Les actualités Malgaches du Mardi 06 Février 2018

Modifier la date
News Mada635 partages

Is’art galerie : Buddha El Taga en concert

Attendu de pied ferme par ses fans, Buddha El Taga sera en concert, à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo, ce vendredi.

Ando Arliva Ramanantsoa, ou Buddha El Taga une fois au micro, se définit comme un rappeur conscient de l’image qu’il veut véhiculer et des principes qu’il veut exprimer, manifestant son attrait pour les préceptes bouddhistes. L’artiste mélange avec brio le rap avec des sous genres aussi variés que le soft, le hardcore et le horrorcore, tout en s’inspirant de la métaphysique générale. Le rappeur fait partie du groupe Olon’ny Tena Fanahy (OTF), issu du clan Tangala. Porté par sa passion, Buddha El Taga a entamé une carrière solo depuis l’année 2005.

Le chanteur de «Raozy mainty» assoit sa notoriété dans le microcosme du rap à travers la revendication sociale comme thème de prédilection.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara245 partages

Richard Ratsimandrava : 43 ans passés, a été chef de l’Etat

Le colonel Richard Ratsimandrava a misé sur le Fokonolona.

(05/02/1975-05/02/2018). Il y a 43 ans, hier, le colonel Richard Ratsimandrava accéda à la Magistrature suprême. En effet, le général Gabriel Ramanantsoa a remis les pleins pouvoirs au colonel Ratsimandrava en 1975. Cet officier supérieur a prôné à l’époque le Fokonolona, une assemblée qui a le pouvoir consultatif. Il avait également mis en place au niveau des Fokontany des « Vatoeka » (Vaomieran’ny Toe-karena), littéralement commission chargée de l’économie. En un mot, il a misé sur le Fokonolona. Mais l’ancien ministre de l’Intérieur n’a dirigé le pays que 6 jours, en effet, il a été tué froidement le 11 février 1975 à Ambohijatovo.

Dominique R.

L'express de Madagascar195 partages

Chenilles légionnaires – Les agriculteurs appellent à l’aide

Alerte. Les chenilles légionnaires d’automne dévorent les cultures de maïs, d’arachide et de lojy des communes du Sud-Ouest de Madagascar. Analamisampo, Antanimieva, Soahazo, Milenaka ou encore Ankili­laoka sont envahies par ces insectes de l’espèce des lépidoptères ou papillons, pouvant parcourir cent kilomètres en une nuit. Les chenilles pondent sur les larves et anéantissent les feuilles et les graines. Les paysans agriculteurs sont découragés et ne savent plus où donner de la tête. « Ces ‘’bea mainty’’, comme on les appelle ici, ont détruit près de 100 ha de culture en un mois seulement dans la commune de Soahazo », se plaint Tsitindry Tsiamby, un agriculteur de maïs de cette commune.« Ces chenilles sont de nouvelles espèces, nous ne les avons pas encore rencontrées auparavant. Elles arrivent à détruire en moyenne 1ha en deux jours », a fait savoir Michel Paul Ratsaraefadahy, un autre agriculteur. D’après leurs dires, selon leur estimation, sur les 100ha, 3% seulement sont récupérables pour la commune de Soahazo. « Nous n’avons d’autres choix que de couper ce qui reste,  les donner aux animaux », se découragent les agriculteurs, qui peinent déjà à trouver des collecteurs sérieux pour leurs produits. Les lojy et le coton, en train de germer, seront les prochaines victimes de ces insectes Spodoptera frugiperda, de leur nom scientifique.

RésistantesDes essais de pulvérisation de pesticide ont été menés par la direction de la Protection des végétaux du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE) dans la commune de Soahazo, au mois de décembre 2017. Mais les larves résistent aux pesticides. Depuis l’invasion de cet insecte en Afrique, en 2016, pro­voquée notamment par le changement climatique, les pesticides lui font peu d’effets.« La direction de la Protec­tion des végétaux conduit de nombreuses actions sur terrain dans le cadre de la prévention et la gestion des risques sanitaires et phytosanitaires inhérents à la production végétale. Des essais de lutte biologique par des produits phytosanitaires sur les champs sont en cours pour identifier les pesticides les mieux adaptés », indique un communiqué du MPAE, en date du 3 janvier.En attendant, le risque de famine est déjà envisageable dans ces communes de Toliara II qui cultivent principalement des céréales et du coton. « Les équipes de la direction de la Protection des végétaux ne sont pas encore revenues depuis la fin de l’année 2017. Le seul espoir réside dans la venue des pluies qui tardent à tomber », raconte Tsitindry Tsiamby de la commune de Soahazo. « La pluie donnera, en effet, un peu de souffle aux cultures, les larves en seront plus ou moins déstabilisées », espère-t-il.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara150 partages

Conférence du GPE : 2,7 milliards de dollars en faveur de l’éducation dans les pays en développement

La star Rihanna, ambassadrice mondiale du GPE, était présente à Dakar.

Le Partenariat mondial pour l’éducation soutient 65 pays en développement, dont Madagascar, afin de garantir  une éducation de base de qualité, donnant la priorité aux plus pauvres et aux plus vulnérables ainsi qu’à ceux qui vivent dans les pays touchés par la fragilité et les conflits.

Le rideau est tombé sur la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation ,ou GPE (Global Partnership for education) qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal, où 10 chefs d’Etat en exercice et trois anciens, ainsi que plus de 60 ministres et d’autres responsables d’organismes onusiens comme l’UNESCO et l’UNICEF, mais également la Banque mondiale, les fondations à vocation philanthropique, le secteur privé et la société civile, ont assisté à cette rencontre du plus haut niveau jamais organisée en matière de financement de l’éducation. Une réunion qui a conclu sur un engagement financier de 2,7 milliards de dollars annoncé par les bailleurs et les pays en développement. Les Émirats Arabes Unis ont également rejoint le GPE lors de la conférence, devenant ainsi le premier bailleur arabe avec une contribution annoncée de 100 millions de dollars. Le Sénégal, outre son engagement à augmenter ses propres dépenses en matière d’éducation, est devenu le premier bailleur africain du GPE. Les Pays-Bas et l’Espagne ont renouvelé leur implication, et pour la première fois, la Chine était présente. C’est un soutien mondial sans précédent en faveur de l’éducation de qualité notamment dans les pays en développement, encore à la traine dans ce domaine, si l’objectif affiché par les Présidents sénégalais et français, co-présidents de la Conférence, était de mobiliser 3,1 milliards de dollars sur trois ans, de 2018 à 2020.

Crise mondiale. Car on est actuellement en présence d’une crise mondiale de l’apprentissage. Dans les pays en développement, la qualité de l’éducation n’est pas à la hauteur des attentes, manquant d’infrastructures appropriées, d’enseignement correctement et suffisamment formés, et de matériels pédagogiques adéquats. Une éducation de mauvaise qualité qui équivaut alors à une quasi-absence d’éducation. Sans parler des difficultés d’accès à l’éducation par une frange de la population, telles les filles et les enfants handicapés. L’élan marqué lors de la conférence du GPR va permettre à celui-ci d’atteindre son objectif : affecter 2 milliards de dollars par an d’ici à 2020 à la planification sectorielle et aux services d’éducation, afin de soutenir l’apprentissage dans les pays en développement.

« Ce soutien sans précédent signifie aujourd’hui que, le Partenariat mondial pour l’éducation peut continuer à se concentrer sur les enfants les plus exclus et les plus vulnérables, et s’efforcer d’élargir son aide à 89 pays, dans lesquels vivent 870 millions d’enfants et 78% des enfants non scolarisés dans le monde », a déclaré Alice Albright, directrice générale du GPE.

La plus importante source de financement de l’éducation demeure les pays en développement eux-mêmes. Plus de 50 pays en développement ont ainsi annoncé qu’ils augmenteraient leurs dépenses publiques consacrées à l’éducation pour la période 2018 – 2020 pour atteindre un montant total de 110 milliards de dollars, comparé à 80 milliards de dollars entre 2015 et 2017. Le GPE encourage les pays en développement à augmenter leurs dépenses en matière d’éducation pour atteindre 20 % de leur budget total. Sur les États qui se sont engagés aujourd’hui, plus des deux tiers auront atteint ce but d’ici 2020.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara133 partages

Filière apicole : Plus de 26 tonnes de miel exportées en 2017

La coopérative KTTF dispose de quatre variétés de miel exportables.

La France, la Réunion, Maurice, le Japon, les autres pays membres de l’Union Européenne et les Etats-Unis sont les principales destinations de notre production apicole.

En dépit de l’existence de la maladie varroase affectant la filière apicole dans plusieurs régions de la Grande île, des coopératives de paysans apiculteurs et des entreprises privées continuent d’ exporter du miel. L’an dernier, Madagascar a pu expédier plus de 26 tonnes de miel vers la France, la Réunion, Maurice, le Japon, les autres pays membres de l’Union Européenne et même vers les Etats-Unis, d’après la statistique publiée par le ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage. La production de miel enregistrée au niveau de sept régions, à savoir Vatovavy Fitovinany, Haute Matsiatra, Atsimo Andrefana, Analamanga, Amoron’i Mania, DIANA et Anosy, se chiffrait à plus de 134 tonnes en 2017.

Maladie varroase. Entre temps, le ministère de tutelle ne cesse de mener une lutte contre cette maladie varroase tout en professionnalisant les apiculteurs. A titre d’illustration, 6 422 ruches ont été traitées l’année dernière. Et 824 ruches modernes ont été distribuées dans les régions de Haute Matsiatra, d’Antsiranana, d’Analanjirofo et de Vatovavy Fitovinany. En outre, 3 146 apiculteurs issus de douze régions ont bénéficié d’une formation en technique d’élevage améliorée. Ce n’est pas tout ! Deux magasins de stockage de miel ont été construits par le ministère de tutelle en 2017. En revanche, toutes les parties prenantes au sein de la filière apicole prévoient de mettre en place une plateforme nationale de l’apiculture en vue de son développement.

Sécheresse. Parlant du cas de la coopérative KTTF (Koperativa Tsara Tantely Fitovinany), regroupant 35 membres actifs, elle n’a pas pu exporter du miel l’an dernier. En effet, « nous n’avons pas pu récolter du miel en raison de la sécheresse qui a sévit notre région. Par contre, on est en train d’envoyer plus de 4 tonnes et 113 kg de miel en ce mois de février vers la France, la principale destination de notre production. En 2016, nous y avons déjà exporté 18 tonnes de miel », a expliqué Herinirina Jean Claude, responsable de l’exécution technique au sein de la coopérative KTTF.  Celle-ci produit chaque année 35 tonnes de miel en moyenne, et dispose de quatre variétés de miel exportables, à savoir le Niaouli, le litchi, le « Mokarana » et le polifloral.

Certifiée bio. Quant à la lutte contre la maladie varroase, « nous utilisons une huile essentielle de plante locale. En fait, notre production est certifiée bio par l’Ecocert. Nous devons ainsi respecter la traçabilité bio de nos produits. En plus, nous exportons via le commerce équitable », a-t-il poursuivi. Par ailleurs, une partie de la recette issue de la vente de miel de la coopérative, soit à raison de 1 500 Ar/kg seront allouées pour financer des actions sociales et de développement dans sa localité. A titre d’illustration, « nous effectuons une sensibilisation auprès d’une école primaire publique en matière de protection de l’environnement, afin de lutter contre les feux de brousse et la déforestation qui ont des impacts négatifs sur le développement de la filière apicole », a-t-il conclu.

Navalona R.

Tia Tanindranaza88 partages

Antsojay tsy an-kitsitsyArodana ny tranon-dRavalomanana

Mbola noporofoin’ny fitondram-panjakana HVM indray omaly fa tsy vonona amin’ny fampihavanana sy ny fifampiresahana izy. Ora vitsy taorian’ny antso nataon’ny mpitantana ny kaominin’Antananarivo Renivohitra ny amin’ny hisian’ny fifanajana sy fifampiresahana amin’ireo asa atao eto dia niroso tamin’ny fandravana ny trano iray eny Ankorondrano anisan’ny fananan’Atoa Marc Ravalomanana ny andian’olona narahana mpitandro ny filaminana. Nitarika azy ireo ny jeneraly Joseph Ramiaramanana, PDS-n’Antananarivo teo alohan-dRamatoa Lalao Ravalomanana, ary mpanara-maso ny tetikasan’ny filoham-pirenena, raha ny andraikiny ofisialy farany. Tsy nisy fanazavana hafa fa dia hoe :

 

 « iraka handrava ity trano ity aho », hoy ity manamboninahitra ity. Tamin’ny 4 ora sy sasany tolakandro ka mandrak’alina ny fandravana omaly teny Ankorondrano. Raha hiverenana ny tantara, efa nandrava toy izao izy ireo tamin'ny taon-dasa. Nakarina tany amin’ny filankevi-panjakana ny raharaha, ary nandresy ny tompon'ny tany. Nanavao ny tanàna ny tompony araka izany. Niseho indray ny tsy nampoizina satria nivoaka ny “arrêté ministeriel” handravana azy. Tsy mahafoana velively ny didim-pitsarana navoakan’ny filankevi-panjakana anefa io “arrêté ministeriel” io raha ny lalàna no arahina, saingy iniana tsy raharahiana. Mibaribary fa resa-politika tsotr’izao hoenti-misompatra an’i Marc Ravalomanana hatrany ny zava-misy. Isaky ny misy hetsika na fanambarana ataon’ity farany, dia mipoitra eo no ho eo na fotoana fohy ny don-tandroka sy antsojay. Romotra noho ny fihetsik’i Marc Ravalomanana nihaona tamin’ny vahoaka teto amin’ny manodidina an’Antananarivo sy tany amin’iny lalam-pirenena faharoa iny izay nahomby tanteraka indray angamba ny fanjakana HVM, ka dia manao ny ataony. Rangitina hatramin’ny farany ve i Marc Ravalomanana mba hitroatra sy hihoa-pefy hahafahana misambotra sy managadra azy ? Gafiana rehefa mihaona amin’ny vahoaka, hakatona ny orinasany, lazaina fa mangalatra jiro, harodana ny tranony eny Ankorondrano ary rehefa kelikely dia mety ny tranon-dRavalomanana eny Faravohitra mihitsy no holazain’ny fanjakana HVM fa azy, na hoe ilain’ny fanjakana ka hogiazana.

Toky R

 

Midi Madagasikara86 partages

Ressources stratégiques : Bientôt des appels d’offres pour 40 blocs pétroliers

Le DG de l’OMNIS Rasoanaivo Bonaventure a été fait Commandeur de l’Ordre National, lors de la cérémonie du 18 janvier 2018.

Après avoir présenté un bilan positif pour l’année 2017, le directeur général de l’OMNIS, Rasoanaivo Bonaventure a annoncé que sur les 100 blocs pétroliers de Madagascar en zone marine, 40 feront bientôt l’objet d’appels d’offres.

Les compagnies à la recherche de pétrole à Madagascar sont encore nombreuses, malgré la situation actuelle du cours de pétrole, qui reste à un bas niveau, d’après le DG de l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques). « Outre ces compagnies déjà en pleine activité d’exploration, d’autres investisseurs ont également exprimé leur volonté de faire des recherches dans la Grande-île. Nous disposons encore de 100 blocs pétroliers non attribués en zone marine et d’autres blocs en zone terrestre », a indiqué le DG Rasoanaivo Bonaventure, lors de la cérémonie de présentation de vœux de nouvel an de l’OMNIS, le 18 janvier dernier au Yandy By-pass. En effet, sur les 200 blocs pétroliers existants à Madagascar, seulement 20 blocs font l’objet de recherche et d’exploration. 40 compagnies pétrolières ayant déjà travaillé avec l’Etat Malgache, représenté par l’OMNIS, ont réalisé 300 forages pour la recherche de pétrole et de gaz. Ces réalisations restent moindres, par rapport aux potentialités de Madagascar, en termes de ressources stratégiques. Actuellement, 15 compagnies pétrolières travaillent avec l’OMNIS dont 3 contrats concernent des zones marines et 12 des zones terrestres. D’après les informations, plusieurs compagnies se préparent déjà à la phase d’exploitation de pétrole.

Incitations. Pour sa part, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a noté que l’Etat s’efforce actuellement de favoriser l’exploration de pétrole à Madagascar, en mettant en place un cadre réglementaire convenable permettant de générer des ressources par l’exploitation rationnelle de ressources stratégiques au bénéfice du pays, de la population et des régions concernés. Pour l’Administration, l’objectif est de faire en sorte que les projets d’exploitation soient menés au bénéfice du peuple malgache, tout en considérant l’aspect concernant l’environnement, le social et surtout les avantages pour les générations futures. A noter que les mines et le pétrole figurent parmi les secteurs porteurs du pays sur lesquels se repose le grand espoir d’un essor économique.

Antsa R.

Midi Madagasikara70 partages

Nouveau terminal d’Ivato : 25% des travaux achevés

Le PRM a constaté de visu, l’avancement des travaux du nouveau Terminal international.

Les  travaux de construction de la nouvelle aérogare internationale d’Ivato passent à  la vitesse de croisière. 8 mois après le lancement  du chantier,  le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, est  revenu sur place  pour constater de visu l’avancement des travaux.

Cette visite a permis à l’équipe de Ravinala Airports et aux membres de son Conseil d’administration, de montrer au Chef de l’État les nombreuses étapes franchies au cours de ces derniers mois et l’avancement des travaux par rapport au calendrier prévu. Après quelques mois de travaux, le futur terminal international d’Ivato commence à prendre forme. A ce jour, 25% des travaux sont achevés. Les charpentes métalliques indispensables pour la construction de ce bâtiment ultramoderne, dont l’architecture, inspirée du « ravinala »,  est l’œuvre du Cabinet Dubois Associés, sont déjà livrées. Elles sont actuellement en cours de montage, conformément aux normes requises. Le premier étage du bâtiment est également en cours de construction. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Midi Madagasikara67 partages

Démolition d’un bâtiment à Ankorondrano

Démolition de la propriété dite « Soa », sise à Ankorondrano. (Photo Yvon RAM)

Un attroupement a eu lieu, hier après-midi, du coté de Romanor, à Ankorondrano. La raison en est que des gens ont procédé à la démolition du bâtiment. Notons que l’enceinte a été gardée par des policiers. Seuls des représentants de la commune urbaine d’Antananarivo et du M2PATE ainsi que des huissiers ont pu pénétrer dans l’enceinte. Selon les explications de Me Ratefimahefamijoro Dimin’Eloi, huissier de justice près les Cour et tribunaux d’Antananarivo,  un arrêté ministériel n°30.539/2011 du 17 octobre 2011 pris par le ministre de l’Aménagement  du Territoire et de la Décentralisation portant annulation de l’acte de vente définitive entre l’Etat Malagasy et le requérant sur la propriété ex « Tana-Lait3 TN° 25.785-A, devenue Soa, suivant TN°61.284-A, sise à Ankorondrano.

Acte. Face à cette situation, Rakotomanga Jean-Marie a déposé une requête auprès du conseil d’Etat. Il soutient ainsi qu’il a acquis par acte de vente définitif du 5 février 2009 la propriété dite « Tana-Lait », d’une superficie de 31a15ca, devenue « Soa ». Cette juridiction a rendu son verdict suivant l’arrêt n°102/CEP du 25 octobre 2017 annulant l’arrêté n°30.539/2011 du 17 octobre 2011 pris par le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation. Donnant ainsi gain de cause au requérant.  Mais à la surprise de ce dernier, un autre arrêté ministériel suivant n°2379/2018 en date du 5 février 2018 du ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels ordonne la démolition de la construction illicite faite par Rakotomanga Jean Marie sur la propriété dite « Soa » TN°61.284-A sise à Ankorondrano, Antananarivo ville, appartenant à l’Etat Malagasy et le scellage du chantier sur la-dite propriété. Toujours est-il qu’une trentaine de personnes ont procédé à la démolition du bâtiment.

Décision de justice. L’huissier de justice de se demander si un arrêté ministériel pouvait se substituer à une décision de justice ? Toujours d’après Me Ratefimahefamijoro, Marc Ravalomanana figure parmi les locataires de Rakotomanga Jean-Marie. La question se pose si c’est la raison pour laquelle l’on a procédé à cette démolition, est politique car le fondateur de l’empire Tiko n’est que  locataire. En outre, ce dernier est conseiller spécial à la CUA.

Dominique R.

Midi Madagasikara60 partages

Oniversite Andrainjato : Nosavaina ny tranon’ilay nahafaty olona

Ankoatra ny fivoahan’ny didy fampisamborana, ny fampilazàna fikarohana isan-karazany izay efa niparitaka eraky ny paositry ny mpitandro ny filaminana dia niroso tamin’ny dingana hafa ny mpanao fanadihadiana eo anivon’ny polisy ao Fianarantsoa. Nosavaina ny tranon’i  Jao Marinjara Stephan raha vao nahazo alàlana tamin’ny filohan’ny oniversiten’Andrianjato ny tompon’andraikitra amin’ny fanadihadiana. Raha tsiahivina dia notontan’io mpianatra lalàna io tamin’ny vato ny lohan’ny lehillahy lehibe iray izay noampangainy ho nangalatra ny fitaovana famahanana herinaratry ny findainy. Efa nifona ilay rangahy na dia tsy tena voamarina aza fa tena izy tokoa no tompon’antoka tamin’ny halatra. Tsy nahoan’ilay tovolahy izany fa dia novonoiny tamin’ny vatobe, ary izany rehetra izany dia teo imason’ny olona marobe. Ireo koa dia nitazam-potsiny, toa ireny nijery sarimihetsika ireny, kanefa dia tao anatin’ny tokotanin’ny oniversite no nitranga ilay heloka bevava. Betsaka ny zavatra azo tsoahina amin’ity tranga ity saingy ny akaiky indrindra dia ny hoe : olon-dia ve no ampianarina any amin’ny oniversite ? Mamono olona, mijery fotsiny mpamono olona sns. Ary tsy vao izay no nitranga ny fitsaram-bahoaka sy heloka bevava tao anatin’ny toeran’ny fampianarana ambony toy izao, tany amin’ny faritra hafa.

D.R

Midi Madagasikara59 partages

JO d’hiver : Mialitina Clerc à PyeongChang

Mia avant son départ à l’aéroport de Roissy.

L’unique représentante de la Grande Ile aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang, s’est envolée, dimanche à destination de la Corée du Sud au départ de Genève. Elle est arrivée sur place.  12 ans après le premier pas du skieur Mathieu Razanakolona à Turin en 2006, le drapeau tricolore flottera de nouveau dans le site olympique de PyeongChang.

Comme elle sera la seule athlète qualifiée, Mia sera le porte drapeau de la délégation malgache lors du traditionnel défilé  ce vendredi 9 février au Stade Olympique de PyeongChang.  Agée de 16 ans, Mia a décidé de porter les couleurs malgaches à ces olympiades d’hiver. Elle a  fait entrer le ski africain dans la cour des grands lors de sa participation dans les nombreuses compétitions internationales.

Il y a douze ans de cela en 2006, Madagascar a été représenté par Mathieu. Comme disait le confrère du journal de l’Ile de la Réunion, Mialitiana est la première olympienne née dans la région à participer aux  J O d’hiver.  Après la rencontre de l’ambassadeur de la république de Corée  Lim Sang Woo avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa le 22 janvier dernier à son bureau à Ambohijatovo, le diplomate a reçu le président du Comité Olympique malgache à l’Immeuble Tranofitaratra à Ankorondrano. Les autres membres de la délégation conduite par le Secrétaire général du COM quitteront le pays ce jour.

T.H

Midi Madagasikara54 partages

Fakana an-keriny an’i Akil Cassam Chenai : Voatonona indray i Roger Lala Stephanie, olona valo mampiahiah...

Tena sarotra ho an’ny mpanao gazety ny mikaro-baovao mikasika ity raharaha fakana an-keriny an’i Akil Cassam Chenai teto Toamasina ny zoma hariva teo ity. Na izany anefa dia misy hatrany ireo tsara sitra-po manome vaovao hatrany mba hahalalan’ny vahoaka malagasy ny tena zava-misy “marina”, noho ity raharaha fakana an-keriny ity izay tena mahasarika ny maro ny tohiny. Araka ny angom-baovao mari-pototra voaray dia tratra ny tsindrin’ny fikambanan’ireo tera-tany Indiana manana ny zom-pirenena frantsay miasa sy monina eto Madagasikara (CFOIM) ny fanjakana malagasy ka mikoropaka tanteraka ary nandefa ireo ekipan’ny “USI: Unité Spéciale d’Intervention” avy ao Antananarivo nanomboka ny alahady 04 febroary teo, hanao fikarohana ireo mpaka an-keriny an’ity tera-tany Indiana Bohra izay feno enin’andro ny tsy nahitana azy popoka izao. Raha ny angom-baovao hatrany dia ireto ekipan’ny “USI” ireto no mitarika ny fisahanana ity raharaha ity, fa mpanampy azy ireo fotsiny ireo mpitandro ny filaminana avy eto Toamasina. Izay mampatsiahy ny raharaha “Arnaud sy Annie” nandefasana GSIS, nefa ireo polisy teto Toamasina ihany no nahita vokatra tamin’ny fanafahana an’i Arnaud  sy nahatrarana ireo basy kalach sy bala maro be nampiasain’ireo andian-jiolahy tamin’izay. Hatramin’ny zoma hariva nakan’olona dimi ahy nirongo fiadiana maherivaika an’ity tera-tany Indiana Bohra ity izay nampiharana herisetra teo imason’ny vady aman-janany, sy nahitana ilay fiara FIAT tao Andranomadio nitondrana azy nitsoaka, dia manomboka ny fisamborana nanomboka ny alahady teo. Araka ny angom-baovao mari-pototra natao dia misy olona valo izao mampihaihay mifaningotra amin’ity raharaha ity nosamborina sy mandalo fakana am-bavany. Voatonona ao anatin’ity raharaha ity koa anefa Rtoa Roger Lala Stephanie izay mbola mifonja ao Antanimora araka ny didy nivoaka ny volana setambra 2017 teo, noho ilay raharaha fakana an-keriny an’i Arnaud sy Annie ary famonoana tamin’ny fomba feo habibiana ity farany ihany koa. Voalazan’ny vaovao aza fa mety hisy ny fakana azy avy ao Antanimora ho eto Toamasina ho henoina mikasika ity raharaha “Akil Cassam Chenai” ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara52 partages

Gaz domestique : Une croissance à deux chiffres de la consommation

Un acte citoyen pour la famille Fleury et les employés de Vitogaz.

Contrairement aux idées reçues, l’utilisation du gaz ne revient pas aussi chère que celle du charbon de bois.

Avec une  vente  annuelle d’environ 13.000 tonnes par an, Vitogaz détient la place de leader dans le domaine de la distribution du gaz domestique. L’entreprise, rappelons-le importe son gaz et procède à la mise en bouteille au niveau local.

Politique tarifaire incitative

Et ce, avec un soin particulier aussi bien au niveau de la qualité du gaz que  de son réseau de distribution. « Grâce aux efforts de sensibilisation et de promotion que nous avons menés, les foyers malgaches utilisent de plus en plus de gaz domestique »  a déclaré Vincent Fleury, Administrateur, Directeur Général de Vitogaz, lors d’une interview qu’il nous a accordée en marge du reboisement que l’entreprise a réalisé, samedi dernier sur le site d’Ampangabe. Les efforts menés par Vitogaz consistent en la mise en place d’une politique tarifaire incitative. « Ces dernières années, nous avons baissé les prix et cela a impacté sur la consommation »  selon toujours Vincent Fleury qui a précisé que « la consommation du gaz a enregistré, une croissance à deux chiffres, ces dernières années ». Actuellement, les gens prennent de plus en plus conscience des avantages de l’utilisation  du gaz domestique. « A 50.000 ariary la bouteille de 9 kg, le gaz revient pratiquement au même prix que le charbon, pour une famille, la seule différence, c’est que contrairement au charbon, le gaz ne se vend pas en petite quantité »  selon toujours le D.G de Vitogaz. Or, le gaz a cet énorme avantage d’être une énergie propre pour les cuissons.

TPP

Malheureusement, cet avantage comparatif du gaz risque actuellement de disparaître. Et ce, pour la bonne et simple raison que le prix du gaz risque de flamber à cause de la politique fiscale du gouvernement.  En effet, dans la loi de finances 2018, le gaz est frappé de la taxe sur les produits pétroliers, à raison de 123 ariary par kilo. Alors qu’avant, le taux de la TPP était de 15 ariary par kilo, ce qui fait une  hausse de 108 ariary par kilo d’une année à une autre. En plus de la TPP, le gaz est également assujetti à la TVA de 20%, depuis 2006. En somme, on assiste actuellement à une lourde taxation du gaz qui n’est pourtant  pas un produit de luxe. « Actuellement on n’a  pas encore bougé nos prix, mais on ne sait plus si cela va durer car l’augmentation de la taxe a des conséquences au niveau du prix » selon toujours le D.G de Vitogaz qui n’a   pas pu s’empêcher de dire  que l’Etat n’aide pas du tout les entreprises dans les efforts menés pour une meilleure utilisation du gaz qui contribue non seulement à la protection de l’environnement, mais également à l’amélioration des conditions de vie des ménages malgaches.

Pour en revenir au reboisement de Vitogaz de samedi dernier sur le site d’Ampangabe, d’une superficie de 3 ha. 1500 plants d’acacias y ont été plantés pour cette deuxième année de reboisement de Vitogaz. « La protection de l’environnement est déjà pour nous un métier au quotidien, car nous réduisons la déforestation en vendant du gaz, et le reboisement est un acte citoyen pour notre entreprise »n  a déclaré Vincent Fleury.

R.Edmond.

Midi Madagasikara50 partages

M2PATE : Acharnement contre la CUA

Une conférence de presse a été organisée hier à l’hôtel de ville Analakely.

La Commune urbaine d’Antananarivo a dénoncé hier des « actes d’acharnement du pouvoir central qui vont manifestement à l’encontre des lois en vigueur ».

La coupe est pleine à l’hôtel de ville d’Analakely. Hier, collaborateurs du maire, conseillers municipaux et parlementaires d’Antananarivo-Renivohitra ont dénoncé une violation flagrante de la loi dans la démarche de l’Etat qui a clôturé, par le biais du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE), deux domaines publics appartenant à la commune urbaine d’Antananarivo. Il s’agit du Lac d’Anosy et d’un jardin à Mahamasina. « Il y a violation flagrante des lois en vigueur dans la mesure où toute cession d’un bien municipal ou travail de transformation ou d’aménagement effectué sur ce bien et ce patrimoine de la commune doit faire l’objet d’une délibération du Conseil municipal. Ce qui n’a pas été malheureusement fait. Pire, la CUA ne sait pas ce que le M2PATE est en train d’entreprendre dans les clôtures qu’il a érigées à Anosy et à Mahamasina. », a déploré le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata.

Statut particulier. Pour soutenir que la CUA a toujours ses mots à dire sur les grands travaux de transformation et d’aménagement effectués dans les limites de sa circonscription, le 2e adjoint au maire de soulever une disposition de l’exposé des motifs de la Loi n°2015-011 portant statut particulier d’Antananarivo, qui stipule : « La Commune urbaine d’Antananarivo constitue une Collectivité territoriale Décentralisée administrée par des organes propres (…) disposant des compétences spécifiques qui ont trait principalement à l’aménagement, à la coordination, à l’harmonisation et l’impulsion des actions d’administration et de développement intéressant l’ensemble de la commune (…) Dans le souci d’assurer un développement harmonieux et cohérent de la Capitale de la République de Madagascar et Métropole d’Antananarivo, il importe de lui laisser une autonomie réelle en lui permettant de s’administrer librement dans un cadre adapté ».

Un manque à gagner de plus de 2 milliards ar par an.  Selon la mairie, l’acharnement du pouvoir central contre la CUA ne date pas d’aujourd’hui. « On a ordonné aux Fokontany d’enlever l’en-tête, l’emblème et le logo de la CUA sur les certificats de résidence qu’ils délivrent alors que cette compétence de délivrer ces pièces administratives aux usagers leur est conférée par la CUA en vertu de l’article 28 alinéa 2 du statut particulier d’Antananarivo qui dispose : Des relations de travail sont établies entre les comités du Fokontany et la Commune urbaine d’Antananarivo. A cet effet, le Maire peut confier au Chef de Fokontany, entre autres, l’établissement et la délivrance de certificat de résidence. », a expliqué hier Julien Andriamorasata. Ce dernier d’évoquer un autre acte d’acharnement : «  Le régime en place a sanctionné la population d’Antananarivo lorsqu’il a décidé dans la Loi de Finances de 2018 qu’à partir de cette année, la CUA ne peut plus percevoir le droit de circuler dans sa circonscription. Cette décision va engendrer un manque à gagner de plus de 2 milliards d’ariary par an pour la commune. Pire, malgré son statut de capitale de Madagascar, on la considère comme une commune rurale qui n’a droit qu’à une subvention de 12 millions d’ariary par an. » Bref, pour les collaborateurs du maire Lalao Ravalomanana, des conseillers municipaux et des parlementaires d’Antananarivo, l’acharnement contre la CUA ne peut être expliqué que par un acte politique visant à déstabiliser  un candidat potentiel à l’élection présidentielle de novembre 2018.

