Les actualités à Madagascar du Jeudi 06 Juillet 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune696 partages

Le HVM panique devant un zumba collectif

Comment un homme comme le Président Rajaonarimampianina peut-il être aussi inapte à prendre des leçons du passé, malgré sa stature intellectuelle et son background d’enseignant universitaire ?

La crise de 2002 est née de l’incapacité du Président Ratsiraka à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante de Marc Ravalomanana, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête de Tiko, puis quand il était maire. Résultat : Marc Ravalomanana y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

La crise de 2009 est née de l’incapacité du Président Ravalomanana à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante d’Andry Rajoelina, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête d’INJET, puis quand il était maire. Résultat : Andry Rajoelina y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

Pour analyser la volte-face du régime par rapport à l’autorisation donnée au TIM de célébrer son XV ème anniversaire, il suffit de changer les dates et les noms dans les deux paragraphes précédents. À quel jeu malsain joue donc le régime Rajaonarimampianina, et à quel résultat veut-il arriver ? Quelle image le pouvoir actuel veut-il donner de lui en montrant tant de crainte de gens qui veulent juste danser collectivement sur de la zumba ? Quelle crédibilité a ce préfet de police qui change d’avis à 48 heures d’intervalle ?

Dans le bras de fer qui s’annonce, Marc Ravalomanana a des atouts en main. L’avenir nous dira s’il saura les capitaliser dans le contexte actuel. Mais pour ce faire, il faudra que les fameux perroquets qui pullulent sur les réseaux sociaux en chantant « Dada ihany ny anay » sachent sur le terrain se montrer à la hauteur de cet engagement proclamé. Et en espérant aussi que les partisans à Madagascar ne vont pas jouer à l’apôtre Pierre avant que le coq ne chante trois fois. Cela écarte de facto les grandes gueules sur les claviers qui font la révolution à 10.000 km du théâtre des opérations.

Toute ressemblance avec des politiciens malgaches du passé ou du présent ne peut qu’être le fruit du hasard.

L’utilisation du monopole de la violence légitime (qu’il s’agisse de force physique ou d’abus dans l’utilisation de la légalité des actes, même sans légitimité) a toujours été la manifestation d’une vision enfumée par des préoccupations politicardes. Rappelons pêle-mêle (et entre autres) :

Les perturbations des manifestations du KMMR version 2003 (Komity Miaro ny Marina sy ny Rariny) par les gros bras à la solde du Président Ravalomanana ; Les NOTAM du Président Ravalomanana contre Pierrot Rajaonarivelo ; Les NOTAM de Rajoelina contre la délégation de Maputo 3, puis (toujours aussi débiles) contre Ravalomanana ; Les interdictions d’accès des opposants à la Place de la Démocratie par Andry Rajoelina (alors que ce dernier, dans tous les sens du terme, l’avait inaugurée en janvier 2009 pour servir de lieu de libre expression) etc. Et maintenant, l’interdiction débile faite au TIM de célébrer son XVème anniversaire, sous des prétextes fallacieux. [1]

Certes, à 18 mois de l’échéance de 2018, les mauvais démons de nos politiciens commencent à montrer le bout de leur queue (et de leurs cornes). Le parti présidentiel HVM, écœuré de tout le ramdam autour du ClaudineGate, va se venger contre les opposants en se montrant encore plus hautain dans sa toute-puissance imaginaire. On rappellera juste qu’autrefois, il y avait aussi des gens qui se croyaient tout-puissants et intouchables dans leurs abus, mais que le pouvoir de l’opinion publique et de la rue a fini par faire descendre de leur piédestal. Ils s’appelaient Tsiranana, Ratsiraka ou Ravalomanana. Mais aussi, plus récemment, Henri Rabary-Njaka ou Claudine Razaimamonjy. Depuis 1960, combien d’écervelés arrogants ont pensé ou clamé « izahay izao no au pouvoir » ? Combien d’écervelés ont pensé que le Goebbels de service et les gros bras en uniforme pouvaient garantir la pérennité de leur auguste postérieur à Iavoloha ?

Le régime HVM veut donc empêcher le TIM d’effectuer une démonstration de force à Mahamasina. Et en créant une jurisprudence sournoise, il empêchera également le MAPAR de tenir de tels rassemblements. Mais en même temps, multiplier ce genre de provocations augmente le risque d’aller au clash. Surtout si le but est de laisser au HVM le monopole des manifestations publiques sous forme d’assises régionales, afin de renforcer l’image de sa notoriété factice. Si le HVM ose persister dans ses déclarations sur son prétendu statut de premier parti de Madagascar, alors qu’il laisse démocratiquement le TIM et le MAPAR rassembler leurs partisans dans les lieux publics, et qu’il laisse le Président Ravalomanana et Monsieur Rajoelina se présenter librement en 2018. Dia ho hitantsika eo ny fandehan’ny raharaha. Mais en l’absence de ce courage d’aller dans une compétition libre, alors que le HVM assume son hypocrite couardise maquillée derrière un juridisme puant.

Rappelons à toutes fins utiles, et n’en déplaise à ceux à qui ça déplait, que c’est la Capitale Antananarivo qui fait et défait les régimes à coups de crises, lorsque le dirigeant en place a perdu toute légitimité à ses yeux. Bien entendu, d’autres facteurs entrent également en jeu, mais de manière générale un régime qui se met à dos une masse critique au sein de la population d’Antananarivo est sur une pente glissante. Alors, que va-t-il arriver à un parti qui était déjà si mal parti qu’il n’a même pas osé présenter de candidats aux municipales à Antananarivo, devant l’assurance de se prendre une raclée.

A un an et demi de la fin de mandat, on repense à la fanfaronnade de Rajoelina. « Je ne serai pas plus nul que Ravalomanana » avait-il claironné devant les caméras d’une télévision française. On a tous vu le tableau final, lorsqu’enfin la pression internationale a réussi à le déloger de son pouvoir mal acquis. On sait donc par expérience que Monsieur Rajoelina était finalement plus nul que le Président Ravalomanana. Mais la question qu’on se posait au début de 2014 était la suivante : « est-il possible d’être plus nul que Rajoelina ? ». Début 2014, on était sûr qu’il n’était pas possible de faire pire que le DJ. Mais ça, c’était avant.

Midi Madagasikara586 partages

« Otra maina » ataon’ny mpitandro filaminana : Roa hetsy ariary no takian’ny sasany amin’ireo mpito...

« Tsy rariny loatra ! Nosakanan’ny mpitandro filaminana aho teo Anosizato. Vao tafajanona dia ny lakilen’ilay môtô avy hatrany no nesoriny teo amin’ny fitoerany, izay izy vao nitaky ireo antontan-taratasy. Ara-dalàna avokoa anefa ny momba izany ary nolazainy fa tsy izy ary sandoka ilay faktiora, nampiasaiko efa nandritra ny 4 taona. Mitaky vola roa hetsy ariary izy, ho tambin’izay raha tsy izany dia tsy avelany mandeha aho», hoy ny fitarainan’ity mpitondra môtô iray. Iray amin’ireo tranga marobe efa mampitaraina fatratra ireo mpitondra kodiaran-droa ity « otra maina » ataon’ireo mpitandro filaminana miandraikitra ny fifamoivoizana eny an-dalana ity. Mameno ny tambajotra sosialy, izay hany sehatra hanehoan’izy ireo ny alahelony, ny fimenomenomana isan-karazany. Mazàna, hoy ny sasany, dia ireny mpitandro filaminana mitondra galona tsipika iray na tsipika roa ireny no tena tsy mamela mahazo fa tsy maintsy mahita filam-baniny hitadiavam-bola ary rehefa tsy manome dia tonga hatrany amin’ny fandrahonana amin’ny fanagiazana ny môtô, na ny hoe figadrana. Ny sasany indray dia mitsotra ny marina fa mila « regime ». Ekena fa ilaina ny fisavàna tampotampoka eny an-dalana manoloana ny firongatry ny tsy fandriam-pahelamana amin’izao fotoana izao : ny jiolahy  mitsoaka amin’ny kodiaran-droa sy ny halatra isan-karazany. Kanefa dia mazàna izany tranga izany no hanararaotan’ireo sasantsany, hanaovana « otra maina » tsotra izao ireo mpitondra môtô. Amin’izao fotoana izao tokoa dia misy ny ezaka ataon’ireo tompon’andraikitra ambony, na avy amin’ny zandarimariam-pirenena io na avy amin’ny pôlisim-pirenena, ny amin’ny fanafoanana ny kolikoly amin’ireny mpitandro filaminana miandraikitra ny fifamoivoizana ireny. Izy ireo dia miantso ireo mpampiasa lalana mba hiaraka hientana amin’izay lafiny izay. Fa « matoa io kolikoly sy fanomezana « regime » io tsy foana dia mbola misy ireo manome ary mahazo foana ireo mpangataka. Fa rehefa ny rehetra no manara-dalàna, midrikina tsy manome ary manefa izay saziny araka ny tokony ho izy, ho foana ho azy io zavatra io», hoy ny tompon’andraikitra ambony iray nitafa taminay.

m.L

News Mada514 partages

Kitra – «Chan 2018» : mpilalao mozambikanina hafa mihitsy no ho avy eto Madagasikara

 Afaka 11 andro dia hiverina hiakatra kianja indray, ny Barea de Madagascar. Ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Chan 2018) ny dingana manaraka. Fihaonana  handraisana ny ekipam-pirenen’i Mozambika.

 

Hotanterahina, eo amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny alahady 16 jona ho avy izao ny lalao mandroso eo amin’ny fihodinana faharoa hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy mpila ravinahitra “Chan 2018”, hatao any Kenya. Handray ny Mambas avy atsy Mozambika ny Barea de Madagascar, amin’izany dingana izany. Nambaran’i Abel Xavier, mpanazatra an’i Mozambika fa miova ireo mpilalao ho avy eto Madagasikara fa tsy ireo izay niatrika ny Cosafa, farany teo. Raha tsiahivina, vao tamin’ny 30 jona lasa teo  no nifandona ny ekipa roa tonta ka lavon’ny Barea, tamin’ny isa 4 no ho 1 ry zareo.

Voalaza fa saika ireo mpilalao U20 ny ankamaroan’ireo niatrika ny Cosafa, ho an’i Mozambika. Voatazona, tamin’ny fifaninanam-pireneny, nandritra iny Cosafa iny,  ireo mpilalao zokiny. Mila mailo izany ny Barea satria vonona ny hanala vela ry zareo, izay mbola handray ny lalao miverina, afaka herinandro. Hifandona amin’i Angola na Maorisy, izay mivoaka ho mpandresy eo. Raha tafita eo ny Barea dia tafita, amin’ny Chan 2018, hatao ny 11 janoary – 2 febroary 2018.

Mpitsara kaomorianina efatra mirahalahy no hitantana ny lalao dia i Ali Mohamed Adelaid,  Soulaimane Amaldine, Mmadi Faissoil, Soulaimane Ansudane. Botsoaney kosa ny hitsara ny lalao miverina dia i Tirelo Mositwane, Moemedi Monakwane, Kitso Madondo Sibanda, Omphile  Phutego. Teratany zimbaboeanina, Felix Tangawarima, kosa ny “commissaire de match”.

Ankoatra izay, voatendry hitsara ny lalao miverina eo amin’i Kaomoro sy i Leshoto, Rakotojaona Andofetra, miaraka amin’i Djaonirina Jean Thierry sy Rambeloson Basile ary i Kanoso Abdoul. “Commissaire de match”- n’io fihaonana io, ny filohan’ny federasiona malagasy, Andriamiasasoa Doda.

Tompondaka

 

Tia Tanindranaza185 partages

Maitre OLALA“Tsy rariny ny fanakanana ny TIM”

Nanao izao ny HVM tany Toliara maninona no navela nanao, hoy ny mpisolovava Willy Razafinjatovo manoloana ny tsy famelana ny Antoko Tiako I Madagasikara hanao hetsika eny amin’ny Kianjaben’i Mahamasina ho fanamarihana ny faha-15 taona nijoroany ?

 Nandeha teny amin’ny arabe ary nanapa-dalana mihitsy ny HVM. Ny an’ny TIM  anefa ao amina toerana mihidy tsy misy fanelingelenana ny fifamoivoizana ny filaminam-bahoaka. Nametra-panontaniana mihitsy ity mpisolovava ity hoe maninona no atao an’izany?

Ezahina voizina ankehitriny ny hoe nanao sakantsakana I Marc Ravalomanana tamin’ny fitondrany, izay fialana bala amin’ny resaka hakanosana noho ny tahotra ny TIM. Tsy hifamaly faty no atao eto fa raha hendry ianareo dia natao hitady sy hikatsaka ny soa ho an’ny vahoaka fa tsy hanao izao toetra ratsy izao, hoy ity mpisolovava ity. Tsy mahita horaisina ny fanjakana manoloana ny fahantram-bahoaka kanefa mbola te hidrikina hibodo fahefana, ka any amin’ny famoretana sy fanaovana tsindry amin’ny olona atahorany handresy azy amin’ny fifidianana sisa paikady tsy maintsy hizorana. Mihevitra ny HVM fa afaka manao izay danin’ny kibony fa ny hafa kosa natao hoporetina sy hotsindriana lava. Mihevi-tena ho mafy, ka mbola hiantehitra hatrany amin’ny herin’ny mpitandro ny filaminana hoenti-mamoritra ny olona sy ny antoko tsy mitovy fomba fijery aminy sy atahorany mafy. Efa ao anaty fanjakana jadona isika izao, ary rehefa manomboka mampiasa hery dia efa an-dalam-pirodanana izay, saingy samy miandry ny rehetra hoe amin’ny alalan’ny fitsipahana azy amin’ny fifidianana ara-demokratika sa ny mety tsy hahandry izany intsony rehetra fa ny fipoahana ara-tsosialy noho ny fahantram-bahoaka na ny fanoherana ny jadona no tonga aloha ?

Toky R

 

L'express de Madagascar172 partages

Manifestation – Le stade de Mahamasina « scellé » par l’Emmoreg

Le stade de Mahamasina sera interdit d’accès au public, samedi. Des éléments des forces de l’ordre ont commencé à quadriller la zone, hier, en début de soirée.

Jonction des forces. C’est la grande crainte des autorités face, notamment, à la         célébration du XVe anniversaire du parti Tiako i Madagasikara, qu’ils veulent organiser au stade municipal de Mahamasina. Aussi, l’ordre en vigueur depuis, hier, est l’interdiction d’accès au public du stade.« Il faut considérer le contexte général. Il y a un risque de jonction entre les manifestations de cette fin de semaine et des intentions déjà affirmées depuis quelque temps. Il faut prévenir tous les risques et prendre des mesures adéquates afin d’éviter d’éventuels affrontements », a expliqué le général Béni Xavier Rasolo­fonirina, ministre de la Défen­se nationale, lors d’une con­ver­sation téléphonique, hier.Outre l’anniversaire du TIM, le Mouvement pour la liberté d’expression (MLE), appuyé par des organisations syndicales, compte tenir une marche pacifique, demain. S’appuyant sur les renseignements qui leur sont parvenus, les autorités craignent que des politiciens malveillants ayant déjà affirmé leurs intentions depuis quelques temps, ne profitent de ces mouvements pour déclencher une réaction en chaîne déstabilisatrice.Au niveau des forces de défense et de sécurité (FDS), c’est le branle-bas de combat. Une réunion des principaux responsables des FDS a été convoquée par le ministre de la Défense, à son bureau, à Ampahibe, hier matin. Dans l’après-midi, c’est l’organe mixte de conception (OMC), d’Antananarivo, qui s’est réuni au bureau du préfet de police, à Tsimbazaza. L’interdiction de la célébration du 15e anniversaire du TIM, au stade de Mahama­sina, y a été réaffirmée.

ImbroglioL’absence de demande d’autorisation par le MLE a, aussi, été soulignée. Lors de l’échange téléphonique, le général Rasolofonirina, a indiqué que des individus n’ayant pas pu rassembler les foules pourraient profiter de l’affluence durant l’événement de samedi. Face aux journalistes, mardi, au palais de la ville d’Antananarivo, à Ana­lakely, Marc Ravalomanana, président national du TIM, a lancé qu’il sera, à Mahama­sina, avec au moins quarante mille personnes.Selon le ministre de la Défense, le fait que le TIM affirme vouloir faire fi de l’interdiction risque de compliquer la situation. Aussi, la réunion d’Ampahibe est une manière d’affirmer que les forces de l’ordre sont prêtes à appuyer la décision du représentant de l’État. Sur terrain, l’interdiction prononcée par le général Angelo Ravelo­narivo, préfet de police d’Antananarivo, s’est traduite en acte par une descente, au stade de Maha­ma­sina, d’un contingent de l’État major mixte opérationnel (EMMO).Ils ont démonté les installations et affiches disposés par les organisateurs de l’évé­nement, durant la journée. Déterminés à ne pas changer leur plan, des militants du TIM conduit par l’ancien chef d’État hymself, ont fignolé les préparatifs, à Mahamasina, hier, se prêtant même à une répétition de Zumba, devant les objectifs de la presse. « Avec cette décision c’est peut-être l’État qui provoque le TIM. Nous assurerons la sécurité à l’intérieur du stade. À eux de faire leur travail à l’extérieur », a réagi Marc Ravalomanana.Sur la présence de l’EMMO dès, hier soir, le général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la Circons­cription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN), a expliqué : « Nous avons décidé de prendre des mesures très tôt afin d’éviter de probables affrontements. L’accès au stade sera donc, restreint. Les lieux seront totalement bouclés et interdits d’accès au public, samedi ». Sauf changement, l’interdiction d’accès devrait être en vigueur dès, vendredi, en fin d’après-midi.Le stade municipal fait, toutefois, partie du patrimoine de la commune urbai­ne d’Antananarivo (CUA). La décision de l’OMC d’Anta­na­narivo, et les mesures qui s’ensuivent créent un imbroglio de prérogatives, fait remarquer un juriste. « La CUA n’a pas interdit l’accès et l’utilisation du stade de Mahamasina, par le TIM. La commune, d’autant plus, a toujours donné son accord à tous ceux qui ont demandé l’usage de ces lieux, sans considération d’obédience politique », a argué un ténor du TIM contacté.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara158 partages

Hery Rajaonarimampianina : 11e sortie à l’extérieur depuis janvier

Le Président Hery Rajaonarimampianina enchaîne voyage sur voyage.

Rien qu’en l’espace d’un peu plus de six mois, le président de la République a visité trois continents avec notamment 11 sorties. Pour les six mois sortants, ce serait ainsi une vingtaine de « visites officielles » à l’étranger.

Le Président Hery Rajaonarimampianina est rentré au pays, hier, après sa 11e sortie à l’extérieur, depuis le début de l’année. Soit une fréquence de deux fois par mois, enfin presque. Pour cette dernière sortie, le chef de l’Etat a assisté au 29e Sommet de l’Union africaine qui s’est tenu les 3 et 4 juillet à Addis-Abeba. Cette capitale éthiopienne a été ainsi visitée pour la deuxième fois par le chef de l’Etat malgache, depuis le mois de janvier. En effet, il a été présent au 28e Sommet de l’Union Africaine les 30 et 31 janvier qui a eu lieu au siège de l’Union africaine.  D’ailleurs, c’est le continent noir qui a été le plus visité.

Travaux. Ce périple africain du locataire d’Iavoloha lui a permis notamment de visiter un certain nombre de pays de ce continent. Ainsi le 18 mars, le Président Hery Rajaonarimampianina s’est rendu au Swaziland où il a été reçu par Sa Majesté Mswati III, Roi de ce pays. Un entretien qui a porté notamment sur le renforcement des relations entre les deux pays. Par la suite, il s’est rendu à l’île Maurice, de passage seulement dans son pays natal. Dans l’île sœur, il a assisté aux travaux de la première édition de la plateforme économique africaine (du 20 au 22 mars dernier). Au début du mois de juin, pour une visite officielle en Zambie. Motif évoqué, le Chef de l’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina, est à Lusaka, tout d’abord en tant que Président du sommet du COMESA. Le siège de l’organisation, qui compte 19 membres, se trouve dans la capitale zambienne.

Recherche. Le Président Hery Rajaonarimampianina n’a pas non plus oublié le continent asiatique. Au mois de mars, il s’est rendu au pays de Mao Zedong où il a pris part au forum asiatique de Basoa, grand rendez-vous annuel mondial des dirigeants politiques, du commerce et de la recherche. Le thème a porté sur le « Futur de la mondialisation et du libre-échange ». La signature d’un mémorandum portant sur le programme « ceinture économique de la soie » a été également effectuée. Toujours pour le compte de ce premier semestre,  le troisième continent qu’il a visité c’est l’Europe. Vers la fin du mois de mai, il s’est rendu en  Allemagne. A cette occasion, le président Hery Rajaonarimampianina s’est rendu au Bundestag pour une rencontre avec la Commission pour la coopération économique et le développement, présidée par Madame Dagmar Wöhrl. Juste après la fête de l’indépendance (le 26 juin), le Président malgache a rallié Paris où il a rencontré le Président Emmanuel Macron.

Dominique R.

Madaplus.info132 partages

Victor Harison DG de l'INSCAE élu président au poste de Commissaires aux affaires économiques de l'UA

A l’issue d’un scrutin de trois tours, le candidat de Madagascar, Professeur Victor HARISON, avec la bénédiction du Président Hery Rajaonarimampianina, a été élu au poste de Commissaire aux Affaires économiques de l’Union Africaine (UA).
Un résultat salué avec ferveur par la délégation malgache présente sur place. « Il s’agit du premier ressortissant malagasy à occuper un poste électif au sein de cet organe exécutif de cette institution depuis la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) en 1963, à laquelle a succédé l’Union Africaine (UA) en 2002 », a réagi la ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah. Cette dernière se trouvait en effet, depuis jeudi dernier, à la tête de la délégation qui a multiplié les lobbyings auprès de ses pairs africains sur place pour trancher en faveur de la candidature de la Grande île malgache. Ce vote constitue un événement historique qui couronne le rôle de la diplomatie politique malgache pour le rayonnement de Madagascar et au service du développement du continent.
Pour en revenir au nouveau Commissaire aux Affaires économiques de l’Union Africaine, le Professeur Victor HARISON, qui n’est autre que l’actuel Directeur Général de l’INSCAE, il aura à mettre en œuvre sa vision d’un « panafricanisme économique pour l’émergence de l’Afrique » en s’attelant à promouvoir l’intégration économique du continent, les affaires monétaires et le développement du secteur privé, l’investissement et la mobilisation des ressources.
La Commission de l’Union Africaine est présidée actuellement par Moussa Faki, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad. Elle est composé de dix membres parmi lesquels un président et un vice-président. Les huit autres membres sont des Commissaires ayant chacun un portefeuille déterminé, à savoir : Paix et sécurité, affaires politiques, infrastructure et énergie, affaires sociales, développement humain, science et technologie, commerce et industrie, économie rurale et agriculture ou encore affaires économiques. Il faut signaler aussi que les membres de la Commission de l’Union africaine sont élus pour quatre ans renouvelables une seule fois.
Le 29e sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine, dont le thème est « Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », tablera sur plusieurs points, notamment la réforme de cette organisation. Cette reforme s’articule notamment autour de l’efficacité de l’Union Africaine, dont les points importants concerne l’autofinancement ou encore le renforcement des pouvoirs de la Commission.
Sources Orange.mg
Midi Madagasikara128 partages

Mobilisation des « Zanak’i « Dada » : Décor démonté par les forces de l’ordre, Mahamasina quadril...

Environ six véhicules 4×4 de l’Emmo-Sécurité et un camion de la Police nationale ont été aperçus à l’intérieur du stade hier soir.

Coup de tonnerre. La grande mobilisation du parti « Tiako i Madagasikara » prévue se tenir samedi prochain n’aura finalement pas lieu, ou du moins, elle ne se déroulera pas comme prévu. Hier vers 19h45, des éléments de l’Emmoreg ont démonté les banderoles et toutes les décorations qui ont déjà été installées dans le cadre de cet évènement. Depuis hier soir, le stade de Mahamasina est quadrillé par des éléments des forces de l’ordre. Environ six véhicules 4×4 de l’Emmo-Sécurité et un camion de la Police nationale ont pénétré à l’intérieur du stade pour déposer des éléments. Les policiers municipaux présents sur les lieux n’ont observé aucune résistance. Et ce, même si l’Emmoreg n’a présenté aucun mandat officiel pour cette « opération ». Cette initiative a certainement été prise à l’issue des réunions des hauts responsables des trois forces, à savoir l’Armée, la Gendarmerie et la Police nationale, qui se sont succédé tout au long de la journée d’hier.

Troubles. Joint au téléphone dans la soirée, un haut responsable au niveau de la Gendarmerie a confirmé que les forces de l’ordre seront présentes à Mahamasina jusqu’à samedi. Cependant, d’après les explications, le stade ne sera pas complètement fermé au grand public pour aujourd’hui et demain. En effet, les employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui travaillent à Mahamasina et les sportifs qui s’y entraînent quotidiennement pourront encore accéder à l’intérieur du stade. Par contre, l’accès sera strictement interdit aux partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana qui souhaiteront poursuivre les préparatifs en vue de ce meeting. A partir de vendredi, le stade de Mahamasina sera complètement bouclé et l’entrée sera interdite au grand public. Notre source auprès des forces de l’ordre a également expliqué que cette disposition a été prise afin de minimiser les risques d’affrontement. Faut-il rappeler qu’au cours d’une conférence de presse organisée dans son bureau le 3 juillet dernier, le Préfet de Police d’Antananarivo, le Général Ravelonarivo Angelo a annoncé l’annulation de l’autorisation qui a pourtant déjà été octroyée aux « Zanak’i Dada ». « A cause d’un renseignement bien fondé indiquant l’existence d’individus malintentionnés qui prévoient de s’infiltrer dans la foule pour semer des troubles », a-t-il laissé entendre.

« Acharnement politique ». Hier, une réunion entre la Procureure de la République, la Préfecture de Police et les trois entités des forces de l’ordre à savoir la Police nationale, la Gendarmerie et l’Armée s’est tenue à Tsimbazaza. Le maintien de l’annulation de l’autorisation du « Tiako i Madagasikara » a figuré parmi les décisions prises durant de cette rencontre. Au cours d’une nouvelle conférence de presse, le Préfet de Police, le Général Ravelonarivo Angelo a réitéré que des mesures de sécurité particulières vont être prises pour empêcher la tenue de ce meeting. On aura certainement plus d’informations sur les tenants et aboutissants de ces mesures de sécurité « draconiennes » à l’issue de la réunion des hauts responsables de l’Emmoreg qui aura lieu ce matin à Ankadilalana. On attend également la réaction des leaders du parti « Tiako i Madagasikara » face au démantèlement de leurs installations. Dès hier soir, les « Zanak’i Dada » ont dénoncé à travers les réseaux sociaux un « acharnement politique ». Reste également à savoir si Marc Ravalomanana qui a déclaré qu’il sera présent à Mahamasina avec 40 000 partisans, osera se présenter au « kianja » samedi pour faire face aux plusieurs centaines de forces de l’ordre qui seront mobilisées pour quadriller le stade.

Panique générale. Quoi qu’il en soit, l’on remarque que cette mobilisation du « Tiako i Madagasikara » provoque une panique générale en haut lieu. Les tenants du régime HVM sont dans une situation très embarrassante. Hier, plusieurs réunions des hauts responsables de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police nationale se sont succédé, notamment à Ampahibe et à Tsimbazaza. Une source bien informée a aussi fait savoir que le Préfet de Police a été convoqué d’urgence par la Présidence de la République. Si l’ancien président Marc Ravalomanana optera pour le forcing et maintiendra sa « grande mobilisation », le risque d’affrontement n’est donc pas à écarter samedi.

Davis R

L'express de Madagascar127 partages

Jirama – Hausse de 15% pour les entreprises

La Jirama envisagerait une hausse de 15% du tarif d’électricité pour les clients de haute tension et moyenne tension. Elle serait de 2,8% pour les particuliers.

Coup dur pour les entreprises. Elles semblent être les plus touchées par la révision à la hausse du tarif d’électricité. D’après une source proche de ce dossier, la Jirama envisagerait de réviser jusqu’à 15% les prix moyens de l’électricité pour les clients de haute tension (HT) et moyenne tension (MT).Les entreprises paieraient le lourd tribut de cette politique de révision de tarif de la Jirama. Car dans le domai­ne de l’énergie, les clients qui souscrivent à ces niveaux de tension de fourniture électrique sont principalement des entreprises et industriels.Pour illustrer un peu cette retouche envisagée par la Jirama, le prix du kilowat­theure passerait de 561 ariary à 645 ariary pendant les heures de pointe, pour les clients HT. La nuit, elle serait facturée à 65 ariary.La semaine dernière, la société avait annoncé la révision de son tarif d’électricité à partir du 1er juillet. Le business plan de la société, validé par son conseil d’administration mi-juin, prévoit une hausse moyenne de 7,5%. « Cette hausse ne touchera cependant pas les clients issus des couches sociales aux faibles revenus. Les modalités pratiques de cette hausse seront publiées ultérieurement sur ce site », indique la Jirama sur son site internet.

Réduire les coûtsOr, les clients en basse tension (BT) pourraient voir une hausse dans leur facture. Car, selon notre source, la société d’État envisagerait une légère hausse des prix moyens à 2,8%. «Il n’y aura aucune hausse pour les premières tranches. Par contre, une hausse de 3,5% serait enregistrée pour les autres éléments de tarif », a fait savoir notre source.Pour le moment, ces tarifs font encore l’objet d’une discussion en haut lieu, entre l’office de régulation de l’élec­tricité (ORE) et la Jirama.La révision des tarifs en­trent dans le cadre de la politique de redressement de la société. Elle fait aussi suite aux engagements pris par le gouvernement dans le cadre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) avec le Fonds monétaire international (FMI).Dans ce sens, le gouvernement envisage de réduire les coûts et d’accroître les recettes, notamment, par des relèvements graduels des tarifs, si nécessaire, pour assurer un recouvrement total des coûts opérationnels. L’objectif est d’atteindre l’équilibre opérationnel en 2020, et de ne plus être dépendant de la subvention de l’État.La dernière révision des tarifs d’électricité date de l’année dernière. Juste avant la conclusion de l’accord avec le Fonds, la Jirama a relevé à deux reprises les tarifs c’est-à-dire de 10% en juin puis de 5% en juillet. Et entre 2009 et 2012, aucune révision n’a été faite par les autorités de la Transition.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara121 partages

Moramanga : Jiolahy nihetsika aretina, nivadihan’ny ody ratsiny

Matanjaka be no tsy mahatsiaro tena toy ny lanin’ny herinaratra no fihetsik’ilay iray tamin’y jiolahy nataon’ny zandary fanadihadiana no sady te handositra fa miady amin’ilay mpimasy nifanao velirano taminy izay izy ihany no mahita izany, ny 03 jolay 2017 tao amin’ny biraon’ny zandary eto Moramanga . Naterina avy hatrany teny amin’ny hopitalin’i Moramanga , ny marain’ny 04 jolay 2017 fa mbola mihombo hatrany ilay fihetsika.Tsy nihevitra ny hanao izao asa ratsy izao izy tany am-boalohany fa nitondra posy no asany.Nisedra olana ara-bola izy tao anatin’ny telo volana toy ny tsy fahaloavana hofan-trano, hofam- posy ka nahatonga azy  hanapa-kevitra samirery tsy niera tamin’ny vadiny fa ny resaka nifanaovana tamin’ny namana ny hoe “ mety tsy tratra na mangalatra, rehefa mahay mifanaraka amin’ny mpimasy”.Handeha hitady asa any amin’ny fianakaviana no nialana ny tokantrano ny alarobia 28 juin 2017 izay fotoana nifanomezana ny  nanaovana ny velirano teo aminy sy ny namany dia ny nandatsahana ny ràny sy ny fisotroana ireo karazan-javatra maro samihafa amin’ny alalan’ny fomba fanafihana. Izy irery no natao an’ity fomba ity tamin’izy 6n -dahy niray petsapetsa ny hafa kosa vavolombelona. Ny fadin’ilay fanafody dia ny tsy mifanonona rehefa tratra .Tsy nahatohitra ity fepetra ity anefa ilay nitondra ny fady fa vao tratra izy dia nitanisa ireo namany satria izy mihitsy no saron’ny zandary voalohany ka nilaza ny marina rehetra . Voatery nahiditra ny hopitalin’i Moramanga izy ny 04 jolay 2017 ho fitsaboana azy ; mihinjitra toy ireny tsy tompon’ny tenany ireny ary mahita ilay mpimasy mibedy sy mandrahona ny hanala ny ainy mandrakariva izy . Tsy misy vola naloa tamin’ny nanaovana ny velirano niaraka tamin’ilay mpimasy fa izay entana azo no zaraina mitovy aminy. Vao nahazo ny anjarany kosa ity farany dia lasa nody any amin’ny faritra hafa niaviany. Ireo 5 lahy kosa atolotra ny fitsarana raha mbola ampijalian’ny fanahy ratsy ny iray.Hanafika ilay mpivarotra tao amin’ny kaominina Amboasary gara, ny alin’ny 02 jolay 2017 no tanjona ka sady saron’ny zandary no mbola nivadihan’ny fanafody ratsiny.

Cathy

Midi Madagasikara120 partages

Interdiction définitive de la manifestation de samedi

C’est maintenant irrémédiable ! La manifestation organisée par le TIM pour la célébration de son 15e anniversaire ne pourra pas avoir lieu. Le préfet de la ville d’Antananarivo a réitéré l’interdiction qu’il a signifiée au parti de l’ancien président Marc Ravalomanana. La déclaration lors du point de presse qu’il a fait aujourd’hui ne souffre d’aucune discussion. Elle semble même être assortie d’une menace à peine voilée.

Interdiction définitive de la manifestation de samedi

Les membres du TIM ont organisé cett manifestation comme une grande fête. Il s’agit du retour triomphal de leur parti sur la scène politique malgache. Cela suscite, même s’il ne le dit pas ouvertement, la crainte du régime. L’autorisation accordée dans un premier temps par le préfet  qui l’a fait de bonne foi a suscité bien des remous au sommet de l’Etat. Et sous la pression de ses supérieurs, il a été obligé de se rétracter. L’entourage de l’ancien président Marc Ravalomanana a décidé d’ignorer cette interdiction et a continué à faire comme si de rien n’était. Mais les titres de la presse favorable au régime annonçant un possible bain de sang, ce samedi, n’ont laissé subsister aucune ambiguïté sur la volonté du pouvoir d’empêcher la tenue de la manifestation. Le point de presse du préfet, hier, n’a laissé plané aucun doute : le stade de Mahamasina sera fermé. Des mesures de sécurité strictes seront prises. Elles seront détaillées  aujourd’hui.  On peut se demander pourquoi les autorités se sont raidies à ce point alors que les membres du parti TIM ont assuré avoir la parfaite maîtrise de la situation. Ou plutôt, on le devine : la décision est purement politique. Le parti HVM a organisé son congrès à Toliara récemment et a pu réunir ses militants en toute quiétude. Aucune crainte de désordre n’a été évoquée. C’est aujourd’hui la raison trouvée pour empêcher cette célébration du 15e anniversaire du TIM. Mais au-delà du risque de désordre, il y a la volonté du régime d’affirmer son autorité. Ce dernier n’a pas  l’intention de céder même s’il doit utiliser la force. Comme d’habitude, il déploiera le maximum de forces de l’ordre, mais aura-t-il pour autant réussi à convaincre l’opinion du bienfondé de sa décison ?

Patrice RABE

Midi Madagasikara114 partages

Dr. Adrien Michel Ratsimbaharison : « Le pays souffre toujours de l’absence de démocratie »

AMR est professeur au Department of Social Science and Criminal Justice au Benedict College – Columbia.

Connu à l’époque sous ses initiales AMR, notre ancien confrère chez Midi Madagasikara, actuellement Professeur de Science Politique dans une Université américaine, publiera ce mois-ci aux éditions Rowman and Littlefield , un livre intitulé « The Political Crisis of March 2009 in Madagascar » (La Crise Politique de Mars 2009 à Madagascar). Ce second ouvrage écrit par ce titulaire de PhD, sera disponible officiellement le 17 juillet 2017, mais peut être d’ores et déjà commandé sur l’internet à partir d’un site web d’amazon (www.amazon.fr ou  www.amazon.com).  De passage au pays, l’auteur a bien voulu répondre à nos questions avant de rentrer dans deux semaines en Caroline du Sud après ce retour aux sources. Interview.

Midi : Pouvez-vous résumer succinctement le contenu de votre second livre ?

Adrien Michel Ratsimbaharison (AMR): « Comme son titre l’indique, le livre concerne les évènements qui se sont déroulés à Madagascar de décembre 2008 (date de la fermeture de la télévision VIVA par le gouvernement de Marc Ravalomanana) à septembre 2011 (date de la signature de la Feuille de Route).  J’essaie d’apporter des réponses basées sur la Science Politique aux questions suivantes :

Comment expliquer l’occurrence de la crise politique de mars 2009 ?Pourquoi a-t-il fallu deux années pour trouver une solution pacifique à cette crise ?

 « Protorebelious context » et « conflict escalation »

 Midi : Comment expliquez-vous l’occurrence de cette crise politique ?

AMR : « Avant de répondre à cette question, je voudrais d’abord expliquer l’approche et la méthode de recherche utilisées pour parvenir aux résultats (ou réponses aux questions).  Premièrement, j’ai adopté ce que j’ai appelé « approche conflit » qui consistait à considérer les évènements comme étant des évènements entrant dans le cadre de conflits d’intérêts économiques et politiques entre individus et groupes d’individus.  En ce qui concerne le traitement des données ou informations, j’ai utilisé une méthode particulière qui a été dénommée « étude de cas structurée et concentrée » par deux chercheurs américains, Alexander George et Andrew Bennett.  L’utilisation de cette approche et cette méthode m’ont permis d’apporter l’explication suivante : la crise de mars 2009 a éclaté à cause des effets combinés des variables suivants :

Premièrement, un contexte politique, économique et social qui a été marqué par un régime non-démocratique (pour ne pas dire autocratique) et l’existence d’une « privation relative » au niveau de la population en général.  Ce contexte peut être décrit comme « contexte explosif » ou bien « protorebelious context », suivant le théoricien de révolutions, James C. Davies.

Deuxièmement, des acteurs politiques (surtout les deux leaders : Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina) qui ont recouru à des stratégies compétitives et qui n’ont pas essayé de trouver une résolution pacifique à leur conflit.

Troisièmement, des déclencheurs puissants qui ont contribué à la montée des tensions (ou conflict escalation en anglais) de la phase d’instabilité (du 15 décembre 2008 au 8 mars 2009) à celle de la crise (du 8 au 17 mars 2009).

Des explications détaillées sur chacun de ces variables sont données dans le livre.

 « Ripe for resolution »

 Midi : Qu’en est-il de la résolution de la crise ?

AMR : « Je tiens d’abord à souligner que la crise, définie dans le livre comme étant une phase du conflit au cours de laquelle « des groupes armés sont mobilisés et sont prêts à se battre », n’a duré en fait que quelques jours (du 8 au 17 mars 2009).  Un chapitre du livre explique comment le niveau du conflit est descendu de la phase de la crise à celle de l’instabilité (définie dans le livre comme étant une phase du conflit au cours de laquelle « les tensions et suspicions entre les forces politiques montent »).  Cependant, je pense que le conflit n’est devenu « mûr pour sa résolution » (ripe for resolution, en anglais) que vers la fin de l’année 2010 quand la plate-forme politique ESCOPOL était parvenu à établir l’Accord Politique d’Ivato, qui a servi de base à la Feuille de Route de septembre 2011. En d’autres termes, le contexte n’a été favorable à la résolution pacifique du conflit qu’en ce moment-là, c’est-à-dire vers fin 2010.

 « Une autre crise »

 Midi : Pour terminer, comment voyez-vous la situation actuelle à Madagascar ?

