Les actualités Malgaches du Samedi 05 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara293 partages

Terrible accident à Ankazobe : La visite technique de l’autocar expirée en 2015, selon le DG de la Séc...

Pour apporter des explications sur l’accident  de l’autocar qui a fait une vingtaine de morts et une centaine de blessés ,survenu sur la RN4 dans le district d’Ankazobe, les responsables de la Direction générale de la Sécurité routière (DGSR)ont rencontré la presse, hier. En effet, cette institution est sortie de son silence après avoir été interpellée par l’opinion publique sur sa responsabilité dans cette affaire. D’autant plus que des témoignages relatifs à cette tragédie remettent en cause la mission de ce centre. Beaucoup reprochent le mauvais état de la voiture qui a obligé le chauffeur de s’arrêter  plusieurs fois pendant ce voyage. A cela s’ajoute le non-respect de  la carte grise à popos  du nombre de passagers.

Dans son exposé, le Colonel Gélin Ranedson, DG de la DGSR a tenu à souligner lors de  cette conférence de presse et apporter des précisions mais non pas pour rejeter sa responsabilité. en parlant de l’aspect technique du véhicule incriminé, il n’a pas hésité à avancer que ce car à étage a échappé au contrôle de son service depuis des années. L’enquête menée sur ce véhicule a révélé que la validité de sa visite technique a expiré en février 2015. Ce qui signifie que ce véhicule n’était pas en règle et ne devrait pas circuler. Il ajoute que le document relatif à ce véhicule indique que celui-ci a été mis en service depuis 1997. Il avait été utilisé par la coopérative de transport Vatsy qui dessert la ligne Toamasina-Antananarivo avant de devenir une voiture de location à en croire la déclaration de son propriétaire.

Interrogé sur l’explosion survenue durant l’accident alors qu’il s’agit d’un moteur diesel, le DG estime qu’il est fort possible que le véhicule transportait des bouteilles à gaz. Si tel est vraiment le cas, le chauffeur a failli au respect du cahier des charges du véhicule comme il a déjà commis quand il a dépassé le nombre de places recommandé  fixé à 79 contre 140 le jour de l’accident. L’autocar a perdu sa vitesse devant une montée et  a reculé à cause de cette surcharge.

Pour conclure, le DG n’a pas omis de présenter ses condoléances aux familles éplorées ainsi que  un   souhait de rétablissement  aux blessés de cette tragédie.

T.M.

Midi Madagasikara262 partages

Pasteur Mailhol : Déclaration de candidature à la présidentielle ce jour

Le pasteur Mailhol serait candidat aux présidentielles de 2018.

Le XXe anniversaire du FAM (Fikambanana Apokalypsy eto Madagasikara) sera marqué ce jour par un grand rassemblement au Coliseum à Antsonjombe. Le pasteur Mailhol André Christian Dieu Donné va présider ce rendez-vous qui suscitait des polémiques dans les réseaux sociaux. Pour le FAM, ce sera une démonstration de force même si cette manifestation religieuse ne devrait revêtir aucun caractère politique. Dans les coulisses, on laisse croire que le pasteur Mailhol pourrait profiter de cette rencontre pour annoncer officiellement sa candidature aux présidentielles de 2018. A rappeler que le dirigeant de l’Apokalypsy a déjà créé son parti politique, dénommé GFFM ou «  Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara ». Il y a des moments où Mailhol a déclaré qu’il allait être porté au pouvoir par le peuple. Jusqu’ici, la prophétie ne s’est pas réalisée. Il estime actuellement que la conquête du pouvoir ne peut se faire qu’à travers les élections. Et que s’il veut un jour être président de la République, qu’il se porte candidat.

R. Eugène

Midi Madagasikara170 partages

Ambatondrazaka : Nodidiany ny filahiany ary nesoriny ny voany

Tovolahy sahabo eo amin’ny 30 taona eo ho eo no hitan’ny olona mitanondrika teo amin’ny sisin-tanàna , tao  Fiadanana Bejofo, ny  alakamisy 3 aogositra 2017 lasa teo .Efa mihosin-dra tanteraka ny pataloan’ilay tovolahy  ary efa tsy nahitan-teny izy. Rehefa nanontanian’ny  komitin’ny fokontany izy dia nanambara fa nesoriny ny voan’ny filahiany, ary napetrany teo ambonin’ny maloto, fa misy ilana azy. Nikoropaka ny rehetra satria tsy mijanona ny rà amin’ilay tovolahy, ka avy hatrany dia nentina tao amin’ny hopitaliben’Ambatondrazaka. Dia nozairina sy notsaboina ilay tovolahy, efa afaka kosa ny voan’ny filahiany. Nanao ny fanadihadiana tamin’ity tovolahy ity ny rehetra  ny amin’ny toerana niaviany sy ny havany, fa tsy niresaka mihitsy izy. Tao ny nilaza fa metsy ho tsy salama saina ity olona ity. Ny fitafy nanaovana anefa dia madio ara-dalàna. Raha araka ny fanadihadiana teny anivon’ny hopitaly ihany koa dia tsy vao sambany nanapaka ny filahiany sy ny voany ity tovolahy ity, satria feno holatra sy  diana zavatra maranitra ny filahiany, ka asa na misy antony hafa na efa tsy salama saina tokoa. Nahazo fitsaboana ara-dalàna ilay lehilahy ary efa tsy dia atahorana intsony ny fahasalamany na dia betsaka aza ny rà very. Niteraka resabe taty Alaotra mantsy ilay halatra filahiana tany Tanambao besakay,  izay namonoana zaza, iny ary saika hanaovana sorona hamoahana vato, ka asa na mifandraika amin’izany ity na ahoana. Mandeha ny fanadihadiana.

Janus R

News Mada154 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada»: hanohitra ireo ekipa goavana ireo vao misandratra

Hiditra amin’ny dingan’ny ampaha-32-n-dalana ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe de Mada”, amin’ity faran’ny herinandro ity. Mitotaly 22 ny isan’ireo lalao hotanterahina, amin’ny kianja miisa 14, manerana ny Nosy.

Hiakatra kianja avokoa ireo ekipa goavana, manomboka eto, izay tsy niatrika ny lalao savaranonando. Anisan’izany, ny Elgeco Plus, tompondakan’ny ligin’Analamanga sy ny Fosa Juniors, tompondakan’i Boeny ary ny Ajesaia Bongolava.

Hiezaka hanohitra ireo klioba lehibe ireo, izany manomboka eto ireo vao misandratra. Anisan’izany, ny AZA Ambatondrazaka, izay hifandona amin’ny Fosa Juniors. Raha ny ara-taratasy aloha, manantombo ny ekipan’i Boeny, izay hilalao etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Ny tsy fahazarana io kianja io, no mety ho olana ho an’Ambatondrazaka. Na izany aza, tsy maintsy hiezaka hanao izay ho afany ny AZA, amin’ity.

Any Carion ny Elgeco Plus

Ankoatra izay, hifampitana any Carion, indray ny Elgeco Plus sy ny Olympique de Tanambao V avy any amin’ny ligin’Atsinanana. Heverin’ny rehetra ihany koa fa mety tsy hahasakana ny dian’ity ekipan’Analamanga ity ry zareo Toamasina, raha ny herijika.

Anisan’ny fihaonana andrasan’ny rehetra ihany koa ary hiendrika famaranana kely, ny an’ny FC Santos sy ny Ajesaia. Lalao hatao any amin’ny kianja Carion, Manjakandriana. Ekipa mifankahalala tsara ny andaniny sy ny ankilany. Ho sarotra ny haminavina izay hivoaka ho mpandresy satria samy manana mpilalao sangany.  Maro no mihevitra fa mety ho tonga, hatrany amin’ny fandakana ny “tirs au but” ny fihaonan’izy ireo.

Hampiantrano ny Zam Alaotra Mangoro, etsy amin’ny zaridaina filalaovany etsy Mahamasina, ny Uscafoot, toy izany koa ny Cnaps Analamanga, handray ny FC Onive Vakinankaratra.

Tsiahivina fa hatao ny 9 sy ny 12 ary ny 20 aogositra ho avy izao, ny lalao 10 ambiny, amin’ity ampaha-32-n-dalana ity. Amin’izany koa vao hirotsaka an-tsehatra ny Cnaps Sport Itasy, tompon’ny amboara farany sy ny Tana Formation.

Torcelin

 

L'express de Madagascar152 partages

Établissement privé – Chasse ouverte aux écoles insalubres

L’office national de l’enseignement privé (ONEP) va assainir les écoles insalubres. Une vingtaine a déjà été décelée.

Les écoles privées insalu­bres pullulent. Dans les quartiers des 67 Ha, des établissements scolaires ne sont ni aérés ni ensoleillés, c’est la lumière de la JIRAMA qui sert d’éclairage aux salles de classe. Il y a un établissement où il n’y a qu’une véranda de quelques mètres carrés où les élèves jouent pendant les temps de récréation. Dans d’autres quartiers de Tanà-ville, les salles de classe sont humides.L’office national de l’enseignement privé (ONEP) au sein du ministère de l’Éducation nationale a enregistré une vingtaine d’écoles privées qui n’ont pas suivi les règles d’hygiène, tout au long de l’année scolaire 2016-2017. « Sur une cinquantaine d’établissements privés auprès desquels nous avons effectué des descentes, 40% ont des problèmes d’infrastructures », informe le directeur de l’ONEP, Fara Hanitra Randrianantoandro, cette semaine.L’ONEP va se focaliser sur l’assainissement de ces établissements insalubres, durant l’année scolaire 2017-2018. Ceci, après la régularisation administrative effectuée cette année. « Nous allons contrôler l’application de l’arrêté n° 1032/2017/MEN, portant organisation de l’enseignement général privé. Nous allons vérifier si l’endroit est calme, sain et propre et qu’il ne cause pas de problème de santé aux élèves », enchaîne ce premier responsable de l’ONEP.Changement de localitéLa surface des salles de classe, le sureffectif, l’état des bâtiments, leur aération (3 m³ par enfant) et leur ensoleillement figureront parmi les points à contrôler.Les inspections vont commencer dès le début de l’année scolaire. L’ONEP affirme qu’il ne tolérera pas ceux qui ne se soumettent à la règle. Des mesures seront prises à la fin de l’année scolaire 2017-2018, mais pour l’instant, l’ONEP les a tenus ausecret. Ce qui est certain, c’est que quelques unes devront changer de local ou réhabiliter leurs infrastructures, afin qu’ils puissent continuer leurs activités.Célin Rakotomalala, directeur national des écoles privées reconnaît l’existence de ces écoles privées insalubres. « Elles sont nombreuses. Je rentre de Toamasina à l’instant, et j’ai le dossier d’une école irrégulière avec moi », avance-t-il.Ce directeur des écoles privées signale toutefois, que ce ne sont pas seulement les établissements scolaires privés qui ont des infrastructures insalubres. « Nous connaissons tous l’état de la plupart des infrastructures des écoles publiques. Il ne devrait pas y avoir deux poids de mesure. Cette mesure devra concerner aussi bien les privées que les publiques », assène-t-il.Le ministre de l’Édu­cation nationale, Paul Rabary, a souligné dans une interview, jeudi, que son ministère est strict envers les écoles privées. « Certaines ne font de leurs activités que du business. Elles récoltent beaucoup d’argent. En retour, la qualité de l’enseignement est déplorable. Toutefois, des efforts sont déjà déployés dans l’amélioration des infrastructures des écoles publiques », a-t-il précisé.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar149 partages

Hôtellerie – Sheraton rouvrira l’hôtel d’Ivato

Le groupe Starwood annonce l’ouverture en octobre de Shera­ton Madagascar et reprendra l’hôtel Cinq étoile d’Ivato.

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? La gestion de l’hôtel Cinq étoiles à Ivato tient toujours à cœur du groupe Starwood Hotel. Il annonce sur son site internet l’ouverture de  Sheraton Madagascar, un établissement de luxe classé cinq étoiles, au 1er octobre de cette année. Contacté, un responsable confirme cette information sans livrer plus de détails. « Pour le moment, nous ne pouvons pas encore donner plus d’informations à part cette ouverture », se contentait-il d’annoncer. Celui qui espère faire déjà une réservation doit encore attendre le bon moment. Le service n’est pas encore disponible pour les soixante suites et deux cent vingt chambres de cet établissement de luxe.La chaîne hôtelière Sheraton avait obtenu en 2008 la gestion de l’hôtel Cinq étoiles à Ivato, construit en 2007 par une société chinoise dans le cadre de l’accueil du sommet de l’Union africaine en 2009. Mais la tournure des évènements politiques en a décidé autrement, et a mis le projet en stand by. Il aura fallu attendre le mois d’août 2016 pour la reprise des activités dans la gestion de cet établissement d’Ivato. Il y a un an, le groupe américain Starwood Hotel avait procédé à un recrutement massif dans les quotidiens malgaches. Il avait lancé une cinquantaine d’offres d’emploi comprenant notamment des superviseurs d’étage, des concierges, des responsables restaurant, des pâtissiers ou des cuisiniers.

Grand atoutAvec un tel recrutement, tout le monde espérait le démarrage de cet établissement de luxe pour l’accueil du sommet de la Franco­phonie en novembre 2016. Mais c’était l’État qui a pris les choses en main. Pour faire fonctionner l’hôtel, les autorités ont fait appel aux différentes compétences dans le domaine de l’hôtellerie.Le bruit courait sur une nouvelle mise à l’écart de Starwood Hôtel dans la gestion de cet établissement de luxe. « Le gouvernement prend l’affaire en main pour ce sommet. Sheraton va revenir », s’est contenté d’indiquer, à l’époque, une source proche du dossier.Bâti sur une superficie de 27 000m², cet établissement comporte vingt quatre étages ainsi qu’un parking pour cent trente véhicules. Il fait partie de six cent cinquante deux nouveaux hôtels que le groupe américain compte ouvrir d’ici 2020. Et l’arrivée d’un tel hôtel de luxe dans le paysage économique sera un grand atout pour l’économie et le tourisme. D’autant plus que le futur Sheraton Madagascar se trouve à quelques minutes de l’aéroport international d’Ivato.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara129 partages

Défaillance collective

Après le drame d’Ankazobe qui a fait plusieurs morts et des blessés, la  FJKM a décidé de renforcer les mesures de sécurité  pour les déplacements de ses fidèles.

Défaillance collective

La FJKM est en effet, l’une des églises à Madagascar où chaque année les paroissiens issus des différentes sections (sampana) font des déplacements dans le cadre de ce que l’on appelle « Isankerintaona » (réunion annuelle). Les «  SAFIF, SLK, STK, Dorkasy… » se déplacent tous les ans dans une localité en provinces pour des rencontres mais aussi et surtout pour des missions d’évangélisation. Preuve que la FJKM est une des églises qui s’activent pour l’évangélisation dans tout Madagascar.  Mais comme le mal est toujours à l’affût quand les enfants de Dieu oeuvrent pour des actions en faveur de cette évangélisation, ces déplacements ne sont pas toujours sans danger comme en témoigne cet accident  tragique d’Ankazobe. Un accident qui a incité le « Foibe FJKM » à renforcer les mesures de sécurité pour protéger les siens. Mais il n’y a pas que la FJKM qui doit dorénavant faire preuve de prudence pour éviter ce genre d’accident. L’Etat, surtout,  est appelé à mettre un  terme à cette irresponsabilité flagrante dont il fait preuve.  Une irresponsabilité qui se manifeste notamment par le fait que durant trois ans, l’autocar à étage loué par la FKKM de Soavinandriana a roulé sans contrôle technique. Pire, selon le centre de sécurité routière, le nombre de passagers à transporter par ce bus de la  mort est limité à 78 places alors qu’il en transportait 140. En somme, la défaillance est de toute part dans cette affaire et les enquêtes qui sont actuellement en cours  détermineront la responsabilité des uns et des autres.  Et les sanctions tomberont bien évidemment. Cependant, il ne faut pas se limiter aux sanctions car, en fait, c’est l’ensemble du système  national de sécurité qui est défaillant. Une défaillance collective  qu’il faut dorénavant bannir pour que ce genre d’accident tragique ne se répète plus.

R.Edmond.

Midi Madagasikara111 partages

« Volanao » : Une nouvelle loterie à gratter à Madagascar

« Le principe de « Volanao » est de permettre à un maximum de joueur de gagner » selon Mialy Rakotobe, Directrice commerciale d’ADJ.

Les sociétés de jeu qui ont existé à Madagascar n’ont pas fait long feu. La plupart d’entre elles sont actuellement en stand by. Austral des Jeux (ADJ) la nouvelle société de jeu qui vient d’une entreprise spécialisée dans les jeux du hasard  n’entend pas suivre ce chemin de l’échec.  « Notre objectif est de redonner confiance aux Malgaches, par rapport aux jeux »  explique Mialy Rakotobe, Directrice commerciale d’ADJ, lors d’un entretien que nous avons eu avec elle.  Une manière de dire que tout sera fait pour donner aux joueurs beaucoup de chances de gagner. « On misera avant tout sur la transparence et on fera en sorte que les joueurs y gagnent au maximum. Notre principe est en effet de jouer sur la masse »   selon toujours Mialy Rakotobe.  Ce qui fait qu’au départ la société de jeu ne gagne que peu de bénéfices, mais au fur et à mesure que le nombre de joueurs augmentent, tout le monde sera gagnant : les joueurs et la société de jeu.

Le premier jeu qui sera mis sur le marché s’appelle « Volanao ». Un  jeu simple, puisqu’il s’agit d’un ticket à gratter et si le joueur découvre trois montants identiques, il est gagnant de ce montant. Avec un ticket à 1500 ariary, le joueur peut avoir la chance de gagner entre 1500 ariary et  10.000.000 ariary.  Et l’avantage de ce nouveau jeu, c’est qu’il a un taux de reversement de 66%, l’un des meilleurs au monde. « Sur 100.000 tickets vendus, exactement 22.374 sont gagnants ». Et certains auront même la chance de gagner 1.000.000 et 10.000.000 ariary. Ce nouveau jeu d’Austral des Jeux sera distribué dans tout Madagascar et le paiement se fera auprès des partenaires de proximité pour permettre un paiement rapide, sécurisé et rapide des lots.

R.Edmond.

L'express de Madagascar108 partages

Travail – Cent sociétés illégales dénoncées

La conférence des travailleurs de Madagascar (CTM) a dénoncé l’existence de cent sociétés illégales, découvertes entre janvier et juillet. La grande majorité est localisée à Antananarivo-ville et ses environs, selon une longue liste envoyée par la CTM, hier. « C’est par rapport aux plaintes déposées par les employés que nous avons pu déceler ces sociétés », explique Rémi Henri Botoudi, président de la CTM, lors d’une conférence de presse donnée à Behoririka, hier.Ces sociétés font de fausses déclarations, des déclarations partielles ou encore par le non enregistrement de leurs employés à la Caisse nationale de la Prévoyance sociale (Cnaps). « Les unes n’ont pas déclaré le salaire réel de leurs employés. Les autres n’ont enregistré qu’une partie de leurs employés ou n’ont versé qu’une partie de leurs cotisations. Tout cela pour échapper au versement de leur part de cotisation », explique Lalao Rasoa­mananoro, secrétaire général du FISEMARE.La plupart de ces affaires seraient déjà envoyées au niveau de la justice. Leur poursuite serait, toutefois, difficile. « Certaines de ces sociétés ont changé d’identité. Et lorsqu’on déclenche la poursuite, elles n’existent plus», ajoute Rémi Henri Botoudi.Les inspecteurs de Travail auraient du mal à intervenir. « Les directions régionales des inspecteurs du Travail ne disposent pas de moyens pour faire des descentes, vu qu’elles n’ont pas de budget y afférent. Leur personnel utilise les moyens de transport en commun pour effectuer leur mission », précise Hermann Tandra, directeur général du Travail au sein du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales (MFPRATLS), qui réclame du budget pour ces directions.

Plainte des syndicats de travailleurs

La CTM a réagi face à la déclaration de Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique sur le projet de nouveau code du travail. Ses membres exigent plutôt la sortie du Code de prévoyance sociale. Ils ont annoncé qu’ils n’ont pas été consultés dans l’élaboration de ce code du travail. Hermann Tandra, directeur général du Travail, dément. « Ils ont été consultés mais n’ont pas donné de propositions », avance-t-il. Les membres du CTM réclament, par ailleurs, la mise en place du Conseil national du travail (CNT) et la mise en place du comité tripartite pour la préparation de l’élection du représentant des travailleurs, en 2018.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar107 partages

Analamanga – AS Adema poursuit sa lancée

L’AS Adema a signé une deuxième victoire consécutive, hier au stade de Maha­masina, en Poule des As d’Ana­lamanga. Tournoi dont le vainqueur décroche un ticket pour le championnat de Madagascar, en compagnie du champion régional, Elgeco Plus.L’AS Adema a disposé de Tana Formation sur le score de deux buts à zéro. Mardi, elle l’avait déjà emporté face à Mama FC. Elle possède donc six points à son compteur, après deux journées, et caracole, de ce fait, en tête du classement général.Dans l’autre match d’hier, le Cosfa a été tenu en échec par le Mama FC, un but partout. Les militaires occupent toujours la deuxième position du classement, avec quatre unités. Derrière, Mama FC (1 pt) et Tana Formation (0 pt) n’ont plus aucune chance de terminer premier.La troisième journée de cette Poule des As est fixée pour mercredi prochain. L’on assistera à cette occasion à une finale entre l’AS Adema, qui pourra se contenter d’un résultat nul, et le Cosfa, obligé de s’imposer pour s’emparer de la première place.

H.L.R.

Midi Madagasikara106 partages

Ambalavao : Miaramila iray indray matin’ny dahalo

Miaramila iray hafa, mitondra gradina « adjudant chef » indray no lavo an-tanim-piadiana ny harivan’ny alakamisy teo, tany Ambalavao, raha nifanehatra tamin’ny dahalo. Nisy fanafihan-dahalo tany amina tanàna iray tany an-toerana io afakomaly hariva io. Nandray ny andraikiny avy hatrany tamin’ny fanarahan-dia io miaramilan’ny Das miasa any an-toerana io, niaraka tamin’ny fokonolona. Nisy ny fifandonana mahery vaika tao amin’ny kizon’i Tsaranoro, tamin’ireo mpanara-dia sy ireo andian-dahalo. Tamin’io fotoana io no lavon’ny balan’ireo malaso ny Adjudant Chef Andriamahelisoa Patrick. Voatery nihemotra araka izany ireto mpanara-dia ka nahazo vahana nitsoaka ireo andian-dahalo. Fotoana fohy taty aoriana dia tonga ny fanampiana, izay nahitàna miaramila sy zandary, ary niezaka indray nanenjika ireo malaso izy ireo. Raikitra indray ny fifandonana mahery vaika faharoa teo amin’ny roa tonta. Tsy nahaleo ny vavam-basin’ireto ankilany anefa ireo malaso ka vaky nandositra, namela ireo omby am-polony maro nangalarin’izy ireo. Araka ny fantatra dia mbola mitohy ny fikarohana ireto dahalo ireto ataon’ireo mpitandro filaminana any an-toerana. Azo lazaina tokoa fa herinandro mainty ho an’ireo mpitandro filaminana ity herinandro ity. Vao andro vitsivitsy lasa mantsy no nahalavo an-tanim-piadiana ny zandary « chef de poste » tao Morondava. Tamin’izay andro izay ihany koa no namonoan’ny dahalo miaramila iray « sergent chef », tamin’ny fomba feno habibiana, satria dia norasarasain’izy ireo tamin’ny antsy ity farany.

m.L

Midi Madagasikara104 partages

Mgr Odon Arsène Razanakolona : Retour au pays après son Evasan à Maurice

Le Mgr Razanakolona va présider une grande messe ce jour à Alakamisy Fenoarivo.

L’archevêque d’Antananarivo est rétabli d’une maladie qui est à l’origine de son évacuation sanitaire (Evasan) il y a cinq jours.

Les responsables au niveau de l’église catholique ont fait savoir fin juillet que l’archevêque d’Antananarivo, le Mgr Odon Arsène Razanakolona, faisait l’objet d’une évacuation sanitaire à l’île Maurice. Ces responsables ont par ailleurs affirmé que ce président du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) était victime d’une hypertension artérielle et qu’il était ainsi menacé d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébrale). Quatre jours après, plus précisément hier, une communication venant de l’Eglise Catholique Romaine a permis de savoir que l’archevêque d’Antananarivo est déjà de retour au pays. Et la même communication indique que le Mgr Odon Arsène Razanakolona va présider ce jour une grande messe au « Kianja Masera » d’Alakamisy Fenoarivo. Une manière pour l’Eglise catholique de rassurer que l’archevêque va bien actuellement après son évacuation sanitaire. On a également appris que le Mgr Odon Arsène Razanakolona va présider durant cette grande messe la cérémonie d’ordination de prêtres catholiques.

FFKM. Avant le Mgr Odon Arsène Razanakolona, un autre dirigeant du FFKM, le pasteur Davida Rakotonirina, a fait aussi l’objet d’une évacuation sanitaire à l’étranger. Le président de l’Eglise luthérienne est actuellement rétabli de sa maladie. Il a été déjà aperçu à Ankaramalaza (Manakara) lors de la célébration du 76e anniversaire du « Tobylehibe FLM ». Contrairement à ce qui a été donc constaté ces derniers jours, les quatre chefs d’églises du FFKM sont actuellement au grand complet à Antananarivo. Force est cependant de reconnaître que les Odon Arsène Razanakolona (Ecar), Davida Rakotonirina (FLM), Irako Ammi Andriamahazosoa et Samoela Jaona Ranarivelo semblent être écartés de la mission de la réconciliation nationale qui leur a été confiée au lendemain de l’élection présidentielle de 2014. Cette lourde et sacrée mission va être menée par le Conseil du « Fampihavanana Malagasy » (CFM), un organe composé de 33 membres dont 22 « élus » et 11 désignés par le président  de la République. Quant à ces 22 membres « élus », ils seront connus avant le 20 août. Les neuf membres du Comité de sélection national se penchent actuellement sur les dossiers de candidature de plus de 500 candidats.

R. Eugène

Midi Madagasikara95 partages

Trafic d’animaux protégés : Saisie de 59 bébés tortues à Ivato

Alors que le gouvernement malgache affirme avoir mis en place de dispositifs de sécurité stricts pour préserver la biodiversité de ce pays, des braconniers tentent toujours le coup. Le 03 août, deux Indiens ont été surpris en possession de 59 bébés tortues à l’Aéroport international d’Ivato. Dissimulés dans des friandises et des jouets, ces animaux protégés ont  été découverts lors du contrôle des bagages de ces présumés trafiquants qui s’apprêtaient à embarquer dans le vol à destination de Chenai en Inde.

T.M.

Midi Madagasikara83 partages

Développement numérique : Le partenariat public-privé mis en avant par le MPTDN

Présentation de projets de mécénat pour l’éducation numérique, par Orange Solidarité avec le MPTDN et le MEN.

Des projets de soutien à l’éducation numérique ont été présentés, jeudi dernier, au siège d’Orange à Ankorondrano. Ce genre d’initiatives en faveur du développement numérique doit être soutenu, selon le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy.

 Le partenariat public-privé bat son plein, dans le secteur du numérique. Cette démarche est fortement soutenue par le Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), pour son efficacité dans le développement numérique, selon le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy. D’après ses dires, les initiatives du secteur privé pour le développement numérique s’alignent avec le projet présidentiel « Numérique pour tous », qui vise un accès universel au numérique pour accélérer la croissance. « C’est dans cette optique que avons demandé au Gouvernement la Taxation Zéro pour les matériels et équipements de nouvelles technologies, afin d’alléger les coûts pour les opérateurs et les investisseurs », a-t-il affirmé. Le jeudi 3 août dernier, de nouveaux projets de mécénat pour le développement numérique, ont été présentés à la Tour Ankorondrano, au siège d’Orange Madagascar. Il s’agit de renouvellement des Programmes menés par Orange Solidarité Madagascar, depuis 2014, pour l’éducation numérique auprès de 88 établissements scolaires publics dans les 22 régions du pays. Avec ce renouvellement, huit nouveaux CEG bénéficieront également du Programme. En outre 12 Maisons digitales pour les femmes ont également été créées, depuis le lancement du Programme, pour former les femmes sur l’utilisation d’outils numériques. Cette année, huit nouvelles Maisons digitales seront déployées avec six associations partenaires.

