Les actualités Malgaches du Lundi 06 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada33000 partages

Fanafihana tany Ampefy : dimy lahy voasambotry ny zandary teny 67 ha

Jiolahy miisa dimy no voasambotry ny zandary miasa ao Ankadinondry sy Analavory teny amin’ny 67 ha, ny 2 novambra  teo. Tohin’ny vokatra efa azo teo aloha ihany izao, ary mbola misy ny karohina.

Araka ny fanazavan’ny zandary, fanohizana ny fikarohana ireo jiolahy nanafika tany Ampefy sy Ankadinondry tamin’ny herinandro lasa teo sy ny famonoana ny ben’ny tanànan’Ampefy volana vitsivitsy lasa izay, ity nahitam-bokany ity. Basy lava iray sy poleta iray ary bala roa no sarona tamin’izy ireo ankoatra ny zava-maranitra maro fitondran’izy ireo manafika.

Raha tsiahivina fa ny 28 hifoha 29 oktobra lasa teo, tokony tamin’ny 1 ora maraina no nisy nanafika ny mpivarotr’omby iray mipetraka ao Ankadinondry. Miisa folo mahery ireo jiolahy nanafika tamin’izany, mitsioka kiririoka izy ireo rehefa tonga teo amin’ilay trano ho tafihina ary niditra avy hatrany. Nizara telo izy ireo, ny efa-dahy niditra tao amin’ny rihana voalohany, ny efa-dahy tao amin’ny rihana faharoa, ny ambiny kosa nijanona teny ivelany .

Novonoin’izy ireo tamin’ny antsy ny raim-pianakaviana iray tao rehefa nanohitra ary lasa tamin’izany ny findain’ny vadin’ny maty. Nanampy ny namany tao amin’ny rihana faharoa izy ireo rehefa vita izany ka nalain’izy ireo tamin’izany ny kojakojan’ny mpianatra sy bicyclette ary vola mitentina 1.060.000 Ar.

Ny alahady 29 oktobra, tokony ho tamin’ny 10 ora alina, nisy fifandonana ka iray no lavo. Nisy ny voasambotra tamin’izany, ka teo no nanondroan’ny tratra fa misy amin’ireo jiolahy eny 67 ha. “Mbola mitohy ny fikarohana ireo namany hafa tsy mbola tratra amin’izao fotoana. Marihina fa ireo telo tratra tany Ampefy, efa voatazona vonjy maika ao amin’ny fonjan’Arivonimamo”, hoy ny zandary.

Yves S.

News Mada1502 partages

Météo : pluies orageuses jusqu’à mercredi

Les Tananariviens sont avertis. Selon les prévisions, dame pluie sera au rendez dans la capitale durant trois jours successifs, soit à compter de ce jour jusqu’à mercredi. «Ce sera également le cas dans la partie centre-ouest de l’île, où des pluies orageuses, qui pourraient s’accompagner de grêles notamment dans les zones montagneuses comme Ankaratra ou encore Bongolava, sont également attendues ce jour. Le lendemain, des grêlons s’abattront sur des zones se situant dans la région Mangoro»

C’est ce qu’a informé le chef prévisionniste au sein de la direction de la Météorologie, Rivo Randrianarisoa, joint au téléphone. Ce dernier d’ajouter que, «Les températures connaîtront aussi une nette hausse dans presque toutes les régions de l’île, qui sont soumises actuellement au régime de basse pression atmosphérique». Durant la journée, le thermomètre indiquera une température se situant entre 14 et 28°C dans la capitale.

Fahranarison

L'express de Madagascar285 partages

Transport aérien – Les vols domestiques réorganisés

 Air Madagascar projette de créer une nouvelle filiale pour exploiter le réseau domes­tique. Le projet bénéficie du soutien de Air Austral, son partenaire stratégique.

Une nouvelle filiale dans l’air. Les dirigeants de la compagnie Air Mada­gascar envisagent de changer la structure  de la compagnie aérienne. Pour se focaliser sur le développement des vols régionaux et long courrier, ils laisseront les vols domestiques à une toute nouvelle compagnie aérienne. D’après une source avisée, celle-ci n’est autre qu’une filiale à 100 % de la compagnie malgache. Sa création serait en cours et son officialisation se ferait au cours de la signature du pacte d’actionnariat entre Air Madagascar et Air Austral pour ce mois-ci.Pour faire tourner sa filiale, Air Madagascar met à sa disposition les flottes ATR-72 et Twin Otter. Une partie du personnel serait« mutée » vers cette nouvelle compagnie. Elle disposera ainsi de sa propre structure et son organigramme avec un directeur général à sa tête. Mais étant une filiale, elle aura quand même une liaison fonctionnelle avec sa maison mère. La programmation des vols, par exemple, sera calée avec celle de sa maison mère et de son partenaire stratégique.

Marché juteuxLe business plan proposé par Air Austral prévoit un  renforcement et une fiabilisation forte du réseau intérieur, un réseau régional redynamisé ainsi que le développement du long-courrier. Des lignes directes entre La Réunion et plusieurs villes malgaches comme Toliara, Tolagnaro ou Nosy Be ou encore de Mayotte vers la ville de Nosy Be et Antsira­nana sont inscrites dans le document. Des lignes directes vers Düsseldorf, Genève, Bombay, Guangzhou, Paris depuis Antananarivo figurent dans la stratégie dedéveloppement. À cela s’ajoutent d’autres villes comme Capetown, Johannesburg et Maputo sur le plan régional.La création de cette filiale entre dans l’objectif du plan de restructuration de la compagnie de redynamiser les vols régionaux et domestiques. Air Madagascar ne veut pas laisser le marché juteux du réseau intérieur. La compagnie nationale a le quasi monopole de ce marché. Mais les perturbations répétitives de vols ternissent son image. Les pannes techniques, les retards, et même les annulations de vol sont devenus les lots quotidiens des passagers d’Air Madagascar.L’initiative de confier à une filiale l’exploitation de ce réseau domestique permettrait ainsi à Air Mada­gascar de remédier à cette situation, d’être plus active et d’insuffler un nouveau dynamisme face à des concurrences de plus en plus actives. Ce qui lui permet ainsi d’atteindre le taux de rentabilité de 8% sur le réseau intérieur dicté par le business plan.Air Madagascar n’est pas à son premier coup d’essai. En pleine restructuration, son équipe dirigeante avait créé en janvier 2016, une nouvelle société pour s’occuper du service assistance au sol de la compagnie. Madagascar Ground Handling (MGH), la filiale 100% d’Air Mada­gascar s’est vue confier tous les services handling au niveau de l’aéroport international d’Ivato.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar172 partages

Les fiançailles de D-Lain affolent la toile

Ce fut le buzz  qui a enflammé les réseaux sociaux tout au long de ce week-end. Les fiançailles dans l’Hexagone du chanteur D-Lain et de son compagnon français ont fait parler d’elles. Suscitant, par la même occasion cacophonie, taquinerie et respect du courage de ce dernier de s’afficher ainsi entre les internautes. C’est samedi que, d’une manière anonyme, des photos des fiançailles de ce lauréat du Castel Live Opéra ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux.

Midi Madagasikara159 partages

Basket-ball – championnat d’Afrique 3x 3 : Une formidable 3e place pour Madagascar

Une première participation et tout de suite une 3e place ! Les résultats parlent d’eux-mêmes pour la fédération malgache de basket-ball.

Après une victoire sur Togo, pays hôte en 21 à 17, les Malgaches sont allés en demi-finale du basket-ball  3 x 3 et ont été battus en demi-finale par la Côte d’Ivoire en 16 à 21. Jouant pour la 3e place contre Egypte, qui a été battue par le Nigeria en 14 à 21, Madagascar a évincé l’Egypte de la 3e place du podium en 18 à 17. Les auteurs de cette 3e place ? Randriamampionona Elly, Mandimbison Constant Fabrice, Loubacky Rick Ley et Rajaonarivony Mbolatiana Claudio. Mais ce n’est pas tout, car Elly Randriamampionona s’offrira le titre de champion du concours Shoot-out ! Bravo Madagascar.Selon Rina Randrianarisoa, chef de délégation « On a besoin de joueurs qui s’illustrent à l’intérieur, donc grands. Là, nous sommes petits par rapports aux autres joueurs, mais ils ont avoué qu’on est forts. Nous avons la technicité, mais il faudra encore plus. Cette participation nous a permis de voir ce qu’il faut améliorer. L’Etat doit vraiment prioriser le sport. Car on est fort que ce soit en individuel ou en collectif ». La délégation rentrera au pays ce mardi, forte de cette expérience et surtout de la convivialité des Malgaches de Togo qui ont été là jusqu’à la fin, en formidables supporters. Le titre 2017 est allé au Nigeria en 21 à 10.

Anny Andrianaivonirina.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza137 partages

Mampiesona hatrany!

Aiza ihany ilay fampanantenana nambaran’ny mpitondra ankehitriny manoloana izao fahoriana mihoampampana mahazo ny Malagasy izao ?

Toky R

News Mada123 partages

Efa may ny Rova : korontanina ihany koa ny samy Merina

22 taona katroka androany ny nahamay ny Rovan’i Manjakamiadana. Mbola misitery ny nahatonga izany sy ny tompon’antoka tamin’ity loza tsy roa aman-tany ity. Etsy ankilan’izany, mikorontana na korontanina ny samy Merina.

Nanambara ny vondrona miaro ny hasina eto Imerina fa mitsipaka marindrano ny anarana “Andriambenimerina “, nofidin’ny fikambanan’andriana iray, ny 25 aogositra teo, mba hisolo tena ny Imerina enin-toko amin’ny fitondrana ara-drazana, manerana an’i Madagasikara. « Tsy manana « Andriambe » ny Merina hatreto », hoy ny fanambarana. Tsy nisy nahalala ny fisian’io fifidianana io ary tsy fantatra ny mombamomba io olona lasa Andriambenimerina io.

Nisy koa Fikambanan’andriana nanangana lapa, teny Mangabe, ao amin’ny distrika Antananarivo Atsimondrano ny 22 septambra 2017, mba ho famerenana ny hasin’Imerina. Nomarihin’ity fanambarana ity fa tsy isan’ireo tendrombohitra masina 12 eto Imerina i Mangabe ary ny vohitr’Ambohidrabiby no hasin’Imerina, araka ny tenin’ny Mpanjaka Andrianampoinimerina.

Tsy vitan’izany, nisy fitokanana “tranobe” tao Ankazomalaza, ao atsimo andrefan’Ambohimanga, ny Alakamisy 21 septambra 2017. « Marihina anefa fa ny fomba sy ny lovan-tsofina ary ireo boky tranainy teto Imerina, tsy milaza ny fisian’ny tranobe tamin’ny fanjakana merina », hoy fanambarana.

Volambita sy ny volon’omby…

Farany, nisy fankalazana ny Taom-baovao lohataona na Volambita teto Imerina, ny 22 Septambra 2017, namonoana omby teo Analakely. Nohamafisin’ity fanambarana ity fa maro ny fikambanan’andriana merina no tsy nandefa solontena tamin’io fankalazana io, noho ny lohataona ahatsiarovana ny faharavan’ny fanjakan’ny Mpanjaka Ranavalona III, ny 30 septambra 1895, sy ny fahamaizan’ny Lapa Manjakamiadana, ny 06 Novambra 1995.

Tetsy ankilan’izay, « niteraka resabe tokoa ity Volambita ity, noho ny lokon’io omby novonoina io, mainty na mazava loha aza. Tsy fanao sorona sy joro amin’ny faritr’Imerina, indrindra manoloana ny andriana, ny lokon’omby toa izany, fa omby volavita na omby malaza no fanao », hoy ny vondrona miaro ny hasina eto Imerina.

Melohin’ito farany, araka izany, ny « fanotana fady an’Imerina ary ny fanovana ny tenin’ny Mpanjaka Andrianampoinimerina”.

Landy R.

Madagascar Tribune61 partages

La situation dans le Sud de plus en plus fragile

Après une récente enquête dans la partie Sud du pays sur l’IPC (Integrated Food security phase classification ou Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire, il a été constaté une augmentation de 12% des personnes en phase 4 et 3 durant la période du mois d’Août jusqu’au mois d’Octobre dernier. La phase 3 signifiant une crise alimentaire et la phase 4 une situation d’urgence alimentaire. La phase maximum, étant la phase 5, la phase famine. L’IPC est un ensemble d’outils d’analyse et de processus permettant d’analyser et de classifier la sévérité de l’insécurité alimentaire suivant les normes scientifiques internationales. Les phases IPC sont déterminées par l’analyse de résultats basés sur des normes internationaux, y compris les niveaux de consommation alimentaire, l’évolution des moyens d’existence, l’état nutritionnel et la mortalité.

Sur la totalité de la population de la région Sud, 261 388 personnes – 9% de la population – sont en situation d’urgence et 1 027 783 personnes soit 34% de la population en phase de crise. Cette enquête a également révélé que la population de la région Sud de Madagascar devient de plus en plus vulnérable à chaque choc. Mais la situation de la région Sud en général n’est pas en passe de s’améliorer. Selon l’IPC, pour la prochaine période d’enquête entre novembre 2017 et mars 2018, il est prévu une détérioration du cas malgache. Les raisons étant la faiblesse de la dernière récolte, avec la dernière période de sècheresse et le prolongement de la période de soudure. On tiendrait compte également des prochaines inondations qui affecteront les zones basses vers le mois de janvier et février 2018 avec la saison des pluies et les inflations saisonnières qui connaitraient un pic vers la fin de la période d’analyse projetée. Face à cela, l’on s’interroge sur les mesures à prendre notamment au niveau de l’Exécutif, que ce soit en prévision de la saison des pluies ou sur la question des stocks alimentaires pour le pays. D’autant qu’on observe déjà une augmentation des prix des vivres et des produits de première nécessité sur les marchés.

News Mada60 partages

Economie bleue : une approche officielle pour Madagascar

Avec un espace maritime deux fois plus vaste que son espace terrestre et où 60% de sa population vivent dans la zone côtière, Madagascar est un Etat maritime qui se doit de tourner vers la mer pour redresser son économie.

C’est officiel. Depuis l’an dernier, on aborde l’économie bleue de manière officielle à travers la mise en place du Secrétariat d’Etat chargé de la mer  (SEMer). En fait, ce dernier est mandaté d’élaborer la «Stratégie Nationale de la mise en place de l’Economie Bleue», pour le pays.

Certes, l’exercice d’activités génératrices de croissance bleue n’est pas nouveau, pourtant la volonté officielle de cadrage et de valorisation est inédite. Ainsi, pour contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable, les questions liées à la gestion et à l’exploitation de la mer ne seront plus négligées. Concrètement, il s’agirait de la promotion et l’optimisation des activités en mer, de l’appareillage du secteur de la biotechnologie marine, ou encore de la création d’emplois bleus.

Etapes franchies et proches perspectives

 Le 9 août dernier, la communication verbale relative à l’approche sur la mise en place de l’économie bleue à Madagascar a été adoptée en Conseil des ministres. Suivie de l’adoption du projet de décret portant création du Cadre national de la mise en place de l’économie bleue à Madagascar, le 19 septembre dernier en conseil de Gouvernement, et le 11 octobre, en Conseil des ministres. Et bientôt, les comités de coordination seront créés. Et à ce sujet, le SEMer soumettra le document stratégique aux acteurs concernés.

En effet, l’économie bleue est l’ensemble des activités menées en mer et sur le littoral, coordonnées de manière à favoriser la croissance économique du pays, tout en veillant à la préservation de l’environnement et au profit de la population locale.

Plusieurs initiatives ont déjà vu le jour à Madagascar, comme la culture de concombre de mer et le développement de l’algoculture villageoise à Toliara, la crevetticulture à Mahajanga et à Nosy Be, la construction du port d’Ehoala à Taolagnaro, l’extension du port de Toamasina, ou encore le développement de l’écotourisme marin.

Recueillis par Haja R.

 

News Mada50 partages

Voix de l’Océan indien : les votes sont ouverts

Rendez-vous annuel de remise de récompenses musicales aux artistes de la Réunion et des îles de l’océan Indien, la Cité des Arts accueillera la 8e édition les Voix de l’océan Indien  ce 26 novembre (VOI). Madagascar est également en lice dans cette compétition.

Dans la catégorie meilleur artiste malgache, les précurseurs de la musique tropicale, à savoir Stéphanie, Elidiot et Dadi love seront dans la course. Lion Hill est nominé meilleure voix masculine et Stéphanie double la mise dans la catégorie meilleure voix féminine. Réalisé par Sylvanno Ratsimandresy,  le clip «Tania» de Yoann Loic et Rak Roots est sélectionné dans la meilleure production audiovisuelle.

La séance de vote a été ouverte depuis peu sur la plateforme en ligne des Voix de l’océan Indien au cours de laquelle chaque internaute a droit à un seul vote par catégorie. La Cérémonie aura lieu le 16 décembre dans le fanal de la Cité des arts de La Réunion et sera diffusée en direct sur les réseaux sociaux.

Au cours de cette soirée, les artistes de l’océan Indien se verront remettre des trophées par des personnalités de la filière musicale, en récompense de leur travail, de leur talent, de leur évolution et de leur popularité.

Joachin Michaël

Tia Tanindranaza50 partages

Fampandaniana ny HVM amin’ny 2018Hanatosaka volabe ny karana …

Toe-draharaha andrasan’ny maro ny zotram-pifidianana hatao eto Madagasikara amin’ny taona 2018.

Toky R

 

Midi Madagasikara49 partages

Antsirabe : Lehilahy namono tena, nitsoraka teny ambony tafon’ny hopitaly

Vokatry ny fifamaliana nisy teo aminy sy ny fianakaviany, nikasa hanapitra ny ainy ity rangahy iray ka teny amin’ny tafon’ny hopitaly izy no nitsambikina . Tao amin’ny hopitaly CHRR no nisehoan’ity tranga ity ny fiandohan’ny  volana novambra teo. Araky ny fantatra, naiditra hopitaly ilay rangahy vokatry ny fahamaizana tamin’ny tenany. Nisy nanondraka tamina ronono mahamay izy tao an-tokantranony ka voatery manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly. Tonga namangy azy ny havany ny nandritra ny fetin’ny maty lasa teo iny. Fantatra fa mbola nolatsain’ireo fianakaviany  tamin’ny nahazo azy ihany ilay rangahy. Tsy nahazaka ny nahazo azy intsony ity farany ka hany vahaolana hitany ny famonoan-tena. Niakatra teny amin’ny tafon’ny hopitaly ilay rangahy ka nandrahona ny hitsambikina. Vetivety dia nitangorona ny olona raha nahita ny tranga teo amin’ny hopitaly be teo. Voatery nakana tohatra ilay rangahy mba hampidinana azy teny ambony teny,soa aloha fa  mbola nisy fisalasalana kely taminy ka tsy tafatsambikina izy teo. Natokan’ny mpitsabo efitra ilay rangahy rehefa avy teo ka nafarana mafy ny fianakaviany hiambina azy. Tsy ela akory anefa, vokatry ny tandrevaka nataon’ny mpiambina, vetivety teo, dia efa teny amin’ny rihana ambony indray ilay rangahy no nitsangana ary vonombonona ny hitsambikina mihitsy. Tsy nisy azo natao intsony fa dia nitazam-potsiny sisa ny maro fa nitsambikina tokoa ny anao lahy. Nahagaga anefa, fa na dia avo dia avo aza ny rihana nitsambikinan’ilay rangahy  no sady nitontona mafy tamin’ny tany ny vatany, dia tsy naninona izy fa nitsanga soaman-tsara avy teo. Naverina naiditra ny efitranony izy ary mbola manaraka fitsaboana hatramin’izao.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada48 partages

Mois du documentaire : focus sur le Kino-doc

Le mois du film documentaire a démarré samedi dernier à l’IFM Analakely en mettant un accent particulier sur le concept « Kino-doc ».

Chaque année en novembre, la France fête le mois du film documentaire, visant à faire découvrir, à travers de nombreux événements, la richesse de cette forme particulière du 7e art à un large public. L’événement prend doucement sa place au pays grâce à l’association Asa Sary et l’Institut français de Madagascar qui ont apporté leur contribution à la préparation de ce programme. En amont, un Kino-doc a été organisé les 17, 18 et 24 octobre dernier, dont le leitmotiv est de faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant.

«Le Kino-doc a réalisé 6 projets parmi lesquels 2 n’ont pas pu être projetés. Nous nous sommes fixé comme objectif d’ouvrir le mois du documentaire et par la même occasion de permettre à ces réalisateurs de bénéficier d’une première expérience en public dans le souci d’avoir une version finale améliorée de leur production lors de la prochaine édition des Rencontres du film court (RFC), en 2018», a fait savoir Lova Nantenaina.

Obstacles

Le public de l’IFM a eu le loisir d’apprécier ces projets en chantier lors d’un après-midi de projection.  On notera tout particulièrement «Etre anonyme» de Romi Abiali. «Les personnes défavorisées ne demandent pas toujours que de l’argent, parfois ils ont juste besoin qu’on leur prête une oreille bienveillante. Ce court métrage s’attèle justement à démontrer leurs valeurs dans une société qui a tendance à les méjuger  et les sous-estimer. Ils ont leurs valeurs malgré leur situation», argumente-t-elle.

A cela s’ajoute «Miala sakana» de Stannie Avotriniaina dont le terme «Peut prendre deux sens : être adolescent d’une part et franchir les obstacles d’une part. En plus d’être une discipline sportive en soi, le parcours nous aide également à  surmonter les obstacles dans la vie de tous les jours».

A noter que l’association Asa Sary a pour vocation de promouvoir la culture par le cinéma à Madagascar. Créée en 2012, elle organise régulièrement des sessions de formation et d’  éducation à l’image du «Rec Madagascar project», une résidence d’écriture de scénario.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza43 partages

Ben'ny tanànan'i MahajangaBabon'ny HVM ?

Ela ny ela, 2 taona aty aoriana vao nahazo ny samboady amin'ny maha ben'ny tanàna azy Andriatomanga Mokthar Salim lany tamin'ny anaran'ny antoko Mapar.

 

 Izy irery sisa no ben'ny tanàna tsy nahazo samboady ao anatin'ny faritanin'i Mahajanga. Ny sabotsy 4 novambra teo no napetaky ny filohan'ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao izany nandritra ny fandalovany tany an-toerana. Nangataka ny hahazoany samboady teo imason'ny mponin'i Mahajanga nandritra ny kabariny ingahy ben'ny tanàna ary teo no ho eo dia novakian'ny préfet ny didim-panjakana manendry azy ho ben'ny tanàna nialoha ny nametahana azy. Inona ary no antony tsy nametahana azy hatramin'izay ? Raha ny fanambarana nataon'ny ben'ny tanàna, mandeha hatrany ny asa na misy samboady. Tsy vao sambany no nisy ny fangatahana samboady, hatramin'ny fandalovan'ny filohan'ny Antenimierandoholona teo aloha Rakotomanana Honoré tamin'ny taon-dasa. Fivadihana loko politika no handraisan'ny mpikambana ao amin'ny antoko Mapar ny antony naneken'ny HVM hanome tampotampoka ny samboady. Nohamafisin'i Rivo Rakotovao fa nahafaly azy ny nitsenan'ny ben'ny tanàna azy teny amin'ny seranam-piaramanidina Amborovy, fehetsika izay tsy mbola nisy hatramin'izay.

Jean D

Tia Tanindranaza42 partages

Tahotra ny pesta –ToamasinaNanafoana ny fahatongavany ny sambo “COSTA”

Ny fandalovan’ny minisitry ny fizahantany nihaona tamin’ireo mpandraharaha sy ny mpisehatra amin’ny fizahantany tao Toamasina ny sabotsy no nanaporofoan’ny minisitra Roland Ratsiraka ny vaovao efa nivoaka teto amin’ny Tia Tanindrazana ny amin’ny tsy hahatongavan’ny sambo mpitondra mpizahatany “Costa” ao Toamasina amin’ny diany roa voalohany amin’ity volana novambra ity.

“Mila hamafisintsika ny fampitam-baovao marina mikasika ny pesta fa misy amin’ireo nosy mpirahavavy amintsika no manararaotra azy io ka manaratsy antsika mba hahazoany ireo mpizahatany tsy mahafoy ny nosintsika”, hoy ny minisitra. Izay no nahatonga ireo mpisehatra amin’ny fizahantany ao Toamasina  nilaza fa lasa “nosy mpirafivavy” ilay rafitra “île Vanille” eto amin’ny ranomasimbe Indiana, satria ny fandrahonana ny hanageja ny sambo “Costa” ao anatin’ny 40 andro raha toa ka mandalo ao Toamasina no nahatonga ireo tompon-tsambo nanafoana ny zotra roa amin’ity volana novambra ity.

 400 tapitrisa ariary ny fatiantoka

 Noho io olana io dia manodidina ny 400 tapitrisa ariary ny vola very ho an’ireo mpisehatra an’arivony misahana ny fahatongavan’ny sambo “Costa” tokony hiantsona ao Toamasina rahampitso talata 7 novambra. Anisan’ireny ireo mpira-dia, mpivarotra taozavatra, mpitatitra hatramin’ny mpitarika posy manokana, toeram-pisakafoanana ary ireo toerana azo tsidihina toy ny “Parc Ivoloina” sy Tapakala ary ny lakandranon’i Pangalana. Nambaran’ireo mpandraharaha misahana ny sambo “Costa” anefa fa mety amin’izy ireo ny fanemorana mba hahafahana manome toky tsara ireo mpizahatany an’arivony ho tonga manomboka ny 5 desambra izao ary hatao isaky ny 15 andro hatramin’ny volana martsa. Hihazo an’i Londres ny minisitra Ratsiraka Roland atsy ho atsy hiatrika ny fivorian’ny vondrona iraisam-pirenen’ny fizahantany ka ny fiarovana ny fizahantany malagasy amin’ny fanazavana ny tena marina mikasika ny valanaretina pesta no tena hataony, hifanohanany amin’ny sekretera jeneralin’ny OMT izay efa nandalo teto Madagasikara. Ankoatra izay, tsy ho tonga ny 27 novambra izao ihany koa ny sambo “Aida”, saingy efa nanome toky fa hiantsona ao Toamasina manomboka ny 8 desambra izao ary hanao izany im-pito.

 

Rakoutou

 

News Mada37 partages

Fiba 3×3-Africa Cup : Madagascar numéro trois en Afrique

Le succès du basket à trois, ou Fiba 3×3 malgache, ne fait plus l’ombre d’un doute. Pour sa première joute continentale, la sélection nationale termine sur le podium de l’Africa Cup le week-end dernier à Lomé (Togo).

Madagascar a-t-il trouvé chaussures à sa taille ? Apparemment, c’est le cas de le dire au vu de la performance dantesque de la sélection nationale à la coupe d’Afrique. Alors qu’après plus de 40 ans de pratique de basket à cinq, la Grande île a eu du mal à exister sur la scène africaine, il n’a fallu qu’une seule participation pour que le basket à trois parvienne à s’imposer et de figurer dans le top 3 en Afrique.

Mais la route fut longue pour le camp malgache avant d’accrocher la dernière marche du podium. Classés au 10e rang en Afrique de la Fiba 3×3, Fabrice, Claudio, Rick-Ley et Elly ont abordé la compétition dans la peau d’un outsider. En fait, tirés dans la poule B où leurs deux adversaires (Nigeria et Niger) étaient mieux classés, les joueurs malgaches ont été condamnés à l’exploit. Et autant dire qu’ils ont vraiment donné corps à leur ambition  en éliminant tour à tour leurs adversaires potentiels.

Première victime de la bande à Fabrice, le Niger qui, malgré son statut de numéro 7 en Afrique a été éliminé dès la phase de poule après sa défaite contre nos porte-fanions. En quart de finale, le festival offensif de la sélection malgache s’est poursuivi en éliminant le Togo, classé au 5e rang en Afrique. Il a fallu néanmoins recourir à la prolongation pour départager les deux équipes.

La montagne nigériane quant à elle a été trop raide pour qu’Elly et consorts puissent grimper en demi-finale. L’exploit n’a pas eu lieu. Madagascar s’est incliné logiquement par 16-21. Il a fallu attendre le match de la 3e place pour voir de nouveau Madagascar à l’œuvre face aux Egyptiens, numéro trois continental. Et, les Malgaches ont sorti le grand jeu pour s’imposer sur le fil 18-17 dans la course à la médaille de bronze.

Duo gagnant

Bien que quatre joueurs étaient du voyage à Togo, force est de constater que deux d’entre eux seulement ont émergé du lot. Il s’agit d’Elly Randriamampionona et Fabrice Constant.

A eux deux, ils compilent  81 points sur les 92 points que Madagascar a marqué lors des cinq rencontres au programme. Même Rick-Ley a fait mieux que Claudio Rajaonarivony, nommé capitaine de l’équipe par la fédération malgache de basket-ball (FMBB).

Naisa

Résultats de Madagascar

Quart de finale :

Madagascar-Togo : 21-17

Demi-finale :

Côte d’Ivoire-Madagascar : 21-16

3e place :

Madagascar-Egypte : 18-17

 

Tia Tanindranaza37 partages

Fidangan’ny vidim-piainanaTsy voafehy intsony

Ny faran’ny herinandro teo dia nanao valandresaka ho an’ny mpanao gazety (izay notsongaina) ny BFM tetsy Antaninarenina, mahakasika ny fampiakarana ny « tahan’ny fampindramam-bola fototra » (taux directeur). Raha ny fanazavana nentin’Andriamatoa

Fanapahan-kevitra sadasada ?

Raha araka ny « théorie »,ny tahan’ny fampindramam-bola ambany dia miteraka fampirisihana ny olon-tsotra sy ireo orinasa hindram-bola any amin’ny banky. Manome vahana ny asa fanjifana ho an’ireo olon-tsotra sy ny asa famokarana ho an’ireo orinasa izay miteraka ny fiakaran’ny tahan’ny harinkarena faobe izany.Faharoa,ny firoborobon’ny asa fanjifana sy ny asa famokarana anefa dia mety hiteraka fiakaran’ny vidim-piainana raha tsy maharaka, ohatra, ireo entana na akora ilaina eto an-toerana na ireo hafarana avy any ivelany. Noho izany, ampidinina indray ny tahan’ny « fampindramam-bola fototra » mba hifehezana izany. Raha nahatsikaritra ny Banky Foiben’i Madagasikara  fa midangana be ny vidim-piainana eto ary mbola mety hitohy atsy ho atsy dia nanapa-kevitra ny hampiakatra ny « tahan’ny findramam-bola fototra » ho 9,50% raha 9% teo aloha. Raha ny fanapahan-kevitry ny BFM teo aloha anefa no jerena, ny volana mey 2017 dia efa nampiakatra ity « tahan’ny findramam-bola fototra »ity ny BFM ho 9% raha 8,3 % teo aloha. Tsy hita taratra mazava tsara teo amin’ny fanatsarana ny fari-piainan’ny Malagasy anefa ilay fanapahan-kevitra na teo anivon’ireo olon-tsotra na teo amin’ireo orinasa, fa vao miha niakatra aza ny vidim-piainana. Mampieritreritra ny mety ho voka-tsoa ho azo amin’ity fanapahan-kevitra farany ity. Manara-drenirano fotsiny ihany ve ny BFM manoloana ny toe-java misy ara-toekarena eto Madagasikara mba hanehoana fa manao ny asany na dia fantany tsara aza fa tsy hisy fiantraikany tsara amin’ny vahoaka malagasy izany ?Tena tombontsoa ho an’ny vahoaka malagasy maro an’isa tokoa ve ny hanaovan’ny BFM izany sa mitsinjo ny tombontsoan’ny sasantsasany na olon-kafa mihitsy aza ?

