Les actualités Malgaches du Vendredi 06 Octobre 2017

Modifier la date
News Mada410000 partages

Rugby à 7 – «Afrasia 2017» : mpilalao 10 mirahalahy hanafika atsy Maorisy

Anisan’ireo firenena handray anjara, amin’ny “Afrasia 2017”, taranja rugby lalaovina olona fito, sokajy lehilahy ho an’ny 18 taona, ny Makis de Madagasikara. Fihaonana, hotanterahina atsy amin’ny Nosy Maorisy, manomboka anio zoma ary hifarana rahampitso asabotsy. Nanainga, omaly, ny delegasiona malagasy izay ahitana mpilalao 10 mirahalahy, mandrafitra ny ekipam-pirenena hiatrika izany fihaonana izany, amin’ity. Azo lazaina fa manana ny toe-batana tsara hiatrehana izany izy ireo na latsaka kely amin’ireo Afrikanina aza ny habeny. Marihina fa firenena maro no mandray anjara amin’izany, toa an’i Afrika Atsimo, i Kenya, i Zimbaboe, i Maorisy, i La Réunion, i Mayotte ary i Frantsa.

Tompondaka

Ireo mpilalaon’ny Makis de Madagascar :

1-Nambinintsoa – (Crai)

2-Lanja Tiana – (3F5)

3-Ando Noé – (US Ankadifotsy)

4-Mahery – (XV Sympathiques)

5-Arimalala Richard – (Edo Sab-Nam)

6-Jean-Yves – (XV Dakar)

7-Faly Andrianina – (US Ankadifotsy)

8-Jean-Marc – (US Ankadifotsy)

9-Tanjoniaina – (US Ankadifotsy)

10-Herinirina Lala – (Fitamiba)

Mpanazatra : Imboasalama Andry

News Mada190000 partages

Epidémie de peste : Elysée Ratsiraka accable l’Etat

Le maire de Toamasina, Elysée Ratsiraka, a réagi hier avec véhémence face à l’épidémie de peste qui sévit dans le pays, notamment à Toamasina.

Elysée Ratsiraka met l’Etat devant ses responsabilités. Devant les employés de la Commune urbaine de Toamasina, hier, le Premier magistrat de la ville a mis les pieds dans les plats du régime en notant que l’heure est grave. «Il n’y a pas de honte à demander de l’aide si on en a besoin, que ce soit auprès de l’OMS ou encore de la Communauté internationale. L’heure est grave, c’est un danger», a tonné le maire de la Commune urbaine de Toamasina. Et lui d’ajouter, «Vous pouvez sortir de votre maison aujourd’hui et attraper la peste le lendemain. Nous ne devons pas se cantonner aux chiffres. Qu’est-ce qu’on doit faire maintenant, tout de suite… et demain ? Telle est la question qui se pose».

Ces temps-ci, face aux difficultés des grandes villes à subvenir à leurs dépenses, des responsables communaux pointent du doigt le gouvernement  pour cause d’absence de subvention. Pour sa part, le gouvernement estime qu’il appartient aux élus locaux de prendre leur responsabilité.  Lors du conseil de gouvernement du 3 octobre dernier, il a été d’ailleurs rapporté que le Chef du gouvernement a réitéré que «les maires, notamment ceux d’Antananarivo-Ville et de Toamasina, ont leur part de responsabilité par rapport à cette épidémie».

Responsabilités

En marge de la célébration de la fête nationale allemande à Ambatoroka, le Premier ministre Olivier Mahafaly avait déjà fait savoir aux maires leur part de responsabilité. «Prenez vos responsabilités, nettoyez vos villes.C’est pour cela que la population vous a élus. Ne vous réfugiez pas derrière l’État central. Que chacun, à son niveau, prenne ses responsabilités», avait-il lancé. Une déclaration qui n’est évidemment pas  tombé dans l’oreille d’un sourd car le jour d’après, le clan Ravalomanana, par le biais de l’ancien Chef de l’Etat et maire de la capitale, a répondu du tac au tac.

Hier, ce fut au tour du premier magistrat de la ville de Toamasina, Elysée Ratsiraka, de faire entendre sa voix. «Soyons pragmatique, soyons réaliste. Nous sommes vaincus par la peste», a-t-il soutenu, en enjoignant les responsables politiques de penser d’abord à la population. En effet, il a estimé que l’Etat, à lui seul, ne pourra pas faire face à cette situation. «Nous avons besoin d’aide car nous sommes tous dépassés par la situation. Il faut se rendre à l’évidence», a-t-il expliqué.

Outre Antananarivo, la capitale du Betsimisaraka fait en effet partie des grandes villes touchées par l’épidémie. Selon les chiffres recueillis à Toamasina, depuis le mois d’août dernier, une dizaine de morts ont été recensés. Sans oublier  une soixantaine de malades qui restent encore sous surveillance hospitalière.

Rakoto

News Mada4755 partages

Manerana ny Nosy : distrika 21 ahitana trangan’aretina pesta, 33 ny maty

Raha 30 ireo matin’ny petsa manerana ny Nosy, araka ny tarehimarika navoakan’ny minisiteran’ny Fahasalamana, ny talata 3 oktobra teo, tafakatra 33 izany, omaly. Mitombo hatrany, araka izany ny matin’ity valan’aretina pesta ity.

Namoaka tarehimarika manodidina ny fihanaky ny valan’aretina pesta indray, omaly, ny minisiteran’ny Fahasalamana. Fantatra àry fa hatramin’ny omaly antoandro, 33 ny isan’ny olona maty manerana ny Nosy raha 231 ny tranga niseho. 21 ny distrika nahitana ireo tranga ireo. Ho an’ny eto Antananarivo, 11 ny maty ary dimy kosa ho an’i Toamasina I sy II, araka ny tatitry ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka.

Nomena baiko ireo sefo fokontany 192

Teto Antananarivo, nisy famoriana ny filoham-pokontany 192 eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra teny amin’ny minisiteran’ny Atitany, omaly maraina.

Resaka pesta sy ny filazana ny andraikitry ny mpitantana fokontany rehetra no fototry ny dinidinika niarahana tamin’ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, Andriamanarivo Lalatiana. Voalaza fa tokony hanara-maso ny fivezivezen’ny olona vahiny miditra sy mivoaka ny fokontany tsirairay ny sefo fokontany rehetra. Mijery sy manamarina ny antontan-taratasy milaza fa efa voamarin’ny BMH ny faty, indrindra raha maty tany an-trano ilay olona fa tsy teny amin’ny tobim-pahasalamana. Mitsirika ny olona ahina ho marary nefa tsy manatona toeram-pitsaboana koa ny lehiben’ny fokontany miaraka amin’ny komity ao aminy. Nahazo mpanentana ara-pahasalamana hanampy amin’ny fanentanana ny vahoaka isam-pokontany ny tomponandraikitra 192, araka ny nambaran’ny minisitry ny Fahasalamana tamin’izy ireo.

Nampidirina ho mpiray ombon’antoka izy ireo satria eny amin’ny fokontany no miseho ny tranga ka izy ireo ihany dia afaka mandray fanapahan-kevitra raha misy mampiahiahy.

Amin’izao fotoana izao, mihetsiketsika avokoa ny isan-tokantrano manadio ny manodidina rehetra raha nojerena fotsiny ny fako miparitaka teo aloha. Misy ny fokontany sasany efa zatra manao fanadiovana faobe isam-bolana iraisan’ny mpiray fokontany ary tsy maintsy mandefa solontena iray isan-tokantrano.

Mitohy ny fandrarahana fanafody ny sekoly sy ny toerana be olona iadiana amin’ny bibikely amin’ny faritra maro.

Vonjy A.

News Mada2765 partages

Tsipahin’ny olona ny fanalana ny sefo fokontany

Miseho ny disadisa. Ahina ny korontana ara-piarahamonina vokatry ny fanesoran’ny mpitondra ao anivon’ny kaominina Mahitsy ny sefom-pokontany sy lefiny maromaro tamin’ny fomba tsy nazava tamin’ny fokonolona. Mitsangana, milaza ny hitsipaka io fanapahan-kevitra io hatramin’ny farany ny ao amin’ny fokontany Ankazo ary hampakatra ny raharaha raha tsy mahazo fanazavana mahafa-po.

Mangataka fihaonana amin’ny manampahefana ambony aty an-dRenivohitra ny sefom-pokonolona avy amin’ireo vohitra folo mandrafitra ny fokontany Ankazo, amin’izao fotoana izao. “Hangata-panazavana momba ny didy navoakan’ny lehiben’ny distrika ho fanalana ny sefom-pokontany Ratolojanahary Victor , amin’ny toerany izahay”, hoy ny fokonolona. Tsy navelan’izy ireo ho tanterahina mihitsy ny famindram-pahefana na vonona amin’izany aza ireo hifandimby toerana mandra-pisian’ny fanazavana io didy heverin’izy ireo hisy ambadika io…

Efa nangata-panazavana tany amin’ny ben’ny Tanàna sy ny delege ary ny lehiben’ny distrika ihany izy ireo fa tsy nohenoin-teny mihitsy, araka ny fitarainany. “Tsy maintsy miakatra ambonimbony kokoa, hitady ny marina izahay. Zary lasa fitondram-pianakaviana ny eto Ankazo vokatr’io didy io satria mpianadahy ny sefom-pokontany vao notendrena sy ny lefiny ary ny talen’ny EPP, efa nitady ny fomba rehetra hanalana io sefom-pokontany io tamin’ny toerany, hatramin’izay”, hoy ihany izy ireo.

Randria

 

News Mada1289 partages

“Salon de l’auto 2017” : mihena ny fiarakodia vaovao lafo

Nanomboka ny taona 2008, mihena ny fiarakodia vaovao lafo eto Madagasikara any amin’ireo concessionaires rehetra. « Eo ny antony ara-toekarena, fa mety tsy mahatoky loatra ny hisian’ny filaminana politika ny mpanjifa. Olana iray lehibe koa ny varotra fiara efa niasa, izay misy tsy ao anatin’ny ara-dalàna, manimba ny fifaninanana. Koa raha 7.000 isan-taona ny fiara vaovao lafo tany amin’ny taona 2008, tsy misy afa-tsy 3.000 sisa izany izao 2017 izao ». Ireo ny fanamarihana nataon’ny tale jeneralin’ny Ocean Trade, Moustafa Hirdjee, nandritra ny fanokafana ny “Salon de l’auto 2017”, andiany faha-11, omaly eny amin’ny CCI Ivato, atao hatramin’ny 8 oktobra. Hita mandeha izao ny fiara vita sinoa, raha vaovao, satria mora kokoa ny vidiny. “Tokony hahay hifidy sy hanavaka tsara anefa ny mpanjifa, satria maro karazana izao ny fiara”, hoy ihany ny tale jeneralin’ny Ocean Trade.

Mpiara-miombon’antoka ny BNI

Mitondra vahaolana ho fampiakarana izany varotra fiara vaovao izany ny BNI Madagascar, anisan’ny mpiara-miombon’antoka mandritra ny “Salon de l’auto 2017”. Tolotra ho  fahazoana mividy fiara vaovao, araka ny safidiny, ho an’ny olon-tsotra, mpitatitra na orinasa, samy aroson’ny BNI avokoa. “Fomba iray koa izany hanomezana endrika vaovao ny tanàna, hialana amin’ny rivotra maloto noho ny fahamaroan’ny fiara efa antitra”, hoy ny tompon’andraikitra iray ao amin’ity banky ity.

Efa misy ny fifanarahana eo amin’ny BNI sy ireo mpivarotra fiara hahazoana mandoa isam-bolana ny vidiny ; ny “Credit Vaika“ ho an’ny olon-tsotra. Tsy voarara, toy ny famoriam-bahoaka hafa aloha izany, ny “Salon de l’auto 2017”.

R.Mathieu

Midi Madagasikara1246 partages

Valan’aretina pesta : Hifady hanina ireo pasitera ao amin’ny Fmfoi, mandrapahafoana izany

Ny mpanorina ny fiangonana Fmfoi, mitrotro am-bavaka ity firenena ity.

Samy manana ny anjara birikiny entina miady amin’ity valan’aretina pesta ity ny tsirairay. Raha sarom-bava ny an’ny sasany, fitondrana am-bavaka sy asa sosialy kosa no nosafidian’ireo mpino ao amin’ny Fmfoi, izay tarihin’ny Apôstoly Benjamina, entina hiadiana amin’izany. Araka izany dia fantatra nandritry ny fampiantsoana mpanao gazety natao omaly, teny Andrefan’Ambohijanahary fa hifady hanina ireo pasitera rehetra ao amin’ity fiangonana ity, hanomboka anio  ka tsy hifarana raha tsy amin’ny fotoana izay hanambaran’ny fanjakana, fa « avotra ny tany » ary foana ilay valan’aretina. « Raha misy asa sosialy, toy ny fanadiovana ny toeram-ponenana sy ny manodidina, dia tsy ho diso anjara amin’izany izahay mpino » hoy hatrany ity mpanorina ny Fmfoi ity. Fa fotoana iray ihany koa izy io nitondran’ny Apôstoly Benjamina fanamarihana mahakasika ireo feo mandeha ny amin’ny fikasàny hirotsaka hofidina ho filoham-pirenena amin’ny 2018. « Efa voahosotra hitarika vahoaka ho any an-danitra aho, hoy izy, fa tsy hitarika vahoaka ety an-tany (…). Ka noho izay dia tsy mieritreritra ny hirotsaka izany mihitsy ny tenako». Fa ankoatr’izay, dia fantatra fa mankalaza ny faha-20 taona nijoroany ity fiangonana ity, niaraka tamin’ny onjam-peo izay naoriny. Ity farany izay efa re amin’ny faritra fito manerana ny Nosy amin’izao fotoana izao, raha teto an-drenivohitra ihany izany tamin’ny nanombohany. Entina hankalazana izany, dia hisy ny hetsika maromaro hokarakaraina, izay tsy mivaona amin’ny fitoriany ny filazantsara, ka ny 15 oktobra izao no hanombahana izany ao amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina.

m.L

Midi Madagasikara1084 partages

L’industrie en danger : Tiko menacée de fermeture par le régime HVM

Un nouveau coup fourré pour le « Vita malagasy ».

Alors que le gouvernement et la Commune urbaine d’Antananarivo continuent de se renvoyer la responsabilité sur la propagation de l’épidémie de peste dans la Capitale, un arrêté interministériel ordonne la fermeture de Tiko. En fait, c’est la société AAA, celle qui exploite les usines de Tiko et qui commercialise ses produits, qui est visée par cette mesure de fermeture. Cette décision a été annoncée hier par le ministre de l’Industrie Tazafy Armand lors d’un point de presse éclair au cours duquel il n’a même pas osé citer le nom de la société concernée. A en croire ce membre du gouvernement, Tiko-AAA n’a pas de permis environnemental, de certificat de consommabilité et d’autorisation de mise sur le marché. « Si le ministre Tazafy constate qu’il y a des irrégularités, pourquoi attendre aujourd’hui pour fermer Triple A alors que cette société produit les produits Tiko depuis longtemps ? », s’interroge Marc Ravalomanana. Avant d’enfoncer le clou : « A l’époque où il était encore ministre du Commerce, Tazafy Armand a fermé le site de Magro à Ankorondrano. Actuellement ministre de l’Industrie, on lui confie la mission de fermer la société Triple A. Je ne sais pas si la population d’Antsirabe qui bénéficie directement de l’implantation des usines de Triple A et les Malgaches qui apprécient les produits de cette société partenaire de Tiko vont accepter cette décision de fermeture. »

« Lundi noir ». Visiblement, la décision de fermeture prise à l’endroit de la société Tiko-AAA va à l’encontre de la politique de création d’emploi définie par l’Etat dans le Plan National du Développement (PND). Et en plus, cette décision semble loin de favoriser le « Vita Malagasy » sur les marchés locaux. D’après les informations recueillies à Antsirabe, l’implantation des usines de Tiko-AAA ne présente pas de dangers pour l’environnement local. Au contraire, elle crée des emplois pour les jeunes et constitue une solution pour les éleveurs de vaches laitières. Dans la Capitale, les produits de Tiko-AAA sont commercialisés dans les grands magasins de renom. Ces produits sont également mis sur les marchés au niveau d’autres grandes villes de Madagascar. En tout cas, avec cette décision de fermeture prise à l’encontre de la société AAA, le nombre des chômeurs va augmenter. A rappeler que Tiko-AAA est la seule société qui a pu se redresser sans l’aide de l’Etat après la crise politique de 2009. Nombreuses sont les sociétés et les entreprises créées et gérées par les Malgaches qui ont été victimes d’actes de pillage lors du « Lundi noir » (26 janvier 2009). Jusqu’ici, l’Etat n’a aucune politique valable permettant d’aider les industriels victimes à relancer leurs activités.

Eugène
L'express de Madagascar930 partages

Antananarivo – Le centre hospitalier anti-peste asphyxié

Le centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra est débordé. Un malade non traité erre dans la nature.

Il a fallu rajouter une troisième tente au centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), hier après-midi, pour accueillir les malades de la peste. Les chambres de l’hôpital ainsi que les deux tentes installées dans cet hôpital depuis l’apparition de cette épidémie de peste urbaine, sont pleines à craquer. « Il y a vingt deux malades hospitalisés au CHAPA, en ce moment. Six sont traités dans les chambres tandis que chaque tente abrite huit cas de peste probables », explique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé au sein du ministère de la Santé publique.Faute de capacité d’accueil, des malades ont dû être transférés dans d’autres hôpitaux, comme au centre hospitalier universitaire à Anosiala, avant-hier. Là-bas, parmi les cinq malades traités, quatre sont des cas de transfert. Au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU JRB), il y a douze malades, dont sept sont des nouveaux entrants. Au centre hospitalier Soavinandriana, on compte huit malades. C’est la dernière situation de la peste à Antananarivo à la date du 5 octobre, rapportée par le ministère de la Santé publique.D’autres formations sanitaires à Antananarivo, comme le centre de santé de base à Ambohidroa, prend aussi en charge des malades. Leur premier patient est un enfant de 29 mois. « Des ganglions sont apparus sur son cou. L’institut Pasteur de Madagascar (IPM) a confirmé qu’il est atteint de la peste bubonique, ce matin », a expliqué Olivia Virginie Rakotomanga, chef du fokontany à Avara­tanàna Ambo­hidroa. Des longues files sont, en outre, constatées dans les centres de santé de base.« Des personnes présentant des états grippaux, comme de la fièvre, des toux, se précipitent chez nous. Jusqu’ici, nous n’avons enregistré aucun cas positif », explique un médecin traitant dans un CSB 2 à Anta­nanarivo-ville.

Un évadéLe risque de propagation de la bactérie s’avère sérieux dans la capitale. La plupart des cas sont victimes de peste pulmonaire. Au cours de cette semaine, un enfant admis dans un hôpital pour suspicion de peste, a été emmené en catimini par sa famille, sans que son traitement soit achevé, selon le Dr Manitra Rakotoa­rivony. Il risquerait de contaminer toutes les personnes en contact avec lui.Devant ce fléau, tous les chefs de fokontany à Antananarivo-ville ont été mobilisés pour le signalement des cas et le contrôle de la mobilité des habitants dans leur quartier. Les agents communautaires seront aussi formés pour la recherche active des cas.Le ministère de la Santé publique envisage de faire une investigation profonde sur cette épidémie de peste qui sévit dans une vingtaine de districts et notamment, la capitale de Madagascar où cent un cas suspects sont enregistrés depuis le début de l’épidémie. « Ce n’est pas évident qu’un enfant soit contaminé alors que les autres membres de sa famille se portent bien », indique un médecin. Les médecins au niveau des centres de santé de base interpellent sur le manque d’équipement de protection individuelle. « Nous risquons de contracter la maladie si des cas surviennent dans notre service », lancent-ils. A Toamasina, le personnel de santé en a déjà fait les frais. Le maire de Toamasina, Elysé Ratsiraka interpelle l’État sur l’urgence d’un appel à l’aide international, pour la maîtrise de l’épidémie. « Ici, l’épidémie n’est plus maîtrisée », avance-t-il.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar435 partages

Épidémie – Air Seychelles suspend ses vols

Seychelles coupe sa liaison aérienne avec Mada­gascar. La compagnie aérienne Air Seychelles annonce la suspension temporaire de ses vols vers Madagascar. « Suite aux conseils et à la demande de l’Autorité de la santé publique des Seychelles concernant les préoccupations de l’épidémie de peste à Madagascar, Air Seychelles suspendra temporairement ses services entre les Seychelles et Madagascar à partir du dimanche 8 octobre 2017 », publie la compagnie seychelloise sur sa page Facebook.Mercredi, le ministère de la Santé des Seychelles a recommandé à toutes les compagnies aériennes et aux voyagistes de déconseiller ces ressortissants de se rendre à Madagascar en raison de cette épidémie de peste. En même temps, les autorités seychelloises ont également mis en place des mesures sanitaires supplémentaires dans leur aéroport principal à Mahé.Les mesures préventives font suite au décès de l’entraîneur d’un club de basketball des Seychelles à Antananarivo. Vendredi, le gouvernement avait confirmé que le décès d’Alix Allisop était dû à la peste pulmonaire. Ce qui a déclenché l’alerte générale de cette épidémie dans la capitale.

L.R.

Midi Madagasikara394 partages

Antanimena : Une famille malgache expulsée de sa maison par une Karana

Hier, des agents de la commune urbaine d’Antananarivo accompagné par un huissier sont venus à Antanimena pour procéder à l’expulsion des occupants d’un immeuble  sis à Antanimena. Ils étaient là pour exécuter la décision de la commune urbaine d’Antananarivo. Une décision que les expulsées qualifient d’arbitraire et illégale. Non seulement, elles affirment ne pas avoir été avertis dans le délai réglementaire pour un cas similaire d’une part, et d’autre part, cet immeuble fait encore de la propriété dite « Don Céleste 2 » qui fait encore  l’objet d’un litige auprès du Tribunal.  La Karana qui prétend être la nouvelle propriétaire et a demandé cette décision de démolition n’est pas du tout, selon les explications de l’avocat de la famille expulsée, la propriétaire des lieux. Une décision judiciaire en date du 25 septembre 2017 a annulé l’acte de vente qu’elle détient. Le problème est que le bâtiment à démolir fait partie des héritages communs. Mais, trois des héritiers ont réussi à s’emparer de la totalité de ces biens pour revendre la partie à cette Karana. Selon le récit de l’avocat de la famille expulsée, la propriété « Don Céleste était inscrite au nom de Raolina Paul mais appartient en réalité aux héritiers du feu Raoelina. Le 15 décembre 2015, la Cour d’appel a ordonné le partage de tous les immeubles inscrite au nom de Raoelina et de Raoelina Paul en 6 parts égales. Entretemps, en vertu du testament de Raoelina Paul, ses légataires, à savoir, les trois Raoelina Jean Herimanana ont vendu la propriété « Don Céleste 2 » à la Karana sus mentionnée. Or le testament de Raoelina Paul a été déclaré nul et de nul effet suivant l’arrêt susvisé. Ce qui a impliqué l’annulation de l’acte de vente entre la Karana et les trois frères.

T.M.

Tia Tanindranaza270 partages

20 taona ny FMFoiHifady hanina haharingana ny pesta, hanao asa soa ho an’ny fiarahamonina

Hankalazaina amin’ny 15 oktobra ho avy izao ny 20 taona nitsanganan’ny FMFoi na Feo Maherin’ny Finoana. Amin’izao vanim-potoana tena hisian’ny ny pesta eto amintsika izao, hoy ny apôstôly Benjamina, mpanangana ny FMFoi, dia ilaina tanteraka ny mivavaka ho an’ny firenena.

Hankalazaina amin’ny 15 oktobra ho avy izao ny 20 taona nitsanganan’ny FMFoi na Feo Maherin’ny Finoana. Amin’izao vanim-potoana tena hisian’ny ny pesta eto amintsika izao, hoy ny apôstôly Benjamina, mpanangana ny FMFoi, dia ilaina tanteraka ny mivavaka ho an’ny firenena. Noho izany indrindra dia hanatanteraka hetsika vavaka sy fifadian-kanina tsy misy fetra, manomboka rahampitso mandrapahasitran’ny tany, sy haharingana ny pesta eto amintsika, ireo pasitera ao amin’ny FMFoi sy ny apôstôly Benjamina. Hampahery ireo olona hivavaka sy hanome torohevitra ao amin’ny onjam-peo FMFoi, 107.4 ihany koa anefa izy ireo. “Ampirisihina mihitsy aza ny marary hanatona dokotera” hoy izy. Ho an’ity fankalazana ity dia hanao asa soa ho an’ny fiarahamonina toy ny fiaraha-miasa miaraka amin’ny dokotera, fanampiana izy ireo hirariany hitohy amin’ny 20 taona manaraka. Hisy ny vavaka faobe hotanterahiny amin’io ka hanasany  ny olona rehetra tsy ankanavaka, etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina. Marihina fa manana ivontoerana 150 eto Madagasikara ny FMFoi ary 30.000 ireo vita batisa tao aminy.

Aina

 

 

Ino Vaovao212 partages

FIHANAKY NY PESTA : Mifanilika andraikitra ny fitondram-panjakana sy ny CUA

Olana anefa tsy misy ny fandraisan’andraikitra mivantana, na io avy amin’ny fitondram-panjakana na io avy amin’ny Kaominina Antananarivo renivohitra fa toa samy mifanilika andraikitra ho amin’izay tompon’antoka mahatonga ny loto sy ny fako eto amin’ny tanànan’Antananarivo ny roa tonta. Ny praiminisitra lehiben’ny governemanta dia nilaza fa tompon’andraikitra voalohany ny Kaominina Antananarivo renivohitra manoloana ny fiparitahan’ny fako etsy sy eroa. 

Ankilany kosa anefa dia manizingizina mafy ny filoha teo aloha, Ravalomanana Marc izay sady mpanolotsaina manokan’ny Kaominina Antananarivo fa ny Samva no tompon’andraikitra amin’ny fanalana ny fako sy ny fanadiovana ny tanàna. Ankilany mangataka ny hamerenana an’ity orinasa ity ho eo ambany fitantanan’ny Cua ihany koa ny tenany. 

Efa alohalika anefa ny ranom-bary ka  tsy tokony hifanome tsiny intsony, na hifanilika andraikitra sy ny fifanomezan-tsiny lava  satria efa fotoana itadiavam-bahaolana izao amin’ny famongorana ny aretina. Raha tsy misy mantsy ny fandraisan’andraikitra faran’izay haingana dia  tsy hitsahatra handripaka eto an-toerana ity areti-mandoza ity raha toa ka tsy misy izay fepetra raisina izay. Tokony hiara-misalahy amin’ny famongorana ny fiparitahan’ny aretina na ny fanjakana foibe na ny Kaominina Antananarivo renivohitra.

Avotra Isaorana

Madagascar Tribune195 partages

Des sanctions planent sur les chefs fokontany

Dans la lutte contre la peste, l’Etat et le gouvernement semblent enfin s’être décidé à agir. Aussi, des opérations de nettoyage et de sensibilisation ont eu lieu un peu partout à Antananarivo dans la journée d’hier. Le ministre de la Santé publique Mamy Lalatiana Andriamanarivo a décidé, avec le Chef de la région Analamanga, de réunir les chefs fokontany de la Capitale afin de les impliquer dans la lutte contre cette « épidémie de peste pulmonaire urbaine ». Après quoi le chef de la région Analamanga, Ndranto Rakotonanahary a fait savoir que les présidents des fokontany risqueraient d’avoir des sanctions par rapport à l’insalubrité de leurs quartiers. Les campagnes de sensibilisation par rapport à l’hygiène et l’assainissement et la santé devraient se tenir durant toute l’année, mais pas seulement durant la période des pluies ou éventuellement, durant cette période d’épidémie de peste. Une disposition qui pourtant semble être nouvelle pour les fokontany d’Antananarivo. En effet, depuis des années, les fokontany n’ont jamais reçu de directives venant d’en haut en ce qui concerne la question de salubrité et encore moins de la part du Chef de région. L’initiative vise à impliquer la population à travers les fokontany. Cela ne masque en rien le retard dans la prise de responsabilité des dirigeants. Encore moins lorsqu’il s’agit de faire planer une sanction sur les chefs fokontany qui on le sait fonctionnent via leurs propres moyens.

Orange Madagascar177 partages

Coup de filet au sein des télécommunications

Un réseau de pirates des télécommunications a été démantelé par la police nationale, en collaboration avec les opérateurs de téléphonie mobile et de l’Autorité de régulation des technologies de communications (Artec) les 30 septembre et 3 octobre dernier. Les coupables sont déjà écroués à Antanimora et plusieurs matériels ont été saisis.

Chaque appel international doit passer par un centre de transit international. Le rôle de ce centre est de relayer ces appels auprès des opérateurs de téléphonie mobile locaux. La détermination du montant de ces droits ressort de ce centre. Et ces droits sont également encaissés par ce même centre.

Toutefois, cette entité a constaté une nette diminution des appels internationaux. Car, suivant investigations, ces appels étaient détournés via des SIM BOX. Ces matériels qui peuvent être dotés de plusieurs cartes SIM en même temps, permettent d’intercepter ces appels internationaux pour les passer pour de simples appels locaux, aux couts des appels locaux. Dans ce dessein, si le cout d’une minute d’appel international est fixé, par exemple à 1 000 ariary, et qu’une minute d’appel local est de 200 ariary, chaque minute, les pirates empochent la différence qui est de 800 ariary. Or, chaque année, Madagascar enregistre environ 59 millions de minutes d’appels internationaux. Le manque à gagner est aussi important tant pour les opérateurs de téléphonie mobile que pour le centre de transit international, sans parler de l’Etat qui ne perçoit ni impôt ni taxes sur ces vols.

Investigations et perquisitions

Après investigations, il a été décelé que les détournements proviennent du côté d’Analamahitsy et de Tsaralalàna. Une plainte a donc été déposée pour « exploitation d’un réseau de télécommunication non autorisée, installation de station radio électrique sans autorisation, utilisation de fréquences non assignées, établissement de réseau, perturbant ceux existants, vol de communication téléphonique  », « criminalité transnationale organisée » et enfin « cybercriminalité ».

Ces infractions sont régies par l’article 41 de la loi 2005-023 du 17 octobre 2005, de la loi 2014-005 du 5 décembre 2014 sur la criminalité transnationale organisée et de la loi 2014-006 en date du 19 juin 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité.

Le service central de la police scientifique et technique (SCPST) et des ingénieurs de l’ARTEC ont obtenu un mandat de perquisition aux endroits déterminés par les investigations électroniques.

Après arrestation, ces pirates n’ont pas hésité à dénoncer leurs complices du côté d’Analamahitsy. Selon ces pirates, "ils percevaient mensuellement de l’argent pour garder ces matériels".

Les matériels  saisis seront présentés au tribunal qui prendra les mesures adéquates.

Par ailleurs, la police nationale de noter que le 27 septembre, un ressortissant chinois a été appréhendé en flagrant délit de vol de connexion à Itaosy. Ce dernier et sa compagne, sont déjà mis sous mandat de dépôt et leurs matériels ont également été saisis.

Faly R.

Midi Madagasikara167 partages

Riposte à la peste : Le gouvernement mise sur la responsabilisation des citoyens

Les chefs des « fokontany » d’Antananarivo ont été présents, en masse, lors de l’atelier organisé à Anosy hier.

Impliquer les populations dans les actions de lutte pour la maîtrise de la peste, telle est la stratégie adoptée par le gouvernement actuellement.

« La lutte contre la peste est une responsabilité de tout un chacun ». Un message fort de sens véhiculé par le Ministre de la Santé publique lors d’un atelier de sensibilisation des chefs de « fokontany » sur les gestes à adopter pour faire face à la peste, à la coupole Anosy hier. Il vaut mieux tard que jamais dirait-on face à l’incivilité de la population. Cette dernière qui se complaît dans l’insalubrité et la mauvaise hygiène est à l’origine des ordures qui s’accumulent un peu partout. Dans la logique des choses, les gestes comme jeter les ordures partout, comme si de rien n’était, ne devront plus exister. Hélas, la majeure partie des Malgaches est tristement habituée à voir les ordures. Pire encore, elle vit avec ! La prolifération de la peste ne s’en trouve pas étonnante dans ces conditions. Faire passer les messages sur les bons gestes et responsabiliser la population à travers les chefs de « fokontany » est donc la solution que préconise le gouvernement via le ministère de la Santé publique.

Assistance. Par ailleurs, la représentante résidante de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) à Madagascar, Charlotte Ndiaye a fait savoir que « 41 experts épidémiologistes vont venir dans la Grande Ile pour appuyer les actions menées pour contenir la peste ». La représentante de l’OMS d’ajouter que dans la lutte, « un cargo de médicaments et de matériel de protection individuelle va arriver vendredi prochain ». Lesdits médicaments vont être acheminés dans les districts de l’île avec l’appui de l’OMS. Charlotte Ndiaye de faire savoir que «l’OMS va aider Madagascar dans la distribution des médicaments et des matériels de protection individuelle des agents de santé ». Si au début de l’épidémie le gouvernement a quelque peu tergiversé, les ripostes à l’épidémie sont de plus en plus renforcées actuellement. Ce qui démontre que quand les responsables veulent faire quelque chose, ils y arrivent… Ce qui malheureusement ne se fait pas la plupart du temps.José Belalahy

Midi Madagasikara141 partages

Hery Rajaonarimampianina : Rencontre avec le président italien à Rome

La Chambre de Commerce et d’Industrie Italie – Madagascar a tenu une séance d’informations à l’endroit des opérateurs nationaux intéressés par la Conférence Economique de Rome.

Parmi les communications verbales à l’ordre du jour du conseil des ministres d’avant-hier, figurait celle effectuée conjointement par le ministère des Affaires étrangères et le ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage concernant la visite présidentielle en Italie du 16 au 18 octobre 2017.

Le président Hery Rajaonarimampianina sera reçu notamment par son homologue italien Sergio Mattarella avec qui il sera certainement question de la coopération bilatérale entre les deux pays. Il assistera aussi le lundi 16 octobre à la célébration officielle de la Journée Mondiale de l’Alimentation qui commémore la date de sa création en 1945. Il n’est pas exclu que le locataire d’Iavoloha croise pour l’occasion le Pape François qui viendra se joindre au DG de la FAO pour cette cérémonie officielle

40 opérateurs. La visite du chef de l’Etat malgache coïncide avec la tenue de la Conférence Economique de Rome prévue les 17 et 18 octobre prochains. Plus de 40 opérateurs nationaux feront le déplacement dans la ville éternelle où ils auront l’opportunité, sinon de nouer des relations d’affaires, du moins de faire des prospections sur le marché italien. « Un marché encore ouvert », comme l’a d’ailleurs fait remarquer le président de la Chambre de Commerce et de l’Industrie Italie – Madagascar, Ciro Visone, lors de la conférence de presse tenue jeudi dernier à l’Hôtel Ibis Ankorondrano.

Suivi. Une conférence de presse qui a été suivie d’une séance d’informations pour les opérateurs intéressés par la Conférence Economique de Rome qui marquera la relance de la coopération économique et des échanges commerciaux entre Madagascar et l’Italie. Et ce, dans les deux sens puisque si la Grande Ile intéresse les opérateurs italiens, le secteur privé malgache pourrait aussi trouver son compte en Italie. En somme (au propre comme au figuré), la tenue de cette Conférence Economique ferait l’affaire de tous. Qui plus est, il y aura un suivi dans la mesure où une délégation d’entrepreneurs italiens se rendra à son tour à Madagascar où le marché reste tout aussi ouvert dans plusieurs secteurs.

O
Tia Tanindranaza137 partages

Orinasa Tiko AAAMiala any indray ny antsojay

Manomboka mazava amin’izao fotoana izao ny mety hanakatonan’ny fanjakana HVM ny orinasa Tiko. Toa nanamafy izany ny fampitam-baovao nataon’ny Minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana Rolly Mercia sy ny fanehoan-kevitra nataon’ny Minisitry ny varotra sy fanjifana Tazafy Armand.

Manomboka mazava amin’izao fotoana izao ny mety hanakatonan’ny fanjakana HVM ny orinasa Tiko. Toa nanamafy izany ny fampitam-baovao nataon’ny Minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana Rolly Mercia sy ny fanehoan-kevitra nataon’ny Minisitry ny varotra sy fanjifana Tazafy Armand. Rehefa nikatona ny orinasa Tiko dia nisy orinasa vaovao antsoina hoe AAA, ary io no niantoka ny fampiodinana sy famokarana ny vokatra Tiko, toy ny vokatra avy amin’ny ronono: dibera, fraomazy, yaourt… miampy ireo zava-pisotro: classiko, olympiko,… raha ny voalazan’I Rolly Mercia. Nambara fa tetika hialana amin’ny trosa amin’ny tsy fandoavana hetra an-taonany mitentina 120 miliara ariary hetra takian’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola. Ankoatra izay ihany koa dia ambara fa ananan’ny Jirama trosa 4 miliara ariary ny orinasa Tiko tany Antsirabe, izay efa notapahana ny jiro. Na eo aza ny fifanarahana teo amin’ny Tiko sy ny AAA, dia tsy manala velively ny trosa tokony halohan’ny Tiko izany, raha ny nambaran’I Rolly Mercia tamin’ny alalan’ny fampitam-baovaony. Niniana tsy noresahina kosa ny fanonerana ny orinasa Tiko, izay voafaritry ny tondrozotra sy ny lalàna. Na tsy nilaza mivantana aza ny minisitry ny varotra, Tazafy Armand, dia tsikaritra fa ny orinasa Tiko no tena tiana horesahina tamin’ny fanehoan-keviny omaly momba ny tontolon’ny orinasa eto amintsika. Amin’ny maha tany tan-dalàna azy dia mijery izahay amin’izao fotoana izao iza ny orinasa miodina, ka tsy manara-dalàna, ka isan’izany ny tsy fisian’ny fahazoan-dàlana ara-tontolo iainana, hoy izy. Saro-piaro amin’izany fiarovana ny tontolo iainana izany ny rehetra, ka izay no anton’ny fampiatoana mandra-pahafenon’ny fepetra, indrindra fa izay lafiny izay. Eo am-pitiliana ireo orinasa rehetra ity minisitera ity amin’izao, ary miara-miasa akaiky amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana amin’ny alalan’ny fanomezana fahazoan-dàlana ara-tontolo iainana; minisiteran’ny fahasalamana mpanome ny fahazoan-dàlana hahafahana mihinana ny vokatra, ary ny minisiteran’ny varotra mpanome ny alalana hahafana manaparitaka ny vokatra ho azo jifaina eny amin’ny tsena. Matoa anefa niodina ny orinasa Tiko AAA, dia nahafeno ny fepetra rehetra ilaina. Somary nafampana rahateo ny resaka tsy fifankahazoana ara-politika teo amin’ny tompon’ny Tiko sy ny fanjakana tato ho ato, ka izay no mety mahatonga izao toe-javatra izao. Samy hafa mihitsy anefa ny resaka politika sy ny resaka fandraharahana, ary tsy tokony hiafara amin’ny fanakantonana ny Tiko AAA ny raharaha satria mamelona vahoaka maro izany, ary mety hiteraka korontana eto amin’ny firenena. Tokony hisy ny fifampidinihana sy fifampiresahana raha tena misy tokoa ny fitiavan-tanindrazana, ka tsy ny orinasa Malagasy hita fa miroborobo indray no hanaovana antsojay.

