketra amin’ny alalan’ny finday, ny alarobia teo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

GOVERNORAN’I BOENY : Mampitandrina ny mpiasam-panjakana mamilafila amin’ny fanaovany ny asany

Araka ny fanazavany dia antsoin’io  mpiasam-panjakana io  ireo olona tompon’ny  tsenam-baro-panjakana ao amin’ny Faritra, lazaina fa misy taratasy tsy ampy ilay olona tompon’ny «  marché  » nefa rehefa jerena dia ao ihany ilay taratasy. Antsoina fanindroany  indray lazaina fa misy tarehimarika diso, dia ahitsy iny. Tsy mbola vita anefa fa antsoina fanintelony indray dia asainy mitondra «  cachet dateur  » sy «  encreur  ». Inona marina no tanjon’io olona io  ? hoy hatrany ny governor nametra-panontaniana. 

“Mampalahelo, hoy izy, fa mpandraharaha vao mivoaka ny fihibohana tsy niasa nandritra ny volana maro no ampifilafilaina rehefa maka ny volany nefa misy amin’ireo nitrosa nahafahany niasa”. “Maninona, hoy hatrany ny governora, no tsy lazaina mialoha daholo ny tsy ampy rehetra fa avezivezy ny mpandraharaha  ? Raha misy tsy mety dia tokony holazaina indray mandeha fa tsy avezivezy ny olona. Vao manomboka miasa ny olona izao”. Raha tara ny fandoavana ny volany mety misy olana amin’ny banky ny mpandraharaha, tsy afaka hampiasa “chequier” intsony ireo olona ireo. 

Tsenam-barotry ny governora no simbain’io mpiasam-panjakana io, hoy hatrany ny governora, ka lasa tsy hatokisan’ireo mpandraharaha intsony. Mialoha ny nanaovana ny tsenam-barotry ny Faritra, hoy izy, dia efa nampitandrina ireo mpandraharaha izahay amin’ny kalitaon’ny asa. Nilaza izy ireo tamin’izany fa ny fomba fiasa akana ny ‘moins-disant’ no mahatonga ny kalitao ratsy satria ahena ny fandaniana ka ny asa no tsy vita ara-dalàna. Niaraha-nanaiky fa tsy ny ‘moins disants’ fa ny ‘mieux disant’. Misy ny entana nilain’ny governoria toy ny fitaovana ao amin’ny birao sy fitaovana momba ny «  informatique  » efa azo ary efa ampiasaina, hoy hatrany ny fanazavany, nefa taraiky ny fandoavana ny volan’ireo mpandraharaha ireo.  Tsy mora, hoy izy, ny fakana ny fahatokisan’ny mpandraharaha. Notsiahiviny fa tamin’izy tonga tao amin’ny kaominina ka nanao tolo-barotra dia orinasa iray ihany no namaly ny antso. 

Rehefa nanontaniana moa ny antony dia ny tsy fahatokisan’ny mpandraharaha ny kaominina voasokajy ho tsy mpandoa trosa satria tsy manam-bola. Asa be ny nanarina izany, hoy izy, ka raha afaka telo na efa-bolana vao hivoaka ny volan’ny mpandraharaha dia ny governoria tsy atokisan’ny olona intsony, ny asan’ny mpandraharaha vao nivoaka fihibohana ho simba.  Nahafaly ny mpandraharaha maro, indrindra ireo misehatra amin’ny tsenam-barotry ny Fanjakana ity fanambaràna sy fampitandremana nataon’ny governora ity, fa ho hita eo ny tohiny, raha hanaraka na tsia ny olona iantefany.

Vanessa

La Vérité0 partages

Côte d’Ivoire – Madagascar - Le match à huis clos

La décision définitive tant attendue de la Confédération africaine de football vient de tomber. L’instance africaine du ballon rond souhaite que le match entre Ivoiriens et Malagasy se joue à huis clos à cause de la pandémie de Covid-19. Et ce suite à un courrier que la Fédération ivoirienne de football (FIF) a envoyé  à la CAF pour laisser les supporters assister à cette fête du football pour marquer l’inauguration du Stade Olympique Alassane Ouattara d'Ebimpe-Anyama dont l’entrée a été même annoncée gratuite pour tous les spectateurs arrivant avec un ticket.

 

La Confédération africaine de football (CAF) a réuni, le mercredi 4 novembre 2020, en webinaire, les Officiers nationaux de sécurité et sûreté (ONSS) des associations membres. Durant la visioconférence, les ONSS de chaque Fédération ont été informés et formés sur le nouveau protocole de sûreté et de sécurité imposé en vue de lutter contre l’expansion de la pandémie de Covid-19 et visant à encadrer la reprise des matches des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Total Cameroun 2021.

« Au total, une soixantaine d’Officiers nationaux de sécurité et d’officiers de sécurité de la CAF ont pris part aux travaux, soucieux de savoir comment sera respecté le protocole sécuritaire dans le cadre de ces matches internationaux. La Confédération africaine de football recommande que les matches de la 3ème et 4ème journées des éliminatoires de la CAN se jouent "à huis clos sans spectateurs". Cette mesure intervient dans une volonté de "renforcer les dispositifs de sécurité », explique-t-on dans un communiqué de presse de la CAF.

 Les ONSS recevront un protocole détaillé, spécifique à chaque match, qui les guidera durant les différentes étapes de l’organisation des rencontres prévues du 9 au 17 novembre 2020.

A rappeler que la double confrontation entre Madagascar et la Côte d'Ivoire est prévue le jeudi 13 novembre à Abidjan et le mardi 17 novembre à Toamasina.

Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Violence basée sur le genre - Durcissement de la politique pénale

Le ministère de la Justice va durcir la politique pénale en matière de violence basée sur le genre (VGB). Des instructions strictes et précises ont été diligentées aux magistrats du ministère public qui sont soumis au principe de la subordination hiérarchique.

 

Les viols sur des mineurs et qui se sont soldés par la mort des victimes ont secoué la société malagasy ces derniers temps. En effet, cela a suscité l'indignation générale d'autant plus que le phénomène a été amplifié sur les réseaux sociaux. Et chaque citoyen, qui se sentait concerné un tant soit peu par ces agressions mortelles, a exigé un renforcement des peines.

Cette situation n'a pas laissé le ministère de la Justice indifférent. Il envisage actuellement de durcir la politique pénale en matière de violence basée sur le genre. C'est ce qu'à fait savoir, hier, le directeur général de l'administration judiciaire, des réformes et des études, Salohy Norotiana Randrianarisoa, lors d'une conférence de presse à la bibliothèque du ministère à Faravohitra.

Les magistrats du ministère public sont concernés par ce durcissement de la politique pénale en matière de VBG. Ils sont en effet soumis au principe de la subordination hiérarchique contrairement aux magistrats du siège qui sont totalement indépendant. Le ministère entend lancer un message fort à l'endroit de l'opinion publique qu'il n'y a aucune infraction qui demeure impuni.

Le directeur général incite fortement les magistrats du ministère public à « donner suite aux plaintes et dénonciations d'un acte de VBG dès lors qu'il existe des motifs raisonnables laissant croire que l'acte a été commis et ce, même si la victime a retiré sa plainte » ; « à placer sous mandat de dépôt ou requérir le placement sous MD de toute personne déférée au Parquet pour ces infractions, en cas de charge suffisante ».

Et d'ajouter que ces magistrats doivent « s'opposer à toute demande de mise en liberté provisoire si les faits paraissent établis », de « requérir à l'audience des peines fermes et sévères chaque fois que les faits sont établis », et enfin « d'interjeter appel contre les décisions non conformes aux réquisitions ».

Ce durcissement de la politique pénale constitue un message fort à l'endroit de ceux qui seraient tentés de commettre des VBG. Le directeur général a d'ailleurs rappelé qu'un viol commis à l'encontre d'un mineur moins de 15 ans est passible d'une peine privative de liberté allant de 5 à 20 ans et à des travaux forcés. Les autres viols, qualifiés de grand correctionnel sont passibles d'une peine de prison de 5 à 10 avec amendes.

La non-dénonciation des VBG constitue également une infraction rappelle le directeur général. Les auteurs de la non-dénonciation sont passibles d'une peine de 1 mois à 3 ans de prison avec amendes. L'objectif étant de susciter un élan populaire pour lutter contre la VBG puisque ce n'est pas la seule affaire du système judiciaire.

La Vérité0 partages

Inauguration du Rovan'i Madagasikara - Le Président Andry Rajoelina rétablit une première page d'histoire

6 novembre 1995 - 6 novembre 2025. La date d'hier est à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire de Madagascar car consacrée à l'inauguration du palais de la Reine qui porte désormais l'appellation de « Rovan'i Madagasikara » ainsi que le palais de Besakana. Une nouvelle promesse tenue pour le Président Andry Rajoelina qui, dans l'ensemble de son discours à cette occasion hier, n'a cessé de souligner l'importance d'un tel évènement pour le pays. « Nous allons rétablir », a clamé haut et fort le Chef de l'Etat devant une assistance composée d'Ampanjaka, de Sojabe, de Tangalamena, de descendants d'Andriana, ainsi que des représentants de différentes autorités d'Antananarivo. Parmi les invités figuraient également l'ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard.

