Les actualités à Madagascar du Vendredi 06 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara16 partages

Infrastructures routières : Nouvelles normes pour une résistance aux aléas naturels extrêmes 

Atelier de validation des normes pour des infrastructures routières résistantes aux inondations et aux phénomènes géologiques à Madagascar, au Carlton Anosy.

Madagascar enregistre une perte annuelle de 100 millions USD, soit plus de 365 milliards d’ariary, à cause des risques naturels, des cyclones et inondations. Ces aléas ont de graves impacts sur les infrastructures. Les routes sont les plus touchées.

Les infrastructures doivent désormais être durables et de bonne qualité, selon le ministère de l’Aménagement et des travaux publics. Hier s’est tenu l’atelier de validation des normes  pour des infrastructures routières résistantes aux inondations et aux phénomènes géologiques à Madagascar (NIRIPG). Les saisons des pluies ont permis de comprendre que nos réseaux routiers sont très vulnérables aux inondations et aux phénomènes géologiques. « Certains réseaux de transport sont précaires et ont été construits sans tenir compte des risques liés aux aléas naturels comme les crues et les glissements de terrains. En outre, la plupart des infrastructures routières de la Grande île sont fragilisées par le manque d’entretien périodique ou post-catastrophe. Afin de renforcer la résilience des infrastructures routières, le pays dispose d’un Guide de protection routière contre les inondations à Madagascar (GPRCIM) , pour  fournir des prescriptions et recommandations sur les travaux routiers. La phase d’essai de cinq ans pour application de ce GPRCIM  a expiré et sa mise à jour et sa modification s’avèrent indispensables. Voilà pourquoi cet atelier a été organisé », a indiqué la Cellule de prévention et de gestion des urgences.

Durabilité. Face aux expériences passées, l’élaboration de normes NIRIPG a été initiée dans le cadre de la mise en œuvre du Programme pilote pour la résilience climatique. Selon ses promoteurs, le but de la mise en place de ces normes malgaches est d’assurer la durée de vie, d’accroître la résilience et la sûreté des infrastructures routières contre les dégâts liés aux inondations et aux phénomènes géologiques ainsi que de sécuriser les investissements réalisés dans ce secteur. Le NIRIPG fournit donc de nouvelles prescriptions et exigences purement techniques en matière de conception, de dimensionnement, de construction et de contrôle des travaux en relation directe avec les risques de crues et d’inondations sur les infrastructures routières et leurs zones d’influence directes.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Madagascar – Union Européenne : 5 contrats de plus de 10 millions d’euros pour le Sud

Confiance mutuelle entre Madagascar et l’Union européenne.

La réalisation des « Velirano » du Président de la République qui seront concrétisés dans le futur Plan Emergence Madagascar se fait également grâce au concours des bailleurs de fonds qui continuent de faire preuve de confiance par rapport à la capacité du gouvernement à mettre en oeuvre les projets.

En effet, avec un taux d’engagement de 70%, le Programme d’appui au financement de l’agriculture et aux filières inclusives dans le sud de Madagascar (Afafi-Sud) figure parmi les plus performants à Madagascar. On rappelle que ce programme est financé par l’Union européenne à hauteur de 30 millions d’euros dans le cadre du 11ème Fonds européen de développement (Fed) et cofinancé par la coopération allemande qui offre 1,5 million d’euros. Il est mis en œuvre jusqu’en avril 2024 dans les régions Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana.

Appui de proximité

Pour la mise en œuvre effective du programme, 5 contrats ont été signés hier entre le ministre de l’Economie et des finances, Richard Randriamandrato, et l’Ambassadeur de l’Union européenne Giovanni Di Giloramo ainsi que les ONG partenaires. D’une valeur totale de 10 835 062 euros, les 5 projets financés revêtent une importance particulière pour la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les régions concernées. Dans les 34 communes rurales bénéficiaires, ces projets viseront notamment à soutenir le développement agricole inclusif équitable et durable ainsi que l’amélioration de la sécurité alimentaire, de la situation nutritionnelle et de la résilience aux aléas climatiques des ménages ruraux. Les projets qui seront réalisés en partenariat avec des ONG locales et internationales se feront sous forme d’appui de proximité sur le terrain par le biais d’actions ciblées portant notamment sur l’augmentation et la diversification agricoles pour la sécurité alimentaire. Des actions seront également entreprises pour l’adaptation au changement climatique, l’accès à l’eau potable et la restauration de l’environnement.

Bonne gestion

En tant qu’ordonnateur national du Fed, le ministre de l’Economie et des finances a rappelé la détermination du gouvernement à appliquer une bonne gestion des financements, notamment de la part des départements ministériels qui assurent la réalisation directe des projets. Pour sa part, l’Ambassadeur Giovanni Di Giloramo a souligné l’importance de l’augmentation continue de la productivité, la sécurisation alimentaire et l’amélioration de la situation nutritionnelle des populations vulnérables.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Confusion au Sénat : Démission du Directeur de la Sécurité

Confusion au Sénat avec, notamment, la démission du directeur de la Sécurité.

Normalement, le poste ne devrait pas être vacant longtemps et qu’un nouveau directeur devrait être nommé d’ici peu.

Suite logique des événements de mercredi dernier, le Directeur de la sécurité du Sénat a démissionné de son poste, hier. Les raisons n’ont pas été dévoilées mais l’on sait que cette démission porte sur le contrôle des armements et des munitions au sein de l’institution de Rivo Rakotovao. Mardi dernier, un document confidentiel a filtré au sein du Sénat et a même été publié sur sa page facebook. Ce document proviendrait du Chef d’état-major général de l’armée malagasy (Cemgam) à l’endroit du Directeur de la Sécurité au sein du Sénat; cette correspondance contiendrait les directives d’une mission secrète, notamment le contrôle des armements et des munitions en vue de renouvellement. Le directeur de la Sécurité aurait cependant nié toute implication dans la fuite de ce document pour que celui-ci se retrouve sur les réseaux sociaux.

Attaque politique. Une source au courant du dossier a toutefois fait savoir que, normalement, le poste ne devrait pas être vacant longtemps et qu’un nouveau directeur devrait être nommé incessamment. Dans tous les cas, la démission du directeur de la Sécurité devrait amener au retrait de tous les gendarmes, étant donné qu’il en est le chef.  Pour rappel, le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a organisé une conférence de presse mardi dernier pour dénoncer le désarmement du Sénat et, par conséquent, une attaque politique à son endroit, en tant que membre du parti HVM. En guise de réponse, le Cemgam a fait savoir qu’il ne s’agissait pas d’un désarmement mais plutôt d’un contrôle de routine sur les armes et les munitions étant donné que le Sénat n’a jamais effectué un rapport à ce sujet. A l’issue du contrôle, le Cemgam a fait savoir que les armes affectées au Sénat n’étaient pas entreposées sur place mais à un autre endroit. Une situation particulière selon l’armée qui, actuellement, est en plein assainissement.

Andri. R 

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre les VBG : Mialy Rajoelina et l’Association Fitia ratissent la RN7

Coup d’envoi hier de la célébration de la Journée de la femme pour cette année 2020. Plusieurs festivités sont programmées à travers la Grande île. La ville de Toliara a été choisie pour accueillir la célébration officielle du 8 mars pour cette année. Le président Andry Rajoelina et son épouse, Mialy Rajoelina, sont attendus dans la Cité du Soleil samedi et dimanche prochains où plusieurs évènements figurent au programme. Depuis hier, la Première dame et son association Fitia ratissent la route nationale numéro 7 pour effectuer des actions sociales au profit des femmes et des enfants. Dans la matinée, la cérémonie de réception officielle d’une clinique mobile qui servira à prodiguer des soins gratuits et à sensibiliser les citoyens sur la lutte contre les violences basées sur le genre s’est tenue sur le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely. C’est le représentant du FNUAP à Madagascar, Serge Bounda, qui a remis le matériel à la Première dame Mialy Rajoelina. La fondatrice de l’Association Fitia a aussi donné le départ de la caravane du 8 mars qui va rejoindre Toliara. Durant la journée d’hier, la caravane a fait escale dans plusieurs villes, entre autres à Antsirabe, Ambositra et Fianarantsoa pour sensibiliser les gens sur la lutte contre les VBG. Outre l’Association Fitia, le FNUAP, la Brigade Féminine de Proximité, la Gendarmerie nationale et l’OIT ont aussi participé à la sensibilisation. Élue Ambassadrice du FNUAP pour la lutte contre les VBG, Mialy Rajoelina a pris la décision de piloter elle-même les actions. Zéro tolérance contre les VBG, tel est le mot d’ordre donné par la Première dame Mialy Rajoelina lors de son discours. Elle préconise aussi le développement des mécanismes de prévention, la sensibilisation et la prise en charge des victimes, ainsi que la facilitation de l’accès à des soins préventifs et curatifs de qualité. L’Association Fitia va poursuivre les actions sociales à Tana, mais aussi dans les autres villes de Madagascar jusqu’au 8 mars.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La CENI a organisé une conférence de presse sur la liste électorale de 2018

La CENI a affirmé, pendant une conférence de presse qu’elle comprend la réaction de la population, face à la déclaration qui a été faite à propos des numéros identiques. Par contre, elle a aussi expliqué que la plupart ont compris à tort leur révélation. Elle a donc précisé certains détails, comme le fait qu’il ne s’agissait pas de doublon mais exactement de différentes personnes possédant le même numéro de CIN.
La CENI a conclu que cela n’a, absolument, rien à avoir avec les résultats des élections. La commission voulait, dans sa révélation, parler de la désorganisation qui se passait au sein des attributions de carte d’identité nationale.
Tia Tanindranaza0 partages

Lavanila ao AndapaHovidiana 900.000 ariary ny kilao

Mankasitraka ny dingana ataon’ny fitondram-panjakana amin’ny fandraisana andraikitra amin’ny fanatsarana ny vidin’ny lavanila any an-toerana ny vahoakan’ny disitrikan’Andapa, faritra SAVA,

raha ny fanazavan’ny depiote voafidy tao an-toerana. Raha ny zava-misy dia nidina hatramin’ny 400.000 ariary ny kilao. Maro ny tantsaha sy mpandraharaha maty antoka vokatr’izany. Niezaka nidina tany an-toerana ny minisitry ny varotra ary nihaona tamin’ireo mpandraharaha. Tapaka fa hotazomina 900.000 ariary na 4.500.000 fmg ny vidiny  farany ambany ary tsy ferana ny vidiny  ambony, hoy hatrany ny fanazavan’ny depiote Jean Rabenary na depiote Thierry. Zava-doza ihany koa ny haratsian-dalana any kanefa kaominina maro no ahitana io vokatra io. Miisa 21 ny kaominina ao an-toerana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pirenena“Tsy azo hajanona ny fitoriana ny filazantsara ”

Ny 3 jona 2018 no niditra an-tsehatra teo amin’ny hira ny mpanakanto Harilanto, hoy ny rainy,

 Lalaina Ratsirahonana. Miisa 20 eo ny hirany ankehitriny saingy mbola any amin’ny volana oktobra kosa vao ho avy ny rakikira vaovao. Mikasika ny hetsika ato ho ato, ankoatr’ireo fanasan’ny fiangonana dia eo koa ny fanasan’ny komitin’ny ivontoeran’ny sinodam-paritanin’Antananarivo Andrefana ny 3 mey izao. Fitoriana ara-pilazantsara amin’ny alalan’ny hira moa ny azy ary raha hampifandraisina amin’ny raharaham-pirenena dia misy iny ny hira mitondra ny lohateny hoe “Madagasikara” iny. Ny fisehoany rehetra dia tsy maintsy miafara amin’io hira io sy fitondrana am-bavaka ho an’ny firenena. Ny toe-draharaham-pirenena no anton’io hira io ary tsy azo hajanona ny fitoriana ny filazantsara, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoriana tsy ara-potoanan’ny antenimieraFandanilaniam-poana ny volam-bahoaka

Fandaniam-bolam-panjakana sy fandaniam-potoana raha toa tsy misy ny adihevitra fa fombafomba ny fandaniana hatao eny amin’ny antenimieram-pirenena momba ireo fanapahan-kevitra

 sy lalàna noraisin’ny filoha tamin’ny alalan’ny didy hitsivolana, hoy ny depiote Fidèle Razarapiera. Anisan’ny ilan’ny vahoaka ny solombavambahoaka ny hiady hevitra momba ny lalàna sy ny fanapahan-kevitra raisina eto amin’ny firenena. Zavatra mahagaga raha anatina fivoriana tsy ara-potoana ny fandaniana raha hanao fombafomba (formalité) fotsiny, raha ny hevitr’io depiote io. Ny didy napetraky ny HCC dia amin’ny fivoriana manaraky ny antenimiera ny fandaniana. Tsy niteny hoe fivoriana ara-potoana na tsy ara-potoana. Volam-bahoaka io, izay avoaka ao anaty kitapombolam-panjakana. Iray andro ilay fombafomba dia vita. Ny vola tambiny raisin’ny depiote anefa 12 andro fa tsy iray andro. Inona no tsy niandrasana fivoriana ara-potoana handaniana volam-bahoaka fotsiny raha fombafomba fotsiny no hatao fa tsy hisy adihevitra, hoy ity solombavambahoaka lany tamin’ny anaran’ny antoko TIM sady tompon’andraikitry ny seraseran’io antoko io rahateo.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote vehivavyNitombo telo indray

Voatendry ho depioten`i Madagasikara Razafindrazalia Yvonne amin`ny lisitra tsy miankina ao amin`ny fari-pifidianana Mahabo.

Vadin`ny depiote Raveloson Ludovic ihany ny mpisolo toerana azy. Rakotomalala Dina Taratiniaina amin`ny lisitra IRD kosa ao amin`ny fari-pifidianana Fandriana izay misolo toerana an`i Rasolomampionona Hasim-pirenena. Tsiahivina, fa voatana vonjimaika any am-ponja ity farany fa ny iray hafa dia efa voaheloka ary karohin`ny fitsarana amin`izao. Noho izany, hita ny fametraham-pialana ho azy nataon`ireo depiote ireo sy ny fahabangan-toeran`izy ireo araka ny and. faha- 8 amin`ny hitsivolana mamaritra ny fiasan`ny Antenimieram-pirenena sy amin`ny and. faha- 1 amin`ny fitsipika anatiny fa manala tena ho azy ny depiote rehefa tsy manatrika ny fivoriana mandritra ny iray amin`ireo fivoriana ara-potoana roa. Araka ny fanapahan`ny HCC ihany koa, dia miverina ho depiote ny minisitry ny fanabeazam-pirenena teo aloha, Volahaingo Marie Thérèse.  Mijanona amin`ny asany ary tsy ho depiote ny mpisolo toerana azy, Ravenasy Jean Emanielson. Noho izany, mitombo telo indray ireo vehivavy depiote etsy Tsimbazaza. Mbola vitsy ny vehivavy mandray anjara mivantana amin`ny fiainam-pirenena. Ny fitantanana sy ny politika no tena hahatsapana izany. Raha tsiahivina, 15% monja ny fandraisana anjaran`ny vehivavy nandritra ny firotsahan-kofidiana solombavambahoaka teo. 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fisondrotam-bidim-piainanaEfa tena tsy zakan’ny mpanjifa intsony

Nihamafy ny fidanganam-bidim-piainana ny taona 2020 ka tokony hampiharina haingana ny lalàna fiarovana ny mpanjifa, hoy ny filoha mpiaro ny zon’ny mpanjifa, Ralita. Ilaina,

hoy izy ny fametrahana ny Masoivoho manokana ho fiarovana ny Mpanjifa satria na dia eo aza ny lalànan’ny tolotra sy tinady mety hiteraka fisondrotam-bidim-piainana dia misy mihitsy ihany koa ny fanararaotana. Mety nisy ihany koa ny fanapahan-kevitry ny fanjakana nahatonga ny fidanganam-piainana tahaka ny fampiakara ny karaman’ny mpiasam-panjakana kanefa tsy narahana aro fanina. Azo ekena raha mitaha amin’ny vidim-piainana izay misondrotra isan’andro ny fanondrotana ny karama saingy tokony hisy hatrany ny aro fanina miara-dalana amin’ireny fandraisana fanapahan-kevitra ireny mba ho tombony ho an’ny mpanjifa sy ny toekarena mihitsy. Hatreto aloha dia  ambony ary miakatra hatrany ny tahan’ny sondro-bidim-piainana nanomboka ny taona 2017 hatramin’ny faran’ny taona 2019 ary mipaka indray aty amin’ny taona vaovao izany. Tokony hotazonina ho 6% anefa izany raha ny nambaran’ny teo anivon’ny Tahirim-bola Iraisam-pirenena (FMI). Miseho tsikelikely sy miandalana amizao ny lala-mankany amin’ny fidanganam-bidim-piainana izay mihamafy hatrany. Eo ny fiakaran’ny entana ilaina andavanandro izay mampikaikaika ny Malagasy ary saika manao izay saim-pantany fotsiny ireo mpivarotra. Ilaina ny fanamafisana ny asan’ireo sampana mazava mijery manokana ny fisondrotan’ny entam-barotra hiadivana amin’ny fanararaotana. Mijaly ny mpanjifa ary andrasana ny fandraisana fanapahan-kevitra avy amin’ny fanjakana satria efa miaina tanteraka anatin’ny fisondrotam-bidim-piainana isan’andro ny Malagasy kanefa ny fahefa-mividy latsaka ambany dia ambany.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

HALATRA HERINARATRAOrinasa lehibe maro no voarohirohy

Tafiditra tanteraka anatin’ny fanarenana ny orinasa JIRAMA ny fanjakana amin’izao.

