Les actualités à Madagascar du Mardi 06 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara12 partages

Bianco : Un membre du gouvernement poursuivi pour corruption

3 040 doléances sont en instance à la fin du mois de juin 2020 au niveau du Bianco.

Durant la période de confinement, le bureau indépendant anti-corruption n’a pas chômé.  Entre avril et juin, l’organisme a transmis aux juridictions compétentes 40 dossiers d’infractions liées à des faits de corruption.

En somme, 39 fonctionnaires sont poursuivis pour des faits de corruption durant la période du 01er avril au 30 juin de cette année. Selon les chiffres publiés par le Bianco, les poursuites concernent un fonctionnaire de l’administration territoriale, 4 du service des domaines, 7 de l’administration pénitentiaire, 11 agents de l’Etat et  7 ordonnateurs et comptables publics.  3 gendarmes et 6 policiers sont également poursuivis, durant le second trimestre de cette année, pour avoir été mouillés dans des infractions de corruption, toujours selon  le Bianco. En revanche, 11 élus au niveau des collectivités territoriales ont été poursuivis pour corruption, dont 8 sont à Fianarantsoa.

Détention préventive. La corruption, durant le confinement des villes contaminées par le virus Covid-19, concerne également les hauts responsables. L’investigation du bureau indépendant anti-corruption mène alors à un ministre. En effet, pendant les moments forts de cette crise sanitaire, entre avril et juin, le bianco affirme avoir poursuivi un membre du gouvernement pour infractions de corruption. 4 autres hauts fonctionnaires le sont également, dont 2 ont été arrêtés et mis en détention préventive.  Face à l’Etat, durant ce trimestre, la vigilance des observateurs, notamment les organisations de la société civile, a été particulièrement très forte. A noter que durant cette période, le Bianco a reçu 213 doléances qui pourraient ouvrir la voie à des investigations menées par ses agents.

Douanes. Selon le Bianco, 40 dossiers d’infractions liées à des faits de corruption ont été transmis aux juridictions compétentes, durant le second trimestre de cette année. Ils concernent des abus de fonction, détournement de deniers publics, corruption passive et active, faux et usages de faux, favoritisme, concussion. Toutefois, durant cette période, ni magistrat, ni fonctionnaire de l’administration des douanes, encore moins de l’administration fiscale, ne sont concernés par ces poursuites pour des infractions de corruption. Les dossiers transmis par le bianco durant une partie de la période de confinement, ne concernent pas, notons-le, des affaires de conflit d’intérêt, ni d’enrichissement illicite, ni de blanchiment.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara4 partages

PAM – Programme Fihariana : Plus de 786 millions d’ariary débloqués au profit des paysans dans le Sud

Les paysans bénéficiaires ont reçu leur chèque à Ambovombe.

Le programme national de l’entrepreneuriat Fihariana travaille en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM) afin de soutenir les paysans dans la partie Sud de la Grande île, qui est actuellement affectée par le Kere.

Ainsi, plus de 786 millions d’ariary ont été débloqués pour financer les activités des 185 paysans issus des cinq coopératives, soutenues par cette agence humanitaire mondiale de lutte contre la faim dans les districts d’Ambovombe et d’Amboasary Atsimo. Les montants de crédit octroyés à chaque exploitant agricole familial, par le biais de la banque BOA Madagascar, varient entre 200 000 et 35,85 millions d’ariary. Rappelons que les deux parties s’engagent à faciliter l’accès au financement pour ces entrepreneurs ruraux, afin d’améliorer leurs conditions de vie à travers le développement d’activités génératrices de revenus. Ces 185 paysans bénéficiaires opèrent dans différents secteurs d’activités. On peut citer entre autres l’élevage de vaches laitières et l’élevage caprin ; ainsi que les cultures de haricot, d’arachide, de haricot sec, de légumineuses, de maïs et de manioc ; sans oublier la transformation des produits locaux.

Paysans modèles. Le programme national de l’entrepreneuriat Fihariana, qui a été initié par le chef de l’Etat en vue d’assurer un développement humain, a alloué des fonds servant à booster les productions agricoles tout en générant des emplois locaux. « Je m’adresse à vous, les bénéficiaires de ce financement. Soyez des paysans modèles qui contribuent au développement rural. Le président de la République a confiance en vous, et c’est la raison du déblocage de ce crédit moyennant un taux d’intérêt bonifié en votre faveur. Vous devez ainsi l’utiliser à bon escient afin de prouver à tout le monde que promouvoir le développement local n’est pas un rêve. Dans la même foulée, vous pouvez approvisionner en nourriture le marché local, en vendant vos récoltes. Notre objectif commun est de combattre à long terme le Kere dans le Sud du pays », a évoqué Valérie Zafindravaka, la Secrétaire exécutive du programme national Fihariana, lors de la remise officielle des chèques aux 185 paysans bénéficiaires  qui s’est tenue tout récemment à Ambovombe.

Extension. En outre, elle a soulevé que le programme Fihariana et ses banques partenaires sont encore prêts à octroyer des financements, dans le cas où ces paysans bénéficiaires envisagent de faire une extension de leurs activités, comme l’extension de leur surface d’exploitation agricole. Mise à  part l’augmentation de leurs productions agricoles par le biais d’accompagnements techniques et financiers, le programme Fihariana et le PAM s’engagent également à faciliter l’accès de ces exploitants agricoles au marché. Le développement de cet entrepreneuriat rural contribuera ensuite à l’amélioration de leurs revenus, puis à leurs conditions de vie.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Lutte contre le Kere dans le Sud : Andry Rajoelina bouscule les membres du gouvernement

La tournée du président Andry Rajoelina dans le Sud de la Grande île prend fin ce jour. Pas de répit en effet pour le chef de l’Etat qui, pendant cinq jours, a pu ratisser les régions Androy et Anosy pour constater de visu les difficultés vécues au quotidien par la population du Sud. Cette dernière qui fait face notamment à soixante années de sècheresse, d’insécurité et de Kere. Se disant préoccupé par la situation actuelle dans le Sud, il avance des solutions à court et à long terme. Notamment l’installation d’un tunnel d’acheminement d’eau depuis la rivière Efaho jusque dans l’Androy ; le pipeline Mandrare – Sampona (5,4 millions de dollars) ; le pipeline Bemamba – Antaritarika (31,2 millions de dollars) ; le projet de captage d’eaux depuis la rivière Tarantsy dans l’Anosy jusqu’à Ambovombe, et passant par Amboasary Sud ; l’amélioration des forages existants ; l’installation d’un système d’unités de désalinisation solaire ; le renforcement du pipeline Ampotaka – Beloha – Tsihombe ; ainsi que l’extension du pipeline Ampotaka et Sampoina. Le président de la République a aussi annoncé la mise en place d’un Centre de réhabilitation nutritionnelle intensive et médicale dans les districts les plus touchés par le kere, en l’occurrence Amboasary, Tsihombe, Ambovombe et Beloha. « Je ferai tout pour mettre fin une bonne fois pour toute à ce fléau », a déclaré Andry Rajoelina lors de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle direction régionale de la Sécurité publique de Fort-Dauphin. Il a même laissé entendre lors de cette occasion que « d’ici un an, le Kere sera éradiqué ». Actuellement, le gouvernement malgache s’est engagé dans des pourparlers avec des experts espagnols et israéliens qui octroieront des formations aux paysans du Sud. En effet, le mot d’ordre est clair. Le Sud doit être la priorité des priorités. Lors de sa visite à Ampotaka, Andry Rajoelina a bousculé les membres du gouvernement en leur incitant à prendre leurs responsabilités, notamment la ministre de la Population Bavy Angelica Michelle, qui a été appelée à être plus présente sur le terrain. « Je veux que vous soyez plus présente ici dans le Sud pour aider ces gens à sortir de cette précarité. Rester à Tana pour être présente chaque mercredi au conseil des ministres ne suffit pas », a-t-il averti. Pour ce qui est du court terme, Andry Rajoelina ordonne la distribution du « Vatsy Tsinjo » et du « Fiavota » au niveau de toutes les communes touchées par l’insécurité alimentaire.

Détermination. Il réitère aussi son « Velirano » concernant la réhabilitation de la route nationale n°13 reliant Ihosy et Fort-Dauphin. Ce projet a toujours fait l’objet de manœuvres et de manipulation politique depuis plusieurs décennies. C’est certainement la raison pour laquelle  dès lors qu’Andry Rajoelina a annoncé sa détermination à le réaliser, des polémiques concernant le financement du projet ont refait surface. Les détracteurs du régime rappellent notamment la signature d’un accord de financement effectuée en décembre 2017 sous l’administration Rajaonarimampianina. Nul n’ignore pourtant que la signature d’un accord de financement ne signifie pas déblocage des fonds, de longues procédures sont encore de mise. Les bailleurs exigent de la transparence et réclament une garantie sur la bonne gestion du financement avant d’autoriser le déblocage des fonds. Durant le précédent régime, plusieurs projets ont été suspendus face aux nombreux dossiers et scandales de détournements et de malversations constatés au niveau de l’administration publique. C’était le cas notamment du dossier relatif à la réhabilitation de la RN5A reliant Ambilobe et Vohémar. Les bailleurs ont attendu l’installation du nouveau régime pour relancer les négociations. Il convient en effet de rappeler que la question de la RN13 a été rediscutée lors du dialogue politique qui s’est tenu à Iavoloha au mois de mai 2019, entre les pays membres de l’Union européenne et le régime Rajoelina. Ce n’est que dans le courant du mois de septembre 2020 que le ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics a sorti un appel à manifestation d’intérêt relatif à cet axe routier. Voilà pourquoi les travaux n’ont pas commencé après la signature de l’accord en 2017 ?

Actions. Hier, Andry Rajoelina a poursuivi ses actions dans l’Anôsy par l’inauguration du nouveau bâtiment de la direction régionale de la Sécurité publique (DRSP) nouvellement construit à Fort-Dauphin. Le deuxième de ce genre inauguré en l’espace d’un mois, après celui du Vakinankaratra. Selon le ministre Rodalys Fanomezantsoa Randrianarison, six autres nouvelles DRSP vont être inaugurées incessamment. Au total, douze bâtiments identiques sont inscrits dans la loi de finances et vont être construits cette année. Parallèlement, 27 nouveaux commissariats de police sont aussi prévus être mis en place dans tout Madagascar.

120 jours. C’est la durée de la construction de ce bâtiment aux normes dont le coût de réalisation est de 1,320 milliard d’ariary. Andry Rajoelina a aussi inauguré le Centre Vonjy de Taolagnaro installé au sein du CHRR d’Amboanato, et destiné à prendre en charge les enfants victimes de violences sexuelles. Il s’agit du sixième centre de ce type ouvert à Madagascar. C’est le fruit de la collaboration entre le gouvernement malgache, l’Agence coréenne de coopération internationale et l’UNICEF. Ouvert au mois de janvier 2020, le centre a déjà recensé 112 cas de violences sexuelles, dont 23 enfants entre 4 à 17 ans. Durant cette journée très chargée, le chef de l’Etat a aussi inauguré la Chambre de l’agriculture « Tranoben’ny tantsaha » de Fort-Dauphin, et a visité les routes en pavé moderne en cours de construction dans la ville, qui rentrent dans le cadre du projet d’extension de Fort-Dauphin. Le président Andry Rajoelina a aussi effectué une descente sur le terrain prévu pour abriter la construction d’un campus universitaire pour les jeunes de l’Anôsy.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Saison cyclonique 2020-2021 : Trois à cinq cyclones pourraient menacer Madagascar  

« La saison cyclonique 2020-2021 s’annonce active et légèrement supérieure à la moyenne climatologique ». C’est ce qu’on peut lire dans une prévision émanant de la direction générale de la Météorologie du pays. Une prévision qui fait également savoir que « trois à cinq cyclones intéressent Madagascar pendant la saison ». Avant de noter « qu’un à deux systèmes pourraient toucher terre sur les côtes malgaches ». La direction générale de la Météorologie informe également que « l’évolution des conditions de grande échelle ne privilégie aucune zone d’activité particulière ». « On pourrait s’attendre à des cyclones puissants provenant aussi bien de l’océan Indien que du Canal de Mozambique », explique la direction générale de la Météorologie. Pour rappel, quatre perturbations cycloniques ont menacé Madagascar, à savoir Belna, Diane, Francisco et Herold. Si les prévisions de saison active et proche de la normale se sont avérées justes pour la saison passée, on espère que cela ne soit pas le cas pour celle qui commence.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

PEM – Energies renouvelables : L’Inde, prête à aider Madagascar pour ajouter 400 MW supplémentaires

L’ambassadeur de l’Inde, Abhay Kumar, avec le premier-ministre Ntsay Christian, lors de la cérémonie de vendredi dernier.

L’Inde dispose actuellement 37 gigawatts d’électricité solaire installés et a relevé son objectif initial de capacité d’énergie renouvelable, allant de 175 gigawatts en 2015 à 500 gigawatts d’ici 2030. Ce pays peut tendre la main à Madagascar, selon son ambassadeur.

L’Inde est devenue un chef de file mondial des énergies renouvelables. A Madagascar, l’Ambassade de l’Inde est la première à être alimentée par l’énergie solaire. Ce bâtiment à Antsahavola-Tsaralalàna est également la première Ambassade de l’Inde au monde à dépendre entièrement de l’énergie verte. L’inauguration du nouveau système s’est tenue vendredi dernier, honoré par le chef de Gouvernement Ntsay Christian et le ministre de l’Environnement et du Développement Durable Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ainsi que d’autres hautes personnalités. « Climate Action Tracker calcule que le plan de l’Inde est compatible à une augmentation, inférieure à 2° C de la température mondiale moyenne par rapport aux niveaux préindustriels, envisagés dans l’Accord de Paris. L’Inde est le producteur d’énergie solaire le moins cher selon l’IRENA. L’Inde pourrait tendre la main à Madagascar en ajoutant 400 MW d’énergie supplémentaire nécessaire pour répondre à l’Initiative Emergence du président Andry Rajoelina », a déclaré Abhay Kumar, ambassadeur de l’Inde à Madagascar.

Bon exemple. Pour sa part, le premier ministre Ntsay Christian a avancé que toutes les ambassades à Antananarivo et dans tout le pays devraient également passer de la station d’énergie fossile à l’usage de l’énergie solaire. « Nous, notre bureau, pouvons également tirer des leçons de cette grande réussite. Je suis également très heureux de savoir que l’Ambassade de l’Inde est partenaire avec Vima (Vision Madagascar), une entreprise malgache dans ce projet… Je vais peut-être prendre quelques informations sur Vima et voir comment nous pouvons collaborer ensemble… Nous devons encourager ce nouveau changement à Madagascar et nous continuerons, à développer cette excellente relation  entre nos deux pays », a noté le premier-ministre, dans son discours.

Avantages.En effet, Madagascar est en bonne position pour miser sur l’énergie solaire, étant un pays tropical et ensoleillé. C’est ainsi que le pays s’est engagé à une meilleure exploitation de l’énergie solaire pour lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution de l’environnement, selon la ministre Vahinala Baomiavotse Raharinirina.« Lors du Sommet One Planet à Nairobi, Kenya, notre président de la République a déclaré devant toute une assemblée que 90% des infrastructures que nous allons développer produiront de l’énergie verte. Nous utiliserons principalement des panneaux solaires, les éoliennes, l’hydraulique et la géothermie », a-t-elle souligné. Certes, la transition énergétique est devenue incontournable pour la Grande-île. Bref, toutes les hautes personnalités présentes à la cérémonie d’inauguration à l’Ambassade de l’Inde à Antananarivo ont soutenu que Madagascar doit investir davantage dans la production d’énergie verte, compétitive et renouvelable.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Manakambahiny : Telo lahy nikasa hanao kolikoly tamin’ny zandary amin’ny vola roa hetsy ariary

Telo lahy mianaka no voatery notazomina natao andrimaso sy nanokafana fanadihadiana rehefa nikasa ny hanolotra vola roa hetsy ariary tamin’ireo zandary, ho tambin’ny famotsorana ny havan’izy ireo voatazona noho ny resaka halatra omby. Zava-nitranga tao Manankambahiny, distrikan’Ambatondrazaka. Izany tokoa ny hoe mamo miantso zandary ! Nihevitra mantsy ireo olona telo mianaka, lehilahy roa niaraka tamin’ny raiamandrenibe iray, fa ho vita mora foana ny fifanarahana amin’ireo mpitandro filaminana mahakasika ny havan’izy ireo voatazona eny amin’ny birao. Araka ny fampitam-baovao azo dia nisy olona roa lahy voarohirohy tamin’ny resaka halatra omby tany amin’iny faritra Alaotra iny nosamborin’ireo zandary avy ao amin’ny zanatobim-paritra ao Manankambahiny. Rehefa tsy maintsy notazomina natao andrimaso teny amin’ny birao ireto dia indro fa nisy olona tonga, ireo telo mianaka, tao amin’ny tobin’ny zandary, hitady ny lehiben’ity toby ity. Nivantana avy hatrany moa ny resak’izy ireo dia ny mba hamotsorana ireo roa lahy voatazona ao amin’ireo mpitandro filaminana ireo. Mazava ho azy fa niaraka tamin’ny ravim-bola roa alina ariary miisa folo izy ireo tamin’izany, voalaza fa atao sandan’ny famotosarana ireo havany.  Nolavin’ny Komandin’ny Toby Manakambahiny izany, nefa dia mbola niezaka ihany ireo telo lahy nandresy lahatra sy nandraviravy vola maro. Voatery nandray fepetra, araka izany, ireo mpitandro filaminana, ka nampihatra ny lalàna velona amin’ny ady amin’ny kolikoly. Nosokafana ny famotorana mikasika ny kolikoly, notanana natao andrimaso ireo telo lahy mianaka, nogiazana ireo lelavola natao porofo, hoy ny vaovao. Natolotra avy hatrany ny Fampanoavana izy ireto ka nadoboka am-ponja avy hatrany. Averina matetika etoana fa ny kolikoly dia fahavalom-pirenena, koa ny Zandarimariam-pirenena dia tsy hanaiky horaviraviana amin’izany.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Violence sexuelle envers les enfants : Un sixième centre Vonjy ouvert à Tolagnaro

Le sixième centre Vonjy du pays a été inauguré à Tolagnaro hier par le Président Andry Rajoelina.