R. Eugène
Tia Tanindranaza45 partages

RajaonarimampianinaHahay hanaja tena ve ?

Na hihodin-kavia na hihodin-kavanana i Hery Rajaonarimampianina sy ny fanjakana HVM, dia tsy azo lavina fa tsy mankasitraka ny hitantanany ny firenena intsony ny ankamaroan’ny Malagasy.

Toky R

 

Midi Madagasikara43 partages

Atallah Béatrice : En mission de l’OIF aux Comores

Atallah Béatrice en mission aux Comores du 05 au 12 février.

L’ancienne ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice se trouve en ce moment à Moroni (Comores) dans le cadre d’une mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Mandatée par la secrétaire générale Michaëlle Jean, elle est à la tête d’une délégation de l’OIF qui est invitée aux assises nationales auxquelles participent depuis hier des entités politiques et de la société civile comoriennes, dans l’objectif de mettre fin aux crises cycliques qui pénalisent le développement économique du pays. Cette mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie permettra à l’ancien chef de la diplomatie malgache de partager ses expériences qu’elle a surtout acquises durant la période où elle était présidente de la CENI-T (Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition). Après son départ du gouvernement,  Atallah Béatrice s’est retirée de la vie politique du pays pour pouvoir s’occuper de sa famille.

Silence. A l’instar d’Atallah Béatrice, l’ancien ministre auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement Narson Rafidimanana a choisi de se taire après son départ du gouvernement. La dernière fois qu’on a vu « coco » apparaître en public, c’était lorsque sa famille a offert des dons à une Ecole Primaire Publique de Toamasina. Une action sociale que la famille « Bezarico» avait l’habitude de faire. A rappeler qu’Atallah Béatrice et Narson Rafidimanana ont fait partie des piliers du régime HVM. Mais, soudainement, ils étaient écartés du pouvoir. Seraient-ils un jour repêchés comme les Ralava Beboarimisa, Henry Rabary-Njaka ou Arisoa Razafitrimo ?

R. Eugène
L'express de Madagascar42 partages

La « citadinite », une maladie des Malgaches

Le Président Philibert Tsiranana a inventé un terme, « citadinite », pour dénoncer dans son discours-programme du 10 octobre 1967, un des maux de notre époque. Elle se traduit par la surpopulation des villes et le dépeuplement de leurs périphéries (plus ou moins) lointaines.Selon le chef de l’État, dès le certificat d’études primaires, les jeunes veulent devenir agents de l’État ou employés d’une entreprise en ville. « Comme si la campagne n’avait pas besoin de gens instruits, comme si elle n’offrait pas despossibilités d’action bien souvent plus satisfaisantes et plus exaltantes. » Philibert Tsiranana déplore cette situation qui laisse en friche « l’intelligence foncière de nos paysans parce qu’elle n’est pas suffisamment orientée par des gens ayant de l’instruction ».Cette maladie de la « citadinite » est en partie due au fonctionnariat qui développe le goût des diplômes. « Chacun veut l’être dès qu’il sait lire, écrire et compter. » Cependant, la Fonction publique ne pourra pas incorporer tous les diplômés, surtout les « petits diplômés ». « Je ne prêche pas l’obscurantisme, je souhaite au contraire que tous soient instruits et diplômés, mais que ceux-ci se re-ruralisent pour ne pas végéter ou même chômer dans les villes. »Pour le Président, si les effets de la « citadinite » ne sont pas encore trop perceptibles, ils sont faciles à imaginer. Pourtant puisque le gouvernement se préoccupe du monde rural, « il est facile de prévoir et de concevoir »  la place qui, à la campagne, peut être faite aux diplômés. « Vous voyez déjà comme nos enfants titulaires du BEPC se lamentent: ils ne trouvent plus d’emploi parce que l’Université commence à fournir des fonctionnaires; et d’ici cinq ans, il n’y aura plus de recrutement de fonctionnaires avec le BEPC, surtout dans la haute administration. »Philibert Tsiranana vante alors l’emploi dans la campagne en citant l’exemple d’un instituteur dont la vie sociale et familiale est d’un autre niveau qu’à la ville. « Son utilité, son standing, son prestige sont plus grands et sessatisfactions professionnelles et sociales beaucoup plus importantes. » Et ce, même s’il y manque le cinéma, le théâtre, les grands magasins, les belles voitures…Maintenir les jeunes paysans dans le monde rural est l’objectif de son plaidoyer. Instruits et diplômés- « et l’État leur en assure tous les moyens s’ils ont les aptitudes nécessaires »- ces jeunes doivent se transformer en propriétaires d’exploitations agricoles. D’autant « qu’aucun capital intellectuel ne court le risque d’y rester sans profit, qu’aucun mécanicien ne restera sans travail rémunérateur s’il s’installe dans une agglomération rurale ».Si le « virus du fonctionnariat » les travaille trop, le Président leur suggère de trouver un emploi rémunérateur « avec de meilleures conditions d’existence qu’à la ville », dans les secteurs publics et parapublics de l’agriculture et de l’élevage, des forêts ou de la coopérative. Vivant à la campagne, ils pourront s’assurer des commodités que ses moyens ne lui permettraient pas en ville.Et Philibert Tsiranana de citer un autre exemple: « Il faut comprendre que de deux ouvriers de même catégorie, si celui de la ville gagne 30 000 francs par mois et celui de la campagne 20 000, j’affirme que le second vivra mieux que le premier. » Effectivement, il pourra élever des poulets qu’il achètera très cher à la ville, tout au moins les acheter à moindre prix comme se procurer de la viande à moindre coût.Cette absence de la notion du pouvoir d’achat réel est, d’ailleurs, selon le Président, « une erreur de nos syndicalistes car les chiffres pris dans l’absolu sont trompeurs ». Il évoque ainsi un de ces voyages aux États-Unis « où l’on ne parle que de dollars. M. le Président, Untel vaut tant de dollars, il est très important.- Ah! Oui?- Et j’ai entendu cela si fréquemment qu’un jour j’ai demandé combien ce monsieur ou cette dame qui valait tant de dollars, avait de domestiques.- Oh! Non, M. le Président, cela coûte trop cher, il n’en a pas!- Alors, répondis-je, un Malgache qui n’a peut-être que le quart de ce nombre de dollars mais qui peut avoir un ou deux domestiques, est donc plus riche que lui. »Et de conclure qu’il ne faut pas perdre de vue la notion du pouvoir d’achat réel.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives Officielles

Midi Madagasikara41 partages

Ranohira : Nafenina iray volana izay vao hita ny faty

Iray volana taorian’ny namono azy no hita ny fatin’i Léon Arimanana, fantatry ny maro amin’ny hoe Rabesoavaly. Manana toeram-piompiana lehibe an’io karazam-biby io izy ao Ranohira ka nahatonga ny olona niantso azy hoe Rabesoavaly. Tsy nahenoam-peo izy hatramin’ny 30 desambra no mankaty. Manana mpanampy izy ary rehefa anontaniana ireo dia miombom-peo milaza fa lasa any ivelany ny mpampiasa azy ireo. Nampiahiahy ny fianakaviany izany, satria na izy ireo aza dia tsy nisy noresahiny izany ho any an-dafy izany. Iray volana taty aoriana, rehefa mbola nitohy ihany ny tsy fahazoam-baovao momba an’i Léon Arimanana dia tapa-kevitra ny nampandre ny zandary  ny olona akaiky azy. Nisokatra araka izany ny fanadihadiana izay niafara tamin’ny fisamborana ny iray tamin’ireo mpanampy. Nohazavain’io farany tamin’ny antsipiriany ny nataon’izy ireo. Natorony hatramin’ny

toerana nandevenana ny razana. Teo amoron-drano,  eo amin’ny manodidina ilay misy toeram-piompiana ihany no nalevin’ireo i Léon Arimanana. Noloarana tao ny vatany izay efa simba ary notsirihana. Teo ary no nahafantarana fa nokapaina famaky izy, teo amin’ny hatony sy ny lamosiny. Nitarika ny fahafatesany izany. Hatreto dia mbola notanan’ny mpanao fanadihadiana ho tsiambaratelo ny antony namonoana azy. Mbola misy karohina rahateo ny mpiray tsikombakomba tamin’ilay mpanampy izay nahavanon-doza. Isan’ny nandray anjara tamin’ny fifidianana ho ben’ny tanàna farany teo i Léon Arimanana alias Rabesoavaly, tamin’ny anaran’ny antoko TIM. Raha araka ny fantatra, avy amin’ny fianakaviany, dia hampakarina anio aty an-drenivohitra ny razana. Aorian’ny fikarakarana azy sy ny fandevenana izany dia hijery akaiky ny fivoaran’ny raharaha izy ireo ary hamantatra ny antony rehetra ary koa ny fanampiana amin’ny fikarohana ireo olon-kafa nanatontosa ny heloka bevava.

D.R

Tia Tanindranaza40 partages

Kidnapping tany ToamasinaMiditra an-tsehatra ny USI, olona 8 nosamborina

Mahasarika olona maro ny raharaha fakana an-keriny an’i Akil Cassam Chenai any Toamasina. Samy miresaka azy avokoa ny maro satria efa mandeha indray ny fitaintaintanan-dava ho an’ireo fianakavian’ireo olona marobe nosamborin’ny GSIS fahatany sy nanaovany « bizina » tamin’ny raharaha fakana an-keriny an’i Annie sy Arnaud telo tao lasa izany.

 

Fantatra izao fa anyToamasina nanomboka ny alahady teo ireo ekipan’ny USI, « Unité Spéciale d’Intevention », ny polisy fantatry ny maro eto Toamasina hoe « Saka Mainty ». Voalazan’ny vaovao azo fa izy ireo no hisahana ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo nahavanona ny fakana an-keriny ity tera-tany indiana Bohra ity, fa mpanampy azy ireo amin’izany fotsiny ireo mpitandro ny filaminana ao Toamasina. Nanomboka ny alahady io dia efa miisa 8 ireo olona nosamborina voalaza fa mifaningotra sy mety mahalala ny mikasika ity fakana an-keriny ity anaovana fakana am-bavany. Ny tena nahagaga dia lasa nahoraka be nanomboka omaly ny anaran’i Roger Lala Stephanie izay mbola mifonja madram-pahafatiny ao Antanimora taorian’ny fitsarana ny raharaha « Arnaud sy Annie » ny volana septambra lasa teo tao amin’ny fitsarana ady heloka be vava Antananarivo. Mandeha izany ny ahiahy eo amin’ireo misahana ny raharaha fa ekipan’ity ramatoa malaza amin’ny asan-jiolahy sy fakana an-keriny ity no naka an-keriny an’i Akil Cassam Chenai; ny angom-baovao mantsy no nahalalana fa tsy misy maha-samy hafa ny fomba nampiasain’ireo andian-jiolahy naka an-keriny ireo zanaka mpandraharaha io andro alatsinainy ny taona 2015 no nitranga tamin’ny fomba nanaovan’izy ireo ity tera-tany Indiana Bohra ity ny harivan’ny zoma teo tao an-tranony.Ankoatra izay dia mbola tsy misy ny fitakiana vola nataon’ireo mpaka an-keriny an’i Akil Cassam Chenai ny fianakaviany hatreto aloha; manahy anefa ireo mpitandro ny filaminana amin’ny fahanginan’ireo fiakaviany ny mpitandro ny filaminana fa mety efa nisy ihany ny fifandraisan’ireo andian-jiolahy ireo sy ny fianakavian’ity tera-tany Indiana ity.

 

 

Rakoutou

Midi Madagasikara37 partages

Fondation Akbaraly : Un container de kits scolaires pour les enfants défavorisés

Le container est bien arrivé au port de Toamasina. Il ne reste plus qu’à les acheminer à Antananarivo pour une prochaine distribution dans les régions de l’île.. . Ce sont là les propos de Tiana Rasamimanana, Administrateur auprès de la fondation Akbaraly lors de la signature de convention entre le Ministère de l’Éducation nationale, la Fondation Akbaraly et le Rotary Club Mahamasina à la tour Orange hier. Un évènement qui a marqué la collaboration entre les trois parties pour déterminer les conditions et modalités pour l’acheminement et la distribution des dons en Fournitures scolaires aux Établissements publics Scolaires. À cet effet, la Fondation Akbaraly assure le transit et l’acheminement du container contenant les fournitures scolaires de Tamatave à Antananarivo. Le Ministère de l’Éducation nationale assurera la distribution desdits kits aux bénéficiaires. Interrogé sur les critères de choix des bénéficiaires, le ministre Paul Rabary de faire savoir qu’en tant que dons, les kits scolaires seront attribués aux enfants des familles défavorisées. Par ailleurs, la Fondation Akbaraly œuvre depuis des années sur plusieurs domaines sociaux. Entre autres, le domaine de santé publique.

José Belalahy

Midi Madagasikara23 partages

Météo : Pluie pendant trois jours

Nous sommes en pleine saison pluvieuse. Dame pluie fera encore partie de notre quotidien, du moins, durant les trois prochains jours, si l’on se réfère aux prévisions météorologiques d’hier.  En effet, la pluie continuera encore de tomber, notamment sur la capitale et les régions voisines, jusqu’à jeudi, et seront au rendez-vous notamment durant l’après-midi. Ces pluies sont cependant à mettre sur le compte de la saison humide actuelle, et ne sont pas associées à une quelconque formation de cyclone, ni à un « mauvais temps ». Pour affronter ces journées pluvieuses, pour les trois prochains jours, il suffit de bien s’équiper : parapluies, imperméables et bottes de pluie de rigueur. Les écoliers n’en seront que ravis, … autorisés à sauter dans les flaques !

Hanitra R.

News Mada21 partages

RDJ mozika : Tence Mena entre émotion et surprise

Tence Mena a vécu un moment tout particulièrement émotif, samedi dernier au CCI Ivato, après avoir remporté le trophée «Mozika milamina» de la RDJ Mozika. La reine du bal mipoapoaka a été nominée dans deux catégories, à savoir «Mozika mafana féminin» et «Mozika milamina». Mais c’est dans cette dernière catégorie que les auditeurs ont primé la chanteuse.

Une grande joie et surprise qu’elle n’a d’ailleurs pas pu cacher en recevant le trophée des mains de Faly Randriamiariatsoa. «C’est vrai qu’on me connaît à travers la musique mafana mais le genre soft est pour moi un talent caché qui ne demande qu’à être révélé», affirme l’artiste, rayonnante dans sa longue robe rouge, la main sur le cœur.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara21 partages

Le fokonolona : une notion qui n’est pas dépassée

Les événements qui se produisent laissent ou non une marque profonde dans l’inconscient de ceux qui les ont vécus. Mai 72, 46 ans après, n’est commémoré que par quelques uns de ses participants historiques, mais n’éveille aucun écho chez la jeune génération.  Il en est presque de même pour le mouvement  populaire de 1991. Mais il en va autrement de l’assassinat du colonel Ratsimandrava, l’homme qui a voulu redonner sa place au « fokonolona ». Sa philosophie, malgré le temps, imprègne encore de nombreux Malgaches et peut servir de base à une réflexion à une politique puisant sa source dans la culture malgache.

Le fokonolona : une notion qui n’est pas dépassée

La notion de « fokonolona », transposée au monde du XXe siècle,  était acceptée par la majorité de la population. Le colonel Ratsimandrava voulait en faire la base de sa politique. Mais sa volonté et son opiniâtreté ont contrarié de puissants intérêts et il a été tué dans une embuscade, le 11 février 1975, à Ambohijatovo.  Des véritables commanditaires de cet assassinat, on ne saura rien et une chape de plomb semble recouvrir cette affaire qui, un jour peut-être, livrera ses secrets. Mais la stature d’homme d’état de Richard Ratsimandrava reste et ses idées inspirent de nombreux théoriciens malgaches du développement. Ce que ce chef d’Etat voulait faire à son arrivée au pouvoir n’est critiqué par personne et  est compris par la jeune génération. Le terme de « fokonolona », même s’il semble désuet, parle à cette jeunesse que l’on croit acculturée. Mais cette dernière n’est pas hostile au « firaisankina » ou « fihavanana » que cela sous- entend. Cependant, certains hommes politiques, sous couverts de modernisme, essaient de démolir la théorie du « fokonolona ». Dans le contexte actuel, elle n’est absolument pas dépassée et peut servir de relais aux idées de progrès qui doivent permettre au pays de se développer. L’élection présidentielle de cette année est l’occasion pour les candidats de l’intégrer dans leur programme.

Patrice RABE

Midi Madagasikara21 partages

Promotion de la Femme : 85 000 personnes sensibilisées en 2017

La promotion du genre, de la Femme notamment, recèle d’énormes potentialités économiques.

Même si le combat est loin d’être gagné, des avancées notoires ont été accomplies en matière de promotion de la Femme l’année dernière. Citons entre autres la sensibilisation de 85 000 personnes à cette cause en 2017.

Ce nombre important a été atteint entre autres grâce à 653 séances de formation organisées à travers le territoire par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et ses partenaires techniques et financiers. Des séances de formation auxquelles se sont ajoutées la promotion et la facilitation de dialogue communautaire qui favorise entre autres, le développement de ces communautés, l’épanouissement et l’autonomisation de leurs membres : femmes et enfants, hommes et personnes âgées. Par ailleurs, outre les supports de communication classiques tels que les affiches et spots audio-visuels, des approches plus terre-à-terre et plus ludiques, voire artistiques ont été adoptées, telles que la marche, ou encore des spectacles de marionnette.

Accompagnement des victimes. Avoir vécu et subi des violences basées sur le genre (VBG) nécessite des mesures d’accompagnement, voire de réinsertion socioprofessionnelle selon la gravité des chocs subis. Dans cette optique, ce sont 11 800 victimes- femmes et hommes (car les VBG concernent également les hommes !) ont été pris en charge dans les Centres d’écoute et de conseil juridique (CECJ), 16 d’entre CECJ ont d’ailleurs été quelques peu réveillés de leur sommeil et connu une redynamisation effective. Ce n’est pas tout ; les activités de 7 plateformes de lutte contre les VBG ont été boostées au niveau régional. Plateformes auxquelles se sont ajoutés 17 réseaux d’hommes volontaires pour la promotion de l’effectivité du cadre juridique contre les VBG. Dans un registre autrement plus heureux, 380 femmes enceintes dans le pays du Betsimisaraka ont eu droit à des kits d’accouchements.

Autonomisation économique. L’indépendance financière de la Femme représente un grand pas vers son émancipation et son autonomisation, sans oublier son épanouissement. Ainsi ce sont 1531 femmes qui ont bénéficié de dispositifs de réinsertion économique, dans diverses régions de l’île, de la région SAVA (Sambava, Antalaha, Vohémar, Andapa) à la région Atsimo-Andrefana en passant par la région Boeny, etc. Intéressant également, le concours « Vehivavy mizaka tena ara-toekarena », ou « des femmes économiquement autonomes » en traduction libre ; qui a permis de récompenser et d’accompagner techniquement et financièrement trois associations sur les 578 associations candidates, provenant des 22 régions de Madagascar.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara20 partages

Employés limogés à l’ORTM : Recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’Etat

Hier, une délégation du syndicat « Fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana malagasy » (F3M) se sont rendus à Anosy pour tenter une médiation.

Une injustice. Une vingtaine d’employés de l’Office de la Radio-Télévision publique de Madagascar (ORTM) vient de perdre leur emploi. « Mon licenciement ayant été décidé le 23 janvier, pourtant, je n’ai appris la décision que le 1er février », a expliqué une jeune Secrétaire de Direction qui apprend la rupture de son contrat de travail alors qu’elle vient de reprendre service après trois mois de congé de maternité. Elle a mis au monde son enfant le 30 septembre 2017. En effet, les employés limogés dénoncent « une vague de licenciements abusifs, sans motif et illégaux car il n’y a eu ni préavis ni concertation au préalable ». « Les motifs du limogeage ne s’affichent même pas sur la lettre de licenciement », martèle-t-on. Ce plan de redressement social concerne uniquement des employés de courte durée (ECD) qui ont pourtant travaillé à la Radio et Télévision nationale Malagasy depuis plus de six ans. D’après les informations qui circulent du côté d’Anosy, mis à part ces 20 employés, une trentaine de fonctionnaires au niveau de l’ORTM risqueraient également de perdre leur travail d’ici peu. Le Ministère de tutelle envisagerait donc de remercier une cinquantaine de ses agents.

Fonctionnaires fantômes. Face à cette injustice, les employés limogés vont déposer ce jour un recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d’Etat pour demander le sursis à exécution et l’annulation de la décision relative à leur licenciement. Hier, une délégation du syndicat « Fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana malagasy » (F3M) s’est rendue à Anosy pour tenter une médiation. Lors de la rencontre, les hauts responsables au niveau de la RNM, de la TVM, de l’ORTM et de la Direction des infrastructures techniques (DIT) auraient avancé comme motifs de cette vague de licenciements par un problème de trésorerie, des problèmes techniques, un sureffectif et d’incompétence. Il serait même question de fonctionnaires fantômes au niveau des médias publics. La question est cependant de savoir pourquoi les responsables de l’Administration publique n’ont détecté les employés fantômes que plusieurs années après leur recrutement.

« Kiantrano antrano ». Au cours de leur rencontre avec les représentants du syndicat « Fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana malagasy », les employés limogés ont dénoncé le « kiantrano antrano » et le « deux poids deux mesures » de la Direction générale de l’ORTM. Certains employés seraient rarement présents au bureau et ne se présenteraient à Anosy que pour signer la fiche de présence. Pourtant, ces personnes ne sont pas concernées par cette mesure. En tout cas, ce qui se passe actuellement au niveau de l’ORTM confirme l’existence de problèmes de gestion du personnel au sein de l’Administration publique. Pas plus tard que le 1er décembre dernier, une cérémonie de remise de contrat de travail pour 22 agents nouvellement recrutés au niveau du ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions a eu lieu à Nanisana. A l’occasion, le ministre Harry Laurent Rahajason a déclaré que « ce recrutement entre dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de la lutte contre le chômage préconisée par le président de la République ». Pourtant, deux mois après, son Ministère a fait une vingtaine de nouveaux chômeurs.

Davis R

Midi Madagasikara19 partages

Fianarantsoa : Sokatra an-jatony sy rongony marobe nafenina tao anaty vatam-paty

Izany tokoa ny hoe tsy kely lalana ny ratsy. Taxi-brousse iray handeha hizotra aty an-drenivohitra no sarona nitondra sokatra sy rongony, izay nataon’izy ireo tao anaty … vatam-paty. Tra-tehaka teo amin’ny barazin’ny mpitandro filaminana, alohan’ny hiditra an’Alakamisin’Ambohimaha ity fiara ity, omaly. Saika nety ny teti-dratsin’ireto mpanondrana an-tsokosoko ireto satria hatrany Toliara dia toa tsy voasakana mihitsy izy ireo raha io teo Fianarantsoa io. Tsy mahagaga tokoa satria ireo mpitandro filaminana rehefa mahita an’ilay vatam-paty teny ambony fiara dia saika mamela mandeha avokoa. Teo amin’ity barazy iray teo an-drenivohitr’i Betsileo ity anefa no naharava avokoa ny tetika. Rehefa nosakanan’ireo pôlisy mantsy ilay taxi-brousse dia tsy nety nijanona. Fihetsika izay nampiahiahy tanteraka ary nirosoan’ireo mpitandro filaminana tamin’ny fanenjehana ilay fiara. Tsy lasa lavitra moa dia tratra ity fiara ity ary natao ny fisavàna ireo taratasy. Tamin’io ihany koa no hita fa tsy misy ara-dalàna ny antonta-taratasy rehetra mahakasika “razana” voalaza fa nentin’izy ireo. Tsy nisy taratasy manamarina fahafatesana tany amin’izy ireo ary mainka fa tsy voahisy tombokase manidy ilay vatam-paty na “scellage” avy amin’iny tompon’andraikitram-panjakana. Voatery notanana araka izany ireto olona ireto ary nasaina novahana ny vata. Hatairana ny an’ny rehetra raha nahita fa zana-tsokatra an-jatony mahery no tao anatin’ity vatam-paty ity. Tsy vitan’izany anefa fa mbola nahitana gony maromaro nisy rongony ihany koa niaraka tamin’ireo. Voatery nampidinina sy notanana nanaovana fanadihadiana avokoa araka izany ireo olona rehetra tao anaty fiara. Nisy tamin’izy ireo ihany moa no mpandeha tsotra tsy nahafantatra na inona na inona, araka ny fampitam-baovao azo. Efa mandeha moa ny famotorana izay ataon’ireo pôlisy any an-toerana amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara18 partages

Football-CHAN 2018 : Les Marocains en démonstration

Les Lions de l’Atlas avec le prince héritier Moullay Hassan.

La finale de la CHAN 2018 de dimanche, dans un stade Mohammed V des grands jours, a tourné en démonstration avec des Marocains euphoriques et devant l’air ravi du prince héritier de 14 ans, Moullay Hassan.

Il n’y a plus qu’une seule équipe après la première mi-temps, notamment des Lions de l’Atlas qui n’ont rien laissé aux Nigerians battus par plusieurs facteurs.

D’abord par l’arbitre Bakary Papa Gassama qui sortit le second carton jaune synonyme d’expulsion pour Eneji Moses(47), ensuite par ce froid polaire où le thermomètre flirtait le 0° sans parler de cette pluie fine qui rendait la superbe pelouse savonneuse. Autant de facteurs qui ont fait vivre l’enfer à des Nigerians méconnaissables alors qu’en face et sous la houlette d’un public admirable, les Marocains évoluaient comme des poissons dans l’eau et sans la moindre fausse note voire un tantinet chanceux à l’image du double buteur Zakaria Hardy (44e et 63e).

Walid El Karti porta l’estocade à l’heure du jeu en marquant devant une forêt de jambes nigerianes dans un stade en délire.

Le président de la CAF, Ahmad lors de la remise de médaille.

Autant le dire, la mayonnaise avait bien pris dans cet amalgame moitié Wydad et Raja de la même ville de Casablanca concocté par l’entraîneur Jamal Sellami qui cédera sa place au Français Hervé Renard dans l’équipe A.

Le quatrième but marocain était l’œuvre de Yaoub El. J’ai à la 73e minute alors que le public était déjà debout pour saluer ses héros.

Les feux d’artifices d’après étaient à la mesure de cette joie immense d’un pays qui postule pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026. Avec des sérieux atouts car ce Maroc là a tout pour plaire avec de très beaux stades notamment à Marrakech qui est une copie de celui de Lyon. Comme le président de la CAF, Ahmad, a promis d’apporter son aide, ce pays magnifique part avec la faveur des pronostics.  On parie ?

Clément RABARY (Casablanca)

L'express de Madagascar16 partages

Émergence – Quid des politiciens marginaux

Les politiciens «tiers» doivent s’unir. Ils doivent cogiter autour d’un nouveau plan d’émergence pour le pays.

Deux présentations de plan d’émergence de Madagascar ont marqué le début de l’année 2018. D’une part, « Émergence 2030 » présenté à Iavoloha par le président de la République Hery Rajaonarimampianina, lui-même. D’autre part, « Initiative Émergence Mada­gascar », présenté à Paris par l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina. Ces deux personnalités ont chacun leurs partisans et fanatiques. Le fait est que l’on a tendance à ne mettre en lumière que les partisans des deux hommes politiques, ou du moins sur ceux qui épousent ces deux plans d’émergence.Selon un ancien membre du Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE), les partis et hommes politiques qui ne sont ni d’un côté ni de l’autre devraient s’unir. « Ils doivent former un bloc pour définir ce qu’ils jugent bon pour le pays et élaborer, à leur tour, un plan d’émergence », a soutenu la source.Pour argumenter, ce membre du CVDE mise sur le fait que les politiciens devraient mettre de côté leur ego et penser davantage au développement du pays. « En s’unissant, les politiciens peuvent cogiter et se mettre d’accord sur un plan d’émergence en commun », a-t-il soutenu. Si cela semble être une bonne stratégie politique, il ne faut, cependant, pas oublier que les politiciens ont leur propre conviction. Un leader de parti peut choisir de ne pas s’allier à un autre parti, que ce soit par méfiance ou à cause de désaccord.« Émergence 2030 » et « Initiative Émergence Mada­gascar », présentés en l’espace d’à peine une semaine, ont suscité des réactions en chaîne aussi bien dans la presse que sur les réseaux sociaux. Si le Président Rajaonarimam­pianina mise sur l’émergence économique pour sortir le pays de la misère, Rajoelina, quant à lui, propose « de rassembler les idées et les compétences pour bâtir le développement socio-économique de la Grande île ». Ces deux projets sont, chacun à leur manière, très optimistes et reflètent la candidature des deux hommes politiques, même si aucun d’eux n’en confirme encore l’effectivité.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara15 partages

« One beat » : L’ambassade américaine offre une opportunité aux jeunes musiciens malgaches !

Rappeurs, groupes de jazz, musiciens classiques, concepteurs de son, beatmakers,   artistes multimédia, DJs,  ingénieurs de son ou ceux combinant deux ou plusieurs de ces styles sont invités à participer au projet « One Beat 2018 » qui durera un mois aux États-Unis. Ce programme de résidence artistique qui se déroulera cette année du 12 septembre au 14 octobre, offre la possibilité de se réunir avec des musiciens du monde entier pour collaborer à la création et à la performance de nouvelles musiques. Pendant cette période d’environ un mois, les participants en provenance d’une cinquantaine de pays dans le monde auront effectivement l’occasion d’écrire, de produire, de collaborer sur de nouveaux projets, d’explorer de nouvelles traditions musicales, de découvrir de nouvelles technologies musicales et de développer des stratégies d’engagement social axé sur les arts. Les participants devront avoir entre 19 et 35 ans. Pour postuler, entrer dans le site web One Beat – http://1beat.org/. Les candidats ont encore jusqu’au 9 février pour s’inscrire.Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

Malaimbandy : Ady mangatsika eo amin’ny samy olom-boafidy

Omaly dia nisy nikasa ny hanidy ny biraon’ny ben’ny tanàna voafidy tao Malaimbady. Raha ny vaovao azo avy any an-toerana dia ny mpanolotsaina manokan’ny depiote iray izany. Voatery niditra an-tsehatra ny zandary vao nihemotra ireo olona izay manodidina ny telopolo isa. Tsy nisy taratasy avy amin’ny fitsaràna akory nanome alàlana izany famantsihana sy fanidiana ny birao izany, raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna. Io farany ihany no nilaza fa nisy fanalam-baràka nitranga dia ny filazana ampahibemaso fa ny tenany no tompon’antoka tamin’ny fakàna an-keriny izay nisesy tao an-toerana ary koa ny famarotana tranom-panjakana. Toe-javatra izay mifanohitra tanteraka amin’ny nataony, raha ny filazan’ilay olom-boafidy hitantana ny tanan’ i Malaimbandy. « Izaho aza no nitondra mpitandro ny filaminana marobe tao an-toerana mba hamerenana faran’izay haingana ny filaminana, ary izaho avokoa no niantoka ny lany rehetra. Momba ilay faharoa, fantatra ny fisian’ny fikasàna hanangom-bokatra diso tafahoatra ary tsy tiana ho lasan’ny olon-kafa mihitsy ny fanangonana izany fa ho an’ilay olom-boafidy izay manenjika ahy irery ihany. Raha nandray fanapahan-kevitra mba hanome toerana ny mpandraharaha hafa dia izao enjehina sy tadiavina hopotehina izao », raha ny fanazavan’ilay ben’ny tanàna hatrany. Ady mangatsiaka tanteraka no mitranga…

D.R

Midi Madagasikara13 partages

International Film Festival Rotterdam : « Disco Afrika » Luck Razanajaona, parmi les quatre projets prim...

Luck Razanajaona (en dread), entouré des membres du jury et des autres lauréats de l’International Film Festival Rotterdam.

Luck Razanajaona s’illustre, une fois de plus à un rendez-vous international, cette fois en Hollande. Il a gagné le « Wouter Barendrecht Award » et remporté un prix de 5000€ à l’IFFR qui s’est tenu du 24 janvier au 4 février.