AMR : « Tel que je l’ai déjà dit dans une autre interview avec un de vos confrères, le contexte politique, économique et social qui était favorable à la crise de mars 2009 n’a pas beaucoup changé depuis cette année-là:  le pays souffre toujours de l’absence de démocratie et de l’existence de privations de toutes sortes.  De plus, les stratégies des acteurs politiques n’ont pas non plus beaucoup évolué. C’est-à-dire qu’ils continuent tous de recourir à des stratégies compétitives, sans compromis, ni coopération, ni collaboration.  De ce fait, il suffit que des déclencheurs assez puissants surviennent pour qu’une autre crise éclate ».

Propos recueillis par R.O

Midi Madagasikara107 partages

Pr Tehindrazanarivelo Alain : Nommé ambassadeur à Addis Abeba

Pr Alain Tehindrazanarivelo

Enfin ! Après une longue attente durant laquelle les responsables étatiques n’ont eu de cesse de promettre de procéder aux nominations, un ambassadeur a été nommé lors du Conseil des Ministres d’hier. Il s’agit du Pr Tehindrazanarivelo Alain. Vice-premier ministre du temps de la transition, il est désormais ambassadeur de Madagascar auprès de la République d’Ethiopie, représentant permanent de Madagascar auprès de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique. Cette nomination intervient après le déplacement à Addis Abeba (Ethiopie) du président de la République dans le cadre du Sommet des Chefs d’Etat de l’Union africaine.

R.Eugène

Madagate102 partages

Afrique Rallyes. Sandy Solofonirina Ramambazafy. Une femme qui fait honneur à son pays

TRADUCTION

Pose pour une photo avec quelques-unes des « Women In Motorsport » en Ouganda avant le début de la cérémonie de départ du « Pearl of Africa Uganda Rally 2017 ».

Sandy Yannick Solofonirina estime que le nombre actuel de femmes participant en Uganda Motorsport démontre l'intérêt accru des femmes dans Motorsport. Solofonirina, qui est le coordonnateur de la FIA pour WIM Afrique, a été les Commissaire Sportif de la FIA lors du quatrième manche du championnat d’Afrique des Rallyes organisé en Ouganda. Le Rallye « Pearl of Africa » du 29 juin au 1er juillet 2017.

Neuf femmes ont participé à l'épreuve sur une vingtaine d'autres déployées dans différents départements, comme officiels de terrain, calcul des temps et le secrétariat Sylvia Vindevogel qui navigue Giancarlo Davite a dominé la classe des dames en troisième position, suivie d'Urshlla Gomes qui copilote son mari, Leroy Gomes. Rahma Mohammed et Mariam Nambasa sont les autres femmes qui ont terminé le rallye du week-end dernier. «L'Ouganda est un pays si beau où les gens adorent le sport, que ce soit des hommes ou des femmes. C'était tellement agréable de voir de nombreuses femmes impliquées dans le sport et je crois que plus de femmes rejoindront ce sport», a-t-elle déclaré.

Solofonirina a encouragé une plus grande participation des femmes au sport. « J'encourage les femmes à faire tout ce qu'elles peuvent pour le sport automobile, à encourager davantage de dames. Nous, les femmes devons faire entendre la voix africaine à travers le sport que nous aimons », a-t-elle affirmé. Solofonirina est une concurrente elle-même et a été nommé par Michèle Mouton pour coordonner la cause « Women in Motorsport » en Afrique. Elle a depuis lancé le programme dans son pays. Elle est également responsable de la FIA en ARC.

Note : Ella a aidé les femmes d’autres pays d’Afrique comme le Kenya, la Zambie, le Rwanda et la Côte d’Ivoire.

Midi Madagasikara88 partages

Me Willy Razafinjatovo : « Les dirigeants ne doivent pas recourir à la vengeance »

Me Willy Razafinjatovo dit Olala.

Autorisation de la Préfecture de police d’Antananarivo puis volte-face de cette dernière concernant la célébration du 15e anniversaire du parti de l’ancien président de la République Marc Ravalomanana. Un nouveau deux poids, deux mesures s’annonce.

La publicité a été lancée sur les réseaux sociaux et à travers les médias à peu près trois semaines avant la date à laquelle la grande mobilisation est prévue. Cette mobilisation n’est autre que la célébration du 15e anniversaire du Tiako i Madagasikara et pour laquelle aucune manifestation portant atteinte à la sûreté de l’État n’est concoctée. L’autorisation a été donnée aussitôt qu’elle a été retirée par la suite par la Préfecture de police d’Antananarivo. Jusqu’à maintenant,  Marc Ravalomanana, le président national du Tim, et les ténors du parti affichent leur détermination à ce que cette mobilisation ait lieu. Entre-temps, le maître Olala ou Willy Razafinjatovo a eu son mot à dire et à en croire ses dires, un nouveau deux poids, deux mesures s’annonce. Sur une station radio privée, il a affirmé que « quand le HVM a organisé les assises régionales à Tuléar le mois dernier, personne n’a empêché leur tenue. Pourquoi quand c’est le Tim qui souhaite célébrer ses 15 ans, on fait tout pour qu’aucune célébration n’ait lieu ? », s’est-il interrogé. Effectivement, personne n’avait interdit au parti au pouvoir d’organiser ces manifestations à Tuléar au mois de juin nonobstant l’existence du décret pris en conseil du gouvernement en date du 30 mai interdisant toute manifestation durant le mois de juin et d’un. De deux, « le Tim a demandé un lieu public fermé », a continué Willy Razafinjatovo. Les manifs du HVM étaient dans les rues.

Vengeance. Suivant de près ce scénario, la question relative à la réconciliation nationale ou la réconciliation de Hery Rajaonarimampianina et de Marc Ravalomanana (c’est selon) revêt un caractère difficile, car à en croire ce qui se passe, la culture de la vengeance serait érigée en pratique légitime. « Ce n’est pas parce que le régime Ravalomanana le faisait à l’époque que vous allez procéder de la même manière. D’ailleurs, les dirigeants ne doivent jamais recourir à la vengeance. Ils ne doivent chercher qu’à promouvoir l’intérêt supérieur de la Nation », a averti Willy Razafinjatovo. De surcroît, le motif argué par le Préfet de Police quand il a décidé de retirer l’autorisation du Tim n’étant autre que « l’existence avérée d’une préparation de troubles qui auraint lieu ce samedi». Donc, sur la base de rumeurs ou d’une information non-recoupée, une autorité est à même de prendre une décision. Quoi qu’il en soit, l’attention est focalisée sur ce qui va se passer vendredi, marche du MLE (Mouvement pour la Liberté d’Expression), et samedi, la célébration du 15e anniversaire du Tim.

Aina Bovel

L'express de Madagascar85 partages

Investissement – Visite éclair de Xavier Niel

La visite de l’entrepreneur milliardaire à Madagas­car a soulevé plusieurs ques- tionnements dans le monde économique malgache.Cette visite rentre dans quel cadre   Allait-il investir dans des projets à Mada­gascar   Des questions restées sans réponses claires mais d’après le communiqué du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique, « Xavier Niel compte investir dans certains des projets du ministère ». Le gouvernement souhaite visiblement travailler avec le milliardaire français, également patron du groupe Illiad.Sur son site internet, le ministère affiche fièrement la photo du ministre Neypa­traiky Rakotomamonjy avec le milliardaire français. « C’est un investisseur qui s’intéresse au développement de start-up. Il est à l’origine de divers projets ambitieux en France comme la Station F, le plus grand campus de start-up au monde, inauguré il y a quelques jours, à Paris. Je lui ai proposé d’investir dans la mise en place d’un incubateur à Madagascar », a expliqué hier au téléphone, Neypatraiky Rakotomamonjy.La neuvième fortune de France, avec un patrimoine estimé à 8,1 milliards de dollars selon le classement Forbes connaît bien le marché malga­che. Dans les années 90, le groupe Illiad disposait déjà d’une filiale installée dans le pays.Cette société, dénommée Fermatel avait eu l’ambition de raccorder la Grande île à un câble optique sous-marin au début de l’année 2000. Mais le projet n’a pas abouti pour diverses raisons.L’échec de ce projet ne l’a pas empêché d’investir dans d’autres projets télécom dans l’océan Indien. Le fondateur de Free, trublion du télécom en France, s’est associé avec Telma pour la commercialisation de Only à La Réunion et Mayotte et de Telma aux Comores.Les deux partenaires ambitionnent de développer d’autres projets ensemble, comme l’a déclaré Hassa­nein Hiridjee à Jeune Afrique en novembre 2015. « Telma et le groupe de Xavier Niel partagent le même ADN entrepreneurial, et leurs compétences sont très complémentaires. Il y a donc une volonté commune de faire d’autres projets ensemble », a déclaré la deuxième fortune de Mada­gascar. « Pour le moment, il n’envisage pas de déployer Free dans le pays », conclut Neypatraiky Rakotomamonjy.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara85 partages

Rapport 2017 de la CNUCED : Vers le développement du tourisme intra-africain

Toutes les parties prenantes sont conscientes des avantages du développement du tourisme inclusif et intra-africain.

En Afrique, quatre touristes internationaux sur dix sont des Africains. Et ce sont deux touristes sur trois qui sont originaires du continent en Afrique Subsaharienne, selon ce nouveau rapport.

Les touristes africains sont en passe de devenir le moteur du tourisme en Afrique, selon le nouveau rapport  2017 de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement), intitulé « Le tourisme au service d’une croissance transformatrice et inclusive ». En Afrique, ce secteur s’est fortement développé étant donné que le nombre de touristes sur le continent a doublé passant de 24 millions en 1995-1998 à 56 millions en 2011-2014. Les recettes d’exportation ont également triplé, allant de 14 milliards USD à 47 milliards USD pour la même période. En outre, la contribution du secteur au Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Afrique est passée de 69 milliards USD à 166 milliards USD. « Il faut ainsi développer le tourisme intra-africain. Et cela devra être soutenu par le processus d’intégration régionale », a soulevé El Hadji Fall le Conseiller Economique auprès du PNUD à Madagascar lors de la présentation de ce nouveau rapport hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

 Tourisme inclusif. En effet, nombreux sont les avantages que l’on peut en tirer. A titre d’illustration, « cela permet de mieux gérer la saisonnalité pour les hôteliers  tout en créant des liens intersectoriels plus forts sans oublier la baisse des fuites financières en raison de la forte demande de produits locaux. La réduction de la pauvreté n’est pas en reste grâce à l’implication des communautés vulnérables dans les zones rurales dans le développement du secteur du tourisme inclusif. Celles-ci approvisionnent en produits locaux les hôteliers.  », a-t-il enchaîné. Par contre, la CNUCED a émis des recommandations dans ce rapport afin de mieux tirer des retombées économiques positives du développement de ce tourisme intra-africain. Il s’agit entre autres de la facilitation de la libre circulation des biens et des personnes par le biais de l’abolition de visa pour les touristes. « Le Rwanda a pu augmenter le nombre de touristes intra-régionaux atteignant 478 000 en 2013 contre 283 000 en 2010 après la suppression des formalités de visa pour les ressortissants de la Communauté Est-Africaine (CEA) en 2011 », a-t-il évoqué.

 Contraintes. En outre, les gouvernements africains devraient prendre des mesures visant à libéraliser les transports aériens, à garantir la convertibilité des monnaies et surtout à reconnaître la valeur du tourisme africain en l’intégrant dans leurs plans. « Toutes ces contraintes évoquées dans ce nouveau rapport de la CNUCED reflètent la réalité à Madagascar. Nous devons également suivre ses recommandations si l’on veut bien développer d’une manière durable le secteur du tourisme tout en promouvant le tourisme intra-africain. Les stabilités au niveau de la politique, de la santé publique et de la sécurité conduisant à la paix s’imposent car c’est lié au tourisme. Les infrastructures d’accueil et routières ainsi que l’interconnexion aérienne ou autre entre les pays de la zone africaine, doivent être également développées pour une meilleure fluidité des touristes », a fait savoir Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM. Notons que des touristes africains commencent à choisir la destination Madagascar. « Ils sont nombreux à visiter les parcs nationaux. Les pays africains représentent ainsi un marché pour la Grande Ile. Et l’arrivée de la compagnie Ethiopian Airlines qui assure des vols directs sur le réseau de toute l’Afrique, en complément de Kenya Airways et de Turkish Airlines contribue au développement du tourisme intra-africain », a conclu Toky Rabeson, le directeur général du Développement du Tourisme au sein du ministère du Tourisme.        

Navalona R.

Midi Madagasikara63 partages

Développement numérique : Vers la concrétisation d’un grand investissement

Rencontre du ministre Neypatraiky Rakotoamonjy avec le grand investisseur européen Xavier Niel.

Xavier Niel, une grande figure des télécommunications en Europe était en visite à Madagascar et a rencontré le ministre des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), Neypatraiky André Rakotomamonjy, à la Résidence de France à Ivandry.  Il s’agit, en effet du vice-président et directeur délégué à la stratégie d’ILIAD, groupe de télécommunications français, maison mère du fournisseur d’accès à Internet FREE et de l’opérateur de téléphonie mobile Free mobile, entités dont il est le fondateur. Après la CBI (Conférence des bailleurs et des investisseurs) et la rencontre du président Hery Rajaonarimampianina avec le président français Emmanuel Macron, c’est le secteur des NTIC qui fait l’honneur d’une visite d’un grand investisseur européen. Comme l’on s’y attendait, les 10 projets présidentiels pour le développement numérique étaient au centre des discussions, lors de la rencontre. D’après ses propos, Xavier Niel compte investir dans la réalisation du Programme présidentiel « Numérique pour tous ». Suite à l’entrevue entre cet investisseur européen et le ministre malgache, la concrétisation d’un grand investissement est désormais en vue.

Antsa R.

Tia Tanindranaza61 partages

TIM Atsimo Andrefana“1 er tour dia lany Ravalomanana”

Nambaran’ny mpandrindra ny REG TIM any Atsimo Andrefana, Atoa Sazalahy Tsianihy fa manamafy ny tsy maintsy hahatanteraka ny 1 er Tour dia vita ny fifidianana hahalany ny filoha Ravalomanana amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena hotanterahina amin’ny taona 2018.

 

 Mila olona eken-tenin’ny mpamatsy vola mahazatra avy any ivelany ary mila fandriampahelemana sy fampandrosoana mirindra mantsy i Madagasikara. Ny filohan’ny antoko TIM Marc Ravalomanana irery ihany no afaka hanatanteraka an’ireo voalaza ireo. Feno ny fepetra ho an’ny TIM Atsimo Andrefana hampanjariana azy io amin’ny ara-dalàna satria efa voatsangana avokoa ireo DISTIM miisa 8 afa-tsy ny DISTIM faha-9, ao Ampanihy, izay hatsangana amin’ity faran’ny herinandro ity. I Menabe no nananganana DISTIM farany tamin’ny 10 febroary 2017 teo. Efa tafatsangana ihany koa ny COMTIM 26 amin’ny kaominina 30 misy ao Toliara faha-2 hiara-kisalahy amin’ny fanatanterahana ny tanjona. Mikasika ny hetsika fitakiana ny hanokafana ny MBS Tv sy Radio indray, dia manohana izany 100% izahay aty Atsimo Andrefana, hoy Atoa Sazalahy Tsianihy, satria mila misitraka ny haino aman-jery ahenoana vaovao maro loko sy marim-pototra.

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza53 partages

Hery RajaonarimampianinaEfa vonona handositra ?

Tsy mahatombona firy eto amin’ny Madagasikara intsony ny filoham-pirenena tato ho ato, fa toa mandosindositra sy tsy te hiatrika ny sedra politika eto amin’ny firenena. Mafampana rahateo ny raharaha politika eto an-tanindrazana, ka aleony mitsoatsoaka any ivelany aloha.

Toky R

 

Midi Madagasikara49 partages

Nosy Varika : Ankizikely roa maty, 17 hafa marary mafy vokatry ny fihinanana trondro misy poizina

Vokatry ny fihinanana trondro vaventy antsoina hoe :  sifaka, dia ankizikely roa 3 taona sy 9 taona no maty, ary olona 17 hafa marary mafy, tany Nosy Varika. Ny faramparan’ny herinandro teo no nitranga ity fahapoizinana ara-tsakafo ity, ary mbola misy amin’ireo marary no manaraka fitsaboana any amin’ny tobim-pahasalamana, tsaboina maimaim-poana, ary tsy misy atahorana intsony ny ain’izy ireo, raha ny nambaran’ny mpitsabo any an-toerana.  Raha ny tati-baovao azo dia tsy azo hanina ity karazana trondro iray ity, kanefa noho ny fahasahiranana misy dia mbola nandrahoin’ ny olona ihany ka nohaniny, ka ireo zaza tsy manan-tsiny mety tsy nahazaka ny poizina tamin’ireo hazan-drano no namoy ny ainy. Ankoatra izay, dia tovolahy iray nilomano no tsy hita popoka natelin’ny rano, afak’omaly, ary mbola karohina hatramin’izao.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar44 partages

Fistule obstétricale – Le miracle de la chirurgie

Cent cinquante femmes ont été opérées à Antananarivo, durant la campagne de lutte contre la fistule obstétricale. Une des bénéficiaires nous raconte sa bataille et sa victoire.

Bonheur incommensurable. Guérir de la fistule obstétricale, Claudine Raharimalala, une paysanne du petit village de Bemahatazana à Tsiroanomandidy, n’y a jamais cru. Subissant la maladie depuis vingt ans, elle s’est apitoyée sur son sort. « L’urine coulait de ma vessie sans que je puisse la contrôler. Je dégageais une odeur nauséabonde. J’en étais arrivée à m’écarter de la vie sociale, de la vie active, pour ne pas déranger les autres. Je n’assistais plus aux réunions. Si ma présence était obligatoire, je m’isolais dans un coin. Quand je faisais la lessive dans la rivière, personne ne voulait s’approcher de moi, de peur que mon urine ne coule dans l’eau et tache leur linge. Ma situation était difficile à supporter », relate-t-elle, encore amère en y pensant.

Mais ce n’est qu’une petite ombre face au bonheur qui vient de frapper à sa porte. Ce à quoi elle ne croyait pas, s’est produit. «Je suis délivrée de cette maudite maladie», s’exprime-t-elle, très contente. Claudine Raharimalala a été parmi les cent cinquante femmes opérées durant la campagne de lutte contre la fistule obstétricale à Antananarivo, du 22 mai au 2 juin. «J’ai porté une sonde après l’opération. Quand on me l’a enlevée, l’urine ne coulait plus de ma vessie. J’ai été vraiment ravie. En allant aux toilettes, j’ai pu contrôler mes besoins. Vous imaginez ça ? J’ai pu pisser normalement », crie de joie la quadragénaire.

Sa guérison est miraculeuse pour Claudine Raharimalala et pour les autres femmes libérées de ce mal. « Aux toilettes, j’ai prié Dieu pour le remercier. C’est grâce à lui que ce miracle s’est produit », enchaîne-t-elle.

Claudine Raharimalala, heureuse comme tout, après sa chirurgie réparatrice

Complication

Elles sont des dizaines de femmes à être guéries de la fistule obstétricale, durant cette campagne. La guérison totale dépend de l’état de la patiente, précise le Pr Yoël Rantomalala, urologue qui a participé à la campagne.  « Si la patiente a déjà subi des opérations sur les mêmes organes, sa guérison peut être sujette à des complications », explique-t-il. Les statistiques de l’avant-dernière campagne attestent que 92,85% des malades sont complètement  rétablies.

Cependant, certaines devront subir une nouvelle intervention. « Avec une double déchirure, l’une au niveau de la vessie et l’autre au rectum, la patiente ne peut être opérée en une seule séance. On traite d’abord le rectum. Elle revient un autre jour pour se faire coudre la vessie », précise le Pr Yoël Rantomalala.

certaine patientes sont accompagnées de leurs maris

Des milliers de victimes

Le nombre de femmes souffrant de la fistule obstétricale est estimé à cinquante mille dans tout  Madagascar, selon le Fond des Nations unies pour la population. Elles ne seraient que quatre mille à cinq mille à avoir  bénéficié de la campagne dans tout le pays. « Depuis le début de la campagne annuelle, nous avons atteint le meilleur score l’année passée avec mille quatre personnes opérées en douze mois. Ce qui a fait de Madagascar le pays africain à avoir effectué le plus grand nombre d’interventions en 2016. Nous nous efforçons de dépasser ce chiffre cette année », renchérit le Pr Yoël Rantomalala.L’éradication de la maladie est un travail de longue haleine. L’objectif du ministère de la Santé publique est de diminuer de 25% le nombre des patientes, d’ici 2030. Un plan stratégique a été établi pour atteindre cet objectif.

Des tentes ont été érigées au CHU JRA pour héberger les malades

Treize centres de traitementLes centres de traitement de la fistule obstétricale sont au nombre de treize dans toute l’Ile, publics et privés confondus. On peut citer, entre autres, le centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha et l’hôpital de Bejofo à Mahitsy pour Antananarivo. Les villes de Mananjary, Toliara, Antanambao, Sambava, Vangaindrano, Mandritsara en sont aussi pourvues. Normalement, tous les chirurgiens peuvent pratiquer cette opération, du moins les cas simples. Par contre, les cas délicats nécessitent l’intervention d’un spécialiste.En termes de prévention, l’État s’active dans la mise en place de Centres d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale (Carmma). Ce sont des centres de santé ouverts dans les zones sans hôpital, où les femmes peuvent accoucher. «Depuis 2014, dix neuf centres ont été construits, un peu partout, notamment dans les zones enclavées. Nous inaugurerons prochainement celui d’Andraisoro dans le cinquième arrondissement d’Antananarivo-ville. Nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin. Le but est de couvrir tout Madagascar pour réduire le taux de mortalité maternelle et infantile », explique le Dr Herlyne Ramihantaniarivo, directeur général de la Santé publique.

Les femmes de petite taille sont les plus exposées à cette maladie

Traitement gratuit

Le traitement de la fistule est gratuit, même en dehors des campagnes. Le Fonds des Nations unies pour la population prend en charge toutes les dépenses liées au traitement des malades. Cela inclut les frais de transport aller-retour, l’hébergement, la restauration de la patiente et d’une seconde personne qui l’accompagne, tout au long de son hospitalisation, mais également, les médicaments nécessaires. L’organisation non gouvernementale Actions socio-sanitaires et organisation secours et le personnel de la santé s’occupent du repérage et du choix  des malades au niveau des communautés.

Cette jeune fille de 17 ans est la benjamine des bénéficiaires. C’est son père qui l’a accompagnée à l’hôpital.

Coup de pouce de la Première DameL’épouse du chef de l’État, Voahangy Rajaonarimampianina, soutient les femmes qui ont été exclues de la société à cause de leur mal. À chaque fois que des interventions sont accomplies, elle remet aux bénéficiaires une enveloppe pour faciliter leur réinsertion sociale et économique. Cela fait partie des nombreuses actions sociales que la Première dame mène.

Le Pr Yoël Rantomalala, urologue

Pr Yoël Rantomalala – « La fistule touche surtout les femmes de petites tailles »

. Quels sont les facteurs de la fistule obstétricale ?

La pauvreté est le facteur principal de la fistule obstétricale. Faute de moyen, des mères de famille refusent d’accoucher dans un centre de santé. Cela en est un. L’impossibilité de la césarienne en est un autre. Elles préfèrent se faire  accouchées par les matrones. La fistule touche surtout les femmes de petites tailles. Sa taille n’est pas proportionnelle avec celle de son bébé. Alors, le bébé ne peut pas sortir par la voie basse. En deux ou trois jours de travail, le corps du bébé et le bassin de la mère pressent la vessie de celle-ci. Dans ce cas, il n’y a plus grande chose à faire, même si la mère est opérée, car à ce stade, son urine coulera sans retenue.

. Il y a une part de responsabilité de l’État dans le rapprochement du centre de santé de la population. Quels ont été les efforts déployés?Je ne vais pas dire que l’État en est le seul responsable. Nous le sommes tous. Il fut un temps où la césarienne était gratuite, mais seules les femmes de famille aisée en avaient profité. L’État a également offert des kits d’accouchement gratuits, mais les mères n’accouchent pas toujours à l’hôpital. Cela nécessite donc une grande sensibilisation et éducation. Il faut aussi inciter les mères à faire suivre leur grossesse dans un centre de santé et à y accoucher. Elles ont neuf mois pour préparer leur accouchement. Il faut souligner que 90% des enfants meurent à la naissance, si une telle complication se présente et la mère n’est pas non plus épargnée. Si elle n’y perd pas la vie, elle souffre de la fistule obstétricale. C’est pour cela que la prévention est importante.

. Les patientes des villes peuvent-elles bénéficier d’une opération gratuite?

Bien sûr, nous les recevons. Le service urologie du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy-Andrianavalona est un centre de traitement de routine. Nous intervenons chaque semaine, en fonction du nombre des patientes. Mais la campagne est importante car elle permet de toucher un plus grand nombre de femmes.

Textes et photos : Miangaly Ralitera et Fanomezana Rasolomahery

Midi Madagasikara39 partages

Ambatomaro : Andian’olona manakan-dalana amin’ny sabatra

Tsy vitsy tokoa ny efa mitaraina fatratra ny amin’ny firongatry ny asan-jiolahy eny amin’iny faritra Ambatomaro sy ny manodidina iny. Amin’izao dia fantatra indray fa misy andian’olona mirongo sabatra, manakana ireo fiara sendra mandalo alina eny amin’iny lalan’i Bibilava iny. Zara raha misy jiro eny amin’iny faritra iny ary zara ihany koa raha misy mpandeha. Hany ka tsy misy afa-maina ireo fiara sendra taraiky ka mamakivaky amin’iny lalana iny. Araka ny nambaran’ireo efa lasibatra tamin’izany dia andiany maromaro izy ireo. Ka eo amin’ny telo eo no mijoro eo am-povoan’arabe ary ny hafa eny amin’ny sisin-dalana miezaka mitoraka sy mampijanona ilay fiara. Raha sendra ny tampoka ilay mpamily ka mijanona tampoka dia mirohotra avy hatrany izy ireo mamaky fitaratra sy mandroba ny fiara, hoy hatrany ny fitantaran’ireo efa sendra an’ireto andian’olona ireto. Tsy resaka fanakanan-dalana ihany anefa fa manjaka tanteraka ihany koa amin’izao ny vaky trano sy ny fanendahana eny amin’iny faritra iny, araka ny fitarainan’ireo efa voa hatrany. Saika isan’andro dia ahenoana olona miantso vonjy foana na mitsoaka kiririoka. Misy aza trano efa intelo vaky teny an-toerana, kanefa hatreto dia tsy mbola nisy tratra ireo olon-dratsy. Araka izany dia manentana ireo mpitandro filaminana tompon’andraikitra amin’iny faritra iny ireo mponina fa tena miaina tanteraka anaty horohoro.

m.L

Tia Tanindranaza37 partages

Fitaovan’ny TIMNorobain’ny mpitandro ny filaminana

Omaly alarobia tamin’ny 8 ora alina latsaka fahefany no tonga teny amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny mpitandro ny filaminana nirongo fitaovam-piadiana nanaisotra ny afisy lehibe sy ny fitaovana rehetra efa tafapetraky ny Antoko Tiako I Madagasikara hoenti-manamarika ny faha-15 taona nijoroany.

 Tsy nisy fampilazana mialoha, tsy nisy taratasy mazava. Nihanika tamboho mihitsy izy ireo satria tsy nanana fanalahidy, tahaka ireny jiolahy mandroba tranon’olona ireny ary dia tena nahagaga ny mpandalo  teny Mahamasina teny. Zavatra efa nitranga teny amin’ny lapan’ny tanàna Analakely volana maro lasa izay io fihetsiky ny mpitandro ny filaminana mitondra basy miditra an-keriny io. Fanatanterahana baiko izay manaratsy endrika hatrany ny mpitandro ny filaminana eto Madagasikara. Taorian’izay dia nambara fa tsy misy afaka miditra ao intsony na ny mpiasan’ny kaominina aza. 

Hanao fivoriana manokana kosa ny eo anivon’ny mpanolotsaina monisipaly anio alakamisy 6 jolay manomboka amin’ny 9 ora sy sasany maraina. Marihina fa ny antoandro dia efa nanao fanambarana ny avy amin’ny prefektiora sy ny mpitandro ny filaminana, fa tsy azo tanterahina ny hetsika. Nambara fa tsy misy nahazo alalana na ny  diabe am-pahanginana miala eny Ankorondrano mihazo an’Analakely ataon’ny panao gazety mivondrona ao anatin’ny hetsika ho fanalalahana maneho hevitra (MLE) na ny hetsiky ny TIM hanamarika ny faha-15 taona nijoroany eny Mahamasina. Voarara tsy azon’ny olona hidirana ao Mahamasina amin’ny 8 jolay fa hihidy, raha ny fanambaran’ny minisitry ny fiarovam-pirenena Jeneraly Rasolofonirina Béni Xavier.

Vonona sy sahy i Marc Ravalomanana

Fanontanian’ny mpanao gazety nialoha ny nanaovan’ny mpitandro ny filaminana fanambarana sy ny nanaisorana ny fitaovana tao Mahamasina ny hoe sao dia mihantsy amin’ny fitondrana ny antoko Tiako I Madagasikara amin’ny fiziriziriana hanao ny hetsika ? Tsy nisalasala ny filoha mpanorina ny TIM naneho ny heviny fa ny mifanohitra amin’izay no miseho. Sao dia ny fanjakana no mihantsy ady aminay satria efa nahazo fahazoan-dalana ny TIM izay vao nolavina, hoy i Marc Ravalomanana. Nanamafy hatrany ny tenany fa tsy maintsy hatao ny hetsika, ka nanala ny mety ho ahiahin’ny besinimaro amin’ny resaka filaminana, ka nilazany ny hoe: Tongava ianareo amin’ny sabotsy fa ho hitantsika eo, ary tsy misy atahoranareo io na kely aza. 40 000 ny olona ho avy eo, hoy i Marc Ravalomanana ary nametra-panontaniana izy hoe firy ny mpitandro ny filaminana ?  Aza manana fisainana miiba rehefa manao zavatra fa raha hanarina ity firenena ity isika dia mila olona sahy, hoy hatrany izy. Nilaza moa ny tenany fa efa vonona ho filoham-pirenena, ka tsy tokony hanan-tahotra ny rehetra. Eo amin’ny fandaminana ny lanonana dia tsy maintsy hiantohan’ny mpikarakara ny filaminana ao anatiny, hoy izy. Nanamafy i Marc Ravalomanana fa tsy hanao kabary politika na kabary be hoe hanakiana fitondrana na hihantsy ady araka ny voizina, fa ny fitondrana no mihantsy ady raha tsy mamela ny TIM hankalaza ny faha-15 taonany. Mbola hihaona amin’ny mpanao gazety eny Ankadilalana koa anio manomboka amin’ny 10 ora ny mpitandro filaminana izay efa nilaza omaly raha nantsoina an-telefaonina fa tena ho hentitra amin’ny sabotsy izao.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara37 partages

Turkish Cargo : Un vol hebdomadaire à partir de dimanche

Lancement de Turkish Cargo à Madagascar.

Turkish Airlines intensifie ses activités à Madagascar. Outre ses trois vols passagers par semaine, la compagnie vient de lancer son vol cargo régulier au départ d’Antananarivo. Une nouvelle option qui se présente comme solution aux exportations.

Le premier vol cargo de Turkish Airlines prendra le premier départ d’Antananarivo vers Istanbul, le dimanche 9 juillet prochain. Une soirée de lancement s’est tenue mardi dernier au Colbert Antaninarenina, en présence des grands transitaires, des partenaires, collaborateurs et clients de la compagnie, qui ont enfin pu rencontrer le Senior vice-président de Turkish Cargo, Kazanci Seref et le directeur régional de Turkish Cargo en Afrique , Gurkan Mehmet. D’après l’annonce, il s’agit d’un Airbus 330-200 d’une capacité de 65 tonnes avec 280m3. D’après MC Aviation, représentant exclusif de Turkish Cargo à Madagascar, cette nouvelle offre a pour objectif de répondre aux attentes des opérateurs économiques soucieux de la qualité des services. « Depuis la présence de Turkish Airlines à Madagascar en décembre 2015, nous avons remarqué un manque de capacité de transport de marchandises au départ d’Antananarivo. En conséquence, nous lançons ce vol cargo hebdomadaire. Les vols de Turkish Airlines desservent l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie, etc. bref, la destination finale peut être partout dans le monde », a indiqué Raafivo Rasolomanana, CEO de MC Aviation à Madagascar. En effet, Turkish Cargo opère sur un réseau mondial comportant plus de 250 destinations, avec au moins 7 700 vols par semaine. En Afrique, elle est désormais présente dans plus de 47 pays.

Intensifiées. Turkish Airlines dispose aujourd’hui d’une fréquence de trois vols par semaine reliant Antananarivo et Istanbul. Cette fréquence passera d’ici à quelques semaines à cinq vols hebdomadaires, d’après ses promoteurs. Malgré cette intensification, la demande de transport de marchandises n’est toujours pas satisfaite, d’après les explications. « Les vols pax ont une capacité restreinte en termes de transport de marchandises et ils priorisent les passagers. Cette contrainte ne se pose plus pour les vols cargo avec la capacité de 65 tonnes, soit six fois plus qu’un vol pax. Nous avons basé notre étude sur les exportations, mais il s’avère que les importations sont également prometteuses », a affirmé Francky Do-Van-Khac, directeur commercial au sein de MC Aviation. En effet, cette forte demande des exportateurs concerne surtout le girofle, la vanille, les crabes, les huiles essentielles, etc. Pour Turkish Cargo, les vols cargo transportent aussi bien les colis classés General cargo que ceux ayant des spécificités particulières de la catégorie des Special cargo. On peut citer entre autres les animaux vivants, les médicaments, les fruits et légumes, les marchandises dangereuses, les dépouilles mortelles, les marchandises de valeur, etc. « Grâce à ses vols sûrs et fiables, sa qualité de services parfaitement en accord avec sa compétitivité, Turkish Cargo compte devenir le choix évident de  toute personne ayant recours aux services des professionnels du cargo et logistique aérien à Madagascar », ont noté les représentants de MC Aviation.

Antsa R.

Midi Madagasikara26 partages

Haltérophilie – Sommet africain : Neuf haltérophiles en partance pour l’Ile Maurice

Les frères Andriantsitohaina sont les réelles chances de médailles à Maurice.

Après plusieurs mois de tergiversations, la Grande Ile sera bel et bien présente aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie du 10 au 17 juillet à l’Ile Maurice. C’est la confirmation du président de la fédération malgache d’haltérophilie, de culturisme et de musculation, (FMHCM), Harilenina Randriamanarivo.

Un nouveau challenge. Après plusieurs mois de préparation, la sélection a été finalisée le week-end dernier par les techniciens au sein de la fédération malgache d’haltérophilie. Neuf haltérophiles dont cinq dames et quatre hommes feront le déplacement à l’Ile Maurice. Les leveurs de fonte expérimentés et déjà médaillés à l’image des frères Tojo et Eric Andriantsitohaina et les dames Vania Ravololoniaina et Rosina Radafiarison feront le voyage. Ces joutes continentales débuteront le 10 juillet au Centre National de Vacoas, Maurice avec la participation d’une dizaine de pays.

Présence des cadors. Le plateau s’annonce relevé avec la présence des stars de la discipline sur le continent. Dans la catégorie féminine, l’olympienne, Vania Ravololoniaina engagée chez les moins de 63 kg figure parmi les prétendantes aux médailles. En moins de 53 kg, Anita Abdallah aura la lourde tâche face à la Tunisienne Nouha Landoulsi présente à ces championnats. Chez les hommes, les frères Andriantsitohaina sont très attendus. Dans la catégorie des moins de 77 kg, la mission de Claudio Randrianavalona s’annonce compliquée avec la présence de l’Egyptien, Mohamed Ihab.

La délégation

Dames

48 kg: Rosina Randafiarison.53 kg: Anita Abdallah.58 kg: Sitraka Randrianandrasana.63 kg : Elisa Vania Ravololoniaina.68 kg: Mendrika Randrianasolo.Hommes56 kg: Eric Andriantsitohaina.62 kg: Tojo Andriantsitohaina.6 9 kg: Tinah Randrianjatovo.77 kg: Claudio Randrianavalona.

T.H

Madagascar Tribune25 partages

Les forces de l’ordre ont investi le stade

Tôt ce matin du 6 juillet 2017 ou dans la nuit même, des éléments des forces de l’ordre ont investi le stade de Mahamasina. Ils contrôlent les entrées et ont enlevé les banderoles, décorations et affichages plantés par le TIM dans la perspective de la célébration des 15 ans du parti. Les vociférations, explications et déterminations du président du parti n’ont rien donné. Le Préfet de Police, le général Angelo Ravelonarivo a réuni l’Organe mixte de conception (OMC) pour confirmer son interdiction de manifester dans la capitale et en même temps il nie avoir été informé d’une demande d’autorisation de la part du Mouvement pour la liberté d’expression (MLE) qui prévoit une « marche pacifique » pour demain vendredi 7 juillet 2017.

Marc Ravalomanana a déjà mis en branle tous les préparatifs pour cette célébration du 15è anniversaire du part et les militants du TIM sont déjà en route. Il n’y aura aucune provocation de leur part, insiste-t-il ; et si risques il y a la Préfecture ferait mieux d’aider les services de sécurité propres au TIM à les prévenir ou du moins en encadrant la manifestation. Mais contrairement à cela, la Préfecture a préféré purement et simplement annulé l’autorisation qu’il a délivrée au TIM pour le 8 juillet. Le même traitement est imposé au MLE à la différence que d’après le général Angelo Ravelonarivo, le MLE n’a déposé aucune demande d’autorisation. Fetra Rakotondrasoa du MLE a pourtant expliqué que des accords ont été trouvés avec les forces de l’ordre pour le déroulement de cette « marche pacifique » depuis Ankorondrano près du temple Jesosy Mamonjy jusqu’à la stèle de la liberté de la presse à Soarano. La marche devait rassembler les citoyens responsables, les associations et formations politiques et les syndicats ; le « Dinika Fanavotam-Pirenena (DFP) et la Solidarité des syndicats de Madagascar ont déjà répondu présents pour cette marche.

Madagascar Tribune24 partages

La diffusion dans les médias et réseaux sociaux...

La diffusion dans les médias et réseaux sociaux du document sonore de la conversation entre Claudine Razaimamonjy et un agent du Bianco accable tout le monde ; et en premier lieu le Bianco, la justice et au final la presse. Jean Louis Andriamifidy, directeur général (DG) du Bianco avoue que devant le refus de satisfaire aux multiples convocations qui lui avaient été adressées, le Bianco a effectivement été contraint d’appeler Madame Claudine Razaimamonjy au téléphone l’année dernière. L’enregistrement sonore était destiné à servir de preuves et une copie de cet enregistrement sonore a été remise au tribunal comme pièce à conviction. Autrement dit, le document est authentique et l’auteur est le Bianco. Mais le DG du Bianco assure que son organe de lutte contre la corruption n’est pas l’auteur de la diffusion et il interpelle les journalistes. Il a expressément exhorté les gens de la presse et les journalistes à lui révéler la source et/ou la personne qui leur a communiqué le document sonore ; car si jamais c’est un élément du Bianco qui a remis le document, martèle-t-il, celui-là n’a pas sa place au Bianco et en subira les conséquences. Mais avant d’en arriver là, il faudrait que le journaliste dévoile sa source ; ce qui est contraire à la déontologie du métier. Le Code de communication en parle-t-il de manière spécifique ? Sinon la Justice devrait obliger le journaliste incriminé à révéler sa source. Or jusqu’à présent et à notre connaissance, l’obligation de dévoiler sa source ne concerne que les questions de haute trahison et de secret défense nationale. Dès lors, l’interpellation du DG du Bianco qui évoque l’importance de la lutte contre la corruption pour la nation impacte sur l’éthique et la déontologie du métier de journaliste. Il en est de même du Code de communication dans sa rubrique cybercriminalité.