La lutte contre les violences envers les enfants continue. Un sixième centre Vonjy vient d’être inauguré à Tolagnaro pour une prise en charge intégrée des cas de violence sexuelle sur les mineurs. Fruit de la collaboration entre l’Agence Coréenne de Coopération Internationale ou KOIKA, de l’Unicef et du gouvernement malgache, le centre a été inauguré par le Président de la République Andry Rajoelina. Ainsi, l’ouverture du centre constitue « un grand pas dans la mise en place d’un environnement protecteur pour les enfants de la région d’Anosy ». Ce, étant donné que depuis février, « les enfants victimes de violence sexuelle peuvent accéder facilement et gratuitement sous un même toit aux services de professionnels pour des prises en charge médicale, psychosociale et judiciaire ».

Faible. L’étude nationale sur les violences envers les enfants à Madagascar initiée en 2018 révèle que le taux de signalement reste encore faible. L’étude également de révéler que les résistances culturelles, la méconnaissance des mécanismes du système de protection de l’enfant et de leur faible effectivité constituent en constituent les principales causes. Pour en revenir à la région Anosy, la violence envers les enfants constitue une triste réalité. Comme l’a indiqué le réseau de protection de l’enfant, 112 cas de violences sexuelles sur des enfants dont les 23 ont été pris en charge auprès du centre Vonjy de Fort

Dauphin ont été recensés depuis le mois de janvier de cette année.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Collectif pour la défense des terres malgaches : « Arrêter la persécution des défenseurs de l’envi...

Le Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement – Océan Indien (CRAAD-OI) et le Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY sont montés au créneau pour défendre les communautés de Vohilava et de Raleva, membre du groupe Justice et Paix et de l’antenne régionale de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar (OIDESCM). Selon le communiqué émanant de ces deux entités, « il importe de rappeler que le 03 octobre 2017, M. Raleva avait été mis en détention préventive et condamné à 2 ans d’emprisonnement avec sursis parce qu’il avait osé demander à voir les papiers officiels autorisant la société M.L.S.G.  à reprendre son exploitation aurifère arrêtée auparavant par le Chef de Région et l’ONE dans sa commune de Vohilava. Le motif d’inculpation de M. Raleva – usurpation de fonction du Chef de district – était plus que discutable – puisque le Chef de District était présent dans la réunion publique où M. Raleva a pris la parole ».

Boucs émissaires. Toujours d’après le communiqué, « M. Raleva avait alors été reconnu comme prisonnier de conscience par Amnesty International, et bénéficié du soutien de centaines de défenseurs des droits de l’homme et de l’environnement à travers le monde.  Le 31 Janvier 2018,  les organisations de la société civile Malgache lui ont aussi décerné le Prix du Courage Citoyen 2017 à cause de son engagement en faveur de la protection des droits fondamentaux de sa communauté et du patrimoine naturel de Madagascar ». Les signataires de ce communiqué espèrent ainsi que M. Raleva et ses pairs ne vont pas encore une fois subir les mêmes injustices et servir de boucs émissaires, tandis que la société Mac Lai Sime Gianna (M.L.S.G.) continue de jouir d’une totale impunité, sans même avoir été sanctionnée pour tous les dommages qu’elle a déjà causés durant toutes ses années d’opérations sur la santé et les moyens de subsistance de la population locale ainsi que sur l’environnement et de réitérer leur appel au Gouvernement à prendre en considération les demandes légitimes et les droits fondamentaux des communautés de Vohilava, à mettre fin à l’impunité de la société M.L.S.G. en prenant les sanctions qui s’imposent à son égard, et en fermant définitivement son exploitation aurifère, afin de prouver par la prise de mesures concrètes sa volonté de restaurer un Etat de droit qui puisse assurer une meilleure régulation du secteur extractif et arrêter la persécution des défenseurs de l’environnement et des droits humains comme cela a été le cas pour M. Raleva, M. Clovis Razafimalala, ainsi que pour tant d’autres.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les violences sur mineures prennent de l'ampleur

L'ampleur prise par les cas de violences sur mineurs n'a pas encore été communiqueés officiellement, jusqu'à aujourd'hui. Aux dernières nouvelle, en 2018, les statistiques auraient été très faibles, spécialement pour la région d'Anosy.
Plus d'une centaine de cas ont été enregistrés pour cette région même, depuis le début de l'année. L'Union des Nations Unies pour l'Enfance (Unicef) a annoncé 112 cas pour la région d'Anosy. La prise en charge de ces mineures est considérée primordiale. Le Centre Vonjy, un centre assurant cette fonction à Tolagnaro a pris en charge plus d'une vingtaine de ces cas, en les aidant au niveau psychologique, médical et surtout judiciaire.
Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus01 maty, 12 voa, 115 sitrana

Niampy iray avy any amin’ny Faritra Matsiatra Ambony ny olona lavon’ny Covid 19, ka 233 izany hatramin’izao, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly.

Miisa 12 ny tranga vaovao omaly, azo tamin’ny fitiliana 493, manome taham-pahavoazana 2,43%. Teto Analamanga 3, Vakinankaratra 1, Diana 3, Sava 3, ary mpandeha tamin’ny sidina anabakabaka tany Nosy Be 2. Miisa 16 570 ny tranga hatrizay azo tamin’ny fitiliana 81 369, manome taham-pahavoazana ankapobeny 20,36%.

734 MANARAKA FITSABOANA

Miisa 115 ny sitrana vaovao, ka 74 Faritra Analamanga (tany an-trano), 01 Faritra Vakinankaratra (tany an-trano), Alaotra Mangoro 7, Vatovavy Fitovinany 1, Atsimo Andrefana 2, Boeny 2, Diana 28. Miisa 15601 ny sitrana hatrizay, manome taham-pahavoazana 94,15%. Nihena 104 ireo mbola tsaboina mitaha amin’ny afak’omaly, ka 734 izany sisa. Niampy iray ka lasa 14 ny "formes graves": 06 Analamanga, 01 Vakinankaratra, 04 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 03 Atsimo Andrefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fahantrana sy gaborarakaTany tsy tan-dalàna no fositra

Ny fototra iorenan’ny tany tan-dalàna dia ny fanjakana tan-dalàna. Ny fipetrahan’ny fitoniana sy filaminan-tsaina ho an’ny rehetra no fototra hahafahana miroso milamina amin’ny tena fampandrosoana.

 Anisan’ny namotika antsika sy nahatonga antsika ho anisan’ireo firenena mahantra indrindra maneran-tany ny tsy fisian’ izay fanjakana tan-dalàna. Tsy mahagaga raha manjaka eto amin’ny firenena ny gaboraraka satria tsy voahaja araka ny tokony ho izy ny lalàna velona, manomboka amin’ny lalàna kely indrindra, hatramin’ny lalàmpanorenana. Miriaria eny amin`ny fiarahamonina ireo tsy maty manota. Mitombo isa hatrany ireo mihevi-tena ho ambonin’ny lalàna. Kanefa izay manao ratsy dia tokony ho tsaraina sy ho faizina araka izay sazy sahaza azy. Noho izay gaboraraka sy tsy fanajàna ny lalàna mifehy ny firenena sy ny fiarahamonina izay no mahatonga an`i Madagasikara tsy hilamina. Zatra niaina tao anatin’ny gaboraraka mantsy ny Malagasy tao anatin’ny taona maro ka mbola sarotra no hirosoana amin’izany fanjakana tan-dalàna izany. Inona moa no atao hoe “fanjakana tan-dalàna” fa ny tokony hanajàn’ny olon-drehetra ny lalàna velona eto amin’ny firenena, ary ny fanasaziana ireo rehetra mandika lalàna, na olon-tsotra na mpitondra fanjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fangejana haino aman-jery 7 volanaMadagasikara irery no mahavita izany

Ny lalàmpanorenana ao amin'ny andininy faha-61 sy ny lalàna 91-011 tamin'ny 18 jolay 1991 momba ny "situation d'exception" vanim-potoana manokana no mamaritra ny fahafahan’ny Filoham-pirenena nametraka ny hamehana ara-pahasalamana, nihantra teto Madagasikara nanomboka ny 22 martsa 2020.

Azon'ny Filohan'ny Repoblika halaina sy hahetsika avy hatrany (réquisition d' office) ny sampan-draharaha rehetra amin'ireto sehatra ireto, na miankina na tsy miankina amin'ny fanjakana: Famatsiana entana, rano sy angovo, tobim-pahasalamana sy hopitaly, fifandraisan-davitra, Haino aman-jery, Banky isan-karazany, Fanaraha-maso ny volam-panjakana, Sampan-draharaha rehetra avy amin'ny andrim-panjakana, Minisiteran'ny fitsarana sy ny tribonaly rehetra, Minisiteran'ny raharaham-bahiny, Minisiteran'ny atitany, Minisiteran'ny fiarovam-pirenena, Minisiteran'ny vola, Minisitera,…. Hamehana faha-15 isika izao, izay zary lasa fitaovam-pangejana sy fialokalofan’ny fanjakana sisa. Raha resaka fampanajana fepetra ny hitazonana ny hamehana, dia miainga avy any ambony ny fanaovana tari-bato vilam-bava tsy fanajana izany eto. Azo avadika ho lalàna ny fepetra, toy ny an’ny Frantsay izay efa ny 10 jolay no niala tao anaty hamehana, ary akaraka ny fivoarana sy ny departemanta misy ny covid-19 ny fepetra. Tsy dia misy firenena eto ambonin’ny tany mangeja sy manao ampihimamba ny haino aman-jery manerana ny fireneny mandritra ny 7 volana izany raha tsy eto Madagasikara. Ireo departemanta sy sampan-draharaha anefa hafa, toa tsy ampisaina amin’ny hamehana akory, toy ny resaka vidin-tsolika mba hijerena ny sosialy, ny vidin’entana tsy voafehy, ny fitantanam-bolam-panjakana misy afera mandeha,… Marina fa mbola eo ny valanaretina ary ilaina ny fitandremana, fa na izany aza toa efa mivadika hamehana ara-politika no misy eto, fa tsy ara-pahasalamana irery intsony.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo renivohitraNankasitraka ireo tsara naoty tamin’ny CEPE

Nankasitraka manokana ireo ankizy tsara naoty indrindra tamin’ny fanadinam-panjakana CEPE farany teo ny kaominina Antananarivo renivohitra, tarihin’ny Ben’ny tanana Naina Andriantsitohaina.

Miisa 30 mianadahy izy ireo, dimy isaky ny Boriborintany 6.Ankoatra ny mari-pankasitrahana izay natolotra azy ireo mba hanaovany ny tsara kokoa hatrany dia notolorana fitaovam-pianarana ihany koa izy ireo hahafahany miatrika ny taom-pianarana vaovao niampy ilay boky mitondra ny lohanteny hoe :Diary Nofy. Tanjona ny hamporisihina ny ankizy hatrany ho tia sy hamaky boky izay loharanon’ny fahalalana rehetra na dia eo aza ny fivoaran’ny teknolojia amin’izao fotoana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filaminam-bahoakaNahazo biraon'ny fitaleavam-paritra i Tolagnaro

Notokanana omaly ny biraon'ny fitaleavam-paritry ny Filaminam-bahoaka ao Tolagnaro, ka ny Filoham-pirenena, ny Minisitry ny filaminam-bahoaka, ny Governoran’ny Faritra Anosy no nitarika ny lanonana.

 Fotodrafitrasa izay nambara fa tafiditra ao anatin'ny fanatanterahana ny veliranon'ny Filoha Andry Rajoelina, dia ny fametrahana ny fandriam-pahalemana maharitra sy ho famerenana indray ny hasin'ny polisim-pirenena. Natao mba ho fanatsarana hatrany ny fitantanan-draharaha sy ny asan'ny polisim-pirenena eto amin'ny faritra Anosy. Notolorana fiara tsy mataho-dalana sy moto Gasycar ihany koa ity biraon'ny fitaleovam-paritra vaovao ity mba hahafahan'ireo polisy hanao ny asany araka ny tokony ho izy, hoy ny Fampitam-baovao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra miaro vono olonaTratra ihany ilay lehilahy 2 taona taty aoriana

Nitrangana vono olona tany Antanambao Ankisirasira, distrikan’i Morondava tamin’ny taona 2018 .

Vehivavy iray nanao ny asany toy ny mahazatra no novonoina lehilahy iray izay efa fantatra. Rehefa matiny io vehivavy io dia nentiny avokoa ny entana azony nentina rehetra tao an-trano ary tsy hita intsony izay nanjavonany. Nifanehitra tampoka tamin’ny polisy miasa ao amin’ny CSP Morondava anefa ny lehilahy ny sabotsy teo rehefa avy niriaria nandritra ny roa taona. Raha araka ny fantatra dia mbola misy vesatra hafa h anenjehana ity lehilahy ity ihany koa toy ny halatra miaro vaky trano sy ny fandratrana olona.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kere any atsimo Nanolotra rano voavoatra 15.000 isa ny Star

Mafy ny hetaheta sy ny hanohanana mahazo ireo mponina any amin’ny faritra Atsimon’ny Nosy.

 

 Ny raketa mena sisa no hany fakan’izy ireo rano hanamaivanana ny hetaheta sy hamokisana ny kibo, sakafo efa niainany amam-bolana maro. Mba ho fanomezana azy ireo ary dia nitondra ny anjara birikiny ny orinasa Star amin’ny alalan’ny talen’ny ivon-toerana Star ao Faradofay. Nanolotra rano efa voavaotra na Eau vive miisa 15.000 izy ireo tamin’ny alalan’Atoa Julien Lucky.Tao amin’ny CSB I Befaitsy, distrikan’Amboasary Atsimo no nisantarana ny fizarana ny fanomezana, natrehin’ireo tompon’andraikim-panjakana isan-tsokajiny. Raha araka ny fantatra moa dia ezahina hotsinjaraina faran’izay haingana ireto rano voavaotra ireto, ho famonjena ny ain’ireo mponina tratry ny hanohanana any atsimo. Nanatrika izany fizarana izany ny Association Fitia sy ny PAM.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky trano teny Ambohitsoa Voadaroka sady voatifitra ny ilay jiolahy

Nisy andian-jiolahy nikasa hamaky trano teny Ambohitsoa afak’omaly Alahady tokony ho tamin’ny 07 ora hariva.

 

 Tratran’ny fokonolona anefa izy ireo ka efa nanamparany ny hatezerany vao tonga ny polisy. Jiolahy efa naratra noho ny daroka nahazo azy sisa araka izany no hitan’ireto farany raha efa nisy nitifitra tamin'ny basy ihany koa ny tongony . Mbola hita teo akaikin’ilay jiolahy kosa teo an-daniny ny sabatra lava lela sy ny fitaovana saika entiny hamaky trano. Nentin'ny polisy namonjy hopitaly avy hatrany moa ity jiolahy ity mialohan’ ny hanaovana fanadihadiana azy. Araka ny tatitra azo teny Ambohitsoa ihany dia miisa 03 ireo jiolahy saika hamaky trano ka ny 01 no tratran'ny fokonolona raha tafaporitsaka kosa ny roa ambiny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampianatra FRAMNiampy 30.000 tao anatin’ny 7 taona

Nankalazaina omaly ny andro manerantany ho an’ny mpanabe. Isan’ny nanamarika izany tetsy Anosy ry zareo eo anivon’ny SANOMA na “Syndicat autonome de Madagascar” izay hivondronana ireo mpiantsehatra rehetra amin’ny fanabeazana nivoaka tamin’ny “école normale”.

 

 Nomena lanja sy nifanakalozan-kevitra tao anatin’izay moa ireo lohahevitra heverina fa hitondra vahaolana aingana sy mahomby eo amin’ny tontolon’ny fanabeazana eto amintsika, hoy izy ireo. Ao anatiny ny hoavin’ireo mpampianatra mbola tsy mpiasam-panjakana na FRAM sy ny olana miantraika amin’izy ireo manerana ny nosy. Eo koa ny resaka 0 ariary na ny fahafaha-mahazo fanabeazana sy fampianarana maimaipoana. Ny resaka famatsiam-bola sy fitadiavam-bola hahafaha-manatanteraka ireo vina sy tanjona rehetra koa dia ao anatiny, hoy hatrany ny fanazavana. Miisa 80.000 eo ankehitriny ireo FRAM raha toa ka 50.000 eo tamin’ny 7 taona lasa, izany hoe niampy 30.000. Isan’ny manahiran-tsaina ankehitriny ny fomba hitantanana azy ireo hahafahana mametraka rindran-damina mampandroso ny fampianarana nefa koa ny hiahiana azy amin’ny fananany ankohonana, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana harena an-kibon` ny tanyMila alamina aloha ny lalàna sy ny fotodrafitrasa

Nivoaka iny fanapahan-kevitra noraisin` ny Firenena Mikambana nandritra ny fivoriambe farany teo fa hodinihana amin`ny andiany manaraka indray ny mahakasika ireo nosy manodidina na « Iles Eparses ».