RTT

News Mada35 partages

Fiba 33 – «Africa cup 2017» resy teo amin’ny manasa-dalana ny Malagasy

Nifarana, omaly alahady, tany Lomé Renivohitr’i Togo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny basikely lalaovina olona telo, sokajy lehilahy sy vehivavy na ny Fiba 33 “Africa cup”. Nihintsana teo amin’ny manasa-dalana ny ekipa malagasy lehilahy, nandray anjara tamin’ity fifaninanana ity. Lavon’i Côte d’Ivoire, tamin’ny isa, 21 no ho 16, i Madagasikara. Niady ny fihaonana satria nifanenjehana hatrany am-boalohany ny lalao saingy teo amin’ny 3 minitra farany, vao afaka nitsoaka an-dry Elly sy Claudio, ry zareo Ivoarianina.

Na izany na tsy izany, tsy nitsanga-menatra mihitsy, i Madagasikara satria afaka nandavo an’i Togo, mpampiantrano, teo amin’ny ampahefa-dalana. Vokatra, izay tsy nisy nanam-po mihitsy. Noheverin’ny rehetra mantsy fa ekipa fakana isa fotsiny ny Malagasy saingy vato nanakana ireo ekipa vaventy. Marihina fa efa tany amin’ny fanalavam-potoana vao tafavoaka ny Malagasy, tamin’io dingana io. Anisan’ny tsy nampoizin’ny rehetra ihany koa ny naharesy an’i Egypta, laharana voalohany aty Afrika. Lavon’i Nizeria, teo amin’ny ankatoky ny famaranana, ihany koa izy ireo.

Torcelin

Midi Madagasikara30 partages

Palais de Manjakamiadana : Il y a 22 ans, l’incendie du « Rova »

Les portes du « Rova d’Antananarivo » seront ouvertes à tous ceux qui souhaitent se recueillir sur les lieux. (Photo : Kelly)

6 novembre 1995 – 6 novembre 2017. Il y a vingt-deux ans, dans la nuit du 6 novembre 1995, le Palais qui coiffe la plus haute colline de la capitale brûlait. Un incendie criminel dont les motifs et les auteurs demeurent encore un vrai mystère. Vingt-et-un ans après, le site est ouvert aux visiteurs même si le « Rova » n’a été réhabilité qu’en partie. Près d’un quart de siècle plus tard, la plaie n’est toujours pas refermée. Les Malgaches se souviennent encore de cette tragédie dans laquelle ils verront tomber en ruine le « Rova d’Antananarivo ». Demain, les Tananariviens célèbreront donc  le triste anniversaire de l’incendie. Les portes du « Rova » seront ouvertes à tous ceux qui souhaitent se recueillir sur les lieux.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada27 partages

Kitra afrikanina – «Ligue des champions» : voahosotra ho tompondaka ny Wydad Maraoka

Norombahin’ny Wydad Casablanca, avy any Maraoka, ny ho tompondakan’i Afrika, eo amin’ny baolina kitra. Resin’izy ireo, tamin’ny isa, 1 no ho 0, teo amin’ny famaranana miverina, ny Al Ahly avy any Egypta. Fihaonana notanterahina ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja Mohammed V.

Baolina tokana, tafiditr’i El Karti, teo amin’ny minitra faha-69, izay nitondra ny Maraokanina any amin’ny fibatana ny amboara. Raha tsiahivina, efa nisaraka ady sahala 1 sy 1 ny roa tonta, nandritra ny lalao famaranana mandroso, notanterahina tany Borg El Arab Stadium, ny asabotsy 28 oktobra, lasa teo. Nanantombo teo amin’ny isan’ny baolina maty ny Wydad,  rehefa natambatra ny isan’ny ekipa roa tonta, teo amin’ireo fihaonana indroa miantoana ireo, ka naha voahosotra azy ireo ho tompondaka.

25 taona aty aoriana, vao niverina teo am-pelatanan’ny Wydad indray ny ho tompondakan’i Afrika. Na izany, mbola mijanona ho klioba nahazo ny anaram-boninahitra be indrindra aty Afrika  ny Al Ahly, izay efa nandrombaka imbalo izany tompondaka izany, ka ny azony farany dia ny tamin’ny taona 2013.

Tsiahivina fa ekipa fantatry ny Malagasy tsara ny Wydad, satria izy ireo no nanakana ny lalan’ny Cnaps Sport, teo amin’ity fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika ity.

Torcelin

 

Midi Madagasikara27 partages

Toliara : Visite de l’ONG Eau de Coco La Réunion

« L’ONG Bel Avenir fait un travail énorme » s’émerveille Blandine Du Penoux, présidente de l’ONG Eau de Coco La Réunion, en parlant de Bel Avenir qui fait vivre 3 000 enfants de familles démunies de Tuléar, du bon travail à l’instar de l’œuvre du Père Pedro à Antananarivo. L’ONG de La Réunion a passé dix jours à visiter des centres d’éducation : l’Ecole de la Saline, celle des Saphirs à Sakaraha, de l’art et de musique. Marcelle, membre de l’Eau de Coco de La Réunion ne manque pas d’éloges à l’endroit de « Bloco Malagasy », groupe composé d’une trentaine de filles, toutes prêtes au combat de la grossesse précoce, le sida, l’analphabétisme, etc.

La musique adoucit les mœurs. Les jeunes réunionnais de l’orchestre Tamarin de la Possession étaient en résidence artistique depuis une semaine en compagnie de leurs collègues malgaches. Ils ont fait des échanges de compétence et de savoir-faire. Ils se sont aperçus qu’ils jouent harmonieusement bien et sans fausses notes! Eau de Coco Réunion a également accompli sa mission de remettre au Centre d’Art et Musique les dons d’instruments musicaux venant de la Région Réunion et de son Conservatoire à Rayonnement Régional.

L’ONG Eau de Coco ayant 18 mois d’existence compte faire plusieurs voyages sur Tuléar. Ils ont programmé pour le mois d’avril 2018, un récital de musique à La Réunion, en invitant le groupe du Gospel de l’ONG Bel Avenir, un parrainage qui promet un bel avenir pour les jeunes de Tuléar…

Charles RAZA, correspondant à Toliara.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada25 partages

Vokatra vaovao : namoaka ny « Miandry aho » i Aafly

Nivoaka tamin’ny faran’ny volana oktobra lasa teo ny rakikira voalohan’i Aafly, mitondra ny lohateny hoe: «Miandry aho».  Misy hira folo, noforon’i Aafly sy i Mamy ary i Rhit,  ao anatin’io. Mibahan-toerana amin’ity vokatra voalohany ity ny gadona pop rock sy ny RB, raha ny fanazavan’i Aafly. Ankoatra ny « Miandry Anao», anisan’ny vazo tafiditra ao anatin’io rakipeo voalohany io ihany koa ny « Haizina sy hazavana», « Ndao handeha».

Na vaovao amin’ny sofin’ny maro aza ny anarana hoe Aafly, tsy vitsy amin’ ireo hirany kosa no efa mandeha eny anivon’ny onjam-peo eto an-dRenivohitra. Taorian’ny nivoahan’ity rakikira ity, tetikasa manaraka vinavinan’ny tarika ny fanomanana rindran-tsary vaovao, ho fanomezana fahafaham-po hatrany ny mpankafy.

Tsara ny manamarika fa efa ela nilomanosana tao anatin’ny mozika i Aafly, saingy tamin’ny faraparan’ny taona 2016 vao sahy niditra lalindalina kokoa. « Tena noezahina natao tamin’ny kalitao tsara sy nampiasana ny teknolojia avo lenta, io vokatra voalohany io ka inoana fa hahafa-po ny mpihaino sy ny mpankafy mozika », hoy i Aafly.

Landy R.

Madagascar Tribune19 partages

La Loi de finances 2018 au coeur des débats cette semaine

L’ordre du jour au niveau de l’Assemblée Nationale risque encore de connaitre des modifications au cours de cette semaine. Ceci après l’introduction du projet de loi sur les Zones économiques spéciales (ZES) et mis à part les projets de loi concernant le secteur électricité. Le projet de loi de finances initiale de 2018 devrait arriver auprès de l’Assemblée Nationale dans les prochains jours, si ce n’est aujourd’hui. Il sera étudié au niveau de la conférence des présidents avant d’être transmis en travaux de commissions pour enfin être votée en session plénière.

Cette loi de finances 2018 devrait alimenter les discussions et les négociations au niveau de la Chambre basse du Parlement, notamment en ce qui concerne la question des dépenses prévus. On espère une augmentation des dépenses d’investissement ne serait-ce qu’au bénéfice de l’Administration elle-même. Les budgets alloués aux institutions et autres ministères seront également sujet à discussion. Rappelons toutefois que Madagascar a déjà opté pour la mise en place d’un budget programme au détriment d’un budget de moyen. L’Assemblée Nationale ne devrait donc pas chaumé dans les prochains jours, étant donné que mis à part les projets de lois déjà cités, celui concernant le développement de l’industrie est aussi prévu pour cette première partie de la seconde session ordinaire. Toutefois, il n’est pas à espérer que cette loi de finances soit voté si tôt. La rencontre des députés avec le gouvernement n’est prévue que pour le 23 et 24 novembre prochain. Et les députés devraient attendre afin de questionner les membres du gouvernement sur les détails de ce projet de loi de finances. D’autant qu’une nouvelle menace de motion de censure plane sur la tête du gouvernement de combat de Mahafaly Olivier.

Madagascar Tribune19 partages

Légère amélioration dans le classement

Madagascar est classé 162ème place sur les 190 pays enquêtés par l’équipe de la Banque mondiale dans le domaine de la facilitation de faire des affaires, c’est ce qui ressort du dernier rapport du Doing Business 2018. Dans sa globalité, le pays a amélioré son score de 3,5% entre les enquêtes de 2017 et celles de 2018.

Les points positifs sont surtout attribués aux réformes liées à l’obtention de prêts et le délai de création d’entreprises. Donc aux banques et microfinances ainsi qu’à l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar), le guichet unique chargé de la création d’entreprises. La facilité pour obtenir de prêt a fait un bond de l’ordre de 25% selon l’enquête tandis que la facilité de création d’entreprises s’est améliorée de l’ordre de 4,28%. Le score général de la Grande Ile se situe à 47,67 % alors que la moyenne africaine est classée à 50,43%. En terme de comparaison l’île Maurice obtient un score de 77,54% la plaçant en 25ème sur le plan mondial. En tête de liste la nouvelle Zélande et le Singapour qui caracolent respectivement avec un score de 86,55% et 84,57%.

La Banque mondiale précise que le taux de chômage diminue lorsque les pays simplifient les procédures administratives et favorisent la création et le développement des entreprises.

Tia Tanindranaza18 partages

Fihetsiky ny fitondrana tato ho atoFomban’ny tsivalahara aty Afrika, hoy ny Otrikafo

Rehefa akaiky fifidianana tahaka izao, hoy ny filohan’ny antoko politika Otrikafo, Andrianjaka Rajaonah, dia matetika misy foana ny fomba fanao maloto tahaka izay nataon’ny fitondram-panjakana tato ho ato.

Ireo heveriko fa mpitondra tsivalahara aty Afrika no tena mpanao an’io. Io no fanazavana nentin’ity filoha ity mikasika ny resaka fikasana nikitika ny lalàmpanorenana nataon’ny fitondrana izay efa nasolo ny fametrahana ny tanana an-kavanan’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, Rivo Rakotovao, eo amin’ny toeran’ny filohan’ny antenimierandoholona indray ankehitriny. Ny hanitatra ny fotoam-piasan’ny filoham-pirenena no saika natao tamin’ny alalan’ny fikitihana ny lalàmpanorenana, raha ny nambarany, mba hahafahany mampiasa ny hery rehetra eo am-pelatanany ka hananany tombondahiny mihoatra ny kandida hafa rehetra sy avy hatrany dia hibatany ny fandresena. Nisy faneren’ny sehatra iraisam-pirenena ihany nefa tao ka tsy afa-nanoatra ny fitondrana fa naleony mametraka olona azo hitokisana fa handany azy amin’ny 2018 eo amin’ny toeran’ny filohan’ny antenimierandoholona. Nanana ny fomba fandaminany izay tsy misy manana ankoatra azy izay efa in’efatra ny taona 1972, 1991, 2002 ary 2009 notontosaintsika anefa ny Malagasy ary ahiana hiverina raha manohy izao fampahantrana vahoaka izao ny fitondrana.

J. Mirija

Midi Madagasikara17 partages

Rajaonarimampianina – Ravalomanana – Rajoelina : Qui soutiendra qui au second tour ?

Le numéro Un du HVM est le grand favori à sa propre succession, reste à savoir si les deux principaux protagonistes de la dernière crise parviendront à former un front uni pour lui faire face.

Le parachutage ou l’élection (c’est selon) de Rivo Rakotovao à la Présidence du Sénat confirme la candidature du président Hery Rajaonarimampianina à l’élection présidentielle de 2018. Conformément à ce qui est prévu par l’article 46 de la Constitution, le numéro Un du HVM assurera donc l’intérim du Chef de l’Etat quand l’actuel homme fort du pays démissionnera deux mois avant le scrutin. Bon nombre d’observateurs estiment que le porte-fanion du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » sera le grand favori à sa propre succession. Et ce, même si actuellement, à un an de cette échéance électorale, Hery Rajaonarimampianina détient le plus mauvais record en termes de cote de popularité, certainement à cause du manque, voire l’inexistence de résultat palpable sur le social de la population, pour ne citer que la hausse des prix du riz et des produits de première nécessité, les problèmes de corruption et de mauvaise gouvernance, les détournements de tout genre, la recrudescence de l’insécurité, l’expulsion de milliers de Malgaches de leurs terres au profit de grandes firmes étrangères et d’une minorité qui détient le pouvoir et l’argent.

« Forcing ». Quoi qu’il en soit, à l’allure où vont les choses, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » fera tout pour parvenir à un second mandat. Le « forcing » va se multiplier au fur et à mesure de l’approche de la Présidentielle. Pour ne citer que l’élection de Rivo Rakotovao à la Présidence du Sénat et/ou l’élaboration du Code électoral qui est déjà très contesté au niveau des acteurs politiques et des membres de la Société civile. Selon les observateurs, Hery Rajaonarimampianina sera bel et bien présent au second tour, mais la question est simplement de savoir contre qui se mesurera-t-il. Parmi les candidats potentiels qui se sont déjà prononcés, l’ancien président Marc Ravalomanana et l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina sont aussi en pole position pour sortir vainqueur de l’élection de 2018. On se demande alors qui soutiendra qui au second tour. Hery Rajaonarimampianina qui a déjà trahi sa famille politique ne bénéficiera certainement plus d’aucune déclaration de soutien de la part de ses anciens alliés. Il devrait se contenter de la « Force » du HVM qui est le parti le moins expérimenté en termes de parcours électoral, car 2018 sera la première participation du parti à une élection présidentielle. Pour l’heure, les communales et les sénatoriales sont ses seules et uniques expériences électorales. Nul n’ignore par ailleurs qu’au niveau des grandes villes et des chefs-lieux des Provinces comme Antananarivo, Mahajanga, Toamasina et Antsiranana, le HVM ne fera pas le poids face au TIM de Marc Ravalomanana ou le MAPAR d’Andry Rajoelina, à moins qu’il fasse un miracle. Et ce, même en usant et abusant des prérogatives de puissances publiques.

Soutenu globalement par des politiciens caméléons ayant côtoyé tous les régimes qui se sont succédé au pays et qui ont l’habitude de retourner leur veste, il n’est pas non plus impossible que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » soit lâché par ses alliés politiques lors du deuxième tour. Reste aussi à savoir si les partis politiques et acteurs politiques ayant soutenu Hery Rajaonarimampianina au second tour de l’élection de 2013, en l’occurrence le « Malagasy Tonga Saina » (MTS) de Roland Ratsiraka, vont encore lui faire confiance en 2018. La question est également de savoir si Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina pourront former un front uni contre le candidat du HVM en cas d’échec au premier tour. Nul n’ignore que rien n’est figé en politique. Ces derniers temps, l’on remarque un rapprochement entre les partisans des deux principaux rivaux de la dernière crise politique, notamment lors des débats autour du référendum constitutionnel prévu par le régime en place, ou dans le cadre du mouvement de contestation contre l’élaboration du Code électoral. Au cours d’une interview, Christine Razanamahasoa, coordonnatrice nationale du MAPAR a déjà évoqué la possibilité d’une alliance entre les deux partis. En tout cas, selon les pronostics, deux de ces trois candidats parviendront certainement à se hisser au deuxième tour. Reste à savoir lesquels.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada16 partages

Établissement de monnaie électronique : les demandes de création affluent à la CSPF

Les dépôts de dossier pour la demande de création d’établissement de monnaie électronique affluent au niveau de la Commission spéciale sur la pérennisation financière (CSPF), d’après la Banque centrale de Madagascar. Il s’agit d’une bonne nouvelle, a avancé le gouverneur de la Banque centrale, dans le sens où le développement des transactions électroniques réduira considérablement la circulation de la monnaie fiduciaire qui alimente le marché informel.

La sortie de la loi sur la monnaie électronique et de la nouvelle loi sur les transactions électroniques figure parmi les réformes entreprises par la Banque centrale de Madagascar dans le secteur financier. Le décret d’application de ces textes est également sorti récemment, a affirmé vendredi dernier le gouverneur de la Banque centrale, Alain Hervé Rasolofondraibe. «Les réels impacts de cette réforme sont attendus l’an prochain», a-t- il soutenu. En effet, ces décrets d’application portent notamment sur le capital minimum pour la création d’un établissement de monnaie électronique, fixé à 500 millions d’ariary, et les instructions concernant les dossiers à fournir.

Sécurisation des transactions

«Plusieurs dossiers pour la création d’un établissement de monnaie électronique ont été  déposés au niveau de la CSPF maintenant que le secteur est réglementé», a poursuivi Alain Hervé Rasolofondraibe. L’Etat travaille également avec trois opérateurs téléphoniques à Madagascar pour promouvoir la transaction électronique. Car la dématérialisation de la monnaie est une des mesures prises pour la sécurisation des transactions. D’après les chiffres attribués par une banque commerciale présente à Madagascar, la monnaie fiduciaire constitue encore 48% de la masse monétaire à Madagascar. Or, la circulation de la monnaie fiduciaire favorise considérablement le développement des activités informelles.

Par ailleurs, la banque centrale sollicite vivement les établissements de micro finance à basculer vers la transaction électronique dans leurs activités. «Les établissements de micro finance sont très attendus au niveau de la CSPF. Le capital minimum à 500 millions d’ariary a été d’ailleurs fixé pour être très attractif  et permettre aux institutions de micro finance de se lancer dans cette forme de transaction. Cela permettra aussi d’améliorer leur offre, notamment en zone rurale», a fait savoir le gouverneur de la banque centrale.

Riana R.

 

Midi Madagasikara16 partages

Eglises Evangéliques : Le Pasteur Jules Randrianjoary n’est plus

La dépouille mortelle du Pasteur Jules au Petit Palais à Mahamasina. Photo Kelly.

Les églises évangéliques viennent de perdre un de leurs plus grands leaders. Le Pasteur Jules Randrianjoary est décédé, samedi matin des suites d’une maladie, à l’âge de 67 ans.

Un grand évangéliste est parti rejoindre le Seigneur Jésus Christ.  En effet, le Pasteur Jules Randrianjoary est avant tout un évangéliste. La preuve, il a basé son ministère sur Mathieu 24 : 14 « Cette bonne nouvelle sera prêchée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin ».

FAAK. Converti au Seigneur Jésus Christ en 1969 au sein de l’Eglise Assemblée de Dieu, le Pasteur Jules Randrianjoary officiait également au sein de l’Eglise Jesosy Mamonjy. En 1975, il fonde une cellule de prière à Tsiazotafo. Une initiative qui aboutit, grâce à la conduite du Saint Esprit à la création de l’association cultuelle « Fiainana ao amin’i Kristy » (FAAK). Depuis le début, son ministère le conduit dans les quatre coins du pays. Beaucoup de chrétiens, toutes dénominations confondues l’ont également connu grâce au « Fetin’ny Filazantsara »,  (Fête des Evangiles) une séance d’évangélisation que le Pasteur Jules Randrianjoary organisait, une à deux fois par an  au  Cercle des Cheminots Antanimena. De nombreuses personnes ont accepté Jésus comme Seigneur et Sauveur au cours de ces séances où le Pasteur Jules a mis en place, une nouvelle formule de réunion d’évangélisation.

Rassembleur. Il s’agit, en l’occurrence de l’appel à des artistes évangéliques pour animer les louanges.  Des groupes évangéliques sont d’ailleurs devenus célèbres grâce aux « Fetin’ny Filazantsara ». On peut citer, entre autres, Voahirana, Adeline, Fara Andriamamonjy… En tout cas, malgré la fermeture de l’Eglise FAAK, on peut dire que le Pasteur Jules Randrianjoary est le père de plusieurs associations cultuelles, puisque nombreux parmi les serviteurs de Dieu qu’il a évangélisés ont créé leur propre communauté que l’on appelle les « Fiangonana Zandriny ». Comme il le souhaitait, son ministère est devenu international, puisqu’il a pu créer en France, l’église  « Les Messagers d’Amour » qui est membre de l’Union des Assemblées Protestantes en Mission (UPM) et de la Fédération Protestante de France. Membre fondateur du « Fiombonan’ny Mpitory Filazantsara eto Madagasikara », le Pasteur Jules Randrianjoary était aussi parmi les rassembleurs entre les « Fiangonandehibe » et les « Fiangonana  zandriny ».

La dépouille mortelle du Pasteur Jules est actuellement au Palais des Sports (Petit Palais).  Un grand culte sera organisé au Palais des Sports demain à 12 heures et demie avant le départ du cortège funèbre vers Bembary, Andaingo Ambatondrazaka où l’inhumation aura lieu mercredi prochain.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara14 partages

Ampasika : Kapohina ny fiara dia endahina ny mpandeha

Zary mitovy hatrany ny fanendahana olona izay tratry ny fitohanan’ny fifamoivoizana. Tetsy amin’ny tetezan’Ampasika, toerana izay efa mampimenomenona ny maro ny fisian’ny andian-jiolahy manendaka anaty fitohanana, no nisy mpivady efa misotro ronono izay niharan’ny herisetra. Tsy miova firy ny fiasan’ireo olon-dratsy : misy mikapoka mafy be ny vatan’ny fiara ka raha vao mivoaka amin’izay ny ao anatiny dia manararaotra miditra ireo olon-dratsy. Ambanana amin’ny zava-maranitra ireo olona ary rehefa tsy afa-manoatra intsony dia raofina daholo izay entana mety amin’ireo olon-dratsy. Lasa ny finday, ny paoketra ary hatramin’ny lohan’ny autoradio aza. Izany no nanjo ireto mpivady efa nahazo taona ireto. Nisy tokoa ny olona nahatsikaritra, isan’izany ireo olona izay tao anatin’ny fiara tao afara, satria tao anaty fitohanana no nitranga ny fandrobàna. Raha saika hanavotra izy ireo dia toa efa vitan’ireo olon-dratsy kajy ny mety hisehoan’izany ka efa nandraisany fepetra : nisy andian’olona nipoitra avy ao anatin’ny fitohanana ary mbola nandrahona tamin’ny zava-maranitra koa. Tsy nisy afa-nikofoka fa dia nijery fotsiny ny habibiana sisa no azo natao. Raha ny fanazavan’izay nahita dia ankizy mbola tanora kely, tombanana ho tsy mbola misy ampy taona, ireo nifandrimbona tamin’ny fanafihana tao anaty fitohanana. Nampalahelo ny olona ny nahita ilay ramatoabe izay nitomany mafy, teo ihany ny fandrobana nanjo azy sy ny vadiny, fa koa mbola nisy fikasihan-tànana nanjo azy koa. Matetika miverina ny fandrobana anaty fitohanana ary ny olona aza dia efa mifampitaona mba ho mailo any anaty tambajotran-tserasera izay misy maro ny mitsangana ho vavolombelona, isan’ireo niharan’ny asaratsy.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar13 partages

Marché de devises – L’ariary continue sa dépréciation

Depuis quelques mois, la monnaie nationale a perdu sa valeur face aux principales devises. Les importations, en cette fin d’année, ont accéléré cette dépréciation.

La chute de l’ariary s’accélère. La monnaie nationale a enregistré une chute vertigineuse au cours des derniers mois. Après avoir eu un regain au mois de juillet, elle a connu une dépréciation depuis le mois d’août. Sur le marché interbancaire de devise, selon les statistiques publiées sur le site de la Banky foiben’i Madagasikara, la monnaie européenne équivalait à 3390,74 ariary au début du second semestre pour arriver à 3610,66 ariary le mois dernier. Le billet vert, quand à lui, s’échangeait à 2948,15 ari­ary au mois de juillet pour finir à 3076,89 ari­ary en octobre, soit une légère dépréciation.Cette dépréciation s’explique par le ralentissement des exportations de vanille, l’une des premières sources de rentrée de devises du pays ainsi que la forte hausse des importations en cette période de fin d’année, selon Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la BFM lors d’une conférence de presse vendredi.

Mauvais signeLa dépréciation de l’ariary n’est pourtant pas un bon signe pour l’économie nationale. Les effets immédiats de cette relative importante dépréciation de l’ariary seront, évidemment, la hausse des prix des produits importés.La hausse du prix à la pompe, ces derniers mois, est le premier résultat, puisque la parité devise et ariary est l’un des facteurs de fixation du prix maxima à la pompe.« Quand il y a une dépréciation de l’ariary, les exportateurs vers les marchés “en dollars” par exemple se trouvent dans une situation difficile. Ils annoncent que leur compétitivité est menacée. Et comme nous savons tous qu’une dépréciation aura un impact sur les prix des produits importés, on se demande s’il est possible de mettre en place un équilibre, un taux stable pour tisser une meilleure compétitivité », tient à souligner le numéro un de la BFM.Par ailleurs, les réserves de devise de la banque ont connu une augmentation. D’après le gouverneur, celles-ci atteignent 1,485 mil­liards de dollars contre 1,1 milliard de dollars américain au mois de mars.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar12 partages

CGM Analakely – Teddy Prezeau et Balita Marvin envoûtent

Une rencontre mélodieuse entre deux générations d’artistes. Ainsi s’illustrent les retrouvailles entre Balita et Teddy Prezeau au Cercle Germano-Malgache Analakely samedi après-midi.

Efa voasoratra… Aza manahy », autrement dit « C’est écrit… N’aie crainte ». C’est par ces mots que s’est découvert ce concert inédit entre deux chanteurs, chacun  doté de voix singulière. Rendez-vous était ainsi donné entre Balita Marvin, Teddy Prezeau et le public au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, samedi après-midi, pour un concert nostalgique et, néanmoins, plus contemporain. D’un côté, Balita Marvin, par son charisme a sublimé la salle par des mélodies du soul et de blues acoustique. De l’autre, Teddy Prezeau de nature plus discrète, conquiert par son R’n’b qui resplendit de jeunesse. Un choc entre deux générations, c’est tel un petit événement à part entière dans le cosmos musical que ce concert unique a enchanté un public de tous horizons.Et comme l’indique son intitulé, l’histoire en soi était au cœur même de ce concert. En effet, avant d’être liés par leur passion pour la musique, Balita Marvin et Teddy Prezeau sont avant tout unis par les liens du sang. Pour eux, l’art c’est une affaire de famille, voire plus, la promotion de la musique. Leur musique, c’est pour eux une finalité et une destinée à accomplir. Portés par cette passion incommensurable et réciproque, Balita Marvin et Teddy Prezeau ont proposé un concert festif et harmonieux.

« Toute une histoire… »Vers 16 heures, Balita Marvin entame la première partie du concert, de quoi enflammer d’entrée les fans des premières heures, venus nombreux remplir la salle du CGM Analakely. Le chanteur convie d’abord le public à une minute de silence en la mémoire d’Eckehart Olszowski, directeur du CGM décédé récemment, une personnalité qui l’a beaucoup aidé à ses débuts. « Des moments d’affection, d’amour et de joie à travers la musique. C’est ce que Teddy et moi-même allons chanter pour vous. Ensemble communions en musique et jouissons de la fête», affirme Balita Marvin sur scène. Sa guitare à la main, le chanteur ravive la flamme de nostalgie de ses inconditionnels du début des années 2000. Avec quelques surprises à la clé, il enivre de sa voix son auditoire en reprenant ces morceaux qui ont fait sa renommée. D’une manière plus acoustique, Balita Marvin entouré de Mendrika Rasolomahatratra à la batterie, Rybota à la basse et Ralph au saxophone chante « Zay dia vita », mais aussi son tube « Anjely fa mainty» repris en chœur par le public. De même, il a chanté avec Fali Andriamihamisoa une interprétation remarquable de « Naleoko ihany » d’Olombelo Ricky.Une fois la partie nostalgique, « C’est écrit… », terminé avec Balita Marvin, Teddy Prezeau enchaîne avec la seconde partie,« … N’aie crainte ». Affichant une fusion entre R’n’b et rythme du terroir, le jeune homme conquiert également le public, à sa manière. L’occasion pour lui de présenter fièrement le contenu de son album « Tenim-pitia», notamment avec des morceaux comme « Ny aty aminay », « Zanahary» et « Ny fitadiavana ».Vers la fin, les deux chanteurs se retrouvent comme prévu, faisant étalage d’une prouesse vocale en duo, émouvant le tout CGM Analakely. En guise de bouquet final, ils reprennent en duo « Veloma ianao », une composition de Balita Marvin qui a contribué à faire connaître Teddy Prezeau à ses débuts. Un passage de flambeau réussi entre les deux artistes.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara12 partages

Sénat : Deux sièges de vice-présidents vacants

Les sénateurs se sont trop focalisés, ces derniers temps, sur l’ascension politique de Rivo Rakotovao qu’ils ont oublié (depuis toujours d’ailleurs) l’essentiel : l’élection du vice-président de la Chambre haute pour la province de Mahajanga au sein du bureau permanent. En effet, après la démission d’Ahmad qui est devenu le président de la CAF (Confédération Africaine de Football) en mars dernier, le poste demeure vacant. Pourtant, le règlement intérieur du Sénat impose que le bureau permanent de cette chambre devrait comporter, entre autres, sept vice-présidents dont un pour chaque Province et un réservé à l’opposition. Notons au passage que, selon toujours ce même règlement intérieur, le remplacement d’un des membres du bureau permanent suit la même procédure en cas de vacances. Sur ce point, il est vrai que Rivo Rakotovao a passé sa jeunesse à Mahajanga, mais il est loin d’être originaire de cette province. Aussi, est-il devenu le président du Sénat qu’il lui est difficile d’assurer, ultérieurement, le rôle de vice-président. Tant de difficultés à pourvoir ces deux sièges et beaucoup plus d’aptitude à maintenir celui qui est extrêmement controversé : le vice-président pour la province de Fianarantsoa.

