Les actualités à Madagascar du Samedi 05 Septembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara178 partages

Andry Rajoelina à Fénérive Est :  » Madagascar vaincra le COVID-19 avant la fin d’année « 

 » Je suis convaincu que nous vaincrons le coronavirus avant la fin d’année. Cette pandémie sera derrière nous et je reviendrai ici pour inaugurer le nouveau stade manara-penitra « . C’est ce qu’a déclaré hier le président Andry Rajoelina lors de sa tournée à Fénérive Est.

Cela fait cinq mois que le pays fait face à cette crise sanitaire mondiale. Le Chef de l’Etat reste optimiste et affirme que le pays réussira à vaincre le COVID-19 d’ici fin-2020. D’ailleurs, logiquement, il pourrait annoncer ce dimanche la reprise des commerces et des activités socioéconomiques qui ont subi les effets néfastes de cinq mois de crise sanitaire. En tout cas, lors de cette visite, Andry Rajoelina a félicité particulièrement la Région Analanjirofo. L’on peut dire désormais que ladite Région est sortie de l’auberge par rapport au coronavirus. En effet, à Fénérive Est, il n’y a plus qu’un seul malade en traitement au CHRR local. Le Chef de l’Etat considère même le District de Maroantsetra comme le champion de la lutte contre le COVID-19 avec zéro cas confirmé depuis le début de cette pandémie. Le président Andry Rajoelina a cependant fait don de plusieurs matériels et équipements sanitaires pour le CHRR de Fénérive Est et les 37 centres de santé de base de la Région Analanjirofo. L’Hopitaly be Atsinanana a, entre autres, reçu un respirateur nécessaire pour les opérations chirurgicales, une radiologie numérique et une ambulance. Il a aussi demandé au ministre de la Santé publique de réhabiliter la toiture du CHRR de Fénérive Est. A chaque étape de son périple dans l’Analanjirofo, le président de la République a distribué des primes pour les agents de santé ayant contribué à la prise en charge des malades du coronavirus.

Travaux réalisés. Hier, le Chef de l’Etat a eu une journée très chargée avec entre autres, la visite des travaux de construction de plusieurs infrastructures. Après Vakinankaratra, l’Analanjirofo est la deuxième région ayant bénéficié d’un nouveau bâtiment moderne pour la Direction Régionale de la Sécurité Publique (DRSP). Les travaux ont déjà été réalisés à 80% et seront terminés dans un mois. Il a aussi visité les travaux en cours de construction au stade manara-penitra de Sahavola, et la construction d’une université à Sahorana qui est actuellement à 37,5% de travaux réalisés. D’après les explications, cette université sera opérationnelle d’ici fin novembre. Comme ce fut toujours le cas lors de ses précédentes descentes, le numéro Un d’Iavoloha a aussi donné le lancement officiel des aides sociales Vatsy Tsinjo et Tosika fameno pour la population de la Région Analanjirofo. 7476 bénéficiaires de Vatsy Tsinjo et 6000 bénéficiaires de Tosika fameno sont enregistrés dans la Région Analanjirofo.

Contrat programme. Lors d’un meeting improvisé qui s’est déroulé au Tranompokonolona de Fénérive Est, le président Andry Rajoelina a annoncé la réhabilitation de la route nationale n°5 reliant Toamasina à Fénérive Est. A entendre ses explications, l’Etat a dû suspendre la collaboration avec l’entreprise qui a assuré la réalisation du projet car la qualité attendue n’a pas été respectée. En effet, Andry Rajoelina exige une garantie d’au moins 5 ans. Un nouvel appel à manifestation d’intérêt a ainsi été lancé. En outre, 9 ponts sur les 18 existant sur la route Mananara Nord – Maroantsetra ont été restaurés. Cette descente présidentielle était aussi une occasion pour présenter le Gouverneur de la Région Analanjirofo. Le Chef de l’Etat a rappelé à ce dernier le contrat-programme auquel il a été soumis.  » Un challenge est ouvert entre les gouverneurs des régions. Vous devez faire preuve d’efficacité. En cas d’échec, vous allez être remplacé « , a-t-il averti. Le programme d’Andry Rajoelina s’est poursuivi jusqu’à tard dans la soirée, notamment à Mahambo où il a distribué des kits solaires.

Davis R

Midi Madagasikara9 partages

Amnistie fiscale : Condition sine qua non pour la survie des PME, selon les Groupements

L’Etat peut sauver les PME des impacts de la crise en accordant une amnistie fiscale, selon les représentants du secteur privé.

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont les plus vulnérables à la crise, d’après les explications de Harijaona Arija, administrateur auprès du FivMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy). En effet, celui-ci figure parmi les représentantse Groupements d’opérateurs économiques, dans le cadre des rencontres du secteur privé avec l’Administration fiscale et l’Administration douanière. Pour le secteur privé, l’Etat doit prendre des mesures exceptionnelles pour sauver les activités productives formelles. Dès le début des rencontres, le FivMPAMA a milité pour l’application d’une amnistie fiscale 2020, afin de sauver les entreprises de la crise.  Selon les membres du Groupement, les PME et les PMI sont celles qui ont le plus besoin de cette amnistie. « Les entreprises ont une multitude de charges à payer, malgré les plusieurs mois de confinement. Heureusement, l’Etat a accordé des reports de l’échéance fiscale et l’échelonnement des factures de la Jirama. Cela nous a permis de payer d’autres charges obligatoires, comme les salaires, le loyer, etc. Mais aujourd’hui, les difficultés financières persistent, alors qu’il faudrait faire face aux paiements reportés. Si comme si les entreprises en difficulté n’ont plus qu’à attendre le jour de leur fermeture définitive. Une amnistie fiscale pourrait sauver la majorité d’entre nous et ce serait un geste louable de la part des dirigeants », ont-ils déclaré. Bref, les discussions se poursuivent entre les deux parties.

Antsa R.