 

Maro tokoa ireo tombon-tsoa sy harena amin`ireo nosy ireo toy ny hazan-dranomasina, ny fahazoantsika “droit de passage” amin`ireo sambo sy “cargo” isan-karazany izay tsy maintsy mandalo eo. Ao koa ireo harena an-kibon`ny tany maro toy ny solika, etona fandrehitra, vato sarobidy maro, diamondra… Tsy lavina fa tena ilaintsika izany rehetra saingy kosa mialoha ny fitrandrahana izany dia tsara kokoa no mandaina ny fifehezana ireo harena anatiny mba hanaporofoana fa ho vitantsika ny mitantana ny “Iles Eparses” any aoriana. Antony roa no tena mampisalasala ireo mpampiasa vola eo amin`ny sehatry ny harena an-kibon` ny tany. Voalohany ny lalàna fototra mahakasika ny harena an-kibon` ny tany satria fampiasam-bola maharitra ny atao amin` izany. Marihana fa tsy latsaky ny 40 taona vao tafaverina ny vola nampiasaina koa tokony ho maharitra ny asa. Faharoa, ny tsy fisian``ny fotodrafitrasa: mahasarotra ny fampiasam-bola sy mahalafo ny asa mifandraika amin` izany. Miankina amin`ny fitondram-panjakana Malagasy ny fametrahana lalàna sy fotodrafitrasa hahasarika mpamatsy vola, tsy ho an`ny vahiny ihany fa indrindra koa ho an`ny Malagasy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fanabeazana“Tsy maintsy hofoanana ny CEPE”

Nandritra ny fananganan-tsaina teo anivon’ny Minisiteran’ny Fanabeazam-Pirenena omaly maraina natrehin-dRamatoa Minisitra Sahondrarimalala Marie Michelle sy ny Sekretera jeneraly Razafimahefa Herimanana no

nampahafantarana ireo tale vaovao voatendry nandritra ny filankevitry ny minisitra ny 30 septambra. Nandritra io nanamafisan’ny Sekretera Jeneraly, fa hisy fakana vola ho an’ny mpampianatra FRAM fa ho maimaimpoana avokoa ny rehetra. Ho hafakely ny fampitaovana satria ankoatra ny sekoly manara-penitra, dia nambara fa hisy ny fizarana dabilio manara-penitra, ka ny zaraina any Ikelivondraka, ohatra, dia tahaka ireny zaraina any Paris Frantsa ireny. Hisy ny fizarana kiraro, kit scolaire, tableu,… hoy ny fanazavana. Mbola baraingo kosa na vita ao alohan’ny fidirana na tsia. Eo amin’ny famatsiana ara-bola ny “caisse scolaire” dia misy avy amin’ny fitondram-panjakana, misy avy amin’ny mpiara-miombon’antoka na ny PTF, Banky Iraisam-pirenena. Eo amin’ny fangatahana ilay “avis de non objection” isika amin’izao fotoana izao, ka ho raikitra ny “caisse ecole”. Izao dia izao dia hiantso sy handefa taratasy nakany Washington mba hahatongavan’izany haingana, ary eo am-piandrasana ny valiny amin’izao fotoana izao, hoy i Herman Razafimahefa. Tsy maintsy hiditra amin’ny fanafoanana CEPE isika eto Madagasikara na hoe ela na ho haingana, ka hisy ny fanazavan’ny Minisitry ny fanabeazana atsy ho atsy. Hisy “ trois sous-cyles”, ka rehefa vita ny “cycle” iray dia hisy fizarana “certificat” homena ny mpianatra, raha ny fanazavana. Efa tamin’ny Fitondrana Ravalomanana no namolavolana ny fanovana ny rafi-pampianarana, ka isan’izany ny fanafoanana ny CEPE saingy isan’ny nanakianana sy nanenjehana azy. 15 taona eo ho eo aty aoriana isika hiroso amin’izany ihany, izay midika fa nisy fahatarana be.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny fampianarana ambony“Tsy misy laza adina niparitaka izany”

Nandeha be ny resaka omaly teto an-drenivohitra fa efa misy laza adina Bakalôrea miparitaka sahady any ho any.

 

Taranja tantara sy jeografia izy io, natokana ho an’ireo mpiadina ao amin’ny sokajy A. Rehefa nanontaniana ny mikasika izany ny tale jeneralin’ny serasera eo anivon’ny Ministeran’ny Fampianarana ambaratonga ambony sy ny fikarohana siantifika dia nambarany fa ireo olona mamolavola ny laza adina aza mbola mihiboka avokoa amin’izao, ambenana zandary sy polisy ary tsy mivoaka raha tsy vita soamantsara ny fanadinana. Ekena hoy izy fa nisy ny tranga tahaka izany tamin’ny taon-dasa saingy efa tao anatin’ny vanim-potoana nanatanterahana ny fanadinam-panjakana Bakalôrea ireny vao niseho. Ny mahagaga ahy hoy izy dia mbola tsy ao anatin’ny fanadinam-panjakana Bakalorea akory isika ankehitriny nefa misy milaza ho mahita izany sahady.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Samy marary

Mitombo isan’andro ireo aretina manerana ny nosy. Tsaboina koa ny saina fa tsy ny vatana ihany.

Mila fitsaboana na ny olona marary na ny hopitaly. Samy marary daholo na ny hopitaly na ny marary, hoy ry zalahy ao amin’ny tarika Mahaleo, raha nitantara ny tantaran’ilay dokotera hafahafa tamin’ny fotoan’androny. Mbola nampiany aza moa hoe marobe ireo fanafody no fanafody entam-barotra mampitombo ny harena fa tsy ny fahasalamana. Rehefa miverina mihaino sy mandalina, na dia ireo fehezanteny vitsivitsy anatin’ity tononkira ity, ireo fotsiny aza dia sarotra ny tsy ho kivy miheritreritra hoe efa tamin’izany fotoana izany no nahenoina toetsaina toy izay iainana ankehitriny ao anatin’izao ahamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara izao. Nisy ihany koa moa ilay fomba filazan’ny mpanao politika iray azy izay hoe , Covid Business. Tsy any amin’ilay maha manasitrana na tsia ny fanafody misy eto loatra no maha lasa saina sy maha kivy fa ilay fisiana toetsaina mifono ao anatin’ny zava-misy izay toy ny mandrisika ireo vahoaka hangataka lava sy hiantso fitserana mesia hatrany. Manararaotra izay zava-misy izay avy eo ny mpitondra fanjakana mandoko politika ny sehatra rehetra hatramin’ny toekarena sy ny sosialy, eny, hatramin’ny fampianarana sy ny fahasalamana. Inona moa izany sisa no tsy miloko volomboasary eto amin’ity firenena ity? Nitondra fivoarana sy fampandrosoana ho an’ny firenena anefa ve izany hatreto? Rahoviana ihany isika vao hahay haka lesona ka tsy hamerina na sanatria, hanitatra mihitsy aza, ny adalan’ny teo aloha ?

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Bolida sy ny Paris FCEfa any amin’ny Ligue 1 ny ila-tongotra

Azo lazaina ho fahombiazana nodimbiasam-pahombiazana hatrany tato ho ato ireo lalao natrehin-dry Lalaina Nomenjanahary na i Bolida sy ny ekipany ao amin’ny Paris FC, divizionina faharoa frantsay.

Tamin’ny isa mavesatra 3 noho 0 indray ny alahady teo no nandresen-drizalahy an’i Le Havre eo amin’izay fifaninanam-pirenena ho an’ny Ligue 2 ao Frantsa izay. Mitana ny laharana voalohany eo amin’ny fifaninanana, araka izany hatreto ity malagasy ity sy ny Paris FC. Ny Grenoble foot 38, misy ilay Barea, Jérôme Mombris, ihany koa anefa no mitana ny laharana faharoa. Ity farany moa izay miatrika olana noho ny fisiana mpilalao maromaro voan’ny Covid 19 ao aminy ary voatery tsy niatrika ny lalao tokony nataon’izy ireo farany. Tsiahivina hatrany fa ao anatin’izay mpilalao mitondra ny Coronavirus izay i Mombris. Etsy ankilany dia azo lazaina ho efa any amin’ny Ligue 1 kosa izany hatreto aloha ny ila-tongotry ry Bolida sy ny ekipany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Barean’i MadagasikaraHiala ao Parisy anio

Araka ny fampitam-baovao voaray avy eo anivon’ny federasionina malagasin’ny baolina kitra dia hiala ao Parisy, Frantsa, amin’ity anio ity ireo mpilalao eo anivon’ny Barean’i Madagasikara.

 Omaly moa no tonga tsirairay tao Parisy ireto mpilalao eo anivon’ny ekipam-pirenena Malagasy ireto. Hisy kosa ny fiarabe na “bus” iraisana hitondra azy ireo hihazo an’i Luxembourg anio. Rahampitso alarobia no tena hanomboka ny fampivondronana, izany hoe, manana 3 andro hanazaran-tena ireto lehilahin’i Nicolas Dupuis ireto mialohan’ny lalao hanazaran-tena amin’ny klioban’i Swift Esperange ny zoma izao. Ny ampitson’io indray izany no hihazo an’i Maraoka hanomana ny fihaonana amin’i Burkina faso ny alatsinainy 12 oktobra.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Analamanga ParkHiverina hisokatra indray 10 taona aty aoriana

Hiverina hisokatra tsy ho ela ilay toeram-pitsangatsanganana Analamanga Park any amin’ny lalam-pirenena faha-7 rehefa nikatona nandritra ny 10 taona.

 

 Efa miroso amin’ny asa fanavaozana sy fikarakarana ny foto-drafitrasa ankehitriny ireo tompon’andraikitra ao an-toerana hahafahana mamerina amin’ny laoniny ireo toerana fialam-boly eto amintsika izay tsy mijanona ho an’ny mpiray Tanindrazana ihany fa ho an’ireo teratany vahiny ihany koa. Raha araka ny fantatra mantsy dia anisan’ny nampihena ny fidiram-bolan’ireo tantsaha mpamokatra sy mpanao asa tanana any amin’iny kaominina Ambalavao Atsimondrano iny ny fikatonan’ity toeram-pitsangatsanganana iray ity. Mahatsapa ho sahirana noho izany ihany koa ny kaominina, antony nanosika ny Faritra Analamanga hanome tosika ny famelomana indray ivon-toerana manana ny maha-izy azy tahaka izao. Tsiahivina moa fa ankoatra ireo karazana kilalao maro samihafa sy lomano azo hatao ao amin’ny Park Analamanga dia misy ihany koa ny trano fandraisam-bahiny ho an’ireo izay mikasa ny hatory any an-toerana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Nirina R“Anatra ho an’ny kamo be tenda ny fihibohana”

Nitondra lafin-tsaran-javatra ho antsika teto Madagasikara ny fisian’ny fihibohana nateraky ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid 19 hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, tale jeneralin’ny orinasa Mpitsabo Malagasy

 

FITRAMA omaly raha nahita kosa ny olona sasany fa krizibe iny nolalovana iny. Nataon’Andriamanitra nandalo teto amintsika izany hoy izy mba hanarenana ny tsy mety ka anisan’ireny ireo kamo be tenda zatra miandry fotsiny. Maniraka antsika hiasa ary hanao ny tsaratsara kokoa ireny tranga ireny hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina no sady manosika ny rehetra mba hifankatia sy hifanohana ihany koa. Ho an’ny tantsaha manokana izay mandrafitra ny 85 %-n’ny Malagasy dia nomarihiny fa mbola afaka niompy sy namboly ihany izy ireny na dia nisy aza ny olana teo amin’ ny famoaham-bokatra. Izy ireny hoy izy no niantoka ny fahafahan’ny olona nividy sakafo teny an-tsena izay tena mendrika ampiana tokoa raha tiana ny hamahana ny olana ara-tsakafo eto Madagasikara. Fotoana ihany koa ireny hoy Rafanomezantsoa ahitan’ny Fitondram-panjakana izay olona tena vonon-kiara-hiasa aminy hampandrosoana ny firenena. Iza no tena nahavita hoy izy ary iza no mitondra anarana fotsiny fa tsy nanao zavatra ? Nomarihiny moa fa anisan’ny mbola tena manimba antsika eto amin’ny firenena ihany koa ny toe-tsaina ory hava-manana ka rehefa misy mikitika ny tany iray dia mipoitra ireo milaza ho tompony nefa hatramin’izay tsy nisy niraharaha. Mila manova toe-tsaina isika hoy izy raha te-handroso marina.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra avo aty afovoan-tany Hisy avandra hatramin’ny tapaky ny herinandro

Vinavinaina mbola hahazo h]avandra ny faritra afovoan-tany vokatry ny fisian’ny rindrin-drahona any amin’ny lakandranon’i Mozambika. Matetika ny orana fidirana tsikelikely makany amin’ny fahavaratra no tahaka izany, hoy ny teknisianin’ny Météo.

 

Vokatry ny fandalovan’ny rindrin-drahona, indrindra ny faritra avo aty afovoantany sy ny faritra avaratra antsinanan’ny nosy no antony. Somary mikorontana kely aloha ny toetry ny andro, ary mety mbola hisy hatramin’ny tapatapaky ny herinandro amin’ny faritra avo ny havandra. Ny ilany antsinanana sy Atsimo dia hahazo orana. Ny alahady teo, nitondra faisana ny tany Anjozorobe sy ny manodidina toy ny kaominina Mangamila, Betatao, Marovazaha,…. ka ny 50% teo tamin’ny fambolena no niharam-pahavoazana. Tany Morarano Chrome Faritra Alaotra Mangoro, dia trano 50 no potika sy rava, 300 ny traboina, ary roa ny olona tototry ny trano, saingy tsy nisy ny aina nafoy. Nirotsaka ny orana teto an-dRenivohitra omaly, ary nisy ireo toerana sasany nahitana avandra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana maloto ankalamanjana Efa mihatra ny sazy eto Antananarivo

Efa mihatra ny fitsipi-dalàna momba ny fikoloam-pahasalamana na CMH eo anivon’ny Kaominina Antananarivo. Efa amperin'asa ny mpijoko ireo mpivalan-drano ankalamanjana.

 

Tsy misy azo ialana hoe olombelo tsy akoho, fa avy hatrany dia voafaoka mankany Anosipatrana mandoa vola, raha tsy izany tonga dia miditra “violon”. Efa niely tany amin’ny tambajotran-tserasera ny fampahafantarana avy amin’ny olona voalaza fa efa tratra nampiseho ny rosia nandoavam-bola 5 alina ariary sazy. “Tamin’alahelo no nanomezako azy an’io vola io satria izaho tsy nahafantatra an’io vaovao io, ka tampoka tamiko ary tena poritra tsy zaka intsony dia natao teo. Tsara ilay izy, fa tokony mba ampitomboina ny “WC Public” tompoko satria tamin’ny toerana nahatrararana ahy tsisy na toeram-pivoahana na toeram-pidiovana…”, hoy ny fitantarana. Adihevitra tsy hifankahitana ny CMH, izay mety misy ny lafy tsarany sy lafy ratsy azo iadian-kevitra na ahitsy. Efa lalàna hatramin’izay kosa ny tsy fanaovana maloto ankamanjana, izay tokony tsy hatao na aiza na aiza. Mila fepetra manokana toy ny fametrahana toeram-pivoahana anefa na izany aza. Mila fahatsapan-tena avy amin’ny tsirairay, fa raha handrasana hosaziana sy atao andrimaso vao hanaja ny fahadiovana isika, dia tsy handroso na afaka 100 taona aza.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Datin’ny 14 oktobraAndro fiasana indray

Raha efa nanantena avokoa ny rehetra fa hankalazaina amin’ny datin’ny 14 oktobra ho avy izao ny faha-60 taona niverenan’ny fahaleovantena sy ny faha-62 taonan’ny Repoblika voalohany dia nanambara ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny alahady alina teo fa any Antsohihy,

 

 Faritra Sofia irery ihany no hankalazana izany. Miaina amin’ny fiainana toy ny andavanandro rehetra ihany ny vahoaka manerana ny Nosy hoy izy noho ny mbola tsy fahafahana mamory olona mihoatra ny 200 isa. Eo an-daniny hoy izy dia eo an-dalam-pamaranana ny ady hatao amin’ny valanaretina Covid 19 isika no sady miady amin’ny kere na ny hanohanana mahazo ireo vahoaka any amin’ny Faritra Atsimo ihany, ady izay tsy azo tsinontsinoavina. Tsiahivina moa fa anisan’ny nisafidianana an’Antsohihy ny maha-tanindrazan’ny Filoha Philbert Tsiranana azy izay nitantana tamin’ny Repoblika voalohany. Any an-toerana araka izany no hatao ny fankalazana izany amim-pomba ôfisialy ary ho avy hanatrika izany any an-toerana ny Filoha Andry Rajoelina.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mokhtar Andriatomanga« Lakilen’ny fampandrosoana ny fifankazahoana »

Nandray ireo ben’ny tanàna voafidy tao amin’ny distrikan’Antsohihy, faritra Sofia, tao amin’ny Lapan’ny Faritra Mahajanga be ny governoran’i Boeny, Mokhtar Andriatomanga, omaly

. Nanatrika izany ny filoha lefitry ny antenimieram-pirenena, faritany Mahajanga, Lalao Rahantanirina sy ny Depioten’i Soalala. Dinidiniky ny mpiralahahy sy fifanakalozana traikefa, noho ny governora efa avy ben’ny tanàna no nisy teo amin’ny roa tonta, ankoatra ny fitsidihana ara-pomba fanajana nataon’ireto ben’ny tanàna ireto, hoy ny fampitam-baovao. Anisan’ny hafatrafatra nomen’ny governora ireto ben’ny tanàna voafidy tao Antsohihy ireto ny tokony hisian’ny fifankazahoana sy firaisankina eo amin’ny samy olom-boafidy ary ny olom-boafidy sy ny olom-boatendry. Lakilen’ny fampandrosoana izany, hoy hatrany ny tenany, ary antoka eo anatrehan’ireo vahoaka izay nifidy fa manaja azy ary mitia azy ny mpitondra mahay mifankatia sy miara-miasa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefanaTsy atokisan` ny fanjakana ve ?