Bureau amputé. Avec des membres qui ne sont pas encore élus, force est de reconnaître que le bureau permanent du Sénat est purement et simplement amputé. Amputé du vice-président pour la province de Mahajanga et de celui qui devrait représenter l’opposition. Mais ce n’est pas tout. Le représentant de l’opposition officielle au niveau de la Chambre basse reste jusqu’à maintenant une belle histoire promise. Rien n’est encore engagé. De surcroît, même les textes réglementaires qui devraient compléter et aller de pair avec la loi portant statut de l’opposition officielle sont, jusqu’à présent, renvoyés aux calendes grecques. Quoi qu’il en soit, la transgression de ces dispositions élémentaires reflète à quel point le respect de l’Etat de droit est loin d’être automatique à Madagascar.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Football – Telma Coupe Fosa Juniors et Cosfa en finale !

Les équipes du Fosa Juniors de Boeny et du Cosfa d’Analamanga sont qualifiées pour la finale de la Telma Coupe 2017. Plus qu’une marche pour les deux formations en quête du sacre à la Coupe de Madagascar. COSFA d’ Analamanga contre Fosa Juniors de Boeny, une finale très ouverte entre ces deux formations. Evoluant à domicile, l’équipe championne de Boeny, Fosa Juniors a remporté le ticket pour la finale hier au Stade Rabemananjara. 2 buts à 0, c’est le score final de la rencontre entre Fosa Juniors et Jet Mada Itasy. Après une première mi-temps infructueuse pour les deux équipes où elles ont quitté le terrain sur un score nul, les Majungais ont renversé la tendance à la reprise. L’entrée de Dax a complètement changé le jeu de Fosa Juniors. A la 68e mn, Jean Yves ouvre le score sur une passe de Dax. Ce dernier qui a inscrit le second but pour son équipe à la 71e minute. Relancés, les joueurs de Boeny poursuivent leur offensive sur le terrain devant une équipe de Jet Mada qui arrive difficilement à imposer leur jeu. Et c’est sur ce score que les Majungais du Fosa Juniors se qualifient pour la première fois en finale de la Telma Coupe. « Mes joueurs n’étaient pas bien rentrés dans le match lors de la première mi-temps. Après la pause, ils arrivent à imposer leur jeu et voilà les deux buts sont marqués. Nous abordons avec beaucoup de confiance la finale » a expliqué Bob, coach de Fosa Juniors. Doublé. Encore en course à la Ligue des Champions, l’équipe du Cosfa vainqueur de la demi-finale à Fianarantsoa espère réaliser un beau doublé. Hier au Stade moderne d’Ampasambazaha, opposés à l’équipe de l’As Adema, les militaires se sont offert  le ticket pour la finale. C’est sur le score de 3 buts à 2 que les militaires ont remporté ce ticket pour la finale. Trois réalisations de Nono qui propulse son équipe pour le derby final de la Coupe de Madagascar. Nono marque le premier but à la 14e minute après une nette domination de son équipe. 1 but à 0, c’était le score à la pause. A la 52e mn, Ruffin égalise le score. Deux minutes plus tard, Nono signe son doublé avant de conclure son festival de but à la 64e minute. Mais les joueurs d’Ivato ne lâchaient pas prise où Onia inscrit le deuxième but pour son équipe à la 74e minute. Et malgré les nombreuses tentatives, les deux équipes se sont séparées sur le score de 3 buts à 2.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada8 partages

Boeny : réhabilitation des ruelles à Mahajanga

Le développement de la ville de Mahajanga démarre. Les travaux de réhabilitation des infrastructures ont débuté le week-end dernier sur fonds propres de la commune urbaine qui a annoncé la poursuite du projet dans plusieurs quartiers en sensibilisant la population à s’acquitter de ses impôts.

Le fokontany de Mahabibokely a inauguré le projet financé en totalité par la commune urbaine de Mahajanga dans le cadre de la réhabilitation des artères de la ville. Les travaux porteront sur 1.000 mètres de ruelles dans les fokontany de Mahabibokely, Morafeno et Ambalavola dans sa première tranche, selon les explications du maire Mokhtar Andriantomanga, initiateur du projet, lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre à Mahabibokely, vendredi.

Après des décennies

Les intervenants ont révélé à l’occasion que la commune urbaine de Mahajanga n’a pu procéder à de tels projets durant les deux dernières décennies faute de moyens, engendrant la dégradation avancée de la ville que l’équipe actuelle tente de redresser en illustration de la bonne gouvernance et de l’intégrité des responsables dans la gestion.

Félicitant les initiatives du maire, le Préfet de Mahajanga a loué l’esprit de solidarité et de confiance qu’il a déployé. Il a exhorté tout Mahajanga à dépasser les clivages politiques à cet effet pour prioriser le développement. Des séances de sensibilisation ont donc été organisées à l’endroit de la population afin d’améliorer la pression fiscale pour permettre la poursuite des travaux d’aménegement de la ville.

La commune urbaine de Mahajanga a décerné des certificats de reconnaissance aux diverses entités publiques et privées qui l’ont appuyée dans ce projet au cours de la cérémonie de Mahabibokely.

Manou

 

Midi Madagasikara7 partages

Ambohimarina Itaosy : Un bandit recherché abattu par les gendarmes

La nuit de samedi au dimanche, des coups de feu ont retenti dans le « fokontany » d’Ambohimarina, à Itaosy. Des éléments de la gendarmerie se sont servis de leurs armes pour traquer des bandits ayant rôdé dans le quartier. Menant une patrouille de routine dans la localité, ils ont repéré cinq individus suspects, car ces derniers ont tout de suite pris la fuite dès qu’ils ont aperçu les hommes en treillis. Ainsi, la course- poursuite a été lancée. Puisque les fuyards, qui étaient armés selon les informations, n’ont pas obtempéré malgré les tirs de sommation faits par les gendarmes, ces derniers ont dû recourir aux armes tout en appelant des éléments de renfort, lesquels ont tout de suite quadrillé le quartier. Ainsi, l’un des bandits a été abattu sur le champ tandis que les quatre autres ont pu s’échapper. Un pistolet a été découvert sur le bandit décédé qui est, selon les informations émanant de la gendarmerie, un bandit recherché depuis des mois. Cette opération a été menée par le commandant de brigade de la gendarmerie d’Itaosy et le chef de poste fixe d’Ambavahaditokana. Elle a vu également la participation des gendarmes de Fenoarivo. Parlant de ce résultat, le chef de poste d’Ambavahaditokana affirme que ses éléments ne cessent de renforcer la patrouille de surveillance de sa circonscription pour faire face à la recrudescence de l’insécurité dans la localité. Ainsi, il souhaite la collaboration de tout un chacun. Pour ce faire, il invite ceux qui ont des renseignements concernant la sécurité à contacter le numéro 034 20 008 55 (poste fixe Ambavahaditokana).

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Mpanendaka dimy lahy tratran’ny UIR

Lehilahy miisa telo no voasambotry ny polisy teo am-pangaronana paosina vehivavy niantsena tao amin’ny Coum ny alarobia, 1 novambra  tokony ho tamin’ny 12 ora sy sasany atoandro. Lehilahy roa hafa ihany koa no tra- tehaky ny UIR teo am-panendahana rangahy iray efa mamo ny alakamisy, 2 novambra tokony ho tamin’ny 11 ora sy 45 minitra alina, nandritra ny fisafoana izay natao. Nitsoaka avy hatrany izy ireo rehefa nahatazana ny polisy ka raikitra ny fanenjehana. Tsy lasa lavitra loatra, voasambotra izy roa lahy.

« Manoloana ny fahamaroan’ny fitarainana voarain’ny polisy mahakasika ireo mpanendaka sy mpanao sinto- mahery amin’iny faritra 67 ha iny, tsy mitsahatra manao ny ezaka rehetra ny polisy miasa eto an-dRenivohitra mba hampandriana fahalemana iny faritra iny, ary mandray anjara feno ao anatin’izany ireo vondrona manokana avy ao amin’ny « Unité d’intervention rapide » na ny UIR hahazoana ireo mpanao ratsy”, hoy ny fanazavan’ny polisy.

Yves S.

Midi Madagasikara6 partages

Didier Ratsiraka : L’ancien président est un ancien footballeur

Né le 4 novembre 1936 à Vatomandry, Didier Ratsiraka a fêté son 81e anniversaire samedi dernier. Il est le cadet d’une famille de dix enfants. Didier Ratsiraka fut un élève brillant. Après avoir suivi ses études dans une école publique élémentaire à Moramanga, il poursuit ce même cycle à l’école des sœurs à Ambatondrazaka et enchaîne plus tard son parcours scolaire à l’école St-Joseph « Frères des écoles chrétiennes » à Toamasina. Quelques années plus tard, il entame son cycle secondaire au collège St-Michel Amparibe à Antananarivo, jusqu’en classe de première. Au mois de février 1955, il est en partance pour la France à bord du bateau « Pierre Loti » et débarque à Marseille 25 jours plus tard. Ses parents ont financé ses études en contractant un emprunt auprès d’un ami boucher à défaut de nationalité française. Didier Ratsiraka obtient son Baccalauréat 1re partie quelques mois après son arrivée en juin de cette même année, au Lycée de Montgeron (annexe Henri-IV), en France. Puis, il est admis en terminale puis en classe préparatoire scientifique, série Mathématiques élémentaires modernes, au Lycée Henri-IV avant d’accéder à la filière Mathématiques supérieures et Mathématiques spéciales d’où il choisit la voie militaire. Il est admis à l’École Navale de Lanvéoc Poulmic de Brest Finistère. Second de sa promotion en 1960, il décroche le diplôme d’Ingénieur de l’École Navale et devient Officier de Pont. En 1965, il poursuit ses études à l’École des Officiers de Transmission électronique (Bormettes, Toulon) d’où il obtient le diplôme d’Ingénieur Breveté des Transmissions.

Footballeur et guitariste. Cinq années plus tard, en 1970, il intègre « l’École Supérieure de guerre navale » à Paris (1970 à 1972) et y décroche son diplôme avec les honneurs. Il profitera de son séjour parisien pour compléter son cursus à la Sorbonne dans la filière Droit, Économie politique et Institutions financières internationales. En décembre 1963, il s’est marié avec Céline Marthe Velonjara. Cette union vit la naissance de trois filles : Olga, Sophie, Annick et d’un garçon, Xavier puis de cinq petits enfants (quatre garçons et une fille). Son père Albert Ratsiraka était issu d’une famille modeste. Il était tireur de pousse-pousse à Moramanga, mais grâce à une volonté de fer, il a suivi quelques cours pour devenir administrateur-traducteur au sein de l’Administration coloniale française. Didier Ratsiraka manie aussi bien les maths que le ballon. Il s’est distingué en marquant des buts improbables au sein de son club de football le Fortior Club de la Côte Est (FCE). Il pratique aussi le jogging, le Jiu-Jitsu, le tennis de table, la natation… Il est réputé pour être un excellent partenaire à la belotte et s’adonne aussi à quelques jeux de société tels que les dominos, les jeux d’échecs… Sans être un grand virtuose, les membres de sa famille parlent de Didier Ratsiraka comme un bon guitariste et un joueur d’harmonica stylé. La lecture est plus qu’un passe-temps pour Didier Ratsiraka, c’est toute une culture. Sa véritable entrée en politique se fit en tant que militaire. A la suite des évènements de mai 1972, le Capitaine de corvette Didier Ratsiraka, alors qu’il n’avait que 36 ans, devient ministre des Affaires étrangères du gouvernement du général Gabriel Ramanantsoa de 1972 à 1975. Didier Ratsiraka était président de la République par deux fois, de 1975 à 1993 puis de 1997 à 2002.

Source : Wikipédia

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

JIRAMA : « 45% de la production ne sont pas payés », selon Olivier Jaomiary, le directeur général

Le directeur général de la JIRAMA, Olivier Jaomiary.

La population et les autorités locales à tous les niveaux sont sollicitées à dénoncer les fraudeurs afin de contribuer au redressement de l’entreprise. Sinon,  celle-ci n’a d’autres alternatives que d’augmenter les tarifs afin d’équilibrer ses recettes et ses dépenses, d’après ses dires. 

Une bonne gouvernance pour avoir une rentabilité des activités à l’horizon de 2020. Tel est l’objectif fixé par le directeur général de la JIRAMA, Olivier Jaomiary, qui prend ses fonctions depuis cinq mois déjà. Toutefois, « une responsabilité commune et partagée entre la société et ses abonnés s’impose pour atteindre cette fin. En effet, la JIRAMA perd encore de l’argent en ce moment étant donné que sur la totalité de notre production  en électricité, environ 45% ne nous sont pas payés », a-t-il révélé.

Vols et impayés. Parmi lesquels, « 10% de cette production constituent des pertes techniques liées aux désuétudes de notre réseau de distribution, mais c’est acceptable selon les normes internationales. En outre, 15% sont des factures impayées par les clients, entreprises et particuliers. Et les 20% restants constituent des vols de courant effectués par les abonnés eux-mêmes », a-t-il fait savoir. Notons que la JIRAMA rencontre les mêmes problèmes concernant la distribution et la commercialisation de l’eau. Des vols et des factures impayées  ont été également identifiés. A titre d’illustration, « le litre d’eau est facturé à 1 Ariary. Mais certains abonnés en profitent pour en faire commerce, en la revendant plus cher. C’est inadmissible.  Raison pour laquelle, il me semble essentiel d’alerter tous les abonnés sur le fléau lié aux fraudes. Et il est illusoire d’envisager que la JIRAMA soit pleinement performante si certains usagers fraudent en trafiquant les compteurs électriques », a enchaîné le directeur général de cette société nationale de production d’eau et d’électricité.

Dénoncer. Ainsi, il a sollicité toute la population entière ainsi que les autorités locales à tous les niveaux, surtout les « Fokontany », à prendre leur responsabilité en dénonçant les fraudeurs afin de mettre fin à ces mauvaises pratiques.  La JIRAMA a d’ailleurs mis à leur disposition une adresse e-mail jirama@jirama.mg pour leur permettre de les dénoncer de façon anonyme. Elle se chargera ensuite de multiplier les contrôles inopinés pour vérifier la bonne conformité des installations. «  Si vous, les usagers, ne le faites pas, c’est vous au final qui payerez la facture de ceux qui trichent. Vous allez également payer les frais des coupures électriques dues à des pics de consommation et qui font sauter par la suite les transformateurs. Et c’est vous qui risquez de voir les tarifs de l’eau et de l’électricité s’envoler à Madagascar. En effet, il est fondamental d’équilibrer nos recettes et nos dépenses. C’est la condition sine qua non pour que nous puissions limiter la révision à la hausse des tarifs qui menacent d’impacter tous les usagers. Si nous ne parvenons pas à redresser la situation, nous n’aurons pas d’autres alternatives que d’augmenter ces tarifs », a fait savoir Olivier Jaomiary.

Changements. Par ailleurs, il a soulevé que cette lutte contre les vols d’eau et de courant n’est pas le seul défi à relever par la JIRAMA. Il a également averti les abonnés qui ne paient pas encore leurs arriérés, à régulariser rapidement leur situation. « Sinon, nous allons procéder à la coupure de leur compteur d’eau et d’électricité. La bonne gouvernance, c’est de refuser ces sommes colossales liées aux impayés », a-t-il rajouté. Notons que la direction générale de la JIRAMA prévoit encore d’autres changements dans la gestion de l’entreprise dans les prochaines années tout en impliquant toujours ses abonnés en vue de son redressement par le biais d’une bonne gouvernance.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Peste : 1 110 malades guéris et 131 décès depuis le 1er août

Il ne reste plus que 47 personnes en cours de traitement dans les centres de traitement de la peste, au jour du 4 novembre 2017, si la veille, l’on comptait encore 55 malades encore pris en charge. Parmi cette quarantaine de patients encore sous traitement figurent six nouveaux cas admis samedi dernier. Selon les dernières données datant du 4 novembre, fournies par le BNGRC et émanant du ministère de la Santé publique, 1 110 personnes sont guéries de la peste depuis le début du mois d’août 2017 sur l’ensemble du territoire malgache. Durant la même période, 131 personnes ont succombé dont 64 décédées hors des structures hospitalières. Il s’agit ainsi de décès communautaires dont les victimes n’ont pas approché les centres de traitement de la peste. Ce qui n’est pas sans danger pour la communauté, précisent les autorités sanitaires.

Fin d’épidémie. L’épidémie de peste poursuit sa tendance décroissante en termes de nombre de malades et de nouveaux cas. Une trentaine de districts parmi la quarantaine touchée par l’épidémie sont aujourd’hui en situation de fin d’épidémie. Parmi eux, les districts de Nosy- Be, Ambilobe et Vohémar, dans la partie Nord de l’île, Antsohihy, dans le Nord-ouest, Betioky Atsimo et Morombe dans le Sud-Ouest, Vavatenina, Fénérive Est, Soanierana Ivongo, dans la partie Est de l’île, ainsi que Vondrozo, Farafangana, Ambohimahasoa, Ambalavao, Ambatofinandrahana, Betafo, Mandoto, Soavinandriana, Tsiroanomandidy, Fenoarivo Be, Maevatanana, Amparafaravola, Andilamena, etc.Rappelons qu’une localité est déclarée en situation de fin d’épidémie en l’absence de nouveaux cas depuis 15 jours consécutifs.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Cyclisme – Grande course de Tana : Emile gagne la grande course de Tana

Déjà reportée pour cause de peste, la grande course de Tana a eu finalement hier en partant d’Ambohimangakely by pass en passant par Andriambilany, Ambatolampy pour une arrivée à Imerinkasinina pour une distance de 128km. « La saison prend fin avec cette course et on attend impatiemment le calendrier fédéral » a conclu Ravelonarivo Naly, président de la ligue d’Analamanga ».

Les résultats

1er Randrianantenaina Émile Club FCSA 3h21’04 »

2e Rabemananjara Tojoniriana Club FCSA 3h21’06 »

3e Rakotondravony Mazoni Club VCA 3h21’55 »

4e Rakotondravao Andriamirado Club MBIKE 3h22’05 »

5e Randriamitantsoa Michel Club TAFITA 3h22’19 »

1re Prime à 15 km : Rakotondravao Andriamirado Club Mbike

2e Prime à 40 km : Perdue

3e Prime à 60 km : Randriamaharitra Sandaniaina Club Tafita

4e Prime à 80 km : Randrianarimanana Bruno Club Mbike

5e Prime à 121 km : Rabemananjara Tojoniriana Club FCSA

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Orange Madagascar : La 4G contribuera au développement de la ville d’Antsirabe

Le développement des technologies va en effet contribuer à dynamiser l’innovation socio-économique et le secteur agricole local à travers, entre autres, le m@gri.

Orange Madagascar continue le déploiement de son réseau 4G dans tout Madagascar. C’est lancé officiellement à Antsirabe. Toutes les parties prenantes reconnaissent que cette nouvelle technologie contribuera au développement socio-économique de la ville d’Eaux qui est la troisième plus grande agglomération de Madagascar, après Antananarivo et Toamasina. La ville d’Antsirabe est également un centre économique parmi les plus importants en termes de valeur ajoutée dans le pays. Cela s’explique par la présence d’importantes entreprises de transformation, par sa position stratégique de carrefour permettant de faire le lien entre les productions agricoles et la demande urbaine de la capitale, ainsi que par l’importance et la diversité de son tissu micro-entrepreneurial.

Innovation socio-économique. En outre, cette ville industrielle est en même temps l’un des principaux fournisseurs du pays en produits frais et est réputée pour son eau minérale gazeuse. Mais ce n’est pas tout ! C’est aussi une ville touristique d’importance, notamment avec ses eaux thermales. La 4G d’Orange est ainsi une véritable opportunité pour une ville telle qu’Antsirabe, qui possède un grand potentiel agricole. Le développement des technologies va en effet contribuer à dynamiser l’innovation socio-économique et le secteur agricole local à travers, entre autres, le m@gri. D’autant plus, Orange possède une solide expérience dans le domaine du m@gri. Ses services sont répartis sur trois axes de développement, à savoir, l’amélioration des revenus des agriculteurs, l’accroissement de la productivité agricole et le renforcement de la chaîne de valeurs.  «En tant que partenaire de la transformation digitale à Madagascar, Orange apporte son savoir-faire en matière de développement des télécommunications. Un développement qui apporte des bénéfices essentiels sur l’écosystème économique et social du pays », a rappelé Michel Degland, le directeur général d’Orange Madagascar, lors de la cérémonie de lancement officiel de la 4G à Antsirabe.  

Opportunité unique. L’arrivée de la 4G est une excellente nouvelle pour les opérateurs économiques locaux, afin de favoriser des usages innovants. C’est également une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes, ou grandes, d’être présentes à l’international. Le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises de ce monde et ainsi d’avoir une vraie vie internationale. Le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, André Neypatraiky Rakotomamonjy, a indiqué : « dans le contexte de développement, le secteur des Télécommunications doit jouer un rôle majeur, un rôle de catalyseur afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé, mais aussi par l’Etat ».

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Compagnie Ewa Air : Annulation des vols à destination d’Antananarivo

En dépit de tout cela, cette compagnie dessert d’autres villes de Madagascar.

La compagnie aérienne mahoraise et réunionnaise Ewa Air, une filiale d’Air Austral, a décidé d’annuler tous ses vols au départ de Mayotte à destination d’Antananarivo, depuis le début de ce mois-ci. Par contre, les vols vers les autres aéroports comme Nosy-Be et Mahajanga, ne sont pas concernés par cette décision d’annulation de vols prise par la compagnie. Cela n’a rien à voir avec la situation d’épidémie de peste qui prévaut dans la Capitale, mais « il s’agit d’une décision purement commerciale étant donné que l’exploitation de la ligne desservant Mayotte et Antananarivo n’est pas rentable pour la compagnie », a expliqué Ayoub Ingar, le directeur général d’Ewa Air.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate3 partages

Antananarivo: Incendie du Rova, 22 ans déjà

La IVème république de Madagascar sous Hery Rajaonarimampianina a définitivement décidé de tourner le dos à tous les jalons de l'Histoire de la Grande île de l'océan Indien. A preuve, la 22ème année après l'incendie du Palais de la Reine, situé dans le Rova (enceinte royale) de Manjakamiadana à Antananarivo, a été totalement ignorée par le ministère de la Culture qui, si je ne m'abuse, comporte pourtant une direction du patrimoine national. Tant pis mais madagate.org ne ratera pas son devoir de mémoire pour les générations présentes et à venir

Photo de Jeannot Ramambazafy, prise au téléobjectif ce triste soir du 6 novembre 1995, du toit d'une maison à Amparibe. La nuit même, j'avais offert à Dadou (Fredy Rajaofera) une petite séquence vidéo qui a été diffusée sur MaTv. Mais j'ai irrémédiablement perdu la bande originale, hélas

6 novembre 1995 - 6 novembre 2013. Cela fait 22 ans déjà que le Rova de Manjakamiadana et le Palais de la Reine avec, ont été incendiés de manière criminelle. Et jusqu'à présent, aucun coupable réel n'a été puni... Plutôt que polémiquer en attendant l'heure des vérités vraies, voici une approche historique immuable pour marquer cette 22è commémoration.

L'histoire du Rova de Manjakamiadana

 

Le Rova de Manjakamiadana est situé à 1463 m d’altitude, sur la plus haute colline d’Antananarivo, Analamanga (Forêt bleue), position stratégique pour avoir vue sur toute la ville.La grande porte à l'entrée, située au nord, a été construite en forme d’arc de triomphe par James Cameron en 1845. Elle est majestueusement surmontée d’un faucon noir royal Voromahery. Une enceinte de palissade de rondins de bois pointus, recouverte de briques sous les ordres de Galliéni en 1897.Le Rova était constitué d’un ensemble de bâtiments, dont cinq palais, un temple et neuf tombeaux. C’était la résidence royale depuis le 17ème siècle, et le centre du gouvernement malgache de 1794 à 1895. Plusieurs bâtiments ont été érigés dans le grand domaine. «Manjakamiadana» est le palais principal du Rova. La première construction a été entièrement en bois en 1839, lors du règne de RANAVALONA I, avec Jean Laborde pour architecte. La poutre maîtresse du palais mesurait 39 mètres. Et 5 000 hommes étaient nécessaire pour la transporter de la jungle de la côte est pour Analamanga. En 1868, la reine RANAVALONA II décida de fortifier le palais en le couvrant de pierres dont a eu la charge l'anglais James Cameron. Dans l'enceinte du palais se dressent les Tranomanara et Tranovola.Le Tranomanara est le tombeau royal.Le roi RADAMA I fut le premier à s'y reposer, suivi de la reine RASOHERINA.En 1897, la dépouille mortelle du roi ANDRIANAMPOINIMERINA y été transférée de son tombeau d' Ambohimanga pour y rejoindre celles du roi RADAMA II, des reines RANAVALONA I et RANAVALONA II.La dépouille mortelle de la reine RANAVALONA III était la dernière à y intégrer en 1938, après sa déportation d'Alger. Le Tranovola était la résidence du roi RADAMA II.  Autres noms du Rova de Manjakamiadana : Anatirova, Palais de la Reine

(Source: Tattum)

Reportage: Jeannot Ramambazafy - Photos Harilala Randrianarison

News Mada3 partages

Olan’ny boxe : “Tsy fitiavana ahy”, hoy i Gégé Bosco

Namaly ny faneren’ny Komity olympika malagasy (Kom), amin’ny hanalana azy amin’ny toerana maha filoha lefitry ny federasiona malagasin’ny ady totohondry azy, Andriamanampisoa Gégé Bosco. “Tsy fitiavana ahy fotsiny ary fanaovana halako bika, tsy tiako tarehy ity fanapahan-kevitry noraisin’ny Kom, tany Toliara, ity”, hoy izy. Notsiahiviny fa tsy misy olona afaka manala azy, amin’io toerana io, afa-tsy ireo ligim-paritra

nametraka azy, tamin’ny alalan’ny fivoriambe, ihany. Araka izany, mitsipaka marindrano io fanambarana navoakan’ny Kom io ny tenany.

Efa nisy taratasy nosoniavin’ny filohan’ny federasiona Rabarisoa Hery Mamy, nandritra ny fivoriambe tsy ara-potoan’ny federasiona farany teo, fa tsy hanala ny filoha lefitra mihitsy ny federasiona, tarihiny. Nanamafy i Gégé Bosco fa tsy misy rafitra avy any ivelany, afaka miditra amin’ny raharaha tokantranon’ny fanatanjahantena malagasy.

Efa voafitaka

“Efa nisy ny fitapitaka natao tamiko  ny taona 2014, nanakanana ahy tsy hilatsaka ho filohan’ny federasiona, nefa noho ny fitiavako ity taranja ity manokana, dia nandefitra nanana ny rariny aho tamin’izany”, araka ny nolazain’i Gégé Bosco. Nomarihiny fa nihatsara ny vokatra azon’ny ady totohondry malagasy, hatramin’ny niverenany tao anatin’ny federasiona. Anisan’ireny, ny tany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, natao tany Congo-Brazzaville, ka nahazoana ny tapakila, tokony niatrehana ny ho fiadiana ny ho tompondaka tany Alemaina. “Vokatr’izay, tsy mba nanampian’izany Kom izany, na ny minisiteran’ny Fanatanjahantena. Ny mampalahelo, lasa toerana fankahalana olona fotsiny ny Kom”, hoy i Gégé Bosco.

Torcelin

Tia Tanindranaza3 partages

Trano 3 kilan’ny afo tany Antsirabe Tsy hita indray ny mpamonjy voina

Efa nampoizina fa tsy natao ho an’ny sarambabem-bahoaka ilay mpamonjy voina tokana an’ny orinasa tsy miankina ao Antsirabe fa ho an’ny karana sy ny mpanambola ihany.

 Nitrangana hain-trano indray mantsy tany an-toerana omaly alahady maraina 5 novambra, tokony ho tamin’ny 3 ora. Vokany, trano 3 no kila tsy nisy noraisina niaraka amin'ny entana sy ny fananana rehetra tao anatiny. Tsy nisy afaka nitondra fanazavana marina momba ny niandohan’ny afo ny mponina satria mbola alina ihany no nisehoany ary ny tao anatin'ireo trano miisa 3 ireo rahateo mbola tao anaty torimaso avokoa. Ny horakoraky ny olona no nanaitra azy ireo sy nahita fa efa afo mijoalajoala no nisy. Tranon'olona tsotra izay mpanofa no tao anatiny ny iray. Ny iray mpivarotra arina fandrehitra. Fivarotana zava-pisotro kosa ny iray. Raha ny fanazavana hafa dia voalaza fa ilay fivarotana saribao no niandohan’ny afo ary niitatra tamin’ireo trano roa hafa. Niezaka namonjy ny olona, saingy tsy nisy azo natao. Nilaza ny mponina nanatrika ny zava-nitranga fa na dia efa nantsoina im-betsaka aza ilay fiara mpamonjy voina ana orinasa tsy miankinna iray dia tsy nivoaka. Voalazan’ireo mponina fa tsy mbola niitatra ny afo no efa nantsoina izy ireo. Tsy ampy 20 minitra akory anefa ny nivoahany rehefa ilay karana mpanao mofo no lasibatra tao Antsirabe, vao tsy ela akory izay. Efa misy ihany ilay natolotry ny Koreanina sy ny BNGRC, izay ao amin’ny lapan’ny faritra no mipetraka saingy tsy mbola miasa fa mbola hiandrasana fampielezan-kevitra angamba ! 

Caius R

 

 

L'express de Madagascar3 partages

Technologie – La politique digitale pour les femmes

Codeurs, entrepreneurs et technologues ont discuté de la pro­motion de la femme dans le domaine de la technologie.

