Les actualités à Madagascar du Lundi 06 Mars 2017

Modifier la date
News Mada498 partages

Lalana RN 9 Toliara – Morombe : efa vita ny 85 %-n’ny asa fanamboarana

 Miroso ny fanamboarana ny lalana RN 9 amin’izao fotoana izao, mampitohy an’i Toliara sy i Morombe, nahazoana famatsiam-bola avy amin’ny Banky afrikanina momba ny fampandrosoana (Bad). Azo ambara izany fa efa vita amin’izao fotoana izao ny 85 %-n’ny asa. “Vita tara tsara ny 50 km, tsy misy atahorana fa ho tratra ny fotoana nifanarahana  amin’ny fanamboarana ity lalana ity na maro aza ny olona nosedraina”, araka ny nambaran’ny talen’ny orinasa China Railway, James Guo, manatanteraka ny asa.

Hovitaina tara amn’izao indray i Toliara – Analamisampy, ary miankina amin’ny fahavitan’ity ampahan-dalana ity ny hitohizany amin’ny fanamboarana tetezana lava indrindra ao Bevoay, mamakivaky ny reniranon’i Mangoky, raha ny fanazavana  azo  avy amin’ny Bad. Marihina fa tamin’ny andron’ny Tetezamita no nanaovana ny sonia fifanarahana hanamboarana ity lalana ity, teo amin’ny governemanta malagasy sy ny Bad. Ny ampahany faharoa amin’ny tetikasa, ny mampitohy an’i Manja sy i Morondava.

CMS

Midi Madagasikara273 partages

Cyclone tropicale Enawo : Les hautes terres centrales sur sa trajectoire !

Enawo pourrait gagner en puissance pour atteindre le stade de cyclone tropical intense dans les jours qui viennent.

Enawo pourrait passer de tempête tropicale modérée à cyclone tropical intense dans les jours qui viennent.

Le passage d’un cyclone en terre malgache est un fait climatique qui surgit chaque année. Et dans ce cas, Enawo pourrait bien être le premier à toucher terre cette année. En effet, d’après un communiqué émanant de la Direction Générale de la Météorologie de Madagascar, ledit cyclone serait actuellement à 638 km au Nord-Est d’Antalaha. Devenue cyclone tropicale, il a affiché (à l’heure où nous avons rédigé) des rafales de 120 à 160km/h avec une vitesse de déplacement de 10 km par heure. Le même communiqué d’ajouter qu’Enawo pourrait devenir un cyclone tropical Intense si son centre a été positionné à 698 km au Nord-Est d’Antalaha. Accompagnée de vent de 83 km/h alterné par des rafales instantanées de 120 km/h autour du centre, Enawo pourrait toucher terre entre Antalaha et Toamasina tard aujourd’hui ou encore très tôt demain matin. A cet effet, l’avis d’avertissement ou alerte verte est maintenu pour les régions « Antsiranana I-II, SAVA, Analanjirofo et Atsinanana ». Prévu se déplacer dans la partie centrale de la Grande-Île, des pluies abondantes seront au rendez-vous dans les jours qui viennent dans les hautes terres.

Alerte verte. Face aux menaces accompagnant le passage d’un cyclone, il est important de connaître la signification de l’expression « alerte verte ». Lancé 5 à 2 jours avant la catastrophe, l’avis invite toutes les personnes (responsables des CTD, services ministériels ou encore les simples particuliers concernés) à hisser le drapeau Cyclone. Ils sont également encouragés à renforcer les portes et fenêtres mais aussi à faire des stocks de bougies ou encore de piles électriques. L’attention étant le mot d’ordre dans une telle situation, il est recommandé d’être à l’affut des informations concernant l’évolution du cyclone à la radio ou encore à la télévision. Etant donné que la trajectoire du cyclone pourrait comprendre les régions centrales et que les pluies seraient abondantes jusqu’à mercredi prochain, les populations de ces zones devraient également se préparer aux pires… du moins pour faire face aux pluies.

Recueillis par José Belalahy

Orange Madagascar189 partages

Vidéo de Maroantsetra sous la pluie à l'approche d'Enawo

Le cyclone tropical intense ENAWO engendre des vents moyens de 170 km/h et des rafales pouvant atteindre jusqu’à 240 Km/h autour du centre. ENAWO se trouve actuellement à moins de 300 Km au Nord-Est de la ville d’Antalaha. 

Sur Maroantsetra, il pleut déjà beaucoup, et les vents sont assez violents. 

 

 

Les avis émis : 

L'express de Madagascar159 partages

Trafic de bois de rose – Des présumés suspects à l’air libre

Cinq suspects dans l’affaire des bois de rose saisis au large du cap Masoala ont été « remis en liberté ». Le présumé propriétaire du navire Paprika et des bois précieux figure parmi eux.

Man­que de preuves. De prime abord, telle est la raison qui a fait que cinq suspects dans l’affaire des bois de rose saisis au large du cap Masoala, le 6 février, ont été « remis en liberté ». Des accusés parmi lesquels figurent celui qui serait le propriétaire des 340 rondins confisqués et du navire dénommé Paprika, ainsi que son équipage.L’arraisonnement, le 6 février, du bateau Lumina au large du Cap Masoala, avec à son bord 340 rondins de bois de rose, a défrayé les chroniques. Une communication faite par le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, lors du conseil du 28 février, indique cependant que Lumina a pris le relais d’un autre navire tombé en panne nommé Paprika, dans la nuit du 1er et 2 février, « à Andomboka, fokontany Anovandrano, commune rurale de Vinanivato, disctrict d’Antalaha, région Sava ».Des sources rapportant une enquête faite à Antalaha, indiquent que le commandant et deux membres d’équi­page de Paprika, ainsi qu’un docker ont été par ailleurs appréhendés « à bord » dudit bateau. « Les premiers embarquements illicites ont débuté dans la nuit du 11 au 12 janvier », ajoutent-t-elles. « Ce qui nous a étonné, c’est que le propriétaire du Paprika, à qui appartient également les bois de rose, s’est présenté de lui même pour être enquêté », confie l’une d’elles.Les « cinq suspects » ont alors été présentés devant la justice. L’autorité judiciaire, à Antalaha, « les ont pourtant remis en liberté, demandant [comme complément de preuves] que le Paprika soit ramené à Antalaha, et les résultats de l’enquête que l’APMF [Agence portuaire maritime et fluviale] devait ouvrir », rapportent les informateurs.

RéseauLe Parquet d’Antana­narivo, désormais en charge du dossier des bois de rose de Masoala, a pourtant placé en détention préventive les propriétaires considérés comme de gros bonnets, et les membres d’équipage de Lumina. Est-ce parce que le bateau a été remorqué jusqu’au port de Toamasina, permettant de constater matériellement le délit, son immatriculation et son identité ?« En début d’année, la gendarmerie d’Antalaha avait déjà alerté les responsables locaux de l’APMF sur l’existence de mouvements suspects de petites embarcations allant dans une même direction. Ils ont répliqué que le représentant de l’État en a déjà été avisé, et qu’une enquête était déjà ouverte », ajoute par ailleurs l’autre source. L’issue de cette enquête de l’APMF serait pourtant également nécessaire, pour rouvrir l’instruction des « cinq suspects d’Antalaha ».Si les cinq individus sont libres, l’autorité judiciaire d’Antalaha, avant d’être dessaisie de l’affaire, « a placé sous mandat de dépôt quatre personnes », pour leur implication dans l’embarquement illicite à bord du Paprika. « L’un d’eux est le frère du propriétaire du Paprika. Durant les auditions par les forces de l’ordre, il a reconnu qu’ils sont associés et que les bois de rose leur appartenaient, mais avaient été volés de leur lieu de stockage. Les mêmes bois ont pourtant été embarqués sur le navire de son associé de frère », expliquent les indiscrétions.L’une des sources d’informations soutient que « les cours du bois de rose sur le marché international ont sensiblement augmenté. Ce qui fait que les réseaux mafieux ont repris du service, après s’être mis en retrait durant l’année 2016 ». Le gouvernement affirme que tous ceux impliqués dans le dossier des bois de rose de Masoala n’échapperont pas à la Justice, mais que la possibilité que de « hauts responsables », soient trempés impose la prudence.En attendant, du côté de la gendarmerie nationale, les sanctions sont tombées. Les responsables de la gendarmerie dans la région SAVA ont été remplacés. « Qu’ils soient impliqués ou non dans des magouilles, une telle mesure est nécessaire », indiquent des sources. Il s’agirait alors également de casser la chaîne mafieuse. Les sources s’interrogent, ainsi, « pareilles prudences ne seraient-elles pas opportunes pour d’autres entités   ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar141 partages

Développement rural – Le « miracle japonais » transposé au Bongolava

Des volontaires pour le développement rural dans la région du Bongolava. Leur recette est de trouver des solutions à partir des ressources disponibles.

Améliorer la condition de vie avec des ressources disponibles. C’est l’approche qui a permis aux Japonais et du Japon de s’en sortir  après l’hécatombe de la seconde guerre mondiale. Et depuis, le monde entier n’arrête pas de parler du miracle japonais. A Madagascar, des volontaires de la Japan oversea cooperation volunteer (JOCV) partagent cette approche avec la population dans leurs zones d’intervention. C’est le cas dans la région du Bongolava où les résultats sont palpables et visibles sur terrain.

Dans cette région à vocation agricole, cinq volontaires japonais interviennent dans le développement rural, l’éducation, l’environnement et la santé. A Ankadinondry Sakay, Eiko Doi a réussi à  réveiller dans les esprits des paysans malgaches le système D.  Avec des emballages de biscuits et des cartons, et loin de toutes autres technologies modernes de la vie tokyoïte, elle a fabriqué un rice cooker fonctionnant avec l’énergie solaire. « Notre population est plus motivée que jamais. Avec les ressources disponibles, ils sont convaincus d’améliorer leurs conditions de vie. C’est cela le Seikatsu kaizen », a tenu à souligner Jean Paul Razanatsoa, adjoint au maire de la commune rurale d’Ankadinondry Sakay.

Constat réel

De son côté, une autre volontaire, Mami Nakamura travaille dans le domaine de la santé maternelle et infantile auprès du service de district de la santé publique (SDSP) de Tsiroanomandidy. Cette jeune infirmière de 28 ans effectue des marches de plusieurs kilomètres dans des villages environnants pour que les enfants malgaches ne soient plus victimes de la malnutrition et que le taux de mortalité infantile baisse. Dans le village d’Ambohimamory, à environ 25 kilomètres de la capitale de la région du Bongolava, Mami apporte des conseils nutritionnels aux mères de familles et de ses progénitures. « La santé maternelle me préoccupe. Avant de venir ici à Madagascar, j’ai travaillé dans un grand hôpital de Shinjuku à Tokyo », lance-t-elle.

Certes, les résultats ne se chiffrent pas d’un coup mais le constat est bien réel. Le changement de comportement commence à faire place dans les foyers des paysans de la région du Bongolava. La protection de l’environnement devient une priorité pour les zones d’intervention de ces volontaires japonais. Des paysans ont été initiés à utiliser le « kamado ». A Tsinjoarivo Imanga, ce foyer amélioré utilisant le bois de chauffe et confectionné à partir de matériaux simples que l’on peut trouver en milieu rural tels que l’argile, la terre rouge, la cendre, la paille et l’eau commence à se vulgariser.

Le but de son introduction est multiple et présente des avantages, entre autres l’économie en bois de chauffe, le temps de cuisson réduit et la gestion durable des ressources ligneuses.

Lova Rafidiarisoa

 

Tia Tanindranaza138 partages

Ravalomanana tany Antsirabe“1er tour dia vita…”

Tonga niatrika ny fambolen-kazon’ny Distim ny filoha Ravalomanana Marc ny sabotsy 4 martsa lasa teo.

 Ankoatra ny fambolen-kazo dia nanamafy ny firotsahany hofidiana amin’ny taona 2018 ny tenany. Tsy hisy hahasakana ny firotsahako, hoy ny tenany, satria efa ireo vondrona iraisam-pirenena mihitsy no nampandre azy fa misy ny mitetika indray ilay “Ni ….ni”. “Efa eto aho izao”, hoy izy hentitra fa tamin’ny tsy nahateo ahy no nisian’izany. Natao daholo ny fanakanana ahy tsy ho tonga teo saingy inty aho izao, nosakanana tsy hifandray tamin’ny olona aho teo aloha rehefa tonga saingy izao aho mihaona aminareo. Mbola matanjaka ny TIM, hoy hatrany ity filoha nasionalin’ny Tim ity, matoa manana Ben’ny tanàna 150 ary solombavambahoaka 21 ka tsy misy mampatahotra any amin’ny fifidianana izany.

“1er tour dia vita”

 Nambarany fa tsy mbola fampielezan-kevitra no ataony satria misy ny milaza fa mampiomana ny mpomba azy ho vonona hiatrika ny fifidianana. Nohamafisiny fa i Vakinankaratra no hiaingan’ny hetsika rehetra hiatrehana ny fifidianana amin’ny taona 2018 ho avy io ary mbola vonona ny amin’ny “1 tour dia vita” hatrany izy sy ny mpomba azy. Tany Antsirabe no nampahafatarany ny hitsanganan’ny fikambanana G.M.M na ny “Gasy Miasa Miaraka”, izay fikambanana hampivondronana ireo mpomba azy izay tsy voatery hiditra TIM sy hampivondronana indray ireo mpomba azy nisintaka tao amin’ny TIM. Nambarany fa tsy matahotra an’iza na iza ny tenany amin’ny 2018, satria samy hanao izay hahalany azy ny rehetra satria efa miomana amin’ny fametrahana sy fanetsehana ireo mpomba azy izy miaraka amin’ireo efa nanohana azy hatramin’izay sy ireo mbola te hanohana azy. Nandritra io sabotsy io no nanolorana ireo mpitarika vaovao ny Distim Antsirabe voalohany.

 

L'express de Madagascar119 partages

Is’Art Galerie Ampasanimalo – Angaroa et « Rock’Andro » explosent tout

L’évènement a été incontournable pour les métalleux de la capitale. Le concert du groupe Angaroa a transcendé son public vendredi soir, dans le quartier d’Ampasanimalo.

Énergique et enivrant du début jusqu’à la fin, c’est un concert rock d’exception que le groupe Angaroa a proposé aux métalleux noctambules de la ville des Mille, vendredi. Le groupe resplendit d’un enthousiasme propre à lui-même. Il est porté par une passion unique pour le rock, à travers lequel il conjugue fièrement son attachement à la culture malgache et aux valeurs propres à ce genre, connu pour sa musicalité bien fumante.Angaroa s’est brillamment illustré sur la scène de l’Is’Art Galerie Ampasanimalo à travers son fameux « Rock’Andro », pour un rendez-vous à la fois euphorique et mélodieux. Haut lieu de l’art contemporain de la capitale, le choix de l’Is’Art Galerie n’a pas été anodin pour Angaroa. Pour eux, ce lieu chaleureux représente cette fraternité intemporelle unissant ses membres.Composé de Maîji au chant, Tomi à la lead-guitare, Rojo à la guitare rythmique, Tsanta à la basse et Éric à la batterie, le groupe a, d’ores et déjà, plus d’une décennie de carrière au compteur, et ne cesse d’affirmer sa renommée auprès d’un public de toutes les générations.

Rock et traditionsD’un riff puissant, entre allégresse et cacophonie « rock’n’rollesque » assourdissantes mais enjouées, le concert a débuté en trombe vers 20h. Le public exalté d’impatience, qui a copieusement rempli les lieux, n’a pas tardé à se faire entendre de suite dans tout le quartier.Au bout de près d’une décennie, Angaroa, animé par l’humilité de ses membres s’est souvent illustré sur les grandes scènes. Mais cette année entend marquer un renouveau dans le parcours du groupe, avec déjà pas mal de compositions à son actif. Le rock de la bande s’affirme comme un savant melting-pot de talents, de créativités et surtout d’hommages à ce genre musical en général.Le public de l’Is’Art Galerie n’a d’ailleurs pas manqué l’occasion de louer son talent, en scandant son admiration pour le groupe à chaque chanson.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara116 partages

Phytopharmacie : Le Mancozèbe peut être dangereux

Le raisin doit être minutieusement lavé avant d’être consommé.

Les produits agropharmaceutiques peuvent être dangereux pour la santé en cas d’utilisation abusive.

Utilisés abusivement, les produits fongicides peuvent s’avérer dangereux. Raison pour laquelle le  Service de la Phytopharmacie auprès de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) de Nanisana opère actuellement une campagne de sensibilisation du public et des utilisateurs de ces produits fongicides.

Mancozèbe. «En tant que premier responsable des produits agropharmaceutiques, nous tenons à  apporter quelques informations importantes sur l’utilisation souvent abusive par les paysans malgaches des produits fongicides destinés  à  lutter contre la maladie causée par des champignons »  explique Ramangason Honoré Mamitiana ; responsable de la communication et de l’information auprès de la DPV. En effet, ces produits contiennent de  la matière active dénommée  « Mancozèbe » qui se caractérise par sa toxicité et dont l’utilisation nécessite la prise d’un certain nombre de précautions afin d’éviter les éventuels préjudices et accidents sur la santé aussi bien des utilisateurs que des consommateurs.

Usage normal. Bref, utilisé en respect des normes et à doses normales, ce genre de fongicides n’est pas dangereux. C’est ce qu’explique, d’ailleurs, Rabakoarijao Désiré,  Chef de Service de la Phytopharmacie auprès de la DPV. « Le  Mancozèbe » connu des agriculteurs sous le nom de « *DITHANE » n’est pas hautement toxique avec une DL50  à 8000mg/kg, ce qui le met au classement IV de l’OMS qui  signifie « non dangereux en usage normal ». Et de préciser : « Pour éviter une éventuelle intoxication, trois mesures sont à bien retenir pour les agriculteurs. Il faut avant tout respecter la dose préconisée en lisant attentivement les instructions inscrites sur  l’étiquette du produit, ou demander des conseils auprès des  revendeurs légaux formés  par nos techniciens. Ensuite, il faut bien respecter   le  délai d’attente avant récolte allant de 3 jours au minimum à 21 jours. Enfin, il ne faut  plus pulvériser de produits pesticides le grenier, ou les caisses contenant les  fruits  comme les tomates et les raisins ».

Poursuite judiciaire.  A noter selon toujours les explications recueillies auprès de la DPV qu’exposer quelqu’un au danger de l’utilisation abusive de fongicide est passible d’une poursuite judiciaire conformément à l’article 301 du code pénal malgache. Une pratique qui est formellement interdite, pouvant porter atteinte à la santé des consommateurs , laquelle est susceptible d’ interprétation d’empoisonnement stipulée par l’Article 301 du Code Pénal Malagasy et passible d’une poursuite judiciaire. Quant aux  consommateurs, ils sont invités à  bien laver avec de l’eau abondante les tomates et les raisins pendant la préparation culinaire surtout quand on y trouve encore des traces de poudre jaune. Bien évidemment, ces produits doivent être éloignés des enfants quand ils ne sont pas encore bien lavés ou non encore préparés.

R.Edmond.

Madagate115 partages

Ilakaka. Jean Laurent Razafimamonjy: polisy mandrahona ao aminy Facebook

Raha mbola tsy fantatra ny mikasika ireo polisy navanon-doza nandoro trano tany amin’ny faritra Sofia tany, dia mbola polisy ihany ny sahy mandrahona mpanao gazety amin’ny alalàn’ny facebook.

Tsy hiverina hiditra lalina amin’ny tranga niseho tao aminy radio Jupiter (vakio ETO sy ETO ary ETO) aho, fa ny zava-misy dia tsy mahafehy tena mihitsy ity polisy iray ity.

Io ny lehilahy mandrahona olona nefa hoe mpitandro filaminana. Ho aiza mihitsy ary ity firenena malagasy ity e?

Jean Laurent Razafimamonjy ny anarany entiny ao aminy facebook. Tena anarany io ary tena polisy izy. Dia io nandrahona an’i Fernand Cello fa “hamboariny” hono. Hanamboatra no izy fa tsy "hanambotra" sa koa hambotry tsotra izao?

Samy mahalala ny dikan’io “hamboarina” io raha mbola Malagasy ihany. Fa dia ahoana loatra? Sa rehefa mpitandro filaminana dia mihevitra ho tsy matimanota satria hisy hiaro foana ao ambony ao? Tsy ampy angaha ny nanjo ny minisitrareo Anandra Norbert?

Ny mpanao gazety Fernand Cello

Ka n’inona n’inona dia nanapak’hevitra hitory azy i Fernand Cello, amin’io fandrahonana nataony io. Dia ho hitan-tsika eo raha tena tany tan-dalàna tokoa ity Madagasikara ity.

Marihina fa na ho fafany aza io fandrahonana io dia efa vita sary ary alefa any amin’ny sampana misahana ny fitoriana. Tsy resaka tahotra koa ity resaka ity fa zon’ny rehetra ny mitory rehefa hiatra aman’aina fa tsy hiandry ferapara vao hikoropaka… Ka dia asa izay ataon'ny minisitry ny Polisy vaovao, Mamy Jean-Jacques Andrianisa, notendren'ny Filoham-pirenena manokana. Sa izaho manoratra ity lahatsoratra ity no adala very saina ("aliéné mental") fa tsy misy izany fandrahonana izany? Fa... fisaorana ny dikan'io "hambotra" io? Asa...

Jeannot Ramambazafy – 06 Marsa 2017

Midi Madagasikara104 partages

Tennis / Boeny : Le Dr Max Rakotomalala président

En grand féru de tennis, le Dr Max Rakotomalala revient dans le monde du tennis et reprend les rênes de la balle jaune majungaise. Et le revoilà parti pour une présidence  2017-2020, élu à  la majorité absolue par 3 voix sur 3. « Ce sera un mandat avec obligation de résultats » a-t-il lancé. Car la ligue de Boeny a ses champions mais souvent délaissés et qu’il faudra vraiment relancer sur la scène nationale.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara99 partages

Madagascar All Stars : Une série de concerts à Mada

Le groupe Madagascar All Stars.

Le groupe Madagascar All Stars, réunissant les artistes Malgaches les plus côtés à l’étranger, revient de La Réunion où il a effectué une résidence de création. Il sera en concert dans plusieurs endroits de la capitale tout ce mois de mars.

Ce sera au CCEsca Antanimena pour le 10 mars à partir de 19h. Et ils seront tous là. Ils, ce sont Dama, Régis Gizavo, Erick Manana, Justin Valiha, Jaojoby et Olombelo Ricky. Tous réunis au sein du groupe Madagascar All Stars, qui sillonne les pays outre-frontières depuis plus d’une dizaine d’années maintenant. Après avoir effectué une résidence de création à La Réunion, les membres sont prêts à enregistrer un deuxième album. Mais d’abord, place à la scène et à la rencontre avec le public, puisqu’ils se produiront dans quelques endroits bien connus de la capitale pour présenter le fruit de leur travail. Car après le concert du CCEsca, place à l’IFM et le Jao’s Pub, passage obligé ! Des concerts et des cabarets qui s’adressent à plusieurs franges de personnes, le public du groupe étant très disparate.

Ambassadeur. « Madagascar All Stars », c’est un groupe musical malgache qui réunit la crème des artistes malgaches qui font une carrière internationale. Chacun d’entre eux est fort d’une carrière riche qui les a menés pratiquement partout dans le monde, avec comme seul leitmotiv la promotion de la musique et de l’identité culturelle malgache. Et ils l’ont plutôt bien fait. Car grâce à cette carrière internationale, les membres du groupe ont pu donner voix à l’art et à la musique malgache, faisant alors découvrir le pays à travers notes et musique. Quel autre meilleur ambassadeur en effet que les artistes, qui ne reflètent que le meilleur du pays.

En attendant, que les fans se préparent car les concerts pleuvront à Tanà durant ce mois de mars.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara73 partages

Sachets en plastiques : Dorénavant tolérance zéro pour les utilisateurs !

Le nouveau décret d’interdiction 2017-010 interdisant la commercialisation, la vente et la production de tous les sachets en plastiques (sans distinction) s’applique désormais dans tout Madagascar.

La question environnementale, notamment sa sauvegarde est la première argumentation utilisée par le ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts quant à la prohibition des sachets en plastiques.

 Produit incontournable du quotidien de beaucoup de malgaches, les sachets en plastiques sont devenus des produits de consommation comme tant d’autres.Et ce malgré le décret ministériel n° 2014-1587 du 7 octobre 2014 qui interdisait la production et la commercialisation des sacs et sachets en plastiques de moins de 50 microns (d’épaisseur) dans tout le territoire malgache. Une interdiction qui n’a pas été suivi par les destinataires étant donné l’omniprésence (ou presque) de ces produits dans la vie des malgaches. L’élaboration du nouveau décret 2017-010 tenterait de corriger le tir du ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts en interdisant l’utilisation dans le territoire malgache de tous les sachets de moins de 50 microns qu’ils soient biodégradables ou non, bioplastiques ou non, avec ou sans poignées, avec ou sans bretelles.

Sensibilisation.La question de sauvegarde de l’environnement étant importante car elle est la première causede l’application de ce décret, il est nécessaire d’apporter des attentions particulières aux sensibilisations et aux informations quant à sa portée pour éviter les rechutes (comme on a vu avec l’ancien décret). Notamment, dans le basculement vers l’utilisation des paniers en raphia produits par les artisans locaux. Une manière de concilier la lutte contre la dégradation de l’environnement et la promotion des produits locaux. Par ailleurs, il est à noter que les commerçants ont jusqu’au 31 mars 2017 pour écouler les sacs et sachets en plastiques inférieurs ou égales à 5O micron.

 José Belalahy

Midi Madagasikara64 partages

Régime Rajaonarimampianina : Trois ministres de la Sécurité publique en trois ans

Tout au long de sa tournée de campagne électorale en 2013, le candidat « numéro 3 » Hery Rajaonarimampianina s’est engagé pour « le rétablissement rapide et strict de la sécurité aussi bien dans les grandes villes que dans les brousses ». La question de l’insécurité figure parmi les promesses non tenues de l’homme fort du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». En effet, depuis 2014, l’insécurité a atteint un niveau très élevé. Des cas de meurtres, de kidnappings, d’attaques à mains armées, de vols et de viols sont relatés quotidiennement par les médias. Sans parler des attaques des « dahalo » et des attaques sur les routes nationales. Chaque région a sa particularité en matière d’insécurité. Problèmes des « foroches » à Antsiranana, les attaques à mains armées, les pickpockets et les vols à la tire à Antananarivo et à Toamasina. De plus en plus de jeunes se versent dans la délinquance et la criminalité. Les « Raiamandreny » et les autorités semblent impuissants face à ce fléau. Plus d’un accusent l’Etat d’être incapable d’assumer son rôle qui est de garantir la sécurité et la sûreté de la population. Il faut toutefois reconnaître que la recrudescence actuelle de l’insécurité est l’un des stigmates de la crise qui a miné la Société malgache. L’instabilité politique a engendré un malaise profond et a rompu la confiance entre dirigeants et dirigés. Bien malgré les efforts fournis par des institutions spécifiques telles que le Bianco et le SAMIFIN, la corruption est devenue monnaie courante au niveau de l’Administration malgache et de la Société en général. Cette situation peut, peut-être expliquer la recrudescence actuelle des cas de Justice populaire.  

Ethique et déontologie. Quoiqu’il en soit, bon nombre d’observateurs estiment que le régime Rajaonarimampianina n’a pas encore trouvé les solutions adéquates aux problèmes d’insécurité. Bien malgré les différents ateliers et séminaires qui ont été organisés, en l’occurrence du Séminaire national sur la Réforme du Secteur Sécurité (RSS), l’insécurité persiste encore. Le régime et les hauts responsables des forces de l’ordre semblent être perdus dans leurs démarches. C’est ce qui explique certainement les changements incessants de hauts responsables au niveau des forces de l’ordre. Pour ce qui est de la Police nationale, l’on compte trois ministres en l’espace de trois ans. Le Contrôleur Général de Police Randimbisoa Blaise Richard était le premier ministre de la Sécurité publique de la Quatrième République. Nommé au mois d’avril 2014 lors de la formation du premier gouvernement dirigé par le Premier ministre Kolo Roger, il est resté deux ans à ce poste. Sa nomination a été abrogée lors de la formation du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana au mois d’avril 2016. Randimbisoa Blaise Richard a été remplacé par la suite par le Contrôleur Général de Police Anandra Norbert qui vient d’être limogé suite à l’affaire Befandriana Nord. Anandra Norbert lui, est resté à la tête de la Sécurité publique pendant un peu moins de 10 mois. L’actuel ministre de la Sécurité publique, Mamy Jean-Jacques Andrianisa, nommé au cours du Conseil des ministres de jeudi dernier, aura donc fort à faire, ne serait-ce que pour restaurer le respect de l’éthique et de la déontologie au niveau de la Police nationale et de regagner la confiance de la population. Nommé depuis quelques jours seulement, il ne figurera certainement pas dans la liste des membres du gouvernement qui vont devoir quitter le navire gouvernemental lors du prochain remaniement gouvernemental. 

Randimbisoa Blaise Richard

Né le 20 février 1957 à Morafenobe Mahajanga, le Contrôleur Général de Police Randimbisoa Blaise Richard est marié et père de trois enfants. Il est entré dans l’Administration malgache en avril 1981, en tant qu’Officier de Police stagiaire. De 1981 à 1985, il a été le Chef de la 1re Section de la Brigade criminelle. Il a ensuite été affecté à Ambalavao, puis à Fianarantsoa en tant qu’Adjoint du Commissaire centrale, avant d’être affecté de nouveau à Antananarivo pour diriger la Première Compagnie des Forces d’Interventions de la Police. De 2002 à 2009, il a été le Chef de Service Interrégional des Renseignements et du Contrôle de l’immigration et de l’Emigration de Toamasina. Avant d’accéder au gouvernement, Randimbisoa Blaise Richard a été le Directeur de l’Ecole Nationale des Inspecteurs et Agents de Police d’Ivato. A noter que l’ancien ministre de la Sécurité publique dispose d’un diplôme de formation pour le « Cours de surveillance et filature » délivré par le « Federal Bureau of Investigation » (FBI), d’un certificat de stages pour le « Recrutement des agents de renseignements ou informateurs délivré par la Direction de la Surveillance du Territoire française (DST), ainsi qu’un certificat de formation des formateurs en matière de Droits de l’Homme délivré par le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme. Le passage de Randimbisoa Blaise au ministère a été marqué par la recrudescence des attaques à mains armées dans plusieurs quartiers d’Antananarivo et plusieurs cas de kidnappings dont celui des jeunes Annie et Arnaud à Toamasina.  

Anandra Norbert

Sortant de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police, le Contrôleur Général de Police Anandra Norbert est issu de la 9e Promotion d’élèves Commissaires. Il faisait partie de la Promotion « Ampinga » de 1992 – 1994. En février 2015, il a été nommé Directeur Provincial de la Sécurité Publique de Fianarantsoa auprès du ministère de la Sécurité Publique, par le Contrôleur Général de Police Blaise Richard Randimbisoa, l’homme qu’il remplace par la suite, au sein du gouvernement. Le décret relatif à la nomination d’Anandra Norbert au poste de ministre de la Sécurité publique a été abrogé durant le Conseil des ministres de jeudi dernier. Son limogeage fait suite à l’explosion de l’affaire Befandriana Nord. Son passage au ministère de la Sécurité publique a d’ailleurs été marqué par plusieurs cas de vindictes populaires qui se sont succédé presque sur toutes les régions de la Grande île, mais aussi par plusieurs cas de bavures policières. 

Mamy Jean-Jacques Andrianisa

Ayant occupé le poste de Directeur des Renseignements et du Contrôle de l’immigration et de l’émigration depuis 2012 jusqu’à sa nomination, le nouveau ministre de la Sécurité publique, Mamy Jean-Jacques Andrianisa est considéré comme l’un des grands spécialistes malgaches dans le domaine des Renseignements. En 30 ans de service au sein de la Police nationale, il a toujours travaillé dans ce domaine en tant qu’Officier au Service central de surveillance du territoire au début de sa carrière. Il a également été l’Adjoint du Directeur des opérations du « Central Intelligence Service » (CIS); ensuite, il a été le Directeur, puis Directeur général de ce département. Mamy Jean-Jacques Andianisa dispose de nombreux diplômes et certificats qu’il a reçus suite à des formations et ateliers qu’il a assisté dans plusieurs pays étrangers, entre autres, sur la gestion des frontières, l’intelligence service, sur la lutte anti-terroriste et sur les trafics des migrants. Connu comme étant un homme discret et très expérimenté, le nouveau ministre doit prioriser la restauration de la discipline, du Code d’éthique et de la déontologie au sein de la Police nationale. Et ce, afin de regagner la confiance de la population.  

Midi Madagasikara63 partages

Ambato Boeny : Maty nofiraina teo imason’ny vady aman-janany

Efa tsy rariny intsony ary tsy takatry ny sain’olombelona ny habibiana nihatra tamin’ity fianakaviana ity. Fahitalavitra, lecteur CD, vilany, vary kapoaka maromaro ary lamba fitafy no nalainy nandritry ny fanafihana. Izany anefa dia nialohavana vono olona : nofiraina tamin’ny antsibe teo imason’ny vady aman-janany ny raim-pianakaviana. Jiolahy telo mitondra basim-borona sy sabatra no nahavita an’izany, ny maraim-ben’ny zoma teo. Maty tsy tra-drano ilay raim-pianakaviana ary nandriaka eraky ny trano ny rà. Tao amin’ny fokontany Andranovaky, ao amin’ny kaominina ambanivohitra Andranomamy no nitrangan’izany. Tao anatin’ny iray minitra izany, dia potika tanteraka ny fiainan’ilay tokantrano kely. Mendrika ny hovitaina hatramin’ny farany ny famotorana sy ny fanadihadiana izay hihafara amin’ny fanolorana ny fitsarana ireo mpamono olona, satria tsy ny fiainan’ilay rangahy irery no tapitra teo, fa mbola hisy fiantraikany any amin’ny fianakaviany koa ny fahitana ny famonoana azy, indrindra ireo zanany kely…

D.R 

Midi Madagasikara61 partages

« Ni… Ni… » en 2018 : Rivo Rakotovao se disculpe

Rivo Rakotovao défie la communauté internationale.

Les pro-régime essaient de se disculper, mais la velléité d’exclure des candidats redoutables se précise.

Le président national du parti au pouvoir ne rate aucune occasion pour s’exprimer sur ce que devrait être l’élection présidentielle de 2018. En effet, après avoir déclaré clairement que les putschistes (allusion à Andry Rajoelina) et ceux qui font l’objet de condamnations judiciaires (allusion à Marc Ravalomanana) ne seront pas autorisés à se présenter, il a nuancé à Nosy-Be sa position en précisant que ce n’est pas au HVM de décider de la candidature de qui que ce soit, mais aux lois en vigueur. En fait, la nuance ou la précision apportée par le ministre Rivo Rakotovao ne change rien dans l’atteinte de l’objectif final du régime en place. Cet objectif est d’exclure la candidature de Marc Ravalomanana et d’Andry Rajoelina aux prochaines présidentielles. Pour certains observateurs, le calcul politique du parti au pouvoir se précise, et ce malgré le fait que ses ténors essaient de se disculper en s’en remettant aux soi-disant lois en vigueur. Nul n’ignore pourtant que l’accord de Cotonou interdit à « tous » ceux qui ont participé à un coup d’Etat de se présenter aux élections et qu’une personne condamnée est privée de ses droits civils et politiques si la condamnation est bien sûr définitive.

Communauté internationale. En 2013, c’est la communauté internationale qui a imposé le « Ni… Ni… ». L’ingérence de cette communauté a été jugée normale par certains analystes politiques dans la mesure où Madagascar s’est trouvé dans un contexte politique exceptionnel. Trois ans après, la même communauté internationale tente un nouvel « accompagnement » dans l’objectif d’éviter une nouvel crise politique à Madagascar. Elle reste cependant prudente dans ses actions ou déclarations, pour ne parler que de l’Union européenne qui ne cesse de réitérer que la prochaine élection présidentielle doit être inclusive. Jusqu’ici, l’Union européenne n’a pas précisé si cette inclusivité exclut les putschistes et les personnes ayant fait l’objet de condamnations judiciaires. A rappeler qu’en 2011, un accord politique (feuille de route) dont certaines dispositions ont ignoré certains textes en vigueur et certaines réalités, a permis de sortir le pays d’une crise politique. Et en 2013, le « Ni… Ni… » imposé par la communauté internationale et grâce auquel Hery Rajaonarimampianina est actuellement président de la République, a privé une catégorie de malgaches de leur droit de se présenter à une élection. Trois ans après, les pro-régime s’accrochent mordicus à des faits dont la prise en considération risque de plonger le pays dans une nouvelle crise politique alors qu’ils ont adopté une loi sur la mise en place du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy).

R. Eugène

Midi Madagasikara48 partages

Sécurité maritime : Replacer Madagascar au centre du monde

Le port de Toamasina est appelé à jouer un rôle de premier ordre dans les régions Afrique et Océan Indien.

Le dialogue public-privé qui a eu lieu dernièrement entre le ministère de l’Industrie et le secteur privé  est un pas important vers la mise en place d’une sécurité maritime fiable via le code ISPS

Parfois, il faut revenir à l’essentiel. Par exemple le port de Tomasina, véritable poumon économique de Madagascar, qui concentre à lui seul 75% des échanges maritimes du pays. Des échanges qui représentent 90% des échanges commerciaux de la Grande Ile avec le reste du monde. Autant dire que le port de Tomasina est d’une importance capitale pour l’économie malgache.

Collaboration intelligente. Comme chacun le sait, ce port a été modernisé en profondeur ces dernières années, au niveau de la manutention, du stockage, du système d’exploitation. Grace à une collaboration intelligente entre les pouvoirs publics et les groupes privés, le port de Tomasina peut afficher sa fierté d’être devenu l’un des 5 ports africains les plus productifs. D’une façon plus générale, c’est plus de 2000 navires qui circulent dans les eaux territoriales malgaches… par jour ! C’est évidemment un atout considérable pour le développement économique de Madagascar, comme l’a souligné le Président Hery Rajaonarimampianina lui-même lors de la conférence sur l’Océan Indien au Carlton le 23 février dernier. Et s’il faut souligner que la grande majorité de ces flux est enregistrée au niveau de l’Océan Indien, qu’en est-il réellement du suivi réel de ces navires au niveau des autorités malgaches ? Surtout bien sûr concernant ceux qui viennent mouiller dans nos ports.

L’unification des systèmes de contrôles maritimes entre les pays. La Chartes de Lomé, le Code de conduite de Djibouti, les ateliers de travaux à Abidjan, les recommandations des principaux acteurs économiques, les phases de test de sécurité associant de nombreux pays… la coopération en termes de sécurité maritime se renforce mois après mois autour d’une vision commune : le développement des échanges, préservation de la biodiversité et la sécurité. Chacun de ces trois aspects étant liés l’un à l’autre. Sans sécurité par exemple, le développement des échanges, et donc la croissance économique d’un pays, ne peut se faire en toute maitrise et en toute indépendance. Cette question a d’ailleurs été au cœur de l’atelier de travail de l’intégration stratégique pour la sécurité maritime durant le mois de février. Très concrètement, cet atelier, organisé par le CESA, qui concernait tous les pays africains et Madagascar, sous l’égide des Etats-Unis, mettait sur la table des questions essentielles pour tout gouvernement voulant garder le contrôle de ses côtes : « Quel a été l’impact de l’évolution des menaces maritimes sur votre force maritime nationale ? », ou bien « Quelles sont les menaces maritimes les plus graves pour votre pays ? », ou encore « Quel cadre sera le plus efficace pour permettre à votre pays de faire face aux défis de création de capacités maritimes nationales afin de lutter contre les menaces maritimes ? ».

Et c’est cette dernière question qui porte matière à réflexion, tant la menace maritime est aussi diverse qu’en forte progression. Selon l’APSA (l’architecture de paix et de sécurité africaine), un bon nombre de pays ne sont pas encore en mesure de se sécuriser face à la piraterie, le terrorisme et le trafic. Car même lorsque les armées font un bon travail de surveillance et de défense, beaucoup de menaces passent encore entre les mailles du filet. L’immense travail de coopération en termes de sécurité maritime qui se développe dans chaque région du monde, à commencer par l’Océan Indien, devra servir justement à prêter main forte à la surveillance militaire. Notamment au niveau des systèmes de contrôle et des outils juridiques. Et pour que cette coopération soit efficace, il faut que chaque pays parle la même langue sécuritaire et utilise les mêmes outils.

Le cas du code ISPS. Le cas de la mise en place du code ISPS est intéressant. D’abord parce que ce code international, initié par les américains, permet à la fois de mieux coopérer avec les principaux pays de la planète, en sécurisant les échanges maritimes. Mais il permet aussi au pays qui a investi dans la mise en place de ce code ISPS de lui assurer une meilleure souveraineté et une plus grande indépendance au niveau mondial. Nous l’avons vu lors de la mise en place de ce code en Côte d’Ivoire, au Mozambique, en Tanzanie. A chaque fois, le gouvernement du pays concerné a repris en main la sécurité maritime, donnant ainsi une réelle crédibilité à son économie. Le code ISPS, c’est tout simplement une norme internationale de contrôle des ports et des navires, pour toute marchandise qui entre et qui sort dans un pays. Avec la possibilité donc d’avoir une meilleure maitrise dans la lutte contre les trafics, la concurrence déloyale, la piraterie et le terrorisme. Pour qu’un pays soit conforme à la norme ISPS, il faut tout d’abord qu’il s’engage pour cela. Mais aussi et surtout, qu’il investisse dans du matériel, de l’équipement et de la formation. Plus de 100 millions d’euros d’investissement sont par exemple nécessaires à l’Etat malgache pour se conformer à la norme ISPS et ainsi répondre aux recommandations de ses partenaires. Créant au passage de nombreux emplois.

