Les actualités à Madagascar du Mercredi 06 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara63 partages

MEDEM : Application de nouvelle technologie pour les communales

Le Mouvement pour  l’Ethique et la Déontologie de Madagascar  (MEDEM), et le mouvement  pour l’intégrité des élections et des leaders en collaboration avec Albert Einstein Schule  (AES) ,  organiseront un événement sur les élections par la promotion de la technologie intitulée, Hacker community.  L’événement se passera à Ivato à l’Albert Einstein Schule le 9 et 10 novembre prochain.  Le programme va se porter sur un hackathon qui mettra au défi, les développeurs pour qu’ils créent des applications qui permettant de résoudre un problème relatif aux élections, ou d’en inventer une nouvelle technologie. L’objectif étant de relever le taux de participation aux élections communales.

Enjeux des élections communales. Par ailleurs, cette rencontre sera également consacrée, entre autres, sur une conférence-débat portant sur le thème « quel est le rôle de la technologie dans la bonne gouvernance ? » et un débat des candidats sur les enjeux des élections communales. Les gagnants de l’hackathon bénéficieront d’un prix de 1000.000 Ar. pour la première place, 750.000 Ar. pour la deuxième place et 500.000 Ar pour la troisième place. Ils bénéficieront par la suite d’un accompagnement technique pour finaliser leurs produits.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara41 partages

Inspecteurs du Travail : Une nouvelle équipe à la tête du syndicat

Rojomampionona Ravelomahatratra, la nouvelle présidente du SAIT

Les Inspecteurs du travail et des Lois Sociales (ITLS), toujours désireux de démocratiser la gouvernance du Syndicat Autonome des Inspecteurs du Travail (SAIT) se sont réunis le 31 octobre 2019 au niveau de la Directions Régionales du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales Analamanga -Antsahavola pour procéder à la passation de pouvoir entre les anciens membres du bureau du Syndicat et ceux nouvellement élus. Solidaire de ses membres, le SAIT, représenté par sa nouvelle présidente Rojomampionona Ravelomahatratra, se veut porter haut le flambeau du Corps des ITLS. Il se réfère ici à un Corps de métier dont la place à tenir pour relever les défis d’une politique efficace assurant une croissance inclusive et durable ne peut être mise en cause.

Il faut rappeler que de par le statut que leur confèrent les Conventions internationales de base de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) que sont les Conventions (n°81) sur l’inspection du travail (commerce et industrie) et (n°129) sur l’inspection du travail (agriculture), instruments d’ores et déjà  ratifiés par Madagascar, il revient aux ITLS la garantie du plein respect de l’intégralité des droits et de la législation du travail outre, la promotion des mesures qui permettent de fournir des emplois de qualité associés à la protection sociale, afin de parvenir à une croissance économique soutenue, durable et partagée, et ainsi d’éradiquer la pauvreté.

Recueillis par Zo Toniaina

Madagate14 partages

Groupe Mahaleo. Bekoto, Charle et Dama, les trois derniers mousquetaires

Aujourd'hui, je m'en vais vous parler un peu, en partie, d'un groupe mythique dans le domaine du Malagasy Folk Song. Pourquoi? Pourquoi pas étant donné que nous sommes de la même génération et qu'avant d'être devenus célèbres, nous nous fréquentions déjà.

Et leur célébrité a traversé les frontières de Madagascar. En 2007, le groupe Mahaleo sera le second groupe malagasy de Madagascar à être monté sur la scène de l'Olympia à Paris, après les Surfs (quatre frères et deux soeurs de la famille Rabaraona dénommés Béryls" auparavant) en 1964. Jocelyn Rafidinarivo alias Jean-Louis Rafidy, l'animateur-vedette de la radio à Madagascar y a été pour beaucoup... Leurs chansons phares ? "Si j'avais un marteau", "T'en va pas comme ça", "Reviens vite et oublie". En fait, de ces tubes, ils n'en sont que les interprètes et non pas les auteurs, et ces chansons ont toutes leur version anglaise. Respectivement : "If I had a hammer", "Don't make me over" et "Be my Baby". A contrario du groupe Mahaleo dont les oeuvres sont issues de la création des membres, et qui n'ont jamais été chantées en aucune autre langue.

Oui, il y a eu des livres et des films ainsi que des tas d'articles sur le groupe Mahaleo. Mais, je vais l'aborder, ici, d'une manière peu coutumière du tout. Il ne s'agit pas de faire une sorte de patchwork avec des mots et des situations mais il s'agit de rendre un hommage jamais lu aux disparus et aux survivants de ces idoles des vieux de jadis et naguère, et des jeunes d'hier et d'aujourd'hui. Mine de rien, le nom de Mahaleo existera depuis un demi-siècle en 2022. Qui restera-t-il et quel sera l'avenir du groupe Mahaleo devenu un trio désormais ?...

Au départ, c’est-à-dire en 1972, ils étaient sept, tous issus de la région Vakinankaratra, à avoir formé le groupe Mahaleo, ayant écouté dans le vent le style de Bob Dylan : Bekoto, Charle, Dadah, Dama, Fafah, Nono et Raoul. Nono, guitariste, ne chantait pas, comme Charle le batteur. Raoul était le frère de Dama comme Nono celui de Dadah. En fait, mais le terme n'apparaîtra que des décennies plus tard, Mahaleo est un groupe de “Storytellers”, terme anglais signifiant littéralement diseurs d'histoire. Non pas conteurs narrant l'imaginaire mais artistes jonglant avec les mots pour raconter la vie des Malagasy au quotidien. Selon un spécialiste, le “storytelling repose sur le registre émotionnel, ressort qui fonctionne bien pour emporter l’adhésion”. Vrai ou faux ? Vous connaissez la réponse pour peu que vous ayez, un jour, assisté à un concert des Mahaleo. Nous ne remercierons jamais assez le couple Cesar Marie-Clémence Paes et Raymond Rajaonarivelo d'avoir eu l'idée de réaliser, en 2005, le film “Mahaleo”, du temps du vivant de tous les sept membres. D'une durée de 102 mn, ce film au style de documentaire, consacré à la vie du groupe à Madagascar, a reçu les récompenses suivantes : Grand Prix du Public Ile d'Argent au Festival international du Film Insulaire de l'île de Groix en 2005; Prix du meilleur documentaire au 11ème Festival "Regards sur le Cinéma du sud" à Rouen en 2006 ; Étoile de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia) en2007.

Qu'on le veuille ou non, toutes les chansons écrites et composées par les auteurs prolifiques du groupe Mahaleo, sont des tubes. Mêmes celles et ceux qui ne comprennent pas la langue malagasy, ont été, sont et seront -plus que jamais désormais- conquis et subjugués par le charme de l'intonation et envoûtés par la musique acoustique, simple mais unique. Toujours imité jamais égalé. Je fais allusion au groupe dans son ensemble. Sur une scène familiale -ou autre-, on veut être Raoul ou Bekoto ou Dama ou Fafah ou Dadah. Plusieurs formations malagasy ont pris le groupe Mahaleo comme source d'inspiration. Je n'en citerai aucun, ici, afin de ne pas faire de jaloux... Pour en revenir à nos sept magnifiques, voici, pêle-mêle, quelques titres, à... titre d'exemples -et sur un répertoire de près sinon plus de 600 titres-, dont la lecture ramèneront un grand nombre de grands-mères et grands-pères actuels à l'époque d'une adolescence insouciante dans laquelle le quotidien était moins aléatoire qu'aujourd'hui pour la grande majorité :

Kalon'ny mahantra”, “Andriamanitra Fitiavana”, “Tena fitia”, “Veloma”, “Zanako vavy”, “Ditra”, “Vololona”, “Tsara tso-drano”, “Adin'ny mpivady”, “Somambisamby”, “Adin-tsaina”, “Aleloia”, “Ambohikobaka”, “Andro ririnina”, “Veloma ry Fahazazana”, “Neny”, “Ampela”, “Ampidramo”, “Any ambanivohitra any”, “Aomby”, “Aza manadino”, “Aza misara-mianakavy”, “Embona”, “Berevo”, “Ministra”, “Bozy”, “Dadabe sy Bebe”, “Mamolava”, “Mimoza”, “Mozambika”, “Tsy misy ny doria”, “Fitia vao mitsiry”, “rano sy vary”, “Tena Ftitia”, “Ry zanako”, “Mba misotrosotro”, Hiaraka isika, “Ianao”, “Ho avy tsy ho ela”, “Andro ririnina”, “Voasary”, “Mihodinkodina”, “Isekely”, “Hanaraka anao”, “Ralala”, “Rivotra”, “Ry Tompo”, “Solafaka”, “Taxi-brousse”, “Tafaray samy tia”, “Tongava re”, “Tontolo iainana”, “Valim-babena”, “Voakazo voarara”, “Jamba”, “Zakaranda”...

A mon sens, ce sont les chansons les plus connues mais il y en a d'autres, évidemment, et aussi des nouvelles pas encore chantées en public... Ces titres, cités plus haut, résument les espoirs et les craintes de tous les Malagasy dans leur vie au quotidien, mais le pilier demeure l'Amour (“Fitiavana”) décrit parfois avec humour. Quelles que soient les circonstances, il y aura toujours une chanson des Mahaleo qui sera fredonnée du fond du c?ur. De 1972 (et bien avant. Je me souviens de leur première entrée sur une scène. C'était au collège Rasalama à Andravoahangy. Ils étaient vêtus et chaussés comme des paysans et leurs instruments étaient made in artisanat local) à 2010, ces troubadours à la drôle d'allure étaient sept. Puis ce fut le début des départs sans retour. D'abord Raoul qui quitta la planète Terre le 03 septembre 2010; puis Nono qui s'envola le 28 août 2014; Fafah vint les rejoindre dans cet au-delà sans retour, le 20 octobre 2019, suivi quinze jours plus tard par Dadah, le 03 novembre 2019. Les morticoles demanderont encore et toujours, de quoi et/ou comment sont-ils morts? Cela ne sert à rien, ils sont maty, dead, morts. Ces quatre baladins, à contre-courant de la musique rock et disco des années 1970, ne reviendront que le jour du Jugement dernier, selon la croyance chrétienne. Mais il en reste trois.

Trois derniers mousquetaires qui ont la lourde charge d'arriver jusqu'en 2022 pour célébrer les 50 ans de l'existence d'un groupe décimé de plus de sa moitié. Il s'agit de : Rabekoto Honoré Auguste, né le 08 février 1953, plus connu sous le nom de Bekoto auteur-compositeur-interprète multi-instrumentiste qui cultive un humour stoïque; Andrianaivo Charle Bert alias Charle, né le 02 mai 1954, percussionniste assez effacé depuis toujours; Rasolofondraosolo Zafimalahelo dit Dama, né le 26 mai 1954, auteur-compositeur-interprète multi-instrumentiste, considéré comme la locomotive du groupe. Il est indéniable que l'atmosphère doit être surréel et surréaliste chez ces pappies mondialement connus. Genre pensée intérieure : qui de nous trois partira le premier ou encore qui de nous trois restera le dernier ? Non, Mesdames et Messieurs, je ne suis pas cynique. Mais le départ brusque de Dadah nous a montré et démontré que madame la mort ne prévient jamais. Elle arrive chez nous comme un voleur “mpamaky trano”, pour vous emporter, vous mais pas vos biens matériels, sans état d'âme. Il est grand temps donc de se rappeler qu'elle viendra pour nous un de ce quatre matins sans crier gare. Lequel de nous osera prétendre savoir quand et de quelle manière il quittera cette vallée de larmes? Aucun. Alors, mince alors : pourquoi tant de haine pour ses compatriotes et autrui sur Facebook ?

C'est un fait : nous avons tous, en général -et même en amiral qui vient d'avoir 83 ans-, peur de la mort. Seuls les enfants et les insensés en font fi. Faisons-nous alors une raison en nous disant qu'il n'y a pas de vie sans mort. Imaginez un peu que nos arrières-arrières-arrières grands-parents soient encore de ce monde. Il n'y aurait jamais de place sur la planète Terre ! Frères et amis Bekoto, Charle et Dama : Raoul, Nono, Fafah et Dadah sont passés de l'autre côté. Nous ne les verrons plus en chair et en os mais il faut remercier celui qui a inventé la vidéo. Tous, grâce à cette technologie, nous avons l'occasion, de nos jours, de les voir et les entendre avec vous n'importe où et n'importe quand, sur scène ou même ailleurs.

Je ne sais plus auquel de vous trois particulièrement s'adresse cet hommage peu habituel, il est vrai. Il s'agit du second refrain d'une chanson de Nana Mouskouri, qui date de... 1972 :

Mais, l'un de nous s'en ira le premier,Il fermera ses yeux à jamaisDans un tout dernier sourireUn jour, l'un de nous sera trop fatiguéS'en ira presque heureux le premierEt l'autre, s'en tarder, viendra le retrouver

Le titre de cette chanson est « Le temps qu'il nous reste ».

Raoul en 1972, photographié par Lucien Rajaonina

Ici, je me tourne vers les autorités malagasy actuelles. Me posant en porte-voix des familles et des millions de fans du groupe Mahaleo, je suggère que l'on décore Bekoto, Charle et Dama, des insignes et titres honorifiques qu'ils méritent, de leur vivant. Ici et maintenant et tous les trois ensemble. Qu'en pensez-vous amis lecteurs ? Le titre posthume (ce mot signifierait-il aussi « après avoir été humain »?), je vais finir par en faire une chanson, ma parole !... Pour l'heure, après Fafah, que Dadah repose en paix au côté de son frère Nono à Betafo. Et une pensée profonde à Raoul, le premier des Mahaleo qui s'en est allé vers cet “Habakabaka iny” qu'il chante si bien (Raha tsy ho eto intsony aho, fa lasa vetivety, lasa mba hitety iny habakabaka iny.... Ainsi soit-il.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara11 partages

Flux financiers illicites : Une perte de plus de 50 milliards usd/an pour l’Afrique

Le Pr Victor Harison a soulevé que l’Afrique doit protéger ses ressources naturelles. (Photo : Yvon Ram)

Pour la première fois, la Commission de l’Union Africaine a délocalisé le lancement de ses deux rapports économiques clés à Antananarivo, si cela se fait habituellement à son siège à Addis-Abeba.

Le premier rapport s’intitule « Dynamiques du développement en Afrique 2019 » produit en collaboration avec le Centre de développement de l’OCDE, et portant sur le thème « Réussir la transformation productive en Afrique ». Quant au second rapport, il est axé sur la « Mobilisation des ressources intérieures : lutte contre la corruption et les flux financiers illicites (FFIs) ». Lors de la présentation de ces rapports hier au ministère des Affaires Etrangères, le Pr Victor Harison, Commissaire aux Affaires Economiques au sein de l’Union Africaine, a révélé que l’Afrique enregistre une perte de plus de 50 milliards usd/ an en flux financiers illicites. « Sur ce rapport, vous verrez l’état des lieux des pertes des 55 pays membres de l’UA durant la période de 2004 à 2013 », a-t-il noté.

Complicité. Notons que les FFIs en Afrique sont définies comme étant des ressources illégalement reçues, transférées ou utilisées, sortant du continent pour aller vers le reste du monde et ce, en violation des lois. Les pays développés en sont souvent les destinations finales. « Il pourrait y avoir entre autres, une complicité des Africains eux-mêmes avec les firmes multinationales qui paient des taxes et redevances dans leur pays d’origine et non pas en Afrique, ou bien qui créent tout simplement des entreprises tampon. On se demande également si les assujettis paient réellement les impôts qu’ils ont dus ou font des fausses déclarations ?-Et ce n’est pas tout ! Il est temps que l’Afrique protège ses ressources naturelles notamment les ressources minières et les ressources halieutiques. Madagascar est entre autres, le 5e pays en Afrique et le 12e pays au monde producteur de terres rares. Les pays africains ne doivent plus exporter des matières premières brutes d’autant plus, ce ne sont pas eux qui dictent leurs prix », a-t-il exposé.

Elargir l’assiette. Par ailleurs, le Pr Victor Harison a soulevé la nécessité de la mobilisation des ressources domestiques pour la transformation de l’économie africaine. « La part des recettes fiscales dans le PIB des pays en Afrique est encore faible, n’atteignant que 12% à 20%. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut augmenter le taux de pression fiscale, mais plutôt d’élargir l’assiette fiscale. On peut également tirer des leçons à travers les bonnes pratiques des autres pays africains comme l’Ethiopie qui utilise une machine intelligente permettant de relier directement les supermarchés avec la direction générale des Impôts. La dématérialisation du système fiscal s’impose aussi pour lutter contre la corruption qui devient un phénomène alarmant dans le continent. La mobilisation des fonds de pension comme la CNaPS peut également se faire pour réaliser les projets dans un pays comme Madagascar. En effet, l’aide au développement et les Investissements directs Etrangers sont en baisse. En outre, on aura suffisamment de ressources domestiques en luttant contre la corruption », d’après toujours ses explications. Il faut savoir qu’après le lancement de ces deux rapports de l’Union Africaine, celle-ci organise avec l’Etat le 11e Forum du secteur privé africain qui se tient ce jour jusqu’au vendredi au CCI Ivato.

Navalona R.

Midi Madagasikara8 partages

Marathon International de Tana : 500 coureurs attendus sur la ligne de départ

Le rendez-vous est pris pour le 17 novembre prochain pour la 19e édition Marathon international de Tana. Après l’annulation de l’édition 2018, la Fédération malgache d’athlétisme en collaboration avec VIMA a décidé de ne pas chômer cette année. La présentation officielle de l’événement s’est tenue hier  à  Andranomahery au siège de la Star, partenaire de l’évènement. Plus de 500 coureurs seront attendus pour cette 19e édition avec un tout nouveau parcours, différent des précédentes éditions. Trois épreuves seront au programme. D’abord, la course mythique de 42,195 km, qui prendra le départ au VIMA Ankorondrano à 7 heures. Les participants suivront le trajet de deux boucles, notamment 19km fois deux, en passant de : Rond-Point Magro – vers Hydrocarbure – Leader Price – Voninkazo Ivandry- Alarobia – Rond-Point Tsarasaotra – Anosivavaka – Andraharo devant STAR – Ankazomanga-  Tsaramasay-  Henri Fraise – G4S – Savonnerie Tropicale – Hydrocarbure – Leader Price – Voninkazo – Rond-Point vers Stade Alarobia. Ils termineront la course avec un tour de piste avant l’arrivée devant la tribune sur la piste tartan du Stade d’Alarobia.  La deuxième épreuve comprendra des foulées écolos de 10 km ou une boucle qui prendra départ à 7h30 toujours au VIMA Ankorondrano. Les trois meilleurs athlètes de ces courses seront primés. Enfin, le maratoon’s pour toute la famille, d’une distance de 1200m ou trois tour de la piste du Stade d’Alarobia. « On a changé les parcours pour une raison technique. Les trajets sont tous presque plats qui vont aider les athlètes à améliorer leur performance », a expliqué Mahatana Jean de la Croix, directeur de course. Depuis 2015, Eau Vive est la boisson partenaire de la FMA. Comme chaque année, des collaborateurs de STAR prendront part à la course. Eau-Vive réitère son engagement en accompagnant tous les participants. Ainsi,dix points d’eaux seront  mis en place afin de permettre aux coureurs de se rafraîchir. Les inscriptions sont déjà ouvertes au Stade d’Alarobia jusqu’au 14 novembre. La distribution des dossards se fera deux jours avant la course.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara3 partages

Portrait-hommage à Dadah, un monument

Les hommages à Dadah fusent de partout. Dans cet élan de tristesse et cette vague de reconnaissance à un autre pilier du groupe Mahaleo, nous avons choisi de republier un portrait de Dadah, datant d’il y a 16 ans, alors qu’il n’avait pas encore 50 ans et que Mahaleo célébrait son 30e anniversaire. Paru dans Midi Madagasikara le 8 août 2003, ce portrait, réalisé par l’un de nos collègues d’alors, reflète l’âme d’artiste de Dadah, mais laisse aussi découvrir l’homme simple, modeste et humble qu’il était au quotidien.