Toujours sur la route du succès ! Luck Razanajaona fait une fois de plus parler de lui ! Ayant été sélectionné avec 15 autres projets à l’International Film Festival Rotterdam – IFFR, le court métrage du jeune réalisateur figure parmi les quatre projets primés. « Wouter Barendrecht » a effectivement été attribué à « Disco Afrika ». Son prix ? Une subvention de 5 000 €. Une récompense qui va permettre au réalisateur et toute son équipe d’aller plus loin et de porter encore plus haut le flambeau malgache. « Après une longue réflexion, nous avons décidé de décerner le prix à une équipe qui, selon nous, peut faire la différence, à la fois pour le cinéaste et pour la culture cinématographique et l’industrie de son pays ou plus précisément: le manque de cette dernière. Nous sommes convaincus que la subvention sera bien dépensée dans le développement ultérieur de cette entreprise », a déclaré le jury composé de Ellis Driessen et Nelleke Driessen, à propos de « Disco Afrika ».Prometteur. Luck Razanajaona n’en est pas à son premier prix international. Il a entre autres été choisi parmi plusieurs centaines de jeunes à travers le monde grâce à un scenario qu’il a écrit et est par la suite invité au festival de Cannes pour présenter son projet de long métrage « Le chant des Tlous ». Avec cette réalisation, il gagne le Prix Eclair au Pavillon Les cinémas du monde ainsi qu’une résidence d’écriture au Moulin d’Andé-Ceci. Il poursuit par le Durban Talent Campus, une résidence en Normandie. « Entre-temps, je suis sollicité pour encadrer des étudiants en première année au festival de Marrakech et est sélectionné en compétition internationale pour le 36e Festival international de court-métrage de Clermont-Ferrand ». Il a concouru et représenté Madagascar à plusieurs événements cinématographiques dans le monde. Mais pour Luck Razanajaona, ce n’est pas encore terminé. La fin est encore très loin de son dénouement et le jeune homme compte faire parler de sa Grande Ile en bien dans les quatre coins du monde.Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

ATHLETISME / Zone : Moins d’athlètes que d’habitude

Depa Sakaraha, le fervent adepte d’athlétisme de cette zone sud est assez triste. « Nous manquons d’effectifs ces derniers temps pour participer au cross country et aux courses de longue distance ». Car cette année, il n’y pas de senior dame pour la ligue Atsimo-Andrefana. La compétition de ce week-end  n’a vu que 2 juniors dames et 4 cadettes. Les clubs n’investissent plus dans les coureurs de fond. Les moyens techniques et financiers aussi font défaut. Bezaha et Sakaraha même se sont désistés pour cause de manque de financement. Ce qui fait que le niveau technique manque.

Les résultats de la compétition de cross country

Minime fille : 1reRuffine Gertrude (AJAT)13’10

Minime garçons 4km : Ramanandahy Jean Freddy(GST) 13’20.10

Cadette 4km 1re : Soatahy Judith Françoise (GST) 15″20.00

Cadet garçon 6km : 1er Falimanana Beranger(GST) 21,21.12

Junior dame 6km :  1re Fanirisoa Francoise Yvonne (ASPNATO) 28.20.23

Junior homme 8km 1er : Ramanahadray François (GST) 25’36.12

Senior homme 10km : 1er Fidel Haveloma 42,12.20

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara10 partages

Banque Africaine de Développement : Un forum africain pour la résilience, cette semaine à Abidjan

« Renforcer la résilience des populations au bas de la pyramide ». Tel est le thème principal du deuxième forum africain pour la résilience, organisé par la Banque africaine de développement (BAD), qui se tiendra les 8 et 9 février 2018 à la salle de conférences du Centre de commerce international d’Abidjan (CCIA) en Côte d’Ivoire. Des ministres, des représentants d’organisations nationales et internationales, des figures de la société civile ainsi que des universitaires et des personnalités du secteur privé… en tout, plus de 300 personnes seront au rendez-vous pour les travaux qui se dérouleront en plénières et sessions parallèles.  « Ces travaux permettront aux participants de débattre des moyens d’accélérer la mise en œuvre des cinq priorités stratégiques de la Banque africaine de développement dites High 5. Les participants discuteront également des modalités opérationnelles pour une meilleure assistance aux communautés, notamment les plus vulnérables, afin de renforcer leur résilience. A cet effet, ils mettront l’accent sur le partage des connaissances, l’impact de l’exclusion, le retour d’expériences d’intervention auprès des communautés en vue de mieux préparer les actions à venir », ont expliqué les organisateurs du forum.

Partenariats. En tant que plate-forme de partage d’expériences, la deuxième édition du Forum africain pour la résilience contribuera à fournir aux états et aux participants des opportunités pour établir des partenariats efficaces et,échanger sur des mécanismes de financement innovants et durables en faveur du renforcement de la résilience des populations au bas de la pyramide sociale. Elle permettra également de discuter du rôle de la politique publique pour soutenir les interventions au niveau communautaire dans les situations de fragilité. La principale nouveauté de l’édition 2018 du forum sera l’exposition de solutions innovantes et pertinentes contribuant à la mise en œuvre des High 5 au niveau communautaire. Une quinzaine d’entreprises et de start-up présenteront leurs produits testés et disponibles sur le marché de la sous-région.

Recueillis par Antsa R.

News Mada9 partages

Affaire houcine arfa : une dizaine de personnes entendues par le Bianco

Les enquêtes sont en cours selon le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).

Une source auprès de l’organe a fait savoir que plus d’une dizaine de personnes dans la capitale ont été entendues au sujet de l’affaire Houcine Arfa. Et l’enquête se poursuit encore.

«Nous devons tout prendre en compte du fait de la contradiction des différentes déclarations», a-t-elle fait savoir. Notons que la demande d’ouverture d’enquête a été déposée par le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) qui souhaiterait plus d’éclaircissement sur l’affaire.

De son côté, l’affaire n’a plus évolué depuis près d’un mois déjà pour le syndicat des agents pénitentiaires. «Nous n’avons toujours pas de nouvelles de nos revendications», a indiqué le président du syndicat des agents pénitentiaires, joint au téléphone hier alors que leurs collègues sont toujours en prison, notamment deux agents, un infirmier major et depuis peu le médecin en chef. Pour rappel, ces derniers ont demandé la libération de leurs collègues qui d’après eux, ont simplement été victimes d’un complot.

Néanmoins, une rencontre avec les autorités auprès du ministère de la Justice est prévue se tenir jeudi prochain. «Nous en saurons un peu plus lors de cette rencontre mais pour l’heure, nous n’avançons pas», a-t-il expliqué. En effet, si les agents pénitentiaires ont clamé leur innocence, une toute autre version a été formulée par le procureur de la République, ce qui a valu l’arrestation du médecin en chef de la prison.

Tahina Navalona

Midi Madagasikara9 partages

BILLARD : Le PCB 2 gagne le Grand défi

Rideau sur le tournoi à 5, Grand Défi. Le titre est allé à l’équipe de PCB2 après une finale disputée contre O’Dreams sur le score de 8 à 0. L’équipe de PCB 2 a été composée de Dina, Nekla, Nokla, Adil et Fenotiana et en face il y avait Teddy, Joh, Rao et Gael. A la demi-finale, Le PCB2 a eu le dessus sur la bande de BBCB et O’Dreams a battu l’Arena.

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar7 partages

Infrastructures – L’aéroport d’Ivato prend forme

Le Président Rajaonarimampianina a effectué une visite du chantier de construc­tion du nouveau terminal à Ivato. Les travaux sont achevés à 25%.

Dans le temps. Huit mois après le lancement des travaux, le futur terminal international de l’aéroport d’Ivato commence à prendre forme. Les charpentes métalliques indispensables pour la construction de ce bâtiment moderne sont déjà livrées et en cours de montage. Le premier étage du bâtiment est également en cours de construction. Les visiteurs ont d’ores et déjà pu avoir quelques idées sur ce futur terminal, en ce qui concerne son apparence. « À ce jour, 25% des travaux sont achevés », a déclaré Philippe Gesret, directeur de projet au sein de la société CMBI, le consortium de société en charge de ce chantier, devant les autorités malgaches conduites par le Président Hery Rajaonari­mam­pianina, hier, sur le site.Le locataire d’Iavoloha suit de près l’évolution de ce grand projet. « Cinquante ans après la construction de l’actuel aéroport international, nous avons lancé ce projet car Madagascar mérite des infrastructures modernes, suivant les normes requises », a-t-il déclaré lors d’une brève déclaration à la presse. Il a réitéré, en même temps,  l’importance des projets structurants qui contribuent à la création d’emplois, tout en s’inscrivant dans le processus de développement, à la création de valeurs ajoutées.

Meilleure accessibilitéL’évolution rapide de ce projet d’envergure est à mettre au crédit du professionnalisme de quelques centaines d’ouvriers  qui travaillent d’arrache-pied sur le chantier. « Une vingtaine d’entreprises sous- traitantes et trois cents ouvriers ont prêté main forte à la réalisation de ce projet », précise Philippe Gesret.Conformément à l’agenda, les travaux concernant le tarmac II ainsi que la construction des rotondes, prévues pour supporter les passerelles du futur aéroport, suivent également leur cours. La piste de l’aéroport d’Ivato  est aussi concernée par ce projet d’envergure. Les travaux y afférents débuteront fin mars-début avril 2018.« Toutes les entités aéroportuaires ont été avisées du lancement de ces travaux de piste. Ravinala Airports prend toutes les dispositions nécessaires pour que les travaux ne pénalisent pas le trafic et se fassent selon un créneau horaire convenu avec toutes les compagnies aériennes », indique une source auprès de Ravinala Airports, le concessionnaire de l’aéroport d’Ivato.Bâti sur une superficie de 17 500 m² et conçu pour être en phase avec les standards internationaux et les normes de l’Association du transport aérien international (IATA), le nouveau terminal international d’Ivato permettra une meilleure accessibilité de Madagascar et de nombreux échanges dans la région océan Indien. D’après les informations fournies par Ravinala Airports, le nouveau terminal d’Ivato aura une capacité d’accueil annuelle de plus de 1,5 millions de passagers. Il sera équipé de  trois passerelles permettant aux passagers d’embarquer directement à bord de leur avion, sans passer par le tarmac. Son parc de stationnement pourra accueillir jusqu’à quatre cents voitures. Dans deux ans, l’aéroport d’Ivato fera la fierté du secteur du transport aérien.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara5 partages

Basket-ball / Coupe du Président : 5 zones pour 60 équipes

La Zone nord a déjà débuté ses éliminatoires avec le forfait de NCBB Boeny.  Cela continuera jusqu’au 11 février prochain et tout juste après, ce sera le tour de la Zone Sud, du fin fond du Sud. Voici le programme de ces 5 ligues qui auront en tout 36 journées de matches donc.

*ZONE NORD (12) : du 3 au 11 février

Boeny (03) Diana (04) Sofia (02) Sava (02) Betsiboka (01)

*ZONE SUD (12)

Androy (03) Atsimo-Andrefana (03) Anosy (03) ) Ihorombe (03) du 10 au 18 février

*ZONE OUEST (12) du 17 au 25 février

Itasy (04) Bongolava (03) Menabe (02) Vakinankaratra (03)

*ZONE CENTRE SUD (12) du 24 février au 4 mars

Haute Matsiatra (04) Amoron’i Mania (03Vatovavy Fitovinany (03) Atsimo-Atsinanana (02)

*CENTRE (12) du 24 février au 4 mars

Atsinanana (04)Analamanga (04) Analanjirofo (02)Alaotra Mangoro (02)

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Douna loup : « L’oragé » au cœur d’une rencontre littéraire

Douna Loup, auteur de « L’Oragé » sacré lauréat du grand prix métis 2016.

« Hotsaka », la traduction malgache de l’ « Oragé » vient de sortir chez Dodo Vole le 1er février. Pour l’occasion, une rencontre-dédicace avec Douna Loup, l’auteur du roman sacré  lauréat du prix littéraire grand métis 2016 aura lieu  à Nantes le 14 février.

Donnant un avant-goût de « Nantes en Francophonie », cette rencontre met en exergue le roman qui s’inspire de deux figures majeures de la littérature malgache, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa ou Anja-Z. « L’écriture de Douna Loup recrée les audaces et les richesses nées du va-et -vient d’une langue à l’autre, du français imposé à la poésie Hova. D’enthousiasmes en créations, Rabe, Esther et leurs amours successifs nous interrogent sur la liberté des sentiments, la liberté d’expression, la liberté absolument », relatent les écrits.

Durant le concours, d’Esther, Marie Jo Lo Thong, n’a pas tari d’éloges pour le roman de Douna Loup.  « L’oragé c’est encore un appel au partage, une quête de sagesse,  il n’y a pas de langue supérieure. Comme il n’y a pas de race supérieure. Comme il n’y a pas de sexe supérieur. Il n’y a que des différences», relate Marie Jo Lo Thong en décrivant cet hommage à Rabearivelo, à la vie littéraire qui gravite autour du personnage.

C’est en malgache donc que Dodo Vole publie « Hotsaka », dans une traduction de Johary Ravaloson. Pour ainsi dire, « Jean-Joseph Rabearivelo peut bien se retourner dans sa tombe, car c’est de cela qu’il s’agit, réchauffer son âme, porter haut son flambeau », ponctuent les éditeurs de Chez Dodo Vole.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara5 partages

Ecoles numériques : 8 établissements bénéficiaires pour 2017-2028

Initié par Orange Solidarité Madagascar, le programme “École Numérique” continue de bénéficier à des établissements de la Grande- Île. Une expansion qui se poursuit durant cette année scolaire 2017-2018. A cet effet, cinq (5) écoles de la région Analamanga ( CEG Antanimena, CEG Ankadinandriana, CEG Itaosy, CEG Faliarivo Ambodiafotsy, CEG Analamahitsy) ainsi que trois (3) établissements de la région Diana (CEG Anivorano-Nord, CEG Hell-Ville et CEG Dzamanjary) ont été choisis pour bénéficier dudit programme. Une ouverture dont le lancement a été officialisé hier au CEG Antanimena sous une forte présence des responsables auprès d’Orange Solidarité Madagascar en la personne de la Présidente d’Orange Solidarité Josie Randriambeloma, Michel Degland Directeur général d’Orange Madagascar, des représentants du ministère de l’Éducation nationale ainsi que du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique. Il convient de noter que 88 écoles primaires et secondaires sont devenues des écoles numériques depuis le début du programme en 2014. Qui a permis à 42 200 élèves d’accéder gratuitement à des contenus éducatifs sous forme numérique.

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

DE CI… DE LA

# Eddy Rabary va faire résonner son jazz fusion en quartet. Fara West reçoit exceptionnellement un enfant du pays, oiseau migrateur de renom installé en France. Grand bassiste de jazz de la lignée des Rabeson, Eddy (Rabary) Rabeson, avant de repartir, jouera en compagnie de son frère Datita Rabeson, Titi Razakamiadana et Nali Rabarison.Il était prévu dans le cadre de Madajazzcar 2017, les amoureux de jazz attendaient son retour. Il est là, et les mélomanes pourront savourer la joie prometteuse des rencontres, des échanges, des partages avec ceux qui nous reviennent  de l’extérieur. Ce quartet jazz fusion vous propose un éventail de ses compositions.

# Participation à la fête de la musique : inscription ouverte à l’AFT. Artiste en herbe ? Jeunes groupes émergents et encore méconnus ? L’alliance française de Tananarive vous offre l’opportunité de vous produire devant un grand public. A l’occasion de la fête de la musique, elle organise comme à l’accoutumée une scène ouverte lors de laquelle pourront prendre part les jeunes en début de carrière qui auront passé avec succès les auditions. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 24 février. Ces auditions s’adressent à des artistes, musiciens, auteurs et compositeurs, seuls ou en groupe, sans limite d’âge, quels que soient le type et le genre de musique qu’ils font. Ils seront donc jugés par leur originalité et leur prestation scénique. Avis aux amateurs !Mahetsaka

News Mada3 partages

Gestion du domaine public : le torchon brûle entre le M2pate et la CUA

La tension monte entre le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE)  et la Commune urbaine d’Antananarivo, à propos de plusieurs constructions constatées dans la capitale.

Le M2pate qualifie ces occupations d’illégales qui ne respectent pas les lois régissant le Domaine public et l’Habitat à Madagascar. «C’est bien de construire des marchés à Antananarivo. Mais cela doit respecter la loi en vigueur», a avancé le directeur général de l’Aménagement du territoire (DGAT), Gérard Andriamanohisoa, à l’occasion d’une rencontre avec la presse, hier. En peu de temps, ce département a constaté plusieurs occupations illégales à Antananarivo. «Il s’agit d’une emprise du domaine public», d’après le DGAT.

Des cas concrets ont été apportés  par le M2pate à ce sujet. Il s’agit notamment des constructions  au beau milieu de la route à Behoririka, sur le bord du trottoir à Nosibe, devant l’entrée du marché de Pochard, sur le jardin public du côté de lac Anosy, sur le parking de l’esplanade d’Analakely. «Toutes ne respectent pas la loi régissant le Domaine public à Madagascar et les règlements sur l’Habitat», a-t-on avancé.

Lac Anosy

En effet, le M2pate a décidé de se prononcer après les vives polémiques liées à l’aménagement du lac Anosy et ses alentours, la semaine dernière.

Le directeur de l’aménagement est revenu sur le cadre règlementaire relatif aux domaines publics à Madagascar.  «L’article 4 de la loi 2008 sur le Domaine public stipule que les biens du Domaine public sont inaliénables, insaisissables et imprescriptibles alors même qu’ils seraient immatriculés suivant la procédure prévue par la loi sur la propriété foncière titrée».

Celui-ci a également évoqué l’article 179 dans la loi sur l’Habitat selon lequel «toutes constructions d’équipements publics doivent avoir un permis de construction. Que ce soit le pouvoir central ou les collectivités qui mènent le projet».

Et d’ajouter : «Or, ce n’est par le cas des pavillons fraîchement construits sur l’esplanade Analakely. Le ministère n’a même pas été averti sur ces constructions. De plus, une simple délibération venant d’une collectivité  ne peut pas outrepasser un décret ou une loi. Et c’est le cas à propos de la transformation du parking de l’esplanade d’Analakely en marché». 

La maire notifiée

Selon toujours le M2pate,  la CUA a déjà été averti à plusieurs reprises sur ces occupations illégales. Mais à en croire ce département ministériel, la CUA fait la sourde oreille et poursuit quand même ses projets. A rappeler qu’une rencontre avec la presse à propos de la construction des pavillons sur l’esplanade Analakely a déjà été organisée par le M2pate, l’an dernier, concernant le non respect de la loi en vigueur relative à ces constructions. Mais la CUA s’est défendue en annonçant que ces constructions sont aux normes.

Le bras de fer se poursuit donc entre l’Etat et la CUA. Pour le moment, le DGAT n’a pas fait allusion à une éventuelle démolition de ces occupations illégales. Celui-ci a avancé que «la maire de la capitale a été notifiée. Et nous avertissons aussi tout opérateur qui accepte de coopérer sur l’acquisition d’un terrain sans permis».

Ce responsable de conclure que «tous les dossiers concernant le réaménagement des domaines publics doivent passer par le M2pate même si le terrain est titré au nom de la CUA. Car la loi sur le domaine public est au dessus de tout autre texte».

Riana R.

 

Midi Madagasikara3 partages

Contrebande de voiture de luxe : Une Toyota V8 déclarée en panneaux solaires saisie par la douane

Comme nous l’avons annoncé dans notre édition de samedi dernier, la douane malgache a mis la main sur un cas d’importation en contrebande d’une voiture de luxe.

Selon les dernières informations, le méfait a été constaté par le Service de la Surveillance et de la Lutte contre la Contrebande (SSLC), au Port de Toamasina dans le cadre d’un contrôle à posteriori. Selon les investigations menées par la douane, le véhicule en question, en l’occurrence une Toyota Land Cruiser V8, a été dédouané au bureau des douanes de Toamasina par Fausse déclaration d’espèce (FDE). En effet, ce véhicule est inscrit au départ de Jebel Ali (United Arab Emirates) ; le connaissement (BL) a été modifié afin de déclarer par la suite des panneaux solaires. Les investigations ont également permis de connaître les sociétés de Transit concernées ainsi que les autres personnes impliquées de près ou de loin dans cette affaire qui a débuté le 18 décembre 2017,  quand un conteneur a été débarqué dans le port de Toamasina avec les déclarations suivantes 01 UNIT USED SUV MAKE : TOYOTA, MODEL : LAND CRUISER COLOR : WHITE.

Falsifiés

Le 20 décembre 2017, une demande de vérification des marchandises avant dépôt d’une déclaration en douane a été effectuée par la société de Transit responsable, motivée par la procédure CIVIO propre à tous les véhicules importés par des particuliers pour la détermination de la valeur pour la douane pour le dédouanement. Le 16 janvier 2018, une déclaration en douane a été enregistrée au bureau des douanes de Toamasina Port faisant état de 575 colis (cartons) de PANNEAUX SOLAIRES. Tous les documents tels que la facture, le BSC, le packing list ont été également falsifiés. Le conteneur est sorti du port le 17 janvier 2018 et a été dépoté à Tamatave pour échapper à tout contrôle routier de la douane sur la RN2. Une fois sorti et dépoté, le véhicule a été immatriculé  WWT par un concessionnaire automobile. Grâce aux investigations et renseignements recueillis auprès des indicateurs, le véhicule a été intercepté sur la RN2 au niveau d’Ambohimalaza. Aucun document d’importation n’a pu être délivré par le conducteur. C’est le deuxième cas de contrebande de véhicule de luxe constaté  par la douane malgache. Le véhicule pourra être restitué à son propriétaire si ce dernier s’acquitte des amendes, droits et taxes, en bonne et due forme ; le cas échéant, le véhicule sera mis en vente aux enchères par l’Administration.

R.Edmond.

L'express de Madagascar3 partages

Antananarivo-ville – Des bâtiments commerciaux à démolir

Des constructions illicites pullulent sur les places publiques dans la capitale. Le ministère responsable met en garde la commune urbaine d’Antananarivo.

Revalorisation des domaines publics. La démolition des bâtiments à usage commercial illicites dans le centre-ville d’Antananarivo risque de se poursuivre. En fin janvier, le ministère a déjà démoli les kiosques érigés à Anosy, dans le cadre des travaux d’aménagement autour du lac. Un autre kiosque a été également détruit à Behoririka, récemment. « Pour l’intérêt de tous, nous allons procéder à l’ouverture des voies publiques. L’État va ainsi procéder à la destruction des bâtiments dérangeants », lance Gérard Andriamano­hisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire, au sein du ministère en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) à Anosy, hier.Ce spécialiste de l’aménagement urbain a fortement critiqué les constructions sur les trottoirs, celles sans permis de construire ou encore celles qui ne suivent pas le plan d’urbanisme. Il a cité comme exemple, les pavillons nouvellement bâtis à Andohan’Analakely et à Anosibe dont une partie déborde sur la rue ou sur les trottoirs ainsi que les kiosques à Soarano, qui ne donnent plus accès aux piétons. Ceux qui se trouvent sur l’Espla­nade Analakely n’ont pas obtenu de permis de construire et ne respectent pasle plan d’urbanisme. « Cet endroit est réservé à un parking et non un marché », précise le ministère.

NotificationLa commune urbaine d’Antananarivo (CUA) aurait vendu ces parcelles à des privés, dont des commerçants malgaches, mais aussi des étrangers. « Nous avons fait un accord avec la CUA pour la construction de ce kiosque », témoigne un vendeur à Soarano.Le ministère lance un avertissement à l’encontre des responsables de la CUA. « Ce n’est pas parce qu’un lot est titré à la Commune que ses responsables ont le droit d’en faire ce qu’ils veulent. L’usage d’un domaine public est régi par la loi », assène Gérard Andriamanohisoa. Il précise que la CUA devrait aviser le ministère de tutelle pour chaque construction.Le M2PATE va notifier le maire de la ville d’Anta­nanarivo sur ces irrégularités. « S’il n’y a pas de régula risation, nous serons obligés de démolir les occupations irrégulières », conclut-il. Contacté par téléphone, le directeur de l’urbanisme au sein de la CUA n’a pas décroché.

Travaux d’aménagement à Anosy

Hasimpirenena Rasolomampionona, directeur général des services fonciers du M2PATE  a indiqué que le jardin à Anosy est un domaine de l’État et n’est pas titré à la CUA. Ce serait le lac qui appartiendrait à la CUA. « Nous ne refusons pas les travaux d’amélioration. Nous réclamons juste le respect de la procédure. La CUA devrait être avisée pour les travaux sur son domaine. C’est juste de la pure politique pour dénigrer Marc Ravalomanana, époux de Lalao Ravalomanana », souligne Hanitra Razafimanantsoa, député du 1er arrondissement et vice président du parti Tiako i Madagasikara (TIM).

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar3 partages

Région Androy – La mobilisation à l’épargne encore insuffisante

Les produits agricoles abondent actuellement dans la région Androy. Produits maraîchers, céréales, maïs, fruits de cactus inondent le marché d’Ambovombe. La pluie a fait son apparition au mois de décembre, conduisant, entre autres, à l’obtention de résultats satisfaisants.  La découverte de la culture résiliente à la sécheresse et proposée par l’ONG Gret  assurera en partie la sécurité alimentaire dans cette partie du sud de l’île.Seulement, beaucoup d’agriculteurs de la région ne connaissent pas encore l’épargne ou l’économie pour faire face à la période de soudure. « En ce moment, ils essaient de vendre le maximum de produits afin de financer l’achat de zébus. C’est une habitude culturelle, mais il leur manque des formations sur la gestion et l’épargne », indique un natif de la région. « La valorisation et la transformation ainsi que la conservation de ces aliments sont encore presque méconnues par les agriculteurs », reconnaît le directeur régional de l’Agriculture et de l’élevage.Pour un autre observateur, ce sont les techniques de mobilisation qui font défaut. « Leur informer en leur présentant un simple calendrier de culture indiquant le prix des produits à chaque période marquante de l’année est une des méthodes faciles pour leur faire comprendre qu’il est utile d’épargner ou même  de spéculer en fonction des cycles de production », explique ce spécialiste en méthode Reflect, une méthode visant le changement social.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Port de Toamasina – Un véhicule de luxe saisi par la douane

La douane a mis la main sur une Toyota Land Cruiser V8. Le véhicule aurait été importé en contrebande.

Mauvaise surprise pour le propriétaire d’un véhicule de luxe. Les choses ne se sont pas passées comme prévu pour lui. Lors d’un contrôle à posteriori effectué en janvier, l’administration douanière a retenu son véhicule de luxe de marque Toyota Land Cruiser V8. « Grâce aux investigations et renseignements recueillis auprès des indicateurs, le véhicule a été intercepté sur la RN2, au niveau d’Ambohimalaza. Aucun document d’importation n’a pu être délivré par le conducteur », a déclaré une source auprès de la direction générale de douane (DGD). De ce fait, la DGD annonce « un cas d’importation en contrebande ».Cette voiture de luxe était importée au mois de décembre. Pour déjouer l’administration douanière, le propriétaire du véhicule, aidé par des sociétés de transit, aurait falsifié tous les documents comme la facture, le packing list et même le bordereau de suivi des cargaisons (BSC). Au lieu et à la place du véhicule, ils ont déclaré à la douane des cartons contenant des panneaux solaires, le 16 janvier.« Ce véhicule a été dédouané au bureau des douanes de Toamasina par fausse déclaration d’espèce (FDE).  Ce véhicule est inscrit au départ de Jebel Ali aux Emirats Arabes unis, le connaissement a été modifié afin de déclarer, par la suite, des panneaux solaires », continue d’expliquer notre source auprès de la DGD. Le véhicule est sorti du port le 17 janvier et est immatriculé WWT, rajoute cette source.

Usage de fauxAlors qu’un mois plus tôt, le 18 décembre, un conteneur débarquait dans le port de Toamasina. La déclaration faite indique que celui-ci contenait un véhicule de luxe de marque Toyota Land Cruiser de couleur blanche. Mais le 16 janvier, le bureau de douanes de Toamasina a enregistré une déclaration de cinq cent soixante quinze colis de panneaux solaires pour le même conteneur.« Le véhicule pourra être restitué à son propriétaire si ce dernier s’acquitte des amendes, droits et taxes, en bonne et due forme ; le cas échéant, le véhicule sera mis en vente aux enchères par l’Admi­nistration », indique une source auprès de la DGD.La douane n’est pas à son premier coup dans la chasse aux importations en contrebande de véhicule de luxe. Au mois de septembre, elle a intercepté un véhicule de luxe de marque Range Rover, lors d’un contrôle à posteriori dans un parking à Ivandry Antananarivo. Le même mode opératoire se ressemble à peu près, en faisant une fausse déclaration avec des faux documents.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Maladroit

Un étudiant en droit achève un vieil auteur de larcin dans le campus de l’université de Fianarantsoa avec un moellon.  Un spectacle suivi par plusieurs étudiants et badauds stoïques , cruels et passifs. Visiblement, l’étudiant criminel, contre lequel un avis de recherche a été lancé par la police plusieurs jours après le meurtre, s’est fourvoyé. Comment un tel bourreau aurait-il envisagé une carrière d’homme de loi ? Sans attendre de devenir avocat ou magistrat, il s’est adonné à la vindicte populaire au lieu de montrer l’exemple à tous les spectateurs qui sont autant coupables que lui. Personne n’a levé le petit doigt pour empêcher cette exécution digne du Moyen Âge.On a beau décrier la charia, on n’en est pas loin voire pire. La charia passe par des sanctions exemplaires pour punir le coupable mais ne l’exécute pas. Une oreille, une main ou une autre partie du corps qu’on sectionne pour qu’on ne récidive pas. Et c’est une loi contraire à la Justice populaire qui ne devrait pas avoir cours dans une République régie par une Constitution.Mais loi ou pas, Constitution ou pas, dix commandements ou pas, ne pas avoir le droit de tuer devrait être tout simplement une notion élémentaire à un stade où l’évolution de l’homo sapiens l’a éloigné de la barbarie. Justement, le mauvais usage de la démocratie dans les pays pauvres crée des dérives de comportement et des réactions violentes. Quand la démocratie ne sert que l’intérêt des dirigeants et une petite partie de la population et est totalement inapplicable à la majeure partie de la société, analphabète et illettrée, il faut s’attendre à des attitudes qui rappellent que des étapes ont été brûlées dans l’évolution sociale.La justice populaire est propre à une population pauvre et inculte qu’on oblige à se soumettre aux règles et principes modernes alors que son évolution se situe à l’époque de l’homme de Cro-Magnon. Quand on y ajoute la corruption qui mine tout l’appareil judiciaire aussi bien les juges que les forces de l’ordre, toutes les conditions sont réunies pour l’explosion de la vindicte populaire. Pire, les fratricides et les parricides deviennent des banalités sociales.La barbarie se trouve des deux côtés. À la cruauté sans bornes des bandits est opposée une atrocité sans limites des« justiciers ». Entre les deux, la défaillance de l’État dans la réactivité, dans l’intervention, dans la répression, dans la fermeté envenime la situation. Le décapiteur d’Antalaha a pu échapper à la police pendant plusieurs mois avant d’être arrêté alors que la scène se passait devant les forces de l’ordre. Fallait-il attendre que celui qui a été décapité porte plainte pour enclencher les procédures comme on a l’habitude d’entendre face à un flagrant délit de meurtre ou de vol?Un avis de recherche a été lancé contre le futur homme de loi de Fianarantsoa, également originaire d’Antalaha, qui a, bien évidemment, disparu des radars alors qu’on aurait pu l’arrêter sur le champ. Pourquoi a-t-il fallu demander la franchise universitaire pour intervenir alors qu’on peut bien s’en passer pour mater les grèves des étudiants ?À Mananjary, il n’y eut ni enquête ni arrestation lors de la mise à mort d’une dame accusée d’avoir profané des sites sacrés. Une vie ressemble à une autre et un meurtre reste un meurtre quelle que soit la raison.  On se demande bien si on est un État de droit ou un État maladroit ?

Par Sylvain Ranjalahy

Tia Tanindranaza1 partages

MARC RAVALOMANANA

Tany amin’ny lalàm-pirenena faha-2 indray i Marc Ravalomanana no nanao fitsidihana sy ny nihaona nifampitakosina tamin’ny vahoaka omaly, ka isan’izany ny tao Nandihizana Carion, Manjakandriana, Ambatolaona.