Toky R                             

Midi Madagasikara123 partages

ONE : « Plus de 60% des industries n’ont pas un permis environnemental », a déclaré Rakotoary Jean C...

« L’Etat peut fermer une entreprise n’ayant pas de permis environnemental si elle représente un danger public ou est en conflit avec la population locale », selon le DG de l’ONE. (Photo d’archives)

Pour le cas de Tiko, les autorités locales notamment le maire s’opposent à sa fermeture compte tenu de ses retombées socio-économiques dans sa zone d’implantation, pour ne citer que la création d’emplois.  

Depuis la mise en vigueur du Décret MECIE (Mise en Compatibilité des Investissements avec l’Environnement) en 2004, nombreuses sont les industries qui ne sont pas en règle vis-à-vis de la législation environnementale. La plupart d’entre elles sont tenues à régulariser leur situation en faisant une mise en conformité à la loi. « Même actuellement plus de 60% des industries n’ont pas un permis ou une autorisation environnementale. Seules les entreprises opérant dans le secteur textile qui en ont fait la demande étant donné qu’il s’agit d’une des exigences du marché américain dans le cadre de leur éligibilité au niveau de l’AGOA », a déclaré Rakotoary Jean Chrysostome, le directeur général de l’Office national pour l’Environnement lors de sa rencontre avec la presse hier.

Retombées. « Pour avoir ce permis environnemental, les industriels doivent effectuer une Etude d’Impact environnemental. Si leurs investissements ne sont pas énormes, ils doivent établir un programme d’engagement environnemental afin d’obtenir une autorisation environnementale. Selon cette catégorie d’entreprises, il se peut que des petites unités ne soient pas exigées à effectuer une mise en conformité vis-à-vis de la législation compte tenu du fait que leurs impacts environnementaux sont très minimes », a-t-il poursuivi. Ce directeur général de l’ONE a ensuite enchaîné que son entité suggère la suspension des activités d’une industrie ne disposant pas de permis environnemental à l’Etat et ce, sur avis des autorités locales, selon la loi en vigueur. « S’il y a un danger public ou si l’entreprise est en conflit avec la population locale, l’Etat peut procéder à sa fermeture. Mais il faut également tenir compte des retombées socio-économiques des activités de cette entreprise dans sa zone d’implantation », a-t-il évoqué.

Fermer. Parlant de l’intention de l’Etat de fermer la société Tiko AAA faute de permis environnemental : « les autorités locales notamment le maire, s’opposent à cette décision étant donné  sa réouverture contribue au développement socio-économique de la localité. A mon avis, il doit se conformer tout simplement au Décret MECIE, mais on n’a pas besoin de la fermer. Tiko AAA a été déjà notifié suite à une descente de l’ONE sur place à effectuer un programme d’engagement environnemental pour ses unités de fabrication de beurre, de yaourt et de fromage et une étude d’impact environnemental pour l’exploitation d’une source servant à fabriquer de l’eau minérale. Il s’agit notamment de la délimitation d’une zone de protection de cette source tout en négociant avec les propriétaires fonciers locaux », tient à préciser Rakotoary Jean Chrysostome.  Demandant la version de Tiko AAA,  « Nous avons suivi à la lettre toutes les recommandations de l’ONE en engageant même des experts, mais nous n’avons pas toujours obtenu des avis favorables. L’équipe de cet organisme a fait au moins trois descentes dans nos installations industrielles et cela n’a pas abouti », selon un responsable du groupe.

Navalona R.

Madagascar Tribune118 partages

Le PM devenu amnésique

Le Premier ministre Mahafaly Olivier a parlé des communes en général pas d’Antananarivo ville seulement, lors de la cérémonie d’ouverture du colloque international sur les finances locales le 05 octobre. Lors de cette cérémonie, le Premier ministre, qui est à la fois ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a brièvement présenté la situation des finances locales à Madagascar. Concernant la subvention pour les collectivités territoriales décentralisées dont les communes, le Chef du gouvernement a fait un état des lieux après la sortie de crise en soulignant que : « toutes les communes ont toujours reçu des subventions de fonctionnement, mais à propos de la subvention exceptionnelle, l’Etat ne peut donner que ce qu’il a ».

Justement pour le déblocage de la subvention exceptionnelle dédiée à la commune, le Premier ministre a rappelé que « l’octroi de celle-ci a été suspendue depuis le régime de la Haute Autorité de la Transition. En effet, toutes les revendications tant syndicales que communautaires, y compris celles de la Commune Urbaine d’Antananarivo, ne sont guère ignorées par l’État ; mais vu l’actuelle restriction budgétaire au niveau du Gouvernement, la dotation de la subvention exceptionnelle s’avère inopportune. Force est de souligner que malgré cette situation, la contribution du Gouvernement aux infrastructures au niveau des communes urbaines confirme le soutien de l’État. »

Apparemment le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation est devenu amnésique et a oublié les subventions exceptionnelles qu’il a octroyées à tour de bras dont celles d’Ambohimahamasina et qui a valu à dame Claudine Razaimamonjy d’être sous les verrous actuellement. Plusieurs communes, ont bénéficié officiellement de subventions exceptionnelles sous la tutelle du ministre de l’Intérieur et de Décentralisation Olivier Mahafaly mais qui seraient tout simplement passées dans la caisse de la commune bénéficiaire avant d’être virées ailleurs, d’où les enquêtes du BIANCO depuis des mois voire des années.

L'express de Madagascar116 partages

Prévention – Les Églises s’ouvriront dimanche

L’épidémie de la peste n’empêche pas les gens de prier. Les Églises ouvriront leurs portes dimanche.« L’Église est toujours ouverte. En termes de protection, les fidèles peuvent porter des cache- bouche, mais ils sont obligés de l’enlever lors de la communion. Nous faisons également une sensibilisation à travers une commission de la santé, comme nous l’avons déjà fait pour la polio. Si quelqu’un veut se confesser, nous ne pouvons pas refuser mais nous acceptons toujours », explique Jérôme Dieudonné Andrianantenainirina, père vicaire de l’Église catholique Saint François Xavier à Antanimena.Tout rassemblement est interdit par l’État afin d’éviter la propagation de la peste. « Actuellement, il faut éviter les grands rassemblements. Certains organisateurs d’évènement ont été incités à reporter certains évènements s’il est possible, et surtout les grandes fêtes dans les places publiques. Mais il n’est pas interdit d’aller à l’Église », d’après une source auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. De ce fait, la grande rencontre des fidèles protestants de Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara (Fjkm) à Antananarivo aura lieu à Mahazaza, dimanche. « Jusqu’à maintenant, il n’est pas interdit de se réunir pour prier. La grande rencontre des fidèles protestants du Fjkm, prévue se tenir dimanche se déroulera à Mahazaza dans le district ouest d’Antananarivo, plus précisément dans le district d’Ambohidratrimo », affirme Irako Andriamaha­zosoa, président de la Fjkm.

Mamisoa Antonia

Tia Tanindranaza114 partages

Lalao Ravalomanana« Tsy maintsy miara-miasa raha te handroso »

Mbola ambany ny tetibola ampiasain’ireo vondrom-paritra itsinjaram-pahefana na ny kaominina raha oharina amin’ny tetibolan’ny fanjakana foibe.

Mbola ambany ny tetibola ampiasain’ireo vondrom-paritra itsinjaram-pahefana na ny kaominina raha oharina amin’ny tetibolan’ny fanjakana foibe. Tsy misy afa-tsy ny 3%-n’ny tetibolan’ny fanjakana foibe izany, hoy Ramatoa Lalao Ravalomanana, ben’ny tanànan’Antananarivo, omaly, nandritra ny fanokafana ny atrikasa iraisam-pirenena momba ny fitantanam-bola amin’ny vondrom-bahoakam-paritra ho an’ireo firenena frankofona aty atsimon’i Afrika  fa tsy mbola nahazo an’ilay famatsiam-bola avy amin’ny fitondrana foibe ny kaominina Antananarivo Renivohitra hatramin’izay naha ben’ny tanàna azy ny volana oktobra 2015 na dia manana ilay sata manokana amin’ny maha renivohitry ny firenena azy aza Antananarivo. Nahazo an’io vola fanampiana io avokoa anefa ireo ben’ny tanàna nitondra teo alohany.Tsy maintsy mipetraka tsara ny fiaraha-miasa eo amin’ny kaominina sy ny governemanta raha toa ka tiana hahomby ny asa fampandrosoana atao, hoy izy. Efa tena miasa ny kaominina, saingy voafetra ny zavatra vitany noho ny tsy fahampian’ny hoenti-manana. Napetrany mazava fa tsy maintsy karohana ny hevitra hahafahana miara-miasa eo amin’ny fitondrana foibe, ny kaominina, ny sehatra tsy miankina ary ny fiarahamonim-pirenena mba hahafahana mandroso sy mandresy ny fahantrana. Mila mandray anjara avokoa ny rehetra na ny mpitondra na ny vahoaka, hoy izy ary mila manana ilay fahefana sy tetibola mifanaraka amin’ny andraikiny ny kaominina rehetra hahafahan’izy ireo miasa ho amin’ny tombontsoan’ny vahoaka sy ny tanàna. Minoa aho fa hahazo ny anjara fanampiany avy amin’ny fitondrana foibe aorian’izao dinika sy atrikasa izao Antananarivo Renivohitra satria efa mazava tsara ny zava-drehetra , hoy izy.

RTT

L'express de Madagascar102 partages

Environnement – Des industries risquent la fermeture

Le ministère de l’Industrie procède à un assainissement du secteur. Il menace la fermeture des unités de production ne respectant pas les règles.

Le gouvernement brandit l’arme de la  sanction. Le non respect de la législation en vigueur, notamment celle de l’environnement, risquera de coûter cher aux industriels. Ses unités de production risquent la fermeture. « Nous procédons actuellement à l’assainissement du secteur industriel du pays afin d’attirer les investisseurs. Nous avons soulevé des irrégularités de la législation environnementale pour certaines unités de production. Des sociétés opèrent en toute tranquillité sans avoir les documents nécessaires comme le permis environnemental. C’est inacceptable », a déclaré Armand Tazafy, ministre de l’Industrie et du développement du secteur privéhier dans son bureau à Antaninarenina.

Mise en demeureCoïncidence ou pur hasard. Ces derniers jours, des informations circulaient à propos d’une éventuelle fermeture des unités de productions de la société AAA. L’exploitant des usines de Tiko, la société de l’ancien président Ravalomanana, n’aurait pas entre ses mains plusieurs documents nécessaires à son exploitation comme le permis environnemental, le certificat de consommabilité ou encore de certificat de mise en marche. Devant cette situation, la société aurait reçu une lettre de mise en demeure.Interrogé, le membre du gouvernement ne confirme pas cette information. « Peut être que vous avez entendu des sociétés menacées de fermeture, c’est une suite logique de cette politique d’assainissement. Elles sont mises en demeure jusqu’à la régularisation de leur situation », laisse entendre Armand Tazafy. Dans un contexte encore très tendu entre le régime en place et l’ancien président, une telle mesure risque encore d’envenimer la situation.À Madagascar, la majorité des entreprises et industries ne sont pas en règle vis-à-vis de la législation environnementale. « 60% d’entre elles ne disposent pas de permis environnemental », a fait savoir Jean Chrysostome Rakotoary, directeur général de l’Office national de l’environnement (ONE), l’organe en charge de la délivrance de ce document. L’absence de ce document ouvre la voie à l’État pour la fermeture d’une usine. « La procédure d’octroi du permis environnemental dépendra du dépôt des dossiers de l’étude d’impact environnemental. La législation laisse à l’ONE un droit de soixante jours pour examiner et évaluer le dossier », explique ce responsable.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara83 partages

Vangaindrano : Tafakatra 14 000 Ariary izao ny kilaon’ny jirofo

Velom-bolo ireo tantsaha any amin’ny Faritra Atsimo Atsinanana, indrindra ny ao amin’ny Distrikan’i Vangaindrano, fa tafakatra 14 000 Ariary ny kilaon’ny jirofo amin’izao, raha 11 000 Ariary ny iray kilao ny 20 septambra teo (fotoana nisokafan’ny taom-piotazana tamin’ity taona ity). Kaominina telo dia  Manambondro, Matanga ary Masianaka no tena ahitana io jirofo io mitobaka be ao Vangaindrano. Tao anatin’ny roa taona nifanesy, dia tsara ny vokatra jirofo, ary ifanotofan’ny Sinoa mpanangom-bokatra sy ifandrombahan’ ireo mpandraharaha avy any Mananara Avaratra, (Faritra Analanjirofo) ny vokatra jirofo ao Vangaindrano sy ny avy any amin’ny Distrikan’i Farafangana amin’izao, ka izay no tena nampiakatra haingana ny vidiny manaraka ny tolotra sy ny tinady. Araka ny fampitam-baovao azo, dia mety mbola hihoatra lavitra ny vidin’ny jirofo amin’izao ny vidiny any amin’ny fiandohan’ny taona 2018, na volana febroary any, satria any vao mifarana ny taom-piotazana. Isan-taona, dia manodidina ny 3 000 taonina eo ny vokatra jirofo nanaovan’ny mpandraharaha fanambarana, nandoavana tamberim-bidy, kanefa mihoatra lavitra an’izay  ny tena vokatra amin’iny Faritra iny, raha ny nambaran’ny olom-boafidy iray.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar82 partages

Comb…rats

Un gouvernement de comb…rats. Le Premier ministre n’a pas cru si bien qualifier son équipe. Depuis son arrivée à Mahazoarivo en avril 2016, il a eu à livrer pas mal de combats aussi singuliers les uns que les autres. Mais le comb…rat de trop est sans nul doute celui qu’il livre contre la commune d’Antananarivo actuellement à propos des subventions. D’abord parce qu’il n’a pas à boxer contre une femme même s’il aime bien  le scalp de Mike Tyson. Ensuite il doit être conscient qu’au delà des querelles politiques intestinales entre son parti et celui du maire, il s’agit de la capitale qui n’est pas la propriété particulière du maire mais le patrimoine de tous les Malgaches. Enfin, il a tort de dire que l’État n’a pas assez de sous pour subventionner toutes les communes, étant donné que des centaines de milliards d’ariary de subventions exceptionnelles de certaines communes avaient été détournés dans l’affaire Razaimamonjy.En outre, il est bien écrit dans le statut particulier de la commune d’Antananarivo qu’elle a bel et bien droit à des subventions exceptionnelles de l’État sur consultation du maire.A un moment où la capitale, à l’image des autres grandes villes du pays, s’empêtre dans une saleté inextricable favorisant les épidémies de toutes sortes, le moment n’est pas bon pour pinailler sur des sous. Il faut être conscient du drame et de la tragédie qui est en train de se passer avec cette épidémie de peste pulmonaire. Il est pratiquement impossible de la juguler encore moins de la contrôler dans les conditions actuelles où on ne peut pas imaginer de mettre en quarantaine tout un quartier contaminé, des centaines de milliers de personnes. Cela exige un minimum de rat…ionalité.L’épidémie va contaminer inexorablement d’autres quartiers jusque là préservés à cause de la promiscuité et de la circulation des gens malgré les mesures de désinfection et de dératisation, d’interdiction des manifestations culturelles et sportives prises par l’État. Des malades qui s’ignorent circulent librement et vont contaminer leurs proches et leurs voisins. D’autres refusent carrément de croire à la triste réalité et préfèrent mourir loin des centres de soins et enterrés dans le caveau familial avec tous les risques.Il faut ainsi mobiliser tous les moyens pour venir à bout de cette plaie. L’État a intérêt à fournir les moyens de lutte à toutes les communes en général et à Antananarivo, en particulier. Sinon la peste pourrait lui être fatale si elle devient une pandémie comme en 1930. Il est étonnant que le conseil du gouvernement et des ministres aient encore d’autres sujets que la peste. Pire, le dernier conseil des ministres a occulté l’épidémie. Il est vrai qu’aussi bien le Premier ministre que son ministre de la Santé affirment urbi et orbi, avec une pinte de désinvolture et de fiel que l’épidémie est parfaitement maîtrisée. En face, le bilan s’alourdit d’un jour à l’autre, le nombre de morts gonfle au rythme des ganglions et les malades dépassent nettement la capacité des hôpitaux affectés au traitement de la peste.Comme la saison pesteuse court jusqu’en mars comme ils aiment à le ressasser, il faudra s’armer de beaucoup de résistance, s’offrir un lot de chance et surtout prier étant donné que les églises semblent être les seuls endroits non contaminés par l’épidémie. Du moins là où on retrouve les pro… pestants.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara78 partages

« Génération rock » : Une ode à Metallica au Karibotel

Génération rock revient sous les feux des projecteurs avec « halloween night » qui se tiendra au Karibotel le 31 octobre.

Le 31 octobre, à l’occasion d’un show intitulé « Halloween night », « Génération rock » va investir le Karibotel Analakely pour reprendre les chansons les plus connues de son idole : Metallica.

Et de deux pour la bande à Géremioh ! Le 31 octobre, « Génération rock » revient sous les feux des projecteurs avec « Halloween night ». Une soirée qui rend hommage à l’un des plus grands et des plus célèbres groupes de rock américain : Metallica. « Notre répertoire sera composé des titres les plus connus de cette formation. Quel album en particulier ? Nous n’avons pas pu nous résoudre à en choisir. Le groupe compte effectivement plus d’une vingtaine d’albums depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. On s’est donc dit qu’on allait jouer sur scène des titres pris dans dix des meilleurs opus de la bande à Lars Ulrich ». Pendant cette « Halloween night » au Karibotel Analakely, tous ceux qui seront au rendez-vous voyageront donc dans le temps. « Nous entamerons par les tubes des années 83 jusqu’à ceux de 2016 ». Les groupes AkatA et Apemen qui seront eux aussi au rendez-vous pour cet évènement dédié au « metal », reprendront quant à eux, les compositions de grandes légendes du rock comme Chuck Berry, Europe, Megadeth, Aerosmith, Avenged Sevenfold, Deep Purple, ou encore Breaking Benjamin. Outre celui  de rendre hommage à son idole, l’un des plus grands objectifs de « Génération rock » est de représenter officiellement l’Océan Indien dans les « cover internationaux ».Mahetsaka

Midi Madagasikara73 partages

Ambano Antsirabe : Olona tokony hanefa sazy any am-ponja, mampihorohoro ny mponina

Mihorohoro ny mponina, ankoatra ny asan-jiolahy izay mihamahazo vahana ao amin’ny kaominina Ambano tato ho ato izay, dia voalaza fa misy jiolahy efa rain-dahiny tokony hanefa sazy any am-ponja no mampitaraina ny mponina fa mivezivezy ao an-tanana. Raha ny fanazavana voaray, jiolahy efa fanta-daza loatra sy mpamerin-keloka ity nambaran’ny  mponina fa mpampihorohoro azy ireo ity. Ao amin’ny Tanana  antsoina hoe Ambolotsaratelo kaominina ambanivohitra Ambano no nahitana ity gadra mirenireny ity. Raha ny fantatra hatrany, tokony hanefa sazy any am-ponja izy io tamin’ny asa fanafihana vitany miaraka amin’ny namany, volana vitsivitsy lasa izy.  Nisy nanatitra tamin’ny  moto teo an-tanana anefa  io jiolahy io. Hatramin’ny nahatongavany teo amin’io Tanana io, dia voalaza fa tsy mitsahatra ny mampihorohoro ny mponina no ataony ka hitarainan’ireo fokonolona amin’ny tompon’andraikitra mahefa. Efa nisy rahateo hoy ny solontenan’ny fokonolona ny fitarainana nalefa amin’ny mpitandro filaminana ka miandry izay mety ho tohiny ny mponina.

Andry N.

News Mada70 partages

Marché automobile : les importations de véhicules neufs au ralenti

Le secteur  de l’automobile à Madagascar a besoin d’un souffle nouveau. Le Groupement des concessionnaires automobiles de Madagascar (Gcam) a ouvert le débat sur plusieurs points, hier, à l’occasion de l’ouverture de la 11e édition du Salon de l’auto.

Le marché des véhicules neufs est en régression à Madagascar. 2008 a été l’année la plus imposante avec 7 000 véhicules neufs vendus. Les opérateurs  du secteur sont en pleine offensive actuellement pour conquérir plus de marché lorsqu’on sait que 3 000 véhicules neufs sont vendus dans le pays pour cette année 2017. Le parc automobile à Madagascar est effectivement dominé à 70% par des véhicules d’occasion.

Selon Moustafa Hiridjee, président du Gcam, qui est revenu là-dessus : «Nous sommes en concurrence direct et frontal avec le marché des véhicules d’occasion. Et ces dernières années, nous avons perdu du terrain justement en raison de la concurrence déloyale favorisée par les barrières élevées».

Barrière tarifaire élevée

Concernant le droit d’accise sur les véhicules neufs, les concessionnaires estiment que le débat et les discussions devraient être orientés vers l’élargissement de l’assiette à travers la lutte contre l’informel pour éviter l’alourdissement des charges pour les opérateurs formels. «Si l’on prend un SUV citadine par exemple, vous avez 1% de droit de douanes, 5% de droit d’accise, 20% de droit de  TVA, puis 20% d’impôt sur revenu. Ce qui fait que vous payez approximativement 59 millions d’ariary sur un véhicule qui à la base revient à 100 millions d’ariary», a expliqué le président du Gcam à ce sujet.

En effet, le prix des véhicules neufs a augmenté de 5 à 7% cette année. «La baisse de la valeur de l’ariary par rapport à la monnaie de référence est l’une des causes de cette augmentation», d’après les explications apportées par Hariliva Rasolomanana, directeur commercial de Continetal Auto. En outre, la vente des véhicules particuliers a connu une baisse de 15%.

Mise en place d’un crédit-bail

Mais les opérateurs restent optimistes en travaillant avec des partenaires financiers pour reconquérir le marché de l’automobile à Madagascar. «Le crédo de développement sera la classe moyenne et ce développement vient dans la mise en place de crédit bail. Cela permet de diluer l’effort financier pour investir dans un véhicule neuf. Nous travaillons avec des partenaires financiers pour pouvoir proposer des crédits à taux privilégiés», a poursuivi le président du Gcam.

Les concessionnaires ont également ouvert le débat sur l’âge des véhicules entrant à Madagascar car le vieillissement du parc automobile n’est pas sans impact au niveau de la sécurité routière dans le pays.  En outre, un protocole d’accord avec le ministère du Commerce et de la consommation est en vue dans le cadre de la lutte contre les contrefaçons des pièces détachées.

Riana R.

 

News Mada69 partages

IFM : Didier Montagné, nouveau directeur

Didier Montagné vient d’être désigné directeur délégué de l’Institut français de Madagascar  (IFM) à Analakely.

Ce philosophe de formation et enseignant puis chef d’établissement dans le Centre et le Sud de la France, est devenu directeur de l’IFM, l’établissement du ministère des Affaires étrangères chargé de la promotion de la culture française à l’étranger, présent dans 96 pays. Succédant à Denis Bisson, Montagné a été, jusqu’ici, directeur des Instituts français de Prague et de Bucarest, ainsi que attaché culturel pour la République tchèque et la Roumanie. De plus, à l’issue de ces missions, il a créé et animé à Prague une entreprise de production artistique et d’évènements culturels.

A peine a-t-il foulé le sol malgache, le 21 septembre, qu’il a déjà pris ses fonctions à l’IFM Analakely.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara60 partages

Epidémie de peste : Occultée par le Conseil des ministres

Abandonnés à leur sort par leur propre président. C’est ainsi que les observateurs qualifie la situation de l’épidémie de peste qui sévit actuellement à Madagascar. En effet, jusqu’ici, le président Hery Rajaonarimampianina reste très discret sur cette épidémie. Aucun message de soutien à l’endroit des victimes et de leurs proches, aucune descente également au niveau des foyers pesteux, des quartiers, des communes, des districts, ou même des hôpitaux où sont admis les malades. Et ce, même si le bilan ne cesse de s’alourdir, car les derniers chiffres publiés hier par le Ministère de la Santé publique fait état de 33 morts et de 231 personnes traitées. Pas plus tard qu’hier, le président de la République fuyait les journalistes alors qu’il assistait à la cérémonie d’ouverture du Colloque international sur les Finances locales dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne. Hery Rajaonarimampianina a carrément évité la place que les responsables du protocole ont déjà installée pour une conférence de presse.

Aucun « maux ». La question est donc de savoir si le numéro Un d’Iavoloha est dépassé par les évènements, ou bien s’il préfère ne pas se prononcer sur un sujet qu’il ne maîtrise pas. Hery Rajaonarimampianina attendra peut-être qu’il soit interpellé par la presse étrangère lors de son déplacement prochain à Rome, pour évoquer la situation de l’épidémie de peste qui frappe le pays. Comme ce fut le cas lors des débats autour de la révision constitutionnelle où il n’a annoncé l’existence du projet que durant son voyage à Londres. Quoi qu’il en soit, le Chef de l’Etat devrait sortir de son mutisme, ne serait-ce que pour rassurer les Malgaches en cette période difficile où l’épidémie de peste provoque une panique générale et généralisée au sein de la Société. On a également remarqué que le sujet a été complètement occulté par le Conseil des ministres qui s’est tenu au Palais d’Iavoloha mercredi dernier. Si l’on s’en tient au communiqué du Conseil, l’Exécutif n’a touché aucun mot et aucun « maux » sur la peste.

Davis R

Tia Tanindranaza59 partages

« Tsy voafehy ny pesta, mila vonjy isika»

Taorian’ny fanakianana mafy nataon’ny praiminisitra an’ireo ben’ny tanàna mikasika ny pesta dia nivoaka tamin’ny fahanginany ny ben’ny tanànan’i Toamasina, Dr Ratsiraka Elisé Laurent, anisan’ny voakian’ny praiminisitra mafy tamin’ny resaka fanadiovana ny tanànan’i Toamasina.

Taorian’ny fanakianana mafy nataon’ny praiminisitra an’ireo ben’ny tanàna mikasika ny pesta dia nivoaka tamin’ny fahanginany ny ben’ny tanànan’i Toamasina, Dr Ratsiraka Elisé Laurent, anisan’ny voakian’ny praiminisitra mafy tamin’ny resaka fanadiovana ny tanànan’i Toamasina. Ho azy, fako sy parasy ary tsy misy pesta ny ao Toamasina. Aretina nentin’olona  no misy ka izao mandripaka olona maro izao.  Tsy midika izany fa hitazam-potsiny amin’ny loton’ny tanàna ny kaominina, izay efa manao ny ezaka rehetra. ». Ho an-dRatsiraka Elisé Laurent dia « mila sahy milaza fa tsy mahatohitra ny firongatry ny pesta intsony ny fanjakana, ka tsy menatra mangataka fanampiana iraisam-pirenena. Mahamenatra ny zava-misy eto amintsika, isika irery maneran-tany no misy pesta an-tanàn-dehibe amin’ireo firenena telo mbola misy pesta aty afrika ». Nohamafisiny fa loza mihatra ny aretina ka tsy mila miandry malagasy maro ripaka vao hiantso io fiaraha-miasa sy fanampiana iraisam-pirenena ». Ambaran’ny ekipan’ny prezidansa anefa fa miasa ny filoham-pirenena amin’ny fifehezana ny pesta. Manomboka amin’ny faran’ny herinandro izao ny fandrarahana fanafody any amin’ireo fokontany 138, ahitana toerana be mpivezivezy, biraom-panjakana ary ny fonja.

 

 

Rakoutou

L'express de Madagascar52 partages

Semaine de la culture – Rajery pour l’apothéose

Des valeurs de notre culture, et sa richesse, pendant toute une semaine, ont enchanté Fianarantsoa.

Le chef lieu de la région Haute Matsiatra n’a jamais aussi bien porté son nom, et ce, le temps d’un rendez-vous inédit. Littéralement« Là où on apprend le bien », Fianarantsoa a accueilli un événement festif, convivial et par dessus tout éducatif pour le public, surtout pour les jeunes, depuis le 2 octobre jusqu’à demain.Intitulé « La Semaine de la culture malgache », il s’agit d’une manifestation culturelle et artistique initiée par Germain Randrianarisoa dit Rajery. Dans la continuité des activités que Rajery entreprend déjà dans le cadre du festival Angaredona, cet événement met un point d’honneur à valoriser la pédagogie à travers la culture du terroir et la culture en général. Il convie les plus jeunes à festoyer, à découvrir et à échanger sur les valeurs de la culture malgache, aux côtés d’artistes professionnels. Laissant la part belle à divers ateliers portant sur la danse et la musique, la programmation de « La Semaine de la culture malgache» a éveillé l’intérêt des jeunes par rapport aux richesses dont regorge le savoir collectif des artistes de la Grande île. Ville privilégiée, Fianarantsoa s’est vu sublimer des rythmes de cet événement.

Divertissant et enjouéPrenant l’allure d’un petit festival, « La Semaine de la culture malgache » se clôturera en fanfare ce jour sur la grande scène de l’Alliance française de Fianarantsoa, à partir de 18 heures. Le temps d’un concert festif, le folklore de la Grande île resplendit à travers la musique, avec à l’affiche, Rajery armé de son mythique Valiha, et sa troupe à ses côtés. « Ce fut un moment très enrichissant autant pour moi que pour les jeunes collégiens avec qui on a passé un bon moment à discuter et à échanger autour de notre culture. J’ai été  ravi de cette semaine, une expérience que j’espère pouvoir réitérer. Maintenant place à la fête ! », souligne Rajery qui célèbre un quart de siècle de carrière internationale, cette année.En outre, il se plaira à partager la scène avec divers artistes locaux ce soir, car cette semaine de la culture malgache s’affirme également comme un tremplin pour les nouveaux talents. Tout au long de cet événement, nombreux sont les jeunes à s’être formés au« Dihy antandroy » avec le groupe Nainako. Ces jeunes restitueront une pièce chorégraphique inédite aux rythmes des percussions et de la Valiha, sur la scène de l’Alliance française de Fianarantsoa, ce soir. De même, le groupe Langeza jouera des chants traditionnels betsileo, pour un concert qui s’annonce harmonieux. « La Semaine de la culture malgache » retrouvera le Collège René Cassin et ses jeunes demain pour de derniers échanges, en attendant les prochaines retrouvailles avec les jeunes de Fianarantsoa.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar47 partages

Vie de femmes –

L’AVORTEMENT, CE DRAME SOUS SILENCE

Soixante quinze mille avortements sont pratiqués clandestinement à Madagascar, selon les chiffres du ministère de la Santé publique évoqués à l’Université d’Ankatso. C’était le 27 septembre, lors d’un hommage à Simone Veil, à l’initiative du Conseil national des femmes de Madagascar. Derrière ces chiffres, des vies sont en jeu.

Niaina avait 27 ans, au moment où elle a choisi de se faire avorter. Elle est tombée enceinte après deux années d’une histoire qu’elle « ne prenait pas au sérieux ». Elle se confie : « Je me suis fiée à une contraception naturelle, en suivant le calendrier. Totalement inefficace. »  Niaina s’est rendue dans une clinique privée pour une interruption de sa grossesse.  « L’acte s’est fait au bout d’un couloir, derrière une porte où une petite pièce étroite peut accueillir un lit d’hôpital. L’opération a duré quinze minutes. À peine. »

 Un drame ineffaçable

Pour Niaina, l’avortement reste un drame personnel et ineffaçable dans sa mémoire. « D’un côté, je savais ce que je devais faire et pour cela, je n’ai aucun regret. De l’autre côté, le poids moral et psychologique est énorme. C’est surtout le silence qui me pèse, car dans la mesure où l’acte est interdit, je ne peux pas vraiment en parler. Je dois garder ça pour moi. Pourtant, j’aurais pu, rien qu’en parler, expliquer certaines choses aux filles, aux garçons, aux couples et faire que ce drame se reproduise de moins en moins. »

« Drame » est le mot qui revient dès lors qu’on parle d’avortement. Simone Veil, dans son historique discours devant le Parlement français en 1976, le disait déjà : « Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame. »

 Paradoxe insupportable

1976, c’est aussi l’année où Perlette, aujourd’hui 62 ans, a opté pour un avortement. « À cette époque, on ne parlait  de sexualité à quiconque et surtout pas à nos parents, ni même à n’importe quel adulte. Le planning familial était quasiment inconnu. » Se rendant compte de sa grossesse, elle s’est confiée à sa mère qui avait exigé qu’elle avorte. « Dans les années 70,  une fille-mère avait toutes les chances de voir son avenir sombrer. Ma grossesse était synonyme de honte. Mais c’est un paradoxe insupportable: je me faisais avorter pour éviter le mépris de ma communauté, mais l’acte même d’avorter est considéré comme méprisable par cette communauté. Cette même communauté qui trouve tout aussi méprisable ou dangereux d’enseigner l’éducation sexuelle aux jeunes. »

Une éducation sexuelle qui, quarante ans plus tard, reste toujours balbutiante. Pour Perlette, c’est « une perte de temps » pour notre société. « Nous considérons à tort qu’éduquer les jeunes sur la sexualité, sur les contraceptions, sur le fonctionnement de leurs corps les inciteraient à avoir une activité sexuelle précoce. Mais je constate, sur ma propre expérience, que le revers de la médaille est cher payé. On ne se rend pas compte du drame et des conséquences d’une grossesse non désirée. Consacrer du temps pour transmettre les bonnes pratiques n’est vraiment pas trop demandé. »

Dépénaliser l’avortement?

Faut-il dépénaliser l’avortement? Pour Perlette, la réponse n’est pas évidente. « Je viens d’un milieu très conservateur. Le poids de la religion chrétienne est important. Je pense que je ne pourrais pas ne pas en tenir compte. Pour moi, il faut plutôt renforcer l’éducation sexuelle et l’accès à la contraception. » Le pasteur Lalaina Rajaonah, qui a abordé le thème des enjeux éthiques de l’avortement, lors des discussions sur la loi Veil à Ankatso, souligne : « Il y a sans doute des réflexions à mener sur la question, notamment en cas de pathologie grave de la grossesse. Néanmoins, la position chrétienne est claire : nous protégeons la vie qui est sacrée. »

Pour Niaina, dépénaliser l’avortement est un débat qu’elle considère « inéluctable ». « Tôt ou tard, il faudra avoir ce débat, il faudra en parler. L’avortement clandestin est dangereux. La solution est de faire en sorte que ces opérations se fassent dans un milieu médical, par un personnel médical et avec un accompagnement psychologique avant, pendant et après. Avant, pour bien savoir si l’avortement est la seule solution possible, si d’autres recours ne sont pas envisageables. Pendant, car ce n’est pas un acte anodin. Et après, parce qu’une fois que c’est fait, c’est une blessure vive avec laquelle on doit vivre. »

L’initiative du Conseil national des femmes de Madagascar lance le débat autour de la loi sur l’interruption volontaire de la grossesse. Un sujet difficile, dans un contexte social où les tabous et les non-dits sont monnaie courante. « Le but est qu’il n’y ait plus d’avortement. Mais avant d’y arriver et pour y arriver, nous devons, entre autres, faire en sorte que celles qui doivent recourir à l’avortement aient droit à des soins adéquats et dans un centre hospitalier », selon les explications des représentantes du Conseil national des femmes de Madagascar.

Paroles d’hommes

« S’il existait  quelque part une solution, un recours autre que l’interruption volontaire de la grossesse, soyez certains que je choisirais ce recours. Mais nous nous devons d’être réalistes. Ce combat pour la dépénalisation de l’avortement n’est pas le combat des seules femmes, les hommes se tiennent à leurs côtés. En ce qui me concerne, je n’ai pas d’objection à faire ratifier le protocole de Maputo. Je suis d’avis que les femmes ont le droit de disposer de leurs corps et de leurs existences » (Dr Kolo Roger, sénateur et ancien Premier ministre).

« J’ajoute ma voix à l’hommage rendu à Simone Veil qui fut une femme d’exception. Nous avons besoin d’avoir cette force de dire non, de dénoncer une situation qui est maintenant dépassée » (Jean-Omer Beriziky, ancien Premier ministre).

 

Une loi qui s’inspire du XIXe siècle

L’article 317 du code pénal condamne l’avortement ainsi que quiconque aura pratiqué un avortement ou indiqué les moyens de pratiquer cet acte. Le personnel médical et initié peut encourir une suspension de cinq ans de toute activité professionnelle, voire d’une incapacité absolue d’exercer la profession. « Ces dispositions du code pénal sur l’avortement se sont inspirées du code Napoléon qui date de 1810. Certains passages sont de véritables copies de cet ancien code. C’est tout de même étrange que ces dispositions soient toujours en vigueur, quarante ans après le discours de Simone Veil », commente Mireille Rabenoro, présidente de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme.

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame » (extrait du discours de Simone Veil).

Les organes internationaux des droits de l’homme recommandent « de légaliser l’avortement, au moins lorsqu’on est en présence de cas de grossesse préjudiciable à la santé de la mère ou de graves malformations fœtales, mais aussi dans les cas malheureux d’incestes ou de viols », souligne Mireille Rabenoro. Ces mêmes organes internationaux appellent les États membres à « revoir leur législation en vue d’éliminer la prohibition sans exception de l’avortement qui incite les femmes à recourir à des avortements à risque, mettant leur vie et leur santé en danger », comme l’indique le Comité des droits de l’homme, en juillet 2017.