 Dadah, Andrianabela Rakotobe de son vrai nom, n’est certainement plus une figure à présenter dès qu’il s’agit de musique. La sienne qui a bercé au moins trois générations de mélomanes malgaches s’est immiscée plus souvent qu’on ne le pense, dans la vie de ces derniers. Il n’empêche, on connaît finalement peu de choses sur ce pilier du groupe Mahaleo, si ce n’est bien entendu, ses chansons et sa profession de médecin. Et si l’on vous disait que Dadah a déjà revêtu le kimono de judoka, que son anniversaire est également la date de la fête de la musique, ou qu’il apprécie particulièrement la musique d’Elton John ou encore l’âme de poète de Rado ? Portrait d’un artiste dont le talent n’a d’égal que la modestie.

On sait que dans sa fratrie, Dadah compte plusieurs âmes d’artistes. Issu d’une famille de onze enfants, il compte parmi les siens une mère poète et écrivain ainsi qu’un grand frère qui a suivi le même chemin et dont on retrouve les empreintes dans une des chansons de Bekoto, le trop fameux « Lendrema ». Son père, quant à lui, est un féru de guitare et un grand amateur de « tendry gasy », et son autre frère, Bebel, outre son talent pour le dessin, est également auteur-compositeurs déjà connu du public, tout comme Nono, du groupe Mahaleo que l’on ne présente plus. C’est donc le plus naturellement du monde que Dadah s’est découvert une passion pour la musique.

 

Si Mahaleo en est à ses 30 ans d’existence, Dadah, lui, marche sur ses 35 ans de chanson, ses premières compositions remontant bien avant la genèse du groupe Mahaleo. Sa toute première chanson est d’ailleurs parmi les plus célèbres : « Ianao » ! A ce jour, il compte sur son répertoire quelque 105 chansons. Sur ce point, il détient le record au sein du groupe Mahaleo. Son style : la rime. « Je me sens vraiment dans mon élément à travers des vers bien rimés auxquels j’ai été habitué pendant longtemps », explique-t-il. Puis, il y a cette manière très particulière de jouer de la guitare qui n’est pas pour autant basée sur l’accord « gasy » mais plutôt un style « open » que Dadah s’est approprié pour en faire un cachet très personnel.

Nombreux couples. Grand amoureux de la langue malgache, Dadah avoue toutefois, se trouver quelques lacunes dans ce domaine. « J’ai encore beaucoup à apprendre de nos aînés ou encore ceux qui maîtrisent les arcanes ». C’est sans doute ainsi qu’il compte également, parmi les âmes d’artistes qu’il apprécie tout particulièrement, le poète Rado. Et abordant ce chapitre des préférences, notons également ses penchants pour le talent de Fanja Andriamnantena et pour l’autre monument de la chanson malgache, Bessa. Sous d’autres cieux, ceux d’Elton John, de Lionel Richie et de James Taylor figurent parmi les artistes affectionnés par Dadah. Ce qui n’est pas toujours palpable au premier abord dans ses propres œuvres, selon certaines ouïes.

Mais quoi qu’il en soit, à travers ses compositions dont les thèmes tournent autour de l’amour – et l’humour qui a tendance à s’estomper au fil des années, reconnaît-il, Dadah a réussi un challenge qui est, somme toute, celui de tout auteur compositeur : parvenir à faire passer un message à travers ses chansons. Pour sa part, Dadah s’estime avoir réussi sur ce plan « car au cours de toutes ces décennies et à travers mes chansons, de nombreux couples se sont formés et ont duré, devenus plus tard des familles », confie-t-il. Une satisfaction qui vaut tous les succès du monde. Et pourtant, il constate que ses chansons ont tendance à être oubliées du public au fil du temps, faute d’être chantées assez régulièrement sur scène. De ce fait, il se sent quelque peu « frustré ». C’est ce qui l’incite sûrement à produire en dehors du cercle des Mahaleo.

Du…rap ! De Dadah, sa musique est certainement plus connue que le reste de sa vie. A 49 ans – il vient d’ailleurs de les fêter le 21 juin dernier – Dadah a consacré de nombreuses années à la médecine. Car derrière l’artiste se cache un homme exerçant un noble métier. Il a parcouru bien du chemin sur le plan professionnel. Son diplôme de docteur en médecine en poche, il quitte la Grande Ile en 1987 pour des études de spécialisation en traumatologie en France. Il est revenu en 1996 pour exercer au pays. A Antsirabe, sa ville natale, puis, à Antananarivo. Il est aujourd’hui en poste au service neurochirurgie de l’HJRA. « Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à mes chefs hiérarchiques, à Antsirabe, en France, ou à Antananarivo, d’avoir fait preuve de compréhension, vu mon statut d’artiste », a-t-il avoué. Il est vrai, ce n’est pas facile d’être de garde, alors qu’on doit assurer un spectacle ailleurs.

Sur un plan plus personnel, l’on n’apprendra plus aux admirateurs de Dadah qu’il est père de deux enfants, une fille et un garçon, qui évoluent eux aussi, dans la musique, sans pour autant marcher sur ses propres traces. Son fils, Agy, aujourd’hui à l’étranger, a choisi une autre voie, et fait du…rap. Quant à sa fille, Ialy, elle évolue de temps en temps dans l’évangélique et le jazz. Mais cette dernière a tenu à chanter avec son père en interprétant ses compositions.

 

Mots croisés, foot, judo et… « looks ». Grand amateur de mots croisés, de foot et de judo (Dadah est ceinture marron, qu’on se le dise !), il n’en est pas moins cinéphile avisé et un grand amateur de bière et de bons petits plats bien malgaches, du genre ravintoto ou sofin-kisoa. Il lui arrive et plus d’une fois, de manger aux stands des fameux « looks ». Dadah, après 35 années de chanson, n’est pas près de décrocher, bien au contraire. Son 3e album avec le groupe Dadah Rabel sera pour bientôt…

Portrait réalisé par Val

Andriamahaitsimiavona

 Vive émotion

Vous l’aurez compris, dans quelle émotion, 16 ans après la publication de ce portrait, se trouve son auteur, fervent admirateur de Dadah. La même vive émotion que pour beaucoup d’autres admirateurs. Vous l’aurez deviné, en 16 ans, Dadah avait écrit et chanté plusieurs autres nouvelles compositions, et une 4e génération d’admirateurs, plus jeunes, est en route, pour perpétuer ses œuvres avec celles de Mahaleo.

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Ambohibary : Telo mianaka nodorana velona tao an-tranony

Natolotra ny fampanoavana ny 04 novambra 2019 ilay voarohirohy ho nandoro velona ka nahafaty ny reniny. Disadisa teo amin’ ny samy mpianakavy mahakasika ny lovan- drazana hiraisana no antony. Mpianadahy iray tampoho no tsy nifankahazo. Zanaky ny vavy ireo may niaraka tamin’ ny renibeany ireo. Ny atoandron’ ny 31 oktobra 2019 tokony tamin’ ny 12 ora sy sasany atoandro teo am- pisakafoanana no nirehatra ny trano tao Ambonidobo kaominina Ambohibary, efa 75 taona ilay ramatoa,4 taona ilay zaza iray ary 18 volana ny iray. Nandritra ny fanadihadiana no nahafantarana fa nodarohana aloha mba tsy ahafan’izy ireo mitsoaka vao nodorana velona tao. Trano somary mitokana satria eny an- tsaha, izy renibe moa mitaiza ireo zaza ary ny renin’ilay zaza kosa mamboly any antanimboly izy mbola lavitra ny toerana nametrahana azy telo miafy, raha toa ka efa trano sy toerana mahazatra azy ireo rehefa mian- tsaha toizao. Efa levona ny afo vao tonga izy. Tsy niandry ela kosa ny teo anivon’ ny tobim- paritry ny zandary raha vao nahazo antso fa nanao ny velam- pandrika avy hatrany dia izao nahatrarana ny anadahiny izao.

Cathy

Midi Madagasikara2 partages

Sexualité des jeunes : Des jeunes filles sexuellement actives avant l’âge de 15 ans

L’enquête par grappes à indicateurs multiples (MCIS) Madagascar 2018 de l’Institut national de la statistique (Instat) portant sur le VIH et les comportements sexuels dit que, 17 % des jeunes filles entre 15 à 24 ans ont eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. 

Les jeunes filles ayant eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans sont beaucoup plus représentées en zones rurales (29 %) qu’en zones urbaines (11 %). Et selon les résultats publiés par l’UNICEF, ce sont également les jeunes adolescentes considérées parmi les plus pauvres sur la base de l’indice de bien-être économique et celles qui ont le moins de niveau d’instruction qui passent à l’acte sexuel avant leur quinzième année. 42 jeunes femmes de 15 à 24 ans de la région Ihorombe sont par exemple concernées par le rapport sexuel avant 15 ans tandis que deux jeunes filles ont été recensées dans la région Analamanga. Et encore, les rapports se passent de préservatifs pour 7 % des adolescentes de 15 à 19 ans, et 2% des jeunes femmes de 20 à 24 ans. A Madagascar, 69 % des jeunes femmes de 15 à 24 ans  sont sexuellement actives et 81 % des femmes de  15 à 49 ans.

Connaissance du VIH. Outre les cas de grossesse précoce, il y a aussi la question du VIH Sida qui est un point focal dès qu’on parle de la sexualité chez les jeunes. Dans cette enquête de l’Instat, il est dit que 31 % des jeunes femmes de 15 à 24 ans vivant en milieu urbain connaissent l’existence du virus VIH. Et encore, parmi celles qui vivent en zones urbaines, il y a celles qui affichent un niveau d’instruction bas ; seulement 5 % de ces dernières ont le niveau de connaissances requises pour prévenir les risques de contraction du VIH. Pour le dépistage du SIDA, au cours d’une année,  2 % des jeunes filles de 15 à 19 ans ont été testées pour le VIH sur l’ensemble du territoire. Et toujours d’après les résultats de cette enquête, la région de Diana enregistre le plus de femmes ayant subi un test de dépistage en douze mois avec dix femmes de 15 à 49 ans. A Analamanga, on en a compté sept.

Chez les jeunes garçons, 10 % de ceux âgés entre 15 et 24 ans ont avoué avoir eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. 2 % seulement daignent utiliser un préservatif lors des rapports sexuels pour les garçons âgés de 15 à 19 ans contre 4 % pour les jeunes âgés de 20 à 24 ans. Et là encore, les plus grands nombres de jeunes hommes qui sont passés à l’acte avant 15 ans sont localisés dans les régions loin des Hauts Plateaux : 25% dans l’Androy, 21% à Atsimo-Andrefana, 17% à Bongolava et 18% à Melaky. Dans la région Analamanga, le rapport sexuel avant l’âge de 15 ans concerne 8% des garçons de 15 à 24 ans.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Moramanga : Nisesisesy ny fanafihana

Nitafa tamin’ ny mpanao gazety ny komandin’ ny Vondron- tobim- paritry ny zandary eto Moramanga ny 04 novambra 2019 tao amin’ ny birao fiasany,fa efa any am- ponja ireo dahalo nanafika izay nanao ny asa fanafihana nitety ny Kaominina Ampasipotsy gara, Ambohibary,aryAnosibe Ifody ireo no lasibatry ny fanafihana mitam- piadiana. Tratran’ ny zandary ato anatin’ ny vondrontobim- paritry Moramanga niaraka tamin’ ny basy lava iray sy ny fitaovana hoentina manafika ary ny fanafody gasy ny roalahy. Izay mbola teo am- panaovana ny asa ratsiny. Efa mpameri- keloka ireto tratra ireto,ary mbola voarohirohy amin’ ny halatr’ omby. Manamafy ny fisafoana atoandro sy alina ireo mpitandro filaminana eto Moramanga.

Cathy

Midi Madagasikara1 partages

Tsaratanana : Voatafika ny mpividy volamena

Voaroba tamin’ny basy ary noratraina tamin’ny zava-maranitra teo amin’ny lohany. Izany no nanjo ny lehilahy iray izay mpandraharaha mpividy volamena any Tsaratanana sy ny manodidina, ny alarobia lasa teo. Tao amin’ny fokontany Miadandririnina, no nisehoan’izany ka volamena 60 grama sy ny vola mitentina 3.100.000 ariary, finday iray ary kitapo misy fitaovam-piasana sy taratasy maro no lasan’ireo mpanafika. Vao avy nividy volamena izy ny omalin’iny. Ny marainan’iny, raha nivoaka ny trano izy dia nosakanana lehilahy efatra mitam-basy sy famaky. Avy hatrany ireto farany dia nidaroka azy sady nisintona ny entana rehetra teny aminy. Naratra teo amin’ny lohany ilay olona noho ny vono nahazo azy. Voatery nanaraka fitsaboana. Manoloana izany, dia tonga nametraka fitarainana teo anivon’ny kaomisaria Tsaratanana izy. Nandeha ny fanadihadiana sy fikarohana ary nivoaka teo ny anaran’ny lehilahy iray izay ahiana ho atidoha nikotrika ny asaratsy. Tsy iza fa dia namana akaikin’ilay olona voatafika ihany io. Niaiky ny helony izy ary nanondro ny namany telo hafa indray. Nandritra ny fanadihadiana azy efa-dahy ireo dia samy niaiky ny helony avokoa izy ireo, raha araka ny fanamarihan’ny polisy. Rehefa nivoatra ny fanadihadiana, dia fantatra koa fa efa tompon’antoka tamin’ny fanafihana mitam-piadiana maro ary koa fampihorohoroana ny mponina any ao amin’ny faritra Ambarijeby Ambalabe, eo anivon’ny distrikan’i Tsaratanàna ireto jiolahy ireto.

D.R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Début des propagandes pour les élections communales et municipales.

Le 5 Novembre, les candidats aux élections communales et municipales ont commencé les campagnes électorales. Ainsi, chaque candidat aura exactement 20 jours pour présenter les projets qu’il effectuera dans le cas où il serait élu. La réhabilitation des routes, le transport, la sécurité ainsi que la santé figurent parmi les points essentiels.
Certains candidats ont débuté la course aux communales et municipales par un culte, d’autres ont rencontré leurs partenaires avec la présentation de leurs programmes. Pour la commune rurale d’Alasora, par exemple, l’adduction et approvisionnement en eau potable nécessite le plus d’attention. Rappelons que la date des élections officielles est le 27 Novembre, la campagne électorale prendra fin le 25 Novembre à minuit.
Ino Vaovao0 partages

FAMPIELEZAN-KEVITRA - MAHAJANGA : Notazomina ireo fiara voarenty ny sarin’ireo kandida

Fehin-kevitra araka ny lalàna navoakan’ny Fitsarana avo momba ny Lalàmpanorenana farany teo izany, ka izay rehetra mpilatsaka hofidina ka mampiely izany amin’ireo karazana dokam-barotra dia sokajiana ho fampielezan-kevitra mialohan’ny fotoana. Ny «  pré-campagne  », dia fampahafantarana ny filatsahan-kofidian’ny olona iray na ben’ny tanàna na mpanolo-tsaina, eo koa ny manolotra ny fandaharan’asany sy vinam-piarahamonina kasainy hatao rehefa tonga eo amin’ny toerany izy, ary manangana ny kaomitim-panohana.

Saingy tsy azo atao ny mametaka takelaka miendrika dokam-barotra etsy sy ero nefa nataon’ireo kandida sasany teto Mahajanga andro maromaro lasa izay, fa indrindra ny mametaka ny sarin’izy ireo amin’ireo fiarakodia. Dia tsy maintsy nampidirina am-bala nanomboka teo ireo fiara izay tratra nirenty izany, satria voararan’ny lalàna avy amin’ny Hcc.

Sehatra nifanankalozana ho an’ireo kandida sy mpiandany aminy, ny mpanolo-tsaina, ny sarambabem-bahoaka, ny prefektioran’i Mahajanga ary ny Céni no nifampitaona tao amin’ny lapan’ny tanàna tamin’io fotoana io. Tsikaritra tamin’ireo fanontaniana nilam-baliny maro nipololotra natetika tao, dia ny ahiahy no betsaka. Mba hisian’ny mangarahara ho an’ireto mpilatsaka, dia nohamafisin’ny Céni foibe tao fa "Tsy misy kandidam-panjakana" araka ny ahiahy ny samy mpilatsaka fa mitovy daholo ny rehetra. 

Fantatra kosa fa ny 05 novambra amin’ny enina ora maraina hoavy izao no hisokatra amin’ny fomba ofisialy ny fampielezan-kevitra ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny mpanolo-tsaina eto amin’ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara ary mifarana ny 25 novambra, raha ny fahanginam-pifidianana na "silance électorale" no fiantso ny daty ny 26 novambra hialohavana ny fotoam-pifidianana efatra amby roaplo ora aorihan’izay.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FANOMBOHAN’NY FAMPIELEZAN-KEVITRA : Samy nanao izay ho afany ireo kandidà

Ho an’ny andro fanombohana dia nilamina tanteraka ny fiatrehan’ireo kandidà sy ny mpanohana izany. Samy nanao izay ho afany ireo mpilatsa-kofidiana tsirairay avy ho an’ny teto Antananarivo Renivohitra sy tamin’ireo Kaominina manodidina. Tamin’ny ankapobeny dia saika niompana tamin’ny fotoam-pivavahana iraisam-pinoana ho fangatahan-tsodrano no noentin’ireo Kandidà nisantarana ny fampielezan-kevitra, omaly.

Nisy tamin’ireo Kandidà kosa no avy hatrany dia niroso tamin’ny famoriam-bahoaka toa an’i Naina Andriantsitohaina, Kandidà ben’ny tanàna eto Antananarivo Renivohitra laharana faha-4 ao anatin’ny biletà tokana. Tetsy amin’ny kianja mitafo Mahamasina no nanombohany ny fihaonana tamin’ny vahoakan’Antananarivo, omaly. Ho an’ny Kandidà Faniry Rakotoarisoa na i Gagstabab kosa indray dia fitetezana ireo boriborintany enina teto an-drenivohitra no noentiny niaraka tamin’ireo mpanohana azy nanombohana ny praopagandy.

Manana 20 andro ireo kandidà mpifaninana ho ben’ny tanàna sy mpanolotsaina handresen-dahatra ny olom-pirenena hifidy azy ireo. Ao anatin’izay dia mipetraka ny lalàna hifehezana an’ireo kandidà mba tsy hisian’ny fihoaram-pefy. Manamafy ny Ceni fa raha toa ka misy ireo minia tsy mandika lalàna dia hentitra ny sazy miandry azy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

BILETA TOKANA - FAMPIELEZAN-KEVITRA : Efa azon’ny kandida alaina any amin’ny Céni

Voahaja ny fiomanana araka ny tetiandro hikarakarana ny fifidianana, ary efa tafapetraka avokoa ny rafitra hikirakira ny latsa-bato, hoy  Rakotonarivo Thierry, filoha lefitra ny Vaomiera mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny Céni. Hizara telo ny refin’io bileta tokana io, ka natao taratasy A5 ho an’ny kandida ben’ny tanàna sy mpanolotsaina latsaky ny dimy ao amin’ilay kaominina, raha A4 kosa ny refin’ ny taratasy bileta tokana ho an’ny kandida miisa dimy ka hatramin’ny valo ary A3 raha mihoatra ny sivy ka hatramin’ny telo amby folo isa ny kandida ao amin’ny kaominina iray. 