Entrepreneuriat et technologie. Deux domaines promoteurs où la gent féminine n’est que peu représentée sur le continent africain. C’est à partir de cette constatation généralisée que s’est tenu samedi, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, le « Think-A-Thon » sur les politiques digitales des femmes et jeunes filles pour donner la voie aux jeunes d’Afrique. L’événement, fruit de la collaboration de la coopération allemande et du mouvement #iamtheCODE, a convié toutes les femmes œuvrant dans le secteur de la technologie à une séance de partage et de réflexion. Le but étant d’aboutir à des stratégies en vue de la concrétisation des visions de #iamtheCODE, les discussions ont été axées, entre au­tres, sur l’atteinte de certains principes inscrits dans les objectifs de développement durable (ODD).Notamment en matière de réduction des inégalités, de la promotion de l’industrialisation et l’innovation, de l’égalité des sexes ou encore l’accès à l’éducation de qualité. « Les opportunités offertes par la technologie de l’information et de la communication sont énormes. Inciter la gent féminine à entreprendre dans ce domaine fera d’elle, tout naturel­le­ment, des actrices de développement », explique Marième Jamme, fondatrice de #iamtheCODE.

Éducation Partant du principe de la responsabilisation par l’éducation, le mouvement, reconnu d’utilité publique par les Nations unies dans le volet« autonomisation des femmes », organisera prochainement un congrès en ce sens. Pour l’occasion, des « geeks » malgaches seront invités à Abidjan pour représenter le pays et participer à ce débat digital. « Afin de cultiver l’intérêt de nos populations cibles, nous avons opté pour la simplicité » par ces quelques lignes. La fondatrice de #iamtheCODE a présentée la technologie « Kano ». Un ordinateur à monter soi-même, facile à utiliser, abordable et sensé être un des principaux outils de la réalisation des objectifs de #iamthe CODE. Objectif qui se traduit par l’atteinte de plus du million d’Africaines codeuses d’ici l’année 2030 et par la même occasion, le développement de l’entrepreneuriat féminin dans le domaine de la technologie sur le continent noir.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar3 partages

Lutte contre la traite de personnes – Un livret d’ensei­gnement pour la région SADC

Madagascar peut maintenant renforcer son engagement dans la lutte contre la traite de personnes. La SADC vient de lancer, le 31 octobre à Gaborone, un livret contenant des enseignements tirés des leçons apprises sur le combat mené dans les pays membres de la région. L’utilisation de cet outil vise à améliorer les capacités de réponse contre la traite des êtres humains dans chaque pays. Le livret cite que « La leçon malgache montre que la coopération entre les acteurs étatiques et non étatiques est essentielle pour bien assurer le soutien aux victimes. Grâce à sa coopération avec des acteurs non étatiques, le gouvernement malgache a mis en place des programmes de soutien et de protection des victimes qui auraient autrement été difficiles à mettre en œuvre. »Ce crime odieux est une réalité dans la Grande île si on ne cite que les disparitions d’enfants et d’adolescents, les mineurs assignés au travail domestique. Madagascar s’est engagé politiquement dans la lutte contre la traite en ratifiant les principaux instruments juridiques internationaux des droits de l’homme (protocoles et conventions). Le pays a aussi élaboré son plan d’action quinquennal qui lui permet de relever les défis sur la prévention de la traite de personnes, la protection des victimes de la traite des êtres humains, la poursuite et la répression des auteurs, sans oublier la coopération entre institutions, entités et partenaires.

Farah Raharijaona

Midi Madagasikara3 partages

Lettre de lecteur – Affaire Villa Elisabeth : L’Etat doublement piégé

Qui aurait cru que le gouvernement actuel ignore complètement cette affaire comme affirme le ministre Ramanantsoa Rabenjamina ? C’est d’ailleurs la raison qui justifie le fameux arrêté ministériel pris sur-le-champ pour arrêter la procédure de la transaction .Les deux ministres paniqués par la dimension donnée par la presse à cette affaire avaient tout fait pour expliquer au public et à leurs collègues au sommet de l’Etat qu’ils sont loin de ce scandale, mais le fautif est l’homme de la Transition en la personne du ministre Julien Reboza. Le contexte général marqué par le décès de l’ancien Président de la République était jugé comme dangereux étant donné que le Président défunt est a priori la première victime de ce coup d’éclat. Cela risque aux yeux des tenants du pouvoir de constituer un tsunami politique dont les effets à très court terme seront incommensurables.

Désarroi. Si le gouvernement avait pris seulement un peu de recul pour monter une bonne stratégie politique et une communication politique adéquate, il n’aura ni à mentir ni à se faire piéger bêtement par des arguments qui ne font qu’apparaître le réflexe d’une équipe au désarroi. En fait les deux ministres ont tout simplement menti pour se disculper de cette affaire alors que la continuité de l’Etat a été bel et bien respectée. Le ministre Reboza a signé le document en janvier 2014  en faveur du premier preneur, la transaction avec le premier et le deuxième preneur est réalisée en 2016,  en septembre 2017, le ministère des Finances a donné une procuration au service des logements du Patrimoine d’Etat pour participer aux procédures de morcèlement dudit domaine pour dégager les 700m2 censés recevoir le bâtiment à étage programmé pour la nouvelle résidence de l’ancien Président de la République et c’est ce même ministère des Finances qui a fait les démarches auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo en octobre 2017 pour avoir le permis de construire de ce bâtiment.

Arrêté ministériel. En fait la chaîne des procédures au niveau des trois ministres malgré tout, ne présente aucune illégalité sauf que lorsque le gouvernement actuel annule par un simple arrêté ministériel une procédure finalisée où il est question de titres fonciers .En effet, les deux ministres Reboza Julien et le ministre des Finances ont signé des documents officiels qui ne comportent aucune irrégularité sauf que le même Directeur Général du service des Domaines en 2014 au temps de Reboza Julien et en 2017 au temps de Ramanantsoa Rabenjamina,  a fait signer au premier un document d’un terrain domanial St Antoine sans la moindre mention sur la villa Elisabeth .Pour le deuxième ministre, il ne l’a pas peut-être informé de ce dossier.

Retour au bercail. Ce qui est bizarre et qui sent la magouille est la disparition du dossier du circuit étatique pendant que le ministre Narson Rafidimanana était aux commandes de l’Aménagement du Territoire. L’explication est simple : ce Directeur Général du Service des Domaines  a été démis de ses fonctions par le ministre Rafidimanana et a de nouveau retrouvé son poste avec Rabenjamina Ramanantsoa. La disparition du dossier coïncide avec l’absence de ce DG dans l’administration des Domaines et la réapparition du dossier en septembre 2017 s’explique alors  par ce retour au bercail. Qu’il le veuille ou non, il est très facile d’en tirer une conclusion compromettante  contre lui.

« Mpanera ». Cette affaire a sonné comme un glas. Par contre, ce n’était en fait que des procédures normales au niveau des trois ministres dont l’un celui de la Transition et les deux derniers ceux du gouvernement actuel .La presse parle des magouilles au niveau des coûts évalués à 1 000 ariary par mètre carré. Dans les textes en vigueur il n’y a que des coûts à titre indicatif qui varient d’une région à une autre. L’Etat a même la prérogative de céder un terrain domanial avec un coût d’Ariary symbolique quand les investissements s’avèrent bénéfiques pour l’Etat. La cession des terrains domaniaux à des preneurs privés est chose courante. En revanche, ce qui inquiète dans cette affaire est l’existence d’un deuxième preneur. Ce qui laisse entendre que le premier preneur n’est qu’un « mpanera » avec toutes ses magouilles. Le dossier officiel signé par le ministre Reboza ne concerne que le premier preneur. La deuxième transaction n’est qu’une affaire entre privés. C’est l’absence de textes qui ouvre la porte à ces magouilles de toute sorte dans la chaîne de procédure de cession des terrains domaniaux. Les cas sont nombreux aujourd’hui.

Randrianjafy M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Premier Arrondissement : 16 voleurs à la tire arrêtés en deux jours

Menant une opération de lutte contre le pickpocket et le vol à la tire dans le centre ville, le commissariat du Premier Arrondissement de la sécurité publique à Analakely acapturé 16 bandits. Ces résultats ont été obtenus depuis le vendredi soir jusqu’au samedi matin dans les endroits réputés dangereux comme Analakely, Petite-vitesse et Soarano. Trois de ces malfrats ont été surpris alors qu’ils étaient en train de fumer ducannabis aux « Pavillons d’Analakely ». Déférés au Parquet samedi 4 novembre, ils sont tous placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Education /UNESCO : Une conférence africaine à Tana en 2018

La 39e Conférence générale de l’UNESCO à Paris (France) a vu le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka développer les grandes lignes de la politique nationale de l’éducation. Il a remplacé à cet effet le ministre Paul Rabary endeuillé. Madagascar a parlé des réformes projetées dans l’éducation, dont le programme sectoriel pour l’Education (PSE) et le projet CAPED (renforcement des capacités pour l’Education 2030) qui vise une formation de 5 000 jeunes sur tout le territoire. Henry Rabary-Njaka a réitéré dans ce sens la reconnaissance de Madagascar envers l’UNESCO  « la place de l’UNESCO est incontournable dans le domaine de l’éducation, de la jeunesse et de la préservation de l’environnement ». Conscient que le sport rassemble les populations et contribue à la consolidation de la paix et à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), le ministre Rabary-Njaka a annoncé la décision de Madagascar d’accueillir en 2018, la rencontre africaine sur la mise en œuvre du plan d’action de Kazan. Tout en invitant les pays membres « à venir à Antananarivo pour cette grande conférence africaine, l’année prochaine ».

Pour sa première intervention à l’UNESCO, Henry Rabary-Njaka a remercié Irina Bokova, ancienne D.G. de l’UNESCO, Audrey Azoulay futur D.G. ainsi que la présidente de la Conférence, Zohour Alaoui, ambassadrice permanente du Maroc auprès de l’UNESCO.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Code de l’Electricité : Adopté au niveau de l’Assemblée nationale

Le code de l’Electricité révisé et le texte portant réforme du Fonds National de l’Electricité ont été adoptés la semaine dernière au niveau de l’Assemblée nationale. Nombreux sont les avantages tirés de l’application de ce nouveau code, d’après les explications des responsables au niveau du ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. A titre d’illustration, cela permet de faciliter  le décaissement du financement servant entre autres à réaliser dans le temps les projets d’électrification rurale entrant dans le cadre de la mise en œuvre la Nouvelle Politique de l’Energie.

Retard. Tous projets d’électrification rurale ne connaîtront plus ainsi aucun retard de démarrage et de mise en œuvre dû notamment au problème de décaissement du financement de l’Etat à titre de Ressources Propres Internes. En outre, celui-ci ne sera pas le seul contributeur à la mise en place de ce Fonds National de l’Electricité, puisque les autres partenaires et les bailleurs de fonds sont fortement sollicités. Toutes les parties prenantes se sont d’ailleurs mis d’accord concernant la création de ce Fonds tout en émettant diverses recommandations.

Garantie. En outre, on peut désormais bénéficier de l’appui du Fonds Vert Mondial et le Financement destiné à faire face au changement climatique, et ce, grâce à cette révision du Code de l’Electricité. Et ce n’est pas tout ! Les Petites et Moyennes Entreprises œuvrant dans la production d’énergie peuvent dorénavant avoir une garantie leur permettant de contracter des  emprunts auprès des institutions bancaires. Ce qui va contribuer à développer de manière plus efficace le Partenariat Public-Privé.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Polibrèves

# L’ambassadeur de la Turquie, Volkan Türk Vural, effectuera une visite d’adieu aujourd’hui à 11 heures à l’Assemblée nationale. Après trois années de service pour Madagascar, il va donc quitter le pays et rejoindra la Turquie dans les prochains jours.

# L’Assemblée nationale examinera le projet de loi fixant le régime juridique de l’immatriculation et de la propriété foncière titrée demain 7 novembre malgré l’opposition des organisations de la société civile. Rappelons-le que, selon ces dernières, ce projet de loi – s’il est adopté et promulgué – profitera uniquement aux fonctionnaires du Service des Domaines et de la Topographie au détriment de l’intérêt de la population.

# Les magistrats procèderont à l’élection des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) demain 7 novembre. Selon les informations que nous avons reçues, une trentaine de candidats dans tout Madagascar sont en lice pour cette élection. Notons que les membres du CSM ont un mandat de trois ans pour assurer leurs missions.

# Après avoir été présent à la 39e session de la conférence générale de l’UNESCO à Paris, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier était de retour au pays samedi dernier. C’est lui qui assurait la représentation de Madagascar lors de cette conférence.

Recueillis par Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Sambava : Zazavavy 6 taona naolana tovolahy roa, simba tanteraka

Nahazo laka tato ho ato ny trangana fanolanana mihatra amin’ny ankizivavy kely tsy ampy taona any amin’ny Distrikan’i Sambava. Afak’omaly, tovolahy iray voatondro ho nanolana zaza  vao enina taona monja no voasambotry ny Fokonolona tao Tsarahitra Kaominina ambanivohitry Antsirabe Nord. Mba hisorohana ny hatezeram-bahoaka, dia nampandrenesana haingana an’ ity tranga ity mpitandro filaminana, ka avy hatrany ireto farany dia nandefa Zandary tany an-toerana. Araka ny fanampim-baovao azo dia misy tovolahy iray hafa karohina fatratra amin’izao, izay voatonona ao anatin’ny tambanjotran’ny mpanolana, voasaringotra mafy amin’ity raharaha fametavetana tamin’ny fomba mamohetra ankizivavy ity. Hatramin’ny omaly antoandro nanoratana  ny vaovao, dia mbola tsy mijanona mandeha rà ny fivavina’ilay ankizivavy voaolana, izay efa manaraka fitsaboana ao amin’ny CHRR Besopaka hopitaliben’ i Sambava.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info2 partages

Secteur pêche : l’Association des pêcheurs à Tsiazompaniry réclame l’emprisonnement des pêcheurs ...

L’existence des pêcheurs illicites opérant sur le lac Tsiazompaniry a un impact considérable sur la production annuelle de la pêche.
La production annuelle de la pêche dans le lac Tsiazopaniry est actuellement quatre tonnes contre douze tonnes auparavant, selon l’Association des pêcheurs. Ce recul a été constaté dès que des pêcheurs illicites ont commencé à opérer en utilisant des fils et des moustiquaires qui ne suivent pas les normes de la pêche artisanale.
Afin de soutenir la requête de l’Association des pêcheurs, le Ministère de la pêche et des Ressources halieutiques a en effet octroyé une vedette pour contrôler les activités de pêche du lac. L’utilisation de ce matériel motorisé n’a pas pourtant permis d’empêcher les pêcheurs illicites de continuer leurs actes. Les associations réclament l’emprisonnement de ces pêcheurs illégaux. Il demande à ce que les agents du Ministère de tutelle veillent scrupuleusement au bien et aux intérêts des pêcheurs.
News Mada2 partages

Célébrité : D-Lain surpris par une demande en mariage

Une vidéo dont le contenu montre un homme français demandant la main de D-Lain a circulé comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux et plus précisément sur facebook, le week-end dernier.

C’était à l’occasion d’une soirée à La Bastion de Bonifacio, Corse-du-Sud, que ce monsieur a officialisé sa demande devant un parterre de noctambule et face à D-Lain avec un bouquet de fleurs à la main et les genoux à terre.  Un site d’actualité a fait savoir que la demande en mariage a été faite au mois de juillet et pourtant ce n’est que depuis samedi que la vidéo a été partagée sur la toile. Artistes comme simples internautes n’ont pas hésité à donner leur avis sur ce sujet épineux qui fait encore tabou dans la société malgache.

Rappelons que Lalaina Ratolojanahary alias D-Lain s’est fait un nom en intégrant la formation musicale Tana gospel choir (TGC). Il a ensuite entamé une carrière en solo et a remporté le concours panafricain «Castel Opera Live» en 2012. Il a également signé une participation remarquable au concours Trace Wati Star l’année dernière.

Ayant élu domicile en France, le chanteur est actuellement en pleine préparation de son nouveau single intitulé «Free man», un morceau qui parle déjà de lui-même et qui apportera sans doute de plus amples explications à ses inconditionnels admirateurs.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara2 partages

Tennis – Tournoi CAT ITF U 14 : Maholy et Miotisoa championnes du double

La forte délégation malgache en tennis qui participe à la compétition internationale actuelle à Maurice s’illustre avec ce beau résultat en double de Maholy et Miotisoa. Les matches continuent pour le second tournoi à partir de ce jour.

« Les matches s’enchaînent et les joueurs commencent à être fatigués. Mais le mental est bien là. On essaiera de faire mieux que le premier tournoi. Gagner un double ITF CAT U-14 pour Maholy et Miotisoa alors qu’elles ont respectivement 12 et 11 ans est une très grande performance surtout contre des Sud-Africaines, la première équipe sud-africaine. Et gagner aussi contre les finalistes en simple du tournoi » nous a déclaré hier le Directeur technique national Dina Razafimahatratra. Ainsi Rasendra Miotisoa et Maholy Razakaniaina rentreront au moins avec une médailleen or en attendant leurs résultats pour le second tournoi.  En simple, Maholy Razakaniaina a perdu contre Malika Ramasawmy (Maurice) 4/6, 2/6 et Miotisoa Rasendra contre Lyne Greyling 3/6, 2/6. Miotisoa aura la 3e place en battant sa compatriote Maholy en 6/4, 6/2.

Toujours selon le DTN, le niveau est très élevé autant chez les garçons que chez les filles. N’empêche, on compte sur des médailles malgaches pour ce second round.

Les résultats des matches de classementFinoana Rakotomalala bat Daniel Rousseau Van der Walt (Namibie) 4/0, 4/0Randy Rakotoarilala bat Nicole Agufa a (Kenya) 4/, 4/2Fitia Rakotondramboa bat Elze Stears (Namibie) 4/0, 5/3Johny Rovanantenaina bat Aaron Rawa (Maurice ) 4/2, 4/1Sampras Rakotondrainibe bat Lyle Zaloumis (Zimbabwe) 4/1, 4/0Mialy Rabearisoa bat Kaliana Andrianafetra 4/2, 4/2Safidisoa Nomenjanahary bat Chiara Li Yaw Hay ( Maurice) 4/1, 4/2Randy Rakotoarilala perd contre Marie Roger (Reunion) 0/4 0/;

Les matches du jour

Robinson Miarana contre Li Yaw Hay Chiara Maurice

Ratahina Mathis contre Badzat Benedict Zimbabwe

Rovanantenaina Johny contre Seetso Daniel Botswana

Rakotondramboa Fitia contre Miheso Esther Kenya

Robinson Kaliana contre Leung Siong Fat Kelly Maurice

Rakotondrainibe Sampras contre Msale Adili Tanzanie

Rasendra Miotisoa contre Tanguy Carla Réunion

Rakotomalala Mahefa Anthony contre Lam Wai Tyam Kenrick Maurice

Safidisoa Nomenjanahary contre Roger Maire Réunion

Rakotomalala Finoana Contre Loubser Rohan Afrique du Sud

Rakotoarilala Randy contre Chewe Natasha Zambie

Razakaniaina Maholy contre Cook Tyrah Afrique du Sud

Rabarisoa Mialy contre Stears Elze Namibie

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Fitsaram-bahoaka tao Vohitrambato : Dimy lahy naiditra am-ponja vonjimaika, karohana ny zanaky ny Tangalamena

Isan’ny olona niharan’ny fitsaram-bahoaka vokatry ny tsaho niniana naely teto Toamasina, mikasika ilay vaksinin’ny pesta nampisahotaka vahoaka ny faramparan’ny volana oktobra lasa teo, ity mpampianatra mikasika ny tontolo iainana izay nitondra ny mpianany hanao fitsidihana ifotony ity. Ny 27 oktobra teo no niakatra teo anivon’ny tonia mpampanoa lalana sy ny mpitsara mpanao famotorana Toamasiana ireo olona dimy voasambotry ny zandary nahavita izany, ka naharatrana mafy teo amin’ity mpampianatra izay voatery notsaboina tao Antananarivo mihitsy noho ny fahavoazana mafy teo amin’ny lohany. Tsy fahazoana miasa mandritra ny 60 andro no azony tamin’ny mpitsabo vokatr’izany, ka raha namoaka ny didy savaranonando ny fampanoavana teto Toamasina dia mifonja vonjimaika ao Ambalatavoahangy avokoa izy dimy lahy ireo. Araka ny fanazavana hatrany anefa dia tadiavin’ny polisy noho izy nitsoaka taorian’izao fitsaram-bahoaka noho ny tondro molotra sy tsaho izao, ny zanaky ny tangalamena izay voalaza ho lehiben’ny Karitie môbily ao Ambodisaina Vohitrambato, izay voalazan’ireo efa voasambotra, fa izy no tena nahatonga ilay tondro molotra sy ny fanelezana tsaho. Raha hiverenana ny raharaha, dia ny alahady 22 oktobra no nitranga ny fitsaram-bahoaka, fotoana izay nielezan’ny resaka momba ny fisiana andian’olona manao vaksiny fanefitry ny pesta, nefa mampalemy zaza sy ankizy teto Toamasina. Tsy nanampo na inona na inona fa handalina ny mikasika ny tontolo iainana sy ny zava-boaary no anton-dian’ireto mpianatra am-polony sy ny mpampianatra azy ireto, nefa izao tratry ny tsaho sy tondro molotra izao. Nikasa ny hihazo an’ Ivoloina izy ireo ka izao nandalo tao Ambodisaina, fokontany Vohitrambato, kaominin’i Toamasina suburbaine, distrikan’i Toamasina II izao.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Fosa dépose une réserve

Coup de théâtre hier à l’entame de la demi-finale de la Telma coupe de Madagascar quand Fosa Juniors déposa une réserve de qualification à l’endroit du capitaine de JET Mada, Dominique ;

L’action est d’autant plus surprenante quand on sait que cela fait deux saisons voire plus que Dominique joue pour JET Mada.

De deux choses l’une. Soit Fosa est induit en erreur par un proche de l’USCAFOOT, l’ancien de Dominique. Soit il s’ agit d’une action de Fosa pour déstabiliser une équipe qu’il redoute au plus haut point et comme le montrait si bien la première période du match où JET était à deux doigts d’ouvrir le score quand le tir de Carlos trouva la barre transversale des buts de Kandy.

Et comme en pareille occasion, le vent finit par tourner à l’avantage de Fosa grâce notamment à la rentrée de Dan.  Et quand ce dernier envisage de partir pour l’eldorado réunionnais, on croit fort pour le champion majungais.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info1 partages

DOING BUSINESS : Madagascar au 162e rang sur 190 pays

Le « DOING BUSINESS » est un classement de 190 pays par rapport à la facilité à faire des affaires. Madagascar se trouve sur la 162e place parmi les 190 pays membres, au niveau de la facilité de monter des affaires, selon le rapport annuel du groupe de la banque mondiale.
Le pays a progressé de 5 points grâce à l’adoption des réformes sur le domaine de la création des entreprises et de l’obtention des crédits. La procédure de création d’entreprise a été facilitée à Madagascar par la publication gratuite et en ligne de la vie de constitution de société, ainsi que par le paiement de frais de constitution directement à un guichet unique. Madagascar a également amélioré l’accès au crédit, en augmentant la couverture de registre de crédit. Grâce à cette mesure, la couverture de registre de crédit enregistre 696 210 individus, et 9 608 entreprises depuis le mois de janvier 2017.
News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1930)

Où les Européens

et assimilés sont

officiellement considérés comme réfractaires

à la peste (2)

(Suite et fin.)

Évidemment, les membres de la mission se contentèrent de rigoler en guise de réponse car tous, sauf Maître Foissin, appartiennent à cette catégorie de Français de deuxième zone dits sujets.

Il fallut donc trouver un autre expédient pour pouvoir sortir légalement de ce cordon sanitaire spécial, établi uniquement pour les autochtones.

J’intervins alors en offrant de délivrer des certificats médicaux pour mes camarades, car je suis médecin.

Mais une question se pose d’elle-même : pourquoi le service de santé de la colonie a-t-il pris une pareille mesure sanitaire qui est à la fois absurde et criminelle et qui ne rime à rien ?

Je dis que c’est une mesure tout à fait absurde, car la véritable peste atteint tout aussi bien les Européens et les indigènes qui vivent ensemble. La couleur de l’épiderme ne constitue pas un rempart contre les maladies microbiennes.

D’autre part, je dis que c’est une mesure criminelle, car il se peut fort bien que des Européens ou des indigènes citoyens français atteints d’une peste pulmonaire, par exemple, voyagent dans une même auto avec des indigènes munis des certificats médicaux lesquels, on le sait, ne constituent pas des garanties contre le danger de contamination. Bien entendu, on leur permettra tous de franchir le cordon sanitaire, les Européens et assimilés à cause de leur statut politique, tandis que les indigènes, en raison de leurs certificats médicaux. Donc, il peut s’en suivre un triple crime !

1er crime : c’est de laisser librement une personne déjà contaminée sortir d’un foyer de peste, parce que cette personne est censée réfractaire à la peste à cause de son statut politique ;

2e crime : c’est d’exposer au danger de contamination des indigènes crédules auxquels ont fait croire officiellement que le contact avec les Européens et assimilés provenant d’un foyer de peste n’est pas dangereux et que la vaccination anti-pesteuse est efficace pour protéger contre la peste.

3e crime : c’est de laisser une population indemne se mettre en contact avec des personnes munies des certificats médicaux mais déjà contaminées par des Européens et assimilés atteints de peste.

Ravoahangy.

L’Aurore malgache

Vendredi 28 novembre 1930.

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Vol de voiture a Ivato : deux mineurs pris en flagrant délit

Hier dans la matinée, un adolescent a été pris en flagrant délit de vol de voiture, un minibus Mazda, à Ivato.

Les riverains ont été surpris de voir  deux adolescents au volant d’un minibus Mazda. Et leur attitude a été suspecte. Sans attendre, les témoins présents sur les lieux ont poursuivi la voiture. Mais en prenant la fuite, le jeune chauffeur n’a pas pu aller bien loin en perdant le contrôle du véhicule. Après quelques mètres, le minibus Mazda a fait une sortie de route pour finir sa course dans un fossé.

Les deux voleurs ont décidé d’abandonner la voiture pour prendre la fuite mais l’un a été appréhendé tandis que l’autre a réussi à s’enfuir.

ATs.

Tia Tanindranaza1 partages

Vidin-tsolikaTokony ho vitan’ny fanjakana ny mampidina azy, hoy ny RNDC

Nivoaka tamin’ny fahanginany indray Rabetsara Lita filohan’ny fikambanana RNDC mpiaro ny zon’ny mpanjifa manoloana ny fiakaran’ny vidin-tsolika ny herinandro teo.

 

Pati

 

La Vérité1 partages

Meurtre d’un gendarme - L’auteur présumé abattu

Le meurtre d’un adjudant de la Brigade de recherche au sein de la Gendarmerie, joint à une tentative de kidnapping d’un Indo-pakistanais, ont défrayé la chronique en octobre 2010. Depuis, les auteurs de ces forfaits sont recherchés. Le week-end dernier, l’un des premiers, le surnommé Takely fut abattu par la Gendarmerie au cours d’un échange de tirs du côté d’Ambohimiarina Itaosy.

D’après les explications du commandant actuel de compagnie de la Gendarmerie d’Antananarivo-ville, le concerné était en compagnie de ses quatre compagnons. Ils étaient tombés sur une patrouille de gendarmes des brigades d’Itaosy et de Fenoarivo. 

« Lorsque les gendarmes ont voulu les soumettre à un contrôle d’identité, les 5 suspects ont promptement répondu par des tirs d’armes à feu pour qu’ils puissent  couvrir en même temps aussi leur fuite. Les Forces de l’ordre ont dû répliquer à leurs coups de feu. C’est ainsi que le dénommé Takely a été mortellement touché », a expliqué le commandant de compagnie de la Gendarmerie. Une vérification faite ultérieurement sur l’identité du défunt, qui avait également un pistolet automatique et armé de trois cartouches au moment de son élimination, a permis aux gendarmes de l’identifier. 

Takely fut l’artisan de l’assassinat de l’adjudant au sein de la Gendarmerie E. Rasolondrainy lors d’un coup de filet qui s’est déroulé non loin de l’église Saint-Joseph à Mahamasina, le 28 octobre 2010. A l’époque, la Brigade de recherche au sein de la Gendarmerie fut renseignée sur les agissements d’un gang qui se préparait à enlever un Indopakistanais dans ce quartier et était intervenue. Accrochés par les gendarmes, les bandits ont répondu aux tirs et tentaient de fuir à bord d’une voiture. C’était dans ces échanges de coups de feu que l’adjudant a perdu la vie. Après coup, la voiture des assaillants a fait une marche arrière en catastrophe dans l’espoir de regagner le secteur du Bazar du quartier et dans le but d’échapper au piège. C’était là qu’une autre équipe de gendarmes les a accueillis par des tirs, touchant mortellement ainsi 2 occupants du véhicule. Plus tard, les Forces de l’ordre ont découvert deux pistolets mitrailleurs, un revolver automatique et deux grenades à bord du véhicule, tandis que le dénommé Takely a pu s’échapper et est demeuré introuvable jusqu’au week-end dernier, marquant ainsi la fin de sa carrière. 

Franck Roland

L'express de Madagascar1 partages

Rentré scolaire – La peste en filigrane

Le grand jour arrive. Après des semaines de « Vacances de peste », les enfants vont rentrer à l’école, ce jour, mais le risque est toujours là.

Fini les vacances. La rentrée scolaire définie par le ministère de l’Éducation nationale est arrivée. Tant attendue par les parents, la rentrée scolaire s’annonce comme un soulagement pour les parents malgré l’épidémie de la peste. « Nous suivons les consignes du ministère et nous pensons que les responsables agissent pour une bonne cause car même si les enfants peuvent attraper la maladie à l’école, nous préférons que nos enfants soient là-bas au lieu de traîner un peu partout lors des vacances de peste », affirme Bakolitiana Manitrarivony, mère de famille.De plus, les gens en ont marre de cette situation. « Nous en avons marre des vacances, il faut que les enfants reprennent les cours maintenant », lance Stella Rakoto­nindriana, mère de famille et enseignante. « À mon avis, la rentrée scolaire aurait dû avoir lieu le 25 octobre avec les écoles catholiques car les enfants ne sont plus motivés actuellement. Ils errent partout et cherchent autres choses à faire », explique Rindra Rakotoniaina, père de famille. Malgré la décision de la direction de l’enseignement catholique, certaines écoles catholiques ont décidé de suivre la date définie par le ministre de l’Éducation nationale.Si tel est le souhait de certains parents, les écoles également se trouvent fin prêtes pour recevoir les enfants, suite à la mise en place de toutes les dispositions requises par le ministère de tutelle pour éviter la peste.