 

 Anisan’ny teikasa amin’izany ny ady atao amin’ny halatra herinaratra sy rano. Hohamafisina bebe kokoa ny fanaovana fitsirihana amin’ny alàlan’ny paikady mirindra sy ny fampiasana ny teknolojia vaovao toy ny fijerena ireo toerana amin’ny alalan’ny zana-bolana sy ny fampiasana rindram-baiko manondro toerana (géolocalisation). Efa maro ireo tra-tehaka tamin’izany na olon-tsotra na orinasa madinika sy salantsalany, eny hatramin’ny orinasa vaventy raha tsy hitanisa afa tsy ireto ohatra vitsivitsy ireto : Hôtel lehibe iray ao Nosy-Be Hellville (1miliara Ar), Hotel iray etsy Antaninandro (35tapitrisa Ar), Hotel iray hafa etsy Ambondrona (54tapitrisa Ar), orinasan-tserasera etsy Tanjombato (400tapitrisa Ar). Tsy ivelan’ny orinasa ihany ny hetsika hatao fa ny ato anatiny ihany koa. Efa maro ireo mpiasan’ny JIRAMA tratra, toy izay nitranga farany teo tany Ambositra ka nandroahana mpiasa miisa dimy ary roa hafa hafa miandry fitsarana. Misy ihany koa tranga maromaro firaisana tsikombakomba amin’ny tsy fandoavana faktiora eo amin’ny mpanjifa mpanofa trano sy mpiasan’ny JIRAMA izay miteraka olana ho an’ireo tompon-trano. Raha tsiahivina, miisa 773 ny trangana tsy fanarahan-dalana tratra tamin’ny 2019, toy ny hosoka amin’ny kaontera, fisintonana tsy mandalo kaontera, fanorenana tsy ara-dalàna misintona herinaratra na rano avy amin’ny tokantrano hafa… Miteraka fatiantoka goavana ho an’ny JIRAMA ny halatra jiro sy rano. Tsy handefitra na amin’iza na amin’iza manao izay asa mambotry ny orinasa ny mpitantana.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnjanaharyTratra ireo mpangalatra Moto sy TV Ecran Plat

Ny sabotsy 29 febroary 2020 tokony ho tamin'ny 06 ora sy sasany hariva rehefa nanao fisafoana ny polisin'ny CSP3 Antaninandro teny amin'ny faritra

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Salon des Etudes Internationales Fianarana any Etazonia sy Frantsa no tena manintona ireo tanora

Taorian’ny fanampiana ireo tanora afa-panadinana Bakalôrea maniry ny hanohy fianarana amin’ireo sekoly ambony azo antoka eto an-tanindrazana dia manampy ireo tanora maniry hanohy fianarana any ivelany indray ny Madajeune.

 

 Eny  amin’ny Novotel convention Ivandry  indray izy ireo nanomboka omaly, mikarakara ilay “Salon des études Internationales” andiany faha-11, efa nahafantarana azy ireo hatramin’izay.  Tranoheva manodidina ny 18 isa ahitana ireo sekoly ambony avy atsy amin’ny Nosy rahavavy  Maorisy,  Etazonia,  Canada , Inde…. no mandray anjara amin’izany,  manana tanjona hanohana ireo tanora manam-piniavana mba hananan’izy ireny ho avy azo antoka sy mamiratra. Misy amin’ireo oniversite izay mandray anjara koa anefa no fantatra fa manana fiaraha-miasa amin’ireo sekoly ambony any ivelany koa na eto an-tanindrazana ihany aza no manohy ny fianarany ny  tanora iray  dia manan-kery ary manan-danja mitovy amin’ireo omen’ny fianarana any ivelany ny diplaoma azony. Anio zoma moa no hifarana amim-pomba ofisialy izany ka tanora an’arivony no ezahina hahazo tombontsoa. Amin’ny ankapobeny moa dia ny hanohy fianarana any Frantsa sy Etazonia no tena mahaliana ireo tanora Malagasy. Samy hafa ny vola omanina sy ilaina amin’izany miankina amin’ilay firenena safidiana.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FrantsaNakatona ireo toerana mahavory olona

Raha ny tatitra voaray dia niampy 42 indray ireo no maty vokatry ny aretina “coronavirus”.

 Fantatra fa miisa 52 ireo firenena efa niparitahan` ity aretina ity maneran` izao tontolo izao. Vao maika mifendraka amin`ny faritra maro ny COVID-19 hany ka voatery tsy maintsy manamafy ny ady atao ireo tompon’andraikitra. Ankoatra an`i  Sina dia i Korea Atsimo sy Italia ary Frantsa no tena ahitàna trangan`aretina. Amin`izao fotoana dia maherin`ny 50 tapitrisa no voatery natoka-monina tanteraka ka manaraka fitsaboana manokana. Ho an`i korea atsimo izay betsaka ny tahan`ny olona voan ny aretina dia miampy 500 indray ireo olona voamarina ao aminy mitondra ny tsimokaretina. Ao Frantsa dia miisa 13 ireo tranga voamarina ary roa no fantatra efa matiny. Ny teo anivon`ny minisiteran`ny fahasalamam-bahoaka frantsay dia tsy maintsy nakatona ireo ivontoerana rehetra mahavory olona betsaka sy mampisarika mpizahatany maro, hoy ny minisitra Jerome Salomon, toy ny “musée du Louvre” izay mahasarika mpitsidika 9,6 tapitrisa isan-taona.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-keriny zazalahyTsy azon’ireo mpanao ratsy ilay vola 10 tapitrisa Ar

Tena zava-nisy marina raha araka ny fanazavan’ny dadan’i Cedric tamin’ny gazety Jejoo omaly ilay fakana an-keriny nihatra tamin’ity zanany vao folo taona monja ny marainan’ny alatsinainy 2 martsa teo.

Araka ny fanazavany, efa teo akaikin’ny sekoly nianarany  teny Soavimbahoaka   i Cedric no nisy naka  an-keriny. Tsy nahatsiaro tena intsony izy taorian’izay ary tsy nahita akory izay lalana nitondran’ireo mpanao ratsy azy… Avy hatrany dia nanaparitaka ny vaovao tao anaty tambajotran-tserasera ireo ray aman-dreniny taorian’ny nahafantarana fa tsy hita ilay menaky ny ainy. Tokony ho tamin’ny 9 ora alina anefa tamin’io alatsinainy io ihany dia nisy nandefa hafatra an-telefaonina ny rainy fa any amin’izy ireo i Cedric kely ary mila vola 10 tapitrisa Ar izy ireo mba hamotsorany ity farany. Ny alarobia 3 martsa teo tamin’ny 9 ora maraina no fotoana nomen’ireo mpanao ratsy ny ray aman-drenin’i Cedric . Isaorana an’Andriamanitra anefa, hoy ny rainy fa olona  tsara sitrapo  no nampandre  anay tamin’io alarobia maraina io fa navotsotr’ireo mpaka an-keriny ary eny Anosy ilay zaza. Tsy lasan’ireo mpanao ratsy ilay vola 10 tapitrisa Ar. Nisy olona niantso hafa indray izahay avy eo nitaky valin-kasasarana izay heverin’izy ireo ho olon-kafa mihitsy.  Tsiahivina moa fa voatery nentina tany amin’ny psychiatre mihitsy i Cedric  ary efa milamina ny fahasalamany amin’ny ankapobeny. Mbola  ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka kosa ny mpitandro ny filaminana ankehitriny ka misy ireo tsiambaratelo tsy maintsy tazonina.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny fanabeazam-pirenena tany BoenyTale 50 mahery no nanaraka ny minisitra

Maro loatra ny fitarainana azo amin’izao fotoana izao mahakasika ny tsy fandehanan’ny asam-panjakana amin’ny tokony ho izy.

 Raha mandeha any amin’ny birao isan-karazany any isika dia mimenomenona amin’ny tsy fisian’ny fitaovana hoentina hanodinana ny asam-panjakana ireo mpiasa ireo. Tsy ny fitaovana ihany koa nefa no mampitaraina ireo mpiasa ireo fa hatramin’ny olona izay notendrena handray andraikitra ambony koa. Raha ny loharanom-baovao iray dia manao ambony ambany tanteraka ny eo anivon`ny minisiteran`ny fanabeazam-pirenena. Raha nanao iraka tany amin`ny faritra Boeny ny minisitra amin`izao ny faran`ny herinandro lasa teo dia nentiny avokoa ireo tale maherin`ny 50 eo anivon`ny minisiteran`ny fanabeazam-pirenena sy ny STAFF tsirairay. Raha ny fantatra dia 36 000 ariary isan’olona sy isan’andro no tambin-karama ankoatra ny solika rehefa manao iraka toy izao. Raha atao kajikajy tsotsotra, tale iray miampy staff telo ao anatin`ny roa andro dia mahazo tambin-karama 2 160 000 ariary. Mitentina 10 800 000 ariary izany raha kajy miaraka amin`ireo tale 50 anaty iraka iray. Raha ny loharanom-baovao hatrany dia zara vita ny asa fa nibahana ny fotoana ireo famonjena lanonana toy ny fiarahabana nahatratra ny taonan`ny faritra Sofia sy ny fametrahana samboadin`ny ben`ny tanàna ao Mahajanga. Aiza ho aiza ilay politikam-pitsitsiana izay napetraky ny fitondrana ? Tao anatin`ny fotoana nitakiana ireo tambin-karana ho an`ireo mpampianatra sy mpandraharaha rehetra eo anivon`ny MENETP. Ny vahoaka Malagasy rahateo dia efa miaina ao anaty haizim-pito nefa mbola mahavita mirevy sy mandeha mitsangatsangana ny tompon’andraiki-panjakana ambony. Tsy mahagaga raha tsy mety mandoa vola ny olona tokony handoa ny volam-panjakana ireny. Be loatra ny kiantranoantrano ataon’ny olona nomena andraikitra. Be loatra ny tsy miraharaha izay fanovana ka tsy misy asa ataony raha tsy hamingana ny filoham-pirenena.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

TAKARIVAN'IARIVONatao hamerenana ny lazan’Iarivo

Averina ao am-pon’ny rehetra indray ny fitiavana an’Iarivo tanànantsika. Amin’ny alalan’ilay hetsika takarivan’Iarivo no

hanatanterahana izany izay hosantarina manomboka anio zoma hariva eny amin’ny avenue Analakely ao anatin’ilay teny filamatra hoe : andao ho eny amin’ny avenue e !. Ny kaominina Antananarivo Renivohitra no hikarakarana izany ka ho an’ny anio zoma dia hanomboka amin’ny 7 ora hariva ka hatramin’ny 1 ora maraina ny hetsika. Hanomboka amin’ny 5 hariva kosa  izany rahampitso sabotsy hifarana amin’ny 1 ora maraina ihany. Homena tombony amin’izany avokoa ireo mpanakanto, mpivarotra hani-masaka, ny mpanendy masikita, ny mpikarakara kilalao maro isan-karazany… ka sady afaka hampidi-bola izy ireny no hahazo fahafinaretana ihany koa ireo mpinamana, mpifankatia, fianakaviana ho avy eny an-toerana. Hisy ny  lalana akatona mandritra izany hahafahan’ireo  mandeha an-tongotra miriaria. Hisy ihany koa ny toerana voatokana ho an'ny fiantsonan’ny fiara raha tsy latsa-danja amin’ireo ny fitandroana  ny fandriampahalemana, ny toerana fivoahana sy fidiovana izany harahi-maso tanteraka. Tanjona amin’izany ny hanampiana ny mpiray tanindrazana  handraharaha  amim-pilaminana, ankoatra ny fampahalalana  izay hay sy kanto rehetra miafina  any amin’ny tsirairay any. Marihina moa fa afaka mihira ireo manan-talenta ho amin’izany. Afaka mitondra gitara, angorodao… Ao amin’ny kaominina Antananarivo moa no hatao ny fisoratana anarana ho an’ireo izay liana.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanjifa MalagasyMbola iharan’ny fanararaotana maro

Hotanterahina ny 15 martsa ho avy izao ny andro manerantany ho an’ny zon’ny mpanjifa.

Ny an’i Madagasikara dia hatomboka ny faha-12 martsa ny fankalazana. Nanambara ireo tompon’andraikitra fa na dia misy aza ireo fikambanana manao izay ho afany amin’ny fiarovana ny zon’ny mpanjifa dia maro ny tsy fanarahan-dalàna sy ny fanararaotana mahazo ireo mpanjifa. Nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety notarihin’ny Tale jeneralin’ny varotra, Rarivojaona Njara omaly teny amin’ny minisiteran’ny indostria, ny varotra ary ny asa tanana (MICA) dia maro ireo fikambanan’ny mpanjifa sy ireo mpanohana ny fankalazana ny Andro Maneran-tany ho an’ny zon’ny mpanjifa tonga teny an-toerana. Mahakasika ny lalàna ho fiarovana ny zon’ny mpanjifa dia nanambara ny tompon’andraikitra fa tsy maintsy ho vita amin’ity taona ity izany. Efa misy ihany koa ny ezaka fanaraha-maso hatrany amin’ny fidiran’ny entana eny amin’ny seranana mandrapahatonga eny anivon’ny mpanjifa. Nilaza ihany koa ireo tompon’andraikitra fa efa misy ny laharana maitso afaka antsoina raha vantany vao mahita entana tsy manaraka ny fenitra tahaka ireo entana lany daty sy tsy ara-pahasalamana. Haharitra efatra andro moa ny hetsika mandritra ny fankalazana hiarahan’ny ministera sy ireo fikambanan’ny mpanjifa mikarakara ka ny 2 andro voalohany dia hanatanterahana fanentanana eny anivon’ny sekoly Lycée J.J.R sy Lycée Moderne Ampefiloha. Ho an’ny 15 martsa kosa, ny fankalazana dia hahitana fanentanana maro mikasika ny zon’ny mpanjifa toy ny « roadshow » izay miainga avy eny amin’ny La City Ivandry mihazo ny tsena Andravoahangy, Analakely ary Anosibe. Ireo fanentanana maro samihafa ireo dia hizarana sy hampahafantarana ny mpanjifa tsirairay ireo zony. Amin’io ihany koa ny ahafahana miady amin’ireo fanararaotana maro tahaka ny mizana tsy marina, ny vidin-jafatra miharo fanararaotana sy ny sisa.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsio-drivotra hafahafa

Tsy misy mandeha amin’ny laoniny intsony ny toe-draharaha politika eto.

 

Ny eo tsy milamina dia ny eo misosoka ihany. Lany andro mamono afo ny mpitondra na koa miezaka mamorona zavatra hafa hoentina mamilivily ny saim-bahoaka. Mbola tsy milamina akory ny resaka kara-pifidianana, dia iny fa nipoitra tampoka ny resaka basy sy miaramilan’ny antenimierandoholona nesorina. Fifandrifian-javatra ve ity farany sa toe-draharaha niniana novolena? Ny mahagaga dia tsy tena sahy miatrika an’io adihevitra momba ny fifidianana io ny fanjakana. Mifandetika sy samy miaro tena ny samy andrim-panjakana na departemantam-panajakana voakasika. Miharihary ny adin’ny samy mpitondra. Inona tokoa moa no tsy hanokafana fanadihadiana haingana hivoahan’ny marina. Misoko mangina sy nahazo aina indray ny mpanohitra. Hatraiza anefa no ho fetran’ny fitakiana? Tsy vao izao rahateo ny filazana ny zavatra tsy mety. Tsy vao izao no nitenenana zavatra tsy rariny sy tsy ara-dalàna, saingy toa vitan’ny menomenona kely ihany avy eo mangina. Hafahafa ny tsio-drivotra politika na izany aza. Tsy tongatonga ho azy ireo zava-miseho, fa misy antony sy misy tanjona avokoa. Ny tena manahirana amin’ny zava-misy eto amin’ny firenena anefa, dia mbola ny vahoaka Malagasy no tsy miditra lalina firy. Tsy mandray anjara amin’ny raharaham-pirenena sy ny raharaha politika. Zary kofehy manara-panjaitra ary tsy manana fotoana firy handinihana sy handalinana ny fiainam-pirenena. Mimenomenona ihany, manakiana ihany, mandoka ihany,… saingy tsy tena mijoro amin’ny heviny hoe: inona tokoa na tsara tokony hotohizana na ny hoe ratsy mila harodana na harenina? Zary olonolom-poana toa tapi-dalan-kaleha. Mety leo politika, leo balarora, leo adihevitra politika,… kanefa raha hanao ohatr’izany hatrany dia tsy hisy zava-banona eto, fa samy haka ho azy hatrany ny entina sy ny mpitondra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Elefanta Côte d’Ivoire sy Barea MadagasikaraMpitsara Toniziana no hitantana ny lalao

Nambaran’ny FIF “Federation Ivoirienne de Foot-ball” fa mpitsara Toniziana no hitantana ny fihaonan’ny Elefanta Ivoariana sy Barea Malagasy amin’ny faha-27 martsa ho avy izao ao amin’ny kianja

“Stade Félix Houphouët-Boigny ao Abidjan  eo amin’ny andro faha-3 –n’ny fifanintsanana hahazoana miatrika ny CAN 2021. Hanomboka amin’ny  21h GMT (9 ora alina aty Madagasikara). Teratanin’i République Centrafricaine kosa no ho « Commissaire au match.

