Les actualités à Madagascar du Vendredi 06 Janvier 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza2745 partages

Fitaterana eto an-drenivohitraNapetrapetraky ny fanjakana ny UCTU

Vaky barara ny filohan’ny vondron’ny mpitatitra eto an-drenivohitra Andriambinintsolomora Bernardin omaly fa napetrapetraky ny fitondram-panjakana izy ireo tamin’ilay fanampiana nampanantenaina azy mintentina 12 miliara ariary, antony tsy nampiakaran’izy ireo ny saran-dalàna ho 500 Ar nanomboka ny 04 Oktobra lasa teo.

Pati

L'express de Madagascar685 partages

Edgard Razafindravahy : « Le fédéralisme ou le chaos »

Edgard Razafindravahy, chef de file du parti Arche de la nation, ADN, pose un regard objectif et lucide sur la situation politique, économique et sociale du pays. Plus que jamais convaincu que le fédéralisme approprié, « federalisma sahaza », demeure la solution plausible et réaliste pour extirper les Malgaches de l’abysse de la pauvreté et de la misère.

D’où vient l’idée de proposer la structure fédérale pour la refondation de la nation ? Elle découle de la constatation selon laquelle les différentes républiques unitaires successives, sous ses variantes : six provinces autonomes ou vingt-deux régions économiques n’ont pas permis d’atteindre l’essor économique tant attendu pour gagner la lutte contre la pauvreté. Les populations vivant dans des localités pétries de richesses naturelles ou propices à des cultures de rentes, ne jouissent en rien de ces dons du ciel. J’ai vu des écoles primaires publiques qui n’ont ni tables ni bancs en nombre suffisant pour leurs élèves. Alors qu’elles se trouvent dans une commune d’où viennent des bois précieux à l’exportation. Un paradoxe parmi tant d’au­tres sur l’iniquité du système de gouvernance actuelle.

Comment a été reçue votre proposition  ?Vous voulez insinuer sans doute que le fédéralisme peut susciter des appréhensions par son passé. Lors de la crise politique de 1991, secoué par une vaste manifestation dans la capitale, le pouvoir révolutionnaire a émis l’idée du fédéralisme dans l’optique de maintenir Didier Ratsiraka au pouvoir. Le fédéralisme, a été instrumantalisé comme une arme de division à des visées bassement politiciennes. Le contexte ne s’y prêtait pas à son émancipation. Notre concept le module, le façonne, comme une manière de partager avec équilibre et équité les fruits de la croissance économique. Parfois, le trop grand écart de développement entre les régions, les communes, engendre des conflits latents à connotation ethnique, souvent exploités par des politiciens en mal d’audience. Arriver à un développement cohérent, c’est l’essence du fédéralisme approrié que nous défendons. Il n’est pas question de personne ou d’hom­me. Mais d’efficacité d’une organisation de l’État.

Les régimes successifs ont plutôt misé sur la décentralisation effective. Qu’en dites-vous ? Disons qu’il s’agit d’une décentralisation fictive. Comment peut-on accepter que pour régulariser des paperasses administratives, par exemple des dossiers sur les propriétés foncières, il faudra venir dans la capitale. Des gens parcourent des kilomètres à pied avant de prendre un hypothéthique taxi-brousse. Et ils doivent revenir plusieurs fois à cause de la lenteur administrative. Il en va de même pour les audiences au palais de justice. Lors de la présidentielle de 2013, j’ai suggéré le tribunal de proximité, « Fitsasarana mitety vohitra », pour éviter autant que possible les coûteux déplacements aux paysans qui n’ont pas forcément les poches bien garnies pour ces incessants va-et-vient. Ce procédé, en toute transparence peut aussi aider à démasquer la corruption qui sévit dans les coulisses des tribunaux classiques. Étant entendu que c’est l’un des Corps de l’Etat le plus corruptible selon de nombreuses études faites sur le dégré de corruption sur l’ensemble de l’Administration.

“Si on ne change rien, Madagascar continuera à s’enfoncer dans la pauvreté et le  sous-développement.”

Vous avez d’autres arguments pour soutenir le bien fondé de votre démarche  ?2016 aura été l’année de la recrudescence des vindictes populaires, des révoltes contre l’ordre établi par des assauts de camps de la gendarmerie nationale. Cela atteste, témoigne de la méfiance des citoyens, de leur non-respect de l’État. À l’allure où vont ces rebellions ouvertes, ces insoummisions violentes, la situation deviendra inténable, ingérable pour le pouvoir central. Il peut aussi s’agir d’une manifestation des frustrations latentes longtemps enfouies. Je dirais que sans le fédéralisme approprié, ce serait le chaos. Il faut un État de droit, une justice équitable. La centralisation à outrance des prérogatives de puissance publique dans la capitale débouche sur l’accaparement de tous les pouvoirs de décision par une minorité agissante. Seule la gestion de proximité peut contourner ce centralisme excesssif qui dérive sur le culte de la personnalité, et les tentations dictatoriales par la pensée unique. Le danger est bel et bien là, mais comme cela arrange les dignitaires de l’État, ils s’en accommodent.

N’empêche, le régime présente 2017 comme l’année de la relance économique après le succès somme toute relatif du Sommet de la francophonie et des acquis de la Conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs, CBI, de Paris.S’agissant du Sommet de la francophonie, la vraie question qui importe aux Malgaches est : « qu’est-ce que ce sommet leur a apporté   » Aucune réponse à leurs problèmes quotidiens ni même à ce qu’ils peuvent espérer demain.Pour la réunion de Paris, tout reste à décaisser mais les membres de l’Exécutif se flattent de jongler avec les 6,4 milliards de dollars. Ils dissimulent les sacrifices à endurer par les Malgaches pour remplir ce qu’on entend par critères de performance. Pour ne citer que les réajustements des tarifs de la Jirama ou la vérité des prix du carburant, que demande t-on aux Malgaches au juste   sinon plus de sacrifices pour qui   pourquoi   On est en droit de se demander et d’avoir des réponses. Avoir une vision économique, c’est prendre tous les agrégats dans leur ensemble et ne pas se contenter d’endetter le pays et les générations futures. Les bailleurs de fonds sont des banquiers, ils vous prêtent pour en tirer profit et les Malgaches n’en tireront jamais profit si les dirigeants ne dédient pas réellement les fonds empruntés à des projets de développement  bénéfiques au pays.

Vous êtes bien pessimiste.Oui, si on ne change rien, Madagascar continuera à s’enfoncer dans la pauvreté et le sous-développement. Comme le système unitaire, le recours aux bailleurs de fonds ne date pas d’aujourd’hui. Certains ont été gratifiés de meilleurs élèves du Fonds monétaire international. Cela signifie que le régime en place n’a pas trouvé d’autre voie pour amorcer le décollage économique. Les mêmes emprunts produisent les mêmes effets : la paupérisation de la population. Les pays qui ont réussi leur envolée économique n’ont pas forcément eu des crédits des bailleurs de fonds. Pourquoi insister sur des méthodes qui ont largement démontré leurs limites ?Comme vous savez ceux qui investissent chez nous dictent leurs lois et leurs conditions, nos dirigeants nous mettent toujours dans une situation de quémandeurs. Il faudrait inverser le rapport de force et pour cela il faut d’abord rendre le pays attractif. Je suis convaincu que le fédéralisme permettra au pays de mettre en place plus rapidement le cadre nécessaire pour attirer et sécuriser les investissements, sélectionner les bons projets en fonction des priorités à l’échelle de chaque région qui permettra le développement de tout le pays.

Que pensez-vous des mutations politiques à l’échel­le mondiale ?On assiste à un réveil du nationalisme, à la remise en question de la mondialisation et du libéralisme sans balises, à un penchant progressif vers le repli sur soi. Des politiciens en dehors du « système » ont déjoué tous les pronostics. La victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, les déroutes de François Hollande en France, les déboires de Matéo Renzi en Italie, les cauchemars d’Angela Merkel avec ses immigrants en Allemagne, l’insolente réussite de Vladimir Poutine sur l’échiquier politique mondial, la victoire du Brexit en Grande-Bretagne sur le ré- fé­rendum sur l’Europe, sont autant d’événements qui certifient ces nouvelles tendances . Aux Malgaches de pren- dre leur destin en main, c’est toute la philosophie de l’ADN!

Votre appréciation sur le rapprochement des politiciens…Qu’est ce qu’on peut encore attendre et espérér quand on fait du neuf avec du vieux ?  Je l’ai toujours dit, ils sont tous les mêmes. « Iray ihany izy rehetra ». Qu’ils nouent des alliances ou pris individuellement, aucun changement ne peut venir d’eux.Maintenant pour ce qui est du « rapprochement » de la « réconciliation » nationale dont on parle à tout va, nous disons que ce dont les Malga­ches ont besoin c’est de se réconcilier avec leurs terres. Personne n’ignore que la plupart des Malgaches ne sont plus propriétaires, donc ni fières ni responsables, de leur terre, ils sont parfois tout bonnement expropriés sans raison ou par la raison du plus fort ! Le « fédéralisme sahaza » permettra aux Malgaches de se réconcilier avec ce qui leur est cher c’est-à-dire leur terre.

Sommes-nous vraiment prêts et suffisamment costauds à adopter ce système de « Federalisma sahaza »  ?Il n’y a pas pire que ce qu’on fait vivre aux Malgaches aujourd’hui et depuis des décennies. Changer les hommes au pouvoir ne suffit plus, le pays a besoin de changement radical, efficace, de refondation et cela passe par le changement de tout le système de gouvernance : le fédéralisme. Regardons dans le monde, les pays fédéraux sont les plus développés : les Etats Unis, la Suisse, l’Alle­magne pour ne citer qu’eux. Il nous faudra de l’audace afin de pouvoir opérer le changement tant attendu par tout un peuple. On ne va pas continuer incessamment à attendre les autres, puisqu’on pourra largement financer le « Federalisma sahaza » par nos propres ressources. Osons relever le défi !

Propos recueillis par Eric Ranjalahy

L'express de Madagascar656 partages

Coupe du monde des traiteurs – L’équipe malgache fin prête

Ils semblent modestes face aux autres concurrents. Mais les chefs malgaches, représentant la Grande île à la prochaine Coupe du monde des traiteurs, promettent des merveilles.

Une ode à l’art culinaire malgache et au savoir-faire de ses artisans sur la scène gastronomique internationale. La qualification de l’équipe malgache pour « l’International Catering Cup», ou la Coupe du monde des traiteurs qui se tiendra du 21 au 25 janvier dans la ville de Lyon en France, honorera de nouveau la cuisine du pays. Tout un évènement d’envergure internationale en hommage à la bonne cuisine de part et d’autre du globe, ce concours promet de faire valoir la créativité des chefs malgaches auprès de leurs homologues internationaux. Son exploit en 2015, durant lequel l’équipe malgache a remporté le prix du « Meilleur buffet au monde » lors de ce prestigieux concours, annonce la couleur.Antonio Mick Razakan­drainy, sous-chef de cuisine au Carlton Anosy et Herilanto Andrianainarivony, sous-chef pâtissier au Carlton Anosy qui composent l’équipe malgache sont fins prêts à émerveiller les papilles du jury de cette cinquième édition de la Coupe du monde des traiteurs. Le tout, sous la bienveillance de l’émérite chef Lalaina Ravelomanana, dit Lartistika, en tant que coach et juré également, lors du concours. Ayant pour objectif principal de permettre la création d’une dynamique au sein de la profession de traiteur, le concours met en valeur la haute gastronomie des pays qui y participent.

Équipe fédératrice« Concernant le métier de la cuisine, de la gastronomie et de l’art culinaire en général, je trouve qu’il y a eu énormément d’évolution. De même, on compte actuellement de nombreuxjeunes chefs qui souhaitent faire découvrir et faire valoir leur talent face au grand public. Ceci dit, ils manquent de moyens pour être au même niveau que nos pairs internationaux. C’est pourquoi je fais constamment appel à la générosité de tout un chacun pour nous soutenir », affirme le chef Lalaina Ravelomanana.Secteur en constante évolution, le milieu de la gastronomie à l’instar de cette équipe nationale peut, entre autres, déjà compter sur l’appui de grandes industries agro-alimentaires comme le groupe Star par exemple, mais aussi la compagnie Air France et le Carlton qui contribueront à l’épanouissement de ce domaine. Une délicieuse manière de débuter l’année pour ces artisans de la gastronomie malgache. L’équipe nationale entend briller de mille feux face aux douze autres pays sélectionnés pour cette coupe du monde.Les produits qui seront utilisés tout au long de la compétition sont imposés, une difficulté de taille notamment lors des préparatifs, mais que l’équipe nationale entend relever par son inventivité. Au-delà de son succulent menu composé notamment d’un royal de foie gras en entrée, mais aussi d’une trilogie de cochon et d’une tartelette à la poire, chaque plat sera orné d’un zeste et d’un arôme de chocolat bien de chez nous. Des recettes qui ont toujours distingué Madagascar du continent africain, c’est ce que l’équipe malgache peaufine actuellement et réserve pour cette cinquième édition de la Coupe du monde des traiteurs.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara531 partages

Magazine américain VOGUE : Madagascar dans le TOP 10 des plus belles destinations pour 2017

Ce sont des espèces endémiques à Madagascar. (Photo d’archives)

Grâce à ce classement, l’Office National du Tourisme de Madagascar prévoit que ce sera une grande opportunité pour le tourisme haut de gamme choisissant la destination.

Le célèbre magazine de mode américain qui s’intitule Vogue vient de publier le TOP 10  des plus belles destinations pour 2017. Et Madagascar fait partie de cette liste des dix pays qu’il faut absolument visiter  cette année. Selon ce magazine, la Grande Ile est tout indiquée pour passer d’excellentes vacances étant donné qu’il s’agit de la version africaine des îles Galapagos composées de dix-neuf magnifiques îles situées dans l’Océan Pacifique, à environ 1 000 km du continent Sud-américain. En outre, près de 80% des espèces faunistiques dans le pays n’existent nulle part ailleurs. Il s’agit entre autres, des lémuriens, des caméléons et des oiseaux rares pour ne citer que l’aigle-pêcheur, un des rapaces les plus rares au monde.

Découvertes. Certes, Madagascar dispose d’une importante réserve d’animaux endémiques  mais sa flore est également exceptionnelle. Et chaque année, de nouvelles plantes rares sont découvertes dans les principaux parcs nationaux de la Grande île. A titre d’illustration, une nouvelle espèce végétale a été découverte en novembre 2016 lors d’une excursion éco-touristique à l’entrée de la grotte animiste d’Antafiamoara sur la presqu’île d’Anjajavy dans le Nord-Ouest de Madagascar. Elle mesure 50cm de haut et dégage une odeur très caractéristique de poisson faisandé. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une nouvelle espèce dite Arum géante issue de la famille des Amorphophallus, a-t-on communiqué. Il serait ainsi difficile pour ceux qui ont choisi la destination Madagascar de trouver ailleurs un lieu à la faune et la flore aussi riche, colorée et variée. En fait, Madagascar est une invitation permanente à de nouvelles aventures hors des sentiers battus pour ne parler que de vivre chez l’habitant, d’explorer les terres sauvages, de rencontrer les fameux lémuriens ou de s’adonner à la plongée.

Souvenirs. Par ailleurs, l’ouverture prochainement de l’écolodge de luxe « Miavana », composé de 14 villas, construit sur l’île privée de Nosy Ankao, dans le Nord de Madagascar va également attirer de nombreux touristes étrangers pour cette année 2017. C’est un véritable paradis sur terre  car il a été spécialement conçu pour les amoureux de la nature, à la recherche de calme et de bien-être, a-t-on appris.  Des vacances sur cette île-hôtel permettront aux visiteurs de profiter de toutes les activités nautiques possibles comme l’observation des baleines, la plongée, la planche à voile et le kite surf. On peut également y pratiquer la pêche à la mouche, des trekkings à la découverte des lémuriens dans la forêt tropicale et des excursions nocturnes pour admirer la couvée des tortues de mer. Une chose dont on est sûr, Madagascar laisse dans le cœur des visiteurs des souvenirs qui ne s’effacent jamais !

4e place. Tout cela a permis au magazine américain VOGUE de classer la destination Madagascar dans le TOP 10. Elle figure même dans la 4e place. La Georgie a obtenu le buzz ces dernières années pour son étonnante grande scène de vin. Oman vient en 2e position car il est considéré par les Européens, en particulier les Britanniques comme une ultime évasion de vacances au Moyen-Orient. Langkawi se trouve au 3e rang. Cet archipel composé de 99 îles sur la côte Ouest de la Malaisie, est sur le point de mettre le pays sur la carte du Voyage. Notons que VOGUE est l’un des principaux magazines de mode féminin dans le monde avec une diffusion supérieure à un million d’exemplaires mensuels. Une parution dans ce magazine présente ainsi une grande opportunité pour le tourisme haut de gamme à Madagascar, d’après l’Office National du Tourisme de Madagascar.

Navalona R.

L'express de Madagascar406 partages

Un banquet de trop…

Monsieur Le Président,Le bref discours que vous aviez tenu le 31 décembre dernier faisait l’éloge de « vos réussites » et de la confiance que la communauté internationale vous accordait. Vous y exprimiez également vos souhaits pour « le renforcement de l’union, de la solidarité, et de la confiance mutuelle. » Vous disiez aussi mesurer pleinement « la volonté et l’effort déployés par chaque famille, par chaque citoyen, pour faire face au quotidien et aux difficultés qui marquent encore la vie de notre nation. » Toutefois, nous avons le sentiment, Monsieur Le Président, que ce ne sont que des paroles en l’air puisque la cérémonie de présentation de vœux que vous allez diriger aujourd’hui ne fait qu’entretenir le fossé qui vous sépare des administrés dont vous dites vous préoccuper. Vous ne tirez aucune leçon du passé et faites simplement fi des recommandations et souhaits de la population qui vous ont été maintes fois communiqués.Certes, il est compréhensible que vous présentiez vos vœux aux différents acteurs, nationaux et internationaux, qui animent la vie de la nation, mais vous auriez pu le faire différemment, si vous vous préoccupiez un tant soit peu du sort de vos compatriotes. Une carte de vœux signée de votre main pour chacun et la diffusion de votre discours sur les médias auraient suffi. Tout le monde, nous le supposons, aurait compris la démarche, et cela aurait été un signe de respect envers tous ceux qui souffrent et qui bataillent au quotidien pour survivre. Pourquoi conserver cette coutume dispendieuse du banquet présidentiel alors que vous savez pertinemment que la population ne l’approuve pas ?  Ou bien les 1400 invités que vous vous apprêtez à accueillir importent-ils plus que les 25 autres millions de Malgaches dont la majorité est littéralement affamée ?  Ne vous êtes-vous pas dit que l’argent dévolu à cette fête du paraître pourrait servir à des tâches plus nobles ?  Combien de ventres vides auriez-vous pu remplir avec l’addition de votre « petite » fiesta ?  Des ventres qui ne réclament pas des mets élaborés ni une coupe de champagne, mais simplement un plat et de l’eau potable, de façon régulière. Pourquoi cela vous semble-t-il si difficile à comprendre ? On sait pertinemment que vous allez encore rencontrer vos invités dans diverses autres occasions : ateliers, conférences, tables rondes et autres réunions tout aussi dispendieuses.Vous fustigez ceux qui vous critiquent sans prendre la peine d’écouter ce qu’ils disent ni de vous mettre un instant à la place des plus démunis. Il ne s’agit pas de prendre une photo avec des pauvres ni de leur donner quelques couvertures de temps à autre, surtout en période de campagne électorale, pour prétendre que vous les aidez ! Vous avez le droit de soigner votre image mais pas sur le dos des plus pauvres ! Votre manque de décence et de considération pour vos compatriotes est tout simplement scandaleux !Ne vous méprenez pas sur nos propos. Nous ne demandons pas la prise de mesures populistes ponctuelles qui ne feraient que servir votre ego et votre recherche de popularité en prévision des prochaines élections présidentielles. Nous réclamons une approche plus humaine et plus altruiste dans la gestion de votre mandat et de nos deniers. Vous n’êtes pas un roi et nous ne sommes pas vos sujets. Vous êtes un politicien auquel le peuple malagasy a prêté son pouvoir pour remplir des missions bien définies durant un mandat bien déterminé. N’abusez pas de vos prérogatives. Où en êtes-vous dans la réalisation de ces missions  ? Etes-vous réellement satisfait de ce que vous avez accompli ?  Si c’est le cas, votre capacité de vous suffire de peu et votre manque d’ambition sont sidérants !La population malgache est plus importante que votre cour de 1400 personnes. C’est elle qui importe et c’est pour elle que vous devez chaque jour suer sang et eau. Nous n’arrêterons pas de crier pour elle tant que vous et votre équipe ne le comprendrez pas et tant que vous resterez imbu de vous-même.

Par Wake Up Madagascar – Mitsangàna Madagasikara

Midi Madagasikara303 partages

Andry Rajoelina : Retour en France

C’est confirmé. L’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina n’assistera pas à la cérémonie de présentation de vœux qui aura lieu ce jour au Palais d’Etat d’Iavoloha. De source proche du MAPAR, la famille Rajoelina a quitté la Grande île mercredi soir à destination de la capitale française pour rejoindre leur résidence qui se trouve près de la frontière avec l’Allemagne. Faut-il rappeler que la famille Rajoelina s’installe dans l’Hexagone depuis que le leader de la Révolution orange a quitté le pouvoir en 2014. Selon notre source, ce retour en France est un voyage qui a déjà été programmé à l’avance. Rien à voir donc ni avec la situation politique actuelle, ni avec la cérémonie de présentation de vœux des Corps constitués qui aura lieu ce jour à Iavoloha. Un évènement que l’ancien président de la Transition a toujours boycotté depuis 2015. D’après les informations, Andry et Mialy Rajoelina vont assister à la rentrée scolaire de leurs enfants. Notre source a toutefois fait savoir que l’ex-homme fort du pays prévoit de revenir très bientôt pour rencontrer ses partisans. Pour l’heure, le parti MAPAR n’a pas encore tenu sa cérémonie de présentation de vœux. Ses fidèles partisans ont souhaité rencontrer Andry Rajoelina durant ce bref retour au pays. Certains estiment qu’il devrait songer à un retour définitif en vue de mieux préparer les Présidentielles de 2018.

Davis R

Midi Madagasikara286 partages

Fonction publique : 13 686 postes budgétaires à pourvoir pour cette année

Le départ ou le maintien des 3 514 agents ayant atteint l’âge de 60 n’affecteront en aucun cas le recrutement de nouveaux agents de l’Etat, d’après la Direction générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat (DGGFPE). Si les prévisions selon lesquelles, 2 500 d’entre-eux optent pour le maintien, s’avèrent justifiées, cela signifie qu’ils vont continuer à cotiser. Par conséquent, des gains seront réalisés pour les caisses de retraite déjà en souffrance depuis quelques années. A titre de rappel, les subventions allouées par l’Etat augmentent d’année en année, allant de 97 milliards d’ariary en 2013 à 250 milliards d’ariary en 2015 pour atteindre les 290 milliards d’ariary en 2016. A partir de cette année, l’Etat compte réduire de 50 milliards d’ariary par an  le renflouement des caisses de retraite. L’espace budgétaire dégagé sera par la suite investi à d’autres projets d’investissements sociaux, lesquels offriront des opportunités d’emplois, d’après les explications de la DGGFPE. A noter que le recul de l’âge de retraite entre dans la mise en œuvre de la réforme du système de pensions dont l’objectif étant d’instaurer un équilibre dans les caisses. Mais celui-ci ne pourrait être effectif pour l’heure actuelle étant donné que l’âge de départ à la retraite à 60 ans a été fixé par la loi 2003-011 portant Statut Général des Fonctionnaires. L’amendement de cette loi incombe au parlement suivant une proposition du Gouvernement.

Priorités. Selon le Plan National de Développement (PND) mis en œuvre depuis 2015, les secteurs sociaux et la mise en place d’infrastructures structurantes, ainsi que l’appui aux développement rural sont les priorités, pour cette année 2017. Ces secteurs bénéficient, entre autres, de renforcement de personnel au niveau de l’Administration publique. Dans les secteurs sociaux, la santé, l’éducation et la sécurité en font partie. Pour la période 2015-2019, le montant des dépenses dans le Secteur Public nécessaire, pour financer les croissances fixées par le PND, est estimé à 35 173 milliards d’Ariary, soit près de 14,57 milliards USD. Ce coût comprend les investissements dans le Secteur Public d’une valeur de 18 291 milliards d’Ariary et les dépenses courantes dans l’Administration Publique, y compris les dépenses de personnel, qui totalisent 16 882 milliards d’Ariary. Pour le personnel de santé, 15 164 agents fonctionnaires sont recensés en 2014, dont 26% de médecins, 38% de paramédicaux, 16% d’agents administratifs et 19,56% de personnel d’appui. Cette statistique traduit un ratio d’un médecin public pour 10 500 habitants, ce qui est proche du ratio de 1/10 000 préconisé par l’OMS (Organisation mondiale de la santé. En ce qui concerne les paramédicaux, le ratio en 2013 est de 1/7951, contre une recommandation de l’OMS de 1/5000. D’après la DGGFPE, ces indicateurs s’améliorent davantage avec le temps. A noter que pour cette année 2017, les différents Ministères sont dotés de 13 500 nouveaux postes budgétaires, dont la répartition sera définie suivant les priorités du PND.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara245 partages

Portrait- Julie Resampa alias Baravavy : communicatrice mais passionnée de mode avant tout !

Rien ne la prédestinait à devenir styliste. Son cursus, en tout cas, ne l’y préparait pas du tout. Mordu de mode depuis toujours,  sa passion finit pourtant par avoir le dessus et la voilà devenue styliste, d’ailleurs très appréciée de nombreux artistes.

Il  y a un peu plus d’un an, Julie Resampa s’est effacée pour laisser place à Baravavy ! Julie avait déjà de la personnalité et était une inconditionnelle de mode. Elle aimait mettre sa petite touche personnelle à ses tenues pour se démarquer lorsqu’elle allait à une fête. A l’époque cependant, elle se soumettait encore aux normes. Pas question pour la jeune femme de transgresser les règles. Pas question également de trop se faire remarquer ! Le regard et le jugement des autres, c’était important. A l’époque, elle venait de quitter Tuléar, sa ville d’enfance pour suivre ses études universitaires au SAMIS-ESIC (Ecole Supérieure de l’Information et de la Communication) au Saint Michel Amparibe. Sa maîtrise en communication organisationnelle en poche, la jeune femme intègre le marché du travail. Elle aimait le milieu dans lequel elle évoluait mais ce n’était pas suffisant. Il lui manquait quelque chose.

Baravavy, la naissance. Nous sommes en 2015. Julie est devenue plus confiante, plus sûre d’elle et se sentait prête à tenter de nouvelles aventures.  Pourquoi pas le stylisme ? Après tout, elle a toujours été passionnée par la mode. A la fin de cette année là, elle fait donc le grand saut. L’année suivante, elle signe sa première collection : simple, élégante et un peu décalée à travers ces couleurs. Un coup d’essai qui fut un coup de maître. Les jupes et robes faites de wax Hollandais et le lambahoany associés avec d’autres matières de tissus, ce n’est effectivement pas courant. Baravavy fait mouche. En un an de stylisme, elle fait plus de chemin que bon nombre de ses collègues. Ninas, Lala Njava, Mija, Nytha, Caylah la slameuse ou encre Lamtha, tous ont déjà porté ses créations sur scène. Bien sûr sa créativité a attiré les artistes mais c’est également et surtout sa personnalité qui incite les autres à collaborer avec elle.

Bon vivant. Souriante, sociable, disponible pour ceux qu’elle aime, attentive, se mettant très rarement en colère, tolérante…  ceux qui la connaissent ne tarissent pas d’éloges à son égard. Julie Resampa est le genre d’amie que toutes les filles rêveraient d’avoir. Elle aime d’ailleurs profiter de chaque instant avec ses proches. Quand elle n’est pas enfermée dans son bureau ou dans son atelier à se casser la tête pour un nouveau modèle, vous la trouverez avec ses amis, dans un bon restaurant chic autour d’un bon verre de vin, de savoureux plats ou en train de danser ou d’apprécier de la bonne musique. Car Julie, c’est un bon vivant. D’ailleurs, sa joie de vivre se reflète à travers ses créations. Concoctant actuellement une nouvelle collection, Baravavy dévoilera le fruit de son travail à travers des défilés, notamment au Café de la Gare le 8 mars dans le cadre du Malagasy Women’s Project.Mahetsaka

L'express de Madagascar218 partages

Ankasina – Des militaires torturent un garçon

Accompagné de trois individus armés, un militaire a arraché de son sommeil un jeune garçon. La victime a été laissée pour morte en pleine rue.

Abus et barbarie à Ankasina. Armés d’un pistolet automatique et d’un poignard, un militaire en service au commandement des forces de développement (Cofod) à Andohatapenaka et ses trois comparses, ont arraché de son domicile, un jeune homme de dix-neuf ans, dans la soirée du nouvel an, vers 22 heures, pour le torturer et le laisser pour mort, en pleine rue. Après en avoir fini avec le jeune homme, les quatre forcenés l’ont recouvert d’un tissu blanc puis ont décampé. Secourue in extremis par les personnes des environs, la victime a échappé de justesse à la mort. Au bout d’un séjour à l’hôpital d’Ampefiloha où il a été placé sous soins intensifs, il a repris du poil de la bête, et a ensuite porté plainte à la police criminelle. Le militaire incriminé n’est autre qu’un voisin du jeune homme.«Il m’a accusé à tort, d’avoir vandalisé une clôture en bois qu’il a plantée. Le jour du nouvel an, tard dans la nuit, alors que je dormais, il était venu frapper à ma porte, pour me sommer de sortir. Dès que j’ai ouvert, ils étaient quatre à s’être jetés sur moi », confie la victime.

Pires maltraitances«J’ai réalisé que j’avais affaire à une escouade de la mort, lorsqu’un pistolet a été braqué sur mon cou. Tiré dehors, j’ai été roué de coups et poignardé à la plante des pieds et au niveau de la main », enchaine-t-il.Réveillée en sursaut par ses cris de détresse, la mère du jeune garçon s’est ruée dans la cour, pour voler au secours de son fils. «Ils ont braqué leur arme sur moi et pour me sommer de déguerpir, d’un ton fielleux. Celui qui tenait l’arme de poing a affirmé qu’il était de la police. Lorsque je lui ai demandé un badge ou une carte professionnelle, il a menacé de m’abattre. Alors qu’ils ont emmené mon fils, je n’ai rien pu faire », déplore cette mère de famille.Traîné de force dans les rues d’Ankasina, le jeune homme a été sommé d’exécuter des roulades sur le bitume.«Nous avons essayé d’intervenir, mais les quatre individus nous ont signifié de nous disperser sous la menace d’une arme de poing. Ils ont ensuite attaché le jeune homme à un poteau électrique, où ils l’ont frappé jusqu’à l’épuisement,  puis ils l’ont étranglé avec une corde », relate pour sa part Jean Baptiste Raherivelo, un habitant d’Ankasina.«Les pieds du malheureux tremblaient et après, il n’a plus esquissé aucun geste. Les personnes sur place le croyaient mort. Ses bourreaux l’ont alors détaché et jeté sur le trottoir. Après l’avoir recouvert d’une sorte de drap blanc qu’ils ont amené, ses agresseurs ont décampé comme si de rien n’était », poursuit ce riverain.La police est sur les traces du militaire du Cofod. L’un des agresseurs, résidant dans le  quartier aurait, quant à lui, déserté les environs depuis la tentative d’homicide. En revanche, celui qui tenait le pistolet automatique ainsi que son compère armé du poignard, restent introuvables.

Seth Andriamarohasina Andry Manase

L'express de Madagascar197 partages

Tourisme – La destination Madagascar très sollicitée

Ces derniers temps, de nombreux magazines internationaux citent Madagascar comme une destination incontournable pour cette année. Vogue, Washington Post, Le Telegraph ont recommandé aux touristes d’inscrire la Grande île dans les agendas 2017. Dans la publication en date du 4 janvier, New York Times place le pays dans le Top 20 des destinations à visiter. « C’est une nation insulaire considérée comme un paradis de l’écotourisme », mentionne le quotidien new yorkais.La richesse de nos faunes et flores, la présence des endroits paradisiaques, la beauté du pays ont été mis en avant par New York Times. « Madagascar attire les touristes avec sa superbe combinaison de jungles, de plages et de récifs. Les lémuriens et les caméléons ne sont que les principaux attraits de cette île de la taille de la France, située au large de la côte Est de l’Afrique. Les requins-baleines et les baleines à bosse traversent le monde sous-marin, les baobabs à grosse tranchée parsèment la terre et plus de 90% des mammifères de l’île ne se trouvent nulle part ailleurs », écrit l’auteur de l’article.

L.R.

Madagascar Tribune167 partages

Les autorités absentes à Toamasina

Alors que l’arrivée du premier cyclone de cette année a été annoncée depuis plusieurs jours déjà, il semblerait qu’aucune mesure en amont n’ait été prise par les autorités pour affronter ce phénomène climatique. Le cyclone AVA a touché la capitale de l’Est, Toamasina, hier 5 janvier 2018 dans la matinée et continue sa progression le long de la côte Est malgache. Actuellement, AVA passe par la ville de Vatomandry et ses environs. Depuis son passage à Toamasina hier, et même avant l’arrivée du cyclone, la ville du grand port avait été inondée. Les pluies et les rafales de vent ont détruit un bon nombre d’infrastructures dont des maisons d’habitation en matériaux locaux ou en dur. La ville est complètement aux arrêts et les rues se sont transformées en cours d’eau. Les habitants de Toamasina se sont plaints de l’absence des autorités locales dont la majeure partie est montée dans la capitale afin d’assister à la présentation des voeux au président de la République. L’on s’interroge alors sur l’importance que donnent les autorités aux dégâts et souffrances que peut subir la population ; mais également si aucune mesure de prévention des inondations et autres conséquences attendues de ce cyclone ne pouvaient être fait. A souligner que le cyclone a déjà fait une victime à Toamasina avant-hier. Une femme qui allait rejoindre sa maison pour se mettre à l’abri a été emportée par les eaux. La Grande ile et surtout la Côte Est devrait donc s’apprêter à revivre l’expérience Enawo vu la lenteur de la prise de responsabilité des autorités.

