Les actualités à Madagascar du Mercredi 05 Juillet 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar2136 partages

Imerintsiatosika – Un surdoué de la politique à la tête de la mairie

Âgé de vingt-sept ans, Parisoa Andriambolonarivo est à la tête de la commune urbaine d’Imerintsiatosika depuis 2015. Élu sous une bannière indépendante, il applique son leadership à force de dynamisme et de charisme. Il a réussi à fédérer la population autour de la construction d’un Hôtel de ville d’une valeur de 256 millions d’ariary, en mobilisant la diaspora, les opérateurs économiques locaux, et la population des 36 fokontany de la commune. 

Exemplarité. Ce mot résume les efforts menés par la commune, désormais urbaine, d’Imerintsiatosika. Exemplarité car les administrés participent pleinement au développement de cette municipalité. À travers la mobilisation des ressources locales, l’agglomération d’Imerintsiatosika s’offre le luxe de se doter d’infrastructures vitales aux propres efforts de la population.L’autopromotion n’est pas une utopie car les administrés de la commune adhèrent aux visions de leur maire, Parisoa Andriambolonarivo,également le benjamin des magistrats de la ville à Madagascar. Le fait qu’il le soit n’est pas la raison de cet engouement pour sa personne. Il impose une nouvelle façon de gérer Imerintsiatosika à travers une gestion participative. Chacun apporte ce qu’il peut dans le développement de la commune. Avec une facilité certaine, Parany – c’est ainsi que l’appellent ses administrés – parvient à mobiliser les ressources locales pour la réalisation des différents projets locaux.Il s’est récemment lancé le défi de construire un nouvel Hôtel de ville valant 256 millions d’ariary, financé en grande partie avec les efforts de la population. Les ressources des collectivités territoriales sont limitées. Parany et son équipe ont pourtant gagné leur pari.

Prospère« Nous avons valorisé le capital humain car l’homme est la première richesse de notre pays. Ainsi, nous avons initié la population à la participation citoyenne dans la réalisation de nos projets. Elle n’est pas forcément d’ordre pécuniaire. Nous avons sensibilisé les habitants pour que chaque fokontany envoie quatorze manœuvres  par jour pour aider les maçons », explique-t-il.« Notre maire gère la commune de façon transparente. Ainsi, nous n’avons pas hésité à contribuer financièrement à la réalisation des différents projets », affirme un opérateur économique.Les employés communaux ont la même indulgence à son égard.« Il arrive parfois que notre paie arrive en retard car il fallait acheter des matériaux pour la construction du nouvel Hôtel de ville. Nous ne nous plaignons pas car nous savons que nous serons payés et où iront les fonds », soutient le secrétaire général de la commune.Imerintsiatosika est située à 28 km à l’Ouest d’Antananarivo. Faisant partie de la région d’Itasy, cette commune est composée de 36 fokontany. Abritant près de 90 000 habitants, les principales activités de la population est l’élevage et l’agriculture. En effet, une grande partie des produits maraîchers vendus dans les grands marchés de la capitale provient de cette contrée. Imerintsiatosika se distingue par de grandes maisons à étages, signe de la prospérité des habitants. De fait, les constructions dans la ville, appartenant en majorité à des opérateurs économiques, poussent comme des champignons. Le transport, la provenderie, la décortiquerie et le commerce constituent les principaux secteurs d’activité des opérateurs économiques de la région.

Le bel Hôtel de ville, fruit d’efforts communs des habitants d’Imerintsiatosika.

Ils ont dit

Dieu Donné Razafimahatratra, habitant du fokontany de Bemasoandro :« Nous sommes satisfaits et fiers de notre maire. Il sait bien parler avec les gens. Il n’hésite pas à descendre dans les fokontany et chaque hameau pour partager sa vision. À Bemasoandro, nous n’avons pas hésité à participer à la construction de l’Hôtel de ville. Nous avons envoyé huit fois seize hommes durant sa construction. »

Hasimbola Justin Rabearisaonina, marchand :« Le marché d’Imerintsiatosika a été retréci pour donner un emplacement à l’Hotel de ville. L’espace ayant été bien organisé, aucun marchand n’a été privé de place. Il n’y avait pas de distinction d’origine et de catégorie sociale. Tout le monde a eu sa place et il n’y a jamais eu de conflit. Nous avons un bon maire. »

Portrait chinois – Si la commune était…

Infatigable jeune maire, accessible, charismatique, Parisoa Andriambolonarivo fait figure de modèle pour les jeunes d’Imerintsiatosika. Actuellement en préparation de deux masters en sociologie et en géographie, il concilie ses activités estudiantines avec la fonction de maire. Parany aime sa ville et ses habitants qui le lui rendent bien.

… une couleurCe serait un arc-en-ciel. Nous avons des catégories et des compétences plurielles. Il y a des opérateurs économiques dans tous les secteurs, des fonctionnaires avec leurs compétences et de simples citoyens talentueux. Tout cela constitue la richesse de la commune

… un jeuElle serait une dinette. Le coût de la vie à Imerintsiatosika est appréciable. Quelle que soit la somme que vous apportez au marché, vous rapporterez quelque chose à la hauteur de votre pouvoir d’achat. Même avec 100 ariary, il y a quelque chose pour vous.

… une boissonElle serait une eau minérale. Simple mais vitale. Les gens d’ici vivent simplement et cela attire les habitants venus des quatre coins de l’Île. Je profite, au passage, de signaler que l’eau dans la ville d’Imerintsiatosika est sûre et potable. Donc n’hésitez pas à vous restaurer ici lors de vos virées du week-end.

… un sportElle serait le football. Telle une équipe, chacun a son rôle précis dans le développement de la commune. Toutefois, on partage le même but, celui de gagner. Les opérateurs économiques, les paysans, les fonctionnaires, les jeunes, les hommes et les femmes contribuent, à leurs façons, au développement de notre commune. Ceux qui ne peuvent pas s’engager financièrement donnent de leur personne. La population constitue notre première richesse.

… une saisonElle serait le printemps. La commune regorge de vie et les citoyens affichent leur enthousiasme dans le développement. Après le nouvel Hôtel de ville, nous construirons des ponts, des écoles avec la même démarche, à savoir la participation et l’engagement. Mobiliser tout d’abord les ressources locales, commencer les travaux avec la force des bras. D’ailleurs, les appuis financiers viennent au fur et à mesure de l’avancement des travaux

… une qualitéElle serait la compétence. Nos 36 fokontany regorgentd’hommes et de femmes talentueux. Nous n’avons pas besoin d’importer de la main-d’œuvre quel que soit le type de travail demandé. Il y a des fokontany spécialisés dans l’artisanat, dans l’élevage, dans l’agriculture, dans la briqueterie, etc.

… un motElle serait l’opportunité. Tout est possible à Imerintsiatosika avec un peu de volonté et d’initiative. Avec ses 90 000 âmes et consommateurs potentiels, tout investissement est rentable d’autant plus que la commune n’est pas loin de la capitale. Elle approvisionne régulièrement les grands marchés d’Antananarivo en produits agricoles.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara785 partages

Ambatondrazaka : Misy « ninja » manakan-dalana sy manafika

Raha nihorohoro fatratra  ny mponina ambanivolo manodidina ny tananan’Ambatondrazaka teo aloha teo  dia nanao ezaka ny teny anivon’ny kaompanian ‘ny zandarimarian’Ambatondrazaka ka tambazotrana jiolahy mitam-piadiana no sarona sy rava , taorian’ny fanafihan’izy ireo ny ben’ny tanàna’ny kaominina ambanivohitra Ambohiborimanga iray volana lasa izay . 7  mirahalahy ireto jiolahy ireto miaraka amin’ny saron-tava mainty, ary manakana ny fiara tonga amin’ny alina amin’ny RN 44 sy ny Tanàna manodidina izay mitondra fitaovam-piadiana mahery vaika  .Mbola tratra tamin’izy ireo ny vanja fanamboarana bala sy  fitaovampiadiana fa mbola karohina ny fitaovana hafa. Niaiky izy ireo taorian’ny fanadihadiana teny anivon’ny zandary  amin’ny asa ratsy ataony ary efa  natolotra ny fitsarana. Manao antso amin’ny rehetra ny mpitandro ny filaminana  avy eny anivon’ny kaompanian’Ambatondrazaka fa  raha nihorohoro ny mponina teo aloha noho ny tsy fisian’ny tsy fandriampahalemana  dia efa mandry fahalemana ny 90% ny  distrika 3 amin’izao fotoana izao ary manao antso amin’ny vahoaka ny zandary ny hifanome tànana amin’izy ireo amin’ny famongorana ny tontakely

Janus R 

Midi Madagasikara666 partages

Marc Ravalomanana : « Je serai à Mahamasina samedi avec 40 000 personnes »

Marc Ravalomanana appelle ses partisans à ne pas répondre aux provocations.

L’ancien président est prêt à relever le défi le 8 juillet prochain malgré l’interdiction controversée de la préfecture de police d’Antananarivo. Ses partisans poursuivent aujourd’hui au stade de Mahamasina  leur répétition de zumba.

Le ton se durcit du côté du TIM après la décision du préfet de police d’Antananarivo d’annuler l’autorisation qu’il a délivrée pour la tenue d’un culte et des événements festifs au stade de Mahamasina samedi prochain. « Je serai à Mahamasina samedi prochain avec 40.000 personnes. », a déclaré hier Marc Ravalomanana lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville d’Analakely. Le président national du « Tiako I Madagasikara » de s’adresser à l’endroit de ceux qui veulent l’entendre : « Ne nous prenez pas pour des gamins. Nous ne sommes pas des novices en politique. Cela fait 15 ans que nous faisons de la politique. Il ne faut pas exciter un chat qui dort. Nous ne pouvons pas plaisanter sur nos droits. Je vous demande ainsi avec tout le respect que je vous dois de nous laisser organiser un culte œcuménique et des événements festifs à Mahamasina. Il n’y aura ni de discours politique, ni de déclaration politique critique envers le régime, ni des provocations. Vous allez voir à Mahamasina des gens qui chantent, qui font de la zumba et qui se partagent le gâteau du 15e anniversaire du TIM. »

Sécurité. Marc Ravalomanana a donné hier ses consignes à ses partisans : « Soyons prudents. Mobilisons nos compatriotes à venir à Mahamasina samedi prochain. Evitons d’amener des personnes en qui nous n’avons pas confiance. Vérifions bien les gens qui nous entourent quand nous serons arrivés au stade de Mahamasina. » Le président national du TIM a également répondu au préfet de police d’Antananarivo qui a évoqué des raisons de sécurité pour motiver l’annulation de sa décision : « Ne vous inquiétez pas monsieur le préfet de police. Nous sommes là pour assurer la sécurité de nos partisans à Mahamasina. Pour le maintien de l’ordre, notamment à l’extérieur du stade durant l’événement, nous pouvons collaborer comme vous avez fait à Mahamasina lors du défilé militaire du 26 juin. Pourquoi avez-vous pu le faire le jour du 26 juin et ne pouvez pas le faire le 8 juillet prochain ? » Marc Ravalomanana a mis les points sur les « i » après des négociations que ses émissaires ont eues hier avec la préfecture de police : « Il n’est plus question ni de reporter la date de 8 juillet, ni de changer l’endroit. Nous sommes déjà engagés. Nos partisans venant des provinces sont déjà en route pour la Capitale malgré les intimidations des autorités locales qui menacent également les journalistes qui véhiculent le rendez-vous du 08 juillet.»

Faux renseignements. L’ancien président Marc Ravalomanana a affirmé hier que les renseignements reçus par la préfecture de police d’Antananarivo sont faux. « Nous avons aussi nos services de renseignement. Jusqu’ici, rien n’est à craindre à Mahamasina le 08 juillet prochain. Ce qui ne nous empêche pas de prendre toutes les précautions nécessaires et les mesures qui s’imposent pour éviter les tentatives de personnes malintentionnées. », a-t-il souligné. Avant de conclure : « En fait, ce n’est pas pour des raisons de sécurité que le préfet de police d’Antananarivo s’est rétracté en annulant l’autorisation qu’il a lui-même délivrée. C’est pour d’autres raisons qui sont certainement politiques. Le préfet de police d’Antananarivo aurait subi des pressions.» En tout cas, il n’est pas question pour Marc Ravalomanana et ses partisans de reculer. Ils sont sur le point de non-retour. Reste à savoir si le régime en place changerait de position après le retour au pays du président Hery Rajaonarimampianina qui a assisté au Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine à Addis-Abeba.

R.Eugène

L'express de Madagascar425 partages

Hold-up à Sabotsy Namehana – Quatre militaires sous les verrous

Un adjudant, un inspecteur de police et deux sergents-chefs, épinglés dans un hold-up sont incarcérés à Antanimora en attendant leur procès.

A la lettre, c’est un commando qui mène une attaque à main armée. Ce vol aggravé s’est déroulé à Sabotsy Namehana, jeudi 15 juin vers 2h du matin. Traduits devant le parquet, hier, un adjudant, un inspecteur de police et deux sergents-chefs ont été renvoyés derrière les barreaux jusqu’à ce que le tribunal prévoye la date de leur procès. Un soldat de première classe, pris en flagrant délit lors d’une poursuite menée par la gendarmerie à Ivato Bout de piste, un jour plus tard, est toujours en cavale. « Ce dernier s’est évadé lors de son placement en garde à vue dans nos locaux », a indiqué une source proche de la gendarmerie de Sabotsy Namehana.Trois gardiens et une femme, leur présumée complice, aussi impliqués dans cette affaire de braquage ont été libérés provisoirement après deux jours de garde à vue. « Ils se faisaient passer pour des victimes alors qu’ils étaient tous complices dans ce réseau de gang. Cet acte survenu à Sabotsy Namehana est prémédité », a souligné les victimes du hold-up qui ont décidé d’interpeller des agents cynophiles pour la traque des bandits. Elles ont expliqué que les malfrats ont ligoté les concierges, puis ont coupé à l’aide d’une pince coupante les grilles de protection de la maison avant de s’y introduire.Les malfaiteurs n’ont pris qu’une moto et des appareils emballés dans un sac. L’inspecteur de police qui était chargé du transport des objets volés n’était pas arrivé sur les lieux, selon leur plan. « Cela a été détaillé dans leur conversation téléphonique enregistrée sur le portable du soldat de première classe, lors de son arrestation à Ivato Bout de piste», selon toujours une source sécuritaire.

Délégation judiciaireL’un des deux sergents-chefs, toujours en fonction, est le fournisseur d’armes de cette association de malfaiteurs. Le tribunal a ordonné une délégation judiciaire après que les quatre « militaires-bandits » n’ont pas répondu à la convocation adressée à chacun des corps auquel ils appartiennent.« Très tôt, lundi toute la journée, leurs chefs les ont conduits à Mahamasina pour une série d’enquêtes », a souligné une source judiciaire. Ils ont été déférés au parquet hier et  mis sous les verrous à la maison centrale d’Antanimora. Des mesures disciplinaires seront également prises, selon les explications de leurs chefs interrogés sur les faits. Le soldat en cavale est activement recherché.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara312 partages

Craam : Rado Andriamanisa partage son « Madagasikara »

Rado Andriamanisa, à redécouvrir !

Grand événement pour Rado Andriamanisa, qui consacrera tout son mois de juillet à rencontrer le public à travers une expo d’une vingtaine de tableaux, de projections de films et de clips, et d’un showcase au Craam. Le vernissage se tiendra ce vendredi, il y sera jusqu’au 31 juillet.

Il est réalisateur, excellent cadreur, peintre et dessinateur hors pair, musicien sensible et un chanteur au charme fou, un brin humoriste lorsqu’il discute avec ses amis, mais surtout un artiste complet. Rado Andriamanisa, c’est tout en un. On le connaît, un peu, beaucoup ou finalement jamais assez car il a toujours ce petit quelque chose d’inattendu à faire découvrir lorsqu’on a l’impression d’avoir fait le tour de toutes ses activités. Alors que les films qu’il a réalisés ont tous reçu des prix et des trophées, à Madagascar comme à l’étranger, Rado Andriamanisa ne s’arrête jamais. Les plus grandes stars locales ont fait appel à ses capacités pour réaliser leurs clips vidéo, une sorte de signature privilège qui assure un résultat hors du commun car parfois, c’est l’œuvre cinématographique de Rado dans ses réalisations de clips qui font des chansons de vrais joyaux. Et ce n’est pas tout car désormais, il se dévoilera sous une autre facette à partir de ce mois de juillet au Craam Ankatso.

Madagasikara. Pour ce mois qui lui est totalement dédié, ce ne sont pas les activités qui vont manquer. Déjà, ce sera l’occasion de découvrir ses œuvres. « J’ai envie de montrer les tableaux que j’ai faits depuis toujours. Des portraits, des paysages mais de divers styles, selon ma vision », explique-t-il. Pas de peinture, Rado utilise plutôt des crayons noirs, des fusains, du pastel, de l’encre pour transcrire ses inspirations. « Madagasikara, car j’ai juste remarqué que c’est ce qui m’inspire, ce que je dessine surtout », dit-il. Un bel hommage de sa part donc, pour un réalisateur qui a voyagé dans tout le pays pour immortaliser ses plus beaux paysages. En tout cas, le mois sera bien mouvementé du côté du Craam. Avec la projection des films qu’il a réalisés, des clips qu’il a signés, le public aura l’occasion de discuter et de partager avec lui. A la fin de ce mois, Rado Andriamanisa se produira lors d’un showcase où il interprètera ses œuvres musicales, une autre découverte.  Après quoi, Rado Andriamanisa exposera de nouveau à l’IKM Antsahavola.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara236 partages

Fanafihana teny Sabotsy Namehana : Zandary iray, pôlisy iray ary miaramila roa nadoboka am-ponja

Ireo sasantsany, voalaza fa natao hiaro ny vahoaka mihitsy ity no tena namohehatra. Zandary iray mitondra ny grady adjudant, pôlisy mitondra ny galonana « inspecteur », ary miaramila roa izay samy « sergent chef », ary samy miasa eny anivona andrim-panjakana iray avokoa, no indray nadoboka am-ponja omaly rehefa niakatra teny anivon’ny Fampanoavana Anosy. Izy efa-dahy ireto dia voarohirohy tamina resaka fanafihana, izay nitranga teny Sabotsy Namehana. Raha ny zava-nitranga dia nitrangana fanafihana mitam-piadiana teny amin’iny faritra iny, ny tapatapaky ny volana jona lasa teo. Mpivarotra iray no lasibatra tamin’izany. Nofatoran’izy ireo ny mpiambina ary lasan’izy ireo ny entana maro isan-karazany niaraka tamina môtô iray. Taorian’ny fanafihana dia nanapa-kevitra ny haka alika mpitsongo-dia avy hatrany ny tompon’ilay fivarotana. Teny an-dalana haka izany teny Ivato anefa, no nifanena tamina olona nanosika môtô feno entana ireo zandary sy ny tompon-trano. Nilaza avy hatrany ity farany fa iny ilay môtô very. Niroso tamin’ny fisamborana ireo telolahy nitondra ilay môtô ireo zandary saingy nitsoaka avy hatrany izy ireo. Voatery nanapoaka basy mihitsy moa ireo farany saingy nanohy ny fitsoahany ihany ny roa raha nibaboka kosa ny iray. Tamin’izay no fantatra fa miaramila ity farany. Nentina nanaovana fanadihadiana ity voasambotra ity ka tamin’izany no nanondroany ireo namany, izay samy mpitandro filaminana avokoa. Ary voamarina tao anatin’ny findain’ity farany avokoa moa izany. Sendran’ny tsy nampoizina anefa ireo mpanao fanadihadiana ary dia tafaporitsaka indray ity miaramila ity. Ary tsy hita tany nanjavonana hatreto. Efa mandeha ny fikarohana azy. Nitohy kosa tetsy andanin’izay ny fanadihadiana nataon’ireo olona voalaza ho namany, izay nahitàna an’ireto mpitandro filaminana efa-dahy ireto. Nisy ihany koa sivily efatra, izay tsy iza fa ireo mpiambina an’ilay tranombarotra ihany niaraka tamina tovovavy iray, voarohirohy tamin’ity resaka ity ary niaraka nentina teny anivon’ny Fampanoavana omaly. Ireto farany izay nahazo fahafahana vonjimaika araka ny fantatra hatrany.

m.L

Filet ouvert

Tsy nanaiky ny hampidirana azy am-ponja ireo miaramila

Nitrangana korontana tsy dia fahita firy teny amin’ny Fitsaràna Anosy omaly. Araka ny loharanom-baovao azo dia tsy nanaiky ny hampidirana azy am-ponja ny naman’ireo miaramila izay voarohirohy tamina resaka fanafihana. Niakatra avy hatrany mantsy ny feo taorian’ny fanapahan-kevitry ny mpitsara, tamin’ny fampidirana am-ponja vonjimaika an’ireto mpitandro filaminana efa-dahy ireto. Ireo naman’ilay miaramila roalahy voarohirohy no tena nitarika ny korontana teny an-toerana araka ny loharanom-baovao. Efa saika ratsy ny toe-draharaha raha tsy niditra an-tsehatra avy hatrany ireo mpitandro filaminana teo anivon’ny Emmo. Nisy ny fifampiresahana teo amin’ny roa tonta ka nalaky nilamina ihany ny raharaha. Tontosa ihany ny fitondrana ireto miaramila roa, zandary iray, ary pôlisy iray, izay samy nahazo MD ireto, teny amin’ny fonjan’Antanimora araka izany.

Midi Madagasikara206 partages

Conversation téléphonique de Claudine : « La fuite ne vient pas du Bianco », dixit Jean Louis Andriamifidy

Le Directeur général du Bianco a confirmé l’authenticité du document audio qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Authentique. Le Directeur général du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), Jean Louis Andriamifidy a confirmé hier que l’enregistrement audio sur la conversation téléphonique entre Claudine Razaimamonjy et un agent du Bianco est un document authentique. Ce support audio a circulé sur les réseaux sociaux et relayé par la presse depuis le week-end dernier. Durant la présentation du rapport annuel 2016 du Bianco qui s’est tenue hier à Ambohibao, le patron de la Villa La Piscine a expliqué que cet élément a été pris dans le cadre de l’affaire Ambohimahamasina, à l’époque où la Conseillère spéciale du président de la République a ignoré deux convocations du Bianco. Selon ses dires, « cet enregistrement a été transmis avec le procès verbal d’ensemble concernant une affaire impliquant Claudine Razaimamonjy. Puisqu’elle ne s’est pas présentée à Ambohibao pour être auditionnée, il nous a fallu donc transmettre le dossier avec des preuves sur cette résistance abusive qu’elle a faite ». D’après les explications, une transcription écrite de cette conversation et un support audio ont été transférés à la CPAC. Jean Louis Andriamifidy de soutenir que « les agents du Bianco ne sont pas les seuls dépositaires de ce support audio car il a également été envoyé dans son ensemble à la Justice pour qu’elle puisse être en mesure d’apprécier pourquoi nous n’avons pas pu auditionner la personne ».

Enquête. L’objectif de la conversation téléphonique serait donc de prouver aux juges de la Chaîne pénale anti-corruption que la patronne de l’hôtel « AC » a refusé d’être auditionnée. En ce qui concerne la fuite de ce document censé être confidentiel, le numéro Un du Bianco a affirmé qu’ « elle ne peut pas provenir du Bianco ». En effet, Ambohibao tente de renvoyer la balle dans le camp de la Chaîne Pénale Anti-Corruption et soupçonne, en quelque sorte une fuite au niveau de la CPAC. « Dès que cet enregistrement audio est sorti sur les réseaux sociaux, nous avions mené une enquête en interne pour déterminer l’auteur de la fuite », a-t-il déclaré. Et d’ajouter au passage : « nous sommes à peu près sûr, d’ailleurs nous disposons des preuves qui peuvent affirmer que la fuite ne vient pas de chez nous ». Le numéro Un du Bureau Indépendant Anti-Corruption a toutefois lancé un appel à l’endroit des journalistes qui ont sorti cet enregistrement audio afin de dénoncer l’auteur de la fuite si c’est un agent du Bianco. « Pour que nous puissions prendre des sanctions car il n’y a pas de place pour ce genre de comportement au sein du Bianco », a-t-il soutenu.

Résistance. Bien malgré cette incertitude, Jean Louis Andriamifidy tente d’écarter toute implication du Bianco dans la fuite de cet enregistrement. « Si la fuite vient de nous, la personne qui l’a commise a agi en son nom personnel et son agissement n’engage en aucun cas la responsabilité du Bureau », a-t-il annoncé. Même si le patron de la Villa La Piscine a déclaré qu’Ambohibao dispose des preuves déclinant toute responsabilité des agents du Bianco dans la fuite de ce document qui confirme que Claudine Razaimamonjy a réellement fait de la résistance à son audition, l’on constate toutefois qu’il existe une petite incertitude dans ses propos. En effet, Jean Louis Andriamifidy a reconnu qu’ « il est possible qu’un employé du Bianco qui dispose de la copie de cet enregistrement ait commis cet acte ». Il insiste cependant sur le fait que l’agissement d’une personne n’engage en aucun cas la responsabilité du Bianco. De son côté, le Directeur territoriale du Bianco Analamanga, le Général Benjamina Ratovoson a déclaré que si cette fuite a été commise par un employé du Bianco, celui-ci risque à la fois une poursuite judiciaire et une sanction administrative. « L’auteur sera immédiatement limogé », a-t-il averti. Hier, les hauts responsables du Bianco ont affirmé que le traitement des autres dossiers de Justice impliquant Claudine Razaimamonjy suit son cours actuellement.

Davis R

Midi Madagasikara197 partages

500 tracteurs disparus en 2008 : Rebond de l’affaire suite à un nouveau litige

25 millions USD, soit près de 80 milliards d’Ariary ! C’est le montant de l’emprunt contracté par l’Etat Malagasy en 2008, auprès d’Exim Bank pour la construction de quatre usines de production de fertilisants agricoles et pour la fourniture d’équipements agricoles. Dans ce cadre, 500 tracteurs ont été acheminés dans la Grande-île, pour le développement des activités agricoles. Pour la commercialisation de ces véhicules, les dirigeants de l’époque avaient signé des conventions avec deux opérateurs. Ceux-ci étaient en charge de la commercialisation des tracteurs auprès des agriculteurs, et de reverser par la suite un montant convenu à l’Etat, en contrepartie de l’acquisition des véhicules. Cependant, aucune somme n’a été versée jusqu’à aujourd’hui. Questionné sur le sujet, le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, a indiqué que certains tracteurs ont été vendus, à l’époque, mais les montants des transactions n’ont pas été encaissés, en raison d’une convention assez floue. D’après notre source, bon nombre de ces tracteurs sont toujours en vente jusqu’à aujourd’hui, sans que l’Etat ne reçoive ce qui lui est dû. Cette même source a indiqué qu’un des deux opérateurs censés commercialiser les 500 tracteurs est actuellement mêlé dans une autre affaire de véhicule à litige. Un lien existe-t-il entre ces deux affaires ? Dans tous les cas, ce nouveau litige a fait rebondir l’affaire de 2008. Nous en reparlerons avec plus de précisions.

Antsa R.

Tia Tanindranaza132 partages

Hentitra Ravalomanana“Ho avy eny Mahamasina izahay”

Nilaza i Marc Ravalomanana omaly fa am-pilaminana ny hetsika fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny Antoko Tiako I Madagasikara hatao eny Mahamasina ny sabotsy 8 jolay izao.

 

Nilaza i Marc Ravalomanana omaly fa am-pilaminana ny hetsika fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny Antoko Tiako I Madagasikara hatao eny Mahamasina ny sabotsy 8 jolay izao. Fanompoam-pivavahana iraisam-pinoana no hanombohanay azy, hoy izy. Sanatriavin’ny vava hoe hitondra korontana na hitondra ady izahay fa hitondra fandriampahalemana ary hankalaza an-kahalalana sy am-panajana, ary hankalaza hisaorana an’Andriamanitra, ka tsy hitako izay tokony hanakanana ilay izy, hoy ny Filoha mpanorina ny TIM. Notsiahiviny fa efa nahazo fahazoan-dalana ny TIM, saingy tsy hay na nieritreritra tany indray na tratry ny teriteritery amin’ny hivadian-kevitra ny mpanome. Tsy fanao izany sady tsy mety koa aminay satria izahay efa lasa lavitra be, hoy ny tenany. Efa tamin’ny 30 jona no nahazo alalana ary efa lasa lavitra aty amin’ny 4 jolay, ka dia hiroso fa tsy hihemotra. Haverimberina sy voizina ny hoe mety hiteraka korontana. Tsy hiteraka korontana izany io, fa dia milaza fotsiny izahay hoe hiantoka izahay, hoy hatrany izy nanome toky. Samy Malagasy isika no miresaka fa ny olona ho avy ao dia tsy latsaky ny any amin’ny 40 000, ka misy firy ny mpitandro filaminana afaka hanao izany. Hafa ny taloha hoe hiditra amin’izany fifandoanana izany. Ireo olona ireo efa tena vonona sy hanatanteraka ilay fankalazana raha ny fanambarany. Tena hanao ny TIM ary tsy hihemotra fa milaza ihany koa hoe afaka miara-miasa amin’ny mpitandro ny filaminana mitady hanodidina ny kianja amin’io fotoana io. Fifanomezan-tànana amin’ny mpitandro filaminana sy ny TIM no tokony hisy fa tsy sanatria izy ireo indray no mety hanakorontana ny hetsika atao eny an-toerana. Nahoana moa ny tamin’ny 26 jona no vita fa andao alaintsika ihany koa izy hiambina ny 8 jolay dia mifampiresaka. Efa tongotra mby an-dakana ny an’i Marc Ravalomanana sy ny antoko TIM ary efa tomombana ny serasera sy ny fanomanana, ka fotoana sisa andrasana. Manome toky ny mpanara-dia azy ny filoha teo aloha fa tsy maintsy atao ny hetsika, ka hiroso hatrany ary hotanterahina ilay hira faneva hoe: “Ka sahia andeha hiara-dia, aza kanosa fa avia”.

Toky R

 

Midi Madagasikara98 partages

67ha : Nanapoaka basy ny tompon-trano vao nitsoaka ny jiolahy

Tokony ho tamin’ny iraika ambin’ny folo alina, ny alatsinainy teo no nigadona ny roa lahy nitam-basy, tetsy amin’ny Cité des 67 hectares. Ny tena tanjon’ireo, dia ny hanesy ny trano teo amin’ny manodidina. Nahomby izany tao amin’ilay tokantrano voalohany. Raha ny fantatra dia vola mitentina 1,5 tapitrisa ariary izay nampirimina tao anaty “armoire” no lasa. Ankoatr’izay dia mbola nobatain’ireo olon-dratsy ihany koa ny solosaina azo entina mandehandeha sy ny finday  telo an’ny olona tao amin’ilay trano voatafika. Raha araka ny fanamarinana natao tamin’ny mpitandro ny filaminana, dia mpianatra ho mpiasam-panjakana ambony ilay niharan’ny fanafihana. Nisy nahatsikaritra ny zava-nitranga rehefa nivoaka tao amin’ilay tokantrano voalohany ny jiolahy. Teo am-panatontosana ny fanafihana faharoa no nirefotra ny basy avy amin’ny tompon-trano. Izany ihany koa no nampitsoaka avy hatrany ireo roa lahy nitam-basy izay voaporofo fa jiolahy. Ity toe-javatra ity dia toa manome hevitra ny tokony hanamorana ny fangatahana alàlana hitazona basy ho an’ny olon-tsotra. Ny matetika averimberin’ny manampahefana mantsy rehefa tsy voafehy ny filaminana dia ny hoe: tsy ampy  isa ny mpitandro ny filaminana. Dia mipetraka ny fanontanian’ny olona ny amin’ny hoe iza izany no andrasana hiaro azy ireo sy ny fanananany satria efa mazava ny an’ny mpitandro ny filaminana, voafehin’ny isany ny fidinany an-tsehatra. Adidin’ny tsirairay ny miaro ny tenany, ny fianakaviany ary ny fananany, eo amin’ny fiarahamonina misy azy. Rehefa hita fa tsy ampy ny enti-manana sy ny isan’ny mpitandro ny filaminana, dia ilaina izany ny hanampiana ny olona mba hiarovany ny tenany. Tsy voatery halalahina akory ny fahafahana mitazona fiadiana, fa hamoraina kosa ho an’izay olona mendrika sy voaporofo fa tokony hitazona an’izany.

D.R

Midi Madagasikara95 partages

Innovation Technologique : Voitures volantes et bière à eaux usées

Une voiture en plein…vol

Le monde des nouvelles technologies évolue vite. Très vite. Il y a 15 ans, on ignorait encore tout du Smartphone et 15 ans plus tôt, ce sont les ordinateurs qui étaient encore inconnus. Nous sommes entrés dans une phase d’accélération radicale. Il peut parfois être dur de s’y retrouver ou de tout suivre. Nous avons donc choisi quatre projets qui illustrent le mieux de ce qui se fait en termes d’innovation technologique. 

La voiture volante. Jules Verne l’a rêvé. Et on l’a presque oubliée. Alors qu’aujourd’hui tous les regards sont sur la voiture autonome, un autre type de voiture devrait bientôt arriver… Et celle-ci vole ! Plusieurs entreprises avancent en ce moment de façon sérieuse sur le sujet. L’entreprise « Aeromobil » a par exemple  son  projet « Aeromobil Flying Car ». Un véhicule capable d’atteindre les 200 km/h avec une autonomie de 700 kilomètres. L’entreprise slovaque a présenté son prototype en 2014 mais on sait enfin qu’il devrait être disponible en pré-commande cette année. D’après Aeromobil son véhicule est fonctionnel tant en mode vol que sur route. Pour ne rien gâcher, il s’agit d’un véhicule hybride donc relativement respectueux de l’environnement. Seul point négatif, ce véhicule conçu pour respecter les normes des véhicules automobiles et volants devrait nécessiter un permis de conduire mais aussi une licence de pilote…

Ce projet n’est toutefois pas le seul en développement à l’heure actuelle. L’entreprise Airbus a présenté récemment Pop Up, un véhicule transmodal qui devrait véritablement représenter l’avenir. Il faudra toutefois attendre un peu plus longtemps pour le voir dans nos villes. L’entreprise Terrafugia est aussi en train de préparer un véhicule à la fois volant et roulant. Beaucoup plus rapide (320 km/h) et autonome, il n’est toutefois pas aux normes à l’heure actuelle que cela soit pour la route ou les airs. Dans tous les cas, l’innovation technologique en termes de transport prend définitivement la voie des airs.

La bière conçue à partir des eaux usées

Des toilettes à la tireuse. Tel est le titre provoquant que l’on pourrait donner pour cette bière issue des eaux usées. Une brasserie de Californie a lancé la « Full Circle Pale Ale », une bière conçue à partir d’eaux recyclées. Il s’agit surtout localement d’un projet chargé politiquement. Le problème de la qualité de l’eau dans la région existe depuis longtemps. Le projet « San Diego Pure Water »  a donc proposé à cette brasserie d’utiliser une partie de l’eau qu’elle recycle. Ce projet veut recycler jusqu’à 110 millions de litre d’eau par jour !

Selon les médias locaux, le résultat était très concluant d’un point de vue du goût. Le maire, l’ayant même jugé « fantastique ». L’eau aurait même été plus pure que la source originale selon la brasserie. Le patron s’est montré enthousiaste : « cette eau spécifique ne nous aidera pas seulement à économiser de l’eau classique, mais nous donne une source plus durable et s’inscrit dans notre logique de réutilisation des matériaux. ». Cette expérience a été menée à l’occasion d’un événement. On ne sait donc pas encore si elle est amenée à être renouvelée. Mais il s’agit d’une bonne initiative pour préserver l’eau potable !

Recueillis  par R.Edmond

Midi Madagasikara94 partages

Humour : Un « Mada Comedy Club” en gestation!

Le Mada Comedy Club se veut être une institution de l’humour et faire naître des Francis Turbo, ou encore des Gothlieb des temps modernes!

Les 20, 21 et 22 juillet, un casting, en vue de détecter les jeunes et talentueux humoristes malgaches se tiendra à l’Urban Café Antsahabe.

Un “Comedy Club”, dans le genre de celui de Jamel Debouze en France, à Madagascar… Beaucoup de ces humoristes en devenir en rêvent mais personne n’a jamais osé franchir le pas. Trop risqué ? Aujourd’hui, de jeunes gens, qui pour l’instant veulent rester anonymes, ont cependant décidé de prendre l’initiative. « Depuis longtemps l’idée nous avait trottée. Jusqu’au jour où nous avons réussi à former une vraie équipe avec la même conviction : celle de donner une chance et surtout une scène aux humoristes malgaches en herbes ! ». Effectivement, ils vont former le premier « Comedy Club de Madagascar ». Les membres de l’équipe nous en disent plus : “Le Comedy Club est un lieu consacré à l’humour sur scène. Il est très répandu aux Etats-Unis avec le fameux New York Comedy Club, le Gotham Comedy Club ou encore Broadway Comedy Club. Le plus connu de la scène francophone et que nous connaissons probablement tous est sans doute le Jamel Comedy Club. A Madagascar, nombreux sont les amateurs d’humour, férus de fous rires et passionnés de tirades hilarantes. Malheureusement, aucune scène n’a encore jusqu’ici mis en avant et vus défiler ces étoiles cachées de l’humour malgaches le temps d’une saison entière. Le Mada Comedy Club se veut être une institution de l’humour et faire naître des Francis Turbo, ou encore des Gothlieb des temps modernes! ».