Ireo « Officiel technique » hitantana ny lalao 

Mpitsara : Haythem Guirat (Tunisie)

Mpitsara mpanampy 1 : Aymen Ismail (Tunisie)

Mpitsara mpanampy faha 2 : Khalil Hassani (Tunisie)

Mpitsara mpanampy faha-4 : Naim Hosni (Tunisie)

Commissaire au match : Sebalet Hilaire (République Centrafricaine)

Assesseur des arbitres : Chukwudi Callistus (Nigéria)

Officier de sécurité : Okey Sylvanus Obi (Nigéria)

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Elefanta Côte d’Ivoire sy Barea MadagasikaraMpitsara Toniziana no hitantana ny lalao

Nambaran’ny FIF “Federation Ivoirienne de Foot-ball” fa mpitsara Toniziana no hitantana ny fihaonan’ny Elefanta Ivoariana sy Barea

Ireo « Officiel technique » hitantana ny lalao 

Mpitsara : Haythem Guirat (Tunisie)

Mpitsara mpanampy 1 : Aymen Ismail (Tunisie)

Mpitsara mpanampy faha 2 : Khalil Hassani (Tunisie)

Mpitsara mpanampy faha-4 : Naim Hosni (Tunisie)

Commissaire au match : Sebalet Hilaire (République Centrafricaine)

Assesseur des arbitres : Chukwudi Callistus (Nigéria)

Officier de sécurité : Okey Sylvanus Obi (Nigéria)

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianjan’i Barikadimy ToamasinaAmpy ny fotodrafitrasa - manana « Vestiaires » miisa 6

Tsy olana velively amin’ny kianja “Stadium Barikadimy” eto Toamasina, hoy ny filohan’ny ligin’ny baolina kitra any Atsinanana Atoa Marcel Andry Herinjatovo, ny mikasika ny resaka “vestiaire”

Tia Tanindranaza0 partages

Fanirisoa ErnaivoNanazava ny teknikan’ny hala-bato natao teto

Amin’ny tsy maha eto an-tanindrazana azy dia tamin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera facebook Rtoa Fanirisoa Ernaivo no nilaza ny heviny momba ny olana amin’ny ilay resaka

« doublon » kara-panondro. Manizingizina ity mpitsara ity fa tena misy akony amin’ny voka-pifidianana ny tsy fetezana na eo amin’ny lisi-pifidianana na eo amin’ny kara-panondro.Marihana fa 1 270 000 mahery ireo nambaran’ny CENI fa tsy fetezana momba ny kara-panondro ho an’ny olona voasoratra narana tao anaty lisi-pifidianana

 

Kara-panondro tsy nisy

Mila iverenana kely ny zava-nitranga , hoy i Fanirisoa Ernaivo ba hampazava tsara ny resaka.Nisy ny olana teo amin’ny fanaovana kara-panondro teto Madagasikara ny volana jona sy jolay 2018  fa hoe lany ny « imprimé ». Distrika maro manerana ny nosy no tratran’io indrindra fa ny teto Antananarivo Renivohitra. Nomena taratasy fanamarinana ny maha olom-pirenena azy fotsiny aloha na ilay antsoina hoe « certificat administratif » tamin’izany fotoana izay olona nangataka. Nisy koa ireo nasaina nanavao ny « déclaration de perte » na fanambarana fahaverezana. Taty amin’ny 21 aogositra 2018 no nivoaka ny vaovao fa efa tonga ireo « imprimé » . Taratasy manodidina ny 11 taonina izay ampiasaina mandritra ny 4 taona no nohafaran’ny fanjakana Malagasy hanaovana izany karapanondro izany tamin’izany fotoana.

Mpifidy nanjavona, anarana niovaova

Tsara ho marihana fa efa fotoana ela mialohan’izay no nikatona ny fanavaozana ny lisi-pifidianana (15 mey 2018) ; saingy ny olana nitranga tamina faritra maro manerana ny nosy dia ny hoe olona 5 ampy taona ary tokony hifidy miara-monina ao amina tokantrano iray no voasoratra tamin’ilay taratasy « rencensement »  nataon’ireo agents electoraux an’ny CENI ; rehefa nojerena anefa ny lisi-pifidianana lasa olona  3 sisa no ao fa tsy tafiditra ny olona 2. Misy aza mpivady izao, samy nameno ilay taratasy fanisana ny mpifidy, mihintsana tampoka izao ny anaran’ny iray. Tao no misy mampiahiahy ary tena niavian’ny hosoka, raha ny fanazavan’i Fanirisoa Ernaivo. Zavatra mety no niainga teny amin’ny fokontany fa rehefa tonga ny fampidirana ny anaran’ny mpifidy tao anaty solosaina teny amin’ny CENI dia nisy ireo latsaka na fanahy iniana nesorina tsotra izao , hoy izy. Ny anarana olona iray no ovaina im-betsaka fa ny laharana kara-panondro iray ihany.Nanome ohatra izy : Anarana tena izy : FANIRISOA Ernaivo ; ireo anarana novaovaina isan-karazany : FANIRY SOA Ernaivo, ERNAIVO Faniry Soa, HERINAIVO Fanirisoa, HERY NAIVO Fanirisoa…Izany hoe ny olona iray mety lasa olona 3 na 4, misy aza tonga 8 mihitsy araka ny filazany. Efa nilaza ny momba io tsy fetezana io teny amin’ny CENI ny « Collectif des candidats » tamin’ireny fifidianana filoham-pirenena ireny, saingy nihodinkodina ny valin-tenin’ny CENI ary tena nody fanina mihitsy aza izy ireo , hoy i Fanirisoa Ernaivo.

 

Tranga mampiahiahy

Notanterahana ny 7 novambra 2018 ny fihodinana voalohany tamin’ny fifidianana filoham-pirenena; andro vitsy taorian’io ny 13 novambra 2018 no nahitana kara-panondro 82 isa teny ambany tetezan’i Tanjombato. Rehefa nohamarinina dia ny 4 tamin’ireo ihany no ana mponina eny Tanjombato. Ny 16 desambra 2018 izany hoe 2 andro mialoha ny fihodinana faharoa tamin’ny fifidianana filoham-pirenena dia nampiantso mpanao gazety maika ny talen’ny Imprimerie Nationale tamin’izany fotoana Atoa Randriamboavonjy Jean Angelson fa misy kara-pifidianana sy kara-panondrom-pirenena tsy izy na hosoka izay tsy natontan’ny Imprimerie Nationale mivezivezy erak’i Madagasikara. Nesorina tamin’ny toerany moa avy eo ity tale ity.

 

Paikadin’ny halabato

Raha ny filazan-dRamatoa Fanirisoa Ernaivo azy dia tahaka izao manaraka izao ilay paikady nampiasaina hanatanterahana ny hala-bato: nisy mpifidy tokony ho ao anaty lisi-pifidianana manana kara-panondro mazava tsara noesorina tsotra izao tao, ka nosoloina olon-kafa maromaro,,dia eo no miditra ilay resaka tery ambony hoe atao miovaova ilay anarana fa ny laharan’ny kara-panondro mitovy ihany. Ny efa tsy ao anaty lisi-pifidianana dia mazava ny ambaran’ny lalàna fa tsy afaka mifidy. Ny voasoratra ao anaty lisi-pifidianana, na tsy nahazo karatry ny mpifidy aza dia afaka mifidy fa kosa tsy maintsy mampiseho kara-panondro na pasipaoro.Teo no heverina fa niditra an-tsehatra amin’izay ireo olona marobe nanao kara-panondro maimaika.

Tsy mahazo ny fon’ny vahoaka

Efa nanambara ny vokatra ofisialy moa ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana (HCC), herintaona aty aoriana anefa izao miha mipongatra ny afera maizina momba ny fifidianana, karapanondro, sy lisi-pifidianana .Azo antoka fa tsy hiverina amin’ny fanapahan-keviny ny HCC saingy izao iaraha-mahita izao kosa fa sahirana ny mpitondra ankehitriny. Toa ny olana no betsaka noho ny vahaolana ary mikatso ny asa. Tsy marisika firy hifanome tanana amin’ny fitondram-panjakana ny olona fa toa samy maka ho azy; ny mpamatsy vola mody fanina. Tsotra ny antony : efa samy mahafantatra fa lany tamina fifidianana mampiahiahy ny mpitondra ankehitriny, ka asa izay ho tohin’ity tantara ity !

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha RavelonarivoNisafidy hangina ny antokony

Nanao fanambarana tetsy amin’ny foibeny etsy Ambanidia ny antoko politika Aba na Antokom-bahoaka Malagasy ny alarobia teo fa nesorina tsy ho mpikambana eo anivon’ity antoko ity

intsony ny mpikambana teo aloha, Henintsoa Dany Rakotoson, araka ny fanapahan-kevitra laharana BEN/001 – 2020 noraisin’ny birao mpanatanteraka ny 11 febroary teo. Miala tanteraka amin’ny mety ho vokatry ny fandraisam-pitenenana ataony any ivelany, noho izany ny antoko raha mampiasa ny anaran’ny antoko. Manana fitsipika anatiny ny antoko, hoy ny sekretera jeneralin’ny Aba, Mamintsoa Jeannot Rakotonindriana. Voalaza ao fa ny mpikambana mandray fanapahan-kevitra sy maneho hevitra amin’ny anaran’ny tenany fa tsy ny antoko nefa tsy nierana na notapahan’ny antoko ka miverimberina izany dia heverina ho tahaka ny fahotana mahafaty. Voalaza koa fa ny mpikambana manohitra na mandika matetika ny fanapahan-kevitry ny birao nasionaly dia esorina tsy ho mpikambana ao anatin’ny antoko. 3 monja no mpikambana mpanorina ny Aba ary tsy ao anatin’izany ity mpikambana nesorina ity. Mpikambana mpanorina fa tsy filoha mpanorina no misy, hoy hatrany ny fanazavana. Mikasika ny raharaha mahasaringotra ny filoha nasionalin’ny antoko ankehitriny, Jean Ravelonarivo, moa dia nanambara ny Aba fa mba ho fanajana ny tsiambaratelon’ny fanadihadiana dia nisafidy ny tsy haneho hevitra momba izany izy ireo. Nilaza ho manaja ity fanapahan-kevitra ity moa omaly ny mpanao politika, Dany Rakotoson, saingy nametra-panontaniana hoe afaka hitsangana amin’ny alalan’ny mpikambana mpanorina fotsiny ve ny antoko na fikambanana iray?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana firenenaAoka izay ny mpitondra tsy niomana

Na dia mihazakaza amin`ny fampandrosoana sy amin`ny fandaminana anatin`ny firenena mba hitsinjovana ny tombontsoam-bahoaka isika amin`izao dia manome endrika ratsy ho an`i Madagasikara ny

fikorontanana ara-politika eto amintsika. Na eo aza ireny fanambarana manaporofo ny tsy fahamarin-toerana ny fitondram-panjakana, ireny fanamarihana maro ataon`ny mpanohitra dia ireo fanapahan-kevitra raisin`ny fanjakana toy ny valifaty politika, fifanarahana tsy mazava… no vao mainka mandentika azy. Mihazakazaka any amin`ny fanovana lalàmpanorenana indray ny mpitondra. Hanova izany isaky ny hiova filoha izany isika. Midika ho tsy fahamatoran`izany. Jereo anefa Etazonia, an-jato taona maro ny lalàmpanorenana. Amin`izao fotoana izao, tsy misy mpamatsy vola vonona hiara-kiasa amin`ny fitondrana. Tsy ny tontolo politika loatra no olana fa ny fomba fiasan`ny fitondrana mihitsy. Mila vina matipaika sy fandaharan`asa mirindra sy mahazo fankatoavan`ny vahoaka ny firenena fa tsy manao zavatra hafa tahaka ny mpitondra amin`izao fotoana izao, nampanantena ny vahoaka hanafoana ny delestazy, tsy hivarotra tanindrazana kanefa ny atao ihany no atao.  Na efa taona iray mahery aty aoriana vao mamoaka ny PEM, tsy nifampierana tamin`ny vahoaka ary mifampiraharaha amin`ny mpamatsy vola nefa tsy misy tohiny. Tsy misy ifandraisany amin`ny fampanantenan`ny filoham-pirenena tamin`ny vahoaka tany am-piandohana intsony amin`izao. Tsy ilaina ny filoha tsy manana olona nefa hitondra firenena. Mila atsahatra amin`izay ity filoham-pirenena tonga tampoka eo amin`ny fitondrana mba tsy hiverenan`ny tahaka izao manjo ny firenena izao intsony.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana ny basy sy fanesorana miaramilaTetika avo lenta hanodinkodinana saim-bahoaka…

Tsy misy miaramila intsony etsy amin’ny Lapan’Anosikely, ary nahazo hafatra hody amin’ny toby niaviany ny polisy. Niala ireo polisy mpiambina manokana, ka zandary tsy mitam-basy sisa no miaro an-dRakotovao Rivo filohan’io andrim-panjakana io.

Toky R sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo RakotovaoAlentiky ny CEMGAM sy ny SEG…

Raharaha nafampana tato anatin’ny 72ora ny mahakasika ny fanesorana ny miaramila sy ny fitaovam-piadiana tetsy amin’ny antenimierandoholona, izay nitohy omaly ny karazana fifamaliana ara-tserasera nataon’ireo voakasika mivantana.

 

 

BASY 5 VERY…

Tsy nanao tatitra isam-bolana ny antenimierandoholona, ka izay no tsy maintsy nandraisana ny fepetra. Volana vitsivitsy izay dia nisy ny fijerena ny fitaovam-piadian’ny tafika. Voakasik’izany ny toby rehetra sy ny andrim-panjakana. Io andrim-panjakana io irery no tsy nanao izany, hoy ny filohan’ny Etamazaoron’ny tafika na ny CEMGAM Jeneraly Rakotonirina Théophile. Anisan’ny nokianiny ny hoe tsy tetsy Anosikely ny Basy fa tamina trano iray ampiasain’ny antenimierandoholona eny Ampefiloha. Basy miisa 5 dia Pistolet Automatique na PA 9mm maodely Koreanina tao amin’ny antenimierandoholona no nambarany ka very, kanefa tsy misy taratasy momba izany mihitsy any amin’ny Etamazaoro. Ny olona ao dia misy karazana miaramila amina toby maromaro kanefa hatrany amin’ny rezimanta faha-4 any Mahajanga, ka izay aloha no nampodiana hahafahana mandamina izany.

 

NIALA NY TALEN’NY FIAROVANA…

Nametra-pialana ny Talen’ny Fiarovana eo anivon’ny Antenimierandoholona noho ny ambara fa fivoahan’ny tsiambaratelo na “secret confidentiel”. Manamboninahtra avy amin’ny zandary izy io, ka niditra an-tsehatra ny Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimariam-pirenena na ny SEG Jeneraly Ravalomanana Richard. Tsy hay na tsy fahaiza-manao na ahoana. Natao ho an’ny Talen’ny Filaminana ilay ambara fa taratasim-panjakana, kanefa dia navoaka tamin’ny tambajotra, ka izany no atao hoe “divulgation de secret confidentiel”, hoy izy. Nanda io Talen’ny Fiarovana io fa tsy avy aminy no nivoahan’ilay tsiambaratelo, ka niafara tamin’ny fametraham-pialany. Noho ny tsy mety izay nataon’ilay lehibeny no nametrahany fialana satria tsy mety aminy intsony ny manao Talen’ny Fiarovana ao amin’io andrim-panjakana io, hoy ny Jeneraly Ravalomanana. Misy ny fifampifehezana ho an’ny mpitandro filaminana ka tsy hoe rehefa miasa ao aminao izy dia heverinao fa ira-baotinao fa manana ny fitsipika mifehy azy ireny, ka zaranao aza mba misy miambina ianao, hoy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria Ravalomanana Richard. Tsy tokony hanaovana toetra tsy zaka tahaka ireny satria mety hanimba ny “carrière” an’ilay miaramila. Ahoana raha tsy mety hiasa amin’ireo intsony ny mpitandro filaminana izay zony no mandà tsy hiasa ao, hoy ity tompon’andraikitra ity. 