Midi Madagasikara7 partages

Digue de Fiherenana : Des travaux de renforcement prévus avant la saison des pluies

Certains points de la Digue de Fiherenana nécessitent des travaux d’urgence

En marge du colloque sur la préparation de la loi de finances initiale 2020 à Toliara, le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto coach de la Région Atsimo-Andrefana, ont effectué hier une descente  sur la digue de Fiherenana. Une occasion pour les deux membres du gouvernement de constater de visu l’état défectueux sur quelques portions de cette digue qui protège la ville de Toliara, des inondations.   Accompagnés par des responsables  de l’aménagement du territoire et des travaux publics ainsi que  par les élus locaux, les deux ministres ont  reconnu la nécessité de travaux d’urgence sur certaine partie de la Digue. Il s’agit notamment de colmater quelques brèches qui risquent de rompre si des travaux ne sont pas réalisés avant le début de la saison de pluies.En somme, comme l’a promis le Président de la République, ces travaux d’urgence auront lieu d’ici peu. « Nous allons présenter la situation au Président de la République et au gouvernement »,  ont déclaré les deux ministres. Le  Député de Toliara Siteny Randrianasoloniaiko n’a pas manqué à cette occasion de remercier le Président de la République Andry Rajoelina pour sa disposition à  mener des projets pour le développement de Toliara. Le Gouverneur de la Région Atsimo-Andrefana ainsi que des maires ont également  été présents lors de cette descente sur terrain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

FC Barcelone : Le club se reconstruit !

Memphis Dépaysement et Georginio Wijoraldium signent au Barça.

Un grand club ne meurt jamais. Le Barça plus que tout autre et ce malgré cet énorme camouflet de 8 à 2 infligé par le Bayern en demi-finale de la Ligue des champions. Lentement mais sûrement, la reconstruction est en marche pour l’équipe dans l’espoir de revenir au plus vite et oublier cette saison blanche indigne de son rang. Le nouveau coach du FC Barcelone n’a pas mis longtemps à faire le ménage. Tout bonnement, Ronald Koeman est en train d’apporter une solution à la néerlandaise avec l’arrivée de Memphis Depay et de Georginio Wijoraldium, les deux cadres de l’Olympique Lyonnais. Histoire sans nul doute de pouvoir retrouver ce football total cher à Johan Cruyff. Comme il fallait quelqu’un pour tout orchestrer au milieu de terrain, Koeman a aussi négocié le retour de prêt de Bayern du Brésilien Philippe Coutinho. Ce dernier associé à Messi qui, selon toute vraisemblance va rester en Catalogne, animera le milieu de terrain des Blaugranas. Comme l’entraîneur veut une réelle animation dans le jeu du Barça, il n’a hésité à se séparer de ses cadres vieillissants dont Luis Suarez sans nul doute pour redonner une confiance aux jeunes loups dont Ansu Fati en fait partie. Puisse Koeman avoir raison dans ces nouveaux choix car l’avenir de la Liga en dépend. Avec une formation du FC Barcelone moins conquérante, le clasico avec le Réal de Madrid n’aura plus la même saveur.

Clément RABARY

Midi Madagasikara3 partages

Partenariat : CNAPS et Orange Money digitalisent les services de prestations sociales

La CNAPS et Orange Money s’associent pour la transformation numérique des prestations sociales

La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS) continue sa route vers la modernisation des prestations sociales.

La CNAPS entre en effet  dans l’ère de la digitalisation,  avec la convention qu’elle a signée mardi dernier avec Orange Money. Une convention de partenariat qui permet aux adhérents de payer  les cotisations via mobile money.

Facilitation des échanges. Outre le gain de temps, puisque les adhérents ne seront plus obligés de faire le  déplacement, ce nouveau système de  paiement a aussi le mérite d’éviter les contacts et donc le risque de transmission de maladie.  Par ailleurs, le paiement via orange money donne la possibilité aux adhérents de payer les cotisations, non plus trimestriellement, mais d’une manière échelonnée selon leurs  possibilités. Mais le plus grand avantage du paiement par mobile money réside aussi dans la possibilité pour la CNAPS  de payer les prestations envers les retraités mensuellement. En somme, l’heure est à la facilitation des échanges au niveau de la CNAPS qui sécurisent également les paiement, en évitant les transports physiques d’espèces lors du paiement des cotisations par les adhérents, mais également et surtout en permettant aux retraités de ne plus faire la queue lors du paiement des prestations.

Tosika Fameno. Cette convention qui révolutionne les services de prestations sociales a été signée entre Mamy Rakotondraibe, Directeur Général de la CNAPS et Michel Degland, Directeur Général d’Orange Madagascar.« En surfant ainsi sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication, la CNAPS améliore  se services »  a déclaré, Mamy Rakotondraibe.  Pour sa  part Michel Degland a fait part de « la volonté d’Orange Madagascar d’accompagner les grands acteurs socioéconomiques  dans la transformation numérique ». Faut-il en effet rappeler que le paiement de plusieurs services  comme l’électricité de la Jirama et la télévision numérique payante se font déjà avec Orange money. Il en est de même du paiement du Tosika Fameno où la CNAPS sollicite également le paiement par mobile. Sur ce point d’ailleurs, le Directeur Général de la CNAPS  a annoncé que depuis le début de l’opération, 3000 employés du secteur privé ont déjà reçu leur Tosika Fameno, 10 jours après le lancement de l’opération. Par ailleurs, 24% du budget alloué à cette aide aux salariés du secteur privé est déjà engagé  pour les 35.000 employés éligibles. Une manière pour la CNAPS de démontrer l’efficacité de cette opération qui reste ouverte jusqu’à la fin de ce mois de septembre.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Médecine traditionnelle malagasy : Vers une reconnaissance de la pharmacopée internationale via le groupe...

« Il faut valoriser notre or vert », dixit le Dr Jean Claude Ratsimivony, le PDg du groupe JCR.

Un projet de valorisation de la médecine traditionnelle malagasy à travers le remède traditionnel amélioré est actuellement mené par le groupe JCR, spécialisé en matière de médecine alternative et traditionnelle, et ce, en partenariat avec une équipe scientifique. 

« Cette équipe est pluridisciplinaire car elle est composée entre autres, des médecins, des pharmaciens, des chercheurs, des scientifiques, des botanistes, des chimistes, des médecins traditionnels, des anthropologues, des sociologues et des économistes.  Nous entamons actuellement une réflexion afin de respecter toutes les procédures permettant d’obtenir la reconnaissance  de la médecine traditionnelle malagasy par la pharmacopée internationale.  Le Pr Rakoto Albert Ratsimamanga avait déjà entamé cette démarche à son époque. Des Académiciens et certaines universités l’ont ensuite repris mais ils n’ont pas pu terminer jusqu’à la fin. Il est grand temps que la réflexion se poursuive pour que la pharmacopée malagasy ait une référence internationale au même titre que la pharmacopée chinoise et indienne », a expliqué le Dr Jean Claude Ratsimivony, le Président directeur général du groupe JCR lors de sa rencontre avec la presse.

