Les actualités Malgaches du Mardi 05 Juin 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara93 partages

Gouvernement de consensus : Ntsay Christian nommé Premier ministre

Ntsay Christian est le nouveau Premier ministre.

Le nouveau locataire de Mahazoarivo a figuré dans la deuxième liste de trois noms proposée par le parti MAPAR.

L’article 3 de l’Avis n°3-HCC/AV du 1er juin de la Haute Cour Constitutionnelle concernant la demande d’avis sur la signification de la Décision n°18-HCC/D3 relative à la requête en déchéance du président Hery Rajaonarimampianina stipule que « La cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un accord politique ou, faute d’accord, dans le délai de l’exécution de la Décision n°10-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin au plus tard ». Cette disposition a été respectée puisque désormais, l’« ex-Premier ministre », Olivier Mahafaly Solonandrasana a démissionné hier matin. Sa démission, ainsi que celle de son Gouvernement a été acceptée par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Désormais, les anciens membres du gouvernement Mahafaly ne feront qu’assurer l’expédition des affaires courantes. Dans l’après-midi, le Chef de l’Etat a annoncé la nomination du nouveau Premier ministre, en la personne de Ntsay Christian. Il a figuré dans la deuxième liste de trois noms proposée par le parti MAPAR. Et ce, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution. La première liste ayant été rejetée par le locataire d’Iavoloha, le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » a envoyé dimanche dernier, une seconde liste composée de Florent Rakotoarisoa, Ntsay Christian et un Officier Général à la retraite. Hery Rajaonarimampianina a donc choisi parmi ces trois noms.

Consensualité. Aux yeux des observateurs, Ntsay Christian remplit les conditions requises pour assurer l’organisation d’élections libres, transparentes et acceptées par tous. Connu et reconnu comme étant un homme nouveau et neutre, il remplit les critères de la consensualité vis-à-vis de toutes les forces politiques protagonistes. D’ailleurs, d’après les informations, sa nomination aurait bénéficié de la bénédiction des partenaires techniques et financiers. Pourtant, la décision suscite depuis hier une contestation grandissante sur les réseaux sociaux, mais aussi dans les rangs des manifestants sur la Place du 13 mai. Depuis la semaine dernière, Maître Hanitra Razafimanantsoa a martelé que le Premier ministre devrait faire partie des 73 députés pour le changement. Suite à cette déclaration, un sentiment de colère s’est fait sentir hier sur le « kianja » après l’annonce du nom du nouveau Chef du gouvernement. La manifestation a d’ailleurs été interrompue à cause de cette surprise. Il a fallu l’intervention des députés MAPAR sur le journal de VIVA TV pour apaiser la tension. Les Christine Razanamahasoa, Brunel Razafintsiandraofa et consorts ont confirmé que Ntsay Abel a bel et bien été proposé par le parti MAPAR. Cette explication devrait mettre fin aux polémiques autour de cette nomination.

Clés de répartition. Pour rappel, Me Hanitra Razafimanantsoa a déclaré samedi dernier sur la Place du 13 mai que le TIM ne posera aucun problème concernant la nomination d’un PM présenté par le MAPAR. En tout cas, face à cette épreuve, les « 73 députés pour le changement » devraient prouver la solidité de leur solidarité auprès de leurs partisans qui se donnent encore rendez-vous sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely, ce jour. Désormais, il faudrait songer aux clés de répartition des sièges au sein du gouvernement. Si l’on se réfère à l’Avis de la Haute Cour Constitutionnelle, les différentes forces politiques disposent d’une semaine pour former le gouvernement électoral dirigé par Ntsay Christian. D’ailleurs, toutes les forces politiques devraient désormais s’atteler à l’application de la décision de la HCC qui préconise une élection présidentielle anticipée.

Biographie. Né le 27 mars 1961 à Diégo-Suarez, le nouveau Premier ministre a désormais 57 ans. Il est marié et père de deux enfants. Avant cette nomination, il est le Représentant de l’Organisation Internationale du Travail à Antananarivo pour les Comores, Madagascar, Maurice et les Seychelles. Il a déjà été ministre sous l’ère Marc Ravalomanana de 2002 – 2003. Il a également été Consultant national et international pour le compte de divers organismes et organisations entre autres, le PNUD, la Banque mondiale, l’UNFPA et l’Union européenne. Le nouveau Chef du gouvernement a également été Président exécutif d’Entreprendre à Madagascar, Président du Conseil d’Administration des établissements touristiques publics SMTH (Hilton) et CCM (Andilana Beach), Directeur général de la Compagnie pétrolière SOLIMA et a occupé plusieurs postes à responsabilités au sein de l’usine SECREN, après avoir été Auditeur Junior au sein du Chantier naval Sud Marine Entreprise à Marseille France. Ntsay Christian est diplômé en Techniques de Gestion et de Direction d’Entreprises au Centre d’Etudes Financières, Economiques et Bancaires à Paris. Il dispose aussi d’une Licence en Sciences économiques de l’Université d’Antananarivo. D’après les informations, la cérémonie de passation à la Primature aura lieu ce jour au Palais de Mahazoarivo.