Maro ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana (CTD) indrindra ireo kaominina mitaraina fa tsy voarain` izy ireo ny anjara tamberimbidiny indrindra ny avy any amin`ny orinasa vaventy mitrandraka harena ao aminy.

Ho an`ny sehatry ny harena an-kibon`ny tany ohatra, dia manodidina ny 2%n` ny sarany na haba alaina amin`ny vidiny ivarotana azy. Mitsinjara roa io 2% mihoatra amin`ny vidiny ny haba io ka sokajina haba (redevances minières) ny 0,6% ary tamberim-bidy ny 1,4%. Tsinjarain` ny tahirim-bolam-panjakana isaky ny rafitra tokony hahazo azy amin` izay ireny haba ireny avy eo. Mankany amin`ny fanjakana ny haba ho an` ny harena an-kibon` ny tany (redevances minières) ary an` ny CTD ny tamberimbidy amin`ny harena an-kibon` ny tany. Lasan` ny fanjakana ny 65%n` ny haba avy amin` ny harena an-kibon` ny tany ary lasan` ny kaominina ny 90%n` ny tamberimbidy. Matoa anefa mitaraina ireo CTD fa tsy misy fampandrosoana eo amin` ny faritra misy azy dia noho ny tsy fahatokisana azy ireo. Misy mihitsy amina miliara ny vola tokony hiditra ho an` ireo vondrom-bahoakam-paritra saingy toa fehezin` ny fanjakana ny volabe. Marihana hatrany fa mamaritra ny fepetra ao amin`ny rafitra iraisam-pirenena hisian`ny mangaraharaha ny harena an-kibon` ny tany vaventy (EITI) fa tsy maintsy fantatra mazava avokoa ny hetra na haba naloan`ny orinasa mitrandraka sy ny nampiasana azy ireny. Raha manahy ny fanjakana fa tsy manana traikefa amin`ny fitantanana volabe ireo kaominina indrindra ny any ambanivohitra dia tokony miroso amin` ny fampiofanana azy ireny izy fa tsy tokony hivangongo amin` ny fitondrana foibe intsony ny fitantanana ny vola.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hemerson Andrianetrazafy“Noferana fotsiny amin’ny fifidianana ny fahafahana eto”

Tsy mbola nisy fitondrana nahatanty tsikera teto hatramin'izay, hoy ny mpahay tantara sy mpahaivakoka ary mpanakanto, Hemerson Andrianetrazafy. Raha voasokajy ho isan’ny heloka 12 mahafaty izy faha tany gasy dia mahavery izay sendrany izy taty aoriana.

 

Mbola tsaroantsika angamba ny rafitra nisy sivana tamin’ny repoblika voalohany sy faharoa. Nefa ny rafitra nandimby toerana toa tsy nahay naka lesona fa nanidy trano amin’ny endriny maro. Fampakarana fitsarana, fanagadrana, fanenjehana fotsiny tsotra izao no misy. Etsy andaniny anefa, satria izay no maridrefy "iraisam-pirenena" dia aroso aloha ny fitantanana mandala "demokrasia". Izany hoe rafitra miankina indrindra amin'ny fahafahan'ny olompirenena mandray anjara amin'izay iombonana rehetra ahafahany maneho ny heviny saingy io fahafahana io amin'izao fotoana izao dia noferana fotsiny amin’ny fifidianana. Raha misy fanakianana ny tranga misy dia efa hidiana ao anatin'ilay sokajy kitapobe hoe " mpanohitra". Tsy lavitra an'io no misy an'ilay mpanakorotam-panjakana. Eto aloha dia ny fanidiana trano amin’ny lalàna isan-tsokajiny no fitaovana enti-manampim-bava. Anisan'izany izao, araky ny hevitro, ity rafitra napetraka momba ny "cybercriminalité" ity. Any amin’ny tompony izy io, ny “cybercriminel” dia ireny mpamaky tambazotra mangalatra tsiambaratelo na “hackers” na mpanodikodim-bola na mpanadio vola maloto amin'ny alalan'ny tranokala fa eto amintsika kosa dia natao hivelezana ny halako bika tsy tiako tarehy ilay izy. Raha toa tokoa mantsy fanompana sy fanalana baraka no hanenjehana azy toa efa misy didy aman-daàna mikasika izany ao amin’ny fehezan-dalàna famaizana na “code penal”. Ny nananganana ilay sampana "cybercriminalité" izany dia fitaovana hamatorana fa tsy hifehezana ny mpampiasa tambazotra izay mba sehatra tokana ahafahan'ny tsirairay maneho hevitra. Ny fanilihana ny tsy mitovy hevitra sy ny fahalainana ny hihaino ny hafa dia sakana manidy antsika hatrany ao an-kizon'ny kirizy lava reny, hoy hatrany ity mpahay tantara ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraManana olana amin’ny resaka lalàna sy fitantanana

Adinontsika fa rafitra sy fandaminana na “organisation” ny firenena, hoy ny mpahaifitantanana Ricky Andriamampandry, avy ao amin’ny Antso fiarahamonina Kristianina dia io tsy tantanana io.

 

 Maro ny zava-misy tsy mandeha araka ny tokony ho izy eto amin’ity firenena ity ny fitantanana azy ary tsy vao sambany no nahenoana hoe nobeazina haka diplaoma mba hitady sy hahita asa ny tanora Malagasy hatramin’izay fa tsy hanangana na hitantana. Nalaza ho nikorontana moa teo aloha teo ny fitantanana ny rafitra mitantana ny baolina kitra. Milamindamin-dratsy izy ankehitriny. Tsy mbola nisy fikarakarana ny fifidianana ihany koa teto ka heno hoe nahafa-po ny maro fa saika nahitana tsy fahatomombanana sy tsy fanarahan-dalàna hatrany. Ny lalàna rahateo samy manana ny fandikany sy fandraisany azy daholo, ka hatramin’ny lalampanorenana avy aza dia samy hafa no fandraisana azy. Mampametra-panontaniana ankehitriny hoe sao dia be teoria fotsiny aza ny Malagasy fa sahirana rehefa mampihatra.Iny eo ihany fa ny tsikaritra ihany koa dia ny fitadiavana sy nyvola no mibaiko ny maro ka atao izay hahatsara rafitra ny CV mba hahazoana asa.Tsy ampy ny finiavana sy faniriana hahay zavatra, fa ny hahazo mari-pahaizana aloha no laharampahamehana. Ny resaka lalàna, fitantanana ary serasera izao no be mpanao indrindra eto Madagasikara saingy tsy mety voalamina ihany ny firenena.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dany Rakotoson“Mifangaro ny asan’ny mpitondra sy mpanao asa soa”

Ny zava-misy ankehitriny dia maneho avokoa fa mbola tsy mandroso ny firenena ary tsy ao anatin’ny politika mazava iarahan’ny rehetra, hoy ny mpandinika raharaham-pirenena, Dany Rakotoson.

 

Mpitari-tsambo ankehitriny ny mpitondra fanjakana ary isan’ny asany ny fampiarahana ny olona rehetra anaty sambo hiara-kandroso mba hanome toerana hitodiana mazava tsara fa raha tsy izany dia misavoritaka sy mifandrafy. Mila asa be dia be isika satria maro ny tanora tsy an’asa manerana ny nosy. Saika tsy misy orinasa any amin’ny faritra kanefa ny fananganana ivon-toerana na “centre” ve no vahaolana? Inona no politikantsika momba ny famoronana asa, ny fampianarana, ny fandriampahalemana? Ahoana no fomba fanapariaham-pahefana mazava tsara mba hisian’ny vola miserasera isam-paritra? Rehefa tsy mazava izany fa asa kitaitaitra fotsiny na “activisme” no ataonao dia tsy handroso mihitsy ny firenena. Tsy asan’ny fanjakana ny manao fanampiana fa ny mitady vahaolana maharitra amin’ny olana rehetra mipoitra. Tsy hoe hiandry fanampiana avy any ivelany foana. Mila mahay mifidy olona tsara isika amin’ny 2023 fa tsy mampandroso firenena ny taitaitra. Mifangaro eto, hoy ny fanazavany, ny asan’ny mpitondra sy mpanao asa fanasoavana. Asan’ny mpanao asa fanasoavana fa tsy mpitondra fanjakana, hoy hatrany izy, ny manangana ivontoerana hanomezana sakafo. Ny asan’ny mpitondra dia ny mitady vahaolana maharitra hananan’ny vahoakany asa hahafahany mampianatra ny zanany, manana trano, manana fiara, maka rivotra, sy ny hafa rehetra. Izany no atao hoe politika, hoy izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Otrikafo“Ady amin’ny fampahantrana no tokony ataontsika”

Eto am-pelatananay ny "accords franco-malgaches" nifanaovan'i Lafrantsa tamin'ireo mpitondra izay napetrany ihany na dadabe Tsiranana tamin'izany fotoana izany talohan'ny nanomezany ny fahaleovantena sarintsariny, hoy ry zareo eo anivon’ny antoko politika Otrikafo.

 

 Izy ity moa dia tsiambaratelom-panjakana tamin'izany. Maromaro ny voalaza ao fa ny fehiny dia hoe nanaovan'ny Lafrantsa fifanarahana avokoa ny lafin-javatra rehetra eto Madagasikara mitohy mandrak’ ankehitriny. Izay filoha napetraky ny vahiny eto dia tsy maintsy manaraka io fifanarahana io. Ny vahiny hoy izahay satria efa mizara ho be dia be ny tombotsoa eto fa mbola lohalaharana i Lafrantsa. Anisany tena mampahantra antsika Malagasy io indrindra ny ifehezan'ny vahiny ny toekarentsika. Eny tokoa, fa tsy hita maso izany rehetra izany ary toa voizin'ny vahiny mafy mihitsy ny hoe raha mahantra ny malagasy dia nohon'ny toe-tsainy. Ilay Malagasy ve nanana fahafahana hatramin'izay teo amin'ny taniny? Ady amin'ny fampahantrana fa tsy fahantrana no ho ataontsika ka manasa ny rehetra, hoy izy ireo, hanatrika ny ady hevitra momba izany ao amin’ny foiben’ny Otrikafo Andravoahangy ny marainan’ny sabotsy izao manomboka amin’ny 10 ora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo Raikitra ny fifanonganana…

Mafampana eo anivon’ny Fiadidian’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA).

 

 Nametraka taratasy fangatahana fivoriana tsy ara-potoana ireo mpanolotsaina maro an’isa eo anivon’ny Kaominina Antananarivo ny 25 septambra teo, ka isan’ny mivoitra ny fanovana ny Birao maharitra ny Mpanolotsaina Monisipaly (CM). Amin’ity volana oktobra ity no angatahana an’io fivoriana io niantefa amin’ny Filohan’ny Filankevitra Monisipaly (PCM) Ralitera Andramparany, ary halefa handalo eny amin’ny Prefe ihany koa taorian’ny fanolorana azy ny birao. Ny fitanilana nataon’ny PCM tohanan’ny IRK no ambara fa isan’ny antony hanonganana azy. Mitsimbadika rahateo ny maro an’isa eo anivon’ny CM: 55 ny fitambarany ka ny 25 TIM, 25 IRK, 3 KOMBA, 02 tsy miankina (Lalatiana Ravololomanana,Tiana Laurence). Ny iray avy amin’ny Komba no tsy nanao sonia ny taratasy fanonganana ny Birao maharitra, ary miaraka amin’ny TIM kosa i Hilda Hasinjo Ravelonahiana sy Toavina Ralambomahay miampy an’i Clémence Raharinirina avy amin’ny IRK, izay manome 28. Miisa 27 ny manohana IRK dia IRK 24, Komba 01, Tsy miankina 02 (Lalatiana Ravololomanana, Tiana Laurence). Miara-dia amin’ny ben’ny tanàna i Lalatiana Ravololomanana, kanefa mahita ihany koa fa betsaka ny fomba fiasa sy mila ahitsy eo anivon’ny Mpanolotsaina Monisipaly, raha ny fanehoan-keviny. Maro ny tsy fitovian-kevitra teo anivon’ny CUA, toy ny resaka fitsipi-pifehezana momba ny fikoloana ara-pahasalamana, ny resaka fakana vola, tsena,… Misy tetikasa tena hita hoe tsy dia mety, kanefa tsy nekena ny fanovana. Nisy ny fandaharam-potoana nifanipahana, nilazan’ny Filohan’ny PCM fa tsy izy no nanao azy kanefa izy no Filoha eo, hoy i Toavina Ralambomahay.

FIFANAOVANA VAVA BE

 Ny herinandro lasa teo, nisy ny fanehoan-kevitra masiaka nataon’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina tamin’i Clémence Raharinirina, fa raha misy mpanolotsaina vonona hiara-hiasa dia vonona ny mpanatanteraka, ary raha misy vonona hiady dia ny ben’ny tanàna tsy mitsoaka ady. Mihenjana ny tady, ka dia andrasana izay ho tohiny.

Toky R

La Vérité0 partages

Sénatoriales 2020 - Quand l’opposition facilite la tâche au régime

Un petit tour et puis s’en va ! C’est ainsi que l’on imagine le déroulement des prochaines élections sénatoriales. Puisque les membres de l’opposition à savoir le parti «Tiako i Madagasikara » et le HVM ont décidé de ne pas participer aux prochains scrutins prévus le 11 décembre, il n’y a donc pas de risques de contestations majeures à l’issue des votes. Entre le choix de participer puis risquer la défaite, et celui de ne pas participer, les détracteurs du régime ont choisi le moindre mal. Venant de l’opposition, un tel acte est pourtant contraire aux principes de la démocratie qui prônent le pluralisme politique et la règle de la majorité lors des élections. D’ailleurs, la décision de retrait est plus davantage dictée par la peur de la défaite que toute autre raison.Si l’objectif des opposants est donc d’invalider les sénatoriales, ils font complètement fausse route. Rappelons qu’au cours d’une interview en marge de l’inauguration de l’usine « PHARMALAGASY », la semaine dernière, l’ancien président de la Haute Cour constitutionnelle, Norbert Lala Ratsirahonana avait clairement assuré qu’il est question de jurisprudence internationale. « Peu importe si un ou des partis se rétractent, cela n’invalide en rien les résultats électoraux. Les vainqueurs sont toujours élus de manière purement démocratique », a précisé ce grand juriste et politicien. D’autant plus que la Haute Cour constitutionnelle a considéré la requête faite par un groupe de sénateurs en dénonciation des présumés irrégularités des procédures d’un texte de valeur législative se référant à une procédure prévue par l’article 118 de la Constitution. Ce fut l’occasion pour les juges d’Ambohidahy de rappeler que les ordonnances en question, dont celle relative au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs, ont déjà fait l’objet d’un contrôle de constitutionnalité et été déclarées conformes à la Constitution. Peine perdue donc pour l’opposition qui facilite ainsi la tâche au régime dans la poursuite du processus électoral ainsi qu’à la concrétisation de la vision du Président Andry Rajoelina.La Rédaction

La Vérité0 partages

Ministère de la Communication et de la Culture - Carte de journaliste en gestation, les phoning autorisés

Cela fait presque 5 ans qu’il n’y a pas eu de distribution de cartes de journaliste dans le pays. La plupart des journalistes utilisent les cartes de presse délivrées par leur organe de presse respectif.  Mieux vaut cette carte « fait maison » que rien du tout car le métier de journaliste est sensible.Le ministère de la Communication et de la Culture a toujours eu l’intention d’accélérer la distribution de cette carte. Suite à l’adoption de la loi sur la communication médiatisée, le ministère est sur le point d’atteindre cet objectif. Mais pour le moment, il effectue des « ajustages », d’après les explications du directeur général de la communication par intérim Fetra Rakotondrasoava. Le ministère est sur le point d’adopter un arrêté dans le but de mettre en place et opérationnaliser la « commission paritaire », composée de journalistes issus des quatre coins de l’île, qui se penchera sur la distribution de ladite carte de presse tant convoitée. Après l’adoption de l’arrêté lui-même découlant de la loi sur la communication médiatisée, les « vrais » journalistes obtiendront le précieux sésame.Cette carte est importante pour les journalistes qui descendent sur le terrain. Ils peuvent justifier leur profession auprès des organes et des personnalités qu’ils abordent. Elle permet ainsi d’assainir le monde des médias qui pullulent de « faux journalistes ». La carte permettra alors de trier le bon de l’ivraie, offrant une sécurité à qui de droit.Election de l’OJMOutre cet assainissement du monde des médias, la distribution de la carte de journaliste permettra par la même occasion de procéder à une nouvelle élection des membres de l’Ordre des journalistes de Madagascar. Et cela fait près de 3 ans que le mandat des membres actuels de l’ordre est arrivé à son terme. L’achèvement du processus de distribution de la carte aboutira à l’arrêtage de la liste électorale de cette élection.Maintien de la réquisitionSur un tout autre sujet, le directeur général de la communication par intérim a rappelé que toutes les radios et toutes les télévisions sur l’étendue du territoire national sont toujours réquisitionnées. La situation d’urgence sanitaire justifie le maintien de la réquisition, notamment la diffusion des informations sur la pandémie de coronavirus quotidiennement vers midi et la déclaration à la Nation effectuée par le Chef de l’Etat ou le Premier ministre tous les 15 jours.Par contre, il a annoncé un allègement au niveau des organes de radio. Les « phoning » des auditeurs sont de nouveau autorisés pour les radios. Mais cela doit se faire dans le strict respect de la législation en vigueur, l’éthique et la déontologie. Par ailleurs, il faut toujours respecter non seulement la loi mais également la liberté d’autrui, dans le souci de maintenir la paix et la sérénité sociale. Ces appels téléphoniques ont dû être arrêtés dès le début de la pandémie afin d’éviter la diffusion des fausses informations et des rumeurs qui pourraient créer la panique auprès de la population.