 

 

TSY MIDITRA AMIN’IZANY AHO…

Toa efa voavalin’ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao nialoha ireo fanambaran’ny CEMGAM sy ny SEG ireo.

Momba ny hoe ny basy tsy ao amin’ny antenimierandoholona fa amina tranon’olona eny Ampefiloha akaikin’ny CNaPS, dia mahagaga hoe tsy fantatry ny manamboninahitra ambony ve fa Biraon’ny Antenimierandoholona io, ary tao no nisian’ilay tranga fisintonana findaina loholona iray nataona tompon’andraikitra ambony iray ankehitriny? Hoy I Rivo Rakotovao.  Trano mihidy sy misy miaramila miambina 24ora/ora no nampiana izany raha ny nambarany. Tany no tena nahafahana nampanara-penitra ny fiarovana. Tsy fantatro ny momba ny miaramila hoe tsy voaraikitra ny momba azy, fa resaka lalina sy hadihadiana lalina tahaka ny raharaha CENI izany. Tsy lojika izany hoe mahalala amin’ny antsipirihany ny isan’ny basy sy ny zava-drehetra ao amin’ny Lapa na ny Filohan’ny Repoblika aza. Izany no ilana ny Talen’ny filaminana. Tsy miditra amin’izany aho, fa ny lehibeny no mametraka ny fepetra hoe firy ny olona sy ny basy azo homena ? Mba anontanio ary ny Praiminisitra hoe firy ny basy ao Mahazoarivo ? Hoy i Rivo Rakotovao. Tambin-karama no raisiny aty fa tsy hoe lasa mpiasan’ny antenimierandoholona. Baiko ny azy, ary tafiditra tao anatin’izany ny fialana tao, izay tsy nohazavaina akory io andrim-panjakana io, raha ny nambarany.

 

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Imbiki Herilaza“Tsy azo foanana izany ny fifidianana”

Taorian`ireny fanambarana sesilany niainga tamin`ny tatitra navoakan`ny CENI ny herinandro lasa teo dia voakasika tamin`izany ny fifidianana filoham-pirenena.

 

Iza no tompon’andraikitra ? Inona no mety ho fiantraikany amin`ny fiainam-pirenena ? Nitondra ny heviny ny sekretera jeneralin`ny minisiteran`ny fitsarana, Imbiki Herilaza,  taminà onjam-peo iray ka nilazany fa raha lisitra nanaovana fifidianana 2018 dia tamin`ny faran`ny desambra 2017 ka nifarana tamin`ny mey 2018 ny fanavaozana ny lisitra. Iaraha-mahafantatra fa ny fitondram-panjakana teo aloha ary nisy fifangaroan’andraikitra teo amin`ny praiminisitra sy ny minisitry ny atitany tamin`izany. Raha nisy ninia nanao izany na nanao fahadisoana dia  talohan`ny fandraisan`ny fitondram-panjakana ny fitantanana ny taona 2019 na ny fandraisan`ny praiminisitra ny governemanta tamin`ny fiaraha-mitantana ny volana jona 2018, hoy izy. Nahoana no tsy nahafahana nahita ireo laharana mitovy ireo nandritra ny fifidianana ? Naninona rehefa nitsirika ny OIF dia nilaza fotsiny izy fa 4000 mahery kely no nahitana tsy fahatomombanana tao anaty lisitra kanefa azo hidirana soa aman-tsara ny fifidianana, hoy hatrany Imbiki Herilaza. Nisy ireo antoko politika nitaky ny fanafoanana ny fifidianana teto Madagasikara. Nanambara ity mpahay lalàna ity fa ny lalàmpanorenana sy ny lalàna lah. 2018-008 mahakasika ny fifidianana dia amin`ny ankapobeny ary ny didy hitsivolana mahakasika ny HCC tamin`ny taona 2021 dia  mazava tsara. Efa nandeha ny fe-potoana rehetra nomena tamin`ireo olona omen`ny lalàna fa afaka mitory ny tsy fahatomombanana ny fifidianana dia nanao izany teo amin`ny HCC. Namoaka ny didy tsy azo hivalozana izay mitondra ny vokatra ofisialin`ny voka-pifidianana filoham-pirenena. Raha ny lalàmpanorenana dia tsy azo foanana ny fifidianana fa efa mipetraka ny olona lanim-bahoaka ny filoham-pirenena, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Masy Goulamaly« Mila mandray andraikitra ny HCC »

Ireo kaominina tany Tsihombe dia anisan`ireo nahitàna tranga hafahafa nandritra ny fifidianana kaominaly: nisy karatra mitovy

laharana saingy tsy « doublons » fa ankizy 10 sy 11 taona no nandatsam-bato. Izany dia mbola zava-doza raha oharina amin`ny fanambaran`ny CENI, hoy ny depiote voafidy tao Tsihombe, Masy Goulamaly. Efa nametraka fitoriana teo anivon`ny tribonaly misahana ny ady amin`ny fanjakana izy ireo saingy voaray fa tsy mitombina. Gaga aho fa tampotampoka misy indray ny “doublons” teo anivon`ny kara-panondrom-pirenena (CIN). Tsy fantatra ny ambadik`iny fanambarana iny, hoy izy, fa dia nailika tany amin`ny minisiteran`ny atitany (MID) indray ny zava-drehetra. Raha zohina dia ny delege sy ny distrika no manao CIN. Ny MID koa dia misy lesoka betsaka any amin`ny rantsamangaikany any ambanivohitra. Tsy voafehy ny CIN, kopia, hosoka maro, lisi-pifidianana… Noho izany, samy tokony handray ny andraikitra tandrify azy na ny CENI na ny MID ary nifampiresaka ka ifampizarana ny lesoka. Mipetraka ihany ny fanontaniana, hoy ity depiote ity: ahoana ny olom-pirenena izay nametraka fahatokisana amin`ireo olom-boafidy ireo ? Iza no miandraikitra ny fifidianana ? Mangarahara sy eken`ny rehetra ? Amiko fanakorontanana ireny fanambarana ireny fa ireo olona nitaraina no tokony ho noraisina manokana mba ahafahana manitsy.  Ny zavatra ataon`ny CENI dia miezaka ny mandà sy manadio tena fa tsy manitsy ny zavatra tsy mety izay lesoka teto amintsika. Hentitra no nilazany fa tokony hialoha ny fifidianana ireny fanambarana ireny no natao ary tsy nahavita ny asany ny mpikarakara fifidianana raha izao vao nanao fanambarana. Miandry izay fanapahan-kevitry ny HCC isika ary tokony mandray an-tanana ity raharaha ity, hoy hatrany ny fanazavany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay Christian« Tsy fotoanan’ny fanakorontanana izao”

“Tsy fotoana ny adilahy politika intsony izao fa fampandrosoana ny firenena no tokony hojerena,” hoy ny praiminisitra Ntsay Christian raha nanontaniana ny raharaha politika misy ankehitriny.

Raha ny resaka CENI, dia nanao fanambarana izany vaomieram-pirenena izany tamin`ny anarany hoe  fanambarana nataon`ny mpikambana iray ao aminy iny fa tsy amin`ny anaran`ny CENI mihitsy. Noho izany, olona iray no nanao fanambarana ka aoka hazava, hoy ny lehiben`ny governemanta. Ninian`ireo mpanohitra ankehitriny navadika amin`ny adihevitra diso hatrany ny fanapahan-kevitra izay noraisin`ny fitondram-panjakana entina hampandrosona ny firenena. Misy tompondaka eran-tany amin`ny fanaovana politika ka avela azy mikasika izay tsy natao. Ny mpanao politika dia tokony hahalala tsara fa tsy eken`ny malagasy intsony ny hitohizan`ny krizy vaovao. Tsy mendrika ho an`ny vahoaka Malagasy intsony ny fisian`ny krizy politika fa ny fiaraha-misalahy amin`ny fiainan`i Madagasikara no tokony hatao. Miandrandra fampandrosoana ny Malagasy. Ny fitoniana no ahafahana mitondra fampandrosoana  an`i Madagasikara manoloana ny sahoan-dresaka miseho amin`izao fotoana izao, hoy hatrany ny fanazavana. Izao indray aloha vao re naneho hevitra  ny praiminisitra Ntsay raha nangina teo aloha teo

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana ana habakabakaTsy mahazo miasa intsony ny Madagascar Airways

Nosintonin’ny fanjakana tamin’ny alalan’ny ACM (Aviation Civile de Madagascar) ny fahazoan-dàlana na ny “Licence” an’ny Kaompaniam-pitaterana Madagasikara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tournée de l’égalitéZaza Malagasy 12 no hitety an’i Frantsa

Noraisin'ny minisitry ny tanora sy ny fanatanjahantena Atoa Tinoka Roberto, tamin’ny talata 03 martsa 2020 teo tetsy amin'ny toeram-piasany etsy Ambohijatovo ny mpanolotsain'ny Masoivoho frantsay

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ligue des Champions Malagasy 2020Andro faha-4 anio zoma 06 martsa

Miditra amin’ny andro faha-4 sy faha-5 anio zoma 06 martsa sy amin’ny alahady 08 martsa 2020 ny dingana voalohany amin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiakanjoana BareaMiady sisika ny marika Nike sy Errea

Tapitra tamin’ny taon-dasa ny fifanarahana tamin’ny orinasa Italianina Garman amin’ny famokarana ny fanamiana ho an’ny ekipam-pirenena Malagasy ho an’ny taranja baolina kitra dia ny Barea.

 

 Ny fiandohan’ny volana janoary dia namoaka antso tolo-barotra ny Federasionina Malagasy (FMF) momba ny fampiankajoana ny Barea. Miady sisika mafy mandresy lahatra ny hampiakanjo ny ekipam-pirenena Malagasy ny ny orinasa Amerikanina malaza dia ny Nike izay tompon’ny marika “Nike” rahateo, ary fanta-daza maneran-tany. Torak’izany ihany koa ny Errea an-dry zareo Italianina, iray amin’ireo marika malaza indrindra eto ambonin’ny tany ihany koa. Isan’ny doka lehibe ho an’ireo orinasa ireo ny fianjaikan’ny ekipa Malagasy ny marika vokariny noho ny laza sy ny toeran’ny Barea eo tontolon’ny kitra maneran-tany, indrindra fa taorian’ny fahombiazana tamin’ny CAN 2019 tany Egipta. Andrasana araka izany hoe: iza marina ny orinasa hahazo ny tsena ka hamokatra indray ny fanamian’ny ekipa Malagasy. Ho an’ny lalao hifanandrinana amin’i Côte d’Ivoire in-droa miantoana amin’ny fiarafaran’ity volana ity, dia hianjaika farany ny marika Garman ny Barea satria voalaza fa efa nisy ny vola naloa tamin’io orinasa io amin’ny hisalorana ny ambiny farany (stocks de maillots) avy amin’io orinasa io.

Toky R

La Vérité0 partages

Association Fitia - Plus de 3 milliards d’ariary offerts par la Norvège

874 316 dollars américains, soit plus de 3 milliards d’ariary. Dans le cadre d’un projet norvégien intitulé « Prévention et réponse aux violences sexuelles basées sur le genre à Madagascar », cette somme  a été mise à la disposition de l’association Fitia par le royaume de Norvège. « La lutte contre la VBG doit être menée avec une approche holistique et je suis convaincu que ce renforcement de la résilience des femmes, des adolescentes, des jeunes filles et des survivantes de violences sexuelles basées sur le genre y contribuera, a souligné Andreas Danevad, ministre-conseiller au sein du bureau de l’ambassade royale de Norvège, lors de la cérémonie officielle de lancement qui s’est tenue hier au Novotel, Ivato. Il s’agit d’un projet couvrant 4 Régions, à savoir Atsimo-Andrefana, Analamanga, Androy et Vatovavy- Fitovinany, s’étendant de décembre 2019 au décembre 2021 et qui est axé prioritairement sur la mise en place du dispositif juridique et communautaire, l’information et l’accès aux services de qualité, le suivi et la coordination. Ce projet mis en œuvre par l’association Fitia implique également d’autres acteurs, à savoir le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), le ministère de la Justice, le ministère de la Sécurité publique, le ministère de la Santé publique, le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnelle, ainsi que des organisations de la société civile.  « Nous nous attendons à avoir 11 500 femmes qui vont bénéficier de prises en charge complètes, et 270 qui seront appuyées avec accompagnement pour des activités génératrices de revenus. Il y aura également la mise en place d’un mécanisme pour le suivi et l’évaluation. En mettant en œuvre ce projet, nous contribuerons à l’atteinte de l’objectif de développement n° 5 qui est de parvenir à l’égalité des sexes, autonomiser toutes les femmes, éliminer la violence basée sur le genre et les pratiques néfastes ». Des informations ont été bien mises en évidence au cours de la présentation du projet.  Les principaux bénéficiaires constituent les survivants des violences sexuelles basées sur le genre, les jeunes de 10 à 14 ans et de 15 à 24 ans, les femmes en âge de procréer âgées de 15 à 49 ans, les femmes en dehors de l’âge de procréer, mais aussi les hommes et les garçons de tout âge.Pour l’association Fitia, des progrès relatifs à cette lutte ont déjà été réalisés par les nombreuses entités, à savoir la Police et la Gendarmerie nationale, le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF),  le ministère de la  Justice ainsi tous les groupements et Organisations de la société civile (OSC).  « Nous avons apporté aux Brigades féminines de proximité de Tana et de Tuléar la logistique nécessaire pour leur bon fonctionnement. Par ailleurs, l’ouverture des autres BFP dans les commissariats centraux de l’île est effective et ces brigades ne tarderont pas à être opérationnelles. Nous avons également commencé la campagne de sensibilisation se rapportant aux droits des enfants, à la prévention contre les mariages précoces et au référencement en cas de violence, dans les écoles et les lycées publics. Avec le ministère de la Justice, nous avons mis en place une chaîne pénale spécialisée traitant les cas de VBG. Nous avons plaidoyé auprès des parlementaires pour soutenir le projet de loi relatif aux violences basées sur le genre. Cette loi est à présent promulguée. (…) J’ai pris l’initiative d’ouvrir un Centre spécialisé pilote dans la lutte contre les VBG pour assurer la prise en charge des victimes. Nous l’avons inauguré lors de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, également appelée Journée orange, le 25 novembre dernier. (…) Au sein dudit centre, il existe également des formations adaptées pour aider les victimes et les personnes fragiles afin de faciliter leur réinsertion dans la société et dans le monde du travail et pour qu’elles soient capables de se reconstruire avec assurance (…). Toujours avec nos collaborateurs, nous restons vigilants à l’écoute et agissons par rapport aux cas signalés. Notamment, ces derniers temps, bon nombre de cas nous ont été adressés ou indiqués via les réseaux sociaux. Et enfin, sur le plan international, comme à Oslo, nous avons exposé également la situation de la lutte contre les VBG à Madagascar, lors des conférences au Niger et au Japon », avance la Première dame Mialy Rajoelina, présidente de l’association Fitia dans son discours, hier au Novotel, Ivandry.  K.R.

Les droits en matière de santé sexuelle et reproductive ne sont respectés à Madagascar. Le non accès des femmes aux décisions sur la santé, la fécondité trop élevée des adolescentes, la mortalité maternelle élevée constituent des points qui méritent d’être abordés. En matière de planification familiale, une femme sur cinq en âge de procréer présente des besoins non satisfaits, ce qui représente environ 1 million de femmes qui ne veulent pas tomber enceinte mais qui n’utilisent pas de méthode contraceptive. La prévalence des violences sexuelles et celles basées sur le genre est élevée à Madagascar. Environ une femme sur trois est victime de violence physique, une femme sur trois endure la violence psychologique, une femme sur sept est victime de violences sexuelles. Le taux de mariage précoce est aussi parmi les plus élevés au monde, sachant que Madagascar se place au 14ème rang au niveau mondial avec environ deux filles sur 5 mariées avant l’âge de 18 ans.