Mesures fin prêtesAu niveau des écoles, les mesures prises sont fin prêtes. « Nous avons déjà formé tous les enseignants. À part la désinsectisation, nous avons déjà une salle d’isolement, des caches-bouches ainsi que des thermomètres. Ce sont les mesures que nous devons prendre d’après le ministre de l’Éduca­tion nationale », affirme un directeur d’école privée à Antananarivo, qui a requis l’anonymat.La plupart des écoles privées n’ont pas remboursé les frais de scolarité du mois d’octobre, même si beaucoup de parents ont réclaméle remboursement. Cette décision est purement pédagogique car des rattrapages doivent se faire selon ce responsable pédagogique au sein du Collège Saint-Louis de Soavina Atsi­mondrano. « On ne peut pas dépasser les programmes. Si l’on reprend lundi, il nous faut commencer dès le début car les programmes sont interdépendants. Les rattrapages se feront et nous saurons trouver les moments pour rattraper le retard », explique Moise Randria­narivony.Toutes les consignes ont été reçues par tous les directeurs des écoles de la circonscription d’Antana­na­rivo-Renivohitra, lors d’une réunion vendredi. Le ministère de l’Éducation nationale affirme également que toutes les dispositions pour la rentrée scolaire sont mises en place. Au niveau, universitaire, les cours sont encore suspendus et aucune date n’est encore prévue.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Afrobasket Fiba 3×3 – Madagascar sur le podium

L’équipe nigériane remporte la première édition de l’Afrobasket Fiba 3×3. Madagascar, pour sa part, termine troisième.

La sélection nigériane est sacrée cham­pionne de la toute première édition du championnat d’Afrique de basketball Fiba 3×3.Après un parcours sans faute, cinq matches et cinq victoires, le Nigeria remporte le titre en battant en finale la Côte d’Ivoire par 21 à 9. Madagascar, pour sa part, termine troisième et se contente de la médaille de bronze. Ce sommet continental de basketball à trois s’est déroulé du 3 au 5 novembre à Lomé, capitale togolaise.La sélection malgache échoue à la dernière ligne droite de la phase finale de cette joute africaine. La bande à Mbolatiana Claudio Rajaonarivony, capitaine de l’équipe malgache, s’est inclinée face à la formation ivoirienne en demi-finale sur un score de 16 à 21. En match de classement, Madagascar bat de justesse l’Égypte par 18 à 17 .« On a perdu en demi-finale mais ceux qui ont suivi le cham­pionnat d’Afrique ont été surpris et impressionnés par le niveau de nos joueurs », a témoigné Rina Randria­nariosa, chef de délégation malgache à Lomé. Quant à la deuxième demi-finale, Nigeria, qui a fini premier du groupe B et vainqueur sur le Bénin en quarts de finale, élimine l’Égypte, mieux classée de la poule C.La sélection nigériane a validé son ticket pour la finale en écartant les Pharaons sur un score de 21 à 14, en demie.

Beau doublé En quarts de finale, Mada­gascar, deuxième du groupe B bat le pays hôte, Togo, premier du groupe D, par 21 à 17. La Côte d’Ivoire, adversaire de la Grande Ile en demi-finale a obtenu sa qualification au bout du suspense en battant de justesse le Mali, premier de la poule A sur un score serré de 14 à 13.En phase de poule, la formation malgache finit deu­xième du groupe B, derrière le Nigeria qui a effectué un parcours sans faute. Samedi lors de la deuxième journée du championnat, les Nigé­rians ont d’abord battu Mada­gascar par 21 à 16, avant d’écar­ter, ensuite, le Niger sur un score de 22 à 10.L’unique victoire malga­che, mais suffisante pour se qualifier en phase finale, était acquise contre le Niger, sur le score final de 21 à 6. Le jeune joueur de l’association sportive et culturelle de Boeny, Elly Randriamam­pionona sauve et défend l’honneur du pays en réalisant un doublé.Il y a remporté à la fois le titre de champion du concours de shoot- out et il a été également le meilleur marqueur du championnat avec 46 réalisations, loin devant l’Égyptien Ramy Ibrahim (40 points) et le Nigérian Yahaya Abdul (39 points).

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Tennis – ITF -Cat U14 étape 1 Maurice – Miotisoa et Maholy reines du double

Essai réussi pour Maholy Razakaniaina Maholy et Miotisoa Rasendra. Evoluant encore cette année dans la catégorie U12, les deux joueuses ont prouvé qu’elles sont des valeurs sûres du tennis malgache chez les U14 pour la saison 2018.Hier, sur le court numéro deux du Tennis Club de Petit Camp-Phoenix à Maurice, elles ont gagné l’épreuve du double du Circuit ITF-CAT U14 grade 3 Etape 1 de Maurice. Elles se sont imposées en finale face à la paire sud-africaine composée de Kagiso Ledwaba et de Tyrah Cook en deux sets (6/4, 6/2).En demi-finale, elles ont vraiment assuré en venant au bout de Malika Ramasaw­my (Maurice) et de Lyne Greyling (Afrique du Sud) en deux sets 6/4, 6/0.« Tout s’est joué en demi-finale. On avait en face les adversaires qui nous ont battus respectivement en simple et ce n’était pas facile. En jouant les points importants, on a pu gagner la rencontre. C’est notre première grande victoire en double et c’est un bon début pour la saison du circuit africain U14 », rappelle Miotisoa Rasendra.

PodiumPour Sampras Rakoton­drainibe et Johny Rovanan­tenaina, l’aventure en double s’est arrêtée en demi-finales. Ils s’imposent tout d’abord devant Elyas Alexander (Libye) et Mohamed Brahem (Tunisie en deux sets 6/2, 6/1 avant de s’incliner devant les Sud-africains Gérard Henning et Devin Badenhorst 4/6, 2/6.Dans l’épreuve du simple, Miotisoa s’est inclinée en demi-finales en deux sets 3/6 2/6 devant la Sud-africaine Lyne Greyling. Un match à sensation où on a vu de belles empoignades mais l’expérience a parlé et a été plutôt a l’avantage de la Sud-africaine.Défaite en demi-finales également pour Maholy Razakaniaina, qui a livré un assez bon premier set, mais qui a finalement capitulé. « J’avais l’opportunité de mener au score au premier set sur quelques jeux importants mais la chance n’a pas été de mon côté. Au second set, j’ai essayé de me ressaisir mais mon adversaire aussi a relevé son jeu et c’était difficile de revenir à un set partout », estime Maholy Razakaniaina.Pour le gain de la troisième place ou étaient en jeu 180 points au classement africain, c’est Miotisoa qui s’est imposée devant Maholy (140 points) en deux sets (6/4, 6/2). La championne du tournoi n’est autre que la Sud-africaine Lyne Grey­ling, gagnante de la Mauri­cienne Malika Ramasawmy (6/4, 6/0).L’étape 1 du circuit ITF-CAT U14 grade 2 de Maurice s’est donc achevée hier et la seconde étape démarre ce jour toujours sur les courts du Tennis Club de Petit Camp.

Dina Razafimahatratra (Maurice)

L'express de Madagascar1 partages

Énergie – Le secteur électricité se veut attractif

Plus sécurisant et plus attractif pour les promoteurs et les investisseurs. C’est l’un des objectifs de  la nouvelle loi portant sur le code de l’électricité, adoptée à l’Assemblée nationale, avec la loi sur la réforme du Fonds national de l’électricité, le 2 novembre. Ce code, mis à jour, tient en compte des orientations de la nouvelle politique de l’énergie, adoptée en 2015. Celle-ci a pour objectif de fournir l’accès aux énergies modernes à 70% des ménages jusqu’en 2030, et de fournir un mix énergétique à l’ensemble de la population.Aux derniers chiffres, 15% de la population ont accès à l’électricité, dont 54% en milieu urbain et 4,7% en milieu rural. « Ce code garantit une meilleure qualité de service aux usagers du secteur, à un coût abordable, tout en assurant aux opérateurs une viabilité plus soutenue », souligne Lantoniaina Rasolo­elison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.Le code promet de développer plus efficacement les énergies renouvelables : l’hydroélectrique, le solaire et l’éolien. Le pays a encore besoin de quelques 7900GWatt de production à réaliser, d’ici 2030.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Un enfant vole un mini-bus

Stupeur hier matin à Ivato. Un petit garçon d’une dizaine d’années a derobé un mini-bus de la ligne Ivato. Il a pu conduire la voiture sur un trajet plus ou moin long sans que personne ne s’en aprerçoive. Son parcours s’est arreté lorsque la voiture s’est enlisée dans un caniveau près de l’église catholique d’Ivato. Le jeune malfrat s’est fait ceuillir comme une mouche et a été remis à la gendarmerie.

Midi Madagasikara1 partages

Marathon

Après le faux départ du 2 octobre, cette fois, c’est la bonne. Les élèves retrouveront le chemin de l’école à partir de ce jour, 6 novembre, du moins, pour les élèves de l’enseignement public et quelques écoles privées non confessionnelles ayant ont opté pour une rentrée le 6 novembre 2017.

Marathon

L’année scolaire risque fort, cette année, de ne pas être un long fleuve tranquille, au regard des 36 semaines à venir, lesquelles ne seront ponctuées que de quelques jours de répit entre les quatre périodes de l’année scolaire 2017-2018.  Ce jour, élèves et enseignants des écoles primaires, collèges et lycées, mais aussi une bonne partie des établissements d’enseignement supérieur privés, démarrent l’année d’une manière particulière avec, en toile de fond, la crise sanitaire qui a paniqué toute l’île. Bien que présente, chaque année, de manière sporadique dans les zones endémiques durant la saison pesteuse, la peste sous sa forme pulmonaire a, cette fois-ci réussi à pénétrer les zones urbaines, expliquant  les nombres de malades et surtout de décès atteignant des sommets au moment du pic épidémique. Le vent de panique qui a persisté plusieurs semaines semble maintenant avoir laissé la place à un léger mieux, au vu de la courbe décroissante du nombre de nouveaux cas et de décès, ainsi que des déclarations de fin d’épidémie annoncées pour une majorité de districts parmi ceux touchés par la peste ces trois derniers mois.

Les parents d’élèves ne sont pas pour autant totalement tranquilles, en dépit des indicateurs auparavant au rouge, qui commencent maintenant à redevenir de moins en moins alarmants. La crainte d’une éventuelle contamination en milieu scolaire habite encore certains parents. Les premiers jours de classe, ils suivront sans doute de très près toutes les informations sur la peste, scruteront les statistiques publiées ou diffusées dans les médias, et suivront d’encore plus près la situation dans les établissements où sont scolarisés leurs enfants. Certains d’entre eux font, d’ailleurs, partie des comités de vigilance mis en place dans les établissements. Car nonobstant la courbe décroissante actuelle, nous ne sommes pas pour autant, définitivement tirés d’affaire. Nous le serons uniquement quand toute l’étendue du territoire sera déclarée en situation de fin d’épidémie. Nous pourrons alors nous exclamer : « Ouf ! On l’a échappé belle ! ». Malheureusement, au moins 131 personnes ne seront pas là pour partager ce moment de « délivrance ». Tout simplement parce qu’elles n’ont pas survécu…

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

« Swan tennis open » de Maurice : Fitia et Jacob champions

Un tournoi mauricien où les Malgaches s’imposent de long et en large. Cela a été le résultat du « Swan tennis open » de Maurice de la semaine dernière. Jacob Rasolondrazana rempile pour la 4e fois et Fitia Ravoniandro gagne pour une première. Jacob Rasolondrazana a eu le dessus sur le Mauricien Amaury de Beer, en deux sets, 6-3 et 6-2 en 1h 10mn. En demi-finale, Jacob a eu le dessus sur Ando Rasolomalala en deux sets, 6-2, 6-3 et Amaury de Beer a battu Tovi Andriamalala. Bref un bon trio malgache. Chez les dames, jouant en tournoi, Fitia Ravoniando a battu la Mauricienne Sarah Introcaso en 6-3, 6-2. Fitia a été battue par Astrid Tixier en  6-0, 2-6 et 6-2. Et aux décomptes de points, Fitia est en tête avec 6 points et 7 sets de gagnés, Introcaso la suit et Tixier en 3e place avec chacune 6 points.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

« Tenim-pitia » au CGM : Une première réussie pour Teddy Prezeau !

Teddy Prezeau a enchanté au CGM. (photo : Kelly)

Après neuf mois en gestation, « Tenim-pitia » a enfin vu le jour. Son père Teddy Prezeau a dévoilé quelques- uns des titres le composant, sur la scène du CGM Analakely samedi dernier. Une grande première qui présage le début d’une belle carrière musicale pour le neveu d’Olombelo Ricky.

Teddy Prezeau a fait du chemin depuis ses débuts ! Il y a quelques années, il était encore monsieur tout le monde. Depuis qu’il eut le déclic, le jeune homme s’est décidé à sortir de l’anonymat et se faire un nom dans le milieu artistique. Il s’est alors donné les moyens pour emboîter le pas de ses oncles. Adieu le look classique et bonjour l’originalité, car oui, tout n’est pas que question de musique ! Samedi dernier, c’est en  chanteur sûr de lui au look à l’américaine avec une coiffure inédite où se mêlent « undercut » et « dreads » que le jeune chanteur investit donc la scène du CGM. Pas de temps pour de grandes explications, juste une petite introduction de cet album fraîchement enregistré! Place ensuite à la musique afin de laisser le public juger de lui-même.Entourés de ses complices de scène, Rybota à la basse, Ralph au sax, Nix à la batterie et Jz Rabibisoa à la guitare, Teddy Prezeau entame sa prestation sur une note très romantique. « Voady », la chanson avec laquelle il ouvre le bal sonne comme une promesse, celle d’une vie belle vie faite de moments d’amour et de complicité. Avec de telles paroles d’amour, le public ne pouvait qu’être conquis. Le jeune homme continue son opération de charme avec le même registre. « Tenim-pitia » est tout aussi tendre. Des titres plus entraînants comme « Zanahary », « Avelao, «  Omen-dalana », « Atmosphera », ou encore « Ankamantatra » sans oublier « Veloma ianao », en featuring avec Balita Marvin  complètent le répertoire. Un joli bouquet d’une douzaine de titres qui a séduit le public et contribué à la réussite de cette avant-première de « Tenim-pitia ».

Prometteur.  S’il n’évite pas les clichés adolescents du « romantique » et s’il manque d’aspérité, le neveu d’Olombelo Ricky confirme une incontestable dextérité à faire des chansons à la manière des jeunes gens de son temps : en mixant, sans complexe ni préjugés, tout ce qui a pu le nourrir. Doux sans être sirupeux, engourdi sans être soporifique, à la fois sexy et cotonneux, envoûtant et aventureux, à mi-chemin entre le « r’nb » et la « soul », « Tenim-pitia » plaira sans aucun doute aux amateurs de musique urbaine. Doté d’une voix vibrante, parfois saisissante qui rappelle celle de son oncle Balita Marvin, Teddy Prezeau est capable de dégainer des rimes aiguës, propres à surprendre, et des mélodies aussi entraînantes que des tornades. Ce qui, pour un jeune homme de 24 ans, fait décidément beaucoup d’atouts.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Chronique de Mickey : Il était une fois l’AEOM puis deux fois la RNS

D’un évènement politique, l’on a bien peur qu’elle n’est devenue que folklorique, voire commerciale. La RNS (Rencontre Nationale Sportive) n’est pas une émanation de ce que les militants de l’AEOM (Association de Etudiants Malgaches d’Origine Malgache) de tradition  ont voulu, mais une usurpation d’une marque déposée. La composition sociologique des Malagaches établis en France, en particulier, il est vrai, a changé. Jadis, composée essentiellement d’étudiants de passage, cette communauté est aujourd’hui formée d’exilés économiques nostalgiques du pays et dont le retour est encore en incertain dans leur esprit. Les origines et l’évolution historique de l’AEOM  semblent être occultées par les fervents animateurs de la RNS actuelle. Si en 1934, année de la création,  les Albert Rakoto Ratsimamanga, Razafy Andriamiahaingo et autres fondateurs historiques  étaient considérés comme étant des avant-gardistes d’un nationalisme prônant jusqu’à l’indépendance, Ils (des intellectuels) étaient surtout les porte-paroles des exactions subies par les Malgaches et commises par l’administration coloniale à Madagascar. Ce faisant, ils plaidaient la cause nationale auprès des instances nationales métropolitaines et internationales  et comme il y a un parallèle entre la situation politique à Madagascar et la tendance, il faut le dire, des « militants » et surtout après la  Seconde Guerre mondiale, l’obédience avouée de l’AEOM était celle du MDRM. Puis, dans les années cinquante, la lutte pour l’indépendance fut plus précisée avec les Richard Andriamanjato  et Charles Ravoajanahary qui ont marqué le tournant idéologique vers un courant AKFM. Ensuite, dans les années soixante dix, comme le courant contestataire à Madagascar, celui de l’AEOM  se convertit vers le mode de pensée  du MONIMA  tendance maoïste (Ratsiraka s’en prévalait ou laissait l’entendre, d’ailleurs). Les militants conscients de leurs difficultés devant le mode production dominant capitaliste a voulu renforcer sa base et surtout face aux errances idéologiques de ses anciens membres ont créé comme forme de mobilisation  la RNS, dans le but d’élargir son assise et les sections devenues minuscules de différentes villes de France. Ils se devaient de rameuter les quelques militants sincères et surtout les compatriotes désireux de se rencontrer en un lieu. Avec comme élément fédérateur, disons le sport. Des mots d’ordre furent donnés comme « Un esprit sain dans un corps sain »  et surtout le « Le firahalahiana aloha vao fifaninana », « Amitiés d’abord, compétition après » ou pour marquer la solidarité entre les élites malgaches de l’étranger avec leurs compatriotes au pays. Enfin, l’AEOM, avec la recomposition sociologique des Malgaches à l’étranger, la communauté est devenue une diaspora avec les conséquences qui suivent, s’est périclitée pour disparaître .Mais la RNS renaît de ses cendres. Avec des méthodes modernes de marketing, la RNS est devenue un tournoi exclusivement sportif qui gagne en notoriété jusqu’à vouloir entrer le champ politique du pays d’origine, mais espérons que l’essence de sa création ne se perde pas pour se confondre avec une manifestation des ressortissants des Territoires d’Outre Mer.

M. Ranarivao

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada0 partages

Harena an-dranomasina : miditra amin’ny Toekarena manga i Madagasikara

Avo roa heny amin’ny haben’ny tanety ny fari-dranomasin’i Madagasikara. Voizina ankehitriny ny Toekarena manga, hanomezan-danja ny fitantanana tsara sy maharitra ny fari-dranomasina, hitondra fampandrosoana.

Miaina any amorontsiraka ny 60%-n’ny Malagasy. Nitsangana efa ho roa taona izao ny sekreteram-panjakana miadidy ny ranomasina (Semer), hamolavola ny paikady nasionaly ho an’ny Harinkarena na Toekarena manga. Hatao laharam-pahamehana ny fitantanana tsara rindra ny harena an-dranomasina, ny fampiroboroboana ny fandraharahana ary ny famoronana asa miankina amin’ny ranomasina. Efa nankatoavin’ny fanjakana ny fametrahana sy ny fanatanterahana ity paikady ity.

Efa misy ny sehatra mandroso

Fitambaran’ny fitantanana sy ny fandrindrana ny sehatrasa miankina amin’ny ranomasina ny Harinkarena manga. Tanjona ny hampaharitra ny fitantanana ho lovain-jafy, manaja ny tontolo iainana ary mizara ny tombontsoa amin’ny vahoaka eny ifotony. Ohatra mifanandrify amin’izany ny fiompiana zanga sy ny fambolena lomotra any Toliara, ny fiompiana makamba any Mahajanga sy Nosy Be. Eo koa ny fanorenana ny seranan-tsambon’i Ehoala any Taolagnaro, ny fampiroboroboana ny fizahantany an-dranomasina.

Hotantanina maharitra ireny fihariana efa misy ireny ary hitarina amin’ny sehatrasa hafa ihany koa, hahazoan’ny vahoaka eny ifotony tombontsoa sy hampandroso ny faritra ary ny firenena amin’ny ankapobeny.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Ny Tim ihany no tratry ny antsojay : nandihizan’ny HVM sy Rakotovao Rivo i Mahajanga

 Nitranga ny nampoizina amin’ny mizana tsindrin’ila eto amin’ny firenena. Namory vahoaka nanoloana ny lapan’ny Tanànan’i Mahajanga ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotovao Rivo sy ny HVM, ny  asabotsy teo. Tsy nisy  fanakanana nataon’ny Emmo/Reg izany hetsika izany.

Fotoana nampahafantarana sy niarahabana ity filoha vaovaon’ny andrimpanjakana etsy  Anosikely ity, izao natao tany an-toerana izao. Vory maro ny vahoaka ary rakotra olona ny manodidina. Noferana ny lalana nizoran’ny fiara ary navily lalana izy ireny ka voaelingelina ny fifamoivoizana satria tonga ny lehibe. Ankoatra ny kabary nifandimbiasana sy nisehosehoana ary  ny fampanantenana mahazatra, nanafana  ny lanonana  teny an-tsehatra ireo mpanakanto maro any an-toerana. Anisan’ny nahavory ny olona rahateo ny fijerena fety tsy andoavam-bola.

Nanaovana pimaso  ny vahoakan’i Mahajanga

 Nanaovana pimaso amin’ny vahoakan’i Mahajanga koa  ka ilazana fa misolo ny toeran’ny  loholona teo aloha, Ahmad, lasa filohan’ny Caf ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotovao Rivo izao hetsika izao. Hadinon’ny mpitondra anefa fa anisan’ny nanendrena io filohan’ny federasion’ny  baolina kitra teo aloha io ho  loholona ny maha silamo sy Sakalava ny tenany. Nosarontsaronana amin’ny kabary tsara lahatra sy fety izany tao Mahajanga…

Araka izany, tsy mazava intsony  ny tian’ny mpitondra hahatongavana. Rehefa iza sy  inona no afaka mamory vahoaka an-dalambe  sy omena alalana hanao izany ?

Nosakanana amin’ny fomba rehetra ny  Tim

Mazava izany izao fa afaka manao hetsika sy fety ary lanonana eny an-dalambe ny tompom-pahefana, rehefa nahazo seza  miaraka amin’ny antokon’ny fitondrana HVM”, hoy ny depiote Randrianarisoa Guy  Rivo ao amin’ny tranonkalam-pifandraisana, omaly.

Tsiahivina fa tratry ny antsojay sy nosakanana tamin’ny fomba rehetra ny antoko  Tim raha  nikasa ny hanamarika ny faha-15 taona nijoroany ny volana  jolay  teo, ho an’ny  teto Antananarivo sy ny tany  Toamasina. Nampiakatra ny raharaha teny amin ‘ny fitsarana mihitsy izy  ireo  ary nandresy, saingy tsy nampiharina izany didim-pitsarana izany.

Randria  

 

News Mada0 partages

Sem Veronique Vouland-Aneini : « Vous pouvez compter sur nous »

Les relations diplomatiques entre Madagascar et la France sont au beau fixe. Vendredi dernier à Ampahibe, le ministre de la Défense nationale, le Général de corps d’armée Béni François Xavier Rasolofonirina,  et l’ambassadeur de France à Madagascar Véronique Vouland-Aneini ont procédé à la signature de conventions de coopération de défense.

«Les rendez-vous majeurs auxquels Madagascar se prépare dans les mois à venir sont des enjeux essentiels de l’affirmation de sa place sur la scène internationale mais aussi pour la qualité de nos échanges au sein de communautés plus larges. Notre coopération est dans ce cadre primordiale et se poursuivra avec tout le professionnalisme qu’elle nécessite, aux côté de vos autres partenaires. Vous pouvez compter sur nous», a déclaré l’ambassadeur de France dans son discours, sans omettre de préciser que cette cérémonie est l’occasion de relancer officiellement une nouvelle année de coopération militaire entre les deux pays.

En bonne santé

Le ministre de la Défense a, quant à lui, salué la qualité de la coopération militaire entre la France et Madagascar qui «va dans le bon sens et est en bonne santé». Le général de corps d’armée Béni François Xavier Rasolofinirina a tenu à remercier le gouvernement français pour l’aide qu’il a accordée ces dernières années et pour le renouvellement de cette coopération.

Cette cérémonie a également été marquée par une remise de matériel comprenant des outillages et pièces automobiles, du matériel informatique et de vidéo-projection, des bâches de protection du combattant ainsi que deux groupes électrogènes et un véhicule. La France devrait également fournir dans les prochaines semaines un lot de pièces de rechange d’une valeur de 141 millions d’ariary.

 Recueillis par Nadia

 

News Mada0 partages

Manifestation publique : le président du Sénat en pré-campagne

Décidément, seul le parti au pouvoir pour ne pas dire le régime a le droit d’organiser une manifestation publique. C’était le cas samedi dernier devant l’hôtel de ville de Mahajanga où le HVM par le biais du président du Sénat, Rivo Rakotovao en a profité pour repartir en précampagne.  Aucune restriction n’a été donnée par les dirigeants de la ville.

Depuis le début, l’idée farfelue du régime de jouer avec la Constitution n’a pas fait l’unanimité. Bien tard disent selon les uns, il s’agit d’un calcul politique malsain, disent les autres. Au fil des débats et des arguments soutenus, réviser la constitution ne semble pas faire le poids face à la tenue de la présidentielle, réclamée par tous et conformément au texte fondamental.

Conscient que modifier la constitution risque d’être un projet mort-né et de ne pas aboutir, le régime commence à mettre dans la ligne de mire la présidentielle sans pour autant laisser tomber sa détermination de réviser la constitution. Et comme au bon vieux temps, il se relance dans la précampagne.

Même sous le feu des critiques suite à sa nomination en tant que sénateur de Madagascar pour les quotas de ville des Fleurs, Rivo Rakotovao a pris des airs de sainte ni- touche à Mahajanga. Et il en a profité pour faire de la propagande en faveur du régime.

Deux poids deux mesures

Et d’après l’opinion publique, cela n’est qu’un début au détriment des autres partis qui en temps normal d’un processus électoral, devaient également se manifester. Mais la répression contre les manifestations publiques profite au régime qui use dans ce sens de son pouvoir pour contrecarrer les autres partis et notamment les candidats prétendants au titre.

«Comme s’ils veulent prouver au monde entier qu’ils ne sont pas concernés par les mesures prises contre la peste même si la plupart d’entre deux sont des dirigeants et des élus au pays», a fait remarquer le député Guy Rivo Randrianarisoa sur les réseaux sociaux.

Ce dernier de déclarer que ce n’est pas la première fois que les dirigeants et les pro-régime organisent des activités en public. Le député Guy Rivo Randrianarisoa a dénoncé un deux poids deux mesures. «La célébration des 15 ans du parti Tim a été refusée dans la majorité des régions où elle devait se tenir. Pourtant, le HVM jouit d’une liberté de manifester sans être inquiété», a-t-il clamé.

Un clin d’œil au Mapar

En tout cas, le parti HVM ne cache plus ses intentions de préparer l’opinion à la course à la présidentielle. Le président national du parti essaie même de faire une  offensive de charme aux élus de l’opposition. Samedi dernier, Rivo Rakotovao a profité d’une déclaration du maire Mokhtar Salim Andriatomanga qui affirme ne pas encore avoir été intronisé depuis son élection en 2015 pour lui remettre son écharpe de  maire.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : hiatrika ny famaranana ny Cosfa sy ny Fosa Juniors

  Hifandona eo amin’ny famaranana, amin’ny “Telma coupe de Mada 2017”, ny Cosfa Analamanga sy ny Fosa Juniors Boeny. Izy ireo no tafavoaka teo amin’ny manasa-dalana, notanterahina, omaly alahady. Tany Mahajanga, tamin’ny isa mazava, 2 no ho 0, ny nandresen’ny Fosa Juniors ny RTS Jet Mada Itasy. Baolina roa matin’i Jean-Yves, teo amin’ny minitra faha-68 sy ny an’i Dax, teo amin’ny minitra faha-71. Nifandanja ny lalaon’ny roa tonta, teo amin’ny tapa-potoana voalohany. Nitovy ny fanafihana na somary nanantombo kely aza ny tompon-jaridaina. Ny RTS Jet Mada no saika nahafaty baolina minitra vitsy mialoha ny fialan-tsasatra saingy nidona tamin’ny tsivalamby ny dakan’i Tsiry, taorian’ny iray roa, nifanaovany tamin’i Solo moto.

Nanova ny endri-dalaon’ny Fosa Juniors, kosa ny fidiran’i Dax, teo amin’ny fizaram-potoana faharoa. Nihatsara ny rindram-panafihana hany ka nahitam-bokany izany, izay nahafatesan’izy ireo ny baolina roa.

 

Navotan’i Nono ny Cosfa

Lavon’ny Cosfa, tany amin’ny kianjan’Ampasambazaha tamin’ny isa tery, 3 no ho 2 ny AS Adema, izay samy ekipa avy amin’ny ligin’Analamanga avokoa. Baolina telo, nampidirin’i Nono ho an’ny  miaramila teo amin’ny minitra faha-14, 54, 64. I Ruphin sy i Onja kosa nahafaty izany ho an’ny Adema.

Niady ny fihaonana, na nitarika anisa foana aza ny miaramila. Nilalao 10 ny Adema, teo amin’ny minitra faha-81, taorian’ny karatra mena, azon’i Onja, izay voalaza fa mody nianjera  “simulation”. Tsy faly tamin’izay ny mpomba ny Adema ka nitoratoraka. Voatery naato ny lalao saingy vetivety ihany dia niverina. Raha tsy misy ny fiovana, hatao etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny alahady 26 novambra, ny famaranana ho an’ity “Telma coupe de Mada”, ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Rugby : norombahin’ny FTM Manjakaray ny amboara

Nampiseho ny heriny sy ny fahaiza-manaony indray ny tovovavy malagasy, tamin’ny alalan’ny FTM Manjakaray, nandritra ny fiadiana ny taranja rugby lalaovina olona fito, ho an’ny sokajy vehivavy.

 

Noporofoin’ny FTM Manjakaray, nohatevenin’ireo mpilalao tao amin’ny Makis de Madagascar  indray fa tsy marary ny rugby eto Madagasikara ary mizotra ara-dalàna, ka nandrombahan’izy ireo, ny andiany faharoa, ho an’ny rugby lalaovina olona fito, sokajy vehivavy. Fihaonana notanterahina tatsy amin’ny Nosy Maorisy, ny asabotsy lasa teo.

Nanjaka tokana ny ekipa malagasy satria tsy nisy naharesy azy ireo mihitsy ny mpifanandrina taminy, nanomboka tany amin’ny fifanintsanana ka hatramin’ny famaranana, nangalany ny medaly volamena sy ny amboara. Samy nataon’izy ireo, nahazo mavesatra daholo izay rehetra nifanehatra taminy. Porofon’izany ny nanilihan’izy ireo ny XV Dyonisien La Réunion, tamin’ny isa, 34 no ho 0. Taorian’io, mbola nomontsanin’ny FTM, tamin’ny isa 33 no ho 0 indray ny Amazone avy atsy Maorisy.