Le casting. Les 20, 21 et 22 juillet, ceux qui se sentent l’âme d’une Florence Foresti, d’un Kev Adams ou pourquoi pas d’un Franck Dubosc pourront donc tenter leur chance. Car oui, le MCC est ouvert aux hommes, comme aux femmes, aux moins jeunes comme aux plus âgés. « Nous attendrons les candidats à l’Urban Café pendant ces trois jours, de 14h à 18h ». Combien de personnes seront retenues? « Jusqu’ici nous souhaiterions surtout avoir un aperçu plus ciblé de la scène humoristique à Mada, nous verrons en fonction des candidats retenus ! ». Le Casting donnera lieu à un concours, mais des événements réguliers sont prévus. Pour ceux qui veulent participer, rendez-vous à l’Urban Café Antsahabe, du 20 au 22 juillet. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Tia Tanindranaza84 partages

Asan-jiolahyMiaramilan’ny prezidansa nidoboka eny Antanimora

Nisehoana gidragidra ara-pitsarana indray teny amin'ny tribonaly Anosy omaly, noho ny tsy fahafalian’ny lehibena mpitandro ny filaminana tamin’ny didy navoakan’ny fitsarana. Miaramila 2, zandary 1 ary polisy 1,

 miasa eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika no namoahan’ny fitsarana didy fampidirina am-ponja vonjimaika (MD) noho izy ireo voarohirohy tao anaty fikambanan-jiolahy, fanafihana mitam-piadiana, halatra sy vaky trano. Voalaza fa tsy nanaiky ny didy ny lehiben’izy ireo (Chef d’escorte) fa hoe tsy azo hampidirina am-ponja ireo olony ireo. Mpiambina olona ambony sy zanaka olona ambony eto amin’ny firenena ny 2 amin’izy ireo. Voatery niantso namana mpanampy ireo mpitandro ny filaminana nisahana ny fitondrana ireo voarohirohy teny amin’ny fitsarana. Tonga teny amin’ny fampanoavana ihany koa ny avy amin’ny EMMO-REG, ary nentina teny amin’ny Toby Ankadilalana ireo voarohirohy avy eo, ary naterina teny amin’ny fonjaben’Antanimora taorian’izay. EMMO-REG marobe nirongo fiadiana no niantsoroka ny fanaterana azy efa-dahy teny Antanimora. Mitohy hatrany ny resaka tsindry sy ny tsy fankatoavana didim-pitsarana. Mampametra-panontaniana ihany koa hoe rehefa manana fitaovam-piadiana sy manana fahefana ve dia afaka manao izay tian-katao sy mitondra tena ho ambonin’ny lalàna hatrany eto amin’ity firenena ity ? Midika zavatra be ny hoe mpitandro ny filaminana miasa eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika, ka io anarana io no entina hiarovan-tena sy hialokalofana toy ny fanaon’ireo mpanao afera sy mpanao kolikoly manodidina ny filoham-pirenena ihany.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara76 partages

Le Bianco prêt à poursuivre sa mission

Les attaques lancées contre le Bianco ces derniers temps ont fait tiquer de nombreux observateurs et laissent à penser que l’organisme de lutte anti corruption dérange des habitudes bien ancrées dans les mœurs politiques. Le traitement de l’affaire Claudine Razaimamonjy a changé la manière dont doivent  être abordés les cas de corruption avérés. C’est un précédent qui fera date et si cet organisme tient bon, alors un grand pas aurait été franchi dans la moralisation de la vie politique malgache.

Le Bianco prêt à poursuivre sa mission

Toutes les manœuvres tentées pour soustraire la conseillère spéciale du président de la République ont été vaines. Le Bianco a réussi à faire passer son dossier devant la chaîne pénale, les membres du syndicat de la magistrature ont appuyé son action, la presse a parfaitement joué son rôle en suivant de près les péripéties de l’affaire, mais surtout l’opinion a approuvé les efforts de tous ces acteurs de ne pas la laisser sombrer dans l’oubli. Les tentatives faites par les défenseurs de la dame de manipuler la presse se sont retournées contre eux et la diffusion d’un enregistrement d’un entretien  entre la dame Claudine et un membre du Bianco a provoqué un véritable tollé. Les termes utilisés par cette dernière ont aggravé encore plus son cas aux yeux de l’opinion. Les réactions ne se sont pas fait attendre du côté des défenseurs du pouvoir. Ils se sont offusqués de la mise en ligne de cette conversation. Le Bianco s’est défendu de l’avoir fait et a affirmé qu’il n’avait rien à voir avec cette opération. La fuite, cependant, vient bien cependant de chez lui. Néanmoins, le scandale est immense et il va encore plus mettre en relief les charges qui pèsent sur la dame. On peut considérer qu’il ne s’agit que d’une péripétie dans le travail mené par l’organisme de lutte contre la corruption. Il a maintenant acquis un certain crédit et peut poursuivre la mission pour laquelle il est mandaté.

Patrice RABE

News Mada66 partages

Tennis : les Vali ont plus d’une corde à leur arc

Vali. Ce nom dit forcément quelque chose aux mélomanes et surtout aux passionnés de la valiha. L’instrument emblématique de Madagascar. En effet, Justin Vali vient de dévoiler un autre talent caché qui coule dans les veines de la famille via la performance de ses trois jeunes fils : le tennis.

Avoir plus d’une corde à son arc. Cette expression prend tout son sens si l’on se réfère à la famille de Justin Vali qui n’est pas seulement l’ambassadeur de la musique malgache à l’étranger. En effet, l’homme a levé le voile sur une autre passion qu’il partage avec ses trois fils. Les membres de la famille sont en fait des férus de la petite balle jaune. Et ce n’est pas le talent qui manque.

«Pour la prochaine rentrée 2018/2019, nous avons décidé de prendre notre projet en main. Il nous faudra alors doubler les entraînements quotidiens et nous avons décidé d’intégrer la section sport étude en horaire aménagé jusqu’en terminale et l’obtention du baccaluréat. Le tennis est le sport qui nous permet de s’épanouir en tant que personne et nous donne l’enthousiasme nécessaire pour réaliser tous nos projets», ont déclaré les frères Vali sur leur page facebook.

Pour la petite histoire, résidant à Lille, ces derniers s’entraînent à Ronchin depuis quatre ans et ils ont remporté tous les tournois régionaux et départementaux dans leur catégorie respective. A ce jour, reconnus par la Ligue des Hauts-de-France de tennis, ils ont atteint un niveau interrégional. «Valentin est champion du Nord 2017 et Valian est devenu champion régional 14 ans des Flandres. Et ma progression technique va me permettre à terme d’avoir un niveau national. La musique et l’art nous permettent aussi de rythmer notre quotidien et travail de qualité à l’école, à la maison et dans notre club. Cette double culture sportive et musicale nous permet de progresser et de développer de nouvelles compétences mentale, technique et physique», a résumé l’aîné.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara66 partages

CODIS de 20 étudiants à Ankatso : Manifestation pour une « demande d’explication » hier

« Tsy ekena ny CODIS tsisy antony », le message lancé par les étudiants hier.

Pancartes en mains, des étudiants ont manifesté leur désaccord quant à un prochain passage en conseil de discipline de vingt autres étudiants.

« Nous voulons des explications claires et nettes sur les motifs de la mise en CODIS de nos amis et collègues ». C’est en partie ce que l’on pouvait lire sur les pancartes portées par des étudiants issus de l’université d’Antananarivo et de l’Ecole polytechnique de Vontovorona à Ankatso hier. De la cité Ankatso II jusqu’à l’esplanade, ils ont manifesté leur refus et le besoin d’explication quant aux motifs de cette décision. Car selon Manato, un étudiant sur les lieux, « les causes réelles de cette décision restent inconnues ». Celui-ci ajoute toutefois que « les motifs ne peuvent être liés aux manifestations précédentes demandant le versement des bourses d’études ni même les échauffourées durant lesquelles les étudiants ont jeté des pierres aux forces de l’ordre ». Une situation qui ne risquerait pas d’évoluer selon toujours les étudiants sur place si des mesures adéquates ne sont pas prises dans les brefs délais. « Les manifestations pourront s’amplifier si les responsables ne réagissent pas à temps » a lancé un autre étudiant.  Avant d’ajouter que ce qu’ils veulent ce sont des explications émanant des responsables sur pourquoi dix-sept étudiants d’Ankatso et trois de Vontovorona vont passer en conseil de discipline jeudi prochain.

Croua. Interviewé sur la situation, Samson Andriamihajaniaina, directeur du CROUA ou Centre Régional des Œuvres Universitaires d’Antananarivo, a fait savoir que le « jour du jugement » est fixé pour jeudi pour ces étudiants. Celui-ci d’ajouter que « c’étaient les responsables auprès de l’université qui ont demandé à ce que ledit centre donne les noms des étudiants perturbateurs auprès de l’université ». Car selon toujours les explications de ce responsable « certains d’entre eux provoquent des troubles auprès des fokontany. « Le cas récent des troubles causés par une bande d’étudiants de l’université dans le fokontany d’Antsahamamy est une illustration parfaite des délits effectués par les étudiants » a enchéri Samson Andriamihajaniaina. Il faut toutefois noter que le passage en conseil de discipline pourrait entraîner la suspension des diplômes des étudiants ou encore le renvoi de l’université.

José Belalahy

L'express de Madagascar63 partages

Manifestation – Les douaniers reprennent leur grève

Les douaniers syndiqués annoncent la reprise de leur grève à partir de ce jour. Pourtant des discussions se sont engagées entre le ministère et les leaders syndicaux.

Ce n’était qu’un temps de répit. La trêve de 48 heures était expirée hier. Les douaniers grévistes annoncent la reprise de leur mouvement social à partir de ce jour. «La grève reprend ce jour. Toutefois, le service minimum sera toujours maintenu», a déclaré au téléphone Herizo Andrianavalona Ramana­mbola, président du syndicat des employés des douanes (Sempidou) joint au téléphone. Alors que des négociations s’enchaînent entre les leaders syndicaux et le ministère des Finances et du budget depuis lundi.« Les discussions se poursuivent et on peut dire qu’il y a des évolutions. Nous allons voir demain si la grève aura lieu ou non. De toute façon, nous avons déjà pris les mesures nécessaires pour que l’économie nationale ne soit pas prise en otage par ce mouvement », a fait savoir une source auprès du Ministère des Finances et du budget. Mais jusqu’ici, aucun terrain d’entente n’est trouvé.Depuis le début de la grève le 27 juin, des employés cadres de l’administration douanière ont pris le relais des grévistes dans le port de Toamasina. Pour Antaninarenina, le motd’ordre est de trouver la meilleure solution pour réduire l’impact de la grève sur les activités économiques. Les responsables ont interpellé les cadres A et B, c’est-à-dire, les inspecteurs et contrôleurs de douanes de rejoindre leur poste. Et depuis quelques jours, les activités d’importation et d’exportation dans les infrastructures portuaires ont repris leur cours normal.La reprise des activités dans les bureaux des douanes était une lueur d’espoir pour les entreprises. Au lendemain de la tenue de cette grève, leurs activités étaient déjà paralysées. Ce qui a amené les douaniers à suspendre leur grève pendant 48 heures, le temps de liquider les marchandises bloquées dans le port de Toamasina, d’après les déclarations du Président du Sempidou.Avec la reprise de ce mouvement, la situation risque d’être difficile pour les entreprises et pour l’économie nationale. « Sans activité économique, les recettes fiscales intérieures et douanières ne vont pas rentrer. Dépossédé de ressources financières, l’État ne pourra pas remplir ses fonctions régaliennes et la lutte contre la pauvreté et la croissance économique en pâtiraient », a réagi Patrick Imam, représentant résident du Fonds monétaire international sur l’impact de la grève des douaniers sur l’économie du pays.Le 27 juin, les agents syndiqués sont entrés en grève pour une durée indéterminée après la grève d’avertissement fin mai. Ils réclament le paiement des reliquats de prime depuis 2013 dont le montant s’élève à 42 milliards d’ariary. Le mode de calcul de cette prime fait l’objet de discorde entre les autorités et les grévistes.

Lova Rafidiarisoa

Madagascar Tribune61 partages

Marc Ravalomanana ne compte pas fléchir

Marc Ravalomanana, le patron du TIM persiste et signe, il sera à Mahamasina avec ses militants pour célébrer le 15ème anniversaire de son parti avec ses sympathisants et militants. Déclaration faisant suite à l’annulation de la Préfecture de police de l’autorisation du TIM à occuper le stade de Mahamasina pour célébrer l’anniversaire du TIM alors que l’autorisation a déjà été accordée et toute la préparation lancée. Aussi, entre autres les différentes publicités appelant ses militants à venir nombreux à Mahamasina n’étaient-elles pas annulées. « J’y serai avec 40000 personnes » prévient l’ancien Chef de l’Etat. Il demande ainsi aux tenants du pouvoir de ne pas le provoquer et le laisser organiser un culte eocuménique suivi des concerts qui seront animés par de nombreux artistes dont l’interprète de la chanson fétiche du TIM, et autres partage de gâteau d’anniversaire. Il promet qu’il n’y aura pas de discours anti-régime pendant l’évènement.

L’ancien Chef de l’Etat fait appel également à ses partisans afin de faire attention à tous ceux qui les entourent afin d’éviter d’éventuel débordement. Il note qu’il n’est pas novice en politique et sait en quoi s’en tenir avec cette interdiction à la dernière minute.

Ce genre de passe d’armes donne une idée de ce que sera l’élection présidentielle en 2018. D’autant qu’il est sûr qu’au moins trois (3) groupes politiques ne vont pas accepter la défaite : le HVM, le TIM et le MAPAR !

Midi Madagasikara61 partages

Forcing d’une députée auprès d’une entreprise

Décidément le régime HVM regorge de ces dames à forte tête. Après Claudine, la fameuse milliardaire proche du couple présidentiel, c’est au tour d’une députée également sympathisant du régime d’abuser de son statut d’élue. La victime de la dame en question  n’est autre qu’une  entreprise qui utilise son propre avion pour le déplacement de ses cadres. Avec une arrogance démesurée, l’élue en question s’était présentée à l’embarquement de l’avion en partance pour Toamasina. Arguant que le Président de la République l’avait attendue, à Toamasina elle avait fait le forcing en intimidant le personnel d’embarquement. Au final, les responsables l’ont embarquée. Et ce, malgré le fait qu’il s’agit bel et bien d’un forcing non justifié.

Considérant, en tout cas qu’il s’agit d’une accaparation illégale de son bien, l’entreprise victime a écrit à la dame une lettre lui rappelant les règles normales de conduite et en lui demandant de payer les frais du transport. Le Président de l’Assemblée Nationale a également été avisé de ce comportement inadmissible de la députée. Mais là encore l’arrogance a été de mise car il n’y avait aucune réaction ni de la part de la députée, ni de la part du Président de la Chambre Basse. Une bassesse d’esprit ?

R.Edmond.

Tia Tanindranaza60 partages

Horonam-peo momba an’i Claudine RNiaro tena ny BIANCO

Tsy ny Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption) no namoaka ny horonam-peo mampiseho ny fifamaliana teo amin’ny mpiasa iray eo anivon’ny rafitra sy ny mpanolotsaina manokan’ny filohan’ny

Repoblika Claudine Razaimamonjy taorian’ny fanadihadiana anatiny teny amin’ny foibe fiasany Ambohibao Antehiroka omaly, hoy ny tale jeneraly Andriamifidy Jean Louis. Porofo fandraisam-peo efa nalefa tany amin’ny fitsarana tamin’ny taon-dasa io miparitaka amin’ny tambaJotra sosialy ankehitriny io, hoy ny fanazavany. Tsy fomba fiasan’ny Bianco velively rahateo ny mamoaka tsiambaratelo mety hanohintohina ny fahaleovantenany amin’ny fahefana hananany miasa na hampihena ny fahatokisan’ny olom-pirenena amin’ny fanadihadiana hataony, araka ny fanamarihany. Singa iray ao anatin’ny fandaharanasan’ny governemanta ny ady amin’ny kolikoly iandraiketan’ny birao hamongorana ny fahantran’ny vahoaka fa tsy natao ho fitaovana politika. Mipetraka ho rafitra teknika miaraka amin’ireo teknisianina mpanatanteraka ny asa iadiana amin’ny kolikoly ny birao, hoy ity tompon’andraikitra ity. 

Ramano F.

 

 

L'express de Madagascar56 partages

Université d’Antananarivo – Une vingtaine d’étudiants convoqués

La présidence de l’Université d’Antananarivo va pénaliser les  fauteurs de troubles. Des étudiants ripostent contre cette décision.

De l’huile sur le feu. Des étudiants locataires des cités universitaires à Ankatso se sont manifestés à deux reprises dans l’enceinte de l’Université d’Antananarivo, hier. Ils contestent la convocation d’une vingtaine d’étudiants au Conseil de discipline (Codis). «On ne nous a même pas informés des causes de notre convocation. Et le plus étonnant, cela fait deux mois qu’aucune manifestation estudiantine n’a eu lieu dans l’enceinte de l’Université. Malgré cela, on veut nous pénaliser», lancent-ils.La présidence de l’Université est ferme. « C’est tout simplement une application de l’arrêté ministériel du 11 septembre 2015, portant sur le régime disciplinaire des universités. Ce texte stipule que les fauteurs de troubles dans les environs de la cité et le campus universitaires doivent être convoqués au Codis», précise le professeur Panja Ramanoelina, Président de l’Université d’Antananarivo.

SuspendusParmi les vingt étudiants, dix-sept seraient des meneurs de manifestations à Ankatso. « Ils sont toujours présents à chaque manifestation estudiantine», affirme le directeur du Croua, Samson Willy Andriamihajaniaina. Les trois autres, des polytechniciens à Vontovorona, auraient tabassé un étudiant de la première année, le 7 juin, pour avoir refusé de leur ouvrir la porte et leur acheter des cigarettes.Demain, ces étudiants se défendront devant des représentants de la présidence, de la direction du Croua et des départements. Les sanctions dépendront de la gravité de leur acte. «Ils peuvent être relaxés. Ils peuvent également être exclus de l’Université pour un certain temps », renchérit le professeur Panja Ramanoelina.Dans la matinée, des dizaines d’étudiants ont manifesté, depuis la cité universitaire à Ankatso jusqu’à l’esplanade de l’université, avec des coups de sifflets, des banderoles. En début de soirée, ils ont bloqué la circulation à Ankatso II. Ils envisagent de poursuivre cette manifestation ce jour. « Nous ne nous arrêterons pas, tant que les raisons de notre convocation ne sont pas claires », avancent-ils. Ils ne font que compliquer leur situation, selon le professeur Panja Ramanoelina.

Miangaly Ralitera

Tia Tanindranaza52 partages

Fisakanana ny hetsiky ny TIMTsy fanajana zo fototra, hoy ny DFP

Nanambara tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny foiben’ny antoko Akfm etsy Andravoahangy omaly ny avy eo anivon’ny vovonana politika,

 Force de changement, fa tapitra tamin’ny volana jona teo ny fe-potoana namolavolan’izy ireo ny paikady hanetsehana ny vahoaka tsy hanaiky intsony ny fitondrana amin’izao fotoana. Hiroso amin’ny fitaomana ny vahoaka ary hitety faritra amin’izay izahay manomboka izao, hoy ity vovonana ity ary manao ants oavo ny herivelona rehetra hiaraka hisalahy aminay. Mankahery ireny hery politika isan-karazany mihetsika amin’izao fotoana izao ireny izahay, hoy ity vovonana ity, na dia tsy mitambatra aminay aza fa ny tanjona iraisana no zava-dehibe.

Tsy voahaja ny fahafahan’ny ben’ny tanàna

Manoloana ny filazana fa ny fanahiana ny amin’ny fidiran’ny mpanao politika hitarika fanakorontanana no antony nampiatoana ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko Tiako I Madagasikara (TIM) amin’ny sabotsy moa dia nanambara i Tolojanahary Maharavo na i Doudou, izay isan’ny nanetsika voalohany ity vovonana ity fa ny dinika fanavotam-pirenena (DFP) izay tarihiny dia efa nilaza fa tsy voahaja eto Madagasikara intsony izany atao hoe zo fototra sy fahafahana mivory voarakitry ny lalàm-panorenana izany. Raha misy ny fanahiana amin’ny hisian’ny fanakorontanana dia anjaran’ny mpitandro ny filaminana no manara-maso. Ny tena manahirana, hoy izy, dia hatramin’ny ben’ny tanànan’Antananarivo koa izany amin’izao fotoana dia tsy manana fahafahana hamory olona eto Antananarivo. Raha izao, hoy izy, ny filoha Ravalomanana dia miantso ny oloko hitraotra aho.

J.Mirija

 

Midi Madagasikara35 partages

Reconnaissance du métier de sage-femme : Appel à une réforme des politiques mondiales

Les sages-femmes sont en première ligne lorsqu’il s’agit de soins du nouveau-né et de sa mère.

Des leaders africains et 4 200 sages-femmes à travers le monde se sont réunis le mois dernier à Toronto, au Canada, pour appeler à une réforme urgente des politiques mondiales et à la reconnaissance de leur métier.   

La Confédération internationale des sages-femmes (international conferedation of midwives – ICM), et plusieurs leaders africains ont réuni le mois dernier, les 21 et 22 juin 2017, des professionnels de la santé lors d’un forum de haut niveau afin d’aborder le problème du statut des sages-femmes dans le monde. Les sages-femmes, professionnelles de santé formées et compétentes, peuvent assurer 87 % des soins essentiels au cours d’une grossesse et après la naissance, même en ne disposant que de peu de ressources. On estime que grâce à elles, 56 % des morts pourraient être évités parmi les mères, les bébés à naître et les nouveau-nés, soit un million de vies chaque année. Cependant, une réforme urgente des politiques mondiales ainsi que la reconnaissance de la profession par les gouvernements s’avèrent nécessaires afin d’atteindre cet objectif.

Déficit de 350 000 « Rasazy ». Le forum, organisé par l’ICM, a réuni un large éventail de représentants gouvernementaux, de dirigeants d’organisations et de défenseurs mondiaux dans le cadre de leur 31e congrès triennal. Le premier dirigeant africain à répondre à l’appel du forum fut Jaya Kikwete, ancien président de la Tanzanie. Il a déclaré que les statistiques disponibles sont effroyables parce que le nombre de victimes parmi les mères et les enfants est énorme. « Ces chiffres nous attristent parce qu’aucune mère ne devrait mourir pour avoir donné la vie à un autre être humain. Une grossesse et une naissance devraient être des moments à célébrer, et non pas des moments de douleur », a-t-il ajouté. Pour sa part, Toyin Saraki, ambassadrice de bonne volonté pour l’ICM et fondatrice de la branche africaine de Wellbeing Foundation a déclaré : «…A l’échelle mondiale, il nous manque 350 000 sages-femmes et l’écart entre les personnes qui ont accès aux soins vitaux des sages-femmes et les autres est immense. Pour changer cela, il faut augmenter les fonds, améliorer l’éducation et les normes et encadrer les pratiques des sages-femmes, où qu’elles soient ».

131 associations. En dépit de la baisse constante de la mortalité infantile et maternelle dans le monde, des millions de personnes sont toujours en danger et le besoin de mobiliser l’attention et d’apporter du soutien aux des sages-femmes, en est d’autant plus vital. Sally Pairman qui dirige l’ICM a mis un accent particulier sur ce manque de soutien et de reconnaissance du métier de sages-femmes dans le monde. Le forum de Toronto a alors pour but de favoriser le progrès dans le soin des femmes enceintes, des mères, des nouveau-nés et de leurs familles, tout en assurant le statut à part entière de la profession de sage-femme. Rappelons que l’ICM représente plus de 500 000 sages-femmes dans 113 pays et regroupe à ce jour 131 associations de sages-femmes dans les quatre coins du globe.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara34 partages

Ambalavao : Mpandraharaha iray voatafika tao Andonaka, lasa ny volabe

Afak’omaly, mpandraharaha iray malaza tompona fiara fitaterana sady mpikirakira volabe ao Ambalavao notafihana jiolahy mitam-basy, tamin’ny lalam-pirenena fahafito iny, tao Androtsy Andonaka Distrikan’ Ambalavao. Na dia voatifitra teo amin’ny tanany ity mpandraharaha ity, dia tafatsoaka an’ireo dahalo mpanakan-dalana. Raha ny loharanom-baovao voaray amin’ny olona akaiky an’ity mpandraharaha ity, dia efa nahazo fandrahonana matetika izy tao anatin’ny herinandro vitsivitsy. Raha tsiahivina, dia teo amin’ity toerana ity ihany koa no nitifiran’ny olona ka nahafatesana  pretra iray, telo taona lasa. Raha ny fantatra mantsy, dia misy kidona (tetezana) kely ratsy izay io toerana fanafihan-jiolahy an-dalana ao Androtsy io, ka tsy maintsy mandeha miadana ny fiara rehetra rehefa mandalo eo. Ny mahagaga ny rehetra anefa, dia iray kilometatra miala ny toerana misy mpitandro filaminana io faritra fanafihan’ny mpandroba io, kanefa tsy mbola misy ny fepetra raisina hatramin’izao, hoy ny loharanom-baovao voaray hatrany.

Eric Manitrisa 

Midi Madagasikara33 partages

Cambriolage armé à Ambatomirahavavy : Deux bandits incarcérés suite à une conversation accablante dans...

Objet de polémique et remettant en cause la manière d’agir de la gendarmerie, l’affaire relative à l’attaque du domicile d’un ex-gendarme dans la commune rurale d’Ambatomirahavavy a enfin été élucidée. Puisque la résolution de ce problème qui a failli tourner mal dans la mesure où la gendarmerie locale a été dépassée par la situation, le groupement de la gendarmerie de Miarinarivo a été obligé d’intervenir et cela a débouché par l’incarcération des deux suspects acteurs de l’attaque à la prison d’Arivonimamo et la mise en liberté des deux autres personnes soupçonnées d’être les commanditaires de cette attaque.

L’affaire remonte au 12 juin 2017. Vers minuit, trois individus munis d’un fusil de chasse et d’armes blanches ont escaladé les murs de clôture du domicile de l’ex-gendarme dans le village d’Andranosoalaza, fokontany d’Imerintsiafindra, commune rurale d’Ambatomirahavavy. Deux voisins qui étaient sur le qui-vive à cause de la fragilité de la sécurité locale ont aperçu le fait. Ainsi, ils sont intervenus pour interpeller les malfaiteurs qui n’ont pas hésité à résister. Deux des assaillants se battent alors corps à corps avec les deux habitants du quartier. En voyant que le combat tourne à l’avantage des deux habitants du quartier car l’un des deux bandits était grièvement blessé et se trouvait à terre, le troisième a pris la fuite étant donné qu’entre-temps, l’alerte a été déjà lancée et des riverains sont venus à la rescousse. Quelque temps plus tard, il est revenu et a tiré dans la foule avant de disparaitre avec son ami qui était encore en forme. Le coup de fusil a blessé deux adolescents de 14 et 15 ans et un des deux jeunes qui ont combattu avec les bandits.

Ce qui a suscité la suspicion dans cette affaire était le fait que durant le moment où les fokonolona se sont occupés de leurs blessés, le bandit qui était à terre a disparu car quelqu’un l’aurait récupéré. La vérité a éclaté le 13 juin quand un proche des enfants blessés par balle la veille a rencontré deux individus buvant dans un bar à Imerintsiafindra en parlant de cette attaque. L’un d’eux aurait dit que « Michel n’a pas du ouvrir le feu et blesser des enfants ». Ainsi, les enquêteurs s’en sont pris à ces deux individus dans le bar pour remonter au tireur qui a été par la suite arrêté.

Deux individus sont suspectés d’être les commanditaires parce qu’ils n’auraient cessé d’inciter des habitants à manifester contre les actions menées par la gendarmerie chargée de l’enquête. La gendarmerie locale a été dépassée car l’un des suspects commanditaires est un homme respecté ayant occupé de place importante dans la commune. L’ex-gendarme victime s’en tient à ce Monsieur car ce dernier aurait tenté de lui demander un arrangement dans cette affaire. Il aurait également menacé le témoin de la conversation des deux individus dans le bar pour qu’il se taise. Ainsi, le groupement de Miarinarivo a repris l’enquête depuis le 26 juin et a procédé à l’arrestation de ces quatre individus qui ont été déférés au parquet du Tribunal d’Arivonimamo le 28 juin.

T.M.

Midi Madagasikara30 partages

Hiver rigoureux : Le groupe Star et le Consulat de Monaco ont pensé aux démunis

Avec cette couverture, l’hiver sera moins rigoureux pour cette mère et son enfant.

En cette période de l’hiver, les températures sont rudes et  le froid s’abat particulièrement sur les hautes terres de Madagascar, dont la capitale. Si les familles se sont plus ou moins préparées, d’autres, moins nanties, n’en n’ont pas forcément les moyens, à l’instar de celles des « bas-quartiers » : Volosarika Ambanidia, Ambohipotsy Ambohimitsimbina, Andranomena, Ambohitrimanjaka Ambodivoanjo, Ambohibao Ankadivory, Talatamaty, Andranomahery Ankorondrano, Ambohimanarina et Andranomena, etc. Pour les aider à passer l’hiver dans des conditions moins rudes, voire plus clémentes –selon le point de vue- le groupe Star avec l’appui du Consulat de Monaco a fait don de 1 000 couvertures aux enfants issus de ces quartiers, depuis le 27 juin jusqu’au 3 juillet dernier. Notons que cette action sociale, instituée comme telle depuis 2 ans, cadre dans la RSE ou Responsabilité sociétale de l’Entreprise du groupe qui s’efforce de marquer sa citoyenneté en accompagnant, à son échelle, les plus démunis vers leur résilience, tel qu’Anna Rabary, SG du groupe Star l’a souligné dans l’une de ses allocutions.

Luz R.R

Midi Madagasikara30 partages

Rugby – Silver Cup : Les Makis contre Les Lions de l’Atlas ce soir

Les Makis sont prêts à en découdre.

Jour J. Le Silver Cup ou la Coupe d’Afrique des Nations 1B débutera ce jour à Casablanca. Quatre nations à savoir Madagascar, le Maroc, la Côte d’Ivoire et le Botswana sont en quête de l’unique place pour le Gold Cup ou le 1A.

Les XV Makis affronteront les Lions de l’Atlas du Maroc ce soir à 20 heures (heures locales) dans la deuxième demi-finale. Les XV Makis relégués en groupe B depuis 3 ans environ tentent cette fois de réintégrer l’étage supérieur 1A au Maroc. Pourtant, la confiance est de mise pour les protégés de Mboazafy Noé dit Razily pour cette mission ô combien difficile et importante.  L’autre affiche mettra aux prises les sélections ivoirienne et botswanaise. Mieux classés que leurs adversaires, 46e contre 51e mondial pour les Marocains, les Malgaches restent quand même prudents pour cette demi-finale. « Ce sera l’un des plus gros matchs et les joueurs sont très motivés à le remporter. Il faudra vaincre le Maroc chez lui pour espérer passer en finale », a expliqué Antsoniandro Randrianorosoa, directeur technique national au sein du Malagasy Rugby.

Victoire obligatoire. Ayant raté leur remontée en 1A en 2016, la sélection nationale vise gros. « Nous avons entamé une bonne préparation tactiquement, physiquement et techniquement. Comme nos joueurs ne sont pas aussi imposants que les Marocains, nous allons miser sur la rapidité et les ¾.  Pour cette rencontre, on va marquer le plus d’essais possibles et essaayer de ne pas faire beaucoup de fautes.» a indiqué José Rakoto Harison, capitaine de l’équipe avant leur départ pour Casablanca. Pour cette édition 2017 de la Coupe d’Afrique, l’expatrié Yoran Ramamonjisoa, petit fils d’Imboharimanana Eugène, alias l’Avant-bras fait partie de la sélection malgache. De nouvelles têtes et des anciens expérimentés à l’image de José, Soloniaina Rasoanaivao dit Dadatoa, Lanto Rakotoarisoa dit Rabiby. La victoire est obligatoire pour les Makis pour espérer disputer la finale. Mais avant cette confrontation, la Côte d’Ivoire sera face au Botswana, le 8 juillet.

T.H

News Mada27 partages

Jica : miantsehatra eny ambanivohitra ny tanora japoney

Noraisin’ny minisitry ny Serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana teny Nanisana ny alatsinainy teo ny masoivoho japoney, Ichiro Ogasawara. Niompana tamin’ny fiaraha-miasan’ny governemanta malagasy sy ny governemanta japoney ny resaky ny roa tonta.

Betsaka ireo japoney mpilatsaka an-tsitrapo tonga miasa eto Madagasikara. Miantsehatra amin’ny fampianarana, fahasalamana ary ny tontolo ambanivohitra izy ireny. Manampy betsaka ireo tantsaha malagasy sy ireo sekoly ary toeram-pitsaboana any ambanivohitra ny fisian’ireo japoney mpilatsaka an-tsitrapo ireo.

Hisy ny fandefasana ny asan’ireo mpilatsaka an-tsitrapo ireo amin’ny televiziona nasionaly manomboka izao. Tanjona ny hampahafantarana ny kolontsaina japoney sy hampahafantarana ny Malagasy ny fahaiza-manaon’ity firenena ity eo amin’ny sehatry ny fambolem-bary sy ny indostria.

Notoloran’ny minisitra  Rahajason Harry Laurent mari-pankasitrahana ihany koa ireo japoney mpilatsaka an-tsitrapo dimy niasa nandritra ny roa taona teto Madagasikara. Niantsehatra teo amin’ny fampianarana momba ny fanatanjahantena sy ny tontolon’ny fahasalamana ary ny asa tanana izy ireo.

Nampahafantarina ihany koa ireo mpilatsaka an-tsitrapo vaovao hiasa any amin’ny faritra Atsinanana, Boeny, Analamanga ary Vakinankaratra mandritra ny roa taona.

Tatiana A

Tia Tanindranaza26 partages

RajaonarimampianinaTsy tompon’ny teny farany

Baiko avy any amin’i Hery Rajaonarimampianina mivantana ve ny fisakanana an’i Marc Ravalomanana sy ny antoko TIM tsy hankalaza ny faha-15 taonany eny Mahamasina ny 8 jolay ?

 Sa ireo manodidina azy no ninia nanao izay saim-pantany sy nanararaotra ny tsy maha eto ny filoha ? Mbola teto an-tanindrazana mantsy izy nandritra ny fotoana nivoahan’ny fahazoan-dàlana ny 30 jona ary tsy nisy ny olana. Efa tany amin’ny fivorian’ny faha-29-n’ny Vondrona Afrikanina izy ny 3 jolay vao nirotsaka ny fanapahan-kevitra tsy voadinika sy tsy voafakafaka, ary  vao mainka mety hitera-doza ho an’ny filoha. Tsy fitandremana mety ho pitik’afo handoro ny HVM sy ny forongony mihitsy aza. Mandeha ny resaka fa ireo olona akaiky ny filoha no nanao tsindry tamin’ny fandraisana ilay fanapahan-kevitra bontolo, ka na vao mainka aza hampitombo ny fankahalan’ny olona an’i Hery Rajaonarimampianina aza tsy olana rehefa tontosa ny sotasota vokatry ny fialonana an’i Marc Ravalomanana sy ny TIM fotsiny. Tsy manan-tsafidy kosa ny filoha fa voagejan’ireo mpanao afera sady mpanao politika manodidina azy. Na miketrika mafy ny mbola hiverina amin’ny fahefana aza amin’ny 2018, dia efa naman’ny ho voalefona ivoho satria efa manana ny kajiny ny ankamaroan’ireo, ka ao no mampijabaka an-kitsirano mihitsy, raha tsy hilaza afatsy io fanakanana ny TIM io. Tsy tompon’ny teny farany eto amin’ny firenena intsony ny tenany fa fehezin’ireo olona manodidina azy. Ahatarafana izany ireo toe-javatra maro, izay ilana ny fanapahan-kevitra hentitra avy any aminy saingy tsikaritra ho tsy manan-tsafidy manoloana ireo mpanolon-tsaina, minisitra manodidina azy, fianakaviana,… manao izay danin’ny kibony sy izay saim-patany. Tsy hita mandrak’ankehitriny izay hevitry ny filoha sy ny fanapahan-keviny momba ny raharaha Claudine Razaimamonjy satria voageja sy tsy afa-manoatra. Mandroso mihemotra amin’ny resaka fanovana governemanta satria tsy afaka mandidy sy manapaka, fa toa entina amin’ny sangany angamba.  Tsy hay na mba nandalina kely ny politika ihany izy sy ny manodidina azy hoe teboka lehibe vao mainka manaporofo ny maha henjana sy hahamafy sedra ny TIM sy hanaporofo ny tsy fahatokisan-tenan’ny HVM intsony izao antsojay izao, ka tsy tokony ho natao saingy tratry ny kenda roroky ny mpanolo-bato mafana, ka tsy afa-manoatra.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara25 partages

Ambodinisotry : Novonoina ny alika, novakina ny kodiarana

Tokony ho misasakalina  sy sasany, ny alatsinainy hifoha talata teo no tafiditra tao an-trano ny jiolahy tsy fantatra isa. Tafafoha tampoka anefa ny tompon-trano ary nahavita nampandre ny mpitandro ny filaminana, nampitsoaka ny jiolahy izany. Ny fiara teo an-tokotany no tena nokendren’ireo voalohany. Raha ny fantatra, dia nisy vato sarobidy nafenina tao anatiny ary izany no nalain’ireo jiolahy. Novakiana avokoa ny kodiaran’ny fiara rehefa vita ny asaratsy. Amin’izay angamba tsy afaka ny hitondra fiara hanenjika ireo jiolahy ny tompon-trano. Isan’ny fomba nataon’ireo jiolahy mba tsy handrenesan’ny tompon-trano ny fanafihana ny famoanoana ny alika mpiambina ny tanàna. Efa nitsirara tamin’ny tany ary feno rà ilay biby no hitan’ny tompony. Tao an-trano indray, na taitra aza ny olona tao anatiny, dia mbola tsy namelan’ireo olon-dratsy ihany raha tsy azony ny “écran plat” tao amin’ny efitra fandraisam-bahiny. Tsy misy alina iray intsony tsy hisian’ny fandrobàna eto An-drenivohitra ary toa lasa fandre mahazatran’ny olona aza ny asan-jiolahy. Toa efa fantatry ny olon-dratsy avokoa ny paikan’ny mpitandro ny filaminana rehefa midina an-tsehatra, ny fotoana sy ny toerana fandehananany matetika. Mila mandinika fomba fiady vaovao entina hiadiana amin’ny jiolahy.