La Vérité0 partages

Football - Madagascar - TELMA sauve de nouveau les Barea

A vingt jours de la confrontation contre la Côte d’Ivoire, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021, la sélection nationale malagasy se heurte de nouveau à un problème d’équipements. Sans consulter le contrat liant l’équipe nationale avec l’équipementier Garman, la Fédération malagasy de football(FMF)  a décidé de lancer un appel d’offres pour un nouveau fournisseur. Or, d’après le contrat signé par le comité de normalisation et que l’équipe actuelle de la FMF n’a pas encore vu la couleur et ce malgré la présence de l’ancien Sg au poste de conseiller du président Raoul Arizaka Rabekoto pendant trois mois, il y serait mentionné que les deux parties sont liées pour une durée de 2 ans. Ainsi, la FMF n’a pas encore le droit de s’engager avec un autre équipementier cette année. Retour ainsi au bercail. Mais comme les équipements Garman commandés auparavant sont épuisés, il est plus qu’impératif  aux dirigeants du football malagasy d’en trouver pour la sélection nationale. Mais avec « l’absence » du président de la FMF, Raoul Arizaka Rabekoto, et le temps qui ne joue plus en faveur de la partie malagasy, il s’est avéré urgent de résoudre le problème. TELMA, partenaire historique du ballon rond malagasy, par le biais de son administrateur général, Patrick Pisal Hamida, a pris les devants en demandant au coach national, Nicolas Dupuis, d’effectuer auprès de Garman la commande du matériel technique nécessaire à cette double confrontation avec la Côte d’Ivoire. Une fois de plus, ces équipements indispensables pour les Barea de Madagascar ont été payés encore  directement par TELMA. La livraison se fera d’ici peu tout comme les centaines de maillots officiels des Barea destinés aux supporters, commandés également par TELMA. Sans cette initiative du partenaire historique de la FMF, Madagascar était à deux doigts de refaire les mêmes erreurs qu’avant le début de la phase finale de la CAN 2019. Comme si la partie malagasy ne sait pas capitaliser la performance des Barea en Egypte et l’engouement de tout un peuple envers son équipe nationale. Des férus du ballon rond malagasy, les grands oubliés du comité de normalisation qui a préféré vendre en France les maillots officiels des Barea laissant les locaux  dans le désarroi. Il a fallu l’initiative de TELMA et le club des partenaires pour que les supporters nationaux puissent acheter, presque au prix de revient, les vrais maillots des Barea.Rata

La Vérité0 partages

Protection de l’enfance - Un nouvel espoir pour les mineurs victimes de violences

Des dispositifs de lutte contre la violence sexuelle. En étroite collaboration avec le ministère de la Population, chargé de la protection de l’enfance, ainsi que la Police, la Gendarmerie et le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’UNICEF donne un appui technique et financier à la lutte contre la violence sexuelle envers les enfants. A cet effet, le centre Vonjy au sein du CHU de Tanambao Toliara, chargé de la prise en charge intégrée des cas de violence sexuelle sur les mineurs (attentats à la pudeur, viol ou tentative de viol, détournement de mineur), vient d’être inauguré hier. Il s’agit du 5ème établissement, après celui d’Antananarivo réalisé en 2015, puis celui de Toamasina en 2016, Mahajanga et Nosy Be en 2017.

Atsimo-Andrefana est classée parmi les Régions les plus exposées au risque de violence sexuelle à Madagascar. La résistance culturelle, notamment le principe du « filongoa », reste encore ancrée au sein de la communauté. Ce qui crée un blocage, d’où le manque de signalement et l’arrangement à l’amiable expliquant un faible taux de dénonciation des coupables. Pourtant, le témoin peut garder l’anonymat en dénonçant une violence envers un enfant. Pour cela, il sufft d’appeler le numéro vert 147 pour tout opérateur téléphonique.Le centre Vonjy regroupe en un seul lieu tous les services de prise en charge psycho-sociale, médicale, judiciaire, avec la collaboration des policiers de la division de la Police des mœurs et la protection des mineurs. Cela facilitera la gestion des dossiers, notamment la réduction des circuits de prise en charge. « L’installation de ce centre Vonjy au sein du CHU de Tanambao Toliara n’est pas le fruit du hasard, vu l’ampleur du fléau. Sur 375 cas de maltraitance et de violence sexuelle répertoriés en 2019 et enregistrés auprès de la DRPPSPF d’Atsimo-Andrefana, seulement 40 dossiers ont été transférés à l’hôpital afin que les victimes puissent bénéficier d’une prise en charge médicale », souligne le ministre de la Santé publique, le Professeur Ahmad Ahmad. Notons qu’Atsimo-Andrefana est la deuxième Région qui détient le taux le plus élevé en termes de violence envers les mineurs, avec un taux de 58 % concernant le mariage précoce. « La violence pourrait provoquer chez les enfants des problèmes graves nuisant à leur existence. Le modèle "Vonjy" est bon exemple de concertation et de travail conjoint », a fait savoir le représentant de l’UNICEF à Madagascar, Michel Saint-Lô.Pour la Grande île, les résultats sont palpables dans les quatre centres déjà fonctionnels et mis en place grâce à l’appui de l’UNICEF. Depuis l’année 2015, 4 147 mineurs ont été pris en charge, dont 1 082 enfants victimes en 2019.E.F.

La Vérité0 partages

Thierry Rakotonarivo - Sa destitution demandée par le président de la CENI

Le prйsident de la Commission йlectorale nationale indйpendante, Hery Rakotomanana, a saisi la Haute Cour constitutionnelle (HCC) pour demander la destitution de son vice-prйsident Thierry Rakotonarivo. Les motifs avancйs sont la « faute grave » et la « violation du serment ».Une affaire judiciaire. La HCC a publié hier dans son site web la saisine du président de la CENI Hery Rakotomanana. Cette saisine est des plus singulières puisqu’il s’agit d’une saisine aux fins de destitution de son vice-président Thierry Rakotonarivo. « Saisine du prйsident de la CENI aux fins de destitution de M. Rakotonarivo Manantsoa Thierry, vice-prйsident de la CENI, pour faute grave et violation de serment », lit-on dans le site web de la HCC dans la rubrique « Dossiers en instance ». Le rapport de force entre le président et le vice-président de la CENI vire ainsi en une affaire judiciaire et se déroulera sous le feu des projecteurs.

La rédaction a essayé de contacter les membres de la CENI mais en vain. Joint au téléphone, le président de la CENI Hery Rakotomanana, le principal concerné Thierry Rakotonarivo et le rapporteur général de la CENI Fano Rakotondrazaka étaient tous injoignables. Or, les lecteurs, les électeurs, les partis politiques, les Organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers, et la population en général attendent de plus amples explications sur les tenants et aboutissants de l’affaire. A défaut d’explications officielles, en effet, ce sont les rumeurs et les ouï-dire qui s’érigeront comme vérité au sein de l’opinion publique.

Deux motifs sont avancés par le président de la CENI pour soutenir sa saisine aux fins de déchéance de Thierry Rakotonarivo : « faute grave » et « violation de serment ». La loi n° 2015 - 020 relative à la structure nationale indépendante chargée de l’organisation et de la gestion des opérations électorales dénommée « Commission électorale nationale indépendante » détermine les règles à appliquer sur la destitution d’un membre de la formation permanente. L’article 28 de cette loi stipule que « En cas de faute grave d’un membre de la formation permanente, la CENI qui en apprйcie la rйalitй, peut prendre toutes les mesures utiles а son encontre, allant jusqu'а la saisine de la HCC pour l’engagement d’une procйdure de destitution sans prйjudice des poursuites pйnales pouvant кtre exercйes а son encontre (…) ».

Violation de serment ?

L’article 29 pour sa part stipule que : « Outre les cas prйvus par les dispositions de l’article 28 ci-dessus et la dйmission volontaire, les membres de la formation permanente de la CENI ne peuvent кtre dйmis de leurs fonctions qu’а la suite d’une procйdure de destitution engagйe par le Bureau Permanent de la Commission auprиs de la HCC, qui la prononce pour : - violation de serment (…)». Sur le cas particulier de la violation de serment, le vice-président aurait-il violé le dernier alinéa de la prestation de serment qui exige le respect du secret professionnel pendant l’exercice des fonctions ? Des indiscrétions avancent en effet que le vice-président n’aurait pas dû divulguer publiquement le nombre d’électeurs ayant le même numéro de carte d’identité nationale. Ces électeurs comptent plus d’un million, et cette divulgation d’information a créé des incertitudes sur la véracité même des cartes d’identité malagasy. La CIN est en effet utilisée dans toutes procédures, que ce soit public ou privé, dans les banques comme au niveau de l’administration.

La lecture de cette saisine fut en tout cas une surprise pour les acteurs politiques et des membres de la société civile contactés. Qu’est-ce qui se passe réellement au sein de cette Commission ? La CENI n’est-elle pas stable sur tous les plans ? Pourquoi laver les linges sales en public ? Quelles sont les vraies raisons de cette saisine aux fins de destitution ? La saisine aboutira-t-elle ? Dans le cas contraire, les relations au sein du bureau permanent seront encore plus pires qu’avant. Quelle crédibilité donnée à la commission chargée de l’organisation des élections dans le pays ? Autant de questions soulevées par les acteurs politiques contactés.

Cette affaire connaitra des rebondissements jusqu’à la décision de la Cour d’Ambohidahy. Thierry Rakotonarivo, par le principe du droit à la défense, peut en effet présenter sa requête en défense auprès de la HCC. Mais le dernier mot revient aux membres de la HCC dont la décision est insusceptible de recours.La Rédaction

La Vérité0 partages

Portrait - Les femmes de la Présidence

Le régime du Président Andry Rajoelina est sans aucun doute parmi ceux qui ont le plus mis en avant les membres de la gent féminine. A l’heure où la question d’égalité des genres est tout le temps soulevée, surtout dans les postes à haute responsabilité, les descendantes d’Eve ont des places de choix au sommet de l’Etat. Allant de la Présidence jusqu’au Gouvernement, le rôle des femmes dans l’administration du pays est non négligeable.  Découvrez les portraits de quelques femmes connues qui gravitent autour du Président de la République et font tourner la machine administrative à leur manière ! Lova Hasinirina RanoromaroLa discrétion incarnée ! Ancienne cadre au sein de la société Telma Madagascar, Lova Hasinirina Ranoromaro occupe actuellement le poste de directeur de cabinet civil à la Présidence. Elle est la 2ème femme à occuper ce poste durant cette 4ème République puisqu’elle succède à Stéphanie Delmotte, une autre femme qui fut à la tête de ce cabinet civil. Malgré sa grande discrétion depuis sa prise de fonction, elle est déjà habituée à occuper des postes à responsabilités puisqu’elle fut également une ex – directrice de la communication du groupe Axian. Sahondra RabenarivoL’image du droit et de la discipline ! Présidente du Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité – CSI, telle est la fonction occupée par Sahondra Rabenarivo.  Un poste qu’elle n’occupe pas par hasard puisqu’avant tout elle une femme de droit. D’ailleurs, à chaque situation délicate causée par une confusion en matière de droit,  ses interventions ont été fréquemment sollicitées par les journalistes.  Egalement titulaire d’une maîtrise en affaires publiques et internationales, obtenue auprès du Woodrow Wilson School of Public and International Affairs, à l’Université de Princeton, elle dispose d’un bagage intellectuel solide qu’elle peut mettre au profit du CSI. Avant d’atterrir à la tête de ce comité rattaché à la Présidence, cette juriste de formation (sortante de la Harvard Law School, aux Etats-Unis), a été membre de l’Observatoire de la vie publique – SEFAFI, et présidente de la Fondation pour les Aires protégées et la Biodiversité. Rinah RakotomangaUne femme de … communication ! Actuel directeur de la Communication et des Relations Publiques à la Présidence de la République, Rinah Rakotomanga figure parmi les personnalités féminines les plus connues autour du Chef de l’Etat. Ayant un long parcours médiatique et politique à son actif, elle est considérée comme l’une des figures incontournables du régime. Rinah Rakotomanga n’est pas non plus étrangère au monde des médias puisqu’elle fut initialement journaliste. Avant sa nomination en tant que numéro un du service de la Communication à Iavoloha, elle a été directrice de l’Information auprès de la télévision et de la radio VIVA. Réputée pour son franc –parler à travers ses nombreuses sorties médiatiques, Rinah Rakotomanga n’a eu de cesse de faire parler d’elle depuis l’avènement du régime du Président Andry Rajoelina. Malgré les nombreuses critiques lancées à son encontre sur les réseaux sociaux, cette femme d’influence ne semble pas vaciller d’un pouce.Sandra R.

La Vérité0 partages

Opposition à Madagascar - La dérive radicale mise à l’index par l’international

Le monde s’inquiète de la situation à Madagascar. La presse étrangère et des observateurs notamment affichent leurs appréhensions face aux dérives de l’opposition dans la Grande île. Mercredi dernier, Guillaume Lafargue, dans son blog, publié sur le site d’information Mediapart, pointe du doigt « une machine а fake news de critiques et insultes contre le Gouvernement », dont le seul objectif est de « faire reculer le pays pour dйstabiliser le pouvoir ». Le blogueur cite à titre d’exemple le blog « La Voix du Sud » également sur Mediapart qu’il dit être la voix de l’opposition. En fait, dit-il, « les articles de la Voix du Sud sont délibérément militants, diffamatoires, vulgaires et parfois violents ».  Le blogueur affirme en outre que les auteurs des articles publiés sur « la Voix du Sud » sont très désinformés. Dans son dernier billet, « La Voix du Sud » a accusé le Chef de l’Etat de ruiner le pays en donnant des faveurs et privilèges aux Indo-pakistanais et aux Chinois. « Une ligne d’attaque martelée par l’opposition qui souhaite véhiculer l’image d’un Président à la merci des étrangers », fait remarquer  Guillaume Lafarge, qui ne manque pas de souligner que « Nul doute que quiconque s’intéresse à Madagascar, sans même y vivre pourra se rendre compte que le Président Rajoelina permet à tout le monde d’investir, trouver des marchés ». Le blogueur met également à l’index « l’armйe de faux comptes sur les rйseaux sociaux » mis en place par l’opposition pour « servir de caisse de rйsonance aux messages et fausses informations concoctйs par ses principaux leaders ». Le dernier-né des faux comptes en date créé par l’opposition est la page « Ny Marina », une espèce de page satirique qui insulte quotidiennement et systématiquement le Président Andry Rajoelina et les membres du Gouvernement, souligne le  journaliste. « Des usines à fake » dénoncées également par Albert Savana, sur financialafrik.com et une organisation non gouvernementale suisse, dans une note adressée à une agence de presse étrangère. Par ailleurs, ces derniers s’inquiètent de la « dérive radicale et non constructive » de l’opposition à Madagascar, alors que des progrès sont observés dans le pays depuis l’arrivée au pouvoir d’Andry Rajoelina. Cette ONG indique avoir observé une série de signaux inquiétants quant à l’attitude de l’opposition malgache. Cette entité note « des tentatives systématiques de blocages de la part de l’opposition, les tentatives de déstabilisation du pays et la multiplication des intox et contre-vérités en ligne et dans les médias ». Citant notamment à ce titre les doutes sur l’instrumentalisation des habitants concernés par le projet Tana Masoandro par les députés de l’opposition, la tentative du président du Sénat et coordinateur national de l’autre parti d’opposition, le HVM, de faire annuler les ordonnances prises par le Président de la République durant l’année 2019. Pour l’ONG, « des dйclarations de l’opposition tentent de faire replonger le pays dans une crise alors qu’il a retrouvй la stabilitй depuis l’йlection prйsidentielle de dйcembre 2018 », s’appuyant entre autres sur « un potentiel front commun déstabilisateur qui aurait été créé par les deux anciens présidents », lesquels auraient « scellé un pacte dont l’objectif est de chasser le Président en poste du pouvoir par tous les moyens ».  L’entité en question prend également appui sur la récente déclaration de la CENI sur des doublons dans la liste électorale suivie des dénonciations de fraudes électorales par le TIM. La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

EISA : Pour la participation des femmes aux postes de prise de décision

EISA œuvre pour la participation des femmes aux postes de prise de décision.

L’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (Eisa) a toujours œuvré pour la promotion de l’égalité homme-femme, notamment dans la participation des femmes dans la vie publique. A cet effet, Eisa entend contribuer à la célébration de la Journée internationale de la femme à Madagascar, organisée par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF). Prévue à Toliara, région Atsimo Andrefana du 1 au 8 mars 2020, la célébration nationale reprend en substance le thème international « Je suis de la génération égalité : Levez-vous pour les droits des femmes ». Toujours est-il que la journée du 8 mars constitue une occasion unique pour regrouper les différents acteurs (autorités étatiques, société civile, partenaires de développement) impliqués dans la promotion des droits des femmes. Il s’agit d’une opportunité de réflexion et d’échanges pour faire progresser la situation des femmes alors que les différents chiffres relatifs à la participation des femmes semblent démontrer un certain statu quo. A cet égard, et conformément à sa vision d’un continent africain où la gouvernance démocratique, les droits humains et la participation citoyenne sont préservés dans un climat de paix, EISA apportera son appui à l’organisation d’une table ronde sur la participation des femmes aux postes de prise de décision.