Niantso fitoniana ho an’ireo mpilatsa-kofidiana sy ny mpiandany amin’izy ireo ny Céni foibe sy ny Cfm na notarihin’ny filohany Maka Alphonse. Betsaka ny lalàna mifehy ny fampielezan-kevitra izay azo fantarina any amin’ny biraon’ny Céni akaiky azy, ka anisan’izany ny tsy fahafahana manokana fotodrafitrasa mandritra ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra. Marihina fa nisokatra tamin’ny fomba ofisialy ny talata 05 novambra tamin’ny enina ora maraina teo ny fampielezan-kevitra manerana ny lafivalon’ny nosy, ary hifarana ny 25 novambra amin’ny misasak’alina. Maharitra roapolo andro ny faharetan’ity fampielezan-kevitra fifidianana ben’ny tanàna eto amin’ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara ity.

Notsiahivin’ny Vaomiera mahaleo tena misahana ny fifidianana fa mariky ny demokrasia sy fitsinjaram-pahefana ny fifidianana ho an’ny firenena tan-dalàna, ary nanentana ny mpiray tanindrazana ny Céni mba ho tonga hanefa ny adidiny amin’izao fotoam-pifidianana izao. Indrindra hitandro ny soatoavina malagasy, ny firahalahiana sy ny fihavanana ho an’ireo kandida mpifaninana ho amin’io toeran’ny ben’ny tanàna io mandritra izao fotoanan’ny fampielezan-kevitra izao, hoy hatrany ny antso avon’ ny Céni. Hisy ny fanaraha-maso ataon’ity vaomiera ity ho an’ireo kandida izay mihoa-pefy, ka misy ny sazy ho an’ireo tratra mandika izany lalàna mifehy ny fampielezan-kevitra, hoy ny mpampaka-teny avy amin’ny Céni foibe, i Fano Rakotondrazaka. Hotaterina miandalana eto ny akon’ny fampielezan-kevitra aty amin’ny Faritra Boeny sy ny kaominina manodidina ahazoana vaovao.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

ORINASA MPANAO MENAKA “SOCIETE HITA” : Nanolotra fitaovam-pianarana 5300 baoritra tao amin’ny Cisco ...

Isany  mampandroso ny  Firenena iray  ny  fijerevana manokana ny  lafin’ny  fampianarana  ary izany ihany  koa no nahatonga ity  orinasa ity   vonona nanome ireo fitaovam-pianarana maro be. Betsaka araka izany  ireo  efa nisitraka tombontsoa nomen’ity  orinasa mpanao  menaka ity  ary  mbola hisitraka ihany koa  ka  fitaovampianarana  miisa “ 5300” baoritra no natolotra  ny tao  amin’ny  Cisco  Toamasina  izay  nahitana  kitapo, solaitra, kahie, penisilihazo, sy  ireo  fitaovana ilain’ny  mpianatra maro samihafa… 

Nohamafisin’ity orinasa ity hatrany moa nandritra  ny  fizarana  ireo fitaovana ireo  fa  ny  “fampandrosoana ny  lafin’ny fampianarana  ho an’ny  zaza Malagasy  no  tanjon’izy  ireo  manoloana  ny fanomezana fanampiana tahaka izao ».

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BAKALOREA ANDIANY FAHAROA : Hivoaka ny 10 novambra izao ny voka-panadinana eto Mahajanga

Tsahivina fa noho ny fiparitahan’ny laza adina mialoha ny fotoana taminy andiany voalohany no nahatonga ny fitondram-panjakana nanolotra fahafahana ho an’ireo nanao ny tsy ambinina tamin’ny voka-panadinana voalohany iny. Tsy maintsy hoenjehina mandritra ny roa herinandro toy ny fitsarana ny fanadinana bakalorea tamin’iny andiany voalohany iny ihany no hanatrarana ny fitsarana ity famerenana manokana andiany faharoa ity hoy i dokotera Rakotovelo Géoslin, filohan’ny fitsarana no sady lehiben’ny foibem-panadinana ao aminy lisea Philibert Tsiranana eto Mahajanga. 

Roapolo ambiny zato tamin’ireo mpiadina voasoratra anarana efa-polo sy fitonjato tokony ho namerina ny fanadinana faharoa no tsy tonga niatrika izany intsony ho an’ny foibem-panadinana Philibert Tsiranana, izay heverina fa efa ho manomana ny hamerina ny folo volana manaraka indray amin’io taom-pianarana ho avy io ireo mpianatra tsy tonga ireo.

Toy ny efa hita tamin’ny voka-panadinana bakalorea andiany voalohany, dia ny taranja siantifika no nanahirana ireo mpiadina araka ny fitsarana tsikaritr’ireo mpitsara hatreto, fa indrindra ny matematika. Ka niantsoan’ity lehiben’ny sampam-pitsarana tao aminy foibem-panadinana Philibert Tsiranana ity ny fitondram-panjakana mba tsy hitsabaka aminy politikam-pampianarana eny aminy kaolejy momba ny taranja ara-tsiantifika. Efa ho roapolo taona lasa izay no niantsoan’izy ireo ny minisitera mba hananganana ny kaonseritra nasionaly ny fanabeazam-pirenena sy fikarohana ara-tsiasy, hanarenana ireo lesoka ny tsy fahombiazan’ireo mpianatra amin’io taranja siantifika io, saingy tsy nisy valiny izany hatreto hoy hatrany ny lehiben’io foibem-panadinana ao aminy lisea io. Mety ho tsara ny naoty ho an’ireo mpiadina ny fanadinana bakalorea amin’izeny taranja siantifika hisondrotany eny amin’ny anjerimanontolo, saingy valopolo isanjato amin’ireo mpianatra tonga mandranto fianarana eny, avy eo no resy tanteraka ka tsy mahatody ny fianarany noho ny tsy fahafehezany io taranja siantifika io. 

Fa raha hiverenana ny fitsarana ny laza adina ny fanadinana bakalorea dia natao ho tsiambaratelo hoy ny tompon’andraikitra ny fanapahana ny naoty farany ambany hahafahana ny fanadinana ho an’ireo mpianatra, fa tsy azo ambara ny mpanao gazety, saingy noferana hitovy io naoty io eo aminy sehatra nasionaly.Raha ny mpampianatra mpitsara kosa no nanapaka ny naoty farany ambany noraisina ho afaka teo amin’ny fanadinana bakalorea ara-teknika, hoy ny filohan’ny mpitsara amin’izy ireo teto Mahajanga dia  tsy voatery nitovy tany amin’ireo faritra hafa. Marihina fa mpiadina valo sy efa-jato no afaka, manome 54,11 isan-jato ny taham-pahafahana  bakalorea teknika teto an-toerana, araka ny vokatra ofisialy voaray ny alarobia 30 oktobra lasa teo tamin’ity taona ity teo Mahajanga. Ny taranja matematika sy anglisy no naoty ambany indrindra teo aminy sehatra ara-teknika io, araka ny tsikaritr’ity lehiben’ny sampam-pitsarana ity. 

Tambatr’isa teo amin’ireo sampam-pianarana ara-teknika sy arak’asa teo Mahajanga no nahazoana nanangoana ny taham-pahafahana, dia ny tao aminy lisea teknika, ny tao amin’ny sekoly St gabriel, ny sekoly Marie Auxilatrice eny Antanimasaja ary ny Don Bosco izany.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

DELEGASIONA GABONEY SY ETIOPIANA TENY MAHAZOARIVO : Vonona hitondra fiaraha-miasa maharitra

Omaly, noraisin’ny Praiminisitra Ntsay Christian teny amin’ny lapam-panjakana Mahazoarivo ireo delegasionina avy any Gabon izay nahitana ny Minisitry ny varotra gaboney. Niompanan’ny dinika teo amin’ny roa tonta tamin’izany ny fisokafan’ny fandraharahana ara-barotra eo amin’i Madagasikara sy i Gabon. Hisy manomboka izao ny fifanakalozana ara-barotra eo amin’ireo vokatra vokarina avy eto Madagasikara izay haondrana mankany Gabon ary tahaka izany ihany koa ireo vokatra avy ao amin’ity farany ahalefa aty Madagasikara. Tombony lehibe ho an’i Madagasikara ny fisian’ny fiaraha-miasa tahaka izao. Sehatr’asa maro no mbola tsy misy lalam-barotra ivoahana eto amintsika, manoloana izany indrindra no nahatonga ny fanjakana hikaroka lalana tahaka izao.

Ankoatra izay dia nihaona tamin’ny Praiminisitra ihany koa ny mpanolotsaina manokan’ ny Praiminisitra Etiopianina. Mahakasika ny fampiroboroboana ny sehatry ny fizahan-tany sy ny Indositria no nifampidinihan’ny roa tonta. Tafiditra ao anatin’ny fanatsarana ny sehatra ara-toekarena eto Madagasikara avokoa ny votoatin’ireto fihaonana ireto. Fanomezana tombondahiny ny orinasa Malagasy ihany koa. Ny firenena Gaboney sy ny Etiopianina dia anisan’ireo handray anjara amin’ilay fihaonam-ben’ny Vondrona Afrikanina mahakasika ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina amin’ny fanjakana izay tanterahina eto Madagasikara.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HARENA AN-DRANOMASINA : Misokatra ny fiaraha-miasa amin’ireo firenen-dehibe

 Misy ny hetsika karakarain’ny ivon-toerana rezionaly momba ny fanangonam-baovao an-dranomasina (CRFIM) izay iarahany amin’ny Minisiteran’ny fiarovam-pirenena sy ny fitondrana Amerikana amin’ny alalan’ny masoivohony miasa sy monina eto amintsika. Firenena maro be no mandray anjara amin’ity hetsika ity. Tanjona ny fifampizarana traikefa eo amin’ny samy mpandray anjara. Tonga teny an-toerana niatrika izany moa ny Minisitry ny fiarovam-pirenena, ny jeneraly Rakotonirina Léon Richard, omaly. Nambarany fa manohana an’i Madagasikara amin’ny fiarovana ny fari-dranomasiny ny Amerikana ary manome fiofanana amin’ny fanazaran-tena ataon’ny  Tafika an-dranomasina Malagasy koa. Haharitra 10 andro io fanazaran-tena io ary mandritra izany no andraisan’ny Tafika Malagasy ny fahaiza-manao avy amin’ny firenen-dehibe toa an’i Amerika.

Tsy ny ety an-tanety ihany no misy dahalo sy mpandroba ny harem-pirenena fa any an-dranomasina koa dia ahitana izany, hoy ny minisitra.Nambarany fa mila hamafisina io fiarovana ny fari-dranomasina io mba hiarovana ireo harena tsy hita pesipesenina voatahiry any anaty ranomasina any. “Betsaka ny zava-miseho any an-dranomasina any, misy ireo jiolahin-tsambo na piraty, misy koa ireo mangalatra ny harena any an-dranomasina, misy koa ireo mamoaka an-tsokosoko ny fananan’ny firenentsika ka tsy maintsy mandray andraikitra isika”, hoy ny Jeneraly Rakotonirina Léon Richard. Mila fiaraha-miasa matotra amin’ny firenena mpifanolo-bodirindrina amintsika ny famongorana izany, hoy izy, satria Nosy i Madagasikara ary manana ranomasina midadasika. Ankoatra ny firenena mifanakaiky amin’i Madagasikara nefa dia ilaina koa ny miara-miasa amin’ny firenena matanjaka toa an’i Etazonia satria izy ireo no manana fitaovana avo lenta afaka mitily izany. “Miara-miasa amin’ny Tafika samihafa isika hahafahana mifehy ny ranomasina aty amin’ny ranomasimbe Indiana sy mifehy ny ranomasina izay an’i Madagasikara manokana”, hoy koa ny nambaran’ny minisitra. “Adinodino i Madagasikara hatramin’izay saingy efa afaka mirehareha isika amin’izao fotoana izao satria efa mitodika tanteraka amin’io harena an-dranomasina io ny fitondram-panjakana. Mitodika amin’ny fijerena ny Iles Eparses sy ny harena ambanin’ny tany ary mitodika amin’ireo harena rehetra mampiavaka azy”, hoy hatrany ny Jeneraly Rakotonirina Léon Richard.

N.A

Ino Vaovao0 partages

SEHA-PIHARIANA DRAKAKA : Mitokona ireo mpandraharaha madinika sy salantsalany

“Efa maro ny antso nataonay tamin’ny haino aman-jery nefa tsy misy mihaino, tsy matoky intsony izahay…” Mandrahona mihitsy moa ny sasany amin’ireo mpitokona fa “mila ravaina ny fanaovana ampihimamba, hoy izy ireo. Tsy hanaiky mihitsy izahay, ka rehefa samy ho matiantoka dia aleo samy matiantoka…” ”Ho avy amin’ireo Sinoa ireo izahay rehefa avy any amin’ny sampan-draharahan’ny jono”, hoy hatrany izy ireo. 

Ny minisitera mihitsy no sakana amin’ity fitakianay ity, hoy hatrany izy ireo.  Nisy ny fivoriana niaraka tamin’ny minisitera tany Antsohihy nefa tsy nisy tohiny ny zavatra nifanarahana tamin’izany hatramin’izao. Hitondra ny raharaha ambonimbony kokoa izahay, hoy hatrany izy ireo.  Izahay no nifidy ny Filoha sy nametraka azy ka maninona no ny Sinoa no omena tombontsoa ? hoy hatrany izy ireo. Maro ny mpandraharaha Malagasy afaka manondrana sy Sinoa sasany ka maninona raha ireo Sinoa teo ihany no averina eo. “Tsy ekenay ny fanaovana izay tiana hatao amin’ny vidin’ny drakaka”, hoy izy ireo satria 7 000 Ariary eo no ividianan’ny olona manana fahazoan-dalana manondrana ny kilao.  “Ampifandanjao ny isan’ireo mpanondrana sinoa sy Malagasy ka izay tianay sy metimety aminay no halehanay”, hoy hatrany izy ireo. 

“Tsy hijanona izahay raha tsy azonay ny valiny. Efa nisy resaka natao tamin’ny minisitra tany Antsohihy nefa hatramin’izao tsy tanteraka”, hoy hatrany izy ireo.  Marihina moa fa nandritra ny tetezamita dia niroborobo ny sehatr’asa drakaka teto Mahajanga ary betsaka no nivoatra ara-toekarena ireo mpanangom-bokatra. Betsaka ny mpividy nifaninana tamin’izany ka nahatratra hatramin’ny 15 000Ariary ny ividianan’izy ireo ny iray kilao. Betsaka satria an’arivony taonina ny drakaka naondrana ka nahiana ho lany taranaka. Mimenomenona rahateo ny Malagasy fa tsy afaka mividy drakaka intsony fa lasan’ny Sinoa daholo.

Tsy nangarahara anefa ny fanomezana ireo fahazoan-dalana hanondrana nandritra ny fitondrana HVM. Betsaka ny mpandraharaha no very vola satria tsy vola kelikely no anaovana ‘bassin’ izany. Efa niova ny fitondrana izao ka manantena ny daholobe fa miova ihany koa ny fomba fiasa, ka tsy hisy intsony ny kolikoly sy fitavanana fotsiny ny asan’ny mpandraharaha… indrindra omena alalana malalaka miasa izy ireo fa ny mandamina sy mandrindra no asan’ny fanjakana. Ny talem-paritra eto Mahajanga Jaozandry  René moa dia nilaza fa hanao tatitra any amin’ny fanjakana foibe ary efa namaly ny ao amin’ny minisitera fa ny faran’ny herinandro izao no hitondra valiny  amin’ny fitakian’ireo mpisehatra amin’ny seha-pihariana drakaka ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

EPP FANANTENANA MAHAJANGA : Nandoa 30 000 Ariary ny ray aman-dreny, mitohy ny fampianarana

Izany no nisy teo amin’ireo mpampianatra fram sy ny ray aman-dreny manan-janaka mianatra ao. Latsakemboka 15 000 Ariary no nifanapahan’ny samy ray aman-dreny sy ny filohan’ny Fram, ny tolakandron’ny zoma 01 novambra lasa teo raha tsiahivina ny raharaha. Akory anefa raha iny hanatitra ny zanany hianatra ny alatsinainy 04 novambra iny ny ray aman-dreny dia niakatra tampoka ho 30 000 Ariary isan’ankizy indray ny vola tsy maintsy haloa. Raikitra ny fifanatonana ny talata 05 novambra maraina raha nisafo ity Epp iray etsy Marovato ity izahay hanaraka ny tohiny vaovao.

"Fon-dreny te hampiana-janaka no nanery anay hilavo lefona handoa ny latsakemboka 30 000 Ariary isan’ankizy", hoy ireto ray aman-dreny nilaza fa sahirana ara-pivelomana, ka nahazo fahafahana ho maimaimpoana tamin’ny Filoham-pirenena tsy handoavana ny saram-pisoratana anarana ho an’ny sekoly ambaratonga fototra. Dia izao mandoa ny fandaniana rehetra  hanodinana ny sekoly izao indray ny ray aman-dreny, ka izy ireo no hiantsoroka ny fanamboarana ny fitaovana simba sy ny fotodrafitrasa any an-tsekoly. Dia torak’izany koa ny vola faktioran’ ny jirama, ny fitaovana hoentin’ireo mpampianatra mampita fahalalana ho an’ireo mpianatra, toy ny tsaoka na la craie sy ireo maro hafa.

Marihina fa i ramose Ramosavelo Moiiselin Bruno no tale vaovao nandimby ny tale teo aloha izay lasa nisotro ronono tamin’izao fiandohan’ny taom-pianarana izao ho an’ity sekoly ambaratonga voalohany fototra na Epp Fanantenana etsy Marovato ity. Ary dia torak’izany koa ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana eto Mahajanga voalohany izay nahatontosa ny fifamindram-pahefana teo amin’ny sefo Cisco vaovao ny tolakandron’ny alatsinainy 04 novambra teo tao amin’ny birao fiasany etsy manga, araka ny didy minisiterialy nanesorana ity sefo Cisco teo aloha  ity, ny zoma lasa teo.

Tia Tanindranaza0 partages

E-Hetra PaymentHanamorana ny fampidiran-ketra

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly tetsy amin’ny Hotely Carlton Anosy ny “e-hetra Payment” izay fomba fandoavana hetra vaovao amin’ny aterineto.

 

 Efa nanomboka tamin’ny 15 Oktobra lasa teo no efa afaka nanatanteraka izany ireo orinasa ka sady afaka manao fanambarana ara-ketra no afaka mandoa hetra mihitsy. Tanjona ny hanamorana ny fandoavan-ketra mba hipaka haingana amin’ny fampidiran-ketra ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana. Hahazo tombony ihany koa ireo orinasa lehibe ny amin’ny tsy fivezivezena sy ny tsy fandaniam-potoana amin’ireo taratasy marobe amin’ny fanambaran-ketra. Ny 80%n’ny fampidiran-ketra mantsy dia avy amin’ireo orinasa lehibe ireo ka notsorina amin’ity fomba vaovao ity ny fandoavan-ketra atao’izy ireo. Tombony ihany koa ny tsy hisian’ny risika aamin’ny fanaovana kolikoly ary mangarahara tanteraka kanefa tena voaaro tsara ny kaonty. Fiaraha-miasa amin’ny Masoivoho Alemana no nahafahana nametraka ny E-HetraPayment ary izy ireo mihitsy no mamatsy vola tamin’izany. Efa niditra tamin’ity vovonana hanaovana  fanambarana sy fandoavan-ketra ampitain-davitra (télépaiement) ity rahateo koa moa ny ankamaroan’ireo banky hanamorana ny fampidiran-ketra. Ao anaty aterineto no miditra amin’ny tranokalan-tseraseran’ny foiben’ny fintantanana ankapoben’ny hetra araka izany dia efa afahana mandoa ny hetra amin’ny fotoana fohy.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana 2020Tsy hahenoan-dresaka ireo parlemantera

Antom-pivorian’ny parlemanta roa tonta ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana taona 2020.