D.R

News Mada21 partages

Rado Andriamanisa : l’artiste multidisciplinaire se dévoile

Après plusieurs années d’expérience dans le monde de la culture, Rado Andriamanisa propose un évènement spécial pour démontrer au grand public ses oeuvres. A la fois réalisateur, peintre et chanteur, l’artiste présente «Madagasikara by Rado Andriamanisa» qui se déroulera du 7 au 31 juillet prochain au Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (Craam), à Ankatso.

Cet évènement résumera en quelque sorte sa vie artistique qui est actuellement en pleine ascension. Au programme, il y aura une exposition dont le vernissage aura lieu le 7 juillet prochain à 16 h 30. Ensuite, l’artiste animera un atelier. Ses films et clips vidéo y seront projetés. Et enfin, accompagné par ses autres amis musiciens, il donnera un show case.

«Tout le monde me connaît en tant que réalisateur, mais cette fois-ci, je voudrais aussi présenter mes tableaux», a-t-il annoncé. En effet, l’artiste s’est entraîné depuis plusieurs années au dessin, en commençant par réaliser des portraits d’artistes tels Fanja Andriamanantena, Mafonja… Ensuite, sa créativité s’est élargie. Il réalise par la suite  des dessins inspirés du style mandala. «En tout cas, je ne me limite pas à un seul genre, c’est l’art en général», a-t-il expliqué. Avec réalisme, sans parler un soin exigeant du détail, son travail est aussi surprenant.

Récompenses

Célèbre grâce à quelques-unes de ses oeuvres qui circulent dans les chaînes télévisées locales, Rado Andriamanisa a déjà obtenu plusieurs récompenses. Il a déjà remporté le zébu d’or du meilleur clip avec le titre «Dizina» d’Angaroa lors du concours du festival Rencontre des films courts (RFC). Son film «Korano la vie» était aussi primé au concours du Movie festival, sans oublier le fameux long métrage «Dzaomalaza». Bref, cet évènement rassemblera tous ses œuvres. Ainsi, le programme sera composé de rencontre, d’atelier, d’une exposition, de projection de ses films ainsi que ses clips vidéo.

Holy Danielle

Midi Madagasikara21 partages

Parlementaires-société civile : Favoriser les échanges entre les électeurs et leurs élus

Dans le cadre de son programme d’appui à l’Assemblée nationale malgache, l’Institut Electoral pour une Démocratie durable en Afrique (EISA) entend renforcer les liens entre les citoyens et les parlementaires dans l’optique de favoriser la responsabilisation (redevabilité) et les échanges entre les électeurs et leurs élus. Ce volet national du Projet continental Africa Democracy Strenghtening III (ADS III), financé par l’Agence internationale de coopération suédoise (SIDA), vise à contribuer au renforcement de l’efficacité et de l’effectivité du Parlement dans l’exercice de ses différentes missions. De façon plus spécifique, cette initiative a pour objectif de promouvoir la transparence et la prise en compte des citoyens dans la mise en œuvre du mandat parlementaire de manière à parvenir à un fonctionnement plus démocratique de l’Institution. Afin d’appuyer l’Assemblée nationale dans la réalisation de ces objectifs, EISA souhaite mettre en place une série de rencontres entre les parlementaires et les membres de la société civile dans différentes régions de Madagascar.

Redevabilité. Par le mandat représentatif qui leur incombe au nom du peuple souverain, les parlementaires ont une responsabilité sociale envers les citoyens, de laquelle découle leur redevabilité. Ainsi, le principe de redevabilité s’appuie sur celui selon lequel l’élu se doit de rendre compte à l’électeur, et à cette redevabilité s’attache une exigence d’accessibilité du député par rapport au citoyen et la prise en compte de ses doléances. Dans ce dessein, il est primordial que les élus soient régulièrement au fait des préoccupations des citoyens durant leur mandat et que les citoyens exercent une entière participation à la vie politique du pays, gage de bonne gouvernance démocratique.

Dialogue social. La Société Civile joue un rôle majeur de représentant des citoyens auprès des élus en tant que relais entre les électeurs et l’Etat, source d’informations et contre-pouvoir, dans le mécanisme de participation citoyenne. Cependant, les résultats de la 5e série d’enquêtes de l’Afrobaromètre menée à Madagascar entre 2011 et 2013 révèlent que les citoyens décrivent leur contact avec les élus comme peu fréquents et leur capacité d’écoute comme faible, ce qui fragilise la participation citoyenne dans le processus démocratique et les relations harmonieuses entre les Institutions et la population, pourtant vecteurs de paix sociale. Face à ces problématiques, l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique – EISA -, organise un dialogue social entre les organisations de la Société civile et les députés de la région Atsimo-Andrefana.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara21 partages

Anosibe an’Ala : Novonoina ilay olona rehefa avy nosolokiana

Notetitehina tamin’ny fomba feno habibiana no namonoana ilay mpivarotra iray tao antapon-tananan’Anosibe an’Ala rehefa avy nosolokiana tamin’ny fivaritana « mercure » ny 20 juin 2017. 47 km miala an’Anosibe an’Ala mianandrefa no nahitana ny fatiny tao Tsaravinay.Sorena tamin’ny famezivezena azy vokatry ny nataon’ilay mpimasy milaza ho tompon’ity harena sarobidy ity izay efa naharitra no matetika maka vola ity mpivarotra voasoloky ka nandeha nanainga tongotra ny hijery ifotony ny zohy voalaza fa misy ity harena ity. Efa nisy omby iray lehibe ihany koa nomena hatao sorona satria nilaza ilay mpimasy fa miandry andro tsara araky ny voatondron’ny fahaizany vao azo atao ny mamono ilay omby ka dia niandry fotoana lava. Nifamezivezy tao anatin’ny fotoana maro ity mividy sy ireo mpivarotra ary fantatry ny fiarah-monina ny fifaneraserany tamin’ireto telo lahy raha mpimasy ny iray izay milaza ho tompon’entana. Rehefa maty ity mpivarotra voafitaka dia tsy nananosarotra zandary ny fisamborana azy ireo . Niaiky ny heloka vitany ireo mpamitaka ary efa betsaka no vola nisolokiana olona mahakasika ny “mercure” izay tsy misy izany atreto. Efa any am-ponja izy ireo amin’izao fotoana izao raha ny nambaran’ny lehiben’ny vondron-tobim-paritry ny zandary tamin’ny mpanao gazety ny 04 jolay 2017.

CATHY

Midi Madagasikara20 partages

Football : Chaudes retrouvailles entre les joueurs de BTM FC

30 ans et pas une seule ride. C’est le moins qu’on puisse dire de l’amitié qui lie les anciens footballeurs de BTM FC et qui se sont retrouvés lundi dans un restaurant des 67 ha sur une invitation de Marcellin Tatseraky. L’ancien capitaine de BTM FC établi en Suisse est de passage au pays et n’a pas pu s’empêcher de réunir tous ses anciens amis autour d’une table bien garnie pour parler évidemment football.

Un plateau relevé en fait avec de nombreux internationaux notamment Hary Andrianaivo, Franck Rajaonarisamba, Dominique Rakotonandrasana , Bakary et Parfait Rakotoasimbola mais aussi les fidèles seconds couteaux tels Manana, Posy, Manda, Rapoom, Coco, Jacquinot et Veve.

Une sacrée équipe réunie par la même passion du football. Ce qui explique d’ailleurs le choix de Tatseraky Marcellin qui va parrainer deux écoles de football à Madagascar en l’occurrence Taninketsa Barça mais aussi Samba Foot. Preuve si besoin est que Tantseraky Marcellin et cette joyeuse bande sont des adeptes du football spectacle.

« On riait de nos déboires comme de nos victoires car l’essentiel  est de prendre du plaisir», répétait d’ailleurs Franck Rajaonarisamba tout heureux d’avoir été là pour ces très chaudes retrouvailles où on ressassait tous les vieux souvenirs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara19 partages

40e session de la Conférence de la FAO : La situation de l’alimentation et de l’agriculture examinée

Le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, a soulevé l’opérationnalisation effective du Fonds Vert lors de cette Conférence de la FAO.

Madagascar fait également partie des pays vulnérables aux effets du changement climatique.

 « Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire ». Tel est le thème discuté lors de la 40e Session de la Conférence de la FAO qui se tient depuis 03 juillet jusqu’au 08juillet 2017 à Rome en Italie. D’aucuns reconnaissent que le changement climatique constitue une menace pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Raison pour laquelle, la situation de l’agriculture et de l’alimentation dans le monde a été examinée dans le cadre de cette Conférence. En fait, Les pays à faible revenu y compris Madagascar et les agriculteurs pauvres sont particulièrement vulnérables. L’agriculture doit ainsi à la fois s’adapter au changement climatique et contribuer à l’atténuer. Pour ce faire, les pratiques agricoles doivent être modifiées tout en améliorant les moyens d’existence des ménages agricoles pauvres.

Vulnérables. En outre, des changements s’imposent également à l’échelle du système alimentaire. Il faut mettre en place des politiques et des institutions qui permettent d’harmoniser les objectifs en matière de développement agricole, de sécurité alimentaire et d’action climatique. Ces dispositifs doivent être financés par des ressources suffisantes et à utiliser de manière stratégique afin d’assurer un impact maximal. Notons que Madagascar est représenté par une délégation conduite par le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, lors de cette 40e session de la Conférence de la FAO. Lors de son allocution, il a évoqué que la Grande île a déjà entrepris de nombreuses actions d’adaptation et d’atténuation au changement climatique dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. « Mais durant ces trois dernières années, Madagascar figure parmi les pays de l’Afrique australe durement touchés par les phénomènes El Nino et La Nina. Les campagnes agricoles notamment dans le Sud sont compromises et ont engendré une grave insécurité alimentaire et nutritionnelle. Le pays fait également partie des pays vulnérables aux effets du changement climatique », a-t-il fait savoir.

Protection sociale. Et tout récemment, la sécheresse et l’inondation ont affecté le secteur agricole. Du coup, « des actions de protection sociale et de filet de sécurité s’imposent pour les ménages ruraux très vulnérables. Il s’agit d’une solution à court terme. Par contre, une politique sectorielle agricole pour les 15 à 20 ans à venir est déjà mise en œuvre dans le but d’assurer un développement durable du secteur agricole. Il s’agit entre autres, de la construction ou de la réhabilitation des infrastructures d’irrigation permettant d’augmenter la superficie exploitable ainsi que de la facilitation de l’accès des produits agricoles aux marchés, tant sur le plan national qu’international », a-t-il enchaîné. Des appuis en intrants agricoles aux petits exploitants agricoles accompagnés des encadrements techniques, ne sont pas en reste pour améliorer leurs productivités.

Navalona R.  

Midi Madagasikara18 partages

Entreprise : Quand la justice est défaillante

La justice malgache est-elle crédible ? Les nombreux cas de corruptions constatées durant les républiques qui se sont succédées confirment en tout cas le fait que la grande majorité des justiciables n’ont plus confiance en la justice malgache. Pire, les entreprises qui sont censées être des acteurs importants du développement font très souvent les frais des défaillances du système judiciaire malgache.

C’est encore le cas dans ce litige commercial qui oppose Assist Développement et DMSA, une branche du projet Ambatovy. En effet, dans ce litige, le Tribunal de commerce de Toamasina s’est en premier lieu prononcé en faveur de la plaignante Assist Développement contre DMSA. Cette dernière a interjeté appel mais a encore perdu. Les voies de recours n’étant pas encore épuisées, DMSA s’est pourvu en cassation auprès de la Cour de Cassation. Cette dernière a cassé et annulé la décision de la Cour d’Appel. Dans le cas d’espèce, une notification de l’expédition de l’arrêt de cassation a été demandée et devrait être produite par le greffe de la Cour. Mais, alors que ladite notification n’était pas encore sortie, comme par magie, Assit Développement a réussi à se procurer de l’arrêt de la Cour de Cassation et a obtenu une ordonnance du tribunal de commerce de Toamasina, ordonnant la saisie-arrêt des comptes de DMSA. Du coup, les comptes de cette dernière ont été saisis malgré la décision de la Cour de Cassation. Au final, dans cette justice malgache qui se dit, pourtant indépendante, certaines entités ont la faculté de s’imposer, et de faire prononcer une décision de justice en leur faveur, sans forcément avoir raison conformément aux lois et procédures. Une pratique qui fait en tout cas, fi de la justice, de l’honnêteté des magistrats et des compétences de nos juges. Mais une pratique qui ternit davantage l’image de l’environnement des affaires à Madagascar.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza17 partages

Raharaha halatra omby 865Nampirimina ny dosie ?

Very nandritra ny asan-dahalo ny 12 mey 2016 tao amin’ny toerana antsoina hoe Angodogodo,

 

Midi Madagasikara16 partages

Projet Tatom : Collaboration irréversible du M2PATE et de la CUA

Le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE) et la Commune Urbaine d’Antananarivo sont obligés d’enterrer la hache de guerre. En effet, après les différentes navettes médiatiques effectuées par chacun d’eux sur les terrains litigieux d’Andohatapenaka et d’Antanimbarinandriana, le projet TaTom – en collaboration avec l’agence japonaise de coopération internationale (JICA) – les oblige, même en allant à l’encontre de leur volonté, à marcher main dans la main. Cette « obligation » découle même de la teneur du projet TaTom qui consiste à mettre à jour les Plans d’Urbanisme Directeur (PuDi) des agglomérations d’Antananarivo et de Toamasina et à garantir la connectivité entre elles. Notons que la première réunion des parties prenantes pour la révision du PuDi d’Antananarivo a eu lieu hier au Café de la Gare Soarano et a vu la participation, entre autres, des représentants du M2pate, de la CUA, d’architectes, de responsables d’entreprises et des citoyens.

Conflits dépassés ? « Il ne faut pas sortir du cadre légal », a affirmé Gérard Andriamanohisoa, le Directeur Général de l’Aménagement du Territoire (DGATE) en poursuivant que « le M2pate et la CUA sont contraints, par les textes en vigueur, de travailler ensemble et de rechercher l’intérêt général ». Mais nonobstant l’existence de ces lois impératives, quelques différends relatifs à la mise à jour du PuDi d’Antananarivo ont déjà vu le jour dans le passé. D’un côté, le M2pate a, coûte que coûte, cherché à ce que le projet TaTom soit effectif. De l’autre côté, la CUA avait affirmé ne pas avoir été consulté, alors que la révision du PuDi concerne de prime abord les Communes. « Les 37 communes périphériques bénéficiaires de ce projet sont regroupées dans le groupement d’urbanisme mis en place en janvier dernier. C’est à travers ce groupement d’urbanisme qu’elles vont élaborer la stratégie intégrée relative à l’urbanisme. Le M2pate apportera un appui technique », a toujours soutenu Gérard Andriamanohisoa. L’avenir dira si les deux parties sont prêtes à mettre de côté leurs intérêts. D’ailleurs, Jean Pierre Rakotoarivony, un conseiller spécial de Lalao Ravalomanana a confirmé que « la Mairesse de la capitale soutient ce projet car il s’inscrit dans la promotion de l’intérêt général et de l’extension de la ville d’Antananarivo mais également vise la radicalisation du phénomène de la bidonvilisation ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara16 partages

Hery Rajaonarimampianina : Rencontre avec le Haut Représentant pour le Fonds de la paix de l’UA

Le Président Hery Rajaonarimampianina a rencontré le Haut Représentant pour le Fonds de la paix de l’Union africaine, avant-hier, à Addis-Abeba.

En marge du 29 e Sommet de l’Union africaine, le Président Hery Rajaonarimampianina a reçu en audience à Addis-Abeba, le Haut Représentant pour le Fonds de la paix de l’Union Africaine, Dr Kaberuka Donald, dans la soirée du 3 juillet 2017. Cette rencontre revêt une importance particulière pour Madagascar, dans la mesure où l’Union Africaine va s’engager sur la recherche de mécanismes pour un financement durable, prévisible et flexible en appui aux opérations de paix conduites par l’organisation. Pour rappel, le Dr Donald Kaberuka, ancien Président de la BAD, a été nommé en 2015 à la tête du Fonds de la Paix de l’Union Africaine

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 : Le haut niveau s’invite à la fête !

Vue partielle sur le complexe de la CNaPS à Vontovorona. On se croirait en Europe.

L’édition 2017 des Jeux Corporatifs d’Antananarivo changera carrément de look avec l’utilisation des sites aux normes internationales du complexe de la CNaPS à Vontovorona. Tout sera fait pour le bonheur des participants qui vont bénéficier pour la première fois d’un site autant le dire de haut niveau.

Du bonheur à l’état pur ! Ce sont les mots qui viennent en premier en parlant du choix de Vontovorona pour abriter l’édition 2017 des Jeux Corporatifs d’Antananarivo. Outre le football qui aura lieu sur une pelouse synthétique, le tennis bénéficiera aussi des courts en surface rapide sans oublier la piste à huit couloirs pour le relais 4 x 100 m qui promet des étincelles.

Gast Plast le plus rapide. « Nous sommes en pleine préparation pour sélectionner nos joueurs qui vont faire le relais », confie Nary de North South Connexion qui se dit heureux du choix de mettre une dame au second relais car cela va lui permettre d’associer tout le monde, le principal souci de ce grand habitué des Jeux Corporatifs d’Antananarivo et qui n’a pas manqué une édition depuis 2003.

Mais NSC n’est pas le seul à annoncer sa participation car sur ce chapitre le plus rapide reste Gast Plast qui avoue avoir pris réellement du plaisir et qui estime que le choix de Vontovorona est une belle opportunité de pique-nique pour toute la famille.

Le volley-ball mixte et le basket-ball bénéficieront aussi du grand gymnase lors des phases finales tandis que les responsables de ce site magnifique sont en train de chercher tous les moyens pour construire d’autres terrains pour la pétanque.

La locomitive CNaPS. La belote héritera d’une grande salle avec une bonne vingtaine de tables et donc capables de contenir les férus de cette discipline dont le nombre avoisine 150 équipes.

Voilà pour ce qui est côté cour. Côté jardin, CRO et la CNaPS vont travailler main dans la main pour parfaire cette édition 2017. Mieux encore la CNaPS servira de locomotive en servant de moteur à un pool de sponsors et ce que cela suppose de lots importants et de primes conséquentes.

Une chose est certaine, ce rendez-vous de Vontovorona marquera le début d’une nouvelle ère pour ces Jeux Corporatifs qui sont aujourd’hui vieux de 24 ans.

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

CTD Amoron’i Mania : 61 communes formées en protection sociale

Rakotomila, Directeur de la CNaPS, lors de travaux de groupe à Ambositra.

La semaine dernière, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et la CNaPs (Caisse nationale de Prévoyance sociale) ont conjointement organisé un atelier de formation en protection sociale des agents de 61 communes de la région d’Amoron’i Mania. D’un point de vue global, le but en était de rendre effective la bonne gouvernance, par l’amélioration de l’administration des ressources humaines.

CTD.  Le bon fonctionnement des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) garantit, en partie l’effectivité de la décentralisation à Madagascar. Or, pour que celles-ci puissent fournir les services adéquats à leur communauté d’implantation- pour un développement partant de la base-, il faut que leurs ressources humaines soient qualifiées et impliquées. Leur implication quant à elle, passe également par leur protection sociale. Comme l’a rappelé Mme Ravakiniaina Andrianaivo, Préfet d’Ambositra : « La sécurité sociale des employés au sein des CTD est une obligation et non un choix ». C’est dans cette optique qu’a été organisé l’atelier, qui cadre aussi dans la convention entre le MID et la CNaPS et dont la région Amoron’i Mania est la septième bénéficiaire. Parmi les agents communaux, étaient principalement ciblés les maires et leurs conseillers ainsi que les secrétaires trésoriers comptables. Une attention a été également accordée aux agents communaux « jeunes », car c’est durant la jeunesse que l’avenir se prépare. Concrètement, cotiser pendant la jeunesse permet de vivre une retraite à l’abri du besoin, grâce à une pension pour le moins conséquente.

Refonte et constats. Par ailleurs, au cours de l’atelier,  le Directeur administratif et financier de la CNaPS, Rakotomila a annoncé la refonte du Code de Prévoyance sociale ; refonte déjà effectuée au sein de la CNaPS, mais encore en attente de l’approbation des parlementaires. Une refonte qui prévoit des améliorations et une évolution dans la protection sociale à Madagascar. En outre, la formation a permis aux parties prenantes de constater de visu les problèmes relatifs au non-paiement des cotisations, lesquels pourraient être résolus par l’autonomie financière de la commune induite par l’amélioration des recettes de celle-ci. Après Amoron’i Mania jeudi et mercredi dernier, ce sera à la région Betsiboka de bénéficier de cette formation organisée conjointement par la CNaPS et l’Amoron’i Mania.

Luz R.R

Midi Madagasikara13 partages

Culture entrepreneuriale : Une nécessaire contribution des trois ministères en charge de l’Education

Une culture entrepreneuriale est nécessaire pour augmenter le faible taux (2%) de création d’entreprise chez les jeunes.

« Il est important d’introduire la culture entrepreneuriale en tant que programme d’enseignement scolaire ». C’est le message fort lancé par le dr Sabir Ratovonasy, directeur de l’INFor hier lors d’un entretien sur les « must » à faire pour une meilleure promotion  de l’emploi à Madagascar. « Un objectif déjà fixé dans la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle » selon toujours ses dires et « qui devrait être atteint grâce à une transformation structurelle accompagnée d’une stratégie de développement ». Ce dont le ministère de l’Emploi et de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle effectuerait actuellement. « La formation de formateurs qualifiés effectuée auprès de l’INFor figure parmi les efforts entrepris dans ce sens » a lancé le docteur Sabir Ratovonasy. Ce dernier d’ajouter que : « la formation de qualité consistant à inculquer chez les jeunes malgaches le besoin nécessaire et réel de créer des valeurs ajoutées à nos matières premières ». Ce qui nécessiterait toutefois une profonde implication de l’Etat dans les secteurs économiques clés (comme le secteur minier)  mais aussi et surtout dans l’éducation, l’enseignement technique et  la formation professionnelle.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

Socio…….scopie

CNAPS. Les efforts dans la lutte pour une meilleure protection sociale continue actuellement. Lesdits efforts menés par la CNAPS ou Caisse de Nationale de Prévoyance Sociale pour offrir de meilleures prestations aux assujettis. D’un côté, une série d’augmentation à été effectuée. Entre autres, une hausse de cent pour cent des allocations familiales et prénatales. Une augmentation de vingt pour cent des rentes pour les accidents de travail, des maladies professionnelles ainsi que de la pension de retraite. Il convient par ailleurs de noter que la refonte du Code de Prévoyance Social, ayant été effectuée au niveau de la CNAPS, n’attend plus que l’approbation des parlementaires.

José Belalahy

L'express de Madagascar10 partages

Anosy – La foire de l’espoir à Ambovombe

Famine, sécheresse, pauvreté, malnutrition chroniques. Tels sont les mots qui définissent le Sud de Madagascar. Cependant, les acteurs économiques de ces régions ainsi que les autorités locales veulent démystifier cette image négative du Sud en organisant une grande foire interrégionale de l’Agriculture le 10 au 12 juillet 2017 à Ambovombe. « La région Anosy et Androy regorgent de potentiels dans tous les domaines d’activités que ce soit dans les mines, l’élevage, l’agriculture, la pêche, etc. Nous allons mettre en avant ces richesses pendant cette foire », évoque un des organisateurs. Sous le nom de «Foire Volily Harea », elle ambitionne d’encourager les initiatives des paysans producteurs. « Outre la célébration de la 60ème anniversaire de l’Union Européenne (UE) et de la coopération entre l’UE et Madagascar, l’objectif est aussi de favoriser les échanges commerciaux en mettant en relation les paysans et les opérateurs économiques. Mais aussi d’échanger sur les orientations stratégiques de développement », continue-t-il.

Midi Madagasikara10 partages

Hippisme : Nicot Ramiliarimanga récidive !

Indifféremment du cheval qu’il monte, Nicot Ramiliarimanga est en train de mettre tout le monde d’accord en s’offrant une fois de plus la victoire avec Kathy Pleasure dans la course phare de dimanche à Mahazina.

Sa pointe de vitesse finale a permis à Kathy Pleasure de s’imposer avec la manière devant Mascotte de Star pourtant bien prise en main par Jean Baptiste Rakotohanja.

Kamar’ All Star s’offre la troisième place avec l’aide de Gli Chezard Ralaivonitsara.

En retrait, Nabab et Patrick Rakotoarivelo ont dû se contenter de la 4e place devant L’Oiseau Bleu confié à Eric Ravelonjanahary mais qui n’a pas répondu à l’attente du public et notamment des parieurs qui ont misé gros à cause de la cagnote de 146 000 ariary.

C’est certain que la prochaine réunion du 16 juillet aura l’air d’une revanche à prendre pour L’Oiseau Bleu peu habitué à essuyer les plâtres.

Pour revenir aux courses de dimanche, Orchidée sous la poigne de Patrick Rakotoarivelo gagne la première course tandis que Noblesse de Carmen survole la deuxième sous la selle de l’apprenti Michel Randriamanantena.

Jean Baptiste Rakotohanja a pour sa part confirmé la grande forme de Koldikova qui s’est imposé dans un mouchoir de poche.

Clément RABARY

L'express de Madagascar9 partages

Taolagnaro – Journée des langoustes

Les fruits de mer à l’honneur. Les pouvoirs publics ont décidé de consacrer deux jours à Taolagnaro pour les langoustes. Des autorités venant de l’Etat central à l’instar du ministre des Ressources halieutiques et de la pêche, Gilbert François, ont attendu dans la région Anosy ce jeudi 6 juillet. Le rendez-vous sera organisé sur la place des huitres à Bazaribe.

D’une part, c’est une grande occasion afin de stimuler le marché de langouste qui fait vivre bon nombre de paysans dans la région. Aussi, l’Anosy abrite des langoustes de qualité et très prisées sur le marché international.

D’autre part, cette journée se voit comme une dépense sans effet palpable pour la plupart des habitants qui forment les consommateurs locaux. En fait, « On organise des journées de langoustes alors qu’elles sont accaparés par les Chinois. Nous, les habitants de Taolagnaro, nous ne pouvons même pas consommer des fruits de mers.»

Midi Madagasikara8 partages

BCM : Mise en place d’un Système Intégré d’Information

La Banque Centrale de Madagascar (BCM) veut promouvoir un environnement favorable à l’inclusion financière afin d’atteindre une croissance forte au profit du développement. Pour ce faire, cette institution mettra en place un Système Intégré d’Information (SII)  lui permettant de collecter, de centraliser, de traiter et d’exploiter des données de personnes physiques et morales en vue de produire des informations nécessaires à l’atteinte de ses objectifs. Le projet de loi régissant ce SII vient d’être adopté en Conseil de Gouvernement qui s’est tenu hier au Palais de Mahazoarivo étant donné que ces données ont un caractère sensible. Ce cadre légal doit également prescrire des mesures de sécurisation de ces données tout en garantissant leur qualité, a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Cadre intégré renforcé : Projet UNMO pour appuyer le commerce international

Le ministre Tazafy Armand, lors du lancement du projet UNMO.

Un pas de plus pour le renforcement de la position de Madagascar au niveau du commerce international. Le Projet de soutien aux Arrangements Nationaux de Mise en Œuvre (ANMO), dans le cadre du Programme CIR (Cadre Intégré Renforcé) a été lancé le 28 juin dernier, en présence du ministre du Commerce et de la Consommation, Tazafy Armand, ainsi que des représentants des ministères concernés, des partenaires techniques et financiers, du secteur privé, ainsi que de la société civile. A noter que Madagascar bénéficie du Programme Cadre intégré, depuis 2001, au même titre que les autres pays moins avancés. Cependant, le processus CIR a été suspendu entre 2009 et 2014, à cause de la crise. Aujourd’hui, le projet ANMO dans le cadre du Programme CIR est lancé dans le but d’intégrer le commerce dans les stratégies nationales de développement, de développer les structures nécessaires à la coordination de l’assistance technique liée au commerce et de renforcer la capacité de faire du commerce, en remédiant aux principales contraintes du côté de l’offre.

Antsa R.

Midi Madagasikara7 partages

Cyclisme : Paimo, le cycliste globe trotter dans nos murs

Mr Bambang Hertadi Mas (Paimo) devant son ambassade à Ivandry avant le depart.

Après avoir visité et parcouru 70 pays des 5 continents, le cycliste solitaire indonésien Bambang Hertadi Mas connu sous le sobriquet Paimo n’a pas oublié Madagascar pour rendre hommage à Dieu d’avoir donné la vie à tous. Il a choisi aussi notre pays, car il voudrait renforcer davantage les relations fraternelles entre les deux pays et voir comment les Malagasy  vivent. Il a pris son départ hier pour joindre Mananjary et remonter vers Nosy varika, Mahanoro, Vatomandry jusqu’à Tamatave. Il espère atteindre Tana les 23 ou 24 Juillet prochains. Ce jeune cycliste de 59 ans a déjà  presque 100,000 km dans ses pédales et trouve de la joie en contemplant la nature qui lui offre toujours des tableaux magnifiques. L’amour du sport l’amène à découvrir la beauté de notre univers auquel il a pris goût. Cette passion de pédaler est née en lui dès son plus jeune âge et l’a amené à dépasser la frontière indonésienne en 1986. Pour concrétiser son rêve, lui et sa famille ont fait des économies car l’argent du sponsoring ne recouvre pas totalement ses besoins. Espérons que son voyage lui laissera de bons souvenirs de notre pays.

Nary Ravonjy

L'express de Madagascar6 partages

Tennis – Harivony Andrianafetra, l’inoxydable

Harivony Andrianafetra joue au tennis depuis 1984. Aujourd’hui, il demeure au top et vient de décrocher un nouveau titre de champion d’Analamanga, dimanche dernier.

Une longévité exceptionnelle. Harivony Andriana­fe­tra, personnalité connue et reconnue dans le monde du tennis, a rajouté un nouveau sacre à son palmarès, dimanche dernier, au Marlix Andakana.Il a été sacré champion d’Analamanga, catégories vétérans première série. Il est au top depuis plus de trente ans. « C’est mon cousin, Johary (Rakotozafiarison), membre de l’équipe nationale, qui m’a poussé à faire du tennis. J’ai débuté en 1984. J’ai tapé mes premières balles au Cercle franco-malgache Anosy. Quant à mon premier trophée, je l’ai décroché l’année suivante », se remémore-t-il. Depuis, il a remporté plusieurs titres de champion, autant sur la scène régionale que nationale. Et son armoire à trophées est bien garnie.C’est grâce à sa discipline de vie que Harivony demeure au top niveau depuis tant d’années. « Je remercie Dieu de m’avoir permis de tenir aussi longtemps, ainsi que ma femme et mes enfants, mes parents et ma famille qui m’ont toujours soutenu. Tout d’abord, il y a l’hygiène de vie. Je ne bois pas d’alcool et je ne fume pas. De l’autre, il y a mon entrainement physique continu, avec du footing et de la musculation. En ce qui concerne l’alimentation, je privilégie la viande blanche à la viande rouge et j’y rajoute légumes et fruits. Sans oublier de boire beaucoup d’eau », dévoile-t-il à propos des secrets de sa longévité.

JovialitéUn autre aspect important pour maintenir sa forme concerne la récupération. « Le sommeil prend une place prépondérante. Il en est de même pour des séances d’étirement et de massage. À propos du stress quotidien, il vaut mieux trouver un moyen pour bien l’évacuer, afin d’éviter qu’il n’impacte négativement sur les performances sportives », poursuit-il.Harivony, également connu pour sa jovialité à tout instant, fera l’impasse sur le tableau simple du cham­pionnat d’Analamanga toutes catégories confondues, qui débute ce samedi. Il jouera uniquement en double. Et ce, afin de ménager son organisme et de bien préparer le championnat de Madagascar du mois d’août. Sa carrière de joueur se poursuit encore et toujours.À côté, dans un rôle de coach cette fois-ci, il exerce à l’Atema Antanimora, qu’il a montée en compagnie de Solotiana Ramanantoanina et Solofo Tiana Randrianaivo dit Rapool. « On a créé l’Atema en 2013. C’est là que je transmets mes connaissances et mon vécu aux jeunes », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara6 partages

Parlementaires-société civile : Favoriser les échanges entre les électeurs et leurs élus

Dans le cadre de son programme d’appui à l’Assemblée nationale malgache, l’Institut Electoral pour une Démocratie durable en Afrique (EISA) entend renforcer les liens entre les citoyens et les parlementaires dans l’optique de favoriser la responsabilisation (redevabilité) et les échanges entre les électeurs et leurs élus. Ce volet national du Projet continental Africa Democracy Strenghtening III (ADS III), financé par l’Agence internationale de coopération suédoise (SIDA), vise à contribuer au renforcement de l’efficacité et de l’effectivité du Parlement dans l’exercice de ses différentes missions. De façon plus spécifique, cette initiative a pour objectif de promouvoir la transparence et la prise en compte des citoyens dans la mise en œuvre du mandat parlementaire de manière à parvenir à un fonctionnement plus démocratique de l’Institution. Afin d’appuyer l’Assemblée nationale dans la réalisation de ces objectifs, EISA souhaite mettre en place une série de rencontres entre les parlementaires et les membres de la société civile dans différentes régions de Madagascar.

Redevabilité. Par le mandat représentatif qui leur incombe au nom du peuple souverain, les parlementaires ont une responsabilité sociale envers les citoyens, de laquelle découle leur redevabilité. Ainsi, le principe de redevabilité s’appuie sur celui selon lequel l’élu se doit de rendre compte à l’électeur, et à cette redevabilité s’attache une exigence d’accessibilité du député par rapport au citoyen et la prise en compte de ses doléances. Dans ce dessein, il est primordial que les élus soient régulièrement au fait des préoccupations des citoyens durant leur mandat et que les citoyens exercent une entière participation à la vie politique du pays, gage de bonne gouvernance démocratique.

Dialogue social. La Société Civile joue un rôle majeur de représentant des citoyens auprès des élus en tant que relais entre les électeurs et l’Etat, source d’informations et contre-pouvoir, dans le mécanisme de participation citoyenne. Cependant, les résultats de la 5e série d’enquêtes de l’Afrobaromètre menée à Madagascar entre 2011 et 2013 révèlent que les citoyens décrivent leur contact avec les élus comme peu fréquents et leur capacité d’écoute comme faible, ce qui fragilise la participation citoyenne dans le processus démocratique et les relations harmonieuses entre les Institutions et la population, pourtant vecteurs de paix sociale. Face à ces problématiques, l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique – EISA -, organise un dialogue social entre les organisations de la Société civile et les députés de la région Atsimo-Andrefana.

Recueillis par Dominique R.

News Mada5 partages

Plan d’urbanisme : élaboration de nouvelles législations

La population de l’agglomération d’Antananarivo aura triplé d’ici une vingtaine d’années. L’élaboration d’un nouveau Plan d’urbanisme directeur (Pudi) s’impose. Les différents acteurs concernés en discutent actuellement.