Le cas de Madagascar. A Madagascar, le système BSC (bordereau de suivi des cargaisons) géré par la douane fonctionne bien. Son objectif est de dédouaner toute marchandise arrivant dans le pays, permettant ainsi une maitrise sur les factures et l’aspect fiscal des échanges commerciaux internationaux. Seulement, pour assurer entièrement l’aspect sécuritaire, il faudrait y ajouter une déclaration préalable sur l’ensemble de ce que peut contenir un navire, personnel inclus. C’est le rôle du code ISPS. Le code ISPS permet donc de supprimer les risques au niveau de la marchandise, mais aussi au niveau des navires qui seront parfaitement identifiés avant leur arrivée même. Et enfin la norme ISPS permettra aux ports malgaches eux-mêmes d’être mieux côtés au niveau international. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, comme le souligne régulièrement les instances internationales, notamment américaines. Car seul le port de Toamasina a bénéficié d’une dérogation afin de ne pas trop le pénaliser au vu de son importance dans l’économie malgache. Mais une dérogation n’est pas une mise aux normes…

Souveraineté nationale. Est-ce qu’une simple dérogation est en effet suffisante pour qu’un pays puisse s’affirmer à l’international sur le long terme ? Et c’est là toute l’importance de l’ISPS. Cette norme peut servir à asseoir la souveraineté nationale malgache aux yeux de ses partenaires. L’investissement est certes lourd, mais le financement doit faire l’objet d’une concertation entre les différents acteurs malgaches. Une réunion public/privés, sous l’égide du Ministère de l’Industrie et du développement du Secteur privé, a d’ailleurs déjà eu lieu dans ce but. Un dialogue nécessaire, pour aller de l’avant dans un dossier dans lequel tout le monde a à gagner. A commencer par Madagascar lui-même, qui deviendra maître de sa stratégie maritime. Pour ne plus être un pays éloigné de tout, mais le pays au centre du monde.

 Antsa R.

Midi Madagasikara48 partages

Morondava : Raikitra ny fifampitifirana tao amin’ny Sucoma

Ny alin’ny alakamisy hifoha zoma teo, tokony ho tamin’ny 11 ora raha araka ny fanazavan’ny zandary, no nirefotra ny basy tao amin’ny orinasa Sucoma ao Morondava, orinasa izay manana ny foibeny ao Analaiva. Ny anton’izany, dia noho ny fisian’ny jiolahy fito mitondra basim-borona roa tafiditra tao anatiny. Avy tany amin’ny tafon-trano izy ireo no niditra ary tsikaritry ny mpitandro ny filaminana izay miandraikitra ny fiambenana io orinasa io izany. Nasaina nivoaka izy ireo kanefa nandà an’izany. Tsy vitan’izany aza fa, mbola nampiasa ny basy teny an-tànany ihany koa nandritry ny fandosirany. Raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta. Vokatr’izany dia lavo ny jiolahy iray izay mbola tsy fantatra anarana, raha araka ny fampitam-baovaon’ny zandary. Tsy vao voalohany no nisy fikasana hangalatra tao amin’io orinasa mpanao siramamy io. Ny fitaovana sy ny mety ho ambina siramamy ao angamba no tena lasibatr’ireo ary tena vonona ny hiady ireo mpangalatra, satria fantany tsara ny fisian’ny mpitandro ny filaminana izay miambina io orinasa io. porofon’izany ihany koa ny nitondran’ireo basy nandritra ny fanafihana.

D.R

L'express de Madagascar46 partages

Affaire Antsakabary – L’auteur du SMS n’était pas sur les lieux

Jean luc Rakotovelo, qui a informé l’ancien ministre Norbert Anandra, n’est jamais allé à Antsakabary. Mais il maintient tout ce qu’il a dit.

A chaque jour  son lot de nouvelles sur l’« affaire Antsakabary ». L’auteur du fameux SMS lu par Norbert Anandra, alors ministre de la sécurité publique, devant la presse, n’était jamais allé sur les lieux. L’Express de Madagascar vient de l’apprendre de source bien informée. Le 23 février dernier, Norbert Anandra, avait lu en pleine conférence de presse, un message qui lui a été envoyé sur son téléphone. Celui-ci faisait état d’« une huitaine de maisons incendiées » dans la commune d’Antsaka­bary, dans la région de Befandriana Nord, au Nord-ouest de la Grande île. Ce, suite à une descente d’une quarantaine de policiers des Forces d’intervention de la police (Fip) de Mahajanga sur les lieux. Ceux-ci étaient venus  enquêter  sur la mort de deux policiers tués lors d’une vindicte populaire. Le SMS affirmait notamment qu’il n’y avait « aucune responsabilité des policiers » et que « selon les informations, l’incendie a été provoquée par une aliénée mentale ».Le contrôleur général  Jean Luc Rakotovelo, coordonnateur général de la police, est l’auteur du fameux SMS et ne dément pas les faits. « Lorsque les Fip de Mahajanga sont arrivés à Antsakabary, les responsables de mission chargés de l’enquête sur la mort de ces deux policiers, que je dirige, n’avaient pas encore quitté Antananarivo », explique-t-il. « Chaque responsable a été assigné d’une mission. La mienne a été de m’occuper de la dépouille des deux policiers. Nous avons croisé les personnes qui ont transporté les corps sur le pont de la  rivière Sofia, sur la RN4 ». pourquoi n’ont-ils pas continué  vers Antsakabary  « Je vous invite à constater l’état de la route sur cet axe et vous comprendrez pourquoi », a-t-il répliqué.

IrréparableLe commissaire divisionnaire Hajanomena Fanja Razatovo, directeur de la sécurité publique, et le commissaire  divisionnaire Martin Rasamivony, inspecteur général de la police, font partie de la mission chargée d’enquêter sur la mort des deux policiers victimes de la vindicte populaire à Befandriana Nord. C’est d’ailleurs suite aux investigations de Martin Rasamivony, enquêtant alors sur les allégations  affirmant que les deux policiers avaient soudoyé des personnes, que tout ce drame s’est déclenché.Malgré son absence sur les lieux du drame, Jean Luc Rakotovelo n’en démord pas: «c’est un témoin, présent au moment des évènements qui m’a rapporté l’affirmation. Il affirme que c’est une aliénée mentale qui a  commis l’irréparable. Nous connaissons l’identité de cette personne ainsi que son adresse et j’ai déjà remis tous les éléments en ma possession  aux personnes  chargées de l’enquête. »L’enquête, justement, suit son cours. Plusieurs questions concernant l’affaire sont encore sans réponse, et parmi elles, celle concernant l’identité de la personne qui a mis le feu aux 487 habitations de la commune d’Antsakabary. Samedi dernier, en venant témoigner sa sympathie  aux victimes d’un incendie au quartier des 67 ha, le premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly a  confié que l’enquête avance, mais les résultats ne peuvent pas encore être divulgués.L’affaire d’Antsakabary a coûté son poste à Norbert Anandra. C’est le contrôleur général de police Mamy Jean Jacques Andrianisa qui l’a, depuis, remplacé.

Faniry Ranaivoson

Midi Madagasikara44 partages

Toavina Ralambomahay : Le patriotisme dans la peau d’un jeune !

Ne faudrait-il pas recourir au renouveau de la classe politique malgache et de donner véritablement plus de latitude aux jeunes ? En effet, nombreux sont les jeunes politiciens intellectuels et patriotes qui  ambitionnent d’apporter quelque chose d’avantageux pour Madagascar dont Toavina Ralambomahay.

Parcours. Notre invité du jour est, d’abord, un juriste. En effet, Toavina Ralambomahay a effectué ses études en Droit à l’Université Catholique de Madagascar où il a obtenu son premier Master. En plus du Droit, le juriste est un journaliste car étant un grand passionné de l‘écriture, il ne peut s’empêcher de commenter juridiquement et politiquement  les points focaux de l’actualité malgache dans ses articles et dans ses publications. Par ailleurs, Toavina Ralambomahay a eu l’occasion de poursuivre ses études à l’île Maurice où il a déroché ses deux autres  Masters en Environnement et en Entreprenariat.

Auteur. Pour en revenir à ses publications basées sur des recherches et des pratiques politiques, l’on cite en l’occurrence, Madagascar dans une crise interminable qui met l’accent sur les évènements de 2009 mais qui demeure valable aujourd’hui. Par ailleurs, il a écrit le Comparatif Madagascar-Maurice qui s’inscrit dans le cadre des 50 années d’indépendance des pays anciennement colonisés et, tout récemment, en novembre dernier La loi sur l’opposition : un mal nécessaire qui, selon lui, est « un concept peu connu dans le monde francophone mais un usage anglophone ». Concernant ses articles, il les soumet dans des revues scientifiques à l’étranger et sont, souvent, cités par d’autres chercheurs.     

Engagé. Bien qu’il soit jeune dans un monde détenu par des « dinosaures », il poursuit sa route et continue à bâtir sa propre carrière ne soutenant qui que ce soit.  Lors des dernières législatives de 2013, il s’est porté candidat dans le 5e arrondissement soutenu par l’Association Humaniste et Écologiste. Il n’a pas été élu, certes, mais l’association a gagné dans 8 communes rurales. En 2014, Toavina Ralambomahay a donné l’exemple aux autres politiciens qui se réclament appartenir à l’Opposition et ce, en effectuant une déclaration auprès du Ministère de l’Intérieur conformément à l’article 2 de la Loi sur l’Opposition. Même si cette démarche est jugée « prématurée et inutile » par des juristes, des analystes politiques et certains membres de la société civile, il nous a affirmé qu’il a voulu « créer ou appartenir à une équipe distincte des trois hommes politiques les plus en vue ». Pourtant, aujourd’hui, à un an et demi des présidentielles, il constate que « le peuple reste fidèle à ses hommes politiques, du moins au regard des communales de 2015 et pour les 5 prochaines années encore, jusqu’en 2023 ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara43 partages

RN4 : Karàna voasakan-dàlana, voaroba

Niainga teto Andrenivohitra izy ireo mba hihazo an’i Mahajanga, ny alin’ny asabotsy tokony ho tamin’ny folo ora. Tsy nanaraka ireny “cortège” ireny intsony, satria efa tara ny fiaingany. Teo amin’ny manodidina an’Ankazobe, tao amin’ny toerana antsoina hoe Ambohitsarabe no nisy omby nanakana ny lalàna. Teo amin’ny P.K 66 raha araka  ny fampitam-baovao azo tamin’ny mpitandro ny filaminana. Vao nivoaka handeha handroaka an’izany haka sisiny dia nisy tifitra avy hatrany. Nazava teo fa, jiolahy mpanakan-dàlana no tompon’antoka. Norahonana nivoaka ny fiara tsy mataho-dàlana nentiny ilay karàna. Rehefa izany dia nasaina namoaka ny vola rehetra teny aminy. Manodidina ny 800.000 ariary no lasa ary nisy kitapo roa hafa ihany koa. Teo aloha, dia vatobe no apetraka eny an-dàlana mba hahafahana manapaka ny làlan’ireo mpampiasa fiara. Misy ihany ny mahasahy manitsy ireo vato sary ka na potika tanteraka ny fiara na mba afaka ny loza ihany saingy potika rehefa afaka kilaometatra vitsivitsy. Hafakely kosa ity nitranga omaly ity, satria omby mihitsy no nampiasaina hanakanan-dàlana. Mivoatra hatrany ny fiasan’ny jiolahy na an-drenivohitra na ambanivohitra ary koa eny amin’ny lalam-pirenena. Vao tamin’ny herinandro teo koa no nisy pôlisy maty voatifitra raha nandeha taxi-brousse tamin’ny lalam-pirenena fahafito. Miverina tanteraka izany ity karazam-panafihana ity ary ny tena ratsy dia tsy misalasala mampiasa basy ireo mpanao izany. Nisy fotoana,  tsy maintsy manao andiany ny fiara maromaro izay vao afaka mandeha. Ankoatr’izay koa dia nisy ny fandefasana mpitandro ny filaminana iray isaky ny fiara mpitatitra mandeha amin’ny lalam-pirenena. Raha jerena amin’ny zava-misy ankehitriny anefa, dia toa mbola tsy mivaha ihany ny olona hatreto…

D.R

Midi Madagasikara39 partages

Mahafaly Olivier : Réplique aux Sojabe de la région Sofia

Le Premier ministre Mahafaly Olivier s’est rendu au chevet des sinistrés.

Suite à l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 3 mars dernier aux 67Ha, le lendemain même, le Premier ministre Mahafaly Olivier s’est rendu sur le lieu pour constater de visu la réalité. Il n’était pas venu les mains vides, il a offert, en effet, aux sinistrés au nombre de 129, une tonne de riz blanc, 10 sacs de céréales, 100 tôles, des tentes, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Par ailleurs, répondant aux questions des journalistes sur la déclaration des Sojabe de la région Sofia, la réplique du Premier ministre ne s’est pas fait attendre, « à mon avis, les Sojabe sont faits pour réconcilier mais non pas pour semer la discorde ».    

Secret de l’enquête. Sur le cas de Befandriana Nord, la réponse du chef de gouvernement a été plutôt évasive, « même si j’étais à l’extérieur, lors de ces événements, j’ai pu obtenir des informations par le biais du nouveau ministre de la Sécurité Publique ». Il a cependant indiqué qu’étant donné le secret de l’enquête, les informations seront publiées au fur et à mesure, tout en soulignant au passage que « le Président de la République ou moi-même, nous nous rendrons à Antsakabary cette semaine ».

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar37 partages

Hôtel de l’avenue – Serge Ramiandrasoa Band réjouit les amateurs de danse de salon

Une charmante épopée nostalgique dans le temps, en musique et en danse. Le rendez-vous avec Serge Ramiandrasoa et son groupe sur la scène de l’Hôtel de l’Avenue Analakely, hier après-midi, a conquis le public. L’évènement s’est affirmé comme un vibrant hommage à cette époque festive des années 60 aux années 90, durant lesquelles les fameuses boums ou surprise-party fédéraient amateurs de danse et fêtards de tous âges. Cette toute nouvelle formule dominicale d’hier a été lancée par Serge Ramiandrasoa, sportif aguerri, anciennement président de la Fédération malgache de tennis, comme des retrou-vailles mélodieuses destinées à un public de toutes les générations.Tel un « Thé dansant » comme les apprécient les aînés, le concert, tenu hier, a envoûté les mélomanes par les interprétations du groupe et de son fervent meneur des grands standards de la musique. Laissant la part belle à un répertoire qui invite continuellement le public à danser, Serge Ramiandrasoa Band exulte autant qu’il charme par sa prestation durant deux bonnes heures.« C’est une grande joie pour nous que d’avoir fédéré chacun d’entre vous pour cet évènement. Cela prouve que la musique est universelle, vive cette musique qui nous procure joie et allégresse » a souligné Serge Ramiandrasoa en entamant la fête.Le chanteur Davis Franklin, qui était de passage, ne s’est d’ailleurs pas privé de festoyer avec le groupe à l’occasion. Du bon vieux rock de Johnny Halliday, en passant par les rythmiques jazzy de Louis Armstrong et Harry Belafonte, le concert s’est animé en valorisant tous les genres de danse de salon. Du cha cha cha au tango, en passant par le séga, la valse et évidemment le rock’n’roll et l’incontournable Madison, ce fut véritablement la fête pour le public au sein de l’Hôtel de l’Avenue. Amateurs de danse et de moment mélodieux et nostalgique, le Serge Ramiandrasoa Band se produit chaque premier dimanche du mois, entre autres au Café de la Gare, au Sakamanga et l’Hôtel du Louvre, ainsi que l’Hôtel de l’Avenue avec cette même formule.

A. P. R

News Mada35 partages

Bodybuilding : Jin Andriano sur la liste des stars

Nouveau venu dans l’arène du bodybuilding hexagonale, Jean Claude Andrianomentsoa, alias Jin Andriano a fait forte impression dès sa première saison en obtenant la deuxième place du Grand Prix des Alpes. Désormais, connu dans le milieu et en dehors, notamment sur les réseaux sociaux comme les stars mondiales du sport, il a fini par suivre leurs pas afin d’étendre le domaine où son image sera véhiculée  en créant sa propre marque de vêtement de sport.

En tout cas, bien connu dans le milieu du bodybuilding, Jin Andriano est le premier sportif malgache à lancer sa propre ligne de vêtement. Une meilleure performance au prochain championnat de France le mois d’avril prochain sera une bonne publicité pour toutes ses initiatives.

Naisa

 

Midi Madagasikara34 partages

Reboisement : Des arbres fruitiers pour le Ministère des Finances et du Budget

Reboisement à Andranovelona, par la grande famille du Ministère des Finances et du Budget.

Une action citoyenne en faveur de l’écosystème… C’est l’objectif commun des acteurs qui œuvrent pour la reforêstation de Madagascar, à travers l’organisation de journées de reboisements. Le Ministère des Finances et du Budget a surpassé cette optique ordinaire, en misant sur la qualité. Conduit par le ministre Gervais Rakotoarimanana, les employés de ce Département ont procédé, vendredi dernier, à un reboisement sur leur site à Andranovelona. 750 plants d’arbres fruitiers (avocatiers, kakis, pommiers, papayers, etc.), 2 000 plants d’eucalyptus et 2 265 plants d’acacias ; soit en tout, plus de 5 000 arbres ont été plantés à l’occasion. D’après les organisateurs de cette action pour l’environnement, il s’agit de la 15e année de reboisement du Ministère, qui dispose aujourd’hui 35 ha de terrains reboisés. « La restauration de la flore est un devoir pour tous. Le changement climatique peut avoir des impacts graves. Nous en avons d’ailleurs fait, récemment, une amère expérience avec le retard des pluies. Il faut atténuer ces impacts par des actions en faveur de l’écosystème », a affirmé le ministre Gervais Rakotoarimanana. Avec ces espèces végétales sélectionnées, on peut espérer que ce reboisement de vendredi dernier portera ses fruits.

 Antsa R.

Midi Madagasikara31 partages

Cyclisme 100km : Ravoatabia incontournable

La ligue d’Analamanga de cyclisme se prépare sérieusement aux compétitions de haut niveau et a tenu hier sa course en ligne de 100km.

Qu’il pleuve ou qu’il vente, Ravoatabia reste toujours le même et surtout reste en tête de compétition. Hier, lors de la course en ligne de 100km sur la route nationale n°1, Rakotondrasoa Jean de Dieu, dit Ravoatabia était devant le Hollandais Sessurun. Une petite minute mais une bonne minute les distançait. 105 participants étaient sur route hier pour cette séance de préparation aux grands événements. Même si les seniors ont fait 100km, il faudra savoir que les compétitions dépassent toujours les 100km et qu’il faudra donner encore plus. Analamanga bénéficie en ce moment de la présence du Hollandais Sessurun et surtout les cadets qui ont franchi la ligne d’arrivée à des secondes près à savoir 1h16mn31 pour le premier, 1h16mn32sec pour le 2e et 1h16mn32sec et 20 centième pour le 3e ! Ceci pour dire que les niveaux se valent. Le prochain programme attendra les VTT avec le Tana Mountain Bike tour pour ce 12 mars à Ambatobe suivi de la course en ligne sur la Route nationale n°2 le 19 mars.

Les résultats

Piste 100km

1er Rakotondrasoa Jean de Dieu Ravoatabia club Ambohidratrimo 2h59’01 »

2e Realdo Sessurun (club Mbike) 2h30’00 »

3e Ranaivosoa Jean Paul (VCA).

Catégorie cadet 40km :

1er Sessurun Dimitri (Mbike) 1h16’31 »

2e Rakotondrabe Nambinintsoa (FCA) 1h16’32″00

3e Randrianarivelo Thierry (UCJT) 1h16’32″20.

Catégorie VTT 80km :

1er Ratolojanahary Yvon (indépendant) 2h02’16 »

2e Ratolojanahary Fano (Club Nosibe) 2h02’18 »

3e Rafalimanjaka Luc (FCA) 2h02’19 ».

Catégorie vétéran 40km

1e Rakotonirina Ernest (CCAMI) 1h20’00 »

2e Razafimanana Olivier (UCJT) 1h20’03 ».

Anny Andrianaivonirina 

Tia Tanindranaza28 partages

Fanovana governemanta Maneho hevitra ireo mpisehatra politika

Matoam-baovao hatramin’ny fiandohan’ny taona 2017 ny tsy maintsy hirosoan’ny filohan’ny Repoblika amin’ny fanovana ireo mpikambana ao amin’ny governemanta.

 Efa mandeha ny fifampiresahana eo amin’ireo Etamazaoro politika amin’izao fotoana izao, araka ny tsilian-tsofina. Samy manana ny fahitany io fananganana ny governemanta faha-4 ao anatin’ny Repoblika faha-IV ny fitondrana Rajaonarimampianina io ireo mpisehatra politika. Fanehoan-kevitra vitsivitsy :

Ravalomanana Marc (Tiako I Madagasikara) : «Miankina amin’ny tolo-kevitra ny hidirana na tsia ao anatin’ny governemanta. Fepetra takian’ny antoko TIM ny fanajana ny demokrasia eto Madagasikara miaraka amin’ny fitantanana mahomby. Tsy afaka hiara-kiombon’antoka amin’ny fanjakana manoloana ny firongatry ny fitsaram-bahoaka na koa ny fanaovan’ny any ivelany tsinontsinona ny firenena Malagasy ny Tiako I Madagasikara».

 

Yannick Ratsiraka (Arema) : «Afaka miasa ho an’ny firenena na tsy ao anatin’ny governemanta aza. Vonona anefa ny antoko Arema raha raisin’ny fitondrana ny soso-kevitra avy aminy ho fanasoavana ny vahoaka sy ny firenena. Tsy hiditra kosa izahay raha manjaka ny fomba fijery tokana».

Rakotomalala Henri «Riribe» (FEDeP) : «Fitondrana tsy mahomby ny manova governemanta isan-taona. Tsy misy afa-tsy ny fanovana toetsain’ny manampahefana no vahaolana. Mila hentitra sy manova famindra ireo fitondram-panjakana manoloana ny tsy fahatokisan’ny vahoaka azy intsony».

Nangonin-dRamano F.

 

Midi Madagasikara23 partages

8 mars à Mahamasina : Présence obligatoire pour le personnel féminin du ministère de la Justice

Le gouvernement a décidé que la célébration nationale de la journée internationale de la femme se déroulera mercredi prochain devant le stade municipal de Mahamasina. Depuis quelques jours, le régime en place fait tout pour que l’événement soit un succès en termes de présence. Tous les moyens sont bons. Au ministère de la Justice, toutes les descendantes d’Eve sont sommées de venir à Mahamasina. Présence obligatoire donc pour le personnel féminin  de ce département ministériel. C’est ce qu’on lit dans une circulaire n° 020.MJ/SG.17 en date du 3 mars 2017. « Les femmes travaillant au ministère de la Justice sont tenues d’être présentes au carnaval », précise la circulaire. D’après nos informations, des circulaires de ce genre circulent dans les différents ministères et établissements publics.

Hôtel de Ville. La célébration gouvernementale sera placée sous l’égide de la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina, tandis qu’à l’Hôtel de Ville à Analakely, une autre célébration sera organisée, mais celle-ci par le maire de la Capitale Lalao Ravalomanana. Cette dernière n’a pas pris officiellement une note pour sensibiliser les femmes d’Antananarivo ou contraindre les femmes travaillant à la commune urbaine ou dans ses services rattachés d’assister à cette célébration préparée depuis le mois de janvier. Il y aura donc deux grands événements à Tana dans le cadre de la célébration de la journée du 8 mars. Qui aura l’adhésion des tananariviennes : Voahangy Rajaonarimampianina ou Lalao Ravalomanana ?

R. Eugène

Midi Madagasikara22 partages

Téléthon Befandriana : De nombreux malgaches ont répondu à l’appel

C’est dans un tel moment que l’on peut voir ressurgir le « malagasy », celui qui prône le « fihavanana ».

Fihavanana. C’est le mot qui décrit le mieux les initiatives citoyennes des malgaches, samedi dernier, lors des trois jours du téléthon pour aider les rescapés d’Antsakabary, district de Befandriana Nord. Organisé par les natifs de Befandriana vivant à Antananarivo, ainsi que des membres de l’association, les journées d’entraide ont permis de collecter 40 sacs d’habits, des matériels de constructions comme des clous et des ciments, des matériels de cuisine et des produits sanitaires tels que des savons. Des gestes salués par les représentants des victimes venus sur la place du « kianjan’ny Kanto » comme le Secrétaire Général des Sojabe de la Sofia Vincent Rahalahy, qui a affirmé que « de telles actions, de telles initiatives prouvent encore que les malagasy ont conservé leur culture, leur sagesse ancestrale ». Avant d’ajouter que « l’acheminement des dons, surtout leurs distributions seront confiés aux religieux d’Antsakabary ». Une manière de garantir la sécurité des cargaisons d’après toujours le Sojabe.

José Belalahy

Midi Madagasikara22 partages

Andoharanofotsy : Roa lahy mitam-basy, nanafika sy nidaroka

Ny asabotsy tamin’ny roa ora sy sasany maraina, no nigadona tao amin’ny tokantrano iray ao Malaza Andoharanofotsy ny roa lahy mitam-piadiana. Basy poleta sy hazo, raha araka ny fanamarihana azo, no teny an-tànan’izy ireo. Nopitsohina ny varavarana ary rehefa tafiditra tao anatiny dia nodarohina avy hatrany ny tompon-trano no sady norahonany tamin’ny basy. Rehefa hita fa tsy nisy sahy namaly ny iray trano, dia nalaina tamin’izay ny zava-tsarobidin’ireo olona. Noraofina ny finday  enina sy ny solosaina azo bataina telo. Tsy namelany ihany koa ny firavaka volamena sy volafotsy tao an-trano. Vita izay rehetra izay, dia lasa ireo olon-dratsy. Efa adiny iray sy sasany taty aoriana anefa vao nahazo antso ny zandary, raha araka ny fanamarihan’izy ireo. Asa, mety ho olana tamin’ny tsy fisian’ny finday izay efa lasan’ireo jiolahy angamba.

D.R

Midi Madagasikara19 partages

Français de Madagascar : Premier loto de Planète France Madagascar

Près de quatre vingt personnes se sont rassemblées, samedi  25 février, pour participer au loto de l’association PFM. Dans une ambiance conviviale, les participants ont d’abord pris, en commun, un pique-nique dans le jardin du trésorier de l’Association, Jean-Daniel Chaoui, jardin où un chapiteau était dressé. Puis le Président de PFM, René Ferrari, a lancé le loto et pendant plus de quatre heures se sont succédés «les quines », « les doubles quines » et « les cartons pleins » qui ont rythmé l’après-midi. Très bien doté grâce à la générosité de ses partenaires, dont un super gros lot avec un billet d’avion offert par Air Madagascar, le loto de Planète France Madagascar a connu un vif succès. Rendez-vous en février 2018 pour le second loto annuel de PFM. Ce loto était organisé en collaboration avec Français du Monde Madagascar. Remerciements à nos partenaires : Air Madagascar, Hôtel du Louvre, Hôtel Ibis, Banque Of Africa, Air France, Hôtel Ibis, Maison Moulou, BFV-Société Générale, Socobis, Groupe Star, Holcim-Lafarge, BNI Madagascar, Homéopharma, Sanifer, AGS déménagements, JB Groupe Basan, ABC magasin la City, la chocolaterie Robert.

Recueillis par P.R.

Midi Madagasikara19 partages

Mode : « Expression Malagasy Wear & Design » veut valoriser les produits malgaches

Un défilé a agrémenté le lancement officiel de la coopérative.

Le collectif réunissant 7 designers de la coopérative « Expression Malagasy Wear Design » s’est fait connaître officiellement samedi dernier à la Bibliothèque Nationale.

Face à l’inondation des friperies à Madagascar, le secteur de la mode n’est pas à son beau fixe, et cela même si les designers et les artisans malgaches sont très talentueux. Des vêtements à des prix très abordables pour toutes les bourses, voire plus. Il faut dire qu’aujourd’hui, pour une bouchée de pain, on peut se vêtir de grandes marques internationales. Ces vêtements griffés retrouvent une deuxième vie à Madagascar, et les « modeuses » préfèrent s’en procurer, s’assurant ainsi de mettre des habits griffés en pièce unique. Finalement, tout le monde y trouve son compte. Et avec la vulgarisation des réseaux sociaux, les ventes se font partout, sur place rien qu’en un clic, dans la rue, et durant les jours de marché. Mais si les vêtements sont à prix accessibles, beaucoup ont pourtant les moyens de s’acheter du neuf, griffé ou pas. Sauf que les Malgaches ne sont pas les premiers consommateurs des marques de vêtements malgaches, même si la qualité et le design de ces « vita gasy » sont parfaits.

« Expression Malagasy Wear Design ». Malgré le triste tableau de l’industrie de la mode et du design malgache, il y a ceux qui ne veulent pas s’avouer vaincus. Armés de passion et de patience, ils créent, produisent et vendent leurs marques, essayant de se trouver une place auprès des consommateurs locaux, et de percer le marché international. C’est donc pour lancer officiellement la coopérative « Expression Malagasy Wear Design » que les 7 designers de celle-ci ont présenté, samedi dernier, une collection à la Bibliothèque Nationale. En réalité, la coopérative existe depuis un an, mais les membres ont pris le temps de la maturité pour se lancer officiellement. Néanmoins, ils ont déjà présenté leurs produits lors de grands salons internationaux dont le FIM et le SIM, durant le Sommet de la Francophonie afin de valoriser les produits malgaches. Ils créent des vêtements pour homme, femme, enfant ainsi que des produits et accessoires artisanaux.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara19 partages

Natifs de Befandriana Nord : Pour l’application de la loi sans aucune exception

L’association « Fikambanan’ny tamingan’i Befandriana Avaratra eto Antananarivo »  (natifs de Befandriana Nord résidant à Antananarivo) a tenu une conférence de presse, hier, à Ampasampito. Ces derniers invitent le Premier ministre et son gouvernement à activer l’«enquête mixte » concernant cette affaire et que la loi doit être applicable à tous les fautifs sans exception. L’association a tenu également à remercier le pouvoir central pour l’aide qu’il a apportée aux habitants d’Antsakabary. Sans oublier pour autant tous ceux qui les ont soutenus, lors de ces dures épreuves.

Recueillis par Dominique R.

News Mada18 partages

Open Data : la Jido célébrée

Deux organisations, le « Program board member » et l’association « Madagascar initiatives for digital innovation ou Maidi » ont célébré samedi dernier à Ampandrianomby la Journée internationale des données ouvertes (Jido) ou « Open data ». La première encourage l’exploitation des données ouvertes par les décideurs, quels que soient leur milieu, niveau et domaine, comme les développeurs, les concepteurs de projets, les décideurs et tous les citoyens. Quant à la deuxième, elle a lancé officiellement ses activités qui se résument à la promotion de l’ « Open data », l’ « Edemocracy » et le « Data journalisme » en prenant comme base l’utilisation des données et la production d’articles analytiques.

Principes de Nairobi

Les données ouvertes sont cadrées juridiquement par les dix principes de Nairobi en 2014. A titre d’illusatration, on peut citer que les données dev-raient être accessibles, disponibles, gratuites, fiables, à temps réel, diffusables et utilisables. En 2010, on a envisagé que l’ « Open data » embrassera tous les thèmes et qu’en 2030, tous les indicateurs de ces thèmes seront à jour et disponibles.

Madagascar s’y applique

Madagascar dispose d’une plateforme dénommée « ContryStat », conçue sur les principes de l’« Open data ». Elle a fait l’objet d’une inauguration ce mois de janvier. Elle a pu voir le jour sous l’impulsion de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en collaboration avec la Southern african development community (Comesa) et l’Union Européenne (UE). Pour l’instant, les données disponibles sur « ContryStat » concernent, entre autres,  l’agriculture, le commerce, la démographie, les prix sur le marché, l’emploi, l’ eau, l’élevage, le compte national, les  pêches et les  forêts.

Pour information, Antananarivo abritera un atelier international sur les données ouvertes du 4 au 8 septembre prochain. La télédétection est une des formations dispensées lors de cet atelier.

Sera R

 

Midi Madagasikara18 partages

Basket-ball – Coupe du président : L’USF en tête pour la zone Centre Sud

Après Fianarantsoa, Antananarivo vibrera basket-ball durant plus d’une semaine.

Finie la dernière ligne droite de la compétition à Fianarantsoa aux éliminatoires de la zone centre Sud. Les deux équipes qui seront présentes au play-off ont été connues avant la finale. Et lors de cette rencontre, l’USF de Haute Matsiatra a eu le dessus sur Fandrasa en 82 à 69. Les deux équipes sont ainsi qualifiées. Elles vont s’ajouter à la liste des douze équipes pour le play-off de la Coupe du président.

Neuf jours de rencontres intensives  attendront les férus de basket-ball. Les matches ont débuté samedi au Gymnase de Mahamasina pour le compte de la zone centre. Douze équipes issues de 4 ligues à savoir Analamanga, Alaotra-Mangoro, Atsinanana et Analanjirofo jouteront pendant 9 jours. La ligue d’Atsinanana est présente avec la deuxième équipe de l’Association Sportive de la Commune Urbaine de Toamasina (ASCUT 2). Les couleurs de la ligue d’Alaotra-Mangoro  seront défendues par l’AS Fanalamanga, l’AS Saint-Pierre, l’USBA et le BBCA. Les équipes de l’AS Roux et du BCM assureront la mission pour la ligue d’Analanjirofo. Nombreuses équipes tenteront leur première expérience à la compétition. D’ailleurs comme stipulait le règlement de la compétition, les deux meilleures formations N1B accéderont directement en N1A au mois de juin.

Résultats

Samedi 04  mars

USBBA Alaotra Mangoro # AS Roux Analanjirofo (76-89)

TAC BB Analamanga # BCM Analanjirofo (56-46)

BBCA Alaotra Mangoro # AS Fanalamanga Alaotra Mangoro (70-78)

ECBBA Analamanga # Ankarana Analamanga (63-93)

ASCUT Atsinanana # MB2LL Analamanga (53-89)

AS SAINT PIERRE Alaotra Mangoro # TMBB Analamanga (47-107)

Dimanche 5 mars

BBCM # BBCA 83-77

MB2ALL # AS Fanalamanga 79-69

TMBB # Ankarana 112-70

ASCUT 2 # TACBB 63-39

AS Roux # AS St Pierre 58-80

USBA # ECBBA 58-52

Programme du Lundi 6 mars 2017

Gymnase Mahamasina 08h15: USBA Alaotra Mangoro # Ankarana Analamanga09h30: AS Roux Analanjirofo # TMBB Analamanga11h15: AS Fanalamanga Alaotra Mangoro # ASCUT 2 Atsinanana

Terrain annexe 2:08h15: TACBB Analamanga # BBCA Alaotra Mangoro09h30: MB2ALL Analamanga # BCM Analanjirofo11h15: AS St Pierre Mangoro # ECBBA Analamanga

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara16 partages

Tanamakoa : Mpamongady zava-mahadomelina, nosamborina

Politika fanenjehana ara-keloka entin’ny fampanoavana eto Toamasina izao, entina handresena ny tsy filaminam-bahoaka sy ny firongatry ny asan-jiolahy izay miha-ankizy, ny fanenjehana ny rongony. Isan’ny asa ataon’ireo mpitandro ny filaminana noho izany ny fisahanana izany isan’andro.

Roa volana izay, mahazo vaovao matetika mikasika ireto mpamongady rongony ao Tanamakoa P/elle 12/14 Toamasina ny polisy misahana ny heloka be vava. Misy hatrany ny fanaraha-maso ataon’izy ireo, saingy efa manana mpitsikilo mahatoky ireto mpamongady rongony ireto ka sarotra ny fisamborana. Ny 01 martsa teo anefa, tsy nanam-po na inona na inona izy ireo ka noraisim-potsiny tao an-trano tao Tanamakoa. Roa lahy izy ireo no tratra tamin’izany, rongony 35kg no sarona tao amin’izy ireo izay tao anaty na sakosy gony roa, ankoatra ireo rongony am-polony efa vita fonosana antsoina hoe baomba. Voalaza fa avy any Ambanja no fakan’izy ireo ireto rongony amidiny eto Toamasina ireto, ka ireo fiara fitaterana hain’izy ireo no ampitondrainy izany. Amidiny amin’ireo mpaninjara sy ireo mpifoka 5.000 ariary ny fehiny iray tonga eto Toamasina. “Saika miandoha amin’ny fifohana rongony avokoa ny asan-jiolahy sy fanaovan-keloka misy eto amin’izao fotoana izao; koa tsara hamafisina ny ady amin’ny rongony” hoy ny kaomisera Raelison Gerverin ny polisy misahana ny heloka be vava.

Ankoatra izay raha ny fanazavan’izy roa lahy tratra ireto, dia efa efa-taona no naha mpamongady rongony azy ireo izao. Nahatsapa ihany koa ny polisy tamin’ity raharaha rongony ity, fa mampiasa ankizy mpitsikolo izy ireo amin’ny fanaraha-maso ireo mpitandro ny filaminana sendra mandalo…

Malala Didier

Madagascar Tribune14 partages

De nouvelle lanterne pour les taxis de la capitale

Le FTAR (Fikambanan’ny Taxi Antananarivo-Renivohitra) se réjouit des initiatives des partenaires en leur faveur. Dans le cadre du partenariat public-privé (PPP) la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et une entreprise privée offrent gratuitement aux membres du FTAR des lanternes avec puce et hologramme à la place des lanternes en cours actuellement. Les nouvelles lanternes sont difficiles à imiter d’après la présidente du FTAR et contribuent non seulement à la modernisation du monde des taxis mais également à lutter contre les taxis clandestins. D’après les explications d’un cadre de la CUA, la nouvelle lanterne occupera toute la largeur du toit du véhicule et elle sera en outre un support publicitaire ; ce qui constitue une autre source de revenu pour les chauffeurs/propriétaires.

Les chauffeurs de taxi du FTAR bénéficieront en plus, de formations pour les plus jeunes et de recyclage pour les moins jeunes qui disposent de la capacité à exercer le métier dans la ville. Le FTAR a soumis auprès des responsables de la CUA leurs desiderata dont l’accélération de la délivrance de mutation de licence taxi-ville.

Le monde des taxis dans la capitale est confronté à plusieurs difficultés dont d’abord leur effectif et la vétusté de nombre de leur véhicule. Il faut dire qu’avec la crise éternelle et le chômage, nombre de diplômés de l’université se convertissent en chauffeurs de taxi. Mais les embouteillages et l’état des rues sont une autre paire de manche qu’ils doivent relever en plus de la concurrence des taxis clandestins. Heureusement que ces derniers temps, les attaques contre les taxis se sont dissipées avouent quelques chauffeurs locataires qui ont beaucoup de mal à régler quotidiennement le loyer du véhicule de l’ordre de 50 000 ariary.

Madagascar Tribune13 partages

Quid du sort des victimes de l’incendie criminel ?

Pour se dégager de sa propre responsabilité pour l’affaire Befandriana-Nord, le Premier ministre Mahafaly Olivier n’a pas hésité à préciser que le remplacement du ministre de la sécurité publique n’a aucun lien avec le drame de Befandriana-Nord mais que le gouvernement établit une nouvelle vision de la lutte contre l’insécurité et la justice populaire. Selon le Premier ministre, Anandra Norbert n’a pas failli à sa mission. Déclaration indigne d’un responsable ou censé être responsable. Tant qu’on y est pourquoi ne pas décerner une décoration à Anandra Norbert ? Pour un peu aussi le Premier ministre aurait déclaré que c’était vraiment le fou du village qui a mis le feu aux 500 habitations. Rappelons que pendant le drame, le Premier ministre s’est baladé à Paris pour recevoir le prix Mandela pour son courage. Il faut avoir du courage pour faire ce genre de déclaration !

Néanmoins, malgré le limogeage, pour quelque raison que ce soit du désormais ex- ministre de la sécurité publique, l’affaire de Befandriana-Nord n’est pas réglée pour autant. Non seulement sur le plan pénal où 3 gendarmes et 3 policiers sont envoyés sur place pour faire la lumière sur ce drame mais aussi sur le plan de la responsabilité civile. Qui va indemniser ces quelques 1500 victimes qui ont tout perdu dans cet incendie criminel provoqué par des agents de l’Etat ? Ces hommes en uniforme étaient sous l’ordre du ministre de la sécurité publique donc par ricochet sous l’ordre du Chef du gouvernement et du Chef de l’Etat. Aucun de ces grands chefs n’a pris la peine de se déplacer à Antsakabary. L’Etat a tout simplement envoyé quelques vivres et matériaux dans les Chefs lieux de la région comme à Antsohihy.

Des initiatives citoyennes ont eu lieu dans la capitale pour venir en aide au victimes d’Antsakabary. La levée de fonds pour Antsakabary a récolté 3,5 millions d’Ariary, des vêtements, ustensiles de cuisines et autres. Les ténors de l’opposition et des simples citoyens ont pris part à cette mobilisation pendant ce week-end, relayée par des stations audiovisuelles publiques de la capitale. La maire d’Antananarivo et ses collaborateurs se sont joints aussi aux initiateurs de cette mobilisation. Initiative bien vue par la majorité de la population qui se demande quand même pourquoi ce ne seraient pas les policiers et la grande famille de la police qui se déplaceront à Antsakabary pour remettre en état les habitations incendiées ? Ou qu’ils payent des entrepreneurs pour le faire. Ce n’est que justice d’autant qu’il s’agit d’une urgence. Déposer des matériaux de construction à Antsohiny ne suffit pas, sans oublier que les victimes ont tout perdu, stock de vivres comme petites économies.

Depuis le début de ce drame on a remarqué la « discrétion » des membres du gouvernement et des HVM en général. Est-ce que qui ne dit rien consent ou ils n’ont rien à dire ou ne rien à faire ?

Tia Tanindranaza12 partages

Fitondrana HVMManomboka sahady ny tery vay manta

Io fa mipoitra ny toetrany ! Vao fankalazana ny 8 martsa dia efa manao tery vay manta ity fitondrana ity. Mibaribary izany eto an-drenivohitra, indrindra ny eny anivon’ny asam-panjakana toy ny minisitera.

 

 

 Nandefasana teny mita ireo foibem-pitondrana sy sampandraharaha isan-tokony mampahafantatra ny vehivavy mpiasa fa tsy maintsy tonga eny Mahamasina amin’ny alarobia 8 martsa, fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny vehivavy. Itrangan’izany ao amin’ny minisiteran’ny fitsarana sy ny paositra. Miteraka fimonomononana ity fepetra ity. Raisin’ny olona ho tahotra ny tsy hahafeno an’i Mahamasina ny mpitondra, ka dia faneriterena no heverina fa lalana ho amin’izany, hisorohana ny fahafaham-baraka. Etsy an-kilany, tsy vitsy koa ny mihevitra fa efa taratry ny hitranga amin’ny fifidianana amin’ny 2018 izao faneriterena izao, toy ny efa niainana nandritra ny fifidianana Ben’ny tanàna sy fifidianana Loholona, ny taona 2015. Dia aiza ny fanajana ny fahalalahana manoloana izany.

 

Jean D.