Ratifier le protocole de Maputo pour protéger les femmes

« Ratifier le protocole de Maputo des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes est une étape importante », explique Noro Ranaivozanany du Conseil national des femmes de Madagascar. « Ce protocole est le premier instrument juridique contraignant pour les pays africains, en ce qui concerne la santé des femmes. »  En effet, l’article 14 du protocole que Madagascar n’a pas encore adopté, aborde les « droits à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction ».

Le protocole de Maputo, traduit en malgache

François Butedi, conseiller au sein de l’Union Africaine commente : « Cette disposition signifie qu’il est du devoir de l’État qui ratifie ce protocole de protéger les femmes contre toutes situations qui les mettent en danger. C’est le cas des avortements clandestins qui sont effectués dans des conditions douteuses et dangereuses. Le refus intentionnel de l’accès à l’avortement médicalisé, dans les circonstances décrites dans cet article 14, est en soi une forme de violation des droits de la femme, à sa santé, sa vie et sa dignité. »  Le protocole de Maputo dresse cependant les balises. « Nous parlons ici d’interruptions de la grossesse dans des cas spécifiques. Ce n’est pas un droit absolu. »

Soixante quinze mille avortements chaque année

Selon les estimations du ministère de la Santé publique, 75 000 avortements sont pratiqués à Madagascar chaque année. Dans le seul hôpital universitaire de gynécologie obstétrique de Befelatanana, 350 cas ont été recensés en 2009, dont quinze se sont soldés par le décès de la femme. Si on applique le taux de mortalité par avortement pour l’Afrique de l’Est qui est de 770 décès pour 100 000 interruptions de grossesse, on estime que plus de 500 femmes malgaches décèdent chaque année des complications d’un avortement clandestin. Ces avortements provoqués sont responsables de  13% des causes de mortalité maternelle sdans la Grande ile.

Pendant l’hommage à Simone Veil, le 27 septembre, la salle regarde un extrait du discours de Simone Veil devant le Parlement français, en 1976.

Sur les 67 800 décès dus à des complications de l’avortement, 300 sont répertoriés dans les pays développés et  67 500, dans les pays en voie de développement. On estime que dans un pays en voie de développement comme Madagascar, il y a 330 décès pour 100 000 avortements contre 0,7 dans les pays développés. Ces chiffres, partagés par la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), sont les résultats des enquêtes menées par le Nigérien Friday Okonuafa,  professeur d’obstétrique et de gynécologie et doyen de la Faculté des Sciences médicales de l’Université du Bénin au Nigeria.

« Il a été également constaté que le niveau d’instruction n’influe pas sur le choix ou non d’avorter. La femme qui fait le choix d’avorter, est de toutes les classes sociales », précise Mireille Rabenoro, de la CINDH, bien que les femmes qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté ont plus de mal à s’en sortir.

Textes et photos: Mialy Randriamampianina

 

Midi Madagasikara37 partages

Positions inconciliables entre le régime et Ravalo

La question posée par un quotidien de la capitale sur la possible fermeture de l’entreprise Tiko n’est pas innocente. Même si l’information est donnée au conditionnel, on ne peut que faire le rapprochement avec la déclaration faite par le ministre de l’Industrie de l’obligation de certaines sociétés de respecter des normes environnementales. A travers ces propos sybillins, les journalistes ont fini par deviner où le ministre voulait en venir. On se rend compte aujourd’hui de l’obstination  du régime HVM à couper entièrement l’herbe sous le pied de l’ex-président Marc Ravalomanana. Le harcèlement dont il est l’objet montre qu’il est le principal adversaire du chef de l’Etat à l’élection présidentielle de 2018 et que tout doit être fait pour  l’empêcher de remettre sur pied cette entreprise qui fait la fierté du pays.

Positions inconciliables entre le régime et Ravalo

Marc Ravalomanana a gardé tout son aura auprès de son électorat et il a regagné son crédit politique petit à petit malgré les tracasseries qu’il a subies depuis son retour au pays. L’élection de sa femme Lalao à la Mairie d’Antananarivo a été considérée comme sa première victoire politique. Cette installation à la tête de la capitale a été considérée par le régime comme un affront. Malgré les obstacles dressés sur son chemin, il a commencé à remettre sur pied son entreprise Tiko. Les autorités ont réussi à contrecarrer l’action de son épouse à la tête de la Mairie en ne pas octroyant à la CUA les subventions auxquelles elle a droit. Elle n’a donc pas pu réaliser ses projets à cause du  manque de ressources financières. Malgré cela, l’ancien président a toujours déclaré qu’il ne voulait pas s’opposer au régime. Il a cependant commencé à aller au contact de la population et a pu se rendre compte du capital de confiance dont il bénéficie. En déclarant qu’il allait se présenter à l’élection présidentielle de 2018, il a commencé à se poser comme l’un des adversaires les plus sérieux du régime. L’offensive contre l’ancien président s’est accéléré ces derniers jours avec les critiques adressées à  la CUA pour son inaction face à la propagation de la peste. C’est au Carlton, hier lors du colloque sur les finances locales, que les griefs de Mme Lalao Ravalomanana contre le  pouvoir central ont été exposés clairement, obligeant le premier ministre à y répondre. Le contentieux est maintenant étalé sur la place publique et les positions semblent difficilement conciliables.

Patrice RABE

Midi Madagasikara35 partages

Collège René Cassin Fianarantsoa : « Semaine de la culture malgache » avec Rajery

Rajery et « ses » élèves du collège René Cassin à Fianarantsoa.

La semaine de la culture malgache, ou « Herinandron’ny kolontsaina malagasy », anime les élèves du collège René Cassin à Fianarantsoa. Depuis le 2 octobre, ils s’attellent à apprendre la culture malgache à travers la danse « antandroy », lors d’un atelier animé par Mathieu du groupe Naïnako, mais aussi à jouer des tam-tams et de la « valiha », sans oublier le chant. Les ateliers sont assurés par des artistes de renom, tels que Rajery. Et comme récompense, les enfants auront le privilège de monter sur scène lors de la restitution, un spectacle qui se tiendra ce soir à l’Alliance française de Fianarantsoa. La soirée sera très animée, car tout le monde y participera. Une première partie avec le groupe Langeza, un groupe local de Fianarantsoa, puis une deuxième partie où Rajery se produira avec les enfants, en mettant en pratique les acquis de la semaine. Pour clore la soirée en beauté, Rajery fera son show. Cette semaine de la culture malgache est une aubaine pour ces enfants avides de culture et d’art, surtout qu’il n’y a pas que des Malgaches.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara35 partages

Portrait : Liva Ramanandratosoa ou la positive attitude incarnée

Liva Ramanandratosoa, une battante aujourd’hui à la tête de sa propre agence : « Gasy events ».

Elle a gravi une à une les marches, connu beaucoup d’obstacles, vécu des échecs, mais est aujourd’hui à la tête de sa propre société : « Gasy events », à force de travail et d’obstination.

Ne jamais abandonner, avancer quel qu’en soit le prix! Telle est sa devise, tant dans la vie personnelle que professionnelle. Liva Ramanandratosoa fait partie de ces personnes qui prennent toujours positivement les critiques pour s’améliorer et se surpasser. « Les commentaires négatifs m’irritent rarement. Les gens ont tout à fait le droit d’émettre des avis qui ne me sont pas toujours favorables. Et puis, on ne peut pas plaire à tout le monde, mais je prends toujours les choses de la meilleure façon possible ».  A la tête de sa propre entreprise, Liva Ramanandratosoa a surmonté beaucoup d’obstacles pour en arriver là où elle est aujourd’hui.

Optimiste. Elle entame sa vie professionnelle en tant que journaliste, attachée de presse, membre de cabinet pour ensuite devenir DG de l’Office national  des Arts et de la Culture, rattaché au Ministère de la Culture. Très dynamique, la jeune femme ne se résigne pas à rester les bras croisés et fait bouger les choses au sein de l’OFNAC. Plus question de s’endormir sur ses lauriers ! Elle organise donc plusieurs évènements culturels dont le café littéraire en hommage à Rado au Café de la Gare. Cet évènement qui a permis aux gens d’apprécier le duo d’Hasina Andriamanjato et de son épouse. Après son expérience au sein de l’OFNAC, elle commence à flirter avec l’évènementiel. En 2015, elle organise donc le «  beach party tour » au Batou beach Ambohimanambola. Ce ne fut malheureusement pas un succès. « Tout était déjà prêt pour accueillir les gens : le cocktail pour une centaine de personnes, le coin VIP, le bar…les artistes et les Dj, eux, n’attendaient plus que le public. Et puis, il eut soudainement cet orage et ces éclairs qui ont tout gâché. C’était comme dans un mauvais film. J’étais sous le choc, mais il fallait réagir. J’avais, heureusement, des collaborateurs qui m’ont soutenu et m’ont accompagnée dans ces épreuves. J’ai dû rembourser les dégâts. Ce fut un échec total ». Mais Liva ne reste pas longtemps à terre. Elle prend du recul et revient… plus forte.

« Gasy events ». Après la pluie, le beau temps. En 2016, Eva Razafimandimby, directrice exécutive du Groupement des entreprises franches et partenaires malgaches-GEFP fait appel  à son talent. « Elle me confie l’organisation du gala du salon Origin Africa, au Carlton ». Un évènement à l’échelle internationale qui fut, cette fois-ci, une grande réussite.  Un succès dont l’écho retentit jusqu’à Ntsoa Randriamifidimanana qui décide à son tour, de lui confier les animations culturelles au Village de la Francophonie à Andohatapenaka. « Une confiance qui m’a touchée et que je n’ai pas prise à la légère ». Elle se donne à 200% et remporte une nouvelle victoire. «Je décide alors de créer ma propre agence ». Naît alors « Gasy events ». « Nous prenons en main l’organisation d’évènements d’entreprises, économiques et surtout culturels ». Après le concert hommage à Rakoto Frah qui s’est tenu au Carlton, « Gasy events », s’attelle déjà sur d’autres projets : « Glita be » au Palais des Sports le 5 novembre, l’acoustique live avec Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena au CCEsca et un concert de « Kalon’ny fahiny » dont la date sera annoncée prochainement.Mahetsaka

Midi Madagasikara31 partages

Polibrèves

# Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de peste, le parti MAPAR poursuit son opération de désinsectisation et de désinfection au niveau des arrondissements. Hier, ce fut au tour du quartier de Mahavoky Besarety dans le IIIe arrondissement et du quartier d’Andohatapenaka, dans le 1er arrondissement, de recevoir les équipes dirigées par la députée Aina Rafenomanantsoa (Anyah) et Pierre Houlder Ramaholimasy.

# Les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar se réuniront ce jour à Anosy. Selon Fanahimanana Tiaray, des magistrats venant des régions seront présents à Tana pour cette rencontre. Une occasion de prendre une décision commune concernant la poursuite du mouvement.

Davis R

Midi Madagasikara27 partages

Activités sportives : Report pour tennis, karaté, rallye, marathon…

Epidémie de peste étant, il n’y aura pas de rencontres sportives sur tout le territoire national et ce jusqu’à nouvel ordre.

Le Ministère de la Jeunesse et des Sports  brasse large là ! Il ne s’en tient pas aux villes citées par le Ministère de la Santé ou le Ministère de l’Education nationale. Le sport va plus loin en interdisant toute manifestation sportive sur tout le territoire. La note circulaire est tombée hier : « Le ministère de la Jeunesse et des Sports en concertation avec le ministère de la Santé et l’OMS, recommande à toutes les fédérations sportives et tous ses démembrements ainsi qu’à toutes les autres associations œuvrant dans le sport d’annuler jusqu’à nouvel ordre toutes activités sportives de mobilisation et de rassemblement de masse sur le territoire malgache ». Pour le rallye Shell Helix qui devrait débuter demain, Laza Randriamifidimanana de l’ASATANA présente ses excuses pour tous les désagréments causés, au nom de son équipe d’organisation. « Soyons solidaires, prenons les précautions nécessaires ». Pour le marathon de Tana, Norolalao Andriamahazo reporte aussi, mais la date du report n’est pas encore connue « c’est facile à dire de reporter, mais le problème ce sont les athlètes étrangers qu’on a invités ». Le karaté de la ligue de Tana et de la fédération a déjà annulé ses séances d’entraînement au kata. Le tennis avec l’open BMOI Air France aussi a tenu son point de presse hier (voir article). Bref, la salubrité est devenue l’affaire de tous.

Toutefois l’on se demande pourquoi une note concernant la désinfection obligatoire des salles d’entraînements n’est pas sortie. Car là, aussi, ce sont des endroits à risque. Les associations sportives ne devront pas attendre le Ministère des Sports pour assainir. Cela doit se faire normalement, tous les jours et non parce qu’il y a la peste. Voyons qui le fera.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara25 partages

Henri Rabary-Njaka : « Le Forum de la Diaspora aura bel et bien lieu »

La journée d’hier a été marquée par la visite de Phamorabutra Kriwat, chargé d’Affaires par intérim du Consulat général du Royaume de la Thailande au ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka. C’était une occasion pour eux de discuter de la coopération bilatérale entre Madagascar et la Thaïlande qui, selon Phamorabutra Kriwat, est « au beau fixe » pour reprendre ses termes. « Je viens de recevoir une instruction de la part du gouvernement thaïlandais pour continuer comme chef de mission. La coopération entre les deux pays va se renforcer à partir de l’année prochaine, notamment dans le secteur de la pêche », a-t-il indiqué. Henri Rabary-Njaka a, quant à lui, mis l’accent sur les secteurs clés de la coopération dont le tourisme et l’aérien.

Peste et diaspora. La rencontre d’hier a également été l’occasion pour le chef de la diplomatie malgache de rassurer que face à l’épidémie de peste qui envahit la capitale et ses environs en ce moment, des mesures sont et seront prises, surtout à l’approche du Forum de la Diaspora qui « aura bel et bien lieu ». Des médecins spécialistes dépêchés sur les lieux, l’utilisation des filtres sanitaires dans les aéroports, les gares routières ainsi que l’emploi des équipements sanitaires adéquats figurent, entre autres, parmi ces mesures. « La lutte contre la peste est une affaire de tous. C’est une question de propreté », rappelle Henri Rabary-Njaka.

Aina Bovel

Midi Madagasikara22 partages

Salon de l’Auto : BNI Madagascar, banque officielle partenaire

La BNI Madagascar au Salon de l’Auto.

La BNI Madagascar est une partenaire des gagnants. Elle vient encore de le prouver en tant que banque officielle partenaire du Salon de l’Auto, prévu du 5 octobre au 8 octobre au CCI Ivato. Sa participation à ce grand rendez-vous des professionnels et des passionnés des quatre- roues est déjà une étape importante. Cependant, BNI MADAGASCAR veut aller plus loin pour mieux répondre à une demande grandissante de sa clientèle. Elle a ainsi conclu des partenariats gagnants-gagnants avec la plupart des grands concessionnaires du pays : Il s’agit, en l’occurrence de CFAO, SODIREX, TOYOTA RASSETA, MATERAUTO, ID MOTORS, CONTINENTAL AUTO et MADAUTO.

Dans le marché de l’automobile BNI Madagascar met à la disposition des clients, le Leasing, qui est une solution de financement à court ou moyen terme d’un véhicule (utilitaire ou de loisir) destiné aux particuliers, professionnels et entreprises. Ceci leur permet d’avoir accès facilement et rapidement à leur véhicule, tout en ayant un budget maîtrisé grâce à la mensualisation. Une autre alternative est le CREDIT VAIKA pour les particuliers.

Sur le grand stand de BNI MADAGASCAR d’une superficie de 140m2, chaque concessionnaire partenaire aura ainsi un véhicule habillé spécialement pour l’événement, pour permettre aux visiteurs d’avoir une meilleure visibilité et faire leur choix dans les meilleures conditions. Un taux spécial Salon est proposé durant le Salon de l’Auto.

R.Edmond.

News Mada21 partages

Peste – 231 cas et 33 décès : l’épidémie continue de se propager

L’évolution de la statistique sur le bilan de la peste ne fait que contredire la déclaration du Chef du Gouvernement, avant-hier, sur la maîtrise de la propagation de l’épidémie. Une nouvelle stratégie, impliquant davantage les communautés de base, vient d’être adoptée hier pour renforcer les mesures de contrôle mises en place.

Pas encore maîtrisée.  L’épidémie de peste continue de se propager à une vitesse supérieure dans les foyers pesteux répertoriés depuis le début du mois d’août, notamment dans la Capitale. Plus d’une trentaine de cas et trois décès ont été notifiés hier, d’après les statistiques reçues auprès de la Cellule de veille au sein du ministère de la Santé. Ces cas ramènent l’effectif total des personnes testés positifs au Test de diagnostic rapide (TDR) à 231 et le nombre de morbidité à 33. Le Grand Tanà, à savoir Antananarivo Renivohitra, Avaradrano et Atsimondrano, enregistre presque la moitié des cas avec 101 victimes de peste pulmonaire et bubonique. Les districts de Toamasina I et II, comptent quant à eux 40 cas et 5 décès.

La peste bubonique commence également à prendre de l’ampleur dans certains quartiers de la capitale et ses environs, comme c’étais le cas à Andraisoro ou encore à Ambohidroa, dans le VIe arrondissement. Le président du fokontany d’Avaratanàna, Virginie Rakotomanga, a fait savoir qu’elle vient de recevoir hier la confirmation des médecins traitants qu’un enfant de 2 ans et demi habitant ce quartier, ayant été admis au CSB d’Ambohidroa, est atteint de peste bubonique après une analyse effectué à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM).

Alors que cet enfant aurait testé négatif au TDR, effectué sur place mardi, en dépit du fait qu’il a présenté une forte fièvre et une hypertrophie de ganglion lymphatique. Un faux diagnostic qui pourrait être fatal non seulement pour la victime mais aussi ses entourages qui se portent heureusement bien après avoir reçu les traitements adéquats et bénéficié des mesures prophylactiques nécessaires. Sans vouloir aggraver la panique qui affecte déjà la masse populaire, un tel cas mérite réflexion quant à la fiabilité des TDR en usage actuellement dans les différents sites de contrôle.

50 sites de contrôle dans la capitale

Eu égard à l’ampleur de la situation, les mesures de riposte au niveau des 192 fokontany de la capitale viennent d’être renforcées. A ce propos, les chefs de fokontany qui ont été convoqués à une réunion au siège du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid) à Anosy,  les agents communautaires et la population sont incités à s’impliquer davantage dans le combat contre la peste. Mis à part les mesures relatives au renforcement de l’assainissement et la sensibilisation dans chaque quartier, les chefs de fokontany ont reçu l’ordre de contrôler minutieusement l’entrée de personnes étrangères dans leur circonscription, tout en contrôlant tous les décès et les enterrements… «Ce contrôle vectoriel permet de tracer et de trouver les contacts des personnes atteintes et  de limiter une éventuelle propagation de l’épidémie», a fait valoir le ministre de la Santé, Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

En guise de mesures d’accompagnement , le gouvernement, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, à savoir l’OMS et l’Unicef, installera  50 sites de contrôle dans les fokontany où des cas suspects ou confirmés ont été répertoriés, entre autres, à Andraisoro, 67 Ha ou encore à Alarobia…L’intervention des forces de l’ordre n’est pas à écarter en cas de résistance des habitants sur les mesures de riposte appliquées, comme c’était le cas avant-hier à Alarobia, où les habitants ont refusé l’admission de patients atteints de peste au CSB local.

Fahranarison

Les vols d’Air Seychelles vers Madagascar suspendus

Même si la Grande île n’a pas encore décidé de fermer ses frontières, elle commence à être isolée à cause de la propagation de l’épidémie de peste. Aux dernières nouvelles, en se conformant aux conseils et à la demande de l’autorité de la Santé publique des Seychelles, Air Seychelles compte suspendre les vols vers Madagascar à partir du 8 octobre jusqu’à nouvel ordre.

 

Midi Madagasikara20 partages

Affaire Chlorate de Sodium : Un opérateur économique dans le collimateur des limiers

Poursuivant l’enquête sur la saisie de 210 kg de Chlorate de Sodium dans le district de Betroka, la gendarmerie s’attelle actuellement à la recherche de l’origine de ce produit. Des sources dignes de fois indiquent que désormais, la suspicion s’oriente vers un opérateur économique qui est susceptible de pouvoir importer de produit de fabrication d’explosif. Puisque l’introduction de l’introduction de ce produit dans le territoire national ainsi que son transport et distribution sont soumis sont soumis à des mesures strictes en tant qu’objet stratégique, les limiers de la gendarmerie n’écarte pas la possibilité de la fausse déclaration en douane et l’implication de hautes personnalités dans cette affaire. Selon les informations, la cargaison de 210 kg de Chlorate de Sodium saisie a  été transférée dans la capitale pour être stockée dans un endroit sûr.

T.M.

Midi Madagasikara19 partages

Telma : Des offres exceptionnelles au Salon de l’Auto

Présence très remarquée de Telma au Salon de l’Auto.

Sponsor officiel du Salon de l’Auto qui a débuté, hier au CCI Ivato, Telma y propose des offres adaptées au secteur de l’automobile.  Et la vedette des produits proposés par l’opérateur  est sans conteste la clé « Wingle by  Telma ». Une idée géniale que Telma a développé  pour la voiture connectée. Grâce à cette technologie, il suffit d’une clé pour que la voiture particulière, de location ou de transport en commun soit connectée à Internet. Il suffit d’un car chargé pour brancher le routeur et accéder immédiatement au 1er réseau « 4G  by Telma ». Et les visiteurs de la 1re édition du salon de l’Auto seront gâtés, puisque Telma y propose une offre exceptionnelle : la clé Wingle y est vendue à seulement 75 000 ariary au lieu de 99 000 ariary.. Aujourd’hui disponible dans plus de 60 villes, c’est donc la possibilité pour tous d’accéder à l’Internet Très Haut Débit Mobile – téléchargements de musiques, de films ; réseaux sociaux… –  et d’avoir ainsi un nouveau concept du voyage. Un autre produit proposé par Telma, durant le Salon,  le « TAG-IP »  est un système de géolocalisation ou « tracking » des véhicules. C’est une technologie qui permet de répondre aux besoins des gestionnaires de parc pour automobiles notamment en termes de sécurisation, de localisation et de suivi des véhicules.  Tout cela pour  favoriser l’optimisation des trajets effectués par chaque véhicule tout en économisant le carburant. Il y a bien évidemment les services MVola qui sont simples, immédiats et sécurisés pour faciliter la vie de chacun, dans tous ses déplacements partout à Madagascar. Un système qui permet notamment de payer le carburant, ou encore le ticket de  parking Easypark.

R.Edmond.

La Vérité17 partages

Trafic de bois de rose - Un opérateur, un transporteur et deux autorités devant la justice

 

 

Abus de fonction et de complicité, tels sont les charges retenues à l'encontre de 4 suspects impliqués dans le trafic de 9300 rondins de bois de rose. Les personnes inquiétées sont notamment un opérateur très connu dans la partie Est de l’île, ainsi qu’un transporteur et deux autorités locales ayant permis et facilité ce trafic.

 

D’après une source proche du dossier,  la doléance relatant des faits suspectés de corruption rattachés à des activités de trafic illicite de bois précieux courant octobre 2013 a atterri au Bianco au milieu de cette année. Après quoi, des enquêtes ont été immédiatement ouvertes ayant permis l’arrestation ainsi que le défèrement de ces quatre personnes devant le parquet du Tribunal de Première Instance d'Antalaha hier.

 

 

En principe, les juridictions ordinaires opérant à travers toute l'île sont dotées de toutes les compétences pour recevoir les dossiers traités par le Bianco et ce, en attendant que les Pôles  anti-Corruption (Pac) soient opérationnelles. Une opérationnalisation prévue dans les prochains mois selon les principaux responsables de la lutte contre la corruption,

 

 

Rappelons que dernièrement, le Bianco a appelé à contribution l’aide des citoyens et des forces de l’ordre à travers la publication d’avis de recherche lancés contre trois présumés trafiquants. Le Bureau  indépendant anti – corruption entend ainsi appliquer de manière stricte la nouvelle Stratégie de Lutte Contre la Corruption.

 

 

S.R.

 

Midi Madagasikara17 partages

Ecole supérieure spécialisée du Vakinankaratra : Lancement d’une formation en développement durable

La cérémonie de remise des matériels, mercredi dernier.

L’Ecole supérieure spécialisée du Vakinankaratra (ESSVA) lance cette année une formation inédite sur le développement durable. Elle sera appuyée dans le lancement de cette filière par le groupe Star, en tant que partenaire technique et financier.

Mercredi dernier, l’ESSVA s’est vue dotée de matériels techniques qui l’aideront à optimiser la qualité de la formation prodiguée aux étudiants. D’une valeur de dix millions d’Ariary, ces matériels ont été fournis par le groupe Star. Il s’agit d’ordinateurs de bureau, de vidéoprojecteurs, de tableaux blancs et de mobiliers de bureau. Le Secrétaire général de la Star, Mme Anna Rabary a profité de la cérémonie de remise de ces matériels pour réitérer l’engagement du groupe à appuyer le secteur de l’Education, qui représente un socle de développement socio-économique pour Madagascar.

Coopération. Cet appui technique et financier s’inscrit dans le cadre du partenariat signé en 2014 entre la Star et l’ESSVA, laquelle forme depuis 1999 dans divers domaines, tels que celui du Management, de l’Ecotourisme, ainsi que la Communication et les Sciences et Techniques de l’Education, etc. La coopération entre les deux entités englobe plusieurs niveaux, entre autres, le parrainage de la promotion 2014 par M. Valéry Ramonjavelo, ainsi que le renforcement de capacités des techniciens des usines de la Star par l’ESSVA.

Luz R.R

Midi Madagasikara16 partages

Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNAPS) : Nouvelle antenne à Fandriana

Inaugurée hier, cette représentation de la CNaPS à Fandriana est déjà opérationnelle.

Le Fisakana dispose depuis hier de son antenne CNaPS. Le chef en est Toetrasoa Andriamangarivo. Désormais, les habitants de Fandriana n’auront plus à se déplacer jusqu’à Ambositra, capitale de la région Amoron’i Mania pour bénéficier ou régulariser tout ce qui a trait à leur protection sociale.

Code de prévoyance sociale. Comme il est d’usage au sein de la CNaPS, une formation sur le Code de Prévoyance sociale précède l’inauguration de chaque représentation régionale, pour que les communautés locales se l’approprient et sachent comment le faire valoir. Organisée par le Service d’Actions sanitaires et sociales (SASS), la formation a cette fois-ci bénéficié à 117 participants, issus de divers secteurs : celui des églises, des collectivités territoriales décentralisées (CTD) et des universités. Couplées avec l’inauguration du « Club jeune CNaPS », l’ouverture et la clôture de l’atelier ont été honorées par la présence des notables de la région, en l’occurrence du Maire de la ville, Nanjanirina Rakotondrasoa, ou encore du Pasteur Randriamampianina Solofomampionona de Sahamadio.

Luz R.R

Midi Madagasikara15 partages

Les chiffres de la semaine

7. C’est le nombre de personnes arrêtées par les gendarmes du poste avancé de Tanandava, à Toamasina tout récemment. Ces personnes feraient partie d’un réseau de voleurs au sein de l’usine de la compagnie minière Ambatovy. Une arrestation qui ne constitue pas un fait nouveau au sein de cette usine car de nombreux autres cas de vol dans l’enceinte de l’usine ont déjà été enregistrés auparavant.

 

13. Tel est le nombre de personnels de santé ayant contracté, à ce jour, la peste à Toamasina. Outre les 7 médecins ayant été contrôlés positifs, six agents sanitaires ont également été contaminés. Il n’a pas été spécifié si ces personnels de santé ont été contaminés dans le cadre de leur travail, mais cette piste semble être la plus probable. Un responsable de la préfecture de Toamasina a également été contaminé. Tous ont reçu le traitement adéquat et se portent bien. Certains ont même déjà repris leurs activités professionnelles.

 

231. Selon les chiffres publiés par le Ministère de la Santé publique hier, il s’agit du nombre des « personnes traitées » porteuses du virus de la peste. Notons que les chiffres officiels ne représentent pas forcément la réalité exacte du terrain, vu l’étendue du territoire national et l’ampleur de ce problème de santé publique « anachronique » qu’est la peste.

Hanitra R. et Luz R.R

Midi Madagasikara12 partages

Cyclisme : Le 15 octobre si tout va bien

La Grande course de Tana aura-t-elle lieu ? La peste répondra à la place, car tout dépendra de la levée d’interdiction de manifestations. Espérons que tout ira bien d’ici là. Cette compétition servira encore de préparations aux coureurs tananariviens. Cinq primes seront distribuées pour cette course, trois en montagne, 1 en rush et une pour la plus longue échappée. « L’enjeu des primes se feront par contre à la montre » a expliqué Naly Ravelonarivo de la ligue d’Analamanga. Si les coureurs ne font pas les chronos définis, les primes seront annulées. « Ce qui impose un jeu d’équipe à tous ». Ils mettront un point d’honneur à assurer la sécurité routière et à prendre encore plus de motos à contribution.

Voici les chronos

-1er en montagne à 40km : 1h à 1h05-2e montagne à 80km : 2h à 2h15-3e  montagne à 119km: 2h50 à 3h 15-Rush à 45km : 1h à 1h 20

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

THB Ligue des champions : Une quatrième journée ordinaire

L’avant-dernière journée de la THB sert, sauf surprise, aux ténors de fortifier leur place, car le profil de la Poule des As est en train de prendre forme. Une quatrième journée ordinaire en fait, même en cas de révolte des « sans grade ». 

Le match de la dernière chance pour l’Ajesaia et l’USSK Ambanja qui vont s’affronter cet après-midi à Mahajanga.  Le match qu’il ne fallait pas perdre afin de  ne pas décrocher de la lutte pour les deux places qualificatives même si sur ce point-là CNAPS Sport et le HAM possèdent une bonne longueur d’avance d’autant plus que ces clubs recevront chacun les deux maillons faibles de ce groupe majungais.

Si la CNAPS affronte à 11h,  le Varatraza Antsohihy, le HZAM reçoit le FC Maeva dans un match qui risque d’être à sens unique tant Besona et ses camarades affichent la grande forme.

A Fianarantsoa, tout va se jouer entre Elgeco Plus qui a assuré l’essentiel en contraignant au partage JET Mada, au COSFA qui signait hier, sa troisième victoire pour neuf points.

Mais attention car le Top Dom n’entend pas se laisser faire comme le montre sa belle victoire devant Zanakala désormais éliminé. Une victoire acquise avec la manière grâce à 2 buts de Lucas et Doraka.

Le JET Mada qui n’a pas tout à fait tout perdu, aura d’abord intérêt à battre Zanakala avant d’attendre le verdict du dernier face-à-face de dimanche entre Elgeco Plus et COSFA. Une très belle affiche sauf si les deux clubs d’Analamanga choisissent de jouer à la  baballe  pour un score de parité et de se qualifier ensemble pour éliminer JET Mada. C’est peut-être de bonne guerre mais cela risque de ternir davantage l’image du football malgache. Attendre et voir…

Clément RABARY

Midi Madagasikara10 partages

Association AKAMA : Noelison Rakotomalala élu président

L’association « Aingan’ny Kaominina Ambanivohitra Madagasikara » AKAMA a été mise en place de façon officielle mardi dernier. Elle dispose d’un président en la personne de Noelison Rakotomalala, maire de la commune rurale d’Amparibohitra, district de Soavinandriana. Questionné sur les motifs qui ont poussé à la mise en place de la structure qu’il dirige, ce dernier a avancé :  « Les communes rurales ont leur responsabilité dans le processus de développement du Pays ». Avant d’ajouter que : « Les maires devraient être les premiers à initier des projets de développement en conformité avec les réalités des communes ». Pour ce faire, « l’association AKAMA voudrait proposer des projets de développement au gouvernement central ». Le président de l’AKAMA d’insister sur « l’importance de la synergie entre les actions du gouvernement central et celles des collectivités territoriales décentralisées ». Par ailleurs, il convient de noter que le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures Lantoniaina Rasoloelison est le président d’honneur de l’association AKAMA.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Tennis – Open BMOI – Air France – Reporté sine die : Quatre joueurs étrangers attendus

Initialement prévue se disputer du 9 au 15 octobre prochain sur les courts du Country Club à Ilafy, la 5e édition de l’Open International BMOI Air France a été remportée sine die. C’est suite à la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des Sports d’annuler jusqu’à nouvel ordre toutes organisations d’activités sportives et de rassemblement de masse sur le territoire. L’annonce du report de cette compétition s’est déroulée, hier, au cours d’une conférence de presse au siège de la BMOI à Antaninarenina. Les férus de la petite balle devront encore patienter pour connaître les successeurs de Gleb Sakharov et Irina Ramialison en simple ainsi que de Mateo Galdon-Donné Radison et Irina/Zarah Razafimahatratra en double. D’après les dires de l’organisateur, la tenante du titre Irina Ramialison défendra son titre, d’autres expatriés seront de la partie entre autres Jacob Rasolondrazana et Antso Rakotondramanga. Cette année, 13 millions Ariary de primes seront partagées aux lauréats. Et ce grâce aux concours des sponsors BMOI et Air France et des autres partenaires Allianz, Orange, DHL, Renault et Canal +. Chez les hommes,  les Français Vincent et Stouf Louis Quennessen seront attendus. Ce dernier a remporté le double en 2014. Dans le tableau féminin, on attend la Hollandaise Ewik Chayenne, finaliste de 2014 et de l’Allemande Imke Kisgen. Pour les joueurs locaux, ils ont été sélectionnés selon leurs performances aux différents Championnats. Il s’agit d’Ando Rasolomalala, Patrick Rakotozafinirina et de Mamy Ialy Ratsifandrihamanana.

T.H

Orange Madagascar9 partages

Star Madagascar sur deux fronts

Le groupe Star Madagascar était sur deux fronts, en termes de responsabilités sociétales, en l’intervalle d’une semaine. Ainsi, en premier lieu, Star a inauguré des bornes fontaine dans l’ANkaratra, le 29 septembre, ensuite, Star a doté des matériels divers à l’école supérieure Essva à Antsirabe, le 4 octobre.

La Commune de Tsiafajavona est située à 23 kilomètres de la ville d’Ambatolampy. Dans la région centre de l’Ankaratra, plus haute altitude de la Province d’Antananarivo elle culmine à 2 644 mètres, l’accès par voie terrestre y est difficile et pourtant l’eau est disponible sur le site, mais les infrastructures manquent cruellement. Fort de ce constat et en réponse à la sollicitation des autorités locales, le Groupe Star a décidé d’appuyer la commune.

Ce projet a permis la mise en place de bornes-fontaines pour le Fokontany Anosiarivo de la Commune de Tsiafajavona sur les hameaux d’Anteza, Ankirihitra et Ambondrona. La Nouvelle Brasserie de Madagascar, l’une des filiales du Groupe Star étant implantée dans le district d’Ambatolampy, le choix de ces localités s’est fait naturellement. 600 personnes bénéficieront directement de ces infrastructures. Cette action sociale s’inscrit dans la continuité des actions d’aides faites par le Groupe dans le but de l’amélioration du quotidien de la population locale. Ces bornes-fontaines permettront la facilité de l’accès à l’eau pour la population locale. En janvier, le Groupe Star avait déjà doté de quatre puits les fokontany de Tsangambaton’ny Ntaolo, et Ambony Atsimo toujours dans la Commune de Tsiafajavona.

Des matériels pour Essva

Et en deuxième lieu, dans le cadre du partenariat entre l’Ecole Supérieure Spécialisée du Vakinankaratra (ESSVA) et le Groupe Star, l’école a été dotée de matériels divers. Ces matériels ont été remis aux responsables de l’établissement, par les représentants du Groupe Star dont le Secrétaire général, Anna Rabary.

Créée en 1999, l’ESSVA forme dans les filières : Communication, et l’Écotourisme hôtellerie, la gestion et le Management, les sciences et Techniques de l’Éducation et l’électromécanique, ainsi que l’Hôtellerie et restauration qui a été séparé de l’Écotourisme. A ce jour l’ESSVA a sorti onze promotions et plus de 1 150 techniciens supérieurs spécialisés dans les filières de formation proposées.

 En 2014, le Groupe STAR a signé un contrat de partenariat avec l’école afin de promouvoir l’éducation et dans le but de participer à l’amélioration des études supérieures des jeunes du Vakinankaratra. Cette coopération se traduit par plusieurs actions, dont le parrainage de promotion en 2014 par le Directeur des ressources humaines du Groupe Star Valéry Ramonjavelo, les dons de divers équipements (vidéoprojecteurs, écran, matériels de sonorisation, mobiliers de jardin) et la rénovation des locaux de l’école (peinture et équipements de l’Auditorium de l’ESSVA, projet de construction de mur et de clôture de l’aire protégée « Station forestière d’Ankaratra »). L’ESSVA quant à elle participe au plan de formation et au renforcement des compétences des techniciens des Usines STAR d’Antsirabe et d’Ambatolampy. Depuis le début de ce partenariat, le Groupe Star a embauché plus d’une trentaine d’élèves sortants de l’ESSVA.

Cette année, l’ESSVA lance une nouvelle formation sur le développement durable pour laquelle le Groupe STAR fournit des intervenants. Toujours dans le cadre de ce partenariat, et afin d’améliorer les conditions de formation, le Groupe STAR a renouvelé son appui à l’ESSVA avec l’octroi d’ordinateurs de bureau, de vidéoprojecteurs, de tableaux blancs ainsi que des mobiliers de bureau, d’un montant de dix-millions ariary.

Lors de son allocution, le Secrétaire général du Groupe Star, Anna Rabary a réaffirmé l’engagement du Groupe Star à appuyer l’éducation dans la région du Vakinankaratra.

Pour le Groupe Star, cette action est un renforcement de la coopération déjà existante entre les deux parties, et un soutien important à l’éducation de la jeunesse de la région.

Faly R.

Midi Madagasikara9 partages

Haile Menkerios : Pour des élections paisibles et transparentes en 2018

Haile Menkerios, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, n’a pas eu le temps de s’adresser à la presse hier lors de l’ouverture du Colloque sur les Finances Locales dans les pays d’Afrique Francophone et Subsaharienne à l’Hôtel Carlton. En effet, en étant en mission d’observation dans le pays du 2 au 5 octobre, il devrait donner une conférence de presse à 11 h hier avant son départ. Mais compte tenu de son agenda très chargé et de son audience auprès du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, à la même heure, Haile Menkerios, dans un communiqué, a fait savoir que « l’objectif de cette visite était d’explorer comment l’ONU pourrait davantage soutenir le processus électoral pour des élections paisibles et transparentes en 2018 ». Par ailleurs, il a rappelé, toujours dans ce même communiqué, « la disponibilité et l’engagement des Nations unies et de ses partenaires de continuer à appuyer ce processus ».