Madagascar Tribune89 partages

2017 ou l’apogée du mandat de Rajaonarimampianina

C’est durant son discours lors de la présentation des vœux de nouvel an aux corps constitués que le président Hery Rajaonarimampianina a fait la déclaration selon laquelle l’année 2017 aurait été l’apogée de son mandat. Justifiant cela par le nombre de projets et d’infrastructures que le régime aurait réalisé tout au long de l’année ; mais également en s’appuyant sur des chiffres comme la baisse du taux de pauvreté ou le taux de croissance, ou encore le classement Doing Business. Selon le chef de l’Etat, le taux de pauvreté qui était de 92% lorsqu’il était arrivé au pouvoir est descendu à près de 70% actuellement. Une annonce qui avait déjà été faite par un média pro-régime et qui a provoqué une vague d’indignation tant au niveau des politiques que de la population elle-même. Pour Hery Rajaonarimampianina, le taux de croissance qui est passé de 2% en 2013 à 4,1% en 2017 est aussi une preuve irréfutable de la réussite de son mandat, tout en soulignant que cette croissance atteindrait les 5% cette année. Enfin, Madagascar qui a gagné deux rangs dans le classement Doing Business vient appuyer ses dires. Toutefois, le président de la République a concédé que ces chiffres n’étaient pas encore perceptible dans le quotidien des Malgaches. L’on se demande ainsi comment une baisse de plus de 20% du taux de pauvreté peut-elle ne pas se sentir, si tant est qu’elle soit vraie.

Politique

Côté politique, Hery Rajaonarimampianina a affirmé que des élections se tiendront bel et bien cette année, sous le respect des dispositions constitutionnelles y afférentes. Pour ce faire, Jean Max Rakotomamonjy, président de l’Assemblée Nationale, a fait savoir que les députés sont déjà prêts à entrer en session extraordinaire pour étudier le cadre juridique des élections. Aussi, le chef de l’Etat a mis en garde l’opposition ainsi que ceux qui penseraient encore semer le trouble à des fins politiques. D’autre part, Hery Rajaonarimampianina a également insisté qu’aucun accord politique ni feuille de route ne serait nécessaire car il appartiendra cette année à la population de choisir. Tout en lançant que les efforts effectués jusqu’à ce jour devraient s’inscrire dans l’avenir. Enfin, le président de la République a rappelé qu’il faut absolument revivre les 7 vertus du service public en insistant sur l’exemplarité des agents de l’administration et l’importance de l’information libre et d’une presse responsable. Car désormais, l’Etat s’érigera en tant qu’Etat partenaire des citoyens et Etat protecteur envers eux. Des déclarations qui attendront donc d’être réalisées cette année.

Midi Madagasikara79 partages

Grande messe d’Iavoloha : Les champions du monde invités

Ils seront sans doute les stars de cette journée à Iavoloha. Les champions du monde malgaches de 2016 feront partie des 1 300 invités. Les Tita Razakarisoa, Nanou Andrianiaina, Hery Razafimahatratra et Lova Rakotondrazafy sacrés champions du monde le 4 décembre dernier au Palais des Sports de Mahamasina ont reçu une invitation pour le banquet d’Iavoloha. Jean Christian Randriamalaza septuple champion du monde de boxe chinoise récemment fait Chevalier de l’Ordre National et décoré de l’Ordre de Mérite Sportif sera également de la fête. Une reconnaissance envers ces sportifs qui ont porté haut le drapeau tricolore sur la scène internationale.

T.H

Midi Madagasikara74 partages

Inégalité des chances en 2018 : Pré-campagne aux frais de l’Etat pour Hery, candidature incertaine pou...

Les déplacements du président Hery Rajaonarimampianina sont toujours financés par l’argent des contribuables.

La prochaine élection présidentielle semble être biaisée à l’avance à cause d’une pré-campagne intensifiée menée avec les moyens de l’Etat par l’actuel président de la République.

La communauté internationale aspire à une présidentielle inclusive, mais elle n’a jamais pensé à l’égalité des chances des candidats à cette élection. Ce qui se passe ces derniers jours montrent que non seulement, l’actuel président de la République se lance dans une pré-campagne, mais aussi cette pré-campagne est financée par l’argent des contribuables. C’est le cas du récent déplacement de Hery Rajaonarimampianina dans la partie Sud-Est du pays où le parti au pouvoir a mobilisé tout le monde dont des « Ampanjaka »  pour afficher leur soutien à la candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha. A Farafangana, le président de la République a fait des dons soi-disant au nom de l’Etat (car les motos et les véhicules offerts ont été acquis avec l’argent de l’Etat), mais force est de constater sur place qu’il et le HVM ont octroyé ces dons dans l’objectif d’inculquer dans l’opinion que le président de la République mérite la confiance des électeurs en 2018.

Amnistie. Si Hery Rajaonarimampianina a une longueur d’avance certaine, la candidature de ses éventuels adversaires aux présidentielles de 2018 reste incertaine. A en croire certains barons du parti au pouvoir et certains proches du président de la République, ils feraient tout pour que Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ne puissent pas se présenter aux prochaines présidentielles. L’ambiance à l’Assemblée nationale lors de l’adoption de la Loi sur la Réconciliation nationale laissait y croire. La mauvaise intention des députés HVM a été ressentie durant les débats. Ces derniers, face aux élus du TIM et du Mapar, se sont battus pour que la nouvelle loi entretienne des ambigüités sur les conditions du bénéfice de l’amnistie. Les élus pro-Rajaonarimampianina ont jubilé à Tsimbazaza  après leur « victoire ». Pour eux, c’est simple : il serait difficile, pour ne pas dire impossible, pour Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina de bénéficier de l’amnistie. Mais une question à laquelle les députés pro-régime n’auraient jamais pensé, se pose : le président national du TIM et le chef de file du Mapar auront-ils besoin de l’amnistie pour pouvoir se présenter en 2018 ?

Nouvelle crise politique. Bon nombre d’observateurs s’interrogent sur le silence de la CENI devant une pré-campagne menée avec l’argent des contribuables. Aucune loi ne régit la pré-campagne à Madagascar, certes, mais la Commission Electorale Nationale Indépendante a le droit d’interpeller face aux actes portant atteinte à la crédibilité d’une élection. En tout cas, on s’achemine vers la logique d’une nouvelle crise politique, qui peut être pré-électorale ou post-électorale.

R. Eugène

L'express de Madagascar68 partages

Vodihena an-dapa, solom-pen’akoho isan-trano

Fanasana eny amin’ny Lapam-panjakana. Andafiavaratra tamin’ny voalohandohan’ny Repoblika malagasy. Ambohitsorohitra mandra-pahavitan’ny lapa vaovao tetsy Iavoloha (mbola mora no mahatadidy ilay takelaka vita tamin’ny béton armé, somary nihoatra kely ny fidirana ankehitriny, ary nitondra ny soratra hoe «Mavoloha»).Rehefa tratran’ny aretina, dedaka handefa mivantana sy manontolo ny lanonana ny mpitondra sy ny tandapa, no nahitan’izao tontolo izao ny fomba mahamenatra nanomboka naharatsy laza ny sakafo teny an-dapam-panjakana. Tratra tamin’izany ny vahiny maro manao am-paosy na an-karona ny sakafo atolotra : asa raha mbola azo atao hoe «manan-kaja» rehefa mivary lavo mampiseho toetra toy ireny.Raha tsy isan’ny firenena mahantra indrindra manerana izao tontolo izao i Madagasikara, inoana marimarina fa tsy ho nisy fanafintohinana ny fifanatrehana eny Iavoloha. Saingy, indrindra fa alefa mivantana sy manontolo ny fotoana, asa angaha hamenoana ny banga amin’ny fandaharan’ny TVM (televiziona malagasy), dia miharihary loatra ny hantsana misy amin’ny lanonana eny Iavoloha sy ny andavanandron’ny vahoaka sasany : fianakaviana manontolo tsy manan-kialofana, raiamandreny mitsindroka fako, ankizikely mibaby zazamenavava mpangataka an-dalambe.Raha ny rariny tokoa mantsy, tsy misy mpitondra tokony handihy sy hitotorebika raha mbola tsy nahavita ny vahoaka entina. Indrindra raha sendra ny tandapa tsy mahalala ny atao hoe hena-maso fa mainka mampivandravandra isaky ny hantenain-kanirina. Mihajahaja sy maotimaotina izany ny lanonana amin’ny firenena ataontsika ohatra ary raisintsika tahaka : Amerika na Eoropa andrefana. Tsy fantatra intsony raha ny demokrasia no niteraka izany fahatsorana izany, na ny fahatsorana no namaharan’ny demokrasia.Ny fanasana an-dapa dia tsy hoe zava-baovao noforonina hatramin’ny 1960, 1975 na 2013. Fahiny, hatramin’ny faran’ny «Andro gasy», ny fotoana makotroka indrindra dia ny Fandroana. Tsy izao tontolo izao akory no tafiditra ny tokotanin’ny Rova, na nampandrosoina tao ambany rihan’i Manjakamiadana. Ny lehibe isan-tokony no manotrona mivantana ny Andriamanjaka, ary izay vahoaka tratra antso miandry eo Andohalo. Hatraiza hatraiza, hatrizay hatrizay, tsy mbola nisy izany hoe «fitovian-tsaranga» izany, fa ny fifampitondrana no nokajiana hatrany, mba tsy handratra ny teny, mba tsy handatsa ny fihetsika. Isam-bohitra, izay tompom-bodivona na tompomenakely na loholona amin’ny Menabe, dia mamono ny omby ho nofon-kena mitam-pihavanana.Ity farany ity angamba no tsara heverina tsara amin’ny fifampiarahabana taom-baovao tahaka izao. Ny hivahiny an-dapa mantsy anie, efa voninahitra rahateo, fa sanatria ka tsy hameno kibo na hiboboka toaka no anton-dia eny. Ny vodihena tsy vaky raha tsy an-dapa, hoy ny fiteny taloha. Ka ny solom-pen’akoho ho an’ny vahoaka indray no tokony heverina.Fa mety hihena ny fandaniana raha atao intelo miantaona ny fifampiarahabana ara-panjakana. Fifampiarahabana voalohany miaraka amin’ny andrim-panjakana sy ny olom-boafidy. Fifampiarahabana faharoa miaraka amin’ny masoivoho vahiny. Fifampiarahabana fahatelo miaraka amin’ny fiaraha-monim-pirenena (société civile). Fa ny olona asaina no mety tsy ho zatra : ny Jeneraly mba te hiresaka amin’ny Tale Jeneralin’orinasa, ny Sehatry ny Fananantany mba te hitafa amin’ny Ministra, ny Mpiasam-panjakana ambony mba te hanatsafa ny Masoivoho…Ny hoe hanafoana tsotra izao fotsiny aloha dia sarotra heverina. Fa ny fandaminana no tsara dinihina, ary indrindra ny fandaniana tafahoatra no tsy maintsy ajanona. Tsy ny tany mantsy no fady fa ny vavam-bahoaka.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara60 partages

Exposition : « Sary feo » ou quand l’image rencontre le son !

Du 9 au 27 janvier, « Sary feo » ornera la salle d’exposition de l’Institut Français de Madagascar.

Dans la salle, un grand paysage panoramique décrit les lieux : les visiteurs seront conviés à les « peupler », en y plaçant des photographies-supports magnétiques montrant  portraits et fragments d’interview- par lesquelles ils « inséreront »  les habitants dans leur cadre de vie. Portraits et paroles entament une forme de dialogue fertile, que l’observateur pourra  enrichir avec son propre regard. Du 9 au 27 janvier, les amoureux de photographie sont invités à découvrir « Sary feo », un projet dirigé par Mercedes Fernandez-Sangrera. Une expo-photo inédite qui fournit un micro-portrait de la société malagasy,  présentant une partie de la communauté de Vontovorona à travers leurs propres références visuelles et textuelles.

Projet éducatif-culturel. « En 2014, 115 enfants  âgés de 8 à 15 ans, ont été formés au langage photographique dans des ateliers qui se sont tenus dans le Centre Educatif Mandrosoa,  où ils ont été encouragés à penser aux photographies comme une manière de regarder le monde, tout en se plaçant dedans. En 2015, les enfants ont complété leur formation dans un atelier dirigé par le photographe Tsiry Solofomihanta.  Ils ont appris ainsi à composer les images afin d’expliquer leur environnement géographique et social, leur milieu familial et leur propre paysage émotionnel ». Ces activités se sont développées davantage à travers le projet  « Sary feo », permettant aux habitants de Vontovorona de recevoir le portrait en papier photographique que les enfants avaient pris d’eux. Pour une fois, ils ont pu décider de la façon dont ils souhaitaient apparaître, se libérant ainsi du rôle de mannequin occasionnel pour les touristes. Les portraits ont été obtenus en échange d’histoires orales qu’ils devaient raconter : images et paroles contribuent ainsi à une meilleure définition de leur propre identité, en enrichissant la mémoire collective. Les entretiens ont été réalisés avec l’aide des étudiants de l’Université d’Ankatso.Mahetsaka

Midi Madagasikara59 partages

Betioky Atsimo : Zazavavy nisasa teo amoron-drano, maty lanin’ny voay

Masiaka ny voay amin’izao vanim-potoan’ny fahavaratra fiakaran’ny rano izao, ka tsy mamela ireo mamba noana. Afak’omaly, ankizivavy iray manodidina ny folo taona no lanin’ny voay rehefa nisasa tsy nanana ahiahy tao amin’ny reniranon’i Onilahy, any amin’ny kaominina ambanivohitry Tongobory, Distrikan’i Betioka Atsimo. Niezaka namonjy an’ity zazavavy ity ihany ireo olona teo amin’ny manodidina, kanefa tsy namelan’ilay voay ilay zaza fa narapany, ary namoy ny ainy. Raha araka ny vaovao voaray, dia tsy nanam-po na inona na inona ilay zaza nisasa teo amin’io rano io. Ilay biby nipoitra tampoka avy ao anaty rano ary nandrapaka ny tongony no nampikiaka mafy azy, ka io no nanaitra ny olona. Raha ny fanazavana voaray ,dia efa fantatry ny iray tanàna ny fisian’ny voay ao amin’io renirano io, saingy efa fahazarana ho an’ny mponina ny fahitana an’izany, ka misy ireo tsy misalasala akory mandro eo. Rehefa tonga tokoa ny tsy ampoizina dia patsa iray tsy omby vava.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar58 partages

Tennis – L’élection fédérale en mars

Tsialvia Rajaobelina a dévoilé la date de l’élection présidentielle à la Fédération Malgache de Tennis, hier. Ce sera le samedi 25 mars, d’après l’actuel numéro un de la FMT. Le choix de cette échéance a déjà été « approuvé par le ministère de tutelle », a-t-il affirmé.Le scrutin se tiendra donc après les deux tournois majeurs de ce début d’année, à savoir le championnat d’Afrique australe en Namibie et la Coupe Davis en Lituanie. En effet, l’équipe, qui se trouve actuellement à la tête de la Fédération, veut d’abord boucler ces deux compétitions avant l’élection.« Ce serait mieux qu’on boucle d’abord le championnat d’Afrique australe et la Coupe Davis. Si le scrutin se tient en janvier, la nouvelle équipe fraichement élu n’aura qu’un délai très court pour s’occuper de ces deux déplacements », a expliqué Tsialiva Rajaobelina. Ce dernier n’a pas encore dévoilé sa position, quant à une éventuelle candidature pour un deuxième mandat ou non.

H.L.R.

Midi Madagasikara57 partages

Groupement d’Urbanisme d’Antananarivo : Lalao Ravalomanana élue présidente

Lalao Ravalomanana, maire de la capitale, sera également la présidente du Groupement d’Urbanisme d’Antananarivo. (Photo d’archives)

Hier, le Groupement d’Urbanisme d’Antananarivo a effectué sa première réunion au sein du Ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE) à Anosy. A l’issue, Lalao Ravalomanana, le Maire de la capitale a été élue présidente dudit groupement.

20 ans. Le Groupement d’Urbanisme d’Antananarivo constitué par la présidente et ses 3 vice-présidents – en l’occurrence les maires des Communes rurales d’Ampitatafika, d’Ambohimangakely et d’Ivato – a été informé sur la révision du Plan d’Urbanisme Directeur (PUDi) de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et de la périphérie. Car, à titre de rappel, le PUDi concernera, outre la CUA, les 37 communes rurales périphériques sur une superficie d’environ 20 km et rentre dans le cadre du projet TATOM (Antananarivo – Toamasina). Notons que ce dernier est le fruit d’un partenariat entre les gouvernements malgache et japonais à travers le projet JICA. D’après le M2PATE, « la mise en place du Groupement d’urbanisme de l’agglomération d’Antananarivo permettra de contribuer à la croissance économique solide et inclusive de Madagascar ». Le nouveau PUDi s’étendra sur une durée de 20 ans, donc, devrait connaître un nouvel updating en 2036.

Stratégie intégrée. Le Groupement d’Urbanisme d’Antananarivo présente un appoint par rapport à l’Organisme Public de Coopération Intercommunale (OPCI) et les Zones Economiques Exclusives (ZEE). En effet, si pour l’OPCI – l’objet est de fusionner des communes au sein d’un même espace en vue de l’élaboration d’un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace, ce groupement d’urbanisme sera l’occasion pour les communes ainsi regroupées d’élaborer une stratégie intégrée relative à l’urbanisme et dont les conséquences les lieront. Notons que le PUDi d’Antananarivo sera officiellement lancé en Mars prochain.

Aina Bovel

L'express de Madagascar54 partages

Rapt – Deux gardes de corps inutiles

Une escouade de kidnappeurs a sévi à la société Caromad à Tanjombato, avant-hier en fin d’après-midi. Le patron de cette grande entreprise, opérant dans les services industriels, a été enlevé sous les yeux et  de ses gardes du corps. Selon les informations communiquées, deux gendarmes armés, chargés d’assurer sa protection, n’ont opposé aucune résistance, face aux ravisseurs. Aucun coup de feu n’a été tiré lors du rapt. Hier, un véhicule utilitaire sport de marque Volkswagen Tiguan, que les malfaiteurs ont utilisé, a été retrouvé abandonné du coté de Bevalala.Des informations filtrées au compte-gouttes révèlent que la victime allait regagner son foyer, lorsqu’il est tombé dans le guet-apens des bandits. Ces derniers s’étaient introduits dans l’enceinte de la société, pour parvenir à leurs fins, faisant peu de cas de la présence sur place des deux bodyguards armés. Ce coup de théâtre est l’œuvre de six bandits opérant à visage découvert.Informés du rapt qui venait de se commettre, des éléments de la brigade criminelle au sein de la police nationale, ainsi que des gendarmes, se sont rendus sur les lieux du crime.

A.M.

L'express de Madagascar51 partages

Transport aérien – Le conflit s’enlise à Air Austral

Quatrième jour de grève, hier, et aucun accord en vue. Les négociations n’ont pas eu lieu, et les protagonistes ont convenu de se retrouver.

La réunion de négociations prévue mercredi après-midi a été avortée. La direction voulait discuter uniquement avec le syndicat Unsa, tandis que le syndicat voulait la présence de la CFDT et du SNPL. La grève continue et le conflit est entré dans son quatrième jour.Le conflit s’enlise à Air Austral. Pourtant dès mercredi soir, les discussions jugées constructives des deux côtés devaient déboucher sur une nouvelle réunion de négociations, mercredi en début d’après-midi, entre la direction de la compagnie et le syndicat Unsa Aérien.Mais cette réunion a tourné court. La délégation Unsa Aérien pour les PNC (personnel navigant commercial), également accompagnée par la CFDT (personnel au sol) et le représentant SNPL (syndicat national des pilotes de ligne), n’a pas été acceptée par la direction de la compagnie. (…) La direction d’Air Austral souligne que seul le syndicat Unsa Aérien a déposé à ce jour son préavis de grève, ce qui n’est pas le cas de la CFDT ou du SNPL.

Annulation«Nous devions converger pour chercher une voie de sortie à la grève», explique le secrétaire général d’Air Austral, Dominique Dufour, pour justifier cette annulation de la réunion.La présence de tous les syndicats autour de la table n’aurait pas débouché sur cette sortie de conflit. «Il y aurait eu d’autres doléances. Ce n’était pas l’idée pour une sortie de conflit.»Air Austral affirme que le syndicat a quitté la table des négociations suite à ce refus. (…) Une version qui s’oppose totalement à celle du syndicat. (…)À la sortie de cette réunion annulée, la délégation Unsa Aérien ne comprend toujours pas cette prise de position de la direction.

© JIR

News Mada41 partages

Nosy tantanan’ny vahiny : 7,5 tapitrisa Ar ny matory indray alina any Nosy Ankao

 Raha variana mitaky ny Nosy Iles Eparses ny tia tanindrazana Malagasy, efa tantanan’ny orinasa vahiny ny Nosy Ankao any atsinanan’Antsiranana. Toerana hisarihana ireo mpanefoefo maneran-tany, ka manodidina ny 7,5 tapitrisa Ar (2.500 dolara) ny hofan’ny trano matory indray alina.

Tsy re tsaika! Raha tsy nisy fiovana, tokony nisokatra, ny desambra 2016 teo ny hotely raitra Miavana any amin’ny Nosy Ankao, any atsinanana avaratr’Antsiranana. Voalaza fa “Nosy tsy miankina” ity nosy ity, tantanan’ny orinasa Time+Tide, ary Miavana ny anaran’ny trano fandraisam-bahiny, ahitana trano villas 14. Natokana ho an’ireo vahiny kalaza sy mpanefoefo eran-tany any Nosy Ankao, ary mahatratra 2.500 dolara isan’olona, izany hoe, misanda hatrany amin’ny 7,5 tapitrisa Ar.

Azo atao any an-toerana ny mankafy ny tora-pasika mavan’ny ranomasimbe Indianina, ny lomano ambany ranomasina hijerena ny soka-dranomasina sy ny hazandrano, ny fitsidihana anaty ala ahitana ny zavaboahary tsy fahita afa-tsy aty Madagasikara, toy ny gidro sifaka, ny tanalahy, sns.

Ahitana tanàna 150 tafo

Amin’ny maha raitra sy lafovidy azy, manam-pahaizana amin’ny taontrano namorona ny hotely raitra North Island any Seychelles, no nanao azy. Efa malaza any amin’ireo fampahalalam-baovao iraisam-pirenena matihanina amin’ny fizahantany avo lenta ny Nosy Ankao ankehitriny, ary azo antoka fa ho toerana hahaliana amin’ity taona 2017 ity.

Amin’ny maha nosy azy, helikoptera ny fitaovam-pitaterana ahafahana tonga any, miainga avy any Antsiranana.

Ahitana ity Nosy ity eny ampita atsinanan’ny valanjavaboahary manokana Andrafiamena, any avaratry ny helodranon’i Loky, any avaratr’i Vohémar. Any amin’ny tendrony atsimo ny ahitana ny hotely Miavana, ary manodidina ny 30 ny trano. Misy tanàna eo amin’ny tapany afovoan’ny Nosy, manodidina ny 150 tafo. Tena foto-piveloman’ny mponina ny jono an-dranomasina.

Tsy fantatra ny fampandrosoana ara-tsosialy sy ara-toekarena ho an’ny mponina any Ankao, ny faritra Diana ary indrindra i Madagasikara hoentin’ny tompon’ity hotely raitra, anisan’ny lafo indrindra eran-tany ity. Tsy misy mahalala koa ny sata mifehy amin’ny maha Nosy azy, raha tsy hiteny ny tsy fahazoantsika ny Nosy Iles Eparses.

Njaka Andriantefiarinesy

Midi Madagasikara41 partages

Francine Ranaivo : Vice-présidente de l’ Union pour la Nouvelle France

Francine Ranaivo est très active sur les bords de la Seine-parisienne dans la vie associative, culturelle et citoyenne. Elle est présidente-fondatrice de l’association Alliance Internationale des Femmes de France et de Madagascar. Elle vient d’ être nommée par le président du mouvement Thierry Sinda, (universitaire et poète  auteur de l’ Anthologie des poèmes d’ amour des Afriques et d’ Ailleurs, Orphie, 2013) vice- présidente d’ Union pour la Nouvelle France. Ce mouvement, fondé en 2009,  a présenté des candidats en île de France  aux élections régionales de 2010,  dont Francine Ranaivo . Il a pour objectif de permettre une meilleure prise en compte des Diversités (Ethnique, handicap…) dans la nouvelle société française métissée où elles font encore l’objet de discriminations criardes : « Nous sommes des français malgaches, des outremer, africains, arabes et chinois et en tant que minorité visible, nous ne jouissons toujours  pas des mêmes opportunités que nos compatriotes français dits de « souche ; par exemple au niveau de la représentation du génie français à l’ étranger à des postes décisionnaires (ambassadeurs, directeur d’ institut français…) nous  représentons à peine 2 % alors que la France de 2017 est riche en métissage tels qu’ en témoigne l’ élection de la   nouvelle miss France d’ origine guyanaise et  le choix d’ Omar Sy ( acteur français d’ origine sénégalaise) ,  en tant que personnalité préférée des français» nous dit Francine Ranaivo. C’est ainsi qu’ ils ont réactivé leur laboratoire d’ idées en vue de faire des propositions valables sur la Diversité aux différents candidats à l’ élection présidentielle française de mai 2017.  Facebook : Avec Thierry Sinda : Union pour la Nouvelle France.

P.R.

Midi Madagasikara39 partages

UCTU : Nouvelle menace d’une hausse des tarifs à 500 Ar

Le ton a monté d’un cran chez les transporteurs urbains, membres de l’Union des Coopératives des Transporteurs Urbains (UCTU). Ils dénoncent la sourde oreille de l’Etat quant au non paiement des arriérées des subventions de 2015 et celles de 2016. «Tout doit être réglé au plus vite, sinon, nous allons appliquer sans plus attendre le nouveau tarif à 500 Ar», confie l’un des présidents des coopératives membres de cette union. Faut-il rappeler que l’Etat, par le biais de l’Agence des Transports Terrestres (ATT), s’est mis d’accord avec les présidents des coopératives pour le paiement de ces arriérés de subvention avant les fêtes de fin d’année. Mais en vain. Et la nouvelle hausse du prix des carburants semble avoir fait monter la tension chez les transporteurs, au point d’en arriver à faire cette menace d’appliquer le nouveau tarif. Et cela, «au plus vite». Mais jusqu’ici, aucune décision relative à la hausse immédiate des tarifs n’a été prise par les transporteurs de l’UCTU. Ils ont procédé, hier, à Ambodivona, à leur première assemblée générale de l’année 2017, pour faire le point sur la situation. Notons pourtant que les membres de l’Union des Coopératives des Transporteurs Suburbains (UCTS) n’ont pas été vus sur les lieux. Cela veut-il dire que les transporteurs n’observent pas le même avis sur cette nouvelle hausse des tarifs? D’ailleurs, faut-il rappeler également qu’à l’issue de ces différentes réunions qui ont, à un moment donné, abouti à des essais sur l’application du nouveau tarif, bon nombre des membres de l’UCTS ont gardé le prix de leur ticket à 400 Ar.    

Non opérationnelle. Néanmoins, tous les transporteurs ont le même point de vue sur le règlement de ces arriérés de compensations, dans les plus brefs délais. Et d’insister sur le fait que la carte électronique n’est toujours pas opérationnelle, malgré l’affirmation du Dg de l’ATT disant que toutes ces cartes sont désormais fonctionnelles. Bref, eux d’affirmer être sur le point d’organiser une deuxième réunion, pour délibérer au plus vite.

Arnaud R.

Midi Madagasikara38 partages

Namorona, une ville désertée par ses habitants

Le village presque vide, il n’y a presque plus de femmes et d’enfants.

Namorona presque désert, la peur des représailles des gendarmes, des vengeances de la famille du mort font que le village de Namorona est presque désert, il y a moins du tiers de la population a estimé le Ampanjaka Iaban i Gisy, ces représailles en plus ne sont que des rumeurs étant donné qu’il n’y a plus de gendarmes sur place : le chef de poste lynché à mort par la foule. Son adjoint à l’hôpital avec multiples traumatismes surtout psychologique, le bureau saccagé et le mur plein de défécation. Les deux autres éléments ont rejoint leur brigade mère à Mananjary avec leurs familles. Quant à la famille du mort, elle est à Betroka. Les gendarmes les plus proches sont à Ampasimanjeva à 25km. Pour les hommes de Namorona, ils ont fui dans la forêt. A notre arrivée, un groupe de 7 jeunes hommes se sont enfuis, de même trois jeunes femmes ont pris la fuite, se cachant derrière des arbres en jetant leurs affaires aux Ampanjaka. La rencontre sur place a fortement condamné le lynchage du gendarme d’acte barbare et inhumain, « où sont les défenseurs des droits de l’Homme pour nous aider ? » déplore un gendarme, notre collègue n’a pas voulu tirer sur la foule et c’est lui qu’ils ont tué à coups de bois rond et de couteau.

De notre envoyée spéciale à Namorona Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara35 partages

Morondava : Mpangalatra voatapa-doha, matin’ny fitsaram-bahoaka

Leom-boan’anana amin’ny firongatry ny asa ratsy ny olona amin’izao, satria saika isan’andro no andrenesana asan-jiolahy sy halatra omby any amin’ny faritra Menabe, ka izay fahavalom-bahoaka tratra dia « mevoky » mamay avokoa. Ny faran’nyherinandro teo, tany Bemanonga Morondava, dia mpangalatra iray no voatapa-doha matin’ny fitsaram-bahoaka, raha afa-nitsoaka nanavotr’aina niaraka tamin’ny ampahan’ entana avy nangalarina kosa ny namany roalahy. Ity jiolahy namoy ny ainy tsy afa-niala intsony fa voasambotry ny fokonolona ka niharan’ny mena vozona, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar34 partages

Corps diplomatique – La parole à l’ambassadeur comorien

L’ambassadeur britannique, doyen du corps diplomatique absent, celui de l’Union des Comores sera le porte-parole de la Communauté internationale.

Un nouveau visage représentera le corps diplomatique durant la série de discours qui seront prononcés ce jour à Iavoloha. Après le départ inattendu et plutôt mouvementé de Mohamed Amar, ancien ambassadeur du Maroc à Madagascar, en novembre 2016, le message de la Communauté internationale au couple présidentiel sera transmis par l’ambassadeur comorien en poste dans la Grande île, Caabi Elyachroutu Mohamed.C’est en sa qualité de vice-doyen du corps diplomatique, le doyen étant absent du pays, que l’ambassadeur de l’Union des Comores prendra la parole à Iavoloha. Caabi Elyachroutu Mohamed a présenté ses lettres de créances au président de la République, Hery Rajaonarimampianina, en mai 2014, mais sa nomination en tant qu’ambassadeur avait déjà été effectuée en juillet 2013.Après le discours du chef de l’Etat, c’est souvent celui du doyen du corps diplomatique, représentant la Communauté internationale qui est le plus attendu durant la cérémonie de présentation des vœux des corps constitués. Chaque phrase prononcée, chaque mot utilisé est scruté, puis commenté pour y déceler un soutien ou plutôt un avertissement.L’année dernière, l’allocution de l’ambassadeur du Maroc, plutôt virulente à l’égard des autorités malgaches, a été diversement commentée dans les salons, même dans ceux très discrets du milieu diplomatique. Celle-ci aurait même étél’une des raisons, mais pas la seule, ayant motivé son rappel en novembre 2016, alors que le Roi Mohammed VI était en visite d’État dans la Grande île.

PercutantÀ l’époque, Mohamed Amar n’avait pas hésité à fustiger la trop grande dépendance de Madagascar aux aides internationales. « Depuis mon arrivée dans ce beau pays qui est le vôtre, je ne cesse de lire et d’entendre répéter les mots “Communauté internationale”, “Bailleurs de fonds”, “Fonds Européen de Développement”, etc. à toutes les occasions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises », avait-il notamment souligné.Et pour enfoncer le clou, sans reprocher ouvertement aux autorités leur choix politique, l’ancien ambassadeur marocain avait fait le parallèle avec son pays « où ces mots sont très rarement prononcés » parce que « son souverain, sa Majesté le Roi Mohammed VI, entreprend toutes les démarches et encourage toutes les initiatives pour que le royaume soit libre de ses mouvements, libre de choisir ses amis et ses alliés et, surtout, libre de défendre son indépendance et sa souveraineté comme il l’entend ».La question est donc de savoir si le message de la Communauté internationale de cette année sera aussi « percutant » que celui de l’année dernière. Celle-ci poursuivra-t-elle sur la lancée imprimée par l’ancien doyen du corps diplomatique ou restera-t-elle dans un message complaisant comme ce qui a pu être entendu ces derniers mois dans la foulée du Sommet de la Francophonie et de la Conférence des bailleurs et des investisseurs  ?L’ambassadeur de l’Union des Comores, pays très proche de Madagascar, non seulement sur le plan géographique, mais aussi dans les domaines historique, culturel et économique, gardera-t-il sa langue dans sa poche ?  La proximité des deux pays, aux relations fraternelles mais aussi tumultueuses lui permettrait de ne pas le faire, ou le lui interdirait au contraire. L’accueil du discours, quel que soit le contenu, sera toutefois différent s’il est prononcé par le frère comorien que par l’ami européen.En principe, c’est l’ambassadeur britannique à Madagascar, Timothy Smart, qui aurait dû être le porte-parole de la Communauté internationale ce jour à Iavoloha. Plus ancien ambassadeur en poste dans la Grande île, ce doyen du corps diplomatique a été nommé ambassadeur de Sa Majesté à Madagascar en octobre 2012. Il est le premier ambassadeur du Royaume Uni à résider à Madagascar depuis 2005, année où ledit royaune avait décidé de fermer son ambassade dans la Grande île. Entre le mandat de Brian Donaldson et celui de Timothy Smart, les trois ambassadeurs en charge de Madagascar ont résidé à Maurice où ils étaient Hauts commissaires.