Davis R

News Mada56 partages

Antsiranana : un couple de karana assassiné en revenant de la mosquée

Le mari et la femme ont été découverts morts assassinés près de leur maison sise sur la Place Kabary Antsiranana. Les enquêteurs de la police se tournent sur le gardien de la maison qui était absent au moment de la découverte.

Découverte macabre dans le quartier de la Place Kabary Antsiranana. Un couple karana âgé a été retrouvé mort hier au petit matin près de sa maison. Le mari et sa femme, placés côte à côte, gisaient dans une mare de sang dans une ruelle.

D’après les explications, un gardien d’une maison voisine a été attiré par le bruit du moteur de la voiture du couple qui tournait tout au long de la nuit. Il a signalé le chef du fokontany sur ce fait étrange. Le président du fokontany a à son tour alerté la police. Arrivés sur les lieux, les policiers ont retrouvé, après une inspection dans le quartier, les corps sans vie du couple qui gisaient dans une mare de sang. Plusieurs blessures provoquées par des objets tranchants ont été observées au niveau de leur gorge, ce qui serait à l’origine de leur mort.

Selon les informations, le couple aurait quitté leur maison la veille pour aller à la mosquée. Revenu vers une heure tardive chez lui, il aurait été attaqué lorsque son véhicule allait se garer.

Le gardien absent

Durant les investigations de la police, le gardien de la maison n’a pas été retrouvé sur place alors que celui-ci devait être en service cette nuit-là. Un fait qui le soupçonnerait d’être impliqué directement dans l’affaire.

 A titre de renseignement, le couple serait le propriétaire d’un grand magasin de vente de pièces automobiles dans la localité.

Ando Tsiresy

Midi Madagasikara23 partages

BEPC : Des épreuves d’EPS suspendues

Déjà en cours depuis la dernière semaine du mois de mai, les épreuves d’Education physique et sportive (EPS) au BEPC (Brevet d’études du premier cycle) ont été suspendues par les enseignants grévistes. C’était le cas, hier, du côté d’Itaosy où les jeunes candidats n’ont pas pu passer les épreuves et ont manifesté leur désarroi. Les enseignants d’EPS à travers leur syndicat affirment être solidaires avec l’ensemble des enseignants en grève actuellement et décident de suspendre leurs activités. Cette suspension laisse les candidats perplexes et sèment la confusion dans leurs esprits. C’est du moins ce qu’ont annoncé ceux qui ont été confrontés à cette situation, hier. « Nous ne savons pas quand devrons-nous revenir pour passer ces épreuves, une fois la grève des enseignants terminée », affirment-ils.

Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

“Fety de baskety” : « Dream-Team » et BCSM1 cartonnent en U12

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas à Andraisoro au tournoi « Fety de baskety ». Les victoires sont partagées. Comme il s’agit d’un tournoi de proximité, l’euphorie et l’ambiance sont toujours au rendez-vous. Les tout-petits émerveillent chaque fois le public d’Andraisoro. Dans la catégorie U12, la rencontre entre les deux équipes de Mahamasina « Dream-Team » et NBE a tenu en haleine les supporteurs présents sur place. Les deux équipes ont livré de belles bagarres lors des deux premiers quarts-temps où le score affichait un score de 21 à 20 à la pause en faveur de « Dream-Team ». A la reprise, la physionomie de la rencontre a changé. Les poulains de Bayard Razafindralambo avec un collectif bien rodé s’envolent au score. A la fin de la rencontre, « Dream Team » s’est imposé par 43 à 23. Dans l’autre match des U12, l’équipe de BCSM1 a littéralement étrillé celle de « Tana Shooter 2 » par sur le score 71 à 04. Dans la catégorie senior hommes, l’équipe de l’Institut Pasteur a remporté la victoire à l’arraché par 73 à 72 et SBC SÔLA a pris le dessus sur Mandoro avec le score de 80 à 60.

Résultats

(U12G): TANA SHOOTER 2 contre BCSM1: 04- 71.

(Vêt H): AMB’HOOPS contre BCSM : 63-68.

(SH): BONNET contre INSTITUT PASTEUR : 72-73.

(U18G): CALIBRE 12 contre AT2B: 62-70.

(U12G): DREAM-TEAM contre NBE: 43-23.