 

FISAVANA TRANO

Nanaiky ny hisavana ny tranon’i Stephan, ilay mpianatra eo amin’ny taona faharoa amin’ny lalàna, ny filohan’ny oniversiten’i Fianarantsoa. Notontosaina omaly avy hatrany izany rehefa nampiseho ny didy fisavàna ny mpanao fanadihadian’ny polisy. Mitohy ny fikarohana azy ary efa namoahana « avis de recherche » ny tenany, ary efa mipetraka eny amin’ny biraon’ny polisy rehetra ny sariny. Notanan’ny polisy ho tsiambaratelo kosa ny zavatra hitan’izy ireo tao an-tranon’i Stephan.

 

OLOM-BOAFIDY MIADY

Vaky tanteraka ny ady eo amin’ny ben’ny tanànan’i Malaimbady sy ny depioten’i Mahabo. Omaly ary dia nofantsihan’ny  mpanolotsaina manokan’ny depiote ny biraon’ny ben’ny tanàna. Voatery niditra an-tsehatra ny zandary tao an-toerana nanakana an’izany. Olona tokony ho 30 teo no tonga nanatontosa ny famantsihana ary rehefa nifampirirarira teo dia nilamina ihany ny raharaha, nilaza rahateo ny zandary fa hampiasa hery raha toa ka mitohy ny fihoaram-pefy.

 MPIANATRA HO MPITSARA

Mpianatra ho mpitsara miisa 50 no manaraka fiofanana eo anivon’nyzandarimaria. Izany dia mahakasika ny fijerena ifotony ny fifandraisan’ny asa eo amin’ny zandary sy ny fitsarana ary koa ny fomba fanaovana taratasy arak’asa eo amin’ny roa tonta. Tsy ho ela dia hiparitaka eraky ny biraon’ny zandary eto Analamanga izy ireo, indrindra eny amin’ny sampan misahana ny heloka bevava an’ny zandarimaria.

 

TAKSIBROSY NAMONO OLONA

Namono olona indray ny taksibrosy tao Maevatanana. Vokatry ny fandehanana mafy sy ny entana be loatra nipetraka tao amin’ny tafon’ilay fiara fitaterana no nitarika ny lozam-pifamoivoizana, raha araka ny fanazavan’ny zandary. Ankoatra ny olona iray izay namoy ny ainy dia nisy efatra naratra mafy koa izay notsaboina tao amin’ny hopitalin’i Maevantanana. Avy aty Antananarivo ka hihazo an’Antsiranana io fiara fitaterana io.

 

NILATSAHAN’NY VARATRA

Nilatsahan’ny varatra izy mivady raha handeha hody hamonjy tokantrano iny. Maty tsy tra-drano ilay ramatoa ary tsy nahatsiaro tena kosa ilay rangahy raha tsy tany amin’ny hopitaly. TanyAmbatomanga no nisian’izany loza izany. Olona efa ho folo sahady izay no maty nilatsaham-potaka  teto amin’ny faritra Analamanga hatramin’ny fiandohan’ny taona.

 

Vazaha iray ihany koa no maty nilatsaham-baratra omaly tany Miandrivazo, ary naratra kosa ny vadiny, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Raha ny fanazavana dia nilatsaka ny varatra, ka naka sary izany io lehilahy teratany vahiny io no tratran’ilay varatra ihany koa, ka maty tsy tra-drano.

 

 

Midi Madagasikara1 partages

Kidnapping : Un fléau à éradiquer

« Jusqu’où ira-t-on ». C’est la question que se posent les observateurs face à la recrudescence du kidnapping ces derniers. Le dernier rapt en date de celui qui a frappé Akyl Cassam Chenai a provoqué, une  fois de plus des réactions qui témoignent de la lassitude des citoyens, face à l’incapacité des responsables d’éradiquer ce fléau.  Les opérateurs économiques notamment sont de plus en plus inquiets  par le fait que les kidnappeurs s’attaquent surtout à des chefs d’entreprises qui ont un poids important dans l’échiquier économique. « Le kidnapping est un phénomène antiéconomique »,  soutiennent ces opérateurs qui en appellent à  une plus grande prise de responsabilité de la part du gouvernement en général et des forces de l’ordre en particulier. « Si cela continue ainsi, il y a tout simplement un risque de fuite de capitaux » ajoutent-ils.  Bref, tout le monde attend du concret notamment de la part de la cellule de lutte contre le kidnapping récemment mise en place.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

OMNIS : 54 membres du personnel décorés pour leurs réalisations

Les employés de l’OMNIS ont reçu des distinctions honorifiques pour leurs années de service.

Si l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) a pu présenter un bilan positif et des réalisations importantes, c’est grâce aux efforts déployés par ses employés. C’est par ces mots que le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a procédé, avec le Grand Chancelier, à la remise de médailles et de distinctions honorifiques aux membres du personnel méritants de l’OMNIS. « Ces personnes ont effectué au moins 20 ans de service. Certaines ont fait beaucoup plus que cela. Elles méritent ces reconnaissances », a déclaré le ministre, lors de la remise de distinctions, qui s’est tenue dans le cadre de la cérémonie de présentation de vœux de l’OMNIS, le 18 janvier dernier au Yandy By-pass. En tout, 54 employés ont été décorés, dont 27 par l’Ordre National et 27 par l’Ordre de Mérite. Parmi personnes méritantes, le directeur général actuel de cette organisation gouvernementale malgache, Rasoanaivo Bonaventure a été décoré Commandeur de l’Ordre National.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

M2PATE : Des constructions illicites à Antananarivo

Les pavillons construits à l’esplanade à Analakely sont des constructions illicites selon le M2PATE.

Le directeur général de l’Aménagement du Territoire lance un avertissement à l’encontre de tous les partenaires de la CUA qui veulent exploiter ces nouveaux pavillons construits à l’espalanade à Analakely.

Les constructions effectuées par la Commune Urbaine d’Antananarivo à l’esplanade Analakely, à Behoririka, en face du Pochard à Soarano et à Anosibe sont illicites. Le directeur général de l’Aménagement du Territoire, Gerard Andriamanohisoa l’a évoqué lors d’une conférence de presse hier dans l’après-midi. En effet, « il s’agit d’un domaine public car les pavillons construits sont installés sur une voie publique ne respectant pas l’alignement du plan d’urbanisme. Il en est de même pour ceux qui sont mis en place en face du Pochard et à Behoririka. Cela gène la circulation routière », a-t-il poursuivi.

Permis de construire. Et lui d’enchaîner que le respect de la loi sur le domaine public prime avant la délibération  du conseil municipal. « Et même si le titre du terrain appartient à une collectivité territoriale décentralisée ou à un particulier, même à l’Etat central, il faut toujours demander un permis de construire. Le changement de l’utilisation de l’occupation du terrain en  tant que parking en marché public nécessite diverses procédures. En plus, les nouveaux pavillons bâtis à l’esplanade Analakely n’ont pas de permis de construire », a-t-il fait savoir. Et parlant de la construction des équipements publics, il a également soulevé que cela nécessite encore une autorisation du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement.

Avertissement. Face à cette situation, le directeur général de l’Aménagement du Territoire a précisé qu’il a déjà notifié la Commune Urbaine d’Antananarivo tout en demandant une rencontre entre les deux parties. Par ailleurs, « nous lançons un avertissement à l’encontre de tous les partenaires de cette collectivité territoriale décentralisée dont entre autres les commerçants qui sont prêts à exploiter ces pavillons car il s’agit d’une construction illicite ne respectant pas la loi sur le domaine public », a-t-il conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

CUA : Emblème de la commune supprimé par l’État au niveau des fokontany

La CUA serait actuellement victime de tracasseries de la part du gouvernement selon les conseillers municipaux. Tout a commencé par l’annulation de la perception du droit de circulation qui contribue aux ressources financières de la CUA. Par conséquent, la CUA enregistre un manque périodique de deux millions deux cent mille d’Ariary dans les caisses de la commune. Par la suite, les emblèmes de la CUA ont été enlevés des formulaires administratifs et des murs des fokontany à présent.
Face à tous ces faits, le premier adjoint au maire de blâmer que le gouvernement confond l'action de développement et la politique. Les Fokontany sont des branches au niveau de la CUA. Il doit y avoir une coopération de fonctionnement entre les deux entités. Les conseillers municipaux s'insurgent également contre les réhabilitations et constructions illégales sous la houlette du ministère des Travaux publics conformément à la loi. Le ministère doit demander l'autorisation auprès de la CUA avant de toucher à un terrain de la CUA. Personne ne conteste que ce ministère effectue une action de développement selon encore les explications, mais il est important de suivre les règles étatiques. Ces comportements sont des attaques en règle contre la Maire précise le conseiller municipal.
News Mada0 partages

Fampandrosoana eny ifotony : mahatsiaro iharan’ny antsojain’ny fitondrana ny CUA

Efa tena tafahoatra ? Tsy afaka ny hangina intsony ny eo anivon’ny fiadidiana ny Tanànan’Antananarivo manoloana ny ambaran’izy ireo fa antsojay sy barofon’ny fitondrana foibe.

Nambaran’izy ireo fa tena tsy rariny ary tsy azo ekena intsony ny endrika antsojay ataon’ny fanjakana foibe amin’ny CUA . Eo ny famefen’ny fanjakana ny tany misoratra amin’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra. Eo koa ny fandravana fotodrafitrasa. « Fanitsakitsahana ny lalàna velona izao ataon’ny fanjakana izao satria tsy maintsy mandalo amin’ny fanapahan-kevitry ny Tanàna raha misy ny zavatra heverina fa hotontosaina eto amin’ny amin’ny Tananan’ Antananarivo “, hoy ny   lefitra faharoan’ny ben’ny Tanàna Andriamorasata Julien, omaly, tetsy Analakely.  Nohitsiny fa odian’ny fitondrana tsy fantatra ny fananan’ny CUA  sata manokana mifehy azy , araka ny voafaritry ny lalàna. Noraisiny ho ohatra koa ny eny anivon’ny fokontany. “Nesorin’ny fanjakana ny sary famantarana ny kaominina.  Manampy ny Tanànan’Antananarivo  anefa ny fokontany, araka ny lalana mifehy azy.  Nesorina tamin’ny CUA koa ny fidiram-bolany, mitentina roa miliara Ariary mahery.  Midika ireo  rehetra ireo fa tsy misy mpiahy ny CUA”, hoy ihany izy.

Ambadika politika tanteraka

 Nanamafy kosa ireo eo anivon’ny mpanolotsain’ny Tanàna fa tsy fitiavana ny filoha teo aloha, Ravalomanana ny anton’izany rehetra izany. “Fihetsika mifono ambadika politika tanteraka  izao ataon’ny mpitondra izao”, hoy izy ireo. Tsy Antananarivo  Renivohitra  ihany anefa ny iharan’ny antsojay tahaka izao. Maro ireo kaominina tantanan’ny  ben’ny Tanàna ivelan’ny fitondrana tsy afa-manoatra noho ny fihetsiky ny fitondrana.

Tsiahivina fa nanotrona izao valandresaka tamin’ny mpanao gazety izao ireo solombavambahoaka avy amin’ny Tim, voafidy eto an-dRenivohitra. Ho tonga hatraiza izao barofon’ny fitondrana amin’ny mpitantana ny CUA izao ?

Synèse R.

News Mada0 partages

CFM : vao tadiavina ny fomba hitondrana ny fampihavanana

« Aorian’ny fihaonana amin’ireo sokajin’olona ireo no hahafantarana izay tena hitondrantsika ny fampihavanana. Mandrisika sy manamora ny fifampiresahan’ny samy Malagasy izahay amin’izao fotoana izao. »

Izay ny fanazavan’ny filohan’ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM), Maka Alphonse, ny faran’ny herinandro teo, momba ny fifampidinihana amin’ireo sokajin’olona samihafa hirosoana amin’ny fampihavanam-pirenena. Eo ireo mpitarika politika, mpitondra teo aloha, raiamandreny ara-pinoana, raiamandreny ara-drazana, ny firaisamonina sivily… Hitadiavana izay hisorohana ny mety hisian’ny krizy izany.

Tsy manan-javatra takina ny CFM, fa ireo sokajin’olona ihaonany ireo no hamoaka izay tokony hatao hirosoana amin’ny tena fifidianana mangarahara sy azo antoka, raha ny nambarany.

Ahina ho kitsapatsapa ihany ny raharaha

Hanao ahoana ny hoe fampihavanam-pirenena amin’izany? Mbola karazan’ny hanaovana kitsapatsapa ihany. Tsy efa nanaovana fitsapam-pahaizana tamin’ny nanendrena ireo mpikamban’ny CFM toy ny fandraisana mpiasan’ny orinasa ve ny amin’izay tetika sy fomba hanatanterahana ny fampihavanam-pirenena?

Izay no nahatonga ny hoe olona tokony hampihavanina, ohatra, lasa manendry mpampihavana. Mihevi-tena ho ambonin’ny lalàna sy ny fampihavanana? Ao ny tokony hampihavanina nefa mpampihavana. Misy ny tahotra sy tsy fahatokisan-tena amin’ny hahombiazana na tsia amin’izao fomba fiasa izao?

Amin’izany, misy hanilihana andraikitra fa hoe samy tompon-draharaha ny rehetra, efa nakan-kevitra sy niala-nenina. Hatramin’izao, misy hatrany ny tsy manaiky ny fomba nananganana ny CFM toy ny Komity fampihavanam-pirenena (CRN), ohatra.

Izay tsy hisian’ny korontana fotsiny aloha sy mandritra ary aorian’ny fifidianana ihany no zava-dehibe sy mahamaika izao, fa tsy fihavanana sy fampihavanana miorim-paka amin’ny tany, ny tantara, ny kolontsaina… ? Na mbola ahina hiotrika ao ihany ny olana fototra, fa saika tombontsoa manokana hatrany ny manesika sy manetsika ny sasany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Miantso an-dRajoelina ho kandidà ny TMH

Manomboka manao ranolava ny fanambarana. Nifampiarahabana noho ny taona 2018 ireo mpikatroka eo anivon’ny Tanora miandrandra ny ho  avy (TMH) ,  sampana distrikan’i Moramanga, ny faran’ny herinandro teo. “Manana fijery miandrandra ny hoavy ny fikambanana. Hevitra iombonanay manerana ny Nosy izany ka miantso sy manohana ny ho filatsahan-kofidin-dRajoelina hofidina filoham-pirenena izahay. Resy lahatra izahay fa hany afaka manavotra  ny firenena sy ny vahoaka ny filoha Rajoelina”, hoy ny filohan’ny TMH distrikan’i Moramanga, Ralaiarimalala Sylvain Rodolphe.  Fotoana koa io nampahafantarana  amin’ny fomba ofisialy   ireo tompon’andraikitry ny rantsa-mangaikan’ny fikambanana eny anivon’ny kaominina sy ny fokontany any Moramanga. Nitsangana tao anatin’ny efa-bolana izao ny TMH any an-toerana,  ka maro ireo niditra ho mpikambana noho ny faharesen’izy ireo lahatra amin’ny hiandrandrana   ny  ho avy  tsaratsara kokoa. Anisan’ny miandry azy ireo ny hanatanterahana ireo vina sy tetikasa samihafa , manomboka eny anivon’ny fokontany sy kaominina. “Mifampitaiza izahay ary manao asa sosialy ho amin’ny fifanampiana ary firaisana tombontsoa”,  hoy ihany  izy.

Tsiahivina fa nanamarihana izany hetsika izany ny lalao baolina kitra sy ny fifankalalan’ny samy mpikambana.

Synèse R.

News Mada0 partages

«Raharaha kidnapping – Akil Cassam Chenai» : mikoropaka ny fanjakana, olona 8 nosamborin’ny “Saka m...

Toy ny tany miady any Toamasina amin’izao fotoana izao, taorin’ny raharaha kidnapping farany teo. Rakotra mpitandro filaminana ahitana zandary sy polisy amin’ny fiara 4×4 sy kamiao mifamezivezy any an-toerana. Savaina avokoa ny fiara, moto, olona mandeha an-tongotra, amin’ny toerana fisotroana na andro na alina. Tonga tany an-toerana ny zoma teo, ny avy amin’ny “Saka mainty” ka olona valo avy hatrany no nosamborin’ireo.

Anisan’ny voasambotra ihany koa ny sefom-pokontany tao Andranamadio. Ity farany izay nahitana ilay fiara Fiat miloko fotsy. Ny loharanom-baovao hatrany nahenoana fa mpitandro filaminana no tompon’ ity fiara ity.

Raha ny vaovao avy any an-toerana ihany, atahorana ny tondro molotra amin’ny fisamborana ataon’ny mpitandro filaminana. Efa manana lisitra ny mpitandro filaminana ka izany no nahahaingana ny fisamborana ireo olona valo.

Amin’ity tranga any Toamasina ity, voalaza fa voatontonona amin’izao fakana an-keriny izao indray i Roger Lala Stéphanie. Ity farany izay manefa sazy ao Antanimora. “Fomba entina hamiliviliana vaovao izany », hoy ny manamboninahitra iray nanontaniana.

Tsy mbola votsotra ilay Karana

Na eo aza anefa izao hetsika ataon’ny mpitandro filaminana izao, tsy mbola hita ilay Karana nisy naka an-keriny. Efa dimy andro izay tsy nahitana azy io, ary tsy mbola nahazon’ny mpitandro filaminana vaovao momba azy. Ny teto an-dRenivohitra, efa votsotra ny tompon’ny Kaldas. Tsy nisy fihetsiketsehana be kosa anefa teo anivon’ny mpitandro filaminana. Ny fantatra, nanome vola ireo mpaka an-keriny ny fianakaviany. Tsy fantara izay tompon’antoka sns, amin’ity fakana an-keriny teto an-dRenivohitra ity.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Andakana Ambohidratrimo : mpivady mpanamboatra basy vita gasy saron’ny Sag

 Raitra ary azo lazaina fa voafehin’ireto mpivady saron’ny polisin’ny Sag ireto ny fanamboarana fitaovam-piadiana mahery vaika. Basy marobe niaraka tamin’ny fitaovana fanamboarana izany no tratra tao an-tranon’izy ireo eny Ambohidratrimo…

 Voasambotry ny polisin’ny Sag teny Andakana Ambohidratrimo ny alakamisy 1 febroary 2018 lasa teo ireo mpivady mpanamboatra basy vita gasy ao amin’ny trano fonenany. Nahazo loharanom-baovao ny polisy momba ny fisian’ireto mpivady manamboatra basy ao an-tranony ireto. Nanao fitsirihana nandritra ny telo andro teo ho eo ireo olona mivezivezy sy mandalo ao amin’io toerana io ny polisin’ny Sag sy ny BC ka niroso tamin’ny fisamborana amin’izay izy ireo rehefa vita ny fanaraha-maso ny toerana. Tratra teo am-panamboarana basy vita gasy mihitsy izy mivady tamin’io fotoana nisamborana azy ireo io niaraka tamin’ireo fitaovana rehetra fampiasan’izy ireo sy ny basy efa vita. Hita tao daholo ny fitaovana rehetra fampiasa amin’ny basy toy ny bala sy ireo kojakoja maro samihafa ilaina amin’izany. Hita nandritra izany fa tena basy mahery vaika ny basy amboarin’izy mivady ireto. Ahitana basy lava mitovy amin’ny basim-borona sy Kalachnikov ary pistolet.

Nohamafisin’ny polisy fao vao avy nivoaka ny fonja ny volana janoary teo, noho ny fanamboarana basy tany amin’ny faritra Tsiroanomandidy ity lehilahy ity kanjo izao tratra izao indray. Mbola mitohy, araka izany, ny fanadihadiana azy mivady ireto momba ity fanamboarana fitaovam-piadiana mahery vaika ity. Hatreto aloha, tsy mbola fantatra mazava na manamboatra fotsiny na sady mamatsy fitaovam-piadiana ihany koa izy mivady ireto.

Jean Claude

News Mada0 partages

Lozam-pifamoivoizana : Sprinter nivadika tany anaty hantsana

Taksiborosy Sprinter iray no niala lalana, ary latsaka tany anaty hantsana, tany Beapombo, kaominina Andriambilany, omaly maraina. Fiara avy any Fianarantsoa ho aty Antananarivo ity niharan-doza ity. Tsy nisy aloha ny aina nafoy fa maromaro ireo naratra tao anatiny. Nisy ny notsaboina tany an-toerana ireo naratra, ary efa nalefa niakatra aty an-dRenivohitra ny sasany.

Sprinter iray avy any Fianarantsoa ho any Mahajanaga, ihany koa, niharan-doza tany Tsiva Ankazobe, RN4 PK 124+200, ny asabotsy teo, tamin’ny 2 ora maraina. Nandeha mafy izy io ary nivadika tanaty fidinana sy fiolahana, araka ny fanazavan’ny zandary. Olona efatra naratra tamin’izany ka mbola vao 17 taona monja ny iray tamin’ireo. Noentina any amin’ny hopitaly CHD Ankazobe ny naratra rehetra ary misahana ny famotorana ny borigady Ankazobe.

Yves S.

News Mada0 partages

Tra-tehaky ny polisy… : sokatra 200 nafenina tao anaty… vatam-paty

 Avy any Toliara, saika hihazo an’Antananarivo ity taksiborosy Sprinter iray no nosakanan’ny polisy teo Alakamisy Ambohimaha, Fianarantsoa, omaly maraina. Rehefa nosavaina, tsy razana no tao anaty vatam-paty fa… zana-tsokatra niisa 200 eo ho eo.

Mahita fika foana! Saron’ny polisy avy ao amin’ny commissariat Central Ampasambazaha Fianarantsoa tao Alakamisy Ambohimaha, omaly ny taksiborosy Sprinter iray avy any Toliara nitondra zana-tsokatra miisa 200 natao tanaty vatam-paty. Ho an’ireo olona mijery tampoka dia hoe faty lena tokoa no nentin’ilay taksiborosy, hay zana-tsokatra marobe. Nampiakarina tany ambony fitoeran’entan’ilay taksiborosy ilay vatam-paty misy sokatra, avy eo mody nasiana sainam-pirenena mari-pamantarana fa mitondra razana ilay taksiborosy. Tsy izany anefa ny zava-nitranga fa zana-tsokatra nokasaina haondrana an-tsokosoko no tao anatiny fa tsy fatin’olona araka ny noeritreretin’ny rehetra nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Na ireo mpandeha tao anatin’ity taksiborosy ity aza samy tsy nisy nanampo na inona na inona hoe mitondra sokatra ilay fiara fa nihevitra ny rehetra fa mitondra razana tokoa no miaraka amin’izy ireo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, avy any Toliara hihazo an’Antananarivo ity taksiborosy ity kanjo izao tratra tao Alakamisy Ambohimaha izao. Nahazo loharanom-baovao mialoha ny polisy momba ny fisian’ity taksiborosy mitondra zana-tsokatra anaty vatam-paty ity ka noraisim-potsiny.

Nosavaina ny mpandeha rehetra…

Hatairana ny an’ireo mpandeha tao anaty fiara nahita ireo polisy nanakana ilay taksiborosy ka nampidina ireo vatam-paty nanao fisavana ny tao anatiny. Karazan’ireo zana-tsokatra ahina ho lany tamingana any amin’ny faritra atsimo ireto tratra tao anatiny nolazaina fa razana ireto. Navoaka tao anaty fiara ny mpandeha ka niroso tamin’ny fisavana azy ireo koa ny polisy. Hatramin’ny omaly, mbola tazonina anaovana fanadihadiana ao amin’ny kaomisaria Fianarantsoa ny mpamilin’ilay taksiborosy nitondra ity vatam-paty feno sokatra ity.

Mihaavolenta hatrany ny fomba fiadin’ireo tambajotra mpanao trafikana sokatra miainga avy any atsimo. Fahita hatramin’izay, fatorana scotch mba tsy hihetsiketsika ireo biby mialoha ny hanafenana azy miaraka amin’ny entana. Izao mahita hirika entina amin’ny vatam-paty indray dia mody lazaina hoe mitondra razana. Midika izany fa ambony ny tolotra momba ireny trafikana sokatra ireny matoa mitady ny fomba rehetra ahafahana mamoaka ireny sokatra ireny avy any atsimo ireo mpanao trafika. Tsy  mety ho fongana mihitsy ity resaka trafikana sokatra ity. Misy ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny fanenjehana ireo mpanao trafika, saingy tsikaritra kosa fa misy ireo “sokatra be” ambany latabatra mandady sy miray tendro amin’ireo mpanao trafika any atsimo. Misy aza efa mandady any anaty fiaramanidina hiondrana any ivelany vao tratra ireo sokatra sasany nefa mandalo “scanner” avokoa ny entan’ny mpandeha rehetra eny amin’ny seranam-piaramanidina.

Tsy azo antoka intsony izany izao ireny taksiborosy mitondra razana ireny satria mety tsy ho razana intsony ny ao anatiny fa izao iaraha-mahita izao.

Tazonina ao amin’ny polisy ao Fianarantsoa ireo zana-tsokatra tratra ireo mialoha ny hamerenana azy any atsimo. Mitohy kosa ny fanadihadiana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Nanao tatitra amin’ny papa François ny eveka

Nahatsiaro an’i Madagasikara ny papa François ny alahady lasa teo amin’ny kianjan’i Md Piera.  » Tiako ny manamafy amin’ny vahoaka malagasy fa akaiky azy ireo hatrany aho, indrindra taorian’ny fandalovan’iny rivodoza mahery vaika iny. Niteraka fahavoazana sy faharavana maro, aina nafoy sy traboina. Ny Tompo anie hankahery sy hanohana anareo « , hoy izy.  Nialohavan’ny fihaonan’ireo eveka telo mirahalahy, mandrafitra ny birao n’ny Fivondronamben’ny eveka  ny papa François izany. Nitarika azy ireo ny filoha, ny Mgr Tsarahazana Desiré. Tombanana  fa nampahafantatra ny tranga eto amin’ny firenena  amin’ny ao  Vatikana izy ireo. Anisany io resaka rivodoza  io.  Mety ho nampahatsiahy  ny hafatry ny eveka taona 2017 amin’ny papa François  koa  izy ireo. “Milaza miara-mahita isika fa mikororosy fahana hatrany ny fiainam-pirenena amin’ny lafiny maro. Difotry ny lainga sy fitaka ny fiainam-bahoaka ka tsy re intsony ny feon’ny marina; ny vola no zary fenitra tompoin’ny hatrany amin’ny faratampony”, hoy ny hafatra ny mey 2017. Nahazo  ny anjarany ireo mpitantana isan-tokony  tamin’izany hafatra izany. “Ho anareo zandary, polisy sy miaramila : be ny re sy hita ataonareo toy ny firaisana tsikombakomba amin’ny dahalo sy mpanao ratsy, miseho amin’ny fivarotana bala sy fampanofana basy ary ny fampihorohoroana  izany”, hoy ny eveka. Nambaran’izy ireo koa fa notolorana fahefana ny mpitondra nefa zary nampiasaina hitadiavana tombontsoa izany. “Tsy nanasoavana vahoaka. Tolotolotra sy ambin-kanina no nataonareo odin-tsento ho an’ny vahoaka”, hoy  ny eveka.

Randria

 

News Mada0 partages

Tsy fahaiza-mitantana : izao vao mikoropaka amin’ny sosialim-bahoaka ny mpitondra

 « Fotoana izay ijerena indrindra hoe: inona ny fotodrafitrasa tena hahazoana miaro ny tombontsoan’ny maro anisa, ahazoana mijery izay tena paikady hanalana ny vahoaka ao anatin’ny fahasahiranana. Izay no tena tanjona. »

Io ny fanazavan’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O., teny Mahazoarivo, afakomaly, momba ny fivoriana mikaton-trano hataon’ny governemanta miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka hatao any Mantasoa, ny 13 sy 14 febroary ho avy izao.

Hodinihina amin’izany ny laharam-pahamehana amin’ity taona ity. Hisy ny programan’asa maty paika amin’izay hotanterahina isaky ny minisitera, hiarahana amin’ny mpiara-miombon’antoka, araka ny nambarany.

« Efa mihazakazaka mieritreritra ny fifidianana ny olona. Marina sy rariny izany. Mahita kosa ny governemanta fa taom-pifidianana ity sady taona mbola iasana misimisy kokoa, satria tsy mbola tratra ny tanjona », hoy izy.

Tsy nahamaika ny fahasahiranam-bahoaka hatramin’izay

 Inona no natao hatramin’izay? Na tsy nahoana sy tsy nahamaika ny fahasahiranam-bahoaka… Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao vao mody mikoropaka ny mpitondra. Kabary isaky ny fiandohan’ny taona ny hoe laharam-pahamehana ny fitsinjovana ny fiainam-bahoaka. Inona no eo? Ahina ho mbola fisehosehoana fotsiny ny amin’izao.

Mbola mila dinihina indray ve izay tena mahamaika ny vahoaka amin’izao? Tsy inona fa izay tena tsy ahombiazan’ny mpitondra, mampahalemy azy. Eo ny tsy fandriampahalemana, ny tsy fahafehezana ny fidangan’ny vidim-piainana, ny firongatry ny fandrobana sy ady tany afitsoky ny vahiny na ny teratany tsy fanta-piaviana…

Amin’izao taom-pifidianana izao, tsy fihetsiketsehana isehoana fa tena mitsinjo ny vahoaka ve ny hoe fijerena izay tena laharam-pahamehana amin’ity taona ity. Tsy natao izany isan-taona. Na fitadiavana fahamarinan-toerana sy fitoniana politika ihany? Tsy inona fa ny hanohizana ny fitondrana amin’ny fe-potoam-piasana manaraka.

Mbola ho voafitaka amin’izany amin’ny fifidianana ve ny vahoaka… tsy nahoana na tsy nahamaika izay ela izay?

R. Nd.

News Mada0 partages

Célestin Andriamanantena 100 taona : raikitra ny « Seho roa mifanjohy »

Mpanao gazety, mpanoratra, andrarezin’ny kabary, sns. Anisan’ireo nahavita be tokoa teo amin’ny tontolon’ny kolontsaina i Célestin Andriamanantena. Hanamarika ny faha-100 taona nahaterahany ny Havatsa-Upem Arivonimamo.

Tafiditra ao anatin’ny fanamarihana ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny tenin-drazana. Ho fankalazana ny faha-100 taona nahaterahan’i Célestin Andriamanantena, hanatanteraka hetsika miavaka ny fikambanan’ny mpanoratra sy ny poeta malagasy Havatsa-Upem. « Seho roa mifanjohy », tontosaina ny alarobia 21 febroary izao. « Amin’ny maha seho roa mifanjohy azy, toerana roa no hanatanterahina hetsika iray mitovy, amin’io andro io », hoy Ony Lantoarimamy Ravorombato, filohan’ny Havatsa-Upem sampana Arivonimamo.

Ao amin’ny kaominina Imerintsiatosika manomboka amin’ny 2 ora tolakandro ny iray, ary ao amin’ny Clac Arivonimamo manomboka amin’ny 4 ora hariva ny faharoa. Fiantsana ny asa soratr’i Célestin Andriamanantena sy fampahafantarana sy famintinana ny tantaram-piainany. Ireo rehetra ireo, arahina fifanakalozana eo amin’ireo hanatrika ny « Seho roa mifanjohy ».

Fantatra fa fisantarana ny seho taona 2018 izy ity. Ny taom-piasana kosa efa nisokatra ny volana novambra 2017 lasa teo.

Ho an’ny Andro eran-tany ho an’ny poezia indray, hanatanterahana hetsika tahaka izao ihany koa ny fankalazana ny faha-100 taon’i Ener Lalandy. « Samy mpanoratra ngezalahy efa nitantana ny Havatsa-Upem avokoa izy ireo, ka rariny raha hanokanana andro manokana tahaka izao », hoy hatrany Ravorombato.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Fetin’ny mpifankatia : hiavaka ny « Fitian-tsiky »

Ho maromaro ny hetsika hatolotra ny mpifankatia amin’ny fetin’izy ireo, ny 14 febroary izao. Anisan’ny hisongadina, ohatra, ny « Fitian-tsiky », hotanterahina etsy amin’ny Cemdlac Analakely, ny tolakandron’io. Hiavaka izy ity, satria fotoana iray hanehoan’ireo mpanao hatsikana, izay tsy mbola niakatra sehatra goavana loatra, ny talentan’izy ireo. Azo lazaina ho sedra ho azy ireo io.

Miisa 15 mianadahy izy ireo no hifandimby hiaka-tsehatra. Samy mpikambana ao anatin’ny Mad comedy club (MCC), mpikarakara ny fampisehoana, izy ireo. Samy haneho ny talentany ny tsirairay, saingy antenaina koa ny hisian’ny fiarahana. Raha fintinina, hatsikana an-kira, an-dihy ary amin’ny fihetsika ny hatolotr’ireto mpanakanto maromaro ireto.