Mbola ekipa maorisianina, tamin’ny alalan’ny Barbarians indray no resin’izy ireo, teo amin’ny manasa-dalana, izay nisaraka tamin’ny isa mavesatra, 70 no ho 0. Nifanandrina tamin’ny FTM Manjakaray teo amin’ny famaranana, ny Entente de l’Ouest, avy atsy La Réunion. Nisaraka tamin’ny isa, 24 no ho 5, ny roa tonta tamin’izany. Ity ekipa ity irery no hany mba nahazo isa, teo anatrehan’ny ekipa malagasy. Marihina fa sady natanjaka teo amin’ny fanosehana sy tamin’ny hazakazaka ny tovovavy malagasy, notarihin-dry Ginah sy ry Tantely, nampian-dry Conan.

Ho tonga eto Madagasikara, rahampitso talata ny delegasiona Malagasy, avy niatrika ity, «Scott Womens International 7’s tournament».

Tompondaka

News Mada0 partages

Deux nouveaux décès de peste : rentrée scolaire sur fond d’inquiétude

Même si le nombre de malades et de décès a connu une nette baisse depuis quelques semaines, l’épidémie de peste continue de faire des victimes. La situation ne manque pas d’inquiéter les parents en ce moment où leurs enfants devront prendre ou rependre le chemin de l’école. Deux nouveaux décès ont été constatés avant-hier dans la capitale.

Une rentrée scolaire pas comme les autres. Des outils de prévention, tels que cache-bouche ou solutions antiseptiques pour se laver les mains…s’ajoutent à la liste de fournitures que les parents ont dû acheter le week-end dernier, à la demande ou non des écoles, pour mieux protéger leurs enfants contre la peste. En fait, en dépit des mesures prises au sein de chaque établissement en vue de limiter la propagation de l’épidémie en milieu scolaire, les parents ne manquent pas de manifester leurs craintes à envoyer leurs progénitures à l’école, notamment ceux qui utilisent les véhicules de transport en commun.

«La peur ne manque pas de nous atteindre vu que les risques d’attraper cette maladie ne sont pas moindre sur le chemin de l’école, notamment dans les bus. C’est pourquoi on essaie des les protéger au maximum, en les faisant porter tous les jours des cache-bouche, tout comme les personnes qui se chargent de les raccompagner à l’école», a soulevé une mère de famille qui habite à Ambohimirary.

Une autre, demeurant à Ankadrindramamy, a même manifesté son intention de ne pas envoyer son enfant, seulement âgé de 2 ans et trois mois, à l’école jusqu’à ce que l’épidémie soit totalement maîtrisée. «A son âge, l’envoyer à l’école ne constitue pas encore une priorité. Sa santé prime avant tout», a souligné notre source, qui compte redoubler de vigilance en vue de protéger ses deux autres enfants qui doivent emprunter les taxis be pour rejoindre leur établissement, sis à Antanimena.

131 décès en trois mois

A en croire les statistiques diffusées par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), l’épidémie continue encore de faire des victimes même si une nette amélioration de la courbe épidémiologique a été enregistrée ces dernières semaines.

Six nouveaux cas et deux décès ont été notifiés avant-hier, dont l’un est survenu  au Centre hospitalier mère-enfant (CHUMET) à Ambohimiandra et l’autre en dehors des formations sanitaires. Ceux-ci ramènent l’effectif des décès de peste enregistrés depuis le 1er août, soit en trois mois, à 131. Un chiffre record jamais enregistré durant les précédentes saisons pesteuses, où l’effectif des décès n’a jamais dépassé une centaine entre le mois de septembre à avril.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Chronique : chantons tous en chœur !

Hier, on était dimanche, un dimanche comme les autres. Que fait-on un dimanche comme les autres ? On va d’abord à l’église ou au temple. Tous ? Oui, presque tous. Les lieux de culte se sont adaptés au rythme des paroissiens, depuis les lève-tôt jusqu’à ceux qui ne sont disponibles qu’en fin d’après-midi, et leur proposent aujourd’hui des horaires très variés. On pense à tout le monde ! Il y a quelques années, travailler le dimanche pouvait être une excuse pour justifier son absence à la messe du matin. Avec la nouvelle organisation des lieux de culte et leurs horaires à la carte, ces excuses appartiennent au passé, au moins dans les villes : il est de plus en plus difficile de rater la messe.

Mais la question des excuses est superflue à Madagascar. D’abord parce que la règle générale est plutôt celle du plaisir de retrouver ses proches et ses voisins chaque dimanche matin pour chanter avec enthousiasme. Ensuite parce que l’office le plus couru est toujours celui du milieu de la matinée : c’est celui des costumes du dimanche, des belles tenues et des coiffures élaborées.

Pour faire durer le plaisir, le monde profane se met à l’unisson de la ferveur dominicale. Les grandes surfaces, temples de la consommation, se prêtent allègrement au jeu. Elles accueillent les fidèles qui sortent du tem-

ple ou de l’église avec des chants évangéliques entraînants que tout le monde fredonne dans les rayons. Le résultat est réussi : l’ambiance rappelle celle des clips vidéo où monsieur et madame tout le monde chantent et dansent pour dire merci à la vie. D’ailleurs, communicants, cela devrait vous donner des idées pour vos prochaines campagnes. Le dimanche au supermarché est un cadre idéal pour suggérer une impression de prospérité heureuse. Vous n’auriez même pas besoin de comédiens : les clients joliment endimanchés et souriants feraient des figurants très réalistes.

Et si une panne d’oreiller vous a fait rater l’office de 9 heures, habillez-vous comme il faut et courez au supermarché, vous pourrez y chanter en toute allégresse.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy mihaja izay tsy mahay manaja

Tsy tongatonga amin’izao ny fihajana, maro ireo olona mihevitra ny tenany ho be voninahitra nefa tsy ampy fihajana. Ny fahamendrehana amin’ny maha olona no hany antoky ny fihajana, io fahamendrehana io anefa tsy mitoetra raha tsy eo ny fahendrena sy fahaizana aseho eo amin’ny fitandrovana ny hajan’ny rehetra sy ny tsirairay eo amin’ny maha olona azy ary eo amin’ny fitahina sy fanajarina ny tontolo manodidina ny tena.

Nohon’ny baranahana eo anivon’ny fiarahamonina, maro no tsy mitandrina an’izany fanaja-tena izany. Marina aty amin’ny tanan-dehibe izay matetika samy lavitra ny fonenany ny olona dia  tsy ampy ny toerana voatokana ahafahana mivalan-drano, noho izany maro ireo tsy menatra mamany eny an-tsisin-dàlana rehetra eny ampahibemaso izao, lehilahy moa no maro amin’ireny tsy mahafehy tena ireny… Resaka hafa ny momban’izay nefa tsy afaka andalovam-potsiny  raha tsy anaovana pao-tsatroka manokana ho an’ny andriambavin-danitra izay miavaka amin’ireto mpandoto tanàna.

Eo amin’ny fifanipahan’ny voninahitra sy ny haja moa no tena anton’ny dinika, ka izay no hiverenana ary tsy mila anaovana resaka lava akory. Tsotra ny fanontanina : moa ve tsy arakaraky ny andraikitra iantsorohany no anomezana voninahitra ny manam-pahefana ? Matetika anefa tsy mifanaraka amin’izay ny fifehezany tena, afangarony ny fahefana sy ny fanjakazakana. Indraindray aza dia tonga hatrany amin’ny fihoaram-pefy, fandaingany amin’ny vahoaka sy fitapitaka eo amin’ny fandiganana ny lalàna velona. Ny toe-draharaha iainana ankehitriny dia mitory an’izany, fanovana no nifanekena ny omaly tsy niova no tazana vao miha aza manararaotra, fandrosona no napetraka ho tanjona fihemorana ao anatin’ny fitombon’ny fahasahiranana no manempotra. Tsy mila mijery lavitra fa ny fidangan’ny vidi-piainana dia ampy ivetsovetso an’izany isan’andro. Tsy resaka aingitraingitra fa ny foto-tsakafo faran’izay tsotra no mampikiakiaka nohon’ny fisondrotam-bidiny, na vary na anana na voakazo izay samy vokatry ny tany ka rariny no ho taka-bidin’ny rehetra. Tsy maintsy apetraka manokana ny mikasika ny vary : foto-tsakafon’

ny mponina tsy hain’ny firenena mamokatra ampy ho an’ny filan’ny rehetra. Dia afaka ho lazaina olona mihaja ve ireo niady tamin’ny fakana toerana iadidy ny fambolena nefa mandrak’ity tsy nahita fomba ahatongavana amin’ny fahaleovantena amokatra ny vary ampy ho sakafon’ny mponina ? Ny rehetra nifandimby teo amin’izany toerana izany sy ireo tompom-pahefana nanendry azy mbola miziriziry hibodo sy hiverina eo amin’ny fitondrana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : traversez, y a rien à voir !

L’œuf précède-t-il la poule ou est-ce l’inverse ? Les anges ont-ils un sexe ? Du code de la route officiel ou de celui des usagers de la route, lequel prévaut dans nos villes? Si on avait une réponse aux deux premières questions, la face du monde et notre quotidien n’en seraient pas changés. Piétons, chauffeurs et (moto-) cyclistes répondent à la troisième au gré de leur humeur, variable par essence. Combien de blessés et de morts sur les routes et dans nos rues faudra-t-il encore compter pour que la rigueur et le respect de la loi soit l’usage ?

 

News Mada0 partages

Ivato : tovolahy kely tsy ampy taona tratra nangalatra Mazda

Tsy nampoizina! Ankizy tsy ampy taona mahavita mangalatra fiara teny Ivato. Manana fitaovana famahana sy famelomana fiara izy ireo. Soa ihany fa tsy nahay nitondra loatra ka izay nahasarona azy. Iray voasambotra, iray tafatsoaka teny Ivato.

Tovolahikely roa manodidina ny 17 taona eo, nangalatra fiara Mazda teny Ivato, omaly maraina. Ny olona ao am-piangonana izy roa lahy nanokatra ilay fiara nijanona teo amoron-dalana. Araka ny fanazavana, manana fanalahidy izy ireo nanokafana ny varavaran’ilay fiara. Namelona mihitsy ary nitondra ilay Mazda kanjo latsaka tanaty tatatra ilay fiara. Teo no nahasamborana ny iray, raha tafatsoaka ilay tovolahikely faharoa.

Tsy mbola nisy tahaka ity, tovolahikely mangalatra fiara, ary manana fitaovana entiny manatanteraka izany. Efa nandeha ilay fiara vao taitra ny tompony nanenjika sady nihorakoraka. Tsy lasa lavitra, moa niharan-doza ilay Mazda nentin’ireto ankizy tsy ampy taona.

Mandeha ny fanadihadiana azy ireo raha nisy olon-dehibe naniraka na nahim-pony irery ny nanao ity asa ratsy ity. Vao ny faran’ny herinandro teo mantsy ny nahatrarana ireo olon-dratsy mpangalatra fiara Sprinter sy Mazda. Nisy mpitandro filaminana mihitsy tamin’ireo jiolahy ireo. Izany hoe lasibatry ny mpangalatra ireo karazana fiara roa ireo. Tamin’ity indray mitoraka ity, ankizy indray manao ny asa ratsy. Mety noho ny tsy fahaizan’ireo ankizy mitondra ilay fiara, raha tsy izany, efa nanjavona ny fiaran’olona.

Miitatra ny saina

Amin’ny ankapobeny, vokatry ny fahantrana mahatonga ny firongatry ny asa ratsy. Tsy voalohany no nisy ankizy tsy ampy taona nangalatra fa maro ireo tratra mangaro-paosy, manendaka, ary anisan’ny lehibe indrindra ilay famonoan’olona teny Ambohitrarahaba farany teo. Tamin’ity kosa, tratra mangalatra fiara ny ankizy.

Miitatra ny sain’ireo ankizy na zatovo eto amintsika. Misy ny maniraka amin’ny ankapobeny, kanefa eo ihany koa ny fampianaran-dratsy azon’izy ireo amin’ny fiaraha-monina. Ny tranga voizina amin’ny haino aman-jery, sns. Tompon’andraikitra voalohany amin’ny zanany koa anefa ny ray aman-dreny andanin’izany. Fanaraha-maso ny ankizy, ny fanoroana, sns. Azo heverina fa mety iharan’ny sazy ihany koa ny ray aman-drenin’ireo ankizy tsy ampy taona manao asa ratsy.

Yves S.

News Mada0 partages

Hiverina ny fampianarana : mbola tsy voavaha ny olan’ny saram-pianarana volana oktobra

Hiverina any an-dakilasy ny mpianatra rehetra ho an’ny Cisco 114 manerana ny Nosy, anio, rehefa niato nandritra ny iray volana ny fampianarana noho ny valanaretina pesta. Ho an’ny sekolim-panjakana, vonona hiatrika ny taom-pianarana vaovao ny rehetra satria vita ny fanadiovana sy ny fandrarahana fanafody ny efitrano fianarana rehetra. Efa nahazo ny fitaovana enti-miasa ny ekipan’ny komity mpanara-maso ny fahasalamana any an-dakilasy ary voapetraka ny toerana hanokanana ny tsy salama ka ahina ho pesta. Noentanina hanaraka ny toromarika koa ny sekoly tsy miankina hiomana amin’ny fiatrehana ny valanaretina raha sanatria mitranga izany. Zavatra iray tsy mbola voavahan’ny mpitantana ny sekoly tsy miankina koa ny saram-pianarana volana oktobra. Misy tamin’ireo sekoly efa nandray izany na tsy nandia lakilasy aza ny mpianatra nandritra ny iray volana. Tsy nisy mihitsy lamina, indrindra avy amin’ny mpampianatra ho an’ireo efa niditra mialoha (volana septambra) momba ny fizarana ataon’ny mpianatra any an-trano, nandritra ny fiatoana noho ny pesta.

Hifarana ny 22 desambra ny fotoam-pianarana 

Nanamarika ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fanabeazana fa hifarana ny 22 desambra ny roa volana voalohany ary hitsahatra hatramin’ny 3 janoary ny fampianarana. Miditra amin’ny telo volana faharoa ny sekoly ny 4 janoary taona 2018. Hanamarika ny Andron’ny sekoly ny 21 -23 febroary. Miato ny 28 marsa ny fampianarana ao anatin’ny fialan-tsasatry ny Paska hatramin’ny 2 avrily. Manomboka ny 3 avrily ka hatramin’ny 22 jona ny telo volana fahatelo. Mitsahatra ny fampianarana mandritra ny fanamarihina ny fetim-pirenena ny 25-26 jona. Miverina izany ny 27 jona ary tsy hifarana raha tsy ny 3 aogositra 2018. Miditra amin’ny fialan-tsasatra lehibe ny 4 aogositra ny mpianatra.

Tsy miova fa ny talata 31 jolay 2018 ny fanadinana CEPE ary ny 20-23 aogositra ny BEPC.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mandritra ny hateloana : hanoram-baratra eto Antananarivo

Nanambara ny teknisinina mpamantatra ny toetry ny andro omaly, fa hanoram-baratra ny eto Antananarivo sy ny faritra afovoany andrefana mandritra ny hateloana ary hanomboka anio tolakandro izany ary hiitatra hatramin’ny alina. Hanevokevoka koa ny andro satria hiakatra ny maripana ambony indrindra satria ambany ny tsindrin’ny atmosfera saika manerana ny Nosy. Mety hiseho koa ny havandra any amin’ny ilany andrefana, indrindra ny toerana manakaiky tendrombohitra ohatra Ankaratra any Bongolava, hoy ny fanazavana.

Ny ampitso, ny manodidina ny any Mangoro indray no hilatsahan’ny havandra.

Eto Antananarivo, mahatratra 14°C na maripana ambany indrindra ary ho tafakatra 28°C ny maripana ambony indrindra. Mila miomana amin’ny elo sy ny akanjo tsy lena ny rehetra indrindra ny mpitsena mpianatra satria mety hamantana orana izy ireo rehefa tonga ny firavana.

Ahina ny tondradrano ny volana janoary 2018

 Momba ny ho fizotran’ny taom-pahavaratra 2017-2018, voatombana ho roa ny fizaran’ny vanim-potoan’ny orana, manomboka ny volana desambra 2017 hatramin’ny febroary taona 2018. Ny tapana faharoa, ny marsa sy avrily 2018. Amin’ny fizarana voalohany, hafana kokoa raha oharina amin’ny mahazatra ny amin’ny afovoan-tany sy ny faritra atsimo ary atsimo andrefana. Hifanaraka amin’ny tokony ho izy na ambony kokoa ny amin’ny faritra sisa. Hanaraka ny tokony ho izy na hangatsiaka kokoa kosa ny marsa sy avrily 2018 amin’ny ilany atsinanan’ny Nosy sy any avaratra. Hanaraka ny tokony ho izy na ambony kokoa ny maripana amin’ny faritra Boeny sy Betsiboka; hihamafana kosa ny amin’ny faritra sisa. Hitondra orana mivatravatra ny Varatraza izay hitsoka matetika manomboka ny faramparan’ny volana janoary 2018. Novinavinaina hiteraka tondradrano izany amin’ny janoary 2018 manerana ny Nosy. Roa ka hatramin’ny efatra kosa ny rivodoza mety hanafosafo na hikasika ny morontsirak’i Madagasikara ary iray na roa amin’izany no hatanjaka. Any amin’ ny volana janoary, febroary ary marsa no mahazo vahana ny fiforonan’ny rivodoza mety hikasika ny Nosintsika.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Noho ny tahotry ny valanaretina pesta : tsy tonga ny sambo « Costa Romantica » sy « Aida »

 Menatra indray ny minisitry ny Fizahantany, Ratsiraka Rolland, raha efa nilaza teo amin’ ireo  mpandraharaha eto Toamasina sy tao Antananarivo fa efa voavaha nandritra ny fifampiresahana tamin’ny sekretera jeneralin’ny vondrona iraisam-pirenena momba ny fizahantany « OMT » tonga nanao fitsidihana ofisialy teto Madagasikara farany teo, fa tsy hihemotra ny fahatongavan’ny sambo lehibe indrindra « Costa Romantica sy sambo « VIP » « Costa Aida » mpitondra mpizahatany maherin’ny 1500. Raha ny datin’ny 7 novambra fantatra fa hahatongavan’ iry voalohany, ary ny 27 novambra ho avy izao kosa no an’ ity faharoa ity. Mpanan-karena ao Alemana no mpanjifa mandeha amin’izany sambo izany noho izy natokana ho an’ny kilasy voalohany (VIP) amin’ny mpizahatany. Noho ny tahotra amin’ny mbola tsy faharesen’ny firenena malagasy ny fiparitahan’ny valanaretina pesta, nihemotra avokoa ny fahatongavan’ny sambo roa hitondra mpizahantany eto amintsika. Hihemotra iray volana avokoa ny fahatongavan’ny sambo raha ohatra foana tanteraka ny valanaretina pesta, ka misy fandriampahalemana sy fahadiovana.

Maloto i Toamasina

Nanitrikitrika ireo mpandraharaha amin’ny lafiny fizahantany, fa raha tsy handray andrakitra amin’ny fanadiovana ny tanàna ny kaominina sy ny rehetra, tsy ho tonga eto amintsika ireo mpizahatany iraisam-pirenena, araka ny fanambaran’ny tale kabinetran’ny fiadidiana ny Repoblika. Maloto i Toamasina, eo ny loton’ny tanàna noho ny fako sy lobolobo, eo ihany koa ny tsy fandriampahalemana.

Sajo

News Mada0 partages

Analamanga : le Hafari priorise l’anglais

La plateforme Hafari malagasy renforce ses actions dans le développement humain. Sa section éducation priorise ainsi l’apprentissage des langues étrangères pour lutter contre le chômage des jeunes.

Deux centaines d’apprenants ont été certifiés dans divers niveaux en langue américaine et anglaise par le centre professionnel Hafari malagasy en partenariat avec l’American english club hope, samedi, à Antanimena. Ces nouveaux linguistes seront des intreprètes, des enseignants, des guides touristiques et ont été aussi formés pour pouvoir s’installer à leur compte, d’après les explications du responsable de la formation Livamanitra Rakotomalala à l’issue de la sortie de cette promition, parrainée par le président du Réseau national de défense

des consommateurs (RNDC), Rabetsara Lita.

Le président national du Hafari malagasy a annoncé lors de la cérémonie que des milliers de jeunes issus des couches sociales défavorisées ont accédé à l’éducation gratuite par le biais du centre professionnel Hafari malagasy depuis quatre ans pour améliorer leurs conditions sociales.

Manou

 

News Mada0 partages

CGM : Balita et Teddy retrouvent leur public

Tant attendu par leurs inconditionnels admirateurs, le concert de Teddy Prézeau et Balita Marvin a enfin eu lieu samedi dernier au Cercle germano-malagasy (CGM) à Analakely.

Pour la sortie officielle de premier album intitulé «Tenim-pitia», Teddy Prézeau a décidé d’inviter sur scène Balita Marvin. Unis par la même passion et par-dessus tout, le sang, ils ont créé le temps d’un après-midi une ambiance des plus festives marquée par la joie des retrouvailles.

Accompagné de musiciens complices comme Mendrika à la batterie et Rybota à la basse et Alpha au saxophone, Balita a concocté un repertoire éclectique en revisitant ses plus grands succès pour ne citer que «Anjely» et «Namako ianao». Toujours fidèle au registre Rnb, Teddy Prézeau a enchaîné avec les incontournables «Veloma ianao», «Ny aty aminay», «Tenim-pitia» ou encore «Voady».

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Vanille : des impacts sur le cours de change

La hausse des rentrées de devises relatives aux recettes d’exportation de vanille a considérablement influé sur le cours de change, note la Banque centrale de Madagascar. Sur les neuf premiers mois de cette année, les recettes d’exportation de vanille s’élèvent à 456 millions USD contre 180 millions USD en 2016 sur la même période. Une situation qui a permis à la monnaie nationale d’enregistrer une appréciation de 9,8% par rapport au dollar, fin septembre.

Le dollar s’est échangé à 3 020,9 ariary à fin septembre 2017 contre 3 347,9 ariary à fin décembre 2016. Selon  les prévisions de la Banque centrale, une légère dépréciation de l’ariary par rapport au dollar est attendue en cette fin d’année. «Le cours de change suit une certaine saisonnalité. Les fêtes de fin d’année riment avec la  hausse des importations, ce qui aura d’impact sur le cours de change», a-t- on précisé au niveau de la Banque centrale.

Pour ce qui est des réserves officielles de devise au niveau de la Banque centrale, elles sont reconstituées de 67,6  millions de DTS sur les neuf premiers mois 2017. Ainsi, l’encours à fin septembre s’est chiffré à 902,7 millions de DTS (1 274,4 millions d’USD), équivalent à 3,5 mois d’importation de biens et services.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Foot-Telma Coupe : une finale Cosfa-Fosa Junior

Une affiche alléchante attend les férus du ballon rond lors de la finale de la coupe de Madagascar de football, prévue de disputer le 26 novembre prochain à Mahamasina. Cosfa et Fosa Junior ont validé leur ticket hier.

Deux issues attendues ! La logique a été respectée lors des demi-finales du Telma coupe  qui se sont déroulées à Fianarantsoa et à Mahajanga. Dans la capitale du Betsileo, Cosfa a confirmé son statut de grand club en sortant l’AS Adema sur le score serré de 3 buts à 2.

Bien que les militaires aient dominé la rencontre, ils ont eu du mal à conserver leur avantage au score. A chaque fois que l’équipe marque un but, son adversaire a réussi à réduire l’écart. Le système défensif du Cosfa qui a été fébrile, a permis à l’As Adema revenir dans le match. Ainsi,  Cosfa  a dû sortir le grand jeu pour venir à bout des Verts. Il a fallu attendre la 64e minute pour voir Nono marquer le but du 3-2, synonyme de qualification pour la finale.

A Mahajanga, la tâche était plus aisée pour l’équipe locale de la compétition, Fosa Junior. Devant un public acquis à sa cause, cette dernière a dû attendre la deuxième période pour ouvrir le score grâce à Jean-Yves, à la 69e minute. Sur sa lancée, deux minutes après, Fosa Junior a fait le break à la 71e minute, suite à une belle finition de l’international Dax.

L’homme de la situation

Cette victoire en coupe de Madagascar a permis à Cosfa de souffler après une campagne de ligue des Champions décevante. Toutefois, force est de constater que cette équipe dépend un peu trop du talent de son attaquant vedette, en l’occurrence Nono. Ce dernier, rappelons-le, a marqué les trois buts qui ont qualifié son équipe en finale du Telma coupe.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis-U14 Maurice : Miotisoa et Maholy, vainqueurs du double

L’étape 1 du tournoi ITF-Cat U14 de Maurice s’est terminée hier avec la victoire finale du pair malgache Maholy Razakaniaina et Miotisoa Rasendra en double chez les filles. Face aux Sud-Africaines Tyrah Cook et Kagiso Ledwaba, les raquettes malgaches ont joué sans complexe pour s’imposer aisément par deux sets à rien.

Tout au long de la rencontre, les Sud-Africaines étaient loin d’inquiéter nos jeunes joueuses. Ces dernières ont imposé leur loi pour ne laisser que 6 jeux à leurs adversaires dans les deux sets dont quatre lors du premier set. Une belle revanche pour les deux Malgaches après leur défaite en demi-finales du simple samedi dernier.

Pour autant, leur parcours en simple est louable en dépit de leur élimination en demi-finales. En effet, Miotisoa Rasendra termine à la troisième marche du podium suite à son succès face à sa coéquipière du double Maholy Razakaniaina qui, par ricochet, occupe le 4e rang.

Etape 2

A peine l’étape 1 de ce tournoi terminé que le retour à la case éliminatoire pour les raquettes U14 aura lieu à partir de ce jour à Maurice. Le camp malgache sera encore de la partie avec la même ossature alignée lors de la première étape.

Ainsi, les deux récents vainqueurs du double entreront en lice en simple dès ce jour en compagnie des autres filles malgaches comme Miarana Robinson, Fitia Rakotondramboa, Nomenjanahary Safidisoa, Randy Rakotoarilala ou encore Mialy Rabearisoa. Côté garçon, Sampras Rakotondrainibe et sa bande tenteront de rivaliser avec la performance des filles après une Etape 1 décevante où aucun d’eux n’a atteint le dernier carré, que ce soit en double ou en simple.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis de table : Fabio Rakotoarimanana brille à l’Open de Slovaquie

Le mois de novembre débute de la plus belle des manières pour le pongiste franco-malgache Fabio Rakotoarimanana. Engagés à l’Open cadet de Slovaquie dans la compétition par équipe en compagnie de Myshaal Sabhi pour le compte de la sélection A de la France, les deux joueurs se sont offerts le titre aux dépens de l’autre équipe française constituée de Hugo Deschamps et Ethan Claude.

Bien que victorieux de la compétition, Fabio Rakotoarimanana a dû son salut à la bonne performance de son binôme, Myshaal Sabhi. Ce dernier a réglé tour à tour ses comptes avec ses adversaires lors de la phase finale en simple comme c’était le cas où il a balayé successivement Hugo Deschamps (10-12, 11-3, 11-3, 7-11, 11-7) et Ethan Claude (11-8, 11-6, 9-11, 11-7).

Heureusement que Fabio a gardé toute sa qualité dans l’épreuve du double pour épauler son coéquipier dans la quête du sacre, à l’image de leur rencontre face au pair croate Lovro Zovko et Filip Borovnjak dans le carré d’as qu’ils ont dominé par 3 sets à zéro.

Naisa

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antsirabe II Dahalo roa matin’ny zandary, iray hafa naratra mafy

Nitrangana fanafihan-dahalo indray tao amin’ny kaominina Alakamisy-Ambano, distrikan’Antsirabe faharoa ny alin’ny zoma hifoha sabotsy lasa teo.

 Omby niisa 7 no lasan’ireo dahalo. Raha ny fantatra dia niisa 12 izy ireo no tonga nanafika tao an-toerana, izay nirongo fitaovam-piadiana toy ny basy. Toy ny mahazatra, poa-basy sy horakoraka no ataon’ireo dahalo raha vao tonga ka tsy misy sahy mivoaka ny fokonolona. Vao lasa ireo dahalo dia nampandre avy hatrany ny mpitandro ny filaminana miadidy iny faritra iny ny fokonolona ary vetivety dia tonga izy ireo. Natao ny lamina ary napetraka ny sakana isan-karazany tany amin’ny RN 34, tao Ampahatrimaha saingy tsy tratra ireo dahalo, hoy ny GPHC Damy Bevahiny, kaomandin’ny Brigady Andranomadio. Niroso tamin’ny fampitam-baovao tamin’ny mpitandro ny filaminana mety holalovan’ireo dahalo ny tao Antsirabe. Ny sabotsy maraina tokony ho tamin’ny 5 ora dia tratran’ny fokonolona sy ny zandary tao amin’ny kizo iray tao Vatolahy, kaominina Alakamisy-Marososona ireo dahalo. Hitan’izy ireo ny mpanaradia ka nanaovany vela-pandrika. Raikitra ny fifampitifirana teo amin’izy ireo sy ny zandary niaraka tamin’ny fokonolona. Tamin’io fotoana io no nahavoa ireo dahalo niisa 2, izay maty tsy tra-drano sy iray hafa naratra mafy saingy nentin’ireo namany nitsoaka. Tafaverina ireo omby 5 tamin’ireo 7. Mbola karohina ireo omby roa satria azo antoka fa tsy nahatondra omby intsony ireo dahalo nandositra. Nohamafisin’ny kaomandin’ny brigady Andranomadio fa ilaina ny fampandrenesana faran’izay haingana azy ireo raha misy trangan-javatra miseho mba ahafahana mandray fepetra tahaka ity niseho tany Alakamisy-Marososona ity hisian’ny vokatra toy izao.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sabotsin’Antongona – ImerintsiatosikaManao izay tiany ny andian-jiolahy mpangalatra moto

Manao antso avo amin’ireo manampahefana sy tompon’andraiki-panjakana ny mponina ao amin’ny fokontanin’i Sabotsin’Antongona – Imerintsiatosika fa mahatsiaro iharan’ny tsindry hazo lena.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fananan’asaNamoaka mpianatra teny Anglisy 200 mianadahy ny HAFARI

Tanora 200 mianadahy mpianatra teny Anglisy no indray navoakan’ny English Club hope FMOS sy ny fikambanana HAFARI Malagasy ny faran’ny herinandro teo teny Antanimena.