Vision sur le long terme. En effet, « cela constitue un handicap pour Madagascar puisque nos remèdes traditionnels améliorés ne peuvent pas pénétrer dans les pays Européens, entre autres, alors que l’on  dispose d’une grande richesse de plantes aromatiques et médicinales. Des étrangers viennent même chez nous pour les exploiter tout en développant des recherches en la matière, étant donné que nous n’avons même pas les moyens techniques et les financements nécessaires permettant d’effectuer des expérimentations et des recherches cliniques », a-t-il fait savoir . Dans la foulée,  « les professionnels oeuvrant dans le domaine de la médecine traditionnelle améliorée doit avoir une vision sur le long terme. Nous ne devons plus nous contenter de la cueillette et de la collecte des plantes médicinales. Il faut désormais organiser le renouvellement de leur plantation au profit des générations futures. L’utilisation de ces remèdes traditionnels améliorés ne devra pas non plus créer des doutes auprès des patients car c’est fabriqué par des laboratoires reconnus. Personnellement, je suis favorable à la création de l’usine Pharmalagasy dans le pays. La prolifération des industries pharmaceutiques a contribué, entre autres, au développement de l’Inde. Ce pays possède actuellement plus de 100 000 laboratoires pharmaceutiques », a-t-il précisé.

Equilibre de l’écosystème. Par ailleurs, le PDG du groupe JCR a évoqué qu’il est maintenant temps de prendre conscience entre l’équilibre de l’écosystème, l’homme et la biodiversité composée des espèces faunistiques et floristiques, compte tenu de leur corrélation face à cette crise sanitaire mondiale liée à la pandémie de covid-19.  En effet, « le déséquilibre de cet écosystème a des effets négatifs sur la santé humaine. Cela se manifeste notamment par l’effondrement de sa défense naturelle en raison de l’utilisation importante des médicaments chimiques, des pesticides, des insecticides, des engrais chimiques, des raticides et des antimoustiques.  En revanche, les plantes médicinales doivent être exploitées à bon escient en veillant la compatibilité des éléments eau, feu, terre et air », a conclu le Dr Jean Claude Ratsimivony.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Après le Covid-19, l’avenir du pays est encore incertain

La crainte du Covid-19 s’est , semble-t-il , éloignée si l’on voit l’attitude d’un certain nombre de Malgaches qui ont abandonné toute précaution dans la vie de tous les jours. Le port du masque et les gestes barrières ne sont plus respectés dans différents endroits de la capitale alors que le virus circule encore. La fausse assurance née des comptes rendus faits par la porte-parole du CCO  a encouragé ce relâchement  qui, si on n’y prend pas garde, peut relancer  l’épidémie. La population s’est très vite habituée à un retour à une vie presque normale et beaucoup de citoyens pensent que le pire est passé, alors qu’il faut toujours faire preuve de vigilance. Les recommandations du professeur Vololotiana Hantanirina se sont multipliées  ces derniers jours. Elle ne cesse de  parler du  respect  de la distanciation et du port du masque, mais rien n’y fait.  La vie nationale continue donc  et  la trêve constatée durant ces cinq mois  consacrés à la  lutte contre l’épidémie  a pris fin. La politique a retrouvé  ses  joutes habituelles.  Le pouvoir s’est dépêché d’organiser une session extraordinaire des deux Chambres pour permettre notamment la ratification des ordonnances présidentielles prises  en février dernier. La mise en place d’une commission mixte paritaire n’a  cependant pas permis de trouver un terrain d’entente, et c’est à une écrasante majorité que les différentes lois  ont été adoptées à  l’Assemblée nationale. L’affaire  ne restera cependant pas en l’état puisque  un contrôle de constitutionnalité des lois adoptées a été demandé  par les  sénateurs à la HCC. Cela n’empêche cependant pas  le président de la République de reprendre ses tournées en dehors de  la capitale. Après le Vakinankaratra,  il s’est rendu à Moramanga. Cela lui a permis de présenter  des réalisations du pouvoir. La relation des événements est bien faite, la communication étant parfaitement maîtrisée.

Sur le plan international, c’est toujours la situation de l’épidémie de Covid-19 qui domine l’actualité. La propagation du virus continue sur tous les continents, mais elle ne se fait pas de manière uniforme.  26 millions d’individus ont été contaminés dans le monde et 880.000 personnes ont été décédées.  Les Etats-Unis, le Brésil et  l’Inde sont de loin les plus touchés par l’épidémie,  L’Amérique  compte  53% des   cas de contamination recensés . L’Europe vient loin derrière avec  3,6 millions de personnes touchées par le Covid-19 .  Les pays européens peuvent se targuer d’une certaine accalmie malgré l’apparition de quelques  clusters  donnant  l’impression d’une seconde vague de contamination. Cependant, la situation est  dans l’ensemble, bien maîtrisée, c’est le cas de la France, de l’Allemagne,  de l’Italie et de l’Espagne.

Un mois après la terrible explosion qui a défiguré Beyrouth , les Libanais essaient tant bien que mal de remonter la pente. La classe politique discréditée  par la majorité des Libanais essaie de trouver un  consensus pour  gouverner le pays. Le retour sur place du président Emmanuel Macron  a accéléré la résolution des dissensions entre les différentes factions. Le nouveau Premier ministre a tenté de calmer le jeu.

Le Covid-19 est toujours à l’ordre du jour  chez nous malgré la quiétude que ressent une grande partie de la population.  Le redressement du pays après cette crise reste problématique.  L’avenir n’est pas encore écrit car de nombreux problèmes existent  après cette crise. C’est maintenant au pouvoir de trouver les solutions les plus adéquates pour les résoudre.

Patrice RABE

Madagate0 partages

Madagasikara StarTimes. Hivantana ny lalao kitra "Laliga Santander" 2020 hatramin'ny 2024

Nanokatra tolotra vaovao ny StarTimes Madagasikara amin’ny alalan’ny fividianana fitaovana toy ny fahitalavitra, "décodeur antsoina" hoe « StarTimes GO ». Tsy voatery mandalo eny amin’ny toera-pivarotana intsony ny mpanjifa fa azo atao avy hatrany ny mividy tolotra amin’ny alalan’ity « StarTimes GO » ity.

Karazan’irony fivarotana entana « en ligne » ireny ihany izy ity, saingy ny tolotra amidy dia ho hita ao amin’ny chaine ny « StarTimes Novela F » sy  amin’ny fahitalavitra misy eto an-toerana. Mampiavaka azy dia aterina any amin’ilay olona mila ilay tolotra ny entana, ary amin’ny vidiny ambany kokoa noho ireo hita eny amin’ny toeram-pivarotana.