Ankoatra izany anefa, ho betsaka ny zavatra tsy ampoizina, toy ny mety hanaovan’izy ireo « comédie musicale », izay hampihomehy, mazava ho azy. Ireo rehetra ireo, samy hoenti-maneho ny fitiavana eo amin’ny olon-droa. Na izany aza, nambaran’ny filohan’ny Mad comedy club, Andrianina Mihora, fa tsy natokana ho an’ny mpifankatia irery ny fampisehoana fa sahaza ny fianakaviana mihitsy, izany hoe, na ny ankizy na ny lehibe. Fanombohana ihany ity ao amin’ny Cemdlac ity fa mikasa ny hampitombo ny fiakarana an-tsehatra ireto tanora mpanao hatsikana ireto.

Landy R.

News Mada0 partages

Fanamboarana ny tsenan’Ivato : miahiahy ireo mponina, misy ny manely tsaho

Omaly, nilanja sora-baventy ireo mpivarotra vitsivitsy ao amin’ny tsenan’Ivato nilaza ny ahiahiny amin’ny fanamboarana ny tsena izay hataon’ny fitondram-panjakana. Manahy izy ireo sao tsy ho ampy ny mpivarotra ny tsena haorina eo. Ny sasany milaza fa hanamboarana tobin-dasantsy io tsena io ka tsy hiala eo izany.

Nivoaka nifampiresaka mivantana amin’ireo mpivarotra anefa ny ben’ny Tanàna nitondra fanazavana sy nampisinda ny ahiahin’ny mpivarotra.  Nasehony tamin’izany ny rafitry ny tsena hamboarina eo. “Tsena vaovao sy tsara tarehy ho an’ny mpivarotra no hatsangana eo fa tsy misy zavatra hafa”, hoy ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy.

Nanomboka ny zoma teo, efa nilazana ireo mpivarotra fa tokony hifindra toerana manamorona ny sisin-dalana. Efa namariparitra ny toerana hivarotan’ireo mpivarotra manaraka ny sokajin’entana ny komitin’ny tsena. Tsy mety hanaraka izany ny mpivarotra vitsivitsy izay mibodo ny tsena ka lasa mikomy sy manakorontana ary mahavatra milanja sora-baventy mihitsy.

Na ireo taxi-be miantsona amin’ny sisin-dalana aza, efa nanaiky ny fandaminana namonjy ny toerana hametrahana azy vonjimaika mba hahafahan’ireo mpivarotra mifindra toerana mandritra ny fanamboarana ny tsena.

Omaly, nivarotra ny ankamaroan’ireo mpivarotra ao an-tsena. Olom-bitsy ihany ireo nitabataba sy tsy manaiky ny fandaminana.

Etsy andaniny, tezitra ny mponina ao Ivato amin’ny afitsok’ireto mpivarotra tsy tia fivoarana ireto. “Te hiantsena ao anatin’ny tsena madio izahay”, hoy ny sasany. “Mila mivoatra ny tanàna ary tsy tokony ho olom-bitsy no hanakana ny fampandrosoana”, hoy kosa ny hafa.

Miandry fatratra  ny fandatsahana fototra izay nampanantenain’ny fanjakana fa hatao ato ho ato ny mponina ao Ivato amin’ity fanaovana tsena efa malaza be ity.

Randria

News Mada0 partages

Miaraka amin’ny Orange solidarité : sekoly valo hisitraka ny fanabeazana nomerika

Ho an’ny taom-pianarana 2017-2018, hisitraka ny fanabeazana nomerika ny ivonteram-pianarana dimy ( ny CEG Antanimena, ny CEG Ankadinandriana, ny CEG Itaosy, ny CEG Faliarivo Ambodiafotsy ary ny CEG Analamahitsy) eto amin’ny faritra Analamanga sy telo ho an’ny faritra Diana. Iarahana amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana sy ny Paositra ary ny Orange solidarité ny fandaharanasa. Hatramin’ny taona 2014 no ho mankaty, sekoly amin’ny ambaratonga roa miisa 88 no azo nametrahana ny fanabeazana nomerika. “Notolorana “tablette” 50, fitaovana “vidéo projecteur”, serveurs roa ahitana antontan-kevitra maro isan-karazany azon’ny mpianatra kirakiraina ary ny fandaharam-pianarana ofisialy avy amin’ny minisitera ny sekoly”, hoy ny filohan’ny Orange solidarité. Tokony tsy hivoaka ny sekoly ny fitaovana ary mila fikajiana haharitra, araka ny toromarika avy any aminy.

Hanohana ny sekoly amin’ny fampiofanana ny mpanabe sy ny mpianatra hifehy ireo fitaovana ireo ny Orange Madagascar izay efa manana olona voatokana ho amin’izany. Tsapa fa mahasarika ny mpianatra ary mampivoatra ny fivelaran’ny sainy ny fampiasana ireo karazana fitaovana ireo.

Vonjy

News Mada0 partages

Ambohijanaka : notolorana masomboly sy zezika ireo tantsaha

Nahazo fanampiana avy amin’ny fiadidian’ny Repoblika ny tantsaha any amin’ny fokontany Ankadivolo, kaominina Ambohijanaka, Antananarivo Atsimondrano. Nandritra ny fambolen-kazo natao tany amin’ny kaominina Ambohijanaka ny nahitana izany ka nasaina notoloran’ny minisiteran’ny Fambolena zezika sy karazana masomboly samihafa. Hatramin’izay, tsy mahavita taona ny vokatra miakatra, kely ny vola miditra, sahirana tanteraka ny tantsaha.

Koa ny fanampiana ireo tantsaha ireo amin’ny fanolorana zezika sy masomboly, hiverenan’izy ireo indray amina karazana fambolena sy fiompiana madinika mahavelon-tena. Nataon’ny minisiteran’ny Fambolena ny fanadihadiana rehetra momba izany, koa aorian’ny fanomezana azy ireo izany fanampiana izany, hisy ny fanofanana azy ireo ho fanatsarana sy fampitomboana ny vokatra amin’ny alalan’ny teknika maoderina.

Kaominina ambanivohitra maro manerana ny Nosy, mila fanampiana toy izany ho fanatsarana  sy fampitomboana ny vokatra any aminy. Hita amin’ny karazam-bokatra maro izao ny faharatsian’ny kalitao sy ny fihenam-bokatra, saika isan-taona. Porofon’izany ny tsy fahampian’ny voka-bary.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ranomasimbe Indianina : tohanan’ny Vondrona eoropeanina ny jono

Nanomboka, omaly hatramin’ny rahampitso 7 febroary, any Nosy Maorisy, ny fivorian’ireo solontenan’ny vondrona mpanjono  avy amin’ny Nosy manodidina aty amin’ny ranomasimbe Indianina, anisan’izany ny avy eto Madagasikara. Manampy ireo ny avy any Kenya sy Tanzania. Tanjona ny fiaraha-midinika ny fampitomboan’ny COI (Commission de l’océan Indien) ny vola miasa ho an’ny jono (fanjonoana thon) amin’ny fandaharanasa SmarthFish, nahazoana famatsiam-bola avy amin’ny Vondrona eoropeanina.

Mahatsapa ny ao amin’ny COI, araka ny fanambarana natao tamin’ireo mpivory, fa miantoka ny fampitomboana maharitra ny harinkarena izany karazan-jono izany sy miteraka asa karazany maro any amin’ireo tany mpikambana ao aminy. « Miara-miasa akaiky momba izany toekarena manga izany ny COI sy ny Vondrona eoropeanina. Iaraha-miady hevitra ny fomba hoenti-miasa sy fanatanterahana izany », hoy Ralaimarindaza Luc, nandritra ny fotoam-panokafana ny fivoriana.

« Manana ny toerany lehibe eo amin’ny toekarena ny jono aty amin’ireo Nosy », hoy kosa ny minisitry ny Toekarena any Maorisy, Prem Koonjoo. Izy ihany koa ny misahana ny sehatry ny jono an-dranomasina any aminy. Noho izany, ilaina tandrovina ny faharetan’izany jono izany araka ny lalàna mamaritra azy aty amin’ny faritra. Tanjona ao anatin’ny fampandrosoana maharitra rahateo izany.

Ampahafantarina ireo mpivory, mandritra izany fivoriana izany, ny  antsipiriam-baovao rehetra sy ireo antontanisa samihafa mahakasika ny jono aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Miainga avy amin’izany ny fanavaozana izay tokony hatao, ny famatsiam-bola tadiavina, ny tsena, ho tombontsoan’ny firenena isanisany.

Tsiahivina fa tolotra tsara indrindra eo amin’ny tsena iraisam-pirenena ny karazan-trondro « thon », anisan’izany ny avy eto Madagasikara. Faritra lehibe amin’izany sehatry ny jono izany ny aty amin’ny ranomasimbe Indianina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ady amin’ny tsy fahampian-tsakafo : miara-miasa ho an’ny fambolena ny FAO, ONU, sy ny maro hafa

 Firenena maro maneran-tany niara-niombon-kevitra, nanomboka fiandohan’ny taona 2000, nandrafitra ny tanjona ho an’ny fampandrosoana amin’izao taonjato izao. Nofaritan’ny tale jeneralin’ny FAO, José Graziano da Silva, amin’izany ny ady amin’ny tsy fahampian-tsakafo, hifantohana amin’ny fambolena.

Efa nofaritana ny fiandohan’ny taona 2000 ny hampihena hatramin’ny 50 % ny tsy fahampian-tsakafo aty Afrika, ny taona 2015. Tsy tratra anefa izay tanjona izay, araka ny tatitra nataon’ny FAO, ny taona 2017. Miisa 224 tapitrisa ny mponina tsy ampy sakafo aty Afrika, niampy 24 tapitrisa indray aza, raha nampitahana ny taona 2015.

Noho izany, manamafy io tetikady io ny FAO ankehitriny, miaraka amin’ny Vondrona afrikanina, Firenena mikambana (ONU) sy fikambanana iraisam-pirenena maro hafa, hanafoana ny hanoanana hatramin’ny taona 2025. Maro ny fitondram-panjakana aty Afrika efa namaritra ny fandaharanasany momba izany any amin’ny sehatry ny fambolena sy fiompiana. Vao herinandro lasa, nilaza ny tetikasany ny minisiteran’ny Fambolena eto Madagasikara, hahaleo tena amin’ny famatsiam-bary amin’ny taona 2020.

Sakana lehibe ny fiovan’ny toetr’andro

Olana lehibe ankehitriny, anisan’ny sakana lehibe amin’ny fambolena ny fiovan’ny toetr’andro, vokatry ny haintany, indrindra amin’ny tapany atsimon’i Afrika. Antony hafa koa ny fisian’ny ady an-trano ; ary raha eto Madagasikara, noho ny tsy fandriampahalemana any amin’ny kaominina ambanivohitra maro. Misy fiantraikany ratsy goavana amin’ny tontolon’ny fambolena avokoa ireo toe-javatra ireo. Na izany aza, mizotra amin’ny fahombiazana avy amin’ny tetikasa nofaritany ny firenena 17 aty Afrika, araka ny tatitry ny FAO ihany. Tsy anisan’izany i Madagasikara.

Mila hentitra ny fampiharana politika momba ny fampandrosoana. Misy izao ny « Tahiry maitso » hiatrehana ny fiovan’ny toetr’andro hanampiana firenena maro aty Afrika. Manampy amin’ny famolavolana tetikasa hahazoana izany famatsiam-bola avy amin’ny « Tahiry maitso » izany ny FAO. Nampifandraisin’ny Sekretera jeneralin’ny Firenena mikambana (ONU), Antonio Guterres, amin’izany politika izany ny fandriampahalemana, miantoka ny fampandrosoana maharitra.

Mitaky fandaharanasa ny sosialim-bahoaka

Mitaky famaritana fandaharanasa manokana ny fiarovana ny sosialim-bahoaka, indrindra ny tantsaha any ambanivohitra, hahazoan’izy ireo mitrandraka ny sehatry ny fambolena, miampy ny tetikasan’ny fanjakana momba ny indostria amin’izany fambolena izany. Fototra mampitombo ny vokatra izany no hidirana amin’ny fifaninanana amin’ny tsena anatiny sy ivelany. Manampy betsaka amin’ny fahitana asa sy fidiram-bola izany, na amin’ny sehatra hafa ivelan’ny fambolena.

Koa azo antoka izao ny tokony hahatrarana ny tanjona ady amin’ny tsy fahampian-tsakafo mialoha ny taona 2030. Betsaka ny ahitan-taratra ny fiharenan’ny toekarena ankehitriny aty Afrika amin’izao fotoana izao”, araka ny voalazan’ny tale jeneralin’ny FAO ihany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Seranam-piaramanidina iraisam-pirenena : tonga eo amin’ny 25 % izao ny asa vita eo Ivato

 Valo volana taorian’ny nanombohana ny asa fanitarana ny seranam-piaramanidina eny Ivato, tonga nizaha sy nanara-maso ny fizotry ny asa ny filohan’ny Repoblika, Rajaonarimampianina, omaly. Nitondra fanazavana betsaka amin’ny lafiny teknika momba izany ny orinasa Colas Madagascar sy ny Bouygues bâtiment international (CMBI).

 Mandeha araka ny tokony ho izy ara-potoana ny fanamboarana ny seranam-piaramanidina vaovao iraisam-pirenena eny Ivato, manampy ny teo aloha. Tao anatin’izay valo volana nanombohana ny asa izay, tonga eo amin’ny 25 % izao ny asa vita, raha ny fanazavana nentin’ny tale teknika CMBI, Fuz Jean Louis. « Fotodrafitrasa fototra ireo vita ireo ary 4.000 m3 ny beton efa lany, tafiditra amin’izany ny toeram-piantsonan’ny fiarakodia hatramin’ny 400 isa ; manomboka indray izao ny asa fanaovana tafo”, hoy ny tale teknika, Fuz Jean Louis.

Vokatry ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina izao fizotry ny asa haingana izao, samy mahita tombontsoa amin’izany ny andaniny sy ny ankilany, araka ny fanazavana nentin’ny teknisianina iray hafa. Malagasy avokoa ny 95 % manao ny asa, samy manana fahaizana sy traikefa mifanandrify aminy. 300 ny miasa mivantana amin’izany, ankoatra ny asa hafa aterany.

Orinasa malagasy 20 miantoka karazana asa maro

Marihin’ny ao amin’ny CMBI ny fisian’ny orinasa malagasy 20 miantoka ireo karazana asa hafa maro, eo Ivato sy any Nosy Be. Fenitra iraisam-pirenena takina amin’izao fotodrafitrasa izao ny faritan’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny fitaterana anahabakabaka (IATA). Ny fahavitana izany, manampy betsaka ny lafiny toekarena eto Madagasikara sy aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Kendrena amin’io seranam-paramanidina io ny hahazakana mpandeha hatramin’ny 1,5 tapitrisa isan-taona.

Atao hitantana ity seranam-piaramanidina ity sy ny any Nosy Be ny Ravinala Airports. Tafiditra ao anatin’ny bokin’andraikitra amin’izany asany izany ny fiarovana ny tontolo iainana sy fanadiovana rano. Ho vita amin’ny faran’ny volana mey amin’ity taona ity ny fitaovana hoenti-miasa ho an’izany. Mandray fepetra tsy hampisy olana ny zotra rehetra ny Ravinala Airports mandritra ny fotoam-piasana rehetra.

Heverina tokony ho vita ny fiandohan’ny taona 2020 ny asa rehetra. Ao anatin’ny roa taona izany, manome lanja lehibe ho an’i Madagasikara sy ny fitaterana ana habakabaka ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena vaovao eo Ivato.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Faritra Boeny : manahirana ireo indostria ny fahanteran’ny seranan-tsambo

Misedra olana izay mitarika fatiantoka maro ankehitriny, ary miafara amin’ny fikatonan’ny orinasa, ho an’ny indostria sasany ny any amin’ny faritra, toy ny any Boeny. Nisy ny fifampidinihana mikasika izany, notarihin’ny Gepam (Groupement des entreprises de Mahajanga) sy ny Sim (Sendikan’ny indostroa eto Madagasikara), niarahana tamin’ny solontenam-panjakana any amin’ny faritra, ny volana jolay tamin’ny taon-dasa, izay mbola niverenana vao haingana, saingy tsy natao tamin’ny fomba ofisialy intsony fa niarahan’ireo mpitantana niaraha-nidinika “mangina”.

“Ny ho avin’ireo Indostria”, izay  ny lohahevitra niarahan izy ireo nidinika hitadiavam-bahaolana manoloana ireo olana sedrain’ireo orinasa sy indostria maro. Olana, araka ny fahitan’ny mpikambana ao amin’ny  Gepam azy, ny   fahalafosan’ny vidin’ny herinaratra, ny delestazy lavareny mifanesisesy, ny fifaninanana tsy ara-dalàna ateraky ny fisian’ireo sehatrasa tsy ara-dalàna, ny tsy firindran’ny fanondranana entana vokatry ny fahanteran’ny seranan-tsambon’i Mahajanga, izay tsy mbola nisy fanavaozana hatramin’ny nanamboarana azy tamin’ny andron’ny fanjanahantany.

Anisan’ny vahaolana naroson’ireo mpandraharaha ireo ny fanafoanana  ireo fifaninanana tsy ara-dalàna. Anisany voakasik’izany ny famehezana ny fanafarana friperies na ny  fanafoanana izany mihitsy, fameloma-maso ny sehatry ny toekarena, fampidinana ny TVA hatrany amin’ny 10%, fampiasana angovo azo havaozina sy ny famokarana herinaratra avy amin’ny riandrano ao Ambodiroka, faritra Betsiboka.

Efa nanaovana tatitra mikasika ireo olana ny any Mahajanga ireo ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina. Nampahafantarina izany koa ny masoivohon’i Afrika Atsimo sy Japana, ary ny ao amin’ny Banky iraisam-pirenena.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Indice sur l’état de droit : Madagascar en mauvaise posture

Madagascar régresse encore en matière d’Indice sur l’Etat de droit pour 2017-2018, publié par World justice project (WJP).

Madagascar dégringole. Et le dernier classement du WJP en témoigne une fois de plus. La Grande-île se trouve alors à la 16e place parmi les 21 pays d’Afrique et à la 98e place sur les 113 pays dans le monde sur l’Indice sur l’Etat de droit. Soit une régression de huit places, du jamais vu en la matière.

Le WJP s’est alors basé sur plus de 110.000 enquêtes auprès des ménages et 3.000 auprès d’experts avant de pouvoir établir le classement. Selon les explications, huit facteurs ont été pris en compte, à savoir les contraintes aux pouvoirs du gouvernement, l’absence de corruption, un gouvernement ouvert, les droits fondamentaux, l’ordre et la sécurité, l’application des règlements, et enfin la justice civile et pénale.

Corruption

En matière de corruption, le pays n’est pas mieux classé en se trouvant à la 145e place sur 175 pays dans le monde.  Ce qui justifie d’ailleurs ce classement. A propos des droits de l’homme en particulier, le travail s’annonce encore difficile, alors que le cas Antsakabary n’est toujours pas résolu à près d’un an après les faits. Cela sans compter les cas de justice populaire recensés un peu partout dans toute l’île.

Dans tous les cas, les premiers sur la liste sont, comme d’habitude et par excellence, la Norvège, le Danemark et la Finlande. Pour le cas de l’Afrique, le Ghana se trouve à la première position et à la 43e place à l’échelle mondiale tandis que l’Egypte occupe la dernière place en Afrique. Le Burkina Faso et le Kenya ont par contre enregistré la plus forte progression occupant respectivement la 5e et la 14e place.

Notons que la dernière publication du WJP sur l’Indice sur l’Etat de droit date d’octobre 2016 et depuis, «la majorité des pays ont vu leur score baisser en termes de droits de l’homme, contrôle des pouvoirs du gouvernement et de justice civile et pénale», explique l’organe.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Fafi V : nizarana fanampiana ny fianakaviana 20

Nitondra fanampiana ho an’ny fianakaviana 20 rava trano sy traboina eny Ambatomaro vokatry ny rivodoza Ava ny Sampana Fanantenana ao anatin’ny fikambanana mpanao Asa soa FafiV miaraka amin-dRaholdina Hanitriniala. Trano lehibe iray no nianjera ka nanimba ny trano manodidina, traboina sy sahirana ny fianakaviana 20. Nanome simenitra 10 gony, menaka, vary, paty, savony ary biskoy sy vatomamy ho an’ireo ankizy ny sampana Fanantenana. Ankoatra izay, tsy hadinon’ny fikambanana koa ny fiangonana pentekotista mitambatra Ambohidahy Ankadindramamy. Feno mpino hatrany  ny trano fivavahana ka nisy ny tetikasa fanitarana hametrahana “balcon” eny ambony. Nanome simenitra 1 t sy vatokely ary fasika ho fanampiana ny fanantanterahana izany izy ireo.

Nankasitraka ny fanampiana ny solontenan’ny mponina izay nahatsapa fa ilaina ny fiaraha-mientana sy ny fifanomezan-tanàna, indrindra ho an’ny madinika.

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – «Masters de Pattaya 2018» : fantatra ireo 32 hiatrika ny famaranana lehibe

 Tontosa avokoa ireo dingana roa amin’ny fifanintsanana hiadiana ny toerana, ho an’ny “Masters de Pattaya 2018”, taranja tsipy kanetibe. Ekipa 32 no hiady ilay tapakila, hiatrehana izany, amin’ny faran’ny herinandro ho avy izao.

 Vita, ny asabotsy 3 sy ny alahady 4 febroary lasa teo tetsy amin’ny kianja CBT Mahamasina, ny dingana faharoa, amin’ny fifanintsanana, ho an’ny “Masters de Pattaya 2018”, taranja tsipy kanetibe. Efa fantatra avokoa, araka izany, ireo ekipa 32 hiatrika ny famaranana lehibe, hotontosaina ny asabotsy 10 sy ny alahady 11 febroary ho avy izao, eny amin’ny kianja Les As Ambohimangakely.

Nambaran’ny tomponandraikitra fa hatao “système suisse” ny fifanintsanana isam-bondrona, ny andron’ny asabotsy, izany hoe, adim-pamantaranandro ka mivoaka ho mpandresy, izay mahazo isa ambony. 16 ny ekipa hivoaka amin’io izay hiatrika ny ampahavalon-dalana, ny alahady. Tsiahivina fa hisolo tena an’i Madagasikara, amin’ny “Masters de Pattaya 2018”, hotanterahina ny 22 – 25 febroary ho avy izao izay tafavoaka eo. Hiantohana avokoa ny tapakila sy ny “visa” ary ny fiantranoan’ny ekipa, amin’io fihaonana io.

Mandra-piandry izany, norombahin’ny ekipa nisy an’i Le Jean sy i Lalaina ary i Tiana ny fandresena teo amin’ny dingana faharoa, rehefa nandresy an’i Adrien sy i Mickael ary i Hery, teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa, 13 no ho 10. Norombahin’izy telo mirahalahy, araka izany, ny lelavola 600.000 Ar, raha 300.000 Ar kosa ny an-dry Hery.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Émergence La démarche présidentielle à côté de la plaque

Plus d’une semaine après sa présentation, la vision présidentielle baptisée «Fisandratana 2030» continue de ne pas faire l’unanimité. En effet, ce projet, censé inscrire le pays dans une nouvelle dynamique de croissance inclusive et doubler la richesse par habitant d’ici à 2030, a concocté dans l’empressement et renferme dans ce sens diverses incohérences.

C’est d’ailleurs ce que Holijaona Raboana a soulevé, hier, dans une publication sur les réseaux sociaux. Il se demande, en effet, s’il s’agit d’une incompréhension flagrante du concept «Emergence» de la part du régime. ll a expliqué que les pays dits émergents sont les pays en développement qui ne font plus partie des Pays les moins avancés (PMA). Holijaona Raboana note d’ailleurs que, «Ayant connu une croissance et un rattrapage économique durant la période récente (au moins une décennie), les pays émergents ont connu une croissance supérieure à la moyenne mondiale».

Les pays les moins avancés

Or si l’on se réfère à la définition de ce qu’on appelle Pays les moins avancés, d’après les Nations unies, il s’agit des pays ayant en moyenne un revenu national brut (RNB) par habitant avec un seuil de 1035 dollars. Et un pays a atteint le seuil de 1242 dollars, il ne fera plus partie cette liste.

«Sauf que dans sa vision,  le Chef de l’Etat veut faire de Madagascar un pays émergent d’ici 2030 ! Dans son allocution et dans les divers documents  à l’appui, il est dit que d’ici 2030, le RNB sera de 1000 dollars. Ce qui est loin des 1242 dollars exigés pour ne plus faire partie des PMA et par conséquent faire partie des pays émergents en 2030», détaille Holijaona Raboana dans son analyse.

Dans son exposé, il a indiqué que si l’on s’en tient à la vision du Chef de l’Etat, en 2030, Madagascar fera encore partie des Pays les moins avancés, mais non un Pays émergent comme il a été décrit dans le «Fisandratana 2030». Voilà qui démontre une fois de plus que la vision présidentielle a été destinée à faire de l’ombre à d’autres projets. Sauf que tout le monde n’est pas dupe.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : nomena volabe ny mpilalaon’i Maraoka

Sambany, voahosotra ho tompondakan’i Afrika ny Lionan’i Atlas avy any Maraoka, taranja baolina kitra. Lalao natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina “Chan 2018”. Raha tsiahivina ny vokatra, resin-dry zalahy, tamin’ny isa mazava 4 no ho 0, ny Voromaherin’i Nizeria. Fihaonana, notanterahina ny alahady lasa teo tao amin’ny kianja Casablanca.

Noho io vokatra azon’ny ekipam-pirenen’i Maraoka io, nampitomboin’ny fitondram-panjakana maraokanina avo roa heny ny tambin-dalao homena ireo mpilalao tsirairay. Araka izany, notolorana lelavola mitentina 400.000 dirhaMs na 13.949.040 Ar tsirairay avy ireo mpilalaon’ny Lionan’i Atlas.

Ankoatra  izay, nohalavain’ny federasiona maraokanina, hatramin’ny  taona 2020, ny fifanarahany amin’i Jamal Sellami, mpanazatra ny Lionan’i Atlas, ekipam-pirenena tsy misy matihanina. Nomena 1.000.000 dirhams ihany koa izy ho fisaorana azy noho izao dingana goavana vitany izao.

Voahosotra ho mpilalao nahatafiditra baolina be indrindra, tamin’ity “Chan 2018” ity, i Ayoub El Kaabi, izay nahafaty baolina 9.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rallye virtuel : 16 inscrits à la première manche Online

Tous les feux sont au vert pour la première épreuve du Championnat de Madagascar de rallye virtuel Online, organisée par Madagascar Virtual Rally Championship (MVRC) sous l’égide de la fédération du sport automobile à Madagascar(FSAM). 16 pilotes se sont inscrits pour cette manche inaugurale.

VMRC a publié la liste des pilotes inscrits à la première manche du Championnat national de rallye virtuel Online. Ceux qui ont répondu par l’affirmative à l’appel des organisateurs promettent de faire des étincelles. L’on ne sait pas encore sur quel bolide ils vont rouler mais toute la crème de la discipline fait presque, partie des forces en présence de ce rallye dénommé MVRC Opening Round 2018 qui s’étalera du 12 au 19 février.

Dans le groupe N, 13 pilotes vont disputer la première place. Bien évidemment, Rino Andriamialison dit Noriza, Serge Rakotobe plus connu sous le pseudonyme de Sergerktb, Cascade, Vlad,… sont sur la ligne de départ. Par contre, on observe une certaine réticence des passionnés dans le groupe 2RM puisqu’ils ne sont que trois sur la liste publiée par MVRC, notamment Baloussy, Riry et Delkman. Pour rappel, aucun changement de pseudo ou de numéro en cours de saison  n’est permis, y compris pour les pilotes qui ont reçu un drapeau noir.

Un seul changement de catégorie est autorisé durant la saison et seuls les 5 premiers pilotes dans la catégorie 2RM et les 5 premiers au classement général seront primés à la fin du championnat.

Rallye virtuel  16 inscrits à la première manche Online

Tous les feux sont au vert pour la première épreuve du Championnat de Madagascar de rallye virtuel Online, organisée par Madagascar Virtual Rally Championship (MVRC) sous l’égide de la fédération du sport automobile à Madagascar(FSAM). 16 pilotes se sont inscrits pour cette manche inaugurale.

VMRC a publié la liste des pilotes inscrits à la première manche du Championnat national de rallye virtuel Online. Ceux qui ont répondu par l’affirmative à l’appel des organisateurs promettent de faire des étincelles. L’on ne sait pas encore sur quel bolide ils vont rouler mais toute la crème de la discipline fait presque, partie des forces en présence de ce rallye dénommé MVRC Opening Round 2018 qui s’étalera du 12 au 19 février.

Dans le groupe N, 13 pilotes vont disputer la première place. Bien évidemment, Rino Andriamialison dit Noriza, Serge Rakotobe plus connu sous le pseudonyme de Sergerktb, Cascade, Vlad,… sont sur la ligne de départ. Par contre, on observe une certaine réticence des passionnés dans le groupe 2RM puisqu’ils ne sont que trois sur la liste publiée par MVRC, notamment Baloussy, Riry et Delkman. Pour rappel, aucun changement de pseudo ou de numéro en cours de saison  n’est permis, y compris pour les pilotes qui ont reçu un drapeau noir.

Un seul changement de catégorie est autorisé durant la saison et seuls les 5 premiers pilotes dans la catégorie 2RM et les 5 premiers au classement général seront primés à la fin du championnat.

Rojo N.

News Mada0 partages

Tennis – fed cup/coupe davis : les capitaines malgaches sont connus

La Fédération malgache de tennis (FMT), après avoir scruté à la loupe les CV des prétendants, a levé le voile sur les noms des capitaines des équipes nationales malgaches à la Coupe Davis et au tournoi Fed Cup. Comme il fallait s’y attendre, Rja Rajaobelina sera encore à la barre pour diriger l’équipe nationale masculine pendant la fameuse Coupe Davis.

Pour sa part, Harivony Andrianafetra, qui a pris sous ses ailes les jeunes raquettes malgaches au Championnat d’Afrique australe par équipes en U14 et U16, sera de nouveau amené à diriger la sélection féminine au Fed Cup groupe 3, qui se jouera à partir du 16 avril à Tunis, Tunisie. Quant à la Coupe Davis groupe 3 Afrique, elle sera disputée à partir du 18 juin à Nairobi, Kenya. Pour la direction technique nationale, l’objectif de cette campagne 2018 est de monter en groupe 2, aussi bien chez les dames que chez les hommes en 2019.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Cinema : disco Afrika signe un retour gagnant

L’année 2018 s’annonce sous de bons auspices pour «Disco Afrika» de Luck Razanajaona, qui vient d’être primé à la 35e édition du Rotterdam Film Festival- Cinemart, du 24 janvier au 4 février dernier, au Pays-Bas. A l’affiche, 400 cinéastes de tout horizon ont été en lice, mais seulement 16 films ont été retenus, dont 4 primés durant ce festival néerlandais.

Luck Razanajaona, qui a représenté le continent, a remporté haut la main le «Prix Wouter Barendrecht», qui est attribué aux cinéastes de moins de 35 ans, ayant réalisé au moins trois longs-métrages.

Outre ce nouveau succès au Pays-Bas, Luck a aussi gravé son nom lors du «Prix Rotterdam Lab» au Durban Film Mart 2016, en Afrique du Sud et le Prix OIF pour le développement. A cela s’ajoute le Prix Stepfund pour le développement au Luxor African Film Festival. En 2017, Disco Afrika a été sélectionné à la résidence d’écriture Réunion en Hauteur.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

“Fetin’ny mozika 2018” : entanina handray anjara ireo manan-talenta

Fotoana sy sehatra iray hahafahan’ireo mpanakanto vao misondrotra maneho ny talentany ny “Fetin’ny mozika”. Maneran-tany mantsy, natao hanandratana ny mozika rehetra misy ny andron’ny 21 jona. Nandritra ny taona maro izay, nankalaza azy ity ny eto Madagasikara ka anisan’izany ny etsy amin’ny AFT Andavamamba.Mba hanomanana sahady ny andiany manaraka, misy ny fotoana hatokan’ny AFT hihainoana ny sanganasan’ireo mpanakanto na tarika, izay tsy misy sokajin-taona, tsy mifidy fihaviana ary tsy manavaka mozika. Hofantenana kosa anefa izay maharesy lahatra ka tokony homena sehatra mba hizara ny sanganasany amin’io andron’ny 21 jona io.Misokatra manomboka ny 24 febroary izao ny fisoratana anarana ary maimaimpoana izany, ho an’ireo tarika na mpanakanto liana ka te handresy lahatra sy hizara ny kantony. Tsiahivina fa sehatra iray fiakaran’ny mpanakanto eo amin’ny laza ny AFT Andavamamba, raha tsy hilaza afa-tsy ry Samoëla, Dah-Mana, Gangstabab, sns.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Sculpture : Salomon redonne vie aux bois morts

L’Alliance française d’Antananarivo se transforme, tout au long de ce mois-ci, en une véritable caverne d’Ali Baba, avec l’exposition de Salomon Rakotomanana, fraîchement intitulée «L’art du bois, l’art vivant».