(SH): SBC SÔLA contre MANDORO: 80-60.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

Toliara, processus d’élection : « Liberty 32 » lance la sensibilisation

Sandaniana de PEV dans Liberty 32.

Aussitôt que la HCC a rendu son verdict le 25 mai, à propos de la déchéance demandée par « les députés du changement, les organisations ont compris : les élections seront pour bientôt. Tôt ou tard, il faut bien y passer pour respecter la démocratie.

Force est de constater que la participation aux élections présidentielles et législatives de 2013 était très faible, à peine 33% si bien que le président élu dans de telles circonstances ne peut pas jouir d’une légitimité complète, d’où un gouvernement faible et précaire.

« Liberty 32 », organisation de la société civile, œuvrant dans l’éducation de la masse, a saisi l’occasion pour sensibiliser d’autres sociétés civiles, pour aboutir à une formation en cascade, ayant pour thème « prévention, violence électorale ». L’Union européenne finance aussi d’autres organisations (Centre européen d’appui aux élections, l’ONG « Tsolotra », le « Center for Creative Leadership », coalition des radios, Kmf-Cnoe, association universitaire pour la promotion du genre) pour réussir une élection transparente, inclusive et participative. Le but de ces organisations vise à atteindre des communes rurales les plus éloignées.

Les participants étaient des jeunes de 22 à 35 ans et quelques personnalités triées sur le volet (ancien maire, ex-membre le la plate forme des OSC) qui ont pris part au débat ce samedi 2 juin à l’Alliance de Toliara. Une plus grande formation se tient depuis hier et jusqu’à vendredi 8 juin au Palétuvier.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Midi Madagasikara7 partages

Tampon’ Ihorombe : Taksiborosy hihazo an’i Tolagnaro, notafihan’ny dahalo mitam-basy

Nitrangana fanafihan-dahalo indray tamin’ny RN13 teo anelanelan’ny Ihosy sy Betroka, afak’omaly alina, ka fiarabe taksiborosy iray hihazo an’i Tolagnaro no voaroba tao an-tampon’ Ihorombe, ary lasan’ireo mpanakan-dalana avokoa ny entana sarobidin’ireo mpandeha. Nandritra ny fanafihana dia nitifitra ireo malaso nentina nampijanonana ny fiara, ka nisy tamin’ireo mpandeha no naratra. Ny andron’ny alahady io ihany, saingy tamin’ny 7 ora hariva, tao Beraketa, distrikan’i Bekily kosa, mbola amin’iny lalampirenena faha-13 iny hatrany, dia fiara mpitatitra olona sy entana iray no niharan’ny sakan-dalana nataon’ny dahalo, iray kilometatra miala ny tanàna. Fa tao Andranovorivato, distrikan’ Ambalavao, amin’ny RN7 iny, afak’omaly io hatrany, dia fiara tsy mataho-dalana iray no notifirin’ny dahalo. Tafatsoaka ity 4×4 ity ka tsy nisy zavatra azon’ireo olon-dratsy. Tsy nisy ain’olona nafoy moa tamin’ireo fanafihana telo niseho ireo, raha araka ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

Madagate6 partages

Madagascar Environnement. Amnesty International, AVG, CNPE et CRAAD-OI sensibilisent

5 juin, Journée mondiale de l’environnement. Cette journée a été promulguée par le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement). Il s’agit de la journée la plus importante célébrée par les Nations Unies, qui vise à encourager la sensibilisation et des actions mondiales en faveur de la protection de notre environnement. Depuis son lancement en 1974, cette journée est devenue une plateforme mondiale de sensibilisation du public célébrée dans plus de 100 pays.

Par ailleurs, chaque année, la Journée mondiale de l'Environnement est organisée par un pays hôte différent, où se déroulent les célébrations officielles. L'accent mis sur le pays hôte contribue à mettre en évidence les défis environnementaux auxquels celui-ci est confronté et chaque pays est invité à initier des efforts pour y remédier. Le pays hôte de cette année est l'Inde.« Combattre la pollution plastique », a été le thème choisi pour la Journée mondiale de l'environnement 2018.

A Madagascar, pour cette Journée mondiale de l’Environnement 2018, quatre Ong se sont donné la main pour sensibiliser la population malgache. Ce, à travers une illustration, en deux langues, qui interpelle l’opinion publique et appelle la population malgache à soutenir leurs actions de protection des défenseurs de l’environnement dans la Grande île de l’océan Indien.

Les trois thèmes préoccupant au plus haut point, et qui minent réellement le quotidien de la majorité des Malgaches en milieu rurale sont: la destruction lente mais inexorable de leur environnement, leur espace vital; l'accaparement de leurs terres par des étrangers; le trafic illégal des richesses naturelles que possèdent leur pays Madagascar: faune, flore, richesses minières, souterraines et marines.