Bodo Voahangy

Midi Madagasikara34 partages

Arivonimamo : Basy sy kitapo feno ody, hitan’ny fokonolona

Tokantrano iray tany amin’iny Talata Tsimadilo, ao amin’ny distrikan’ Arivonimamo, no saika niharan’ny fanafihan-jiolahy ny alin’ny talata lasa teo. Noho ny fiaraha-mientan’ny fokonolona anefa dia tsy tanteraka izany fa vaky nitsoaka ireo olon-dratsy. Nanao fanarahan-dia avy hatrany ireto farany ka tamin’izany no nahitana basy fohy vita gasy, kitapo feno ody gasy sy bala teny an-dalana. Ambonin’izay dia nisy taratasy mirakitra ny paikadin’ireo olon-dratsy tamin’ity fanafihana ity koa tao anatin’ilay kitapo. Efa maty paika mihitsy araka izany ny tetik’adin’ireto olon-dratsy ireto, saingy mbola nandresy ny firaisan-kinan’ny mponina. Efa nandray ny fanadihadiana sy ny famotorana moa ny zandary tany an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara34 partages

Bois précieux : Autorisation de la CITES avant commercialisation

L’exportation de bois précieux nécessite désormais une autorisation de la CITES. Cette nouvelle réglementation entre en vigueur à partir de cette année, selon une publication sur le site web de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar. Ainsi, l’on apprend que toute activité relative à la commercialisation et à l’exportation de bois de rose et de palissandre doit impérativement disposer d’une autorisation émanant de cette organisation. A noter que Madagascar est encore frappé par une sanction, qui ne permet pas au pays d’exporter du bois de rose et du palissandre. Cependant, cette mesure prise par la CITES aura des impacts sur la préservation des bois précieux de la Grande-île, une fois que les sanctions seront levées.

Antsa R.

Midi Madagasikara33 partages

Météo : Retour de la pluie cet après-midi

La pluie sera au rendez-vous à partir de ce jour.

«Il doit y avoir un équilibre naturel entre la période sèche et humide. Mais c’est tout à fait normal qu’il ne pleuve pas tous les jours bien que l’on soit actuellement en pleine période de pluie. L’atmosphère doit se reposer tous les trois ou quatre jours. Après ces quelques jours de période sèche à Tana, Dame pluie sera de retour dès demain (ndlr: ce jour), à partir de l’après-midi», explique Rivo Randrianarisoa, chef prévisionniste au sein de la direction Générale de la Météorologie. Gare à tous ceux qui vont s’aventurer dans les endroits pouvant être envahis par les eaux. Comme toujours, il faudra seulement quelques gouttes pour que la capitale soit envahie par les eaux. Surtout avec les canaux d’évacuation bouchés ici et là, la situation risque à tout moment de s’empirer. Malgré leurs obstinations à ne pas quitter leurs cases d’habitation à temps, le risque lié à l’inondation est toujours élevé pour ceux qui habitent les bas-quartiers, particulièrement pour ceux de Besarety, d’Antohomadinaika, d’Andavamamba, de Tsaramasay, etc. Ceux qui sont entourés de la rocade d’Andohatapenaka encourent également le même risque.

Prières exaucées. La météo de continuer qu’il va pleuvoir jusqu’à la fin de cette semaine à Tana. En tout cas, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Si à Tana, le retour des averses orageuses va causer de sérieux problèmes à plus d’un, pour ceux qui habitent les endroits à climat sec, c’est tout simplement les prières qui ont été exaucées. «Le Grand-Sud a eu droit à la pluie depuis quelques jours. Et ce sera ainsi jusqu’à un certain temps», rassure le prévisionniste de la météo. Lui de citer en particulier les districts d’Ambovombe Androy, Betroka, et celui d’Ampanihy, les endroits les plus touchés par la sécheresse.

Arnaud R.

Midi Madagasikara29 partages

Nisandoka ho mpiasan’ny ministera : Dimy taona an-tranomaizina sy lamandy 5.000.000 ariary

Omaly hariva no niakatra fitsarana ilay olona nisandoka ho DRH eo anivon’ny ministeran’ny fanabezam-pirenena. Voaheloka higadra dimy taona sazy mihatra ity voampanga miampy lamandy 5.000.000 ariary. Nampalaza azy ny fahaizany manafaingana ny fampidirana ireo mpampianatra fram ho mpiasam-panjakana ka maro no roboka. An’hetsiny ny vola no efa lasany tamin’ny fanambakana nataony  ka antony nahamaro ireo mpitory. Taorinan’ny fampahafantarana an-gazety ity raharaha ity  mantsy dia tsy nitsaha-nitombo ny isan’ireo no nametraka fitoriana sy nanamafy ny fitarainana efa napetraka teo aloha. Raha tsiahivina dia tamin’ny 23 desambra no voasambotry ny brigady BC5 Anosy teny Ambohitrimanjaka ity mpisandoka ity.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara28 partages

Ampefiloha : Jiolahy mpanafika, efa in-telo nigadra voasambotra indray

Voasambotra indray i Dore ! Jiolahy rain-dahiny amin’ny fanafihana, fanendahana, ary sinto-mahery eny amin’iny faritra Ampefiloha sy Isotry iny. Araka ny fantatra dia efa in-telo nidoboka tany Antanimora ranamana, noho ireo asa ratsiny ireo saingy toa mbola tsy fay ihany fa mbola mamerina foana. Ary dia izao voasambotra izao indray, ny alarobia lasa teo. Araka ny fampitam-baovao azo dia mpiantsena vao maraina, na avy ireo mivarotra ny hariva no tena lasibatr’ity Dore ity sy ny tariny. Roalahy izy ireo no tena mpiaraka amin’izany asa ratsiny izany. Iny manodidina ny amin’ny 6 ora ka hatramin’ny valo ora iny izy no tena « miasa » raha ny famotorana nataon’reo pôlisy taminy. Efa efa ela nifampitadiavana ity jiolahy ity, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisy. Tamin’io alarobia io, dia niomana ny handeha handehaka teny amin’iny faritra Ampefiloha iny sy ny namany. Noho ity efa mpamerin-keloka loatra dia fantatry ny rehetra avy hatrany ny endriny, izay nampilaza avy hatrany tamin’ireo mpitandro filaminana. Nidina tena an-toerana avy hatrany ireto farany. Tratra teo amin’ny toerana voalaza tokoa Dore. Tafaporitsaka ilay namany. Raha ny filazany, matetika dia tsy mandeha irery izany izy, fa tsy maintsy misy namany iray na roa miaraka aminy. Ny zoma ho avy izao no atolotra ny Fampanoavana ity jiolahy mpamerin-keloka ity ary inoana marimarina fa tsy maintsy hidoboka am-ponja indray. Efa tsy hagaga ny olona intsony anefa ny hoe, volana ihany no isaina dia efa inty indray izy sy namany, miandry an-kodimirana ireo mpiantsena sy mpivarotra eny an-toerana. Isan’ny toe-javatra mahalasa saina ihany marina ny toa izany. Tsy i Dore irery ihany fa saika ireo mpanendaka rain-dahiny eto an-drenivohitra. « Toeram-pitsangantsangana, fakàn’aina ary fanangonana akama » mihitsy aza moa ny any, hoy ny hanihanin’ny sasany.  Mampieritreritra …

m.L

News Mada27 partages

Exportation de bois de rose : un permis de la Cites désormais exigé

Les bois de rose et bois d’ébène commercialisés sur le marché international doivent désormais  avoir un permis émanant de la Cites. Cette nouvelle décision aura des impacts sur les ressources en bois précieux à Madagascar, selon l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar.

Depuis le 2 janvier dernier, toute exportation de boix précieux doit bénéficer d’une autorisation de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction  (Cites). Il s’agit d’un permis permettant de vérifier les origines des bois de rose et palissandres, vendus sur le marché international. Cette décision est prise après  la Conférence des parties sur  les avancées de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Cop 22) qui s’est tenue à Marrakech (Maroc) en octobre 2016. Et cela a été réaffirmé par l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar dans un communiqué publié hier.

Cette décision pourrait freiner le commerce illégal de  bois précieux à Madagascar. “L’ échéance aura des impacts sur les ressources en bois précieux à Madagascar”, précise l’ambassade des Etats-Unis dans son communiqué. En effet,  les douaniers dans le monde peuvent désormais exiger des permis émanant de la Cites pour les expéditions internationales des bois de rose et d’ébène.

Rappelons que le bois de rose et le bois d’ébène en provenance de Madagascar figurent déja dans l’annexe II de la Cites. Pour dire que les 181 pays membres de cette convention n’ont pas le droit d’importer le bois de rose et bois d’ébène de Madagascar, vu que la Grande île n’a pas fourni les efforts nécessaires pour mettre fin au trafic de bois  précieux. Mais celà n’a pas freiné les exportations illicites de bois précieux dans le pays.

La Cites toujours en attente d’une résolution tangible

Un rapport présentant les avancées sur la lutte contre le trafic illégal de bois de rose à Madagascar est attendu depuis août 2016. Après une réunion du comité permanent de la Cites en septembre 2016, la convention a accordé au gouvernement jusqu’à décembre dernier pour remettre les résolutions tangibles à l’assainissement de la filière bois de rose dans le pays. Mais beaucoup reste à faire dans la lutte contre ce trafic illégal à Madagascar. Le moratoire risque d’ailleurs de s’étendre à d’autres espèces dans la mesure où la Grande île ne fournit pas des efforts significatifs sur l’assainissement de la filière  bois de rose.

Notons également que  le verdict du procès sur les 30 000 rondins de bois de rose exportés illicitement à Singapour devrait être connu ce mois-ci.

Riana R.

 

L'express de Madagascar27 partages

Sports extrêmes – Trois contests au calendrier de Titan.com

Du 20 au 30 décembre 2016, Titan.com a organisé un événement grandiose, au village de la Francophonie. Dénommé « Les Titans Edition Noël », il s’agissait d’une rencontre entre les passionnés de sports extrêmes, à Ando­hatapenaka. Pour 2017, l’association Titan.com prévoit de tenir trois autres rendez-vous du même genre.« Le délai de préparation était un peu restreint pour ‘Les Titans Edition Noël’. On a réalisé les spots et aménagé le skatepark en seulement deux jours. Mais on est quand même satisfait du résultat au final. La centaine de riders venue sur place, en skate, en roller ou en BMX, s’est bien amusée. Et on a même tenu un petit contest, pour conclure l’événement en beauté. Pour cette année 2017, on a en tête de tenir trois rendez-vous du même genre », confie-t-on auprès des organisateurs.À Andohatapenaka, les riders nous ont en mis plein la vue avec des figures aussi impressionnantes les unes que les autres. L’une des plus marquantes et mémorables aura été certainement ce backflip en roller par-dessus un autre rider accroupi. Comme quoi, les jeunes Malgaches maîtrisent déjà très bien les tricks les plus spectaculaires.Cette année donc, on les reverra certainement dans plusieurs endroits de la capitale. « Pour l’instant, nous sommes encore en train de réfléchir aux sites pour accueillir les événements de cette nouvelle année. Mais ce qui est sûr, c’est que ce sera en centre-ville, pour être plus près du public. Au niveau matériel, nous possédons trois rails, un fun box, une pyramide, un manual box, un grind box et un lanceur. Prochainement, on aimerait aménager un bac à mousse, nécessaire pour l’apprentissage de nouvelles figures afin d’amor­tir les réceptions. On cherche un partenaire pour nous fournir une quinzaine de matelas en éponge, qu’on découpera pour remplir le bac », conclut-on auprès de Titan.com.

H.L.R.

Midi Madagasikara27 partages

Andoharanofotsy : Nofatoran’ireo jiolahy ny tompon-trano, lasany entana

Ny alarobia lasa teo, tokantrano iray teny amin’iny faritra Andoharanofotsy iny no notafihan’ny jiolahy telo mirongo basy. Vantany vao tafiditra tao an-trano izy ireo dia nofatoran-dry zareo ny tompon-trano, ary nanao izay danin’ny kibony nibata ireo entana sy vola tao izy ireo. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary dia tsy nisaron-tava velively ireto olon-dratsy ireto. Basy poleta iray kosa ny teny amin’izy ireo, nentiny nampitahorana ireo olona tao an-trano. Tokony ho tamin’ny efatra ora latsaka fahefany teo no niditra amboletra tamin’ny alalan’ny famakiana varavarana ireto olon-dratsy ireto. Noho ny basy teny an-tanany dia tsy naninona ireto mpivady, tompon-trano. Mba tsy ahafahan’izy ireo mihetsika sy miantso vonjy dia nofatoran’izy ireo tongotra aman-tanana ireto farany. Fahilavitra « ecran plat » iray, fakan-tsary, solosaina, firavaka volamena, finday, ary vola teo amin’ny efatra hetsy ariary teo no very tamin’izany. Rehefa azon-dry zalahy izay nilainy dia nitsoaka izy ireo. Taorian’izay vao afaka niantso vonjy ireo voatafika, saingy efa dila lavitra ireo olon-dratsy. Efa mandeha ny fikarohana sy famotorana ataon’ireo mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara27 partages

Tennis : Les jeunes à l’assaut de la Namibie

Les jeunes joueurs avec le DTN et le président de la FMT. ( Photo Kelly)

2017 est une saison charnière pour la petite balle jaune malgache. Les jeunes vont ouvrir le bal ce mois de février au Championnat d’Afrique-Australe en Namibie.

Pour les joueurs de tennis, cette nouvelle année s’annonce chargée. Les jeunes participeront au Championnat d’Afrique-Australe qui se tiendra à Namibie du 9 au 18 février 2017.  Par rapport à l’année dernière, le niveau de l’équipe nationale a évolué. En 2016, sur les huit joueurs, 7 sont qualifiés pour les sommets continentaux. Cette année, dix jeunes raquettes des catégories U14 et U16 feront le déplacement. Il s’agit de Ranaivo, Fenosoa Rasendra et Lanja Rakotozandriny en U14 garçons. Mialy Ranaivo et Narindra Ranaivo sont qualifiées dans la catégorie U14 filles. Heninkaja Razafindrakoto et Haritsiky Rajaonah seront les garçons des U16. Fitia Ravoniandro, Finaritra Andriamadison et Tsanta Niony seront les représentantes dans la catégorie féminine U16. Le championnat débutera par le tournoi en simples puis celui par équipe. « On a toutes nos chances avec les garçons des U14. Nos filles en U16 aussi sont polyvalentes. Nous pourrons rivaliser avec les Sud-africaines dans cette catégorie » confirme le Directeur Technique National (DTN) de la Fédération Malagasy de Tennis, Dina Razafimahatratra. La délégation quittera le pays ce 8 février. La FMT avec l’aide des parents ont fait tout le nécessaire pour assurer la présence de ses joueurs au championnat. « C’est un honneur pour moi de représenter mon pays. Mon objectif est de terminer dans le top 8 lors de cette joute régionale» a annoncé, Haritsiky Rajaonah, joueur des U16 garçons. Du 3 au 5 avril 2017, les séniors disputeront la Coupe Davis en Lituanie. Initialement prévue se tenir ce 25 janvier en raison de plusieurs évènements, l’assemblée générale élective au sein de la FMT se tiendra le 25 mai.

Sendra R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara27 partages

Diplomatie : Le secrétaire d’Etat du Vatican à Madagascar le 29 janvier

Rencontre hier à Anosy entre le Nonce apostolique et la MAE Atallah Béatrice.

Le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, sera à Madagascar du 29 au 31 janvier 2017. C’est dans le cadre des préparatifs de cette visite officielle que le Nonce Apostolique Mgr Paolo Rocco Gualtieri a rencontré hier à Anosy la ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice. On a appris à l’issue de cette entrevue que l’arrivée du Cardinal Pietro Parolin s’inscrit dans la célébration du 50e anniversaire de la relation diplomatique entre le Vatican et la Grande île. Au cours de sa visite, le secrétaire d’Etat sera reçu par des hautes personnalités du régime dont le président de la République et le Premier ministre. Une grande messe sera également organisée à Mahamasina en sa présence.

Attendu demain. L’ambassadeur de Chine Yang Xiaorong est le deuxième diplomate qui a été reçu hier à Anosy par le chef de la diplomatie malgache. Les deux parties ont discuté des préparatifs à la visite du ministre des Affaires Etrangères chinois Wang Yi qui sera attendu à Madagascar demain. Cette visite entre dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale entre Madagascar et la Chine. A noter que la Chine multiplie ces derniers temps ses investissements dans le pays. Certains restent cependant confrontés au rejet de la population locale, pour ne citer que l’exploitation aurifère à Soamahamanina.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara26 partages

Jazz fusion : Nully Ratomosoa ne lâche rien !

Nully Ratomosoa, un musicien à suivre de près.

Le plan pour 2017 ? Ne rien lâcher et travailler encore plus durement que l’année précédente pour devenir encore meilleur. Pour bien démarrer l’année, il continue donc de naviguer de scène en scène. Le 12 janvier, il sera au Kudéta, dans le cadre du concert découverte de Libertalia music records. En 2016, il s’est beaucoup fait remarquer. « Nully Ratomosoa ? Un super bassiste, talentueux, généreux sur scène, bien accompagné par Titi à la batterie, Ulys à la guitare et Nico à la trompette, mon coup de cœur lors du dernier Madajazzcar », un propos de Haja Ravaloson, le vice-président du festival Madajazzcar qui témoigne du talent du musicien. Sa carrière a démarré dans les salles de cabaret d’Antananarivo. Son talent et ses performances furent remarqués par les grands artistes et musiciens de Madagascar tels que Din Rotsaka, Tence Mena, Tsiliva (Libertalia), Silo, Joël Rabesolo, Mafonja ou encore Mika Davis. Ce qui lui a permis de voyager en leur compagnie dans presque tout Madagascar et à l’extérieur (Mayotte, La Réunion, France, Kenya), et à participer à de nombreux festivals tels que le Donia, le Festival des Baleines, Libertalia-Music Festival ou encore le Madajazzcar. Sa première apparition solo en public date d’il y a deux ans, lors du Festival Madajazzcar 2015 en jouant en duo avec le » Batteur Noir  » Jimmy B ZaotÖ. L’année suivante, il fonde son propre groupe qui se concentre de plus en plus sur le Jazz fusion malagasy. Depuis, il a multiplié les scènes et prépare actuellement son premier album : « Misarangotra » dont il présentera l’aperçu au Kudéta ce jeudi 12 janvier.Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Insécurité dans le Boeny : Recrudescence des vols de zébus en 2016

Pour l’année 2016, le groupement de la gendarmerie nationale de la région de Boeny a enregistré 88 cas de vols de zébus. 7 720 zébus ont été volés dont 1 025 restitués aux divers propriétaires de  l’Ouest de l’île. Les villageois de la région ont vécu durant une année une atmosphère d’insécurité. Par contre, les efforts de la gendarmerie ont conduit à l’arrestation de plusieurs  personnes. 126  ont été  inculpées pour avoir commis ces vols.  Parmi ces derniers, 63 ont été placés sous mandat de dépôt et les autres  ont bénéficié d’une liberté provisoire. Les zones d’insécurité pour cause de vols de bœufs sont de plus en plus étendues  et les villageois désemparés  vivent dans  l’angoisse. L’insécurité rurale  concerne essentiellement les  vols de zébus  dans la partie ouest et sud de Madagascar. Mardi dernier, dans la région Boeny, à Tsaramandroso, 4 zébus ont été volés.  Le propriétaire a reconnu deux des malfaiteurs et a tout de suite prévenu  la gendarmerie locale. Cette dernière a,  ainsi, établi une stratégie et a tendu  une petite embuscade à Maevarano. L’un des cinq malfaiteurs  a été appréhendé tandis que les quatre autres ont pris la fuite et ont laissé le bétail sur place. Les bêtes ont été restituées à  leur  propriétaire. Les investigations qui ont été menées  ont abouti à l’arrestation  d’un boucher. Les vols de bœufs de cette région s’ajoutent aussi aux autres actes de banditisme. Un bilan a été dressé : 24 délits ont été commis, à la suite desquelles  45 personnes ont été  inculpées et  24 placées sous mandat de dépôt.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara25 partages

Aire de stationnement en surface : Extension en stand-by pour Easy Park

Les marquages au sol sont, pourtant, déjà effectués par Easy Park dans certains quartiers hors d’Analakely et d’Antaninarenina.

A Analakely et Antaninarenina, principales zones où le stationnement payant en surface est géré par Easy Park, les procédures qui régissent le paiement du temps de stationnement et les horodateurs ne sont pas encore totalement assimilés par les usagers.

Près de 10 mois après le début de la gestion des parkings payants à Antananarivo par la société privée Easy Park dans le cadre de l’accord passé avec la Commune Urbaine d’Antananarivo, l’extension de ses zones d’intervention, envisagée par Easy Park ne sera finalement pas pour bientôt, en dépit du mandat d’extension déjà délivré à cette société privée. En effet, le mandat d’extension en question a été annulé par le conseil municipal. En d’autres termes,  l’extension des parkings payants vers Ankadifotsy Ankaditapaka, Behoririka et les environs ne sera pas encore effective dans les prochaines semaines. La nouvelle convient plutôt aux usagers dans ces quartiers, très peu enthousiastes à l’idée d’adopter le système d’horodateur.

Critiques. La mauvaise qualité du service proposé par Easy Park, notamment les attitudes de ses agents sur le terrain, est la principale critique émise par les usagers. En effet, les échanges verbaux sont parfois musclés entre les agents d’Easy Park et les usagers lorsque ces derniers ont le dos tourné pour aller, justement jusqu’à l’horodateur pour y retirer un ticket de stationnement et retrouvent, à leur retour, une …contravention ! Bien en évidence sous un balai d’essuie-glace, le document somme l’usager de s’acquitter d’un montant de 12 000 ariary, faute de quoi, l’amende sera encore plus lourde, après l’expiration du délai de paiement. La procédure faisant mention de 5 minutes d’attente au minimum devant le véhicule en situation d’infraction, avant toute verbalisation, n’est, dans ce cas, pas appliquée par certains agents, provoquant la colère des usagers, aussitôt soutenus par les passants et d’autres usagers des parkings.

Catégories d’infraction. Pour rappel, soulignons que ces amendes sont fixées par l’Arrêté n° 48 – CUA/M/CAB.15 selon les catégories d’infraction. Ainsi, un défaut de paiement, classé dans la première catégorie d’infraction, est passible d’une amende de 12 000 ariary. Le stationnement abusif et le stationnement gênant sont classés dans la catégorie 2 des infractions, passibles d’amende dont le montant s’élève à 35 000 ariary. La catégorie 3 concerne le stationnement interdit dont l’amende est fixée à 120 000 ariary. Sont concernés les stationnements sur un lieu réservé aux personnes handicapées ou à la livraison. Et enfin, la catégorie 4 pour stationnement dangereux, est passible d’une amende de 120 000 ariary.

Hanitra R.

Midi Madagasikara24 partages

Vendredi joli

 Lôlô sy ny Tariny au Piment Café

L’année commence doucement. Pour les fêtards, on ne change pas les bonnes habitudes. Et pour commencer l’année, place à de grandes pointures du folk malgache. Benny, Bebey, Sammy et Sefo reprendront le répertoire du groupe Lôlô sy ny Tariny, comme pour continuer à faire résonner les guitares et les voix durant les festivités de la fin de l’année. Mais commencer l’année en musique,  c’est s’assurer que le reste des quelques dizaines de vendredi joli se feront en douceur. « Baomijijy », « Malala », « FRS », « Raha mankany »… autant de titres qui ont animé les soirées arrosées, certainement, et qui seront au programme ce vendredi. Comme tous ces vendredis où on ne se lasse jamais de chanter, de s’amuser, et de se souhaiter les meilleurs vœux !

# Peinture et musique à l’Urban Café

Et qui a dit que janvier devait être morose ? Pas question de rester tranquille à la maison, la vivacité artistique des talentueux créatifs de la ville continue d’animer les soirées. A l’Urban Café, c’est le mariage réussi entre la peinture et la musique qui va débuter l’année. Mahefa Rasamuel y a présenté ses toiles, tandis que l’encas musical sera assuré ce soir par Poun et Harty Andriambelo ainsi que de Mémé de Mem’s Family. Rendez-vous ce soir donc  à l’Urban Café.

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara24 partages

Kidnapping-Caromad : Manana mpiambina roa mitam-basy ilay karàna

Toy ny mahazatra dia tsy ny taratasy fitarainana na koa fampandrenesana ny mpitandro ny filaminana, avy amin’ny fianakaviana. Na izany aza anefa dia nanapa-kevitra ny sampana misahana ny heloka bevava ny nanokatra ny fanadihadiana mifanandrify amin’izy ireo. Izany dia mahakasika ny fakàna an-keriny ny teratany indopakistanais izay tompon’ny orinasa Caromad etsy Ankadimbahoaka. Ny harivan’ny talata teo no nitrangan’izany ary tsy taiza fa teo ivelan’ilay orinasa ihany. Tsy mbola maizin’andro akory satria mbola tamin’ny enina ora latsaka no niseho ilay heloka bevava. Dimy lahy nitondra fiara ary nitam-basy no nanatontosa an’izany, raha araka ny vaovao heno. Ny fijerena ny horonan-tsary noraketin’ny « vidéo-surveillance » no mety afaka hanamarinana bebe kokoa ny fizotran’ilay fakana an-keriny. Isan’ny vaovao fantatra mahakasika ity karàna ity ny fananany mpiambina roa mitam-basy. Mpitandro ny filaminana izay manana fiofanana manokana momba an’izany mihitsy aza no miandraikitra ny fiarovana ny ainy ary andro aman’alina izany. Isan’ny mifantoka amin’izany ny fanadihadiana izay mandeha amin’izao fotoana izao etsy Anosy, eo anivon’ny polisy miandraikitra ny raharaha heloka bevava. Ahoana no mbola nahavitàn’ny jiolahy nanafika ihany na dia teo aza izany? Isan’ny fanontaniana mipetraka izany. Ny tsy fisian’ny fampitam-baovaon’ny fianakaviana koa amin’ny lafiny iray, dia manasarotra ny fikaroham-baovao. Ankoatr’izay dia fantatra fa re fa fanindroany no efa nisy naka an-keriny io karàna io. Ny voalohany dia tamin’ny fahavelon-dry Mahandry sy ny ekipany no nitranga. Vola an-jatony tapitrisa maro no azon’ny jiolahy tamin’izany fotoana. Izany fahavoazana izany no heverina fa nitarika ity karàna ity ny hanakarama mpitandro ny filaminana matihanina amin’ny fiambenana, mba ho fiarovana ny ainy. Saingy toa mbola nandamoka ihany izany. Arahina ny fivoaran’ny raharaha.

D.R

News Mada23 partages

Retraite à 65 ans : la Fop contredit le ministère des Finances

Le ministre de la Fonction publique, Jean de Dieu Maharante, a précisé que l’annonce faite par le ministère des Finances et du budget sur l’âge de la retraite à 65 ans n’est encore qu’une proposition.

A l’heure où les travailleurs en âge de retraite, notamment les fonctionnaires, sont dans l’expectative, suite à l’annonce faite le 29 décembre dernier par le ministre des Finances et du budget, Gervais Rakotoarimanana, que désormais, l’âge de la retraite est repoussé à 65 ans, le ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales, Jean de Dieu Maharante a remis les pendules à l’heure.

«Ce n’est qu’une proposition parmi tant d’autres. D’ailleurs, aucune loi ni décret faisant mention d’une telle décision n’ont été pris», a précisé le ministre de la Fop, mercredi dernier, à Faravohitra en marge de la signature d’une nouvelle convention tripartite entre la Justice, la Fonction publique et le Bianco, relative aux concours de recrutement d’agents pénitentiaires

A vrai dire, rien n’est encore décidé, contrairement à l’effet d’annonce du ministère des Finances. Une autre manière de rassurer les concernés que pour le moment, cette idée reste juste au stade de proposition et sous cet angle, il s’avère même difficile de la concrétiser à partir de cette année. Même au sein de l’Exécutif, repousser l’âge de la retraite à 65 ans a soulevé un vif débat.

Discussion en conseil de Gouvernement

«Je ne peux pas vous expliquer pourquoi une telle déclaration a été faite, mais je peux vous affirmer que cette proposition n’émane pas de l’Etat», a souligné Jean de Dieu Maharante. D’après ce dernier, cette annonce a suscité une grande discussion lors du dernier conseil du Gouvernement. «Plusieurs paramètres sont encore à prendre en compte et à discuter sur ce sujet. Le fait de repousser l’âge de la retraite augmente les difficultés des jeunes à trouver un emploi. Devant le contexte actuel, 65 ans serait-il l’âge idéal de partir en retraite ? Pourquoi pas à 62 ou à 63 ans», a conclu le ministre de la Fop.

Sera R

 

Midi Madagasikara23 partages

International Catering Cup : Les 3 Chefs malgaches prêts pour le championnat

Présentation des sponsors et partenaires hier lors de la conférence de presse. (photo Kelly)

Dernière ligne droite pour l’équipe malgache qui va participer à l’International Catering Cup, le championnat du monde des Traiteurs qui se déroulera à Lyon, en France, du 21 au 25 janvier prochain. Gonflés à bloc, le Chef Lalaina Ravelomanana de Lartistika  Cuisine et Passion, coach et juré, mais aussi le Chef Antonio Mick Razakandrainy et le Chef Herilanto Andrianainarivo du Carlton sont prêts. Ils seront face aux meilleurs du monde, car 12 pays s’affronteront pour la finale. La pression est d’autant plus importante puisque Madagascar a déjà été lauréat en 2015 et a obtenu le prix du « Meilleur buffet du monde ». Côté sponsor, THB s’est joint  à l’équipe pour soutenir l’équipe nationale malgache, et pour valoriser le savoir-faire malgache. La marque THB qui a d’ailleurs déjà participé à des concours internationaux. A quelques semaines du championnat, l’excitation est à son comble !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara22 partages

Exportation de riz : Koloharena prospecte de nouveaux marchés

Le riz rose de Koloharena est déjà une marque déposée. (Photo d’archives)

La Confédération nationale Koloharena dispose maintenant d’une marque déposée de son riz rose avec une indication géographique. Elle se spécialise notamment dans la production de cette variété de riz biologique qui est destinée à l’exportation. « Ces dernières années, nous avons déjà exporté 50 tonnes de riz rose en Californie. Nous prospectons entre-temps de nouveaux marchés comme en Italie. Des échantillons y ont été déjà expédiés », a déclaré Jules Randrianarivelo, le président de cette confédération Koloharena.

Marché local. Notons que cette association a été créée en 1995 dans le cadre de la mise en œuvre du programme LDI financé par l’USAID au profit des groupements de paysans situés près des Aires Protégées, notamment dans le Corridor Ankeniheny Zahamena. « Notre particularité est de bien maîtriser les techniques de production tout en protégeant l’environnement contre toute forme de pression humaine. Les membres constituent désormais des paysans leaders encadrant leurs pairs. Nous écoulons également notre production sur le marché local », a-t-il poursuivi. 

Navalona R.

Midi Madagasikara22 partages

Beloha Androy : Olona enina voasambotra saika hanondrana sokatra

Olona enina izay voarohirohy ho nikasa hanondrana zana-tsokatra an-tsokotsoko no naiditra am-ponja vonjimaika rehefa avy niakatra fitsarana tao Ambovombe Androy, ny fiandohan’ity herinandro ity. Tany amin’ny Fokontany Lavanono, Kaominina Tranovao any amin’ny distrikan’i Beloha no fantatra fa nakan’ireto mpanao trafika sokatra ireto ireo zana-tsokatra maromaro. Saika hafatratra tao anaty fiara ireto biby arovana ireto no tra-tehaky ny fokonolona teo an-tanàna, ny herinandro lasa teo iny, ary ireto farany avy eo no nampandre ny mpitandro filaminana, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara22 partages

Le pouvoir sans partage des dirigeants actuels

Le président Hery Rajaonarimampianina est en route pour une réélection dans un fauteuil en 2018. Du moins, c’est ce que l’on peut penser au vu du scénario en train de se dessiner en ce moment. L’entourage du chef de l’Etat fait tout pour qu’aucun obstacle ne se dresse sur sa route pour ce poste prestigieux.

Le pouvoir sans partage des dirigeants actuels

Les conditions pour une réélection du président Hery Rajaonarimampianina sont mises en place par les stratèges qui entourent ce dernier. Le report de la date de l’élection présidentielle est déjà envisagée et l’information a été lancée, mais n’a pas été annoncée officiellement. Les raisons avancées sont étayées sur le plan juridique et ne peuvent pas être contestées. Le candidat du HVM a donc tout le temps nécessaire pour multiplier les tournées à travers l’île. Il a donc déjà commencé à sillonner les provinces et fait des bains de foule complaisamment montrés à la une de certains journaux. Pour l’instant, cette pré-campagne qui ne dit pas son nom se déroule aux frais de l’Etat et ne peut être empêchée par aucun des autres leaders politiques. Le chef de l’Etat dispose pour l’instant d’un pouvoir sans partage car tous les moyens sont à sa disposition. Ses adversaires ne peuvent pour l’instant que constater leur impuissance. Ceux qui ambitionnent de se présenter aux prochaines présidentielles ne savent pas quel sort sera réservé à leur candidature. Ils sont tributaires des artifices juridiques utilisés par le pouvoir pour valider ou non cette dernière. L’ancien président Marc Ravalomanana semble tout à fait serein et paraît sûr de remporter les suffrages des Malg            aches lors de cette élection présidentielle. Il n’émet aucune réserve en public sur l’attitude du président actuel. Le président de la transition, quant à lui, ne s’exprime pas, mais ses partisans ne cachent pas leur amertume sur la manière dont le pouvoir les traite. Ils affirment être les ennemis à abattre pour le régime. La toute puissance des dirigeants actuels crée un véritable malaise au sein de l’opinion et s’ils n’y prennent pas garde, elle risque de se retourner contre eux.