En passant le DG du Bainco indique que le pouvoir judiciaire, en l’occurrence la justice est aussi en possession de ce document sonore. Lequel du Bianco ou de la justice a-t-il informé la presse et diffusé le document sonore dans les réseaux sociaux ? Pour l’instant le DG du Bianco défend ses personnels et nie être à l’origine de cette publication. Le pouvoir judiciaire désigné, en fait celui en charge de l’affaire –la Chaîne pénale anti-corruption, demeure muet. Mais c’est le ministre de la Communication qui a déjà donné son avis et ses points de vue sur cette divulgation de ce qu’il qualifie comme document confidentiel et qui viole le secret de la correspondance et de l’instruction. Maître Willy Razafinjatovo et consorts qui s’insurgent contre cette intervention du ministre de la Communication, l’invitent à déposer plainte contre le Bianco et d’être présent lors du procès pour s’en expliquer car à leur avis, il a tout faux et Maître Willy Razafinjatovo et consorts sont prêts à défendre le Bianco.

Midi Madagasikara22 partages

Henri Ratsimbazafy : Le crooner s’invite sur « la scène d’Antsirabe »

Henri Ratsimbazafy est la prochaine affiche de « la scène d’Antsirabe ».

Nul besoin de se déplacer à Tana pour voir les grandes figures de la musique. C’est le concept sur lequel sont partis les amis de « la Scène d’Antsirabe ». Après avoir fait venir Nanie ou encore Jaojoby dans leur ville, Mahery et ses amis, cette fois-ci, ils ont donc décidé de mettre à l’affiche Henri Ratsimbazafy.

Dispute entre amoureux, scènes de vie quotidienne, prière… Le chanteur parle de tout dans ses chansons. Une poésie qui a le don d’émouvoir et de séduire les spectateurs. Pour revivre les grands tubes du chanteur en « lamba blanc », rendez-vous sur la scène d’Antsirabe le 29 juillet. Figure emblématique de la musique malgache, monument vivant, Henri Ratsimbazafy, à 84 ans met encore le feu sur scène. Ne s’étant pas produit à Antsirabe depuis des lustres, le chanteur a accepté de collaborer avec les gars de « la Scène d’Antsirabe ». Autrement dit, celle du Vatolahy hôtel. Toujours aussi pétillant et dynamique, Dear Henri ne semble pas faire son âge. Ses titres, il les chante d’ailleurs toujours aussi bien qu’à ses débuts. Aucune fausse note. On a même droit à quelques petits pas de danse. Prochainement, le public antsirabéen sera le témoin privilégié de cette vitalité et de cette joie de vivre. Oui, il a décidé, il y a quelques années, de dire adieu à la scène, « avant d’être trop vieux » comme il le disait, mais… comme on ne dit jamais vraiment adieu à ses premières amours. Voici donc le « lehilahy » de retour sur le devant de la scène pour faire revivre ses plus grands tubes. Une aubaine à ne rater sous aucun prétexte pour tous ses inconditionnels dans la Ville d’Eaux, surtout ceux qui ne peuvent se rendre à Tana pour le grand évènement que concocte Dear Henri à la fin de l’année. Au mois de décembre est effectivement prévue une grande manifestation inédite qui mettra sous les feux des projecteurs plusieurs autres artistes, pas seulement de la génération d’Henri, mais des groupes et chanteurs d’aujourd’hui qui pourraient venir de divers horizons musicaux. Ces invités-là interprèteront les compositions du crooner, non pas de la manière dont il les chante, mais selon leur feeling.Mahetsaka

Madagascar Tribune19 partages

Le Sempidou se défend de prendre en otage l’économie nationale

Les douaniers en grève (encore) depuis le 05 juillet et pour une durée indéterminée. Après une trêve de 48heures, le syndicat des agents des douanes (Sempidou), a repris le chemin de la grève, en principe jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Les douaniers revendiquent entre autres le paiement de leurs indemnités diverses. Les tractations avec le ministre des Finances n’ont pas abouti, ils reprennent le blocage de l’appareil douanier avec toutes ses conséquences sur le plan économique pas seulement pour la caisse de l’Etat mais surtout pour le secteur privé.

Le leader des grévistes Andrianavalona Herizo, chef de file du syndicat Sempidou se défend de prendre en otage l’économie nationale comme le lui reproche le ministre des Finances. « Nous avons dédouané le carburant pour la Jirama, des médicaments, preuves que nous ne prenons pas en otage l’économie » se dédouane le chef des grévistes. Et il ajoute qu’un service minimum est maintenu pour les hydrocarbures destinés à la Jirama. Le secteur privé qui a déjà tiré la sonnette d’alarme à ce sujet, fait savoir si besoin est que des milliers d’emplois sont en jeu, des centaines d’entreprises privées déjà en mal au point sont sur le point, si ce n’est déjà fait, de mettre la clé sous le paillasson si ces grèves persistent. Le secteur privé demande aux autorités étatiques de chercher une solution dans les plus brefs délais afin de débloquer la situation.

En tout cas le secteur privé en a marre d’être l’otage des autorités étatiques qui n’arrivent pas à s’entendre entre eux et des fonctionnaires qui touchent toujours leurs salaires tous les mois mais disposent des super-pouvoirs pour faire perdre les emplois des autres sans vergogne. Tous égoïstes et irresponsables.

L'express de Madagascar18 partages

Natation – Mondiaux de Budapest – Les nageurs peaufinent la préparation

Les membres de l’équipe nationale pour les Mondiaux de Budapest entament le dernier mois de la préparation.

Les quatre porte-fanions de Madagas­car à la XVIIe édition des championnats du monde de natation sur bassin de 50 mètres, sont en préparation intensive pré- compétition à trois semaines de l’événement.Les Mondiaux se dérouleront à Budapest du 12 au 30 juillet, mais les Malgaches n’entreront en lice qu’à partir de 23 juillet. Deux d’entre eux, Lalanomena Anthony Andrianirina et Sarah Valisoa Raharvel, s’entraînent bi-quotidiennement à la piscine chauffée de l’Hôtel Le Louvre à Antaninarenina depuis le mois de juin.Sous l’encadrement du directeur technique national, Harivola Razafindrainibe et l’entraîneur national, Naivo Razafindrafidy, ces deux nageurs se mettent dans l’eau de 6 heures et demie du matin à 8 heures, puis à partir de 16 heures l’après-midi. « La piscine est petite, longue seulement de 17 mètres et la température de l’eau est juste un tout petit peu au dessus de 26°, celle idéale pour la compétition », a précisé Naivo Razafindrafidy.Les deux expatriés pour leur part, le numéro un du classement masculin, Mickaël Rasolonjatovo, bénéficiaire de la bourse de la FINA (Fédération internationale de natation) suit depuis fin mars un stage de perfectionnement en Thaïlande et rejoindra la délégation la veille de la compétition. L’autre expatriée de l’Hexagone, première au classement national, Élodie, poursuit de son côté sa préparation dans son club.« À quelques semaines du championnat du monde, on renforce le travail de musculation dans l’eau. Ils sont presque fin prêts au niveau technique de nage. On est actuellement en train de peaufiner les détails techniques », a confié le coach, Naivo Razafindrafidy.Lalanomena du club Cosfa, participera pour la troisième fois aux Mondiaux après ceux de Barcelone en 2013 et ceux de Kazan en 2016.

Et de trois« J’ai commencé à me préparer depuis le mois de février, où on a publié que je fais partie de l’équipe nationale… Là, je me sens en pleine forme, ma performance est de plus en plus élevée depuis le début de la saison », a annoncé le militaire lors de son entraînement matinal.Une toute première sortie pour Sarah de Cosfa également, « c’est une compétition de très haut niveau. Je ne vise pas du tout le podium mais j’essaierai seulement de faire de mon mieux pour améliorer les records nationaux et mes propres chronos », reconnaît-elle. Les nageurs de la Grande île prendront chacun quatre départs à ces Mondiaux, tous les quatre disputeront deux relais, celui 4x100m nage libre mixte et celui 4x100m quatre nages.Puis Mickaël sera en lice aux 100m et 200m nage libre, Nomena pour sa part aux 200m dos et 200m quatre nages, Élodie aux 50m et 100m dos, et Sarah aux 50m papillon et 50m nage libre. La délégation malgache sera dirigée par Harivola Razafin­drainibe. Les nageurs locaux ne quitteront le pays que le 19 juillet.

Serge Rasanda

News Mada17 partages

Let’s dance : Camron One-shot et Katrin Wow dans nos murs

En collaboration avec l’évènement Dancehall Master world Choreo, l’école de danse Shool of wild organise la 5e édition de «Let’s dance» qui aura lieu le 8 juillet prochain au Dôme RTA Ankorondrano. Elle a invité deux artistes professionnels étrangers, à savoir Katrin Wow et le fameux Camron One-shot.

Comme chaque année, Shool of wild propose à ses élèves une scène baptisée «Let’s dance» afin qu’ ils puissent exploiter publiquement leur talent. Par rapport aux précédentes éditions, cette année, l’école a frappé fort en invitant deux professionnels internationaux de danse. L’ objectif est non seulement d’ élever le niveau des danseurs malgaches, mais surtout de passer un moment de rencontre et de partage entre les danseurs étrangers et locaux.

Un workshop avec Camron One-shot

Etant un professeur de danse et un danseur hors pair, Camron One-shot donnera un workshop le 7 juillet prochain au Mille et une étoiles, sis à Tsimbazaza. Au fait, le nom Camron One-shot ne passe pas inaperçu à l’étranger et surtout dans le monde de la danse urbaine. Ayant un style original qui mélange à la fois le dancehall jamaïcain, le hip hop et même la danse africaine, il a toujours été sollicité à chorégraphier les spectacles et même les clips des artistes du moment.

Des concours avec Katrin Wow

Par ailleurs, Katrin Wow ne sera présente que durant «Let’s dance» qui aura lieu le 8 juillet prochain au Dôme RTA Ankorondrano. Cette chorégraphe américaine et spécialiste en dancehall est de renommée internationale en tant que juge de concours de danse. Ainsi, elle sera le maître de la scène durant les concours de Dancehall master world. Mais avant les divers concours, les élèves de Shool of wild investiront en premier la scène, suivis des prestations des invités d’honneur. Et la journée se terminera par un afterwork qui aura lieu au Kudeta Urban Club à Anosy vers 20 h 30 avec la participation des groupes locaux, entre autres GB Wild, 261 Vyb’s, Jack’Dad et Untold.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara16 partages

Lutte contre les taxis clandestins : Le syndicat FTAR montre l’exemple !

Les contrôles effectués hier ont permis d’arrêter deux taxis qui roulaient sans leurs papiers.

Contrôle de régularité des papiers des taxis et sanction pour ceux qui ne respectent pas la loi. Des actions concrètes que le syndicat des taxis d’Antananarivo va entreprendre de façon systématique.

Contrôle surprise pour certains et de routine pour d’autres, l’initiative menée par le syndicat des taxis ville d’Antananarivo hier a démontré une envie, voire une nécessité de se défaire de l’irrégularité. Notamment, de se défaire des taxis dits « clandestins ». Une situation que Clémence Raharinirina, présidente de la FTAR ou Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra a déploré. Cette dernière a en effet, fait savoir que « l’existence des taxis clandestins ainsi que leur prolifération minent le travail de ceux qui s’efforcent d’être professionnels dans le métier ». Clémence Raharinirina d’ajouter que « la pratique est actuellement courante sans que des mesures significatives ne soient prises par les responsables auprès de la commune urbaine d’Antananarivo ». En effet, selon toujours la présidente de la FTAR, les membres auprès du bureau de ladite association auraient déjà effectué des approches auprès de la CUA concernant le problème. « Nous avons exposé les problèmes engendrés par ce fléau auprès de la commune, mais nous attendons toujours des réponses jusqu’à maintenant » a-t-elle renchérit. Il convient toutefois de rappeler que des actions de contrôles ont déjà été et sont effectuées par la commune urbaine d’Antananarivo sur la régularité des papiers des taxis.

Continuité. L’initiative d’hier ne serait donc qu’un début, car la FTAR entend continuer les mesures de contrôle. « Cette action sera pérennisée afin de mettre fin à l’exercice des taxis clandestins » a lancé la présidente de ladite association. A cet effet, des collaborations avec la police nationale, l’Agence des Transports Terrestres, à l’image de ce qui s’est passé hier, vont être renforcées. Des mesures internes au syndicat iront également venir raffermir les rangs des actions déjà entreprises. A ce sujet Clémence Raharinirina a évoqué « l’idée d’une descente auprès des diverses stations routières de la Capitale afin de discerner les vrais des faux taxis ». Outre les sanctions émanant des autorités compétentes comme la mise en fourrière ou le retrait des papiers, le syndicat prévoit également ses propres sanctions à l’encontre de ceux qui défient la loi et les règlements. Menées à la gare routière de « Fasan’ny karana » ainsi qu’au boulevard de l’Europe, l’initiative d’hier a permis de « choper » quinze taxis circulant dans l’irrégularité.

José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

MASA : Clôture des inscriptions le 31 août

Jaojoby, un artiste malgache qui a déjà participé au MASA en 1997.

L’inscription à la 10e édition du Marché des Arts du Spectacle Africain est ouverte. Pour 2018, le thème retenu est: « Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? ». Les artistes intéressés peuvent commencer à constituer leurs dossiers et s’inscrire avant le 31 août.

La 10e édition du Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA) se tiendra à Abidjan en Côte d’Ivoire du 10 au 17 mars 2018. Les artistes sont donc invités à s’inscrire avant le 31 août et les dossiers doivent être envoyés par poste ou par mail. Tous les artistes qui ont un spectacle vivant, joué depuis moins de trois ans sont éligibles. Et ce sont six domaines qui sont concernés : humour, conte, danse contemporaine, musique, théâtre et danse patrimoniale. Le nombre de participants acceptés varie de deux à 15 selon le domaine, comprenant l’équipe d’encadrement. Les artistes retenus pour la sélection officielle seront prises en charge par le MASA : transport international, hébergement et cachet. Le dossier doit comprendre les détails des besoins du groupe : poids du décor et accessoires, montage et démontage, et s’assurer que le matériel soit transportable sur un vol régulier. La fiche technique rédigée comprendra aussi les besoins en lumière, en sonorisation, les dimensions de scène souhaitées et le personnel nécessaire.

Dossier à fournir. Pour les besoins du dossier, il faudra que le groupe inclut une attestation délivrée par une autorité culturelle, comme l’office des droits d’auteurs du pays de résidence, afin de prouver son existence. Il peut également demander à un opérateur culturel ou à un directeur de groupe ayant déjà participé au MASA. Il faut également joindre une photo et une captation vidéo de la prestation du groupe ou de l’artiste, ainsi que la liste des créations et diffusion des trois dernières années, en plus d’un press book. Le dossier d’inscription comprendra également une note présentant le spectacle et indiquant sa date de création, son thème, la démarche artistique et le résumé de l’histoire (conte, humour, danse et théâtre) ou les textes des chansons (musique). Enfin, il faut produire une fiche de distribution qui comporte quatre points :  la ville de départ du groupe, les noms et prénoms, date de naissance et fonction des membres du groupe, mais aussi l’identité du régisseur ou du manager pour la musique, de l’administrateur pour les autres disciplines, ainsi que les noms et  prénoms de l’auteur, du metteur en scène, ou du chorégraphe. Les dossiers de candidature peuvent être envoyés par mail à : administration@masa.ci . La publication de la liste des artistes retenus pour la sélection officielle se fera en octobre prochain.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara14 partages

Rugby -Silver Cup : Les Makis battus par les Marocains

La remontée pour le Gold Cup ou le groupe A n’est pas pour cette année pour les Malgaches. Engagés dans la deuxième demi-finale de la Silver Cup, hier, à Casablanca, les Makis se sont inclinés par 57 à 33 devant les Lions de l’Atlas du Maroc. Ayant mené au score lors de 30 premières minutes par 26 à 15, la bande à José a été vite rattrapée voire dépassée par les Marocains à la pause par 29 à 26. De retour des vestiaires, comme au début de la rencontre, les poulains de Razily ont repris les commandes du match. Le score affichait le score de 33 à 29 sur un essai de Tinellah. Revigorés, les Marocains ont passé à la vitesse supérieure en dominant complètement la rencontre. Ils enchaînent les essais et s’envolent au score pour s’imposer finalement par 57 à 33. La finale opposera les Ivoiriens aux Marocains. La petite finale mettra aux prises les Malgaches aux Botswanais pour un maintien dans le Silver Cup en 2018.T.H

Midi Madagasikara12 partages

Ambohimandroso : Un taxi-brousse fait une embardée en traversant un pont

Hier, les passagers d’un minibus taxi-brousse de la coopérative MAMI opérant sur la ligne Fianarantsoa-Antananarivo ont frôlé le pire. Vers 4 heures du matin, ce véhicule a subi un accident grave à Ambohimandroso. Il a fait une embardée au niveau du pont déjà bien connu pour être le théâtre de plusieurs accidents. S’il y a eu plusieurs blessés, heureusement l’on ne déplore aucun décès. Par miracle, la majorité des passagers, des enfants, seul l’un d’entre eux a été blessé.

Selon les témoignage de l’une d’entre eux figurant parmi les blessés évacués d’urgence à l’HJRA d’Antananarivo, le taxi-brousse est parti de Fianarantsoa vers 19 heures. Le voyage s’est déroulé sans problème « Sa conduite a été sans reproche et nous roulions en file indienne, comme selon les directives des forces de l’ordre ».

Cette passagère, mère de famille, de continuer « l’accident s’est produit lors de la traversée du pont, nous roulions au ralenti en fin du convoi, quand subitement le véhicule a viré à gauche et a fauché le garde-fou pour finir sa course sur un talus au- dessous du pont ». Puis la voiture s’est couchée sur le côté où se trouve la portière, enfermant ainsi les passagers. Le chauffeur a pu s’en tirer en premier et évacuer les autres voyageurs jusqu’à l’arrivée des secours. Les blessés ont été amenés à Ambatolampy où ils ont reçus les premiers soins ».

TM/MR

Midi Madagasikara12 partages

Football : Le FC Vakinankaratra champion !

Le président du FC Vakinankaratra Fidy Andriatomponera croit aux chances de ses protégés pour le prochain championnat national.

Une fois de plus le FC Vakinankaratra vient d’être sacré champion du Vakinankaratra. Comme un abonné aux titres, les protégés du président Fidinirina Andriantomponera ont confirmé leur grande forme durant une saison exceptionnelle où ils n’ont connu aucune défaite et ne concéder que quatre nuls pour 13 victoires.

Avec 41 points au compteur alors qu’il ne restait plus qu’un match pour finir la saison 2017, le FC Vakinankaratra est assuré du titre de champion de la saison, car son dauphin, le FT Taratra est encore à 33 points contre 26 points pour le FC Itokiana et l’AS Socota.

L’AS Standon Betafo qui faisait preuve d’amateurisme et donc des performances en dents de scie n’est qu’à la sixième place derrière l’ASFA alors qu’elle aurait pu se trouver aux trois premiers rangs mais derrière le FC Vakinankaratra qui s’annonce intouchable. Logique en fait, car il est le seul club de tout Madagascar soutenu par la région, en l’occurrence celle du Vakinankaratra.

« Nous sommes prêts pour le championnat national même avec les mêmes éléments », avertit le président Fidinirina Andriantomponera sans doute parce qu’il peut compter sur ses cadres dont le meneur Xavier, mais également l’un des meilleurs stoppeurs malgaches du moment Bruno.

« L’équipe est devenue très homogène et c’est sans doute ce qui fait sa force », commente le président du FV Vakinankaratra

Comme l’argent est le nerf de la guerre, le FC Vakinankaratra lance d’ores et déjà un vibrant appel aux mécènes locaux pour soutenir son seul représentant au championnat de Madagascar. Une autre source de motivation en fait pour les joueurs qui se sentent de taille à affronter l’élite malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara11 partages

Vivo Energy : Des gagnants pour le Shell Extra Challenge

Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les produits et services Shell à Madagascar, a organisé à Antsirabe la première étape du Shell Extra Challenge, le tout dernier évènement de Shell, inédit à Madagascar. Le jeu consistait à faire concourir les clients de SHELL qui utilisent les carburants différenciés disponibles à Antananarivo, Toamasina et Antsirabe : les Shell Super Extra et Shell Diesel Extra, pour vivre une expérience unique visant à économiser du carburant. Pour Antsirabe, la finale du jeu SHELL EXTRA CHALLENGE a eu lieu le dimanche 02 juillet dernier et a mis en compétition les deux conducteurs ayant dépensé le moins de carburant sur un trajet de 45km. Le gagnant, Herimanana Rakotondrafara, a réalisé le meilleur score à l’issue de la finale, soit 0,70 litres de carburants dépensés, face à son concurrent M. Hery qui a dépensé 0,96 litres sur le même parcours. Le gagnant a décroché un lot constitué d’un  an de carburant Shell Super Extra ou Shell Diesel Extra, à raison de 1 000 000 ariary de carburant par mois pendant 12 mois.

« Je suis très heureux d’avoir participé à ce jeu Shell Extra Challenge. Etant transporteur, ce lot va m’aider considérablement dans le développement de mes activités. En outre, la formation dispensée par SHELL en matière de conduite défensive et économique que nous, les participants au jeu, avions reçue, constitue un atout pour moi et les autres participants» a-t-il déclaré. Les 24 autres participants à la compétition ont également reçu des lots de la part de Vivo Energy/Shell : une carte LIBERTA de 20 000 ariary avec une recharge de 145 000 ariary pour le finaliste et une carte LIBERTA de 20 000 ariary avec une recharge de 80 000 ariary pour les autres participants. Le jeu continuera à Tamatave les 14 – 15 – 16 juillet 2017, puis à Tanà les 28 – 29 -30 juillet prochain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Salon de la RSE : Une deuxième édition qui promet

Le deuxième salon de la RSE entend attirer plus de monde que le premier.

Faire plus que la première édition, tout en gardant l’esprit de sensibilisation, d’information et d’éducation citoyenne sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Telles sont les lignes directrices autour desquelles la prochaine édition du salon de la Rse et Développement durable sera organisée. Une initiative signée Ucr-Consulting sous le patronage du Ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé et en partenariat officiel avec l’UNICEF. Portant sur le thème « croissance inclusive, durable et RSE », l’édition des 12 et 13 juillet prochain serait l’occasion pour les acteurs (les entreprises) ainsi que le grand public de se partager les bonnes pratiques en la matière d’après Ulrichia Rabefitiavana, directeur général d’Ur-Csr Counsulting. Cette dernière d’ajouter que l’évènement sera également une « opportunité de mettre en place un nouveau modèle de développement durable ». Une mise en place qui nécessite la participation de tout un chacun d’où l’importance de la notion de responsabilités partagées. Ces dernières incluant les entreprises, les communautés, les employés mais surtout l’Etat.

Dimension. Force est toutefois de remarquer que la compréhension de la RSE se cantonne à la dimension externe de l’entreprise. Ce que le docteur Hanta Andrianasy, chargée de programme auprès de la FES ou Fondation Friedrich Ebert Stiftung a rappelé selon laquelle la responsabilité sociétale des entreprises comprend également une dimension interne. C’est-à-dire, les devoirs que « les sociétés ont envers leurs employés ». La croissance inclusive signifierait, en effet, une meilleure gestion des ressources, notamment humaines. Ce qui se manifesterait par le « travail décent ». Notamment, de meilleures conditions de rémunérations, une sécurité sociale adéquate, le respect des droits du travail, le respect de la liberté de s’organiser en syndicat, mais surtout des autres libertés, comme le dialogue, la négociation individuelle ou collective. Prévoyant de nombreuses activités, la prochaine édition s’annonce meilleure que la première.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Les travailleurs de l’ombre : Tatseraky Marcellin met le football par-dessus tout !

Marcellin Tatseraky avec ses anciens coéquipiers de BTM FC.

Le football lui a tout donné et il est prêt à lui rendre l’ascenseur.  Il,  c’est Tatseraky Marcellin qui avait fait le bonheur du BTM Football Club avant de partir en Italie pour atterir finalement en Suisse sans se détacher de sa passion de toujours en l’occurrence le football.

Il n’y a rien à raconter sur Tatseraky Marcellin qui a construit sa vie autour du football. Une carrière qui a démarré en trombe, car de Farafangana où il est né,  il est tout de suite passé dans les rangs de l’équipe nationale,  le fameux Club M de Peter Schnittger grâce à un talent fou, né sans doute de sa grande passion pour le football.

Diplôme d’entraineur. Mais Tatseraky Marcellin a réellement franchi un nouveau palier en signant avec BTM FC où il avait la lourde tâche de remplacer le meneur de service, Dina Léon parti à la Réunion.

Mais le temps de prendre ses marques et Tatseraky s’ intégra dans le moule de cette équipe championne de Madagascar. L’infatigable Tatseraky y est d’ailleurs pour beaucoup à tel point que sa renommée a même franchi nos frontières pour parvenir jusqu’en Italie où le club de Benevento qui évolue en deuxième division était preneur. C’était en 1996, l’année de ses débuts en Italie où il est resté jusqu’à l’année dernière pour s’ établir à Lausanne,  en Suisse pour un poste d’entraîneur des jeunes du FC Concordia.

Inutile de rajouter qu’il avait reçu une formation  dans ce sens, car c’est impossible en Europe d’exercer le métier d’entraîneur sans les diplômes. Tatseraky reconnaît toutefois que ses qualités d’ancien footballeur de l’équipe nationale lui a permis d’ouvrir des portes notamment en Italie où il a exercé le métier d’entraîneur des jeunes depuis 2002 au sein de plusieurs clubs dont Porticei,  Morte mile to et Vincent Cavazzalle.

Une nouvelle mission qui s’ est poursuivie en Lausanne et qu’il assume avec le plus grand sérieux.

Marcellin Tatseraky est resté un jeune homme très dynamique.

Football spectacle. « Je fais du football ma vie et ce n’est pas à presque 50 ans que je veux changer », confie Tatseraky qui ne laisse rien transparaître de son âge avec son nouvel look à la Maître Gims. C’est la tendance disait-il avec ce sourire avec lequel on l’a toujours connu. Sympathique et sociable, Tatseraky restera, il l’a dit, au service du football. Une volonté dont on aura bientôt l’écho, car en vacances à Madagascar avec sa femme et ses deux enfants dont un fils de 16 ans qui excelle bien évidemment au foot,  Tatseraky est en train d’apporter la touche finale à la création de deux écoles de football. Et quand il décide de leur donner le nom de Taniketsa Barca et Samba Foot, on comprend son désir de verser pour le football spectacle dont il raffole en faisant référence au FC Barcelone d’une part et au samba brésilien de l’autre.

Deux projets qui le tiennent à coeur et qu’il entend réaliser avec l’aide de ses anciens coéquipiers de BTM FC. Une preuve, une de plus, pour montrer que pour lui l’amitié est sacrée et que la passion pour le football est éternelle.

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Acupuncture : Séance gratuite à l’Ecole de Médecine

L’acupuncture est efficace pour de nombreuses maladies.

La médecine traditionnelle chinoise est très efficace. Actuellement en mission à Madagascar, les tradipraticiens  chinois de l’Institut de recherche en médecine traditionnelle Feng Rui Hua le démontrent au cours des séances gratuites qu’ils entreprennent au Centre d’Acupuncture de l’Ecole de Médecine de Mahamasina. En effet, La cinquantaine de patients traités chaque jour est satisfait. Si certaines maladies sont guéries immédiatement, d’autres nécessitent quelques jours de suivi. Mais en gros, l’état des patients s’améliore rapidement comme c’est le cas notamment d’une femme atteinte d’une paralysie faciale, mais qui recommence à parler plus  correctement et qui retrouve de la vigueur. Pratiquement toutes les maladies  y sont traitées par une équipe d’experts chinois dirigée le Dr Bo Ai Ying experte en médecine traditionnelle acupuncture.

Outre le traitement  des patients, ces médecins chinois offrent également de la formation aux médecins acupuncteurs malgaches du Centre d’Acupuncture de l’Ecole de Médecine. Les séances se poursuivent aujourd’hui pour ne prendre fin que demain.  Après Antananarivo l’équipe de l’Institut Feng Rui Hua de Beijing se rendra à Toliara pour soigner  gratuitement d’autres malades pour cette mission humanitaire qui entre dans le cadre des relations entre Madagascar et la Chine. A terme, l’objectif de cet institut chinois d’acupuncture est de créer une branche à Madagascar.

R.Edmond.

L'express de Madagascar8 partages

Marc déposé

Le meeting du TIM samedi à Mahamasina a été interdit par le préfet de police. Quoi de plus naturel depuis 1975. L’interdiction de meeting politique ou pas est devenu une tradition dont on ne voit pas l’inconvénient. Ratsiraka avait interdit les activités politiques en dehors du Front , ou plutôt de l’affront, national pour la défense de la révolution ( FNDR). Il est évident que les opposants devenus clandestins et informels, n’avaient pas le droit de manifester ni d’avoir voix au chapitre dans les seuls médias qui existaient, en l’occurrence la RNM et la TVM. Les deux fortes têtes de l’opposition à l’instar de Monja Jaona et de Manandafy Rakotonirina avaient fait des allées et venues dans les prisons avant d’intégrer le Conseil Suprême de la Révolution.Il a fallu attendre les années 90-91 pour voir des manifestations politiques fleurir. La fin de la guerre froide ainsi que l’écroulement du bloc de l’Est avait obligé Ratsiraka à lâcher du lest.Après la liberté sans limite de l’ère Albert Zafy,qui a provoqué sa propre perte, les libertés d’expression ont été remises en cause avec l’avènement de Ravalomanana. Plusieurs leaders politiques avaient été emprisonnés alors qu’ils étaient à ses côtés pendant la crise de 2002. Conforté dans son omnipotence à défaut d’omniscience, Ravalomanana a été le premier a interdire toute manifestation à caractère politique, même si elle se passe dans un endroit clôturé, qu’il soit public ou privé. Même les conférences-débats étaient frappées d’interdiction, à l’image de celles que le regretté Herizo Razafimahaleo , president du parti Leader Fanilo voulait organiser à Fianarantsoa en 2008.Visiblement, Ravalomanana a la mémoire courte et oublie une pratique dont il est le propriétaire de la marque déposée.A son départ du pouvoir en 2009, son héritier par défaut, Andry Rajoelina, au titre de la continuité de l’Etat, a maintenu les mesures adoptées par son meilleur ennemi. Après avoir annoncé l’ouverture du Palais de la démocratie à Ambohijatovo en 2009, il l’a aussi fermé à toute manifestation politique et l’a transformé en parc de jeux que Ravalomanana a vite fait de démanteler aussitôt son épouse installée à la mairie d’Antananarivo.Rajaonarimampianina voyant que la formule a été payante et a permis à ses auteurs de rester au pouvoir jusqu’à un tsunami populaire, l’a renforcée. Il a compilé toutes les mesures prises par Ratsiraka, Ravalomanana, Rajoelina pour en faire un bunker résistant à la bombe H.Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes aime dire Ratsiraka qui se croyait à l’abri de tout soubresaut populaire grâce à des mesures drastiques. Mal lui en prit.Retiendra-t-on les leçons successives que l’on a pu tirer de toutes ces situations   Rien n’est moins sûr. Le fait est que la puissance militaire peut assurer la stabilité un moment mais finit toujours par montrer ses limites.Même une marque déposée ne résiste plus aujourd’hui à la vague de contrefaçon, le contrecoup de la mondialisation.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara8 partages

ANOSIZATO : La CNaPS se rapproche des usagers

Ramangason Voahangimbolana, chef de bureau de la CNaPS à Anosizato.

Pour la population active affiliée à la CNaPS de l’Atsimondrano, fini les embouteillages interminables- avec ce que cela implique de perte de temps- pour rejoindre le bureau de la CNaP à Ampefiloha ! Le nouveau bureau de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale ou CNaP a été inauguré à Anosizato West Center hier.

Il s’agit du 5e bureau dans tout Madagascar, après ceux de Talatamaty, de Tanjombato,  de Manjakandriana et de Nosy-Be Hellville. Ce nouveau siège reflète le dessein de la CNaP de se rapprocher des usagers, comme l’a souligné le DG Arizaka Rabekoto Raoul. Effectivement, tous les services offerts au siège d’Ampefiloha, sont également accessibles au bureau d’Anosizato, ouvert de 8h à 15h30. La population locale n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction, à l’instar de Rakotoniaina Patrick qui s’exclamait en disant : « Nous sommes ravis par le côté très pratique de cette décision, nous n’avons plus besoin de dépenser au moins 3h d’aller-retour pour obtenir des renseignements en matière de protection sociale, ou pour déposer une plainte, etc. Moi par exemple, j’ai pu constituer rapidement mon dossier de demande de pension ! 

Luz R.R

Madagate6 partages

Addis-Ababa. 19th OAFLA. Where was Voahangy Rajaonarimampianina for the photo?

News Mada2 partages

Betroka : trois membres du staff d’un député arrêtés

La situation se complique à Betroka après la mort de l’adjudant-chef Fanjanirina Pila. Une série d’arrestations a eu lieu.

Nouveau rebondissement dans l’affaire de meurtre d’un gendarme à Betroka. Les investigations et l’enquête menées par la gendarmerie avancent à pas de géant.

Depuis quelques jours, trois membres du staff d’un parlementaire feraient l’objet d’une enquête serrée à la Compagnie territoriale de gendarmerie.

Selon des sources convergentes, les trois hommes auraient été pris en possession d’armes à feu et des cartouches de fusil de chasse et de Kalachnikov. Le défèrement était prévu se tenir hier au tribunal de première instance de Betroka mais selon les sources, il n’a finalement pas eu lieu.

L’adjudant-chef Fanjanirina Pila a été froidement abattu par des dahalo, le 29 juin dernier à Betroka, alors qu’il participait à la poursuite des dahalo qui avaient volé une centaine de zébus. Les dahalo ont volé l’arme de service du défunt. Une opération a été menée afin de mettre la main sur les malfaiteurs. Cinq suspects ont été arrêtés dans un premier temps. L’arme du défunt a été retrouvée plus tard près du barrage hydraulique de Betroka.

Mparany

L'express de Madagascar2 partages

Développement durable – Lecofruit certifié ISO 14001

La société Lecofruit est certifiée pour son système de management environnemental. Elle renforce sa démarche qualité au sens large.

Engagée. La société agroalimentaire Lecofruit qui appartient au groupe Basan, généralement très discrète, communique peu sur ses activités. « C’est la politique même du groupe », explique Christophe Berthou, directeur de Division produits agricoles transformés de la Société Lecofruit lors de la remise du certificat par SGS dans les locaux du Groupe Basan à Tanjombato, hier. « Mais cette certification ISO 14001 témoigne de notre engagement envers nos clients et s’inscrit dans une politique d’amélioration continue. Cette remise de certificat est une formalisation de ce que nous  pratiquons depuis des années », ajoute-t-il.

La société veut partager sa performance environnementale et se dit  persuadée que la qualité des produits et la protection de l’environnement vont de pair.  Celles-ci permettent de maîtriser les coûts. Les quinze mille paysans producteurs, avec qui la société travaille, sont persuadés de cette démarche de lutte contre le changement climatique. « Nous avons passé des contrats clairs avec les paysans producteurs travaillant avec nous. La gestion à bon escient de l’eau entre autres, qui consiste à n’utiliser que le quart d’arrosoir habituel en utilisant des kits goutte à goutte ou encore l’utilisation de compostière pour recycler les déchets », précise Tahina Randriarilala, responsable qualité hygiène sécurité environnement de Lecofruit.

Volontaire

La démarche d’obtention de la certification a pris près de deux ans, durée nécessaire pour intégrer la société dans la norme 14001. « C’est la norme la plus utilisée de la série des normes ISO 14000 qui concerne le management environnemental. Il a fallu suivre et répondre aux exigences imposées et présenter des structures claires comme le recyclage des huiles vidange, papiers et cartons que Lecofruit utilise dans la transformation des légumes », souligne Tahina Randriarilala. « Des investissements conséquents en outre, ont été demandés notamment dans la formation du personnel ou l’achat de nouveau matériel de production répondant à des normes de protection environnementale », ajoute-t-elle. Des audits systématiques sur les indicateurs de performance de la société, dans le respect des exigences et dans l’utilisation de l’énergie, l’eau et l’électricité s’étaleront encore pendant trois ans.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

PRSP : le plan régional de lutte contre la pêche illégale

Grâce à l’implication de huit Etats, la Commission de l’océan Indien (COI) a mis en œuvre depuis 2007 le Plan régional de surveillance des pêches (PRSP) avec la contribution de l’Union européenne (UE). Le plan a permis d’agir collectivement la surveillance de quelque 6,4 millions de km2 de zones économiques exclusives.

Selon la FAO, environ 20% des captures totales des thonidés dans le Sud-Ouest de l’océan Indien proviennent de la pêche illicite non reportée et non réglementée (INN), ce qui représente 400 millions de dollars à la première vente soit un milliard de dollars en termes de valeur ajoutée annuellement. C’est un manque à gagner considérable pour les économies de la région.

Le PRSP qui est mis en œuvre depuis dix ans par les cinq Etats membres de la COI (Union des Comores, France/ Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles), s’est élargi depuis 2014 à trois Etats côtiers du continent (Kenya, Mozambique et Tanzanie). Réunir les moyens humains, maritimes et aériens des Etats participants pour planifier, coordonner et conduire des missions de patrouille conjointes en mer fait partie des objectifs. Il vise également à renforcer les capacités de ces pays à répondre aux mesures internationales de lutte contre la pêche INN.

Contribution de Madagascar

Madagascar a participé au PRSP par l’intermédiaire du Centre de surveillance des pêches (CSP) en mettant à disposition ses navires de surveillance (Atsantsa, Tendromaso, Telonify) et en mobilisant ses inspecteurs, à plus de la moitié du nombre total de jours de patrouille en mer du PRSP.

La deuxième Conférence des ministres des Pêches des Etats du Sud-Ouest de l’océan Indien, prévue se tenir à Madagascar du 18 au 21 juillet prochain, sera l’occasion de présenter les réussites de ce mécanisme régional de coopération contre la pêche illégale et de réitérer l’engagement des Etats à poursuivre leurs efforts collectifs. Au préalable, près d’une centaine d’experts nationaux et internationaux vont dresser le bilan des activités et des progrès réalisés par le PRSP sur le plan juridique, technique et humain. Ils travailleront également à l’élaboration d’un système de financement durable.

Arh.

 

News Mada1 partages

Insécurité sur les RN : former un convoi n’est pas une solution fiable

Devant la recrudescence de l’insécurité sur les routes nationales (RN) ces derniers temps, des transporteurs montent au créneau et pointent du doigt l’inefficacité de former en convoi les taxi-brousse allant dans un même axe.

«Former un convoi n’est pas une solution, si on ne parle que des risques d’accident», a noté l’un d’eux, reliant l’axe RN7. D’après lui, sur les trois barrages érigés par les forces de l’ordre, de Fianarantsoa au Camp Robin, chaque regroupement dépense au moins 45 mn, totalisant presque trois heures de temps depuis Ambalakely, Ambohimahasoa jusqu’au Camp Robin.

Ces arrêts fréquents entraînent une perte de temps et causent du stress pour les chauffeurs. En faits, ces derniers, une fois libérés de ces barrages ont tendance à appuyer sur le champignon dans le dessein d’arriver à l’heure à destination. Et avec le manque de sommeil, les accidents peuvent survenir à tout moment.

Une escorte mal placée

Notre interlocuteur de noter qu’ «Il est tout à fait étonnant que les attaques se déroulent non loin de ces regroupements, dans un rayon de cinq kilomètres, et toujours près d’un village. Ne serait-il pas possible aux forces de l’ordre de  ratisser le coin pour sécuriser le passage ?».