 

Dans un bref rappel d'histoire, le numéro un du pays a retracé les étapes clés dans l'histoire notamment le début de la colonisation en 1895 conduisant à la perte de notre souveraineté. Madagascar avait alors levé le drapeau blanc, signe de défaite. Le 5 novembre 1910, le couronnement du dais royal de la Reine Ranavalona III a été exposé comme une sorte de trophée de guerre au musée des Armées à Paris. 110 ans après, les autorités malagasy ont pu récupérer cette pièce hautement symbolique.

Aujourd'hui, le Rova de Manjakamiadana renaît aussi de ses cendres. Le numéro un de l'Exécutif a profité de l'occasion pour lancer un message d'unité à l'endroit de tous les Malagasy. « Gardons tout ce qui nous unit et laissons ce qui nous divise », a déclaré le Président de la République car Madagascar a été créé en une seule île. L'unique objectif est donc le développement.

Une fierté nationale retrouvée

Ce fut aussi l'occasion pour l'homme fort du pays d'expliquer que toutes les procédures aussi bien du point de vue historique, hiérarchique, culturel et coutumier ont été suivies à la lettre dans la réalisation de ce grand chantier. « Le Palais remis à son état original que ce soit pour l'architecture, l'aspect extérieur, ainsi que la décoration », assure encore le Président avant d'ajouter que « nous avons bâti et rénové sans avoir détruit. Nous n'avons pris aucune seule brique mais avons rétabli l'histoire du pays. Malgré les obstacles et les bâtons dans les roues, le destin a été plus fort que tout ». Il n'a pas manqué de lancer un vibrant appel en vue de protéger ce monument historique et rehausser l'identité nationale.

Parlant toujours de fierté nationale, le Président a souligné que le financement des travaux relève des fonds propres de l'Etat malagasy. Si la durée des travaux était initialement prévue s'étendre sur

3 ans, le chantier a finalement pu être achevée en un an et demi.

En réponse aux requêtes des descendants des rois, le Président a promis de tout mettre en œuvre en vue de la restitution des ossements du crâne du roi Toera du Sakalavan'i Menabe qui fut décapité en 1879 ou encore celui du prince Ratsimamanga qui sont gardés dans un musée à Paris. Une annonce qui n'a pas manqué de laisser les descendants de ces défuntes personnalités en émoi.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Manjakamiadana et Besakana - Cérémonie sous le signe de l’unité nationale

Hier en fin de matinée, le Palais de Manjakamiadana et le Palais de Besakana nouvellement réhabilités ont été officiellement investis par le Président de la République de Madagascar. Cette cérémonie en grande pompe, qui a eu lieu sur le parvis du Rova de Madagasikara, sur les hauteurs de la Ville des Mille, a été marquée par une large représentation nationale. Quelques centaines d’invités ont fait le déplacement et étaient présentes pour l’occasion.  En plus des notables et des membres des familles royales venus de toutes les Régions de l’île, les chefs d’Institution, les membres du Gouvernement, les représentants du corps diplomatique, des élus et de nombreuses personnes de bonne volonté ont également assisté à cette cérémonie d’inauguration au sein de l’Anatirova, conduite par le Président de la République et son épouse.

Pour les analystes, la présence de nombreux invités illustre l’unité nationale matérialisée dans le cadre de cette cérémonie. Face à cette assistance d’exception, le nouveau Président a réaffirmé que la diversité devrait amener vers le développement. Il appelle ainsi à la solidarité et à l’union nationale. Il annonce que l’Anatirova se fera désormais appeler « Rovan’i Madagasikara ». Il dit que ce Rova sera le symbole de l’Union nationale et la réalisation des promesses faites. Une manière pour lui de réaffirmer l’appartenance de ce symbole de la souveraineté nationale à l’entièreté de la population malagasy.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Symbole fort

Le Palais de la Reine renaît de ses cendres. Au propre comme au figuré, le régime Rajoelina Andry ressuscite d'entre les morts l'Anatirova qui revit de ses lustres d'antan. Le Président de la République de Madagasikara, Rajoelina Andry Nirina, procéda dans la journée d'hier vendredi 5 novembre à l'inauguration du Palais de Manjakamiadana et celui de Besakana à Anatirova entièrement réhabilités et rénovés. Vingt-cinq ans après, jour pour jour, de l'incendie grave qui l'avait totalement détruit, le Palais est reconstruit en totalité suivant scrupuleusement les protocoles et les normes d'avant le feu.

Et cerise sur le gâteau, le couronnement du dais, le symbole de la royauté, visible au moment de chaque apparition publique de la Reine Ranavalona III, retrouve sa place 123 ans après. Enlevé de force et emporté en France à titre de « butin de guerre » et exposé au musée des Armées à Paris, il rentre au pays. Le ministère malagasy de la Culture entamait des démarches auprès de son homologue français de la Défense afin de restituer cet « objet » de valeur morale et culturelle de haute importance à Madagasikara. Une lettre officielle dans ce sens signée au nom du Président malagasy  fut adressée à son homologue français. A l'issue d'un dialogue franc entre les deux parties, la France donne son accord à restituer à la République Malagasy le couronnement du dais de la Reine Ranavalona III.

Le Palais de Manjakamiadana, à Anatirova Antananarivo, ravagé complètement par le feu le 6 novembre 1995, dut attendre vingt-cinq longues années pour revivre sa lettre de noblesse.  Que des promesses ! Que des engagements ! Que de belles paroles sans! Au final, niet ! Les travaux n'ont jamais pu commencer. Et si, par hasard, c'était le cas, ils s'arrêtaient à peine démarrés. Le Maire Guy Willy Razanamasy, le premier magistrat de la Ville des Mille, au moment des faits, avait beau lancer un appel pour une levée de fonds mais on ne savait pas exactement l'aboutissement de la démarche. D'autres initiatives allaient avoir lieu, seulement il semblait que tout se termine en queue de poisson. Sur le plan national, la Haute Autorité de l'Etat (HAT) ne paraissait pas trop enthousiaste à entreprendre des actions afin de réhabiliter le Palais. D'ailleurs, tous les régimes qui se sont succédé n'ont pas daigné mettre en œuvre des programmes pour redresser ce symbole fort de la souveraineté nationale. Il fallait attendre l'avènement au pouvoir d'un jeune visionnaire et courageux pour que l'Anatirova renaisse de nouveau. En fait, c'est une « nouvelle naissance » effective, selon les termes de Lalatiana Andriantongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC), l'artisan par excellence du retour « An-tanindrazana » de ce précieux objet, le couronnement du dais, l'une des pièces maîtresses de la dignité royale. Rajoelina Andry, foncièrement jaloux de la dignité et de la souveraineté de son pays, ne transige quand il s'agit de redonner à la Nation la valeur de son identité.

En cette journée mémorable du 6 novembre 2020, inscrite en lettre d'or dans l'Histoire de Madagasikara, le Palais royal de Manjakamiadana fait peau neuve et le couronnement du dais de Ranavalona III remis à sa place, symbole fort de souveraineté nationale, le pays peut se tenir fièrement debout, la tête haute.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Augmentation du droit de douane sur les pâtes alimentaires - Un impact positif aux industries locales

De 7 000 tonnes en 2018 à 21 000 tonnes en 2019. La production locale de pâtes alimentaires a crû significativement en une année. La quantité produite s’est multipliée par trois selon l’Autorité nationale chargée des mesures correctives commerciales (ANMCC). D’après Barthélémy, directeur général dudit département, ce résultat vient de la mise en place des mesures de sauvegarde adoptées il y a deux ans. Rappelons que les industries locales ont subi une concurrence déloyale à cause des produits importés. Ce qui a réduit considérablement leur part de marché. Suite aux plaintes des opérateurs nationaux, l’ANMCC a ajouté un droit de douane additionnel de 30 % sur ce produit agroalimentaire.

« Cette mesure a permis de redonner vie aux industries locales et de promouvoir l’investissement. Pour les pâtes alimentaires, les produits importés comme Panzani et Illico sont désormais fabriqués sur notre territoire. Quatres autres industries de pâtes alimentaires sont maintenant en cours d’installation. On craint souvent que les producteurs nationaux n’arriveront pas à répondre aux besoins de la population. Mais au contraire, nous avons constaté une hausse de leur production. La quantité produite est passée de 7 000 tonnes en 2018 à 21 000 tonnes en 2019. La quantité de produits importés a diminué en ce sens. Six mois seulement après l’adoption des mesures de sauvegarde, l’importation de pâtes passe de 45 000 tonnes à 30 000 tonnes, soit une diminution de 15 000 tonnes », annonce le DG, hier, lors d’une entrevue à Antanimena.

