Les actualités à Madagascar du Lundi 06 Février 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar300 partages

Cyclone – Forte tempête tropicale en vue

Un cyclone s’est formé à l’Est des côtes de Madagascar. Il se rapprochera du Sud-Est, dans les jours à venir.

Intense. Une forte tempête tropicale a été localisée à 749 kilomètres de l’île Sainte-Marie, hier. Il s’agit du premier cyclone de la saison 2016-2017 et a été baptisé Carlos, samedi, dans l’après-midi. « Cette forte tempête tropicale est accompagnée d’un vent de 102 kilomètres à l’heure et de rafales de 140 kilomètres à l’heure, et se déplace lentement avec une vitesse de 5 kilomètres à l’heure, vers le Sud-Est », selon les données du service de la Prévision météorologique à Ampan­drianomby, hier. Jusqu’à hier, il n’a pas encore influencé le climat de la Grande île alors que des avertissements sont lancés pour les îles de Mascareignes.Cela ne devrait pas tarder pour Madagascar. Rivo Randrianarisoa, chef prévisionniste à Ampandria­nomby, a souligné que Carlos se rapprochera de nos côtes, à partir de mardi. « Il nous est encore difficile d’affirmer s’il touchera terre, avec nos données actuelles. Ce qui est certain, c’est qu’il se dirigera vers le Sud-Est, avec de forte intensité. Ainsi, il aura certainement de l’impact sur le temps dans cette partie de l’île », affirme ce technicien.AffaiblissementLes prévisions de la direction interrégionale de Météo France à La Réunion, souligne de sa part, que l’intensité maximale de ce cyclone reste au stade supérieur de forte tempête tropicale. Cette même source indique que« Carlos est prévu s’affaiblir lors de son passage à proximité des Mascareignes. A partir de mercredi, les conditions environnementales pourraient redevenir plus favorables pour une nouvelle intensification ».Par ailleurs, les nuages qui accompagnent ce cyclone pourraient apporter de fortes précipitations dans le Nord de l’île, à savoir, à Analalalava, à Antsohihy, à Ambanja, à Nosy Be, et à Ambilobe. Sur les hautes terres, par contre, le régime d’Alizée prend place. Ainsi, les averses d’hier seraient vite remplacées par un temps sec, ce jour, toujours selon Rivo Randrianarisoa.La saison cyclonique de 2016 à 2017 qui a débuté le 1er novembre 2016, ne s’achèvera que le 31 mai 2017 pour l’océan Indien Sud-Ouest. La formation de un à deux cyclones est encore attendue, avant cette date butoir.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune270 partages

Madagascar perd 8 places dans le classement World Justice project

Le World Justice Project (WJP) a publié à la fin du mois de janvier son classement pour l’année 2017-2018 intitulé « WJP Rule of Law Index » qui mesure l’adhésion à l’Etat de droit dans 113 pays du monde, à partir de plus de 110,000 enquêtes auprès de ménages, et 3,000 enquêtes auprès d’experts.

Selon ce classement mondial, Madagascar a reculé de huit places sur la performance globale en matière d’Etat de droit et dégringole ainsi à la 98ème place, en 2016 le pays se trouvait à 90è place. Le pays enregistre pour le coup la plus forte chute dans ce classement mondial pour l’année 2017. La Grande île occupe ainsi la 16e place sur 21 pays africains et la 98e place sur 113 pays au niveau mondial, avec un score de 0,44.

Avec des données primaires, le WJP Rule of Law mesure la performance et l’indice de l’application de l’Etat de droit des pays à travers huit facteurs. Notamment les contraintes imposées par les gouvernements au pouvoir, l’absence de corruption, l’ouverture des gouvernements, le respect des droits fondamentaux, la question de l’ordre et la sécurité, l’application de la loi, et enfin la justice civile et justice pénale.

Sur les huit facteurs de notation, Madagascar se place presque toujours parmi les derniers. Soit sur les 113 pays classés : 90ème en ce qui concerne les contraintes dues au régime en place ; 107ème en matière d’absence de corruption ; 76ème en matière d’ouverture du gouvernement ; 82ème en matière de respect des droits fondamentaux ; 60ème en matière d’ordre et de sécurité ; 108ème en matière de l’application de la loi : et enfin respectivement 101ème et 87ème en matière de justice civile et pénale.

Accablé

« Une règle de droit efficace est le fondement des communautés d’équité, d’opportunité et de paix », a déclaré William Neukom, fondateur et PDG de WJP. Avant de continuer qu’ « aucun pays n’a atteint une parfaite réalisation de la primauté du droit. L’Indice de la primauté du droit du WJP est destiné à constituer un premier pas vers l’établissement de repères, à stimuler les programmes et approfondir l’appréciation et la compréhension de l’importance fondamentale de la règle de droit ».

Une fois de plus, le régime Rajaonarimampianina se trouve bien accablé par ce nouveau classement. Un de plus qui vient rejoindre et confirmer la décadence que connait le pays depuis ces dernières années. D’autant que le retour à l’ordre constitutionnelle et l’effectivité de l’Etat de droit ont été des plus scandés durant ce régime. Pour sa dernière année donc, le résultat est donc à l’image de ce que vit la population quotidiennement. Avec la multiplication des vindictes populaires, des actes de grand banditisme, les derniers cas de kidnapping, les rejets de responsabilités multiples de l’Exécutif, des affaires de grandes corruptions qui restent sans suite, une justice à l’image déplorable.

L'express de Madagascar141 partages

Madagascar -Le créateur du groupe facebook « fifosana pipole » incarcéré

Poursuivi pour diffamation, atteinte à l’intégrité, incitation à la haine… par des artistes ainsi que le député Jaona Élite, Hiary Rapanoelina a été écroué, samedi. Sa mésaventure décapite son groupe.

Le parquet a infligé un cinglant camouflet au groupe  facebook « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ». Traduit devant le parquet du tribunal à Anosy, samedi, l’un des administrateurs  du groupe et créateur, connu sur les réseaux sociaux sous l’identité Hiary Rapanoelina, a été placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora au terme de son instruction. Attaqué en justice par des artistes ainsi que le député du district d’Atsimondrano  Harijaona Randriarimalala, alias Jaona Élite, le créateur de ce groupe de près de soixante dix sept mille membres, ayant vu le jour en juin 2015, et qui sur la vie des personnalités publiques, dont les politiciens ainsi que les célébrités du show business et des personnages connus dans différents domaines, est poursuivi pour incitation à la haine, violation de correspondance, diffamation, atteinte aux bonnes mœurs et l’intégrité d’autrui.Samedi, lors de sa traduction devant la justice, le créateur de « Fifosana hana-tsarana ny pipoles gasy »  été, en quelque sorte, abandonné dans la détresse, bien que son groupe soit parmi ce qui compte le plus de membres. Alors qu’une présence tape à l’œil des artistes n’est pas passée inaperçu au tribunal, les sympathisants de Hiary Rapanoelina semblent, en revanche, avoir fait profil bas.La solidarité ne s’est pas fait sentir dans la vie réelle,  bien que des milliers de membres hyperactifs, réagissent à la moindre publication dans l’espace virtuel. Samedi, la mobilisation s’est fait discrète, pas de pancarte ni attroupement.Dès cette première arrestation, les autres administrateurs du groupe, qui a développé une frénésie à parler en bien, mais aussi en mal sur les célébrités se sont retirés. Il fut un moment où le groupe était administré par sept comptes. Lorsque l’affaire s’est corsée, seul Hiary Rapanoelina qui paye au final les pots cassés. Les membres  qui se sont attirée la foudre des artistes et du député élu dans l’Atsimon­drano par des publications osées, embrasées par des commentaires sulfureux ne sont pas  en revanche jusqu’à maintenant inquiétés. Une source policière indique néanmoins que la chasse aux sorcières continue et que l’étau pourrait se resserrer autour des autres personnes pouvant être impliquées dans cette affaire.Groupe mourantAu sein du groupe, les administrateurs rescapés ont fait le ménage, un nouveau compte administrateur a été  ajouté puis a disparu par enchantement. Le groupe est de surcroît passé de fermé à secret. En fin  de semaine, c’est un groupe mourant, rebaptisé « Fifosana Taloha (Fahiny) » (NDLR : ancien), qui est laissé aux soixante sept mille fidèles  membres. A côté, un  groupe naissant, qui hier soir comptait près de vingt mille membres s’est approprié l’appellation « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ». Pour pouvoir rejoindre ce groupe fermé, les facebookers  doivent  répondre à une question du genre « Qui est le président de la République de Madagascar », avant qu’ils ne puissent être ajoutés.Les incriminations portées à l’encontre de Hiary Rapanoelina relèvent du droit commun, donc passible de prison ferme, l’exception  de la diffamation  au moyen des nouvelles technologies, laquelle est dépénalisée selon les dispositions de la loi 2014-006, relative à la lutte contre la cybercriminalité.Les plaintes contre le groupe ont été déposées mardi  à la brigade criminelle à Anosy, dès le lendemain, Hiary Rapanoelina a été arrêté chez lui à Andoharanofotsy par une escouade de policiers. Lui même artiste, Hiary Rapanoelina s’est fait un nom dans l’ac appella aux côté du groupe AVM et s’est bâti une réputation dans le coaching vocal dans deux émissions de téléréalité.Andry Manase

News Mada132 partages

Cnaps – Grand tournoi de l’amitié : CNaPS tape fort, Elgeco se venge

Victoire partagée…en toute amitié. Le rideau est tombé en fanfare sur le Grand tournoi de l’amitié organisé par la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) qui a été non seulement le théâtre de l’évènement mais est sortie victorieuse chez les boulistes féminines. Par contre, le club a trébuché au ballon rond face à leur principal protagniste qui n’est autre qu’Elgeco Plus.

Le club omnisport des Caissiers a connu hier l’un des revers de son histoire dans le domaine du football. Effectivement, Elgeco Plus a rendu la monnaie de sa pièce à l’équipre repésentante de l’Itasy hier dans son propre jardin en s’imposant sur le score de 2 buts à 1. La tâche ne fut pas aisée pour Bela et consorts qui ont été malmenés au début de la partie. Cependant, la tension a atteint son summum et le carton rouge écopé par Njiva et Lanto a facilité la tâche à une bande d’Elgeco Plus assoiffée de victoire.

A neuf, les Caissiers semblaient déposer les armes et ont concédé facilement une défaite dès la première mi-temps. Une victoire synonyme de 7 points pour l’Elgeco Plus qui a été implacable durant cette compétition. L’autre affiche a opposé Jet Mada à Zanakala FC. La confrontation entre les deux équipes s’est soldée par la victoire de Jet Mada sur le score serré de 1 but à rien.

Au raz du bouchon

L’art de se rattraper a été maîtrisé pour la CNaPS Sport en signant une victoire tonitruante chez les dames pendant ce tournoi de l’amitié avec un grand T au complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona. Harindranto, Dinasoa et Rija ont signé une victoire sur le fil sur le score de 13 à 11 en finale après avoir écarté CBAC et l’équipe de Telma. Ce ne fut pas le cas pour les hommes de la CNaPS qui se sont inclinés devant les représentants de l’assurance Mama.

Rojo N.

News Mada115 partages

Nirefodrefotra ny basy tany Toliara : nivadika fanimban-javatra ny grevin’ny mpitondra posy

Nivadika ho fanimban-javatra ny fihetsiketsehana nanehoan’ireo mpitondra cyclo-pousse, tao an-drenivohitr’i Toliara, ny tsy fankasitrahana ny fitakiana haba 500 Ar isan’andro ataon’ny kaominina. Velona ny savorovoro ka voatery nanao tifi-danitra ny mpitandro filaminana, ny asabotsy teo.

Niafara tamin’ny fanapoahan’ny mpitandro filaminana poa-basy ny grevin’ireo mpitarika cyclo-pousse nanao fihetsiketsehana tao an-tampon-tanànan’i Toliara, ny asabotsy teo. Araka ny fampitam-baovao voaray avy an-toerana, tsy nanaiky ny fampandoavan’ny kaominina ny haba 500 Ar isan’andro isaky ny posy ireto mpitatitra posy ireto. Voalaza anefa fa efa manana vignette izy ireo, saingy nofoanan’ny kaominina izany fa nosoloina ity haba 500 Ar isan’andro ity indray. Rehefa nataon’ireo mpitarika posy anefa ny kajikajy amin’ny vola mivoaka, manodidina ny 150 000 Ar isan-taona ny vola mivoaka amin’ny mpitarika posy raha mitambatambatra io vola 500 Ar alain’ny kaominina io. Vokany, tsy nanaiky mihitsy izy ireo manoloana ny fanapahan-kevitra noraisin’ny kaominina ao Toliara renivohitra. Nisy ny fivoriana maika niarahan’ireo mpitari-posy rehetra ny asabotsy tolakandro teo, saingy nivadika fanimban-javatra izany. Nisy, araka izany, ny fifandonana teo amin’ny polisy kaominaly sy ireo mpitari-posy satria nopotehin’ireo mpanao fihetsiketsehana ny jiro rehetra eny amin’ny Avenue ao Toliara. Nitokona tsy nety niasa mihitsy izy ireo, ny asabotsy teo manoloana ity raharaha ity. Nandray fepetra avy hatrany ny tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana ka nandefa mpitandro filaminana handamina ity raharaha ity. Potika avokoa ny ankamaroan’ireo jiro manazava ny tanàna ao an-tampon-tanànan’i Toliara.

Hosamborina ireo mpitarika posy…

Nisy tamin’ireo mpitarika posy sasany no mbola nanararaotra niasa ihany na teo aza ny fihetsiketsehana nataon’ireo namany. Nopotehin’ireo mpanao fihetsiketsehana ny posin’ireo izay mbola niasa. Vokany, posy miisa 10 no indray potipotika tamin’ny asabotsy teo. Raha ny loharanom-baovao farany voaray, hiroso amin’ny fisamborana ireo mpitarika posy rehetra anio ny mpitandro filaminana noho ny fanimbana ireo jiro ka asaina manolo ireo zavatra simba ireo. Etsy ankilany anefa, milaza fa efa miomana amin’izay zavatra mety hitranga anio koa ireo mpitarika posy ary milaza fa tsy hanaiky izany fisamborana izany.

Tsikaritra fa nikatona avokoa ny ankamaroan’ireo tranombarotra rehetra ao an-drenivohitr’i Toliara ny asabotsy teo noho ny tahotra fandrobana. Na teo aza izany, niverina tamin’ny laoniny ihany ny filaminana tao Toliara ny asabotsy hariva, saingy niaina tao anatin’ny haizina ny tao an-tampon-tanàna noho ny fahasimban’ny jiro manazava ny tanàna. Vao mainka nanampy trotraka ny delestazy lavareny ao an-toerana ny fahasimban’ireo jiro. Efa nijanona ny fakana vola 500 Ar mandra-pahita ny marimaritra iraisana eo amin’ny kaominina sy ireo mpitarika posy.

Taratry ny fipoahana ara-tsosialy ity trangan-javatra niseho tao Toliara ity. Eo ny fisondrotan’ny saran-dalana, ny fidangan’ny vidim-piainana, izao koa takina haba hatrany amin’ny mpitarika posy. Nohamafisin’izy ireo anefa fa indraindray tsy misy ny karama. Vokany, mitroatra ny olona noho ny tsy fahazakana izany ka miandry kendry tohina fotsiny. Na eo aza anefa ny fihetsiketsehana toy izao, misy koa ny mpanararaotra ka manimba zavatra izay tsy misy idiran’ny fitakiana sy ny fihetsiketsehana mihitsy. Tsy maintsy miafara amin’ny fanimban-javatra hatrany ny fihetsiketsehana toy izao? Andrasana indray araka izany ny tohin’ity raharaha ity.

CMS sy J.C

L'express de Madagascar73 partages

Toliara – Les tireurs de cyclo-pousses se rebiffent

Les conducteurs de cyclo-pousse se sont manifesté violemment samedi à Toliara, pour dénoncer un projet de taxe de la commune de Toliara à leur endroit.

Ville morte, rues et périphérique bloqués, des groupes d’hommes armés de bâtons et de galets de pierre terrorisent et attaquent ceux qui travaillent et qui ne rejoignent pas leur mouvement. Des lampadaires qui illuminent les avenues de la ville sont vandalisés … Le mouvement des conducteurs de cyclo-pousse contre une décision de la commune de Toliara a pris des allures de batailles rangées toute la journée du samedi dans la ville de Toliara. C’est une foule impressionnante de« tireurs » de cyclo-pousse à majorité issus du foko Antandroy qui a pris d’assaut, très tôt, les grandes artères de la ville de la cité de soleil.Ce, pour suivre un mouvement de contestation contre une décision communale stipulant que chaque tireur sera taxé de 500 ariary par jour en plus de l’uniforme qui leur sera aussi imposé. Un uniforme qui va leur coûter 35.000 ariary. Vers sept heures, des sifflets et des tintamarres se faisaient entendre de partout, pour rassembler tous les conducteurs de cyclo-pousses, afin que tout le monde cesse ses activités ce jour, pour pouvoir effectuer une journée de grève. « C’était une décision prise la veille à l’unanimité des membres de notre association lors d’une assemblée générale afin depouvoir démontrer notre mécontentement », a déclaré Kolozoky, vice-président de cette association. Mais contrairement à ce qui a été prévu, une partie des tireurs de cyclo-pousses continuait à travailler à travers la ville en emmenant ses clients et ses marchandises.Contrat juteuxAinsi, malgré les menaces verbales des grévistes à leurs endroits, depuis quelques heures, des centaines de cyclo-pousses sillonnèrent encore dans la ville. Ce qui a provoqué des violences à l’endroit des récalcitrants. De ce fait, une vingtaine d’entre ces derniers ont été blessés à coups de bâton et de gourdin et ont immédiatement été évacués vers le CHU de Toliara, à Tanambao. Non satisfaits de leurs agissements, les manifestants se sont acharnés ensuite vers les infrastructures nouvellement installées par la Commune. Ainsi, une bonne partie des lanternes publiques ont été saccagées et vandalisées par ces hommes en furie. Pire encore, même les installations qui longent et qui se situent près de la brigade de recherche de la gendarmerie à Sanfily ont été déracinées sous les yeux médusés des gendarmes en uniforme. Vers midi, les policiers ont arrêté un manifestant. Ce qui a rendu les manifestants encore plus furieux. Mais suite à des tractations et négociations avec le chef de Région, Jules Rabe, le frondeur a été relâché après quelques heures. Tout s’est terminé vers 18 heures, quand le président du foko Antandroy, Bonaventure, dit Bôna, est descendu sur terrain pour calmer les ardeurs des contestataires.« Il y a des gens qui sont en train de se sucrer à travers notre sueur, avec la complicité du maire de la ville. La manifestation sera encore plus violente si la Commune refuse de nous écouter », a averti d’un ton ferme le représentant des frondeurs. En effet, d’après leurs dires, il y a quel­ques jours, la commune de Toliara a passé un contrat avec une ONG dénommée AMETIS. Il a été convenu que les vignettes annuelles seront supprimées et cette association offrira gratuitement aux conducteurs de cyclo-pousses, un permis biométrique et un uniforme. Mais en contrepartie, les tireurs doivent s’acquitter d’une nouvelle taxe qui sera distribuée entre la mairie et l’ONG. « Ce contrat juteux nous irrite car non seulement il manque de transparence mais l’objectif est trop manifeste », a conclu le représentant des grévistes. Durant toute la journée, le maire de Toliara, Jean Rabehaja n’a pu être joint au téléphone pour s’expliquer sur les manifestations des tireurs de cyclo-pousses, mais surtout sur cette affaire de suspicion de corruption. Une réunion dirigée par le chef de région et toutes les entités concernées par cette grève aura lieu ce lundi pour dénouer cette crise.Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar65 partages

Délestage – Le carburant ruine les entreprises

Avec le délestage qui sévit dans le pays actuellement, les entreprises se voient obligées d’investir dans l’achat de carburant.

Pénalisant. Le délestage se fait ressentir dans les activités économiques du pays. Pour survivre avec les coupures intempestives de l’électricité, les entreprises se voient obligées, du moins pour celles qui ont le moyen, de s’investir dans l’achat d’une source de production d’énergie renouvelable ou non renouvelable. Du coup, le budget carburant occupe une place importante dans les dépenses.« Celles-ci avoisinent maintenant les 300 000 ariary par jour. Ce qui nous fait au final près de 7 millions d’ariary par mois », se désole un chef d’entreprise.Ce budget varie selon les activités de l’entreprise. Ceci pourrait atteindre plus de 10 millions d’ariary par mois. C’est le cas d’une entreprise de service informatique. « On ne peut pas réaménager l’emploi du temps de nos opérateurs.  Les clients sont très exigeants dans le respect de la livraison. Cela fait partie même de nos engagements », se lamente un responsable d’une plateforme de traitement de données à Antananarivo.Casse-tête« Nous sommes actuellement obligés d’investir 47 litres de carburant pour une heure d’électricité », se lamente un propriétaire d’un établissement hôtelier. Avec la hausse incessante du prix à la pompe, le budget carburant est devenu un véritable casse-tête. Faute de budget dans ce sens, certaines entreprises ont préféré fermer leurs portes pendant le délestage.Les coupures d’électricité sont devenues courantes à Madagascar, que l’on soit dans une grande ville ou dans l’arrière pays. Personne n’y échappe. À Antananarivo, chaque quartier a sa dose quotidienne de coupure de courant à raison de deux à trois heures le matin, et d’une durée semblable en fin de soirée. La fin du délestage ne serait pas encore pour demain. Puisque ce problème ne figure pas dans la mission principale des nouveaux dirigeants de la Jirama.  Le nouvel administrateur général, nommé pour trois mois, est censé « mettre en place les nouvelles structures pour la gouvernance de la Jirama, superviser le processus de recrutement », selon le ministre par intérim chargé de l’Énergie, lors de la nomination des dirigeants de la société d’État.D’autant plus que la Jirama ne dispose pas d’une surface financière conséquente pour limiter le dégât causé par le délestage. Son quota de subvention pour cette année même est presque épuisé. D’après une déclaration d’une source auprès du ministère des Finances et du budget, « il ne reste plus que 70 milliards d’ariary sur les 250 milliards ariary de subvention prévus cette année ».Les entreprises risqueraient encore de vivre dans un cauchemar pour les prochains mois, en attendant une solution pérenne de la part du régime en place.Lova Rafidiarisoa

Madagascar Tribune62 partages

Débâcle générale

En attendant les hypothétiques 10 milliards de dollars promis par les bailleurs de fonds, en espérant qu’ils serviront bien à la population, le quotidien des malgaches vire de plus en plus au cauchemar. Entre le traditionnel délestage de l’eau et de l’électricité s’ajoute celui de la connexion internet. La hausse quasi-généralisée des produits de première nécessité se joint à ce cauchemar. Le prix du kilo du riz caracole à près de 2 000 ariary, certains transporteurs urbains ont haussé le ticket de bus à 500 ariary, la hausse du prix de carburant a été gelée in extrémis mais le prix est déjà assez élevé. Et comme si cela ne suffit pas, la nature se ligue aussi contre nous avec une sécheresse particulièrement sévère sur les Hautes terres . N’oublions pas non plus le million de personnes kere dans le Sud. A cela s’ajoute l’insécurité quotidienne et la corruption à tous les niveaux. Sans oublier les infrastructures sans entretien qui se dégradent à vue d’œil.

Pendant ce temps le régime HVM qui prépare son nouveau mandat pour 2018 fait comme si de rien n’était. Les différentes autorités parlent de tout et de rien sauf des maux de la population. Les conseils des ministres et de gouvernement ne parlent que des « communications verbales sur les voyages des dirigeants à travers le monde pour assister à toutes les conférences et des célébrations de toutes les journées mondiales ainsi que la valse de nomination aux hauts emplois de l’Etat. Voilà comment nos dirigeants sont payés et passent leurs temps. En ce début de mois de février, personne n’a encore avancé des solutions pérennes et viables si ce n’est que pour mettre fin au délestage qui met sur le carreau des milliers de petites et moyennes entreprises.