Recueillis par Aina Bovel

News Mada8 partages

Iraka manokan’ny ONU, Menkerios : « Tohananay ny fifidianana filoha amin’ny 2018 »

 Tsy azo iadian-kevitra. Nivoitra tamin’ny fanambarana nataon’ny solontena sady iraky ny Firenena mikambana, Haile Menkerios, nandalo teto amintsika ny hiatrehana ny fifidianana. Tsy niresaka fitsapan-kevi-bahoaka na fifidianana lalàmpanorenana ny tenany.

 

Tanjon’ny fivahiniana teto ny fanohanan’ny ONU ny dingana hirosoana amin’ny fifidianana anaty fitoniana sy mangarahara, amin’ny taona 2018”, hoy ny fanambarana. Nandao an’i Madagasikara, omaly, ny tenany rehefa nivahiny efatra andro teto. Nialoha izany anefa, nihaona tamin’ireo lehiben’ny Andrimpanjakana sy ny mpanao politika ity iraky ny ONU ity. “Niara-niaiky ny rehetra fa ilaina tokoa ny fifidianana anaty fitoniana sy azo antoka”, hoy ihany ny fanambarana. Na izany aza, navoitran’izy ireo amim-pomba diplaomatika fa tokony hanana finiavana hiaraka hitady vahaolana ny rehetra ary tokony hahita marimaritra iraisana, araka ny fanambarana ihany. Ny fikasan’ny fitondrana hanitsy lalàmpanorenana izany tokony hikarohana vahaolana izany, raha miainga amin’io fanehoan-kevitra io noho ny amboletran’ny fanjakana na efa eo aza ireo maro anisa mitsipaka tanteraka ny hantanterahana fanitsiana ny lalàna fototra. Efa nialohavan’ny fihaonan’ny sekretera jeneralin’ny ONU, Guteuress, sy ny filoha Rajaonarimampianina tany New York farany teo izao dian’ity vahiny ity teto amintsika izao. Tsy nisy resaka lalàmpanorenana ny fihaonan’ny roa tonta.

Tsiahivina fa tsy ankasitrahan’ny mpanao politika sy ny fiarahamonim-pirenena hatrany amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena ny hikitihan’ny mpitondra io lalàmpanorenana io. Anisan’izany ny eo anivon’ny Pnud, ny Amerikanina, ny Alemà…

Synèse R. 

 

Midi Madagasikara8 partages

Finances locales : Faible implication des Communes dans les dépenses publiques

Le Colloque international sur les finances locales dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne se tient au Carlton Anosy, depuis hier.

Madagascar a encore un grand retard dans la mise en œuvre de la décentralisation effective. Les causes et les solutions à cette situation devront être découvertes au colloque international, qui se tient depuis hier au Carlton Anosy.

3% de l’ensemble des fonds publics sont alloués aux Communes, pour Madagascar. Dans la plupart des pays d’Afrique, cet indicateur va au-delà des 16%. En effet, avec cette répartition qui reflète également le cas des autres CTD (Collectivités territoriales décentralisées), la Grande Ile est fortement pénalisée, en termes de finances locales. Et pourtant la décentralisation qui est l’instrument clé du développement en dépend, selon les propos l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Harald Gehrig, lors de l’ouverture du Colloque sur les Finances locales dans les pays d’Afrique Francophone et Subsaharienne. « Tout le monde connaît bien le paradoxe allemand, marqué par un budget étatique équilibré et insatisfaisant pour certains, mais avec une super-performance des Communes. Certes, les dépenses locales sont plus efficaces et ont des effets plus positifs. C’est la connaissance du terrain qui joue. Une école peut, par exemple être construite avec des dépenses réduites de moitié, voire même plus, si elle est construite par la Commune bénéficiaire. De leur côté, les citoyens paient facilement les impôts, en voyant les impacts de leurs contributions pour le développement », a noté l’ambassadeur.

Conflit. Présente à la cérémonie d’ouverture du colloque, le maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), Lalao Ravalomanana a soulevé la concentration des fonds publics au niveau de l’Etat central. « En dépit de son statut particulier en tant que Capitale de Madagascar, la CUA n’a reçu aucune subvention de l’Etat depuis ma prise de fonction en octobre 2015, alors que ces subventions sont inscrites dans les lois de finances 2015 et 2016… Les Communes dans ce pays ne disposent pas d’une autonomie financière. Les taux et montants des ressources des CTD sont déterminés par la loi de finances à l’insu des élus locaux. De plus, les CTD n’ont pas de pouvoir de création fiscale et ne peuvent pas recevoir de financements directs de leurs partenaires financiers étrangers et nationaux… », a-t-elle noté dans son discours. Répondant point par point à ces affirmations, le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, également ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, a soutenu que toutes les Communes de Madagascar bénéficient de subventions de fonctionnement, mais que l’Etat ne peut plus accorder des subventions exceptionnelles, faute de moyens. Le président Hery Rajaonarimampianina est également venu en renfort. « Les ressources sont insuffisantes au niveau national, tout comme au niveau local. Le taux de pression fiscale à Madagascar est le plus faible en Afrique. Il faut aller plus loin au niveau local, en considérant les impôts locaux inexploités. Il faut aussi une décentralisation économique et cadrer des projets pour les Communes », a-t-il affirmé. Néanmoins, tous les intervenants ont évoqué la nécessité de collaborations étroites entre les CTD et l’Etat central, afin d’avancer dans la décentralisation effective.

Antsa R.

Midi Madagasikara7 partages

Festival « Labdihy/Voambolana » : Ankadikely Ilafy au rythme de la danse contemporaine

Les échanges sont au centre de ce festival « Labdihy/Voambolana ».

Deux festival en un, c’est ce qui se déroule actuellement à Ankadikely Ilafy dans le cadre du festival « Voambolana Labdihy », du 2 au 7 octobre 2017. Le festival Labdihy est à sa 7e édition, avec pour thème « Transmission chorégraphique et Résidence création », tandis que le festival « Voambolana » qui est à sa 3e édition mêle danse contemporaine, urbaine, traditionnelle, musique, poésie, art oratoire et « vakisôva ».

Pour cette année 2017, les organisateurs du festival « Voambolana, Labdihy » et les compagnies « Rary ety Dihyarivelo » ont décidé de faire une programmation commune, en ce début de mois d’octobre. Pour cette édition, le festival se tient à Manjaka Ilafy du 2 au 7 octobre où se déroulent conférences, échanges et représentations. Car plusieurs artistes font vivre ce festival : 32 compagnies et danseurs malgaches dont Rakotobe Lovatiana Erica, Manantenasoa Judith Olivia, Leong Sang Géraldine, Razanamaro Tantely Chantal, Rasamiarison Anjara Nantenaina, Raminosoa Njaratiana et Rakotondrasoa Harivola, des danseurs et chorégraphes confirmés. Mais il y aura également Tombo Charline Clémence (Cie Contra.Dances – Majunga), Ralaihelinarivony  Michèle Ange, Rakotondrasoa Hasina,  Randrianarison Rivo Henintsoa, Rambeloson Andry Tahiana, la jeune génération de chorégraphes et de danseurs professionnels, ainsi que Razafitsalama Fanomezantsoa Hantaniaina Sandrine, Razanakoto Nambinintsoa Rindra, Rajaonarivelo Jean Lucien, Andriamaromandimby Hobiniaina José Nico, Andriamaromandimby Deraniaina Joseph,  Rakotoarivelo Nampoina, Andriamboavonjy Michael, Girevisoa Lucien (Cie Contra.Dances – Majunga),  Ramilison Tanjona, Rahajarimanana Sitraka, Rambeloson Malala Tsiky, Ramaroson Njato Eric, Ratsimbahafa Marinnot, Ranohisoa Patrick , Andrianantenaina Erica Rojotiana, Dina (Cie Contra.Dances – Majunga) et Alvine (Cie pro Street – Majunga), les nouvelles pousses. Pour les artistes internationaux, on compte parmi eux Jean Renat Anamah, danseur chorégraphe de la compagnie Danse Cité à Maurice et Ginaud Nicolas Clarice de SR Dance Maurice.

Restitution. Depuis une dizaine d’années maintenant, la compagnie Rary et d’autres compagnies comme Cie Lovatiana, Rianala, Olon’Dihy, Jiny, ou encore Leba… ambitionnent d’étendre le territoire de la danse contemporaine en mettant en place un circuit hors de la ville. C’est ainsi que lors de chaque édition, un village aux alentours de la ville reçoit ces spectacles de danse. Cela a porté ses fruits, car depuis, le nombre de danseurs et chorégraphes des périphéries ont augmenté. Et ces derniers participent à des représentations organisées par les opérateurs culturels locaux. Depuis le 2 octobre donc, les danseurs ont effectué une résidence création. Deux pièces de restitution seront créées : « Jary » qui verra la participation de Razanamaro Tantely Chantal, Rasamiarison Anjara Nantenaina et le danseur Mauricien Ginaud Clarice Nicolas. « Hide seek » avec Manantenasoa Judith Olivia, Raminosoa Njaratiana, Rakotondrasoa Harivola et Leong Sang Géraldine, une pièce qui a déjà été travaillée en résidence à l’IFM en 2016.

Anjara Rasoanaivo

Madaplus.info6 partages

Elysée Ratsiraka appelle l’aide internationale

Le maire de Toamasina, Elysée Ratsiraka, affirme que le régime actuel n’arrive plus à faire face à l’épidémie de peste qui sévit actuellement dans différentes régions de la grande île.
Toamasina est la ville la plus touchée par cette épidémie de peste actuellement. Pour Elysée Ratsiraka, maire de la commune urbaine de Toamasina, l’État n’est pas en mesure de faire face à cette épidémie de peste alors que le premier ministre Mahafaly Solonandrasana a affirmé que la peste est bien maitrisée. Le maire de Toamasina de marteler que le régime actuel ne prend pas des mesures concrètes, mais se contente de faire état des statistiques. Ainsi, pour lui, il est une condition sine qua non de faire appel à l’aide internationale afin d’endiguer l’expansion de cette épidémie.
News Mada5 partages

Sanifer Express : fusion entre Brico Déco et Sanifer

Brico Déco fusionne avec Sanifer et devient Sanifer Express. Il s’agit d’une initiative répondant au souhait d’une clientèle, autant privée que professionnelle, d’effectuer ses achats rapidement tout en bénéficiant des conseils et des services d’une équipe de professionnels.

Au magasin Sanifer Express, situé dans la Galerie Zoom Ankorondrano, la grande majorité des articles sont disponibles en libre-service. Sanifer Express gardera évidemment tout le meilleur de Brico Déco, une référence incontournable du bricolage, de la décoration et du jardinage, tout en apportant l’expérience confirmée de Sanifer, en tant que leader du marché de matériaux de construction.

La grande nouveauté sera l’ouverture d’un nouveau rayon Carrelage. En ajoutant le carrelage à son offre déjà très complète, Sanifer Express s’assure de bénéficier de la grande notoriété du groupe qui est aujourd’hui à Madagascar le leader de ce marché ainsi que celui des matériaux de construction.

Morarano Alarobia, Tanjombato ou encore à la Galerie Zoom Ankorondrano, là où le client souhaite faire ses achats, son compte lui est accessible et lui donne la possibilité de bénéficier des mêmes services et de mêmes offres de fidélité dans le magasin de son choix. Et plus encore, le magasin Sanifer Express est ouvert de 9 h à 19 h, du lundi au samedi, et même le dimanche jusqu’à 13 h.

 

Midi Madagasikara5 partages

Ambositra : Fisorohana ny pesta, hihenjana ny « prefecture » amin’ny fampiharana ny fepetra

“Fanadiovana ny tanànan”Ambositra renivohitra ataon’ny kaominina”. (Sary Anastase)

Tafapetraka  eo anivon’ny « préfecture »-n’Ambositra ny « cellule de veille ». Hentitra arak’izany ny fampiharana ireo fepetra noraisin’ireo manampahefana isan-tokony ho fisorohana ny valan’aretina pesta, nanomboka tamin’ity herinandro ity. Marina fa ny eto Ambositra sy ny faritra Amoron’i Mania, dia  mbola tsy nahitana soritra aretina.

Fanentanana. Arak’izany efa  mandeha ny fanentanana isan-karazany ho an’ny vahoaka tsy an-kanavaka, ataon’ireo onjampeo misy eto an-toerana, mikasika indrindra ny fanentanana momba ny fampahafantarana ny valan’aretina pesta sy ny fomba fisorohana azy. Anisan’izany ny fanamafisana ny fahadiovana eo anivon’ny tokantrano tsirairay avy amin’ny fanesorana ny lobolobo sy ny rano miangona ary  ny fampiasana ny lava-pako ary mipaka amin’ny fokontany rehetra misy eto an-tanàna, fiaraha-miasan’ny vahoaka miaraka amin’ny kaominina. Entanina manokana ireo fokontany be mponina, toy ny fokontany Alakamisy, Iajaky- tsenan’Asabotsy. Ho an’ireo “stationnement” toy ny ao Alakamisy sy ao Iajaky, dia hisy ny fiaraha-mientana miaraka amin’ireo mpianatra ho  zandary. Aoriana izany, dia hisy ny fisavana  isan-tokantrano hataon’ireo manampahefana miaraka amin’ireo  mpitandro ny filaminana ho fampiharana ireo fepetra.

Fitilina. Eo anivon’ny tobim-pahasalamana araka ny fanazavana nataon’ny “préfet”-n’Ambositra, dia misy ireo fitiliana na ny “teste rapide” hatao  amin’ireo marary ;  izay  handeha hanao “visite”. Hisy ny fanaraha-maso akaikin’ny fahasalamana an’ireo vahiny mandalo ka mipetraka amin’ny  hotely. Manantena arak’izany ny “préfet”n’Ambositra mba hisian’ny fiaraha-miasa ny rehetra ho fisorohana ny valan’aretina peste.

Anastase

L'express de Madagascar4 partages

Agro-Ecologie – Trois communes nourriront la capitale

Des produits maraichers, fruitiers et l’élevage de poulets gasy, cultivés et réalisés en péri-urbain de manière écologique cherchent preneurs.

Trois communes de la région Anala­manga sortent du lot dans la production maraîchère, fruitière et, dans l’élevage de poulets «gasy». Sabotsy Namehana,  Talatamaty et Andranonahoatra ont été sélectionnées parmi trente trois communes d’intervention cibles, pour avoir répondu favorablement à un appel à proposition de projet agro-écologique.  Le concept entre dans le focus «Nourrir la capitale» du projet Professionnalisation des filières agricoles péri-urbaines d’Antananarivo (Profapan) du programme ASA (Agro-sylviculture autour d’Antananarivo), financé par Agrisud International,  Union européenne. La signature de convention d’appui financier des trois communes sélectionnées s’est déroulée hier à Ivandry. « Ces trois communes recevront chacune une enveloppe de 25000 euros pour réaliser des projets d’infrastructures d’amélioration de marché communal, de renforcement de capacité d’agents communaux et de commercialisation de produits agro-écologiques », a fait savoir  Daniel Andrianimpanana, coordonnateur du Profapan.Les projets avancés par ces communes ont été choisis pour leur pertinence, faisabilité technique et économique ainsi que la durabilité, tenant compte du genre, de l’environnement et de la valorisation des produits agro-écologiques assurés par les producteurs des dites communes.

CommercialisationL’existence de bacs à ordures, de sanitaires, d’adduction d’eau sont entre autres les bons critères retenus. « L’entretien et la pérennité de ces infrastructures à réaliser sont des enjeux non négligeables pour les communes bénéficiaires des appuis financiers », estime le représentant de l’Agri-sud international.Le Profapan intervient dans l’appui d’un millier de producteurs et de soixante dix collecteurs de produits agro-écologiques dansquatre districts de la région Analamanga. « Ces produits agro-écologiques sont naturels car ils utilisent des intrants naturels, sont bénéfiques pour la santé, le tout dans un souci de protection de l’environnement », précise encore le coordinateur de Profapan. Le projet ayant démarré en 2015, est en mi-parcours, mais a pu installer jusqu’ici deux points de vente de produits agro-écologiques, à Analakely et à Ivandry. D’autres lieux de commercialisation pour ainsi élargir la clientèle, sont en étude.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara4 partages

« Kruilar fitness » : Une quatrième salle destinée aux femmes

Andry Ratobison, le directeur artistique de « Kruilar fitness ».

Musulmane, compagnon un peu trop jaloux ? Ceci est pour vous ! Ce samedi 7 octobre, « Krulair fitness » ouvre sa quatrième salle à Ambodivoanjo Alasora. Une salle où les hommes ne sont pas admis. « Les femmes musulmanes aiment aussi prendre soin d’elles. Malheureusement, on compte rarement des salles réservées aux femmes dans la Capitale. Il y a également celles dont les maris sont un brin possessif. Grâce à l’ouverture de cette salle, toutes peuvent donc faire du sport en toute tranquillité », explique Andry Ratobison, directeur artistique de «  Kruilar fitness ». L’ouverture de la salle se fera en grande pompe. « Nous avons prévu une initiation de danse de salon et de danse urbaine. Une séance de « zumba fitness » sera également au menu ». Pour les femmes dont les compagnons sont un peu trop jaloux, un petit tour à Ambodivoanjo est tout à fait indiqué.Mahetsaka

L'express de Madagascar3 partages

Peste – Aucun cas suspect dans les gares routières

Aucun cas n’a été signalé dans les gares routières selon Tahina Malala Rama­monjisoa, chef de service dans la direction régionale de la santé publique d’Anala­manga, hier, à Ambodivona. Ces cellules de contrôle ont été mises en place, mercredi.Il s’agit d’une collaboration entre le ministère des Transports, le ministère de la Santé publique et la Région Analamanga. « Nous avons déjà eu une vive discussion avec les coopératives. Si une personne tombe malade ou tousse régulièrement, on l’emmène dans ces cellules de contrôle. Nous ne faisons pas de prise en charge mais nous inspectons seulement toutes les coopératives. Nous intervenons si un cas de peste se présente car les chauffeurs vont être concentrés au volant lors du voyage. De plus, les voyageurs pourraient être contaminés et la personne atteinte de la maladie pourrait mourir, en quelques heures », explique t-il.Ces cellules de contrôle implantées dans chaque gare routière ont également pour mission de sensibiliser la population sur la peste. D’après les coopératives, le DDT est déjà répandu dans tous les véhicules, tous les trois mois.

M.A.

Midi Madagasikara3 partages

Désinfection des lieux d’enseignement : A l’Université d’Antananarivo aussi

Les établissements accueillant des élèves et des étudiants dans la capitale font actuellement l’objet d’une opération de désinfection et de désinsectisation depuis plusieurs jours, dans le cadre de la prévention de la propagation de la peste. L’Université d’Antananarivo ne fait pas exception en procédant le jeudi 5 octobre dernier à l’aspersion de produits désinfectants sur tout le campus. Ainsi, les salles de cours, amphithéâtres, bureaux et l’ensemble de l’espace universitaire fréquenté par les étudiants, les enseignants et le personnel administratif et technique à Ambohitsaina, ont été visités par les agents de désinfection. Cette opération menée par le ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique, avec le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures et la présidence de l’université, s’ajoute ainsi aux activités de nettoyage déjà menées depuis trois semaines à l’Université d’Antananarivo. Une initiative qui s’inscrira sur le long terme, assure la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie Monique Rasoazananera.

Hanitra R.

Aspersion de produits désinfectants dans les salles de cours à Ankatso.
Madaplus.info2 partages

Énergie : l’Allemand Siemens vient de signer un protocole d'entente avec Madagascar.

Augmenter la production électrique malgache de 300 MW en deux ans : c'est le défi que veut relever le groupe électrique allemand qui vient de signer un protocole d'entente avec le gouvernement. Première étape de ce programme encore imprécis : une turbine mobile qui devrait être prochainement installée à proximité d'Antananarivo.
Le groupe allemand Siemens a signé le 2 octobre un protocole d’entente avec Madagascar pour accélérer la production d’énergie électrique du pays. L’objectif affiché est de permettre la fourniture 300 MW supplémentaires d’ici 2019, mais les modalités de leur production ne sont pas encore définies.
Si les mesures d’accélération et d’augmentation des capacités de production doivent encore être identifiées, Siemens annonce cependant une première initiative « à court terme », l’installation d’une turbine à gaz aérodérivée de 44 mégawatts (SGT-A45) pour la production d’énergie électrique mobile à Antananarivo, dont le déploiement devrait être « rapide ».
Actuellement, Madagascar dispose d’une capacité de production de 676 MW, estime le groupe allemand, et selon les données de la Banque mondiale, seulement 16,8 % de la population avaient accès à l’électricité en 2014. Bien que mieux approvisionnée que le reste du pays, la capitale subit de fréquents délestages, abondamment relayés par les consommateurs sur les réseaux sociaux.
Le groupe allemand n’est pas le seul à s’intéresser au potentiel malgache. En décembre 2016, le développement et l’exploitation de la centrale hydroélectrique de Sahofika, à une centaine de kilomètres d’Antananarivo, ont été confiés à un groupement constitué par l’énergéticien français Eranove (déjà présent en Côte d’Ivoire et au Mali), le groupe de BTP hexagonal Eiffage et Themis Energy.
Pour ce projet, estimé à 825 millions de dollars (780 millions d’euros), « les études de faisabilité sont encore en cours. Une fois les contrats finalisés et les financements bouclés, la construction de la centrale prendra quarante-huit mois », précise la direction générale de l’énergie, à Madagascar.
Le ministère malgache de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures vient en outre de lancer un appel d’offres pour la conception, le financement, la construction, la mise en service et l’exploitation d’une centrale photovoltaïque d’une capacité installée d’environ 25 MW, associée à un dispositif de stockage de l’énergie et située à proximité de la capitale.
Source Jeune Afrique
L'express de Madagascar2 partages

Opération anti-dahalo – Un bataillon surarmé sur terrain

Prêts à livrer bataille contre les dahalo, trois cents militaires sont à Ihosy depuis maintenant deux semaines avec les armes ainsi que la logistique nécessaires. Le Président y est attendu ce jour pour donner le feu vert des opérations.« Le bataillon interarmes sur lequel travaille depuis des mois l’armée malgache est maintenant prêt. Les premiers bonhommes qui vont l’intégrer ont été triés sur le volet dans les 1er et 2e régiments des forces d’intervention à Ivato et Antsiranana. Des militaires du Régiment d’Appui et de Soutien (RAS), du Régiment d’Artilleries Anti-Aériennes (RAA) ainsi que du Régiment d’Artilleries Lourdes (RAL) sont déjà au front », indique le général de brigade Théophile Rakotonirina, deuxième adjoint du Chef d’Etat Major Général de l’Armée Malgache (OA2 CEMGAM).Selon ses explications, la participation au bataillon interarmes se fait de manière tournante. Les régiments et compagnies militaires de l’armée de par la Grande île pourront de ce fait y envoyer les  leurs. Des armes performantes seront utilisées. Outre l’hélicoptère,  les hommes de ce bataillon seront de surcroît dotés de mitrailleuse montée sur un pick-up. Des mesures ont  été par ailleurs prises pour une mobilité des postes de commandement. Des véhicules tout-terrain tactiques seront de ce fait déployés.Ce bataillon opère dans  les régions Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Ihorombe, Androy, Anosy, Atsimo Andrefana et Atsimo Antsinanana. Un colonel en sera à la tête avec un lieutenant-colonel comme adjoint. Les opérations seront en revanche conduites par un commandant. Cinq capitaines ainsi qu’une dizaine de lieutenants seront sous ses ordres en second palier.

Seth Andriamarohasina

News Mada1 partages

Mitombo hatrany ny matin’ny pesta : lany andro mifanilika andraikitra ny mpitondra

 Toy ny eto Antananarivo Renivohitra ifamalian’ny ben’ny Tanàna sy ny Praimnisitra,  ifanilihan’ny tomponandraikitra  ao Toamasina ny fitomboan’ny isan’ny maty sy marary noho ny fihanaky ny pesta ao Toamasina.

 

Raha ny tarehimarika farany ho an’ i Toamasina manokana, ohatra, hatramin’ny alatsinainy 2 oktobra ka hatramin’ny omaly hariva, efa niampy dimy ny maty teo anivon’ny toeram-pitsaboana. Misy roa hafa ka ny iray, tao Ambalamanasy ary ny faharoa, tao Ambolomandinika. Maty tsy nandalo toeram-pitsaboana ka nandevina avy hatrany ny razana ny fianakaviany, raha vao nahita ny havany maty tampoka.

Raha tsorina izany, fito ny maty ny alatsinainy ka hatramin’ny omaly hariva. Raha atambatra kosa hatramin’ny niantombohan’ny resaka pesta, ny 28 aogositra no ho mankaty: efa nahatratra 17 ireo maty teto Toamasina.

73 kosa ny marary vao noraisina miampy ny 25 mbola ao an-toerana raha efa nisy salama

ihany tamin’ ireo marary teo aloha ka manaraka fitsaboana ny an-tokantranony ny efatra. Mbola ampolony maro kosa ny olona ahiahina fa mbola eo am-piandrasana ny valin’ny fitiliana.

 

Nanilika amin’ny fitondrana foibe ny ben’ny Tanàna

 Tamin’ny alalan’ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety kosa no nilazan’ny ben’ny Tanànan’ i Toamasina, Ratsiraka Elysée, fa tsy voafehin’ny fitondram-panjakana intsony ity pesta ity.

Fanilihana tanteraka ny andraikitra amin’ny fitondrana foibe no natao tamin’izany.

Andaniny: « Tsy mipetra-potsiny ny fitondrana foibe« , hoy ny prefektioran’ i Toamasina, Benandrasana Cyril. Porofon’ izany ny fitsaboana tsy an-kiato ireo marary.

Nitondra fitsikerana mafy ho an’ny ben’ny Tanàna ny mpandraharaha  izay nilaza fa nankaiza ny tetibola natokana ho an’ny solika mitentina 370 tapitrisa Ar? Tokony ho nahafahana nanaisotra fako izany. Tsy ny kaominina no nanadio ny tanàna taorian’ny nitrangan’ ity aretina pesta ity fa ny seranan-tsambon’ i Toamasina. Niantoka ny solika, ny kamiao ary ny tracks ny seran-tsambo. Ataon’ny kaominina inona avokoa ireo volabe raisina ao amin’ny seranan-tsambo? Manodidina ny iray miliara Ar ny avy amin’ny Spat ary mitovitovy amin izay ihany koa avy amin’ny MICTSL sy SMMC. Ny vola dokambarotra sy hofan’ny tranoheva eny amin’ny moron-dranomasina, volabe avokoa ireo. Maloto anefa ny tanàna; ny karaman’ny mpiasa, tsy voaloa

Tsy hita izay tena tomponandraikitra

Iza no tena tompanandraikitra amin’izao fihanaky ny pesta izao? Lany andro mifanilika  andraikitra sy mifampiandry ny mpitondra. Amin’izany, tsy misy sahy mametra-pialana eo amin’ny toerana… tsy ahavitany inona amin’izao fahavoazan’ny vahoaka izao.

Sajo

 

News Mada1 partages

Andoharanofotsy : un labo pédagogique au Astro

Grâce à l’appui de la Fondation Telma, l’Association malgache pour la promotion de la science vient d’acquérir un laboratoire pédagogique installé dans son site Astro à Andoharanofotsy et inauguré au début de la semaine. Avec cette nouvelle infrastructure, l’objectif est : «Comment enseigner la science autrement, afin d’encourager les jeunes à s’intéresser beaucoup plus à la discipline scientifique et de hausser leur culture scientifique», a indiqué, hier, le président de l’association, le Pr Charles Ratsifaritana. «Nous vivons dans une époque où les avancées dues à la science sont époustouflantes. Apprendre un métier dans la discipline scientifique assurera donc l’avenir de ces jeunes», a-t-il  ensuite souligné.

La particularité de ce laboratoire est de comporter un tableau numérique interactif et également d’être équipé, entre autres, de systèmes «micro-teaching» et «brainstorming» qui permettent de filmer l’approche pédagogique effectuée par un enseignant dans la dispense d’une matière scientifique quelconque. Cela, afin d’en faire une analyse et d’émettre par la suite des critiques pour plus d’amélioration. Une fois validée, cette approche fera l’objet d’une large diffusion dans l’enseignement des disciplines scientifiques.

A noter que l’association travaille en collaboration avec le ministère de l’Education nationale et celui de l’Enseignement supérieur, sur le plan national, et avec d’autres partenaires internationaux, à l’instar des universités de Manchester et Leeds du Royaume Uni, dans l’exploitation de ce laboratoire.

Sera R

 

La Vérité1 partages

Epidémie de peste - 36 morts, la communauté internationale s’alarme

Des mesures préventives s’imposent. La plupart de grandes chaînes internationales, dont France 24 et la RFI, relatent en permanence les informations sur l’existence d’une épidémie de peste à Madagascar. Le dernier bilan émanant du ministère de la Santé publique, en date d’hier à 11h, fait état de 36 morts et de 258 cas enregistrés. Ce bilan s’alourdit de jour en jour puisque celui de jeudi dernier était de 33 morts et à 231 cas.

Outre les organismes onusiens en activité dans le pays, entre autres l’Oms, l’Unicef et l’Unfpa, la communauté internationale s’alarme face à ce fléau qui tue non seulement les malgaches mais aussi un étranger, à savoir le coach de l’équipe seychelloise de basket. Depuis, le gouvernement seychellois a pris de nombreuses mesures pour prévenir la propagation de la peste. L’isolement de la délégation seychellois à l’académie militaire, à leur retour au pays, ou encore la mise en quarantaine d’un patient suspect de la peste en fait partie. A cela s’ajoute la suspension provisoire des vols à destination de Madagascar. « Suite aux conseils et à la demande de l’Autorité de la santé publique des Seychelles concernant les préoccupations de l’épidémie de peste à Madagascar, Air Seychelles suspendra temporairement ses services entre les Seychelles et Madagascar a partir de dimanche 8 octobre 2017 », a communiqué la compagnie aérienne, jeudi dernier. En outre, le gouvernement des Seychelles recommande à ses ressortissants d’annuler tout voyage dans la Grande île. D’ailleurs, les entreprises seychelloises refusent tout congé des employés malgaches qui veulent rentrer au pays. Ceux qui y sont déjà ne devraient revenir aux Seychelles et ce jusqu’à nouvel ordre.Pour revenir au bilan d’hier, les chiffres à Toamasina restent à 40 cas et 5 décès liés à la peste pulmonaire. Pour l’agglomération d’Antananarivo (ville-Avaradrano-Atsimondrano) par contre, le bilan s’alourdit avec 13 morts et 128 cas. « Lors des dernières 24 heures, 3 personnes sont décédées de la peste dans le Grand Tanà, dont 1 à l’hôpital et 2 cadavres en dépôt (hors du centre hospitalier). Le retard de consultation dans les centres de santé a causé ces 2 décès. L’on enregistre également 27 nouveaux cas », rapporte Dr Manitra Rakotoarivony, Directeur de la promotion de Santé auprès du Msp. Notons qu’hier, les habitants de « Sainte Marie Kely » à Antaninandro ont paniqué suite au décès suspect d’une personne. Aucun faire part de la mort n’a été affiché dans le quartier puisque le corps a été aussitôt transporté par les agents de santé, ce qui a accentué les doutes des habitants sur un décès lié à la peste pulmonaire.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité1 partages

Parti Hvm - En perte de vitesse à Mahajanga

Casse-tête chinois. Les ministres-coachs politiques pour Mahajanga se cassent la tête. Harry Laurent Rahajason et Bary Emmanuel Rafatrolaza jouent leur va-tout pour reconquérir le cœur des électeurs locaux qui tournent complètement le dos au pouvoir. Le duo est même au bout de la déception face à la réalité. « Il (ndlr : le président Rajaonarimampianina) est bien au courant que la population majungaise ne le porte pas dans son cœur », a-t-on chuchoté lors d'une récente réunion conduite par les deux ministres.

Le parti présidentiel prépare en ce moment des assises régionales qui se dérouleront dans la cité des fleurs du 27 au 28 de ce mois. Un mini-conclave dans ce sens a eu lieu dimanche dernier à l'hôtel Les Roches Rouges à La Corniche. Les quatre chefs de région de la province autonome de Mahajanga y ont participé de même que les chefs fokontany. Comme d'habitude, des agents de l'Etat ont aussi reçu l'ordre d'y marquer leur présence effective.Changement d'approcheEn raison de la désaffection populaire grandissante vis-à-vis du régime, les responsables de l'organisation s'arrachent les cheveux pour trouver des moyens de séduction. Les habitants de la capitale du Boeny ne se laissent pas berner par la réalisation des projets, certes de peu d'envergure. Ainsi un changement d'approche a-t-il été décidé. Il consiste à multiplier des actions plus sociales que politiques.De la sorte, la construction d'une bibliothèque numérique est envisagée. L'idée s'inspire peut-être de celle construite dans l'enceinte de l'EPP Antanimbarinandriana à Antananarivo. Les Archives nationales du Royaume-Uni à Londres qu'une délégation présidentielle a visitées dans la journée du 5 septembre auraient aussi été une source d'inspiration.Risquer grosDans la même foulée, la distribution de quelque 4 000 kits scolaires aux écoliers au niveau des fokontany sera à l'ordre du jour, la rentrée scolaire étant. Les équipes de foot dans les 26 fokontany de la capitale régionale seront chacune dotées de ballons et de maillots. Le fokontany d'Amborovy qui n'a jamais été approvisionné en eau potable bénéficiera d'une attention particulière.De toutes les façons, les bleu-cravatés de Mahajanga ne sont pas du même avis. Les uns ont donné leur feu vert aux actions à entreprendre tandis que les autres s'y sont opposés. Les ministres-coachs pourraient donc risquer gros pour leurs fauteuils si jamais les assises régionales en perspective venaient à empester.Manou Razafy

L'express de Madagascar1 partages

Festival – La 28e édition de Madajazzcar annulée

Ce qui devait arriver arriva. Ce fut la plus grande crainte des mélomanes férus de jazz et inconditionnels du festival international Madajazzcar cette année, au vu de la situation actuelle. La 28e édition du festival prévue se tenir dans la capitale depuis cette semaine, mais d’abord annoncée comme reportée à une date ultérieure, est définitivement annulée.Le comité d’organisation du festival a fait connaître cette décision hier dans un communiqué officiel. « Toutes réunions ou manifestations publiques étant interdites jusqu’à nouvel ordre par les autorités compétentes pour des raisons sanitaires, les activités et concerts initialement programmés pour cette édition à Antananarivo sont annulés. Le comité d’organisation du Madajazzcar présente ses excuses au public, à ses partenaires et ses sponsors, aux co-organisateurs, prestataires et artistes. Le Comité d’organisation regrette tous les inconvénients et éventuels dommages causés, et remercie toutes les parties prenantes pour leur confiance et leur solidarité », peut-on lire sur le communiqué.Désiré Razafindrazaka, président du comité d’organisation de rajouter « On y a cru jusqu’au bout mais les autorités nous ont signifié qu’il fallait arrêter Madajazzcar, tout comme les autres manifestations ». Rendez-vous est ainsi donné pour l’année prochaine.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

Investissement – Des opérateurs visent le marché italien

Le marché italien séduit les opérateurs malgaches. Plus de  quarante opérateurs vont faire le déplacement à Rome les 17 et 18 octobre. Ils vont assister à la conférence économique sur les opportunités d’investissement entre les deux pays, organisée conjointement par la Chambre de commerce d’industrie Italie Madagascar (CCIIM) et l’Economic development board of Mada­gascar (EDBM). Le Président Hery Rajaonari­mampianina se trouve ainsi à la tête de cette délégation où il sera reçu par son homologue italien.De son côté, les investisseurs attendent avec impatience la tenue de cette manifestation économique. La plupart d’entre eux sont issus de la Confédération générale de l’industrie italienne, connue aussi comme la Confindustria. Cette organisation regroupe principalement les entreprises et industries qui tiennent le socle de l’économie italienne. La Confindustria rassemble autour d’elle cent cinquante mille entreprises, membres de toutes tailles et issues des industries de la fabrication, de la construction, de l’énergie, des transports, de la nouvelle technologie, du tourisme et des services en Italie

L.R.

Madaplus.info0 partages

Toutes activités scolaires et universitaires sont suspendues

L’Épidémie de la peste qui sème la zizanie dans la société Madagascar ne cesse de faire parler d’elle depuis des jours voire des semaines.
Les activités scolaires et universitaires dans la ville d’Antananarivo ont été suspendues cette semaine. Le Ministère de l’Éducation nationale mobilise tous les établissements scolaires à effectuer une désinfection de leurs salles. À l’université, c’est le même cas, une note a été affichée à l’université d’Antananarivo faisant état de la suspension des cours, car toutes les salles feront l’objet d’une désinfection. Même les cours préparatoires pour les examens d’entrée à l’université d’Antananarivo ont décidé de cesser leurs activités. Les activités scolaires et universitaires répondront la semaine prochaine.
News Mada0 partages

Fambolena, fiompiana, jono : miandry vokatra indostrialy i Torkia

 Tonga nanao veloma ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Tazafy Armand, ny 4 oktobra teo, ny ambasadaoron’i Torkia eto Madagasikara,  Volkan Türk Vural. Nanamafy ny fitohizan’ny fiaraha-miasa eo amin’ny lafiny toekarena ny masoivohon’i Torkia, nilaza fa « raha ny rehetra vonona miasa ho an’ny fampandrosoana marina, lasa lavitra i Madagasikara. Tombontsoa iombonana no tokony ho zahana », hoy i Volkan Türk Vural.

Taorian’ny fandalovan’ny filoha tiorka, Recep Tayyip Erdogan, ny volana janoary tamin’ity taona ity, nisy ny fiaraha-nidinika teo amin’ny firenena roa tonta momba ny sehatry fambolena, fiompiana ary ny jono. Manana traikefa sy fahaiza-manao betsaka amin’ireo i Torkia, izay efa tonga any amin’ny fanodinana indostrialy. Nitarika izany ny tale jeneraly iray avy amin’ny minisiteran’ny Fambolena sy fiompiana any aminy, Ramazan Koçak.