La famille Rakotomanana a une prédilection pour la sculpture. Salomon, cet artisan du bois vient d’Ambositra, la terre des Zafimaniry, dont le savoir-faire artisanal du travail du bois dépasse largement nos frontières. Encore enfant, à l’âge de 10 ans, il s’essaie au burin et à la gouge. «Je n’ai pas appris le métier de sculpteur sur bois, nous avons hérité un savoir-faire, transmis de génération en génération», assure-t-il.

Pour assouvir sa passion, il a créé, à l’orée de 1980, son propre atelier, qui a pignon sur rue aux 67 ha. Véritable magicien en art de la sculpture, il redonne une seconde vie à différents types de bois dont la plupart sont voués à la décomposition.  Bois de rose, bois d’ébène, palissandre…, aucune matière première ne lui résiste.

Ressources naturelles incommensurables

Bien qu’il soit un artiste, il reste avant tout un défenseur de l’environnement. «Manan’art s’engage quotidiennement dans une démarche de respect de l’environnement. Par ailleurs, les productions sont toutes des créations originales et en exemplaire unique, ce qui leur confère une grande valeur artistique», argumente l’artiste.

Le talent indéniable de Salomon lui a bien valu une distinction honorifique de la part du ministère de l’Industrie, du commerce et du secteur privé (MICSP) en 2002.

Pour les passionnés de la sculpture, cette exposition atypique est à découvrir dans l’antre de l’AFT jusqu’au 24 février.  «Madagascar recèle des ressources naturelles incommensurables et ce n’est pas les talents qui manquent. Dans ce contexte, j’ambitionne de mettre sur pied une école de sculpture, pour bientôt», a-t-il promis.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Mois de février : la période de soudure s’annonce rude

Les conséquences de l’inflation généralisée ces derniers temps annoncent une période de soudure ou « Maitso ahitra » rude à partir de ce mois de février sur les hautes terres.

Quand le mois de février arrive, les Malgaches font face  à la période de soudure qui ne prendra fin que vers le mois d’avril. Selon des commerçants et des transporteurs, le «Maitso ahitra» s’est déjà installé une fois la fête de la nativité terminée.

«Depuis Noël, nos chiffres d’affaires ne cessent de dégringoler, si d’habitude la baisse n’est enregistrée que vers la fin du mois de janvier», ont témoigné des grossistes du côté d’Anosibe Tsena et des transporteurs du Fasan’ny karana.

Sur les hautes terres, la récolte du riz de la première saison est attendue. Cependant, avant d’en arriver là et suite à l’inflation, les riziculteurs ont vraiment payé le prix fort relatif au coût  de labour, la semence et la moisson.  «Si cela continue, le peu qui reste n’arrive pas déjà à combler nos quotidiens, même si la récolte a été bonne», a  déploré un riziculteur d’Alakamisy Fenoarivo, du district d’Atsimondrano.

La situation ne vaut guère mieux en milieu urbain où presque toutes les activités sont au point mort. En particulier celle qui touche le commerce et le transport.

Offre en hausse auprès des brocanteurs

En période de soudure, plusieurs familles sont obligées de vendre leur bien pour subvenir aux besoins quotidiens. D’après les témoignages des brocanteurs d’Ambodin’Isotry, les offres sont toujours en hausse à partir de la dernière semaine du mois de janvier et tout au long du mois de février. «Une situation enregistrée d’ailleurs après toutes les périodes de fêtes, mais celles du mois de janvier et février sont exceptionnelles», a témoigné l’un d’eux, faisant office à Ambodin’Isotry.

«Durant cette période, il arrive que plusieurs offres nous sont proposées, allant de trois jusqu’à cinq  en l’espace d’une demi-journée», a-t-il indiqué. Des offres composées en général d’appareils électroniques et ménagers, des meubles de salon ainsi que des literies.

Comme on est en période de vache maigre, ces brocanteurs sont obligés de n’accepter que deux offres au maximum en une journée, voire aucune, même si les articles sont vendus à très bas prix.

Sera R.

News Mada0 partages

Éducation numérique : huit nouvelles écoles cibles

Orange solidarité Madagascar poursuit  la promotion de l’éducation numérique dans le pays. Un partenariat avec le ministère de l’Education nationale (Men) est en bonne voie visant à doter huit nouvelles écoles supplémentaires, des équipements numériques durant cette année scolaire. C’est ce qu’on a appris hier au CEG Antanimena lors de la cérémonie de lancement officiel de ce programme, en présence du DG d’Orange Madagascar, Michel Degland et des représentants des départements ministériels concernés.

Les CEG d’Ankadinandriana,  Itaosy, Faliarivo Ambodiafotsy et  Analamahitsy figurent parmi les cinq établissements bénéficiaires dans la région Analamanga. A cela s’ajoutent  trois autres collèges dans la région Diana, à savoir celui d’Anivorano Nord, Hell-Ville et Dzamanjary.

Initié depuis 2014, le programme école numérique d’Orange solidarité Madagascar a permis de numériser 88 écoles primaires et secondaires à travers le pays. Les écoles sélectionnées ont chacune obtenu 50 tablettes, un écran, une vidéo projecteur, deux serveurs Raspberry avec des contenus pédagogiques de Khan Académy tels que Wikipédia et le programme officiel du Men. En tout, 42.200 élèves peuvent accéder gratuitement à ces contenus éducatifs sous forme numérique.

Fahranarison

News Mada0 partages

Séquelles d’AVA : fafi V au chevet d’une vingtaine de famille à Ambatomaro

L’association Fafi V, dirigée par Hanitriniala Raholdina, l’épouse du députe élu dans le Ve arrondissement de la capitale, Naivo Raholdina, ne reste pas indifférente face à l’incapacité des familles vulnérables dans cet arrondissement  à se relever après le passage du cyclone Ava. C’est ainsi que l’association a remis des dons en nature pour une vingtaine de familles victimes qui ont vu leur maison s’effondrer à la suite de cette intempérie, dans le fokontany d’Ambatomara.

Selon les informations, c’est l’effondrement d’un grand bâtiment sur place qui a causé des dommages sur les infrastructures environnantes. Pour aider les victimes à reconstruire leur habitation, Fafi V leur a fait don de 10 sacs de ciments mis à part un don de vivres comportant du riz, de l’huile, des savons et des friandises pour les enfants.

Comme ses actions sociales s’étendent à des multiples bénéficiaires, elle n’a pas omis de répondre à la demande de l’église pentecôtiste à Ankadindramamy relative à leur souhait d’élargir sa capacité d’accueil, via la construction d’un balcon qui servira d’accueillir les fidèles. A ce sujet, Fafi V a octroyé 1 tonne de ciment, des gravillons et du sable…

Fahranarison

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : teti-dratsy mitarika fampikorontanana

Efa manambana ny loza, hany fomba afaka ametrahana ny resaka dia ny fanaovana azy mivantana, tononina ho kary ny kary, lazaina sobika ny sobika. Aleo mangina toy izay ifampiatsaravelatsihy izay fampandotsona fotsiny ny fery nefa tsy hampiova inona amin’ny loza efa mitatao. Mazava fa atahoran’ny fitondrana ny fifaninanana amin’i Marc Ravalomanana sy amin’i Andry Rajoelina, sitrany ny tsy filatsahan’ireo mpitondra roalahy teo aloha ireo, ary raha azony atao dia sakanany ny filatsahany. Efa-taona izao no nijoron’ny fitondrana amperin’asa ankehitriny, efa antomotra ity ny fifidianana vao arangarangany ho fitaovam-piadiana ny sampona fanakanana an’IRavalo sy I Rajoelina amin’ny fandraisana anjara eo amin’ny fifaninanana ho Filoha-pirenena handimby an’I Rajaonarimampianina. Mikasika an’iretsy roalahy tiana ahilika izay samy manana ny mpiomba azy, dila izay ny fotoana nahafahana ny fampiharana ny lalàna mikasika an’izay mety fanamelohana azy nanamafy ny fahaverezan’ny zony amin’ny maha olom-pirenena afaka mifidy no afaka ho fidina azy.

Marc Ravalomanana moa asa na nohon’ny afetsifetsena na nohon’ny fahatsotsorana dia sodokan’ny fanambaran’ny sasany finamanana ka tsy niraika momban’ny fikarohana fifanazavana mikasika an’ilay fanamelohana mipetraka aminy. Meloka indray izy raha nanantena ary mbola mihevitra fa ho vitavita fotsiny amin’izao iny raharaha iny.

Andry Rajoelina kosa dia nanaja tena, niala lavitra ka namela an’Andriamatoa Hery Rajaonarimampianina anao an’izay vitany amin’ny maha Filohan’ny Repoblika azy. Raha toa tsy afa-po ity iraikalahy ity nohon’ny vokatra afaka hotoazana tsy ampy entina andresen-dahatra dia tsy Rajoelina velively no tokony ho sakatsakanana noho izany tsy fahavitana azy izany.

Raha mbola amperin’asa anie aza Hery Rajaonarimampianina, amin’izao fotoana efa ampototry ny fifidianana izao, raha vao mikasika ny fifidianana dia efa tsy mpitasara intsony ny tenany fa mpifaninana toy ny sasany. Raha toa mihevitra izy sy ny tarika mpanohana azy fa misy pentina tokony anakana an’iretsy rafilahiny amin’ny filatsahana dia tompon’ andraikitra voalohany izy tamin’ny tsy fampiharana an’izany nandritran’ny efa-taona.

Efa nanoman-tena nandritran’izay ny sasany, efa nisalotra ny fanamina amin’ny fanaovana « maillot » efa samy mamatotra gaodasy, vao taitra ingahirainy mpifaninana tsotra ka manandratra ny tenany ho arbitra dia anambara fa tsy « lany-match » iretsy kalazalahy hafa. Korontana no ho vokatr’izany. Ny kabary anefa dia nilaza hatrany fa ny fiarovana ny vahoaka amin’ny korontana no lahara-pahamehana voalohany.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

La hausse de la viande de bœuf

Les Malgaches propriétaires d’un cheptel ayant appris que les bovidés de Madagascar pourraient bien être réquisitionnés pour l’exportation à des prix très rémunérateurs, disent-ils, en profitent pour ne vendre leurs produits que très cher.

Les bœufs que les bouchers de la ville pouvaient se procurer à 140 et 150 fr. par tête le mois dernier valent actuellement 160 francs et au-dessus, encore, lorsque les propriétaires veulent s’en défaire.

Attendons-nous donc à voir sur le marché la viande augmenter de prix, à moins que l’Administration ne consente à vendre la viande de bœuf comme le riz sans aucun bénéfice. Car certains bouchers, devant la hausse constante des bœufs et les difficultés qu’il y a pour se les procurer, renonceraient, paraît-il, à ce genre de commerce.

Nos Gouverneurs

Le Gouverneur Merlin, amené récemment par un croiseur venu spécialement à cet effet de Dakar retourne d’où il vient…

Garbit est nommé Gouverneur de Madagascar, mais reste cependant à l’armée.Schrameck, ex-préfet des Bouches-du-Rhône, vient faire l’intérim.

Tout cela dénote chez nos gouvernants une incohérence peu ordinaire. Il eût certes été beaucoup plus logique et surtout plus économique, si on devait en arriver là, de laisser M. Merlin en A. O. F. et M. Garbit à Madagascar.

Mais l’économie, la logique et le bon sens sont des qualités qu’il ne faut pas chercher chez les pilotes d’occasion chargés de conduire notre barque.

On dit que…

À Majunga, la réquisition ne frappa qu’une partie des riz et douze cents tonnes trouvèrent grâce devant le chef de la Province ignorant encore ce que veut dire le mot réquisition.

Ce riz, il est vrai, était cédé au Mozambique en échange de charbon par un particulier, mais le fonctionnaire ayant reçu ordre de réquisitionner n’avait pas à se préoccuper d’une opération commerciale à côté.

Et c’est ainsi que, très souvent, trop souvent, le Chef de la Colonie supporte les critiques légitimement formulées contre certains actes commis par des collaborateurs maladroits ou… fatigués, dont le ciel nous préserva jusqu’ici.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Chronique : tourisme tributaire d’une trainée de mauvaise réputation

Belle intention que d’orner d’un objectif ambitieux le tableau de bord du Tourisme, affichant la prétention d’atteindre le chiffre de six cent mille touristes d’ici quelques années, soit environ le double des résultats de l’année 2017. Le dynamisme enregistré à certains endroits localisés particulièrement sur des îles « paradisiaques » signalés par de prestigieux et influents organes mondiaux de média (Vogue, TF1 dans 50mn Inside) permettent de flirter avec un relatif optimisme, toutefois on ne peut faire l’impasse sur des pesanteurs indépendantes du secteur tourisme et qui tempèrent les rêves d’un miracle.

Madagascar jouit de la réputation de recéler une flore très particulière et d’entretenir à l’état sauvage une faune d’exception, des atouts majeurs qui plaident en faveur de la destination. De toujours malheureusement les tarifs élevés du transport aérien ont pénalisé la destination, des prix qui douchent les désirs, et qui refroidissent les intentions. L’opinion se console en attribuant les causes de cette cherté à la distance qui sépare des pays riche la grande île. Cependant lorsqu’elle s’aperçoit qu’entre les îles voisines et l’Europe on pratique des prix plus attractifs, sans en trouver de réponse elle s’interroge sur le pourquoi de ces possibilités ailleurs.

La faiblesse de valeur de l’ariary et particulièrement la dévaluation actuelle plaident évidemment en faveur de la destination, mais le climat politique et social et surtout l’ambiance d’insécurité n’incitent pas à venir s’y aventurer. La pauvreté fait peut-être spectacle, encore faut-il que l’ordre fasse le décor pour en assurer recettes. Une ambiance trouble sur un océan d’insécurité dont les manifestations frappent à leurs manières chaque classe sociale : à la population d’en bas les voleurs de poule, à la masse du public les vols à la tire dans la rue et les taxis be jusqu’aux attaques à main armée à domicile pour deux sous trois fifrelins, aux plus aisés les risques de kidnapping. Cette forme de crime plus qu’à diminuer menace de prendre de l’ampleur en tous cas pénalise le tourisme par la mauvaise pub dont elle inflige le pays par cette image. Déjà que dans le monde des investisseurs le pays ne jouit pas d’une image flatteuse, cette absence d’insécurité physique n’arrange pas les choses. Les frasques de ceux qui font et défont les lois à leur seule convenance ne rassurent pas les investisseurs que pourtant le pouvoir espère courtiser, renvoient Madagascar au dernier rang des pays où il fait bon investir. Le tourisme nécessite des investissements, dans les limites d’avoir à céder aux caprices de ceux qui veulent multiplier l’implantation  d’« îlots extra-nation » coupés des réalités dans le seul but d’accueillir des VIP.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : symptômes de l’argent sale

Une majorité de la population baigne dans la pauvreté, sauf pour satisfaire les fantaisies de ceux qui gouvernent, les caisses de l’Etat accusent souvent un déficit, et pourtant le pays se pare de manifestations de dépenses somptuaires, notamment par la circulation sur les rues cahoteuses d’une abondance de véhicules aussi luxueux que prestigieux, (où ne place-t-on pas le prestige en pays de pauvreté !). La fripouille, elle, ne manque pas de flair pour sentir où se trouve l’argent facile et pour repérer les filières juteuses. Les tentatives d’importation illicite de voitures de luxe découvertes par la Douane laissent supposer que ça y est : Madagascar intègre le club des pays fortunés destinations pour le trafic des grosses bagnoles volées. Du fric, il y en a, pas toujours propre en tous cas pas pour tous !

News Mada0 partages

Route nationale 7 : une centaine de tortues interceptées

Les agents du commissariat central d’Ampasambazaha (Fianarantsoa) ont intercepté hier 245 tortues dissimulées dans un cercueil avec 10 sacs de cannabis

Les trafiquants ne manquent pas d’imagination. Cette fois-ci, ils ont voulu acheminer clandestinement des tortues et de cannabis en grande quantité vers Antananarivo en les transportant dans un cercueil  à bord d’un taxi-brousse. Pourtant, cette tentative a été déjouée par la police de la route.

En fait, dans la matinée d’hier, un taxi-brousse Mercedes Sprinter en provenance de Toliara s’est fait arrêter sur la RN7 à  hauteur d’Alakamisy Ambohimaha par les agents du commissariat Central d’Ampasambazaha. A l’issue d’une fouille, les policiers ont mis la main sur 245 tortues cachées dans un cercueil. Cinq d’entre elles étaient mortes en cours de route. D’après les explications, la police a été informée sur le passage du véhicule sur la RN7.

Les passagers n’en revenaient pas

Selon les passagers, ils n’étaient pas au courant de la présence des tortues à bord du véhicule. Ils ont cru au départ à Toliara que le cercueil contenait vraiment un mort, «Il y a avait même le drapeau malgache placé au-dessus».

Le chauffeur du taxi-brousse a été placé en garde à vue depuis hier au commissariat de Fianarantsoa pour enquête. Quant aux tortues, elles sont actuellement gardées temporairement au commissariat.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Meteo : encore de la pluie cette semaine

Les températures élevées, enregistrées ces derniers jours et provoquant le réchauffement du sol, aboutissent à la formation des pluies, voire des orages, sur une bonne partie de la Grande île, selon la météo.

Et la poussée du flux de mousson chaud et humide ne fait que favoriser cette situation lors des trois prochains jours. A ce sujet, une circulation dépressionnaire est prévue se former au début de cette semaine, à proximité immédiate des côtes orientales de Madagascar.

Ainsi, des précipitations éventuellement accompagnées de grêles et de rafales de vent sont attendues sur les hautes terres cette semaine. En particulier pour les régions Diana, Sofia, Analanjirofo, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana.

D’après toujours la météo, ces orages se développent toujours dans l’après-midi ou vers la fin de journée, suivis d’une baisse du régime la nuit. Quant aux températures, elles resteront encore en hausse. Les minimales avoisineront les 17°C sur les hautes terres et 27°C pour les maximales.

Recueillis par Sera R.

 

News Mada0 partages

Cancer : le nombre de malades en hausse

La journée mondiale contre le cancer sera célébrée ce jeudi à Madagascar. Ce sera une occasion de faire le point sur cette maladie, mais déjà d’après les informations reçues, le cas de cancer augmente à Madagascar.

Si les cancers du sein et du col de l’utérus prédominent toujours, d’autres tumeurs ont été annoncées comme étant également en hausse ces derniers temps. Notamment le cancer du poumon et celui des appareils digestifs, dont les intestins et l’estomac. Pour le moment, aucun chiffre officiel n’est encore disponible.

«Le cancer des enfants commence aussi à gagner du terrain, même si son taux est encore faible, autour de 1%», a indiqué le chef service Oncologie radiothérapie de l’HJRA. Plus de la moitié des patients qui sont actuellement sous traitement sont du sexe féminin.

Traitement coûteux

En cas d’un traitement classique complet du cancer par radiothérapie, il faut prévoir dans les dix millions d’ariary, de source auprès d’une responsable du service oncologie d’une clinique privée le week-end dernier. Ce coût englobe la totalité du traitement. Il est trois fois moindre par rapport à celui qui est proposé à l’étranger, a indiqué notre source.

Concernant la radiothérapie à la charge de l’Etat, «Sa mise en place est actuellement en cours et pour le moment, on a recours aux cliniques privées», a fait savoir le chef service Oncologie radiothérapie de l’HJRA, le docteur Léontine Rabarijaona, joint par téléphone hier.

A noter que cette journée mondiale sera marquée par diverses activités, entre autres, une course de masse depuis la bibliothèque nationale d’Anosy jusqu’à l’HJRA. Des séances sensibilisation sur le cancer, en particulier le dépistage ainsi que l’évolution de la lutte menée contre cette maladie sont également au programme.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Réhabilitation du marche d’ivato : certains commerçants se montrent réticents

Le transfert des commerçants, une option inévitable qui accompagne la réhabilitation du grand marché de la Commune d’Ivato, a rencontré quelques difficultés. Certains  d’entre eux refusent de quitter les lieux de peur de ne pas pouvoir y revenir une fois les travaux achevés à cause des rumeurs qui circulent autour de cet aménagement.

Des commerçants ont manifesté leur opposition au projet de réhabilitation du marché communal d’Ivato, hier, alors que ces derniers devraient être les premiers à apprécier cette initiative de la mairie. Le début  du chantier est prévu à partir de cette semaine, selon les informations.

 Ainsi, une bonne partie des commerçants ont déjà libéré les lieux depuis le week-end dernier, mais n’empêche que certains ont refusé et ont entamé une grève en brandissant des pancartes pour exprimer leur désaccord sur ce projet  puisqu’aucun emplacement, ne serait-ce que provisoire, n’a été prévu pour les accueillir durant les travaux.

Une information vite démentie par le maire de la Commune, Penjy Randrianarisoa, qui a indiqué lors d’une conversation téléphonique que «tous les commerçants, sans exception ont été déplacés dans des endroits déjà spécifiés par la commune, notamment le long des rues bordant la place de marché qui fait objet de réhabilitation».

Rumeurs….

A vrai dire, derrière les motifs avancés par les commerçants  se cachent d’autres causes qui justifient cette réticence. En se conformant aux dires de certains d’entre eux, on peut en déduire qu’ils ont  plutôt peur de ne pas pourvoir y revenir une fois les travaux achevés, sous prétexte que la capacité du futur marché n’est nullement suffisante pour les accueillir tous.

D’autres craignent  que les lieux soient destinés à un autre usage, dont la construction de station d’essence…Ces derniers sont finalement revenus sur leur décision après un pourparler avec le maire de la commune d’Ivato, qui s’est chargé personnellement de les expliquer les tenants et aboutissants de ce projet.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Ambohidratrimo : un couple de trafiquant d’armes arrêté

Belle prise pour les policiers du Service anti-gang (Sag). Ils ont procédé à l’arrestation d’un couple suspecté d’être spécialiste en  fabrication d’armes à feu dans le village d’Andakana Ambohidratrimo.

Après 3 jours de filature et d’investigation aux alentours de la maison  du couple, les éléments du Sag et ceux de la brigade criminelle ont attendu la nuit de jeudi à vendredi pour prendre le couple en flagrant délit de confectionner des armes à feu.

Plusieurs pièces détachées et outils destinées à la fabrication de pistolets automatiques, de fusils de chasse ou même de fusils de guerre qui peuvent rivaliser avec une kalachnikov, ont été retrouvées sur eux, avec des balles.

Selon les explications, l’homme a déjà fait de la prison à cause d’un trafic d’armes à Toamasina. Il vient d’en sortir le mois dernier.

ATs.

News Mada0 partages

Diana : grève du personnel au CHU Tanambao

Le bras-de-fer se poursuit entre les employés du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tanambao et le directeur du Centre hospitalier universitaire Place Kabary, dans la commune urbaine d’Antsiranana.

Le personnel du CHU de Tanambao a décidé de ne fournir qu’un service minimum depuis deux semaines sans parvenir à dénouer le problème. En fait, il revendique le limogeage du directeur du CHU Place Kabary , en menant une grève, sous la conduite de ses délégués depuis deux semaines.

Le manque de matériels de travail, la vétusté des infrastructures et la mauvaise gestion du personnel figurent aussi parmi ses revendications. Les licenciements sans aucun motif de 4 employés ECD de l’établissement ont obligé le personnel à entrer en grève avec un service minimum dans l’intérêt des usagers, selon ses explications.

Le directeur du CHU Place Kabary, principal concerné, a répliqué aux exigences des grévistes en leur annonçant leur droit aux revendications sans toutefois violer les droits des malades. Il a expliqué que les licenciements des employés ECD ont été dictés par les nécessités d’aménagement résultant de l’amélioration des services dans le centre hospitalier. Le directeur a déclaré que les revendications ont déjà été transmises à la hiérarchie chargée de prendre les dispositions qui s’imposent en pareil cas.

Le CHU Place Kabary aura un bâtiment pour les consultations externes vers le mois de mai. La pose de la première pierre de l’infrastructure a été effectuée la semaine dernière. Financée sur les dons non remboursables du gouvernement japonais, la construction du bâtiment est prévue durer 4 mois. Une nouvelle méthode de travail sera appliquée avec la mise en service du nouveau bâtiment, selon le directeur du CHU Place Kabary.

Manou

 

News Mada0 partages

Bas quartiers : le sport et le développement

Le projet de développement des bas quartiers de la capitale a débuté, le week-end dernier, par une rencontre sportive ayant regroupé plusieurs clubs de rugby à Ampefiloha, grâce à l’initiative de l’association Fitahina.

Sous cette optique, la présidente de cette association, Bako Rajaona Tahina, s’est concertée avec les responsables des associations de rugby des bas quartiers, en marge des compétitions, pour élaborer les plans d’actions nécessaires pour améliorer des conditions de vie dans les ménages des joueurs de rugby.

Il a ainsi été décidé d’inclure les familles des joueurs résidant dans les bas quartiers dans le processus pour une bonne coordination du projet. Un recensement des cibles est à l’étude pour identifier leurs besoins réels. Les aides devant leur être fournies seront basées sur ces données, selon Bako Rajaona Tahina.

Un bureau de liaison de l’association Fitahina est mis en place à Andavamamba, actuellement, pour dispenser des formations professionnelles aux personnes cibles de ce projet.

Manou

 

News Mada0 partages

Aéroport d’ivato : la rénovation de la piste prévue en avril

25% des travaux de construction du nouveau terminal de l’aéroport d’Ivato sont achevés. Hery Rajaonarimampianina, président de la République, et quelques membres du Gouvernement ont visité le chantier, hier. L’équipe de Ravinala Airports a avancé à cette occasion que le timing est respecté.

La rénovation de la piste de l’aéroport d’Ivato est également incluse dans ce projet d’envergure. A ce propos, le consortium Ravinala Aiports rassure que «toutes les entités aéroportuaires ont été avisées du lancement de ces travaux de piste. Ravinala Airports prend toutes les dispositions nécessaires pour que les travaux ne pénalisent pas le trafic et se fassent selon un créneau horaire convenu avec toutes les compagnies aériennes».

Dans ce sens, Philipe Gesret, directeur de projet au niveau de la société CMBI, a poursuivi que  «cette rénovation est déjà programmée avec l’Aviation civile de Madagascar».

Si le nouveau terminal de l’aéroport d’Ivato commence à prendre forme, la société CMBI (regroupant Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International), en charge des travaux de, est sur le point d’achever la fondation, qui a nécessité l’écoulement de 4 000 m3 de béton. Le montage des charpentes métalliques est en cours actuellement ainsi que la construction de l’étage du bâtiment.

En se référant à l’agenda relatif à la construction, les travaux sur le tarmac II (surface dédiée à la circulation et au stationnement des avions) ainsi que la construction des rotondes (prévues pour supporter les passerelles du futur aéroport) suivent leur cours.

Parallèlement, la construction de la nouvelle Station d’épuration des eaux (STEP) de l’aéroport d’Ivato se poursuit également. La mise en service de cette infrastructure est prévue au plus tard en avril 2018. Dans la foulée, la rénovation des incinérateurs de l’Aéroport d’Ivato est programmée vers la fin du mois de mai.

R.R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoha any Costa RicaPastera no “favori”

Nanatanteraka fifidihanana filoham-pirenena fihodinana voalohany ny firenena Costa Rica ny alahady teo. Mpitarika fivavahana iray, dia ny Pastera Fabricio Alvarado miady amin’ny fanambadian’ny olona mitovy fananahana no mitarika amin’ny ampaham-bokatra vonjimaika izay nanana isam-bato 24,9%

Papa Ray Masina François

Niresaka tamin’i Recep Tayyip Erdogan

 

Nihaona tamin'ny Papa François tany Roma ny alatsinainy 5 febroary teo ny filoha Tiorka Recep Tayyip Erdogan. Anisan’ny fihaonana manan-tantara ity fihaonana ity, izay hiresahana mahakasika ny fankatoavan’ny Amerikanina an’i Jerosalema ho renivohitr’i Israely tamin’ny desambra. Io fanapahan-kevitra io dia tsy eken’ny Papa François sy mbola mahatezitra ny filoha Tiorka, ka mifandray ny tadin-dokanga. Ity no fitsidihana voalohan’ny filoha Tiorka an’i Vatican tao anatin’ny 59 taona. Hentitra ny fitandroana ny filaminana any an-toerana. Polisy am-polony no manao fisavana ireo olona tonga nitsidika an’i Vatican ary angidim-by maromaro no nampiasaina mijery avy eny ambony ny manodidina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FAMPIANARAN-JANAKA

Mazoto mampiana-janaka ny ankamaroan’ireo ray aman-dreny ao amin’ny kaominina ambanivohitra Ambohimanjaka, distrikan’Ambohidratrimo.

 Raha araka ny fantatra mantsy dia saika vokatry ny herim-pon’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra sy ireo mpitantana  ao amin’ity kaominina iray ity avokoa no nahazoana ireo EPP miisa efatra ao an-toerana sy ilay CEG iray.

NIAKATRA NY VIDIM-PANAFODY

Nahitana fiakarany ny vidim-panafody eny amin’ireo toeram-pivarotam-panafody maro isan-karazany. Raha araka ny fanadihadiana natao dia manodidina ny 5 ka hatramin’ny 6 % eo ho eo ny fiakarana,  indrindra ho an’ireo karazam-panafody natao hitsaboana aretina manokana. Anisan’ireny ny ho an’ny fo, ny homamiadana… Tsy nahitana fiakarany kosa ireo karazam-panafody ampiasaina matetika, toy ny paracetamol sy ny antibiôtika.

VARIALOHA

Efa manomboka mitobaka eny an-tsena amin’izao ny varialoha.  Ankoatra izay dia nahitana fihenany hatrany amin’ny 300 Ar isaky ny kilao ihany koa ny vary gasy. Tsy dia misy mividy intsony ireo karazam-bary nohafarana avy any ivelany.

Tia Tanindranaza0 partages

RanohiraOlon’ny TIM maty nisy namono

Maty novonoin’ny mpiasa tao aminy i Arimanana Léon na Rabesoavaly. Efa ho iray volana tsy hita izy ary rehefa natao ny fikarohana dia nalevin’ireo olon-dratsy teo amin’ny manodidina ny trano fonenany ao Ranohira ihany.

 

 Voasambotra ny iray tamin’ireo mpamono olona ary mbola misy olon-kafa karohina. Fantatra amin’ny fananany « ranch » lehibe iray ao Ranohira Rabesoavaly ary kandidàn’ny antoko TIM izy tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna farany teo. Mbola mandeha moa ny fanadihadiana. Mampieritreritra ihany ity raharaha iray ity satria efa misimisy ireo olom-boafidy sy olona avy amin’ny antoko TIM no misy midaroka sy mamono ho faty mihitsy. Efa nilaza ny momba an’io i Marc Ravalomanana ary maro koa ireo mahita fa misy zavatra hafahafa ilay izy, tahaka ny zava-nitranga tany Ampefy tamin’ny herintaona. Nahagaga sy nahatalanjona fa ben’ny tanàna TIM miisa 3 no maty nisy namono tao anatin’ny iray volana tamin’iny taon-dasa iny, dia ben’ny tanànan’Ampefy, ny ben’ny tanànan’i Bemikotry (Maevatanana) ary ny ben’ny tanànan’Ambalakindresy (Ambohimahasoa). Maty novonoina fa tsy matin’aretina izy telo mirahalahy ireo ary tamin’ny fomba feno habibiana no nanaovana izany, tahaka ny hoe hafatra sy fampitandremana mihitsy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana sy ny mpiandry fonjaHo vaky tanteraka ny ady…

Mivoaka ny resaka fa manam-paniriana hisintaka tanteraka tsy ho eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny fitsarana intsony ny sampandraharahan’ny fonja.