Patrice RABE

Midi Madagasikara19 partages

Nanisana : Dimy lahy misaron-tava nanafika mpanao gazety

Misy hidiran’ny maha-mpanao gazety azy ve ilay fanafihana? Mipetraka avy hatrany ny fanontaniana. Dimy lahy mitam-basy no nanafika mpanao gazety tao an-tranony tetsy Nanisana ny alin’ny talata hifoha alarobia teo. Nitondra sabatra tsirairay avy ireo olon-dratsy ary nopitsohina ny varavarana. Vao tafatsofoka dia avy hatrany dia nasaina niankohoka tamin’ny tany. Nalaina ny solosaina azo entina mandehandeha, ny solosaina fampiasa amin’ny birao, ny karatra rehetra ary ny vola hita teny aminy. Lasa ihany koa ny fitaovana fampiasa amin’ny asa fanaovan-gazety, toa ny fakan-tsary sy ny caméra. Nandritry ny 15 minitra teo no nisehoan’izany fanafihana izany. Misy fanadihadiana izay mbola tsy vita hatramin’ny farany, mahakasika ny tontolo iainana sy ny trafika isan-karazany tao anatin’ireo solosaina. Misy hifandraisany amin’izay ve ilay fanafihana? Indrindra koa raha manao saron-tava ireo jiolahy, izany hoe mety olona mety fantatry ny voatafika ihany ny sasany. Arahina ny fivoaran’ny fanadihadiana izay nosokafany pôlisy.

D.R

Madagascar Tribune18 partages

La Gendarmerie Nationale s’explique sur les cas de « justice populaire »

La Gendarmerie nationale nie être la cible des actes de « justice populaire ». La foule qui s’en prend aux campements de la Gendarmerie nationale est apparemment manipulée dans sa colère ; colère non pas contre la Gendarmerie nationale mais contre le présumé coupable qui est protégé par la loi que la Gendarmerie veut faire observer et veut respecter. Ce sont les explications des services de communication de la Gendarmerie nationale ou du moins c’est la compréhension commune des explications des cas de « justice populaire » dont la Gendarmerie nationale a été victime aussi bien à Mampikony qu’à Namorona Mananjary.

Un officier supérieur de la Gendarmerie nationale a en effet pris les deux cas en exemple et déclaré que c’est la colère de la foule contre le fait que le présumé coupable ne leur a pas été livré qui a provoqué les attaques contre le gendarme chef de poste à Namorona Mananjary ; et il en était de même à Mampikony. Autrement dit, c’est parce que le suspect qui leur a été confié a été transféré selon la loi et la procédure auprès du tribunal que la foule en colère a été poussé à prendre d’assaut les gendarmes et les locaux de la Gendarmerie nationale. Ce n’est donc pas que la population n’a pas confiance en la Gendarmerie nationale mais c’est parce la Gendarmerie nationale respecte l’état de droit et la loi qu’elle s’est fait attaquer. Et l’officier supérieur de conclure si l’on a bien compris, que c’est la foule ou les individus qui seraient derrière tout cela qui ne veulent pas que la loi soit respectée. A certains égards, la Gendarmerie soupçonne et fait comprendre que ces actes de « justice populaire » s’apparente à de la déstabilisation mais surtout à des manœuvres de désintégration de l’état de droit sinon de l’Etat tout court.

En tout cas, selon cet officier supérieur, la Gendarmerie exécute sa mission dans le respect de la loi et c’est ainsi que dans l’affaire de Namorona Mananjary, quinze (15) suspects sont aujourd’hui déférés tribunal de Fianarantsoa dont un responsable au sein de la commune de Namorona. L’affaire est entre les mains de la Justice.

Midi Madagasikara18 partages

Kmf-Cnoe : Pour la tenue des régionales cette année-ci

Le Kmf-Cnoe est surtout connu pour sa participation active dans l’observation des élections.

Le Kmf-Cnoe a son mot à dire concernant les prochaines échéances électorales. Le Comité National d’Observation des élections (Cnoe) estime ainsi que les régionales, les provinciales devraient avoir lieu cette année-ci. Il pense notamment que les citoyens pourraient élire et choisir les chefs de province qui lui conviennent. Motif évoqué : c’est pour éviter les désignations. Par ailleurs, le Kmf-Cnoe s’oppose à un éventuel report des présidentielles jugeant ainsi que cela devrait se tenir en 2019, étant donné, a-t-il souligné que le mandat de Hery Rajaonarimampianina se termine en janvier 2019. Il a été surtout connu pour sa participation active dans l’observation des élections. Dans le cadre de cette mission, le Kmf/Cnoe se fixe comme objectif d’émettre des remarques constructives dans le but d’apporter sa contribution à l’amélioration des élections futures. Notons qu’il se charge aussi de l’éducation des citoyens. L’observation de la vie publique fait partie aussi de ses activités.

Recueillis par Dominique R.

Tananews15 partages

Morondava : un voleur décapité

Grande première intéressante à Morondava pour une vindicte populaire : hop on décapite.

Là c’est sûr le voleur ne récidivera plus.

Comme dans la publicité : “Je rêve que toutes ces créatures crapuleuses soient elles aussi décapitées un jour“.

A ce rythme, vu le mécontentement voire la colère populaire croissante, ça  ne devrait plus tarder. Ceux qui iront aujourd’hui baffrer comme des porcs à Iavoloha devraient se méfier.

Midi Madagasikara15 partages

MEN : Va pour la transparence des recrutements

 

Sandro Rabeandalana, le vrai et l’unique DRH du Ministère de l’Education Nationale.

Pour faire face à des actions d’usurpation des cadres au niveau du Ministère de l’Education Nationale, une nouvelle organisation au niveau des recrutements est mise en place.

 « Le mal est partout »… Et le monde de l’administration est un des lieux préférés des  malfaiteurs. En effet, la direction des ressources humaines du Ministère de l’Education Nationale a récemment été victime d’une opération d’arnaque. Cette dernière ayant été perpétrée par un homme qui s’est prétendu être le directeur des ressources humaines et qui avait procédé à un « faux » procédure de recrutement au sein dudit ministère. Une histoire qui a terni l’image même du ministère d’un côté mais également de l’administration publique en générale de l’autre. La nouvelle mesure mise en place par la direction des ressources humaines tenterait de faire face à de « nouvelles attaques ». Comme l’a dit le Directeur des Ressources humaines (DRH) du Ministère, Sandro Rabeandalana « cette histoire a causé des troubles au sein du ministère, nous avons donc mis en place une nouvelle mesure qui va servir de barrière à une éventuelle tentative de ce genre ».

Organisation. Devant assurer un meilleur fonctionnement des procédures administratives et garantir la sécurité ainsi que la sûreté des citoyens, cette mesure entrera en vigueur à partir de cette semaine. Elle devrait également mettre en place « la transparence » des recrutements au niveau du MEN. « Une résolution a été adoptée depuis la dernière vague de recrutement, la 8e, et va continuer avec les années » d’après toujours Sandro Rabeandalana. Avant d’ajouter que « Ia prise en main des dossiers de recrutement, de tout évènement de carrière au niveau du Ministère de l’Education Nationale au niveau centrale sera assurée par une seule et unique personne. Celle-ci étant en mesure de fournir des explications sur toutes les informations concernant les procédures». Ce qui signifie donc « sauf la personne responsable, celle objet de la nouvelle mesure,  les directeurs et chefs de services auprès de la Direction des ressources Humaines seront les seuls à pouvoir recevoir les personnes sur la question du recrutement». Dans cette histoire, il faut rappeler que l’usurpateur a été déféré au parquet hier.

Consultation publique. Toujours dans cette optique de garantir la transparence des recrutements, une nouvelle démarche va venir appuyer celle déjà mise en place. Cela consisterait en « une descente sur terrain de représentants du Ministère au niveau des CISCO. Ceux-ci, avec les responsables locaux vont entreprendre le recrutement des candidats durant une consultation publique ». «Ce sera un moyen de prévenir la fraude sur l’ancienneté des candidats », a fait savoir Sandro Rabeandalana. 

José Belalahy

Midi Madagasikara14 partages

FIMAMI : Les prochaines législatives en vue

: Rakotondranisa Lalanirina prsident du FIMAMI (au premier plan).

L’association « Fikambanana Malagasy Mifanohana» (FIMAMI) a organisé des manifestations sportives pour les fêtes de fin d’année et de Nouvel an dans la commune Anjijy du district Ambato Boeny. L’objectif de ces manifestations est de faire participer les jeunes non seulement pour le sport mais aussi à la vie de la Nation. Notons que cette association est présidée par Rakotondranisa Lalanirina. Une association qui a vu le jour en 2014 ayant son siège dans le chef-lieu de ce district. Candidat malheureux aux dernières législatives dans le district d’Ambato Boeny, ce président du FIMAMI serait probablement dans la course pour la prochaine députation. On a l’impression qu’il est actuellement en train de préparer le terrain.      

Recueillis par Dominique R.

News Mada13 partages

Urbanisme de l’agglomération de Tana : Lalao Ravalomanana élue présidente

La première réunion de constitution du bureau du Groupement d’urbanisme de l’agglomération d’Antananarivo s’est tenue hier au ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) à Anosy. L’objectif de la réunion était l’élection du président du Groupement d’urbanisme de l’agglomération d’Antananarivo et de son vice-président.

Ainsi, à l’issue de cette réunion, la mairesse de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) Lalao Ravalomanana fut élue président du Groupement d’urbanisme d’Antananarivo. Les maires des communes rurales d’Ampitatafika, d’Ambohimangakely et d’Ivato y siègent en tant que vice-présidents.

En partenariat avec le gouvernement japonais à travers le projet Jica, dans le cadre du projet Tatom pour Antananarivo et Toamasina, la mise en place de ce groupement permettra de contribuer à la croissance économique solide et inclusive de Madagascar par le biais de la révision de ce Plan d’urbanisme directeur (PUDI). Il bénéficiera à 38 communes, dont la CUA et 37 communes rurales sur une superficie d’environ 20 km2, pour une durée de 20 ans,  c’est-à-dire jusqu’en 2036.

Le directeur général de l’Aménagement du territoire Gérard Andriamanohisoa, a souligné l’importance des Communes en tant que collectivités en matière d’urbanisme. A la différence de l’intercommunalité avec l’OPCI et les ZES (Zone Economique Spéciale), le Groupement d’urbanisme permet de créer une stratégie intégrée en matière d’urbanisme au niveau des Communes concernées selon les explications.

La prochaine étape de ce groupement sera le lancement du Plan d’Urbanisme proprement dit d’Antananarivo à l’hôtel Carlton le 25 mars prochain.

Nadia

 

Midi Madagasikara12 partages

Investissements publics : Taux de régulation à 100% pour optimiser les réalisations

La circulaire de l’exécution budgétaire a été présentée cette semaine.

L’exécution budgétaire est lancée cette semaine. Contrairement aux pratiques habituelles, les actions pour le développement peuvent désormais être engagées dès le début de l’année. D’importants résultats sont donc attendus.

Le taux de régulation pour les investissements publics à financements internes variait toujours auparavant de 4 à 25%. D’après la circulaire d’exécution budgétaire, présentée mercredi dernier, par le Ministère des Finances et du Budget, ce taux de régulation est fixé à 100% pour cette fois. D’après les explications du directeur général du Budget, Mialy Lanto Razanajato Razafinimanana, l’objectif de cette nouvelle stratégie est d’accélérer les procédures pour améliorer le taux d’investissement. En effet, les taux de régulation ont été appliqués pour assurer la disponibilité des fonds, avant de lancer les engagements, afin d’éviter des problèmes de trésorerie. Ce qui engendrait pourtant des retards dans les procédures. « Pour le premier quadrimestre, il n’y a que le taux de régulation sur les frais d’exploitation, c’est-à-dire, le fonctionnement des investissements qui est fixée à 25%. Pour les autres dépenses d’investissements, il n’y a aucune réserve à la régulation dans l’exécution budgétaire », a indiqué le DG du Budget.

Absorption. En 2016, l’enveloppe pour les investissements publics par financement interne était de 322 milliards d’Ariary. Cette année 2017, cette somme a été doublée en passant à 686 milliards d’Ariary. Si on se réfère à la loi de finances 2017, les infrastructures et les secteurs sociaux sont priorisés. A noter que Madagascar projette à partir de cette année d’améliorer sa capacité d’absorption de financements étrangers pour le développement. Cela peut se faire par l’amélioration du taux d’investissement et par l’accélération de la réalisation des programmes d’investissements publics à financements internes, comme presque tous les projets, même ceux financés par les bailleurs de fonds, nécessitent la contribution de l’Etat.

Dépenses. En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement de l’Etat, le taux de régulation pour le premier quadrimestre est fixé à 17,5%. D’après le DG du Budget, cela vise à améliorer la performance et la qualité des dépenses. « Il y aura toujours le suivi par trimestre. De ce fait, les données nécessaires pour la détermination des prochaines décisions sont disponibles à la fin du premier quadrimestre », a affirmé le DG. En ce qui concerne les transferts, le Ministère des Finances et du Budget table sur un taux de régulation de 50%, ce qui facilite beaucoup l’exercice financier des bénéficiaires. Dans ce cadre, les réunions des Conseils d’administration des différents établissements ont déjà commencé cette semaine, pour l’élaboration de budget annuel et des comptes administratifs. A noter que les plus importants, parmi ces transferts, sont les 250 milliards d’Ariary pour la Jirama, les 230 milliards d’Ariary pour la Caisse de retraite civile et militaire (CRCM), les 20 milliards d’Ariary de frais médicaux, les transferts aux établissements publics, etc. Pour ces transferts, la régulation vise à accompagner le plan de redressement des établissements publics, l’apurement des arriérés, et surtout pour éviter les retards de paiement de salaires, de bourses d’études, des indemnités pour les heures complémentaires, etc. Pour les FRAM, les procédures sont également accélérées. D’après la circulaire d’exécution budgétaire, le paiement se fera cette année par bimestre. Enfin pour les collectivités, les versements des subventions se feront par trimestre, soit un taux de régulation de 25% pour ce premier trimestre.

Antsa R.

Midi Madagasikara11 partages

Athlétisme pour tous : Le rendez-vous pour le 29 janvier

Et c’est parti pour la 5e édition de la course « l’Athlétisme pour tous ». La fédération a décidé d’organiser cette course de promotion de l’athlétisme pour ce dimanche 29 janvier. Une course ouverte au public, de deux tours du lac Anosy, organisée par la fédération malgache d’athlétisme pour démarrer ses activités. « On a gardé la même formule. C’est une course de promotion, de vulgarisation de l’athlétisme à la population tananarivienne et au reste du pays. Entre amis, entre famille, entre collègues de travail, tout le monde est invité » a expliqué Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa, présidente de la FMA. La nouveauté pour cette année est  l’intégration de la course inter-école en outre de celles déjà existantes.  Pour le moment, les préparatifs battent déjà leur plein du côté de la fédération en attendant le début des inscriptions. Plus de mille participants seront alors attendus à Anosy pour le dernier dimanche de ce mois de janvier.

T.H

Madagate11 partages

Madagate.org: nodimandry ny renin’ny mpaka sarinay Harilala Randrianarison

Tantely amam-bahona tokoa ity fiainana eto an-tany ity. Ny Alarobia 4 Janoary 2017 no namangy ahy farany i Harilala ary nilaza fa hidina any Mahitsy izy satria tena tsy metimety mihitsy ny toe-pahasalamanan'ny reniny. Ny fianakaviany rehetra moa, tamin'ny volana Desambra 2016, dia efa nifanao fotoana fa hamangy azy ny Sabotsy 7 Janoary, hiarahabana azy tratra ity taom-baovao 2017 ity.

I Harilala namangy ahy ny 4 Janoary 2017

Kinanjo moa dia nodimandry ny Alakamisy 5 Janoary teo i Mama Vao. Io ambany io ny ferapara ary tsy hitako intsony izay lazaina fa fahoriana iaraha-mizaka satria i Harilala dia mpaka sary sy vidéo eto aminy madagate.org

Mandria am-piadanàna i Mama Vao.

Jeannot Ramambazafy

Tananews10 partages

“Pour les routes, les bailleurs de fonds vont nous aider cette année 1917”

Extrait du discours en malgache de sa Seignhery tout à l’heure, à Iavoloha.

Non non, pas d’erreur dans le titre de cette brève, c’est bien ce qu’il a dit.

On avance à reculons alors.

Midi Madagasikara10 partages

Comité International des Jeux (CIJ) : La réunion reportée en avril

Il ne reste plus que deux ans avant les 10es Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) à Maurice. Et pour la préparation de cette échéance régionale, la réunion du CIJ est plus qu’importante pour voir la réalité de l’avancement de la préparation et de l’organisation. Initialement prévue au mois de février, la réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) se déroulera finalement en avril prochain à Maurice. Comme dit le journal Le Mauricien « La raison de ce report demeure la tenue de la réunion du comité exécutif de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) vers la fin de février et d’une réunion dans le cadre des Jeux du Commonwealth en mars ». Cette réunion permettra surtout de finaliser les disciplines au programme de cette échéance. Il est à signaler que quatorze disciplines ont été retenues lors de la réunion du CIJ tenue l’année dernière à Maurice. Il s’agit de l’athlétisme, du badminton, du basket-ball, boxe, du cyclisme, du judo, de l’haltérophilie, de la natation, de tennis de table, de football, du volley-ball, du rugby à 7, et le handisport (natation et athlétisme). Le tennis, une discipline avec laquelle la Grande Ile a réalisé le carton plein à La Réunion en 2015 en remportant toutes les médailles d’or. Le combat se poursuit actuellement pour la réintégration du tennis parmi les disciplines de compétition. Outre le tennis, il existe de fortes chances que la voile soit également incluse.

T.H

News Mada9 partages

Vœux à Iavoloha : le rendez-vous ne fait pas l’unanimité

Près de mille quatre cent personnes seront attendues à Iavoloha ce jour pour la présentation de vœux du nouvel an.  Une initiative qui continue à faire l’objet d’une vive polémique.

Le banquet d’Iavoloha qui se déroulera ce jour est loin de faire l’unanimité auprès des Malgaches. Des voix s’élèvent ainsi contre une tradition où plus d’un millier de convives sont invités au Palais présidentiel  pour célébrer la cérémonie de nouvel an en présence du Chef de l’Etat et de son épouse. Depuis quelques temps, cette initiative semble pourtant décriée par des observateurs, des organisations non gouvernementales ainsi que des simples citoyens.

A ce titre, comme l’année dernière, le mouvement « Wake-Up Madagascar » sera aux  premières loges pour exprimer sa désapprobation par rapport à ce rendez-vous.  Ainsi, le groupe se prépare à faire connaître, de manière pacifique, ses opinions au moment où le banquet d’Iavoloha débute. Et le slogan choisi est très significatif,

« 1400 contre 1400 000 » et ce, en référence aux nombres des invités à Iavoloha et aux personnes déclarées en danger de grande famine dans le Sud selon un chiffre fourni par la FAO.

Incompréhension

Dans une lettre ouverte adressée au Chef de l’Etat, le mouvement a abordé le sujet directement.  « Il est compréhensible que vous présentiez vos vœux aux différents acteurs, nationaux et internationaux, qui animent la vie de la nation, mais vous auriez pu le faire différemment, si vous vous préoccupiez un tant soit peu du sort de vos compatriotes », estime

« Wake-Up Madagascar ».

Ce dernier estime en effet qu’une carte de vœux signée, suivie d’un discours diffusé sur les médias auraient suffi. Et le groupe de s’interroger, « Pourquoi conserver cette coutume dispendieuse du banquet présidentiel alors que vous savez pertinemment que la population ne l’approuve pas ? Ou bien les 1400 invités que vous vous apprêtez à accueillir importent-ils plus que les 25 autres millions de Malgaches dont la majorité est littéralement affamée ? Ne vous êtes-vous pas dit que l’argent dévolu à cette fête du paraître pouvait servir à des tâches plus nobles ? Combien de ventres vides auriez-vous pu nourrir avec l’addition de votre « petite » fiesta ? Des ventres qui ne réclament pas des mets élaborés ni une coupe de champagne, mais simplement un plat et de l’eau potable, de façon régulière. Pourquoi cela vous semble-t-il si difficile à comprendre ? ».

En tout cas, selon toujours

« Wake-Up Madagascar », la population malgache est plus importante que la cour de 1400 personnes et que « C’est elle qui importe et c’est pour elle que vous devez chaque jour suer sang et eau. Nous n’arrêterons pas de crier pour elle tant que vous et votre équipe ne le comprendrez pas et tant que vous resterez imbu de vous-même ».

L’année dernière, à la même période, le mouvement avait convié les « mécontents » de la tenue de ce rendez-vous d’Iavaloha à une manifestation pacifique et silencieuse à Antaninarenina. La manifestation consistait à déposer des assiettes vides devant la stèle de la déclaration de l’Indépendance au jardin d’Antaninarenina.

Rakoto

Absences attendues

Sur le plan politique, du reste, plusieurs personnalités seront vraisemblablement absentes à Iavoloha ce jour et ce, même s’ils ont reçu des invitations en ce sens. C’est  le cas du groupement politique « Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina » (Mapar) dont les relations avec le Chef de l’Etat continuent de se détériorer. A l’exception du Sommet de la Francophonie, cette formation n’a jamais été présente à un rendez-vous initié par le régime. Ce sera aussi probablement le cas du « Malagasy Miara-Miainga » qui vient de se déclarer officiellement opposant. Les anciens présidents de la République Albert Zafy et Didier Ratsiraka ne seront pas non plus de la partie et ce, contrairement à leur collègue Marc Ravalomanana.

 

 

 

Tananews6 partages

Edgard (avec un d) insiste sur le fédéralisme

Il n’a pas tort et de toutes les façons, est-ce que cela pourrait être pire que ce que nous vivons actuellement ?

Que chaque région se développe comme il l’entend et qu’il ne faille toujours pas passer par Antananarivo qui de toutes les façons n’est plus à la hauteur, en devenant le temple du vol, de la corruption et de la malhonnêteté.

Fédéralisme ou retour à la Royauté, sous forme de dictature éclairée, c’est la seule option pour s’en sortir. Tant que ce seront des gueux et des sots, merina ou pas merina, qui gouverneront, la descente aux enfers ne sera pas prête de se terminer.

Lire : Edgard Razafindravahy : « Le fédéralisme ou le chaos »

L'express de Madagascar6 partages

Exposition – « Sary – Feo » promeut une photographie participative

Projet éducatif et culturel de photographie participative inédit, « Sary – Feo » ou image et voix égayera prochainement le hall d’exposition de l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely. Rendez-vous y est donné du 10 au 21 janvier pour profiter d’un voyage audio-visuel unique, entamé il y a deux ans par les deux européennes Mercedes Fernandez Sagera et Clara Lanau dans la Grande île.Sur deux années consécutives du côté de Vontovorona, elles se sont engagées, dans le cadre de l’activité menée depuis plusieurs années par l’organisation non-gouvernementale Yamuna, à retranscrire en images et en son diverses scènes de vie illustrant entre autres la convivialité et la fraternité des individus qu’elles ont rencontrées.Cette exposition fournit un micro-portrait de la société malgache, en présentant une partie de la communauté de Vontovorona, soit cinq cent soixante six personnes en tout, à travers leurs propres références visuelles et textuelles.

A. P. R.

News Mada4 partages

Kabary Fimpima vina 2017 : hatsaraina ny fandaharam-pianarana…

Hanjary hisy dingana 7 ny fandaharam-pampianarana kabary eo anivon’ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy maneran-tany (Fimpima maneran-tany). Fanatsarana vaovao hoentina amin’ity taona 2017 ity. Hisy dingana 3 ny taniketsa ka tsy mbola hianatra kabary ny dingana voalohany sy faharoa. Famohazana ilay fahaizana miteny ao aminy ihany no atao amin’ireo dingana ireo. Dingana fahatelo, efa mianatra kabary izy ireo fa mbola ilay ilainy eo anivon’ny fiarahamonina misy azy, toy ny fiarahabana, sns. Ao koa ny dingana mpiofana, takalo voalohany sy dingana faharoa ary ny mpandalina. « Io fanatsarana io no heverina fa zava-dehibe sy vina tanterahina amin’izao taona vaovao izao ho an’ny Fimpima maneran-tany », hoy Andriamboavonjy Hanitra, filoha amperinasan’ny Fimpima maneran-tany.

Nambarany ihany koa fa tohizana sy hatsaraina ary hohatevenina ihany koa ny hetsika efa natao hatramin’izay. Anisan’ireny ny fiofanana tselatra izay hifanaraka amin’ny filan’ny mpianatra sy ny zava-misy eo anivon’ny fiarahamonina, firenena, toeram-piasana, sns.

Hotanterahina hatrany koa ny « Herinandron’ny kabary » izay atao any Foulpointe sy ny « Alin’ny mpikabary » atao eto Antananarivo.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada4 partages

Menabe : Belo-Sur-Tsiribihina exporte des arachides

La production d’arachides devient une filière porteuse dans la région du Menabe. Stimulés par la hausse du cours de ce produit durant la campagne écoulée, les cultivateurs orientent leurs activités agricoles principalement dans l’amélioration de leur rendement actuellement.

Le district de Belo-Sur-Tsiribihina devient une zone de culture intense d’arachides et exporte ses produits en plus de l’approvisionnement des régions périphériques. La population locale se lance de plus en plus dans ce type de culture mais des problèmes liés à l’insuffisance des semences et au manque de pluies handicapent fortement le développement de ce secteur attractif. Constatant l’engouement provoqué par cette culture dans la localité, les techniciens de la région du Menabe ont organisé un atelier durant le Festival de l’arachide dans le district en 2016 pour préserver la qualité du produit. Le district de Belo-Sur-Tsiribihina a mis 25.000 tonnes d’arachides brutes sur le marché l’année dernière.

Point focal

L’arachide constitue le point focal de la vie socio-économique de ce district depuis 2016 car la dernière campagne a généré quelque 35.000 emplois directs et indirects. Des activités de collectes et de transactions, de transport, de manutentions, de conditionnement et de transformation se sont formées automatiquement autour de la filière. La demande augmente et dépasse largement les capacités de production locale, selon le chef de région qui a incité la population à se reconvertir dans cette filière prometteuse. Les investisseurs chinois sont les principaux clients de l’arachide de type «voanjo marakely» produit dans le district actuellement.

En devenant le produit-phare de Belo-Sur-Tsiribihina, l’arachide a mis son empreinte dans la localité où le Festival de l’arachide sera organisé annuellement en honneur à cette nouvelle filière régénératrice de l’économie de la région du Menabe.

Manou

 

Tananews4 partages

“Honorables invités, prière de ne pas mettre la bouffe dans des sachets”

C’est un grand classique des baffreries à Iavoloha : quelques babakoto qui mettent de la bouffe dans des sachets, pour ramener à la maison.

Et ça donne une bonne indication de l’où on part.

Et de la longue route qui est encore devant nous.

L'express de Madagascar4 partages

Antananarivo – Une pénurie de quittanciers en vue

L’Imprimerie Nationale a suspendu la livraison des commandes de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

La pénurie de quittancier au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) qui a bloqué la délivrance des actes administratifs en décembre, risque de reprendre prochainement. L’Imprimerie Nationale a suspendu la livraison des commandes de cette autorité décentralisée, selon une source avisée, qui a requis l’anonymat. Le manqued’engagement de la CUA, envers l’Imprimerie nationale, aurait suscité cette décision. C’était, mercredi, lors d’une réunion de staff au sein de cet organisme rattaché au ministère des Finances et du budget.Des agents de la CUA qui s’y sont déplacés pour prendre les commandes, sont, donc, rentrés bredouilles, hier. On affirme, pourtant, au niveau de la CUA, que le paiement des commandes de décembre 2016 et de janvier 2017 est déjà effectif.«La CUA nous a fourni un bordereau de mandatement, en guise d’assurance de paiement de ses commandes. Mais nous exigeons le bordereau de transfert de recettes de la trésorerie. Nous en avons parlé avec la CUA en décembre, on s’étonne pourquoi elle ne l’a pas toujours  envoyé», éclaircit cette source.

Un incidentL’Imprimerie Nationale n’approuverait plus les bordereaux de mandatement, après un incident qui s’est produit dans le dernier trimestre de l’an 2016. « Le client a retiré la somme allouée aux commandes, alors que les marchandises ont déjà été livrées. Avec ce bordereau de recette, nous pouvons être sûrs que la somme est déjà versée à la trésorerie», renchérit cette source.Jusqu’à hier, les arrondissements avaient encore des quittanciers. «Nous recevons quotidiennement un quittancier à souche, de la CUA. Si nous n’aurons pas notre part demain (ndlr : ce jour), nous serons obligés de suspendre les opérations administratives dès le début de la semaine, car les quittanciers restants n’arriveront pas à couvrir les besoins de mardi et de mercredi», indique un responsable du délégué du troisième arrondissement.D’autres sources révèlent, toutefois, que l’Impri­merie Nationale fait face à un problème de production. A Fianarantsoa, des usagers se plaignent de ne pouvoir établir un acte administratif, faute de quittanciers, également. «Nous avons connu une pénurie des coupures de 200 ariary et de 300 ariary, auparavant, ce problème est désormais résolu », continue une source concordante qui rappelle que la CUA a des arriérés de plusieurs centaines de millions d’ariary, impayés depuis plusieurs années.

Miangaly Ralitera

Tananews3 partages

Tanjombato : le patron de Caromad kidnappé

Et pourtant le gars avait deux gendarmes armés comme gardes du corps.

Mouais. Gardes du corps ou .. complices ?

Un bon signal pour les “investisseurs” à Babakoto Land donc : venez montrer que vous avez de l’argent à investir, vous ferez un bon candidat au kidnapping.

Tananews3 partages

Live Iavoloha : les petits cadeaux de Hery Rajaonarimampianina

Grâce présidentielle pour certains détenus et 7% d’augmentation des salaires des fonctionnaires principalement.

Ah oui, extension aussi de 6 mois de la gratuité des mutations des héritages.

News Mada3 partages

Is’Art Galerie : hifampiarahaba amin’ny dihy

Samy manana ny fombe enti-manamarika ny fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao ny tsirairay. Ho an’ny foibe ara-kolontsaina sy ara-javakanto, Is’Art Galerie etsy amin’ny La Teinturerie Ampasanimalo, ao anatin’ny dihy ankehitriny no ihaonany amin’ny mpanakanto sy ny mpankafy ny kanto, amin’izao fiandohan’ny taona izao.

No limit/On ne peut pas”, io ny lohatenin’ny hetsika, hotontosaina anio hariva. Hanafana ny fotoana ny kaompania Ultime Force, tsy zovina intsony amin’ny tontolon’ny dihy ankehitriny sy ny dihy an-tanàn-dehibe.

Eo amin’ny sehatry ny fampirantiana, hisantatra izany, ao amin’ity foibe ara-kolontsaina ity, i Clipse Teean, andriambavilanitra manan-talenta amin’ny “graffiti”. Hirona kokoa amin’ny fanaingoana fanaka amin’ny kisarisary ireo vokatra haranty, ny 19 janoary hatramin’ny 7 febroary izao.

Landy R.

News Mada3 partages

Minisiteran’ny Fanabeazana : mpiasa manokana no mandray ny olona

« Misy mpiasa manokana napetraka handray ny olona ao amin’ny sampandraharaha misahana ny mpiasa na DRH eny amin’ny INFP Mahamasina. Afaka manome vaovao momba ny antontan-taratasy momba ny mpiasan’ny fanabeazam-pirenena miditra ao amin’ny tale misahana ny mpiasa io mandray io. Tsy mahazo mandray olona intsony ny chef de service na mpiasa hafa ankoatra io mpiasa voatendry io », hoy ny tale misahana ny mpiasa ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Rabeandalana Sandrot, omaly teny Anosy. Ny tale misahana ny mpiasa irery ihany sisa afaka mandray mivantana ny olona. Napetraka  ny fepetra hisorohana ny fisolokiana tahaka izay niseho farany teo. Nilaza ny mpampianatra iray avy eny amin’ny sekoly FJKM Ambohitrimanjaka fa mahavita mampiditra mpampianatra Fram ho mpiasam-panjakana ny tenany. Betsaka ny mpampianatra roboka na nanome volabe. Niakatra fitsarana teny Anosy androany ilay mpisandoka ary andrasana ny valim-pitsarana.

Momba ny fandraisana mpampianatra 10 000 vaovao ho an’ny andiany fahefatra taona 2017.

 

Hanomboka ny talata izao ny fivoriambe ampahibemaso

Hanomboka amin’ny talata izao ary hifarana ny 31 janoary ho avy izao ny fidinana ifotony isaky ny Cisco, hanaovana ny fivoriambe ampahibemaso hisafidianana ireo mpampianatra Fram horaisina ho mpiasam-panjakana. Ireo mpampianatra nandray ny asa mialoha ny taom-pianarana 2013-2014 no voakasiky ny fandraisana. Nandritra ny andiany fahatelo, 4 000 ny mpampianatra teo anelanelan’ny 45 -55 taona nampidirina ho mpiasam-panjakana. Mbola hitohy ny fijerena manokana azy ireo amin’ny andiany fahefatra.

Ho an’ny mpampianatra Fram mihoatra ny 55 taona tsy azo ampidirina  ho mpiasam-panjakana intsony, eo am-pandinihana ny tohana sosialy homena azy ireny ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena amin’izao fotoana izao, satria betsaka ny nahavita asa 20 taona na mihoatra.

Misy Dren efatra mbola betsaka ny isan’ny mpampianatra Fram ao aminy : Sofia, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany ary Sava. Ho an’ny Dren Melaky sy Boeny, efa voaray mpiasam-panjakana avokoa ireo Fram rehetra. Tao anatin’ny andiany telo noraisina, nisy antontan-taratasy mihoatra ny 50 nahitana diplaoma hosoka rehefa tonga teny amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena.

Vonjy A.

News Mada3 partages

Rural : un recours accru au salariat agricole

Les riziculteurs de la plaine d’Antananarivo déplorent la hausse de la main-d’œuvre agricole ou «Sarak’antsaha». De 2 000 ariary la journée, il y a quatre ans de cela, celle-ci atteint presque le double actuellement avec 3 500 ariary. «C’est une augmentation justifiée au vu du coût actuel de la vie», font remarquer ces travailleurs ruraux. Et on peut dire qu’ils n’ont pas tout à fait tort sur ce point.

Dans les périphéries immédiates de la capitale, comme Ambohimanarina, By pass, Alasora et Fenoarivo, les repiqueuses de riz réclament 4 000 ariary. En effet, après les précipitations qui se sont succédé ces derniers temps, les agriculteurs qui n’ont pas reçu d’irrigation suffisante au niveau de leurs rizières, se ruent dans le repiquage de riz. De ce fait, la loi de l’offre et de la demande ne fait que suivre son cours.