Amin’izao fanombohana izao, dia  ireo izay mividy ny fahitalavitra na décodeur dia mahazo maimaimpoana avy hatrany ny fomba afahana manao fangatahana ny  entana atao hoe streaming « StarTimes ON », ary afaka miantso avy hatrany ny laharana 020 22 202 75. Araka ny fanazavana nomen’ny Ramatoa Joyce ZAFERA, Tomponandraikitra ny Serasera, dia maro ireo entana izay tafiditra azo anaovana fangatahana « en ligne », ankoatra ny fahitalavitra sy "décodeur". Anisan’izany, ohatra,  ny kiraro, ny poketra sy ireo entana samihafa.

Ho an’ny mpitia baolina kitra kosa dia nahazo ny fahazahoan-dàlana  handefa ny lalao rehetra amin’ny « Laliga Santander » ny StarTimes. Lalao any Espagne izy ireo ary haharitra hatramin’ny 2024 ny handefasana azy ireo mivantana eto Madagasikara. Ny 12 septambra 2020 no hanomboka ho hita amin’ny  StarTimes ireo lalao ireo ary hisy isakin’ny herinandro.Marihina fa hisy amin’ny teny frantsay ny fitantarana io « Laliga Santander » io.

Andry Rakotonirainy

Midi Madagasikara0 partages

Vaccination à Madagascar : Remise de kits de protection et de réfrigérateurs solaires par l’UNICEF et ...

Dans l’objectif d’assurer la continuité de l’offre de vaccination à Madagascar, la Banque Mondiale a remis au ministère de la Santé publique 130 réfrigérateurs solaires ; et l’UNICEF, des kits de protection contre le Covid-19.

La cérémonie de remise officielle de ces équipements médicaux s’est tenue hier, vendredi 04 septembre 2020, au siège de la Centrale d’achat SALAMA à Ambohidratrimo Anosiala. Les 130 réfrigérateurs solaires provenant de la Banque Mondiale représenteraient un apport capital pour les centres de santé et les hôpitaux malagasy car ils permettront de garantir des vaccins de qualité dans les 15 districts des 5 régions qui en bénéficieront. En effet, selon les explications des responsables au niveau du ministère, la plupart des centres de soins utilisent encore des réfrigérateurs à pétrole, produits qui ne sont plus homologués, et ce, sans parler des problèmes d’approvisionnement en pétrole et l’inexistence de pièces de rechange. Quant aux kits de protection contre la Covid-19 fournis par l’UNICEF, ils vont permettre d’assurer la sécurité du personnel de santé en charge de la vaccination et leurs patients, puisque le pays reste sous la menace du Covid-19 en ce moment.

Rappelons que chaque année, le Programme élargi de vaccination du ministère de la Santé vise à ce que près de 1 million d’enfants malagasy et 1. 228. 000 femmes enceintes puissent bénéficier des vaccins de routine dans les centres hospitaliers et les CSB. D’ailleurs, ce programme est en parfaite adéquation avec le Programme pour l’émergence de Madagascar qui fait de la santé de la mère et de l’enfant, un défi prioritaire. Pour le représentant de l’UNICEF à Madagascar, Michel Saint-Lot : « il est primordial que les femmes et les enfants puissent continuer à utiliser les services de santé maternelle et infantile, et en particulier à continuer à recevoir toutes les séries de vaccinations conformément au calendrier vaccinal, et ce dans un environnement sain sans risque d’être contaminés par la Covid-19 ».

C’est le ministre de la Santé publique, le Pr. Hanitrala Jean Louis RAKOTOVAO qui a représenté le gouvernement lors de la réception de ces dons destinés à appuyer le Programme élargi de vaccination.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Monja Jaona : 26 e anniversaire de sa disparition

(3septembre 1994-3 septembre 2020). 26 ans déjà que l’illustre nationaliste Monja Jaona est décédé. Le comité central placé sous l’égide de Monja Roindefo se souvient de cet homme politique qui a lutté pendant 65 ans pour le peuple malgache. A cet effet, le SG du Monima Gabriel Rabearimanana a retracé le parcours de ce nationaliste. Citons quelques dates historiques qui ont marqué la lutte menée par Monja Jaona, depuis 1930 jusqu’en 1994. Citons, entre autres, en 1930 à l’âge de 20 ans, il s’est opposé à un administrateur français pour protéger les malgaches vivant en Androy. A cette époque, il a été qualifié de « rebelle agitateur politique anti-français ».  En 1943, il a fondé l’association secrète « Jiny » qui s’est fixé comme objectif  l’indépendance du pays. En 1956, élu Conseiller Municipal de Toliara, en 1958, année de création du parti « MONIMA », en 1959 élu maire de la Ville de Toliara et la même année, il a fondé le parti politique Monima. Il a mené le mouvement populaire de 1971, à travers son parti politique, le Monima. En 1982, prisonnier politique à Kelivondraka, pour avoir dénoncé des irrégularités lors des élections présidentielles. En 1984, il a été député à Antananarivo. De son vivant, Monja Jaona a été surtout connu pour avoir prôné l’unité nationale, le « Soa Toavina » et la culture malgache.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Cisco Toamasina I : Efa vonona amin’ny fanadinam-panjakana CEPE

Hatao ny talata 15 septambra izao ny fanadinana CEPE ho an’ny faritra Atsinanana, araka ny fandaminan’ny minisiteran’ny fanabezam-pirenena. Efa vonona tanteraka ny eo anivon’ny Cisco Toamasina I araka ny nambaran’ny lehibeny, satria efa vonona miaraka amin’izany koa ireo mpianatra sy ny mpampianatra misahana ny fanadinana. Raha ny fanazavan’ny lehiben’ny Cisco Toamasina I, Atoa Marolahy Joseph, dia miisa 7.429 ireo mpiadina hitraka izany ny 15 septambra ho avy izao. hiparitaka amin’ny efitranom-panadinana 119 izy ireo mandritra izany. Mpampianatra miisa 1.758 kosa no hisahana ny fiambenana sy ny fitsarana ny fanadinana mandritra izany. Maro ny fepetra noraisina amin’izao fanadinam-panjakana izao araka ny fanazavana, eo ny fametrahana ny toerana fanasana tanana ho an’ny mpianatra, eo ny fizarana arotava ho azy ireo, izay tsy an-tery ny fanaovana azy raha toa ka tsy azoazon’ny mpianatra fa izay nentiny avy any an-trano ihany no anaovany, ary ny tsy fahazoan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra miditra ny tokotanin-tsekoly anaovan-janany fanadinanana. Misy fepetra noraisin’ny Cisco Toamasina I koa amin’izao fanadinam-panjakana amin’ny fametrahana mpitsabo eny amin’ireo toeram-panadinana lehibe. N#y antony dia ho fisorohana ny trangan-javatra mety hiseho amin’ny mpiadina mandritra ny fanadinana ataony. Raha ny fanazavana hatrany dia herinandro aorian’ny fanadinana ataon’ny mpianatra ny valim-panadinana, mba hahazoan’ireo mpianatra mandray ny fepetra mikasika izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Conflit Sénat – Assemblée nationale : La HCC donne raison aux députés

La Haute cour constitutionnelle met fin aux polémiques. La loi 2020-012 sur la ratification des ordonnances présidentielles est déclarée conforme à la Constitution. 