Surmonter les obstacles. Cela aura comme objectif de diffuser les principes et les enjeux en faveur d’une meilleure représentation féminine dans les sphères de décision et de sensibiliser les autorités locales sur ces questions et de procéder à des échanges sur les solutions permettant de surmonter les obstacles culturels, sociaux, économiques et structurels à l’exercice effectif de leurs droits par les femmes et réduire les inégalités en la matière. La table ronde, en réunissant une diversité d’acteurs que sont les autorités locales, les autorités traditionnelles, les entités publiques, la société civile/associations féminines et les médias, facilitera les interactions visant à identifier des approches transversales pour faire valoir les droits des femmes et garantir leur application effective.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Jiolahy telo azo sambo-belona niaraka tamin’ny lavanila maitso 60 kg

Nanomboka ny volana desambra no mankaty, nahazo laka ny halatra lavanila manta any amin’ny Faritra Sava, ka velon-taraina ireo tantsaha mpamboly. Eo anatrehan’ny firongatry ny halatra lavanila maitso eny an-tsaha, manao « opération » fanenjehana an’ireo olon-dratsy (mpangalatra sy mpanao lavanila mialohan’ny fotoana voatondro) ny mpitandro filaminana, ka noho ny fanomezan’olon-tsotra tsara sitrapo loharanom-baovao mari-pototra ny Zandary, voasambotra tao Ambavala afak’omaly niaraka tamin’ny lavanila maitso tsy mbola matoy nilanja 60 kg ny telo tamin’ireo jiolahy miisa enina ikoizana amin’ny halatra lavanila any amin’ny Distrikan’i Sambava. Rehefa nofotorana lalina ireto dahalon-davanila azo sambo-belona ireto, dia nitanisa ireo toerana nangalaran’izy ireo lavanila mbola tsy matoy teny an-tsaha, ka tao amin’ny Fokontany Antongompahitra Kaominina ambanivohitra Bemanevika no nanombohan’izy ireo ny halatra, ny 19 febroary lasa teo. Nitohy tao Andohan’Antsahabe any amin’ny Kaominina ambanivohitra Ambodiampana sy tao Bemalamatra Kaominina ambanivohitra Nosiarina izany, ny 29 febroary teo. Ny 01 martsa teo kosa, nandroba lavanila maitso tao Analampotsy Kaominina ambanivohitra Andratamarina ireto jiolahy, ary tao Ambavala Kaominina ambanivohitra Andrahanjo ny alarobia teo, ka izao tra-tehaka tsy afa-nandositra izao intsony ny telo tamin’ireo mpangalatra. Nopotehina teo anatrehan’ny mpitondra sy tompon’andraiki-panjakana any an-toerana ireo lavanila manta sarona, ary nalevina avy eo. Hatalotra ny Fampanoavana tsy ho ela ireto dahalon-davanila telo lahy azo sambo-belona, raha mbola mitohy hatrany kosa hatramin’izao ny fikarohana an’ireo namany telo tafaporitsaka nitsoaka tany anaty ala.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Une voiture plonge dans l’Ikopa, le chauffeur tué sur le coup

La série noire des accidents de circulation continue dans la ville d’Antananarivo. Le pire est de constater, comme nous l’avons rapporté dans notre édition d’hier, que cela se produit juste au moment où les usagers de la rue, notamment les automobilistes, sont censés connaître leurs obligations. Ce, suite aux séances de formation sur la prévention des accidents, menées par les forces de l’ordre durant presque tout le mois de janvier dernier, dans la capitale. Hier, un excès de vitesse a encore provoqué un accident grave à Anosizato. Vers 18 heures 30, une voiture légère de marque Jac en provenance d’Anosipatrana et en direction d’Anosizato a fini sa course dans la rivière Ikopa. Le drame s’est produit quand cette voiture, qui roulait à tombeau ouvert, a soudainement percuté le mur de béton servant de bordure sur la droite de la rue, avant de faire un tonneau qui l’a renversée dans l’eau. La violence du choc a tué le chauffeur sur le coup. Les secouristes ont eu du mal à l’extraire, coincé dans l’épave. Pour le moment, aucune information sur la cause exacte de l’accident n’a filtré. L’enquête est encore en cours auprès des forces de l’ordre. Mais une chose est sûre, il y a un réel manque de prudence chez certains automobilistes. Après le constat de routine, le corps de la victime a été remis à sa famille éplorée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Football-Elim. CAN 2021 : Une grande première pour Théodin Ramanjary

Théodin Ramanjary reste un énorme potentiel pour les Barea.

Théodin Ramanjary fait son entrée dans le cercle très fermé des Barea. Un choix très judicieux de la part de Nicolas Dupuis car on n’est jamais assez prudent devant l’incertitude sur Jeremy Morel alors que le défenseur de Fosa Juniors est tout indiqué dans la charnière centrale pour être aux côtés de Bapasy ou Fontaine, quoique ce dernier a de moins en moins de temps de jeu avec le Stade de Reims.

Grand et doté d’une force hors du commun, Théodin est presque parfait dans les ballons aériens et qu’il lui faut tout juste améliorer ses relances assez souvent hasardeuses.

Comme il a tout juste 22 ans, Théodin reste un très bon investissement pour le camp malgache.

Mais sur ce chapitre, la sélection du gardien Nina, de son vrai nom Rakotoasimbola Razakanirina, reste aussi une très bonne chose. L’homme a le physique de l’emploi et que pour être vraiment efficace, ce portier de l’AS Adema doit songer à améliorer ses sorties. Mais à 21 ans, Nina a tout son temps pour se mettre sur les traces des grands portiers malgaches tels Charlot ou Goal Be Ferdinand.

On citera également l’arrivée de Safidy Rafenoarisoa, le virevoltant milieu d’Elgeco Plus qui est capable de distiller de bonnes balles aux attaquants. A moins qu’il ne parvienne à marquer lui-même comme cela arrive souvent avec Elgeco Plus pour qui Safidy reste un sauveur, voire un faiseur de miracle.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Cemes Betongolo accueille Samoela

Samoela sera sur la scène du Cemes Betongolo ce soir à partir de 21 h. Pour cette année 2020, le chanteur de « Soly » semble vouloir sortir de ces plusieurs années de silence à part quelques apparitions et de nouveaux titres, juste comme pour dire qu’il existe encore. De plus, il fête ses 25 ans de scène cette année. Voilà aussi pourquoi il démarre en trombe son année musicale. Il a, en outre, dans son calendrier un rendez-vous sur une scène reconnue française le 8 mai à la Cigale. Une scène qui a été sélective dans les années ’60, voire auparavant, mais qui est devenue accessible à tous les artistes en tout genre plus tard.

Jerry Marcoss réveille son « kawitry »

Cela fait un moment que Jerry Marcoss, le monsieur tube de la variété malgache, n’a pas chanté sur une scène de la capitale. Ce sera chose faite aujourd’hui à 20 h au “Bônara Be” aux 67 ha. Inutile de prévoir que la salle sera comble avec le roi du « kawitry ». Lui qui ne jure que par ce genre musical jusqu’à en faire un critère matrimonial en intégrant « Tsara ny vady mahay kawitry » dans une de ses chansons. Depuis toujours, Jerry Marcoss est connu pour ses rythmes et ses animations de scène. Il est sans doute l’un des rares artistes dans son domaine à être adoubé par Antananarivo. Ce ne sont pas les perles comme « Mahavita azy » ou « Désolé » qui lui feront mentir.

“Jeneraly” au Piment Café

Le groupe “Jeneraly” est sans doute l’une des formations d’antan à avoir réussi à maintenir la « baraque » toujours debout. La bande se produira ce soir au Piment café Behoririka à partir de 21 h. En fait, le groupe va chanter dans un endroit où il en a déjà l’habitude. Les « Ramadalenina », « Paso Beauté », « Isika roa » et toutes les chansons qui ont fait la renommée de “Jeneraly” seront au menu. Ceux qui veulent revivre ce petit côté nostalgique inhérent à cette formation pourront être servis et profiter d’un cadre convivial à souhait. A l’envi, le groupe “Jeneraly” pourrait bien prolonger la soirée pour le grand bonheur de ses inconditionnels.

Lico Kininike joue le mystère

Il faut faire preuve de créativité actuellement dans le milieu musical pour sortir du lot. Comme le fait Lico Kininike en vue de son concert au Glacier Analakely, ce soir à 21h. « Zandrin’i président », voilà ce qu’annonce l’affiche. A se demander l’identité de ce président, s’il s’agit de celui d’un club de football ou celui d’une classe ou d’une institution. Dans les contrées reculées, à majorité peuplées de ruraux, cela ravirait, inspirerait le respect ou générerait la crainte. Il faudra donc être présent à ce cabaret centenaire pour avoir une idée précise de ce slogan marketing.

Cinq cadors au “Lounge Soaina Feeling”

Les soirées dans les périphéries reviennent dans le noctambulisme tananarivien ces dernières années. Ce soir, ce sera au “Lounge Soaina Feeling” avec cinq musiciens et interprètes, à savoir Mbola Talenta, Fara Gloum, Moina, Vanintsoa et Mbosa à partir de 21 h. Vu l’ensemble, ce sera sous le signe de la musique acoustique que se déroulera cette rencontre avec les mélomanes. Rien de mieux que de sortir un peu du centre-ville, dans un endroit à découvrir et où siroter quelques verres sous une musique enveloppante et bien calibrée. Evasion et bonne table, le programme est bien fourni au “Lounge Soaina Feeling”.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade du Japon : 600 millions d’ariary pour appuyer deux projets locaux

Les deux contrats ont été signés entre SEM Yoshihiro Higuchi, Ambassadeur du Japon à Madagascar, et les représentants de chaque projet à la résidence del’ambassade du Japon.

L’ambassade du Japon a été le théâtre de la signature de deux contrats de dons d’un montant total de 149 391 euros, soit près de 600 millions d’ariary. Une signature effectuée dans le cadre du programme de la coopération financière « Aide sous forme de dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine (APL) ». D’un  montant de 75 727 euros, ou près de 300 millions d’ariary, le premier contrat de financement concerne la construction d’une infrastructure éducative pour le compte du Centre médico-éducatif Les Orchidées Blanches II de Toamasina. L’objectif étant de renforcer la capacité d’accueil dudit centre qui est actuellement limité à 33 élèves répartis dans trois salles de classe. Le second contrat, quant à lui, fait référence à la réhabilitation de la buanderie éducative et à la fourniture d’équipements au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHUJRA). Un don de 73 664 euros, soit 300 millions d’Ariary, qui vise à rénover le local de la buanderie ainsi qu’à renouveler la machine à laver dudit centre hospitalier. Datant d’un certain âge, l’actuelle buanderie a besoin de faire peau neuve pour permettre une meilleure qualité de service auprès du CHUJRA. Signés hier, les contrats de financement reflètent « la volonté du Japon de continuer à accompagner sérieusement et sincèrement les autorités malgaches dans leurs efforts pour améliorer les services de base dans le domaine de l’accès à l’éducation pour tous et de la santé publique ».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Région Atsinanana : Richard Rafidison nouveau gouverneur

Il sera le 12e gouverneur de région à prendre prochainement ses fonctions. Il s’agit de Richard Rafidison qui vient d’être nommé à la tête de la région Atsinanana, lors du conseil des ministres du mercredi 4 mars dernier. Avant cette nomination, Richard Rafidison a été un cadre au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation pendant plus d’une décennie. Son domaine de prédilection est le développement local, un atout qui a boosté sa candidature au poste de numéro un de la région Atsinanana, laquelle est reconnue pour son potentiel économique énorme. Richard Rafidison sera alors chargé d’impulser le développement dans sa région natale. Par ailleurs, le même conseil des ministres a nommé Rado Razafindrakoto en tant que nouveau directeur général du Fonds de développement local, un organisme rattaché au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Ce dernier a remplacé Hanitra Raharinjatovo qui a occupé ce poste pendant douze ans.

Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Football – Coupe Arabe U20 : Le Sénégal sacré champion

Ayant commencé le 16 février dernier, la Coupe Arabe U20 a connu son dénouement ce mercredi. En effet, les Lionceaux, l’équipe nationale du Sénégal, ont remporté le titre en s’imposant face à la Tunisie, tenant du titre, sur le score de 1 but à zéro. Le but sénégalais a été marqué par Samba Diallo à la 46e minute, dans les arrêts de jeu de la première mi-temps. Connu pour sa suprématie dans la catégorie des moins de 20 ans, le Sénégal a encore une fois fait parler de lui en Arabie Saoudite. Les joueurs de Youssouph Dabo ont fait la différence contre la Tunisie. Pour rappel, les Barea avaient participé à cette compétition mais les protégés de Menahely Ruphin ont été éliminés prématurément à la phase de poules, après trois rencontres qui se sont soldées par une victoire et deux défaites.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Covid-2019 : Vers un renforcement des mesures

Le comité national de gestion des risques et catastrophes s’est réuni hier au ministère des Affaires étrangères à Anosy au sujet de la menace que représente le nouveau coronavirus  pour Madagascar. Le Premier ministre a déclaré que cette réunion est importante étant donné la vitesse à laquelle se propage cette maladie actuellement dans le monde. Ainsi, afin de tenir le pays à l’écart du covid-2019, le renforcement de la surveillance des frontières a déjà été initié, notamment avec la fermeture de la ligne directe entre Milan et Madagascar. Puis, cette réunion va aussi permettre au pays de déterminer les moyens pour trouver des aides complémentaires afin de renforcer les capacités des hôpitaux et des services sanitaires si jamais l’épidémie devait arriver au pays.

Certes, le Covid-2019 est une nouvelle maladie dangereuse qu’aucun vaccin ne peut encore  combattre pour l’heure. Toutefois, il ne faut pas oublier que des patients atteints de cette maladie en sont sortis indemnes.  En effet, pour reprendre la déclaration du Dr. Gérald Kierzek sur le plateau de LCI, « 98% des personnes qui ont attrapé le coronavirus sont guéris. Il faut relativiser les choses, ce n’est pas la peste », ce qui laisse entendre que cette maladie n’est pas aussi mortelle que d’autres et qu’elle peut très bien être guérie. D’ailleurs, sur le même ton, le Pr. Ahmad Ahmad, ministre malgache de la Santé publique a expliqué lors d’une entrevue au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, la semaine dernière, que les personnes décédées de cette maladie appartiennent majoritairement au troisième âge, dont le système immunitaire est déjà très affaibli. A Beijing en Chine, la Commission nationale de la santé a déclaré le 26 février que le nombre quotidien des patients guéris du nouveau coronavirus a dépassé celui des nouvelles infections. 2 422 personnes auraient quitté l’hôpital après leur rétablissement, un nombre bien plus élevé comparé aux 406 nouvelles infections confirmées.

Quel traitement ? Au mois de février dernier, les autorités de santé chinoises ont essayé d’utiliser le plasma de patients guéris de cette maladie pour soigner les malades qui sont encore dans un état grave. Cette méthode aurait été efficace sur certains malades même si elle mérite encore d’être bien étudiée. A Nice, le service d’infectiologie du CHU a parlé d’une prise en charge différente, le soin utilisé consisterait à traiter les symptômes comme pour une simple grippe, a expliqué le Dr. Eric Cua. Toutefois, il n’existe pas encore de traitement universel, les recherches étant encore en cours. Au final, le Covid-2019 représente donc un danger du fait de sa singularité mais il peut très bien être guéri.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vakinankaratra : Tafapetraka ny governoran’ny faritra

Napetraka tamin’ny fomba ofisialy amin’ny  maha governoran’ny faritra Vakinankaratra azy  Atoa VyVato Rakotovao , nyTalata 3 Martsalasateo. Teo amin’ny zaridain’ny faritra no nanatontosana ny lanonana  ara- panjakana ; izay notarihan’ny filohan’ny antenimieram-pirenena Christine Razanamahasoa. Nanombohana ny fotoana ny fanaovan-tsonia ny famindran-draharaha teo amin’ny filohan’ny faritra mpisolo toerana  sy ny governora hitantana ny faritra, natrehana minisitra telo mirahalahy sy ireo tale jeneraly avy ami’ny fiadidiana ny Repoblika io fanaovan-tsonia io.  Nanehony fahavonona ny hampandroso an’i Vakinankaratra ny governora VyVato, nanome toky izy fa hitondra  fahazavana ho an’ny faritra .Namafisiny tamin’ny fandraisam-pitenenany  izay nilazany fa  » ny biraon’ny faritra dia ho vatalehibe ho an’ny tolo-tsaina sytolo-kevitra hoentina miara-miantsoroka ny fampandrosoana.  Ho milina lehibe fanodidina ireo tetikasa mba hivaingana. »

RahaTsiahivina, 11 volana no nitondran’ny lehiben’ny faritra mpisolotoerana, na fampandehan-draharaha aza no tena niandraketany dia niezaka nampihodina ny faritra izy ary nijery manokana ny fandaminana anatiny sy ny tetibola isan-tsokajiny mba hanamora ny fandraisan’ny governora vaovao notendren’ny fanjakana foibe.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Patrick Perez chez Tinoka Roberto à Ambohijatovo 

La France est l’un des partenaires très actifs dans la coopération sportive de Madagascar. Dans le cadre de la politique de l’émergence sportive malgache, les valses diplomatiques s’enchaînent à Ambohijatovo. Le conseiller de coopération et d’action culturelle auprès de l’Ambassade de France à Madagascar, Patrick Perez, a effectué une visite de courtoisie auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, à son bureau à Ambohijatovo, mardi dernier. A cette occasion, le projet « Réduire les inégalités femmes-hommes par le Rugby, vecteur de la promotion du genre et de Développement à Madagascar » a été au centre des discussions. Un projet qui durera deux ans et comportera trois composantes dont la formation, le renforcement de capacité et la promotion du genre et les métiers du sport et entrepreneuriat.  Actuellement, 12 jeunes dont 8 filles et 4 garçons effectuent la tournée pour l’égalité en France, du 2 au 16 mars. Ils vont visiter les villes de Toulouse, Paris et Lille. Et lors de leur séjour en terre française, les jeunes vont assister à la rencontre France-Irlande dans le cadre du tournoi des 6 nations, le 15 mars prochain.  En tant que numéro un du sport malgache, Tinoka Roberto est invité par l’organisateur de l’évènement. Au programme figure également une rencontre avec le ministre français des Sports , Roxana Maracineanu, avec l’ambassadrice pour le sport, Laurence Fischer et l’Agence française pour le Développement. 