Selon toujours ces transporteurs, les escortes fournies par les gendarmes prennent place dans la première voiture. Alors que ce véhicule en général puissante laisse loin derrière elle les retardataires. Il va de soi que ce sont ces derniers qui sont les victimes des attaques.

Un complice parmi les passagers

Un fait relaté par les chauffeurs de taxi-brousse, concernant cette insécurité sur les RN, est la présence d’un ou de plusieurs complices parmi les passagers. «Il est étonnant que ces derniers sont toujours au courant que tel ou tel passager a une grosse somme d’argent sur lui», a indiqué un chauffeur. Avec l’utilisation du téléphone portable, il est facile pour ces malintentionnés d’envoyer des «sms» à l’approche de l’endroit de l’embuscade prévu. Ils prétextent un besoin urgent de se soulager, pressés par un mal de ventre par exemple, pour que le chauffeur s’arrête. Menaçant de faire ses besoins dans la voiture-même si ce dernier persiste à continuer la route.

La mesure prise pour contrer cette manœuvre est de ne s’arrêter que dans des endroits sûrs pour faire ses besoins. Des endroits que seul le chauffeur connaît et à lui de prendre la décision s’il vaut la peine de s’arrêter. D’ailleurs, il devrait aviser ses passagers sur ce cas dès le départ. «Toutefois, le principe est de ne jamais traverser les zones rouges, une fois la nuit tombée», a-t-il conclu.

Sera R

 

Orange Madagascar1 partages

Tourisme en Afrique - Madagascar souffre d’un déficit de présence

Le Rapport 2017 de la CNUCED sur le développement économique en Afrique, "le tourisme au service d’une croissance transformatrice et inclusive" a été présenté hier, 5 juillet à Ankorondrano.

D'après ce rapport, les gouvernements africains devraient prendre des mesures pour libéraliser les transports aériens, promouvoir la libre circulation des personnes, garantir la convertibilité des monnaies et, surtout, reconnaître la valeur du tourisme africain et l’intégrer dans leurs plans. Par ailleurs, le rapport indique que les gouvernements africains et les institutions régionales devront régler les problèmes de sûreté et de sécurité, répondre rapidement aux crises et promouvoir des stratégies permettant d’améliorer l’image que les médias du monde entier.

Les contraintes évoquées dans ce rapport 2017 sur le développement économique en Afrique reflètent très bien la réalité à Madagascar ; aussi les recommandations sont également valables pour la Grande Ile, selon le Président du Conseil d'Administration de l'Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM).

De son côté, le conseiller économique auprès du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a souligné que l'enjeu pour Madagascar c'est la stabilité dans la durée. 

Il a été noté que la destination Madagascar souffre d'un déficit de présence au niveau du continent africain. Pourtant, la Grande Ile a d'énormes potentiels touristiques qui n'attendent qu'à être valorisés.

 

 

LES TOURISTES AFRICAINS SONT EN PASSE DE DEVENIR LE MOTEUR DU TOURISME EN AFRIQUE, SELON UN RAPPORT DE LA CNUCED

En Afrique, 4 touristes internationaux sur 10 sont africains, selon le nouveau Rapport 2017 de la CNUCED sur le développement économique en Afrique, intitulé le tourisme au service d'une croissance transformatrice et inclusive. En Afrique subsaharienne, ce sont deux touristes sur trois qui sont originaires du continent. Les données sur lesquelles s’appuie cette importante conclusion montrent que contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les Africains qui tirent de plus en plus la demande touristique en Afrique.

Le tourisme est un secteur en plein essor qui représente plus de 21 millions d’emplois (soit un emploi sur 14) sur le continent. Ces vingt dernières années, l’Afrique a affiché une croissance dynamique ; chaque année pendant la période 1995-2014, le nombre d’arrivées de touristes internationaux a augmenté de 6 % et les recettes touristiques de 9 %.

Le Rapport de la CNUCED encourage les pays africains à tirer parti du dynamisme du secteur touristique afin de le mettre au service d’une croissance transformatrice et inclusive.

Le Rapport présente et compare des données relatives à deux périodes distinctes, à savoir 1995-1998 et 2011-2014, et montre que le nombre d’arrivées de touristes internationaux en Afrique est passé de 24 millions à 56 millions. Les recettes d’exportation du tourisme ont plus que triplé, passant de 14 milliards de dollars à près de 47 milliards de dollars. Ainsi, le tourisme représente maintenant environ 8,5 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique.

Le premier Plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine vise à doubler la contribution du tourisme au PIB de l’Afrique. La réalisation de cet objectif exige une croissance plus rapide et plus importante du secteur du tourisme.

« Le tourisme est un secteur dynamique qui dispose d’un extraordinaire potentiel en Afrique. Bien géré, ce secteur peut largement contribuer à la diversification et faciliter l’inclusion des communautés vulnérables », a affirmé le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

Pour mettre le potentiel du tourisme intrarégional au service de la croissance économique du continent, les gouvernements africains devraient prendre des mesures pour libéraliser les transports aériens, promouvoir la libre circulation des personnes, garantir la convertibilité des monnaies et, surtout, reconnaître la valeur du tourisme africain et l’intégrer dans leurs plans. Ces mesures stratégiques peuvent produire des effets assez rapides et concrets. Au Rwanda, la suppression, en 2011, des formalités de visa pour les membres de la Communauté d’Afrique de l’Est a contribué à la hausse du nombre de touristes intrarégionaux, qui est passé de 283 000 en 2010 à 478 000 en 2013.

La relation mutuellement bénéfique entre la paix et le tourisme figure parmi les autres thèmes importants abordés dans le rapport. La paix est bien évidemment essentielle au tourisme. Le fait qu’une région semble instable peut suffire à dissuader les touristes de s’y rendre et avoir, pendant longtemps, des répercussions économiques désastreuses. Toutefois, la perception d’un danger ne correspond pas toujours à la réalité.

L’épidémie d’Ebola qui a éclatée en 2014 en Afrique de l’Ouest a coûté très cher à l’Afrique tout entière du point de vue du nombre de touristes et des recettes touristiques. Bien que cette épidémie ait touché un nombre relativement faible de pays situés dans la partie occidentale du continent, le nombre d’arrivées de touristes et de réservations a baissé dans des pays qui n’étaient pas concernés par l’épidémie, tels que l’Afrique du Sud et la République-Unie de Tanzanie.

Le Rapport indique que l’instabilité politique peut avoir des répercussions très importantes et persistantes sur l’économie. En Tunisie par exemple, en 2009-2011, l’instabilité politique a entraîné une baisse du montant total des recettes du tourisme de 27 % en moyenne, le faisant passer de 3,5 milliards de dollars en 2009 à 2,5 milliards de dollars en 2011.

Pour assurer la croissance du tourisme en Afrique, il est capital que les gouvernements africains et les institutions régionales règlent les problèmes de sûreté et de sécurité et répondent rapidement aux crises. Il est également indispensable de promouvoir des stratégies permettant d’améliorer l’image que les médias du monde entier donnent de l’Afrique si l’on veut garantir la reprise du secteur après un conflit ou une période marquée par des troubles politiques.

Pendant les dix prochaines années, 11,7 millions d’emplois devraient être créés en Afrique grâce à la croissance persistante du tourisme. En outre, lorsque le secteur est florissant, les femmes prospèrent. En Afrique, plus de 30 % des entreprises touristiques sont dirigées par des femmes; et 36 % des ministres du tourisme du continent sont des femmes, ce qui représente le pourcentage le plus élevé au monde.

En créant des liens solides entre les secteurs du tourisme, de l’agriculture et de l’infrastructure, l’écotourisme et les segments médical et culturel du marché touristique peuvent favoriser la diversification vers des activités à plus forte valeur ajoutée et permettre une répartition plus large des revenus. Pour exploiter ce potentiel, les gouvernements africains devraient adopter des mesures visant à favoriser l’approvisionnement local, encourager les entités locales à participer à la chaîne de valeur touristique et stimuler le développement de l’infrastructure. S’il bénéficie de ces investissements pérennes, le secteur du tourisme pourrait sortir des millions de personnes de la pauvreté tout en contribuant à la paix et à la sécurité de la région.

 

LDV

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kaominina Andranomanelatra Hazaina ny alika mirenireny

Taorian’ny fisiana alika mirenireny izay nanaikitra olona ary maty avy eo ny 21 jona teo tao amin’ny kaominina ambanivohitra Andranomanelatra dia miroso amin’ny fihazana sy famonoana

 

ireo alika mpirenireny rehetra nanomboka omaly alarobia 5 jolay ny ao amin’ity kaominin’Ambanivohitra ao amin’ny faritr’i vakinankaratra ity. Efa natao fitiliana moa ity alika ity ary dia voaporofo fa haromotana no nahazo azy. Efa nalefa ao amin’ny hopitaly CHRR Antsirabe, ao amin’ny sampana fitsaboana haromotana kosa ilay voakaikitra sy izay ahiahiana rehetra omena ny fitsaboana sahaza azy ireo.

 

J.Mirija

 

 

 

 

L'express de Madagascar1 partages

Betroka – Huit gangsters gardés à vue

L’enquête sur huit hommes arrêtés à Betroka, fin juin est toujours en cours. Depuis samedi, ils sont gardés à vue dans les locaux de la gendarmerie locale. 

xDébutée samedi, une enquête criminelle sur huit individus faisant partie d’un gang dans le district de Betroka continue jusqu’à présent. Ces suspects sont soupçonnés d’avoir pris part dans des crimes organisés dont assassinat, trafic de cannabis, pillage et autres actes de banditisme dans le district.« Leur garde à vue à la gendarmerie a été prolongée à cause d’une série d’enquêtes sur ces différents crimes dans lesquels ils sont impliqués », a signalé une source au sein des forces de l’ordre. Les informations recueillies révèlent que la traque a commencé après une embuscade mortelle survenue fin juin dont un gendarme a été victime. Fin de cavale pour ces huit présumés bandits, tandis que d’autres chasses à l’homme se poursuivent toujours. Le fusil d’assaut kalachnikov et une dizaine de minutions du gendarme victime ont été déjà récupérés. « Les malfrats les ont abandonnés un peu plus loin du lieu d’assaut », a indiqué la gendarmerie locale.Une opération de ratissage a été lancée après cette violente attaque perpétrée dernièrement dans cette zone.

Pistes« Notre région n’est plus épargnée par la violence. Depuis, les bandits ont semé partout la terreur en dérobant nos biens. Nous avons pourtant constaté un peu de tranquillité lorsque ce gang a été démantelé », a déploré un villageois.Les auteurs principaux de tirs en rafale lors de l’embuscade en juin courent toujours. Jusqu’ici, les enquêteurs préfèrent travailler avec discrétion. Des pistes sont déjà entre leurs mains et de nouvelles arrestations se dérouleront bientôt. « C’est pour cette raison qu’on ne dévoile pas, pour le moment le secret d’enquête », a souligné la gendarmerie de Betroka. Celle-ci indique que de vols de bœufs doublés de meurtre ainsi que de prise d’otages ont été constatés ces derniers temps.La population locale commence à en avoir ras-le-bol. Les éléments des forces de l’ordre sécurisent maintenant le territoire par peur d’éventuelle invasion des dahalo à cause de la garde à vue de ces huit individus.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Transport aérien – Turkish Cargo lance des vols de fret

La compagnie Turkish Airlines se lance dans le transport de fret. Elle compte opérer  un vol hebdomadaire tous les dimanches avec un Airbus A330-200.

Après lelancement de son premier vol reliant la Grande île en décembre 2015, la compagnie aérienne Turkish Airlines se lance dans le transport des marchandises à Madagascar. Elle propose dans les prochains jours un service dédié uniquement au fret avec un vol hebdomadaire au départ d’Antananarivo. « Avec Turkish Cargo, nous allons proposer une solution complémentaire au marché existant aux entreprises d’importations et exportations basées à Madagascar. Nous avons fixé comme objectif de répondre aux attentes des opérateurs économiques soucieux de la qualité des services qui leur est proposé dans ce domaine », a expliqué mardi Raafivo Rasolomanana de MC Aviation, la société représentante du fret de Turkish Cargo à Madagascar.La société turque opère sur un réseau mondial comportant pas moins de deux cent cinquante destinations. En Afrique, elle est présente dans plus de quarante sept pays où elle transporte divers biens et marchandises pareillement pour les importations de ces pays que pour leurs exportations.

Ouverture du marchéSelon les explications obtenues auprès de la société, sur plus de sept mille vols par semaine, Turkish Cargo  transporte aussi bien les colis classés « General cargo » que ceux ayant des spécificités particulières de la catégorie des « Special cargo ». On peut citer les animaux vivants, les médicaments, les fruits et légumes, les marchandises dangereuses, les dépouilles mortelles, les marchandises valeureuses comme les pierres précieuses, les appareils électroniques et bien d’autres encore.Cette ouverture de vol de fret témoigne l’intérêt que porte la compagnie turque au marché malgache. « Cette décision fait suite à des études de marché effectués depuis plusieurs mois. C’est aussi la continuité de la présence de Turkish Airlines dans le pays. Dans cette optique, un nouveau vol cargo Airbus A330-200 d’une capacité de 65 tonnes/ 280m3, viendra s’ajouter chaque dimanche aux vols hebdomadaires habituels », a fait savoir le responsable de MC Aviation.Madagascar exporte une large gamme de produits naturels, principalement de la vanille, des fruits tropicaux, des produits textiles vers l’Europe et le continent américain. Les crabes vivants et des produits de la mer de Madagascar sont principalement exportés vers l’Asie et le Pacifique.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – Arrivée de volontaires japonais

Des diplomates de terrain dans nos murs depuis le début de semaine. Sept nouveaux volontaires de Japan overseas cooperation volunteers (JOCV) viennent renforcer les rangs des volontaires japonais à Madagascar. Ils vont travailler auprès de la communauté locale dans différents secteurs comme le développement rural, l’éducation ou la santé.« Vingt-sept volontaires japonais se trouvent actuellement en action dans les régions Analamanga, Itasy, Boeny, Vakinankaratra, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Amoron’i Mania et Bongolava. Près de cent cinquante volontaires sont venus participer au développement de la Grande Île depuis 2002 », a fait savoir Kazushi Koga, coordinateur du programme des volontaires japonais auprès de l’agence de coopération international du Japon (JICA).Le programme JOCV fait partie intégrante de l’aide publique japonaise. Avec une durée de mission de deux ans, ces diplomates de terrain coopèrent à travers une assistance tangible avec la population, parlant la langue locale, trouvant ensemble les problèmes et cherchant avec eux des solutions dans la compréhension mutuelle.

L. R.

L'express de Madagascar1 partages

Douanes – Vers la suspen­sion de salaire des grévistes

Pas de salaire pour les grévistes   Le ministère des Finances et du budget brandit les sanctions à l’endroit des douaniers grévistes. Ces derniers risquent de ne pas toucher leur salaire à la fin du mois. « C’est l’argent du contribuable et on ne peut pas le gaspiller », laisse entendre un responsable auprès de ce ministère sans confirmer l’existence d’une décision officielle.Pourtant, selon le syndicat des employés de la douane (Sempidou), cette menace à l’endroit des grévistes est réelle. « Si le ministère veut prendre cette mesure, qu’il suspende le salaire de l’ensemble des employés de l’administration douanière. Mais est-ce la bonne résolution   », a déclaré Herizo Andria­navalona Ramanambola, président du Sempidou, hier, à Antaninarenina.Une bonne partie des bureaux des douanes était fermée, hier, du moins pour la capitale. Mais dans un communiqué, la direction générale des douanes annonce que « ses bureaux dans toute l’île restent ouverts  et que des mesures ont été prises pour la continuité de service ».

Lova Rafidiarisoa et Soa-Mihanta Andriamanantena

Midi Madagasikara1 partages

Marc Ravalomanana : Répétition de zumba à Mahamasina

Marc Ravalomanana a fait le zumba hier à Mahamasina.

Le président national du TIM était descendu hier dans l’après-midi au stade de Mahamasina. Cette descente lui a permis de constater l’avancement des préparatifs de la célébration du 15e anniversaire de son parti et de diriger la séance de répétition de zumba avec ses partisans. Marc Ravalomanana a encore rassuré que le TIM célébrera son anniversaire samedi prochain au stade de Mahamasina dans la paix. « Ni provocation, ni discours politique, ni critique envers le régime. Nous allons prier et jouer. », a-t-il réitéré.

R.Eugène

Madaplus.info0 partages

Le TIM en pleine phase de mise au point, la préfecture campe sur sa décision

Hier soir, les forces de l’ordre ont été sur place pour désinstaller les installations effectuées le comité d’organisation du TIM.
Bien que le Préfet de Police d’Antananarivo ait refusé la demande d’autorisation de manifester dans le Stade de Mahamasina, la publicité pour la célébration de l’anniversaire du parti TIM continue à être diffusée dans les médias. La décision de la préfecture concernant l’annulation de l’autorisation de la manifestation est une pure provocation, dixit Marc RAVALOMANANA, le Président du parti TIM. Lui de dire qu’aucun discours politique ni des critiques du pouvoir actuel ne figurerons pas dans l’ordre du jour. A la fin de son intervention, il a conclu que tous débordements en dehors de Mahamasina, ne seront en aucun cas, sa part de responsabilité. Les partisans du TIM, présidés par Marc RAVALOMANANA se sont rendus sur place pour une répétition de zumba, une animation ludique prévue pour la célébration.
Madaplus.info0 partages

CUA : Lalao RAVALOMANANA se plaint du manque des moyens

Lalao RAVALOMANANA se plaint de ne pas avoir tous les moyens nécessaires, notamment le moyen budgétaire pour développer la Commune urbaine d’Antananarivo.
Elle a souligné que depuis le début de son mandat, elle n’a pas encore le pouvoir de gérer la commune dans sa totalité, puisque les chefs fokontany ne sont pas désignés par voie démocratique populaire. C’est l’ensemble de son plaidoyer évoqué lors de la réunion des maires à Canada, la semaine dernière. La CUA souffre de la tracasserie du Pouvoir central. C’est le gouvernement lui-même qui est le frein du développement de la Commune, alors que celle-ci est la première clé de réussite du pays. Lalao Ravalomanana demande donc aux responsables étatiques de donner à la CUA, tous ces droits légaux et annonce volontaire de coopérer avec le gouvernement.
News Mada0 partages

Ambatovy : arenina ny tsenan’i Brickaville

Havaozina tanteraka sady nohalebiazina ny tsena any Brickaville. Manohana ara-bola ny asa ny Tetikasa Ambatovy, satria ao anatin’ny faritra iasany ny any Atsinanana avy amin’ilay Tahiry ho an’ny tetikasa sosialy sy fotodrafitrasa. Manana velarana 4.000 m2 ity tsena vaovao ity, ka mitafo ny 2.000 m2 sady mirafitra vy. Afaka mandray mpivarotra manodidina ny 360.

Nanomboka ny volana jolay 2016 ny asa ary vita hatrany amin’ny 85% ankehitriny. Nomarihina ny 20 jona 2017 teo ny fotoam-piasana nandritra ny 65.000 ora tsy nahitana loza. Laharam-pahamehana ho an’ny Tetikasa Ambatovy ny fahasalamana sy ny aro loza ho an’ny mpiasa sy ny mponina voakasiky ny asa ataony.

Eo amin’ny lafiny fanamboarana fotodrafitrasa toy ny tsena, fa efa nohavaozin’Ambatovy koa ny any Anjoma sy Bazaribe any Toamasina. Efa andalam-pahavitana koa ny any Moramanga.

Njaka A.

News Mada0 partages

Madagasikara-Canada : fikarohana lalam-barotra vaovao

Firenena matanjaka ara-toekarena azo iaraha-miasa i Canada. Misy ny hetsika manokana hikarohana lalam-barotra hanamafisana ny varotra ivelany mankany amin’ity firenena ity.

Ho avy any Canada ny mpandraharaha avy aty Madagasikara, ny 21-28 oktobra ho avy izao. Mikarakara azy ny Antenimieran’ny varotra sy ny fiaraha-miasa Canada-Madagasikara (Cancham), miara-miombon’antoka amin’ny Rafitra ho fampiroboroboana ny toekarena EDBM (Economic development board of Madagascar) sy ny masoivohon’i Madagasikara any Canada.

Miroborobo ny fiaraha-miasa ara-toekarena eo amin’ny tany roa tonta. Mitentina 79 tapitrisa dolara ny entana avy aty Madagasikara naondrana tany Canada ny taona 2016. Mahatratra 12 tapitrisa dolara kosa ny entana nohafarana avy any nankaty amintsika, manome taha 3%-n’ny entana hafaran’i Canada avy aty Afrika. Ny taona 2014, fahenina fanafaran’i Canada entana i  Madagasikara, nitentina 37,581 tapitrisa dolara.

Misy koa ny entana tsy mandoa haba toy ny Agoa

Mahazo tombontsoa ao anatin’ny Politika hidirana ao anatin’ny tsena i Madagasikara, toa an’ireo firenena an-dalam-pandrosoana rehetra. Mitovitovy amin’ny fanondranana entana tsy tataovana haba, toy ny Agoa an’i Etazonia koa ity sehatra ity. Tsy tafiditra ao anatin’izany kosa ny karazan’entana sasany, toy ny vokatra avy amin’ny akoho, ny ronono ary ny atody.

Hitsidika faritany roa any Quebec sy Ontario ireo mpandraharaha Malagasy mandritra ny diany any Canada. Ao anatin’izany ny tanàna any Montréal, Quebec,  Trois Rivières ary Ottawa. Hanampy ny mpandraharaha malagasy amin’ny fifampiraharahana amin’ireo orinasam-barotra any Canada ny CanChan, hikarohana lalam-barotra vaovao.

Njaka Andriantefiarinesy

 Anisan’ny vokatra aondrantsika any Canada, ny kafe, ny dite, ny vokatra mampatsiro hanina na masiaka (épices), sns. Eo koa ny akanjo sy ny fitafiana, ny voninkazo, ny hazandrano, ny legioma, ny ilomenaka sy ny kojokoja ilain’ny vatana, ny cacao, ny entana rakitry ny ela, ny taozavatra, sns.

News Mada0 partages

Me Razafinjatovo Willy : « Tsy tsiambaratelo ny horonampeo niantsoana an’i Claudine »

« Na mivoaka na tsia ny horonampeo, tsy misy tsiambaratelon’ny famotorana mihitsy ny resaka natao tao anatin’izany. Fa fiantsoana olona tamin’ny alalan’ny fiantsoana an-taratasy nefa tsy tonga ilay olona, dia nantsoina tamin’ny alalan’ny telefaonina. »

Izay ny fanazavan’ny Me Razafinjatovo Willy na Olala, afakomaly, momba ny fivoahan’ny horonampeo mirakitra ny resaka an-telefaonina nifanaovan’ny mpiasan’ny Bianco iray, izay fiantsoana azy hatao famotorana momba ny « Raharaha Ambohimahamasina« .

« Hitantsika fa rehefa misy fiantsoana olona, na avy any amin’ny polisy na zandary na fitsarana izany: azon’ny olona rehetra na iza na iza jerena izay taratasy fiantsoana izay, fa tsy misy tsiambaratelo akory« , hoy izy. Nahoana no amoronana hoe misy tsiambaratelon’ny famotorana izany?

Manasa ny minisitry ny Serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana hitory izy ary ho tonga eny amin’ny fitsarana. « Hifanatrika isika amin’izay fotoana izay amin’izany resaka ataonao izany », hoy ihany izy.

Tsy fifamaliana faty ny fitondrana firenena

« Naninona no navela nanao ny HVM tany Toliara? Nandeha teny amin’ny arabe aza ny HVM, ary nanapa-dalana », hoy izy momba ny fandraran’ny prefet de Police, Antananarivo Renivohitra, tsy hanao hetsika eny Mahamasina, ny 8 jolay ho avy izao.

Toerana mifefy no hanaovan’ny Tim hetsika. Maninona no sakanana izy? Marina fa mety nanao izany ny Tim tamin’ny fotoana nitondrany, tamin’ny andron’ny filoha Ravalomanana. Tsy hoe hamaly faty izany, satria nisy izay zavatra nataon’ny Tim izay teo aloha. Ny tena koa tamin’izany tsy nanao.

Na izany na tsy izany, fifamaliana faty ve no atao eto amin’ny tany sy ny firenena? Tsy rariny izany. Tsy natao hamaly faty ny mpitondra. « Fa raha hendry ianareo, natao hitady ny soa sy ny tsara ho an’ny vahoaka », hoy ihany izy.

R. Nd.

News Mada0 partages

Filoha nasionalin’ny Ame, Ramilina : « Tsy maintsy hatsahatra izao fitondrana izao »

Mbola misy azo antenaina ve ny fanarenam-pirenena noho ny afitsoky ny mpitondra amin’izao fotoana izao? Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny Antoko miombona ezaka (Ame), Ramilina: « Tsy azo tohizana intsony izao fitondrana izao, fa tsy maintsy hatsahatra. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao? 

 Ramilina (-): Izao, angamba, no atao hoe mampiteny ny moana, ary mampangina ny miteny. Mahita izay miteny hoe efa tena tsy azo iainana intsony izao… Efa tena midofotra tanteraka ny raharaham-pirenena, tsy afa-mankaiza intsony.

Mandeha avokoa ny fomba rehetra hahazoana vola, hatramin’ny fitrosana vola amin’ny banky tsotra. Tena mamono tena miditra amin’izany, mivarotra tanindrazana. Izay no mahatonga anay miteny hoe: tsy azo tohizana intsony io fitondrana io.

* Inona ny vahaolana amin’izany?

 – Ho hitantsika ato ho ato ny zavatra hatao amin’izay vahaolana izay. Raha ny tena marina, efa manentana ny vahoaka iray manontolo izahay izao. Hatambatra ho iray ny mpanohitra rehetra. Ao anatin’ny Firaisankina ho fanavotana an’i Madagasikara (Fifama) izahay. Fa iray ihany ireo, ny mpanohitra…

Tsy afa-miroso intsony io fitondrana io. Toy ny hoe amidiny i Madagasikara; avy eo, mitsoaka any amin’izay halehany, angamba, izy, rehefa tapitra ny fe-potoam-piasana. Mila olona tena sahy mandray andraikitra izay mandimby azy eo, fa mby amin’ny tsy azo arenina intsony i Madagasikara amin’izao.

Tena mafy dia mafy ny manjo ny vahoaka malagasy amin’izao. Ny olantsika amin’io fitondrana iray io, samy hafa mihitsy ny maso mijery. Mbola mahita ny fitondrana amin’izao fahasahiranam-bahoaka izao fa misy zavatra mandeha eto Madagasikara. Mbola mahita ry zareo hoe mandroso ny vahoaka malagasy, nefa milentika ny fahitana azy. Lazaina fa mihazakazaka be ny fampandrosoana. Fampandrosoana mankaiza? Ny maso mijery mihitsy no samy hafa.

Ny vahoaka malagasy iray manontolo izay entina, mahita fa efa tena tsy azo iainana intsony izao. Raha miantso vahoaka hoe hivory izao, tsy manan-karapaka izy ka tsy mandeha amin’izany. Taorian’ny 26 jona, efa roa, ohatra, izay ny fitsaram-bahoaka nambara tamin’ny fomba ofisialy. Tsy azo tohizana intsony izao fitondrana izao, fa tsy maintsy hatsahatra.

* Inona no hatao amin’izany?

– Havondrontsika ny herintsika rehetra… Izay ny vahaolana. Mila vahoaka vonona. An’ny vahoaka ange ny fahefana. Be dia be ny efa nanao toy io teo aloha… Na inon-kidona na inon-kihatra, tsy maintsy arodana io fitondrana io.

* Nefa ny vahoaka tsy te hihetsika, fa ao anaty fahasahiranana lalina?

– Tena marina izay… Tsy hoe tsy te hihetsika ny vahoaka, fa tsy afa-mihetsika. Te hihetsika ny ankamaroany, mimenomenona any an-tsefatsefaka sy elakela-trano rehetra io. Misy an’izay avokoa ny toerana rehetra, fa mihatra amin’ny vahoaka malagasy iray manontolo ilay izy… Te handeha izy, nefa izay ho hanina anio, tadiavina rahampitso fa tsy maintsy mitrosa aloha. Tena efa sahirana.

Na izany na tsy izany, i Madagasikara ity ary vahoaka malagasy ireo, tsy mitovy amin’ny any ivelany loatra. Manana ny mampiavaka azy ny Malagasy. Rehefa voaentana izy, nafoiny na ny ainy aza tamin’ny 47, ohatra. Tsy maintsy tonga amin’izay izao.

Izay no itandreman’ireo mpanao politika ireo: tsy hoe tsy mahasarika vahoaka izy. Fa raha vao mivory indray mandeha ny vahoaka: izao dia izao ny fiteniny. Mila fehezina izay, fa ho avy io ary tsy azo iandrasana ela intsony.

* Ary ny fahitanao ny sosialim-bahoaka amin’izao?

– Efa tsy azo iainana intsony ny fiainam-bahoaka amin’izao, tsy azo refesina intsony… Izay ilay nolazaiko teo hoe: mbola mahita ihany ve ny mpitondra fa misy zavatra mandeha izao? Nefa ny vahoaka, raha hitsabo tena, ohatra: na hatramin’ny tena izay idiram-bola kely aza, tsy mahavita.  Mampalahelo izao ny mandre fa hatramin’ny vaksiny izao misy poizina. Ny minisiteran’ny Fahasalamana no mikarakara izany.

Efa namanaman’izao, angamba, ny faratampony amin’ny fahantrana, raha ny sosialim-bahoaka. Mahagaga ny ilazana fa mbola fahadimy avy any amin’ny farany isika; angamba, laharana mitovy izany. Raha mbola misy mahantra mihoatra an’ny Malagasy amin’izao, efa tsy izy intsony.

Tsy zakan’ny fitondrana ny raharaha. Aleo miala ry zareo, fa mijaly loatra ny vahoaka. Mety izay ny tanjon’ny mpitondra, fa nisy filozofa iray nilaza hoe: raha te hijanona maharitra eo amin’ny fitondrana ny tena, ampahantrao sy ampihorohoroy ny vahoaka. Amin’izay, tsy hieritreritra intsony ny hanongana fitondrana na haka toerana izy, fa ny tena hatrany no manjaka eo. Mizotra amin’izay izany izao? Ho hitan-dry zareo fa tsy hataon’Andriamanitra ho amin’izay ny raharaha, ary hihetsika io vahoaka io.

Nangonin’i R. Nd.

 

News Mada0 partages

MLE-15e anniversaire du TIM : l’Etat s’attaque à la liberté d’expression

L’Etat a choisi de mater toute manifestation publique. La liberté de manifester et d’exprimer ses opinions est bafouée.

La volte-face de la préfecture de police de la capitale n’a été qu’un prologue. Hier à Tsimbazaza, une réunion des membres de l’organe mixte de conception (OMC), composée  des forces de l’ordre et de la Préfecture, a confirmé l’annulation de l’autorisation du parti Tiako i Madagasikara (Tim) à Mahamasina ainsi que le refus d’accorder une autorisation au Mouvement pour la liberté d’expression (MLE). C’est ce que le général Angelo Ravelonarivo, préfet d’Antananarivo, a réaffirmé à la presse.

Au même moment, les forces de l’ordre se sont aussi réunies au ministère de la Défense nationale, hier.  Selon les informations rapportées par une station de télévision privée, les responsables au sein de cette institution aurait soutenu la massive présence des forces de l’ordre sur les lieux, vendredi et samedi. Mahamasina sera ainsi fermé et interdit au public et les éléments des forces de l’ordre seront présents aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du stade. D’ailleurs, sur une publication de l’un des élus Tim, hier dans la soirée, des éléments de l’Emmoreg ont arraché les banderoles de cette formation affichées à Mahamasina.

Sans autorisation

A titre de rappel, vendredi prochain, le MLE prévoit de commémorer le premier anniversaire du vote polémique du Code de la communication médiatisée à travers une marche silencieuse, depuis Ankorondrano jusqu’à la stèle de l’Ordre des journalistes à Soarano. Des syndicalistes ont déjà signifié qu’ils participeront à ce rendez-vous car la liberté d’expression est l’affaire de tout le monde. La préfecture de la capitale assure, toutefois, que cette marche n’a pas reçu d’autorisation.

Samedi, le parti de l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana avait, quant à lui, espéré célébrer le XVe anniversaire du parti Tiako i Madagasikara (Tim) au stade municipal de Mahamasina. Le 29 juin, le préfet de police a donné son accord au parti Tim pour organiser un culte œcuménique et une manifestation festive mais il s’est, par la suite, ravisé en évoquant des risques de trouble. Ce qui a provoqué une indignation de la part des ténors du parti. «C’est de la provocation (…). Nous n’avons pas prévu une quelconque prise de parole…», a soutenu le fondateur du Tim.

 D’autres personnalités y voient aussi une forme de deux poids, deux mesures. «Pourquoi le parti HVM a eu l’autorisation de manifester à Tuléar lors de la célébration de ses trois années d’existence et a même tenu une manifestation dans la rue, gênant la circulation, et pourquoi interdire la manifestation du Tim organisée dans un lieu fermé ?», s’est interrogé maître Willy Razafinjatovo hier lors de son intervention sur une radio privée de la capitale. Quoi qu’il en soit, avec cette prise de position, la fin de semaine risque d’être tendue entre les manifestants et les forces de l’ordre. Le MLE et le parti Tim campent en tout cas sur leur position à maintenir leur manifestation.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Rangahy 64 taona : vao afaka CEPE dia maka BEPC indray

Mbola mikiry ny hahazo diplaoma na dia efa antitra aza Razanampionona Raderandraibe Lucien Robert Alexandre. Vao afaka CEPE teo ny tenany ary izao miatrika ny fanadinana BEPC izao indray.

Anisan’ny mpiadina lehibe indrindra eto Antananarivo ity lehilahy ity. 64 taona izy izao. Etsy amin’ny foibem-panadinana etsy amin’ny EPP Analakely, efitrano faha-12 no misy azy. Marihina fa tsy manambady ary tsy manan-janaka i Alexandre.

News Mada0 partages

Fanaovana fanambaram-pananana : hanao fitanana an-tsoratra izay tsy mahavita ny Bianco

« Amin’ny farany volana jolay no tokony ho tapitra ny fanaovana fanambaram-pananana, ary hanao fitanana an-tsoratra amin’izay izahay. » Izay no nambaran’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean-Louis, teny Ambohibao, afakomaly, momba ny tena fe-potoana farany tokony hanaovan’ireo olom-panjakana sy olom-boafidy fanambaram-pananana.

« Mino izahay fa mety tsy ho tonga amin’ny fanaovana fitanana an-tsoratra izahay, efa ho feno ireo tarehimarika momba ny fanambaram-pananana ary hahavita avokoa ireo tomponandraiki-panjakana », hoy izy. 13 189 ireo olom-panjakana sy olom-boafidy no tokony hanao fanambaram-pananana eny anivon’ny Bianco, ny 30 jona lasa teo.

Mbola misy tsy nahavita ny azy

 

Loholona roa sy depiote 16 no mbola tsy nahavita fanambaram-pananana. Eo koa ireo minisitra telo izay vao notendrena farany teo, mbola manana hatramin’ny 15 jolay hamitana izany. 92 % izany no nahavita eo anivon’ny andrimpanjakana, ary 61 % amin’ireo tale jeneraly amin’ny sampandraharaham-panjakana sy ny lehiben’ny faritra.

74% ny fitambaran’izay nahavitan’ireo tomponandraiki-panjakana fanambaram-pananana. Efa nandefasana taratasy fampahatsiahivana ireo rehetra tsy nanao ny azy.

Be tsy nahavita ny ben’ny Tanàna

 Marobe ireo ben’ny Tanàna any ambanivohitra no tsy nahavita nanao fanambaram-pananana. Misy tsy manana taratasy hofenoina amin’izany, tsy manana na tsy mahazo fifandraisana amin’ny tranonkalan-tserasera, araka ny fanazavany. Misy aza ny tsy mahalala akory ny tokony hanaovany fanambaram-pananana.

Mbola miezaka amin’ny fanentanana azy ireo ny lehiben’ny faritra mba hanatona ny lehiben’ny distrika amin’izany mba hahazoan’izy ireo mamita izay fanambaram-pananana izay.

Miisa 43 015 ny fanambaram-pananana voarain’ny Bianco, nanomboka ny taona 2005 hatramin’ny taona 2016,

R. Nd.

News Mada0 partages

« Les enfants du Levant » : manodidina ny 60 ny mpandray anjara

Hotanterahina rahampitso sy ny asabotsy izao ny fanehoana an-tsehatra ilay « opéra » mitondra ny lohateny hoe « Les enfants du Levant ». Fampisehoana miavaka izy ity, satria malagasy ny nandrindra an-tsehatra ny tantara ary malagasy ihany koa ny hilalao. Manodidina ny 60 izy ireo.

Fotoana iray hanomezan-danja ny talenta ananan’ny Malagasy io, indrindra ny an’ireo kilonga sy tanora beazina amina sehatra samihafa sy avy amin’ny rafitra isan-karazany. Ho an’ny ankizy sy enti-mitaky ny zon’izy ireo mantsy ity tantara ity.

« Les enfants du Levant », tantara nosoratan’i Isabelle Aboulker sy i Christian Eymery, saingy narindra manokana holalaovina sy hoentina an-tsehatra eto amintsika, ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM).

Mikasika izay indrindra, sarotsarotra ny mandamina sy mandrindra ankizy sy tanora marobe, saingy tsy mikely soroka sy miasa amin’ny fo ireo tompon’ny tsirin-kevitra amin’ity tetikasa ity, ny fikambanana Hetsika « accueil, arts et culture de Madagascar » sy ny Hetsika Madagasikara.

Eo koa ny mpanakanto maro, toy ny avy amin’ny Laka Ensemble, ny kaompania Miangaly, ny Aléa des possibles, ny manampahaizana amin’ny ravaka sy ny hazavana, ny mpampiankanjo, ny mpitendry sy ny mpihira, sns. Noho ny fiaraha-miasan’ireo rehetra ireo, efa vonona ny mpandray anjara rehetra. Ny mpijery sisa andrasana, rahampitso hariva sy amin’ny asabotsy tolakandro.

Landy R.

News Mada0 partages

Mpandeha 14 naratra… : taksiborosy nivarina tao ambany tetezana

 Naratra avokoa ireo mpandeha rehetra. Ilay fiara, taksiborosy Mazda kosa, potika, nanao ambany ambony, nidoboka avy eny ambony tetezana. Tany Ambohimandroso no nitrangan’ity lozam-pifamoivoizana ity, omaly maraina.

 

Nitrangana lozam-piarakodia nandratra ain’olona indray teny amin’ny RN7 Ambohimandroso, omaly. Taksiborosy Toyota an’ny kaoperativa iray eny Fasan’ny Karana ity namoa-doza ity. Niainga avy any Fianarantsoa ary hihazo an’Antananarivo ity taksiborosy ity kanjo tra-doza tampoka noho ny tandrevaka nataon’ny mpamily teo ambony familiana. Tratran’ny torimaso fotsy teo ambony familiana ny mpamily raha iny hiditra ny tetezana ao Antsenakely Ambohimandroso iny ka nivoaka ny lalana ary nivadibadika tao ambany tetezana avy hatrany ilay taksiborosy. Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo mpandeha tao anaty fiara nandritra ny fivadibadihan’ilay fiara. Tampoka tamin’ireo mpandeha rahateo ny fitrangan’ny loza tamin’io fotoana io ka tsy nisy na inona na inona azo natao, araka ny fitantaran’ny mpandeha iray. Vokany, naratra ny mpandeha rehetra ka isan’ireo naratra ny mpamily satria ny lohan’ilay fiara no nianjera mialoha tao ambany tetezana. Nalefa haingana ao amin’ny CSB II Ambohimandroso ireo niharam-boina.

Mpamily mpanao dona miverina…

Potipotika kosa ilay fiara vokatry ny fianjerana tao ambany tetezana.

Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fanadihadiana momba ity lozam-piarakodia ity. Somary nanahirana ihany ny fampiakarana ilay taksiborosy avy ao ambany tetezana.

Tsy mety fay mihitsy ny sasantsasany amin’ny mpamily taksiborosy ireny, raha tsy matory eo ambony familiana dia misetrasetra mandeha mafy nefa tsy voafehin’ny sasany amin’izy ireny ny fiara entiny, indrindra fa ny lalana andehanany. Misy amin’ireo mpamily sasany manao dona miverina, izany hoe, avy manao lava alina nefa miverina indray amin’ny maraina fa hoe sitrany ahay, nefa tsy araka ny aina sady tsy voasoratra ao anatin’ny bokin’andraikitra mifehy ny fifamoivoizana eny amin’ny lalam-pirenena. Vokany, toy izao ny iafarany. Ny mpandeha tsy manan-tsiny no mitondra faisana amin’ny hadalan’ny mpamily. Tokony homena ny sazy henjana ireny mpamily milalao ain’olona ireny.

J.C

News Mada0 partages

Mahaleo 45 taona : hitohy amin’ny “cabaret” ny fankalazana

Mitana ny fampanantenana nomeny ny tarika! Tamin’ny fanombohana ny fankalazana ny faha-45 taon’ny Mahaleo no nilazan’izy ireo fa hisy fiarahana maro karazana, natao mba hamaliana ny hetahetan’ny mpankafy tsirairay, amin’ity. Efa nisy tao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. Teo koa ny etsy amin’ny kianja maitson’Antsahamanitra.hitohy amin’ny “cabaret” goavana kosa indray izany, ny zoma 7 jolay izao, eny amin’ny Eldorado Soavinimerina.Natao hifanakaikezan’ny tarika sy ireo mpankafy, tsy afaka mijery fampisehoana raha tsy anaty efitrano izy ity. Misy koa anefa ireo mankafy manokana ny lanonana amin’ny alina, ka nojerena avokoa izany rehetra izany.Noho izany indrindra, mampanantena ny tarika Mahaleo fa hanasa olona dimy amin’ireo mpankafy izay hijery ao, mba hampiara-peo eny an-tsehatra amin’izy ireo, amin’io fotoana io. Misy hira 7 isafidianan’ireo te handray anjara: “Tsara tso-drano”, “Nahoana kay”, “Rahakamoana”, “Ray sy zanaka”, “salanitra”,Feno anao” ary “Mimoza”, mazava loatra. Afaka mandefa hafatra miafina ao amin’ny kaonty “Facebook” an’ny tarika izay te handray anjara, na manana soso-kevitra hafa amin’ny hira izay tiany hatao.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Bazarikely, Toamasina : noravan’ny Emmo/Reg ny fihetsiketsehan’ny mpivarotra

Nalady tonga ireo mpitandro filaminana avy ao amin’ny Emmo/Reg. Raha tsy izany, saika raikitra indray ny sakoroka, omaly, tao Toamasina.  Toherin’ireo mpivarotra mahatratra 300 any ho any, ny fikasan’ny ao amin’ny kaominina hivarotra ny ampahany amin’ny tsenan’ny BazariKely.

Saika raikitra indray ny fifandonana tany amin’ny tsenan’ny Bazarikely Toamasina, omaly, noho ny hetsika nataon’ny mpivarotra izay manohitra ny fikasan’ny kaominina ambonivohitra Toamasina hivarotra amin’ny olon-tokana ny ampahan-tanin’ny tsena. Raikitra ny fitsofana kiririoka vao maraina tamin’ny 8 ora fa hanao diabe hihazo ny lapan’ny Tanàna. Voalaza fa « parking » fiantsonan’ny fiara sy moto ary kalesa izay fitondrana ny entan’ireo mpivarotra ao an-toerana io.

Taorian’ny nangatahan’ izy ireo fihaonana tamin’ny talen’ny tsena, tsy afa-po tamin’ny fihaonana izy ireo ka nanao hetsika avy hatrany. Tsy nety nivoaka ny lapan’ny Tanàna ireo mpivarotra efa ho 300 mahery.  Tonga teny an-toerana ny Emmo/Reg, noho izany.

Vokany, noravan’ny mpitandro filamianana izany hetsika izany.

« Tsy hihemotra izahay na ho tonga eto isan’andro aza ny mpitandro filaminana« , hoy ny  solontenan’ ireo mpivarotra. Nisy, araka izany, ny fidiran’ny mpitandro filaminana an-tsehatra namoaka ireo olona nitangorona tao amin’ny lapan’ny Tanàna Toamasina. Ireo olona, tetsy andaniny, nitabataba; ny sasany, nilanja sora-baventy ary tsy nanaiky ny hiala mora foana. Raha ny omaly aloha, voasoroka ny fifandonana na efa teo aza ny fifandrangitana sy ny fahamaroan’ny olona sy ny mpitandro filaminana.

“Namadika…

Andaniny, ampangain’ ny mpanolontsaina anivon’ny filankevitry ny Tanànan’ i Toamasina fa namadika ny tolona niarahana nanao ny filohan’ny filankevitry ny Tanàna. “Nifanarahana taminy fa tsy tokony hanaiky ny fiantsoan’ny ben’ny Tanàna amin’ny hanaovana fivoriana tsy ara-potoana izy raha tsy miverina miasa ireo mpiasa naaton’ny ben’ny Tanàna ary tsy tokony holanina eo anivon’ny filankevitra ny fikasany hivarotra io faritra fiantsonan’ny fiara ao Bazarikely io« , hoy ny mpanolontsaina. Voalaza fa mbola misy ady ifanaovan’ny kaominina amin’io tany io eny anivon’ny fitsarana.

Tsy ialana olana raha ny eo anivon’ny kaominina Toamasina. Efa ho lava, ary efa nisy ny fikasana hanala ny ben’ny Tanànan’i Toamasina, Ratsiraka Elysée, saingy tsy tanteraka. Izao miverina  izao indray ny olana.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Bakalorea -12 taona ny zandriny indrindra : nidina ho 12 820 ireo mpiadina sokajy A1

 Mbola mihidy amina toerana voatokana sy tsiambaratelo ireo olona mikirakira ny laza adina bakalorea. Nihena ny kandida nisafidy ny sokajy A1 tamin’ity taona ity.

 

“110 ireo olona mitoka-monina mikirakira sy misafidy ny laza adina ho an’ny fanadinam-panjakana bakalorea taona 2017. Nanomboka ny 27 jona lasa teo ary tsy hifarana raha tsy iray andro aorian’ny bakalorea (5 aogositra) izy ireo vao hiala amin’io toerana io”, hoy ny fanazavan’ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Marie Monique, omaly.

Ankoatra ny mpampianatra 62, misy mpitsabo, mpitrandro filaminana 11, mpandraharaha any an-toerana mifarimbona manatontosa ny asa. Izy samy izy aza mety tsy hifankahita mihitsy arakaraka ny andraikiny manokana. “Marihina fa tsy mifandray amin’ny aty ivelany izy ireo mandritra ny 40 andro izay isaorana noho ny fandavan-tenany”, araka ny fanambaran’ny minisitra ihany.

172 702 ny isan’ny mpiadina manerana ny Nosy ho an’ny bakalorea fampianarana ankapobeny, taona 2017, nitombo 4.542 ny isa raha ampitahana ny tamin’ny taon-dasa  168 160. Mbola ny sokajy A2 no mitana ny laharana voalohany  124 013, manaraka ny sokajy D mahatratra 34 021,  nidina ho12.820 kosa ny sokajy A1 ary farany sokajy C, ahitana mpiadina 4 788. Nidina 2,31% ny isan’ny mpiadina nisafidy ny sokajy A1 satria 13 117 izany ny bakalorea 2016.

 

Samy any Antsiranana ny kely sy be taona indrindra

Ho an’ny bakalorea teknika, 9 820 ny isan’ny mpiadina amin’ity taona ity raha 9 537 tamin’ny taon-dasa. Nitombo 283 ny mpiadina. 12 taona  i Jao Jean Geraldot, sokajy A2, avy any Antsiranana, izay mpiadina kely taona indrindra. Mbola any Antsiranana ihany kosa ny zokiny indrindra, 74 taona, Razafisoa Jeanne, amin’ny sokajy A1 hiatrika ny bakalorea.

Hanomboka ny 24 jolay-28 jolay ny bakalorea ho an’ny fampianarana ankapobeny sy ny andiany voalohany ho an’ny sampana teknika. Hitohy ny 31 jolay-3 aogositra kosa ny andiany faharoa ho an’ny sampana teknika.

Bakalorea madio no tanjona toy ny mahazatra, hoy ny tomponandraikitra voalohany.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Antanimena : Peugeot 405 iray nirehitra

Nirehitra tampoka ity fiara Peugeot 405 iray teny Antanimena, teo akaikin’ny tobin-tsolika Total. Nidedaka ny afo ary vetivety dia nijoajoala izany. Nihazakazaka namonjy avokoa ny olona teo amin’ny manodidina, hatramin’ny mpiasan’ny tobin-tsolika. Nanampy tamin’ny fampiasana fitaovana famonoana afo manokana mihitsy izy ireo. Vokatr’izay, voafehy ny tsy niitaran’ny afo. Na izany aza, efa may ny teo amin’ny faritry ny maotera.

Loza mitatao ho an’ny tobin-tsolika ny firehetan’ny fiara eny akaikiny eny. Anton’izay ny tsy maintsy nidiran’izy ireo an-tsehatra vao nitranga ny firehetana. Loza mitatao ho an’ny manodidina koa ny fitangoronana satria mety hipoaka ny fiara na hiitatra ny firehetana. Voasoroka avokoa anefa izany rehetra izany noho ny fifanomezan-tanana.

Yves S.

Ino Vaovao0 partages

VAKSINY NAHAFATY ZAZAKELY : “Ara-dalàna sy voamarina avokoa ny vaksiny eny amin’ny toeram-pitsaboana”

Fantatra tamin’izany fa “ara-dalàna avokoa ary efa voamarina ny vaksiny rehetra izay vao afaka naparitaka eny amin’ireo toeram-pitsaboana”.

Anisany nanaovana fitsirihana manokana ihany koa ny teny amin’ilay tobim-pahasalamana eny Analamahitsy izay nitrangan’ny olana. Hita tamin’izany fa tsy misy tomika avokoa ny vaksiny rehetra nampiasaina tamin’ireo zazakely, araka ny fanazavana noentin’ny dokotera Rakotoarivony Manitra talem-paritry ny fahasalamam-bahoaka eto amin’ny Faritra Analamanga.

Heverina, araka izany, fa tsy misy ifandraisany tamin’ny vaksiny natao taminy velively ny fototry ny olana ka nahafaty ilay zazakely, ny herinandro lasa teo. Nambarany ihany koa fa ny fiantraikan’ny vaksiny polio dia eo noho eo fa tsy miandry ora maro tahaka an’ilay nahazo ilay zaza.

Raha tsiahivina fohy ny zava-niseho dia zazavavy kely iray vao roa volana monja no tratran’ny tsy fahasalamana tampoka tokony ho 14 ora taorian’ny nanaovana vaksiny azy tamina toeram-pitsaboana iray tetsy Analamahitsy. Niezaka niala nenina tamin’ny fitsaboana azy ireo ray aman-dreniny kanefa tsy tana intsony ny ainy. Nitaraina ireo fianakaviana nanana ny maty ny mba hanaovan’ny tompon’andraikitra fanadihadiana tamin’ity tranga ity.

Namaly ireto farany fa ara-dalàna avokoa ny vaksiny rehetra naparitaka tamin’ireo toeram-pitsaboana. Ankilany anefa milaza tsy hipetra-potsiny ny havan’ilay zazakely namoy ny ainy fa hitondra ny raharaha eny amin’ny fitsarana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CSB II ANKIRIHIRY AO TOAMASINA : Zazavavy efatra taona tsy hita nanjavonana nisy nangalatra

Rasamison Roger Helène no anaran’ilay zaza very ary mpianatry ny sekoly tsy miankina iray ao Andranomadio Toamasina izy. Raha ny fanazavan’ireo fianakaviany, dia nandeha nisafo kibo tao amin’ny Csb II Ankirihiry ny reniny, ny talata 4 jolay tokony tamin’ny 9 ora maraina. Noentiny nanaraka azy i Helène zanany vavy. Navela nilalao teny ivelan’ny toeram-pitsaboana ilay zaza. Rehefa nivoaka avy nisafo kibo ilay reniny, dia tsy nahita azy intsony.

Nilaza ireo nanatri-maso fa nisy vehivavy nitondra an’ilay zaza. «  Tsy nahalala na inona na inona izahay. Noheverinay fa havany na naman’ny reniny ilay vehivavy nitondra an’ilay ankizikely  », hoy hatrany ny fanazavan’ireo nanatri-maso. Vao nitranga izany dia niezaka nanara-dia ilay zaza sy ilay olona nitondra azy ny reniny sy ireo olona nanampy azy saingy dia tsy tratra intsony ary tsy hita nanjavonana ilay i Helène.

Efa nametraka fitarainana eny amin’ny Polisy ao Toamasina amin’izao raharaha izao rahateo ny ray aman-drenin’i Helène. Mitohy ny fikarohana sy ny fanadi- hadiana momba ity haka-jaza ity.

Kamy  

Ino Vaovao0 partages

ANJOMANANDIHIZANA - MANANDRIANA : Manampatra fahefana ny mpampandry tany

Manaratsy endrika ny fampandrian-tany ataon’ny mpitandro filaminana ity anefa ny voalaza fa fanamparam-pahefana ataon’izy ireo ao an-toerana. Araka ny fitairainan’ny mponina mantsy dia miditra an-trano ireo miaramila ka mifaoka izay entana tiany. Nefa dia ireo mponina isian’ny fampandriantany ity ihany no miantoka ny sakafon’ireo mpampandry tany ireo. Mitaraina, araka izany, ny Depiote voafidy tany an-toerana. « Maro ireo vahoaka mitondra faisana amin’ny fanamparam-pahefana ataon’ireo miaramila sasantsasany satria mihoatra ny ataon’ny dahalo indray ny fomba fiasan’izy ireo », hoy ihany ny Depiote Andrianjanahary Fanomezantsoa. Manao antso noho io tranga io amin’ny tompon’andraiki-panjakana misahana izany izy mba hijerena ny fomba fandrindrana ny fampandriantany any amin’ny Distrikan’i Manandriana ity.

Miray tsikombakomba amin’ny dahalo

Raha tsiahivina dia efa nisy ny fanafihan-dahalo nahafatesana Zandary iray ka nakan’ireo dahalo ny fitaovana rehetra teny aminy, nitranga tao amin’ny Kaominina Anjomandihizana, Distrikan’i Manandriana. Hatramin’izao dia mbola tsy tafaverina avokoa ireo fitaovam-piadiana noendahin’ny dahalo tamin’ity Zandary am-perinasa namoy ny ainy ity. Manova fomba fiady indray nefa amin’izao ny dahalo manao fanafihana ao anatin’ity Distrika ity. Amin’ny andro alina ireo malaso amin’izao fotoana no manafika. Intelo na inefatra isan’andro no itrangan’izany ao amin’ny Kaominina Anjomandihizana. « Anjakan’ny tsy fandriampahalemana tanteraka io Kaominina io », hoy ny Solombavambahoaka voafidy tao Manandrina, Andrianjanahary Fanomezantsoa.

Mitaraina ihany koa ireo mponina fa vesatra ho azy ireo ny miantoka ny ho enti-manana ho an’ireo mpitandro filaminana manatanteraka fampandrian-tany ao an-toerana ankehitriny ka tokony hojeren’ny Fanjakana izany.

Ny tena mampirongatra ny halatr’omby ao amin’ny Kaominina Anjomandihizana araka ny fantatra dia ny fisian’ny firaisana tsikombakomba amin’ny ratsy. « Aleon’ny mponina arovan’ny dahalo ny fananany toy izay ahian’ireo mpitandro filaminana. Heverin’izy ireo fa izay no haharo ny fananany », hoy ihany ny Solombavambahoakan’i Manandrina.

Nandritra ny fivoriana ara-potoana teny amin’ny Antenimierampirenena farany teo dia nampanantena ny minisitry ny Fiompiana sy Fambolena fa hatsahatra ny fanondranana omby mankany ivelany eto amintsika. Andrasana ny ho fiantraikan’izany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Nanolotra jiro lehibe hanazavana ny kianja Rasolonjatovo ny loholona Rabenony

Isan’ny voandalana nentiny avy any Shina ireo jiro goavana sy manara-penitra ireo, izay miisa enina ka ny iray no nentina nandramana tao amin’ny kianja, ny harivan’ny alatsinainy 03 jolay 2017 teo fa ny dimy kosa mbola any anaty sambo izay efa ho avy amin’io faran’ny volana io, hoy izy. 

Tonga niatrika io andrana io ny Ben’ny tanànan’ Ambatondrazaka izay nambaran’ny loholona fa ho tompon’andraikitra amin’ny fitantanana izany sy ny Lehiben’ny Jirama izay hanao ny fametrahana azy ireo mba hanaraka an-tsakany sy an-davany ny fenitra ara-teknika rehetra. Ankoatra izay dia nambaran’ity Loholona ity fa hisy ihany koa ny fanatsarana manokana io kianja io ahafahan’ireo mpanao fanatanjahantena rehetra mampiasa izany hialana amin’ny mety ho fiantraikan’ ny firenirenena sy ny fidorohana zava-mahadomelina.

INV

Ino Vaovao0 partages

FANAKANANA NY HETSIKY NY TIM : Mibaribary ny fahalemen’ny fitondrana ankehitriny

Toa zary rediredy sy fanadalana saim-bahoaka fotsiny anefa izany ka na hatramin’izao aza  dia tsy hita izay tena zava-bita fa ny fanampenam-bava ireo izay mitroatra,  noho ny fahantrana indray  no mitady hanjaka. 

Mahakasika ny fanafoanana ny hetsika  fankalazana  ataon’ny antoko  TIM ny sabotsy ho avy izao  dia mampibaribary fa “ tena miseho manjakazaka ny fitondrana ary mazava ho azy ihany koa  ny fahitana ny fahalemen’ny antoko HVM manoloana ireo mpifanandrina aminy” . 

Noho ny fandavana ataon’ny fanjakana ny amin’izay fankalazana izay anefa dia miziriziry  amin’ny heviny ny Filoha Marc Ravalomanana teo aloha, ka milaza fa tsy hihemotra ary hiroso hatrany. Izany hoe  : atahorana mafy ny zavatra mety hitranga amin’io fotoana io . Tokony ho samy mailo ny vahoaka madinika manoloana izany sao hatao fitaovana indray ka  ho matimaty foana amin’ny tsy androny noho ny fitiavan-tenan’ireo mpanao Politika. 

Rehefa atao araka izany  ny fandalinana sy ny fanadihadiana  rehetra momba ny toe-draharaha amin’izao fotoana izao dia betsaka ireo vahoaka no mametra-panontaniana hoe “mandala ny atao hoe “demokrasia” tokoa ve isika eto Madagasikara ?  Ny mifanohitra amin’ny fahalalahana miteny hatramin’izay  no tena zava-misy  ka raha vao misy ireo milaza fa haneho hevitra  na hanao fihetsiketsehana dia tsy maintsy lavin’ny fitondrana hatrany izany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TAHAM-PAHAFAHANA CEPE : Azon’i Sainte-Marie ny laharana voalohany

Tafakatra 58,30% izany raha 51,60% tamin’ny taona 2016. Eo amin’ny filaharana nasionaly ho an’ireo Cisco 114 manerana an’i Madagasikara, dia i Sainte-Marie no teo amin’ny laharana voalohany, izay nahitana taham-pahafahana 92,70%. Eo amin’ny laharana faharoa kosa no misy ny Cisco an’Antsiranana I izay nahazo taham-pahafaham-panadinana Cepe 92,57%. 

Ny Cisco Amboasary-Atsimo no fahatelo tamin’ny alalan’ny salan’isa 86,58%. Eo amin’ny laharana faha-11 amin’ny Cisco miisa 114 no misy an’i Toamasina nahazo salan’isa 80,11%. Araka ny fanazavana noentin’ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena Analanjirofo, Fotsy Emicharme Nadège, dia anisany antony nahazoan’ny Cisco Sainte-Marie izao vokatra tsara indrindra manerana an’i Madagasikara izao ny fahazoan’ireo mpampianatra fiofanana feno nentina niatrika ny taom-pianarana 2016-2017. 

Teo koa ny famerana ny isan’ny ankizy iray kilasy izay tsy mihoatra ny 40. Nanampy tosika tamin’ny fahazoan’i Sainte-Marie izao vokatra izao koa ny fahazoana fampitaovana toy ny kits scolaires avy amin’ny fanjakana foibe amin’ny alalan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. Sainte-Marie izay ao anatin’ny foibem-paritry ny fanabeazana na Dren Analanjirofo. Reharehan’ny foibem-paritry ny fanabeazana Analanjirofo iray manontolo izao vokatra azon’i Sainte-Marie izao, hoy ny talem-paritry ny Fanabeazam-pirenena Analanjirofo, Fotsy Emicharme Nadège. Hitohizana ireo ezaka efa vita, hoy hatrany ny fanazavany.

Kamy  

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE NINA : Hanao fitsidihana any amin’ny Distrika amin’ny maha sekretera nasionaly ny TGV...

Amin’ny maha sekretera nasionaly ny TGV azy dia betsaka ireo olon’ny antoko any amin’ny ‘base’ no maniry hihaona amin’izy ireo izy. Hatao mandritra ny ririnina izao ny fitsidihana ka hisy ny fihaonana amin’ireo dokotera maro mpikambana ao amin’ny antoko TGV. 

Hifampidinika izy ireo ary hijery ny hanapariahana ny hetsika forazaza faobe. Nambarany moa fa ny distrikan’i Mahajanga faharoa, Marovoay, Mitsinjo, Soalala, Mandritsara, Befandriana ary mampikony no anisany hotsidihany amin’izany. Hanomana sahady ny fifidianana amin’ny taona 2018 ihany koa ny antoko TGV.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ENTANA ILAINA ANDAVANANDRO : Ny lafarinina indray no misitrika any Antsiranana ankehitriny

Niakatra tampoka ny vidin’ny iray kilao amin’ny lafarinina amin’ireo toeragna izay mbola manana tahiry.

Nahatratra 2800Ariary izegny, ny robia 5 jolay igny, raha 1800Ariary izany teo aloha. Saika tsy ahitagna ity entana be mpampiasa ity ny ankamaroan’ny mpivarotra aty an-toeragna. Raha hahita anefa dia lafarinina efa misy koroka na biby no hita amin’izegny. 

Manoloagna izegny dia tsikaritra ihany koa fa nihegny ny famokaragna mofo dipaina aty an-toeragna amin’izioty. Ny fisian’ny fahatarana amin’ny fahatongavan’ny entagna no heverina fa mahatonga izegny. Manaitry ny tompon’andraikitra voakasika, ny mpitondra fanjakana, mba hijery akaiky ny fahasahiragnan’ny vahoaka fa tegna milimaogno agnatin’ny jaly ny madinika.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MAHABIBO KAOMININA MAHAJANGA : Nidina nanao fanadiovana faobe ny Ben’ny tanàna

Tsy hitokona fa hanao fanadiovana faobe, araka ny nambaran’ny Ben’ny tanàna. Nanomboka teo amin’ny rond-point Mahabibo ny fanadiovana ka hatreny amin’ny cinq étages Mahabibokely. Rehefa hita fa nalaky vita dia notohizana tamin’iny lalana midina amin’ny moske du vendredi hatrany amin’ny Abattoir iny. 

Ny tanjona dia hanehoana amin’ny rehetra fa andraikitry ny tsirairay ny fanadiovana ny tanàna. Toy ireny handray vahiny ireny mihitsy ireo tompon’andraikitra amin’izao fihetsiketsehana izao. Tsy misy ny vahiny ho tonga fa tsy tokony hiandrasana fahatongavan’ny vahiny ny tanàna. Hotohizana io hetsika io fa tsy izao ihany. 

Manomboka izao dia hatao isaka ny zoma, ka samy handray anjara avokoa ireo mpiasa rehetra, koa ny avy ao amin’ny kaominina no manao ny fanentanana. Tsy vao izao io hetsika nataon’ny Ben’ny Tanana io fa efa nisy koa teny Ambalavola amin’ny lalana vao vita iny. Diovina ny lalana, hialan’ireo fasika mijanona eo amboniny fa manimba azy haingana no sady manaratsy endrika ny tanàna nefa malama ihany koa

Vanessa

News Mada0 partages

Deuxième salon RSE/IDD : «Croissance inclusive, durable et RSE»

La deuxiéme édition du Salon de la responsabilité sociétale de l’entreprise et des initiatives pour le développement durable (Salon RSE/IDD) ayant pour thème «Croissance inclusive, durable et RSE», aura lieu les 12 et 13 juillet prochains à l’hôtel Carlton Antananarivo. L’événement a été présenté officiellement à la presse hier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo.

Pour cette édition, le Salon RSE/IDD rassemblera  différents acteurs issus de la société civile, du secteur privé et du public afin de réfléchir conjointement aux manières de contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable : éradiquer la pauvreté, développer un plein potentiel du capital humain, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous.

Pendant deux jours, les parties prenantes s’accordent à faire de cet évènement annuel une référence pour les acteurs de la RSE et du Développement durable à Madagascar.

Arh.

 

News Mada0 partages

Direction de la douane-Sempidou : menace de suspension de salaire !

Les agents regroupés au sein du Syndicat des employés de la douane (Sempidou) ont repris la grève depuis hier comme ils l’ont annoncé et ce, pour une durée indéterminée. Alors que la Direction générale des douanes (DGD) assure que les bureaux restent ouverts.

Visiblement aucun compromis n’est encore trouvé entre le ministère des Finances et le Sempidou. Du coup, après 96 heures de suspension, le Sempidou a repris la grève, notamment à Antananarivo. A rappeler que ces douaniers réclament le paiement de leur reliquat de primes non versé de 2013 à 2016. Malgré les pourparlers déjà entrepris, la situation actuelle reflète que chacun reste sur sa position. Et le communiqué émanant de la Direction générale de la douane d’hier risque de compliquer les négociations.

En fait, d’après cet avis, « Il est porté à la connaissance des usagers que les bureaux des douanes restent ouverts, malgré la décision du bureau du syndicat (Sempidou) et certains agents à maintenir la grève ». Et d’ajouter, « Des dispositions ont été prises par la Direction générale des douanes à cet effet pour assurer la continuité des services ».

Suspension de salaire !

A part le déblocage de la situation au port de Toamasina et la mobilisation des contrôleurs et inspecteurs de douane, le ministère menace de défalquer la solde des grévistes. Une lettre d’instruction a été envoyée aux employés de la douane précisant que la grève est interdite aux fonctionnaires et agents occupant un emploi de direction ainsi qu’aux fonctionnaires des cadres de l’Etat classés dans les catégories A et B.

Le ministre des Finances et du budget a précisé que cette instruction pourrait se transformer en réquisition, selon l’évolution de la situation. Les chiffes du ministère des Finances parlent de 42 milliards d’ariary de primes réclamées par les douaniers grévistes. Herizo Andrianavalona, président du Sempidou a assuré qu’ils ont en outre avancé un montant six à huit fois plus bas que ce montant dévoilé.

«Depuis le début de la grève, nous avons déjà donné quatre semaines au ministère pour étudier notre cas. Mais les pourparlers n’ont pas abouti. D’où la reprise et le maintien de la grève. Nous lançons à cet effet un appel au chef de l’Etat lui-même pour voir de près la situation», a-t-il lancé devant la presse hier.

La grève du Sempidou a débuté après six mois de discussions sans issue avec le ministère des Finances. Les douaniers ont fléchi en assurant un service minimum puis ont décidé de reprendre le chemin du travail après l’appel de détresse des opérateurs privé la semaine dernière. Pour le syndicat, cette grève est plutôt une interpellation  à l’endroit de l’Etat et non une sanction pour les opérateurs économiques. Mais cette fois, les grévistes n’entendent pas reculer et annoncent déclencher une grève générale dans tout Madagascar.

Arh.

 

News Mada0 partages

Numérique pour tous : vif intérêt des investisseurs

Après la présentation de dix projets devant une vingtaine d’opérateurs économiques étrangers en février dernier, le ministre de la Poste, des télécommunications et du développement numérique, Neypatraiky Rakotomamonjy, a reçu hier l’investisseur européen Xavier Niel, Vice-président et directeur délégué d’un groupe de télécommunications français. Celui-ci a été membre du Conseil national du numérique entre l’année 2011 et 2012.

Cette rencontre fait également suite au passage du Président Hery Rajaonarimampianina à Paris quelques jours auparavant durant lequel le président malgache a rencontré le nouveau président français Emmanuel Macron.

Les dix projets présidentiels pour le développement numérique ont été l’objet de  la visite de Xavier Niel au ministre des Postes. L’opérateur  européen compte en effet investir dans la réalisation du programme «Numérique pour tous» qui comprend plusieurs volets dont le principal objectif est de permettre l’accès au Ntics sur le territoire national, essentiellement auprès des jeunes. Ce projet est déjà en marche actuellement à travers la mise en place de plusieurs équipements dans quelques régions, notamment les centres numériques.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Fampandrosoana ifotony : manohana ny fitsinjaram-pahefana ny Pnud

 « Manohana ny fitsinjaram-pahefana eny ifotony, toy ny eny anivon’ny kaominina sy faritra, ny Pnud. Anisan’izany ny fampitaovana sy ny fampitana ny fahaiza-manao hampandrosoana ny eny ifotony”, hoy ny solontena maharitry ny Pnud, Violette Kakyomya, tany Farafangana, Atsimo Atsinanana ny faran’ny volana jona teo. Nambarany fa tafiditra amin’ny fanohanan’izy ireo ny dingana ho amin’ny fitsinjaram-pahefana tena izy izao hetsika izao, iaraha-miasa amin’ny minisiteran’ny Fitsinjaram-pahefana. Anisan’ny fitaovana nanohanana ny any an-toerana ny lafiny informatika, miaraka amin’ireo kojakoja mifanaraka amin’izany.

Nitohy amin’ny atrikasa niarahana amin’ny faritra sy ny kaominina amin’ny fomba fikarohana loharanom-bola hanamafisana ny fizakan-tenan’ireo vondrom-paritra ireo izany. Teo koa ny fanofanana ho an’ny fahaiza-mitantana eny anivon’ny faritra, mba hahafahana mandeha amin’ny fampandrosoana.

Nihaona mivantana amin’ireo vahoaka sahirana

Nitohy tamin’ny fitsidihan’ny iraky ny Pnud ny tao Farafangana izany, ka nijereny ifotony ny fitsarana, ny eo anivon’ny zandary ary ny tranoben’ny tanora ao an-toerana. Niresaka mivantana amin’ireo mponina sahirana koa i Violette Kakyomya. Efa misy rahateo ilay tetikasa hiadiana amin’ny fahantrana napetraka any an-toerana amin’ny alalan’ny vola atakalo asa. Eo koa ny fampiroboroboana ny voly sy ny fiompiana tantely…

Tsiahivina fa efa nahazo tombony amin’ny fampitaovana informatika, tahaka izao, ny faritra telo sy kaominina efatra, tafiditra amin’ilay tetikasa fanohanana ny fitsinjaram-pahefana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tourisme en Afrique : les Africains tirent de plus en plus la demande

Les touristes africains sont en passe de devenir le moteur du tourisme en Afrique, selon un rapport de la Cnuced. Le rapport encourage les pays africains à tirer parti du dynamisme du secteur afin de le mettre au service d’une croissance transformatrice et inclusive.

Quatre touristes internationaux sur dix visitant le continent africain sont des Africains. En Afrique subsaharienne, ce sont deux touristes sur trois qui sont originaires du continent. Ce sont les Afri-cains qui tirent de plus en plus la demande touristique en Afrique, a rapporté la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) dans son Rapport 2017 sur le développement économique en Afrique, intitulé «Le tourisme au service d’une croissance transformatrice et inclusive», lancé simultanément dans 20 villes à travers l’Europe et l’Afrique, hier.

Le tourisme est un secteur en plein essor qui représente plus de 21 millions d’emplois (soit un emploi sur 14) sur le continent. Ces vingt dernières années, l’Afrique a affiché une croissance dynamique. Entre 1995 et 2014, le nombre d’arrivées de touristes internationaux est passé de 24 millions à 56 millions. Les recettes d’exportation du tourisme ont plus que triplé, passant de 14 milliards de dollars à près de 47 milliards de dollars. Le secteur représente maintenant 8,5 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique. Les pays où les recettes d’exportation du tourisme ont le plus augmenté chaque année étaient l’Angola (26 %), Cabo Verde (18 %) et le Ghana (18 %).

Reflet de la réalité à Madagascar

En présentant le rapport hier à l’Ibis Hôtel Ankorondrano, El Hadji Fall, conseiller économique auprès du Programme des Nation unies pour le développement (Pnud) à Madagascar  a souligné que : «L’enjeu pour Madagascar, c’est une stabilité dans la durée ; cela permet de consolider les acquis». Ce que confirme Tokiaritefy Rabeson, directeur général du Développement du tourisme à Madagascar.

Au vu des résultats du rapport, même s’il n’y a pas eu de chiffres ni de statistiques spécifiques pour Madagascar, les acteurs clé malgaches s’accordent à dire que le secteur peut contribuer à réduire la pauvreté dans le pays grâce à l’amélioration du PIB.

Tourisme inclusif

Joël Randriamandranto, président du Conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM)  a affirmé que l’un des réussites du secteur, c’est le tourisme inclusif : c’est-à-dire impliquer les populations des zones rurales dans le développement du secteur. «Les contraintes citées dans le rapport existent à Madagascar et sont à prendre au sérieux. Les recommandations sont aussi valables pour Madagascar», a-t-il souligné.

Même si ce n’est pas trop palpable, la Grande île peut devenir un hub africain. Des Maliens, des Béninois, des Gabonais et bien d’autres ont déjà visité les parcs nationaux de la Grande île. «Nous pouvons effectivement orienter également notre stratégie de promotion dans les pays africains outre les grands marchés asiatiques et européens», a noté Joël Randriamandranto.

Recommandations

Le rapport indique que l’instabilité politique peut avoir des répercussions très importantes et persistantes sur l’économie. Pour assurer la croissance du tourisme en Afrique, il est capital que les gouvernements africains et les institutions régionales règlent les problèmes de sûreté et de sécurité. Il est également indispensable de promouvoir des stratégies permettant d’améliorer l’image que les médias du monde entier donnent de l’Afrique si l’on veut garantir la reprise du secteur après un conflit ou une période marquée par des troubles politiques.

Arh.

 

News Mada0 partages

Mpitarika sendikà, Rabarilala Rado : « Mila mahatsiaro tena ho tompon’andraikitra isika… »

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao” ao amin’ny radio Alliance 92 FM ny mpitarika sendikà, Rabarilala Rado, omaly. Anisan’ny nitondrany ny heviny ny hanarenana ny firenena sy ny hiatrehana ny hoavy.

 

“Manainga antsika, indrindra fa ny tanora, fa fotoana izao. Tsy hisy fampandrosoana holovain-jafy eto raha  tsy mijoro dieny izao isika… Tsy maintsy misy fanovana hoentitsika tsirairay , miainga any an-tokantrano ka mila mahatsiaro tena fa tompon’ny firenena isika.  Mahatsiro tena ho tompon’andraikitra ary manaiky ny mety hadisoana…”, hoy ny mpitarika sendikà eo anivon’ny Air Madagascar, Rabarilala Rado. Nambarany fa tokony  hatao laharam-pahamehana ny hoavy ka hibanjinana izany sy hanoratana tantaraAnisan’ny dingana hanombohana izany sady maika indrindra ny fametrahana fandriampahalemana. “Tsy voatery amin’ny asan-jiolahy ihany io fa filaminana ara-tsakafo, filaminan’ny fampiasam-bola, fitoniana amin’ny fametrahana vola any amin’ny banky… Tokony ho hita any anaty vilanin’ny isan-tokantrano izany…Mandroso isika rehefa voky ny olona… Tsy mitady zavatra sarotra izany ny Malagasy vao afaka mifaly”, hoy izy.

Nitodika amin’ireo manampahaizana sy avara-pianarana koa ny tenany ka nilaza fa tokony ho afaka hijoro hihoatra izao zava-misy izao izy ireny fa tsy handeha sy hiaina amin’ny samy mandeha samy mitady eto… Noraisiny ho ohatra ny tokony hanaovan’ireo mba efa lasa sy tafavoaka mba hahatsiaro fa manana tamberina andraikitra amin’ireo Malagasy anisan’ny namolavola sy nanampy azy izy ireny.  

Mifangaro ny HVM sy ny fanjakana

Niaiky koa ny tenany fa tena misy elanelana eo amin’ny mpitondra sy ny vahoaka entina. Notsiahiviny anefa fa an’ny vahoaka ny fitondrana. Avy aminy ary ho azy nefa jereo ny mahazo ny vahoaka amin’ izao fotoana izao. “Tokony hihoarana ny fitiavan-tena…”, hoy ihany izy.

Momba ny resaka famatsiam-bola ho an’ny  antoko politika sy ny fangaraharahan’ny fitantanana indray, tsy mazava ny nataon’ny HVM sy ny fitondrana, araka ny fanehoan-keviny. “Nanao kongresy tany Toliara izy ireo ary notanterahina  tany koa ny filankevitry ny governemanta sy minisitra. Lasa mifangaro ny hetsiky ny antoko sy ny raharaham-panjakana amin’ny maha-mpandoa hetra ahy. Iza ny niantoka ny nandehanan’izy ireo tany. Izaho mpandoa vola ve izany niantoka ny kongresy sa nisaraka tsara ireo : ny antoko sy ny fanjakana tany Toliara… Ahiahy tsy ihavanana izany”, hoy ity mpanamory fiaramanidina ity.

Anisan’ny tolo-kevitra sy vahaolana nentiny ny tokony hanamboarana na hanovana ny rafitra eto mba tsy hiverina intsony ny tahaka izao. Noraisiny ho ohatra ny fidiran’ny minisitry ny Fitsarana amin’ny raharaha anatin’ny Bianco. Eo koa ny loholona mitsabaka amin’ny rafitra miady amin’ny kolikoly. “Misy olana amin’ny rafitra izany isika…”, hoy Rabarilala Rado.

Momba ny harem-pirenena kosa, nambarany fa maro ireo miteny fa tany manan-kerana isika.

Tokony hiantraika any anaty vilany

 Tsy mbola nisy anefa nanombana hoe tahaka ny ahoana izany harentsika izany. Ohatra ny tentimbidin’ny volamena. “Tsy mba misy fampitahana ataon’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany amin’ny fanambarana ampahibemaso fa nisy volamena tahaka izao tamin’ny taona lasa. Tsy mba nisy fangaraharana hoe hoatry ny ahoana ny volamenantsika izao…”, hoy Rabarilala Rado.

Anisan’ny olana hitan’ity mpanamory fiaramanidina ity ny fanomezana vahana ampahan’olona vitsivitsy, ka noheverina fa mba hihatra sy hiitatra any ambany sy amin’ny hafa izany. “Tsy araka izany anefa ny zava-misy. Maro ireo tia tena sy mahihitra. Tsy mahita ny eny Bekiraro na La Reunion kely… Tokony homena lanja koa ny faritra mba tsy hivangongo eto daholo isika. Aleo hitarina any amin’ny faritra ny fanorenana fotodrafitrasa mba hivoaran’ ny any… Tokony ho voarefy any anaty vilanin’ny olona, miainga amin’ny tsirairay ny filazan’ny fanjakana fa 7% ny fiakaran’ny harin-karentsika”, hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tennis – Circuit Mondial U18 : Narindra Ranaivo file en quart

La troisième journée du circuit mondial U18 qui bat son plein actuellement à Nairobi (Kenya), s’est déroulée sous un ciel bleu pour Narindra Ranaivo qui se qualifie en quart de finale après avoir battu Vimbai Moyo (Zimbabwe). Une victoire qui lui permet d’engranger 10 points au classement mondial des 18 ans.