En sus de la hausse du «Sarak’antsaha», les riziculteurs font face également aux coûts élevés des moyens de production, comme les prix des semences, des engrais…

La production s’annonce bonne

Malgré tous ces aléas, ces riziculteurs, en particulier ceux qui ont la chance d’avoir leurs rizières irriguées à temps, ont avoué que la production du «Vary aloha» ou riz de la première saison, sera bonne cette année. La chaleur et l’arrivée et l’irrigation à temps des rizières auxquelles s’ajoute la suffisance des précipitations, ont été citées comme les conditions idéales pour une bonne recolte.

Pour ceux qui viennent d’effectuer le repiquage, l’espoir est encore permis. Ils souhaitent la continuité de la pluie sur au moins deux mois.

Sera R

 

Tananews3 partages

Bon alors ils sont où les milliards de dollars

Le babakoto a faim, soif, il a besoin d’électricité, d’eau, de sécurité.

On nous a fait miroiter des milliards de dollars, on attend d’en voir la couleur.

Ou bien c’est encore des conneries, comme les problèmes de la Jiramaty résolus en 6 mois ?

L'express de Madagascar3 partages

Recul de l’âge de la retraite – Incertitude pour plus de trois mille agents

Âgés de 60 ans, 3 514 agents de l’Etat attendent de savoir s’ils vont partir ou pas à la retraite cette année. La proposition du Gouverne­ment sur le recul de l’âge de la retraite est attendue.Plus de 3 500 agents de l’Etat dans l’expectative. Partiront-ils ou pas à la retraite cette année   Selon un document transmis hier à la presse par la Direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE), ils sont « 3 514 agents ayant atteint l’âge de 60 ans » à être concernés par la question.Celle-ci, pour l’instant, est en suspens, attendant que les autorités prennent la décision de reculer l’âge de la retraite, ou plutôt de le laisser à 60 ans. La décision finale ne sera prise qu’après aval du Parlement. Mais il faudra pour cela que le Gouvernement soumette un projet de modification du statut général des fonctionnaires qui fixe l’âge de la retraite à 60 ans.Pour l’instant, seul le ministère des Finances a soulevé le sujet qui relève pourtant d’une décision politique et stratégique d’importance pour l’économie du pays. L’on ignore si le chef de l’Etat, prompt à promettre une hausse des salaires aux fonctionnaires à chaque discours de vœux en début d’année abordera la question aujourd’hui à Iavoloha. Osera-t-il appeler les fonctionnaires, en activité ou à la retraite, à faire des sacrifices pour permettre de dégager « un espace budgétaire qui sera par la suite investi à d’autres projets d’investissements sociaux, lesquels offriront des opportunités d’emplois » comme le soutient la DGGFPE  ?À la direction chargée des soldes et des pensions, l’on s’attend à ce que sur ces 3 514 agents, « 2 500 optent pour le maintien ». L’objectif étant qu’ils continuent à cotiser de manière à « réaliser des gains pour les caisses de retraite », souffrant de déficit depuis quelques années. Pour la DGGFPE, « instaurer un équilibre dans les caisses » est une priorité, et le recul de l’âge de la retraite est l’un des moyens à mettre en œuvre dans la réforme du système des pensions.

B.V.

Tananews2 partages

Taxibe : les frais à 500 ar de nouveau sur la table

Gasoil à 3 150 ar plus subventions promises mais jamais décaissées jusqu’ici, les transporteurs se font de nouveau entendre.

Comme nous avons coutume de l’anoner, arrêtez de menacer et faites le, tout simplement.

La preuve on vous a fait miroiter 12 milliards ar de subventions et bien jusqu’ici c’est resté dans le miroir.

Tananews2 partages

People : alors, il y avait qui à Iavoloha ?

Nous avons aperçu, entre autres :

Pere PedroDidier RatsirakaMarc RavalomananaLe monseigneur ricanant d’Antanimena

Andry Rajoelina lui n’est pas là, il s’est déjà barré en France depuis mercredi.

News Mada2 partages

Fihariana ronono : mampihemotra ny tantsaha ireo sakana maro

Nanokanan’ny FAO hevi-dehibe ny ronono ho fantatry ny rehetra aty Afrika. Misy mihitsy ny andro iray eran-tany atokan’ny FAO ho an’ny ronono (1jona), nanomboka ny taona 2006, ho fanomezan-danja ny fihariana mitambatra, manomboka amin’ny fiompiana omby, fakana ronono sy ny  fanodinana azy  hatrany amin’ny sehatry ny indostria. Manan-danja miantoka ny lafiny sosialy sy toekarena ny fihariana ronono, indrindra aty amin’ny tany mahantra, araka ny fanamarihan’ny FAO. Eo amin’ny lafiny sosialy, miantoka ny fahasalamana ; ara-toekarena, manome asa hoentina miady amin’ny fahantrana ary manana ny toerany eo amin’ny fampandrosoana ny indostria.

Minisitera maromaro samy manana andraikitra tandrify azy amin’ireo sehatra ireo, raha jerena ny eto amintsika : Fambolena sy fiompiana, Fahasalamana, Indostria, Asa vaventy, Angovo, Fiarovana. Iaraha-mahita ny faharatsian-dalana, tsy fisian’ny herinaratra, asan-dahalo any ambanivohitra maro. Mampihemotra ny tantsaha ireo sakana maro ireo, mampifindra monina azy aty an-tanàn-dehibe, mampitombo isa ny tsy an’asa.

Ireo mpiompy any amin’ny distrikan’i Maintirano, ohatra, manoloana ny asan-dahalo mandripaka ny omby, manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana hijery akaiky ny fomba fiarovana ity fiompiana ity. Miantso izay mety ho mpiara-miombon’antoka avy amin’ny sehatra tsy miankina na ONG koa izy ireo hanampy amin’ny lafiny ara-bola sy ara-teknika, hahitana ny tena matihanina amin’izany fihariana izany. Tokony hisy ny fanofanana ireo mpiompy sy fampivondronana azy ireo.

Tsy maharaka famatsiana ny tantsaha mpiompy

1.400 ireo tantsaha mpiompy miara-miasa amin’ny Socolait, mamatsy ronono. 4 tapitrisa litatra isan-taona tinadin’ity orinasa ity, tsy misy anefa afa-tsy 50 % amin’izay ihany ny tratran’ireo  mpiompy ireo. Voatery ny Socolait manafatra vovo-dronono 360 t isan-taona avy any ivelany. Betsaka koa ny orinasa hafa manafatra vovo-dronono toy izany.

Na efa tsy ampy aza ny vokatra ronono voahodina eto an-toerana, mbola vitsy ihany koa ny mpanjifa. Tsy zakan’ny fahefa-mividin’ny maro ny ronono. Araka ny salanisa, raha manjifa 20 litatra – 40 litatra isan-taona ny olona iray, 4 litatra isan-taona ihany ny an’ny Malagasy. Ombivavy any ivelany manome 30 litatra – 40 litatra isan’andro, eto Madagasikara, 3 litatra monja ! Noho izany, mitaky ezaka maro ny fihariana ronono eto an-toerana.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Kabarin’ny filoha, taon-dasa toy izao : tsy tanteraka ny fanomezan-kasina ny raharaham-bahoaka

« Tsy hanaiky lembenana ary tsy handefitra aho amin’ny fanaovana mizana tsindrina ila, na ny kiantranoantrano amin’ny raharaham-bahoaka. Toromarika sy baiko mivantana no omeko ny governemanta sy ny mpikambana rehetra ao aminy, ny mpiasam-panjakana rehetra sy ny tomponandraikitry ny Foloalindahy: natao hanompo vahoaka isika fa tsy hotompoina; natao hiloloha ny vahoaka isika, fa tsy natao hanambony tena. »

Kabarin’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny lanonam-pifampiarahabana noho ny taona vaovao teny Iavoloha, ny 8 janoary 2016, io. Herintaona lasa izay. Mby aiza ny tanteraka? Kibo mpitsara tena ny mpitondra, fa mitsara koa ny vahoaka.

Eo, ohatra, ny fisian’ny mizana tsindrina ila amin’ireo tsimatimanota sy ny kiantranoantrano amin’ny raharaham-bahoaka, raha tsy hampahatsiahy afa-tsy ny « Raharaha Anjozorobe » sy ny  « Raharaha Ambohimahamasina », misy olona arovan’ny mpitondra; ny « Raharaha Soamahamanina », iarovany ny vahiny…

Tsy misy izay tatitra ny asa vita… tsy misy

« Tsy handefitra amin’ireo izay manao ny tsy mety aho, ka mandoto sy manivaiva ny hasin’ny firenena malagasy, amin’ny anaran’ny vahoaka malagasy », hoy izy. Tena nahavita ny asany amin’izay raharaham-bahoaka izay ve ny mpitondra? Tsy mahavery ny hasin’ny firenena ve ny firongatry ny fitsaram-bahoaka tetsy sy teroa noho ny tsy fahatokisana mpitandro filaminana sy ny fitsarana?

« Ary mba tsy hahatompon-trano mihono anareo, hisy fotoana manokana isan-telo volana amin’ity taona ity atokako hilazana aminareo hoe mby aiza izany rehetra izany », hoy ihany  izy. Nisy ve izay fampahafantarana isan-telo volana ny asa vita ny amin’izay tsy fanaovana kiantranoantrano sy mizana tsindrina ila amin’ny raharaham-bahoaka izay?

Tsy afa-mivelatra ny vahoaka… ampihorohoroana lava

« Ny fepetra ahazoan’ny Malagasy mamelon-tena sy mivelatra eo amin’izay sehatra misy azy no andraikitry ny fitondrana. Anisan’izany fepetra izany ny fampivelarana ny sehatry ny fiharian-karena izay miteraka asa, karama, fahefa-manjifa sy mivelatra ara-kolontsaina », hoy koa izy.

Mby aiza izany, raha tsy hiteny afa-tsy ny « Raharaha Soamahamanina », ohatra? Na ny famotehana sy fanagadrana izay mitady hihetsika rehetra amin’ny fiarovana ny tanindrazana… Hanao ahoana indray ny kabary, anio?

R. Nd.

News Mada2 partages

Taona 2017 : hibahana ny paipaika politika hiatrehana ny fifidianana 2018

Hanao ahoana ity taona 2017 ity? Ahina hibahan-toerana ny paipaika politikan’ny mpitondra amin’ny fiatrehana ny fifidianana 2018. Famakafakana…

Vita tamin’ny taona 2016 iny ny fampiantranoan’i Madagasikara ny fihaonana an-tampon’ny Comesa sy ny Frankofonia. Inona indray ny ho amin’ity taona vaovao 2017 ity? Mbola tsy hahazo avara-patana amin’ny mpitondra ny fanamaivanana ny fahasahiranam-bahoaka, raha jerena ny tetibola 2017.

Tsy noraisina, ohatra, ny fitakian’ny firaisamonina sivily CCOC ny amin’ny tokony hanomezan-danja bebe kokoa ny sosialim-bahoaka: ny fahasalamana sy ny fampianarana ao anatin’ny tetibolam-panjakana. Nefa be lavitra, ohatra, ny tetibolan’ny fiadidiana ny Repoblika.

Mahamaika ny fanamafisana sy fanohizana fitondrana

Tena manao ho vaindohan-draharaha ny asa fampandrosoana ny mpitondra? Na mifantoka amin’izany izay atao rehetra, indrindra ny amin’ny fanatsarana ny fiainam-bahoaka… Mbola mety hisy fiovan-kevitra sy fomba fiasa amin’ny fampahantrana vahoaka? Harem-pirenena gaboraraka, tany omena vahiny, delestazy…

Misy milaza fa mibahan-toerana aza ny fiomanana ny fiatrehana fifidianana, saika amin’izay atao rehetra: fampandaniana volavolan-dalàna ny Antenimiera, fampihorohoroana izay mihetsika hisian’ny hoe fahamarinan-toerana sy fitoniana politika, tamberin’andraikitra atao amin’ny vahiny fa tsy ny vahoaka…

Tsy inona izany fa paipaika sy kajikajy politika hanamafisana sy hanohizana ny fahefana hahazoana ny fe-potoam-piasana faharoa. Efa mandeha aza ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana amin’ny hetsika sy fitokanana izay hoe zava-bita etsy sy eroa, fa tsy tena fampandrosoana na fitsinjovana vahoaka.

Fifidianana… hahiana hampisy krizy vaovao    

 Kolikoly, kiantranoantrano, fanjakazakan’ny tsimatimanota, fampihorohoroana, amboletra amin’ny tian-kano tsy tian-kano… Tsy nisy nahavitan’izao fitondrana izao tao anatin’ny 50 taona mahery. Hanao ahoana izany amin’ny fifidianana? Na aloha na amin’ny 2018 io. Misy ny manahy ny hisian’ny krizy vaovao indray.

Ireny tamin’ny fifidianana ben’ny Tanàna sy fifidianana loholoha, taona 2015, ireny ny fomba fiasan’ny fitondrana: fandrobana fifidianana amin’ny halatra sy hosoka mahatsiravina, fividianana olona, fandrahonana, tsy fanajana ny tsiambaratelon’ny fifidianana… Efa manana traikefa na tsy maintsy ho mpandresy?

Ho hita eo… Hamaritra sy azo hanombanana ny fifidianana 2018 ity taona vaovao 2017 ity.

R.Nd.

 

News Mada2 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

La charrette à bras reste un moyen de transport incontournable dans la capitale.

Le Dg du HOMI et le gouverneur du Lions club district 403 B2.

Le problème de compensation des transports de nouveau sur le tapis.

Outre le sempiternel délestage, le problème d’approvisionnement en eau est aussi récurrent dans la capitale.

: Les trois chefs traiteurs malgaches qui vont participer à l’International catering cup.

Exposition à Tahala Rarihasina, Madagascar en couleur.

Les représentants de Madagascar au Championnat d’Afrique de tennis (U14 et U16).

Photos :

Mamiherison et Fanou

 

News Mada2 partages

Tennis : les jeunes à l’assaut d’Afrique

La délégation malgache U14 et U16 garçons et filles s’envolera pour l’Afrique du Sud, le 8 février prochain, en vue

du Championnat d’Afrique australe qui s’étalera du 9 au 18 février. Rien n’a été laissé au hasard pour l’équipe de Dina Razafimahatratra qui a franchi toutes les étapes. Après le tournoi de sélection en novembre dernier, on peut dire que Madagascar bataillera avec des joueurs ayant disputé le même tournoi durant les précédentes éditions. Ce sont tous ou presque des visages connus sur le circuit africain, à l’image de Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny (U14 G), les Narindra et Mialy Ranaivo (U14 F), Tsantaniony

et Finaritra Andriamadison

(U16 F).

« Comme Yaëlle Vaissaud n’est pas disponible, Daniela Tafangy prendra la place de la troisième joueuse. Cependant, elle est confrontée à des problèmes financiers vu le coût du voyage et des frais de séjour. Néanmoins, on a toutes les chances de remporter les sept premières places au classement général pour pouvoir représenter la zone au Championnat d’Afrique par équipe en mars, toujours en Afrique du Sud. On peut même aller encore plus loin et chercher le titre continental », a déclaré le DTN de la Fédération malgache (FMT), Dina Razafimahatratra, hier, à Ambohidahy. Le président de la FMT, Tsialiva Rajaobelina a profité de l’occasion pour annoncer les dates à retenir pendant cette saison. L’élection aura lieu le 25 mai prochain, soit après le 1er tour

(3-5 février) et le second tour

(5-7 avril) de la Coupe Davis.

Rojo N.

News Mada2 partages

Androy : renforcement de l’AMM

La diaspora Antandroy se mobilise pour la préservation des intérêts des natifs de la région Androy sur tout le territoire national. La députée Masy Goulamaly s’attelle actuellement à la mise en place de l’association «Androy mivoatse malaky» (AMM) dans plusieurs régions.

La députée de l’Androy, Masy Goulamaly, programme une tournée nationale pour renforcer la solidarité entre les natifs de sa région dans toutes les localités où ils résident par le biais de l’implantation ou du renforcement de l’antenne de l’association «Androy mivoatse malaky» (AMM).  Des sections existent déjà dans 18 régions, selon des sources auprès de l’association, mais l’objectif serait de couvrir tous les districts. Des observateurs estiment que ce soudain regain de la volonté associative des originaires de l’Androy peut avoir une relation quelconque avec les problèmes de marginalisation, voire de persécution dont se plaignent certains membres de ce groupe ethnique du Sud résidant hors de leur région d’origine ces derniers mois. Lors du passage de la députée Masy Goulamaly à Mahajanga d’ailleurs, les membres de son ethnie l’ont informée des problèmes engendrés par les taxes onéreuses qu’ils doivent s’acquitter à la Commune urbaine de Mahajanga pour leurs activités commerciales sur les marchés de la ville. Ils l’ont invitée aussi à négocier des remises sur les frais exigés par les coopératives de transport sur l’acheminement des restes mortels vers l’Androy.

La députée leur a promis de faire le nécessaire pour satisfaire leurs aspirations tout en les incitant à adhérer à l’association dans leur intérêt.

Manou

 

L'express de Madagascar2 partages

Mahajanga – Décès de Séraphine Beranto

Elle a rejoint pour l’éternité son mari Georges Beranto. Ses obsèques auront lieu cet après-midi en présence du tout-Mahajanga.

Elle reflétait la vie et le rire. Séraphine Beranto s’est éteinte à l’âge de 98 ans, lundi à son domicile à Amborovy. Elle n’était ni malade ni alitée. Seulement, elle était partie pour ne plus jamais revenir afin de rejoindre son mari dans l’au-delà.Séraphine était l’épouse de Georges Beranto, décédé en mai 2014 à l’âge de 95 ans, administrateur civil diplômé de l’Institut des Hautes Études d’Outre-Mer de France. Il était le premier sous-préfet malgache de Mahajanga, en 1958, puis directeur de cabinet du président de la République, Philibert Tsiranana, durant dix ans.Séraphine Beranto était une femme pleine de vie. Sa longévité, elle la devait à son goût de vivre, à son humour ainsi qu’à sa simplicité. De fait, une interview d’elle était apparue dans l’Express de Madagascar, en 2010. Le décès de son époux, il y a plus de deux ans, l’a toutefois rendue fébrile et fragile.

Couple heureuxLe couple a fait presque le tour du monde. Et l’épouse Séraphine Beranto se souvenait de tout.« Nous avions visité la Chine, La France, Taipei, Hong-Kong, les États-Unis, l’Italie, l’Australie, Manille aux Philippines, le Japon », énumérait-elle lors de cette interview du 9 juin 2010.Le couple vivait heureux. Son mari affirmait: « Comment peut-on ne pas être heureux   Nous habitons juste en face de la mer (ndlr : leur villa est de plain-pied sur la mer), et la cour est entourée de fleurs ».Ses deux fils ont suivi les traces de leur père. L’aîné Maurice Beranto est dans la politique tandis que son frère Alexandre Beranto a évolué au sein du Basket club de l’AC Sotema. Il a déjà occupé le poste de secrétaire d’État à la Jeunesse et aux sports. La famille Beranto compte cinq enfants dont trois frères habitant tous à Amborovy, actuellement.L’inhumation de la grande dame aura lieu cet après-midi à Ambalamahogo, près de l’ancienne piste d’aviation d’Amborovy. C’est là que son mari est enterré, en 2014. Auparavant, une messe de requiem se tiendra à 13 h à l’Église catholique d’Amborovy.

Vero Andrianarisoa

Madaplus.info1 partages

Rajoelina et son équipe boycotteront la présentation de voeux

Cette présentation de vœux 2017 ne cesse de défrayer la chronique. D’ailleurs, Madaplus, a déjà donné certains détails sur cet éventement.
À part la question, « comment s’habillera la première dame pour cette présentation de vœux après la grande polémique de l’année dernière ? », les questions, « qui va honorer de sa présence ? » est aussi à répondre. En tout cas, le team MAPAR de Rajoelina ne fera pas le déplacement pour Iavoloha. Par contre, Ravalomanana, Zafy et Ratsiraka vont bel et bien venir à Iavloha. À Savoir que le premier a visitéle second pour la nouvelle année. Mais cette rencontre entre Zafy et Ravalomanana, selon les médias, est une alliance pour bien preparer 2018, qui n’est plus très… loin!
Tananews1 partages

Jiramaty : Ah, une coupure d’électricité

Du moins chez nous.

A Iavoloha aussi peut-être ?

Le gag.

Tananews1 partages

Rivo Rakotovao se verrait bien Premier Ministre

Pour notre part, nous pensons plutôt que ce Ministre de l’agriculture sera débarqué au prochain remaniement.

Primo car il a récemment osé s’attaquer à la crapuldine d’Ivato.

Secundo il a osé aussi s’attaquer à l’actuel Premier Ministre, même indirectement, en critiquant le retard de paiement des chefs fokontany.

Nous avons fait le pari que Hery Rajaonarimampianina gardera son actuel Premier Ministre mais qu’il procédera à un remaniement de quelques ministères. Nous faisons donc un autre pari sur le débarquement de M. Rakotovao.

News Mada1 partages

Lafo fiainana : Singapour, Hong Kong, Zurich …

Telo taona nifanesy izao (2014, 2015, 2016), tanàna lafo fiainana indrindra eran-tany i Singapour. Manaraka azy, i Hong Kong, i Zurich, i Genève, i Paris, araka ny fanadihadiana nataon’ny Economist Intelligence Unit (EIU). I Paris ihany no tokana avy amin’ny faritra mampiasa vola euro, anatin’ny 10 voalohany. Laharana faha-6 i Londres, dimbiasin’i New York sy i Los Angeles. Voasokajy ho lafo fiainana indrindra noho ny tanjaky ny vola dolara amerikanina ireo tanàn-dehibe roa malaza any Etazonia ireo. Taorian’ny taona 2002, izao indray vao tafiditra amin’izany laharana 10 voalohany izany i New York. I Copenhague, renivohitr’i Danemark, sy i Séoul, Renivohitr’i Korea Atsimo, samy laharana faha-8 mitovy amin’i Los Angeles.

Tanàna eoropeanina sasany nihemotra noho ny sandan’ny vola euro somary latsaka, araka ny fanadihadiana nataon’ny EIU. Nihemotra laharana faha-11, noho ny vola yen nihen-danja koa, i Tokyo. Telo izany ny tanàna any Azia, voasokajy anisan’ny 10 voalohany lafo fiainana indrindra: i Singapour, i Hong Kong ary i Séoul.

Nanamarika ny EIU fa tsy nahatafiditra an’i Sydney sy i Melbourne, samy any Aostralia, ao anatin’ny 10 voalohany, ny nampihena ny vidin’ny akora fototra eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Lafo fiainana noho ny fanjifana fampiasa andavanandro ny any Azia raha mampiakatra ny vidim-piainana kosa ny rendrarendra sy ny fialamboly any Eoropa, araka ny fanadihadiana nataon’ny EIU ihany.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Fifaninanana iraisam-pirenena : manomana amin’ny fandehanana any Namibia ny taranja tenisy

 Efa voalamina sy voarindra ny fandaharam-potoan’ny federasion’ny tenisy amin’ity taona ity. Anisan’ny akaiky indrindra ny fiatrehana ny fifaninanana hatao any Namibia.

 

« Manomana ny fandehanana atsy Namibia izahay amin’ny fiadiana ny ho tompon-daka ho an’ny faritra atsimon’i Afrika, sokajy U14 sy U16 », hoy ny filohan’ny federasiona, Rajaobelina Tsialiva, omaly tetsy Ambohidahy.  Eo koa ny hiatrehana « Coupe Davis » indroa miantoana ny volana febroary ary mitohy ny avrily izao. Anisan’ny tena lehibe ho an’ity federasiona ity ny amin’ny volana avrily izao. « Efa mandeha ny fifampiraharahana ny amin’ny handraisantsika ny fivoriamben’ireo filohan’ny federasion’ny tenisy aty Afrika. Tafiditra ao anatin’izany ny hananganana foibe federaly ho an’ity taranja ity eto… Tanjona koa ny hiadiana amin’io fivoriana io ny handraisantsika ireo fifaninanana maro samihafa mba tsy hivoahantsika any ivelany. Tena lafo ny saran-dalana satria maherin’ny 4 tapitrisa Ar izany », hoy ihany izy.

Hikendry ny tendron’i Afrika i Finaritra

Nanambara kosa ny tale teknika nasionaly, Razafimahatratra Dina, fa hihoatra amin’ny dingana efa vita teo aloha ny tanjona. « Aorian’ny any Namibia, hiakatra ambony kokoa any Afrika Atsimo sy hihazo an’i Eoropa ary eo amin’ny sehatra maneran-tany mihitsy avy eo », hoy izy. Nampanantena sahady ny amin’ny dingana hotratrariny i Finaritra anisan’ny mpilalao zazavavy, U16. « Mba ho anisan’ireo efatra mendrika na koa ho voalohany mihitsy aty Afrika aho », hoy izy. Efa nahavita ny fampivondronana teny amin’ny kianjan’ny Cnaps teny Vontovorona hiatrehana ireo lalao ireo ny ekipa zazalahy sy zazavavy.

Tsiahivina fa hatao ny volana mey izao ny fifidianana ny filohan’ny federasion’ny taranja tenisy. « Mbola hodinihina na hirotsaka na tsia fa aleo aloha hiatrika ireto lalao ireto isika », hoy ny filoha amperinasa, Rajaobelina Tsialiva.

Synèse R.

News Mada1 partages

Fifaninanana hainahandro iraisam-pirenena : mpahandro malagasy 3 hiaro ny voninahi-pirenena

Raha resaka hainahandro, tsy ambaka ireo firenen-kafa i Madagasikara. Porofon’izany, tafiditra ao anatin’ireo firenena 12 hiatrika ny dingana famaranana amin’ireo 140 nifaninana, amin’ilay fifaninanana hainahandro iraisam-pirenena isika.

Hotontosaina ny 21 hatramin’ny 25 janoary izao, any Lyon Frantsa, ny andiany fahadimy amin’ny “International Catering Cup”, na ny ICC. Mpahandro matihanina malagasy telo no hiaro ny voninahi-pirenena amin’izany. Voalohany ny Chef Lalaina Ravelomanana, fantatry ny rehetra amin’ny maha mpahandro azy ao amin’ny Lartistika sy Passion. Faharoa ny Chef Antonio Mick Razakandrainy, ao amin’ny Carlton Anosy ary farany ny Chef Herilanto Andrianainarivony, avy ao amin’ny hotel Carlton ihany.Niatrika ny fanomanana efa nandritra ny fotoana ela ireto matihanina amin’ny hainahandro ireto, satria henjana ihany koa ny mpifaninana miandry azy ireo, avy amin’ireo firenen-dehibe toa an’i Brésil, Canada, Etazonia, Frantsa, Italia, Luxembourg, Mexique, République Tchèque, Singapour, Suisse ary Vietnam.“Voninahitra ho an’ny THB ny manohana ny ekipa malagasy, izay hany ekipa afrikanina lany indroa nisesy hiatrika ity fifaninanana iraisam-pirenena ity”, hoy ny fanambaran’ny avy amin’ny orinasa Star, nandritra ny fampahafantarana omaly, tetsy Andraharo. Efa nandray anjara tamina fifaninanana iraisam-pirenena maro rahateo ny THB, ary izay maha Malagasy izay hatrany no nenitny nisongadina. Tsy hivaona amin’izay fanomezan-danja ny fahaiza-manao malagasy izay rahateo ny ekipa handeha hiatrika ny fifaninanana.

Zo ny Aina

News Mada1 partages

Fampisehoana teatra : hanamarika ny faha-70 taon’ny raharaha 47 ny FMTM

Manan-danja ho an’ny tantaran’i Madagasikara ity taona ity, satria ho feno 70 taona ny raharaha 1947. Tsy handalo fotsiny izany, raha ho an’ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny teatra malagasy. Hibahan-toerana amin’ireo piesy hoentina an-tsehatra ny mahakasika ny fitiavan-tanindrazana, araka ny fanazavan’i Mbato Ravaloson, filohan’ny fikambanan’ny mpanao teatra malagasy (FMTM).  

Azo lazaina ho taon’ny teatra ity 2017 ity. Ankoatra ny hanatontosana ny andiany voalohany amin’ny « Festival de théâtre », araka ny efa nambara teto, ho betsaka ny fampisehoana sady hoenti-manamarika fotoan-dehibe ho an’ny firenena. Tsy inona izany fa ny raharaha 1947.

Noho izany, hiezaka ireo tropy rehetra ao anatin’ny fikambanan’ny mpanao teatra malagasy (FMTM) mba hamelona indray ireo piesy maneho fitiavan-tanindrazana, araka ny fanazavan’i Mbato Ravaloson. Araka izany, tsy hatreo amin’ny raharaha 47 ihany no hovoakasik’ity lohahevitra ity fa hatramin’ny fanjakan-dRanavalona I mihitsy.

Tsara ny manamarika fa misy ilay tantara mitondra ny lohateny hoe « Tsarao àry aho », an’i Esther Randriamamonjy. Asongadin’ity tantara fisehatra ity ny fitiavan-tanindrazana nasehon’ny mpanjaka Ranavalona I. Fitiavan-tanindrazana no antony nandrarany ny fidiran’ireo vahiny nitondra ny fivavahana kristianina teto amintsika. Ny tropy Kanto fehizoro no hilalao ity tantara ity.

Tsy io ihany fa mbola maro ireo piesy teatraly manambara ny fitiavan-tanindrazana, tsy maintsy ho hita an-tsehatra amin’ity taona ity. Anisan’izany, ohatra, ny lalaovin’ny tropy Ilo, mitondra ny lohateny hoe « Raharaha 47 », nosoratan’i Haja Ravaloson. Eo koa ny an’ny tropy Victor Solo, mitondra ny lohateny hoe « Hoentina aiza ny firenena ? » sy ny hoe « Voky izy dia natory ». Manampy ireo ny an’Antananarivo teatra, « Ny fireneko » sy ilay hoe « Fitiavan-tanindrazana ».

Ho tsara kokoa ny trano hanaovana teatra

Hisy fiovana goavana ny tontolon’ny teatra eto amintsika, manomboka amin’ity taona ity. Ho mendrika sy tsara kokoa noho ny teo aloha mantsy ny trano hanatontosana ireo piesy kasaina hoentina an-tsehatra rehetra ireo. Araka ny nambaran’ny filohan’ny FMTM hatrany, hoan’ny teatra tanteraka ny Tranompokonolona Analakely.

Efa vita ny Tranompokonolona Analakely, rehefa nahitana fahasimbana, volana vitsivitsy laza izay. Na izany aza, mbola hijanona tsy ho azo ampiasaina izy hatramin’ny volana avrily. Antony, hamboarina ho an’ny teatra ity toerana ity, izany hoe, havaozina ireo kojakoja sy fitaovana samihafa ao aminy, izay ilain’ny mpanao teatra. Rehefa vita ity asa ity, tsy hitondra fitaovana avy any ivelany intsony ireo mpanao teatra, raha ny fanazavan’i Mbato Ravaloson ihany.

Mitohy ny fanamarihana ny faha-65 taona

Raha efa nanomboka tamin’ny volana desambra 2016, mbola hitohy hatramin’ny desambra 2017 ny fanamarihan’ny FMTM ny faha-65 taona niorenany. Tsiahivina fa tany am-piandohana, « association des directeurs et artistes des troupes professionnelles du théâtre malgache » no anarana nisaloran’ny fikambanan’ny mpanao teatra. Ingahy Albert Ramanda no filohany, tamin’izany fotoana izany.

Ho fanamafisana orina ity zavakanto ity eto amintsika sy ho tsangam-baton’izany tsingerin-taona izany, hamerina indray ny fanofanana momba ny fanaovana teatra, indrindra ny any amin’ny faritra, ny FMTM. Vinavina ny hisian’ny fiaraha-miasa eo amin’ny fikambanana sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, satria kasaina hatomboka any an-tsekoly izany fanofanana izany.

Landy R.

News Mada1 partages

Recrutement Fram : la quatrième édition en bonne voie

De source hier auprès du ministère de l’Education nationale (Men), un nouveau recrutement de 10 000 maîtres-fram, la quatrième du genre sera mise en œuvre cette année. Une descente sur terrain au niveau de toutes les Circonscriptions scolaires (Cisco) sera effectuée dès ce mardi jusqu’à la fin de ce mois. Lors de cette descente, le recrutement se fera au cours d’une assemblée générale de tous les concernés, non seulement afin de garder la transparence, mais aussi pour éviter d’éventuelles arnaques.

Quant aux enseignants-fram qui ont plus de 55 ans, le ministère est actuellement en train d’étudier les prévoyances sociales à entreprendre à leur endroit.

Et les maîtres-fram, âgés entre 44 et 55 ans, sont à considérer de près.

A titre d’information,  quelque 4 000 personnes ont arboré le statut de fonctionnaires, à l’issue du recrutement précédent.

Tous les maîtres-fram des Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) du Melaky et Boeny ont été recrutés lors de la troisième édition. Toutefois, ils sont encore nombreux à être recensés dans les Dren de Sofia, d’Atsimo Atsinanana, de Vatovavy Fitovinany et de Sava.

Halte aux arnaques

Dans la même foulée, le Men a mis en garde contre les arnaques perpétrées dans ce recrutement. Pas plus tard qu’hier, un enseignant d’une école privée d’Ambohitrimanjaka vient de comparaître devant la Justice à ce sujet. Ce dernier est accusé d’arnaque envers plusieurs maitres-fram, pour les avoir promis d’être recrutés comme fonctionnaires, à condition de payer en avance une certaine somme faramineuse.

Face à cette situation, le Men a précisé qu’aucun chef de service ni autre membre du personnel de ce département, ne sont plus habilités à recevoir un dossier de recrutement, en dehors du directeur des ressources humaines (DRH). De plus, seul le personnel désigné par le DRH à l’INFP Mahamasina, est autorisé à fournir des informations concernant le recrutement.