Libéralisation progressive

 Comme le souligne les lois régissant les mesures de sauvegarde, les droits de douane additionnels diminuent au fil des années. Les autorités passent à la libéralisation progressive pendant quatre ans. « Ces droits de douane additionnels sont en baisse au fil du temps. Nous sommes actuellement à la deuxieme année. Pour les pâtes alimentaires, le taux s’élève à 29 % s’il était initialement fixé à 30 %. Nous avons toutefois arrivé à une entente avec les gros importateurs comme l’Egypte et l’île Maurice. Ces derniers bénéficient d’un contingent tarifaire, c'est-à-dire qu’ils ont droit à un quota de 10 000 tonnes sans droit additionnel. Outre les pâtes, cette disposition concerne également les couvertures dont le droit de douane additionnel est de l’ordre de 38 % s’il était auparavant de 41 %. Pour les détergents en poudre, le droit additionnel est sous forme de valeur. Le montant taxé est de 950 ariary par kilo s’il était de1 000 ariary auparavant », détaille Barthélémy.

Afin de mieux connaître les enjeux socio-économiques des mesures correctives commerciales à Madagascar, l’ANMCC organise une table ronde la semaine prochaine au Pavé, Antaninarenina. Toutes les parties prenantes exposeront les impacts des mesures sur leur activité que ce soit l’Administration publique, l’association des consommateurs, les importateurs ou les industries nationales.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Baolai - Nouvel arrivage en vue des fêtes de fin d’année

Déjà un parfum de réjouissances dans l’air ! Avec les fêtes de fin d’année qui approchent à grands pas, les appareils électroménagers sont très prisés par le public dans le pays. Dans ce contexte, la société Baolai renouvelle ses offres. « Un nouvel arrivage d’articles de premier choix est disponible, il y en a pour tous les goûts et tous les types de budget », d’après un responsable. En effet, une diversité de bons appareils neufs sont visibles dans tous les show- rooms, notamment des climatiseurs portatifs, Smart Tv de 100" (garantie 1 an), machines à laver, stabilisateurs, subwoofers, réfrigérateurs, Smartphones, divers Smart TV et téléviseurs LED disponibles entre 19 et 75" - tous garantis 1 an, synthétiseurs, fours à micro-ondes, amplificateurs, etc.

 

Pour plus de renseignements, la page Facebook de Baolai est toujours disponible. Les clients peuvent également appeler le 033 37 968 88 pendant les heures de bureau. Les points de vente de la société se trouvent au Bazar Be Toamasina, à Soarano en face de la Mairie du 1er Arrondissement, à l’immeuble SEG en face de l’EPP Soarano ainsi qu’à Analakely, notamment en face du siège de la CUA (à côté de l’arrêt bus 137), sur l’avenue de l’Indépendance, en face de l’EPP. Quand la nouveauté est associée au bon prix, toutes les conditions sont réunies au grand bonheur de tous les amateurs de produits « High tech ». 

La Vérité0 partages

Eglise luthérienne de Madagascar - Le pasteur Denis Rakotozafy élu nouveau président

Sept candidats ont été en lice pour la nouvelle présidence de l’Eglise luthérienne de Madagascar (FLM) dont le scrutin est arrivé jusqu’au quatrième tour. Ayant obtenu 320 voix c’est-à-dire le 2/3 des suffrages exprimés, le pasteur Rakotozafy Denis est élu 6ème président de la FLM. Ce dernier n’est autre que le vice-président du synode régional d’Antananarivo et officie à l’église FLM Fiadanana Ararata Tanjombato.

 

Le pasteur Denis Rakotozafy sera ainsi le représentant de la FLM au sein du Conseil œcuménique de l’Eglise chrétienne de Madagascar (FFKM). Bien que sa victoire ait été nette dès le premier tour avec 263 voix sur 489, il a fallu que les deux autres candidats, lui et le président par intérim Octave Benil Randriankaja, qui ont obtenu le plus grand nombre de voix, débattent jusqu’au quatrième tour.

En effet, selon le règlement interne de l’Eglise, le candidat doit obtenir les 2/3 des suffrages des membres présents, avant d’être déclaré officiellement président.

Tous ceux qui remplissent les critères ont pu participer à l’élection, c’est-à-dire être âgé de plus de 40 ans et ayant dix ans d’ancienneté en tant que pasteur au sein de l’Eglise luthérienne. Parmi les candidats qui y ont donc participé, on peut citer entre autres le pasteur Olivier Randrianjaka, enseignant à l’Ecole supérieure luthérienne de théologie (SALT) à Fianarantsoa, Jean de Dieu Rafalimanana, Audace Ratefiarivony.

L’élection s’est tenue jeudi dernier, lors du deuxième jour de la réunion du 23ème Comité du grand synode qui a lieu à la cathédrale de Tsaramandroso, Mahajanga du 4 au 8 novembre.

Le pasteur docteur Denis Rakotozafy est âgé de 53 ans. Il s’avère le plus jeune président de l’Eglise luthérienne de Madagascar. Il a été consacré pasteur en 1998 et a travaillé au sein de la FLM Mangalaza, Antananarivo. Il s’est spécialisé dans la langue anglaise avant de décrocher une bourse d’études de doctorat en théologie du « Lutheran Church of Myssouri Synod ».

Anatra R.

La Vérité0 partages

Tentative de braquage à Namontana - Les six auteurs présumés à Tsiafahy

Après leurs arrestations par les hommes de la Brigade criminelle, les 2 et 3 novembre derniers à Namontana, les six présumés membres d'un réseau de malfaiteurs impliqués dans une tentative d'attaque armée dans ce quartier, furent déférés au Parquet, hier.  Après cette procédure, qui s'est terminée vers la fin de l'après-midi à Anosy, tous les suspects furent par la suite placés sous mandat de dépôt à la prison de Tsiafahy.

 

Ainsi s'est terminé le funeste projet de ces individus dangereux et équipés d'armes de guerre. En effet, la Police, au moment du coup de filet, a confisqué le sac contenant un fusil d'assaut AK47, de cinq boîtiers de chargeurs, ainsi que deux lampes de poche.

Tout a démarré le soir du 2 novembre dernier lorsque des indicateurs anonymes ont informé la Brigade criminelle sur la présence de sept individus suspects qui étaient en train de rôder dans le quartier de Namontana. Un renseignement, à leur sujet, a indiqué qu'ils s'apprêtaient à prendre d'assaut un cash point sis dans le secteur du marché. Rapidement, les Forces de l'ordre sont sur place, histoire de vérifier mais aussi procéder à l'arrestation des concernés. C'était dans ces circonstances que quatre d'entre ces derniers furent cueillis sur place, et pas les mains vides. Ils avaient deux fusils ainsi que des munitions sur eux. Par ailleurs, trois autres ont réussi à s'échapper. L'enquête menée par la Brigade criminelle a repris le lendemain même.  L'un des fugitifs de la veille fut appréhendé à Ambohijanahary Ambohibao. Interrogé, ce dernier a indiqué à la Police que son acolyte se planque à Mahamasina. Effectivement, le suspect était à l'endroit. A son tour, il a fini par révéler avoir caché des armes dont nous venons de mentionner plus haut à Ankaditoho Tsimbazaza. Enfin, la Police a déclaré qu'un gang dangereux, et qui a longtemps semé la terreur dans la Capitale, venait d'être démantelé.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Scolarisation de 300 enfants malagasy - Les enchérisseurs sollicités !

Des séjours gastronomiques, des œuvres d'art, des objets dédicacés, des produits du terroir, des visites VIP, des moments magiques en faveur des enfants défavorisés.  C'est une part de rêve que le grand public pourra s'offrir et un geste d'entraide proposé par l'association « Zazakely sambatra ».

 

A vos portefeuilles ! Parrainée par Christophe Michalak, chef pâtissier français et l'Ecole Masterclass, une vente aux enchères solidaires en ligne sera lancée du 13 au 20 novembre prochain par l'association « Zazakely sambatra » avec Drouot Digital, expert dans l'organisation de ces évènements sur le Net. « Nous assurons la scolarisation de 300 enfants issus de familles défavorisées, âgés à partir de 6 ans jusqu'à leur insertion professionnelle vers 24 ans. La recette obtenue à l'issue de cette vente aux enchères servira à poursuivre les programmes d'éducation des jeunes, de formation des enseignants, d'accompagnement des enfants et leurs familles dans une période de grande fragilité et d'urgence sociale à Madagascar. C'est ainsi que nous sollicitons votre collaboration pour nous appuyer et surtout afin de commémorer le triste anniversaire de la disparition de Véronique sous les balles des terroristes en 2015 », a lancé Stéphane de Bourgies, président de ladite association.

Divers lots offerts par de généreux donateurs de l'association « Zazakely sambatra » sont préparés pour les enchérisseurs. Il s'agit d'un atelier culinaire aux côtés du grand chef Lalaina, une photo du célèbre photographe Pierrot Men, une œuvre originale du peintre Mat Li, le maillot signé du célèbre footballeur de l'équipe des Barea - en la personne de Pascal Razak, un moment musical avec Tom Rochet - le jeune prodige finaliste de « The Voice », un vol Paris - Nosy Be offert par l'agence de voyages Jacaranda de Madagascar ou encore deux places pour le spectacle d'Anne Roumanoff. « La mise à prix est de 10 euros pour l'ensemble des lots. A chaque nouvelle enchère d'un lot, un E-mail est adressé aux personnes intéressées pour leur permettre de réagir. Le lot revient à l'acquéreur qui aura misé le montant le plus élevé à la clôture des enchères, prévue le vendredi 20 novembre à 18h », explique l'association « Zazakely sambatra ».