 

Nihenjan-droa tanteraka ny tady manoloana ny raharaha isan-karazany teto amin’ny firenena tato ho ato, raha tsy hilaza afa tsy ny vaky fonja sy ny raharaha Houcine Arfa. Tamin’ny raharaha nahavotsotra an’ity farany dia ny mpandraharahan’ny fonja no toa niandronan’ny rihitra rehetra satria naiditra am-ponja vonjimaika ireo mpiandry fonja, izay tanam-polo no nentiny tamin’ny fiambenana olona nambara fa olon-doza satria nitazona fitaovam-piadiana mahery vaika, mpikambana amina andian-jiolahy,... Nangataka ny hamoahana azy ireo ny sendikan’ny mpandraharaha ny fonja, saingy tsy nisy nihaino aloha. Vao nanomboka iny raharaha iny, indrindra fa ilay ampamoaka mombana volabe 70 000Euros, dia toa nitady izay hisolo vaika ny akalana ny fanjakana HVM.  Miseholany ny tsy fifankahazoana ary manomboka mizotra any amin’ny fikatsahana handeha irery sy kitranoantrano izao ireo rafitra mifameno ireo. Toa samy te hanao izay saim-patany ihany koa tsy hisian’ny fitsabatsabahana. Tombanana avy hatrany ho fananganana fanjakana kely ao anaty fanjakana be ihany io amin’ny lafiny iray satria raha tanteraka tokoa izany, dia ho sarotra ny fanaraha-maso izay zava-miseho. Mikorontana tanteraka ary ny mahagaga dia toa tsy misy fifampihainoana na fahavononana hifampiresaka intsony.  Tsikaritra ho mikorontana sy tsy milamina intsony mihitsy ny tontolon’ny fitsarana sy ny fandraharahana ny fonja: ny minisitra voatonona amina kolikoly avo lenta, ny fonja vaky, ny gadra mandositra tsy hita popoka.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tra-tehaka ny afera maizinaSokatra 245 no nafenina tanaty vatampaty

Fomba hafa kely sy tsy mbola fanao hatrizay no nampiasain’ireo mpanao aferan-drongony sy mpanondrana sokatra tsy ara-dalàna.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampindramam-bola madinikaMiha sahirana ireo mpanjifa nanomboka ny taona 2015

Nanomboka ny taona 2008 no niroborobo fatratra ny sehatra fampindramam-bola madinika (microfinance) teto Madagasikara. Tafakatra hatrany amin’ny 1 400 000 ny mpanjifa ny taona 2015 raha toa ka manodidina ny 1 000 000 ny taona 2013, araka ny statistikan’ny foibe fitantanana ny tahirim-bolam-panjakana.

 

 Niakatra ny tahan’ny fametraham-bola na ny tahan’ny findramam-bola tamin’izany fotoana ary Antananarivo sy Vakinankaratra no tena voakasika ary efa miitatra mankany amin’ny faritra ihany koa. Raha tsiahivina, ny 4%-n’ny tokantrano Malagasy ihany no mahafeno ny fepetra ka afaka miditra sy mifampiraharaha amin’ireny Banky lehibe ireny, antony ijoroan’ny sehatra mpampindram-bola ho an’ny asa madinika. Ny fahamoran’ny fikarakarana ny taratasy sy ny antoka takiana no manintona ny mpanjifa hanao findramam-bola ao. Ohatra ny fananana entana ao an-tokantrano fotsiny dia ahafahana mindrana vola ary tsy voatery ho tany sy trano no atao antoka. Nanambara anefa Ramatoa Razafimamy Sylvia, tale amina masoivoho iray ao amin’ireny sehatra ireny fa mihasahirana ny mpikambana mamerim-bola, indrindra nanomboka ny taona 2015. Saika voakasik’io fahasahiranana io avokoa ireo mpanao asa tena ary notsindriany manokana ny mpitatitra, mpivarotra friperie sy ny enta-madinika izay lasa hany fahazarana ny fahatarana sy ny tsy fahavitana mamerina ny vola nindramina. Ny mpampanofa trano sy ny mpivaro-toaka kosa, hoy izy, no tsy dia manana olana fa matetika mahaverim-bola ara-dalàna sy ara-potoana. Nanazava kosa Ramatoa Estera mpivarotra enta-madinika sady mpindram-bola fa ny olona rehetra mihitsy no sahirana ka mahatonga ny fihenan’ny vola miditra ary miteraka ny fahatarana amin’ny famerenam-bola. Taloha izahay raha nahalafo 300 000 Ariary farafahakeliny rehefa mamaky balle fripy, izao zara raha tonga amin’ny antsasany, hoy kosa Ramatoa Sandy mpivarotra friperie, ny vola anefa tsy maintsy ahodina mba anenjehana ny vola miaraka amin’ny zana-bolan’ny banky. Araka izany dia efa mahazo ny sehatra rehetra mihitsy ity fahasahiranana lavareny ity kanefa dia hita ho manentsin-tadiny sy tsy tonga saina ny mpitondra ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidina IvatoVita ny 25%-n’ny asa fanitarana

Ny 25 %-n’ny asa fanitarana sy fanamboarana ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena eny Ivato no efa vita ankehitriny.

Natao “beton” avokoa ny fanambaniny iray manontolo  izay manana hatevenana  hatrany amin’ny 4.000 m3. Toraka izany  koa ny parking  izay mahazaka fiara hatrany amin’ny 400 isa. Tonga nitsidika sy nanara-maso ny fizotry ny asa omaly ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina sy ireo mpikambana vitsivitsy eo anivon’ny governemanta. Nambarany fa  mpiasa miisa 300 no mahazo tombontsoa amin’ity asa fanitarana sy fanavaozana ny seranam-piaramanidina eny Ivato  hatreto.  Mbola hitombo ny isany,  indrindra aorian’ny fahavitan’ny fotodrafitrasa  izay sady hanomezana endrika ny tanàna. Miditra amin’ny dingana faharoa ankehitriny ny orinasa CMBI manatontosa ny asa, miaraka amin’ny Ravinala Aiports.  Eo am-panafoana ny ao amin’ny rihina voalohany izy ireo, izay marihina fa manaraka ny fenitra iraisam-pirenena. Haharitra 32 volana ny asa fanamboarana sy fanitarana ny seranam-piaramanidina. Tamin’ny taona 1968 no natsangana voalohany ilay  fotodrafitrasa  ampiasaina ankehitriny. Mahatratra 17 500 m² ny haben’ny seranam-piaramanidina vaovao, hisy ny varavarana 3 lehibe mitondra mivantana avy hatrany mankany amin’ny fiaramanidina. Hahazaka ny fiaramanidina amin’ny endriny sy ny habeny rehetra ny “piste” vaovao eny Ivato. Mpandeha 1,5 tapitrisa isan-taona no afaka mifamezivezy rehefa vita tanteraka ity seranam-piaramanidina vaovao ity. Nijery ny fandrosoan’ny asa fanamboarana ny toby miaramila vaovaon’ny 1er RFI teny Ivato ihany koa ny filoham-pirenena io omaly ary fantatra fa efa vita ny 40% n’ny asa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

RNS 5a Ambilobe-VohemarTetikasa mifono propagandy

Ampahan-dalana tena mampitaraina ny maro ny lalana mampitohy an`Ambilobe sy Vohemar. Ratsy ny lalam-pirenena mirefy 159 km ary mahatratra ora 12-15 no angalana an'izany rehefa hain-tany. Amin`izao vanim-potoanan’ny orana izao dia 5 hatramin`ny 6 andro no ahafahana manao azy.

 

 Mijaly ny vahoaka, simba ny fiara, ny fitaterana mihantona avokoa ny vokatra tokony hivoaka. Tamin`ny volana novambra 2016 dia nitsidika tany avaratra ny filoha HeryRajaonarimampianina ka nanambara fa hamboarina tsy ho ela ny lalana. Efa nivoaka ny tolobidy amin`ny fanamboaran-dalana ny lalam-pirenena RNS 5a ka hiroso amin`ny fanatanterahana ny asa atsy ho atsy ary efa vonona rahateo ireo mpamatsy vola sy ireo mpanohana. Hiroborobo arakaizany ny toekarena any an-toerana satria ho maro ny mampiasa vola ho tonga sady ho maro ihany koa ny fotodrafitrasa sy orinasa hitsangana ka ho mora ny fifandraisan`ny faritra sy DIANA sy SAVA amin`i Madagasikara manontolo.  Atsimo-Andrefana-Avaratra-Atsinanana, samy ahitana lalana amboarina avokoa ary lalana tena ilain’ny olona satria be ny toerana lavitra andriana tsy azo nandehanana hatrizay fa mampijaly ny fifezivezena any.

Kabary ambony vavahady

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiesonana 2030 !

Ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina no nilokaloka fa handray an-tànana ny fampihavanam-pirenena, saingy tahaka ilay hoe telo volana dia voavahako ny delestazy tamin’ny propagandy hatrany no niseho. Izy sy ny antokony no mirehareha fatratra amin’ny fahefana eo am-pelanantanana, ka migafy etsy sy eroa.

Ny famotehana ny hafa no heverina, fa fomba mahomby sy tsara indrindra hahafahana mifikitra eo amin’ny fahefana, mba hahafahana manatanteraka ilay vina “Fisandratana 2030” indray hono e! Tokonana aza tsy afaka ka rindrina no hihanihana, hoy ny rehetra eo anatrehan’ny hadedahana sy fampanantenana poak’aty atao amin’izao fotoana izao. Raha sitraka sy dokadoka no nantenain’ny HVM, dia vely kanonta kosa no setriny avy amin’ny vahoaka. Velona indray ny hoe “Fampiesonana 2030” eo anatrehan’ity ambara fa vina hampisandratana an’i Madagasikara ity. Amin’ny fomba ahoana tokoa moa no inoan’ny Malagasy teny ny olona efa tsy in-dray, tsy in-droa, tsy in-telo namitaka sy nampiesona azy? Mandeha ny propangady dia miezinezina ny hoe: telo volana dia voavahako ny delestazy. Nanomboka tany amin’ny kabary tamin’ny fihaninanana, dia ny efa ny an’olona no nadika, izay manaprofo fa tsy manana ny tena vina fa miaina amin’ny hala-tahaka,… Atao mahagaga ve raha minia manadino ny tena anaran’ny filoha anketriny ny vahoaka, ka nametaka ilay anaram-bositra iray, izay hatramin’ny zazakely vao mahay miteny aza mahay azy?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tournoi de Noël 2017Omby 2 no tafavoaka tetsy amin’ny ANS tamin’ny alahady

Omby 2 tamin’ny 3 niadiana no tafavaola tetsy amin’ny Ans Ampefiloha ny alahady 04 febroary 2018 tamin’ny lalao famaranan’ny « Coupe de Noël 2017” eo amin’ny taranja rugby à XV nokarakarain’ny Association FMTR sy ny fikambanana Fitahina tarihan’ny filohany Rajaonatahina Bako.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby tetsy MalacamVoahosotra ho tompondakan’Analamanga vehivavy ny 3Fb

Niara-dalana tamin’ny fanombohan’ny fiadiana ny amboaran’Analamanga tetsy amin’ny kianja Malacam notontosaina tamin’ny alahady 4 febroary 2018 teo ny lalao famaranana tamin’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga 2017 amin’ny lalao rugby Malagasy.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana telefaonina foza oranaTsy ho mora ny hanafoanana azy

Amin’ny tapaky ny volana jolay ho avy izao no fe-potoana farany hahafahana manafatra ny karazana finday voasokajy ho foza orana eto amintsika, hoy ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra Atoa Nepatraiky.

Noho  ireny karazana finday ireny mampanano sarotra ny asa tanterahin’ny mpitandro ny filaminana no nambarany fa antony toy ny fakana an-keriny, ny asa fisolokiana maro isan-karazany…. Amin’ny ankapobeny anefa dia saika ireny finday foza orana ireny avokoa ny hampiasain’ny olona noho izy mora sady tsy tian’ny mpangalatra. Lohalaharana amin’ireny ireo mpanao taxi-phone….Saika tsy mankasitraka ity fanafoanana ny fampidirana  finday ity eto amintsika ny rehetra. Santionany amin’izany ireto sendra ny gazety Tia Tanindrazana ireto.

 

Atoa Hajavola :Ny zava-dehibe amiko dia ny asan'ilay telefaonina.  Rehefa mahavita izay zavatra tadiaviko izy de izay. Mbola mampiasa telefaonina foza mihitsy aho izao an !  Ny antony, tsy manana olana aho raha sanatria very na lasan'ny mpangalatra ilay izy.

 

 

Rtoa Sissi :ilay telefaonina foza orana aloha hitako hoe : misy ilana azy e ! Raha ohatra ka mianjera izy ireny dia tena mafy mihitsy raha oharina amin’ny Android  nefa mahavita ny asany ara-dalàna tokoa. Mikasika ny securité indray ny telefaonina foza azo raisina amin’ny toerana sy amin’ny fotoana rehetra fa tsy tian’ny mpangalatra. Tena tombony be ilay izy ka !

 

Rtoa Annie : Ho ahy manokana miankina amin’ny asan’ilay olona ny fetezan’ilay fampiasana finday foza orana na tsia.Raha asa birao na amin’ny  secteur tertiaire, ohatra, tena tsy possible ny fampiasana azy io satria azo antoka fa mila mailing, agenda, … le zavatra.  Tsy azo atao amin’ny  telefaonina  foza izany. Raha mampiasa android indray anefa dia tena tsy azo  atao ireo na ao anaty embouteillage aza .

 

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoTsy manaiky ny fandaminana ireo mpivarotra

Tsy mety hiala amin’ny toerany ireo mpivarotra ao amin’ny tsenan’Ivato. Raha araka ny fandaminana eo anivon’ny kaominina mantsy dia afindra amin’ny sisiny sy ambadiky ny tsena izy ireo hahafahana manomboka ny asa fanamboarana ny tsena iray manontolo izay haharitra telo volana.

Nanambara anefa ireo mpivarotra ireo fa tsy antonony azy izany sisiny sy ambadiky ny tsena izany nefa izy ireo mila mivarotra isan’andro satria samy mamelom-bady aman-janaka avokoa. Nisy mihitsy moa omaly ny fanatonan’izy ireo ny biraon’ny  kaominina, notarihin’Atoa Alain.  Nanambara kosa  anefa ny lefitra faharoan’ny Ben’ny tanàna Atoa Rakotosolo Albert Clément nandritra izany  fa efa ao anatin’ny fandaminana farany ireo mpivarotra izy ireo ankehitriny dia hanomboka ny asa  mba ho tombontsoan’ny vahoak’Ivato iray manontolo. Nomarihiny ihany koa fa hahazaka mpivarotra an’arivony io tsena vaovao vao hamboarina io ka tsy hisy intsony ny fifangaroana fa hitokatokana isaky ny sokajy avy ny entana hamidy. Hitokana, ohatra, ny legioma …

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hijinja tadio

Raha mba ialahy ry Jean no misy mandrahonaHoe ho avy ry dahalo handroba ny fananana.Na hoe sanatria ianareo no tratry ny "kidnapping"Angamba hisavoritaka sy hikorapaka toa inona.

 

 

Raha mba ianareo ry Jean no mitaintaina lava.

Hoe inona no atao laoka sy sahiran-dava.

Hoe hahavita volana ve ny karama vary masaka ?

Na tsy misy hialofana fa tsy maintsy handry an-tatatra. 

 

Raha mba ny tranonareo no misy manao bodongerona.

Na ny taninareo no lafo tsisy fameriny.

Izany rehetra izany ve mety ho zakanareo ?

Hiainanay isan'andro anefa ireo fahoriana ireo.

 

Izay mamafy rivotra mbola hijinja tadio. 

Mba saintsaino ihany ary koa tadidio,

Ny vahoaka foana anie no tompon-teny farany

Madagasikara koa anie manana ny tantarany.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kanetibe « Triplette Boss »Fantatra indray ireo 16 vaovao hiatrika ny Grande finale

Ekipa olon-telo miaraka (Boos 1 sy Elites 2) miisa 16 hafa indray tamin’ireo nandray anjara tamin’ny dingana faha-2 no fantatra tetsy amin’ny Cbt Mahamasina tamin’ny alahady teo fa hanampy an’ireo 16 efa fantatra tamin’ny alahady heriny 28 janoary fa tafita hiatrika ny Grande Finale hotontosaina ao ihany amin’ny sabotsy 10 sy alahady 11 febroary izao ka hiady ny “qualification 8è Star Master Thaillande de pétanque”.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANTOKO MAITSO Tokony havoakan’ny fanjakana maika ny datim-pifidianana

Naneho ny heviny mikasika ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny ny filoha nasionalin’ny antoko Maitso Atoa Georget Marie Alexandre.

Nambarany fa na efa fantatra aza fa amin’ny volana novambra na desambra amin’ity taona ity no hanatanterahana ny fifidianana izay ho filoham-pirenena dia tokony havoakan’ny fanjakana haingana ny daty mazava sy marina hanatanterahana azy. Ny hahafahan’ny olona miomana no tanjona satria tsy tokony hisy eto amin’ny tany sy ny firenena intsony ny fifidianana olona tsy manana  fandaharan’asa  mazava. Ho an’ny antoko Maitso manokana  izay mivondrona ao anatin’ny ARMADA dia fantatra fa efa vonona  tanteraka amin’ny fiatrehana ny fifidianana izy ireo. Antoko miisa dimy, raha tsiahivina  izy ireo no mivondrona ao anatin’io fikambanana io ka izay iray voafidy amin’izy dimy mirahalahy mpitarika ny antoko isanisany avy no halatsaka hofidiana ho filoham-pirenena. Anisan’ireny Atoa Geirget Marie Alexandre izay nanambara fa efa manana kahie iray mihitsy ny tenany momba ny fandaharan’asa  mazava entina hampandrosoana sy hitantanana  an’i Madagasikara fa tsy mijanona  ho taratasy tokana toy ny an’ny sasany fotsiny na tsy misy mihitsy.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kanetibe « Triplette Boss »Fantatra indray ireo 16 vaovao hiatrika ny Grande finale

Ekipa olon-telo miaraka (Boos 1 sy Elites 2) miisa 16 hafa indray tamin’ireo nandray anjara tamin’ny dingana faha-2 no fantatra tetsy amin’ny Cbt Mahamasina tamin’ny alahady teo fa hanampy an’ireo 16 efa fantatra tamin’ny alahady heriny 28 janoary fa tafita hiatrika ny Grande Finale hotontosaina ao ihany amin’ny sabotsy 10 sy alahady 11 febroary izao ka hiady ny “qualification 8è Star Master Thaillande de pétanque”.

 

Ino Vaovao0 partages

HAROM-PAOSY SY FANAFIANA AO SAMBAVA : Lehilahy iray nokapain’ny jiolahy tamin’ny famaky

Tahaka izay nitranga ny alin’ny sabotsy lasa teo dia tovolahy iray no nisy nanafika teny an-dalana raha hamonjy fodiana. Nendahin’ireo mpanao ratsy ity farany ka lasa tamin’izany ny vola tao am-paosiny sy ny finday.Tsy nahafa-po ireo jiolahy ny zavatra azony ka avy hatrany dia notetehin-dry zalahy ny antsibe teo amin’ny lohany. Tahaka ny faritra sasany dia toa miha mahazo vahana any Sambava ihany koa ity fomba ratsy ity. Hatrany anaty fiara fitateram-bahoaka dia ahitana izany harom-paosy izany koa ka tsy vitsy ireo mpandeha no lasibatra.

Araka izany dia manaitra ireo tompon’andraikitra voakasika mba handray fepetra mahakasika izany fa toa efa mahazo vahana ny sinto-mahery, harom-paosy ary ny fanafihana mpandeha amin’ny alina ankoatra ny fanafihana mitam- basy fahita matetika any an-toerana ireny. Araka ny fantatra dia noho ny halafosam-bidin’ny lavanila no mahatonga izany. Eo ihany koa ny fahasahiranana mianjady amin’ny vahoaka ka misarika azy ireo hanao ny tsy fanao.

Manoloana ireo trangana tsy fandriampahalema mirongatra ao Sambava ireo dia mihorohoro lava ny vahoaka any an-toerana. Ilaina ny fandraisana andraikitra ataon’ny fanjakana hitady vahaolana amin’ity resaka tsy fandriampahalemana ao an-drenivohitry ny faritr’i Sava ity. Na izany na tsy izany dia efa manerana ny faritra io tsy fandriampahalemana io. Tsy hisy ny fampandrosoana raha marefo tahaka izany ny fandriampahalemana. Mibaribary araka izany ny tsy firaharahan’ny mpitondra ny vahoaka izay entiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO AMBANJA : Trano miisa 8 nodoran’ny jiolahy mpangalatra lavanila

Araka ny loharanom-baovao voaray  tany an-toerana mahakasika ity raharaha ity dia fantatra fa trano fonenana miisa valo indray  no may kila forehitra nodoran’ireo mpanafika ny faramparan’ny herinandro lasa teo iny. Fianakaviana an-jatony ankehitriny no lasa tsy manan-kialofana tsy fidiny vokatry ny hetraketraka ataon’ireo olon-dratsy. Ankoatra izay fandorana trano izay dia fantatra ihany koa fa lavanila milanja 300 kilao no lasan’ireo jiolahy tamin’io fotoana io ka tafaporitsaka izy ireo rehefa vita ny nataony. 

Toa lasa mandry tsy lavoloha ankehitriny ireo mponina ao an-toerana manoloana ny fanafihana mifanesisesy ao amin’ity kaominina ity saingy tsy mahita vahaolana izy ireo hamongorana ireo mpandroba  mihaodihaody matetika eo amin’ny mano- didina. Manao antso avo amin’ireo miaramila mpampandry tany ireto farany mba ho tonga hijery ny zava-misy ifotony  amin’izao fotoana izao. MarihIna mantsy fa fantatry ny ankamaroan’ny mponina teo an-tanàna ny iray tamin’ireo mpangalatra, nomarihin’izy ireo aza fa efa isan’ireo ao anatin’ny andian-jiolahy mpanakorontana misesisesy izy io. Eo anatrehan’izay tranga izay dia manomboka manatanteraka hetsika fampandrian-tany  ireo zandary sy polisy ao an-toerana hatreto ka andrasana ny fivoaran’izay.

Mihena ny vokatra lavanila noho ny tsy fandriam-pahalemana

Manoloana ny firongatry ny halatra lavanila ao amin’ity Kaominina ity dia ahiana mafy ny tsy hisiany  intsony. Efa hita taratra ankehitriny fa miha lany tamingana ity vokatra ity   satria matahotra sao ho voatafika ireo tantsaha, hany ka tsy mazoto manohy ny fambolena lavanila intsony. Efa betsaka ireo namoy ny ainy sy rava fananana vokatry ny trangana fanafihana mifa nesisesy an-taonany maro izay  ka miezaka ny miaro tena hatrany izy ireo hatreto. 

Tsy mitsahatra mampandre ny mpitondra fanjakana izy ireo eo anatrehan’ izao fahavoazana izao. Mangataka fanampiana sy vahaolana ireto farany, indrindra fa ho an’ireo olona may trano fonenana izay  lasa tsy manan-kialofana  ny faran’ny herinandro teo.

Tatianà R.   

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY AN’I AKYL CASSAM : Tonga ny sakamainty, olona 8 nosamborina

Feno 5 alina sy efatra andro androany talata 6 febroary ny nakan’ireo mpaka an-keriny azy ary mbola tsy hita popoka hatramin’izao.

Mafy ny tsindry avy amin’ny CFOIM

Fikambanana manana ny tanjany eto Madagasikara ny Cfoim na Vovonan’ny indianina mizaka zom-pirenena frantsay monina sy miasa eto Madagasikara (Collectif des français d’origine indienne de  Madagascar). Ny Cfoim izay miantso ny fanjakana mba handray andraikitra makadiry manoloana io resaka fakana an-keriny io.

Ny Indianina mantsy no tena lasibatry ny fakana an-keriny eto Madagasikara. Manoloana izany, dia mikoropaka ny fitondrana Rajaonarimampianina. Ireo mpandraharaha karàna izay anisany mpanampy ara-bola ireo asa sosialy ataon’ny fanjakana. I Akyl Cassam Chenaï, dia anisany mpandraharaha nanome vary ny vahoakan’i Toamasina taorian’ny fandalovan’ny rivo-doza Ava farany teo.

Nanome baiko ny minisitry ny Filaminana anatiny noho izany ny fitondrana foibe mba handefa polisy avy any Antananarivo mankany Toamasina hanampy ny mpitandro filaminana ao an-toerana. Ny alahady 4 febroary, nigadona ao Toamasina ny polisin’ny Usi, izay fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Saka Mainty. Tsara ny manamarika fa itambaran’ny polisy sy ny zandary ny fanadihadiana momba ity raharaha fakàna an-keriny an’i Akyl Cassam ity. 

Ny vaovao marim-pototra voaray, ny marainan’ny alatsinainy 5 febroary no nahalalana fa olona miisa 8 no nosamborina atao fanadihadiana hatreto. Mbola ho lava ny lisitry ny olona hohenoina.

Voatonontonona indray ny ekipan’i Stéphanie Roger Lala

Efatra andro taorian’ny fakana an-keriny an’i Akyl Cassam, dia mbola tsy nisy sora-bola nivoaka avy amin’ny fianakaviany ho sandan’ny famotsorana. Ny fianakaviana araka ny efa ambara izay tsy marisika manome vaovao noho ny tahotra.Ny loharanom-baovao voaray ny marainan’ny alatsinainy 5 febroary no nahalalana fa manomboka voato- nontonona amin’izao raharaha fakana an-keriny an’i Akyl Cassam izao indray ny ekipan’i Stéphanie Roger Lala. 

Ity farany izay efa voasaringotra tamina raharaha fakana an-keriny maromaro niseho taoToamasina. Raharaha fakana an-keriny nahenoana azy farany ny raharaha Arnaud sy Annie, tamin’ny novambra 2015. Izy izay voasazy migadra mandra-pahafaty. Didy nivoaka ny volana septambra 2017 nandritra ny fitsarana ny raharaha Arnaud-Annie. Ny loharanom-baovao hatrany no nahalalana fa mety halaina avy ao amin’ny fonjan’Antanimora hohenoin’ny mpanao fanadihadiana amin’ny raharaha Akyl Cassam i Stéphanie Roger Lala.

Kamy

Midi Madagasikara0 partages

Gendarmerie nationale : 50 gendarmes formés en police judiciaire

Depuis hier, 50 gendarmes vont suivre un stage de formation en Police judiciaire pour une semaine au Toby Ratsimandrava. Placée sous l’égide de la Direction de la Police judiciaire (DPJ) de la gendarmerie nationale, cette formation consiste à donner aux participants les outils leur permettant de traiter des affaires ayant relation avec le Tribunal ainsi que de s’initier aux techniques d’enquête et d’investigation, notamment sur les affaires sensibles ainsi que la rédaction des procès verbaux à transmettre auprès du tribunal. Après leur séjour au Toby Ratsimandrava, ces gendarmes devront être déployés dans des unités de la gendarmerie réparties dans la Région Analamanga et dans des sections des recherches criminelles. D’après les explications, cette formation entre dans le cadre de la coopération entre la Gendarmerie et le ministère de la Justice en matière d’échange d’expériences. A noter que les officiers sortant de l’Académie militaire d’Antsirabe ayant choisi de servir dans la gendarmerie, doivent suivre ce genre de formation auprès de l’Ecole nationale de Greffe et de la magistrature pendant leur passage à l’Ecole supérieure de la gendarmerie à Moramanga. A leur sortie de l’école de la gendarmerie, ils doivent également effectuer un stage pratique auprès du Tribunal (Stage-Parquet) pour devenir des Officiers de police judiciaire.

T.M.

L'express de Madagascar0 partages

RN7 – Deux cents tortues dans un cercueil

Cachées dans un cercueil perché sur le porte-bagages d’un taxi-brousse, des tortues ont été interceptées. Une centaine de kilos de drogue a été retrouvée à bord. 

La poudre aux yeux. Un cercueil plein de tortues est tombé dans les mailles des filets tendus par la police à Alakamisy Fianarantsoa, dans la nuit de dimanche à lundi. A bord du taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter, sur le porte-bagage duquel celui-ci trônait, les éléments des forces d’intervention de la police (FIP), qui ont intercepté le véhicule, ont de surcroît découvert dix sacs en polyéthylène tissé, chargés à ras-bord de chanvre indien, pesant une centaine de kilos au total.Le chauffeur du minibus, âgé d’une trentaine d’années, est placé en garde-à-vue au commissariat central de Fianarantsoa. Un interrogatoire sommaire a révélé que le propriétaire du cercueil à reptiles lui aurait payé 700 000 ariary pour l’acheminer jusqu’à Tana. Il aurait, en revanche, empoché 600 000 ariary pour le transport de la drogue.Le cercueil a été embarqué au milieu de nulle part, sur plateau d’Ihorombe, avec deux cents quarante-cinq tortues à l’intérieur, alors que le cannabis a été chargé à Ambatoavo, une localité située au bord de la RN 7, à une quarantaine de kilomètres de la ville d’Ihosy.Le taxi-brousse opère entre Toliara et Antananarivo. Il a emprunté la route la nuit pour mieux tromper le flair des gendarmes et policiers déployés sur la RN7. Le chauffeur a également couvert le cercueil avec une bâche pour ensuite accrocher le drapeau national sur la partie avant-gauche du porte-bagage. L’affaire s’est corsée aux portes de Fianarantsoa.

Délit de fuiteArrêtée par des policiers du commissariat central, dimanche, vers 22h 30, au niveau du point de contrôle d’Ankidona, à 2 kilomètres, au Sud de la ville, la Mercedes Sprinter a commis un délit de fuite.«Les hommes du commissariat central ont d’emblée fait une liaison pour nous informer qu’une Mercedes Sprinter de couleur blanche venait de forcer un barrage. Nous l’avions  alors attendue de pied-ferme au croisement d’Alakamisy. Les policiers sur place ont reçul’ordre de déployer la herse. Du coup, le fuyard n’a pas pu trouver la moindre brèche lors de son passage», explique lecommandant des FIP de Fianarantsoa.La police n’a pas eu du mal à mettre la main sur le chanvre indien. En interrogeant le chauffeur sur l’identité du mort se trouvant dans le cercueil, celui-ci était incapable d’apporter des réponses. Il n’avait de surcroît ni permis d’inhumer, ni constatation de décès, ni autorisation de transfert de corps.Devant ces faits suspects, la police a ramené le taxi-be à Fianarantsoa. Dans la matinée d’hier, vers 10h 30, le cercueil a été descendu du porte- bagages. C’est alors que les autorités ont constaté qu’il n’était pas scellé. En outre, le couvercle n’était pas cloué avec l’ensemble. À l’intérieur ont été découvertes quatre grandes valises où étaient dissimulées les deux cents quarante-cinq tortues.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Une centaine de partis politiques à radier

Des centaines de partis politiques se trouvent en situation irrégulière. Ils risquent d’être radiés du registre national.

Grande lessive. Les jours des partis politiques de conjoncture sont comptés. Le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid) a recensé une centaine de formations politiques en situation irrégulière.Dans le chapitre relatif aux droits et obligations des partis politiques dans la loi actuellement en vigueur, promulguée en 2011, ces derniers doivent, sous peine de radiation du registre national, faire avant la fin du mois d’avril de chaque année une déclaration d’existence comprenant le siège du parti politique, ainsi que les noms et adresses des membres du Bureau Exécutif. Par ailleurs, ils doivent notifier l’Administration de toute modification survenue dans la vie du parti dans les quatre mois.Par ailleurs, ils doivent tenir un congrès national tous les cinq ans au moins, sous peine de radiation du registre national des partis politiques. Le congrès national est l’instance suprême de décision en matière d’orien­tation générale du parti de programme politique et d’idéologie.Par définition, un parti politique est un groupement de citoyens ayant en commun un projet de société, partageant la même idéologie et poursuivant les mêmes objectifs, aux fins de défendre et de mettre en œuvre un programme politique pour le développement socio­économique et culturel de la Nation par l’exercice de la représentation au sein des différentes institutions au niveau local, régional, provincial et national. Il concourt à la formation de la volonté politique, à l’expression du suffrage universel et à l’exercice du pouvoir par des moyens démocratiques et pacifiques à travers la participation aux élections, l’éducation civique et politique et l’encouragement de la participation des citoyens à la vie publique et politique. Il exprime ses objectifs dans un programme politique.En avril 2017, des centaines de partis politiques ont négligé ces exigences, d’après une source auprès du Mid. Toutefois, la procédure de radiation n’est pas encore enclenchée. « Nous sommes en attente de la promulgation du projet de loi sur les partis politiques, actuellement à l’étu­de au niveau du Gouvernement », affirme-t-elle.