Tsiahivina ihany koa fa efa nisy ny fihaonambe ara-toekarena teo amin’i Torkia sy i Afrika, nandraisan’i Madagasikara anjara, novambra 2016. naroson’i Madagasikara tamin’izany fihaonambe izany ny lafiny ara-barotra, momba ireo vokatra fanondrana any Torkia, toy ny tsaramaso, jirofo, kabaro, poavra. Tokony hihatsara hatrany izany varotra ivelany izany,  raha ampy ny fanodinana ny vokatry ny fambolena, fiompiana, jono any amin’ny indostria.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Boriborintany fahatelo : mitohy ny hetsika ataon’ny Mapar

 Anjaran’ny boriborintany fahatelo sy voalohany indray ny omaly. “Manao fanentanana ny isan-tokantrano koa izahay, ankoatra ny fandraharahana fanafody iadiana amin’ny pesta. Entanina amin’ny fahadiovana ny olona. Ohatra, hanasa tanana, ny fanangonana ny fako eny rehetra eny. Entanina sy tairina koa ny fanjakana amin’ny fanadiovana ny lakandrano fa mialoha izany, diovina aloha ny eo an-tokotanintsika”, hoy ny depiote Mapar Anya, omaly tetsy Mahavoky Besarety sy ny manodidina. Nitondrany valin-kafatra koa ny momba ny resaka fiara 4×4 ho an’ny depiote. “Aminay, tsy laharam-pahamehana izany. Raha misy ny vola, aleo haparitaka hividianana fanafody hiadiana amin’ny pesta. Homena ny depiote eny anivon’ny distrika izany ho amin’ny fahadiovana mba tsy ho matin’ny pesta ny vahoaka malagasy”, hoy ihany izy.  Nitarika ny hetsika teny amin’ny boriborintany I kosa ny mpitondra tenin’ny Mapar, Pierre Houlder.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

La peste est au centre de toutes les attentions.

Toutes les manifestations sportives et culturelles sont suspendues jusqu’à nouvel ordre

Ouverture du salon de l’automobile au CCI Ivato

Le country club Ilafy organise « l’open international BMOI Air France ».

Des cadres d’Ambatovy durant une soirée pour marquer l’entrée en fonction des nouveaux dirigeants

 Kriwat Phamorabutra, le vice-consul général du royaume de la Thaïlande, a offert des ciproflocacines pour 4 000 personnes, au ministère de la Santé publique à Ambohidahy

Rencontre entre Ying Vah Zafilahy, ministre des Mines, et Sandra Mc Cardell, ambassadrice du Canada à Madagascar . Photo : Mamiherison, Tina et Fanou

News Mada0 partages

Ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao : “Tsy nahazo fanampiana ara-bola ny CUA”

 Anisan’ny nivoitra tamin’ny lahatenin’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, tetsy Anosy, omaly ny olana sedrain’izy ireo. “Tsy afa-miasa izahay noho ny tsy nahazoana ny vola fanampiana avy amin’ny fanjakana. Hatramin’ny naha mpitantana ahy ny oktobra 2015 ka hatramin’izao tsy nisy izany. Nahazo anefa ireo mpitantana ny tanàna teo aloha rehetra ”, hoy izy. Notsiahiviny fa voasoratra amin’ny tetibolam-panjakana taona 2015-2016 anefa izany. Nohitsiny fa kely ny tetibola natokana ho azy ireo. Manodidina ny 3% izany. Manoloana izany, nambarany fa tokony hiara-kiasa hatrany ny fitondrana sy ny eny anivon’ny kaominina. “Manantena izahay fa hahazo raha ny voalazan’ny kabarin’ny filoha sy ny praiminisitra teo… Hohatsaraina ny fampidiran-ketra ary hampanarahina amin’ny teknolojia izany. Tahaka izany koa ny fanavaozana ny fitantanana mba hipetraka ny tamberin’andraikitra eo amin’ny mpitondra sy ny vahoaka”, hoy izy. Nambarany fa eo am-pandinihana ny hetsika rehetra maharitra momba ny fanadiovana sy ny fanatsarana ny tanàna izy ireo izao.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Processus électoral : appui des Nations unies

Après cinq jours passés au pays, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, Haile Menkerios,  vient d’achever sa mission. Selon le communiqué émanant du bureau local des Nations unies, il a réitéré «la disponibilité  et l’engagement des  Nations Unies et de ses partenaires  à appuyer  ce processus». Et ce, en dépit des défis et certaines préoccupations exprimés par les parties prenantes rencontrées par ces personnalités. «Menkerios s’est dit encouragé par leur volonté  de travailler ensemble afin de trouver des solutions de façon collective», note la missive.

D’après toujours le communiqué,  le déplacement  fait suite à l’entretien  entre le Président de la République de Madagascar et le Secrétaire général de l’ONU, en marge de la 72e  session de  l’Assemblée générale des Nations unies. Par ailleurs, l’objectif de cette visite était d’explorer comment l’ONU pourrait davantage soutenir le processus électoral pour la tenue d’élections paisibles et transparentes en 2018. Au cours de sa visite, Menkerios  a été reçu par le président  de la République et le Premier ministre  ainsi que  d’autres chefs d’institution. Il a également  rencontré d’autres entités  et personnalités  manifestant leur intérêt pour la tenue d’élections paisibles et crédibles.

Recueillis par Rakoto

 

News Mada0 partages

Tenisy – « Open international BMOI 2017 » : noho ny pesta, hahemotra ny fifaninanana

 Tsy afa-manoatra ny mpikarakara sy ireo mpanohana ny “Open international BMOI 2017”, taranja tenisy, fa voatery nahemotra ny fihaonana. Noho ny fisian’ny valanaretina pesta ny anton’izany.

“Tsy maintsy manaiky ny fanapahan-kevitry ny minisiteran’ny Tanora sy ny Fanatanjahantena, nivoaka ny alarobia lasa teo izahay ka voatery hanemotra amin’ny fotoana manaraka ny andiany faha-15, amin’ny “Open international BMOI”, taranja Tennis”, hoy Rakotonindriana Josoa, anisan’ireo tomponandraikitra sy mpikarakara ity fihaonana ity, raha nitafa tamin’ny mpanao gazety, omaly. Ny fisian’ny pesta, eto Madagasikara ary indrindra, ny Renivohitr’i Madagasikara, ny anton’izany. Raha tsiahivina, tokony hanomboka ny alatsinainy 9 ka hatramin’ny 15 oktobra ho avy izao, eny amin’ny kianja Country Club Ilafy, ity fifaninanana ity.

Na eo aza izany, fanemorana izao, samy mbola naneho ny fahavononany hatrany ireo mpanohana sy mpiara-miasa, hanome tanana sy hanampy amin’ny fanatontosana ny lalao. Anisan’izany ny DHL Madagascar sy ireo hafa.

 

Ho avy hatrany handray anjara foana

Nohamafisin’i Josoa fa efa nampahafantarina ity tranga ity ireo mpilalao vahiny nasaina avy any ivelany. Manoloana izany, milaza ny mbola ho avy ireo mpilalao efa nandefasana fanasana, amin’ny fotoana hiverenan’ny fihaonana. Anisan’izany ilay Frantsay Louis Quennessen, sy i Vincent Stouf, eo amin’ny vehivavy ary ilay tera-tany, Hollandaise, Ewijk Chayenne, izay efa nandray anjara aza ny taona 2014 sy ilay Alemà, Imke Kusgen. Ho an’ny mpilalao malagasy kosa, vonona ny handray anjara,  Rasolondrazana Jacob sy Rakotondramanga Antso ary Ramialison Irina, na rahoviana na rahoviana ny hanaovana ny lalao. Ho an’ny eto an-toerana, efa nanamafy ny fandraisany anjara Rasolomalala Ando, Rakotozafinirina Patrick sy Ratsifandrihamana Mamy Ialy.

Nanambara Rakotonindriana Josoa fa  anjara biriky ho amin’ny fampandrosoana ny tenisy ary fifanakalozana traikefa eo amin’ireo mpilalao malagasy sy ireo avy any ivelany efa manana ny laharany eran-tany, ka hahazoana mandrefy ny haavo teknikany, ny antom-pisian’ny “Open international BMOI 2017”.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Bà gasy : mifanakalo traikefa any Mahajanga ireo mpikatroka

Mivahiny any Mahajanga ireo mpikambana sasany ao amin’ny Sehatra bà gasy, amin’izao fotoana izao. Ao anatin’ny fandaharam-potoan’izy ireo ny hifanakalo traikefa amin’ireo mpikambana ao amin’ny sampan any avaratra any.

…Hisy ny “cabaret” hotanterahin’izy ireo, anio hariva ao amin’ny trano fisakafoana Mafilotra. Hanafana izany ny tarika roa avy aty Antananarivo: ry Zana sy Jeannot ary ny Tafasiry Kolokanto. Hianoka tanteraka ao anatin’ny “Takariva bà gasy” ireo asaina hanotrona izany.

Raha mafana, toy ny toetr’andro, ny sehatra any Mahajanga any, mangingina kosa ny eto an-dRenivohitra noho ny aretina pesta. Voatery nahemotra mantsy ny hetsika “Atrik’efa bà gasy”, tokony ho natao ny alarobia lasa teo, tao amin’ny IKM Antsahavola. Raha tsiahivina, hetsika fanao isam-bolana izy ity ary fotoana enti-mampiofana sy mampianatra ireo olon-tsotra, liana amin’ny bà gasy. Tafiditra ao anatin’izany ny fihirana sy ny fitendrena zavamaneno.

Tokony hitohy amin’ny “Zara sehatra bà gasy”, efa fanao isam-bolana ihany koa, ity fiofanana ity. Raha ny fandaharam-potoana efa voalahatra, tokony hotanterahina, rahampitso, etsy amin’ny efitranon’ny trano fiantohana Aro etsy Antsahavola, izany. Andran-tsehatra ho an’ireo niofana izy io ary hifandimby hiaka-tsehatra amin’izy ireo ny vahiny ka, amin’ity volana ity, ry Ravelo Jean Baptiste no nasaina.

Noho ity fanahiana amin’ny fihanaky ny aretina pesta ity anefa, andrasana ny fanapahan-kevitra ny amin’ny hanatanterahana na tsia ity “Zara sehatra bà gasy” ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Hiragasy sy V.H.F : samy hahemotra avokoa ny seho

Noho ny zava-misy eto an-dRenivohitra, hahemotra ny fampisehoana an-tsehatra kasaina hatao amin’ity faran’ny herinandro ity. Anisan’ireny ny adin-kiragasy saika hifanandrinan’ny tarika Rainitelo sy Rapaolison, etsy amin’ny kianjan’ny Kanto Mahamasina, ny alahady ho avy izao. « Efa vonona avokoa na ny tarika roa tonta na ny fikarakarana rehetra, saingy noho ny zava-misy ka nandraisan’ny fanjakana fe-petra ny tsy tokony hisian’ny fivorivoriana, hahemotra amin’ny fotoana manaraka ity adin-kiragasy ity », hoy i Dadafara Hiragasy. Nampanantena izy fa ho goavana hatrany ny fifanandrinan’ireto tarika mpanao hiragasy roa samy manana ny maha izy azy ireto amin’izay fotoana izay. « Ny fotoana no nahemotra fa ny tarika toa mpifanandrina tsy hifampitsitsy », hoy hatrany i Dadafara.

Hahemotra ny seho, nivoaka kosa ny DVD-n’ny V.H.F

Hihemotra ihany koa ilay fampisehoana « Hiran’ny Lanitra » tokony hiarahana amin’ny tarika Vavaka – Hira – Fiderana (V.H.F) etsy amin’ny CCEsca Antanimena ny alahady izao. « Antony tsy miankina aminay no nanemorana io seho io, fa noho ny tranga misy eto amin’ny firenena. Tsy azo atao ny mivorivory », hoy i Parfait Lalanirina, lehiben’ny tarika V.H.F. « Na izany aza, efa nivoaka ny DVD « Best of » », hoy izy. Raha ny fanazavany, ito rakitsary ito no mamintina sy mandravona ireo telo efa nivoaka teo aloha satria saika voarakitra ao avokoa ireo ao anatin’izy ireny.  Efa mivoaka ihany koa ilay rakitsary manana endrika « coffret » izay ahitana DVD sy rakikira ary boky mirakitra ny tononkiran’ny tarika V.H.F.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

« KMS 2017 » : ho maroloha ny lohahevitra

Nikatona ny fandraisana ny anaran’ireo izay handray anjara amin’ny fanatanterahana vela-kevitra mandritra ny « Kaonferansy momba ny soratra » (KMS 2017). Tsikaritra fa maroloha ny lohahevitra voaray, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Anisan’izany ny momba ny tononkalo, ny soratra sy ny filazam-baovao, ny soratra sy ny teknolojia vaovao, ny Malagasy sy ny teniny manoloana ny asa fanoratana, sns.

Saika voasolo tena ao avokoa ny karazan’asa mampiasa be indrindra ny soratra amin’ny fiainana andavanandro. Anisan’ireny ny mpanoratra, mpampianatra, mpanao gazety, teknisianina samy hafa, sns. Marihina fa tanterahina ny tontolo andron’ny 28 oktobra izao, eny amin’ny Haitsiron’Iarivo Alarobia, ny « KMS 2017 ». Hetsika karakarain’ny vondrona Koloiko sy Hajaiko ny Teniko miaraka amin’ireo mpiara-miasa aminy toy ny Trano fivarotam-boky Antso, Zoromanga, Haitsiron’Iarivo, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Nahazo dera manokana ny kaominina Ivato

Hafa sy miavaka amin’ny rehetra. Anisan’ny nisongadina tamin’ny fanombohan’ny atrikasa iraisam-pirenena ho amin’ny tetibola eny ifotony eo anivon’ny Frankofonia tetsy Anosy, omaly, ny nideran’ny Praiminisitra Mahafaly, ny ben’ny Tanànan’Ivato, Penjy Randrianarisoa. Anisan’ny mampiavaka ity kaominina eny amin’ny seranam-piaramanidina ity ny fahaiza-mitantana sy ny fandrindrana ny asa ary koa ny famaliana ny hetahetan’ny vahoaka, eny ifotony. Eo ny fampidiran-ketra na tsy mbola tena tonga lafatra aza. Fa eo koa ny fanatanterahana ny tamberin’andraikitra amin’ny vahoaka. Voaporofo eny ifotony rahateo izany, raha miainga amin’ireo fotodrafitrasa samihafa vita eny an-toerana, tao anatin’ny roa taona nitantanany. Manomboka amin’ny lalana, lalan-kely, sekoly, toeram-pitsaboana CSB II. Eo koa ny fanohanana sy fanampiana ny tanora eo amin’ny fanatanjahantena, toy ny baolina kitra na koa ny kolontsaina.

Midika izany fa tokony ho fakan-tahaka ho an’ny rehetra ny kaominina Ivato.

Synèse R.   

 

News Mada0 partages

Chronique : pas seulement, politiquement incorrect mais foncièrement peu honnête et maladroit

Peste alors ! Sérieusement il n’était pas besoin de cette grave menace d’épidémie pour plomber davantage l’atmosphère dans une situation suffisamment tendue. Sachant le danger planer sur elle, la population déjà délaissée dans de lourdes difficultés avise. Le pouvoir se sait lui aussi en danger d’être accusé d’inaction ou d’incompétence à assumer son rôle d’assurer protection au peuple, aussi il use de tous les stratagèmes pour se défausser de ses responsabilités. Des passes d’armes entre pouvoir gouvernemental et autorités communales, ils rivalisent à se rejeter les fautes. Des fautes il en existe pour qu’ils s’en accusent. Plus personne dès qu’il s’agit d’en être responsable ! Un instantané qui dit le courage de ces vaillants politiques.

Le problème que pose la peste relève éminemment du domaine politique, n’en déplaise au Premier ministre qui cherche à l’en vider de ce  sens. Plus rien ne serait politique si le danger qui menace la santé publique n’en était pas. Aurait-on structuré le gouvernement dans un organigramme où figurent Ministère de la Santé et Ministère de la Population, uniquement par fantaisie, histoire de multiplier des postes sans charge politique réelle ?

Il a sans doute manqué à la justesse du concept de responsabilité la délicatesse de préciser la redevabilité pour que l’on ait éprouvé le besoin de recourir à ce néologisme. A la décharge des hauts responsables ils n’ont pas eu le loisir pour bien s’en imprégnés. Aussi s’il n’est pas prétentieux de rappeler pour leur gouverne que c’est dans les périodes difficiles qu’ils ont surtout à faire montre d’une redevabilité de leur charge. Être redevable n’a aucun sens sorcier, simple manière pour signifier que l’on est comptable de ses actes et des résultats : quoi de plus politique lorsqu’il est question de chose publique.

En l’espèce, alors que la peste s’installe,  quelle incompétence que de laisser les ordures s’amonceler dangereusement, plus coupable encore l’inconscience dans l’initiative d’opérer le ramassage en remuant ces dangereuses immondices en plein jour au milieu d’une foule grouillante dans les quartiers populaires. Les autorités municipales commettent fautes graves en procédant de la sorte, le gouvernement manque lourdement à son devoir de protéger la population en permettant de telles entreprises aggravant le péril qui mine la santé publique.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : l’après-guerre (2)

(Suite et fin.)

La voie ferrée du T. C. E. en est un exemple typique. Cette voie relie Tamatave, port de débarquement, à Tananarive, capitale de la Colonie. La logique et le bon sens eussent voulu que les travaux en fussent commencés à Tamatave même, pour de là être dirigés vers les hauts plateaux. À mesure de son développement, la voie eût porté elle-même ses rails, ses machines, ses wagons, ses fourgons, son personnel, en un mot son matériel complet. Mais il ne faut pas oublier que, – du moins en ce qui concerne Madagascar, – la logique et le bon sens sont radicalement brouillés avec M. Lebureau, surtout celui qui trône au ministère.

Ainsi les travaux de cette voie ferrée ont été commencés, non pas à Tamatave où tout son matériel a été débarqué, mai à Aniverano, c’est-à-dire à plus de 100 kil. à l’intérieur, en pleine brousse, où des difficultés de toute nature, jointes à l’insalubrité du climat ont eu vite raison de la santé des ouvriers de la première heure, tant ingénieurs que simples travailleurs.

Quand M. Augagneur, après avoir amené le rail jusqu’à Tananarive, voulut le relier à Tamatave, comme l’exigeaient la logique ainsi que les intérêts bien entendus des colons et de la colonie, il se heurta à une telle opposition de la part du bureau technique du ministère, qu’il dut user de subterfuge, et faire construire une route comme c’était son droit, allant jusqu’à Tamatave, mais présentant telles caractéristiques que M. Picquié n’eut plus qu’à y poser des rails.

Mêmes subterfuges ont dû être employés pour la construction du tronçon de voie ferrée reliant la riche contrée du lac Alaotra au T. C. E. à Moramanga, voie ferrée que pour la circonstance on a dû baptiser du nom de Tramway à traction électrique.

Il en a été de même pour la voie ferrée qui va de Tananarive vers le sud et Antsirabe.

Ces exemples, pris entre beaucoup d’autres, suffisent pour démontrer que, dans les affaires coloniales, une plus grande liberté d’action doit être laissée au Gouverneur de la Colonie, surtout, comme actuellement c’est le cas, quand ces hautes fonctions sont remplies par un homme de la valeur de M. Merlin.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fanararaotam-paty amonoana ny fomban-drazan’ny sasany

Efa nahazo Fahaleovantena indray moa vao niha-nirongatra ny hetsika fanaratsiana ataon’ny mpankahala ny fomba atao hoe famadihana izay fikolokoloan’ny taranaka ny taolam-balon’ireo razana nipoirany. Mampitahotra ny rehetra ity ny fihanaky ny aretina pesta fa araraotin’ny sasantsasany amin’ireo olona manohitra ny fanaovana ny famadihana ity toe-draharaha miseho ity hiampangana ny famadihana ho rangory fototry ny afo. Lazaina daholo izao tranga tsy azo hamarinina, afangaro amin’ny honohono isan-karazany. Manginy fotsiny ny lainga afafy ahafahana mandresy lahatra sy hisehoan’ny fanendrikendrehana mba ho toy ny hoe resaka tena mitombina ireny.

Tsy mety amin’ny fihavanana eto amin’ny fiaraha-monina raha samy ny eto an-tanàna indray no hifanebaka mikasika ny fomba tsy iraisana. Ny hery nanjanaka teto aza tsy nahatohitra io fomba io na tafiditra tsara ao amin’

ny pôlitikan’ny fanjanahana aza ny fandravaravana ny fomban-drazan’ny zanatany. Ny mpampiely fivavahana kristianina izay finoana voalazan’ny sasany ankehitriny ho finoana nentin-drazana, no nirahan’ny fitondrana mpanjanaka hitory teny mikasika ny tsy fetezan’ny fanompoana fivavahana roa, izany hoe voaheloka ho toy ny fanompoan-tsampy ny fomba malagasy eo amin’ny fikolokoloana taolan-drazana.

Toy ny tsiny ny pesta sy ny aretim-be mifindra, araky ny hafatry ny Ntaolo ka dia alevina impito mandifitr’olona. Andraikitry ny fitondrana ny mitsinjo amin’ny fomba hentitra ny fampiharana izany. Raha vao misy ahiahy fa pesta no nitarika fahafatesan’olona iray dia ny fanjakana no mandrara ny fandevenana azy ao anatin’ny fasana ikambanana mety hosokafana. Tsy rehefa mamadika ihany ny Malagasy no mikirakira ny razana ao am-pasana fa na mandevina aza dia tsy ilaozan’izay fibatabatana ireo razana maina hanaovana toerana ho an’ilay razana lena. Tsy mitsahatra eo anefa fa maro amin’ireo havan’ny maty no mitsofoka ao anatin’ny fasana hijery ny toerany ambony farafara vato. Na tsy izany akory aza fa raha sanatria efa nandevenana olona matin’ny pesta ny fasana iray tany aloha, ny fisokafany fotsiny dia ampy ahafahan’ny aretina  hanidina sy hiparitaka any ivelany. Raha fitandremana sy fitsinjovana ny fahasalaman’ny mponina no tena maniraka amin’ity fanaovana resaka be manodidina ny pesta ity dia tsy mahavita azy ny fitsarana mitongilana amin’ny fanilihana ny ratsy any amin’ny famadihana irery. Aza misy izany fa izay fasana nandevenan’olona matin’ny pesta dia voaheloka tsy ho azo sokafana intsony na handevenana na handoarana razana havadika.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : frottements dans les taxis-be

Peste ou paralysie ? Choix diabolique que celui posé au pouvoir public. Interdiction de tout regroupement de foule en un endroit à ciel ouvert ! Peut-être que le vecteur de l’épidémie se transmet moins dans un endroit clos à l’abri du vent. A ce qu’il parait pourtant la promiscuité constitue aussi une condition favorable à  la transmission de la peste, les taxis-be représenteraient alors des vases de culture contagieuse hautement fertiles. Fini le « marche ou crève », désormais c’est du « roule et risque de crever ».

 

News Mada0 partages

Toe-draharaham-pirenena : lasa politika ho azy ny ady amin’ny pesta

Mifanenjana sy mifanenjika an-toerana ny eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny Praiminisitra eo anivon’ny fanjakana foibe amin’izao firongatry ny valanaretina pesta izao. Tsy misy ny vola enti-mihetsika amin’ny fanadiovana tanàna.

Manoloana izany, nilaza ny filohan’ny Repoblika teny Anosy, omaly, fa tsy tokony hifanilika andraikitra : samy manana ny azy. Tsy nafeniny koa fa tsy misy ny vola enti-mihetsika. Na ho an’ny firenena izany, na ho an’ny eny ifotony. Anton’izany ny tsy fidiran’ny hetra.

Ailika amin’ny hafa ny tsy fisian’ny vola

Izay tsy mpandoa hetra izany no tomponandraikitra amin’ny fanadiovana ny tanàna hiatrehana ny fihanaky ny valanaretina pesta. Tsy tompon’antoka amin’izao zava-doza izao ny fanjakana, manilika andraikitra sy manamarin-tena; eny, na eo aza ny hoe fikoropahana  miatrika ny fihanaky ny aretina.

Tsy asian-teny eto ny fibitabitahana fa azo ny fankatoavana iraisam-pirenena, ho avy ny fanampiana sy ny famatsiam-bola… Aiza ho aiza? Misy ny vola rehefa hampiantrano fivoriana iraisam-pirenena, ohatra, na amn’ny fanaovana fampielezan-kevitra… Sa tsy fanta-piaviana tokoa ireny na misy takalony ambadika?

Mitsinjo mialoha izay mety hitranga ny hoe mpitondra

Fiteny malaza eran-tany ny hoe mitsinjo mialoha izay mety hitranga ny mpitondra. Taiza izany hatramin’izay? Efa fantatra tamin’ny volana janoary 2017, ohatra, araka ny tatitry ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny fahasalamana (OMS), ny fihetsehan’ny pesta indray eto Madagasikara. Nefa izao vao tena taitra ny fanjakana? Tsy niseho aza izay fikoropahana izay, raha tsy nisy vahiny matin’ny pesta.

Izay no mahatonga ny hoe lasa politika ny raharaha fa toa tsy taitra, raha tsy amin’izay mety manohintohina azy ny mpitondra: na toerana io, na fahafaham-baraka, na tombontsoa manokana. Tsy hita ary tsy maharesy lahatra izay tena fijerena akaiky ny fiainam-bahoaka ifotony mandavantaona.

Izao ny sasany vao hoe mirotsaka amin’ny fanadiovana, mody nanao izany farany tamin’ny fampiantranoana ny fivoriana iraisam-pirenena, herintaona lasa. Politika maloto… fanadiovan-tena? Andrasana ny fiatrehana ny ady amin’ny pesta ho raharaham-pirenena… latsaka an-katerena.

R. Nd.

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : kamiao avy nandevina nivadika, nahafaty olona telo

Fahoriana niampy fahoriana! Nandevina no natao ka loza amin’antambo no nitranga. Nivadika tany Ambohitava, kaominina Manakambahiny Avaratra, any Ambatondrazaka, afakomaly tokony ho tamin’ny 3 ora tolakandro teo ny kamiao iray nitondra olona 30 teo  . Tany amin’ny lalam-pirenena faha-44, 22 km miala an’Ambatondrazaka, no nitranga ny loza. Araka ny vaovao avy any an-toerana, avy nandevina tany Ambohidehilahy ka handeha hody any Bejofo ity kamiao ity no nivadika ambony ambany rehefa niala lavaka teo am-pidirana tetezana. Tery tao ambanin’ny fiara ireo olona maty, ary maro ny mbola nosokirina tao anatiny namoahana ireo naratra. Nentina ao amin’ny hopitalibe Ambatondrazaka ireo naratra, ankoatra ireo telo namoy ny ainy. Anisan’ny fitaovam-pitaterana any Ambatondrazaka, indrindra amin’ireo faritra ambanivohitra, ny kamiao noho ny faharatsian’ny lalana. Tsy nisy nanampo anefa fa izao namoa-doza tampoka izao, tahaka ny niseho tany Anjozorobe ny fiandohan’ny taona teo. Sarotra ny fanakanana ny kamiao tsy hitatitra olona any ambanivohitra. Eo ny lalana ratsy, ny tsy fisian’ny fiara fitaterana mifanaraka amin’izany. Loza toy izao no aterany. Iza ny tompon’andraikitra amin’izany?

Yves S.

News Mada0 partages

Haintrano teny Ankadimbahoaka : trano hazo 97 kilan’ny afo, 371 traboina

Nitrangana haintrano mahatsiravina indray teny Andranomaria Ankadimbahoaka akaikin’ny fiantsonan’ny taksiborosy eny Fasan’ny Karana, omaly vao maraimbe. Trano hazo miisa 97 no lasa lavenona raha miisa 371 kosa ireo olona traboina.

 

Toy izao hita amin’ny sary izao sisa ny niafaran’ireo trano hazo levon’ny afo nandritra ny ora maromaro teny an-toerana. Mpivarotra avokoa ny ankamaroan’ireo olona mipetraka amin’ireo trano hazo ireo. Araka ny fanazavan’ireo niharam-boina, tamin’ny 2 ora sy 30 mn no niantombohan’ny afo. Olona nandrehitra afo tao an-trano no nitarika ny loza. Sendra nandeha nivoaka kely izy rehefa avy nandrehitra afo niitatra nahazo ny trano iray manontolo ny afo. Tsy vitan’izay fa antony iray nampiitatra ny afo koa ny fisian’ny moto iray nipetraka tao akaikin’ilay trano ka nipoaka avy hatrany rehefa notselaran’ny afo. Vokany, nijoalajoala ny afo ka nahazo ny trano rehetra teo amin’ny manodidina. “Miisa 371 ireo traboina ahitana olon-dehibe 187 ka vehivavy bevohoka ny efatra raha 184 kosa ireo ankizikely”, hoy ny sefom-pokontany ao an-toerana, Randriamanantena Dieudonné. Hatairana ny an’ireo niharam-boina nahita ny afo nijoalajoala. Samy nanavotra aina nivoaka tao an-trano izy ireo. Tsy nisy noraisina intsony ny entana rehetra fa kila hotohoton’ny afo. Tonga teny an-toerana namono ny afo ny fiaraben’ny mpamonjy voina, saingy nanano sarotra ny fidirana tao amin’ny faritra misy ireo trano nirehitra noho ny fahateren’ny lalana. Tsy nisy kosa ny aina nafoy na naratra.

Trano dimy kilan’ny afo tao Toamasina

Kila hotohoton’ny afo koa ny trano miisa dimy tao Tanamakoa Toamasina, afakomaly alina. Voalazan’ny fampitam-baovao fa nisy fahatapahana herinaratra tao an-toerana, kanjo niverina tampoka izany ka niakatra koa ny tanjaky ny herinaratra. Vokany, niafara tamin’ny fahamaizan’ny trano izany. Avotra soa aman-tsara koa ireo niharam-boina. Sarotra ny famonoana ny afo noho ny fahateren’ny lalana ka nampiitatra ny fahavoazana.

J.C sy Sajo

News Mada0 partages

Mikatona hatramin’ny anio : norarahana fanafody ny oniversiten’Antananarivo

 Nitohy omaly ny fandrarahana fanafody ny birao fiasana rehetra ary ny efitrano fianarana eny amin’ny oniversiten’Antananarivo, Ankatso. Fanindroany izao hetsika izao satria efa nisy ny famendrahana ranom-panafody voalohany telo herinandro mialoha izao, araka ny fanazavan’ny minisitra, Rasoazananera Monique, teny Ankatso. Mikatona rahateo ny oniversite ho fiarovana ny fahasalaman’ny mpianatra sy ny mpiasa rehetra. Niitatra eny amin’ny trano fonenan’ny mpianatra eny Ankatso II-I Vontovorona, Ambohipo…. ny fanadiovana sy ny fandrarahana fanafody.

Nanome ny fanafody sy ny fitaovana ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Rano niaraka amin’ny teknisianina mpanondraka fanafody. Nizara fitaovana fisamborana voalovo koa izy ireo hapetraka eny amin’ny toerana misy ny tranon’ny mpianatra izay be voalavo tokoa, araka ny fanazavan’ny talen’ny CrouA, Andriamihajaniaina Samon Willy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Toamasina : mpanedaka sy mpangaroam-paosy mianadahy tratra

Zatovo lahy sy vavy ary saika mbola manodidina ny eo amin’ny 15 ka hatramin’ny 19 taona miisa 20 mianadahy no voasambotra tao amin’ny tsenan’ny bazary kely Toamasina, afakomaly. Mpanendaka sy mpangarom-paosy avokoa izy rehetra ireto, raha ny filazan’ny polisy.

Nampitaraina ny olona maro any an-toerana ny fisian’ireo andian-jatovo manendaka. Ireto farany izany manao ny asa ratsiny amin’ny moron-dranomasina, eny akaikin’ny sekoly. Nanao hetsika mihitsy ny polisy nisambotra azy ireo, ary izao nandraofana maro izao.

Miasa kosa ny fampanoavana eo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany amin’ny fandraisana  ireo olona voasambotry ny mpitandro filaminana. Natolotra ny fampanoavana rahateo izy rehetra ireto ka naiditra am-ponja vonjimaika avokoa, omaly.

Sajo

News Mada0 partages

Ambositra : du matériel roulant pour la mairie

La commune urbaine d’Ambositra vient d’être dotée de véhicules pour ses différents services. La première vague a été remise aux autorités locales, mercredi dernier, à Antamponivinany.

Trois véhicules ont été réceptionnés à la commune urbaine d’Ambositra, le 4 octobre. Le pouvoir central, par le biais du BNGRC, a doté la ville d’un véhicule de pompiers, d’une benne à ordures et d’une ambulance, suite aux aspirations de la population qui subit les effets négatifs du manque de matériels dans ces services depuis des décennies. Des conducteurs employés par la commune urbaine d’Ambositra, le service de santé local et la représentation du ministère des Travaux publics, bénéficient actuellement de séances de formation pour une utilisation efficace du nouveau matériel.

La gestion de ce parc a été confiée à la Préfecture qui a annoncé l’arrivée d’une autre vague de matériel roulant dans les prochains jours.

Manou

 

News Mada0 partages

Fasan’ny Karana : 94 cabanes ravagées par le feu

Epidémie de peste par-ci, braquages par-là. Il ne manquait plus qu’un violent incendie à la gare routière de Fasan’ny karana pour compléter ce tableau calamiteux.

94 maisons en bois ont été réduites en cendres à la gare routière de Fasan’ny karana, après le violent incendie qui s’est produit hier vers 3 h du matin. Le dernier bilan annoncé par Dieu Donné Randrianantenaina, Chef secteur d’Andranomaria Andrefan’Ankadimbahoaka, a fait état de 371 sinistrés dont 184 enfants et

4 femmes enceintes. Le feu s’est déclaré dans une gargote avant de se répandre vers les cabanes avoisinantes. 3 feux de charbon laissés par une employée à l’intérieur de la gargote et qui ont par la suite consumé la maison toute entière ont été à l’origine du drame. En revenant, la fille n’a rien pu faire que de crier à l’aide en voyant les flammes envahir les autres maisons. Selon les explications, les habitants ont cru tout d’abord que c’étaient des passants en train de chahuter. Ce n’est que quelques instants après qu’ils ont réagi. L’incendie a déjà consumé plusieurs toits quand la population a essayé d’éteindre les flammes avec les moyens du bord mais en vain. A l’arrivée des sapeurs-pompiers, des voitures et des camions sortaient de la gare pour se dégager des lieux, créant un embouteillage. Cela a retardé leur intervention. Malgré tout, l’incendie a été maîtrisé quelque temps après, ne laissant plus rien sur son passage.

« J’ai tout perdu à la suite de ce sinistre, ma moto, ma télévision, mon groupe électrogène, mon lecteur et mes baffles. Je n’ai plus rien. Moi-même, j’ai failli périr si je ne me suis pas réveillé à temps », a déclaré Rivo Louis Rakotoramanana, victime du drame.

«Malgré les interventions de la brigade criminelle et de la Police scientifique et technique sur les lieux ce matin, aucune aide de la part du gouvernement n’a encore été reçue, laissant ainsi la population dans le désarroi total, d’autant que la nuit arrive», a rapporté le chef de secteur hier à 19 h à la rédaction. Il a donc lancé un appel à l’aide à l’Etat qui est sans doute occupé à d’autres choses.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Prevention : Ambatolampy se protège de la peste

Le district d’Ambatolampy se prémunit contre l’invasion de la peste. Une cellule de crise y a été créée, depuis mercredi, pour coordonner les actions de préventions et de lutte, le cas échéant. Des séances de sensibilisations sont actuellement menées par les membres de la cellule dans la circonscription.

Les autorités du district d’Ambatolampy anticipent afin de mieux protéger la population des éventuelles propagations de l’épidémie de la peste dans leur zone. Le chef du district Andoniaina Raharijaona a réuni les membres de l’Organe mixte de conception (OMC) et les responsables des différents services publics locaux pour mettre sur pied une cellule de crise devant être opérationnelle en permanence dans cette optique. Outre le maire de la ville, les membres de ladite cellule, conduite par le chef du district, se composent des représentants du ministère de la communication, de celui de la population, de celui de la santé et des responsables des forces de l’ordre.

Opération d’urgence

La cellule a effectué une descente dans les fokontany d’Ambanimaso-Telozoro et d’Ambaniatsimo, hier, pour marquer le début de ses activités par des séances de sensibilisations et d’informations sur le mode de propagation de l’épidémie et les préventions ainsi que des mesures d’urgence en cas de symptômes. Les désinsectisations des lieux publics et des moyens de transport public par aspersions de produits spécifiques sont aussi programmées à Ambatolampy, selon le chef du district. Des affiches sont placardées dans les bâtiments publics et les églises pour assurer la transmission des messages de prévention à la population.

La cellule de crise dirigera  une campagne de nettoyage collectif, prévue s’étendre dans les 18 communes rurales composant le district, ce jour. Aucun cas suspect n’a été enregistré dans le district d’Ambatolampy jusqu’à ce jour et il incombe à la cellule de crise de maintenir cette situation.

Manou

 

News Mada0 partages

Any Toliara : tonga amin’ny andiany fahatelo ny “Vez’tival”

Hotanterahina, ny 28 oktobra hatramin’ny 3 novambra izao ny andiany fahatelo amin’ny “Vez’tival”. Araka izany anarany izany, tontosaina isan-taona any Toliara sy ny manodidina ity hetsika ity ary enti-manome lanja ny tontolon’ny foko vezo, iray amin’ireo mandrafitra ny Malagasy.

Mampiavaka ny “Vez’tival” ny fampiarahana ireo hetsika samihafa amin’ny fanentanana mikasika ny fahadiovana sy ny fanadiovana ary ny fanajana ny tontolo iainana. Ireo rehetra ireo no fototry ny fampandrosoana eo amin’ny lafiny sosialy sy ny toekarena ary ny fampivoarana ny maha olona, amin’ny ankapobeny.

Hisongadina mandritra ny fito andro ny fampisehoana zavakanto sy ny hetsika kolontsaina mampiavaka ny foko vezo. Eo amin’ny hira sy mozika, homen-danja ireo mpanakanto avy any amin’iny faritra atsimon’ny Nosy iny. Hisy koa anefa ny “scène ouverte” na ny sehatra ho an’ny rehetra, miampy famelabelaran-kevitra arahina adihevitra mahakasika izay fampandrosoana izay.