L'express de Madagascar10 partages

Confiance, un bien grand mot

Je ne lis pratiquement plus les journaux malgaches. De temps en temps, la connaissance d’un faire-part nécrologique m’épargne un faux-pas social. J’avais arrêté d’écouter les radios et de regarder les télévisions malgaches en 2009 : la calomnie méthodique, la diffamation systématique, l’insulte frénétique, en mode imprécatoire de l’hystérie ambiante, ce n’est pas, et ce ne sera jamais, cette Chronique.

Aussi, quand, après un, plus ou moins long sevrage salutaire, je me livre, un peu hasard, à une revue de presse, tout aussi aléatoire, je crois débarquer en pays inconnu. Et pourtant si familier.

Familier. Quand je lis cet édito de Pierre Ranjeva dans Jureco de janvier-février 1992, l’auteur regrettant le désistement de l’alors Premier-Ministre-nanti-des-pleins-pouvoirs Guy Willy Razanamasy : «En proclamant haut et fort qu’il ne postule pas pour la IIIème République, M.Razanamasy a montré son désintéressement (…) n’ayant aucune ambition électoraliste et, partant, aucune clientèle à ménager, il était donc au départ, mieux placé que quiconque pour «remettre la machine en marche» quitte à combattre de front les promesses démagogiques et à prendre les mesures impopulaires et inévitables. Il n’en a rien été et le capitale sympathie, dont il bénéficie pour peu de temps encore, sera bientôt réduit à néant. (…) Faut-il s’étonner alors si déjà n’importe quel agent public se permet d’interpeller impunément le Premier Ministre ?»

Un fonctionnaire, donc, qui interpelle le Premier Ministre en 1992. Sans doute les mêmes qui faisaient la grève Place du 13 mai, mais qui exigeaient d’être intégralement payés. De rebuffade de principe, en capitulation de facto, l’État malgache en est arrivé, en 1991, en 2002, en 2009, et donc, vingt ans plus tard, en 2017, à voir défiler, d’abord à la rubrique des faits divers, ensuite aux affaires pénales, et bientôt aux actualités politiques : des «secteurs clés» spécialistes du blocage de la «machine», des réservistes déclenchés sur le mode mercenaire «zanadambo», des régiments putschistes type CAPSAT, des policiers genre incendiaires de villages.

Que ne faut-il pas lire dans cette rapide revue de presse. Si des immigrés Turcs ont pu se faire établir des faux visas, quel était le niveau d’implication des services d’immigration/émigration dont le responsable vient d’être nommé ministre de la sécurité publique en remplacement d’un prédécesseur défaillant ? Pourquoi un ancien responsable de la Gendarmerie sous la Transition dispose encore d’un garde-du-corps gendarme, abattu par ses pairs dans une louche affaire d’exploitation de carrière de pierres ? L’affaire de Befandriana n’avait-elle pas commencé par la suspicion que les policiers se livraient à un racket qui a fini par exaspérer la population ? Sans oublier l’évocation d’un magistrat impliqué dans une affaire de kidnapping meurtrier à Toamasina. Ni celui de la mort d’un magistrat liquidé par des policiers à Tuléar.

Madagascar ne serait qu’une île-continent de tragiques faits divers. Ce n’est pas que je cesse de lire, d’écouter ou de regarder, les médias malgaches que les lynchages des uns ne vont pas répondre à la bavure des autres.

Je sais encore rigoler cependant que l’archevêque d’Antananarivo prétende diagnostiquer une crise de confiance. En ce qui me concerne, et ce fut le point de départ de ce boycott, la confiance trahie, sans que jamais un mot d’excuse ne fût prononcé, date, bel et bien, de ce coup de force et d’accès de brutalités, dans la cour de l’épiscopat d’Antanimena. Un certain 17 mars 2009.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara10 partages

Espace Mahatazana : Des offres pour toutes les bourses

Le stand de l’Espace Mahatazana lors du Salon du Mariage. (Photo Yvon)

Au salon du Mariage qui s’est déroulé au Palais des Sports de Mahamasina durant trois jours, on ne pouvait pas rater le stand 87 tenu par l’Espace Mahatazana à Fort-Voyron. Portant bien son nom, l’espace Mahatazana domine la cité d’où l’on voit tout l’horizon de Tanà. Calme, tranquille, sur les hauteurs de la ville, c’est un endroit spacieux qui peut accueillir jusqu’à 350 personnes pour divers événements : fiançailles, mariages, baptême… Avec un grand parking gardé, une piscine et une grande terrasse pour les photos, l’espace Mahatazana propose plusieurs offres pour tous les budgets : à partir de 18 000 Ar par personne, on peut avoir deux entrées, un plat de résistance et un dessert. Pour les packs « mariage », à 32 000 Ar, il y a non seulement le repas complet, mais aussi la tête de cortège avec le carburant inclus, la décoration de la salle, et l’animation musicale avec des chanteurs et des musiciens. Le tout avec un groupe électrogène au cas où le délestage ou la coupure de courant s’invite au mariage. Pour toute information complémentaire, l’on peut toujours appeler le 032 11 700 09 pour contacter directement les responsables, ou se rendre sur place à tout moment !

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza9 partages

Fankalazana ny 8 martsaMifaninana ireo mpanolotsain’i Voahangy R.

Hanamarika ity herinandro vao miandoha ity ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny vehivavy, izay marihina isan-taona isaky ny 8 martsa. Somebiseby ireo tomponandraiki-panjakana isan-tokony.

 

Jean D.

Midi Madagasikara9 partages

COI : Réseau de surveillance épidémiologique

Le Réseau SEGA « One Health » de la COI, mis en place en 2009 grâce au soutien de l’Agence française de développement, mobilise plus de 250 professionnels en santé publique et en santé animale de la région. L’action régionale en faveur de la santé publique, sous l’égide de la Commission de l’océan Indien, passe à une étape supérieure. A l’occasion du 32e Conseil des ministres de la COI, tenu le 1er mars à La Réunion, Mohamed BacarDossar, ministre comorien des Affaires étrangères, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat français au Développement et à la Francophonie et président du Conseil de la COI, Béatrice Atallah, ministre malgache des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre mauricien des Affaires étrangères, et Jean-Paul Adam, ministre seychellois de la Santé, ont signé une Charte qui institutionnalise et pérennise le Réseau de Surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA « One Health »).

La Charte signée par les ministres du Conseil de la COI est un document fondateur par lequel les Etats membres confirment leur engagement à soutenir le Réseau SEGA « One Health » considéré comme un instrument efficace à la veille sanitaire et à l’intervention dans les situations de crise.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Chronique de Mickey : La foule n’est pas le peuple

L’appel à rassemblement ou à manifestation de François Fillon fait réfléchir. L’histoire se passe en France ou exactement à Paris, la capitale. Le candidat de la droite ou si l’on veut l’aile conservatrice de l’ordre économique et sociale entend inverser la tendance qui tend à le discréditer comme étant le représentant légitime de son courant de pensée de par les scandales dont il fait l’objet. Il compte rameuter un mouvement de foule ce dimanche cinq mars pour discréditer ceux qui veulent l’évincer de son leadership. Et l’on spécule sur le nombre de manifestants (appelons les par parce qu’ils sont) Cinq mille, c’est l’hécatombe et c’est un échec pour François Fillon, et la porte de sortie lui est grande ouverte, par contre 45 000 voire 50 000, lui paraît suffisant pour battre en brèche ses détracteurs et légitimer sa seule candidature pour la droite et du centre droit. Peuple que ne dit-on pas en ton nom ! L’on sait que 100 000 à battre le pavé, ce n’est pas négligeable, et que la démocratie directe n’est plus envisageable comme au temps des Athéniens, mais, la démocratie représentative comporte des lacunes, surtout avec l’incursion actuelle du numérique avec les sondages et l’internet qui occultent dans ce régime politique  le sens réel du terme : « gouvernement du peuple par le peuple ».

Tout ceci nous interpelle sur notre histoire contemporaine. Les moments de 1972, de 1991, 2002 et de 2009 sous couverts de mouvements populaires sont-ils les faits de la volonté du peuple malgache ? Les linguistes ont du grain à moudre pour cerner le concept de « vahoaka ». Est ce qu’un « rotaka » est synonyme de mouvement populaire ? Le soulèvement d’une ville même s’il s’agit de la capitale suffit-elle pour mettre en branle et évincer un pouvoir légalement élu ? Le diktat de la rue est-il absolu ? On peut admettre que la grande révolution, celle de la France a marqué l’histoire du monde mais son succès n’est-il pas du aux « inconscients ou intrépides» gavroches parisiens ou « zomaka ou zalés » à Antananarivo en 1972 en version actualisée. En fait, une révolution n’a de raison qu’en liaison avec la répression légale ou légitime, c’est selon, qui est en face. Si cette dernière est démesurée ou disproportionnée, l’opinion peut s’en émouvoir et la chute est irréductible. En conclusion, la coercition, le pouvoir de répression n’est pas encore  compris du côté des gouvernés comme celui des gouvernants. En tout cas, il faut se le dire que la foule ne peut se substituer au peuple et que tous l’admettent, sinon, l’on va toujours vers cette instabilité chronique.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara9 partages

Gouvernement d’élection

Le limogeage du ministre de la Sécurité Publique Anandra Norbert est considéré comme le coup d’envoi d’un remaniement en profondeur du gouvernement Mahafaly. Une équipe gouvernementale dont le bilan est globalement négatif à plusieurs points de vue.

Gouvernement d’élection

Le riz à 1 900 ariary le kilo et l’essence à 3 880 ariary le litre, le ticket de bus à 500 ariary. Rien que les prix de ces trois produits et services essentiels démontrent que l’inflation est bel et bien là et que le peuple malgache à qui, les dirigeants actuels ont promis monts et merveilles, vivent et vont encore continuer à vivre dans la pauvreté absolue. Un peuple qui donne, par ailleurs, l’impression de ne plus avoir des dirigeants capables de leur assurer la sécurité publique, au point de recourir à des actes de barbaries comme les vindictes populaires qui ont fait, ces derniers temps, la Une des journaux. Pire, la « vindicte policière » qui serait à l’origine de l’incendie de tout un village à Antsakabary, Befandriana  est la manifestation d’un Etat incapable d’assurer convenablement sa mission sécuritaire. Et c’est avec raison que le peuple réclame un changement qui pourrait donc se manifester par ce remaniement devenu incontournable. Bon nombre d’observateurs s’attendent en tout cas, à ce que le Président Hery Rajaonarimampianina opère un remaniement basé avant tout sur des critères de compétences techniques. En somme le peuple attend un gouvernement de techniciens capables d’apporter des solutions techniques aux nombreux problèmes auxquels il fait face. Un souhait qui risque cependant de ne pas se réaliser dans la mesure où, élections présidentielles de 2018 obligent, le HVM va probablement opter pour un gouvernement capable d’assurer une réélection de Hery Rajaonarimampinanina. Un probable gouvernement d’élection qui mettra, une fois de plus, de côté, les intérêts de la population, mais qui cherchera avant tout à se maintenir au pouvoir. Si c’est le cas, Il est encore bien loin le moment où Madagascar aura des dirigeants sages et compétents capables de mener le peuple vers le vrai développement.

R.Edmond

News Mada8 partages

Teo Antananarivo : nanao tohivakana ny hetsika tolo-tanana

Nitentina 3 tapitrisa Ar sy gony miisa 40 ahitana kojakoja ilaina andavanandro ary lamba no voaangon’ny “Fiarabe ho an’ny firaisankina » tamin’ny faran’ny herinandro teo.

Nisy koa ny hetsika tetsy amin’ny Kianjan’ny Kanto nitondran’ny olontsotra, ankizy, fikambanan, mpanao politik ny anjara-birikiny hanampiana ny traboina any Antsakabary. Hiandraikitra ny fizarana izany fanampiana izany ny pretra any an-toerana.

Tetsy andaniny, nanao hetsdika “telethon” ihany koa ny kaominina Antananarivo renivohitra hanampiana hatrany ny mponina any Befandriana Avaratra.

Nitentina 800.000 Ar mahery no nomen’ny CUA ho tl-tanana. Nampahery ireo traboina ny Ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao ary nampita hafatra mba hisian’ny firaisankiana ary mba ho lasa amin’izay ny ratsy rehetra.

Tatiana A / Sary : Fanou

 

L'express de Madagascar7 partages

Intransmissible histoire ?

Le mois de mars n’est pas uniquement celui des droits des femmes. Il est aussi celui de la commémoration de l’Insurrection de 1947. Chaque année, la date fatidique du 29 mars voit l’organisation de quelques manifestations et expositions autour des tristes évènements dont aujourd’hui, la totalité des archives n’est pas encore divulguée. Un contexte qui porte à réfléchir sur l’importance et la manière de transmettre notre passé aux plus jeunes, de moins en moins intéressés à l’histoire, au patrimoine et à la connaissance ancrée dans la mémoire collective. Les écoles font leurs parts de travail d’éducation des bases historiques, mais apparemment, elles ne suffisent plus à capter l’attention.

Peu de livres pour connaître l’histoire pour un public qui, à la base, n’est déjà pas habitué à la lecture. Peu d’émissions historiques, que ce soit à la radio ou à la télévision pour un jeune public et très peu d’activités pour comprendre et raisonner autour de l’histoire de Madagascar et de son patrimoine culturel et historique. C’est un élément majeur de l’identité et de la connaissance de soi qui reste enclavé par le peu de moyens pour le véhiculer, l’enraciner et le rendre captivant pour la jeunesse.

Les commémorations comme celle du 29 mars restent des dates ponctuelles. Aujourd’hui, à part quelques rares expositions et quelques musées locaux dont les activités ne sont pas toujours médiatisées et pas forcément pensées pour captiver l’attention d’un jeune public, il n’existe pas vraiment de concepts ou de lieux qui permettent de s’abreuver d’histoire d’une manière ludique ou enthousiasmante pour les jeunes. Les exemples étrangers que l’on pourrait adapter aux attentes d’un public malgache ne manquent pas, mais apparemment l’histoire elle-même ne semble pas être une idée particulièrement vendeuse pour une émission audiovisuelle.

La question de base elle-même n’a pas l’air de vraiment intéresser : comment et pourquoi transmettre l’histoire et le passé aux héritiers ? Alors qu’en 2005, le président français Chirac en visite à Madagascar avait évoqué le «caractère inacceptable des répressions engendrées par les dérives du système colonial » et en précisant qu’il « s’associe avec respect à l’hommage qu’ils méritent (*)». Mais son homologue malgache avait préféré faire l’impasse sur cette occasion de réparer les gâchis de l’histoire, sortant à son tour une phrase qui marquera les esprits : de toute façon, il n’était pas encore né, en 1947.

Une anecdote insolite mais qui reflète bien le peu de cas que l’on fait du passé commun et du souvenir. Si l’histoire est un éternel recommencement, notre peu d’enthousiasme à le connaître n’est-il finalement pas à la source de notre enlisement ? Et comme la population malgache est très jeune puisque la plupart d’entre nous ont moins de 70 ans et n’était pas né en 1947…Imaginons que la mémoire collective s’éteigne par excès de jeunesse…

(*) Le Monde, du 27 mars 2007.

Par Mialisoa Randriamampianina

Midi Madagasikara7 partages

Vitogaz : Une journée citoyenne de reboisement

VITOGAZ renforce sa contribution pour la lutte contre la déforestation en s’engageant, à partir de cette année, dans un programme sur dix ans de reboisement à Ampangabe Atsimondrano. Un programme qui a débuté samedi dernier avec ce que cette entreprise qualifie de journée citoyenne de reboisement. Une journée pendant laquelle, la grande famille de Vitogaz avec les collaborateurs au grand complet et leurs familles ont mis en terre plus de 1 000 plants sur le site de reboisement d’Ampangabe.

Avec cette journée citoyenne, VITOGAZ a décidé de s’inscrire non pas dans une opération marketing ponctuelle mais dans un programme de reboisement sur dix ans, en étendant chaque année les surfaces qu’elle va reboiser au sein de la Zone d’Action en Faveur de  l’Arbre (ZODAFARB) d’Ampangabe. L’objectif n’est pas de planter pour planter mais de s’assurer de la pérennité de ce reboisement, en travaillant en étroite collaboration avec les techniciens de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts d’Atsimondrano. Cette journée citoyenne est prolongée d’actions d’entretien et de suivi nécessaires à la survie des plants.

R.Edmond

Madagate6 partages

Madagascar. Le cyclone Enawo menace jusqu’au carnaval des femmes du 8 mars

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin...

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

En effet, le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et  la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Midi Madagasikara6 partages

Jeu d’échecs : Le Daddycool club commence fort

Ils ont lancé officiellement le club vendredi dernier et tout de suite avec, une compétition. Ceci pour démontrer qu’ils sont prêts et qu’ils veulent démontrer qu’il faudra désormais compter sur ce club plus que dynamique.

Avec Nadine Mac à sa tête, le club d’échecs Daddycool a été lancé officiellement vendredi soir. L’objectif du club ? « Redorer le blason de la discipline au niveau régional et satisfaire les aficionados » a déclaré la présidente Nadine Mac. « Le tournoi de cohésion est l’un des événements sur les trois prévus pour l’année 2017, organisé par le club Daddycool. Ce tournoi est réparti sur quatre journées. Toutes les journées se ressemblent de par le niveau des joueurs, par catégorie, et par le nombre de participants (16) » a-t-elle continué. Techniquement, il y aura  7 rondes par journée en 15mn+10s. « La participation de tous les clubs d’Analamanga est sollicitée pour chaque journée. Nous souhaitons au moins un joueur inscrit par club respectif. La prochaine journée se déroulera le samedi 11 Mars 2017 ». Notons que pour le club Daddycool, le capitaine d’équipe est le champion de Madagascar en titre de blitz, Raharimanana Jeannot.

Résultats de la première ronde

Résultat :

1re Prix : Tsilanizara Bruno (club Daddycool).

2e Prix : Andriamaholisoa Rivo (club Super 7).

Anny Andrianaivonirina

Tananews5 partages

Ni-ni : Rivo Rakotovao persiste et signe

“Ce seront les Lois en vigueur qui détermineront les candidatures” selon le Ministre de l’Agriculture.

Et bien nous persistons et signons aussi alors : les accords de Cotonou interdisent aux pustschistes d’être candidat à une élection présidentielle.

M. Hery Rajaonarimampianina fait partie de la liste des 109 personnalités condamnés par l’Union Africaine pour le coup d’Etat de 2009. Donc M. Hery Rajaonarimampianina est un putschiste.

Donc M. Hery Rajaonarimampianina ne pourra pas se présenter en 2018.

CQFD. Merci à M. Rakotovao pour son insistance et ses précisions.

Tananews4 partages

Andohatapenaka : les “projets présidentiels” répliquent à Marco

Comment ?

Et bien en clôturant tout simplement les 4 hectares à Andohatapenaka.

C’est pas une clôture qui arrêtera le laitier.

Par contre une station service, une gare routière, un centre commercial, là ce sera plus compliqué à enlever.

Aller, yapuka.

Agence de Presse de l'Ocean Indien4 partages

Vitogaz contribue au reboisement de la Grande Ile

Vitogaz renforce sa contribution pour la lutte contre la déforestation en s’engageant, à partir de cette année, dans un programme sur dix ans de reboisement à Ampangabe Atsimondrano.

Ce samedi 4 mars 2017, Vitogaz, distributeur de gaz butane en bouteilles à Madagascar depuis 15 ans, a donné rendez-vous à ses collaborateurs et à leurs familles pour mettre en terre plus de 1000 jeunes plants à Ampangabe au sud du centre-ville d’Antananarivo.

Les arbres sont l’avenir d’un pays: sans eux, la pollution et la quantité de gaz à effet de serre augmentent et la pluviométrie diminue. Or à Madagascar, 50% des forêts ont disparu ces 50 dernières années, au rythme de 250.000 ha de forêts détruits chaque année. La principale raison est l’utilisation du bois énergie et du charbon comme mode d’énergie à hauteur de 90% pour la population malgache.

Vitogaz tente de faire diminuer cette consommation folle de charbon et de bois de chauffe.

Avec cette journée citoyenne, Vitogaz a décidé de s’inscrire non pas dans une opération marketing ponctuelle mais dans un programme de reboisement sur dix ans, en étendant chaque année les surfaces qu’elle va reboiser au sein de la Zone d’Action en Faveur de l’Arbre (ZODAFARB) d’Ampangabe. L’objectif est de s’assurer de la pérennité de ce reboisement, en travaillant en étroite collaboration avec les techniciens de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts d’Atsimondrano. Cette journée citoyenne est prolongée d’actions d’entretien et de suivi nécessaires à la survie des plants.

Plus que jamais, la lutte contre le changement climatique est devenue une nécessité à Madagascar et la Société Vitogaz Madagascar renforce ainsi sa contribution par cette journée annuelle de reboisement.

La Vérité4 partages

Arnaque visant une institution de microfinance - Deux membres des Forces de l’ordre recherchés

Après une plainte pour escroquerie déposée le 8 février par une institution de microfinance, des éléments de la Sûreté urbaine (Sut) de la Police à Tsaralalàna, ont réussi à faire tomber dans leur piège deux suspects dont une femme. Ces interpellations remontent le matin du 2 mars dernier chez les concernés à Morarano-Manakambahiny. Lors de l’enquête survenue le lendemain,  les policiers ont révélé la piste de leur complice, une femme qui habite le même quartier que ces suspects.

Le 4 mars, les policiers ont procédé à une perquisition aux domiciles de ces derniers et au cours de laquelle les premiers ont pu mettre la main sur le matériel servant à fabriquer les faux documents. Dans la même foulée, de nombreux faux cachets administratifs, quelques faux certificats de résidence, de fausses plaques d’immatriculation, de l’uniforme militaire ainsi que des cartes professionnelles de la Gendarmerie. Au début de l’enquête, les trois suspects se sont présentés sous de fausses identités. Mais au fur et à mesure que l’enquête progresse, ils ont fini par craquer et ont avoué leurs forfaits qui consistent à se spécialiser dans le faux. L’année dernière, au moins six entreprises de la Capitale ont été victimes de leurs arnaques et auprès desquelles ils ont extorqué la somme de 100 millions d’ariary. Ils ont envisagé de sévir en provinces. Deux membres d’une fratrie seraient les cerveaux de cette escroquerie incluant la confection de faux papiers pour automobile, tandis que deux éléments des Forces de l’ordre sont encore recherchés. Pour rassurer les responsables au sein de ladite institution financière, les escrocs ont proposé un véhicule utilitaire comme gage à l’emprunt qu’ils cherchent à faire. Mais les employés de l’établissement étaient méfiants et ont fait une vérification auprès du centre immatriculateur. C’était là que le pot aux roses a été découvert. Il s’avérait alors que l’immatriculation du véhicule en question est fausse, d’où la décision des victimes de porter plainte. L’enquête suit son cours.Franck Roland

Tananews4 partages

8 mars : à la sauce union soviétique

Un exemple de circulaire qui circule dans les Ministères, ici celui de la Justice : “circulaire n° 020.MJ/SG.17 en date du 3 mars 2017. Les femmes travaillant au ministère de la Justice sont tenues d’être présentes au carnaval

Au carnaval de la compagne ananassée de sa Seignhery bien entendu.

Pathétique. Minable même diraient certains.

L'express de Madagascar4 partages

Pauvreté à vendre

Le comble de l’indécence. L’Etat malgache a supplié le Prince Albert II de Monaco pour faire un lobbying en faveur du Père Pedro Opeka pour qu’il soit nominé au Prix Nobel de la paix. Voilà une idée qui ne manque pas de sel. Grâce à la pauvreté Madagascar pourra se faire un nom parmi les Nobel de la paix comme Nelson Mandela, Mère Teresa, Le Dalaï Lama, Martin Luther King, Aung San Suu Kyi, Théodore Roosevelt, Liu Xiabo…Il va sans dire que l’œuvre du Père Pedro n’a rien à voir à celle de l’Abbe Pierre ou celle de Mère Teresa et mérite amplement cette célèbre distinction. Sortir de la pauvreté chronique un peu moins de d’un million de personnes, leur donner un toit, une éducation, un avenir et surtout une dignité sans un vaillant sou de l’Etat dont la seule action  positive a été de reconnaître l’Association Akamasoa d’utilité publique en 2004 sous Ravalomanana, n’est pas à la portée du premier venu.

On se demande pourquoi l’Etat n’a jamais franchement soutenu les actions du Père Pedro alors que l’Union Européenne, la Principauté de Monaco,les clubs de service comme Le Lion’s Club et les Rotary Club et d’autres donateurs épaulent Akamasoa depuis sa fondation en 1989. Pour un pouvoir qui a fait un leitmotiv la lutte contre la pauvreté, c’est consternant de constater qu’aucune rubrique en faveur des actions comme celles de Père Pedro ne figure dans la loi de finances. Il est vrai qu’en terme de communication et d’image, c’est moins valorisant que les actions tape-à -l’œil à l’image des secours d’urgence aux victimes d’incendie comme celles effectuées par le Premier ministre pendant le week-end aux 67 hectares.

En 38 ans , le Père Pedro a pu construire plus de quatre mille logements à Akamasoa soit nettement supérieur à tous les projets de logements des régimes Ratsiraka, Ravalomanana, Rajoelina, Rajaonarimampianina confondus dont l’acquisition est compliquée et le Prix dépassant largement les possibilités du commun des Malgaches dont le revenu per capita moyen équivaut à 1,5 dollar par jour après les nouveaux  prix des carburants.

Si l’Etat avait réellement pensé à la population, le mirage de Ratsiraka de construire trente cinq mille logements par an aurait été concrétisé, du moins en partie. Hélas, la politique de logement est un business florissant repris à son profit par chaque nouveau régime. Pire, un ancien Chef d’Etat a eu le culot de vendre les logements administratifs au point que les fonctionnaires sont tous des sans domicile fixe avec une indemnité de logements de 3000 ariary.

Si le Père Pedro , déjà proposé en 2012,obtient le Nobel de la paix, dont l’octroi fait souvent l’objet de controverse, il touchera un chèque d’un million d’euros et l’Etat s’enorgueillira de son exploit. C’est une contribution non négligeable et le titre sera célébré comme un titre mondial en football que le féru de ballon qu’est le compatriote de Messi préférerait de loin.

L’Etat reconnaît à travers cette proposition indécente son manque de volonté et son incapacité à lutter pour de vrai contre la pauvreté. On a beau annoncer une croissance de 4,7%, il n’y a pas à s’en infantuer si cela relève absolument du domaine de l’abstrait et de la manipulation si le pouvoir d’achat de la population s’effrite comme peau de chagrin, si la hausse des salaires vaut dix fois moins celle du prix des biens et des services . En 2001,le gouvernement de Ratsiraka se vantait d’avoir redressé l’économie avec une croissance positive alors que le pays faisait partie des pays pauvres très endettés. Quelle divagation!

Il n’y a pas à s’en vanter. Le comité du Nobel aimerait bien récompenser le Père Pedro mais il se trouve dans une situation particulière. Pour la première fois, un lauréat l’aurait été grâce au soutien de son pays de résidence monnayant sa pauvreté. Pourquoi après tout ? Finalement la pauvreté peut-être une richesse quitte à savoir l’exporter.

Sylvain Ranjalahy

Tananews4 partages

“Le limogeage de M. Anandra n’a rien à voir avec Befandriana Nord”

Affirmation du jour signée par le Premier Ministre Olivier Mahafaly.

A son arrivée à Ivato, il avait justement intimé à M. Anandra de fermer sa grande gueule pour éviter les impairs.

Oui mais là il devrait s’auto-intimer la même chose alors

Tananews4 partages

Aaah enfin un bon gros cyclone

Enawo s’annonce prometteur et devrait toucher terre demain mardi.

En on espère de bonnes grosses pluies qui iront avec.

Dans nos souvenirs nous n’avons jamais attendu les pluies avec autant d’impatience.

Madagate3 partages

Faratsiho. L’USAID et PSI Madagascar roulent pour «Zazatomady»

La malnutrition chronique constitue une entrave au développement humain. Les jeunes enfants en sont les premières victimes.

Les 1 000 premiers jours d'un enfant -de sa conception à sa 2ème année de vie-sont primordiaux et une sous-nutrition durant cette période, entraîne des effets irréversibles sur la santé et le développement cognitif de l'enfant.

A Madagascar, le taux de malnutrition le plus élevé se situedans la région Vakinankaratra (65%) qui, paradoxalement, est pourvue de sols très fertiles.

L’USAID et PSI Madagascar, dans leurs missions d'améliorer les conditions de santé des couches vulnérables de la population malgache, ont soutenu le Ministère de la Santé Publique dans le lancement de la promotion de la nutrition du nourrisson et du jeune enfant, le 24février 2017, dans le district de Faratsiho et dans la présentation du micronutriment en poudre « ZAZATOMADY ».

De quoi s’agit-il?

« ZAZATOMADY » est un micronutriment en poudre pour nourrissons et enfants. Sa force en son prix accessible à tous les Malgaches. Il se présente sous la forme d’un paquet de 30 sachets individuels,au prix de 200 ariary. Un enfant prend 1 sachet par jour et il est recommandé de faire consommer 9 paquets.

« ZAZATOMADY » n'est pas un médicament mais un complément alimentaire, qui contient 15 vitamines et minéraux (Vitamine A, C, D, E, B1, B2, B6, B12, du fer, du zinc, de l'iode, etc.). Inodore et incolore,« ZAZATOMADY » est à mélanger à toutes les préparations alimentairesà température ambiante,adaptées aux enfants de6à 23 mois.

La promotion de « ZAZATOMADY » à Faratsiho s’est donc faite en présence du ministre de la Santé publique, le Professeur Andriamanarivo Lalatiana; du Coordonnateur national de l’Office national pour la nutrition (ONN), Ambinintsoa Andriamboahangy Raveloharison;des représentants de l’USAID, InstitutionInternationale soutenantfinancièrement,depuis de longues années, les actions visantà améliorer les conditions de vie et de santé des Malgaches; des représentants de PSI Madagascar qui distribue « ZAZATOMADY »,et des autorités régionales et locales.

Durant les prises de parole devant un public dense et attentif, il a été mis en exergue: la nécessité de diversifier les aliments dans les préparations culinaires et l’aspect pratique et personnel -car à domicile- de la prise de « ZAZATOMADY ». D’ailleurs, c’est Monsieur le ministre en personne qui a procédé à une démonstration avec des enfants (photo ci-dessus). La prise de « ZAZATOMADY » finira par devenir ungeste simpleà adopter,comme une bonne habitude.

Par ailleurs, chaque interlocuteur a appelé à la prise de consciencede tout unchacun,pouragiret continuer lalutte contre la malnutrition.

Pour Monsieur le ministre, « en regard de cette région Vakinankaratra qui produit des fruits et des légumes,  la malnutrition ne peut plus être tolérable et tolérée ».

Pour sa part, l’intervention du Représentantde l’USAID a étéapplaudie, d’autant plus qu’elle a été effectuée en malgache intégral.

Jeannot Ramambazafy

Tananews3 partages

Lors de sa passation, Anandra a mis l’accent sur ses “réalisations”

Mais de quelles réalisations il veut parler bon sang ?

De ces flics corrompus partout ? De cette insécurité qui explose au quotidien  ?

Ou bien de cette réalisation d’Ali baba et de ses 40 pyromanes en vadrouille à Befandriana Nord pour cramer 487 baraques ?

Madagascar Tribune3 partages

Le cyclone Dumazile provoque une alerte rouge dans le Nord

Bien que le cyclone Dumazile ne soit pas prévu atteindre la terre selon les prévisions météorologiques, les fortes pluies qui l’accompagnent provoquent des inondations notamment sur la partie Nord de Madagascar. Le ministère des transports et de la météorologie a sorti un communiqué de vigilance forte pluie qui met la partie Nord de l’ile en alerte rouge. Après Toamasina, l’ile de Nosy-Be subit également des inondations et certaines zones sont devenues inaccessibles. La mairie de Nosy-be a fait appel à la population d’évacuer les zones inondables ou déjà inondés afin de rejoindre le gymnase couvert Toly Laurent à Hell-Ville.

Les cours d’eau le long de la route nationale 6 (RN6) depuis Ambondromamy jusqu’à Antsiranana sont montés à des niveaux assez élevés. Certaines digues risquent de se rompre, pouvant provoquer des inondations avec des dégâts considérables sur les plantations. Le ministère de l’Education nationale a pour sa part décidé de suspendre les enseignements dans les Cisco d’Ambanja, Ambilobe, et Nosy-Be, avec ceux des ZAP (Zone d’animation pédagogique) de Mananjary et de Nosy Varika. La situation est la même pour Toamasina où la reprise de l’enseignement dans le CISCO de Toamasina II attend la baisse du niveau de l’eau. La population touchée par ces intempéries se plaignent du fait qu’aucune réaction ne vienne de la part des instances supérieures, livrant les collectivités à elles-mêmes. Pour l’heure, ni des représentants de l’Etat, ni le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) ne s’est mobilisé, déplore-t-on à Toamasina.

Madagascar Tribune3 partages

Le SMM va tenir une assemblée générale concernant l’affaire Houcine Arfa

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) tiendra une assemblée générale extraordinaire ce jour consacré essentiellement à l’affaire Houcine Arfa. Une affaire qui continue d’accabler la justice malgache et dont les rebondissements de ces derniers jours ont surpris plus d’un. Selon la déclaration du SMM, le déroulement de cette affaire, notamment des enquêtes et des arrestations, ne suit pas du tout la logique et ne vise certainement pas à établir la vérité sur l’évasion de ce prisonnier de Tsiafahy. « Le SMM tiendra une assemblée générale extraordinaire sur l’affaire Houcine Arfa pour aboutir à une décision du syndicat et des magistrats. Nous sommes étonnés que ce soient d’autres personnes à part ceux qui ont été cité directement qui se retrouvent en prison ou sont poursuivies, alors que ceux qui ont été expressément nommés ne sont pas du tout inquiétés, faute de preuves dit-on », avait déclaré la présidente du SMM, Fanirisoa Ernaivo hier. En effet, la logique veut que l’enquête concerne d’abord les personnes qui ont été cités directement dans l’affaire. Or, actuellement, les responsables parlent de l’implication d’un chauffeur de taxi et d’une infirmière. « C’est vraiment étonnant que ceux qui ont été impliqués directement ne sont pas inquiétés et qu’au contraire, ce sont eux qui lancent les poursuites. Que ce soit au niveau du ministère de la justice, du parquet ou de la brigade criminelle », continue Fanirisoa Ernaivo.

Bianco

Selon les informations, le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) aurait l’intention d’auditionner la ministre de la Justice, Elise Alexandrine Rakoto sur une affaire de pot de vin sans que l’affaire en question ne soit précisée. Hourcine Arfa avait accusé des hauts responsables de la justice malgache dont la ministre de la justice d’avoir permis son évasion de Tsiafahy. La question est maintenant de savoir jusqu’où mènera l’enquête du Bianco. Les hauts responsables cités dans cette affaire nient la version de Houcine Arfa et déclare que ce dernier aurait fabriqué cette histoire de toute pièce pour salir le régime.

Tananews3 partages

Oui sa Seignhery va certainement continuer le remaniement et alors ?

Et alors il ne faut pas rêver, s’il change de gouvernement, ce sera juste pour tenter d’assurer sa réélection en 2018.

Donc ça n’aura aucun vergogne ni honte à se représenter devant les électeurs avec zéro réalisation, insécurité maximale, inflation, coût de la vie insupportable, des milliards de dollars qui n’existent que dans sa tête et on en passe ?

Ataovy sérieux lesy sun above.

Un mandat de 1825 jours utilisés avec autant de nullité et de médiocrité, c’est du jamais vu.

L'express de Madagascar3 partages

Entrepreneuriat – Un financement à hauteur de 25 000 euro

Officiel. Le Centre d’Excellence en Entreprenariat (CEENTRE) et la plateforme Fanjava officialise leur partenariat, dans l’appui au développement des projets des jeunes. Ce projet vise à financer des projets, via le « crowdfunding » ou le financement participatif.

« Les montants demandés peuvent aller jusqu’à 25 000 euro, en fonction des besoins de l’entreprise », souligne Riveltd Rakotomanana du CEENTRE, vendredi. Les diasporas malagasy en Europe et en Afrique seront incitées à y participer.

Ce projet vient à point nommé. Faute de financement, seul 2% des nouveaux diplômés se lancent dans entrepreneuriat. « Les banques ne peuvent pas financer des sociétés de moins de 3 ans, à cause de la culture entrepreneuriale qui n’est pas encore bien installée à Madagascar. Il y a un risque dans le remboursement des prêts », explique cette source.

Tous les porteurs de projet peuvent y participer. Les deux partenaires n’y mettent pas de limite. « Il faut juste que ce soit un projet innovant et porteur de développement social et économique », renchérit-il.

L'express de Madagascar3 partages

Facebook Bots Challenge – Victoire de l’équipe Game Trio

Le rideau est clos « Bots for Messenger Challenge Madagascar » samedi. A l’issue d’un ultime challenge entre les développeurs les plus aguerris de Madagascar, l’équipe  Game Trio a remporté la palme avec son chatbot « Intello », qui aide les gamers à trouver des astuces concernant leur jeu. En effet, ce challenge lancé par Facebook est de mettre en challenge les « geeks » des pays en Afrique et Moyen Orient pour créer des robots de discussion pour Facebook Messenger.

Samedi, ils étaient cent cinquante développeurs à avoir  participé à ce concours samedi à Andrainarivo. Pendant une heure chrono, ils sont invités à mettre en place des robots informatiques ou chatbots autour de trois catégories à savoir jeux et divertissement, productivité et utilité, et outil social. Les « discussions robotisées » avec un « Chatbot » sont capables de simuler une conversation avec un être humain sur une messagerie ou un réseau social et ainsi vendre des services, vêtements, voitures ou autres, que l’on peut trouver sur le réseau malgache sur Facebook.

En ce qui concerne ce concours, la seconde place revient au groupe « Fancines »  avec son chatbot nommé « Dragula », un jeu sur Messenger. Et le groupe « Little Pi-Bot » complète le podium grâce à son robot « Pizza-Bot ». Le bot se propose de présenter les menus et de prendre des commandes de pizzas.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

«Madagascar n’appartient qu’aux Malgaches»

Le traité de Paris du 30 mai 1814, tout en mettant fin aux hostilités qui opposent presque sans interruption depuis vingt ans les puissances européennes, s’efforce aussi de délimiter et de reconsidérer leur sphère d’influence coloniale. En particulier, en ce qui concerne les rivalités franco-britanniques.L’article 8 stipule, en effet, que « les colonies, pêcheries, comptoirs et établissements de tout genre que la France possédait au 1er janvier 1792, dans les mers et sur les continents de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Asie- à l’exception toutefois des îles de Tobago et de Sainte-Luce, et de l’isle de France et de ses dépendances, nommément Rodrigues et les Seychelles- lui seraient restitués dans les délais que les terres situées au-delà du cap de Bonne-Espérance ». Selon Jean Valette, archiviste-paléographe, malgré sa clarté cet article provoque de la part de l’Angleterre- tout au moins de certains de ses agents- de nombreuses difficultés.« Ce fut, en particulier, le cas pour les dépendances de l’île de France parmi lesquellesSir Robert Farquhar plaça Madagascar. Ce, par le biais d’une proclamation en date du 27 avril 1815 qui confirme les lois et ordonnances promulguées par le gouverneur de Maurice et de ses dépendances. » Cette interprétation entraîne évidemment de vives protestations de la part du général de Bouvet, gouverneur de l’île Bourbon, possession que Sir Robert Farquhar remet à la France en vertu du traité d’avril 1815.Il s’ensuit un échange de correspondances entre Paris et Londres. Par dépêche du18 octobre 1816, Lord Barthurst, secrétaire d’État britannique aux Colonies, fait savoir à Sir Robert Farquhar que le gouvernement anglais ne reconnaît pas son interprétation. Il lui enjoint « de prendre les mesures nécessaires pour remettre aux autorités françaises à Bourbon, les établissements que le gouvernement français possédait sur les côtes de l’île de Madagascar à l’époque susmentionnée ».Mais le gouverneur de Maurice ne l’entend pas ainsi et argue que Madagascar n’appartient nullement à la France. Aussi écrit-il à son ministre en novembre 1816: « Puisque leditgouvernement n’y possédait rien, il n’apparaissait pas qu’il y ait quoique ce soit à remettre. » Cette interprétation est, elle aussi, rejetée par Londres.D’ailleurs, le gouverneur de l’île de France- « qui ne devait guère croire en la solidité de celle-ci»- en échafaude une troisième qui consiste à dire que « Madagascar n’appartenait ni à la France ni à l’Angleterre, mais aux Malgaches eux-mêmes et qu’en conséquence il dépendait de ces derniers d’autoriser telle ou telle puissance à s’implanter chez eux ». Jusqu’à cette époque, il n’existe aucune relation suivie et surtout officielle entre la Cour de l’Imerina, confinée encore dans un territoire fort restreint et les bords de l’océan Indien, et les Vazaha. Seuls les traitants pénètrent à Antananarivo. Certains nouent même des amitiés avec le grand Andrianam­poinimerina, puis son fils et successeur, Radama Ier.Désireux à son tour d’entrer en relation avec le roi de l’Imerina, Sir Robert Farquhar décide d’utiliser pour y parvenir un de ces traitants, Chardenoux. Ce dernier a résidé de nombreuses années à Madagascar et entreprend plusieurs voyages jusqu’à Antanana­rivo. Nanti d’instructions fort précises « et des plus remarquables », Chardenoux est envoyé auprès du roi des Merina afin « de le mettre discrètement et progressivement au courant des intentions de Sir Robert et de sonder ses propres intentions et ses réactions devant un tel projet ».La mission de Chardenoux (comme son personnage) auprès de Radama Ier retient l’attention de quelques historiens. Guillaume Grandidier (1942) distingue deux personnages, le nommé Chardenaux, un traitant, et le nommé Chardenoux qui est l’envoyé de Sir Robert Farquhar. Henri Deschamps (1960), quant à lui, confond en un seul les deux personnages qu’il appelle Chardenaux. Bien auparavant Ackerman (1833) ou Macé-Descartes (1846) ne connaissent pas l’existence de la mission Chardenoux et font de Lesage le premier envoyé du gouverneur de Maurice.Il n’en est pas de même des auteurs anglais. Ellis mentionne, le premier, l’envoi du négociateur Chardenoux à Antananarivo. Et en 1936, E. Howe utilise de nombreux documents originaux et parle longuement du rôle de Chardenoux.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnels

Madaplus.info2 partages

La grève est maintenue au Centre National de Transfusion Sanguine CNTS

Depuis le 02 mars, les employés Centres National de Transfusion Sanguine CNTS continuent encore leur manifestation contre la mauvaise gestion par leur directeur, mais assurent un service minimum.
Après la menace d’arrêt de livraison de sang due à l’insatisfaction des employés aux dysfonctionnements administratifs. Le Syndicat de vie de la société à rassurer la population sur la non-rupture de la distribution de poche de sang, mais à service minimum. Leur recommandation concernant la démission de la directrice et des membres du conseil d’administration fait encore partie de leurs réserves. L’insuffisance de matériels, le non-respect du droit de donneurs de sang, l’abondance de décision d’affectation des personnels non fondée, et surtout le non-paiement de la prime de rendement sont également revendiqués.
La directrice du centre a répliqué que les propos à son égard ne sont que des accusations et que des audits sont régulièrement faits pour la vérification des opérations au sein du Centre National de Transfusion Sanguine.
Madaplus.info2 partages

PME :Un atelier de travail pour un renforcement de capacité

Le PROCOM qui est un programme de l'Union Européenne en appui à l'emploi et à l'intégration régionale a organisé un atelier de travail le mardi 28 février et le mercredi 1er mars dernier au Carlton Anosy.
Cet atelier regroupait environ 70 représentants d'organisations intermédiaires du secteur privé basés à Antananarivo et dans d'autres régions de Madagascar afin de réfléchir et de discuter sur les services en appuis aux MPME ou micros, petites et moyennes entreprises. Le but dans cet atelier était « d’offrir un panel de services aux micros, petites et moyennes entreprises ». C'était une occasion pour présenter les projets et ainsi améliorer la compétitivité des entreprises ainsi que la qualité des produits et services. Notons que les MPME constituent 85 % du tissu économique malgache et sont les premiers pourvoyeurs d'emploi.
Madaplus.info2 partages

Santé publique: La grève est maintenue au Centre National de Transfusion Sanguine

Depuis le 02 mars, les employés Centres National de Transfusion Sanguine CNTS continuent encore leur manifestation contre la mauvaise gestion par leur directeur, mais assurent un service minimum.
Après la menace d’arrêt de livraison de sang due à l’insatisfaction des employés aux dysfonctionnements administratifs. Le Syndicat de vie de la société à rassurer la population sur la non-rupture de la distribution de poche de sang, mais à service minimum. Leur recommandation concernant la démission de la directrice et des membres du conseil d’administration fait encore partie de leurs réserves. L’insuffisance de matériels, le non-respect du droit de donneurs de sang, l’abondance de décision d’affectation des personnels non fondée, et surtout le non-paiement de la prime de rendement sont également revendiqués.
La directrice du centre a répliqué que les propos à son égard ne sont que des accusations et que des audits sont régulièrement faits pour la vérification des opérations au sein du Centre National de Transfusion Sanguine.
News Mada2 partages

Promotion de l’énergie propre : l’appui de l’Etat est sollicité

Une large partie de la population malgache consomme du charbon de bois. Les promoteurs des énergies propres cherchent à les orienter vers le gaz afin qu’ils deviennent, au minimum, des consommateurs « mixtes ». L’i mpact-prix étant important, une aide de l’Etat est demandée.