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue 2 : Bolida et Rayan Raveloson se retrouvent ce soir

Rayan Raveloson est en route vers la Ligue 1, tandis que Lalaina Nomenjanahary pourrait demeurer en Ligue 2.

Après Abel Anicet et Romain Métanire, encore deux autres joueurs des Barea, à savoir Lalaina Nomenjanahary et Rayan Raveloson, monteront sur le terrain ce soir pour le compte de la 28e journée de la Ligue 2 en France. Ils pourraient être tous les deux titulaires.

On aura un match très intéressant à ne pas rater ce soir à l’occasion de la 28e journée du Championnat de France de football Ligue 2. Il s’agit d’une rencontre entre le Paris FC de Lalaina Nomenjanahary dit « Bolida » et l’Estac Troyes de Rayan Raveloson – deux joueurs dans la sélection nationale des Barea – pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2021 fin mars. Pleins d’espoir, Rayan Raveloson et Troyes ne sont plus loin de la porte de la Ligue 1. Lors de la 27e journée, ils se sont imposés sur le score de 2 à 0 face à Orléans, une équipe qui reste plus que jamais dernière. Avec tant de victoires, l’Estac Troyes se trouve à la deuxième place du classement. Quant au Paris FC, la victoire reste encore le mot d’ordre pour Bolida et ses coéquipiers, non seulement pour le match de ce soir mais également pour les autres journées à venir. Sinon, l’équipe serait en danger et pourrait être reléguée en National pour la prochaine saison. En tout cas, leurs coachs respectifs semblent leur faire confiance puisque Rayan et Bolida pourraient être titulaires pour ce soir. Ce match est très attendu par les férus du ballon rond malgache, avant la double confrontation opposant Madagascar à la Côte d’Ivoire.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Musique : March Mallow remet au goût du jour le jazz des années 1950 

L’album de March Mallow bientôt (Crédit photo Eric Doboka).

March Mallow a choisi de rendre hommage à deux des chanteurs les plus en vue des années 1950, deux artistes de jazz  populaire connues pour leurs engagements artistiques ou civiques dans le mouvement des droits civiques aux États-Unis, Nat King Cole et Billie Holiday. 

«Nous avons commencé par nous immerger dans le son des premières années actives de Nat King Cole. Comme pour son trio, nous avons fait le choix d’une orchestration sans batterie, et ainsi retrouver le son feutré du trio de Nat King Cole. Nous avons aussi pris le temps nécessaire d’apprentissage pour nous rapprocher le plus possible du style musical des années 1940. C’est-à-dire avant l’apparition du “be-bop”. Nous avons également fait le choix d’enregistrer avec les mêmes techniques d’enregistrement. C’est-à-dire un micro à ruban stéréo. Et le placement de chaque instrument dans la salle d’enregistrement de façon à avoir un mixage naturel de la musique. Ensuite des prises en direct et on garde la meilleure », affirme l’un des membres du groupe.

March Mallow a  enregistré dans le studio « La boîte à Meuh » dans la Sarthe (France). L’orchestration est jouée par le pianiste Christian D’Asfeld, la guitariste (franco-malgache) Éric Doboka, le contrebassiste Thomas Plès. Et sur quelques titres, le trompettiste Jean-Pierre Derouard. Les standards sont interprétés par la chanteuse malgacho-camerounaise : Astrid Veigne.  L’album est composé de douze  standards tels que, pour n’en citer que quelques-uns: “Willow weep for me”, “Route 66”, “I’m a fool to want you”, “Hit that jive Jack”, “Nature boy”… « Nous prévoyons une sortie d’album au mois de juin de cette année, et une tournée en automne. Nous espérons réaliser des concerts à Madagascar », a confié  Eric Doboka.

Le trio. Composé de trois artistes de nationalités différentes, March Mallow est adepte du syncrétisme musical. Astrid Veigne est une chanteuse française d’origine malgache et camerounaise. Elle s’exprime aisément en français et en anglais et son style évolue entre le jazz, le blues et la soul musique. En 2012, elle rejoint une formation du nom de « Blue Gospel » avec les chanteuses Lola Baï et Nadia Simon avec lesquelles elle va jouer pendant 1 an. Elle rencontre ensuite les membres du groupe « Cesar Project » aux influences électro pop et funk avec lesquels elle va travailler sur un album en 2013. En 2014, Astrid signe une collaboration avec le label parisien « New time Songs » sur un album. Le projet « Ruby’s Allshine » dans un style soul, pop et folk musique est en français. La rencontre de « Ruby’s Allshine » avec des acteurs dans l’organisation d’événements vont lui permettre pendant quatre ans de jouer en  France et en Europe. À la fin de l’année 2018, Astrid Veigne ainsi que deux autres musiciens, Christian D’Asfeld et Éric Doboka  vont créer un projet dans un style Jazz, crooner, blues du nom de

« March Mallow » avec le feeling des années 50, dont la sortie d’album est prévue pour juin 2020. Christian d’Asfeld est un pianiste claviériste franco-américain, autodidacte, ayant grandi à Cannes. Il joue avec Barney Willen en 1981 au sein d’une formation afro-jazz, accompagne le poète André Verdet (ami de Picasso), joue avec différents groupes de jazz, pop, world music, faisant des concerts en Europe. À partir de 2001, il collabore avec le groupe rock “Tue Loup” sur trois albums et quelques tournées dans l’Hexagone. Depuis 2011, il compose et se produit avec son trio « Burger Airport » (funk jazz electro). Fin 2018, Christian d’Asfeld forme avec Eric Doboka (guitare) et Astrid Veigne (chant) un trio jazz et swing des années 50 (« March Mallow »), rendant hommage notamment à Nat King Cole, Billie Holiday et à l’ambiance de cette époque.

Eric Doboka est une métisse née en France en 1967, d’une mère française et d’un père malgache. Il découvre la guitare avec le rock’n’roll d’Elvis Presley, la pop des Beatles, la chanson française de Serge Gainsbourg. Mais aussi le jazz de Django Reinhardt et la musique malgache que son père avait rapporté de Madagascar. Elle suivra en parallèle des cours dans une École de cinéma, une solide formation jazz grâce à Pascal Danaé, (Richard Bona, Laurent Voulzy, Delgres) et Louis Winsberg (Sixun). Elle  devient musicienne professionnelle en 1991, ce qui lui donne l’occasion à la guitare comme à la basse, de partager la scène avec de nombreux musiciens comme Ray Charles, Louis Winsberg. L’affaire Louis trio, Blues trottoir, Hubert Félix Thiéfaine, Yan Tiersen, Alain Bashung, Bernard Lavillier, Dominique A, Dionysos, Philippe Catherine, Rodolphe Burger, Natacha Atlas, Tryo, Deus, Shokebore… Membre du groupe “Tue-Loup” en tant que bassiste depuis 2001 avec lequel elle a enregistré une dizaine d’albums. Elle a également participé en tant que compositeur arrangeur et interprète, à l’enregistrement d’une trentaine d’albums: albums de “Tue-loup” (Pias, Naive) compile avec Léo (Barclay) « L’Amour en vol » de Leslie (Sony) une collaboration sur le dernier album de Lola Baï ainsi que des albums pour le jeune public aux éditions Fuzeau (collection Zik – méthode pour les collèges…) De la presse, des émissions TV et des radios radio: cd d’aujourd’hui (France2) nulle part ailleurs (canal+) le fou du roi, c’est le noir, enregistrement d’une “black session”, le pont des artistes (France inter)… Elle co-fonde et produit le groupe Berikely Zama, groupe franco-malgache dans lequel elle intervient comme guitariste. Dernièrement elle intègre le projet March Mallow. Un trio de jazz qui fait renaître la musique de Nat King Cole et Billie holiday en respectant le style musical et les techniques d’enregistrement des années 1940.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Mpanafika « cash point » no sady mpangalatra moto : Jiolahy rain-dahiny roa lahy, tra-tehaky ny polisy t...

Sarona tany amin’ireto olon-dratsy ireto moa ny basy poleta « Beretta calibre 7.65mm », niaraka tamin’ny bala valo, « big boss » iray ary akanjo maromaro fisoloana. Niaiky izy ireo tamin’ny famotorana natao azy, fa mpanao fanafihana mitam-piadiana sy mpangalatra moto.

Nandritra ny fisafoana tamin’ny alina nataon’ireo polisy avy etsy amin’ny boriboritany fahatelo, izay notarihan’ny Lehiben’izy ireo no nahafahana nisambotra ireo jiolahy rain-dahiny ireto, teny amin’iny faritra Anjanahary iny. Ny faran’ny volana lasa teo mantsy, tokony ho tamin’ny enina ora sy sasany hariva, dia nahatsikaritra lehilahy roa nampiahiahy ireo pôlisy, izay miaraka amin’ny moto ary mipetraka ampitan’ny fasam-bahiny. Niroso avy hatrany tamin’ny fisavàna ireto farany izy ireo saingy raha vao nanatona fotsiny ireo mpitandro filaminana dia namoaka ilay basy tsara fahana teny am-balahany ny iray tamin’izy ireo ary nikasa ny hampiasa izany. Sendra ny nahay sy kinga lavitra noho izy anefa ka dia tsy afa-nihetsika sy voasambotra teo ity farany. Ilay namany kosa tamin’io niezaka ny handeha hitsoaka saingy tsy lasa lavitra dia voasambotra ihany. Taorian’ny fisamborana ireto jiolahy roalahy ireto dia niroso tamin’ny fisavàna ny tranony teny Manarintsoa Afovoany ireo mpanao fanadihadiana. Hita tao an-toerana ny moto roa sy kojakojana kodiaran-droa isan-karazany. Mbola nahitana fitaovana elektronika maromaro ihany koa tany amin’ny tranon’ny vadin’ny iray tamin’ireto roa lahy voasambotra ireto. « Ireto entana hita ireo dia marihana, hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena fa samy halatra avokoa ». Rehefa nirosona moa ny famotorana dia fantatra fa isan’ireo mpanafika « cash point » izy roalahy ireto. Teny amin’iny faritra Anosy iny ny iray izay nahazoan’izy ireo vola mitentina teo amin’ny fito tapitrisa ariary teo ho eo. Tsy vitan’izay, fa mbola nikasa ny handeha hanafika « pharmacie » iray eto an-dRenivohitra ihany koa izy ireo tamin’ity herinandro ity, saingy izao sarona izao. Omaly no fantatra fa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ireto jiolahy rain-dahiny ireto, izay inoana fa nadoboka am-ponja avy hatrany. Mahavelom-bolo ary hita mivaingana tokoa ny vokatra azo avy amin’ilay hetsika ataon’ireo mpitandro filaminana, ny amin’ny fisafoana ireo elanelan-trano amin’ny faritra mafana rehetra eto an-dRenivohitra, raha toy izao foana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Essor économique des PED : Compromis par la lutte contre le changement climatique

Les ressources minérales ont permis à de nombreux pays de se développer rapidement. Aujourd’hui où les Pays en développement (PED) commencent à gagner du terrain dans ce secteur d’activité, de nombreuses institutions internationales abandonnent leur soutien à la production de combustibles fossiles. « Nous ne devons pas compromettre l’avenir de l’Afrique au nom de la lutte contre le changement climatique », a soutenu NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie (CAE). En effet, la pression monte pour éliminer progressivement les combustibles fossiles en Afrique afin de lutter contre le changement climatique. Des organisations allant de la Banque mondiale à la Banque européenne d’investissement (BEI) se sont manifestées contre la production africaine de combustibles fossiles, dans l’espoir d’encourager la transition du pétrole, du gaz et du charbon vers des sources d’énergie durables comme l’énergie éolienne et solaire. La Banque d’Angleterre a été critiquée pour avoir un dirigeant de compagnie pétrolière au sein de son conseil d’administration.

Stratégiques. La pression vient également du continent africain. Des lobbies des pays d’Afrique ont récemment demandé à l’Union africaine de mettre un terme à l’utilisation du charbon et d’envisager d’éliminer progressivement l’utilisation du pétrole et du gaz au cours des trois prochaines décennies dans l’espoir d’éliminer les émissions qui contribuent au réchauffement climatique. « Le changement climatique doit être pris au sérieux, mais nous ne pouvons pas accepter de telles réponses. Nous ne devons pas priver notre continent des avantages significatifs qu’il peut tirer des opérations pétrolières et gazières, des opportunités économiques offertes par la monétisation de ses ressources naturelles ou la conversion du gaz en électricité par exemple. En matière d’énergie, rien n’est blanc ou noir et il trop tôt pour une approche qui nous demanderait de choisir soit les sources d’énergie verte soit les combustibles fossiles », a indiqué le président de la CAE. Pour lui, le continent doit encore lutter contre la pauvreté énergétique à travers une exploitation intelligente de ses ressources, en tenant compte des besoins et de la disponibilité de ces ressources stratégiques non renouvelables.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Fanafihana tao Antafotona, dahalo 04 azo sambo-belona

Taorian’ny fahafihan-dahalo nitam-basy nitranga tao amin’ny Fokontany Antafotona,  Kaominina ambanivohitra Marosoa, any amin’ny Distrikan’ Ambositra, ny narain’ny alahady teo, tokony ho tamin’ny roa ora, izay nandrobana folo lahy nitam-piadiana tranombarotra iray, ka lasan’ny olon-dratsy tamin’izany ny vola sy entana maro isan-karazany tao amin’ity toeram-pivarotana sady trano fonenana ity, ary naratra mafy voatifitra nandritra ny fanafihana ny renim-pianakaviana tompon-trano. Raha vao naheno ny poa-basy sy antso vonjy ny manodidina, dia niantso avy hatrany mpitandro filaminana ka raikitra ny fanenjehana an’ireo mpandroba. Tokony ho tamin’ny dimy ora naraina, nifanehitra tao Avaratsena any amin’ny Kaominina ambanivohitra Ambalasoaray ny mpanara-dia sy ireo dahalo, ka raikitra ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Dahalo iray maty voatifitry ny Zandary tao Kianjandrakefina, raha rifatra nandositra nitsoaka nanavotr’aina kosa ireo namany, ary  navelan’ireo olon-dratsy teo ny entana avy nangalarina. Tsy nionona tamin’ny nahalavo an’ity dahalo ikoizana ity ny fanarahan-dia an’ireo olon-dratsy nataon’ny Zandary sy ny Fokonolona, fa nitohy, ka dahalo  efatra tamin’ireo mpandroba indray no voasambotra, afakomaly. Aorian’ny famotorana dia hatolotra ny Fitsarana tsy ho ela ireto dimy lahy azo sambo-belona, raha mbola mitohy kosa hatramin’izao, raha ny tati-baovao voaray, ny fikarohana an’ireo namany  dimy tafaporitsaka izay mbola miriaria any.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Antsohihy : Bodoin’olona ny tanin’ny Lycée

Bodoin’ andian’olona ny tanin’ny lisea Antsohihy, ary misy sahy manangana sy manorina trano eo amin’io tanim-panjakana ao anatin’ny faritry ny sekoly io, ka mampiaka-peo sy manaitra ny tompon’andraikitra mahefa ankehitriny, Atoa Razafimiasa Arthur Dauphin, Proviseur lycée Antsohihy. « Noho ny olana eo amin’ny fibodoan’olona sasany an-keriny ny tanim-panjakana ato amin’ny faritry ny sekoly, dia sahirana amin’ny fampiasana ny taniny ny sekoly, ka tsy afaka nanatanteraka fambolen-kazo mba ho fiarovana ny tontolo iainana, araka ny teny midina avy tany amin’ny minisitera foibe, nandritra ny fankalazana ny andron’ny sekoly nanerana ny nosy farany teo iny ». Nohamafisin’ity talen-tsekoly ity, fa « Misy mpitandro filaminana izay tokony handamina indray no sahy manao bodongerona mibodo ny tanin-tsekoly. Eo ihany koa ny mpampianatra namana naka. Ekena fa surveillant tao amin’ny sekoly lycée Antsohihy ny rain’ity mpampianatra iray izay mibodo ny tanin-tsekoly ity. Efa nodimandry ny io rainy io, ka tsy ananany zo velively ny hanorina trano eo an-tokontanin-tsekoly, satria  ananan’ny lisea taratasy ara-dalàna ny maha azy ny tany, ary voamarina ao amin’ny Sampandraharahan’ny Fananantany sy ny Fandrefesan-tany eto Antsohihy izany ». Efa eny am-pelatànan’ny Fitsarana moa ankehitriny ny raharaha, ka ho hita eo sy harahantsika akaiky eto hatrany ny tohiny ary ny fivoarany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : “Jenny Raharivola | The Family”, un concentré de talent

“Jenny Raharivola/The family” , un groupe à suivre de près.