Tsy ho latsa-danja koa ny foara, varotra fampirantiana ary ny fanentanana ho an’ny ankizy madinika. Manampy izany ny fifaninanana fanatanjahantena isan-karazany ka hisongadina indrindra ny fifaninanana mivoy lakana. Tsiahivina mantsy fa mifamatotra amin’ny ranomasina ny andavanandrom-piainan’ny vahoaka vezo. Mampalaza azy ireo hatramin’izay ny jono. Andrasana ny akon’ity hetsika ity.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Voambolana et Labdihy : pour le perfectionnement du niveau des chorégraphes

Les  deux compagnies Dihyarivelo et Rary organisent deux évènements différents en un seul lieu. Il s’agit du festival Voambolana et de Labdihy qui se déroule actuellement à Ilafy. L’objectif est non seulement d’améliorer le niveau des chorégraphes malgaches dans le domaine de la danse contemporaine mais aussi de sensibiliser le public à la pratique de l’art.

Cette année, Labdihy en est à sa septième édition et le festival Voambolana, à sa troisième. Le programme s’annonce donc chargé avec des résidences créations, des conférences, un carnaval, des expositions et des spectacles. Trois artistes internationaux et 32 artistes nationaux y participent.

Labdihy pour la professionnalisation des chorégraphes

Organisé par la compagnie Rary, Labdihy est au fait un laboratoire d’écriture chorégraphique. Son objectif est d’améliorer le niveau des chorégraphes malgaches, en favorisant les rencontres internationales  afin qu’ils deviennent plus professionnels. «60% des danseurs ayant participé à l’évènement Labdihy le sont actuellement. Certains d’entre eux ont même leur propre école de danse», a annoncé l’un des organisateurs de Labdihy.

Voambolana,

pour l’éducation du public

à travers l’art

Depuis trois ans successifs, Labdihy a opté de rallier ses activités au festival Voambolana, organisé par la compagnie Dihyarivelo, qui a pour mission de sensibiliser et d’éduquer le public à la pratique de l’art en général et surtout de la danse. Il permet donc d’exploiter les œuvres créées par les participants de Labdihy. «Nous voudrions que chaque prestation soit ainsi unique aux yeux du public parce qu’à chaque pièce interprétée, nous proposons aussi des débats ouverts au public, afin que les jeunes prennent conscience de l’importance de la danse contemporaine», a-t-il expliqué.

«Seho Velona» pour clôturer

Par ailleurs, l’évènement prendra fin demain. Ainsi, les participants y donneront une prestation live de la création baptisée «Seho Velona». Deux pièces seront donc interprétées, à savoir «Jary», jouée par trois artistes malgaches et un mauricien, et «Hide Seek» qui réunira un chorégraphe mauricien et quatre autres malgaches.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Ady Gasy : bientôt des projections en France

Deux ans après sa sortie, le film documentaire «Ady Gasy» de Lova Nantenaina continue d’animer les salles de cinéma à l’étranger. Organisées par l’association Family Cinéma, les projections se dérouleront, à partir du 14 octobre, dans plusieurs régions de la France.

«Le documentaire d’une heure et 24 minutes  dévoile une partie de la  culture malgache, sa faculté de s’adapter à son milieu, un système D qui fascine le monde entier. Il inspire donc le public et surtout les autres cinéastes africains», a exprimé un spectateur étranger sur le film.  Ainsi, le film continue encore actuellement  à susciter la curiosité des étrangers. L’association Family Cinéma propose donc quatre dates dans l’Hexagone.

La première projection se tiendra le 14 octobre à Briançon. Le 16 octobre, ce sera dans la salle de «Le Family» à Saint-Just-Saint Rambert. La troisième projection se déroulera le 7 novembre à Quimperlé et la dernière sera, le 23 novembre, à Le Mans.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Sport : le MJS recommande l’annulation de tous les événements

Depuis hier, toutes les manifestations sportives sont interdites dans toute l’île. Le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) a sorti une note circulaire, n°131 MJS/ SG/2017, y afférente.

Une décision tardive! Il a fallu attendre une semaine après la manifestation de l’épidémie de la peste pour que les responsables du sport malgache prennent enfin des mesures.

Non seulement la recommandation de les annuler a pris du temps mais aussi aucune précision quant au retour à la normale. Comme le gouvernement, le MJS n’ose pas avancer de date quelconque pour la reprise des activités.

Dans sa décision, le ministère évoque simplement que, «Faisant suite à la déclaration de l’existence de cette maladie contagieuse dans certaines localités de Madagascar, le ministère de la Jeunesse et des sports, en concertation avec le ministère de la santé et de l’OMS, ordonne à toutes les fédérations sportives et leurs démembrements ainsi qu’à toutes les autres associations œuvrant dans le domaine sportif d’annuler jusqu’à nouvel ordre l’organisation d’activités sportives, de mobilisation et de rassemblement de masse sur tous le territoire malgache».

Des alternatives et beaucoup d’incompréhension

En tout cas, l’expérience a été concluante lors de la coupe des clubs champions de l’océan Indien de basket-ball (CCCOI) où les matchs se sont joués à huis clos après un diagnostic des délégations sportives par des médecins traitants. Une solution valable en indoor et en outdoor.

Cette interdiction manque aussi d’appréciation dans la mesure où certaines compétitions en plein air rassemblent moins de monde qu’un marché à ciel ouvert. Mais ce dernier n’a pas été touché par cette mesure, alors que l’hygiène est plus à risque qu’ailleurs.

Rakoto

 

Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA SEFO FOKONTANY : Nodoran’ny fokonolona ny tranon’ ilay rangahy nahavanon-doza

Tsiahivina fa notetehin’ny rangahy iray noho ny resaka ady tany teo imason’olona ny lohan’ny sefo fokontany tany an-toerana andro vitsy lasa izay. Nandositra avy hatrany ilay nahavanon-doza taorian’izany, mbola tsy hita hatramin’izao. Mandeha ny resaka fa nanolo-tena tamin’ny zandary tao Anivorano avaratra ity farany ary efa naiditra am-ponja amin’izao araka ny vaovao voaray avy any Antsalaka.

Tsy mahatoky izany anefa ireo fokonolona fa nanasa ny ben’ny tanàna mba handeha aty amin’ny fonjan’Antsiranana hanontany ny fahamarinan’izany amin’ity herinandro ity.Araka ny fantatra hatrany dia manana tany midadasika ity rangahy voan’ny fakam-panahy ka nahavita namono olona ity. Araka ny fanampim-baovao hatrany dia efa avy namono olona tamin’ny tanàna fiaviany any Atsimo Andrefana ity rangahy namono sefo fokontany ity, ka izao nifindra toerana ao Antsalaka izao, mbola namerina ny fahazaran-dratsiny na dia efa nanorim-ponenana sady efa nahavory fananana aza. Voalaza fa miompy kisoa, manana omby, manana tany misy katy ary efa nanorina trano lehibe ilay ranamana.Noho ny hatezeram-bahoaka dia nodoran’ny vahoaka ny tranony, notapatapahana ny voly katiny, nalaina avokoa ireo omby sy kisoa. Rava tanteraka araka izany ny fananan’ilay rangahy noho ny hatezeram-bahoaka tamin’ny namonoany ilay sefo fokontany tao Antsalaka.

Araka ny fanazavana voaray tamina raim-pianakaviana monina ao Antsalaka dia tsy nanampo izay nahazo azy ity sefo fokontany ity, satria tamim-pahendrena no niantsoan’ilay rangahy nahavanon-doza ity azy. Tonga tany an-toerana nitsirika tany ny mpandrefy tany avy aty Antsiranana tamin’ny andro nitrangan’ny loza io. Izay voalaza fa tafiditra tao anatin’ny tanin’ilay rangahy ny sombin-tanin’olona mpifanila aminy. Tsy nahafaly azy anefa izany ka nantsoiny ity sefo fokontany izay nolazainy fa ilaina hijery ilay taratasy mahakasika izany.

Vantany vao niondrika naneho ireo antontan-taratasy ilay sefo fokontany dia notetehiny antsibe teo amin’ny lohany. Araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso dia niparitaka ny betron’ity farany ary maty teo no eo. Manoloana io tranga io dia tsy manaiky ny raharaha ho vitavita ho azy ny fokonolona ao Antsalaka. Andrasan’izy ireo araka izany ny dian’ny ben’ny tanànan’Antsalaka aty Antsiranana, hanamarina raha efa naiditra am-ponja tokoa ilay rangahy namono nahafaty ilay sefo fokontany any an-toerana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TENISY « OPEN INTERNATIONAL » : Nahemotra ho amin’ny manar...

Ny Country Club Ilafy no mikarakara ity fifaninanana eo amin’ny taranja tenisy ity hatramin’izay, ary ny andiany fahadimy, izay hotanterahina no tsy maintsy nahemotra.

Araka ny fanazavana noentin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Country Club, Rakotonindriana Josoa dia « mifandraika indrindra amin’ny fanapahan-kevitra noraisin’ny teo anivon’ny governemanta amin’ny tsy tokony hanaovana fifaninanana ara-panatanjahantena no anton’izao nanemorana ny lalao izao. Ny 9 oktobra ka hatramin’ny 15 oktobra ho avy izao no saika hanatanteraka io lalao io teto Madagasikara.

Ny sabotsy sy alahady ho avy no saika hanaovana ny lalao fifantenana kanefa, noho ny antony izay voalaza etsy ambony dia tsy maintsy ahemotra izany. Nambaran’ny mpikarakara hatrany fa rehefa misokatra ny baiko avy amin’ny minisitera amin’ny fahazoana manao fifaninanana dia hivoaka tsy ho ela ihany koa ny daty hanatanterahana ny fihaonana.

Nisy omaly ny fampahafantarana ireo mpanohana rehetra amin’ity fifaninanana ity, ny banky Bmoi sy ny Air France no anisany mpanohana ofisialy, eo ihany koa ny orinasa Orange Madagasikara, Canal +, Allianz sy ny maro hafa. Nambaran’dRakotonindriana Josoa hatrany fa « nisy ny fifampiresahana niarahana tamin’ireo mpanohana na mbola marisika izy ireo na tsia manoloana izao fihemorana izao ».

Teratany vahiny maro miampy ireo teratany malagasy no mandray anjara amin’ity fifaninanana ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FISOROHANA NY ARETINA PESTA : Nomena fiofanana ny mpitatitra sy ny tompon’andraikitra

Nantsoina ihany koa ireo tompon’andraikitra voalohany amin’ny Tobim-piantsonana Koperativa Zotra Nasionaly sy Zotra Rezionaly ary ireo Sekoly fampianarana mamily fiarakodia eto Mahajanga. Nitondra ny fanofanana ny avy ao amin’ny Drs Boeny, ny Oms, ny Unicef ary ny Bmh, notarihin’ny dokotera Diana.Voalaza fa zava-dehibe ny fanajana ny fahadiovana amin’ny toerana rehetra.

Manatona mpitsabo avy hatrany raha misy tranga mampiahiahy ary ampilazana haingana ny tompon’andraiki-panjakana raha vao misy tranga miseho. Ilazàna koa ny mponina tsy hihinana fanafody raha tsy efa marary ary ny dokotera irery ihany no afaka manome izany fanafody izany sy ny fatrany.

Azo atao ny mampiasa arovava (masque) ary tokony ho mailo eo amin’ny fifandraisana aman’olona. Indrindra ho an’ny pesta amin’ny avokavoka izay mety mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora. Ny pesta tangika kosa dia ny kaikitry ny voalavo ihany no mamindra azy ka raha tsy voatsabo tsara dia miparitaka ny mikraoba ary rehefa tonga any amin’ny avokavoka dia manome ny pestan’ny avokavoka.

Na izany aza anefa dia aretina azo tsaboina tsara ny pesta, indrindra raha voaray an-tanana aloha ka tsy tokony hampisavoritaka ny sain’ny daholobe. Ny alarobia hariva teo tany amin’ny Enem no nanaovana io fampahafantarana io. Tafita ny hafatra, vonona ny handray andraikitra manandrify ireo nahazo fiofànana entina misoroka ny mety ho fiparitahan’ny aretina pesta eto Mahajanga.

Nandraisana fepetra ny mpandeha

Ankoatra izay dia tsy maintsy manome ny mombamomba azy amin’ny kaoperativa andehanany ny mpandeha tsirairay. Anarana sy fanampiny, adiresy mazava, daty sy toerana nahaterahana ho an’ny latsaky ny 18 taona, laharana, toerana sy datin’ny karapanondrom-pirenena, laharana findainy sy izay azo antsoina raha misy hamehana. Raisina an-tsoratra izany ary tazomina miaraka amin’ny lisitry ny mpandeha. Anisan’ireo antontan-taratasy takiana amin’ny mpamily miaraka amin’ny taratasin’ny fiarakodia amin’ny fisavàna io lisitra sy mombamomba ny mpandeha io.

Izany dia mikasika ny zotra rehetra misy eto amin’ny tany sy ny firenena ho fiarovana ny ain’ny mpandeha.

Handray anjara amin’ny fandrarahana fanafody ny mpitatitra

Somary sahirana ihany moa ny sampan-draharaham-panjakana eto an-toerana satria hatramin’izao dia mbola tsy misy ny hoenti-manana avy amin’ny fanjakana foibe amin’ny fisorohana ny fihanaky ny pesta.

Fantatra anefa fa tsy maintsy atao matetika ny famonoana parasy ankoatry ny fanadioavana, izay fomba tsara indrindra handroahana ny voalavo. Noho izany dia milaza fa handray ny andraikiny ny mpitatitra ka hividy fanafody famonoana bibikely hanaovana ny famonoana parasy.

Pesta tangika no misy eto Mahajanga

Araka ny tatitra azo dia miisa enina ireo olona voan’ny pesta teto Mahajanga hatramin’ny volana septambra teo. Pesta tangika na “bubonique” avokoa no nahavoa azy ireo. Efa nahazo fitsaboana avokoa izy ireo ary hatreto dia tsy nisy ny aina nafoy. Kaikitry ny parasin’ny voalavo mitondra ny otrikaretina no mampifindra ny aretina pesta tangika.

Averina hatrany fa raha vao misy mampisalasala dia manatona mpitsabo avy hatrany fa tsy manao dokotera tena satria ny fahazoana fitsaboana haingana koa no azo antoka fa ahazoana ny fahasitranana.

Rarahana fanafody koa ny sekoly

Nanao fanambarana ny lehiben’ny sampan-draharahan’ny fampianarana Boeny ny alarobia teo fa tsy mianatra ny mpianatra ny alakamisy sy ny zoma. Nisy ny fivoriana niarahan’ny sampan-draharahan’ny fahasalamana sy ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny ao amin’ny kaominina ary ny tompon’andraikitry ny sekoly eto Mahajanga nametrahana fa tokony hanao famonoana bibikely faobe eny amin’ny sekoly rehetra, manomboka amin’ny ‘crèche’ sy ‘garderie’ ka hatramin’ireo fampianarana ambony isankarazany. Ireo sekolim-panjakana rehetra sy ny sekoly tsy miankina dia voakasik’izany avokoa.

Naato ny fianarana ary ireo sekoly manana mpianatra efa lehibebe dia niara-nisalahy tamin’ny fanadiovana ny tao anatin’ny sekoly sy ny manodidina. Iaraha-miasa amin’ny Bmh kosa ny fandrarahana fanafody, saingy ny sekoly tsirairay no miantoka izany fanafody izany fa tsy misy natokana hoenti-manana amin’izany ny fanjakana. Anisan’ny efa nanao ny azy ny tao amin’ny lisea Philibert Tsiranana sy Charles Renel.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE MAPAR : « Asa fa tsy kabary ny famonjena ny loza mihatra amin’ny vahoaka »

Nisy ny fanondrahana ranom-panafody miady amin’ny pesta teo anivon’ny boriboritany samihafa teto an-drenivohitra.

Manoloana ny loza mihatra amin’ny fiainan’ny vahoaka vokatry ny fiparitahan’ny valanaretina pesta amin’izao fotoana izao dia nidina ifotony, nihetsika nanatanteraka ny fanondrahana fanafody faobe tamin’ireo boriborintany maro teto Antananarivo ireo solombavambahoaka voafidy avy amin’ny vondrona Mapar. Ny alarobia lasa teo no nanombohana izany teny amin’ny boriborintany faharoa sy ny boriborintany fahadimy izay notarihan’ny depiote Lanto Rakotomanga sy ny Depiote Naivo Raholdina.

Notohizana teny amin’ny boriborintany fahatelo tetsy Besarety izany, omaly, niarahana tamin’ny depiote Anya. Tokana ny tanjon’ireto olom-boafidy miara-dia amin’ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina ireto dia ny tsy fijerena fotsiny ny tebiteby sy ny fitaintainana mianjady amin’ny vahoaka amin’izao fotoana mampirongatra ny aretina pesta ihany.

« Tsy variana mifanilika andraikitra fa tonga dia manao izay anjara tandrify avy hatrany », araka ny teny noentin’ny solombavambahoaka Lanto Rakotomanga. Ankilany nanamafy izany ihany koa ny depiote Naivo Raholdina izay nilaza « fa tsy tokony hiandrasana banky foibe na Fmi sy ny mpamatsy vola avy any ivelany ny fandraisana andraikitra amin’izao fihanaky ny pesta izao ». Hatramin’izay nampirongatra an’ity valanaretina ity izay dia tsy hita mazava izay fandraisan’andraikitra ataon’ny fitondram-panjakana sy izay mety ho tompon’andraikitra amin’izany voalohany fa toa ilaozan’izy ireo mifanilika andraikitra fotsiny ihany.

Tsy tahaka an’izany anefa ny an’ny Mapar fa tonga dia hetsika misy fiantraikany mivantana amin’ny fiainam-bahoaka no imasoan’izy ireo. Tamin’ireo boriborintany efa nahavitana ny fanondrahana ranom-panafody dia nahatsiaro ho misy mpiaro ireo vahoaka, izy ireo izay nilaza fa « tsy mbola nisy nanao tahaka ny nataon’ny depiote Mapar teny amin’ny boriboritany misy azy ». Avy hatrany dia « asa » tahaka izany no andrandrain’ny vahoaka malagasy amin’izao fotoana izao fa tsy ny kabary ambony latabatra intsony.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY PESTA : Manentana ireo mpianatra sy mpampianatra ny Dren Analanjirofo

Na dia mbola tsy nahitana trangana pesta na ny iray aza any an-toerana, dia miroso amin’ny hetsika fanentanana ireo tompon’andraikitry ny fampianarana. Araka ny fanazavana nentin’ny talem-paritry ny fanabezam-pirenena Analanjirofo, Fotsy Emicharme Nadège, dia iarahana amin’ny Cisco sy ny sampan-draharaha misahana ny fahasalamam-bahoaka Analanjirofo izy io (Drsp). Misy ny fitetezana sekoly ampahafantarina ny aretina pesta sy manoro ireo fisorohana azo atao sy ny tokony hatao raha sanatria ka tratran’ny aretina.

Ny andron’ny talata, dia ireo sekoly tao an-tampon-tanànan’i Fenoarivo-Atsinanana no nanaovana ny fanentanana.

Ny andron’ny alarobia 4 oktobra, dia tao Mahambo. Natao alohaloha ny teto Mahambo noho ity tanàna ity vavahady idirana an’Analanjirofo, hoy ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena Analanjirofo, Fotsy Emicharme Nadège.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA - KAMIAO TRA-DOZA : Olona telo maty tsy tra-drano, am-polony naratra mafy

Tao  Ambohitava Kaominina  Manakambahiny Avaratra Distrikan’ Ambatondrazaka  indray afak’omaly atoandro no nisehoana lozam-pifamoivoizana ka olona miisa telo hatreto no fantatra fa maty tsy tra-drano. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia fianakaviana avy nandeha nandevina tany Ambohidelahy handeha hody  any Bejofo io kamiao io no nivadika  ary nandriaka dia nandriaka ny rà. 

Niala lavaka tao anaty tetezana ilay mpamily  no nivadika ambony ambany raha ny fanazavan’ireo velon’aina soa aman-tsara. Olona teo amin’ny telopolo teo no nentin’ilay fiara ary maro ihany koa ireo naratra mafy ka tonga dia nalefa tao amin’ny Hopitalibe an’Ambatondrazaka avokoa ireo taorian’ny loza. Ny borigady ao Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao no misahana ny famotorana ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

NOENDAHIN’NY MPAMILY BAJAJ : Lasa ny vola 600 000ariary sy ny firavaka rehetra

Araka ny vaovao voaray dia efa mpamily voatokana ho an’ity renim-pianakaviana lasibatra ity izy io. Maka ary manatitra ny zanany avy mianatra no nahavanon-doza izao, izay nivadi-pitikisana. Mpivarotra ireny firavaka volamena sy volafotsy ireny no asan’ity vehivavy ity. Toy ny mahazatra dia avy naka azy mianaka ireo hamonjy fodiana ity mpamily kodiarana telo ity ny harivan’io alatsinainy io.

Matetika rehefa amin’ny hariva dia tena mitohana ny fifamoivoizana amin’iny lalana Justin Bezara iny noho ny hamaroan’ny fiara mivezivezy, ka voatery nivily tany amin’ny Point Six iny ilay mpamily bajaj.Tonga teo amin’ny sampanana manakaiky ny tsena iny, dia tampoka teo nisy tovolahy roa no nijanona tahaka ireny mpandeha ireny. Nilaza ny tsy mitondra mpandeha hafa ilay mpamily fa ireto farany dia niditra an-keriny sady nipetraka teo ambony fen’ilay ramatoa. Niezaka nidina ity farany fa tsy afaka nanohitra noho ny hery tsy mitovy. 

Noteren’ireto marofelana ireto ilay mpamily ny hanaraka lalana mahazo mitabe iny. Mody novelezin-dry zalahy vato ny lohan’ilay mpamily, ary nofehezin’izy ireo izy mianaka. Lasa tamin’izany ireo volamena sy volafotsy sy ny vola mitentina 10 tapitrisa Ariary araka ny fanambarana nataon’ilay ramatoa. Milanja 490 grama ny volafotsy ary 250 grama ny volamena. Avy hatrany dia nosamborin’ny polisy ilay mpamily nanaovana fanadihadiana.

 Tamin’ny voalohany dia nanohitra ity farany fa tsy mahafantatra ireo roalahy nahavanon-doza ireo. Fa tamin’ny farany dia niaiky ihany ilay zalahy ary nanoro ny toerana ahitana ireo namany roa ireo ny talata 3 oktobra teo. Tao amin’ny fokontany Ambalavola sy Ambohimitsinjo no nahatrarana azy ireo ary mbola tratra teny ireo volamena sy volafotsy ary ny vola 600 000Ariary. Nandritra ny fisavana nataon’ny polisy ireto jiolahy ireto dia nahitana saron-tava, antsibe sy fitaovana izay heverina fa fitondra manafika. Araka ny fantatra hatrany dia efa mpamerina heloka ihany koa ny iray hafa tamin’ireo mpanao ratsy ireo. Raha tsy nisy ny fiovana dia omaly folakandro ireo jiolahy roa ireo miaraka amin’ilay mpamily bajaj izay mpiray tsikombakomba tamin’izy ireo no natolotra ny Fampanoavana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO POLITIKA MADIO : “Mila diovina tanteraka ny firenena raha te handroso”

 “Ny fahalalako izany aretina pesta izany dia azo avy amin’ny loto sy ny fahavoretrana, ary mbola aretin’ny fahantrana”, hoy izy. Nambarany ihany koa fa firenena vitsy manerana an’izao tontolo izao sisa no itrangan’ny aretina pesta ary anisan’izany i Madagasikara. 

Raha ny fanehoan-kevitra noentin’ity filoha mpanorina ny antoko politika Madio ity araka izany no fehezina dia tsy azo antoka mihitsy ny hisian’ny fampandrosoana eto Madagasikara raha toa ka mbola miaina ao anatin’ny loto tahaka izao isika satria mbola hijanona ho nofinofy fotsiny ihany ny fampandrosoa misy eto amintsika raha toa ka ny fako sy ny aretina vokatr’izany aza tsy voafehy. Nambarany  kosa fa amin’ny maha antoko politika Madio azy ireo dia midika izany fa “madio”, ka noho izany dia mila madio ny firenena vao afaka handroso, hoy hatrany  Rakotoarisoa Faniry Alban.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

POLITIKA : Novelabelarina tamin’ny antoko politika ny lalàna mi...

Tamin’io fotoana io ihany koa izy ireo no efa nandray ny asany izay ivondronan’ireo antoko politika, fiarahamonim-pirenena, ny mpanao gazety.

Omaly dia nisy ny fivoriana nataon’ireo mpikambana ao anatin’ity Kaomity ity noentina namelabelarana sy nitondrana fanazavana bebe kokoa mahakasika ireo voaraikitra tao anatin’ity lalàm-pifidianana hasiana fanatsarana ity. Teny amin’ny foiben-toeran’ny Ceni eny Alarobia no nanatanterahana izany omaly. Araka ny fantatra dia efa tamin’ny volana jona lasa teo no vita ny famolavolana ireo lalàna mifehy ny fifidianana eto Madagasikara ary efa natolotra ny praiminisitra ka ny filan-kevitry ny governemanta irery ihany avy eo no tompon-kevitra farany amin’ny fampandaniana izany na tsia.  

Araka ny fanazavana avy amin’i Ramatoa Razafimandrato Hanta, mpikambana ao anatin’ny kaomity fa “tanjona ny hampifandray ny lalàm-pifidianana eto Madagasikara amin’ny lalàna iraisam-pirenena”.   Nambarany ihany koa fa ny antoko politika sy ny mpanao politika dia tokony hahalala tsara izay voarakitra ao anatin’ilay lalàna mifehy ny fifidianana. Tanjona ihany koa mba ho mora vakiana sy ho azon’ny rehetra izany. Mahakasika ny datim-pifidianana kosa dia nanambara ity kaomity ity fa tokony ho ny Ceni no hamantatra sy hamaritra ny datim-pifidianana.

Mahakasika ireo olona tokony hilatsaka hofidiana indray dia nanambara ity kaomity ity fa “ny olona rehetra dia afaka milatsaka hofidiana avokoa rehefa voasoratra ao anatin’ny lisi-pifidianana ary ihany koa tsy manana sazy”. Mpikambana avy amin’ny antoko politika maro no tonga nanatrika ity tomban’ezaka ity omaly. Isan’izany i Augustin Andriamananoro izay filoha lefitry ny  vondrona Mapar. Nohamafisiny fa ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana  dia ny Ceni mihitsy no tokony hanondro ny datim-pifidianana. Ankoatr’izay, voalazany ihany koa fa “misy fitsimbinana an’ireo rehetra izay te hilatsaka hofidiana ho filoham-pirenena voarakitra tao anatin’ilay lalàm-pifidianana izay ahafahan’ny rehetra mirotsaka an-kalalahana”.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Fahaiza-mitantana Miaiky an’i Penjy Randrianarisoa ny praiminisitra

Modely amin’ny fampandrosoana ny kaominina Ivato. Misongadina ny fahavitan’ireo fotodrafitrasa vaovao maro ao amin’ity kaominina, vavahadin’i Madagasikara, ity toy ny lalana, tranompokonolona, tobim-pahasalamana, sekoly, tao anatin’ny roa taona nandrasain’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa an-tanana ny fitantanana ny Kaominina...

 Modely amin’ny fampandrosoana ny kaominina Ivato. Misongadina ny fahavitan’ireo fotodrafitrasa vaovao maro ao amin’ity kaominina, vavahadin’i Madagasikara, ity toy ny lalana, tranompokonolona, tobim-pahasalamana, sekoly, tao anatin’ny roa taona nandrasain’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa an-tanana ny fitantanana ny Kaominina... Ho avy koa ny tsena. Manginy fotsiny ny fanohanana ara-tsosialy ireo mpianatra, tanora, mpanao fanatanjahantena, ny mpanakanto. Volan’ny vahoaka, avy amin’ny alalan’ny hetra aloany no nanatanterahana ny asa. Mavitrika amin’ny fandoavan-ketra ny vahoaka eny an-toerana noho ny fahatsapan’izy ireo ny tamberinandraikitra mivaingana ataon’ny mpitarika dia ny Ben’ny tanànan’izy ireo. Miaiky io fahaiza-mitantan’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa io ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier. Nambarany io nandritra ny Atrika momba ny famatsiam-bola eny ifotony, tanterahina hatry ny omaly etsy amin’ny Carlton Anosy.

Jean D.

La Vérité0 partages

Téléréalité - La grande Finale du Kopi Kole n’aura pas lieu ce dimanche

Apparemment, cette sacrée peste a vraiment gâché beaucoup de choses, surtout les événements et spectacles. Jusqu’à maintenant, les rassemblements populaires sont toujours interdits jusqu’à nouvel ordre, même si d’autres concerts en salle se sont encore tenus dans la soirée d’hier. Après l’annulation définitive du festival Madajazzcar 2017, c’est maintenant au tour de Tv Plus Madagascar, organisateur de l’émission, à la fois téléréalité Kopi Kole, d’annoncer que la grande finale du concours de chant ne se tiendra finalement pas ce dimanche comme prévu. Une décision prise pour ne pas risquer la santé des milliers de spectateurs qui devaient investir la place du Coliseum.

Selon l’explication de Florent Pagny Andrianambinintsoa, la grande finale de la 5ème édition du challenge Kopi Kole et découverte Madagascar n’est pas annulée mais reportée à une autre date. « Nous savons tous qu’actuellement, toutes manifestations publiques sont interdites dont notre concours de chant. Suite à la décision du ministère de la Santé d’annuler les événements notamment les soirées, concours ou autres, nous avons aussi décidé de reporter la grande finale même si tout est fin prêt pour accueillir les candidats, les artistes ainsi que le public. Mais positivons, ce petit break permettra à l’équipe de la Tv Plus Madagascar de se bien préparer afin de donner encore le maximum pour les inconditionnels. Cela profite aussi aux candidats de multiplier leurs répétitions pour donner un show inédit durant ce bouquet final », explique Pagny sur une vidéo publiée sur la page du concours.ReportéeActuellement, les 20 candidats dans les catégories Kopi Kole et découverte sont rentrés chez eux, dans leurs régions respectives pour rencontrer la famille mais aussi les fans qui les supportent depuis le début. Ce petit voyage pourra leur permettre de renforcer les liens entre eux et les admirateurs non seulement les encourager à venir au show mais aussi pour un réconfort moral. Ainsi, dans la soirée d’hier, un communiqué a été publié par la page facebook de la téléréalité. La nouvelle date prévue pour la finale est le 22 octobre prochain, toujours au Coliseum de Madagascar. Les programmations seront maintenues tout comme les artistes qui animeront le show. Comme chaque année, des grosses pointures de la musique du moment seront invités pour donner plus de chaleur et de couleur à la manifestation. Pour l’occasion, Meizah, Mr Sayda, Jyunii, Arione Joy, Mijah, Agrad Skaiz, Erica, Basta Lion, Tsota, Martiora Freedom, Elam, Jiol’ambup’s, Shayron, Princia, Alson, Marion, Samoela, Kapitsana, Mickael de Matsiatra et bien d’autres groupes seront sous le feu des projecteurs. Les gagnants des précédentes éditions de Kopi Kole seront aussi de la partie comme Njara Marcel, Esperance, Yazz. Mais seuls,  un(e) candidat(e) du Kopi Kole et celui  du découverte sortiront vainqueurs de la finale.Tahiana Andrianiaina 

La Vérité0 partages

Golf- Championnat de Madagascar - De belles empoignades en vue !

Acte II. La 2e édition du championnat de Madagascar sent à mille lieux la poudre. Se déroulera pour la seconde année consécutive à l'Azura golf club de Foulpointe du 27 au 29 octobre, la compétition s'avère explosive. Un air de revanche plane en effet sur cette 2e édition dans la mesure où les cibles à abattre sont bel et bien identifiés à savoir, les tenants du titre national. Il s'agit de Luc Ratsimbazafy, chez les hommes, sa femme Hanitra côté Dames, Emmanuel Roalahy chez les pros et Ansermet Noé pour les juniors. A l'exception de ce dernier, parti à l'étranger, les champions en titre répondront présent à Foulpointe pour ce 2e championnat de Madagascar.

Et des combats qui avaient animé les trois jours de compétition de l'année dernière, il est plus que certain qu'ils ne passeront pas des journées tranquilles à ces retrouvailles à Foulpointe. En effet, les Benjamin Memmi, Djawad Hiridjee et bien d'autres n'admettront plus que la chance d'inscrire leur nom sur le palmarès national leur file pour la seconde fois. Même état d'esprit également pour les sœurs Raveloarison, Riana et Ny Voara, et Ony Marchand qui, lors de la précédente édition, ont livré une lutte sans merci avec  Hanitra Ratsimbazafy avant de s'avouer vaincu. Chez les professionnels, Laza Soa et Jean Bà Ramarozatovo ne se contenteront plus de la 2e et 3e marche du podium final de l'année dernière mais viseront  cette fois-ci la plus haute marche. Les jeux sont ouverts, un champion en titre averti en vaut…quatre. « Si on s'aligne sur la grille de départ, c'est pour gagner. Je sais que c'est toujours difficile de conserver le titre mais je vais faire le maximum pour le réaliser », a lancé hier Manitra Ratsimbazafy à l'issue de la présentation officielle du 2e championnat de Madagascar à l'hôtel Ibis Ankorondrano. Même son de cloche également venant de son époux qui préfère jouer la prudence face à des adversaires revanchards. « C'est certain que je vais me battre mais les autres compétiteurs le seront également. Je ne peux rien avancer ni pronostiquer quoi que ce soit autre que la bataille sera rude », analyse Luc Ratsimbazafy. Une prudence justifiée, non seulement pour les champions en titre mais par les principaux acteurs, du fait que le parcours de l'Azura golf club de Foulpointe a connu entre le premier et le second championnat de Madagascar des améliorations. Ce qui veut tout simplement dire que les repères d'antan ne sont plus de mise. Les acteurs issus des cinq clubs de la Grande île à savoir Andakana, Malaza, Antsirabe, Nosy be et Foulpointe sont presque sur le même pied d'égalité.Côté jardin, la fédération de golf de Madagascar est soutenue par une pléiade de sponsors et partenaires pour la réalisation du 2e championnat national. Citons, Air Mauritius, Caltex, Dhl, Huawei, Pirelli comme sponsors officiels, Canal Plus, Comacat, Ct Motors, Socolait, Galana, Sdmo et Sharp sur la liste des partenaires premium.Une voiture neuve offerte par Ct Motors et un autre gros lot de Comacat Moto primeront le trou en 1 réalisé durant les trois jours de compétition.Tout un beau monde qui vivra et suivra le sommet national dans le cadre idyllique de Azura golf Resort Spa de Foulpointe….Rata

La Vérité0 partages

Ex- Collège La Lumière international - Les parents et enseignants dans l’expectative

« Cette affaire est actuellement dépassée, côté législation. Cela semble se transformer en un véritable problème politique dans la mesure où les responsables ministériels imposent de nouvelles conditions à chaque rencontre. Dernièrement, ils ont exigé que l’établissement change de bâtiment pour enfin obtenir son autorisation d’ouverture », rapporte Eric Rafidison, avocat de l’ex- Collège La Lumière international sis à Talatamaty. Depuis le changement de la direction de l’établissement, racheté par une société française, celui-ci est désormais baptisé « International academy Madagascar » (Iam).

Avec les nombreuses demandes d’autorisation d’ouverture refusées, une délégation des parents a pu rencontrer les responsables de l’Office national de l’Enseignement privé (Onep) pour en discuter, mardi dernier. « Les responsables nous ont clairement fait savoir que si l’établissement change de bâtiment, l’autorisation d’ouverture sera accordée. Les propriétaires ont cédé à cette condition en acceptant de quitter les lieux. Ils ont déjà identifié un nouveau local du côté d’Ivato, soit une nouvelle Commune », fait part Richard Randriantsoa, représentant des parents, dans l’expectative. Comme eux, les enseignants et personnels administratifs de l’établissement attendent impatiemment l’autorisation. Ils ont eu une lueur d’espoir hier, lors d’une réunion à Faralaza Talatamaty. La rentrée scolaire de l’établissement aurait dû, rappelons-le, se tenir dans la semaine du 18 septembre dernier. Mais faute d’autorisation d’ouverture, la rentrée a maintes fois été ajournée. Une prochaine rencontre entre les parents, les enseignants et le personnel de l’Iam se tiendra mercredi prochain pour discuter de l’évolution de sa situation. Affaire à suivre !Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Secteur de l’automobile - L’évolution du marché freinée par les impôts

Plus de 50% du prix des automobiles. Les impôts pèsent de plus en plus sur les épaules des concessionnaires d’automobile à Madagascar. En effet, même si les droits d’accises, c’est-à-dire l’impôt indirect sur la vente de certains produits, ont été réduits à 5% depuis plus de deux ans, les dépenses issues de l’importation des voitures neuves n’en sont pas moins réduites étant donné qu’il y a encore les droits de douane ainsi que la Tva qui sont tous autant élevés.

C’est pour cette raison donc que le prix des voitures neuves à Madagascar est si cher. Et comme les clients ne peuvent pas toujours payer ces prix, ils préfèrent alors se rabattre sur les voitures d’occasion. Pourtant, le secteur de l’automobile fait rentrer une quantité suffisante dans les recettes de l’Etat. Si les concessionnaires d’automobile font donc face à des pertes, l’Etat également.Une baisse de 15% des ventesD’après le Directeur commercial de Continental Auto, « les concessionnaires espèrent beaucoup de cette 11ème Edition du Salon de l’auto parce qu’une baisse de 15% des ventes a été constatée durant le premier semestre de cette année ». Cette baisse des ventes résulte bien évidemment de la propagation des voitures d’occasion sur le marché de l’automobile à Madagascar. Ces voitures d’occasion reviennement moins chères donc les clients les préfèrent, elles, au lieu d’investir dans des voitures neuves qui sont deux à cinq fois plus coûteux. Sans oublier que le prix des automobiles a connu une hausse de 5 à 7% cette année. D’un autre côté, Les concessionnaires font également face à une concurrence déloyale avec les revendeurs d’automobile travaillant dans le secteur informel qui gagnent de meilleurs revenus et monopolisent le marché avec des prix plus bas. Par conséquent, face à tout cela, les concessionnaires sont nettement désavantagés et veulent poser des barrières pour permettre aux consommatteurs d’accéder à de bons produits, plus précisément des voitures neuves, mais à des prix convenables. Sauf que ces barrières ne pourront être posées qu’avec l’accord du système administratif existant dans le pays.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Quid de responsabilité !