Partenariats. Ce programme d’Orange Solidarité est mis en œuvre avec le MPTDN et le Ministère de l’Education nationale (MEN). Outre le partenariat avec le secteur privé, les deux ministres concernés ont également mis en exergue leur collaboration mutuelle, dans le cadre de la réalisation du programme du Gouvernement, qui vise à soutenir la jeunesse malgache et à réduire la fracture numérique dans le pays. Cette collaboration a permis, depuis 2014, à l’Etat de doter de nombreuses écoles et des lycées publics de matériels informatiques et des outils de nouvelles technologies. « L’utilisation fréquente des outils numériques par les élèves, avec une évolution des pratiques pédagogiques des enseignants peuvent contribuer fortement au développement de l’enseignement et à lutter contre la déscolarisation et le taux d’analphabétisme dans le pays », a expliqué le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy. Ce ministre d’ajouter que les collaborations avec les autres départements ministériels, ainsi qu’avec le secteur privé, est toujours sollicitée, pour favoriser le développement numérique. Une optique à laquelle, la présidente d’Orange Solidarité Madagascar, Josie Randriambeloma, le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, ainsi que les représentants des organismes bénéficiaires des projets nouvellement lancés, ont adhéré.

Antsa R.

Midi Madagasikara63 partages

Usagers de la route : La sécurité routière au centre des attentions

Les bagages ne doivent pas être aussi volumineux sur les porte-bagages. Photo Kelly.

Les réglementations en matière de circulation ont été évoquées, hier, par les responsables de la direction générale de la sécurité routière, quelques jours après l’accident d’Ankazobe. Pour les usagers de la route, la question de sécurité routière est enfin devenue une question sérieuse. Après les derniers cas de tragiques accidents, les uns et les autres réalisent que les réglementations en matière de sécurité routière ont un sens et sont justifiées. La finalité étant de protéger les vies humaines. Outre la limitation de vitesse, des éléments comme les charges et le nombre de passagers, ont longtemps été négligés. Le niveau des bagages sur les porte-bagages des taxis-brousse limité à 80cm, le nombre de places assises devant être en conformité avec celui indiqué dans les papiers du véhicule, la vitesse ne dépassant par 75 km/h pour certains véhicules de transport,… sont autant d’éléments devenus plus importants aux yeux du public.

Hanitra R.

Madagascar Tribune60 partages

Les paysagistes de plus en plus nombreux

Le secteur de la décoration florale, de l’art du jardinage et de la culture d’arbres à fruit en tout genre s’est de plus en plus développé ces dernières années. Si la plus part des amateurs de fleurs et de beaux jardins ne connaissaient que les stands du « Voninkazo Anosy » dans la capitale malgache, les particuliers sont maintenant de plus en plus nombreux à être dans le métier ?

« Il ne suffit pas de vendre des fleurs, il faut les aimer avant tout, et c’est cet amour qui les fait grandir, jusqu’à en devenir une source de revenu ». C’est ce que se sont accordées à dire les quelques gérantes de stands de vente de fleurs, d’entretien de jardin et de pépinière présentes à la foire Fier Mada édition 2017. Gérantes car à 99%, ce sont des femmes qui opèrent dans ce secteur qui semble prédestiner à ces dames et qui n’attire jusque là que peu d’hommes. Selon les explications de Mme Lalao, responsable au sein de « Serasera Voninkazo », le développement de ce secteur s’explique surtout par le fait que des femmes qui sont passionnées par leurs jardins et leurs plantes ont décidé d’en faire leur métier. « C’est un métier plaisant et qui plus est allie passion et satisfaction. Pour ma part, je m’occupais au départ de mon jardin et lorsque j’ai commencé à avoir beaucoup de fleurs, mes amis m’ont poussé à en faire un commerce » a-t-elle fait savoir. De plus, certaines se regroupent dans des associations comme le cas de « Serasera voninkazo » qui fait partie d’une autre association « Ceinture Verte », développant encore plus l’activité. Jusqu’à maintenant, aucune formation n’est dispensée en la matière à Madagascar. Et d’ailleurs, bon nombre des gérantes étaient auparavant des femmes aux foyers qui n’ont pas tellement de diplômes d’études selon la responsable de « Serasera voninkazo ».

Concurrence

En raison de la multiplication des acteurs dans ce domaine, la concurrence en devient également plus rude. Selon Christiane Rakotomaharosoa de « Chrisreine », au-delà de la concurrence, le secteur est menacé. Ceci par le fait que les importations et surtout en ce qui concerne les fleurs se font de plus en plus nombreuses. Or, ces plantes importées apportent avec elles des virus selon toujours Christiane Rakotomaharosoa, qui ne sont point détectés au niveau du service phytosanitaire. Ces virus mettent en péril les plantes locales. De plus, les plantes importées ne peuvent même pas toujours supporter les conditions climatiques malgaches. De ce fait, c’est le secteur en entier qui en souffre. Aussi, les contrôles administratifs devraient être intensifiés. Car si pour les exploitants locaux, le service phytosanitaire descend jusque dans les serres comme ce fut le cas pour Christiane Rakotomaharosoa, cela devrait aussi se faire à l’importation des plantes et des fleurs. Comme la responsable de « Serasera Voninkazo », cette dernière s’est aussi retrouvée dans le métier par amour pour les fleurs. L’activité n’est pas encore assez rentable pour servir de gagne-pain, estiment la plus part des exposantes au Fier Mada. Toutefois, les clients eux semblent fidèles à un travail de qualité.

News Mada58 partages

Malagasy Guitar masters: fiarahan’ny andrarezin’ny gitara

Malagasy guitar masters, tarika ivondronana mpanakanto, samy ikoizana amin’ny fitendrena gitara. Tsy iza izany fa i Joël Rabesolo, fantatra kokoa eo amin’ny tontolon’ny jazz malagasy ; i Teta, mahafehy tsara ny mozika avy amin’iny faritra atsimon’ny Nosy iny, toa an’i Chrysanto Zama, ilay tovolahy fahatelo, mandrafitra ny tarika, izay tsy zovina intsony ihany koa raha ny fahaizana mitendry ity zavamaneno iray ity : ny gitara.

Herintaona teo ho eo izay no niorenan’ny Malagasy guitar masters. Mazava hoazy, mampiavaka ny tarika ny filalaovana gitara. Raha oharina amin’ireo andrarezina any ivelany any, misongadina izy ireo amin’ny fahaizana mitazona ny mozika nentim-paharazana, ampiana aingam-panahy manome taratra kokoa ny fironana ankehitriny.

Na vao haingana aza ny nijoroan’ny Malagasy Guitar masters, efa nikopaka elatra sahady izy telo mirahalahy, nandray anjara tamin’ny “Festival Le Kwa la!”, tatsy amin’ny Nosy La Réunion, omaly. Ity ny fitetezam-paritra voalohany ataon’ny tarika, ka taorian’ny tatsy amin’io Nosy rahavavy io, efa ao anatin’ny fandaharam-potoan’izy ireo ny ho any Frantsa sy Kanada. Inoana fa tsy ho diso anjara amin’ny seho toy izany ny eto an-toerana.

Landy R.

Midi Madagasikara58 partages

Androndra : Rangahy namono ny zanany roa volana, nadoboka am-ponja

Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ilay raim-pianakaviana namono ny zanany roa volana teny Ampamatanana Androndra, vokatry ny adin’izy mivady. Araka ny fanapahan-kevitr’ireo mpitsara mpanao famotorana dia naiditra am-ponja vonjimaika ity ray adala ity, mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna azy. Ny 28 jolay lasa teo no niseho ity habibiana ity rehefa nifamaly noho ny resaka sakafo ny ray aman-drenin’ilay zaza. “Nandeha niasa ilay raim-pianakaviana ny maraina ka nametraka vola hatao sakafo. Rehefa niverina izy ny hariva dia tao anatin’ny hamamoana, nanontany sakafo tamin’ny vadiny, nentin-katezerana ilay ramatoa ka namaly hoe tsy nisy sakafo. Tezitra tamin’izany ity raim-pianakaviana ity ka namono ny vadiny. Nampinono ny zanany anefa ilay ramatoa tamin’io fotoana io ka raha nisintona azy ilay rangahy dia ilay zaza no voasintona ka nikipily ary nidona tamin’ny entana tao an-trano. Ny maraina ilay ramatoa vao nandeha nitondra ny zaza teny amin’ny hopitaly ka teny ilay zaza no maty. Rehefa nahare izany ilay raim-pianakaviana dia nandeha nandositra », hoy ny fampitam-baovao. Natao avy hatrany ny fikarohana ilay rangahy ka io tratra io izy, ny alakamisy lasa teo, teny an-toerana hatrany.

m.L

News Mada54 partages

Minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra: mangataka tsy hitataovan-ketra ny vokatra informatika

Mandeha ankehitriny ny fiaraha-miombon’antoka amin’ny tsy miankina sy ny fanjakana (3P). Anisan’izany ny lafiny fifandraisan-davitra sy ny teknolojian’ny informatika, hampiroboroboana ny lafiny niomerika, ifantohan’ny minisitera mpiahy (MPTDN).

Manohana ireo orinasa tsy miankina ny minisiteran’ny Paositra, ny fifandraisan-davitra ary ny fampandrosoana ny niomerika (MPTDN). Nambaran’ny minisitra, Rakotomamonjy Neypatraiky André, fa tanjona ny hametrahana ny paikady  “niomerika ho an’ny rehetra”, hitondran’ny teknolojia informatika sy ny niomerika (Tic) fampandrosoana ho an’ny firenena. Angatahan’ity minisitera ity amin’ny governemanta, araka izany, ny tsy hitataovan-ketra na haban-tseranana ireo vokatra sy kojakoja mifandraika amin’ny Teknolojian’ny informatika sy ny fifandraisan-davitra. Tsotra ny antony, hanamaivana ny masonkaren’ny mpandraharaha sy ny mpampiasa vola amin’ity sehatra ity. Mampirisika ny hetsika sy ny finiavana ary ny fomba rehetra mampiroborobo ny sehatry ny niomerika ny minisitera mpiahy.

Fanapariahana manerana ny Nosy

Araka ny efa notaterina teto, omaly, anisan’ny orinasa tsy miankina miara-miombon’antoka amin’ny fanjakana, ao anatin’ny 3P, ny Orange. Nohavaozina ny fandaharanasa tanterahin’ny Orange solidarité Madagasikara, ary tanjona ny hanapariahana azy manerana ny Nosy. hametrahana ny fanabeazana niomerika any amin’ny sekoly CEG miisa valo (eto Analamanga, Diana,…), manampy ireo 88 efa natao nanomboka ny taona 2014 manerana ny faritra 22. Eo koa ny fananganana ny toerana miisa 12 antsoina hoe tanànan’ny niomerika, manampy ny vehivavy. Nilaza ny minisitra Rakotomamonjy Neypatraiky, fa hanampy ny fivelaran’ny ankizy ny fampiasana ny fitaovana niomerika any an-tsekoly, sady hanampy ny ady amin’ny fijanonana amin’ny fianarana sy hampihenana ny tsy fahaizana mamaky teny sy manoratra.

Njaka A.

Tia Tanindranaza43 partages

Politika malotoVonoina ny olon’ny TIM

Miisa 4 ireo olon’ny antoko Tiako i Madagasikara no maty na novonoina tamin’ny fomba feno misitery tao anatin’ny volana vitsy.

 Novonoina tamin’ny fomba feno habibibiana ny ben’ny tanàna lany tamin’ny anaran’ny TIM tany Bemokotra, distrikan'i Maevatanàna ny 12 jona 2017 lasa teo. Isan’ny andrin’ny antoko any amin’iny faritra iny izy tamin’ny fahavelomany. Tokarak’izany ihany koa ny ben’ny tanànan’Ampefy, izay notafihina sy nesorina tamin’ny alalan’ny tifitra variraraka ny ainy ny 8 jolay. Olona efa tao anatin’ny antoko ihany i koa Mamy Rakotoarivelo, izay mifamahofaho tanteraka ny fomba nahafaty azy ny 28 jolay, ary miteraka ady hevitra. Teo ihany koa ny Minisitra teo aloha Tsiandopy Jacky Mahafaly, izay novonoina tao an-tranony ny 30 jolay. Mahalasa saina ny zava-misy hoe fifandrifian-javatra fotsiny ve sa misy ambadika politika hoenti-mamotika tsimoramora ny antoko TIM izao toe-javatra izao? Toa saika ny olon’ity antoko ity hatrany mantsy no lasibatra sy iharan’ny herisetra tsikelikely. Atomotra ny fifidianana, ary isan’ny antoko matanjaka sy manana fototra hatry ny ela ny TIM satria hatrany ambany ravin-kazo rehetra any no mipetraka ny rantsan’ny antoko TIM, toy ny hoe FOKTIM na TIM eny amin’ny fokontany sy ny DISTIM, izay mipetraka sy tsy nety maty hatramin’ny taona 2002. Ka izany tanjany izany ve no hamotehana azy sao izy no mandresy amin’ny fifidianana manaraka ?

Ampanginina

Ahiana ho famotehana na fandripahana ireo manda iankinan’ny Antoko ny zava-misy, ary toa mampitombina izany izao famonoana misesisesy izao. Mikasika an’i Tsiandopy Jacky Mahafaly, ohatra, dia voalazan’ny loharanom-baovao, fa nifampiresaka momba ny hanatanterahana ny Kongresin’ny Antoko any amin’ny faritra Sava izy sy ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, saingy izy lasa nodimandry iny.  Manampy izay dia  toa nifanojo tamin’ny antsojay natao tamin’ny antoko amin’ny fanamarihana ny faha-15 taonany mantsy ireny zava-doza isan-karazany nisesisesy ireny. Ho lasa kolontsaina sy fomba fiady politika eto amin’ny firenena ve izany ny famonoana olona mba hampangina azy na ho famotehana ny tanjany ara-politika? Maro ny mihevitra ihany koa fa tahotra ny resaka fifofoana ny ainy no antony mampangina tanteraka an’i Andry Rajoelina  amin’izao fotoana.

Toky R

 

Midi Madagasikara35 partages

Taxes sur les pylônes, relais et antennes aux mâts : Date butoir des paiements le 15 octobre 2017

Les sociétés de communications qui utilisent des pylônes, relais ou antennes aux mâts ont jusqu’au 15 octobre pour être conformes à la loi.

Les retardataires ont jusqu’au mois d’octobre prochain pour remplir leurs dossiers et s’acquitter de leurs impôts.

L’appel est lancé par la commune urbaine d’Antananarivo. Les sociétés œuvrant dans le domaine de la communication qui utilisent les pylônes, relais et antennes aux mâts doivent remplir les dossiers y afférant et payer leurs impôts. C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué de presse émanant de la commune urbaine d’Antananarivo en date du 02 août dernier. Ainsi, lit-on que l’initiative a été prise en « application de la loi 2014/020, de la loi des finances 2017 et de l’arrêt d’application N°93-CUA/CAB ». A cet effet, la CUA invite les sociétés qui ont des pylônes, relais et antennes aux mâts implantés dans des domaines publics ou privés à remplir les dossiers concernant ces appareils avant le délai imparti. « Le but est de permettre la constitution et la mise à jour des bases des données de la commune » selon Andry Rakotoarisoa, chef de service de la relation avec des institutions financières auprès de la direction de mobilisation des ressources auprès de la CUA. Il convient de rappeler que seulement 200 entreprises sur les 700 enregistrées ont pu remplir leur dossier d’après toujours Andry Rakotoarisoa.

Séjour. Par ailleurs, la CUA invite également les responsables de site d’hébergement de la capitale de recourir aux mêmes procédures que les sociétés de communication. Notamment, dans le paiement de la taxe de séjour. « Obligatoire pour les sites d’hébergement, le paiement de ladite taxe se fait mensuellement (avant le 10) auprès de bureau de la commune à Tsimbazaza » d’après toujours le chef de service de la relation avec des institutions financières. Il est à noter que les pylônes, relais et antennes aux mâts existent en grand nombre dans la capitale malgache. Sujet à des questions de la part des populations environnantes sur les conséquences que ces dispositifs peuvent avoir sur la santé desdites populations, ils sont actuellement soumis à des taxes que les sociétés qui les emploient doivent s’acquitter.

Recueillis par José Belalahy

Madagascar Tribune33 partages

La théorie du suicide remise en question de plus en plus

Une semaine après la mort tragique de l’ancien baron du parti Tiako i Madagasikara, également ancien ministre et ancien président du Conseil supérieur de la Transition (Cst) Mamy Rakotoarivelo, la théorie du suicide semble remise en question de plus en plus.

Cela fait en effet une semaine hier que Mamy Rakotoarivelo a été retrouvé mort chez lui lorsque sa femme de ménage a alerté la police en entendant deux coups de feu dans les appartements de ce dernier. Les premières informations voulaient alors que Mamy Rakotoarivelo ait décidé de mettre fin à ces jours. Théorie confortée par une dernière publication de celui-ci sur son compte Facebook. Mais plus les jours passent et plus il est difficile d’établir les vraies conditions dans lesquelles le personnage a perdu la vie. Tout d’abord, tout de suite après l’enterrement, ses deux fils déclarent vouloir déposer une plainte contre X. Ce qui veut dire clairement qu’ils ne croient en rien au fait que leur père ait décidé de se donner la mort lui-même. A l’heure actuelle, la police n’a encore ni confirmé ni infirmé le dépôt de cette plainte. Toutefois, il est évident que certains membres de sa famille n’y croient pas. Selon le Commissaire de police, Alexandre Ranaivoson, la police a jusqu’ici entendu une dizaine de personnes dans cette affaire, notamment la femme de ménage qui s’est chargée d’avertir la police, la sœur du défunt ainsi que son ex-compagne qui ont été toutes deux citées dans le dernier post Facebook de Mamy Rakotoarivelo. Le doute s’intensifie lorsqu’on sait que les résultats de l’autopsie n’ont pas encore été communiqués à la police, alors que le corps avait été livré à la morgue le jour même de la tragédie. Pourtant, il s’avère toujours selon la police que l’autopsie pourrait donner le dénouement de cette affaire. On ne sait pour quelle raison ces résultats trainent à arriver entre les mains des enquêteurs. Pourtant, les autopsies réalisées sur les victimes de l’accident d’Ankazobe survenu le lendemain ont, elles, déjà été bouclées. Tous les éléments connus et entourant cette affaire tendent pour l’instant à donner raison aux fils de Mamy Rakotoarivelo. Des rebondissements sont encore possibles. Du côté du parti Tiako i Madagasikara (TIM), qui vient de perdre également l’ancien ministre de la Fonction publique Tsiandopy Jacky, assassiné à son domicile, rien ne filtre. Mis à part un dernier hommage rendu à l’Assemblée Nationale auquel les députés Tim ont été présents, aucune déclaration n’a été faite. Nombreux se posent alors la question de savoir pourquoi le président du parti Tiako i Madagasikara n’a pas eu mot à dire dans ces deux affaires qui lui ont fait perdre deux anciens et proches collaborateurs. Toutefois, dans l’affaire de l’assassinat de Tsiandopy Jacky, la police et les enquêteurs de la gendarmerie nationale privilégient la thèse d’un acte prémédité et réalisé par un proche du défunt, qui est actuellement recherché.

Midi Madagasikara29 partages

FIVMPAMA : Une nouvelle branche aux Etats-Unis

Le Président du FIVMPAMA, Erick Rajaonary avec les représentants de la diaspora malgache aux Etats-Unis.

Aux Etats-Unis, l’initiative du FIVMPAMA à mettre en place une branche internationale a été accueillie avec grand intérêt. L’organisation d’une élection pour la mise en place d’un bureau sera l’étape prochaine.

Le groupement du patronat malgache (FIVMPAMA) ne cesse d’étendre son réseau à l’international en mobilisant notamment la diaspora à l’étranger, et ce, au profit de ses opérateurs nationaux membres. En effet, après la mise en place des branches de ce groupement en France et au Canada, une nouvelle branche vient d’être installée aux Etats-Unis. L’initiative du FIVMPAMA a été accueillie avec grand intérêt étant donné qu’une vingtaine de membres de la diaspora malgache résidant en Amérique ont répondu présents à une conférence organisée tout récemment par le groupement du patronat malgache  sur place. Durant laquelle, le président national du FIVMPAMA, Erick Rajaonary, a présenté les valeurs, les missions et les objectifs du groupement ainsi que les situations socio-économiques à Madagascar.

2 000 personnes. Notons que cette rencontre fait suite à un contact qu’il a établi auprès des entrepreneurs malgaches en juin dernier à New York. Pour cette deuxième rencontre, la mobilisation a atteint quelques localités de l’Est des Etats-Unis allant de Maryland à Virginie en passant par Washington DC. Les entrepreneurs malgaches qui ont répondu présents évoluent dans différents secteurs d’activité. On peut citer, entre autres, la restauration, la banque, l’Entertainment, l’environnement et le transport. Même si le monde de l’entrepreneuriat est encore un terrain vierge et qui reste à développer pour la communauté malgache aux Etats-Unis, les contours se précisent. Rappelons que la communauté malgache installée aux Etats-Unis est estimée à plus de 2000 personnes. L’initiative du FIVMPAMA à mettre en place des branches internationales rejoint l’effort de la diplomatie malgache visant à mobiliser et à intégrer la diaspora dans le processus de développement socio-économique de Madagascar.

Passer à l’action. En revenant sur la branche du FIVMPAMA aux Etats-Unis, « les perspectives et les visions sont là. Il ne nous reste qu’à regrouper des individus ou à mobiliser des groupes de services différents. En fait, nous sommes prêts à passer à l’action. L’Ambassadeur Représentant Permanent auprès des Nations unies a été présent lors de la première visite du Président du Fivmpama à New York en juin et il a encouragé l’initiative qui répond en grande partie aux attentes de la communauté malgache ici. On ne devra pas la décevoir » avance Bruno Razafindrakoto, un des piliers du FIVMPAMA-USA. A peine mise en place, cette branche aux Etats-Unis s’active déjà pour se donner les moyens de ses ambitions. Une exposition sur le thème « Madagascar, people and culture » sera entre autres organisée à New York par le groupement « New York Valiha » les 16 et 17 septembre prochain. Elle se tiendra juste avant l’ouverture officielle de l’Assemblée générale des Nations unies. Histoire de saisir l’occasion pour donner une certaine visibilité à cette nouvelle structure.

Navalona R.

Midi Madagasikara27 partages

SMM : Ultimatum d’une semaine au pouvoir

Comme c’est annoncé, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) a tenu son Assemblée Générale extraordinaire, hier, à la Cour Suprême Anosy. A l’ordre du jour, compte rendu sur la validation des résultats de la commission tripartite présidée par la Primature, compte rendu sur les rencontres avec le bureau permanent du Sénat et de l’Assemblée nationale et prise de décisions quant à la suite des actions menées par le syndicat dans ses actions. Un constat plutôt amer si l’on se réfère à la déclaration de la présidente du SMM, Fanirisoa Ernaivo, d’hier. « C’est un échec », a-t-elle déploré. Malgré tout, le SMM est toujours ouvert au dialogue. Toutefois, si les résultats ne sont pas probants, ce puissant syndicat va enclencher la vitesse supérieure en engageant une grève illimitée.

Responsabilité. La présidente du SMM a cependant fait remarquer que cela dépend de la rencontre avec le Président de la République, tout en soulignant au passage : « Nous sommes prêts au dialogue ». Avant d’enchaîner qu’il n’y avait eu rien de concret pendant deux semaines. «  Nous donnons une semaine au pouvoir ». Un ultimatum en sorte. Et ce serait la grève générale, au cas où le SMM n’obtiendrait pas gain de cause. Toujours d’après Fanirisoa Ernaivo : « Nous souhaitons que le chef de l’Etat assume sa responsabilité. Il a dit qu’il est prêt à nous accueillir. Nous sommes aussi prêts de notre côté ». Elle tient toutefois à rappeler que leur première rencontre remonte au mois de mars de cette année-ci. Et depuis rien. Notons que ce puissant syndicat n’a cessé de revendiquer l’instauration d’un Etat de droit, le respect de l’indépendance de la Justice et la modernisation de carrière des magistrats. Faut-il également rappeler que dans son discours d’investiture prononcé à Mahamasina le 25 janvier 2014, le président de la République s’est engagé à mettre en place un Etat fort respectant les principes de la séparation des pouvoirs garantissant une Justice indépendante et l’égalité de tous devant la loi. Qu’en est-il actuellement ?

Dominique R.

Midi Madagasikara26 partages

Echanges : Des douaniers américains à Madagascar

Les échanges entre les douanes malgaches et américaines s’intensifient. La Direction Générale a reçu du 31 juillet au 4 août dernier des agents de l’administration douanière américaine, « l’US Customs and Border Protection », pour une mission de suivi et de contrôle.

De par son appartenance à l’Organisation Mondiale des douanes, les douanes malgaches bénéficient d’opportunité d’échange de meilleures pratiques de partage d’expérience et de collaboration avec d’autres administrations douanières. C’est dans ce contexte qu’elles ont accueilli les douanes américaines « l’US Customs and Border Protection » pour une durée d’une semaine. Cette visite s’était surtout focalisée sur une coordination des actions en lien à la mise en œuvre de l’AGOA à Madagascar et en une visite de contrôle au  sein de sept entreprises franches majeures à Antananarivo.

Les descentes faites au sein de ces usines ont été concentrées sur le contrôle et vérification documentaire des registres administratifs, législatifs et commerciaux de l’entreprise, la conduite de série d’interviews auprès des responsables au sein de l’usine et de la visite de la chaîne de production. Aucune anomalie majeure n’a été constatée. Par ailleurs, les deux parties ont été unanimes sur les efforts et les innovations que les entreprises bénéficiaires de l’AGOA ont mis en œuvre et que les accompagnements et informations dispensées par les douanes malgaches leur ont été bénéfiques.  Les visites d’usines, comme celles-ci, menées conjointement par les douanes malgaches et les douanes américaines, témoignent de l’engagement constant de l’administration douanière dans leur position de garant du respect des règlementations et procédures liées à l’AGOA.

Pour rappel, cela fait près de trois ans que l’AGOA – Africa Growth and Opportunity Act –accord de libre-échange entre les Etats-Unis et certains pays africains, a été réintroduit à Madagascar. Les retombées économiques et sociales ne sont pas moindres. Ne serait-ce que pour l’année 2016 qui a vu une augmentation de production de 47,5 millions de dollars en termes de valeurs par rapport à 21,9 millions de dollars pour 2015.  Pour le premier trimestre de 2017, en phase avec le nombre d’entreprises agréées au nombre de 32 dont 18 ayant déjà exporté, le volume d’exportation dans le cadre de l’AGOA a pu atteindre les 26 millions de dollars, soit 4,7 millions de tonnes en quantité.

La mise en place de l’AGOA est un pilier fondamental pour l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement malgache pour l’atteinte des objectifs du Plan national de développement et donc pour la croissance économique de la nation. Garant de la mise en place effective de l’AGOA, et donc de l’atteinte des objectifs économiques fixés par l’Etat, les douanes malgaches ont défini, en plus des règlementations douanières cadrant toute opération d’exportation liées à l’accord, des dispositions diverses contribuant à la performance des entreprises et de s’assurer de leur maintien dans la liste des entreprises bénéficiaires de l’accord.

Recueillis par R. Edmond

Midi Madagasikara25 partages

Analamaitso : Unity concert met le reggae à l’honneur

Cet après-midi, le tout Analamaitso, à Analamahitsy, vibrera au rythme de la musique reggae. Après la journée internationale du reggae le 1er juillet dernier, l’association Youth’nity continue à vulgariser cette musique auprès des jeunes. Ainsi, elle organise, comme chaque année, ce concert qui réunit tous les passionnés de cette musique. Unity, comme pour marquer la solidarité et la tolérance que prône ce style musical, sera le grand rendez-vous des fans de reggae. Des reggaeman des îles de l’Océan Indien seront là, avec Wubani Spirit de Mayotte, Neguson de Maurice, et bien sûr les jeunes artistes stars de Madagascar, dont Mashmanjaka, Mafonja, Dougl’and the Wave et Legara. La fête débutera sur les coups de 14h. De quoi donner une dimension régionale à l’événement.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara25 partages

Anosibe-Mandrangobato : Tokantrano roa nasesin’ny jiolahy notafihina

Tsy mandry mihitsy ny tany eny amin’ny faritra Anosibe noho ny asan-jiolahy isan-karazany. Tokantrano roa indray no nasesin’ny jiolahy mirongo sabatra sy antsy lavalela notafihana ny alin’ny Alakamisy hifoha Zoma teo, tao Anosibe-Mandrangobato. Araka ny  loharanom-baovao, tsy fantatra marina ny isan’ireo olon-dratsy fa avy hatrany izy ireo dia niditra tao amin’ny tokantrano voalohany. Norahonana tamin’ny zava-maranitra ny tompon-trano sady norobaina izay zava-tsarobidy tojo azy ireo. Dia toy izany hatrany no natao tao amin’ny tokantrano faharoa, saingy tamin’ity indray mitoraka ity dia voalaza fa olona telo no naratra. Tsy voalaza kosa ny totalim-bidin’nyzavatra very. Nilaza ho niantso vonjy ihany ireo voatafika saingy tsy nisy vokany izany. Nambaran’ny lehiben’ny fokontany anefa fa ny maraina vao nisy nitaraina tao aminy mikasika ity raharaha ity. Nilaza ny tenany fa efa misy ny fepetra noraisina mba hiadiana amin’izao tsy fandriampahalemana izao ary efa mihatra izany ankehitriny. Ny zava-misy anefa dia toa tsy hita hatreto izay tena fiantraikan’izany, satria mitohy hatrany ny asan-jiolahy eny an-toerana. Nilaza ity lehiben’ny fokontany ity fa tato anatin’ny herinandro fotsiny dia  fanafihana roa no nitranga  tao amin’ity faritra ity. Mampanontany tena ihany satria mba misy paositry ny polisy ihany eny an-toerana.