  Mitsinjara ho sokajy telo izy ireo tamin’ny fianarana norantoviny. Nisy ireo nianatra sy namolaka ny teny Anglisy ranofotsiny nandritra ny efa-bolana, nisy ireo niofana ho mpampianatra nandritra ny valo volana raha nisy ihany koa ireo nianatra ho mpandika teny maneran-tany izay nianatra nandritra ny 12 volana. Tsy nisy nandoa saram-pianarana izy ireo fa karazana latsak’emboka no narotsany isam-bolana. Ny fikambanana HAFARI Malagasy kosa no niantoka ny trano nianaran’izy ireo hatramin’izay, asa izay mbola hitohy hatrany hahafahana manampy ireo ankizy sy tanora Malagasy. Vao nivoaka ny fonja mantsy Rafanomezantsoa  Jean Nirina dia ny fanavaozana ny trano nianaran’ireo mpianatra teny anglisy ireo no tena nahamaika azy hahafahana miady amin’ny tsy fananan’asa. Tsy voatery hiandrasana volabe izany fa ny fananana fikirizana sy fitiavana dia efa ampy.  Tsiahivina fa efa nahatratra an’arivony ireo mpianatra navoakan’ity English  Club Hope FMOS ity.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trondro ao TsiazompaniryNihena hatrany amin’ny 50%

Ankehitriny dia 4 taonina isan-taona sisa ny trondro azo ao amin’ny reniranon’I Tsiazompaniry, faritr’Itasy, raha toa ka 11 taonina izany teo aloha.

 Raha ny vaovao voaray avy eo anivon’ny minisiteran’ny jono sy ireo mpisehatra eo amin’izay lafiny izay ao an-toerana dia ny fisian’ireo mpanjono tsy ara-dalana mampiasa fitaovana tsy manara-penitra ka manimba ny tontolo iainana an-dranomasin’ireo trondro no mahatonga io fihenana io. Isan’ny fitaovana fampiasan’ireo mpanjono tsy ara-dalàna ireo ny lay misy odimoka, hoy hatrany ny fanazavana. Nilaza moa ireo vovonan’ny fikambanan’ny mpanjono fa efa nisy ny fanaraha-maso natao tao Itasy saingy mbola manohy ireo fomba ratsiny hatrany ireo manao izany. Miangavy izy ireo, noho izany, mba hampiharina amin’ireo izay tratra ny sazy enjana. Ny zoma teo moa dia nandraraka trondro Tilapia tao Tsiazompaniry ny minisitera mba hamonjena ny toe-draharaha.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fandravana ny barazin’ny pestaNahazo fahafahana vonjy maika ireo 11 lahy tratra

“Aleo fohanana ity barazy ara-pahasalamana io raha tsy vonona hifanohana amin’ny fiarovana ny fahasalam-bahoaka ny samy mpiasam-panjakana”,

 izay no nambaran’ireo mpiasan’ny fahasalamana tafaresaka taminay, taorian’ny fahalalan’izy ireo fa nomen’ny fitsarana fahafahana vonjy maika avokoa ireo 11 voasambotry ny mpitandro ny filaminana, tamin’ny fandravana ny barazy vara-pahasalaman’ny pesta tao Antsarimasina ny 28 oktobra teo izay teto Toamasina mihintsy ny minisitry ny fahasalamana sy ny ekipan’ny OMS tamin’io fotoana io. Nandritra ity sakoroka nitranga ity anefa dia potika sy may avokoa ny fananam-bahoaka, voarahona ho faty ireo mpiasan’ny fahasalamana niasa nanao ny asany ara-dalana. Vokatra izay dia miteraka tahotra goavana ho an’ireo mpiasan’ny fahasalamana manao ny asany an-tsitra-po noho ny fiarovana ny fahasalamam-bahoaka ny zava-misy, ka mahatonga azy ireo mandrahona ny tsy hanao ity fizaham-pahasalamana amin’ny barazy ara-pahasalaman’ny pesta amin’ny lalam-pirenena ao Antsarimasina ity intsony, raha tsy voaantoka ara-dalana ny ain’izy ireo amin’ny fiaraha-miasa matotra amin’ny samy mpiasam-panjakana sy ny vahoaka tonga saina fa areti-mandoza ny pesta raha tsy ho voafehy. Nanomboka ny zoma tolakandro nivoahan’ity didim-pitsarana nanafaka azy 11 lahy ity dia tsy nanery ireo mpandeha amin’ny lalam-pirenena faha-02 manao ny fizaham-pahasalamana intsony ireo mpiasan’ny fahasalamana, fa ireo mazoto sy tonga saina ihany no nosahanin’izy ireo. Miandry izay ho fepetra ho raisin’ny minisiteran’ny fahasalamana mikasika izao raharaha eto Toamasina izao ireo mpiasan’ny fahasalamana sy ireo mpitandro ny filaminana ary ny vahoaka.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ahiahy amin’ny valin’ny TDRVoalevina ilay ramatoa vao voaporofo fa tena matin’ny Pesta

Hentitra ny minisitry ny fahasalamana nilaza fa ny dokotera eken’ny fanjakana ary manana ireo fitaovana manokana sy ny “Institut Pasteur” irery ihany no manamarina na tena voan’ny pesta na tsia ny olona iray.

 

Matetika miteraka savorovoro eny anivon’ny fiarahamonina anefa izy ity satria mampisalasala ny vokatr’ilay fitiliana, na ela loatra noho ilay izy mbola alefa eny amin’ny “insttut pasteur” Avaradoha, hany ka tsy mahandry fa efa mandevina ny maty ny fianakaviana, tahaka ity tranga iray tany Toamasina ity.Tranga iray lasa manome tahotra ho an’ireo mpiara-monina sy ireo nifanosiosy tamin’ny maty ny tranga niseho tao amin’ny loto 127 “carreau III” Analakininina hopitaly be Toamasina parcelle 12/21-22 ny 27 oktobra teo. Maty tao an-tranony ny ramatoa iray, izay narary sy nahitana soritr’aretina mampiahiahy hoe pesta saingy tsy nentin’ilay rangahy vadiny. Nanao ny fitliana haingana (TDR) ihany anefa  ny mpitsabo ny PPH sy ny BMH Toamasina ny 27 oktobra, nefa noho ny fisalasalana tamin’izy ireo dia tsy maintsy nalefa teo anivon’ny “Institut Pasteur” ilay fitiliana ny tamin’io 27 oktobra io ihany. Ny alatsinainy teo anefa tsy nahandry ny valin’ny fitiliana ny fianakavian’ny maty ka nandevina azy tao amin’ny fasam-bahiny  Toamasina. Ny alakamisy  nivaly ilay fitiliana avy amin’ny “Institut Pasteur” ary voamarina fa matin’ny pesta tokoa ilay ramatoa izay tsara marihana fa nitonda vohoka. Efa nomena ny fanafody sahaza azy avokoa ireo olona nifanerasera azy taminy rehetra, efa norarahana fanafody ihany koa ny tokantrano nisy azy sy ireo manodidina rehetra.Saingy ny mampiahiahy dia sao misy tranga hafa tahaka izao any ambadimbadika any ka hanamora hatrany ny fiparitahan’ny pesta.

 

Rakoutou

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Telma coupe de Madagascar 2017Cosfa sy Fosa Junior no hiatrika ny famaranana

Tontosa omaly alahady 5 novambra 2017 tany Fianarantsoa sy tany Mahajanga ireo lalao ankatoky ny famaranan’ny fifaninanana Telma Coupe de Madagascar 2017 ka nahazoana ny vokatra : Cosfa 3-2 As Adema ; Fosa Junior 2-0 Jet Mada.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afrobasket 3 x 3 tany TogoFaha-3 ny ekipam-pirenena Malagasy

Resin’i Côte d’Ivoire 21-16 teo amin’ny lalao 1/2-dalan’ny fifaninanana Afrobasket 3 x 3 notontosaina tany Lomé Togo omaly alahady 05 novambra ny ekipa Malagasy nisy an’i Claudio, Ricky,

Tia Tanindranaza0 partages

BAKOLINIAINA GRIFFINEHamoaka boky mikasika ny fiainam-pirenena

Taorian’ilay boky amboaran-tononkalo mitondra ny lohateny hoe : “hetahetako” izay efa hita eny amin’ny toeram-pivarotam-boky rehetra eto an-drenivohitra dia hamoaka boky hafa mirakitra ny fiainam-pirenena indray i Bakoliniaina Griffine, mpanao gazety ara-panatanjahantena eo anivon’ny televizionam-panjakana TVM.

Hiavaka tsy toy ny mahazatra io boky io satria dia hasiatsiaka sy hivantambatana ny tononkalo ao anatiny sady hiantefa amin’ny rehetra ihany koa manomboka amin’ny madinika ka hatramin’ny lehibe. Raha ny fomba fijerin’ity mpanoratra iray ity  manokana mantsy dia tsy misy zavatra mandeha amin’ny laoniny ny fiainana eto Madagasikara satria  manao izay tiany hatao ny mpitondra nefa ny vahoaka madinika tena mijaly. Kendrena hivoaka mialoha ny fifidianana amin’ny taona 2018 io boky io raha araka ny fanazavany hatrany mba hisy fiantraikany mivantana eo amin’ny fomba fijerin’ireo mpifaninana sy ny isam-batan’olona. Tanjon-dRtoa Bakoliniaina Griffine moa ny hahafahana manova ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny mihitsy hiadanan’ny ambanilanitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ara-tsosialyNahazo tohana avy amin’ny CNaPS ny faritra Androy

Toy ny faritra rehetra izay efa nolalovan’ny CNaPS sy ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana dia misedra olana ihany koa ny kaominina any amin’ny faritra androy.

Tia Tanindranaza0 partages

Gasy tia voninahitra.

Soatoavina ô, nankaiza Ianao,Sa nivadika lafy toa ilay palitao ?Ireo fahendren'ny ntaolo fahinyNodianao tsy hita, natakalo vahiny.

Ilay fifanajana tsy voatandro intsonyNy olon-drehetra miseho azy ho ambony.Ilay fanetren-tena toa fiteny sisaIreo manam-pahefana mila tsy ho voaisa.Midingina rambo vao misondrotra kely,Miavona ery nefa tsy zanak'anjely.Mieboebo aok'izany fa nahazo fiaraTsy novidiana vola anefa fa fiaram-panjakana.Tandremo ny fiainana r'ilay Jean KelyAnio mety tafa, rahampitso hanirery.Ny voninahitra mety mandalo ihany,Fa ny fihavanana hitoetra hatrany.

Ino Vaovao0 partages

FILOHA ZOKINY INDRINDRA : Nankalaza ny faha-81 taonany ny Amiraly Didier Ratsiraka

Nankalaza ny faha- 81 taona nahaterahany ny sabotsy 4 novambra lasa teo ny tenany. Raha tsiahivina dia anisan’ireo filoham-pirenena niavaka taty Afrika sy tamin’ireo firenena sosialista maneran-tany ny Amiraly. Nanana ny naha izy azy tanteraka teo amin’ny fitondrana ny firenena ny tenany ary izy no anisany angady nanana sy vy nahitana ireo sekoly ambaratongana fototra, CEG manerana ny Nosy ary ireo oniversite enina misandrahaka amin’ny faritany enina eto Madagasikara.

Sarotiny tamin’ny fiandrianam-pirenena ny filoha teo aloha Didier Ratsiraka, na izany aza anefa dia lesoka nananany ny didy jadona sy ireo ratra navelany teto amin’ny firenena ka nampitondra takaitra ny ankamaroan’ny Malagasy. Anisan’izany ny raharaha 10 aogositra 1991 izay nisiana rà nandriaka namoizana Malagasy maro, teo ihany koa ny raharaha tamin’ny 2002 izay mbola mijanona ho fery tsy hay sitranina mandrak’ankehitriny.

Taorian’io tsy re firy teto an-tanindrazana intsony ny filoha Didier Didier. Nandritra ny fifidianana filoham-pirenena tamin’ny taona 2013 no nody teto Madagasikara izy ary nikasa ny hilatsaka hofidiana indray kanefa noraràn’ny fitsarana avo momban’ny lalàm-panorenana. Rehefa izay dia tsy nandrotsaka olona hisolo ny toerany tao anatin’ny antoko Arema mihitsy ny filoha Didier Ratsika. Andrasan’ny maro ny hoe, iza no hisolo toerana ny Amiraly eo amin’ny tontolo politika amin’izao efa fahanterany izao, indrindra indrindra izay ho harotsany amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TRANGA HAFAHAFA : Lazain’ny mponin’i Betsiaka fa misy mikasa hamaky ny fasan’ny Pr Zafy Albert

“Nisy fiara tsy matahodalana roa tazana ny talata teo mihaodihaody tao amin’ny fasan-drazan’ny profesora Zafy Albert. Avy hatrany nisy niantso ny zandary. Tonga tao an-toerana afaka fotoana fohy ireto farany saingy tsy afaka nanao fanadihadiana mahakasika ny anton-dian’ireo olona tao anatin’ireto fiara ireto satria nitsoaka izy ireo.

Ireo zandary lasiteo tsy nisy fiara fa nitaingina môtô “scooter” ka tsy afa-nanaotra” hoy ny mponina ao Betsiaka. “ Araka ny fahitanay azy nikasa hamaky ny fasana ireo olona ireo. Tsy fantatray kosa ny antony” hoy hatrany ireto farany. Noamarinin’ny mpiara-dia akaiky ny profesora Zafy Albert iray izay tafaresaka taminay ny sabotsy teo izany toe-javatra izany. “ Marina izay rehetra voalazan’ny mponina ao Betsiaka izay ary tsy hiraviravy tanana izahay manoloana izany toe-javatra izany” hoy ny fanazavana nomeny hatrany.

TSY VAO SAMBANY

Na izany na tsy izany tsara ny manamarika fa tsy vao sambany nisy nikasa hamaky ny fasan-drazan’ny profesora Zafy Albert. Mbola velona ity farany efa nitsofoka tao ry zareo sinoa mpitrandraka volamena ao amin’ny kaominina Betsiaka izay miara-miasa amin’ny tompon’andraikitra iray akaiky ny fitondrana volana vitsivitsy lasa izay.

Misy inona marina ao amin’ny fasan-drazan’ny filoha teo aloha ity e e e ? Nambaran’ny solombavambahoaka teo aloha iray avy amin’ny tapany avaratry ny Nosy iny fa araka ny fantatra dia faritra misy volamena manodidina ny fasan-drazan’ny filoha teo aloha ity ka mety izay ny antony mahatonga ireo olona tsy matahotody mihaodihaody ao an-toerana. Asa aloha…..Fa mety misy antony hafa ihany koa. Ho hitan-tsika eo ihany ny tena marina.

A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

« Forum de la diaspora malagasy » - Des organisateurs et des participants satisfaits

Un bilan positif. La première édition du « Forum de la diaspora malagasy », qui s’est déroulée du 26 au 28 octobre derniers, au Village Voara Andohatapenaka, a satisfait autant les organisateurs que les participants. Effectivement, après le bilan qu’ils ont réalisé, les organisateurs ont constaté une bouffée d’enthousiasme que ce soit au niveau des expatriés ou encore de la population locale, vu que 170 membres de la diaspora malagasy issus des quatre coins du monde comme le Canada, la Chine, la Belgique, les Etats-Unis ou encore la Suisse et 141 représentants des acteurs locaux sont venus participer à cet évènement. Toutes les activités organisées ont fait office de pont entre la diaspora et sa patrie. 

Ce pont a donc permis de mieux comprendre les besoins respectifs de chacun et de veiller à la mise en place des dispositions nécessaires à prendre pour y aboutir, et tout cela dans le cadre du développement de la Grande île. Des panels-discussion se sont alors ouverts sur des thèmes variés touchant le pays comme l’éducation, l’entreprenariat, les opportunités d’investissement ou encore le développement du monde rural. Durant ces discussions, les membres de la diaspora ont pu faire l’état des lieux en se basant sur les diverses présentations des panélistes et prendre connaissance des différents projets innovants et prometteurs en quête de soutien.

Par conséquent, les échanges issus de ce forum ont permis le constat suivant : Madagascar regorge de nouvelles dispositions et expertises qui peuvent être exploitées et amplifiées afin de permettre une meilleure évolution au sein du pays. Les ressortissants ont donc revu les contributions qu’ils pourraient apporter et demandé à ce qu’on améliore les services offerts aux expatriés afin qu’ils puissent participer facilement aux activités économiques mais également sociales du pays et le cadre législatif dans la mesure où cela couvre les intérêts de la diaspora malagasy. Cet évènement a été une occasion pour la diaspora d’exprimer son souhait de participer au développement de Madagascar.

Propos recueillis par Rova R. 

La Vérité0 partages

Code de la discorde

En voilà un autre qui fâche. Décidément, ce régime ne se lasse pas de chercher la petite bête. Il excelle à enquiquiner les autres. Le Code électoral, car il s’agit exactement de ce cadre légal appelé à gérer les élections à venir dont l’élaboration crée des vagues et risque d’envenimer l’atmosphère politique du Pays. Déjà que l’on vit une ambiance électrique que nous y voilà en face une démarche qui gêne.

Les ténors du pouvoir, ayant constaté l’échec, du moins pour l’instant, de leur tentative de vouloir tripatouiller la Loi Fondamentale, ils n’en démordent point. Ils ont tenté d’autres issues. Mais, les acteurs sociaux et politiques de la nation ont émis, en bloc, une fin de non recevoir à la sinistre initiative. 

En fait, les caciques du HVM persistent à tailler un Code électoral sur mesure de nature à assurer la victoire. Tout ce qui représente un obstacle, dans ce Code, devrait s’effacer. La volonté d’altérer la vérité des urnes ne se cache plus. Les membres actifs de la société civile, sensibles aux questions qui touchent, en général, les élections dont le Sefafi et l’ensemble de la classe politique de l’opposition se préoccupent de la sincérité du vote l’année prochaine.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) émet de fortes réserves sur le projet de Code électoral que le Comité interministériel avait présenté à l’issue des travaux des techniciens à l’Hôtel Carlton. Le fait que cette Instance (CENI) a boudé la réunion en dit long. En réalité, le texte final soumis aux acteurs politiques et sociaux s’éloigne, très loin, des résultats des travaux diligentés par la Commission et qu’elle avait pris soin de consulter tout le monde, de près ou de loin, concerné par les scrutins à venir dans le pays. Plus particulièrement, les dirigeants de la CENI insistent sur la gestion directe du budget alloué aux élections. Une manière d’afficher leur détermination d’ « exiger » l’indépendance effective de la Commission. Une requête que l’Exécutif bottait en touche. Le Gouvernement, par le biais du Ministère des Finances et surtout celui de l’Intérieur voulait garder, contre vents et marées, la haute main sur la finance de la Commission. Une façon d’aviser à tous ceux qu’ils veulent en savoir que les tenants du régime demeurent les maitres incontestés des élections à Madagascar. Ils manipulent selon leur bon vouloir le choix du peuple et la CENI n’a qu’à se soumettre à leur volonté.

Les acteurs politiques n’entendent point rester les bras croisés. Ils exigent à ce que le Code électoral reflète les aspirations de tous les partenaires. Les partis politiques évoluant dans le camp de l’opposition font la pression aux dirigeants de l’Etat qu’on leur offre l’occasion et la possibilité de s’exprimer sur les tenants et aboutissants relatifs à ce nouveau Code électoral avant que celui-ci n’atterrisse au Parlement pour adoption.

Tellement, ce régime porte en lui la mauvaise réputation de «violer » sinon de dénaturer le contenu des travaux réalisés dans les divers ateliers en vu d’élaborer un texte ou un code quelconque qu’on n’éprouve plus, à son égard, la moindre confiance.

 A défaut de pouvoir porter certains aménagements à la Constitution, les maitres du régime se rabattent au code électoral, un gage non négligeable pour eux de remporter n’importe quel scrutin.  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

France - Une indopakistanaise de Madagascar jugée pour complicité de meurtre

10 ans plutôt, Housséni, un Indien résidant à Toamasina a trouvé la mort dans des circonstances encore floues. Hier, Hassina, la veuve de la victime a dû comparaître devant la Justice de l'Hexagone, et ce, à la demande des proches de nationalité française du défunt. La première est incriminée pour complicité d'homicide volontaire avec préméditation. Elle est soupçonnée d'avoir recruté et rémunéré deux hommes « non identifiés » pour assassiner son époux. Elle risque la réclusion criminelle à perpétuité, du moins selon l'information divulguée par un quotidien français. Entendue par les policiers, Hassina livre sa version des faits.

Elle a affirmé que, le soir des faits, son mari l'avait frappée et qu'elle avait appelé à la rescousse. Deux hommes seraient alors entrés dans la maison et auraient cogné sur son époux pour la défendre. Elle assure leur avoir donné quelques billets pour les remercier, puis se rétracte lors d'une audition ultérieure.

Le 10 avril 2007, c'est-à-dire dix-sept jours après avoir été inhumé selon les rites indiens de la congrégation de Toamasina,  le corps d'Housséni est sorti de terre à la demande de sa famille française.  Avant, donc, de le déterrer, sa famille a déposé une plainte contre X à Madagascar et en France pour assassinat. 

Lors du soir du drame, un médecin de garde qui s'est déplacé jusque chez le couple le soir du drame  a constaté qu'Housséni ne respire plus, que son visage est « cyanosé de couleur noire » et que des traces de sang sont encore visibles sur le nez et le menton du cadavre. « Au niveau de son cou, une trace noire, trace de strangulation, mais pas de blessure sur le corps ni sur la tête », écrit le médecin. Un extincteur repose à côté de la dépouille.  Rappelons toutefois qu'à l'époque,  la Justice malagasy a acquitté Hassina pour absence de preuves. Elle qui a décidé de vivre à côté de son nouveau compagnon à La Réunion, s'est défendu  de n'avoir rien vu sauf la découverte en pleine nuit du corps inerte de son mari dans le salon à son retour des toilettes le soir du drame. Après des versions changeantes, elle a finalement maintenu que son mari est mort d'une chute liée à une baisse de tension, elle-même en relation avec l'état d'ivresse. Quant au gardien, qui fut un temps soupçonné du meurtre, clame, quant à lui, son innocence et précise qu'Housséni et Hassina se disputaient presque chaque soir. Les altercations étaient parfois violentes.

Recueillis par F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – Le projet de motion de censure coince

L’initiative d’engager une motion de censure contre le gouvernement serait au point mort. Des députés affirment ne pas être au fait de la démarche.

Stand-by. La motion de censure contre le gouvernement, que concoctent certains députés, semble caler. La collecte de signatures lancée depuis un peu plus d’une semaine piétinerait.Les députés à la source de l’initiative connaîtraient des difficultés à atteindre le quota nécessaire pour intenter une fronde contre l’équi­pe de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre.La Constitution dispose que la motion de censure n’est recevable que si elle est signée par la moitié des membres de l’Assemblée nationale [et] elle n’est adoptée que si elle est votée par les deux tiers des députés.« La démarche, pour l’instant, est à notre niveau, les députés pro-pouvoir. Cela s’élar­gira incessamment aux autres groupes parlementaires. Le processus ne s’arrêtera plus. Elle se concrétisera avant la fin de cette session », affirme le député Nicolas Randria­nasolo, qui se présente comme le fer de lance de l’initiative.Questionné sur le sujet, en marge d’un événement, la semaine dernière, Jean Max Rakotomamonjy, président de la Chambre basse, affirme ne pas être au courant de l’existence d’une telle démarche. « L’Assemblée nationale est aussi, un terrain politique, il n’est pas à écarter que des députés y pensent. Je ne crois, cependant, pas que ce soit le cas car, le pays a besoin de stabilité (…) », a-t-il plaidé.Des élus réputés d’opposition et d’autres partisans du pouvoir, affirment ne pas être au courant d’une collecte de signatures pour une motion de censure. D’autres, concèdent avoir eu vent de l’information mais n’ont pas été contactés, jusqu’ici.

Défaillance« Il n’y a aucune initiative pour défaire le gouvernement à l’Assemblée. J’ai appelé d’autres députés, tous affirment ne pas être au courant d’une telle démarche », a affirmé le député Jean Adrien Vanovason, questeur à l’institution de Tsimbazaza. « J’en ai eu vent. Pour ce qu’il en est de la collecte de signa­tures, personne ne m’a contacté », a déclaré, quant à lui, le député Abel Zafimahatratra.Dans les rangs des critiques du pouvoir, la députée Marie Thérèse Volahaingo, affirme, elle aussi, ne pas avoir été contactée par ceux qui seraient à l’initiative de la fronde contre l’équipe gouvernementale. « Souvent, certains députés pro-pouvoir utilisent la menace de fronde contre le gouvernement comme argument pour obtenir des faveurs financières ou un règlement de compte. Ce qui est malheureux c’est que c’est l’image de tous les membres de l’institution qui est entachée », déplore-t-elle.Un membre du groupe parlementaire, réputé d’opposition, affirme, néanmoins, que si on nous contacte pour signer en faveur de la motion de censure, nous le ferons. Une adhésion des députés opposants, au pouvoir à l’initiative de soubresaut contre le team Mahafaly, atteindrait aisément le quota constitutionnellement requis. D’autant plus que, le député Randria­nasolo martèle : Ce sont nous les députés pro-pouvoir qui sommes à la base de cette initiative.L’élu de Betroka dément un éventuel règlement de compte, ou tout intérêt financier, derrière sa démarche. Outre le fait d’écarter des sphères dirigeantes, ceux qui soutiennent le pouvoir depuis le début, le député Randriana­solo et ses acolytes reprocheraient à l’Exécutif l’inef­- ficacité du gouvernement. L’élu pointe particulièrement du doigt le chef du gouvernement et les ministres.« La Constitution prévoit qu’il est le chef de l’administration. Suite aux multiples bévues des membres de l’administration, pourtant, c’est toujours le chef de l’État, qui subit les feux croisés de l’opinion. Le Premier ministre et son équipe eux, semblent toujours épargnés alors qu’ils sont défaillants sur plusieurs urgences et nuisent à l’image du pouvoir. Certains ministres ne semblent faire que de la figuration », fulmine-t-il.Le député Randrianasolo, est, toutefois, moins parlant au sujet du nombre de signatures collectées pour intenter la motion de censure contre le gouvernement. Aux dernières nouvelles, le compteur est bloqué à environ une quarantaine de signatures collectées.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Projet de loi de finances – Un budget de 40 milliards d’ariary pour la présidentielle

Confirmation. Le projet de loi de finances 2018, confirme les affirmations des tenants du pouvoir, selon lesquelles l’élection présidentielle se tiendra l’année prochaine. À la lecture de l’exposé des motifs du projet de loi de finances, l’Exécutif prévoit une enveloppe de 40 milliards d’ariary pour ce scrutin.« (…) le Gouvernement central continuera à assurer le renforcement de l’État de droit et de la démocratie. Il convient de rappeler que l’année 2018 sera marquée par la préparation et l’organisation de l’élection présidentielle. Ainsi, un montant de 40 milliards d’ariary sera alloué », indique l’exposé des motifs du projet de loi de finances.Cette somme correspond à celle déjà avancée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), lors des différentes interventions médiatiques concernant la contribution étatique nécessaire pour la présidentielle. « Ces 40 milliards d’ariary prévus dans le projet de loi de finances découlent des échanges entre la CENI et le ministère des Finances et du budget », explique une source auprès de l’entité électorale.Elle souligne, par ailleurs, que ce montant « sera uniquement alloué aux dépenses pour le processus de l’élection présidentielle ». Aux 40 milliards d’ariary projetés par l’Exécutif, s’ajouteront les 12 millions de dollars qui seront injectés par les partenaires internationaux dans le « basket found », du projet de Soutien au cycle électorale à Madagascar (SACEM).

Élections majeuresLa source auprès de la Commission électorale ajoute que l’évaluation du budget dépend du type de suffrage à préparer. « Si nous avons évalué que les préparatifs de la présidentielle nécessitent 40 milliards d’ariary de la part de l’État, d’autres scrutins comme le référendum pourraient ne pas nécessiter autant », indique-t-elle.En parcourant le projet de loi de finances, une question titille les esprits. N’y aurait-il alors, pas d’autres scrutins que la présidentielle, prévue pour l’année 2018 ? Les tenants du pouvoir martèlent, depuis quelques semaines, leur intention « de débattre », sur l’opportunité de reviser les dispositions constitutionnelles relatives aux élections.À demi-mot des responsables étatiques concèdent que « les débats », sur la révision de la Loi fondamentale conduiront indubitablement à un référendum afin de ne pas sortir du cadre constitutionnel et démocratique. L’élection présidentielle est, pourtant, le suffrage à organiser en 2018, précisé dans le projet de loi de finances. À part le paragraphe de l’exposé des motifs où la somme de 40 milliards d’ariary pour la présidentielle est indiqué, le texte utilise, pourtant, le pluriel lorsqu’il évoque « les élections ».Il y est dit, par exemple que « l’année 2018, sera celle des élections majeures. Les moyens nécessaires devront être déployés pour que ces dernières soient libres, équitables et transparentes. Des lignes budgétaires seront alors dédiées au financement de ces scrutins, gages du bon déroulement du processus démocratique ». Le document parle aussi, de « préparation des élections nationales ».Le projet de loi de finances avance, également, que « 20,4% des financements internes pour assurer le bon déroulement des élections en 2018 ». Une source auprès du ministère des Finances tente d’arrondir les angles en soutenant que « le budget prévu pour les élections est réuni dans un package. Les 40 milliards d’ariary seront, cependant, alloués à la présidentielle ». La présidentielle pourrait servir d’épilogue aux « processus démocratiques », qui pourraient se tenir en 2018.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Mananjary – Deux casseurs de caveaux assassinés 

Pris en possession de trois sacs tissés,  pleins à ras bord d’ossements humains, deux individus ont été tabassés à mort. 

Une onde de choc s’est abattue sur Sahandroy Mananjary. Pris en possession d’ossements humains, deux individus ont été lynchés à mort jeudi après-midi.L’étau s’est resserré autour des deux individus battus  à mort lorsque le comité local de sécurité du village de Sahanavaka, ainsi que les notables ont été mis au parfum que le duo cherchait des preneurs d’ossements humains.Pour les prendre dans leurs filets, deux membres du comité de vigilance se sont fait passer pour des acheteurs potentiels. Le rendez-vous pour la transaction a été alors fixé dans la nuit de mercredi à jeudi à 2 heures du matin. N’ayant pas flairé le piège, les deux suspects y ont répondu présents. Ils sont venus avec trois sacs de polyéthylène tissé,  pleins d’os longs à craquer.Les  deux membres du comité local de sécurité qui se sont fait passer pour des clients ont annoncé la couleur sitôt la marchandise prohibée présentée. En un éclair, d’autres villageois sont venus  à la rescousse pour se saisir des deux présumés pilleurs de sépulture.