La Haute cour constitutionnelle donne son feu vert à la promulgation de la loi 2020-012 concernant la ratification des ordonnances présidentielles sur le code minier, les élections et référendums ainsi que le Sénat. Hier, la cour d’Ambohidahy a sorti son verdict concernant la conformité à la constitution de cette loi et donne raison aux députés. Ces derniers ont poursuivi l’adoption du projet de loi, malgré le rejet des sénateurs. Le collectif des parlementaires pour la restauration de l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance, regroupant députés de l’opposition et sénateurs du parti HVM, et érigé pour affronter sur le terrain politique la majorité écrasante de la Chambre basse qui a adopté cette loi, a dénoncé certains cas de « violations » de la loi fondamentale derrière ce « forcing » de l’Assemblée nationale. Pourtant, « la procédure d’adoption de la loi de ratification déférée est conforme aux exigences constitutionnelles », a déclaré la Haute cour constitutionnelle, hier, dans sa décision n°15-HCC/D3.

Obstacle. Dans sa décision publiée hier, les juges constitutionnels démontent un à un les arguments avancés par les parlementaires de l’opposition. « La commission mixte paritaire  est compétente pour débattre du projet de loi de ratification », ont soutenu les juges constitutionnels. Une réponse sans équivoque aux sénateurs qui ont décidé de s’arrêter à mi-chemin de la procédure d’adoption en insistant sur l’incompétence de la commission mixte paritaire pour examiner le texte soumis par l’exécutif. Après une première réunion de la commission, les nœuds de discorde sont vite faits pour aboutir à un désaccord entre ses membres. Aucune entente n’est trouvée et l’entrevue accouche d’une souris. Le sénat décide alors de mettre fin à la procédure alors que « la non adoption d’un texte de consensus par la Commission mixte paritaire forme un échec de la procédure de conciliation mais ne constitue en rien un obstacle pour la suite de la procédure prévue par l’article 96 de la Constitution », a souligné les juges constitutionnels hier.

Dernier mot. L’adoption de cette loi a divisé les deux Chambres pendant la session extraordinaire qui vient de prendre fin hier. L’arbitrage de la cour constitutionnelle a pourtant soufflé en faveur de l’Assemblée nationale. « Lorsque la procédure paritaire n’aboutit pas, la navette pourrait reprendre », a déclaré la cour d’Ambohidahy. Et le « dernier mot » appartient à la Chambre basse, a souligné la Cour constitutionnelle. « La procédure de ratification des ordonnances sur la base de l’article 104 de la loi fondamentale est similaire à la procédure d’adoption d’un projet ou d’une proposition de loi », a-t-elle rajouté.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : L’ouverture de l’académie élite des Barea en 2021

Lors de la remise des dons pour la future académie de football des Barea par le club Swift Hesperange.

La construction d’une trentaine de terrains synthétiques dans la Grande Ile, la mise en place d’une académie élite des Barea en fait aussi partie du projet présidentiel. Sans tarder, les travaux de construction seront bientôt lancés. Et selon une source, elle sera installée pas loin de la capitale. Cette académie élite des Barea sera opérationnelle à partir de l’an prochain et ce sera le sélectionneur national, Nicolas Dupuis qui va la diriger.

Lors de son passage à Fénérive- Est, le président Andry Rajoelina a réitéré ses engagements envers le sport malagasy, hier. C’est d’ailleurs le « velirano 13 » du président. Lors de son discours, il a fait savoir que cette académie de football accueillera des jeunes passionnés du ballon rond âgés de 15 à 18 ans. C’est l’Etat qui prendra en charge de la construction et de tous les matériels utilisés pour son fonctionnement. Selon encore les informations recueillies, ce centre sera énorme et dotera de dortoirs, de la bibliothèque, du réfectoire, de la salle de musculation et évidemment du terrain.

Sur ce même sujet, le club luxembourgeois, Swift Hesperange, a offert des équipements pour cette future académie de football des Barea. La remise du don a été effectué par son directeur sportif, Justin Randriatsoaray, cette semaine. C’était son fils Hadrien qui a représenté Nicolas Dupuis pour la réception. « C’était un geste qui compte et que je salue. Merci au club d’ Hakim qui a fait de bon début. Merci à tous les responsables du club. Bon championnat à vous. Amitiés à Justin », a publié le coach des Barea sur sa page Facebook pour cette initiative.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Marasakoana-Betsiboka : Fanafihan-dahalo, olona telo maty notifirin’i Del kely

Del kely sy ny ekapany miisa folo nitondra basim-borina sy kalaky sy zava-maranitra no tonga nanafika tany amin’ny tanàna antsoina hoe Marosakoana, fokontanin’Ambanja, kaominina Keliloha, any amin’ny disitrikan’i Tsaratanàna, ato anatin’ny faritra Betsiboka, ny Alarobia 02 septambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina. Avy hatrany dia niditra an-keriny tao amin’ilay tanàna voalaza etsy ambony ireto jiolahy ireto. Sady nanapoaka basy izy ireo  no nitsoka kiriorioka nentina nandemena ny iray tanàna. Rehefa nahare ny poa-basy sy ny fanafihan-dahalo ny olona dimy lahy dia nikasa hitsoaka, ka teo  no nitifiran’i Del kely sy ny namany azy ireo. Vokany : olona telo no maty tsy tra-drano ary olona roa naratra voatiftra teo amin’ny tongony  sy ny tanany. Ireo jiolahy kosa tetsy an-daniny nandroba ny omby tao am-bala, ka lasan’izy ireo nandritra izany ny omby miisa dimapolo teo an-tanàna. Tsy niandry ela izy ireo, fa nitsoaka nandositra avy hatrany rehefa nahazo ilay omby. Efa nanomboka taitra ny teo amin’ny manodidina raha nandre ny feom-basy sy nahita an’ireo olona dimy nitsirara teo amin’ny tany. Tonga ihany koa ny zandary raha vao nampandrenesina ary tsy niandry ela fa niroso tamin’ny fanenjehana ireo malaso. Efa lasa lavitra tany amin’ny efapolo kialaometra tany amin’ny tanàna antsoina hoe Ambohimatazana ireo vao nifankatratra, ka raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta. Naharitra ora maro ny fifandonana, ary lasa nitsoaka nandositra i Del kely sy ekipana rehefa tsy naharesy tosika, ka raraka avokoa ireo omby dimapolo. Efa natolotra ny tompony kosa ny omby rehetra. Noezahin’ny fokonolona nentina namonjy hopitaly ao amin’ny kaominin’Andriamena ireo olona roa naratra voatifitra. Marihina fa tsy nisy naratra na ny namoy ny ainy nandritra ny fifampitifirana teo amin’ireo jiolahy sy ny zandary. Mbola mitohy ny fikarohana ireo dahalo hatramin’izao.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Une note qui suscite des remous 