Personne n'est responsable ! La peste pulmonaire urbaine attaque de plein fouet la Capitale de Madagascar et ses environs immédiats tandis que celle bubonique sévit dans certaines localités de l'Ile (Toamasina, Mahajanga, Ambatondrazaka,…). Le bilan des décès ne cesse de grimper, de même, le nombre des cas atteints ou suspects. A l'heure où l'on est, il semble difficile de se hasarder à donner des chiffres exacts, du fait que la situation évolue très rapidement. En tout cas, écoles et universités restent fermées, et ce, jusqu'à la semaine prochaine.

Et au rythme où va la propagation, tous les bureaux administratifs (ministères ou communes, etc) et les marchés des villes ou régions touchées seraient, eux aussi, interdits au public. Pourquoi pas, la mise en circulation des transports en commun ! Dans nos éditions précédentes, nous avions déjà soulevé le cas d'une « panique extrême ». Nous y sommes ! Devant la gravité des cas répertoriés un peu partout, nos dirigeants se rendent la balle. Ils jettent la responsabilité. Tout compte fait, personne n'est responsable de personne ! Le fléau arrive et se propage par un coup de miracle. Plutôt, le peuple en dernier maillon de la chaîne est le responsable de l'épidémie de peste. Le pauvre peuple est responsable de sa misère, de l'insécurité, de la corruption, etc. Le pays verra-t-il un jour de vrais dirigeants réellement responsables de ces actes et qui savent, en toute humilité, reconnaitre leurs erreurs devant son peuple qui n'est autre que leur « payeur ».Pour le cas de Tanà-ville, le Gouvernement, par le biais de la Primature, n'a rien à voir avec cette malédiction et accuse la Commune Urbaine de n'avoir pas pris des mesures appropriées. Réponse du berger à la bergère, la CUA, pour sa part, renvoie la charge au Ministère de l'Intérieur qui, selon le Conseiller spécial de Mme le Maire et mari de son état, a manqué à sa responsabilité, à savoir, débloquer vers la CUA ses dus : les subventions. Comme de petits élèves, à la cour de récréation, ils s'amusent à la « passe à dix ». Au final, c'est un tour de passe-passe entre l'Exécutif et la collectivité décentralisée. Les contribuables assistent à une vaine scène de prise de bec.En somme, qui sont les responsables ? Comment peut-on expliquer que Madagascar, en plein commencement du Troisième Millénaire, se fasse encore attraper par ce terrible fléau moyenâgeux ? C'est une maladie supposée être éradiquée depuis des siècles. Seuls dans trois pays, tous africains, Tanzanie, République Démocratique du Congo et Madagascar, où l'on retrouve encore des foyers résistants. Et encore, pour les deux premiers, les cas se font rares.Où sont-ils passés  les traitements périodiques de DTT que le Service de la Voirie d'antan organisait, sans faute, à Antananarivo dès l'entame de la période de chaleur et des pluies ? L'Agent Voyer de la Ville veillait au grain à la propreté de la Cité des Mille. Des Inspecteurs de la Voirie contrôlaient quartiers par quartiers. Les colons pouvaient se targuer qu'à leur époque les rats avaient du mal à perpétrer  leurs sales besognes. Jusqu'à une période encore récente, durant la Transition, l'épidémie a pu être contrôlée. Le régime, en place, commet le péché de l'irresponsabilité. Et le pays en pâtit. Ndrianaivo

Madagascar Tribune0 partages

Les candidats se fustigent par médias interposés

A deux jours du lancement de la campagne électorale du premier tour de la présidentielle de Madagascar, les coups bas médiatiques entre les candidats sont légions. Par des médias interposés, les candidats potentiels se fustigent et se lancent des accusations graves à la limite de la diffamation. Le moindre mouvement suffit pour déclencher toute une tempête de diatribe, plaçant ainsi cette campagne sous le signe d’une haute tension politique à risque.

L’annonce du renouvellement de la carte grise et du permis de conduire biométrique à cause d’un faux code d’identification respectant les normes internationales, QR Code, par le ministère de l’Intérieur n’a pas manqué d’attirer la foudre des médias proche du président de la Transition sur le candidat Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre et ministre de l’Intérieur du président/candidat Hery Rajaonarimampianina depuis 2015.

Le directeur de campagne de cet ancien chef du gouvernement a dû apporter des éclaircissements en conférence de presse vendredi. Avec des documents à l’appui, Eric Rajohanson a expliqué que l’ancien ministre de l’Intérieur n’aurait fait qu’appliquer les propositions et accords signés entre l’ancien ministre de l’Intérieur sous le régime d’Andry Rajoelina, Florent Rakotoarisoa dont le nom figurait dans la liste des premiers ministrables proposés au président de la République par le Mapar.

Un autre candidat, Eric Rajaonary, responsable de la société CETIS avec laquelle l’ancien ministre de l’Intérieur de la Transition a contracté, est également mis en cause. Cette société est pointée de doigt de part et d’autre comme étant à l’origine des permis de conduire biométrique qui ne respectent pas les normes.

Le camp du candidat Rajoelina charge également dans une autre affaire le candidat Hery Rajaonarimampianina. Cette fois-ci, c’est le bras droit de l’ancien président de la Transition et non moins ministre de la Pêche du gouvernement de Christian Ntsay qui s’en prend au président sortant dans le cadre d’une signature d’un accord entre l’Etat malgache, par le biais de l’AMDP, et une société chinoise sur l’introduction de plus de 300 navires chinois à Madagascar.

« Je ne faisais pas partie de la délégation malgache dirigée par le président de la République qui se déplaçait en Chine lors de la signature de cet accord », lance-t-il. L’accord a pourtant été signé au début du mois de septembre, à la veille de la démission du président sortant, candidat à sa propre succession à la présidentielle de la République malgache. Pour ce membre du gouvernement, c’est le HVM de Rajaonarimampianina qui est responsable de cet accord qui suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre intervient auprès de l’ACM en faveur de Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana

Les deux autres candidats favoris à l’élection présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, seraient actuellement sous la coupe de l’Aviation civile de Madagascar (ACM). Moins de 48 heures avant le lancement de la campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle, ils n’auraient pas encore eu l’autorisation d’utiliser des hélicoptères en provenance de l’Afrique du Sud pour leur campagne.

Un coup bas que les partisans de ces deux candidats attribuent au président sortant et candidat, Hery Rajaonarimampianina qui aurait déjà eu l’autorisation d’utiliser des hélicoptères.

Le Premier ministre, Christian Ntsay, autour duquel gravite des proches d’Andry Rajoelina parmi le staff a alors été interpellé par rapport à cette situation. Dans une lettre adressée au directeur de l’ACM, il indique que « La Primature a été saisie par des candidats à l’élection présidentielle qui rencontrent des difficultés pour obtenir les autorisations nécessaires pour exploiter des hélicoptères sur le territoire national lors de la campagne électorale qui débutera dans quelques jours ».

Le chef du gouvernement précise qu’à en croire aux doléances reçues « ces appareils respectent les normes internationales exigées dans le domaine de l’aviation et disposent des autorisations indispensables pour leurs exploitations dans leur pays de provenance ».

« Madagascar étant partie prenante de la convention de Chicago, notre législation nationale respecte le principe d’uniformité des règlements, des normes, des procédures et d’organisations préconisées par l’OACI. Il en résulte qu’à partir du moment où ces hélicoptères disposent des autorisations d’exploitation dans leurs pays d’origine conformément aux standards de l’OACI, l’Aviation civile de Madagascar, surtout dans le contexte particulier des élections, devrait faciliter leurs exploitations par les candidats sur le territoire national », indique Christian Ntsay.

« Cette situation risque de porter atteinte au droit des candidats à utiliser les moyens licites à leur disposition pour circuler sur le territoire national lors de la campagne électorale », s’inquiète la Primature. Pour cela, le chef du gouvernement n’a pas tardé à faire appel à ses prérogatives en tant que « Chef de l’administration » pour appeler le directeur général de l’ACM à mettre en exécution les orientations, les décisions et recommandations de l’Etat.

L’ordre est alors donné à l’ACM de « de délivrer, les autorisations d’exploitation des hélicoptères des candidats à l’élection présidentielle ».

Madagascar Tribune0 partages

Conjoncture : une atmosphère fébrile

L’atmosphère est de plus en plus fébrile à quelques heures du début de la campagne électorale officielle. La CENI et ses partenaires techniques et financiers, les réseaux de société civile et le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) déploient leur savoir-faire et des instruments pour la transparence, la crédibilité et l’intégrité des préparatifs ; l’objectif est un déroulement apaisé du scrutin du 7 novembre.

Les candidats pour leur part sont partagés. Quelques-uns ont déjà pris de l’avance à coup de grand rassemblement, de faire montre de leur capacité de mobilisation et de toutes les largesses sans que les observateurs et la CENI n’y trouvent aucun problème du moment que ces candidats n’appellent pas à voter pour eux. D’autres par contre se font plus discrets sans pourtant méconnaitre les avantages de la précampagne pour animer et encourager leurs militants et en particulier leurs délégués pour les bureaux de vote. Il y en a d’autres cependant qui sont introuvable nulle part ou du moins sont médiatiquement sporadiques. Mais tous les candidats et les organisateurs des élections sont convaincus que l’opinion publique est maintenant branchée sur les élections. D’autant que la radio nationale et la télévision nationale s’investissent à fond dans la démarche électorale.

Des observateurs pourtant sont toujours dans le doute pour deux grandes raisons.

D’une part l’initiative du CFM et du Comité paritaire pour une Charte de bonne conduite n’a pas fait l’unanimité des candidats. Ils ne sont pas rares ceux qui ont déclaré leur adhésion mais font des observations et soumettent leur signature à condition car ils sont leur logiciel aussi performant que celui de la CENI semble-t-il. Autrement dit, la fidélité à leur parole et à leur signature dépendent des résultats du scrutin.

D’autre part, que dire de cette Commission de suivi et de contrôle des financements de campagne et des fonctions du trésorier de campagne du candidat sinon que des structures artificielles ? D’abord et à notre connaissance à ce jour, la CENI a encore rappelé la nécessité à tous les candidats de désigner leur trésorier. Ce qui signifie qu’il y a encore des candidats qui ne s’y sont pas soumise. Si jamais, un candidat ne se fait pas représenter par un trésorier sera-t-il disqualifié ? Et si jamais à la suite des contrôles effectués sur les financements de campagne, des irrégularités et blanchiment d’argent sont avérés, en sera-t-il de même ?

En tout cas, et à certains égards, ces instruments de prévention donnent l’impression de perturber les systèmes de contrôle existant, dont celui des banques commerciales et des organismes de lutte contre la corruption, contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les banques de la place ne sont-elles pas tenues d’informer le SAMIFIN des opérations douteuses ou irrégulières des comptes de particulier ou de société ?

Madagascar Tribune0 partages

Conjoncture : une atmosphère fébrile

L’atmosphère est de plus en plus fébrile à quelques heures du début de la campagne électorale officielle. La CENI et ses partenaires techniques et financiers, les réseaux de société civile et le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) déploient leur savoir-faire et des instruments pour la transparence, la crédibilité et l’intégrité des préparatifs ; l’objectif est un déroulement apaisé du scrutin du 7 novembre.

Les candidats pour leur part sont partagés. Quelques-uns ont déjà pris de l’avance à coup de grand rassemblement, de faire montre de leur capacité de mobilisation et de toutes les largesses sans que les observateurs et la CENI n’y trouvent aucun problème du moment que ces candidats n’appellent pas à voter pour eux. D’autres par contre se font plus discrets sans pourtant méconnaitre les avantages de la précampagne pour animer et encourager leurs militants et en particulier leurs délégués pour les bureaux de vote. Il y en a d’autres cependant qui sont introuvable nulle part ou du moins sont médiatiquement sporadiques. Mais tous les candidats et les organisateurs des élections sont convaincus que l’opinion publique est maintenant branchée sur les élections. D’autant que la radio nationale et la télévision nationale s’investissent à fond dans la démarche électorale.

Des observateurs pourtant sont toujours dans le doute pour deux grandes raisons.

D’une part l’initiative du CFM et du Comité paritaire pour une Charte de bonne conduite n’a pas fait l’unanimité des candidats. Ils ne sont pas rares ceux qui ont déclaré leur adhésion mais font des observations et soumettent leur signature à condition car ils sont leur logiciel aussi performant que celui de la CENI semble-t-il. Autrement dit, la fidélité à leur parole et à leur signature dépendent des résultats du scrutin.

D’autre part, que dire de cette Commission de suivi et de contrôle des financements de campagne et des fonctions du trésorier de campagne du candidat sinon que des structures artificielles ? D’abord et à notre connaissance à ce jour, la CENI a encore rappelé la nécessité à tous les candidats de désigner leur trésorier. Ce qui signifie qu’il y a encore des candidats qui ne s’y sont pas soumise. Si jamais, un candidat ne se fait pas représenter par un trésorier sera-t-il disqualifié ? Et si jamais à la suite des contrôles effectués sur les financements de campagne, des irrégularités et blanchiment d’argent sont avérés, en sera-t-il de même ?

En tout cas, et à certains égards, ces instruments de prévention donnent l’impression de perturber les systèmes de contrôle existant, dont celui des banques commerciales et des organismes de lutte contre la corruption, contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les banques de la place ne sont-elles pas tenues d’informer le SAMIFIN des opérations douteuses ou irrégulières des comptes de particulier ou de société ?

Madagascar Tribune0 partages

Les candidats se fustigent par médias interposés

A deux jours du lancement de la campagne électorale du premier tour de la présidentielle de Madagascar, les coups bas médiatiques entre les candidats sont légions. Par des médias interposés, les candidats potentiels se fustigent et se lancent des accusations graves à la limite de la diffamation. Le moindre mouvement suffit pour déclencher toute une tempête de diatribe, plaçant ainsi cette campagne sous le signe d’une haute tension politique à risque.

L’annonce du renouvellement de la carte grise et du permis de conduire biométrique à cause d’un faux code d’identification respectant les normes internationales, QR Code, par le ministère de l’Intérieur n’a pas manqué d’attirer la foudre des médias proche du président de la Transition sur le candidat Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre et ministre de l’Intérieur du président/candidat Hery Rajaonarimampianina depuis 2015.

Le directeur de campagne de cet ancien chef du gouvernement a dû apporter des éclaircissements en conférence de presse vendredi. Avec des documents à l’appui, Eric Rajohanson a expliqué que l’ancien ministre de l’Intérieur n’aurait fait qu’appliquer les propositions et accords signés entre l’ancien ministre de l’Intérieur sous le régime d’Andry Rajoelina, Florent Rakotoarisoa dont le nom figurait dans la liste des premiers ministrables proposés au président de la République par le Mapar.

Un autre candidat, Eric Rajaonary, responsable de la société CETIS avec laquelle l’ancien ministre de l’Intérieur de la Transition a contracté, est également mis en cause. Cette société est pointée de doigt de part et d’autre comme étant à l’origine des permis de conduire biométrique qui ne respectent pas les normes.

Le camp du candidat Rajoelina charge également dans une autre affaire le candidat Hery Rajaonarimampianina. Cette fois-ci, c’est le bras droit de l’ancien président de la Transition et non moins ministre de la Pêche du gouvernement de Christian Ntsay qui s’en prend au président sortant dans le cadre d’une signature d’un accord entre l’Etat malgache, par le biais de l’AMDP, et une société chinoise sur l’introduction de plus de 300 navires chinois à Madagascar.

« Je ne faisais pas partie de la délégation malgache dirigée par le président de la République qui se déplaçait en Chine lors de la signature de cet accord », lance-t-il. L’accord a pourtant été signé au début du mois de septembre, à la veille de la démission du président sortant, candidat à sa propre succession à la présidentielle de la République malgache. Pour ce membre du gouvernement, c’est le HVM de Rajaonarimampianina qui est responsable de cet accord qui suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre intervient auprès de l’ACM en faveur de Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana

Les deux autres candidats favoris à l’élection présidentielle, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, seraient actuellement sous la coupe de l’Aviation civile de Madagascar (ACM). Moins de 48 heures avant le lancement de la campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle, ils n’auraient pas encore eu l’autorisation d’utiliser des hélicoptères en provenance de l’Afrique du Sud pour leur campagne.

Un coup bas que les partisans de ces deux candidats attribuent au président sortant et candidat, Hery Rajaonarimampianina qui aurait déjà eu l’autorisation d’utiliser des hélicoptères.

Le Premier ministre, Christian Ntsay, autour duquel gravite des proches d’Andry Rajoelina parmi le staff a alors été interpellé par rapport à cette situation. Dans une lettre adressée au directeur de l’ACM, il indique que « La Primature a été saisie par des candidats à l’élection présidentielle qui rencontrent des difficultés pour obtenir les autorisations nécessaires pour exploiter des hélicoptères sur le territoire national lors de la campagne électorale qui débutera dans quelques jours ».

Le chef du gouvernement précise qu’à en croire aux doléances reçues « ces appareils respectent les normes internationales exigées dans le domaine de l’aviation et disposent des autorisations indispensables pour leurs exploitations dans leur pays de provenance ».

« Madagascar étant partie prenante de la convention de Chicago, notre législation nationale respecte le principe d’uniformité des règlements, des normes, des procédures et d’organisations préconisées par l’OACI. Il en résulte qu’à partir du moment où ces hélicoptères disposent des autorisations d’exploitation dans leurs pays d’origine conformément aux standards de l’OACI, l’Aviation civile de Madagascar, surtout dans le contexte particulier des élections, devrait faciliter leurs exploitations par les candidats sur le territoire national », indique Christian Ntsay.

« Cette situation risque de porter atteinte au droit des candidats à utiliser les moyens licites à leur disposition pour circuler sur le territoire national lors de la campagne électorale », s’inquiète la Primature. Pour cela, le chef du gouvernement n’a pas tardé à faire appel à ses prérogatives en tant que « Chef de l’administration » pour appeler le directeur général de l’ACM à mettre en exécution les orientations, les décisions et recommandations de l’Etat.

L’ordre est alors donné à l’ACM de « de délivrer, les autorisations d’exploitation des hélicoptères des candidats à l’élection présidentielle ».

L'express de Madagascar0 partages

Ankadimbahoaka – Une centaine d’habitations calcinées

Une restauratrice a laissé allumés trois réchauds à charbon pendant qu’elle était aux toilettes. Un embrasement ayant dévasté les environs s’en est suivi. 

L’incendie a fait rage à Anka­dimbahoaka. Hier aux petites heures, les flammes se sont emparées de quatre-vingt-dix-sept commerces et habitations, faisant près de trois cents cinquante sans abri.« L’embrasement s’est produit aux alentours  de 3heure du matin lorsqu’une restauratrice a commis l’irréparable en laissant allumés et sans surveillance trois réchauds à charbon. La femme a activé le feu avant de se rendre aux toilettes. A son retour,  une toile qui pendait sur une table s’était déjà enflammée. Le feu s’est répandu à une vitesse folle, ravageant en quelques minutes la construction en bois, où l’incendie s’est déclaré », raconte  Tolotra Jean de Dieu Randrianantenaina, chef secteur à Andranomaria Ankadimbahoaka-Ouest.Nourries par une rafale de vent qui s’est levé  depuis les rizières et les marécages des environs, les flammes se sont déchaînées en un éclair sur des habitations voisines, dont la plupart est en bois et en feuilles de tôle. Avant que les secours ne débarquent,  presque tout un secteur s’est transformé en fournaise, laissant pantois les riverains impuissants, pas du tout préparés à affronter une pareille situation.

Voie obstruée« Il s’en était fallu de peu. J’ai failli mourir  brûlé vif chez moi, ça s’est joué  à un cheveu. J’étais profondément endormi lorsque mon oncle s’est jeté sur la porte pour me réveiller. À ce moment, il n’y avait quasiment plus rien à faire contre les flammes », relate Rivo Louis Rakotoarimanana. Ce sinistré n’a rien pu sauver de l’embrasement.« Les habits que je porte sur moi sont les seuls épargnés. Outre des effets personnels, une  moto routière, un  groupe électrogène ainsi que tous mes appareils électroménagers sont calcinés », se désole-t-il.Enfouies derrière la gare routière d’Ankadimbahoaka, les habitations ayant été la proie des flammes sont difficile d’accès.Alerté, le centre opérationnel de la caserne des sapeurs-pompiers à Tsara­lalàna a envoyé à la rescousse la section de permanence avec quelques fourgons pompes-tonnes.La panique avait déjà saisi les environs à l’arrivée du secours. Désemparés, des transporteurs en train de déplacer leurs véhicules pour les mettre à l’abri, ont ralenti les soldats du feu dans leur élan. Pendant un moment, un camion a obstrué l’unique voie d’accès.En bataillant  contre les flammes sitôt sur place, les hommes de la caserne de Tsaralalàna ont circonscrit l’incendie au bout d’une heure d’intervention. Le dernier brasier n’a été en revanche éteint que dans la matinée, vers 8 heures.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Décentralisation – Passe d’armes entre les grandes villes et l’État central

Outre l’allocation des subventions, les grandes villes revendiquent leur autonomie financière. En face, l’État se défend en invoquant le manque de moyens et, un éventuel manque de confiance quant aux capacités des CTD.

Échanges houleux. Les participants à la cérémonie d’ouverture du colloque international sur les finances locales ont assisté à une prise de bec, entre les représentants de l’État central et les grandes villes de Madagascar. Les circonstances de l’événement ont néanmoins permis d’imposer la courtoisie. Les phrases, les mots prononcés durant les séries de discours et devant la presse, ensuite, à l’hôtel Carlton, Anosy, n’en étaient pas moins incisifs.Lalao Ravalomanana, maire d’Antananarivo, a envoyé la première salve. De par son statut de première magistrate de la ville hôte du colloque, l’ancienne Première dame a profité de son discours d’ouverture pour plaider en faveur de la décentralisation budgétaire et l’autonomie financière des communes. Une revendication reprise par Paul Razana­kolona, maire d’Antsirabe, et président de l’association des maires des grandes villes, lors d’une interview en marge de la cérémonie d’ouverture.L’élu de la Ville d’Eaux a pesté contre le fait que les termes de la loi sur les Collec­tivités territoriales décentralisées (CTD), limitent grandement la latitude des communes. « Il faut la changer », a-t-il lancé. À la tribune, la maire d’Antananarivo a enchaîné les assauts, prenant en exemple ses tourmentes à la tête de la capitale.« La plupart des collectivités à Madagascar connaissent des problèmes liés à la limitation des moyens financiers et matériels et n’arrivent pas à faire des investissements pour répondre aux besoins réels et aux attentes légitimes de la population. À titre d’exemple, la Commune urbaine d’Anta­nanarivo, en dépit de son statut particulier (…) n’a reçu aucune subvention de l’État depuis ma prise de fonction (…) », a-t-elle lâché devant les deux chefs de l’Exécutif.Ayant studieusement préparé son discours, vraisemblablement, elle a renchéri en soutenant que si dans la majorité des pays d’Afrique, 16% des recettes publiques vont directement aux communes ou les CTD, à Madagascar, ce chiffre n’est que de 3% tout au plus. Dans leur réplique aux revendications des grandes villes de Madagascar, le président de la République et le Premier ministre, ont mis en avant l’insuffisance des moyens.

Responsabilité partagée« Ce n’est pas une question d’autonomie. L’autonomie est là, elle a été décrétée. C’est l’insuffisance des ressources. Que ce soit au niveau global, c’est-à dire national, qu’au niveau local. Je suis tout à fait d’accord, lorsque l’on paie des impôts, on a besoin de voir des résultats. Mais est-ce qu’on en a suffisamment ? », a répliqué le chef de l’État. Pour le locataire d’Iavoloha, la clé du problème serait de faire des efforts pour augmenter le taux de pression fiscale.Devant la presse, le chef du gouvernement a repris l’argument présidentiel concernant l’insuffisance des moyens à disposition del’État ne lui permettrait pas d’augmenter les subventions. « Les demandes de madame le maire sont légitimes. Seulement, nous ne pouvons pas donner ce que nous n’avons pas », a-t-il déclaré. Dans sa plaidoirie, la maire de la capitale a, cependant, défendu que l’autonomie financière constitue l’une des meilleures solutions pour faire face à la limitation des moyens.Le locataire d’Iavoloha, dans sa prise de parole, a concédé qu’en Afrique subsaharienne, le système de décentralisation est caractérisé par des structures administratives relativement centralisées. Sur sa lancée, le chef de l’État, a envoyé une réflexion selon laquelle : Pourquoi ça a été comme ça depuis des années ? (…) peut-être qu’on ne faisait pas encore confiance aux capacités des Collectivités à gérer des projets, des investissements. Face aux journalises, le maire d’Antsirabe a soutenu, que l’État fasse des contrôles quotidiens, ce n’est pas un problème. Donnez-nous juste l’autonomie financière.Poussé par les circonstances à jouer l’arbitre de la joute verbale d’hier, Harald Gehrig, ambassadeur d’Alle­magne, a déclaré : Chacun a sa part de responsabilité pour que les choses aillent mieux. L’essentiel c’est de ne pas accuser, mais de comprendre vraiment les contraintes de chacun. Chacun doit gérer ses ressources de façon transversale.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Entente entre manifestants et responsables

Le calme revient à l’université de Toamasina. Les étudiants de l’université de Toamasina ont décidé de suspendre leur manifestation, depuis mercredi. Après leur rencontre avec les représentants de la présidence de l’université, ce jour-là, il a été convenu que tous les étudiants ayant fait leur inscription, ou remis leur demande de bourses d’étude et qui ne sont pas touchés par la limite d’âge, vont bénéficier de leurs bourses d’étude. Ils devraient pouvoir habiter dans les cités universitaires d’ici une dizaine de jours. Les travaux d’installation de l’électricité et de l’eau dans ces cités devraient s’achever d’ici peu.Depuis le 28 septembre, des étudiants en furie ont tiré la sonnette d’alarme contre la non-inscription sur la liste des boursiers de cette université, de deux mille neuf cent d’entre eux. Ils en ont aussi profité pour réclamer la réouverture des cités universitaires, fermées depuis quelques années, suite à la réhabilitation des infrastructures.Ces manifestants sont arrivés jusqu’à incendier un véhicule de la présidence de l’université et un entrepôt de construction, à brûler des bois et à mettre le feu à un bosquet de pin dans l’enceinte de l’université, à blesser des éléments des forces de l’ordre par des jets de pierre, d’où l’arrestation de neuf d’entre eux.Le ministre de l’Ensei­gnement supérieur et de la recherche scientifique, la professeur Marie Monique Rasoazananera, a promis que ces problèmes devraient être réglés. C’était à Fiadanana, mercredi, dans le cadre de la distribution de kits scolaires aux enfants vulnérables effectuée par la ministre.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Africa Cup men’s 7 – Deux tickets pour le Mondial en jeu

Madagascar est en lice à partir de ce vendredi à l’Africa Cup men’s seven en Ouganda. Les deux premiers seront qualifiés au Mondial à l’issue de ce sommet continental.

Le coup d’envoi lancé ce jour. La Coupe d’Afrique des nations de rugby à VII se déroule ce vendredi 6 et le samedi 7 octobre à Kampala, Ouganda. Assidu, Madagascar est parmi les dix pays en lice à cet Africa Cup men’s seven.La délégation malgache dirigée par le directeur administratif du Malagasy Rugby, Victor Lié Andriavelo­ma­nana, a quitté le pays ce mercredi. Quant à la répartition des groupes, La Grande île a été tirée dans le groupe B avec le Maroc, vainqueur à domicile de la dernière Sylver Cup en juillet, en tête de poule.D’autres grands pays de l’ovale africain figurent dans ce groupe à savoir la Namibie une habituée du Mondial, puis le Sénégal et le Ghana complètent la liste. De son côté, le groupe A est composé du pays hôte, l’Ouganda en tête de liste, du Botswana, de la Tunisie, de la Zambie et du Zimbabwe.Douze joueurs encadrés par l’entraîneur national, Alain Randriamihaja, sont en voyage en terre ougandaise. Le staff technique de la fédération n’a appelé que des joueurs issus des clubs qui disputent le championnat sous son égide.Cinq clubs élites sont représentés dans la sélection qui est à ossature de FTM Manjakaray.

Les expérimentés ignorésEn fait, cinq joueurs de ce club cham­pion d’Anala­manga figurent dans la liste des retenus, deux chacun pour USA Ankadifotsy et Cosfa, et un chacun pour STM et USI Ikopa.Les habitués et expérimentés à une telle sortie ont tous été ignorés, entre au­tres, Radadatoa de Iarivo RC, Rabe et Rija de 3FB, Benja de TFMA Ankasina, ainsi que Saïd et Gino de TFA Anatihazo. Deux tickets pour la coupe du monde en 2018 à San Fransisco sont en jeu à cette joute africaine.Les finalistes, c’est-à-dire deux premiers à l’issue de cette coupe d’Afrique des nations de rugby à VII seront qualifiés au prochain Mondial aux États Unis. L’Afrique du Sud et le Kenya ont déjà validé leur qualification et le continent africain aura donc quatre représentants à la coupe du Monde.Le pays classé troisième à l’issue de la coupe d’Afrique gagnera pour sa part des tickets de participation aux prochains circuits internationaux dans le calendrier du World Rugby.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Vol et meurtre – Un bouvier tué à coups  de hache

Un bouvier d’une vingtaine d’années, pris d’assaut par une troupe de bandits a été tué à coups de hache, mardi à 16h, à Masiaboay, commune d’Antsalova, région de Melaky. Il a été frappé à plusieurs reprises. Trois estafilades, dont l’une en pleine tête ont été constatées sur son corps mutilé, d’après le rapport de la gendarmerie et du médecin qui se sont rendus sur place. Les malfaiteurs, toujours non identifiés, l’ont dépouillé de son fusil de chasse et de cent mille ariary. «Les traces des zébus se dirigent vers l’Est, dans une zone un peu isolée», a indiqué une source au sein de la brigade d’Antsalova. Toutes les unités de la gendarmerie concernée ont été déjà prévenues pour l’opération de bouclage.Selon les premiers éléments de l’enquête, cette lutte à mort entre la victime et les tueurs se serait déroulée deux heures avant la découverte macabre. Un passant a aperçu la dépouille ensanglantée se couchant sur le sol et allait immédiatement alerter les notables du fokontany. Aucun coup de feu n’a pourtant retenti sur les lieux d’exécution.Une source au niveau de fokontany de Saririka a indiqué que c’est la première fois qu’un vol de bœufs doublé de meurtre s’est produit dans cette localité. Cette fois-ci, plus de vingt têtes de zébus ont été dérobées. La poursuite des malfrats se poursuit toujours, mais aucune arrestation ni embuscade ne sont encore signalées.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Report de l’Open International

Pas d’Open International BMOI Air/France pour la semaine prochaine. Le tournoi, dont les matches du tableau final devaient débuter mardi, est reporté à une date ultérieure. Josoa Rakotonindriana et les nombreux collaborateurs du Country Club Ilafy avaient prévu de présenter la compétition à la presse, hier à Antaninarenina.Mais quelques minutes avant la conférence, la décision ministérielle d’interdire toute manifestation sportive est tombée. Ce qui les a obligés à tout chambouler.« Les qualifications devaient débuter ce weekend, puis les matches du tableau final ce mardi. Mais l’événement est annulé. Il est reporté à une date ultérieure. Nous attendrons la levée de l’interdiction du ministère pour choisir une autre date », a annoncé Josoa Rakotonin­­driana devant les journalistes.Présents à la conférence de presse d’hier, les sponsors et partenaires de l’événement ont toutefois tenu à confirmer qu’ils appuieraient toujours le Country Club, malgré ce contexte délicat. Tour à tour, les représentants de BMOI, Air France, Allianz, Orange, DHL, Renault et Canal Plus ont réitéré leur soutien.

Mettre le site au propreComme son nom l’indique, il s’agit d’une compétition internationale avec plusieurs invités venant de l’étranger. Ils étaient sept au total pour cette édition 2017. « Chayenne (Pays-Bas) a affirmé que cette situation ne constituait en aucun cas un frein à sa venue à Madagascar, Jacob (expatrié malgache) également. Concernant leur disponibilité par rapport au report du tournoi pour une autre date, on verra », a ajouté Josoa Rakotonindriana.Comme cité précédemment, la décision de reporter l’Open International fait suite à l’interdiction de tenue de toute manifestation sportive par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Et ce, vu la menace de propagation de la peste pulmonaire qui plane sur Madagascar.Du côté d’Ilafy, des mesures ont déjà été prises. « Le Country Club n’a pas attendu la décision des entités gouvernementales pour mettre au propre le site et ses alentours », a rassuré Josoa Rakotonindriana.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ministère des sports – Toute manifestation interdite jusqu’à nouvel ordre

Le ministère de la Jeunes­se et des Sports a publié une information officielle, hier matin. Celle-ci porte sur l’interdiction de tenue de toute manifestation sportive. « Faisant suite à la déclaration de l’existence de la peste, mala­die contagieuse dans certaines localités de Madagascar, le ministère de la Jeunesse et des Sports, en concertation avec le ministère de la Santé et l’OMS, recommande à toutes les Fédé­rations et leurs démembrements, ainsi qu’à toutes les autres associations œuvrant dans le sport, d’annuler toutes organisations d’activités sportives de mobilisation et de rassemblement de masse sur le territoire malgache jusqu’à nouvel ordre », a-t-on annoncé du côté d’Ambo­hi­jatovo. La décision ne concerne donc que les événements sportifs, vu qu’il s’agit d’une décision émanant du ministère de tutelle.Néanmoins, d’autres mani­festations ont également été annulées dans d’autres secteurs, notamment le concert de Lalatiana de ce weekend. Tout ce qui est regroupement dans un lieu restreint ou un site fermé est donc sommé d’être reporté.Certains organisateurs se demandent cependant et dénoncent une forme de deux poids deux mesures : Pourquoi d’autres manifestations peuvent se poursuivre ? Pourquoi les transports publics continuent de fonctionner ? Pourquoi les marchés publics ne sont pas fermés ? etc… S’il fallait vraiment stopper tout regroupement, alors il faudra carrément arrêter toute la machine nationale au lieu d’interdire seulement quelques événements.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sports mécaniques – Le Rallye Shell Hélix reporté

Coup de tonnerre, hier matin, quand Laza Randria­mi­fidimanana a annoncé le report du Rallye Shell Hélix, sur le réseau social Facebook. Le président du club Asa Tana a précisé que tous ceux qui participeront à ce rallye sont sous la responsabilité du club, qui préfère reporter l’événement à une autre date, pour éviter de les exposer à un risque de contamination par rapport à la propagation de la peste.La décision a été confirmée dans la foulée par Jimmy Rakotofiringa, président de la Fédération du Sport Auto­mobile de Madagascar. « Oui, la course est reportée. C’est un cas de force majeure. Nous allons nous concerter avec les organisateurs pour trouver une autre date. Il y a une place de libre dans le calendrier pour la semaine prochaine ou bien pour le mois de décembre. Il faudra voir aussi la disponibilité des concurrents. Mais nous trancherons selon les cas majoritaires », a-t-il précisé.Suite à cette décision, trois choses sont à prendre en compte, en référence au règlement de la discipline. Primo, le championnat 2017 est sûr d’être validé, sachant que le quota minimum de quatre manches a déjà été atteint après le Rallye TMF. Secundo, Si ce Rallye Shell Helix est reporté pour le mois de décembre, il faudra qu’il se tienne trente jours après le Rallye International de Madagascar des 10-11-12 novembre.Et tertio, si la course est confirmée pour le mois de décembre et que l’on garde le même parcours avec plus de 140 kilomètres d’épreuves spéciales, il ne sera doté que d’un coefficient 2 et non plus 1,4 comme initialement prévu s’il se tenait ce weekend. Ce qui influera certainement sur l’issue du championnat.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Colombes chante quatre divas pour le prix d’une

Elle était l’une des petites perles qui ont réussi à faire valoir leur voix et leur charme au-delà de l’aventure « Pazzapa », alors à sa deuxième édition sur la chaine Radio Télévision Analamanga. Colombes ne cesse de se découvrir aux mélomanes à travers son talent de chanteuse. Parmi les finalistes de ce fameux télé-crochet qui en était à sa deuxième édition, Colombes s’est démarqué du lot par sa jolie frimousse et son aisance face au public.Des années plus tard, elle est restée la même, et en plus, elle a gagné en maturité et s’affirme comme une véritable chanteuse à voix. Le public aura le privilège de la retrouver ce soir sur la scène de l’Amitié Fandian 67 ha, à partir de 20 heures pour un cabaret mélodieux. Bravant les interdits, alors que toute manifestation publique est restreinte dans la capitale pour cause d’une épidémie de peste, Colombes et ses musiciens présenteront quatre divas face au public.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Masters africain U14 – Toky Ranaivo invincible

Un jamais deux sans trois pour Toky Ranaivo. En lice en Egypte pour disputer le Masters Africain des U14, ce pensionnaire du centre de la fédération internationale de Casablanca au Maroc a le vent en poupeAprès avoir gagné contre le Marocain El Amine Hamza sur 6/,6/0 et contre l’Egyptien Abdel Rahman Hassan 6/7, 6/0, 6/2, TokyRanaivo s’est permis une troisième victoire de suite face au Sud Africain Connor Kruger en deux sets 6/3, 6/4.Une belle revanche donc pour le Malgache qui s’est fait surprendre par ce même Sud Africain en quart de finale des championnats d’Afrique, sur dur, en Afrique du Sud au mois de mars.Avec cette confortable première place du groupe A, Toky Ranaivo jouera la demi-finale ce jour contre le vice champion d’Afrique, sur terre battue, le Marocain Walid Ahouda.L’autre demi-finale se jouera entre l’Égyptien Youssef Sadek et le Marocain El Amine Hamza .

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Un mort et six blessés graves

Une voiture de transport en commun de la coopérative KOFMAD a fait une sortie de route et a terminé sa course dans un ravin, à Kiva, commune rurale d’Ankazobe, mardi vers 13h. Le bilan s’est établi à un mort sur le coup et six blessés graves qui ont été acheminés d’urgence à un hôpital à proximité. Le véhicule est entièrement démoli.