Un coup d’essai, un coup de maître. Narindra Ranaivo a su montrer hier à Nairobi que la Grande île est un berceau de la petite balle jaune vu le nombre de graines de champions qui excelle sur les courts internationaux. Une bonne nouvelle vient de tomber pour la délégation malgache pendant cette première étape du Circuit mondial U18. Narindra Ranaivo se qualifie en quart de finale après avoir battu la Zimbabwéenne Vimbai Moyo au terme des échanges en deux sets (6/1 ; 6/1). Une victoire synonyme de 10 points au classement mondial des 18 ans.

Cette perle rare de la discipline sera d’ores et déjà sur les fronts ce jour contre la tête de série n°3 indienne Gaware. 15 points seront ajoutés à son compteur en cas de victoire et de qualification en demi-finale. Dans le tableau des quarts de finale en double filles, Finaritra Andriamadison et Vimbai Moyo ont disposé des sœurs Mialy et Narindra Ranaivo par 6/3 ; 6/4, et disputeront la demi-finale contre la tête de série n°1 gabonaise Celestine Avomo et la Burundaise Aicha Nyunkuru.

«En atteignant la demi-finale en double, Finaritra obtient 10 points au classement mondial des 18 ans, ses premiers points. Narindra et Mialy ont chacune 5 points en étant quart de finaliste en double. Narindra a déja 10 points à son compteur et elle est en course pour la qualification en demi-finale qui vaudra 15 points», ont précisé les responsables de la Fédération malgache de tennis (FMT).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – La Marseillaise : nihintsana ry Jex sy Mamy

Tapitra teo amin’ny dingan’ny ampahefa-dalana ny lalan’ny ekipa malagasy, niatrika ny Mondial à Petanque La Marseillaise. Resin’ny ekipan’i Frantsa nahitana an’ireo andrarezina, Robineau, La Croix ary i Dylan Rocher, omaly, ry Faly (Jex), Mamy ary i Jean-Michel. Tamin’ny isa 13 no ho 5 naha lavo an-dry zalahy. Niezaka nanao izay ho afany izy telo mirahalahy saingy tao anatin’ny heriny tanteraka i Rocher, izay tsy nisy hisotroana rano mihitsy teo amin’ny tifitra. Efa nitarika 4 no ho 0 ry zareo Frantsay vao nitoko 2 ny Malagasy. Niakatra ho 6 indray avy eo ry La Croix, saingy vetivety foana dia tratry ny Malagasy, izay nahalasa ny isa ho 6 no ho 5. Teo ihany anefa dia nifarana ny tantara, satria nahazo isa iray indray ry zareo vazaha ka lasa 7 no ho 5. Teo no nitranga ny tena fahaizan’i Dylan Rocher. Nanao “carreau” indroa izy, raha voatery nitifitra ny bosoa ny Malagasy, izay voan’i Mamy saingy tsy nivoaka ny kianja. Avy hatrany dia nakan’ny Frantsay isa 6 ny Malagasy, ka tapitra ny lalao.

Tompondaka

News Mada0 partages

Foot : après Carolus, c’est le tour de Dabo

Carolus Andriamahitsinoro est arrivé en fin de contrat avec l’USM Alger. De son côté, Dabo Ibrahima a également décidé de quitter son club pour une autre raison. Les médias locaux parlent d’un joueur «désabusé». Ce serait peut-être le cas puisque le portier international malgache de l’US Créteil, Dabo Ibrahima a décidé de jeter les gants et quitter le club. Et il risque d’y avoir un grand changement la saison prochaine et l’équipe que dirigera Vincent di Bartolomeo devrait être très différente de celle de Moreira.

«Ils veulent qu’on reste mais ne nous proposent rien d’intéressant, au contraire ils baissent nos salaires, du coup ça n’intéresse personne. Ils ne se concentrent pas sur la formation, ce n’est pas leur politique», s’est confié Dabo Ibrahima sur le site de l’US Créteil. Dabo rejoindra ainsi le Gobelins FC tout en déclarant que d’autres joueurs pourraient également lui emboîter le pas.

Rojo N.

News Mada0 partages

Chronique : puis-je vous emprunter vos toilettes ?

«La couleur des sentiments». Ne vous méprenez pas, ce n’est pas le titre d’une mièvre histoire d’amour. C’est le titre choisi par l’éditeur français du premier roman de l’américaine Kathryn Stockett, traduit en français en 2010. Nous aurions eu plus de facilité en malgache.

«The help», comprenez ny mpanampy, se déroule à Jackson, Mississipi au début des années soixante. Dans les familles blanches des classes moyennes et favorisées, les employées de maison sont toutes des femmes de couleur. C’est ainsi, personne ne trouve à y redire.

Pendant qu’elles organisent des ventes de charité pour les petits Africains victimes de la famine, les femmes de la Ligue (des femmes blanches) écoutent Miss Hilly, desperate housewife assez semblable à ses voisines, défendre son nouveau projet : construire des toilettes indépendantes pour le personnel de maison.

Pour de nombreux lecteurs de «La couleur des sentiments», qui sont essentiellement des lectrices par ailleurs, ces toilettes séparées illustrent la réalité de la ségrégation dans une situation triviale. Rappelez-vous : égaux, à part. Les lectrices choquées par ce principe vivent vraisemblablement dans des pays où s’il existe des toilettes pour le personnel, elles se trouvent dans les entreprises mais pas chez les particuliers. La séparation, quand elle est effective, est celle qui distingue les toilettes des hommes et les toilettes des femmes.

«La couleur des sentiments», c’est surtout un roman d’amitié entre une Blanche et une Noire, une patronne et une bonne, dans un contexte où, chacun restant à sa place, ce sentiment aurait dû être impossible.

Nous autres, lecteurs de Madagascar, ne connaissons peut-être pas la ségrégation mais savons qu’un logement n’est pas tout à fait respectable s’il n’a pas de toilettes pour les employés de maison, hommes et femmes, sans distinction de sexe.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy mbola mitsiry dia efa manaloka

18 volana mialoha ny fotoana hanaovana azy dia efa manaloka eo amin’ny tontolo iaraha-monina ny fifidianana izay kasaina hatao amin’ny faramparan’ny taona 2018. Tsy miova amin’ny tany aloha, ny olona sy tarika amperin’asa eo amin’ny fitondrana manampatra izay tsy izy amin’ny fanaovana fampielezan-kevitra ivelan’ny fotoana ara-dalàna, no manjakazaka toy izany mampiasa ny fahefany amin’ny fanakatsakanana tsy ara-drariny an’izay rehetra fikasan’ny mpanohitra. Dila izao ny Fetim-pirenena izay natao antoka

amin’ny fanilihana taminy ny antony nandrarana fihetsiketsehana, na izany aza dia nolavin’ny Préfet ny fanomezana alàlana an’ilay lanonana nokasain’ny Tim atao eo Mahamasina ho fankalazany ny fitsingerenan’ny faha-15 taona nanorenana azy.

Dia tokony ho gaga amin’izany ve Andriamatoa Marc Ravalomanana filoha raiamandreny nanorina io antoko io ? Tsy latsak’izany no nampiasany ny herim-panjakana fony izy teo amin’ny fitondrana. Tsaroana fa anisan’ny vokatry ny jadona tamin’izany andro izany ny fahasahiranan’Itompokolahy Herizo Razafimahaleo teo amin’ny fikarohana toerana ahafahany mihaona tamin’ny mponina, hatreto an-drenivohitra ka hatrany Mahajanga. Na ny relijiozy mpitarika fivavahana aza dia raiki-tahotra nihemotra teo amin’ny efa nekeny toy ny fampindramana tokontanin-tsekoly amin’ny andro tsy fianarana. Tsy azo lazaina ho voahaja kokoa noho izany ny falalahana nandritra ny Tetezamita. Aza mahavoa intsony ny tsindrihazolena nihatra tamin’izany. Ny fampatsiahivana ireo ratsy tany aloha tsy sanatria entina hanadiovana ny ratsy mitsikafona eo anivon’ny fitantanana ankehitriny fa natao kosa handanjalanjana ny safidy ho avy. Lasa vazaha misolo vazaha, ka raha mbola vazaha efa teo ihany no ampifandimbidimbiasina, inona moa ny fiovana antenaina ? Tsy atao resaka miankina amin’olona anefa fa raharaha mikasika toe-tsaina sy fomba fitondrana. Samy hanome toky daholo moa fa hadio eo amin’ny fitondran-tenany ary tsy hanota eo

amin’ny fitantanana ny raharaham-pirenena. Arahaba soa ! Dona kely ! Alohan’izay anefa, ho an’izay efa teo ity ny sedra antoky ny fiovana. Fantaro sy tanisao ireo ota sy heloka natao nanabotry ny firenena ary ambarao amin’ny vahoaka ny fifonana noho izany. Manàna fahasahiana hoy ilay raikalahy, mora ny fampisehoana izany fanetren-tena izany. Mavesatra anefa ny vokatra mety aterak’izany ka ity ny dimy raha sahy !

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le vin d’honneur du 21 (4)

(Suite et fin.)

Répondant à M. Caucé, M. Garbit a d’abord remercié l’orateur pour les paroles si flatteuses qu’il vient de lui adresser, et remercie ensuite les assistants pour être venus si nombreux lui apporter le témoignage de leur sympathie par une si grandiose manifestation, preuve des liens d’amitié qui les unissent.

Il remercie encore les corps constitués pour la collaboration intelligente et dévouée qu’ils n’ont cessé de lui prêter. S’il a obtenu quelques succès, c’est à leur concours qu’il le doit, car pour donner satisfaction aux besoins du pays, il faut les connaître, et c’est par eux surtout qu’il les a connus.

En présence des témoignages de profonde sympathie qui lui sont prodigués, ce n’est pas sans émotion qu’il s’éloigne de Madagascar ; mais son devoir l’appelle ailleurs.

Bien qu’éloigné, il continuera à suivre avec le plus vif intérêt le développement de la colonie, dont il s’emploiera à défendre les intérêts auprès de la mère patrie, autant qu’il le pourra.

Au jour de la victoire, il se réjouira avec nous mais avec le regret de ne pouvoir se trouver au milieu de nous pour mieux la célébrer. Il espère toutefois qu’après la conclusion de la paix, il reviendra, avec plus d’autorité qu’aujourd’hui, mettre à exécution les projets de travaux utiles que le développement de la Colonie réclame.

Il formule des vœux de bonheur et de prospérité pour tous les assistants, fait des vœux pour le triomphe des alliés et de la France, lève son verre en leur honneur, et en l’honneur des colons de Tamatave, et termine en criant : Vivent les alliés, vive la France !

Les assistants, qui ont vigoureusement applaudi les principaux passages de ce discours, répondent par les cris : Vive la France ! Vive M. Garbit !

Garbit doit s’embarquer lundi sur le Sydney.

Le Tamatave lui souhaite un bon voyage et… un prompt retour. Il souhaite également que les hasards de la guerre ne lui soient pas défavorables.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutume : c’était tellement mieux avant…

L’ariary, c’est comme la ceinture de sécurité. On n’a toujours pas bien compris à quoi ils servent et surtout comment les utiliser. L’ariary, c’est compliqué : on ne sait plus s’il faut diviser ou multiplier par cinq pour avoir le bon chiffre. Et on aime bien avoir l’impression d’avoir beaucoup d’argent avec tous ces zéros…  La ceinture de sécurité en voiture, ça gratte dans le cou, ça laisse une trace transversale sur la chemise et ça empêche de respirer. En attendant de mieux comprendre toutes ces choses bizarres, on continue à parler en francs et on fait mine d’attacher sa ceinture quand l’ombre d’un agent de police se profile au bout de la rue.

 

News Mada0 partages

Les écoles privées intransigeantes : pas d’écolage, pas de convocation

Les établissements scolaires privés deviennent de plus en plus intransigeants sur le paiement des frais de scolarité. Cette année, même certaines écoles confessionnelles de la capitale et ses périphéries n’ont pas fait preuve de tolérance. La délivrance des bulletins de notes ainsi que la convocation aux examens ne peuvent se faire qu’après règlement des frais de scolarité. Le ministère de l’Education nationale a même publié dans son réseau social que cette situation est à l’origine du taux d’absentéisme élevé aux examens du BEPC de cette année scolaire.

Une exigence légitime

Dans plusieurs établissements scolaires privés, les frais de scolarité constituent presque 90 % de leur budget de fonctionnement. Il est ainsi tout à fait légitime si ces écoles sont inflexibles sur le non paiement d’écolages. De plus, même si la subvention venant de l’Etat pour ces écoles a repris depuis l’année dernière, «Elle ne concerne que peu d’établissements», a souligné la directrice d’une école privée.

Sera R

 

News Mada0 partages

CUA : retraçage des marquages au sol

Afin  de rendre plus fluide la circulation, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a procédé depuis mardi au retraçage des marquages au sol dans certains quartiers de la capitale. Cette opération a commencé au niveau de l’arrêt de bus du pont de Behoririka, pour continuer les jours suivants dans les quartiers d’Ankadifotsy, Vohibola et Analamahitsy.

Les équipes de la direction Technique et mobilité urbaine (DTMU) et celles des Travaux publics (DTP) se sont chargées de la mise en œuvre de l’opération en  collaboration avec l’Institut des métiers de la ville (IMV) qui a fourni le matériel (peinture, pinceaux…).

A noter que l’IMV est une plateforme  opérationnelle dans le cadre de la coopération entre la Région Ile-de-France et la Commune urbaine d’Antananarivo depuis 25 ans.

Sera R

News Mada0 partages

Droit-VIH : réorganisation et fonctionnement

Le décret portant réorganisation et fonctionnement de la Commission «Droit et VIH» a été adopté en conseil de gouvernement mardi dernier à Mahazoarivo. En vue de l’application effective des dispositions déjà existantes, les interventions sont actuellement focalisées sur la prévention et ciblent les populations les plus exposées au risque d’infection à VIH. En particulier, les personnes détenues, les utilisateurs de drogues par injection, les travailleuses de sexe et leurs partenaires, les jeunes marginalisés ainsi que les personnes vivant avec le VIH.

A noter que ce décret a été élaboré d’une manière participative avec les représentants du ministère de la Santé et ceux de la Justice et des entités concernées par la lutte contre le Sida. L’objectif étant de rendre ladite commission officielle pour être effective et opérationnelle.

De ce fait, cette commission aura pour mission de mettre en place un environnement juridique favorable à la politique de réduction des risques liés à la transmission du VIH et de se pencher sur tous les aspects juridiques relatifs à la lutte contre le VIH/Sida.

Sera R

 

News Mada0 partages

Sortie de route : neuf blessés dont cinq graves à Ambohimandroso

Très tôt dans la matinée d’hier, un accident de la route faisant 9 blessés dont 5 graves s’est produit à d’Ambohimandroso. Un taxi-brousse, un minibus Toyota de la coopérative Mami reliant Fianarantsoa à la capitale, a fait une sortie de route au pont d’Antsenakely.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la fatigue au volant, plus précisément le sommeil au volant, était à l’origine de l’accident. Roulant en direction de la capitale, le minibus a défoncé la rambarde du pont avant de s’immobiliser en contrebas, les quatre roues en l’air.

L’ampleur du choc a été telle que 9 passagers ont été blessés, dont cinq graves. Deux de ces derniers sont des enfants. Les blessés ont été envoyés à l’hopital d’Ambatolampy avant d’être transférés à l’HJRA.

Mparany

 

News Mada0 partages

Ra-Lery : le 9e art dit adieu à l’un de ses maîtres

Après un dernier hommage émouvant hier à l’église Fiangonana tarihin’ny Fanahy masina (FTFM) à Ambanin’ Antanimora, Jean-Marcel Randriamaherisoamanitrarivo dit Ra-Lery repose désormais en paix dans son caveau familial à Manahy Ilafy.

L’émotion était lisible sur tous les visages des personnes présentes à la cérémonie d’obsèques.  Familles, amis, proches et confrères… tous ceux qui ont connu et côtoyé Razokimalala, dans la vraie vie ou à travers ses dessins de presse, ont tenu à rendre un dernier hommage à celui qui fut une grande plume de son vivant.

Ses compères se souviendront de lui comme d’un grand homme aux qualités professionnelles exceptionnelles et qui n’avait pas son pareil dans le paysage médiatique. Gérard Rakotonirina, président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) de confirmer que «La perte tragique de Ra-Lery ne nous laisse pas indifférent parce que en plus d’être un collègue, c’est avant tout un frère et un membre de la famille. Qui n’a jamais entendu parler de ses blagues légendaires ? Ses plaisanteries et les bons mots qui émaillaient chacun de ses dessins vont nous manquer». «En tant qu’homme de foi, il avait placé toute sa confiance en l’Eternel, d’autant qu’il est issu d’une lignée de révérend », a renchéri un membre de sa famille.

Joachin Michaël

 

La Vérité0 partages

Le mal du pays

Le pays est malade. On dirait, même, très malade ! Les symptômes et les indices qui ne trompent jamais indiquent que la Grande île se trouve dans un état physique et moral très mal en point. En 57 ans d’indépendance, plutôt, de retour à la souveraineté, elle n’a fait que régresser, voire dégringoler.

Madagascar, qui caracolait en tête de peloton parmi les pays avancés d’Afrique francophone durant les années 60, traîne actuellement les pattes et s’enfonce parmi les plus pauvres du Continent. Des pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire et d’autres ont su maintenir, tant bien que mal, le cap malgré les vicissitudes de l’Histoire. Ils ont réussi à tirer l’épingle du jeu. Tandis que la Grande île trébuche !En tenant compte des immenses richesses naturelles que le pays regorge, il est pratiquement difficile d’admettre qu’on souffre d’une telle misère. Une contradiction, parfois, insaisissable et inacceptable !Les produits des cultures d’exportation que Madagascar est capable offrir sur le marché international n’ont rien à envier de ceux des pays d’Afrique ou de la Sous-région. Les qualités recherchées de la vanille, du cacao, du girofle ou des litchis que les consommateurs européens et américains raffolent n’ont pas pu parvenir à démarrer une économie en détresse.Les ressources minières qui existent en quantité non négligeable dans le sous-sol malagasy n’ont plus servi à grand-chose pour relever le défi. Les richesses faunistiques et floristiques, « objets » précieux et rares susceptibles d’attirer les riches visiteurs des pays nantis, restent pour le moment lettre morte pour revitaliser l’économie, en état de léthargie profonde.L’Allemagne, totalement ou presque, détruite par la guerre (39-45), a mis 10 ou 15 ans « seulement » pour se reconstruire et relever l’économie en ruine. Certes, l’ouvrier allemand est réputé d’être le plus performant en Europe, voire dans le monde. En termes de rendement productif, un ouvrier allemand (Rfa) vaut trois ouvriers français et deux japonais. Rien d’étonnant si le pays se permet, aujourd’hui, d’occuper la première place économique dans le concert des Nations européennes.Le cas allemand pourrait paraître disproportionné pour être comparé à notre cas. Soit ! Mais plus près de chez nous, le Rwanda. Ce petit pays appartenant au même groupe Sous-régional, la Communauté de développement d’Afrique australe (Sadc) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), que le nôtre, ravagé par une terrible guerre civile, au milieu des années 90, parvint en 20 ans d’efforts soutenus à se remettre.Mais de quel mal ce pays souffre-t-il ? De l’avis unanime des analystes, le principal handicap de Madagascar réside sur une question d’hommes. Le pays manque, cruellement, d’hommes ou de femmes… d’Etat. Durant les 57 ans d’indépendance, la fonction de la Magistrature suprême a été confiée ou assurée, successivement, par des hommes dont les compétences en la matière font défaut, sinon, laissent à désirer et d’une volonté politique réduite à néant. Les Gouvernements qui s’étaient succédé n’ont tous pas fait leurs preuves. Nos dirigeants politiques brillent, plutôt, par l’absence d’intégrité et de probité dans la gestion des affaires nationales. Le cas des tenants du régime, en place, est particulièrement flagrant. Au fil des années, le pays ne fait que reculer et atterrit, finalement, au fond du gouffre. Et le mal du pays continue de sévir. Jusqu’à quand ? Qui vivra, verra !Ndrianaivo

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Handray anjara mavitrika amin’ny fankalazana ny fanamarihan’ny antoko TIM miaraka amin’ny filoha Marc Ravalomanana eny Mahamasina amin’ny sabotsy 8 jolay izao ny KOMTIM

Mitombo hatrany ny vaovao mahakasika ny dosie Claudine Razaimamonjy. Fantatra koa ankehitriny fa noho izy no antony nanalàna ny praiminisitra Ravelonarivo teo amin’ny toerany tamin’ny taona 2016. Nanome baiko ny amin’ny hisamborana azy io tompon’andraikitra io tamin’izany fotoana saingy tsy nahavoa satria nitsoaka tao Iavoloha I Claudine. Volana vitsivitsy taorian’izay dia nesorina tamin’ny toerany izy. 

Tsy maintsy miroso amin’ny fampiroboroboana orinasa vaventy (industrialization) isika, hoy ry zareo avy eo anivon’ny fikambanana Alemanina FES raha tiana handroso ny firenena. Omaly, tetsy amin’ny hotely Colbert, dia nisy ny atrikasa fampahafantarana ny tetikasa izay efa novolavolaina nandritry ny 3 taona mikasika izay politika izay nanoloana ireo fahefana mpanao lalàna 2 tonta avy eo anivon’ny antenimieram-pirenena sy loholona. Andrasana, araka izany, ny fotoana hanolorana azy ity ho laniana eny anivon’ny parlemanta.

Dinihana ankehitriny ny famolavolana drafi-panitarana ny tanàn-dehibe eto Antananarivo sy ny manodidina. Tsy misy afa-tsy ny 27%n’ny faritra Antananarivo renivohitra, Atsimondrano, Avaradrano ary Ambohidratrimo hatreto no misitraka io drafitra io. Hitombo avo 3 heny ny isan’ny mponina amin’ireo toerana ireo izay efa mihoatra ny 2,7 tapitrisa, araka ny tarehimarika farany navoakan’ny ivontoerana mikirakira ny antontanisa.

Mbola tsy nandoavana na iray volana monja aza ny karaman’ireo sefom-pokontany ao amin’ny faritra Anosy tamin’ity taona ity. Vao ny tokony ho naloa tamin’ny taon-dasa  no voailika, hoy ny lehiben’ny faritra. Noho ny fahataran’ny fahatongavan’ny vola ao amin’ny kitapom-bolan’ny faritra no tena   antony mahatonga izany fahatarana  izany.Toy ny tamin’ny taona 2016 koa anefa dia tsy ampy hotsinjarana ho an’ireo sefo fokontany ny vola any an-toerana koa ny vola avy amin’ny fanajkana ka tsy maintsy nanampy ny faritra.Lela-vola mitentina 12 tapitrisa Ariary no nanampina izany noho izany dia nilaza ny lehiben’ny faritra Anosy, Tanjaniaina Julio Pierrot fa tsy avy amin’ny fitanatanana ny faritra no mahatonga ny fahatarana fa noho  ny fahataran’ny famatsiam-bola avy amin’ny fanjakana foibe.

Firaisan-kina ho an’ny fanavotam-pirenena sy ny“Force de changement”dia samy vovonana politika milaza ho manohitra izao fitondrana izao avokoa ary milaza mamondrona ny hery fanoherana rehetra. Milaza hikononkonona fihetsiketsehana ihany koa izy ireo saingy mbola tsy taratra aloha hatreto hoe tahaka ny ahoana no ho fisehony ary hitondra mankaiza.

Zavontany ny mpitandro filaminana handrakotra ny manodidina an’I Mahamasina ny sabotsy izao ao anatin’ilay fankalazana ny faha 15 taonan’ny antoko politika Tiako I madagasikara, rah any fanazavana avy eo anivon’ny prefektiora tetsy Tsimbazaza omaly. Ny hetsiky ny mpitaky fahalalahana hiteny (MLE) ihany koa moa dia voalaza fa ho sakanana amin’ny zoma izao. Resaka fotsiny sisany maha tany demokratika, hoy ny mpanara-baovao.

Manoloana ny antsojay rehetra mihatra eo amin’ny tontolon’ny demokrasia eto amin’ny firenena ankehitriny dia tsy niverina tamin’ny teniny ny avy eo anivon’ny antoko Tiako I Madagasikara fa mbola milaza fa tsy hihemotra amin’ny hetsika ho ataon’izy ireo etsy Mahamasina. Maro moa no efa niandrandra fa ho averin’ny avy eo anivon’ny prefektiora ara-dalàna ny alalana amin’ny fanatanterahana ity fety kasaina ho atao etsy Mahamasina amin’ny sabotsy ity.

Tsy hihemotra ny Antoko Tim Antsirabe fa tsy maintsy ho avy eny Mahamasina mandritra ny fanamarihana ny faha-15 taona hatao eny Mahamasina ny sabotsy 8 jolay izao, hoy ny mpitarika azy ireo Rakotondrasoa Nicolas Parick. Kaominina 6 no efa nahitana solontena nisoratra anarana, ary tsy latsaky ny fiara 6 no efa vita famandrihana.

Malagasy no voatendry ho komiseran’ny raharaha ekonomika eo anivon’ny vondrona afrikana. Voafidy afak’omaly I Harrison Victor ary natao ny andron’io ihany ny fianianany. Ny fampiakarana ny lenta sy fampiroboroboana ara-ekonomika ny firenena izay mivondrona eo anivon’ny Vondrona Afrikana no tena handrasana aminy. Faharoa amin’ny Malagasy nahazo toerana ambony eto afrika izany izy taorian’I Ahmad izay filohan’ny CAF.

Navotsotra ny talata 4 jolay ny Tale Jeneraly lefitry ny Sandikan’ny tatsambo (SYGMMA) Ful- Soma Basola, izay nosamborina ny alahady 2 jolay lasa teo. Resaka fanalam-baraka sy fanohintohinana fitakiana sendikaly no isan’ny antony nisamborana azy.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Mitaraina ilay fianakaviana antandroy izay hita faty tetsy Soanierana ny asabotsy lasa teo. Ny antony dia tsy nisy taova intsony tao anatin’ilay razana taorian’ny fitiliana (autopsie) izay natao teo anivon’ny Hjra. Maivana ny razana rehefa nentina nody ary izany no nanaitra ny fianakaviana ka nitily ny tao anatiny. Teo no talanjona izy ireo fa hay efa taova marobe no tsy tao intsony. Milaza ny hametraka fitoriana izy ireo.

Nitifitifitra ny jiolahy nandritry ny fitsoahan’izy ireo rehefa avy nanafika toeram-pivarotana iray tao Faratsiho. Nasesiny aloha ny mpivarotra ary nahazoany vola an-hetsiny maro. Nahita izany ny fokonolona dia nanenjika ary teo no nanao tifitra variraraka ireo olon-dratsy. Raim-pianakaviana iray no maty tsy tsa-drano vokatr’izany.

SOSIALY

Nanomboka tamin'ny 10 ora maraina ka hatramin'nytamin'ny 01 ora tolakandro niantsoan’ny mpanjifa iray no tapaka ny jiro teny Anjanahary omaly raha ny fampitam-baovao avy teny an-toerana. Velon-taraina ireo mpanjifa manoloana izany satria manakorontana ny asa aman-draharaha izao toe-javatra izao. Maro mihitsy no mamoaka vava hoe sinema fotsiny ny fanoloana ny tale jeneraly sy ny fanambarana isan-karazany fa mivaha ny olana saingy resaka no betsaka.

79 ireo zaza natsangana tamin’iny taona 2016 iny, rah any tatitra azo avy eo anivon’ny minisiteran’ny mponina. Vahiny avokoa no nanangana ny 62 tamin’ireo.

Ahiana ho vao maika hiha mafy tsy misy toy izany ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo ao Manakara ao hatramin’ny volana septambra. Raha ny tarehimarika navoakan’ny sampandraharaha tomponandraikitra moa dia mety hitombo 50% mihitsy izany. Ny ao amin’ny distrikan’Ampanihy moa dia voalaza fa miandrandra fanampiana avy any ivelany sy ireo malala-tanana sisa.

 Nitokona ny mpivarotra eo amin’ny parking eo amin’ny bazar kely ao Toamasina ary nitsioka kiririoka eraky ny tsena. Tsy Mankato ny fanesoran’ny kaominina azy ireo eo amin’ny toeram-pivarotany izy ireo izay nilaza fa mandoa pataty ara-dalàna ary koa hofan-tsena ary tsy vitan’izany fa ny kaominina ihany koa no nametraka azy ireo eo amin’ireo toerana ireo.

Hanome tombony manokana ireo ankizy tsy mba afaka manao vakansy amin’ity taona ity ireo Alliance Française miisa 29 manerana ny Nosy. Efa nisokatra ny tamin’ity herinandro ity ny trano famakiam-boky ho an’ny rehetra,  tsy hifarana raha tsy amin’ny faran’ny volana Aogositra ho avy izao. Ny Alatsinainy sy ny Alakamisy ary ny Alahady ihany no tsy misokatra izy ireo.

Navotsotra omaly 4 jolay ny Tale Jeneraly lefitry ny Sandikan’ny tatsambo (SYGMMA) Ful- Soma Basola, izay nosamborina ny alahady 2 jolay lasa teo. Resaka fanalam-baraka sy fanohintohinana fitakiana sendikaly no isan’ny antony nisamborana azy.

TOEKARENA

Nitombo 10,90% ny mpitsidika ny valan-java-boaharim-pirenen’Isalo raha oharina amin’ny 6 volana voalohany tamin’ny taona 2016. Heverina ho mifanatsahana amin’ny fitombon’ny mponina maneran-tany ihany moa ny fitomboana, raha ny fanazavana.

Ireo mpandraharaha sy ny tantsaha Malagasy no omena tombontsoa amin’ny fametrahana ny zone industrielle agricole na ny fampiasam-bola amin’ny faritra enti-mamokatra eto Madagasikara. Ny Malagasy no tena hahazo vahana amin’izany noho izany, tsy hisy fanilihana na dia iray aza. Any amin’ireny faritra azo hambolena  ireny ihany koa no mbola hametrahana ireo mpandraharaha vonona ny hampiasa vola eto madagasikara amin’izany. Nilaza ny sekretera jeneralin’ny ministeran’ny fambolena sy ny fiompiana , Randrianaritiana Pierrot serge fa ho fampandrosona ny tontolo ambanivohitra sy ho fampivoArana ny sehatry ny fambolena eto madagasikara no antony nanaovan’ny fanjakaa ity ZIA ity.

Mbola miankin-doha tanteraka amin’ny fanafarana lafarinina avy any ivelany i Madagasikara hatramin’izao, hoy ny teo anivon’ny minisiteran’ny Varotra sy ny Fanjifana. Manodidina ny 100.000 taonina isan-taona io entana vahiny miainga ao Egypta tonga eto amintsika io. Tsy mihoatra ny 25% kosa ny vokatra lafarinina vita avy eto an-toerana, araka ny fantatra.

Hotontosaina ao Ambovombe ny 10 hatramin’ny 12 jolay 2017 ny «Foire Volily Harea». Hasongadina mandritra io hetsika telo andro any an-toerana io ny tontolon’ny harena ankibon’ny tany, ny fiompiana, ny fambolena na koa ny sehatry ny jono mampiavaka ireo tantsaha mpamokatra any amin’ny faritra Androy sy Anosy.

Hanamarika ny roa andron’ny langosta manomboka anio ny tanànan’i Taolagnaro. Anton’ny hetsika ny fanomezana tosika ny tsenan’ity hazan-dranomasina any amin’ny faritra Anosy. Tsy afaka manjifa ny vokatra moa ny mponina any an-toerana noho ny fifehezan’ny vahiny sinoa io vokatra io, araka ny fitarainan’ireto farany.

FANDRIAMPAHALEMANA

Nitrangana fanafihan-dahalo tao amin’ny fokontany Amparihitany, kaominina ambanivohitra Ankiranomena, distrakan’i Fenoarivobe ny alin’ny talata lasa teo. Araka ny vaoavao voaray dia omby maherin’ny 30 isa no lasan’ireo jiolahy raha lavon’ny balan’ny mpitandro ny filaminana ny iray tamin’izy ireo. Tsy lavitry ny foibem-panadinana niatrehan’ireo mpiadina ny fanadinam-panjakana BEPC moa ity toerana nisy nanafika ity. Maro amin’ireo mpiadina no mipetraka ao amin’izany fokontany izany. Tsy nisy fiantraikany mivantana teo amin’ireo  mpiadina any an-toerana anefa ny tranga saingy nisy fiantraikany ara-amoraly ihany, hoy ny mpanabe avy any an-toerana, Raherison  Adele. Telo tamin’ireo mpiadina niatrika ny fanadinana no tsy tonga raha 84 no voasoratra anarana.

FAMPIANARANA

Feno avokoa ny voka-panadinana CEPE notanterahana ny 20 jona 2017 teo manerana ireo fari-piadidiam-pampianarana 114 eto Madagasikara. Niakatra ny taham-pahafahana mihoatra ny tamin’ny taom-pianarana 2016. Nahatratra 58,30% mantsy ny taona 2017 raha 51,26% ny tamin’ny taon-dasa. Nampivoatra io vokatra io ny fampiofanana tsy an-kiato ireo mpampianatra, araka ny tatitra navoakan’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Nahatratra 9 924, ny mpiadina tsy tonga niatrika fanadinana araka ny tatitra voarain'ny minisiteran'ny fanabeazam-pirenena avy amina fari-piadidiam-pampianarana 89 amin'ireo 114 manerana ny nosy. Manome 4,32% amin'ny mpiadina ireo raha hatao ny kajikajy tsotsotra.

 

58,30% izany no taha-pahafaham-panadinana CEPE manerana ny nosy, raha ny tarehimarika nivoaka avy eo anivon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Sainte Marie kosa no nahitana taham-pahombiazana ambony indrindra satria nahatratra 92,70%.

Cisco Midongy kosa no nahitana taham-pahombiazana ambany indrindra satria 13,16% no hany kilonga afa-panadinana tao an-toerana. Asan-dahalo, tsy fanjarian-tsakafo, tsy fandriampahalemana isan-karazany moa dia samy manjaka any amin’ity faritra ity avokoa ka heverina ho antony lehibe nahatonga izao taha mampivarahontsana izao.

Afaka tapa-bolana no heverina fa hivoaka ny valim-panadinana Bepc, raha ny fanazavana azo farany. Efa manomboka ny fitsarana moa amin’izao fotoana izao ireo mpitsara. Aorian’ny fahavitan’ny fanadinanana BEPC, dia hontontosaina manomboka ny 10-jolay-13 jolay ny fanadinana hahazoana ny mari-pahaizana BEP (Brévet d'Eudes Professionel) ho an'ny taom-pianarana 2017.

FIFAMOIVOIZANA

Fiara marika Mazda miloko mena iray nivadika sy nidoboka tany ambany tetezan'Ambohimandroso (RN7) rehefa avy nidona tamin'ny arofanina, ka naharava ilay arofanina mihitsy omaly tokony ho tamin'ny 9 ora maraina. Resaka fandehanana mafy no voalaza fa anton'ny loza. Tsy nisy kosa ny aina nafoy.

Hasiam-panamboarana ny lalana mihazo ny petite vitesse eny Isotry mba tsy hifangaroan’ireo fiara mandeha mivoaka mihazo an’Itaosy sy ireo miditra mankany Tsaralalana sy Analakely. Ny herinandro teo no efa nanomboka ny asa ka anisan’ny tanjon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny hanalana fahasahirana ny mpampiasa lalana amin’ny fitohanana lavareny.

FAHASALAMANA

Miparitaka any amin’ny distrikan’i Maevatanàna amin’izao fotoana izao  ireo fanafody tsy fantatra marina nefa misy soratra milaza fa mahasitrana aretina maro. Misy karazany maro izy ireny toy ny vovony sy ny ranony ary koa ny menaka izay ahiana hamono olona maro any amin’ity distrika iray ity. Tsy vitsy amin’ireo mponina any an-toerana noho izany no voasarika hividy izany karazam-panafody izany nefa manatona tobim-pitsaboana ihany rehefa tena voa mafy.

Hotanterahina manomboka anio alakamisy 06 jolay etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely ilay hetsika fitsaboana maimaimpoana karakarain’ny Kis Madagascar sy ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Hatreto dia olona an’arivony  no efa nahazo sy nizarana ilay tapakila mifandraika amin’izany, ka anisan’ny tena be mpisafidy ny fitiliana ny aretina diabeta.

FANATANJAHANTENA

Andrasana anio indray ny filaharana vaovao  havoakan’ny FIFA (Fédération Internationale de Football Association) eo amin’ny taranja baolina kitra. Antenaina ny fisondrotry ny laharan’ny ekipam-pirenena Malagasy taorian’ireo vokatra tsara nobatainy farany. Mitana ny toerana faha-97 miaraka amin’ny isa 341 moa ny Barea tamin’ny filaharana nivoaka ny voalohan’ny volana jona 2017 teo.  

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Akanin’ny marenina 67 HA80 % ny salam-pahafaham-panadinana CEPE

Tafakatra 80 % ny salam-pahafaham-panadinana CEPE tamin’ity taona ity ho an’ny Akanin’ny Marenina etsy 67 ha raha 50 % tamin’ny taon-dasa.

 Mpiadina 13 tamin’ireo 16  no afaka  raha 8 tamin’ireo 16 isa tamin’ny taon-dasa.  Fandresena lehibe ho an’ny AKAMA ny vokatra azony, raha araka ny fanazavan’ny taleny Andriamampianina Rivo izay mbola ezahin’izy ireo hotohizana hatrany. 13 kosa ireo mpiadina miatrika ny fanadinana BEPC ankehitriny izay natokana amina efitranom-panadinana iray  mihitsy sady mbola nomen’ny fanjakana  mpampianatra mandika ny laza adina amin’ny alalan’ny tenin’ny tanàna ihany koa. Mbola  hojerena manokana tahaka izany ihany koa ireo mpianatr’izy ireo hiatrika ny fanadinana Bakalôrea miisa sivy mianadahy.  Tsiahivina moa fa ireo ankizy manana olana ara-pihainoana ihany ary nahazoana taratasy manamarina izany avy amin’ny  dokotera no azon’ny AKAMA raisina.  Ny 2 oktobra ho avy izao izy ireo no hanomboka ny taom-pianarana 2017-2018 raha herinandro mialoha io daty io no hahafahana manavao ny fisoratana anarana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Grevin’ny fadin-tserananaMila vahan’ny fanjakana haingana, hoy ny SIM

Mila vahan’ny fanjakana haingana ny olan’ny fadin-tseranana eto Madagasikara, hoy ny filohan’ny SIM (Syndicat des Industries de Madagascar) Fredy Rajaonera. Asa maro mantsy no miato vokatr’io fitokonan’ny mpiasan’ny ladoany io.

Ramano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Salon RSE Hanampy ireo orinasa amin’ny fandrosoana

Hotanterahina eto amintsika ny 12 sy ny 13 jolay ho avy izao indray ny andiany faharoa amin’ilay Salon RSE na andraikitra ara-piarahamonin’ny orinasa sy ny fanapahan-kevitra momba ny fampandrosoana maharitra, karakarain’ny UR-CSR Consulting.