50% des forêts malgaches ont disparu ces cinq dernières décennies, au rythme de 250.000 hectares de forêts détruits chaque année. Et pour cause : l’énergie utilisée par la population est constituée à 90% du bois énergie. Et face à cette utilisation jugée déraisonnable, certains promoteurs du secteur privé avancent une réponse au travers de la diversification des sources d’énergie comme le gaz.

Vincent Fleury, administrateur et directeur général de Vitogaz Madagascar a soulevé qu’  «Aujourd’hui le gouvernement, je dirais à juste titre, met en avant les énergies renouvelables (éolienne, solaire, hydraulique…). Nous aussi, nous avons besoin d’être aidés».

Réduire la TVA sur le gaz

Pour cet opérateur, promouvoir davantage le gaz en tant qu’énergie propre ne revient pas seul au secteur privé. Le secteur public a également un rôle prépondérant à jouer. La promotion de l’énergie propre a besoin de l’appui de l’Etat. « Nous ne demandons pas de satisfaire l’ensemble des besoins énergétique en gaz, mais dans le mix énergétique à Madagascar, le gaz doit avoir une part plus importante. En remontant à plus de dix ans auparavant, en 2006, le gaz n’était pas assujetti à la TVA. Il faut que l’Etat puisse nous aider en termes de fiscalité. Ce qui va permettre en effet de baisser le prix du gaz et forcément de faire en sorte que des consommateurs actuels de charbons se dirigent vers une consommation de gaz. Et le gaz a tous les avantages », a-t-il déclaré.

Malgré la perspective catastrophique sur la disparation des forêts dans quelques dizaines d’années, les actions menées s’avèrent très insuffisantes pour faire évoluer le mix énergétique à Madagascar. La société Vitogaz Madagascar vend 13.000 tonnes de gaz tous les ans alors qu’il s’écoule 400.000 tonnes de charbons de bois sur le marché national. Et outre la promotion du gaz, Vitogaz renforce sa contribution pour la lutte contre la déforestation en s’engageant à partir de cette année dans un programme de reboisement sur dix ans.

Arh.

 

News Mada2 partages

Facebook Bots Party : Orange soutient les jeunes développeurs malgaches

150 développeurs  malgaches ont participé au Facebook Bots Party  le 4 mars dernier à l’hôtel Panorama Andrainarivo en vue de la participation de Madagascar au premier challenge de chatBot pour Facebook messenger.

Le défi lancé par Facebook est de trouver et coder un concept innovant de « Répondeur automatique ». En une heure, les prétendants ont ainsi programmé un bot intelligent pour le service Messenger ayant trait aux  jeux et divertissement, à la productivité et utilité et à l’outil social. A l’issue des séances de développement et de présentation, le jury a attribué le premier prix au groupe « Game Trio ». Ils ont développé un bot nommé « Intello », qui aide les gamers à trouver des astuces concernant leur jeu. La seconde place a été attribuée au groupe « Fancines » avec son bot nommé «Dragula», un jeu sur Messenger. Le groupe « Little Pi-Bot » remporte la troisième place à travers «Pizza-Bot ». Le bot se propose de présenter les menus et de prendre des commandes de pizzas.

En effet, les « Discussions robotisées » avec un «Chatbot» sont capables de simuler une conversation avec un être humain sur une messagerie ou un réseau social et ainsi vendre des services, vêtements, voitures ou autres, que l’on peut trouver sur le réseau malgache (Facebook). Alors que le produit est encore tout nouveau à Madagascar, le bot est  un outil marketing très répondu dans les autres pays, comme aux Etats-Unis et en Europe.

Riana R.

 

L'express de Madagascar2 partages

Secteur rizicole – Marché de l’exportation ouvert sous condition

Cruciale dans l’alimentation des Malgaches, la filière rizicole, du moins l’image de la qualité du riz commence à accumuler les points positifs au niveau international. Notamment lors de la présentation des produits du label « vita malagasy », lors du dernier salon mondial de la restauration. Le riz rose de Madagascar a pu s’y faire une place au soleil, en récoltant des retours favorables de la part des visiteurs, ainsi que des organisateurs du salon.

Paradoxalement, ce produit censé être le fleuron du label est, depuis quelques années, sujet à une restriction sur le marché de l’exportation. Un cas de figure qui fait suite à l’explosion du cours du riz sur le marché mondial en 2007. Les raisons avancées à l’époque s’expliquent par le simple fait que la production rizicole du pays arrivait à peine à satisfaire le marché intérieur. Ce qui implique qu’en ce moment, Madagascar doit encore importer 10% de sa consommation pour combler la demande nationale.

Mauvaise répartition

Cependant, ce n’est pas pour autant la production qui est faible, mais le problème se situe surtout sur la répartition de cette production. La réalité étant que le Nord produit plus que le Sud, et que le coût de distribution de riz en provenance du nord, selon la saison, est trop élevé pour convenir au pouvoir d’achat du sud. Par exemple, le surplus de riz à Morombe a du mal à se vendre à Toliara, car les grossistes de Toliara sont prêts à acheter au prix de Morombe, incluant le transport. Alors que les agriculteurs veulent vendre au prix du marché et ajouter les frais de transport. Une des raisons qui explique les 35,8% de la population actuellement en situation de sous-alimentation.

Madagascar importe toujours cette denrée, malgré le fait que la production globale du pays, avec une moyenne annuelle de 3,15 à 3,5 millions de tonnes, soit en mesure de couvrir la totalité du besoin des 23 millions de Malgaches. Celui-ci tourne aujourd’hui autour de 120kg par habitant, soit une consommation tournant aux alentours de 3,22 millions de tonnes par an. La solution réside donc dans la bonne distribution et l’augmentation de rendement au niveau régional.

« C’est ce que nous essayons de faire, en développant notre activité et l’implantation du programme RIZ UP dans le sud de Madagascar, en résolvant le problème de distribution et augmenter les rendements et la production au plus près de la demande locale », explique Philppe Razanakolona, Managing Director de Meva Holding S.A.  L’objectif principal du programme RIZ UP est d’œuvrer pour un développement économique en milieu rural, par l’augmentation des rendements annuels des rizières, permettant ainsi de transformer l’agriculture d’aujourd’hui, orientée vers la subsistance, en une agriculture commercialisée active et dynamique pour l’agriculteur.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Consommation – Le prix du gaz prend l’ascenseur

La hausse tarifaire est inévitable sur tous les produits. Denrées alimentaires, électricité et même celui du gaz butane flambe. Ceci s’explique par la surenchère du prix des carburants d’après Vincent Fleury, administrateur général de la société Vitogaz. « En septembre 2006, nous avons accordé une baisse et cela pendant un certain temps. Au niveau de l’OPEP, le prix du baril de pétrole a sensiblement augmenté et quand on limite l’offre, tout rehausse », explique-t-il lors du lancement de la campagne de reboisement pour dix ans dans la Zone d’action en faveur de l’arbre à Ampangabe.

Ce dernier indique que les énergies renouvelables ne sont pas assujetties au TVA et devrait ainsi aider les producteurs de gaz butane dans la fiscalité pour que ce fluide soit accessible à tous. La société vend 13 000 tonnes de gaz par an alors que la commercialisation du charbon se chiffre à 400 000 tonnes, ce qui implique que les bois constituent 90% des énergies consumées. L’administrateur général oriente ainsi les usagers à consommer le butane qui est une énergie propre, respectueux de l’environnement et de la santé.

Farah Raharijaona

Madaplus.info1 partages

Madagascar: 10 000 décès maternels chaque année sur 500 000 naissances.

90% des 300 000 décès maternels annuels ont lieu en Afrique et Asie. A Madagascar, le taux de mortalité maternelle est élevé, et n'a pas beaucoup varié depuis 20 ans. Des décès qui surviennent pendant ou après l'accouchement et qui pourraient dans la plupart des cas être évités.
La semaine dernière, durant 5 jours, une trentaine de médecins de toute l'île ont participé à un atelier organisé par l'Organisation Mondiale de la Santé pour mettre en place une nouvelle stratégie dans cette lutte.
Désormais, dans les hôpitaux publics, chaque décès sera suivi d'une enquête : un audit pour permettre d'améliorer les dysfonctionnements en interne et alerter plus facilement le ministère de la Santé. « Un atelier de formation sur la surveillance des décès maternels et ripostes » : une première étape, d'après le Dr Maurice Bucagu, de l'OMS à Genève, pour lutter contre la mortalité maternelle à Madagascar.
« On estime à 10 000 décès maternels chaque année pour environ 500 000 accouchements dans le pays. Il s'agit de partir des décès maternels, des décès des nouveau-nés, pour identifier ce qui n'a pas fonctionné dans les soins qui ont été prodigués et montrer des solutions pour que le personnel hospitalier puisse corriger ce qui ne marche pas. »
Des enquêtes pour montrer, par exemple, qu'il est urgent d'avoir des banques de sang dans chaque centre de soins. En effet, la première cause de mortalité des femmes à l'accouchement, est due à une hémorragie interne et à l'incapacité de transfuser la patiente faute de réserves de sang.
Mais pour Henrielle Emasignavy, médecin au centre hospitalier sur l'île Sainte-Marie, il y a aussi un problème culturel. Une femme sur deux accouche encore à domicile. « Pour moi, en tant que médecin, la raison pour laquelle il y a autant de femmes qui décèdent à l'accouchement ou après l'accouchement, c'est qu'elles préfèrent rester à domicile pour accoucher par ''habitude'', ou à cause de problèmes financiers parce qu'elles pensent qu'accoucher à l'hôpital c'est trop cher. En décembre dernier, il y a eu un cas d'accouchement à domicile. L'enfant est mort in utero. Avec la matrone, la femme n'a pas eu les meilleurs soins qu'elle devait avoir, elle n'a pas non plus eu le bon diagnostic. Elle est morte d'une septicémie, dans sa communauté. »
Des enquêtes, mais une plus grande sensibilisation aussi auprès des femmes semble nécessaire. Sur la Grande île, un accouchement à l'hôpital public coûte environ 40 000 ar, soit 12 euros.
Tananews1 partages

Voahangy inaugure à tour de bras

Voila la dernière trouvaille de sa Seignhery : au lieu de se mettre en première ligne, il envoye bobonne au charbon.

Ça ne changera pas grand chose hélas : c’est toujours du vent qu’on inaugure.

Inaugurez l’autoroute Tana-Tamatave, là oui on fermera notre clapet. Sauf si c’est comme la rocade à 1X1 voie bien entendu. Une autoroute c’est 3X3 voies minimum.

News Mada1 partages

Faritra Bongolava : hisokatra ny volana marsa ny tsenan’ny poavra mena

Misokatra, amin’izao volana marsa izao, ny fotoam-piotazana ny poavra mena, any amin’ny faritra Bongolava. Niaraha-nijery tamin’ny fihaonan’ny mpamokatra sy ny mpanangom-bokatra ny fanondrotana ny vidim-bokatra amin’izay fifanarahana ara-barotra eo amin’ny roa tonta, indrindra ny fomba hampitomboana ny azo aondrana any ivelany. Marihina fa tohanan’ny fandaharanasa Prosperer ny voly poavra mena any Bongolava. Nampitombo ny habetsahan’ny vokatra izany no nahatsara kalitao azy.

Misy ihany koa ny fiaraha-miasa sy fifanakalozana traikefa eo amin’ny faritra Bongolava sy any Manakara, faritra Atsimo Atsinanana. Manana traikefa ampy ny fivondronan’ny kaoperativan’ny tantsaha any Bongolava, hita fa mampiakatra ny toekarena any an-toerana. Manamora ny fomba fiasa eo amin’ny fitadiavana famatsiam-bola sy lalam-barotra eto an-toerana sy any ivelany ny fitambaran’ireo kaoperativa ireo.

Betsaka ny fihariana eo amin’ny fiompiana sy ny fambolena any Bongolava. Nahatratra 600 tapitrisa ariary, ny tamin’ny taon-dasa, ny tamberimbidy avy amin’ny vokatra rehetra : vary, katsaka, mangahazo, omby sy kisoa mampalaza iny faritra iny. Mampiavaka azy manokana ny fihariana poavra mena na « baie rose ». Araka ny lalàna, miverina any amin’ny kaominina ny 60 % avy amin’ny tamberimbidy ; ny ambiny mijanona ho an’ny faritra. Avy amin’izany, ezahina ny hanamboarana ireo fodrafitrasa. Na izany aza, betsaka ny asa miandry famatsiam-bola avy amin’ny fanjakana foibe, indrindra ho an’ny lalana sy ny angovo.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Fifaninanana “Facebook Bot Party” : mahavita “Chatbot vita malagasy” ny tanora malagasy

Tokony haharaka ny fivoaran’ny teknolojia hatrany ny tanora malagasy, tsy ambaka ny any ivelany. Vitan’ny hafa ve, nahoana ny tsy ho hain’ny Malagasy ? Izany ny teny filamatra nentin’ny mpandrindra ny fifaninanana “Facebook Bot Party” nampanaovin’ny Orange Madagascar.

Ny asabotsy 4 marsa teo, niatrika ny fifaninanana “Facebook Bot Party” dingana farany ireo 150 voafantina  mahiratra amin’ireo “développeurs” mpikirakira Facebook. Nifaninanana izay mahavita mamorona “Chatbot vita malagasy” na karazana “atidoha”, afaka mifandray avy hatrany sy mamaly ny hetahetan’ny mpanjifa anarivony maro na antapitrisany mihitsy aza ao anatin’ny segondra vitsy monja. Nanokafana ny eto an-toerana aloha, ho an’izay mahavita mamorona “atidoha” mahay, kinga, afaka mamaly ny filan’ny mpanjifa amina sehatra telo : fitaovana fampiasa amin’ny famokarana sy ny lafiny sosialy, kilalao sy fialamboly.

Taorian’ny fotoana nomena ireo mpifaninana, voafidin’ny mpitsara nahazo ny loka voalohany ny ekipan’ny « Game Trio », misy an’i Setra, i Eric ary i Rado ; vitan’izy ireo ny « Intello » manampy ny ankizy eo amin’ny fomba filalaovana. Faharoa, lasan’ny ekipan’ny « Fancines », ahitana an’i Andrianina, i Antsa ary i Miangaly, nahavita ny “Dragula”, momba ny lalao ihany koa. Fahatelo, ny hoe “Pizza-Bot”, mampahafantatra ny karazana pizza sy fandraisana kaomandy, vitan’ny ekipan’ny “Little Pi-Bot”, misy an’i Rantsa, i Ammi ary i Tsiry.

Ho an’i Afrika sy i Moyen Orient

Tanjon’ny Orange ny hanome vahana ny Chatbot eto Madagasikara, teknika vaovao manana ny maha izy azy sy goavana eo amin’ny fifandraisan’ny orinasa sy ny mpanjifa. Manome hevi-baovao sy manohana ny fahaizan’ny tanora malagasy manolotra vahaolana faran’izay haingana ho an’ny orinasa sy ny mpanjifa. Tsy eto an-toerana ihany fa any Afrika sy Moyen Orient koa. Miara-miasa manohana izany ny Azimuts Tech Events, ny Facebook ary ny Orange Madagascar.

Notolorana fitaovana ireo nahazo loka, hahafahan’izy ireo miomana amin’ny fifaninanana “Bots for Messenger Challenge », handraisan’ny firenena afrikanina anjara, miisa 48 sy 16 any Moyen Orient. “Fampidirana an’i Madagasikara amin’ny dingana vaovao momba ny raharaham-barotra izao sy fanampiana betsaka ny mpanjifa tsy handany fotoana azy”, hoy Andriamasy David, avy ao amin’ny Azimuts.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Reboisement-Ambatovy : travaux de regarnissage

Ambatovy mène depuis 2011 des campagnes de reforestation en plantant des espèces autochtones avec le concours du personnel de la mine et des parties prenantes. Ceci afin de renforcer ses actions de protection et de conservation de l’environnement autour de son site minier à Moramanga. Le principal site de reboisement se situe à Antanimietrikely, dans la partie Sud de la zone de bail d’Ambatovy.

Pour une reforestation réussie, des travaux de regarnissage et d’entretien des parcelles de reboisement sont réalisés tous les ans. Une démarche qui cadre effectivement avec les objectifs fixés pour 2017 consistant à enrichir la densité de la plantation avec des espèces autochtones pionnières pour booster la fermeture de la canopée et contribuer à la mise en œuvre de la politique nationale pour le développement des superficies reboisées.

En outre, Ambatovy fournit de l’assistance technique et matérielle pour les parties prenantes dans ces travaux. Comme c’est le cas de la délégation du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole qui s’y était attelée sur une surface de 7 ha, il y a une semaine de cela.

Arh.

 

Tananews1 partages

Hôpital HJRA : un hôpital bien merdique

Tu arrives aux Urgences un dimanche soir pour être placé en observation médicale, et ce juste pour 8 heures de temps.

Et bien non, dans tous ces énormes bâtiments, on t’annonce soit disant qu’il n’y a pas une seule chambre de dispo et qu’il n’y a pas un seul responsable pour prendre une décision pour les chambres.

Bâtiment lugubre, couloirs et chambres voretra, accueil de merde : une mentalité de merde dans un hôpital de merde à l’image du système de soin de merde dans un pays de merde.

L'express de Madagascar1 partages

Commerce – Les sachets filiformes bientôt interdits

Les industriels et les consommateurs ont jusqu’à fin de ce mois pour utiliser les petits sachets transparents

Dernière sommation. Les sachets d’une épaisseur de 50 microns sans bretelles ne circuleront plus sur le marché malgache selon les recommandations du ministère de l’Environnement, de l’écologie et de la forêt (MEEF). Le décret n°2014-1587 du 7 octobre 2014 interdit l’importation des sachets et sacs plastiques ainsi que la production pour le marché local, la commercialisation, la distribution et leur utilisation. L’application de cette loi n’est pas effective, ce qui a poussé des industriels à produire des sachets sans manche d’une taille égale ou inférieure à 50 microns. « Un nouveau décret stipule que la date limite de circulation de ces sachets est fixée le 31 mars. Les commerçants les ont utilisés pendant ces quelques années pour emballer la viande, les pains et les légumes entre autres. Une fois à la maison, les usagers les brûlent alors que le moindre contact de cette matière avec le feu dégage une fumée cancérigène », exprime Nohasilalao Nomenjanahary, chef de service de la communication auprès du ministère.

Cette institution, soucieuse de la dimension environnementale émet que ces sachets à faible densité – avec ou sans bretelles – porte préjudice à l’assainissement car ils obstruent les canaux d’évacuation.

Suivi

Les ministères de l’Industrie et du développement du secteur privé, celui du Commerce et de la consommation ainsi que le MEEF annoncent qu’ils vont procéder à un contrôle strict à compter du mois prochain. Le premier inspecte les industriels tandis que le second va surveiller les commerçants. Le MEEF se chargera de sensibiliser les consommateurs quant aux enjeux sanitaires et environnementaux. Même si les industriels annoncent de produire des sachets biodégradables, bioplastiques ou biochimiques, les ministères s’y opposent formellement. Nohasilalao Nomenjanahary ajoute que dans les zones côtières, la dispersion de ces fins sachets sur les plages favorise la pollution marine et asphyxient les poissons. Les avis des consommateurs sont partagés dans la mesure où ceux qui achètent en détail ne peuvent pas se passer de ce type d’emballage. Certains avancent que les usagers devraient s’apprêter à porter des boîtes pour empaqueter leurs denrées.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar1 partages

Sécurité publique – Andrianisa définit ses priorités

Le nouveau ministre de la Sécurité publique veut réhabiliter l’image de la police nationale. Changer des têtes n’est cependant pas sa priorité.

 Opération réhabilitation. La passation de service entre le contrôleur général de police Mamy Jean-Jacques Andrianisa, ministre de la Sécurité publique et son prédécesseur, le contrôleur général de police André Norbert Anandra, s’est tenue samedi à Anosy.

Le nouveau numéro un de la police nationale, dans son discours, a énuméré ses priorités. En première ligne, le ministre annonce vouloir « rétablir les valeurs » de ce corps des forces de l’ordre. « Ceci passe par un changement de comportement et de mode de travail », a-t-il déclaré. Pour ce faire, le contrôleur général de police Andrianisa soutient que des « formations continues » seront dispensées aux éléments de la police nationale.

Réputé expert du renseignement, le ministre Andrianisa s’est fait connaître des rouages du pouvoir en 2008, où il a été nommé directeur de général du « Central intelligence service » (CSI). Cet organe était chargé des renseignements, du temps de  la présidence de Marc Ravalomanana. Par la suite, durant la Transition en février 2012, Mamy Jean-Jacques Andrianisa a été nommé directeur général des renseignements généraux, de l’immigration et émigration auprès du ministère de la Sécurité intérieure, actuellement de la Sécurité publique.

Révélateurs

 Le contrôleur général Andrianisa prend ainsi les rênes de la police nationale. Dans la période actuelle, l’image de ce corps est fortement écornée par les présumées bavures et exactions commises par une quarantaine d’éléments des Forces d’intervention de la police nationale (FIP), dans la commune rurale d’Antsakabary, district de Befandriana-Nord. Un évènement qui a mené au limogeage de l’ancien ministre Anandra.

Les faits de Befandriana sont, par ailleurs, révélateurs des mauvaises conduites et le « corporatisme » au sein de la police nationale. Le fait que le ministre Andrianisa place « le changement de comportement » parmi ses priorités était quelque peu prévisible, étant donné le contexte de sa prise de fonction. À l’entendre, ce « changement de comportement » devra être de mise autant chez les chefs que les sortants d’écoles, et il fera preuve d’intransigeance là-dessus.

Le nouveau numéro un de la police nationale ne s’est toutefois pas attardé sur l’affaire Befandriana-Nord. Il indique préférer attendre les résultats de l’enquête mixte dépêchée sur place par le pouvoir, avant de prendre une quelconque mesure. Pareillement, suite au départ de l’ancien ministre Anandra, son successeur affirme qu’un changement de staff n’est pas dans ses priorités.

« J’appelle tous les policiers sans exception à s’unir, afin de renforcer la sécurité et servir la population », a-t-il déclaré. En matière d’insécurité, la lutte contre le banditisme tant dans le milieu urbain que rural, la mise en place du commissariat dans les districts qui n’en disposent pas encore, et le renforcement de la protection du littoral pour endiguer le trafic des personnes sont les premiers objectifs que s’est fixé le nouveau ministre de la Sécurité publique.

anandra défend son bilan

 Ayant prononcé quelques mots durant la cérémonie de la passation de service samedi, André Norbert Anandra en a profité pour défendre son bilan. En un peu moins d’un an à la tête du ministère de la Sécurité publique, le contrôleur général de police a mis en avant la construction de trois grandes infrastructures pour la police nationale, l’ouverture de nouveaux postes de polices, l’installation de la fibre optique à l’École nationale supérieure de la police (ENSP), et celle de l’école nationale des inspecteurs et agents de police (ENIAP). L’ancien ministre a également mis l’accent sur le fait que sous son mandat, six-cent cinquante nouveaux policiers sont sortis des écoles et mille cent-cinquante autres ont été recrutés en formation. « Le président de la République et le Premier ministre ont pris leur décision. Je dois la respecter, pour l’intérêt supérieur de la Nation », a-t-il conclu.

Hajatiana Léonard et Garry Fabrice Ranaivoson

 

Madagate0 partages

Antananarivo. ALERTE ROUGE Enawo menace la Capitale malgache

Concernant le dernier bulletin émisFORTE TEMPETE TROPICALE 6 (ENAWO), ce Mercredi 08-03-2017 à 09h localeDéplacement : SUD-SUD-OUEST avec une vitesse de 15 Km/hPression au centre : 985 HPAPosition : MANDRITSARA (16.1 S / 49.0 E) à 0300 UTCVent moyen : 90 Km/hRafales : 130 Km/hRégions en état d'alerte : ALERTE ROUGE sur AMBANJA, NOSY-BE, AMBILOBE, VOHIMARINA, ANTSIRANANA, ANDAPA, SAMBAVA, ANTALAHA, MAMPIKONY, KANDREHO, BEALANANA, ANTSOHIHY, BEFANDRIANA-AVARATRA, ANALALAVA, MANDRITSARA, PORT-BERGER, TSARATANANA, MITSINJO, MAROVOAY, AMBATO-BOINA, MAEVATANANA, SOALALA, MAHAJANGA, SOANIERANA-IVONGO, ANOSIBE-ANALA, ANDILAMENA, VAVATENINA, MORAMANGA, AMBATONDRAZAKA, AMPARAFARAVOLA, ANTANAMBAO-MANAMPOTSY, MAROLAMBO, MAHANORO, VATOMANDRY, VOHIBINANY, FENOARIVO-ATSINANANA, MANANARA-AVARATRA, MAROANTSETRA, SAINTE MARIE, TOAMASINA, FENOARIVO-AFOVOANY, ANTANANARIVO-ATSIMONDRANO, FARATSIHO, ANDRAMASINA, ANTANIFOTSY, SOAVINANDRIANA, MIARINARIVO, TSIROANOMANDIDY, AMBATOLAMPY, BETAFO, ANTSIRABE, ANJOZOROBE, MANJAKANDRIANA, ARIVONIMAMO, ANKAZOBE, AMBOHIDRATRIMO, ANTANANARIVO. ALERTE JAUNE sur MIANDRIVAZO, MORAFENOBE, AMBATOMAINTY, MANANDRIANA, BEFOTAKA, IAKORA, FIANARANTSOA, IKALAMAVONY, IVOHIBE, VONDROZO, IHOSY, MIDONGY-ATSIMO, VANGAINDRANO, FARAFANGANA, VOHIPENO, IKONGO, MANAKARA-ATSIMO, MANANJARY, AMBOHIMAHASOA, NOSY-VARIKA, IFANADIANA, AMBALAVAO, FANDRIANA, AMBOSITRA, AMBATOFINANDRAHANA. ALERTE VERTE sur BENENITRA, AMBOASARY-ATSIMO, BEKILY, BETROKA, AMBOVOMBE-ANDROY, TAOLANARO, TSIHOMBE, BELOHA, AMPANIHY, BETIOKY-ATSIMO. Prévision : position et intensité prévues : A 12H POUR LE 08/03/2017 A 12 UTC: 17.1 S / 48.1 E, VENT MAX = 35 KT, DEPRESSION SUR TERREA 24H POUR LE 09/03/2017 A 00 UTC: 19.7 S / 46.8 E, VENT MAX = 35 KT, DEPRESSION SUR TERRE

BILAN PROVISOIRE

Madagascar cyclone ENAWO, 07 mars 2017. Maroantsatra: deux enfants morts noyés dans la commune rurale d'Ambinanintelo

************************

Alerte rouge déclenchée à Madagascar

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin...

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

En effet, le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et  la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Madagascar. Enawo devenu simple dépression tropicale

Concernant le dernier bulletin émisDEPRESSION TROPICALE (EX-ENAWO), ce Jeudi 09-03-2017 à 09h localeDéplacement : SUD avec une vitesse de 20 Km/hPression au centre : non définiPosition : AMBATOFINANDRAHANA, AMORON'I MANIA (20.8 S / 46.6 E) à 03:00 UTCVent moyen : 65 Km/hRafales : 65 Km/h

*******************

INFO DERNIÈRECYCLONE ENOWA, 09.03.2017LA VILLE D'ANTANANARIVO EST PASSE EN ALERTE BLEUE. OUF! MAIS ATTENTION: LA PLUIE ET LES COUPS DE VENTS PERSISTENT TOUJOURS. LES ÉCOLES ET LES LIEUX DE TRAVAIL SONT ENCORE FERMES JUSQU’À NOUVEL ORDRE Enawo se trouvait du côté d'Ambatofinandrahana vers 7h ce matin

BILAN PROVISOIRE

Madagascar cyclone Enawo. Bilan provisoire au 08.03 2017 à minuit : 10.288 personnes déplacées, 12.321 sinistrés, 7 blessés et 5 décès.

************************

Alerte rouge déclenchée à Madagascar

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin... Effectivement, la célébration du 08 mars 2017 à Antananarivo a été purement et simplement annulée (ICI).

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

Le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Madagascar. Enawo devenu tempête tropicale modérée

Concernant le dernier bulletin émisTEMPETE TROPICALE MODEREE (EX-ENAWO), ce Vendredi 10-03-2017 à 03h localeDéplacement : SUD-EST avec une vitesse de 25 Km/hPression au centre : non définiPosition : en Mer à 87 Km MAROALOKA (25.7 S / 46.4 E) à 22:00 LOCALE MADAGASCARVent moyen : 65 Km/hRafales : 90 Km/h

*******************

BILAN PROVISOIRE

Cyclone Enawo. Bilan provisoire pour  tout Madagascar au 09.03 2017 à minuit : 10.088 personnes déplacées, 52.307 (dont 1.593 dans la région Analamanga), 7 blessés et 5 décès.

Ville d'Antananarivo, sinistrés: Tana I: 285; Tana II: 168; Tana III: 468; Tana IV: 300;  Tana V: 180. Ils sont accueillis à l'ANS (Académie nationale des sports) àAmpefiloha

 

*******************

INFO DERNIÈRECYCLONE ENOWA, 09.03.2017LA VILLE D'ANTANANARIVO EST PASSE EN ALERTE BLEUE. OUF! MAIS ATTENTION: LA PLUIE ET LES COUPS DE VENTS PERSISTENT TOUJOURS. LES ÉCOLES ET LES LIEUX DE TRAVAIL SONT ENCORE FERMES JUSQU’À NOUVEL ORDRE Enawo se trouvait du côté d'Ambatofinandrahana vers 7h ce matin

 

************************

Alerte rouge déclenchée à Madagascar

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin... Effectivement, la célébration du 08 mars 2017 à Antananarivo a été purement et simplement annulée (ICI).

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

Le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Madagascar. Enawo ex-cyclone a pris le large dans l'océan Indien

Concernant le dernier bulletin émisTEMPETE TROPICALE MODEREE (EX-ENAWO), ce Vendredi 10-03-2017 à 19h localeDéplacement : SUD-EST avec une vitesse de 30 Km/hPression au centre estimée à : 990 HpaPosition : en Mer à 200 Km SUD-EST de TAOLAGNARO (26.9 S / 46.7 E) à 06:00 LOCALE MADAGASCARVent moyen : 65 Km/hRafales : 90 Km/h

Le bulletin est à présent terminé.

*******************

BILAN PROVISOIRE

Cyclone Enawo. Bilan provisoire pour  tout Madagascar au 09.03 2017 à minuit : 10.088 personnes déplacées, 52.307 (dont 1.593 dans la région Analamanga), 7 blessés et 5 décès.

Ville d'Antananarivo, sinistrés: Tana I: 285; Tana II: 168; Tana III: 468; Tana IV: 300;  Tana V: 180. Ils sont accueillis à l'ANS (Académie nationale des sports) àAmpefiloha

 

*******************

INFO DERNIÈRECYCLONE ENOWA, 09.03.2017LA VILLE D'ANTANANARIVO EST PASSE EN ALERTE BLEUE. OUF! MAIS ATTENTION: LA PLUIE ET LES COUPS DE VENTS PERSISTENT TOUJOURS. LES ÉCOLES ET LES LIEUX DE TRAVAIL SONT ENCORE FERMES JUSQU’À NOUVEL ORDRE Enawo se trouvait du côté d'Ambatofinandrahana vers 7h ce matin

 

************************

Alerte rouge déclenchée à Madagascar

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin... Effectivement, la célébration du 08 mars 2017 à Antananarivo a été purement et simplement annulée (ICI).

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

Le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Madagascar. Cyclone Enawo: sombre bilan provisoire

Concernant le dernier bulletin émisTEMPÊTE TROPICALE MODÉRÉE (EX-ENAWO), ce Samedi 11-03-2017 à 11h localeDéplacement : SUD-EST avec une vitesse de 30 Km/hPression au centre estimée à : 990 HpaPosition : en Mer à 200 Km SUD-EST de TAOLAGNARO (26.9 S / 46.7 E) à 06:00 LOCALE MADAGASCARVent moyen : 65 Km/hRafales : 90 Km/h

Le bulletin est à présent terminé.

*******************

BILAN PROVISOIRE

Cyclone Enawo. Bilan provisoire pour  tout Madagascar au 11.03 2017 :

Personnes déplacées:  50

Personnes blessées: 183

Personnes disparues: 20

Personnes sinistrées: 176.084

Personnes déplacées: 110.693

Personnes sans-abri: 65.331

 

*******************

INFO DERNIÈRECYCLONE ENOWA, 09.03.2017LA VILLE D'ANTANANARIVO EST PASSE EN ALERTE BLEUE. OUF! MAIS ATTENTION: LA PLUIE ET LES COUPS DE VENTS PERSISTENT TOUJOURS. LES ÉCOLES ET LES LIEUX DE TRAVAIL SONT ENCORE FERMES JUSQU’À NOUVEL ORDRE Enawo se trouvait du côté d'Ambatofinandrahana vers 7h ce matin

 

************************

Alerte rouge déclenchée à Madagascar

Aïe, aïe. Cela risque de mettre en colère les Dames d’en haut comme la ministre Onitiana Realy qui a vraiment fait plus qu’il n’en faut pour enrôler des tas de figurantes venues des régions pour participer au carnaval de la Journée internationale de la Femme, à Mahamasina, le 8 mars 2017. Hélas, les membres de l'Emmoreg du valeureux Général Florens Rakotomahanina ne pourront rien devant ce coup d'état divin... Effectivement, la célébration du 08 mars 2017 à Antananarivo a été purement et simplement annulée (ICI).

Venty Henry, Secrétaire exécutif du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes)

Le BNGRC a du organiser un point de presse, ce 06 mars 2017, concernant le cyclone Enawo. Voici tout ce qu’il faut retenir pour cette semaine de tous les dangers pour la côte Est de Madagascar, en général, mais aussi le plateau central et la Capitale Antananarivo plus particulièrement.

ÉVOLUTION EN TEMPS RÉEL ICI

Jeannot Ramambazafy - Photos: Harilala Randrianarison

Tananews0 partages

Meteo : le vent commence à se lever

Et plus particulièrement du côté de la banlieue est.

Par contre il fait toujours beau.

On espère qu’il commencera à bien flotter cette nuit.

Madagate0 partages

Antsakabary: Fanambaran'ny Vovonana Mampiray ny Fanorenana sy ny Fanarenana

FANAMBARANA

Manoloana ny habibiana tsy roa aman-tany nitranga tany amin’ireo fokontany tao anatin’ny Kaomina Antsakabary – Distrika Befandriana Avaratra dia manao izao fanambarana manaraka izao ny mpikambana ato amin’ny Birao maharitry ny « Vovonana Mampiray ny vahoaka malagasy ny fanorenana ifotony sy ny fanarenana an’i Madagasikara ».

Taorian’ny fitsanganana vavolombelona nataon’ireo Sojabe, ny Mompera any Antsakabary, ireo fokonolona niharan’ny doro-trano sy fiangonana miisa 487 sy rava fananana nohon’ny fanahiniana nataon’ireo polisy sady niteraka fahafatesana vavy antitra iray dia manameloka izany ny « Vovonana Mampiray » satria tena manitsakitsaka ny Zon’Olombelona izany fihetsika baribariana nataon’ireo polisy tamin’ny mpiray tanindrazana izany. Nofanina manokana hitandro toy ny anakan’andriamaso ny fiarovana sy ny fampiharana ny Zon’olombelona ny mpitandro ny filaminana, mandrindra ny filaminam-bahoaka, miaro ny vahoaka sy ny fananany ny mpitandro filaminana fa tsy sanatria mandoro trano fonenana sy mandrava fananana amin’izao efa fahantrana lalina mianjady amin’ny vahoaka maro an’isa izao, indrindra fa ireo fokonolona niharan’ny habibiana sy ny fampijaliana tao amin’ny Kaomina Antsakabary. Tapaka ny fianaran’ny mpianatra satria tapitra may ny fitaovam-pianarana. Aza adino fa tsy tongan’ny fiara izany Kaomina izany fa amin’ny alalan’ny moto na bisikileta na mandeha tongotra eo amin’ny 135 km mahery vao tonga any amin’ny Befandriana Avaratra.

Nalefa hisambotra ireo olona nanao « fitsaram-bahoaka » ka nahafaty ireo polisy roa ireto polisy miisa 40 mahery ireto fa tsy hanao « valy faty » sy « fitsaran’ny polisy mivantana ireo fokonolona tsy manan-tsiny » tamin’ny fokontany miisa enina izay nolalovany izay mielanelana eo amin’ny 4 sy 6 kilometatra avy. Tsy tan-dalàna ireto polisy ireto satria fantany tsara ny andraikiny dia ny fitondrana ireo noheverina fa meloka teo anivon’ny Tribonaly Ambaratonga voalohany tao Mandritsara na Antsohihy fa tsy nandoro trano sy nampijaly ny fokonolona mpiray tanàna. Inona marina ny « baiko azon’ireto polisy ireto» tamin’izao iraka izao !

Mankahery ireofokonolona sady maneho ny fiaraha-miory amin’ny fianakaviana niaram-boina izahay.

Na nihoam-pefy na tsia ireto polisy nalefa namita iraka tany Antsakabary ireto dia ny fanjakana no tompon’andraikitra feno voalohany ka miantso ny fitondrana izahay handray andraikitra amin’ny fanonerana tsy misy atak’andro ireo tsy manan-tsiny niara-boina isan-tokan-trano ary handray fepetra hentitra amin’ireo izay nahavanon-doza toy izao mba ho ohatra velona ho an’ireo mpitandro filaminana hafa mety hihoam-pefy ka tsy hiverenan’ny toe-javatra mampalahelo toy izao intsony eto amin’ny firenena. Tsy loza ara-boajanahary izao tranga izao ka apetraka ho andraikitry ny BNGRC sy ny tsipaipaika (Téléthon) ataon’ny mpiray tanindrazana fa tena endrikyny « Fanjakana tsy tan-dalàna » izao ka mitaky fandraisana andraikitra maika sy fanovana ny toe-tsaina mifanilika adidy. Tsy mila miandry fitoriana akory ny mpitondra manoloana izao heloka be vava izao fa avy hatrany diamampiseho ny fahadisoany ny mpitondra fanjakana ka mitondra ny fialan-tsiny sy fifonana ary fiaraha-miory ampahibemaso. Endriky ny «Fanjakana tsara tantana » izany.

Ny « Vovonana Mampiray » dia mitsipaka marin-drano sady manameloka ny « fitsaram-bahoaka » satria tsy mifanaraka amin’ny Soatoavina malagasy izany sady tsy manaja no manitsakitsaka ny lalàna manan-kery sy nyfanjakana tan-dalàna, ny Zon’Olombelona sy ny Lalana iraisam-pirenena.

Tsy tongatonga ho azy anefa ny « fitsaram-bahoaka » satria tsy mahatoky intsony ny rafitra sy ny fitondram-panjakana ary ny fitsarana ny vahoaka nohon’ny kolikoly, ny fanaparam-pahefana ataon’ny mpitondra izay nampidramin’ny vahoaka ny fahefana isan’ambaratongany ao anatin’ny fotoana voafetra araka ny voafaritra ao anatin’ny Lalàm-panorenana, ny firaisana tsikombakomba amin’ireo vahiny lazaina fa « mpandraharaha » ka lasa « tompony mangataka atiny ny vahoaka », ny fitsinjarana tsy ara-drariny ny harem-pirenena, ny fisian’ny « dahalo » izay mampandry tsy lavo loha ny vahoaka isam-paritra, ny fandraisana anjaran’ireo mpitandro filaminana sasany amin’ny fiaraha-miasa amin’ireo jiolahy ka mampirongatra ny tsy fandriampahalemana manerana ny Nosy, ny fanondranana an-tsokosoko ny harem-pirenena izay fananana iombonan’ny malagasy, ny fifangongon’nyfahefana eo anivon’ny foibem-pitondrana,… Mitarika amin’ny « fampahatrana hatrany ny vahoaka » izany tranga rehetra izany.