Tsara ho fantatra ireo laharam-pahamehana voarakitra ao anatiny Tsy ahenoan-dresaka firy ireo parlemantera mahakasika ny « Loi de finance 2020 ». Ilaina adihevitra sy fanangonan-kevitra. Misy ny « conférence budgétaire » isaky ny minisitera izay tarihin’ny minisiteran’ny toekarena sy ny vola, mialoha ny fandrafetana ilay lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana. Saingy miseho matetika ireto tranga ireto :tsy mifanaraka amin`ny  fampiharana ny politikam-panjakana (PGE) izay nampahafantarina ny Parlemanta roa tonta ireo voarakitra. Eo ihany koa ny adihevitra momba ireo tombontsoa manokana sisa no mibahana. Manaraka izany, tsy voadinika lalina ny vola hampiasaina amin’ireo sehatra ho fampiroboroboana ny harinkarena faobe sy ireo « priorité »; Farany, lasa "budget de Moyen" no ampiharin'ny minisitera fa tsy mifanaraka amin’ny fenitry ny fampiasam-bola izany hoe " Budget programme". Ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibolam-panjakana taona 2020 moa dia ny herinandro lasa teo vao nolaniana nandritra ny filankevitry ny minisitra. Ny eo anivon`ny Antenimieram-pirenena indray, zara raha mahatratra folo mahery ireo depiote mivory ao an-dapa kanefa fiaianam-pirenena no hodinihana. 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Saram-pisoratana - EPPIlay 4.000 na 5.000 Ar isaky ny ankizy no nofoanana

Niteraka resabe teto amintsika mihitsy efa ho tapa-bolana izao ny fisian’ilay fanambarana nataon’ny minisitry ny fanabeazam-pirenena Rtoa Volahaingo Marie Therese

 

 

  mikasika ny tsy fisian’ny saram-pisoratana anarana eny anivon’ny  EPP intsony ho an’ireo mampiana-janaka any amin’ny sekolim-panjakana. Mbola nanamafy izany indray ity minisitra ity omaly ka notsindriany tsara fa ilay 4.000 na 5.000 Ar isaky ny ankizy mpianatra no nofoanan’ny fanjakana, izany hoe ilay hividianan’ny sekoly tsaoka. Ny fanjakana no handoa izany eny anivon’ny EPP tsirairay avy, hoy izy amin’ny alalan’ny “caisse ecole”.  Tsy hidiran’ny fanjakana  amin’ny alalan’ny minisitera kosa ny fisian’ireo karazana latsakemboka tsy maintsy aloan’ny ray aman-dreny entina hanasoavana ny sekoly misy ny menaky ny ainy toy ny karaman’ireo mpampianatra FRAM, ohatra, ny karaman’ireo mpahandro sakafo ho an’ireo manana cantine….. Miankina amin’ny sekoly tsirairay avy sy ny ray aman-dreny ny fanapahana izany, hoy hatrany ny minisitra raha ny FEFI kosa no mpandrindra.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Samy tia tanindrazana

Somary nangatsiatsiaka ny andro voalohan’ny fampielezan-kevitra momba ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny mpanolontsain’ny tanàna raha ny hita omaly.

 

 Misy amin’ireo olompirenena sasany aza no teo vao gaga hoe hay vare ka mbola misy fifidianana mbola ho hatrehina indray ato ho ato e ! Mpitondra fanjakana sy mpanapa-kevitra tsy ho tonga saina amin’izany angamba tsy ho tonga saina intsony. Zary mihalangalana manoloana ny fiainam-pirenena ny vahoaka. Heverina fa manana adidy ny amin’ny tokony hametrahana fanontaniana mikasika izany ny rehetra. Leo manoloana ireo ahiahina hosoka sy halabato ve sa torovana manoloana ny fahasahiranana andavan’andro izay tsy ahitana tara-pahazavana ho an’ny ampitso mihitsy? Na ho drindrangilo amin’ireo mpanapa-kevitra aza tsinona dia tsy azo ihodivirana na dia hatramin’izao azan y olana eo amin’ny resaka fidangan’ny vidim-piainana sy ny vidin-tsolika ary ny olana mikasika ny resaka jiro sy rano. Tsy dia tokony hahagaga loatra ireo mihazakazaka amin’ny fahazoana seza ho lehiben’ireo kaominina misy eto Madagasikara angamba ny zava-misy. Misy rahateo ny fanamarihana iray izay hoe isika rehetra dia samy tia tanindrazana. Fehezanteny amina dokambarotra iray izay izy io kanefa koa fampahatsiahivana rahateo ho an’ny Malagasy tsivakivolo fa izany isika ireo na handà io filazana io tahaka ny inona aza. Samy tia an’ity Madagasikara ity avokoa saingy ny fatran’izay fitiavana izay angamba no samy manana ny fetrany. Ao ny betsaka, ao ny eo ho eo, ao ny kely fa tsy mampino kosa angamba ny hoe tsy manana mihitsy ny sasany. Isan’ny azo hanaporofoana izany ny fientanam-pon’ny rehetra nandritry ny fifaninanana iraisampirenena momban’ny baolina kitra iray vao tsy ela izay. Hita ho sakana foana anefa, araka ny efa nambara, ny gejan’ireo rafitra iainana eto amin’ny firenena. Ahoana ary no hialana amin’izy ireny?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoHivaha ny 70 % n’ny olan’ny rano afaka 12 volana

Nidina ifotony nijery ireo fotodrafitrasa fanatsarana ny famatsian-drano eto Antananarivo ny minisitry ny Angovo, ny Rano ary ny Akoran’afo, mpisolo toerana,

Ramarolahy Christian sy ny mpitantana ny orinasa JIRAMA, omaly. Maro ny lesoka hita tamin’ny fanatanterahana ny asa teny Amoronakona, hoy ny minisitra. Hentitra ny tenany nanome baiko ilay orinasa nahazo ny tolo-bidy ny amin’ny hanarenany ireo lesoka ireo. Haka manampahaizana tsy miankina ny minisitera hitsirika ny fanaraham-penitry ny asa vita sy ny faharetan’ny fotodrafitrasa. Efa tafiakatra ao amin’ny siniben-drano Ambohimahitsy ny rano avy eny Amoronankona amin’izao fotoana izao, ary efa afaka hamatsy tsikelikely ny faritra atsinanan’Antananarivo sy hanatsara ny famatsian-drano amin’ny distrikan’Antananarivo faha-V ary ny faritra sasany eto an-drenivohitra. Taorian’izay, nijery ny fizotry ny asa fanaovana lava-drano « forage » teny Laniera ihany koa ny delegasiona notarihin’ny mMinisitra Ramarolahy Christian. Mizotra araka ny tokony ho izy ny fanatanterahana ny asa eny an-toerana satria vita omaly ireo lava-drano miisa dimy, afaka hamokatra rano 100m3 isan’ora ho an’ny faritra Avaratr’Antananarivo. Ny 15 desambra no fe-potoana nomen’ny orinasa fa hahavitan’ny asa. Mifanindran-dalana amin’ity asa tanterahana eny Laniera ity ihany koa ny fanaovana lava-drano miisa fito hamatsy an’Ivato sy Ankadindravola ary ny manodidina. Hovitaina faran’izay haingana ny asa hahafahana mamaly ny filàn’ny mponin’Antananarivo. Afaka herintaona, hoy izy dia hivaha ny 70%- n’ny olan’ny famatsian-drano eto Antananarivo.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranary Lala Berthin -Andoharanofotsy“Mahatoky ny mpifidy aho”

Andro voalohany ho an’ireo kandidà mpifaninana ben’ny tanàna manerana ny nosy, ny andro omaly, ka samy nisafidy ny toerana nentina nanokafana izany ireo kandidà mpifaninana.

Tia Tanindranaza0 partages

Mponina sy fampandrosoanaHiatrika fivoriam-be any Nairobi ny tanora Malagasy

Hisy ny fihaonana an-tampony hotanterahina any Nairobi-Kenya amin’ity volana novambra ity mandritra ilay kaonferansa iraisam-pirenena mahakasika ny mponina sy ny fampandrosoana (ICPD).

Hisy ny  tanora hisolo tena an’i Madagasikara any ka hamelabelatra ny asa vita nandritra ny 25 taona. Ankoatr’izay dia hisy ihany koa ny fanatanterahana fanadihadiana any mahakaika ny fampandrosoana. Hojerena amin’izany ny olan’ny tanora eo amin’ny lafiny fananahana sy ny vohoka tsy niriana na aloha loatra izay miteraka tsy fampandrosoana eto Madagasikara. Mahasahana ny lafiny rehetra momba ny fitomboan’ny mponina ihany koa ity ICPD ity ka anisan’izany ny fifindra-monina, ny fahanterana ,ny fanovana ny rafitr’asa ary indrindra ny fahasalamam-bahoaka. Ankoatr’ireo tanora ireo moa dia hiainga ho any Kenya ihany koa ny solotenan’ny governemanta, ny fikambanana ara-pahasalamana.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpitatafikaOmena sehatra ny fanabeazana sy ny famoronan’asa

Difotry ny olana ara-tsosialy ny ankamaroan’ny tokantrano Malagasy noho ny hasarotan’ny fiainana. Betsaka ireo tsy afaka mampiana-janaka intsony noho izany. Maro ireo tsy misakafo ara-dalàna intsony noho ny tsy fananan’asa….

 

Hijery manokana ireny karazana olana ireny Rado Ramparaoelina, kandida Ben’ny tanàna laharana fahatelo ao amin’ny kaominina Ampitatafika raha vao lany eo. Omeny sehatra voalohany amin’izany ny fanabeazana ka hisy ny fananganana sekoly vaovao sy ny fanohanana ireo ray aman-drenin’ny mpianatra. Hojerena ihany koa ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana amin’ny alalan’ny fampidirana jiro, tsy ho latsa-danja ny rano fisotro madio. Ankoatra izay dia anisan’ny hampiavaka ny dimy taona hitantanan-dRado Ramparaoelina ny kaominina Ampitatafika ny famoronany asa ho an’ireo tsy an’asa ao amin’ny faritra iadidiany. Eo amin’ilay tanimenabe novidian’olon-tsotra no hanaovana izany izay hananganana toerana manara-penitra toa an’ny galaxy eny Andraharo. Toerana 12 m x 300 no hanaovana azy. Hanamboatra biraon’ny kaominina vaovao ihany koa ny tenany. Tany nomen’olona azy no hatolony ho an’ny kaominina Ampitatafika hananganana izany noho ny fahateren’ny toerana fiantsonan’ny fiarakodia ao amin’ny toerana misy ny kaominina ankehitriny. Fotoam-pivavahana nentina nangatahina tso-drano tamin’Andriamanitra tao amin’ny Ekar Masimbavy Cecile Tangaina omaly no nentin’ity kandida iray ity nanokafana  ny fampielezan-kevitra hatrehiny.

Pati sy Marigny

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana ambaratonga ambonyKivy amin’ny minisitera ry zareo Seces

Na ny mpianatra aza dia efa mahalala fa ao aorian’ny fifampidinihana hitadiavana vahaolana amin’izay olana miseho ka midona amin’ny rindrina tsy misy mihaino dia misy ny fahafahana manao ny antsoina hoe « Préavis de grève ».

 72 ora izy io ary alefa paositra misy ny antsoina hoe « accusé de réception” , izany hoe fanamarihana fa voaray ny hafatra. Ho an’ny Seces Antananarivo  dia tontosa ireo, hoy ny fanazavana. Azo hamarinina izany, hoy ny filohan’ny Seces Tanà, Ny Profesora Grégoire Ravelonirina. Tsy mijery televizionina sy mihaino vaovao angamba ireo tomponanandraikitra, hoy izy. Mampalahelo ny zava-misy satria ny toerana maha tompondraikitry ny minisitera dia toeram-boninahitra ary tsy ny olon-drehetra no tojo izany fa notsongaina tao anatin’ireo mpampianatra mpikaroka, hoy hatrany ity filohan’ny Seces ity. Na izany aza, hoy hatrany ny tenany, dia fanehoana tsy finiavana handray andraikitra ny an’ny minisitera raha nilaza fa tsy naharay taratasy manambara ny fisian’ny fitokonana ety amin’ny anjerimanontolo. Hita ho kivy amin’ny minisitera araka izany ity sampan ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Alasora“Maro ny asa vita saingy tsy ampy”

Tamin`ny alalan’ny fotoam-bavaka no nisantaran’ny antoko Tiako I Madagasikara ny fampielezan-kevitra izay nandrotsaka an`i Jimmy Randriantsoa ho kandidà ben`ny tanàna ao amin`ny kaominina Alasora.

 Avy eo dia niroso tamin`ny fanentanana ny kandidà sy ny mpiara-dia aminy hampahafantatra amin`ny vahoaka ireo laharam-pahamehany rehefa tonga eo ka anisany ny rano fisotro madio. Efa mihevitra azy io ho vaindohan-draharaha koa satria aina ny rano ary fototry ny fahombiazan'ny fambolena. Ny 70 %-n’ny mponina eto Alasora dia mpamboly ary mivelona amin'ny asa fambolena ka singa iray amin`ny fanatsarana ireo seha-pihariana ireo ny rano fisotro madio. Noho izany, fampidiran-drano ho an'ny tantsaha mihitsy no asa atao eto. Ho laharam-pahamehana ihany koa ny fanatsarana ireo lalana eny amin`ny elakela-trano.  Zava-dehibe mifandraika amin`izany ny lafiny fitaterana satria 7 km monja miala amin`ny tanàn-dehibe no misy an`ity kaominina ity kanefa am-polony taona maro no misedra olana. Efa maro ny asa vitany tao saingy tsy maintsy hatsaraina ny tanàna sy ny fari-piainan`ny vahoaka amin`ny alalan`ny fifaninanana eo amin`ny sehatry ny fambolena sy fiompiana.  Efa maniry sahady ny hisian’ny fiaraha-miasa amin'ireo kaominina manodidina na "inter-coopération des communes" ny tenany. Teknisianina ary injeniera misahana ny resaka fotodrafitrasa rahateo izy, raha ny fanamarinan’ireo akaiky azy.

 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajoelinaHiaraka amin’ny tatsinanana ?

Tonga nitsena ny delegasiona sinoa izay notarihin'ny praiminisitra lefitra misahana ny filankevi-panjakan'ny Repobika entim-bahoakan'i Chine,

 

Rtoa Sun Chunlan, izay manatanteraka iraka ofisialy eto Madagasikara ny praiminisitra, lehiben'ny governemanta Ntsay Christian sy ireo mpikambana ao amin'ny governemanta ny 04 novambra lasa teo.Mialohan’io efa nanatrika ilay fihaonana an-tampon’i Afrika sy Rosia tany Sotchi Rosia ny filoha Rajoelina ; manampy izay tsaroana tsara ny fanontaniana tampoka nataona mpanao gazety masoivohona orinasam-pampahalalam-baovao vahiny iray eto Madagasikara tamin’i Andry Rajoelina nandritra ny propagandy hoe : moa va anisan’ireo kandida tohanan’ny Rosianina ianao ? Tsy namaly mo aizy tamin’izay fotoana izay. Sao kosa ary efa mitodika amin'i Chine sy Rosia mihitsy i Madagasikara fa hiala amin'ny tandrefana izany hoe ireo mpiara-miasa mahazatra toa ny Frantsay, Amerikanina, Alemana, … ? Raha miala amin`ireto farany mantsy dia tsy maintsy miala amin`ny mpamatsy vola mahazatra toy ny banky iraisam-pirenena na koa ny tahirim-bola iraisam-pirenena… Izany hoe, hisaraka amin`ny frantsay sy ny amerikanina. Sanatria ve mety fifanarahana nataon-dRajoelina mialoha ny fifidianana izany ? Ary inona koa no tena antony nisafidianan’i Andry Rajoelina sy ny Mapar an’ i Ntsay Christian ho praiminisitra taorian’ny hesika nataon’ireo depiote TIM sy MAPAR na ny D73 tamin’ny herintaona ka nampirodana ny fitondrana HVM ? Avy eo mbola io voatazona ho praiminisitra io ihany izy.  Matoa mifandray amin’i Madagasikara ireo firenena maneran-tany dia hitan’izy ireo fa stratejika ny toerana misy ity nosy ity, mbola malalaka, manana harena an-kibon’ny tany tsara kalitao isan-karazany ka anisan’ireny ny solika, volamena, vato sarobidy isan-karazany.Ekena fa ilaina ny fiaraha-miasa sy ny fisokafana amin’ny firenena maro, saingy ny atahorana raha mitohy ity fomban’ny fitondrana Rajoelina ity dia ho tezitra ihany ny tandrefana ny farany, ka hampiato tanteraka ny fanampiany antsika, eny fa na dia ireo tetikasa momba ny fiahiana ny maha olona aza, izay tena mbola ilain’i Madagasikara hatreto aloha. Raha nisafidy ny hiatsinanana tokoa ny fitondrana Rajoelina, moa ve azony antoka fa hanohana tokoa an’i Madagasikara ny Rosianina, Sinoa na firenena Arabo manakarena fa tsy sanatria ho avy eto fotsiny ka hitsetsika ny harem-pirenena.Ary ny tena zava-doza dia raha sanatria ka hifanandrina eto ny tandrefana sy ny tatsinanana dia ho latsaka afovoany i Madagasikara ka ho sanatria ho lasa firenena rotiky ny krizy sy ny ady tahaka an’i Irak, Libya sy Syria.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Zotra rezionaly sy nasionaly15 kg isan’olona ihany sisa ny entana azo entina

Holanjaina avokoa manomboka izao ny entana ho entin’ireo taxi-brousse ao amin’ny zotra rezionaly sy nasionaly mivoaka sy miditra ny

 

 

 

renivohitra hisorohana ny lozam-pifamoivoizana mety hitranga ka mety hamoizana ain’olona. Ferana ho 15 kg isan’olona ihany izany raha araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety, omaly Atoa Reribaky  Jeannot. Hatreto mantsy hoy izy dia  tsy ny fanaovana  taingim-be ihany no miteraka loza fa  eo ihany koa ny fitondrana entana marobe tsy  mifanaraka amin’ny tanjaky ny fiara.  Mety ho voahaja ihany hoy hatrany izy ilay haavon’ny entana entina  0,80 cm isaky ny taxi-brousse araka ny lalana saingy mifanohitra amin’izay kosa ny  vesatr’ireo entana. Hanao hetsika goavana indray araka izany ny ATT manomboka  amin’ny fiandohan’ny volana Desambra ho avy izao. Tafiditra ao anatin’izany ny fanaraha-maso ny fiara ankoatra ny fijerena manokana ireo entana entiny mba ho faran’ny taona hieren-doza no ho lalovan’ny rehetra.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Randriamasinoro« Tiantsika ary hatsaraintsika i Antananarivo. »

Natomboka tamin’ny fonompoam-pivavahana tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina omaly ny fampielezan-kevitry ny kandida ho ben’ny tanànan’Antananarivo , Rina Randriamasinoro, laharana faha- 2 ao anaty bileta tokana.