Sera R

 

News Mada1 partages

Karting : des affiches alléchantes au programme

Le calendrier de la saison 2017 des courses de kart vient d’être publié, hier, par Serana racing kart au grand bonheur des passionnés. Cette année, la Fédération du sport automobile à Madagascar (FSAM) et Serana racing kart (SRK) organiseront le Championnat national de karting Rotax qui sera disputé en quatre manches. Le trophée international de Madagascar et le trophée SRK sont également au menu.

Comme à l’accoutumée, le sommet national se déroulera en quatre manches et comptera pour le classement mondial des Sodi world series.

« Les pilotes qui ne sont pas encore inscrits mais voulant entrer dans le classement mondial peuvent à s’inscrire sur le site web des Sodi world series », ont déclaré les têtes pensantes au sein du SRK. La première épreuve de la saison aura lieu le 14 mai suivie de la seconde manche le 18 juin, la troisième le 2 septembre et la quatrième manche bouclera la boucle le 29 octobre sur l’habituel circuit d’Imerintsiatosika.

Trophée international

Le rendez-vous est fixé le 26 novembre pour le  trophée international de Madagascar. « De nombreux pilotes et écuries de différentes nationalités viennent à l’occasion pour disputer ce prestigieux trophée sur le circuit de karting de Madagascar. Organisé en marge de la compétition, le trophée Junior 2017 verra les pilotes de la catégorie junior et espoir en lice », ont souligné les organisateurs. L’année dernière, Thierry, Lam, Jorg, Carbonnel et Yan se sont distingués dans la catégorie Master tandis que John Ratoby, Mickael Girardet, Haja Rakotomalala, Tommi Rajoelison, Timothe et Eric ont dominé le tableau dans la catégorie Max.

Par contre, les dates du trophée SRK sont encore à confirmer. Il s’agit des courses de kart amateur réservées aux pilotes qui n’ont pas encore la licence professionnelle. Le plateau permettra aux pilotes de démontrer leur talent et de se surpasser. A l’étranger, le Championnat du monde CIK-FIA de KZ., la Super Coupe Internationale CIK-FIA de KZ2 et le Trophée Académie de karting CIK-FIA (3/3) se tiendront le 24 septembre sur le circuit PF International en Angleterre et compteront pour les Championnats du monde OK +/OK- Junior.

Rojo N.

Dates à retenir :

1ère manche : 14 mai

2e manche : 18 juin

3e manche : 2 septembre

4e manche : 29 octobre

Trophée international : 26 novembre

News Mada1 partages

International Catering Cup : l’équipe malgache parmi les favorites

Pour la deuxième fois, une équipe malgache participe à un concours culinaire de renom, dénommé International catering cup (ICC) qui se déroulera les 20 et 21 janvier prochains à Lyon (France), lors du Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation (Sirha). Composée de trois chefs malgaches, cette équipe fait partie des favorites, après  la France. L’événement est diffusé sur deux chaînes étrangères : M6 et BBC.

12 pays aux fourneaux

En grande partie, Madagascar a pu participer à ce concours culinaire ICC grâce à Chef Lalaina Ravelomanana, connu sous le nom de Chef Lalaina Lartistika. Membre de l’équipe malgache en lice, il a fait aussi partie de l’ancienne formation qui a remporté le prix du plus beau buffet traiteur mondial, en 2015.

«Les organisateurs de l’évènement m’ont envoyé une invitation spéciale à participer à la 5e édition de l’ICC. Parmi les 140 candidats, douze pays sont qualifiés pour la grande finale, à savoir Brésil, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Luxembourg, Mexique, République Tchèque, Singapour, Suisse, Vietnam et Madagascar», souligne Chef Lalaina Lartistika. Après avoir effectué une étude personnelle, il a décidé de s’y engager en choisissant deux autres chefs talentueux, à savoir Antonio Razakandrainy et  Herilanto Andrianainarivony.

Les membres de l’équipe

Mais qui sont-ils ? Si en 2015, Chef Lalaina a été le chef d’équipe. Cette année, il sera à la fois membre du jury et coach. Il fait partie des meilleurs chefs souvent sollicités à participer à des diverses compétitions culinaires étrangères. «Sur les 12 concours auxquels j’ai participés, j’ai obtenu 11 trophées internationaux», a-t-il répliqué.

En revanche, ce sera la première participation des deux autres chefs, membres de l’équipe, dirigée cette fois  par le Chef Antonio Razakandrainy. Il a bénéficié d’une formation en cuisine, l’année dernière, au lycée hôtellerie La renaissance de la Réunion. En 2015, il a été le finaliste du concours «Grand prix Lartistika», et en 2014, il s’est spécialisé en cuisines indienne, thaïlandaise et créole. En ce moment, il est le sous-chef de cuisine au Carlton.

De son côté, Chef Herilanto Andrianainarivony a reçu une formation en hygiène en cuisine en 2015, puis une autre en chocolat et sucre à La Réunion en 2014 et enfin, une dernière formation en boulangerie en 2013. Actuellement, il est le sous-chef de pâtisserie de Carlton.

Le déroulement du concours

L’ICC se tient en deux jours, plus précisément durant 20 heures, sous haute pression. Durant la première journée, c’est-à-dire le 20 janvier, les chefs seront cloîtrés dans un laboratoire, sans public, pour préparer les divers plats. A la fin de la journée, ces derniers seront enfermés dans un camion-frigo qui assurera le transfert jusqu’au salon Sirha. Le lendemain, ils entameront les dernières retouches, le dressage et l’installation du buffet, devant de nombreux publics.

Ensuite, le jury interviendra pour déguster chaque plat de chaque candidat. Il tiendra compte non seulement de la technique et de la saveur, mais aussi de la présentation de chaque buffet. «Ce qui est difficile avec ce concours est que chaque équipe utilisera les mêmes ingrédients, seules les techniques différencieront les plats de chaque pays. Il est donc important d’y inclure notre identité culturelle», a-t-il expliqué. Les résultats seront de suite proclamés.

Le thème de cette année

– Royales de foie gras et de canard

– Truite et cabillaud en croûte de feuilletage et sa quenelle de Saint-Jacques

– Trilogie de cochon

Pomme, poire et chocolat

L’équipe malgache au taquet

«Nous sommes confiants, nous pouvons partir sereinement». Les propos sont de chef Lalaina Ravelomanana, coach de l’équipe malgache qui va participer au concours International Catering Cup, du 21 au 27 janvier, en France.

En marge des préparatifs du Championnat mondial des traiteurs, les chefs malgaches ont tenu à rencontrer la presse dans les locaux de Star Madagascar à Andraharo, histoire de prouver à quel point ils sont prêts à tout pour décrocher le premier titre malgré toutes les pressions et contraintes auxquelles ils font face. A l’heure actuelle, l’équipe malgache affiche son optimisme.

«Le concours évolue, tout comme le niveau des participants monte en flèche au fil des éditions. Nous souhaitons vivement faire tout notre possible pour représenter dignement la Grande île, l’océan Indien et le continent africain», a promis  Lalaina Ravelomanana. Pour cette 5e édition, il a pris le soin de choisir l’équipe de Carlton Madagascar pour porter l’étendard du pays. «Non seulement ces jeunes chefs vouent une passion dévorante pour l’art culinaire, mais je sens qu’on va entendre parler d’eux longtemps», a-t-il avancé.

En ce qui concerne le budget, l’équipe malgache ne dispose que de 1/10 du budget des autres pays participants. Elle est malgré tout bien soutenue avec notamment le soutien indéfectible de THB et d’Air France.

Un pavillon malgache au Sirha

Madagascar sera aussi représenté autrement lors du Sirha qui aura lieu du 21 au 25 janvier. Durant cet évènement, les organisateurs ont attribué un pavillon d’honneur pour notre pays. C’est-à-dire que le stand malgache sera bien placé dans un endroit le plus visité du salon. «Ce sera donc un autre moyen de présenter la Grande île à travers les produits malgaches, entre autres, le chocolat, les crevettes, la vanille…», a affirmé Jean-Marc Bouché, le responsable du pavillon Madagascar.

Sirha en quelques chiffres

-3 045 exposants dont 486 internationaux issus de 25 pays

-189 028 visiteurs professionnels dont 25 450 internationaux issus de 135 pays et 19 715 chefs

-992 journalistes dont 406 internationaux issus d’autres pays que la France.

Ils ont dit…

Autant dire que la délégation malgache est bien entourée pour le concours International Catering Cup sur les plans technique et moral.

«Nous ne pouvons qu’être fiers de participer au rayonnement de Madagascar sur le plan gastronomique.  La vision de la marque THB,  qui a déjà participé à des concours d’envergure internationale, étant de rassembler le public malgache et celui d’autres pays de par le monde pour soutenir l’équipe malgache», a déclaré Emmanuel de Tailly, président directeur général adjoint (PDGA) de la Star.

«C’est avec un plaisir toujours renouvelé que nous accompagnons l’équipe malgache qui va montrer au monde entier que la Grande île sait cuisiner, au premier rang», poursuit Frédéric Burban, DG de la compagnie Air France pour Madagascar et les îles de l’océan Indien.

«Le support et le matériel sont de  rigueur dans un concours d’envergure comme celui-ci mais le chef cuisinier reste le plus important parce qu’il crée la texture, la beauté et le goût du menu», a conclu Philippe de Meyer, directeur général de l’hôtel Carlton Madagascar.

Page réalisée par Holy Danielle et Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Transport urbain : menace de hausse des frais

L’Union des coopératives des transports urbains (UCTU) et celle des suburbains (UCTS) ont monté le ton devant la presse, hier, au sujet d’une promesse non tenue par l’Etat. Il s’agit des subventions qui l’Etat devrait verser à leur endroit.

D’après le président de l’UCTU, Bernardin Andriambinintsolomora, «Malgré la promesse du pouvoir actuel, nous n’avons pas encore perçu  nos subventions à titre de 2015 d’un montant de 12 milliards d’ariary qu’on aurait dû toucher le mois de novembre dernier».

De ce fait, les coopératives revendiquent l’application de la convention convenue entre l’Agence des transports terrestres (ATT) et le ministère du Transport et de la météorologie, concernant ces «arriérés». Dans le cas contraire, ces coopératives menacent d’appliquer la hausse des frais à 500 ariary.

A noter que depuis le mois de juillet dernier, c’est la quatrième fois que l’UCTU menace d’augmenter les frais à 500 ariary, ce qui coïncide dans ce sens à la hausse des prix à la pompe.

Sera R

 

News Mada1 partages

Enlèvement du patron de Caromad Le véhicule de la victime retrouvé

Nouveau rebondissement dans l’affaire d’enlèvement dont a été victime Amine Dinmamod, le patron de la société Caromad.

Quelques heures après l’enlèvement survenu dans la soirée de mercredi, la voiture de l’otage, un véhicule utilitaire sport (SUV) de marque Volkswagen Tiguan, a été retrouvée par la gendarmerie, abandonnée quelque part entre Soavina et Bevalala. De son côté, la police par le biais de la Brigade criminelle (BC) tente actuellement d’élucider l’affaire.

Aussitôt après la découverte de la voiture, les limiers ont immédiatement procédé aux constats d’usage hier. Ils ont essayé de réunir tous les indices, aussi infimes  soient-ils.

Dès l’annonce du rapt de cet opérateur économique, la gendarmerie et la police sont immédiatement intervenues mais à l’instar des précédents cas de kidnapping, très peu d’informations circulent à propos de l’enlèvement. Des éléments de la BC auraient essayé d’entrer en contact avec les proches de la victime en vue de faire avancer les recherches mais ces derniers auraient refusé de coopérer, sans nul doute par souci de la sécurité de l’otage.

Deux fois enlevé

Pour rappel, Amine Dinmamod a été kidnappé par six individus armés, à visage découvert, dans la soirée de mercredi, vers 18 h. Les bandits sont entrés dans l’enceinte de la société. Pris au dépourvu, les deux gendarmes qui assuraient la sécurité de l’opérateur économique n’ont pu rien faire pour repousser les intrus. Ces derniers ont quitté les lieux avec la voiture de l’otage.

Selon des sources convergentes, une réunion d’urgence se serait tenue hier à l’ambassade de France à la suite de cette affaire. Il importe de préciser que l’enlèvement d’Amine Dinamamode est le premier cas d’enlèvement de ressortissant français d’origine karana, depuis le début de l’année mais le quatrième après le Sommet de la Francophonie.

Les réactions, la plupart hostiles, ont fusé de partout après le kidnapping de cet opérateur économique.

«Si je ne m’abuse pas, c’est la seconde fois que cet investisseur a été kidnappé. C’est inadmissible. Nous faisons appel actuellement à des investisseurs étrangers pour démarrer l’économie nationale après ces années de crise mais comment peut-on travailler dans des conditions pareilles ? Pour qu’il y ait développement, il faut qu’il y ait un Etat fort. Un Etat fort est capable de garantir la sécurité des biens et des personnes», a fait remarquer un opérateur économique.

D’après les dernières nouvelles, les ravisseurs se seraient déjà manifestés et auraient réclamé une forte rançon en échange de la libération de l’otage.

Mparany

(Photo d’archives)

 

News Mada1 partages

Analanjirofo : les indemnités des chefs fokontany payées

L’année débute bien pour les chefs de fokontany du district de Mananara Avaratra qui viennent de percevoir leurs 10 mois d’indemnités. Ils n’ont touché toutefois que la moitié de leurs arriérés.

Des billetteurs se sont déplacés expressément dans 7 communes rurales du district pour éviter aux bénéficiaires les désagréments des déplacements pour se faire payer leurs arriérés de 10 mois d’indemnités. Le montant payé à ces chefs de fokontany et leurs adjoints s’étale du mois d’octobre 2014 au mois de juin 2015 tandis que l’autre partie, du mois de juillet 2015 à ce jour, reste du domaine de l’hypothétique malgré une promesse annoncée par le vice-président du Sénat.

La plupart des chefs de fokontany du district de Mananara Avaratra exigent toutefois la transparence sur les motifs du retard des paiements de leurs maigres indemnités. Le manque de motivation financière se répercute énormément sur leur travail et les induit dans diverses tentatives de corruption,  ont déclaré certains d’entre eux. Le problème de non-paiement des indemnités des chefs de fokontany et de leurs adjoints mine l’administration de proximité dans la plupart des communes où les responsables se font souvent payer pour exécuter des services publics. Ils abandonnent leur poste en fermant parfois le bureau du fokontany pour aller vaquer à d’autres occupations plus lucratives pour compenser le temps perdu dans cette activité non payée.

Le paiement des indemnités a débuté dans la Commune urbaine de Mananara Avaratra sous la conduite d’un représentant de la région d’Analanjirofo et du vice-président du Sénat, Philibert Rakotonandrasana, mercredi dernier.

Manou

 

News Mada1 partages

Chronique : empire ottoman, dans les rêves d’un auto man

Le pouvoir prépare de faire honorable accueil à un grand du monde, Recep Erdogan président de la République de Turquie. La Turquie une puissance qui compte à l’échelle planétaire, héritière d’une histoire faite de périodes glorieuses et florissantes quelquefois traversées par des passages tumultueux mais se relevant à chaque fois des difficultés pour mieux se reconstruire dans le siècle de son temps. Même sans ne plus porter l’habit de capitale, les noms revêtus successivement par la principale ville suffisent à évoquer le prestige de la Turquie : Byzance, Constantinople, Istanbul, trois en un pour transporter à travers les fastes de différents siècles.

La situation géographique favorise la Turquie à tenter d’exercer son influence sur la pratique des jeux entre l’Occident et l’Orient. En ce domaine les joueurs se trouvent parfois à renier leur position d’hier pour adopter une posture inverse le   lendemain. Dans le moment présent Erdogan opère ce genre de manœuvre. Tout en restant membre de l’OTAN il noue des relations privilégiées avec Moscou et se trouve conduit ainsi à faire ami-ami avec Bassar son ennemi juré au début du conflit. Avec le problème Kurde boulet aux pieds du régime qu’il préside et  en réponse au coup d’état avorté  suite aux répressions brutales et purges drastiques qui telle une hémorragie ont anémié le corps civil turc, isolé du côté occidental Erdogan se cherche de nouveaux alliés utiles pour maintenir son rang sur l’échiquier international et indispensable pour déployer vers d’autres horizons une conquête de nouveaux marchés en remplacement.  On parle plus de partenariat que de marché, même si le but final concerne  l’ouverture de marché la coopération bilatérale  n’est que la façade. Du côté malgache une vigilance s’impose pour avoir constamment en perspective  un équilibre entre le coût du ravalement (de façade comme il se doit) que l’on propose

en contrepartie d’une entrée en liberté dans le poulailler qu’est le pays.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : les pavés de l’ours (5)

(Suite et fin.)

Mais la série continue.

Quelques cas isolés de méningite cérébro-spinale s’étant produits, vite la Camarilla s’est empressée de crier qu’une épidémie désastreuse sévissait en ville et dans la colonie, et ce, par la faute, par l’incurie, par l’impéritie de la haute administration. M. le Gouverneur Général, par l’intermédiaire de l’Administrateur-Maire de Tamatave, a eu beau faire connaître que quelques cas isolés ne pouvaient constituer une épidémie, que d’ailleurs, ces cas allaient en diminuant, la Camarilla, foulant aux pieds toute convenance, lui infligeait le plus formel démenti, affirmant que l’épidémie non seulement sévissait, mais encore allait en progressant. Le plus piquant de l’histoire, c’est que le jour même (24 décembre) où la Camarilla criait son indignation contre l’insouciance et l’impéritie de l’Administration supérieure, et demandait le renvoi de la foire pour ne pas contaminer les campagnes, ce jour-là même s’éteignait à l’hôpital le dernier tirailleur atteint de cette maladie. Depuis lors, aucun nouveau cas n’a été signalé. La maladie a donc disparu, sans faire aucune victime parmi les Européens.

Quel mobile peut pousser la Camarilla à sa comporter ainsi ? Nous l’avons déjà dit : c’est le besoin d’émouvoir la population afin de faire croire à son importance. « Fan dé brut ! » Peu lui importe le dommage causé. Car, de tout cela, la Colonie en souffre plus qu’on ne pourrait le croire.

Elle avait assez de mal à dissiper la mauvaise réputation qu’on lui avait faite à l’origine. Et, aujourd’hui, quelles affaires sérieuses peuvent être entreprises dans un pays où la sécurité n’existe pas, grâce à l’impéritie d’un Gouverneur intérimaire, pays d’ailleurs mal administré et désolé par des épidémies meurtrières ?

Le Département ému avait confié à une mission présidée par M. Fillon le soin de venir élucider les questions pendantes. Heureusement qu’un vieil ami de la Colonie, bien au courant de ce qui se passait, a pu faire ressortir combien était ridicule l’objet de cette mission, et celle-ci a été retenue à Djibouti. Mais cela ne suffit pas à détruire la mauvaise impression et les regrettables résultats que nous venons de signaler.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Us et coutumes : Signe de malaise nationale – la considération des absences

A la grand’messe annuelle, l’assistance peinera à concentrer l’attention sur le déroulement de la cérémonie. Chercher à distinguer les absences au milieu de la foule présente à Iavoloha risque de distraire chacun des participants. La présence perd de considération en raison de l’importance accordée à l’absence. Noblesse oblige, se manifester par son absence procède d’en haut. Entre anciens présidents  on ne fait plus considération à la fonction mais à la personne qui l’occupe. Mauvaise pioche que cette affiche d’un mépris pour les valeurs républicaines, dérive vers un culte de la personne et pour faire bonne mesure autant commencer par le culte de soi-même. Au sein de cet aréopage il ne doit pas manquer un malicieux narquois qui manifeste sa présence avec le sous-entendu d’un rendez-vous une autre fois au même endroit en inter changeant les rôles.

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : kely fanantenana nefa ranga sofina

Raiamandrenin’ny firenena izao ve no handray fitenenana eo amin’ny lanonan’ny olo-manan-kaja nasaina hisolo tena ny vahoaka manontolo dia tsy ho samy liana avokoa hihaino izay hambarany? Indrindra moa amin’izao fotoana manahirana izao, araky ny siosion-dresaka, ny tenany no voalohany sahirana. Mahazo vahana tokoa moa izao tsaho sy honohono isan-karazany izao manodidina ny fanovana governemanta. Sarotra ny fiadidiana noho ny hasarotan’ny fandidiana. Hitsikitsika moa tsy mandihindihy foana fa ao raha. Hihemotra maty raibe, handroso maty renibe. Samy mahatsapa ny maro fa tsy misy fiovana ny toe-draharaha. Raha fandrosoana no nantenaina, fihemorana no tsapa. Tsy maintsy miditra amin’ny fanavaozana. Fanavaozana inona moa no afaka andrasana raha ireo efa mpisorona teo ihany no hametrahana andraikitra hampiredareda ny afo? Efa nandroso kitay tsy nirehitra ka mendrika ny fanajanonana eo amin’

ny fanaovana an’izany adidy izany. Hanao fanovana mahery vaika? Efa intelo izay no nanandramana izany. Rariny raha matahotra ny fitsaran’ny mpijery izay mety hilaza fanaovana andrakandrana ny fitantanana raha manolo Praiminisitra eo indray. Ny fotoana anefa mihazakazaka. Roa taona sisa dia hipaika ny fotoana hitsaran’ny vahoaka ny asa vokatra. Raha tsy tafita antsasany ny vokatra, tsy afaka hanantena fahazoana naoty antsasany. Izany hoe manidina hatreo ny fikasana hoe ny tena ihany no handimby toerana ny tena. Io antsasa-naoty io sisa tanjona. Izany hoe fanatanterahana ny antsasan’izay nanomezana toky  fa hatao no hany ezahina ho tratrarina. Programa tsara rindra arak’izany angamba sisa famonjena. Ny tsaingotsaingo etsy sy eroa na omena hasina manokana aza amin’ny fiantsoana azy Projet Présidentiel dia efa mitory ny fitantanana roa sosona. Iza amin’ireo no tena izy ary iza kosa no tsetsatsetra tsy aritra, tora-po na sitrapo. Na inona na inona fahadiovan’ny saina mitarika ny fanaovana izany, tsy misy sehatra ho an’izany eo amin’ny fitantanana ny raharaham-pirenena, izay mitaky lamina tsara rindra mba tsy hivaralila toy izao.

 Léo Raz

 

L'express de Madagascar1 partages

Administration publique – Des milliers de fonctionnaires à recruter

Le gouvernement entend recruter plus d’une dizaine de milliers de fonctionnaires cette année suivant le plan national de développement.

L’administration publique va renforcer le nombre de son personnel. Cette année, l’État envisage le recrutement d’une dizaine de milliers de fonctionnaires. Selon la direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE), « 13686 postes budgétaires sont à pourvoir cette année. Les priorités resteront le soutien aux secteurs sociaux, que sont la santé, l’éducation et la sécurité ».Mais une bonne partie de ces postes budgétaires ira directement dans l’Éducation avec l’intégration dans la fonction publique des dix mille enseignants non-fonctionnaires. Les 3686 postes restants se repartissent ainsi entre les différents ministères.

Mauvaise gestionPour soutenir ce recrutement, l’administration avance l’insuffisance des effectifs pour soutenir les croissances fixées par le Plan national du développement (PND). « Pour le secteur santé, plus de quinze milles agents fonctionnaires sont recensés en 2014. Ils sont composés de 26% de médecins, 38% de paramédicaux, 16% d’agents administratifs et 19,56% de personnel d’appui. En 2014, la moyenne nationale en ratio médecin public/habitants était de1/10 500, proche de celle préconisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui est de 1 médecin pour dix mille habitants. L’OMS a recommandé que le ratio Paramédical habitant doive être au moins égal à 1/5000 habitants alors que pour la période 2010/ 2013, ce ratio s’est établi à 1/3388 habitants en 2009, 1/ 16678 en 2010 et 1/7951 en 2013 », explique-t-on.La gestion du personnel de l’Etat fait souvent l’objet d’une critique de nos bailleurs de fond. Cette rubrique occupe une part importante dans le budget de l’État. En avril 2016, la Banque mondiale avait pointé du doigt sur ce sujet dans sa note sur la situation économique de Madagascar. « Les dépenses du personnel restent le plus grand poste de depense dugouvernement. En 2016, elles représentent 34% des crédits autorisés », mentionne le document de l’Institution de Bretton Woods.Par ailleurs, la loi des finances 2017 prévoit une hausse de 9.3% des dépenses de personnels par rapport à l’estimation de la loi de finances rectificative 2016.  Ce qui représente 31% du budget général de l’État. Elles sont alors passées de 1808,4 milliards d’ariary à 1977,2 milliards d’ariary. Les dépenses de solde sont passées de 1665,2 milliards d’ariary à 1806,8 milliards d’ariary soit une hausse de 8,5%.

Lova Rafidiarisoa

 

L'express de Madagascar1 partages

Santé – La suspension de l’uvestérol D à l’étude

Le ministère de la Santé publique analysera l’importance de la suspension de la commercialisation de l’uvestérol D à Madagascar. Une telle démarche est utile, après le décès d’un nourrisson en France, le 21 décembre, dont la cause aurait été l’administration d’une dose de cette vitamine D. Le ministre de la Santé en France a engagé une procédure de suspension de sa commercialisation, le 4 janvier. «Ce n’est pas parce que la France a suspendu la vente de ce médicament, que nous sommes obligés de suivre. Nous devrons d’abord vérifier si des cas similaires se sont produits au niveau de nos hôpitaux, avant de prendre une décision», a souligné le directeur de cabinet du ministère de la Santé publique, le professeur Willy Randriamarotia, hier.L’uvestérol D est toujours présent sur les étalages des pharmacies à Antananarivo. « Ni le ministère de la Santé publique, ni l’Ordre des Médecins, ne nous ont encore recommandé le retrait des boîtes de ce médicament », rapportent des vendeurs dans des pharmacies à Antananarivo-ville.Médecins et pharmaciens expliquent, par ailleurs, que scientifiquement parlant,  l’uvestérol D ne représente pas de danger pour la santé. C’est son administration qui doit être contrôlée. « Une fausse route peut être fatale, pendant l’administration de ce médicament. L’uvestérol D est de forme huileuse. Le nourrisson peut s’étouffer avec si le médicament ne va pas dans le sens indiqué», explique le Dr Norolala Razafindragolo, pharmacien à Ampandrana. Ils sont d’ailleurs convaincus que le décès de ce nourrisson en France s’explique par « cette fausse route » du médicament.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Groupement d’urba­nisme de l’agglo­méra­tion d’Antananarivo

Une nouvelle structure vient d’être mise en place en matière d’urbanisme. Il s’agit du groupement d’urbanisme de l’agglo­mération d’Antananarivo. Celui-ci regroupe  trente huit communes dont la  commune d’urbaine d’Antananarivo et trente sept communes rurales. A l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier, Lalao Ravalomanana est élue président de ce grou­pement. La mise en place de cette structure entre dans le cadre du projet TATOM financé par l’agence de coopération internationale japonaise (JICA). Ce qui permettra de procéder à l’élaboration du plan d’urbanise direc­teur de la capitale et ses environs.

L'express de Madagascar1 partages

Concert – L’Épiphanie se fête en musique à Ambatonakanga

Festif et mélodieux, c’est ainsi que s’annonce l’après-midi du 8 janvier au Temple FJKM Tranovato Ambato­nakanga, dès 14h30 tapantes. À l’affiche, la chorale AFATRA ou « Antoko Mpihira Fifohazana Ambatonakanga Tranovato » proposera un concert de cantiques religieux et envoûtant pour le public, dans le cadre de la célébration de l’Épiphanie.Cette fête chrétienne qui honore la venue du Messie recevant la visite et l’hommage des rois mages, et qui se fête ponctuellement le deuxième dimanche après Noël, s’annonce ainsi des plus mélodieuses et enjouées du côté d’Ambatonakanga.« Pour cette célébration, rares sont les concerts donnés par les chorales de la capitale. C’est pourquoi au sein du Temple FJKM Tranovato Ambatonakanga, on a tenu à la célébrer en musique. On convie ainsi le public à se joindre à nous pour cette quatrième édition du concert de la chorale AFATRA, que l’on promet exceptionnel », indique Jacques Ramanamirija du comité d’organisation.Cette représentation coïncide avec les 20 années d’existence de la chorale. Une prestation particulière est ainsi prévue. Selon Samuel Randriamanampy qui dirige la chorale, « Il s’agit d’un Concert de promotion de nos propres compositions, que nous aimerions faire découvrir au public. Un bouquet de dix titres reflétant une spiritualité et une joie de vivre unique ». Un premier album intitulé « Ho avy ny Tompo » sortira lors de ce concert.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

Développement de l’énergie renouvelable

Le gouvernement mise sur l’énergie renouvelable. Des appels à manifestations d’intérêts ont été lancés dans ce sens pour l’aména­gement de certains sites hydroélectriques, ainsi que la production de l’électricité par un système hybride solaire – biomasse. En tout treize sites sont concernés par ce projet.

L'express de Madagascar1 partages

Escroquerie au sein de l’Éducation nationale

Un ancien enseignant d’une école confessionnelle à Antananarivo a écopé de cinq ans de prison et d’une amende de 2 millions d’ariary. Telle est la sentence du tribunal qui s’est tenu au palais de la Justice à Anosy, hier. Cet homme est accusé d’escroquerie au sein du ministère de l’Éducation nationale. Il s’est présenté comme le directeur des Ressources humaines de ce ministère, pour soutirer de l’argent à des enseignants qui souhaitent être recrutés en tant que fonctionnaires.

Madaplus.info0 partages

Les Sports collectifs malgaches ne seront pas présents aux jeux de la Francophonie.

Après avoir accueilli le sommet de la francophonie, le monde du sport malgache s’attendait à ce que les dirigeants fassent des efforts pour une forte représentation de la grande île.

News Mada0 partages

Tsy manaiky fitsaram-bahoaka ny zandarimariam-pirenena : tafakatra 16 ireo voasambotra noho ilay famonoana...

Nahitsy ny tenin’ny talen’ny angom-baovao eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, ny Jeneraly Rakotoarison Anthony : “Tsy manaiky ny fanaovana fitsaram-bahoaka ny zandarimariam-pirenena”. Izany dia mifandraika indrindra tamin’ilay raharaha fitsaram-bahoaka nahafaty ny GP2C Fanambina Marcellin tany Namorona Mananjary…

 

« Miisa 16 hatreto ireo olona voasambotra tamin’ny famonoana zandary tany Namorona distrikan’i Mananjary. Misy ben’ny Tanàna sy Ampanjaka roa amin’ireo. Izy ireo no niantso sy nitaona ireo olona hanao fitsaram-bahoaka », hoy ny talen’ny angom-baovao eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Rakotoarison Anthony. Nohamafisiny hatrany fa tsy manaiky ny fanaovana fitsaram-bahoaka ny zandarimariam-pirenena. “Tsy fahatokisana ny rafi-pitsarana ny mahatonga ny fitsaram-bahoaka. Raha tsy votsotra eo amin’ny zandary, votsotra any amin’ny tribonaly. Raha migadra aza migadra kely nefa mivoaka indray satria nahazo fahafahana vonjimaika. Izany ny fomba famakian’ny olona, hany ka lasa tsy matoky ilay olona ary mahatonga ny fitsaram-bahoaka”, hoy hatrany izy.

Mbola hitohy ny fisamborana…

Voalaza fa mbola hitohy hatrany ny fisamborana na eo aza ny fahatrarana ireto olona voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny famonoana ny GP2C Fanambina Marcellin ireto. Ny Ampanjaka Gaston Tsitoho sy ny Ampanjaka Iboba ireo Ampanjaka voasambotry ny zandary any an-toerana. Teo koa ny ben’ny Tanàna ao Namorona sy ny zanany. Samy nandà ny fiampangana azy avokoa ireto voasambotra ireto, araka ny fampitam-baovao avy any any Fianarantsoa. Hatolotra ny fampanoavana ao Fianarantsoa kosa izy ireo aorian’ny fahavitan’ny fanadihadiana momba ity raharaha fitsaram-bahoaka ity namoizana zandary ity. Maromaro ny olona efa voasambotra tany aloha, saingy efa navotsotra ny sasany amin’izy ireo taorian’ny famotorana. Tsy afaka kosa ny ben’ny Tanàna sy ny Ampanjaka roa lahy.

Taona 2016 : nahatratra 43 ireo zandary voasazy

Nitondra fanazavana manokana hatrany ny Jly Rakotoarison Anthony fa nahatratra 43 ireo zandary niharan’ny sazy sy nandraisana fepetra ka misy amin’izy ireo naiditra am-ponja. “Tsy miaro mihitsy izahay fa rehefa olona ratsy dia ratsy izy aminay. Ao anatin’ny fanadiovana anatiny izahay amin’izao”, hoy izy. Miisa 375 ny zandary manana antontan-taratasy sy nisy nanao fitoriana tamin’iny taon-dasa 2016 iny. Misy amin’izy ireo, afaka raha voatery naiditra am-ponja mihitsy ny sasany amin’izy ireo taorian’ny fanadihadiana rehetra.

Nantitranteriny fa ao anatin’ny ezaka aton’ny zandarimariam-pirenena ankoatra ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana ny ady amin’ny kolikoly. Tsy mandefitra mihitsy izahay amin’ny kolikoly eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa manenjika hatrany. Niteraka resabe rahateo ny kolikoly teo aloha teo mahavoasaringotra hatrany ny zandarimariam-pirenena ka niteraka laza ratsy ho azy ireo.

Miasa mafy ny Usad any atsimo…

 Miasa mafy ny Vondron-kery manokana miady amin’ny dahalo (Usad) any amin’ny faritra atsimo. Teo anelanelan’ny fetin’ny Krismasy sy ny taom-baovao, indroa nihetsika ity vondron-kery ity amin’ny fampandriana fahalemana, raha ny fanazavan’ny Jly Rakotoarison Anthony. Voafetra ihany anefa ny toerana alehan’izy ireo satria tsy mbola ampy ny fitaovana eo am-pelatanana. Kamiaobe rahateo ny ampiasain’ny Usad any atsimo. Voalaza fa tafaverina amin’ny tompony avokoa ny omby rehetra nandritra ny hetsika manokana nataon’izy ireo.