La Vérité0 partages

Escroquerie de haut vol - Un chef protocole soutire 220 millions d'ariary à des opérateurs économiques

Un actuel chef protocole d’un grand ministère a été arrêté dans un grand hôtel de la Capitale. Il est accusé d’implication dans une affaire d’abus de confiance et d’escroquerie de haut vol. L’individu qui porte les initiales T.R. a soutiré quelque 220 millions d’ariary à des opérateurs économiques de la place. Il se fait passer pour un haut responsable d’un autre ministère qui a son siège à Ampandrianomby. Un ministère qu’il connaît bien. Dans un passé récent, T.R. a été chef protocole de l’ancien ministre de ce département, lequel est aujourd’hui directeur général d’une société d’Etat dont nous tairons le nom. En tout cas, à ses victimes, T.R. affirme qu’un budget de six millions de dollars est disponible au niveau du ministère dont il usurpe des titres et des fonctions. Il dit que ce fonds serait destiné à réaliser des projets d’amélioration au niveau de la société d’Etat citée supra. Tantôt il se présente comme étant la personne responsable des marchés publics, tantôt comme directeur technique, tantôt comme responsable du protocole, selon les opérateurs qu’il démarche. A ces derniers, T.R. affirme en tout cas être en mesure d’attribuer des marchés publics. En contrepartie, il demande de lui donner d’avance des sommes d’argent. Les opérateurs économiques, mis en confiance par l’homme, se sont laissé convaincre et remettent la somme demandée à T.R. Cet individu s’est ainsi fait remettre près de 220 millions d’ariary. Les jours se succèdent cependant sans que les opérateurs n’obtiennent les fameux marchés promis. Les opérateurs demandent ainsi des comptes à T.R qui aurait pour réponse présenté un « Memorandum of understanding » ou un mémorandum d’entente. Sur ce document figurerait les signatures du président du conseil d’administration de la société d’Etat et du directeur général du ministère cité supra. Une manière pour T.R d’affirmer que ces deux hauts responsables auraient accepté de remettre les marchés pour les opérateurs économiques. Ceux-ci laissent alors le bénéfice du doute à leur interlocuteur. Cependant, les jours se succédèrent de nouveau sans que la bonne nouvelle tant attendue ne vienne. Comprenant qu’ils se sont fait abuser, les victimes décident alors de porter l’affaire en justice. La Police a tendu un piège à T.R. L’escroc présumé et une de ses complices ont alors été arrêtés hier et placés en garde à vue. Les enquêtes ont été ouvertes afin de déterminer l’existence ou non d’autres complices impliqués dans ce dossier.La rédaction

La Vérité0 partages

Christian Rasoarahona - « Ravalomanana doit aussi indemniser ses victimes »

Faisant partie de ceux qui ont été les cibles du « hazalambo » (littéralement chasse aux sangliers) décrété par Marc Ravalomanana lors de son accession au pouvoir en 2002, Christian Rasoarahona est complètement outré par la démarche du clan du patron de l’empire Tiko tendant à se faire indemniser par l’Etat malagasy des préjudices qu’il aurait subis consécutivement à la crise de 2009. Interview.

La Vérité (L.V.). A travers ses conseils, Marc Ravalomanana réclame la faramineuse somme de plus de mille milliards d’ariary à l’Etat pour l’indemniser des préjudices qu’il aurait subis lors de la crise de 2009.

Christian Rasoarahona (C.R.). C’est de la divagation pure et simple. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais, comme par coïncidence, ce montant couvre à peine l’étendue des arriérés de taxes et impôts que le groupe de Marc Ravalomanana doit à l’Etat, donc aux contribuables. Personne n’est dupe ! En réalité, l’homme veut simplement appliquer la règle du « samy miala maina dia samy afaka » (« On est quitte », ndlr).

L.V. Le clan Ravalomanana invoque la feuille de route de sortie de crise dans sa démarche. C.R. C’est trop facile et c’est carrément une insulte de la part d’une personne qui se considère comme un ancien Ray aman-dreny des Malagasy, après avoir été Président de La République pendant quelques années. Payer ses impôts est le premier devoir d’un citoyen et encore plus pour un groupe commercial qui a engrangé des super profits pendant des années. Ce, de surcroît, dans un pays très pauvre comme Madagascar. Et puisqu’on parle de préjudices, que dit Marc Ravalomanana des préjudices incommensurables qu’il a fait subir à ses concitoyens en 2002 ?

L.V. C’est un aspect de la question que vous êtes l’un des rares à soulever. Pouvez-vous en dire plus ?C.R. Des centaines de familles ont été victimes de son fameux « Hazalambo » (une opération de règlement de compte dont Marc Ravalomanana a chargé des militaires réservistes après son accession au pouvoir en 2002). Qu’il s’agisse de morts violentes suspectes, des emprisonnements, des incendies de domiciles, des exils forcés, des séparations familiales. La liste des exactions et des victimes est très longue et l’ampleur des dégâts subis est inimaginable si on se réfère juste aux archives du CFM. Les 1 000 milliards réclamés par Marc Ravalomanana sont infimes comparés aux préjudices de ses victimes avec la crise de 2002. Et on ne citera pas les « Alahelo » (rancœurs, ndlr) et les « Takaitra » (sequelles, ndlr) que cet homme a laissés derrière lui.

L.V. Outre votre propre personne, pouvez-vous donner des exemples concrets des victimes de cet épisode sombre de l’histoire du pays ?C.R. Outre bien entendu et en premier lieu les Didier Ratsiraka et Tantely Andrianarivo et leurs entourages proches, familles et collaborateurs, il y a aussi les membres du Gouvernement de l’époque, pour ne citer que les Jean Jacques Rasolondrainibe, Houssein Abdallah, José Andrianoelison, Victor Boanoro, Blandin Razafimanjato et autre Hery Velona Ramanantsoa. Et la liste n’est pas exhaustive car beaucoup d’autres familles, telle que celle de Lalatiana Ravololomanana, ont également été gravement affectées. Toutes ces victimes sont en droit de réclamer à Marc Ravalomanana des indemnisations pour les préjudices physiques, matériels et moraux subis, avec preuves à l’appui. Et sans compter les « Alahelon’ny taranaka faramandimby » (rancune ressentie par les futures générations). Donc en réclamant une indemnisation liée à la crise de 2009, Marc Ravalomanana risque d’être victime de ses propres turpitudes.

L.V. C’est-à-dire ?C.R. En soulevant cette question d’indemnisation, il a réveillé de vieux démons. Ses conseillers feraient mieux de lui recommander la stratégie du « Misitrika » (faire le mort, ndlr).Propos recueillis par Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Poids plume !

Les partis d’opposition boycottent les sénatoriales. Soit ! Mais quel poids représentent-ils sur l’échiquier de la politique nationale ?Le HVM, le pesant d’or d’antan, ne vaut pas plus qu’une plume au jour d’aujourd’hui. Zéro député à l’Assemblée nationale, zéro pointé de ses membres au Sénat dans sa nouvelle configuration, le parti de Rajaonarimampianina Rakotoarimanana Hery Martial ne tient qu’à un fil. Il suffit d’un moindre coup de vent pour que tout se brise. A son côté, le TIM de Marc Ravalomanana, son complice de circonstance, se bat entre la vie et la mort. Absent dans l’arène du Parlement, le HVM est condamné à errer dans une traversée du désert insoutenable. Tandis que le TIM, handicapé par les tracas de son président fondateur vis-à-vis de l’administration fiscale visant l’empire familial (TIKO) du moins ce qui en reste, éprouve toute la difficulté à retrouver son rythme. C’est dommage car le jeu sain de la démocratie veut qu’une formation politique ou d’autres acteurs crédibles tiennent leur rôle de contrepoids du régime.En face, la plate-forme Orange bat de l’aile. D’une certitude absolue, elle raflera la mise du scrutin du 11 décembre. A l’allure où vont les choses en ces temps-ci, l’IRD n’aura aucun souci à se faire pour occuper la totalité des douze fauteuils des sénateurs élus au Palais de verre à Anosikely. D’un côté, c’est une belle opportunité pour le régime MAPAR d’avoir les coudées franches à gérer selon son guide les affaires nationales. Selon le Président Rajoelina, la situation dans laquelle est coincé le pays nécessite des actions urgentes. Ainsi, avoir la haute main sur les deux Chambres du Parlement permet d’enclencher la vitesse supérieure dans la concrétisation du Velirano. Les navettes inutiles et parfois enquiquinantes entre Tsimbazaza et Anosikely font perdre trop de temps et à terme, coûtent trop chères au pays. Mais de l’autre sens, il faut reconnaitre que « jouer »seul sur terrain sans adversaire de taille ternit quelque peu l’image de la compétition. « A vaincre sans péril, un triomphe sans gloire ! » dit-on. La démocratie grandit et se renforce dans les débats contradictoires d’idée. On a toujours besoin de la présence en face de quelqu’un qui ne partage pas l’idée avec soi. Cependant, quand la partie adverse désiste de son propre gré, on n’y peut rien. L’adversaire défaillant assume la défaite certaine de son camp. En tout cas, personne d’autre n’est responsable de sa décadence. En tenant compte de leur prestation respective du temps où ils tenaient les rênes du pouvoir, les ténors du parti du TIM et ceux du HVM, victimes de leur propre turpitude, n’ont qu’à mordre leurs petits doigts. Comme il fallait s’y attendre, on s’achemine ainsi vers la victoire écrasante du camp présidentiel. Une dure réalité que Ravalomanana et Rajaonarimampianina doivent admettre en toute logique. Face à la montée de la nouvelle génération sinon des nouveaux visages de la plate-forme IRD, les têtes d’affiche ou plutôt les dinosaures de l’opposition (TIM et HVM) ne pèsent pas lourdes. Des poids plume qui s’écroulent à terre dès le premier round ! Les anciennes gloires du microcosme politique local doivent se rendre à l’évidence que leur temps est révolu. En effet, la génération montante incarnée par le Chef de l’Etat, le jeune visionnaire Rajoelina Andry, occupe le terrain. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Reprise des vols à Nosy Be - Air Austral avance son retour sur le ciel malagasy

Deux vols prévus pour les 16 et 23 octobre prochains. Telles sont les dates annoncées hier, par la compagnie aérienne Air Austral pour une reprise progressive des vols entre La Réunion et Madagascar, et ce après plusieurs mois de suspension. Cette reprise se fera alors sur Nosy Be, sachant que la compagnie détient un droit de trafics sur cette destination. Elle rejoint ainsi Ethiopian Airlines qui a déjà entamé ses vols depuis le 1er octobre dernier. Selon les explications communiquées, cette reprise fait suite aux dernières annonces mais aussi aux sollicitations des autorités malagasy. « La réouverture de Nosy Be est, pour Air Austral, une étape importante. Après plusieurs mois de paralysie, cette première relance marque le redémarrage progressif de notre activité vers Madagascar et plus largement de notre activité régionale. Elle intervient par ailleurs, dans un contexte où les mesures d’hygiène et de santé en vigueur, répondent aux exigences réciproques des autorités françaises et malagasy pour garantir à nos passagers le meilleur niveau de sécurité sanitaire. Cette destination très prisée à Madagascar, de nouveau accessible au tourisme, saura graduellement répondre à la demande de voyages », a souligné Marie Joseph Malé, président directeur général d’Air Austral. Ainsi, Air Austral compte assurer des vols Nosy Be - La Réunion et Nosy Be - Paris.En tout cas, cette reprise des vols est une bonne nouvelle pour les opérateurs touristiques à Nosy Be ainsi que pour les autorités malagasy, vu qu’au départ Air Austral ne prévoyait reprendre ses vols sur Nosy Be qu’en mi-novembre. « Il faut croire que les dispositions et le protocole sanitaire mis en place par les autorités ont su la convaincre à reprendre ses activités sur la Grande île. Nous espérons que d’autres suivront afin d’assurer la reprise des activités touristiques », se réjouit un responsable au niveau du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie.  Pour le moment donc, seuls ces deux vols ont été annoncés. Toutefois, Air Austral compte bien étoffer son programme de vols en fonction de l’évolution de la situation. Rova Randria

La Vérité0 partages

Pollution de l’air à Antananarivo - Un SOS lancé à tous les citoyens

« Les efforts entrepris par le ministère ne suffisent plus ! » Ce sont sur ces mots que Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ministre de l’Environnement et du Développement durable, a réitéré son appel à l’aide à tous les citoyens du pays, en particulier les habitants de la Capitale pour remédier à la pollution de l’air asphyxiante dans la ville. « Les forêts de la Région d’Analamanga ne suffisent plus pour capter les émissions de carbone. Contrairement aux arbres forestiers, les feux de brousse se multiplient d’année en année, plus particulièrement en cette période. C’est pourquoi la pollution de l’air se ressent autant à Antananarivo depuis la semaine dernière. Les mesures effectuées depuis cette période ont montré que la densité de matières particulaires présentes dans l'air, cause de la pollution, dépasse même dix fois plus les normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une situation vraiment alarmante, pas seulement pour les personnes à risques », a expliqué le ministre, en marge d’un atelier sur l’environnement qui s'est tenu hier à l’hôtel Panorama, Andrainarivo. Effectivement, l’INDRI ou Initiative pour le développement, la restauration écologique et l’innovation a mesuré, jeudi dernier, la présence des matières en suspension dans l’air. Les chiffres tournent autour de 160,6 microgrammes/m3 pour les particules fines, alors que la norme journalière ne doit pas dépasser les 25 microgrammes/m3. Face à cette situation, le ministère de l’Environnement appelle à la mobilisation de tous, allant des autorités aux citoyens lambda, à faire un geste en faveur de la nature. « Le reboisement est le seul moyen pour améliorer la qualité de l’air dans la ville. Les habitants ne doivent pas attendre les campagnes de reboisement pour planter des arbres. Ils peuvent très bien apporter leur contribution en créant ou en entretenant leur petit jardin. Il ne faut pas oublier que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Tout le monde doit agir à son niveau, sinon nous allons tous mourir asphyxiés », soutient Vahinala Baomiavotse Raharinirina. En effet, selon les chiffres rapportés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 22 % de la population décèdent chaque année à Madagascar à cause des maladies liées à la pollution de l’air. Outre les feux de végétation, le gaz nocif émis par l’échappement des véhicules, l’incinération des déchets à l’air libre et les fours à briques contribuent également de manière conséquente à la pollution de l’air à Antananarivo. « Certains véhicules ne devraient plus circuler dans les rues de la Capitale, tellement ils génèrent des fumées polluantes. Nous allons donc collaborer de près avec le ministère des Transports pour renforcer les contrôles pour que ces vieilles voitures ne puissent plus circuler, pour la santé et le bien-être de tous », rajoute la responsable. Pour espérer un réel changement, tout le monde doit mettre la main à la pâte.           Rova Randria

La Vérité0 partages

Parking à Antananarivo - Des voitures sur cale accaparent les espaces

Malgré la récente action d’assainissement menée par la Commune urbaine d’Antananarivo, une action visant entre autres à débarrasser la ville de ses innombrables véhicules sur cale, cette entité doit encore redoubler d’efforts pour parvenir à un résultat probant. Car le fait est là : les parkings de la Capitale sont bloqués sinon accaparés par ces véhicules hors d’usage. Le cas de la Rue Jean Andriamady sise à Ampandrana, illustre cette situation. Sur 8 voitures garées sur le côté de la chaussée, 5 sont complètement hors de service. Il suffit d’y jeter un coup d’œil pour vérifier. Les passants ne manque pas de constater que sous leurs aspects séduisants, ce Suv Honda,  cette Renault fourgonnette ou encore ce minibus de marque coréenne, etc., ont une ou deux roues à plat. Et de la mauvaise herbe pousse depuis des lustres autour des pneus, preuve d’une longue période de stationnement des véhicules laissés à l’abandon à l’endroit.Mais ce qui dérange le plus, c’est que les riverains, ne trouvant plus assez d’espaces réglementées et conventionnelles pour se garer, sont obligés de créer une deuxième file sur la droite, et ce, dans le sens menant vers l’amont, c’est-à-dire à Faravohitra ou à Antaninandro. Or, l’espace que ces automobilistes ont trouvé pour garer leurs voitures la nuit, se trouve déjà presque au milieu de la voie. Il n’est donc pas étonnant que des accidents s’y produisent, notamment le week-end. La voie  est devenue si étriquée à cause de trois files de voitures qui y sont stationnées. Des chauffards, qui sont déjà passablement alcoolisés, semblent ne s’attendre guère à de telle situation, et nombreux n’ont pas pu anticiper un accrochage avec une ou deux voitures en stationnement. L’on préfère se taire quant aux conséquences matérielles désastreuses induites à ces chocs particulièrement violents. Au cours de ces cinq dernières années, des propriétaires se sont vus sacrifier de leurs biens qui coûtent plusieurs millions en une seule nuit. Le cas de la Rue Jean Andriamady n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Car la liste n’est pas exhaustive. Partout dans la ville des mille, on observe que de plus en plus de véhicules déclarés totalement hors de service occupent les parkings, sans qu’aucune action, disons plus efficace et pérenne, n’ait été menée pour résoudre une bonne fois pour toute cet épineux problème. Franck R. 