T.M.

Midi Madagasikara23 partages

Midirama : La route tue

Quand la cupidité des transporteurs en commun et la crédulité des passagers se croisent, il en résulte un long chapelet de victimes macabres.  Le drame d’Anjozorobe   nous est encore en mémoire avec ses 47 morts, voilà qu’Ankazobe nous livre à son tour un accident tout aussi tragique avec en plus des cadavres mêlés de ferraille  réduits en cendres. Quand les propriétaires de véhicules pensent  que les défaillances de la dame mécanique se guérissent d’elles-mêmes comme chez les humains, on se fie au Zanahary pour arriver à bon port , l’ « Arovy amin’ny diako aho tompo !» affiché sur le tableau de bord ne peut pas tout faire ; Quand les paroissiens avec  leur rituelle récitation d’avant un long voyage espère que tout se passera bien avec la multiplication miraculeuse des sièges, Saint Christophe (le protecteur des voyages !) ne fera que constater les dégâts. Enfin, quand tout le monde s’accorde à profiter  des  affichettes  sur le pare-brise (genre dorkasy de…  ; voyage d’étude de l’établissement.. ; EKAR de …) comme coupe-file ou passe-droit… A qui en vouloir ? Surtout pas aux forces de l’ordre qui détournent leur regard à leur passage . La route tue mais qui sont les fossoyeurs sinon, nous-mêmes ?

Dans la rubrique nécrologique, deux  grands  commis de l’Etat s‘en sont allés. D’abord   Mamy Rakotoarivelo  qui a été enterré , lundi à Talata Volonondry , avec toutes les honneurs dues à son rang ,puis  Tsiandopy Jacky qui  a été retrouvé mort assassiné à son domicile .Et  comme à chaque fois que de tels  faits  se produisent , l’on se met à se demander s’il s’agit de  crimes crapuleux ou de  contrats  politiques.  Et là, tout un  chacun y va de son analyse politique, des  lecteurs  de titres de journaux en bord de rue aux assidus de salons  huppés.

Dans le monde, et en France, la loi sur la moralisation de la politique suit son bonhomme de chemin. Il n’est, par exemple, plus question de faire travailler aux frais de la princesse  les proches d’un député ou d’une haute personnalité de l’Etat. Où va le monde si  un parent, un cousin ne sert plus  à se caser ?

Enfin, pour ne mourir bête sachez  que Paul Kagamé passe examen d’élection présidentielle  gagnée d’avance au Rwanda tandis que Madura fait avaler  sa constituante au  Venezuela  et tous les deux ont  leurs routes déjà toutes tracées.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara21 partages

Fin du projet SATA dans l’Itasy : Bonne gouvernance de la forêt de « Tapia » et des lacs, acquise par ...

Rakotomalala Christian Léonard, coordonnateur du Projet SATA. Photo Anastase

Désormais, la forêt de « Tapia » et les lacs seront bien gérés par les organisations de la société civile (OSC) dans les districts  d’Arivonimano et de Miarinarivo, région de l’Itasy.

 C’est ce qui ressort de l’atelier de restitution des travaux du projet SATA («   Sahan’Andraikitra, Tetim-pitondrana, Arohevitra ») et qui s’était tenu le 31 juillet dernier à l’espace Riantsoa-Miarinarivo. SATA, un projet de renforcement des organisations de la société civile gestionnaire de la forêt de « Tapia », une forêt endémique et des lacs, à exercer leurs fonctions de force de proposition, d’interpellation, de contre-pouvoir et de plaidoyer dans les districts d’Arivonimamo et de Miarinarivo, région de  l’Itasy.  Plus particulièrement, dans les communes d’Arivonimamo II  et de Morafeno dans le district d’Arivonimamo et  celles de Soamahamanina, Miarinarivo II et d’ Antoby Est pour le district de Miarinarivo. Un projet de gouvernance de ressources naturelles financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’ONG Saha.  Cela a débuté en février 2014 pour prendre fin le 31 juillet 2017.

Objectifs

Les objectifs généraux de ce projet, comme l’a expliqué Rakotomalala Christian Léonard, coordonnateur du projet « Sata », sont : d’impliquer  d’une manière plus significative les communautés de base dans la gouvernance des ressources naturelles dont la forêt des « Tapia » et les lacs ;  de contribuer  à une société civile plus forte et indépendante capable de défendre leurs intérêts à différentes échelles.

L’objectif spécifique  étant  d’accroître les capacités d’influence et d’actions  des OSC gestionnaires de la forêt des « Tapia » et des lacs pour qu’elles s’affermissent en véritables actrices dans le paysage institutionnel local, régional, voire nationale.

Résultats

Des résultats saillants ont été enregistrés au cours du projet « Sata » pour ne citer entre autres que l’union des communautés de base (COBA) dénommée « Union Maitso » qui s’était  vue décerner  le  lauréat des « Trophées Initiatives Climat-COP 22 ». Cinq unions de communauté de base gestionnaire de ressources naturelles avec ses 63 COBA  ont reçu des renforcements de capacités pour mieux appréhender leurs rôles et missions. Emergence de l’instance régionale des OSC dénommées «Soa iombonana «  ayant pour mission d’accompagner les OSC à la base, contribuer à la mise en place  du mécanisme de redevabilité, traiter les aspects stratégiques et politiques. 24 projets pilotes ont été identifiés et mis en œuvre par les OSC, contribuant à la préservation et à la diminution des pressions sur les ressources naturelles dont la forêt des « Tapia » et les lacs. Huit renouvellements et cinq nouveaux contrats de transfert de gestion de la forêt des « Tapia » ethuit nouveaux contrats de transfert de gestion pour les lacs  réalisés. Intégration des COBA cibles du projet au sein de la plateforme pêche.

A noter que le projet SATA, financé par l’Union européenne, intervient sur une superficie de forêt des « Tapia » de 2468 ha sur 10.000 ha et  29 lacs sur 51 dans la zone d’Itasy concernant 72.418 habitants dont 30.408 hommes de 18 ans révolus et 35.028 femmes de plus de 18 ans qui sont les bénéficiaires finaux.

Signalons également qu’aucun feu de brousse n’a été constaté depuis 2016 sur ces lieux. Une prise de responsabilité tangible de ces OSC pour la sauvegarde des forêts endémiques des « Tapia », ainsi qu’une augmentation de production de la pêche dans les lacs.

CHAN-MOUIE  Jean  Anastase

Madagascar Tribune20 partages

La dernière visite technique de l’autocar date de 2015

La dernière visite technique de l’autocar qui a explosé à Ankazobe et qui a causé la mort d’une trentaine de personne et blessé une centaine d’autres remonte à 2015, informe la direction générale de la sécurité routière. Le service de la visite technique montré de doigt car soupçonné par tous d’être corrompu et d’avoir autorisé à circuler cet autocar qui apparemment n’est pas en bon état, explique en long et en large qu’il n’a pas du tout donné l’autorisation à l’autocar incriminé. Sa dernière visite technique date de 2015, et il devrait passer à la visite technique tous les 6 mois en tant que transport public mais il ne l’a pas fait. D’autant qu’au moment de l’accident il était en surcharge de 4 tonnes. Sa charge normale était de 7 tonnes et 78 passagers ; or il a pris à son bord 140 personnes avec les bagages. En tout il avait une charge de 11 tonnes. Ce qui devrait arriver arriva, malheureusement.

N’empêche, il y a des autorités qui n’ont pas fait leur travail. Il y a évidemment le propriétaire du véhicule qui a fait circuler l’autocar dont la visite technique a expiré depuis longtemps. Mais aussi les agents de la sécurité routière. Comment se fait-il que l’autocar qui est parti de Soavinandriana jusqu’à Ankazobe n’a pas été arrêté par la police de la route pour vérification des papiers. Dans les papiers à vérifier, il y a le nombre de passagers autorisés ainsi que le poids maximum, comment se fait-il qu’il a fait plus d’une centaine de kilomètres avec des papiers qui ne sont pas en règle et une surcharge manifeste ? Et aussi comment se fait-il qu’il a pu circuler pendant plus de 2 ans sans autorisation ? Autant de question qui montrent l’étendue de la corruption et l’irresponsabilité des certaines autorités.

News Mada17 partages

ENF: installation du logiciel de paiement

Le ministère de l’Education nationale, par le biais de sa Direction des relations humaines (DRH) et les assistants techniques en informatique (ATI), va procéder à l’installation du logiciel de gestion de paiement des subventions des Enseignants non fonctionnaires (ENF). Ce système permet de centraliser la liste des ENF dans tout le territoire national, ainsi que le suivi à temps réel du paiement de leurs subventions.

A ce titre, des responsables de l’ENF et des ATI suivent une formation dispensée par les techniciens de la DRH sur l’installation et le mode d’exploitation de ce logiciel.

Sera R

Midi Madagasikara17 partages

Miss jeunesse Madagascar : Les 20 finalistes seront connues ce mardi !

Les demi-finalistes au concours Miss Jeunesse Madagascar, en pleine répétition avec Rija Manitra.

Les finalistes de Miss Jeunesse Madagascar seront bientôt connues ! Des 500 candidates inscrites lors des premières sélections, il n’en reste plus qu’une cinquantaine. A l’issue de la demi-finale qui se tiendra à l’espace Yandy By-pass ce mardi 8 août, seulement la moitié sera retenue pour la grande finale.

Avant-dernière ligne droite pour les candidates au concours Miss Jeunesse Madagascar ! Pour l’instant, l’ambiance est encore très bon enfant. Les jeunes femmes retenues pour la demi-finale passent effectivement en revue tous les points qui doivent être corrigés et travaillent d’arrache-pied avec leurs coachs. Dans quelques jours, ce sera différent. L’ambiance sera tout autre car la moitié des prétendantes au titre de Miss Jeunesse Madagascar, cette fois, devra quitter l’aventure pour de bon. Ce mardi 8 août, les 53 candidates retenues par les membres du jury vont devoir repasser les épreuves qui s’annoncent plus difficiles que les précédentes. « Les candidates ne vont pas présenter de simple et banal discours à travers lequel elles émettent une brève présentation de leur personne et expliquent les raisons de leur candidature. Elles vont devoir présenter au jury un projet social ou culturel qui sera tenu de réaliser durant l’année de règne, en cas de couronnement. En plus, l’aventure ne s’arrête pas là pour celle qui sera élue Miss Jeunesse Madagascar. Elle devra encore prouver sa valeur et se surpasser encore plus », explique Hary Yvette, Présidente de Miss Jeunesse Madagascar. Celle qui se sera démarquée et aura séduit le jury, va continuer son aventure à l’international. Elle concourra et représentera le pays pour le titre de Miss Jeunesse World.A titre de rappel, sept pays sont affiliés à Miss Jeunesse World : France (le pays fondateur), Etats-Unis, Monaco, Suisse, Belgique, Luxembourg, et bien sûr Madagascar. Pour la grande finale qui se tiendra dans deux semaines, la délégation de Miss Jeunesse World sera donc là pour s’assurer qu’aucune règle n’a été enfreinte et que les élections se déroulent sans aucune complication.Mahetsaka

Midi Madagasikara15 partages

Football – Championnat féminin : ASCUF, ASOT et SabNam se démarquent

Les grandes équipes sont présentes au rendez-vous au championnat national de football féminin à Mahajanga. Elles ont toutes remporté la victoire d’entrée.

La formation de l’ASCUT a frappé fort, hier, lors de  la première journée de la première phase de la Division Elite du Football Féminin 2017 disputé actuellement à Mahajanga. C’est sur le score fleuve de 5 buts à zéro que les Fianaroises se sont imposées face à l’AS Comato (5-0). Florence a ouvert la marque dès la 6e  minute de jeu pour les joueuses de Haute Matsiatra. Andry a marqué le second but à  quatre minutes avant la pause. Julie (58e) et Rojo

(73e) ont trouvé le chemin du but en seconde période avant que Andry ne signe un doublé à sept minutes de la fin de la partie. Une large victoire qui place les filles de l’ASCUF en tête dans la poule B. La rencontre, remake de la finale de 2016 a vu la victoire de SabNam face à Mifa par 2  buts à 1.  Les buts de Rina (65e minute) et de Sophie (72e minute) ont offert la victoire aux tenantes du titre malgré  le but de Bico Hoamadi pour Mifa à la 76e minute de jeu.

Dans la poule A, les matchs étaient assez équilibrés avec deux résultats. Il a fallu départager SOM et Askam aux séances de tirs au but après un match qui s’est conclu sur un score nul et vierge. ASKAM a marqué 5 contre 4 pour leur adversaire. L’équipe de l’Asot a pour sa part signé sa première victoire et prend les commandes dans le groupe A. Domoina, la capitaine a réalisé un triplé inédit (84e, 85e et 89e) après avoir été menée par FC Prescoi par 2 buts à 0 à la pause sur les buts de  Fetra (2e et 21e).

Classement

Groupe A

ASOT 3 points

ASKAM 1 point

SOM 0 point

PRESCOI  0 point

Groupe B

ASCUF 3 points

SABNAM 3 points

MIFA 0 point

AS COMATO 0 point

Recueilli  par T.H

Tia Tanindranaza14 partages

Fahapotehan’ny firenena ankehitrinyToy ny tamin’ny ady lehibe faharoa, hoy ny GTL

Ao anatin’ny firenena 5 mahantra indrindra maneran-tany isika, hoy ny Gasikara Tanindrazana Lovasarobidy na ny GTL izay tarihin’ny filohany Jules Andriamaholison, tetsy amin’ny Radama Hotel Isoraka omaly.

J. Mirija

Tia Tanindranaza14 partages

“Boeing” nivadika teny AnkazobeEfa lany “visite” tamin’ny 2015

Nivoaka tamin’ny fahanginany manoloana ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina niseho tany Ankazobe ny sampan-draharaha momba ny fitsarana ny fiara, ka nisy ny fanazavana natao teny Alarobia omaly.

Toky R

 

Midi Madagasikara11 partages

IPM : Deuxièmes journées d’entomologie médicale

L’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) tiendra du 8 au 10 août prochain ses deuxièmes journées d’entomologie médicale, durant lesquelles l’unité d’entomologie médicale de l’IPM célèbrera également son trentième anniversaire. Conférences et tables rondes meubleront l’essentiel de ces journées qui seront, par ailleurs, marquées par une série de trois soutenances de thèses devant des jurys nationaux et internationaux.L’unité d’entomologie médicale de l’IPM se consacre essentiellement aux travaux de recherche sur les insectes vecteurs de maladies comme le paludisme, la peste ou encore la fièvre de la Vallée du Rift. Ces deuxièmes journées d’entomologie médicale seront aussi une occasion particulière pour mettre en lumière l’importance des recherches en entomologie médicale pour améliorer la santé publique à Madagascar.

Recueillis par Hanitra R.

L'express de Madagascar10 partages

Trafic illicite – Saisie de bébés tortues à Ivato

Enième tentative de trafic de tortues. Deux Indiens ont été pris avec cinquante neuf bébés tortues hier à l’aéroport d’Ivato. Selon l’administration douanière, ces deux complices ont dissimulé les reptiles dans des friandises et des jouets. Ce coup de théâtre est survenu lors des enregistrements, à l’embarquement du vol de la compagnie Air Austral  pour La Réunion. La ville de Chenai, en Inde, est, la destination finale de ces deux contrebandiers qui ont tenté tant bien que mal de faire sortir du territoire malgache ces reptiles.Ces derniers temps, on constate une reprise des trafics illicites de ces reptiles. Les pays asiatiques, notamment la Malaisie, la Thaïlande et la Vietnam sont les principales destinations des trafiquants. Au mois de mai, par exemple, la découverte de trois cent trente tortues à soc et tortues étoilées à l’aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie a défrayé la chronique.

L.R.

Midi Madagasikara9 partages

Football féminin- Championnat de Madagascar : Les Fianaroises atomisent l’AS Comato !

La toute première journée du championnat de Madagascar de football féminin chez l’élite a donné lieu à un résultat encourageant avec en toile fond cette révolte de la part des clubs tels l’ASCUF mais également l’ASKAM d’Itasy et même les Antsirabéennes de la PRESCOI.

Première journée riche de promesses pour le sommet national de l’élite féminine qui se tient à Mahajanga. Et quand le coup d’envoi a donné lieu à des surprises agréables, on s’attend à vivre une semaine passionnante dans une ville de Mahajanga noire de monde. Vacances obligent !

Un tour à la Betsileo. L’ASCUF de Fianarantsoa a annoncé d’entrée les couleurs en infligeant une raclée de 5 buts à 0 à une méconnaissable équipe de l’AS Comato prise à la gorge par ce but très tôt de Florence (6e)suivi d’un but de Andry (41e) qui signa ainsi son premier doublé, puisqu’elle a réussi à enfoncer davantage le clou en marquant à la 83e mn. Auparavant, Julie et Rojo ont aggravé le score (58e et 73e)sans doute pour faire sentir que les Fianaroises sont bien présentes et attendent jouer un tour à la Betsileo aux autres équipes engagées dans cette édition 2017.

Finalement, c’est la présidente de la Commission de football de la FMF, Patricia Rajeriarison qui devrait être contente car la physionomie des quatre matches au programme d’hier montre qu’il y a à boire et à manger et que pour peu que les techniciens sachent faire un bon tri, on aura une très belle équipe nationale.

La classe de Sophie. Avec les cadres habituels en fait car pour l’instant, on ne peut pas se séparer de Sophie Farafaniriana du SabNam qui a marqué le but de la victoire de son équipe contre MIFA. Juste assez pour permettre au SabNam de marquer ses trois premiers points en battant MIFA par 2 buts à 1 quand Rina ouvrit le score avant de se faire égaliser par Hoamadide MIFA. Mais c’était la classe des grandes joueuses qui a parlé. Sur ce chapitre Domoina de l’ASOT a réalisé un triplé vers la fin de la partie (84e, 85e et 89e) offrant ainsi la victoire à son équipe in extremis face à une hargneuse équipe d’Antsirabe qui a crânement tenté sa chance en se payant le luxe de marquer deux buts par Fetra (2 et 21).

Euphorique, PRESCOI a fléchi vers la fin de la partie pour laisser passer une victoire pourtant à sa portée.

L’autre surprise du jour a pour nom ASKAM Itasy dont on ne donnait pas cher devant les Majungaises du SOM. Devant les assauts répétés du SOM, la championne d’Itasy a su être solidaire pour contraindre les deux formations à aller aux tirs au but. Et dans cet exercice, ASKAM s’est montrée la plus solide en s’imposant par 5 buts à 4 et gagner ainsi le seul point en jeu en cas de match nul au cours des 120mn.

Dans le groupe A, ASOT prend la première place devant l’ASKAM tandis que dans le groupe B, l’ASCUF s’offre la place de leader devant SabNam.

Voici le programme de la journée de dimanche :

07h30 : SabNam contre ASCUF

09h30 : PRESCOI contre ASKAM

14h00 : Comato contre MIFA

16h00 : SOM contre ASOT

Clément RABARY

L'express de Madagascar8 partages

Foulpointe – Deux morts et onze blessés dans une collision

Collision meurtrière entre taxi-moto et taxi-brousse à Foulpointe hier matin vers 9 heures. Deux morts et onze blessés sont dénombrés. L’accident est survenu sur une ligne droite.« Le taxi-moto roulait derrière un véhicule tout-terrain lorsque celui-ci a ralenti puis s’est arrêté pour mieux contourner un nid de poule. La moto, a du coup doublé le 4×4 pour emprunter la voie des véhicules venant de la direction opposée. C’est alors qu’elle s’est télescopée en pleine vitesse avec un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter qui a surgi en sens inverse », relate le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie  à Foulpointe.Deux des occupants du taxi-moto, dont un enfant de cinq ans,  ont péri après leur évacuation à l’hôpital de Foulpointe. Dans un état préoccupant, neuf des onze blessés ont été, pour leur part, transférés sur Toama­sina.Le conducteur du taxi-moto fait partie des personnes sérieusement touchées. Le  véhicule de transport en commun faisait route sur Toamasina avant que le pire ne se produise. Légèrement blessé, le chauffeur est placé en garde à vue à la gendarmerie de Foulpointe.

Andry Manase

Midi Madagasikara8 partages

Eliana Bezaza : Le PSD dénonce le laxisme et appelle à la prise de responsabilité

La secrétaire nationale du PSD déplore la recrudescence de l’insécurité.

La sécurité ou l’insécurité (c’est selon) a été le thème des différentes rencontres que la secrétaire nationale du PSD a eues avec les militants du parti dans la province de Mahajanga.

Invitée spéciale d’une chaîne audiovisuelle de la Cité des Fleurs, Eliana Bezaza n’a pas manqué de présenter ses condoléances aux familles des victimes de l’accident d’Ankazobe tout en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés. Et d’aborder dans la foulée, le sujet brûlant de la situation sécuritaire dans le pays. « C’est inacceptable ce qui se passe actuellement. On assiste  à de véritables hécatombes. Ce que nous savons sont seulement les morts d’hommes rapportées par la presse qui ne concernent que juste les milieux urbains en général. Si telle est la situation dans les grandes villes où sont pourtant concentrés des commissariats de sécurité publique et des casernes de gendarmerie, on imagine ce qui se passe dans les différents villages, communes  et districts  lointains. Des « tany lavitra Andriana » où la population est à la merci des « dahalo », des tueurs et des violeurs ».

Pas le moindre signe. D’après le PSD, les dirigeants sont certainement informés de tout ce qui se passe dans le pays. « Mais malheureusement ils agissent comme si de rien n’était. Personne ne voit le moindre signe indiquant sérieusement que l’Etat prend au sérieux ce problème sécuritaire. Personne ne sent la présence d’un Etat protecteur des biens et des personnes. Au contraire, les priorités de l’Etat semblent être pour le moment dans d’autres domaines mais qu’est ce qui est plus prioritaire que sauver des vies humaines et une société à la dérive .C’est la première responsabilité d’un Etat digne de ce nom ».

Non-assistance à personne en danger. Eliana Bezaza de déclarer clairement que laisser la population dans cette situation extrêmement précaire est « une véritable non- assistance  à personne en danger. Laisser la situation sécuritaire pourrir davantage s’apparente à des crimes contre l’humanité. C’est pour cette raison que le PSD au nom de l’intérêt supérieur du peuple et de la Nation lance un appel urgent aux différents acteurs politiques, à la société civile, aux autorités traditionnelles et aux différentes associations cultuelles pour élever ensemble la voix et faire pression sur le gouvernement pour que des mesures urgentes soient prises face à la recrudescence de l’insécurité. C’est un vrai devoir envers la Nation et le peuple ». Le PSD n’a de cesse de sensibiliser la population, les partis politiques et la société civile pour ne pas verser dans un immobilisme complice et irresponsable. Tout en dénonçant le laxisme du gouvernement, Eliana Bezaza de nuancer toutefois que la prise de responsabilité ne veut pas dire inciter la population à la révolte  car un sursaut populaire quelconque pourrait engendrer des dégâts incommensurables. Pour le PSD, il importe de préserver la paix sociale pour que tout un chacun puisse produire en toute quiétude car il n’y a pas de développement sans sécurité.

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara7 partages

Hippisme : Les poulains et pouliches feront leur entrée à Mahazina

Le rendez-vous est donné ce demain pour la 9e réunion intitulée « Journée des sites » sur l’hippodrome de Mahazina. Cette journée sera aussi marquée par la préparation de la clôture de la saison de course 2017 prévue pour dimanche 13 août. Mais avant cela, les férus de la course hippique seront encore gâtés pour la journée d’hier avec au programme six courses dont celle de la rentrée des jeunes chevaux, poulains et pouliches de deux ans. La 1re course dénommé « Prix Iharanandriana » sera disputée entre cinq montures à savoir Jonquille du Val, Hasta la Best, Hejerenasoa, Nick Power et Faniry Erinamitasoa. Le prix « Andriamamovoka »  distante de 1800 m verra la confrontation de Noris Faniry, Oiseau d’or, Omdah, Nuage de Fanorona, Littisia et Faniry Falivolasoa. Pour la 3e course, sept chevaux se partageront leurs joutes entre autres Nayade, Lutteur d’or, Negus, Madona, Ministar, Orchidée, Luna Bella pour essayer de remporter le prix « Ambohijoky ». Le clou du spectacle sera la 4e course qui mettra aux prises les poulains et pouliches de deux ans et qui franchiront pour la 1re fois la piste de l’Hippodrome de Mahazina. Ils seront huit à se livrer bataille. Il s’agit de Prince Nomad, Pistolet Flammes, Pharys, Pola Faniry, Play Moon, Perle de Carmen, Prisca, Pachamama du Val. La 5e course longue de 2000 m est réservée aux chevaux de trois ans et plus dans les catégories III et II. Ils sont Magique Etoile, Jovialité, Koldikova, Lolita Star, Navigateur, Miorenasoa et Osarus. Enfin, la 6e course sera l’affaire des grands chevaux tels que l’Oiseau Bleu, Mascotte de Star, Nabab, Mascotte de Star, Kamar’All Star, nouvelle star. Ils se livreront bataille pour le prix « Manjakatompo ».

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Sorties du week-end

« Kianja Maitso » Bevalala : « Manal’azy vita bac torajofo » avec les jeunes. Les festivités autour du bac continuent et pour les jeunes de la partie sud de la ville, l’événement se déroulera sur toute la journée de demain, dès 10h. Au « Kianja maitso » de Bevalala, Rak Roots, Mem’s Akademia, Princia de Toliara et D’Olygène animeront la fête. De jeunes artistes de la musique actuelle pour les jeunes candidats au bac, et pourquoi pas ? En tout cas, une chose est sûre, avec ce grand concert, les jeunes qui viennent de passer le bac, et même ceux qui l’ont déjà eu, prendront le temps pour s’amuser et se lâcher.

« Somaroho » : Dernière soirée avec Wawa. Dimanche, dernier jour du festival « Somaroho ». Et c’est le plus grand rendez-vous de la semaine, avec comme grosse pointure du jour Wawa, véritable prince de la musique à Nosy- Be. Le « salegy » va faire chavirer tout le stade, de la soirée jusqu’à lundi matin, parce que le festival ne se termine que le lendemain matin, tant qu’il y a encore des gens pour danser. En tout cas, ce grand événement aux couleurs de Telma a marqué l’île toute la semaine.

Anjara Rasoanaivo

News Mada5 partages

Secteur textile: lancement du projet ZES

Le secteur textile figure parmi les trois secteurs en pleine expansion. A cet effet, les promoteurs prévoient de lancer prochainement une Zone économique spéciale (ZES) dénommée « Textile city ». Une première au pays.

Pour accompagner l’évolution du secteur textile et appuyer sa$ promotion, la Zone Economique Spéciale (ZES) dénommée «Textile city» prend forme. L’effectivité de cette zone s’accompagnera de mesures incitatives dans les volets fiscal et douanier. Dans les faits, cette ZES va proposer une zone industrielle sur plus de 100 ha composée d’usines, d’entrepôts ainsi que diverses prestations en lien avec cette activité. A noter que le projet de loi sur les ZES est actuellement élaboré et en attente d’adoption par le Parlement.

L’Economic development board of Madagascar (EDBM), en tant qu’agence de promotion des investissements, est le principal initiateur de ce projet. Elle est appuyée par la Banque africaine de développement (Bad) grâce au financement du Projet d’appui à la promotion des investissements (Papi). La panoplie de services, lesquels sont fournis gratuitement et de façon personnalisée, favorise les opérateurs déjà installés afin de les aider dans leur démarche d’expansion.

«Nos rencontres avec les opérateurs nous ont permis d’être informé de leurs importants projets de développement. Sept d’entre eux envisagent de réinvestir à hauteur de 12 millions de dollars sur les trois années à venir sur de nouvelles unités, machines et équipements, et créant ainsi 5.000 nouveaux emplois», a expliqué Johary Rajosefa, directeur de la promotion des investissements de l’EDBM. D’ores et déjà, les opérateurs du secteur verraient d’un bon œil la création de cette zone dédiée en exclusivité au textile. Elle est perçue comme un outil d’attraction des investisseurs et professionnels du secteur, ce qui renforcera la position de Madagascar sur l’échiquier mondial.