Il est à noter que ladite vente aux enchères va certainement accélérer le mouvement initié depuis 16 ans afin d'atteindre de nouveaux résultats à l'horizon 2025. Il s'agit de toucher directement 50 000 enfants et jeunes malagasy via des programmes spéciaux et plus de 16 000 personnes issues de différentes familles ou de diverses communautés. Une initiative qui va inspirer des millions de personnes, que ce soit au sein de la société civile, des communautés, des parents ou des entreprises.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Réhabilitation d'Anatirova - Défi relevé par le MCC !

Mission accomplie. 19 mois après la pose de la première pierre, le 11 avril 2019, l'Anatirova est désormais réhabilité. Le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) a pu exécuter comme il se doit la réhabilitation des palais de Besakana et de Manjakamiadana. A cela s'ajoute la restauration d'autres patrimoines du Rova, dont le tombes et l'étable royaux ou encore les murailles et les rochers. « La famille présidentielle a financé la réhabilitation du palais de Besakana. Quant aux autres travaux effectués dans l'Anatirova, le fonds propre du ministère a été dépêché pour s'en assurer », informe Lalatiana Andriatongarivo, numéro Un du MCC. « Les travaux de réhabilitation ont été réalisés en respectant l'Histoire, la culture, le « Fomba malagasy » ainsi que le plan architectural et les mesures de sécurité », ajoute la ministre de tutelle.

 

En fait, l'infrastructure et l'architecture du Palais n'ont pas été touchées mais restent les mêmes que celles lors de la construction à l'époque de la Royauté, en tant que patrimoine national. Mais comme les autres musées, l'intérieur de Manjakamiadana a été modernisé suivant l'époque actuelle. A l'extérieur, le jardin a été aménagé, sans oublier le parking et le guichet. Aussi, les infrastructures de l'Anatirova sont désormais accessibles aux personnes handicapées. Pour éviter un éventuel incendie ou autres incidents, le système de sécurité y a été renforcé, avec l'utilisation des nouvelles technologies. En tout, 380 m3 de palissandre et 258 m3 d'autres bois précieux, collectés dans les quatre coins de l'île, ont été utilisés pour la reconstruction, à en croire le ministre.

Pour la valorisation des patrimoines

Les travaux de réhabilitation de l'Anatirova ont fait l'objet d'une solidarité et d'unité nationale, si l'on tient compte de la grande mobilisation tant des employés que des autorités dans tout Madagascar. Le MCC privilégie la valorisation des patrimoines et sites historiques, à travers les travaux de réhabilitation d'une part et leur restitution, de l'autre. En partenariat avec les Directions régionales de la communication et de la culture, le ministère de tutelle identifie 2 à 3 sites par région à réhabiliter. Les notables et leaders traditionnels participent également à leur identification tandis que le ministère s'occupe de l'arbitrage. Les travaux y afférents ont déjà commencé et vont se poursuivre en 2021, d'après le ministre lors de la réception des travaux de réhabilitation du Tribunal d'Ambatondrafandrana, en octobre dernier. Quant à la restitution, le retour du couronnement du dais royal de Ranavalona III n'est que le début.

Par ailleurs, les enfants et jeunes ont été au devant de la scène hier, durant la cérémonie d'inauguration du Rova. C'était également le cas la veille, avec les shows et animations culturelles avec leur participation massive. « Dès leur plus jeune âge, l'esprit d'appartenance et de préservation des patrimoines devrait être inculqué aux enfants, tout comme le patriotisme et la fierté nationale. Le ministère dispose d'un programme pour ce faire, dont la visite des sites historiques », avance la ministre Lalatiana Andriatongarivo. A travers les musiques, chants et danses, les richesses culturelles des 6 Provinces de Madagascar ont été mises en exergue hier. Un spectacle riche en créativité et en émotions.

P.R.  

Midi Madagasikara0 partages

RN35 : Un mort et cinq blessés dans un accident avec un camion

Cet accident le confirme de nouveau, certaines personnes semblent se croire au-dessus de la loi et pensent avoir la possibilité d’agir à leur guise dans l’exercice de leurs fonctions. Sur la RN35, le 3 novembre dernier vers 17 heures 30, un camion de marque Mercedes Benz s’est renversé dans un ravin après avoir fait une sortie de route au niveau d’un hameau appelé Bemasoandro, fokontany Ankilinjara, commune rurale et district de Mahabo (PK 302+600), région Menabe. Le bilan était lourd. Cet accident s’est soldé par la mort d’un homme âgé de 25 ans et cinq autres personnes dont le chauffeur, ont été blessées. Selon l’information, ce poids lourd appartient au dénommé Raleva, ex-député de Morondava, ce dernier a été élu député dans le district de Mahabo lors des dernières élections législatives mais ensuite destitué suite à des affaires douteuses l’accablant. Raison pour laquelle il se trouve actuellement en prison. Le pire est d’entendre que cette fois-ci, il est impliqué dans d’autres infractions, dont le transport illégal de voyageurs si l’on se réfère au nombre des personnes qui étaient à bord de ce camion. En effet, ce véhicule ne devait pas transporter de voyageurs. D’autant plus que le constat effectué par la gendarmerie a révélé que l’accident a été provoqué par une défaillance mécanique du véhicule. Le chauffeur a été arrêté et placé sous mandat de dépôt pour les besoins de l’enquête. Il a cependant eu la possibilité de se soigner auprès du centre de santé de base de deuxième catégorie d’Ankilizato avant son défèrement au tribunal. On attend alors la suite de cette affaire dont l’aboutissement est fort attendu par les habitants de ce district.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Restructuration des Armées : De nouveaux équipements pour encourager les éléments sur le terrain

Lors de la tournée du Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA), le Général Jean Claude Rabenaivoarivelo, il a été constaté que les équipements au niveau de certains camps et régiments sont insuffisants et ne respectent pas les normes. Pour ne citer que le cas des dortoirs militaires, le manque de lits et l’état précaire de ces derniers ont été relevés par le CEMA. Améliorer et équiper convenablement ces dortoirs rentre dans le cadre de la restructuration de l’armée malgache menée par le ministère de la Défense Nationale depuis l’année dernière. En effet, les militaires ont besoin d’un minimum de confort pour mener à bien leurs missions. Ainsi, afin de les soutenir dans leurs efforts pour l’amélioration des conditions de vie dans les campements, le chef d’Etat-Major des Armées a offert des lits et des matelas aux trois États-Majors des Armées, mercredi dernier. Le Centre d’entraînement de Tampoketsa, qui est sous le commandement de l’État-Major de l’Armée de Terre, a pour cela reçu 40 lits et 25 matelas. 100 matelas ont été offerts à l’Etat-Major de l’Armée de Mer, qui seront distribués au Détachement Marine de Mahajanga et de Nosy Be. 100 matelas ont également été attribués à l’Etat-Major de l’Armée de l’Air, qui seront distribués à la Base Aéronavale Ivato (BANI) et à la Base Aéro-tactique Arivonimamo (BATAC). L’Académie Militaire Antsirabe (ACMIL) et le SEMIPI Fianarantsoa (Ecole des enfants de troupes) ont de leur côté reçu chacun 25 matelas. Le Chef d’Etat-Major des Armées, le Général Jean Claude Rabenaivoarivelo , a salué les efforts déjà fournis par les trois États-Majors et a insisté sur le fait de prendre soin les équipements dont ils disposent. Il a également encouragé les militaires à s’entraider pour équiper leurs camps.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Présidentielles américaines : Une attente crispante

L’incertitude qui règne deux jours après la tenue de l’élection présidentielle américaine crée un véritable malaise non seulement aux Etats-Unis, mais dans les pays où l’on suit avec attention ce scrutin. La tendance qui se dessine montre une victoire probable de Joe Biden, mais la volonté de Donald Trump et de ses partisans de contester, par tous les moyens juridiques ou même peu orthodoxe une décision qui est inéluctable, trouble ce jeu démocratique qui devrait être respecté par tous. Si la logique des urnes est respectée, le 46e président des Etats-Unis sera démocrate, mais l’actuel locataire de la Maison Blanche refuse d’accepter un décompte des voix qui est pourtant légal et il fera tout pour que la balance penche en sa faveur.