J.C

News Mada0 partages

Association Gazela : sivy mianadahy nahavita fiofanana «pré-formation professionnelle»

«Fanantenana». Io ny anaran’ny andiany fahatelo, nahitana ireo tanora sivy mianadahy, nahavita fiofanana pré-formation professionnelle tao amin’ny fikambanana Association Gazela pour le développement social (AGDS), izay manana ny foiben-toerany eny Ambanilalana Itaosy. Natao ny talata 3 janoary 2017 teo, tao amin’ny efitrano malalaky ny kaominina Itaosy, ny lanonana nanamarihana ny fahavitan’ny fiofanana vitan’izy ireo, sady nizarana ihany koa ny takelaka fanamarinana mifandraika amin’izany. Fiofanana izay naharitra sivy volana, ahitana ireto taranja manaraka ireto : civisme et citoyenneté, développement personnel, comportement à risque, aperçu sur un métier, français, anglais, mathématiques, informatique. Hiditra avy hatrany amin’ny sehatry ny fiofanana momba ny asa ireto tanora ireto taorian’ny nahavitany io fiofanana « pré-formation professionnelle » io. Fiofanana izay natao hamerenana sy hampiakarana ny fari-pahaizan’izy ireo, mialoha ny tena hidirany eo amin’ny sehatry ny fiofanana momba ny asa. Marihina mantsy fa tanora tojo fahasahiranana ara-tsosialy ka voatery nitsahatra tsy fidiny tamin’ny fianarana izy ireo.

Na ny filohan’ny AGDS, Andriambao Nivoarimalala,  na ny chef  de service de la direction de l’éducation  de masse et du civisme (minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena), Atoa Rakotonirina Justin, na ny ben’ny Tanànan’ny kaominina Itaosy, Randrianarisoa Jean Richard, samy nanantitra ny tokony hananan’ireto mpiofana ireto fahendrena, fampiharana izay fahalalana norantovina, faherezana ary faharetana amin’izay hatao rehetra. Ny Centre de développement d’Andohatapenaka (CDA) indray no handray an-tanana azy ireo manomboka anio 6 janoray 2017. Efa eo am-panomanana ny fidiran’ny andiany manaraka amin’ity « pré-formation professionnelle » ity indray amin’izao fotoana izao ny AGDS.

M.R

News Mada0 partages

Karana tompon’ny Caromad : efa fanindroany nokasain’ny jiolahy nalaina an-keriny

Tsy mbola votsotra ilay Karana, Amine Dinmamod, tompon’ny orinasa Caromad, hatramin’ny omaly, raha efa roa andro izy no tany am-pelatanan’ny jiolahy.

Tsy mbola nisy fitoriana nipetraka any amin’ny polisy raha ny fantatra. Raha ny vaovao azo, efa fanindroany nisy nikasa haka an-keriny ity Karana ity. Efa nisy aza ny anarana nandeha tamin’izany fa ny tarik’i Lama, mpanao kidnapping nalaza tamin’ny taona 2005 sy 2006, no nikasa hanao izany. Ity afakomaly ity, lasan’ireo jiolahy tokoa izy io.

Teo amin’ny tokotanin’ny orinasa mihitsy no nalain’ireo jiolahy an-keriny ity Karana ity. Voalaza fa dimy lahy nirongo basy ny naka azy, raha izy tao anatin’ny fiara Mercedes Benz. tokony ho tamin’ny 5 ora sy 45 minitra teo ny nisehoan’izany.

Voalaza anefa fa misy zandarin’ny Gsis roa lahy miandry azy ity, ary manaraka azy hatrany. Tsy nisy fifanoherana, na poa-basy anefa nandritra ny fakana an-keriny ilay Karana ity. Tao anatin’ny fotoana fohy ny nisehoan’izany. Tsy voalaza anefa raha tsy teny an-toerana ireo mpiambina manokana ireo.

Andrasana izay vokatry ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana. Raha ny tokony ho izy, misy camera de surveillance eny amin’ilay orinasa ka mety ho voarakitra an-tsary ny zava-niseho.

Fakana an-keriny karana voalohany tamin’ity taona ity izao teny amin’ny Caromad izao. Efa nisy roa ihany koa talohan’ny faran’ny taona. Ny iray, efa votsotra ary hita teny Ambohidratrimo; ny iray, tsy nahazoam-baovao. Efa nisy Karana atidoha ihany koa voasambotra amin’ny fakana an-keriny ary efa any Tsiafahy. Andrasana ny tohin’ity raharaha ity.

Yves S.

(Tahirin-sary)

News Mada0 partages

Isotry : voasambotry ny polisy i Dore

Jiolahy iray antsoina hoe Dore, 26 taona izay raindahiny amin’ny fanendahana sy sinto-mahery eny amin’iny faritra Isotry sy Ampefiloha iny no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny Poste de police Ampefiloha, teny akaikin’ny Assurance Mama, ny alarobia 4 janoary teo, tokony tamin’ny 6 ora sy sasany hariva. Voalaza fa efa ela no nikarohan’ny polisy azy ity ary efa maro ny fitarainana maikasika azy amin’ny asa ratsy ataony.

Roa lahy izy ireo ny teo an-toerana tamin’io fa tafaporitsaka ny iray. Tamin’ny fanadihadiana azy, niaiky izy fa mpanendaka ka amin’ny 6 ora sy sasany ka hatramin’ny 8 ora alina no tena fanaovany ny asa ratsiny. Nilaza ihany koa izy fa telo lahy izy ireo no manao izany fa izy aloha no tratra. Olona avy mivarotra na miantsena hariva no lasibatra ary endahiny, indrindra ny andro tsena. Mamono avy hatrany raha mamaly izay endahiny ry zareo. Tamin’ny fanadihadiana azy , fantatra fa efa intelo nigadra teny Antanimora i Dore noho io asa ratsiny io ihany. Atolotra ny fampanoavana anio ity jiolahy ity. Karohina kosa ny namany.

Yves S.

 

Ino Vaovao0 partages

ASARAMANITRA ENY IAVOLOHA : Handatsa vahoaka amin’ny hanimpitoloha indray ny Mpitondra

Isan-taona, toa ny tonon-taona dia misy ny fiaraha-misakafo eny Iavoloha. Tsy misaraka amin’ny lanonana ny hanimpitoloha, izay midika ho fandatsana ny vahoaka malagasy raha ny zava-misy ankehitriny.

Ny ao an-dapa mihinana sy misotro ary mandany volabe amin’ny sakafo, ho an’ny fety. Ny vahoaka kosa ankilany izay ianjadian’ny fahantrana lalina.Tokony hijery ny fahoriam-bahoaka sy ny fahantran’ny Malagasy ny mpitondra, fa tsy variana amin’ny fihinanana sakafo toa izao. Andaniny, dia efa namaly ny fanasana azy ihany koa ny Filoha teo aloha Ravalomanana Marc.

Ny filohan’ny vondrona Mapar mbola tsy naneho hevitra. Ny antoko mpanohitra kosa efa nilaza fa tsy hamonjy io lanonana izay atao eny Iavoloha io.

Ireto farany dia nilaza fa tokony hijery ny sosialim-bahoaka izao fitondrana izao, fa tsy ho variana amin’ny fanasana vahiny sy handany vola.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMANELATRA-ANTSIRABE II : Vadina mpitandro filaminana maty irery tao am-patoriana

Ankoatra ilay fianakaviana mpitandro filaminana maty noho ny lozam-pifamoivoizana tao Ilempona dia loza hafa koa no nihatra tamin’ny naman’izy ireo, ny andron’ny alarobia 04 janoary lasa teo.

Vadina mpitandro filaminana iray indray mantsy no maty irery tao an-tranony tao Andranomanelatra, ny alin’ny talata hifoha alarobia 04 janoary lasa teo tao Andranomanelatra, Antsirabe faharoa. Raha ny fantatra dia namita iraka tany amin’ny faritry ny Kaominina ambano ny vadiny, ka ny zanany kely niisa telo no niaraka tamin’ny reniny tao an-trano.

Tsy fantatra izay zava-nitranga fa ny maraina no nihazakazaka niampilaza teo amin’ny vadina mpitandro filaminana iray hafa teo ampita ilay zaza zokiny indrindra izay vao 10 taona monja nampandre fa tsy mety mifoha ny reniny hatramin’izao. Tsy nanam-po inona ilay nampandrenesina fa nandeha ampahatsorana nijery ny zava-nisy, ka akory ny hatairany raha nahita fa efa vatana mangatsiaka no novantaniny teo. Nampandre ny manodidina avy hatrany izy ireo ary nanafatra avy hatrany ilay vadiny tany am-pamitana iraka nilaza ny voina nanjo ny andefimandriny. Raha ny tomban’ny manodidina dia mety nisy aretina nahazo azy ny alina saingy tsy nisy azon’ireo kilonga kely natao, ka izay no nahafaty ity renim-pianakaviana vao erotrerony ity.

Ny antoandro dia efa tonga ilay vadiny sy ny mpiara-miasa aminy nifanotrona tamin’ity loza ity.

Tiaray Rakoto

Ino Vaovao0 partages

ANKADIMBAHOAKA : Karàna tompona tranombarotra nisy naka an-keriny vao niandoha ny taona 2017

Araka ny fantatra dia tompona tranombarotra iray etsy Ankadimbahoaka indray no lasan’ny mpaka an-keriny tamin’io andro io. Fiara vaovao no nitondrana azy ary mbola tsy fantatra ny toerana nitondrana misy azy.

Ity no fakana an-keriny voalohany tamin’ity taona 2017 ity. Tsy mbola nametraka fitorina teny anivon’ ny mpitandro ny filaminana kosa ny fianakavian’ilay teratany karàna nalaina an-keriny. Matetika dia mitaky vola be ho sandan’ny famotsorana ilay nalaina an-keriny, ireo mpaka an-keriny. Mbola tsy fantatra ny vola notakian’izy ireo hatreto.

Tsiahivana, fa ny faramparan’ny taona lasa teo dia teratany karàna tompona tranombarotra tetsy Tsaralalàna no nisy naka an-keriny, raha iny hamonjy fodiana teny Ankorondrano iny izy. Mbola tsy hita ny toerana misy azy io hatramin’ny anio ary mbola tsy nandrenesam-baovao ihany koa.

Mbola tsy naharay fitarainana mikasika ity fakana an-keriny karana tamin’ity taona ity kosa ny teo anivon’ny mpitandro ny filaminana, fa ho hita eo ny tohiny ny raharaha.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO ATSINANANA : Tsy eken’ny mpandeha ny fiakaran’ ny saran-dalana ho 10 000 Ariary

Nanomboka ny faran’ny taona iny dia efa saika tafakatra avo roa heny ny saran-dalana mihazo an’iny lalampirenena fahadimy iny.

Ho an’ny zotra mampitohy an’i Toamasina sy Foulpointe dia tafakatra 9000 Ariary raha 5000 Ariary hatramin’izay ; Toamasina makany Fenoarivo Atsinanana kosa dia lasa 12000 Ariary hatramin’ny 10000 Ariary, raha 6000 Ariary izany teo aloha. Tsy vitan’izay midangana ny saran-dalana fa mbola mampifila ireo mpitatitra.

Ny azon’ireo olona izay tsy maintsy hihazo an’ iny RN5 iny dia ny manaiky tsy satry. Misy kosa ireo tsy manaiky ny fiakaran’ny saran-dalana izay mindagana be, ka sahy tsy mandeha mihitsy.

Misy amin’ny ireo mpitatitra no tsy milaza mialoha fa rehefa eny amin’ny an-tsasa-dalana izy ireo vao milaza ny saran-dalana, ka tonga hatramin’ny fifamaliana ao anaty fiara izany.

Tsy mitsinjo ireo mpandeha ireo mpitatitra ka misy amin’ny ireo mpandeha no tsy mahalala akory izany fiakaran’ny saran-dalana fa zatra sarany teo aloha ihany.

Manoloana izany miantso ny fandraisana fepetra ataon’ny fanjakana ireo mponina mpampiasa fiara mpitatitra.

Roimemy

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO : “Tratra ny tanjona ho an’ny foibem-paritry ny fambolena sy fiompiana”

Nambarany fa isan’ny fototra iray tsy naha100% io tanjona io ny tsy fisian’ny orana, ka tsy nahafahan’izy ireo namboly hazo sy nahataraiky ny zana-bary izay vao avy nanaovana fikarohana. Na izany aza dia hita ho misy ezaka lehibe niarahan’ny foibem-paritra sy ireo mpiara-miombon’antoka nanatanteraka ny fanamby rehetra, ka nahafahana nananatratra io 80% io ary nampiaina am-pilaminana ny tantsaha teo amin’ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana taty Alaotra Mangoro.

Efa miainga any kosa araka ny nambarany ny dinik’asa goavana hotanterahina aty Alaotra Mangoro amin’ity volana janoary ity handinihana indrindra ny hampitomboana ny vokatra miakatra, ka hamerenana amin’ny laoniny ny tanim-bary sy ny fomba fambolena vary aty Alaotra ary hahatonga azy ho tena sompitr’i Madagasikara indray. “Ilaina, hoy ny Talem-paritry ny fambolena sy fiompiana Alaotra Mangoro, ny fiaraha-mientan’ny rehetra mba hahatontosa io tanjona goavana io”. Teknisianina avokoa no miasa ao amin’ity foibem-paritra ity, hoy izy, ka moramora hatrany ny fanatanterahana ny asa rehetra.

Haverina amin’ny laoniny ny seha-pikarohana ambioka ao amin’ny FOFIFA izay nampalaza ny Faritra Alaotra Mangoro, ka tsy ho ela dia efa hanomboka io asa fanarenana io.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FIZAHANTANY ANY MAHAJANGA : Efa misy fampianarana fanamoriana lakana misy voaly eny Amborovy

Mila fahaizana manokana anefa izy ireny mba hahafahana mampiasa ny herin’ny rivotra hampandrosoana ilay lakana. Efa mampiasa izany ireo mpanjono nentim-paharazana saingy misy fanatsarana izay tsy mbola ampiharin’izy ireo kosa.

Izany mihitsy no ampianarina eny amin’ny ivon-toerana iray eny Amborovy, amin’ny lalana Zahamotel iny. Sady tsy mandoto tontolo iainana no mampitombo fahaizana. Manana lakana maro isan-karazany izy ireo. Hatreto dia mbola ireo mpiala sasatra no tena maro voasarika amin’ity fialamboly sady fampianarana ity.

Efa manana tolotra maro amin’ny lalao rano i Mahajanga, ary anisan’ny ankafizan’ireo mpitsangantsangana azy izany. Ankoatra ny Safari Aqualand manao toboggan milatsaka anaty fobo filomanosana dia misy koa ny Aqualia mampanofa jetski, jetboat sy sambokely isan-karazany.

Ao ihany koa ireo mitondra mpijery trozona na baleine sy dauphins ary ny mpanao “peche au gros”, ny mpampanofa Catamaran.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO ATSINANANA : Hanangana bazar lehibe sy tena raitra amin’ ity taona ity

Isan’ny tetikasa goavana ho an’ity Kaominina ity ny fananganana bazar lehibe. Toy ny Kaominina rehetra manerana ny Nosy dia misedra olana eo amin’ny lafiny ara-bola ny Kaominina Fenoarivo Atsinanana, indrindra fa ny mbola tsy nandraisana ny fanampiana avy any amin’ny Fanjakana foibe. Na eo aza izany dia tsy mikely soroka mitady ny vahaolana rehetra ny tompon’ andraikitra voalohany ao amin’izany Kaominina Fenoarivo Atsinanana.

Raha nandray ny fitantanana ny Kaominina ny Ben’ny tanàna sy ny ekipany dia foana tanteraka ny vola tao amin’ny Kaominina, ka nisy ny olana teo amin’ny fandoavana ny karaman’ny mpiasa, ka ny nanenjika izay no vaindohan-draharaha ny mpitantana ka voaloa araka ny tokony ho izy ihany izany nandritra iny taona 2016 iny.

Tamin’ny alalan’ny fampidirana ny hetra trano sy ny hetra tsena no nahafahana nanilika ny karaman’ny mpiasa mbola tsy voaloa, izay vary mangatsikan’ny mpitondra teo aloha. Ny vahaoka any an-toerana rahateo marisika amin’ny fandoavana ireny hetra isan-karazany ireny. Tsy ninjanona hatreo ihany izany ezaka nataon’ny mpitantana ny Kaominina izany fa nitohy, tamin’ny fanamborana ny lalana ao an-tampon-tanàna, ny fampidirana ny hazavana eo an-tanàna ary ny fitandrona ny fahadiovan’ny tanàna isan’ andro. Eo amin’ny fahadriampahalemana dia azo lazaina milamina ny ao an-toerana.

Matoa misy izay ny fanafihana mitranga ao Fenoarivo Atsinanana dia saika olona avy any ivelany no manao izany. Misedra olana amin’ny tsy fananana ireny fiara mpamono afo ireny ny ao Fenoarivo Atsinanana, ka izany no mahatonga ny haintrano mety mahazo vahana any an-toerana.

Manana vina goavana ny mpitantana ny tanàna amin’ny ity taona 2017 ity dia ny fanaganana ny bazary lehibe sy tena raitra ao an-toerana. Ny Kaominina no tompo-marika amin’ny asa fanamboarana.

Tsy izay ihany fa ny fanamboarana ny toeram-pitsanganana ao amin’ny la Piscine, toerana mahasarika olona raha eo amin’ny lafiny fizahantany.

Roimemy

Ino Vaovao0 partages

FAMILIANA FIARA : Mampitaraina ny maro ny fanoloana ny fahazoan-dalana ho biometrika

Maro amin’ireo any amin’ny Faritra no manana fahazoan-dalana hamily fiara natao tany Antananarivo.

Ho an’ireo olona avy any amin’ny Faritra tsy maintsy hanova izany any Antananarivo dia tsy maintsy mandany fotoana sy vola vao afaka mahavita izany. “Tena fahasahiranana no hita, hoy hatrany ny fitarainan’izy ireo, satria ankoatra ny saran-dalana dia mbola eo ny saram-panamborana izany.

Ny fotoana lany amin’ny filaharana esty an-daniny tsy lazaina intsony. Ny laharana azo mbola afaka 10 andro raha haingana indrindra vao voarain’ny tompon’ andraikitra. Amin’io daty voatondro io aorian’ny 10 andro io anefa dia mbola fanefana ny sarany fotsiny ihany koa no atao fa mbola fotoana hafa manaraka indray vao tena voray miditra amin’ny fanamboarana ilay fahazoan-dalana mamily fiara. Tsy maintsy mivezivezy intelo fara fahakeliny vao azo antoka hoe voaray ny olona iray amin’ny fanamboarana io fahazoan-dalana hamily biometrika io.

Ny faran’ny volana marsa izao no voatondro ho fe-potoana farany ahazoana mampiasa ny fahazaoan-dalana hamily teo aloha sy ahafahana manova izany ho biometrika, noho ny hamaroan’ny olona tsy mbola nahavita ny azy.

Na izany aza dia efa nisy ihany lamina napetraka ho an’izay any amin’ny Faritra rehetra manana fahazoan-dalana hamily nalaina tao Antananarivo.

Hatreto anefa dia mbola ny Faritra Sofia no nahavita ny azy amin’io lamina napetraka io ka ireo tompon’andraikitra avy any Antanànarivo mihitsy no midina ifotony manao izany aorian’ny fandefasana ny dika mitovy miloko an’ny fahazoan-dalana hamily. Tsy nitohy anefa io hetsika io hatreto ka miezaka manao izay hahavita ny azy ny tsirairay kanefa dia izay ny olana tsy maintsy sedraina.

Fety

Ino Vaovao0 partages

TANIN’NY KAOMININA : Fanirian’ireo mponina ny hanomezana azy ny tany eny Andranobe

Efa resabe an-gazety tato ato ity resaka ity, ka lasa fifamaliana eo amin’ny ben’ny tanànan’Antsirabe sy ireo mponina mitoetra eo amin’ilay tany izany. Raha ny ara-panjakana aloha dia an’ny Kaominina efa hatry ny ela ny tany ary vita titra sy baorina izany. Tany aloha tany, tokony ho tamin’ny taona 1970 no nisy mponina namboly tamin’io tanin’ny Kaominina io, izay nahafantatra tsara tamin’izany fa an’ny Kaominina ny tany, saingy nindrana no nataon’izy ireo tamin’izany.

Araka ny taratasy eo am-pelantanan’izy ireo dia nisy fotoana nangatahan’izy ireo ny hanomezan’ny Kaominina azy ireo ny tany saingy nolavin’ny Ben’ny tanàna tamin’izany ny famindrana ny tany ho azy ireo fa kosa navela namboly teo ihany izy ireo hatramin’izay ka hatramin’izao, ary nanaiky fa hiala raha toa ka ilain’ny Kaominina ny tany. Aknehitriny dia misy amin’izay ny hilàn’ny Kaominina ny tany, araka ny fanirian’ny orinasa Socota hanofa izany mba hambolena voly haondrana any ivelany, ka raikitra ny gidragidra satria mandà ny hanesorana azy eo amin’ilay tany ireo mponina, izay nilaza fa nanajary izany nandridra ny 50 taona tany ho any.

Eo no mipetraka ny olana satria hatreto raha ny fanamarinana avy teny amin’ny sampandraharahan’ny fananan-tany dia an’ny Kaominina madiodio ny tany na dia nipetraka teo an-taonany maro aza ireo mponina, ary mifandrirarira aloha hatreto ny raharaha. Ambaran’ireo mponina fa tsy nampiasain’ny Kaominina ny tany nandritra izay fotoana lava izay, ka izy ireo no tokony ho tompon’izany satria izy ireo no ambarany ho nanamaintimolaly izany am-polo taonany.

Nambaran’ny Kaominina kosa fa na inona na inona dia azy ny tany ka ilainy amin’ny fotoana ilàny azy izany, toy ny fananan’ny olon-drehetra satria hanaovana asa fampandrosoana no ilàny azy.

Hiteraka asa mantsy ny hanaovan’ny Socota ity voly haondrana any ivelany ity no sady hisy koa ny fanarenana sy fanorenana fotodrafitrasa manodidina ilay toerana hambolena. Niaiky ireo mponina fa tsy manana taratasy hizakana ny tany, ka amin’ny resaka zon’olombelona no iangaviany ny mpitondra hanome azy io tany io. Marihina fa tany mirefy 24 ha no ilain’ny Socota amin’ilay tanin’ny Kaominina io, ka ny 13 ha izay tsy nisy nampiasa no efa azony ary mbola miandry ilay fanampiny izy ireo, izay nampiasain’ireo mponina nandritra izay 40 taona mahery izay, ka angatahin’izy ireo amin’ny Kaominina ny mba hisitrahan’izy ireo izany, araka izay fanajariana efa nataon’izy ireo izany.

Asa ahoana indray no ho tohin’ity raharaha ity satria toa tsy hanaiky izany ny tompon’ny tany.

Tiaray Rakoto

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana FilohampirenenaMisoko miadana ny « ni…ni »

Manomboka manao serasera sy fanehoan-kevitra amin’ny endriny maro samihafa nanomboka tamin’ny fiandohan’ity taona ity ilay firehana efa nambara teto fa :

 « ni…ni » na ny hoe sady tsy Ravalomanana, tsy Rajoelina ary tsy Rajaonarimampianina.Dingana voalohany ataon’izy ireo amin’izany ny fanaratsiana ireo mety heverina fa kandida matanjaka amin’ny fifidianana filoham-pirenena manaraka eo dia Atoa isany : Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina, tafiditra ao anatin’ny voakiana mafy sy voasoketa koa ny filoha am-perinasa Hery Rajaonarimampianina.Mety tsy tonga ao an-tsain’ny olom-pirenena tsotra tsy tena maharaka ny vaovao politika ny zavatra tahaka izao, kanefa tena zava-misy .Re tokoa mantsy fa efa manana ireo kandida ho tohanany ity fironana « ni…ni » ity ka misy amin’ireo kandida ireo no olona ao anaty governemanta, misy ny efa praiminisitra teo aloha, ao koa ny mpanao politika milaza fa mpanohitra eto ary misy koa ny olona tsy re sy tsy hita firy fa efa hipoitra kosa ato ho ato.Misy aza moa ny efa nanomboka nanao asa sosialy teny amin’ireo iva eto an-drenivohitra tamin’ny tapaky ny volana desambra 2016 iny.Tsotra ilay paikady haratsiana farak’izay azo atao amin’ny endriny rehetra mba ho lefy laza ireo kandida sokajiana fa lehibe mba hampiova ny fomba fijery ka hiantoraka amina olon-kafa mihitsy ny mpifidy rehefa tonga ny latsa-bato.Mahoraka be fa kandidan’ny fironana « ni..ni » ry Jean Omer Beriziky, Roland Ratsiraka, Hajo Andrianainarivelo ary Orlando Robimanana tale jeneralin’ny « Tresor » teo aloha.

Serasera matanjaka

Manana anjara toerana goavana ao anatin’io paikady io ny serasera ka ampiasain’ireo ankolafin’ny :  « ni..ni » ireo avokoa ny haino aman-jery (Radio sy TV) ny tambajotran-tserasera (facebook, twitter..), ny gazety an-tsoratra.Samy mihazakazaka amin’ny resaka fanaovana asa soa sy fikarakarana ny sahirana ary ny fanampiana ny tanora ihany koa izy ireo.Misy kandida filoham-pirenena iray olon’ny Repoblika faha 2 hipoitra tsimoramora eo ato ho ato ary mety hivoy io fironana « ni…ni » io raha ny siosion-dresaka.Tsara ho marihana fa politika tena avo lenta no resaka eto ka tsy atao mahagaga raha misy hery vahiny miditra ao anatin’ny raharaha ; mety maro ihany koa ny zavatra tsy ampoizina hitranga rehefa miha akaiky ny datim-pifidianana.Mety ho tratry ny hoditr’akondro lehibe ihany koa ny filoha am-perinasa Hery Rajaonarimampianina raha toa ka tsy mailo satria efa ao an-dapa ny mpamadika !

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ataovy lalao madio amin’izay !

Atomotra ny fotoana hiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena na dia efa re aza fa misy ny kajikajy hanemorana izany. Samy manana ny fomba fiadiny sy ny hofiatrehany izany ny mpifaninana tsirairay avy.

Toky R.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Isotry sy AmpefilohaTratra i Dore mpanendaka ikoizana

Tratra ihany i Dore, lehilahy 26 taona mpanendaka sy mpanao sinto-mahery efa za-draharaha eny amin’iny faritra Isotry sy Ampefiloha iny rehefa nikelezan’ireo polisy avy ao amin’ny poste de police Ampefiloha aina .

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo renivohitraRaikitra ny asa fanadiovan-tanàna faobe

Raikitra ny asa fanadiovan-tanana faobe ho an’ny kaominina Antananarivo renivohitra. Hifanome tanana aminy mandritra izany ny Boriborintany I, asa hotontosaina ny Alatsinainy ho avy izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ataovy lalao madio e !

Salama tsara ve ry Jean a ! Tonga soa aloha ny andro malaza anio dia arahabaina e ! Tehaka miorefodrefotra aloha ry Jean tamin’ny tsy nanavahana ireo rehetra tokony hasaina indrindra fa ireo zoky raimandreny efa nitantana ny firenena a! Fa ny loza anie ry Jean dia ity e!

 

 Nanasa ianareo fa toa tsy tamin-kitsimpo fa toa tamim-piatsarambelatsihy ihany a! Aiza ve ry Jean ka nasainareo avokoa ireo olobe tsy dia mitovy hevitra aminareo noho izao tsy fahaizanareo mamindra izao! Nasainareo I Dadazan kanefa ny fananany aza nataonareo kopisoroka, nantsoinareo I Jean kely kanefa ny akamany aza efa nogadrainareo ary ny sasany aza mbola miery, nasainareo I Radidy kanefa toa tsy mba henoinareo ny heviny fa lazainareo efa rediredin’ny antitra. I zokibe Raprôfy moa dia efa ela no tsy norarahianareo! Fa iza ihany ry Jean no mba manan-kasina aminareo ka henoinareo teny sy hajainareo a? Toa fiantsaram-belatsihy ny nareo no betsaka satria ny  tsy miady tsy miady kanefa ny kibay an-kelika ihany no ampiasainareo. Rehefa mba nanao ihany ry Jean dia ataovy amin-kitsimpo fa toa vono afo ny betsaka a! Sao dia mihevitra aza ianareo fa voavidin’ny fanasana ny fahanginan’ny tsirairay, ka hoe rehefa nasaina ho eny an-dapa amin’ny firaisana latabatra dia hangina sy mody tsy hijery ny hadalanareo. Aza diso hevitra ry Jean fa amin’ny maha samy Malagasy sy fanomezam-boninahitra anareo no antony fa rehefa misy ny tsy mety tsy maintsy miteny a! Mba ataovy lalao madio amin’izay ity raharaha ity dia hangina izahay e!

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina TalatamatyEfa mazoto mandoa hetra ny mponina

Tsy toy ny teo aloha intsony fa efa tena mazoto mandoa hetra ireo mponina ao amin’ny kaominina Talamaty raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Rado Razafindratsimba.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Pety RakotoniainaLany andro ny Lalàmpanorenana Malagasy

Nohitrikitrihan'Atoa Pety Rakotoniaina filohan'ny antoko politika Tambatra, izay mandalo eto an-drenivohitra amin'izao fiandohan'ny taona 2017 izao fa tena lany andro ny lalàmpanorenana Malagasy misy eto amintsika amin'izao fotoana izao ka tsy ahafahana mampandroso velively ny firenena Malagasy.

Manome tombony manokana ny mpitondra ankehitriny ny votoatin'io lalàmpanorenana iainana io, hoy izy, ary manome vahana ny fampanjakana ny didy jadona. Tsy voafaritra mazava ao anatiny koa ny amin'ny fepetra tokony ho raisin'ny fitondrana Malagasy, hoy izy, manoloana ny fitrandrahana ny harena an-kibon'ny tany Malagasy ka hanjakan'ny gaboraraka sy ny vahiny tanteraka ny amin'io. Nambarany fa mitana ny fotokevitra ijoroany dia ny maha-antoko mpanohitra azy,araka izany, ny antoko Tambatra tarihany. Tsy afaka hiroso amin'ny "Refondation totale de la nation" takian-dry zareo hampiharina eto amin'ny firenena velively raha izao fitondrana misy izao, hoy ihany Atoa Pety Rakotoniana. Tsy misy ny mangarahara tanteraka eo anivon'ny rafitra mangaika mitondra ity firenena ity ankehitriny satria mbola eo ambany vahohon'ny filoham-pirenenena am-perinasa avokoa izy rehetra raha tsy hiteny afa-tsy ny HCC sy ny Fitsarana isan-tsokajiny isika. Farany, mijoro ho mpanohitra hatrany izahay satria nahatsapa rehefa nanao ny famakafana ny toe-draharam-pirenena mahazatra anay, fa tsy mamaha velively ny maharary ny vahoaka Malagasy izao fitondrana izao fa variana amin'ny zavatra hafa. Tokony handinin-tena izy ireo noho izany, hoy ity mpitarika ny antoko Tambatra ity ka hanm-piniavana hametra-pialana fa tsy mahatanteraka ny andraikitra nankinina taminy.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna 5 avy any MampikonyNitaraina teny amin’ny filohan’ny Antenimierandoholona

Ankoatry ny asa fanaovan-dalàna dia andraikitry ny Antenimierandoholona koa ny fiahiana sy ny fisoloana tena ireo Vondrom-bahoakam-paritra manerana ny Nosy .

  Antony nahatonga ireo solontenan’’ireo Ben’ny tanàna miisa dimy ao antin’ny distrikan’i Mampikony Faritra Sofia  notarihin’ Atoa TAFARA Lucien , tonga nitsidika ny Filohan’ny  Antenimierandoholona Rakotomanana Honoré tetsy Anosikely omaly alakamisy 5 janoary  maraina izany. Misedra olana ireo kaominina miisa dimy ao anatin’ ny  Distrikan’i Mampikony ireo  noho ny firoborobon ‘ny fampidirana entana avy any ivelany  tsy manaraka ny fenitry ny  fifaninanana  ka mety hamono ny orinasa Malagasy  mpamokatra paraky   any an-toerana, andaniny koa  ny tsy fahazahoana ireo kaominina ireo ny  tamberim-bidy avy amin’ireo vokatra mivoaka  avy  any an-toerana mba hanamboarana sy hanorenana fotodrafitr’asa  fampandrosoana ho an’ny  mponina .  Velon-taraina noho izany ireto solontena ireto ka mila tan-tsoroka avy amin’ny Filohan’ny Antenimierandoholona amin’ny famahana ireo olana ireo. Nanome toky ity farany  fa hampita izany any amin’ny tompon’andraikitra mpanatanteraka tsirairay avy  ho famahana ny olana.Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Gabriel HarisonNesorina fa mahery fihetsika loatra ?

Na dia tsy mbola nisy aza ny fampitam-baovao ofisialy dia fantatra fa efa tena nangoron’entana ary tsy mpiasa ao amin’ny kaominina Antananarivo renivohitra intsony Atoa Jean Gabriel Harison lefitra voalohan’ny ben’ny tanana.Fantatra ny mponin’ Antananarivo tamin’ny resaka fandaminana ny tsena sy ny mpivarotra amoron-dalana izy

.Mivantana fomba firesaka, nosokajian’ny maro ho mpitantana mahery fihetsika i A1 Jean Gabriel Harison ary tsy misalasala mihitsy izy mifanehitra amin’ny mpivarotra amoron-dalana sy izay rehetra mitsivalana na tsy marisika amin’ny fandaminana ataon’ny kaominina.Maro koa anefa no nitsikera azy noho izy tsy dia mahay mifandamina loatra aman’olona fa tonga dia henjam-pitenenanana.Re ihany koa fa misy fotoana manapa-kevitra samirery fa tsy nahazo ny fankatoavan’ny ben’ny tanana na ny rafitra misy eo anivon’ny kaominina Antananarivo renivohitra I Jean Gabriel Harison ka mety ho noho izay angamba no nisaorana azy.Mitrifana loatra i A1, hoy ny mpiasa sasany eo anivon’nhy CUA tafaresaka tamin’ny mpanao gazety ary matetika no manao teny marary tsy zaka.Na ny mpanao gazety sasany ihany koa moa dia efa nanamarika fa mahery fihetsika loatra ingahy Jean Gabriel Harison ka tsy dia tsara hiadian-kevitra loatra satria tonga dia moramisafoaka.Andrasana moa ny fampitam-baovao ofisialy sy ny anaran’izay olona mety hisolo ity lefitra voalohan’ny ben’ny tananan’Antananarivo renivohitra ity.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lanonana eny Iavoloha Ho avy indray ny fampanantenana poakaty

Matoam-baovao indray anio ny lanonam-panjakana fifampiarahabana ny taona vaovao 2017 eo amin’ireo andrim-panjakana Malagasy miaraka amin’ireo solontena masoivohon’ireo firenena vahny sy fikambanana iraisampirenena miasa sy monina eto Madagasikara.