27% de l’agglomération d’Antananarivo (CUA, Atsimondrano, Avaradrano, Ambohidratrimo) bénéficient jusque-là de planification. Or, comptant 2,7 millions d’habitants en 2014 (Instat), Antananarivo affiche une forte pression démographique avec une moyenne annuelle de 3,6%, la troisième la plus élevée en Afrique. Le grand centre urbain est déjà saturé. Le développement d’infrastructures a été délaissé pour une expansion urbaine rapide. Les zones inondables ont été remblayées au profit de l’urbanisation. Les quartiers informels et des zones urbaines pauvres se sont accrus. Le transport public devient insuffisant…

Ce sont des constats que relèvent les techniciens en matière d’urbanisation. Le dernier Pudi pour Antananarivo datant de 2004 a expiré en décembre 2015. Jusqu’à l’adoption d’un nouveau Pudi, l’agglomération opte pour des mesures de sauvegarde.

Le nouveau Pudi pour Antananarivo concerne ainsi la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et ses 37 communes périphériques. Le plan prévoit entre autres la mise en place de nouveaux pôles de développement, qui demeure inachevé dans les précédents Pudi. Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement a cité comme exemple l’option de l’urbanisation verticale ou encore l’aménagement de la plaine de Betsimitatatra, l’extension du By-Pass en quatre voie, connexion des zones industrielles aux routes nationales…

Projet Tatom

Ainsi, sur la base du mémorandum de coopération technique signé entre le gouvernement malgache et la Jica, le projet Tatom (Antananarivo-Toamasina Madagascar) est actuellement mis en œuvre. Le projet concerne quatre volets : la révision du Pudi de 2004 de l’agglomération d’Antananarivo en tant que capitale de Madagascar, la révision du Pudi de 2004 de l’agglomération de Toamasina comme capital économique, l’élaboration du plan de développement du transport et de l’aménagement entre Antananarivo et Toamasina et enfin la mise en place d’un mécanisme de coordination, de suivi et de gestion de la mise en œuvre des plans élaborés. Le coût est évalué à trois millions de dollars pour une durée de deux ans et demi.

Les premières réunions des parties prenantes du projet se sont tenues depuis la semaine dernière. Celles des quatre districts concernés par le projet à Antananarivo ont eu lieu hier à la Gare de Soarano sous l’égide du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate) en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) et son équipe d’études. Ces rencontres ont mobilisé tous les acteurs clés, notamment les maires, le secteur privé, les ONG et les chercheurs pour identifier les problématiques de l’agglomération liés au développement et à l’environnement.

Arh.

 

News Mada4 partages

Fanafihan-jiolahy teny Sabotsy Namehana : zandary, polisy, miaramila roa nidoboka am-ponja

Tena misy ny mpitandro filaminana manao asan-jiolahy. Manamarina izany ny fampidirana am-ponja vonjimaika, omaly, ireto zandary, polisy, miaramila roalahy, voarohirohy ho nanao fanafihana mpamongady, teny Sabotsy Namehana, ny alin’ny 15 hifoha 16 jona lasa teo.

Naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora ny zandary iray, polisy iray inspektera ary miaramila roa nahitana Adzidà-Sefo, omaly hariva rehefa niatrika ny fampanoavana. Voarohirohy tamin’ny fanafihana tranombarotra lehibe iray teny Sabotsy Namehana ny 15 hifoha 16 jona lasa teo izy ireo. Voalaza fa miasa ao amin’ny fiadidiana ny repoblika ireo mpitandro filaminana ireo, ary somary nanahirana ihany ny nitondrana azy ireo teny amin’ny fitsarana ho any am-ponja omaly noho ny fisian’ny sakantsakana avy amin’ny naman’izy ireo. Nitranga savorovoro mihitsy teny amin’ny fitsarana Anosy omaly satria tsy nanaiky ny hitondrana azy efa-dahy tany am-ponja ny namany, kanefa nilamina ihany rehefa nifandahatra ireo lehibe eo anivon’ny mpitandro filaminana.

Araka ny fanazavana azo, nitrangana fanafihana teny Sabotsy Namehana ny 15 hifoha 16 jona tamin’ny 2 ora maraina. Manodidina ny dimy lahy nitondra basy nanafika teny an-toerana ka nofatoran’izy ireo ny mpiambina telo lahy. Novakina ny magazay nakana ny entana, ary nisy fiara nandrasana nakana izany, saingy tsy tonga. Lasa ireo jiolahy noho izany ka nitondra izay zakany niaraka tamin’ny moto iray. Adiny iray taty aoriana vao tafavaha ireo mpiambina ka nampandre ny zandary.

Nandeha ny famotorana, nakana alika mpitsongodia ka sarona teny Ivato ny telo lahy nanosika ilay moto very. Nanenjika ny zandary, nitsoaka ireo telo lahy ka nanao tifi-danitra ny mpitandro filaminana, ka sarona ny iray.

Miaramila kilasy voalohany ity sarona ity ka tamin’ny fanadihadiana azy io no nanoroany ireo namany ireo natolotra ny fampanoavana omaly ireo. “Azo porofo tamin’ny fifanakalozana sms nataon’izy ireo ny firaisana tsikombakomba. Ilay inspektera no nitondra ny  fiara saika hakana ny entana. Ilay serza no namatsy bala ary ny namany manatanteraka ny iraka”, hoy ny fanazavana.

Tsy namaly fiantsoana

Rehefa nampanantsoina ireo polisy sy zandary ary miaramila ireo tsy namaly ny antson’ny mpanao famotorana. Voatery nangalana taratasy fampiantsoana manokana avy amin’ny fitsarana izy ireo, ary naterina teny amin’ny zandary Ankadilalana afakomaly. Andanin’izany, tafatsoaka ilay miaramila iray voasambotra voalohany, ary karohina fatratra.

Manaporofo ity tranga ity fa ny manao asan-jiolahy ny mpitandro filaminana sasany. Avy amin’izy ireo ihany ny fitaovam-piadiana ampiasan’ny olon-dratsy.

Anisan’ny nahavaky vava ny rehetra koa ny fihetsika nasehon’ny miaramila sasany nanakana ireo namany tsy navela naiditra am-ponja. Misy olona ambonin’ny lalàna, sa rehefa mpitandro filaminana tsy azo atao na inona na inona, na efa misy porofo mitohoka amin’ny tenda aza. Mety ho ra mandriaka ny vokatry ny fifanakanana  ataon’ny samy mpitandro filaminana toy izao. Aiza ilay tandroka aron’ny vozona sy mpiaro ny ain’ny vahoaka sy ny fananany?

Yves S.

(Tahirin-tsary)

L'express de Madagascar3 partages

Addis-Abeba – Madagascar rentre avec les honneurs

Rideau. Le XXIXe sommet de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu à Addis-Abeba, capitale éthiopienne, a été clôturé, hier. Durant les deux jours d’échanges et de débats, les chefs d’État africains ont cogité sur la manière d’accélérer les efforts et les réformes afin d’atteindre les objec­tifs de l’agenda 2063 que s’est fixé l’Union, ainsi que les sujets de paix et de sécurité.Concernant l’agenda 2063, l’ambition est une Afrique prospère avec une croissance inclusive et un développement durable. « Un continent intégré, uni sur le plan politique et ancré dans les idéaux du Panafricanisme et la vision de la renaissance africaine. Une Afrique où bonne gouvernance, démocratie, respect des droits de l’Homme, Justice et État de droit sont à l’ordre du jour », indique, entre autres, le document de présentation de l’agenda.Outre la paix et la sécurité sur le continent, thèmes incontournables à chaque sommet de l’UA, le XXIXe rendez-vous des chefs d’État africains a aussi étudié l’intégration de la jeunesse dans les projets de développement du continent noir, et la manière d’accroître sa participation au processus de développement. Aussi, a-t-il été décidé la création d’un fonds pour la jeunesse et d’une université y afférents, à Addis-Abeba.Pour Madagascar, en particulier, ce XXIXe sommet de l’UA a vu l’élection du professeur Victor Harrisson au poste de commissaire aux affaires économiques de la Commis­sion de l’Union africaine. Il a prêté serment hier. « C’est la première fois qu’un fils de Madagascar a été élu à une telle fonction. Ce mandat électif est un grand honneur, et aussi une grande responsabilité pour notre pays. Madagascar retrouve sa place sur la scène internationale », s’est réjoui Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, selon le communiqué de presse rapportant la dernière journée de son déplacement, à Addis-Abeba.

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagate3 partages

Claudine Razaimamonjy: «Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es!», par Claude Rakelé

Un enregistrement sonore d'une conversation téléphonique (ICI) (et ICI aussi) entre Claudine Razaimamonjy -encore elle- et un agent du Bianco a fait le buzz le week-end dernier sur les réseaux sociaux. On occultera cette fois l'épineuse question sur comment cette conversation privée a pu devenir publique. On portera cependant une attention particulière sur l'état psychologique et probablement physiologique de la personne. On l'a déjà entendu au bout du fil dans le fameux grand dossier «affaire Ambohimahamasina» sur Kolo Tv, dossier dans lequel on a mis pour la première fois une voix sur le nom de dame Claudine.

Lors de son arrestation à la sortie du palais des sports de Mahamasina, on a mis un visage sur le nom de dame Claudine... et à entendre ses «cris hystériques» on comprend que la banale arrestation à Mahamasina soit devenue spectaculaire. On l'imagine aisément crier, hurler, proférer des gros mots quand les agents du Bianco et les quelques éléments de la gendarmerie lui ont demandé de les suivre. On imagine aisément qu'elle ne s'est pas laissé faire. On imagine aisément qu'elle a menacé les personnes qui font leur travail, elle le fait d'ailleurs dans l'enregistrement sonore. Et au fond on comprend qu'elle ait perdue connaissance en apprenant la décision la plaçant sous mandat de dépôt.

Probablement qu'elle se disait encore « qu'elle a le pouvoir,qu'elle est du pouvoir » et que ceux qui se sont amusés à l'arrêter allaient illico presto perdre leur poste et voir leur carrière bousillée. Sauf que, changement de décor, un placement sous mandat de dépôt a été prononcé. Inimaginable pour quelqu'un qui dit «être au palais» comme le commun des malgaches dirait «être dans les transports en commun». Inimaginable pour quelqu'un  qui parle d'un président de la République par son prénom et qui par là même démontre soit leur proximité soit un manque flagrant de savoir être. Inimaginable!

Aussi c'est certainement sans mise en scène qu'elle a perdu connaissance à l'annonce de son placement sous mandat de dépôt. Et à l'entendre, ce n'est pas une personne dotée de sang froid, qui n'a pas appris à encaisser les mauvais coups et qui perd en un rien de temps son calme.

Sûrement qu'elle était malade, de cette maladie appelée «l'hystérie». Sûrement qu'elle était malade, de cette maladie appelée «vulgarité». Sûrement qu'elle était malade, de cette maladie dont souffrent tous les hommes du pouvoir et leurs proches à Madagascar du temps de Ratsiraka, en passant par Zafy Albert, en revenant à Ratsiraka, en passant par Ravalomanana, en transitant par Rajoelina et aujourd'hui avec Rajaonarimampianina...la maladie de ceux qui croient qu'ils sont infiniment puissants, que leur pouvoir n'aura pas de fin, et qu'il suffit d'être un proche du premier personnage de l’État pour que tout le monde soit à leur pied et que ceux censés faire leur travail ne le fassent pas par peur de leur toute puissance. Cet enregistrement sonore aura aussi permis de poser la classique phrase: «Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es !».

Claude Rakelé – La Gazette de la Grande île, 3 juillet 2017

L'express de Madagascar2 partages

Denrée – Une demande insatiable en farine

Face à une énorme demande, la production locale n’arrive pas à assouvir le besoin en farine. Pour cette denrée, la Grande île est fortement dépendanet de l’importation.

Colossal. Ingrédient de base en pâtisserie, viennoiserie, boulangerie, biscuiterie, crêperie, pâte… la farine concerne une multitude d’activités. Cette denrée est très demandée sur le marché local. À en croire José, fabriquant et distributeur de « cookies » pour plusieurs marchés de la capitale: « En période de fête, surtout entre le mois de novembre et décembre, nous achetons près de cinq  tonnes de farine. Par ailleurs, en période creuse, nous utilisons en moyenne un à deux tonnes par mois », a t-il avancé. Même son de cloche pour un grossiste de pâte artisanale qui utilise au quotidien en moyenne 50 kilogrammes de farine soit douze sacs de cette denrée, selon ses explications.

Approvisionnement

 « Nous sommes encore très dépendants de la farine importée majoritairement en provenance de l’Égypte », a indiqué Valonirina Randrianarison, commissaire du commerce et de la concurrence.  Consécutive à l’insuffisance de la farine produite localement, Madagascar doit toujours avoir recours à l’importation. Selon les chiffres issus du ministère du Commerce et de la Consommation, depuis plusieurs années, le volume de farine importée a tourné autour de 100 000  tonnes. Pour l’année 2010 Madagascar en a importé 101 000 tonnes, 90 000 tonnes en 2013 et 101 000 tonnes en 2015. Quant à la production locale, « pour l’heure un seul producteur a été enregistré localement. On estime que sa production n’excède même pas le quart de l’importation », a indiqué notre interlocuteur.

Toujours dans cet élan, à ce jour, le prix n’a pas encore fléchi, a souligné un grossiste d’Anosibe. « Le sac se négocie à environ 100 000 ariary à raison de 2 200 ariary le kilogramme », a t-il indiqué. Cette flambée serait consécutive à une perturbation au niveau des navires qui transportent le produit durant la période cyclonique au mois de mars et avril, a t-il poursuivi. Encore,  cette tendance risque de se poursuivre, consécutive à l’arrêt des activités aux frontières ayant bloqué des marchandises au port.

Soa-Mihanta Andriamanantena

 

L'express de Madagascar2 partages

Examen du BEPC – L’épreuve de mathématiques bloque les candidats

La première journée s’est passée sans ambiguïté pour la plupart des candidats à l’examen du BEPC à Antananarivo. Plusieurs candidats se sont, toutefois, plaints par rapport à l’épreuve de mathématiques. « Je n’ai pas trouvé la réponse à la configuration de l’espace en géométrie», nous confie, avec inquiétude, Kevin, un candidat à Antanimbarinan-driana. Quelques candidats, du centre d’examen à Nanisana, ont évoqué le même problème. Et un autre candidat d’indiquer, «J’ai eu du mal à traiter le petit problème d’algèbre où on a demandé les prix du livre de français et d’anglais ».Quelques enseignants expliquent que l’épreuve de mathématiques a toujours été la bête noire des élèves. «C’est une question de raisonnement », indiquent-ils.La correction des feuilles de copie a déjà commencé lundi, pour les Cisco d’Antananarivo-ville et ses périphéries. Le but est de sortir le plus tôt possible les résultats de l’examen, selon une source auprès du ministère de l’Éducation nationale.Durant ces deux premiers jours, les candidats ont passé les épreuves de Malagasy, Sciences de la vie et de la terre, Mathématiques et Français. Les épreuves d’Histoire-Géographie et d’Éducation civique ainsi que les Sciences physiques les attendent en cet avant dernier jour de l’examen. Demain, les candidats en option A vont passer aux épreuves de langues vivantes : anglais, allemand ou espagnol.

M. R.

Madaplus.info1 partages

Mouvement pour la Liberté d’Expression:une manifestation pour ce vendredi

D’après les informations reçues, une manifestation du MLE se tiendra ce vendredi dans la capitale.
D’après les porte-paroles du MLE, aucune autorisation n’est nécessaire pour une manifestation. Elle se déroulera dans le calme et dans le cadre de la célébration de sa toute première année d’existence. Le MLE exige une concertation pour améliorer le Code de la Communication. Par ailleurs, la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) se joindra également à cette manifestation organisée par le MLE, dixit Rado RABARILALA. Lui de confirmer que la SSM et le MLE partagent le même fondement de principe, dans le cadre de la liberté d’expression des syndicaux qui subissent des représailles de la part des dirigeants.Le MLE diffusera une émission sur les situations de Madagascar dans les médias et sur YouTube, à compter de vendredi.
Madaplus.info1 partages

Affaire Claudine: le BIANCO va poursuivre l’éventuel suspect de la fuite de l’enregistrement télé...

L’affaire de Claudine RAZAIMAMONJY est toujours d’actualité, suite à la divulgation de la conversation téléphonique musclée entre la conseillère du Chef d’Etat et l’enquêteur du BIANCO.
BIANCO.
Le Directeur Général du BIANCO, Jean Louis ANDRIAMIFIDY a reconnu l’existence de la bande sonore, mais lui de démentir que ce sont ses agents qui l’auraient divulgué. D’après son intervention, les enquêteurs n’enfreignent jamais les principes de confidentialité. Il a bien précisé qu’une enquête interne a été menée dès que l’enregistrement a été viral sur les réseaux sociaux. Le bureau met en place actuellement, une commission pour faire des investigations, en vue de savoir vraiment d’où sortez les informations qui ont été publiées.
News Mada1 partages

Rugby – «Silver Cup Afrique» : anio amin’ny 8 ora alina ny lalaon’ny Makis sy Maraoka

Hifantoka any Maraoka avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena, amin’ity anio ity, eo amin’ny fiatrehana ny lalao manasa-dalana, hiadiana ny ho “Silver cup Afrique”, hikatrohan’ny Makis sy ny Liona Maraokanina.

 

Hotanterahina, anio, ao amin’ny kianja COC Casablanca, Maraoka ny fihaonan’ny Makis de Madagascar amin-dry zareo mpampiantrano, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, sokajy 1B, taranja rugby. Manomboka amin’ny 8 ora alina eto Madagasikara, io lalao io. Efa any an-toerana, hatramin’ny alatsinainy lasa teo, ny delegasiona malagasy. Marihina fa ekipa efa diso mifankahalala tsara amin’ny mpilalaon’ny Makis, raha ry zareo Maraokanina. Hanala vela amin’ity i Maraoka izay efa resin’ny Makis, teo Mahamasina, ny taona 2012.

Raha ny ara-taratasy aloha, tsy tokony hahavoa ny Makis izy ireo, satria any aorian’i Madagasikara raha ny filaharana, eo anivon’ny federasiona iraisam-pirenena (IRB). Na izany aza, hilalao eo amin’ny kianjany izy ireo ka mila fahamailoana. Nambaran-dRazily, mpanazatra fa efa nojerena avokoa ny lalao nataon’i Maraoka farany ary niainga tamin’izay ny fanomanantena, natao teto Madagasikara.

Salama tsara avokoa ireo mpilalao ary vonona ara-batana sy ara-tsaina. Efa nitsapa ny kianja ry José sy ry Tolotra sy ireo namany, omaly talata. Ny lalao ankatoky ny famaranana ilany kosa hikatrohan’i Côte d’Ivoire sy Botsoanà. Hiatrika ny lalao famaranana, hatao ny asabotsy 8 jolay ho avy izao, ireo ekipa roa tafavoaka ho mpandresy. Miakatra ao anaty sokajy 1A, amin’ny taona 2018, izay ho tompondaka amin’io. Hiady ny laharana fahatelo kosa ireo resy, ka mihintsana any amin’ny 1C, izay mitana ny rambony, amin’ity sokajy ity.

Tompondaka

L'express de Madagascar1 partages

Toliara – Remise de matériel à des pêcheurs sinistrés

Le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche a offert du matériel à deux groupements de pêcheurs. Ces derniers avaient perdu le leur lors d’un incendie.

Au mois de juin dernier, un grave incendie a frappé le village des pêcheurs Vezo à Mahavatsy I, dans la commune urbaine de Toliara. Si aucune victime n’a été signalée, le sinistre a quand même détruit une dizaine de maisons et surtout du matériel de pêche ainsi que des pirogues. De passage à Toliara, le ministre des Ressources halieutiques et de la pêche, Gilbert François, a remis aux pêcheurs sinistrés, vendredi dernier à Mahavatsy I, des aides matériels pour compenser cette perte. Au total dix ménages de 56 personnes ont bénéficié de cette assistance.Le lot remis à chacun des deux groupements de dix chefs de famille comprend  des filets de pêche respectueux de l’environnement permettant aux alevins de s’échapper, des bobines et des hameçons. Tous ces outils sont conformes aux normes établies par les autorités de la pêche pour la préservation de ressources marines.Lors de la cérémonie de remise du matériel, en présence du député de Toliara I, Raza Tondraha, et du chef de la région d’Atsimo-Andrefana, Jules Rabe, les bénéficiaires ont loué le geste tout en soulignant qu’il pourra contribuer à leur autonomie et à retrouver leur travail.

Nouvelles stratégies« Se procurer ces nouveaux outils de pêche me donne l’impression d’avoir été sauvé des flammes. Cette aide est très précieuse pour ma famille et moi, car ça me permet de renouer avec mon métier », a expliqué Maraland, un pêcheur sinistré.Les produits de la pêche approvisionnent  en particulier les marchés de Mahavatse, Bazaribe, Sanfily et Sakamà Betania.« Ces dons donneront à leurs bénéficiaires la possibilité de retrouver leur travail, car ils peuvent prendre en main certains aspects de leur vie en renouant avec une activité qu’ils avaient l’habitude de faire avant cet accident », a mentionné  le ministre Gilbert François.Il a soutenu que dans une vision optimiste, son département se lance dans de nouvelles stratégies, pour axer ses actions sur un développement durable.« Cette cérémonie constitue une occasion idoine pour réaffirmer l’engagement du gouvernement à ne ménager aucun effort, non seulement pour subvenir aux besoins de la consommation nationale, mais également dans le souci d’améliorer notre balance commerciale », a-t-il précisé.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar1 partages

Perturbation de la distribution d’eau

Dans un communiqué, la Jirama annonce une perturbation de l’alimen­tation dans plusieurs quartiers de la périphérie de la capitale ce jour. Parmi les quartiers touchés, on peut citer Faralaza, Ivato, Ambohidratrimo, Talatamaty, Imeri­nafovoany, Fitroafana, Mandrosoa Ivato, Amborompotsy. Cet incident fait suite à « des défaillances techniques survenues dans la centrale de production d’eau à Faralaza ».

L'express de Madagascar1 partages

Conférence des ministres des pêches

La conférence régionale sur la surveillance maritime des pêches se tiendra du 18 au 21 juillet 2017 à Madagascar. Il s’agit de la deuxième conférence des ministres des pêches des États du Sud-Ouest de l’océan Indien. L’évènement verra la participation de huit États, à savoir l’Union des Comores, la France/ la Réunion, Madagascar, Maurice, les Seychelles. Kenya, le Mozambique et la Tanzanie avec une participation de l’Union européenne et des représentants de l’Afrique du Sud, de la Somalie et des Maldives.

L'express de Madagascar1 partages

Réunion des premières dames en Afrique.

Voahangy Rajaonarimampianina, la première dame, a participé à la 19e session des premières dames en Afrique, du 30 juin au 4 juillet. Elle y a présenté les actions qu’elle a déjà entreprises en faveur de la santé de la femme, de l’éducation, et de la lutte contre le VIH/Sida. De cette réunion sortiront les solutions-clés à entreprendre, dans le domaine social, pour le développement de la femme en Afrique.

Ino Vaovao0 partages

TSARARANO AMBANY : Voasambotry ny polisy ireo zaza tsy ampy taona mpanendaka

Ny maraim-ben’ny sabotsy teo, dia vehivavy enina avy niari-tory no lasibatry ny enin-dahy izay nanakana azy ireo. Norahonana tamin’ny zava-maranitra sy antsy lavalela izy ireo hanome izay zavatra nisy teny aminy. Nisy nahatsikaritra anefa izany ka nampandre avy hatrany ny mpitandro filaminana. Tonga avy hatrany ireto farany ka nifanenjehana ireo olon-dratsy. Voasambotra ny iray ary niaiky ny helony rehefa nanaovana fanadihadiana. Io no nanondro ny namany hafa. Niroso tamin’ny fisamborana ihany koa ny mpitandro filaminana ka roalahy izay samy mbola 17 taona no tratra.

Niaiky ny asa ratsiny ihany koa izy ireo.

Ny fanazavana nomeny no nahafantaran’ny polisy ao amin’ny boriborintany faharoa ny fomba fiadin’ireto zatovo mpanao asa ratsy. Rehefa alinalina dia mivorivory eo amin’ny “croisement” Tsararano izy ireo ary misotrosotro. Rehefa mamomamo dia lasa sahisahy ka manita-kevitra mitety tanàna. Tsy mifidy izy ireo fa izay sendra azy dia mahita faisana avokoa.

Tsy mifidy fokontany ihany koa fa na eny amin’ny “bord” na anaty tanàna dia mahita faisana izay sendra azy ireo. Marihina moa fa efa maro ireo zaza tsy ampy taona manao asa ratsy eto Mahajanga. Mandeha andiany izy ireo ary misy tena mbola kely tokoa ; efa nampitandrina azy ireo ny talen’ny polisy. Nampitandrina ihany koa ny ray aman-dreny ary nanambara fa tsy hanaiky ny “intervention” intsony.

Ny zava-misy anefa dia misy ireo milaza fa ray aman-dreny sy tompon’ny tanàna no manao tsindry amin’ny mpitandro filaminana hatrany amoahana ny zanany isaka ny misy andiana tanora tratra amin’ny fanaovana asa ratsy. Misy dia tena mbola zaza tokoa izy ireo, satria manodidina ny 8 sy 10 taona.

Zareo mbola kely izao anefa no azo ahitsy fa rehefa lehibe dia ahiana ho jiolahy raindahiny. Anisany tanàna mbola milamina i Mahajanga saingy ilaina ny fiaraha-misalahin’ny rehetra amin’ny fitaizana ny zaza sy ny ankizy tsy hampibirioka azy amin’ny asa ratsy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TANAMBAO BESAKAY : Tratra niaraka tamin’ilay filahiana notapahiny ilay nahavanon-doza

Efa voasambotra mialoha ny roa lahy izay naman’ity tovolahy nahavanon-doza ity fa izy kosa, ny fiandohan’ny volana jolay teo vao sarona niaraka tamin’ilay filahiana izay notapahiny, ka napiriminy tao anaty paoketra ary efa notentenina tany ravo. Fantatra fa niandry ny fotoana hanaovana ilay sorona izy no izao sarona izao.

Nambaran’ny Lehiben’ny kaompanian’ny Zandarimariam-pirenena Ambatondrazaka ny Komandà Ramboasalama Bruno fa niaiky ity lehilahy ity fa hanamasinany ny odiny sady hanaovana sorona amin’ny fitrandrahana vato sy merikiora any amin’ny kariera no antony nangalana io filahiana io sy ny ran’ilay tovolahikely.

Mbola misy olona iray kosa karohina amin’izao fotoana izao izay inoana, hoy ny Zandary, fa isan’ny atidoha nikotrika ity vono olona ihany koa. Ity iray tratra farany teo ity no voalaza fa nanao ny fanapahana ilay filahiana sy nitondra ilay izy ary niketrika ny joro izay hatao amin’ny tsinam-bolana. Vokatry ny fiaraha-miasa teo amin’ny fokonolona sy ny Zandary no nahafahana nanao ny famotorana rehetra, ka nahazoana nisambotra ity rangahy mpanapaka filahiana ity, hoy ny komandin’ny kaompanian’Ambatondrazaka ny kaomandà Ramboasalama Bruno.

Marihina fa efa namoaka fofona ity filahiana notapahina ity no izao sarona niaraka tamin’ilay mpanao herisetra. Efa nampidirina eny am-ponja vonjimaika ny alatsinainy -03 jolay 2017 lasa teo ity rangahy ity rehefa avy niakatra teny amin’ny Fampanoavana.

INV

Ino Vaovao0 partages

NOSY VARIKA : Ankizikely roa a 3 taona sy 9 taona maty, olona 17 narary nihinana trondro sifaka

Nisy trondro antsoina hoe sifaka na ireny trondro vaventy ireny azon’ny mponina teo an-toerana. Tsy hay anefa na noho ny fahasahiranana fa tokony efa ho fantatr’ireo mponina fa tsy azo hanina ity karazana trondro ity fa dia mbola nandrahoin’izy ireo ihany ka nohaniny. Ireto tsy manan-tsiny araka izany no mety tsy nahazaka ny poizina tamin’ireo hazan-drano ka nitarika ny famoizana aina tahaka izao.

Ankoatra izay dia olona 17 koa no narary ary efa nomena fitsaboana sahaza azy eny amin’ny toeram-pitsaboana avokoa. Raha ny fanazavan’ny dokotera Ratsimbazafy Alphonse dia vokatry io fihinanana trondro misy poizina io no nahavo azy ireo sy nahafaty ireo ankizikely roa ireo.

Maimaim-poana ny fitsaboana omena ireo olona voapoizina nandritra izany tany amin’ny hopitaly satria loza voajanahary no nahazo azy ireo raha ny fanazavan’ny dokotera hatrany. Nitondra fanampiana ho an’ ireto fianakaviana niharam-boina ireto ihany koa ny vadin’ny Depiote ao an-toerana. Efa tsy misy atahorana intsony ny fahasalaman’izy ireo ary efa nalefa nody avokoa amin’izao fotoana izao.

Ankoatra izay ihany koa dia tovolahy iray no tsy hita popoka natelin’ny rano rehefa nilomano tao an-toerana ihany ary mbola karohina hatramin’izao.

Mihaja Sarobidy

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIANA HERINARATRA : Miverina indray ny fahatapahan-jiro matetika any Antsiranana

Raha agnontaniagna mahakasika izegny ny eo agnivon’ny Jirama dia olagna ara-pitaovagna ihany no avalin’izy ireo izany. Niverina tapatapaka indray ny herinaratra taty Antsiranana rango faran’ny herignandra igny ary nitohy, ny mantsagnan’ ny talata 4 jolay izegny. Tatran’ ny tampoka, araka izegny, ireo manao asa fivelomagna miankina amin’ny herinaratra sy ireo mampiasa fitaovagna fandokisagna iregny satria tsy nahamasaka hahandro. Amin’ny ankapobeny dia saika miaigny agnatin’ny fahatapahan-jiro ny faritra maro eto Madagasikara.

Agnisany mampahazo vahagna ny tsy fandriampahalelagna ny jiro tapaka amin’ny aligny. Na dia mandoa faktiora ara-potoagna aza ny mpanjifan’ ny Jirama dia mbola tsy afa-po amin’ny famatsian-jiro ataon’izy ireo. Ankoatra izegny dia tsy vitsy ireo izay mangataka fagnampidiragna jiro sy rano mbola tsy nahazoam-baliny efa an-taognony ny maro izay.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MANGATOKANA : Noesorina ireo trano naorina teny amin’ny fasana ny t...

Trano folo aloha no fantatra fa nanaiky hiala an-tsitrapo.Misy kosa ireo miziriziry tsy hiala fa nahazo fanomezan-dalana tamin’ny kaominina hono… Ity farany no nanatanteraka ny fandrodanana niaraka tamin’ny tompony na nanaiky na tsia araka ny efa nambarany ny faran’ny herinandro teo. Ny zoma tolakandro no nidina ifotony ny Ben’ny tanànan’i Mahajanga sy ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa ary ny lehiben’ny Fokontany Antanimalandy avaratra.

Nifampiresaka mivantana tamin’ireo olona nanorim-ponenana sy mamboly eny amin’ny fasana, ka nampahafantatra azy ireo ny didim-pitondrana mandidy azy ireo hiala teo. Nanome 24 ora azy ireo ny kaominina hiala teo, handrava sy hanala ny trano naoriny ambony fasana satria manan-jina ny fasana ary manan-kasina ny razana, hoy ny Ben’ny tanàna. “Omany ny entana ahorony izay azo ahorina, mitadiava hevitra fa tsy maintsy miala teto ianareo” hoy izy. Hofaritana mazava ny efitry ny fasana eny Mangatokana, hisaina ireo razana mbola milevina ao ary hasiana mpiambina eny mba tsy hisian’ny olana toy izao intsony.

Nisy ny didim-pitondrana teo aloha nilaza fa tsy azo andevenana intsony eny Mangatokana hoy ny Ben’ny tanàna ; noho ny fahitan’ny tompon’andraikitra tamin’izany fa efa feno. Taorian’izany anefa dia efa maro ihany koa ny nanala ny havany tao nitondra azy nody an-tanindrazana ka lasa misy malalaka. Tsy natao hanorenan-trano anefa ao fa fandevenana satria tsy maintsy manana ‘cimetière municipale’ ny tanàn-dehibe hoy ity tompon’andraikitry ny tanàna raha tsy izany aiza no handevenana ? Samy manana havana maty sy efa nalevina isika ka tokony hahatsapa izany, hoy izy nanazava. Hitanareo hoy hatrany izy ny ranomason’ireo tompon-kavana tamin’ny fidinany tety, ka tsy maintsy miala eto ianareo, fa tsy ho tananay fanjakana ny firohotry ny vahoaka raha tezitra izy.

Nitaraina moa ireo olona fa tsy misy aleha nefa dia hentitra ny Ben’ny tanàna nilaza fa tsy maintsy miala izy ireo na hipetraka eo am-pita izay tsy fasana aloha mandra-pahita vahaolana ; Efa tapa-kevitra tanteraka ny hanala ireo fanorenana tsy ara-dalàna ny kaominina.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KOMISERA SANTRALY - MAHAJANGA : Tsy handefitra amin’ny hamamoan’ny polisy amperin’asa

Misy karazany efatra ireo sazy mety hahazo ny mpitandro filaminana mamo eo amperinasa : fidirana am-ponja avy hatrany mandritra ny 10 andro fara fahakeliny. Io ilay atao hoe “arrêt de rigueur”. Azon’ny lehibe atao ihany koa ny manome fangatahana fanazavana na “demande d’explication”, ny fampiakarana CODIS na “conseil de discipline”,ary mety hiafara amin’ny fampiakarana izany any amin’ny tompon’andraikitra ambonimbony kokoa.

Tranga misy eto Mahajanga ny mpitandro filaminana misotro toaka na mamo amperinasa, mbola manao fanamiana maha-mpitandro filaminana azy na mitondra ireo basy mahery vaika fampiasan’izy ireo amin’ny andraikiny. Manomboka izao dia handray andraikitra ny lehiben’izy ireo, indrindra fa tonga izao ny fotoam-pialan-tsasatra ka hitombo isa ireo olona hifanaretsaka eto Mahajanga.

Vanessa

News Mada0 partages

Atsy Afrika Atsimo ny gripa H5N8 : tandindomin-doza ny fiompiana akoho amam-borona

 Toy ilay pesta afrikanina nahazo ny kisoa taty Afrika, ny faramparan’ny taona 90, ahitana ny valan’aretina gripa aviaire H5N8 atsy Afrika Atsimo, ankehitriny. Tsy maintsy mandray fepetra hentitra ny fanjakana, hisorohana tsy hahatongavan’izany eto Madagasikara, mba tsy handripaka ny akoho, ny vorona, …

Nanao tatitra am-bava tao amin’ny filan-kevitry ny governemanta, omaly, ny minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana, amin’ny handraisan’ity minisitera ity fepetra manokana iatrehana ny fidiran’ny valan’aretina gripa “aviaire” avy atsy Afrika Atsimo tsy ho aty Madagasikara.

Araka ny tatitra, voamarina fa misy atsy Afrika Atsimo ity areti-mifindra ity, mpahazo ny akoho, ny vorona, ny gisa, ny vorontsiloza, ny akanga, ny aotrisy, sns. Afaka mamindra azy avokoa ny biby mampinono sy ny olombelona, ary ny zavatra voakasiky ny valan’aretina rehetra.

Mandalo fitiliana ny olona sy ny entana

Manoloana ireo, tsy maintsy mandray fepetra henjana amin’ny lafiny maro ny fanjakana, mba tsy ahatongavan’ity valan’aretina ity eto amintsika. Efa nisy tranga toy izao teto Madagasikara, ny faramparan’ny taona 90, tamin’ny valan’aretina pesta kisoa afrikanina, mpahazoa ny kisoa. Narahi-maso sy natao fitiliana avokoa ny rehetra, ny olombelona sy ny entana miditra eny amin’ny sisin-tany, toy ny seranam-piaramanidina sy ny seranan-tsambo.

Tany ivelany, indrindra tany Eoropa sy Amerika, novonoina avy hatrany mihitsy ny biby fiompy raha vao nahitana trangana valan’aretina.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Na tombontsoa ho an’ny mpandoa hetra aza : malaina ireo miditra ho mpikambana ho CGA

« Ny fanjakana, ankehitriny,  efa mirona mankany amin’ny fanerena ireo Antenimieran’ny varotra hanangana “Centre de gestion agréé” (CGA) sy hanery ny mpandoa hetra hiditra ho mpikambana ao », araka ny filazan’ny tale mpanatanteraka ao amin’ny Antemieran’ny Varotra sy ny indostria (CCI) ao Ambatondrazaka, Rakotoarison Jean Evariste. Araka ny nambaran’io tompon’andraikitra io ihany, raha mpikambana amina CGA ny mpandraharaha amin’ny toekarena, mpandoa hetra izy noho io satany io. « Raha hetra IR no aloany, mahazo fanalefahan-ketra 50%, nefa kosa tsy mihoatra ny 8 tapitrisa Ar izany. 30% kosa raha hetra tambatra (IS), nefa tsy mihoatra ny 500. 000 Ar. Tsy ny mpikambana ao amin’ny  Vaomieran’ny varotra ihany no afaka manangana CGA fa ny vondrona mpandraharaha rehetra koa”, hoy ihany izy.