Présidentielles américaines : Une attente crispante

Donald Trump avait annoncé sa victoire dès mardi soir devant un parterre de supporters bien choisis à la Maison Blanche. Il l’avait fait bien imprudemment car le décompte des votes qui étaient arrivés par la poste était en train de se faire. Ses tweets ont été en partie censurés par les patrons des réseaux sociaux. La tendance s’est vite inversée et les votes dans les derniers états sont tombés petit à petit dans l’escarcelle du candidat démocrate. Le silence un peu embarrassé du locataire de la Maison Blanche n’a pas duré longtemps et lui et ses partisans ont commencé leur travail de contestation, dénonçant des tricheries. Avec ses conseillers, il a élaboré une stratégie de harcèlement qui commence à inquiéter ceux qui attendent avec beaucoup de patience des résultats encore non comptabilisés. Donald Trump ne peut pas accepter d’être battu de manière loyale. Comme à son habitude, il entend bousculer son adversaire. Il a une armée d’avocats qui prépare des recours pour annuler certains résultats et il veut même stopper les dépouillements des votes par correspondance qui sont pourtant arrivés à temps. L’Amérique est en train de vivre la période la plus sombre de son histoire électorale. Le nom du nouveau président des Etats-Unis ne sera connu qu’au bout d’une longue bataille juridique.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo : Des cours en ligne avec Maître Jung

Et rebelote. Deux mois et demi après le succès de la Coupe de l’ambassadeur à travers une compétition de Taekwondo en ligne, l’Ambassade de la République de Corée à Madagascar présente une série de cours de taekwondo via sa page Facebook. Cette Coupe de l’ambassadeur organisée en ligne au mois de juillet avec la collaboration de la fédération malagasy de Taekwondo a eu l’engouement des taekwondoïstes malgaches durant la période de confinement. En tout, 74 personnes ont participé à cette édition 2020 organisée sous l’ère de l’ancien ambassadeur, Lim Sang-woo  dont 30 pour le Bal Chagi et 44 pour le Poomsae. Pour cette série de cours, c’est le  maître, coréen Jung, ceinture noire 5e dan qui animera les cours en ligne avec l’appui de la Fondation de la Promotion du Taekwondo. Comme cela se fait via Facebook, les cours sont accessibles pour tout le monde, petits et grands, débutants ou combattants confirmés de cet art martial coréen. « Il s’agit d’une campagne de promotion du taekwondo en offrant l’opportunité aux férus de cette discipline de pratiquer cet art martial coréen à distance. Les vidéos seront publiées une fois par semaine », annonce la source auprès de l’Ambassade de Corée à Madagascar. Au vu de la situation actuelle et la décision de l’Etat d’autoriser la reprise des entraînements, beaucoup de sportifs préfèrent encore ranger les kimonos. Ces cours en ligne arrivent à point nommé, qui plus est, seront animés par un expert de la discipline.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Retour aux fourneaux de Njakatiana

Njakatiana retrouvera ses inconditionnels ce soir à l’espace Dera à Tsiadana à partir de 20 heures. Le crooner au saxophone, un instrument qu’il maîtrise désormais, se prépare ainsi à des retrouvailles émouvantes. Décidément, la crise sanitaire a réveillé les doyens de la variété malgache. A l’heure où les mesures sanitaires ont plus ou moins fléchi, ce sont les stars des années 90 qui remplissent l’agenda culturel de la Capitale. Njakatiana retrouvera un lieu qui était une scène de référence à Antananarivo à son époque.

Tselonina au Trass Tsiadana

« Ravaomaria », c’est presque l’hymne de toute une génération, celle qui se rassemblait dans les couloirs ou les places du quartier de la Ville des Mille pour entonner jusqu’à tard le soir à la guitare le répertoire de la variété acoustique malgache. Ce soir, Tselonina sera à l’affiche au Trass Tsiadana à partir de 20 heures, une scène qui convient bien à ce vieux loup de la musique malgache. Derrière lui, il traîne environ quarante années de carrière, où il a connu la gloire et les collaborations avec des grands du folk.

Eaux de rose à foison avec Lôla

Le moment est venu pour Lôla de revenir sur le devant de la scène, cela se fera ce jour à 19 heures au Le By Pass Ambohimanambola. Véhiculant l’image de l’amoureux transis, il a intitulé sa soirée « Mbola tena tia anao », sonnant comme un slogan d’un temps ancien, de l’ère des cassettes à bande. Du coup, ce seront probablement les nostalgiques qui se réjouiront de venir applaudir l’interprète de « Nadety », « Mampitempo ny fo »… Il va sans dire que Lôla ne cessera de chanter des titres à l’eau de rose, ce ne sera pas sur lui qu’il faudra compter pour brûler Babylone et le système.

Le grand cabaret de Tana au Séquoia

Rien qu’à entendre le titre du spectacle, « Le grand cabaret de Tana », au Séquoia à Ivandry ce soir à 20 heures , on imagine déjà des jolies danseuses en petites robes affolant la scène. Un crooner tiré sur quatre épingles, plutôt idole des clubs privés que des masses ouvrières des quartiers populaires. Le public y retrouvera Elsie, Inah, Mahery, Fabre, Koukoumi et Carolina sur scène. En dehors de ses animations, chansons, danses et magie, la soirée propose aussi du plaisir pour les gourmets.

Kanna Jihe se révèle

« La mélodie captivante du Sud de la Grande Île alliée à la puissance du rock… c’est la signature du groupe Kanna Jihe », voilà le topo de la soirée d’aujourd’hui à partir de 19 heures à la Teinturerie/Comptoir des artistes à Ampasanimalo. Rock-band à découvrir, il est composé d’artistes ayant déjà fait ou faisant encore leur preuve au sein de groupes de notoriété. Le style musical accroche, à entendre les titres partagés sur la toile. Kanna Jihe pourrait réellement s’affirmer comme l’avenir du rock après ce concert.

Iss Heridiny/Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Vono olona feno habibiana : Ankizivavy 17 taona, nanary ny zanany vao teraka tao amin’ny W.C

Nitondra vohoka rehefa avy nanao ny nataony tany razazavavy. Nentiny sivy volana an-kibo ilay tsy manan-tsiny ary izao niniany novonoina tamin’ny fomba feno habibiana izao nony tonga teto an-tany. Mpiara-monina no nandre ny feony nikiakiaka nitomany, tao an-gabone, niady irery tao anaty maloto, sendra izay reny tsy vanona ! Tao Sahanivotry Antsirabe faharoa moa nitrangan’ity tranga mahatsiravina ity ny alarobia lasa teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena dia ny maraina tokony ho tamin’ny enina ora tany ho any no nandre zaza mitomany tao anaty lavaka gabone ny mpiara-monina ary taitra. Nifampilaza vaovao ary tonga tsy ela tao amin’io toerana io ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny sy ny mpitandro filaminana. Fantatra teo fa tena zazakely latsaka tao anaty « wc » ka nifamonjena avy hatrany. Nosokirina haingana ka avotra ihany, hoy ny vaovao saingy efa tena reraka tanteraka ary nentina nihazo ny toeram-pitsaboana. Na dia teo aza moa ny ezak’ireo mpitsabo dia tsy tana intsony ain’ity menavava ny hariva, tokony ho tamin’ny dimy ora tany ho any. Fantatra tamin’izay fa zazakely vao teraka izy io, tsy loza tampoka no nahatonga azy tafalatsaka tao fa niniana natao. Ninian’ny reniny nalatsaka tao an-gabone mihitsy ilay menaky ny ainy ! Raha ny vaovao hatrany mantsy dia ankizivavy 17 taona, nipetraka tao amin’io trano misy ilay lavapiringa ny renin’ity zaza. Mbola mpianatra ny anao vavy. Monina any ambanivohitra saingy kosa nandranto fianarana tao an-toerana amina lycée iray ary manofa trano miaraka amin’ny zandriny. « Rehefa nanao ny sitrapon’ny fahatanorany izy dia bevohoka ary nentiny soa aman-tsara mandra-pahatongan’ny fahasivy volany » hoy hatrany ny vaovao. Naterany soa aman-tsara ilay zaza saingy izao niniana novonoina izao indray. « Nalatsany tao anaty lavapiringa rehefa nofonosiny tao anaty lamba sy « sachet » ». Heloka bevava ary mbola sazy henjana kokoa noho ny vono olona tsotra, hoy hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenana ny sazy miandry izay reny adala minia mamono zaza tsy manan-tsiny, na inona na inona antony. Nosamborina teo no ho eo avy hatrany moa ity ankizivavy ity ary nentina natao famotorana tany amin’ny biraon’ny zandary avy ao amin’ny zana-tobi-paritra ao Sahanivotry.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Nosy-Be : Deux bandits capturés par la police