Les quatre Ong en question sont :

Amnesty International ou Amnistie internationale est une ONGI qui se donne comme missions la défense des droits de l'Homme et le respect de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

AVG (Alliance Voahary Gasy). Plateforme des organisations de société civile œuvrant pour l'environnement.

CNPE(Coalition Nationale de Plaidoyer Environnemental). Mise en place récemment (en 2016), cette coalition a été instaurée pour renforcer la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles à Madagascar

CRAAD-OI (Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement -Océan Indien). Organisation Pan-Africaine indépendante à Madagascar. Sa mission est de promouvoir des alternatives de développement durable.

Jeannot Ramambazafy

News Mada4 partages

Fifaninanana tetikasa – Frantsa : niavaka ny mpianatra malagasy

Ahitana Malagasy roa, nandrafitra ekipa iray nandray anjara tamin’ny fifaninanana ao anatin’ny tetikasa, antsoina hoe “Les Eutrepreunariales”, ao amin’ny Ecole Univesitaire de Management (IGR-IAE), Rennes, any Frantsa. Anisan’izany Rambeloson Rado Manitra sy Randria Onintsoa Valérie, izay samy mandranto fianarana momba ny fandraharahana sy fintantanana tetikasa (Entrepreneuriat et management de projets innovants MAE) ao amin’ity oniversite ity. Ny ekipa misy azy ireo no nahazo ny loka “prix de l’innovation agroalimentaire”, ny 27 marsa teo. Nahazo ny naoty telo tsara indrindra tamin’ireo tetikasa miisa 51 nifaninana ity ekipa ity.

Nomen’izy dimy mianadahy anarana hoe “Fia Farm” ny lohatenin’ny tetikasany, miompana amin’ny “fitantanana fiompiana trondro ampy tsara eto Madagasikara”. Teny malagasy midika hoe trondro ny hoe “Fia” ary teny anglisy midika hoe “fiompiana” ny “Farm”. Niahy nanohana azy ireo Rtoa Karine Le Rudulier, mpampianatra sady mpitarika famelabelarana (maître de conférence).

Nambaran’izy dimy mianadahy fa nanomboka nanadihady ny lalam-pihariana fiompiana trondro izy ireo, ny volana jolay 2017. Voamarina fa lalampihariana manana ny lanjany sy ny hoaviny ity sehatra ity ato anatin’ny 20 taona ho avy. Hitondra ny anjara birikiny hampiroborobo azy ny fihariana, ny fiompiana trondro sady hampitombo ny famoronana orinasa. Izany no fanambin’izy ireo amin’izao tetikasa izao.

Manana fahaiza-manao amin’ny sehatra samihafa izy ireo, nivondrona ho ekipa iray tamin’ity fifaninanana ity, nandritra ny enim-bolana, nanomanana sy namolavolana ny tetikasany. “Nahitanay traikefa sy zava-baovao ihany koa ny fiarahanay”, hoy ihany izy ireo.

Njaka A.

News Mada4 partages

Sur la liste du MAPAR : Christian Ntsay à la Primature

Après plusieurs jours d’atermoiement après la sortie de la décision de la HCC, le 25 mai dernier, le Chef de l’Etat a enfin décidé de nommer le Premier ministre. Christian Ntsay figure dans la liste présenté par le Mapar.

La route menant vers le consensus prend forme. Lors d’une déclaration à la presse, hier dans l’après midi,  le Président de la République a déclaré que Christian Ntsay, Directeur général de l’OIT, Représentant de l’OIT et Directeur du Bureau de Pays pour la zone océan Indien, a été nommé Premier ministre. Il sera donc chef du gouvernement en charge des préparatifs des élections à venir.

Selon une source auprès du parti «Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar)», cette personnalité figurerait dans la liste des trois noms proposés par cette formation auprès du Chef de l’Etat, dimanche dernier, par le biais du chef politique de cette formation, Andry Rajoelina. «Le plus important c’est d’aller vers les élections», indique-t-on du côté de cette formation politique. En effet, cette dernière a exprimé sa bonne foi à maintes reprises pour sortir de la crise actuelle. A titre d’illustration, une première liste de noms a été proposée auprès du Chef de l’Etat et face à son intransigeance, une deuxième a été proposée. Dans cette liste figurent les noms d’un ancien ministre de l’Intérieur, d’un général à la retraite et du Premier ministre Christian Ntsay. C’est donc une victoire de l’opposition car le nouveau Premier ministre est adoubé par les élus du Mapar.