Tia Tanindranaza62 partages

Raharaha 7 febroaryTeti-dratsy voaomana

Feno 8 taona katroka rahampitso talata ny raharaha 7 febroary nisian’ny fananihan-dapa ka nisian’ny ra mandriaka sy ny faty olona niseho teny Ambohitsorohitra.

 

Taorian’ilay “Alatsinainy Mainty” ny 26 janoary 2009, nisian’ny fandrobana sy ny doro trano sy magazay isan-karazany, izay voalaza fa efa voaomana, dia nitohy tamin’io fananihan-dapa io ny raharaha. Natao fitaovana sy nofitahina ary nentina natao sorona teny amin’ny “Faritra Mena” ny mpitokona teo amin’ny Kianjan’ny 13 mey. Miha lefy isan-taona ny fahatsiarovana iny “7 febroary” iny, ary na ny AV7, fikambanana ivondronan’ireo niharam-boina tamin’io andro io aza nipatitaka samy maka ho azy. Misy ny miaraka amin’ny HVM rehefa nampidirina ho mpiasam-panjakana ; ao ireo miaraka amin’ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina. Tolona inona tokoa moa izany no natao tamin’ireny ? Na ireo mpiaradia tamin’ireny aza mifanao toy ny saka sy ny voalavo, mifanenjika. Atao hazalambo i kolonely Lylison, any am-ponja i Alain Ramaroson. Mbola mitatao amin’i Augustin Andriamananoro ny kanota noho ny sazy mihantona mihatra aminy. I Andry Rajoelina aza moa nahoraka fa saika hosamborina ny herinandro lasa iny… Mpandraharaha hatrany amin’ny 450 no may fananana ary tsy mbola tafarina mandrak’ankehitriny. Kila forehitra sy voaroba tao anatin’ny fotoana fohy ny fananan’ny filoha tamin’izany fotoana. Raha tsiahivina, efa niabo hatrany amin’ny 7% ny harinkarena tamin’izany, saingy rotika sy potika tao anatin’ny fotoana fohy ny ezaka rehetra vita, ary tsy tafarina mandrak’ankehitriny. Nahazo vahana ny kolikoly nanomboka ny 2009, ka raha ny tatitra farany navoakan’ny Transparency International, dia any amin’ny laharana faha-145 amin’ny 176 isika. Izay mihitsy ve ilay hoe : revolisionina sy tanjona tamin’ny tolona ?

Ny marina tsy maty

Nezahina nafenina hatrany ny marina mikasika iny raharaha iny, ka ny ankolafin’ny mpanongam-panjakana hatrany no nomena vahana. Nafatratra tany amin’ny filoha Marc Ravalomanana ny rihitra. Nampiasaina avokoa na fitsarana na herim-pamoretana namotehana azy sy ireo mpiara-dia aminy, fa io izy io. Malagasy maro ankehitriny no mangetaheta ny hiverenany eo amin’ny fitondrana ny Malagasy ! Ny marina anefa tsy mba maty. Maro ireo nijoro vavalombelona, na ireo nihosona tamin’iny 7 febroary iny aza nivadi-dela. Anisan’ireo nafana fo niaraka tamin-dry Andry Rajoelina i Kolonely Charles Andrianasoavina, saingy navoakany ny tsiambaratelo. Fanenjehana sy fampidirana am-ponja no setriny, ary saika namoy ny ainy mihitsy aza. Nisy ihany koa ny boky nosorotan’ny Jeneraly Raoelina izay lehiben’ny mpitandro ny filaminana niaro ny lapa tamin’izany, mirakitra ny zava-nitranga tao amin’ny Lapa sy teny Ambohitsorohitra tamin’io 7 febroary 2009 io, fa niniana tsy nojerena. Ny vondrona iraisam-pirenena no hany nandray sy nandinika azy. Na ny antontan-taratasy mikasika ireo very sy may fananana tamin’ireny aza toa niniana tsy nojerena, ary toy ny dosie efa nivalona tsy nisy tohiny intsony ireo nametraka fitoriana.

Toky R.

Tananews47 partages

Pendant ce temps, Marc Ravalomanana fait tranquillement son mada-raid

Il ne se prend pas la tête, il fait refonctionner ses usines, s’ouvre à la concurrence, visite les régions, remotive ses partisans.

Et malin qu’il est, il en appelle aussi à respecter l’Etat et les gouvernants actuels.

Bien sûr que nous respectons les gouvernants actuels, nous respectons la Constitution en vigueur nous. Par contre cela ne nous empêchera pas de critiquer, surtout quand il y a matière pour le faire.

Madagascar Tribune34 partages

Trump démantèle la loi Dodd-Franck : les conséquences pour l’Afrique

Le président Trump a signé un décret qui vise à démanteler la pièce maîtresse du dispositif réglementaire mis en place par Barack Obama, suite à la crise des subprimes, dont l’économie mondiale souffre encore des conséquences après bientôt 9 ans.

Cette loi, adoptée en 2010, qui tente de contenir les dérives de la finance de marché et de protéger le consommateur de ses excès, comportait un volet particulièrement important pour l’Afrique et, plus généralement pour tous les pays pétroliers et miniers.

Ce volet obligeait les compagnies cotées à la bourse américaine à publier toutes les sommes qu’elles versent aux gouvernements des pays producteurs : taxes, royalties, droits de production, primes, etc. Cette disposition anti-corruption qui imposait une meilleure transparence dans la délivrance et dans la gestion des concessions, est maintenant abrogée par le nouveau pouvoir américain.

Pour Gary Cohn, conseiller économique de Donald Trump, et ancien cadre dirigeant chez Goldman Sachs : « Il s’agit d’être un acteur sur le marché mondial où nous devons, pouvons avoir et aurons, une position dominante tant que nous ne nous mettrons pas nous-mêmes à l’écart en raison de la réglementation. ». En clair, selon M. Cohn, l’Amérique a des concurrents qui ne s’embarrassent pas de ces règles, alors pour rester compétitive, elle doit pouvoir faire de même.

Dans son fameux article 1504, la loi Dodd-Franck contraignait également les sociétés cotées aux USA qui utilisaient des produits miniers issus de la RD Congo et de ses pays voisins, à déclarer tous leurs achats à la SEC (Securities and Exchange Commission). Etait particulièrement concernée l’industrie électronique consommatrice de coltan, ce minerai accusé de provoquer de nombreux conflits et pillages à l’Est de la RD Congo.

L’impact de la loi Dodd-Franck dépassait le cadre des grandes compagnies minières et pétrolières américaines. De nombreuses sociétés étrangères sont cotées aux Etats Unis, notamment une centaine de compagnies canadiennes dont une partie conséquente opère en Afrique.

En 6 ans, on ne peut pas dire que la loi Dodd-Franck avait éradiqué les pratiques de corruption, mais elle fournissait des armes à certaines ONG et bailleurs de fonds qui militent pour une meilleure gouvernance des industries extractives, notamment en Afrique.

(Ecofin)

L'express de Madagascar34 partages

Basketball – Tanà Shooters célèbre son premier anniversaire

Tanà Shooters basketball club (TSBBC) qui regrou­pe surtout les jeunes des catégories U12, U14, U16 garçons et filles, célèbre cette année son premier anniversaire. De cinquante mem­bres au début, le club compte actuellement 190 joueurs et joueuses dont cent cinquante licenciés, encadrés par quatre coachs qualifiés de la fédération.TSBBC envisage d’élargir sa famille et ouvrir la catégorie U18 cette année. « Pour marquer notre premier anniversaire, nous allons effectuer le 25 février une action citoyenne, un reboisement vu le dérèglement climatique. Ce sera une sorte d’excursion et aussi de présentation de vœux pour tous les membres, joueurs parents et dirigeants », a avancé Patrick Andriamahenina, président fondateur du club.Une autre forme d’action sociale, le club dispensera des cours gratuits d’infor­matique aux joueurs à partir de cette année. « Nous avons consacré la première année au travail technique en partant de la base fondamentale… Nous allons maintenant passer à l’amélioration du niveau technique, avant de viser plus tard des titres », a-t-il précisé.Serge Rasanda

News Mada33 partages

Tombanana hanatona ny morontsiraka atsinanana anio… : nivadika ho rivodoza Carlos ilay andro ratsy

Nahazo anarana Carlos ny asabotsy  tolakandro teo ilay rivodoza niforona ao amin’ny ranomasimbe Indianina. Omaly maraina, tany amin’ny 750 km atsinanan’ny Nosy Sainte Marie no nisy ny foibeny.

« Forte tempête tropicale » izy amin’izao. 102 km isan’ora ny rivotra entiny ary mitondra tafiotra mahatratra 140 km isan’ora. Mikisaka miadana mianatsimo izy ary manambana ny Nosy rahavavy i La  Réunion sy i Maorisy.

Tombanana hanatona ny morontsirak’i Madagasikara izy rahampitso. Hatreto, tsy mbola ampy ny singa haminavinana na hiditra an-tanety  ity rivodoza ity na tsia.

Noho ny fisiany, hahazo aina ny tsiokan’ny alizay mandritra ny andro vitsivitsy.

Ilazana sahady ny mpampiasa ranomasina amin’ny morontsiraka atsinanana fa hihamafy ny rivotra manomboka anio.

Manara-maso akaiky ny fivoarany ny ekipan’ny « Prévision opérarionelle » ao amin’ny Météo Malagasy.

Tatiana A

L'express de Madagascar32 partages

Commémoration du 7 février 2009 – L’AV7 apprivoisé par l’État

Au fil des années, les hostilités entre le pouvoir Rajaonarimampianina et certains de son ancienne famille politique semble s’être estompées. Devant la presse, samedi, l’AV7 a hurlé son allégeance au chef de l’État.

Domptés. Outre quel­ques irréductibles, Hery Rajao­narimampianina et le parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) ont, au fil des années, réussi à « soumettre » la plupart des plus tenaces des militants de « la révolution Orange » de 2009.Avec l’Association des victimes du 7 février 2009 (AV7), c’est peut-être le noyau dur des militants du mouvement conduit par Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, qui bascule dans le camp des Bleus. Un changement de couleur et de bord politique déjà entamé par Bona Jean Pierre Rafara­mandimby, président de l’AV7 et quelques membres de cette entité, depuis l’année 2015. À l’écoute des propos tenus durant une conférence de presse que ces derniers ont donné samedi, à Andrefan’Ambohi­janahary, le fait de virer de l’Orange au Bleu est définitivement fait et « assumé ».Devant la presse, à part annoncer leur intention de déposer des gerbes de fleurs sur la stèle en mémoire des victimes à Ambohitsirohitra demain, tout en affirmant l’unité de l’association, l’AV7 a souligné son « allégeance » au chef de l’État. « Nous sommes tous maintenant des fonctionnaires. Cela, grâce au président de la République. Nous lui en sommes infiniment reconnaissants », ou encore, « nous défendons le choix de la population à l’issue des élections » sont des phrases dites durant la conférence de presse.Lorsqu’en 2015 et 2016, il était juste question d’un rapprochement entre l’association et le pouvoir, étant donné qu’il a pris en charge l’allocation des indemnisations des « rescapés » du « samedi rouge », ces derniers affichent désormais leur camp. Le 7 février 2009, la foule de manifestants de « la révolution Orange », qui s’est ruée sur le palais d’État d’Ambohitsirohitra, a été criblée par les balles d’éléments armés, indiqués comme assurant la sécurité des lieux.DocileUn « carnage » qui a été le tournant du mouvement pour défaire du pouvoir Marc Ravalomanana, ancien président. Voir l’AV7 répondre au schisme et troquer la casaque orange pour le bleu indique que face aux arguments pécuniaires, la hargne politique s’écroule aisément. Durant la commémoration de la tragédie du 7 février 2009 en 2014, l’association des victimes a en effet encore scandé à tue-tête leur « fidélité indéfectible » à Andry Rajoelina et « à la cause de la révolution Orange », et a invectivé le pouvoir « de trahison ».Il faut dire qu’au début du mandat de l’administration Rajaonarimampianina, le camp de l’ancien président de la Transition était encore en pleine possession de sa force politique et de la surface financière qui va avec. L’AV7 et d’anciens haut-parleurs du camp Rajoelina « amadoués », le pouvoir a visiblement réussi son coup. Parvenir à « une stabilité politique », soit en usant des prérogatives « régaliennes » pour mater et museler ses adversaires, soit les soumettre en faisant parler la poudre pécuniaire.Aussi, entendre les leaders de l’association des victimes du 7 février déclarer: « Nous refusons dorénavant d’être des pantins politiques » semble ironique. En marge de la conférence de presse de samedi, certains mem­bres de l’AV7 ont déploré « des zones d’ombre dans la gestion des sommes allouées à l’association et de certains choix. Par crainte de représailles pourtant, personne n’ose en parler ».Face au rouleau compresseur mis en marche par le pouvoir pour aplanir l’échi­quier politique, même les irréductibles du groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR), commencent à afficher une certaine « docilité ». Sauf changement, les Oranges devraient commémorer le 7 février 2009 sobrement cette année. MAPAR pourrait ne pas avoir le choix, vu que la présence d’Andry Rajoelina est fortement incertaine, et que la majorité de ceux qui « ont osé » prendre des balles ont quitté les rangs.Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza31 partages

TIM AlasoraVonona amin’ny fifidianana rehetra ho avy

Vonona ny hiatrika ny fifidianana rehetra ho avy amin’ny taona 2018, indrindra ny hamerenana amin’ny toerany ny filoha Marc Ravalomanana hitantana sy hanarina indray ity firenana tena latsaka an-davaka ity ny antoko TIM eny Alasora, hoy ny filohan’ny COMTIM vaovao eny an-toerana,

Ntsoavina Evariste

News Mada30 partages

Fandraisam-pahefan’ny kolonely Ratsimandrava : tsy fanadino ny lasa… hakan’ny ankehitriny lesona

 » (…) ny kolonely Richard Ratsimandrava, minisitry ny Fiarovam-pirenena, no niantefan’ny safidiko. Koa manomboka anio, eto anatrehanareo, Andriamatoa filohan’ny andrimpanjakana sy Andriamatoa filohan’ny Filankevi-pirenena entim-bahoaka ho amin’ny fampandrosoana, ary eto anatrehan’ny governemanta manontolo, ka manolotra aminy ny fahefana feno eo am-pelatanako mba hitondrany ny tany sy ny fanjakana aho. »

Io ny ampahan’ny kabarin’ny filoham-panjakana sady lehiben’ny governemanta, ny jeneraly Ramanantsoa Gabriel, tamin’ny fanolorana fahefana feno ho an’ny minisitry ny Fiarovam-pirenena sady minisitry ny Atitany, ny kolonely Ratsimandrava Richard, teny amin’ny Ampahibe, Toby Ramanantsoa ankehitriny, ny takarivan’ny 5 febroary 1975. 42 taona lasa omaly. Tsaroana hatrany isan-taona… Tantara tsy fanadino. Izay no ampahatsiahivana azy izao.

Vita tamin’ny « ady gasy« , na fifandaminan’ny samy Malagasy ny raharaha. Mbola tao anatin’ny Tetezamita tanteraka ny fitondran’ny jeneraly Ramanantsoa, saingy nisy io famindram-pahefana io noho ny fahatsapana ny toe-draharaha: sarotra mila afindra tanana. Tsy hita ary tsy tao an-tsaina tamin’izany ny fifikirana amin’ny toerana, na ny fitadiavana izany.

« Tsy hiamboho adidy aho, mon général »

« Tsy hiamboho adidy aho, mon général. Satria mitady olona handray andraikitra izao fotoan-tsarotra diavin’ny firenena izao. Ekeko antsakany sy andavany izao fahefana feno atolotrao ahy izao. Koa fisaorana no atolotro anao amin’ireo tsodrano sy firarian-tsoa nataonao ho ahy sy ho an’ny governemanta tarihiko. »

Io ilay valin-teny malaza nataon’ny kolonely Ratsimandrava tamin’ny nandraisany fahefana, tamin’io andron’ny 5 febroary 1975 io. Fahasahiana sy fahavononana handray andraikitra ao anatin’ny fahatsapana lalina fa fotoan-tsarotra no nodiavin’ny firenena tamin’izany. Anisan’izany, ohatra, ny fanahiana adim-poko, raha ny fijerin’ny mpandinika sasany. Tsy maintsy notandrovina ny firaisam-pirenena.

Tsy hita soritra firy tamin’izany ny politika politisianina: fitadiavan-toerana, fikendrena tombomtsoa manokana… Aiza ho aiza amin’izany ny mpanao na mpilalao politika ankehitriny?

R. Nd.

(Tahirin-tsary) 

Tia Tanindranaza30 partages

Vahoakan’i MiandrivazoMiandrandra an’i Dada eo amin’ny fitondrana

Tafahaona ny tia sy ny manina tany Miandrivazo ny sabotsy teo. Nidina tany an-toerana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, ka hafaliana tsy omby tratra ny an’ireo vahoaka maro be nandritra ny fitsidihana nataony.

 

Feno hipoka ny tranompokonolona nisian’ny fihaonana. Io rahateo no fihaonana voalohany nifanatrehany indray tamin’ny vahoakan’i Miandrivazo, taorian’ny niverenany an-tanindrazana. Nifantoka betsaka tamin’ny fanomezana toromarika ho an’ny vahoaka, fanentanana, ary ny fanarahana fitsipika amin’ny fifidianana ny votoatin-dresaka satria ireo no antoky ny fahombiazana. Saika izay toerana aleha sy tsidihin’i Marc Ravalomanana moa dia miandrandra fatratra ny hiverenany eo amin’ny fitondrana, hanarina ny firenena latsaka ankaterena ity.

Toky R

 

News Mada22 partages

Fifosana sy fanalam-baraka amin’ny facebook : nidoboka am-ponja ilay mpanakanto mpandrindra ny kaonty

Nidoboka am-ponja vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora ilay mpanakanto fantatry ny maro amin’ny anarana hoe H.R izay mpandrindra ny kaonty ao amin’ny hoe “Fifosana” olona. Heloka anenjehana azy ny fanalam-baraka olona…

 

Niakatra fampanoavana, ny asabotsy teo ity mpanakanto ity ka izao naiditra am-ponja vonjimaika  eny Antanimora izao. Ireo olom-panjaka ambony, mpanakanto na olon-tsotra, mpanao politika, mpanao gazety no tena nitondra faisana tamin’ny alalan’ity kaonty fifosana sy fanalam-baraka olona anaty facebook ity. Tsiahivina fa nampiantsoina teny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava Anosy ity mpanakanto voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ity raharaha ity. Tamin’ny alalan’ny fitoriana napetrak’ireo olona niharan’ny fanalam-baraka no nahafahan’ny polisy nanokatra fanadihadiana momba ity raharaha ity. Maro, araka izany, ireo olona nitondra faisana satria tena apetak’izy ireo mihitsy ny sarin’ilay olona fosaina sy alaim-baraka ao anatin’ity kaonty ity. Nitaraina vokatr’izany ireo olona lasibatra satria miafara amin’ny fanompana olona sy famotehana fiainana olona mihitsy izany. Nahaliana olona maro tokoa ity kaonty “fifosana” ity satria nahatratra analiny maro ireo mpikambana tao anatiny. Misy ireo olona manova anarana sady tsy mampiseho endrika. Vesatra isan’ny iampangana ity mpanakanto ity ny fanalam-baraka olona.

Ekena fa eo ny fivoaran’ny teknolojia, saingy tsy mety kosa ny fanalam-baraka olona sy ny fidirana amin’ny fiainan’ny olona. Efa nampitandrina rahateo ny fanjakana amin’itony fanalam-baraka olona anaty facebook itony indrindra ny fanelezana tsaho sy vaovao tsy marina. Fantatra izao fa mbola misy olona karohina izay voalaza fa mpiray tsikombakomba amin’ilay mpanakanto voarohirohy. Anatra ho an’ny rehetra ny toy izao. Rehefa tsy misy atao manaova zava-kafa fa tsy faly ny hanaratsy sy hanenjika olona fotsiny.

J.C

Madagate16 partages

Madagascar. De quelle laïcité parle-t-on, s'interroge le SeFaFi?

Mais où va donc fait le Premier ministre, Olivier Mahafaly, de confession adventiste? Si la Première dame, Voahangy, a reçu l'eucharistie, car catholique, le Président Hery Rajaonarimampianina, de confession protestante réformée, lui, est resté à sa place

SeFaFi

SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA

Observatoire de la Vie Publique

Lot III M 33 K Andrefan’Ambohijanahary, Antananarivo 101

Tél. 032 59 761 62 Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Quelle laïcité, à Madagascar ?

Dimanche 29 janvier, dans le stade de Mahamasina-Antananarivo, était célébrée une grand-messe présidée par le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège. Ce dernier était venu à l’occasion du 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Saint-Siège, et pour signifier aux fidèles de l’Église catholique toute l’attention que leur porte le pape François.

Mais la portée spirituelle de l’évènement a été occultée par deux faits divers qui donnent à réfléchir. Le premier est lié à la présence de politiciens dont l’affiliation et le comportement ne sont guère catholiques, à commencer par les chefs d’État anciens et actuel. La messe est la célébration liturgique des baptisés. Pendant les premiers siècles de l’Église, les non baptisés étaient renvoyés après la liturgie de la Parole, la liturgie du sacrement étant réservée aux seuls baptisés. Autres temps, autres mœurs. Pour autant, une eucharistie peut-elle être prétexte à manifestation politique ? Tous les politiciens qui ont ruiné le pays depuis l’indépendance étaient là, sans distinction d’appartenance confessionnelle, chacun cherchant à se faire remarquer : diffuser sa photo prise dans un tel cadre est un argument sans prix pour les prochaines élections. Autant dire que les motivations des uns et des autres n’étaient guère religieuses. À quoi bon une messe, dans ces conditions ? Et qu’en pensent les nombreux fidèles venus prier de bonne foi ?

Le deuxième fait divers, si l’on peut dire, a scandalisé croyants et non-croyants : « les fidèles catholiques étaient choqués du comportement du Premier Ministre Mahafaly Olivier Rasolonandrasana. Effectivement la messe s’est déroulée en toute quiétude, mais un geste a capturé l’attention des invités et téléspectateurs car pendant la communion, l’homme d’Etat a pris l’eucharistie, a fait quelques pas et il l’a mise dans sa poche. L’eucharistie qui est sainte aux yeux des catholiques, ce geste est vu comme une insulte. Lui qui est adventiste pourrait ne pas participer à cette rituelle [sic] et faire comme les autres »[1].

La question qui se pose alors est bien celle de la laïcité de l’État. Que signifie une messe, célébration spécifiquement catholique (chez les protestants, on parle de « culte »), organisée à l’intention de tous les citoyens, à laquelle est conviée toute la classe politique – que ses membres soient chrétiens, musulmans, athées, voleurs ou violeurs, condamnés amnistiés ou pas ? Dans ces conditions, ne serait-il pas préférable d’organiser un culte œcuménique à base de textes bibliques qui recueilleraient l’adhésion de la majorité et n’engagerait pas les comportements personnels des uns et des autres ? Une réflexion de Benoît XVI pourrait aider à clarifier la question et à sortir de l’hypocrisie collective qui prévaut en ce domaine :

« La saine laïcité (…) signifie libérer la croyance du poids de la politique et enrichir la politique par les apports de la croyance, en maintenant la nécessaire distance, la claire distinction et l’indispensable collaboration entre les deux. Aucune société ne peut se développer sainement sans affirmer le respect réciproque entre politique et religion en évitant la tentation constante du mélange ou de l’opposition. (…) Une telle laïcité saine garantit à la politique d’opérer sans instrumentaliser la religion, et à la religion de vivre librement sans s’alourdir du politique dicté par l’intérêt, et quelquefois peu conforme, voire même contraire, à la croyance »[2].