Quelques jours après l’attaque d’un bureau de change de devises à Nosy-Be, la police locale a procédé à l’arrestation, mercredi dernier, de deux présumés auteurs de l’acte. L’attaque s’est produite samedi dernier. Les malfaiteurs ont réussi à dérober la somme de 14 millions d’ariary et des devises. Ces bandits armés ont utilisé une moto pour servir leur fuite. Aussitôt alertés de la situation, le commissaire de police et ses éléments d’intervention se sont rapidement rendus sur les lieux. Ils ont ratissé le secteur. Plus tard, grâce au visionnage des vidéos des caméras de surveillance installées un peu partout au centre-ville, la police a pu constater le déroulement de l’acte. Ils ont localisé la cachette suspectée des malfaiteurs. Les enregistrements vidéo ont montré les malfaiteurs en train de ramener la moto utilisée durant l’attaque. La police a ensuite procédé à une perquisition de la maison – située au « pont dick » – qui a servi de cachette aux assaillants. Ayant aperçu l’arrivée des éléments d’intervention, les malfaiteurs ont aussitôt pris la poudre d’escampette. Durant la fouille des lieux, 600 mille ariary et 17 dollars ainsi qu’une pierre précieuse, un talisman, ont été découverts. Concernant cette affaire, l’arrestation s’est tenue une semaine après l’attaque. La police est toujours sur la piste des autres complices du crime. A l’issue de l’enquête préliminaire, les limiers ont pu savoir que cette bande de malfrats était déjà impliquée dans d’autres affaires criminelles, toujours dans la ville de Nosy-Be.  Ils sont également soupçonnés d’être les auteurs d’attaques à main armée en série dans l’Ile aux Parfums. Malgré le fait que les auteurs soient déjà placés sous détention préventive après leur défèrement au Parquet, la Justice a ordonné à la police judiciaire de poursuivre l’enquête. La police invite les riverains à ne pas hésiter à leur fournir des renseignements en temps réel pour mettre fin à l’insécurité qui prévaut dans l’île.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement américain : Dotation de matériels informatiques d’une valeur de 18 000 dollars à Madagascar

Le gouvernement américain, à travers l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) et son projet Rural Access to New Opportunités in Water, Sanitation and Hygiene (RANO WASH), a remis, hier, au ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène un lot de matériels informatiques composé d’ordinateurs de bureau et portables, de smartphones et d’équipements audio-visuels d’une valeur estimée à 18.000 dollars. Il s’agit de la deuxième dotation de matériel informatique du gouvernement américain au ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène. L’USAID a fait une première dotation d’une valeur de 11.000 dollars en octobre 2019.« La crise de Covid-19 a mis en lumière le besoin d’être mieux équipé pour renforcer la gouvernance dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène», a déclaré Sophia Brewer, Directrice du Bureau de la Santé, de la Population et de la Nutrition de l’USAID. « Ces équipements renforceront le système de gestion des informations du ministère et sa capacité à travailler à distance, et amélioreront la coordination sectorielle aux niveaux national et régional. » Le ministre de l’Eau de l’Assainissement et de l’Hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa, a reçu le don des mains de Sophia Brewer lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au ministère et à laquelle ont assisté des membres du cabinet ministériel, le Chef du projet RANO WASH, Sébastien Fesneau, ainsi que des membres du consortium RANO WASH. Le matériel de la première dotation et une partie de la deuxième dotation sont déjà utilisés dans six régions de Madagascar, notamment Alaotra Mangoro, Amoron’i Mania, Atsinanana, Haute Matsiatra et Vatovavy Fitovinany, ainsi qu’au siège à Antananarivo.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Formations : La ligue d’Anosy prête

Les formations se suivent pour la direction technique nationale en ce dernier trimestre de l’année. Comme annoncée, une série de formation sera organisée à Fort-Dauphin du 2 au 6 décembre. La ligue de volley-ball d’Anosy vient de confirmer la tenue de ce stage de formation. Il a fallu attendre sept ans pour que la ligue d’Anosy bénéficie d’un appui de la part de la FMVB.  Pour cette formation, la ligue d’Androy est invitée à y participer. Cette dernière sera gratuite et ouverte aux entraîneurs, aux professeurs d’EPS ainsi qu’aux arbitres. Un stage qui sera animé par l’équipe de la direction technique nationale conduite par Honoré Razafinjatovo. En outre, la Ligue Anosy organisera une compétition pour clore la saison 2020. Cela se déroulera le 7 novembre et ne prendra fin que le 27 décembre à Taolagnaro. La ligue compte désormais sept clubs senior dont cinq clubs hommes, entre autres, AVBC Anosy volleyball, 2RM5, Gendarmerie, FVBC et QMM, et deux équipes dames à savoir Asfo et Escato.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Kick-boxing : Un combat de défi pour terminer la saison 2020

L’équipe nationale en regroupement avant le championnat du monde en Bosnie-Herzégovine en 2019.

Cette année ne sera pas entièrement blanche. La Fédération malgache de kick-boxing envisage d’organiser un combat de défi à la place du Championnat de Madagascar pour la clôture de la  saison.

« Il y aura un combat de défi en cette fin d’année », c’est ce que le directeur technique national (DTN) Anigael Gastros Maronirina nous a confié. La Fédération malgache de kick-boxing organisera un deuxième combat de défi en décembre, après celui de l’X-trême combat au mois de mars dernier, afin que les combattants puissent passer en rodage avant la nouvelle saison. En effet, la date et le lieu de la compétition ne sont pas encore déterminés. « La Fédération ne pourra plus organiser le Championnat de Madagascar. Pourtant, ce combat de défi sera une occasion pour les combattants de reprendre le rythme après une longue pause. Nous allons encore organiser une série de réunions et la date sera fixée en fonction de la disponibilité des gymnases et de l’évolution de la Covid-19 », a ajouté le DTN. En attendant la dernière nouvelle, on peut d’ores et déjà affirmer que toutes les ligues auront au moins un ou deux représentants lors de ce sommet.

Il n’y a aura aucun enjeu véritable pour ce combat de défi. Mais ce sera un test grandeur nature pour les 15 tireurs membres de l’équipe nationale. Selon les explications, chacun d’eux aura un adversaire de taille. « Je suis prête à garder ma place au sein de l’équipe nationale. Je ne cesse de m’entraîner durant le confinement. J’ai hâte de monter sur le ring à l’occasion de ce combat de défi. Je dois en même temps me concentrer sur mes examens », a enchaîné Miora Tiana, la combattante de l’équipe nationale.

Par ailleurs, les trois sorties internationales prévues se dérouler cette année, durant lesquelles Madagascar avait envisagé de participer, sont définitivement annulées. Il s’agit entre autres du Championnat d’Afrique de full contact et low kick prévu en avril dernier à Yaoundé Cameroun, du Championnat d’Afrique de K1 qui devait avoir lieu les 25 et 26 juillet en Afrique du Sud et de la Coupe du Monde en Italie prévue du 11 au 14 juin dernier. Le calendrier 2021 de la Fédération sera élaboré d’ici à la fin du mois. Ainsi, son Assemblée générale sera jumelée avec ce combat en décembre.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

L’UNAPHAM au centre Les Orchidées Blanches à Androhibe : Journée portes ouvertes des associations pour...

L’UNAPHAM compte 22 associations membres, mais 17 seulement ont pu se joindre à la Journée portes ouvertes qui s’est tenue à Androhibe.

Le mercredi 04 novembre 2020, 17 associations membres de l’Union Nationale des Associations pour les Personnes Handicapées Mentales de Madagascar (UNAPHAM) ont organisé au centre Les Orchidées Blanches à Androhibe une journée portes ouvertes pour mieux faire connaître au public l’univers des personnes souffrant d’un handicap mental. « Malheureusement, dans notre pays, beaucoup de personnes ne sont pas au courant ou font exprès d’ignorer la situation des personnes et surtout des enfants avec un handicap mental », a regretté Hery Clément Rambeloson, président national de l’UNAPHAM. C’est une des raisons qui expliquent pourquoi ils ont décidé d’organiser cet événement. La situation des centres pour personnes avec un handicap mental demeure encore très précaire à Madagascar, « souvent, le personnel manque de formation adéquate pour bien s’occuper des enfants avec des handicaps, or cette tâche est connue pour ne pas être facile. Les centres ne peuvent également pas survivre sans la contribution financière des parents, mais nous savons que tous les parents n’ont pas les moyens de participer. Face à toutes ces difficultés, nous avons invité des membres du gouvernement à l’événement afin qu’ils puissent constater d’eux-mêmes nos conditions de travail », a expliqué le président national de l’UNAPHAM.