Azo atao any an-trano ny fanambarana

Mampiasa ny fomba rehetra hahamaro ny isan’ny mandoa hetra ny fitondrana izao. Afaka mampiasa ny solosainy ny an-tokantranony ny mpandraharaha mameno ireo taratasy anambarany ny kaontim-bola momba ny orinasany. Tsy mivoaka ny tranony fa mifandray mivantana amin’ny solosain’ny eny amin’ny Ivonketra. Nitety toerana maro mihitsy sy miara-miasa amin’ny Vaomieran’ny varotra ny Foibem-paritry ny hetra any Alaotra-Mangoro, ohatra,  nanentana . Koa, nahemotra ny faran’ny volana jona lasa teo ny fe-potoana farany nanaovan’ny mpandoa hetra fanambarana ny vola kirakirainy.

Raha tombanana ho 4.000 ny isan’ny  mpandraharaha any Alaotra-Mangoro, 466 fotsiny no miditra ho mpikambana ao amin’io Vaomieran’ny varotra io. Io ny taha ambony indrindra manerana ny Nosy. Nony hanangana CGA , olona fito no tonga! Tsy vola androany no androany io ”, hono.  “Misy latsakemboka: mampitombo masonkarena”.… “Mitaky  fanaramana manampahaizana faratampony ka faratampony koa ny vidin-katsembohany!” Hay tokoa moa!”

Rarivo

News Mada0 partages

Kitra any Alzeria : hiala ao amin’ny USMA Alzeria i Carolus

Ho tapitra amin’ny alahady 9 jolay ho avy izao ny filalaovan’Andriamahitsinoro Carolus ao amin’ny USMA Alzeria. Mbola hiatrika ny lalao hikatrohan’ny ekipany amin’ny Caps United, Zimbaboe, anefa ny tovolahy, eo amin’ny fifanintsanana isam-bondrona, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika izay vao tsy hilalao any Alzeria intsony. Fihaonana, hatao ao amin’ny kianja 5 jolay 1962, Dely Ibrahim. Marihina fa efa niondrika tamin’ny isa 2 no ho 1, nanoloana ity ekipa zimbaboeanina ity, ry zalahy, nandritra ny lalao mandroso, natao tany Harare, ny 24 mey lasa teo.

Io izany no hanaovan’ny mpijery alzerianina sy ny namany veloma an’i Carolus. Tsiahivina fa nanomboka ny taona 2011 i Carolus no nilalao tao amin’ny USMA Alzeria, izay tsy mba nisian’ny olana teo aminy sy ireo mpiara-milalao aminy na ireo mpanazatra sy mpitantana ny klioba. Tao anatin’ny enin-taona nilalaovany, efa nandrombaka anaram-boninahitra enina i Carolus sy ny USMA. Ankehitriny, tsy mbola misy klioba hilalaovana i Carolus fa vao miandry izay mitady azy. Marihina fa 28 taona izy ankehitriny, manambady alzerianina ary manan-janaka lahikely iray.  Manana zom-pirenena roa i Carolus dia ny malagasy sy alzerianina.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Judo : le tournoi du Capricorne annulé

L’attente se prolonge pour les judokas avides de compétition. Aux dernières nouvelles, les organisateurs qui travaillent de concert avec la Fédération malgache de judo (FMJ), viennent d’annuler l’édition 2017 du tournoi du Capricorne, prévu du 3 au 7 août à Toliara. Et pour cause, le gymnase sera en pleine rénovation entre ces dates.

Après avoir omis le cham-pionnat national de son calendrier 2017, dorénavant, le tournoi du Capricorne manque aussi à l’appel. Deux grandes compétition en moins pour les catégories seniors et jeunes. Ces derniers devront encore manifester de la patience  jusqu’au mois de décembre, date prévue pour la tenue de la coupe de Madagascar dans la ville des Fleurs du 27 au 29 décembre. Elle est précédée par la première édition du sommet national des vétérans dénommé Masters, prévu se tenir du 27 au 29 octobre.

Ainsi, les activités organisées par les ligues, sections voire les clubs permettront aux combattants de se défouler pour évacuer les énergies accumulées durant la préparation du rendez-vous manqué dans la cité du Soleil.

Naisa

 

News Mada0 partages

Hippisme : une journée des arbres fleurissants

La sixième réunion de la saison hippique, baptisée journée des arbres, a été riche en challenge bien qu’il n’y avait que quatre courses dimanche dernier à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy, sous les yeux émerveillés du public venu en masse. Tout le monde en a eu pour son compte, jockeys comme parieurs. La première épreuve de 1.500 m a été remportée par Orchidée bien pris en main par Patrick Rakotoarivelo qui a fait une remontée incroyable dans la dernière ligne droite pour devancer Oiseau d’or de Jean Baptiste Rakotohanja et Hasta la best, associé à Fenohasina Ralaiarijaona (tiercé : 1 – 2 – 3).

C’était au tour de l’apprenti jockey Michel Randriamanantena de prendre le relais avec Noblesse de Carmen lors de la 2e course de 1.600 m. Il a été talonné de près par Madona, chevauché par Patrick Rakotoarivelo, et Negus, associé à Nicot Ramiliarimanga. Lutteur d’or de Gil Chézard a complété le quarté spécial : 7 – 4 – 2 – 1. Pour une course acharnée, c’en était vraiment une lors du prix palissandre de 1.700 m. Au final, Koldikova piloté par Jean Baptiste Rakotohanja s’est imposé sur le poteau devant Lolita star de Nicot Ramiliarimanga et Navigateur associé à Rivoson Andriamparany (tiercé : 3 – 2 – 4).

Les efforts ont fini par payer pour Nicot Ramiliarimanga qui a bouclé la journée de la plus belle des manières en remportant le prix bois de rose (1.800 m) sur le dos de Kathy pleasure. Et ce, au grand dam de Jean Baptiste Rakotohanja, privé d’un doublé avec Mascotte de star. Kamar’all star de Gil Chézard Ralaivonitsara s’est placé à la 3e place du podium si Nouvelle star de Michel Randriamanantena a fermé le ban derrière l’Oiseau bleu associé à Eric Ravelonjanahary (quinté spécial : 5 – 2 – 4 – 7 – 3). Notons que cette dernière course a été dotée d’une tirelire de 146.000 ariary.

Rojo N.

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : reprise des hostilités

Les équipes rescapées poursuivent leur route au championnat d’Analamanga de volleyball. La première division ouvrira le bal des quarts de finale au gymnase d’Ankorondrano le 8 juillet prochain. Pour dire que les 8 meilleures formations encore en lice entament donc la dernière ligne droite avant le carré d’as dans les deux catégories masculine et féminine.

Les dames en découdront en premier avec le duel fratricide opposant deux formations  d’Itaosy, à savoir, Bi’As et Asi dans la dernière rencontre de cette catégorie. Le conflit de génération entre les mamans de la JMVB et les teenagers de l’Afa aura également un goût particulier.

Chez les hommes, le public devra attendre le dernier carré pour pouvoir apprécier une rencontre de haute intensité dans la mesure où les équipes favorites s’évitent lors des quarts de ce samedi. Le match des seconds couteaux entre Asi et Voara se présente de ce fait l’unique attraction. Pour la GNVB, elle a hérité la formation la plus faible parmi les quarts de finalistes qu’est le MVBC.

Naisa

Programme des quarts :

1ère division féminine :

VBCD1-Asi2

JMVB-Afa

AMVB-VBCD2

Bi’As-Asi1

1ère division masculine :

GNVB-MVBC

Cosfa-RVB

VBCD-JSA

Voara-Asi

 

News Mada0 partages

Talenta vao : nisafidy ny hira evanjelika i Nassiah Diol

Nassiah Diol, solon’anarana entin’i Hasina Olive Diana mitory ny Filazantsara an-kira io. Ankoatra ny fihirana, manan-talenta amin’ny famoronana sy ny fitendrena zavamaneno koa ity tovovavikely ity.

Tombony ho azy ny fiseraserana teny anivon’ny antoko mpihira, nahafahany nanatevina ny talentany : fianarana ny solfa sy ny teknika fototry ny mozika. Mivelatra amin’ny gadona maroloko tahaka ny segga, Rnb, slow, rock, reggae, bagasy… ny kanto lalaovin’izy 13 mianadahy mandrafitra ny tarika.

« Ny feo voajanahary no hanapariahako ireo hirako  », hoy i Nassiah Diol, fa tsy laroina zavatra hafa, mba hahatsotra  ny fandraisan’ireo mpankafy ny hafatra raiketin’ny tononkira, indrindra ny Filazantsara. Miavaka rahateo amin’ny fananana tononkira fohy i Nassiah Diol. Ny volana novambra 2016 teo no tafajoro ny tarika.

Tsy niandry ela fa efa manana rakipeo omban-tsary na DVD izy ireo ankehitriny. Sanganasa miisa 10 avy hatrany no mandrafitra ny kapila « Mahereza foana ». Malalaka ary tsy mifidy finoana ho amin’ny fanapariahana ny Vaovao Mahafaly amin’ny alalan’ny hira, dihy sy mozika ny tarika Nassiah Diol.

Landy R.

News Mada0 partages

Trass Tsiadana : handray ny “Tafa hariva”, anio

Hetsika iray, iaraha-midinika sy mamakafaka lohahevitra voafaritra ny “Tafa hariva”. Hatao isaky ny takarivan’ny alarobia voalohan’ny volana izy ity, etsy amin’ny Trass Tsiadana. Efa nisy ny andiany voalohany, nitondrana ny lohahevitra “Ny teny malagasy, fanoitra ho an’ny fampandrosoana”, izay notarihin’Andriamihaja Nasolo-Valiavo na i Vanf.Mety ary ilaina, ka hiroso amin’ny andiany faharoa indray ny fikambanana Fanilo, anio. “Haino aman-jery, tontolon-kevitra hifanakalozana” ny lohahevitra nofinidy amin’ity, ka hotarihin-dRalaindimby Tsilavina ny tafa. Araka ny nahafantaran’ny maro azy, tsy vaovao fa voky traikefa, ary mahalala tsara ny tontolon’ny haino aman-jery eto Madagasikara ny mpitari-dresaka.Andrasana ireo rehetra liana amin’ny lohahevitra, ho avy handray anjara amin’ny tafa. Tsy voatery hitovy hevitra amin’ny mpitarika, saingy ny hevitry ny maro mahataka-davitra. Sehatra iray ho an’ny fanehoan-kevitra mety tsy azo hatao any an-kafa rahateo izany.marihina fa handravaka ny fotoana amin’ny mozika Jonny R’afa. Mandalo eto an-tanindrazana ity mpanakanto ity amin’izao fotoana izao, ka fotoana iray hizarany ny kantony ihany koa io, indrindra ho an’ireo elaela tsy naheno izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

“Hevitra sy hetsika” : le rap conscient à voix levée

Pour sa 3e édition, «Hevitra sy hetsika» rassemble sur un même plateau les précurseurs du rap conscient tels que Archi-teck, Vy Mamay, Buddha El Taga, Mason’aloka, le temps d’un concert ce samedi au CFM Anosy.

Groupe de rappeur engagé, Archi-teck assoit sa notoriété dans le microcosme du rap à travers ses revendications sociales comme thème de prédilection. Cette année, la bande à Ksad et Sojab rameute sa troupe à l’occasion de la manifestation baptisée «Hevitra sy hetsika».

«En tant que citoyen digne de ce nom, on doit s’acquitter de ses impôts, d’accomplir son devoir électoral, ou encore de respecter la propreté dans son quartier. En revanche, il est de notre droit de revendiquer à nos dirigeants une meilleure condition de vie, sans pour autant inciter à la révolte ou troubler l’ordre public», a déclaré Buddha El Taga, l’un des guets de l’événement.

A l’initiative de Rap gasy en image,  «Hevitra sy hetsika» sera le troisième sur les dix événements que la plateforme inscrit dans son agenda tout au long de cette année.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Ortho’dox : un DVD live présenté bientôt

Au mois de décembre dernier, le groupe de rock Ortho’dox a effectué un concert dans le cadre de la promotion de son album intitulé «King’s» qui s’est tenu au Dôme RTA Ankorondrano. Le live a été filmé, et la version DVD sera présentée officiellement au grand public à partir du 8 juillet prochain.

Selon le groupe, nombreux n’ont pas eu la chance d’assister à ce concert, surtout les metaleux habitant dans les autres régions du pays. C’est pour cette raison qu’il propose cette version DVD live incluant non seulement de l’intégralité du concert, mais aussi quelques clips et photos du groupe.

Dans la même foulée, Ortho’Dox présentera bientôt un nouveau clip intitulé «Andro iray». Aussi, le groupe est actuellement en studio pour la préparation de son deuxième album qui sortira officiellement l’année prochaine.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : un petit air annonciateur de crise

Les mouvements de grève ne débouchent pas nécessairement sur un blocage général du fonctionnement de l’ensemble de la société, même si les meneurs recourent à ce genre d’action avec l’intention de provoquer de la gêne dans des secteurs d’activité et faire ainsi une démonstration de force en appui de leur revendication. Evidemment qu’en pareilles circonstances on se heurte fatalement à des questions de principe, notamment celle de provoquer des désagréments à des tiers n’ayant pas voix aux négociations qui peuvent dénouer le conflit. Quand les transporteurs interrompent le service le public des usagers en paient les inconvénients. L’actuelle grève des douaniers pénalise ainsi non seulement l’Etat en le privant de recettes non négligeables, mais perturbe toute la chaine des opérations économiques, qu’il s’agisse de production ou de commerce. Une question de conscience « patriotique » se pose aux deux protagonistes impliqués dans le conflit : faut-il rajouter aux difficultés d’un pays à genou. Sur ce constat l’avis n’est pas unanime, mais malgré les prétentions du pouvoir à vouloir convaincre du contraire l’opinion, la population dans sa grande majorité vit ainsi la situation qui la ploie chaque jour davantage à ramper sous le poids des difficultés dans un environnement qui par-dessus le marché ne lui assure pas une pleine sécurité.

Faute de moyens ou par souci de sauvegarder le système, caractérisé par son fonctionnement inégalitaire, le pouvoir fermé à toute concession répondrait-il aux revendications en considérant ces partenaires sociaux en adversaires du régime, à faire du combat social une guerre politique, en commençant par l’adoption de postures destinées à intimider. C’est ce qui expliquerait la riposte par cette initiative des syndicats à constituer un front unique, moins vulnérable aux menaces.

Les Douanes, l’Enseignement Supérieur, la Justice, ne suffisent pas à constituer à eux seuls les secteurs stratégiques pour enrayer le bon fonctionnement de l’Etat, mais ces trois départements se situent à des endroits charnières pour entreprendre une sensibilisation, aussi même question de stabilité il serait opportun de chercher à désamorcer de façon douce le conflit plutôt qu’à tenter la manière forte et risquer un affrontement musclé au péril d’un embrasement général.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le vin d’honneur du 21 (3)

(Suite.)

Vous croyez que votre grade de Lieutenant-Colonel d’Artillerie vous crée le devoir, selon vous supérieur, de participer d’une façon plus directe à l’Action, et alors, obéissant à votre conscience de soldat, vous abandonnez gaiement une situation des plus brillantes et des plus enviées, un pays où vous n’avez que des amis, pour aller vous jeter en pleine fournaise et vous mêler à cette pléiade de héros qui, depuis tantôt trois ans, luttent si âprement pour la défense, non seulement de notre Patrie menacée dans son existence, mais encore de la liberté universelle, de la civilisation et du droit compromis. Qui de nous ne s’inclinerait devant une semblable décision ?

Soyez-en certain, Monsieur le Gouverneur Général, tous nos vœux vous accompagnent dans cette nouvelle mission ! Tous ici, nous souhaitons vivement que le Colonel Garbit ait, sur le front, des succès comparables à ceux du Gouverneur Général Garbit à Madagascar ; nous souhaitons que le Livre d’or de notre Colonie s’enrichisse bientôt de quelqu’une de vos actions d’éclat ; nous souhaitons enfin et surtout qu’une fois la vermine allemande chassée des pays qu’elle souille si ignominieusement, une fois anéanti cet empire de bandits militaires qui rêve encore de courber le monde entier sous sa domination brutale et féroce, vous reveniez au milieu de nous, selon l’expression de notre immortel Chant du Départ, beau de votre gloire personnelle, de celle de la France et de ses Alliés, et de la Liberté du Monde reconquise !

Messieurs, je porte un toast en l’honneur de Monsieur Garbit, notre Gouverneur Général, à l’avenir glorieux du Lieutenant-Colonel Garbit et à son prochain retour parmi nous, comblé d’honneurs bien mérités ; et j’adresse un salut fraternel à tous ceux, Français et Alliés, qui sacrifient si généreusement leur vie pour sauvegarder nos libertés à tous !

Inutile d’ajouter que de vigoureux applaudissements ont souligné et fréquemment interrompu cette allocution qui exprimait si bien les sentiments de la population.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : masiaka ny fiitatr’ilay raharaha « Claudine »

Tsy fantatra hatraiza ny fisehon’ny fitantanana an’ity raharaha fiampangana olona manana mpiahy ambony ity. Asa na fileferana no azo andraisana ny fanambarana nataon’

ny Filohampirenena raha namaly fanontaniana napetraky ny mpanao gazety  iray tany Frantsa izy. Aleo io raharaha io avela ho an’ny Fitsarana tompom-pahefana mikasika ny fikarohana sy ny filazana ny marina. Toy izay ny foto-kevitra voalazany. Asa na setrin’izay no mahatonga ny fielezan’ilay fiheverana fa hogiazan’ny fanjakana ilay hotelibe fananan-dRazaimamonjy Claudine. Henjana izany fepetra izany ary didim-pitsarana ihany no afaka mametra an’izany. Izany moa dia toy ny fangejana kaontim-bola any amin’ny banky. Tsy hoe harena endahana avy any amin’ny tompony fa fananana atao antoka mandra-pahita mazava mikasika ilay heloka iampangana sy ny fahafahana manarina ny voka-dratsy naterak’ilay fahamelohana. Na izany aza tsy mbola nahefa ny famerenana an-dramatoa voampanga any amin’ny  toerana sahaza azy ny fitsarana. Izany hoe eo ambany fifehezany ary afaka arahany maso arak’izay tiany tsy misy fampilazana mialoha. Tsy misy misitery ho an’ny mpitazana ny fanjavozavon’ny toe-draharaha momba izay. Misy koa seho iray mbola mitory fa mbola mareforefo ny fanenjehana. Tsy nisy nanelingelina ilay senatera zaodahin’i Madama izay tazana teny Iavoloha tamin’ny fandraisana nataon’ny Filohampirenena teny ho fankalazana ny 26 jona, na efa ela aza no nametrahana fitorina noho ny korontana voalaza fa notarihin’io “loholona” io teny amin’ny trano fisan’ny Bianco. Ny Bianco moa izao dia voarohirohy noho ilay fiparitaky ny resaka an-telefaonina ahenoana fihantsian’i Madama Claudine izay nihevitra ny tenany tsy ho tratry ny aloka tamin’izany andro izany, araka ny fanambarana mazava ao anatin’ilay horonam-peo izay nisy nampiely. Hadisoana lehibe ny fanapariahana izany, izay tsy efa raha tsy olona ao anatin’ny Bianco. Sahirana toy izany ny tompon’andraikitra ary tsy ilaozan’izay fomba anararaotan’ireo mpiahy an-dRamatoabe izany fisehon’ny baranahana nitranga teny anivon’ity sampana  nantenaina ho tsy mana-kilema ity.

Tazana amin’izany tranga rehetra izany fa samy manana ny fetrany daholo ny tsirairay amin’ireo ambaratonga tompon’andraikitra manana fahefana amin’ny fampiharana ny lalàna. Tsy ampy ny fitsikerana ny diso ataon’ny sasany mba hanadiovan-tena. Ilaina aseho ny ezaka fikosehana ny tsikoko sy fanarenana ny lesoka  tazan’ny mpijery, mamasoka sy mamatroka ny vatan’ny tena.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : un signe insignifiant

On ne va quand-même faire d’une saisie de 22 malheureux rondins de bois précieux un événement témoin de l’efficacité de la lutte qu’à la fois annonciateur de la fin du trafic. C’est pourtant le dessein de la communication organisée à partir de cette péripétie. Les gros trafiquants eux trouvent raison à ne pas faire complexe de jouir avec ostentation de leurs grosses fortunes, les pouvoirs publics ne se soucient pas à demander des comptes sur les origines douteuses des enrichissements brutaux de rapidité. La guerre pour protéger les richesses du pays contre le pillage organisé ne trouvera d’issue que lorsque l’Etat se résoudra à demander systématiquement des comptes sur les enrichissements sans cause, alors que par ailleurs il manifeste intérêt sourcilleux à entreprendre des « contrôles fiscaux » réputés être menés de façon  non-contradictoire toutefois ouvrant parfois l’occasion à des marchandages léonins.

 

News Mada0 partages

Tatitry ny Bianco : mahabe fitarainana amin’ny kolikoly hatrany ny zandary

Ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana na ny eny anivon’ny faritra sy ny kaominina, ny zandarimaria, ny fanabeazam-pirenena, ny fananan-tany… Ireo no sehatra efatra lehibe nahazoan’ny Bianco fitarainana be indrindra momba ny raharaha kolikoly, araka ny tatitry ny Bianco, taona 2016, teny Ambohibao, omaly.

Nahoana ny zandary no natao lohateny saika miverimberina hatrany? Tsy miova firy ny toerany hatramin’izay, raha ny fitsarana, ohatra, no saika teo alohany na miara-dalana aminy. Efa any amin’ny laharana manaraka, ohatra, ny sehatry ny tontolo iainana ary ny rano sy ny ala, ny fitsarana, ny polisy…

Miisa 2 673 ny fitarainana voaray, ka azo nanaovana fanadihadiana ny 1 018. Antananarivo no nahazoana fitarainana be indrindra: 630; manaraka, Toliara: miisa 484; Mahajanga, 449.

Mahatratra 187 ny fitarainana nakarina fitsarana taorian’ny fanadihadiana na 6,94 % amin’ireo raharaha nanaovana fanadihadiana. 43 (8,72%) izany tany Mahajanga, 34 (7,13%) tany Antsiranana, 28 ny an’Antananarivo (4,40%), Toamasina (8,51%), Toliara (5,62%), ary 26 Fianarantsoa (9,92%).

Mahatratra 521 ireo nenjehina tamin’ny fitsarana

 

Mahatratra 521 ireo olona nenjehina araka ny lalàna noho ny raharaha kolikoly: 157 no nosamborina, 26 notanana am-ponja vonjimaika, ary 131 nahazo fahafahana vonjimaika. Tsy misy afa-tsy enina no notanana am-ponja vonjimaika ho an’Antananarivo, dimy avy ny an’i Fianarantsoa sy i Toliara, ary efatra ny an’Antsiranana, ary telo avy ny an’i Toamasina sy Mahajanga.

Niharatsy toerana hatrany i Madagasikara eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena noho ny fisian’ny kolikoly, tao anatin’ny telo taona farany, raha ny tatitry ny Transparency International. Faha-133 amin’ny firenena 174 ary nahazo isa 28/100, ny taona 2014; faha-123 amin’ny firenena 168 ary nahazo isa 28/100, ny taona 2015; ary faha-145 amin’ny firenena 176 ary nahazo isa 26/100, ny taona 2016.

Aiza ho aiza amin’izany ny fanambin’ny fitondrana hoe hanao ho vaindohan-draharaha sy laharam-pahamehana ny ady amin’ny kolikoly eto Madagasikara?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Anosizato Atsinanana : fatin-jazakely tanaty selofanina hita tao anaty tatatra

 Nampihoron-koditra! Fatin-jazamenavava lahikely iray tanaty selofanina hita tao anaty tatatra eny Anosizato Atsinanana, omaly maraina. Raha ny fahitana azy, efa teraka ity zazakely ity vao novonoin-dreniny mialoha ny nampidirana azy tao anaty selofanina ka nariana tao anaty tatatra…

 

Hatairana ny an’ireo mponina teny Anosizato Atsinanana, omaly raha nahita ity fatin-jazakely tsy manan-tsiny novonoin-dreniny ity. Nofonosina lamba fotsy ilay zazakely vao natsofoka tao anaty selofanina vao natsipy tao anaty tatatra. Araka ny fitantaran’ireo olona teny an-toerana, olona mpanadio tatatra no nahita ilay selofanina nitsingevana teo ambony rano maloto. Nojereny ilay selofanina ka fatin-jazakely mbola nihosin-dra miaraka amin’ny tadim-potrany no hitany. Nitangorona vetivety avy hatrany ny olona nahita ilay fatin-jazakely. Efa mangana ny lohany sy ny vatany raha ny fahitana azy.

Tonga teny an-toerana nijery ity fatin-jazakely ity ny tompon’andraikitra teo anivon’ny fokontany, saingy tsy mbola fantatra kosa hoe iza ny reniny ka nahavanon-doza izao fihetsika feno habibiana tamin’ity menaky ny ainy ity izao. Mety teo amin’ny iray andro na roa andro teo ho eo ny nanariana ity zazamenavava hita faty tao anaty tatatra ity, araka ny tombatomban’ny olona izay nahita izany.

Aiza ny fiarovana ny zon’ny ankizy manoloana ny fihetsika mamoafady toy izao? Vao avy nankalaza ny andron’ny ankizy rahateo isika nandritra iny volana jona lasa iny. Nohirahiraina hatrany ny fiarovana ny zon’ny ankizy indrindra ny herisetra mianjady amin’ny ankizikely nefa izao ny anaovana ny zazakely. Tokony homena ny sazy faran’izay henjana ny olona mahavita manao herisetra feno habibiana amin’ny zazakely toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Fitsarana : hatsangana ny trano fitehirizana antontan-taratasy

Nampahafantarina ny alatsinainy teo ny fananganana ny trano vaovao etsy amin’ny tribonaly ambaratonga voalohany etsy Anosy. Mitentina 261 tapitrisa Ar ny tetibidin’ny fanamboarana izay ahitana rihana roa. Kasaina hovitaina amin’ny volana oktobra izao ny asa.

Natao ho an’ny sampandraharaha misahana ny antontan-taratasy momba ny sora-piankohonana ny farany ambany indrindra. Natokana ho fitehirizana ireo antontan-taratasin’ny fitsarana ambaratonga voalohany kosa ny rihana voalohany ary ho an’ny fitsarana ambony ny rihana faharoa.

Natao hamahana olana eo amin’ny fitehirizana antontan-taratasy eny anivon’ny fitsarana ity trano ity. Hisy ihany koa ny fampidirana ny rejisitra ao anaty solosaina mba hanamorana ny fomba fiasa sy hanaraka ny fenitra iraisam-pirenena.

Tanjona ny hanafainganana ny raharaham-pitsarana sy ny fikirakirana ny taratasy, raha ny fanazavana hatrany.

Tokony hisy eny anivon’ny fitsarana, ny rejisitra nahaterahana, ny fahafatesana, ny fananganan-jaza ary ny mariazy. Hahafahana manara-maso raha nisy hosoka nataon’ny olona iray tany ho any izany.

Anisan’ny tena ahitana olana matetika sy hosoka ny fikarakarana taratasy fandovana. Mampitarazoka ny asa anefa matetika io tsy fahatomombanan’ny tahirin’ny antontan-taratasy io.

Rehefa vita io fanavaozana ny trano io, tokony ho vita ao anatin’ny iray andro ny fikarakarana ny antontan-taratasy ka tsy hiandry iray volana toy ny amin’izao fotoana intsony raha ny fanazavan’ny lehiben’ny mpirakidraharaha,  Herinatrehana Inham Ella.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ankatso II : mpianatra 20 hiakatra Codis

 Nihetsika ny mpianatra monina eny amin’ny tranon’ny mpianatra vao naorina eny Ankatso II, omaly maraina. Nahazo taratasy fiantsoana hiakatra « Conseil de discipline » ny mpianatra 20 mipetraka ao amin’io trano vaovao io, araka ny vaovao nampitain’ny solontenan’izy ireo omaly teny an-toerana. Naneho ny hatezerany ireo nahazo ny taratasy fiantsoana satria tsy fantatra ny anton’ny fampiantsoana azy ireo. Voaray ny alakamisy sy zoma lasa teo ny taratasy hiatrika Codis eny amin’ny biraon’ny fiadidiana ny oniversite, rahampitso tolakandro. Nangataka fanazavana teny anivon’ny fiadidiana ny oniversite ny mpianatra voakasika. Voalazan’ny tomponandraikitra fa ny CrouA no nitory azy ireo. Rehefa nanatona teny amin’ny CrouA anefa ny mpianatra, nambaran’ny mpiasan’ny CrouA fa tsy mahalala velively izany izy ireo.

Mangataka ny hanafoanana izany fampiantsoana izany ny mpianatra rehetra monina ao amin’ny trano vaovao Ankatso II. Ao anatin’ny vanim-potoana fanaovana fanadinana ny sasany amin’ireo mpianatra ka manakorontana ny fampiantsoana tahaka izao. Misy filohan’ny fikambanan’ny mpianatra avy any amin’ny faritra voakasika ao anatin’ny raharaha.

Sambany nisy fiantsoana tahaka izao teny amin’ny oniversite ary nanambara ireo voakasika fa tsy hilamina ny hetsika raha tsy mazava ny resaka rehetra ka foanana ilay fampiantsoana. 20 ireo nahazo taratasy fa mbola misy lisitra hafa hanaraka eo, hoy ny fanamarihan’izy ireo ihany. Hirohotra hamonjy ny fampiantsoana rahampitso hariva, avokoa ny mpianatra rehetra ho fanohanana ny namany voaantso hiatrika ny Codis.

 

Nisy namaky ny varavaran’ny intendance-n’ny oniversite 

Nanazava kosa ny talen’ny CrouA, Andriamihajaniaina Samson, fa tsy maintsy miakatra Codis ny mpianatra 17 avy any amin’ny oniversite sy telo hafa avy eny amin’ny politeknika rahampitso. Ny tomponandraikitry ny fiadidiana ny oniversite mihitsy no nangataka ny anaran’ny mpianatra mpanakorontana  fa hampiantsoina izy ireo. Omaly, voalaza fa mbola nisy namaky ny varavaran’ny intendance-n’ny oniversite.

Misy amin’ireo koa, indraindray, miady any amin’ny fokontany misy azy avy. Manao andiany manakorontana mihitsy, toy izay nitranga tany Antsahamamy vao tsy ho ela akory”, hoy ny fanamarihan’ity tomponandraikitra ity ihany. Mety hisy fiantraikany amin ny filaminana eny amin ny oniversite izany satria ireny olona korontaniny ireny mety hamaly faty koa avy eo.

Ny fiakarana Codis mety hitarika hatramin ny fanafoanana ny diplaoma na fandroahana ny mpianatra voakasika.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Agents communautaires : les cibles snobent nos interventions

Malgré les sensibilisations, certaines localités et régions n’accordent toujours pas d’intérêt à la présence des agents communautaires intervenant dans plusieurs domaines, notamment la santé. Vero R., une femme agent communal de nutrition (ACN) dans le Fokontany d’ Isada à Fianarantsoa I, témoigne.

*Les Nouvelles : Comment êtes-vous devenue un ACN ?

– Vero R. : Dès mon enfance, à l’église et à l’école, on m’a toujours enseigné à prendre des  initiatives lorsqu’il s’agit de faire quelque chose. Une fois que l’Office régional de nutrition (ORN) est venu dans mon quartier pour recruter des ACN, j’ai sauté sur l’occasion pour déposer ma candidature. Bien m’en a pris, car après un test écrit et des interviews, je faisais partie des recrutés. Après quelques mois de formation et de stage pratique encadrés par des animateurs, on m’a délivré le certificat d’ACN.

* Comment ont été vos débuts ?

– En un mot cela a été difficile, malgré le stage pratique. Trop occupés à subvenir à leurs besoins quotidiens, les gens de mon quartier se défilent dès qu’ ils nous voient de loin. Les habitants d’Isada sont composés en grande partie de familles nécessiteuses et les mères de famille, qui sont essentiellement nos cibles, pratiquent des petits métiers à l’instar d’une lessiveuse ou marchande de légumes et de brèdes. Des activités à revenu journalier qui est le garant du repas quotidien de la famille.

*Face à cette situation, comment avez-vous réagi ?

– En changeant de stratégie. Comme il s’agit d’une lutte contre la malnutrition, nous nous amenons avec de la nourriture qui a été achetée sur l’argent que l’ORN nous a donné, justement pour faire la démonstration d’un repas nutritionnel. C’est à partir de ce repas offert gratuitement que nous avons réussi à nouer le contact avec nos premières cibles. La sensibilisation se réalise durant la cuisson. Toutefois, conditionnées par ce repas gratuit, des mères de famille filent à l’anglaise au début, une fois qu’on s’emmène les mains vides. Quelquefois, il nous a fallu payer de nos poches, jusqu’au moment où elles ont été convaincues de l’importance de nos interventions.

*Quels sont les résultats actuellement ?

– Grâce à cette stratégie, nous ne nous déplaçons plus dans les secteurs pour sensibiliser, sauf pour le suivi des activités effectuées précédemment. Actuellement, je peux affirmer que 90% de nos cibles rejoignent régulièrement le centre de nutrition de notre CSB.

Propos recueillis par Sera R

News Mada0 partages

Déstabilisation a l’université : vingt étudiants convoqués en Codis

Un groupe d’une vingtaine d’étudiants demeurant aux cités universitaires d’Ankatso et de Vontovorona qui sèment le trouble dans les fokontany environnants sont convoqués en Conseil de discipline (Codis). Demain, ces derniers devront faire face aux responsables de la présidence de l’université d’ Antananarivo, qui comptent appliquer des sanctions exemplaires à ces étudiants récidivistes.

«Celles-ci peuvent aller jusqu’au retrait des diplômes ou encore le renvoi, comme c’est le cas auparavant», selon les explications du directeur du Centre régional d’œuvre universitaire (Croua), Samson Andrianihajaniaina. Ce dernier d’ajouter que, «L’initiative venait de l’université d’ Antananarivo, qui nous a demandé la liste des étudiants auteurs de troubles dans les cités universitaires et les localités avoisinantes en vue de mettre fin à cette situation, qui risque de porter atteinte à la sécurité de l’université elle-même ». Toujours est-il que le groupe d’étudiants  concerné sème la bagarre dans les fokontany, comme c’est le cas récemment à Antsahamamy.

Les étudiants en grève

Pas plus tard qu’hier, ces mêmes étudiants, accompagnés de leurs collègues, ont détruit la porte de l’intendance de l’université pour protester contre cette disposition lors d’une descente dans la rue, en partant des nouveaux bâtiments du Cité Ankatso II jusqu’à l’esplanade. Après, ces derniers ont manifesté devant le rectorat de l’université pour demander aux responsables d’annuler ce Codis qui implique l’un des présidents des associations régionales des étudiants au sein du cité universitaire.

Les grévistes comptent intensifier leur mouvement s’ils n’obtiennent pas gain de cause, selon l’un d’entre eux, joint au téléphone, qui a requis l’anonymat. D’ailleurs, leurs collègues entendent venir en masse à Ankatso demain pour les soutenir.

Fahranarison

News Mada0 partages

MEN : certificat de reconnaissance à l’AFT

Après avoir dispensé une formation aux formateurs au niveau des quatre directions de la direction générale de l’Enseignement secondaire et de la formation de masse en matière de langue française, l’Alliance française de Tananarive a reçu un certificat de reconnaissance du ministère de l’Education nationale (Men)

Comme  la plupart des cours assurés dans le secondaire sont en français, cette formation entre dans le cadre de renforcement des compétences des proviseurs qui constituent un apport considérable pour les filières scientifiques dans le second cycle.

 «La maîtrise du français reste indéniablement un critère d’efficacité de l’enseignement et d’apprentissage au profit du système éducatif malgache», a souligné le directeur de l’ Encadrement et inspection pédagogique de l’enseignement secondaire.

«Ces certificats sont la preuve que les Alliances françaises, reconnues depuis 2012 comme une association d’utilité publique, jouent pleinement leur rôle d’auxiliaires des services de l’Etat en matière de promotion de l’éducation, de promotion de la culture et de la diversité culturelle ainsi que la promotion de la lecture publique», a mentionné le délégué général régional de la fondation Alliance française pour l’océan Indien.

Sera R

News Mada0 partages

Braquage à Moramanga : important coup de filet de la gendarmerie

Les éléments de la Compagnie territoriale de gendarmerie de Moramanga et de la Brigade de gendarmerie d’Amboasary ont réalisé une belle prouesse, lundi. Quelques heures seulement après le braquage du domicile d’un commerçant sis à Amboasary, ils ont mis la main sur les six présumés auteurs de l’acte.

Six suspects arrêtés et une partie du butin récupérée. C’est le résultat de l’intervention de la gendarmerie après ce braquage perpétré par des individus armés, à visage découvert dans la soirée de lundi.

Vers 19 h, six hommes ont fait irruption à l’intérieur. Les occupants de la maison affirmaient que certains des malfaiteurs étaient équipés d’armes de poing sauf qu’il leur était difficile de distinguer s’il s’agissait d’armes factices ou de vrais pistolets. Sous la menace des armes, la maisonnée n’a eu d’autre choix que de céder. En un rien de temps, 3 millions d’ariary, trois ordinateurs portables, deux lecteurs DVD, un poste radio avec lecteur carte, ainsi qu’une vingtaine de cartes mémoires, entre autres, ont changé de propriétaire.