La Vérité0 partages

Commune urbaine d’Antananarivo - La chasse aux taxis et taxis-motos clandestins

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a favorisé les taxis et taxis-motos clandestins dans la ville d’Antananarivo. Effectivement, ces derniers profitent de la suspension des transports en commun pour exercer illicitement dans les rues de la Capitale, sans licence ni autorisation. Afin d’encourager l’intégration dans le secteur formel, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) procède actuellement à une opération de poursuite de ces moyens de transport clandestin. Pour la journée d’hier, les forces composées de la Brigade mixte et de la Police municipale ont fouillé les deux-roues et taxis exerçant du côté d’Ankazomanga, Tsarasaotra, 67ha jusqu’à Ankadimbahoaka. Tous les conducteurs de taxi ou de deux-roues irréguliers ont été sanctionnés, et leurs véhicules ont tout de suite été mis en fourrière. D’après le directeur des transports et de la mobilité urbaine (DMTU) au sein de la CUA, Vigor Bemanana, cette opération entre dans le cadre de l’assainissement de ce secteur d’activité. En effet, ces taxis clandestins n’alimentent pas la caisse de la CUA et tuent à petit feu les activités des transporteurs réguliers qui s’acquittent convenablement de leurs impôts et droits. Afin de renforcer la lutte contre ces moyens de transport clandestin, la Commission stratégique secteur taxi (CSST) a été installée à la Municipalité d’Antananarivo. Ladite commission sera l’entité focale de la CUA par rapport aux concertations pour l’amélioration du secteur taxi.Selon le maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina, la mise en place de la CSST et de la Brigade mobile fait partie de ses objectifs. « Actuellement, la Brigade mobile est active dans la lutte contre le non-respect de la loi, ainsi que pour l’amélioration de la circulation », soutient-il.Anatra R.

La Vérité0 partages

Mercato - Carolus Andriamahitsinoro reste en D1 saoudienne

Contrairement à ce qui a été véhiculé sur les réseaux sociaux, l’attaquant international malagasy Carolus Andriamahitsinoro s'est engagé avec un nouveau club et a choisi le Fujairah Football Club (club D1 - Émirats Arabes unis) pour la saison 2020-2021. Club auquel Diego Maradona avait déjà coaché en 2017.  A vrai dire, il reste dans  le championnat saoudien, dans une première division au Saudia Pro League. Il s’agit du club Al Qadsiah FC, équipe vice-championne de la deuxième Division, et promu en Saudi Professional League pour la prochaine saison. L'international malagasy reste donc dans le championnat d'Arabie Saoudite après avoir quitté son ancien club Al Adalh FC. Ce dernier a été relégué en D2 après avoir tâté la division Elite cette saison. Convaincu par la prestation de l’attaquant des Barea, son nouveau club a sollicité son service pour renforcer son rang dans le championnat Elite la saison prochaine. Pour rappel, Carolus a un contrat qui s'étend jusqu'à l'été 2022 avec son ancien club et devrait donc aller jusqu'à la fin de son contrat, son nouveau club a rempli toutes les clauses libératoires du joueur malagasy pour bénéficier de ses expériences. Auteur de 10 buts avec l’Al-Adalah, il vient de s’engager pour un nouveau défi avec l’Al Qadiash FC.« 16ème du classement des meilleurs buteurs de la Saoudi Pro League avec 10 buts, Carolus Charles tourne la page avec Al Adalh, 16ème et dernier du championnat 2019-2020 ».Rappelons que l’attaquant malagasy de 31ans sera présent au stage des Barea de Madagascar prévu au Luxembourg et sera au Maroc pour un match test contre le Burkina Faso.E.F.

Midi Madagasikara0 partages

Les rats conteurs et consœurs : Les contes traditionnels retranscrits

Haja Ravalison, Gad Bensalem et Bini Josoa pendant les premières représentations des rats conteurs.

Ayant survécu à une épidémie mondiale, une bande de rats errent ça et là. Sans repère et n’ayant que les vieux contes de leurs pères en tête ils se laissent aller à la magie d’une vie misérable mais remplie d’espoir.

A travers leurs élucubrations et leurs rêveries, nos compères revisitent quelques uns des contes populaires malgaches. « Raconter, se la raconter… ils ont ça dans la bile. Et, parce qu’ils ont plus d’un tour dans leur bide, ces types s’expriment avec leurs tripes et lorsqu’ils disent hip hip hip : le public s’exclame : Aux rats ! Hip hip hip ! Aux rats ». Il y a quatre ans, Les rats conteurs prenaient vie pour la première fois sur les planches de l’alliance française. Et depuis, le trio ne cesse de tourner dans les grandes villes de Madagascar. Mais après le confinement, le spectacle est rebaptisé « Les Rats Conteurs et consoeurs » mettant en scène des personnages proches de l’univers des fables incarnés par quatre comédiens. Pour ce faire, la Compagnie Miangaly Théâtre proposera le 16 octobre prochain un moment léger, ludique pour tout public, un début de soirée festif en redécouvrant les contes malgaches. Sa genèse ? Ce projet, est une aventure mettant en avant l’art vivant du Conte associé à l’humour et à la poésie moderne, le tout dans un format de théâtre contemporain propre à la Compagnie Miangaly. Ainsi, il s’agit d’un spectacle dynamique monté de toute pièce à partir d’une variété de contes connus ou encore méconnus. A Madagascar, depuis 2016, des comédiens du collectif Madagasikara Conteurs Gad Bensalem, Haja Ravalison et Bini Josoa, tous issus de la Compagnie Miangaly Théâtre font tourner à travers la Grande île et l’Océan Indien le spectacle « Les Rats Conteurs, des histoires à ne pas dormir debout ». Les trois comédiens ont en assuré l’écriture, l’interprétation et la mise en scène. En octobre 2020, en période de post-confinement, le spectacle est adapté au contexte sanitaire actuel et rebaptisé ponctuellement « Les Rats Conteurs et consoeurs». Dans cette version, ce sont cinq comédiens de la Compagnie Miangaly Théâtre qui seront présents pour porter en cœur, en corps et en voix une sélection de contes traditionnels retranscrits dans un langage très contemporain. Cette année, Hoby Rajoelison et Nathalie Rason viendront grossir les rangs avec Bini Josoa et Haja Ravalison, avec Christiane Ramanantsoa comme metteuse en scène.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Arrestation d’un présumé meurtrier

Activement recherché depuis deux ans, un homme, soupçonné d’être l’auteur d’un meurtre a été finalement appréhendé par les éléments de la police au sein de la Direction régionale de la sécurité publique de Menabe. Il a fait l’objet d’une arrestation à Anosikely Morondava samedi dernier. Les faits: en 2018, des individus malintentionnés avaient fait irruption dans le domicile d’une femme dans le village d’Antanambao Antsirasira, district de Morondava. Ils avaient fait main basse sur tout objet précieux de la maison. L’un des cambrioleurs, ne s’étant pas contenté de tous ce qu’il avait amassé, avait décidé de s’en prendre à la propriétaire de la maison, en la rouant de coups jusqu’à ce que mort s’ensuivait. Et une fois leur basse besogne finie, les assaillants avaient pris la poudre d’escampette pour s’évanouir dans la nature. Depuis ce jour, une enquête avait été entreprise par les forces de l’ordre en vue de les retrouver. Deux ans plus tard, cela a porté ses fruits avec l’arrestation de cet homme sur une plage à Anosikely. Un homme qui, de sources policières, aurait été le cerveau de ce cambriolage suivi d’assassinat. Et si l’on se fie à nos sources, l’arrestation de ses acolytes ne tarderait  pas à venir …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 1 décès et 12 nouveaux cas, hier

La Grande île a comptabilisé 12 cas et 1 décès supplémentaires hier, le 5 octobre 2020. Le Professeur Hanta Vololontiana a expliqué que ces 12 cas sont répartis comme suit : 3 dans la région Analamanga, 3 dans la région Sava, 3 dans la région Diana, 1 dans la région Vakinankaratra, et 2 cas parmi les passagers des vols nationaux qui ont atterri à Nosy Be. Hier aussi, 1 autre forme grave s’est ajoutée aux 13 autres en cours de traitement.

Guérisons. 115 personnes souffrant de la Covid-19 ont pu guérir, hier d’après ce qu’a rapporté la porte-parole du CCO Ivato dans son émission quotidienne. Analamanga et Diana sont les deux régions qui ont enregistré le plus grand nombre de guérisons. Enfin, ces chiffres semblent expliquer pourquoi l’Etat a décidé d’alléger une énième fois les mesures sanitaires. Aujourd’hui, parmi les gestes barrière préconisées, seul le port du masque est encore encouragé, même si de nombreuses  personnes   n’en portent  plus dans les rues de la capitale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Atelier Dessin : A la rencontre de Dwa

Dwa lors d’une séance de dédicace de « Mégacomplot à Tananarive”, qu’il co-signe avec Pov.

Dwa fait incontestablement partie des grosses pointures de la bande dessinée malgache. Dessinateur de renom,  il se fait rare mais pourtant, l’artiste ne rechigne jamais d’aller à la rencontre de son public pour partager son art. Cette fois, sans se contenter de faire découvrir ses œuvres,  Eric Andriantsialonina de son vrai nom,  propose littéralement un atelier de dessin qu’il animera au Tsanga Tsanga Hotel le 18 octobre.

C’est l’occasion à saisir pour rencontrer Dwa, dessiner ensemble et apprendre des techniques et des astuces pour appréhender le dessin. Initié ou débutant, l’idée est de partager la passion et d’introduire les participants à l’urban sketching par le biais de différents exercices

Dessinateur et auteur de plusieurs BD à succès telles que  « Coup d’éclat à Tamatave », « Dictature à Brickaville »,  « Megacomplot à Tananarive », « Lundi noir sur l’île rouge » et bien d’autres, Dwa  remporte le prix Paritana  en 2018, par ailleurs, à l’issu du concours, il  a exposé à Paris  des illustrations de grands formats baptisés « Empreintes ».  La taille de ses croquis habituels sont hors de la narration d’un album de bande dessinée, à travers cette exposition, il a laissé voir une autre manière d’approcher le dessin. En outre, Dwa a également décroché le prix Vanille dans la catégorie dessin pour Back to black. Consacrant ainsi son talent pour le dessin sur le vif.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 Qualifiers : L’équipe nationale démarre la préparation

Sans attendre. 24 heures après la décision de l’Etat d’autoriser à nouveau l’organisation des compétitions sportives, la Fédération malgache de basket-ball n’a pas tardé à publier le calendrier des activités. Dans le cadre de la préparation de l’équipe nationale seniors hommes pour la suite du «  Afrobasket 2021 Qualifiers», 14 joueurs ont été appelés par la direction technique nationale de prendre part au regroupement. Ils sont sous la houlette du duo Tojo Rasamoelina et de Lova Rahidera. Ils ont débuté la préparation depuis, hier, lundi 5 octobre. Le regroupement durera 7 semaines et les joueurs expatriés rejoindront l’équipe plus tard ou directement à Kigali. Après la pré-qualification remportée par l’équipe malgache au Zimbabwe au mois de novembre, les joueurs Malgaches prendront part à la fenêtre 1 des qualifications au Rwanda du 25 au 28 novembre 2020. Quatre pays y participeront à savoir Madagascar, la Tunisie, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo. La fenêtre 2 se jouera au mois de février 2021, mais, le pays hôte n’est pas encore déterminé. Les 3 premières équipes  à l’issue de ces qualifications se qualifieront pour la phase finale de l’Afrobasket 2021 au Rwanda. « Nous allons respecter les consignes et les mesures sanitaires sous la supervision du ministère de la Jeunesse et des Sports. Nous remercions TAFITA de nous avoir doté de kits pour le respect de l’hygiène et de la propreté » apprend-on auprès de la FMBB. En ce qui concerne les compétitions nationales, le championnat national N1A hommes et dames sont programmés du 15 au 24 janvier 2021 à Antananarivo et ceux de la N1B du 29 janvier au 7 février 2021. Ces deux championnats permettront de désigner le représentant malgache à la prochaine BAL et aussi de connaître les 6 nouvelles équipes qui évolueront en N1A en 2021.

Les joueurs présélectionnés

1.Solondrainy Alpha Jean Arnol (Cospn)

2.Ravelomanantsoa John (Ascut)

3.Ratianarivo Livio Rocheteau (Cospn)

4.Randriamampionona Elly (Gnbc)

5.Mandimbison Constant Fabrice (Gnbc)

6.Mory Francis Ramanampamonjy (Gnbc)

7.Botou Vallery Olivier (Ascut)

8.Rakotonirina Fiary Jonhson (Gnbc)

9.Faralahy Monja Romain (Ascb)

10.Ralison Andriantsoa Hajamaminiaina dit Mamy Kely (Gnbc)

11.Loubacky Rick-Ley dit Ricky (Cospn)

12.Rahajaniaina Orlando dit Bila (Ascb)

13.Todimasimanana Josianis dit Ninis (Ascb)

14 Razafimanantsoa Roberson Dalton dit Joma (Gnbc)

T.H

 

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Zazakely 4 taona maty nofaohin’ny fiara

Niampita tampoka ny arabe ity zaza ity no nandalo ilay fiara tsy mataho-dalana tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny, ny alahady lasa teo. Voafaoka mafy dia mafy ary maty tsy tra-drano ! Tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro latsaka kely teo dia nisehoan’ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina teo amin’ny PK102+600, amin’ny toerana antsoina hoe Bemasoandro, kaominina Ampitatafika, distrikan’Antanifotsy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary dia zazalahy kely iray vao efa-taona monja no naratra mafy voafaokan’ny fiara tsy mataho-dalana iray nandeha mafy tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Noezahina nentina haingana namonjy toeram-pitsaboana moa ity farany saingy tsy tana intsony ny ainy teny an-dalana noho ny ratra nahazo azy. Voalazan’ny vaovao hatrany fa niampita tampoka ny arabe ilay zaza raha nandalo tampoka tamin’ny hafainganam-pandeha mafy dia mafy ilay fiara tsy mataho-dalana. Tsy tana intsony araka izany ny loza ary io nandriaka io ny rà. Taorian’ny fitsirihana natao tamin’ny vatana mangatsiakan’ilay zaza moa dia efa nomena ny fianakaviana ny razana. Ilay mpamily an’ilay fiara kosa dia efa nentina natao andrimaso eny amin’ny biraon’ny zandary hanaovana ny famotorana, ary nogiazana sy nampidirina am-balampamonjana kosa ilay fiara nentiny. Vao andro vitsy tokoa izay raha misy no nisokatra tanteraka ireo lalam-pirenena teto amintsika. Raha ny tsikaritra anefa dia efa maro sahady ireo lozam-pifamoivoizana nitranga ary maromaro tamin’izay ihany no namoizana ain’olona !

m.L

Midi Madagasikara0 partages

DHL : Appui au lycée d’Ivato et aux jeunes de SOS Village d’Enfants

DHL : Appui au lycée d’Ivato et aux jeunes de SOS Village d’Enfants.