Tsy maintsy hijoro isika

Zava-dehibe ny nanokafana ny propagandy tamin’ny fivavahana, hoy ny kandida laharana faha-2 ao anaty bileta tokana, Rina Randriamasinoro. Tsy maintsy hijoro isika Kristianina rehetra manoloana ny zava-misy eto Antananarivo. Ankinina amin’ny Andriamanitra ny zava-drehetra manomboka izao. Mahazo matoky ianao, hoy izy mantsy ny filoha Ravalomanana fa tsy diso safidy. Matokisa koa isika rehetra fa matoa aho nanaiky hirotsaka dia vonona. Mbola matoky isika fa hahavita zava-dehibe eto. Tsy handraraka ilo mby an-doha aho, hoy izy. Tsy maintsy hisy fiovana i Antananarivo manomboka izao ary ho hita taratra any anatin’ny fandahanasa izay hampahafantarina ny mponina eto Antananarivo mandritra ny fampielezan-kevitra izany. Tiantsika i Antananarivo ka tsy havelantsika hoviravirain’olon-kafa. Tsy aferako irery na ny TIM fa antsika rehetra ny fanavotana an’Antananarivo, hoy hatrany ity kandida ho ben’ny tanànan’Antananarivo, laharana faha-2 ao anaty bileta tokana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Tia TanindrazanaHanolo-tena ho an`ny vahoaka

Ao anatin`ny fanatanterahana ny fampielezan-kevitra isika amin`izao. Nanatanteraka ny azy omaly ny antoko Tia Tanindrazana.

Teny amin`ny kaominina Andoharanofotsy no nanatanterahana izany, fotoana iray izay nisaorana ireo mpanohana rehetra sy nisaorana an`Andriamanitra ihany koa ny amin`ny fanombohana ny fampielezan-kevitra. Tonga nanome voninahitra ny fotoana ny birao politikan`ny antoko Tia Tanindrazana notarihan`ny filohany, Atoa Tahina Razafinjoelina. Araka izany, notsofin-drano  ireo kandidà 4 amin’ny anaran’ny antoko miampy 30 hafa tsy miankina izay tohanan’ny Tia Tanindrazana amin`izao fifidianana ben’ny tanàna izao. Nandritra ny lahateniny dia nanambara ny sekretera jeneralin`ny antoko  Tia Tanindrazana, Schall Ramanantsoa fa mbola hotetezina avokoa ireo toerana ireo amin`ny fotoana mahamety azy. Nandritra izany ihany koa no nanolorana ny kandidà ao amin`ity kaominina ity. Miroso amin’ny fiaingana vaovao, ka mivonona hiditra an-tsehatra bebe kokoa amin’ny raharaham-pirenena ny antoko Tia Tanindrazana. Ny ben’ny tanàna no endrika tsara indrindra amin’ny fitsinjaram-pahefana, ho an’ny antoko Tia Tanindrazana ka izay no nisafidianana hoe natomboka tany amin’ny kaominaly ny fidirana an-tsehatra. Raha tsiahivina, nijoro ny 07 desambra 2010 ny antoko. Nijoro tamina foto-kevitra ary tsy mbola naniry naka toerana mihitsy satria te hiteny sy haneho fa ny politika dia fanoloran-tena ho an’ny vahoaka fa tsy fitadiavam-bola sy voninahitra. Manana ny vinam-pampandrosoana mazava ny Tia Tanindrazana, izay mifototra amin’ny FANABEAZANA, ny FITSINJARAM-PAHEFANA ary ny TEKNOLOJIA.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asan-jiolahy tany MampikonyVoasoroka ny fitsaram-bahoaka

Nifanarahan'ireo mpividy efa-dahy izay jiolahy mitam-basy sy ny mpivarotra fa tsy aloa ny vidin'omby 6 raha tsy vita ny taratasy.

 

Lasa tsy an-kiteny anefa ireo mpividy, tsy nandoa vola, nentiny ny omby, ny 31 oktobra teo, tao amin'ny tsenan'ombin’i Betsingala Mampikony. Ny 2 novambra tolakandro no tsikaritry ny tompon'omby ny roa tamin'ireo malaso tao Betsingala ka  nosamborina ary naterina tao amin'ny fokontany. Nisy vondron'olona ombam-piadiana efa vonona ny hamono azy ireo ka nanery ny filohan'ny fokontany hamoaka azy ireo. Nampandre avy hatrany ny Zandarimaria Mampikony ny sefo fokontany. Nandefa Zandary tany an-toerana ny tobim-paritra Mampikony  ka nanaiky nalamina ireo vondron'olona tezitra noho ny ombin'ny fianakaviany nangalariny. Rehefa natao ny famotorana sy fisavana, sarona tamin’ireo jiolahy ny basy poleta vita gasy sy bala basim-borona miisa 6. Notadiavina ireo omby ka tratra tany Ambatoaranana, kaominina Komajia, Mampikony. Araka ny resaka manokana tamin’ny zandarin’ny Mampikomy omaly atoandro, ireo tratra no tompon’ny atidohan’ny asa ratsy. Mbola karohina kosa ireo jiolahy roa ambiny sy ilay nametrahana ny omby izay vao nahatsikaritra ny mpitandro filaminana 2 km tsy ho tonga tany Ambatoaranana izay toerana marimarina dia nilefa.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana an-tsokosoko any IkalamavonySarona ny Béryllium sy tourmaline an-jatony kilao

Béryllium 188 blocs no saron’ny zandarimariam-pirenena amin’ny faritra Matsiatra ambony sy tourmaline 118 kg.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza teny TsaramasayMaty tsy tra-drano ilay ankizivavy 8 taona

Araka ny angom-baovaon’ny polisim-pirenena, mianatra eny Anjanahary ilay ankizy voadonan’ny kamiô teo Tsaramasy.

 

 Rehefa tsy tonga ny mpampianatra dia nalefa nody izy ireo. Teny am-pandehanana hody ilay zazavavy 8 taona no tratran’ny lozam-pifamoivoizana omaly maraina. Araka ny voalazan’ny nanatri-maso, niampita tampoka ilay zaza ka tsy nampoizin’ilay mpamily kamiô  22 taona, tamin’ny boulevard de l’Europe hihazo an’Ankorondrano. Etsy an-daniny anefa, nisy ihany nanatri-maso nanambara fa nandeha mafy ilay fiara vaventy izay nihoatra am-pandehanana fiara hafa ka nahatonga ny loza. Tsy nisy mpanaraka io zaza io raha ny filazan’ny mpitandro filaminana eo amin’ny paositry ny polisy Antaniavo.

«Tamin’ny 8 ora latsaka no nitranga ny fanitsahan’ny fiara mpitatitra biriky ilay mpianatra. Maty tsy tra-drano io zaza io. Teo amin’ny faritra Ankazomanga ampitan’ny Fiangonana Tsaramasay no niseho ny loza. Efa nentin’ny polisy misahana ny lozam-pifamoivoizana Tsaralalana ny mpamily ilay fiara mpitatitra biriky», hoy ny tomponandraikitry ny serasera eo anivon’ny polisin’Antaniavo, nandritra ny tafa manokana. Eo am-panatanterahana ny fanadihadiana ny tompon’andraikitry ny famotorana eo anivon’ny polisim-pirenena, ary hatolotra ny fitsarana rehefa vita izany. Manana andraikitra koa ny sekoly amin’izao fampodiana zaza tsy ara-potoana izao.

 

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

TSY MANAIKY PYLONE

Mbola nanamafy ny fitokonana indray ireo mponina teny Ambohidraserika Mahazoarivo izay tsy manaiky ny hametrahana « pylône » an’ny Telma eo amin'ny tanàna.

 Nikasa ny hanapaka làlana mihitsy izy ireo satria tsy mety ny fametrahana ity fitaovana ity. Efa im-betsaka ireo olona ireo no nisintona ny lakolosy fanairana saingy tsy nisy nihaino mihitsy hatreto. Matahotra ny ainy ireo olona vokatry ny fisintoman’ny pylône ny varatra ary koa ny fisian’ny « radiation » aterak’izany eo amin’ny manodidina.

KIDNAPPING KARANA

Nivoaka tamin’ny fahanginany indray ny fikambanan’ny karàna izay mizaka ny zom-pirenena frantsay eto amintsika. Nilaza izy ireo fa karàna ihany no ao ambadiky ny kidnapping sasany ary ireo dia efa nitsoaka any ivelany rehefa azo ny volabe. Ireo malagasy sasany kosa izay efa naiditra am-ponja dia tsy taitra amin’izay saziny satria tsy nisy nogiazana akory ny fanànana izay efa azon’ireo ary dia toa ny miala sasatra fotsiny ireo any am-ponja. Mangataka ireo mpikambana ny mba hanafainganana ny fampiharana ny fanagiazana ny fanànana izy azo tamin’ny ratsy.FIFAMOIVOIZANA MILA FANDAMINANA

Mila fandraisana andraikitra maika ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra satria lasa mamono olona isan’andro. Omaly dia zazavavikely izay namonjy fianarana no maty tsy tsa-drano nofaohin’ny kamiao nitatitra biriky. Tsy misy manaraka intsony ny lalàna izay mametra ny fiara lehibe tsy hiditra an-drenivohitra raha tsy amin’ny sivy ora alina. Etsy andanin’izany, lasa tery kely ny làlana satria ny « trottoir » dia feno fiara ary dia lasa mandeha amin’ny arabe ny olona. Isan’ny mikorontana indrindra ny fifamoivoizana eto amintsika maneran-tany.MANGATAKA FAMOTSORAN-KELOKA

 Nidongy sy nangataka ny hahazo famotsoran-keloka avy amin'ny filoha tany Antanimora ireo gadra teo amin'ny lafiny politika toa an'i Claudine Razaimamonjy. Nangataka ny hihaona sy hiresaka mivantana amin'ny filoha ity farany fa toa tsy tanteraka. Nahagaga ny maro ihany koa ny fomba fitondrana manokana azy izay tsy dia miaraka amin'ny gadra vehivavy marobe izy fa kosa nanamboarana trano manokana ao am-ponjan’Antanimora. I Claudine sy Stéphanie kidnapping no gadra vehivavy izay tena isan’ny andrasana indrindra ao am-ponja ankehitriny.

 

 

 

 

NODORANA VELONA

Telo mianaka no indray nodorana velona tao an-tranony tany Ambohibary-Moramanga. Izany dia noho ny fifandirana lova teo amin’ny mpianakavy. Nokendrena mihitsy ny hahafaty ireo olona satria nodarohana aloha mba tsy hahatsiaro tena ary avy eo nodorana ny trano misy an’izy ireo. Fantatra avy hatrany ny tompon’antoka taorian’izay ary tsy iza fa ny anadahin’ilay ramatoa tompon-trano ihany. Voasambotra io lehilahy io rehefa nokarohan’ny zandary. Mbola mitohy mahoraka ao an-toerana ity raharaha ity satria tena nahatezitra loatra ny olona.CAMERA DE SURVEILLANCE TSY MAMOKATRA

Tsy mbola hita ny tena vokatry ny fampiasana ny « camera de surveillance » napetaka etsy sy eroa. Toa haingon-tanàna fotsiny izany fa tsy hita ny tena vahaolana entiny, indrindra manoloana ny fitohanana lavareny eto an-drenivohitra. Eto amintsika dia toa lasa fanandramana avokoa ny zavatra efa voaporofo fa mahomby any ivelany. Eto Madagasikara irery no tsy mba mampiasa jiro maroloko izany amin’ny fandrindràna ny fifamoivoizana ary koa tsy mampiasa ny camera izay mifandray mivantana amin’ny mpitandro ny filaminana.FANAMBOARAN-DALANA

Lasa fanandramana tanteraka ny fanamboaran-dàlana eto Antananarivo. Nopotehina avokoa indray ny làlana etsy Andravoahangy Ambony ary naverina norarahana vato nanomboka afak’omaly. Avy eo izany dia horarahana goudron indray izany. Mba iza loatra ary ny injenera izay tompon’andraikitra amin’ireo fanamboarana ireo satria raha ny tsikaritra dia toa milalao fotsiny no atao. Isan’ny fandaniana be indrindra anefa ny fanamboaran-dàlana ary ny volam-bahoaka no hanamboarana izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-10 taonan’ny mpitsara kitra ao AmbohidratrimoNomarihana tamin’ny fomba nanetriketrika

Nankalazaina tamin’ny fomba nanetriketrika teny amin’ny tranompokonolona DADABENA teny Ambohidratrimo tamin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Marathon de Tanà andiany faha-19Nahemotra amin’ny alahady 17 novambra izao

Nambaran’ireo mpikarakara (Fma sy Vima ary ny Eau Vive niaraka tamin’ny Telma),

La Vérité0 partages

Incendie à Andohalo - Une voiture détruite faute d’eau

Un incendie s’est déclaré vers 10h30 dans le périmètre du lycée d’Andohalo, hier matin. Une berline de marque Hyundai Getz w-click a été alors détruite, du moins pour une grande partie de sa structure. L’intérieur a été réduit en cendres. A proprement parler, la roue avant droite, et probablement le capot sont restés intacts. Par ailleurs, trois autres véhicules, qui furent garés près de la Hyundai, ont pu être sauvés. Pourtant, l’un est un minibus sur cale. Les riverains ainsi que leurs propriétaires ont réussi à les dégager assez rapidement du brasier en les poussant  hors du périmètre du danger.

 

Mais que s’est-il passé ? Les versions restent encore très confuses. Les propriétaires de ces voitures ainsi que des témoins ont affirmé que le feu a démarré dans un secteur broussailleux situé à un angle de l’enceinte du lycée d’Andohalo, ce dernier surplombant l’aire de stationnement à l’extérieur. Notons que quelqu’un qui est dans l’enceinte de ce lycée, aurait incinéré des déchets à l’endroit, selon nos interlocuteurs. « Tout s’est passé vite. Les flammes qui ont consumé les  arbustes et les  broussailles s’étaient éparpillés très vite dans la rue  où se trouve  le stationnement. Puisque la Hyundai se trouve le plus à proximité, d’autant plus que son réservoir d’essence est à portée du feu, cela explique sa destruction en un temps record », relate un témoin. Alertés par les gens, les propriétaires de la voiture n’ont pu qu’assister dans l’impuissance totale la destruction de la Hyundai tant les feux étaient intenses.

Les personnes que nous avons rencontrées sur les lieux ont été unanimes sur un fait : une explosion a préludé à l’incendie de la berline coréenne. Les pompiers sont arrivés avec un fourgon-pompe cinq minutes après l’alerte. Mais là, ils ont été confrontés à un grave problème lié à l’éloignement de bouche d’incendie. Pire, la pression de l’eau était tellement basse qu’ils n’ont pu accomplir leur tâche avec plus d’efficacité. Les propriétaires et les riverains ont alors vivement fustigé la JIRAMA. « Tous les jours, l’eau est coupée dans notre quartier. Les pompiers auraient pu sauver cette berline s’il y avait assez d’eau », enrage un riverain. Et de poursuivre : « Des élèves étaient témoins qu’il y avait une incinération d’ordures dans la zone où l’incendie s’est déclaré ».

Pour n’avoir qu’un unique son de cloche, nous avons cherché à obtenir la version les responsables du lycée. Mais il fut interdit de les perturber sous prétexte qu’ils étaient encore en pleine réunion avec le propriétaire de la Hyundai. Notons que ce dernier venait de l’acquérir il y a à peine 4 mois environ pour près de 20 millions ariary, selon l’information. Dire que l’incendie tragique du Rova s’est déclaré également un 6 novembre il y a 24 ans de cela, et toujours dans cette même partie haute de la ville.

Franck R.

La Vérité0 partages

Baccalauréat session exceptionnelle - Un résultat catastrophique à l'affiche !

Le Président de la République Andry Nirina Rajoelina  et les responsables des examens nationaux ont donné une seconde chance aux candidats inscrits à l'examen du baccalauréat session 2019, faisant suite à la désorganisation et la fuite de sujets. Pourtant, cette opportunité n'a  pas été bien saisie par les candidats recalés lors de la première session et qui se sont présentés à la session exceptionnelle organisée du 23 au 26 octobre derniers. D'après les informations obtenues, les résultats ont été tout simplement catastrophiques notamment pour Antananarivo.

Le taux de réussite en général est de 18.52% soit une importante baisse de 22% du résultat de la session normale.  La série A1 a enregistré un pourcentage de 26.10% tandis que celle A2 a obtenu 17.02% de réussite. Quant aux séries scientifiques, la série C note 23.41% et la série D de 19.56%.   

Pas de mention « Bien et Très-bien »

Néant. Aucun  des candidats qui se sont présentés à cette deuxième session n'a obtenu les mentions « Bien et Très-bien ». Toutefois, 252 candidats viennent de décrocher le diplôme du baccalauréat avec mention Assez-bien. Ils sont 37 pour la série A1, 125 pour la série A2. A cela s'ajoutent les 67 candidats de la série D et 23 de la série C. « L'on s'attendait déjà à de tels résultats. Les candidats ont exprimé, pour la plupart, la difficulté des sujets et même montré leur contrariété  pour cette session exceptionnelle », avance une enseignante d'histoire-géographie

Rappelons que pour la première session 2019 de cet examen du baccalauréat, 27.385 candidats ont obtenu la moyenne et déjà déclarés officiellement nouveaux bacheliers. Antananarivo a affiché un taux de réussite de 40.56%  contre 47,47% en 2018, soit une légère baisse de 7%.  Parmi les 5059 candidats inscrits en série A1, les 2261 d'entre eux ont réussi à l'examen et pour la série A2,  17.390 des 44.051 enregistrés sont admis soit 39.49% des candidats. En ce qui concerne les séries scientifiques, 1060 des 2945 inscrits dans la série C ont décroché leur diplôme. Quant aux élèves de la série D, ils ont été 6674  parmi les 15751 à réussir à leur examen cette année.   

KR.

La Vérité0 partages

Zone de libre-échange continentale africaine - Un marché de 1.210 milliard de consommateurs à saisir

Une révolution industrielle 4.0 pour l’Afrique. Le continent africain a récemment lancé la zone de libre échange continentale en Afrique (ZLECAF) afin de promouvoir le commerce entre pays africain. Le onzième forum du secteur privé africain qui s’est tenu au Centre de conférence international (Ivato) s’est alors focalisé sur la mobilisation du secteur privé face à cette opportunité qui se présente. « Un marché de 1,210 milliard de consommateurs représente une grande opportunité en termes de production agricole surtout pour le secteur privé et une opportunité en termes de développement industriel et d’infrastructure.

Nous avons les matières premières entre nos mains alors transformons-les. L’Afrique ne doit pas rater l’opportunité de la révolution industrielle 4.0. Pour cette édition, nous avons particulièrement formé environ 80 jeunes qui vont devenir ambassadeur de ce dynamique qui est en train de se développer » annonce professeur Victor Harison, le commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine durant son discours.

Malgré cette grande occasion à saisir, les pays de l’Union africaine sont loin d’être unis. Le Premier ministre Ntsay Christian a alors souligné l’importance de l’intégration des leaders de l’Afrique dans cette vision commune de développement. « Il est anormal qu’un pays comme Madagascar qui produit du bon rhum n’arrive pas à en vendre en Afrique. Pourtant, tous les secteurs sont des opportunités en Afrique. Il faut que l’Afrique regarde l’Afrique. Nous avons vraiment besoin de cette Afrique intégrée à travers les leaders de ce continent. Ces derniers vont dans le sens de la réalisation de cette vision commune», souligne-t-il dans son discours.