Passionnés, ils le sont, mais à travers la musique qu’ils partagent, le quintet que forme “Jenny Jenny Raharivola | The Family” a créé un monde à part. En ce jour de la sortie officielle de leur tout premier EP, « Road to salvation », lumière sur ces jeunes artistes qui ambitionnent de parcourir ensemble les festivals et manifestations culturelles à travers le monde.

En mars 2019, d’une forte complicité musicale et fraternelle naît le groupe « Jenny Raharivola | The Family »,  un collectif de musiciens malgaches aux multiples talents qui rassemblent solidairement leur savoir-faire autour des compositions de Jenny Raharivola afin de faire entendre leurs voix dans le milieu professionnel de la musique. C’est lors d’une « tournée » riche en émotions, en expériences humaines mais aussi en rencontres artistiques que, dans un élan d’altruisme, germe dans le cœur de Jenny Raharivola et de ses musiciens le désir de partager leurs musiques avec une audience plus large, particulièrement dans le milieu culturel et artistique auquel ils ont un fort sentiment d’appartenance. En octobre 2019, ils dévoilent au grand jour leur première vidéo de présentation (EPK) introduisant les membres du groupe et racontant  le cheminement de leur projet musical actuel : « Road to Salvation ».

Jenny Raharivola/ auteur-compositeur. Née à Antananarivo, la capitale de Madagascar, Jenny est une jeune auteure-compositrice, guitariste et chanteuse connue pour la forte valeur émotionnelle et narrative de ses compositions instrumentales. Ces dernières sont fortement imprégnées des différents rythmes folks et traditionnels malgaches avec lesquels elle jongle subtilement pour faire ressortir une musique à la fois contemporaine, jazzy et décorée par les bruits de la nature. Dotée d’une fine oreille musicale, la jeune artiste compose dès l’âge de 11 ans des mélodies qui invitent au voyage, à l’introspection et qui trouvent leur originalité dans sa manière authentique de jouer de la guitare. Toutefois, avant 2019, c’était loin des feux des projecteurs que Jenny a partagé son art avec ses inconditionnels. En 2014, munie de sa guitare, elle commence alors à se rendre de maison en maison, d’hôpital en hôpital, en passant par les maisons de retraite, pour chanter et encourager les gens à se relever de leurs épreuves, à travers sa musique qui édifie profondément ses hôtes.

Josia Rakotondravohitra/batteur-percussionniste. Le batteur et percussionniste attitré du groupe n’est plus à présenter dans le milieu du jazz malgache. Il s’est également familiarisé avec les scènes internationales telles que le « Bari in Jazz Festival » en Italie ainsi qu’avec d’autres plateformes en Europe et dans l’Océan Indien. Munie d’une riche expérience sur l’art de valoriser les rythmes traditionnels malgaches auprès des autres cultures, un bagage qu’il acquiert au sein du « Global Music Campus » en Tanzanie et en Afrique du Sud, Josia prend alors naturellement sa place auprès de Jenny Raharivola dont les compositions se marient parfaitement avec son expérience, son style musical et ses objectifs.

Njaka Rakotonirainy/pianiste. On y voit également l’incontournable clavieriste et pianiste de jazz, Njaka Rakotonirainy. Le jeune concertiste s’attelle à étudier les musiques des régions écartées, pour ensuite transposer sur son clavier des sons et des rythmes qui se jouent habituellement sur des instruments traditionnels malgaches tels le « marovany ». Il fusionne ensuite cela subtilement avec le jazz. Une expérience singulière qui l’amènera, bien entendu, à se joindre à l’aventure musicale. Sa touche musicale authentique lui vaudra d’être régulièrement sollicité pour participer au Festival International Madajazzcar qui a lieu tous les ans, ou encore au « Yelewa Jazz Festival » à Mayotte aux côtés du groupe de jazz « Weaver trio ».

Ranto Rakotomalala /bassiste. Ranto Rakotomalala, quant à lui, est un virtuose de la basse électrique. Il commence à se faire un nom dans les clubs de jazz et festivals de musique à Paris grâce à son “groove” unique fortement influencé par les rythmes folks et traditionnels de son pays. Lauréat du tremplin Madajazzcar en 2009, c’est avec délectation qu’il découvre, lors d’un moment d’échange musical, que son jeu de basse est en parfaite symbiose avec le jeu de guitare de Jenny Raharivola. Les deux musiciens nouent alors une grande complicité musicale. En 2017, il décide de renforcer ses acquis techniques en poursuivant ses études dans une école de musique à Paris (IMEP) tout en continuant à collaborer fidèlement avec la grande famille Jenny Raharivola.

Tsanta Randriamihajasoa/polyinstrumentiste. Le dernier et non le moindre est le jeune multi-instrumentiste Tsanta Randriamihajasoa. Issu d’une grande famille de musiciens malgaches, son nom fait déjà le tour des réseaux sociaux. Il apparaît, entre autres, sur la chaîne de BBC Afrique  et dans quelques journaux de la Grande île. A tout juste 21 ans, le jeune musicien joue d’une vingtaine d’instruments avec une rare maîtrise. Il fait alors valoir son talent aussi bien dans des festivals de jazz tels le « Bari in Jazz Festival » en Italie en tant que trompettiste ou pianiste, que dans des événements purement dédiés à la musique traditionnelle malgache en tant que joueur de « marovany » ou de « sodina ». En 2018, son talent remarquable lui vaut sa participation à la 7e édition de « One Beat » aux USA qui réunit des leaders musicaux émergents du monde entier et auquel il est le premier Malgache à prendre part. Par la suite, sa rencontre avec Jenny Raharivola lui paraît comme le début d’une belle aventure musicale qui lui permettra de s’épanouir tant sur le plan humain que professionnel.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

La vigilance extrême des autorités sanitaires

La vigilance manifestée par les autorités pour prévenir la propagation du coronavirus montre que la menace est prise très au sérieux. Les mesures adoptées ne tolèrent aucun laisser-aller et peuvent parfois incommoder ceux qui doivent les subir, mais la sécurité du pays est à ce prix. L’opinion publique est tout à fait favorable à la multitude de précautions prises depuis le début de la crise du Covid 19. La Grande île est, pour le moment, épargnée mais cette assurance ne sera peut-être pas toujours garantie. La mobilisation ne doit pas se relâcher mais elle ne doit pas générer la psychose.

La vigilance extrême des autorités sanitaires

Les nouvelles en provenance de la France et de l’Italie provoquent une certaine inquiétude chez les Malgaches. La propagation du coronavirus se fait lentement mais sûrement. Dans l’Hexagone, il y a 04 morts et 270 personnes contaminées . Dans la péninsule, le nombre des décès ne cesse de croître. Il s’élève à 100 et on compte plusieurs centaines de malades. Les mesures de confinement sont respectées à la lettre et ne suscitent aucune protestation car tout le monde est conscient de la nécessité de les respecter. Mais la tension est palpable dans tous les lieux publics. Les médias et les chaînes d’information n’ont de cesse d’informer et entretiennent l’esprit de mobilisation. Les autorités sanitaires appliquent les consignes à la lettre et elles vont certainement aller encore plus loin dans la prévention. La gradation se fait lentement. En France, on est arrivé au stade 2 de la propagation et on se prépare à passer au stade 3. Cela peut impliquer l’isolement de certains lieux où se trouvent de nombreux citoyens contaminés. L’armée peut être appelée à la rescousse. La France et l’Italie font maintenant partie des pays à risque. Madagascar a commencé à interdire les vols long courrier en provenance d’Italie. Il ne l’a pas encore fait avec les vols d’Air France, mais tous les passagers qui débarquent sont soumis à des contrôles sanitaires rigoureux. Les cas suspects sont tout de suite envoyés au CHU d’Anosiala. Cette vigilance porte ses fruits parce qu’il n’y a eu aucun mort depuis le début de la crise du coronavirus.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Nouveau code minier : Début des travaux du Comité de pilotage

Vue partielle des membres du Comité de pilotage.

Le Comité de pilotage en vue de la restructuration du Code minier a débuté ses travaux, hier dans les locaux du ministère des Mines et des ressources stratégiques. Présidés par le ministre Fidiniavo Ravokatra, les travaux ont été marqués par l’inclusivité. En effet, le Comité de pilotage est composé de représentants de l’Administration, des syndicats, des petites mines, des grandes mines et de la société civile. Ce comité a du pain sur la planche car il doit accoucher d’un projet de modification du Code minier avant le mois de juin de cette année. Un projet qui doit être présenté au Parlement courant juin. A travers ce Comité de pilotage, le gouvernement veut démarrer dans le cadre d’un partenariat public-privé tenant compte des différentes sensibilités des acteurs engagés dans les activités minières, dont la mission est de proposer des modifications sur l’actuel Code minier. Des noms connus du secteur minier ont été désignés dans ce comité de pilotage par leurs collèges respectifs. Ainsi, la Société civile est représentée par Lalanirina Rasoanandrianina, les grandes mines représentées par la Chambre des mines de Madagascar avec à la tête Willy Ranjatoelina, secrétaire exécutif, assisté du conseiller juridique international Raphaël Jakoba du cabinet MCI. Rabary Razafindrazaka, quant à lui, représente le Syndicat minier.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Education : La classe préscolaire de l’EPP Tsongobory Toliara, un petit joyau au milieu d’une ruine

Contraste flagrant entre la classe préscolaire et les autres classes de l’EPP Tsongobory.

Les élèves s’assoient à même le sol, les salles de classe et les infrastructures de l’établissement sont dans un état de dégradation avancée, les enseignantes et la directrice de l’école travaillent avec très peu de moyens. Mais peu importe, l’enthousiasme des élèves reste intact, tandis que les enseignantes, bien que motivées, aspirent à une meilleure situation pour leur école. 

Cette réalité est celle de l’EPP (école primaire publique) de Tsongobory, dans la ville de Toliara. Depuis maintenant sept ans, certaines salles de classe sont dépourvues de tables -bancs, contraignant les élèves à s’asseoir à même le sol, les cahiers sur les genoux. Depuis quelques années, cette école primaire publique bénéficie de soutiens des partenaires. Le dernier en date est l’Unicef qui a construit, en 2019, une salle de classe pour le niveau préscolaire, nouvellement mis en place. Cette classe pour les moins de 6 ans a aussitôt suscité l’enthousiasme des parents d’élèves : le niveau préscolaire compte actuellement 84 élèves, placés sous les soins de quatre enseignantes. Ici, tout contraste avec les autres infrastructures : salle de classe et mobiliers scolaires en excellent état, sanitaires adaptés à la taille des enfants, un espace hygiène où les petits peuvent se brosser les dents après le repas à la cantine. Par ailleurs, les enseignants Fram (payés par l’association des parents d’élèves) de l’école bénéficient également d’un appui financier venant de l’Unicef.

Bond spectaculaire. Il faut savoir que les élèves de cet établissement sont quasiment tous issus de familles pauvres du fokontany de Tsongobory. « Les élèves venaient à l’école le ventre vide la plupart du temps, et étaient en haillons. Ce qui n’était pas sans conséquences sur leur état de santé et leur capacité d’apprentissage. Mais ces dernières années, avec ces appuis dont l’école a bénéficié, la situation a évolué et cela se voit à travers les résultats scolaires des élèves », confie la directrice de l’EPP Tsongobory, Soazanany Firose Sylviane. Effectivement, le taux de réussite à l’examen du CEPE a connu une hausse spectaculaire en l’espace de deux ans, avec un bond de 59% de 2017 à 2019. De 13% en 2016-2017. Le taux de réussite est passé à 69% au terme de l’année scolaire 2017-2018, et à 72% en 2018-2019. De plus, le taux d’abandon scolaire a connu une baisse considérable : de 21% en 2017 à 13% en 2019. La principale raison de l’abandon scolaire, l’an dernier, était alors l’épidémie de rougeole.

Les appuis de l’Unicef pour cette école ne datent pas d’hier car l’établissement a déjà bénéficié d’autres soutiens de la part de cette agence onusienne, entre autres, des kits urgences durant la période cyclonique de 2011, des kits scolaires et des équipements sportifs ainsi que des radios à manivelle en 2013. Avec ce récent soutien au préscolaire, c’est l’ensemble de l’école qui se retrouve revigoré. L’établissement attend avec impatience l’achèvement des travaux de construction de l’EPP « manara-penitra » actuellement en cours, à côté des actuelles infrastructures délabrées de l’école. L’EPP Tsongobory compte actuellement 492 élèves – avec une majorité de filles – et 18 enseignants dont deux enseignants Fram, tous deux étant des « non sub », ou ne bénéficiant pas des subventions du ministère de l’Education nationale.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Le gouvernement sommé par les députés de la majorité

Les députés de la majorité sont impatients. Ils veulent que l’exécutif accélère les réalisations des « Velirano » du président de la République. Une sommation a été lancée par la présidente de la Chambre basse, mercredi dernier. 

Plus question pour les députés de la majorité de traîner dans le calendrier des réalisations des « Velirano » du président de la République. Le temps presse, préviennent-ils. Une année après la mise en place du premier gouvernement Ntsay, le retard dans les actions menées par l’exécutif semble se faire sentir au sein même de la majorité parlementaire. De ce fait, les députés exigent à leurs collègues de l’Exécutif d’engager la vitesse supérieure dans la mise en œuvre des programmes du président de la République inscrits dans le Plan Emergence Madagascar. Mercredi dernier, la tribune de la Chambre basse a été une occasion pour le numéro un de l’Assemblée nationale de porter haut et fort les messages de ses collègues parlementaires issus de la majorité. A l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la session extraordinaire du Parlement, Christine Razanamahasoa s’est alors adressée aux membres de la « team » Ntsay pour les interpeller sur le « timing » qui s’impose au régime. « Il faut maintenant aller vite car la population attend beaucoup de vous. Allez-y, foncez ! Et ne traînez plus !  » a-t-elle déclaré face aux quelques membres du gouvernement qui sont venus assister à la cérémonie d’ouverture à Tsimbazaza. « Il faut que vous accélériez la réalisation des ‘Velirano’ du président de la République » a-t-elle poursuivi.

Le choix du président de la République et de son Premier ministre de renforcer le gouvernement par des techniciens devrait offrir une bouffée d’air frais à l’Exécutif, selon les parlementaires. Le dynamisme de l’Exécutif est donc tant espéré du côté de Tsimbazaza. La majorité souhaite, à cet effet, que les choses concrètes se fassent parce que « 2020 est une année de travail », soutient Christine Razanamahasoa, patronne de la Chambre basse. Les élus attendent aussi que l’Exécutif augmente le rythme tout en lui promettant leur soutien indéfectible. Un soutien qui n’aurait pas été  facile à décrocher par Mahazoarivo.

La formation du deuxième gouvernement Ntsay aurait  aigri les relations entre Tsimbazaza et Mahazoarivo. Selon certaines sources, les noms avancés par les groupes de députés de la majorité n’auraient pas été considérés dans le « casting » des futurs membres du gouvernement. Les chefs de l’Exécutif ont jeté leur dévolu sur des noms de techniciens pour former l’équipe. Et ce choix a été reçu comme une douche froide dans les rangs de la majorité qui aurait voulu voir un des siens aux côtés de Christian Ntsay. Les rumeurs d’une motion de censure mijotée par le Parlement commencent vite à circuler. Mais mercredi dernier, Christine Razanamahasoa a dissipé le doute et a coupé court à ces bruits. Elle écarte toute idée d’un quelconque coup qui pourrait saper le gouvernement. « Nous vous souhaitons bon vent », a-t-elle déclaré, même si la frustration s’est toujours faite sentir, à travers son discours au perchoir, mercredi dernier. La page est donc tournée et la majorité semble être prête à oublier le fait d’avoir été écartée dans la formation du gouvernement. « On laisse passer si cette décision a été prise pour l’intérêt national », a promis la présidente de l’Assemblée nationale.

Rija R.