Les évolutions dans le secteur

Les promoteurs et acteurs œuvrant dans le domaine du textile s’attèlent à développer davantage leurs activités. L’augmentation du volume et de la valeur des exportations entre autres témoignerait de l’évolution constatée. L’EDBM a fait état de huit nouvelles entreprises textiles créées depuis le début de l’année. Aussi, ces deux dernières années ont vu naître neuf nouvelles grandes sociétés dont la plupart viennent de l’Asie (Inde, Chine), puis de Maurice et de Madagascar.

Et sur l’ensemble des sociétés déjà existantes, 92 dispose d’un agrément d’entreprises franches et 54,34% ont adhéré à des groupements du secteur privé comme le Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP) et Textile Mada. Ils emploient plus de 45 000 personnes.

Par ailleurs, le secteur textile a enregistré une augmentation de 12% des exportations d’articles textiles et habillement de 2015 à 2016. La valeur de ces exportations est passée de 412,176 millions de dollars à 462,559 millions de dollars pour la période donnée. 69% de la totalité des marchandises sont exportés en Europe.

Arh.

News Mada5 partages

«Sômaroho!”- Nosy Be: nambabo ny mpijery i Shyn

Maro ihany ireo tarika nisongadina, saingy hatreto aloha, mbola nanantombo tamin’izy ireny i Shyn. Toa ny efa nandrasan’ny mponin’i Nosy Be efa ela ity mpanakanto ity, ka horakoraka tsy nisy toa izany no nandraisana azy an-tsehatra. Tsy vitan’izay, hain’ireo mpijery avokoa ny hira nalahatr’ity mpanakanto zanak’i Toamasina ity.Mazava loatra fa nafana indrindra ilay hira “Resim-pitiavana”, ka mahay azy avokoa na zaza na olon-dehibe. Eo koa anefa ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay, toy ny “Mahatsara zaho”, “Tsisy tsiny”, “Tsy mahafantatra aoka”, sns”.Ho an’ny anio, hifandimby hiaka-tsehatra eto Ambodivoanio ry Jean Marie Dallas, Bacoili, Sisca, Lariis, Bodo ary i Sege Beynaud. Anisan’ireo vahiny, saingy tsy vaovao amin’ny mponin’i Nosy Be intsony ito farany, satria efa nanafana ny “Sômaroho” tamin’ny andiany faharoa ihany koa.

Zo ny Aina

News Mada4 partages

10 niala tao amin’ny EPP Fanjahira: ampanambadian’ny ray aman-dreny ny mpianatra

100% ny taham-pahafahana CEPE ho an’ny fanadinana farany teo ho an’ny EPP Fanjahira ao amin’ny Zap Ifarantsa, Cisco Taolagnaro. Tsara hatrany ny vokatra fa olana sedrain’ny mpitantana ny sekoly ny fialan’ny mpianatra indrindra ny ankizivavy rehefa tonga eo amin’ny 13- 14 taona ao amin’ny kilasy 7ème. “Alefan’ny ray aman-dreny manambady sahady izy ireny ialana amin’ny vesatra ao an-tokantrano. Betsaka amin’ireo ray aman-dreny no tsy mahaloa ny latsakemboky ny Fram 5 000 Ar isan-taona isan’ankizy”, hoy ny talen-tsekoly, Beby Constance. Tamin’ny taom-pianarana farany teo, 10 ireo niala an-daharana lasa manampy ny ray aman-dreny na koa lasa manam-bady. Vokatry ny fahantrana avokoa izany, hoy ihany izy. 436 ny isan’ny mpianatra tamin’ny taom-pianarana lasa teo. Sivy ny mpampianatra misahana ny kilasy rehetra, roa mpiasam-panjakana amin’ireo.

Nahazo fanasokajiana EPP kintana telo satria manana toeram-pivoahana sy fahazoana rano madio ary ny fitaovana fitatavanan-drano ny sekoly. Mifefy rahateo ny toeram-pianarana ary manana zaridaina karakarain’ny mpianatra mandritra ny taom-pianarana. Nanentana tamin’ny fampidiran-drano teo anivon’ny sekoly ny Unicef. Noho ireo vokatra tsara ireo, nomena azy ny kintana telo. Efa manana efitrano vaovao handraisana ny ankizy madinika ao amin’ny préscolaire ny EPP amin’izao fotoana izao, vokatry ny fanohanan’ny Unicef ny taona 2013.

Vonjy A.

L'express de Madagascar4 partages

Administration – Failles du statut des fonctionnaires

Plus d’une centaine de nouveaux fonctionnaires ont reçu leur diplôme hier à Androhibe. Des anomalies écorcheraient le  statut général des fonctionnaires.

En marge de la sortie de la 26e promotion de l’École Nationale d’Administration de Madagascar, à Androhibe hier, le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonan­drasana a déclaré que le statut général des fonctionnaires présente des anomalies qu’il faut rectifier et doit être rectifié au bénéfice du gouvernement. « Beaucoup de choses sont à rectifier dans ce statut. Il n’est, certes, plus au goût du jour et ne répond pas aux attentes des fonctionnaires, mais il faut aussi voir s’il est bénéfique pour le gouvernement », a-t-il soutenu.D’après le locataire de Mahazoarivo, « les fonctionnaires sont l’un des corps de l’État pour lequel celui-ci dépense le plus. Alors pourquoi ne pas augmenter leur redevabilité envers l’État ? » Toujours d’après le chef du gouvernement, certaines règles doivent être « règlementées » pour que cela ne soit pas handicapant pour le pays.

Modification« Pour le cas du droit de grève, il a été reconnu, et c’est tout. Pourtant, il y a des organes d’État, dont je ne citerai pas les noms, où il est presque inimaginable de faire grève, car cela est perçu comme un sabotage économique pour le pays » a-t-il soutenu. Le ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Adminis­tration, du Travail et des Lois Sociales, Jean de Dieu Maharante, quant à lui, réaffirme les dires de son supérieur hiérarchique. « Il est vrai que le statut des fonctionnaires doit subir des modifications, mais cela peut aussi être bénéfique pour les fonctionnaires, d’où la mise en place de la commission tripartite qui permet d’étudier toutes les faisabilités au bénéfice du gouvernement et des fonctionnaires », a-t-il déclaré.Outre le Premier ministre et le ministre  de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales, le Président de la HCC, le ministre auprès de la présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, le ministre du Commerce et de la Consommation ainsi que  les représentants du sénat et de l’Assemblée nationale sont venus assister à la remise de diplômes. La promotion FANAMBI compte cent quatre vingt et un nouveaux fonctionnaires issus de neuf sections dont les plus nombreux sont les élèves administrateurs civils et inspecteurs des impôts.

Loïc Raveloson

News Mada2 partages

Antoko sivy ao Fianarantsoa: « Tsy azo avela hitohy intsony izao fahoriana izao »

Nanambatra ny heriny ary niray feo. Nanao fanambarana ireo antoko politika maromaro ao Fianarantsoa tamin’ity herinandro ity ary nilaza ny tsy hanekena intsony ny mbola hitohizan’izao fitondrana izao intsony.

 Hentitra sy nahitsy ny hafatra. “Tsy azo avela hitohy intsony izao fahoriana zakain’ny Malagasy izao…”, hoy ny fanambarana iraisana nataon’ireo antoko maromaro, ao Fianarantsoa ny 2 aogositra teo. Nohamafisin’izy ireo ny fanambarana efa nataon’ny Justice et Paix any an-toerana ny volana jolay teo. Nivoitra tamin’izany fa tsy mandeha amin’ny laoniny intsony izao fitantanana ny firenena izao ka tokony hatsahatra. “Miseho lany amin’ny endriny maro eto amintsika ny tsy fahamarinana; ny kolikoly, ny kiantranoantrano… Tahaka zany koa ny tsy fandriampahalemana,  efa miorim-paka eto amintsika”, hoy ihany ny fanambarana. Manoloana izany, nambaran’izy ireo fa tonga ny fotoana.  “Ny  be no basy ary ny firaisankina no hery”, hoy ihany ireto antoko politika ireto.

Fitondrana manao bemarenina

Nohitsin’ny fanambarana koa fa manao bemarenina ny fanjakana na teo aza ny hafatry ny fiangonana. “Natao hanitsiana ny fomba fitantanana tsy mety miseholany etsy sy eroa sy mamotika ny vahoaka ireny. Iaraha-mahita anefa ny vokatr’izany amin’ny iainan’ny vahoaka noho ny tsy fankatoavan’ny mpitondra ireny tenin’ny ray aman-dreny. Potika ny firenena ary mijaly sy maty ny vahoaka”, hoy ihany izy ireo.

Midika izany fa miombon-kevitra amin’ny tsy fetezan’izao fitantanana ny firenena izao ireo antoko politika ao Fianarantsoa. Anisan’izany ny Tim, ny Mapar, ny Tambatra, ny Avana, ny Maitso hasin’i Madagasikara… Efa maka bahana hanomana hetsika sy fihaonambe hiantsoana ny kristianina sy ny vahoaka miaraka amin’ny Justice et Paix izy ireo ato ho ato.

Synèse R.

 

News Mada2 partages

CSB II Ifarantsa: mahazo 3 000 Ar ny mpanentana ara-pahasalamana mitondra mpiteraka

49 ny isan’ny reny tonga miteraka isam-bolana ao amin’ny CSB II Ifarantsa. Antony iray mampazoto ny reny miteraka eny amin’ny CSB ny asan’ny mpanentana ara-pahasalamana isam-pokontany. Tsy mandray karama ny mpanentana roa isaky ny fokontany fa misy tambiny omena azy arakaraka ny asany. Rehefa mitondra mpiteraka eny amin’ny CSB ny mpanentana, mahazo vola 3 000 Ar nanomboka ny taona 2014. Ho an’ny vehivavy mitondra vohoka hisafo voalohany, mahazo 1 000 Ar ilay AC. Raha tody amin’ny fisafoana fahatelo ilay vehivavy, mbola omena vola 1 000 Ar ihany izy. “Napetraka nanomboka ny taona 2014 io fepetra io ary tsapa fa mandeha tsara”, hoy ny mpanentana ara-pahasalamana iray, Rasoanirina Josephine. “Telo ka hatramin’ny enina ny mpiteraka voatery alefa haingana eny amin’ny hopitaly Taolagnaro noho ny fahasarotana miseho aminy. Zaza iray isam-bolana kosa no tsy azo satria matetika efa tara loatra vao manatona ny toeram-pitsaboana ilay vehivavy mitondra vohoka hiteraka”, hoy ny infirmier mpitantana ny CSB II, Ratalata Jean Noël.

Misy koa ireo mpiteraka tsy ampy vola ka aleony mijanona any an-tanàna ihany. Mponina  9131 amin’ny fokontany fito no karakarain’ny CSB II.

Nihena ny aretim-pivalanana noho ny fahazoana rano ao an-tanàna

Olana iainan’ny mpitantana ny CSB amin’izao fotoana izao ny fahanteran’ny trano ka voatery afindra ny marary sasany satria mitete ny tafo rehefa fotoam-pahavaratra. Ny kidoro handraisana ny marary koa tsy ampy mihitsy, hoy ity tomponandraikitra ity. Efa nihena ny aretim-pivalanana vokatry ny fisian’ny forage napetraky ny Unicef nahazoana rano ho an’ny tanàna sy ny CSB. Teo aloha, mandeha an-tongotra antsasakadiny matsaka isan’andro ary mandany 500 Ar hatao karaman’ny mpatsaka.  Ankoatra ny fahazoana rano madio, nahazo fiofanana avokoa ny mpiasa ao amin’ny CSB ary manana toeram-pivoahana manaraka ny fenitra izy ireo. Vokatry ny fampiasana ny fotodrafitrasa misy rehetra, nahazo ny kintana telo ny CSB II Ifarantsa.

Vonjy A.      

Madaplus.info1 partages

L’axe Tananarive Côte Est rétabli

L’axe ferroviaire Tananarive-Côte-Est, le fameux pont TCE est de nouveau opérationnel depuis la semaine dernière.
La route ferroviaire a été coupée il y a quatre mois suite aux pluies diluviennes d’Enawo au mois de mars dernier qui ont fait dériver des rails situés au PK 115, entre Andasibe et Beforona. À cause de ce dégât, le transport des produits locaux comme la banane et le café, se fait à pieds pendant tout ce temps. Ce sont les populations de la Commune de Lohariandava et ses environs qui sont les plus que ravis de la remise en état de ce pont reliant Andasibe et Brickaville. La reconstruction de ce pont a été accueillie avec liesse par la population locale. Le nouveau pont mesure de trente mètres avec une capacité de charge de 400 tonnes. Selon Madarail, le pont a été aménagé afin de subsister à des conditions difficiles. Il a fallu seulement 45 jours de travaux pour les techniciens malagasy pour réhabiliter ce pont.
News Mada1 partages

Jiolahy namono polisy: nidoboka eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy i Nono

Naiditra eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy omaly rehefa avy natolotra ny fampanoavana i Nono, jiolahy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny famonoana polisy teny Andrefan’Ambohijanahary, ny 26 jolay 2017 lasa teo…

Saron’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), sakelika voalohany teny Anosibe, ny alarobia 2 aogositra 2017 lasa teo ity jiolahy tompon’antoka tamin’ny famonoana polisy ity. Araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka bevava, hitan’ny olona nitsirara teo Andrefan’Ambohijanahary akaikin’ny Jirama ny lehilahy iray tamin’io fotoana io tokony ho tamin’ny 5 ora maraina. Nampandrenesina avy hatrany ny polisy ao amin’ny boriborintany fahadimy eny Mahamasina ka nentina teny amin’ny hopitaly ilay niharam-boina. Maty tao amin’ny hopitaly ilay lehilahy niharam-boina ny ampitson’io nahitana azy nitsirara teny Andrefan’Ambohijanahary io. Fantatra taorian’ny fanadihadiana fa polisy ity lehilahy ity ary fanaony ny manao fanatanjahantena isa-maraina, saingy niharam-boina izy tamin’io fotoana io. Rehefa natao ny fizahana, hita fa novonoina izy satria nahitana mangana sy ratra ny lohany izany hoe nisy nidaroka. Nametraka fitoriana tao amin’ny polisin’ny BC ny fianakaviany. Nandeha avy  hatrany ny fikarohana taorian’izay ka nahazo loharanom-baovao ny polisy fa izany Bengaly, Bolo na Mainty, Nantenaina ary Nono izany no isan’ny tompon’antoka tamin’ny famonoana ity polisy ity. Nisy lehilahy iray nitondra moto Scooter ihany koa niaraka tamin’izy ireo tamin’ny fotoana namonoana azy.

Nanao ny vela-pandrika ny polisy ka tratra teo Anosibe i Nono, ny alarobia teo. Hita teny an-toerana koa i Bolo, saingy tafaporitsaka. Mitohy ny fikarohan’ny polisy ireo jiolahy ireo.

Jean Claude

Tia Tanindranaza1 partages

ACMIL AntsirabeNamoaka manamboninahitra 78 isa

Manamboninahitra niisa 78 no navoakan’ny Akademia Miaramila Antsirabe omaly. Mizara ho andiany roa izy ireo dia ny andiny mivantana faha 38 nisalotra ny anarana “Fanjiry”, izay niisa 67 mianadahy ary ny andiany manokana niisa 11 nisalotra ny anarana “Lafatra”.

 Nanome voninahitra ny lanonana ny filohampirenena Hery Rajaonarimampianiina niaraka tamin’ireo manamboninahitra miaramila marobe, ka ny Kaomandin’ny sekoly, ny kolonely Ramasy Razafindratovo Heritiana no nitarika ny lanonana rehetra. Nandritra ity lanonana ara-miaramila ity moa no nitsofan-drano ireo andiany faha 40 nitondra ny anaran’ny Jeneraly Andrianaivo Raymond sy ny andiany iraisam-piadiana faha 20 mitondra ny anarana “Fivoy”. Ankoatra izay moa dia toy ny mahazatra dia nisy ny famindrana ny sabatra sy ny fanevan’ny sekoly tamin’ny andiany faha 39 nataon’ny andiany faha 38, ho mariky ny fitandroana ny hajan’ny sekoly hoan’ireo andiny zandriny ireo. Araka ny nambara tamin’ny taon-dasa moa dia nisy ny fanavaozana tanteraka ny efitrano “Amphithéatre” ho isan’ny tsangambaton’ny faha 50 taon’ny sekoly ka nampitondraina ny anaran’ny Jeneraly Rasamoely Claude James izany, izay Malagasy voalohany nandray ny fibaikoana ity sekolin’ny manamboninahitra ity (1972 – 1975), izay nohitarina sy niova endrika no lasa mahazaka olona hatrany amin’ny 600 any ho any amin’izao fotoana. Fa nandritra ny lahateny nataon’ny minisitry ny fiarovam-pirenena moa no nampatsahiviny ny lalàna momba ny mpitandro filaminana manoloana ireo fanakianana sy resabe amin’ny asan’izy ireo, ataon’ny sarambabem-bahoaka ka nilazany fa tsy mbola ireny olona be resaka sy mitabataba ireny no nifampitifitra tamin’ny dahalo na koa nanolotra ny ainy hoan’ny tanindrazana ka aoka tsy ho taitra amin’izany ny mpitandro filaminana izay nisaorany manokana mihitsy moa ny ezaka ataon’izy ireo. Fa ankoatra ireo moa dia nisy ny fitsidihina ny tranom-bakoka izay an-dalam-panamboarana amin’izao fotoana mba hitehirizana sy hampahafantarana ireo vakoka eo anivon’ny tafika Malagasy. 

Caius R

 

L'express de Madagascar1 partages

Magistrat-Gouvernement – Le SMM déplore un échec des négociations

Selon le SMM, les travaux de la commission tripartite devant trouver des solutions à ses revendications, n’ont abouti à rien de concret. En dernier ressort, le Syndicat demande à rencontrer le président de la République.

Un fiasco. Devant les journalistes, hier, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), a exprimé sa déception, quant à l’issue des échanges avec le gouvernement, aux fins de trouver un consensus pour mettre un terme au bras fer entre ces deux entités.À l’issue de son assemblée générale d’hier, à la Cour suprême Anosy, le Syndicat, par le biais de Fanirisoa Ernaivo, sa présidente, a déclaré : « Nous sommes désolés de vous dire que les discussions n’ont abouti à rien de concret. Nous avons le sentiment d’avoir été menés en bateau. Aucune solution claire, ni prise de responsabilité franche quant au respect de l’indépendance de la Justice et la mise en place de l’État de droit que nous revendiquons ».L’assemblée générale d’hier, a été convoquée pour faire un compte-rendu aux membres du SMM, de la teneur des échanges au sein de la commission tripartite mise en place, en milieu du mois de juin. Composée de représentants du Syndicat, de la primature et du ministère de la Justice, la commission avait pour mission de trouver un terrain d’entente entre l’État et les magistrats sur la base des revendications de ces derniers. Selon ce qui a été dit aux journalistes, hier, les séances de travail ont démarré, le 18 juillet, et les résolutions ont été validées, jeudi.La promptitude avec laquelle le SMM a affirmé que le processus s’est soldé par un échec, pourrait tendre à une précipitation. L’application de ces résolutions pourrait nécessiter du temps. Face à la presse hier, il a été soutenu que le gouvernement ne s’en tient qu’à des déclarations de principes sans plus.

RencontreLors d’un entretien téléphonique, un membre du Syndicat a expliqué que cette affirmation d’un fiasco est due au fait que nos interlocuteurs ont été toujours évasifs quant à la réponse à apporter à nos chefs de revendications. Ce qui nous place dans l’incertitude quant aux intentions réelles du pouvoir. Ces chefs de revendication seraient, une indé­pendance concrète de la Justice, la restauration de son autorité, une non-immixtion dans les procédures judiciaires et l’application des décisions de Justice.Durant la conférence de presse d’hier, pourtant, le SMM n’est pas entré dans les détails des points de blocage des négociations. Une manière de ne pas crever entièrement l’abcès et donner une opportunité au gouvernement de clarifier ses intentions, indique le membre contacté. La situation étant, de prime abord, dans l’impasse, le SMM remet sur la balance du rapport de force, l’éventualité d’une grève illimitée, tout en affirmant rester ouvert au dialogue. Dans ce sens, le Syndicat maintient sa demande d’une rencontre avec Hery Rajao­narimam­pianina, président de la République.En tant que garant de l’indépendance de la Justice, le fait que le chef de l’État fasse une déclaration solennelle dans ce sens, avait fait partie des revendications du SMM au début de son bras de fer avec le pouvoir. Dans l’épisode 13 de son rendez-vous hebdomadaire, le locataire d’Iavoloha, a déclaré : « Le président de la République, accepte et respecte l’indépendance de la Justice. C’est la raison pour laquelle j’ai gardé le silence face aux affaires judiciaires où mon avis avait été demandé (…) C’est une question qui ne se pose même pas, le fait que le Président soit le garant de l’indépendance de la Justice, est inscrit à l’article 107 de la Constitution ».À Anosy, hier, le SMM a indiqué qu’il y a des sujets qu’il faudrait aborder de vive voix et qu’une réponse dans son rendez-vous ne suffit pas. Répliquant au chef de l’État, Tiaray Fana­himanana, vice-président du Syndicat, a soutenu qu’être garant de l’indépendance de la Justice n’est pas se taire et regarder, mais implique une prise de responsabilité. Qu’a-t-il fait face aux actes de sénateurs dénoncés comme perturbant la Justice? Tout est, effectivement, dit dans la loi. Ce que nous cherchons c’est comment faire pour les appliquer.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Fier Mada – Création d’Adam mise sur le matériel agro-industriel

Parvenant à vaincre peu à peu le cliché péjoratif qu’on leur attribue, les produits locaux commencent à rassurer les consommateurs. Un phénomène confirmé par la Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (Fier-Mada) qui se déroule, en ce moment, au terrain annexe de Maha­masina. Consommé autant par les étrangers que les autochtones, le label « Vita malagasy » est à présent gage de qualité et de plus en plus prisé.Si, auparavant, cet engouement ne portait que sur les produits artisanaux, à présent, les technologies malgaches sont aussi à la une, notamment dans le domaine agricole. À l’image de la société « Création d’Adam » au stand 372, une entreprise œuvrantdans la conception de matériel d’élevage agricole et industriel.De simples cages à poules pondeuses, en passant par les abreuvoirs automatiques pour vaches laitières, ou encore des fumoirs, du matériel de boulangerie jusqu’à la yaourtière industrielle, « Nous œuvrons depuis dix ans dans la conception de matériel sur mesure », explique Ando Aimé Rakotondrasoa, directeur. Ainsi, par ces offres à la carte, la société contribue largement à l’épanouissement des petites et moyennes entreprises dans la mesure où elle permet à ces dernières de pouvoir se doter du meilleur matériel à un tarif accessible pour les petits budgets.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Les autorités locales des bleds perdus règnent en maitres absolus

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous le gouvernement de Rainilaiarivony, la domination de l’oligarchie merina, indique David Rasamuel (Revue d’études historiques Omaly sy anio, N°15, 1982), est représentée dans les provinces par des officiers qui assurent le commandement des forts. Ils agissent souvent d’une manière indépendante.Ne recevant aucun traitement de l’État royal, ils se livrent à des activités lucratives qui les poussent à exploiter les populations. « Les abus se font de plus en plus fréquents à mesure que l’on s’éloigne de la capitale du Royaume de Madagascar. »L’historien, dans une étude sur les « déportés en Imerina au XIXe siècle », évoque la situation d’Ikalamavony dans le Betsileo, qui se prête à de telles irrégularités. Le fort, installé dans la province de Fianarantsoa, occupe une position marginale, à la frontière du pays bara. C’est une zone d’insécurité qui subit, dans cette période, de fréquentes incursions bara et la localité échappe plus ou moins au contrôle d’Antananarivo et de Fianarantsoa.Le terme « déportés » peut sembler très fort, mais comme David Rasamuel le précise, il préfère l’utiliser plutôt qu’ « andevo », esclaves, ou « gadralava », condamnés aux fers. Car selon lui, comment expliquer autrement la situation de ces personnes « transférées de force de leur pays d’origine vers un endroit lointain » ?Son étude s’étend de 1866 à 1896, et porte sur les moyens d’acquisition de cette main-d’œuvre servile ou pénale, ses conditions de travail et d’existence, et la situation au moment de leur libération.Au XIXe siècle, les discours royaux qui ont force de lois et les textes législatifs comme les Codes des 101 et des 305 articles de Ranavalona II, suppriment progressivement les moyens juridiques qui permettent l’asservissement.Pourtant, bien après l’interdiction officielle édictée en 1881, la réduction en esclavage et le trafic d’esclaves se poursuivent « sans aucune limite » notamment dans certaines régions du Betsileo. « Il n’est donc pas impossible qu’une partie des provinciaux déportés en Imerina aient été des esclaves acquis par le gouverneur nommé en 1866, après les années 1870 et 1880, alors qu’il était chargé de diriger le fort d’Ikalamavony. »Certains articles de lois l’y favorisent d’ailleurs, disposant qu’un bon nombre de délits sont passibles de la condamnation aux fers, pour une durée variable parfois à vie. Placé à la tête d’un fort, le gouverneur a, parmi ses attributions, celle de veiller à l’application des lois dans sa circonscription.Toutefois, selon David Rasamuel, aucune des lettres de ce gouverneur adressées à la reine ou au Premier ministre n’évoque l’état des condamnés. « Or, il existe sûrement des condamnés puisqu’il mentionne dans ses correspondances officielles la présence, dans son entourage, d’ andriambaventy, grands juges. » Il donne même des précisions sur leur effectif, les jugements qu’ils rendent, la nature des condamnations prononcéesQue deviennent ainsi les condamnés ? Et pourquoi n’y a-t-il pas de réaction de la part des autorités centrales d’Antananarivo et de celles de Fianarantsoa ?L’auteur donne alors comme explications à cette situation floue, que subissent les condamnés à l’esclavage exploités par le gouverneur, la rareté des correspondances envoyées par ce dernier à la reine ou au Premier ministre, la complicité des juges eux-mêmes, le peu d’intérêt économique que présente la région pour le royaume et l’insécurité qui existe dans cette zone limitrophe où les hauts fonctionnaires merina ne souhaitent pas faire de fréquentes visites.Des rapports du gouverneur adressés à Ranavalona (II et III) ou au Premier ministre soulignent encore plus nettement l’insécurité qui caractérise la région dans laquelle se trouve son fort. Celui de 1884 parle par exemple d’un secours qu’il doit apporter avec le « Foloalindahy», composé d’une cinquantaine d’hommes, à un village proche du fort. Le village a été razzié par les Fahavalo (ennemis ou pillards). Un de ses adjoints est lui-même tué au cours d’une expédition contre des pillards dans sa circonscription, en 1886.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Madaplus.info0 partages

Boeing accidenté à Ankazobe : une visite technique très ancienne

Boeing accidenté à Ankazobe avait subi sa dernière visite technique en 2014, alors que les visites techniques des voitures de transport doivent deux fois par an, sinon la voiture doit être mise en fourrière.
Les responsables de la Direction Régionale de la Sécurité Routière (DRSR) requièrent au Service de Visite Technique, pourquoi le grand bus a-t-il reçu ses papiers ? Vu que toutes les voitures de transport en commun doivent être vérifiées techniquement deux fois par an au Centre de la Sécurité Routière. Est-ce que ce serait un dessous de corruption ? La DRSR réclame une expertise spécialisée pour justifier la cause de l’accident. Le Service de Visite Technique de marteler que le bus était en surcharge plus de quatre tonnes, qui pourraient être l’origine de l’accident.
News Mada0 partages

Religion: Odon Razanakolona revient sur le devant de la scène

La santé du numéro un de l’église catholique de la capitale Monseigneur Odon Marie Razanakolona est en train de s’améliorer. Selon une information parvenue à la rédaction, hier, émanant de cette confession, il sera présent à la cérémonie d’ordination de prêtres qui se tiendra aujourd’hui à Fenoarivo.

«L’archevêque d’Antananarivo, Monseigneur Odon Marie Arsène Razanakolona va diriger cette messe», rapporte la note.  Il s’agit de la première apparition publique du prélat, suite à un malaise qui a provoqué son évacuation sanitaire à Maurice récemment. Une manière pour l’église catholique d’afficher ainsi la bonne santé de cette personnalité incontournable au sein du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM).