Ce forum s’adresse à une partie prenante qui joue un rôle d’accélérateur de croissance économique sans leur pays. Les quatre jours de débats seront axés sur le rôle du secteur privé, l’amélioration du climat des affaires qui passent par la mise en place de la bonne gouvernance, de l’Etat de droit, de la lutte contre la corruption, la lutte contre les flux financiers illicites et surtout la transformation productive de l’Afrique.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

La série noire !

Le mauvais sort s’abattrait-il sur le mythique groupe Mahaleo. En une dizaine d’années, quatre de ses éminents membres, tous irremplaçables à leurs postes, passent de vie à trépas. En septembre 2010, Raosolosolofo Razindranoa Raoul dit Raoul fut le premier à quitter la barque. Quatre ans plus tard, c’est au tour de Rakotobe Andrianabelina alias Nono de suivre le triste parcours. Et cinq après, le dimanche 20 octobre 2019, un autre « à la voix d’or » Rajaonarison Famantanantsoa alias Fafah, rejoint les partants sans retour. Consternation générale, Fafah décède des suites des maladies du poumon et de l’estomac. Et voilà, la caravane de la mort continue inexorablement son « voyage ».

Le dimanche 3 novembre, encore un dimanche, un autre membre, un expert en mélodie musicale, le « lead vocal » du groupe Andrianabela Rakotobe alias Dadah, happé par la mort, part brutalement vers l’autre monde et rejoint ses « frères d’arme ». Une série noire difficilement admise par ce qui en reste du groupe. Les fans aussi cachent mal leur chagrin.

Fondé en pleine ferveur du mouvement estudiantin de 1972, l’inusable groupe Mahaleo, traverse en cinquante ans environ, au moins quatre générations. Personnellement, je garde toujours en mémoire ce groupe de jeunes talents qui, débarquant de nulle part, guitares aux mains, endiablait et haranguait par des airs militants et envoûtants les jeunes étudiants grévistes à Ankatso. Si la grève avait tenu tête malgré la pluie et les répressions du régime PSD, ce fut grâce entre autres aux animations utiles et très appréciées de Dama et acolytes. Un moment, la grève faillit s’essouffler et se trouvait au bord de l’éclatement mais grâce aux efforts inlassables de ces jeunes artistes de génie de maintenir la flamme, la lutte a pu survoler les dangers et les pièges tendus.  

De 1972 jusqu’à ce jour, soit 47 ans d’affilée, le charismatique et fétiche groupe Mahaleo continue toujours de charmer le public. Et les régimes successifs entre autres celui de la dictature rouge de Didier Ratsiraka ménagèrent prudemment ce groupe et n’osèrent pas lever le petit doigt en dépit des piques fustigeant certains tenants du pouvoir.

Dadah, auteur-compositeur, chanteur et musicien, en quelque sorte « l’âme » du groupe, porte en lui  l’emblème du groupe. Il personnalise et illustre le talent incontestable de la formation. Etant un médecin chirurgien de formation et de carrière, Dadah symbolise également la réussite. Il est rare de rencontrer dans un groupe, un artiste de génie à la fois doué d’une qualification professionnelle délicate comme la chirurgie. Le duo qu’il compose avec son complice de scène Fafah endiable les fans.

La dépouille mortelle de l’inoubliable sinon l’immortel Dadah a été acheminée dans l’après-midi d’hier de la ville thermale pour recevoir l’hommage national au Palais des sports de Mahamasina  comme ce fut le cas avec Fafah et enfin pour être re-acheminée vers Antsirabe, ce jour, et rejoindre la terre des ancêtres à Betafo.

Des sept membres à l’origine, il n’en reste donc que trois dont Razafindraosolo Zafimahaleo dit Dama, Andrianaivo Charles-Bert dit Charles et Rabekoto Honoré Augustin alias Bekoto. Partagés entre la douleur de la séparation et le sentiment profond à relever le défi face à la série noire, le trio restant doute de la suite à donner sur l’avenir du groupe.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Palais de Manjakamiadana - Les re-bâtisseurs à pied d’œuvre !

Depuis le 6 novembre 1995, la Capitale malagasy en particulier et Madagascar en général a perdu un de ses célèbres patrimoines, le Rovan’Antananarivo. Les années passent avec  les promesses de le réhabiliter mais rien ne semble bouger. Ou plutôt peu de travaux ont été effectués. Mais c’est désormais de l’histoire ancienne, le régime actuel a fait une de ses priorités la réhabilitation d’une partie du Rovan’Antananarivo. C’est lors de sa descente sur le lieu au mois de janvier dernier que le Président de la République Andry Rajoelina a déclaré que les travaux de réhabilitation doivent être effectués avant le mois de juin 2020. « Le Rovan’Antananarivo c’est le symbole de l’unité et de la souveraineté nationale.

Nous ferons que le Palais de Manjakamiadana retrouve son lustre d’antan avec quelques améliorations au 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar. C’est un pari que nous tous relèverons », martelait-il lors de la pose de la première pierre au mois d’avril dernier. Depuis, les choses ont bougé au niveau du ministère de la Communication et de la Culture de la ministre Lalatiana Andriatongarivo.

C’est en effet à ce ministère qu’a  été confiée la lourde mission de financer et de réaliser ce projet présidentiel. « Les travaux de réhabilitation concernent le Palais de Manjakamiadana et celui de Besakana qui sont des composants du Rovan’Antananarivo », précise-t-on du côté du ministère à Ampefiloha. Cette source ajoute que les appels d’offres y afférents étaient lancés au début du mois d’août et les adjudicataires des marchés sont déjà identifiés et notifiés.

Depuis quelques jours effectivement des va- et- vient se font remarquer au Rovan’Antananarivo. Il s’agit des employés des sociétés qui ont été les moins- disantes et qui auront «  l’honneur » et  le « privilège », au-delà des aspects financiers, de réhabiliter ce patrimoine si cher aux Malagasy. Les travaux de réhabilitation sont répartis en neuf lots à savoir le gros œuvre, les faux plafonds, cloison et plâtrerie, peinture et papiers peints, installation ascenseur, climatisation et ventilation mécanique, plomberie et sanitaire, électricité, système de sécurité, menuiserie bois, menuiserie métallique. Quatre sociétés de renom assureront les travaux dans leur domaine respectif à savoir Colas, CLIMATEL, Tropical Wood et MADIMEX. Bref, des entreprises reconnues  de leur rigueur et savoir-faire et surtout de leur respect des paroles données.

« Les Palais de Manjakamiadana et de Besakana seront livrés et mis à disposition de l’Etat malagasy  au plus tard fin mai 2020 », affirme la ministre Lalaltiana Andriatongarivo…

La rédaction

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina à l'EPP Ampefiloha - Lancement d'un « Rakibolana » pour les écoliers malagasy

Une grande première dans les annales de l'éducation nationale. Le Président Andry Rajoelina vient de lancer un « Rakibolana » de 800 pages destiné à tous les écoliers malagasy du cycle primaire et secondaire. Les premiers exemplaires de cet ouvrage éducatif en deux langues (malagasy et français) ont été distribués par le Chef de l'Etat hier au cours d'une visite à l'EPP Ampefiloha Ambodirano. Avec l'en-tête de la République en guise de couverture, l'ouvrage comporte un mot du Président en préface. « Ce Rakibolana permettra aux élèves malagasy de mieux maîtriser la langue malagasy », a déclaré le Président. Conformément à l'un de ses « Velirano », l'homme fort du pays tient à promouvoir le milieu de l'éducation à Madagascar.

 

Ce fut l'occasion pour le locataire d'Iavoloha de procéder à une remise de kits scolaires pour les jeunes écoliers de cet établissement en cette rentrée pour l'année scolaire 2019 - 2020. Des kits composés de cahiers, de stylos et de cartables. Les élèves qui sont en classe d'examen se sont également vu remettre de tablettes interactives. Des dons que vont également bénéficier les autres élèves des quatre coins de l'île.

Allègement des dépenses parentales

Concernant les droits d'entrée, le Président a réitéré que l'inscription est gratuite. Pour le cas des parents de l'EPP Ampefiloha Ambodirano, il prendra également en charge les dépenses liées au salaire des enseignants FRAM. Ainsi, les parents qui ont déjà payé seront remboursés. Les parents des familles nombreuses qui n'ont pu scolariser qu'un seul enfant se verront également obtenir l'aide du Président pour assurer l'intégration de leurs progénitures à l'école. Durant sa visite, le Président a constaté qu'une grande majorité des élèves étaient pieds - nus. Il a donc promis de doter prochainement ces élèves de souliers et de tabliers ainsi que tous les autres écoliers de la Grande île.

Le choix de l'EPP Ambodirano pour démarrer cette visite des écoles publiques de la Capitale n'est pas fortuit. Le Président Andry Rajoelina a confié que pendant sa candidature aux élections municipales en 2007, il avait obtenu 100% des voix dans l'un des bureaux de vote au sein de cette EPP. « Ce score m'a particulièrement marqué jusqu'à maintenant et je suis venu ici pour répondre à cet amour à 100% », a déclaré le Chef de l'Etat.

Le Président de la République a également écouté les desiderata des 8 enseignants FRAM qui sont pris en charge par les parents. Afin de réduire les dépenses des parents, ces enseignants ainsi qu'un gardien seront désormais intégrés en tant que fonctionnaires.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Campagne électorale - Naina Andriantsitohaina à la rencontre des étudiants

Deuxième jour de campagne. Le candidat à l’élection communale à Antananarivo Naina Andriantsitohaina a pu s’exprimer hier devant de nombreux étudiants à l’occasion d’une conférence-débat organisée à l’Institut d’études politiques par cet établissement universitaire. L’objectif de la séance a été essentiellement de permettre aux étudiants de mieux connaître le candidat et son programme. Le candidat numéro 4 sur le bulletin unique a présenté les grandes lignes de sa vision « Veliranon’Iarivo » pour développer Antananarivo.

Il a pu faire valoir sa position en matière de politique sociale, de politique publique ou de politique de développement. Lui de réaffirmer à cet égard la nécessité d’un changement de mentalité pour développer la Ville des Mille. Il a insisté notamment sur sa volonté de lutter contre la corruption et le respect des lois en vigueur.

Naina Andriantsitohaina prône par ailleurs un développement partant des Fokontany et une inclusivité pour faire avancer la Capitale.  En matière de politique publique, le candidat a insisté notamment sur la mise en place de nouveaux moyens de transport, de gestion des déchets, de cantine scolaire pour les écoliers du public, ainsi que la construction de logements sociaux. Des projets qui seront soutenus par une bonne gestion des finances de la Commune urbaine d’Antananarivo. Le prétendant à l’Hôtel de ville de réitérer à cet égard son souhait d’améliorer le recouvrement fiscal. Toujours dans ce domaine, il estime nécessaire de mener un recensement des Tananariviens. En matière de politique, Naina Andriantsitohaina a annoncé hier notamment qu’il n’a et n’aura « jamais » aucune intention de créer un parti politique.

Avant de participer à cette conférence, dans la matinée, il a visité quatre quartiers du quatrième Arrondissement, depuis Anosimahavelona jusqu’à Namontana en passant par Anosibe, pour écouter les doléances et demandes des populations locales. Des descentes aux cours desquelles il a notamment réitéré sa volonté de traduire ses paroles en acte et appelé les électeurs à venir massivement aux urnes le 27 novembre prochain.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Banque centrale de Madagascar - Henri Rabarijohn, nouveau gouverneur

Un homme rompu à la tête de la Banque centrale de Madagascar (BCM). En remplacement d'Alain Rasolofondraibe dont le mandat est terminé, le Conseil des ministres d'hier a nommé le nouveau gouverneur de la BCM en la personne d'Henri Edmond Rabarijohn. Actuel PCA, nommé par l'Etat, de la BNI, le nouvel homme fort de la BCM a une sérieuse expérience dans le domaine financier. Parmi ses nombreux faits d'armes, il a été le représentant, tant à Madagascar qu'en Afrique (Côte d'Ivoire, Ghana, Cameroun) de la Société financière internationale (SFI), groupe de la Banque mondiale de 1993 en 2015. Manager durant ses 22 ans à la SFI, Henri Rabarijohn a acquis une solide expérience dans le développement et le financement du secteur privé.

 

C'est au service de l'audit interne de la compagnie d'assurances ARO qu'a démarré sa carrière à son retour du pays en 1985 avant d'occuper trois ans plus tard le poste de directeur général adjoint de FIARO. Ancien du collège Saint- Michel, Henri Rabarijohn a poursuivi ses études en France où il avait obtenu  la maitrise de droit privé, le DESS Assurances, le DESS commerce international et Executive MBA. Le tout ponctué en 2006 en Grande Bretagne par un programme finance d'entreprise ( Corporate finance program).

La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Asa Tagnamaro : La CNaPS en est à sa quatrième édition

Porter un masque s’avère utile pendant le ménage pour se protéger de la poussière.

Les actions se poursuivent du côté de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale ou CNaPS. Après les différentes descentes dans les régions pour la promotion de la protection sociale, la caisse nationale s’est attelée au nettoyage de ses locaux aux 67 ha dans le cadre de son programme Asa Tagnamaro. Il s’agit de la quatrième édition puisque le mois précédent, l’équipe de la CNaPS a nettoyé son bâtiment à Ampefiloha pour la troisième édition de son Asa Tagnamaro. « En effectuant régulièrement des nettoyages comme aujourd’hui, nous contribuons à la lutte contre les microbes, la saleté et les maladies diverses telles la peste. Mais ce geste nous permet aussi de consolider notre équipe et de sensibiliser tout un chacun sur l’importance de la propreté » selon les explications du directeur administrative de la caisse, Rakotomila.

Cette quatrième édition a donc vu la participation de l’ensemble des agents de la CNaPS. Le ménage a été fait au bureau de la caisse aux 67 ha, toute l’équipe a passé le balai  à l’intérieur et dans la cour. Et c’est également lors de cet événement que les responsables ont fait savoir la date et le lieu de la cinquième édition du Asa Tagnamaro de la caisse nationale. Si on se fie à ce qui a été dit, le rendez-vous est prévu au centre de loisirs et culturel Vontovorona pour le vendredi 29 novembre.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sport et Santé : Le CVS fait le bonheur de Moramanga

La gérante de la Compagnie de Valorisation du Sport de Moramanga, Andolalaina Suzy Ninah

Une initiative citoyenne ! C’est le moins qu’on puisse dire de la Compagnie de Valorisation du Sport de Moramanga. Une société qui comme son nom l’indique, s’occupe du bien-être de la population locale par le biais d’un centre de fitness et de musculation.

Un grand centre devrait-on dire de cette compagnie dirigée de main de maître par Ninah, de son vrai nom Andolalaina Suzy avec un impressionnant encadrement, car il possède entre autres quatre coaches, un médecin de sport, un développeur de projet, un responsable de la communication, un responsable commercial et même un responsable juridique.

Le but avoué de Ninah est de sensibiliser tout le monde à long terme pour adopter un style de vie visant la santé et la longévité.

Un objectif qui a déjà réussi à frapper à la bonne porte car le personnel et la grande famille d’Ambatovy font aujourd’hui partie de ses clients les plus fidèles. Un très gros client en fait mais qui a fini par convaincre le tout Moramanga qui fréquente de plus en plus ce centre de la CVS située en pleine ville.

Mais partant du principe « qui n’avance pas recule », la CVS va partir pour très bientôt à la conquête de la population tananarivienne. Dans un premier temps, Andolalaina Suzy et son équipe opteront pour la formule ambulante avec cette journée du 17 novembre au Pavé à Antaninarenina. Le rendez-vous à ne pas rater en fait. Surtout que la CVS parle déjà de renouveler l’expérience.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Campagne électorale : une course de fond est engagée

Premier jour de la campagne officielle des communales. C’est presque sagement qu’elle a commencé. Chaque candidat est obligé de ménager ses  forces  car c’est une course de fond qui est engagée. Vingt jours, ça peut être long, mais ça  passe aussi très vite. Les équipes de campagnes ont défini leur stratégie pour convaincre les électeurs, néanmoins, chaque membre de staff est conscient que les paramètres de cette élection sont  différents. Les électeurs de 2019 sont difficiles à berner et pour la majorité d’entre eux, c’est par la raison qu’il faut les convaincre.

Campagne électorale : une course de fond est engagée

Cette campagne électorale des communales ne devra pas  s’appuyer sur des paillettes et des concerts gratuits. Celui qui se hasardera à ce genre d’initiative devrait  faire fausse route car les électeurs sont devenus des citoyens réalistes. C’est l’avenir de leur cité qu’ils regardent et  ce sont les propositions sérieuses qu’ils vont écouter.  Personne ne peut travestir la réalité. C’est un travail de titan que l’équipe qui sera installée à la mairie devra abattre. Il faudra bousculer les mauvaises habitudes qui  se sont installées durant ces  deux décades. Un commentateur de la vie politique  avait dit que le prochain maire ne devrait pas faire de clientélisme. Il lui était  interdit de  céder aux revendications populistes. C’est l’intérêt général qui dicterait  les décisions prises. Certains avaient même affirmé qu’il était exclu de se soumettre  aux pressions des « vahoaka madinika » ou petit peuple  qui ont provoqué cette anarchie dans la ville. Les candidats sont conscients de cela. Les cinq prétendants au poste de maire d’Antananarivo ont d’ailleurs insisté dans leurs messages sur les efforts de redressement à fournir pour redonner à la ville son  lustre d’antan. Ils ont fait le tour des arrondissements pour dialoguer avec les habitants de chaque quartier traversé.  La campagne a donc  débuté. Naina Andriantsitohaina a choisi d’en donner le coup d’envoi au Palais des sports. Rina Andriamasinoro l’a fait au gymnase couvert de Mahamasina. Baba  Rakotoarisoa a préféré  entamer le dialogue avec ses électeurs dans la rue.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

« Route Digue » : Vehivavy nody mamo, nitsoraka tao ambany fiara 4×4

Mafy ny fiainana, ka maro ny raha hita ankehitriny. Lasa ataon’olona sasany fitadiavam-bola indray eto an-dRenivohitra ity mody mamo eny an-dalambe mitsoraka ambany fiara ity. Rehefa voadona na voakasiky ny fiara izy, dia milaza sy mitaraina mafy fa marary, ka tsy maintsy omena vola hitsaboany tena. Saingy rehefa hentina hamonjy toeram-pitsaboana izy, dia tsy mety fa vola hono no ilainy. Tovovavy iray vao erotrerony no nanao mody torana fa voadonan’ny fiara 4×4, tetsy amin’ny « route digue » Ambodihady, afak’omaly antoandro, tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany. Nitangorona ny olona nijery ny zava-misy. Niteny ireo mahafantatra azy, fa « cinéma » fanaon’ity sipa ity io mody mamo voadonan’ny fiara mitsirara amin’ny tany io, ary efa maro ny mpitondra fiara lasibany. « Talohan’ity fiara tsy mataho-dalana ity, dia efa saika voadonan’ny « bus » izy io teo amin’ny « Arrêt Tetezana » raha tsy tafala kely sy nanao « coup de frein » ilay taxibe », hoy hatrany ny fanazavana azo. Tezitra sy sorena tamin’ity tovovavy misary adala ity moa ny tompon’ny fiara sy ny mpitandro filaminana nandrindra ny fifamoivoizana tsy lavitra teo. Raha ny nambaran’ilay mpitondra fiara : « Efa mailo amin’ny fihetsik’io tovovavy io aho, ka nandeha mora, satria tsy vao sambany izy no nanao toy izao, ka iny hitako hitsoraka mody hitrosona amin’ny arabe iny izy no  niala tampoka aho ». Nigogogogo nitomany moa razazavavy, ary nitaraina mafy marary. Mila mailo ny rehetra amin’izao, fa tsy kely lalana ny ratsy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Basket Africa League : La GNBC évolue dans la division Est à Kigali

Mory était toujours décisif lors des rencontres de la GNBC.