Les rejetés. A Madagascar, les enfants avec un handicap mental n’ont pas d’autres choix que de rejoindre les centres spécialisés pour espérer recevoir une éducation et un enseignement. « La majeure partie du temps, les établissements scolaires les rejettent parce qu’ils perturbent la classe, parce que les parents des autres enfants et les enseignants s’en plaignent », toujours selon Hery Clément Rambeloson. Cependant, les centres ne sont pas suffisants pour tous les accueillir, sans parler du manque de moyens puisque l’éducation de ces personnes est assez spécifique. En tout cas, via cet événement, l’UNAPHAM espère une prise de conscience à la fois de la communauté mais aussi des dirigeants sur l’avenir de ces enfants qui n’ont rien demandé.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambatomanoina : Jiolahy mpaka an-keriny miisa fito mianadahy voasambotra

Rehefa nahazo vola ireto jiolahy, novonoiny ny iray tamin’ireo ankizy nalainy an-keriny tany Ambatomanoina. Nandeha avy hatrany ny fanadihadiana ka nisy tratra taty Antananarivo ny olon-dratsy. Voasambotry ny zandary ao amin’ny tobim-paritra Ambatomanoina niaraka tamin’ny zandarimaria Imerina Afovoany ireo jiolahy mpaka an-keriny miisa fito ka vehivavy ny iray tamin’izy. Nandritra ny fakan’izy ireo ankeriny zazalahy roa: 16 taona sy 13 taona tany Amparihibe, kaominina ambanivohitra Ambatomanoina, distrika Anjozorobe ny herinandro lasa teo nahatra-tehaka azy ireo. Nitaky vola tamin’ireo ray aman-drenin’ireo zaza ireo mpaka an-keriny, ny 26 okobra ka vola mitentina 3.600.000 Ar no azon’izy ireo tamin’izany, saingy tsy naverin’izy ireo ny zaza roa nalainy an-keriny. Ny ampitson’io, hita tao amin’ny fokontany Ambodirano, Amparihibe, kaominina Ambatomanoina ny vatana mangatsiaka an’ilay ankizy 16 taona novonoin’ireo mpaka an-keriny. Nanao ny paikady rehetra ny zandary izay nampian’ireo zandary ao amin’ny vondrontobim-paritry ny zandarimaria Imerina Afovoany, notarihin’ny kaomandy lefitry ny vondrotobim-paritra Imerina Afovoany, ny Lietna Ramanantsoa, ka nandritra ny antso nifanaovana tamin’ireo jiolahy no nahatratrarana ny vehivavy iray taty Antananarivo sy ireo namany enin-dahy. Tratra tany amin’izy ireo ny basy lava nampiasainy sy ireo ambiny vola nalainy. Ilay zaza 13 taona kosa mbola tsy hita fa notazomin’ireo jiolahy telo hafa naman’izy ireo ary mbola karohina hatramin’izao. Fantatra tamin’izany fa fianakavian’ny ray aman-ndrenin’ireo zaza natao takalon’aina ihany ireto mpaka an-keriny ireto. Natolotra ny fitsarana eny Anosy ny alarobia teo ireto jiolahy ireto.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Andafiavaratra : Trano biriky iray nirehitra tampoka

Fifanandrifian-javatra sa niniana natao? Trano biriky iray misy rihana no nirehitra tampoka omaly tokony tamin’ ny 11 ora sy sasany teo, teny Andafiavaratra, tsy lavitra ny Etamazaoro. Nifanandrify indrindra tamin’ny fotoana nahatongavan’ny satroboninahitra tatarom-piandrianan’ny Mpanjaka Ranavalona III mihitsy ity firehetana ity. Nilelalela ny afo ary niakatra ambony dia ambony ny setroka, izay tazana nanodidina an’Antananarivo. Tonga teny an-toerana tao anatin’ny fotoana fohy ny mpamonjy voina sy ny mpitandro filaminana namono ny afo. Voafehy izany, ary tsy natahorana ny fiparitahan’izany tamin’ny manodidina. Teo no nahalalana fa tsy misy olona mipetra intsony ity trano ity fa mikatona tanteraka. Efa trano gasy taloha ihany izy io. Nipetraka avy hatrany ny ahiahy ny amin’ny mety niavian’ny afo, sady tany ambony rihana. Sao santria niniana natao? Eo rahateo ity toe-draharaha manahirana momba ny fananganana ao anaty rova sns. Misy rahateo ny olona tsy mankasitraka ny fananganana ireo foto-drafitrasa anatin’ny Rovan’Antananarivo ireo. Petra-kevitra ihany anefa izany fa anjaran’ny mpitandro filaminana ny mamaritra ny niandohan’ny afo marina amin’ny alalan’ny fanadihadiana. Ny olona teo amin’ny manodidina nilaza fa tsy misy mihaodihaody mihitsy eo amin’ity trano ity. Mangina tanteraka ny manodidina na amin’ny andro atoandro aza. Nanao ny fitsirihina teny an-toerana sy ny manodidina ny mpitandro filaminana.

Yv Sam

 

Midi Madagasikara0 partages

Tetikasa “Fandriaka II” : Mitohy ny asa fanentanana amin’ny Covid-19 eto Toamasina-I

Natao ny alarobia tao amin’ny trano fandraisam-bahiny “le Calypso” ny fampahalalana ny daholo be ny fitohizan’ny tetikasa Fandriaka I, ka lasa tetikasa Fandriaka II izy ankehitriny. Tetikasa tohanan’ny vondrona Unicef sy ireo mpiara-miombona antoka aminy ity tetikasa Fandriaka ity, ka isany fomba iray nandresen’ny Toamasina-I ny Covid-19 teto izany farany teo, ka nahafahana niala tao anatin’ny fihibohana sy ny hamehana ara-pahasalamana taty aoriana. Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny tetikasa Fandriaka dia maro ny fomba nentina nanentanana ny olona nandritra ireny Covid-19 teto Toamasina renivohitra ireny, ka nampiasaina avokoa ireo fitaovan-tserasera rehetra tamin’izany isan’izany ireo “tam-tam” amin’ny fiara samy hafa miisa 07 isan’andro, ireo tambajotran-tserasera misy eto amintsika, ary ireo haino vady jery  rehetra teto Toamasina. Na izany aza anefa, raha ny 29 mai 2020 teo no tratran’i Toamasina ny “pic” ny valanaretina tamin’ny salanisa 134 miabo ny Covid-19 tamin’izay, dia efa taty amin’ny volana jolay sy ny volana aogositra vao tena nidina be ny olona voan’ny valanaretina, ary mbola mitohy hatramin’izao izany. Nomarihan’ny governora ny faritra atsinanana fa ilaina hatrany ny fanarahana ny fitandrem-pahasalamana ataon’ny tsirairay mba tsy hiverenan’izany intsony, tahaka ny misy any eropa ankehitriny, ka tsy maintsy hamafisina ny fanaraha-maso ataon’ny mpitandro ny filaminana amin’ireo tsy manao aro-tava. Betsaka mantsy ny manaotao foana amin’ny tsy fampiasana intsony izany, ka asaina manao ny “Travaux d’Interet General” ireo tratra tsy manao izany manomboka izao.

Malala Didier

 

Midi Madagasikara0 partages

Violences basées sur le genre : Opérationnalisation de la chaîne pénale sur tout le territoire

Les violences basées sur le genre constituent le lot quotidien de nombreux malgaches.

La chaîne pénale anti-violence basée sur le genre est fonctionnelle à Antananarivo depuis à peu près un an selon le ministère de la Justice.

« La chaîne pénale anti-violence basée sur le genre n’est pas une structure en tant que telle, comme le Pôle Anti Corruption. L’on a plutôt mis en place une structure organisationnelle au sein des juridictions ». Ce sont là les propos de Salohy Rakotondrajery, Directeur général des affaires judiciaires, après des études et des réformes auprès du ministère de la Justice pour introduire une explication sur la chaîne pénale anti-violence basée sur le genre ou CPA-VBG. Jointe par téléphone, la responsable a fait savoir que « la chaîne en question est déjà  opérationnelle à Antananarivo depuis à peu près une année. C’est dans le but de renforcer cet engagement du ministère de la justice dans la lutte qu’on renforcera sa mise en place sur toute l’étendue du territoire nationale». Ce, dans le but de « renforcer les poursuites et les répressions en matière de violences basées sur le genre » si l’on s’en tient toujours aux explications de Saholy Rakotondrajery.

Acteurs. Une circulaire publiée sur la page officielle du ministère de la Justice vers 3 heures le 5 novembre dernier donne la composition de la chaîne pénale anti-violence basée sur le genre. La structure comprend ainsi :13 Magistrats du parquet général et du siège au niveau de la Cour de Cassation, 5 Avocats généraux ou Substituts généraux et 5 présidents de chambre ou conseillers de la Cour d’Appel au niveau de la Cour d’Appel d’Antananarivo, 2 avocats généraux ou substituts généraux et 3 présidents de chambre ou conseillers de la Cour d’Appel au niveau de chacune des 5 autres Cours d’Appel, 4 substituts, 2 juges d’instruction, 1 juge des enfants et 5 juges correctionnels au niveau du tribunal de première Instance d’Antananarivo, d’un substitut, d’un juge d’instruction, d’un juge des enfants et d’un juge correctionnel au niveau de chacun des autres tribunaux de Première Instance.

Missions. Placée « sous la direction et la coordination des Chefs de juridictions, et ce, à tous les niveaux depuis la première instance jusqu’en cassation », la CPA-VBG assure « la poursuite, de l’instruction et du jugement des infractions prévues par la législation en vigueur ainsi que celles prévues par la nouvelle loi sur la lutte contre les violences basées sur le genre ».Outre cela, la mise en place de la chaîne pénale anti-violence basée sur le genre devrait également permettre de « quantifier et de centraliser les données destinées à évaluer la performance de la justice dans la lutte contre ce fléau ». La volonté du ministère de la Justice de renforcer les dispositifs rentrant dans la lutte contre les violences basées sur le genre intervient dans un contexte alarmant où le nombre de cas de viol connaît une hausse inquiétante.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Patrimoine : Anatirova retrouve la couronne ornant le dais de Ranavalona III

Ancienne propriété coloniale française, le couronnement du dais royal de Ranavalona III est maintenant sur ses terres.