NOHO IREO ANTONY IREO DIA:

Mitaky vaha-olana maika izany rehetra izany satria efa eo anoloan’ny « hantsana mangitsokitsoka » ny raharaham-pirenena ary ho « rava ny firenena » raha tsy miara-mientana isika rehetra handinika sy hamakafaka izao olana goavana mangeja ny tanindrazantsika;

Manao antso avo amin’ny Filoham-pirenena sy ireo mpomba ny fitondrana ankehitriny, ny mpanohitra, ny fiaraha-monim-pirenena, ireo mpitandro ny filamianana (polisy – zandary – miaramila), ireo olom-pirenena tsotra tia tanindrazana ny «Vovonana Mampiray » mba hifanatona sy hiray hina ary hiaraka hanomana ny « Loabary an-dasy nasionaly ho fanorenana ifotony sy ny fanarenana ny firenena » mialohan’ny fifidianana ny Filoham-pirenena mba hisorohana ny korontana izay mety hitranga eto Madagaikara mialoha na aorian’izany fifidianana izany.

Ny fanorenana an’i Madagasikara dia mifototra amin’ny fanorenana ara-panahy sy ara-moraly, ny fanovana ny rafitra sy ny toe-tsaina, ny famolavolana ny Satan’ny Fihavanana Malagasy na ny “Chartedes valeurs sur le Fihavanana” ka hiverina eo anivon’ny FOKONOLONA FOTOTRY NY FIRENENA ny hasina, firaisam-po, firaisankina, fifanampiana, fifampitokisana, fifankatiavana, teny ieràna, fifanajana amin’ny samy Malagasy izay hatratrarana ny tanjona ara-toekarena dia ny fampandrosoana lovan-jafy eto Madagasikara.

Marihina fa ato ho ato ny « Vovonana Mampiray ny vahoaka malagasy ny fanorenana ifotony sy ny fanarenana ny an’i Madagasikara” dia hitondra fanazavana feno momban’ny tena mampiavaka ny “Loabary an-dasy nasionaly ho fanorenana ifotony sy fanarenana an’i Madagasikara” raha ampitahaina amin’ireo Fivoriana samihafa teo aloha ho an’ny mpiray tanindrazana sy ny Vondrona Iraisam-pirenena.

MASINA NY TANINDRAZANA

ANDRIAMANITRA MIARO AN’I MADAGASIKARA

Natao teto Antananarivo, androany faha 06 marsa 2017

Arlette RAMAROSON

Filohan’ny Vovonana Mampiray

Mpitsara Iraisam-pirenena teo aloha

News Mada0 partages

« Raharaha Antsakabary » : « Hampiharo amin’ny nahavanon-doza ny lalàna », hoy ny Fitabe

 « Mangataka ny governemanta izahay mba hanafaingana ny fanadihadiana iraisana momba io raharahan’Antsakabary iio ary hampihatra ny lalàna amin’ireo rehetra nahavanon-doza », hoy ny fanambaran’ny Fikambanan’ny tamingan’i Befandriana eto Antananarivo, omaly teny Ambohimirary. Tsiahivina fa araka ny tatitra nomen’ny minisitry ny filaminana anatiny vaovao tamin’ny Praiminisitra, efa azo ny vokatry ny fanadihadiana natao fa mbola tsy azo avoaka noho ny tsiambaratelon’ny fanadihadiana. “Hampahafantarina antsika miandalana eo ihany ny vokany ”, hoy ny lehiben’ny governemanta, Mahafaly tetsy 67 ha ny asabotsy teo.

Ankoatra izany, niantso ny vahoaka any an-toerana koa ny Fitabe mba ho tony ary nilaza fa vonona sy hanampy an’Antsakabary ny fitondrana. Na izany aza, nitondra fanazavana manoloana ny fitakin’ireo sojabe avy any Sofia izy ireo. « Tsy misy idiran’ny resaka politika ny anay fa resaka sosialy madio ranoray. Azy ireo ireny fanambarana ireny fa tsy misy idiranay », hoy ihany ny filohan’ny Fitabe, Ramananjafy Robel. Notsiahiviny koa fa efa nihaona tamin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana izy ireo ary nampanantena ny fitondrana fa hidina any an-toerana hitondra vahaolana mivantana amin’ireo traboina, ankoatra ny fanampiana indroa miantoana efa ataon’ny fanjakana, efa lasa any an-toerana amin’izao fotoan a izao.

Tsy nitaza-potsiny amin’izao fahavoazan’ny mponina any Antasakabary ny Fitabe fa nanao hetsika tolotanana ary hanatitra izany any an-toerana. « Hatolotra ny ben’ny Tanàna sy ny komity mpikarakara ary koa ny pretra ny entana sy ny vola », hoy ny filohan’ny Fitabe. Anisan’izany ny lamba sy kiraro, kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN), fitaovam-pianarana, fantsika…

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana : « Tsy ny « Raharaha Befandriana » no nanoloana ny minisitra »

 Nitondra fanazavana. Nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly ny faran’ny herinandro teo tany Antsirabe ny anton’ny nanesorana ny minisitry ny Filaminam-bahoaka teo aloha.

 

« Aza asiana fifandraisana ny fanoloana minisitra sy ny tany… Tsy izay ilay izy, fa toy ny mpiasam-panjakana rehetra io, indrindra ny manana andraikitra ambony. Misy antony lehibe tsy maintsy nanoloana minisitra. »

Io ny nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana tany Antsirabe, ny faran’ny herinandro teo, momba ny nanoloana ny minisitry Filaminam-bahoaka sy ny « Raharaha Befandriana Avaratra« .

« Mila mihazakazaka misimisy kokoa isika », hoy izy. Tsy hoe tsy nahavita azy ny minisitra teo aloha. Misy fomba fijery vaovao tiana hahatongavana, ahazoana miady amin’ny fakana an-keriny, fitsaram-bahoaka…

Efa mandeha ny fanadihadiana momba ny « Raharaha Befandriana Avaratra« . Tsy maintsy handalo fitsarana sy hosazina ireo namono polisy. Ny amin’ny fandoroana trano nataon’ny polisy, ny fanaovana habibiana tamin’ny fisamborana olona: aleo ny fanadihadiana no hilaza azy, fa tsy maintsy hampiharana sazy ireo tsy nanara-dalàna.

Tsy matahotra fifidianana ny fitondram-panjakana

 « Be dia be ny feo ary ny fanontaniana amin’ny fitondram-panjakana: rahoviana no tokony hanatanterahana ny fifidianana eny anivon’ny faritra sy ny faritany? Tsy matahotra fifidianana ny fitondram-panjakana, ary efa eo am-pirosoana amin’izany », hoy izy.

Noho ny fangatahana fametrahana rafitra iray handinihana ny tokony hanavaozana ny lalàna rehetra momba ny fifidianana no mbola tsy hantanterahana azy, raha ny fanazavany. Aleo àry hapetraka izay rafitra izay. Aorian’izay, miroso ny fifidianana.

Hanoritra ny lalan-kombana momba ireo lalàna momba ny fifidianana io rafitra vaovao io, izay aroso hodinihin’ny filankevitry ny governemanta amin’ity herinandro ity.

Tsy misy hahita tombontsoa amin’ny fanararaotana

 Tsy misy antony mampidangana ny vidin’entana, raha ny nambarany. Tsy misy hahita tombontsoa amin’ny korontana eto Madagasikara noho ny tsy fahazakan’ny olona ny fiakaran’ny vidin-javatra, na ny mpanohitra na ny mpitondra.

« Tsy ekena noho ny tombontsoan’olom-bitsy no animbana ny tombontsoan’ny daholobe », hoy izy momba ny fanondranana an-tsokosoko ny harena voajanahary. Fa tsy hoe rehefa sahy miady amin’ny mpanao trafika ny governemanta, lazaina fa hetsika tampi-maso.

R. Nd.

 Tsy namaly mivantana fanehoan-kevitry ny sojabe avy any Sofia ny Praiminisitra Mahafaly tetsy 67 ha, ny asabotsy teo.  « Henoko ireny saingy tsy hiteny zavatra firy ny tenako fa ray aman-dreny izy ireo ary ray aman-dreny koa izahay. Amiko ray aman-dreny natao hananatra, hampihavana fa tsy hampisara-bazana ny sojabe”, hoy izy. Nanteriny koa fa tsy manavaka faritra ny fitondrana. Efa nisy ny ezaka natao tamin’ny faritra Sofia. “Tsy praimisitra amin’ny toerana iray fa an’ny Madagasikara izahay ka vonana ny tenanay miaraka amin’ny governemanta hitondra ny voatsirambin’ny tanana”, hoy ihany izy.

Nanolotra trano lay, vary 1 t, voamaina 10 lasaka, fanitso 100, bodofotsy, fitaovan-dakozia ho an’ireo traboina tetsy 67 ha ny tenany tamin’io fotoana io.

 

News Mada0 partages

Basikety : misongadina ny TMBB sy MB2 All

Niditra teo amin’ny andro faharoa, omaly alahady, ny fifanintsanana hiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, taranja basikety, faritra afovoany. Fihaonana notanterahina tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, ary tohanan’ny orinasan-tserasera Telma malagasy.

Misongadina aloha, hatreto, ny ekipan’ny ligin’Analamanga : ny TMBB, ao amin’ny sokajy “A” ary ny MB2 All 1, ho an’ny vondrona “B”.

Nahazo fandresena roa avy izy ireo, izay samy nakany isa 4. Nandresy nisesy ny St Pierre, tamin’ny isa mazava 104 no ho 47, sy ny Ankarana, tamin’ny isa mavesatra 112 no ho 70.

Ny MB2 All indray, nanilika ny Ascut 2 avy any Toamasina, tamin’ny isa 89 no ho 53 ary nandresy ny AS Fanalamanga, tamin’ny isa 79 no ho 69. Mbola hifampitadiavana kosa ny laharana faharoa. Samy manana isa telo avy mantsy ao amin’ny sokajy “A” ny Ankarana, ny  St Pierre, ny AS Roux ary ny USBA. Toy izany ny ao amin’ny vondrona “B”, izay misy ny Ascut 2, TacBB, ny BCM ary ny Fanalamanga.

Tafita hiatrika ny “play off” kosa, ho an’ny faritra afovoany atsimo, ny USF sy ny Fandrasa Matsiatra Ambony.

 Torcelin / Sary Fanou

News Mada0 partages

Rugby – «Super coupe de Mada 2016» : tsy mbola afa-bela teo anatrehan’ny FTM Manjakaray ny 3 FB

Lasan’ny FTM Manjakaray (Dakar) indray, tamin’ity, ny amboara teo amin’ny fiadiana ny «Super coupe de Mada 2016». Lavony teo amin’izany lalao izany ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka (3 FB).

 

Resin’ny FTM Manjakaray, tamin’ny isa 29 no ho 19, ny 3FB teo amin’ny fiadiana ny “Super coupe”, taranja rugby. Fihaonana, notanterahina tetsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka omaly alahady. Niady ny fihaonana satria samy nampiseho fahavononana handresy ny roa tonta.

Samy nanana mpilalao tsy niakatra kianja nefa manana ny maha izy azy avokoa ny roa tonta. I Son, ho an’ny Dakar ary i Tolotra Be kosa, ho an’ny 3FB, izay samy voalaza fa naratra. Na izany aza, hita nijoro teny ambony kianja kosa ry Jôta sy Mika, ho an’ny FTM, ary notarihin’i Rija sy Rabe ary Julio sy Alain kosa ny Zef’Be.

Nitarika anisa hatrany ny FTM hatreo am-boalohany ka hatramin’ny fiafaran’ny fihaonana. Nahafinaritra ny lalao satria nahitana teknika sy fahaiza-manao nahafinaritra ny maso teo amin’ny ekipa roa tonta. Porofon’izany, samy nahatsindry baolina nentin-tanana izy ireo. Hita ho tombony tamin’ny mpilalaon’ny FTM Manjakaray ny tanjaka satria haingam-pandeha ny tolotra sy ny famezivezena baolina nataon-dry zalahy. Tena tao anatin’ny heriny tanteraka ihany koa i Mika, izay voalaza fa mety tsy hilalao ao amin’ny FTM intsony fa hifindra lasy any amin’ny AFA Ankazomanga. Tsy mbola afaka nanamarina izany kosa anefa ireo tomponandraikitra eo anivon’ny klioba FTM Manjakaray.

Hita tsy dia naharaka ny lalao intsony ny 3 FB, tany amin’ny minitra faha-60 nilalaovana.

 

Mbola tsy afaka ny vela

Faharesena fanindroany, ho an’ny 3FB, ity tamin’ny fiadiana ny “Super coupe”, nihaonan’ny roa tonta. Hatreto izany, tsy mbola afa-bela indray ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka.

Ankoatra izay, misaona ny tontolon’ny baolina lavalava malagasy satria nindaosin’ny fahafatesana, tamin’ny alakamisy 2 marsa lasa teo, Raobisona Jacky (Coco Be), mpilalaon’ny UAS Cheminot ary efa tao anaty ekipam-pirenena. Teo koa i Solomaharitra Faniry Toky (Dom), efa tao amin’ny Makis junior, ny taona 2006 sy 2007. Maneho fiononana feno ho an’ny fianakavian’izy ireo sy ho an’ny tontolon’ny Rugby malagasy izahay eto amin’ny Gazety Taratra.

 

Tompondaka /Sary : Tiana

News Mada0 partages

Kitra any Frantsa : voafidy ho mpilalao mendrika i Faneva

Nomena an’Andriantsima Faneva Ima, mpilalaon’ny FC Sochaux ny “trophées UNFP”, milaza fa  mpilalao mendrika tamin’ny volana janoary lasa teo iny izy na ny “Domino’s Ligue 2”, any Frantsa. Izy no hitan’ireo mpikarakara fa namiratra nandritra ny fifaninanana ho an’ny “Ligue 2”, nandritra iny volana voalohany iny. Marihina fa anisan’ireo nifaninana taminy i  Julien Begue, mpilalao ao amin’ny Bourg-en-Bressd, sy i Adama Niane, ao amin’ny Troyes.

Anisan’ny nampisongadina an’i Faneva Ima nanoloana ireo mpifaninana taminy ny famonoam-baolina. Ankoatra izay koa ny tolotra avy any aminy ny  “passe decisive”, izay miafara amin’ny baolina matin’ireo mpilalao milalao aminy.

Hatreto, 12 ny baolina efa matiny hatramin’izay nilalaovany tao amin’ny FC Sochaux izay. Mpilalao tompon-toerana hatrany ny tovolahy.

Marihina fa kapitenin’ny Barea de Madagascar i Faneva Ima. 32 taona izy ankehitriny ary mbola ao anatin’ny heriny sy ny tanjany tanteraka.

Tsiahivina fa nanomboka nilalao any Frantsa ny taona 2007 izy ka tao amin’ny Cannes ny  nanombohany izany nifindra tao amin’ny Nantes, Boulogne-sur-Mer, Amiens, Beauvais, Créteil avy eo, ary izao ao amin’ny Sochaux izao indray.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – Lalao sedra : resin’ny Makis U20 ny Rosa

Niatrika lalao tsapa fanindroany, tetsy amin’ny kianja Andohatapenaka omaly, ny Makis de Madagascar, sokajy zandriny U20. Fihaonana nikatrohany tamin’ny ekipa voafantin’ny Rosa Club de l’Imerina. Resin’ny Makis de Madagascar, tamin’ny isa tery, 17 no ho 12, ny Rosa. Raha ny fahitana azy, efa nivoatra tanteraka ny lalaon’ny Makis de Madagascar, indrindra eo amin’ny fiarovantena. Porofon’izany, tsy nahita baolina nentin-tanana ny mpifanandrina tamin’izy ireo raha nahatsindry “essai” telo kosa ny Makis.

Tetsy ankilany, mbola betsaka ny baolina very eo amin’ny fanaovana fanafihana, eny fa na hita ho efa manana vesatra sahaza azy aza ny ekipam-pirenena, nahitana an’i Sitraka, Andry Be sy i Kevin.

Ankoatra izay, efa mirindra ihany koa ny eo amin’ny “trois quart”, misy an-dry Koroka sy ry Tianarivo ary i Franck. Na izany aza, mbola lesoka ho an’ny mpilalao ny tsy fahafehezana ny lalàna eny ambony kianja.

Hitohy ihany ny fampivondronana ka raha tsy misy ny fiovana, hisy lalao tsapa indray atao ny zoma ho avy izao, na amin’ny alahady. Marihina fa fanomanana ny “Can U20” sokajy 1A, hatao eto Madagasikara ny 19 -23 avrily ho avy izao, izy ity.

 

Tompondaka / Sary : Fano

News Mada0 partages

Moto – «Mada 2016» : tompondakan’i Madagasikara sokajy rehetra i Tida

Notanterahina, teny amin’ny Hotel Gregoire Besarety ny asabotsy lasa teo, ny fivoriamben’ny federasiona malagasin’ny Motocyclisme, izay nanaovana ny tatitra ara-moraly sy ara-teknika ary koa nanolorana ireo amboara ho an’ny tompondakan’i Madagasikara 2016. Mbola misongadina i Tida Claudio satria voalohany teo amin’ny sokajy rehetra izy. Ankoatra ny mari-pankasitrahana, nomena amboara iray lehibe koa izy, saingy nambaran’ny filohan’ny federasiona, Razafindrakotohasina Dadou, fa hiadina intelo izany ka ho lasan’izay mahazo azy intelo izany amboara izany.

Ankoatra izay, hisy dingana sivy ny hazakazaka eo amin’ny motocross, ho an’ity taom-pilalaovana 2017 ity. Eo ny « Euduro sherco”, ny “Cross country” Antsirabe, ny “Cross country” Atsinanana izay andiany voalohany, ny any Ilakaka sy Mahajanga. Anisan’ny zava-baovao amin’ity ny “Cross des marques”, ary hamarana ny taom-pilalaovana ny “Cross country Acerbis” sy ny “Cross Iavoloha”.

Hisy koa ny fampiasana ny antsoina hoe : «Transpondeurs électroniques», ho an’ity taona ity. Fitiliana ireo fitaovana amin’ny fanatontosana ny «4 Heures Honda», hatao ny 19 marsa ho avy izao. Marihina fa tsy ao anatin’ny fifaninanam-pirenena izy io.

Ankoatra izay, hisy koa ny fametrahana ny komisiona «on road», hiahy ireo klioba mpitondra moto. Betsaka mantsy ireo mihevitra fa tsy misahana afa-tsy ny moto “off road tout-terrain” ny federasiona.

 

Tsy manan-kery

Nanambara kosa ny filohan’ny federasiona malagasin’ny Motocyclisme fa tsy manan-kery ny fifaninanana ataon’ireo mpikarakara “scooter” satria tsy mbola misy ny federasiona ho azy ireo fa ao anatin’ny “Motocyclisme” avokoa rehefa mety ho kodiaran-droa eto Madagasikara. Noho izany, tsy maintsy hisy sazy hahazo izay mbola mikiry manao na mampanao fifaninanana “scooter”. Noho izany, miantso azy ireo ny federasiona hiditra ho mpikambana ao anatin’ny federasiona malagasin’ny Motocyclisme.

 

Torcelin / Sary : Fanou

News Mada0 partages

Tenisy : laharana faha-15 i Fenosoa

Nifarana,  omaly, tany Le Caire, Egypta, ny dingana faharoa amin’ny «Circuit cat U14», taranja tenisy. Teo ho eo ihany ny vokatra ho an’ireo solontena malagasy niatrika ity fihaonana ity. Laharana faha-15 mantsy no nisy an-dRasendra Fenosoa raha faha-37 kosa  Rakotondrainibe Sampras.

Raha tsiahivina, resy indroa misesy izy tamin’izany ka teratany tonizianina ny nanilika azy. Lavon’i Faicel Azziz Kaddour (N°2 Tonizianina), teo amin’ny lalao voalohany, ary mbola lavon’i Madji (N°1 Tonizianina) indray avy eo.

Laharana faha-37 kosa i Sampras, faharesena indray mandeha nanoloana an’ilay Beninoà,

Adissa Sordick, tamin’ny seta 2 no ho 0 (0/4 ;  2/4). Nandresy nisesy kosa izy avy eo raha nikatroka tamin’ilay Egyptianina, Aly Shoukry, sy ilay Kenyanina, Brandon Sagala.

Ankoatra izay, raraka teo amin’ny lalao ampahavalon-dalana izy mirahalahy, teo amin’ny lalao ho an’olon-droa. Lavon’ireo Egyptianina roa lahy, i Mickael Sobhy, sy i Mohamed Sallah, tamin’ny seta 2 no ho 0 (1/6 ; 3/6) izy ireo. Tsiahivina fa nihintsana teo amin’ny ampahavalon-dalana ihany koa i Fenosoa, teo amin’ny fihaonana ho an’olon-tokana, rehefa niondrika teo anatrehan’ilay Egyptianina, Youssef Sadek, tamin’ny seta 2 no ho 0 (4/6 ; 1/6).

Torcelin

News Mada0 partages

Rallye : olona novolavolain’ny taranja mekanika i Princy

Anisan’ny taranja mahasarika ny tanora ny fifaninanana manao “rallye” sy “slalom”. Mila fahaizana sy famolahan-tena anefa izany. Anisan’ny nampianatra fiainana an’i Princy  ny filomanosana ao anatin’izany.

Olona tsotra, tsy tia sehoseho ary tsy misetrasetra fa maka milamina, na lahitokana aza,  Rakotondrainy Princy. Mpanamory ao amin’ny klioba Asacm, nandrombaka ny laharana fahatelo, tamin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, amin’ny «slalom», sokajy «Rookie», niaraka tamin’ny fiara Mitsubishi Gold.

Nahasarika azy hirotsaka an-tsehatra ny asan’ny ray aman-dreniny izay mikirakira mekanika amin’ny fiara. Nanombohany niarahany tamin’i Nancy ny fitondrana  ny fiara N°00, nandritra ny Rallye International de Madagascar (RIM)  tamin’ny taona 2014, saingy mpanamory mpanampy izy tamin’izany. Niatrika fifaninanana mihitsy izy ny taona 2016 ka niaraka tamin’i Mahent’s, tamin’ny fiara 205 ; avy eo tamin’i Ony, nitondra ny fiara 206.

Nanao «slalom» ihany koa izy tamin’io taona io, izay nitazonany ny laharana fahatelo hatrany. Nahazo ny voalohany kosa anefa izy tamin’ny «slalom Asacm» ary fahenina tamin’ny filaharana ankapobeny, nandritra ny «slalom FMMSAM», ny volana septambra nahavoahosotra azy ho «révélation», izay nitoetra ho fahatsiarovana tsara ho azy.

 

Sekolin’ny fiainana

Miditra amin’ny taona fahefatra iainany ao anaty taranja mekanika i Princy ankehitriny. Fotoana nahatsapany fa tena sekoly nampianatra azy fiainana maro ny familiana fiarakodia. Anisan’izany ny fanampiana olona sy ny fifandraisany izay lasa nidadasika be, ny fanajana lalàna, fanalana teritery sy tahotra amin’ny fiatrehana fifaninanana.

Lasa nanome hery sy tanjaka mangina izany. Na izany aza, tsapany fa mbola betsaka ny lesoka, toy ny fihetsika miahotrahotra rehefa manao “slalom”. “Mila manamafy 100% ny lalàn’ny fifaninanana koa aho”, hoy i Princy. Ankoatra ny ray aman-dreniny izay manohana azy, nanampy sy nanoro betsaka azy koa i Nashemy, sy ny fianakaviany, ary i Mahent’s. Tanjony ho an’ity taona 2017 ity ny hamita ny dingana rehetra amin’ny “rallye” sy “slalom”. Hatreto,vonona hiaraka amin’izay “pilote” mitady azy i Princy. Miantso ireo mpanohana ihany koa izy, hahazoany manatratra ny zava-bitany.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

« Ny fahiny sy ny omaly an-tsehatra » : nomena laka ny kalon’Imerina

Nanakoako ny sanganasan’i Naka Rabemanantsoa sy ireo mpanakanton’ny taona 50 sy 1960 ! Fampisehoana an-tsehatra « Ny fahiny sy ny omaly » notontosaina tetsy amin’ny sekoly Sainte Famille Mahamasina, omaly. Nahazo laka ny kalon’Imerina na ilay karazan-kira manome lanja ny tononkira omban-gadona sy filatro ary angola.

Heno sy tsapan’ireo nanatrika ity seho sehatra ity fa nezahin’ny tarika Gasy Miangola sy ny Feon’Analamanga notazonina hatrany ny fomba namoronan’ny tompony ireo hira nokaloin’izy ireo teny an-tsehatra. Tahaka izany ihany koa teo amin’ny fitendrena ny zavamaneno. Anisan’ny nandray anjara tamin’ny « Ny fahiny sy ny omaly » ihany koa i Salomon sy ny feomangany. Nampitambolona indray ny fisian’ny tarika Kintana Telo nahitana azy sy i Gabhy ary i Romule.

Ho an’ny mpanatrika, mila haverina matetika ny seho tahaka izao mba hampahatsiahy indray ny karazan-kira tahaka itony.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Rehefa tsy tazana an-tsehatra elaela, nanolotra seho niavaka tetsy amin’ny Skandal Buffet Ankorondrano i Mika sy Davis.

Naredona ny fiderana an’Andriamanitra niaraka tamin’ny TGC tetsy amin’ny FJKM Ambatonakanga   Sary : Fanou

 

News Mada0 partages

Fandrobana sy fampiasan-kery – Kaominina Toamasina : nampiantsoin’ny polisy Ratsiraka Elysée sy ny le...

 Mafampana ny fitantana ny kaominina Toamasina Ambonivohitra. Nampiantsoin’ny polisy ny ben’ny Tanàna sy ny lefiny ary koa ny tale iray eo anivon’ny fiadidiana ny Tanàna. Anton’ny fampiantsoa ny fitoriana azy ireo noho ny resaka fandrobana sy fampiasan-kery.

Efa vita ny asabotsy teo tao amin’ny biraon’ny polisy Tanambao Bazarikely, ny fakana am-bavany ireo niharam-boina, na ny mpitory amin’ ity raharaha ity. Anisan’ny notoriana ny ben’ny Tanàna Ratsiraka Elysée sy ny lefiny, Dinh Van Ricky. Araka ny loharanom-baovao, tsy mbola hiroso amin’ny mety ho fisamborana azy ireo ny mpitandro filaminana fa hampiantso aloha. Voatery hiroso amin’ny fisamborana anefa ny polisy raha misy ny tsy fahatongavan’izy ireo. Anton’izany ny fitoriana napetrak’ ireo tokantrano maromaro niharan’ny fandrobana sy fampiasan-kery nataon’ ireo « gros bras »- n’ny kaominina amin’ny  fanesorana olona amin’ny trano tsy misy fahazoan-dalana amin’ny fitsarana, niseho ny talata lasa teo. Zary lasa mitondra fahavoazana sy faharatràna ary fahaverezan’ entana maro ho an’ireo tokantrano niharan’ny fomba feno habibiana nanatanteraka baiko avy amin’ny ben’ny Tanàna sy ny lefiny  ary talen’ny tsena izany. Entana mitentina antapitrisany ariary maro sy lelavola miampy firavaka no very. Anisan’izany ny tokantrano eo Tanambao Fahadimy, niharan’ny daroka ny renim-pianankaviana iray ary nahazo tsy fahafaha-miasa 21 andro.

Tsy vitan’izany. Esorin’ny mpitantana ny kaominina ireo olona monina sy mipetraka amin’ny tranon’ny kaominina. Tsy miala anefa ny sasany amin’izy ireny  raha manome vola. Ho an’ireo miala kosa, hamidy amin’ olon-kafa ny trano avy eo.

Voafitaka ny vahoakan’i Toamasina

 Ankoatra izany, anisany hametraka fitoriana momba ity raharaha ity koa ny mpanolotsaina eo anivon’ny kaominina, tarihan’ ny Dr Rakotomanana Gervais sy Rakotoarivelo Ginah Solofo ary ireo mpanolotsaina miisa 14, miaraka amin’izy ireo. « Tsy vahaolana ny fanesorana olona amin’ny trano sy tany itoerany sy fampidirana ady amin’ny vahoaka. Sahirana ny mponina, miakatra ny vidim-pianana ka mila fitsinjovana manokana », hoy izy ireo. Notsiahivin’ity ben’ny Tanànan’ i Toamasina teo aloha ity fa loza ho an’ny fitondram-panjakana izao fihetsiky ny ben’ny Tanàna sy ny forongony izao. Nohitsiny fa loza mitatao ho an’ny mpanorina ny  Mapar, vovonana nilatsahan’ny ben’ny Tanàna Ratsiraka Elysée ary nahalany azy koa izany. « Leo an-dRatsiraka Elysée sy ny ekipany ny mponin’ i Toamasina ary mahatsiaro ho voafitaka« ,  hoy kosa Rakotoarivelo Solofo Ginah.

Tsiahivina fa tsy eto an-toerana ny ben’ny Tanàna Ratsiraka Elysée amin’izao fotoana izao raha ao Toamasina kosa ireo olona roa hafa akaiky azy, anisan’ny voatory sy hampiantsoin’ny polisy.

Sajo sy Synèse R.

News Mada0 partages

« Koloiko sy hajaiko ny teniko » : fito taona Notolorana fanomezana ny mpifaninana mendrika

Notontosaina, tetsy amin’ny Institution FJKM Ankadifotsy ny fizarana fankasitrahana ho an’ireo mendrika tamin’ny fifaninanana fanoratana tononkalom-pitiavana nampanaovin’ny vondrona « Koloika sy hajaiko ny teniko » (KHT).

Nandrombaka ny laharana voalohany i Barry Sirjon, tamin’ny alalan’ilay tononkalony mitondra ny lohateny « Fo tia ». Narahin’i Zara Ainga tamin’ny « Mifankatia hatrany » ary laharana fahatelo i Toky Ny Aina Joseclaudio, nanoratra ny « Soa fa nisy anao ». Izy telo mirahalahy ireo no nahazo ny fanomezana natolotry ny vondrona « Koloiko sy hajaiko ny teniko » (KHT), tamin’ny fifaninanana tononkalom-pitiavana notontosaina ny volana febroary teo. Hetsika tafiditra ao anatin’ny fanamarihana ny faha-7 taon’ity vondrona anaty tambanjotra « facebook » ity.

Nitondra ny velakevitra momba ny fampitiavana ny kolontsaina sy ny fampivelarana izany kosa i Riambola Mitia, filoha mpandrindra ny Faribolana Sandratra Antananarivo. Fotoana nilazany fa miainga amin’ny sehatra rehetra ny fampitiavana ny zavakanto sy ny kolontsaina ary ny fampivelarana azy ireo (tokantrano, sekoly,…). Mifarimbona ao anatin’izany ny tsirairay sy ny momba azy (aingam-panahy, fikarohana, sns).

Nandritra ity fanamarihana ny faha-7 taon’ny KHT ity ihany koa nampahafantarina ny momba ny Ako Miantefa sy ny asa sahaniny amin’ny fampivelarana ny kolontsaina malagasy amin’ny alalan’ny fampianarana mitendry valiha sy solfezy. Nasongadin’ny tompon’andraikitry ny fampianarana fa varavarana misokatra ho an’ny kolontsaina malagasy ny fiarahan’ny fahaiza-mifehy ny zavakanto malagasy (valiha) sy ny lalàna iraisam-pirenena momba ny mozika (solfezy).

Hevitra nitsimoka nandritra ity fotoana ity ny hisian’ny fiaraha-miasa eo amin’ny KHT sy ny Ako miantefa ary ny Faribolana Sandratra ho fampandrosoana ny kolontsaina malagasy !

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Toamasina : rongony 35 kg saron’ny polisy

Paikady entin’ny fampanoavana eto Toamasina handresena ny tsy fandriampahalemana ankehitriny ny famongorana sy ny fitaterana ary fivarotana zava-mahadomelina, izay mitarika ny andian-jatovo miroboka amin’ny fifohana azy ary lasa jiolahy. Tafiditra amin’ny asa ataon’ireo mpitandro filaminana noho izany ny fisahanana izany isan’andro. Vokany mpamongady rongony ao Tanamakoa P/elle 12/14 Toamasina no saron’ny polisy misahana ny heloka bevava, izay nahitana rongony milanja 35 kilao be izao. Raha ny loharanom-baovao, efa matetika voasambotry ny polisy ity tokantrano mpamongady zava-mahadomelina ity saingy tonga amin’ny fitenenana hoe mafy lamosina ka votsotra hatrany. Tsy izay ihany fa anisan’ny manano sarotra ihany koa ny fisamboran’ny polisy  ireto mpamongady ireto noho izy ireo manana mpitsikilo. Tsy nanampo na inona na inona anefa izy ireo ka noraisim-potsiny tao an-trano ao Tanamakoa ny roa niaraka tamin’ny  rongony 35 kg. Ny fanadihadinan’ny polisy no nahalalana fa  avy any Ambanja ny fiavian’ireto zava-mahadomelina ireto  ary amidiny ao Toamasina ka  5.000 Ar ny fehiny iray.

Sajo / Sary : Sajo

News Mada0 partages

Hahery vaika ny rivodoza Enawo : mihotakotaka ny ao Antalaha

Omaly tamin’ny 3 ora tolak’andro, tany amin’ny 585 km avaratra atsinanan’Antalaha no nisy ny foiben’ilay rivodoza Enawo. Nilaza ny mpamantatra ny toetr’andro fa hiditra an-tanety eo anelanelan’Antalaha sy Foulpointe izany anio alina.

Efa raikitra ny fitsofana anjomara eran’ny tanànan’Antalaha, hatry ny omaly, mampilaza ny mponina amin’ny fiomanana rehetra tokony hatao hiatrehana ity rivodoza ity. Tsy mitsahatra mivory ny ben’nyTtanàna rehetra miaraka amin’ny lehiben’ny distrika amin’ny fandraisana andraikitra haingana mba tsy hisian’ny fahavoazana be loatra mandritra ny fandalovan’izany rivodoza izany.

Fantatra fa hahery vaika ity rivodoza ity satria efa nosokajina ho “cyclone tropical intense”. Mitombo hery izy ka 130 km isan’ora ny rivotra entiny ary tafiotra mahatratra 181 km isan’ora ny  manodidina ny ivony.

Mikisaka mianandrefana somary atsimo andrefana izy ary manatona miadana an’i Madagasikara amin’ny hafainganam-pandeha 9 km isan’ora. Hamakivaky ny afovoan-tany ity rivodoza ity rahampitso sy afakampitso.

Manan-kery ny filazana fanairana miloko maitso ho an’ny faritra Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro ary Atsinanana.

Hanomboka, anio, ny orambe entiny any Sava sy Analanjirofo.

Tsy tokony hiandriaka intsony ireo mpampiasa ranomasina rehetra eo anelanela’i Toamasina sy Antsiranana. Ho mafy ihany koa ny rivotra manomboka anio alina.

Tatiana A

News Mada0 partages

67 ha andrefana : trano 19 kilan’ny afo, 129 tsy manan-kialofana

Nijoalajoala ny afo teny 67 ha andrefana ny alin’ny zoma hifoha sabotsy teo. Trano miisa 19 indray kilan’ny afo. Miisa 129 ireo traboina vokatr’ity loza ity, araka ny fanazavan’ny sefom-pokontany ao an-toerana. Afon-dabozia no voalaza fa nahatonga ny firehetana…

 

Fianakaviana anjatony indray traboina vokatr’ilay haintrano teny 67 ha andrefana ny alin’ny zoma teo. Araka ny fanazavan’ireo olona traboina, niainga avy tao amina trano iray ny afo izay voalaza fa afon-dabozia hadino nefa ankizikely ireny no tao an-trano fa tsy tao an-trano ireo olon-dehibe. Tafaverina avy any amin’ny nalehany ilay renim-pianakaviana vao nahatsikaritra fa may trano ka nikoropaka namonjy avy hatrany ireo ankizikely tao an-trano. Nisy tamin’ireo niharam-boina hafa anefa nilaza fa hoe nisy lehilahy mamo toaka natory tao amina trano iray ka tao no hitan’izy ireo fa niantombohan’ny afo. Nalaky ny fiitaran’ny afo satria trano hazo ny sasany tamin’ireo trano nirehitra ka izany rahateo no isan’ny nampiitatra ny firehetana. Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo mponina teny an-toerana tamin’ny famonoana ny afo. Niezaka nifanome tanana tamin’ny famonoana ny afo ny mponina mialoha ny nahatongavan’ny mpamonjy voina. “Miisa 129 ireo traboina tamin’ity haintrano ity. Valo kosa ny isan’ireo trano hazo raha trano biriky kosa ny ambiny”, hoy ny fanazavan’ny sefom-pokontany, Ranaivo Gégé. Nisy voavonjy ihany ireo entana sasany, saingy nijoalajoala hatrany ny afo ka izay no somary nampanano sarotra ny famoahana izany. Kila hotohoton’ny afo avokoa ireo trano hazo rehetra tao an-toerana. Tsy nisy noraisina intsony ny entana ho an’ireo fianakaviana sasany. Tonga namono ny afo ireo fiaraben’ny mpamonjy voina. Tsy nisy ny ainan nafoy na teo aza ny fahavoazana nahazo ireo niharam-boina satria ny akanjo teny an-koditra sisa noraisin’ireo ho an’ireo olona tradoza ireo. Tonga teny an-toerana ny polisy nanao ny fiambenana ireo olona mety manararaotra ny fahavoazan’ny hafa toy izao.

J.C / Sary : Fanou

News Mada0 partages

Minisitry ny Filaminam-bahoaka vaovao : haverina amin’ny laoniny ny soatoavina maha polisy

Hatao vaindohan-draharaha ny famerenana amin’ny laoniny ny soatoavina maha polisy mba hisian’ny fiovan’ny toe-tsaina sy ny fitondrantena ka homena lanja manokana ny fanofanana am-perinasa. Hasiana ezaka ihany koa ny fametrahana ny fandriampahalemana an-tanàn-dehibe ka tafiditra ao anatin’izany ny ady amin’ny asan-jiolahy sy ny fakana an-keriny”, hoy ny minisitry ny Filaminam-bahoaka vaovao, ny contrôleur général de police, Andrianisa Mamy Jean Jacques nandritra ny famindram-pahefana teo aminy sy ny minisitry ny Filaminam-bahoaka teo aloha, Anandra Norbert teny Anosy, ny asabotsy maraina teo. Nilaza kosa ny minisitra teo aloha fa ifandimbiasana ny toerana ary ny tompon’andraikitra mahefa ny eo amin’ny fitondrana, manana ny fomba fitantanany sy ny fomba fijeriny ka tsy maintsy hajaina izany. Tsiahivina fa antony iray nanalana tamin’ny toerana ity minisitra teo aloha ity ny momba ny raharaha fandorana tanàna tao Antsakabary Befandriana Avaratra noho ny fanaovana fitsaram-bahoaka tamina polisy roa lahy namita iraka avy amin’ny fitsarana. Nilaza izy fa hoe adala no tompon’antoka tamin’ny fandorana ireo tanàna maromaro tao an-toerana. Andrasana ny tohin’ny fanadihadiana momba ity raharaha ity. Tsikaritra fa marobe ireo mpanao politika mijapy ity raharaha tao Befandriana Avaratra ity.

J.C

News Mada0 partages

Tontolo iainana : namboly hazo teny Tsiazompaniry ny zandary

 “Manentana ny olom-pirenena tsirairay avy sy ny minisitera isan-tsokajiny mba ho tonga hamboly hazo eto Tsiazompaniry ho fiarovana ny tontolo iainana izay hita fa mihasimba tsikelikely noho ny fisian’ny doro tanety sy ny fitrandrahana ala”, hoy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Paza Didier Gérard nandritra ny fambolen-kazo teny Tsiazompaniry, ny zoma teo. Teny filamatra nosafidina ny hoe “zandarimaria mamboly hazo ho fitsinjovana ny hoavy mirindra ho an’ny taranaka”.  Ireo zandary miasa eo anivon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandariamariam-pirenena, ny avy amin’ny FIGN ary ny CFS Ivato, ny kaominina Ambohimiadana Andramasina  ary ny minisiteran’ny Tontolo iainana no niara-nientana namboly zana-kazo kininina (eucaliptus grandis) miisa 1 500 eny Tsiazompaniry distrikan’Andramasina. Manana ny lanjany manokana ity toerana nanaovana fambolen-kazo ao Tsiazompaniry ity noho ny fisian’ilay renirano lehibe mamatsy rano ny Renivohitra sy ilay tohodrano goavana mpamokatra herinaratra. Nosafadina manokana, araka izany, io toerana io mba hisorohana ny mety ho faharitan’ny rano.

J.C

News Mada0 partages

Ivato : nahazo fitaovana ireo tantsaha

Tonga teny amin’ny kaominina Ivato ny minisitra eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika misahana ny fambolena sy ny fiompiana, Rakotovao Rivo, ny asabotsy teo, nitondra fitaovana ho an’ireo tantsaha teny an-toerana. Borety hitaomana zezika sy daba fanangonan-dronono no natolotra tamin’izany.

« Miantoka ny famahanana antsika rehetra ny tantsaha ka mila tohana hahafahany mamatsy ara-tsakafo antsika», hoy ny minisitra.

Ho an’ny kaominina Ivato, nilaza ny lehiben’ny fikambanan’ny tantsaha, Atoa Jean Pierre fa tsara ny voka-bary tamin’ity taona ity na teo aza ny tsy fahampian’ny orana satria tafakatra 6 taonina isaky ny hekitara izany.

Nisaotra ny ben’ny tanàna, Randrianarisoa Penjy ihany koa ireo tantsaha amin’ny fiaraha-miasa akaiky amin’ny mpitantana ny tanàna sy ny tantsaha amin’ny tohana ara-pitaovana sy ara-teknika.

Tetsy andaniny, nanazava ny minisitra Rakotovao Rivo nanoloana ny fitarainan’ny tantsaha mahakasika ny tany izay nohajariny, fa mila fantarina ny lalàna ka tsy tokony hivaon amin’ny lalàna ny rehetra.