Laisser-allerSelon toujours la loi 2011-012, il appartient au conseil d’État de la Cour suprême de statuer sur la dissolution d’un parti politique. Cette juridiction a également confirmé qu’elle n’avait pas encore tranché sur le sort des centaines de formations politiques irrégulières, par souci d’apaisement.Avec l’embellie démocratique des années 1990, les partis politiques à Mada­gascar ont poussé comme des champignons. Dictés par l’opportunisme, il est fréquent de trouver des partis qui ne sont constitués que par le bureau exécutif, qui par ailleurs ne compte dans ses rangs qu’un petit réseau d’opportunistes. Une situation qui a amené Madagascar à aboutir à plusieurs centaines de partis politiques à un certain moment. Faute d’idéo­logie et de programme de société, la plupart des partis politiques malgaches ne sont que des coquilles vides.Sauf changement radical, la nouvelle loi sur les partis politiques, d’après les cogitations de la commission consultative sur l’amélioration des cadres juridiques de l’élection a proposé que les partis politiques doivent participer au mois à trois élections majeures. Une proposition qui risque de ne laisser qu’une dizaine de partis politiques survivre après nettoyage.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Les légendes du Salegy » sur la même scène

Le temps d’un concert qui s’annonce sensationnel, festif et euphorique, cinq grandes étoiles de la musique malgache se relayeront sur la scène du palais des Sports et de la Culture. 

Dès son annonce, l’engouement autour de cet événement unique en son genre n’a cessé de croître. Un concert comme on en voit très rarement, voire quasiment inédit. C’est toute une grande fête en ode à ce genre entraînant, chaleureux et traditionnel, originaire du Nord de la Grande île, qu’est le « salegy», que M. Production prépare actuellement pour le public de la capitale. Le 25 février à partir de 14h30, « Les légendes du Salegy » se redécouvriront sous leurs plus beaux attraits au palais des Sports et de la Culture Mahamasina.À l’affiche de ce concert, le public aura justement le plaisir de retrouver cinq grandes étoiles de la scène malgache. Cinq artistes tous aussi iconiques que charismatiques et intemporels, qui fort d’un point commun, à savoir l’amour du « salegy », enflammeront cet antre du sport et de la culture à Mahamasina. Mené par le Roi du salegy en personne, Jaojoby, le public aura aussi le privilège de retrouver le Grand maître Tianjama, l’électrisant Mily Clément, l’infatigable Din Rotsaka et l’attrayante Ninie Donia. Le temps d’un moment unique, qui présage une grande liesse populaire festive, « Les légendes du Salegy» envoûteront à coup sûr par leur mélodies.

Honneur et respectModeste Rakotondravao-harisoa, responsable de M. Production affirme « Il s’agit là d’un moment exceptionnel à vivre, nous convions un public de tous horizons à se joindre à nous pour cette grande messe du salegy. D’autant plus qu’il importe d’honorer ces artistes qui ont porté haut l’étendard de notre pays à l’international par le biais de cette musique propre à notre identité culturelle ». Des légendes avec chacune un parcours tout aussi légendaire, le benjamin ayant déjà 25 ans de carrière au compteur et l’aîné 40 ans.Un grand moment de grâce et de festivités donc, c’est tout un spectacle qui s’offrira au public qui aura l’occasion de faire preuve d’un grand respect pour ces monstres de la scène que sont Jaojoby, Ninie Donia, Tianjama, Mily Clément et Din Rotsaka. En outre, avec le salegy comme fil conducteur du concert, les mélomanes fêtards qui s’y retrouveront, se délecteront également de la créativité propre à chacun de ces artistes, une fois sur scène. Avec une heure pour chacun, ces légendes du salegy revisiteront leur répertoire en proposant leurs plus grands tubes au public.Tel un grand festival populaire, ils se relayeront sur scène, redoublant à chaque fois d’énergie et de dynamisme pour enivrer l’assistance. Comme invité, Dr JB Junior sera aussi de la partie. Des retrouvailles à ne pas rater donc, « Les légendes du Salegy » au palais des Sports et de la Culture Mahamasina présagent un grand moment d’extase et de frénésie mélodieux et folklorique à la fois. Les billets sont d’ores et déjà disponibles à partir de ce jour auprès des revendeurs habituels.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Maevatanàna – Saisie de crevettes et de raphia

La brigade police routière (BSR) de la gendarmerie nationale à Maevatanàna resserre la vis. Pendant deux nuits successives, des transports illicites de produits forestiers et de ressources halieutiques ont été mis à nu. Au total, cinq balles de fibre de raphia pesant 350 kilos ainsi qu’une centaine de kilos de crevettes ont été interceptés.Interdit d’exploitation entre le 1er novembre et le 30 avril, le raphia ne peut de surcroît être transporté la nuit selon la réglementation en vigueur.Les balles saisies sont en provenance d’Ambato Boeny. Elles ont été interceptées au point du contrôle de la BSR Maevatanàna, à la hauteur d’Antanimbary, dans la nuit de jeudi à vendredi, alors qu’un véhicule de transport en commun allait les acheminer vers Tana. Le lendemain, tard dans la nuit, une centaine de kilos de crevettes, réparties dans des sacs tissés et des valises ont été, en revanche, découvertes sur un autre taxi-brousse en provenance de Marovoay.«La pêche crevettière est fermée en cette période de l’année. En plus, il n’y avait aucune autorisation», explique le commandant du BSR.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Football – L’infirmerie se désemplit à la CNaPS Sport

Les quatre titulaires blessés se sont pratiquement rétablis, à la CNaPS Sport. De bonne augure avant la première confrontation avec le KCCA Ouganda, ce samedi à Vontovorona.

À quatre jours de son tour préliminaire aller en Ligue des Champions de la CAF, la CNaPS Sport a quasiment retrouvé ses nombreux cadres blessés.Avant le match aller de la Supercoupe de Mada­gascar, à la mi-janvier, Mika avait malheureusement fait une rechute. La blessure au mollet du milieu de terrain s’était réveillée pendant l’entraînement. Comme lui, le gardien Leda et l’ailier Lalaina étaient également touchés, aux cuisses.Aujourd’hui, leur période de rétablissement est pratiquement achevée. « Lalaina et Mika ont commencé à reprendre peu à peu dernièrement. Quant à Leda, il s’entraîne déjà de manière intensive », confie le coach Tipeh. Reste maintenant à savoir s’ils seront aptes pour affronter le Kampala City Capital Authority (Ouganda), ce samedi au stade de Vontovorona. Ou bien seront-ils trop justes et devront-ils attendre la deuxième confrontation contre les Ougandais pour revenir.Lors de la Supercoupe aller, un autre titulaire avait également rejoint l’infirmerie. Le défenseur latéral droit, Toby, s’était blessé en plein match sur un débordement. Souffrant de la cheville droite, il avait été contraint de quitter ses coéquipiers. Aujourd’hui, il est complètement rétabli. « Toby est prêt pour jouer un match complet », rajoute Tipeh. Bonne nouvelle, connaissant notamment son apport considérable en attaque dans son couloir.

Deux succès en amicalLe retour de ses cadres fera certainement du bien à la CNaPS Sport, qui a bouclé sa préparation avec un deuxième match amical, samedi dernier à Vonto­vorona, avec une victoire sur Mama FC à la clef (2-0). Une semaine auparavant, le quintuple champion de Madagascar avait disposé de Tana Formation (3-0).« Les joueurs sont au top de leur forme », se réjouit Tipeh. De son côté, le KCCA n’a remporté qu’une seule de ses trois rencontres amicales de préparation contre des clubs kenyans. Une victoire décrochée face au Tusker (1-0), en janvier. Par la suite, le club ougandais a été battu par l’AFC Léopards (1-2), puis a été tenu en échec par le Sofapaka (0-0).Comme annoncé la semaine dernière, un changement a été opéré au niveau de la date du match retour, en tour préliminaire des compétitions interclubs africaines. Initialement prévu pour les 16, 17 ou 18 février, le match retour entre la CNaPS Sport et le KCCA, au Startimes Stadium de Kampala, est repoussé au mercredi 21 février.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Université d’Ambondrona – Les sanctions des étudiants maintenues

Toute manifestation mettant en cause l’ordre public est condamnée. C’est le cas de celle des étudiants de l’Université de Mahajanga. 

Le Président du Sénat, Rivo Rakotovao, a été ferme et catégorique, vendredi dernier, à la salle de réunion de l’hôtel Sunny à Manapatanana. La résolution de la crise universitaire entre les étudiants membres du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BDUM) et l’Université de Mahajanga n’est pas négociable, et cela concerne l’ordre public.« Il s’agit de l’ordre public, il n’est pas du tout négociable. Les décisions sont à appliquer. Le problème des étudiants ne doit pas être un moyen pour exprimer des opinions personnelles », a martelé le président du Sénat.« C’est un feu de paille qui tente de miner et d’embraser tout le pays si cela continue. Cela  donnera une occasion aux autres de perturber l’ordre public. Cette situation remonte à quatre ans et c’est encore le même scénario.  Partout dans le monde entier, à l’église, à l’école ou dans les bureaux, la discipline est obligatoire. Nous ne tolérerons pas ces écarts de conduite», a-t-il prévenu.

RécalcitrantsLes décisions prises par l’OMC et les sanctions lors du Conseil de discipline, il y a deux mois, sont maintenues. Aucun changement n’a été apporté. Ainsi, les sanctions concernant les étudiants suspendus d’inscriptions et sursitaires sont effectives.Toutefois, les sanctions peuvent être allégées suivant le comportement des récalcitrants.De plus, l’accès aux logements universitaires est aussi tributaire de la réhabilitation des cités universitaires. La dissolution des deux associations BDUM et le CCE est également maintenue. Ordre a été également donné de plier les chapiteaux ayant accueilli les étudiants expulsés des cités près du campus.Les travaux de réhabilitation des logements ont ainsi débuté depuis hier à la suite de cette rencontre avec les représentants des étudiants, les parents ainsi que les responsables de l’Université et les ministres de tutelle et coaches.« Nous défendrons ceux qui veulent étudier et les enseignants. Nous allons aussi protéger les infrastructures de l’État. La loi sera appliquée et il n’y aura aucun compromis », a averti le ministre de la Défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofonirina.La réunion de l’OMC, de la délégation ministérielle et du président du Sénat s’était tenue à huis clos. Les représentants des parents et des étudiants ont dû quitter la salle. Personne n’a pu prendre la parole après la déclaration.

La cité universitaire d’Ambondrona est inhabitable vu son état actuel.

Crise estudiantine – Un nouveau bras-de-fer en vue

La crise universitaire à Mahajanga est loin d’être terminée. Les étudiants ont déclaré hier à la population « majungaise » que leur lutte n’est pas finie. À peine la lourde délégation ministérielle conduite par le président du Sénat, Rivo Rakotovao, est partie samedi, que déjà les membres du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BDUM) ont répliqué hier, à travers une station télévisée privée.Ils ont rejeté en bloc la décision de l’OMC de Mahajanga, approuvée par les autorités dirigées par le président du Sénat, lors de la réunion du vendredi à l’hôtel Sunny Manapatanana.« Nous ne sommes pas contents de cette déclaration. Elle n’est pas adaptée à la réalité et ne correspond pas à la situation qui prévaut. De plus, nous exigeons que les résultats du Codis soient annulés et que nos collègues puissent poursuivre leurs études. En ce qui concerne les chambres, nous pouvons cotiser pour réparer les portes et fenêtres », a exigé le porte-parole.Le bras-de-fer est donc encore engagé. Rappelons que deux étudiants sont placés sous mandat de dépôt en octobre 2017 après le saccage du campus, le 12 octobre, plus d’une dizaine d’arrestations ont eu lieu la semaine dernière et des voitures ont été endommagées et incendiées. Les examens ont été perturbés par ces étudiants, il y a dix jours. Depuis l’expulsion de certains étudiants en octobre, ils ont campé près de la cité « U » à l’extérieur du campus d’Ambondrona.

Les représentants de la société civile à Mahajanga ont suivi un atelier sur les techniques d’interpellation.

Société civile – Un atelier sur les techniques d’interpellation

Les acteurs de la société civile à Mahajanga ont été formés sur les techniques d’interpellation basée sur les évidences, du 30 janvier au 1er février derniers à la salle de réunion de l’hôtel Coco Lodge.L’atelier, initié par le Système des Nations unies, à travers le Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme (HCNUDH), le PNUD et l’UNESCO, a été organisé dans le cadre de la mise en œuvre d’actions visant la consolidation de la paix à Madagascar.Il concerne le projet intitulé « Institutions démocratiques intègres, représentatives et crédibles » pour la consolidation de la paix à Madagascar.Ce projet vise à renforcer la confiance des citoyens envers les organes publics à travers un appui aux institutions de redevabilité et de lutte contre la corruption ainsi qu’à la création d’espaces de dialogues entre citoyens et élus et l’accès à l’information. Ces éléments sont essentiels pour instaurer un climat de paix pérenne et pour renforcer la cohésion sociale dans le pays.En outre, le résultat attendu de ce projet vise principalement à ce que la population soit plus résiliente et participe de façon responsable et informée à la gestion de la chose politique. Il s’agit de permettre d’inclure le renforcement des capacités des acteurs de la société civile et des médias en matière d’interpellations responsables, principalement les interpellations basées sur les évidences ainsi que sur le contrôle démocratique des actions des forces de défense et de sécurité.« À l’issue de cet atelier, les acteurs de la société civile disposent des compétences requises en matière d’interpellations, et peuvent mener des interpellations responsables favorables à la consolidation de la paix à Madagascar », a expliqué Volahery Andriamanantena-soa, chargée de programme au sein du HCNUDH.Après Mahajanga, ce sera au tour de Toamasina et de Fianarantsoa d’accueillir l’atelier.

Marc Sarrazin, a inauguré le nouveau siègede l’Alliance française Mahajanga.

Association – L’Alliance française Mahajanga classée deuxième

L’inauguration du nouveau siège de l’Alliance française de Mahajanga (AFM) a été marquée par plusieurs activités culturelles, samedi dernier. Dans son discours, le délégué général des Alliances françaises Madagascar et océan Indien, Marc Sarrazin, a félicité les responsables de la Cité des Fleurs.« L’AFM est classée seconde sur les vingt-sept qui existent à Madagascar, en nombre d’apprenants et au passage d’examens. De plus, Madagascar est en tête en nombre d’apprenants au classement de l’AF dans le monde entier », a déclaré le délégué général.La nouvelle directrice Marrie-Sabine Tassin  est satisfaite.« Le projet de célébration de ce nouveau siège a démarré depuis l’année dernière. L’AFM est une organisation française pour les Malgaches. Le lieu est ouvert pour que tout le monde puisse en profiter », a-t-elle déclaré.Une journée porte ouverte a précédé la série de manifestations de samedi. Le nouveau siège a pignon sur la rue Edouard VII, dans les locaux de l’ancien Consulat de France, face à la Banque centrale et le commissariat central de Mahajanga be.Des visites guidées ont aussi illustré cette journée. Puis, un défilé en musique et aux rythmes des percussions, de danses à partir de l’ancien siège jusqu’au nouveau bâtiment a marqué ces activités. Des fresques ont été réalisées par les élèves du collège français Françoise Dolto et l’artiste Emile Bloyet. Un tremplin musical a achevé les festivités.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Sculpture – « L’émergence » par Solomon Manan’Art

L’art est une forme d’expression. Solomon Rakotomanana évoque l’aspiration de son temps à travers une œuvre  dans son exposition « L’art du bois, art vivant » qui se tient à l’Alliance Française d’Antananarivo.Un zébu à bosse ailé, robuste et imposant, prêt à prendre son envol,  sculpté sur du « fanazava », est la première pièce qui compose l’œuvre du grand sculpteur Solomon Manan’Art. Sur un socle en eucalyptus présentant des sculptures de visage humain à sa base, les deux pièces réunies traduisent l’inspiration de Solomon Rakotomanana, un bon citoyen talentueux dans l’art de sculpter du bois.L’œuvre est baptisée« L’émergence » par l’artiste. « Le zébu symbolise notre richesse. Et là, je l’ai représenté avec des ailes illustrant l’émergence au sens propre du terme. La base de la pièce représente le peuple s’activant ensemble. Et ces deux pièces ne vont pas l’une sans l’autre. Elles sont issues de bois différents. Le fanazava est un bois apprécié des connaisseurs par son aspect ivoire. Et cet eucalyptus est vieux de deux siècles. Et ces deux ensembles  composent la pièce L’émergence », a expliqué Solomon Manan’Art lors du vernissage dans la matinée d’hier. Cette exposition retrace la finesse de l’artiste dans son travail en perpétuelle évolution.Les grands totems abstraits en bois massifs, les figures surréalistes, les pièces chromées ou taillées dans la masse, autant de merveilles occupent le hall de l’Alliance Française d’Antananarivo ou AFT. Chaque élément démontre la qualité et la finesse du coup de main du roi de la sculpture malgache Solomon. Cette exposition intitulée « L’art du bois, art vivant » se tiendra jusqu’au 24 février.Elle  rentre dans le cadre de la clôture de la célébration du 70e anniversaire de l’AFT. « Je me sens très honoré d’avoir pu participer à la célébration de cet heureux événement et de partager, par la même occasion, mes acquis à la nouvelle génération », a laissé entendre Solomon Manan’Art avec satisfaction. Une projection vidéo de l’artiste dans son atelier tourne en boucle durant les jours de l’exposition. Le jeudi 8 et le lundi 12 février à 9 heures aura lieu un atelier d’initiation à la sculpture et la journée du jeudi 22 février  sera consacrée à ceux qui veulent échanger avec l’artiste.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Beach volley – Championnat de Madagascar – Stef’auto 501 grand absent

Le club tamatavien, Stef’auto 501, un des favoris du pays en volleyball classique et aussi en beach-volley, a décidé de ne pas participer au championnat national de ce week-end sur la plage du Bateau Ivre à Toamasina.Ce club a proposé à la Fédération malgache de volleyball (FMVB) de retenir et ne pas séparer les membres de l’équipe championne pour représenter la Grande île à la Coupe des nations de la zone 7 (24-25 février à Mau­rice), au lieu de sélectionner les joueurs de différents clubs.« Nous proposons cette formule car comme le cas de la formation de l’équipe nationale féminine en 2015 en vue de la coupe de la zone 7, la commission technique a formé un couple de deux joueuses, Melissa de Stef’auto de l’équipe cham­pionne et Eugénie du club vice-champion en sachant que toutes deux assurent le poste de centrale. Par conséquent, on a perdu à domicile le titre », a rappelé Sely Didier, coach de Ste’auto. De son côté, Serge Saramba, directeur technique national, a été clair que « c’est une sélection nationale qu’on cherche pour la coupe des nations de la zone 7, ce sont les joueurs performants et pas forcément le club champion qui représentent le pays », argument bien soutenu par le président de la Fédération, Jocelyn Andriamandimbisoa.La discussion entre les dirigeants du Stef’auto et ceux de la Fédération s’est tenue la veille du coup envoi du championnat. Malgré des mois de préparation de ce sommet national prévu, au début, en décembre 2017, Stef’auto a finalement décidé de se retirer.« Le couple constituant d’une équipe en beach-volley devrait avoir de l’automatisme et l’habitude d’évoluer ensemble. Depuis toujours, on sait bien qu’on n’a pas les moyens de faire un long regroupement donc c’est mieux d’avoir une équipe nationale composée de deux joueurs ou joueuses d’un même club » a conclu Sely Didier.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Iakora – Dix jeunes filles en transe dans des écoles

Incontrôlables. Une suspicion d’Ambalavelona a frappé dix jeunes filles dans la Circonscription scolaire (CISCO) d’Iakora, dans la région d’Ihorombe. Le phénomène s’est produit jeudi, durant les heures de cours, dans un collège d’enseignement général et un lycée de ce district. Les responsables de ces deux établissements scolaires avaient du mal à maîtriser cet incident. « Les dix victimes sont tombées dans l’inconscience au même moment. Elles ont pleuré, crié. Elles ont été très fortes d’un coup », raconte Fiononana Berijaona Zaranomenjanahary, chef CISCO à Iakora.Les victimes sont des collégiennes des classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème et une lycéenne. « Elles n’arrêtaient pas d’appeler le nom d’une des lycéennes », poursuit ce responsable de l’éducation. Cette « emprise démoniaque » a trop duré dans cette localité. « Les crises se sont produites presque toutes les heures. Ce n’est que ce jour (ndlr : hier) que le phénomène s’est calmé. Hier, elles étaient encore en crise », indique ce chef CISCO.Les deux établissements n’auraient pas été fermés. Seules les jeunes filles « possédées par un esprit démoniaque » seraient rentrées chez elles pour des soins.Le ministère de l’Édu­cation nationale (MEN) a indiqué qu’une réunion des parents s’était tenue, hier. Avec les responsables de l’établissement, ils ont convenu de commander des médicaments à Fianarantsoa, pour soigner ces malheureuses victimes.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Réouverture de la route vers Mandrosohasina

L’état pitoyable des routes fait diminuer  les revenus des paysans. La réhabilitation de ces infrastructures les satisfait pleinement. 

Rouverte depuis le début de cette semaine, la portion de route réhabilitée est d’un grand secours pour l’économie et le social des habitants de Mandrosohasina et ses environs. Avant les années de difficulté de circulation et deux mois de fermeture provisoire pour raison de travaux de réhabilitation qui y étaient effectués, le tronçon entre Kelivozona et la commune rurale de Mandrosohasina, district d’Antsirabe II, faisait partie des portions les plus inaccessibles, alors que les habitants de la commune doivent l’emprunter.« Grâce à la réouverture de cette route et à son état actuel satisfaisant, nous pouvons écouler nos produits agricoles à des prix raisonnables. Les collecteurs et les transporteurs n’auront plus de raison d’acheter nos légumes à des prix très bas», se réjouit Solomon Razafindratsima, habitant de cette commune productrice de carottes et de pommes de terre.Ainsi, dans l’objectif de garder l’état de cette route, l’entreprise, maître de l’ouvrage, a sollicité les habitants pour limiter la circulation des charrettes.

Himo« Nous faisons également appel à tous les véhicules de transport, surtout les camions, de bien vouloir respecter le barrage de pluie », note Tina Herisoa Rakotomalala, gérante et directrice générale de l’entreprise Artina qui a effectué les travaux, en collaboration directe avec les habitants par le biais de la pratique de la haute intensité de main-d’œuvre.Malgré le bon état de cette partie de route sur l’axe sud à l’entrée de Mandrosohasina, les habitants de la partie nord de cette commune doivent encore circuler sur une chaussée dans un état pitoyable. Afin de résoudre les difficultés de la population, ses représentants n’ont pas manqué de lancer un appel aux responsables concernés.« L’hôpital se trouve dans cette partie qui reste un point noir. Si bien que les gens, surtout les femmes enceintes, ne sont pas motivés pour joindre le médecin, se contentant de la médecine traditionnelle », mentionne une mère de famille.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Des kits scolaires pour les défavorisés

Des philanthropes viennent à la rescousse des élèves défavorisés des écoles publiques. Certains ne disposent toujours pas de fournitures  nécessaires, en ce second trimestre de l’année scolaire 2017-2018. Grâce au soutien de ces philanthropes et des partenaires, le ministère de l’Éducation nationale va pouvoir les doter de cahiers, de stylos et d’autres fournitures.Les dons, contenus dans un container, sont déjà arrivés au port de Toamasina. La Fondation Akbaraly et le Rotary Club Mahamasina, vont appuyer le ministère de l’Éducation nationale, dans l’acheminement et la distribution des kits au niveau des établissements scolaires. La première s’est engagée à « assurer le transit et l’acheminement  du container de Toamasina à  Anta­nanarivo ». Le second, quant à lui, a promis de « prendre en charge les frais de magasinage des marchandises et à assurer la distribution des livres à travers les établissements scolaires dans la région d’Anala­manga ».Le ministère, en outre, facilitera les formalités administratives. La signature de convention tripartite s’est tenue à la Tour Orange à Ankorondrano, hier, en la présence du ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary et les représentants des deux partenaires.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Kenya Juniors Open U18 – Quatre Malgaches en quête d’expérience mondiale

Une première journée de succès. Madagascar est présent au Kenya Juniors Open U18 de Nairobi depuis hier.Finaritra Andriamadison a enregistré une victoire contre la Suédoise Sissi Axelsson en deux petits sets (6/2, 6/1) en seizièmes de finale. Ce jour, elle sera opposée a la Kenyane Angela Okutoyi, tête de série numéro huit du tournoi et finaliste du précédent tournoi U18 qui s’est achevé sur les courts du Nairobi Tennis Club samedi.« Après deux tournois à Nairobi, je crois que le troisième est le bon. J’ai pu passer le cap du premier tour et j’espère que je ferai un bon match contre Angela Okutoyi. Il y a une place en quart de finale en jeu et je vais tout donner dans le but de gagner la rencontre », explique Finaritra Andriamadison, championne de Madagascar U16 en titre qui fait de cette tournée kenyane, une vraie préparation pour les cham­pionnats d’Afrique U16 qui se joueront à Tunis du 9 au 14 avril.Pour les autres Malgaches en lice au Kenya, Narindra Ranaivo et Mialy Ranaivo, exemptées du premier tour, joueront respectivement contre les Italiennes Eleonora Alvisi et Béatrice Ricci, des adversaires à leur portée.Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe aura fort à faire contre le Britannique Mathis Ross, tête de série numéro 16 du tournoi et 1 632e mondial.En double, les filles sont toutes en quarts de finale et Sampras Rakotondrainibe et son partenaire Rwandais Bertin Karenzi sont en huitièmes de finale contre Prachet (Inde) et Piercardo Usai (Etats-unis).Finaritra Andriamadison et sa partenaire Britannique Scarlett Hutchinson se sont imposées hier devant la Burundaise Hoziane Kitam­bala et l’Américaine Kushi Ganeriwala en deux sets (6/1, 7/5).Cette paire américano-malgache affrontera la Fran­çaise Zoé Billon et la Serbe Elena Gemovic.Mialy Ranaivo et l’Amé­ricaine Victoria Sasinka, elles aussi, se sont imposées contre la Kenyane Alicia Owegi et la Malienne Gumba Ben Mamadou en deux sets (6/0 6/4). Elles joueront contre Aicha Nyunkuru (Burundi) et Célestine Avomo (Gabon), têtes de série numéro un.Pour sa part, Narindra Ranaivo et Angela Okutoyi, exemptées des huitièmes de finale, seront opposées aux Italiennes Alessandra Simone et Béatrice Ricci.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du Président – Les équipes du Boeny en bonne position

La quatrième édition  du  tournoi  de basketball « Coupe du  Président », zone nord, a démarré samedi dernier au gymnase couvert d’Antsiranana. Il ne s’achèvera que le mardi 13 février prochain.Huit équipes dans les catégories Open N1A, N1B, U20, issues de quatre ligues régionales participent à cette compétition. La poule A regroupe Cosmos Secren (Diana), Sebam (Boeny), DCA (Diana), ESA (Sofia) tandis que la poule B est constituée par  AS Victoire (Boeny), AS Chicago (Diana), AS Douane (Diana), ABBS (Sava). Toutes les équipes de chacun  des deux groupes se croisent, et les deux meilleurs de chaque seront qualifiés au tour suivant.Apres la cérémonie d’ouverture officielle, trois matches ont  été programmés et les deux  équipes représentantes du Boeny ont  bien débuté. Sebam s’est facilement  imposée face au DCA Diana par 81 à 65. Avec un retard de 20 points au cours des deux premiers quarts-temps, cette dernière a essayé de se rattraper mais c’était  trop tard. De son côté, Sebam a su  utiliser les talents d’Idris et  d’Anthony qui ont maîtrisé le rôle de pivots grâce à leurs hautes tailles.Le deuxième match a opposé l’AS Victoire et l’ABBS.  Les Majungais ont mené la danse dès le début, avec un score de 17-9 au  premier quart-temps et 43-32 à la mi-temps.  L’équipe de Besamy a fait  des efforts pour réduire l’écart de 15 points et la stratégie du coach a porté ses fruits lors des autres deux quarts-temps. Mais la fatigue ne lui a pas permis d’atteindre les objectifs.  De son côté, l’AS Victoire a su renforcer sa défense pour se rendre maître de la situation et ainsi dominer le reste de la rencontre. Elle a remporté la victoire sur le score de 71-66.Le dernier match a vu la rencontre entre Cosmos Secren et ESA Sofia. Deux formations tout à fait différentes sur les plans physique et technique. Le match a déçu les spectateurs car  Cosmos a écrasé son adversaire depuis de début de la rencontre jusqu’au dernier coup  de sifflet. Score final 115-41.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Assassiné chez lui

Un candidat malheureux lors des dernières élections communales a été assas­siné dans sa propriété à Ranohira. Cuisinée par la gendarmerie, son aide-familiale a révélé l’endroit où le corps a été enterré. Ses complices sont en fuite. Le crime a été commis le 31 décembre 2017, mais il n’a été découvert que la semaine passée.

L'express de Madagascar0 partages

Santé et nourriture – Les gargotes illicites hors normes sanitaires

Les petites gargotes et les vendeurs de jus de fruits illicites fleurissent partout dans les marchés. La plupart d’entre eux ne suivent pas les normes sanitaires, or les descentes pour la détection de ces anomalies ne se font que par ordre. « Même si certaines personnes nous alertent de la présence d’une anomalie comme par exemple, des poissons d’eau douce qui renferment du cotons ou du gasoil dans le ventre alors que c’est vendu sur le marché, on ne peut descendre sur terrain que sur les ordres des chefs », explique un responsable au sein du Bureau municipal d’Hygiène (BMH), qui a requis l’anonymat.En grande partie, la descente dans les marchés se fait en collaboration avec les ministères concernés, notamment le ministère de la Santé publi­que et le ministère du Com­merce, avec la Com­mune urbaine d’Antana­narivo (CUA).« Tous les gargotes et hôtels dont l’ouverture est autorisée par la Commune urbaine d’Antananarivo possèdent des cahiers des charges alors on peut faire des suivis périodiques sur la qualité et l’hygiène. Mais ceux qui n’ont pas ce cahier font ce qu’ils veulent alors que ceci constitue un  danger pour la santé », ajoute-t-il. Ainsi, des certificats médicaux sont délivrés aux vendeurs de nourriture.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Star Master – Jean-Tiana-Lalaina remportent la deuxième étape

La triplette Jean Jacky-Tiana Tonnerre-Lalaina s’est imposée au terme de la deuxième étape des qualifications pour le Star Master de pétanque, dimanche à Mahamasina, en battant une formation venue d’Antsirabe, composée de Mickaël-Hery-Lalaina, en finale.Comme lors de la première étape, la compétition s’est poursuivie jusqu’en fin d’après-midi. Il a fallu déplacer les dernières rencontres sur les terrains du CBT, bénéficiant de projecteurs. Au bout d’une finale serrée, Jean Jacky, Tiana Tonnerre et Lalaina l’ont emporté sur le score de 13 à 10.Les seize meilleures équipes à l’issue de la première et de la deuxième étape de ces qualifications se retrou­veront pour la grande finale, en fin de semaine. Initialement prévue au terrain Paddock Mahamasina, cette grande finale se jouera finalement à Ambohimangakely, avec comme enjeu un ticket pour participer au Star Master de Pattaya donc, en Thaïlande, dans deux semaines.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Prolifération de ciment contrefait

Grogne des utilisateurs de ciment. Quarante types de ciment sont importés au pays mais tous n’ont pas la qualité qu’il faut. Beaucoup remarquent que des types de ciment ne tiennent pas dans les constructions et n’assurent point la solidité. La composition réelle du ciment, vendu en vrac notamment, est difficilement définissable. Des sacs de ciment, dont le poids n’atteint pas les cinquante kilos, sont nombreux. Les utilisateurs de ce matériau de construction demandent ainsi plus de suivi sur le type de ciment que le pays importe.

L'express de Madagascar0 partages

Anosy – Amélioration de l’accès à l’eau

L’approvisionnement en eau s’améliore dans le district d’Amboasary Sud. Tel est le constat de l’ONG Action contre la faim (ACF) lors de l’atelier organisé au Port Hôtel de Fort-Dauphin, la semaine dernière. En fait, des infrastructures dans le domaine de l’eau-assainissement et hygiène (EAH) ont été construites dans les zones vulnérables et dans les centres de santé. Des sondes ont été aussi mises en place dans le district afin de suivre le niveau de l’eau et de prévoir ainsi les risques de rareté de cette denrée essentielle et précieuse.Par ailleurs, les données concernant l’eau, l’assainissement et l’hygiène à Amboasary Sud ont été cartographiées.« Les données existent mais non exploitables. C’est pourquoi nous avons réalisé cette cartographie. Cet outil facilitera non seulement les prises de décisions mais aussi les lobbyings auprès des partenaires financiers. Et, c’est disponible pour tous les acteurs », explique Etienne Rakotoarison, responsable du département EAH auprès de l’ACF Madagascar.À titre d’exemple, une cartographie de la situation d’approvisionnement en eau ou de l’état des diarrhées dans le district existe. Une bonne coordination sur la gestion et la mise à jour de ces données entre le ministère de l’Eau, le ministère de la Santé Publique et la région Anosy est attendue.

Moïse Fanomezantsoa