Contribuer à l’éducation environnementale des jeunes du lycée d’Ivato et des jeunes de SOS Village d’Enfants. Tel est l’objectif de DHL, qui vient de lancer les programmes « GoTeach, GoGreen, GoHelp ».  Fidèle à ses convictions et son esprit de volontariat, DHL affiche une fois de plus son engagement social à travers ses actions,  réalisées en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, la commune d’Ivato et le lycée d’Ivato.  Il s’agit essentiellement pour cette entreprise d’apporter sa contribution à l’éducation des jeunes, de  renforcer son implication dans l’aide à la société ainsi qu’à la protection de l’environnement.  Les actions consistent à donner  une formation en agriculture urbaine aux jeunes du lycée d’Ivato et de SOS Village d’Enfants. Un moment de convivialité que les employés volontaires de DHL et les jeunes ont partagé en apprenant les bons gestes avec des formateurs, et en plantant ensemble des graines pour garnir le potager qui a également été offert par DHL. Seize parcelles réparties sur une surface de 100m² ont été aménagées. Ces légumes serviront notamment à approvisionner la cantine du lycée et à apprendre aux lycéens à prendre soin de leur environnement.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

KRAOMA : Les employés réclament des subventions pour son redressement

Des représentants de la Kraoma.. (Photo : yvon ram)

L’ultimatum de 72 heures a expiré. Les employés de la Kraoma ne veulent plus faire affaire avec leur directeur général. Ils ont remis hier un plan de redressement de l’entreprise à leur ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra, dans ses locaux à Ampandrianomby. Pour mettre en œuvre ce plan, « nous réclamons à l’Etat des subventions permettant de faire fonctionner la Kraoma. Et ces subventions devront être inscrites dans la Loi des finances Initiale 2021 », a avancé Roméo Rasolofomanantsoa, ingénieur géologue et membre du syndicat du personnel, lors d’un point de presse hier. En outre, « un plan de survie servant à régulariser les 10 mois de salaires impayés y a été présenté », a-t-il poursuivi. Concernant le directeur général de la Kraoma, ces employés ont évoqué qu’il n’a jamais tenu ses promesses. « C’est pourquoi, nous revendiquons sa démission. Il nous a dit, entre autres, que ce serait réglé dans 48 heures, puis dans une semaine, mais aucune action n’a été prise. Au contraire, il menace de nous licencier. Certains d’entre nous ont même été affectés. Il a engagé de nouveaux employés pour exploiter l’or présent sur le site de la Kraoma situé dans la commune de Bealanana à 13 km de Maevatanana, et ce, avec des partenaires chinois », a conclu Roméo Rasolofomanantsoa.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Une seule liste de candidats jusqu’hier

Peu d’engouement pour les sénatoriales. (photo d’archives)

A une semaine, du moins jusqu’à hier, il n’y avait eu qu’une seule liste de candidats aux sénatoriales du 11 décembre prochain. Il s’agit de la liste de candidats IRD pour le compte de la province de Fianarantsoa avec comme tête de liste Raymond Rasolondratsimba, dit « Remonala » et de Nicolas Rabemananjara, PDG de la chaîne TV Plus. Pour les autres provinces, personne ne s’est encore présentée pour la course à l’hémicycle à Anosy, pourtant, le dépôt des candidatures doit se faire entre le 28 septembre et 12 octobre prochain. Jusqu’à preuve du contraire, l’on constate un manque d’engouement pour ces sénatoriales. Toujours est-il que l’opposition a choisi de boycotter les sénatoriales. De ce fait, seuls les partis proches du pouvoir vont aligner des candidats. Ce qui n’est pas chose facile dans la mesure qu’il n’y a que 12 postes à pourvoir, étant donné que  les 6 places restantes relèvent du Président de la République. L’on se demande si les candidats aux sénatoriales attendent le dernier moment pour se positionner.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football-Cosafa : La participation de Madagascar à confirmer

Madagascar pourrait y aligner deux équipes, entre autres, les Barea féminines et les Barea U-20 à la Cosafa.

La Council of Southern Africa Football Associations (Cosafa) envisage la reprise de ses compétitions dès novembre. A l’issue d’un communiqué, l’organisateur a annoncé son optimisme quant à l’organisation des quatre de ses six tournois programmés avant la fin de l’année.

Il ne reste plus qu’à attendre le feu vert du gouvernement Sud-africain pour le tournoi de la Cosafa, édition 2020. Pourtant, il y a eu des signes encourageants ces dernières semaines puisque les frontières de la région sont à nouveau ouvertes et les événements sportifs internationaux pourraient y avoir lieu.

Madagascar est toujours membre actif de la Cosafa. Les Barea ne devraient pas manquer ce rendez-vous. Pourtant les férus du ballon rond malgache sont encore soucieux face à toute possibilité de changement de dernière minute à quelques jours avant la date butoir de l’engagement. Mais contrairement à ceux qui ont été écrits sur le communiqué, la Grande Île participera bel et bien à cette compétition. Le comité exécutif organisera une réunion pour la préparation de l’équipe nationale, selon une source auprès de la Fédération Malgache de Football (FMF).

Le plus proche sera le championnat féminin qui se déroulera  à Nelson Mandela Bay en Afrique du Sud du 3 au 14 novembre. Un certain nombre d’équipes ayant déjà confirmé leur intérêt à y participer à savoir le pays hôte de la compétition, la Zambie, le Zimbabwe, les Comores, l’Angola et le Malawi, tandis que la Namibie et l’Eswatini attendent l’approbation de leur  gouvernement pour pouvoir voyager. Le Kenya a demandé une place d’invité dans le tournoi, tandis que la participation de Maurice reste incertaine. Les Seychelles et le Mozambique ont décliné et le Lesotho ne s’est pas encore engagé à participer. Le Championnat féminin des moins de 17 ans de la Cosafa est également programmé en même temps que le tournoi senior, mais dans un format réduit, probablement avec quatre à six équipes. Ensuite, le championnat masculin des moins de 17 ans  est prévu se tenir en Afrique du Sud du 19 au 29 novembre. L’île Maurice s’est finalement retirée de l’organisation du championnat masculin des moins de 20 ans prévu se dérouler du 3 au 13 décembre, en raison de la réglementation de la Covid-19. Ce sommet devrait, pourtant, se dérouler également en Afrique du Sud. Douze pays ont confirmé leur participation. Tout comme Madagascar, Maurice n’a pas aussi confirmé sa participation.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Le sud dans l’attente d’actions concrètes

Après des décennies d’indifférence du pouvoir central, une lueur d’espoir commence à poindre pour ce sud qui a subi sans se plaindre les affres du Kere. Ce n’est pas par l’ignorance des réalités que les régimes qui se sont succédés ont laissé les habitants du sud à leur triste sort, mais la décision de ne pas réaliser les nombreux projets envisagés pour développer cette région déshéritée ne peut être excusée. Le pouvoir actuel, bien qu’il ne soit là que depuis moins de deux ans, ne peut s’en exonérer. Sa réaction est salutaire, mais la population du sud, qui a entendu les propos du président de  la République, veut des actions concrètes.

Le sud dans l’attente d’actions concrètes

Il a fallu l’alerte lancée par la députée de la région pour que le pouvoir central se mobilise. Le Programme alimentaire mondiale était déjà prêt à acheminer sur place plusieurs milliers de tonnes de vivres. La réaction du chef de l’État a eu lieu dans la foulée, et il est venu sur place pour constater de visu la gravité de la situation. Il a manifesté sa compassion, mais il a pu mesurer l’ampleur du problème qui se pose dans le sud. Lors de son intervention télévisée, il a donc essayé de répondre aux attentes de cette population qui se désespérait de voir l’indifférence des dirigeants. Ce sont surtout les projets concrets qui ont retenu l’attention. Il a annoncé l’installation de centres de réhabilitation nutritionnelle et médicale, ainsi que l’implantation d’une usine de fabrication de compléments alimentaires. Concernant le problème de sécheresse pour lequel la population désire avoir des réponses, le président a parlé de la mise en place de différents pipelines et de la construction de forages souterrains de la rivière Benamba. Mais c’est la continuation des travaux de la RN13 qui aura le plus éveillé l’intérêt de tous. Il a affirmé qu’il l’achèverait et que s’il ne réalisait pas ce défi , il arrêterait de faire de la politique. La population a bien écouté ses propos. Maintenant, elle attend la suite qui leur sera donnée.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : L’Opposition doublement perdante

L’Opposition se prive elle-même de son temps d’antenne sur les médias.

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé samedi dernier jusqu’au 17 octobre, c’est-à-dire un mois, enfin presque, avant le coup d’envoi de la campagne pour le scrutin du 11 décembre.

Cela fait 5 mois et 2 semaines que l’état d’urgence sanitaire a été proclamé sur tout le territoire de la République. Une situation d’exception qui tend à devenir la règle puisque le coronavirus continue de circuler même si une deuxième vague n’est pas pour le moment à craindre en dépit du relâchement quasi-généralisé par rapport aux gestes barrières, notamment la distanciation sociale.

21 jours. Quoique la Covid-19 ne soit pas près d’être « vaincue », l’état d’urgence sanitaire prendra inévitablement fin avant l’ouverture de la campagne électorale pour les sénatoriales du 11 décembre prochain. « La durée de la propagande étant de 21 jours », l’état d’urgence sanitaire sera levé à partir du 19 novembre au plus tard car « la campagne électorale s’achève dans tous les cas, 24 heures avant le jour du scrutin ».

Mesures. D’ici là, l’état d’urgence sanitaire pourra être prolongé jusqu’au samedi 14 novembre par période de 15 jours « à moins qu’il n’y soit mis fin avant par décret pris en conseil des ministres ».  L’intérêt de l’état d’urgence pour le régime en place, c’est qu’il confère de plein droit au Président de la République le pouvoir, par voie réglementaire de prendre, entre autres, « toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse, des publications et les émissions de toute nature et interdire celles qui sont de nature à perturber l’ordre public ou à mettre en danger l’unité nationale; d’interdire à titre général ou particulier, les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre ».

Réquisition. En décidant de boycotter le scrutin du 11 décembre, l’Opposition est doublement perdante.  Déjà limitée par la réquisition des médias pendant l’état d’urgence sanitaire, elle se prive du droit d’accès équitable aux médias notamment publics durant la propagande. N’étant pas parti(e) prenant(e) aux élections sénatoriales, l’Opposition risque d’être exclue de la répartition des temps d’antenne réservés aux listes de candidats et à leurs comités de soutien, prévus par le code électoral qui consacre « le respect du caractère pluraliste de l’expression des courants de pensée et d’opinions politiques ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Oboy de plus en plus « high »

Le rappeur malgache Oboy pourrait bousculer la hiérarchie du rap français.

Mihaja Ramiarinarivo, un bonhomme de 23 ans, est en train d’apposer son nom dans le milieu du rap français avec son dernier album « Mafana ». Un produit où se trouve l’empreinte des grands faiseurs de talent de la musique française, Ever Mihigo, Sam Poete. Et le trio Some1ne, Machynist et Aloïs Zandry qui a produit entre autres Aya Nakamura.

Un des fers de lance du « numble rap », un dérivé du trap, la tendance actuelle du hip hop, Oboy, de son nom de scène, a livré sept titres dans cet EP déchirant et déjanté. Dans la pure tradition du « numble rap ». La tendance un peu « gore » du rappeur se définit moins par rapport à ces anciens EP et singles. Selon les spécialistes, cet album sert de transition.

De l’outro, « Phantom » au dernier morceaux « Lunettes noires », le disque trottine dans une démarche plus mélodieuse. Moins agressive, où Oboy évoque la sensualité assumée, le bling bling, la drogue, la déchirure, le blues du quartier… Une orientation artistique qui mérite le succès de ce jeune rappeur en France actuellement. Et sûrement dans les pays francophones.

Il faut rappeler qu’Oboy a déjà récolté deux singles d’or de deux de ses précédentes chansons. Alors, toujours aussi adulé avec ses 15 millions de « streams » ou de vues, pour faire simple, sur Internet. Le titre « Cabeza » issu de ce dernier album vient d’être récompensé single d’or.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Sécheresse dans le Grand Sud : 15 000 bouteilles d’eau de 150 cl expédiées par la STAR

Face à la sécheresse dans la partie sud de la Grande île, des appels à l’aide humanitaire ont été lancés par les acteurs engagés contre ce fléau. Des appels qui ont été entendus puisque la STAR a décidé d’apporter son aide à hauteur de 15 000 bouteilles d’Eau Vive de 150 cl le samedi 3 octobre 2020. Représentée par le directeur de l’agence STAR à Fort-Dauphin, Julien Lucky, la société a remis les milliers de bouteilles au centre de santé de base (CSB) I de Befaitsy, dans le district d’Amboasary Sud. Cette dotation n’est pas uniquement destinée à la population d’Amboasary selon les explications des responsables : « Les bouteilles seront aussi acheminées dans les plus brefs délais vers Ifotaka, Behelo, Tsihombe et les autres localités touchées », nous ont-ils expliqué.

Lors de la remise de ces bouteilles d’eau dans le district d’Amboasary Sud, l’Association Fitia de la Première dame, et le Programme alimentaire mondiale (PAM) étaient présents aux côtés des autorités locales. Ces entités ne sont plus à présenter au public, qui a l’habitude de les voir dans tous les événements d’ordre sociale et humanitaire à Madagascar. Cette aide de la STAR sera certainement très appréciée des victimes de la sécheresse dans le Sud, car en temps normal, l’eau y coûte très cher, que ce soit celle en bidon ou celle en bouteille.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Développement numérique : Tendance vers la télémédecine, la collaboration et l’autonomisation

Omnia Health Live Africa s’apprête à réunir des dirigeants, des leaders d’opinion, des cliniciens experts et des décideurs pour transformer les défis les plus urgents des soins de santé grâce à la collaboration et l’autonomisation. L’événement virtuel gratuit du 12 au 16 octobre 2020 abordera les défis et les opportunités humains, infrastructurels et politiques liés à l’adoption de ces technologies de santé numériques en Afrique. Selon les rapports, plus de 400 millions de personnes vivent sur le continent avec peu ou pas d’accès aux soins de santé. La moitié de cette population vit dans les zones rurales, mais seulement un quart des médecins en Afrique y sont déployés. Les mégadonnées et la télémédecine sont également de plus en plus largement adoptées en Afrique. Récemment, le Health Professions Council of South Africa (HPCSA) a modifié ses lignes directrices pour la télémédecine. La technologie a relevé le défi de combler le vide créé par le manque de personnel médical sur le continent.  L’intelligence artificielle (IA) change également la donne, offrant d’énormes promesses dans la transformation des soins de santé en Afrique. Il agit comme un outil viable pour relever les défis sanitaires, réduire les coûts et améliorer l’accès et la qualité de la santé. Une utilisation révolutionnaire de la technologie a été proposée pour scanner les poumons à la recherche de signes de pneumonie liée à la Covid-19.

Insuffisance. Une grave pénurie mondiale de travailleurs de la santé est constatée, particulièrement  dans de nombreux pays africains. Le gap pourrait atteindre 18 millions d’ici 2030. Cela renforce les arguments en faveur des investissements dans les outils d’IA, qui peuvent aider les infirmières et les agents de santé communautaires à diagnostiquer et à traiter les maladies généralement vues par les médecins. Wouter Molman, vice-président exécutif pour Informa Markets – Healthcare explique que l’IA et la télémédecine seront discutées par des experts lors de sessions sur les infrastructures et l’innovation numérique à Omnia Health Live Africa. « Les participants apprendront comment appliquer l’IA dans un cadre de maturité sanitaire, tandis qu’une table ronde en collaboration avec la Fondation Novartis abordera les opportunités et les défis de la télémédecine en Afrique d’un point de vue politique et réglementaire »a-t-il expliqué.

Piliers. L’événement a adopté six piliers comme base des sessions de partage des connaissances. Il s’agit notamment de la sécurité des patients, du leadership, des diagnostics, de l’infrastructure, de la chaîne d’approvisionnement et de la médecine factuelle. Les piliers ont été soigneusement organisés pour aborder les problèmes de santé spécifiques à l’Afrique avec des informations et une éducation d’actualité pertinentes. Le secteur de la santé cherchant de plus en plus à se connecter et à collaborer en ligne, Omnia Health Live Africa offre également des opportunités intéressantes à la gestion des hôpitaux, aux distributeurs d’équipements médicaux et aux professionnels de la santé pour interagir virtuellement, établir de nouvelles connexions et se procurer des produits et services de pointe. Les exposants peuvent avoir accès aux participants qui viennent principalement d’Afrique ; initier un engagement avec les prospects ; bénéficier des informations sur les participants pour une mise en relation plus intelligente.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohitsoa : Mpamaky trano mitondra sabatra, tsy namelan’ny olona

Efa tena vonona tanteraka hamaky trano ary raha sanatria ka tratra dia mampiasa ny sabatra teny aminy. Izay no tanjon’ity lehilahy iray voasambotry ny olona noho ny fahamailoana sy ny fiverenan’ny andrimasom-pokonolona eny Ambohitsoa. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany no nisy nahita ny roa lahy izay nihanika tamboho ary nitondra « bar à mine » sy sabatra. Teo dia efa nifampiantso moramora ny mpiray tanàna ary niara-nivoaka. Tafiditra ampovoany ireo lehilahy. Ny iray tafaporitsaka ary ny iray kosa rehefa nifanenjehana dia voasambotra teo amin’ny manodidina ihany. Tezitra ny olona ary samy nanala ny fony teo tamin’ny daroka isan-karazany. Ny fisian’ireo fitaovam-piadiana izay mety mahafaty no tena nahasorena ny olona. Mazava mantsy fa vonona ny hiaro ny tenany ary hamono olona ireo olon-dratsy raha ilaina izany. Saingy sendra ny olona efa mailo tanteraka noho ny fisesin’ny vaky trano sy ny fanafihana teny an-toerana. Ny antoandron’iny no nisy olona tsy fahita matetika nivezivezy sy nihainohaino teo amin’ny manodidina. Efa nisy nanamarika izany ary efa nifampitaona ny mpiray tanàna ny mba ho mailo raha vao alina ny andro. Iny tokoa ny roa lahy fa nihanika tamboho tamin’ny fotoana izay niheveren’ireo fa efa resin-tory avokoa ny mponina. Tsy noraisim-potsiny akory fa mbola nikasa ny nitsoaka ihany. Vetivety foana anefa dia voahodidina ny làlana tokony hitsoahany. Teo dia niray hina ny olona tamin’ny famehezana azy. Naratra mafy ilay lehilahy ary ny polisy nantsoina no naka azy ka nitondra azy teny amin’ny hopitaly. Efa ho roa volana izay no niaina tao anatin’ny tsy fandriam-pahalemana ny mponina ao Ambohitsoa. Misy ihany ny fisafoana ataon’ny mpitandro ny filaminana, kanefa toa efa misy mpitsikiko ireo jiolahy ka amin’ny fotoana tsy fandalovan’ireo no manao ny fanafihana. Vao tsy ela akory izay no nisy tokantrano izay sady nisy mpiambina no nisy alika kanefa vitan’ireo ny niditra tao ary namaky ny fiara teo an-tokotany mba hangalàna ny « autoradio » sy ny vatoaratra tao anatiny. Andro vitsy talohan’io koa dia nisy tokantrano iray hafa voatafika tamim-basy ary nofatorana ireo olona tao anatiny. Tsy mifanalavitra teo koa fa somary mizotra mankany Ivanja, dia nisy tokantrano lehibe izay feno alika masika kanefa mbola sahin’ireo jiolahy ihany ny nisaoty niditra tao. Ankoatra ny andrimasom-pokonolona izay efa niverina nitsangana ankehitriny dia mangataka koa ireo mponina ny mba hanamafisana ny fisafoan’ny mpitandro ny filaminana eny amin’iny faritra iny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Communes périphériques : Recrudescence des offres de terrains

À l’heure où le centre-ville d’Antananarivo est sur le point d’entamer un grand changement, notamment avec la mise à jour du Code municipal de l’hygiène (CMH), le nombre de terrains situés dans les communes périphériques mis sur le marché ne cesse de croître.