Expérimenté

Pour ce qui est de l’expérience du nouveau Premier ministre, il  a été nommé depuis janvier 2008 par le Directeur général de l’OIT, comme Représentant de l’OIT et Directeur du Bureau de Pays pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles. «Christian Louis Ntsay possède de hautes compétences ainsi qu’une riche expérience dans la région. En outre, sa collaboration avec le Bureau international depuis 1992 a renforcé son expérience, ce qui lui permettra de s’acquitter de ses nouvelles responsabilités dans les meilleures conditions», explique la Présidence.

En 2002 et 2003, il a été ministre du Tourisme sous le premier gouvernement de Ravalomanana. Il est titulaire d’un Diplôme d’études de troisième cycle en gestion et Direction d’entreprise du Centre d’études financières économiques et bancaires de Paris. Il est  aussi le lauréat  du Prix du Leadership 2016. En tout cas, à travers cette nomination, il devient le numéro un de l’administration malgache et que le Chef de l’Etat reste sur son poste que de manière symbolique.

Rakoto

Le gouvernement Mahafaly tombe

Comme attendu, c’est dans la matinée d’hier que le locataire de Mahazoarivo a démissionné de son poste.  «J’accepte volontiers et avec joie de démissionner afin de permettre au Président de la République de choisir librement un Premier ministre de consensus», a-t-il fait savoir à la presse avant son départ pour Iavoloha en vue de remettre sa démission. Il a aussi tenu à défendre son  bilan en déclarant, «J’ai toujours prôné la solidarité et la réconciliation nationale. J’ai toujours privilégié le dialogue avec les membres de l’opposition surtout à L’Assemblée nationale. J’ai essayé tant bien que mal de trouver un consensus lors de l’élaboration des lois électorales». Il a du reste assuré n’avoir rien à regretter, et qu’il peut partir la tête haute.

 

Midi Madagasikara4 partages

Nirina Choquette : « Le Canada constitue une opportunité pour les jeunes malgaches »

Nirina Choquette connaît très bien le marché du travail canadien.

Expatriée depuis quelques années au Canada, son statut de résidente permanente lui a permis de bien connaître les réalités socioprofessionnelles dans son pays d’adoption. Ce qui l’a d’ailleurs amenée à créer une société de recrutement de travailleurs malgaches qui veulent se rendre au Canada. ARIM ou Agence de Recrutement International à Madagascar a son siège à Moramanga. Interview de sa directrice.

Midi : Quels sont les secteurs d’activité qui recrutent au Canada ?

Nirina Choquette : « Face au vieillissement de la population canadienne, il manque cruellement de main-d’œuvre de toutes catégories dans tous les secteurs d’activité au Canada qui constitue une belle opportunité pour les jeunes malgaches. Côté conditions de travail, il n’y a rien à craindre comme dans tous les pays du Nord. Évidemment, le respect du travail et la conscience professionnelle font partie des cultures bien enracinées dans les pays développés. On ne peut badiner là-dessus, car le rendement sur les lieux de travail est le maître-mot. Tout se fait dans les règles de l’art. Les sociétés et les entreprises se soumettent volontiers aux conditions de travail saines, au respect du droit des travailleurs et du droit humain. En fait les groupements syndicalistes et l’Etat ont l’œil partout et sont prêts à intervenir dès qu’il y a infraction. En outre, comme dans tous les pays du Nord, les travailleurs jouissent d’une rémunération raisonnable ».

Midi : Dans quelle mesure cela peut-il impacter sur le taux de chômage des jeunes à Madagascar ?

Nirina C. : « C’est une opportunité pour Madagascar qui dispose d’une population très jeune. Selon les statistiques officielles, le taux de chômage augmente sans cesse. Les offres d’emploi sont loin de répondre aux demandes de plus en plus croissantes. En 1990, ce sont les jeunes victimes de déperdition scolaire seulement qui ont gonflé le nombre de population active dans la catégorie des chômeurs. Depuis l’an 2000, la moitié des jeunes diplômés de l’Université n’arrivent plus à trouver du travail en rapport avec leur niveau d’études et courent derrière chaque concours réservé aux élèves qui ont à peine terminé le Secondaire. Cette situation engendre des conséquences fâcheuses dans la société et l’économie malgache ».

Midi : Comment éviter les erreurs du passé en matière de recrutement de travailleurs pour l’étranger ?

Nirina C. : « Il y a une complémentarité importante à créer. Pour être solide, viable et durable, ce système de complémentarité aussi bien dans le processus de mise en place et dans la structure que dans le fonctionnement doit être strictement moulé dans le cadre politique, diplomatique et de coopération saine et mutuellement avantageuse entre les deux pays. La mise en place d’un tel projet vu les réalités entre les deux pays qui se complètent en termes d’emploi d’une part et de demande d’emploi d’autre part, ne peut être que bénéfique des deux côtés. Il fallait juste faire les choses d’une manière claire et conforme à l’éthique du métier des deux pays et éviter les erreurs du passé ».