L'express de Madagascar0 partages

La politique de coopération du président Pompidou

Alain Escaro, se basant sur les travaux de recherche de Claude Maron en 1973, axés sur l’hebdomadaire catholique Lumière de 1935 à 1972,  aborde la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa (1972-1975) toujours à travers le journal Lumière. Il fixe, pour commencer, le contexte international de l’époque juste avant la chute du régime Tsiranana. Notamment les relations de Madagascar avec la France et le bloc occidental, le Tiers Monde et l’Afrique. L’hebdomadaire catholique perçoit, selon lui, les rapports avec la France à travers la politique de coopération et de développement des pays industrialisés (lire précédente Note).« Profitant apparemment du voyage du président Georges Pompidou en Afrique (Niger et Tchad, en février 1972), Lumière considère que la France prend, à travers les déclarations de son Président, la tête de cette coopération et de ce développement en définissant le sens d’une nouvelle politique beaucoup plus favorable aux pays du Tiers-Monde que dans le passé. » Dès le début de l’année 1972, le périodique catholique en parle (9 janvier). Dans les vœux de Pompidou à son homologue américain, il retient : « Les nations riches (se doivent) d’aider les pays en développement, non seulement dans un souci de justice, mais aussi dans leur propre intérêt bien compris. La France est prête à augmenter sa coopération. »Pompidou reprendra par la suite ces trois thèmes essentiels et Lumière les mettra en exergue dans différents articles. Le 16 janvier, il fait l’historique de la « volonté du gouvernement français de rénover sa coopération» à l’égard des pays en développement. Il revient  sur la mise en place du Groupe d’étude pour la coopération, le 28 avril 1970. Celui-ci publie un rapport dans lequel se sent « l’influence de la Commission française Justice et Paix ».Et d’énumérer : « une orientation nette vers le développement économique et une extension à un grand nombre de pays; passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture de marché: une première élaboration des matières premières locales, la transformation des produits  de l’agriculture, des fabrications faisant appel à une main-d’œuvre  importante » ; dans le domaine de l’éducation, « la stabilisation de l’aide et sa réorientation» (recherche pédagogique, priorité à la formation des professeurs, etc.) ; enfin dénonciation « d’une aide intéressée avant tout à satisfaire  les besoins de l’industrie française ».Reprenant les critiques de Justice et Paix, Lumière regrette que ce rapport ne soit pas rendu public. Il espère que « lorsqu’il sera connu, les Français prendront conscience des nécessités d’une nouvelle coopération ». Dans le numéro du 23 janvier,  l’hebdomadaire catholique cite à nouveau le président Pompidou qui « affirme sa foi dans l’avenir du continent africain et sa volonté d’accélérer la coopération ». Le 30 janvier, il lui consacre un article : « Le président s’était fixé trois objectifs : réaffirmer le principe de la coopération, prendre contact avec le Niger et le Tchad, et enfin établir un nouveau dialogue avec l’Afrique toute entière. » Pour Lumière, Georges Pompidou se pose en chef de file des pays industrialisés auxquels il reproche leur égoïsme et il se fait l’avocat du Tiers-Monde en demandant une fois de plus, une meilleure répartition des richesses de la terre.Selon Alain Escaro, Lumière reconnait le bienfondé  de la consultation entre pays riches et pays pauvres, mais reste sceptique sur les possibilités d’action du président français : ce dernier « parle beaucoup, répétant année après année sa volonté de changement, mais en réalité, rien ne change. La perception de l’immobilisme de la politique de coopération française est évidente ». La cause de cet état de fait, dit-il, est imputée à la difficulté de la « chose » (« l’imprécision du terme est d’une ambigüité flagrante », commente Alain Escaro). Parce que l’Afrique ne propose rien, Pompidou, lors de son second voyage en Afrique (Niger et Tchad), conseille  aux pays du continent «  de ne plus avoir une mentalité d’assistés, mais de participer activement à leur propre développement ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Salon de l’Auto

SODIREX-La Citroën C3 déclinée en version Aircross

Citroën a décidé de décliner sa citadine C3 en un crossover. Le nouveau modèle, un 4×2 spacieux et confortable, porte l’appellation de C3 Aircross.

 On connait déjà la C4 Aircross. Pour l’édition 2017 du Salon de l’Auto (du 5 au 8 octobre au CCI à Ivato), Sodirex propose la C3 Aircross, un crossover qui a débarqué à Madagascar en juin. Avec ses protections latérales au niveau des passages de roues, la C3 Aircross profite d’un look de baroudeur. Les barres de toit accentuent ce caractère, ainsi que les phares étirés qui s’inscrivent comme des prolongements de la calandre. Au passage, ces phares sont équipés de LED.

La C3 Aircross est uniquement proposé en 4×2.

Elle est surtout destinée à un usage urbain, vu sa configuration uniquement en 4×2. Sous son capot, l’on retrouve un moteur essence 1,6L, qui développe 115 CV. Mais son véritable atout réside dans son habitacle vraiment spacieux. Le confort est au rendez-vous pour les trois individus qui peuvent s’installer à l’arrière, sachant qu’à l’avant, la C3 Aircross offre des prestations plus que convaincantes sur ce point. Même si elle est déclinée en version crossover, la C3 demeure encore et toujours cette petite citadine. La dernière version sera également présentée au Salon de l’Auto.

C3 restylée

La C3 a subi un restylage intégral. Ainsi, elle adopte désormais un style bi-tons. Son design audacieux et ses éléments graphiques lui confèrent une attitude énergique et une certaine assurance.  La nouvelle C3 bouscule les codes du segment des citadines et apporte de la fraicheur avec sa modernité.

La citadine C3 a été entièrement restylée.

Si la C3 a été remodelée entièrement, la C-Elysée n’a reçu que quelques modifications par rapport à son ancienne version. La berline bénéficie d’une nouvelle face-avant plus tranchante avec ses nouveaux phares notamment. L’on retrouve aussi une nouvelle signature lumineuse à l’arrière avec des feux aspect 3D. La C-Elysée a gardé la même motorisation qu’avant, à savoir un 1,6 diesel HDI, « conçu pour résister à l’épreuve du temps et des kilomètres », annonce-t-on chez Citroën.

DS lance la Performance Line sur la DS3 notamment.

DS lance la Performance Line

Depuis quelques années, Citroën et DS se distinguent comme deux marques différentes. Pour le Salon de l’Auto 2017 (5-6-7-8 octobre au CCI à Ivato), DS lance la Performance Line, sur deux modèles, en l’occurrence la DS3 et la DS5. « L’Esprit grand tourisme », tel est le slogan de celle-ci. Pour sa première participation au championnat du monde de Formule E, l’écurie DS Virgin Racing a terminé à la troisième place du classement des constructeurs. Stimulée par ces résultats probants, la marque DS a décidé de créer des modèles directement inspirés de cet univers sportif. Tout d’abord, il y a eu E-Tense, présentée à Genève début 2016. Par la suite, il y a eu le lancement de DS3 Performance, préparée par les ingénieurs de la DS Performance Team. C’est dans cet esprit que la firme a lancé la nouvelle ligne commune à tous ses modèles, dénommée DS Performance Line.

Chaque silhouette de la Performance Line se reconnaît dès le premier regard. Elle est proposée avec un pavillon noir associé à une palette de teintes de caisse, de jantes noires brillantes estampillées d’un logo DS sur fond Carmin. Le tout confère à chaque voiture plus d’exclusivité et de personnalité.

Les machines americaines en force à Ivato

Cette année, le rêve américain est concrétisé par deux modèles en particulier. Ils ont attiré l’attention de beaucoup de visiteurs à Ivato.

 Il fallait faire la queue pour prendre une photo aux côtés de la Ford Mustang, en 2015. Le muscle-car faisait et continue de faire rêver. Cette année, au Centre de conférences international à Ivato, le rêve américain est concrétisé par la Jeep Grand Cherokee SRT de chez Malgamobile et la Ford F150 de chez Materauto.

La Grand Cherokee est certainement l’une des voitures les plus puissantes du Salon. On évolue clairement dans le monde du gigantisme américain. Sous son capot se loge un énorme moteur essence V8 de 6,4L. Il délivre une puissance ahurissante de 495 CV. Mieux vaut avoir un réservoir dont la capacité est à la hauteur d’un tel bloc. Ici, Jeep en a installé un de 100L. Le moteur est couplé à une boîte automatique séquentielle à huit rapports. La Grand Cherokee s’impose par sa cylindrée, mais aussi par sa taille : 4,8 m de long, 1,9 m de large et 1,8 m de haut, encore une fois, c’est le gigantisme américain qui parle. À l’intérieur, c’est du « toutes options » avec notamment des sièges ventilés et chauffants, un écran tactile, un ordinateur de bord et toute une panoplie d’équipements électroniques. Le tout proposé à 480 000 000 ariary.

La Grand Cherokee est installée au milieu de toute une gamme d’américaines, sur le stand de Malgamobile. Avec les Jeep Renegade et Wrangler ainsi que Chevrolet Trail Blazer, le choix est très large pour les SUV.

La Ford F150 se démarque par ses lignes abruptes.

Masse brute

Au pays de l’oncle Sam, les gros pickups sont aussi très prisés. Et le plus gros du Salon se nomme Ford F150 double cabine, qui trône au milieu des autres tout-terrain Ford, Ranger, Everest, Explorer et Edge. Une masse brute de 2,2 tonnes, avec 5,87 m de long, 2,01 m de large et 1,9 m de haut. La F150 séduira très certainement les puristes avec les lignes abruptes, mais aussi une énorme calandre bien installée au milieu de phares au dessin moderne. Le modèle exposé à Ivato dispose d’un moteur essence 3,5L V6 Ecoboost, qui développe 365 CV et qui est associé à une boîte automatique à dix rapports. Ford a installé un mode de conduite Sport, pour pouvoir en tirer la quintessence. La F150 offre des capacités impressionnantes. La charge utile maximale est de 1 469 kg. Tandis que la capacité de remorquage grimpe jusqu’à 5 533 kg. Au niveau habitabilité, l’intérieur offre un confort inédit. Et les visiteurs à Ivato ont certainement bien accueilli le fait que le gros pick-up bénéficie du système de connectivité Ford Sync 3, comme tous les autres modèles de Ford d’ailleurs. Le tout affiché à 310 000 000 ariary.

Le TMax est présenté avec une robe bleue mate.

DX, le plus haut niveau de finition du TMax

Quand on parle de maxiscooter, le Yamaha TMax est considéré comme le roi du segment. Et le millésime 2017 a été dévoilé au Salon de l’Auto, hier, sur le stand de Socimex. Il s’agit du TMax version DX, soit le plus haut niveau de finition de la machine. Elle se démarque notamment par les poignées et la selle chauffante plus confortable, bien pratiques en hiver. À bord, on remarque immédiatement l’écran TFT avec ordinateur de bord, au milieu des compteurs. Question design, le TMax s’est quelque peu assagi. L’arrière s’apparente plus à un modèle GT. Au niveau moteur, il est toujours poussé par le bicylindre de 530 cm3, délivrant 46 chevaux, qui répond à la norme Euro 4. Il est possible de choisir entre les modes de conduite Touring et Sport. Grâce à un cadre en aluminium, un bras oscillant raccourci et l’utilisation d’une courroie de transmission finale en fibre de carbone, on note une perte considérable de 9 kg par rapport à la précédente génération, pour un poids total de 213 kg.

Le XADV est un mélange d’Africa Twin et d’Integra.

X-ADV, le maxiscooter tout-terrain de Honda

Prenez une moto Honda CRF1000 Africa Twin, d’un côté, et un maxiscooter Honda Integra de l’autre. Mélangez les deux et vous obtiendrez le Honda X-ADV, un maxiscooter tout terrain. La marque Ailée frappe fort sur ce modèle qui bouscule les standards. Au niveau design tout d’abord, la firme japonaise a repris et retravaillé les lignes de l’Africa Twin. Avec un cadre renforcé, une garde au sol impressionnante de 162 mm et l’installation des jantes à rayons, 15 pouces à l’arrière et 17 pouces à l’avant, lui permettent de s’attaquer aux terrains accidentés. Le X-ADV reprend le bicylindre 745 cm3 de 54 cv de l’Integra. Il bénéficie aussi de la technologie de boîte de vitesses automatique DCT de Honda. La transmission finale se fait par chaîne. Pour bien amortir les sorties hors des sentiers battus, on retrouve une fourche inversée de 41 mm à l’avant et un mono amortisseur Prolink réglable en précharge à l’arrière, avec un débattement de 150 mm. Bien évidemment, le X-ADV est livré avec un tableau électronique, avec plusieurs modes de conduite à disposition. On apprécie aussi la bulle réglable manuellement et le confort de selle à son bord. Il est également livré avec un top case assorti au design aussi atypique qu’attrayant. L’ensemble est proposé à un tarif très compétitif de 59 600 000 ariary.

 Textes et photos: Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Guet-apens à Anjozorobe

Le fokonolona est rentré bredouille après une embuscade menée par un groupe de bandits armés de fusils de chasse, dans une course-poursuite qui a eu lieu dimanche dernier à 21h, à Ambodivoanjo-Anjozorobe. Ces malfaiteurs ont tiré des coups de feu mais n’ont pas fait de victime. Des gendarmes ont récupéré cinq zébus volés.

L'express de Madagascar0 partages

Confidences d’un magistrat

1. C’est une évidence, nous sommes mal payés, mais payés pour travailler.2. Il y a la liberté syndicale, mais rien ni personne ne peut nous culpabiliser de vouloir honorer notre devoir, en choisissant de travailler.3. Nous recevons souvent des pressions et travaillons dans des conditions difficiles, mais avons choisi ce métier et prêté serment de selon la Loi, malgré tout.4. La justice est dans une mauvaise passe, mais nous refusons de prendre comme rançon contre le changement la vie des Malgaches entre nos mains.5. La Constitution malgache ne parle pas de pouvoir judiciaire, ni ne décide de la réalité de l’Indépendance de la justice mais le Vrai Pouvoir est entre les mains d’un Magistrat Indépendant.6. Nous avons le droit de rêver qu’au lendemain d’une grève, la Justice malgache redevienne Juste, mais avons le devoir d’œuvrer en toute dignité et au quotidien pour offrir une meilleure justice au Peupe Malgache.7. Nous sommes tous les jours tentés de dénoncer le chaos et les tènèbres mais choisissons l’ordre et d’être la lumière dans la Justice Malgache pour un meilleur avenir de Madagascar !

Midi Madagasikara0 partages

Lozam-pifamoivoizana : Sprinter roa nahafaty olona roa

Na tetsy Ankazobe na tetsy Antanifotsy, dia samy nahafaty olona avokoa ny lozam-pifamoivoizana nateraky ny fiara fitaterana. Ny voalohany, ny alarobia teo tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro no nivadika tany anaty hantsana ny taxi-brousse iray. Teo amin’ny RN4 (PK14+700), teo amin’ny fokontany Kiva. Vokatry ny fandehanana mafy sy ny tsy fitandreman’ny mpamily no nitarika ny loza raha araka ny fanamarihan’ny zandary izay nijery ifotony ny zava-nitranga teny an-toerana. Olona iray no maty tsy tra-drano ary enina kosa no naratra mafy. Voamariky ny zandary tsara, fa Sprinter ny marik’ilay fiara fitaterana. Ny lozam-pifamoivoizana faharoa kosa indray, dia tetsy amin’ny lalam-pirenena fahafito, teo amin’ny PK 97+ 800 no nitranga. Mitovy ihany ny antony, dia ny tsy fitandreman’ny mpamily. Raha ny fanazavan’ny zandary izay nanokatra ny fanadihadiana momba ity lozam-pifamoivoizana nitarika fahafatesana ity mantsy, dia nisongona kamiao kinanjo tsy tafiditra tsara tao anatin’ny làlana, no nitarika ny loza. Tsy fitandremana izany. Olona iray no namoy ny ainy ary valo hafa naratra mafy. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina izany no niseho, ny alarobia teo. Miteraka adihevitra hatrany ny hoe: ny saofera tokoa ve no tsy mitandrina sa io karazam-piara io no matanjaka loatra amin’ny làlana eto amintsika. Ny zava-misy mantsy, dia saika Sprinter hatrany no mitera-doza eny amin’ny lalam-pirenena.  Miezaka ny olona ny miady hevitra eny anivon’ny tambajotra sosialy, saingy tsy mety mipoitra ny valiny tena izy. An-kavitsiana rahateo ny siantifika no maneho hevitra eto amintsika kanefa izany no tena andrasan’ny maro mba hanampy amin’izay mety ho fanapahan-kevitra tokony horaisin’ny tompon’ny fiara, ny mpandeha fiara ary ny fanjakana. Hatreto aloha, dia lasa korontan-tsaina ho an’ny olona ny fandehanana Taxi-brousse amin’ny ankapobeny ary indrindra ny Sprinter.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ankorondrano : « Taxi » nandona olona, avy eo nitsoaka

Omaly hariva, mpiasa iray avy eto amin’ny orinasa Midi Madagasikara no naratra  rehefa  nisy fiara taxi 4L nandona  azy, teo amin’ny « rond point » avy eny Masay iny. Nitondra bisikileta ity namana mpiara-miasa ity, tamin’io fotoana io avy any Masay ary  handeha hamonjy ny asany amin’ny alina, taty amin’ny orinasa. Efa tafatsofoka tao anatin’ny « rond point » izy, araka ny filazany no nipoitra ilay « taxi » avy any Ivandry, izay tsy « priorité » akory fa avy hatrany dia nifaoka azy. Nipitika lavitra mihitsy izy sy ny bisikiletany, saingy mbola nisy fahatsiarovan-tena hiarina sao ho voahosin’ny fiara hafa avy aoriana indray. Tonga taty am-piasana ihany izy na dia nandraingiraingy aza : naratra sy nivonto teo amin’ny tongony ary mbola tsy fantatra izay nahazo azy any anatiny any. Nezahin’ireo mpiara-miasa nentina tany amin’ny toeram-pitsaboana moa izy. Ny nampalahelo tamin’ny zava-nitranga, dia tsy mba nijery akory izay nahazo ity voadona ity  ilay nahavanon-doza fa vao mainka aza nampitombo ny hafainganam-pandehany nirifatra nitsoaka. Dia izany tokoa ve ny hoe manao kely tsy mba mamindro ? Satria bisikileta dia tsy raharahaina na dia efa fantatra izao aza fa « priorité », ary mpitondra bisikleta ka na voadona aza tsy misy dikany ? Iza tokoa moa no tsy mikaikaika, indrindra fa ireo mpampiasa làlana, eo anatrehan’ny toetran-jiolahimboto ataon’ireo mpamily taxi sasantsasany eto an-drenivohitra ? Ary manaporofo tanteraka ireny ity nahazo ny namanay ity. Marihana, fa nisy nahatsikaritra ny laharan’ity fiara ity ka mba hanamora ny raharaha, dia miangavy ny mpamilin’io taxi io handray ny andraikiny. Na izy hanatona aty aminay, na ho an’ny pôlisy misahana ny lozam-pifamoivoizana avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fasan’ny karàna : Trano 99 kilan’ny afo

Trano  eo amin’ny 99  eo ho eo, no lasa tapa-porohana, aman-tapitrisany ny fahavoazana, ary olona manodidina ny 300 eo ho eo no tsy manan-kialofana. Izay no vokatry ny hain-trano goavana  nitranga teny amin’ny Fasan’ny karàna, omaly maraina. Saika trano vita amin’ny hazo avokoa ireo hotohoton’ny afo ireo, raha ny fanazavana azo. Tokony ho tamin’ny telo ora maraina mahery kely tany ho any no nanomboka niredareda ny afo. Niainga avy tamina tranona mpivarotra hani-masaka iray tao an-toerana izany. Mpivarotra, izay raha ny fantatra hatrany dia nandrehitra afo, saingy namela izany irery tao an-tranony nony avy teo. Tsy hay izay zava-niseho fa izy niverina avy tamin’ny alehany no nahita ny trano efa nidona-tsetroka sy nivoaka lelafo. Angamba nianjera ilay fatana na ihany  koa nisy zavatra mora nirehitra nianjera tao anatin’ny afo. Na dia teo aza ny ezak’ireo mponina teny an-toerana namono ilay afo tamin’ilay trano nipoiran’izany, dia poa toa izay dia niitatra ny afo. Nahazo ny trano nifanila taminy, nandevona ny manaraka sy ny hafa teo amin’ny manodidina. Voalaza ihany koa fa antony iray tena nampiitatra ity hain-trano ity ny fisiana zavatra nipoaka mafy, izay noheverin’ny rehetra fa mety ho zavatra nitahiry lasantsy, na io kodiaran-droa na daban-tsolika. Tetsy andanin’izay ihany koa moa, na dia tonga teny an-toerana aza ireo mpamonjy voina fotoana fohy taorian’ny nitrangan’ny loza, dia somary nanano sarotra ihany ny fidiran’izy ireo hamono ny afo, noho ny hateren’ny làlana. Hany ka tany amin’ny valo ora maraina tany , adiny dimy taty aoriana vao tena voafehy ny afo, izay efa nandevona ireo trano efa ho an-jatony latsaka. Na izany aza anefa, tsy nisy aina nafoy na ny olona naratra nandritra izany hain-trano mahatsiravina izany. Tonga nijery ifotony ny zava-nisy teny an-toerana moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanga Antsirabe : Tokantrano 8 nasesin’ny jiolahy notafihana

Mirongatra ny tsy fandriampahalemana ao amin’ny fokontany Ambohimanga, tanana somary mihataka ny renivohitra, fa mbola ao anatin’ny kaominina Antsirabe voalohany.  Jiolahy tsy latsaky ny folo  mirongo fiadiana no nanafika ny tanana, ny alin’ny Alarobia tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Basy sy antsy  no nentin’izy ireo nanafika, tokantrano valo be izao no nasesiny tsirairay norobaina ka ny efatra tamin’izy ireo dia mpivarotra avokoa.  Volazan’ny loharanom-baovao avy amin’ny fokontany, fa nanapoaka basy in-telo ry zalahy nandritra ny fanafihana izay naharitra ora iray teo ho eo.  Ireo tranom-barotra no nasesiny mialoha, ny vola no notakiany vantany vao tafiditra ny trano ry  zalahy miampy fandrahonana. Ankoatr’izay noraofiny avokoa  ny entam-barotra zaka bataina rehetra. Aorian’ny tokantrano iray voaroba, mitondra olona iray ireo jiolahy asainy manondro ireo olona manan-katao eo amin’ny tanàna ka rahonany hotapahin-doha ity farany raha vao mandà. Fa isan’ireo tena nokarohin’ireo jiolahy fatratra ny mpitam-bolan’ny fiangonana iray tao Ambohimanga tao. Nisy tamin’ny manodidina no niantso vonjy sy nitsoka kiririoka, saingy io tokantrano io indray no notafihan’ireo jolahy avy teo.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Maroabaly-Maevatanàna : Nandoro tanàna ireo dahalo 17 lahy, omby iray tanàna lasa

Nandoro tanàna indray ireo dahalo 17 lahy, lasan’izy ireo ny omby iray tanàna. Tao amin’ny fokontany Maroabaly, Kaominina Maevatanàna faharoa, no nitranga’izany, ny talata 03 oktobra lasa teo, tokony ho tamin’ny 06 ora sy sasany hariva. Norobain’ireo malaso tamin’izany ny omby iray tanàna. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’ny  sefom-pokontany Atoa Rakotondratara Felix, dahalo 17 eo ho eo nirongo basy roa no nanafika sy nandroba teo amin’io fokontany io, ka lasa tao anatin’izany ny omby iray tanàna. Nodoran’izy ireo ny tanàna. Nanao ny fanarahan-dia ny fokonolona amin’izao fotoana anoratanay izao. Manoloana izay indrindra, dia manao antso avo amin’ny fitondrana ambony  ny ben’ny tanànan’ny Kaominina Maevatanàna faharoa , Atoa Rakotoalifera Aimé, mba hijerena ifotony ny tsy fandriampahalemana, izay tena nahazo vahana tanteraka nandritry ny 24 Jolay sy hatraty amin’ny 03 oktobra, ny tato amin’ny kaominina Maevatanàna faharoa.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Emboka noheverina ho fiarovana amin’ny pesta, nandoro trano dimy

Tsy hitan’ny olona intsony ny hatao amin’ny tahotra noho ity valan’aretina pesta eto Toamasina ity, hany ka izay ambaran’ny olona rehetra izao hisorohana ny fitrangany sy tsy hiparitahany amin’ny fianakaviany, dia saika ataon’ny maro avokoa. Isan’izany ny fampiasana ny ravina kininim-potsy sy ny ravina “eucalyptus” dorana  ho fandroahana ny tsimok’aretina sendra tafiditra an-trano. Vokatra io fandorana ravin-kazo an-trano io, dia trano  dimy no may kila forehitra tao Tanamakoa alina, saingy tsy nisy ny aina nafoy na izany aza, noho fifamonjena teo amin’ireo mpiara-monina. Araka ny fanazavana azo, dia teo am-pandoroana ireo ravin-kazo tao an-tranony ity fianakaviana iray omaly alina tokony ho tamin’ny 07ora  dia tapaka tampoka ny jiro. Voatery nivoaka nividy labozia ny ray aman-dreny tao an-trano, ka zaza ihany no tao an-trano nefa efa teo ambony fatampera ireto ravin-kazo hiarovan-tena amin’ny pesta. Niredaka tampoka anefa ireto ravin-kazo izay tena mora mirehitra raha maina, nefa amin’ny maha-zaza ny tao an-trano sy amin’ny trano vita amin’ny fitaovana mora mirehitra, dia nifindra tamin’ny rindrina falafa sy tafo ravimpotsy ny afo ka niitatra tamin’ireo trano manodidina. Nanao ny ezaka rehetra na tery sy saro-dalana aza ny miditra tamin’ity tanana may ity namonjena ireo trano mbola azo novonjena ny sampana mpamonjy voina sy afon’ny kaominina tsy nampiitatra izany, nefa mbola trano dimy izao hatrany no may tao Tanamakoa ity. Manao antso vonjy amin’ireo malala-tanana sy ny fanjakana ireto fianakaviana tra-boina  miisa dimy ary ahitana olona tsy manan-kialofana sy fitafiana ary sakafo am-polony.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Andrefan’Ambohijanahary : Lehilahy maty an-dàlana tamin’ny fomba nampiahiahy

Mora mikoropaka sy misahotaka tokoa ny  olona, amin’izao fisian’ny valan’aretina pesta eto amintsika izao. Toy ity tranga iray niseho tetsy Andrefan’Ambohijanahary, ny antoandro tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany teo. Lehilahy iray  manodidina ny 40 taona any ho any, izay nambaran’ireo nanatri-maso fa nikohaka sy nandoa rà no nidaraboka teo amoron’arabe sy tapitr’aina nony kelikely teo. Tsy fantatra izay antony, hany ka niteraka sahotaka t amin’ireo mponina teny amin’ny manodidina izany. Matetika dia sokajian’ny olona ho voan’ny pesta avokoa amin’izao fotoana izao izay  marary, tsy dia fantatr’antony loatra,fa indrindra moa ka hoe nikohaka, nisy rà ary namoy ny ainy.  Tsy vitsy araka izany ny nandositra kanefa tao kosa ireo nanam-piniavana ny saika hanavotra ity rangahy ity, saingy tsy nisy azo natao intsony. Araka ny fitantaran’ireo nahatsikaritra ity rangahy ity tam-boalohany, dia toa hoe nihetsika aretina izany izy. Niakarapoka ary nianjera. Tamin’io fotoana io no nidona tamin’ny sisin’arabe ny lohany. Tafarina ihany anefa izy taorian’izay, ary niezaka ny handeha sy hiampita ny arabe. Nony tonga teny am-pita anefa izy no io hitan’ny olona toa hafahafa io. Nidaraboka fanindroany ary namoy ny ainy nony avy teo. Raha ny angom-baovao azo, dia mponina eny amin’iny faritra iny ihany ity lehilahy ity ary manana aretina mitaiza. Nantsoina avy hatrany moa ireo tompon’andraikitra ary tonga naka ny razana teny an-toerana ireo avy ao amin’ny Bmh.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : La CAAC soutenue par l’Union africain

Une décision prise durant la réunion du 20 septembre à Nairobi, Kenya.

Les ministres de la Jeunesse, de la Culture et du Sport des États membres de l’Union africaine ont approuvé le projet de statut de la Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma (CAAC/AACC en anglais) lors de leur réunion le 20 septembre à Nairobi, Kenya.

Les ministres de la Jeunesse, de la Culture et du Sport des États membres de l’Union africaine à Nairobi ont approuvé le projet de statuts de la Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma (CAAC/AACC en anglais), ainsi que la création du Secrétariat temporaire de l’AACC à Nairobi, la capitale du Kenya. Cette double approbation est survenue ce mercredi 20 septembre 2017 lors de la session extraordinaire du Comité technique spécialisé sur la Jeunesse, la Culture et le Sport. La commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma (CAAC) sera chargée de promouvoir l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique. Il s’agit de renforcer l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel en Afrique qui représenterait cinq milliards de dollars dans le PIB du continent, employant environ cinq millions de personnes, selon le communiqué de presse daté du 20 septembre annonçant la nouvelle. Cette industrie devrait atteindre plus de 20 millions d’emplois et une contribution annuelle de 20 milliards de dollars américains, d’après la même source.La réunion du 20 septembre a également pris note de la proposition de la FEPACI (Fédération Panafricaine des Cinéastes). En effet, la FEPACI (fondée en 1969 et dirigée par le cinéaste malien Cheick Oumar Sissoko) milite pour des Centres d’Excellence Régionaux en production cinématographique et postproduction consacrés à  la promotion et au développement du secteur de l’audiovisuel et du cinéma en Afrique. Les pays membres ont été invités à soutenir la création de ces centres à travers le continent pour améliorer la production de films de qualité supérieure.

La commission cinéma (en abrégé CAAC) fait partie d’un écosystème de quatre programmes mobilisant 410 millions de dollars américains, pour la promotion de cette industrie au cours des cinq prochaines années. Ces ressources seront générées à la fois par le secteur privé et le secteur public ; elles seront mises en œuvre principalement par le secteur privé. Les gouvernements nationaux et les communautés économiques régionales (CER) auront la responsabilité d’intégrer les activités sectorielles de l’industrie audiovisuelle et cinématographique dans leurs stratégies de priorité économique et sociale afin de donner les bons signaux pour la mobilisation des ressources.

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Colloque sur les finances locales au Carlton : Passe d’armes entre Lalao et le PM

L’ouverture du Colloque sur les Finances Locales dans les pays d’Afrique Francophone et Subsaharienne à l’Hôtel Carlton hier a été l’occasion pour les maires des grandes villes et le gouvernement central de discuter des impacts de l’absence de la décentralisation et des problèmes financiers des communes. Mais pour Olivier Mahafaly Solonandrasana, le Premier ministre et Lalao Ravalomanana, la mairesse de la capitale, c’était un moment propice pour se donner mutuellement des leçons. En effet, l’élue de la capitale a estimé que « la commune urbaine d’Antananarivo n’a reçu aucune subvention de l’Etat depuis la prise de fonction en octobre 2015 alors que ces subventions ont été déjà inscrites dans les lois de finances 2015 et 2016 ». Et le PM de rétorquer que « l’Etat ne peut donner que ce qu’il a ». Par ailleurs, Lalao Ravalomanana a dénoncé le fait que « les CTD n’aient pas de pouvoir de création fiscale et ne peuvent pas recevoir de financements directs de la part des partenaires techniques et financiers étrangers et nationaux malgré l’aval des organes délibérants ». Mais Olivier Mahafaly Solonandrasana de soutenir qu’« il y a des communes qui veulent procéder aux emprunts, mais tout en se considérant comme un Etat dans un Etat et ça, c’est inadmissible ».

Collaboration. Néanmoins, les deux ont reconnu que le principal problème des CTD réside sur le fait que ces dernières ne disposent pas entièrement d’assez d’indépendance. « La plupart des collectivités territoriales connaissent des problèmes liés à la limitation des moyens financiers et matériels et n’arrivent pas à faire des investissements pour répondre aux besoins réels et aux attentes légitimes de la population », a souligné Lalao Ravalomanana. Le PM de marquer que « les textes prévoient cette autonomie administrative et financière » et que « les différentes infrastructures mises à la disposition des CTD peuvent être assimilées à des subventions ». Quoi qu’il en soit, les parties prenantes exigent l’effectivité de la décentralisation et appellent à la collaboration entre l’Etat et les communes.  Quant à Hery Rajaonarimampianina, le chef de l’Etat, il a avancé qu’« il ne faut pas s’accuser ni s’excuser. Nous avons des responsabilités partagées donc à chacun de les assumer ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Tsingy Bemaraha : Mibosesika tonga ireo vahiny, fiara 40 isan’andro no tonga mitondra mpizahatany ao Beko...

Fiara 40  isan’andro raha kely indrindra, no tonga mitondra mpizahatany ho ao Bekopaka, mitsidika ny valanjavaboary misy ny tsingy Bemaraha. Araka ny fanazavana voaray, dia anelanelan’ny volana aprily sy novambra no tena mibosesika ny fahatongavan’ireo vahiny, ary tafiditra ao anatiny tsara isika amin’izao, ka tsy maharaka ireo mpitaridia matihanina  49 amperin’asa. Raha ny fantatra dia mampidi-bola hatramin’ny 135 000 Ariary isan’andro ny mpitaridia iray amin’izao tsena tsara izao, ary saika ireo miteny anglisy toy ny : Alemana, Italiana, Sinoa, Japoney, Amerikana,… ny ankamaroan’ny mpizahatany tonga any an-toerana. Mijanona roa ka hatramin’ny efatra andro any izy ireo mitety ny valanjavaboary. Tsiahivina, fa 200 km miala an’i Morondava no misy ny Kaominina Bekopaka, mandalo an’i Belo ny làlana, ary tongan’ny fiara rehetra rehefa main-tany toy izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Ikongo : Noho ny haintany, lasa olana goavana ny famatsian-drano ankehitriny

Misedra olana goavana ankehitriny ny ao amin’ny Distrikan’ IKongo any amin’ny Faritra Vatovavy Fitovinany. Noho ny haintany misy mahazo laka amin’izao, dia saika maina tanteraka avokoa ny loharano mpamatsy rano ka mitarika tsy fisian-drano ho an’ny mponina. Raha ny fampitam-baovao azo, dia adiny roa isan’andro ihany no misy paompin-drano mivoha azo akana rano. Lasa miteraka fimenomenonana sy ady amin’ireo mpifanolo-bodirindrina aza ny filaharan-drano. Araka ny fantatra dia efa amam-bolana maro no nisy ity fahasahiranana mianjady amin’ny vahoaka any an-toerana ity, kanefa hatreto dia mbola tsy nahitan’ny tompon’andraikitra vahaolana izany, ka anaovan’ny vahoaka antso avo aty amin’ny mpitondra fanjakana foibe mahefa. Mangataka ihany koa ny fokonolona mba hanampiana isa ireo paompin-drano, satria mampitombo isa ny mpampiasa rano.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Pesta eto Toamasina : Tafakatra “23” ireo mpitsabo voa, niampy iray ny maty omaly

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny ben’ny tananan’i Toamasina, Dr Ratsiraka Elise Laurent, taorian’ny fanakihanana nataon’ny praiminisitra azy, sy mikasika ny valan’aretina pesta eto Toamasina. Nisy noho izany ny fiantsoany mpanao gazety nilazany ny heviny omaly atoandro.

Mitombo isa ny marary sy ny maty. “Aza menatra isika miantso vonjy iraisam-pirenena raha tsy vitantsika intsony ny famehezana ity valan’aretina pesta ity; tsy fahotana mahafaty izany fa fomba iraisam-pirenena satria areti-mandoza sy mety handripaka ain’olona maro ny pesta, ary isika eto ihany no misy izany pesta an-tanan-dehibe izay tena manamora ny fiparitahan’ny aretina”, hoy Dr Ratsiraka Elise Laurent. Nohamafisiny hatrany fa “anjaran’ny fanjakana no manao izany antso avo izany, nefa ilaina ihany koa ny filazana ny marina amin’ny malagasy hanamora ny fiarovan-tenany”. Tao anatin’ny herinandro mantsy dia tsy nitsahatra nitombo ireo voan’ny pesta; raha ny voalazan’ny ben’ny tanana dia olona iray indray maty omaly, nitombo ho 40 eo ireo marary manaraka fitsaboana, ary tafakatra “23” ireo mpitsabo miabo tamin’ny fitiliana natao azy ireo.

“Miasa ny fanjakana”. Nanomboka tamin’ny alatsinainy tolakandro izay mbola mitohy hatramin’izao dia ny fandrarahana fanafody amin’ireo sekoly ara-panjakana sy tsy miankina misy eo anivon’ny Sisco Toamasina I no natao, hahafahana mandray ireo mpianatra ny talata 10 oktobra izao; ankoatra ireo taksibrosy sy ireo mpandeha amin’ny lalam-pirenena faha-2 sy faha-5 mivoaka sy miditra an’i Toamasina. “Miasa ny fanjakana na betsaka ny fanakihanana misy” hoy ny eo anivon’ny prezidansa, vokany hitohy eny amin’ny fokontany ny fandrarahana ny fanafody eto Toamasina manomboka ny faran’ny herinandro izao. Hahazo ny anjara fanafodiny koa ireo biraom-panjakana sy ireo toerana be mpivezivezy hisorohana ny fihanaky ny pesta eto Toamasina ity.

Ho an’ny ben’ny tananan’i Toamasina, Dr Ratsiraka Elisé Laurent, dia mitohy ny fanadiovana entin’ny kaominina na “fako sy voalavo ary parasy” tsy mitondra pesta aza no misy eto Toamasina; aretina vahiny nentin’olona no tonga eto Toamasina ity nefa tsy maintsy manao ny ezaka rehetra ny kaominina amin’ny fifehezana izany, sy manampy ny mponina tsy ho raiki-tahotra be loatra.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ankazo-Mahitsy : Contestation populaire à haut risque

Prévue dès le début du mois de septembre, la passation de service entre l’ancien président du fokontany d’Ankazo et son successeur n’a jamais eu lieu jusqu’ici. Les habitants de cette circonscription de la commune rurale de Mahitsy contestent la décision du gouvernement de limoger leur chef de fokontany en soupçonnant l’existence d’une manœuvre dilatoire de la part des gens malintentionné et ne cherchent qu’à ternir l’image de leur fokontany. Actuellement, les notables de la localité envisagent aller taper fort après avoir tenté de demander des explications auprès du chef de district d’Ambohidratrimo mais en vain car celui-ci a refusé leur demande d’audience. Mais avant de décider, ils comptent rencontrer des responsables gouvernementaux. Ainsi, cette situation risque de dégénérer car un soulèvement populaire est à craindre.

T.M.