Le président de la République, lors de sa dernière intervention télévisée, avait affirmé que la situation permettait la reprise normale  des activités des entreprises et que leurs  salariés devaient retourner au travail, mais il avait bien spécifié que la règle ne s’appliquait aux personnes vulnérables  employées dans ces sociétés. Une semaine après, le ministre du Travail a rectifié en quelque sorte le tir et a publié cette note qui  invite les personnes considérées comme vulnérables  à la Covid-19 à reprendre le travail ou sinon à autoriser la suspension de  leur contrat de travail si cela  est nécessaire. Cette note a commencé à provoquer  un tollé, mais elle répond à la logique du système qui régit les entreprises. Elles  connaissent des difficultés de trésorerie et doivent restreindre leur sortie d’argent.

Une note qui suscite des remous 

« Les entreprises sont autorisées à procéder à la suspension des contrats des  personnes vulnérables à  la Covid-19  ayant consommé et dépassé les quinze jours prescrits par la note du 29 juin si elles ne rejoignent pas leur lieu de travail après ce délai ». Voilà, dans toute sa sécheresse, la teneur de la note émise par le ministre du Travail jeudi dernier. Aujourd’hui, la situation est presque revenue à la normale. L’épidémie est en passe d’être maîtrisée. La logique économique a retrouvé ses droits. Les entreprises ont beaucoup souffert durant ces cinq mois passés et elles doivent  redresser leur situation financière qui est peu reluisante. De nombreuses entreprises ont fait faillites et ont procédé à des licenciements massifs. Le contexte a donc pesé et  la sortie de cette note  a suscité de nombreux commentaires. Elle a été certainement  suggérée par le contexte économique actuel. Pour les employeurs, il s’agit d’une décision logique car ils ne disposent  des ressources  financières leur permettant de continuer à honorer leurs engagements. Cette note va continuer à susciter l’indignation. Mais elle établit un cadre légal dans la situation actuelle.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Famonoana ben’ny tanàna tao Miandrivazo : Basy 17 sy omby 62 tra-tratehaky ny miaramila tao Ampanihy

Taorian’ny famonoana tamin’ny tifitra ka nahafatesan’ny ben’ny tananan’ny kaominina Ampanihy, teo anoloan ‘ny toeram-piasany ny tapaky ny volana aogositra lasa teo, mitohy hatrany ny fikatsahana ireo izay nahavanon-doza tamin’izany hatramin’izao. Misy araka izany ny ezaka fampandrian-tany arahana fanaovana hazalambo ireo jiolahy tsy mampandry fahalemana iny toerana iny izay iarahan’ireo vondron-kery rehetra misy any amin’iny distrikan’i Miandrivazo sy ny Faritra Menabe iny ankehitriny. Mandray anjara mavitrika amin’izany ny avy ao amin’ny tafika malagasy amin’ny alalan’ireo miaramila avy ao amin’ny ZRPS Bravo izay misahana ny fampandrian-tany any amin’iny faritra iny. Ireto farany dia namoaka sahady ny vokatry ny « opération » izay nataony tato anatin’izay tapa-bolana lasa izay manodidina ity hazalambo hikarohana ny tena tompon’andraikitra tamin’iny famonoana ben’ny tanàna iny. Hatreto, araka ny tatitry ny asan’izy ireo taorian’ny fisavana sy fisafoana ireo kizo sy toerana mafampana amin’ny asan-dahalo any amin’iny faritra Menabe iny. Omby 62 tsy mazava ka natoby tamin’ny toerana iray no azon’izy ireo tao amin’ny kaominina Ampanihy ary efa nankarina ao antampon-tanan’i Miandrivazo mba hahafahan’ireo izay mety ho tompony haka izany rehefa manana ny taratasy fanamarinana. Ankoatra izay, nisy ihany koa basy miisa 17 tsy ara-dalàna voangona ary efa natolotra ny manam-pahefana tandrify izany. Tanteraka izany asa izany, raha ny fanazavana, noho ny fiaraha-miasa tamin’ireo olona tsara sitrapo izay nanome loharanom-baovao marim-pototra. Koa mampirisika hatrany ireo olon’ny fiaraha-monina mba hiara-miasa amin’ny mpitandro ny filaminana ireo miaramila avy ao amin’ny ZRPS Delta mba tsy hisalasala hanome vaovao mba hampandriana fahalemana iny faritra iny. Ilaina hatrany izany, indrindra mba hahitana ny marina momba ilay nahafaty ny ben’ny tanànan’Ampanihy. Raharaha izay efa naharatrana zandary roa nefa hatreto dia mbola miriaria any ireo voalaza fa mety ho tena atidoha nikotrika iny fitifirana olona an-kitsirano iny.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Judo : L’AG élective pour 2021

Coronavirus oblige. Initialement prévue se tenir cette année, l’assemblée générale élective de la fédération malagasy de judo a été reportée pour 2021. « La fédération internationale et le comité international olympique a accordé un an pour toutes les fédérations suite au report des Jeux Olympiques. Nous avons déjà avisé le ministère de la Jeunesse et des Sports. Pourtant, pour les fédérations qui veulent organiser leurs élections, elles peuvent les tenir », a souligné Siteny Randrianasoloniaiko, président de la FMJ et du Comité Olympique Malagasy. Les élections au niveau des sections et ligues ont été toutes suspendues en raison de la pandémie de Covid-19. Plusieurs programmes de la FMJ ont été annulés cette année suite à la décision du ministère sur l’interdiction d’organisation d’événement sportif depuis le mois de mars. Sur le plan national, un tournoi sera organisé à la fin de l’année si les conditions étaient réunies. Les Championnats d’Afrique de Judo (H et D) reportés au mois de novembre et décembre prochains au Maroc sont maintenus. Ils seront qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. 