 Etsy amin’ny Carlton Anosy no hanatontosana ny hetsika ka manodidina ny 4.000 mahery ireo mpandray anjara andrasana raha 3.000 tamin’ny taon-dasa. Nambaran-dRamatoa Rabefitiavana Urchila,  talen’ny kabinetra eo anivon’ny UR-CSR fa  natao hanampiana ny orinasa isan-tsokajiny mba handroso ny hetsika hanatrarana ny tanjon’ny fampandrosoana maharitra. Tafiditra ao ny fijerena manokana ireo olana mianjady amin’ny orinasa, ny sakana tsy hahafahan’izy ireny manatanteraka ny andraikitra sahaniny, ny fitsinjovana sahady ireo tanora mpandraharaha amin’ny alalan’ny famelabelaran-kevitra goavam-be entina  hanohanana ara-kevitra azy ireny. Anisan’ny mpanohana ofisialy ny hetsika ny UNICEF sy ny minisiteran’ny indostria. Afaka mitsidika maimaimpoana ny hetsika avokoa ny rehetra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifamoivoizana eto an-drenivohitraNovelomina ireo “Marquage au sol”

Novelomin’ny kaominina Antananarivo ireo mari-pamantarana mandry amin’ny arabe na « Marquage au sol » sasantsasany eo anivon’ny fari-piadidiana ny tanànan’Antananarivo mba hanamorana ny fandaminana ny fifamoivoizana.

 Nosantarina tamin’ny talata 4 jolay teny amin’ny fiantsonan’ny taksibe eny ambonin’ny tetezan’i  Behoririka ny asa fanajariana, izay notontosain’ny ekipan’ny DTP (Direction des Travaux Publics), DTMU (Direction Technique et Mobilité Urbaine). Hitohy eny Ankadifotsy, Vohibola ary hofaranana eny Analamahitsy ny asa. Niara-nisalahy tamin’ny kaominina ny IMV (Institut des Metiers de la Ville), izay nanolotra fitaovana maro toy ny loko, fitaovam-pandokoana, fitafiana manokana ho an’ireo manao ny asa. Na misy aza ezaka ataon’ny kaominina sy ny mpiara-miombon’antoka aminy amin’izao asa fanatsarana ny tontolon’ny fifamoivoizana izao, dia mandeha ila ihany raha mbola misy foana ny tsy fanarahan-dalàna. Zava-dehibe ny fiezahan’ny rehetra manaja ny lamina napetraka satria zava-poana ihany ny fanajariana natao sy mbola hatao raha samy hanao izay saim-patany hatrany ny mpitondra fiara, ny mpandeha an-tongotra, ny mpivarotra. Tsy vitan’ny kaominina samirery ny fanarenana ny renivohitra fa tompon’andraikitra avokoa ny isam-batan’olona.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hangarahara rahoviana ?

Tsy azo atao eto izany ny mandraki-peo rehefa tsy nahazoana alalana na dia hitadiavana ny marina momba ny heloka iray mahatohintohina ny fiainam-bahoaka sy hisorohana izay fanetriben’ny firenena aza.

J.Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatry ny ESCAMENanampy ny Boriborintany I nanadio tanàna

Nanampy ny Boriborintany I nanadio tanàna ny mpianatry ny sekoly ambony ESCAME omaly. Ho valin’ny fanentanana nataon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra mikasika ny tokony handraisan’ny tsirairay andraikitra amin’ny fanadiovana ny tanàna no anton’izany.

Pati

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny fadin-tserananaTsy azo terena amin’ny zony, hoy ny Sempidou

Na izahay aza, hoy ny filohan’ny sendikan’ny mpiasan’ny fadin-tseranana (Sempidou), Andrianavalona Herizo, tsy manery ireo mpiasan’ny fadin-tseranana rehefa tsy te hitokona izy ireo.

 Tamin’ny fivoriambe izay natao ny zoma teo dia ny 90%-n’ireo nivory no nanaiky fa miverina manomboka omaly alarobia ny fitokonana satria tsy mamaly ny fitakiana natao ny fifampiresahana tamin’ny solontenam-panjakana. Misy anefa ny faneriterena isan-karazany, toy ny ataon’ny mpandray hetra izay miambina eo am-bavahady izay mitady hitokona sy ilay fanapahana nivoaka fa tsy maintsy miasa ny mpitantana rehetra sokajy A sy B ary tapaka karama ireo izay mitokona.

J.Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA : Jeren’ny mpitandro filaminana fotsiny ny taingimbe ataon’ireo fiara mpitatitra

Ho an’ny fiara mampitohy an’ Ambanja amin’ Ankify no asian-teny dia azo volagniny fa efa tavela fahazaran-dratsin’ireo mpamily ny manentsina mpandeha. Ny mpamily mitady hameno ny volan’ny mpampiasa azy, ireo mpandeha maika mitsofotro ihany hanohy ny diany. Ny raha mahatsikaiky anefa dia karaha malalaka amin’ny fagnanaovagna taingimbe ireo fiara mpitatitra, raha ny fahitagna ireo mpitandro filaminana mandrindra ny fifamoivoizagna no koragniny. Karaha iniagna tsy jiriagna ny taingimbe, raha tsy hilaza fa misy ny fiaraha-miasa amin’ny roa tonta ny fanolorana vola any anaty antontan-taratasin’ny fiara. Raha izegny tokoa ny zava-misy, ombiagna no hofoagna tanteraka ny taingimbe agny Ambanja ?

Raha nagnontaniagna ny antony hagnanaovagna izegny teritery atao amin’ny mpandeha izegny ny mpamily dia sahy nilaza fa izy koa tsy manao taingimbe dia tsy tafavoaka noho ny fiakaram-bidin-tsolika. Amin’ny ankapobeny dia feno avokoa ny fiara mandroso sy miverina. Betsaka ireo fiara manao asa fitaterana mankagny Ankify avy ao Ambanja. Ahitagna izay tokony mahazaka 5 na 6 izy iregny kanefa mihoatra izegny ny mpandeha, misy mahatratra hatrany amin’ny 10. Araka ny fantatra dia 4000Ariary ny saram-pitaterana amin’io zotra io. Mandavan-taogno ny taingimbe agny Ambanja, indrindra amin’ny mahabetsaka mpiala sasatra iregny dia efa tsy hay koragniny.

Mitombo isa

Ankoatra izegny dia hita ihany koa ny tsy fanajana ny lalàna mifehy ny fifamoi-voizana ataon’ireo mpitondra "cyclo-pousse " miasa ao an-tampon-tanànan’Ambanja iregny. Mba tsy hampikorontagna ny fifamoivoizagna sy mba hialagna amin’ny fitohagnan’ny fifamoivoizana sy hisorohagna amin’ny loza mety hitranga dia natao ho lalana tokana ny fandalovan’ny posy bisikileta. Kanefa amin’ny ankapobeny dia tsy voahaja izegny. Azo ambara fa tsy ampy ny fagnaraha-maso ataon’ireo namiagna andraikitra mahakasika izegny. Na koa azo heverina fa karaha maivagna amin’ireo sahy mandika lalàna ny fepetra noraisigny mahakasika azy ireo, matoa mbola ahitagna izay tsy manara-dalàna. Tsikaritra ihany koa fa miha mitombo hatragny ny isan’ireo posy bisikileta ao an-tampon-tanànan’Ambanja.

Araka ny fanadihadiagna natao dia mahasarika ologno ny mitaingina ity fitaovam-pitaterana ity. Satria araka ny voalaza dia tsy mazoto mitaingina bajaj ny mpandeha raha ao Ambanja ihany, ka voatery manao asa fitaterana mankany Ambalavelona ireo bajaj ireo. Efa tsy koragniny ihany koa ny fagnanaovagna taingimbe.

Araka ny lamina misy dia tsy azo ataon’ireo taksiborosy mampitohy avy aty Diego sy Ankify ny midina ao an-tanànan’Ambanja na dia tsy ampy ny mpandeha, ary tahaka izegny ihany koa ny mankany Ambanja dia voarara mankany Ankify. Voahaja izegny lamina izegny saingy ity taingimbe ataon’ireo fiara madinika aby ireo, dia azo porofoigny fa tegna tazanim-potsiny amin’ny fahitagna izegny saiky isan’andro.

Efa tsy misitriky izegny amin’ny lalana manakaiky ny tetezana ampangoriagna ao Mahavelona raha hivoaka ny tanànan’Ambanja hankany Ankify. Aiza ho aiza, araka izegny, ny fanajana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizagna ? Tsy voahaja tanteraka izegny raha ny fahitagna ny fanaovagna taingimbe ataon’ireo mpamily izay tegna efa mampikoragna ny moagna. Andrasagna ombiagna vao misy ny fandraisagna andraikitra mahitsy mahakasika izegny ?

Mpanjono

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Les touristes africains tirent la demande touristique

Selon le rapport 2017 de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement) sur le développement économique en Afrique, les touristes africains sont en passe de devenir le moteur du tourisme sur le continent. « En Afrique, 4 touristes internationaux sur 10 sont africains. En Afrique subsaharienne, ce sont deux touristes sur trois qui sont originaires du continent. » indique le rapport. Ces vingt dernières années, l’Afrique a affiché une croissance dynamique; chaque année, entre 1995 et 2014, le nombre d’arrivées de touristes internationaux a augmenté de 6 % et les recettes touristiques de 9 %.

Le secteur touristique est en plein essor sur le continent noir. Sur la période 2011-2014, il représente plus de 21 millions d’emploi soit 7,1% de l’emploi total. Madagascar fait partie des destinations qui ont enregistré la plus forte hausse de nombre d’emplois dans le tourisme entre 2013 et 2014 avec plus de 84 000 emplois.

« Le tourisme est un secteur dynamique qui dispose d’un extraordinaire potentiel en Afrique. Bien géré, ce secteur peut largement contribuer à la diversification et faciliter l’inclusion des communautés vulnérables », a affirmé le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

Pour maintenir cet élan, les gouvernements africains doivent prendre des mesures stratégiques. Le rapport de la CNUCED avance ainsi la libéralisation des transports aériens, promotion de la libre circulation des personnes, garantie de la convertibilité des monnaies et, surtout, reconnaître la valeur du tourisme africain et l’intégrer dans leurs plans. Au Rwanda, par exemple, la suppression, en 2011, des formalités de visa pour les membres de la Communauté d’Afrique de l’Est a contribué à la hausse du nombre de touristes intrarégionaux, qui est passé de 283 000 en 2010 à 478 000 en 2013.

L’instabilité politique peut également avoir de lourdes répercussions sur le secteur touristique, et en général sur l’économie. « Pour assurer la croissance du tourisme en Afrique, il est capital que les gouvernements africains et les institutions régionales règlent les problèmes de sûreté et de sécurité et répondent rapidement aux crises » soutient la CNUCED.

Madagascar Tribune0 partages

Education nationale : Le ministre et les enseignants se provoquent

Un portail cassé, des bombes lacrymogènes explosés ! Le regain de tension au niveau du ministère de l’Éducation nationale est effectif. Enseignants regroupés au sein des syndicats manifestants et le ministre se refusent de s’adresser la parole et donc de revenir sur la table de discussion. Non seulement les protagonistes campent sur leur position respective, mais ils se lancent dans une campagne très virulente de communication provocatrice.

« Je refuse de parler aux grévistes s’ils ne présentent pas leur excuse en public », a déclaré Gatien Horace, ministre de l’Éducation nationale, lors d’une conférence de presse donné à son bureau jeudi. Selon ses explications, les enseignants l’auraient empêché de sortir de l’enceinte du ministère la veille, en empêchant sa voiture de se déplacer et en faisant descendre le barrage de filtration au niveau du portail du ministère. Indigné, le ministre a fait venir les forces de l’ordre dans la matinée pour empêcher les manifestants d’entrer dans le domaine du ministère.

« Le ministre ment, aucun d’entre les dirigeants du mouvement des enseignants n’a signé l’accord qu’il a évoqué à la télé », s’insurgent de leur côté des leaders syndicaux. Cet accord stipule, entre autres, le mode de paiement en trois tranches de l’indemnité revendiquée par les manifestants. Les leaders du mouvement se disent indignés également du traitement dont le ministère, via les forces de l’ordre a fait subir aux enseignants en leur jetant des grenades lacrymogènes.

Les enseignants non plus ne veulent revenir à la table de discussion qu’en présence du Premier ministre, des représentants du ministère des Finances et d’autres entités prenantes à cette crise. « Nous ne signerons aucun accord qu’en leur présence », ont-ils fait savoir avant d’ajouter qu’ils ne vont pas reprendre les cours tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites à 100%. Ce vendredi matin, une assemblée générale entre les enseignants grévistes à Antananarivo est prévue au lycée moderne d’Ampefiloha.

Une fois de plus, les enseignants grévistes ont lancé que l’État est entièrement responsable du report voire annulation des examens officiels cette année. Ils martèlent une fois de plus le risque probable d’une année blanche à cause de la politique de sourde oreille des dirigeants au sein du ministère de l’Éducation nationale. Le ministre Gatien Horace pour sa part insiste que la date des examens officiels ne vont jamais changer et qu’ils auront bel et bien lieu cette année. Le ministère annonce d’ailleurs que les écoles fermées par les grévistes ne constituent que 16% des écoles publiques à Madagascar.

Entre l’enclume et le marteau, les élèves sont effectivement les principales victimes de cette crise au sein du ministère de l’Éducation nationale. Pas plus tard que jeudi, les épreuves d’éducation physique et sportive du baccalauréat dans la ville de Mananjary ont dû être annulées à cause du sit-in effectué par les enseignants sur le stade où les épreuves devraient se dérouler. Même l’intervention des forces de l’ordre dirigées par le chef du district et la supplication des parents n’ont pas dissuadé les enseignants de s’opposer à la tenue des examens. A Toamasina, une affiche annonçant le report des EPS des examens officiels à cause de la grève des enseignants est placardée sur le portail d’un stade.

Madagascar Tribune0 partages

Les fonctionnaires dans la rue, la SSM menace d’intensifier le mouvement

Une manifestation des syndicats des travailleurs et fonctionnaires a eu lieu hier devant la stèle d’Ambohijatovo. Les ténors au sein de la SSM (Solidarité syndicale de Madagascar) qui mènent ce mouvement ont annoncé que leur manifestation s’intensifiera et continuera ce jour et la semaine prochaine tant que les membres du gouvernement Ntsay feront la sourde oreille face à leurs revendications. Lâchés par les députés de l’opposition, ils dénoncent l’inexistence de changement après ces deux mois de manifestations politiques.

« Nous voulons un réel changement et non pas un semblant d’apaisement grâce à un arrangement politique » a déclaré, Jean Raymond Rakotoniasy, secrétaire général du SSM.

Hier, plusieurs syndicats de fonctionnaires ont répondu à l’appel de la SSM. Ceux de la douane, des impôts, de l’Education nationale, et de la Paositra Malagasy étaient les plus représentés. Après avoir quitté Ambohijatovo, les manifestants se sont dirigés vers Antaninarenina pour s’arrêter devant le ministère des finances et du budget. Pour de ces syndicalistes, la grande partie des blocages des revendications auxquels ils sont confrontés proviennent de ce ministère, qu’il s’agisse du paiement des vacations des enseignants ou des problèmes au niveau de la douane malgache. Ils ont ainsi dans la foulée demandé la démission de la ministre Vonintsalama Andriambololona.

Le départ des ministres controversés, comme Maharante Jean de Dieu du Ministère des postes et des télécommunications, ou encore celui de l’Education nationale, Horace Gatien a également été réclamé.

Après presque deux mois d’arrêt de travail, les syndicats des fonctionnaires n’ont pas l’air de vouloir fléchir. Les fonctionnaires recevant leur solde chaque fin du mois, les contribuables et les élèves des établissements publics sont les plus pénalisés par la situation. Une situation qui risque de perdurer.

Madagascar Tribune0 partages

Examens officiels : « Une session spéciale » envisagée

En insistant sur la tenue des examens officiels cette année aux dates prévues dans le calendrier scolaire, le ministère de l’Education nationale aurait ses propres raisons et stratégies. D’un côté, le ministère envisagerait d’effectuer « une sessions spéciale » pour les élèves des écoles principalement concernées par la manifestation des enseignants.

Elles ne représenteraient que 16% des écoles publiques à Madagascar. Ce qui amènerait les responsables au sein du ministère de l’Éducation nationale à envisager de ne pas sacrifier les 84% restants qui ont continué à ouvrir ses portes et notamment les écoles privées à cause des « caprices » des enseignants grévistes.

D’un autre, les dirigeants au sein de ce département ministériel aurait notamment eu peur de la réaction des responsables des écoles privées au sein de l’église catholique qui lors des longues vacances de la peste ont décidé d’ouvrir leurs portes nonobstant les indications données par le ministère de tutelle, sans que leurs élèves n’aient pas subi de graves conséquences sanitaires.

La décision prise par ces responsables à l’époque avait pratiquement discrédité le ministère dirigé autrefois par le ministre Paul Rabary. Cette année encore, le nouveau ministre Gatien Horace ne veut surtout pas essuyer une telle humiliation d’où ce projet de tenir une session spéciale des examens officiels.

L’histoire de la manifestation socio-politique à Madagascar nous rappellera que la tenue des sessions spéciales des examens officiels n’est pas une fatalité. C’était entre autres le cas durant la grève nationale des années 1990. Ainsi le ministère souhaiterait remettre sur le tapis cette nouvelle expérience cette année. Or, cette décision ne sera pas sans conséquence.

Madagascar Tribune0 partages

Les partenaires financiers et techniques optimistes sur la tenue des élections

La 12ème réunion de concertation entre le Gouvernement et l’ensemble de ses Partenaires au développement dans le cadre du Groupe de Dialogue Stratégique s’est tenu hier au Palais de Mahazoarivo sous la co-présidence du Premier Ministre Ntsay Christian, et du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, Violette Kakyomya.

Face à la conjoncture actuelle, cette réunion avait pour objectif de renforcer le dialogue et manifester la redevabilité mutuelle entre les parties prenantes, afin de créer un environnement favorable pour la tenue des élections. Le Premier Ministre Ntsay Christian a ainsi réaffirmé la priorité de son gouvernement à savoir l’organisation d’élections libres, transparentes, crédibles et acceptées par tous. Il a également affirmé sa volonté à lutter contre la corruption, à améliorer non seulement la gouvernance mais aussi à renforcer la sécurité en tant que conditions nécessaires pour le bon déroulement des élections.

Les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) ont pour leur part manifesté leur optimisme pour les actions à venir, et réitère leur soutien au Gouvernement malagasy et surtout pour fournir un appui coordonné pour la réalisation de ses priorités telles que présentées par le Premier Ministre. La fixation de la date des élections a notamment été saluée comme une preuve de la volonté de l’Exécutif à faire avancer a situation.

Madagascar Tribune0 partages

Le HVM panique devant un zumba collectif

Comment un homme comme le Président Rajaonarimampianina peut-il être aussi inapte à prendre des leçons du passé, malgré sa stature intellectuelle et son background d’enseignant universitaire ?

La crise de 2002 est née de l’incapacité du Président Ratsiraka à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante de Marc Ravalomanana, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête de Tiko, puis quand il était maire. Résultat : Marc Ravalomanana y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

La crise de 2009 est née de l’incapacité du Président Ravalomanana à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante d’Andry Rajoelina, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête d’INJET, puis quand il était maire. Résultat : Andry Rajoelina y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

Pour analyser la volte-face du régime par rapport à l’autorisation donnée au TIM de célébrer son XV ème anniversaire, il suffit de changer les dates et les noms dans les deux paragraphes précédents. À quel jeu malsain joue donc le régime Rajaonarimampianina, et à quel résultat veut-il arriver ? Quelle image le pouvoir actuel veut-il donner de lui en montrant tant de crainte de gens qui veulent juste danser collectivement sur de la zumba ? Quelle crédibilité a ce préfet de police qui change d’avis à 48 heures d’intervalle ?

Dans le bras de fer qui s’annonce, Marc Ravalomanana a des atouts en main. L’avenir nous dira s’il saura les capitaliser dans le contexte actuel. Mais pour ce faire, il faudra que les fameux perroquets qui pullulent sur les réseaux sociaux en chantant « Dada ihany ny anay » sachent sur le terrain se montrer à la hauteur de cet engagement proclamé. Et en espérant aussi que les partisans à Madagascar ne vont pas jouer à l’apôtre Pierre avant que le coq ne chante trois fois. Cela écarte de facto les grandes gueules sur les claviers qui font la révolution à 10.000 km du théâtre des opérations.

Toute ressemblance avec des politiciens malgaches du passé ou du présent ne peut qu’être le fruit du hasard.

L’utilisation du monopole de la violence légitime (qu’il s’agisse de force physique ou d’abus dans l’utilisation de la légalité des actes, même sans légitimité) a toujours été la manifestation d’une vision enfumée par des préoccupations politicardes. Rappelons pêle-mêle (et entre autres) :

Les perturbations des manifestations du KMMR version 2003 (Komity Miaro ny Marina sy ny Rariny) par les gros bras à la solde du Président Ravalomanana ; Les NOTAM du Président Ravalomanana contre Pierrot Rajaonarivelo ; Les NOTAM de Rajoelina contre la délégation de Maputo 3, puis (toujours aussi débiles) contre Ravalomanana ; Les interdictions d’accès des opposants à la Place de la Démocratie par Andry Rajoelina (alors que ce dernier, dans tous les sens du terme, l’avait inaugurée en janvier 2009 pour servir de lieu de libre expression) etc. Et maintenant, l’interdiction débile faite au TIM de célébrer son XVème anniversaire, sous des prétextes fallacieux. [1]

Certes, à 18 mois de l’échéance de 2018, les mauvais démons de nos politiciens commencent à montrer le bout de leur queue (et de leurs cornes). Le parti présidentiel HVM, écœuré de tout le ramdam autour du ClaudineGate, va se venger contre les opposants en se montrant encore plus hautain dans sa toute-puissance imaginaire. On rappellera juste qu’autrefois, il y avait aussi des gens qui se croyaient tout-puissants et intouchables dans leurs abus, mais que le pouvoir de l’opinion publique et de la rue a fini par faire descendre de leur piédestal. Ils s’appelaient Tsiranana, Ratsiraka ou Ravalomanana. Mais aussi, plus récemment, Henri Rabary-Njaka ou Claudine Razaimamonjy. Depuis 1960, combien d’écervelés arrogants ont pensé ou clamé « izahay izao no au pouvoir » ? Combien d’écervelés ont pensé que le Goebbels de service et les gros bras en uniforme pouvaient garantir la pérennité de leur auguste postérieur à Iavoloha ?

Le régime HVM veut donc empêcher le TIM d’effectuer une démonstration de force à Mahamasina. Et en créant une jurisprudence sournoise, il empêchera également le MAPAR de tenir de tels rassemblements. Mais en même temps, multiplier ce genre de provocations augmente le risque d’aller au clash. Surtout si le but est de laisser au HVM le monopole des manifestations publiques sous forme d’assises régionales, afin de renforcer l’image de sa notoriété factice. Si le HVM ose persister dans ses déclarations sur son prétendu statut de premier parti de Madagascar, alors qu’il laisse démocratiquement le TIM et le MAPAR rassembler leurs partisans dans les lieux publics, et qu’il laisse le Président Ravalomanana et Monsieur Rajoelina se présenter librement en 2018. Dia ho hitantsika eo ny fandehan’ny raharaha. Mais en l’absence de ce courage d’aller dans une compétition libre, alors que le HVM assume son hypocrite couardise maquillée derrière un juridisme puant.

Rappelons à toutes fins utiles, et n’en déplaise à ceux à qui ça déplait, que c’est la Capitale Antananarivo qui fait et défait les régimes à coups de crises, lorsque le dirigeant en place a perdu toute légitimité à ses yeux. Bien entendu, d’autres facteurs entrent également en jeu, mais de manière générale un régime qui se met à dos une masse critique au sein de la population d’Antananarivo est sur une pente glissante. Alors, que va-t-il arriver à un parti qui était déjà si mal parti qu’il n’a même pas osé présenter de candidats aux municipales à Antananarivo, devant l’assurance de se prendre une raclée.

A un an et demi de la fin de mandat, on repense à la fanfaronnade de Rajoelina. « Je ne serai pas plus nul que Ravalomanana » avait-il claironné devant les caméras d’une télévision française. On a tous vu le tableau final, lorsqu’enfin la pression internationale a réussi à le déloger de son pouvoir mal acquis. On sait donc par expérience que Monsieur Rajoelina était finalement plus nul que le Président Ravalomanana. Mais la question qu’on se posait au début de 2014 était la suivante : « est-il possible d’être plus nul que Rajoelina ? ». Début 2014, on était sûr qu’il n’était pas possible de faire pire que le DJ. Mais ça, c’était avant.

Madagascar Tribune0 partages

Le HVM panique devant un zumba collectif

Comment un homme comme le Président Rajaonarimampianina peut-il être aussi inapte à prendre des leçons du passé, malgré sa stature intellectuelle et son background d’enseignant universitaire ?

La crise de 2002 est née de l’incapacité du Président Ratsiraka à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante de Marc Ravalomanana, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête de Tiko, puis quand il était maire. Résultat : Marc Ravalomanana y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

La crise de 2009 est née de l’incapacité du Président Ravalomanana à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante d’Andry Rajoelina, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête d’INJET, puis quand il était maire. Résultat : Andry Rajoelina y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

Pour analyser la volte-face du régime par rapport à l’autorisation donnée au TIM de célébrer son XV ème anniversaire, il suffit de changer les dates et les noms dans les deux paragraphes précédents. À quel jeu malsain joue donc le régime Rajaonarimampianina, et à quel résultat veut-il arriver ? Quelle image le pouvoir actuel veut-il donner de lui en montrant tant de crainte de gens qui veulent juste danser collectivement sur de la zumba ? Quelle crédibilité a ce préfet de police qui change d’avis à 48 heures d’intervalle ?

Dans le bras de fer qui s’annonce, Marc Ravalomanana a des atouts en main. L’avenir nous dira s’il saura les capitaliser dans le contexte actuel. Mais pour ce faire, il faudra que les fameux perroquets qui pullulent sur les réseaux sociaux en chantant « Dada ihany ny anay » sachent sur le terrain se montrer à la hauteur de cet engagement proclamé. Et en espérant aussi que les partisans à Madagascar ne vont pas jouer à l’apôtre Pierre avant que le coq ne chante trois fois. Cela écarte de facto les grandes gueules sur les claviers qui font la révolution à 10.000 km du théâtre des opérations.

Toute ressemblance avec des politiciens malgaches du passé ou du présent ne peut qu’être le fruit du hasard.

L’utilisation du monopole de la violence légitime (qu’il s’agisse de force physique ou d’abus dans l’utilisation de la légalité des actes, même sans légitimité) a toujours été la manifestation d’une vision enfumée par des préoccupations politicardes. Rappelons pêle-mêle (et entre autres) :

Les perturbations des manifestations du KMMR version 2003 (Komity Miaro ny Marina sy ny Rariny) par les gros bras à la solde du Président Ravalomanana ; Les NOTAM du Président Ravalomanana contre Pierrot Rajaonarivelo ; Les NOTAM de Rajoelina contre la délégation de Maputo 3, puis (toujours aussi débiles) contre Ravalomanana ; Les interdictions d’accès des opposants à la Place de la Démocratie par Andry Rajoelina (alors que ce dernier, dans tous les sens du terme, l’avait inaugurée en janvier 2009 pour servir de lieu de libre expression) etc. Et maintenant, l’interdiction débile faite au TIM de célébrer son XVème anniversaire, sous des prétextes fallacieux. [1]

Certes, à 18 mois de l’échéance de 2018, les mauvais démons de nos politiciens commencent à montrer le bout de leur queue (et de leurs cornes). Le parti présidentiel HVM, écœuré de tout le ramdam autour du ClaudineGate, va se venger contre les opposants en se montrant encore plus hautain dans sa toute-puissance imaginaire. On rappellera juste qu’autrefois, il y avait aussi des gens qui se croyaient tout-puissants et intouchables dans leurs abus, mais que le pouvoir de l’opinion publique et de la rue a fini par faire descendre de leur piédestal. Ils s’appelaient Tsiranana, Ratsiraka ou Ravalomanana. Mais aussi, plus récemment, Henri Rabary-Njaka ou Claudine Razaimamonjy. Depuis 1960, combien d’écervelés arrogants ont pensé ou clamé « izahay izao no au pouvoir » ? Combien d’écervelés ont pensé que le Goebbels de service et les gros bras en uniforme pouvaient garantir la pérennité de leur auguste postérieur à Iavoloha ?

Le régime HVM veut donc empêcher le TIM d’effectuer une démonstration de force à Mahamasina. Et en créant une jurisprudence sournoise, il empêchera également le MAPAR de tenir de tels rassemblements. Mais en même temps, multiplier ce genre de provocations augmente le risque d’aller au clash. Surtout si le but est de laisser au HVM le monopole des manifestations publiques sous forme d’assises régionales, afin de renforcer l’image de sa notoriété factice. Si le HVM ose persister dans ses déclarations sur son prétendu statut de premier parti de Madagascar, alors qu’il laisse démocratiquement le TIM et le MAPAR rassembler leurs partisans dans les lieux publics, et qu’il laisse le Président Ravalomanana et Monsieur Rajoelina se présenter librement en 2018. Dia ho hitantsika eo ny fandehan’ny raharaha. Mais en l’absence de ce courage d’aller dans une compétition libre, alors que le HVM assume son hypocrite couardise maquillée derrière un juridisme puant.

Rappelons à toutes fins utiles, et n’en déplaise à ceux à qui ça déplait, que c’est la Capitale Antananarivo qui fait et défait les régimes à coups de crises, lorsque le dirigeant en place a perdu toute légitimité à ses yeux. Bien entendu, d’autres facteurs entrent également en jeu, mais de manière générale un régime qui se met à dos une masse critique au sein de la population d’Antananarivo est sur une pente glissante. Alors, que va-t-il arriver à un parti qui était déjà si mal parti qu’il n’a même pas osé présenter de candidats aux municipales à Antananarivo, devant l’assurance de se prendre une raclée.

A un an et demi de la fin de mandat, on repense à la fanfaronnade de Rajoelina. « Je ne serai pas plus nul que Ravalomanana » avait-il claironné devant les caméras d’une télévision française. On a tous vu le tableau final, lorsqu’enfin la pression internationale a réussi à le déloger de son pouvoir mal acquis. On sait donc par expérience que Monsieur Rajoelina était finalement plus nul que le Président Ravalomanana. Mais la question qu’on se posait au début de 2014 était la suivante : « est-il possible d’être plus nul que Rajoelina ? ». Début 2014, on était sûr qu’il n’était pas possible de faire pire que le DJ. Mais ça, c’était avant.

Madagascar Tribune0 partages

Le HVM panique devant un zumba collectif

Comment un homme comme le Président Rajaonarimampianina peut-il être aussi inapte à prendre des leçons du passé, malgré sa stature intellectuelle et son background d’enseignant universitaire ?

La crise de 2002 est née de l’incapacité du Président Ratsiraka à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante de Marc Ravalomanana, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête de Tiko, puis quand il était maire. Résultat : Marc Ravalomanana y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

La crise de 2009 est née de l’incapacité du Président Ravalomanana à trouver une réponse intelligente à la notoriété croissante d’Andry Rajoelina, et dans son obstination stupide à lui mettre des bâtons dans les roues à coups de tracasseries administratives, d’abord quand il était businessman à la tête d’INJET, puis quand il était maire. Résultat : Andry Rajoelina y a gagné ses galons de martyr dans l’opinion publique, et le comportement mesquin du régime avait contribué à sa propre délégitimation.

Pour analyser la volte-face du régime par rapport à l’autorisation donnée au TIM de célébrer son XV ème anniversaire, il suffit de changer les dates et les noms dans les deux paragraphes précédents. À quel jeu malsain joue donc le régime Rajaonarimampianina, et à quel résultat veut-il arriver ? Quelle image le pouvoir actuel veut-il donner de lui en montrant tant de crainte de gens qui veulent juste danser collectivement sur de la zumba ? Quelle crédibilité a ce préfet de police qui change d’avis à 48 heures d’intervalle ?

Dans le bras de fer qui s’annonce, Marc Ravalomanana a des atouts en main. L’avenir nous dira s’il saura les capitaliser dans le contexte actuel. Mais pour ce faire, il faudra que les fameux perroquets qui pullulent sur les réseaux sociaux en chantant « Dada ihany ny anay » sachent sur le terrain se montrer à la hauteur de cet engagement proclamé. Et en espérant aussi que les partisans à Madagascar ne vont pas jouer à l’apôtre Pierre avant que le coq ne chante trois fois. Cela écarte de facto les grandes gueules sur les claviers qui font la révolution à 10.000 km du théâtre des opérations.

Toute ressemblance avec des politiciens malgaches du passé ou du présent ne peut qu’être le fruit du hasard.

L’utilisation du monopole de la violence légitime (qu’il s’agisse de force physique ou d’abus dans l’utilisation de la légalité des actes, même sans légitimité) a toujours été la manifestation d’une vision enfumée par des préoccupations politicardes. Rappelons pêle-mêle (et entre autres) :

Les perturbations des manifestations du KMMR version 2003 (Komity Miaro ny Marina sy ny Rariny) par les gros bras à la solde du Président Ravalomanana ; Les NOTAM du Président Ravalomanana contre Pierrot Rajaonarivelo ; Les NOTAM de Rajoelina contre la délégation de Maputo 3, puis (toujours aussi débiles) contre Ravalomanana ; Les interdictions d’accès des opposants à la Place de la Démocratie par Andry Rajoelina (alors que ce dernier, dans tous les sens du terme, l’avait inaugurée en janvier 2009 pour servir de lieu de libre expression) etc. Et maintenant, l’interdiction débile faite au TIM de célébrer son XVème anniversaire, sous des prétextes fallacieux. [1]

Certes, à 18 mois de l’échéance de 2018, les mauvais démons de nos politiciens commencent à montrer le bout de leur queue (et de leurs cornes). Le parti présidentiel HVM, écœuré de tout le ramdam autour du ClaudineGate, va se venger contre les opposants en se montrant encore plus hautain dans sa toute-puissance imaginaire. On rappellera juste qu’autrefois, il y avait aussi des gens qui se croyaient tout-puissants et intouchables dans leurs abus, mais que le pouvoir de l’opinion publique et de la rue a fini par faire descendre de leur piédestal. Ils s’appelaient Tsiranana, Ratsiraka ou Ravalomanana. Mais aussi, plus récemment, Henri Rabary-Njaka ou Claudine Razaimamonjy. Depuis 1960, combien d’écervelés arrogants ont pensé ou clamé « izahay izao no au pouvoir » ? Combien d’écervelés ont pensé que le Goebbels de service et les gros bras en uniforme pouvaient garantir la pérennité de leur auguste postérieur à Iavoloha ?

Le régime HVM veut donc empêcher le TIM d’effectuer une démonstration de force à Mahamasina. Et en créant une jurisprudence sournoise, il empêchera également le MAPAR de tenir de tels rassemblements. Mais en même temps, multiplier ce genre de provocations augmente le risque d’aller au clash. Surtout si le but est de laisser au HVM le monopole des manifestations publiques sous forme d’assises régionales, afin de renforcer l’image de sa notoriété factice. Si le HVM ose persister dans ses déclarations sur son prétendu statut de premier parti de Madagascar, alors qu’il laisse démocratiquement le TIM et le MAPAR rassembler leurs partisans dans les lieux publics, et qu’il laisse le Président Ravalomanana et Monsieur Rajoelina se présenter librement en 2018. Dia ho hitantsika eo ny fandehan’ny raharaha. Mais en l’absence de ce courage d’aller dans une compétition libre, alors que le HVM assume son hypocrite couardise maquillée derrière un juridisme puant.

Rappelons à toutes fins utiles, et n’en déplaise à ceux à qui ça déplait, que c’est la Capitale Antananarivo qui fait et défait les régimes à coups de crises, lorsque le dirigeant en place a perdu toute légitimité à ses yeux. Bien entendu, d’autres facteurs entrent également en jeu, mais de manière générale un régime qui se met à dos une masse critique au sein de la population d’Antananarivo est sur une pente glissante. Alors, que va-t-il arriver à un parti qui était déjà si mal parti qu’il n’a même pas osé présenter de candidats aux municipales à Antananarivo, devant l’assurance de se prendre une raclée.

A un an et demi de la fin de mandat, on repense à la fanfaronnade de Rajoelina. « Je ne serai pas plus nul que Ravalomanana » avait-il claironné devant les caméras d’une télévision française. On a tous vu le tableau final, lorsqu’enfin la pression internationale a réussi à le déloger de son pouvoir mal acquis. On sait donc par expérience que Monsieur Rajoelina était finalement plus nul que le Président Ravalomanana. Mais la question qu’on se posait au début de 2014 était la suivante : « est-il possible d’être plus nul que Rajoelina ? ». Début 2014, on était sûr qu’il n’était pas possible de faire pire que le DJ. Mais ça, c’était avant.

Madagascar Tribune0 partages

Un cul de sac pour les médias et les journalistes ?

La diffusion dans les médias et réseaux sociaux du document sonore de la conversation entre Claudine Razaimamonjy et un agent du Bianco accable tout le monde ; et en premier lieu le Bianco, la justice et au final la presse. Jean Louis Andriamifidy, directeur général (DG) du Bianco avoue que devant le refus de satisfaire aux multiples convocations qui lui avaient été adressées, le Bianco a effectivement été contraint d’appeler Madame Claudine Razaimamonjy au téléphone l’année dernière. L’enregistrement sonore était destiné à servir de preuves et une copie de cet enregistrement sonore a été remise au tribunal comme pièce à conviction. Autrement dit, le document est authentique et l’auteur est le Bianco. Mais le DG du Bianco assure que son organe de lutte contre la corruption n’est pas l’auteur de la diffusion et il interpelle les journalistes. Il a expressément exhorté les gens de la presse et les journalistes à lui révéler la source et/ou la personne qui leur a communiqué le document sonore ; car si jamais c’est un élément du Bianco qui a remis le document, martèle-t-il, celui-là n’a pas sa place au Bianco et en subira les conséquences. Mais avant d’en arriver là, il faudrait que le journaliste dévoile sa source ; ce qui est contraire à la déontologie du métier. Le Code de communication en parle-t-il de manière spécifique ? Sinon la Justice devrait obliger le journaliste incriminé à révéler sa source. Or jusqu’à présent et à notre connaissance, l’obligation de dévoiler sa source ne concerne que les questions de haute trahison et de secret défense nationale. Dès lors, l’interpellation du DG du Bianco qui évoque l’importance de la lutte contre la corruption pour la nation impacte sur l’éthique et la déontologie du métier de journaliste. Il en est de même du Code de communication dans sa rubrique cybercriminalité.

En passant le DG du Bianco indique que le pouvoir judiciaire, en l’occurrence la justice est aussi en possession de ce document sonore. Lequel du Bianco ou de la justice a-t-il informé la presse et diffusé le document sonore dans les réseaux sociaux ? Pour l’instant le DG du Bianco défend ses personnels et nie être à l’origine de cette publication. Le pouvoir judiciaire désigné, en fait celui en charge de l’affaire –la Chaîne pénale anti-corruption, demeure muet. Mais c’est le ministre de la Communication qui a déjà donné son avis et ses points de vue sur cette divulgation de ce qu’il qualifie comme document confidentiel et qui viole le secret de la correspondance et de l’instruction. Maître Willy Razafinjatovo et consorts qui s’insurgent contre cette intervention du ministre de la Communication, l’invitent à déposer plainte contre le Bianco et d’être présent lors du procès pour s’en expliquer car à leur avis, il a tout faux et Maître Willy Razafinjatovo et consorts sont prêts à défendre le Bianco.

Madagascar Tribune0 partages

Vatomandry se dote d’un nouveau commissariat de police

La cérémonie d’inauguration d’un nouveau commissariat de police à Vatomandry, dans la région Atsinanana, a eu lieu hier matin. Le Premier ministre, chef du gouvernement, Christian Ntsay, accompagné des membres du gouvernement en charge de la sécurité, a honoré de sa présence cette cérémonie. La construction de telle infrastructure entre dans le cadre de la mise en place de la paix durable et de la décentralisation effective à Madagascar.