Avant de quitter les lieux, les bandits leur ont intimé l’ordre de ne pas prévenir la gendarmerie sous peine de représailles. Par peur, les victimes n’ont alerté la gendarmerie que trois heures après le départ des assaillants. Sachant que les fugitifs ont obtenu une bonne longueur d’avance, les pandores ont alerté les unités environnantes pour un bouclage du périmètre. Les résultats ne se sont pas fait attendre.

Trahi par son comportement

Le lendemain vers 9 h, le contrôle d’un taxi-brousse sur l’axe Amboasary – Bembary a permis de confondre un individu qui a été trahi par son comportement suspect. Après une opération d’identification suivie d’une fouille de ses bagages, il s’est avéré qu’il fait partie de la bande.

Les gendarmes n’ont pas mis longtemps à lui tirer les vers du nez. Dans un aveu circonstancié, il a dénoncé ses complices. Selon ses explications, ils se sont partagé le butin après l’attaque. Il a également précisé que ses complices se sont enfuis en direction du nord. Grâce à ce renseignement, les gendarmes ont arrêté trois autres suspects à Andaingo. Les deux autres ont été

appréhendés respectivement à Andilanatoby et à Morarano Chrome entre 15 h 30 et

17 h 30.

Sur chacun des braqueurs, les gendarmes ont découvert près de 190.000 ariary, des amulettes, ainsi qu’une partie des objets volés chez le commerçant.

L’on sait que d’autres membres de cette bande circulent toujours dans la nature. Les recherches en vue de les retrouver se poursuivent.

Mparany

 

News Mada0 partages

Les enfants du levant : les derniers préparatifs vont bon train

Un événement tout aussi ludique, éducatif que culturel, les deux représentations successives de l’opéra « Les enfants du Levant », ce week-end, réserve des surprises pétillantes.

Un spectacle en un seul acte par les jeunes et pour le jeune public, «Les enfants du Levant» réunira sur un même plateau une distribution multidisciplinaire constituée de deux chanteurs solistes, un chœur d’une vingtaine d’enfants, une dizaine de comédiens et un orchestre de chambre composé de douze musiciens durant une heure et demie.

Révolution industrielle

Cet opéra est un témoignage au nom de l’humanité au sein d’une République, la France du milieu XIXe siècle, qui envoyait ses enfants au bagne. En effet, la France était alors en pleine révolution industrielle et de nombreux enfants attirés par la ville, souvent non scolarisés, abandonnés ou orphelins pour la plupart, erraient dans les rues de la capitale ou des grandes villes. Ils commettaient de petits larcins pour se nourrir. Arrêtés et emprisonnés, la force publique préférait surcharger les prisons de ces «petits êtres encombrants» pour ne pas gêner la bourgeoisie. Un cas précis qui reflète bien la situation de la plupart des enfants à Madagascar.

«Effectuant un court séjour au pays il y à quelques années de cela, je ne pouvais pas supporter le fait de voir tant d’enfants dans les rues. Je m’étais promis de revenir et de faire quelque chose pour eux. C’est alors que j’ai proposé un ouvrage à Laka qui parle justement du droit d’enfants», a fait savoir François Bagur, le metteur en scène en parlant de la genèse de cet ambitieux projet.

Les derniers préparatifs avancent bon train, à quelques jours de la tenue de l’opéra, les comédiens trépignent d’impatience à l’idée de monter sur les planches de l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely. Le rendez-vous  sera fixé vendredi à 19 heures tapantes et samedi à 15 heures 30 précises.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Ravalomanana Marc : « Tsy hihemotra izahay ary hilamina…”

Hankalazainay am-pilaminana sy am-pahamendrehana ny faha-15 taon’ny Tim. Sanatria ny hitarika korontana na ady fa hitondra fandriampahalemana”, hoy izy tetsy Analakely, omaly. Nambarany fa efa nahazo fahazoan-dalana izy ireo, saingy tratry ny teritery tany ny OMC sy ny prefektiora ka niova hevitra. “Tsy fanao izany sady tsy mety satria efa lasa lavitra izahay amin’ny fikarakarana. Tsy hihemotra intsony fa hiroso”, hoy ihany izy. Nambarany  koa fa hiantoka filaminana izy ireo ary hafa ny taloha ka hiditra amin’izany fifandonana izany.  “Afaka miara-miasa amin’ny mpitandro filaminana, hanodidina an’i Mahamasina toy ny natao tamin’ny 26 jona ary mifampiresaka. Ka ndao koa hitandro filaminana amin’io asabotsy 8 jolay io… Raha misy angom-baovao ananany any, aty aminay koa mba misy”, hoy ny mpanorina ny Tim.

Nanambara kosa ny prefet, ny Jly Ravelonarivo Angelo fa aleo mailo “Aleo sorohina ny mety hisehoan’ny korontana, aorian’ny hetsika”, hoy izy. Nanteriny fa tsy tara izany fepetra izany satria efa taty aoriana vao azo ny angom-baovaoa amin’ny mety hisehoan’ny fanararaotana.

Araka izany, mbola manana telo andro ny andaniny sy ankilany…

Synèse R.

News Mada0 partages

Lutte contre la corruption : le Bianco met l’Etat face à ses responsabilités

En termes de bilan, 2016 a été une année contrastée pour le Bianco en matière de lutte contre la corruption. Le rapport d’activité présenté hier à Ambohibao témoigne que bien des étapes ont été accomplies, mais le combat est loin d’être gagné. L’absence de volonté politique relative à l’application au sens strict de la loi reposant à la fois sur l’indépendance et l’impartialité du système judiciaire, le manque de synergie entre les entités engagées entravent la lutte contre la corruption.

Le Plan de mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption a été élaboré en 2016. Mais la même année, selon l’Indice de perception de la corruption (IPC), Madagascar a chuté de 22 places dans le classement mondial, passant de 28/100 en 2015 à 26/100. Normalement, suite à l’adoption des réformes législatives, des avancées considérables devaient être constatées mais dans la Grande île, l’application et le respect au sens strict de la loi restent un vain mot.

Les chiffres et la tension palpable entre le Bianco et la Justice sur l’affaire Claudine Razaimamonjy en témoignent. Le Bianco a bel et bien déclaré la guerre contre la corruption.  En 2016, le Bianco a reçu 2673 doléances dont 628 anonymes et 2045 individualisées. Les doléances les plus fréquentes concernent les collectivités décentralisées, la gendarmerie, le secteur de l’éducation et le secteur foncier dont le domaine et la topographie.

La même année, le Bianco a poursuivi 521 personnes dont 157 ont fait l’objet d’arrestation et 26 ont été mises en détention préventive. 131 personnes ont bénéficié d’une  liberté provisoire.

Défaillances

Seulement 4616 personnes sur les 10 046 soumises à la déclaration de patrimoine se sont pliées à leur obligation. Et, d’après le Bianco, ce chiffre a connu une baisse par rapport à l’année précédente. Plusieurs départements ministériels souvent pointés du doigt par l’opinion publique en matière de corruption ont signé des conventions facilitant la mise en œuvre du plan d’action de la lutte contre la corruption en leur sein, mais force est de constater que cela n’a pas été concrétisé par des actes.

«L’application stricte de la loi et l’exécution effective des décisions au niveau des juridictions constituent en effet les critères primordiaux d’efficacit? de la lutte contre la corruption» a mentionné Jean Louis Andriamifidy, le directeur général du bureau indépendant anti-corruption (Bianco) dans son discours. A ce sujet, ce dernier a relevé des failles, notamment le manque de synergie entre le Bianco et la Chaîne pénale anti-corruption en 2016. L’homme fort du Bianco a aussi ajouté que «Beaucoup d’effort reste à faire, notamment dans le cadre du volet de l’application de la loi qui repose à la fois sur l’indépendance et l’impartialit? du système judiciaire».

Recommandations

«Le temps n’est plus aux discours, le temps est à l’action. Nous devons être organisé et coordonnés par un Etat fort et engagé», a continué le directeur général du Bianco. Ce dernier entend raffermir ses actions pour le compte de l’année 2017, mais sans l’engagement réel de l’Etat, la lutte serait perdue d’avance.

La liste est longue, mais en un mot, l’Etat est de nouveau interpellé à prendre ses responsabilités. A ce sujet, le Bianco recommande à l’Etat «La mise en place d’une agence de recouvrement des avoirs frauduleux pour assurer le financement de la lutte contre la corruption et un retour à l’investissement pour un programme parfois jugé, à tort, budgétivore». Ainsi que «L’adoption des textes d’application  de la Loi n°2016-020 du 22 août 2016  sur l’approche sectorielle de la lutte contre la corruption…»

Le manque criard de  volonté politique handicape lourdement la lutte acharnée. C’est pourquoi, selon le Bianco, dans le but d’éradiquer l’impunité, l’Etat doit renforcer la répression et sanction des faits de corruption au regard de la nouvelle loi en vigueur. Il appartient également à l’Etat d’entreprendre plus d’efforts pour vulgariser les textes «en respect du principe selon lequel nul n’est censé ignorer la loi». Les autorités étatiques doivent aussi s’assurer que les recommandations émises par les organes de contrôle soient prises en considération pour la résolution des dysfonctionnements des services publics. Les parlementaires doivent s’impliquer dans la lutte contre la corruption à travers l’adoption de lois et textes utiles à la réussite du programme.

«La moindre inaction, le moindre immobilisme est mis au crédit de l’absence de volonté de l’Etat», a conclu le directeur général du Bianco qui n’a manqué de demander au régime «de montrer son leadership et sa ténacité dans ce programme».

Nadia

 

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Taomina ny vahoaka tsy hanaiky intsony ny fitondrana »

 Hiroso amin’ny dingana manaraka. Nihaona tamin’ny mpanao gazety, tetsy Andravoahangy Ambony, omaly ny eo anivon’ny Herin’ny fanovana. Nambaran’izy ireo fa tonga amin’ny fotoana hihetsehana amin’izay izy ireo izao.

 

« Amin’izao fiandohan’ny volana jolay izao, hiroso ny DFP sy ny Herin’ny fanovana hitaona ny vahoaka malagasy tsy hanaiky intsony izao fitondrana izao, na inona na inona hiafarany. Tsy hiandry ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana hiova, na ny feon’ny fieritreretany, na ny depiote, na… « .

Io no nambaran’ny mpitondra tenin’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly, nanazava ny firosoan’ny Herin’ny fanovana amin’ny  fanentanana sy fitaomana ny vahoaka tsy hanaiky intsony ny fitondrana handehanana amin’ny fanovana.

« Handray andraikitra izahay hiantso ny vahoaka malagasy tsy hanaiky intsony izao fampahoriana izao. Hitety faritany sy hanao hetsika manerana an’i Madagasikara izahay hitaona ny olona hijoro », hoy izy.

Efa tapitra ny fe-potoana napetraky ny Herin’ny fanovana, faran’ny volana jona, ho fanentanana ny rehetra ary fandaminana ireo hery rehetra miara-dia amin’ny Herin’ny fanovana.

Samy manao izay tandrify azy ny hery velona rehetra

 Fantatra fa tao anatin’ny roa na telo taona izay, maro ireo hery politika isan-karazany manohitra ny fitondrana amin’ny fomba rehetra. Misy te hidina an-dalambe, misy mikononkonona zavatra maro isan-karazany, araka ny fanazavany.

Mankahery ireny hery politika rehetra ireny ny Herin’ny fanovana. Na sendikà izany, na vondrona politika, na firaisamonina sivily… Tsy manakivy amin’izay ezak’izy ireo koa, fa mandrisika araka izay manandrify ny tsirairay amin’ny sehatra misy azy avy.

« Tsy malahelo izahay raha tsy mitambatra aminay izy ireo, ary tsy tokony halahelo koa izy ireo raha tsy miaraka aminy izahay », hoy ihany izy. Samy manana ny maha izy azy sy ny fomba itondrany ny raharaha. Ny tanjona: samy miara-manaiky fa tsy mety intsony izao fitondrana izao, ka tsy maintsy hatsahatra.

R.Nd.

News Mada0 partages

Violation du secret de l’instruction : le Bianco à la recherche du coupable

Après la publication sur les réseaux sociaux et dans les médias d’une conversation téléphonique «houleuse» entre un agent du bureau indépendant anti-corruption (Bianco) et Claudine Razaimamonjy, cette affaire continue plus que jamais à défrayer la chronique. Le Bianco ouvre une enquête.

Le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy, a enfin donné une version officielle relative à cette conversation téléphonique qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps.

«Oui, cette conversation a été effectuée par un de nos agents. Mais elle s’est déroulée bien avant l’arrestation de Claudine Razaimamonjy, au tout début de l’enquête sur Ambohimahamasina. L’interpellée n’a pas répondu à la convocation de notre bureau et un de nos agents a tenté de la raisonner par téléphone de venir de son propre gré à nos bureaux. Cette conversation reste une pièce à conviction qui est archivée chez nous mais qui a en même temps été remise à la justice. Ce que je peux vous dire, c’est que cette fuite émane soit d’une personne au sein du Bianco, soit au sein de la justice. Il s’agit d’individu et non d’entité», a expliqué le DG du Bianco au cours de la cérémonie de présentation du bilan d’activité du Bianco, hier à Ambohibao.

Selon le premier responsable de cette instance de lutte contre la corruption, une enquête est en cours pour déterminer la source de cette fuite, car c’en est une. En effet, le Bianco est régi par la loi 2016-020 sur la lutte contre la corruption. Et l’article 55 alinéa 1 de cette loi stipule clairement que «Tout le personnel du bureau indépendant anti-corruption et de ses branches territoriales sont tenus de préserver la confidentialité et le secret relatifs au fonctionnement interne et aux enquêtes préliminaires menées par le bureau».

Emprisonnement et amende

«Si jamais il s’avère que cette fuite provient de l’interne, le coupable écopera d’une sanction sévère comme le prévoit la loi», a fait savoir le DG du Bianco. En effet, ce même article prévoit que «Tout membre du bureau indépendant anti-corruption et de ses branches territoriales qui aura révélé tout ou partie de ces informations confidentielles ou de ces secrets sera puni d’une peine d’emprisonnement de cinq à dix ans et d’une amende de 1 million  à 20 millions d’ariary».

Ferme

Le Bianco est actuellement en quête de crédibilité, de légitimité et de confiance envers le peuple. «Cette histoire remet en cause notre crédibilité et nous n’allons pas en rester là. Nous demandons également aux journalistes de respecter le code qui régit la communication au pays ainsi que l’éthique et la déontologie», a conclu le DG du Bianco, Jean Louis Andriamifidy.

Nadia

 

News Mada0 partages

Recevabilité : dialogue entre députés et société civile

Dans le cadre de son appui à l’Assemblée nationale sur le renforcement des capacités des députés, l’Institut électoral pour une démocratie durable (Eisa) a organisé depuis hier à Toliara un dialogue social entre les membres de la société civile et les parlementaires. L’objectif étant d’améliorer les relations entre les citoyens et les députés de la région Atsimo Andrefana, d’autant plus que ces derniers doivent respecter l’obligation de redevabilité envers leurs électeurs.

Le dialogue se terminera ce jour où chacun s’attend à des résultats positifs entre les élus et les citoyens. Le dialogue à ainsi été divisé en parties, notamment sur l’exposé des rôles des parlementaires, de la société civile ainsi que la responsabilité de chacun,  suivi par la suite d’un débat. Notons que le résultat des enquêtes de l’Afrobaromètre entre 2011 et 2013 affiche une proximité assez faible entre les parlementaires et les citoyens. Ces derniers estiment d’ailleurs que les parlementaires ne leur sont pas du tout redevables.

T.N

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Hanamarika ny faherintaona nandaniana ilay volavolan-dalàna momba ny serasera, izay toherin’ny mpanao gazety ny Hetsika ho falalahana maneho hevitra (MLE) ny zoma 7 jolay izao.

 Hisy ny diabe am-pahanginana Miainga eny Fiangonana Jesosy Mamonjy Ankorondrano mihazo ny tsangambaton’ny holafitry ny mpanao gazety Analakely, ka hanao akanjo fotsy sy hitampim-bava daholo ny rehetra amin’io. Efa nisy ny lalàna niaraha-nidinika tamin’ny PNUD, izay nahitana ny solontenan’ny mpanao gazety, ka takiana ny fampiharana izany fa tsy ilay lalàna ambara ho sadasada no terena hekena. Hanatevin-daharana ny mpanao gazety ny Valaben'ny Sendikan'ny Malagasy (SSM), izay ahitana sendika maro.

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny filoha nasionalin’ny antoko MFM, Manandafy Rakotonirina, ary nanolo-kevitra ny amin’ny hanatanterahana ny fitsapan-kevi-bahoaka mikasika ny lalam-panorenana mialoha ny hahataperan’ny fe-potoam-piasan’ny Filohan’ny Repoblika. Izany dia mba hialana amin’ny korontana raha araka ny fanampim-panazavana avy aminy.

Antsasamanila maherin’ny oloom-boafidy sy ny olom-panjakana no tsy nahavita ny fanambaram-pananana, raha araka ny fanazavan’ny Bianco. Raha ny fanampim-panazavana dia 74% ny tahan’ny tsy mbola nahavita an’izany. Matahotra ny manambara ny fananany ireo olona ambony satria azo hatao amin’izay ny manara-maso ny fivoaran’ny harenany aorian’izay.

Ny 30 jona teo no nahazo alalana hanatanteraka ny fankalazana ny faha-15 taonany etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny antoko Tiako I Madagasikara (TIM), 3 andro monja taorian’izay anefa dia nofoanan’ny prefektioran’Antananarivo sahady ny alalana ary tsy niverina amin’ny fanapahan-keviny hatramin’izao ity rafitra ity. Inona no mora sy maha tandroka aron’ny vozona ny mpitandro ny filaminana ? Ny mifehy ny vahoaka tsy hihoa-pefy anatina fety am-pilaminana sa ny hampijaly vahoaka amin’ny etona mandatsa-dranomaso ?

Taorian’i Matsiatra ambony sy Amoron’i Mania dia i Vakinankaratra indray no nanohizan-dry zareo avy eo anivon’ny Amis de la croix ny hetsika Laretiretin’ny mpanao politika. Tontosa tao Antsirabe izany ny alahady teo ary tanjona moa, hoy ny fanazavana, ny hahatonga saina ireo mpanao politika sy hifantohany amin’ny raharaham-pirenena. Hitohy eto Antanarivo kosa ny hetsika amin’ity herinandro ity.

Ny 92%-n’ireo olom-panjakana avy amin’ny fahefana mpanatanteraka sy fahefana mpanao lalàna no efa nahavita fanambaram-pananana eny anivon’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana. 61%n’ireo olom-boafidy sy olom-boatendry avy amin’ny vondrom-paritra kosa no nahatontosa izany eny anivon’ny Bianco, araka ny tarehi-marika farany navoakan’ity rafitra ity.

Mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana ny lalàna 201-009 mikasika ny tetibolam-panjakana nasiam-panitsiana 2017, hoy ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana araka ny fanambarana nivoaka ny 3 jolay 2017. Fanamarihana nataon’ny HCC ao amin’ny andininy voalohany kosa ny maha mpisehatra goavana ireo parlemantera eo amin’ny fitsikerana sy fanaraha-maso mandritra ny fandinihana sy fandaniana ny volavolan-dalàna mandalo eo anatrehan’izy ireo.

Tafiditra tao anatin’ireo firenena 100 voalohany amin’ny fiadiana ny kolikoly hatrany i Madagasikara ny taona 2002 hatramin’ny taona 2009. Niaka-nidina teo anelanelan’ny laharana faha-100 hatramin’ny faha-145 kosa ny taona 2010 hatramin’ny taona 2016, araka ny IPC (Indice de Perception de la Corruption) notontosain’ny Transparency International.

Toa tsy hita mihitsy ny akon’ilay hoe fampitomboana isa an’ireo mpitandro ny filaminana eto Iarivo izay nambara fa mahatratra hatrany amin’ny 1000 isa any ankehitriny raha tarafina amin’ny amboteazy vao maraina amin’ny 6 ora mandra-pahariva ny andro miseho eny amin’iny faritry ny garan’ny Soanierana iny. Angamba tena tsy misy fanaraha-maso mihitsy ny fandrindrana fifamoivoizana eny amin’ny toby fasan’ny karana eny amin’izao andro fialantsasatra izao.

Mirongatra ny andiam-boalavo mpandrava voly ao Miandrivazo sy Menabe ao amin’izao fotoana izao, raha ny fitarainan’ireo tantsaha ao an-toerana. Efa fongana ny vary ary manomboka mandrava ny tsaramaso sy ny mangahazo indray ireto voalavobe mitovy habe amin’ny bitro voalavo ireto. Raha mavokatra 60 taonina amin’ny tsaramaso isan-taona ireo tantsaha dia ahiana hihena be izany ato ho ato noho ity tranga ity, hoy ireo tantsaha.

Nanomboka ny alahady teo no ho mankaty dia nisesy voasambotra ireo jiolahy enin-dahy nandroba tao amin’iny faritr’i Moramanga iny. Ny alahady tamin’ny 9 ora maraina teo Ambatondrazaka no tra-tehaky ny vela-pandriky ny mpitandro filaminana tao anaty fiara tsy mataho-dalana, raha ny fampitam-baovao, ny 3 lahy ary nahitana lelavola 118.000 ariary isany avy miaraka tamin’ny entana vitsivitsy tany amin’izy ireo. Teo Andaingo kosa no tratra ny faha-4, teo Andilanantoby ny faha 5 ary Andilamena ny faha 6.

Voasambotra teny Andohatapenaka I Charlie Ralaiarisoa, mpisoloky ho mpiasan’ny ladoany gaigilahy izay efa nihidy am-ponja 18 volana ary tafatsoaka ny taona 2014. Mbola nanohy ny asa ratsiny moa ingahirainy 27 taona ity talohan’izao izy tra-tehaka izao indray.

TOEKARENA

Mitaky fandraisana andraikitry ny fanjakana manoloana ny firongatry ny asan-jiolahy mikendry ireo lehibena orinasa sy mpandraharaha ara-toekarena vahiny sy tompon-tany ny vondron’ny sehatra tsy miankina. Miandry asa azo tsapain-tanana amin’ny fiarovana olona sy ny fananany moa ireto farany.

Miisa 1.300 ankehitriny ny mpiasan’ny fadin-tseranana eto Madagasikara. Handray ny asany avy hatrany moa ireo mpiasa 218 vaovao afaka tamin’ny fifaninana fidirana ho mpiasam-bahoaka farany teo aorian’ny fampiofanana mandritra ny 3 volana. Hisantatra ny fanavaozana tiana hotontosaina hatramin’ny taona 2018 izy ireo, hoy ny tale jeneralin’ny ladoany Eric Narivony Rabenja.

Nivoaka indray ny filaharana «Doing Business 2017» notontosain’ny vondron’ny Banky iraisampirenena. Nahazo toerana 13 i Madagasikara eo amin’ny lafiny fandraharahana, araka ity taitra ity. Lasa laharana faha-113 ny firenena Malagasy raha nitana ny toerana faha-126 tamin’ny taon-dasa.

Nivoitra ny fananganana orinasa nandritra ny enim-bolana voalohan’ny taona 2017 hoan’ny faritra Analamanga, hoy ny EDBM (Economic Development Board of Madagascar). Niisa 652 ireo orinasa niorina ny volana janoary hatramin’ny volana jiona 2017. 560 kosa izy ireo tamin’ny enim-bolana faran’ny taona 2016.

Miakatra indray ny vidin’ny siramamy sy ny lafarinina eto Antananarivo sy ny manodidina. Tsy hita firy eny an-tsena ihany koa ny lafarinina. Antony mahatonga izany ny fitokonana nataon’ny mpiasan’ny fadin-tseranana, araka ny fanazavan’ireo mpivarotra ao Anosibe sy Andravoahangy.

Nitentina 4 miliara ariary ny tetibolan’ny Birao mahaleotena iadiana amin’ny kolikoly ny taona 2016. Nahatratra 4.681.291.930,99 ariary kosa ny fandaniana nandritra io taona io. Ambim-bava tsy niasa tamin’ny taona 2015 no namenoana izany, hoy ny Bianco.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Tratra tany Andaingo ilay lehilahy nanapaka filahian-jaza miisa 2 tany Ambatondrazaka. Saika hanaovana sorona mba hahazoana vatosoa ireo filahiahina, raha ny fanadihadiana. Tsiahivina fa maty ny iray tamin'izy ireo fa ny iray 16 taona kosa mbola manaraka fitsaboana amin'izao fotoana izao.

SOSIALY

Nifarana ny faran’ny 30 jona teo, rehefa naharitra 2 volana, ilay tetikasa « Informatique pour tous » nokarakarain’ny Ong Ny Sahy  izay nampiofanana mpianatry ny CEG Antanetibe Ilafy niisa 118 ka ny 75 tamin’ireo no tojo hatramin’ny farany ary notolorana sertifika tao amin’ny biraon’ity Ong ity. Ny  Fondation telma no namatsy vola ny hetsika ary ny manam-pahaizan’ny Microsoft eto Madagasikara sy ny Ong Ny Sahy no tompo-mariky ny fampiofanana

Tsy anjaran’ny filoham-pirenena, hoy ny avy eo anivon’ny sehatra iombonana ho an’ny fananan-tany (SIF) ny miaro ny orinasa tsy miankina hanao fitrandrahana eto amintsika. fotoana izao, hoy izy ireo, tokony hidinan’ny filoham-pirenena any Soamahamanina hijery ny zava-misy any ifotony.

Mirongatra be ny voalavo mpanimba voly any amin’ny distrikan’i Miandrivazo, faritra Menabe. Mikaikaika tanteraka ireo  tantsaha mpamokatra  any an-toerana noho izany koa manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana. Ny vokatra toy ny tsaramaso no tena mahita faisana amin’izany izay marihina fa lanin’ireo voalavo sasaka eny an-tsaha mihitsy.

Mihamitontongana hatrany ny fanajana ny zon’olombelona eto amintsika raha araka ny fanazavan-dRamatoa Rafolisisoa tompon’andraikitra eo anivon’ny fikambanana iray miaro ny zon’olombelona eto amintsika. Manaporofo izany ny fisian’ny fitsaram-bahoaka etsy sy eroa, ny tsy fisian’ny fandriampahalemana izay saika arahina vono olona hatrany….Tokony hampieritreritra ny mpitondra ankehitriny izany tranga rehetra izany, hoy hatrany izy.

Niaiky ihany ireo mpivarotra fiara efa niasa nafindran’ny kaominina Antananarivo renivohitra  toerana etsy Antanimbarinandriana fa mety amin’izy ireo io toerana io. Betsaka amin’ireo mpividy mantsy no  efa voasarika sahady hanatona ity toerana iray ity raha nahatsiaro  sahirana izy ireo teo aloha noho ny  fizarazaran’ny toerana nisy ireto mpivarotra ireto. Nanjary nadio ihany koa ny eny amin’ny manodidina raha araka ny fantatra hatrany ka nankasitrahan’ny mponina.

Afaka manome antoka ny filana ara-bary eto amintsika amin’ny taona ity sy ny 6 volana voalohany amin’ny taona 2018, hoy ny minisitry ny varotra, Tazafy Armand, ny vary 200 taonina nohafaran’ireo mpandraharaha tany an-dafy. 390 dolara moa ny taonina ary efa nanome toky ireo mpandraharaha fa tsy haka tombony afa-tsy 4%, hoy ny fanazavana.

Ny fametrahana banky ho an’ny fampandrosoana, hoy ny avy eo anivon’ny Fivmpama no antoka ahafahana mamaha ny olan’ny mpandraharaha eto amintsika. Mila sarihana sy hampahafantarina ny tombontsoa amin’ny fidirana amin’ny sehatry ny ara-dalàna, hoy izy ireo, ireo tsy ao anatin’izany. Araka ny voalaza moa, dia 2 hetsy monja no ao anatin’izay sehatry ny ara-dalàna izay amin’izao fotoana raha toa ka 2 tapitrisa be izao no tsy ara-dalàna.

Nanao antso avo amin’ny prefektiora ao an-toerana ny ben’ny tanànan’i Bemanonga, Matavimanana Roberto, ny amin’ny tokony hanaovana fitsirihana (Audit) mikasika ny nandaniana ny vola famatsiana kaominina izay mitentina 1 miliara ariary ao amin’ny distrikan’I Morondava tamin’iny taon-dasa iny. Mila fantatry ny vahoaka izany, hoy izy, mialoha ny hampiasana ilay 1 miliara vaovao.

Nanapa-kevitra ny mpamokatra horonan-tsarimihetsika fa handray andraikitra avy hatrany manoloana ny fihetsika tsy maotina ao anatin’ireny clip gasy mandeha ireny. Tsy maintsy hasiana fetrany ireo fomba fandihizana sy ny fitondran-tena aseho an-tsary ao anatin’izany manomboka izao, hoy izy ireo.

FANDRIAMPAHALEMANA

Nirefotra ny basy etsy 67 ha saingy tsy ny jiolahy no nitifitra fa ny tompon-trano. Izay ihany koa ny fomba nampitsoaka ny olon-dratsy tamin’ny fikasan-dratsiny ny hitety ny trano teo amin’ny manodidina. Na izany aza, talohan’ny nipoahan’ny basy, dia mbola nisy tokantrano voaroba ihany. Lasa ny vola natao ambim-bava, ny solosaina ary ny finday maromaro. Ny alin’ny alatsinainy teo no nisian’ity fanafihana mitam-piadiana ity ary roalahy no tompon’antoka tamin’izany.

Lasa ny vato sarobidy izay natao tsara pirina tao anaty fiara. Gaga hatramin’ny tompon’ny fiara ny amin’ny fomba nahafantaran’ny jiolahy ny fisian’izany. Novakiana ny kodiarana ary novonoina ihany koa ny alika mba tsy hahenoana ny fanafihana. Mbola nahavita niditra tao amin’ilay tokantrano ireo olon-dratsy taorian’ny fanafihana ilay fiara. Raha ny fanazavan’ny polisy dia lasa tamin’izany ny fitaovana mora nobataina tao amin’ny salon.

 

Teratany karana miisa no telo no lasibatr’ireo jiolahy, ary samy nahazoan’izy ireo volabe avokoa. Taorian’ny fanafihana teratany karana mpivarotra ao Bazaribe Toliara nahazoan’ny jiolahy vola 7 tapitrisa Ariary, ny faha-8 jona lasa teo, dia teratany karana iray hafa indray no voatafika ny 24 jona tany Belitsake Toliara II, ka vola mitentina 12 tapitrisa Ariary no lasan’ireo jiolahy tamin’izany.

Ny 27 jona lasa teo, dia toeram-pivarotana firavaka iray lehibe izay tantanana teratany karana ao Bazaribe Toliara no voatafika, ka lasa tamin’izany ny firavaka mitentina 6 tapitrisa Ariary. “ Fanafihana efa nomanina ity nahazo ahy ity “, raha ny nambaran’ilay karana voatafika. Efa misy tratran’ny mpitandro filaminana ny sasany amin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana, izay miisa telo, raha mbola karohina fatratra hatao hazalambo kosa amin’izao ireo namany mbola any am-pandosirana.

FAMPIANARANA

Hentitra ny fanaraha-maso amin’ny fanokafana sekoly ao anatin’ny fari-piadidiam-pampianaran’Ambohidratrimo. Mitombo mantsy raha araka ny vaovao azo ireo olon-tsotra na mpandraharaha maniry ny hiditra amin’ity sehatra iray ity. Manoloana io tranga io dia miezaka ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany manara-maso izany. Anisan’ny fepetra vitsivitsy napetrany ny tsy tokony hisian’ny toeram-pivarotan-toaka manaiky ny sekoly, toerana hahafahan’ny saina mivelatra ihany koa no hananganana ny sekoly.

Roa herinandro aorian’ny fanadinana BEPC farafaharatsiny dia efa hivoaka ny valiny. Izany no fanazavana avy amin’ny minisiteran’ny fampianarana. Isaky ny taranja izay vita dia efa misy mpitsara vonona avy hatrany ary mifanindran-dalana amin’ny fanadinana izany. Entina rahateo hanamorana ny fampandrosoana ny fidirana manaraka izany.

FAHASALAMANA

Mirongatra ny aretina raboka any amin’ny Faritra Matsiatra Ambony. Olona an-jatony no efa lasibatr’izany, raha araka ny vaovao azo, vokatry ny tsy fahampian-tsakafo…Manoloana io tranga io dia tsy mitazam-potsiny ny ofisim-pirenena miady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Manao ezaka goavana izy ireo ankehitriny hahafahana miady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo any an-toerana, indrindra fa ireo voasokajy ho marefo.

Nahatratra 300 isa ireo tanora nanaiky nanolo-tena notiliana otrikaretina Vih/Sida tany amin’ny distrikan’i Manakara ny fiandohan’ny herinandro teo. Ezaka nataona fikambanana iray tany an-toerana izy io noho ny fahafantarana fa mahazo vahana ao Manakara ankehitriny ny aretina  firaisana azo avy amin’ny firaisana ara-nofo toy ny sifilisy, ny tety…

Nosokafan’ny Federasiona Malagasin’ny Basikety Baolina tetsy amin’ny ANS na ny Académie Nationale des Sports Ampefiloha, ny « stage de solidarité olympique » ho an’ireo mpanazatra ny taranja Basikety baolina eto amintsika. Ny manampahaizana manokan’ny  FIBA afrique sady « président du conseil des entraineurs de basket ball en Afrique », ilay Toniziana Habib Shérif no mitarika ny fiofanana .

Afaka hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany eo amin’ny taranja Boxe amateur izay hotontosaina any Hambourg any Allemagne amin’ny volana aogositra izao noho ny fahazoan’izy  ireo medaly alimo 2 teo amin’ny fiatrehany ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika andiany faha-18 teo amin’ity taranja ity izay notontosaina tany Congo-Brazaville ny 18 - 25   jona lasa teo, i Randria­narivelo Marco Jérôme  (-52kg) sy Andriamiarisoa Miora Tiana vehivavy (-48kg). Fantatra tamin’ny fotoana nahatongavan’izy ireo teny Ivato ny alakamisy 30 jona  teo fa hanatanteraka fiofanana any Alemaina herinandro vitsivitsy mialohan’ny  « Mondial boxe 2017 » izy mianadahy ireto. 

ARSIVA

Tsy manaraka ny fenitra iraisampirenena intsony ny trano fitahirizana ireo antontan-taratasy eo anivon’ny fitsarana Malagasy. Antony nananganana fotodrafitrasa vaovao eny Anosy hikirakirana ireo taratasim-pitsarana an-tapitrisany nanomboka ny taona 1902 hatramin’ny 2016. Mitentina 260 tapitrisa ariary mahery ny tetibola fanorenana. Hovitaina mialoha ny faran’ny taona 2017 kosa ny asa.

FOTODRAFITRASA

Manomboka  mihasimba ny lalam-pirenena faharoa mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina amin’izao fotoana izao. Betsaka tamin’ireo lalana vita tara no zary lasa feno lavadavaka nefa dia tsy misy mpanamboatra hatramin’izao.  Ireo zaza tsy ampy taona monina any amin’iny lalam-pirenena iny indray vokatr’izany no mandray andraikitra. Raha araka ny vaovao azo dia miasa andro aman’alina manampina ny lavadavaka izy ireo ka 2.000 Ar isan’andro isan’olona no vola azon’izy ireo amin’izany.

ANY IVELANY

Nanao andrana titifitra balafomanga niainga avy tao Pyongyang indray ny Koreanina Tavaratra omaly maraina, ka tany amin’ny ranomasin’i Japon no nilatsahany. Tao anatin’ny fanamarihana ny fahaleovantenan’i Etazonia isaky ny 04 jolay mihitsy no nisian’izany. Nilaza kosa i Donald Trump tao amin’ny tambajotra “Twitter”, fa mbola ao anatin’ny fanamarihana ny fety aloha ny Amerikanina fa tsy tokony hotabaina.