Ces temps-ci, la santé de cette haute personnalité a fait l’objet de diverses interprétations suite à son évacuation à Maurice et ses proches ont toujours assuré qu’il s’agissait juste d’un malaise. L’archevêque d’Antananarivo fait par ailleurs partie  de l’un des Chefs d’église les plus écoutés au pays. A noter qu’après le décès du cardinal Armand Gaëtan Razafindratandra le 10 janvier 2010, les fidèles de l’église catholique attendent toujours la nomination d’un nouveau cardinal.

J.P Nadia

News Mada0 partages

Loza nahatsiravina tany Ankazobe: efa lany “visite technique” hatry ny ela ilay Boeing

Tsy mahagaga raha nitranga iny loza nahatsiravina naharatrana sy namoizana ain’olona maro, tany Ankazobe farany teo iny. Hay ka efa lany ”visite technique” tamin’ny 28 febroary 2015 ilay Boeing be misy rihina fototry ny loza. Manginy fotsiny ny isan’ny mpandeha izay nihoatra lavitra ny tokony ho izy.

Nampiantso mpanao gazety ny tompon’andraikitry ny Centre de securite routiere na ny ivotoerana misahana ny fitsirihana fiara eny alarobia, omaly.  Tao anatin’izany no nitondrany fanazavana momba ilay lozam-piarakodia nahatsiravina namoizana ain’olona sy naharatrana olona marobe tany Ankazobe, ny alatsinainy lasa teo. ”Tsy nisy fichier momba io fiara io mihitsy na tany Mahajanga na Toamasina. Teny Nanisana ihany no nahitana ny momba ny fiara farany ka ny visite-ny farany izay nandalovany taty aminay dia tamin’ny 29 oktobra 2014 no nandeha farany. Lany kosa ilay visite tamin’ny 28 febroary 2015. Fanontaniana mipetraka ny hoe : Taiza izy no nanao visite. Aoka aloha izany andeha ny famotorana mba hamantarana ny marina momba ny nahatonga ny loza”, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny Centre de securite routière, ny Kolonely Ranedson Gélin. Raha io fanazavana io, tokony hiverina hatao fitsirihana eny Alarobia indray ilay Boeing ny 29 febroary 2015.

Boeing misy rihana marika Neoplan mitondra ny laharana 0838 TAH ahitana seza 79. Nohamafisin’ity manamboninahitra ity hatrany fa 7 500 taonina ny lanjan’ny olona zakany raha ny isan’ny seza ao anatiny ary 1 970 taonina kosa ny entana miaraka amin’ny mpandeha. Olona 140 anefa no nampidirina tao anatin’ity Boeing ity, izany hoe nihoatra ny lanja tokony ho zakany ilay fiarabe ka antony iray nahatonga ny loza izany satria nihoatra 4 taonina ka tsy zakan’ny fiara intsony.

”Efa nanao taksiborosy tao amin’ny kaoperativa Vatsi eny Ambodivona mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina ity Boeing ity teo aloha”, araka ny fanazavana hatrany.

Voalazan’ny Kly Ranedson hatrany fa mety nisy nitondra gazy na lasantsy tanaty bidao tao anatin’io fiarabe io satria mpitsangantsangana ireo olona nentiny ka mety ho antony iray hampirehitra haingana dia haingana ilay fiara koa izany. Tsy miala andraikitra fa mitondra fanazavana ny Centre de securité routière, hoy izy.

Nivezivezy teny foana izany io fiarabe io…

Isaky ny enim-bolana no tokony hanao fitsirihana ara-teknika ny fiara, raha ny fanazavana voaray eo anivon’ity ivotoerana ity. Ahoana ny fomba nahafahan’io fiarabe io niasa nandritra izay telo taona izay ka hatramin’ny fotoana nitrangan’ny loza tao Ankazobe? Tsy afa-miala amin’izany ny tompon’ny fiara? Eo koa ireo mpitandro filaminana eny amin’ny lalam-pirenena samy tompon’andraikitra amin’ity raharaha ity fa tsy afa-miala? Tsy efa tokony ho fantatr’izy ireo ve fa hoe mihoatra ny isan’ireo mpandeha tao amin’ity Boeing ity?

Jean Claude

News Mada0 partages

Droit d’inscription: des parents dans la tourmente

Même si la rentrée scolaire 2017-2018 est annoncée pour le 2 octobre, nombreux sont les parents qui effectuent déjà l’inscription ou la réinscription de leur progéniture. Et grande fut leur surprise en voyant la hausse des droits d’inscription.

Pour les établissements publics, les droits y afférents caracolent entre 30 000 et 45 000 ariary dans la capitale et ses périphéries, voire un peu plus dans certains établissements. De plus, il faut prévoir l’achat des fournitures scolaires après. Ce qui laisse les ménages défavorisés frappés également de plein fouet par l’inflation, d’autant que la majorité d’entre eux ont plusieurs enfants à charge.

Ceux des écoles privées en hausse

Des écoles privées ont augmenté leurs droits d’inscription cette année, une hausse se situant entre 10 et 25%. Même si certaines n’ont pas suivi cette augmentation, elles se sont rattrapées sur les frais de scolarité ou écolage.

Concernant la prochaine rentrée scolaire, il convient de noter que le ministère de l’Education nationale a suspendu l’autorisation d’ouverture de 13 écoles privées à Analamanga. Six au niveau de la Cisco Tana ville, une dans la Cisco d’Avaradrano et six autres dans la Cisco d’Atsimondrano.

Sera R

News Mada0 partages

Désengorgement des prisons: le mandat de dépôt à justifier

Face à la surpopulation carcérale, les juges devraient désormais justifier la délivrance d’un Mandat de dépôt (MD).

Le système judiciaire a pris cette décision par rapport au surnombre des prévenus dans les prisons. Il appartient à la Direction générale de l’Inspection (DGI) du ministère de la Justice d’analyser et de contrôler en même temps, si le MD délivré trouve son fondement juridique ou non. A part le désengorgement des prisons par la réduction du nombre des prévenus, cette disposition entre aussi dans la lutte contre la corruption.

Par ailleurs, modérer l’emprisonnement des petits délits afin d’envisager des peines avec  sursis a également été suggéré aux juges. Toutefois, cette mesure est mal perçue par l’opinion publique.

Liberté conditionnelle

Une autre solution est la liberté conditionnelle. A ce sujet, une fiche, sous forme de canevas, a été adressée à tous les établissements pénitentiaires facilitant les  présélections des prétendants. Une fois remplis, les documents seront remis entre les mains des responsables pour une étude méticuleuse. Puis, la décision sera transmise au ministre de la Justice qui statuera par voie d’arrêté. Il s’agit d’une disposition prise pour alléger le traitement des dossiers en matière la liberté conditionnelle instaurée à Madagascar depuis 2016. Mais jusqu’ici, peu de détenus ont pu en bénéficier du fait de la lourdeur administrative.

Une nouvelle loi pour les ECL

Dans cette optique de désengorgement, une nouvelle loi sur les Enfants en conflit avec la loi (ECL) a été entreprise. Et c’est incontournable puisque Madagascar a ratifié les droits des enfants en 1991 qui prévoient, entre autres, la réduction de la détention préventive des ECL, limitée à 6 mois pour les simples infractions, au lieu d’être 12 pour le cas des adultes, et de 9 mois pour les crimes, au lieu de 18 pour les adultes.

Dans le même registre, la liberté surveillée est aussi envisagée. Il s’agit d’une mesure alternative à la détention des enfants qui ne pourrait être appliqué sans le commun accord de l’enfant et ses parents. De ce fait, l’enfant et la famille sont convoqués chaque mois par le juge, à titre de contrôle judiciaire. Cela afin de suivre l’évolution de la situation du jeune condamné.

Construction de nouvelles prisons

Une autre stratégie adoptée par le ministère de la Justice pour lutter contre la surpopulation carcérale est la construction de nouvelles prisons. A ce sujet, une prison a été bâtie à Vangaindrano dans la région Atsimo Atsinanana, deux autres en cours de construction dans la région Alaotra Mangoro (Fenoarivo Atsinanana et Moramanga). Analamanga n’est pas en reste car la construction d’une maison carcérale  dans le district d’Avaradrano est en attente de décret.

Sera R

News Mada0 partages

Ambatonakanga: réhabilitation d’une borne-fontaine

Dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociale d’entreprise, la pharmacie Métropole d’Antaninarenina en collaboration avec l’association Fimpa ou «Fikambanan’ny mpanjifa rano eto Ambatonakanga Ambohidahy», a réhabilité la borne-fontaine du fokontany Ambatonakanga Ambohidahy dans le premier arrondissement de la Commune urbaine d’Antananarivo. L’inauguration s’est déroulée hier.

«Etant résident du quartier, on a organisé une réunion avec le président du fokontany relative aux besoins de la population. Et il a été rapporté que l’eau est la source de la vie. Ce qui nous a motivés à réhabiliter cette borne-fontaine afin qu’elle soit bien sécurisée en répondant aux normes de propreté», a souligné la propriétaire de la pharmacie Métropole, Dr Rabetsaroana Rakotovao Ravahatra, dans son discours. Le coût des travaux s’élève à 4 millions d’ariary.

Sur une centaine de ménages vivant dans le quartier, une trentaine de familles sont les bénéficiaires directes de cette infrastructure. «Cette borne fontaine est gérée par l’association. Prochainement, il y aura une réunion avec les bénéficiaires dans le dessein d’améliorer la gestion et la répartition équitable des  factures, ainsi que la protection de la borne-fontaine contre des éventuels malintentionnés», a déclaré le chef fokontany d’Ambatonakanga Ambohidahy, Ramparany Andrianatoandro.

Dans ses actions citoyennes, la pharmacie Métropole intervient aussi, entre autres, dans les domaines de la santé et l’environnement.

Sera R

News Mada0 partages

Autocar accidenté à Ankazoe: son dernier contrôle technique datait de 2014

Moins d’une semaine après l’accident d’un autocar à Ankazobe, faisant 21 morts, les enquêteurs et les experts s’attèlent à chercher et déterminer les causes exactes de cette terrible tragédie. En attendant, un responsable au sein de la Direction générale de la sécurité routière a fait une importante révélation.

«Nous ne cherchons pas d’excuses pour nous dérober à notre responsabilité mais nous voulons seulement apporter notre point de vue sur cet accident ». C’est en ces termes que le colonel Gélin Ranedson, chef du Centre de visite technique d’Alarobia, a commenté les critiques ciblant ces derniers jours le centre, surtout après l’accident d’Ankazobe.

Le colonel Gélin Ranedson a alors révélé que l’autocar accidenté a fait sa dernière visite technique il y a trois ans de cela. «Il a été vérifié que son contrôle technique datait du 29 octobre 2014 et qu’il est expiré le 28 février 2015. Avec quels papiers a -t-il donc pu circuler pendant tout ce temps-là? Sinon, dans quel centre a été effectué son contrôle technique? Pire encore, le véhicule n’est fiché nulle part», a-t-il indiqué.

D’autres irrégularités constatées

A l’évocation de l’arrêté 11/74 du 26 mars 1971, régissant le transport en commun à Madagascar, le responsable a rappelé trois cas similaires à celui d’Ankazobe.

«Prenons à titre d’exemple l’accident survenu dernièrement à Mahitsy, le chauffeur était éméché. A Anjozorobe, un camion a été utilisé pour transporter des passagers et une quarantaine de personnes ont été tuées. Sur la route digue, plusieurs enfants ont péri à cause d’un excès de vitesse. Tout ça pour vous dire que la moindre imprudence pourrait coûter de nombreuses vies. Revenons maintenant à l’accident d’Ankazobe. D’abord, je tiens à préciser que cet autocar a fait l’objet d’une réception technique et il est clairement mentionné dans sa carte grise qu’il peut accueillir 79 places assises. Or, il s’avère qu’il transportait 140 passagers le jour de l’accident. Petit calcul vite fait, considérant le poids des bagages de chaque passager, il y avait au moins une surcharge de 4.270 kg. C’est normal si le véhicule avait reculé après le problème de passage de vitesse», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le colonel Gélin Ranedson a répondu à la question de savoir pourquoi l’autocar avait explosé. «Nous savons très bien que le gasoil n’explose pas sans une forte compression,  donc c’est forcément autre chose mais quoi ? Il se peut que certains pèlerins portaient avec eux des bouteilles à gaz ou de l’essence. Nous avons constaté que le feu a tout consumé en un rien de temps», a-t-il conclu.

Mparany

News Mada0 partages

FIZAFATO: la dissidence en filigrane

L’Assemblée générale prévue par le  Fizafato à Ampefiloha ce jour marquera un tournant décisif pour les natifs de la province de Toliara résidant dans la capitale. La survie de l’association dépendra en effet de la décision prise par la majorité à propos de l’ ordre du jour de la rencontre.

L’avenir de l’association Fizafato, fleuron de la solidarité des natifs des 6 zones de la province de Toliara, revient sur la balance à l’occasion de l’Assemblée générale programmée ce jour à Ampefiloha. L’ombre de la scission évitée de justesse lors de la dernière élection pour le renouvellement du bureau de l’association se profile avant la tenue des scrutins, suite à la divergence d’idées entre les différentes factions.

Le vice-président de l’association, Adrien Ladislas Razafindrazaka, candidat malheureux à la dernière élection qui a failli provoquer le clash du Fizafato, et ses partisans constitués de natifs de la région Androy, ont soulevé des irrégularités dans la procédure de l’élection d’aujourd’hui pour demander son report et l’organisation d’une concertation à sa place.

La discorde au grand jour.

En effet de contrebalance, une association de jeunes au sein du Fizafato a immédiatement redressé la barre en se déclarant en faveur de la tenue de l’élection en se basant sur une revendication qu’ils ont lancée depuis le mois de février. Un groupe d’Antandroy, se déclarant soutenir le président Jean de Dieu Maharante, a annoncé parallèlement son opposition au report exigé par le vice-président qui réclame l’application de la convention de 2012 sur la présidence tournante du Fizafato. Suivant ces dispositions, en effet, les candidats à cette élection doivent être des originaires de la zone Androy qui doit assurer la présidence tournante après l’ Atsimo Andrefana, et le président en exercice ne peut briguer un nouveau mandat.

Une réplique médiatisée du président en exercice, fortement critiqué par des natifs de la région Androy défiant ses détracteurs, risque de compliquer la situation. Il a aussi balayé les arguments de son vice-président en annonçant que les dispositions transitoires évoquées n’ont jamais été validées et n’ont donc aucune valeur. Il persiste dans la tenue des scrutins de ce jour en précisant que le retard dans le renouvellement du bureau est dû à l’amélioration de l’organisation des scrutins tant réclamés. Le torchon brûle donc au sein du Fizafato où seul un jeune étudiant de l’Androy a osé braver le président sortant Jean de Dieu Maharante, Bevata pour ses partisans.

Manou

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaire: série de décès émouvants de leur brutalité

Chaque décès constitue une perte pour le pays, de décès il en est plusieurs chaque jour, certains remuent plus que d’autres l’opinion soit parce qu’ils touchent des personnalités connues du public, soit parce qu’ils concernent plusieurs individus à la fois, soit parce que les circonstances font spectacles. Une série d’annonces de décès du genre a caractérisé l’actualité ces derniers temps, dans l’atmosphère étouffant de polémiques, les « mpanararao-paty » faisant feu de tout bois dans l’unique dessein de réchauffer leur marmite politique n’ont pas loupé d’exploiter ces occasions.

Réflexes de nécrophage

Le constat de phénomènes identiques sous d’autres cieux ne fait pas autorité pour ériger en règle certaines pratiques douteuses. Les gens au pouvoir éprouvent souvent l’inclination à tirer profit de décès spectaculaires, en tentant d’attirer l’attention sur eux, et organisent à cet effet la médiatisation de leur intervention auprès des familles éprouvées. Ça fait parfois flop ! Il en fut ainsi lors du refus qu’a opposé la famille de Régis Gizavo à la proposition du gouvernement de décorer à titre posthume le célèbre disparu.

Les circonstances actuelles ne plaident pas en faveur du pouvoir, si de coutume à chaque épreuve difficile public tend à en jeter la responsabilité aux gouvernants, on peut dire que le pouvoir en place n’est pas gâté en ce domaine. Résultat ou non des successives mauvaises gouvernances, la situation politique, économique et sociale atteint ces moments-ci un niveau critique, de plus par une accumulation de maladresses le gouvernement prête le flan au doute, tous les reproches trouvent raison, quoiqu’il fasse il n’est pas à l’abri d’avoir tort. Peut-être guéri de la pluie de critiques pour avoir décrété un deuil national lors de la disparition de Régis Gizavo, il s’est gardé de récidiver de la même manière à l’occasion de l’horrible accident qui a provoqué la mort de quelques dizaines de passagers. Des opportunistes en mal de popularité qu’ils n’ont d’ailleurs jamais eue, et qui se sont hissé à des postes de responsabilité (ministres !) par le seul savoir intriguer dans des moments troubles, maintenant tombés dans l’oubli n’ont pas manqué d’allumer une polémique autour de cette abstention du gouvernement. Ça n’a même pas réussi flop, tout juste un  pschitt, telle une bulle de savon, quelques jours après l’échec de ces mêmes trublions dans une tentative de se positionner en force de recours, qui n’a dupé personne. De célébrité ils ne trainent que celle de maraudeurs, incapables de jouer les troisièmes larrons, simples ramasseurs de miettes que viendraient à distribuer les larrons triomphateurs.

Les circonstances de la disparition brutale de l’ancien ministre Tsiandopy exigeant de ne négliger aucune hypothèse favorisent du même coup toutes sortes de suspicions aussi fantaisistes que spéculatives pour des raisons politiques. Le brouhaha est tel que les sacrifices des gendarmes qui ont payé de leur vie leur mission, ne trouvent de valeur qu’en deuxième plan. Il est vrai qu’à cause de quelques brebis galeuses qui par leur implication dans toutes sortes d’opération criminelle défrayent la chronique, la gendarmerie n’a pas bonne presse. Des incidents simples ratés en rapport à toute une armée de fantassins qui vont au charbon et paient, en plaies, brûlures et même de leur vie leur engagement.

Constat d’échec de la politique de sécurité

 Le débat reste légitime en ce qui concerne la répartition des hommes et la stratégie : le déséquilibre entre le nombre des planqués dans l’administration, celui des statiques à des postes fixes et celui des combatifs sur des fronts ardents, aux yeux du public peu averti affecte l’efficacité de la gendarmerie. Celui qui sans référence se veut être plus connaisseur que les spécialistes et experts a nécessairement tort, toutefois chaque individu a latitude d’apprécier la situation à partir des résultats. Ceux-ci malheureusement ne témoignent pas d’une réussite de la politique de sécurité en vigueur. Il ne s’agit de critiquer bêtement ni l’ensemble des forces, ni individuellement à tour de rôle l’armée, la gendarmerie, la police, mais en regard des budgets qui leur sont alloués, on est réduit à s’interroger sur les raisons du décalage entre moyens et résultats. Dans les sphères de décision, la politique politicienne serait-elle envahissante au point de reléguer la politique de gouverner à une valeur secondaire de préoccupation négligeable ? Ces considérations se tempèrent lorsque l’on voit avec quelle autorité le pouvoir parvient à mobiliser le zèle de ses relais pour déployer les forces de l’ordre dans les missions de dissuasion voire de répression contre toute initiative d’organiser un mouvement de foule même garanti d’intentions pacifiques. Le pouvoir dispose d’un pion en amont, le préfet qui a charge d’étouffer l’intention dans l’œuf, en aval les forces de l’ordre manifestent une détermination à défendre la stabilité et ne s’interdisent pas de faire étalage de  leur force histoire d’intimider l’adversaire. Le problème se situe aussi à cet endroi. La population considérée populace devient un adversaire, alors que les véritables ennemis, les dahalo, reprennent du poil de la bête, dans un cycle où à chaque réapparition le phénomène augmente de violence.

Léo Raz

News Mada0 partages

Réforme foncière: Andriambilany, une commune pilote

La Banque mondiale soutient les efforts entrepris par Madagascar pour accélérer la réforme foncière engagée en 2015, à travers deux projets soutenant la sécurité alimentaire, la protection sociale, la croissance agricole…A ce sujet, le gouvernement prévoit la sécurisation de 500.000 parcelles auprès de 180 communes. Et dans une publication datant du 2 août dernier, la Banque mondiale illustre un exemple de ce programme.

La commune rurale d’Andriambilany (Ambatolampy, Vakinankaratra) qui compte parmi les 500 communes rurales équipées de guichet foncier, se positionne aujourd’hui comme commune pilote dans cette réforme. Après avoir identifié 17.000 parcelles non titrées, la commune a délivré 2.800 certificats fonciers en l’espace de deux mois.

«La population réclame des certificats fonciers, car c’est une garantie pour elle d’exploiter en toute tranquillité les terres et d’éviter en même temps les risques d’expulsion. C’est également pour la commune une source importante de revenus. Avec la collecte de taxes fiscales sur les terres déclarées, la commune a pu se doter d’un revenu supplémentaire de près de 5 millions d’ariary par mois», a expliqué Yvette Rakotomalala, maire de la commune.

11.000 parcelles non titrées sont actuellement en cours de traitement. La commune reçoit au moins 30 demandes de certificat foncier par mois. «En fait, à mesure que les résidents obtiennent des certificats fonciers, d’autres – probablement des membres de leur famille ou leurs  voisins – viennent également nous voir pour solliciter une demande. Il y a un changement de comportement très palpable. Nous n’avons même plus besoin de les sensibiliser à venir nous voir», a confié pour sa part Manambina Andriamanana, agent du guichet foncier de la commune.

Un exemple

«De nombreux pays peuvent s’inspirer de l’exemple malgache. D’ailleurs, plusieurs pays africains s’intéressent déjà à cette réforme car elle répond à des questions difficiles et proposent des solutions techniques et juridiques fiables et accessibles», a indiqué André Teyssier, spécialiste du foncier à la Banque mondiale.

Sous cette optique, le plan local d’occupation foncière (PLOF), servant à la fois à positionner spatialement les différentes parcelles et à renseigner sur leur statut juridique, leur géométrie, leurs limites, et leur superficie est en passe de devenir l’outil cartographique de base pour les opérations topographiques, d’enregistrement de la propriété et d’aménagement communal. Cet outil, garant de l’exactitude de la démarcation des propriétés, permet de prévenir les conflits fonciers.

Arh.

News Mada0 partages

Transport férroviaire: Ligne TCE rouverte

La ligne ferroviaire Antananarivo-Côte Est (TCE) est rouverte depuis la semaine dernière après cinq mois de coupure suite au passage du cyclone Enawo qui a endommagé  le pont de Sanjaviavy à Lohariandava Brickaville. Le nouveau pont a été inauguré jeudi dernier par le Président de la république et le ministre des Transports et de la météorologie. La circulation des marchandises sur cette voie a ainsi repris.

Ce pont, situé au point kilométrique 215-600 dans la Commune de Loariandava était détruit suite au passage du cyclone Enawo au mois de mars dernier. Une situation qui a presque enclavé cette zone dépendant uniquement de la voie ferrée, à défaut de routes. Le seul moyen de transport dont dispose la commune reste le train, et suite à l’interruption de la ligne TCE, la circulation des marchandises de la région restent  bloquées. La reconstruction du pont a permis le transport des hydrocarbures et des containers de marchandises par voie ferrée depuis le port de Toamasina.

Arh. La ligne ferroviaire Antananarivo-Côte Est (TCE) est rouverte depuis la semaine dernière après cinq mois de coupure suite au passage du cyclone Enawo qui a endommagé  le pont de Sanjaviavy à Lohariandava Brickaville. Le nouveau pont a été inauguré jeudi dernier par le Président de la république et le ministre des Transports et de la météorologie. La circulation des marchandises sur cette voie a ainsi repris.

Ce pont, situé au point kilométrique 215-600 dans la Commune de Loariandava était détruit suite au passage du cyclone Enawo au mois de mars dernier. Une situation qui a presque enclavé cette zone dépendant uniquement de la voie ferrée, à défaut de routes. Le seul moyen de transport dont dispose la commune reste le train, et suite à l’interruption de la ligne TCE, la circulation des marchandises de la région restent  bloquées. La reconstruction du pont a permis le transport des hydrocarbures et des containers de marchandises par voie ferrée depuis le port de Toamasina.

Arh.

News Mada0 partages

Hiroshi Uchida: mpianatra telo nahazo 1 tapitrisa Ar avy

Natolotry ny fikambanana Fondation Hiroshi Uchida, omaly, ny vatsim-pianarana mitentina 1 tapitrisa Ar tsirairay avy ho an’ny mpianatra malagasy telo avy amin’ny sekoly ambony manofana ny sampam-pianarana jenia sivily. Nahazo izany, Rakotondrasoa Tovoniaina (ISPM), Fanantenana Herizo (IST) ary Rtoakely Avelin Nirina Josiane (ESPA). Mpianatra amin’ny taona fahefatra amin’ny sampana jenia sivily izy telo mianadahy ireo, ary natosika hiomanany ho an’ny taona fahadimy.

Niorina ny taona 1997 ny Fondation Hiroshi Uchida. Niara-nanangana azy ny filoha tale jeneraly (PDG)-n’ny orinasa Daiho Corporation, Kotaro Uchida, sy ny ambasadaoron’i Madagasikara, niasa tany Japon tamin’io fotoana io, Sem Cyrille Fida. Antony, ho fahatsiarovana ny filoha tale jeneraly (PDG)-n’ny Daiho Corporation taloha, tompokolahy Hiroshi Uchida, orinasa misehatra amin’ny BTP, nanangana ny tohodranon’i Namorona, fotodrafitrasa voalohany naoriny teto Madagasikara. Nitohy ny asany taty aoriana, toy ny fametrahana fotodrafitrasa ho an’ny rano fisotro madio tany atsimon’ny Nosy, ny arabe  Boulevard de Tokyo, ny seranantsambon’Ehoala any Taolagnaro. Nametraka tolobidy amin’ny fanitarana ny seranan’i Toamasina koa izy.

Anisan’ny nanatrika ity fotoana ity, ny ambasadaoron’i Japon miasa eto Madagasikara, Sem mivady, ny anisan’ny nanorina ny fikambanana Hiroshi Uchida, Sem, Cyrille Fida ary ny tale jeneralin’ny Daiho Corp; Wada Shine.

Njaka A.

News Mada0 partages

Vondrona GTL: « Hatao ny fidinana an-dalambe, raha… « 

« Raha ilaina ny fanetsehana ny vahoaka, hataonay… Tsy izay akory no arangaranga », hoy ny mpandrindra nasionalin’ny Gasikara tanindrazana lovasarobidy (GTL), ny Dr Randriamaholison Jules, teny Antaninarenina, omaly, momba ny toe-draharaham-pirenena tamin’ny fampahafantarana io vondrona io.

Hanolotra vahaolana, Plan Marshall Gasy (PMG) ho an’ny filoham-pirenena ny GTL. Raha tsy hitan’ny vondrona ny vokatr’izay, hisy ny fidinana an-dalambe. « Ahoana no hoe tsy ilaina ny midina an-dalambe? Firenena efa 200 taona aza, mbola midina an-dalambe », hoy izy. Fomba roa ihany no ahazoan’ny vahoaka maneho ny heviny, ny fifidianana sy ny fidinana an-dalambe.

Tsy fidiny azy ny fidinana an-dalambe, fa noho ny toetra na ny fomba fitondrana. Miandry ny vokatry ny vahaolana PMG hatolony ny filoha ny GTL. Raha tsy misy fiheverana izany, hatao ny fidinana an-dalambe.

Mila fitondrana mandala fahamarinana sy madio

Tanjon’ny GTL ny hametraka fitondrana marina sy madio hanarenana ny firenena. Hoentaniny sy hobeaziny ny vahoaka mba hahatsapa fa mpindrana fahefana ny mpitondra, fa ny vahoaka no tompony.

Mila hahitsy hifanarahana amin’ny fahantran’ny firenena ny lalàmpanorenana. Vahaolana hahitam-bokatra haingana amin’ny PMG ny fanafonana ny Antenimierandoholona, fa ny Filankevitry ny fampihavanam-pirenena no hanao ny asany: hanara-maso ny fitsinjaram-pahefana, ohatra. Ny filoham-pirenena no manendry praiminisitra, tsy hihoatra ny 20 ny isan’ny minisitra, ary hofidin’ny vahoaka ny filoham-pokontany.

Misy ny paikady mampidi-bola haingana

Eo amin’ny toekarena: amidy ireo andramena giazin’ny fanjakana, haverina hanafatra solika mivantana ny Solitany malagasy (Solima), hatsangana ny Banky malagasy ho amin’ny fampandrosoana. Omena tombondahiny manokana amin’izany ny orinasa madinika sy salasalany, ny tanora manana tetikasa, ny tantsaha.