Lors de son allocution, le chef du gouvernement a souligné que cette inauguration marque la volonté de l’Etat, de réaliser l’un des engagements « Velirano » du Président de la République, concernant la restauration de la paix et de la sécurité, que le gouvernement est disposé à mettre en œuvre, et ce dans le plus bref délai. Il a exhorté par ailleurs tous les membres de la grande famille de la Police Nationale à accomplir leur obligation avec honnêteté pour garantir la restauration de la confiance du peuple à l’endroit des forces de l’ordre, et plus précisément, entre populations et les agents de police.

« La restauration de la confiance mutuelle demande la considération des intérêts communs, du patriotisme, ainsi que la restauration de la dignité de la nation. Et en application de la sagesse malgache héritée de nos ancêtres, cette confiance réciproque devrait se standardiser dans toutes les structures étatiques », a ajouté le Premier ministre.

« Tous les responsables administratifs tels que préfets et chefs de districts devraient être un modèle dans la gestion, de telle sorte qu’un certain pouvoir de décision sera affecté aux responsables locaux qui connaissent réellement les priorités de développement des circonscriptions respectives dont ils sont en charge d’une part, et c’est eux qui sont également au courant des problèmes auxquels fait face la population d’autre part », a-t-il ajouté en abordant l’effectivité de la décentralisation à Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

Lancement de fabrication de blocs de bétons « DOLOS »

La cérémonie symbolique du lancement de fabrication de blocs de bétons « DOLOS », dans le cadre du projet d’extension du Port de Toamasina a eu lieu hier à Toamasina. Le projet est dirigé par le directeur général de la SPAT, Christian Avellin et en présence des autorités Locales, du premier Secrétaire de l’Ambassade du Japon, Kei Katagiri et le représentant résident Adjoint de la JICA Madagascar, Oki Sugimoto.

Les travaux consistent en la fabrication de 2 600 pièces de 50 tonnes et de 800 pièces de 30 tonnes de blocs, afin de composer la barrière devant prolonger le brise-lames de 345 m au niveau du Mole C. Ces travaux entrent dans la première phase du projet qui arrivera à terme en Septembre 2020, et ont été mandatés au groupement d’Entreprises PENTA-DAIHO Joint Venture avec la supervision du Groupement de Consultants OCG-ECOH Corporation.

La forme tout à fait inhabituelle de ce bloc de protection est le fruit d’une expertise mondialement reconnue dans la construction d’infrastructure maritime. Les chercheurs, ingénieurs, techniciens et experts, ont abouti à cette forme pour une meilleure protection des installations portuaires et à une préservation optimale de l’environnement marin.

A travers cette cérémonie, la SPAT et les entreprises responsables des travaux démontreront publiquement leur souci constant pour la fiabilité, l’efficacité, la technicité, l’expertise, et tout cela, au profit d’un développement durable, et via une réponse appropriée à la préservation de l’environnement.

Pour rappel, les travaux pour la première phase du projet ont officiellement débuté en avril 2018. Les passations de marchés pour la deuxième phase sont en cours, et dont les offres techniques sont attendus en septembre 2019. La réalisation totale du projet est attendue en 2026.

Madagascar Tribune0 partages

Lancement de fabrication de blocs de bétons « DOLOS »

La cérémonie symbolique du lancement de fabrication de blocs de bétons « DOLOS », dans le cadre du projet d’extension du Port de Toamasina a eu lieu hier à Toamasina. Le projet est dirigé par le directeur général de la SPAT, Christian Avellin et en présence des autorités Locales, du premier Secrétaire de l’Ambassade du Japon, Kei Katagiri et le représentant résident Adjoint de la JICA Madagascar, Oki Sugimoto.

Les travaux consistent en la fabrication de 2 600 pièces de 50 tonnes et de 800 pièces de 30 tonnes de blocs, afin de composer la barrière devant prolonger le brise-lames de 345 m au niveau du Mole C. Ces travaux entrent dans la première phase du projet qui arrivera à terme en Septembre 2020, et ont été mandatés au groupement d’Entreprises PENTA-DAIHO Joint Venture avec la supervision du Groupement de Consultants OCG-ECOH Corporation.

La forme tout à fait inhabituelle de ce bloc de protection est le fruit d’une expertise mondialement reconnue dans la construction d’infrastructure maritime. Les chercheurs, ingénieurs, techniciens et experts, ont abouti à cette forme pour une meilleure protection des installations portuaires et à une préservation optimale de l’environnement marin.

A travers cette cérémonie, la SPAT et les entreprises responsables des travaux démontreront publiquement leur souci constant pour la fiabilité, l’efficacité, la technicité, l’expertise, et tout cela, au profit d’un développement durable, et via une réponse appropriée à la préservation de l’environnement.

Pour rappel, les travaux pour la première phase du projet ont officiellement débuté en avril 2018. Les passations de marchés pour la deuxième phase sont en cours, et dont les offres techniques sont attendus en septembre 2019. La réalisation totale du projet est attendue en 2026.

Madagascar Tribune0 partages

Education : refermeture des écoles

Un grand ouf de soulagement pour les parents et les élèves. Tous les établissements scolaires dans la région Analamanga vont refermer leurs portes à compter de ce jour suite à la décision des autorités d’un retour au confinement total. Les élèves devant passer les examens nationaux ne pourront plus retourner en classe pour des cours en présentiel.

La semaine dernière, des parents des élèves inquiets par la recrudescence des cas de contaminations dans la capitale avaient déjà réclamé l’arrêt des cours et la fermetures des écoles. Cette mesure est ainsi saluée par de nombreux parents. « C’est une bonne et sage décision », se réjouit un parent d’élève hier en entendant la déclaration officielle.

Le calendrier des examens nationaux tant attendu n’est toutefois pas encore annoncé. Les dates seront communiquées sous peu, rassure Lalatiana Andriantongarivo, porte-parole du gouvernement hier lors de sa prise de parole à la télévision. « Nous estimons qu’après ces 15 jours de suspension des cours, toutes les dispositions concernant les examens officiels seront prises pour apaiser les inquiétudes des parents d’élèves sur l’avenir de leurs enfants », poursuit-t-elle.

Madagascar Tribune0 partages

Le Système anti-corruption monte au créneau

A la suite des polémiques sur l’adoption de la loi modifiant certaines dispositions du tribunal spécial pour les affaires de corruption ou Pôle Anti-Corruption (PAC) au niveau de l’Assemblée nationale, le système Anti-Corruption (SAC) composé du Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), du Service de renseignement financier de Madagascar (Samifin) et du PAC monte au créneau.

Dans un communiqué diffusé dimanche, le SAC précise qu’il « était présent lors des délibérations des deux chambres » concernant cette proposition de loi et « se félicite du temps donné à l’approfondissement des questions et des problématiques soulevées lors des débats ». L’Assemblée nationale l’a adoptée le jeudi 2 juillet, mais le Sénat a décidé de renvoyer l’examen des textes à la prochaine session parlementaire à l’issue de la réunion du vendredi 3 juillet.

Le SAC révèle dans son communiqué que « Les question soulevées lors des débats au parlement méritent d’être intégrées dans les discussions sur les éventuelles améliorations à apporter au cadre juridique et institutionnelle de la lutte contre la corruption » dans le pays. Par ailleurs, il indique que les changements majeurs proposés par la chambre basse portent notamment sur « le retrait des infractions économiques et financières de la compétence du PAC », « la suppression de la confiscation des avoirs illicites avant condamnation » et « la réduction du mandat du coordonnateur national et des magistrats ».

« Ces trois points cruciaux méritent une compréhension partagée entre tous les acteurs nationaux », estime le SAC. Il considère par ailleurs que « La période qui s’ouvre jusqu’à la prochaine session parlementaire sera mise à profit pour engager le dialogue avec le gouvernement et le parlement afin que la portée de telles modifications soit bien mesurée ».

Le SAC rappelle par ailleurs que le PAC est prévu se déployer dans les six provinces mais depuis juin 2018, seul le PAC d’Antananarivo fonctionne. Dans son communiqué, il indique aussi que « le CSI pilote une étude de revue à mi-parcours de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, et les ateliers de validation prévus pour le mois d’avril ont dû être reportés en raison de la crise sanitaire ».

Madagascar Tribune0 partages

Confinement : les mesures de circulation durcissent

Mesures plus strictes. Aucune autorisation spéciale de circulation n’est plus valable dans la région Analamanga. Les anciennes autorisations délivrées lors du premier confinement total ne pourront plus ainsi être utilisées. Au mois 500 militaires sont déployés pour faire respecter les mesures de confinement dans les quartiers.

Les transports en commun, les bus urbains et suburbains sont interdits de circulation et seuls les taxis peuvent circuler. Les voitures particulières de transport d’employés et agents publics qui exercent des services essentiels peuvent circuler. Les occupants des voitures, limités à deux personnes par banquette, doivent toutefois se munir de pièces d’identité justifiant leur métiers. Les véhicules des particuliers qui assurent leur ravitaillement personnel seront également autorisés à circuler avant midi. Les véhicules à deux roues, moto ou vélo ne peuvent transporter qu’une seule personne.

Les taxi-villes peuvent circuler 24h/24 mais à partir de 14 heures ils ne peuvent assurer que les services d’urgence. Le transport des malades et l’achat de médicaments sont principalement considérés comme motifs de déplacement d’urgence.

Les camions transportant des marchandises sur l’axe de la route nationale numéro 2 (RN2) ne doivent avoir que deux personnes à bord, un chauffeur et son aide. Les camions circulant dans les autre axes de la région Analamanga peuvent transporter trois personnes, un chauffeur, un aide et un convoyeur. Les camions sont autorisés à circuler entre 14 heures et 20 heures, début du couvre-feu. Les dépouilles mortelles ne peuvent plus entrer et sortir de la région. L’évacuation sanitaire terrestre est autorisée si le malade est muni d’un certificat médical délivré par des médecins fonctionnaires d’Etat.

Par ailleurs, les transports aériens restent suspendus, à l’exception des vols spéciaux d’évacuation sanitaire ou de rapatriement de ressortissants étrangers, de transport de marchandises par avion cargo. Leur décollage et atterrissage doivent cependant s’effectuer avant 10 heures du matin.

L'express de Madagascar0 partages

Midongy du Sud – L’insécurité perturbe la scolarisation

Les résultats de l’examen du CEPE par circonscription scolaire, classent celle de Midongy Atsimo à la dernière place. L’insécurité y déstabilise même la scolarisation.

Le grand oublié de l’État. Le taux de réussite à l’examen du CEPE est déplorable pour la circonscription scolaire (Cisco) de Midongy du Sud, de la région Atsimo Atsinanana. Seuls 13,16 % de ses candidats ont réussi à cet examen. Elle se trouve au 114e rang sur les cent quatorze Cisco, selon le classement du taux de réussite par Cisco, établi par le ministère de l’Éducation nationale (MEN) et affiché dans sa page Facebook, mardi.« Le résultat a encore baissé cette année, pour Midongy du Sud. Ceci s’explique par l’insécurité qui règne dans ce district. Des enseignants fuient leur lieu de travail à cause des actes de banditisme. Pour la même raison, les parents refusent d’envoyer leurs enfants à l’école », explique Serge Thierry Tsitoara, directeur de la Technologie de l’information et de la communication (DTIC) au sein du MEN.L’insécurité perturbe complétement la scolarisation dans cette Cisco, notamment dans les milieux ruraux. « Il n’y a pas classe la majorité du temps. Les « Dahalo » y font leur loi. Quand ils disent, nous voulons ça, personne n’ose s’y opposer. Comme si l’État n’existe pas », détaille Marcellin Rajoely, coordinateur du syndicat des enseignants ou Sempama Nosy, dans la région d’Atsimo Andrefana.

En otageCes malfaiteurs iraient jusqu’à bafouer au plus profond le droit de ces enfants, en les exposant à la mort. Ils les prennent en otage, selon la confirmation de cet enseignant et d’autres autorités dans la région d’Atsimo Atsinanana. « Ils emmènent des enfants avec eux, après avoir accompli un acte de banditisme. Ils les utilisent pour ne pas se faire arrêter », renchérit Marcellin Rajoely.Les villageois font appel aux autorités pour remettre de l’ordre dans cette anarchie. L’intervention du gouvernement est sollicitée. Du côté du MEN, des cours de rattrapage vont être renforcés, pour l’année scolaire suivante, selon Serge Thierry Tsitoara.

Classement des Cisco au CEPE

La Cisco de Tsihombe affiche un taux de réussite de 16,57 %. Il se place à l’avant dernier rang du classement du MEN. Dans cette Cisco, l’insécurité alimentaire est un facteur handicapant pour les élèves. La Cisco de Tanà-ville est à la 72e place, avec un taux de réussite de 56,26 %. Sainte Marie remporte la première place, avec un taux de réussite de92,70 %. Elle est suivie de près par Antsiranana I, qui enregistre un taux de 92,57 % et Amboasary Sud, qui affiche un résultat de 86,58 %. Les sujets d’examen ont été différents pour les six ex-provinces de Madagascar.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimandroso – Un minibus tombé du pont fait quatre blessés 

Un minibus, taxi-brousse venant de Fianarantsoa  s’est  renversé dans la rivière après une sortie de route à Ambohimandroso, hier à 3h30 du matin. Quatre personnes dont un enfant ont été grièvement blessées. Les victimes ont été transportées à un hôpital à proximité avant d’être envoyées à Ambatolampy pour examen radiologique. « On ne craint pas pour leur vie », a indiqué un médecin. « Le chauffeur a somnolé et il a ensuite perdu le contrôle de sa voiture. Il a percuté la protection métallique du pont avant de tomber en contrebas », a signalé un passager. Ce taxi-brousse, arrivé à peine à Fianarantsoa, reprenait auusitôt la routr d’ Antananarivo. Arrivé tard à Antsirabe il n’a plus pu rejoindre le convoi, selon les informations recueillies.La Toyota est entièrement détruite. Les bagages se sont détachés de la galerie et se sont éparpillés sur les fanges. « Heureusement, le niveau des eaux de la rivière est bas et il n’y a que de la boue», a expliqué un témoin.  Le chauffeur a été amené à la gendarmerie pour enquête. Les autres passagers ont été transbordés dans un taxi-brousse d’Antsirabe.

H. L.

L'express de Madagascar0 partages

« Les enfants du levant » – Hervé Mazelin parachève les décors

Le scénographiste Hervé Mazelin, réalise les décors de l’opéra pour enfants, « Les enfants du levant ». Une pièce qui lui tient à cœur et à laquelle il a mis tout son talent

Une personnalité artistique émérite dans le milieu de l’art vivant autant à travers les îles de l’océan Indien que dans l’Hexagone. Hervé Mazelin est actuellement à pied d’œuvre dans la réalisation des décors inédits de la pièce d’opéra « Les enfants du levant ». Cette œuvre égayera l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely, le temps de deux représentations, le 7 et 8 juillet, respectivement à 19 heures et à 15h30.

Ce week-end, le public aura le privilège d’apprécier la créativité d’Hervé Mazelin resplendira à travers la scénographie et les lumières concoctées par ses soins pour la pièce. « J’ai réalisé les plans des éléments du décor de cette opéra, en mettant en valeur une certaine identité malgache. Et même si elle est adaptée d’une pièce francophone, cette adaptation s’affirme comme étant 100 % malgache à travers cette équipe avec qui je collabore », affirme Hervé Mazelin.

Affichant une fierté et un attachement particulier pour la culture des îles, notamment la Grande île qui lui est familier, Hervé Mazelin est un passionné de littérature et des arts vivants. S’imprégnant à la fois du roman de Claude Gritti dont l’opéra est adapté, il enrichit ses inspirations avec des échanges et des rencontres qu’il a faits avec les jeunes acteurs qui joueront la pièce.

Fidèle et authentique

De même, qu’il prône activement l’authenticité, la générosité et l’entraide via ses créations. Durant la réalisation de ses décors pour « Les enfants du levant », il s’est entouré des jeunes du Lycée technique professionnel du génie civil Mahamasina (LTPGCM). Des pièces uniques issues de l’imaginaire de ce scénographiste, quasiment travaillées, voire sculptées à même leurs matériaux, sont ainsi à découvrir durant les présentations de la pièce, ce week-end, à l’IFM Analakely. Un savant mélange entre la France du XIXe siècle et l’univers des enfants de rue de la Grande île s’exposera à l’occasion aux spectateurs, durant les deux représentations.

Hervé Mazelin de souligner « Il faut inventer, pour chaque pièce, une identité propre à elle-même. Les décors contribuent autant à enrichir la pièce que la narration et les personnages misent en avant, surtout pour une pièce d’opéra de cette envergure ». Cette pièce rentre dans la continuité d’une série d’adaptations d’opéra à laquelle il a déjà participé à Madagascar. Il a déjà contribué à la scénographie de l’opéra franco-malgache « Maraina » de Jean-Louis Trulès et Emmanuel Genvrin du Théâtre Vollard en 2007. Puis il a rejoint l’acteur et metteur en scène François Bagur en 2012 pour l’adaptation de l’opéra « Carmen » de Georges Bizet à Madagascar. « La Grande île regorge de talents. Cela m’inspire beaucoup et j’espère pouvoir la découvrir de long en large le temps d’une grande tournée par exemple », conclut le scénographiste.

Un homme d’expérience

Né en 1956 en France à Caen dans le Calvados, Hervé Mazelin est fort d’une formation au Théâtre universitaire de Caen. Il rejoint par la suite l’auteur Emmanuel Genvrin au début des années 90 et collabore étroitement avec le Théâtre Vollard à l’île de la Réunion. Chargé de la scénographie et des lumières dans lesquelles il excelle particulièrement, il continuera à développer son travail à Paris et en province en réalisant une soixantaine de décors pour la scène de l’art vivant international. Avec plus de 40 ans de carrière autant sur scène que dehors, Hervé Mazelin est fier de retrouver Madagascar qui reste une terre d’accueil artistique pour lui. Pour cette adaptation de la pièce « Les enfants du levant », il collabore avec François Bagur et Christiane Ramanantsoa qui sont à la mise en scène.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Jeux corporatifs – La version 2017 à Vontovorona

En collaboration avec la Caisse nationale pour la prévoyance sociale, les Jeux corporatifs d’Antananarivo organisés depuis deux ans par Clément Rabary Orga­nisation, seront abrités cette année par le complexe sportif de Vontovorona.La version 2017, la quatorzième du genre se déroulera les 26 et 27 août sur des sites de compétitions aux normes internationales. Sept disciplines seront au programme dont celle intégrée cette année sera l’athlétisme. L’organisateur a choisi l’épreu­ve de relais 4x100m et chaque équipe devrait aligner chacune une femme comme deuxième relayeuse.Se réunir et passer un week-end sportif de détente dans un tel complexe sera une source de motivation pour les employés des sociétés engagées. Les matches de football à sept se joueront sur le terrain synthétique. Ceux du tennis pour sa part sur courts à surface rapide.Comme d’habitude, les concurrents en tennis seront répartis en trois catégories entre autres les moins de 45 et ceux de plus de 45 ans chez les hommes et catégorie unique, l’open pour les dames. Les autres sports collectifs, le basket-ball et le volley-ball mixte se dérouleront dans le gymnase couvert d’une capacité de huit mille personnes.Pour l’athlétisme, les courses se tiendront sur la piste en tartan. Et les deux autres disciplines restantes sont la pétanque triplette hommes et doublette dames, et sans oublier la belote, qui attirent le plus de participants à chaque édition des jeux corporatifs.Les employés des entreprises participantes pourront y venir en famille car il y aura d’autres activités et animations pour les grands et les petits. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 24 août, et le droit de participation par société a été fixé à 500 000 ariary.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Amparafaravola – Taux de réussites élevés au CEPE

Pour la deuxième fois consécutive, cette circonscription scolaire sur les cinq de la région Alaotra-Mangoro, mène aux résultats du premier examen officiel.

 Encore championne. Sur les cinq circonscriptions scolaires (Cisco) qui constituent la direction régionale de l’éducation nationale (DREN) d’Alaotra-Mangoro, Amparafaravola est encore en tête pour son taux de réussite aux examens de Certificat d’études primaires élémentaires ou CEPE. Cette année, elle engrange 85,11% d’admis, soit 6 196 sur les 7 281 présents à la session. Un résultat qui enregistre 13,85% de hausse par rapport à celui de l’année passée, 71,25% d’admis.

Sans exclure aucune partie de l’ensemble de la région, la DREN d’Alaotra-Mangoro ne souffre donc pas du pire résultat au CEPE cette année, contrairement à d’autres localités où, en général, les taux de réussite ont diminué. En effet, une hausse de 15,89% est constatée en se référant aux chiffres mentionnés dans la statistique régionale de la zone, soit 78,87% d’admis contre 62,98% rn 2016. En ce qui concerne les absences, l’on a constaté une légère diminution, 0,38%

Par ailleurs, la Cisco d’Ambatondrazaka, chef-lieu de la région, classée troisième après Moramanga aussi bien cette année qu’en 2016, ferme le rang au classement général. Celui-ci porte sur la hausse des résultats obtenus par les cinq circonscriptions scolaires, entre les deux dernières années scolaires. Anosibe An’Ala, engrange la plus forte augmentation avec 33,03%. Andilamena arrive à la deuxième place avec 21,58% de progrès, et Moramanga obtient 15,66% d’amélioration. Avec  13,85%, Amparafaravola devance Ambatondrazaka qui affiche 13,21%.

Sous un autre angle, la Cisco d’Ambatondrazaka est pourtant la première en nombre d’admis, 6 660 sur les 8 590 présents à la session, et se retrouve également à la tête des cinq en ce qui concerne le nombre des inscrits et le nombre d’absents, respectivement 8 908 et 318, cette année.

En général, le premier examen officiel de l’année s’est déroulé sans aucun incident majeur sur toute l’étendue de la DREN d’Alaotra-Mangoro malgré l’« indolence », dirait-on, de certains « partenaires » dans la tenue et le bon déroulement des épreuves.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Bande dessinée – Ultime hommage à Ra-Lery

Le regard rempli de tristesse, le visage terne et assombri par la disparition soudaine de leur camarade. Ils étaient nombreux à avoir raccompagné pour la dernière fois Ra-Lery à sa dernière demeure, hier. Un dessinateur, bédéiste et caricaturiste de presse de talent, à l’humour convivial et chaleureux, Ra-Lery de son vrai nom Jean Marcel Randriamaherisoamanitrarivo laisse orphelin la communauté du 9e art. Férus de bande dessinée, mais également personnalités du monde de la presse et des médias, ont tenu à rendre un vibrant hommage à Ra-Lery ou « Razokimalala », dit le grand frère.

Gerard Rakotonirina, président de l’Ordre des journalistes de Madagascar d’affirmer « Aussi humble et modeste soit il, il reste un artiste à part dont la bonne humeur nous manquera à tous ». De même, toute la communauté des bédéistes de la ville des Mille a mis un point d’honneur à rejoindre Manahy à Ilafy là où Ra-Lery a été ramené. « On se rappellera toujours de ton sourire et de cet esprit festif qui t’animait, vieux frère. On perpétuera toujours avec passion cet art que tu affectionnais tant », souligne le bédéiste Farahaingo, les larmes aux yeux.

Pas de chichis ni trop de discours larmoyants, les derniers au-revoir avec Ra-Lery s’est pleinement déroulé dans la fraternité la plus totale. Au-delà du manque qui se faisait désormais ressentir auprès des bédéistes, Ra-Lery a su rassembler pour une dernière fois ses camarades comme il l’aurait aimé. Bienveillant et généreux, Razokimalala s’en est allé dessiner à sa manière les cieux.

 

L'express de Madagascar0 partages

Southern Peak Trail de Maurice – Vola Rasoambolanoro sur la deuxième marche

Bel exploit à sa première sortie internationale. La championne du semi de l’Ultra Trail des Ô Plateaux long de 65km, Volatiana Vola Rasoambolanoro termine deuxième de la catégorie seniors dames à Maurice.Cette ancienne athlète d’Ampatsakana, spécialiste en course de demi-fond, a bou­clé les 42km de l’Heritage Southern Peak Trail ce dimanche en 4 heures 50 minutes et 3 secondes. Elle a fini treizième au classement général.La Française, Claire Ledelec se hisse sur la plus haute marche du podium avec un chrono de 4 heures 24 minutes 50 secondes. Le champion national de cross country en 2016, marathon international de Tanà en 2015, semi-marathon en 2014, Jean de la Croix Rakoto­malala, n’a pu faire mieux que la huitième place au général.Le champion en titre de l’UTOP semi a effectué la distance en 4 heures 17 minutes 47 secondes. La première place revient au Français, Cédric Fleureton qui a bouclé les 42km en 3 heures 25 minutes 54 secondes. Cette version 2017 du trail de l’île Maurice a réuni quarante cinq participants, toutes catégories confondues.Grâce à son résultat , finissant en deuxième position chez les dames, Lova Volatiana est invitée à deux autres courses de montagne dans la région, ce deuxième semestre. Elle devrait se préparer dès maintenant pour le prochain trail de 35km en septembre à la Réunion. À deux mois d’intervalle, l’autre trail aura lieu à Rodrigues en novembre et sera long de 44km.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un centre d’accueil pour les femmes et les enfants

Un centre d’accueil et de soins pour les femmes est mis en place à Ankalika dans l’enceinte du centre professionnel des Salines par l’ONG Bel Avenir. L’inauguration a été effectuée le 11 juin.  Le projet vise à promouvoir l’autonomisation de la femme et la lutte contre la malnutrition maternelle et infantile à travers l’éducation, comme moteur de développement. Le centre améliorera les capacités sanitaires, éducatives et professio-nnelles de la femme.

L'express de Madagascar0 partages

Une voiture en flammes

Hier vers 16h30, près d’une station service à Antanimena, une voiture a pris feu. Les flammes se dégageant depuis le moteur du véhicule ont été rapidement maîtrisées. L’incendie n’a fait aucune victime.Une enquête est ouverte.

L'express de Madagascar0 partages

Nomination d’un ambassadeur

Le conseil des ministres d’hier, a nommé le professeur Alain Tehindra­zanarivelo, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Madagascar, en Éthiopie. Il sera, également, le représentant permanent de Madagascar, auprès de l’Union africaine (UA) et de la Com­mission économique de pour l’Afrique (CEA). Il s’agit de la première nomination d’ambassadeur depuis le début du quinquennat du Président Hery Rajaonarimampianina.

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Analamanga – Bataille rangée en quarts

Le championnat d’Anala­manga, première division masculine et celle féminine, procédera aux quarts de finale ce week-end. Huit matches seront au programme au gymnase couvert d’Ankorondrano ce samedi, quatre des dames dans la matinée et quatre des hommes l’après-midi.Le coup d’envoi de la première rencontre est prévu à 7 heures. En ouverture, l‘équipe leader du classement au terme des éliminatoires à poule unique chez les dames, VBC Diamant, sera opposée à la deuxième formation de l’Akany Samba­tra Itaosy, classée huitième.En deuxième heure, aura lieu la rencontre entre JMVB, deuxième au classement contre AFA Ambohimanoro, septième. Et les deux derniers quarts chez les dames seront le choc entre AMVB Mandroseza, en troisième position face à VBCD 2, sixième. Le dernier match sera le duel BIAS contre ASI1, respectivement quatrième et cinquième. Les quarts chez les hommes s’étaleront dans l’après-midi jusqu’à sûrement tard le soir.Le premier quart en ou­verture, opposera la Gendar­merie nationale, championne en titre et leader à l’issue des éliminatoires au MVBC Manjakamiadana, huitième du classement. Les militaires, qui occupent la deuxième place, retrouveront ensuite RVB, septième du classement.Les deux derniers matches de la soirée seront le choc entre VBCD, troisième place contre JSA sixième, puis le duel entre Voara classé quatrième et Akany Sambatra Itaosy, cinquième. Les demi-finalistes seront donc connus ce samedi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Parti TIM – Les partisans d’Antsirabe s’organisent

Autorisation refusée non acceptée. Malgré la demande de la préfecture d’Antananarivo de reporter à une date ultérieure le quinzième anniversaire  du Tiako i Madagasikara (TIM), ses dirigeants poursuivent l’organisation de l’évènement prévu pour samedi. Les partisans de Marc Ravalomanana dans le district d’Antsirabe I sont en pleins préparatifs de leur participation.

De nombreuses animations et sensibilisations sont menées depuis mercredi, par voie de presse,  dans le fief de l’ancien chef de l’État. Outre le système du bouche-à-oreille, les leaders du parti finalisent actuellement l’organisation, notamment par l’inscription de tous les membres et partisans du parti qui assisteront à la manifestation de Mahamasina. Cinq véhicules de marque Mercedes Sprinter sont déjà réservés par les leaders d’Antsirabe I, selon nos sources. Ils quitteront Antsirabe très tôt samedi  pour pouvoir participer à toutes les festivités qui débuteront par un culte œcuménique et qui seront suivis d’un grand spectacle.

« Quoiqu’il advienne, les membres du TIM, comme l’a déjà confirmé son président national, tiennent à cette célébration et nous nous engageons à veiller sur la sécurité et le maintien de ll’ordre », martèle Nicolas Patrick  Rakotondrasoa, président du parti à Antsirabe, dans son intervention sur une station de  radio locale.

Angola Ny Avo

 

L'express de Madagascar0 partages

Grève à Ankatso

Les étudiants des cités universitaires ont arrêté leur grève, hier, à cause de l’examen. D’après ces étudiants, ils attendent la convocation au conseil de discipline (Codis) qui est prévue se dérouler demain. Et en fonction de ce qui va se passer pendant cette journée, ils continueront ou non la grève. Une vingtaine d’étudiants ont été convoqués pour avoir mené des manifestations à Ankatso, selon le Centre régional des œuvres universitaires d’Antananarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Un soldat de première classe recherché

Des avis de recherches contre un soldat impliqué dans un hold-up survenu à Sabotsy Namehana, jeudi 15 juin ont été lancés hier.  Il s’est fait déjà arrêter une fois, mais il s’est évadé lors de sa garde à vue. Un adjudant, un inspecteur de police et deux sergents-chefs, ses complices sont déjà incarcérés à Antanimora.

L'express de Madagascar0 partages

Une vague de désignations

Outre la nomination d’un ambassadeur, le conseil des ministres d’hier, a également, procédé à la nomination d’une kyrielle de directeurs auprès du ministère des Affaires étrangères et du secrétariat d’État auprès du ministère des Affaires étrangères, chargé de la coopération et du développement. En tout, treize nouveaux directeurs prendront incessamment leur fonction au sein de deux départements, à savoir dix, pour le compte du ministère et trois pour celui du secrétariat d’État.

L'express de Madagascar0 partages

Vol avec effraction à Mahamasina

Un homme présumé complice d’un cambrioleur s’est fait arrêter par la police du cinquième arrondissement, Mahamasina hier matin. Un maçon, l’auteur présumé du cambriolage a disparu. Ce dernier aurait profité de l’absence du propriétaire de la maison pour voler, selon la police.

Midi Madagasikara0 partages

Lehilahy hita faty : “Very nandritra ny ‘autopsie’ny taova”, hoy ny fianakaviany

Lasa maivana kely ilay razana rehefa nentin’ny fianakaviany nody tany an-tanànany. Izay no nanintona ny sain’izy ireo nanala ny zaitra maro tamin’ny vatan’ilay rangahy. Rehefa nozahan’ireo, raha araka ny fanazavany, dia nisy taova nesorina tao amin’ny vatana mangatsiakan’ilay rangahy. Toy izao ny zava-nitranga : hita faty tetsy amin’ny toerana fantatry ny maro hoe Paraky, eo Soanierana raha ny marimarina kokoa, ny lehilahy iray izay voalaza fa mpivarotra menak’osy no asany. Avy any amin’ny faritr’Androy izy io ary niakatra teto an-drenivohitra noho ny fitadiavana. Ny sabotsy lasa teo no nisy nahita nitsidrahaka tao anaty rano ilay razana ary nisy dian-dratra kely teo amin’ny tarehiny. Rehefa vita ny fitsirihan’ny mpitandro ny filaminana sy ny dokotera dia nentina avy hatrany tany amin’ny tranom-paty ny razana. Mbola tsy nahafantatra na inona na inona aloha ny fianakaviana hatreto, raha araka ny filazany. Rehefa henon’izy ireo ny zava-nitranga dia tonga naka ny razana tao amin’ny hopitaly voalaza izy ireo. Teo no nahatsikaritra fa nisy “autopsie” natao tamin’ny havany. Marik’izany ny dian-jaitra maro tamin’ilay vatana mangatsiaka. Koa satria mbola tsy nanahy na inona na inona teo dia nentin’izy ireo nody ny razana rehefa vita ny taratasy rehetra ahafahana mitatitra an’izany. Teny an-dàlana no nanomboka nipetraka ny ahiahy satria maivana kely ilay faty. Rehefa tonga tany amin’ny trano hiandrasana ny razana dia nanapa-kevitra ny fianakaviana ny hamaha ny zaitra. Teo no nahatsikaritra izy ireo fa tsy nisy taova intsony tao anatin’ilay olona 35 taona. Nanazava hatrany ireo olona fa tsy nampahafantarina azy ireo akory na ny fisian’ny “autopsie” aza, isan’ny mifanohitra amin’ny fomba anefa amin’izy ireo ny fikitikitihana ny razana izany, indrindra raha tsy nisy ny faneken’ny fianakaviana. Ny teo anivon’ny hopitaly indray, avy amin’ny tale teknika lefitra, dia nanazava fa tsy nisy fangalàna taova izany. Naverina amin’ny toerany avokoa ny taova izay nozahana rehefa vita ny “autopsie”. Manaraka izany, raha araka io fanazavana io hatrany, dia ny fitsaràna no manome alàlana ny amin’ny hanaovana izany fitsirihana taovan’olombelona izany, ka tsy voatery miandry ny hevitry ny fianakaviana. Milaza ny tsy hanaiky ny fianakavian’ilay olona.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Mpitandro filaminana namelaka tehamaina olona, raikitra ny sakoroka

Saika nahitana fifandonana mahery vaika teo amin’ny mpitandro ny filaminana sy ireo vahoaka vory  tetsy Avaradrova Ambatondrazaka ny harivan’ny faha 03  jolay 2017 tokony tamin’ny 5ora latsaka. Mpitandro ny filaminana manao ny fitandrona ny filaminana eny amin’ny lalana no nanakana mpitondra môtô iray tsy nanao aro-loha (casque),tsy nijanona itsy farany  fa avy hatrany dia nirihotra, ka nandeha lavi-davitra izy vao nisy niteny hoe » miverena fa voasakana ianao teo » , ary dia  niverina ilay tovolahy ka nijanona teo afovoan’ny arabe , akaikin’ny mpitandro ny filaminana, nitaky ny antontan-taratasin’ny môtô ireo mpitandro ny filaminana hoy ny fanazavana  anefa tsy namoaka ity tovolahy ity ,raikitra ny fifamaliana ka voalaza  fa voatefaky ny mpitandro ny filaminana ilay tovolahy. Izay fihetsika rehetra teo izay no nahavory ireo vahoaka nanatrika ka saika nahatonga ny halahelon’izy ireo teo amin’ireo mpitandro ny filaminana nanao ny asa fitandroana ny filaminana raha tsy nalaky tonga ny mpitandro ny filaminana naman’iretsy farany nanampy azy ireo . Nentina teny amin’ny biraon’ny zandary ilay tovolahy sy ny môtô , izay voalaza fa vokatry ny olana nanaovana fanadihadiana. Nanambara ny lehiben’ny  kaompanian’Ambatondrazaka  raha nihaona tamin’ny mpanao gazety fa mirongatra ny tsy fanajana ny lalànan’ny fifamoivoizana eto Ambatondrazaka  satria nahatratra 5 izao ny olona matin’ny moto tamin’ity taona 2017 ity  nohon’ny tsy fanaovana aro-loha sy ny tsy fanajana ny  lalàn’ny fifamoivoizana  ka tsimaintsy mandray fepetra izy ireo na eny ambanivohitra izany na eny andrenivohitra ,izay nambara ihany fa natao ho an’ny rehetra ny lalàna ary tsimaintsy hampiarina  raha misy mandika  izany .Saika nahitana fanaovana aro-loha avokoa ireo mpitondra moto teto amin’ny renivohitr’Ambatondrazaka  ny ampitson’io ary samy mitandrina

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Ceni : Un mois de renforcement de capacités des démembrements

Ce mois de juillet est un mois propice pour la Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) et pour ses démembrements. En effet, ces derniers, répartis dans les six provinces auront l’occasion d’étoffer leur savoir-faire en matière électorale grâce aux séries d’ateliers de renforcement de capacités dispensés par le bureau permanent et le personnel technique de la Ceni. Pour la première semaine de ce mois, soit du 3 au 8 juillet, 127 participants des Régions Analamanga, Vakinankaratra, Menabe et Melaky bénéficient de cet atelier de renforcement de capacité à l’Hôtel des Thermes  Antsirabe. Les autres régions y passeront leur tour, toujours, au courant de ce mois. D’après les informations qui nous sont parvenues, « la mise à jour des informations sur la liste électorale, la révision annuelle de la liste électorale, l’administration des bureaux de vote et la gestion financière » sont les principales thématiques autour desquelles s’oriente l’atelier. Le but étant – toujours d’après les explications reçues – « de professionnaliser et d’opérationnaliser les démembrements afin de renforcer et de développer leurs compétences et technicités en matière électorale », en amont, et « de faire en sorte que les prochaines échéances puissent se préparer et se dérouler dans un environnement apaisé », en aval. L’ouverture de cet atelier à l’Hôtel des Thermes Antsirabe a été honorée par le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, et la représentante résidente du PNUD, Violet Kakyomia, tous deux réaffirmant leur engagement d’organiser des élections libres, justes, transparentes et crédibles.

Aina  Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Société civile : Une proposition de règlement de sortie de crise

Malgré la signature de la Feuille de Route de sortie de crise en 2011, et l’organisation d’élections présidentielles et législatives en 2013 aboutissant à la mise en place de l’actuelle  quatrième République, force est de reconnaître que Madagascar subit toujours les séquelles de la crise de 2009 et de la transition. Actuellement, à l’aube de nouvelles échéances électorales, la société civile, avance une « proposition de règlement de sortie de la crise malgache » qui s’appuiera exactement sur la diplomatie et la réconciliation nationale. « Toute crise, même les plus intenses, trouve sa solution et dans la diplomatie et dans la politique », soutient Bakoly Andrianady de l’OSCAR (Organisation de la Société Civile en Action pour la Refondation). Elle estime qu’il faut passer par le dialogue qui est « une priorité absolue » pour reprendre ses termes. « Il faut donner la possibilité aux principaux acteurs et à toutes les parties prenantes – surtout les plus vulnérables et marginalisés de faire mieux entendre leurs voix et de faire en sorte que leurs points de vue soient pris en compte dans les décisions relatives à la politique et aux programmes gouvernementaux », poursuit-elle. Comment ? Au moyen de la Réconciliation nationale.

Stabilité et développement. Actuellement, le comité de sélection des membres du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) reçoit toujours la candidature de ceux qui sont intéressés. Puis, il est chargé, une fois composé, de mener le processus de réconciliation nationale. Sur ce point, l’OSCAR estime que justement il « ne doit pas être considéré isolement. Il doit s’inscrire dans un contexte le plus large de la recherche de paix, de stabilité et du développement avec un accent spécial sur la relance des activités socioéconomiques ». Pour ce faire, « la diplomatie est l’un des moyens de cette stratégie permettant d’identifier rapidement et de prévenir les risques d’affrontement majeur et de l’escalade des menaces aux Droits de l’Homme », soutient Bakoly Andrianady. Par ailleurs, elle souhaite que le concept de souveraineté ne soit pas utilisé comme une « circonstance exonératoire permettant d’écarter les engagements souscrits dans la Feuille De Route du 16 septembre 2011 devenue Loi nationale ». Elle exige également l’implication de la société civile dans ce processus de sortie de crise qui requiert  plus de «célérité, d’impartialité, d’efficacité et une meilleure coordination dans ses actions afin de créer une atmosphère favorable à la tenue d’élections démocratiques en 2018 » de la part du gouvernement.

Aina Bovel