Le couronnement du dais royal de la reine Ranavalona III se trouve au pays depuis hier après avoir été rendu par la France. Un retour symbolique sous une certaine tension.

Quelques secondes avant que Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, ministre de la Culture et de la Communication, prononce son discours devant un parterre de hautes personnalités hier à Andohalo, un enfant s’évanouit. Il faisait partie des soixante ayant servi de haie d’honneur pour l’introduction du dais royal de Ranavalona III au Palais de la Reine. L’enfant était debout pendant quarante minutes sous un soleil de plomb. Le discours de l’orateur/animateur sur la sacralité des enfants, avenir indéniable du pays, aurait pourtant pu remonter le moral au pauvre enfant et l’aider à résister à la fatigue, ou peut-être à la faim.

Comme tout est symbolique lors de cérémonies officielles de ce type, la scène symboliserait presque toute la tension en hors champ, par rapport à cette remise par la France du couronnement du dais royal. Pour l’instant, le milieu intellectuel paraît garder ses distances par rapport au retour de cet objet de la monarchie du peuple « merina ». La noblesse « merinienne » est divisée. Qui plus est, une frange souhaite la démolition du colisée, une hérésie pour ses détracteurs, construite dans l’enceinte du site monarchique.

Lors du passage hyper sécurisé du cortège emmenant le couronnement du dais depuis l’aéroport d’Ivato, par Ankorondrano, Analakely jusqu’à Andohalo, des centaines de personnes sont sortis de chez eux ou de leurs voitures coincées dans les embouteillages pour apercevoir l’objet. « En fait, nous sommes un peu curieux, est-ce la vraie coiffe qui a été dérobée ou non ? », s’interroge un peu amusé, Gaëtan Ratovonarivo. Elisa Rafaraharilalao, une quadragénaire, se réjouit du dispositif sécuritaire autour. « Ce serait possible qu’une personne le vole, même en plein jour ». 

Quelque part, l’Etat, en faisant grand bruit de cette remise d’un patrimoine historique, réalise une démonstration de force militaire. Cependant, l’arrivée du couronnement du dais royal sert d’« ouvreuse » de restitutions d’autres objets historiques malgaches détenus par les français, selon la ministre de la Culture lors de son discours hier. Soutenu par les mots de l’ambassadeur français, Christophe Bouchard, « ce geste s’inscrit  pleinement dans la volonté du président Macron (2017)… que soient réunies d’ici cinq ans les conditions pour des restitutions d’éléments du patrimoine africain en Afrique ». Des points qui devraient réjouir tous les hauts dignitaires de Madagascar.

Longue liste. Le mot « élément » utilisé par le diplomate interpelle quelque peu, il aurait été préférable d’entendre « tous les patrimoines africains » volés par les Français colons durant l’occupation. Car il s’agit bien de vol. Et aux dernières nouvelles, certaines entités qui ont voix au chapitre sur la culture en France freineraient avec ferveur la remise de ces propriétés africaines. Il se pourrait donc qu’une partie seulement, des éléments, soient rendus aux malgaches. « Une liste de plusieurs objets, intégrés dans la demande de l’Etat malgache », pour la restitution des objets est établie actuellement, a déclaré Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. Reste à savoir si celle-ci énumère des éléments ou tout le patrimoine malgache dérobé.

Quoi qu’il en soit, la venue de ce dais royal s’avère être un signe d’espoir pour la mémoire historique. Jusqu’à ce jour des centaines, voire des milliers d’objets patrimoniaux et royaux de Madagascar sont encore entre les mains de l’ancien empire colonial.

Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

Transports aériens : Les vols commerciaux toujours suspendus

Les vols commerciaux vers Madagascar sont toujours suspendus. C’est ce que rappelle l’Aviation Civile de Madagascar dans un communiqué publié, hier. Par ailleurs, les vols touristiques vers Nosy-Be, qui ne sont pas en provenance des pays frappés par la seconde vague de la pandémie de Covid-19,  sont d’office autorisés. Toutefois,  la circulation en dehors de la zone géographique de Nosy-Be, à l’exception de certaines îles, n’est pas autorisée aux touristes. Par conséquent, toute correspondance par voie terrestre et par voie fluviale pour rejoindre les autres zones géographiques est interdite. Les vols cargo sont toujours autorisés mais le débarquement des équipages de ces vols est interdit.  Les vols d’évacuation sanitaire sont autorisés sous réserve de l’acceptation du pays de destination, et de l’engagement des membres de l’équipage pour le respect des mesures sanitaires en vigueur à l’entrée sur le territoire. Enfin, tous les vols de rapatriement vers Madagascar sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Assainissement des épaves : Les propriétaires invités à adopter les mesures nécessaires

(Photo : CUA)

Le désencombrement de la voie publique par la Commune Urbaine d’Antananarivo(CUA) se poursuit. Depuis cette semaine, la CUA procède au retrait des épaves de voitures laissées à l’abandon dans la Capitale, ceci dans le cadre de son opération « Assainissement des épaves ». Avant le retrait des voitures par l’équipe de VIGIE qui prête main forte à la CUA dans cette mission, les propriétaires seront notifiés par l’équipe de la CUA. Si aucune mesure n’est prise, le véhicule en question est embarqué dans le délai imparti. Sur son compte Facebook, le maire Naina Andriantsitohaina appelle tous les citoyens concernés à prendre les mesures nécessaires, soit en informant les propriétaires de la notification de la CUA, soit en avisant les responsables au niveau de la mairie. A noter que cette opération entre dans le cadre de l’assainissement de la ville pour une circulation plus fluide. Une mesure qui ravira sans doute les usagers de la route puisqu’il est de plus en plus difficile de trouver des parkings à Antananarivo ville car en plus du peu de places disponibles, les épaves et les voitures à vendre sont garées un peu partout le long des trottoirs.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate0 partages

Madagascar Souveraineté. Le retour de la couronne de Ranavalona III. PHOTOS A MANJAKAMIADANA

C’est fait ! Après 123 ans sans qu’aucune réclamation n’ait été effectuée de la part de ces soi-disant Taranakandriana et autres Mpanjaka auto-proclamé, la couronne du dais royal de la Reine Ranavalona III, est arrivée à Madagascar via un vol d’Air France, le 05 novembre 2020, avant d'être déposée à une place bien choisie, au 1er étage du Palais de la Reine reconstruit (Photo ci-dessous). Merci qui ?...

Ci-après des extraits choisis du discours du jour de l’Ambassadeur de France, Christophe Bouchard, au Rova de Manjakamiadana. Vous comprendrez pourquoi…

« (…) [Cette couronne du dais royal] se trouvait de l’armée à Paris.  Les autorités françaises se réjouissent que cet objet symbolique retrouve, aujourd’hui, sa place originelle, ici à Antananarivo, au sein du Palais de la Reine qui vient d’être restauré 25 ans après le terrible incendie qui l’avait détruit. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a répondu favorablement à la demande exprimée en février dernier par son Excellence le Président de la République de Madagascar, à l’occasion de la visite à Antananarivo du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian. Ce dernier, ainsi que le ministre des Armées ont tout mis en œuvre, en quelques mois, pour que cette remise ait lieu selon le souhait des autorités malgaches, à l’occasion symbolique de la fin de la restauration du Rova d’Antananarivo.

Les mesures préalables à la procédure législative qui permettra la restitution définitive de ce bien à Madagascar, seront initiées dans les meilleurs délais par les autorités françaises. Je mesure pleinement l’émotion ressentie aujourd’hui, en particulier par les descendants de la famille royale, que je salue, et dont je connais l’attachement aux traditions et au respect de la mémoire et de l’héritage de la Reine Ranavalona III séparée de son Palais et de son pays, et qui décèdera loin de sa terre natale (…) ».

Voilà. Ces extraits sont adressés à Faniry Ernaivo, cette magistrate déchue pour insultes aux forces armées malagasy, et qui poursuit sa maladie, la logorrhée écrite, hors de Madagascar. Elle prétend avec une véhémence extrême que cette couronne a été « prêtée » par l’État français... Ah quand la haine vous tient... A présent, place photoreportage, comme si vous y étiez, sur cet évènement qui restera gravé dans les annales de l’Histoire de Madagascar.

Jeannot Ramambazafy et Andry Rakotonirainy

Madagate0 partages

Madagascar Souveraineté. Le retour de la couronne de Ranavalona III. PHOTOS A IVATO

C’est fait ! Après 123 ans sans qu’aucune réclamation n’ait été effectuée de la part de ces soi-disant Taranakandriana et autres Mpanjaka auto-proclamé, la couronne du dais royal de la Reine Ranavalona III, est arrivée à Madagascar via un vol d’Air France, le matin du 05 novembre 2020. Merci qui ?...

De l'aéroport d'Ivato au Rova de Manjakamiadana. Photoreportage sans commentaires, comme si vous y étiez, sur cet évènement qui restera gravé dans les annales de l’Histoire de Madagascar.

Jeannot Ramambazafy et Andry Rakotonirainy