Vatsiana helikoptera ny mpitandro filaminana hampanjakana ny fandriampahalemana; omena fiara 4 x 4, tambin-karama manokana izay manao hetsika any ambanivohitra na an-tanàn-dehibe… Hatsangana ny komitin’ny sojabe isaky ny faritra saro-pady hiara-miasa amin’ny mpitandro filaminana, atsahatra ny fanondranana omby maty na velona any ivelany mandra-pahafoana ny halatra omby.

Hihaino izany ve ny mpitondra?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Hippisme: clôture en apothéose à Mahazina

Tout est bien qui finit bien. Du moins, pour l’hippodrome de Mahazina qui accueillera, demain, pour la 9e fois, la course hippique comptant pour la saison 2017. Une vraie cerise sur le gâteau vu les courses électriques entre les visages connus de la discipline.

La 9e réunion sous la houlette de l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel), baptisée « Journée des sites » comptant pour la clôture de la saison à l’hippodrome de Mahazina, promet des étincelles avec les six courses qui verront la participation des jeunes montures, poulains et pouliches de deux ans. Jonquille du Val, Hasta la Best, Hejerenasoa, Nick Power et Erimitasoa Faniry ouvriront le bal pendant le prix Iharanandriana. La 2e érepuve opposera Noris Faniry, Oiseau d’or, Omdah, Nuage de Fanorona, Littisia aisnsi que Falivolasoa Faniry.

Les autres favoris comme Nayade, Lutteur d’or, Negus, Madona…seront au départ de la 3e épreuve tandis que les poulains et pouliches de deux ans feront leur entrée pour une grande première à l’hippodrome de Mahazina à l’occasion de la 4e course. Et les parieurs auront l’embarras du choix avec huit « jeunes » bêtes de course sur la piste dont Prince Nomad, pistolet cFlamme, Pharys,…

L’avant-dernière course (2.000 m) de cette épreuve fera des heureux avec un Quinté spécial à la clé. Et ce, en pariant sur des grands noms de la discipline et leurs chevaux…de bataille respectifs. Cerise sur le gâteau, ces derniers reviendront sur la piste pour boucler cette saison hippique sur un parcours de 2.100 m. Kathy Pleasure associé à Eric Ravelonjanahary, L’oiseau bleu sous la selle de Nicot Ramiliarimanga, Nabab et Patrick Rakotoarivelo, Mascotte de Star pris en main par Jean Baptiste Rakotohanja,…seront les stars de la journée.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby – CAN Les Makis bien épaulés

Malgré le vent de discorde qui souffle sur le ballon ovale de la capitale, l’avenir des différentes équipes nationales demeure au centre des préoccupations des inconditionnels de la discipline aussi bien au bercail qu’à l’étranger. En particulier, la famille du défunt Martin, ancien joueur du Stade olympique de l’Emyrne (SOE), quatre fois champion de Madagascar (1926, 1927, 1928 et 1929) dans le temps.

Cette dernière a remis des équipements sportifs aux Makis de Madagascar, hier, via Malagasy rugby à l’hôtel Trano Bongo à Tanjombato. Les descendants de la famille de Martin représentent une grande partie des passionnés de rugby parmi la diaspora malgache en Europe et ont un attachement particulier pour les rugbymen locaux. D’après les responsables de Malagasy rugby, Honoré Rakotondrahova, un visage à ne plus présenter dans le milieu sportif malgache, est l’un des maillons qui constituent cette chaîne.

Rojo N.

News Mada0 partages

Festival Angaredona andiany faha-14: nanome endrika vaovao an’Ambositra ny « Fifaninanana mozika fototra...

Mangatsiaka ny andro ao Ambosittra. Na izany aza, mafana kosa eo amin’ny sehatry ny kolontsaina noho ny fisian’ny Festival Angaredona, izay nanomboka omaly, ka haharitra telo andro.

Nandritra ny lanonam-panokafana ny Festival Angaredona, omaly, no nahatsapana fa sehatra tokana mampiray ny Malagasy ny kolontsaina. Nampahafantarin-dRajery tamin’ny lahateniny ireo tolotra vaovao nampiavaka ity andiany faha-14 ity (andiany faharoa ho an’Ambositra). Ankoatra ny « Kilonga milalao », zava-baovao ny « Fifaninanana mozika fototra » izay nandraisan’anjaran’ireo mpiangaly vakodrazana mahatratra 25 avy any ambanivolo.

Ny tolakandro, nanokafana ny Angaredona ny « Kidodo carnaval », niainga tamin’ny toerana efatra tao Ambositra ka samy nihazo an’Antampon’i Vinany, hanatanterahana ny hetsika mandritra ny telo andro. Ankoatra ny kolontsaina sy ny fomba amam-panao betsileo, nandray anjara mavitrika tamin’io « Kidodo carnaval » io ireo mpianatra ho zandary any an-toerana nampiseho ireo kolontsaina sy ny fomba fitafin’ireo foko 18.

Hanomboka amin’ny 6 ora hariva kosa ny fampisehoana hiarahana amin’ireo mpanakanto samihafa. Ho an’ny andro voalohany, nifandimby niakatra ny sehatra ry Jimmy Arison, Dona Gasy, Minah, Langeza ary Gass Tow Gass. Namarana ny seho omaly kosa ny « bal poussière » teo Antampon’i Vinany ihany.

Nanokatra ny lanonana ny filoha lefitry ny Antenimierampirenena, sady filoha tale jeneralin’ny Harena Groupe, Hary Andrianarivo, izay mpanohana ny Festival Angaredona rahateo.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Raparivo R.R. : 60 ans de carrière et des œuvres

Dans le cadre de la célébration de ses 60 ans de carrière artistique, le grand maître Roland Ramaheninarivo Raparivo, connu sous le nom de Raparivo R.R., effectuera une exposition, du 23 août au 9 septembre, à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT).

Agé actuellement de 82 ans, Raparivo R.R. résumera ses 60 ans de carrière à travers une exposition à l’AFT à partir du 23 août. Composée de 23 tableaux, l’exposition dévoilera donc ses chefs-d’œuvre distincts et raffinés. Toujours fidèle à son style, la peinture à l’huile sur toile réalisée au couteau, Raparivo R.R. est l’un des peintres malgaches qui respectent la technique francophone de la peinture classique figurative célèbre au XIXe siècle.

Ses débuts

A 23 ans, il s’est fait remarquer à Antsiranana par Lelai, un professionnel d’art français issu d’une école de Beaux-arts en France. En ce temps-là, Raparivo R.R. a utilisé des supports de  produits artisanaux, de la peinture à l’huile et de la quincaillerie pour réaliser ses œuvres. Stupéfait par son talent, Lelai lui  a offert du matériel et des fournitures adaptés à son style ainsi qu’un livre sur l’histoire et la technique de la peinture française. En échange, le jeune artiste lui a donné un tableau en souvenir. Depuis, sa carrière a commencé à décoller. Actuellement, malgré son âge, Raparivo R.R. refuse d’abandonner ses pinceaux. Il continue toujours de réaliser des chefs- d’œuvre.

Soucieux de la relève

Par ailleurs,  une de ses préoccupations est d’assurer la relève. Il a d’ailleurs transmis son savoir- faire à son fils Andriantiana Raparivo ou A. Raparivo. Et ce dernier organise, depuis le mois de mars dernier,  des cours de dessins et des ateliers de peintures classiques, tous les samedis à Masca Sabotsy Namehana. Durant cette exposition, il présentera aussi une douzaine d’œuvres aquarelles, six acryliques sur toile et six tableaux à l’huile sur toile. Cet évènement n’est que le début de la célébration de ses 60 ans de carrière, d’autres activités seront bientôt présentées.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Dans le cosmos

Malgré le froid à Ambositra, le public et les artistes ont répondu présents à l’appel du festival Angaredona pour la promotion des musiques vivantes de Madagascar. L’ouverture officielle s’est tenue, hier, à la Tranompokonolona Ambositra suivie d’une grande scène mettant à l’affiche plusieurs artistes tels que Minah, Jimmy Arison, Dona Gasy…

Selon Rajery, l’initiateur de l’évènement, la culture et la musique unissent tous les Malgaches. En effet, des artistes  des autres régions de la Grande Île sont venus honorer l’évènement. Un carnaval a ensuite sillonné la ville. Des jeunes étudiants ont défilé pour présenter les danses et les tenues des 18 ethnies malgaches. Le festival a  par ailleurs proposé un concours de musique traditionnelle. 25 artistes sont de la fête.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Eo amin’ny manasa-dalana ny Miss Jeunesse Madagascar

Miditra amin’ny dingana fahatelo, manasa-dalana ny talata 8 aogositra izao eny amin’ny espace Yandy by Pass ny fifaninanana Miss Jeunesse Madagascar (MJM), iarahana amin’ny Kolo TV/FM – KProd Ho fantatra eo ireo hany sisa tavela hiatrika ny famaranana. Ankoatra ny hatsaran-tarehy sy ny endrika amam-bika,  anisan’ny hisedrana azy ireo amin’izao fifaninanana izao ny fahaizana mamorona tetikasa sosialy na kolontsaina, hotanterahiny sy hampihariny mandritra ny fotoana itondrany ny anarana maha MJM azy. Tafiditra amin’ny fampandraisana andraikitra azy ireo sahady izany amin’izao taona maha tanora azy ireo izao. Hisolo tena an’i Madagasikara eo amin’ny Miss Jeunesse World (MJW) ny mandresy amin’ny famaranana. Hampitain’ny fahitalavitra Kolo TV antsika amin’ny herinandro avy hatrany izany dingan’ny manasa-dalana izany, mba hanarahan’ny rehetra ny fizotra ity fifaninanana anisan’ny miavaka indrindra ity.

Tsy ny eto amintsika ihany fa hatrany amin’ireo firenena hafa miara-dalana amin’ny Miss Jeunesse World koa, efa anatin’ny fifaninanana tanteraka amin’izao fotoana izao. Anisan’izany ny any Frantsa, Etazonia, Monaco, Suisse, Belgique, Luxembourg…

Tsiahivina fa 500 ireo nisoratra anarana tany am-piandohan’ny fifaninanana MJM. 110 ireo afaka nifaninanana ary 52 ireo niakatra teo amin’ny fifantenana faharoa ary izao hiatrika ny dingan’ny manasa-dalana izao.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le vin d’honneur (4)

(Suite.)

Monsieur le Gouverneur Général,

Au nom des Corps constitués, Commission Municipale, Commission Consultative du Commerce et de l’Industrie, Comice Agricole, au nom de la population tamatavienne tout entière et en mon nom particulier, je vous souhaite la bienvenue parmi nous. Nous désirons vivement que vous, Madame Merlin et votre fils, vous trouviez au sein de notre grande famille malgache tout le bonheur désirable.

Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour adresser un salut fraternel à l’équipage, officiers, sous-officiers et matelots du croiseur Du Chayla qui vous a transporté jusqu’ici.

Nous sommes heureux de fêter sa visite en même temps que votre arrivée parce que nous le considérons en quelque sorte comme une délégation de cette phalange de héros qui, sur toutes les mers du globe, soutiennent si vaillamment l’honneur et la gloire du pavillon français.

Messieurs, levons nos verres et buvons : à M. le Gouverneur Général Merlin et à sa famille, à Messieurs les Officiers, Sous-Officiers et Matelots du croiseur Du Chayla, et aux glorieuses Marines françaises et alliées, à la France enfin, notre chère Patrie, champion éternel du droit et de la liberté et aux nombreuses nations qui luttent avec elle pour la défense du monde civilisé contre la barbarie scientifiquement organisée.

À ce discours, M. Merlin a répondu en remerciant d’abord M. Caucé pour les paroles de bienvenue qu’il lui a adressées, tant en son nom qu’au nom de la Commission Municipale, de la Commission Consultative du Commerce et de l’Industrie ainsi que du Comice Agricole, ces trois corps représentant les éléments dont se compose la colonie : administration, commerce et industrie, agriculture. Il a été très sensible à la réception si brillante et sympathique qu’il a reçues d’eux au nom de la population. L’administration a le devoir d’assister les hommes d’initiative qui viennent travailler à une plus grande France, en exposant dans les colonies leurs capitaux et leur santé. Pour lui, il les aidera de tout son cœur, et sera heureux de concilier leurs intérêts avec les intérêts généraux.

 (À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

SAVA: promotion du développement

La population du district de Sambava bénéficie des potentiels de développement grâce aux actions sociales de ses élus. Une enveloppe de 2 millions ariary a été attribuée à deux associations de la localité par le député Norbert Mamangy, dit Jack, lors de la cérémonie d’inauguration de l’achèvement des travaux d’aménagement du lac Antohomaro en site touristique vers la fin du mois dernier. De son côté, le député Vonjy Behavana alias Zoky Vonjy, a doté l’association des pêcheurs d’Antohomaro de 20 gilets de sauvetage à l’occasion. Les députés de Sambava se rivalisent d’adresse dans l’appui aux projets de développement dans leur circonscription afin d’améliorer les conditions de vie de la population pour se mettre au niveau de développement des autres régions réputées en avance.

La transformation du lac Antohomaro, patrimoine culturel de la région Sava, en site touristique augmente le potentiel de développement de cette région du triangle du nord de Madagascar. La population déplore toutefois la vétusté des infrastructures routières et la recrudescence de l’insécurité freinant les efforts fournis pour promouvoir le développement dans cette partie de l’île.

Manou

 

News Mada0 partages

Ampamatanana Androndra: raim-pianakaviana namono nahafaty ny zanany roa volana

 Niafara tamin’ny fahafatesana zazakely vao roa volana monja ny adin’ny mpivady mipetraka eny Ampamatanana Androndra, ny 28 jolay 2017 lasa teo. Voalazan’ny tatitra avy amin’ny polisin’ny BC sakelika fahadimy, nandeha niasa ilay raim-pianakaviana ka nametraka vola atao sakafo ho azy mianaka, tamin’io fotoana io. Rehefa niverina anefa izy ny hariva, tao anatin’ny hamamoana. Nanontany sakafo tamin’ny vadiny. Nentin-katezerana ilay ramatoa ka namaly hoe tsy misy sakafo. Tezitra noho izany ilay raim-pianakaviana ka nidaroka am-badiny. Nampinono an-janany anefa ilay ramatoa tamin’io fotoana ka raha nisintona azy ilay rangahy vadiny dia ilay zazakely minono no voasintona ka nakipilipiliny ka nidona tamin’ny entana tao an-trano. Hatairana ny an’ilay renim-pianakaviana nahita ny fihetsika nataon’ilay raim-pianakaviana nahavanon-doza, saingy tsy afa-nanoatra izy. Ny maraina kosa vao nandeha nitondra ilay zazakely teny amin’ny hopitaly ilay renim-pianakaviana. Namoy ny ainy anefa ilay zazakely nony tonga teny amin’ny hopitaly. Nitsoaka avy hatrany ilay raim-pianakaviana nahavanon-doza. Tratra teny an-toerana ihany anefa izy taorian’ny fikarohana nataon’ny polisy. Niaiky izy fa tena namono an-janany nandritra ny fanadihadian’ny polisy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Tapa-bolana nivoahany: ahitana vola sandoka sahady ny 10.000 Ar vaovao

Tsy niandry ela! Nivoaka ny 17 jolay teo ny ravimbola vaovao, 20.000 Ar, 10.000 Ar ary ny 5.000 Ar. Na nolazaina fa sarotra hadika sy atao hosoka aza izy ireo, misy sahady ny vola sandoka 10.000 Ar miparitaka. Araka ny loharanom-baovao, eny Namontana Anosibe no anisan’ny nahalalana izany ary niharany ireo mpivarotra ambongadiny mikirakira volabe toy ny mpamatsy ny mpivaro-kena, n any mpamongady entana ilaina andavanandro. Nambaran’izy ireo fa “sarotra ny ahalalana ny maha sandoka an’ireo vola na tsia, satria volabe no kirakiraina, nefa tsy misy ny milina na fitaovana manokana hitiliana azy ireny. Ataon’ireo mpanao hosoka any anaty vola tena izy ny ravimbola sandoka”.

Mitovitovy ny raviny

Tena nanombohan’ny nipariahan’ny vola sandoka tamin’ity herinandro ity. Nisy tamin’ireo niharany indroa voa. Nahazo vola sandoka 10.000 Ar fito izy ka enina ny alakamisy teo, ary iray, omaly zoma. Mitovitovy ny karazan’ny taratasin’ny vola vaovao sy ny sandoka, fa eo amin’ny lokon’ilay kintana no tsikaritra misy tsy itovizany. Somary manompy mena ilay sandoka raha manompy maitso mangirana ny vaovao.

Tsy vao izao nisin’ny vola sandoka teto amintsika. Mandroso ny teknolojia, atao ny fomba samihafa iadiana amin’ny hosoka, saingy tsy tara amin’izany koa ireo olon-dratsy mety mampiasa ny teknolojian’ny fandrosoana ihany koa. Azo heverina fa mety misy koa anefa ny tambajotra matanjaka, mampiasa fitaovana arifomba.

Randria

News Mada0 partages

Efa nanaovana andrana: 50 ora ny faharetan’ny sekolin’ny ray aman-dreny

Raha tiana hahomby ny fanabeazana, mila mahafantatra ny tena andraikiny koa ny ray aman-dreny. Izay no antony nanaovan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny sekolin’ny ray aman-dreny hizarana ny tsara ho fantatra mandritra ny 50 ora.

“Nanaovana andrana ny sekolin’ny ray aman-dreny eny anivon’ny sekolim-panjakana amin’ny faritra maromaro ny taona 2016”, araka ny fanazavan’ny talen’ny fanabeazam-bahoaka sy ny olom-pirenena, Rahelinirina Estella, ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. Niantefan’ny fanofanana ny ray aman-dreny amin’ny EPP any Toliara, Antsirabe, Ambatondrazaka, Antsiranana ary Antananarivo. Maharitra 50 ora isaky ny ray aman-dreny ny fizarana fahalalana omen’ny mpampianatra efa misotro ronono ka vonona hizara traikefa. 20 ny lohahevitra dinihina sy andraisana anjara hampahomby ny fanarahan’ny ray aman-dreny maso ny zanany. Nisy ny fanatsarana ka nahena ho 25 ora ny fanofanana ary natambatra ny lohahevitra sasany afaka miaraka. Tsy misy fanerena avy amin’ny talen-tsekoly ny fanatrehana ny sekolin’ny ray aman-dreny fa miankina amin’ny fahatsapan-tenan’ny tsirairay.

80%-n’ny fanabeazana ny zaza any an-tokantrano ka tokony mahalala ny andraikiny avokoa ny ray aman-dreny rehetra manan-janaka any an-dakilasy. Hapetraka rahateo manomboka amin‘ny taom-pianarana vaovao ny satan’ny fitondran-tena mendrika ho an’ny mpianatra sy ny mpanabe ary ny ray aman-dreny ho an’ny sekolim-panjakana. Mahazo manaraka ny sata koa ny sehatra tsy miankina. Hitohy amin’ny taom-pianarana vaovao ny sekolin’ny ray aman-dreny.

Vonjy A.           

News Mada0 partages

Ambatonakanga: nohavaozina ny paompin-drano

Nohavaozina ny paompin-drano mamatsy ny fokontany Ambatonakanga, ka lasa ao anaty trano mihidy ny paompy sy ny kaontera. Namatsy vola ny asa ny mpitantana ny farmasia Métropole Antaninarenina ao anatin’ny tetikasa fandraisana andraikitra manampy ny mpira-belona. 4 tapitrisa Ar ny tetibidin’ny fanavaozana notanterahina tao anatin’ny roa volana. “Izahay no nanatona ny mponina tamin’ny alalan’ny lehiben’ny fokontany, Andrianatoandro Ramparany, nanontany ny filan’ny mponina”, hoy ny mpiandraikitra voalohany ny farmasia Métropole, Rabetsaroana Rakotovao Ravahatra Vololona, omaly. Satria aina ny rano ary antoka voalohany amin’ny fahasalamana, tapaka fa havaozina ny paompin-drano sady endriky ny tanàna rahateo. 30 ny tokantrano misitraka ny rano alaina amin’ny paompy. 3 000 Ar isam-bolana ny vola aloan’ny isam-pianakaviana hatramin’izay. “Mitantana ny rano ny fikambanan’ny mpanjifa rano eo Ambohidahy-Ambatonakanga. Mbola hisy fivoriana miaraka amin’ny mpahazo tombontsoa hamaritana ny fitantanana vaovao manomboka eto”, hoy ny filohan’ny fikambanana, Rakotobe Claude.

Efa mpanohana asa sosialy maro ao anatin’ny fokontany Ambohitsorohitra-Ambatonakanga-Atsimon’Analakely ny farmasia. Anisan’izany ny fanampiana ny fianakaviana sahirana nandritra ny asaramanitra 26 jona lasa teo. Eo amin’ny fahasalamana, nanatsara ny toeram-pandraisana ny marary eny amin’ny sampam-pitsaboana homamiadana HJRA koa ny  mpitantana ny farmasia. “Isaky ny 1 desambra, andro maneran-tany iadiana amin’ny tsimokaretina VIH/Sida, misy ny fitiliana maimaimpoana azon’ny rehetra atao ao amin’ny farmasia Antaninarenina”, hoy ny mpiandraikitra ny lafiny sosialy, Rafidison Nathalie.

Vonjy A.              

News Mada0 partages

Hand-IHF Trophy: Madagascar à l’aune d’un exploit

Pour la deuxième fois consécutive, les juniors filles malgaches ont atteint le dernier carré du tournoi de handball continental IHF Trophy au Sénégal.

Après un parcours remarquable lors de l’édition précédente en fermant la dernière marche du podium, Madagascar est de nouveau sur sa lancée à Dakar en arrachant  son ticket pour les demi-finales à l’issue de la phase de poule où elle s’est classée deuxième de son groupe.

Face à la Guinée, leader du groupe B, les handballeuses malgaches vont jouer le match de leur vie à coup sûr pour aller chercher une place en finale, une grande première sur un tel plateau. D’ailleurs, faire mieux que l’année dernière est l’objectif dès le départ. Cette année, elles rêvent de titre. Ce qui semble évident eu égard à leur parcours lors de la phase de poule. D’autant que les deux équipes sacrées chez les garçons et les filles représenteront l’Afrique à l’IHF Trophy mondial.

Depuis le début du tournoi, l’association des Malgaches au Sénégal sera derrière les juniors filles dans leur sprint final, sans oublier ls juniors garçons, qui après une campagne décevante, joueront les fervents supporters des juniors filles.

Naisa

News Mada0 partages

Athletisme – Mondiaux: Eliane en queue de peloton

Le miracle n’a pas eu lieu ! Le championnat du monde d’athlétisme de Londres se termine déjà pour la Malgache Eliane Saholinirina. Alignée sur le 1500 m dame, elle a fini la course de sa série à la dernière place avec un chrono de 4’23’’56.

Certes, elle a amélioré son temps personnel, mais cela n’est pas suffisant pour décrocher la qualification pour les demi-finales de ce jour. Cette sortie s’annonce comme la dernière pour cette athlète qui, à 34 ans, se dirige irrémédiablement vers sa fin de carrière.

Naisa

News Mada0 partages

«Chan 2018»: maorisianina no hitsara ny lalaon’ny Barea sy Angola

Hiditra an-tsehatra hiatrika ny lalao mandroso, dingana farany amin’ny fiadian-toerana hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina na ny «Chan 2018», hatao any Kenya, ny Barea de Madagascar. Fihaonana, mandroso, hatao etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny alahady 13 aogositra ho avy izao ary hikatrohana amin’i Angola.

Efa fantatra fa teratany maorisianina no hitantana ny lalaon’ny roa tonta amin’izany ary avy atsy Kaomoro kosa ny mpitsara fahefatra. Raha tsy misy ny fiovana, ho tonga amin’ny zoma 11 aogositra, ny delegasiona avy any Angola. Hatreto aloha, tsy mbola fantatra ny isan-dry zareo Angoley, ho avy eto Madagasikara.

Ny Barea de Madagascar kosa efa ao anatin’ny fanomanana tanteraka, amin’izao fotoana izao. Salama tsara avokoa ireo mpilalao rehetra hiatrika izany. Tsiahivina fa tsy afaka hiatrika io lalao io, i Leda, mpiandry tsatoby noho ny karatra mavo roa azony, ka nosoloina an’i Kandy.

Ny asabotsy 19 aogositra, ny lalao miverina amin’i Angola, izay hatao ao amin’ny kianja 11 de Novembro de Louanda, izay amin’ny 6 ora 30 hariva, eto Madagasikara.

 

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Rugby: nahazo fanamiana vaovao ny Makis

“Maillot, short, faux-bas” miisa 23 sy baolina marika Webb Ellis anankiroa, no natolotra ny Malagasy rugby, teny amin’ny tranobongo Tanjombato, omaly zoma, mba hisaloran’ny Makis de Madagascar, amin’ny lalao hatrehiny. Avy amin’ny fianakavian’Itompokolahy, Martin, mpilalao fahiny, tao amin’ny Stade Olympique de L’Emyrne (SOE), tompondakan’i Madagasikara inefatra nisesy, nanomboka ny taona 1926, 1927, 1928, 1929, izany fitaovana izany. Nambaran’ny fianakaviana fa efa taranaka mpilalao rugby izy ireo, ka na any am-pitan-dranomasina aza no mipetraka dia tsy manadino ny baolina lavalava eto Madagasikara. Nisaotra sy nankasitraka izao fanohanana izao, Rakotomalala Marcel, filohan’ny Malagasy rugby. Tsiahivina fa vy nahitana sy angady nananana izao, Rakotondrahova Honoré (RHS), izay efa mpanohana ny fanatanjahantena toy ny baolina kitra ary efa filohan’ny fileovana rugby, maromaro teto an-dRenivohitra, izay nifanerasera tamin’ny fianakavian’i Martin, ka nanamora ny fifampiresahana.

Notsiahivin-dRakotomalala Marcel, fa ny Makis de Madagascar, izay mbola hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), ho an’ny rugby à 7, lahy sy vavy. Any Zimbaboe, ny an’ny vehivavy ny volana septambra ary any Kenya kosa ny an’ny lehilahy, ny volana oktobra, ho avy izao.

 

Tompondaka

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana “Grossiste” teny AntsoboloOlona iray naratra

Mihamahazo vahana hatrany ny tsy fandriampahalemana eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Taorian’ilay tovolahikely iray mpivarotra gilasy maty notifirin’ny jiolahy teo amin’ny lohany iray volana latsaka izay teny Andraisoro dia tovovavy kely iray indray no naratra mafy vokatry ny fanafihan-jiolahy nitranga tao Ambatomaro Antsobolo afaka omaly alina tokony ho tamin’ny 07 ora. Folo lahy mirongo fiadiana izy ireo no indray  nanao izao fanafihana izao izay marihina fa tsy nisy tratra na dia iray aza. Raha araka ny vaovao azo dia  anisan’ny tranom-barotra mpambongady  iray tena goavam-be eny Ambatomaro ity notafihin’izy ireo ity. Na izany aza tsy nahazo na inona na inona izy ireo.  Ny tena nahavariana ny rehetra dia tsy  natahotra ihany koa ireto jiolahy ireto satria tsy nisy nisaron-tava na dia iray aza.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Festival LampognoTadiavina mpanao politika hosomparana

Nampahafantarina tetsy amin’ny tranom-bokim-pirenena etsy Ampefiloha ny alakamisy teo ny fandaharam-potoana mandritry ny andiany faha 10 amin’ny festival Lampogno izay hatao any Antsohihy ny 24 ka hatramin’ny faha 27 aogositra izao.