Antananarivo, 4 février 2017

[1]. « Insulte à la religion catholique », La Gazette de la Grande Île, 1er février 2017.

[2]. Benoît XVI, Ecclesia in Medio Oriente, 14 septembre 2012.

****************************************************************

F'inona ity nataon'ny Praiminisitra, Olivier Mahafaly, izay manaraka ny finoana adventista?

SeFaFi

SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA

Observatoire de la Vie Publique

Lot III M 33 K Andrefan’Ambohijanahary, Antananarivo 101

Tél. 032 59 761 62 Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Lahisitè inona ny eto Madagasikara ?

Ny alahady 29 janoary, teo amin’ny kianjan’i Mahamasina-Antananarivo, dia nisy lamesa lehibe notarihin’ny Kardinaly Pietro Parolin, sekreteram-Panjakan’ny Fiketrahana Masina. Tonga teto izy noho ny fankalazana ny faha 50 taonan’ny fifandraisana ara-diplomatika eo amin’i Madagasikara sy ny Fiketrahana Masina, ary koa mba hampahafantatra amin’ny mpino ao amin’ny Fiangonana katolika fa miahy azy ireo tanteraka ny ray masina Fransoa.

Saingy nisy trangan-javatra anankiroa mampieritreritra tonga nanamaloka ny ilay fotoana tokony hiantefa any amin’ny atifanahy. Ny voalohany dia ny fahatongavan’ny mpanao politika izay samy tsy katolika velively na ny finoany na ny fihetsiny, voalohany indrindra amin’izany ireo Filoham-panjakana taloha sy ankehitriny. Ny lamesa dia fankalazana litorjika ataon’ny olona vita batemy. Tany amin’ny taonjato voalohany niorenany dia nasain’ny Fiangonana nody izay tsy vita batemy taorian’ny litorjian’ny Teny, ny litorjian’ny sakramenta dia natokana ho an’izay vita batemy ihany. Rehefa miova moa ny fotoana dia miova koa ny fomba. Na izany aza ve dia ho azo araraotina hanaovana hetsika politika ny Eokaristia ? Teo daholo ireo mpanao politika nampahantra fadiranovana ny firenena hatramin’ny nahazoana ny fahaleovantena, na inona na inona finoana arahiny, samy nanao izay hahitana azy tsara daholo : fandresen-dahatra tsy taka-bola ny sarin’ny tena nalaina teny an-toerana, rehefa haparitaka, amin’ny fampielezan-kevitra ho avy. Aoka hotsorina fa tsy finoana velively no nanainga azy ireny hankeny. Hatao inona àry lamesa raha izany ? Ary mba ahoana ny eritreritr’ireo mpino maro be izay tena hivavaka marina no nahatongavany teny ?

Ny trangan-javatra faharoa, raha izany no ilazana azy, dia nanafintohina ny mpino sy ny tsy mpino : « tafintohina ny mpino katolika noho ny fihetsiky ny Praiministra Mahafaly Olivier Rasolonandrasana. Nizotra am-pilaminana tokoa mantsy ny lamesa, saingy nisy hetsika nanintona ny sain’ny olona nasaina sy ny mpijery fahitalavitra nandritra ny fandraisana komonio : nandray ny eokaristia ity olom-panjakana ity, dia namindra vitsivitsy ary nataony am-paosy ilay eokaristia. Masina ny eokaristia ho an’ny katolika, ary io fihetsika io dia heverina ho fanimbazimbana. Izy dia advantista ary tsy tokony ho nandray anjara tamin’io fomba io toy ny nataon’ny hafa »[1].

Ny olana mipetraka noho izany dia ny momba ny lahisitèn’ny Fanjakana. Midika inona moa ny lamesa, fankalazana an’ny katolika manokana (any amin’ny protestà dia « fanompoam-pivavahana » no tenenina), karakaraina ho an’ny olom-pirenena rehetra ary anasana ny mpanao politika tsy an-kanavaka – na kristiana ny mpikambana ao aminy, na silamo, na tsy mpino, na mpangalatra, na mpanolana, voaheloka na nahazo famotsoran-keloka na tsia ? Manoloana izany, tsy tsaratsara kokoa ve ny mikarakara fanompoam-pivavahana iraisam-pinoana mifototra amin’ny tenin’ny Baiboly izay hankatoavin’ny maro an’isa ary tsy manery na iza na iza hanao fihetsika manokana ? Misy tenin’i Benoît XVI mety hanampy amin’ny fanazavana ny resaka mba hialana amin’ny fihatsarambelatsihy iombonam-be mahazo laka ao amin’io sehatra io :

« Ny lahisitè madio (...) dia midika ho fanafahana ny finoana amin’ny vesatry ny politika ary fampitomboana hasina ny politika amin’ny alalan’ny zavatra entin’ny finoana, ilaina ny mikolo ny elanelana, atao mazava tsara ny maha samy hafa azy ireo sy ny fiarahamiasa tsy maintsy misy eo aminy. Tsy misy fiarahamonina afaka mandroso marina raha tsy mampanjaka ny fifanajan’ny politika sy ny fivavahana ka miala amin’ilay fakampanahy tsy mitsahatra ny mitady hampifangaro na hampifandrafy ny politika sy ny fivavahana. (...) Ny lahisitè madio toy izany dia miantoka ny tsy hampiasan’ny politika ho fitaovana ny fivavahana, ary miantoka ny hiainan’ny fivavahana am-pahalalahana ka tsy hivesatra politika baikoin’ny tombontsoa, ary indraindray tsy mifanaraka loatra amin’ny finoana, na tena mifanohitra aminy mihitsy aza »[2].

Antananarivo, 4 febroary 2017

[1]. « Fanimbazimbana ny fivavahana katolika », La Gazette de la Grande Île, 1 febroary 2017.

[2]. Benoît XVI, Ecclesia in Medio Oriente, 14 septambra 2012.

 

News Mada10 partages

Fepetra napetraky ny FAO : nofaritana ny fenitra ho fiarovana ny fambolena

Ny fanatontoloana sy ny fifanakalozana ara-barotra maneran-tany ankehitriny, lasa miteraka olana goavana  any amin’ny fambolena sy ny vokatry ny fambolena noho ny fiparitahan’ny otrikaretina manimba azy ireny. Noho izany, zava-dehibe ho an’i Madagasikara ny fiarovana ny fambolena, indrindra amin’ny maha Nosy azy, sy ny fananany zavaboahary tokony harovana.

Fahavoazana ao amina firenena iray sy ny mpamboly ao aminy, miteraka fatiantoka amina miliara dolara maneran-tany, rehefa maro ny voa, indrindra fa aty Afrika. Tamin’ny taona 1986 ny lalàna momba ny fiarovana ny fambolena eto amintsika, izay efa lany andro, araka ny famariparitan’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny varotra ny zava-misy, nanomboka ny taona 1995. Ny taona 1997, efa nisy ny fanavaozana ny fifanarahana iraisam-pirenena sy ny fiarovana ny zavaboahary. Tonga amin’ny kihon-dalana vaovao izao i Madagasikara. Nofaritana niaraka amin’ny FAO ny fenitra fiarovana ny fambolena ho tombontsoan’ny mpanjifa. Fepetra manaraka ny lalàna iraisam-pirenena noraisina amin’ny fampiharana ny fanavaozana ny fiarovana ny fambolena, hisian’ny vokatra betsaka, tsara ary maharitra.

Fampandrosoana maharitra

Manampy betsaka ny tantsaha eto an-toerana izany, mora ahitana lalam-barotra aty amin’ny faritra manodidina sy eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. « Mampiakatra ny fari-piainan’ny mpamboly malagasy sady manatsara ny kalitaon’ny voly, azo antoka fa tsy misy aretina. Fomba iray hoentina miatrika ny fiovan’ny toetr’andro koa izany », hoy ny solontenan’ny FAO eto Madagasikara, Patrice Talla Takoukam. Asa mankany any amin’ny fampandrosoana maharitra, hisian’ny fanavaozana amin’ny sehatry ny fambolena.

Hatramin’izay, malaza amin’ny fananana vokatra karazany maro i Madagasikara, saingy hatramin’izao, voasokajy anisan’ny “firenena kely fidiram-bola sy matiantoka hatrany amin’ny fambolena”. Mifanohitra tanteraka ny zava-misy, tsy araka ny velaran-tany misy ny vokatra miakatra. Na ny lalàna nolanina ny taona 1986 ho fiarovana ny fambolena aza, tsy hita ny fampiharana azy nandritra ny 30 taona. Natao ny herinandro lasa teo ny tombana amin’izay vokatra mety ho azo eto an-toerana, ny teknika hoentina manatanteraka izany ary ny fampiharana ny lalàna iraisam-pirenena mifanaraka amin’ny eto an-toerana. Manohana izao tetikasa izao ara-bola ny Fonds de Solidarité Africaine, miara-miasa amin’ny FAO.

R.Mathieu

News Mada9 partages

Nitsidika ny tany Miandrivazo Ravalo

 Mitohy indray ny fitetezam-paritra. Nihazo an’i Miandrivazo ary nihaona tamin’ny vahoaka any an-toerana ny filoha teo aloha, Ravalomanana, omaly. Nitafa mivantana nihaino ny hetahetan’ny mponina ny tenany, notronin’ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo. Nitohy amin’ny fihaonany tamin’ireo mpikatroka Tim eny ifotony izany. Nomena toromarika sy ny fanentanana ary koa ny hamelomana indray ity antoko ity ny mpanorina. Teny an-dalana mihazo ny lalam-pirenena fahafito kosa, nifampiresaka mivantana amin’ny mponina koa ny tenany, toy ny tao Ilempona ary nihaino ny olana sedrain’izy ireo. Nialohavan’ny fotoam-pivavahana tao Antsirabe izao fitsidihana ny any amin’ny faritra izao.

Tsiahivina fa vao tonga avy any Etazonia ny filoha teo aloha, Ravalomanana izao nandeha nitsidi-paritra izao.

Synèse R.

News Mada9 partages

Toamasina : mitaky vola amina miliara ireo jiolahy naka an-keriny teratany karana

 Volabe amina miliara ny takin’ireo jiolahy naka an-keriny ilay teratany karana antsoina hoe Nourbhay Sefoudine tao Bazaribe Toamasina, ny zoma teo. Fantatra araka ny loharanom-baovao voaray avy an-toerana fa mbola nisy volabe 600 tapitrisa Ar vao avy nalaina tany amin’ny banky koa tany aminy tamin’io fotoana nakan’ny jiolahy an-keriny azy ireo. Handeha hamonjy fodiana izy sy ny fianakaviany no nifanehatra tamin’ny jiolahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika sady nisaron-tava. Voalaza fa nanao fanamiana an’ny mpitandro filaminana ireto jiolahy ireto. Nitondra fiara Renault Express ireo jiolahy. Tsy nanampo na inona na inona ity teratany karana ity satria tao anatin’ny minitra vitsy no nanatanterahan’ireo jiolahy ity fakana an-keriny ity. Lasan’ireo jiolahy niaraka tamin’ny fiara 4×4 iray i Nourbhay Sefoudine sy ny vola vao avy nalaina tany amin’ny banky. Nandeha tamin’ilay fiara R.Express kosa ny sasany tamin’ireo olon-dratsy. Najanon’ireo jiolahy teo akaikin’ny fiangonana FJKM Tranovato ao Toamasina anefa ilay fiara nampiasain’izy ireo ka nisy olona roa hafa indray naka ireo jiolahy nandeha tamin’io fiara io. Hitan’ny polisy io fiara io ka balana Kalachnikov miisa 20 no hita tao anatiny nandritra ny fisavana. Narian’ireo jiolahy teny Mangarano kosa ilay fiara 4×4 an’ilay Karana. Voalaza fa mitovy amin’ilay bala nampiasain’ireo jiolahy nandritra fakana an-keriny an’i Arnaud sy i Annie ireto bala ireto.

Sajo sy J.C

News Mada9 partages

Pêche : un Pap pour le Boeny

Le Boeny s’est doté d’un plan d’aménagement de la pêche (Pap), permettant d’atteindre les   objectifs et d’instaurer les mesures de gestion des ressources halieutiques spécifiques à des zones de pêches. L’ONG Bleuventures a appuyé le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche (MRHP) dans sa mise en œuvre. L’officialisation du plan s’est tenue en fin de semaine dans les locaux du ministère de la Pêche à Ampandrianomby selon un processus de validation par étape avec les autorités, les communautés locales et les acteurs du secteur privé concernés.

Ce programme vise avant tout à soutenir les populations locales qui sont dépendantes des ressources halieutiques. Le but n’est pas d’empêcher les gens de pêcher, mais au contraire de veiller à ce  que ces ressources soient disponibles de manière durable. Les acteurs du programme travaillent non seulement sur l’accès durable aux ressources, mais également sur le bien-être de la population. Il s’agit ainsi d’intégrer les aspects conservation de la pêche aux aspects communautaires, notamment les aspects santé communautaire sur lesquels chaque partie prenante est engagée à apporter son appui pour que les populations locales accèdent à des services de santé de base.

Arh.

 

Tananews7 partages

Telma : “Nous sommes à mi-chemin des travaux de réparation du câble”

Affirmation de la Direction de Telma.

Oui pourquoi pas mais la mauvaise nouvelle pour Telma est que tout le monde s’est déjà barré chez Orange.

Qui, malgré l’arrivée du troupeau, semble tenir la charge.

Telma doit apprendre ce qu’est un service 24/7/365 et qu’une coupure de 15 jours, c’est tout simplement inconcevable en 2017.

Sinon le client il change d’épicerie tout simplement. Et quand il aura gouté aux services de l’autre épicier, disponibilité, qualité, rapidité, et bien il y restera tout simplement.

News Mada5 partages

Chargeur de batterie : les panneaux solaires détrônent le métier

Pareil à l’apparition du train contre la diligence, celle des plaques solaires commence à faire perdre la raison d’être des chargeurs de batterie. C’était pourtant, parmi les petits métiers, une activité qui a connu son âge d’or il y a quelques années.

En effet, avec le prix abordable actuel des plaques solaires, les anciens utilisateurs de batterie pour charger leurs appareils tels que téléphone, radio ou encore télévision, ont profité de l’aubaine aux dépens des chargeurs de batterie. Cela s’explique par le fait que les panneaux solaires comportent aussi des batteries sauf que leurs accumulateurs s’auto-rechargent et ont une durée de vie importante pouvant aller jusqu’à dix ans.

Selon Vonjy, qui est dans le métier de chargeur de batterie depuis vingt ans, leurs principaux clients se limitent aujourd’hui aux conducteurs de deux-roues et de voitures, si les camionneurs commencent à se faire rares aussi.

11 000 ariary de recettes

A raison de 2 000 ariary la charge d’une batterie de moins de 100 Ah et 1 000 ariary celle d’une moto, Vonjy peine à avoir une recette quotidienne de 11 000 ariary. Une recette qui lui est insuffisante actuellement une fois les dépenses déduites. Ce qui l’a poussé à faire des extensions d’activité en achetant des batteries usagées.  Une fois les réparations faites, il les vend à 5 fois moins le prix d’une batterie neuve. Et au cas où les batteries sont irréparables, il récupère les séparateurs et les étains, un autre gain en sus.

Selon Vonjy, grâce à cette stratégie, ce sera sa nouvelle activité principale, sans pour autant abandonner la charge. Il achète une batterie usée à raison de 10 000 ariary la pièce.

Sera R

 

News Mada5 partages

Inflation : un comportement rationnel des agents économiques

L’inflation, qui se traduit généralement par la hausse des prix, soulève bien des interrogations ces derniers temps. De l’avis des économistes, l’inflation relève d’un « comportement normal ».

Plus d’un s’interroge sur les vrais raisons de la hausse précipitée des prix des produits de première nécessité et de certains produits stratégiques sur le marché local. La hausse des prix du carburant ainsi que les pratiques spéculatives sont souvent évoquées comme raison de la  fluctuation des prix sur l’ensemble du marché.

Rado Ratobison, économiste et membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem) a expliqué que, « C’est un comportement rationnel des agents économiques pour se couvrir des risques ainsi que pour se faire des bénéfices : une anticipation ». « Par ailleurs, l’intensification des transactions que cette situation engendre raccourcit  le cycle d’affaires et ce sont les couches les plus vulnérables qui en subissent les conséquences », a-t-il enchaîné.

En effet, le prix des carburants sur le marché constitue l’une des causes principales d’ inflation à Madagascar dans la mesure où le pays importe encore les produits pétroliers. Et cette activité d’importation entraîne dans son sillage une

« inflation importée » qui n’est aucunement une situation extraordinaire pour un pays comme Madagascar.

Dans certains cas toutefois, une situation inflationniste positive peut contribuer à réduire le taux de chômage et à un supplément de croissance économique positive. Cela dépend du climat des affaires et de la qualité du capital humain en termes de compétence et de disponibilité de la main-d’œuvre.

Produits stratégiques

Le pétrole demeure un produit stratégique. C’est un bien de consommation tant pour les particuliers que pour les entreprises. A titre d’exemple, le domaine du transport est le premier à subir directement l’impact de la hausse du prix des carburants compte tenu du fait que l’approvisionnement de l’ensemble du pays dépend encore des activités des transporteurs. Certes, l’intervention de l’Etat dans ce genre de situation semble justifiée. L’idée d’octroyer des subventions ou des compensations pour les transporteurs remet pourtant en cause la crédibilité de l’Etat quant à la gestion des finances publiques.

Concernant l’approvisionnement en riz, l’insuffisance de la production rizicole pour la prochaine saison rizicole peut engendrer rapidement une inflation. Néanmoins, d’après toujours notre interlocuteur, le stock de riz devrait encore être suffisant pour assurer l’approvisionnement du marché, du moins pendant la période de soudure. Mais si la situation actuelle persiste, c’est l’approvisionnement pour la prochaine saison qui est menacée, « Les contrôles économiques constituent l’une des principales missions des autorités. L’exécution de ces opérations en temps réel soulève toutefois des interrogations ».

« L’on s’interroge si l’Etat arrivera à anticiper l’impact de sa décision », soulève Rado Ratobison.

Arh.

 

News Mada5 partages

Protection des végétaux : une nouvelle stratégie phytosanitaire en gestation

Madagascar a toujours été reconnue comme un pays avec un immense potentiel en matière de production agricole. Cependant, il figure dans la liste des « Pays à faible revenu et à déficit vivrier ». Ce paradoxe est lié dans une certaine mesure au déficit des instruments normatifs et institutionnels et à l’insuffisante exécution des programmes et politiques sur le terrain.

Après presque 31 années d’application de la législation phytosanitaire, adoptée en 1986, Madagascar a initié la semaine dernière un atelier sur l’évaluation complète de ses capacités et la formulation d’une stratégie et d’une législation, conforme au droit international et aux défis liés aux contextes nationaux et mondiaux actuels.

Ce projet, coordonné par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et financé par le Fonds de solidarité africain, se focalise sur trois volets d’action dont  l’application de l’outil d’évaluation des capacités phytosanitaires de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) qui aboutira à la création d’un cadre juridique modernisé et à la formulation d’une nouvelle stratégie phytosanitaire.

Des nouvelles normes

Datant de 1986, la loi phytosanitaire de Madagascar est maintenant dépassée par l’avènement de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et la réforme de la Convention internationale pour la Protection des végétaux en 1997. Des nouvelles normes phytosanitaires, les seules qui soient reconnues par le droit du commerce international, ont également vu le jour.

Aujourd’hui, Madagascar arrive à un tournant où les capacités phytosanitaires doivent être évaluées par rapport à ce dispositif international renouvelé. Cela constitue également pour Madagascar de bénéficier d’ouverture accrue sur les marchés sous-régionaux, régionaux et internationaux, améliorant ainsi le niveau de vie des agriculteurs.

Arh.

News Mada4 partages

Noraisin’ny mpanjaka ny Vovonana mampiray

Nidina ifotony niarahaba nahatratra ny taona vaovao ny mpanjaka Ndrenogny  Ramahasitrakarivo Martin Gérard mivady tao amin’ny tranobe Ivato Vohipeno, ny delegasiona avy amin’ny Vovonana mampiray notarihin’ny filohany, Ramaroson Arlette, ny herinandro teo. Nohazavainy tamin’izany ny momba ny dingana natao ho fitakiana ny Nosy malagasy. Eo koa ny fanorenana sy ny fanarenana ny firenena ary nangataka ny fiaraha-miasa amin’ny raiaman-dreny ara-drazana amin’ny fanomanana ny loabary an-dasy ho fanarenana an’i Madagasikara ny filohan’ny Vovonana mampiray sady filohan’ny ANM.

Naneho fahavononana hifanampy amin’izany ny mpanjaka sy ireo tandapa. « Sambany teo amin’ny tantara no nisy olom-pirenena tonga nanetry tena toy izao teto ary mibanjina ny tombontsoa ambon’ny firenena », hoy ny ampanjaka.

Synèse R.

News Mada3 partages

Boxe Olympique : la section malgache se redresse

La fédération malgache de boxe olympique remet les pendules à l’heure. Les membres du comité exécutif ainsi que le programme 2017 ont été présentés samedi.

Le redécollage du pugilat malgache semble imminent après les mises au point nécessaires apportées au sein de la fédération. Le bureau du comité exécutif est actuellement constitué avec la nomination de Gégé Bernard Andriamanampisoa dit Gégé Bosco à la vice-présidence pour épauler Hery Mamy Rabarisoa. Ravohatra assure désormais la fonction de secrétaire général de cette fédération, assisté de Daninah Razafindravao. Sur le plan technique, l’ex-président de la ligue régionale de Boeny, Rajosivah, est chargé de la direction technique.

Onze membres dont trois conseillers composent actuellement le bureau de la fédération de boxe olympique malgache qui aura pour tâche prioritaire de redonner sa lettre de noblesse au pugilat malgache sur la scène internationale après des années d’absence. Des compétitions interligues sont programmées dans différentes régions  pour décrasser les athlètes, en plus des recyclages prévus pour les techniciens afin de rehausser le niveau général de la discipline.

Manou

 

News Mada3 partages

Orange Kitra : le lycée Paul Minault au pinacle

Tout est bien qui finit bien. La version 2017 du tournoi de football Orange Kitra a pris fin hier en note majeure sur la pelouse synthétique de l’Akamasoa à Ambohimahitsy. Le père Pedro en personne a remis le trophée à l’équipe vainqueur du tournoi qui n’est autre que le lycée Paul Minault. Cette jeune formation a battu sur le fil les footablleurs de Les élites d’Andoharanofotsy sur le score de 1 but à 0. Pourtant, ces derniers ont fait un parcours sans faute mais sont tombés sur un os juste au derby final. Ô ! Déception quand tu nous tiens ! Mais ce fut quand même une victoire remportée à juste titre par les lycéens de Paul Minault qui se sont cassé les dents pour émerger du lot pendant cette édition.

Pour le compte de la 3e place, le lycée Ambohitrimanjaka a disposé des footeux du LTC sur le score de 2 buts à 1. Avec cette formule, Orange Madagascar et ses fidèles alliés entendent donner l’opportunité aux jeunes de vivre pleinement leur passion. Le but qui est de mêler esprit d’équipe, partage, dépassement de soi et solidarité a été atteint. Bis repetita placent, on reprend les mêmes et on recommence.

Rojo N.

Les résultats de la dernière journée :

– Paul Minault 1 – 0 Les Elites d’Andoharanofotsy

-Lycée Ambohitrimanjaka 2 – 1 LTC

 

L'express de Madagascar3 partages

Réseau Helix – Formation sur la finance digitale

MicroSave et The Master­card Foundation s’associent pour faire avancer les services financiers digitaux en Afrique Francophone à travers le réseau Helix. Les deux entités ont lancé jeudi un nouveau programme visant à développer des formations en finance digitale. D’après le communiqué de MicroSave «  ce réseau devrait bénéficier à plus de deux cent cinquante fournisseurs de services financiers digitaux dans l’Afrique francophone dont Madagascar ».À travers ce nouveau programme, ses initiateurs espèrent contribuer à l’accélération de l’inclusion financière à travers les services financiers digitaux adaptés aux besoins des clients. « Nous nous réjouissons de capitaliser sur nos expériences et d’étendre notre connaissance aux marchés francophones. Nous voyons une opportunité d’accroître l’inclusion financière dans ces marchés en collaboration avec les régulateurs, les institutions financières, les opérateurs de téléphonie mobile, et les gestionnaires de réseaux d’agents », a déclaré  Graham Wright, directeur de MicroSave cité par le communiqué.À Madagascar, la finance digitale prend forme déjà dans les institutions financières. Leurs objectifs étaient de renverser les tendances à propos du taux de bancarisation.Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Attente de cartes professionnelles

Les guides touristiques professionnels devraient encore attendre le mois d’avril pour avoir leur carte professionnelle en main. À Madagascar, quarante six associations pour un nombre estimé de trois cents guides nationaux se regroupent au sein de la fédération nationale des guides à Madagascar. Et du 1er au 3 mars prochain, les profes­sionnels du tourisme à savoir les opérateurs touristiques et gestionnaires de parcs et la fédération nationale de guide tiendront au début mars une convention natio­nale pour débattre et définir ensemble le statut des guides touristiques à Madagascar.

L'express de Madagascar3 partages

Savate boxe française – Madagascar brille avec trois victoires

La Grande île a dominé le Gala international de samedi, en remportant trois victoires sur cinq combats internationaux.

Les tireurs malga­ches ont brillé lors du Gala international de sava­te boxe française, organisé par le club 3FB samedi au Palais des sports à Maha­masina. Madagascar a raflé trois victoires sur les cinq combats internationaux au programme.Déterminé, Rockaya Rakotomalala dans la catégorie -56kg a remporté le premier combat international, en battant sans difficulté le Français, Logan Renard après jet de serviette à la troisième reprise. Un peu plus grand que son adversaire, le malgache est avantagé techniquement, mais étant un champion en kick-boxing, il a commis à plusieurs reprises des fautes en utilisant la technique de blocage avec la jambe.« J’ai bien préparé ce combat depuis longtemps. Moi et mon adversaire avons utilisé les mêmes techniques, mais mes atouts résident dans la condition physique », a souligné Rockaya après son combat. La deuxième victoire revient à Jacky qui a défait un autre Français, Jamel Belit, dans la catégorie des -65kg.Un des plus beaux combats de cet après-midi était celui d’Andry chez les -60kg, qui a remporté une victoire par KO en seulement 40 secondes du premier round, face au Tunisien Mehdi.Petit raté en assaut féminin catégorie -60kg, Larissa, une des meilleures tireuses de 3FB était disqualifiée au deuxième round, pour avoir frappé trop fort son adversaire, Silvana de Monténégro. Techniquement, la Malgache, plus rapide et dynamique avec ses coups de pieds, a lar­gement dominé son adversaire.ChocLe deuxième malgache qui a perdu son combat était le Majungais, Papin qui s’est incliné face au Bulgare, Stéphane chez les -70kg. Des combats entre locaux ont aussi marqué cet événement inaugural de la discipline, entre autres le choc entre grands champions de la catégorie -56kg où Johnny de 3FB, plus expérimenté en compétition internationale a défait Hery du club EBI.Quant aux autres défis malgacho-malgaches, Vonjy de Vakinankaratra chez les -56kg s’est imposé face à Tsilavina de SCT et l’autre antsirabéen, Alain a battu Zakatiana de JST. Deux au­tres tireurs du club organisateur, Patrick -52kg et Herizo -65kg ont gagné par forfait après désistement de leur adversaire.« Nous organiserons au moins quatre compétitions du genre cette année pour mieux se préparer au championnat du monde en Chine en septembre. Un expert étranger donnera aussi un coup de pouce aux techniciens locaux en vue de la préparation aux compétitions internationales », a confié Camp Rivo Louis Amédée, président de la fédération malgache savate boxe française.Serge Rasanda

Tananews2 partages

18:00 Tu rentres chez toi, après une dure journée de labeur

Et évidemment, tu rentres chez toi dans le noir, pas de courant.

Et là tu te demandes : ça a servi à quoi de limoger toute la direction de cette Jiramaty tsy vanona ?

On attend toujours l’année du décollage économique dans ces conditions.

News Mada2 partages

Kitra – Kianjan’ny Cnaps Vontovorona : lasan’ny Elgeco Plus ny amboaran’ny « Grand tournoi de l...

  Resy nanoloana ny tompon’amboaran’i Madagasikara, Elgeco Plus, ny tompondaka, Cnaps Sport. Nody any amin’izy ireo ny amboara. Na izany aza, nahery vaika ny lalao ary tsy nifampitsitsy ny roa tonta… Ekipa samy hiatrika lalao afrikanina amin’ny herinandro ambony.

 

Noresen’ny Elgeco Plus 2 no ho 1 teo an-jaridainany ny Cnaps Sport, omaly, tamin’ny fiadiana ny amboaran’ny « Grand tournoi de l’amitie » taranja baolina  kitra, teny Vontovorona. Nitarika ny isa ny tompondakan’i Madagasikara raha nanenjika izany kosa ny tompon’amboara ary niafara amin’izao fandresen’ny Elgeco Plus izao ny lalao. Baolina tafiditra teo amin’ny fizaram-potoana voalohany avokoa ireo. Na izany aza,  nahery vaika ny lalao ary nisehoana fifandonana mafimafy ihany teny ambony kianja. Vokany, nahazo karatra mena ary nivoaka ny kianja ny mpilalaon’ny Cnaps Sport mirahalahy, i Njiva sy i Lanto. Nilalao sivy izy ireo avy eo, saingy tsy niova intsony ny isa teny amin’ny tabilao.

Ho an’ny vokatra hafa, resin’ny Jet Mada 1 no ho 0 ny Zanakala FC.

Araka izany, lasan’ny Elgeco Plus ny amboara tamin’ity fifaninanana nokarakarain’ny Cnaps ity. Nahazo isa fito izy ireo raha faharoa kosa ny tompon’ny kianja, manana isa enina. Nahazo ny laharana fahatelo ny Jet Mada ary laharana farany kosa ny Zanakala FC. Samy notolorana amboara sy vatsin-dalana avokoa ireo mpandray anjara.

Hatao etsy Mahamasina ny lalaon’ny Elgeco Plus

Tsiahivina fa handray ny lalao mandroso eto amintsika avokoa ireto ekipa roa solontenantsika eo amin’ny sehatra afrikanina ireto. Ho an’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, hihaona amin’ny tompondakan’i Botsoana eny Vontovorona ny Cnaps Sprort ny asabotsy izao. Handray ny Supersport United avy atsy Afrika Atsimo kosa ny Elgeco Plus etsy amin’ ny kianjaben’i Mahamasina. Lalao tafiditra amin’ny fiadiana ny amboaran’ny Caf.

Synèse R. 

  (Sary Mamiherison)

 

News Mada2 partages

Kitra – «Can 2017» : norombahin’ny Burkina Faso ny medaly alimo

Norombahin’ny “Les Etalons” avy any Burkina Faso ny medaly alimo, teo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Afrika “Can 2017”. Nahazo ny laharana fahatelo izy ireo rehefa nandresy, tamin’ny isa tokana 1 noho 0 ny Kintana maintin’i Ghana, ny asabotsy lasa teo, nandritra ny fiadian-toerana . Baolina tokana matin’i Alain Traoré, tamin’ny alalan’ny “coup franc”, tsara petraka teo amin’ny minitra faha-88 nilalaovana io nitondra azy ireo amin’ny fandresena io.

Azo lazaina fa notsinontsinoavin’ny ganeanina ity lalao ity satria fito ireo mpilalao tompon-toerana, tsy niakatra kianja tamin’ity fihaonana ity. Fanovana tokana ihany kosa no nataon’i Paulo Duarte, mpanazatran’i Burkina Faso, tamin’ny nanoloana ny toeran’i Abdou Razack, amin’ny alalan’i Alain Traoré.

Na teo aza izany, efa saika nanokatra ny isa teo amin’ny minitra faha-25 ny Ganeanina saingy nidona tamin’ny tsivalam-by ny dakan’i Bernard Tekpetey.  Nifandanja ihany ny fihaonana teo amin’ny roa tonta. Nahazo valim-panafihana ihany koa taorian’izany ny Borkinabe, 4 mn tsy hialana sasatra saingy, nivoaka ny tsatoby nandrasan’i Richard Ofori ny baolina nodakan’i Yiadom. Nifandimbiasana toy izany hatrany ny fanafihana, teo amin’ny roa tonta,  hatramin’ny voalohany ka hatramin’ny farany.

Synèse

News Mada2 partages

Analamanga : début des activités de l’Affami

Ouverture officielle des activités sociales de l’ONG « Andry fanabeazana sy fanarenana mirindra » (Affami) dans le 6e arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo, le week-end dernier. Le bureau national a annoncé une journée de reboisement dans la région Analamanga prochainement.

Une journée de consultations gratuites pour les enfants de moins de 5 ans a inauguré l’ouverture officielle des activités de l’ONG Affami à Ambohimanarina. Figurant parmi les activités mensuelles de l’ONG, ces séances de consultations médicales permettent de détecter les enfants fragiles et malnutris qui devront bénéficier de suivi et appui du centre de soins privé de l’Affami à Antanety-Avaratra, Ambohimanarina, a expliqué sa présidente fondatrice Vololona Victorine Raherisoa, député élue de cet arrondissement.

Des visites seront effectuées par la suite dans chaque fokontany pour distribuer des aliments nutritifs «sakafo maro loko» aux cibles dans leur site respectif.

La protection de l’environnement faisant partie de ses activités, la députée Vololona Victorine Raherisoa invite les citoyens à se joindre aux membres de l’ONG pour une journée de reboisement à Ambatomirahavavy le 11 février prochain.

Les participants à cette lutte contre le changement climatique n’auront qu’à se munir de leur collation et  les frais de transport. Les plants étant à la charge de l’initiateur du programme.

Manou

 

News Mada2 partages

Chronique : quand les pronoms s’emmêlent

A l’occasion de la fête nationale française, le Los Angeles Times publie en juillet 2014 une infographie de William Alexander. Il donne à ses compatriotes une petite leçon de français sur l’emploi des pronoms «tu» et «vous», distinction qui n’existe pas dans la grammaire moderne anglaise. Son schéma plein d’humour présente plusieurs cas de figure pour éviter à l’anglophone de s’emmêler les pinceaux dans le carrousel des pronoms employés entre adultes.

Travaux pratiques : on tutoie un ami, un intime ou une personne que l’on considère comme un pair, à une notable exception près. En français, on peut se permettre de tutoyer Dieu. Les usages évoluent avec la société. Il est accepté depuis plusieurs décennies que les conjoints se tutoient, sauf si, précise William Alexander, on a épousé Jacques Chirac. Toutefois, le lien de parenté n’autorise pas tout et tout de suite. Si vous souhaiter tutoyer votre beau-père, prenez tout de même la peine de lui demander s’il est d’accord. Il ressort de ce schéma que dans le doute, c’est le bon sens et le principe de précaution qui l’emporteront. A moins de jouer dans la cour des djeun’s, on privilégiera le vous pour ne pas commettre d’impair.

L’humour est décidément une voie très intéressante pour faire passer un message. A l’instar de William Alexander, on devrait proposer un schéma similaire aux vahiny tentés par l’aventure en Malgachie. Aux plus téméraires, on dévoilera la complexité et le raffinement des pronoms personnels en malgache, subtile grille de lecture de notre société très codifiée. A ceux que la langue aux noms imprononçables rebute, on rappellera les élémentaires règles d’usage en français, à Madagascar et dans le monde : on ne tutoie pas les personnes avec qui on n’a pas de liens étroits. Or en français, à Madagascar et dans le monde, un serveur ou un employé de maison n’est ni un proche, ni un ami, ni un intime. Sauf exception, bien entendu.

Kemba Ranavela

L'express de Madagascar2 partages

Black Nadia – La reine noire fait carton plein au Bonara-Be

Sans défaut, exactement comme l’intitulé d’une de ses chansons. C’est de cette manière que la reine noire a assuré la soirée de vendredi dernier au Bonara-Be 67Ha. Cet ancien dépôtoir, devenu récemment l’un des lieux de rendez-vous les plus prisés des noctambules et férus de musique tropicale de la capitale, s’est transformé en une véritable boîte de sardines, juste du fait que ce soit Kantoniaina Ornella Edith Nadia alias Black Nadia qui était à l’affiche des lieux.Ceux qui espéraient se trouver une table dans le restaurant sans avoir réservé au préalable se sont tous, ou presque, contentés d’un verre à la main sur la piste de danse ou debout au bar. Une piste de danse qui n’arrivait plus à contenir la foule. Ce qui a convaincu les propriétaires des lieux pour déplacer quelques tables de façon à agrandir cette fameuse piste. Cette euphorie s’est passé au moment même où la chanteuse était encore en train de se préparer dans sa loge. Autant dire qu’il n’y avait plus besoin pour l’artiste de mettre son public dans l’ambiance, le moment venu de monter sur scène. Elle a commencé tout doucement avec son dernier tube « l’amour n’a pas de couleur », qu’elle assure en solo sans le fameux J Love, pour enchaîner avec un énergique « Romboy », en explosant littéralement la salle.Une salle, sans un centimètre carré perdu où mettre pied, pour rejoindre la piste ou même la scène. Ceux qui devaient le faire, en l’occurrence les choristes et autres danseurs et musiciens, ont été obligés de slalomer entre tables, bousculades et noctambules en folie. Bref, pour l’artiste, le choix du lieu pour souhaiter les meilleurs vœux du nouvel an était plus que judicieux. Sans effort, elle fait carton plein. Pas étonnant d’entendre les quelques malchanceux refoulés à l’entrée réclamer une réédition de la soirée le plus tôt possible.Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Retour des chaînes locales

Les abonnés de deux princi­paux distributeurs de bou­quets satellitaires du pays ont pu suivre leurs émissions préférées des chaînes locales depuis vendredi. Après la coupure généralisée de l’Internet suite à l’endomma­gement du câble optique sous marin Eassy le 25 janvier, la diffusion de ces chaînes a connu une inter­rup­tion. La liaison entre les stations de diffusion de la capitale et le centre technique basé à Paris de ces deux sociétés de distribution a connu des perturbations.

Madaplus.info1 partages

Le groupe malgache Fifamoivozana Eto Madagasikara prend des dispositions

Le nouveau code de la communication oblige les administrateurs des plateformes électroniques à être vigilant des éventuels débordements des membres de leurs plateformes.
En effet, après l’arrestation d’un des administrateurs du groupe facebook « Fifosana Hanatsarana pipole gasy » (commérage pour améliorer les stars malgaches.), le groupe FEM ou Fifamoivozana Eto Madagasikara (Circulation routière à Madagascar) prend des dispositions. Ce groupe est un des groupes dans lequel on y retrouve plusieurs membres qui dépassent les 100. 000 membres. De ce fait, les administrateurs ont fait un communiqué selon lequel, tous les membres qui veulent publier devront passer par l’option commentaire, car les simples membres ne peuvent plus publier sur le groupe, seuls les administrateurs pourront le faire jusqu’à nouvel ordre. Ceci, en vue d’éviter les éventuelles bourdes des membres.
Tananews1 partages

2017 : année du travail ?

Ah oui, vraiment ?

C’est ce que l’on nous a sussuré le 6 janvier dernier à Iavoloha.

Malheureusement dans les faits c’est pas ça du tout : ce matin nous avons fait un tour dans Tana et le constat est que pas grand monde ne travaillait.

Sans courant de la matinée, difficile pour le soudeur électrique, le coiffeur, le cybercafé, le poissonnier de travailler.

Tananews1 partages

Tiens, Google traduit le malgache maintenant ?

News Mada1 partages

Fahatsiarovana ny 7 febroary : misara-bazana tanteraka ny mpikamban’ny AV 7

Tonga indray ny 7 febroary… Vaky bantsilana hatrany fisaraham-bazan’ny fikambanana AV 7, hatramin’ny nijoroan’izao fitondrana izao.  

« Be dia be ny zavatra tsy fantatra ao amin’ny birao, be ny honohono. Misy milaza fa misy vola voaray tamin’ny volana desambra, misy onitra voaray… Tsy fantatray ny zava-nitranga. Matahotra ny tsindritsindry ny ankamaroan’ny mpikambana, ka tsy sahy manontany na miteny. Tsy misy intsony ny firaisankina. »

Izay ny tenin’ny mpikamban’ny iray tety ivelan’ny efitrano tamin’ny fihaonana notarihin’ny biraon’ny Fikambanan’ireo niharam-pahavoazana tamin’ny 7 febroary 2009 na ny AV7 teny Andrefan’Ambohijanahary tamin’ny mpanao gazety, afakomaly. Tokony hisolo isaky ny roa taona ny birao, izay tsy niova hatramin’izao.

« Tsy fambolena korontana eto amin’ny firenena ny 7 febroary, fa fanateram-boninkazo sy fanomezam-boninahitra, fahatsiarovana ireo namoy ny ainy, ary fampaherezana ireo namoy havana. » Izay kosa no tenin’ny mpitarika ny AV 7, Rafaramandimby Bona Jean-Pierre.

Porofon’ny maha iray ny AV 7 ny fanatanterahana hetsika fahatsiarovana toy ny fanao isan-taona, rahampitso.

Nampisara-bazana ny fikambanana ny fitondram-panjakana  

 Hatramin’ny fahatsiarovana ny 7 febroary, taona 2014, nisara-bazana tanteraka ny AV 7. Eo ireo mahazo avara-patana amin’ny fitondrana amin’izao fotoana izao. Misy ny voailikilika sy voambaka ho azy amin’izany, na zary fitaovana fitadiavam-bola aza, araka ny filazan’ny sasany, noho ny tsy fisian’ny fangaraharana eo anivon’ny birao.

Zary fifanaovana ankolafiny sy fifampikitranana anaty eo anivon’ny fikambanana hatrany ny fahatsiarovana ny 7 febroary isan-taona toy izao. Fanasana lamba maloto imasom-bahoaka, nanomboka ny taona 2014. Nanao ny fikambanana ho zarazarao hanjakana na hahafoana azy ny mpitondra fanjakana ankehitriny?

Tsy misy intsony ny fizarana fanampiana vola isam-bolana ho an’ireo mpikambana.   Fanomezana asa eo anivon’ny asam-panjakana no nataon’ny fitondrana ho azy ireo. 219 ireo nahazo asa amin’izay, ka ny roa efa mpiasam-panjakana teo aloha. Mitohy ny fisaraham-bazana, rehefa samy mandeha, samy mitady?

Tsy hita anefa izay hoe fanovana eto amin’ny firenena, namoizana aina…

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Santé – Cancer : deux tiers des patients au stade avancé

A Madagascar, 70% des patients atteints de cancer qui rejoignent les hôpitaux ou les centres de traitements sont tous au stade avancé.

Selon le radiothérapeute et oncologue, le Professeur Florine Josoa Rafaramino, «Bon nombre de ces patients sont même au stade de métastase», le stade qui correspond à la propagation de la maladie dans tout l’organisme.

Plusieurs raisons ont été citées comme source de cette situation. Entres autres  l’incapacité des concernés de détecter à temps les premiers signes de la maladie, la peur de consulter un médecin auprès des centres de santé, le fait de se contenter des soins traditionnels et de se faire consulter qu’en dernier recours, sans parler de l’éloignement des centres de soins pour certains.

Cependant, «Plus on détecte à temps le cancer, plus on a des chances de soigner et guérir le patient», a souligné le docteur Chuk Hen Shun Léontine Rabarijaona, du service Oncologie de l’HJRA Ampefiloha.

40% du tabagisme

Le tabac et la prise de drogue douce, comme le cannabis, arrivent en tête des causes de cancer. A Madagascar, ils sont loin des autres facteurs de risque avec un taux de 40%. Ils sont responsables de plus de 8 cancers du poumon et des voies aérodigestives supérieures. Ils sont aussi impliqués dans le développement des cancers du foie, du pancréas, de l’estomac et du rein. Environ un quart des décès par cancer sont causés par le tabac et la prise de drogue.

Mieux vaut prévenir que guérir

Placé encore sous le thème en 2016 «Nous pouvons, je peux», la journée mondiale contre le cancer a été célébrée samedi au CSB II de Namontana par le ministère de la Santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Madagascar et l’Association d’appui à la radiothérapie et l’oncologie de Madagascar (Arom).

«Mieux vaut prévenir que guérir». A ce sujet, une course à pied a été entreprise, tout en distribuant des tracts de sensibilisation pour prévenir le cancer tout au long du parcours. Un parcours qui a commencé à l’hôtel de ville d’Analakely jusqu’au CSB II Namontana, en passant par l’hôpital Hjra Ampefiloha où il y a eu des démonstrations de mouvements gymniques.

«L’objectif est de sensibiliser la population à pratiquer du sport, un des moyens efficaces pour prévenir le cancer, en sus de la consommation d’aliment sain», a indiqué le docteur Chuk Hen Shun Léontine Rabarijaona.

Sera R

 

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : kely sokatry sy haingom-bato dobla fotsy

Aza atao ranon’Ikopa ka tonga vahiny vao mavomavo. Ezaka no aseho, tanjona no apetraka ho tratrarina, sao dia famendrofendroana mialoha raha hogahoga no entina hitsenana ny tetika mendrika fanohanana. Na efa nilentika aza izany fanantenana izany noho ny toky efa ritra, (toy ny ao amin’ny sehatra pôlitika ihany), dia mbola maro ny olona mitaiza mangina nofinofy any am-po amin’ny faniriana fisongadin’ny ekipam-pirenena eo anivon’ny sehatry ny baolina kitra iraisam-pirenena. Lavitra ny dingana ahatongavana amin’izany, fa toy ny zava-drehetra na inona na inona resahana dia tsy maintsy avy aty ifotony no miainga.

Raha kitra no atao resaka dia mbola mirefarefa amin’ny tany ny fahombiazana. Na be aza izay andrakandrana efa naseho izay, samy nandamoka avokoa. Tapa-kevitra  izao ny raiamandreny mitantana io taranja io amin’ny fametrahana tetika vaovao ifehezana ny asa fanarenana.

Tazana eo amin’ny fikatrohana avo lenta fa toa miankina be amin’ny mpanazatra ny vokatra. Esoeso noho izany no manatevin-dresaka etsy sy eroa raha naheno ny fanomezana ny adidy fanazarana ho an’ny vahiny iray tsy heno laza, ny rahalahiny mpanazatra ny ekipa malaza atao hoe Chelsea any Angletera no azo lazaina hoe haingom-batony. Eo andanin’izany koa ny mpanatsatso ny an’ny tena, mampitaha ny fanaovam-baolina amin’ny fampiadina akoholahy. Na inona na inona fahaizan’ny mpanotra sy mpanosotra menaka hoy izy ireo ny akoholahy fataka dia fataka ihany ary ny akoholahy masira dia kely fantsy eny foana.

Raha izany no toe-tsaina entina hisondrotana dia tsy hiainga avo mihitsy fa hitorovaka lalandava, hilalao vovoka. Eny ifotony anefa no hiatomboka ny ezaka ny tanora tsapa fa havanana amin’ny filalaovana no ho raisin’ity mpanazatra ity an-tànana, izany hoe ireo tanora 17 taona ao amin’ny Barea Akademia heverina ho antoky ny ampitso no volavolainy ho vonton’ny teknikan’ny baolina sy ny fahakingan-tsaina eo amin’ny fifehezana sy fampiasana izao karazana tetika sy paikady rehetra izao. Tsy atao ambanin-javatra ny fanitarana ny talentany tsara kolokolo sy tsara tohana noho ny fitaizana ny vatana.

Tsy mbola velon-drirana matoa mbola mipasoka ny tompon’andraikitra. Aleo ho hita ny vokany. Raha tena ombalahy tokoa izany Barea rahampitso izany, hidonan-tsetroka ny vavorona, hitera-bovoka ny ao ambany gaodasy, hikopakopaka ny volo-tsoroka rehefa ireny miray miray hina samy manatanteraka ny anjarany ao amin’ny tetika napetraky ny mpanazatra na eo am-panafihana na eo am-piarovana..

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Nanie : chaudes retrouvailles au Carlton

Après sept années d’absence sur la scène locale, Nanie a mis le paquet hier au Carlton Anosy, dans le cadre de la célébration de ses 25 ans de carrière. La chanteuse a donné un spectacle rempli de nostalgie.

La scène a été bien décorée et le son était aussi presque parfait que le rendez-vous semblait être un rêve réalisé pour les centaines de fans venus assister au concert de Nanie, hier. Le répertoire était bien établi, la chanteuse a interprété tous les titres incontournables, entre autres «Ngidy», «Mpivahiny», «Hir’Aina»… Nanie était tout simplement sublime, avec sa voix rock et glamour à la fois.

Au milieu du concert, elle a effectué des duos avec tous ses amis artistes, à savoir Rija Ramanantoanina, Luk, Mahery et Farakely. «Les rencontres étaient tellement chaudes qu’une envie d’organiser un autre rendez-vous avec elle, a germé», a annoncé Farakely. Sur scène, elle a été accompagnée par des musiciens professionnels qui ont mis davantage de groove dans chaque morceau interprété. Samy Andriamasinoro et Fy étaient aux claviers, Hents à la guitare basse, Sanda à la guitare électrique, Hasina et le petit Anjaniony  – un musicien à suivre de près – assuraient les instruments à vent.

En ce qui concerne les prochaines dates de la chanteuse, après ce concert, elle mettra le cap sur Mahajanga pour un autre cabaret le 18 février,  Toamasina le 24 février et  Antsirabe le 4 mars prochain. Par ailleurs, elle sera de nouveau dans la capitale pour un dernier concert avant le 8 mars. «La date sera communiquée ultérieurement», a annoncé l’artiste.

Holy Danielle

 

Tananews1 partages

Carburants : retour aux prix de janvier 2017

Le SP repasse de 3 880 à 3 720 ar et le gasoil de 3 270 à 3 1750 ar.

Crainte de l’explosion sociale quand tu nous tiens ?

De l’autre côté, puisque la vérité des prix n’est plus appliquée, bye bye les 10 milliards de dollars ?

Tananews1 partages

Sa Seignhery souhaite que les stocks de riz soient contrôlés

Tiens, comme du temps de Didier Ratsiraka ?

Et comme du temps de Didier on va aller aussi faire la queue au Fokontany à 4:00 du mat avec son petit carnet pour avoir un peu de riz et de ppn ? Moa tsy zany va ?

Libre à sa Seignhery de retourner vers les années 80, et c’est bien parti avec son 2017 année du décollage vers la Somalisation. Pour notre part nous préférons opter pour des solutions moins has been et un peu plus 2.0 (la rubrique s’enrichira quotidiennement)

L'express de Madagascar1 partages

Nanie illustre sobrement 25 ans de scène

Une épopée enchanteresse et mélodieuse à travers un quart de siècle de carrière. Le public du Carlton Anosy y a eu droit hier après-midi, avec Nanie sur scène.

Des retrouvailles très attendues de part et d’autre, Nanie était aussi impatiente que l’étaient ses inconditionnels, venus la retrouver sur la scène du Cartlon Anosy hier. Comme à ses touts débuts, comme si c’était la première fois, c’est ainsi que Nanie a convié le public à fêter avec elle ses vingt-cinq ans de carrière. Une année enrichie de musique, mais par-dessus tout de partage avec ses pairs dans le milieu musical dont elle reste particulièrement fière.C’est donc le temps d’un dimanche après-midi pluvieux que Nanie a convié ses fans de toujours. En tout, deux générations se sont  retrouvées autour d’elle à l’occasion. « Toy ilay voalohany foana » comme il s’intitule sobrement, s’est annoncé comme étant orné de prestige de la part de la chanteuse de PF Productions à l’organisation. Vers 15h30, le rideau s’est levé pour ces retrouvailles avec la chanteuse de « Hir’Aina ». Une marraine et une idole pour la chanteuse, Fanja Andriamanantena officie comme maître de cérémonie en introduisant Nanie. « Pour ma part, je l’ai connu dès son plus jeune âge, et cette artiste qu’elle est devenue, j’en serai éternellement fière », confie-t-elle.Si d’entrée, la chanteuse souhaitait faire voyager le public au commencement de sa carrière, elle s’est quand même plu à laisser la part belle à ses nouvelles compositions au début du concert.RedécouverteAinsi, c’est avec « Toy ilay voalohany foana », qui en plus d’être l’intitulé du concert, Nanie a fait bon de rappeler au public cette convivialité qu’elle a avec ses fans. Vingt-cinq ans de scène en vingt-cinq chansons en première partie, durant laquelle Nanie a présenté ses nouvelles compositions. Tandis qu’en seconde partie, avec « Niova ianao » en passant par l’incontournable « Hir’Aina » et tant d’autres encore, Nanie a ravi ses fans avec ses plus beaux tubes intemporels.En troisième partie, elle  a valorisé le talent de ses musiciens avec ses chansons plus acoustiques, comme l’enjouée « Tanàna tiako » et « Mpivahiny ». Chaleureuse et proche de ses fans, Nanie s’est à mainte fois plu à chanter avec le public, quitte à être au plus proche de lui. « Je suis contente de revenir et reconnaissante de l’opportunité qui m’est accordée, pouvoir chanter de nouveau pour vous est un instant que je chéris. Tout comme ces vingt-cinq ans que j’ai passé à partager mon art avec vous », affirme Nanie sur scène.Avec ses amis invités qui ont été tous aussi ravis de ces retrouvailles, à savoir Rija Ramanantoanina, Luk et Mahery, ainsi que Farakely, Nanie forte de sa puissante voix s’est affirmée comme une véritable icône de la musique malgache. Elle rejoindra les provinces, à savoir Mahajanga, Toamasina et Antsirabe lors de son passage au pays.Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Les formations politiques boostent leurs troupes

Faire d’une pierre deux coups. Dans l’ensemble, tel est visiblement l’objectif des formations politiques, en organisant les présentations de vœux. La course à l’élection présidentielle, prévue en 2018, sauf changement, étant déjà lancée, chaque écurie tente dès ce début d’année de donner le ton des mois qui viendront, partager les consignes et occuper le terrain.« Fidélité, discipline de parti, solidarité, engagement, candidature et victoire », sont des mots qui résonnent dans la plupart des discours prononcés par les chefs de partis, tout en félicitant les membres pour la nouvelle année. À ce jeu, le parti « Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara » (HVM), a été particulièrement actif. Ayant démarré l’année avec une réception de présentation de vœux chez l’une des leurs à Ivato, les Bleus, depuis, ont visiblement mis le pied au plancher pour s’afficher sur le terrain.DisciplineLe déjeuner d’Ivato a été suivi d’un reboisement par les militants d’Analamanga, ensuite d’un banquet à ciel ouvert « offert » par les ministres HVM à « la population » de Toamasina. La dernière sortie des Bleus est un week-end de présentation de vœux à Nosy-Be, vendredi et samedi. L’occasion pour Rivo Rako­tovao, président national du parti au pouvoir et les membres du bureau de cette formation de soulever l’appel à la candidature de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, pour briguer un second mandat.Le ministre de l’Agri­culture a également réitéré son appel à plus « d’engagement » des membres du parti dans la défense du pouvoir et de la politique étatique. Le Groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR), lui aussi, a profité du nouvel an pour essayer d’affirmer ses forces et réveiller l’enthousiasme de ses troupes. Pour répondre au HVM, les leaders des Oranges dans la région Atsinanana ont également offert un festin à « la population » de Toamasina.Un évènement durant lequel « la loyauté » à l’ancien Président de la Transition, l’affirmation de l’objectif de reprendre le pouvoir en le « soutenant » durant la prochaine présidentielle, ont notamment été mis en exergue par les orateurs. Faisant partie du triumvirat des écuries politiques se targuant d’être « les ténors » de l’arène politique, et affirmant leur souhait de briguer la présidence de la République, le parti « Tiako i Madagasikara » (TIM), n’est pas en reste en ce début d’année.Marc Ravalomanana, ancien président et chef de file du TIM, accompagné du député Guy Rivo Randria­narisoa, entre autres, étaient à Miandrivazo samedi, pour prendre part à une présentation de vœux organisée par la branche locale de cette entité politique. L’occasion pour le fondateur de l’empire Tiko d’appeler essentiellement ses « ouailles » à respecter « la discipline de parti ». Le « Tiako i Mada­gasikara » ayant été mis à mal par « la versatilité » de ses membres durant les communales, et surtout les sénatoriales gagnant même deux de ses députés.Garry Fabrice Ranaivoson

Madaplus.info0 partages

Février 2017: Le mystère sur Ratsimandrava plane toujours.

Cela fera bientôt 42 ans, dans quelques jours que le colonel Ratsimandrava a été assassiné pendant qu’il dirigeait la nation. 42 ans passés, mais le voile sur le mystère de son assassinat n’est pas encore levé.
Didier Ratsiraka avait accusé le général Andriamahazo d’avoir été derrière l’assassinat de Ratsimandrava quelques années plutôt. Accusation démentie par la famille Andrimahazo et d’autres personnalités de l’époque, à l’instar du Géneral Ramakavelo. Ce dernier stipule sur une radio privée qu’accuser le général Andriamahazo est insensé.
En tout cas, cela fait 42 ans hier que le général Ramanantsoa a transféré le plein pouvoir au colonel Ratsimandrava. Ce dernier avait accepté ce transfert de pourvoir en disant une phrase, devenue célèbre, « Tsy hiamboha adidy aho, mon général » (je ne faillirai pas à mon devoir mon général). Une histoire ne peut pas être oubliée, mais jusqu’à preuve du contraire, aucun événement n’a eu lieu, pour commémorer ce chapitre important de la nation malgache
Espérant que cette histoire ne sera pas dans l’oublie dans les années à venir.
Tananews0 partages

Taxibe : la hausse à 500 ar est maintenue

Cette fois les promesses d’ivrognes de subventions n’y auront rien fait : certains transporteurs maintiennent leur hausse des frais à 500 ar.

2017 : année du décollage généralisé des prix à Babakoto Land.

Tes revenus eux par contre ne bougeront pas. Tu en achèteras moins avec, c’est tout.

Ino Vaovao0 partages

AMBANIDIA : Raim-pianakaviana iray manodidina ny 50 taona voavelin’ny “bois rond”

Ankoatra ny vola sy ny fananany izay noesoriny taminy dia mbola naratra mafy novelesin’ireo jiolahy tamin’ny “bois rond” ihany koa izy.

Naratra be efa tsy nahazaka ny tenany intsony vao tonga ny havany teny amin’ny hopitaly izy.

Ny alin’ny sabotsy teo tokony ho tamin’ny 8 ora dia nitrangana asa fanendahana manakaiky ny tonelina etsy Ambanidia. Taraiky fodiana hariva ity raim-pianakaviana iray no nifanehitra tamina telo lahy. Somary vitsy mpandalo ihany koa eny amin’iny toerana iny ka vao mainka nanome vahana ireo mpanao ratsy izany.

Nosakanany ary notereny hamoaka izay zavatra rehetra any aminy ity lasibatra. Niezaka namaly anefa izy ka teo no nahatonga ireo mpanendaka namoaka ilay “bois rond” be nisy fantsika tany aminy. Novelesiny tamin’izany ny lohan’ilay rangahy, lavo tamin’ny tany ity farany ka teo amin’izay no nararaotan-dry zalahy nakana ny vola sy finday tany aminy. Fantatra fa tsy lavitra an’io toerana nisehoan’ny fanafihana iony tranony ka mbola nitsirepirepy tonga tany an-trano izy niaraka tamin’ny rà nitete teo amin’ny lohany.

Tafiditra ny varavarana mihinsy vao torana tsy nahatsiaro tena, raha ny vaovao voaray. Mbola tongan’ny havany soa amantsara teny amin’ny hopitaly ity niharan-doza. Tsy misy ahatahorana ny ainy, hoy ny mpitsabo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBOHIMALAZA : Maty tsy tra-drano ilay mpitondra skotera notetezin’ny Kamiao

Tovolahy iray vao erotrerony no maty tsy tra-drano nakorisan’ny kodiaran-droa noentiny tany ambany kamiao teo am-pandehanana teny Ambohimalaza. Ny vatany iray mantolo no indray notetitetezin’ny kodiarana ka lasa kaly.

Omaly antoandro manodidina ny tamin’ny 12 ora sy sasany no nisehoan’ny loza teo anelanelan’ny tanànan’Ambatolampikely sy ny Kaominina Ambohimalaza.

Setrasetran’ireo tanora mpitondra môtô no nahatonga ny loza. Araka ny vaovao voaray nisy efa ho andiany miisa 60 izy ireo no niara-nitanjozotra tamin’iny lalam-pirenena faharoa iny. Nifaninanana mandeha mafy, manginy fotsiny ny fibahanana ny arabe.Iray tamin’ireo mpitondra môtô no fantatra fa tena nandeha mafy, sendra nahazo fiolanana kanefa mbola nandeha mafy ihany ka tsy voatanany intsony ny familiana. Tamin’io indrindra anefa no nisy fiara vaventy iray avy any Toamasina hiakatra aty Antananarivo ka avy hatrany dia nikorisa tao ambanin’ ny kodiaran’ity farany ilay kodiaran-droa niaraka tamin’ilay tovolahy teo amboniny.

Tsy tafajanona intsony ny mpamilin’ilay kamiao raha tsy efa nahare zavatra nibahana ny kodiarana. Notetezin’ny kodiarana ny vatan’ilay tovolahy nahazo ny faritry ny lohany iny. Nandriaka ny rà, tsy nisy nialana nenina intsony fa teo noho eo ihany dia tapitra tanteraka ny ain’ity niharan-doza.

Tsy vao sambany fa efa mateti-pitranga ny loza aterak’ireo tanora mpilalao môtô, indrindra rehefa faran’ny herinandro.

Anisany efa nisehoana loza tahaka izao ihany koa tany Imerintsiatosika tamin’iny lalam-pirenena voalohany iny vao tsy ela akory izay.

Ny an’ity farany indray dia nanao taingi-droa ireo mpitaingina môtô, nianjera noho ny fandehanana mafy, ka ilay noentina tao afara no namoy ny ainy raha torana tsy nahatsiaro tena nifamonjena tany amin’ny hopitaly kosa ilay teo aloha. Manoloana ny loza mahatsiravina tahaka izao no tokony hitandrina ireo mpampiasa lalana indrindra fa ireo mpitondra môtô.

Maro amin’ireo mpamily fiara no mitaraina noho ny afitsok’izy ireo eny amin’ny lalam-pirenena eny satria ny fiara indray no tsy maintsy mitandrina mafy fa ry zalahy tena misetrasetra tanteraka ary misy efa mamo mihintsy aza.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBORONABO SAKARAHA : Dahalo 24 sy fokonolona iray maty lasa ny omby zato

Nandritra ny fifandonana, tamin’ny nakana ireo omby ireo dia voatifitra ny iray tamin’ireo fokonolona ary maty tsy tra-drano.

Nisy ny fanarahan-dia izay niarahan’ireo Zandary avy any Ankazoabo Sakaraha, Andranolava, izay nanenjika ireo dahalo ireo, raha vao nifankahita ny roa tonta dia nisy ny fifampitifirana, ka nandritra izany nahalavo ireo malaso miisa 24, izay lavon’ny balan’ny Zandary ary iray kosa azo sambom-belona. Hatramin’izao anoratana izao dia tsy mbola hita ireo omby ireo ary dia mbola any amin’ny fanarahan-dia ny Eandary sy ireo fokonolona mpikambana eo anivon’ny Dinabe.

Isan’ireo toerana tsy mbola tena andairan’ny fifampifehezana ny Dinabe iny faritry Sakaraha Ankazoabo ary Beroroha, ka izany no mahatonga izao tsy fandriampahalemana any izao.

Fantatra ihany koa manko Zandary an-jatony izao no nalefa amin’iny faritra iny mba hampandry fahalemana any an-toerana ary haka ireo dahalo izay mbola tsy mety miala ao anatin’ilay ala mikitroka ao Ankazoabo ao.

Bems

News Mada0 partages

Commémoration du 7 février : chacun pour soi, Ambohitsorohitra pour tous

La commémoration de la tuerie du 7 février 2009 se déroulera demain à Ambohitsorohitra. A défaut de cérémonie officielle initiée par l’Etat, des partis politiques prévoient de s’y rendre en ordre dispersé.

«Il est important de commémorer une journée pareille. Il faut que les Malgaches sachent qu’il y avait eu une lutte pour la liberté et que celle-ci se poursuivra tant que le but ne sera pas atteint» a déclaré hier, joint au téléphone, le député Brunelle Razafitsiandraofa. L’élu d’Ikongo, sous la bannière du groupement «Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina» (Mapar) fera en effet partie de ceux qui viendront sur les lieux pour le traditionnel «dépôt de gerbe» à Ambohitsorohitra. Cependant, comme toujours, chacun pour soi et Ambohitsirohitra pour tous.

Si la présence du Mapar est déjà confirmée, du côté du parti présidentiel rien n’est encore décidé, du moins officiellement. L’année dernière, le parti «Hery vaovaon’i Madagasikara» (HVM) a rendu hommage aux victimes de cette journée. Plusieurs ténors du parti dont Rivo Rakotovao, Henry Rabary Njaka ou encore Paul Rabary ont été alors aperçus sur les lieux. A l’époque, le mot d’ordre était axé sur un seul leitmotiv : la prise du pouvoir par les urnes et le respect de la démocratie et non par la rue. « Les élections devraient être désormais la seule voie pour accéder au pouvoir » avait alors indiqué le numéro un du HVM. Il faut reconnaître que le contexte cadrait bien avec la situation du régime qui sortait alors d’une crise institutionnelle.

« Querelles politico-politiciennes »

D’autres groupuscules issus de la marche vers Ambohitsorohitra tels que l’association des victimes du 7 février (AV7) seront aussi de la partie. Ces derniers temps, plusieurs leaders de cette association se sont ralliés au régime en notant qu’il est temps de concentrer ses efforts au développement du pays  et non plus aux querelles politico-politiciennes. L’association, dont la majorité de ses membres sont devenus entretemps des fonctionnaires, milite en effet pour le respect de l’ordre constitutionnel.

«Nous continuons de militer pour le pardon et le respect du fihavanana en vue d’un apaisement primordial au développement du pays», a fait savoir un membre de l’AV7 lors d’une intervention sur la chaîne nationale,  samedi dernier.

A en croire des indiscrétions, le Mapar pourra du reste compter sur ses alliés, tels que le groupement «Mitsangana ry Malagasy» pour la commémoration de la journée de demain. Faute de tribune officielle pour dénoncer tous les maux du pays à l’heure actuelle, cette plateforme pourra sans aucun doute saisir ce moment pour dire tous ce que tous les opposants pensent tout bas, à savoir l’absence de la liberté d’expression ou encore l’incapacité du régime à faire face aux défis au quotidien.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe : lasan’ny Cnaps ny amboara

 Anisan’ny nahazoan’ny Cnaps amboara ny teo amin’ny tsipy kanetibe ho an’ny olon-telo miaraka, tamin’ny « Grand tournoi de l’amitie », natao teny Vontovorona, omaly. Resin’izy telo mirahavavy, i Harindranto sy i Dinasoa ary i Rija, tamin’ny isa 13 no ho 11, ny mpifaninana tamin’izy ireo. « Mafimafy ihany ny mpifanandrina satria efa manana traikefa sy efa zokiny, saingy resinay ihany », hoy izy ireo. Nihaona amin’izy ireo teo amin’ny famaranana ny avy amin’ny CBAC, ahitana an-dry « Tantine Jeannine ». Nodinganin’izy ireo hatrany am-piandohan’ny fifaninanana kosa ny avy amin’ny Telma.

Teo amin’ny lehilahy olon-telo miaraka, lasan’ny Mama ny amboara. Resin’izy ireo ny Cnaps.

Synèse R.

  (Sary Fano)

News Mada0 partages

Polisy : atrikasa hisorohana ny fitsaram-bahoaka

Nanatanteraka atrikasa tao Ambatolampy ny  herinandro teo ny polisim-pirenena sy ny tompon’andraikitra ambony avy ao amin’ny distrikan’Ambatolampy mba ho fisorohana ny fitsaram-bahoaka. Ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny contrôleur général de police, Anandra Norbert no nitarika izany tany an-toerana. Namory ireo polisy rehetra miasa ao amin’ny faritra Vakinankaratra ny minisitra taorian’izay ka nivoitra tamin’izany fa tokony hanara-dalana avokoa mba ho modely ny polisim-pirenena eo amin’ny fomba fiasa na eny an-dalana izany na any anaty birao mba hiverenan’ny fitokisan’ny vahoaka ny mpitandro filaminana. Voalaza tokoa matetika fa hoe antony iray isan’ny mampirongatra ny fitsaram-bahoaka ny tsy fahatokisan’ny olona ireo mpitandro filaminana. Nohantitraterin’ny minisitry ny Filaminana anatiny hatrany fa ilaina ny famerenana indray ny fahatokisan’ny vahoaka ny polisim-pirenena satria antoka iray hisian’ny fandriampahalemana koa izany.

Notanterahina ny herinandro teo koa ny fifampiarahabana noho ny fahatrarana ny taona vaovao teo amin’ireo ankizy kambotin’ny polisim-pirenena tezaina ao amin’ny akany Ambatolampy sy ny fianakaviamben’ny polisim-pirenena tamin’ny alalan’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka sy ireo mpiara-miasa aminy. Nirary soa ireo ankizy izy sy nankahery azy ireo tamin’ny fanohanana sy fanampiana ara-tsakafo ny minisitra.

J.C

(Sary: Polisy)

Ino Vaovao0 partages

TGV TOAMASINA : Hovatsiana sakafo ara-pahasalamana ireo fianakaviana sahirana

Amin’izao fotoana izao fa narahin’asa tokoa ny fampanantenana naroson’ny antoko Tanora Malagasy vonona, (Tgv) ty Toamasina ny amin’ny fanomezana fiahiana ara-tsakafo mitondra otrik’aina omena ireo fianakaviana sahirana. 

Araka izany, raikitra ny andron’ny sabotsy teo iny ny fisantarana izany, ka ireo beantitra sy fianakaviana sahirana ary ireo zaza mirenireny mpangataka amoron-dalana sy amin’ireny tranom-barotra lehibe ireny no nahazo ny fanampiana avy amin’ity antoko, izay tena manakaiky indrindra ny vahoaka ity, dia ny TGV izany. Fanampiana izay avy  amin’ny Filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Nirina Rajoelina. 

Raha ny fanazavana nentin’ny solombavambahoaka Mapar lany tao Mahanoro, Naharimamy Lucien Irmah, Sekretera nasionalin’ny antoko TGV aty amin’ny Faritany Toamasina, nisolotena ny filoha Andry Nirina Rajoelina dia hoe : “hifandimby isaky ny faran’ny herinandro ny fanomezana sakafo ho an’ireto olona marefo ara-pivelomana ireto”. 

Tamin’ity fisantarana ity dia ireo fianakaviana sahirana teo anivon’ny Boriborintanin’Ambodimanga no nahazo ny anjara fanampiana. Toamasina izay manana Boriborintany dimy, ahitana fokontany 138. Ny hetsika rehetra dia tafiditra indrindra ao anatin’ny fandraisana anjara ny amin’ny fanamaivanana ny fahasahiranana lalina mahazo ny vahoaka andro aman’alina : ka tsy ho very anjara amin’izany ireto vondron’olona marefo ara-pivelomana ireto : “izay voky tokoa no maharaka ny namana”.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE RABEKIJANA : Tsy ekenay ny hipetrahan’ny Srilankey mpividy vato any Alaotra

Vonona ihany koa ny tenako, hoy izy, ny handray anjara amin’ny fanampiana ny Solombavambahoaka Andriamasimanana Aureline amin’ny fikarohana vahaolana mba hiarovana ny tandavan’ alan’Ankeniheny Zahamena ao Didy. «  Iarahana manana io fa tsy an’olon-tokana ka rariny sy hitsiny raha samy sarotiny ny rehetra  », hoy hatrany ity olom-boafidy ity, nandritra ny fandraisany fitenenana tao anatin’ny fifampiarahabana tratry ny asaramanitry ny fikambanana Alaotra Miray hina, izay fikambanana natsangan’ny Depiote Andriamasimanana Aureline ary mikatsaka hatrany izay tombontsoan’Alaotra.

Nandritra ity fifampiarahabana ity ihany koa no nanaovan’ny Ben’ny tanànan’ i Didy Radoka Davidson antso avo mahakasika ny tokony handraisan’ny rehetra fepetra satria efa tena potika ny ala amin’izao fotoana izao. «  Tsy mangady na manapaka hazo fotsiny intsony ny mpitrandraka fa mandoro ala mihitsy  », hoy izy. Tsy misy ary tsy hita ao intsony ny fandriampahalemana satria efa mifamono ny vahoaka mitrandraka ao. «  Vonoin’izy ireo ihany koa izay olona manelingelina azy ireo  », hoy ihany ny Ben’ny tanàna Radoka Davidson.

Vao tsy ela akory izay no nisy tangalamena maty nisy namono tany an-toerana ary taorian’izay dia nisesy ny vono olona raha ny nambaran’ny Ben’ny tanàna ihany. Isan’ny nanohitra hatrany am-boalohany ny fitrandrahana vato tsy ara-dalàna tao Bemaitso ny Solombavambahoaka Andriamasi- manana Aureline ary mbola mitàna izany hatramin’izao.Nandritra ny fandraisam-pitenenan’ ny Solombavambahoaka Rabekijana ihany koa no nanambarany fa misy olona tompon’andraikitra ambony mitàna sy manitrika ary mampiantrano Srilankey izay efa fantatra fa voarara. «  Hiady amin’ny tsy rariny isika ary hanohitra ny tsy mety izay hita fa manapotika ny Firenena indrindra mampihemotra ny Faritra  » hoy hatrany Rabekijana Solombavambahoaka voafidy tao Amparafaravola.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FANALARAM-BARAKA TAO AMIN’NY “FACEBOOK” : Naiditra am-ponja ilay mpitantana ny “groupe fosafosa p...

Naiditra am-ponja vonjimaika ny tenany taorian’ny fivoahan’ny didim-pitsarana.Ity farany no voantondro ho mpamorona sady mpitantana ilay vondrona ao anatin’ny tambajotra sosialy “facebook” mitondra ny anarana hoe “fosafosa people”. Vesatra nanenjehana azy tamin’izany ny filazana fa fanalam-baraka ny mpanakanto malaza sy ireo olo-malaza eto an-toerana no tena mihodina sy haparitaky ny olona ao anatin’ilay vondrona ka i Ihary Raparaoelina izay mpitantana ny vondrona no voapaingotra ho isany tompon’andraikitra voalohany tamin’izany.

Ny tenany izay fantatry ny besinimaro fa mpanakanto ihany koa. Maro tamin’ireo mpankato malagasy no voaresaka tao anatin’io vondrona io, lasibatra ihany koa ireo mpanao politika, mpitondra fivavahana, ireo mpiasan’ny televizionina. Voalaza ho nisy ny fanalam-baraka mihoa-pampana ka nahatonga ireo olo-malaza nametraka fitoriana. Nanao ny fanadihadiana sy ny fikarohana ny polisy ka teny amin’ny tranony teny Andoharanofotsy no voasambotra i Ihary Raparaoelina. Nanao fanadihadiana teny amin’ny Polisy ary naiditra am-ponja nandritra ny 48 ora.

Afak’omaly no nandalo Fampanoavana ny raharaha, ka nidoboka am-ponja vonjimaika izy miandry ny fotoam-pitsarana azy manaraka indray.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHATAPAHAN-JIRO AMIN’NY ALINA : Mirongatra ny fanakanan-dalana sy fanendahana

Ny marainan’ny alakamisy teo tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany no nitrangan’izany. ;Ny harona sy ny lamba notafian’ilay vehivavy no lasan’izy ireo, fa ny vola kosa teny am-balahany ka tsy azon’ireo ratsy. Raha vao nanatona nisintona ny harona teny an-tanany ireo mpanao ratsy dia niantso vonjy mafy izy ary sendra nisy bajaj nanatitra olona koa nandalo teny ka nirifatra nandositra koa izy ireo. 

Marihina fa tsy lavitra ny poste avancé an’ny Polisy io toerana io, mifanefitra amin’ny Biraom-pokontany mihitsy aza. Na ilay mpamily bajaj aza taitra ka saika handositra hanavotra aina fa rehefa nahita azy ireo nandositra izy dia tapa-kevitra ny niandry ilay vehivavy ihany ka nitondra azy tany an-tsena. 

Marihina fa mbola maizina tanteraka ny andro amin’izany ora izany ka nohararaotin’ireo mpanao asa ratsy hitampifiana sy hanakanan-dalana ireo olona mifoha maraina na tratra maraina avy amin’ny lanonana sy ny fahatapahan-jiro. Tsy io ihany anefa no trangana fanakanan-dalana nitrangana nandritra ny fotona nahatapaka ny jiro, fa tena maro dia maro tokoa.

Fety

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY VIDIM-PIAINANA : Tsy mahavaha ny fahasahiranam-bahoaka ny Fitondrana

Ny tiana ambara dia izay tonga eo amin’ny fitantanana dia milaza ho mahita vahaolana ialana amin’ny fahasahiranan’ny vahoaka ary afaka mampandroso ny Firenena. Tsy hita anefa izany amin’izao ary hita taratra aza, fa toa vao mainka miha mahantra ny Malagasy. Ny delestazy manginy fotsiny, izay tsy ahitana vahaolana mandraka ankehitriny.

Nolazaina fa ny famatsiana solika sy ny rano no olana ho an’ny orinasa Jirama. Tsy any anefa no olana fa ny Fitondram-panjakana mihitsy no tsy mahita vahaolana, fa miala andraikitra ary manipy baolina any amin’ny hafa fotsiny. Nilaza ny Kardinaly Pietro Parolin, Sekretera jeneralin’ny Fiketrahana masina ao Vatikana fa “tsy misy afa-tsy ny fifampiresahana ihany no ahafahana mampandroso ny Firenena iray”. 

Ny fitondram-panjakana anefa minia tsy mihaino ny antso antson’ny vahoaka efa sahirana, fa mody fanina. Izany no mahatonga ny vahoaka hitroatra satria tsy misy mihaino. Hiakatra 500 Ariary anio ny sara-dalana, ny vidim-bary dia efa mananika any amin’ny 2 000 Ariary ny iray kilao. Misy amin’ireo mpambongady aza manafina vary sahady. Dia ho sanatria ve ho tratran’ny krizim-bary indray ny Malagasy ? Iza no tompon’andraikitra, mba mitondra vahaolana ve izy ireny ? Raha izao no jerena dia hita fa fitondrana tsy mahavaha olana no mitondra ankehitriny, fitondrana tia tena, tsy mihaino ny hafa.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SOFIA : 57 taona nijoroana fikambanana Fanaovan-tsoa Tsimihety

Ny fanorenana trano lehibe misy rihana dimy eny amin’ny tokotaniny eo amin’ny Jardin Caïla no atao ho vavolom-belon’ny asa sy ny fijoroan’ity vovonana Fikambanana FAnaovan-tsoa Tsimihety (FFT) ity, izay ivondronan’ireo fikambanana rehetra avy amin’ny Faritra Sofia manerana ny Nosy.

Atao ho fandrasaina ireo olona avy any amin’iny faritra iny mitondra marary hotsaboina, sy ireo tra-pahafatesana tampoka ka tsy manana trano hampidirana izany, satria iaraha-mahalala fa betsaka ny trano tsy azo ampidirana faty eto Mahajanga ka mijaly ireo tompon-kavana sendra izany. Natao ihany koa handraisana fivoriana sy birao hiasan’ny vovonana.

Io no nivoitra nandritra ny fankalazana ny faha-57 taonan’ny FFT, natao tao amin’ny restaurant Antsika beach, ny tontolo andron’ny sabotsy 4 febroary teo.Nanotrona izany ireo manam-pahefana maro avy amin’iny faritra iny sy ny avy eto an-toerana, ka isan’izany ireo Sojabe. Tao ihany koa ireo olo-manan-kaja sivily sy miaramila maro ankoatra ireo efa mpikambana.

Nialoha ny fandraisam-pitrenenana dia nisy ny atao hoe “fanaronana” na koa “fampisikinana” ireo manam-pahefana nanatrika teo. Teo ihany koa ny fitantarana ny fiandohan’ity fikambanana na vovonana ity, izay voalaza fa olona vitsivitsy no nandray andraikitra tamin’ireo rehetra manana olana avy any amin’ny Faritra Sofia taloha. Ka raha vao misy zavatra atao na hokarakaraina dia izy ireo hatrany no atoninary nanangana fikambanana saingy tsy mbola ara-panjakana tamin’izany.

Ny taona 1960 kosa raha teo amin’ny Fitondrana ny Rain’ny Fahaleovantena msalagasy, dia izy no nandrisika ny hanaovana izany ho ara-panjakana mba ho fampiraisana azy ireo sy hirahina amin’ny zavatra rehetra. Tamin’izay no fivoriam-be voalohany ary ity natao ny sabotsy teo ity ny faharoa. Izay kasaina atao matotra araka izay ifanarahana izany manomboka izao.

Nanatrika io fotoana io ny vadin’ny Praiministra Lehiben’ny Governemanta, ny ministry ny Asa vaventy, ny Senatera Asmine. Izy ireo izay samy nanolotra vola ho fanohanana ity fikambanana ity. Marihina fa isan’ny ao anatin’io vovonana io ny GGM (Gaon-dahy sy gaom-bavy mifanohana), ny fikambanan’ny mpianatra avy any Sofia maneran-tany, FIVASOF (fikambanam-baiavin’ny Sofia) sy ny maro tsy voatanisa.

Fiaraha-misakafo nitohy tamin’ny fifampidinihana ary koa korana sy dihy no namaranana ny fiarahana tamin’io fotoana io.

Fety

News Mada0 partages

Us et coutumes : divertissement d’utilité publique

On tient une piste pour retrouver le chemin de l’ordre et de la discipline. Elle est sous nos yeux et dans nos oreilles tous les jours, et surtout le dimanche. Vous ne trouvez pas ?… Le chant ! Il rassemble des milliers de fidèles enthousiastes et souvent dociles. Imaginez qu’à la place des chants évangéliques, on communie au rythme de leçons d’éducation civique… A chaque dimanche son principe : respect de la loi, probité, solidarité, patriotisme… Charge aux officiants de composer des mélodies attrayantes. C’est de la science-fiction ? Hélas non, les dictatures du prolétariat et autres révolutions culturelles ont déjà montré l’exemple. Chanter en chœur, ce n’est pas seulement un divertissement sans conséquence

Tananews0 partages

Toamasina : un karana kidnappé

Saifou Nourbhay, un commerçant, a été kidnappé le week-end dernier, du côté du bazar be.

Ah Toamasina ?

Quid justement du kidnapping et meurtre de 2 enfants, l’année dernière ?

News Mada0 partages

Basket – Coupe du president : Sebam marque son territoire

Le coup d’envoi des éliminatoires de la zone Nord dans le cadre de la Coupe du président a été fredonné en note majeure hier lors de la première journée. Le club emblématique de la ville des Fleurs s’est imposé sur le score de 81 à 58. Force est de constater que le club Sebam a été renforcé par trois joueurs de Fanatic Vakinankaratra qui a été déclaré officiellement dissout selon les dirigeants du club et l’autorité régionale à partir de l’année en cours. En tout, on notera la présence du fameux ASCB, AS Victoire, BCO, Sebam, NCBB ainsi que Sporting dans cette zone.

Rojo N.

Équipes participantes :

-ASCB

-AS Victoire

-BCO

-Sebam

-NCBB

-Sporting

Programme du 6 février :

15h : ASCB Boeny # Sporting Diana

16h45: NCBB Boeny # Sebam Boeny

18h30: BCO Boeny # AS Victoire Boeny

News Mada0 partages

Roland Vilella : « Le livre raconte une partie de l’histoire du pays »

De passage au pays actuellement, l’écrivain Roland Vilella continue de faire la promotion de son livre intitulé « La sentinelle de fer », sorti officiellement l’année dernière. Il animera une conférence à la librairie Mille Feuilles à Behoririka le 24 février prochain.

«Le livre est disponible dans certaines librairies du pays ainsi que dans les rayons de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely» a-t-il ajouté. En effet, «La sentinelle de fer» ne parle pas qu’une simple histoire du bagne avec ses prisonniers dans la prison d’Anosilava, mais renferme aussi beaucoup de culture de certaines régions de Madagascar. «Le livre raconte une partie de l’histoire de Madagascar. Plusieurs personnes connues y ont effectué quelques passages, comme Rabemananjara ou encore les fameux bandits Bob et Carter», a-t-il raconté.

Des histoires et des cultures

Mais l’écrivain a surtout côtoyé un des grands bandits de l’île. Il s’appelle Albert Abolaza, un condamné à perpétuité. «Un jour, il a tenté de s’évader mais sa mère lui a déconseillé et il a décidé de rester au bagne. Quand les lecteurs lisent cette partie de l’histoire, surtout les étrangers, ils ne vont pas y croire. Au fait, une croyance malgache se cache derrière cette histoire. En effet, le livre n’attire pas seulement les étrangers car des Malgaches essaient aussi de se le procurer pour justement connaître ce côté mystique du livre. Il livre même quelques dossiers qui dataient de 1947…», a révélé l’écrivain.

Par ailleurs, Roland Vilella livre aussi les côtés sombres du bagne. «Tous les ans, l’île enregistre un taux de 20% de mortalité par an. A part la torture des gardiens, les prisonniers meurent de faim, au sens propre du terme. Mais il a encore de l’espoir, c’est aussi cela la culture malgache», a-t-il continué.

En tout cas, Roland Vilella est actuellement en plein travail pour son prochain livre. «Ecrire un livre demande beaucoup de temps et actuellement je me réserve pour la promotion de ce dernier», a-t-il conclu.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza0 partages

Loza tany AnjozorobeHanao fisaonana ny mponina

Nikipian’ny fitondrana Rajaonarimampianina tanteraka ny resaka fisaonam-pirenena manoloana ny faty olona marobe vokatry ny lozam-pifamoivoizana niseho tany Anjozorobe ny sabotsy 28 janoary 2017 teo.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

James RatsimbaTaom-panafahana ho an’ny Malagasy ny 2017

Olana fototra eto amin’ny firenena ny mbola fiankinan-dohantsika eo amin’ny lafiny angovo, hoy ny profesora Ratsima James.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakiana ny Nosy MalagasyVonona hifanampy ireo Mpanjaka

Nihaona tamin’ny Mpanjaka Ndrenogny Ramahasitrakarivo Martin Gérard mivady sy ireo mpiara-miasa aminy, tao amin’ny Tranobe Evato Vohipeno ny delegasiona avy amin’ny « Vovonana Mampiaray »

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Sefom-pokontany - Faritra Menabe13 volana tsy nahazo ny tambin-karama

Manompo vahoaka hatrany izahay na dia tsy nahazo ny tambinkan-rama tao anatin’ny iray taona (2016) mahery iray volana 2017 aza. Io no nambaran’ireo sefom-pokontany ao amin’ny Faritra Menabe raha nihaona tamin’ny mpanao gazety tao Morondava.

 

 Nahitsy ny tenin’izy ireo fa faralahin’olona tsy mba jeren’ny fanjakana hatramin’izay ny fokontany, saingy tafahoatra loatra tamin’ity fitondrana indray mitoraka ity. Nilaza izy ireo fa tsy kivy fa vonona hatrany hanome ny zon’ny olona manan-draharaha tonga ao amin’izy ireo. Ataonay amin’izay manandrify anay, saingy « miala tsiny kosa raha raharaham-panjakana, satria efa manilika anay ireo, ka tsy hanompo ny fiainan’izy ireo no antom-pisianay ». Nanamafy ny teo anivon’ny Tahirimbolam-panjakana ao Morondava fa tambikan-rama hatramin’ny faran’ny taona 2015 no tonga farany tao amin’izy ireo.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sareraka« Mpandroba no misy eto »

Mampiteny ny moana ny zava-misy ankehitriny eto Madagasikara. Niala tamin’ny fahanginany hatramin-dRandriazanakolona Yvon na Sareraka,

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina homamiadanaMisy tranga vaovao 14 tapitrisa mahery isan-taona

Maherin’ny 14 tapitrisa isan-taona ny trangana homamiadana vaovao maneran-tany, raha ny tarehimarika farany navoakan’ny sampandraharahan’ny Firenena Mikambana misahana ny fahasalamana.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Akanin-dry Masera ao AmparafaravolaMamolavola ankizy vavy hiatrika fiainana

Ireo solafaka teo amin’ny fiainana sy ny zanaky ny sahirana ara-pivelomana no raisin-dry Masera ao amin’ilay Akany ka omena fampiofanana toy ny zaitra.

 Niry A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly tsy ara-dalànaVoatery hamerim-bola

158 amin’izao fotoana izao ireo sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana tsy manana fahazoan-dalana hisokatra, raha ny fitsirihana nataon’ny avy eo anivon’ny ONEP na ny Ofisim-pirenena misahana ny sekoly tsy miankina eto Madagasikara farany.

 

 Nivoaka tamin’ny sabotsy 4 febroary 2017 teo ny lalàna vaovao mikasika ny sekoly tsy miankina. Ny hisorohana ny fisian’ny sekoly tsy manara-dalàna no antony. Araka ny fampahafantarana nataon’ny ONEP dia efa miroso amin’ny fampanarahan-dalàna ny ankamaroan’ireo 158 satria dia ho henjana ny sazy miandry ireo mbola minia mibirioka, izany hoe : tsy maka ilay fahazoan-dalana hisokatra. Ankoatra ny tsy fanomezan-dalana ireo minia tsy manara-dalàna dia ny fampamerenana ny vola fisoratana anarana amin’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra no sazy ho an’ireo sekoly tsy ara-dalàna.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ampitatafika AtsimondranoHampiasa Cyclo-pousse sy Bajaj

Hampidirina hanampy ny fitaterana ireo mponina eny anivon’ny fokontany ao anatin’ny kaominina Ampitatafika,

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy miraharaha

Miarahaba an’i Jean indray amin’izao fiantombohan’ny herinandro izao. Tena ketraka aho ry Jean a, marina e ! Tena velom-panontaniana amin’ny Mpahary mihitsy aho hoe : fa dia nahoana loatra ary no ianareo no nomeny hitondra anay ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

AV 7Iray tsy mivaky

Iray tsy mivaky ny AV7 (Association des Victime du 7 février 2009) ary tsy hisy mandrakizay ny AV7 B. Io no nambaran’i Tsimirehadava, anisan’ireo mpikambana raha nitafa tamin’ny mpanao gazety izy ireo ny sabotsy 4 febroary teo.

Pati

Orange Madagascar0 partages

Echos de Mahajanga du 6 février 2017

DELESTAGE. Les pannes de courant continuent de sévir à Mahajanga, la validation du bon  de commande de carburant de la Jirama venant de la capitale n’a encore été accordée. Tous les quartiers sont  ainsi privés de courant, même la zone rouge comprenant Mahajanga be est affectée par la coupure depuis 5h du matin. Toutes les activités sont paralysées , les groupes électrogènes prennent le relai et alimentent quelques bureaux administratifs et commerciaux.

CAN 2017. Les habitants de Mahajanga ont pu suivre en direct la finale de la Can dans la soirée du 05 février comme la Jirama a programmé le délestage de 20h jusqu'à 23h. En revanche, dès la fin de la finale la ville était replongée dans le noir total.

BASKETBALL. Les matchs de basketball comptant pour la qualification de la Coupe du président ont débuté hier soir au complexe sportif d’ Ampisikina, six equipes sont engagées dont une seule venant de la région Diana, le BC Sporting de Diego. Le préfet de Mahajanga a déclaré dans son discours lors de la cérémonie d’ ouverture que le délestage ne  sera programmé dans le quartier d'Ampisikina et dans les alentours. Cette déclaration ne fait qu’ aggraver la colère des habitants qui se sentent lésés et défavorisés par rapport à la compétition dédiée au Président. Cependant , le match opposant le Sporting de Diego à l ACSB  de Mahajanga se déroule en ce moment sans le chronomètre et le tableau électronique.

MANJARISOA. Le courant est coupé depuis dimanche soir dans les foyers du quartier de Manjarisoa, dont les cités. Et cela  jusqu’à cette heure-ci.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Une nouvelle centrale d’achats de médicaments

La construction du nouveau siège de la Centrale d’Achats de Médicaments SALAMA a été officiellement lancée par la pose de la première pierre. D’ici quelques mois, la centrale d’achats sera dotée d’un nouveau bâtiment situé dans la commune rurale d’Anosiala, dans le District d’Ambohidratrimo. L’acquisition de ce nouveau local permettra de mieux servir la population malagasy par la réduction des charges récurrentes liées aux loyers et en augmentant ses capacités de stockage afin d’anticiper l’augmentation prévisible de ses activités. La conception de ce futur siège respectera les normes internationales pour une centrale d’achats de médicaments. Ce nouveau bâtiment construit sur un terrain de 16.000 m2 comprendra un entrepôt de plus de 6.000 m2. La SALAMA devrait pouvoir prendre possession de son futur local dès le premier trimestre 2018.Financé par l’Union européenne, ce projet intervient dans le cadre du Programme Passoba santé Programme d’appui de l’Union européenne aux systèmes de santé de base, mise en œuvre par l’Unicef et l’Agence Française de Développement. Ce projet d’appui à la Salama s’inscrit dans l’une des composantes de ce programme. Il consiste à renforcer la qualité des services de santé en améliorant l’approvisionnement et le stockage des intrants  pharmaceutiques nécessaires au fonctionnement aussi bien des centres de santé de base que de centres hospitaliers. La mise en œuvre de ce volet fait l’objet de conventions signées entre l’Union européenne, la France, à travers l’Agence Française de Développement, et la SALAMA portant sur un montant d’environ 16 milliards d’ariary (4,6 millions d’euros) l’objectif étant d’améliorer la disponibilité de médicaments génériques de qualité à des prix abordables pour la majorité des malgaches à travers l’ensemble du territoire. En plus de l’acquisition du terrain et de la construction de ce nouveau siège, cet appui financier de l’Union Européenne permettra également de doter la  centrale d’achat d’un fonds de roulement supplémentaire lui permettant notamment d’augmenter ses stocks.
Madagascar Tribune0 partages

Madagascar perd 8 places dans le classement World Justice project

Le World Justice Project (WJP) a publié à la fin du mois de janvier son classement pour l’année 2017-2018 intitulé « WJP Rule of Law Index » qui mesure l’adhésion à l’Etat de droit dans 113 pays du monde, à partir de plus de 110,000 enquêtes auprès de ménages, et 3,000 enquêtes auprès d’experts.

Selon ce classement mondial, Madagascar a reculé de huit places sur la performance globale en matière d’Etat de droit et dégringole ainsi à la 98ème place, en 2016 le pays se trouvait à 90è place. Le pays enregistre pour le coup la plus forte chute dans ce classement mondial pour l’année 2017. La Grande île occupe ainsi la 16e place sur 21 pays africains et la 98e place sur 113 pays au niveau mondial, avec un score de 0,44.

Avec des données primaires, le WJP Rule of Law mesure la performance et l’indice de l’application de l’Etat de droit des pays à travers huit facteurs. Notamment les contraintes imposées par les gouvernements au pouvoir, l’absence de corruption, l’ouverture des gouvernements, le respect des droits fondamentaux, la question de l’ordre et la sécurité, l’application de la loi, et enfin la justice civile et justice pénale.

Sur les huit facteurs de notation, Madagascar se place presque toujours parmi les derniers. Soit sur les 113 pays classés : 90ème en ce qui concerne les contraintes dues au régime en place ; 107ème en matière d’absence de corruption ; 76ème en matière d’ouverture du gouvernement ; 82ème en matière de respect des droits fondamentaux ; 60ème en matière d’ordre et de sécurité ; 108ème en matière de l’application de la loi : et enfin respectivement 101ème et 87ème en matière de justice civile et pénale.

Accablé

« Une règle de droit efficace est le fondement des communautés d’équité, d’opportunité et de paix », a déclaré William Neukom, fondateur et PDG de WJP. Avant de continuer qu’ « aucun pays n’a atteint une parfaite réalisation de la primauté du droit. L’Indice de la primauté du droit du WJP est destiné à constituer un premier pas vers l’établissement de repères, à stimuler les programmes et approfondir l’appréciation et la compréhension de l’importance fondamentale de la règle de droit ».

Une fois de plus, le régime Rajaonarimampianina se trouve bien accablé par ce nouveau classement. Un de plus qui vient rejoindre et confirmer la décadence que connait le pays depuis ces dernières années. D’autant que le retour à l’ordre constitutionnelle et l’effectivité de l’Etat de droit ont été des plus scandés durant ce régime. Pour sa dernière année donc, le résultat est donc à l’image de ce que vit la population quotidiennement. Avec la multiplication des vindictes populaires, des actes de grand banditisme, les derniers cas de kidnapping, les rejets de responsabilités multiples de l’Exécutif, des affaires de grandes corruptions qui restent sans suite, une justice à l’image déplorable.

Madagascar Tribune0 partages

Trump démantèle la loi Dodd-Franck : les conséquences pour l’Afrique

Le président Trump a signé un décret qui vise à démanteler la pièce maîtresse du dispositif réglementaire mis en place par Barack Obama, suite à la crise des subprimes, dont l’économie mondiale souffre encore des conséquences après bientôt 9 ans.

Cette loi, adoptée en 2010, qui tente de contenir les dérives de la finance de marché et de protéger le consommateur de ses excès, comportait un volet particulièrement important pour l’Afrique et, plus généralement pour tous les pays pétroliers et miniers.

Ce volet obligeait les compagnies cotées à la bourse américaine à publier toutes les sommes qu’elles versent aux gouvernements des pays producteurs : taxes, royalties, droits de production, primes, etc. Cette disposition anti-corruption qui imposait une meilleure transparence dans la délivrance et dans la gestion des concessions, est maintenant abrogée par le nouveau pouvoir américain.

Pour Gary Cohn, conseiller économique de Donald Trump, et ancien cadre dirigeant chez Goldman Sachs : « Il s’agit d’être un acteur sur le marché mondial où nous devons, pouvons avoir et aurons, une position dominante tant que nous ne nous mettrons pas nous-mêmes à l’écart en raison de la réglementation. ». En clair, selon M. Cohn, l’Amérique a des concurrents qui ne s’embarrassent pas de ces règles, alors pour rester compétitive, elle doit pouvoir faire de même.

Dans son fameux article 1504, la loi Dodd-Franck contraignait également les sociétés cotées aux USA qui utilisaient des produits miniers issus de la RD Congo et de ses pays voisins, à déclarer tous leurs achats à la SEC (Securities and Exchange Commission). Etait particulièrement concernée l’industrie électronique consommatrice de coltan, ce minerai accusé de provoquer de nombreux conflits et pillages à l’Est de la RD Congo.

L’impact de la loi Dodd-Franck dépassait le cadre des grandes compagnies minières et pétrolières américaines. De nombreuses sociétés étrangères sont cotées aux Etats Unis, notamment une centaine de compagnies canadiennes dont une partie conséquente opère en Afrique.

En 6 ans, on ne peut pas dire que la loi Dodd-Franck avait éradiqué les pratiques de corruption, mais elle fournissait des armes à certaines ONG et bailleurs de fonds qui militent pour une meilleure gouvernance des industries extractives, notamment en Afrique.

(Ecofin)

Madagascar Tribune0 partages

Epidémie de rougeole : 86 morts à Ambilobe

Le Président de la République, Andry Rajoelina s’est rendu hier à Ambilobe pour constater de visu la situation de la population, principalement victime de l’épidémie de rougeole.

Dans ce district, 86 décès liés à la rougeole ont été constatés et plus de 800 cas déclarés. « L’heure n’est plus aux tergiversations », a lancé le chef de l’État, il faut soigner cette maladie. Pour ce faire, il a remis une unité mobile de santé et a apporté des médicaments pour la population. Ce véhicule apparenté à un centre de soins ambulant, est muni de matériels médicaux répondant aux normes exigées.

Les consignes ont été données au personnel de la santé de ce district de se rendre auprès des différents fokontany pour apporter les soins nécessaires gratuitement aux malades. Andry Rajoelina a par ailleurs exhorté les parents à suivre et respecter les recommandations du personnel sanitaire et accepter à faire vacciner leurs enfants afin d’éviter les éventuels risques de décès. « Notre objectif est d’éradiquer complètement la rougeole. Pour y parvenir, les enfants, de 9 mois à 9 ans doivent être vaccinés ».

Ainsi, la nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole et d’octroi de médicaments et de soins gratuits, réalisée en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a débuté à Betsiaka et à Ambilobe hier.

Madagascar Tribune0 partages

Les riverains s’opposent à l’évacuation d’urgence dictée par l’Etat

L’évacuation des habitants dans les environs de Manjakamiadana a heurté à une résistance hier. Certains habitants sont montés au créneau à cause notamment des affichages placardées dans le quartier indiquant qu’ils doivent quitter leur domicile le plus vite possible sur ordre du préfet d’Antananarivo. Les risques élevés d’éventuelles chutes de pierres et glissement de terrain sur le versant de la colline en sont les principales causes. Les habitants qui se trouvent à 70 mètres aux alentours des lieux des tragédies de ces derniers jours sont notamment concernés par cette décision.

Le conseil des ministres restreint de dimanche dernier précise par ailleurs que la zone située en bas des grands roches est désormais classée zone rouge et inconstructible et qu’il est formellement interdit de continuer à y résider. Ainsi, ces habitants-là doivent quitter les lieux et abandonner leurs biens dans le plus bref délai possible. Les informations reçues auprès des forces de l’ordre et du bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) précisent que l’évacuation a dû se faire depuis hier matin.

Une évacuation que certains habitants qualifie d’expulsion. Ces derniers ayant vécu de génération en génération à cet endroit pense ainsi revenir chez eux après que les travaux de purges prévus. Ils suggèrent même que l’État mette en place des filets de sécurité en fer, appelé également gabion, comme c’est le cas à l’île de la-Réunion, pour éviter les accidents.

Pour ces riverains de la colline de Manjakamiadana, la solution de les loger au gymnase couvert de Mahamasina ou encore à l’INFP n’est pas idéale. « Qu’en est-il de nos biens, de notre travail ou encore de l’éducation de nos enfants ?  », s’interroge une dame qui se veut être porte-parole des habitants.

Malgré tout, quelques-uns d’entre eux ont accepté de partir hier, d’autres ont commencé à plier bagage, ne sachant pas toujours où aller. Ils demandent alors plus de transparence de la part de l’Etat, des responsables auprès du BNGRC et de la Préfecture.

De leur côté, les autorités indiquent que l’évacuation devrait s’effectuer au plus tard jeudi. Au-delà de ce délai imparti, les forces de l’ordre entreront en jeu pour les expulser de force. Les techniciens du BNGRC indiquent de leur part qu’ils procéderont à des travaux de purges de la colline à partir de ce mercredi.

Madagascar Tribune0 partages

Les riverains s’opposent à l’évacuation d’urgence dictée par l’Etat

L’évacuation des habitants dans les environs de Manjakamiadana a heurté à une résistance hier. Certains habitants sont montés au créneau à cause notamment des affichages placardées dans le quartier indiquant qu’ils doivent quitter leur domicile le plus vite possible sur ordre du préfet d’Antananarivo. Les risques élevés d’éventuelles chutes de pierres et glissement de terrain sur le versant de la colline en sont les principales causes. Les habitants qui se trouvent à 70 mètres aux alentours des lieux des tragédies de ces derniers jours sont notamment concernés par cette décision.

Le conseil des ministres restreint de dimanche dernier précise par ailleurs que la zone située en bas des grands roches est désormais classée zone rouge et inconstructible et qu’il est formellement interdit de continuer à y résider. Ainsi, ces habitants-là doivent quitter les lieux et abandonner leurs biens dans le plus bref délai possible. Les informations reçues auprès des forces de l’ordre et du bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) précisent que l’évacuation a dû se faire depuis hier matin.

Une évacuation que certains habitants qualifie d’expulsion. Ces derniers ayant vécu de génération en génération à cet endroit pense ainsi revenir chez eux après que les travaux de purges prévus. Ils suggèrent même que l’État mette en place des filets de sécurité en fer, appelé également gabion, comme c’est le cas à l’île de la-Réunion, pour éviter les accidents.

Pour ces riverains de la colline de Manjakamiadana, la solution de les loger au gymnase couvert de Mahamasina ou encore à l’INFP n’est pas idéale. « Qu’en est-il de nos biens, de notre travail ou encore de l’éducation de nos enfants ?  », s’interroge une dame qui se veut être porte-parole des habitants.

Malgré tout, quelques-uns d’entre eux ont accepté de partir hier, d’autres ont commencé à plier bagage, ne sachant pas toujours où aller. Ils demandent alors plus de transparence de la part de l’Etat, des responsables auprès du BNGRC et de la Préfecture.

De leur côté, les autorités indiquent que l’évacuation devrait s’effectuer au plus tard jeudi. Au-delà de ce délai imparti, les forces de l’ordre entreront en jeu pour les expulser de force. Les techniciens du BNGRC indiquent de leur part qu’ils procéderont à des travaux de purges de la colline à partir de ce mercredi.

Madagascar Tribune0 partages

Epidémie de rougeole : 86 morts à Ambilobe

Le Président de la République, Andry Rajoelina s’est rendu hier à Ambilobe pour constater de visu la situation de la population, principalement victime de l’épidémie de rougeole.

Dans ce district, 86 décès liés à la rougeole ont été constatés et plus de 800 cas déclarés. « L’heure n’est plus aux tergiversations », a lancé le chef de l’État, il faut soigner cette maladie. Pour ce faire, il a remis une unité mobile de santé et a apporté des médicaments pour la population. Ce véhicule apparenté à un centre de soins ambulant, est muni de matériels médicaux répondant aux normes exigées.

Les consignes ont été données au personnel de la santé de ce district de se rendre auprès des différents fokontany pour apporter les soins nécessaires gratuitement aux malades. Andry Rajoelina a par ailleurs exhorté les parents à suivre et respecter les recommandations du personnel sanitaire et accepter à faire vacciner leurs enfants afin d’éviter les éventuels risques de décès. « Notre objectif est d’éradiquer complètement la rougeole. Pour y parvenir, les enfants, de 9 mois à 9 ans doivent être vaccinés ».

Ainsi, la nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole et d’octroi de médicaments et de soins gratuits, réalisée en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a débuté à Betsiaka et à Ambilobe hier.

Madagascar Tribune0 partages

Epidémie de rougeole : 86 morts à Ambilobe

Le Président de la République, Andry Rajoelina s’est rendu hier à Ambilobe pour constater de visu la situation de la population, principalement victime de l’épidémie de rougeole.

Dans ce district, 86 décès liés à la rougeole ont été constatés et plus de 800 cas déclarés. « L’heure n’est plus aux tergiversations », a lancé le chef de l’État, il faut soigner cette maladie. Pour ce faire, il a remis une unité mobile de santé et a apporté des médicaments pour la population. Ce véhicule apparenté à un centre de soins ambulant, est muni de matériels médicaux répondant aux normes exigées.

Les consignes ont été données au personnel de la santé de ce district de se rendre auprès des différents fokontany pour apporter les soins nécessaires gratuitement aux malades. Andry Rajoelina a par ailleurs exhorté les parents à suivre et respecter les recommandations du personnel sanitaire et accepter à faire vacciner leurs enfants afin d’éviter les éventuels risques de décès. « Notre objectif est d’éradiquer complètement la rougeole. Pour y parvenir, les enfants, de 9 mois à 9 ans doivent être vaccinés ».

Ainsi, la nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole et d’octroi de médicaments et de soins gratuits, réalisée en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a débuté à Betsiaka et à Ambilobe hier.

Madagascar Tribune0 partages

Les riverains s’opposent à l’évacuation d’urgence dictée par l’Etat

L’évacuation des habitants dans les environs de Manjakamiadana a heurté à une résistance hier. Certains habitants sont montés au créneau à cause notamment des affichages placardées dans le quartier indiquant qu’ils doivent quitter leur domicile le plus vite possible sur ordre du préfet d’Antananarivo. Les risques élevés d’éventuelles chutes de pierres et glissement de terrain sur le versant de la colline en sont les principales causes. Les habitants qui se trouvent à 70 mètres aux alentours des lieux des tragédies de ces derniers jours sont notamment concernés par cette décision.

Le conseil des ministres restreint de dimanche dernier précise par ailleurs que la zone située en bas des grands roches est désormais classée zone rouge et inconstructible et qu’il est formellement interdit de continuer à y résider. Ainsi, ces habitants-là doivent quitter les lieux et abandonner leurs biens dans le plus bref délai possible. Les informations reçues auprès des forces de l’ordre et du bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) précisent que l’évacuation a dû se faire depuis hier matin.

Une évacuation que certains habitants qualifie d’expulsion. Ces derniers ayant vécu de génération en génération à cet endroit pense ainsi revenir chez eux après que les travaux de purges prévus. Ils suggèrent même que l’État mette en place des filets de sécurité en fer, appelé également gabion, comme c’est le cas à l’île de la-Réunion, pour éviter les accidents.

Pour ces riverains de la colline de Manjakamiadana, la solution de les loger au gymnase couvert de Mahamasina ou encore à l’INFP n’est pas idéale. « Qu’en est-il de nos biens, de notre travail ou encore de l’éducation de nos enfants ?  », s’interroge une dame qui se veut être porte-parole des habitants.

Malgré tout, quelques-uns d’entre eux ont accepté de partir hier, d’autres ont commencé à plier bagage, ne sachant pas toujours où aller. Ils demandent alors plus de transparence de la part de l’Etat, des responsables auprès du BNGRC et de la Préfecture.

De leur côté, les autorités indiquent que l’évacuation devrait s’effectuer au plus tard jeudi. Au-delà de ce délai imparti, les forces de l’ordre entreront en jeu pour les expulser de force. Les techniciens du BNGRC indiquent de leur part qu’ils procéderont à des travaux de purges de la colline à partir de ce mercredi.

Madagascar Tribune0 partages

Epidémie de rougeole : 86 morts à Ambilobe

Le Président de la République, Andry Rajoelina s’est rendu hier à Ambilobe pour constater de visu la situation de la population, principalement victime de l’épidémie de rougeole.

Dans ce district, 86 décès liés à la rougeole ont été constatés et plus de 800 cas déclarés. « L’heure n’est plus aux tergiversations », a lancé le chef de l’État, il faut soigner cette maladie. Pour ce faire, il a remis une unité mobile de santé et a apporté des médicaments pour la population. Ce véhicule apparenté à un centre de soins ambulant, est muni de matériels médicaux répondant aux normes exigées.

Les consignes ont été données au personnel de la santé de ce district de se rendre auprès des différents fokontany pour apporter les soins nécessaires gratuitement aux malades. Andry Rajoelina a par ailleurs exhorté les parents à suivre et respecter les recommandations du personnel sanitaire et accepter à faire vacciner leurs enfants afin d’éviter les éventuels risques de décès. « Notre objectif est d’éradiquer complètement la rougeole. Pour y parvenir, les enfants, de 9 mois à 9 ans doivent être vaccinés ».

Ainsi, la nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole et d’octroi de médicaments et de soins gratuits, réalisée en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a débuté à Betsiaka et à Ambilobe hier.

Madagascar Tribune0 partages

Les riverains s’opposent à l’évacuation d’urgence dictée par l’Etat

L’évacuation des habitants dans les environs de Manjakamiadana a heurté à une résistance hier. Certains habitants sont montés au créneau à cause notamment des affichages placardées dans le quartier indiquant qu’ils doivent quitter leur domicile le plus vite possible sur ordre du préfet d’Antananarivo. Les risques élevés d’éventuelles chutes de pierres et glissement de terrain sur le versant de la colline en sont les principales causes. Les habitants qui se trouvent à 70 mètres aux alentours des lieux des tragédies de ces derniers jours sont notamment concernés par cette décision.

Le conseil des ministres restreint de dimanche dernier précise par ailleurs que la zone située en bas des grands roches est désormais classée zone rouge et inconstructible et qu’il est formellement interdit de continuer à y résider. Ainsi, ces habitants-là doivent quitter les lieux et abandonner leurs biens dans le plus bref délai possible. Les informations reçues auprès des forces de l’ordre et du bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) précisent que l’évacuation a dû se faire depuis hier matin.

Une évacuation que certains habitants qualifie d’expulsion. Ces derniers ayant vécu de génération en génération à cet endroit pense ainsi revenir chez eux après que les travaux de purges prévus. Ils suggèrent même que l’État mette en place des filets de sécurité en fer, appelé également gabion, comme c’est le cas à l’île de la-Réunion, pour éviter les accidents.

Pour ces riverains de la colline de Manjakamiadana, la solution de les loger au gymnase couvert de Mahamasina ou encore à l’INFP n’est pas idéale. « Qu’en est-il de nos biens, de notre travail ou encore de l’éducation de nos enfants ?  », s’interroge une dame qui se veut être porte-parole des habitants.

Malgré tout, quelques-uns d’entre eux ont accepté de partir hier, d’autres ont commencé à plier bagage, ne sachant pas toujours où aller. Ils demandent alors plus de transparence de la part de l’Etat, des responsables auprès du BNGRC et de la Préfecture.

De leur côté, les autorités indiquent que l’évacuation devrait s’effectuer au plus tard jeudi. Au-delà de ce délai imparti, les forces de l’ordre entreront en jeu pour les expulser de force. Les techniciens du BNGRC indiquent de leur part qu’ils procéderont à des travaux de purges de la colline à partir de ce mercredi.

Madagascar Tribune0 partages

Epidémie de rougeole : 86 morts à Ambilobe

Le Président de la République, Andry Rajoelina s’est rendu hier à Ambilobe pour constater de visu la situation de la population, principalement victime de l’épidémie de rougeole.

Dans ce district, 86 décès liés à la rougeole ont été constatés et plus de 800 cas déclarés. « L’heure n’est plus aux tergiversations », a lancé le chef de l’État, il faut soigner cette maladie. Pour ce faire, il a remis une unité mobile de santé et a apporté des médicaments pour la population. Ce véhicule apparenté à un centre de soins ambulant, est muni de matériels médicaux répondant aux normes exigées.

Les consignes ont été données au personnel de la santé de ce district de se rendre auprès des différents fokontany pour apporter les soins nécessaires gratuitement aux malades. Andry Rajoelina a par ailleurs exhorté les parents à suivre et respecter les recommandations du personnel sanitaire et accepter à faire vacciner leurs enfants afin d’éviter les éventuels risques de décès. « Notre objectif est d’éradiquer complètement la rougeole. Pour y parvenir, les enfants, de 9 mois à 9 ans doivent être vaccinés ».

Ainsi, la nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole et d’octroi de médicaments et de soins gratuits, réalisée en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a débuté à Betsiaka et à Ambilobe hier.

Madagascar Tribune0 partages

La HCC accorde un sursis de quelques mois au gouvernement

La Haute cour constitutionnelle (HCC) a donné sa réponse à la demande de caducité des ordonnances prises en conseil des ministres par le président Andry Rajoelina en 2019, déposée par le président du Sénat. Les hauts conseillers constitutionnels donnent en effet raison à Rivo Rakotovao, mais ne prononcent pas encore la caducité de ces ordonnances. Ils donnent une nouvelle chance au gouvernement pour régulariser « le dépôt des projets de loi de ratification au cours de la prochaine session du parlement – soit dans quelques mois », sous peine de leur caducité.

Dans cette décision n°04-HCC/D3 du 5 février, les juges d’Ambohidahy ont déclaré recevable la demande du président de la chambre haute. Les membres de la HCC rappellent que dans leur décision du 13 février 2019, concernant la loi N°2019-001 déléguant le pouvoir de légiférer au président de la République, ils ont également « émis l’obligation de déposer un projet de loi de ratification au cours de la deuxième session parlementaire de 2019 ».

« Une délégation de pouvoirs, dans le cadre de la relation entre le parlement et le président de la République, est en effet considérée comme un acte juridique par lequel une autorité (le déléguant) se dessaisit d’une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et la transfère à une autre autorité (le délégataire) ». Dans cette délégation de pouvoirs, le délégataire doit rendre compte de ce qu’il a fait. Dans le cas présent, « cette obligation de rendre compte se traduit par l’obligation du dépôt de loi de ratification pour que l’autorité délégataire (le président de la République) porte à la connaissance de l’autorité délégant (le parlement) pour validation des différentes ordonnances prises ».

Cette ratification auprès des parlements permettra de transformer rétroactivement l’ordonnance concernée en texte de valeur législative à compter de sa signature. « L’objet essentiel, rappelle la Haute juridiction, de la ratification est donc bien de maintenir en vigueur les ordonnances édictées ». Sur ce, dans l’ensemble, le gouvernement a eu tort de ne pas avoir respecté les dispositions de la HCC, et donc de la loi en vigueur et que normalement les ordonnances prises à l’issue des conseils des ministres en 2019 ne sont plus en vigueur.

En ce qui est de la demande de caducité proprement dite de ces ordonnances, la HCC indique qu’« il convient de considérer la nature non substantielle de la date de ratification pour se focaliser sur sa réalisation dans les meilleures délais ». Autrement dit, le gouvernement peut encore se rattraper jusqu’à la prochaine session parlementaire pour déposer le projet de ratification des ordonnances.

La HCC a également indiqué que « L’ordonnance n°2019-005 portant loi de finances rectificative et les ordonnances relatives à un accord de prêt concernant un financement de projet sont exemptés de ratification ». Les juges d’Ambohidahy expliquent que l’ordonnance a été déjà entièrement exécutée et que les ordonnances à un accord de prêt concernant le financement d’un projet sont des engagements internationaux en cours d’exécution et non susceptibles de remise en cause.

Madagascar Tribune0 partages

Le permis de conduire malgache ne pourra plus être échangé en France

Décision sévère. La France a décidé de ne plus échanger les permis de conduire malgaches car les conditions de délivrance des permis à Madagascar sont loin des critères européens, selon le communiqué de l’Ambassade de France à Madagascar. Cette décision sera effective à compter du 31 mars 2020.

Le communiqué explique que « tant que les permis de conduire délivrés sont accompagnés d’une traduction en français ou d’un permis international pour une durée de un an à compter de l’établissement en France du titulaire, ils resteront reconnus en France. Les conducteurs titulaires d’un permis malgache devront obtenir leur permis français par examen après l’expiration de ce délai d’un an. Ainsi, les titulaires de titres de séjours spéciaux délivrés par le ministère des Affaires étrangères (diplomates, fonctionnaires internationaux) et les étudiants bénéficient de la reconnaissance de leur permis de conduire malgache ».

Révision

Le responsable au sein de Hephalu Mada, le nouveau prestataire qui travaille avec l’Etat pour la délivrance de permis biométriques tente de rassurer. Les nouveaux permis biométriques suivent les normes internationales.

« Le problème pour les Français réside dans nos conditions de délivrance de permis qui ne suivent pas les normes européennes. En tant que partenaires du Centre immatriculateur, nous ne nous chargeons pas des dossiers administratifs. Quand le prétendant a complété les dossiers avec l’attestation de réussite à l’examen de conduite, nous lui délivrons son permis », selon Dieu Donné Razafindrazaka, Directeur général de la société HepHalu Mada.

« Nous n’entrons pas dans les procédés d’obtention de l’attestation ou quelle auto-école l’a délivrée. Le problème à Madagascar, c’est que 90 % des auto-écoles utilisent de vieux véhicules avec des vitesses manuelles pour l’apprentissage de la conduite », poursuit-il.

Selon un responsable au sein du ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie (MTTM), le ministère a entamé un contrôle des auto-écoles existant à Madagascar. « Nous avons donné un délai aux auto-écoles pour régulariser leurs paperasses et voir la qualité des véhicules d’apprentissage de la conduite. Nous ferons une descente inopinée dans ces établissements, avec l’Agence des transports terrestre (ATT). Quand ils ne respectent pas les normes nous les fermerons ».

En France, la réglementation fixe un minimum de 20 heures de conduite. Mais dans la pratique, il faut compter 35 heures pour l’obtention du permis. C’est le moniteur d’auto-école qui décide du moment où il juge vos compétences suffisantes pour vous présenter à l’examen. Dans une auto-école malgache, la conduite dure environ 15 mn/jour pendant 1 mois, ce qui fait un total d’environ 6 heures de conduite pour un élève.

Madagascar Tribune0 partages

Le paiement du salaire des fonctionnaires reste du ressort du Trésor Public

Il n’y aura pas de délégation du paiement du salaires des fonctionnaires à une banque privée, a lancé la direction générale du Trésor public hier. Cette précision fait suite aux informations véhiculées par un quotidien de la place et relayées sur les réseaux sociaux hier.

Jusqu’ici « Aucun partenariat de paiement de salaires des fonctionnaires et des pensions des retraités n’a été signé entre le Trésor public et des sociétés privées », souligne la direction. « Le paiement des soldes et des pensions est une mission dévolue au Trésor public, aucune étude d’une quelconque externalisation de cette mission n’est envisagée », explique-t-on. Autrement dit, les informations qui circulent sur les réseaux sociaux ces derniers temps seraient infondées.

Malgré tout, le Trésor public a révélé qu’ « un projet de digitalisation des moyens de paiement pour payer les salaires des enseignants FRAM et les bourses des étudiants universitaires est en cours de conception et ce projet est financé par la Banque Mondiale ». Autrement dit, ces paiements pourraient être confiés à un privé, ce qui aurait pu susciter la confusion.

Madagascar Tribune0 partages

Vers le recensement des marchands des rues

La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) poursuit l’assainissement de la Capitale. La CUA a commencé le recensement des marchands des rues, selon le responsable des marchés au sein de la CUA. « Notre objectif est d’installer les marchands informels dans des marchés réguliers. Nous procédons actuellement à leur recensement avant de les emménager dans des marchés. Le recensement comporte des questions sur leur identité, adresses, types de produits ou articles qu’ils vendent. Nous constatons que la capitale grouille de marchands venant d’autres localités loin d’Antananarivo », explique Rija Randrianarisoa, directeur des marchés au sein de la Commune.

« Ces marchands pensent que le fait d’étaler leurs marchandises dans les rues leur apporte plus de gain, pourtant il y a des marchés comme celui de Namontana où les places sont quasiment vides », poursuit-il. « La plupart des marchands illicites ne payent pas non plus de ticket de marché de 500 ariary par jour à l’exception de ceux d’Anosibe et d’un petit nombre à Analakely ».

Répartition

L’installation des marchands des rues et des marchands ambulants dans des marchés formels est un des grand défi de la Commune. Mais le responsable auprès de la CUA avertit, « Après la sensibilisation de ces marchands irréguliers, la CUA entrera bientôt dans la phase de chasse sévère aux récalcitrants ».

« Avant d’ériger des infrastructures selon les normes, nous devons connaître le nombre de ces marchands illicites. Les marchands opérant dans les secteurs d’Andrefan’Ambohijanahary et d’Anosy doivent être déplacés dans le parking du Sénat, et ceux du marché de jeudi de Mahamasina qui sont lésés par la réhabilitation du stade de Mahamasina sont à muter dans le jardin public d’Anosy », selon toujours Rija Randrianarisoa.

Tananews0 partages

Sécurité routière : multiplication des contrôles

En ligne de mire : les taxibe.

Surcharge, défaut de contrôle technique, d’assurance, tout y passe.

Oui pourquoi pas, à condition qu’il be suffit pas de glisser un petit billet pour pouvoir repartir.

Tananews0 partages

Pas de bol, Carlos s’éloigne

C’était un cyclone prometteur mais manque de chance, il est parti pour s’éloigner de Madagascar.

En être réduit à espérer l’arrivée d’un cyclone pour espérer qu’il y ait de bonnes grosses pluies avec c’est grave quand même.

En attendant donc le prochain.

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – La police retrouve les véhi­cules utilisés

Sur la piste des kidnappeurs. Dans la soirée de vendredi, aux alentours de 19 heures, deux véhicules ayant été utilisés par des ravisseurs d’un opérateur indien, Saifoudine Nourbay, ont été retrouvés par les forces de police de Toamasina. Un 4×4 de marque Suzuki, appartenant à un opérateur économique d’origine indienne ayant été la cible du rapt, a été retrouvé abandonné en pleine rue à Mangarano, si une Renault Express, avec laquelle les ravisseurs avaient pris en filature leur proie avant de sévir, a été, en revanche, découverte près del’église dit « Tranovato », dans le quartier de Tanambao V. Le kidnapping a été perpétré dans le quartier de Bazar-Be, vendredi, aux alentours de18 h 30.Selon les informations communiquées, la victime, propriétaire de la quincaillerie NS Distribution, allait regagner son foyer au volant de la Suzuki retrouvée, lorsqu’il a été suivi à la trace avec la Renault Express par six bandits, tenant chacun un fusil Kalachnikov. Arrivés aux abords du lieu de résidence de la victime, les assaillants se seraient rués vers celle-ci, pour lui braquer leur fusil.Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

TENNIS – COUPE DAVIS – La sélection malgache s’incline en Lituanie

Madagascar est tombé face à la Lituanie, ce weekend, en Coupe Davis groupe II Europe/Afrique. Les Lituaniens ont décroché une troisième victoire décisive, hier matin, en simple.

La rencontre de Coupe Davis entre Madagascar et la Lituanie s’est conclue sur une victoire des locaux, au Siauliai Tennis School. Hier matin, les Lituaniens ont décroché une troisième victoire décisive, afin de se qualifier pour le deuxième tour du groupe II Europe/Afrique. Pour la Grande île, il faudra disputer les barrages, pour rester dans ce groupe.Vendredi soir, Lucas Andriamasi­lalao était tombée d’entrée, dans le premier simple. Son bourreau se nomme Laurynas Grygelis, 267e joueur mondial, (6/1 6/2 6/4). Mais dans la foulée, Antso Rakotondramanga avait immédiatement redonné le sourire aux siens. Opposé à Tadas Babelis, le fer de lance de la sélection malgache a disposé de son adversaire du jour en trois manches également (4/6 4/6 3/6). Vue cette situation, le double de samedi a certainement constitué un tournant dans cette rencontre, quand la Lituanie a repris l’avantage. En effet, Grigelis et Babelis ont disposé de Antso et Jean Jacques Rakotohasy, en trois sets (6/2 6/4 6/4).Issue différenteL’équipe de Rija Rajaobelina était dos au mur à l’issue de cette deuxième journée. Les derniers espoirs reposaient sur les épaules d’Antso, qui devait défier Grigelis dans le quatrième match. Il a donné du fil à retordre au Lituanien. Et l’issue de ce duel aurait pu être différente s’il avait gagné le tie break du deuxième set, mais il en fut autrement. Au final, Grigelis s’est imposé en trois manches (6/4 7/6[8/6] 6/4).Madagascar revenait cette année en groupe II. Et ce, après avoir validé sa montée à l’issue d’une victoire à domicile au mois de juillet de l’an dernier. Suite à ce revers face à la formation lituanienne, il faudra se battre pour rester dans ce groupe, lors des barrages, du 7 au 9 avril.Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Le Best of Duo enivre Antanimena

Un spectacle des plus mélodieux était à l’affiche du CCESCA Antanimena vendredi. Au menu, les meilleurs crooners du pays pour un « Best of duo » deuxième édition, organisé par le Lion’s Club Antananarivo, toujours dans le cadre des activités caritatives de cette association. Entre les Rija Ramanan­toanina, Mahery, Nini du groupe Kiaka et de l’autre côté Bodo, Lilie, ainsi que Inah, le public en a bien eu pour le prix du ticket.De l’extérieur des lieux, on pouvait déjà voir le succès de l’évènement. Toutes les places de parking des environs d’Antanimena étaient prises d’assaut par les mélomanes venu profiter des voix suaves de ces talentueux artistes.Toute la soirée, du début à la fin du spectacle a été conduite sur une ligne de douceur et de nostalgie à l’image des fameux « Kalon’ny Fahiny », que Rija et compagnie ont interprété avec brio dans une tenue à l’ancienne. Ou encore un envoûtant« Fitiavana mamiratra » qu’Inah et Mahery ont repris avec aise devant l’auteur même de la chanson.Bref, avec les « Raha tsy ho ahy », « Satria », ou encore « Babonao », « ce fut presque tous des morceaux de Rija qui nous ont enivré. Cependant, cela n’aurait pas été le cas sans ces voix d’or venues de tout part », s’est enthousiasmée Elya Randriamanatena, présente dans le public.Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Gothlieb amuse avec « Ambin-damba tsy voasasa »

Un rendez-vous qui s’affichait comme étant d’entrée très folklorique. Le cabaret-spectacle que l’humoriste Gothlieb a donné au Piment Café Behoririka dans la soirée du vendredi a ravi un public de noctambules férus d’humour et de satyrisme. Chaleureux et convivial, l’instant a été placé sous le signe de la bonne humeur, et a copieusement rempli ce modeste antre de la fête de la capitale.Humoriste émérite, Gothlieb a satisfait cette envie de fête de la part de ses inconditionnels, aussi bien à travers son humour acerbe et caricatural que son talent inexorable pour la musique. Durant toute la soirée, il a été plus que ravi de partager sa passion pour tout ceux qui ont répondu présent pour ce « Ambin-damba tsy voasasa ».De l’humour, de la joie et une bonne dose de satyrisme à profusion, c’est ce que l’humoriste a préparé pour cette occasion. Un instant particulier durant lequel Gothlieb a tenu à décortiquer la société à travers sa perception du quotidien des Malgaches. Loin de laver uniquement son linge sale en public, Gothlieb s’est illustré avec cet humour tout à son image, égayé de satyrisme et intellectuel.« Aujourd’hui, il importe de plus en plus à tout un chacun de s’afficher, à travers les murs des réseaux sociaux et les statuts qu’on y fait. Moi je vous le dis, pour ma part c’est entre ces murs que je me sens le plus à l’aise pour exorciser mes sentiments tout en ayant l’air d’une statue », affirme-t-il. Un avant-goût de ce qu’il réserve pour ses fans en cette année qu’il promet plus drôle et amusante. Gothlieb a remis au goût du jour ses fameux personnages sur la scène du Piment Café à l’occasion. Entre transformisme et stand-up, il a convié politiciens et ses divers alter-égos à festoyer avec lui à l’occasion.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Transport urbain – Près d’une centaine de véhicules sanctionnés

Pluie de sanctions. Retour en force de la cellule d’intervention routière (CIR). Ses éléments ont suspendu la licence d’exploitation de près d’une centaine de véhicules de transport en commun en ville, ont mis en fourrière quelques-uns et ont retiré les permis de conduire de plusieurs chauffeurs. C’était entre mercredi et samedi, dans la ville d’Antananarivo, après la reprise en activité de la CIR.La mission principale de la CIR est la sécurisation des usagers de la route. « Nous avons sanctionné des minibus qui ont mis en danger leurs passagers : ceux en surcharge, ceux ayant fait descendre ou monter des passagers, en dehors des arrêts. Pendant notre mission, nous avons vu une dame tomber par terre à Anosy, après que le minibus, trop pressé, l’a fait descendre en dehors d’un arrêt. Nous avons également vu un minibus dont l’assurance est expirée mais qui continue son activité », rapporte un des éléments de la CIR, joint au téléphone, hier.Une centaine de véhicules sanctionnés en quatrejours, dont « vingt-sept  véhicules le mercredi, vingt et un le jeudi, vingt-sept le vendredi et vingt-quatre le samedi », comme rapporte notre source. Le ministère du Transport et de la météorologie, ayant des représentants dans cette cellule, a aussi profité de ces opérations, pour contrôler la qualité de service offert par les lignes urbaines ayant appliqué le tarif de ticket de 500 ariary. « Nous avons constaté un minibus qui a fait payer 500 ariary à ses passagers alors qu’il n’était même pas allé jusqu’au terminus. Le lendemain, cette coopérative est revenue au tarif 400 ariary », rajoute la source qui a bien précisé que l’intervention de la CIR concerne aussi bien les coopératives qui appliquent le nouveau tarif que l’ancien tarif.L’insuffisance de parc de gardiennage rendrait difficile l’application de la loi. « Norma­lement, les véhicules sanctionnés ne devraient reprendre leurs activités qu’après régularisation de leur situation, comme il est indiqué dans la fiche de contravention. Mais nous avons vu des minibus qui se permettaient de travailler avec une fiche de contravention, s’ils devraient être suspendus trois à dix jours. C’est dû à l’inexistence de parc de gardiennage et nous en avons déjà parlé avec nos supérieurs », précise la source.Les membres de l’Union des coopératives de transporteurs urbains contestent cette opération. Mais elle se poursuivra, en faveur de la sécurité routière, comme le souligne la source.Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Imagine-t-on le général de Gaulle…

«Ny Fanjakana tsy ananako havana», disaient nos rois. La classe politique française pourrait apprendre d’eux qu’on ne mêle pas inconsidérément conjoint et progéniture à une carrière publique. C’est la leçon qu’il faudrait tirer des déboires de François Fillon,  candidat du parti «Les Républicains», à la présidentielle, en France.«Imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen !» : cette formule, létale, que François Fillon avait envoyée à la tête de son adversaire Nicolas Sarkozy, aux primaires du parti, lui revient, ces jours-ci, en boomerang. «Imagine-t-on le général de Gaulle salarier femme et enfants comme attachés parlementaires, plus ou moins fictifs  » ; «Imagine-t-on le général de Gaulle s’épancher devant 15.000 per­sonnes et déclarer son amour pour Yvonne  » ; «Imagine-t-on le général de Gaulle pleurnicher d’être victime d’une barbouzerie de plus ou de moins  »Faire peuple, faire «pipole». Dévoiler son intimité à l’intrusion des médias et se donner en pâture au voyeurisme social, dans une tentative désespérée et pathétique pour s’éviter le hallali qui a déjà sonné parmi ses propres partisans. C’était la démarche de François Fillon, qu’on a toujours connu pudique quant à sa vie privée, déclarant son amour à une épousée de trente ans plus tôt, devant quinze mille personnes. Dire, qu’en France, cinquante-cinq ans après l’instauration du suffrage universel direct pour l’élection du président de la République française (depuis un référendum d’octobre 1962, avec 13 millions de OUI contre 8 millions de NON), il y aurait donc encore des gens enclins à se décider pour un enjeu capital avec des critères aussi légers qu’un «Domenech» : depuis que l’ancien sélectionneur de l’équipe de France avait demandé la main de sa femme, en direct, à la télé, alors que son équipe sombrait à Knysna, en Afrique du Sud, ce genre de coming-out, censé émouvoir, porte son nom.Le drame personnel du nominé, et ancien favori des sondages, doit être immense. Ce n’est tout de même pas tous les jours qu’on peut devenir président d’un pays comme la France, dans la lignée d’un Louis XIV, d’un Napoléon ou d’un de Gaulle. On pourrait reprendre le mot de l’ancien Premier Ministre Michel Rocard, «beau gâchis d’un immense talent», quant celui-ci évoquait le destin présidentiel brisé d’un DSK, pris la main dans la culotte d’une femme de chambre.«Monarque républicain» : la formule, heureuse, du juriste Maurice Duverger, chechait à caractériser le régime de la Constitution française de 1958, avec la forte personnalité du général de Gaulle. Mais, la France avait déjà connu son «prince-président», avec Louis-Napoléon Bonaparte en 1848, quand il était question de «césarisme démocratique». La France, ce pays qui a longtemps, jusqu’en 1875, hésité entre la monarchie traditionnelle des Bourbons et la monarchie parlementaire des Orléans avant de se résigner à la Troisième République, non sans la transition du maréchal Mac-Mahon.Moins d’un siècle plus tôt, en 1789, pour calmer l’exaspération du peuple de Paris, imagine-t-on la reine Marie-Antoinette, faire diversion, et distiller des commérages aux faiseurs de ragots, aux diseurs de cancans, aux colporteurs de potins   Imagine-t-on Marie-Antoinette accordant une interview exclusive au Stéphane Bern de 1789, lui conter les joies de son union avec son impuissant de mari et inventer la fable d’un coup de foudre au mariage d’État franco-autrichien   Imagine-t-on «L’Autrichienne», prodigue, scandaleuse et sans doute adultère, sauver son royal époux de la guillotine avec des mièvreries à l’eau-de-rose au «Paris Match» de l’époque   Les révolutionnaires compagnons de Robespierre n’auraient pas été sensibles à cette «communication».Imagine-t-on le général de Gaulle dans cette tourmente. Ayant triomphé de «la chienlit» de mai 1968, mais désavoué par un référendum en 1969, de Gaulle avait purement et simplement démissionné. Par le devenu légendaire communiqué, laconique, lapidaire, d’une concision méprisante, du 27 avril 1969. Sans trémolos dont tout le monde se moquerait, sans testament dont personne n’a cure.

Nasolo Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme pour tous – 4FA Alasora, meilleur établissement

La quatrième édition de l’athlétisme pour tous, une course pédestre autour du lac Anosy de ce dimanche matin a réuni plus de sept cent participants. L’insertion du relais inter établissements réservé aux élèves de moins de 16 ans était l’innovation de cette version 2017.Chaque établissement a aligné une équipe de douze élèves chacun, six garçons et six filles. Le Lycée privé 4FA Alasora a remporté la première place en bouclant le tour du lac en 5’01 ». Le Lycée Moderne d’Ampefiloha se trouve en deuxième position avec au chrono 5’02 ».Et le Lycée privé Regency d’Ambohidratrimo complète le podium (5’06 »). Le trophée de la meilleure participation a été attribué au ministère de la Défense nationale pour les institutions et sociétés, et remis au LMA pour les écoles, représenté par quarante sept élèves.Une séance d’animation zumba avec la compagny Krulair dirigée par Andry Ratobison a bouclé en beauté cette version 2017.« Pour nous, cet événement est à la fois l’ouverture officielle de la saison et aussi une occasion pour inciter les gens à pratiquer l’athlétisme et d’intégrer dans les clubs », a rappelé Norolalao Andria­mahazo, présidente de la fédération.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Futsal – Kick Off Tournament – L’UCM l’emporte à l’arraché

L’Université catholique de Madagascar a souffert pour ravir la première édition du tournoi de futsal inter institut et université de la capitale, intitulé Kick Off Tournament. Dans la douleur, l’UCM a battu après tirs au but sur un score de 4 à 3 l’Institut National du Tourisme et de l’Hôtellerie.Les deux camps se sont séparés sur un score de quatre buts partout à l’issue des temps réglementaires. L’UCM a écarté en demi-finale l’IUM et l’IMGAM en quarts. L’INTH a, de son côté, éliminé ISCAM et l’Économie en quarts et en demie.L’organisation a offert un trophée et une enveloppe de 300 000 ariary à l’équipe gagnante.Le trophée du meilleur joueur a été attribué à Faniry Randriantsimarofy de l’INTH et celui du meilleur buteur à Radonirina Andriano­tahiana de l’IUM. Quant aux résultats des contests, le trophée du tir de traverse a été ravi par Miharisoa Fanan­tenana Rakotohavana, celui du free-style par Fyarivelo Rakotoarisoa, le show par Mickael Toto et le battle de danse urbaine un contre un par Bboying.Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Av… glés

Symbolique. Si la commémoration du carnage du 7 février 2009 a toujours été enrobée d’une certaine tension, ce ne sera plus vraisembla­blement le cas. L’association des victimes de cette tragédie, en l’occurrence l’AV7, s’est ralliée définitivement dans le camp de Rajaonarimampianina contre monnaies sonnantes et trébuchantes, sans doute alléchantes. Ses membres sont devenus des fonctionnaires à part entière alors qu’au début de son mandat, Rajaonari­mampianina avait suspendu l’indemnité que la Transition leur avait accordé. Une manière de leur dire qu’ils n’ont qu’à faire un choix. Ils se sont finalement laissés aveugler par la situation que l’État laissait miroiter. Devenir fonctionnaire est le rêve de beaucoup de chômeurs sans qualification à l’image des enseignants Fram récupérés par l’État pour combler l’insuffisance de cadres dans un secteur devenu le parent pauvre de l’administration.Voilà donc Rajoelina abandonné par ses martyrs et ses héros après avoir été désavoué par certains de ses députés ainsi que par quelques uns de ses fervents communicateurs. Mapar ressemble aujourd’hui à un lambeau. Destin prévisible pour un patchwork composé de ramassis de toutes les tendances.Comme l’année dernière, où il était au chevet des victimes de la famine dans le Sud, il se garderait bien de se trouver à Antaninarenina demain même, si ceux qui lui sont restés fidèles prévoient de raviver le souvenir à leur manière. Il risque d’y essuyer un affront étant donné que les victimes ont décidé tout simplement de changer de gourou. Ils ne jurent que par Rajaonari­mampianina, celui qui est à l’origine de tout alors que pas plus tard que l’année dernière à la même époque, ils avaient encore juré fidélité à l’éternité à celui qui avait incité la foule à prendre le Palais d’État d’Ambohi­tsorohitra pour installer le Premier ministre nommé sur la place du 13 mai. Demain on risque d’entendre des discours qui attribuent le rôle principal dans les événements du 7 février 2009 à celui qui était entré dans le gouvernement de la Transition tout à fait par hasard, par l’entremise d’une personnalité dont le domicile a été l’objet d’une perquisition l’année dernière pour suspicion de coup d’État.Tous les principaux leaders de la Transition et ceux de l’opposition sont ainsi sinon isolés du moins réduits au silence. À petit coup et à la manière de Machiavel, Rajaonarimampianina réduit leur capacité de nuisance grâce au jeu de la division et du schisme. Une formule gagnante comme la fabrication de martyrs.

Sylvain Ranjalahy