Tontosaina any amin’ny foiben’ny sampan-draharahan’ny firenena mikambana momban’ny fandrindrana ara-tsakafo (FAO) any Roma mandritry ity herinandro ity ny fihaonana an-tampony hiadiana amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Ny kardinaly Pietro Paroli, izay mpitondra tenin’ny Papa François moa no namaky ny hafatr’ity Raiamandrenin’ny finoana katolika ity ary dia antsoavo ho amin’ny firaisan-kina hisorohana miaraka izay tsy fanjarian-tsakafo izay no votoatin’ilay fanambarana. Ny 1/3-n’ny sakafo tokony hotsinjaraina maneran-tany mantsy no tsy tonga any amin’ny tokony hiantefany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra Asaramanitra TIM AnkazondandyLasan’Anosy ny Amboaran’i Dada

Tanteraka ny sabotsy nialohan’ny fetim-pirenena Malagasy 2017 teo ny lalao baolina kitra fankalazana ny fetin’ny ray sy ny fetin’ny

fahaleovantena niaraka nokarakarain’ny KOMTIM Ankazondandy tarihin-dRtoa Raharinosy Zo ka nibatan’ny ekipan’ny fokontanin’Anosy ny amboaran’i dada Marc Ravalomanana izay natolotra tamin’izany rehefa nandavo ny ekipan’ny fokontanin’Antabetibe tamin’ny isa 2-0 ry zareo. Marihana fa ny fanatanjahantena toy izao miaraka amin’ny asa sosialy no fanehoana ny antom-pisian’ny antoko Tiako i Madagasikara any an-toerana hatramin’ny taona 2011, hoy ity filohan’ny reny diamondra ity. Ary ny fandalovan’ny filoha Marc Ravalomanana teny amin’ny Tsenan’Ankazondandy tamin’ny 27 oktobra 2016 no nanainga azy ireo hanohy indray ny lalana miaraka aminy ka nampijoroana ny KOMTIM vaovao any an-toerana. Hanomboka hidina ifotony hampahafantatra ny maha kandidà ho filoham-pirenena ny filoha Marc Ravalomanana amin’ny 2018 ity KOMTIM Ankazondandy vaovao ity, eo koa ny fanentanana ny olona hanatrika ny faha-15 taonan’ny antoko hatao eny Mahamasina ny 8 jolay izao ary tsy hohadinoin-dry zareo koa ny fanentanana ny fanoloana ny karatry ny mpikambana ao amin’ny antoko sy ny hetsika famaranana ny 1 volan’ny ankizy.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toran-kovitra sahady !

Adin’ny kanosa sisa ampiasain’ny fanjakana HVM hoenti-mamingana ny mpifanandrina politika aminy amin’ny fifidianana ho avy.

Toran-kovitra sahady vao maheno an’ilay hoe hatao mangorom-potsy ny Kianjaben’I Mahamasina amin’ny 8 jolay. Inona no atahorana sy tsy hamelana ny fanatanterahana ny hetsika raha tena mahatoky tena ho mamim-bahoaka ? Tonga saina sy mihoron-koditra sahady fa hay ity olona sakantsakana sy hanao kapa ranjo andro aman’alina ity, dia mamim-bahoaka sy be mpanaraka na tsy mamafy vola be aza. Atao daholo izay ankasoparana rehetra, toy ny tsy famelana ny orinasan-tserasera hisokatra, saingy volamena latsaka am-bovoka, ka tsy avelan’ny tarany tsy hamiratra e ! Inona indray no atao aorian’ity tsy famelana ny hetsika etsy Mahamasina izay tsy hihemotra ity ? Ho sahy hanao fampiasan-kery ve rehefa tsy mahomby ny kajikajy mamohehitra isan-karazany. Efa naman’ny mandevi-tena tsimoramora ny fanjakana Rajaonarimampianina ary manao tsipaky ny miala aina. Mila vaniny sy mila voatsiary sisa no mba hany fialana vokony eto amin’ny firenena, fa raha izay hitondra vahaolana amin’ny fahasahiranam-bahoaka dia tsy mbola laharam-pahamehana noho ny fanaovana kolikoly sy afera maloto. Misy farany ny zava-drehetra, hoy ny Malagasy ary mizotra miadana makany amin’ny amin’ny fiafaran’ny fanjakan-jiolahy isika izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manome vahana ny fakana harem-pirenenaTsy ekena, hoy ny tanora Silamo

Nanao fanambarana tetsy Andravoahangy omaly ny solontenan-dry zareo tanora avy eo anivon’ny Cercle de reflexion inter-musulman fa efa vonoina mivantana amin’izao fotoana izao ny zaza Malagasy.

 

 Heno amin’ny haino aman-jery ireny vaksiny nahafaty zaza sy fanafody nomen’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamana tany Toliara ireny, hoy i Mamy Souali, nisolotena ity fikambanana ity. Tsy ekena koa, hoy izy, ny nambaran’ny filoha tany Frantsa, fa hatao tany fanararaotana (terre d’opportunité) i Madagasikara satria manome vahana ny vazaha haka ny harem-pirenena. Nanao antso avo ny tanora izy tsy hijery fotsiny ny zava-misy.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Justice et paixMiantso famondronana hery

Namoaka sori-dalana hahafahana mampanjaka ny fahamarinana, fikatsahana ny fandriampahalemana ny Firaisamonim-pirenena “Justice et paix” sy ny K3F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hentitra Ravalomanana“Ho avy eny Mahamasina izahay”

Nilaza i Marc Ravalomanana omaly fa am-pilaminana ny hetsika fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny Antoko Tiako I Madagasikara hatao eny Mahamasina ny sabotsy 8 jolay izao.

 

Fanompoam-pivavahana iraisam-pinoana no hanombohanay azy, hoy izy. Sanatriavin’ny vava hoe hitondra korontana na hitondra ady izahay fa hitondra fandriampahalemana ary hankalaza an-kahalalana sy am-panajana, ary hankalaza hisaorana an’Andriamanitra, ka tsy hitako izay tokony hanakanana ilay izy, hoy ny Filoha mpanorina ny TIM. Notsiahiviny fa efa nahazo fahazoan-dalana ny TIM, saingy tsy hay na nieritreritra tany indray na tratry ny teriteritery amin’ny hivadian-kevitra ny mpanome. Tsy fanao izany sady tsy mety koa aminay satria izahay efa lasa lavitra be, hoy ny tenany. Efa tamin’ny 30 jona no nahazo alalana ary efa lasa lavitra aty amin’ny 4 jolay, ka dia hiroso fa tsy hihemotra. Haverimberina sy voizina ny hoe mety hiteraka korontana. Tsy hiteraka korontana izany io, fa dia milaza fotsiny izahay hoe hiantoka izahay, hoy hatrany izy nanome toky. Samy Malagasy isika no miresaka fa ny olona ho avy ao dia tsy latsaky ny any amin’ny 40 000, ka misy firy ny mpitandro filaminana afaka hanao izany. Hafa ny taloha hoe hiditra amin’izany fifandoanana izany. Ireo olona ireo efa tena vonona sy hanatanteraka ilay fankalazana raha ny fanambarany. Tena hanao ny TIM ary tsy hihemotra fa milaza ihany koa hoe afaka miara-miasa amin’ny mpitandro ny filaminana mitady hanodidina ny kianja amin’io fotoana io. Fifanomezan-tànana amin’ny mpitandro filaminana sy ny TIM no tokony hisy fa tsy sanatria izy ireo indray no mety hanakorontana ny hetsika atao eny an-toerana. Nahoana moa ny tamin’ny 26 jona no vita fa andao alaintsika ihany koa izy hiambina ny 8 jolay dia mifampiresaka. Efa tongotra mby an-dakana ny an’i Marc Ravalomanana sy ny antoko TIM ary efa tomombana ny serasera sy ny fanomanana, ka fotoana sisa andrasana. Manome toky ny mpanara-dia azy ny filoha teo aloha fa tsy maintsy atao ny hetsika, ka hiroso hatrany ary hotanterahina ilay hira faneva hoe: “Ka sahia andeha hiara-dia, aza kanosa fa avia”.

Toky R

 

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Insécurité : le secteur privé réclame des mesures concrètes

Le secteur privé malgache lance un nouveau cri de détresse face à la recrudescence de l’insécurité. Le 4 juillet dernier, 28 groupements d’entreprises ont uni leur voix dans un communiqué. Face aux actes de banditismes visant les chefs d’entreprises et les opérateurs économiques, les signataires demandent l’Etat prennent des mesures concrètes dans la sécurisation des personnes et des biens. Ils estiment que l’impunité nourrit l’insécurité et la corruption. En effet, les commanditaires des actes de kidnapping n’ont jamais été interpellés. De nombreuses enquêtes ont fini en queue de poisson.

Le secteur privé s’inquiète que les rapts aient « quelque peu ébranlé la confiance en une sortie de crise et en une relance économique rapide suscitée par les résultats encourageants de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs de Paris de décembre 2016. »

Etant donné que l’Etat ne cesse de réitérer ses appels aux investisseurs, on s’attend à des réactions et des résultats. Une manière entre autres de soutenir les efforts du secteur privé et de garantir un environnement propice aux affaires.

La Vérité0 partages

Vol d’un minibus « Sprinter » et double homicide - 6 inculpés dont 2 femmes écopent de 15 ans de trav...

Un minibus Mercedes Sprinter de la ligne 165 a été volé dans des circonstances meurtrières vers mi-décembre 2015 à  Masindray Ambohimanambola. Le plus horrible dans cette affaire,   le chauffeur de 30 ans et le receveur de 27 ans du véhicule ont été assassinés par les voleurs. Lundi, 6 inculpés sur une dizaine d’autres qui ont comparu devant le juge au Tribunal d’Anosy, ont été incarcérés avec une peine de 15 ans de travaux forcés pour chacun, après la décision de la Justice.

Si 4 d’entre eux ont été emprisonnés à Tsiafahy, 2 autres qui sont des femmes le sont à Antanimora, tandis qu’une troisième fut acquittée au bénéfice du doute. Tous ont plaidé coupables devant le juge alors que le commanditaire de ce double meurtre et du vol du Sprinter, serait toujours en cavale. Il faut noter aussi que depuis cette époque, le véhicule a été transformé et repeint avant qu’il ne soit revendu et on n’arrive plus à le localiser.

Si les quatre incriminés sont accusés d’avoir participé pleinement dans les deux forfaits dont surtout l’homicide, les deux femmes du groupe le sont pour complicité de meurtre. Lors des débats à l’audience,  les femmes inculpées ont expliqué leur rôle, qui a dû servir initialement d’appâts aux pauvres victimes et en prétextant la location du Sprinter en vue d’un enterrement. « Au début, il n’était pas question, surtout pour nous de tuer les deux hommes. Mais au fur et à mesure que nos collègues ont réalisé que ce sera plus efficace de se débarrasser des témoins gênants, ils ont alors affirmé n’avoir d’autres choix que de les éliminer », confie l’une d’elles devant le juge. Il faut noter que ces prévenues sont des amies du chauffeur et du receveur. Loin de douter qu’elles ont été déjà de connivence avec les tueurs, ils ont été confiants et ont accepté la proposition de louer le mini-bus. 

Pour un bref rappel des faits, le corps sans vie du conducteur a été retrouvé  dans un bac à ordures du côté de Masindray 5 jours après qu’on l’eut recherché partout. Des traces de violence ont été observées à l’issue d’une autopsie. En réalité, les bandits l’ont éliminé dans un autre endroit avant qu’ils ne se débarrassent du cadavre à cet endroit désert et hors des sentiers. Pendant cela, le receveur n’a laissé aucune trace de lui, tout comme le véhicule d’ailleurs. C’était dans la douleur que ses proches ont appris que, quelques jours après, son cadavre a été également repéré non loin du point où celui de son collègue fut retrouvé à Masindray Ankadinandriana. Le malheureux avait été sauvagement molesté. L’enquête menée par la Gendarmerie a abouti sur l’arrestation de 4 suspects dont un boucher de Mandroseza. Devant les gendarmes, ils ont plaidé coupables en expliquant qu’ils ont tué le receveur en l’étranglant.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Préparation au « famadihana » - Hausse du frais de transport en vue

La partie sud de la Haute-terre centrale, notamment du côté d’Ambatolampy en allant à Ambohimandroso, se prépare actuellement au grand rituel malgache qui est le retournement des morts ou « famadihana ». Pour cela, le frais de transport régional connait une hausse considérable. En efet, cette hausse est à prévoir très prochainement même si quelques-uns ont déjà appliqué le nouveau tarif depuis des semaines. Ceci dit, les 5 000 ariary habituels seront augmentés jusqu’à 8 000 ariary juste pour aller à Ambatolampy, comme ce fut le cas l’année dernière. Ce tarif peut changer du jour au lendemain, cela dépend de l’humeur des conducteurs et des aide-chauffeurs. 

Par ailleurs, cette période coïncide avec les grandes vacances où de nombreux écoliers se ruent pour rejoindre leur village natal. Certains rebroussent chemin rien qu’en constatant l’énorme dépense seulement au niveau du transport, alors que cette situation ne date pas de cette année car il s’agit d’un phénomène annuel. « Il s’agit de la seule période profitable de l’année », avancent toujours les transporteurs à chaque fête que ce soit à l’occasion de la fête de Pâques, Pentecôte ou de Noël. En outre, les préparatifs pour le « famadihana » requièrent un autre énorme budget outre pour celui du transport. Ainsi, les offres et les demandes augmentent. Les marchands de confection du côté d’Andravoahangy, du marché de Pochard ainsi que les acheteurs se réjouissent. Les paysans et les agriculteurs font leurs achats en ce moment, surtout en matière d’habillement. La commercialisation des articles de confection connaît un véritable succès puisque les marchés de la Capitale sont remplis de visiteurs en cette période. « Il faut passer des commandes des jours à l’avance  à Antananarivo si l’on veut que les clients soient satisfaits », explique Tovo, un jeune commerçant d’Ambohimandroso. Selon lui, au lieu d’un achat par semaine, il doit faire trois allers-retours en cette période. 

Kanto R.

La Vérité0 partages

Transport urbain - Chasse ouverte contre les taxis clandestins…

Une mission exécutée depuis le début de cette semaine. L’association des taxis-ville d’Antananarivo (Ftar), en collaboration avec l’Agence des transports terrestres (Att) et le Commissariat central de police, mènent actuellement des contrôles inopinés sur des véhicules de couleur beige crème. Une campagne menée dans le but de démasquer les taxis clandestins et de leur attribuer des sanctions afin que ceux œuvrant dans la légalité puissent tirer plus de profit. Lors de leur descente du côté du Boulevard de l’Europe, hier matin, ils ont pu démasquer 2 véhicules sans papiers mais qui continuent à circuler librement, avec les contraventions émanant des agents de Police.

« Les conducteurs de ces véhicules disposent de nombreuses contraventions. Cette situation s’explique par le fait qu’une fois le délai de validité de 48h expiré, ils réclament une nouvelle, et ainsi de suite. Pourtant, les véhicules sont en bon état mais leurs propriétaires ne daignent de régulariser les paperasses, dont la licence », fait part Clémence Raharinirina, première responsable de la Ftar. Cette « chasse » aux taxis clandestins s’exécute également dans les gares routières, dont celle du « Fasan’ny Karàna » où les responsables ont décelé des voitures « Express » et « Mazda » offrant clandestinement des services pour le transport des passagers et des marchandises.

Mise en fourrière

Certains taxis clandestins circulant dans la Capitale appartiennent à des personnes hautement gradées ou occupant des postes à responsabilité. Une fois de plus, l’abus de pouvoir favorise les cas de corruption et l’irrégularité dans le pays, à en croire la présidente de la Ftar. Cependant, cette association de taximen s’est cotisée pour la réalisation de la campagne, laquelle va s’enchaîner dans d’autres localités et stationnements. « Puisque l’association ne peut pas sanctionner, la Police nationale entre en scène. La mise en fourrière étant l’ultime sanction attribuée aux véhicules clandestins. Ces derniers circulent non seulement dans l’irrégularité pour en tirer profit mais ils font aussi usage de faux, sans parler des corruptions », avance notre source.

Lors d’une rencontre entre les membres du bureau de ladite association des taxis-ville et les responsables auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua), au mois de mai dernier, ils ont évoqué les problèmes qui leur concernent. La lenteur administrative de la mutation de licence, le problème de stationnement ainsi que les taxis clandestins en font partie. Toutefois, la Municipalité n’a pris aucune mesure à ces sujets jusqu’à maintenant, se désole la Ftar. Notons qu’environ 7 000 taxis-ville circulent formellement à Antananarivo, selon le dernier recensement de la Cua. 

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Grève illimitée - Les douaniers menacent de faire des révélations

Face aux mesures davantage agressives prises par le gouvernement, le syndicat des douaniers, Sempidou, a annoncé qu’il maintiendra la grève jusqu’à l’obtention de réponses satisfaisantes de la part du Gouvernement. « Maintenant, il n’est plus question d’argent, puisque notre manifestation a pris une toute autre dimension. Nous ne nous arrêterons plus, quitte à ce que le ministère applique sa menace de suspendre les salaires des douaniers qui participent à la grève. Et c’est à ce moment-là que  nous allons faire des révélations tonitruantes », a prévenu Herizo Andrianavalona Ramanambola, président du Sempidou. 

Hier au « Le Pavé », le Sempidou a réuni les personnels de la Douane,  dont les membres des staffs, le corps des inspecteurs et l’amicale des inspecteurs, pour conscientiser tous les douaniers sur la situation actuelle. « Maintenant qu’ils sont au courant de la réalité, il leur appartiendra de choisir ce qui leur semble pertinent. Néanmoins, nous les exhortons à se joindre à nous dans ce mouvement de lutte contre l’injustice », a fait savoir le président du Sempidou.  

« En tant que président du Syndicat des travailleurs des douanes, et donc défenseurs des droits des employés de la douane, je suis la principale cible des sanctions annoncées par le ministère qui tente de nous diviser en semant la zizanie entre les différentes entités existant au sein du corps des douaniers dont l’amicale des inspecteurs et le staff des dirigeants. Nous donnons le libre choix aux douaniers de participer ou non la grève. Sans avoir un chiffre précis sur le taux des participants à notre grève, nous pouvons affirmer que c’est la majorité qui suit le mouvement de contestation. Comme preuve de ce constat, dans le port de Toamasina, c’est le receveur des douanes en personne qui surveille les travailleurs au portail du Port pour les menacer et les empêcher de faire la grève, les privant ainsi de leurs droits. Ce qui signifie que les petits employés ne sont plus à leurs postes, et que ce sont les membres du staff des dirigeants qui se sont rabaissés pour assurer leurs besognes », a fait savoir le président du Sempidou.       

 « Pour la suite, en attendant les véritables solutions à nos problèmes, la grève continue sur toute l’étendue du pays puisque de notre avis, les menaces ne constituent point des solutions aux problèmes », a annoncé le président du Sempidou.

Rivo S. 

La Vérité0 partages

Tennis -Circuit mondial U18 Kenya - Narindra en quart, Finaritra pour la demi-finale en double

Les compétitions se succèdent mais ne se ressemblent pas. Après les championnats d’Afrique Jeunes (U14/U16) de Tunis, c’est au tour des moins de 18 ans de monter en lice. Cette fois, ils sont à Nairobi, Kenya, pour disputer un Circuit mondial de leur catégorie. Au bout de trois jours de compétition, le destin des malgaches en lice se dessine dans ce circuit. 

A l’instar de Finaritra Andriamadison en choisissant Vimbai Movo du Zimbabwe comme pair, elles s’est qualifiée pour les demi-finales en double et ce en dominant les sœurs Ranaivo Narindra et Mialy de Madagascar en 6/3 6/4 lors des quarts de finale. Avant cette défaite, Narindra Ranaivo a empoché son ticket pour les quarts, après avoir  battu la même zimbabwéenne, Vimbai Movo dans un match simple en huitième hier. Elle disputera ainsi les quarts de finale ce jour contre Gaware, tête de série numéro 3 en Inde. La tâche ne s’avère pas facile pour la Malgache mais elle veut mettre tout son talent à sa faveur. Quant à Finaritra Andriamadison et Vimbai Moyo, elles joueront pour une place en finale contre la tête de série numéro un, Célestine Avomo (Gabon) qui sera en duo avec Aicha Nyunkuru (Burundi). 

Ce parcours permettra déjà aux malgaches d’échelonner les classements mondiaux dans leur catégorie. En atteignant le carré final en double, Finaritra sera créditée de 10 points au classement mondial des 18 ans pour ces premiers points. Narindra et Mialy ont 5 points chacune en étant arrivées en quart de finale du double. Quant à Narindra, son statut de quart de finaliste du simple lui a valu aussi 10 points et elle est en course pour la qualification en demi-finale qui vaut 15 points ce jour.

Quant aux garçons, Sampras Rakotondrainibe et Lyle Zamoulis (Zimbabwe), ils ont subi les dures lois des zimbabwéens, Denis Moses et le Thaïlandais, Chanon Phunsawat 0/6 1/6 en huitième de finale. En simple, Sampras Rakotondrainibe a été éliminé par l’Indien, Sidana, qui n’a fait de lui qu’une bouchée 1/6 0/6 en seizième de finale garçons.

Elias Fanomezantsoa

Madagascar Tribune0 partages

La CENI prête sur tous les plans

Cinq jours après la proclamation du calendrier électoral pour la présidentielle, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) se justifie. Lors d’une rencontre avec la presse, mercredi à Alarobia, Hery Rakotomanana, président de cet organe chargé de la préparation des élections, explique que les dates rendues publiques par le gouvernement résultent de la proposition de la CENI. Elles sont conformes à la Constitution et à l’article 8 de la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) relative à la tenue d’une élection présidentielle anticipée, indique-t-il.

L’article 47 de la Constitution indique que « L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Par ailleurs, l’article 8 de la décision de la HCC du 25 mai dernier précise « le Gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche au cours de cette année mais sous réserve des possibilités techniques, matérielles et financières réelles assurant des élections libres, honnêtes et transparentes ».

La tenue du deuxième tour de la présidentielle au mois de décembre est certes problématique du fait que c’est déjà la saison des pluies, mais elle correspond à la dernière partie de l’article 8 de la décision de la HCC. A cause de la situation politique actuelle également, la tenue du deuxième tour au mois de décembre semble bien être nécessaire.

La CENI est prête aussi bien sur le plan financier que sur le plan organisationnel confirme Hery Rakotomanana. En effet, les soucis budgétaires occasionnés par les dispositions des nouvelles lois électorales seraient déjà résolus. L’Union européenne a apporté une aide supplémentaire d’un montant de 1,5 million d’euros pour la bonne tenue de la présidentielle. Ce financement entre dans le cadre du Soutien au cycle électoral à Madagascar (Sacem).

Le gouvernement malgache, par le biais de la ministre des Finances, a déjà confirmé qu’il trouvera les fonds nécessaires pour l’organisation de la présidentielle. En effet, dans la nouvelle loi des Finances rectificative, une enveloppe de 56 milliards d’Ariary est consacrée à l’élection présidentielle. Ce fonds serait disponible à temps voulu, confirme une source auprès du ministère des Finances.

Madagascar Tribune0 partages

Le SSM sera à Ambohijatovo ce jour

Finalement, le grand rassemblement des syndicats réunis au sein de la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) se tiendra ce jour, ont affirmé les chefs de fils du SSM. Initialement, il a été prévu pour le samedi 6 juillet.

Changement de date mais également de lieu. La SSM a choisi de faire leur démonstration de force sur la place de la Démocratie dans le jardin d’Ambohijatovo. Un choix qui se veut détacher des manifestations politiques menées sur le Parvis de l’Hôtel de Ville par les députés de l’opposition.

Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) estime que cette manifestation n’aurait pas besoin de l’autorisation de la préfecture du fait qu’il s’agit uniquement d’un mouvement syndicale et non d’une manifestation à visée politique.

Les membres de cette plateforme syndicale trouvent aberrant que les responsables étatiques n’accordent aucune importance aux syndicats. « Preuve en est par exemple le fait que la ministre des finance ait refusé de rencontrer les syndicats des employés de la Douane et des impôts alors que le premier ministre les a dirigée vers leur ministre de tutelle », déclare le président du Sempidou, Herizo Andrianavalona. La réintégration effective des quatre employés de la compagnie Air Madagascar licenciés a également été réclamée après la décision de justice qui était en leur faveur.

Madagascar Tribune0 partages

Election présidentielle : La précampagne en désordre

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a avoué hier l’incapacité de cette commission à maitriser cette période de pré-campagne électorale.

« Nulla crimen, Nulla poena sine Lege », voulant dire qu’il n’y a pas de crime s’il n’y a pas de loi. En effet, l’inexistence d’un cadre juridique devant régir cette période de précampagne laisse libre les candidats et potentiels candidats dans leurs actions. « La Ceni ne peut rien faire, ni rien apporter face à la situation actuelle. Nous sommes soumis à la Constitution et aux lois en dehors desquels nous sommes incompétents. Nous n’agissons que suivant ce que prévoient les textes », regrettait alors Hery Rakotomanana.

Certains candidats ou potentiels candidats s’en donnent déjà à cœur joie en entamant leurs campagnes électorales. Andry Rajoelina en tournée continue dans la partie Nord de la Grande ile est en train de promouvoir son fameux IEM. Ce dernier incite même implicitement la population à voter pour lui le jour venu. L’ancien premier ministre, Jean Ravelonarivo, et candidat déclaré avait fait publier dans certains journaux une affiche qui ressemblerait à s’y méprendre à une affiche de campagne électorale.

Pourtant, la loi organique sur les élections définie clairement les actes de propagandes. Dans l’article 92 de cette loi, il est précisé que « Constituent des moyens de propagande électorale et référendaire, les réunions publiques, les défilés, les cortèges, les rassemblements, toutes les activités publicitaires dans les différents médias audiovisuels, écrits et électronique, ainsi que toute autre activité visant à amener les électeurs à soutenir et à voter pour un candidat ou une liste de candidats en compétition dans une élection, ou une option dans une consultation référendaire ». Il est ainsi clair que ces candidats sont partis en propagande bien avant l’heure.

La CENI avait soumis une proposition de texte au gouvernement qui l’a malheureusement rejetée. La mise en place d’un code d’éthique et de bonne conduite à été envisagé afin de palier à ce grand vide.

Pour le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, ce genre d’agissement profitant de l’absence de règles pour faire ce que bon lui semble n’est pas digne d’un candidat à la magistrature suprême.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina s’apprête à nommer un nouveau Premier ministre

Le décret de convocation d’une réunion extraordinaire des nouveaux députés de Madagascar a été pris lors du conseil des ministres du 3 juillet dernier. Les nouveaux députés se réuniront ainsi à Tsimbazaza le 16 juillet prochain. Une réunion extraordinaire qui devra marquer une nouvelle ère pour le gouvernement. En effet, le groupe parlementaire ayant obtenu la majorité à l’Assemblée nationale, c’est-à-dire l’IRD, la plateforme soutenant Andry Rajoelina, devrait proposer le nom d’un premier ministre au président.

L’article 54 de la Constitution indique que « Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaires à l’Assemblée Nationale. » Certes, aucun des textes sur la loi fondamentale n’exige la démission du gouvernement après la mise en place de la chambre basse, comme l’avait soutenu, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, porte-parole du gouvernement mais la logique du contexte politique actuel veut que cette majorité propose des noms. Rien n’empêche d’ailleurs les nouveaux députés majoritaires à Tsimbazaza de proposer à nouveau le nom de Christian Ntsay.

En tout cas, lors de sa descente à Ankorondrano hier, dans le cadre de l’inauguration d’un village de bas quartier remodelé et réhabilité, le président de la République Andry Rajoelina a clairement évoqué qu’il s’attèle actuellement à la nomination du nouveau chef du gouvernement. « Il m’importe actuellement la nomination du Premier ministre », a-t-il dit.

Concernant les membres du gouvernement actuel, Andry Rajoelina affirme qu’ils seront évalués en fonction de leurs résultats. « Après leurs évaluations, on verra bien celui ou celle qui peut encore continuer, rester ou remplacer », a-t-il ajouté.

Madagascar Tribune0 partages

Sept militaires à Tsiafahy, vingt à Antanimora après le meurtre de trois personnes à Ambohimahasoa

Sept des vingt sept militaires impliqués dans le meurtre de trois individus à Ambohimahasoa, province de Fianarantsoa sont encore en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy. Les vingt autres auraient déjà été transférés à la maison d’arrêt d’Antanimora. Ce, après trois jours d’enquête de fond diligentée par le juge d’instruction et qui aurait nécessité la présence des proches des victimes.

Ces militaires sont accusés d’enlèvement, d’agression et de meurtre sur les trois hommes originaire du village de Camp Robin et d’Ambohimahasoa. Accusés de détention d’arme illégale, les victimes ont été arrêtés le 20 mai dernier. Après plusieurs jours de garde à vue dans un camp militaire, ils ont été retrouvés morts dans le fleuve d’Onive, au niveau de la commune Ampitatafika, à Antanifotsy. Les premiers détails de l’enquête ont révélé que les victimes ont été étranglées et blessées avec des objets tranchants. L’enquête se poursuit encore actuellement.

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy – Le Bianco dégage sa responsabilité

Selon le Bianco, la source de l’enregistrement qui a fuité sur les réseaux sociaux n’est pas de chez eux. Cette pièce a fait partie du dossier sur l’affaire Ambohimahamasina, remis à la Chaîne pénale.

Décrédi­bilisant. C’est ainsi que le Bu­reau indépendant anti-corruption (BIANCO) estime la fuite de l’enregistrement sonore, qui circule sur les réseaux sociaux depuis la fin de la semaine dernière. Aussi, a-t-il été dit lors d’une conférence de presse hier, que « personne au sein du Bureau n’a intérêt à faire un tel acte ».Le Bureau d’Ambohibao a convié la presse hier à son siège, pour la présentation de son rapport annuel. D’entrée, Jean-Louis Andria­mifidy, directeur général du Bianco, a crevé l’abcès en donnant la version de cette entité concernant l’élément sonore qui a fuité sur les réseaux sociaux. « Cette fuite ne provient pas de chez nous », a affirmé le magistrat, rapportant les conclusions d’une enquête interne faite par l’organe anti-corruption.« Pareil acte nuit à la lutte contre la corruption et à notre  travail », a-t-il ajouté. Durant les échanges lors de la conférence de presse d’hier, Jean-Louis Andriamifidy a déploré le fait que la lutte contre la corruption a tendance a être utilisée comme outil politique par certains. Soulignant que « la lutte contre la corruption est purement technique », il a rappelé qu’il s’agit aussi « d’un programme du Gouver­nement ». Dans ce sens, le directeur général du Bianco soutient que « sa politisation est néfaste pour la lutte contre la corruption et la lutte contre l’impunité ».Durant les discussions en marge de la conférence de presse d’hier, il a été dit que, quel que soit l’objectif, la publication de la bande sonore « porte aussi atteinte à la crédibilité du Bureau ». Bien que restant ferme sur les résultats de l’enquête interne, le magistrat Andria­mifidy ne ferme pas pour autant la porte à d’autres éventualités. L’enjeu étant la crédibilité de l’entité anti-corruption, son directeur général en appelle à tous ceux qui auraient la preuve que la source de la fuite soit du Bianco à le dénoncer. « Une telle personne n’a pas sa place au sein du Bureau », a-t-il ajouté.

CopieLe général Benja Raobi­saona, directeur territorial du Bianco a renchéri, en soutenant que « des sanctions légales sont prévues pour ce genre d’acte ». La loi sur la lutte contre la corruption, en vigueur depuis l’année dernière, prévoit en son article 46 une dizaine de prérogatives spécifiques aux agents du Bianco dans le cadre des investigations et recherches, suite à « une autorisation » de son directeur général.« Un mandat écrit du directeur général est nécessaire », notamment, « user des techniques d’investigations spéciales nécessaires à la manifestation de la vérité telles que (…) toutes techniques permises par le recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication », prévoit la disposition. « L’enregis­trement d’une conversation téléphonique figure dans ce volet », a expliqué un responsable au sein du Bianco, durant un échange en marge de la conférence de presse d’hier.Il a, toutefois, ajouté que « tous sont tenus par la règle de la confidentialité ». La loi précitée souligne, en effet, que « (…) sous peine d’emprisonnement de cinq à dix ans et d’une amende d’un à vingt millions d’ariary », tout le personnel du Bianco est « tenu de préserver la confidentialité et le secret relatif au fonctionnement interne et aux enquêtes préliminaires menées par le Bureau ». La bande audio circulant sur les réseaux sociaux concerne une conversation d’un enquêteur de l’organe d’Ambohibao avec Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires, où elle refuse une convocation pour audition.Les explications d’hier indiquent que le Bianco n’est pas la seule entité en possession de l’élément sonore. La Chaîne pénale anti-corruption (CPAC) en aurait une copie. Dans le cadre de l’affaire Ambohimahamasina, « l’enregistrement sonore et une version retranscrite ont figuré parmi les dossiers remis à la CPAC, pour prouver que la dame a refusé les convocations du Bianco », a déclaré Jean-Louis Andriamifidy.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Grandes villes – Révision du plan d’urbanisme 

Le Plan directeur d’urbanisme de l’agglomération d’Antananarivo a expiré en décembre 2015. Sans une nouvelle planification, les dirigeants leurrent sur le développement.

Vers l’aboutissement d’un plan stratégique. L’effondre­ment des rues pavées, les glissements de terrain, les embouteillages caractérisent les conséquences de la non application du Plan directeur d’urbanisme (PUDi) révisé, datant de 2004. Les faits sont là.D’après Gérard Andria­manohisoa, Directeur général de l’Aménagement du territoire et de l’équipement, plusieurs circonstances engen­drent ces failles. « Plusieurs questions restent sans réponses car si nous prenons le cas des nouveaux permis de construire, leur nombre est inférieur à ceux qui sont en situation de régularisation. Ceci justifie l’exploitation massive des zones non constructibles, sans oublier les dérogations qui approuvent les extensions mais qui minent l’urbanisme. Le renouvellement consiste ainsi à prendre des mesures de sauvegarde », explique-t-il. C’était lors de la réunion des parties prenantes impliquées dans le projet Antana­narivo-Toamasina, Mada­ga- sikara (TaTOM), hier à la Gare de Soarano.Depuis le lancement en février, un comité a déjà pu mener des enquêtes au niveau des districts d’Ambo­hidratrimo, d’Avaradrano et d’Atsimondrano. Compte tenu de l’envergure des communes concernées, trente-sept au total, le secteur public, celui privé, les sociétés civiles et les partenaires techniques et financiers ont accordé une période de deux ans pour ficeler le projet et présenter le PUDi révisé.

ÉtudeCe dernier est destiné au développement de l’axe économique pour les agglomérations d’Antananarivo et de Toamasina. Il s’agit d’un plan de développement du transport et d’aménagement entre les deux villes ainsi qu’un mécanisme de coordination, de suivi et de gestion de la mise en œuvre des plans élaborés.La planification pour les deux villes requiert une étude minutieuse des pôles de développement. Pour le cas de Toamasina, Ayumi Taka­hashi, représentante de la JICA à Madagascar, indique que le projet TaTOM, purement national, engage un développement dynamique, inclusif et citoyen. « L’accord signé en mars débloque la somme de 45 milliards de yens pour les travaux à la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT). Donc, le projet n’est destiné ni aux étrangers ni aux Japonais », fait-elle remarquer.Concernant l’agglomération d’Antananarivo, le Directeur général encourage l’examen du pôle de développement des zones périphériques. « Même les commu­nes ignorent ce qu’est un plan de voirie. La ville d’Antananarivo est planifiée à 27% en quartiers administratif, industriel et résidentiel. Les 67 hectares deviennent des bidonvilles tandis que les zones en dehors de la Commune urbaine d’Antananarivo évoluent en dortoir. Cette dernière gère, de ce fait, trois millions d’habitants au quotidien, du fait que les résidents des périphéries travaillent en ville au cours de la journée », rapporte-t-il. Le PUDi révisé accompagnera les autorités à cerner le développement de leurs collectivités face à la croissance démographique qui double tous les ans.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Art déco – « Vaza Art Décor » initie à la patine décorative

Dans l’optique de mettre en avant un art du bon vivre chez soi, « Vaza Art Décor » convie les férus d’art déco à se joindre à lui pour une formation inédite dans la capitale, ce mois-ci.

Entre art design et architecture, c’est une formation qui affiche innovation et renouveau que le projet « Vaza Art Décor » organise dans la capitale du 17 au 29 juillet. Emmenée par le Français Maxime Clouard, instigateur du projet dans la Grande île, c’est une nouvelle vision de l’art déco que cette formation promeut, notamment à travers le travail de la fameuse platine décorative, principalement à utiliser pour la décoration des meubles et des murs intérieurs.L’initiation à la patine décorative par « Vaza Art Décor » promet surtout de laisser la part belle à la fibre artistique qui sommeille en chacun. « Elle apporte un effet souple et rapide, particulièrement indiqué pour dissimuler de petites imperfections des subjectiles. La patine décorative donne une nouvelle vie aux meubles et objets démodés ou abîmés. Le temps de cette formation, on invite les amateurs de design à s’initier à différentes techniques de matières et à apprendre à jouer avec les couleurs et les pigments », confie Maxime Clouard.Durant une formation approfondie qui se tiendra dans le local Lot II V 51 VY à Andrainarivo, les intervenants auront à réaliser différentes patines raffinées et personnelles.