 

 Mifono firaisankina sy fihavanana, hoy ny fanazavan’I Jean Rigo Randriamaniraka, isan’ireo mpikarakara, ny hetsika hatao ary miseho amin’ny endrika asa an-tana-maro sy iombonana saingy tsy nisy tambiny fa zava-pisotro mahamamo nentim-paharazana, toy ny betsabetsa no hifankasitrahana mba ho mariky ny fifanajana. Amin’ny maha Tamboroho ny lohahevitra amin’ity indray mitoraka ity kosa dia miampy sakafo izany. Hetsika ara-kolontsaina sy fanatanjahantena maro mampiavaka iny faritra iny moa no  isan’ny andravahana ny hetsika ary ny tarika Jean Rigo sy Grand maitre Tianjama no hanokatra ny lanonana. Nilaza i Jean Rigo fa tato ho ato dia nisy mpanao politika ninia manao hetsika hafa izay efa hita fa hamotehana ity hetsika ity ary mivoana amin’ny kolontsain’ny fihavanana sy firaisankina mihitsy, hoy izy, satria n any anarany aza dia mivoy fifandrafiana. Niangavy ary ny tenany mba ho ny tombontsoa iombonan’ny faritra amin’izay no jerena.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoam-pirenenaMbola lavitra ezaka, hoy ny mpampianatra mpikaroka

Nanazava ny lohahevitra hoe « Ny Ntaolo, ny sera sy ny fampianarana izany ankehitriny » ny mpampianatra mpikaroka, Jean Jules Harijaona,

 izay manam-pahaizana manokana momba izay lafiny serasera izay, tetsy amin’ny Trass Tsiadana ny alarobia teo. Antony namelabelarany izany, raha ny fanazavany, dia satria manana anjara toerana goavana amin’ny fiainam-pirenena io resaka serasera io. Amin’izao, hoy izy, raha misy olana kely, toy ny tsy fahampian’ny mpampianatra, dia tsy ny fototry ny olana no jerena fa vahaolana vonjimaika hatrany, toy ny fandraisana FRAM. Na eo amin’ny lafiny politika koa aza, hoy izy, raha tsy hiresaka afa-tsy fifidianana, ohatra, dia ny olom-pirenena mihitsy no mila fanabeazana mba hahaizany hifidy fa na mangarahara sy tomombana aza ny fifidianana ka tsy mahay mifidy ny vahoaka dia tsy hampiova toe-draharaha na oviana. Isan’ny nandray anjara fitenenana tamin’ny hetsika moa ny filoha tale jeneralin’ny Vidy varotra, Tahiana Razafinjoelina ary dia nilaza izy fa isan’ny voizina an-tserasera amin’izao ihany koa ny fampirisihana hifaninana kanefa dia ny fifanohanana sy fifanampiana izao no ilaina raha tiana ny handroso.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bajaj ao MahajangaMiditra “fourrière” avy hatrany izay tsy ara-dalàna

Mihamitombo isa hatrany ireo bajaj miasa ao an-drenivohitr’i Mahajanga amin’izao fotoana izao.

 Raha araka ny fanazavan’Atoa Nourdine,  tompon’andraikitra voalohany misahana ny fitaterana eo anivon’ny  kaominina, kaominina dia efa mananika ny 2.000 isa izy ireo ankehitriny nefa ny 890 ihany no manana laharana sy nahavita ny licence-ny ara-dalana. Mety mbola mihoatra io isa io hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity satria dia misy amin’ireo tyompona bajaj no mampiasa bajaj maromaro nefa laharana iray ihany no hananany raha tsy manana taratasy mihitsy ny sasany nefa miasa mampidi-bola isan’andro. Antony nandraisan’ny kaominina ambonivohitr’i Mahajanga sy ny prefet  any an-toerana ary ny koperativa Bajaj ilay fepetra hampidirana ny fourriere  ireo tsy ara-dalana izany rehetra izany ato ho ato. Ny tapaky ny volana  Aogositra ho avy izao no fe-potoana farany nomena azy ireo. Marihina moa fa naaton’ny kaominina aloha ny ny fizarana capacité ho an'ireo mpamily bajaj noho ny atsirambina hataony amin’ny asany ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly tsy manara-dalànaManana tapa-bolana hanamboarana taratasy

Hifarana ny 20 Aogositra ho avy izao, raha araka ny loharanom-baovao azo rehefa naharitra herinandro maromaro ny fe-potoana nomena ireo sekoly tsy miankina tsy manara-dalàna teto an-drenivohitra ka nahazo fampitandremana avy amin’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tandremo tsy ho marionety

Mbola tsy afaka an-tsain’ny maro ny lozam-pifamoivoizana niseho tany Ankazobe tamin’ny fiandohan’ny herinandro, hany ka lasa tsy dia mahasarika ny saina loatra ireo dindona fifandirana lava amin’ny samy foko izay niseho tato ho ato izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filohan’ny FIZAFATOMiantso fitoniana ny Zanak’Androy

Anisan’ny vaovao tena nahoraka teto amintsika tamin’ity herinandro ity ny fifanolanana misy eo amin’ireo samy mpikambana ao anatin’ny FIZAFATO na ny Zanaky ny Faritany Toliara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny fiovaovan’ny toetr’androHara-kiasa akaiky ny tetikasa Miary sy ny Meteo

Manomboka hita taratra mivantana eto amintsika ary misy fiantraikany avy hatrany amin’ny fambolena mihitsy amin’izao fotoana izao ny fiovaovan’ny toetr’andro eto amintsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohidahy AmbatonakangaNohavaozina ny fatsakana

Tontosa omaly zoma 4 Aogositra 2017 ny fanokanana fotodrafitr’asa fatsakana rano teny amin’ny fokontany Ambohidahy Ambatonakanga.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana tao MananjaryVelom-panantenana ny rehetra

Nihazo an’i Manjary ny Filoham-pirenena teo aloha Marc Ravalomanana, taorian’ny nahavitan’ny Kongresim-paritry ny Antoko ny antoko Tiako I Madagasikara tao Manakara ny alakamisy teo.

Toky R

 

L'express de Madagascar0 partages

Drame à Ankazobe – Les papiers du Boeing expirés depuis 2015

Le bus à étage, qui a fait vingt-et-un morts, a passé son dernier contrôle technique en 2014. Les charges excédaient quatre tonnes avec quatre vingt passagers de trop lorsque l’accident est survenu. 

Du fil à retordre. La Direction Générale de la Sécurité Routière (DGSR), a donné du grain à  moudre au propriétaire et à la fois chauffeur du bus étage, connu sur les  routes sous l’appellation «Boeing», parti en tonneaux dans un ravin à Sambaina Ankazobe dans la nuit de lundi à mardi.« Des  vérifications ont été effectuées auprès des centres de sécurité routière de Toamasina, Tsiroanomandidy, Mahajanga et d’Antananarivo. Aussi curieux qu’il soit, aucun acte de visite technique encore valide n’y est enregistré. Le  dernier contrôle répertorié de ce véhicule, immatriculé 0838 TAH, a été effectué à Nanisana le 29 octobre 2014 pour expirer le 28 février 2015. La question se pose alors, comment a-t-on fait, depuis, pour le laisser circuler sur les routes», s’interroge le colonel Angelin  Ranedison, chef des centres de visite technique à Antananarivo.N’y allant pas de main morte, il dénonce avec insistance une ahurissante surcharge.«Lors de la réception technique, en marge de la mise en circulation de ce véhicule sur les routes malgaches après son importation, il a été autorisé à transporter soixante-dix neuf personnes. C’est le nombre de places inscrit sur la carte grise. Pour ce qui est des marchandises, la charge utile est plafonnée à 1970 kilos», met en avant le chef de centre.À se fier à ses explications, ce Boeing Mercedes Néoplan à étage n’était donc pas plus qu’un cercueil roulant, plein d’une cargaison humaine à craquer, lorsqu’il a quitté Ampefy pour rejoindre Mahajanga. Le bilan final faisant état de vingt-et-un morts et de cent dix-huit blessés, cent trente-neuf personnes se trouvaient donc à bord de ce bus de la mort. Un chiffre correspondant au double du nombre de places autorisées. Un sort incertain planait, de ce fait, sur les scouts et pèlerins des Jeunes Chrétiens (STK) du synode de Soavinandriana, dès qu’ils ont commis l’irréparable en embarquant à bord de la vieille mastodonte, pour entreprendre un long périple.D’ailleurs, des signes avant-coureurs, à l’instar d’une défaillance du système d’air et de passage de rapports, sont apparus, avant qu’ils ne mettent définitivement au tapis le géant des routes à 29 kilomètres d’Ankazobe.

Surcharge ahurissante«Le poids total en charge figurant sur la carte grise est de 16 tonnes. Avec le seul poids des passagers, sans prise en considération des bagages et marchandises, la charge autorisée excédait de 4,27 tonnes. Cette importante surcharge pourrait expliquer pourquoi le bus a perdu de la puissance lorsqu’il a gravi la montée, entraînant ainsi un arrêt du moteur lorsque le passage à la vitesse inférieure a échoué. Le sort des passagers était scellé dès que le véhicule s’est mis à  reculer», explique le colonel Angelin Ranedison.Le retrait des Boeings sur le réseau de transport  terrestre national s’est opéré en 2012. Depuis, les propriétaires de ces géants les ont convertis en véhicule de location, un secteur où il suffit de s’acquitter d’une patente annuelle auprès des services de contributions pour circuler  sur tout le territoire, et échapper aux contrôles de l’Agence de Transport Terrestre (ATT).« La location de véhicule est une brèche dans laquelle s’engouffrent beaucoup d’irrégularités», déplore Gilbert Rakotozafy, directeur du Transport routier. « Pour les véhicules de  transport en commun des zones nationales, une  demande d’autorisation spéciale adressée à l’ATT est nécessaire pour toute activité en dehors de la licence de l’exploitation. Si l’avis est favorable, un chef de convoi maintient le contact avec l’agence pendant tout le voyage, pour l’informer, en temps réel, des anomalies et des problèmes qui pourraient  survenir, afin que les policiers et les gendarmes les plus proches puissent intervenir. Ceci n’est pas valable pour les véhicules de location qui peuvent se passer d’autorisation spéciale », souligne-t-il.Avec les vacances qui battent leur plein, la DGSR interpelle tout transporteur et voyageur à respecter ou faire respecter le code de la route stipulant que la vitesse maximale est de 70 kilomètres par heure, pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes. Le poids des bagages est en revanche, censé être limité à dix kilos par personne.

Indifférences et corruptions

Le bus à étage bondé de monde a quitté Ampefy lundi  matin vers 9 heures  pour passer par une quinzaine de points de contrôles routiers de la police et  de la gendarmerie, jusqu’à ce qu’il ne  se renverse dans un ravin sur la RN 4, après avoir parcouru près de 200 kilomètres. Curieusement, pas un seul gendarme ni policier ne l’a verbalisé ni immobilisé malgré  l’effrayante surcharge.Ne sachant plus à quel saint se vouer face a cette hécatombe, le centre de visite technique d’Antananarivo a, pour sa part, affecté en province trente-trois gendarmes et agents vérificateurs.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Sômaroho – Les rythmes contemporains galvanisent les Nosybéens

Du R’n’B au Gwetta en passant par le Salegy. Le festival « Somaroho » ne manque pas d’atout pour surprendre les mélomanes de l’île aux parfums.

Bien au-delà d’être un festival exclusivement dédié à la promotion de la diversité culturelle qui règne à Nosy Be, le festival « Somaroho » enchaîne les festivités diverses qui composent sa programmation garnie depuis le 2 août, satisfaisant ainsi la soif de divertissement du public local. Des fêtards de tous âges, tous représentatifs d’une génération amateur de musique chaleureuse et exotique, mais par-dessus tout des mélodies à l’ère du temps. Au bout de quatre éditions, le festival « Somaroho »; en partenariat avec Telma, a ainsi su s’imposer en tant que plateforme musicale d’envergure internationale dont la scène resplendit particulièrement de jeunesse. Bien que fédérant quotidiennement la bonne majorité de la population de l’île aux parfums au Stade Ambodivoanio durant tout le déroulement du festival, force est de constater que « Somaroho » rameute surtout un auditoire majoritairement jeune, dont la moyenne d’âge tourne plus ou moins autour des trente ans. Hormis ceux qui s’y présentent pour y faire leur petits business, comme les petites gargotes ou bars ambulants, le tout en toute modération.C’est pourquoi, outre la promotion des artistes locaux, mais aussi ceux originaires des autres régions, le comité d’organisation du « Somaroho » privilégie les genres musicaux contemporains et modernes pour le public.

Shyn, comme toujours, a su enchanter son publicpar sa présence sur scène envoûtante.

« Une ode à la jeunesse »Les prestations électrisantes et dynamiques de Shyn et du groupe togolais Toofan sur la scène du « Somaroho » illustrent parfaitement cet engouement du public nosybéen pour la musique contemporaine. Avec des rythmes et des mélodies qui invitent par-dessus tout le public à bouger et à danser, Shyn et son R’n’B représentants de Toamasina et Toofan avec son fameux « Gwetta » galvanisent le tout Nosy Be dès les premières notes de leurs compositions. Enchaînant sa tournée nationale, Shyn captive avec un charisme scénique et mélodieux qui lui est propre au-devant de la scène. Le tout porté par ses deux derniers tubes, « Resim-pitia » et « Overdose » qui galvanisent une jeunesse festive et dans la fleur de l’âge, remplissant copieusement le stade Ambodivoanio. Toofan, quant à lui, est à un tout autre niveau, laissant la part belle à l’exposition de son dynamisme en duo sur scène, le groupe togolais se plaît surtout à surprendre en animant le public. Entre deux chansons, il met le public à contribution à travers des batailles de danse, à savoir le « Gwetta » sur ses tubes comme « Téré téré » et « Gwetta dance ». Des rythmes qui invitent littéralement les jeunes à s’adonner corps et âme à la fête. Conjuguant ces deux genres en un seul, le Franco-sénégalais Singuila a tout aussi bien conquis le public dans hier soir, lui qui s’est parfaitement imprégné de l’ambiance locale. Notamment avec ses morceaux comme « Ay Mama » et « Chante comme un rossignol ». Dans touts les cas, les jeunes de Nosy Be n’auront pas fini de festoyer tout au long de ce week-end.

Le public, en grande partie jeune, était comblépar les prestations rythmées des artistes.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Slalom Tacs – Sous les yeux de Maurice Best

Les pilotes de slalom se retrou­veront ce weekend, sur le circuit d’Amba­to­mirahavavy, à l’occasion de la quatrième manche de la saison. En marge de cet événement, le ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fédération du Sport Auto­mobile de Mada­gascar procèderont à la décoration de Maurice Rabeto­kotany, plus connu sous le sobriquet de Maurice Be.Personnalité célèbre dans le milieu du sport automobile, Maurice Be a marqué l’histoire de la discipline dans les années 80 et 90. Parmi les voitures qu’il a pilotées figurent notamment une Citroën DS21, une R30 ou encore une R5 GT Turbo. Et ce weekend, il sera décoré à juste titre du Mérite Sportif. A lui tout seul, il était tout en spectacle.Son seul nom évoque un pilote kamikaze, cascadeur et show assuré à une époque où les pilotes assuraient tout avant l’arrivée des moteurs turbo. Avec les Alcazar, feu Roland Ramaroson, Ntsoa et Dida Randriamifidi­manana, les frères Andrian­jafy, les frères Rakoton­drabesa, Jeannot Rabekoto, Joda, Maurice Best figure parmi les légendes du rallye.« Il devait déjà faire partie des récipiendaires du Mérite Sportif, lors de la cérémonie de remise de trophées de la Fédération, en début d’année. Mais il n’a pas pu assister à la cérémonie. Il recevra sa décoration ce weekend », explique-t-on auprès de la FSAM.

Infime écartMaurice Best pour les intimes, qui vit à l’étranger, assistera donc à cette manche du championnat de slalom. Une manche qui promet beaucoup, vu la situation actuelle au championnat. En effet, Laza Randriamifidi­manana (Peugeot 106) occupe le fauteuil de leader du classement général, actuellement. Vainqueur à deux reprises cette année, il est crédité de 65 points. Il est, cependant, talonné de très près par Hugo Louvel (Citroën C2), qui a remporté la dernière course en date à Bevalala.Le jeune pilote possède 61 unités à son compteur. Un écart de quatre longueurs entre les deux rivaux, c’est infime. Derrière, Fred Rabe­koto (Peugeot 306) suit leur rythme. Le champion 2015 est troisième au championnat, avec 48 points. Lui aussi aura certainement son mot à dire, ce weekend.La course s’étalera sur deux journées, avec deux manches au programme. Les pilotes s’affronteront sur un circuit composé de deux pistes A et B, reliées par un échangeur, d’une longueur totale de deux kilomètres.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque - Masters – Madagascar s’éloigne du top 4

Laborieux. C’est ainsi qu’on peut qualifier le parcours de la sélection malgache de pétanque, au Masters, en France. À l’issue de la quatrième étape de jeudi, disputée dans la ville de Montluçon, elle a encore rétrogradé d’une place, pour se retrouver en sixième position du classement général, avec un cumul de quatorze points. La Grande île se trouve juste devant le Bénin crédité de cinq unités.Les nations championne et vice-championne du monde sont dernières du classement. Devant, l’on retrouve la Wild Card (22 pts), l’équipe Fournié (22 pts), l’équi­pe de France (21 pts), l’équipe Rocher (19 pts) et l’équipe Gire (19 pts).À mi-course donc, la Gran­de île s’éloigne dangereusement du top 4, avec un bilan mitigé. Lors des deux premières étapes, elle a atteint les demi-finales. Par la suite, elle a été éliminée d’entrée à chaque fois, avant de se rattraper en matches de barrages.Il reste trois échéances dans le calendrier de cette tournée 2017. La prochaine est fixée pour le mercredi 9 août prochain, dans la ville de Tignes. S’ensuivront les rendez-vous de Castelsar­rasin, le 23 août, et de Ruoms-Aluna, le 29 août.Christian « Nanou » Andria­niaina, Hery Razafima­hatratra, Luc Rahaingoson et Tojo « Cobra » Rahasintsoa sont tout simplement condam­nés à réaliser une grosse remontée, s’ils veulent réintégrer le fameux top 4 et décrocher une qualification pour le Final Four d’Istres, le 6 septembre. Outre l’enjeu sportif sur cette tournée 2017, il y a également la question de l’image du pays, sachant qu’une éventuelle élimination au terme des sept étapes ferait vraiment tâche. Ce serait un échec cuisant pour la nation cham­pionne du monde.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Atsinanana – Le trafic ferroviaire reprend

Totalement paralysée après le passage d’ « Enawo », la ligne Tananarive-côte Est est enfin fonctionnelle depuis avant-hier. 

Perdu, le mot trouve tout son sens lorsqu’il s’agit de définir la localité de Lohariandava. Cette commune du district de Brickaville est restée enclavée depuis cinq mois jusqu’à la semaine dernière. Période durant laquelle s’est réalisée la réhabilitation du pont Sanjaviavy, qui a été emporté par le cyclone « Enawo », au mois de mars. Opérationnel depuis avant-hier, le nouveau pont, inauguré par les autorités, signifie la réouverture de la ligne ferroviaire Antananarivo-côte Est ou TCE.La ligne est d’un intérêt capital tant pour la localité que pour les activités économiques régionales, voire nationales. En effet, c’est par cette unique voie que la circulation des produits de la région s’effectue, sans mentionner les milliers de tonnes de marchandises et de carburants qui sont acheminés depuis le port de Toamasina vers Antananarivo et inversement. « La commune de Loharindava n’est accessible que par la ligne ferroviaire. Depuis plusieurs mois, nos récoltes pourrissent sur place, et sans route ni autres moyens pour les évacuer. Près d’une dizaine de tonnes hebdomadaires de produits sont bloqués depuis le mois de mars. Les dégâts tant économiques que sociaux sont considérables. Dégâts devant lesquels nous sommes restés impuissants jusqu’à aujourd’hui », indique un villageois.

Coupés du mondeIl est à préciser que la petite localité méconnue est l’un des plus grands producteurs de bananes du pays. Elle ravitaille les régions Analamanga, Alaotra-Mangoro et Atsinanana.Enclavée depuis toujours avec comme seule voie de sortie cette ligne de chemin de fer,  Lohariandava et ses environs ont été complètement coupés du monde alors même que la localité n’est qu’à une trentaine de kilomètres de la RN°2. Le pont impraticable et aucune route existante, les conditions de vie socio-économiques des communes avoisinantes comme Anivorano ou Fanasana, sont devenues un calvaire. Raison pour laquelle les travaux de reconstruction sont devenus une des priorités des autorités concernées.« La construction du nouveau pont est donc un symbole de renaissance tant pour ces petites communes que pour le trafic commercial ferroviaire en général », conclut Ramarcel Benjamina Ramanantsoa, ministre des Transports.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Chasse aux vendeurs  de véhicules à Anala­kely

La commune urbaine d’Antananarivo continue la chasse aux véhicules à vendre placés dans des lieux interdits. Un véhicule placé à Andohan’Analakely a été mis en fourrière à Anosipatrana, mercredi. Le grand parking à Anta­nim­barinandriana est le seul emplacement destiné aux véhicules à vendre.

L'express de Madagascar0 partages

Football - Féminin – Sabnam débute du bon pied

L’AC Sabnam Anala­manga a débuté de la meil­leure des manières la pre­miè­re phase du cham­pionnat de Madagascar de football féminin division Elite, hier à Mahajanga. Le triple tenant du titre était opposé au Mifa Analamanga, finaliste malheureux des deux dernières éditions, dans le choc de la première journée de la compétition.Et il s’est imposé sur le score de deux buts à un. Dans les autres matches d’hier, l’on a assisté à un festival de buts durant la rencontre entre l’Asot Analamanga et le Prescoi Vakinankaratra, conclue sur un score de trois buts à deux. Cinq réalisations ont également été marquées par l’Ascuf Haute Matsiatra, sans en avoir encaissé aucun, lors de sa nette victoire sur l’AS Comato Atsimo Andrefana.Par contre, l’Askam Itasy et le SOM Boeny n’ont pas réussi à se départager au terme du temps règlementaire. Il a fallu passer à la séance fatidique des tirs au but, comme le stipule le règlement, en cas de résultat de parité. Séance qui a tourné en faveur de l’Askam, cinq à zéro.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Académie militaire – Priorité au renforcement de la sécurité 

Renforcer la lutte contre l’insécurité et la pauvreté afin de promouvoir la paix sociale. C’est ce que le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a souligné, hier, dans son discours à la cérémonie « Fandresena ». Celle-ci marquait la sortie officielle des élèves officiers de l’Académie militaire (Acmil) d’Antsirabe.Soixante-dix huit élèves officiers dont soixante sept  issus de la 38e promotion directe baptisée « Fanjiry » et onze issus du 13e peloton de formation militaire des cadres spécialistes, baptisé « Lafatra », ont solennellement reçu leurs galons d’officiers. La cérémonie a été précédée du baptême des nouvelles recrues ainsi que de la passation de sabre entre « Ombimanga » et celle de drapeaux entre garde-drapeaux.Après avoir félicité les nouveaux officiers pour leur parcours à l’Acmil, en dépit des nombreuses difficultés, le commandant de l’école, le colonel Heritiana Ramasy Razafindratombo, a souligné que les nouveaux promus n’ont franchi qu’une étape car leur statut d’officiers leur impose beaucoup de responsabilités. Pour cela,  étoffer leur cursus militaire par diverses formations et rester la fierté de l’école.Le nouvel amphithéâtre, baptisé en mémoire du général de brigade Claude James Rasamoely, le premier Malgache à avoir commandé l ’Acmil, de 1972 à 1975, a été inauguré à l’occasion de cette « Fandresena ».

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Hip-Hop – La culture « street power »

Développé par les Afro-Américains et les Portoricains du sud du Bronx à New-York, à la fin des années 1970, le hip-hop est une « sous-culture » et un mouvement artistique. 

Rado Andrianarisoa a découvert le street dance grâce à  son cousin venu de l’étranger.  

Les personnes qui ne connaissent pas la culture du hip-hop utilisent souvent cette expression, pour se référer exclusivement à la musique « hip-hop », également appelée « rap ». Le hip-hop se caractérise par quatre à neuf éléments distincts ou des domaines expressifs, dont la musique n’est qu’un élément. Viennent ensuite, le « rapping » également appelé MCing ou emceeing qui un style de rime vocale rythmique, le Djing qui fait de la musique avec des lecteurs de disques et des mixeurs de Dj, le b-boying et le b-girling, du breakdancing qui englobe la danse. Sans oublier l’art des graffitis ou l’art visuel de cette discipline.D’autres éléments de la « subculture » du hip hop et du mouvement artistique, au-delà des quatre principaux déjà cités, sont constitués par la culture hip-hop et la connaissance historique du mouvement intellectuel et philosophique, le beatboxing. Il s’agit, entre autres, d’un style vocal percuteur, l’entrepreneuriat de rue, la langue afro-américaine et argot, la mode et le style hip-hop.

Dans la rue ou sur une scène, le street dance est toujours spectaculaire.

Gasy hip-hop

Avec le vent de la mondialisation, Madagascar n’est pas en reste par rapport à cette tendance. Tous les éléments caractéristiques du hip-hop trouvent leur place au sein de la jeunesse de la Grande ile et ont marqué le paysage culturel malgache des dernières décennies. Des structures se sont mises en place pour canaliser cette énergie débordante de nos jeunes sous la fièvre du hip-hop. L’académie de danse K’Art à Antanimena fait partie des établissements qui offrent une opportunité à ceux qui veulent évoluer dans la  danse hip-hop.Rado Andrianarisoa est le maître de la discipline au sein de K’Art Académie. Fort de ses quinze années d’expérience dans le domaine, il a une bonne quarantaine d’élèves  qui y suivent régulièrement ses cours, les mercredis et les samedis après-midi. « C’est une danse qui ne demande pas de critères spéciaux, seule la motivation compte. Cette discipline évolue avec la nouvelle tendance emmenée par la nouvelle génération. Mais la base old school est nécessaire pour une maîtrise du « street power ».

Street dance

La danse hip hop désigne plusieurs formes de street dance, principalement effectuées dans la musique hip hop et catégorisées dans sa culture. Elle dénombre plusieurs styles tels que le breaking, le locking et le popping créé dans les années 70 et popularisé par les « dance crews » aux États-Unis. Au départ, il s’inspire du titre « Get on the Good Foot » de James Brown en 1972, en assimilant les arts martiaux et la gymnastique. Ce mouvement artistique s’est propagé dans les quatre coins du globe et est devenu une discipline artistique à part entière, dont les jeunes sont les premiers adeptes.

Textes: Ricky RamananPhotos: Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Miser à la Neymar

Encore une histoire de foot que les dames ne compren­nent pas. Mais, voulant être fidèles aux traditions éditoriales, apportons notre perception féminine sur ce grand sujet qui anime, depuis quelques jours, les discussions des hommes. Partageons alors ce que femme peut comprendre de tous ces chiffres, de toutes ces analyses. Comme on peut s’y attendre, il n’y a que deux  choses à retenir, mesdames. D’abord, le montant faramineux pour « acheter » un transfert ; puis l’âge du transféré lui-même.Reprenant la chronique de l’un de mes confrères, le transfert du jeune homme s’est fait à hauteur de 670 milliards d’Ariary. Cela serait l’équivalent de 837 kilomètres d’autoroutes, quarante hôpitaux manara-penitra, trente-huit mille logements à 20 millions d’Ariary l’unité, quatorze stades de cinquante mille places, quatre mille ambulances médicalisées, cent hélicoptères Pumas, etc. Bref, ils ont acheté un demi-dieu ! Que dire de plus ? S’il est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur, il peut y contribuer fortement. Car avec le prix du transfert d’un seul homme on pourrait faire plus que les dix chefs d’État qui se sont succédé à Madagascar.Depuis le 14 octobre 1958, date à laquelle Philibert Tsiranana a accédé au pouvoir de la République de Madagascar comme Président du gouvernement, on se demande réellement si les investissements directs dans les infrastructures structurantes et pérennes ont pu atteindre cette somme pharaonique. Certes, les moyens injectés depuis sont nettement largement supérieurs, mais combien de milliards d’Ariary ont réellement engendré de réels impacts. On pourrait aussi « s’amuser » à faire la balance entre ces milliards d’Ariary injectés, les sommes empruntées qu’on a dû emprunter ici et là et le reste des dettes que les petits enfants de nos arrière-petits-enfants devraient encore rembourser.   Philibert Tsiranana, Gabriel Ramanantsoa, Richard Ratsimandrava, Gilles Andriamahazo, Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Norbert Ratsirahonana, Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, Héry Rajaonarimampianina. De grands hommes : Généraux, Colonel, Arimal, businessmen et Expert-Comptable ont pourtant de quoi envier à un footballeur en matière de mobilisation des ressources, de plaidoyer et de stratégie.Neymar, jeune prodige Brésilien n’a que 25 ans. Quand on sait qu’une carrière de footballeur se termine généralement vers l’âge de 35 ans, le Paris  Saint-Germain pense donc pouvoir se rembourser largement les 222 millions d’euros durant un contrat de cinq ans. Jeunesse du prince, source de belles fortunes. Miser sur la jeunesse peut toujours rapporter gros. Car des Neymar, il peut y en avoir des dizaines, des centaines quand on donne aux talents l’opportunité et les moyens de s’exprimer.Certes, on parle de football mais il n’y a pas que dans ce domaine que les jeunes gens peuvent exceller et devenir des référents mondiaux. À Madagascar, pays que les dieux du football ont oublié, on a des talents dans le monde du sport. Les soutenir, il faut le dire, est une question de volonté politique. Car Neymar, certes, a commencé dans les terrains vagues comme tous les enfants, mais a, par la suite, joui d’infrastructures normées. Si les multiples de tentatives de pousser le Barea à produire des Neymar n’ont pas abouti, appuyons donc la fédération de Tennis à produire des Nadal, notre fédération de lutte à continuer ses prouesses. De même pour nos fédérations de pétanque, de kick-boxing, boxe chinoise, de boxe française savate. Eh oui, il y a des domaines dans lesquels nous sommes bel et bien champions du monde, mais le savons-nous ?