Tsy tokony hodongina ny tany manan-tompo. Na misy tompony aza anefa ny tany ka tsy misy manajary fa avelany ho lavavolo eo, alain’ny fanjakana izany. Tokony hamokarana ny tany fa tsy avela hanirian’ny bozaka fotsiny.

Nampanantena ny hamatsy zezika sy masomboly ho an’ny tantsaha ihany koa ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana ka ho avy amin’ny volana jona izao izany mba hanaovana voly avotra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fampianarana : mitsangana ny sendikà vaovao

Nampahafantarina, ny asabotsy teo ny fijoroan’ny sendikà « Ainga vao ho an’ny Mpanabe eto Madagasikara » (AVMM). Hanitsy ny lesoka ao amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena avy hatrany ity sendikà ity.

Nambaran’izy ireo fa misy ny kiantranoantrano sy kolikoly amin’ny amin’ny fanendrena tompon’andraikitra isan-tsokajiny ao amin’ity minisitera ity. Ankoatra izany ny fanamparam-pahefana sy tsindry hazolena ataon’ny tompon’andraikitra amin’ireo mpampianatra sy mpandraharaha madinika. Ao koa ireo manao ramatahora maka vola ho sandan’ny fikarakarana antontan-taratasy sy famindran-toerana ho an’izay sahy maneho hevitra.

Ho fanarenana ireo lesoka ireo, takin’ity sendikà vaovao tarihin’ny filohany, Tsimahaketrika Jeannette ny fametrahana “profil de poste” mba ho mpiasam-panjakana voavolavola tao amin’ny minisitera ary mahafehy ny asany no tendrena ho tompon’andraikitra hatrany ifotony ka hatrany an-tampony.

Hijoro hihaino ny fitarainan’ny mpampianatra ny sendika. Hiampanga mivantana ireo izay mbola manohy ny fomba mamohehitra mambotry ny mpampianatra sy manaratsy endrika ny minisitera ihany koa.

Hampahafantatra ny mpampianatra ireo zony sy andraikiny ary ny tombontsoany koa ny sendikà.

Tatiana A

News Mada0 partages

Toliara : mitokona ny mpampianatra Fram

 Ny zoma maraina teo, tsy nisy nody antoandro fa nampiseho tamin’ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena Atsimo Andrefana  ny  aretina mahazo ny mpampinatra eto Toliara. Nitokona nanoloana ny biraon’ny Dren izy ireo noho ny tsy fahazoana ny karamany nandritra ny enim-bolana. Nilanja sora-baventy nitaky izany karama izany ireto mpampianatra izay mahatsiaro tena ho tsy misy mpijery sy tena ankilabao tanteraka ireto.

Anisan’ny tena nasongadina ihany koa ny faneriterena ataon’ny Dren ny lehiben’ny Cisco ary ireo Zap indrindra ireo izay miasa any amin’ny Cisco Toliara faharoa. Tsy eken’ny mpampianatra ny kiantranoantrano tamin’ny fampidirana ho mpiasam-panjakana ny mpampianatra  Fram satria  mbola misy ireo tsy nahafeno fepetra  anefa voaray. Anisan’ny ohatra nomen’izy ireo ny an’ny Zap Manombo. Milaza ny tsy hiverina hampianatra ireto mpampianatra ireto raha tsy voaloa ny karamany.

CMS

News Mada0 partages

Sécurisation urbaine à Toliara : les « Jado » en option

La recrudescence de l’insécurité dans la ville de Toliara s’illustre par la prolifération des vols avec effraction dans les quartiers non pourvus de comité d’autodéfense villageoise ou «Jado» actuellement. Les forces de l’ordre n’arrivent pas à maîtriser la situation, déplorent les victimes.

Cinq foyers du secteur ouest du fokontany de Tsimenatse I ont été successivement cambriolés durant trois nuits la semaine dernière à Toliara. N’étant probablement armés que de leur audacité, les malfaiteurs opèrent dans la plus grande discrétion, d’après les estimations de la population.

Le fait a été prouvé dans la nuit de vendredi à samedi dernier où, après avoir escaladé la clôture d’un domicile, les cambrioleurs ont fracturé le portail de l’intérieur pour déplacer leurs butins hors du domaine mais ont dû abandonner une grande partie sur les lieux après avoir été surpris par la mère de famille qui s’est réveillée et a alerté son mari.

Mode opératoire

Tout ce qui se vend se vole actuellement à Toliary, selon la population qui constate une modification majeure dans le mode opératoire des voleurs. Ils abandonnent les zones adhérant au système d’autodéfense villageois «Jado» quadrillées en permanence par les membres du comité de vigilance pour écumer les fokontany mal gardés. Il a été remarqué que les forces de l’ordre ne patrouillent jamais dans les ruelles sombres des villages dans la ville de Toliara, laissant le champ libre aux malfaiteurs.

Face à cette dure réalité, le Préfet de Toliara sensibilise les habitants à constituer des comités de vigilance pour sécuriser leur fokontany respectif.

Manou

 

News Mada0 partages

Expulsions dans la violence : le maire de Toamasina sur la sellette

L’affaire se corse pour la commune urbaine de Toamasina après la tentative d’expulsion  effectuée auprès des occupants de certains logements communaux.

Le maire Elysée Ratsiraka et son adjoint ainsi qu’un directeur au sein de la commune urbaine de Toamasina sont actuellement convoqués au commissariat de la ville. Ils sont accusés de violences et de pillage suite à des expulsions effectuées à l’aide de malabars à l’endroit des occupants des logements déclarés appartenir à la commune. L’initiative, menée sans mandat de justice, a abouti à des coups et blessures volontaires et des vols de biens des victimes, selon les plaignants.

Des membres du conseil municipal de Toamasina menacent aussi de porter plainte contre leur maire à cause de ses coups d’éclat pouvant dégénérer en trouble généralisé dans la ville par ailleurs. Le maire de Toamasina est en vacances à l’extérieur au moment de ces faits dont on l’accuse.

Manou

 

News Mada0 partages

Sachets en plastique : le ministère de l’Environnement revient à la charge

Selon le décret n° 2017-010 du 3 janvier dernier, le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts réitère l’interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sachets en plastique d’épaisseur inférieure ou égale à 50 microns comme conditionnement et emballage sur tout le territoire national.

D’après le point de presse qui a été donné par le ministère ce samedi à son siège à  Ampamdrianomby, à partir de ce mois d’avril, l’identité du producteur ainsi que l’épaisseur en micron doivent figurer sur tous les sachets et sacs en plastique d’une épaisseur supérieure à 50 microns circulant à Madagascar.

La mention « A réutiliser pour préserver notre environnement » doit aussi figurer sur ces produits. Pour les sacs et sachets en plastique importés, l’identité du distributeur au pays doit être également mentionnée.

Cependant, les emballages en plastique incorporés à des produits finis, les sacs en plastique servant d’emballage pour les produits pharmaceutiques, ainsi que les sacs et sachets en plastique utilisés pour échantillonnage aux fins d’analyse au laboratoire de recherche ou laboratoire médical ne sont pas visés par les dispositions de ce décret. Toutefois, le nom ou le signe distinctif du laboratoire ou de la pharmacie doit figurer sur ces sacs et sachets en plastique.

Il convient de noter que ce nouveau décret abroge toutes les dispositions prises dans l’ancien décret n° 2014-1587 du 7 octobre 2014.

Une aubaine pour les vendeurs de vieux journaux

Face à cette situation, des marchands reviennent à l’utilisation de vieux journaux ou d’emballages en papier comme conditionnement de leurs articles. Ce qui constitue une vraie aubaine pour les marchands de vieux journaux ces derniers temps. Certes, on ne se bouscule pas encore pour les acheter, mais on peut dire que le volume de leur vente a augmenté.

« Si d’habitude, je n’arrive à écouler mon stock dans la journée que rarement, depuis vendredi dernier, tout était vendu dès 16 h », nous a témoigné hier un marchand officiant au marché d’Anosibe.

En général, ce sont des bouchers, des vendeurs de cacahuètes, des marchands de beignets et de pancakes, des épiciers pour la vente du sucre et du sel au détail sous forme de cornet en papier et bien d’autres encore  qui utilisent cette nouvelle forme de conditionnement.

D’après leurs témoignages, ils y gagnent beaucoup plus. « Avec 1 000 Ar, on n’a que 50 sachets en plastique, or pour la même somme nous gagnons plus avec l’utilisation de vieux journaux », nous a affirmé l’un d’eux. Les vieux journaux grand format se vendent actuellement à 3 000 ariary le kilo, contre 2 200 ariary pour les petits formats et 2 000 ariary pour les vieilles paperasses. Quant aux emballages, ils s’obtiennent à partir de 500 ariary l’unité.

Sera R

News Mada0 partages

Un appel a solidarité : des politiques et des citoyens au chevet de Befandriana

Sur l’initiative de l’association Emergence Madagascar, un appel à solidarité sous forme de téléthon a été lancé à la population d’Antananarivo au Kianjan’ny kanto Mahamasina toute la journée de samedi dans le but de venir en aide aux sinistrés d’Antsakabary de Befandriana Avaratra. Outre certains élus et politiques, en particulier des députés du Mapar, des citoyens de la capitale ont apporté leur contribution en offrant entre autres des apports en numéraire, des ustensiles de cuisine, des vêtements, des matériaux de construction, des médicaments et bien d’autres. Selon les informations recueillies sur place, les sœurs de Befandriana se chargeront de la répartition et de la distribution des donations.

A part ce téléthon qui a été animé par le « Tarika Rossy », des bus de solidarité ont aussi parcouru plusieurs quartiers de la capitale comme au Score Ankorondrano, Jovenna 67 Ha, Radio TV Record, Jovenna Anosizato, Smart Tanjombato, Jovenna Androndrakely et devant l’hôtel de ville d’ Analakely où la municipalité de la ville n’a pas oublié d’apporter sa contribution.

Pour rappel, les sinistrés sont au nombre de 1 449, dont 574 enfants, 425 hommes et 450 femmes.

Sera R

News Mada0 partages

Week-end en photos

Le groupe TGC au temple FJKM Ambatonakanga, hier.

-Mamy Jean Jacques Andrianisa, le nouveau ministre de la police nationale a pris officiellement ses fonctions à l’issue d’une passation de service avec son prédécesseur, Anandra Norbert samedi dernier à Anosy.

FTM Manjakaray (en bleu) a remporté haut la main la super coupe de Madagascar en battant à plate couture 3FB sur le score de 29 à 19 pour 3FB, hier Andohatapenaka.

Pour le compte de la zone centre relatif à la coupe de président de basket, MB2All d’Analamanga a étrillé l’Ascut d’Atsinanana ce week-end au gymnase Mahamasina sur le score sans appel de 89 à 53.

Un Téléthon à l’endroit la population sinistrée de Befandriana s’est déroulé samedi dernier au kianjan’ny kanto Mahamasina.

C’est confirmé, Claudio Tida vient d’être sacré champion de Madagascar de Motocross 2016.

Mika et Davis ont animé le Skandal buffet d’Ankorondrano vendredi dernier.  Photos : Tiana R et Fanou

 

 

News Mada0 partages

Sojabe Sofia : du rififi à l’interne

Vendredi dernier, une délégation de «Sojabe de Sofia» dirigée par Vincent Ralahy est spécialement arrivée dans la capitale pour rencontrer la presse. Du coup, ces «Raiamandreny» ont exigé la libération des personnes qui ont été emprisonnées dans cette affaire. Ils ont également sollicité un dialogue avec les gouvernants, en l’occurrence Hery Rajaonarimampianina et Olivier Mahafaly Solonandrasana. Ce dernier n’est autre qu’un natif de la région Sofia.

Au lendemain de cette rencontre, une autre frange de «Sojabe de Sofia» comprenant le président de «Sojabe» de Befandriana, Edmond Jamarina et ses membres, celui d’Antsohihy  Ali Salimo et celui de Mandritsara Armand Mampity a émis une déclaration lors d’une cérémonie de remise de dons de la part du régime Rajaonarimampianina sur place.

Ces derniers ont dénoncé la déclaration mensongère ainsi que la prise de position des «Sojabe» vendredi dernier. «Nous n’épousons pas leur résolution. Ce ne sont que des mercenaires politiques» se sont indignés ces «Sojabe» à Antsakabary. Ils ont même loué l’effort du régime Rajaonarimampianina qui selon eux ne «Lésine pas sur les moyens pour venir en aide aux sinistrés de Befandriana Nord».

En effet, après la donation du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), une délégation conduite par le  ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby, et non moins coach de cette région a remis une donation à la population. Ces dons sont constitués de  84 sacs de riz, des ustensiles de cuisine, 50 tôles, 20 sacs de ciment avec les accessoires pour la construction d’une habitation.

Nadia

 

News Mada0 partages

Chronique : un mouroir au cœur de la ville

La semaine dernière, les premiers résultats du projet Aircasting ont été publiés pour le grand public. Nous avons appris officiellement que le tunnel d’Ambohidahy est le lieu le plus pollué de la capitale. En réalité, cela fait plusieurs années qu’on se préoccupe du problème de la pollution à Antananarivo, notamment dans le plus vieux tunnel de la ville, et de ses conséquences, les affections respiratoires qui n’épargnent personne.

Il n’est pas inutile de rappeler que « suite aux actions de sensibilisation (…) menées depuis 1996, (…) le Conseil du Gouvernement du 18 décembre 2002 a décidé et autorisé l’importation d’essence sans plomb *». Si le grand public ne connaissait pas les chiffres exacts, les Tananariviens savent depuis longtemps que, dans la mesure du possible, il faut éviter de circuler dans ce tunnel qui est pourtant un axe incontournable de la ville.

Percé à partir de 1914, le tunnel Garbit relie le quartier d’Analakely à Ambohidahy depuis 1924. Il s’appelle tunnel Ralaimongo depuis la deuxième République mais, de même que les noms de rue ne sont pas entrés dans les usages, nous préférons utiliser les toponymes pour situer les tunnels. Aujourd’hui, le tunnel d’Ambohidahy est un mouroir. Il abrite chaque nuit plusieurs dizaines d’individus, hommes, femmes, enfants dont on devine les corps sous les hardes et les toiles en plastique qui les protègent du froid et du vent. Les sans abris sont régulièrement invités à quitter le tunnel pour des centres d’hébergement et pour retrouver le « hasina maha-olombelona » ou leur dignité. Le succès de ces initiatives est très mitigé. Dans la journée, les adultes partent travailler ou mendier. Restent quelques enfants, très jeunes, ou/et handicapés, qui respirent donc jour et nuit l’air le plus pollué de la capitale, dans le tunnel qu’il est recommandé d’éviter.

Kemba Ranavela

Application de la fluorescence X à réflexion totale à l’étude des matières particulaires et des métaux lourds dans la ville d’Antananarivo, Madagascar in Pollution atmosphérique n°178, avril-juin 2003.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : une Colonie en progrès (2)

(Suite.)

Dans les années 1913, 1914, 1915, le commerce total de Madagascar avec Maurice a monté de 1 251 902 fr. à 1 626 823 et à 3 276 527. Enfin, à lui seul, le premier semestre de 1916 enregistre 3 660 201 fr., ce qui annonce pour l’année entière un progrès tout à fait remarquable. Autre fait à noter, ce sont surtout les exportations de la colonie française dans la colonie anglaise qui sont en accroissement du fait des produits agricoles et de l’élevage. On voit par là que si la côte occidentale, ses rivières, ses ports et ses moyens de communication étaient moins négligés, le commerce avec la côte africaine y prendrait vite un essor plus satisfaisant.

Pour le commerce avec la France, des essais ont été faits récemment dans le sens tant réclamé par nos économistes. En juillet dernier, le paquebot La Ville-d’Alger prenait à Tamatave plus de 6 000 kilogrammes de volailles frigorifiées : c’était la première expérience de ce genre. On assure qu’il serait aisé de la renouveler et de l’étendre. À l’intérieur, on semble faire le nécessaire pour activer les transactions. Les 28, 29 et 30 août se tenait à Ambalavao une foire où, pour cette seule région, se concluait un demi-million d’affaires ; ici encore l’élevage et la culture paraissent en avoir fourni les principaux éléments. Aussi, applaudit-on aux essais de labourage à la charrue qu’a entrepris depuis deux ans le Syndicat des agriculteurs de Metximitatatra : ils ont permis dans les rizières de faire tomber de 50 à 25 francs le prix de revient du labourage d’un hectare.

Dans les documents les plus nouvellement arrivés, on voit enfin l’annonce d’un grand travail d’hydraulique agricole dont le plan avait été esquissé d’ailleurs par le général Gallieni. Les études, affirme-t-on, ont été définitivement mises au point par le service des travaux publics, qui estime à cinq ans la durée des travaux. Ils sont destinés à la rectification du grand cours d’eau l’Ikopa et de ses affluents.

(À suivre.)

Henri Joly.

Journal des Débats

politiques et littéraires

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutume : jour de fête pour les femmes

En janvier, eh bien, on se présentait nos meilleurs vœux pour l’année qui commençait. On ne pouvait donc pas être tous les jours au travail. En février, eh bien,… trente jours ne suffisant pas, il a bien fallu prolonger la période de présentation des vœux. En mars, eh bien, … ah non pas de présentation de vœux ! Ne vous inquiétez pas, on a trouvé une solution pour entrer tranquillement dans le rythme de croisière de l’année. En mars, eh bien, on a le 8 mars, les bureaux ne seront pas fermés, seules les femmes seront absentes.  Si vous n’êtes pas content, allez  vous plaindre ailleurs et laissez-nous faire la fête. Pour avril, eh bien…, on verra bien et on trouvera, c’est sûr !

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : lasa polisy-minisitra misolo minisitra-polisy

Tofoka ny vahoaka, mailaka ny fanovana tompon’andraikitra voalohany misahana ny fandriampahalemana. Tsy mety fa manidintsidina ny eritreritra eo anoloanan’ny fizotran’ny toe-draharaha. Tsy ny fanovana ny tompon-toerana loatra no mahalasa fisaintsainana, rariny izany rehefa nisy ny fahadisona vita, tsy ny fahainganan’ny fanendrena an’ilay mpisolo toerana koa no tokony anaitra, tsy mety raha mitarazoka ny fahabangana eo amin’ny toerana fiantsorohana adidy lehibe, hany tranga mampanontany tena dia ny famisavisana ny fiovana mety aterak’io fanolona tompon’andraikitra io.

Tsy mikasika ny minisitry ny polisy irery no mahalasa saina fa momban’ny fanendrena minisitra. Tsy lany olomanga ny firenena araky ny heno matetika. Tsy ny manam-pahaizana no tsy ampy, maro ireo nandranto fianarana ambony momban’na taranja maro mifehy sampan-draharaha isan-karazany . Raha ny fahaizana irery dia ampy ianteherana ahafahana isondrotra tsy toy izao ny zava-misy eto amin’ny firenena, ny vahoaka rendriky ny fahantrana, ny harena voa-janahary miha jifa, ny fanjakana toa marary sady tsy mahefa ny adidiny tsy mahafehy ny filaminana.

Aiza ny lesoka? Eo amin’ny fanendrena minisitra moa ny resaka. Raha toa eo ny fananam-pahaizan’izy ireo, araky ny fijery azy, aiza ary ny kilema anton’ny firefarefana toy izao ?

Fanetre-tena sy fahendrena no takin’ny fahombiazana amin’ny mpitondra. Raha maro ny manam-pahaizana moa eo amin’ny tsy fahitana vokatra, tsy ny fikarohana olon-kendry no maha hamehana. Samy manefa ny adidy tandrify azy : an’ny minisitra ao amin’ny sampana iadidiny ny fanatanterahana ny politika apetraky ny fitantanana, anjarany no misafidy eo anivon’ny teknisiana manam-pahaizana an’ireo mpiara-miasa aminy ao amin’ny kabinetrany ary manendry an’ ireo ametrahana andraikitra ambony amin’ny fifehezana akaiky ny fampiharana ny toro-dàlana eo amin’ny fanefana ny asa avy any ambony ka hatrany ifotony.  Tsy mitombona izany hoe tsy maintsy dokotera no minisitry ny Fahasalamana, miaramila no minisitry ny Fiarovana, polisy no ministry ny Fandriampahalemana, ingeniera no ministry ny Asa Vaventy, mpitsara no minisitry ny Fitsarana, adidy politika ny an’ny minisitra fa tsy andraikitra teknika, isaky ny sampana koa tsy ilaozan’izay mamiratra noho izay miseho mangirana. Ny olona marina sy matsilo manam-pahendrena itantana ny mpiasa anefa ny asa ao anatin’ny sora-dàlana ahatongavana eny amin’ny tanjona efa voatondro no ilaina.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

FANDONANA NY FIARANA DEPIOTE : Nahatsapa ny hadisoany ireo naratra

Nandeha mafy ity môtô ity ary avy hatrany dia nandona ilay fiara, vokany dia tapaka ny tongotr’ilay vehivavy, ary naratra ihany koa ilay lehilahy nitondra ny môtô. Nentina tany amin’ny hôpitaly avy hatrany izy ireo mba hotsaboina. 

Mba hanajana ny fomba maha Malagasy sy ny fombafomba avy aty atsimo dia nitsidika ireo naratra ny Mpanolotsain’ny minisitra iray sy ilay namany tao anaty fiara, ka nanolotra vola  enina tapitrisa Ariary, mba hanohizana ny fitsaboana. Nandritra ny famangiana nataon’ireto olona izay nitondra ny fiara no nilazan’ilay tanora nitondra môtô, fa azy ireo ny fahadisoana, ary tamin’izany ihany koa no nisaoran’izy ireo izany hetsika toy izany.

Tsara ny manamarika fa dia tamim-pilaminana fifampitsidihana teo amin’ny roa tonta ary tsy nisy ny rahoraho teo amin’ny an-daniny sy ny an-kilany. Marihina ihany koa fa tsy nitondra ary tsy tao anatin’io fiara io ny solombavambahoaka voafidy teto Toliara ary tsy teto an-toerana ny tenany.

Bems

Ino Vaovao0 partages

ANTSAKABARY : I Anandra Norbert no nataon’ny Praiminisitra nisolo vaika ny ankalana

Voalazan’ireo mpanara-baovao fa tsy tokony ho ity minisitra ity irery no niharan’izany fa indrindra koa ny Praminisitra Mahafaly Solonandrasana. Saingy nataon’ity farany nisolo vaika ny ankalana iry voalohany.

Mena ambanin’ny mena rahateo ka tsy afa-mandà. Fantatra izao fa maro amin’ireo vehivavy mpikambana ao amin’ny Fikambanana vadina Polisy no tsy faly tamin’ny fanesorana ny minisitra. “Raha ny tokony ho izy, ilay Kaomisera nanome vaovao diso ny minisitra no mila saziana voalohany ”, hoy ny iray tamin’izy ireo. Namaky ny tatitra azony tamin’ireo iraka nataony tany an-toerana rahateo ny minisitra rehefa nihaona tamin’ny mpanao gazety. Mbola nanamafy aza ny tenany tamin’izany fa “hidina ifotony hanadihadiana ny zava-misy marina”.

Taorian’ny fanapahan-kevitra noraisin’ny Fitondrana Hvm dia mandeha koa ny vaovao fa mafampana ny fitsoky ny rivotra eo anivon’ny Polisim-pirenena. Misy amin’ireto farany mantsy no tsy faly amin’ny fanesorana ny minisitra sy ny hitohizan’ny raharaha ka mety hahavoarohirohy ireo polisy rehetra nanao iraka tany an-toerana. Misy amin’ireo zanak’Avaratra koa no tsy faly. Fantatra fa mety hanao fanambaràna izy ireo amin’ity herinandro ity. Voalaza mantsy fa “minisitra roa avy any amin’iny tapany Avaratry ny Nosy iny no niharan’ny fanesorana tahaka izao”. Isan’ny mamy hoditra amin’ireo vadina polisy ny vadin’ny minisitra teo aloha Anandra Norbert. Mahatsiaro ho very andry niankinana ihany ry zareo amin’izao fanesorana izao.

H. R.

Ino Vaovao0 partages

HAIN-TRANO TAO 67 HA : Nihazakazaka nitondra fanampiana ny fitondram-panjakana

Nanotrona azy tamin’izany ny mpikambana maromaro ao amin’ny Governemanta izay tarihiny, ka anisan’izany ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena, Jean Anicet Andriamosarisoa. Trano lay, vary 1 taonina, voamaina 10 lasaka, fanitso 100, bodofotsy, fitaovan-dakozia no fanampiana noentin’ny fitondram-panjakana. 

Nanambara ny Praiminisitra fa “tsy mijery fotsiny ny fitondram-panjakana fa tonga rehefa antsoina andro sy alina vao maheno ny voina misy”. Raha ny nambaran’ny Sefo Fokontanin’ny 67ha afovoany andrefana, Ranaivo Gégé dia mahatratra 129 ny tra-boina, ka 8 ny trano hazo ary 11 kosa ny trano biriky. Tsy misy ny aina nafoy na ny naratra tamin’ity voina ity.

Tamin’ny firesahany tamin’ny mpanao gazety mikasika ny hafatra nataon’ny sojabe avy any Sofia no nilazan’ny Praiminisitra Mahafaly Olivier hoe «  henoko ny feo avy amin’ny sojabe avy amin’ny Faritra Sofia fa tsy hiteny zavatra firy ny tenako fa raiamandreny izy ireo ary rai amandreny koa ny tenako, ary tsy hamaly na dia teny iray aza fa amiko ny sojabe dia raiamandreny natao hananatra, natao hampihavana fa tsy natao hampisara-bazana”.  Nasian’ingahy Mahafaly Olivier resaka ihany koa ny raharaha Befandriana Avaratra, ka tamin’izany no nanam- barany fa na tsy teto an-tanindrazana aza izy tamin’ireny fotoana ireny dia misy hatrany ny firaisankina eo anivon’ny Governemanta. Nifandray tsy tapaka tamin’ny minisitra mpisolo toerana ny tenany hoy izy ka niarahana avokoa ny ezaka natao mikasika an’ny Befandriana avaratra. “Efa nisy ny fidinana tany an-toerana nitondrana fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakana toa ny lay, ny vary sy ny maro hafa izay efa nentina tany Antsohihy. 

Niarahana nanapaka koa ny “commission mixte” izay nanao ny fanadihadiana tany an-toerana”, hoy izy hatrany. Araka ny tatitra nomen’ny minisitry ny Filaminana anatiny vaovao taminy, hoy Mahafaly Olivier, dia efa azo ny vokatry ny fanadihadiana natao fa mbola tsy azo avoaka noho ny tsiambaratelon’ny fanadihadiana.

Tany lavitra andriana

“Efa mieritreritra ny hidina any Antsakabary ny Filoham-pirenena amin’ny herinandro ambony hijery ifotony ny zava-misy sy hankahery ireo olona. Hijery izay fotoana mety araka izany ny Filoham-pirenena na ny tenako amin’izany fidinana ifotony izany. Nandray andraikitra ny fitondrana tamin’ny resaka Antsakabary ary nisy ny firaisankina tamin’ny fandrindrana ny asa natao fa tsy natao an-kilabao”, hoy Mahafaly Olivier. 

Fantatra fa efa maherin’ny 10 andro no nisy nandoro ny tanàna miisa 5 ao Befandriana Avaratra nefa mbola mireritreritra ny hidina any an-toerana ny Filoha Hery Rajaonari- mampianina sy ny Praiminisitra Mahafaly Olivier. Dia mbola sahy milaza izy ireo fa akaikin’ny vahoaka hatrany ary tonga rehefa antsoina. Sa tany lavitra andriana i Befandriana Avaratra ka tsy raharahiana.

POUNIE

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY VADINA ZANDARY : Fanomezan-dra no nisantarana ny andron’ny vehivavy

Hetsika natao indrindra ho fankalazana ny andron’ny vehivavy. Manodidina ny  200 eo ho eo no tonga namaly ny antso ka 50 isa teo no fitahirizan-dra nofenoin’izy ireo ary nahafeno fepetra tamin’izany. Izao hetsika izao dia fanombohana ihany ka hatao isan-taona ho fanomezan’aina ny malagasy ary ho tohizana amin’ny fivavahana iraisam-pinoana eny amin’ny « Chapelle Militaire Amparibe » izany ny 6 marsa 2017. 

Hisy ihany koa ny «  Carnaval  » lehibe izay hotanterahana eny amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny 8 marsa 2017 ho famaranana izao fankalazana ny andron’ny vehivavy izao.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA EPIGASY : Mampiofana maimaim poana tanora avy amin’ny fianakaviana sahirana

Maimaim-poana tanteraka ny fampiofanana. Ireo tanora 18 ka hatramin’ny 28 taona lahy sy vavy avy amin’ny fianakaviana sahirana no hofaninana mandritra ny 12 volana mba hahafehy tanteraka ny fanamboarana mofo sy mofomamy. Io no ivon-toerana voalohany eto Madagasikara mijoro ara-panjakana manofana momba ny fanamboarana mofo. Fiofanana midi-droa no atao amin’izany, dia ny fianarana an-tsekoly sy fanaovana fampiharana ao an-tsekoly sy eny anivon’ireo orinasa mpanao mofo sy mofomamy. Ny ampahefam-potoana amin’ny fiofanana dia andraisana fanazavana fotsiny raha ny ampahatelom-potoana kosa no anaovana fampiharana, izay tena mibahan-toerana.

Manana fitaovana arifomba hiaka farany nafarana manokana avy any ivelany rahateo ny ivon-toerana Epigasy ahafahan’ny mpianatra manao fampiharana. I Ralph, mpanao mofo kalaza avy any Soisa no misahana ny fampianarana, raha i Romel teratany malagasy, izay tsy zoviana amin’ny tontolon’ny fanamboarana mofomamy kosa no mampiofana ireo mpianatra amin’ny mofomamy.

Tanjona ny mba hahafahan’ireo tanora avy amin’ny fianakaviana sahirana mihoitra amin’ny fiainana, tafiditra miasa sy afaka hanorina orinasa ho an’ny tenany. Ny Epigasy izay ahitana andrarezin’ny mpanao mofo kalaza eran-tany toy an’i Roland Marion (Ingénieur Agroalimentaire) avy any Soisa. Ity farany izay mpanorinany orinasa Macadams Madagascar (Mac Mad) miaraka amin’ny vadiny izay teratany malagasy mpandraharaha, Marion Razafiarimanana Harimampianina. Macadams Madagascar orinasa manana foiben-toerany ao Toamasina, mpivarotra sy mpamatsy fitaovana raitra mpanao mofo eto Madagasikara.

I Roland Marion sy ny vadiny no tompon-kevitra tamin’ny fananganana izao tetikasa goavana miorina ao Toamasina izao izay ahitan’ny tanora maro tombontsoa amin’ny fanomanana ny ho avy. Nifanome tanana amin’i Roland Marion mivady tamin’ny fananganana ny tetikasa Epigasy ny fikambanan’ny mpanao mofo eto Madagasikara (Association des Boulangers Malagasy), Maison du Blé et du Pain d’Echallens-Suisse, Confédération Suisse ary ireo mpiara-miasa amin’ny Macadams Madagascar, toy ny Eurogerm Frantsa, Mac Pan Italia.

Fantatra fa nahatratra 200 000 euros ny vola lany rehetra tamin’ny fananganana izao tetikasa izao. Miisa 11 mianadahy ireo mpianatra amin’izao taom-pianarana 2017 izao. Tamin’ny alalan’ny fifantenana dosie no nandraisana azy ireo. Anisan’ny mason-tsivana takiana ny fananana mari-pahaizana Bepc. Ny tanora avy amin’ny fianakaviana sahirana mihitsy mantsy no tsinjovina amin’izao teteikasa izao. Afaka manatona eny amin’ny foiben-toeran’ny Tetikasa Epigasy Tanamakoa Toamasina izay rehetra mila fanampim-panazavana.

Delegasiona maro avy tany Soisa no tonga niatrika ny lanonam-pitokanana ny ivon-toerana Epigasy, izay notarihin’ny filohan’ny fikambanana Epigasy Suisse. Nandritra ny lahateny nataon’ny Talem-patritry ny fanofanana araka asa sy fampianarana teknika Atsinanana, Rakotonirina Jean Claude, no nilazany fa goavana sy ilain’i Toamasina izao tetikasa izao ahafahana mamolavola tanora ny ho aviny eo amin’ny sehatry ny asa.

Ho an’ny fampianarana teknika dia tanora manana traikefa sy fahaiza-manao no ilaina fa tsy tanora be diplaoma, hoy hatrany ny fanazavany. Tamin’izao lanonam-pitokanana izao, dia nandefa taratasy fankasitrahana ny mpitantana ny Epigasy ny masoivoihon’ny Soisa monina sy miasa eto Madagasikara.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

DREN ATSIMO ANDREFANA : Enim-bolana tsy nahazo karama ireo mpampianatra Fram

Nitokona teo nanomboka ny zoma maraina teo ary tsy nisy nody ny antoandro, fa nampiseho tamin’ny Talem-paritry ny Dren Atsimo Andrefana  aretina mahazo azy ireo.Nambaran’izy ireo tamin’ny alalan’ny soratra ny fanereterena ataon’ny Dren, ny Lehiben’ny Cisco, ary ireo Sefo Zap any amin’iny Distrikan’i Toliara faharoa iny.

 Tsy eken’izy ireo ihany koa ny voalaza fa fisian’ny kiantrano an-trano tamin’ny fampidirana ho mpiasam-panjakana, ny mpampianatra Fram, satria hoy izy ireo dia maro ireo tsy nahafeno fepetra sy tsy nahavita taona maro, ary ny olana hoy izy ireo dia ny olona tsy mbola miasa mihitsy no tafiditra, fa ireo izay nitotototo sy niasa hatramin’izay kosa dia tsy lasa ho mpiasam-panjakana, isan’ny ohatra nomen’izy ireo ny any Manombo. Koa takian’izy ireo io karama enim-bolana io fa raha tsy izay dia tsy ho tonga hampianatra mihitsy izy ireo.

Bems

News Mada0 partages

Basket – Coupe du président : certaines ligues annoncent la couleur

La zone centre clôturera les éliminatoires de zone de la coupe du président de basket-ball. Mais d’ores et déjà, certaines ligues peuvent se frotter les mains d’avoir fait carton plein.

Si les ligues régionales de Boeny et de Matsiatra ambony ont profité de la phase de zone pour monopoliser la qualification dans leur zone respective, d’autres ont été en baisse de régime. Dans la zone Nord en effet, les deux clubs de Boeny, en  l’occurrence l’ASCB et Sebam n’ont laissé aucune chance à leurs adversaires en s’adjugeant les deux tickets pour le prochain tour.

Et samedi dernier, la ligue de Matsiatra ambony a également réalisé le même exploit lors des éliminatoires de la zone Centre Sud après la qualification de ses deux formations à savoir l’USF et Fandrasa pour la finale.

En attendant l’issue de la phase zonale du centre qui prendra fin le 12 mars, Boeny et Matsiatra ambony annoncent déjà la couleur. Mais, également Analamanga qui est à l’affût au vu des performances de ses équipes après deux journées de compétition à Mahamasina. En effet, TMBB et MB2All mènent la danse dans leur poule respective en enregistrant chacun deux succès de rang.

A cette allure, on voit mal qui pourrait arrêter ces deux formations dans leur quête d’une qualification pour le playoff. L’absence d’une opposition crédible se fait remarquer.

Annonciateur de meilleure suite

La quasi-totalité des équipes qualifiées pour le playoff est connue. Au vu de la liste, de belles bagarres se dessinent pour la suite de la compétition. Ce sont les meilleures équipes du moment dans chaque zone qui vont s’affronter. Et l’entrée en lice de deux formations de la division reine ne fera qu’accentuer l’attrait pour ce playoff. En effet, les formations classées 5e et 6e rang du dernier championnat national N1A seront également de la partie lors du prochain tour.

Naisa

Résultats des deux premières journées dans la zone centre :

Samedi 4 mars :

AS Roux Analanjirofo-USBBA Alaotra Mangoro : 89-76

Tac BB Analamanga-BCM Analanjirofo : 56-46

AS Fanalamanga Alaotra Mangoro-BBCA Alaotra Mangoro : 78-70

Ankarana Analamanga-ECBBA Analamanga : 93-63

MB2All Analamanga-Ascut2 Atsinanana : 89-53

TMBB Analamanga- AS Saint-Pierre Alaotra Mangoro : 107-47

Dimanche 5 mars :

BCM-BBCA : 83-77

MB2All-AS Fanalamanga : 79-69

TMBB-Ankarana : 112-70

Ascut 2-TACBB : 63-39

AS Roux-AS St Pierre : 80-58

USBA-ECBBA : 58-52

 

News Mada0 partages

Athlétisme-meeting de Maurice : le dernier mot revient aux organisateurs

Rien n’est encore acquis ! Quatre athlètes ont émergé lors du test effectué au stade d’Alarobia en vue d’une participation au meeting de Maurice. Il s’agit de Dedy Tsaravola (100 m), Benandro Sylvain (200 m), Mariola Ramarozatovo (Triple saut) et de l’inusable Fulgence Rakotondrasoa (3000 m).

Certes, ils ont gagné une bataille mais encore faut-il qu’ils gagnent la guerre. A vrai dire, leur participation dépend de l’avis du pays hôte.

La fédération malgache d’athlétisme (FMA) a eu l’ordre uniquement de trier les quatre meilleurs performers dans leur épreuve respective, mais la sélection finale des deux athlètes qui iront défendre les couleurs malgaches au meeting de Maurice, revient aux organisateurs de la compétition. Il s’agit d’une procédure différente de celle du meeting d’Etang Salé. A ce sujet, grâce à sa première place sur le 1500 m, Donné Efanomezantsoa représentera Madagascar chez les hommes en compagnie de Maria Raharimbolatiana dans la catégorie féminine sur la même distance dont la qualification a été acquise lors du premier test le mois de février dernier.

Naisa

Les meilleures performances :

-100 m : Dedy Tsaravola : Taf : 12 »2’’

-200m : Benandro Sylvain (Jst Toliara) : 21’ 93’’

-3000 m : Fulgence Rakotondrasoa : 8’ 44’’

-Triple saut : Mariola Ramarozatovo (Cospn) : 15,14 m

News Mada0 partages

Rugby – Super coupe : 3FB s’incline devant FTM

Rebelote ! Les rugbymen de Manjakaray, les éléments de FTM ont remporté haut la main la Supercoupe de Madagascar hier au stade des Makis à Andohatapenaka aux dépens de l’équipe du ministère de la Santé, 3FB. Les deux formations se sont séparées sur le score de 29 à 19 au terme d’un match très compliqué pour la bande à Julio et Rabe.

La circulation de balle très fluide ainsi que le dynamisme des trois-quarts ailes ont rendu la tâche difficile pour 3FB bien que les deux équipes étaient sur le même pied d’égalité, techniquement parlant. La troupe de Tolotra n’arrivait plus à suivre le rythme imposé par FTM à 20 minutes du coup de sifflet final. FTM a ainsi maintenu facilement la cadence jusuq’à la fin de la partie. C’est donc un deuxième revers pour 3FB en ce qui concerne la Supercoupe de Madagascar.

Rojo N.

News Mada0 partages

Cyclisme – RN1 : retour en force de Ravoatabia

Les coureurs de la ligue d’Analamanga ont retrouvé de bonnes sensations hier sur l’axe RN1 lors de la première course en ligne de la saison. Le vieux loup de la meute, Jean de Dieu Rakotondrasoa alias Ravoatabia (Ambohidratrimo) a fait un retour remarquable en se mettant au devant de la scène pour l’épreuve piste 100 km, devançant ainsi l’Hollandais Sessurun Realdo (MBike) et Jean Paul Ranaivosoa (VCA). Les trois hommes ont respectivement signé un temps de 2h59’01’’, 2h59’30’’ et 2h59’30’’01.

Chez les vététistes, Yvon Ratolojanahary a bouclé les 80 km en 2h 02’16’’. Il a été talonné par Fano Ratolojanahary (2h02’18’’) et Luc Rafalimanjaka (2h02’19’’). Les vétérans n’étaient pas en reste pour cette journée dominicale riche en challenge. Ernest Rakotonirina a été le premier à franchir la ligne d’arrivée (1h20’00’’) devant Olivier Razafimanana (1h20’03 »). Du côté des cadets, Dimitri Sessurun (1h16’31 ») a pris le devant face à Nambinintsoa Rakotondrabe (1h16’32″00) et Thierry Randrianarivelo (1h16’32″20).

Cette journée a réuni près de 105 participants et la ligue d’Analamanga donne d’ores et déjà rendez-vous aux férus de la discipline le 19 mars pour la prochaine course en ligne qui se déroulera cette fois sur l’axe RN2. En attendant, les vététistes peuvent prendre leur élan en vue du Tana Mountain Bike Tour le 12 mars à Ambatobe.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Cooperative Expression Malagasy Wear & Design : pour la promotion de l’artisanat malgache

Samedi dernier, la coopérative dénommée «Expression Malagasy Wear Desing» a été présentée officiellement à la Bibliothèque nationale à Anosy. Composée de sept artisans et artistes, elle a pour objectif de promouvoir les produits malgaches dans le monde de la mode.

«C’est un rêve qui est devenu réalité», a annoncé Franck Andrianjanahary, président de la coopérative «Expression Malagasy wear design». En effet, après plus d’une année seulement d’existence, cette coopérative a déjà participé à plusieurs évènements tels que la Fim, le Sim ou encore aux diverses expositions tenues durant le Sommet de la Francophonie au mois de novembre dernier.

De la création et de l’innovation

«Notre objectif est de promouvoir les produits malgaches  dans le monde de la mode et surtout les valoriser à l’international. Pour ce faire, nous favorisons les créations et surtout les innovations», a annoncé Frank Andrianjanahary dans son discours. La coopérative est composée au fait de sept artistes et artisans à la fois, dont la plupart sont originaires d’Antsirabe. «Nous voudrons changer l’image de l’artisanat malgache» a exprimé l’un des membres.

Effectivement, nombreux pensent que l’artisanat malgache est démodé. Le directeur culturel au sein du ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, Zoly Sandrine Razafimanantsoa a annoncé que l’innovation de ces produits est importante. «A chaque fois que nous exposons, nous présentons toujours presque les même choses, les dessins sur les vêtements sont tous pareils. Soit on y trouve des makis, des baobabs… Et pourtant Madagascar est une Grande île riche où il existe plusieurs autres sites à promouvoir», a-t-elle exprimé.