Midi : Qu’en est-il de la situation de votre société ?

Nirina C. : « La société ARIM dispose déjà d’un siège à Moramanga, ville d’où je suis originaire. En termes de création d’entreprise et administrativement parlant, tout est déjà en règle. Il reste l’obtention d’agrément à la fois au niveau du Ministère de la Fonction publique du Travail et des Lois sociales et au niveau du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle. La société se veut être vraiment très professionnelle et digne de cette forme de coopération qui s’installe entre les deux pays. Dans son système de fonctionnement, ARIM réagit en fonction des demandes en provenance de ses partenaires ou des organismes chargés de recrutement sur place. Il y aura alors en aval un travail de communication intense afin que les offres présentées aient une large diffusion sur l’ensemble du territoire national ».

Midi : Quid des « mpanera » ou intermédiaires ?

Nirina C. : « L’agence ARIM et ses partenaires envisagent cinq étapes à remplir pour que l’embauche soit en bonne et due forme et surtout préserver l’honnêteté et les vertus du travail. Voilà dans son ensemble le processus de recrutement envisagé. Des mesures sont prises pour éliminer les intermédiaires, à l’origine de toutes formes de corruption, car le contact et toute information se feront directement par le biais de l’agence ARIM ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara3 partages

Me Hanitra Razafimanantsoa : « Les 73 députés pour le changement n’ont pas été consultés »

Le député Hanitra Razafimanantsoa toujours prête à haranguer la foule sur la Place du 13 mai.

Les réactions n’ont pas tardé après la nomination du nouveau Premier ministre de consensus Ntsay Christian. D’après le député Hanitra Razafimanantsoa du TIM, qui fait partie des illustres orateurs de la Place du 13 mai, les « 73 députés pour le changement » n’ont pas été consultés sur la présentation de Ntsay Christian. « Ce n’était pas le nom de Ntsay Christian qui nous a été proposé par les députés Mapar. Les députés pour le changement, notamment ceux du TIM, demanderont demain (NDLR : Aujourd’hui) sur la Place du 13 mai au Mapar le pourquoi de ce revirement. Chose curieuse, il y a des députés Mapar qui ont été surpris par cette décision.», a déploré la vice-présidente de l’Assemblée nationale pour la province d’Antananarivo. Avant de se poser la question : « Le Mapar a-t-il trahi le « tolona » ? A-t-il trahi les syndicalistes qui militent sur la Place du 13 mai pour un avenir meilleur pour Madagascar ?»

Parmi les 73. Ces derniers jours, les « 73 députés pour le changement » dont ceux du Mapar ont persisté et signé que le futur Premier ministre de consensus devrait être issu de leurs rangs. Hier, la situation a pris une tournure qui leur a complètement échappé. L’ambiance s’annonce chaude et tendue aujourd’hui sur la Place du 13 mai. Dans les réseaux sociaux, les réactions des manifestants de la Place du 13 mai sont négatives. Pour qualifier la nomination de Ntsay Christian à la Primature, ils ont recours à l’adage malgache : « Izahay no namono ny voay, nefa ny sasany no miravaka ny vanginy. » En tout cas, force est de constater que la nomination de Ntsay Christian en tant que Premier ministre du futur gouvernement de consensus ne fait pas l’unanimité sur la Place du 13 mai en général et au sein des « 73 députés pour le changement » en particulier.

Recueillis par R. Eugène

News Mada2 partages

Niainga tamin’ny anarana natolotry ny Mapar : voatendry ho praiminisitra i Ntsay Christian

 Notendrena ho Praiminisitra lehiben’ny governemanta i Ntsay  Christian.   Nampahafantarin’ny sekretera jeneralin’ny fiadidiana ny Repoblika, omaly  teny Iavoloha izany, nialohavan’ny  hafatrafatra avy  amin’ny filoham-pirenena.

 Tapitra, anio ny fe-potoana nomen’ny HCC ny tokony  hitsaharan’ny asan’ny praiminisitra sy ny governemanta notarihiny. Niroso tamin’ny fanendrena ny  ho mpitantana  vaovao, araka  ny voalazan’ny lalàmpanorenana, And  54 sy miainga koa  amin’ny  nambarany fa fifanarahana politika ny filoham-pirenena, omaly.  Voatendry  ho praiminisitra sy lehiben’ny governemanta i Ntsay Christian. Anisan’ireo anarana telo natolotry ny Mapar ny tenany, ankoatra ny lisitra faharoa, Rakotoarisoa Florent, sy ny jeneraly iray, efa nisotro ronono. Efa nanolotra lisitra telo hafa nialoha  azy ireo ny Mapar, saingy  notsipahin’ny  eny Iavoloha ny  herinandro teo. ”Aoka isika hanaraka ny fandaminana ary  hifantoka  amin’ny asa manomboka  izao. Hapetraka ny fitoniana eto amin’ny firenena satria mendrika  izany ny firenena”, hoy ny filoha Rajaonarimampianina nialoha ny nanonona ny didim-panjakana manendry ny  Praiminisitra Ntsay Christian.  Nambarany fa anisan’ny andraikitra hosahanin’ny governemanta  vaovao ny fampandehanana ny fifidianana.  Fa eo koa ny  fampandrosoana ny firenena.