Les offres de vente de biens immobiliers dans les communes voisines du centre-ville pullulent auprès des agences, sur des panneaux d’annonces libres, et sur les réseaux sociaux. Ces biens sont pour la plupart commercialisés à des prix largement plus accessibles que les logements et les terrains en ville. Ivato, Itaosy, Ampitatafika, Ambohimiandra, Sabotsy Namehana figurent parmi les communes qui comptent le plus d’offres. Certains investisseurs se lancent même dans des constructions neuves dans ces lieux dans le but de les mettre en location. « Un coin paisible, loin des bruits de la ville, des logements dotés d’un grand jardin ; de quoi faire rêver les futurs locataires qui tôt ou tard devront se rendre à l’évidence, et voir tout le potentiel de la vie en périphérie », nous a lancé Loïc, un particulier qui a déjà investi dans quelques terrains en dehors de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Apparemment, beaucoup de propriétaires sont du même avis et n’hésitent pas à céder leurs biens ;  même les champs y passent.

La vie en périphérie. Les idées sont partagées concernant la vie en périphérie. Si une partie considère ces localités comme des campagnes où le développement est encore précaire, d’autres estiment qu’y habiter est réservé aux familles aisées et  véhiculées. « Je ne me vois pas habiter à Ivato et faire la queue aux 67 ha pour prendre le bus tous les soirs », a expliqué Niantra, une mère de famille qui habite en centre-ville, mais qui est propriétaire d’une maison à Ivato, qu’elle met en location pour l’instant. Toutefois, malgré certaines réticences, de plus en plus de personnes tombent sous le charme de la vie dans les communes périphériques, jugeant la qualité de la vie au sein de la CUA trop saturée, bruyante, voire dangereuse avec l’insécurité montante.

Offre et demande. Selon une agence immobilière : « Il est vrai que les offres sont nombreuses pour les terrains et les logements en périphérie. Néanmoins, on peut vous dire que l’offre et la demande sont plus ou moins équilibrées. De plus en plus de clients se tournent vers ces communes depuis ces dernières années, lassés par le peu d’offre et les prix surélevés pratiqués en centre-ville ». Ceci dit, les embouteillages pour rejoindre ces communes périphériques inquiètent aussi ceux qui hésitent à y habiter. « Je connais des proches qui travaillent en ville et qui doivent rentrer à Ivato, Itaosy ou encore Ampitatafika. Ils me racontent tous qu’ils arrivent chez eux vers 20h à cause des embouteillages », s’est expliqué Tiana par rapport à sa réticence à vivre dans ces endroits éloignés. En revanche, quand on lui a demandé s’il hésiterait encore s’il y trouvait un travail stable, il nous a répondu : « Bien évidemment que j’y habiterais si je ne devais pas travailler ici, en ville. Malheureusement, les activités professionnelles sont concentrées en centre-ville, même chose concernant les établissements scolaires pour les enfants ».

Quoi qu’il en soit, la progression du nombre d’offres de biens immobiliers dans les communes périphériques est enclenchée, et de nombreux clients semblent intéressés. Si le gouvernement continue à construire de nouvelles routes pour relier ces villes éloignées de la CUA, le transfert d’une partie de la population du centre-ville vers ces localités n’étonnerait pas.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table : La fédération réunira les pongistes

Pour la promotion du tennis de table, la direction technique au sein de la fédération malgache organisera une réunion pour les pongistes ce samedi après-midi, au centre sportif Aro Ankadimbahoaka. Cette réunion sera réservée aux joueurs qui ont été sélectionnés dans l’équipe nationale, aux joueurs de la catégorie 1ère série A, aux entraîneurs nationaux et à tous ceux qui souhaitent en devenir . L’objectif de cette rencontre c’est de discuter afin que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice pour le développement de cette discipline à Madagascar. « Nous discuterons de ce qu’on pourrait faire pour l’avenir du tennis de table malgache, de trouver des collaborateurs prêts à nous aider à atteindre les objectifs. Sur le court terme, nous devrions nous préparer pour l’accueil du Championnat d’Afrique juniors et cadets prévu se dérouler initialement le mois d’avril dernier mais qui a été décalé d’un an à cause de l’épidémie de Covid-19. Il y aura aussi la 12e édition des Jeux de la CJSOI en 2021 à Maurice et qu’on devrait y participer. Sur  long terme, le sujet sera basé sur la continuité des membres de l’équipe nationale », a fait savoir le directeur technique national (DTN) Tahiry Rakotoarisoa. Ce dernier a expliqué que la fédération a déjà élaboré un calendrier sur la suite des activités pour la saison 2020 qui sera annoncé très prochainement.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Itaosy : Une voiture objet de saisie détournée par abus de confiance

Recherchée depuis l’année dernière, une voiture Nissan pick-up a fait l’objet de saisie suite à un litige financier entre un Chinois et un Karana. Cette affaire remonte en 2018 quand un ordre du tribunal a ordonné la vente aux enchères des biens du Karana qui n’a pas pu honorer sa dette envers le Chinois. La voiture en question était parmi les objets frappés par cette vente aux enchères. Or, elle n’appartient pas à  ce karana. Le vrai propriétaire est son ami. Celui-ci lui a confié sa garde parce qu’il devait voyager en province. C’était à son retour qu’il a appris la disparition de sa voiture sans être tenu au courant de l’existence de cette vente aux enchères. Depuis il a réclamé son bien tout en portant l’affaire devant le tribunal. Ce dernier a alors ordonné sa restitution au propriétaire. Ce dernier qui n’a aucun renseignement concernant l’acheteur. Il  a commencé à rechercher sa voiture. Le mois de septembre dernier, celle-ci a été retrouvée garée dans le parking d’un centre commercial à Itaosy. Pourtant, son numéro d’immatriculation a été modifié. Pour la récupérer, il a décidé d’aller à la gendarmerie. Quand il est revenu sur les lieux avec les gendarmes, la plaque d’immatriculation de la voiture a été enlevée par la personne qui l’a conduite. En plus, cette dernière a refusé de s’entretenir avec les Forces de l’ordre en insistant qu’elle est le propriétaire de ce Nissan sans préciser la manière par laquelle elle l’a obtenue.  Ce qui a étonné le vrai propriétaire, c’était de voir que la voiture porte un numéro de garage (WWT) or elle était déjà immatriculée légalement (TBD) avant sa disparition. Persuadé de l’existence des magouilles dans cette affaire, cet homme a alors porté plainte  contre le nouveau propriétaire. Il poursuit également en justice le Karana et le Chinois susmentionnés, pour abus de confiance pour le premier et  détournement d’objet saisi pour le deuxième. On attend alors la suite de cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Mpanendaka misava kitapona ankizy mpianatra

Mitaintaina ireo ankizy izay tsy maintsy mandeha amin’iny lalana Anosibe, miainga avy ety Anosikely iny, vokatry ny hafitsok’ireo tsy mahatahotody manao ny asa ratsiny eny. Ireo mpianatra indray no lasibatr’izy ireo amin’izao fotoana izao. Tsy tahotra tsy henatra fa dia amin’ny andro mazava be izao ary fotoana maha betsaka ny mpandeha iny izy ireo no manao izany toy ity nitranga omaly ity. Ankizivavy kely irao no tonga dia bedaina ary nendahana ny rojo sy peratra volafotsy teny aminy. Avy eo mbola nosavaina koa ny kitapony ka noraofin’izy ireo tao telefaonina sy ny vola 1 000 ariary izay saika hanaovan’ity zaza ity « goûter » any an-tsekoly. Rehafa izany dia asian’izy ireo vato ao anatin’ilay kitapo ary naavveriny tamin’ny tompony. Haingana dia haingana no hanatanterahan’izy ireo izany. Rehefa avy eo toy ny olona tsy nanao na inona na inona ireto jiolahy izy miala eo. Eo vao nivarahontsana sy nangahiahy fotsiny ilay ankizy. Ity farany izay ny mpandalo no namonjy sy nanambitamby azy. Ireo olondratsy kosa efa dila ka tsy hita intsony. Teny amin’iny lalana manoloana hotely lehibe iray eo akaikin’ny hidin-dalamby Anosibe iny izany no nitranga. Araka ny filazan’ireo mpandeha sy mponina eny an-toerana dia efa betsaka no niharan’izany asa ratsy izany teny. Saingy ny mahagaga dia toa tsy misy rototra na mamonjy izay voa ireo izay mahita. Tsy hita hifanomezan-tsiny izany satria mba matahotra ny ainy koa izy ireo. Iarahana mahalala fa miaraka amin’ny fitovam-piadiana na antsy ireny jiolahy ireny matetika rehefa manao ny asa ratsiny ka hanairana ny sain’ny mpitandro ny filaminana mba hijery akaiky izao raharaha izao. Ny hany azo atao aloha dia ny mitandrina sy mailo raha tsy maintsy hihazo iny lalana iny. Tsy ny ankizy ihany fa na ny lehibe koa aza indrindra ireo vehivavy izay mitondra poketra ireny. Tranga efa mpiseho eny ny andian-jiolahy tonga dia manankina olona eny amin’ny tamboho manamorona iny lalana iny ka manendaka ankitsirano izao ilay lasibany. Raha fehezina dia tena tsy milamina iny toerana iny ka mila mitandrina isika. Tokony ho fadiana ny mitondra zavatra sarobidy raha tsy maintsy handeha irery.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz… : Un enfant battu et une “déséquilibrée” au coeur d’ange affolent la toile

La mère digne, considérée comme déséquilibrée, et son enfant à l’école pour faire l’inscription.

Depuis que “facebook” a conquis sans grande difficulté les moeurs des Malgaches, le quotidien y a pris des allures de fictions glauques, sanguinaires, pauvres et vampirisées.

Si les bébés abandonnés dans les caniveaux et les lieux sordides viennent d’écumer les “réseaux sociaux” ces derniers temps. Voilà qu’un gosse de huit ans, visage tuméfié et ensanglanté, a généré plus de 6 400 réactions le 30 septembre. Elle sont en majorité indignées face au traitement que son père a réservé à son rejeton, à ses  trois enfants d’ailleurs, dont l’aînée a pris la fuite ne supportant plus les coups et les injures.

“Nous avons appelé le 147 (numéro vert pour alerter les autorités en cas de mauvais traitements  des mineurs notamment), mais personne n’a pu nous recevoir, on nous a sollicité d’appeler la police. Nous avons amené des policiers et on nous a dit que ceux-ci devrait être issus de la police des mineurs”, explique la personne du voisinage qui a diffusé le “post” sur facebook. Pour ainsi dire, un véritable parcours du combattant malgré l’urgence. Quelque part, la nécessité de mettre de l’huile dans les rouages administratifs pour qu’il soit plus accessible, plus dynamique.

Quelques jours plus tard, le père de famille a été finalement arrêté par la police, une nouvelle félicitée par des milliers d’internautes. Le père de 51 ans a disparu avant d’être piégé et rattraper par la justice.

Comme les hommes sont capables du meilleur comme du pire, une “folle” a attiré la compassion et la reconnaissance de la planète facebookienne malgache. Son histoire publiée le 30 septembre également, la montrant avec sa fille sur le point d’inscrire cette dernière dans une école. Un acte angélique venant d’une personne que celle qui a publié cette histoire à faire pleurer, Miora Andraina,   qualifié de femme ayant des problèmes mentaux.

En quelques minutes, les réactions ont plu. “Elle pourrait bien donner la leçon aux sages”, reconnait un facebookeur. “Laissez les fous prendre la responsabilité des sages qui ignorent leurs enfants”, ironise un autre. “Elle n’est pas folle, si jamais ces gens n’acceptent pas d’intégrer son enfant dans l’école, ce sont eux qui sont fous”… Il faut aussi savoir que dans la société malgache, la folie est une maladie honteuse autant que mal comprise.

La remarque d’une internaute est assez explicative. “Elle n’est peut être pas  folle mais souffre seulement de dépression nerveuse”. Pauvreté aidant, rejet de la société, un tourbillon infernal en somme, elle devrait interpeller les diverses associations de fraterrnité et d’amour. Quitte à ce qu’elle sacrifie son honneur et sa dignité aux selfies de ces bons gens qui ont le potentiel de l’aider.

En tout, ces deux posts ont généré des dizaines de milliers de réactions en quelques jours. Les extrêmes de la précarité, la dialectique de la pauvreté.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

CVO+ : Mise en vente sur le marché hier  

Le CVO+ est le premier produit de la société Pharmalagasy.

Le CVO+ est actuellement au stade de pharmacovigilance. Une phase durant laquelle les effets secondaires du médicament sont évalués et enregistrés.

Pierre Raoelina, directeur général de la société Pharmalagasy, a annoncé le vendredi 2 octobre dernier que la mise en vente de la gélule CVO+ allait débuter hier. Quelques pharmacies de la capitale contactées en fin de matinée nous ont fait savoir que « les médicaments ne leur ont pas été parvenus ». Interrogés sur le coût du médicament, les pharmaciens contactés ont affirmé « ne pas pouvoir répondre. Les prix ne nous ont pas encore été communiqués ». Les propos du directeur général de Pharmalagasy, lors de la cérémonie d’inauguration de la société en question, pourrait expliquer la situation d’hier. Interrogé par les journalistes sur le prix du médicament, le directeur général de Pharmalagasy a répondu qu’« on devrait laisser au président de la République le soin de répondre à cette question ». Se voulant rassurant, Pierre Raoelina a toutefois avancé que « le prix du CVO+ devrait être accessible aux Malgaches ». Le médicament devrait par ailleurs être écoulé « suivant un réseau de distribution bien défini », si l’on s’en réfère toujours aux explications du DG de Pharmalagasy. « Les médicaments devraient transiter via des grossistes. La question de distribution devrait être discutée avec les pharmaciens », nous a expliqué le DG de Pharmalagasy.

Exportation. L’entretien avec Pierre Raoelina a également permis de savoir qu’il existe « un projet d’exportation du CVO+ ». « Un contact a été établi avec des pays étrangers pour une éventuelle exportation du CVO +. Nous l’avons certes produit pour les Malgaches, mais nous pensons exporter le produit pour une plus-value », a expliqué le DG de Pharmalagasy. Avant d’expliquer sommairement le processus d’exportation dudit médicament. « Nous devons soumettre un dossier rentrant dans le cadre de ce projet d’exportation. Les pays concernés vont étudier le dossier en question et expérimenter le médicament, après quoi ils pourront décider d’importer ou non notre CVO+ ». Au sujet de l’actionnariat de la société, le DG de Pharmalagasy de préciser que « l’État est actuellement le seul actionnaire de la société. [Mais] l’objectif du président de la République est d’ouvrir le capital de Pharmalagasy à d’autres entités. Pourraient être actionnaires de la société les entreprises du secteur privé, ou encore les particuliers ». Pour en revenir au lancement de la commercialisation du CVO+, les produits ne tarderont sûrement pas à être disponibles auprès des différents distributeurs agréés.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Le bureau du SECAM Dévalisé par des bandit armés

Le bureau de l’institution de Microfinance SECAM  dans le fokontany d’Ambohibary, commune Tsiroamandidy Fihaonana était la cible d’un horde de bandits armés d’armes à feu et blanches la nuit du 2 octobre dernier. L’attaque a eu lieu vers 23 heures 30 minutes. Sitôt alertés de  ces faits, des gendarmes des unités les plus proches se sont dépêchés sur les lieux mais les malfrats sont déjà partis A leur arrivée, ils ont été reçus par le chef du fokontany accompagnés par des quelques notables et des employés de cette institution de Microfinance. Ces derniers ont déclaré ensemble que la gardien du lieu a été blessé à la tête et au niveau de son bras droit lors de cette attaque. Il a été évacué d’urgence au Centre hospitalier de référence régionale de Tsiroanomandidy. Le constat effectué par les gendarmes ont perms aux enquêteurs de voir de visu que le bureau présentait des effractions tant à l’extérieurs qu’à l’intérieur pour ne citer que celles sur la porte d’entrée et les fenêtres. Les malfaiteurs s’y sont entrés pour atteindre  aux deux armoires à dossiers donnant accès à l’intérieur de la salle où se trouvent les deux coffres forts de l’institution. Plusieurs dossiers ont été volés par les bandits. Mais, aucun argent ni des objets de valeur n’ont pas été emportés par les assaillants.  Ce qui signifieraient qu’ils n’ont pas réussi à ouvrir les coffres . L’enquête est en cours.

T.M.