Favoriser les échanges

Ainsi, la coopérative a aussi pour mission de favoriser les échanges entre les membres. Ceci permet non seulement de partager les expériences, mais surtout de créer un réseau spécial pour la commercialisation de leurs produits. «Notre vision est que nos oeuvres deviennent le reflet de la mode malgache», a conclu le président de la coopérative.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Moto : tous les feux sont au vert

La fédération malgache de motocyclisme (FMAM) a obtenu le quitus lors de l’assemblée générale samedi dernier à Besarety. Le bureau exécutif a profité de l’occasion pour remettre les trophées aux méritants 2016 et donner une esquisse du calendrier des compétitions 2017 avec quelques changements dont le Cross des marques.

Presque un virage à 360°. Le président Dadou Razafindrakotohasina et son équipe ayant eu le quitus de l’ assemblée générale placent la barre haut cette saison avec quelques touches d’innovation. Aucune date n’a encore été fixée sur le calendrier des compétitions 2017 mais il y aura 9 courses dont le Cross des marques. Un évènement initié par la FMAM. En outre, il y aura les habituelles courses, notamment l’Enduro Sherco, le Cross country d’Antsirabe, le 1er Cross country de l’Est, le Cross country d’Ilakaka, le Cross country de Mahajanga, le 2e Cross country de l’Est, le Cross des marques, le Cross country Acerbis et l’habituel Cross d’Iavoloha.

Sur le plan technique, la fédération mise sur la modernité et utilisera des transpondeurs électroniques à partir de cette année. «Un prestataire privé va tester le matériel lors des 4 Heures Honda. Il sera notre partenaire si le test est concluant», a déclaré Dadou Razafindrakotohasina. Pour rappel, les 4 Heures Honda a toujours été une manche off (course hors championnat). Cette année, les habitués au rendez-vous se réuniront à Imerintsiatosika le 19 mars.

« On road »

Par ailleurs, la fédération a décidé de mettre en place une commission « On road » qui va chapeauter les clubs de motards concernés par cette passion. La fédération ne focalise pas seulement son attention sur les pilotes en off road sur des motos tout-terrain. Elle chapeaute l’intégralité des activités de toutes les disciplines affiliées au monde de deux-roues à Madagascar. En marge de l’assemblée générale, le bureau exécutif a procédé à la remise des trophées aux cham-pions 2016 à l’image de Claudio Tida, Ranty Ernest, Aina Razakasoa, Alain Andrianaly, Tommy Ratsimba,…

Rojo N.

News Mada0 partages

Echos du week-end : la diversité des spectacles

Depuis vendredi dernier, la capitale a été animée par divers spectacles de tout genre. Les grosses pointures ont d’abord commencé avec des cabarets exceptionnels dans plusieurs coins de la ville.

Samoëla, toujours égal à lui-même, a joué à guichets fermés vendredi dernier au Piment Café à Behoririka. Les fans étaient venus en masse et plusieurs sont restés hors de la salle «ne serait-ce que pour entendre l’ambiance et la musique», a annoncé l’un des fans qui n’a pas pu entrer dans la salle. Par ailleurs, le chanteur donne rendez-vous à ses fidèles pour un grand concert à Antsahamanitra, le 2 avril prochain.

De son côté, Silo a animé le restaurant lounge bar Trass à Tsiadana vendredi dernier. Sans être Silo Trio, ou encore Elektradam, Silo a donné un rendez-vous à ses fans pour un spectacle sans thème précis, en interprétant ses titres inconditionnels. Et enfin, Mika Davis a choisi le nouvel espace Skandal Buffet, vendredi dernier. Dans une salle à moitié pleine, les deux chanteurs ont tout de même donné une prestation exceptionnelle.

Ensuite, les jeunes humoristes de la nouvelle génération ont donné un spectacle baptisé «Afon’dlol» au Cercle germano-malagasy (CGM) à Analakely, samedi dernier. Malgré, un public timide, ils ont quand même su contrôler la situation en arrivant à rendre l’ambiance plus joyeuse. Formant un collectif, ces jeunes humoristes avaient le même tandem sur scène. Certains ont effectué un sketch sur le paradoxe entre les anges et les démons, d’autres ont imité les diverses scènes qui pourraient se passer lors d’un quelconque casting.

Les adeptes du style Kalon’ny fahiny ont été servi hier avec le spectacle dénommé «Ny fahiny sy ny omaly an-tsehatra» qui s’est tenu dans l’enceinte de l’institution Sainte Famille Mahamasina. Deux groupes ont animé la scène, à savoir Ny Feon’Analamanga et Gasy Miangola. Salomon, du groupe Kintana Telo était aussi invité durant le spectacle. Les groupes ont démontré leur maîtrise parfaite du style. Le fond de scène a été décoré d’un grand tableau où se trouve leur leitmotiv «Gasikara mamiko !».

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Visa refusé : Dadi Love s’explique

Le groupe Dadi Love devrait effectuer actuellement une tournée internationale en France, mais le visa de l’artiste a été refusé, la semaine dernière. Pas découragé par cette mauvaise nouvelle, Dadi Love s’explique sur sa page officielle.

«Nous sommes désolés pour ce désagrément, surtout concernant les diverses tractations qui ont été déjà effectuées, par exemple les hôtels, les réservations… La cause du refus du visa vient peut être de nous, ou pas. Dieu seul le sait. Par ailleurs, nous nous reverrons bientôt, parce que Dadi Love continue sa carrière», a annoncé l’interprète du «Tsy atakaloko», à ses fans en France.

Par ailleurs, le groupe continue de tourner dans la Grande île. Après un spectacle époustouflant qui s’est tenu le 3 mars dernier à Antsirabe, Dadi Love animera la ville de Fianarantsoa à l’occasion de la journée de la femme le 8 mars prochain. La journée débutera par un grand carnaval devant la gare FCE jusqu’au Rex où Dadi Love sera sur scène, accompagné par le groupe Tsiky Tsidika. Dans la soirée, il sera sous le feu des projecteurs de Tranompokonolona Tsianlondroa avec Melky.

Rappelons que Dadi Love a été sacré artiste de l’année masculine. Après «Tsy atakaloko», qui a reçu le titre du mozika milamina masculin, lors de la RDJ Mozika Awards, le chanteur continue de produire des tubes, tel que «Ataoko sonia», ou encore «Ameza facture»

Holy Danielle

News Mada0 partages

Madagascar All Stars : les stars sont dans nos murs

Après avoir effectué une résidence depuis le 25 février dernier à La Réunion, tous les artistes membres du groupe Madagascar All Stars sont actuellement au pays pour donner plusieurs concerts du 9 au 12 mars prochain. Soutenu par la compagnie Vidzar à travers Dzama event, le groupe a choisi de véhiculer un autre message «Za’Malagasy».

Composé de Dama, Régis Gizavo, Erick Manana, Justin Vali, Olombelo Ricky et Jaojoby, Madagascar All Stars vient d’arriver au pays vendredi dernier. Après son séjour à La Réunion, il projette de dévoiler bientôt son deuxième album. «Notre objectif est de parfaire ce prochain album qui a été préparé depuis 2014», a annoncé Olombelo Ricky. Notons que le groupe a sorti son premier opus intitulé «Keep Masoala», il y a sept ans.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Diana : 25e anniversaire de l’IST-A

L’Institut supérieur de technologie d’Antsiranana célèbre ses 25 années d’existence.

Les manifestations entrant dans le cadre de la célébration prévue se tenir jusqu’à la fin de l’année ont débuté par des cérémonies religieuses à la cathédrale et à la mosquée de la ville d’Antsiranana, vendredi dernier. Les cultes ont été focalisés sur l‘avenir de l’institut et de ses élèves. Expliquant cette double manifestation d’ouverture, le directeur général de l’IST-A a déclaré que l’initiative a été dictée par la diversité d’appartenance religieuse vécue au pays actuellement.

Un carnaval sera organisé à travers la ville d’Antsiranana qui se poursuivra par des compétitions sportives doublées d’une orientation destinée aux élèves des classes de terminale. Une conférence-débat est aussi programmée au menu des manifestations.

Manou

 

News Mada0 partages

Analanjirofo : recrudescence des vols de vanille verte

La population se plaint des vols de vanille sur pied depuis quelques semaines dans les champs d’Analanjirofo.

Les planteurs dénoncent les manipulations des spéculateurs dans la recrudescence des vols de vanille verte dans la région d’Analanjirofo. Certains opérateurs véreux débauchent des individus pour voler des vanilles avant leur maturité pour les acheter à prix dérisoire, laisse-t-on entendre dans le milieu. Ils prévoient de les revendre au prix du marché en cours durant la période officielle de collectes pour effectuer des plus-values assez conséquentes au détriment de la qualité des produits mis sur le marché.

La plateforme de la vanille des zones de plantation craint en effet une baisse de la compétitivité de la vanille malgache sur le marché international suite à cette pratique frauduleuse nuisant à la qualité du produit.

Réglementation rigoureuse

Certains paysans de la région proposent une réglementation rigoureuse de la production d’huiles essentielles pour maîtriser la situation puisque la filière utilise tout ce qui touche la vanille, des feuilles à l’écorce en passant par les gousses pour la fabrication de ce produit dérivé. L’inertie des forces de l’ordre est pointée du doigt dans la zone de culture de vanille et les font accuser de complicité dans la situation où des infractions se passent impunément à leur nez et à leur barbe. Les autorités locales prennent des dispositions spécifiques actuellement pour traquer les trafiquants afin de juguler l’hémorragie risquant de porter un coup fatal à l’économie locale.

Manou

Tia Tanindranaza0 partages

ANKIZY MARENINAMbola maro ireo tsy tafiditra an-tsekoly

Mbola maro amin’ireo ankizy marenina eto amintsika no tsy tafiditra an-tsekoly. Ny ampahatelon’izy ireny no fantatra fa mba manana fahafahana fa ny ankoatra izay dia mirenireny fotsiny.

Noho ny tsy fahampian’ny sekoly mandray an-tanana azy ireny no antony. Misy amin’ireo ray aman-dreny koa no manafina azy ireny, ankoatra ny tsy fahampian’ny hoenti-manana. Eto Antananarivo Renivohitra manokana dia mbola ny Akanin’ny Marenina etsy 67 ha no mandray an-tanana azy ireny. Vokany, betsaka amin’ireo ankizy marenina eto amintsika no misedra olana tanteraka raha tokony ho olona afaka hiatrika ny fiainany toy ny olon-drehetra, tsy ho vesatry ny fiarahamonina intsony. Hetahetan’ireo akany mitaiza ankizy marenina eto amintsika ny hananganan’ny fanjakana ivontoerana mifandraika amin’izany. Nankalazaina omaly teto amintsika ny andro maneran-tany ho an’ny olona marenina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

FIVAZA ANTANANARIVONanome ra tetsy amin’ny HJRA Ampefiloha

Nisantatra ny fankalazana ny andron’ny 8 martsa omaly ny FIVAZA (Fikambanan’ny VAdina Zandary) eto Antananarivo.

 Am-polony maro izy ireo no tonga nanohana ny antso, notarihin’ny vadin’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandariamariam-pirenena, Ramatoa Pazza. Fantatra fa tsy misy resa-politika na mifandraika velively tamin’ny fitokonana notanterahin’ireo mpiasan’ity ivontoerana ity ny fanomeza-dra notanterahin’ny fikambanana FIZAVA izao fa daty efa voatondro hatramin’ny ela ho fanampiana ny mpiara-belona marary mila ra. Hitohy anio alatsinainy ny hetsika amin’ny alalan’ny fotoam-pivavahana iraisam-pinoana izay hotanterahina ao amin’ny chapelle millitaire Ampahibe. Tsy hitsahatra izany raha tsy ny alarobia 8 martsa entin’izy ireo hanehoana amin’ny rehetra  fa mandray anjara amin’ny fampandrosoana ny firenena ny FIVAZA, indrindra fa ny  fampandraisana anjara ny vehivavy. Tsiahivina fa efa mihoatra ny folo taona izao no nisian’ny fikambanana. Saika mivondrona ao anatiny avokoa ireo vehivavy vadina zandary eto amintsika, fikambanana iray miezaka manao asa soa hatrany toy ny fanampiana ireo zanaka mpitandro ny filaminana kamboty lavo am-perinasa, ireo marary mbola manaraka fitsaboana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rahoviana ihany ?

Efa ela no niketrehana sy nikotrehana ny fampihavanam-pirenena teto amintsika, saingy tsy mbola tanteraka hatramin’izao. Dia samy velom-panontaniana ny rehetra hoe rahoviana ihany ? Fampihavanana politika no ilaina eto, raha halalinina ny zava-misy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

IHARINARIVO AMBOHIDRATRIMOMitady hangorona tany indray ny Sinoa

Mandeha ny feo ao amin’ny kaominina ambanivohitra Iharinarivo Ambohidratrimo amin’izao fotoana fa misy tany ana hektara maro kasain’ny sinoa alaina ao an-toerana.

 Efa misy mponina mivarotra ranon-tany amin’ireo teratany vahiny mihitsy ankehitriny mba hanotofany ilay tany. Raha ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Raherimanantsoa Feno dia tsy mbola naharay taratasy na vaovao mifandraika amin’izany ny tenany. Mila manara-dalana ireo teratany vahiny ireo ka hitondra ny taratasy mifandraika amin’izany isan’ambaratongany fa tsy avy hatrany dia hanao bontolo haka ny tany fotsiny. Efa mailo ny mponina ka efa miomana sahady amin’ny fananganana komity hanohitra sy hanara-maso akaiky. Misy amin’ity tany ity mantsy no tanimbary sy tanimbolin’olona, izay tena miantoka ny foto-piveloman’izy ireo. Tantsaha mpamokatra rahateo ny 90 %-n’ireo mponina ao an-toerana. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha. Marihina moa fa sambany no nahazo tsena vaovao ity kaominina iray ity. Ny sabotsy teo no nanaovana ny hady fototry ny fotodrafitrasa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana an’i BefandrianaTonga nisolotena an’i Mahajanga ny depiote Nina

Azo lazaina ho fahombiazana tamin’ny ankapobeny ilay hetsika nokarakaraina tetsy amin’ny kianjan’ny Kanto Mahamasina nentina nanampiana ireo fianakaviana 470 tafo may trano tany amin’ny tanànan’Antsakabary, distrikan’i Befandriana Avaratra

. Saika tonga nanohana ny antso nanome izay voatsirambin’ny tanany avokoa ny mpanao politika, ny olon-tsotra, ny fikambanana … anisan’ireny ny solombavambahoaka Rahantanirina Lalao, voafidy tany Mahajanga, na i Nina. Amin’ny maha Malagasy azy, araka ny fanazavany no antony nandraisany anjara amin’izao hetsika izao sady misolotena ireo vahoakan’i Mahajanga ihany koa. Vola mitentina 2 hetsy Ar no natolony niampy kojakoja maro isan-karazany toy ny akanjo, lamba firakotra. Araka ny vaovao azo dia tsy niandry ela fa nanomboka omaly ihany dia nalefa ho an’ireo vahoaka traboina any Befandriana ireo fanampiana, niampy ireo avy amin’ny fanjakana izay efa tonga tany an-toerana nanomboka ny sabotsy teo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo-doza « Enawo »Atahorana handravarava

Omaly tamin’ny 03 ora tolakantdro dia tany amin’ny 585 Km Avaratra Atsinanan’Antalaha no nisy ny foiben’ilay rivo-doza nampitondraina ny anarana hoe « Enawo ».

 Mitombo hery hatrany izy io, ka 130 Km/ora ny rivotra hentiny ary tafiotra mahatratra 181 km/ora no manodidina ny ivony. Mikisaka miakandrefana somary Atsimo Andrefana izy ary manantona miadana an’i Madagasikara amin’ny hafainganam-pandeha 09 km/ora. Mety mbola hiakatra ho “Cyclone tropical Intense” izy alohan’ny hidirany an-tanety ny talata 7 martsa ho avy izao, ka eo anelanelan’i Foulpointe sy Antalaha no tombonana hidirany.  Araka ny famaritan’ny manam-pahaizana  dia ny kajin’ny tanjaky ny rivo-doza no hamaritana ny sokajiny ka raha eo anelanelan’ny 168 ka hatramin’ny 213 km isan’ora ny herin’ny rivotra entiny no ho hanasokajiana azy ho “Cyclone tropical Intense” , izay azo sokajiana ho efa mahery vaika. Raha ny vinavinan’ny sampan-draharaha mpamantatra ny toetr’andro, dia hamakivaky ny afovoan-tany io rivo-doza “Enawo” io ny 08 sy 09 martsa 2017, ary atahorana handravarava mihitsy. Noho izany dia manankery ny filazana fanairana ho an’ny faritra Diana, Soafia, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro Ary Antsinanana. Hanomboka anio kosa  ny orambe entiny any Sava sy Analanjirofo. Ilazana sy entanina noho izany ny mpampiasa ranomasina mba tsy hiandriaka intsony fa mihamahery ny ranomasina eo anelanelan’i Toamasina sy Antsiranana. Efa nanomboka mafy ihany koa ny rivotra halina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsidihana an’i BefandrianaMbola ifanilihan'ny mpitondra ?

Efa nisy vokany ny fanadihadiana natao mikasika ny raharaha Befandriana Avaratra na ny kaominina ambanivohitr’Antsakabary, hoy ny praiminisitra Mahafaly Olivier,

 ny sabotsy teo raha namangy ireo traboina teny 67 ha noho ny voina nahamay trano miisa 19 sy nahatonga ny tsy manan-kialofana 129 teny an-toerana ny alin’ny zoma teo. Mbola tsiambaratelom-panjakana hatreto anefa ka tsy afaka hilaza isika ny tompon’antoka tamin’iny fandorana trano maherin’ny 400 isa tany Antsakabary iny. Nilaza ihany koa ny praiminisitra fa amin’ity herinandro ity dia hisy ny tomponandraiki-panjakana hidina any an-toerana ka mbola hifanaraka izy sy ny filoham-pirenena izay ho any. Tsy mbola nisy zava-doza sy nampihoron-koditra indrindra noho ny raharaha Antsakabary hatreto nitranga tamin’ity taona ity kanefa dia mahagaga fa toy ny mbola hamoraina ihany ny fanapahan-kevitra. Nilaza ny praiminisitra fa nalefa ao Antsohihy ny fanampiana, toy ny vary sy tranolay, ho an’ireo niharam-boina kanefa tsy tokony ho laharam-pahamehana ve  ny fanaraha-maso ny fanampiana raha tena tonga any amin’izay mila azy tokoa na tsia ? Fanampin’izay, mbola sahin’ny praiminisitra ny milaza fa hifanaraka izy sy ny filoham-pirenena ny amin’izay hidina any an-toerana, tahaka ny hoe tsy matahotra ve ilay fitondram-panjakana sa mifanilika andraikitra sa ahoana ? Efa ho roa herinandro ve izay no nitrangan'iny raharaha iny dia tsy mbola fantatra ny tomponandraiki-panjakana hitarika ny delegasiona ho any Befandriana ? Sa tena tsy mahamaika mihitsy ilay izy ? Tranolay, vary 1 taonina, voamaina 10 lasaka, fanitso 100, bodofotsy, fitaovan-dakozia moa no fanampiana nentin’ny fitondram-panjakana ho an’ireo traboina tetsy 67 ha.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

8 martsaHatao andro fisaonana ho an’i Besalampy

Noho ny raharaha misy any an-toerana ka mahasaringotra ny zanak’i Besalampy maro izay voatazona any amin’ny fonjan’i Mahajanga ankehitriny dia nanapa-kevitra izay vehivavy any amin’ity distrika ity fa hatao andro fisaonam-pirenena ny ho an’i Besalampy ny andron’ny 8 martsa 2017.

  Tsy hisy, araka izany, ny ho solontenan’ity distrika ity amin’ny fankalazana nasionalin’ny andron’ny vehivavy eran-tany hotontosaina eto Antananarivo. Ny any Besalampy aza, hoy ihany ity depiote ity, dia hivory hanangana saina sy hampidina azy ho mariky ny fisaonam-pirenena any an-toerana dia samy miparitaka tsirairay avy rehefa avy eo amin’io andron’ny 8 martsa io.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanEny ho aho e !

Miarahaba Jean a ! Eny ho aho e ! Aleo ekena fa manaja ny fahalalahana tokoa ianareo mba tsy hifandirana e !

 Toa ririnin-dasa tsy tsaroana izany ireny fandaniana amboletra ny lalàn’ny famoretana nampikaikaika anay tamin’ny herintaona ireny ? Aleo angamba hampatsiahivina ihany fa tery vay manta ary tsy nisy nifanarahana taminay izay voakasika mivantana tamin’iny lalàna noterenareo hampiharina iny no mbola nolanian’ny vitsy an’isa taminareo ihany koa ary dia nambara ho ren-tany sy ren-danitra fa hampiharina nanomboka tamin’iny fotoana iny a ! Tsy omeko tsiny ny namako sasany raha mbola mampahatsiahy hatrany iny fotoana namonoana an-dRafahalalahana iny hatramin’izao a ! Izao vao tena tsapany angamba fa tena ankahalainareo izy iny rehefa te ho sakaizanay. Enga anie mba tsy hiafara amin’ilay fanjakan’i Baroa voalazanao tokoa no hitranga eto na dia efa maro aza no milaza fa izany no eto amin’ity gaboraraka tsy takona afenina eto an-tanàna ity.

Marco

Orange Madagascar0 partages

Quand Amarula vante les saveurs de Madagascar

La célèbre liqueur à base de marula fait un petit clin d’œil à la grande île, à travers un petit spot qui fait découvrir une recette gourmande de bâtonnets de glace aux fruits.  

La recette est simple. Préparer et découper des fruits frais, puis mélanger le tout avec du yaourt et de l’Amarula. Il ne reste plus qu’à mettre la préparation au congélateur, et à attendre.

La cerise sur le gâteau, c’est que le spot vante les produits de Madagascar. Notamment, la vanille, mais aussi quelques fruits tropicaux.

Vous voulez voir à quoi ça ressemble? Regardez :-)

Attention à l’abus d’alcool, c’est dangereux pour la santé.

 

La Vérité0 partages

Environnement - Des foyers économes pour préserver les mangroves

Dans la Région de Diana, la préservation des mangroves d’Ambilobe passe par l’usage de 3 000 foyers améliorés. 18 autres localités environnantes bénéficient également de cette offre. Parmi ces foyers améliorés, 2 000 sont des foyers économes à charbon de bois et 1 000 à bois de chauffe.

Ce projet, initié par le Fonds mondial pour la nature (Wwf) et l’Ades (Association pour le développement de l’énergie solaire Suisse-Madagscar), a été réalisé entre septembre et décembre 2016, pour préserver les mangroves. Ces plantes contribuent à l’équilibre naturel local. Le charbon issu des bois des mangroves est apprécié grâce à l’importante quantité d’énergie dégagée pendant la combustion, en comparaison à d’autres types de charbon de bois ordinaire.

Entre 2000 et 2010, les mangroves dans la Région de Diana ont subi une forte pression. Leur superficie a été réduite de 16 %. Environ 1 000 foyers améliorés et adoptés contribuent à la préservation de 175 ha de forêts naturelles par an, selon les estimations de l’Ades. Depuis septembre 2014 jusqu’à ce jour, plus de 5 900 foyers améliorés ont été vendus à prix abordables à Ambilobe et ses environs, soit 1 032,5 ha par an de forêts de mangroves sauvegardées en l’espace de trois ans.

La vente à prix réduits de ces foyers économes fait partie des mesures immédiates pour gérer durablement les forêts de mangroves à Ambilobe. Une famille qui utilise des foyers économes  réalise plus de 50 % d’épargne sur l’achat de charbon et de bois de chauffe. L’abattage des mangroves en guise de combustible, l’émission de gaz carbonique due à la cuisson sont réduits grâce à l’usage des foyers économes. D.H.R.

La Vérité0 partages

On veut bien… !

On veut bien croire ! A peine investie de son nouvel engagement socioprofessionnel, tout feu tout flamme, la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), madame Faniry Ernaivo, bouscule le Corps. En effet, elle brandit, haut et fort, qu’elle va mener une bataille sans merci contre certaines errances. Faniry Ernaivo reconnait, sans coup férir, l’existence de la corruption pratiquée par « quelques individus », selon ses propres termes, dans les rangs de ses pairs. Ainsi, elle entend traquer, pour de bon, les brebis égarées.

Que de louables initiatives ! De nobles intentions !  On veut bien y accorder quelque crédit si minime soit-il,  seulement, tel qu’on le sait le Corps de la Magistrature compte parmi ce qu’on appelle les « Grands Corps de l’Etat » dont les membres font partie des « Grands Commis » de l’Etat. Au même titre que les Corps des administrateurs civils, des inspecteurs d’Etat ou des enseignants titulaires  de l’Université, etc. De ce fait, ce Corps est impénétrable pour ne pas dire opaque. De mémoire d’homme, tous les dirigeants qui s’étaient succédé à la tête de ce puissant syndicat clamaient toujours, en début de leur mandat, qu’ils mèneraient une lutte sans complaisance contre ce fléau, la corruption. Mais au final, les résultats n’ont pas dépassé le stade de vœux pieux. Madame Faniry Ernaivo et son équipe auront fort à faire pour venir à bout de leurs objectifs. La lutte sera rude. Elle doit s’attendre à des résistances sournoises et fourbes. De toutes les façons, on ne peut que l’admirer et l’encourager à aller de l’avant. Le combat contre la corruption est une bataille de longue haleine. Il faut persister jusqu’au bout. Selon les récents rapports des Ong, du genre « Amnesty International », le département de la Justice fait partie encore des Institutions les plus corrompues à Madagascar. Alors, du courage madame ! Soyez tenace !

Cependant, il n’y a pas que la corruption à laquelle le Smm devrait faire face. Il est question aussi de l’indépendance de la Justice. Plus précisément, la liberté des juges à rendre un verdict en son âme et conscience. Dans un pays comme le nôtre, l’indépendance de la Justice reste encore du domaine des intentions vaines ou celui de simples déclarations… politiques. L’Exécutif piétine trop dans le domaine du Judiciaire. Les « interventions » d’en haut, trop fréquentes, ne permettent plus aux juges d’avoir les coudées franches dans leurs prises de décision. La Justice, par moment, devient un instrument politique entre les mains du pouvoir, et cela, pour harceler ou réprimer toute velléité de contrecarrer sa politique ou toute tentative de s’exprimer librement. Le Smm, on le sait, s’insurge mais quelque part, il se sent impuissant. Madame la présidente, il vous faut de la persévérance et surtout de cran pour affronter ce béton armé, à savoir le pouvoir politique.

Les bailleurs traditionnels réclamèrent, sans relâche, l’assainissement ainsi que l’indépendance de la Justice. Il s’agit, selon eux, d’une des conditionnalités non négociables avant tout déblocage. Seulement, les tenants du pouvoir politique font preuve de tergiversation ou même la sourde oreille si bien que les maux (corruption et interventions) résistent.

A vous de prouver madame la présidente ce dont vous êtes capable de faire. Nous, on veut bien croire !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Randonnée à Analamanga - Ambohitrangano ouvre la saison

L’ouverture de la saison des randonnées de l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana) pour cette année débutera avec la sortie en découvrant la nature et l’histoire à Ambohitrangano, samedi prochain. Ambohitrangano se trouve à environ 20 km au nord de la Capitale du côté de Talatanivolonondry. Ce village a su garder sa richesse naturelle en préservant et entretenant son reliquat de forêt naturelle.

Il a également conservé sa richesse culturelle en dissimulant plusieurs anecdotes qui sont à l’origine du village et de sa toponymie. Cette première randonnée permettra de passer d’Ampanataovana à Soavinandriamanitra. Cette année, l’Ortana prévoit d’organiser 17 randonnées. Mahitsy avec la cascade d’Andrianambo, Tsiazompaniry, Ambohidrabiby, Soamanandray, Manjakazafy Tsaratanàna, … sont parmi les endroits à visiter cette année. Par rapport aux précédentes éditions de randonnées, les amateurs de ce type d’activité auront le privilège de découvrir une autre facette d’Avaradrano, un aperçu de la jeunesse de la Reine Ranavalona III, l’ancienne cité industrielle et le pays des fromagers,…

Les randonneurs apprécieront surtout la nature et le paysage, l’air pur et frais, la balade dans la forêt. Annuellement, l’Ortana propose des randonnées pour toute la famille le second samedi de chaque mois et celles plus sportives le quatrième samedi. Chaque randonnée constitue un moment de découverte. Actuellement, cette activité est considérée comme une démarche touristique, potentiellement génératrice de retombées économiques pour la communauté locale.D.H.R.

La Vérité0 partages

« Madagascar all stars » - Réconcilier l’homme avec la nature

Véhiculer les valeurs et la culture malagasy, telle est la vision que partage le groupe « Madagascar all stars » avec la Compagnie Vidzar. Depuis 2015 à travers « Dzama Event », les membres de ce groupe ont uni leur force pour rendre à Madagascar les bienfaits que cette terre a prodigués pour leurs carrières.

Lors de son passage dans le pays, le groupe « Madagascar all stars » rencontrera le public tananarivien. Des concerts qui seront entamés, le vendredi 10 mars à l’Institut français de Madagascar (Ifm), Analakely à partir de 19h, puis le 11 mars à 15h au Ccesca Antanimena et le lendemain à 14h au Jao’s Pub, Ambohipo. Outre les titres de ces grands monuments vivants de la culture malagasy, ces derniers rendront hommage à des grands artistes malagasy tels qu’Odéam Rakoto, Rakoto Frah, Rakotozafy, ou encore Parson et Bao Angèle. « Beaucoup de jeunes ne connaissent pas ces piliers de la chanson et la culture malagasy. Nous avons donc une mission de rappeler à la génération actuelle qu’on ne doit pas oublier l’Histoire, et ce, à travers nos titres », explique Dama.

 « Peut-être que c’est tout simplement un spectacle comme les autres. Mais derrière la coulisse, cet événement est une sorte de réconciliation entre la nature et les peuples malagasy », a avancé Olombelo Ricky. Pendant des années, nos ancêtres se sentaient heureux sur leur terre. Ils ont obtenu d’elle tout ce qu’ils voulaient.  Mais actuellement, la terre est détruite, l’environnement se dégrade et en conséquence, ces derniers « se révoltent  ». La pluie ne tombe plus comme avant, et la terre ne produit plus. Selon toujours ce crooner, l’homme n’a jamais été le roi de la nature, il n’est qu’un élément dans cette matière. C’est pour cette raison qu’il ne devra pas délaisser l’amitié avec la nature et l’environnement. Ces concerts entrent également dans la promotion des produits, cultures et arts « made in Madagascar ». Outre ces concerts, d’autres projets à vocation environnementale et éducationnelle sont déjà en cours avec la Compagnie Vidzar, comme la construction d’un centre culturel dédié à la culture et la tradition malagasy. Le groupe « Madagascar all stars » est né lors d’une soirée organisée dans le cadre de l’événement « Madagascar maro loko ». Il est composé de Dama, Erick Manana, Régis Gizavo, Olombelo Ricky, Justin Valiha, Jaojoby.Anatra R.

La Vérité0 partages

Limogeage du ministre Anandra Norbert - Des contestations se font entendre

Le régime est aux abois. C’est le moins que l’on puisse dire. A moins de deux ans des élections présidentielles, le régime Rajaonarimampianina est incapable de redresser le social des Malgaches. La bonne gouvernance n’est que vain mot. L’administration est gangrenée par la corruption et l’insécurité sévit dans le pays. Pour le Premier ministre (Pm) Olivier Mahafaly, le seul moyen de sauver sa tête sur l’affaire Befandriana-Nord à la veille d’un imminent remaniement est de crucifier le ministre de la Sécurité publique Norbert Anandra. En tout cas, pour des observateurs natifs de la partie Nord de la Grande Ile, c’est Olivier Mahafaly qui est l’artisan du limogeage de ce dernier. Déjà à son arrivée de Paris la nuit de mardi dernier, ont-ils fait savoir, le locataire de Mahazoarivo a sermonné en public dans le salon Vip de l’aéroport d’Ivato le contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique. Moins de deux jours après, ce dernier est remercié.

« Olivier Mahafaly est assis sur un siège éjectable et il est en quête d’un quelconque événement  pour démontrer aux yeux de son patron qu’il a de la poigne et qu’il est intransigeant dans la gestion des affaires nationales. Pour cela, il n’a trouvé rien de mieux que de sauter sur l’affaire sulfureuse d’Antsakabary dans le District de Befandriana-Nord, Région de Sofia dont il est natif et a convaincu le Président Hery Rajaonarimampianina d’abroger le décret de nomination du ministre Norbert Anandra. Puisqu’il est si prompt à écarter les membres de son Gouvernement qu’il juge incompétent ou défaillant, pourquoi met-il du temps pour remplacer l’ancien ministre de l’Energie, feu Rodolphe Ramanantsoa par exemple ? Et puis, lui-même, très ambitieux au moment de sa nomination à la tête du Gouvernement actuel qu’il qualifie de « Gouvernement de combat », peut-il prétendre qu’il est à la hauteur de la mission qui lui a été confiée ? A chacun son tour, viendra le moment où Olivier Mahafaly devra quitter son siège doré. Nous verrons bien s’il sera capable de regarder en face Norbert Anandra », ont déclaré des cadres natifs du « Faritany » d’Antsiranana. Au sein du parti Hvm de la partie Nord du pays, des responsables et militants n’ont pas caché leur désappointement après le limogeage de Norbert Anandra et se disent orphelins. Dans la foulée, ils ont évoqué la façon dont a été écarté un autre ministre issu de la Région de Diana en dépit de ce qu’il a fait.

Des épouses de policiers indignées

Il n’y a pas que ces derniers qui n’apprécient pas la façon dont a été limogé le désormais ancien ministre de la Sécurité publique, Norbert Anandra. Des épouses de policiers ont aussi tenu à le faire savoir. « Si c’est à cause de l’affaire de Befandriana-Nord que le ministre Norbert Anandra est limogé, il aurait été plus honnête de commencer d’abord par sanctionner le responsable du rapport que celui-ci a lu devant la presse. En tout cas, à notre connaissance, il n’est pas le premier responsable induit en erreur par ses subalternes et pourtant, aucune sanction de ce genre doublée d’humiliation n’a été prise à leur endroit. Nous faisons partie de l’association des femmes de policiers de Madagascar et nous regrettons beaucoup que celle que nous avons, malgré son jeune âge, considéré comme notre mère, l’épouse de l’ancien ministre Norbert Anandra, a à surmonter une telle épreuve. Mais qu’elle sache que nous serons toujours derrière elle. Elle a beaucoup fait pour nous », ont-elles déclaré. Et de continuer : « Sachez par exemple que dans la préparation de la célébration de la Journée mondiale de la femme, le 8 mars prochain, elle a tout pris en charge et a fourni des centaines de coupons. Une initiative qui n’est pas du goût de l’une des nôtres, l’épouse d’un haut responsable de la Police nationale, mais que nous ne saurons pas passer sous silence ». Selon nos sources, les femmes policières et épouses de policiers de la Diana ont aussi eu leur part de coupons.

Un malaise se fait sentir

Même dans les rangs de la Police nationale, un certain malaise se fait sentir suite au limogeage du ministre Norbert Anandra. « Nous ne défendons personne, mais nous déplorons le fait que c’est à peine si l’on parle de nos deux pairs qui sont morts à Befandriana-Nord. Certains tenants du pouvoir semblent même vouloir diaboliser la Police nationale pour tenter de redorer leur blason et n’ont pas hésité à écarter l’ancien ministre Norbert Anandra », ont déclaré des policiers qui, bien sûr, requièrent l’anonymat. Quoi qu’il en soit, si le Pm Olivier Mahafaly pense qu’avec le départ de l’ancien ministre Norbert Anandra il gagne la sympathie des natifs de la Région de Sofia, il se goure. A preuve, les boulets rouges lancés dernièrement par les « Sojabe » de ladite Région à son endroit et à son ministre des Travaux publics Eric Razafimandimby, tous les deux natifs de Sofia.Roland R.

La Vérité0 partages

Cyclone « Enawo » - Alerte générale à Sava et Analanjirofo !

Toutes les écoles fermées. L’entrée en terre du cyclone tropical « Enawo », prévue ce matin entre Antalaha et le cap Masoala, engendre l’adoption de plusieurs mesures dans les Régions d’Analanjirofo et de Sava. D’après nos sources locales, les cours seront suspendus dans les 6 Districts d’Analanjirofo. Les employés locaux sont ordonnés à rester chez eux à partir de ce jour, avec la fermeture des lieux de travail.

Ces mesures sont également appliquées dans la Région de Sava, suite à la réunion de la Cellule d’opération d’urgence dans ladite Région qui s’est tenue hier à Antalaha. Présentes lors de cette concertation, toutes les forces vives de cette Région ont exprimé leur volonté à se mobiliser et à prêter main forte, si besoin est. C’est le cas de la Direction régionale de l’éducation, laquelle mettra à la disposition des « sinistrés » les salles de classe. Il en est de même pour la Jirama qui dispose d’une réserve d’eau et qui a avancé la coupure volontaire de l’électricité, au cas où. Les Forces de l’Ordre et les centres de santé vont aussi dépêcher leurs équipements pour les secours d’urgence.Célébration régionale du 8 Mars annuléeAndapa accueillera la célébration régionale du 8 Mars pour la Sava. Mais avec l’arrivée du cyclone « Enawo », la cellule d’opération d’urgence recommande l’annulation de cette cérémonie pour éviter tout risque. Cette décision a toutefois entraîné un conflit entre les autorités locales. Celles d’Andapa refusent toute abrogation et tout report de la fête dédiée aux femmes, à cause des dépenses engagées dans l’organisation qui semblent élevées. Les autorités d’Antalaha déconseillent pourtant tout déplacement des femmes de leur District à Andapa. Au final, les invités ont le choix d’assister ou non à cette célébration. Hier, les pluies ont commencé à tomber dans ces 2 régions et ce depuis la matinée, quoique le vent n’était pas encore forte. Aussi, le niveau de la mer a augmenté, sans oublier son agitation qui décourage les transporteurs maritimes. Pour sa part, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc) a dépêché 2 équipes dans la Sofia et une autre à Analanjirofo pour mieux se préparer à l’arrivée d’« Enawo ». Aussi, des tentes et kits de prépositionnement y sont renforcés, d’après son secrétaire exécutif en la personne de Thierry Venty. Pour Antananarivo, 5 sites d’hébergement sont désormais aménagés pour accueillir les habitants des zones basses, si besoin est. Tous les intervenants en catastrophe se disent prêts à s’exercer, à l’issue de leur réunion d’hier à Antanimora, précédée par une rencontre à la Primature. Affaire à suivre !Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Maire de Toamasina - Bientôt au Parquet pour une affaire pénale

Le maire de la ville de Toamasina, Elysée Ratsiraka, un élu Mapar, comparaîtra bientôt devant le Tribunal pour une affaire pénale. L’intéressé, absent au pays depuis quelques jours, n’a pas donné suite à la convocation de la Police nationale, hier. Personne non plus n’est en mesure de préciser où se trouve le premier magistrat de la ville du port.

Les uns avancent qu’il est allé à La Réunion où ses enfants habitent. Les autres disent qu’il a voyagé en Europe, probablement en France. Des hommes de main, communément appelés « gros bras », auraient été entendus par les enquêteurs dans les locaux du Commissariat, hier matin. D’après notre source, les responsables de la sécurité publique n’attendent que le retour du maire en vue d’entendre sa version pour boucler leur tâche avant de transférer le dossier au Parquet.

Une affaire d’expropriation

L’affaire porte sur une expropriation qui a failli tourner au vinaigre le mardi 28 février dernier (cf. La Vérité du 2 mars). Les autorités municipales ont voulu récupérer une ancienne propriété de la Commune urbaine sise à la cité Béryl Rose, lot 1, tout près de la gare routière. Objet d’une vente dûment conclue en 2012, le domaine, partiellement transformé en salle de karaoké, appartient désormais à un couple qui essaie de faire fructifier ses petites activités économiques. Exactement une semaine passée, des individus musclés ont été déployés pour expulser manu militari les occupants des lieux. Sans la présence d’un huissier ni d’une lettre indiquant leur mission, la bande a pénétré de force à l’intérieur de la maison et a commencé à jeter dehors les meubles. La venue rapide des éléments de la Force d’intervention de la Police a vite pu rétablir l’ordre. Des passants et curieux, offusqués à la vue de la scène, se sont apprêtés à s’en mêler, eux aussi, mais à leur manière, pour défendre la maisonnée. La procédure d’enquête policière s’est alors engagée d’autant plus que les victimes ont décidé d’ester en justice.

Manou Razafy

La Vérité0 partages

Reproduction - Les cas d’avortement non réussi se multiplient

Paradoxe. La pratique de l’avortement est condamnée par la loi à Madagascar. Pour éviter les grossesses non désirées, des méthodes de contraception existent et sont accessibles aux filles et aux femmes malagasy. Pourtant, les avortements sont de plus en plus nombreux dans la Grande île actuellement, car certains méthodes contraceptifs, tels que le spermicide ou encore les préservatifs, ne sont pas fiables à 100%. D’autre part, certaines jeunes femmes refusent d’appliquer les méthodes contraceptives pour diverses raisons.

En raison de l’interdiction par la loi, un grand nombre de jeunes filles et de femmes se font avorter chez des médecins privés ou des personnes qui affirment avoir les capacités pour procéder à un avortement. Cependant, la plupart de ces opérations ne réussissent pas. Les chiffres ne sont pas accessibles, d’après les explications reçues d’une organisation privée. Toutefois, d’après une source anonyme, de plus en plus de personnes demandent à se faire soigner après un avortement non réussi auprès des centres hospitaliers publics et privés.

« La plupart des jeunes filles qui veulent avorter vont dans des établissements et médecins privés, en cachette. Parfois ces médecins sont loin d’être des spécialistes. L’avortement n’est pas réussi et la femme subit une hémorragie qui pourrait lui être fatale. C’est là qu’elle se rend auprès d’un hôpital public ou privé. Certaines viennent nous voir pour nous demander de l’aide, et c’est là seulement qu’on découvre tout ce qui s’est passé », a raconté Josianne Ratiarivelo, une animatrice sociale au sein de la Fisa (Fianakaviana Sambatra), association pionnière en matière de planification familiale à Madagascar, hier, à Mahamasina.

Ne pouvant pas intervenir pour remédier aux problèmes  engendrés le précédent médecin de la jeune femme, notamment sur le plan juridique, les médecins au sein des hôpitaux et médecins doivent cependant procéder à des soins d’urgence. L’avortement est interdit par la loi, mais celui-ci se déroule incognito et sous silence dans les quatre coins de la Grande île. Un réseau existe chez les personnes procédant à ces « opérations » dans le plus grand secret. « Les médecins pratiquants sont connus de bouche à oreille. J’ai avorté chez une amie qui m’a indiqué le médecin, qui était un spécialiste », a témoigné une jeune fille. Les autorités ignorent l’identité des pratiquants, qui sont en majorité des médecins.Tiasoa Samantha

News Mada0 partages

Befandriana- Antsakabary : les natifs réclament les résultats de l’enquête

Les natifs de Befandriana Avaratra sont sortis de leur silence hier lors d’une conférence de presse à Ambohimirary.

Le président du «Fikambanan’ny tamingan’ny Befandriana Avaratra eto Antananarivo» (Fitabe), Robel Ramananjafy, a appelé les dirigeants à ce que «l’enquête mixte pour éclaircir l’affaire de Befandriana, soit effectuée rapidement». A titre de rappel, le PM par intérim, Narson Rafidimanana a ordonné l’ouverture d’une enquête mixte, juste après ce tragique événement. Mais à l’heure actuelle, malgré l’attente de l’opinion publique notamment la population d’ Antsakabary (Befandriana), aucune formation n’a filtré àce sujet. Malgré tout, «Nous exigeons que la loi soit appliquée et que les instigateurs de ce crime soient punis», a déclaré Robel Ramananjafy.

Tenus secrets

Samedi dernier, lors d’un point de presse aux 67 Ha, le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait savoir que «Les résultats des enquêtes menées  par la commission mixte sont déjà bouclées. Mais, nous ne pouvons pas encore les publier par respect du secret de l’instruction car l’affaire sera encore portée en justice». Autant dire que les tenants et aboutissants d’une telle enquête sont le plus souvent réservés aux sommets des appareils politiques, en l’occurrence l’Exécutif.

Concernant la récente déclaration des «Sojabe» de Befandriana Avaratra, le chef du gouvernement a soutenu que ce sont des Raiamandreny et qu’il respecte leur déclaration. « Je comprends leur position. Ils sont nos raiamandreny et je n’ai aucun commentaire par rapport à leur déclaration tout comme je suis le raiamandreny au sein de cette Nation. En tant que tels, nous nous devons de toujours prôner l’apaisement, et notre mission  est de réconcilier toute la population et non la diviser », a-t-il souligné.

Aucun commentaire sur les «Sojabe»

Les membres du Fitabe ont pour leur part indiqué que la position des Sojabe  revêt un caractère politique et que comme le Fitabe ne s’occupe que du social, l’association préfère de ne pas faire de la politique politicienne. Il faut savoir que les membres de ladite association projettent de rejoindre Befandriana Avaratra d’ici peu afin de remettre au maire et au comité religieux les dons qu’ils ont pu collecter lors de différentes manifestations dans la capitale.

Selon les explications, des cartons et des sacs de PPN, d’effets vestimentaires, des cuvettes et des seaux ainsi qu’une somme de 3 millions d’ariary vont incessamment être acheminés sur place. «Nous remercions tous les donateurs surtout le gouvernement qui n’a pas minimisé notre appel», a conclu le président du Fitabe.

Aux dernières nouvelles, après avoir fait faux bond dernièrement, une délégation conduite par le président de la République prévoit de faire une descente sur place pour constater de visu la situation.

Nadia

L’information serait passée inaperçue si les responsables auprès de la FJKM n’ont pas réagi. Un temple FJKM et 25 foyers chrétiens sont partis en fumée dans cette affaire Antsakabary. Plusieurs familles sont devenues sinistrées. A ce sujet, un culte sera organisé dimanche prochain à la cathédrale Analakely. Tous les chrétiens FJKM sont invités à apporter leur aide pour leurs frères et sœurs de Befandriana.

 

Madagascar Tribune0 partages

Quid du sort des victimes de l’incendie criminel ?

Pour se dégager de sa propre responsabilité pour l’affaire Befandriana-Nord, le Premier ministre Mahafaly Olivier n’a pas hésité à préciser que le remplacement du ministre de la sécurité publique n’a aucun lien avec le drame de Befandriana-Nord mais que le gouvernement établit une nouvelle vision de la lutte contre l’insécurité et la justice populaire. Selon le Premier ministre, Anandra Norbert n’a pas failli à sa mission. Déclaration indigne d’un responsable ou censé être responsable. Tant qu’on y est pourquoi ne pas décerner une décoration à Anandra Norbert ? Pour un peu aussi le Premier ministre aurait déclaré que c’était vraiment le fou du village qui a mis le feu aux 500 habitations. Rappelons que pendant le drame, le Premier ministre s’est baladé à Paris pour recevoir le prix Mandela pour son courage. Il faut avoir du courage pour faire ce genre de déclaration !

Néanmoins, malgré le limogeage, pour quelque raison que ce soit du désormais ex- ministre de la sécurité publique, l’affaire de Befandriana-Nord n’est pas réglée pour autant. Non seulement sur le plan pénal où 3 gendarmes et 3 policiers sont envoyés sur place pour faire la lumière sur ce drame mais aussi sur le plan de la responsabilité civile. Qui va indemniser ces quelques 1500 victimes qui ont tout perdu dans cet incendie criminel provoqué par des agents de l’Etat ? Ces hommes en uniforme étaient sous l’ordre du ministre de la sécurité publique donc par ricochet sous l’ordre du Chef du gouvernement et du Chef de l’Etat. Aucun de ces grands chefs n’a pris la peine de se déplacer à Antsakabary. L’Etat a tout simplement envoyé quelques vivres et matériaux dans les Chefs lieux de la région comme à Antsohihy.

Des initiatives citoyennes ont eu lieu dans la capitale pour venir en aide au victimes d’Antsakabary. La levée de fonds pour Antsakabary a récolté 3,5 millions d’Ariary, des vêtements, ustensiles de cuisines et autres. Les ténors de l’opposition et des simples citoyens ont pris part à cette mobilisation pendant ce week-end, relayée par des stations audiovisuelles publiques de la capitale. La maire d’Antananarivo et ses collaborateurs se sont joints aussi aux initiateurs de cette mobilisation. Initiative bien vue par la majorité de la population qui se demande quand même pourquoi ce ne seraient pas les policiers et la grande famille de la police qui se déplaceront à Antsakabary pour remettre en état les habitations incendiées ? Ou qu’ils payent des entrepreneurs pour le faire. Ce n’est que justice d’autant qu’il s’agit d’une urgence. Déposer des matériaux de construction à Antsohiny ne suffit pas, sans oublier que les victimes ont tout perdu, stock de vivres comme petites économies.

Depuis le début de ce drame on a remarqué la « discrétion » des membres du gouvernement et des HVM en général. Est-ce que qui ne dit rien consent ou ils n’ont rien à dire ou ne rien à faire ?

Madagascar Tribune0 partages

Nouvelle attaque à main armée à Andoharanofotsy

Non, on n’en finit pas encore avec les attaques à main armée dans la capitale. Pas plus tard que dans la nuit de mardi à mercredi, une bande armée de bandits a lancé un véritable assaut au domicile d’un particulier à Andoharanofotsy Volotara. L’attaque est survenue vers minuit, alors que le père de famille n’a pas encore sombré dans le sommeil.

Des bruits survenus de la cour l’a particulièrement alerté. A travers la fenêtre, il a alors aperçu trois individus au niveau de son garage. Mais très vite, en regardant tout autour de la maison, il a compris que son domicile est entouré d’une bande de malfaiteurs armés. Première réaction : déclencher l’alarme et alerter les forces de l’ordre. Mais la sirène n’a fait aucun effet sur ces bandits.

En attendant l’arrivée des forces de l’ordre sur place, les bandits ont tout fait pour pénétrer à l’intérieur de la maison. Ils ont, entre autres, coupé les sources de courant électrique, cassé les vitres et tenté de forcer l’entrée pourtant déjà blindée. Pour renforcer la sécurité et empêcher les bandits d’y entrer, ils ont poussé une armoire derrière la porte.

Fort heureusement que les gendarmes sont arrivés à temps. En voyant les forces de l’ordre pointées au niveau du portail, les bandits ont pris la fuite. C’est à ce moment-là qu’une arme, une mitrailleuse automatique, est tombée. Cette arme serait actuellement entre les mains des forces de l’ordre et une enquête devrait déjà être ouverte.

Madagascar Tribune0 partages

Les enseignants vont recevoir leurs reliquats d’indemnité

Le ministère de l’Economie et des finances et le MENETP ont informé les personnels administratif et enseignant en grève, hier, à travers un communiqué, que le conseil du gouvernement a approuvé le paiement des indemnités réclamées dans l’accord ratifié en juillet 2018. Le communiqué n’a toutefois pas précisé les échéances de paiement.

La grève de 72 heures lancée par les enseignants syndicalistes regroupés dans la Plateforme des associations et des syndicats de l’éducation à Madagascar (PASEM) a ainsi pris fin, hier. A partir de ce jour, les enseignants grévistes reprennent les cours après un arrêt de travail de trois jours. « Nous retournons à l’école pour que les enfants malgaches ne soient pas sacrifiés par une longue grève. Ce n’était qu’une grève d’avertissement pour que l’Etat entende et réponde à nos revendications dans les plus brefs délais », explique Besa Josefa Rakotondrainibe, coordonnateur du PASEM.

Ce dernier a souligné qu’en attendant le versement du reliquat de 50 000 ariary de l’indemnité qu’ils réclament à l’Etat, ils vont former un comité composé de représentants de chaque établissement dans tout Madagascar. Ce sera ce comité qui décidera à l’avenir des nouvelles stratégies au cas où l’Etat manquerait à sa parole et ne donnerait pas suite à leurs revendications

Entre les grèves des enseignants, les intempéries empêchant l’accès aux salles de classe dans certains régions inondées, l’année scolaire 2019-2020 déjà courte a été fortement perturbée pour les écoles publiques. Les enseignants ont déjà fait un arrêt de cours par deux fois. Le premier a duré trois semaines et concernait le fameux prime de fin d’année que ces derniers n’ont pas perçu.

Madagascar Tribune0 partages

Les ordonnances votées sans aucune modification à l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a tranché et a voté dès le deuxième jour de la session extraordinaire de 12 jours les trois projets de loi qui lui sont soumis. Le premier d’entre eux concernant la ratification des ordonnances 2019-002 du 15 mai portant loi organique modifiant et complétant certaines dispositions de la loi relative au régime général des élections et des référendums ainsi que la loi fixant les règles relatives au fonctionnement et modalités d’élection et de désignation des Sénateurs de Madagascar.

La première ordonnance confirme, selon les explications des députés, l’éventuelle tenue des référendums cette année, une procédure incontournable si on veut mettre en œuvre dès cette année les dispositions de la deuxième ordonnance, autrement dit, écourter le mandat des sénateurs qui ne devrait expirer que vers le début de l’année 2021, et procéder dès cette année même aux élections sénatoriales. Le président de la commission juridique au sein de l’Assemblée nationale, le député d’Ampanihy Ouest, Keron Idéalson, confirme que ce sont probablement les lignes d’idées à suivre actuellement.

Le regroupement en un seul projet de loi de ces deux ordonnances avec celle n°2019-009 du 22 juillet modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée N°99-022 du 19 août 1999 portant code minier n’a pourtant pas fait l’unanimité à l’Assemblée nationale. Outre les parlementaires TIM qui ont voté contre la ratification de trois projets de loi qui figuraient à l’ordre du jour, le député de Sambava, Norbert Mamangy, a claqué les portes de l’Assemblée nationale, décidant de ne pas voter.

« Chaque projet de loi correspond normalement à chaque ordonnance, mais pourquoi les regrouper en un seul projet de loi. Y a-t-il quelque chose qu’on veut nous cacher là-dedans », se demande ce parlementaire. En effet, ces trois ordonnances sont délicates dans la mesure où l’économie du pays en matière d’exploitation minière, l’avenir politique en matière constitutionnelle et l’avenir de la démocratie en matière d’équilibre de pouvoirs entre l’Exécutif et les deux chambres législatives en dépendent. Or, ces trois ordonnances ont été adoptées, sans explications suffisantes.

Les autres ordonnances ratifiées à l’Assemblée nationale concernent notamment le recouvrement des avoirs illicites, la politique nationale du cinéma, la création du fonds d’entretien routier et la création de l’autorité routière.

Le député d’Ampanihy Ouest indique que la célérité de l’adoption de ces ordonnances au niveau de l’Assemblée nationale faciliterait la navette entre les deux institutions. Il y a également l’obligation pour certains députés d’assister à la cérémonie de 8 mars dans leur circonscription électorale respective. Ainsi, la balle est maintenant dans le camp des sénateurs concernant la ratification de ces ordonnances.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – SuperCoupe – Nette victoire de FT Manjakaray

Retrouvailles des amoureux de l’ovale. Le spectacle était au rendez-vous,  durant la journée d’ouverture de la saison du Malagasy Rugby. Celle-ci a été marquée par le duel de choc de la Super coupe entre FT Manjakaray, champion de Madagascar et 3FB, détenteur de la coupe du président. Les hommes du coach Mamy Andriamaro ont dominé la situation et ont battu l’équipe du ministère de la Santé sur un score net de 29 à 19.Avec des séries d’attaques et pressing, les gars de Manjakaray ont déjà mené 18 à 10 à la pause, deux essais et deux coups de pied de pénalité contre un essai et un coup de pied de pénalité transformé pour les protégés du coach Mito. La bande à Mika, transformateur et meilleur buteur du match a pu garder cet écart en deuxième période. Lors de la rencontre de deuxième heure, TF Anatihazo a surpris Cosfa sur un score de 16 à 10.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Reboisement – Le groupe Colbert se met au vert

Avec un léger retard de quatre jours par rapport à l’année dernière, le groupe Colbert n’a pas failli à son devoir citoyen de reboisement. Environ quatre cents employés de l’hôtel Colbert, du Buffet du Jardin et de La Varangue se sont réunis samedi au Régiment de l’artillerie lourde de Fonenana Imerintsiatosika. Durant cette deuxième campagne, ils ont mis en terre deux mille cinq cent plants d’eucalyptus, de baie rose, d’acacia et de ravintsara. « Avec la déforestation galopante, nous avons institué ce rendez-vous annuel pour contribuer à la sauvegarde de l’environnement et surtout pour resserrer le lien entre les différents secteurs de l’hôtel », a précisé Eric Koller, directeur général du groupe.

Les résultats de la première édition sont quelque peu satisfaisants. À partir de cette année, le groupe établit une nouvelle organisation afin de réussir le suivi de la croissance des jeunes plants. Une équipe de cent personnes se relaie tous les trois mois s’occupant de l’entretien des pousses.

F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Ahmad sur RFI – « Nous vivons une époque de changement »

Ahmad, président de la Fédération malagasy, est candidat à la présidence de la CAF. Le seul opposant à Issa Hayatou croit en ses chances, le 16 mars à Addis-Abeba.

RFI : Ahmad, pouvez-vous nous expliquer quand et comment vous avez décidé de vous présenter à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) ? Ahmad : Lors d’un Congrès de la FIFA à Mexico en mai 2016, il y a trois, quatre ou cinq présidents de fédération qui sont venus me solliciter, pour envisager une candidature à la présidence de la CAF. Je leur ai alors répondu « non », que je n’avais jamais pensé à ça, car je n’avais pas ce type d’ambition. Certains ont toutefois insisté pour que je réfléchisse bien. Mais on en est resté là.Puis, lors du Congrès de la CAF au Caire, en septembre 2016, je me suis présenté pour être un des élus africains au Conseil de la FIFA. Au départ, on était six candidats [sept en réalité, Ndlr] pour les deux postes disponibles. Deux candidats [trois en fait, Ndlr] se sont désistés et deux autres ont été soutenus par l’équipe du président actuel (1). J’ai pourtant été classé troisième de ce scrutin avec trente voix alors que le premier en avait trente-sept et le deuxième trente-et-un.C’est là que les discussions ont été approfondies avec une quinzaine de fédérations. C’est là que j’ai vraiment pris la peine de réfléchir sérieusement au fait d’être candidat.

Quels pays vous soutiennent  ?Les quatorze pays de ma zone [le Cosafa, organe représentatif des fédérations d’Afrique australe, Ndlr]. […] C’est peut-être un rêve de dire que j’aurai 100% de ses quatorze voix, mais douze au moins seront cruciales pour ravir les vingt-huit voix nécessaires à la victoire finale.Il y a, par ailleurs, eu certaines manifestations de soutien en Afrique de l’Ouest. D’autres, encore, ne vont jamais le manifester publiquement. J’en connais et je respecte leur position.

Y a-t-il un mécontentement de la part des pays anglophones qui vous soutiennent, notamment ceux du Cosafa, à l’égard des décisions du président de la Confédération africaine de football ?J’évite et je continuerai d’éviter, c’est mon principe et mon éducation qui veulent ça, d’évoquer ce qu’il fait ou ce qu’il a fait. Je ne verserai pas dans la critique.Au fond, ce que nous voulons tous, c’est un changement de leadership, de système, et dans la manière de gérer la Confédération.C’est pour cela qu’avec mon équipe, lorsque nous avons élaboré mon programme de candidature, nous avons travaillé sur le changement et la remise à niveau de la CAF, si je peux dire. […] On sent que son administration est déjà obso­lète. Ça n’évolue pas.

Et quelles sont donc les mesures fortes que vous proposez, pour faire évoluer le leadership au sein de la CAF ?On va élire un président, mais il y aura une équipe autour de lui. Je suis con­vaincu que c’est un travail d’équipe. Il faut une forte implication de la part des présidents de fédération dans les décisions, surtout dans les grandes décisions qui engagent la Confédération.Une des critiques qui revient souvent, c’est que les membres du Comité exécutif actuel ne président plus ou ne s’occupent plus d’une fédération. Il y a un décalage entre la réalité sur le terrain et ce que le Comité exécutif entreprend.

Envisagez-vous une réforme des compétitions comme la Coupe d’Afrique des Nations, si vous êtes élu ?J’ai déjà annoncé qu’il y aurait un débat pour qu’on réfléchisse au sujet de toutes les compétitions. La CAN est la compétition phare du continent. Va-t-on garder seize équipes ou va-t-on l’ouvrir (sic)   Est-ce qu’on va organiser une rotation du pays hôte dans chaque zone   Est-ce qu’on va continuer à l’organiser tous les deux ans   Ce n’est pas à moi de répondre. Il faut impliquer tout le monde dans ces questions, que ce soit les anciens joueurs, les techniciens, les sponsors et évidemment les administrateurs du football que nous sommes. Il faut qu’on discute librement, sans contrainte, pour améliorer cette compétition.Le fait d’en rester là crée la léthargie. Je pense que ça finira par dénaturer la compétition ou même par démotiver les gens. […]

Une Coupe d’Afrique des Nations tous les quatre ans et/ou organisée en juin plutôt qu’en janvier, ce ne seront donc pas des sujets tabous  ?Je ne dis pas non si la majorité dit qu’il faut aller dans ce sens, que c’est ce qui est bon pour l’Afrique. Je n’ai pas d’a priori.

Si vous êtes élu, quelle sera votre première mesure ?Il y aura sûrement un audit organisationnel ou financier. Il y aura une étude de tous les contrats qui existent au sein de la Confédé­ration et la mise en place d’un nouvel organigramme.

Depuis une vingtaine d’années, aucun adversaire n’a réellement ébranlé le président Issa Hayatou. En quoi avez-vous plus de chances de réussir  ?Nous vivons dans une époque de transformation. La majorité des présidents de fédérations ont changé. Il y a beaucoup plus de jeunes qu’avant. La moyenne d’âge tourne autour d’une quarantaine d’années. Moi-même, je me sens un peu vieux, comparé à eux. Je fais partie d’une génération intermédiaire, entre ceux qui sont là depuis longtemps et ceux qui viennent d’arriver. Ça, c’est déjà un grand changement, je pense.Notre indicateur, c’est aussi que pendant le Congrès du Caire, seize des cinquante-quatre présidents de fédérations sont allés à l’encontre d’une décision du Comité exécutif, lors d’un vote à main levée (2). Six autres présidents se sont abstenus. Ça indique que les gens n’accep­tent plus le système et ceux qui sont à la tête de la Confédération.Donc, je ne dis pas que je vais gagner, mais je ne pense pas qu’on pourra nous ridiculiser.

Votre bilan à la tête de la Fédération malgache plaide-t-il en faveur de votre candidature à la tête de la CAF  ?Je crois que ce sont deux mondes très différents. Si je me représentais à la tête de la Fédération malgache, je mettrais sans doute mon bilan en avant. Mais là, c’est quelque chose de complètement différent.Certaines personnes de l’autre camp essaient tout le temps de me dénigrer. Ils disent que je manque d’expérience, que Madagascar est une petite île.Mais ce sont les personnes qui comprennent la réalité du terrain qui peuvent apporter quelque chose. Parce que la majorité des pays africains sont au même niveau que Madagascar, en termes de développement du football. On est donc mieux placé pour comprendre ce dont ces pays ont besoin.Quant à mon bilan, on voit qu’il y a désormais des joueurs malgaches qui évoluent partout, que ce soit dans des grands clubs africains ou en Europe. La sous-région de l’Océan indien ne permet pas à nos joueurs de s’épanouir donc ils partent très jeunes. […] Mais même malgré ces départs, nos clubs s’imposent lors des compétitions interclubs.Au niveau administratif et organisationnel, la Fédération malgache se gère par elle-même (sic). Tout le monde le sait. La FIFA le sait. Et à la CAF, ceux qui ne ferment pas les yeux le savent. […]

Le président de la Fédé­ration internationale de football (FIFA), Gianni Infantino, était présent à une réunion organisée par le président du Cosafa, le 23 février dernier à Harare. En avez-vous profité pour parler avec le patron de la FIFA de votre candidature à la tête de la CAF ?Il est plutôt venu pour la fête organisée par le président du Cosafa. On a essayé de respecter le principe de notre réunion. […]

On vous présente parfois comme le candidat favori de Gianni Infantino. Que répondez-vous à cela ?Demandez-lui ! Ce n’est pas à moi de répondre à sa place. Je ne dis pas ça seulement par rapport à Gianni. Si on me demande quelle est la position de certains collègues, je refuse de répondre. Je ne publie pas tous les soutiens qui arrivent dans ma boîte mail, monwhatsapp… Il y a pourtant des anciens joueurs, des techniciens, des politiciens. Beaucoup de gens m’envoient des messages d’encouragement. Mais je ne les divulguerai jamais, car je respecte ces personnes. C’est à eux de se manifester publiquement, s’ils le veulent.

La presse britannique a assuré que vous aviez touché 100 000 dollars de la part du Qatar en échange d’un vote en faveur de la candidature qatarienne pour l’organisation de la Coupe du monde 2022. Est-ce que des présidents de fédération vous demandent de vous justifier par rapport aux accusations du Sunday Times   Cet article revient-il souvent dans les discussions concernant votre candidature ?Certains en parlent, mais je n’ai pas trop voulu répondre à tout ça. Car j’ai été un infime élément dans ce débat. Tout d’abord, je n’étais pas membre du Comité exécutif de la FIFA et je ne votais donc pas pour désigner le pays hôte de la Coupe du monde. Ensuite, quel intérêt le Qatar aurait-il eu à me verser 100 000 dollarsCe qui est malheureux dans cette histoire, c’est qu’il y a eu de la mauvaise foi. Les journalistes ont montré une communication que j’ai eue avec l’assistant de monsieur Bin Hammam (3). Mails ils n’ont pas tout dévoilé. Il y a effectivement eu un entretien au cours duquel j’ai réclamé son soutien [5 000 dollars selon Ahmad, Ndlr] pour l’organisation d’une élection dans le cadre du football malgache. On a juste isolé la phrase où j’écris « soit vous m’envoyez l’argent par virement bancaire, soit vous me le remettrez lors de mon passage à Paris ».Tout le monde, y compris les chefs d’Etat dignes de ce nom, sollicite un soutien pour des élections. Mais que puis-je faire face à un rouleau-compresseur qui vise à détruire cette attribution de la Coupe du monde au Qatar   Je me suis tu alors que j’ai la copie de tous les mails évoqués.David Kalfa (rfi)(1) Ahmad fait référence au Guinéen Almamy Kabele Camara et au Ghanéen Kwesi Nyantakyi élus à la FIFA.(2) La Fédération de Djibouti avait proposé une réforme des statuts de la CAF concernant les candidatures à la présidence de la Confédération. Elle souhaitait que les candidatures ne soient plus réservées aux seuls membres du Comité exécutif, mais à tout président de Fédération disposant de cinq parrainages.(3) Le Qatarien Mohamed Bin Hammam, ex-président de la Confédération asiatique et vice-président de la FIFA, a été banni en 2011 de toute activité liée au football pour « corruption » dans le cadre des élections à la présidence de la FIFA.

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Be – Un homme tué à coups de poignard

Les auteurs présumés de l’assassinat d’un homme, dans la soirée du vendredi 3 mars, dans le fokontany de Miadana, district de Nosy Be Hell-ville, ont été identifiés. La chasse à l’homme est en cours. Le fokonolona a remarqué, ce jour-là, deux hommes poursuivant Moucharafa jusqu’à son domicile. Ces deux bandits l’ont piégé et l’ont poignardé à plusieurs reprises. Ces derniers ont pris la clé des champs, après qu’ils ont vu venir quelqu’un. Un bon samaritain a découvert la victime et a immédiatement alerté le chef fokontany, ainsi que les responsables sécuritaires. Le blessé a été conduit à l’hôpital, mais il a succombé à ses blessures en  chemin. Les meurtriers n’ont pas dépouillé la victime ni volé son argent. «Cela prouve qu’il s’agissait véritablement d’un assassinat», a indiqué les enquêteurs.La police et la gendarmerie collaborent actuellement dans la recherche des malfaiteurs et notamment pour protéger la vie des membres de la famille de la victime. Ils craignent en effet des représailles. D’après les résultats de l’enquête, les suspects sont des résidents du fokontany d’Ambodivoanio, district de Nosy Be, à proximité du lieu où s’est passé le drame.Après ce drame du vendredi 3 mars, les habitants du fokontany de Miadana ont eu peur. C’est la première fois qu’un meurtre se produit dans leur village, d’après les explications du chef fokontany. Depuis, beaucoup de personnes préfèrent rester chez eux le soir. «Les mesures prises consistent à éviter de rentrer tard le soir et à alerter la police dès que l’on constate un comportement suspect», a fait savoir le commissariat de la sécurité publique de Nosy Be Hell-ville.Des policiers patrouilleurs ont été également mobilisés pour surveiller dans la nuit sur différents quartiers de Nosy Be. Les meurtriers de Moucharafa font partie des gangsters recherchés dans cette ville, d’après les informations policières reçues. L’opération et la poursuite de ces suspects continuent encore.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Piment Café – Samoëla cartonne avec ses nouveaux tubes

L’enfant terrible de « Be mozika » continue sur sa lancée. Vendredi, il a enflammé le Piment Café avec ses tubes nouveaux et ses intemporels indémodables.

Le bon vieux petit cabaret de Behoririka a été plein à craquer ce vendredi avec Samoëla. Il a pu encore une fois drainer du monde au Piment Café Behoririka. Plus d’une fois, le chanteur à textes a transformé le cabaret en une petite discothèque. Avec lui, l’ambiance est toujours explosive. Quelques minutes avant le concert, les habitués des lieux ont eu du mal à trouver une place. Car quand ce grand monsieur est à l’affiche quelque part, c’est toujours à guichet fermé quelques heures avant le spectacle.La soirée a débuté à l’heure convenue. Samoëla est monté sur scène, vêtu de son costume traditionnel et original. Les musiciens ont été au grand complet, dont Tina kely aux percussions et quelques fois aux vocales, Miora à la batterie, Mika kely à la basse et Roger à la guitare. Évidemment, toute la salle n’attendait que les premières notes pour se mettre en état d’euphorie.

RetrouvaillesL’atmosphère a été telle qu’on se serait plus cru à un chaleureux feu de joie, plutôt qu’à un simple cabaret.Les indémodables vieux tubes tels « Kalakely », « Sexy girl » ou encore le « 0248TN», ainsi que les nouveaux morceaux  « Ho any amin’i piso» et « Tandimerina » ont été interprétés en boucle. Évidemment, quelques jeunes filles se sont déhanchées entre les tables.Emportés par le rythme, les noctambules n’ont pu tenir en place et ont aménagé la salle afin d’avoir de l’espace pour danser et vraiment se défouler. La piste s’est avérée trop petite pour satisfaire tout ce beau monde. À peine si on pouvait bouger. Même dehors, certains téméraires, n’ayant pu obtenir le fameux sésame, se sont tout de même plu à braver le froid dans leur voiture, pour écouter de loin le chanteur brailler.Le répertoire éclectique de Samoëla continue de plaire, et ses fans en redemandent. L’ambiance a été à son comble, et la soirée plus que réussie. L’assistance n’a vidé les lieux qu’à une heure tardive, avec mélancolie mais très satisfaite. La soirée a même largement dépassé leurs attentes. Ils ont passé, en somme, un « vendredi bien joli».

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

« A fond Lol » – Une 2ème édition pétillante de jeunesse

Une bonne dose d’humour et du rire à foison, c’est ce qui a enchanté le public du Cercle Germano Malgache, le temps d’un après-midi jovial, samedi. Un spectacle fumant de jeunesse, à travers toute une nouvelle génération d’humoristes passionnés, qui ne souhaitent que faire valoir leur talent.« Afond’Lol » s’est ainsi modestement illustré face au public du CGM, pour sa deuxième édition. S’affichant comme un joyeux spectacle d’humour, orné de solidarité entre ces jeunes artistes de la scène, « Afond’Lol » s’affirme tout autant comme une plateforme de découvertes pour ces humoristes majoritairement universitaires.Si la première édition de cet événement a surtout mis en avant le jeune Isambilo Dôzera à l’origine de cette initiative, pour cette fois, ils étaient plus d’une vingtaine de comiques à s’être relayés sur la scène. En solo, ou principalement en groupe, outre les traditionnels sketches, ces jeunes talents de l’humour se sont illustrés à travers des poèmes taquins, des saynètes, des jeux de mime et surtout des parodies qu’ils ont appris à maîtriser. Donnant le meilleur d’eux-mêmes afin de faire leurs preuves, les jeunes ont su épater la galerie comme il se doit, évoquant les évènements marquants de l’année passée, ainsi que les faits de société au quotidien.Entre jeux de mots et caricatures satyriques, une parodie du groupe Ajah’Reo, à qui l’on doit la fameuse chanson « Malalaky » a particulièrement retenu l’attention du public. « Je suis ouvert d’esprit, je suis ouvert aux autres. J’accorde la clé qui ouvre mon cœur à tous ceux qui le souhaitent, mais c’est le seul organe que j’ouvre à autrui, le reste je ne l’ouvre qu’aux plus méritants », souligne Isambilo Dôzera, perruque à la tête, en jouant la parodie, accompagné de ses camarades.De même, le jeune Finengo Mahasaky interprétant son personnage, ivre de joie et amical, a aussi su se démarquer. Si certains sont déjà habitués à cet exercice, cette deuxième édition de« Afond’Lol » a été comme un grand baptême du feu pour beaucoup d’entre eux, qui ont été assez nerveux, mais qui ont vite fait de briser la glace face au public.

A.P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Test match – Première victoire des Makis U20

xAprès le match nul du premier test face au FT Manjakaray, il y a une semaine, les Makis juniors ont remporté leur première victoire en test match, hier, au Stade d’Andohatapenaka. Cette rencontre d’évaluation a ouvert et a marqué la journée d’ouverture officielle de la saison pour le Malagasy Rugby. Ces tests matchs sont en vue de la coupe d’Afrique des nations U20 qui se tiendra dans la capitale malgache, les 20 et 23 avril. Les protégés du coach Mamy Andriamaro ont marqué trois essais durant cette rencontre et se sont imposés sur un score de 17 à 12 face à la sélection de Rosa club de l’Imerina. Ce club, un des plus grands de l’époque, dirigé actuellement par Éric Marie Randrianarison dit « Sefo » refait surface avec quatre Makis dans son camp, après restructuration.« Nous débutons notre préparation en renforçant notre système défensif, vu le gabarit de nos joueurs… Heureusement que nous n’avons plus besoin de recommencer depuis le début car la plupart des joueurs ont formé les Makis U19 lors de la précédente CAN juniors », a confié Mamy Andriamaro. Ces Makis seront testés par les militaires le week-end prochain, puis par les Makis seniors, une semaine plus tard.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Open national – Une trentaine d’arbitres en formation

La fédération ouvrira la saison, ce week-end, par un open national. Les arbitres sont en stage de recyclage.

La fédération malgache de lutte et disciplines associées, ouvrira la saison par un Open national, qui servira déjà de sélection de futurs membres de l’équipe nationale, en vue de compétitions internationales, dans le calendrier de la fédération. Un stage de recyclage est organisé par la direction technique de la fédération tous les week-ends, au gymnase couvert de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha, en vue de ce tournoi national qui se déroulera les 11 et 12 mars. Trente techniciens suivent cette formation, dont vingt sept étudiants en quatrième année filière éducation physique et sportive de l’université d’Antananarivo et douze membres de la commission des arbitres de la capitale.« Nous organisons  ce genre de stage de recyclage pour les arbitres avant chaque compétition et surtout après les jeux olympiques. Quelques points dans le règlement technique de la discipline ont été modifiés après les JO… Nous avons déjà envoyé aux arbitres des autres régions ces quelques points de changement pour qu’ils puissent suivre sans complexe le stage de recyclage dirigé par le staff de la direction technique nationale, deux jours avant la compétition », a expliqué le directeur technique national, Liva Jean de Dieu Ranaivoson.

Calendrier chargéUne des priorités de la fédération sera, cette année, les Jeux de la francophonie qui auront lieu à Abidjan, capitale ivoirienne du 21 au 30 juillet. «Nous n’avions pas d’athlète qualifié aux derniers jeux de Rio l’année passée et nous allons prioriser cette saison les Jeux de la francophonie.», précise le président de la fédération, Mamitiana Raveloson. «Nous pourrons y présenter cinq combattants mais nous ne sommes pas forcés de  compléter la liste s’il y a un ou des combattants qui ne remplissent pas les conditions et critères requis», ajoute-t-il.Les présélectionnés à l’issue de cet open national poursuivront un regroupement hebdomadaire tous les week-end à l’ANS Ampefiloha pour se préparer dès maintenant aux sorties internationales. Outre les Jeux de la francophonie, le championnat d’Afrique seniors aura lieu à Marrakech Maroc en fin avril, le championnat du monde à Paris en septembre et le championnat de Madagascar se tiendra du 10 au 15 octobre, à Mahajanga

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Deux dahalo abattus

L’affrontement entre fokonolona et deux voleurs de zébus à Antambohitra, district d’Antsohihy, dans la nuit de vendredi 3 mars, s’est soldé par la mort de ces dahalo. Leurs corps ont été remis à leurs familles après les constats et les enquêtes menées par la brigade de la gendarmerie d’Antsohihy. Le bétail a pu être récupéré.

L'express de Madagascar0 partages

Formation

La Commission de l’océan Indien organisera à partir de ce jour jusqu’au 9 mars des formateurs en droit des aires marines protégées à l’Université d’Antananarivo. Une vingtaine de participants sont attendus ; ils proviennent de Madagascar mais aussi des Comores et de Rodrigues (Maurice). La formation rappellera et soulignera l’importance des législations concernant les AMP, y compris leur mise en vigueur et les dispositifs de gouvernance. L’objectif est de former des gestionnaires d’aires protégées, des représentants de ministères clés, des départements universitaires pertinents, mais aussi des juristes œuvrant dans le secteur environnemental. Il est attendu que ces bénéficiaires formeront à leur tour d’autres parties prenantes à plus grande échelle.

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Motocyclisme – La FMAM lance le cross des marques

En marge de l’assemblée générale de la Fédération Malgache de Motocyclisme, samedi à Besarety, une version provisoire du calendrier 2017 a été rendue publique. On y retrouve neuf courses comptant pour le championnat, dont la majorité regroupe les courses d’endurance. Au départ, les manches fixées étaient l’Enduro Sherco, ainsi que les « cross country » d’Antsirabe, d’Ilakaka, de Mahajanga, sans oublier deux manches à Toamasina. Un nouvel événement, initié par la FMAM, fera son apparition cette année. Il s’agit du cross des marques. À ces sept viennent s’ajouter le cross country Acerbis, ainsi qu’une dernière course de cross à Iavoloha, ce qui débouche sur un total de neuf échéances.Pour moderniser ces événements, la FMAM prévoit d’investir dans des transpondeurs électroniques. « En première option, nous ferons appel à un prestataire privé. Ce dernier utilisera son matériel pour la première fois lors des 4H Honda de ce 19 mars à Imerintsiatosika (Ndlr : course hors-championnat », a expliqué Andrianjaka « Dadou » Razafindrakotohasina, président de la Fédération, lors de l’AG de samedi.

Commission « on road »« Si le test lors des 4H Honda est concluant, la FMAM devrait s’engager avec ce prestataire pour la saison. L’utilisation de transpondeurs permettra d’éviter les erreurs au niveau des classements », a-t-il rajouté.Une autre information a également retenu l’attention durant l’AG de samedi. La Fédération a décidé de créer une commission « on road ». L’objectif est de se rapprocher des différents clubs de motards évoluant dans ce secteur. En effet, beaucoup pensent, à tort, que la FMAM s’occupe uniquement des motards « off road ». Ce qui n’est pas le cas, puisqu’elle chapeaute tout ce qui concerne le monde des deux-roues à Madagascar.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un voleur de caprins arrêté

Le voleur de quinze moutons dans la nuit de jeudi 2 mars à Betsioka dans la commune d’Ankijabe, district d’Ambato Boeny, a été arrêté par le fokonolona. Ces derniers l’ont livré au poste fixe de la gendarmerie d’Ankijabe. Les caprins volés ont été retrouvés dans la maison de ce filou.

L'express de Madagascar0 partages

Skandal Buffet – Mika & Davis égaux à eux-mêmes

L'express de Madagascar0 partages

Concours

La finale du concours « Vehivavy mizaka tena ara-toekarena » se déroulera ce jour. Dix-huit associations issues des six anciennes provinces présenteront oralement leurs projets respectifs, lors d’une cérémonie solennelle en séance publique. La remise des prix se tiendra le 8 mars, dans le cadre des festivités organisées dans la capitale, à l’occasion de la Journée internationale de la Femme. Les trois premières gagnantes se partageront 35 millions ariary et l’association lauréate du concours se verra remettre la somme de 20 millions ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue 1 – Elgeco Plus prend la tête  du classement

Le championnat d’Ana­lamanga de football, première division, a un nouveau leader. Il se nomme Elgeco Plus. Le tenant du titre a enregistré un quatrième succès de rang, hier à Mahama­sina, en clôture de la cinquième journée.Il a facilement déroulé du COSPN, quatre buts à rien, grâce notamment à un doublé de son attaquant Zôla. Après avoir ouvert le score au quart d’heure de jeu, il a conclu le festival des siens à la 74e minute.Dans l’autre match programmé hier, on a également assisté à un petit événement avec la première victoire du FC Tana, sur le Cosfa, trois buts à un. Le promu a, ainsi, marqué ses premiers points de la saison.Au classement général, Elgeco Plus compte désormais douze points et il lui reste encore un match en retard à jouer prochainement. Il devance Tana For­mation (11), Mama FC (10), AS Adema (10). En milieu de tableau, l’on retrouve Uscafoot (9), Cosfa (7) et FC Tana (3). Et en bas de tableau se trouvent Mi20 (2), Sabnam (2) et COSPN (1).

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Hatao anio ny fakana am-bavany ny Ben’ny Tanàna

Samy nifanontany tena avokoa ny rehetra mahakasika ilay didy mampisambotra sy fanaovana fanadihadiana ny ben’ny tananan’i Toamasina Ratsiraka Elise Laurent, sy ny lefitra voalohany Ricky Dinh-Van Pagny, izay niampy ireo “gros bras” fampiasan’izy ireo; raha ny fanohizana ny angom-baovao dia resaka “fandratrana olona, fidirana an-keriny an-tranon’olona niampy halatra, no hanenjehana azy ireo.

Ny sabotsy teo no nanomboka nohenoin’ny polisy misahana ny raharaha, araka ny didy navoakan’ny Tonia mpampanoa lalàna. Naharitra ny fihenoana ireto fianakaviana mpitory ireto, teo anivon’ny polisy ny sabotsy misandratr’andro io. Nandritra izay no nampisehoan’ireto mpitory ny porofo rehetra amin’ny fahavoazana nahazo azy ireo tamin’ny fandratrana ny vadin’ny tompon-trano sy ny halatra nataon’ireo olona nirahina manokana nanao izany.Teo koa ny taratasy ara-dalàna eo am-pelan-tanan’izy ireo mikasika ny trano “cite beryl rose lot I” efa azy ireo araka ny didim-pitondrana laharana 30/CUT/DS/12 ny 31 mai 2012, noho ilay fanapahan’ny mpanolotsaina laharana 015/11/PCM/CUT/I ny 11 mai 2011.

Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa, hanomboka anio no hakana am-bavany ireo olona voatonona tamin’ity didy mampisambotra sy fanaovana fanadihadiana avy amin’ny Tonia mpampanoa lalàna ity. Fantatra anefa izao fa, tsy fisamborana araka ny didy no ataon’ny polisy amin’ireto voarohirohy ireto, fa fampiantsoana tsotra aloha amin’ny maha-“Olombe” azy ireo an-tanàna, ka efa nahazo ny azy raha ny vaovaon’ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanana sy ireo “gros bras” nirahany.Mbola miandry amin’ny fahatongavany an-tanindrazana izay mbola manao fialan-tsasatra miaraka amin’ny fianakaviany any La Reunion koa, ny an’ingahy ben’ny tanana, izay tokony efa ho tonga amin’ity herinandro ity.

Didy nidina avy any amin’ny Tonia mpampanoa lalàna ity sahanin’ny polisy nandefasana ny fisamborana sy fanadihadiana ny raharaha ity, ka tsy maintsy misy noho izany ny antontan-taratasim-panadihadiana miverina eny anivon’ny Tonia mpampanoa lalàna mahakasika ny raharaha. Koa andrasana izay ho vokany, satria ankoatra ity fitoriana efa mandeha ity, dia re koa izao fa efa misy fitoriana hafa mbola miandry azy ireo eny anivon’ny fitsarana, izay mbola fidirana an-keriny miharo halatra tao an-tranon’olona ihany koa…

Malala Didier