EnquêteD’emblée, ces derniers ont été amenés au chef lieu de commune de Sahandroy, situé à environ 80 km du chef-lieu de district de Mananjary.Alors que les deux individus ont été traduits devant le conseil des sages, jeudi après-midi, pour répondre de leur acte, des habitants d’une localité, située dans une zone tampon avec Manakara et dont le caveau familial a été pillé il y a un mois, ont débarqué.Venus avec une vingtaine de paires de bras, ces villageois en furie se sont déchainés jusqu’à ce que mort s’ensuive  sur les deux jeunes hommes, démasqués en pleine transaction.Ils ont quitté les lieux, mine de rien, après en avoir fini avec les deux individus, pour refaire la longue marche jusqu’à leur village à Manakara. Les deux suspects battus à mort sont des environs. Après le double meurtre, leurs familles respectives sont venues récupérer leurs dépouilles pour les funérailles.La compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mananjary n’a été alertée que dans la soirée, vers 20 heures. Les corps maculés de sang des défunts  attendaient les gendarmes lorsqu’ils sont intervenus.«Il ne s’agit pas d’acte de vindicte populaire. On a affaire à des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort, dont les auteurs sont connus. L’enquête est en cours», lance le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mananjary.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Vahömbey  séduit  son public au NCB 

Le ton de la soirée a été donné par les deux morceaux de musique instrumentale en guise d’ouverture de scène. Ces prouesses de Milanto, un des guitaristes qui ont accompagné Vahömbey durant le cabaret de ce dernier, au No Comment Bar à Isoraka,  jeudi soir, ont capté d’emblée l’assistance. Puis, le patriarche a fait son apparition avec son style vestimentaire venu du « Far west». Vahömbey en cow-boy, domine la salle avec sa voix en interprétant « Asara » avec charisme. Se sont ensuite enchaînés ses divers morceaux plus connus du public qui a baigné dans une ambiance euphorique.Ranto à la guitare, Le Rêv’Errant au chant, tout le groupe sur  scène donne le meilleur de lui-même pour parfaire son répertoire composé d’une bonne vingtaine de titres portant plutôt sur l’amour. Le public a même eu droit à de brillantes reprises de « Oh Darling » des Beatles, de « Feilds of gold » de Sting, de la version en malgache de « Baby, can i hold you tonight » de Tracy Chapman, et de « Tena tia anao » de Doc Holiday.Vahömbey a gardé la bonne surprise pour la fin en jouant sa nouvelle composition intitulée « Fo Volamena », autrement dit un cœur en or. Toute l’assistance a été conquise par ce show d’un Vahömbey néoromantique, et qui a duré tard dans la nuit. « C’était un fabuleux voyage cathartique», d’après la constatation d’un spectateur dans l’assistance. Vahömbey a affiché sa satisfaction en qualifiant son public de « Public en or », et il a été agréablement content de la qualité de l’organisation, selon ses propos. « J’ai pu me focaliser sur mon rôle, toute l’équipe a fait leur boulot comme il faut», a-t-il précisé. Ces derniers temps, Vahömbey s’est fait rare sur scène. Ceux qui ont fait le déplacement jeudi dernier ont pu se réjouir d’une soirée extraordinaire.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Ankatso II – Destruction du marché pour une rénovation

Une soixantaine de pavillons en bois situés près de la clôture de l’Université d’Antananarivo a dégagé leur lieu d’activité, samedi matin. Chaque marchand a défait calmement sa baraque. D’après Maharitra Rafidison, représentant des marchands d’Ankatso II et coordinateur issu des travaux, cette opération est prévue se passer  samedi, et il n’y a eu aucun problème car les marchands étaient déjà mis au courant. « Un accord a déjà été conclu entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), l’Université d’Antananarivo et ces marchands. Nous avons les documents qui attestent cette action. Il est prévu que tous les marchands installés à proximité de la clôture de l’université, dégagent de ce lieu pour construire des pavillons en brique. L’université nous a également cédé ce lieu pour exercer notre activité », explique-t-il.  Randriana, habitant d’Ankatso II affirme que les responsables auprès de l’université d’Antana­narivo voudrait que ce marché soit rénové, uniforme et de couleur uni.

M.A.

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimanambola – Deux ouvriers tués  sous les gravats

Mort dramatique de deux ouvriers à Ambohi­manam­bola. Piégés sous les gravats après un éboulement, les victimes, âgées d’une trentaine d’années n’ont pas survécu. Le drame est survenu samedi matin, pendant que les défunts effectuaient des travaux de terrassement sur un terrain. Ils travaillaient en contrebas d’un mur de terre qui les surplombait lorsqu’une partie s’est détachée pour s’abattre sur eux.Faute de matériel sophistiqué, les extirper des décombres n’a pas été tâche aisée. L’un des ouvriers avait déjà rendu l’âme lorsqu’il a été dégagé. Agonisant, le compagnon d’infortune de celui-ci a été d’emblée évacué à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), mais il agonisait lorsqu’il a été reçu au service des urgences. Une autopsie a été pratiquée sur la dépouille samedi après-midi. Aucune blessure apparente n’a été relevée sur la dépouille.De source hospitalière, l’amas de terre qui s’est effondré sur lui a apparemment porté un coup fatal. Il serait néanmoins possible qu’il ait été mort asphyxié après s’être retrouvé enseveli sous les décombres. La brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohiman­gakely est saisie de l’affaire.Les dépouilles ont été remises aux familles après constat.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo WTF – Rivo Rakotobe reconnu à la tête de la fédération

Le président par intérim reconnu. Les dirigeants du comité olympique malgache (COM) en présence des représentants du ministère de la jeunesse et des sports, ont annoncé officiellement, lors de l’assemblée générale extraordinaire du COM du 27 octobre, la reconnaissance du vice-président de la fédération malgache de taekwondo Rivo Joachin Rakotobe par le MJS, le COM et la fédération internationale. «Nous avons déjà reçu le certificat de conformité, et l’attestation de fonction pour la semaine prochaine (cette semaine) », a souligné Rivo Rakotobe. Le nouveau patron de cette fédération a été nommé officiellement par le président élu, Andry Ramantsialonina en date du 3 octobre dernier.« En vertu de l’article 10 des statuts en vigueur par la fédération malgache de taekwondo me confèrent les prérogatives du président Mr Rakotobe Joachin Rivo en tant que vice président de la FMTkd et lui confère jusqu’à mon retour sur le territoire malgache de diriger des activités de la FMTkd. Cette décision a été prise suite aux agissements anti olympiques du secrétaire général actuel Rasamison Amel que je démets de ses fonctions », tel était le contenu de la lettre de nomination du président en exercice, qui est d’après le nouveau nommé, en stage à l’académie olympique en Grèce jusqu’en janvier 2018. Après sa reconnaissance, le président par intérim sort de son silence à l’assemblée générale extraordinaire puis élective organisées par le SG de la fédération en septembre.

Légalité« L’article 10 de nos statuts est clair : le président aura comme prérogative la nomination et révocation des membres du comité exécutif et comité directeur qui accompagne dans l’exécution de ses taches d’administration de la FMTkd…», a-t-il argumenté. Rivo a ensuite ajouté qu’« en cas de dissolution de la fédération, une délégation spéciale est mise en place à titre transitoire, par le Comité olympique malgache en vue de la mise en place d’une nouvelle structure selon l’article 35 ». L’équipe de la fédération poursuivra ses activités en organisant, les 2 et 3 décembre prochains, le championnat de Madagascar de kyrugi (combat). « On a déjà avisé verbalement les neuf ligues existantes et les lettres d’invitation officielles seront envoyées à partir de mardi prochain », a annoncé l’ancien directeur technique national. Un examen de passage de grade pour 1er dan et plus est prévu la veille du championnat. La première journée du 2 décembre sera réservée aux pupilles, poussins, benjamins et minimes, et le dimanche 3 décembre pour les cadets, juniors et seniors, hommes et dames.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

East Coast Drag Racing – Roadshow et run  sur 400 m à Toamasina

La ville de Toamasina s’apprête à accueillir un événement grandiose pour le weekend du samedi 18 et du dimanche 19 novembre. La capitale de l’Atsinanana sera l’hôte de la sixième et avant-dernière manche du cham­pionnat de Madagascar de run voitures sur 400 mètres.Initialement, cette course, dénommée East Coast Drag Racing, devait se tenir le dimanche 29 octobre. Mais elle a été repoussée en raison de l’épidémie de peste pulmonaire.Plusieurs améliorations sont prévues au niveau organisationnel, pour cette deuxième édition. « Pour des raisons de sécurité, la piste de Betainomby sera élargie. Et aussi, les abords du tracé seront délimités par des fils barbelés, afin de mieux gérer le public. Une estrade spéciale VIP sera également installée sur place, avec un tarif d’accès de 20 000 ariary », a précisé un membre du club organisateur, Runmada, lors de la réunion d’information de samedi soir, au skatepark Antanimena.La course se tiendra dans la journée du dimanche. Cependant, Runmada prévoit de donner un petit avant-goût au public local, juste avant. Le samedi, les coureurs effectueront un roadshow à travers les rues de Toamasina, histoire de donner un petit aperçu des superbes machines que les spectateurs verront le lendemain.Comme cité précédemment, l’East Coast Drag Racing a été repoussé de trois semaines, en raison de l’épidémie de peste pulmonaire. Sachant que celle-ci n’est pas encore entièrement maîtrisée, même si l’on a remarqué une certaine accalmie ces derniers jours, les organisateurs prendront les dispositions spéciales. « Nous contrôlerons la température de chaque spectateur à l’entrée. Ces derniers se laveront aussi les mains avec du désinfectant par la suite », a-t-on rajouté auprès de Runmada.

Haja Lucas Rakotondrazaka 

L'express de Madagascar0 partages

Football – Telma Coupe – Nonot envoie Cosfa en finale

Grâce à un triplé de Nonot, Cosfa a disposé de l’AS Adema, hier, en demi-finales de la coupe nationale. Dans l’autre match du dernier carré, Fosa Juniors a battu le RTS Jet Mada.

Coup du chapeau. Cosfa a remporté la demi-finale de Telma Coupe 100% Analamanga face à l’AS Adema, hier à Fianarantsoa. Les militaires se sont imposés sur le score de trois buts à deux. Ils ont pu compter sur un Nonot en feu. L’ancien attaquant de la CNaPS Sports Itasy a réalisé un hat trick de grande classe, forçant le respect du public du stade Moderne d’Ampasambazaha. Un public content et satisfait du festival de buts que les deux équipes lui ont offert.Nonot a inscrit sa première réalisation à peine le quart d’heure de jeu bouclé (14è). Par la suite, il a fait basculer la rencontre en seconde période, une dizaine de minutes après le retour des vestiaires. En marquant deux buts en l’espace de seulement dix minutes, soit à la 54è puis à la 64è, il a offert le ticket pour la finale à son club. Certes, l’AS Adema a réduit l’écart, mais ce fut anecdotique, puisqu’il n’y eut aucun impact sur le résultat final. Bien évidemment, il ne fallait pas chercher bien loin pour trouver l’homme du match, avec ce triplé retentissant.Du côté de Mahajanga, Fosa Juniors est resté maître sur ses terres.

Finale inéditeLe champion du Boeny accueillait à l’occasion de ces demi-finales le RTS Jet Mada Itasy, au stade Alexandre Rabemananjara, avec comme objectif d’effacer l’élimination dans le dernier carré de l’an passé. Et il a accompli sa mission, avec un succès de deux buts à zéro. Un succès qui a mis du temps à se concrétiser, cependant. L’ouverture du score n’est survenue qu’à la 69ème minute, grâce à Jean Yves. Une fois le verrou sauté, Dax a rajouté le but du break quelques instants plus tard, à la 71è minute, pour parachever la victoire du Fosa Juniors.On aura donc une finale inédite cette année. Pas de CNaPS Sports ni d’Elgeco Plus et encore moins d’AS Adema, les habitués de ces cinq dernières années. L’affiche mettra aux prises Cosfa au Fosa Juniors. Les militaires auront l’avantage de jouer sur leurs bases, puisque la finale est prévue à Antananarivo, le dimanche 26 novembre, sauf changement de dernière minute.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mode – Collections pour femmes de « Me’Chic’Gasy » bientôt

Dans son nouveau clip « Overdose », Shyn porte quelques modèles de Me’Chic’Gasy. En seulement quelques mois, les modèles produits par Benjamina Maharavo Andrianaivo Ramilison, le « Brander » de la nouvelle marque Me’Chic’Gasy, font un ma-lheur auprès des hommes. À la fois robustes, originaux et élégants, leurs modèles font sortir le côté « Gentleman» qui sommeille chez les sexes forts, avec une touche « Made in Madagascar » reconnaissable de suite. La soie malgache qui orne chaque modèle personnalise la marque. « Je ne me considère pas comme un styliste. Je suis plutôt un brander, ce qui veut dire que j’impose ma marque. Je suis arrivé dans ce domaine par accident. J’ai créé des chaussures assorties à mon costard que j’ai porté à l’occasion d’une soirée huppée. Les gens ont tous flashés dessus. L’idée de développer des produits similaires m’est venue à partir de là, tout en respectant la qualité et les petits détails qui font la différence. J’ai fondé la marque Me’Chic’Gasy en 2015. Jusqu’à mon dernier défilé en avril de cette année, je me suis toujours adressé aux hommes. Pour mes prochaines collections intitulées Kambana, les femmes trouveront aussi leur bonheur », a résumé Benjamina pour son parcours sans faute dans le monde de la mode à Madagascar. Il rêve d’habiller le rappeur américain Jay-Z un jour.

Été 2018 Me’Chic’Gasy présentera ses collections été 2018, au restaurant L’Oriental à Ivandry, le samedi 18 novembre à 11 heures avec quatre autres marques, à savoir le prêt-à-porter local Sariaka’Rah, la marque de lingerie Petites Coquetteries de Vanessa, la marque O’Glam et aussi Cléa Tendances de Paris. « Ces marques ont chacune leur particularité et pourront séduire la clientèle tananarivienne avec leurs nouvelles collections. Le Vita Malagasy sera mis en valeur. MyAndri de Pazzapa animera ce Summer Fashion Show auquel une vingtaine de mannequins de Glamourous Agency et ceux de Adev’s Agency sublimeront les modèles de nos cinq griffes », a précisé Narindra Razafinimaro de Glamourous Agency, co-organisatrice de Summer Fashion Show avec Aina Ramarou de Adev’s Agency. Leur objectif consiste à produire le même événement aux rythmes des saisons. Et pour la prochaine édition destinée à l’hiver, tous les autres stylistes seront les bienvenus, selon leur explication. À ce rythme là, les accros de la mode seront bien servis.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Le Clan des Siciliens ? Pardon, le Clan des policiens iliens…

Qu’est-ce qu’une organisation criminelle, me demandé-je souvent? Il fallait que je trouve une bonne réponse à la question. C’est, d’abord et avant tout, une association de personnes, n’est-ce pas? Cette association est ouvertement séduisante et secrètement malfaisante dans son mode de fonctionnement. Les membres de l’association se soutiennent dans leurs intérêts douteux par toutes sortes de machinations socialement nocives pour s’assurer le pouvoir d’agir en toute impunité. Mais, il s’agit d’un grand mais pour le cas de figure, l’association se donne beaucoup de mal pour être bien vue par l’opinion publique. Surtout que nous sommes en 2017, comme dirait l’autre. Ainsi, il n’est pas rare de voir une telle association donner l’impression de donner généreusement dans la société et faire des gestes qui, à première vue, peut nous sembler bénéfiques à la société dans son sens large. Une telle association ferait tout pour que nous ne nous attardions que sur son aspect séduisant.À bien y penser, quelle est la différence entre une telle association et les régimes qui dirigent certains pays? Pour ne pas tourner autour du pot et aller droit au but, quelle est la différence entre une telle association et l’organisation de la direction politique à Madagascar? La ligne de différenciation est, en tout cas, très mince pour ne pas dire inexistante. Je vous le jure, j’aimerai bien me tromper… Je le dis souvent, si je me trompe, je ne fais du mal qu’à ma petite famille. Si les dirigeants d’un pays se trompent, ils font du mal à tellement de personnes…Mon propos aujourd’hui n’est pas de dire que Madagascar est une exception d’une manière ou d’une autre. Car, heureusement ou malheureusement, Madagascar n’est pas du tout une exception quand bien même le pays est exceptionnellement riche. Nous avons tendance à l’oublier. Cette Grande Ile de nos ancêtres aux origines multiples mais qui ont réussi, à leurs manières, à faire valoir l’unicité du pays et à transformer en réalité l’unicité de sa population. Serons-nous les derniers à nous en rendre compte? Il ne restait plus et il reste encore au pays à transformer les richesses exceptionnelles en «biens» caritatifs et en «êtres» harmonieux pour ses habitants. Cela peut être aussi simple que cela. Mais, si cela peut être aussi simple, n’y aurait-il pas longtemps que cela aurait été fait depuis le temps que tout le monde en parle?Est-ce parce que les gens de Madagascar ont le tour d’accepter ce qui n’est pas acceptable? Non! Il y a encore heureusement des personnes de bonne volonté au pays. J’en suis convaincu. C’est la seule raison qui me fait encore prendre mon clavier dans le cas de Madagascar. Mais, malheureusement, il y a aussi les tenants du pouvoir qui, la plupart du temps, s’organisent dans une association pas très loin de celle å laquelle je fais référence au début. Pas seulement ceux et celles qui sont encore au pouvoir, mais également ceux et celles qui s’y sont succédés depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. N’oublions pas ceux et celles qui voudraient être Calife à la place du Calife. L’idée n’est pas pour moi de dire que Madagascar est aussi pire qu’un autre pays même le pays où je vis depuis plus de 30 ans maintenant. Pas du tout! Tout ce que j’essaie de dire, c’est que lorsqu’on ne se pose plus les bonnes questions, on finit par trouver les mauvaises réponses. Et ce n’est pas parce que ce n’est pas illégale que c’est pour autant acceptable et surtout, légitime.Dites-le moi, est-ce normal qu’une personne qui occupe un fauteuil ministériel dans le gouvernement puisse être en même temps celle qui dirige le parti au pouvoir? Est-ce normal, dites-le moi? Bien sûr, cela n’a peut-être pas un aspect illégal car aucune loi ne l’nterdit certainement pas à ce que je sache. Mais, est-ce normal cette situation dans un pays dont les dirigeants ne cessent de claironner travailler pour le bien de la Nation ? Est-ce normal que le passage d’une telle personne à la tête de deux ministères de la République ne fasse l’objet d’aucun «audit» financier et comptable en bonne et due forme. Un «audit» indépendant dans la forme et dans le fond, il va sans dire et non une mascarade comme on en voit si souvent à Madagascar… Ne serait-ce que pour s’assurer qu’aucun amalgame fâcheux pour le Trésor de la République n’ait été commis entre les comptes des ministères en question et ceux du parti au pouvoir? Et ce n’est surtout pas parce que la confiance ne règne pas, mais uniquement par principe de bonne gouvernance et de redevabilité qu’on entend souvent de la bouche de ceux et celles qui gouvernent le pays Madagascar. À défaut d’un tel exercice de bonne gouvernance et de redevabilité, pour ne parler que de ces deux principes fondamentaux,/comment peut-on faire confiance aux détenteurs des pouvoirs conférés par la République? Et ce n’est pas parce que cela ait pu être le cas dans les Républiques précédentes que cela doit être toléré actuellement…Ce n’est qu’un exemple de ce qui ne tourne pas rond au pays de nos ancêtres. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Un fait flagrant qui renforce au détriment de la crédibilité du pays, il va sans dire, cette sensation intolérable au niveau des citoyens dont je fais partie que ceux et celles qui dirigent le pays appartiennent beaucoup plus à l’association dont j’ai parlé au début que les institutions d’une République. Et, n’en déplaise à qui que ce soit, il fallait que je le dise : Ce n’est pas du tout normal. C’est même, pour moi, un devoir citoyen de le dire. Je voudrais encore pouvoir regarder mes petits-enfants droit dans les yeux en plus de pouvoir me regarder dans la glace chaque matin que le bon Dieu fait.Et voilà, c’est dit. Advienne que pourra!Sans rancune !

Par Jean Razafindambo

 

L'express de Madagascar0 partages

De quel nationalisme veut-on parler ?

Face à la domination coloniale, les avis sont partagés, surtout parmi les politiques qui se disent nationalistes. À partir d’une étude sur le journal Ny Fandrosoam-baovao, Lucile Rabearimanana lève un pan sur l’histoire politique malgache entre 1931 et 1959 (Revue d’études historiques Omaly sy Anio, N°9 et N°11, 1979 et 1980).En général, écrit l’historienne, les nationalistes soutiennent que tous les Malgaches, et plus particulièrement ceux des régions côtières, souffrent d’une domination coloniale et que tous aspirent à l’indépendance (lire précédentes Notes). Pour soutenir son opinion, Ny Fandrosoam-baovao  de Gabriel Razafin­tsalama insiste sur « l’existence d’une nation malgache basée sur l’héritage d’une langue, d’une littérature, de souffrances et de gloire… » C’est en tout cas la conviction du PDM, comme du pasteur Ravelojaona pour qui « la nation malgache est une réalité incontestable ». Et pour la sauvegarder malgré la domination coloniale, « il faut en particulier défendre sa langue ».Lucile Rabearimanana précise que, dans les premiers temps de la colonisation, les nationalistes trouvent dans la langue, la littérature et la culture malgaches « le moyen d’exprimer leur amour pour la patrie ». Et la langue malgache est d’autant plus à préserver qu’elle est remplacée par le français dans l’enseignement, surtout du second degré.Ny Fandrosoam-baovao spécifie cependant que réclamer l’indépendance ne signifie guère expulser les Français, encore moins abandonner la civilisation française. Le journal ne cesse d’ailleurs de témoigner son attachement à la France. Et « nous nous demandons s’il s’agit d’un opportunisme ou d’une véritable conviction ». Cette question de l’historienne s’explique par le fait que, par crainte de la censure, l’organe de presse fait toujours preuve de modération dans ses prises de position. « Mais plus que cela, cet attachement à la France devait être réel car le journal est le porte-parole de couches sociales tananariviennes qui, en fin de compte, ont bénéficié de la colonisation française. »L’historienne indique que c’est ce milieu de la bourgeoisie de la capitale qui fournit la majeure partie des cadres autochtones del’administration coloniale. Dès le XIXe siècle, elle reçoit une éducation et une formation intellectuelle à l’occidental, grâce aux missions protestantes anglaises. Du reste, la politique coloniale de l’enseignement « n’a fait que confirmer cette avance acquise par les habitants d’Antananarivo dans la mesure où, jusqu’après la seconde Guerre mondiale, les seuls lycées du pays se trouvent dans la capitale ».C’est également dans la ville des Mille que s’ouvre un embryon d’université. Et on ne peut occulter le fait que la région d’Antanana­rivo est favorisée sur le plan des infrastructures non seulement scolaires, mais aussi économiques et sociales en général, comme les infrastructures sanitaires, voies de communication…En outre, les fonctionnaires merina- « privilégiés de la société malgache dont le niveau de vie et le mode de vie diffèrent sensiblement de ceux de la majeure partie des Malgaches »- ne peuvent qu’être attachés à un pays, à une civilisation qui les favorise. Car, met en exergue l’historienne, les membres des couches sociales aisées de la capitale ont adopté cette civilisation française dans leurs croyances religieuses, leurs coutumes, leur mode de vie, leur culture et même leur idéologie.De plus, ils bénéficient de la présence française du régime colonial dans un autre domaine. « Ils constituent des auxiliaires de la colonisation non seulement en se faisant fonctionnaires, mais encore en tant que planteurs, collecteurs et commerçants.» Disséminés dans tout le pays, ils sont intégrés dans le circuit de traite, collectant les produits d’exportation destinés aux grandes compagnies de commerce et vendant au détail les denrées de première nécessité pour les populations locales. Enfin, les rares Malgaches qui peuvent participer à la direction des affaires politiques du pays, se recrutent parmi cette bourgeoisie tananarivienne. «  Mais cet attachement à la France exclut-il l’aspiration à l’indépendance ? »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Fusillade à Itaosy

Une escouade d’individus armés s’est heurtée de  plein fouet aux forces de gendarmerie à Itaosy dans la nuit de vendredi à samedi. Un membre de la bande a été abattu de deux balles. La dépouille de l’individu tombé sous les balles des gendarmes est arrivée à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha à des heures tardives de la nuit vers minuit. La famille du défunt n’a pas encore récupéré le corps.

L'express de Madagascar0 partages

Inauguration d’une centrale à fuel

Le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) bénéficiera d’une nouvelle puissance supplémentaire. La nouvelle centrale thermique d’Aksaf Power, à Ambohimanambola, sera inaugurée demain par le Président Hery Rajaonarimampianina. Les onze  unités de produc­tion dotées d’une capacité de six mégawatt chacune vont renforcer le RIA. Les travaux ont touché à leur fin après les explosions du tank à fuel au mois d’août et le « first smoking » ou le premier démarrage au mois de juin.

L'express de Madagascar0 partages

La dépouille mortelle de Rudi Rehava prend finalement la route

Après la grande veillée mortuaire de Rudi Rehava au Tranompokon’olona Analakely tout au long du vendredi, sa dépouille mortelle a quitté très tôt   samedi matin les lieux pour rejoindre l’aéroport d’Ivato afin qu’elle puisse être rapatriée dans la ville de Toliara en vue d’une autre veillée au gymnase couvert Tsianengea. Suite à un malentendu, une fois arrivée à l’aéroport, la dépouille mortelle de Rudi Rehava s’est vu être interdite de vol au final. Et ce, malgré des autorisations acquises par la famille auprès des autorités compétentes en amont de ce rapatriement. Un malentendu entre les responsables de l’aéroport et la famille, notamment au niveau des paperasses, selon les témoins sur place. Un chamboulement qui a attristé les proches du défunt artiste qui n’ont pas tardé à scander leur désarroi face à cette situation, appelant, entre autres, le ministre de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine, Jean Jacques Rabenirina, à faire un geste. Afin d’éviter le retard, la famille a décidé de poursuivre cette dernière épopée de Rudi Rehava par la route.

L'express de Madagascar0 partages

Motocross-France – Tsiresy Rakotomanga chez Sherco

Une nouvelle aventure attend Tsiresy Rakotomanga, pour l’année prochaine. Il évoluera avec l’équipe Sherco. Samedi dernier, en France, il participait à la sélection finale de la Sherco Academy en vue de la saison 2018.Au programme, un survol du dossier de chaque pilote, puis des tests mécanique et physique, ainsi qu’un entretien. En ce qui concerne le pilotage, les épreuves étaient divisées en deux. D’un côté, une course d’enduro sur circuit.Et de l’autre, une course sur terrain naturel du genre hard enduro. « Le niveau était très relevé, avec notamment la présence de champions d’Europe et de France », a réagi Tsiresy en fin de journée.Certes, le jeune pilote, qui a eu dix-neuf ans hier, n’a pas réussi à intégrer le top 5, synonyme de prise en charge intégrale par l’équipe Sherco, mais la firme française réserve également un traitement de faveur aux coureurs présentant de bons potentiels. Et il en fait partie. Ainsi donc, il bénéficiera d’une remise de 50% sur sa moto et aura également une place dans le paddock officiel. « Il disputera quelques manches du cham­pionnat de France l’année prochaine. Il doit aussi se concentrer sur ses études », a, pour sa part, précisé son père Freddy Rakotomanga.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trois dahalo abattus

En remontant les traces de soixante bœufs volés, des villageois se sont mesurés à dix dahalo armés de fusils de chasse à Angilobe Maintirano jeudi après-midi. Trois des dahalo ont trouvé la mort et un fusil à pompe à cinq coups saisi.

L'express de Madagascar0 partages

Accident sur la RN7

Lancé à vive allure, une Peugeot 206 a happé un  piéton sur la RN 7 à la hauteur d’Andoha­ranofotsy vendredi soir vers 20 heures. Grièvement blessé, le piéton est hospitalisé.

Midi Madagasikara0 partages

Miandrivazo : Un lieutenant de l’Armée sauvagement assassiné en pleine rue

Vendredi 3 novembre, un lieutenant de l’Armée a été sauvagement assassiné dans le quartier de Miandrivazo II. Vers 4 heures du matin, des passants ont découvert le corps meurtri sans vie d’un militaire qui gisait sur le sol avec des graves blessures sur la tête qui ont sans nul doute entraîné sa mort. Selon les informations sur place, ce militaire aurait été poursuivi par des agresseurs et aurait l’intention de demander secours auprès de la gendarmerie, mais hélas, les choses n’ont pas été en sa faveur. Lieutenant de l’Armée et appelé Marcel, il aurait été en mission dans la localité de Miandrivazo, comme l’attestent les papiers trouvés en sa possession. Il a été découvert également, près du cadavre un PA 66 de marque coréen, calibre 7,66. L’affaire est actuellement entre les mains de la compagnie de la gendarmerie de Miandrivazo. Le corps du défunt a été acheminé, le vendredi même vers la capitale. L’enquête suit son cours.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Fianarantsoa : Kamiao roa, indray notafihan’ny jiolahy

Miverina tanteraka ny fanafihana eny amin’ireo lalam-pirenena sy lalana mampitohy faritra, indrindra fa amin’iny tapany Atsinanana sy Atsimon’ny Nosy iny. Ny sabotsy alina teo, dia kamiao mpanangom-bokatra roa  izao no indray lasibatry ny jiolahy tamin’iny lalan’Ikalamavony iny, saingy ny iray tamin’ireo, toa tsy nokasihan’izy ireo. Amam-polony teo ireo olon-dratsy raha ny fampitam-baovao azo avy tany an-toerana, ary nirongo basim-borona. Vola aman’alina no lasa, niampy vary teo amin’ny telo gony teo. Niala tao amina tanana iray antsoina hoe Mangidy ireto fiarabe roa ireto, ny antoandron’ny sabotsy teo. Teny an-dàlana anefa dia maty tampoka ny iray tamin’ireo fiara, izay vokatry ny olana ara-teknika, ka voatery nijanona an-dàlana. Nijanona nanaraka azy, niandry fanamboarana ilay kamiao iray niaraka taminy. Nony nigadona anefa ny alina, tokony ho tamin’ny 11 ora teo ho eo, raha ny fampitam-baovao hatrany no niainga ny tora-baton’ireo olon-dratsy. Variraraka mihitsy ka nahavaky tanteraka ny fitaratra aloha sy teo amin’ny varavaran’ilay fiara. Tsy nisy aloha ny naratra na ny aina nafoy tamin’izany, saingy ireo entana sy vola ireo no lasan’ireo olon-dratsy. Marihana  raha ny vaovao hatrany fa isan’ny faritra mena sy anjakan’ny asan-dahalo tanteraka ity faritra nahafaty ilay fiarabe ity. Efa nampahafantarina an’ity tranga ity moa ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ary efa eo am-pikarohana ireo olon-dratsy. Fa ankoatr’izay, dia fantatra ihany koa fa mbola mitohy hatrany ireo tora-bato sy sakantsakana isan-karazany amin’iny lalam-pirenena faharoa iny, indrindra eo ilay toerana miala kely an’I Brickaville. Taxi-brousse sy fiara manokana maromaro indray mantsy no tratra, ny faran’ny herinandro teo. Tiana ny manamarika anefa, fa efa nisy ny hetsika manokana nataon’ireo zandary miadidy iny faritra iny tany an-toerana hamongorana izany ary efa nisy ireo voasambotra. Eny fa na dia saika namoizan’ny iray tamin’ireto mpitandro filaminana ny ainy mihitsy aza moa izany. Saingy, izao mbola manohy ny asa ratsiny izao hatrany ireo olon-dratsy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires