Les actualités Malgaches du Samedi 06 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar424 partages

Vœux d’Iavoloha – Rajaonarimampianina fait dans le réalisme

Le discours de présentation de vœux du président de la République a été prononcé sur un ton réaliste. Défendant son bilan, il a toutefois reconnu que des efforts restent à faire.

Sans fioritures. Pour son premier discours de l’année, Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, a visiblement,  voulu démontrer qu’il était au fait des réalités que subit la population. Contrairement à ses précédentes allocutions de présentation des vœux, le chef de l’État a tu les annonces tonitruantes, préférant miser sur son bilan et ce qu’il définit comme « les acquis » de ces quatre années à la tête du pays.« Si l’on revient en 2014, il s’agissait de redresser une nation au fond du gouffre. Alors, lorsque quatre ans et quelques après, les résultats des efforts ne touchent pas encore tous les malgaches, c’est tout à fait logique. Je ne promets pas de miracle, mais je fais cependant le serment de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour faire émerger la nation. C’est ce que je fais et je continuerai », a déclaré le président Rajao­nari­mampianina, devant les quelques mille quatre-cent invités présents au palais d’État d’Iavoloha, hier.La dureté des problèmes auxquels les foyers ont dû faire face l’année passée et ce début 2018, a laissé peu de marge de manœuvre aux tenants du pouvoir, dont le chef de l’État. À l’instar des précédents orateurs, le locataire d’Iavoloha n’a pas pu taire les réalités subies par la population durant plusieurs mois maintenant. Le taux de croissance de 4,1%, annoncé à 5,1% cette année, peine à encore à impulser l’engouement de la masse vis-à-vis de la relance économique.

RéformesLa réduction du taux de pauvreté, qui est passé de 90% de la population à 70%, depuis la Transition, comme l’affirme Hery Rajaonari­mampianina, passe également, inaperçu face au niveau de l’inflation. Seulement, dans la lignée des deux derniers épisodes de son « Fotoambita », sur sa chaîne YouTube, il a défendu son bilan.« J’affirme sans hésitation que l’année 2017 qui vient de s’écouler est l’apogée des efforts que nous avons entrepris depuis quatre ans. (…) Il y a eu des résultats qui ont amélioré le quotidien des bénéficiaires directs, même s’il faut reconnaître qu’ils n’atteignent pas encore tous les foyers. (…) Nous avons travaillé, les résultats sont là. Il est vrai que ce n’est pas encore suffisant. Le travail pour concrétiser une émergence cohérente doit continuer », a ajouté le locataire d’Iavoloha.« La continuité des chantiers, des efforts et des réformes », ont aussi, été dans les propos du président de la République, hier, notamment, ceux adressés aux partenaires internationaux. Ce qui, selon certains observateurs serait la raison de son silence sur la traditionnelle hausse des salaires des fonctionnaires. La maîtrise des dépenses publiques en passant, notamment, par la réduction des charges inhérentes aux salaires des fonctionnaires fait partie de ces réformes.Pour expliquer cette « omission », Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du budget, a avancé l’assainissement en cours dans les rangs des agents de l’État. « La loi de finances, prévoit déjà une enveloppe pour le salaire des fonctionnaires, une éventuelle hausse y compris. Le texte ne fixe pas le taux de la hausse. Le ministère des Finances attend juste les consignes et fera les aménagements nécessaires », aindiqué le Grand argentier de l’État.« Bien qu’il s’agisse d’une année électorale, cela démontre que le président de la République garde le cap de sa politique et les réformes nécessaires et ne verse pas dans le clientélisme pour séduire les fonctionnaires. D’autant plus la hausse des salaires n’arrivera pas à suivre la course de l’inflation actuelle. Elle aurait, d’autant plus, favorisé les spéculations sur les prix », argue, par ailleurs, un observateur.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar300 partages

Cyclone – Ava balaie l’Est

Le cyclone tropical Ava a rasé la partie Est de l’île. Il est resté un bon bout de temps à Toamasina.

« Nous sommes dans une situation grave! », a indiqué une autorité à Toamasina, joint au téléphone, vers le début de la soirée où le vent soufflait encore très fort. Le cyclone tropical Ava a dévasté plusieurs quartiers de la côte Est de l’île. Ses vents et rafales ont déraciné des arbres, des poteaux électriques. Accompagnés de pluies, ils ont décoiffé plusieurs habitations et endommagé des bâtiments administratifs à Toamasina I et à Sainte-Marie. La mer a emporté une dizaine de cases d’habitation à Soanierana Ivongo. L’eau de pluie a par ailleurs inondé les bas quartiers dans la région Atsinanana, comme à Andranomadio. A Brickaville, les habitations au bord du fleuve sont inondées et un homme est porté disparu depuis jeudi, Il a été emporté par le courant de la rivière. Mercredi, une femme a succombé, en étant emportée par l’eau à Ampasimbe-Onibe, selon le rapport de l’adjoint du district de Toamasina II. Selon le bilan provisoire du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (Bngrc), neuf cent personnes ont été déplacées dont les trois cent se trouvaient à Antananarivo. Deux mille individus ont été évacués préventivement à Brickaville. Cinq infrastructures scolaires ont été détruites à Fénérive-Est et Toamasina II, beaucoup d’infrastructures publiques ont été endommagées et la coupure d’électricité a persisté jusqu’à la soirée.

Ava est resté plusieurs heures à Toamasina. En atterrissant à Ambalamanasy, dans le district de Toamasina II vers 13 heures hier, il n’a atteint le district de Brickaville qu’à 17 heures, selon la direction générale de la Météorologie. Jusqu’à minuit, hier, Ava a été encore localisé à Brickaville.

Difficulté

Les habitants se sont plaints du retard de l’intervention. « Nous n’avons bénéficié d’aucune aide jusqu’à présent, alors que l’eau a déjà envahi nos habitations », lance Miora Randrianaritiana, une jeune femme qui a vu les toits de sa maison s’envoler et ses biens arrosés par la pluie. Samuel Barthélemy Ramanana, directeur de l’Administration générale et territoriale de la Région Antsinanana souligne la difficulté des interventions. « Il est impossible d’intervenir tant que le cyclone est là. Les gens ont du mal à nous contacter, en plus, plusieurs routes sont coupées par des poteaux électriques et des arbres », explique-t-il. Les lieux qui devraient accueillir les sinistrés, comme le gymnase Soavita, sont indisponibles, leurs toits ont été emportés par le vent. Le Bngrc a beau rassuré une bonne préparation à la venue de ce cyclone, mais la réalité indique le contraire. Il manquerait de moyens. « Nous avons besoin d’une quantité colossale de carburant, du matériel comme des tronçonneuses et autres », enchaine Samuel Barthélémy Ramanana. Thierry Venty, secrétaire Exécutif du Bngrc, souligne que ces problèmes devraient être résolus par ses équipes de coordination régionale. Les autorités locales ont exprimé des besoins de vivre et de tentes.

Trajet d’Ava

Ava commence à s’affaiblir. Il est passé du stade de cyclone tropical à une forte tempête tropicale, hier à 21 heures, lorsque son centre a été localisé dans le district de Brickaville. Des vents de 110 km/h et des rafales de 155 km/h l’ont accompagné. Il s’est déplacé vers le Sud avec une vitesse de 6km/h et est prévu sortir en mer, du côté de Mahanoro ou Nosy Varika, en fin de soirée. Un avis de danger imminent ‘est lancé pour les régions d’Analanjirofo, d’Atsinanana, d’Alaotra Mangoro et de Vatovavy Fitovinany. Un avis de menace est en vigueur pour Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Manjakandriana, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano, Antananarivo Ville, Ambohidratrimo, Andramasina, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II, Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Atsimo Atsinanana, Ivohibe et Iakora.

Miangaly Ralitera

 

Midi Madagasikara279 partages

Antalaha : Ankizilahy telo manodidina ny 14 taona avy, nangalatra vola 32 tapitrisa Ariary

Vola mitentina 32 tapitrisa Ariary no najavona nangalarina ankizilahy telo manodidina ny 14 taona eo avy tamina tokantrano iray, tany Ampahana, distrikan’ Antalaha, ny 28 desambra lasa teo, tokony tamin’ny roa ora tolakandro. Tsy nanampo ny zava-misy ny tompon-trano izay variana nitoto vary teo an-tokotaniny raha nahita an’ireto ankizy telo lahy tao an-trano, satria zanaka an-trano ny iray tamin’ireo jiolahy, ka rehefa najavona ireo volabe vao taitra, ary tany amin’izy telo lahy lasa nitsoaka no niatefan’ny ahiahy avy hatrany. Nametraka fitoriana tao amin’ny kaomisarin’ny Polisy ao Sambava ny very vola, ary nanomboka teo ny fikarohan’ny mpitandro filaminana an’ireto mpangalatra.

Zanaka an-trano ny iray tamin’ireo jiolahy. Rehefa sarona izy ireo dia mbola nahatratrarana vola 14 tapitrisa Ariary sy lavanila mitentim-bidy 10 tapitrisa Ariary novidiana tamin’ny ampaham-bola.  Tamin’ny famotorana natao an’ireto mpangalatra no nilazan’izy ireo fa ny vola sisa ambiny 8 tapitrisa Ariary dia efa nividianana finday avolenta, lamaody maro hafa, ary zavatra madinidinika, sy lany tamin’ny revy sy filibana. Afak’omaly moa no natolotra ny Fitsarana Ambaratonga voalohany ao Antalaha ireto jiolahy voarohirohy ireto. Araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana nandray an-tanana ny raharaha, dia karohina fatratra amin’izao ilay nividianan’ ireto ankizy tsy ampy taona ireo lavanila, satria zaza ve dia amarotana lavanila an-tapitrisany, hoy ny kaomisera Totozara Theogène.

Eric Manitrisa

News Mada278 partages

Cyclone ava : toamasina détruit à 70%

Après avoir touché terre aux environs de 13 heures hier, dans la commune d’Ambalamanasy, district de Toamasina, le cyclone tropical intense Ava, accompagné de vent fort de 140 km/h alterné par des rafales atteignant 195 km/h, avec un œil de près de 30 km de diamètre, a perduré durant 5 heures de temps dans la ville portuaire. Le bilan officiel est attendu, mais déjà, ce cyclone a fait d’énormes dégâts et une première victime a été signalée.

Paysage de désolation à Toamasina après le passage d’Ava. Ce fut un vendredi maléfique. En fait, de source auprès de notre correspondante à Toamasina, la ville est au moins détruite à 70%. Durant des heures, la population de l’Atsinanana en particulier les Tamataviens ont vécu un véritable cauchemar.

Partout, des arbres déracinés et brisés jonchent les rues, des poteaux électriques sont tombés, privant plusieurs quartiers de courant. Les eaux, poussées par des vents violents, envahissent les bas quartiers comme Antanamborozano et Ankirihiry. L’ ampleur des dégâts est considérable car plusieurs bâtiments et autres habitations ont subi d’énormes dégâts. A titre d’illustration, une grande partie du temple FLM de Morarano est ravagée.

Bilan humain : une femme emportée par les crues en voulant traverser une rivière  dans un quartier d’Ampasimbe-Onibe, n’a pas survécu. Aux environs de 16 heures, les sinistrés ont commencé à rejoindre le site d’accueil du gymnase Soavita. A l’heure où nous mettons sous presse, plus de 270 sinistrés ont été recensés.  «Ce n’est qu’un constat de visu par rapport à la réalité », a souligné notre correspondante.

26 districts de plus en alerte

Pour l’alerte rouge (danger imminent), la région Vatovavy Fitovinany vient de s’ajouter à Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro.  A part les 12 districts qui ont été en alerte jaune ce jeudi, 26 autres, dont une grande partie dans la province de Fianarantsoa, en particulier la région Atsimo Atsinanana, sont également concernés (Fandriana, Ambositra, Ambohimahasoa, Ivohibe et Iakora). Quant aux régions Androy et Anosy, elles sont en alerte verte.

Aux dernières nouvelles, «Ava» gagne en intensité avec un vent fort de 150 km/h, alterné par des rafales atteignant la vitesse de 205 km/h aux alentours de son œil, sur un rayon de 37 km. A 18 heures, ce cyclone tournait encore en rond dans le district de Toamasina. Dans sa trajectoire, il est prévu se déplacer vers le sud-est, toujours le long de la côte Est, en traversant la partie sud d’Analamanga et la province de Fianarantsoa.

Une centaine de sinistrés à Tana

De source auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo hier, les trois jours de pluies ont déjà fait une centaine de sinistrés dans la capitale. Ils sont déplacés dans les quartiers d’Ankorondrano Andranomahery, Tsaramasay et Ankazomanga Andraharo. La municipalité d’Antananarivo a dépêché des palettes sur ces lieux pour que ces sinistrés puissent dormir dans ces trois sites.

Sera R.

L’approvisionnement en électricité interrompu dans la partie Est

Suite au passage du cyclone Ava dans la partie Est de l’île, la Jirama a annoncé la coupure de l’électricité dans plusieurs zones, notamment à Foulpointe, Brickaville, Toamasina et Sainte Marie pour préserver le système de production. L’approvisionnement reprendra et se fera par étape, une fois que toutes les conditions seront remplies, peut-on lire dans l’annonce de la compagnie d’eau et d’électricité.

Midi Madagasikara249 partages

Grand-messe d’Iavoloha : La famille de Rajaonarimampianina au grand complet

Chaleureuses retrouvailles entre Voahangy Rajaonarimampianina et Nicole Andrianarivosoa hier à Iavoloha.

Il n’y a pas eu que le banquet et les discours hier à Iavoloha. Les présences et les absences ont également focalisé l’attention des observateurs. Du côté des hôtes, c’était un véritable regroupement familial. La famille du président de la République Hery Rajaonarimampianina était au grand complet. A part la fille du couple, de nombreux membres des familles du président et de la Première Dame étaient aussi présents à la Grand-messe d’hier. Du côté des invités, on a signalé la réapparition de Nicole Andrianarivosoa, ancienne conseillère spéciale à la Présidence. Ses retrouvailles avec Voahangy Rajaonarimampianina ont été chaleureuses hier à Iavoloha.

Grands absents. Toujours du côté des invités, l’ancien président Marc Ravalomanana a brillé par son absence, contrairement à son épouse, non moins maire de la Capitale, Lalao Rakotonirainy. L’autre grand absent de la cérémonie d’Iavoloha était l’ancien président de la transition Andry Rajoelina. Par contre, l’ancien président Didier Ratsiraka a répondu à l’invitation du couple présidentiel. D’autres grandes figures de la politique, de la société civile et de la société religieuse étaient également aperçues hier à Iavoloha, pour ne citer que les chefs d’église du FFKM, Norbert Lala Ratsirahonana, Ny Hasina Andriamanjato et Tabera Randriamanantsoa.

R. Eugène
Midi Madagasikara219 partages

Un président fier du bilan de son quinquennat

C’est un discours au ton convenu que le président Hery Rajaonarimampianana a prononcé lors de cette grand- messe d’Iavoloha. Il fut finalement sans surprise, avec des thèmes tout à fait classiques. L’auguste assemblée réunie dans la grande salle du palais a pu écouter un bilan de ses quatre années de présence à la tête de l’Etat. Comme il fallait s’y attendre, il en fit un compte rendu plutôt flatteur, en insistant sur les projets lancés en 2017 et en mettant le manque de résultats des trois années précédentes sur le compte des séquelles de la gestion de la Transition. Les propos tenus s’adressaient bien sûr à la population avant l’élection présidentielle qui, a-t-il assuré, aura bien lieu cette année. Des différentes allocutions prononcées, on ne retiendra rien de particulier. La présentation par le Premier ministre des différentes réalisations du régime ressemble à un avant-goût de ce que le président candidat dira lors de la campagne électorale. Le doyen du corps diplomatique, comme il est de coutume, n’a pas manqué d’apporter des nuances à ce tableau idyllique d’un pays aux énormes potentialités qui aspire à rejoindre le club des nations émergentes. On ne sait pas si les Malgaches ont eu à cœur de suivre à la télévision ou à la radio cette cérémonie se déroulant en pleine saison cyclonique. L’entrée sur le territoire du cyclone tropical Ava, hier matin, les a bien plus préoccupés avec les précipitations abondantes qu’il a amenées et les dégâts qu’il a occasionnés. La côte Est et, en particulier, la région de Toamasina ont été durement touchées. La Capitale a, elle aussi, vu ses bas quartiers inondés et les sinistrés ont commencé à s’installer dans des abris de fortune. Dans ce contexte, les difficultés de la vie quotidienne ne font qu’empirer, éprouvant encore un peu plus des citoyens mal en point. Ces derniers ne semblent d’ailleurs plus s’intéresser à une actualité politique qui ne va pas tarder à s’emballer avec l’ouverture prochaine de la campagne électorale. Les controverses ont déjà commencé, mettant à mal cet esprit de dialogue mis en avant par le régime.

Sur le plan international, c’est la poussée de fièvre contestatrice ayant gagné l’Iran qui a suscité l’intérêt des médias occidentaux. Les manifestations populaires ayant eu lieu dans différentes villes du pays ont été réprimées par les forces de sécurité et n’ont finalement pas réussi à ébranler le régime du président Hassan Rohani. Ce sont les partisans du pouvoir qui sont descendus dans la rue, hier et avant-hier, clamant leur soutien au chef de l’Etat. Cette révolte des « va-nu-pieds » comme le qualifie le sociologue Farhad Khorokhavar réjouit Donald Trump qui a promis de soutenir le mouvement de contestation. Moscou a cependant mis en garde Washington contre toute intervention dans les affaires intérieures de l’Iran.

Alors que la tension monte au Proche-Orient, l’Asie du Sud- est est en train de voir le risque confrontation entre la Corée du Nord et ses voisins décroître. Après le discours martial de Kim Jong Un le 1er janvier, on apprend que des pourparlers de paix vont s’engager entre les deux pays. Pyongyang envisage même d’envoyer des athlètes participer aux Jeux Olympiques d’hiver qui vont avoir lieu à Séoul.

En France, le président Emmanuel Macron connaît un regain de popularité. Le dernier sondage d’opinion le crédite d’une cote de popularité de 52%. Celui qui avait été qualifié de « président des riches » est qualifié par les Français de « président sympathique, dynamique, compétent, qui sait où il va ». Il a affirmé que le rythme des réformes ne va pas faiblir durant l’année 2018.

C’est un début d’année plus morose que jamais que la population malgache connaît. Le discours du président de la République qui se voulait optimiste n’a pas réussi à dissiper ce mal vivre qui persiste malgré toutes se déclarations. La grand-messe d’Iavoloha a renforcé l’image d’un chef d’Etat voulant tourner la page d’un début de quinquennat peu glorieux pour regarder vers l’avenir. Il est maintenant prêt à se lancer dans une bataille électorale qui sera rude.

Patrice RABE

Midi Madagasikara212 partages

Cyclone Tropical Ava : Des milliers de sinistrés et de personnes déplacées

Les premiers dégâts causés par AVA dans la ville de Toamasina.

349 sinistrés, plus de 2.000 personnes déplacées, des cases détruites. Les premiers bilans des dégâts d’Ava sont lourds .

Le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) a publié un bulletin flash relatant le bilan provisoire du passage d’Ava en date du 5 janvier à 20h. Selon ledit bulletin, le nombre de personnes sinistrées est de 334 dont 29 dans le district de Fénérive-Est et 285 à Sainte-Marie. Le même bulletin de faire savoir que plus de 2.000 personnes ont été déplacées. Soit “ près de 2.000 dans le district de Brickaville, 156 dans le district de Toamasina I,156 à Moramanga, 26 à Soanierana Ivongo et 349 à Antananarivo “. A ces personnes déplacées s’ajoutent des dégâts matériels comme la destruction des cases, des bâtiments administratifs et des infrastructures scolaires telles que les quatre (4) EPP ou Ecole Primaire Publique du district de Soanierana Ivongo ou encore le CEG d’Amboditandroroho-Toamasina II. D’autres pertes matérielles ont été enregistrées, cette fois-ci, selon les témoignages des habitants des régions frappées par le cyclone, comme la destruction de l’église FLM dans le quartier de Morarano-Toamasina I.

Antananarivo. Les pluies abondantes de ces dernièrs jours ont  engendré une montée considérable des eaux dans la capitale malgache. En effet, de nombreux « fokontany » sont actuellement sous les eaux. A l’instar des « fokontany » d’Ankorondrano, Tsaramasay, Andranomahery et Ankazomanga-Andraharo. Une situation qui est malheureusement habituelle en saison des pluies pour les habitants desdits quartiers. Ces derniers ne peuvent en effet que quitter leurs habitats lorsque la situation est critique pour y revenir une fois les eaux parties. Par ailleurs, à l’heure où nous rédigeons, le service de la météorologie nous fait savoir que le cyclone prendrait la direction de Brickaville. Les premiers bilans du passage d’AVA sont lourds. N’étant encore que provisoires, ils démontrent déjà la puissance dévastatrice de la catastrophe naturelle. Les prochains bilans en diront plus sur les dégâts causés par cette dernière.

José Belalahy

Midi Madagasikara198 partages

Ava vécu par les Betsimisaraka : Panique et ruines à Toamasina

Le cyclone tropical Ava a détruit à 70% la capitale du Betsimisaraka selon les dires des habitants, ils vivent sans eau, ni électricité depuis trois jours.

Peste, Enawo et Ava. Après le cyclone Enawo début 2017 et l’épidémie de la peste, la capitale du Betsimisaraka n’a pas été gâtée par la nature ces derniers temps. Après le passage d’Ava et de ses rafales de vent allant jusqu’à 205 km/h, les cases en tôle et les arbres ont été défrichés. Le personnel du Bureau national de gestion des catastrophes (BNGRC) déployé sur place en amont de l’entrée d’Ava en est encore à la gestion proprement du cyclone et à la collecte des données. Selon la page officielle de la Météo, Ava est entré à Toamasina à 13h, si les habitants contactés à 18h avancent qu’il était là depuis presque 10h. Et que depuis son arrivée jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, 70% de Toamasina ville sont partis en friche. Paniqué, Faly, l’un d’entre eux, habitant le quartier de Tanamakoa en témoigne : « La plupart des maisons ici sont en tôle, elles ont toutes été emportées par le vent, les sinistrés courent de partout pour chercher un toit, une maison en dur où s’abriter. Avant même l’arrivée d’Ava, nous n’avons plus accès ni à l’eau ni à l’électricité. Après Enawo et la peste en 2017, la « nature » ne nous a pas fait de cadeau ! Des personnes ont déjà perdu la vie ». Les prévisions météorologiques avancent qu’Ava sortira en mer, par Mahanoro demain, mais les pluies persisteront pour au moins 48h. L’alerte rouge vaut toujours pour Tamatave.

Luz R.R

L'express de Madagascar139 partages

Sniper évadé – Trois agents pénitentiaires incarcérés

Inculpés pour complicité dans l’évasion du Français Houcine Arfa, soupçonné d’attentat contre le Président,  trois agents pénitentiaires ont été placés à Tsiafahy.

Retour de manivelle.  Inculpés pour complicité dans l’évasion rocambolesque du ressortissant français Houcine Arfa dans la nuit de jeudi à vendredi, trois agents pénitentiaires ont été placés en détention  préventive à la maison  de force de Tsiafahy au terme de leur comparution au parquet avant- hier. Cette triple incarcération intervient 24 heures après la reconstitution des scènes de l’évasion entre Ambohi­trarahaba et Ampasampito, sous les indications des prévenus. Lors des enquêtes préliminaires à la brigade criminelle, d’autres personnes ont été entendues mais l’étau judiciaire s’est finalement resserrée autour des trois  gardiens de prison d’Antanimora. L’évasion qui leur a coûté la liberté est survenue dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 décembre. Ayant réussi à se glisser à travers les mailles des filets tendus par les autorités malgaches, le fugitif l’a annoncé par truchement médiatique, 72 heures après son arrivée en France. Ayant réussi à rejoindre le littoral Nord-Ouest de Madagascar en véhicule, après s’être fait la malle pour aussitôt  sauter à bord d’une embarcation  à  moteur  faisant cap sur le département français d’Outre-Mer de Mayotte, Houcine Arfa a ensuite pris l’avion pour atterrir à Paris lundi, où il s’est confié  à un avocat, Me Philippe Gumery, avant qu’il ne s’adresse à la presse.

Mandat internationalLa déclaration de l’évadé a provoqué un séisme. Les recherches ont été de ce fait étendues et des coopérations sollicitées.  Un mandat d’arrêt international est attendu. Des complices potentiels de l’évadé ou des personnes susceptibles de  permettre de remonter de fil en aiguille jusqu’à celui-ci ont été soumis au feu roulant des questions.Âgé de cinquante-quatre ans,  Houcine Arfa a été placé sous mandat de dépôt le 22 juin après avoir été pris en possession de matériel de tireur d’élite, dont des accessoires de camouflage ainsi que des armes. Il était également soupçonné de recrutement de mercenaires. Prise au sérieux, la menace potentielle qui planait sur le Président de la République a été du coup contrecarrée avec un dispositif de sécurité inhabituel. Lors du défilé à Maha­masina, l’emplacement du Président et des chefs d’institution a été sécurisé avec des vitres blindées.Par le passé, Houcine Arfa a travaillé pour le président Hery Rajaonari­mampianina en qualité de «conseiller» chargé de la sécurité, selon une révélation du journal en ligne Le Parisien.Début novembre, il a écopé de trois ans de prison ferme pour  usurpation de fonction et extorsion de fonds lorsque le tribunal de première instance d’Antana­narivo a rendu son verdict.  Transféré à la maison centrale d’Antanimora pour raison de santé après un séjour carcéral  parmi les détenus criminels de Tsiafahy, il a réussi à se faire la belle lors d’un transfert à l’hôpital, «avec la complicité du personnel» d’après sa déclaration à l’Agence France Presse (AFP).

Seth Andriamarohasina

Midi Madagasikara139 partages

Didier Ratsiraka : « La tenue des élections n’est pas la solution pour le pays »

Parmi les anciens présidents, seul l’amiral Didier Ratsiraka a répondu présent à la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique, hier, à Iavoloha. Même si on a attendu également la venue de l’ancien président Marc Ravalomanana. En marge de la cérémonie, Deba a déclaré que « la tenue des élections n’est pas la solution pour le pays, il faudrait tout d’abord mettre en place la réconciliation nationale». A la question des journalistes, s’il va se porter candidat à la prochaine élection présidentielle, l’amiral a déclaré : « Je n’ai jamais dit que je me porterai candidat».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara114 partages

Flash-éco

* Des puces électroniques seront appliquées sur les bovidés afin de lutter contre les vols de bœufs. Le président Hery Rajaonarimampianina l’a annoncé lors de la présentation des vœux des corps constitués et des corps diplomatiques à Iavoloha hier. Notons que des études ont été déjà faites pour mettre en œuvre ce projet au niveau de l’élevage bovin. Cela permettra entre autres d’assurer la traçabilité du secteur.

* Au niveau de l’agriculture, l’Etat va poursuivre la modernisation du secteur dans le dessein de venir en aide à la population rurale. En effet, il faut augmenter la production agricole pour pouvoir approvisionner les grandes villes et réduire la dépendance des importations surtout en riz. Ce qui permet de lutter contre la hausse des prix des produits de première nécessité. La priorité du gouvernement étant d’assurer la sécurité alimentaire.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara99 partages

Accord politique : Le Président désavoue le Premier ministre

Le président Hery Rajaonarimampianina ne cautionne pas l’accord politique. (Photo Kelly)

D’après le Président de la République, les élections présidentielles se tiendront bel et bien cette année, et ce, conformément à la Constitution et aux lois en vigueur.

Comme prévu, la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique s’est tenue hier, au « Ceremony Building », à Iavoloha. Lors de son allocution, le président Hery Rajaonarimampianina a lancé des piques à certaines personnalités politiques. « Certains politiciens ne pensent qu’à semer des troubles. On parle d’une nouvelle Transition », a-t-il soutenu. Visiblement le Président de la République est contre ces deux propositions. Pourtant l’idée d’un accord politique a été véhiculée par l’ancien président Marc Ravalomanana et le Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier. Ainsi, au vu des déclarations du locataire d’Iavoloha, l’on assiste à un désaveu du Premier ministre par le chef de l’Etat.

Manipulation. Dans la même foulée, le Président de la République a également déclaré qu’il est contre la manipulation de l’information qui, selon ses dires, « attise la haine et sème la discorde». Or, d’un côté il a aussi annoncé qu’« une information libre est bénéfique à l’Etat. La critique est libre ». Des propos qui semblent contradictoires ou autrement dit, il a eu recours à la politique du bâton et de la carotte. Les réseaux sociaux n’ont pas également échappé à la règle, ainsi il s’est insurgé contre ceux qui attisent la haine des gouvernants ainsi que la diffamation. A cet effet, il propose un changement de mentalité.

Réalisations. Comme il fallait s’y attendre, le Président de la République a dressé également le bilan de l’année écoulée ou plutôt de ses quatre ans à la tête de la Nation. Il a tenu ainsi à rappeler qu’il y a quatre ans, notre pays était exsangue, se trouvant dans une période d’incertitude mais depuis, les bailleurs de fonds nous ont accordés leur confiance. Et lui d’enchaîner : « Nous sommes partis de très loin, sanctionnés politiquement et économiquement ». Par ailleurs, comme « zava-bita », il a cité ainsi les réalisations dans le domaine de l’éducation, de la santé et de l’eau potable. Force est cependant de constater la misère dans laquelle vit la majorité de la population, avec notamment la hausse des prix du riz et des produits de première nécessité, sans parler de l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain.

Dominique R.

Midi Madagasikara89 partages

Ramanisa Clovis n’est plus : Un grand homme du sport a tiré sa révérence

Ramanisa Clovis s’en est allé à 71 ans. « Lovy » ou « Love » pour les intimes, a été, président national du club nautique universitaire, ancien vice-président de la fédération malgache de natation, directeur technique national, ancien président de la ligue de natation de Tana, entraîneur national de plusieurs athlètes, et surtout sportif et père de grands sportifs.

Il était présent, entraîneur national, quand Bako Ratsifandrihamanana, la première nageuse malgache championne d’Afrique de natation a fait ses exploits. Il a aussi accompagné et coaché des athlètes pendant les Jeux intercontinentaux, les Jeux africains, les Jeux olympiques et les Jeux des Iles de l’Océan Indien. Il laisse derrière lui toute une jeune génération de sportifs en deuil. Son leitmotiv « what the mind believes, the body achieves » a toujours guidé sa vie. Premier spécialiste de la natation à Madagascar, il a été enseignant- chercheur d’EPS en natation. Il a formé des militaires, des officiers, des civils et plusieurs autres personnalités. Son cœur et son esprit, c’était la natation et il a transmis sa passion à ses enfants et ses petits-enfants Zoly, Hanitra, Mahery Zo, Mbolatiana et Ialy. Il faisait partie de ces grandes gueules du sport qu’on craignait, qui combattait en permanence l’injustice et l’iniquité dans le sport. Ancien handballeur de Saint-Michel, amateur d’haltérophilie, il était aussi dans le water-polo qu’il a introduit à Madagascar. Si l’ANS a ses 12 séances pour apprendre à nager, le COSFA a son « Lomano Faobe », Ramanisa Clovis a lancé le concept avec la « Quinzaine de la natation », où le défi était d’apprendre aux gens à nager en 15 jours ! Défi réussi et système adopté. Perfectionniste, persévérant, méthodique, il avait vraiment sa technique à lui, une  autre approche de la natation.  On se rappelle  comment il criait lors des sommets africains de natation à l’île Maurice en 1996 en coachant ses champions face aux Egyptiens. Professeur de Statistiques, il aimait aussi jouer au PMU et il y a de quoi : son père était le président de la société équestre à Madagascar de son temps. Politiquement, et ce bout d’histoire, beaucoup l’ignorent, il faisait partie des militants de 1972 qui a tâté du Nosy-Lava. Sacré Clovis ! Grand rêveur, cet éternel rebelle aimait bien danser le rock, blaguait sur tout et est resté un grand fan de Johnny Hallyday et d’Eddie Mitchell. Selon Ialy, sa petite- fille « il portait bien son nom « Lôvy », « Love » car ce fut un grand- père, un père, un frère et un homme plein de fraternité et d’amour pour les siens ». La rédaction sportive de Midi Madagasikara présente à sa famille ses sincères condoléances.

Anny Andrianaivonirina et Ialy Ramanisa

Midi Madagasikara89 partages

Shell Anosibe : Nidoboka eny Tsiafahy ny pôlisy nanafika azy

Noraisiny ny basy dia notafihany ny toby fivarotan-tsolika Shell etsy Anosibe. Ny alin’ny alakamisy teo, tokony ho tamin’ny valo ora, no nitrangan’izany. Raha araka ny fanamarinam-baovao natao dia « agent de police » ity nahavanon-doza ity. Loza tokoa satria tsy vitan’ny hoe nania izy fa nivadika tanterakat amin’ny veliranon’ny asany dia ny fiarovana ny olona sy ny fananany izany. Izy indray no nandroba tamin’ny basy ilay toerana. Voarakitra tao anatin’ny raki-tsarimihetsika tamin’ny « vidéo de surveillance » avokoa ny heloka nataony ary tsy afaka mandà intsony na ny kely aza ity pôlisy ity. Dimy minitra taorian’ny fanafihana nataony dia efa voasambotra ilay pôlisy ary mbola teny aminy ny vola norobainy. Ny alin’iny ihany dia efa notazomina teo anivon’ny brigade criminelle etsy Anosy ary nanokafana fanadihadiana. Omaly no natolotra ny fampanoavana izy ary tamin’ny ora nanoratanay dia mbola niakatra teo anivon’ny mpitsara mpanao famotorana ny raharaha. Raha araka ny vaovao farany dia nidoboka eny Tsisafahy. Isan’ny vaovao azo ny hoe tsy nanao fanamiana izy tamin’ny fotoana nanafihany. Omaly dia nanao fanambaràna ny fianakaviam-ben’ny pôlisim-pirenena momba ny zava-nitranga. « (…) maro ireo polisy izay tsy misorona manatanteraka antsakany sy andavany ny andraikitra napetraka taminy, nahitantsika taratra an’izany ny fepetra noraisina nandritra ny fetin’ny faran’ny taona, ka naharaisana fankasitrahana avy amintsika vahoaka, ary isaorana azy ireny (…) Misy kosa anefa ireo mbola minia mikipy ka mihoa-pefy, toy ny tranga izay niseho ny alakamisy teo ity (…) efa noraisina avokoa ny fepetra rehetra manolona ny zava-niseho, tsy nandrasana ela fa natolotra avy hatrany ny fitsarana raha vantany vao vita io maraina io ihany ny fanadihadiana teo anivon’ny sampandraharaha misahana ny ady heloka bevava, ary notanana am-ponja vonjimaika (…) hisy ihany koa ny fandraisana fepetra hentitra amin’ny maha mpiasam-panjakana azy » raha araka ny hita tao anatin’ny fanambaràna. Hisy araka izany, ankoatra ny fanenjehana ara-pitsarana azy, ny fanenjehana ihany koa amin’ny maha-mpiasam-panjakana.

D.R

Midi Madagasikara83 partages

Toamasina : Deux personnes brûlées vives dans une attaque de bandits

Ce qui s’est passé à Toamasina la nuit du 2 janvier 2018 serait une preuve que dans ce pays le sentiment  n’a plus de place quand on parle de l’argent. C’est malheureux d’entendre qu’une petite entreprise familiale intéresse des criminels  avides de grosses prises. Ces derniers  selon les informations, n’ont pudérober de quelque chose de valeur.  Ces malfaiteurs se seraient-ils trompés de cible ? Cette question se pose lorsque la victime de cette attaque n’est autre qu’une petite entreprise familiale. Cette nuit-là vers 21 heures30, une bande s’est introduite de force dans le domicile d’un coiffeur.  Une fois sur place, ils ont pris tous  ceux qui leur  conviennent. Mais le pire c’est qu’en évacuant les lieux, les assaillants  ont brûlé la maison de leurs  victimes . Résultats : deux personnes ont étés blessées. La première, une employée de la maison qui a tenté de s’enfuir par la fenêtre de l’étage. L’autre serait un simple client de passage. Alertés, des éléments d’intervention de la gendarmerie sont descendus sur les lieux.  Mais,ils sont rentrés bredouilles car les malfaiteurs pyromanes ont eu plusieurs minutes d’avance pour s ‘échapper.

T.M.

Midi Madagasikara56 partages

Code couleur cyclonique : Signification de l’alerte rouge et de l’alerte jaune

Un arbre centenaire déraciné par Ava à Tanamakoa Tamatave, hier.

Avec le cyclone tropical Ava qui frappe la Grande Ile en ce moment, 20 sur les 22 régions de l’île sont sous alertes rouge et jaune. Il importe de bien connaître la signification de ces alertes et agir avec prévoyance en conséquence.

Jusqu’à ce jour et selon la dernière publication officielle de la Météorologie d’hier, les régions d’Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro et de Vatovavy Fitovinany sont sous alerte rouge. Cette alerte vaut pour un cyclone en cours ou prévu dans l’immédiat. Il est recommandé d’être absolument vigilant. Comment ? En prenant les mesures qui s’imposent telles que la cessation de toutes les activités, la veille continuelle quant aux actualités météorologiques. Sans oublier de rester chez soi, dans un endroit « sécurisé » de préférence, durant le passage du cyclone. Des gestes basiques comme couper le courant sont aussi de rigueur.

Alerte jaune. En principe, l’alerte jaune entre en vigueur 24h avant l’impact. Elle est lancée quand une localité est menacée par un cyclone. Même si le danger n’est pas imminent, il pourrait le devenir à tout moment. La vigilance est donc le maître mot. Les bons gestes consistent à : être au courant en permanence des informations officielles radiophoniques et télévisées, quitter les habitations situées en bordure d’eau pour un endroit sécurisé, cesser toutes les activités maritimes. La prévoyance est également de rigueur : stocker de l’eau potable (surtout chez nous où pluies torrentielles riment avec coupure d’eau), faire ses provisions de produits de première nécessité, etc. Sont en alerte jaune depuis hier et jusqu’à nouvel ordre: Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanàna, Anjozorobe, Manjakandriana, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano, Antananarivo ville, Ambohidratrimo, Andramasina, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II, Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa ville, Ambalavao, Atsimo Atsinanana, Ivohibe et  Iakora.

Préventions et perspectives. De 150 km/h hier dans l’après-midi, les rafales de vent apportées par Ava se sont intensifiées hier soir et Ava est prévu sortir en mer par Mahanoro, selon les prévisions. Il est important de rappeler que cela fait au moins cinq jours que des éléments du Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) sont dépêchés dans les diverses zones concernées par le cyclone, notamment sur la côte Est et Sud-est pour agir en amont, pendant et en aval du passage d’Ava, selon un chef d’éléments du BNGRC déployé à Mananjary et Manakara hier.

Luz R.R

Midi Madagasikara31 partages

Douanes : Fin de la menace de grève

Le SEMPIDOU ne fera pas grève, selon son président.

Le préavis de grève, déposé par le SEMPIDOU (Syndicat des employés des Douanes) auprès du ministère des Finances et du Budget, n’est plus valable, d’après la déclaration faite hier par le président du syndicat, Herizo Ramanambola Andrianavalona. « Nous avons réclamé une rencontre avec le ministre Vonintsalama Adriambololona et cela est chose faite. Des discussions se sont tenues mercredi et jeudi dernier. On a abordé le cas des primes de motivation pour les douaniers que nous avons déjà réclamées en 2017, mais finalement, on a trouvé une autre solution durable. Il n’est donc plus question de prime. Des rencontres sont encore prévues pour discuter de la mise en œuvre de cette solution », a-t-il annoncé. Malgré les questions répétitives des médias, ce représentant du SEMPIDOU n’a pas voulu dévoilé cette fameuse « solution pérenne ». Serait-ce un autre avantage particulier pour les douaniers ? Ou est-ce l’abandon des contrats de performance qui engendre des contrôles sur la manière de travailler ? Dans tous les cas, ce mouvement représente un « clin d’œil » du président actuel aux membres du SEMPIDOU, qui vont procéder cette année au vote des nouveaux membres de bureau du syndicat.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara26 partages

Antsakaviro : Vazaha an-dalam-podiana, voatifitra “big boss”

Ny alarobia teo no voasambotry pôlisy avy etsy amin’iny boriborintany fahatelo etsy Antaninandro ny roalahy isan’ny nanafika teratany vahiny teny amin’iny faritra Antsakaviro iny. Efa kendry tohina mihitsy ny an’ireo olon-dratsy ireto, satria raha ny fantatra dia efa narahan’izy ireo hatrany amin’ny toerana nialàna ity vazaha ity. Iny izy handeha hiditra ny tranony iny no nanantanterahan’izy ireo ny asa ratsiny. Tifitra “big boss” avy hatrany no niantefa teny amin’ity olona voatafika ity. Tampoka loatra ny fanafihana ka tsy afa-nanohitra velively ity farany. Lasan’ireto olon-dratsy tamin’izany izay zavatra sarobidy rehetra teny aminy, niaraka tamin’ny vola maromaro. Taorian’io no nametraka fitoriana avy hatrany tetsy Antaninandro ity teratany vahiny ity. Nisy avy hatrany ny fandraisana andraikitra nataon’ireto tompon’andraikitry ny filaminana ireto, tamin’ny fikarohana ireo nahavanon-doza. Ny alarobia tolakandro no fantatra fa hita teny Tanjombato sy Ampefiloha ireo roalahy nanafika, ka tonga teny ireo pôlisy nisambotra azy ireo. Raha ny fanazavàna azo dia mpitondra taxi ny iray tamin’izy roalahy ireto ary efa niasa sy nitondra ity vazaha ity rahateo. Fantany amin’ny antsakany sy andavany tokoa araka izany ny fomba fanaon’ity mpampiasa azy taloha ity : ny toerana falehany, ny fotoana fodiany, ny lalana handehanany fa indrindra ny vola kirakirain’ilay vazaha amin’ny andavanandro. Tamin’izay no nampitsiry ny hevi-dratsy tao aminy ny hanafika azy, niaraka tamin’ilay namany. Nahomby tokoa ilay tetika tam-boalohany saingy dia izao niafara tamin’ny fisamborana azy ireo izao. Ny alakamisy teo moa izy ireo roalahy ireto no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary nampidirina am-ponja vonjimaika.

m.L

Midi Madagasikara24 partages

« Hira gasy » : « Rainitelo » et « Rapaolison » dans la même arène

Histoire de bien démarrer l’année,  place aux grosses pointures de la musique folklorique.  La troupe « Rainitelo » d’Andohavary affrontera celle de « Rapaolison » de Mandiavato  au  « Kianjan’ny Kanto » Mahamasina. Prévu se tenir le 8 octobre, le « match » a été reporté et aura finalement lieu demain.

Pour l’occasion, les deux troupes comptent frapper fort et conserver l’image de marque qu’elles se sont faites au fil des ans. Si « Rapaolison » est plus avare en information, « Rainitelo » vient de sortir son clip « Ny vola tsy ratsy fa ny olona no antony ».

Ces derniers temps, avec la promotion en rafales de la musique folklorique, le public démontre un intérêt manifeste pour la discipline. Petit comme grand, homme et femme, jeune comme vieux se retrouvent lors du festival « hira gasy makotrokotroka » ou pendant les confrontations mensuelles dans les endroits plus reculés.

Actuellement, la Capitale accueille de plus en plus les troupes pour le plus grand bonheur des amateurs de « Hira gasy ». Par ailleurs c’est dans cette optique que les organisateurs ont décidé de maintenir l’évènement. D’après Dadafara de Lt Production, « cette initiative entre dans le cadre de la promotion du  ’Hira gasy ‘ dans les grandes villes ». Il ne reste plus qu’à souhaiter  que le cyclone n’ait raison de ce spectacle prometteur.

Maharindra

Midi Madagasikara23 partages

L’urgence de l’aide aux sinistrés d’Ava

Le discours du président de la République à Iavoloha en a juste touché un mot, mais la situation des populations sinistrées après le passage du cyclone Ava est préoccupante. Loin du confort douillet de la grande salle du palais d’Iavoloha, les habitants des régions touchées par ce drame ont enduré courageusement les nouvelles épreuves qui leur tombent dessus. Après les propos lénifiants de cette cérémonie de présentation de vœux, on attend maintenant la réaction des autorités qui se disent mobilisées pour venir en aide à nos compatriotes victimes de ces intempéries.

L’urgence de l’aide aux sinistrés d’Ava

Le chef de l’Etat a vanté la bonne santé de l’économie malgache qui a connu un taux de croissance de 4,1% en 2017 et qui devrait atteindre 5,1 % en 2018, mais il a reconnu que ses effets ne se sont pas fait ressentir auprès de la population. Il a exprimé de l’empathie pour cette dernière et il en profité pour dire sa sollicitude aux compatriotes subissant en ce moment les assauts du cyclone Ava. Il a assuré que l’Etat ne se ménagerait pas pour leur venir en aide. Le BNGRC est maintenant présent sur le terrain pour apporter les premiers secours, mais les populations touchées se sentent désemparées devant l’ampleur des dégâts. Les autorités locales ont essayé de faire face, mais elles semblent dépassées par les événements. Certes, le cyclone Ava n’a pas atteint la force des météores qui ont dévasté la Grande Ile lors des années précédentes, mais il a quand même dévasté les régions qu’il a traversées. On apprend qu’Ava est en train de longer la côte et qu’il va entrer dans Brickaville. On ne sent pas pour l’instant cette mobilisation que l’on a connue dans des circonstances identiques à la même période. Hier soir, on attendait le bilan matériel et humain de cette catastrophe, mais il tardait à venir car on a appris que le responsables étaient venus à Tana pour assister à la cérémonie d’Iavoloha. La fête est terminée et on espère qu’ils vont vite revenir à leurs postes pour assumer leurs responsabilités.

Patrice RABE

Midi Madagasikara18 partages

MASA 2018 : Une danseuse et un groupe malgaches, parmi les 64 sélectionnés !

Le groupe « Nainako » représentera Madagascar à la 25e édition du MASA à Abidjan.

Madagascar sera représenté à la 25e édition du marché des arts du spectacle africain qui se tiendra à Abidjan du 10 au 17 mars.

Qui ne tente rien n’a rien ! Ils se sont lancés dans l’aventure et leurs efforts ont payé. La chorégraphe Judith Olivia Manantenasoa et le groupe « Nainako » ont été sélectionnés et figureront parmi les 64 groupes qui vont participer au MASA 2018 à Abidjan. Très peu par rapport à la Côte d’Ivoire qui par exemple, compte une dizaine de représentants pour cette 25e édition, mais c’est déjà un grand pas pour la culture malgache. Dans la catégorie « conte, humour, théâtre, slam » ou encore les arts de rue, la Grande Ile n’a effectivement aucun représentant. On espère néanmoins qu’ils porteront haut le flambeau malgache et brilleront par leur prestation.

Les représentants malgaches. Fondé en 2000 par deux anciens musiciens et solistes du groupe «Vaovy», « Nainako », le groupe composé de jeunes artistes originaires du pays « antandroy » fait souvent mouche. Ses polyphonies vocales, ses rythmes, son instrumentation et ses danses qui intègrent des influences et des couleurs africaines… Tout en gardant les instruments originaux ; le « lokanga », le « marovany », les percussions « antandroy », la guitare, les congas et le djembé, la bande à Matthieu emporte son public vers d’autres lointains rivages et encore certainement le public qui viendra le voir en Abidjan.Danseuse et chorégraphe, Judith Olivia Manantenasoa habite Tana, mais ses créations la mènent aux quatre vents, sur tous les continents, comme ça va être le cas du 10 au 17 mars au MASA. « Métamorphose », qu’elle a déjà présentée sur la scène du « Ballet du Nord » à Roubaix, à la « Biennale de Danse » du Val-de-Marne,  au Mozambique ou encore à l’Is’Art Galerie récemment accrochera encore certainement les amoureux de danse.Mahetsaka

News Mada13 partages

Vakinankaratra : Noël des pauvres à Antsirabe

L’association Zanak’i Bira et Fifiabe plus Suroit Madagascar oeuvrent pour les  plus démunis.

Une manifestation «Hetsika tolo-tànana» sous la houlette du comité d’organisation dirigé par Suzette Hazienarivelo et le  Directeur général de l’agence Fifiabe plus Suroit Madagascar, a eu lieu Alain Rakotonirina, récemment à Antsirabe. Dix-huit fokontany et des familles des rues de la ville d’ Antsirabe I ont été ciblés lors de la première édition qui s’est tenue le 22 décembre dernier en préparation de la fête de la Nativité.

Des sociétés locales dont Karmaly , Socolait , Aigle d’or, ,Tranombarotra Pascal , Galana ,  RTA et TVM Région et les bienfaiteurs dont le PDG du groupe E-média Madagascar ,PDG Cofarma ou la coopération pharmaceutique Malgache  Lion’s Club Sunrise, ont contribué au succès de la réalisation de ce Noël des pauvres à Antsirabe et les organisateurs ont tenu à les remercier particulièrement pour leur dévouement.

Manou

Midi Madagasikara12 partages

Polibrèves

* Des journalistes relégués au second plan. En effet, après avoir fait la couverture de la présentation de cérémonie de vœux, hier, ils ont dû quitter la grande salle pour gagner ce qu’on a qualifié d’«espace de restauration». Comme s’ils étaient des journalistes de seconde zone.

* Les membres de la presse n’ont pas eu le droit d’utiliser leurs téléphones mobiles, hier, à Iavoloha. Des dispositions qui ont perturbé les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions. Pourtant, c’est un outil de travail pour eux.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

Conjoncture : Les opérateurs économiques réclament des actions concrètes

Sur le plan économique, la reprise est de plus en plus perceptible. Une autre crise politique pourrait toutefois tout remettre en cause.

Economiquement parlant, Madagascar est sur la bonne voie. C’est ainsi que l’on peut résumer le discours présidentiel d’hier.

Petit à petit

Tout en reconnaissant que le retour à la croissance économique n’a pas encore d’impacts positifs palpables au niveau de la grande majorité de la population malgache, le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas hésité à dire que les actions menées depuis son accession à la magistrature suprême mènent le pays, petit à petit vers le développement. Une affirmation confirmée, d’ailleurs par les différents rapports publiés par les bailleurs de fonds. Pour ne citer que le FMI qui affirme notamment que « sous l’égide du gouvernement actuel, démocratiquement élu, la croissance a accéléré progressivement (malgré les chocs), la stabilité macroéconomique s’est renforcée, des réformes de la gouvernance sont en cours, et les investissements publics et les dépenses sociales commencent à augmenter ». Pour rappel, le taux de croissance économique se chiffrait à 4,2% en 2016 et est resté supérieur à 4% en 2017. Pour 2018, la prévision est de 5,1%.

Handicapés

Cette croissance économique s’appuiera notamment sur le secteur secondaire qui atteindra un taux de 6%, grâce à l’agro-industrie, l’industrie de boisson, l’industrie du bois, et bien évidemment le textile qui connaît ces derniers temps un réel dynamisme. Les exportations des produits industriels figurent d’ailleurs parmi les éléments clés du développement cités par le Président de la République. Sur ce point, justement, les industriels ne manquent pas de faire remarquer que le problème à Madagascar c’est qu’il manque encore ce passage à l’action pour concrétiser sur le terrain, les bonnes intentions. Dans le domaine industriel par exemple, la compétitivité de Madagascar n’est pas encore réelle. Tout simplement parce qu’en matière énergétique par exemple,les industriels malgaches sont encore handicapés par rapport à ceux d’autres pays. « Comment voulez-vous qu’on soit compétitif quand notre énergie est trois à quatre fois plus chère que celle de certains pays africains qui sont nos concurrents directs » déclare un opérateur économique. Une manière de dénoncer une fois de plus, la décision du gouvernement d’augmenter les tarifs de l’électricité. Certes, le Président de la République a eu raison en parlant de l’amélioration de la production énergétique grâce à différents projets d’infrastructures d’énergie renouvelable, mais pour les opérateurs économiques, le coût énergétique exorbitant pratiqué actuellement à Madagascar empêche l’industrie d’être véritablement compétitive surtout sur le plan international.

R.Edmond.

News Mada10 partages

Salaire des fonctionnaires : la hausse attendra

Aucune  hausse de salaire des fonctionnaires n’a été  annoncée par le chef de l’Etat, lors de la présentation des vœux de nouvel an au palais d’Iavoloha, hier. Une situation inattendue pour les agents de l’Etat.

Questionnée à ce sujet, la première concernée au sein du gouvernement, la ministre des Finances et du  budget, Vonintsalama Andriambololona, a avancé que «L’éventuelle hausse de salaire des fonctionnaires  attendra car l’heure est encore à l’assainissement. Une enveloppe est déjà prévue dans la loi de Finances». Celle-ci de poursuivre qu’«Aucun taux n’a été encore fixé concernant cette hausse. Cette décision appartient au chef de l’Etat».

En effet, l’assainissement au niveau du personnel de l’Etat a débuté en 2016 après une forte critique des bailleurs de fonds sur l’importante dépense engagée pour le paiement du salaire des fonctionnaires. Cette année encore, la dépense allouée au personnel de l’Etat constitue plus de 30% du budget général de l’Etat. Et la suspension de solde des 9 782 fonctionnaires non déclarés, en décembre dernier, entre également dans le cadre de cet assainissement, a annoncé la direction générale de la  gestion financière du personnel de l’Etat.

A ce propos, Vonintsalama Andriambololona a précisé que «la situation de la majorité des 9 782 fonctionnaires dont la solde a été suspendu,  a été régularisée vers la fin de l’année». La Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM) a abordé le sujet lors de son rassemblement, hier à Antaninarenina. Il a été annoncé à cette occasion que 4000 fonctionnaires, dont la solde est suspendue, n’ont toujours pas touché leur salaire.

R.R.

Midi Madagasikara8 partages

DREEF Atsinanana : Un bureau flambant neuf

La ministre Ndahimananjara lors de la remise des matériels et de l’inauguration du nouveau bureau de la DREEF Atsinanana.

La ville de Toamasina a été le théâtre d’une double cérémonie le 30 décembre 2017 dernier. Si la première a consisté en l’inauguration du nouveau bureau de la direction régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts de la région Atsinanana. La second a fait référence à la remise officielle de matériels à la direction en question. Entre autres, 18 motos tout- terrain, des ordinateurs, des tables et des chaises qui sont censés permettre une amélioration des services auprès de ladite direction. L’évènement a également été l’occasion pour la ministre de l’Environnement de faire un petit rappel aux agents du ministère de l’Environnement siégeant dans la capitale des Betsimisaraka. Johanita Ndahimananjara de noter ” que la priorité du ministère réside dans la lutte contre les trafics illicites des ressources naturelles ”. Et  elle également de rappeler que les trafics en question ont été limités ces dernières années. La ministre toujours d’affirmer / “ C’est dans cet esprit qu’est opéré la dotation en matériel des directions régionales “.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

CUA : Budget voté et dons aux sinistrés d’AVA

Le budget 2018 de la CUA a été voté hier à Analakely.

La session budgétaire du conseil municipal d’Antananarivo a exécuté hier son principal ordre du jour qui est l’adoption du budget primitif de 2018. En effet, 37 conseillers municipaux sur les 49 présents ont voté le projet du budget soumis par l’Exécutif municipal. A rappeler que le budget 2018 de la CUA se chiffre à un peu moins de 50 milliards d’ariary. Une grande partie de ce budget sera allouée à la construction de nouvelles infrastructures, qui entre dans le cadre de la reconstruction de la Capitale promise par la maire Lalao Ravalomanana durant sa campagne électorale.

Solutions pérennes. Par ailleurs, la CUA a dépêché hier une délégation auprès des sinistrés du cyclone Ava  dans le IIIe arrondissement de la Capitale, plus particulièrement à Ankorondrano Andranomahery, Tsaramasay et Ankazomanga Andraharo. Cette délégation a offert des dons à ces sinistrés. La CUA envisage des solutions pérennes aux problèmes des bas quartiers d’Antananarivo.

R. Eugène

Midi Madagasikara7 partages

Revendications syndicales : Situation actuelle très tendue selon la SSM

La loi n’est respectée ni par les dirigeants, ni par les employeurs du secteur privé, selon la Solidarité des Syndicats de Madagascar (SSM). Les membres de ce groupement ont exprimé leur mécontentement hier, devant les médias. « La situation est très grave ! L’Etat tout comme la majorité des employeurs du secteur privé n’a plus aucun respect pour les salariés. Les salaires et les conditions de travail ne respectent plus les normes ». Tel est le message lancé par la SSM, lors de sa réunion qui s’est tenue au Pavé Antaninarenina, assistée par les médias. Le Secrétaire général du SSM, en charge du secteur privé, Ralison Rakotomanga a évoqué le cas de congés forcés à cause de fermeture annuelle des entreprises, en citant particulièrement un cas à Andraharo, où les employés sont obligés de prendre 30 jours de congé, alors que certains d’entre eux ne disposent plus que de 20 ou 25 jours de droit de congé. « A cause de cette situation, ces employés sont en flottement et subissent une sorte de chômage technique que l’employeur n’arrive même pas à expliquer. L’Etat doit prendre des mesures car il y a une loi à respecter si vraiment on est dans un Etat de droit », a soutenu le SG du SSM.

Prête à collaborer. Du côté du secteur public, le cas de suspension de salaires de certains fonctionnaires présumés « fantômes » n’est pas encore résolu, selon le SG en charge du secteur public, Dr Jean Raymond Rakotoniasy. « L’Etat devrait d’abord régler ces impayés et procéder ensuite à l’identification des fonctionnaires fantômes. Si le but est vraiment d’assainir la Fonction publique, nous sommes prêts à collaborer pour réussir ce défi, mais il faudrait commencer par le ministère des Finances et du Budget », a-t-il avancé. Par ailleurs, les membres du SSM ont également pointé du doigt les différents ministères qui ne réagissent pas, face à la suspension des salaires de leurs employés. En effet, ces différents départements peuvent attester si ces fonctionnaires sont bel et bien en service. Face à ces tensions avec l’Etat et le Patronat privé, le SSM compte faire une manifestation à Andraharo, la semaine prochaine. Par solidarité, même les employés de l’Etat ayant déjà reçu leurs salaires suivront le mouvement, d’après les déclarations des syndicalistes.

Antsa R.

News Mada5 partages

Lahateny teny Iavoloha : miketrika ny hijanona amin’ny fitondrana ny mpitondra

 Lahateny tsy misy fotony sy dikany be  loatra ho an’ny sarambabem-bahoaka ny niseho teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha, tamin’ny fifampiarahabana noho ny taona  vaovao. Nisongadina tamin’ny kabary rehetra ny hijanonana eo amin’ny fitondrana sy  hifikirana amin’izany. « Hotohizana amin’ity  taona ity ny fametrahana fotodrafitrasa fototra… Mila mihazakazaka isika satria tsy tena mipaka any amin’ny ativilanin’ny malagasy ny ezaka atao… », hoy ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana. Azo adika ho tsy fahaiza-mitantana izany raha tao anatin’ny efa-taona eo an-tanana ny  fahefana  sy ny hery rehetra, nefa  tsy nisy mba nipaka  any anivon’ny  vahoaka. Resabe fotsiny ny natao hatramin’izay  nefa mbola miketrika ny mbola  hanohy indray ny  fitantanana ny firenena.

Hanohy  izao fampahoriana vahoaka izao  ny mpitondra

Tsy mifanalavitra amin’izany rahateo ny nambaran’ny filoham-pirenena, ny amin’ny hanohizana ny ambara fa dingana efa vita. Efa filazana  mivantana izany fa hanohy izao fampahoriana sy fampahantrana vahoaka izao ity fitondrana ity.

Etsy andaniny, nohindrahindrainy fa efa nidina ny tahan’ny fahantrana raha maherin’ny 90% izany tamin’ny nandraisany ny fitondrana. Niakatra kosa ny  tahan’ny harinkarena amin’izao fotoana izao.  Raha niakatra,  nahoana ny tsy nampiakarina ny karaman’ny mpiasam-panjakana ?  Tahan’ny  harinkaren’ny  sasany ny niakatra fa ny vahoaka, latsaka an-katerena  anaty fahantrana lalina.  Tsy mbola  nisy fitondrana  tahaka  izao tamin’ireo mpitantana nifandimby.  Mifanohitra tanteraka ny ambaran’ny mpitondra.

Manilika  ny tsy fahombiazana amin’ny teo aloha

 Tahaka izany koa  ny nambaran’ny filoha Antenimierandoholona, Rakotovao Rivo. « Koa manainga antsika rehetra mba hiaro izany fandresena izany », hoy izy.

Nailiky ny filoha Rajaonarimampianina amin’ireo mpitondra teo aloha koa ny rihitra amin’izao  fahantrana sy ny  olana samihafa iainan’ny firenena izao. « Iza ny tompon’andraikitra tamin’izany », hoy izy.  Matoa  nandray ny fitantanana, efa mahalala izany ka tokony  ho  efa nivonona fa tsy hiala  bala noho  ny tsy fahombiazana amin’ny fitondrana firenena. Notsikerainy mafy ny momba ny fanehoan-kvitra anaty tambajotran-tserasera manakiana ny fitondrana. Matoa  koa anefa izany miseho, misy tsy  fahaizam-mitantana sy tsy  fahaiza-miasa  ao ka  tsy  horaisina am-bolony ho  tsy fitiavana. Nambarany ho malalaka ny fanehoan-kevitra, saingy  tsy  izany ny tranga niseho  tao anatin’ny efa-taona. Efa nanandrana nanao hetsika  ny Mitsangana  ry Malagasy fa voasakana. Tsy afa-bela koa ry Ravalomanana raha nikasa ny hankalaza ny tsingerintaon’ny Tim  na  efa nandresy  teny amin’ny fitsarana aza. Aiza ny demokrasia,  dradraina ?

Ankoatra izany,  notanisaina fotsiny ny olana : ny vidim-bary, ny fiakaran’ny vidim-piainana…  fa ny fepetra sy  vahaolana tsy misy.

Midika  izany  fa lahateny poakaty sy mirona any amin’ny fifikirana amin’ny seza ny natao  teny  Iavoloha.

Randria

Midi Madagasikara5 partages

Football – Elections : Nourdine réélu à Boeny, trois élections boycottées

Bis repetita. Comme on s’y attendait, les élections à Bongolava, Vatovavy Fitovignany et Haute-Matsiatra n’ont pas eu lieu. On attend la décision de la commission électorale nationale sur le cas de ces trois ligues. A Mahajanga, Nourdine a été reconduit à son poste.

Aucune issue trouvée. Les présidents de sections à Vatovavy Fitovignany et à Haute-Matsiatra campent sur leurs positions. « Il n’y aura pas d’élection si les quatre candidats ne sont pas éligibles. C’est la deuxième fois que cette élection a été organisée, même, si on va la refaire pour la troisième fois, ce sera toujours le même résultat, nous n’accepterons pas de participer au vote » a déclaré le porte-parole des présidents de section dans la ligue de « V7V ». Même scénario à Fianarantsoa où les cinq présidents de section ont boudé l’élection. « Nous avons signé un procès-verbal comme quoi nous demandons l’organisation d’une élection dans le plus bref délai. Nous voulons une élection, c’est-à-dire plusieurs candidats et non pas un candidat unique imposé par la Fédération malgache de football (FMF) » a fait savoir Damenja Lambozafy, président de la section d’Isandra. Pour en revenir à la journée d’hier, l’élection devrait se dérouler à l’Hôtel Sofia, mais les responsables au sein de cet établissement hôtelier ont décidé d’interdire la tenue du vote dans leur local. Ils ont peur que la situation dégénère. Après les sections, d’Isandra, Fianarantsoa, Ambohimahasoa et Lalangina, celle d’Ambohimahasoa les a rejointes pour dénoncer cet abus de la fédération. A Bongolava, le quorum n’a pas été atteint car seule une section sur les deux votantes était présente.

Reconduit. A Mahajanga, Nourdine a été réélu à la tête de la ligue de football de Boeny pour un mandat de quatre ans. Réélu le 15 décembre dernier, mais, faute de majorité absolue, la CEN a décidé de refaire l’élection. Il a fallu passer au 5e tour pour que Nourdine ait atteint la majorité absolue. Au terme de quatre tours serrés où Haja et Nourdine ont récolté deux voix respectivement, une section a décidé d’attribuer sa voix au cinquième tour au président reconduit. En somme, 19 présidents de ligues sont connus et trois postes sont encore vacants. Pour ces trois ligues, on attend la décision de la CEN car l’ouverture de la candidature pour le président de la FMF et du comité exécutif sera lancée le 17 janvier prochain. Nous en reparlerons.

T.H

News Mada4 partages

Acces des psh aux transports en commun : des opérateurs s’engagent

Les différentes séances de sensibilisation menées à l’endroit des opérateurs dans le domaine du transport en commun, notamment les chauffeurs et receveurs des taxi-be, au niveau de quelques lignes dans la capitale, relatives à la promotion d’une meilleure accessibilité des personnes en situation de handicap (PSH) aux transports en commun, ont porté leurs fruits.

Les instructions prodiguées et menées dans le cadre du projet « Lamina »,  mis en œuvre par l’ONG Lalana et soutenu financièrement par l’Union européenne, commencent à être matérialisées par les opérateurs de quelques lignes, dont celles de la coopérative des bus 146.

Une place facilement  accessible, réservée aux personnes à mobilité réduite,  a été prévue pour que celles-ci n’aient pas de difficulté à monter dans le bus de même que pour descendre, d’après le témoignage d’un conducteur de bus 146, Rémi Fanomezantsoa, lors d’une interview, au niveau de l’arrêt de ces bus au Mausolée.

Ce dernier figure également parmi les opérateurs qui ont pris l’initiative de transporter gratuitement les PSH, sans leur demander de frais, si d’autres appliquent une réduction de tarif.  D’après les constats sur les lieux, des receveurs des taxi-be adhèrent aux bons gestes à  appliquer pour aider les PSH à mieux accéder aux bus, notamment en annonçant l’itinéraire du véhicule en question, mentionnant le nom de chaque prochain  arrêt ou encore en plaçant une plaque sur la voiture ou sur le pare-brise.

Notons que depuis le mois de mai jusqu’au début du mois de décembre dernier, 2762 chauffeurs, 2755 receveurs et 155 pointeurs ont été sensibilisés sur ce sujet. Ce qui signifie qu’actuellement, il existe 2.762 taxibe touchés par les campagnes de sensibilisation pour le respect des droits des PSH.

Des efforts restent à déployer

A en juger ces initiatives, on peut dire qu’on va vers une bonne entente entre les PSH ainsi que les chauffeurs, les receveurs et les pointeurs des transporteurs en commun. Toutefois, le personnel des taxi-be a quand-même fait savoir les difficultés les empêchant d’accepter dignement les PSH. Et pour cause, ils sont bousculés tout le temps par les agents de la circulation dans les arrêts intermédiaires, rendant difficile l’accès des PSH aux transports en commun.

«L’attente de quelques minutes dans un  arrêt est passible de sanction émanant des agents  de la circulation pour cause de non respect d’arrêt, alors que les PSH ont quelque difficulté  pour accéder aux bus»,  a indiqué un conducteur d’une ligne 146, Rajaomanantena. Notre source, tout comme leur collègue de travail, juge nécessaire de renforcer les sensibilisations à l’endroit de ces agents.

Les agents de la circulation ont bénéficié d’une série de formation suivie d’une série de discussion, dispensées par les membres de l’équipe du Projet. «Ce qui va surement contribuer à éliminer l’incompréhension mutuelle entre les agents de la circulation et les chauffeurs, et les receveurs des taxibe», estime un responsable au sein de l’ONG Lalana.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara4 partages

« Cité du jardin du siècle » Bemasoandro : Toherin’ny mponina ny fanorenana tsy manara-drafitra

Isan’ny fotodrafitrasa manome endrika ny kaominina Bemasoandro-Itaosy, distrikan’Antananarivo-Atsimondrano ny “Cité du jardín du siècle” izay miorina ao an-toerana. Indrisy anefa fa manomboka tsy voahaja intsony ny endrika nampiavaka izany toerana noho ny ataon’ireo olona sasany, izay vao tonga manorim-ponenana ao amin’io tanàna io. Araka ny fantatra, ny orinasa sinoa SOGECOA no nanangana ity cité ity tany am-piandohana. Ity orinasa ity no tompon’ny tany ka nametraka ny rafitra tsy maintsy arahin’ireo izay hanorina trano sy hipetraka eo amin’io faritra io. Isan’izany ny tsy maintsy hanajana ny filahatry ny trano (allignement) sy ny hanajariana faritra ho zaridaina manoloana ny trano mba hanomezana tontolo iainana mirindra sy mendrika izany atao hoe “cité” izany. Misy araka izany ny bokin’andraikitra na “cahier de charges” mirakitra izany fepetra izany ka tsy maintsy ataon’ireo mpangataka sonia. Tsy araka izany anefa ny zava-misy ankehitriny fa toa samy manao izay tiany sy metimety aminy ny sasany amin’ireo mponina eny. Ny tena loza ary mety hanakorontana tanteraka ny fiaraha-monina eo an-toerana dia ny mandre sy mahita fa ireo izay tena manara-dalàna indray no iharan’ny tsy rariny. Ohatra azo raisina amin’izany ny manjo ny Fianakaviana Rakotovao L. Teratany vahiny iray mifanila vodirindrina amin’io fiakaviana io no manao fanitarana ny tranony amin’ny fomba mifanohitra tanteraka amin’ny voalazan’ny bokin’andraikitra nifanarahana. Tsy vitan’ny hoe tsy najaina ny “allignement” satria narosony hatrany amin’ny tamboho eo anoloan’ny tanànany ilay fanitarana fa mbola nasiana rihana avo dia avo ilay trano nitarina.

Very zo tanteraka.Vokany, takona tanteraka ny tranon’ny Fianakavina Rakotovao L. Ity farany izay milaza fa tsy teto an-toerana fa tany ivelany raha nanomboka io fanitarana io ity teratany vahiny ity. Mahagaga ihany ny nahazoan’ity farany alalana nanao izao fanitarana izao, na ny “Permis d’extension” teo anivon’ny kaominina Bemasoandro, satria dia manana izany tokoa izy. Araka ny lalàna anefa, tokony nisy ny fifampiresahana teo amin’ny mpifanolo-bodirindrina sy ny fitsirihana ifotony ataon’ny kaominina vao azo atao izany. Noho io antony io dia nilaza fa nangata-panazavana tamin’ny Ben’ny tanànan’i Bemasoandro Rakotovao L. Nazava anefa ny valinteny nomen’ity tompon’andraikitra ity fa sarotra aminy ny hamoaka indray didy hampiatoana ny asa fanitarana ataon’ity teratany vahiny ity, satria efa nomeny alalana io. Ilay teratany vahiny koa moa etsy ankilany, minia manampin-tsofina tsy mety hifampiresaka mihitsy fa manohy hatrany ny asa efa natombony. Koa satria tsy hita mihitsy hatreto ny marina momba ity raharaha ity ary mahatsiaro ho very zo tanteraka ny Fianakaviana Rakotovao L, dia nilaza ho efa mitondra izany eny amin’ny Fitsarana ity raim-pianakaviana ity. Noho izany, manaitra ny sain’ny tompon’andraikitra sy ny manam-pahefana voakasik’izao olana izao ny mpitory mba hijery akaiky izany.

T.M.

News Mada3 partages

Dihy an-tanàn-dehibe : hivelatra kokoa ny « Festival Ambony Ambany 5 »

Misokatra ny fisoratana anarana ho an’ireo maniry haneho ny talentany sy hifaninana mandihy hip-hop, dance-hall na koa krump. Izany hoe, ireo karazan-dihy an-tanàn-dehibe. Entanina handray anjara amin’izany ny manan-talenta rehetra, hatrany amin’ny faritra.

Tafiditra indrindra ao anatin’ny « Festival Ambony Ambany » ny fifaninanana ary tsy hifarana ny fisoratana anarana amin’izany raha tsy ny 11 febroary izao.

Tonga amin’ny andiany fahadimy ity « festival » tokana iraisam-pirenena momba ny dihy an-tanàn-dehibe ity. Hatramin’izay, nijanona tamin’ny hip-hop ny karazan-dihy nifaninanana. Manomboka amin’ity andiany ity kosa, hivelatra amin’ny dance-hall sy krump izany, araka ny fanazavan’ny mpikarakara.

Manokatra varavarana, ahafahan’ireo tanora manan-talenta maneho izany hatrany ivelany any sy mitondra avo ny voninahi-pirenena eo amin’ny tontolon’ny dihy ny « Festival Ambony Ambany ». Amin’ity indray mitoraka ity, tsy hody miaraka amin’ny loka samihafa fotsiny ireo mpandresy fa mbola hanam-pahafahana mandray anjara amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena mihitsy. Araka ny fantatra, any Montpellier no hatao io fifaninanana io, izay hiompana amin’ny break-dance.

Marihina fa misy sokajiny maromaro ny fifaninanana : ny hifanandrinan’ny sekoly mpampianatra dihy, ny hifanandrinan’ny mpianatra avy amina sekoly na koa lycée. Misy koa ny fifaninanan’ny samy matihanina ary ny fifaninanana break-dance.

Iraisam-pirenena ny « Festival Ambony Ambany ». Hanam-bahiny ny amin’ity. Avy any Alemaina, Norvezy ary avy atsy La Réunion izy ireo. Ankoatra ny fandraisana anjara amin’ny fampisehoana samihafa, anisan’ny hitsara ny fifaninanana koa izy ireo ary hifanakalo fahaiza-manao amin’ny mpandihy malagasy.

Landy R.

News Mada2 partages

Pêche durable : rencontre entre les acteurs

Selon le constat,  les stocks de ressources halieutiques diminuent de façon régulière à Madagascar,  suite à la surexploitation et à des pratiques illicites de pêche. Les principaux concernés en sont conscient, c’est pourquoi, cette semaine à Toliara,  les pêcheurs de la Grande île participé à une réunion de concertation, initiée par WWF Madagascar et ses partenaires.

Il s’agit d’une visite d’échange entre les pêcheurs de la baie d’Ambaro, dans le nord-ouest du pays et ceux du plateau Mahafaly, dans le sud. Au programme, du partage, des récits d’expérience sur la gestion rationnelle de la pêche et sur les autres activités génératrices de revenus.

«Cette rencontre a optimisé les échanges d’expérience en revoyant les réalisations dans le la région de Mahafaly. Les pêcheurs ont pu tirer des leçons sur la bonne gestion et la valorisation des ressources marines, ceci dans une meilleure compréhension de la vie associative de la fédération», a expliqué Gaëtan Tovondrainy, responsable technique du volet marin de WWF Toliara.

La pêche est une des principales sources de revenus pour les populations locales. Le potentiel économique est tel qu’il est nécessaire d’assurer sa gestion efficace comme étant des ressources marines. C’est la raison d’être  de cette visite d’échange.

Pour les initiateurs du projet, la meilleure gestion des ressources contribue non seulement à améliorer les conditions de vie des populations concernées mais aussi, la situation socio-économique du pays, grâce à une gestion plus durable des ressource naturelles.

Arh.

 

News Mada2 partages

Madagascar mozarteum : la musique classique résonnera de nouveau

Véritable moteur de découvertes et de rencontres entre les artistes et les inconditionnels de la musique classique, Madagascar Mozarteum démarre l’année sur les chapeaux de roues avec son traditionnel concert classique de midi qui sera à son 86e édition ce 17 janvier à l’IFM.

Pour ce premier rendez-vous lyrique de l’année, Ny Andovy va offrir au public de 45mn d’enchantement musical de haut de gamme en interprétant une série de  concertos en Ré mineur de Johann Sebastian Bach,  en Sol mineur de Johann Joachim Quantz et Brandebourgeois No 4 de Johann Sebastian Bach. La formation sera composée de Kiady Rakotomalala (violoncelle),  de Lalasoa Rajoelisolo, et Rova Rajoelisolo (flûte). A cela

s’ajoutent aussi les violoncellistes Andry Robison,  Hervé Rabarison, Ravo Raboanarison, Samuthiah Andrianarivelo et le pianiste Vitou Razafitrimo.

Calendrier chargé

Comme chaque troisième mercredi du mois, c’est devenu un point de rendez-vous incontournable à l’Istitut français pour les aficionados. Dans cette optique, l’ensemble Vocal Kanto enchaîne la programmation avec un extrait de «La Flute Enchantée» de W.A.Mozart, le 21 février. S’ensuivra le 28 mars un concert de piano avec Mirana Randria, accompagnée d’un orchestre. Le concert se conjugue au masculin avec le pianiste concertiste classique Mahery Andrianaivoravelona qui sera à l’affiche le 11 avril.

Madagascar Mozarteum accueillera une artiste de renommée internationale le mois de mai avec Chrysaetos qui nous vient tout particulièrement de la Suisse.

«Voilà 7 ans que nous nous sommes posés la question pourquoi ne pas créer à Madagascar l’association Madagascar Mozarteum tout à l’image de Mozarteum Argentina de mon pays. Et on a décidé d’attirer l’attention du public mélomane et éclectique d’Antananarivo sur la grande musique classique. Aujourd’hui, le succès d’estime nous a poussés à continuer, à persévérer. Nous espérons que les amoureux de la grande musique classique nous rejoindront pour donner de leur temps dans cette éblouissante aventure», note le président de l’association, José Bronfman.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar2 partages

Projet de psycho-société

Comme si  cela ne suffisait pas ! Madagascar était déjà une île-continent, «plus grande que la France et le Bénélux réunis», ainsi que nous récitaient nos anciens manuels d’histoire. Mais, il a fallu y rajouter le décalage, persistant et croissant, entre la ville et la campagne (Madagascar serait à 80% paysan soulignent régulièrement les documents de la Banque mondiale ou du PNUD) ; le fossé grandissant entre des hyper-riches vivant à l’heure de New York ou Paris, et depuis peu Dubaï ou Hongkong, l’île Maurice ou l’Afrique du Sud, d’une part ; le lumpen proletariat de villes alimentés par le «choix des pieds» et un exode rural qui vide les campagnes sans que jamais aucune statistique n’actualise les certitudes de tantôt, d’autre part ; et quelque part au milieu, sans doute plus pour très longtemps d’ailleurs, une classe moyenne en voie de disparition.Madagascar et le désert tananarivien, également, ou de l’absence d’un juste milieu, d’équipements urbains, d’infrastructures médicales, de tissu scolaire, sitôt franchies les frontières, d’ailleurs lâches, floues et tentaculaires, de l’ancien Antananarivo intra-muros (en l’occurrence intra-hadivory, même si la Capitale a depuis un siècle, et dès avant 1895, franchi ses antiques «vavahady» et comblant au passage ses «hady», fossés défensifs, aujourd’hui oubliés (Ankadinandriana, Ankaditapaka, Ankadifotsy).La citadinité, mais laquelle, encore. Sur «Tana», un microcosme tananarivien constitue une citadinité d’elle-même (of her own) qui évolue pour ainsi dire à part, franchement tangente par rapport à «autrui» qui  la regarde vivre sans qu’elle-même se rende encore compte de la réalité, qu’elle devine difficile de ce quotidien «autre», si proche et tellement lointain. À distance moyenne d’Antananarivo, de sa sortie Sud (Ankadimbahoaka, Tanjombato) et de sa sortie Est (Mahazo, Ambatobe), deux villes, Antsirabe et Toamasina, se caractérisent par une relative modernité : au moins à un titre, les quotidiens tananariviens, dont les pages régionales sont réduites à la portion symbolique, y parviennent dans la journée.Les autres chefs-lieux sont déjà trop loin, authentiquement «provinciaux», livrés à eux-mêmes : l’obligation d’assumer une grandeur déjà trop lourde à porter pour le peu de moyens d’une décentralisation qui n’a jamais été au-delà des mots, ne serait-ce que celui de «financière». Les mots d’un chercheur de l’Université de Caen, Jean Lavoué, me semblent leur s’appliquer à merveille : «la perception d’un social éclaté renvoie d’abord à la grande solitude des individus dans nos sociétés technocratiques avancées. Plus de cadre pour affermir sa mémoire. Plus d’appartenance. Plus de futur imaginé ensemble. Nulle projection vers un devenir commun. L’homme de la fin du XXème siècle doit assumer seul le dur métier de vivre (…) le vide social s’est installé au coeur même du dialogue du “je” avec “soi-même” (…) Comme il est difficile de décider seul de ce qui est bon pour soi !» (Reconsidérer les miettes du social, International Review of Community Development (20), 1988, p.48).C’est dans cette société malgache, pour cette société malgache, et par (?) cette société malgache, qu’il nous faudrait (re)trouver un projet de société. Quelque chose qui transcende les particularismes de notre double exception culturelle : tournés vers l’extérieur, nous sommes une île ; tournés sur nous-mêmes, nous sommes un archipel intérieur d’îles «foko». La société malgache peut-elle être, ou non, la somme de ses «exceptions culturelles» ?Paradoxalement, sinon par quelque ironie, parti en quête d’un projet de société, je me retrouverais à souhaiter un leadership. Est-ce l’orientation collective commune qui dessine le leader ou c’est le leader qui trace l’orientation collective commune ? Question schizophrénique.Voilà 170 ans, «Le Manifeste du parti communiste» de Karl Marx avait pu tracer une nouvelle conception du monde qu’allaient essayer de mettre réellement en pratique les révolutions russe, chinoise, vietnamienne ou cubaine du XXème siècle. En 1896, et toujours en allemand, le Juif Theodor Herzl écrivait son livre au titre explicite «Der Judenstaat», l’État juif, qui allait progressivement prendre corps à travers la «déclaration Balfour» (2 novembre 1917) ou le vote des Nations Unies du mercredi 26 novembre 1947. Deux siècles après le «riaka no valam-pariako» du roi Andrianampoini­merina, que saurions-nous inventer d’assez exaltant pour tracer la marche et montrer la voie, bouger déjà, avancer enfin et sortir de cette impasse ?Les penseurs de la société sont nombreux à souligner l’absence, désormais, de consensus macro-social (Jean-Pierre Boutinet) ; l’omniprésence, par contre, de la «solitude urbaine» (Johanne Gauthier) ; le dialogue, encore à inventer, entre «solidarité» et «solitude», cette dernière «jamais autant vécue, et jamais aussi peu étudiée» (Michel Hannoun).Mon voyage intellectuel fut sur le mode de «Making sense of today’s chaos» (Alvin Toffler). La grille de lecture universelle, «la civilisation de l’angady, la civilisation de la chaîne d’assemblage, la civilisation de l’ordinateur», permet-elle de comprendre la société malgache d’hier et d’aujourd’hui comme de préparer à la société malgache de demain ?Dans «Guerre et contre-guerre» (Fayard, 1994), Alvin Toffler et Heidi Toffler achèveraient presque de décourager l’architecte d’un projet de société pour le XXIème siècle : «les idées, les images et les symboles sont pris dans un véritable tourbillon, et l’individu pioche parmi les différents éléments pour former sa mosaïque ou son collage propre».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada1 partages

Mohamed Caabi Elyachroutu : “ady amin’ny kolikoly sy antoka ho an’ireo mpampiasa vola”

Nibahan-toerana tamin’ny kabary nataon’ny zokiolona solontenan’ny masoivoho vahiny eto Madagasikara, Mohamed Caabi Elyachroutu, nandritra ny fifampiarahabana teny Iavoloha, ny raharaha toekarena. « Manana harena betsaka tokony hotrandrahina i Madagasikara, eo amin’ny fizahantany, fambolena, jono, harena ambanin’ny tany … », hoy i Mohamed Caabi Elyachroutu, ambasadaorin’ny Nosy Comores. Tsy ampy mihitsy izany ny fifantohantsika amin’ireo seha-pihariana maro samihafa ireo, koa mitaky fahavononana amin’ny mpitondra fanjakana sy finiavana amin’ny vahoaka malagasy manontolo. Nasiany teny fa ny amin’ny « tsy maintsy hiantohan’ny fanjakana ny fandriampahalemana, ady amin’ny kolikoly sy fanomezana antoka ireo mpampiasa vola any amin’ny raharaham-pitsarana ».

Nandritra izany kabariny izany, nitondra ny fanamarihan’ny Banky iraisam-pirenena izy momba ny toekarena malagasy izay manomboka miarin-doha tsikelikely taorian’ny krizy naharitra dimy taona. Navoitrany manokana ny famatsiana angovo. Mibaribary ny maha tratra aoriana an’i Madagasikara amin’io sehatra iray lehibe iankinan’ny toekarena io.

Misy anefa ny ezaka ataon’ny fitondram-panjakana amin’ny famatsiana angovo, ny fitrandrahana angovo azo havaozina, avy amin’ny masoandro, rano sy fandaharanasa momba izany hatramin’ny taona 2021. « Ny hampiakarana hatrany ny harinkarem-pirenena anefa, miankina ihany koa amin’ny fanodinana akora fototra sy fanondranana vokatra any ivelany », hoy ihany ny masoivoho zokiolona, Mohamed Caabi Elyachroutu.

Tsy misy fivoarana ny ambanivohitra maro

Saingy eo anefa ny loza voajanahary, tsy azo ialana, manapotika ny  zava-bita, toy ny fambolena sy ny fotodrafitrasa. Voadona, araka izany, ny toekarem-pirenena. Ao koa anefa noho ny ataon’ny olombelona ihany, karazany mandrora mitsilany ihany, vokatry ny fiovan’ny toetr’andro, indrindra ny haintany. Misy ifandraisany betsaka amin’ny tsy fisian’ny fivoarana any ambanivohitra maro ireny fahapotehan’ny ala ireny. Lalana ratsy, jiro tsy misy, hopitaly marary … Manana andraikitra lehibe amin’izany ny mpitondra fa tsy hiandry ONG sy fanampiana lava avy any ivelany.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Naiditra am-ponja, omaly : polisy am-perinasa iray nanafika tobin-dasantsy

Polisy iray miasa eny anivon’ny minisiteram-bahoaka no tratra nanao fanafihana tobin-dasantsy iray teny Anosy, ny alakamisy alina teo, tokony ho tamin’ny 8 ora.

Voasambotra tao anaty taxi-be izy io rehefa nifanenjehana. Natolotra ny fampanoavana, omaly, ihany ary naiditra am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy. Araka ny fanazavana, tonga irery teo amin’ilay tobin-dasantsy ity polisy ity. Nanao saron-tava izy ary nambanany basy ny mpivaro-dasantsy hanome ny vola rehetra tany aminy. Tsy nahasahy nanohitra izy io ka namoaka ny vola. Nandeha niala teny an-toerana ilay polisy nanafika ary namonjy taxi-be mankany Andoharanofotsy. Niantso vonjy ilay mpivaro-dasantsy, nanenjika avy hatrany ny mpiambina sivily teny an-toerana. Tratra tao anaty taxi-be ary navoakan’ilay mpiambina sivily kanjo namoaka basy ary nitifitra. Tsy voa ilay mpiambina tamin’izany. Nahita izany ireo mpitandro filaminana miasa eo amin’ny antenimierandoholona ka nirohotra nanenjika. Tratra ilay lehilahy ary nampiseho karatra maha polisy. Tsy afa-nikofoka anefa ka natolotra ny polisin’ny BC Anosy. Niaiky ny heloka nataony izy io ary natolotra ny fampanoavana avy hatrany.

Nanao fanambarana avy hatrany ny eo anivon’ny polisim-pirenena momba ity polisy tratra manafika ity. “Tsy natao ho fialokalofan’ireo mpanao ratsy ny polisim-pirenena, ary tsy ekena sy tsy azo leferina ny fandikan-dalana ataon’ny mpitandro filaminana izay tokony ho andry iankinan’ny fandriampahalemana, sy hiaro ny vahoaka sy ny fananany”, hoy izy ireo. “Anisan’ny tanjona napetraky ny ministeran’ny Filaminam-bahoaka amin’ity taona vaovao ity ny fanohizana ny fanadiovana anatiny, ny fampanajana ny fitsipi-pifehezana sy ny sata mifehy ny mahapolisy, ka tsy hilefitra velively amin’ireo izay minia mandika izany ny polisim-pirenena.”, hoy ny fanamafisana.

Yves S.

News Mada1 partages

Fitsoahan’i Arfa Houcène mivady… : mpiandry fonja telo lahy naiditra eny Tsiafahy

Mandeha haingana ny fanadihadiana momba ny nahatafatsoaka ireo mpivady frantsay, Arfa Houcine Yerres. Mpiandry fonja telo naiditra am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy, ny alakamisy alina teo.

Natolotra ny fampanoavana izy ireo rehefa nataon’ny polisy fanadihadiana ary izao nidoboka eny Tsiafahy izao. Nilaza ny filoha lefity ny sendikan’ny mpandraharaha fonja, Andrianirina Ramarolahy, fa manaraka akaiky izao raharaha izao.

Araka ny fanazavana, teny an-dalana ho an’ny amin’ny fonjan’Antanimora no nisy nanakana ny taxi nitondrana ilay vazaha mpivady. Mpiandry fonja telo ny nitondra azy ireo tamin’izany.

“Ny 28 desambara rehefa ho an’ny fonjan’Antanimora, nisy fiara 4×4 roa, ka ny iray nitsivalana teo anoloana, ary ny faharoa niandry tao aoriana. Nivoaka tao ireo olona nanambana basy ary nampiditra ireo vazaha tao anaty 4×4 ary tsy hita nanomboka teo”, hoy ny fanazavana.

Andro vitsy taorian’izay, fantatra fa efa tafavoaka any Frantsa izy mivady ireo, ary niampita tany Mayotte talohan’ny nandehanany any an-toerana. Tsy nisy fanazavana ny teo anivon’ny fitondrana momba izany. Nandeha nangina ny fanadihadiana ary izao niafara tamin’ny fampidirana am-ponja mpiandry fonja izao. Ireto farany izay mihevitra fa misy ny teti-dratsy nahatafiditra ny naman’izy ireo ka mahatonga ny sendika mijoro hanaraka akaiky ny raharaha.

Firaisana tsikombakomba

Azo heverina fa firaisana tsikombakomba avo lenta ity fahatafatsoahana gadra ity. Efa vita paikady efa vita hatramin’ny madinika indrindra matoa nampiasana fiara 4×4, basy sns. Fantatra hatramin’ny ora andehanana. Tsy marary akory ireo vazaha ireo matoa nahavita nitsoaka tsy nisy olana. Mody narary. Mazava ho azy fa nisy ny firaisana tsikombakomba hatrany amin’ny famoahana taratasy, sns. Tsy mijanona eo amin’ireo mpiandry fonja telo naiditra eny Tsiafahy ireo ny fanadihadiana. Mety ho mpanatanteraka baiko fotsiny ireo, fa ny tena atidoha sy ny mpaniraka mbola any ambadika any.

ity izay voarohirohy ho nikasa hamono ny filoham-pirenena i Arfa Houcine Yerres , tafiditra amin’ny raharaha kidnapping. Niara niasa tamin’ny filoha sy ny manodidina azy izy io talohan’izao. Mifamahofaho ny raharaha. Tsy mbola nisy fanazavana ofisialy momba ity vazaha ity sy ny vadiny. Miandry ny rehetra fa tsy ho takonana fotsiny amin’ny fampidirana am-ponja ireo mpiandry fonja telo lahy.

Yves S.

Tia Tanindranaza1 partages

Fisondrotan-karamaNanantena tsy misy ny fonksionera

Samy niandry fatratra ilay fanambaran’ny filoha mba mety hampitsiky na ny mpanatrika ny lanonana teny Iavoloha omaly na ireo nanara-baovao tamin’ny haino aman-jery tany an-trano na tao am-piasana. Inona akory no teo fa tsy nisy filazana na dia fehezanteny iray aza momba ny fampisondrotan-karama.

Kepoka ny ankamaroan’ny mpiasam-panjakana efa nanantena satria mafy ny fiainana ka mba mahavita izay vitany ihany ilay 5 % na 8% fisondrotana kely iny; ampy mba hampilamindamin-tsaina kely aloha.Niakatra ny volana desambra teo ny vidin-tsolika, io iaraha-mahita io ny iray kapoaka amin’ny vary fa niakatra ho 700 ariary indray ary azo antooka fa mbola hisondrotra amin’izao fandalovan’ny rivo-doza izao.Mihatra amin’ity volana janoary ity ny fisondrotan’ny saran’ny jiro ho an’ireo rehetra mmanana fandaniana mihoatra ny 25kwh; tsy fantatra izao mbola ho ataon’ny mpitatitra satria efa nandeha ny siosion-dresaka amin’ny fanondrotana ny sara-dalana.Vao manomboka dia efa mavesatra izany ny taona 2018 ho an’ny mpiasam-panjakana, ary rehefa tsy nanambara fisondrotana moa ny filoham-pirenena dia mazava ho azy fa tsy hisy fisondrotan-karama ihany koa any amin’ny ankamaroan’ireo sehatra tsy miankina.Fantatra anefa fa fisondrotan-karama 8% no voasoratra ao amin’ny tetibolam-panjakana 2018 , saingy io tsy nasian’ny filoha resaka io.Nambarany moa omaly fa hoe : misy fotoanany ny zava-drehetra, asa hoe inona no dikan’izany!

Taonan’ny asa, hono…

Etsy ankilan’izay anefa dedaka omaly i Hery Rajaonarimampianina nilaza teny Iavoloha fa nahavita asa izy sy ny fitondrana tarihany.Toa nanilika ny rihatra tany amin’ireo rehetra nitondra teo aloha sy tamin’ny mpanjanan-tany ho anton’ny fahasahiranan’ny firenena izy.Kabary filôzôfika momba ny maha izy azy an’i Madagasikara sy ny Malagasy avy eo no nitranga, ka nilazany fa ilaina ny fanajana ny kolotsaina sy ny fahendrena Malagasy raha te handroso marina ka tokony hahay hifanaja ny rehetra.Hitohy ny fanamboaran-dalana sy fotodrafitrasa goavana amin’ity taona ity, hoy ny filoham-pirenena, eo ohatra ny fanitarana ny seranatsambon’i Toamasina sy Toliara , ny fanamboarana lalam-pirenena maro any avaratra sy atsimon’ny nosy, hisy koa eto Antananarivo.Ho tanterahana ilay tetikasa fametrahana “puce éléctronique” amin’ny omby mba hiadiana amin’ny asan-dahalo, ary ho tohizana ny fanomezana herinaratra sy rano fisotro madio manerana ny nosy.Hisy tetikasa goavana fizarana “plaques solaires”  ihany ko mba hirosoana any amin’ny fampiasana angovo azo avaozina.Nitsotra i Hery Rajaonarimampianina fa mbola mila fotoana fanampiny hahafahany manao asa bebe kokoa, mazava ny resaka fa kandida izy ary hampiasa izay rehetra eo am-pelatanany.

Toky R sy J.Mirija

 

Tia Tanindranaza1 partages

Raharaha Houcine ArfaHo avy ny ampamoaka goavana

Tsy mbola nandrenesam-peo momba ilay teratany Frantsay tafatsoaka ny fonja ary voalaza fa efa any Paris Frantsa hatramin’izao na ny ministeran’ny fitsarana, na ny mpitandro filaminana misahana ny sisin-tany , na ny ministeran’ny raharaham-bahiny Malagasy.

Nilaza ho tsy afaka ny mbola hiresaka aloha ireo tompon’andraikitra nanontaniana.Fa inona marina ary no tena ao ambadik’ity raharaha Houcine Arfa ity ? Ny efa azo antoka aloha dia nifanerasera tamin’ny fiadidiana ny Repoblika izy ary nisy fotoana dia nanofana ireo mpiambina ny filoham-pirenena .Tsy olonolom-poana noho izany i Houcine Arfa matoa tafiditra ao an-dapa ary miandraikitra ny fampianarana sy fanofanana ny mpiambina manokana ny filoham-pirenena.Iza marina ny olona nahita azy sy nitondra azy teto Madagasikara, ary inona marina no tena anton-dia na ny antony niantsoana azy ? Io no mahaliana ny maro satria mazava ny resaka izao tena misy zavatra hafa ao ambadik’ity raharaha ity ary tsy maintsy misy ny olona ambony eto amin’ny firenena tafiditra ao anatin’izany ; tena nisy tokoa ve ireo ambara fa teratany vahiny roalahy niraka taminy ka nambara fa efa tsy hita popoka ihany koa ? Misy mantsy ireo olona manodidina ny filoham-pirenena no efa tena malaza ratsy, voatonotonona amina afera manjavozavo ka mety ho anisan’izany koa ve ny raharaha Houcine Arfa ; re fa hisy ny ampamoaka mety ho ataon’ity teratany Frantsay tafatsoaka ny fonja ity ka hanambarany ny tena marina momba ny nataony teto Madagasikara sy ny zava-nitranga taminy ary mazava ho azy fa hisy ny anarana hivoaka avy amin’izany.Tsara ho marihana fa tsy nosamborina ary tsy nampidirina am-ponja tamin’ny fahatongavany tany Frantsa i Houcine Arfa.

RTT

L'express de Madagascar1 partages

Solidarité syndicale – Menace de grève si la coupure de solde se reproduit

Menace de grève. La Solidarité syndicale de Mada­gas­car (SSM) menace de s’engager dans une grève de tous les fonctionnaires, des employés privés et même du secteur informel si le problème survenu au mois de décembre ressurgit ce mois de janvier. C’est ce qui a été dit lors d’une réunion du syndicat à l’hôtel le Pavé à Antaninarenina hier. La présidente du SSM, Fanirisoa Ernaivo, a avancé que si ce cas se reproduit, le problème se trouve ailleurs. « Les salaires qui ont été coupés sont ceux du mois de décembre et nous ne savons pas si la même chose se reproduira ce mois de janvier. Si c’est le cas, notre problème ne sera plus uniquement la coupure de solde mais le logiciel Augure en lui-même », a-t-elle soutenu. Un autre problème a été soulevé durant cette réunion. Le SSM dénonce le fait que le ministère des Finances et du budget s’occupe de la coupure de solde des fonctionnaires fantômes à la place du ministère de la Fonction publique. « Nous chercherons toutes les solutions possibles pour que la gestion du personnel revienne à la FOP selon la loi », a martelé Fanirisoa Ernaivo.Du côté du ministère des Finances et du budget, on explique qu’il y a quand même une part de responsabilité des fonctionnaires et que les victimes ont failli à une simple formalité qui leur aurait permis de se démarquer des fonctionnaires fantômes. « Nous leurs avons demandé un certificat administratif, signé par leur chef hiérarchique, directeur des ressources humaines ainsi que du ministre pour lequel ils travaillent. Mais rien ne s’est fait, ce qui a causé tout ce problème », a expliqué un responsable.La bonne nouvelle est que, bien que le ministère ait refusé de rétablir sans conditions toutes les soldes coupées, à la demande du SSM, des fonctionnaires victimes ont pu toucher leur salaire du mois de décembre. Selon Fanirisoa Ernaivo, des fonctionnaires ont pu régulariser leur situation avant le 27 décembre et d’autres après le 1er janvier. Cependant, les chiffres diffèrent selon les parties. Si une source au sein du ministère des Finances affirme que plus de 50% des « omis » ont fourni leur certificat administratif, le SSM atteste que déjà 80% des fonctionnaires ont pu régulariser leur situation. Quoi qu’il en soit, il reste ceux qui ne peuvent pas encore régulariser leur situation à cause de l’absence des responsables dans les régions ou encore parce que les fonctionnaires concernés sont trop loin du bureau le plus proche.

Loïc Raveloson

Madaplus.info0 partages

Assemblée Nationale : une réunion parlementaire en vue

D’après une source auprès du gouvernement, une session extraordinaire se tiendra la semaine prochaine au parlement, or jusqu’avant hier, les parlementaires n’ont pas encore reçu aucune lettre de convocation pour cette session extraordinaire alors que les députés sont déjà pressés sur la discussion de la Loi électorale. Selon Jean Max Rakotomamonjy, la Loi électorale est la base du développement de la vie du peuple malgache.
En outre, des rumeurs circulent dans les deux parlements que les parlementaires procéderont à une motion de censure contre le gouvernement de Mahafaly Solonandrasana Olivier. Le Président de l’Assemblée Nationale de réagir que c’est une pure rumeur. Lui de rassurer qu’aucune motion de censure n’aura lieu pendant la session extraordinaire.
News Mada0 partages

Ady amin’ny halatra omby : tsy zava-baovao ny filazana “puce électronique”

Nasian’ny filoha Rajaonarimampianina teny, ny hiadiana amin’ny halatra omby, nandritra ny kabary nataony, omaly, teny Iavoloha. Ny hametrahana « puce électronique » amin’ny omby. Tsy zava-baovao loatra anefa ny filazana izany, saingy mbola tsy tanteraka.

Mambotry firenena sy amoizana ain’olona, ary efa hatramin’ny taona maro, ny asan-dahalo miaraka amin’ny halatra omby. Amanaliny isan-taona ny omby very lasan’ny dahalo eto Madagasikara, mitentina amina miliara ariary maro. “Amin’ity taona ity, asiana puce électronique ny omby rehetra hisakanana ny asan-dahalo”, hoy ny filoha Rajaonarimampianina. Zava-dehibe iray nisongadina izay tamin’ny lahateniny ary saika noraisin’ny maro tamin’ny famintinana izany.

Tsiahivina anefa fa efa nandraisana fanapahan-kevitra nandritra ny filankevitry ny minisitry natao ny 10 janoary 2017 ny ady amin‘ny halatra omby, nanomezana andraikitra miaraka ny minisiteran’ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana ; Fambolena sy fiompiana ; Vola sy ny tetibola ; Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria. Efa noheverina tamin’izay filan-kevitry ny minisitra, herintaona lasa izay, ny hametahana “puce électronique” hamantarana manokana ny omby ho fanamafisana ny FIB (Fiche individuelle de bovin) sy ny bokin’omby. Ho tombontsoan’ny kaominina rahateo izany rehetra izany no hahafahany tompon’andraikitra ao an-toerana ny mifehy tsena ao aminy.

Matsiatra Ambony sy ny ENI

Momba izay “puce électronique” izay ihany, efa nisy fifanarahana teo amin’ny Faritra Matsiatra Ambony sy ny Onivesiten’i Fianarantsoa, ny taona 2016, hiara-hiasa ho fanomanana ny fametrahana izany. Iaraha-mahalala mantsy ny fahavoazan’iny faritra iny eo amin’ny halatra omby. Nanatombo eo amin’ny asa fihariana aza ny fiompiana omby tany aloha any amin’ny faritra Matsiatra Ambony noho ny seha-pihariana hafa. Voalaza fa hanao fikarohana momba ny fanatanterahana izany ireo mpianatra informatika ao amin’ny ENI, Fianarantsoa. Nampanantena ny hisian’izany vokatry ny fikarohana izany ny ENI, saingy tsy fantatra ny tohiny hatramin’izao. Ripaka ihany ny omby any amin’iny faritra Matsiatra Ambony iny sy ny faritra hafa.

Fantatra ihany koa fa efa nihevitra ny handray anjara amin’izay ady amin’ny asan-dahalo izay ny Sampam-pianarana ambony momba ny lalàna. Nihevitra namolavola lalàna hoentina momba izany io Sampam-pianarana io ary hatolotra ny Antenimierampirenena hanamafisana ny fandriampahalemana any ambanivohitra. Nisy ve izay volavolan-dalàna izay tonga tao amin’ny Antenimierampirenena ?

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fiarovana ny « orchidée » : nahazo ny loka faharoa ny Ambatovy

Nozarain’ny orinasa ny Tetikasa Ambatovy tamin’ireo vondron’ny manam-pahaizana nandritra ny « Fihaonamben’ny fikarohana » ho an’ny taona 2017, ny asa vitany mikasika ny zavamaniry. Anisan’izany ny fiarovana ny karazam-boninkazo « orchidée » hita ao anatin’ny toeram-pitrandrahany any Ambatovy Moramanga. Nahazo ny loka faharoa ny peta-drindrina iray nataony tamin’ireo 49 nampirantiany, nampahafantarana ny fomba fiasa hampihenana ny tsindry sy ny vahaolana amonjena ny « orchidée ».

Naseho nandritra ity fampirantiana ity koa ny vinan’ny drafi-pitantanana ity zavamaniry ity , nandritra ny ampahany voalohany tamin’ny hetsika natao tao amin’ny valan-javaboahary Tsimbazaza, ny jona 2017 lasa teo.

Fanao isan-taona ny hetsika siantifika “Fihaonamben’ny fikarohana”, ka mandray anjara amin’izany ireo oniversite eto Madagasikara, ny ivon-toerana siantifika, ny minisitera samihafa, ary anisany koa ny Tetikasa Ambatovy.

Tetikasa miaro ny tontolo iainana

Tsiahivina fa manana drafitrasa manokana fikajiana ny tontolo iainana any amin’ny toeram-pitrandrahany any Ambatovy ity orinasa ity. Ao anatin’izany ny fiarovana ny zavamaniry, ny biby ary ny tontolo mananaina any an-toerana. Tafiditra ao ny tetikasa fambolen-kazo hamerenana amin’ny laoniny ny tontolo maitso, ny famindrana ireo biby sy zavamaniry manan-danja, toy ny varika, ny sahona mena, ny voninkazo “orchidée”. Miara-miasa amin’ny mponina manodidina ny toeram-pitrandrahana ny Tetikasa Ambatovy, ary manampy azy ireo amin’ny velon-tenany koa hanatsarana ny fiainany. Eo koa ny fiaraha-miombon’antoka amin’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana sy ny mpikaroka toy ny voalaza etsy ambony.

Njaka A.

News Mada0 partages

Syndicat des douaniers : la grève annulée

Le Syndicat des employés des douanes (Simpidou) annule la grève prévue les 8 et 9 juin prochains. Cela, à l’issue d’un entretien avec le ministre des Finances et du budget, a indiqué  hier le président du syndicat, Herizo Andrianavalona.

Le syndicat des douaniers se dit satisfait de la rencontre avec  le ministre des Finances et du budget les 3 et 4 janvier derniers. Leurs revendications ont été prises en compte, d’après le président du syndicat des douaniers, Herizo Andrianavalona. Rappel des faits : les douaniers ont réclamé une prime de motivation depuis l’an dernier, caractérisée par une grève d’avertissement en mai 2017, puis d’une grève illimitée le mois d’après.

En décembre dernier, le syndicat des douaniers est revenu à la charge en déposant un préavis de grève de 48 heures auprès du ministère des Finances et du budget. «Nous avons demandé audience au ministère des Finances et du budget à deux reprises, mais nous n’avons pas eu de réponse. C’est pourquoi nous avons déposé ce préavis de grève auprès du ministère des Finances. Nous devrions également le déposer au niveau du ministère de la Fonction publique et de tous les préfectures au niveau national conformément à la loi en vigueur», a expliqué Herizo Andrianavalona. Ce leader syndical d’affirmer qu’il s’agit de la suite des revendications  portant sur l’allocation de prime de motivation  non payée entre 2013 et 2016.

Une solution durable

«La ministre nous a reçu dès son arrivée au pays mercredi dernier. Elle a expliqué que la préparation de la loi de Finances 2018 et la tenue des sessions parlementaires sont les raisons du retard pour apporter une réponse à la requête des douaniers», et de poursuivre qu’«Une solution durable a été trouvée à l’issue d’une rencontre avec le ministre. Il s’agit d’un sujet de désaccord avec l’ancien ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana».

Questionné sur des détails autour de cette solution durable trouvée entre le syndicat des douaniers et le ministère des Finances, le président du Simpidou s’est retenu d’avancer plus d’explication. Pour rappel, la direction générale des douanes a déjà annoncé le paiement par échelonnement des primes impayées entre 2013 et 2016 l’an dernier. Le syndicat s’est heurté au refus du ministère de tutelle pour réviser le mode de calcul de cette prime. Ce fut d’ailleurs l’objet de la grève des douaniers en 2017.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Lanonana teny Iavoloha : tsy nipoitra Ravalo sy Rajoelina saingy tonga i Deba

Toy ny mahazatra, misy seza banga hatrany eny amin’ny lapan’Iavoloha amin’ny lanonana fifampiarahabana tahaka   ny niseho, omaly. Samy manana ny antony ny tsirairay…

Efa  lasa  nihazo ny any Toliara ny filoha teo aloha, Ravalomanana hifampiarahaba amin’ny mpomba azy sy ny vahoaka any an-toerana. Na izany aza, anisan’ny tonga  teny Iavoloha, nanatrika ny fifampiarahabana noho ny taona vaovao Ravalomanana Lalao, amin’ny maha ben’ny Tanàna azy. Tsy tazana teny an-toerana koa ny filohan’ny  Tetezamita  Rajoelina.  Eto an-toerana ihany anefa ny tenany amin’izao fotoana izao ary niarahaba ny  vahoaka malagasy noho ny taona vaovao,  ny fiandohan’ny taona teo.  Namaly ny fanasana kosa ny amiraly  Ratsiraka. “Tsy tokony ho maika amin’ny fifidianana isika.  Aleo aloha hirosoana ny fampihavanam-pirenena. Aorian’izany  vao hita eo na ho kandidà amin’ny fifidianana ihany na  tsia”, hoy izy. Vory lanona  teny Iavoloha avokoa ireo  filoham-piangonana efatra  mirahalahy  eo anivon’ny FFKM. Nitarika azy ireo ny filoha amperinasa, ny Mgr Razanakolona Odon. “Tonga avokoa izahay izao”, hoy fotsiny izy.  Samy tsy tonga avokoa ireo  depiote avy amin’ny Tim  sy ny Mapar.

Masoivoho vahiny miasa  sy monina eto amintsika…

Ankoatra ireo olona akaiky ny fitondrana, anisan’ny nanatrika izany ny PDS teo aloha, Andriampanjato Hasina, ny mpitarika ny Movma, Rakotomavo Lanto,  TGV teo aloha,  ny filohan’ny Akademia, Ranjeva Raymond… Teo koa ireo masovoho vahiny mias sy monina eto amintsika,  notarihin’ny avy amin’ny Pnud,  ny amerikanina, alemà…

Etsy andaniny, nangatsiatsiaka ny lanonana amin’ny ankapobeny. Maro rahateo ireo tsy tonga. Mety noho ny toetry ny andro  nanorana noho ny rivodoza  ny antony.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fandrakofana vaovao : tsy tafiditra teny Iavoloha ny mpanao gazety sasany

Mitohy ny tsy fahaiza-mandrindra asa sy ny fitantanana ?  Tsy tafiditra teny amin’ny lapan’Iavoloha ireo mpanao gazety maromaro, indrindra ireo sahy mitsikera mahitsy ny fitondrana, omaly.  Na inona mety ho olana tany anivon’ireo haino aman-jery ireo na ny  antony, tokony nohamoraina sy nikarohana vahaolana izany fa tsy hoe nosakanana hatramin’ny minitra farany. Handrakotra ny vaovao sy hitatitra  izany araka   ny fijeriny sy ny fahitany izany amin’ ny  mpihaino sy ny mpijery ary ny mpamaky  izy ireo nefa izao tratry ny  sakantsakana izao. Tsy  misy tsy vitan’ny fifampiresahana na fifampiraharahana amin’ny vanim-potoana lehibe  tahaka ireny. Tsy tokony hohasarotina satria efa manana ny karatra famantarana (badge) mipetraka any amin’ny fiadidiana ny Repoblika ny sasany amin’izy ireo. Anisan’ireo  tsy tafiditra ny avy amin’ny Free FM sy  Free News,  ny Viva Radio/TV,  ny Kolo TV/FM, ny La Verité sy  ny Inona ny vaovao…

Etsy andaniny, mbola nitohy ny tsy fahazoana mitondra finday amin’ny fidirana ny lapa. Fepetra efa nampiharina tamin’ireo  vanim-potoana amin’ny lanonana teny an-toerana ny tahaka izany, saingy misy ihany ireo sokajin’olona hafa afaka mitondra izany.

Manoloana izany, tokony hojerena manokana ny mpanao gazety amin’ny fandrakofana vaovao amin’ny vanim-potoana tahaka ireny.

Randria

 

News Mada0 partages

Kitra – «Caf Awards 2017» Nisongadina ny Egyptianina izay nanao pao-telo

 Azo lazaina fa taona tsara ho an’ny Egyptianina ny 2017, ho an’ny taranja baolina kitra. Norombahin’izy ireo avokoa mantsy ny amboara telo, teo amin’ny fanendrena izay mendrika, tamin’iny taon-dasa, iny.

 1…2…3…Egypta! Nandihizan’ny Egyptianina tanteraka ny sehatra, tao Accra Ghana, ny alakamisy lasa teo, nandritra ny fizarana ny loka ho an’ireo mendrika, teo amin’ny taranja baolina kitra, nandritra ny taona 2017. Amboara telo no indray norombahin’izy ireo. Anisan’ireny, ny naha voahosotra an’i Mohameda Salah, ho mpilalao mendrika. Raha tsiahivina, lohalaharan’ny Liverpool ny tovolahy ary faharoa eo amin’ny fampidiram-baolina, eo amin’ny fifaninanana anglisy, ankehitriny.

Ekipan’ny taona 2017 ny Faraonan’i Egypta, izay nahazo ny medaly volafotsy, nandritra ny fiadiana ny amboaran’i Afrika (Can 2017). Fanendrena nahagaga ary niteraka resabe teo amin’ireo mpanatrika, ity “Caf Awards”  ity, izany. Noheverin’ny rehetra mantsy fa ny Liona tsy voafolak’i Kameronina, tompondaka, no handrombaka izany.

Voalazan’ny teknisianina sy ireo mpanazatra ary mpanao gazety ara-panatanjahantena kosa fa ny nahatafita an’i Egypta, any amin’ny “Mondial 2018”, 28 taona aty aoriana, ny tena naharesy lahatra ireo mpifidy, ka nanolorana ny Faraona ny amboara. Manana ny lanjany mantsy ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, noho ny ho tompondakan’i Afrika, araka ny fanamarihan’izy ireo.

Ankoatra izay, mpanazatra mendrika ilay Arzantin, Hector Cuper, mitondra ny Faraonan’i Egypta, amin’izao fotoana izao.

Tompondaka

Ireo nahazo ny “Caf Awards 2017”

 Mpilalao lehilahy mendrika : Mohamed Salah (Egypta – Liverpool)

Mpilalao vehivavy mendrika : Asisat Oshoala (Nizeria – Dalian Quanjian)

Mpilalao tanora : Patson Daka (Zambia – Liefering)

Mpanazatra : Hector Cuper (Egypta)

Klioba mendrika : Wydad Athletic Club (Maraoka)

Ékipam-pirenena lehilahy 2017 : Egypta

Ékipam-pirenena vehivavy 2017 : Afrika atsimo

Loka «Platine» : Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, filohan’ny Ghana.

George Weah, filoham-pirenen’i Libéria. Mpilalao fahiny nandrombaka ny «Ballon d’or 1995»

    

News Mada0 partages

Lapan’Iavoloha : tsy voaresaka ny fanatanjahantena

Tsy mbola laharam-pahamehana ho an’ny fitondrana ny tanora sy ny fanatanjahantena, raha ho an’ity taona 2018 ity. Tsy voaresaka na indraimbava mantsy ny mahakasika azy ireo, na dia manana fotoan-dehibe hatrehina aza, amin’ity taona vaovao ity. Eo ohatra ny fiadian-toerana hiatrehana ny «Can 2019 », ho an’ny Barea de Madagascar izay efa eo an-tokonana. Mila ny fanohanana sy ny fankaherezan’ny mpitondra, ireo mpilalao amin’izany ka nefa dia voadingana. Mbola anisan’ny fotoan-dehibe ihany koa ny lalao Olympika ho an’ny tanora, hatao any Arzantina, izay tsy nasian’ny filoham-pirenena, teny akory ho azy ireo, eny fa na dia fankaherezana am-bava fotsiny aza.

Mampalahelo satria olana goavana ho an’ny mpanao fanatanjahantena indrindra fa ny federasiona ny ho enti-manana, amin’izany lalao izany. Hitodika aty amin’ny tanora sy ny mpanao fanatanjahantena ihany anefa izy ireo rehefa ho tonga ny fampielezan-kevitra ka amin’izay vao hahazo tohana ny tanora sy ny fanatanjahantena.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Fanendahana : mpamily taxi ny atidoha, voasambotra niaraka tamin’ny namany

Voasambotry ny polisin’ny boriboritany fahatelo Antaninandro ny lehilahy roa samy 36 taona, ny talata 3 janoary lasa teo noho ny resaka fanendahana . Nametraka fitoriana teny amin’ny paositry ny polisy Antaninandro ny teratany vahiny iray voaendaka teny Antsakaviro tamin’io fotoana io. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo tomponandraikitra eny an-toerana. “Saoferana taxi iray voasambotra teny Tanjombato ny 3 janoary  tokony ho tamin’ny 3 ora tolakandro raha tetsy amin’ny Cnaps Ampefiloha kosa ny iray hafa”, hoy ny polisy. Fantatra fa efa niasa tao amin’ilay teratany vahiny nandritra ny taona maro ity saofera ity. “Hainy, noho izany, ny mombamomba azy sy ny toerana fandehanany, ny vola ananany sy kirakirainy rehefa mivoaka ny trano izy. Tamin’ny 23 desambra teo izy io no nametraka fandaminana tamin’ilay namany, ilay mpamily fiara karetsaka, ny hanendahana ity teratany vahiny ity rehefa miditra ny tokantranony izy”, hoy ny fanazavana.

Ilay namany iray no nanatanteraka ny asa ratsiny rehefa nahazo ny vaovao rehetra mahakasika ilay vahiny. Nampiasa “big-boss” ilay lehilahy io nandritra ny fanatanterahany ny asa ratsy ka voaroba tamin’izany ny vola 600.000 Ar. Niaiky ny heloka vitany izy roa lahy tamin’ny fanadihadiana azy. Natolotra ny fampanoavana ny 4 janoary teo izy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Tanambao Toamasina II : mpanety voatafika, nodoran’ny jiolahy ny trano

Notafihina jiolahy tsy fantatra isa nitondra basy  ny tranona mpanety iray, 49 taona, any Tanambao, Toamasina II, ny talata teo tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany alina. Nahazo fandrahonana ny tompon-trano ka tsy nahetsika. Lasa ny vola sy ny entana saro-bidy. Nodoran’ireo jiolahy ny tranony rehefa vita ny asa ratsiny. Niantso vonjy ireo voatafika ka lasa nandositra ireo jiolahy. Nirehitra ny trano ka voatery nanavotra aina ireo tompon-trano. Nitsambikina avy eny ambony rihana ny ramatoa iray ary naratra vokatr’izany. Mpanampy an-trano iray kosa, may tamin’izany.  May tanteraka ilay trano ary tsy nisy noraisina.

Nalefa notsaboina any amin’ny hopitaly CHU Toamasina ny maratra.

Araka ny fanazavana, anisan’ny mirongatra ihany koa ny asan-jiolahy amin’iny Toamasina II iny. Santionany ihany ity, ary tsy mifidy hasiana ireo jiolahy fa hatramin’ny mpanety izay tsy mpanefoefo aza tafihiny. Tsy any an-toerana ihany anefa izany fa na aty an-dRenivohitra aza, ahitana izany, ary mirongatra izy ireo amin’izao. Manao ny fanadihadiana ny polisy sy zandary Tanambao.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Nitondra faisana noho i Ava i Toamasina sy Brickaville : olona iray indray namoy ny ainy, an’arivo ireo t...

Dibo-drano ny tanàna, nidaraboka ny hazo lehibe sy ny andrin-jiro, tapaka ny herin’aratra, niongotra lasan’ny rivotra ny tafon-trano maro, foto-drafitrasa maro potika… Efa an’arivony ireo traboina. Olona iray hafa indray namoy ny ainy, enina naratra mafy. Nitondra faisana noho ny fandalovan’i Ava Toamasina sy Brickaville, omaly.

 Hatramin’ny omaly hariva, olona dimy no fantatra fa naratra, ny telo ao amin’ny fokontany Antsirampasika, ny roa hafa ao amin’ny fokontany Andranomadio ao Toamasina. Nirodanan’ny trano sy nianjeran’ny hazo no nitarika ny ratran’izy ireo, hoy ny fanazavana azo. Tamin’ny 2 ora sy 15 minitra no nandalo tao Toamasina ny rivodoza Ava ary hatramin’ny hariva mbola mifofofo hatrany ny rivotra ary mijojo ny orana miaraka aminy.   Ankoatra izay, tapaka ny herinaratra any Toamasina hatramin’ny ora nanoratana ny lahatsoratra, omaly hariva, vokatry ny fianjeran’ny hazo sy ny andrin-jiro ao an-tanàna, araka ny fanazavan’ny mpanao gazety any an-toerana.

Ao Brickaville, raim-pianakaviana iray maty an-drano, iray hafa maratra mafy. Efa feno traboina avokoa ny EPP eo Menagisa sy tranompokonolona ao an-tanàna ary ny biraon’ny distrika. Tombanana ho anarivony ny traboina araka ny tatitra vonjimaika.

Tany Analajirofo, 29 ny traboina araka ny tatitra nataon’ny mpanao gazetin’ny radiom-pirenena any Fenoarivo Atsinanana. Miakatra be ny rano mitarika ny faharavana fotodrafitrasa maro.

Misy andian’olona maka ny fanitso entin’ny rivotra eny amin’ny lalana

Hatramin’ny omaly, feno hipoka ny kianja mitafon’i Soavita. Manodidina ny 200 eo ho eo ny olona rava trano na dibo-drano ny tokantranony ka voatery nialana sao mitera-doza indray ho an’ny fahasalamana. 80%-n’ny faritra iva, saika feno rano avokoa ary maro ny biraom-panjakana no lasan’ny rivotra ny tafo. Ny 80%-n’ny lalana rehetra ao an-tampon-tanàna tapaka avokoa, mibahana eny rehetra eny ny hazobe na ny andrin-jiro ka tsy ahafahana mifamezivezy. Manjaka koa hatramin’ny omaly ny andian’olona manangona ny fanitso entin’ny rivotra miparitaka eny rehetra eny.

Lasa ny tafon’ny fonjan’Ambalatavoahangy saingy efa nafindra toerana mialoha ao amin’ny efitrano iray misy tafo « béton » ny voafonja 800 tao amin’ilay fotodrafitrasa simba ka tsy misy ny ahina. Nahitana fahasimbana koa ny rindrin’ny fiangonana FLM Mangarano ary lasa koa ny tafo.

 Lasa namonjy fety aty Antananarivo ny tomponandraikitra

Somary sahirana ny mpitrandraka vaovao satria tsy nisy ny fametrahana ny vaomiera manokana misahana ny fitantanana ny loza toy ny mahazatra rehefa misy rivodoza tahaka izao mandalo ao Toamasina. Sarotra ny fakana ny vaovao sy ny antontanisa, noho izany, ka voatery midina eny ifotony isam-pokontany ny mpanao gazety maka ny vaovao manodidina ny fandalovan’ny rivodoza Ava ao Toamasina Renivohitra. Niakatra aty Antananarivo nanatrika ny lanonana fifampiarahabana nataon’ny fitondrana eny Iavoloha ny lehiben’ny faritra sy ny ben’ny Tanàna ary ny mpiandraikitra ny BNGRC ao an-toerana ka mahatsiaro ho zanak’akoho very ny mponina manoloana ny voina miseho nefa ny mpitantana voalohany lasa nanao fety. Ny prefet irery no misahana ny fandrindrana ny asa rehetra sy miatrika ny zava-misy.

  Sajo sy Vonjy  

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : morosité de circonstance

Les gens ont la mine triste, le temps y est sans doute pour quelque chose mais les circonstances y sont sûrement pour beaucoup. Autour de soi il en est qui font une gueule de travers, mais tous pas pour les mêmes raisons. Ceux-là ont à l’évidence une gueule de bois carabinée, alors que les autres à côté affichent simplement la tristesse de ne pas avoir eu de quoi bien se rincer les gencives. On ne va quand-même pas s’arrêter aux faciès des gens pour tenter de faire une météo du climat social et politique, surtout que de nos jours sales gueules et gens du beau linge se partagent les délits seule la présomption d’innocence les différencie. Après tout, les gens s’en foutent… Chacun fait, fait ce qui lui plait, plait. Et ça redouble chaque jour davantage.

Gens moins souriants prenant à leurs aises

Après un jour de trêve, dès le 3 janvier les embouteillages ont repris du poil de la bête. Pas dans toute la ville certes, mais il existe peut-être des secteurs que le mode de circulation déteste en réponse à la pratique d’une sainte horreur du code, ça ne se condamne plus par l’appellation indiscipline, pratiquée d’un commun accord ça s’appelle anarchie. Le plus grave dans ce comportement, c’est qu’à la mode libertaire, même s’ils ne le crient pas les adeptes ne pensent pas moins au destin final, « à bas la république, abats l’état ». Las de patienter dans le piège des bouchons, de mauvaise humeur au volant de sa gosse Hummer toute noire, un mec manœuvre dans la petite rue pour négocier un demi-tour. Quelle idée, avec un camion pareil on ne tente pas cette manœuvre à l’étroit. Le chauffard n’en a cure, ce n’est pas l’envie de balancer le numéro de son « corbillard » qui manque, mais ça serait bien inutile : à le croiser au hasard des rues chacun le reconnaitrait tant il a la gueule de l’emploi. Ce genre de gus qui s’habille comme les gens d’en haut mais qui aime à se frotter aux gens d’en bas pour en découdre avec des plus faibles socialement. Tiens, perdu dans ces considérations sur ce genre de minable, je me suis laissé prendre dans le piège d’un grand carrefour. J’aurai dû aller tout droit c’est-à-dire quitter le carrefour à la première sortie, mais grisé par l’idée d’avoir la priorité j’ai pris la liberté de faire un tour gratuit. Pas si gratuit que ça ! Un quart d’heure d’embourbement en prime grâce à l’intervention intempestive d’un flic pourtant aussi doué en tous cas pas moins que les autres.

Ici on arrête le temps de porter une réponse à la remarque que m’a faite un lecteur, reprochant une tendance à la dérive de faire une chronique dans le style d’écrire un sketch. Ce beau et bon monsieur a mille fois raisons de mettre en garde contre cette inclination. En majorité pourtant les gens accorderaient leur compréhension à cette tentation, personne n’est en effet dupe que l’on procède souvent à faire du style de gouvernance un spectacle tout en sketchs.

De l’entre-soi

Le peuple de verser dans la mauvaise foi fait parfois preuve de stupidité. Au sein de la population il y a des personnes qui disent leur tristesse de ce que le Président Raiamandreny ait rompu avec la tradition de souhaiter la « bonne année » au bon peuple dans la soirée du 31 décembre. A ce reproche il a été répondu qu’il a même devancé la date d’un jour et qu’il l’a fait le 30 mais avec moins de solennité. Pour les gens, il n’avait pas à avoir peur pour le faire ainsi en catimini : « kabary tsy valina » un discours tel un aller-simple sans retour.

Que la population ne s’inquiète pas outre mesure, les médias ne manqueront pas de picorer dans les discours que le Président échangera avec ses commensaux. Même si le bon peuple ne mange pas du pain à la table où l’on a invité plus d’un millier de privilégiés, les « pique-nouvelles » restent à l’affût des mini scandales c’est ce qui se vend de mieux. Aux gros scandales le public ne comprend plus grand-chose même si le genre est devenu quasi banal les trames se compliquent et puis les intérêts s’entrechoquent, il est trop d’ennemis qui boivent dans le même verre…Les profits ignorent liens et sentiments.

Torpeur à l’égal de l’eau qui dort

La population semble apathique, indifférente au mode de gouvernance, voire insensible aux difficultés qu’elle encaisse pourtant de plein fouet au premier plan. De vieux enseignements entretiennent encore l’idée que la pauvreté et l’ignorance sont les mamelles d’une gouvernance « n’importe comment ». A un autre endroit à l’inverse un adage rappelle la nécessité de se méfier de l’eau qui dort. On pourrait penser que la pauvreté et l’ignorance étant ce qu’elles sont dans le pays, la gouvernance ce « n’importe comment », le système a obtenu des gages de pérennité. Des observateurs révèlent qu’au contraire le peuple est bien éveillé, et recèle la puissance de l’eau qui dort, et s’il patiente c’est simplement qu’il a appris à respecter les délais, tant il a payé au prix fort le fait de précipiter les échéances. Méfiance pourtant, tant va la cruche à l’eau…

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Légendes (1)

Il me revient qu’une personne aurait déclaré, de façon à être entendue, que l’histoire qui provoqua de la part du gouvernement des décisions énergiques était une affaire de police provoquée de toutes pièces par la Sûreté Générale.

C’est une naïveté doublée d’une contre-vérité.

La première fois, les mêmes personnes, qui aujourd’hui lancent de pareilles bourdes, déclarait à qui voulait les entendre que la police avait été au-dessous de tout ; cette fois c’est elle qui aurait amorcé l’affaire avec des gens non désignés mais qui, arrêtés, ont depuis longtemps été punis.

Cette intervention policière aurait pour cause la présence de l’inspecteur des colonies Fillon auquel aurait été confiée, par le Ministère, la mission de rechercher les causes de la première crise malgache de 1915, c’est du moins la version qui fut donnée.

S’il est vrai que M. Fillon est chargé d’enquêter sur les faits passés, il arrivera probablement à cette conclusion : que l’affaire était connue de certains milieux qui se sont décidés à parler seulement au moment où l’Administration était déjà saisie.

Que les têtes de ce mouvement, qui avait pour but de permettre à quelques gros et gras personnages malgaches de pêcher en eau trouble, ont échappé à toute répression, que ce fait est uniquement dû à des faiblesses regrettables du gouvernement précédent par suite d’interventions pressantes devant lesquelles à tort on céda, ne fera croire à personne, par exemple, que c’est par oubli que l’on ne mit pas la main au collet, dès la première heure, à cet individu visqueux, rampant, qui eut tous les loisirs de brûler les papiers dont il était détenteur et parmi lesquels on eût immanquablement trouvé de précieuses indications.

Quant aux incidents d’hier, ils ne furent qu’un faible écho de ceux de 1915, mais ils prouvent néanmoins qu’il existe encore quelques cerveaux fêlés inspirés par les vieux débris de la première affaire, inconsolables d’avoir fait lamentable fiasco et d’avoir vu s’envoler ce rêve qui leur faisait s’attribuer les prébendes d’un régime indépendant ou soi-disant tel.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Ambodivona : des taxi-brousses ont pris le départ

Avant-hier, les coopératives d’Ambodivona ont annoncé la suspension du trafic desservant la RN2  jusqu’à nouvel ordre à cause du cyclone « Ava ». Mais cette consigne n’a pas été suivie par tous les membres. En effet, malgré les risques encourus en cours de route comme les éboulements, les chutes d’arbres et la chaussée glissante, ils étaient au moins une dizaine de taxis-brousse à prendre le départ à destination de Toamasina, hier matin à Ambodivona.

 « Ce sont les passagers qui nous ont forcés à prendre le départ. Ils ne veulent pas que leur programme soit perturbé car cela engage des dépenses supplémentaires », a expliqué un chauffeur. Et lui de poursuivre que, « En cette saison morte, trouver une telle clientèle est une vraie aubaine ».

Le comble est que les départs se sont déroulés sous les yeux de plusieurs responsables de ces coopératives. « Ces chauffeurs sont assez grands pour prendre les décisions qu’ils jugent nécessaires, et ce à leurs risques et périls », s’est contenté de faire remarquer l’un d’eux.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Ikalamavony Une quinzaine de dahalo attaquent un village

Ankijana, un village situé dans la commune de Fitampito  (Ikalamavony) a été le théâtre d’un vol de zébus avant-hier. Vers 2 heures, une quinzaine de dahalo, munis de fusils de chasse ont volé 53 zébus. Les bandits ont opéré en toute discrétion. Ce n’est qu’au cours de la fuite des assaillants qui tiraient des coups de feu en l’air pour dissuader d’éventuels poursuivants que les villageois ont réagi en alertant la gendarmerie. Quatre gendarmes de la brigade Fitampito, avec l’appui des hommes du village, sont partis à la traque des voleurs. Avant même que les dahalo et les zébus aient  pu quitter la commune rurale, ils ont été rattrapés par les limiers qui ont déjà prévenu les autres unités de gendarmerie. L’affrontement a éclaté à hauteur du fokontany d’Androy. Malgré tout, les voleurs ont réussi à s’échapper. Par contre, 47 zébus ont été récupérés. Les 6 autres ont été abattus par les bandits au cours de leur fuite.

ATs.

News Mada0 partages

Boeny : alerte aux faux certificats fonciers à Belobaka

Suspicion de faux en écritures publiques dans la commune rurale de Belobaka, dans le district de Mahajanga II. Des faux certificats fonciers ont été détectés dans la circonscription, amenant le PDS de la commune à saisir la justice depuis le début de ce mois.

Informé de la mise en circulation de faux certificats fonciers portant sa signature dans sa circonscription, le Président de la délégation spéciale (PDS) de la commune rurale de Belobaka, ?Yves?Obrie Maminirina Razafindrakoto, appelle la population à soumettre leurs documents à des séances de vérification au bureau de la commune jusqu’à la fin de ce mois. Il leur a annoncé qu’il y va de leur intérêt puisque les vérifications permettront l’authentification de leurs dossiers afin qu’ils puissent s’assurer de la régularité de leur situation foncière vis-à-vis de l’administration.

Des titulaires du fameux certificat ayant remarqué de différences entre la signature du Président de la délégation spéciale (PDS) et celle apposée sur le document qui leur a été délivré et qui ont demandé une contre-vérification auprès de l’autorité habilité à le signer ont permis de détecter l’existence des faux documents.

Le Président de la délégation spéciale (PDS) de la commune rurale de Belobaka,  Yves Obrie Maminirina Razafindrakoto, a d’ailleurs soumis les dossiers suspects à l’expertise de la police scientifique qui a confirmé l’existence de fausses signatures dans ces actes. Les faux documents peuvent provenir toutefois du guichet foncier (BIF) de cette commune d’après les enquêteurs.

Des agents indélicats opèrent à tous les niveaux au sein de l’administration publique malgache à cause du montant dérisoire de leur salaire. La situation porte préjudice aux contribuables qu’ils induisent en erreur toutefois en plus des problèmes juridiques qui en découlent.

Manou

 

News Mada0 partages

Akon’ny rivodoza : nitsahatra ny zotra nasionaly nandeha any Toamasina

Nampiato ny fitaterana olona amin’ny lalam-pirenena faharoa avokoa ny kaoperativa misahana izany amin’ny andavanandro, omaly. Noho ny toetry ny andro no nitarika ny tomponandraikitra nandray ny fepetra, araka ny fanazavana omaly. Nisy ihany ny fiara vitsivitsy nandray fiaingana ny maraina fa efa nomena ny toromarika hamonjy tanàna ary nanatona ny tobin’ny zandary na mpitandro filaminana raha tojo olana eny an-dalana hiarovana ny fiara sy ny mpandeha. Miankina amin’ny fivoaran’ny toetry ny andro ny hanohizana ny asa fitaterana na tsia.

Niato ny fampianarana tato amin’ny Dren Analamanga

Nandefa filazana tamin’ny radiom-pirenena sy ny pejy Facebook ny minisiteran’ny Fanabeazana fa noho ny faharatsian’ny toetry ny andro, miato avokoa ny fampianarana, omaly tontolo ny andro, ho an’ny sekoly miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana ato anatin’ny Dren Analamanga. Miverina kosa izany ny alatsinainy izao. Voakasiky ny fepetra koa ny Dren Analanjirofo, Dren Alaotra Mangoro ary ao Toamasina I sy II.

Teto an-dRenivohitra, nijojo hatrany ny orana hatramin’ny alakamisy alina ary nitohy, omaly tontolon’ny andro. Betsaka ny toeram-pivarotana tsy niasa noho izany. Ny lalana feno rano ka sahirana ireo fiara indrindra ireo madinika sy iva nivezivezy teto an-tanàna. Henjana ny fitohanan’ny fiara satria mitandrina amin’ny lavaka saron’ny rano ny mpamily fiarakodia rehetra. Nangingina koa ny tsena fa tsy niasa ireo mpivarotra amoron-dalana marobe manemotra ny lalana isan’andro.

Vonjy

News Mada0 partages

Toamasina : cambriolage et incendie volontaire

La fête à peine terminée, les bandits font de nouveau parleur d’eux dans la capitale économique de la grande Île. Après s’être emparés de l’argent et des objets de valeurs d’un coiffeur, les malfrats ont tenté de mettre le feu à sa maison.  Deux personnes ont été blessées.

Dans la nuit du mardi dernier, des bandits munis de fusils de chasse et d’armes blanches ont attaqué  le domicile d’un coiffeur âgé de 49 ans, sis à Tanambao, Toamasina II. Ils ont fait irruption dans la maison sans que les occupants n’aient pu remarquer leur arrivée.

«On était déjà dans nos lits quand les assaillants sont entrés dans la maison», ont déclaré les victimes. Et selon les explications, certains des bandits sont restés au rez-de-chaussée pour faire le guet pendant que  les autres sont montés à l’étage supérieur. Ils ont menacé les occupants  de la maison avec leurs armes.

«Ils ont pointé leurs fusils sur nous. On n’a d’autre choix que d’obtempérer et de tout  donner» ont déclaré  les victimes lors de l’enquête. D’ailleurs, après l’acte et avant de quitter rapidement les lieux, les voleurs ont com0mencé à mettre le feu à la maison. L’ont sait aussi, une dame qui a voulu sauter par la fenêtre, s’est blessée. Une autre personne qui s’est précipitée vers la porte principale, n’a pas échappé à la flamme de l’incendie. Heureusement qu’aucune perte de vie n’a été déplorée.

Quand les assaillants sont partis, les villageois se sont accourus pour apporter leur aide, mais c’était trop tard. Les flammes ont déjà complètement consumé la maison.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Antanetibe ouest- miarinarivo : l’EPP locale fait peau neuve

L’infrastructure vétuste, en ruine, mal éclairée et sans aération…et qui avait du mal à accueillir les enfants en âge d’aller à l’école dans le village d’Antanetibe Ouest, fokontany d’Ampasamanantogontra, district de Miarinarivo, a actuellement une nouvelle apparence. Le coup de pouce apporté par l’ONG Madagascar development fund (MDF) et ses partenaires a changé la donne au sein de l’Ecole primaire publique (EPP) locale, qui vient d’être dotée d’un nouveau bâtiment avec  trois salles de classe. Celles-ci sont opérationnelles depuis mi-décembre, après la cérémonie d’inauguration des nouvelles infrastructures qui a vu la présence des autorités locales et le parrain de MDF, Brian Donaldson, et de son épouse.

La fondation Adsum de la Grande Bretagne ainsi qu’une famille britannique, Gilbert Ash, tous deux sont des partenaires de longue date de MDF, ont alloué une somme de 66.668.565 ariary pour les travaux de construction de ces trois salles de classs ainsi que leur équipement en tables et bancs. En vue de promouvoir les bonnes pratiques de l’hygiène chez les élèves, ce fonds a également été destiné à la mise sur pied d’une toilette à trois compartiments dans l’établissement, qui dispose déjà d’un point d’eau.

Parallèlement à cela, l’école a également bénéficié d’une boîte à outils pour assurer les petites réparations éventuelles à hauteur de 200.000 ariary. Des  manuels pédagogiques s’élevant à 320.000 ariary sont mis à la disposition des enfants, et des kits scolaires ont été distribués pour alléger la charge des parents. Désormais, l’accès à une éducation de qualité n’est plus un rêve pour eux. Bref, c’est le début de changement de toute une vie pour les 250 élèves inscrits à l’EPP d’Antanetibe Ouest.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Mahatratra 300 km ny velaran’i Ava

Niditra tany amin’ny kaominina Ambalamanasy, distrikan’i Toamasina I, omaly antoandro tamin’ny 1 ora, ilay rivodoza Ava izay efa nivadika ho cyclone tropical, omaly maraina. Mahatratra 140 km isan’ora ny herin’ny rivotra entiny ao anatin’ny 30 km manodidina ny ivony ary tafakatra 195 km isan’ora ny tafiotra miaraka aminy, araka ny tatitry ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro, omaly. Vinavinaina hivoaka an-dranomasina ao amin’ny distrikan’i Farafangana, anio hariva, ity rivodoza ity. Hatramin’ny 6 ora hariva omaly, mbola tsy nivoaka ny distrikan’i Toamasina i Ava ka nihaodihaody hatrany tao miaraka amin’ny tafiotra manodidina ny 150 km isan’ora. Mahatratra 300 km ny velarany ary tombanana fa tamin’ny 3 ora maraina anio sabotsy vao hivoaka ny distrikan’i Toamasina I sy II izy, hoy ny teknisianina.

Omaly antoandro, niakatra avokoa ny rano ao an-tampon-tanànan’i Toamasina, tapaka ny herinaratra ka sahirana ny mponina any an-toerana. Vonona ny kianja mitafo ao an-tanàna handray ny traboina, torak’izany koa ny centre culturel port ary efa mamindra ireo mponina amin’ny faritra iva ny tomponandraikitra miaraka amin’ny ekipan’ny BNGRC.

Betsaka ny toerana efa dibo-drano ao Toamasina ary tsy vitsy ny trano lasan’ny rivotra ny tafo noho ny hamafin’ny tafiotra entin’i Ava, araka ny vaovao nampitain’ny mponina any an-toerana.

Tsy ao Toamasina ihany, distrika sy kaominina maro efa miatrika ny fiakaran’ny rano hatramin’ny omaly ary miezaka mametraka ireo traboina amin’ny fotodrafitrasa efa nomanina mialoha. Ahitana fiakaran’ny renirano sy ny rano avokoa vokatry ny rotsak’orana efa tsy niato tao anatin’ny roa na telo andro nisesy ao Brickaville, Tanambao Manampotsy, Ambatondrazaka, Anosibe An’ala hatrany Fandriana. Nahazo filazana loza mitatao ny faritra Analanjirofo, Atsinanana ary Alaotra Mangoro. Filazana loza manambana kosa ho an’Antananarivo iray manontolo, Manjakandriana, Anjozorobe, Fianarantsoa…hatrany amin’ny faritra Atsimo Atsinanana. Filazana fanairana ho an’ny faritra Anosy sy Androy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsiahin’ny 2017 : namirapiratra i Shyn sy i Stéphanie

Na dia nolalovan-drahona matetika aza ny lanitra, ho an’ny tontolon’ny zavakanto malagasy, tamin’iny taon-dasa iny, misy ihany ny fahombiazana sy ny famirapiratana, indrindra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena sy aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Raha tsiahivina tokoa, norombahin’i Shyn ny loka « Révélation de l’année » na nisongadina sy nahavita dingana goavana, nandritra ilay hetsika « All Africa music awards » na « Afrima awards », tany Lagos Nigéria, ny volana novambra 2017.

Ilay hira mitondra ny lohateny hoe « Resim-pitia » no nentin’ity mpanakanto ity nifaninana tamin’izany hetsika goavana izany. Araka ny nambaran’i Shyn, tamin’ny fotoana nahazoany ny loka, tsy azy irery ihany ny fandresena fa an’ny mozika malagasy mihitsy.

Iray volana taorian’ny « Afrima awards »,

Namirapiratra ihany koa i Stéphanie, tany La Réunion tany. Izy mantsy no voafidy ho mpanakanto malagasy tsara indrindra, nandritra ilay hetsika « Les voix d’or de l’océan indien » andiany fahavalo. Maromaro ny mpihira malagasy nandray anjara tamin’izany, saingy ity andriambavilanitra fanta-daza ity no be mpitia indrindra tao amin’ny pejy « facebook ».

Ankoatra azy mianadahy, tsiahivina koa fa anisan’ireo voafidy handray anjara tamin’ny « Coke studio Africa » i Deenyz. Fotoana nahafahany niara-niasa tamin’ny mpanakanto malaza maro io ka singanina amin’izany i Jason Derulo, teratany amerikanina, mpihira, mpandihy ary koa mpamokatra. Inoana fa tsy ho latsa-danja amin’ireo ny vokatra tsara ho azon’ny mpanakanto malagasy amin’ity taona vaovao ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Hiragasy : Rainitelo versus Rapaolison

En prélude au festival Hiragasy makotrokotroka, la troupe de Rainitelo d’Andohavary va s’en donner à cœur joie pour défier celle de Rapaolison de Mandiavato ce dimanche au Kianjan’ny Kanto Mahamasina.

Selon les organisateurs, ce round de joutes oratoires devait avoir lieu le 8 octobre de l’année  qui vient de s’écouler  mais a été finalement reportée cette année compte tenu de la situation sanitaire au pays. Aux titres déjà connus des amoureux de l’art oratoire s’ajouteront ainsi de nouvelles compositions comme «Ny vola tsy ratsy fa ny olona no antony» que Rainitelo vient d’intituler son nouvel album. Cette représentation s’annonce exceptionnelle à plus d’un titre.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

30 ans de scène : Bodo démarre la célébration en France

Après avoir animé la soirée de la Saint-Sylvestre en France à bord du bateau «River palace» avec Toto Mwanjani, la diva a décidé d’inaugurer l’année avec un cabaret ce soir en France, en compagnie de Rija Ramanantoanina et Mahery. Ce sera sa première prestation dans le cadre de la célébration de ses 30 ans de scène. Ainsi, cette année, son programme s’annonce chargé.

Avant la fin de l’année, Bodo a lancé un petit message dans sa page officielle, destiné à ses fans. «L’année prochaine sera grandiose parce que nous allons célébrer ensemble mes 30 ans de scène», a-t-elle annoncé. Actuellement en France, elle commencera l’année en fanfare ce soir à Savigny-sur-Orge. Au programme, la diva projette d’interpréter tous ses titres incontournables depuis ses premiers albums jusqu’à ces dernières nouveautés. Ensuite, elle sera à Marseille le 13 janvier prochain, pour une soirée spéciale.

Dans la même foulée, la diva a choisi de célébrer en grande pompe ce jubilé avec son chanteur préféré, Njakatiana. «J’ai toujours aimé chanter avec lui. J’aime sa voix et aussi ses compositions», a-t-elle déclaré. Rappelons qu’ils viennent d’animer ensemble un cabaret en décembre dernier au Trass Tsiadana. Ainsi, pour concrétiser davantage leur collaboration musicale, un grand évènement baptisé «Mifampitantana», un duo de Njakatiana et Bodo, est actuellement en pleine préparation. La date et le lieu seront communiqués ultérieurement. «D’autres projets seront aussi au programme de cette année», a-t-elle conclu.

Toujours au top de sa carrière

Née le 21 juillet 1966, Bodo, de son vrai nom Bodoharisoa Razafindrazaka, a commencé à monter sur scène en 1986 en participant au concours «Top 16 sur la 2». Elle a obtenu la troisième place. Plus motivée que jamais, elle a décidé de participer à nouveau au concours, et a fini par obtenir la première place, avec son titre «Miandry anao». Persuadés de son talent, les deux chanteurs, Solo et Hery du groupe Njila lui a proposé de monter sur scène en 1989.

En 1991, elle a sorti son premier single intitulé «Neny», qui a été écrit et composé par Naivo. Depuis, sa carrière a décollé. Elle multipliait les prestations sur scène, et plusieurs grands artistes lui ont demandé sa collaboration, tel que Besa sy Lola… En 1992, elle a essayé de percer le marché anglophone en interprétant des titres en anglais. Elle a décidé enfin de sortir son premier album «Sombinaiko» qui a cartonné avec quelques titres qui restaient plusieurs mois au top des classements, entre autres «Mpanarato», «Ry Foko», «Sombinaiko»…

En acquérant de plus en plus de notoriété dans le monde musical, elle a été sélectionnée pour représenter le pays aux jeux de la Francophonie en France en 1994 où elle a obtenu la médaille d’argent grâce à ses deux titres «Diversités» et «Solitaire». Sans tarder, elle a sorti son deuxième album intitulé «Solitaire-diversité» en 1994 et a tout de suite connu le succès. «Foiko ho anao», «Mba rahoviana», «Ny fahitana anao»… ont fait sensation.  Depuis, et jusqu’à nos jours, Bodo est devenue et reste l’une des chanteuses les plus appréciées par les Malgaches. Actuellement, elle possède une vingtaine d’albums, dont le dernier intitulé «Satria tiako… Dada» était sorti en 2016, en hommage à son père.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Foot – ligues : élections avortées dans trois ligues

Alors que les férus du ballon rond attendaient avec impatience leur nouveau président de ligue de football, les élections n’ont pas eu lieu dans trois ligues régionales : Haute Matsiatra, Bongolava et Vatovavy Fitovinany. Au sein de la ligue de Boeny, Nourdine regagne son fauteuil.

Presque un virage à 360°. Tout le monde a attendu les résultats des votes ce jour. Mais on devra encore patienter. Après le report des élections au sein de quatre ligues régionles de football, à savoir  Haute Matsiatra, Bongolava, Vatovavy Fitovinany et Boeny, le scrutin a avorté au sein de trois ligues, hier. Effectivement, les sections au sein de la ligue de Vatovavy Fitovinany et Haute Matsiatra ont renoncé à se rendre aux urnes car la Commission nationale électorale (CEN) a présenté une liste de candidat unique après «mûres réflexions».

Les présidents de ces sections ont évoqué qu’ils veulent la participation des candidats disqualifiés. Une situation peu ou prou prévisible vu que les deux camps étaient sur la corde raide depuis décembre dernier. Pour rappel, la CEN a décidé de ne pas valider la candidature de Mamany Gan dans la Haute-Matsiatra et Giscard Andriano à Vatovavy Fitovinany. Pour le cas de Bongolava, le quroum de 2/3 n’a pas été atteint car seule une section sur les deux votantes a été présente lors du jour de l’élection.

Pour ce qui est de la ligue de Boeny, Nourdine rempile pour un nouveau mandat en tant que président. En effet, l’élection s’est déroulée sans encombre dans cette localité. La balle est ainsi dans le camp de la Fédération malgache de football (FMF) et la CEN. Force est de remarquer que l’association des présidents de ligue a déjà évoqué une ingérance de certains membres de ces derniers lors d’une conférence de presse l’année dernière en annonçant que la CEN ne devrait pas marcher sur la platebande de la commission de recours tout en dévoilant des cas d’ingérance de la part de certains membres de la FMF.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Natation : les nageurs pleurent J.C Ramanisa

Le monde du sport malgache est en deuil. Un grand homme de la natation est parti pour un monde meilleur jeudi dernier.  Jean Clovis Ramanisa, entraîneur national, directeur technique national (DTN) et non moins ancien vice-président de la Fédération malgache de natation (FMN) a tiré sa révérence à l’âge de 71 ans. C’est grâce à lui que des nageurs et nageuses ainsi que les étudiants au sein de l’Ecole normale supérieure (ENS) et des visages connus au sein de la discipline sont actuellement au rang qu’ils occupent.

A titre d’exemple, il a mis sous ses ailes Bako Ratsifandrihamanana aux jeux africains 1987 et aux jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) 1990 pour décrocher la médaille d’or. Il a également aidé un certain Sitraka Harilalasoa Ravelojaona sur un ouvrage portant sur la «réflexion sur le succès de Tojohanitra Andriamanjatoarimanana». Cette dernière étant actuellement la présidente de la ligue d’Analamanga de natation.

«Après une fin d’année faste, une belle coupe de Noël, une formation d’entraîneurs locaux, une moisson de médailles de Naomi, Ony et Tiavintsoa dans la catégorie 12/14 ans et les records nationaux de John et Murielle au Meeting de La Réunion, le monde de la natation est en deuil, mon entraîneur lors des Jeux Africains 1987 et Jioi 1990 celui , à qui je dois mes médailles en or», a annoncé Bako Ratsifandrihamanana.

Son coprs sera inhumé demain à Ambatofotsy Tsiafahy après un dernier hommage à la FJKM Tsiafahy Fanavaozana en présence de la grande famille de l’ENS, les sortants de la filière Education physique et sportive (EPS), la FMN, la ligue d’Analamanga de natation, le club nautique universitaire (Cnut).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Tennis de table – Chine : va pour le tournoi de sélection

Le sujet planait dans l’air depuis un certain temps. C’est maintenant officiel, la candidature est ouverte pour les jeunes pongistes de 18 à 25 ans en vue de la formation en Chine du 4 avril jusqu’au 24 juillet. Un tournoi de sélection sera organisé les 13 et 14 janvier prochains au palais des Sports de Mahamasina. Figurent sur la liste des présélectionnés 12 garçons mais Setra, Lino et Itokiana ne seront pas de la partie car ils sont qualifiés d’office vu leur performance.

Ainsi, seuls les 9 meilleurs pongistes peuvent rejoindre leur rang. Ensuite, les présélectionnés seront en regroupement national du 1er au 30 mars sous le regard critique d’un expert chinois qui fera le déplacement au pays. Ce dernier dispensera un stage aux joueurs et aux entraîneurs pendant son séjour. La liste des 10 garçons qui seront du voyage sera publiée à la fin de la formation.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Iavoloha : le discours du président sonne «creux»

Un discours plat, sans consistance, et sans relief. L’intervention du Président de la République, hier à Iavoloha, n’a pas été à la hauteur des attentes. Comme c’était le cas en janvier 2017.

 A l’image des ces quatre dernières années à la tête du pays, des espoirs ont été déçus hier après la discours du Chef de l’Etat lors de la présentation des vœux. En effet, comme l’année s’annonce sous haute tension avec les consultations populaires qui se profilent, d’aucuns s’attendaient à une déclaration importante de la part du locataire d’Iavoloha. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le discours n’avait rien de consistant. Au contraire, des incohérences ont été constatées.

A titre d’illustration, la traditionnelle hausse de salaire des fonctionnaires ou encore la remise de peine à une certaine catégorie de prisonniers n’ont pas été annoncées. «C’est dommage. Nous avons attendu plusieurs déclarations de sa part»,  s’est désolé un agent de l’Etat présent sur les lieux à l’issue de la rencontre.

En marge de la cérémonie, le Chef de l’Etat a simplement déclaré à ce propos qu’«Il y a un moment pour cela». Alors qu’au niveau des fonctionnaires, cette cérémonie de vœux constitue le moment idéal car la hausse du coût de la vie ne cesse de grimper ces temps-ci. Pendant ce temps, le Président indique que le PIB par habitant et l’indice de développement humain ont connu une hausse constante depuis 2013, tout comme la croissance économique. Mais, force est de constater que la réalité est pourtant tout autre.

Même refrain

Pour autant, comme il fallait s’y attendre, Hery Rajaonarimampianina a rappelé les cinquante dernières années en guise de comparaison et surtout de motifs d’excuse par rapport à la mauvaise performance de son équipe. «Nous sommes partis de très loin, très loin !» et que «Nous venons de sortir de plusieurs années de crise socio-politico» ou encore «Nous avons été sanctionnés (…) par la communauté internationale», a-t-il martélé.

A chaque fois que le locataire d’Iavoloha est amené à faire un discours, il ne cesse de rappeler ces «faits» qui ne sont nullement nouveau pour les Malgaches. «Quand, il y a déjà 4  ans, nous avons reçu pour la première fois le mandat du peuple pour remettre Madagascar sur les rails du développement, notre pays était exsangue. Les forces hostiles à la nation empêchaient alors tout redressement, ainsi que toute unité du peuple malgache», a-t-il d’ailleurs ajouté.

A l’instar de son précédent discours à Iavoloha, en janvier 2017, le Président de la République n’a défini aucune ligne claire de ce que sera sa stratégie pour éradiquer, ou du moins amoindrir, la pauvreté dans les mois à venir. La grande partie de son allocution consiste  à se demander le devenir de Madagascar durant ces cinquante dernières années, à parler de la disparition de la sagesse des acteurs politiques qui manquent de professionnalisme ou encore de la prétendue fin de l’impunité.

 La seule perspective d’avenir qu’il a évoquée concerne la tenue de la présidentielle de cette année.  Comme si le respect des dispositions constitutionnelles relève d’un exploit car, depuis 2014, tout le monde savait déjà que l’élection présidentielle se tiendra cette année. Et pour cause, le mandat présidentiel ne dure que cinq an. Pas plus.

Rakoto

Des médias oubliés ?

Coïncidence ou pas ? Plusieurs groupes de média, habituellement très critiques envers le régime et ses proches n’ont pas été «invités» à la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha, hier.  Des sources ont indiqué qu’il s’agit d’un problème technique pour certains d’eutre eux car les noms de leur représentant n’ont pas été soumis à temps et à l’heure auprès de la Présidence. Toujours est-il que l’absence de tous ces groupes, faute d’invitation, à Iavoloha suscite des interrogations. D’autant plus qu’une partie d’entre eux a quand même envoyé leur photographe sur les lieux. Mais, absents de la liste des journalistes, ils n’ont pas pu entrer à Iavoloha. Lors de son discours, le Président a cependant parlé d’information libre qui serait «bénéfique à l’État comme à la population, car elle permet à chacun de faire valoir ses opinions».

Des absences et des présences remarquées

Didier Ratsiraka. C’est le seul ancien président qui a été aperçu à Iavoloha, hier. Ce qui n’est pas le cas de Marc Ravalomanana qui, selon des indiscrétions s’est rendu à Toliara. En tant que maire de la capitale, son épouse, Lalao Ravalomanana, a été bel et bien présente. L’ancien homme fort de la Transition, Andry Rajoelina, sans surprise, n’a pas participé no plus à la présentation des vœux, comme c’est le cas depuis le début du régime. Il en est de même des partis d’opposition tels que le MMM, le Mapar ou encore le Tim. A l’inverse, les quatre Chefs d’église au sein du Conseil chrétien des églises de Madagascar (ou FFKM) ont tous été présents.

Le Vice-doyen des ambassadeurs prône des élections démocratiques

C’est par le biais de l’ambassadeur de l’Union des Comores, Caabi Elyachroutu Mohamed, que la communauté internationale a présenté ses vœux au couple présidentiel hier. Une occasion pour le diplomate comorien de mettre en avant les attentes par rapport aux élections à venir. A l’instar de toutes les déclarations de ses pairs, le diplomate a donc réitéré la nécessité de scrutins  libres, démocratiques et dans un climat apaisé pour cette année. «Les élections devraient avoir lieu en 2018 (…). La Ceni s’y prépare (…). Nous encourageons le dialogue entre le gouvernement et la société civile pour déterminer un chronogramme», a-t-il plaidé.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Scène de désolation après le passage du cyclone tropical Ava à Toamasina.

L’ancien président Didier Ratsiraka s’est déplacé à Iavoloha…

tout comme le leader du parti MFM, Manandafy Rakotonirina.

Les invités du couple présidentiel.

Scène de désolation après le passage du cyclone tropical Ava à Toamasina.

Les slameurs au pinacle.

Photo : Fanou et Mamiherison

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanarahana ara-politikaTsy eken-dRajaonarimampianina

Tsy fananan’ny mpanao politika irery ary tsy fananan’ny mpanao politika na iza na iza i Madagasikara, ka hanaovany izay tiany hatao, hoy i Hery Rajaonarimampianina teny Iavoloha omaly. Nambarany fa ampy izay ny fiheverana fa ny fanankorontanana ny firenena no vahaolana.

Efa nampidi-kizo ny firenentsika izany ka tsy azo ekena hiverina intsony, hoy hatrany ny filoha. Izy sy ny fanjakany mihitsy anefa no minia mamboly sy mitady korontana noho ny kajikajy politika hoenti-mibodo fahefana satria tsy mahatoky tena. Manahy mafy ny hisian’ny mangaraharaha, ohatra, amin’ny fifidianana ka di ate hihiboka sy hanao izay danin’ny kibony, fa tsy vonon-kifanaraka sy hametraka fitsipi-dalao hiraisana. Toa namaly bontana sy nampibaribary ny tsy hisokafany fa hanaovany kopisoroka i Hery Rajaonarimampianina. Tsy mbola nisy angamba izany fitakiana ny hisian’ny tetezamita izany, saingy fanontaniana napetrany ny hoe: hamboly tetezamita ho amin’ny inona indray? Hamorona fifanarahana amin’ny inona indray? Tonga dia valiteny “TSIA” mahitsy io ho an’ireo fikambanana sy antoko politika mitaky ny hisiana fifanarahana politika hametrahana fitoniana mialoha ny fifidianana. Fihetsika azo adika ihany koa fa tena tsy vonona ny hihavana ny filoham-pirenena sy ny ekipany ary tena mazava izany izao ny antony mampikatso ny fampihavanam-pirenena; efa ny filohan’ny repoblika mihitsy no milaza ampahibemaso fa tsy mila izany fifanarahana politika izany, fa efa ry zareo izao no mpitondra mahefa eto ka tompon’ny fanapahan-kevitra farany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rivodoza AVA,3000 no traboinaVoa mafy i Toamasina sy Foulpointe

Loza amin’atambo no niainan’ny vahoakan’i Toamasina ny faritra Atsinanan’ny Nosy manontolo iny omaly noho ny fidiran’ny rivo-doza “Ava” an-tanety omaly tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany tao ao amin’ny distrikan’ny Toamasina (Ambalamanasy).

Tafiakatra 150Km/ora ny rivotra nentiny teo am-pidirina, ary tao anatin’ny 37 Km manodidina ny ivony, izay narahina tafiotra 205Km/ora, izany hoe efa tena mahery vaika satria ao anatin’ny “Cyclone tropical” ny sokajiny. Andrin-jiro sy hazo maro be no niongana tao Toamasina, maromaro ihany ny fanana (fiara, trano) no simba satria nianjeran’ny hazo .Ho an’ny ao Sainte Marie dia andro vitsivitsy no efa tsy nifankahitana ny rivotra sy ora-mikija, ka toerana maro no difotry ny rano.

Tsy roa aman-tany ny fahapotehana, ary efa tsy tambo isaina ny traboina tamin’iny faritra Atsinanana manontolo iny. Ny 80% amin’ny trano fandraisam-bahiny no nisy fahasimbana, ary ny 90% ho an’ny trano fonenana tsotra any Foulpointe, izay tena lasibatra tanteraka, raha ny fampitam-baovao. Ahiana ho tapaka ihany koa ny làlam-pirenena faha-2 (RN2) satria misy fihotsahana goavana ao Beforona sy eo amin’ny toerana antsoina hoe : “Las Vegas” tsy dia lavitra an’Andasibe. Dibo-drano ihany koa ny tanànan’I Brickaville noho ny ora-mikija.Efa tena loza mihatra eto amin’ny firenena izany, saingy indrisy, fa na ny tompon’andraiki-panjakana voalohany tao Toamasina (Ben’ny tanàna, Lehiben’ny Faritra) aza, dia voalaza fa namela ny vahoakany ho tra-doza irery tao, raha ny hafatra nataon’ny solombavambahoaka iray tao amin’ny tambajotran-tserasera omaly maraina, izay niparitaka be tokoa, dia namonjy taty an-drenivohitra niatrika ilay fisakafoanam-be teny Iavoloha. Marihina rahateo fa efa fanta-poko fantam-pirenena fa hiditra an-tanety ny rivodoza, dia tsy nampihemotra ny fanjakana izany, fa ny nataony ihany no nataony. Ny tenabenay no aty fa ny fo amam-panahinay any aminareo mandrakariva, hoy i Hery Rajaonarimampianina omaly. Ekena fa mahery ny rivo-doza, ka tsy hamela anareo irery fa vonona hifanolo-tànana izahay. Tena fiatsarambelatsihy sy tsy firarahiana tsotr’izao kosa no andraisan’ny maro izany satria ny olona tra-doza, saingy tsy mba vitan’ny mpitondra ny nampandefitra ny fihetsika mitory fanesoana manompa vahoaka.

Olona miisa 989 no voatery nafindra toerana ka eto Antananarivo ny 349 amin’ireo.Manodidina ny 2000 kosa ireo tsy maintsy noesorina tamin’ny toeram-ponenany, izany hoe efa manafosafo ny 3000 izany manerana ny nosy hatry omaly tamin’ny 9 ora alina ny traboina noho ny fandalovan’ny rivodoza AVA.Misy sekoly 5 ihany koa fantatra fa rava tanteraka.

 

Toky R sy RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana tobin-dasantsyPolisy iray nidoboka eny Tsiafahy

Namoaka fanambarana ny avy amin’ny polisim-pirenena omaly noho ny asa ratsy nahasaringotra olon’izy ireo ireo. Manoloana ny tranga fanafihana tobin-dasantsy iray, ny alakamisy 04 janoary 2018 tokony ho tamin’ny 08 ora alina, ka nahavoarohirohy mpitandro ny filaminana iray izay am-perin’asa ety anivon’ny Ministeran’ny filaminam-bahoaka Anosy.

Tia Tanindranaza0 partages

Didier Ratsiraka“Tsy ny fifidianana no mahamaika”

“Efa tsy nety hatrany am-piandohana io làlampanorenana io, ary tamin’ny taona 2010 no efa niteny aho hoe tsy mety io. Ataovy aloha ny fampihavanam-pirenena vao miroso amin’ny fifidianana, saingy tsy nisy nihaino, dia izao iarahantsika mahita izao”, hoy ny Filoham-pirenena Didier Ratsiraka nandritra ny lanonana fifampiarahabana tratry ny taona teny Iavoloha omaly. Efa nisy ny vaovao nivoaka momba ny haha kandinda filoham-pirenena azy amin’ity taona ity.

Nilaza kosa anefa ny amiraly, fa tsy vahaolana izany fa ataovy ny fampihavanam-pirenena aloha. Amiko izaho manokana dia misy fomba hafa hanaovana izany, fa any aoriana aho no miteny izany, hoy ny amiraly Ratsiraka. Miombon-kevitra amin’ny tokony hanitsiana na hanovana ny lalàmpanorenanana izany ny amiraly, saingy tsy mbola nilaza mazava kosa ny heviny hoe inona no ho kitihana , na ahitsy na ovaina mihitsy. Ny tsy azo lavina fotsiny, dia mahalala zavatra maro izy amin’ny maha filoha isan’ny ela indrindra nitantanana an’I Madagasikara azy, ary mety ho fanalahidin’ny olona sy sakana sasantsasany eto amin’ny firenena ihany koa, saingy izay angamba ilay hoe: miandry fotoana ny zava-drehetra. Zava-dehibe ny antsoavo nataony amin’ny hisian’ny fampihavanam-pirenena, kanefa ny filoha ankehitriny izay nilokaloka ny hanao izany aza io iaraha-mahalala io ny ataony. Vao mainka midingin-drambo sy toa miziriziry ny tsy hiresaka amin’ny hafa saingy tsy hay atsy aoriana rehefa mafy ny ady.

Toky R

L'express de Madagascar0 partages

Vol à main armée – Un policier chauffeur d’escorte écroué

Un policier braqueur a passé 48h en cellule à la brigade criminelle, à Anosy avant d’être écroué à Tsiafahy, hier. Il s’agit d’un stagiaire, chauffeur d’escorte.

Stop au corporatisme. La police nationale, parfois critiquée pour violences et bavures commence à jouer la carte de la transparence pour redorer son blason. Un policier stagiaire connu sous sa fonction de « chauffeur d’escorte » du ministre de la Sécurité publique a été arrêté, jeudi à 19h 30 par les éléments mixtes, vigiles du sénat, à Anosy pour vol qualifié. Le parquet l’a ensuite placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy.Jeudi soir, ce policier cagoulé a mis le grappin sur le sac banane contenant de l’argent du pompiste d’une station-service à proximité. Sous la menace d’une arme à feu, ce dernier n’a pu signaler son agent de sécurité qu’après la fuite du bandit. Le voleur s’est vélocement dirigé vers Anosy. Il a été poursuivi par le gardien de la station-service et a été retiré dès qu’il est monté dans un bus d’Andoharano­fotsy, d’après les témoignages obtenus.Le voleur a tiré sur l’agent de sécurité, mais l’a raté. « La cartouche de son pistolet tombait par terre lors d’un deuxième tir. Attrapé, son arme a été également récupérée et confisquée », a indiqué le chef d’escadron Herilala­tiana Andrianarisaona, chef du service de la communication et des relations publi­ques de la gendarmerie.

Mesure Interrogé sur place, le fuyard a essayé de bomber le torse en révélant son identité policière. Pour autant, il a été embarqué par les éléments de la brigade criminelle pour enquête. La grande famille de la police nationale a accusé le coup, hier en réprimandant le braqueur. « L’autorité publique n’est pas faite pour s’abriter en profitant d’une manœuvre déloyale », a précisé sérieusement un enquêteur de la BC.Soumis à un feu roulant de questions, toute la journée d’hier, ce policier n’a pas donné assez d’indices sur ses intentions de mouiller sa chemise. Le ministre de la Sécurité publique, Mamy Jean Jacques Andrianisa a confirmé au téléphone, hier qu’il s’agit d’un chauffeur d’escorte, mais non son chauffeur personnel.Les décisions et mesures disciplinaires que prennent les supérieurs est en parallèle à celles du parquet, selon le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale, hier. « Si le tribunal le jette en prison, il sera donc révoqué. La police abat maintenant ses cartes qui est de reconquérir le cœur et la confiance du public par la transparence », a indiqué le chef de ce service. Une enquête a été également ouverte sur l’arme de poing utilisée par le malfaiteur si elle lui appartient ou pas.L’argent volé a été déjà restitué au pompiste. Ce policier ayant terni l’image des forces de l’ordre a été traduit devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy et a été incarcéré à Tsiafahy en attendant son procès.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Blueline – Hausse du tarif d’Internet

Blueline annonce la révision de son tarif d’Internet pour le mois de février. La dépréciation de l’ariary est derrière le coup. 

La dépréciation de la monnaie nationale commence à se faire sentir dans les activités des entreprises à Madagascar. Après la hausse du droit d’acquisition ou de renouvellement du passeport électronique, c’est au secteur télécom, du moins l’Internet, qui annonçait une révision de ses tarifs dans les prochains mois. Les abonnés de Blueline avaient eu la désagréable surprise de recevoir un mail annonçant la révision tarifaire. Pour justifier cette hausse, l’opérateur avance la dégringolade de la monnaie nationale. La facture du mois de février, la date annoncée pour cette révision, risque ainsi d’être salée pour ses clients.«En conséquence de la dépréciation de l’ariary, et malgré nos efforts pour en contenir le plus longtemps possible les répercussions, nous sommes aujourd’hui contraints de revoir notre tarification pour l’année 2018; ceci afin de garantir la qualité et la disponibilité  de service, qui sont et resteront notre priorité», indique la société Blueline. Pour les autres opérateurs, aucune révision de tarif n’est  encore annoncée. Leurs abonnés semblent encore être épargnés par cette vague.

Marge amenuiséeCette hausse était prévisible. La plupart des charges des opérateurs, la location de satellite ou d’autres infrastructures, la prestation de ses fournisseurs, tout est facturé en dollar ou en euro. La dégringolade n’arrange pas du tout la situation. La marge des opérateurs s’est amenuisée. L’année dernière, un opérateur a dû opérer une restructuration de ses tarifs internet pour amoindrir ses charges et assainir la situation. Blueline ne fait que suivre ce pas. Il va sans dire que cela va avoir un sacré impact au niveau des consommateurs et des entreprises.Par ailleurs, pour les autres segments du marché, la hausse n’est pas encore au rendez-vous pour les usagers de la téléphonie mobile. Il n’y a pas encore de hausse en vue, comme l’a confirmé un responsable auprès d’un opérateur joint au téléphone hier. Bien que dans d’autres localités, non loin de la capitale même, où les détaillants font roi, l’achat de crédit téléphonique est majoré de 100 ariary. Une situation qui laisse les clients dans le désarroi. Si l’on redoutait la hausse du prix du carburant, cette fois-ci, c’est la télécommunication qui a pris les devants.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Présentation de vœux – Des discours, à boire et à manger

Bilan des réalisations et perspectives 2018, tels sont les sujets abordés pendant la série de discours lors de la présentation de vœux aux corps constitués à Iavoloha hier.

Rhétorique. Les plumes politiques ont dû veiller très tard pour écrire les discours des chefs d’institutions à Iavoloha hier. Dans un rythme bien orchestré et d’une durée raisonnable, les prises de paroles des trois chefs d’institution ont été rédigées selon la structure du kabary malgache. D’une durée de douze à quinze minutes chacune, leurs interventions ont respecté le plan du discours traditionnel malgache articulé autour des excuses préalables, la salutation et la déférence et la conclusion. Ainsi, c’est par des proverbes, des jeux de mots et d’expressions imagées que les intervenants en malgache ont présenté leurs vœux au couple présidentiel.Dans la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués d’hier, c’est le vice doyen du corps diplomatique à Madagascar et ambassadeur de l’Union des Comores Caabi El’Yachourtu Mohamed qui a ouvert la série de discours, suivi respectivement par le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, le président du Sénat, Rivo Rakotovao et le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly. En termes de contenu, chaque intervention a abordé le bilan de l’année écoulée, les réalisations du régime et les perspectives pour 2018 notamment les élections.Pour sa part, l’ambassadeur de l’Union des Comores a salué les réalisations du régime durant l’année 2017 malgré les difficultés. « Nous avons suivi avec intérêt les efforts déployés pour améliorer la qualité de vie de la population », a-t-il précisé. Dans un langage diplomatique, il a rappelé les défis qui attendent le gouvernement, notamment la sécurisation des investissements, la lutte contre l’insécurité, la corruption et les trafics de ressources naturelles.

ApaisementAu vu des élections qui se tiendront à la fin de l’année, il a insisté sur la préservation d’un climat politique apaisé. « Nous encourageons le dialogue pour qu’il y ait une élection libre, démocratique et  transparente », conclut le représentant du corps diplomatique.Après une partie laudative à l’endroit de l’Exécutif, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy s’est également exprimé par  rapport aux prochaines élections présidentielles. Il a affirmé la disponibilité des députés pour adopter les lois relatives aux élections. Il a surpris l’assistance en annonçant l’organisation d’une session extraordinaire pour examiner la loi électorale dès la semaine prochaine. Une déclaration qui bouleverse les propos du Premier inistre qui a évoqué en fin d’année la poursuite des consultations de la société civile et des entités politique dans la même période. En marge de la cérémonie, le président de l’Assemblée nationale a précisé dans une interview « que chacun prenne ses responsabilités. C’est pour montrer que le Parlement est prêt à apporter sa contribution pour une élection libre et transparente »Le président du Sénat Rivo Rakotovao a orienté son discours sur la préservation des acquis démocratiques et la stabilité. Il a souligné que 2018 est une année cruciale car il s’agit de s’en remettre à la décision du peuple lors des élections. À travers des expressions imagées, il a fait allusion aux choix des électeurs à la fin de cette année. « Il vaut mieux choyer ceux qui ont éclos que d’espérer une autre couvée incertaine », a-t-il affirmé.Le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly, après avoir évoqué la sécheresse, l’inondation, l’épidémie de peste pulmonaire urbaine, la hausse des prix du riz local et les revendications « politico-syndicales », a dressé un bilan de la réalisation du gouvernement. Il a également présenté les perspectives de son équipe pour l’année 2018 notamment la lutte contre l’insécurité et les litiges fonciers.D’une manière générale, les intervenants ont su capter l’attention des mille quatre cents invités dans leurs discours. Après les bonnes intentions et les résolutions, la population est en attente de la traduction de ces belles paroles en actes.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Présidentielle – Le Président clôt le débat sur le référendum

La messe est dite. « Je réaffirme ici que la présidentielle se tiendra cette année selon le calendrier prévu par la Constitution », a lancé Hery Rajaonarimampianina, président de la République, dans son discours de présentation de vœux des corps constitués et diplomatiques, hier, au palais d’État d’Iavoloha.Déjà martelé par les autres chefs d’Institution, l’annonce déclamée par le numéro un de la République, hier, accompagné de la mention suivant les prescrits constitutionnels, devrait mettre un terme aux débats et incertitudes quant à une révision de la Constitution. Cette éventualité a agité le microcosme politique depuis plusieurs mois. Les Organisations de la société civile (OSC), sont même entrées dans les débats pour appuyer la levée de bouclier contre l’organisation d’un référendum visant à faire adouber, par la population, la retouche de la Loi fondamentale.Si l’on s’en tient aux propos du chef de l’État donc, les deux tours de la présidentielle devraient se tenir entre le 24 novembre et le 24 décembre, selon certains et entre le 25 novembre et 25 décembre, selon d’autres en référence aux termes de l’alinéa 1er de l’article 47 de la Constitution. « L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice », prévoit cette disposition.Cette déclaration présidentielle pourrait, également, tuer dans l’œuf l’option d’une initiative parlementaire de proposer la révision de la Constitution. Une idée qui a germé dans les esprits des parlementaires pro-pouvoir après la séance de consultation avec le gouvernement, en décembre. Un échange qui aurait essentiellement, porté sur les contraintes imposées par l’article 47 de la Loi fondamentale sur l’organisation de la présidentielle.Lors du petit déjeuner de presse qu’il a donné, le 28 décembre, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a indiqué que la décision de l’opportunité de l’organisation d’un référendum constitutionnel ou non n’appartient pas à l’Exécutif seul. Le chef du gouvernement a fait référence aux cogitations au Parlement. Vue « l’allégeance », des députés et sénateurs pro-pouvoir à Hery Rajaonarimampianina, il est peu probable qu’ils aillent à l’encontre de la position présidentielle.Pour contourner les impératifs constitutionnels sur le processus électoral, l’Exécutif présidé par le locataire d’Iavoloha devrait miser sur les consultations des « acteurs électoraux », qui devraient conduire à « un accord politique ».

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Paritana rempile pour  une deuxième édition 

Un événement de grande envergure, qui affiche une grande ouverture sur la scène internationale pour tous les artistes contemporains de la Grande île, le Prix Paritana se redécouvre sous un format plus épanoui, plus élargi et plus dynamique, cette année. Une plateforme artistique  qui accorde une grande place à la générosité créative d’artistes de tous horizons. Paritana s’ouvre à toutes les formes d’expression de l’art contemporain dans sa généralité.Fédérateur donc, il a sélectionné dix artistes de divers domaines artistiques, à savoir la peinture, la photographie, la bande dessinée, le dessin, la peinture numérique ou encore l’art plastique. Le but est de contribuer à redynamiser la scène artistique nationale, tout en aidant l’artiste à s’épanouir par le biais de ce concours d’aide à la création et à la dotation de matériel.Après l’artiste plasticien Temandrota qui a remporté le Prix Paritana l’année passée, dix artistes auront ainsi le privilège de faire valoir leurs œuvres et leur talent, dans le cadre d’une exposition exceptionnelle.  Rendez-vous est ainsi donné du 12 au 23 février à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely pour découvrir un melting-pot de créativité exclusive où plusieurs artistes contemporains conjugueront, pour la première fois leur imaginaire ainsi que leur identité artistique propre. Sur les dix artistes sélectionnés, trois d’entre eux se distingueront et seront retenus par un jury de professionnels, dans le cadre du Prix Paritana. Ces derniers participeront par la suite à une résidence artistique inédite en France.

Les sélectionnés pour l’exposition Paritana

Njaratiana Antonio dit Donn Andriamialison en peinture-sculpture, Fabio Thierry Andriamiarintsoa en photographie, Eric Andriantsialonina dit Dwa en bande dessinée, Nary Arthur en illustration, Richianny Raherinjatovo en dessin, Liva Marc Rajaobelina en bande dessinée, Jean Rajerisaona dit Jerwy en peinture numérique, Cadillac Ines Ramerison en art plastique, Mahefamamy Rasamuel en peinture et Mamy Nirina Razafindrakoto dit TangalaMamy en photographie

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ballon d’or africain – Mohamed Salah en toute logique

Comme prévu, l’Égyptien Mohamed Salah a été sacré meilleur joueur africain de l’année par la CAF. Il est le premier égyptien à réçevoir ce titre 34 ans après Al Khatib.

L’Egyptien Mohamed Salah, star de sa sélection qualifiée pour le Mondial et meilleur buteur de Liverpool, a reçu jeudi à Accra le Ballon d’Or africain 2017, remis au meilleur joueur du continent, devant le Sénégalais Sadio Mané, 2e, et le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang, 3e.Il devient le premier Egyptien vainqueur de ce prix depuis Mahmoud al Khatib en 1983.«Remporter cette récompense est un rêve qui se réalise, 2017 a été une année incroyable pour moi et on a passé de grands moments avec la sélection», a déclaré Mohamed Salah en recevant son prix.«C’est un grand trophée pour moi, un moment spécial dans ma carrière. Je voudrais le dédier à tous les enfants en Afrique et en Egypte. Je voudrais leur dire de ne jamais cesser de rêver, ne jamais cesser d’y croire», a-t-il poursuivi.L’attaquant de 25 ans a brillé sur les pelouses aussi bien africaines qu’européennes: avec l’AS Rome, il a réalisé une saison 2016/17 séduisante (19 buts en 41 matches toutes compétitions confondues) et brille depuis cet été en Premier League et en Ligue des champions, sous le maillot de Liverpool.Les Reds ont déboursé plus de 40 millions d’euros pour s’attacher les services de cet ailier au gabarit modeste (1,76 m) et ne doivent pas le regretter puisqu’il a inscrit 17 buts en 22 journées de championnat et 5 autres en 6 journées de Ligue des champions.

Le Messi égyptienEt avec sa sélection nationale, il avait d’abord atteint la finale de la Coupe d’Afrique des nations en février au Gabon, ne s’inclinant que dans les derniers instants face au Cameroun (2-1), avant de qualifier son pays pour sa première Coupe du monde depuis 1990: star de son équipe, il a inscrit un doublé lors du dernier match qualificatif, contre le Congo (2-1).Pour symbole de l’émotion générée par cette prestation: son ancienne école a été rebaptisée à son nom!L’attaquant s’est aussi illustré en dehors des terrains en apportant en novembre son appui à une campagne de l’ONU contre les violences et les inégalités envers les femmes dans son pays où le harcèlement sexuel est endémique.Salah avait d’ailleurs déjà été élu footballeur africain de l’année par la BBC en décembre, et joueur arabe de l’année plus tôt cette semaine.Formé en Egypte, le natif de Basyoun avait été repéré par le club suisse de Bâle à 20 ans, en 2012. Le FC Bâle expliquait alors l’avoir découvert en 2011 lors d’un Championnat du monde U20 en Colombie, et avoir été définitivement conquis quand le jeune homme lui a marqué un doublé en 45 minutes avec une sélection olympique égyptienne, lors d’un match amical.

 

L'express de Madagascar0 partages

Morondava – La cour villageoise fait deux morts

Rage populaire. Kimony, district de Morondava, région du Menabe a été le théâtre d’une vindicte populaire à la suite d’un braquage et tentative de prise d’otage. Les faits remontent à la nuit de mercredi à jeudi. Tout a commencé par un hold-up. Un commando de cinq individus armés s’est attaqué à une famille. Le père a abandonné sa femme ainsi que ses enfants et a réussi à sortir par une fenêtre de derrière pour demander du secours, lorsque les bandits ont forcé la porte principale, selon les témoignages obtenus.Entre-temps, les braqueurs se sont servis dans le coffre et ont raflé tout l’épargne de la famille valant un million quatre cent mille ariary. Ils ont également fait main basse sur des bijoux en or.Le commando a tenté d’enlever la femme et les enfants, mais les villageois l’ont dissuadé. Les habitants, fous de colère se sont rués. Deux des bandits ont été appréhendés dans la fange, à quelques mètres du village. Les trois autres ont pris la clé des champs avec le butin.Les deux bandits ont été charcutés, dont l’un est décédé sur le coup, tandis que le deuxième a succombé à ses blessures jeudi à l’hôpital, d’après les informations du commissariat de Morondava.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Candidature – Ambiance électorale  à Iavoloha

« Continuité ». Tel a été le mot d’ordre, hier, dans le discours des chefs d’institution et particulièrement, celui de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, hier, à Iavoloha. Bien que le chef de l’État refuse toujours de se prononcer officiellement sur sa candidature à la présidentielle, des phrases dites ou encore, l’ambiance et les codes couleurs qui ont prédominé durant le banquet des corps constitués et diplomatiques faisaient sensiblement référence à un ton de campagne électorale.« Nous devons continuer. Nous devons avoir le courage de continuer et de renforcer les acquis. (…) Le président de la République vous a conduit, vous conduit et vous conduira dans la guerre pour vaincre la pauvreté. Il faut que nous en soyons tous convaincu. Que nous soyons convaincus que la pauvreté peut être vaincue », a, entre autres, déclaré le locataire d’Iavoloha. Dans la salle, la couleur bleue des chaises, des draps de décoration a frappé l’assistance et les téléspectateurs.Les affiches qui ont accueilli les invités où était inscrit le chiffre 2018 avec au milieu une photo de Hery Rajaonarimampianina, sourire aux lèvres et les bras en triomphe, pourraient donner une indication de ce qu’à quoi pourraient ressembler ses supports de campagne. L’image diffusée sur les grands écrans pour auréoler les textes de l’hymne électorale diffusée sur les grands écrans du « Ceremony building » d’Iavoloha, ont rappelé les sites où le chef de l’État a procédé à des inaugurations. Le scénario d’hier, par ailleurs, a semblé avoir été élaboré pour placer le président de la République au centre d’une famille soudée prête à le soutenir dans sa quête d’un second mandat.

G. F. R.

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Stella Andria dans « Éclats de couleurs »

Le style abstrait de Stella Andria laisse sentir des détails qui réflètent sa sensibilité féminine. « Eclats de couleurs » pétille sur toutes les teintes. 

On peut dire que l’exposition « Éclats de couleurs », à laquelle Stella Andria participe, est son vrai premier pas professionnel dans le domaine de la peinture. « J’ai toujours peint depuis des années, mais c’était pour moi, pour me faire plaisir. Je suis styliste-designer. Et ma pulsion artistique m’a orienté à approfondir mon style, plutôt fantaisiste en peinture, et je me sens prête à vouloir partager le résultat avec un public plus large. C’est comme si je m’ouvre au monde actuellement, à travers cette discipline artistique. C’est un langage universel et chaque artiste est libre de s’exprimer à sa façon », précise Stella Andria-manantena alias Stella Andria.Avec ironie, elle fait des métaphores sur l’actualité. Elle prend les petits « Trucs » du quotidien et les traduit de façon artistique. Avec cette artiste, les pièces électroniques de récupération s’intègrent parfaitement dans son tableau, les postiches ornent une silhouette féminine, des billets de banque s’ajoutent sur les couleurs comme pour donner une valeur ajoutée au tableau. Des plumes, des cristaux fantaisies, des lanières en cuir, des grains et n’importe quelle matière servent à donner un sens plus délirant à ses œuvres.

Expression fémininePour cette exposition, elle a préparé une dizaine de tableaux qui se distinguent par ses couleurs et par son aspect, des belles fresques des autres peintres, exposées à l’hôtel Le Louvre à Antani-narenina, du 2 jusqu’au 31 janvier.Quatre autres peintres l’accompagnent dans cette exposition. Le Ramah, Mistery, Randre’M’Ravaka, et Naivo Haja conjuguent leur style respectif aux tons plus riches et plus éclatants dans l’ensemble. Une centaine de tableaux de différentes dimensions ornent le hall de cet hôtel de la capitale. Elle est la seule femme du groupe. « Ce sont tous des potes. Ils sont adorables et sont prêts à me soutenir dans ce premier pas vers le monde professionnel », poursuit la charmante peintre.« Ses œuvres se complétent à l’aide des nôtres. Les femmes ont aussi leur propre vision de la réalité. Et ça se sent à travers son feeling. Ses tableaux s’adressent à tout le monde en général, et aux femmes en particulier. Elle a cet humour, ce langage que les autres femmes vont certainement adorer. Mais nos œuvres brillent aussi de différents éclats de couleurs comme le précise notre thème pour cette exposition », a expliqué l’un des peintres participant à « Éclats de couleurs » qui vont égayer l’esprit en ce début d’année.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – France – Faneva Ima veut quitter Sochaux

Le capitaine des Barea de Madagascar veut quitter le FC Sochaux. La situation au sein de son club actuel étant insoutenable, après un souci de prolongation de contrat.

Dans un entretien accordé dernièrement au portail d’information « maligue2.fr », Faneva Andriatsima évoque clairement ses velléités de départ. Son contrat avec le FC Sochaux-Montbéliard se terminera au mois de juin. Mais le capitaine des Barea de Madagascar veut partir dès ce mercato hivernal.«Le 3 mai dernier, j’ai rencontré les trois dirigeants du club, dont le président. Je venais de réaliser la meilleure saison de ma modeste carrière. Je possédais, de ce fait, plusieurs sollicitations. Que ça soit en Ligue 2 ou à l’étranger. Je ne vous le cache pas, j’aime beaucoup le club. Mes enfants se sont parfaitement habitués à la vie sochalienne, moi aussi. Une offre de transfert m’était même parvenue. Une semaine plus tard, mes dirigeants m’ont déclaré intransférable. De mon côté, je n’y voyais aucun problème. J’ai accepté ce statut et j’ai demandé au président une revalorisation salariale ainsi qu’une prolongation de contrat avant de partir en sélection», confie-t-il. Les négociations n’ont, pas abouti cependant. «Nous avons négocié, un peu. Nous sommes tombés sur un accord salarial. Néanmoins, la durée posait problème. Je souhaitais disposer de deux ans sec. Le lendemain, le club me formule une offre de prolongation d’un an, avec une deuxième saison en option à condition d’être titularisé au minimum à 30 reprises durant la saison… C’était trop. J’ai négocié 20 matchs, puis 25. Cela n’a pas été accepté», ajoute-t-il.

Ma famille en souffreD’après Faneva Ima, il ne rentre plus vraiment dans les plans du FCSM. «Durant la préparation, c’est vrai que c’était délicat. Le coach m’a placé milieu gauche. J’ai disputé quatre matchs. Après, j’ai accepté mon rôle sans sourciller… J’ai demandé de partir car la confiance n’était plus au rendez-vous »,souligne-t-il, avant de parler de sa famille : «Ma situation personnelle me dépasse un peu. Le mieux, c’est donc de partir… Ma famille souffrebeaucoup. J’ai trente-trois ans, je pense avoir encore deux ou trois belles années devant moi. Je préfère trouver un club qui me fasse confiance… Je sais que je suis sous contrat avec le club. Néanmoins, je veux partir dans de bonnes conditions. C’est à dire avec un transfert à la clé. Et non partir libre.»Concernant sa future équipe, Le Havre, également pensionnaire de Ligue 2 comme le FCSM, se présente comme la piste la plus sérieuse. Mais Orléans et le GFC Ajaccio pourrait également s’avérer être de probables destinations.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Inondation – Arrêt des travaux de remblai transgressé

La direction générale de l’Aménagement du territoire (DGATE) avait ordonné la suspension des travaux de remblayage à Anosivavaka Ambohimanarina, en juillet 2017, puis la construction d’une clôture sur ce même terrain, en novembre 2017. « Le permis de remblai et le permis de clôture font défaut, le remblai bouche le Canal C3 et il compromet le projet de plan d’urbanisme détaillé (PUDé) », explique une source auprès du ministère en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et des équipements, hier.

Malheureusement, le propriétaire du terrain, un ressortissant indien, a ignoré ces recommandations. Il a continué les travaux en mettant en péril la vie de quelques centaines de famille habitant à Ankorondrano Andranomahery, à Ankazomanga Andraharo ou encore à Tsaramasay. L’eau monte dans ces villages et envahit des habitations depuis les pluies successives de la fin d’année. On a recensé quatre-vingt familles sinistrées à Ankorondrano Andranomahery et soixante et une familles sinistrées à Ankazomanga Andraharo, hier.

La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et le M2PATE se dénoncent l’un l’autre comme étant responsable. La CUA, en premier temps, a accusé le M2PATE d’avoir délivré cette autorisation de remblayage. Le M2PATE se rattrape ensuite en montrant la note d’autorisation préalable de remblai du terrain, signée par Lalao Ravalomanana, en novembre 2016. La CUA a toutefois, précisé dans cette note que « Le démarrage des travaux devrait attendre l’approbation du Plan d’urbanisme détaillé (PUDé) régissant la zone d’Ankorondrano-Anosivavaka ». Ce plan a été en cours d’élaboration à l’époque. Le propriétaire du terrain a commencé les travaux en dépit de cette indication.

Ce jour, une Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) est prévue s’y tenir, pour curer les canaux et déboucher l’évacuation. Les travaux dureraient trois jours. Cette HIMO n’accélérait certainement pas l’écoulement de l’eau, notamment en cette période où un cyclone traverse le pays.

M.R

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Top 8 – Deuxième journée décisive

Le championnat de Madagascar organisé par Malagasy Rugby, baptisé Gold Top 8 entame la deuxième journée des éliminatoires ce dimanche. Ce sommet regroupe les huit meilleurs clubs à l’issue du championnat régional pour les équipes de la première division élite fédérale, sous l’égide de la fédération. Quatre matches seront au programme de ce dimanche 7 janvier au stade Makis à Andohatapenaka.Décisif pour se qualifier en demi-finales, les vainqueurs de la première journée tenteront chacun une deuxième victoire, synonyme de ticket pour la phase finale. Après sa victoire face à JST Ambondrona ce dimanche (25-11), la Savonnerie Tropicale Milalao ouvre le bal contre l’UIRC vers 9 heures. Puis, l’Union sportive d’Ankadifotsy qui a déjà enregistré une victoire face à l’Union sportive d’Ikopa (18-8) tentera un deuxième succès en affrontant demain les 3F5 d’Amboditsiry. En début d’après-midi, Cosfa, large vainqueur sur un score fleuve de 67 à 10 contre UIRC, lors de la première journée, sera opposé en deuxième journée contre JST Ambondrona. Et le dernier match au programme de ce dimanche sera le choc entre FT Manjakaray et l’US Ikopa.À sens unique, l’équipe championne nationale en titre a écrasé d’entrée le club d’Amboditsiry sur un score sans appel de 94 à 3.Ce championnat de Madagascar regroupe les clubs qui ont participé à la compétition régionale organisée par un comité mis en place par la fédération. Comme son nom l’indique,  huit équipes sont en lice. Elles sont réparties en deux groupes, celui A est composé de FT Manjakaray, l’Union sportive d’Ankadifotsy, l’Union sportive d’Ikopa et 3F5 d’Amboditsiry. Et la poule B est constituée de Cosfa, de la Savonnerie Tropicale Milalao, de la JST Ambondrona et l’UIRC. La troisième et dernière journée des matches de groupes bouclera la phase éliminatoire le dimanche 14 janvier. Et les deux meilleurs clubs de chaque groupe seront qualifiés en demi-finales croisées. Elles sont programmées pour le dimanche 21 janvier et la finale ainsi que le match de classement pour la troisième place se tiendront le dimanche 28 janvier. Les champion et vice champion à l’issue de ce Top 8 représenteront la Grande île à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien prévue en mars.

Calendrier 2e journée

9h: STM-UIRC11h: USA-3F513h : Cosfa-JSTA15h: FTM-USI

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Un tribunal au rituel compliqué

Après les différents préparatifs en vue d’une ordalie par le tanguin d’un présumé sorcier, le maitre de cérémonie qui administre le poison, en général un prince, procède à l’épreuve préalable sur les deux petits poulets, afin de tester l’efficacité du produit. Et ce, toujours en s’adressant au Mana­mango, l’esprit du tanguin, qui est « juste et équitable » (présentation de Lucile Rabearimanana, 1975, lire précédente Note).Toutefois, le rituel exige que le premier petit poulet  risque la mort, tandis que le second sera épargné. Il est à rappeler que tout se déroule dans une case fermée qui ne laisse passer aucun rai de lumière.Après cette épreuve préalable, c’est au tour de l’accusé de passer en jugement. D’après le Manuscrit de l’Ombiasy anonyme, les assistants du prince administrateur du tanguin, lui font avaler, un à un, les morceaux de peau de poule. Puis, il se traine un peu vers le sud de la pièce, les assistants lui confectionnent un petit coussinet d’herbes, ressemblant à celui qu’une chercheuse d’eau met sur sa tête sous la cruche, pour s’asseoir. Ils lui disent d’allonger les jambes, lui versent un peu d’eau dans les mains qu’il passe sur la tête, la poitrine et les pieds.Ceci fait, le maitre de cérémonie lui fait boire le tanguin, en disant : « Je vais prier car je n’ai pas vu de mes propres yeux, je ne fais que mon devoir. » Autrement dit, il n’a pas été témoin du crime dont est  accusé le suspect. Cousins, dans son Fomba Malagasy, écrit, pour sa part que l’accusé boit le tanguin avant d’avaler les trois morceaux de peau.C’est là que le prince administrateur du tanguin commence à prier : « Ô Manamango, tu es maintenant dans le ventre d’Untel, tu as déjà observé, tu as cherché, tu as recherché, tu as scruté son cœur, son être, tu as pu tout voir à travers ses os et sa peau, tu as pu reconnaitre le bien et le mal dans son ventre. Alors, s’il n’a pas ces sortilèges mortels, s’il n’a pas de charmes capables de tuer (…), mais que les gens se sont servis de sortilèges pour qu’il soit vaincu à l’épreuve, des pièges contre les innocents (…), tu es le porte-parole du Créateur, le remplaçant de Dieu qui ne peut être atteint par les sortilèges, redonne-lui la vie, ranime-le promptement, prends soin de sa vie, prends soin de son cœur, hâte-toi (…) déverse-toi, répands-toi sur la nasse, que le roi et le peuple te voient, car tu ne devrais pas être dans le ventre d’Untel s’il n’a ni sortilèges ni mauvaises intentions… »L’accusé défait alors le coussinet sur lequel il est assis, lui donne un coup du pied gauche et se pousse vers le nord de la pièce.Les assistants du maitre de cérémonie puisent avec une assiette de terre ou un fragment de calebasse la bouillie de farine à laquelle on ajoute de la bouillie froide si c’est trop chaud, pour qu’il puisse la boire sans difficulté.Pendant tout ce temps, la famille et les proches de l’accusé attendent à l’extérieur de la maison le verdict du tanguin. Ils prient aussi : « S’il a bien ces sortilèges, s’il a ces mauvaises intentions qu’il meure ; s’il n’a rien de cela, qu’il vive ! » Ils le répètent comme une véritable litanie et les assistants du prince font avaler  de la bouillie de farine à l’accusé jusqu’à ce qu’ils rendent les trois morceaux de peau de  poule ou qu’il soit vaincu. Et même si les morceaux de peau sont vomis, on continue à lui donner de la bouillie jusqu’à ce qu’il n’en a plus envie.On lui donne alors un peu de riz cuit ou « tsakitsaky » à mastiquer, suivi de « ranon’ampango » pour se laver les mains et se rincer la bouche. On lui sert également un peu de « ventin’ampango» dans lequel on prépare le « ranon’ampango ». Le « ventin’ampango » est constitué par les grains de riz grillés, collés aux parois de la marmite une fois que l’on y verse de l’eau à  chauffer.Après avoir mangé le « ventin’ampango », on prend de l’eau dans une cruche à laquelle  on ajoute du « tsiriry » et du « ahibita », herbes considérées comme sacrées, et une pièce de monnaie. L’accusé innocenté se baigne avec cette eau.L’épreuve du tanguin, après les félicitations  à l’accusé jugé non coupable, ne prend fin que lorsque le souverain l’ordonne. Et qu’aucun autre présumécoupable n’est présenté pour la même affaire.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Jean Clovis Ramanisa n’est plus

Le monde de la natation est en deuil. Jean Clovis Ramanisa, une figure emblématique de la natation s’est éteint jeudi suite à un infarctus du myocarde à 71 ans.Œuvrant dans le monde de la natation en étant à la tête du club nautique universitaire de Tananarive (CNUT) aux 67 ha dans les années 90 et 2000, Jean Clovis Ramanisa a contribué à l’éclosion de la relève de la natation. Au sein du CNUT, il forme des nageurs d’envergure mais aussi ses propres enfants, Mbolatiana Ramanisa, Mahery Zo Ramanisa, Keke et Zoly Ramanisa. Par la suite, il a pu occuper le poste de directeur technique national de la fédération malgache de natation, celui de vice-président de la fédération malgache de natation mais aussi le poste de président de la ligue régionale d’Analamanga.Il a aussi pu former  des nageurs de la trempe de Bako Ratsifandrihamanana et a pu accompagner les équipes nationales un peu partout durant les Jeux africains, les Jeux olympiques mais aussi les Jeux des îles de l’océan Indien.Outre ses expériences en tant que grand technicien de la natation malgache, Jean Clovis Ramanisa était aussi, un ancien handballeur de l’AS Saint Michel et un amateur d’haltérophilie à Antsaha­manitra. Il fut également l’un des piliers qui ont ramené le water-polo à Madagascar.On l’a connu aussi en tant qu’enseignant chercheur à l’université d’Antananarivo, au sein de l’école normale supérieure, département d’éducation physique et sportive où il enseignait la natation mais aussi la statistique.Jean Clovis Ramanisa qui avait comme adage «What the mind believes, the body achieves» ( ce que l’on pense, le corps exécute) laisse derrière lui huit enfants et huit petits enfants mais aussi une génération de sportifs effondrés. Il appartenait à une famille passionnée d’équitation. Son père était un grand éleveur de chevaux.Grand fan de Johnny Halliday et d’Eddy Mitchell, Jean Clovis Ramanisa était un grand rêveur, un éternel rebelle qui aimait danser le rock’n roll et qui faisait partie des militants de 1972 et fut emprisonné à Nosy Lava. « Il portait bien son nom : Lovy Love…car ce fut un grand-père, un père, un frère, un homme d’amour », rappelle sa petite fille Ialy Ramanisa et sa fille Mbolatiana Ramanisa.La levée du corps aura lieu ce dimanche à 12h du coté d’Antsahabe pour rejoindre ensuite le FJKM Tsiafahy Fihavaozana où se recueilleront la famille et les proches autour d’une messe. C’est seulement après que le corps de Jean Clovis Ramanisa sera emmené au caveau familial à Ambatofotsy Tsiafahy.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Deux bandits arrêtés

Deux bandits, dont un taximan, tous les deux âgés de 36 ans se sont fait arrêter par la police d’Antaninandro mercredi, à Tanjombato et à Ampefiloha. Ils ont fait main basse sur six cent mille ariary et ont fait usage d’un aérosol «big-boss» pour immobiliser leur cible, l’ancien patron du taximan. Tous les deux ont reconnu avoir commis l’attaque.

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Des stocks de riz en vue des intempéries

Le ministère du Commerce et de la consommation garantit l’approvisionnement en produits de première nécessité dans toute la Grande île. Dans un communiqué du ministère, ce dernier envoie bien un avertissement aux attentistes qui seraient tentés de profiter de la circonstance pour abuser et augmenter le prix de leurs marchandises. Cette entité rassure aussi la population de la suffisance des réserves de biens de première nécessité, surtout le riz, en ces débuts de saison cyclonique.Pour la capitale, une énième vague de camions semi-remorques en provenance du port de Toamasina ne pourra arriver au marché d’Anosibe qu’à la fin de la semaine à cause des encombrements provoqués par la pluie. Ces semi-remorques vont approvisionner Antananarivo et ses périphéries en riz importé. Et toujours dans ce sens, les responsables des « task force » mis en place continuent leur contrôle journalier du prix du riz sur le marché. Une délégation du ministère du Commerce et de la consommation entreprendra bientôt une nouvelle descente à Anosibe.

T. R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans un cambriolage

Un cambriolage suivi d’incendie a fait deux blessés graves à Tanambao, district de Toamasina II, mardi. Les braqueurs se sont enfuis. L’une des victimes a sauté par la fenêtre, causant ses blessures et l’autre a été touchée par le feu, selon le constat de la gendarmerie locale. Elles ont été conduites d’urgence à l’hôpital.

L'express de Madagascar0 partages

Ny hendry no anarina, on éduque les sages ?

Une fois n’est pas coutume dit-on. Pour une fois, on sent une petite discrétion en haut lieu concernant le banquet présidentiel qui s’est bel et bien tenu hier à Iavoloha. Est-ce parce que ceux qui, avant, avaient à temps les informations « alléchantes » n’ont pas pu faire leurs investigations à temps pour cette année ? Dans le passé, on savait par avance le nombre de convives, le traiteur, les plats et surtout ce que ça coute à la caisse de la Nation. Le couple présidentiel invite, mais au fait, chaque Malgache paie. Cette année donc, comme tout bon Président fondateur, le nôtre a eu l’honneur de nourrir des personnalités du monde entier. Quel privilège pour le malgache qui n’a rien à se mettre dans le ventre que de remplir celui d’un autre déjà bien potelé. Qui plus est, le prix du repas qu’il paie pourrait nourrir toute sa famille durant deux ou trois jours.L’année dernière, on avait eu droit à une manifestation symbolique de « contre-banquet » sur la place d’Antaninarenina. Un tout petit squelette drapé du drapeau malgache, assis vainement devant une assiette vide. L’année d’avant, un parterre d’assiettes vides avec des écriteaux rappelant que pendant que le faste se passe, le reste du peuple crève de faim.Ces deux dernières années, les activistes ont réclamé que cessent ces gabegies, que l’on arrête également de dilapider l’argent du peuple alors que des urgences ne trouvent point de financement ou, plus vraisemblablement, attendent l’aumône de la communauté internationale. En 2017, à part ce banquet au palais présidentiel, les multiples fêtes en cascades ont été aussi pointées du doigt. Car les vœux se présentent également dans chaque ministère, au sein de chaque direction et ainsi de suite. Les sommes allouées ne sortent point des poches des ministres.Cette année, AVA a pris en main les choses et a démontré d’une manière fracassante la triste réalité. Depuis des jours, voire des semaines, on savait que ce cyclone tropicale allait faire son entrée. Cela signifie que des citoyens malgaches seront, après la peste, une fois de plus durement touchés. Mais cela n’est nullement une bonne raison pour nos « responsables » étatiques pour annuler ces présentations de vœux. Très sûrement,  après les costumes cravates, nos dirigeants enfileront bottes et imperméables pour aller au chevet des pauvres, le temps de quelques photos fort utiles pour les campagnes électorales à venir.« Ny hendry no anarina », une phrase difficile­ment traductible en français. À maintes reprises, ceux qui le pouvaient ou ceux qui avaient assez de courage pour le faire avaient appelé nos dirigeants à la sagesse face à cette « tradition » honteuse de la présentation de vœux. Mais cette année-ci, le comble est à son summum. La nature nous rappelle et nous démontre la triste réalité : le peuple patauge dans la boue et la misère pendant qu’à Iavoloha on s’empiffre. Le reste de la nation peut baigner dans son malheur et dans les eaux de pluies, le show must go on.Pour clore, une expression tirée du discours de campagne… (oups !) du discours de présentation de vœux de cette année : « l’exemplarité est la vertu exigée de ceux qui ont reçu un mandat du peuple et doivent gouverner avec des intentions sincères ». Comme c’est beau !

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Boxe chinoise – Jean Christian, l’octuple champion du monde est là

Comme l’année dernière, Jean Christian Randriamalaza, octuple champion du monde en boxe chinoise,  est de passage à sa terre natale. En vacances pour quelques jours, il a atterri à l’aéroport d’Ivato très tôt dans la matinée de ce vendredi emmenant avec lui la ceinture qui marque et justifie son titre.Ce multidisciplinaire en arts martiaux et sports de combat, évoluant en France depuis plus d’une dizaine d’années a ajouté un titre mondial de plus à son palmarès. Le 29 octobre 2017 à Carrara en Italie, le Samouraï, engagé dans la catégorie des moins de 75kg a décroché pour la huitième fois consécutive le titre de champion du monde en full kick boxe lei-tai pro du WTKA (World Traditionnal Kickboxing Association). Il a fait preuve de performance malgré la déchirure de son avant-bras gauche lors de l’édition du championnat du monde en 2016.Jean Christian s’est imposé sans complexe face à l’Ukrainien Konstatinov, double champion du monde en K1 en 2015 et 2016. L’indétrônable champion en titre a mis KO l’Ukrainien en une minute et quelques secondes.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclone Ava – Arrêt des cours immédiat pour Analamanga

La région Analamanga a été classée en alerte jaune, depuis avant-hier. Le ministère de l’Éducation nationale n’a annoncé la suspension des cours qu’hier matin vers 6 heures à la radio et à la télévision nationale. Beaucoup de personnes se sont plaints du retard de cette annonce, car plusieurs  parents n’étant pas au courant, ont déjà envoyé leurs enfants à l’école. « Nous avons envoyé nos enfants à l’école, nous n’avons pas su que les cours sont suspendus pour le moment », affirme Hanta Razakarisoa, mère de famille.

Le ministère de l’Éducation nationale a suivi l’évolution de ce cyclone avant de prendre cette décision. « Normalement, les élèves ne doivent plus aller en classe quand une région est en alerte rouge. À cause de la montée des eaux et des boues, nous avons décidé de suspendre les cours et nous l’avons déjà diffusé sur la chaîne nationale. Evidemment, certains parents ont grogné car ils ont déjà envoyé leurs enfants à l’école. Par ailleurs, ils ont pu venir les chercher un peu plus tôt au lieu d’attendre midi où des gros orages risquaient de tomber, selon Serge Thierry Tsitoara, directeur des technologies de l’information et au sein du ministère de l’Éducation nationale.

Pour l’École primaire publique d’Ankorondrano, peu d’élèves sont venus, hier. « C’est comme lors de l’épidémie de la peste où peu d’élèves sont venus assister au cours. Les élèves sont arrivés à 7 heures et les parents sont venus les récupérer dès 7h30. La même chose sera faite pour ceux qui débuteront à midi. Beaucoup de parents ne disposent pas de radio ni de télévision, certains n’écoutent même pas les annonces », explique Jean Flavien Rajaonarisoa, enseignant au sein à l’EPP Ankorondrano.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Quatorze bandits écroués

Le parquet du tribunal de première instance d’Anosy a mis quatorze bandits, dont une femme sous les verrous, avant-hier. La femme a été écrouée à Antani­mora, tandis que les douze hommes ont été placés à Tsiafahy. Douze autres complices sont encore recherchés. Ils ont commis des attaques à main armée à Analamanga et Vakinan­karatra.

Midi Madagasikara0 partages

Fonctionnaires : Pas d’augmentation de salaire

Reste à savoir si Hery Rajaonarimampianina n’attendra pas la période électorale pour acheter indirectement le vote des agents de l’Etat.

Décevant. C’est la réaction des fonctionnaires par rapport au discours de vœux tenu hier par le président Hery Rajaonarimampianina. Comme il fallait s’y attendre, le Chef de l’Etat n’a accordé aucune augmentation de salaire pour les fonctionnaires cette année. Pas de remise de peine pour les détenus également. Décidément, 2018 commence mal pour les agents de l’Etat qui ont pourtant espérer un coup de pouce de la part du numéro Un d’Iavoloha, ne serait-ce que pour soulager un peu les impacts de l’inflation généralisée et la hausse insupportable du coût de la vie. Faut-il rappeler que des milliers de fonctionnaires « non fantômes » ont déjà vu leur solde suspendu au mois de décembre dernier, à cause de l’assainissement initié par le ministère des Finances et du Budget. D’ailleurs, jusqu’alors, les syndicalistes regroupés au sein de la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) continuent de hausser le ton par rapport aux préjudices causés par cette opération.

Calcul politique. Apparemment, rompre avec toutes les habitudes des précédents régimes figure parmi les résolutions prises par Hery Rajaonarimampianina pour cette année 2018. Après avoir annulé le discours à la Nation du 31 décembre, le voilà  également en train de déclarer la guerre aux fonctionnaires en n’accordant aucune augmentation de salaire pour l’« Asaramanitra ». A moins que ce ne soit pas une initiative délibérément prise pour séduire les agents de l’Etat lors de l’élection présidentielle prévue se dérouler cette année. Cette initiative constitue en quelque sorte, un calcul politique qui saute littéralement aux yeux (ndlr : vakiana fotsiny). En effet, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » pourrait accorder une augmentation de salaire le 26 juin, lors de la célébration de la fête de l’indépendance. En marge de la cérémonie de vœux d’hier, le numéro Un d’Iavoloha a déclaré que l’« augmentation de salaire pourrait avoir lieu plus tard ». Reste à savoir si les fonctionnaires accepteront de voter pour le porte-fanion du HVM contre une petite augmentation de salaire qui n’excèdera certainement pas 10%. En attendant une éventuelle augmentation, la Solidarité Syndicale de Madagascar menace d’organiser une grève générale face aux préjudices causés par le combat contre les fonctionnaires fantômes.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Noho ny fisian’ny andro ratsy sy “tsiok’atimo”, ifampitadiavana ny trondro eny an-tsena

Noho ny fisian’ny andro ratsy sy rivotra mitsoka mafy (tsiok’atimo) amin’ny tapany Atsimo Andrefan’ny nosy iny, dia tsy hita eny an-tsena ao Toliara efa ho telo andro ny trondro, ary ifampitadiavana ireo hazandranomasina noho ireo mpanjono any an-toerana tsy mivoaka miandriaka noho ny tahotra ny ainy, satria misamboaravoara be ny ranomasina, izay miteraka onja vaventy. Vokatry ny fisian’ izay andro ratsy izay hatrany, dia Fokontany 10 ao anatin’ny Kaominina Ampasimatera Mampikony no dibo-drano tanteraka ankehitriny, noho ny fiakaran’ny reniranon’i Bemarivo. Araka ny tati-baovao voaray, dia olona iray no lasan’ny rano ka mbola tsy hita popoka hatramin’izao.

 Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Corps diplomatique à Iavoloha : Beaucoup d’efforts restent à faire !

Des piques et des fleurs ont été lancées par ce vice-doyen du corps diplomatique, Elyachourtu Mohamed, au gouvernement malgache. (Photo : Kelly R.)

Des efforts ont été déployés par le gouvernement mais beaucoup restent à faire. En général, c’est le message de Kaambi Elyachourtu Mohamed, ambassadeur des Comores à Madagascar et vice-doyen du corps diplomatique dans le pays hier à l’occasion de la grand-messe d’Iavoloha. « On peut se féliciter que la croissance économique est au rendez-vous même si celle-ci n’est pas ressentie par les couches vulnérables de la population en contribuant de manière substantielle à la réduction de la pauvreté », a-t-il affirmé. Effectivement, le chef de l’Etat – dans son allocution – n’a pas manqué de s’auto-satisfaire en réitérant qu’il est parvenu à réduire le taux de la pauvreté de 72% contre 92% en 2014. Et ce, nonobstant le fait que des indicateurs y afférents ne le prouvent pas concrètement.

Réformes. « Tous les ingrédients sont là pour atteindre l’émergence mais nous sommes conscients que c’est un travail de longue haleine », a poursuivi le vice-doyen. Une manière pour lui d’exprimer que le gouvernement doit travailler d’arrache-pied pour amorcer le développement. D’ailleurs, il a mis l’accent sur les principaux points sur lesquels doivent s’orienter les réformes que doit entreprendre le gouvernement. Il s’agit, entre autres, de la sécurité nationale, de la lutte contre la corruption, de la gestion durable des ressources couplée avec la lutte contre les trafics illicites des ressources rares, et d’un renforcement du système juridique pour rassurer les investisseurs. Sur ce dernier point, force est de rappeler que le dernier classement Coface a enseigné ou a réappris (c’est selon) que Madagascar demeure toujours dans la catégorie des pays à risque élevé pour les investissements faute de stabilité politique.

Dialogue politique. Justement, Kaambi Elyachourtu Mohamed n’a pas oublié de citer quelques phrases par rapport à la stabilité politique. « Le maintien de la stabilité politique est important dans la mesure où 2018 est une année électorale », avance-t-il. Dans ce cadre, il exhorte toutes les parties prenantes à « procéder à un dialogue politique » par rapport aux lois électorales « afin d’aboutir à un consensus ». Pour ce vice-doyen, « le maintien de la stabilité politique, les équilibres macroéconomiques et la continuité des réformes audacieuses constituent les politiques susceptibles d’entraîner des perspectives positives de croissance économique à moyen terme ».

Aina Bovel