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

La nouvelle route de la soie. On en parle aujourd’hui comme une idée qui confirmera un peu plus encore la place tentaculaire de la Chine sur l’échiquier économique mondial, si ce n’est déjà fait. C’est, pourquoi pas, l’occasion de ressusciter l’ancienne route maritime de la soie, authentique et historique, d’autant plus que certaines de ses incidences jettent une autre lumière sur l’histoire de Madagascar et de la soie malgache. Nous devons cet article aux connaissances et à la passion pour ce pays de l’historien-anthropologue, également membre titulaire de l’Académie Malgache, Jean-Pierre Domenichini, que nous avons déjà eu le plaisir d’accueillir dans les colonnes de Bemiray. Zoky Raiamandreny, vous avez la parole!

Temps ancien – La route maritime de la soie

La filature de la soie, ainsi que son tissage, est, sans doute, l’une des techniques les plus anciennes dans l’histoire de l’humanité. Elle semble attestée dès le troisième millénaire avant l’ère chrétienne en Extrême Orient, dans le Sud de ce qui est aujourd’hui l’espace chinois. L’historien commence à supposer l’existence d’un commerce dans l’océan Indien au quatrième siècle avant l’ère chrétienne, quand il voit arriver les épices d’Insulinde en Méditerranée et la cannelle sur la table d’Hérodote. Puis à l’époque d’Auguste, outre les épices, ce commerce concernait aussi d’autres produits. Parmi les plus importants figurait la soie, dont les grandes familles romaines attendaient l’arrivée chaque année.Selon Pline l’Ancien, le commerce de la soie se trouvait entre les mains des Sères, « les hommes de la soie », que des orientalistes comme Pelliot et Needham identifièrent, autrefois, avec les Chinois. La route de la soie existait déjà qui, dans la Mer Rouge, aboutissait à Adoulis. Les navigateurs étaient des Austronésiens du Sud de l’espace chinois et de l’Asie du Sud-Est. Déjà au IIe siècle BC, l’empereur Wudi avait autorisé les moines bouddhistes en pèlerinage à utiliser les navires des « Kun Lun », et sans doute les bateaux du Champa « pays des hommes noirs », que les mandarins appelèrent « Lin-yi » quand ils le découvrirent par la suite. Dès cette époque, les Austronésiens construisaient de grands bateaux cousus à voile, les « kun-lun-bo » ou bateaux des hommes noirs, et on peut les identifier comme étant les « koliandio phonta » navigant entre l’Inde et l’Asie du Sud-Est. La science de la navigation et de la construction des « Kun Lun » austronésiens devint chinoise quand les mandarins l’enregistrèrent, ce qui permit à Joseph Needham d’écrire que « l’Éthiopie et l’Afrique orientale auraient déjà été connus des commerçants chinois dès le premier siècle avant l’ère chrétienne ».Le réseau commercial austronésien dans l’océan Indien avait permis de découvrir l’île de Madagascar où les premiers visiteurs vinrent, sans doute, pour exploiter les ressources de l’estran (holothuries, ambre gris, écailles de tortue…) et pour évaluer les possibilités de la forêt. Puis, dans la tradition maritime et colonisatrice des Austronésiens, l’île fit l’objet d’entreprises de colonisation, parties d’Asie du Sud-Est. Avec les techniques que ces premiers colons apportèrent avec eux, il est vraisemblable que l’on puisse compter la filature et le tissage de la soie. Des travaux récents d’ethnologie, il apparaît, en effet, que le métier à tisser malgache correspond en Indonésie à un métier que l’on dit sommaire et qui n’est utilisé que pour le coton, le tissage de la soie y requérant un modèle plus complexe. On peut en déduire que le métier malgache a été apporté par des colons à une époque ancienne où celui affecté à la soie n’avait pas encore été perfectionné.Beau travail des tisserandes malgachesDans les archives conservées au British Museum, figure le témoignage d’un traiteur créole de La Réunion qui avait fréquenté Madagascar avant 1750, dissertant longuement du travail des tisserandes malgaches et des tissus qu’elles produisaient : « Elles font des pagnes qui le disputent à nos soyeries et peuvent si bien entrer en concurrence avec les étoffes des manufactures de Lion qu’on a été obligé d’en faire défendre l’importation dans le royaume (…)  C’est avec peu de moyens qu’elles font des étoffes qui attirent l’admiration des connaisseurs. Ce sont encore les femmes qui travaillent aux teintures. Les couleurs qu’elles font prendre à la soye et au coton tiennent beaucoup mieux que celles des Indiens. »Pour la soie, la nature offrait des cocons de ver à soie sauvage. Au XVIIe siècle, Flacourt distinguait quatre sortes de soie, plus ou moins fines et résistantes selon le ver à soie et la plante dont il se nourrissait. Si les provinces intérieures en fournissaient beaucoup, « la plus fine et la plus forte de toutes était celle du ver installé dans les peuplements littoraux de filao, et qui donnait le landin’anakao». Les travaux scientifiques et agronomiques du XXe siècle n’en ont guère retenu qu’un seul, le « landibe » (Borocera cajani) qui vit sur le tapia. Il est arrivé aussi qu’on l’ait élevé sur l’ambrevade. C’est par contre un petit ver à soie, le « landikely », que l’on élève dans les magnaneries. On ne connaît pas la date exacte de son introduction, si tant est qu’il l’ait jamais été.Sous la royauté, le travail et le port de la soie étaient réglementés. Pour préserver la qualité de cette matière « divine et vivante », la filature et le tissage étaient interdits pendant l’année d’un deuil royal. À l’origine, seuls les nobles pouvaient s’en vêtir, mais étaient exclus ceux dont les parents étaient encore en vie, ou qui avaient eu un contact avec l’impureté de la mort biologique. De ces belles soieries anciennes, il n’existe plus aucune collection dans un musée de Madagascar. On en trouve pourtant d’importantes à Londres, réunies par les missionnaires au XIXe siècle. Il y a aussi les « lamba » achetés par Ralph Linton entre 1925 et 1927, et qui sont au Field Museum de Chicago.Ndlr : Pour retrouver les belles créations de leur passé, les Malgaches seraient donc dans l’obligation de se tracer une route de la soie très particulière qui ne concerne qu’eux seuls. Et dont ils ne  rapporteraient qu’une profonde nostalgie, mêlée peut-être d’un sentiment rageur de frustration…

Il n’y a pas d’âge pour

État civil  – Les longues tribulations du mariage

Se dire oui, mais devant qui ? La route a été cahoteuse jusqu’à ce que les « izy roa kely » passent d’abord obligatoirement devant M. le Maire ou son adjoint, avant les émotions de la cérémonie des bagues. En France, dont nous avons presque tout hérité en termes de législation, il est revenu à la Révolution de créer, par la loi du 20 septembre 1792, un mariage civil auquel il pouvait être mis fin  par une procédure de divorce. Mais avant cette date, c’était la croix et les… barrières pour les non-catholiques.Une ordonnance royale de 1539 confiait, en effet, à l’Église la tenue de registres paroissiaux portant mention des baptêmes, mariages et décès. C’était un  moyen quasi infaillible de contrôle du tissu social, et d’imposition de la conception du mariage en tant que sacrement indissoluble. Seule l’Église pouvait aussi déterminer les cas d’empêchement, et seule elle pouvait les lever. Il en résultait que les protestants du royaume étaient dépourvus de toute existence légale, une situation aggravée par la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Les pasteurs en étaient réduits à célébrer des cérémonies clandestines qu’on appelait des « mariages au désert », et qui ne pouvaient attester d’un quelconque lien matrimonial ou d’une filiation. Les principales victimes étaient les enfants considérés comme illégitimes et privés de tout droit à l’héritage.C’est à partir des années 1750 que les non-catholiques ainsi que les « divorciaires » osaient enfin se faire entendre et pourvoir en justice, soutenus par une opinion publique encore balbutiante. Les ténors du barreau se faisaient un nom en défendant les plaignants protestants ou juifs, notamment en matière de conflits successoraux. En 1771, Étienne Marie Portalis défendait sans équivoque l’instauration d’un mariage civil pour les protestants dans un ouvrage intitulé « Consultation sur la validité des mariages protestants en France », paru à Genève. À son accession au trône en 1774, Louis XVI confia le dossier à son ministre Malesherbes, ce qui aboutit en 1787 à un « Édit de tolérance » instituant une première forme de mariage qui ne soit plus foncièrement catholique. À partir de là, les avancées se succédèrent même si, en prenant la Bastille en 1789, les Français avaient bien d’autres soucis en tête que le mariage.Le 10 mai 1791, Bailly, maire de Paris, demandait à l’Assemblée une loi  ordonnant « qu’à l’avenir les déclarations de naissance, de mariage, et de mort soient reçues par des officiers civils dans une forme conciliable avec toutes les opinions religieuses ». Cette fois-ci s’ouvrait le vrai débat. L’ultime phase d’adoption de cette loi eut lieu en septembre 1792. Dans sa proclamation, la Convention prenait cependant la précaution de préciser que le nouveau mode de constatation de l’état civil des citoyens n’était, en aucune manière, une mesure anticléricale…

Amnésiacillin

 Entre Art et Histoire – Quand on a voulu dégonfler 47…

À la fois peintre, sculpteur, poète, essayiste, musicien et bien d’autres choses encore sur son fond d’universitaire, Hemerson Andrianetrazafy se définit comme un être pluriel, qui continue à s’émerveiller chaque matin en redécouvrant le monde. « J’ai pris très tôt l’initiative de consigner le flot de sensations qui m’envahit. Et qu’on aime ou pas ce que je fais, cela m’importe très peu. » Car la tare de l’art, sans jeu de mot, c’est ce souci de trop satisfaire le regard de l’autre, quitte à finir par se perdre. « Et moi, je ne veux pas me perdre. »On est au milieu des années 2000. Ils sont toute une équipe de passionnés à poursuivre au sein de leur association Vaika (Vondrona Andrafetana sy Ivoizana ny Kolontsainan’ny Ampitso) un travail entamé depuis 1990 sous le sceau de la transdisciplinarité : celui de promouvoir la culture de demain par la recherche de nouveaux concepts dans le domaine de l’art contemporain. Hemerson Andrianetrazafy cite, volontiers, les noms du philosophe Patrick Rakotolahy, du Dr Ratrema, « un véritable homme de culture qui apporta beaucoup de spiritualité à nos démarches », et surtout du peintre Richard Razafindrakoto. C’est en plein dans cette fièvre créatrice qu’arrive à Madagascar un maître-verrier, également représentant du Secours populaire français, du nom de François Charpentier. Le courant passe aussi vite que, bien entre les deux parties et, de fil en aiguille, il est question d’imaginer un évènementiel s’articulant autour de la commémoration de 1947. Une sorte de devoir de mémoire conçu avec des yeux et des doigts d’artistes, certes, mais collant de près à une vérité historique à rétablir. Vaika se rend, en effet, compte qu’après avoir fait l’objet d’un tabou dans les années 50-60, les évènements sont devenus un mythe, un imaginaire s’écartant de plus en plus de la réalité, et permettant à n’importe quel mythomane de raconter n’importe quoi pour se faire valoir. Il n’en reste guère plus beaucoup, mais combien de « généraux » de pacotille ont-ils pris l’habitude de partir à l’assaut des micros de la radio chaque 29 mars ! Combien d’obscures femmes au foyer se sont-elles autoproclamées authentiques « combattantes », avec pour seul fait d’armes celui de cuire le riz de leurs hommes ! Il est vrai qu’une allocation est à la clé, et à vie. 1947 est devenu une baudruche à impérativement dégonfler, pour enfin se situer dans une démarche de recherche comme l’a fait un Jacques Tronchon.

Amour maternel

On est en 2007, Richard Razafindrakoto est parti. L’idée d’une exposition itinérante de peintres malgaches, destinée à tourner dans des villes françaises, mûrit. Quelque soixante dix toiles d’une vingtaine d’artistes peintres traitant tous de la lutte de libération selon la sensibilité de chacun, sont réunies. Le hic, c’est que François Charpentier a approché une association malgache, proche aussi bien du Secours populaire que des évènements de 1947, laquelle a vite fait de s’ériger en interlocuteur principal.  Des clashes s’ensuivent, mais les œuvres sont, néanmoins, expédiées avec, semble-t-il, des envois personnels de ladite association. Un contrat prévoit une indemnité pour les artistes, ainsi que le reversement du produit des ventes éventuelles. Ils n’en ont eu ni l’un ni l’autre. Comble de malheur, François Charpentier qui envoyait régulièrement, cependant, des échos de la tournée, meurt. Depuis, plus personne n’a revu, ni entendu parler des toiles. Les récupérera-t-on un jour ? Dix ans ont passé, il semblerait que les visiteurs se sont toutefois intéressés à la découverte de ce qui n’était senti que comme un épiphénomène dans leur pays, à côté de Dien Bien Phu ou de la guerre d’Algérie, malgré nos 90 000 morts. Pourquoi donc ?

Le Guerrier

Le véritable problème, de l’avis de Hemerson Andrianetrazafy, vient de notre déficit en matière d’entretien de la mémoire collective dont nous ne sommes même pas conscients de l’importance, et de notre incapacité à nous situer par rapport au monde et à nous-mêmes. Et de citer une image particulièrement bien à propos : « Le Malgache est un conquérant venu de ses rivages lointains pour aboutir sur une île. Il a choisi la plus haute colline, creusé des fossés, installé un portail monumental qu’il a fermé, construit une case qu’il a aussi fermée, et s’est retrouvé emmuré dedans. Nous nous sommes insularisés dans notre démarche culturelle, sans nous rendre compte que cela impacte plusieurs autres domaines tout aussi essentiels. » L’impasse ?

Rétro pêle-mêle

Madagascar vient d’héberger la réunion du Comité des ministres de l’Asecna, ce qui, par-delà le langage diplomatique, n’est pas nécessairement une reconnaissance des performances du pays-hôte. Donnons un coup d’œil rétrospectif sur la naissance d’une Agence multinationale qui restera dans l’Histoire comme le premier organisme d’unité africaine, bien avant l’OCAM et l’OUA. C’était du temps où, les Fédérations d’Afrique occidentale et équatoriale françaises (AOF et AEF) ayant pratiquement disparu, certains pays hésitaient encore entre indépendance et Communauté. Son premier président, Louis Sanmarco, était directeur des Affaires sociales au ministère naissant de la Coopération, et avouait en toute simplicité n’avoir aucune compétence particulière pour s’occuper d’aéronautique. Il n’en réussit pas moins un travail titanesque de bâtisseur à son nouveau poste.Pour le ministre français des Travaux publics, Robert Buron, il fallait concilier les avantages techniques d’un grand espace aérien unifié et les souverainetés nouvelles des États. Ce n’était pas tout à fait l’avis de certains comme le Togolais Sylvanus Olympio lequel refusera d’adhérer à l’Agence, à la seule idée d’avoir à se mélanger avec la lointaine ex-Afrique Équatoriale Française et, pire encore, avec Madagascar. Mais les choses allèrent relativement vite avec l’engagement total du Général de Gaulle. On transféra à l’Agence les crédits Afrique du secrétariat général à l’Aviation civile, la France prenant quand même certaines précautions : même nombre d’administrateurs français et africains au Conseil, contrôleurs financiers également français… Du côté des textes, on ventila soigneusement les attributions de l’Agence avec, d’un côté, sa fonction communautaire, et de l’autre les activités nationales ponctuelles où elle est appelée à agir pour le compte des autorités de chaque pays. L’africanisation des cadres fut, pour sa part, rapide et de qualité, les ressortissants des paysnmembres recevant, soit à l’extérieur, soit dans les écoles créées par l’Asecna, la même formation que leurs collègues français pour obtenir les mêmes qualifications et grades.On ne s’étonnera point si l’OACI décerna à l’Asecna son Prix Warner, véritable « Nobel » de l’aéronautique civile. Mais un grand hommage, quoique indirect, a aussi été cette remarque désabusée de Bernard Attali alors président du Groupe Air France : « Pour parcourir les 950 km qui séparent Paris de Prague, il faut traverser sept espaces aériens distincts, gérés par des informatiques différentes. Un changement de juridiction tous les 130 km. Comment accepter que le ciel européen soit géré de façon si peu européenne ? »

Lettres sans frontières

Anne WiazemskyIn Un an après

Lendemains d’un mois de mai

Londres, mai 1968. La troisième nuit commença avec entrain. Les Stones sentaient qu’ils avaient progressé, que les thèmes élaborés la veille étaient bon. Anita Pallenberg et Marianne Faithfull les accompagnaient et les encourageaient. On était toujours en plein travail de création, mais c’était déjà presque un spectacle. Nous étions tous si pris par la musique que personne ne remarqua l’agitation sonore qui grandissait à l’extérieur du studio où tout aurait dû être silencieux. Des personnes firent soudain irruption pour nous prévenir que l’immeuble était en feu et que nous devions d’urgence l’évacuer. Après quelques secondes de stupeur, chacun prit ce qu’il pouvait et se rua vers la sortie. Des inconnus nous aidaient en emportant tout ce qui avait contribué à l’enregistrement de la maquette de « Sympathy for the devil ».Regroupés sur le trottoir d’en face, nous suivions le travail des pompiers. L’ambiance tournait à une fête psychédélique. Keith Richards, qui n’avait pas quitté sa guitare, se mit à improviser des accords proches de ceux qu’il avait trouvés la veille. Aux premières lueurs de l’aube, l’incendie fut définitivement maîtrisé. Le chef des pompiers et le directeur du studio demandèrent à voir Mick Jagger et Jean-Luc pour les informer que l’enregistrement du disque ne pourrait pas reprendre avant plusieurs jours. « Oh, shit ! » dit l’un, « Chouette, on rentre à Paris ! » dit l’autre.Nous prenions notre petit-déjeuner dans la chambre et Jean-Luc alluma machinalement la télévision. On venait d’assassiner le sénateur Robert Kennedy à Los  Angeles, les images qui passaient en boucle le montraient s’écroulant sous les balles. Plus tard dans l’avion du retour, j’étais encore sous le choc, tandis que lui cherchait les conséquences que l’élimination de Robert Kennedy pourrait avoir sur la guerre du Vietnam.Cela faisait à peine quatre jours que nous avions quitté Paris et tout avait changé. Les voitures roulaient de nouveau, les montagnes de détritus n’encombraient plus les trottoirs, les rues pavées avaient été recouvertes de goudron. En ouvrant en grand les fenêtres, je sentis encore la tenace puanteur des gaz. Je regardai la rue Saint-Jacques et découvris avec effroi que le drapeau rouge ne flottait plus sur le dôme de la Sorbonne. On aurait dit qu’elle avait été décapitée, et mon chagrin s’en trouva accru.— Le beau mois de mai est bel et bien fini.Jean-Luc brandit le poing : « Non, camarade, ce n’est qu’un début, continuons le combat ! »

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Fournie – AFP

L'express de Madagascar0 partages

Coupure de la circu­lation à Fort Duchesne

La rue reliant le stationne­ment au Mausolée et la Caserne de la Gendarmerie à Fort Duchesne seracoupée ce dimanche 6 août et le 13 août. Cette mesure a été prise par la CUA pour éviter des accidents de circulation. Ses techniciens procèderont aux entailles des arbres bordant cette rue.

L'express de Madagascar0 partages

Njiva Rakotoarimalala – « Je crois qu’on se qualifiera »

Njiva Rakotoarimalala s’est récemment confié à propos du parcours des Barea de Madagascar, en éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018. Le serial buteur de la sélection malgache, qui a marqué à chaque fois contre le Mozambique, autant à l’aller qu’au retour, se dit confiant, à l’approche du troisième et dernier tour des éliminatoires de la compétition.« La phase finale du CHAN est toute proche. Nous sommes très près du but et je crois fermement qu’on y arrivera. Je pense que, comme moi, tous les joueurs donneront une fois de plus leur maximum face à l’Angola, afin d’arracher la qualification », martèle-t-il. Au tour précédent, Mada­gascar avait éliminé le Mozambique (Ndlr : 2-2 à Mahamasina et 0-2 à l’extérieur).

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Analamanga – Ando et Mamy Ialy  en ballotage favorable

Ando Rasolomalala et Mamy Ialy Ratsifandriha­manana n’ont fait qu’une bouchée de leurs adversaires respectifs, en première série, depuis leur entrée en lice en championnat d’Anala­manga toutes catégories confondues.Ando n’a fait qu’une bouchée de Radonirina Fanan­tenantsoa, qualifié de la deuxième série (6/2, 6/1), en huitièmes de finale, avant de balayer facilement Jean Lucien Raman­gasoavaina (6/1, 6/0), en quarts de finale. Ce samedi à l’Acsa, il affrontera Patrick Rakotozafinirina, pour le compte du dernier carré. Pour sa part, Mamy Ialy a tour à tour éliminé Vahia Rabarijaona (6/2, 6/0), puis Miary Zo Rakoton­dramboa (6/3, 6/1). Il croisera le fer avec Rado Rajao­na­rison, également ce samedi à l’Acsa, dans l’autre demi-finale.Ando et Mamy Ialy partent avec la faveur des pronostics et pourraient se retrouver en finale, ce dimanche au COT Ilafy. Du côté du tableau féminin, Tsantaniony Iariniaina, en tournée à l’étran­ger, a été absente. De ce fait, Manuella Robinson est qualifiée par WO pour les demi-finales, où elle retrouvera Sariaka Radilofe, ce samedi à l’Asut Ankatso. Dans l’autre rencontre, Faratiana Viviane Rasoarilalao sera aux prises avec Finaritra Andria­madison, également ce samedi à l’Asut Ankatso.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un bassin lavoir à Man­droseza

Le fokontany de Mandro­seza, dans le deuxième arrondissement, s’est doté d’un bassin lavoir. Les travaux de construction ont duré près de deux mois. Il sort de la collabo­ration entre la commune urbaine d’Anta­na­narivo et l’association Taratra. L’inauguration de l’infras­tructure s’est tenue, hier.

Midi Madagasikara0 partages

Androndra : Rangahy namono ny zanany roa volana, nadoboka am-ponja

Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ilay raim-pianakaviana namono ny zanany roa volana teny Ampamatanana Androndra, vokatry ny adin’izy mivady. Araka ny fanapahan-kevitr’ireo mpitsara mpanao famotorana dia naiditra am-ponja vonjimaika ity ray adala ity, mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna azy. Ny 28 jolay lasa teo no niseho ity habibiana ity rehefa nifamaly noho ny resaka sakafo ny ray aman-drenin’ilay zaza. “Nandeha niasa ilay raim-pianakaviana ny maraina ka nametraka vola hatao sakafo. Rehefa niverina izy ny hariva dia tao anatin’ny hamamoana, nanontany sakafo tamin’ny vadiny, nentin-katezerana ilay ramatoa ka namaly hoe tsy nisy sakafo. Tezitra tamin’izany ity raim-pianakaviana ity ka namono ny vadiny. Nampinono ny zanany anefa ilay ramatoa tamin’io fotoana io ka raha nisintona azy ilay rangahy dia ilay zaza no voasintona ka nikipily ary nidona tamin’ny entana tao an-trano. Ny maraina ilay ramatoa vao nandeha nitondra ny zaza teny amin’ny hopitaly ka teny ilay zaza no maty. Rehefa nahare izany ilay raim-pianakaviana dia nandeha nandositra », hoy ny fampitam-baovao. Natao avy hatrany ny fikarohana ilay rangahy ka io tratra io izy, ny alakamisy lasa teo, teny an-toerana hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fenerive-Est : Ramatoa nisandoka ho mpanao gazetin’ny Midi

« Ompa variraraka no nataony tamin’ny tompon’andraikitry ny koperativa. Tsy vitan’izany fa mbola nitohy fandrahonana ihany koa » raha araka ny fitarainan’ny olona niharan’izany. Tany Fenerive-Est omaly, teo amin’ny biraon’ny kaoperativa iray izy mampitoy an’Atsinanana amin’andrenivohitra, no nitranga ny raharaha. Nisy ramatoa iray niaraka tamin’ny zanany kely izay nanao famandrihan-toerana, toa ny fanaon’ny maro, mba hiakatra aty Antananarivo raha miala eo an-toerana. Nandeha ara-dalàna izany. Omaly kosa anefa, tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany maraina, fetra farany hiaingan’ny fiara raha araka ny fandaminana eo anivon’ny kaoperativa, dia tsy mbola hita ihany ilay ramatoa. Voatery nantsoina tamin’ny findainy izy saingy tsy tratra antso. Adiny telo taty aoriana izy vao nitranga teo amin’ny birao ary rehefa nohazavaina taminy fa efa lasa ny fiara fitaterana tokony hitondra azy, dia izy indray no avo vava. Niakatra ny hafanana ary velona hatramin’ny fifamaliana. Teo amin’izay ilay ramatoa no nilaza fa mpanao gazetin’ny Midi Madagasikara ary nandrahona ny olona teo fa havoakany amin’ny pejy voalohany ny zava-nitranga. Navoakany ihany koa ny fakan-tsary ary nalainy sary ilay ramatoa iray izay teo amin’ny fandoavam-bola. Nikorontana ny sain’ny olona ary tonga teny an-toerana hatramin’ny tale isam-paritry ny minisitera iray aza nandamina ny raharaha. Io farany dia naka sary azy ihany koa ary nalefany taty an-drenivohitra izany. Vetivety dia vita ny fanamarinana ary fantatra fa nisandoka ho mpanao gazety ity ramatoa ity. Vantany vao hitany fa sahy koa ny olona, dia nitsaitsaika niala teo amin’ilay toerana izy. Raha ny fanampim-panazavana azo avy any an-toerana dia nisy fitoriana napetraky ny kaoperativa eo anivon’ny kaomisaria omaly ihany. Nampita ny zava-misy tamin’ny holafitry ny mpanao gazety ihany koa ny kaoperativa. Betsaka loatra ankehitriny ny misandoka io asa io mba hanaovana asaratsy na koa entina mampitahotra olona. Isan’ny andrandrain’ny maro ankehitriny ny famoahana karatra maha-matihanina ary izany dia tsy misy hidiran’ny fanjakana intsony ny famoahana azy fa miankina tanteraka amin’ny holafitra, mba hahafahana manadio ilay sehatra. Mbola sarotra anefa ny làlana noho ny kajikajy ara-pôlitika maro izay mbola tsy mamela ny asa fanaovan-gazety ho tena mahaleo tena tanteraka…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Andrefan’Ambohijanahary : Mpanendaka namono nahafaty pôlisy nadoboka eny Tsiafahy

Anisan’ireo andian-jiolahy, mpanendaka sy mpanao sinto-mahery eny amin’iny faritra Anosibe sy ny manodidina i Nono. Voarohirohy tamin’ny resaka famonoana ho faty pôlisy iray mpanao fanantanjahan-teny isa-maraina teny Ambohijanahary izy sy ny namany. Taorian’ny nisamborana azy ny alarobia lasa teo teny Anosibe dia fantatra fa nadoboka avy hatrany eny Tsiafahy ity mpanendaka rain-dahiny ity. Tafaporitsaka teo am-pisamborana kosa ireo namany, izay mbola karohina hatramin’izao. Raha ny zava-nitranga : ny 26 jolay lasa teo dia nahitàna lehilahy nitsirara teo am-povoan’arabe, teny amin’iny faritra Andrefan’Ambohijanahary iny, tokony ho tamin’ny dimy ora maraina. Nentina novonjena tany amin’ny hôpitaly ity farany saingy, indrisy fa tsy tana intsony ny ainy ny ampitson’io. Tamin’ny fanadihadiana dia fantatra fa pôlisy ity rangahy ity, ary nisy namono. Nahitàna mangana mantsy ny faritry ny vatany ary nisy ratra ihany koa teo amin’ny lohany. Raha ny fampitam-baovao azo dia mety efa nokendren’ireo nahavanon-doza ny famonoana azy. Tamin’ny fotoana fanaovany fanantanjahan-tena, isa-maraina mantsy izy no io hitan’ny olona nitsirara tanaty dobon-drà io. Nitohy ny fanadihadiana ary fantatra fa andiana mpanendaka eny an-toerana no namono ity mpitandro filaminana ity. Nalefa avy hatrany ny velam-pandriaka ka io tratra teny Anosibe io ny iray tamin’ireo voalaza fa namono ilay pôlisy. Nisy namany iray niaraka taminy, izay isan’ny voatonona tao anatin’ireo namono saingy tafatsoaka ity farany. Omaly no fantatra fa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ity voasambotra ity ary io nadoboka am-ponja miandry ny fitsaràna azy io. Mitohy kosa ny fikarohana ireo namany hafa.

m.L