Du 17 au 22 décembre, la GNBC en découdra aux côtés de sept autres équipes pour la seconde étape du BAL au Kigali Arena, Rwanda.

Après leur qualification à domicile, l’équipe de la Gendarmerie Nationale Basket-ball Club (GNBC) s’envolera pour Kigali, Rwanda pour l’élite 16 du Basket Africa League (BAL) du 17 au 22 décembre. La bande à Elly Randriamampionona évoluera dans le groupe H aux côtés de sept autres équipes de la division Est. « Après ces éliminatoires intenses, les joueurs auront droit à une petite pause. Nous allons reprendre les entraînements à partir du 11 novembre. Pour cette deuxième étape de la compétition, nous avons constaté qu’on a des lacunes sur les intérieurs. Le staff et l’ensemble de l’équipe se réuniront le courant de cette semaine pour décider si nous allons faire appel à des renforts ou non », a soulignéLova Raheridera, coach de la GNBC. Six équipes sur les huit sont déjà connues à savoir Patriots BBC (Rwanda), City Oilers (Ouganda), Feroviarro  Maputo (Mozambique), UNZA Pacers (Zambie), Kenya Ports Authority (Kenya) et la GNBC (Madagascar). Les deux wild-card seront attribuées par la FIBA Afrique. Le groupe F verra la confrontation les huit équipes de la division Ouest du 26 novembre au 01 décembre à Yaoundé, Cameroun. Il s’agit  du FAP (Cameroun), du Manga Basket (Gambie), de l’AS Police (Mali), de GS Pétroliers (Algérie), de l’ABC (Côte d’Ivoire) et de l’AS Nigelec (Niger).  Les huit équipes des deux divisions seront divisées en deux groupes de quatre équipes. Les deux meilleures équipes de chaque groupe se qualifieront pour les demi-finales, et les équipes qui occuperont les trois premières places se qualifieront pour la saison régulière de la Basketball Africa League en mars 2020, aux côtés des champions angolais, égyptien, marocain, nigérian, sénégalais et tunisien pour compléter la liste des 12 équipes qualifiées pour la saison régulière de Basketball Africa League (BAL) 2020. Ces 12 équipes seront réparties en deux conférences (Ouest et Est). Le Final Four et la finale de cette première édition auront lieu à la Kigali Arena au Rwanda.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Slam national » dans le dernier virage

 

Evènement des plus attendus dans la capitale pour le mois de décembre, rassemblant le plus de jeunes conscient(e)s et au verbe facile, le compte à rebours est lancé pour le « Slam national ».

Ce sera Noël avant l’heure pour le slam à Madagascar, du 5 au 14 décembre se tiendra à l’Ifm Analakely le festival international de poésie « Slam National ». Le cœur de cet évènement étant le championnat national de cet art oratoire. Le gagnant ou la gagnante devrait participer au championnat du monde de slam en représentant Madagascar. Depuis le 2 novembre, les finalistes sont plus ou moins connus.

En tout, ils et elles sont des « performers » venu(e)s de dix villes du pays à briguer le titre. Pour cette année 2019, les dix cités qui ont pu envoyer des représentants sont Ambatondrazaka, Ambositra, Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Sambava, Toamasina, Toliara et Antananarivo. En apparence, ce sont de nouvelles têtes qui forment ce nouveau cru. Par exemple, Lazarous et Shaion seront les représentants d’Ambositra, Mahajanga sera portée par Fayanah, Manana Kin et Vitsika.

USA, Japon, Allemagne… Pour Antananarivo, trois champions régionaux constituent l’équipe : Andriamisetra, Conan et Orad. Les épreuves de qualifications ont eu lieu depuis le 27 octobre jusqu’au 9 novembre. La ville de Toliara connaitra en dernier lieu ses représentants. A côté de cette compétition tant attendue, dix pays internationaux ont envoyé des slameurs.

Et cette année, le bouquet est assez fourni puisqu’il y aura des « perfomeurs » des Etats-Unis, du Japon, du Tchad, du Swaziland, de l’Allemagne, de la Suisse… Cette année, le « Slam National » en sera à sa dixième édition. Cela mérite tout de même d’être célébré avec la manière. Surtout qu’en assistant à ces compétitions, on ressent une jeunesse intelligente, consciente mais manque de perspective.

Normal, dans un pays en constante régression depuis dix ans où l’avenir semble être hypothéqué. Mais tout cela leur donne l’inspiration pour rendre des textes incisifs, poignants, parfois sulfureux et sans concession, fustigeant le système. Il faudra donc patienter pour savoir qui va succéder à Tokyo Harem, le lauréat 2018 et représentant de Toamasina pour le titre champion(ne) national(e) de slam.

Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

Scène : « Slam national » dans le dernier virage

Fayanah, Manana Kin et Vitsika (de gauche à droite) les champion(e)s régionaux de Mahajanga

Evènement des plus attendus dans la capitale pour le mois de décembre, rassemblant le plus de jeunes conscient(e)s et au verbe facile, le compte à rebours est lancé pour le « Slam national ».

Ce sera Noël avant l’heure pour le slam à Madagascar, du 5 au 14 décembre se tiendra à l’Ifm Analakely le festival international de poésie « Slam National ». Le cœur de cet évènement étant le championnat national de cet art oratoire. Le gagnant ou la gagnante devrait participer au championnat du monde de slam en représentant Madagascar. Depuis le 2 novembre, les finalistes sont plus ou moins connus.

En tout, ils et elles sont des « performers » venu(e)s de dix villes du pays à briguer le titre. Pour cette année 2019, les dix cités qui ont pu envoyer des représentants sont Ambatondrazaka, Ambositra, Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Sambava, Toamasina, Toliara et Antananarivo. En apparence, ce sont de nouvelles têtes qui forment ce nouveau cru. Par exemple, Lazarous et Shaion seront les représentants d’Ambositra, Mahajanga sera portée par Fayanah, Manana Kin et Vitsika.

USA, Japon, Allemagne… Pour Antananarivo, trois champions régionaux constituent l’équipe : Andriamisetra, Conan et Orad. Les épreuves de qualifications ont eu lieu depuis le 27 octobre jusqu’au 9 novembre. La ville de Toliara connaitra en dernier lieu ses représentants. A côté de cette compétition tant attendue, dix pays internationaux ont envoyé des slameurs.

Et cette année, le bouquet est assez fourni puisqu’il y aura des « perfomeurs » des Etats-Unis, du Japon, du Tchad, du Swaziland, de l’Allemagne, de la Suisse… Cette année, le « Slam National » en sera à sa dixième édition. Cela mérite tout de même d’être célébré avec la manière. Surtout qu’en assistant à ces compétitions, on ressent une jeunesse intelligente, consciente mais manque de perspective.

Normal, dans un pays en constante régression depuis dix ans où l’avenir semble être hypothéqué. Mais tout cela leur donne l’inspiration pour rendre des textes incisifs, poignants, parfois sulfureux et sans concession, fustigeant le système. Il faudra donc patienter pour savoir qui va succéder à Tokyo Harem, le lauréat 2018 et représentant de Toamasina pour le titre champion(ne) national(e) de slam.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le travail des enfants dans la SAVA : Des résultats concluant pour le comité local de Belaok...

Des membres du comité local de lutte contre le travail des enfants dans la commune rurale de BelaokoLokoho, district d’Andapa lors d’une réunion organisée hier.

Interdit par la loi, le travail des enfants se fait au vu et su de tous. Le fléau continue de faire des victimes et est perçu comme normal auprès de nombreuses communautés.

La région SAVA a été choisie pour être la région pilote dans la mise en place du comité local de lutte contre le travail des enfants. Une structure qui a pour objectif « de sensibiliser et d’informer les communautés locales sur la lutte » en question. Comme l’a noté Edmond Ramiandrisoa, président du comité local de lutte contre le travail des enfants dans la commune rurale de BelaokoLokoho, district d’Andapa « le comité, par les efforts de sensibilisation, d’information et de plaidoyer qu’il mène, entend réduire de façon considérable le travail des enfants dans notre commune ».  Des avancées majeures seraient actuellement observées à BelaokoLokoho si l’on s’en tient aux explications de notre interlocuteur. « Le travail des enfants a beaucoup diminué depuis la mise en place du comité en 2018. Nous avons sensibilisé les parents sur l’importance de respecter les droits des enfants mais surtout sur l’effet destructeur du travail sur leurs enfants », précise-t-il. Diverses actions auraient donc été menées par les onze membres (issus de différents secteurs) du comité dans les sept fokontany de la commune rurale de BelaokoLokoho. Entre autres, « des séances de sensibilisation au niveau des établissements publics, des descentes portes à portes pour sensibiliser les parents et des séances d’animation durant des évènements publics ». Interrogé sur la perception communautaire du phénomène, Edmond Ramiandrisoa de faire savoir « les parents commencent à être conscients des méfaits du travail des enfants. Des réticents se manifestent toutefois mais cela n’empêche pas le comité d’agir et de mener à bien ses missions et attributions ».

Process. La mise en place du comité local de lutte contre le travail des enfants dans des communes de la région SAVA entre dans le cadre du projet OIT-SAVABE. Partant de la base (les communes), la structure s’est étendue au niveau régional. Ce qui fait de la région SAVA la première à disposer d’un centre régional de lutte contre le travail des enfants (CRLCTE). Interrogé sur les rôles et missions dudit centre, Xavier Rafidiarison, président dudit comité et non moins le chef de service du travail et des lois sociales auprès de la direction régionale de la fonction publique note« le CRLCTE devrait coordonner toutes les actions à mener par les comités locaux. En ce sens, le comité régional devrait agir dans l’objectif d’assoir une synergie des actions de lutte contre le travail des enfants dans la SAVA ». Une proposition de budget et de plans d’actions a donc été avancée auprès du gouvernement. « Le gouvernement a accepté de financer le comité. Si le budget est validé, il devrait être inscrit dans la prochaine loi des finances. Ce qui devrait nous permettre de mener à bien la lutte », ajoute notre interlocuteur. Il conviendrait de noter que le financement du comité par le gouvernement devrait aboutir sur la pérennisation des efforts menés par les parties prenantes, d’un côté. Mais surtout permettre le renforcement du système de lutte contre le travail des enfants à Madagascar, de l’autre. Divers secteurs sont concernés par le travail des enfants si l’on ne cite que la petite mine, le commerce ou encore l’agriculture. Les problématiques liées à la perception de la chose restent actuellement l’une des plus grands obstacles de la lutte.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sexualité des jeunes : Des jeunes filles sexuellement actives avant l’âge de 15 ans

: Le niveau de connaissance des moyens de prévention du risque de contracter le VIH reste faible à Madagascar. (crédit photo : Princy)

L’enquête par grappes à indicateurs multiples (MCIS) Madagascar 2018 de l’Institut national de la statistique (Instat) portant sur le VIH et les comportements sexuels dit que, 17 % des jeunes filles entre 15 à 24 ans ont eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. 

Les jeunes filles ayant eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans sont beaucoup plus représentées en zones rurales (29 %) qu’en zones urbaines (11 %). Et selon les résultats publiés par l’UNICEF, ce sont également les jeunes adolescentes considérées parmi les plus pauvres sur la base de l’indice de bien-être économique et celles qui ont le moins de niveau d’instruction qui passent à l’acte sexuel avant leur quinzième année. 42 jeunes femmes de 15 à 24 ans de la région Ihorombe sont par exemple concernées par le rapport sexuel avant 15 ans tandis que deux jeunes filles ont été recensées dans la région Analamanga. Et encore, les rapports se passent de préservatifs pour 7 % des adolescentes de 15 à 19 ans, et 2% des jeunes femmes de 20 à 24 ans. A Madagascar, 69 % des jeunes femmes de 15 à 24 ans  sont sexuellement actives et 81 % des femmes de  15 à 49 ans.

Connaissance du VIH. Outre les cas de grossesse précoce, il y a aussi la question du VIH Sida qui est un point focal dès qu’on parle de la sexualité chez les jeunes. Dans cette enquête de l’Instat, il est dit que 31 % des jeunes femmes de 15 à 24 ans vivant en milieu urbain connaissent l’existence du virus VIH. Et encore, parmi celles qui vivent en zones urbaines, il y a celles qui affichent un niveau d’instruction bas ; seulement 5 % de ces dernières ont le niveau de connaissances requises pour prévenir les risques de contraction du VIH. Pour le dépistage du SIDA, au cours d’une année,  2 % des jeunes filles de 15 à 19 ans ont été testées pour le VIH sur l’ensemble du territoire. Et toujours d’après les résultats de cette enquête, la région de Diana enregistre le plus de femmes ayant subi un test de dépistage en douze mois avec dix femmes de 15 à 49 ans. A Analamanga, on en a compté sept.

Chez les jeunes garçons, 10 % de ceux âgés entre 15 et 24 ans ont avoué avoir eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. 2 % seulement daignent utiliser un préservatif lors des rapports sexuels pour les garçons âgés de 15 à 19 ans contre 4 % pour les jeunes âgés de 20 à 24 ans. Et là encore, les plus grands nombres de jeunes hommes qui sont passés à l’acte avant 15 ans sont localisés dans les régions loin des Hauts Plateaux : 25% dans l’Androy, 21% à Atsimo-Andrefana, 17% à Bongolava et 18% à Melaky. Dans la région Analamanga, le rapport sexuel avant l’âge de 15 ans concerne 8% des garçons de 15 à 24 ans.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Deci-delà

Cinéma :

« Zanaka ainsi parlait Felix » et « Razana » toujours sur la route

Subtilement, le cinéma malgache s’impose calmement dans les plus grands rendez-vous mondiaux. Parmi les œuvres les plus en vues du moment, se trouvent « Zanaka ainsi parlait Felix » de Nantenaina Lova et  « Razana » de Hamy Ratovo. Si le premier est à l’affiche du 19e festival de cinéma d’Afrique à   Besançon, le second est sélectionné à la 39e édition du Festival Di Cinema Africano di Verona. Parallèlement, « Razana » est également  en lice  au 17e festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt. Le festival  dans lequel le long-métrage  “Malagasy Mankany” a fait un grand pas  il y a 5 ans.

 

Exposition

Pierrot Men présente le « bruissement de l’eau »

Du 28 novembre 2019 au 18 janvier 2020, le photographe Pierrot Men présentera son exposition à l’Ifm Analakely. Le vernissage sera précédé d’une rencontre avec l’artiste. Cette exposition s’inscrit dans le cadre de la célébration des 30 années d’existence de l’ONG Medair. L’organisation a lancé cette année une campagne de soutien «Réveillons l’humani-terrien en nous», à destination des communautés de la région Androy, touchées par la sécheresse, parrainé par le célèbre photographe. “Le bruissement de l’eau” révèle ce pouvoir qu’a Pierrot Men de rassembler dans ces photographies des forces naturelles invisibles et ainsi d’offrir au spectateur, de nouvelles images grands formats, en noir et blanc et en couleur, qu’on ne se lasse pas de découvrir.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Environnement des affaires : Installation d’un nouveau cabinet juridique à Madagascar

Me Soamiadana Rabetsaroana, l’associée fondatrice de Cabinet Saint-Louis juridique, préfère rentrer au pays pour partager ses expertises à ses concitoyens.

« Le vent de changement souffle à Madagascar. Un regain d’optimisme se fait sentir. Le climat social et politique actuel se révèle être favorable aux participants. En effet, des investisseurs internationaux s’intéressent au pays. Plusieurs secteurs suscitent leurs intentions. On peut citer entre autres, les promotions immobilières, l’exploitation minière, la production d’énergies et les activités de service. Tout cela doit être encadré, accompagné et soutenu par des pratiques répondant aux normes techniques requises sur le plan international. C’est pourquoi, j’ai décidé de revenir au pays après des années d’expériences cumulées en France en installant un nouveau cabinet juridique à Madagascar ». Me Soamiadana Rabetsaroana, l’associée fondatrice de Cabinet Saint-Louis juridique, l’a expliqué lors d’une conférence de presse lundi dernier. « Il est temps de mettre un terme à la fuite de cerveaux, à la corruption et à l’impunité. Des aberrations qui ont entretenu la pauvreté du pays. En outre, je souhaite partager mon expertise aux jeunes, qui comme moi, ont envie de contribuer au développement de la Grande île », a-t-elle enchaîné. Notons que le cabinet Saint Louis juridique peut entre autres, apporter des conseils aux entreprises en difficulté, ou accompagner les autres sociétés dans la gestion de leur patrimoine, ou encore aider les firmes internationales dans la mise en place de leurs filiales.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Diplomatie : La Chine reconnait la stabilité politique à Madagascar

La délégation chinoise a été reçue à Iavoloha pour une séance de travail.

La chine constate et reconnait la stabilité politique qui existe actuellement à Madagascar. C’est ce qu’a déclaré hier la Vice-Première ministre Chinoise, Sun Chunlan lors d’une rencontre avec le président Andry Rajoelina. En effet, hier en début de soirée, une forte délégation chinoise dirigée par la Vice-Première ministre a été reçue au Palais d’Etat d’Iavoloha lors d’une séance de travail avec les membres de l’Exécutif malgache. Une occasion pour les hauts responsables des deux pays d’élaborer ensemble des stratégies pour améliorer la coopération diplomatique et les relations économiques qui existent depuis 47 ans entre les deux pays. Le Gouvernement chinois représente un des partenaires stratégiques de la Grande île. A noter que Madagascar est le premier pays africain à avoir été visité par la Vice-Première ministre Sun Chunlan. Elle a aussi annoncé que la Chine constate les efforts fournis actuellement par le régime Rajoelina dans le cadre du développement. Pour sa part, le président Andry Rajoelina a réitéré les grands axes prioritaires du Plan Emergence Madagascar. Par l’intermédiaire de la Vice-Première ministre Sun Chunlan, la Chine a réaffirmé sa volonté d’appuyer Madagascar pour atteindre ses objectifs. La coopération pourrait toucher les domaines, entre autres, de l’agriculture, du transport et de la construction d’infrastructures routières.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Impôts et taxes : Le paiement en ligne effectif pour les grandes entreprises

L’Ambassadeur d’Allemagne Michael Derus, et le Directeur du Cabinet , Ihaja Ranjalahy (Représentant du MEF Richard Randriamandrato) ont assisté à la cérémonie de lancement de l’e-Hetra Payement)

Un essai transformé  de plus  pour le ministère de l’Economie et des Finances qui, à travers la Direction Générale des Impôts (DGI),  vient de franchir un grand pas  vers la digitalisation complète de l’administration fiscale.

« Le système est très simple et très pratique car il suffit de quelques clics et l’impôt est payé sans que l’on ait à se déplacer pour déposer l’ordre de virement ». « en plus de sa simplicité, le système nous permet de procéder au suivi de nos dossiers fiscaux ». « C’est un système sécurisé répondant au standard international en  la matière ».  Tour à tour, les représentants de Madagascar Tower, Canal + Madagascar et Imperial Tobacco ont témoigné sur  l’efficacité de l’e-Hetra payement, la nouvelle plateforme de paiement en ligne mise en place par la DGI.