Innovant et esthétiqueLe tout assorti ou non de motifs ornementaux peints d’inspiration classique ou contem­poraine propre à la créativité de chacun.Maxime Clouard exerce la profession de décorateur depuis 2008.Après une collaboration enrichissante, il a décidé de se lancer pleinement dans l’univers de la création décorative et débarque par la suite à Madagascar en 2015 puis en 2017.Il entame entre autres au pays la décoration de l’Institut supérieur de la communication, des affaires et du management (Iscam), mais également de l’Hôtel Niaouly à Ambatovinaky et le Doca Club à Andohan’ Analakely.« Pour en revenir à la formation, on s’attardera sur les préparations des supports et la réalisation des fonds avant patines. Viennent ensuite l’étude de la couleur appliquée à la décoration, l’étude technique de la réalisation des patines et du motif ainsi que la réalisation des patines et les finitions», détaille Maxime Clouard. Cette formation donnera aux intervenants toutes les bases pour réaliser une patine durable et de qualité. Durant plus de 60 heures, la formation se divisera en deux parties, la patine classique d’une part et la patine décorative de l’autre. Les formés travailleront surtout sur les meubles.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Environnement – Ambatovy recourt à la télédétection

Ambatovy ne lésine pas sur les moyens. Elle utilise les technologies modernes autour de ses activités minières. C’est le cas, par exemple, dans ses activités de protection de l’environnement. Elle recourt à l’utilisation de la technologie de télédétection pour déterminer le taux de déforestation pour ses trois zones de compensation. À partir de l’analyse des images satellitaires, les responsables de la société disposeront des informations nécessaires et très précises sur ce sujet. Les images sont prises sur un intervalle de trois ans et feront l’objet d’une comparaison. Ce qui leur permet de prendre des mesures correctives.Pour obtenir des résultats précis, la société travaille avec plusieurs partenaires, comme l’Institut d’observation géophysique d’Antananarivo (IOGA). Les analyses des résultats font, d’ailleurs, l’objet de validation entre la société et ses partenaires. Les images prises, cette année, seront étudiées en comparaison avec celles de 2014. Les mêmes activités seront aussi réalisées en 2018 pour le quatrième site de compensation d’Ankerana dans la région Atsinanana.

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Morafenobe – Vingt dahalo exécutent trois civils

Trois jeunes hommes dont deux mineurs ont été tués par balle dans une expédition menée par un commando de vingt bandits armés qui s’est déroulée à Ambonaratsara, district de Morafenobe, dimanche soir. Un vol de bœufs est à l’origine de ce triple meurtre. Les malfrats n’ont pas hésité à tirer sur eux lorsqu’ils sont sortis de leur maison pour défendre leurs biens, selon la population locale. Les brigands sont repartis avec onze zébus qui ont été récupérés avant-hier. Des renseignements parvenus aux mains de la gendarmerie locale ont fait que le lieu de refuge de ces dahalo a été  localisé. En attendant des renforts mandés depuis Melaky, la compagnie de Morafenobe a diligenté cinq gendarmes sur place.En rapport avec cette violente attaque, la mesure prise provisoirement pour apaiser la tension à porte sur l’opération de bouclage dans la région de Melaky.« Chaque groupement a été prévenu pour sécuriser le territoire afin de faciliter le coup de filet », a indiqué une source au sein des forces de l’ordre à Morafenobe. Les malfrats sont toujours en cavale.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Kenya – Finaritra-Moyo vs Mialy-Narindra en quarts

Les filles ont réussi à se qualifier pour les quarts de finale du double, au tournoi du circuit mondial U18 Nairobi Open Etape 1, hier au Kenya. Finaritra Andria­madison et la Zimbabwéenne Vimbai Moyo ont disposé de la Namibienne Meghan Lombart et de la Kenyane Mercy Wangui, hier (4/6, 6/4, 10/1).Tandis que Mialy et Narin­dra Ranaivo ont battu les Indiennes Maanya Visa­nath et Vineetha Mummadi (6/2, 7/5). Ce mercredi, la paire Finaritra-Moyo sera opposée au duo Mialy-Narindra. Du côté du tableau masculin par contre, Sampras et son équipier Zimbabwéen, Lyle Zamoulis, ont été éliminés par le Zimbabwéen Denis Moses et le Thaïlandais Chanon Phunsawat (0/6, 1/6).En simple, le parcours de Sampras, Finaritra et Mialy s’est arrêté en seizièmes de finale.

Une rescapéeSampras s’est incliné contre l’Indien Sidana en deux sets (1/6, 0/6). Finaritra a perdu contre la Kenyane Sneha Kotecha, également en deux joutes (1/6, 2/6). Et Mialy a été sortie par la Française Noa Dujardin, après une âpre bataille de trois manches (7/5, 4/6, 4/6).La seule rescapée du camp malgache se nomme Narindra Ranaivo. Elle affrontera la Zimbabwéenne Moyo, ce mercredi, pour le compte des huitièmes de finale.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina II – Une vingtaine de villages reliés par une route bitumée

Du bonheur pour la population riveraine de la route reliant Tanandava aux « Tailings» c’est-à-dire le parc à résidus de la société Ambatovy. En effet, après son bitumage par Ambatovy, elle a été inaugurée, samedi dernier, en présence du secrétaire général de la Préfecture de Toamasina et de celui de la région Atsinanana, des maires et des « Tangalamena » ainsi que ces habitants de la commune rurale de Fanandrahana et de ses environs.Desservant depuis toujours plusieurs villages, cette route mesure une dizaine de kilomètres. Selon un habitant d’Ambodinona, elle fut réaménagée à plusieurs reprises par diverses associations. Mais seule la société Ambatovy a décidé de prendre en charge son goudronnage à double couche. Non seulement cette route bitumée, passant par Tanandava, facilitera la circulation des engins d’Ambatovy vers les « Tailings » mais elle contribuera aussi au développement des transports pour plus de vingt villages alentours.« La route favorisera la réduction des distances et la pauvreté, et ce de manière durable », a déclaré la représentante de la société Ambatovy.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Antsahamanitra – « Mampitempo ny fo » s’annonce nostalgique

Replonger dans les souvenirs et revivre des moments inoubliables. C’est ce que Lola nous proposera via son concert intitulé « Mampitempo ny fo ». Absent de la scène tananarivienne depuis un bon bout de temps, il invite tous ses fans à le rejoindre à Antsahamanitra ce dimanche 9 juillet, à partir de 14 heures, pour un show spécial avec des invités surprises.Un événement unique qui servira, au chanteur et ses fans, à renouer les liens et à se remémorer le bon vieux temps. Ainsi, ses trente-six titres les plus connus composeront le répertoire, à commencer par les tubes qui ont lancé sa carrière solo jusqu’à ceux sortis récemment. Connu et reconnu pour être un « one man show », le rendez-vous de l’interprète de «Jamba aminao», Roland Modeste Ratovoson dit Lola, ne risque que d’être inédit.« Pour cette grande occasion, mon équipe et moi même concoctons quelque chose de spécial à l’exemple des décorations et lumières, le répertoire, les chorégraphies… Bref, le concert en lui-même. Nous n’allons pas seulement faire plaisir à tous ceux qui seront présents. Nous allons, en même temps, nous amuser. Beaucoup de belles surprises pour les fans sont en perspective », déclare Lola.Avec son équipe de musiciens qui n’a pas changée depuis ses débuts, comme Rado (claviériste), Jaokely (guitariste), Bary (bassiste), Njaka (batteur), Do (chanteur et guitariste), Didi et Olivia (choriste) et Naly (chorégraphe), Lola promet un concert à la hauteur des attentes des fans et de sa réputation. Il promet notamment de faire danser son public, le faire crier, mais également l’émouvoir avec les différentes ballades présentes dans ses albums, à l’instar de « Tiaka loatra ianao».

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Football – Classement FIFA – Progression attendue de Madagascar

Le classement mondial de la Fédération Internationale de Football Association sera mis à jour, demain. On attend une nouvelle progression de Madagascar.La Grande île occupe le 97e rang, depuis la précédente mise à jour, le 1er juin dernier. Elle est créditée de 341 points.Entre temps, les Barea ont disputé quatre matches internationaux, avec trois succès et un nul. Victoire à l’extérieur contre le Soudan avec un doublé de Faneva Ima (3-1), en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, le 11 juin ; victoire contre les Seychelles (2-0) et le Mozam­bique (4-1) avec un Rinjala très actif et élu homme du match à deux reprises, en Cosafa Castle Cup, la semaine dernière en Afrique du Sud.Entre temps, ils ont concé­dé un nul face aux Zimbab­wéens, toujours dans le cadre de cette Cosafa Castle Cup. Un tel bilan devrait permettre à Madagascar d’engranger des points supplé­men­taires et de ce fait, de grimper de quelques positions dans ce FIFA Ranking.

Bonne performanceD’autant plus que le classement est très serré, sachant que la Nouvelle Zélande et le Guatemala, 95e ex-aequo, sont devant pour seulement trois unités.La Grande île demeure invaincue cette année, avec sept victoires et un nul en huit rencontres disputées toutes compétitions confondues. Prochainement, elle affrontera le Mozambique, au deuxième tour des qualifications du Championnat d’Afrique des Nations 2018.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Farafangana – Des équipements pour les collectivités territoriales décentralisées

« La remise de matériel que nous réalisons, aujourd’hui, ne doit pas être appréciée comme étant un geste isolé. Elle illustre l’appui du PNUD aux collectivités territoriales décentralisées (CTD) dans l’exercice de leurs compétences respectives en matière de développement local, et complète le soutien au processus de décentralisation effectué au niveau national avec le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation », a déclaré le représentant résident du PNUD, Violette Kakyomya, lors de la remise, à Farafangana vendredid dernier, de matériels roulants et d’équipements informatiques à la Région Atsimo-Atsinanana et à la commune urbaine de Farafangana.La cérémonie de remise a été suivie d’une séance de travail avec la région et la commune sur la mobilisation des ressources locales censées renforcer leur autonomie, la gouvernance régionale, et accroitre les opportunités de développement.Depuis 2015, le PNUD a effectué des appuis matériels de ce genre auprès de trois régions et quatre communes, dans le cadre du Programme d’Appui à la décentralisation et à la résilience communautaire (PADRC). L’objectif est de dynamiser le rôle des CTD dans la fourniture de services de proximité de qualité aux contribuables et usagers, mais aussi la création des conditions locales nécessaires au développement.Par ailleurs, des équipements ont été remis au Groupement de la Gendarmerie, afin de renforcer ses capacités d’intervention, et à la Maison des Jeunes de Farafangana afin d’y rehausser la fréquentation des jeunes filles.Violette Kakyomya a également saisi l’occasion de sa visite à Farafangana pour se rendre sur les différents sites d’interventions du PNUD incluant la clinique juridique. Des séances d’échanges ont également permis de rencontrer les communautés vulnérables ayant bénéficié des activités de lutte contre la pauvreté du PNUD, mises en place depuis 2011 dans la égion Atsimo-Atsinanana avec le ministère de l’Économie et du plan. Il s’agit principalement des dispositifs « argent contre travail », et du développement des filières de cultures maraîchères, apicoles ou encore de Groupes villageois d’entraide communautaires (GVEC).

Recueilli par Prosper Rako

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – La « Mandela day » célébrée à l’Université

L’Université Nord d’Antsiranana (UNA) n’a pas manqué de célébrer la Journée internationale de Nelson Mandela, la « Mandela day ». Certes, le 18 juillet,  jour anniversaire du leader sud-africain est consacré, depuis novembre 2009 par l’Assemblée générale de l’ONU, en l’honneur de sa contribution à la culture de la paix, mais ladite université a choisi les 29 et 30 juin derniers pour servir l’objectif des Nations unies de faire chaque jour, une journée de Nelson Mandela.L’occasion a aussi permis de mettre en chantier le projet communautaire de l’Universitéqui sera réalisé au long terme en partenariat avec le groupe Sipromad  et  l’ambassade de l’Afrique du  Sud. Cette année, la célébration se fera sous le thème  « Action against poverty ».La célébration  est  née suite à une proposition de partenariat lancée par  Madame l’Ambassadeur de la République d’Afrique du Sud avec les six Universités malgaches. Ainsi, il est proposé à chacune d’entre elles de choisir un projet pratique parmi une liste de 32 projets à mettre en œuvre au courant du mois de juillet dans la communauté immédiate de chaque université. Selon les explications de Cécile Manorohanta, présidente de l’UNA, tous ces projets seront mis en compétition devant un jury national au cours de célébration du 18 juillet, organisée à Antananarivo, par l’ambassade en collaboration avec le gouvernement, les six Universités et les membres de la communauté internationale. Le lauréat du concours sera récompensé du titre d’« Université Ambassadrice de Nelson Mandela 2017 ».Pour le compte de l’Université antsiranaise, elle a choisi de combiner les projets n°11 et n°23, qui seront réalisés en partenariat avec le groupe Sipromad.« C’est un projet à long terme qui propose de créer une plateforme servant à collecter et partager des informations ou des conseils sur la façon d’obtenir une bourse d’études à l’extérieur, de passer des examens avec succès, ou comment  utiliser un ordinateur, et comment démarrer un projet de recyclage pour trouver un emploi », a expliqué la présidente.De fait, l’UNA a mis en place une série de programmes de célébration dont la cérémonie d’ouverture officielle s’est tenue au jardin du Campus numérique, en présence des autorités régionales et de la grande famille de l’Université.Pendant les deux journées, l’organisation a proposé « Mandela quizz », une séance de Questions pour un champion concernant la vie et l’œuvre de Nelson Mandela. Les champions  ont reçu par ordre de mérite des ordinateurs portables, des tablettes, des clés USB et des dictionnaires bilingues anglais-français /français-anglais. Les lauréats  sont le Lycée Mixte Groupe 2 et la Faculté de médecine.Le 30 juin, L’UNA a reçu   3 000 kits scolaires offerts par le groupe Sipromad à l’intention des élèves des EPP de la Cisco 1. La projection du film « Long walk to Freedom » a clôturé l’évènement « Mandela Day » à l’UNA. Un film qui  donne un aperçu de la vie et la  lutte entreprise par « Madiba » dans sa longue marche pour libérer son peuple.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Smartphone – Le Huawei P10 séduit les technophiles 

Le constructeur chinois Huawei vient de lancer à Madagascar son tout nouveau smartphone P10. Sa commercialisation se fera dans les prochains jours.

Le Huawei P10 aura tout pour plaire aux technophiles. La présentation de ce nouveau bijou du constructeur chinois, vendredi dernier, a laissé en émoi l’assistance. Son design séduit déjà plus d’un. Multicolore, allant des couleurs classiques au doré, rose, vert bleu, ce smartphone est muni d’un écran de 5.2 pouces. Les spécialistes indiquent que c’est la taille idéale pour les technophiles. Il se glisse facilement dans les poches.Les différentes fonctionnalités embarquées et son design le placent déjà comme un concurrent sérieux des iPhone 7 ou des Samsung Galaxy S8.  D’ailleurs, le constructeur chinois ambitionne d’être le numéro un sur le marché mondial du smartphone dans les trois prochaines années.« Huawei se trouve actuellement en troisième position sur le marché des smartphones. Nous avons comme ambition d’être le numéro un mondial d’ici 2020 », a déclaré Vinesh Eranah de Huawei.« Cette fois, c’est la bonne pour Huawei. Avec le P10, il tient enfin un smartphone capable véritablement de rivaliser avec les concurrents très haut de gamme du marché. Certes, il reste assez classique dans son approche. Mais entre son bel écran, son design plaisant, sa qualité de fabrication irréprochable, sa fluidité de tous les instants ou encore son autonomie très correcte, il ne prête guère le flanc à la critique », porte dans son analyse la FNAC, la chaîne de magasins française spécialisée dans la distribution de produits culturels et électroniques.Côté technique, le terminal est équipé d’un processeur Kirin 658 avec une vitesse d’horloge variant entre 1.4Ghz et 2.10Ghz. Quant à la mémoire vive installée, elle se situe entre 3Go et 4Go. Le circuit graphique qui accompagne est de type Mali T830 de type mp2. 32 Go de stockage intégrés sont extensibles à 256 Go par port Micro-SD. La batterie de 3 200 mAh a le mérite d’être compatible avec SuperCharge afin de limiter le temps de rechargement. Grâce à la technologie de protection en cinq étapes de la batterie, la recharge est à la fois sûre et rapide. L’écran s’annonce être du Full HD en 1 920×1 080 avec une finesse de pixel de 424 ppi.

Double objectifMais son véritable point fort reste, sans doute, son double objectif conçu avec Leica de deuxième génération. La photo est d’ailleurs l’argument-phare que le constructeur Huawei met toujours en avant dans ses terminaux haut de gamme. Pour donner du crédit à son message, il s’est allié, fin 2015, à la prestigieuse entreprise allemande Leica, réputée pour la qualité de ses optiques et pour avoir marqué l’industrie de la photographie et l’histoire avec ses célèbres M télémétriques.« L’algorithme de traitement d’images de ce terminal capture des portraits artistiques de qualité Leica et offre un traitement de la photo de qualité professionnelle. Les traits du visage bénéficient d’une attention spéciale grâce à la technologie optique qui fait ressortir les couleurs et la luminosité. Lorsque cette dernière varie, l’algorithme de traitement de la photo ajuste automatiquement la composition de la photo, y compris la balance des blancs, la vitesse d’obturation et bien plus encore. L’éclairage dynamique illumine vos portraits. La technologie de reconnaissance faciale en 3D du terminal identifie les traits du visage avec plus de précision pour magnifier les selfies », explique Huawei sur son site internet.Ce nouveau smartphone sera mis en vente dans les prochains jours sur le circuit officiel de Huawei à Madagascar. D’après les responsables, le prix reste, toutefois, abordable ne dépassant pas les deux millions d’ariary. Mais à quelques jours de son lancement dans la Grande île, le terminal séduit déjà certains adeptes de la marque.« Avec cette présentation, le terminal est une véritable studio photo. Il a déjà fait ses preuves auprès des usagers du monde entier depuis son lancement à la fin du premier trimestre », a soutenu Nirina, un jeune cadre d’une société.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Une caisse nationale de solidarité pour la santé en vue.

La mise en place de la Caisse Nationale de Solidarité pour la Santé ou CNSS est en bonne voie. Le projet de décret, portant sa création, son organisation et son fonctionnement, a été adopté au conseil du gouvernement au palais d’État à Mahazoarivo, hier. La CNSS devrait assurer une couverture santé à la population malagasy. En ce sens, le ministère de la Santé publique collabore avec cinq autres ministères.

L'express de Madagascar0 partages

Bianconero

Toute une tartine autour de la diffusion sur les réseaux sociaux de la conversation téléphonique entre un agent du Bianco et Claudine Razaimamonjy. Il s’agit d’une convocation par téléphone dont la bande sonore a été publiquement diffusée. Tout le monde ou presque se réjouit de cet exploit de celle ou celui qui a pu se procurer le document et le diffuser pour le public.Si c’était sorti directement des tiroirs du Bianco, cela remettrait en cause la crédibilité de ce bureau de lutte anti-corruption, la fiabilité des renseignements qu’il reçoit et l’impartialité de l’enquête qu’il mène. Si c’était le cas, le Bianco aurait anéanti toute l’estime que l’opinion a commencé à avoir en lui avec les éclaboussures de cette bourde.Confidentielle ou pas,  la publication de la conversation relève d’un principe élémentaire de bienséance, d’un banal devoir de réserve par rapport à un entretien presque privé, d’une obligation de discrétion.Il ne faut pas se contenter du fait que la conversation diabolise davantage celle que l’opinion a déjà condamnée avant le procès, et met le Président en mauvaise posture à travers les propos tenus par Claudine Razaimamonjy qui n’engagent qu’elle. C’est la bonne gouvernance qui se trouve complètement menacée par de telles pratiques.Et c’est la que le problème est difficile à gérer. Les politiciens qui se trouvent en dehors du pouvoir approuvent à l’unanimité, l’incident même s’ils savent que cela ne relève d’aucune éthique, que cela ne doit pas se faire dans une République. L’important, sur le moment, est que cela indispose le pouvoir. On ne pense pas aux conséquences que cela pourrait avoir plus tard quand eux-mêmes, si, par hasard, ils arrivent au pouvoir.On avait applaudi le revirement des militaires en 2002, on avait salué les mutineries en 2009, on avait bien rigolé du général humilié par un caporal à Ampahibe. On avait apprécié l’image des chefs religieux pris par le col par les auteurs du coup d’État en 2009. Aujourd’hui, tout le monde grogne et rouspète quand il n’y a plus aucune discipline, aucune hiérarchie au sein des Forces armées, quand les militaires participent à des actes de banditisme, quand les militaires désobéissent à la justice. On l’aura cherché. La situation est aujourd’hui irréversible. Malin est celui qui pourra rétablir l’ordre au sein des Forces armées.Il ne faut pas encourager des inepties dans le seul but de renverser un pouvoir, de pousser les irrégularités pour assouvir des ambitions déplacées.Quand des soi-disant politiciens boudent la fête nationale et incitent la population à ne pas hisser le drapeau national, on se demande comment ils comptent inculquer aux citoyens le patriotisme, la souveraineté nationale.Cet incident sur une conversation du Bianco constituera un précédent. Si tout n’est pas bien maîtrisé, désormais, la publication d’une conversation privée, d’un document privé ou tout simplement de la vie privée risque de devenir monnaie courante.La question qui se pose est pour le moins classique. À qui profite le crime, ce bianconero  À ceux qui veulent salir davantage l’image du pouvoir et en particulier celle du Président pour accélérer sa chute à travers une vindicte populaire . À ceux qui voulaient une vengeance contre le bourreau de Claudine Razaimamonjy et qui voulaient montrer son incompétence à travers ce dérapage incontrôlé   À ceux qui se sentaient visés par la suite de l’enquête et qui voulaient mettre fin à l’histoire ?Ce qui est certain, c’est que l’auteur du crime ne l’a pas fait pour donner simplement un sujet d’énigme à la Sherlock Holmes aux enquêteurs.Pour le Dg du Bianco en tout cas, cela ne lui donnera pas davantage de cheveux blancs.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Slalom – Défi auto vs moto à Bevalala

Venir défier les meilleurs pilotes de slalom voitures sur leur terrain, à Bevalala. Tel est le challenge lancé par Liqui Moly et Madauto, pour ce weekend.Initialement, la course qui portera l’appellation de Slalom Liqui Moly Tecno, devait mettre aux prises uniquement les pilotes du cham­pionnat. Mais pour pimenter le tout, le sponsor du club MSA pour cet événement a décidé de lancer cette initiative.Pour sa part, Madauto offrira des trophées aux vainqueurs. « Pour la deuxième journée de dimanche, les motards procèderont d’abord à un essai chrono, entre 11h30 et midi. Par la suite, nous déterminerons leurs adversaires selon les chronos qu’ils auront réalisés. Et à 15h, une fois que la deuxième manche sera bouclée à 15h, les défis auto vs moto débuteront », explique-t-on auprès du club MSA.Le slalom de ce weekend constitue la troisième échéance de la saison. Le circuit de Bevalala propose deux pistes A et B, reliées par un échangeur où un pilote passe par-dessus un pont et un autre en dessous. D’où la possibilité d’y organiser des duels du genre de ce défi auto vs moto. Super­motard, cross ou enduro seront tous les bienvenus pour cette course.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Triste sort que celle d’une cousine

Les relations à plaisanterie (fizivàna) entre oncle utérin et neveu vont souvent de pair avec celles des cousins croisés. Ces dernières relations se reconnaissent surtout dans certains groupes ethniques malgaches.À Madagascar comme dans tout pays où les liens parentaux sont très importants, on constate une nette distinction entre cousins germains. Avec les uns, il est permis de se marier entre eux, avec les autres cela est strictement prohibé. Les premiers sont les enfants d’un frère et d’une sœur: ce sont des cousins croisés (mpianadahy ou anadahy, mpianabavy ou anabavy). En revanche, les enfants de deux frères ou de deux sœurs sont des cousins parallèles (mpirahalahy ou rahalahy, mpirahavavy ou rahavavy).Toutefois, le droit malgache n’est pas uniforme en ce qui concerne les prohibitions d’union entre cousins-cousines.En général, « la cousine croisée de quelqu’un est son épouse (de droit ) », dit le proverbe, même si ce mariage n’est pas obligatoire. Cependant, chez les Tsimihety et même les Sakalava, le mariage entre cousins croisés est interdit s’il est toléré par les autres groupes ethniques. Pour les Sakalava, la parenté à plaisanterie prévue en cas d’alliance lie uniquement les beaux-frères et les belles-sœurs. Pour les Tsimihety, cette parenté relie les cousins croisés entre eux et leur interdit toute union.Le fait est que la femme dans les deux groupes ne peut se marier à l’intérieur de son clan pour éviter qu’une séparation éventuelle ne brouille totalement les familles. Ainsi, son époux doit appartenir à un clan différent: la femme quitte son groupe d’origine pour aller vivre avec son mari et cette séparation avec son clan est définitive. Séparation consacrée par le sacrifice d’un bœuf offert par le mari à sa belle-famille selon le rite du « mariage attaché » indissociable (« fanambadiana voafehy »).À la mort de son époux, la femme est recueillie par sa belle-famille et le beau-frère « hérite » d’elle (« vady lova ») et doit cohabiter avec elle. La veuve peut néanmoins choisir le « beau-frère »- s’ils sont nombreux- avec qui elle continuerait la vie conjugale. Dans tous les cas, elle n’a aucun droit sur ses enfants qui appartiennent à la famille de son mari défunt, et c’est de cette dernière qu’ils héritent des liens du « ziva » ou « lohateny » (alliance ou parenté à plaisanterie, ce qui implique le droit d’injure).C’est peut-être pour atténuer les effets de cette séparation avec la famille maternelle que les enfants restent en relation plus étroite avec leurs cousins germains par un lien de « ziva » spécial. Cela peut aussi expliquer pourquoi les cousins parallèles ne sont pas rattachés par un lien de « ziva » et pourquoi ils ne sortent pas de leur clan d’origine.Les Tsimihety font d’ailleurs parfaitement distinction entre les enfants nés dans le clan d’origine, les « zanak’anadahy » (enfants de frères), et ceux nés dans les clans étrangers,« les zanak’anabavy » (enfants de sœurs) et les cousins croisés ne peuvent se marier entre eux. Cette prohibition est, semble-t-il, propre aux seules populations tsimihety et sakalava.Chez les Merina, les Betsileo, les Sihanaka qui tous appliquent les lois et coutumes merina, ainsi que les Antandroy…, l’interdiction du mariage entre cousins germains est restreinte aux enfants de deux sœurs. Bien plus, ils ont ajouté à cette catégorie les enfants de deux cousins germains descendant de deux sœurs.« Sont réputées fady ou tsy heny, c’est-à-dire dans l’incapacité de contracter mariage sans commettre l’inceste, toutes les personnes issues d’une même mère (mpiray tampo), toutes celles issues de deux sœurs au premier ou au deuxième degré » (Julien).Thébault dit de même: « La coutume malgache considère les enfants nés de deux sœurs non pas comme des cousins, mais comme de vrais frères et sœurs, et prohibe comme incestueux le mariage entre ces personnes et par une conséquence toute naturelle, regarde à leur tour les enfants de ces deux personnes comme de véritables cousins germains. » Cette coutume est toutefois limitée au seul cas de la descendance de deux sœurs.Chez les Betsimisaraka et les Merina du Vonizongo, la prohibition s’étend même aux enfants nés de deux frères.D’après les ethnologues, ces différences de coutumes sont logiques puisque les cousinscroisés ont, dans la plupart des cas, faculté sinon obligation de se marier entre eux (« fille de tonton »), tandis que l’union entre cousins parallèles est jugée incestueuse (« zaza tsy omby kibo »): les cousins-cousines auraient pu naître de la même mère (puisque leurs mères sont sœurs) ou du même père (puisque leurs pères sont frères). Betsimisaraka et Merina du Vonizongo se conforment assez strictement à cette règle.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Hausse du taux de réussite du CEPE au niveau national.

Les résultats de l’examen du CEPE sont complets pour les cent quatorze Circonscriptions scolaires (CISCO). Le taux de réussite s’est amélioré par rapport à l’année dernière, soit 58,30% cette année contre 51,26% en 2016, selon le rapport du ministère de l’Éducation nationale, hier. Les formations continues des enseignants ont contribué à cette amélioration.

L'express de Madagascar0 partages

Hold-up à Miarinarivo

Dix bandits armés de fusil de chasse ont attaqué une maison à Antsahamaina, commune rurale d’Ambatomanjaka, district de Miarinarivo, dimanche vers minuit. Deux coups de feu ont retenti sur les lieux. Plus des trois cent mille ariary, deux cartes d’identité nationale et une radio ont été dérobés. Aucun mort ni blessé n’a pourtant été constaté, selon la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Adieu vacances, bonjour galères

Les vacances pour les petits pointent leur nez. Samedi dernier, la majorité des écoles à Antananarivo ont procédé à la traditionnelle distribution des bulletins de notes. Comme le système malgache d’éducation se base encore sur un système ancestral français qui veut que l’on pense que les élèves brillants sont ceux qui font le mieux le perroquet. C’est-à-dire que celui qui sait le plus rabâcher ce que le maitre a dit, dans la manière dont le maitre l’a dit est tout à fait intelligent. Passons ce détail, les parents comme les enfants redoutent toujours ce moment. Est-ce que mon enfant a été « sage » et passera en classe supérieure ?  Il y aurait l’aspect de « l’honneur » mais il est aussi question de finance. En effet, si l’enfant redouble sa classe, cela signifie un investissement d’une année sans fruit.Alors samedi dernier, plusieurs parents ont eu une sueur froide. Certains, par les bulletins catastrophiques de leurs enfants, mais la majorité par l’annonce de la facture qu’il va falloir payer pour la prochaine année scolaire. En plus de la hausse des frais de scolarité, on nous annonce que, désormais, l’année scolaire est de onze-douze mois. Oui, douze mois. Mis à part la question de capacités humaines des enfants, la capacité des poches des parents a été la seconde énigme. Il faut savoir que les quelques mois de répit sans écolage, sans goûter, sans cantine, sans transport permettent aux papas et mamans d’économiser afin de payer la rentrée scolaire et les vacances. La rentrée est aussi le renouvellement de la garde-robe des enfants afin de ressembler « aux enfants des autres », « mba mitovy amin’ny zanaky nyhafa e ! ».Rentrée scolaire signifie fournitures en tous genres qui devient de plus en plus un casse-tête. Quand la liste arrive, des fois, on voudrait bien demander des comptes au directeur de l’école. Cartable carré avec poches latérales, crayons de couleur telle marque ou rames de papier de plusieurs couleurs…la liste est longue. Heureusement, dans certaines écoles, les fournitures sont à leur charge. Alors, cette fois-ci, il va falloir sacrifier quelque chose car les onze ou douze mois de frais de scolarité, plus les frais généraux et frais de réinscription qui sont aussi chers qu’un mois ou deux mois d’écolage, en plus des fournitures, le compte est vite fait. En plus de ne pas pouvoir joindre les deux bouts d’un mois, il va falloir jongler l’année.Loin de la théorie de l’État et du Ministère de l’Éducation nationale on parle pratico-pratique. La scolarité des enfants est parmi les dépenses les plus lourdes pour chaque famille. Les vacances permettent de souffler un peu, mettre de côté. Cette année donc, adieu grandes vacances, recousons les habits, recyclons tout le matériel de l’année dernière. Et si les directeurs d’école imposent encore des listes rocambolesques, ils goûteront vraisemblablement au ras-le-bol des parents ruinés.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Cinq blessés dans un accident

Un véhicule transportant des familles venant d’Ambatolampy pour un mariage a fait une sortie de route samedi vers 19h à Tsinjony, commune rurale de Behenjy. Cinq personnes ont été blessées. Un enfant de 4 ans a été évacué d’urgence vers un hôpital à proximité.

L'express de Madagascar0 partages

Deux millions d’ariary dérobés

Dans le fokontany d’Ambanifotsy, district d’Arivonimamo, dimanche vers 20h.  Il s’agit des six bandits qui ont lapidé de pierres le toit d’une maison pour dérober deux millions d’ariary. Les malfaiteurs ont menacé le couple avec une bêche. La femme a été blessée. Les bandits courent toujours .

Madagate0 partages

Antananarivo. FAFI V tarihin’i Naivo Raholdina : feno 10 taona ny fikambanana

Asabotsy 1 Jolay 2017. Nankalazaina tamin’ny fomba manetriketrika tao amin’ny « La Résidence » Ankerana niaraka tamin’ny solotenan’ny mpikambana sy olona nasaina 1000 mahery teo ny faha-10 taonan’ny Fikambanana Mpanao asa soaFAFI V (Fikambanana Mpanao asa soaho Fampandrosoana ny Firaisana isam-pokontany eto amin’ny Boriboritany fahadimy) tarihin’ny Filoha mpanorina Andriamatoa Naivo Raholdina.

Notoloran’ny Fanjakana Malagasy mariboninahitra roa sosona izy dia:

- Chevalier de l’Ordre National

- Commandeur des Arts, des Lettres et de la Culture, de la Littérature nohon’ny asa vitany teto amin’ny firenena, indrindra ny fanandratana ny Kabary Malagasy sy ny Asa soratra Malagasy.

Azo lazaina fa reharehan’ny Mpikabary Malagasy ny Filoha mpanorina ny FAFI V, izay misahana ny sampana Kolotsaina FIMPIDIMY (Fiaraha-mientan’ny Mpikabary boriboritany fahadimy), hoy Andriamatoa Rabenirina Jean Jacques, Ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde de la Patrimoine, raha nandray fitenenana sy nampisalotra izany mariboninahitra izany, amin’ny alàlan’ny Fitondram-panjakana, izay niahy ny lanonana ary nitsodrano sy nankahery amin’ny asa mafy tanterahina ho tratry ny folo taona manaraka indray.

Ny Fikambanana Mpanao asa soa FAFI V dia manana sampana telo :

Ny sampana Sosialy Fanantenana izay tarihin-dRamatoa Hanitriniala Raholdina ;

Ny sampana Kolontsaina isian’ny FIMPIDIMY ;

Ny sampana Fanatanjahantena.

Nandritra ny lanonana dia nampahafantarina teo imason’ireo olona nasaina ireo birao vaovao hitantana ny FAFI V ao anatin’ny 5 taona manaraka. Betsaka ireo asa soa vitan’ny fikambanana tao anatin’izay 10 taona nijoroany izay no naseho tamin’ny horonantsary nandritra ny ora iray latsaka, ary nanamarika ny Filohan’ny fikambanana tamin’ny kabary izay nataony fa aleo ny horonan-tsary no hilaza azy satria amin’ny alalan’ny KABARY ARAHIN’ASA NO AHITANA VOKATRA, no fomba fiasan’ny Fikambanana anatanterahana ny filamatra hoe “MIARO sy MANASOA VAHOAKA”.

Nanamafy ny Filohan’ny fikambanana FAFI V Naivo Raholdina fa hoamafisina ary ho tohizana avo folo heny araka izay tratra ny “ADY amin’ny tsindrihazolena, ADY amin’ny fahantrana, ADY amin’ny fitiavan-tena sy fitsetsefana ny madinika”, satria ny filamatry ny sampana Sosialy FANANTENANA ao anatin’ny FAFI V dia ny hoe “AZA MANAO KELY TSY MBA MAMINDRA”.

Mba ahafahan’ny vahoaka mahafantatra ny asa soa ataon’ny Fikambanana sy izay mpanao asa soa rehetra satria ny “soa fianatra dia anisan’ny asa miandry ny fikambanana amin’ny folo taona manaraka ihany koa ny ADY, amin’ny fahalalahan’ny vahoaka mihaino vaovao tena marina”, ka manohana ny fahalalahan’ny mpanao gazety haneho hevitra ny tenany.

Anisan’ny nanamarika io lanonana io koa ny seho tsy nampoizina toy ny rindran-kira sy ny fampisehoan’i Poon and Co, izay fantatry ny tanora teo amin’ny sehatry ny Pazzapa, namelomany ny kalon’ny fahiny sy ankehitriny sy ny nipoitran’i Abel Ratsimba izay ray aman-dreny mponina eny amin’ny boriboritany fahadimy, fantatry ny zokiny tamin’ilay hira tsy afaka am-bavany teo aloha, “Tsy nofiko intsony”.

Ary araka ny maha lanonana azy dia nisy ny mofomamy sy koba mitam-pihavanana sy fiarahana miala hetaheta ary mbola samy nahaazo ny anjarana nentina nody ihany koa niaraka tamin’ny vatomamy amin’ny maha mamy ny fankalazana ireo mpanotrona 1000 mahery.

Ary anisan’ny tena zava-dehibe nisongadina ny fanambarana nataon’ny FAFI V (Fikambanana Mpanao asa soaho Fampandrosoana ny Firaisana isam-pokontany eto amin’ny Boriboritany fahadimy) sy ny FAFI (Fampandrosoana Antoky ny Fiandrianam-pirenena), ny fiantsoana ny Filohan’ny Tetezamita teo aloha Andry Nirina Rajoelina hirotsaka hofidiana amin’ny fifidianana ho Filoham-pirenana ny taona 2018, ary nilaza tamin’ny fomba ofisialy ity fikambanana sy ny antoko miaraka aminy ity fa hanohana azy hatraminy farany noho ny zava-bitany teto amin’ny firenena nandritra ny Tetezamita na dia voasazy tsy nisy mpamatsy vola aza ny Fanjakana tamin’izany, dia mbola nahavita nampiakatra ny karaman’ny mpiasam-panjakana, nahaloa trosa ny tany ivelany, indrindra moa ny nahavitany ny Coliseum lehibe manara-penitra eny amin’ny Boriboritany fahadimy ka ho fahatsiarovana mandrakizay ho an’ny sampan Kolotsaina ao amin’ny fikambanana FAFI V.

www.madagate.org