Fampanantenana poakaty

Asa mivaingana tokana nisongadina nambaran’ny filoha Rajaonarimampianina Hery tamin’ny kabary nataony ny 8 janoary 2016 ny fanamorana ny fikarakarana ireo taratasy tany fandovana. Maro kosa ireo fampanantenana tsy tanteraka mba tsy ilazana ho poakaty nandritra iny 12 volana nivalona iny. Voalohany amin’izany ny fikasana hametraka ny fitoniana politika izay antoka tokana ho fampandrosoana ny firenena, araka ny nolazainy herintaona lasa izay. Nanjaka anefa ny fanampenam-bava sy fisamborana ireo mpanao politika tsy mitovy firehana amin’ny antokom-panjakana. Nankalazain’ny filoha am-perinasa ihany koa ny fanaovana tomban’ezaka isaky ny 3 volana saingy tsy nahenoana tatitra mihitsy ireo ezaka notontosain’ny fahefana mpanatanteraka tamin’ny taona 2016. Nolazaina torak’izany ny fanamboarana na fanarenana ireo lalana manerana ny nosy izay nanokanana tetibola 450 tapitrisa euros nefa mikaikaika tanteraka amin’ny haratsin’ny fotodrafitrasa ireo mpampiasa izany.

Lesona mavaivay

Kabary iray tena nanamarika ny be sy ny maro tamin’ny taona 2016 kosa ny lesona mavaivay nomen’ny masoivoho marokanina ny mpitondra Malagasy. Voambolana tsy fampiasa firy ao Maraoka ny hoe «fianakaviambe iraisampirenena», «mpamatsy vola», na koa «tahiry eoropeanina momba ny fampandrosoana», hoy ity farany tamin’izay. Tsy mila miankin-doha amin’ireo famatsiambola na fanampiana avy any ivelany ny fanjakana Malagasy. Tsy misy afa-tsy ny harenan’ny firenena miaraka amin’ny asan’ny olom-pirenena ihany no mampivoatra ny fiaraha-monina iray, hoy hatrany ny lahateniny ny 8 janoary 2016.

Ramano F.

 

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA : Mandalo eto Toamasina Randriamalaza Jean Christian tompon-daka eran-tany

Nanana solontena nandray anjara tamin’izany i Madagasikara tamin’ny alalan’i Randriamalaza Jean Christian, 36 taona. Ny sabotsy 29 oktobra no nanaovany ny lalao famaranana nandritra ity fiadiana ny tompon-daka eran-tany ho an’ny boxe sinoa ity teo amin’ny lanja 75 kg. Voahosotra ho tompon-daka eran-tany ny tenany tamin’izany. Fanimpitony nahavoahosotra azy ho tompon-daka eran-tany izao.

Mandalo eto Toamasina ny lehilahy ankehitriny.

Ny alarobia 4 janoary dia misy ny valan-dresaka arahina ady hevitra izay ataony ao amin’ny lapan’ny Faritra Atsinanana.

Fotoana izay ihaonany amin’ireo mpanao fanatanjahantena eto Toamasina, hizarany traikefa. Ity kalazalahy izay zanak’i Toamasina rahateo.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO : Hanao ny fivoriana voalohany ny ligin’ny atletisma

Araka ny nambaran’ny Filohan’ny Ligim-paritry ny taranja fototra atletisma Randriamarolaza Rodrigue dia isan’ny hodinihina manokana amin’io fotoana io ny hiatrehana ireo karazana fifaninanana isan-tsokajiny avy izay hotontosaina amin’ity taona ity sy ny fomba hoentina manetsika ny fampitomboana isa ny seksionina aty Alaotra Mangoro.

Haverina mihitsy ny lazan’ity taranja fototra ity, hoy ny Filohan’ny ligy, ka ilaina manokana amin’izany ny firaisan-kinan’ny mpikambana eny anivon’ny ligy sy ny seksionina ary ireo klioba tsirairay avy. Isan’ny tanjona hotratrarin’ny ligy ihany koa ny hisian’ny fampiofanana na ho an’ny mpanazatra izany na ho an’ny mpilalao mba hampitomboana ny fahaiza-manaon’ny rehetra ka ahafahana mampiakatra hatrany ny haavo teknikan’ny mpilalao.

Tanjona ny hahatafakatra avo dia avo ny lazan’ity taranja fototra ity. Nomarihiny manokana fa isan’ny nampirehareha ny zanak’Alaotra ny taranja atletisma tany aloha tany ary saika io hatrany no nandrombahana medaly betsaka indrindra. Tsy vitsy no nandeha tany ivelany ary nitondra avo ny voninahi-pirenena, hoy izy. Haverina indray izany ka izay no antony hanaovana ny fivoriam-be voalohany amin’izao fiandohan’ny taona izao.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA : Hakatona ao anatin’ny telo volana ny kianja Rrasolonjatovo

Mba ho fikajiana ny kianja Rasolonjatovo no antony hanakatonana azy ary ahafahana mikolokolo azy ihany koa, hoy ny tompon’andraikitra.

Efa fanao isan-taona ny fanakatonana tahaka izao ahafahan’ny tompon’andraikitra mikarakara azy io saingy somary nampitomboina kely ny fotoana hikatonany tamin’ity taona ity noho ny fahitana fa tsy mahazo aina mihitsy ny bozaka ao amin’ity kianja ity.

Isan’ny fanirian’ny rehetra ny hampiharana ny fanapahan-kevitry ny komity nitantana azy io fahiny ny amin’ny hoe tsy azo andraisana zavatra hafa ankoatra ny lalao baolina kitra sy izay mifanentana amin’izany ny kianja mba tsy hahasimba azy. Ny fetim-pirenena ihany no fety azo raisina ao amin’io kianja io raha ny fanapahan-kevitry ny komity tamin’izany no jerena. Kianjam-bahoaka anefa ity kianja ity satria ny vahoakan’ Ambatondrazaka no nanamboatra azy sy nanarina azy taorian’ny fahasimbana nianjady taminy.

Hariliva R

Madagascar Tribune0 partages

Week-end sans électricité pour 20 000 foyers de la capitale

Les vents violents de samedi dernier ont engendré de nombreux dégâts sur le réseau électrique de la Jirama. Des dégâts qui ont causé des perturbations en approvisionnement électrique dans plusieurs quartiers de la capitale.

Un grand pylône de haute tension de 180 000 volts à Behintsy et deux autres de 63 000 volts à Alasora qui apportent l’électricité d’Alasora vers Antsirabe sont tombés suite aux vents violents. Ainsi, environ quarante-trois poteaux en bois de basse tension qui approvisionnent les foyers en courant domestique, et six autres de moyenne tension se sont effondrés, a indiqué la Jirama.

Environ 20 000 foyers étaient victimes de la coupure causée par l’effondrement du pylône de Behintsy, selon le bilan communiqué sur la page facebook officielle de la Jirama. Plusieurs quartiers situés dans le sud, le nord, le nord-Est de la Capitale dont Ambatobe, Analamahitsy, Mahazo, Ilafy, Nanisana – Ankadindramamy, Mahazo, Ambatomaro, Antsobolo, Ambohitrarahaba, Andranobevava, Amboditsiry, Ambodivona, Ambatomainty, Manjakaray, Anjanahary et bien d’autres ont ainsi été privés d’électricité durant le week-end. Une coupure qui a duré 29 heures, ayant débuté le samedi à 13 heures dans l’après-midi. L’électricité n’a été rétablie que le dimanche vers 17 heures.

De nombreux usagers de la Jirama se sont plaints de cette longue coupure de courant : « Toutes nos provisions dans le frigo sont pourries à cause de la coupure qui dure trop longtemps. Et toutes mes activités en tant que pâtissière ont été arrêtées du même coup. D’autre part, nous craignons pour notre sécurité à cause de cette obscurité permanente. Nos téléphones portables sont déchargés alors que nous en avons besoin pour contacter la police ou des proches en cas d’alerte », selon Tatiana Rakoto, une pâtissière à Analamahitsy.

Selon un responsable de la Jirama, «  Un des facteurs de la chute des pylônes est le vol de leurs pièces (telles que les boulons…) par les habitants des lieux où ces infrastructures électriques sont implantées. Ainsi, le choc produit par les vents les fait tomber rapidement  ». En attendant la réparation définitive du grand pylône de Behintsy, des poteaux en bois et en béton ont été implantés dans ce secteur.

En tout cas, le remplacement des infrastructures vétustes de la Jirama devra certainement être une priorité pour cette compagnie asphyxiée par les dettes.

Madagascar Tribune0 partages

Le flou autour de l’intoxication de 70 personnes à Anosizato-ouest

70 personnes dont trois femmes enceintes ont frôlé la mort samedi à Anosizato-ouest. Ce sont des employés de l’usine Gama Textile, des couturiers et des repasseurs pour la plupart. Elles étaient victimes d’une intoxication par inhalation de produits chimiques, selon le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), mobilisé pour venir au chevet des victimes. Ils ont dû être évacués d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.

Asphyxiées, la plupart des victimes ont eu du mal à respirer. Certains se sont même évanouis. Les ambulances ne suffisaient pas pour emmener les employés à l’hôpital. La société a dû louer des bus dans l’immédiat pour les transporter. La prise en charge fut immédiate au vu de l’urgence absolue de certains cas. Les victimes ont été réhydratées et placées sous oxygène. Fort heureusement, elles ont pu rentrer chez eux dans la journée, tout en observant un repos médical de trois jours.

L’origine de cet incident qui aurait pu être fatal reste pour l’heure floue. La gendarmerie de Fenoarivo mène justement une enquête pour déterminer la cause exacte de cette intoxication généralisée, car les versions diffèrent d’un personnel à un autre. En effet, dans un premier, une éventuelle fuite de gaz a été évoquée. Les responsables de la société parlent toutefois d’une intoxication due à la pulvérisation des insecticides, dans le but d’assainir l’environnement, à l’extérieur de la société.

La société aurait l’habitude de procéder à cette opération de démoustication et d’assainissement tous les mois. Depuis, il n’y aurait pas eu de problème. Cette fois-ci, les responsables affirment que l’intoxication est due aux insecticides pulvérisés. Ainsi, le prestataire, ayant assuré cette opération, est mis en cause dans cette situation complexe. Mais la réponse du prestataire fut immédiate . « Nos produits ne sont pas nocifs, ils sont de contact et non d’odeur », explique-t-il.

L’intoxication s’est produite après la pulvérisation des produits, témoigne un responsable de la société prestataire. Il affirme avoir entendu les responsables appelés les pompiers pour cause de fuite de gaz. « Et au moment où nous avons récupéré notre matériel, nous avons constaté qu’il y avait eu des travailleurs inconscients », indique-t-il. Dans un communiqué relatif à cette intoxication, le BNGRC indique toutefois que le prestataire a utilisé des produits qui nécessiteraient des précautions avant leur utilisation.

Madagascar Tribune0 partages

Sécurisation des droits de propriété : antidote aux bidonvilles

Les planificateurs centraux de l’urbanisme partent du principe que les projets de logements informels ne sont que des bidonvilles anarchiques. Ce n’est pas vrai. Le problème du logement informel est dû en partie au manque de droits de propriété sécurisés et transférables. En effet, lorsqu’un logement, si petit soit-il, est construit, le propriétaire hésite à l’améliorer. Toutes les améliorations, et la totalité du logement pourraient être confisquées au constructeur à n’importe quel moment. Lorsque les droits de propriété sont enregistrés et sécurisés, le parc de logements évolue au fur et à mesure que les propriétaires améliorent leurs habitations.

Les pauvres ont la capacité d’être propriétaires

Les nombreuses terres appartenant au gouvernement devraient être allouées aux nécessiteux avec des parcelles de taille suffisante pour minimiser les risques d’incendie. De plus, les nouveaux propriétaires de ces parcelles devraient avoir une forte garantie de protection de leur titre foncier et une totale liberté de vendre tout ou partie de leur terrain s’ils le souhaitent. Ces parcelles attribuées ne devraient pas dépendre de mise en conformité des habitations, il faut laisser le propriétaire libre. Un sans-abri avec un terrain peut construire une maison, mais un sans-abri sans parcelle ne peut rien faire.

D’évidence, les plus pauvres dans le monde sont capables de se loger eux mêmes. Très peu de pauvres dans le monde sont logés par d’autres. Le livre « Freedom to Build » fait justement valoir ce point, selon lequel « un tiers de la population mondiale se loge en autonomie, le plus souvent en l’absence d’aide gouvernementale ». Les capacités des pauvres ne sont pas seulement sous-estimées, mais étouffées par la réglementation et le manque de terres. C’est pourquoi je préconise la distribution de parcelles adaptées avec ou sans services. Si le terrain est sécurisé et cessible, les propriétaires investiront dans le logement. Au fil du temps, le logement évoluera et gagnera en valeur.

Les travaux de recherche de Hernando de Soto sur le logement informel au Pérou ont montré exactement le même phénomène. La menace d’expulsion réduit l’investissement dans le bâtiment lui-même car il est fondamentalement inamovible. Au lieu de cela, « les opérateurs dans l’informel ont tendance à investir dans des produits tels que des appareils électroménagers et des véhicules, qui sont mobiles, plutôt que dans des articles fixes comme la tuyauterie, le drainage ou la toiture. Il n’est pas rare de trouver des voitures à moteur, des téléviseurs et d’autres appareils dans des établissements informels avec des bâtiments de mauvaise qualité. Il n’est donc pas surprenant qu’aucun investissement ne soit fait dans l’assainissement, ce qui a de graves conséquences pour le bien-être de tous. »

L’impact de la propriété sur le comportement

Les incitations à la propriété changent le comportement humain. Les espaces publics, qui n’appartiennent à personne, sont traités avec irrespect tandis que les individus sont beaucoup plus prudents avec leur propre propriété. Les logements détenus juridiquement en toute sécurité seront mieux entretenus et améliorés au fil du temps. Même Colin Ward, un homme de gauche, le reconnaît : « Le propriétaire-occupant chérit et améliore sa petite maison, bien qu’elle soit bien modeste par rapport à un chef d’œuvre architectural municipal pour lequel il ne manifeste aucun intérêt parce qu’il n’est pas son bien à lui. Les gens se soucient de ce qui leur appartient, de ce qu’ils peuvent modifier, altérer, adapter à l’évolution des besoins et améliorer par eux-mêmes. Ils doivent être capables de façonner leur environnement pour se l’approprier. Ils doivent en être directement responsables ».

Colin Ward a abordé un aspect important de la propriété privée : les impacts psychologiques que la propriété privée a sur les propriétaires. L’auteur John Turner note que les propriétaires de logements informels ont trois avantages distincts par rapport à ceux qui sont logés par l’État.

 Premièrement, dit-il, ils ont la liberté de choisir eux-mêmes dans quelle communauté ils vivront.

 Deuxièmement, ils ont la liberté de budgétiser leurs propres ressources.

 Et enfin, ils ont la liberté de façonner leur propre environnement. Au lieu de se sentir impuissants. Les pauvres, qui ont la liberté de se loger, ressentent une plus grande autonomisation, peut-être pour la toute première fois de leur vie.

Ces avantages psychologiques combinés aux avantages économiques de la propriété et la capacité de créer une renaissance communautaire sont une réelle opportunité, un réel socle de progrès. Étendre les avantages de la propriété privée aux pauvres et leur donner la liberté de développer cette propriété et d’en récolter les bénéfices est un moyen d’initier cette Renaissance tant espérée.

James Peron, Président du Moorfield Storey Institute et auteur de plusieurs livres, dont Exploding Population Myths et The Liberal Tide. Article initialement publié en anglais par la Free Market Foundation – Traduction réalisée par Libre Afrique.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique.

Tananews0 partages

Des petites natures les babakoto

Rappelez-vous : la première fois c’était l’histoire du gars qui avait emprunté une Mercedes. Un voleur met le feu à la voiture. L’emprunteur s’évanouit.

Deuxième épisode cette semaine : un accident de Sprinter. En apprenant que sa femme et son fils étaient sur la liste des victimes, hop ce militaire décède aussi, victime d’un avc.

Nous ne disons pas qu’il ne faut pas être sans coeur mais il faut aussi apprendre à blinder un peu plus que ça sa carapace, car les épreuves de la vie sont encore nombreuses. Et c’est bien connu, “tout ce qui ne tue pas rend plus fort“.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat d’Afrique Australe – Dix jeunes sur les courts en Namibie

La liste finale de la sélection malgache, en vue du championnat d’Afrique australe, a été dévoilée hier. Les jeunes s’envoleront pour la Namibie, ce dimanche.

Ils seront dix à prendre part, à l’édi­tion 2017 du championnat d’Afri­que australe de tennis. Citons Toky Ranaivo, Lanja Rakoto­zandriny et Fenosoa Rasendra (U14 garçons) ; Narindra Ranaivo, Mialy Ranaivo (U14 filles) ; Haritsiky Rajaonah et Heninkaja Razafindrakoto (U16 garçons) ; ainsi que Tsantaniony Iariniaina, Finaritra Andriamadison et Fitia Ravoniandro (U16 filles).Pour l’instant, la présence de Daniela Tafangy (U14 filles), n’est pas encore confirmée. À l’issue du tournoi de sélection du mois de novembre, ils étaient initialement au nombre de quatorze. Mais quelques uns ne seront pas du voyage pour diverses raisons.Ces jeunes joueurs s’envoleront pour la ville de Windhoek, en Namibie, ce dimanche. Le championnat de la zone Sud du continent y débutera ce lundi et s’éta­lera jusqu’au mercredi 18 janvier.Pour préparer au mieux cette échéance, ils se sont entrainés farouchement à Vontovorona ces derniers jours. Après un passage par l’espace « Les Hérons », ils ont bénéficié des infrastructures du complexe sportif de la CNaPS, toujours à Vontovorona.

Meilleure chanceOn y retrou­ve notamment des courts en outdoor recouverts de surface rapide, ce qui se rapproche des conditions de jeu qui les attendent en Namibie.D’ailleurs, le directeur technique national, Dina Razafimahatratra, n’a pas manqué de remercier la CNaPS, hier en conférence de la presse, à l’ACSA Ambohi­dahy: « Merci à la CNaPS de nous avoir aidés. En Namibie, Toky Ranaivo, qui évolue au centre du Maroc, se présente comme la meilleure chance, au vu de ses précédents résultats. Il devrait aller jusqu’en finale et l’emporter ».En 2016 en Afrique du Sud, Finaritra Andriamadison avait réalisé la meilleure performance malgache au cham­pionnat d’Afrique australe, en U14. Cette fois-ci, elle monte chez les U16. « Je vise le carré final. Et pourquoi pas être championne », a-t-elle confié hier.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Élections des fédérations – Dernière ligne droite avant le sommet

Période électorale. Norma­lement, toutes les élections surtout pour les disciplines olympiques se tiennent à l’issue d’un cycle olympique. Après les jeux de Rio, quel­ques unes des différentes structures, des clubs en passant par les sections, les ligues aux fédérations, ont procédé à leur assemblée générale élective. Les résultats des élections des fédérations nationales comptent beaucoup, pour l’élection du comité olympique malgache qui devrait effectuer son AGE l’année prochaine.La précédente s’est tenue début 2013. Cinq fédérations nationales ont effectué leur assemblée générale élective, avant la fin d’année 2016 selon le directeur du sport fédéral, au sein du ministère de la Jeunesse et des sports, Rosa Rakotozafy.Quatre reconductions ont été enregistrées, à savoir celle du président de la fédération malgache de judo, Siteny Thierry Randriana­soloniaiko qui est, en même temps, celui du comité olympique malgache, ainsi que celui de l’haltérophilie, de la musculation et du culturisme, Jean Alex Randriama­narivo. Ces derniers ont été reconduits sans adversaire et réélus pour leur troisième mandat.La première dame de la fédération d’athlétisme, Norolalao Andriamahazo, était, quant à elle, reconduite pour un deuxième mandat, après l’AGE effectuée juste au après le sommet de la francophonie. Sans challenger, Jean Claude Relaha, le numéro un du cyclisme malga­che, un des dinosaures des dirigeants sportifs du pays entame son cinquième mandat, après sa reconduction lors de l’assemblée générale élective à Toamasina, début décembre, avant le coup d’envoi du 13e tour cycliste international de Madagascar. La seule nouvelle tête est le président de la fédération de la savate boxe française en la personne de Rivo Louis Amédée Campa, candidat unique en lice après l’élimination de son adversaire qui a déposé ses dossiers de candidature en dehors de la date limite.Sept autres fédérations nationales prévoient d’organiser leur élection cette année, selon toujours le DSF, Rosa Rakotozafy, première responsable du garant et bon déroulement des élections. Celle de para sport aura lieu ce samedi 7 janvier, à l’académie nationale des Sports à Ampefiloha et le président sortant Monja Dinard y sera l’unique candidat en course. La fédération de handball organisera ensuite son AGE le 21 janvier au palais des Sports à Mahamasina. Et le président sortant, Fidèle Razafintsama a déjà déclaré sa candidature pour briguer un deuxième mandat.L’élection de la fédération de basketball et du Mala­gasy Rugby, sont, pour leur part, prévues pour le 27 janvier, sauf changement de dernière minute. On attend aussi cette année, celles du tennis de table, du lawn tennis, et du sport équestre. D’autres reconductions seraient-elles prévisibles ?À partir des résultats des élections des fédérations nationales, il serait possible ou probable de calculer le dérou- lement et même les résultats de celle du COM. Les deux clans des fédérations ne sont plus à cacher depuis les deux dernières élections du COM, marquées par la victoire de justesse, à deux reprises du Team Siteny Randrianaso­loniako, face à l’équipe de Jean Michel Ramaroson.On saura donc l’équipe du comité olympique malga­che qui dirigera la délégation de la Grande île aux prochains Jeux de Tokyo en 2020. À suivre…

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Multirécidisvite arrêté

Un multirécidiviste âgé de vingt-six ans est tombé dans les mailles des filets, tendus par les éléments du poste de police à Ampefiloha, dans la soirée d’avant-hier, vers 18h30. Le quidam était en train de s’attaquer à un passant avec son acolyte, lorsqu’il a été appréhendé. Son comparse a, quant à lui, réussi à s’enfuir. Le repris de justice arrêté a déjà purgé à trois reprises des peines d’emprisonnement à la maison centrale d’Antanimora, pour actes de banditisme.

L'express de Madagascar0 partages

Andranomanelatra – Une mère meurt dans son sommeil

Une mère de famille, habitant à Andrano­manelatra, est morte dans son lit pendant son sommeil, dans la nuit du mardi. Son mari était allé à Andrakodavaka effectuer une mission. C’est un fonctionnaire nouvellement affecté à Andranomanelatra.En fait, elle était avec ses trois enfants, dont l’aîné est âgé de dix ans et le benjamin âgé de deux ans seulement, le jour du drame. Les petits avaient secoué leur mère pour la réveiller, au matin du mercredi, mais en vain. Pris de peur, l’aîné s’est enfui de la maison et a alerté leurs voisins, parmi lesquels se trouvent des collègues de travail de son père.Ces derniers n’ont pu rien faire d’autre que de constater le décès de la dame. Celle-ci présentait un visage bleui. Selon le voisinage, la femme se plaignait d’être malade et avait acheté du médicament chez un épicier, mardi dans la soirée.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Accident spectaculaire

Collision entre véhicule tout-terrain et Renault 4 à Saovinandriana Ampa­sampito, hier après-midi. Le 4×4 s’est renversé en pleine chaussée.

L'express de Madagascar0 partages

Forêt, faune et changement climatique

Depuis la fin du XIXe siècle et surtout le début du XXe siècle, plusieurs auteurs s’intéressent à la disparition de la faune et de la forêt malgaches ainsi que de leur interdépendance avec les transformations climatiques.Certains attribuent la destruction de la faune subfossile à des cataclysmes d’origine volcanique. Tel Jully en 1899 qui étudie le site d’Antsirabe. « Il semble que tous ces êtres aient été frappés à la place même où ils se trouvaient. Les débris volcaniques, les scories, les morceaux de bois, de branches et de plantes carbonisés racontent éloquemment ce cataclysme, ce soulèvement, cette boursouflure énorme qui vint tout à coup crever au milieu de Madagascar. Elle fit de l’Ankaratra un formidable anthrax par où de 70 bouches (nombre de cratères éteints comptés par Mullens) s’écoulèrent des torrents de lave et de boue sur les fonds soulevés des grands lacs dans les sillons creusés par l’écoulement de leurs eaux, ensevelissant les plantes et les animaux sous des amas de terres liquides et figeant la vie dans une gangue où la corruption même ne put l’atteindre complètement. »Perrier de la Bathie ne partage pas cette opinion. Parlant du site de Marotampona, il signale: « La dépression est postérieure aux coulées de l’Antsifotra, l’un des plus récents des volcans de l’ile et là comme ailleurs, les phénomènes volcaniques n’ont rien à voir avec la disparition des espèces subfossiles. »D’autres auteurs relient la disparition des subfossiles à des transformations du climat. Comme Raymond Decary dans sa « Monographie de l’Androy ». « La faune ne put s’habituer aux conditions de vie nouvelles. Lémuriens, aepyornis, hippopotames, après s’être concentrés aux alentours des points d’eau qui subsistèrent le plus longtemps (Ambovombe, Antsirasira, Ambovitsimahay, Ampotaka) périrent les uns après les autres au bord même de ces mares qui durent constituer leur dernier asile: leurs ossements s’y retrouvent jonchant le fond, ou enfouis dans le sol à une profondeur qui ne dépasse guère un mètre. Les tortues géantes périssèrent. Seuls les crocodiles subsistèrent tout en se modifiant légèrement. »Ainsi, le changement climatique amène un dessèchement progressif avec comme conséquence directe une modification dans la flore et la faune et l’établissement du régime subdésertique. « Tel est le processus qui a conduit l’extrême Sud au stade actuel. » Cependant, dans d’autres régions telles les Hautes terres centrales, il est difficile d’invoquer une modification du climat pour expliquer la disparition de ces subfossiles. D’après Battistini et Vérin, il faut donc admettre une cause plus générale à la disparition de cette faune, « même si dans l’extrême Sud l’assèchement des mares et des fleuves a pu aussi jouer un rôle ». En tout cas, il est vraisemblable que la disparition de la forêt a eu un résultat déterminant dans l’anéantissement de certaines espèces, dont les grands lémurs.Comme le dit Perrier de la Bathie pour Marotampona, la disparition de la flore et l’extinction de la faune sont deux phénomènes sans doute liés, tout au moins parallèles. « Il est logique de penser que ces espèces ont disparu avec la forêt. » La destruction de celle-ci qui a couvert la plus grande partie des Hautes terres et de l’Ouest, est à l’origine du déclenchement de processus d’érosion accélérée des sols, comme les « lavaka », sur des étendues considérables. « Le milieu aquatique dans lequel vivaient l’hippopotame nain et le crocodile robustus s’est alors trouvé à coup sûr brusquement modifié par une augmentation importante de la turbidité. »D’après Battistini et Vérin, il y a sans doute eu, à un degré variable selon les espèces, combinaison de destructions directe et indirecte, l’homme restant l’agent essentiel. « On peut supposer que dans certaines régions, la faune s’est rassemblée dans les témoins résiduels de lavégétation où, confinée dans un biotope de superficie de plus en plus réduite, elle a pu être facilement exterminée par les chasseurs.»Concernant la disparition de l’aepyornis, il n’est pas nécessaire de faire intervenir des changements écologiques. Dans l’extrême Sud, le bush couvre encore de très vastes étendues suffisantes pour leur offrir un refuge. Pour Raymond Decary, comme l’homme du fait de ses faibles moyens de l’époque, ne peut exterminer ces grands oiseaux, il s’attaque plutôt aux œufs. Car « c’est justement au moment où ce grand ratite pullulait le plus, trouvant des conditions de vie optimale, qu’il a disparu avec une rapidité étonnante ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Émeute à Namorona – Le maire détenu à Fianarantsoa

L’affaire de vindicte populaire à Namorona Mananjary, à la fin de l’année dernière et causant la mort d’un gendarme, n’est pas encore instruite auprès du Tribunal de Fianarantsoa, jusqu’à ce jour. Selon une source, la dizaine de personnes impliquées dans la mort du chef de poste, sont détenues à la gendarmerie chargée des affaires criminelles du chef-lieu de la région Haute-Matsiatra ; parmi elles figurent le maire de Namorona et deux ampanjaka, des chefs traditionnels.En fait, les éléments de la gendarmerie venus nombreux à Namorona pour procéder aux enquêtes sur l’émeute et la vindicte populaire ont tous quitté la commune. Au lieu d’être présentés devant le Tribunal de Mananjary, les présumés coupables et arrêtés ont été directement amenés à Fianarantsoa.

Faniry Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Rodrigues – Le tourisme en pleine expansion

S’il existe un secteur dont la croissance est flagrante à Rodrigues, c’est bien celui du tourisme. L’île a beau être petite, elle attire, chaque année, de plus en plus de touristes français et réunionnais. Une expansion qui, selon les chiffres officiels, a été plus remarquable depuis 2013. (…)Ils sont 42 438 Mauriciens, 7 320 Français et 9 122 Réu­nionnais à avoir foulé le sol rodriguais de janvier à novembre 2016. Ces statistiques de l’Office du tourisme de Rodrigues démontrent une ascension importante, d’autant plus que l’une des priorités du gouvernement régional de l’île est justement d’attirer 20 000 touristes internationaux par an. Outre l’Office du tourisme de Rodrigues, les professionnels du service font des efforts pour que les vacanciers y passent d’agréables séjours. Le concept le plus répandu est celui du Tourisme chez l’habitant.D’ailleurs, ce ne sont pas les chambres d’hôtes et les auberges qui manquent. Il n’existe pratiquement pas une région où une petite auberge n’a pas été construite. Selon les dirigeants de l’île, le concept de Tourisme chez l’habitant permet aux visiteurs d’avoir un vrai aperçu de la culture rodriguaise et c’est ce qui les encourage à revenir.Dans le cadre d’un voyage de presse organisé par l’Office du tourisme de Rodrigues en décembre, nous avons découvert des auberges et des maisons d’hôtes. L’auberge St-François, située à l’Est, est très prisée par les touristes français. L’établisse­ment qui existe depuis 1989 est géré par une Rodriguaise, Santy Mercure, mais appartient à des Mauriciens. Au total, l’on compte une vingtaine de chambres réparties dans six studios, quatre suites et des maisons créoles. Sans compter le bureau, la cuisine et le restaurant.. (…)Même si l’auberge se situe en retrait du centre des affaires qui est Port-Mathurin, elle bénéficie d’une des plus belles plages de Rodrigues, à St-François, non loin du Trou-d’Argent prisé par les touristes. (…)Difficile d’aller à Rodrigues et de ne pas entendre parler de Marylou Augustin… ou plutôt de ses tourtes.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Attaque armée

Trois bandits munis d’un pistolet automatique ont attaqué un foyer à Belam­banana Andoharanofotsy, mercredi vers 4 heures du matin. Un couple, piégé dans son propre foyer, a été ligoté. Selon les préjudices déclarés aux gendarmes, les assaillants ont fait main basse sur un ordinateur, une bague en or, un poste téléviseur à écran plat, ainsi que sur  l’argent dont le montant est évalué à 400 000 ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Début dannée calme

Les fêtes de fin d’année et les premiers jours de 2017 se sont déroulés dans le calme à Mahajanga, d’après les responsables de la Police nationale. Toutefois, des rixes entre des individus ont éclaté au bord de la mer et au village touristique. Trois cas d’agression et de coups et blessures sont recensés ainsi que six cas de vol et de cambriolage, dont un vol à main armée à Amborovy. Par ailleurs, deux hommes, en état d’ébriété profond, ont été placés en garde à vue. À Tanambao Sotema, un chef de service d’une direction régionale a été attaqué par un jeune délinquant, le 31 décembre. Ce dernier a poussé sa victime de sa moto et l’a battu à coups de gourdin, mais le malfaiteur a été très vite maîtrisé.

L'express de Madagascar0 partages

Incendie criminel

Un car de transport en commun, en stationne­ment dans la cour du chauffeur, a pris feu à Sainte-Marie, dans la nuit du mardi. Le feu s’est propagé et a brûlé en partie une maison. Des objets appartenant à l’aide-chauffeur ont été volés dans la cohue générée par les personnes qui s’étaient précipités pour éteindre le sinistre. D’après les premiers constats, l’incendie serait criminel.

L'express de Madagascar0 partages

L’AGO de la fédération de Para sport ce jour

L’assemblée générale ordinaire de la fédération malgache de para sport se tiendra ce jour, à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. L’équipe du président actuel, Monja Dinard effectuera les rapports financier, technique et moral, devant les ligues régionales. Le samedi 7 janvier, la fédération procèdera ensuite à l’élection des nouveaux membres du comité directeur. Monja Dinard y sera l’unique candidat en lice à sa propre succession.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque à main armée

Une bande de six malfaiteurs ont attaqué une famille à Antsirabe Sambava, lundi dernier au petit matin. Ils ont tiré en l’air pour obliger les occupants de la maison à l’ouvrir, et ils ont blessé à coups de crosse de fusil l’un des enfants du propriétaire. Les bandits ont emporté quarante kilos de vanille, des bijoux en or d’une valeur de quatre millions d’ariary, et une somme de cinq millions d’ariary.

Tananews0 partages

“Il est temps que nous réagissions”

La première petite phrase de l’année est signée par sa Seignhery, lors de son périple chez les Papous Ampanjaka.

“Il est temps que nous réagissions”

Après 3 ans d’une totale inactivité, il est effectivement temps de se réveiller et d’y aller.

Par contre nous ne savons toujours pas où nous allons cette année. Ni l’année prochaine.