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : La maladie continue de faire des victimes avec 81 cas de plus et un décès

Comme dans le reste du monde, la Covid-19 continue progressivement sa propagation à Madagascar, mais à un rythme moins important que lors du précédent mois. Hier, le Centre de commandement opérationnel d’Ivato a annoncé la détection de 81 nouveaux cas, d’un décès et de 44 guérisons.  Les formes graves connaissent elles aussi une légère progression puisqu’on compte actuellement 46 formes graves de la maladie sur le territoire. Deux jours de suite maintenant que le nombre de cas a relativement augmenté dans la Grande île. Peut-être est-ce dû au relâchement par rapport aux gestes barrières ? Quoi qu’il en soit, le nombre de tests effectués quotidiennement ne sont plus aussi important qu’auparavant. Et c’est ce qui inquiète l’opinion publique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Mpisoloky amin’ny resaka volamena : Nadoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora

Voasambotry ny sampan-draharahan’ny zandary misahana ny « cybercriminalité » ilay mpisoloky rain-dahiny amin’ny resaka volamena na vato sarobidy sandoka. Ela nitoratorahana ka nahavoa mason’angatra ihany ny farany, araka ny fitenanana.

Efa betsaka ihany ireo lasibatr’ity tambajotra mpisoloky ity, tsy ao anaty tambajotra sosialy, tsy eny an-dalana ary efa vola an-tapitrisany maro no efa lasan’izy ireo tamin’izany. Tsotra dia tsotra ny fomba fiadiny kanefa dia maro ireo tafajoboka : mitondra vovo-bolamena sandoka amin’ny sachet kely izy ireo na vato lazainy fa sarobidy ary manatona an’ilay olona atao lasibatra na mifanome fotoana aminy, raha jono ao anaty « facebook » no ataony. Toa ireo mpisoloky rain-dahiny dia hain’izy ireo tsara ny mandresy lahatra izay olona miresaka aminy, toy ny hoe misy teratany vahiny hividy an’io volamena na vato io saingy tsy mahay miteny gasy ka ilay olona no hifampiresaka aminy. Mody miantso teratany vahiny amin’ny finday ilay olona ary tena mifampiresaka amin’ny teny vahiny tokoa. Milaza ity olona anaty finday fa hoe tsy afaka miakatra hividy an’ilay entana fa raha mety dia tonga dia omena ny ampaham-bola vidin’ny entana ilay tompony ary tazominy any amin’ity lasibatra ilay entana mandra-pahatonga ilay tena hividy azy. Maro tokoa ny roboka satria raha sanatria ka tsy tonga ilay teratany vahiny dia efa manana ilay entana ho takalon’ny vola lasa ilay olona. Diso hevitra anefa fa « sandoka » tanteraka io volamena sy vato io, eny fa na dia talohan’izay aza dia efa nangalàna « mpitsara », izay olona ao anatin’io tambajotra io ihany.

Teo anatrehan’ny fahabetsahan’ny fitarainana voaray dia nanapa-kevitra tanteraka ny teo anivon’ireo mpitandro filaminana hanao fanadihadiana mahakasika io tranga io. Fotoana vitsy taorian’ny nanombohana ny fikarohana izay tena tompon’antoka sy ireo mpiray tsikombakomba aminy dia voasambotra ny lehilahy iray, izay anisan’ny atidoha nikotrika ity tetikady entina hanaovana asa ratsy ity. Tamin’ny famotorana azy moa no nahafantarana fa maro dia maro izy ireo no ao anatin’io tambajotra io ary manana laharana finday maromaro ihany koa mba tsy hahafantarana sy hahatongavana any amin’izy ireo. Misy araka izany ny mpisera, misy mpitsara volamena, misy voalaza fa vazaha mpandray ny entana… saingy izy ihany aloha hatreto no voasambotra ary heverina fa hanaraka tsy ho ela ireo ambiny. Natolotra ny fampanoavana ny alakamisy lasa teo ity lehilahy ity ary nadoboka am-ponja avy hatrany. « Manentana ny rehetra mba ho mailo hatrany ny zandarimariam-pirenena ary indrindra ny mba tsy mora voafitak’ireny tolotra «mora» na «maimaim-poana» amin’ny alalan’ny finday na ny tambajotran-tserasera na ny an’habaka ireny. » hoy ny zandaryy

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Vers la levée prochaine de l’état d’urgence sanitaire

Même si l’état d’urgence sanitaire venait à être levé, la guerre contre le Covid-19 n’est pas encore tout à fait terminée pour cette femme médecin colonel

L’état d’urgence sanitaire a été proclamé le 21 mars 2020 après l’apparition des premiers cas de coronavirus à Madagascar.

« La situation d’exception confère au président de la République des pouvoirs spéciaux nécessités par les circonstances pour lesquelles elle a été proclamée et met à sa disposition tous les moyens civils et militaires susceptibles d’être mis en œuvre à cet effet ». La population et l’économie sont littéralement à bout de souffle après 5 mois et demi de confinement, déconfinement, reconfinement et redéconfinement. On attend un grand bol d’air du conseil des ministres prévu ce jour et au cours duquel, le président de la République pourrait mettre fin à l’état d’urgence sanitaire après avoir consulté les présidents respectifs de l’Assemblée nationale, du Sénat et de la Haute Cour Constitutionnelle.

Taxi-brousse. Le président Andry Rajoelina tiendra ensuite demain soir une énième conférence de presse avec probablement en face de lui, les deux journalistes habituelles et habituées de ce genre d’exercice durant la crise sanitaire. Comme elles l’avaient fait à propos des « taxi-be » qui ont repris du service depuis mercredi dernier, l’une et/ou l’autre vont probablement poser la même question concernant les taxi-brousse des zones nationales et régionales qui ont demandé hier, la réouverture de leurs activités longtemps mises à l’arrêt. Le chef de l’Etat a d’ailleurs dit lors de sa dernière intervention que la reprise des taxi-brousse dépend de l’évolution de la situation par rapport à l’épidémie de Covid-19.