Adhésion simple

Ils ont d’ailleurs incité les entreprises à suivre leur pas pour adhérer à l’e-Hetra Payement.  Une adhésion très simple puisqu’il suffit d’accéder au site Internet de la plateforme e-Hetra Payement, de suivre les directives puisque, au final, il suffit de moins d’une minute pour payer ses impôts. Un représentant d’Orange Madagascar l’a fait, hier en direct lors de  la présentation au Carlton et effectivement, il lui a suffi d’une minute pour le faire.   En  tout cas, le système intéresse au plus haut point des contribuables des grandes entreprises puisque en quelques jours d’effectivité, la plateforme enregistre déjà 16 adhérents, 34 comptes bancaires, 35 virements traités pour un montant de 27,9 milliards d’ariary d’impôts et taxes.  Et les adhésions vont certainement pleuvoir puisque les cadres d’entreprises présents lors de la cérémonie de lancement d’hier, ont été unanimes à reconnaître l’efficacité du système.

Solution moderne

Un grand point de marqué en somme pour la DGI. Sur ce point d’ailleurs, Germain, le D.G des Impôts  a insisté sur le fait que l’un des objectifs de l’administration fiscale est  d’offrir aux contribuables, une solution moderne de paiement des impôts  et taxes.  Ihaja, Ranjalahy, le Directeur du Cabinet du ministère de l’Economie et des Finances, qui a représenté hier le ministre Richard  Randriamandrato,  a pour sa part déclaré que l’e-Hetra Payement  constitue un grand pas de plus vers la réalisation de la bonne gouvernance financière à Madagascar. Michael  Derus, l’Ambassadeur d’Allemagne à Madagascar, a pour sa part, insisté sur le rôle éminemment important joué par l’administration fiscale moderne dans le développement économique.  C’est pour cette raison d’ailleurs que, outre la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Allemagne à travers la BMZ et la GIZ, finance ce projet qui sera suivi de beaucoup d’autres  que le MEF entreprendra pour la bonne gouvernance financière à Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Climat des affaires : Des requêtes du secteur privé relayées par l’EDBM et la Banque Mondiale

Madagascar enregistre une certaine performance, en matière de création d’entreprises. Cependant, l’environnement des affaires reste très difficile, selon les résultats de trois études réalisées par l’EDBM, avec le soutien de la Banque Mondiale. Au niveau des indicateus Doing Business, le rapport indique des réformes nécessaires au niveau des procédures administratives et des règles régissant les activités des entreprises. Plusieurs handicaps doivent également être résolus par le Gouvernement, notamment le problème d’accès à l’énergie, les difficultés au niveau du foncier, la sécurité des investissements, etc. Selon l’étude de l’EDBM et de la Banque Mondiale, la volonté politique ainsi que l’octroi de moyens techniques et financiers sont essentiels pour que les équipes techniques puissent procéder àune mise en œuvre et un suivi efficaces des réformes prioritaires. En outre, elle préconise la mise en application d’un cadre réglementaire favorable aux investissements directs étrangers, tout en assurant une stabilité politique, afin de rendre le pays plus attractif aux investisseurs. « L’accès aux financements, le raccordement à l’électricité, la stabilité, etc, représentent des freins pour le développement du secteur privé. Au niveau de l’obtention de licences et agréments, les procédures nécessitent une simplification et une transparence. Ce sont des besoins du secteur privé qu’il faut satisfaire, pour la promotion des activités productives », a indiqué Andry Ravalomanda, DG de l’EDBM. A noter que le pays a déjà enregistré quelques avancées, à l’exemple de la dématérialisation des procédures d’obtention des licences, l’affichage public des procédures à suivre, la mise en place d’un système de doléances, et la fixation d’un coût minimum à percevoir pour la délivrance d’une licence…

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Fiara nitondra faty tra-doza, olona 06 naratra mafy

Noho ny olana mekanika tapaka hisatra, dia fiara « 404 bâché » iray nitondra razana ramatoa maty no tra-doza teny an-dàlana, tao amin’ny PK8, tany Sahasinaka Distrikan’i Manakara, afak’omaly. Raha ny vaovao voaray, dia tsy voafehin’ny mpamily intsony ny familiana ny fiara nentiny rehefa nitranga io olona mekanika io, ka nandika tatatra ilay fiara, ary nifatratra tany anaty kirihitra. Vokany : olona mpandeha  enina izay fianakaviana niaraka tamin’ny faty tao anaty fiara no naratra mafy, ka ny telo tamin’ireo tra-doza no mbola miady amin’ny fahafatesana amin’izao. Nahitana fahasimbana goavana kosa ity fiara izay nifatratra tamoron-kady.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

« Boulevard de l’Europe » : Ankizy mpianatra maty nodomin’ny kamiao

Nandriaka indray ny rà tetsy Tsaramasay, tamin’iny lalan’i Boulevard de l’Europe iny omaly maraina tokony ho tamin’ny valo ora latsaka tany ho any. Ankizivavy kely iray, vao valo taona monja no maty tsy tra-drano rehefa voafaokan’ny kamiao lehibe iray, nitondra biriky. Araka ny angom-baovao azo teny an-toerana dia niampita arabe ity ankizy kely ity no nandalo ilay fiarabe. Tsy fantatra mazava teo izay tena nahatonga ny loza. Ao mantsy ireo niteny hoe niampita tampoka ilay  ankizy kely, tsy tazan’ilay mpamily avy eny ambony fiara. Ny sasany indray nilaza fa hoe somary nandeha mafy ity fiara ity, nahita ilay ankizy niampita tsara ilay fiara saingy tsy tanan’ny hisatra intsony ny havesatr’ilay fiara ka io voadona io ity tsy manan-tsiny. Ny zava-nisy aloha dia namoy ny ainy ilay ankizy ary mbola teny am-babeny aza ny kitapony. Marihana moa fa mipetraka tsy lavitra ny manodidina eny an-toerana ihany ity zazavavy kely ity. « Mianatra eny Anjanahary ity ankizy ity ka rehefa tsy tonga ny mpampianatra dia nalefa nody izy ireo. Teny am-pandehanana hody izy no izao tratran’ny lozam-pifamoivoizana izao ». Tonga teny an-toerana naka ny razana moa ireo tompon’andraikitra misahana izany ary nanao ny asany kosa ireo mpitandro filaminana. « Notanana avy hatrany eny amin’ny Polisy etsy Tsaralalalana kosa ilay mpamily 22 taona ary hatolotra ny fitsarana rehefa vita ny fanadihadiana azy. » hoy ny vaovao azo.

Tato ho ato tokoa izay dia saika fiarabe foana indray no nahatonga loza. Tsy vitsy tokoa ireo olona no mimenomenona amin’itony karazam-piara itony, izay raha ny lalàna manankery, saingy tsy misy manaraka intsony, dia tsy tokony hivezivezy eto an-drenivohitra ny atoandro. Ankoatry ny fitohanana mety aterak’izy ireo mantsy dia loza mandehandeha ihany ny sasantsany amin’izy ireny. Matetika tokoa mantsy dia na tsy ara-dalàna velively ny lafiny ara-teknikan’ny fiara kanefa mitondra entam-be izy ireo na ireo mpamily no manao loham-boto tsotr’izao, ka tsy miraharaha velively ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana. Toy izay nitranga tetsy Andohatapenaka ny alatsinainy teo, fiarabe iray nentina mpamily mamo ka nandona fiarakaretsaka. Teny atsipy ho an’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ouverture de campagne à Tana : Cinq candidats, cinq styles

La conquête de la mairie de la Capitale a officiellement débuté pour les cinq candidats en lice

Contrairement aux autres circonscriptions  électorales, les Municipales d’Antananarivo suscitent particulièrement  l’intérêt de l’opinion publique.

Ouverture officielle de la campagne électorale hier sur toute l’étendue du territoire national. La première journée a été un peu timide en termes de mobilisation et de discours. Dans la Capitale où les élections s’avèrent très suivies par les observateurs, trois sur les cinq candidats en lice se sont démarqués. Il s’agit de Rina Randriamasinoro du TIM, Naina Andriatsitohaina de l’IRK et Alban Rakotoarisoa dit Bàbà du Komba. Rina Randriamasinoro a ouvert hier dans la matinée sa campagne au gymnase couvert de Mahamasina. Le rendez-vous lui a surtout permis de recevoir les bénédictions des dirigeants et des élus du TIM. Quant au candidat Naina Andriatsitohaina, il a rassemblé dans l’après-midi d’hier, ses partisans au Palais des Sports de Mahamasina. Une occasion pour ce poulain de l’IRK de dévoiler les grandes lignes de son programme. Pour sa part, le candidat Alban Rakotoarisoa n’a pas choisi d’organiser un meeting. Il a préféré parcourir à pied certains quartiers de la Capitale. Ce qui lui a permis de distribuer ses prospectus là où il est passé.

Débat public. En ce qui concerne l’indépendant Eliace Ralaiarimanana, il a adopté la stratégie de porte-à-porte durant la première journée de la campagne électorale. Ce candidat n°1 était descendu dans les bas quartiers d’Antananarivo. Par contre, le candidat Feno Harison a choisi de faire profil bas hier. Il s’est contenté de poster sur le mur de son compte facebook des messages invitant les électeurs à l’aider à reconstruire la Capitale. Bref, les cinq candidats aux Municipales d’Antananarivo avaient leurs propres styles de campagne durant la journée d’hier. Demain, ils s’affronteront dans un débat public organisé par les employés de la commune urbaine d’Antananarivo à l’hôtel de ville d’Analakely. Ce rendez-vous leur permettrait d’exposer leurs projets et leurs programmes. Les cinq candidats à la mairie de la capitale auront donc l’occasion pour convaincre les employés de la commune urbaine d’Antananarivo avec qui, ils travailleront une fois élu. En tout cas, force est de constater que la première journée de la campagne électorale a été calme.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Football- Pro League : Le choc CNaPS Sport- AS JET Mada dimanche !

La Pro League aura véritablement l’occasion de montrer son vrai visage lors de la troisième journée du week-end avec deux derbys de toute beauté au complexe sportif de Vontovorona et à Toamasina.

On aura surtout à l’œil le derby d’Itasy entre la CNaPS Sport et l’AS JET Mada qui partagent la première place du classement. Un duel autant le dire au sommet car le vainqueur occupera seul le devant de la scène.

Un choc très prometteur car les deux équipes ont depuis fait le ménage et devenir aujourd’hui plus compétitives même si la CNaPS le doit surtout au retour en état de grâce de Niasexe.

Un chaud Tia Kitra- Club M. Mais JET Mada a lui aussi rajouté un autre tour de clé dans sa défense avec l’arrivée du Tuléarois Martial, l’international de beach soccer.

L’autre derby aura lieu au stade municipal de Toamasina avec un face-à-face placé évidemment sous les signes des retrouvailles entre Tia Kitra et le Club M Mananara. Deux formations qui se trouvent en ce moment dans le bas du tableau, mais il est fort possible que le vainqueur de ce match éviterait du coup la relégation. Et de là, à prédire que les deux clubs vont tout faire pour gagner, le pas est vite franchi. Mieux encore, c’est l’unique rencontre qui présente autant d’intérêt pour ce troisième tour marqué par le retour de Fosa Juniors qui reçoit les Tuléarois du 3FB.

Voici donc le calendrier de cette troisième journée de Pro League :

Samedi 9 novembre

Vontovorona

12h- CNaPS Sport contre AS Jet Mada

Dimanche 10 novembre

Mahajanga

14h30 -Fosa Juniors contre 3FB Mahajanga

Fianarantsoa

14h30 – Zanakala FC contre AS Adema

Mahamasina

14h30- Ajesaia contre FCA Ilakaka

Stadium Elgeco Plus

14h30- Elgeco Plus contre Cosfa

Stade Municipal Toamasina

14h30 – Tia Kitra contre Club M Toamasina

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Eau et énergie : Des anomalies au niveau de la Station de pompage d’Amoronankona

Un investissement considérable qui a ravivé l’espoir des usagers de la Jirama, en matière d’accès à l’eau potable. Le projet Amoronankona a été lancé, depuis déjà plusieurs mois, mais n’a pas encore d’impacts concrets sur l’approvisionnement en eau potable au niveau des zones censées être bénéficiaires. Hier, une descente sur le site d’Amoronankona a été faite par le ministre Christian Ramarolahy, intérim chargé de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, avec le PCA de la Jirama et son équipe. D’après lui, de nombreuses irrégularités sont constatées au niveau de la mise en œuvre de ce projet de construction de station de pompage. Cependant, des solutions ont déjà été apportées. « L’eau pompée arrive déjà au niveau d’Analamahitsy. Il fallait procéder à la désinfection du réservoir de Mahatazana, puis les techniciens bouclent les travaux sur le pipeline pour l’acheminement vers Laniera. En outre, le 5e forage est achevé ce jour et offre une capacité de 100m3 par heure pour approvisionner le nord de Tanà, notamment depuis Ambohitrarahaba jurqu’à Sabotsy Namehana et Lazaina », a indiqué l’équipe du ministère de tutelle. D’après les informations, tous les travaux relatifs à ce projet seront entièrement achevés le 14 décembre prochain. Par ailleurs, le Forage 7 est également en cours, pour approvisionner Ivato et Ankadindravola.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

« Tiako i Madagasikara » : Marc Ravalomanana esseulé

Le choix des candidats du parti en vue des élections communales ne fait pas l’unanimité au sein de l’ancien parti au pouvoir.

 En ordre dispersé. C’est en cette position que le parti « Tiako i Madagasikara » va aborder les élections communales du 27 novembre prochain. En effet, l’ancien parti au pouvoir est actuellement frappé par une sérieuse scission. De nombreuses grandes figures du TIM connues et reconnues comme étant des proches collaborateurs et des fidèles compagnons de lutte de l’ancien président Marc Ravalomanana ont décidé de changer de cap et de soutenir le candidat du pouvoir en place, notamment pour la course à la Mairie de Tana. Un choix que bon nombre d’observateurs considèrent comme une sorte de « rébellion » ou un « coup d’Etat de Palais » (c’est selon) contre le président fondateur du parti.

Décisions. C’est la première fois depuis la création du « Tiako i Madagasikara » en 2001que le parti traverse une difficulté pareille. Que des « Zanak’i Dada » osent prendre une telle initiative et dire non aux consignes de leur leader emblématique. Et ce, même si « Dada » a toujours été accusé de dictateur et/ou d’unilatéraliste par ses partisans. Il prend seul toutes les décisions importantes concernant le parti. Pourtant, parfois, le numéro Un de l’Empire Tiko fait des mauvais choix. C’est peut-être le cas lorsqu’il a fait le choix du candidat actuel du TIM pour les communales à la Commune Urbaine d’Antananarivo. En effet, le candidat TIM à Tana ne fait pas l’unanimité au sein des partisans de Ravalo. En tout cas, le candidat malheureux de la dernière Présidentielle est plus que jamais esseulé.

Tensions. Les premières tensions au sein du parti ont débuté à propos du choix des candidats du TIM lors des dernières élections législatives où Marc Ravalomanana a écarté plusieurs parlementaires élu sous les couleurs du parti tel que l’ex-député de Tana IV, Félix Randriamandimbisoa. Cette semaine, ce dernier, avec d’autres anciens leaders du parti, entre autres, Olivier Donnat Andriamahefaparany, Voahangy Raharimanarivo, députée d’Antsimondrano et Mamy Rajhonson, député de Tana III, ainsi que d’autres personnalités qui ont toujours été fidèles à l’ancien président même durant la période de traversée du désert de 2009 à 2014, ont annoncé leur soutien au candidat Naina Andriantsitohaina. Une annonce qui s’apparente comme un divorce consommé avec Marc Ravalomanana.

Retraite politique. Reste à savoir si cette rupture sera simplement temporaire dans le cadre des législatives, ou bien il y aura une réconciliation avant la fin du quinquennat du régime Rajoelina. Si ce sera le cas, le « Tiako i Madagasikara » risque fort d’être complètement fragilisé pour affronter la prochaine élection présidentielle. Ce sera ainsi la retraite politique assurée pour Marc Ravalomanana. L’on remarque en tout cas que pour les communales qui sont une élection de proximité, le choix des acteurs politiques n’est pas basé sur les consignes du parti mais plutôt sur les convictions personnelles des acteurs politiques, et sur la prise en compte des programmes du candidat. L’on remarque que depuis la dernière élection présidentielle, une sorte de révolution est constatée au niveau de la pratique politique à Madagascar.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Des présumés commanditaires en fuite à l’étranger

On admet que depuis ces deux derniers mois,  on entend moins souvent parler de  kidnapping de Karana. Ce fléau qui a failli noircir l’image du pays, n’a plus fait d’écho majeur grâce aux efforts déployés par les forces de l’ordre notamment depuis le début de cette année. Plusieurs personnes impliquées dans cette affaire ont été arrêtées et écrouées. Parmi eux figurent les nommés, Rasamy, Ralava dit Alain, Rams, Fy, Sôla. Réputés être des chefs de gang et auteurs de plusieurs enlèvements de ressortissants karana, aussi bien dans la capitale que dans les provinces, ces gens croupissent actuellement en prison. Quoiqu’il en soit, leurs incarcérations ne peuvent pas effacer les préjudices endurés par leurs victimes. Ces dernières qui ont perdu plusieurs hectares de terrains, des maisons, des voitures, et beaucoup d’argent pour servir de rançon en échange de la libération de leurs proches pris en otages par ces malfaiteurs. Ce qui fait penser que les familles de ces malfaiteurs continuent de vivre dans le luxe grâce aux fortunes qu’ils ont laissées . Le pire est d’entendre que les personnes arrêtées dans les kidnappings de grande envergure  jusqu’ici, ne seraient que des exécutants ou des simples mercenaires. Les commanditaires dont des ressortissants karana sont toujours en cavale. Ils se sont enfuis à l’étranger, à entendre les doléances du collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM). Une association qui ne cesse de dénoncer ce crime depuis sa création. La question se pose alors sur l’application de la législation sur les biens mal acquis.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Vehivavy nitondra môtô maty tsy tra-drano

Nisesisesy tato ho ato ny lozam-pifamoivizana any amin’ny Distrikan’i Sambava. Afak’omaly, môtô roa samy nandeha mafy no nifandona tao Sambava-Centre, manoloana ny « Jardin d’Amour », ka naratra mafy torana tsy nahatsiaro tena ny mpitondra môtô iray, izay mbola miady amin’ny fahafatesana manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly amin’izao, araka ny tati-baovao voaray farany. Ny andron’ny alatsinainy io hatrany, saingy amin’ny lalana mihazo an’ Andapa kosa raha avy ao Sambava tampon-tanàna. Vokatry ny fifandonana nisy teo amina môtô sy fiara « minibus Toyota » iray izay samy nandeha mafy tao anaty fiolahana, dia maty tsy tra-drano ilay tovovavy nitondra môtô tsy nanao aroloha. Raha ny fanazavana azo, dia vokatry ny fandehanana mafy sy ny tsy fanajana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana no matetika miteraka ny loza ao an-drenivohitry ny Faritra Sava, ary maro amin’ireo fiara sy môtô ary bajaj mifamezivezy no tsy misy « assurance » akory. Noho ny tahotra amin’ny mety hisian’ny fitsaram-bahoaka, dia matetika mitsoaka foana ireo nahavanon-doza.

Eric Manitrisa