Réquisition. Si les restaurateurs ne sont plus tout à fait sur leur …faim quoique le nombre de clients soit encore limité à 50 au maximum, les hôteliers attendent à leur tour le déconfinement total sans être sûr de pouvoir remplir de sitôt leurs chambres. Même attente – partagée par les parents – du côté des élèves, des collégiens et étudiants qui s’interrogent par rapport à l’année scolaire et universitaire. C’est à toutes ces attentes et interrogations que le président Andry Rajoelina se doit d’apporter des réponses et des solutions demain soir lors de son intervention radio-télévisée. La dernière en mode « miara-manonja » puisque la réquisition de toutes les stations audio-visuelles tombera automatiquement si l’état d’urgence sanitaire venait à être levé. Et ce, après 5 mois et 2 semaines de situation d’exception qui ne peut être proclamée pour une durée indéterminée. Elle est limitée dans le temps et peut toutefois être prolongée par période de 15 jours tel que c’était le cas à 10 reprises. Une 11èmeprolongation est fort probable ce jour, même si  un décret mettant fin à cette situation d’exception  tomberait à… pic.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana : Mpanolotsaina ny Filoha sandoka MD

Misandoka ho mpalotsain’ny Filohan’ny Repoblika dia misoloky. Nidoboka am-ponja ilay rangahy rehefa nanokafan’ny polisy fanadihadiana. Izany dia taorian’ny fitorian’ny orinasa iray mpitrandraka sy mpanondrana makamba. Sinoa no tompon’ny orinasa ary nangataka fahafahana manao ny asany na teo aza ny fandraràna izany araka ny didim-panjakana tamin’ny 2016. Teo no nipoitra ny miseho azy ho mahitahita sy mahafantatra olona ambony. Efa nahazoany hatrany amin’ny 140 tapitrisa ariary ity raharaha ity. Rehefa natao anefa ny fanamarinana rehetra dia tsikaritry ny polisy fa taratasy sandoka no nampiasaina. Tsy afaka nanondrana ny orinasa ary ny niafarany dia nitondra ny fitoriana teto an-drenivohitra. Natao ny fanamarinana rehetra ary tena tsy mpanolotsaina mihitsy ny olona voatondro. Ankoatra izay dia taratasy sandoka no nampiasainy tamin’ny fanomezan-dàlana. Taratasy misy sonian’ny minisitra. Vokatr’izany dia nitory koa io olona ambony io ary roa izany izao ny taratasy fitoriana mahakasika ilay mpisoloky. Voasambotra ihany izy rehefa natao ny fikarohana rehetra izay nanano sarotra, satria na ny laharana an-tariby nampiasainy aza dia efa tsy niasa intsony. Natolotra ny fampanoavana izy ny alarobia teo, niaraka tamin’ny olona nanatitra ny vola tany aminy. Samy nidoboka am-ponja ireo. Na izany aza dia mbola mitohy ny fanadihadiana momba ity raharaha ity, raha araka ny fanamarinam-baovao natao. Mbola mahomby ho an’ny mpisoloky hatrany ny misandoka ho akaiky ny olona ambony. Ao ny milaza ho mahavita zavatra, ny milaza ho mahatafiditra ho mpiasam-panjakana, ao ny mahavaha olana. Betsaka ny roboka satria tokoa manana toerana eto amin’ny firenena ny kolikoly. Azo itarafana izany ny fanomezana ny vola mitentina 140 tapitrisa ariary, toy izay voatantara etsy ambony, ao anatin’ny raharaha iray.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Rock : Un double-album de Roova en gestation

Roova met les bouchées doubles pour son double album

Son premier album remonte en 2011, après une pause assez longue, Roova met les bouchées doubles avec un double album de disco rock en gestation. La couleur qui lui a déjà forgé sa notoriété dans le microcosme du rock.  Pour donner un avant-goût de son prochain opus, deux titres du dit-album sont déjà sur les ondes  « Tsy anjara » et « Araraoty ihany ». Adoptant une formule gagnante depuis les trois dernières décennies dans le milieu, Roova parle d’amour. Certes, ce n’est pas la grande déclaration flamboyante mais plutôt dans le genre « chanson de réconfort ». « Tsy anjara » par exemple aide une sœur ou une amie à surmonter une séparation.  Encourageant cette personne à aller de l’avant même si la douleur paraît insurmontable. Une mentalité assez « rock », devrait-on dire.

Sa devise, « Ny rock sy ny revintsika ». Si Roova s’est fait connaître dans le registre de rock populaire, sa carrière a pris son envol grâce à « Ny Nofintsika » il y a neuf ans. Par ailleurs, dans la même année, le groupe a déjà foulé les planches du  théâtre de verdure d’Antsahamanitra, l’incontournable du rock malagasy, auprès des Kiaka, Iary, Ken et Niry. En dépit d’une carrière professionnelle accaparante, sa passion pour la musique l’emporte et c’est la raison première de retour en fanfare, entouré de Johnny Bass et Andry Ramamonjisoa. Faisant de la guitare son instrument de prédilection, Roova est prêt à reprendre le chemin de la scène et reléguer sa passion pour le rock à la première place.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Fokontany Pelle 11/45Bis Toamasina : Mitaky ny fialan’ny sefom-pokontany ny fokonolona

Mitroatra ny fokonolona ao amin’ny fokontany Pelle 11/45Bis noho ny ataon’ny filoham-pokontany sy ireo komity miaraka aminy. Nambaran’ireo mponina fa tia vola loatra ilay filoham-pokontany sy ny komity miaraka aminy ka tsy zakan’ny olona intsony. Nambaran’ireo fokonolona tamin’ny mpanao gazety tonga teny, fa vitan’ny filoham-pokontany sy ny komity ny maka vola aman’olona 10.000 ariary vao misoratra amin’ny olona mahazo ny Tosika Fameno sy Vatsy Tsinjo zarain’ny fanjakana. Ireo fokonolona tsy mandoa vola 20.000 ariary na 30.000 ariary aminy amin’ny fakana ireo antontan-taratasy ilaina amin’ny taratasim-panjakana karakaraina dia tsy omeny izany mihitsy. Nefa gaga ireto vahoaka fa isaky ny misy vola ilain’ny fokontany amin’ny asam-pokonolona dia itakiany vola avokoa ny olon-drehetra mandritra izany. Vokatr’ireo antony ireo dia namoaka ny tsy fahafalian’ny vahoaka tao amin’ny fokontaniny nilazany izany fanararaotam-pahefana ataon’ny filoham-pokontany sy ny komity izany. Nomarihan’ny fokonolona fa lefitry ny filoha teo aloha ihany no filoha ao amin’ny fokontany Pelle 11/45Bis ankehitriny, saingy maty moa ilay tena filoha ka nosoloin’ny fanjakana ny lefiny ihany ny mpitantanana ny fokontany. Mangataka ny fanesoran’ny fanjakana ity olona tsy voatendry ao amin’ny fokontaniny napetraky ny fanjakana ity ny vahoaka, fa tena mijaly amin’ny zavatra ataony ny rehetra. Hatreto anefa dia mbola mitazana ny zava-misy ny fanjakana, ka ho hita eo ny tohiny…

Malala Didier