Iza moa ny Praiminisitra Ntsay Christian  ?

 Teraka tamin’ny taona 1961 izy, manambady ary niteraka roa. Nahazo Bacc tany  Antsiranana, nanohy fianarana tamin’ny sampana toekarena sy fitantanna teny amin’ny oniversite Antananarivo, taona 1985. Nanohy fianarana tany Paris sy Marseille, Frantsa, nahazoany ny mari-pahaizana, dingana III amin’ny teknikam-pitantanana sy fitantanana orinasa.

Ny asa niandraiketany sy ny traikefa ananany : tao amin’ny orinasa Secren, Antsiranana, no tena nahalalana azy, izay niasany nandritra ny enin-taona. Ny niafarany tamin’izany, tale jeneralin’ny Secren. Efa tale jeneralin’ny Solitany malagasy (Solima) izy taty aoriana, taona 1993-97. Teo anelanelan’izay, mpandrindra nasionalin’ny tetikasa « Entreprendre à Madagascar« , niarahana tamin’ny Birao iraisam-pirenena momba ny asa (BIT) sy ny Pnud.

Efa filohan’ny filankevi-pitantanan’ny orinasam-panjakana samihafa misahana ny fizahantany toy ny FMTH, CCM, tany Andilana Beach, izy.

Manampahaizana iraisam-pirenena…

Efa fakan-kevitra eo amin’ny sehatra nasionaly sy iraisam-pirenena izy ho an’ny Pnud, ny Vondrona eoropeanina, ny Banky iraisam-pirenena… Ary efa manampahaizana iraisam-pirenena manokana tamin’izany koa.

Efa minisitry ny Fizahantany izy, taona 2002-2003. Solontenan’ny Vondrona iraisam-pirenena momba ny asa (OIT), teto Antananarivo, ho an’ny Nosy Kaomoro, i Madagasikara, i Maurice ary i Seychelles, izy nanomboka ny taona 2008.

Araka izany, andrasana ny ho fitsanganan’ny governemanta hotarihin’ny Praiminisitra Ntsay Christian. Tahaka izany koa ny ho fiandrasana ny valin-kafatra eny amin’ny kianjan’ny 13 mey anio.

Synèse  R. Sy R.Nd  

News Mada2 partages

Hetsika eny amin’ ny kianjan’ny 13 mey : hivory ny depiote ho an’ny fanovana, anio

Mazava ny lahateny nifandimbiasana  tetsy amin’ny kianjan’ny 13 mey, omaly manolona ny momba  ny fanendrena praiminisitra na ireo minisitra  handrafitra ny governemanta. Hivory  ary hiroso haka fanapahan-kevitra izy ireo anio. Mitohy ny tolona .

 Hatramin’ny  ora niafaran’ny hetsika tetsy amin’ny kianjan’ny 13 mey, omaly, tsy mbola nahalala  ny  fanendrena ny Praiminisitra vaovao, i Ntsay Christian ireo vahoaka sy ny sasany amin’ny mpitarika. Nanitrikitrika izy ireo tamin’izany. “ Miantso antsika vahoaka  ho tonga maro rahampitso (anio).  Hivory izahay ary haka fanapahan-kevitra raha tsy mbola manendry  ny praiminisitra hatramin’ny  rahampitso  (anio) ny filoham-pirenena… Nisy hetahetan’ny vahoaka  teto ho amin’ny  fanovana sy  hiady amin’ny  kolikoly. Nisy fatiolona sy  ra nandrika. Antony nijoroantsika  eto avokoa  izany.  Manana ny ampy isika  raha praiminisitra sy minisitra izany… ”, hoy izy ireo.

Mafy ny tsindry samihafa any ambony any

 Nohitsin’izy ireo fa tena mafy ny  tsindry nahazo azy ireo tato anatin’ny andro vitsy. Anisan’ny nokianin’izy ireo koa ny  fianakaviambe iraisam-pirenena fa anisan’ny ao ambadika amin’izao raharaha izao. Naman’ny namono ny vahoaka isika raha olon-kafa tsy ho an’ny  fanovana ny eo,  araka ny lahateny ihany. “Tsy  resaka seza ny anay fa fanovana  ny hahatsara kokoa ny fiainan’ny vahoaka. Ny fomba  fanaovana politika  ary koa ny fiadiana amin’ny  kolikoly” , hoy ihany izy ireo.

Hitondra valin-kafatra ny depiote sy ny vahoakan’ny 13 mey

Nanterin’izy ireo koa fa nanaraka ny lalàna hatrany izy ireo ary tsy nandika na nihoa-pefy tamin’ny hetsika rehetra sy  ny dingana  natao. Samy  nanamafy izany  lahateny izany avokoa  ireo rehetra nandaha-teny. Anisan’izany ireo sendikà samihafa toy  ny mpampianatra, ny avy amin’ny Jirama  sy ny  hafa koa. Takin’izy ireo  fa tokony  ho olon’ny tolona na koa avy amin’ny depioten’ny fanovana ireo hisahana ny fitantanana  ny firenena.  Tsy  avy amin’ny  HVM mihitsy.

Araka izany, andrasana, anio,  ny  ho tohin’ny hetsika na koa ny  valin-kafatra avy eny an-kianja manoloana  ny  fanendrena ny  Praiminisitra Ntsay Christian.

Randria     

 

News Mada2 partages

Fifidianana filoha : hamoaka daty ny Ceni, anio

Hivory ny Ceni, anio, handinika izay andro hanatanterahana ny fifidianana filohan’ny Repoblika, ary hambara amin’ny fomba ofisialy izany. Fanazavan’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, io, momba ny fanatanterahana ny fifidianana ato ho ato. Tapitra, anio, ny folo andro napetraky ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny amin’ny tokony hisian’ny fifanarahana politika, araka ny didy fanapahana navoakany, ny 25 mey lasa teo.

« Raha ny didy navoakan’ny HCC, hatao mialoha ny fotoana ny fifidianana filohan’ny Repoblika. Midika izany fa tsy maintsy tanterahina mialoha ny 25 novambra ny fifidianana », hoy izy. Tsy maintsy tontosaina ao anatin’ny vanim-potoana maintany ny fifidianana. Midika  izany fa tsy maintsy vitaina eo anelanelan’ny 31 mey sy ny 30 novambra ny fifidianana. « Efa nilaza koa izahay Ceni fa raha hatao mialoha ny fotoana ny fifidianana, raisina manomboka eo amin’ny 29 aogositra », hoy ihany izy.

Eo anelanelan’ny aogositra sy novambra ny fifidianana 

 Raha atambatra izay fanazavana izay, tsy maintsy tontosaina amin’ny 29 aogositra ka hatramin’ny 30 novambra ny latsa-bato indroa mihodina amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika. Azo atao ny manatanteraka ny fifidianana, manomboka ny 29 aogositra hatramin’ny 25 novambra.

R. Nd.

Midi Madagasikara2 partages

Salon International de l’Artisanat : Madagascar invité d’honneur au SIAO à Ouagadougou

Le Salon International de l’Artisanat d’Ouagadougou (SIAO) se tiendra du 28 octobre au 4 novembre prochain. Le DG du SIAO, Dramane Tou, est en visite à Madagascar, dans le cadre de la redynamisation de la coopération économique entre les deux pays.

 

Madagascar est le pays invité d’honneur au SIAO. C’est ce qu’a déclaré le Directeur général du Salon, Dramane Tou, hier, lors de sa rencontre avec Bary Emmanuel Rafatrolaza, secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du Développement. Cette initiative entre dans la redynamisation de la coopération économique entre les deux pays ainsi que dans le cadre de la promotion de l’artisanat en Afrique. D’après le représentant des organisateurs du salon, la visite d’hier fait partie de la sensibilisation des Autorités malgaches à accepter cette invitation, qui permettra à honorer l’artisanat et la culture malgache durant ce SIAO 2018. Une intéressante invitation selon le Secrétariat d’Etat chargé de la Coopération et du Développement qui, selon Bary Rafatrolaza, a pour mission la coordination de la diplomatie économique à travers la promotion de la coopération économique internationale et le développement.

Coopération. Pour rappel, Madagascar et le Burkina Faso sont liés par une relation fraternelle depuis la période de l’Indépendance jusqu’à ce jour. Les premiers présidents de la République des deux pays sont fondateurs de l’Union africaine (OUA à l’époque). L’Ancien président Burkinabé, le regretté Thomas Sankara a suivi des formations à l’ACMIL Antsirabe (Académie Militaire), Madagascar, au début des années 70 (précisément en 1971 – 1973). De son côté, l’ancien président malgache Marc Ravalomanana a également visité le Burkina Faso en février 2004. Avec ce salon SIAO 2018, cette coopération pourra, de nouveau être relancée. A noter qu’avant d’être reçu par le secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et du Développement, le DG du SIAO a également assisté à des réunions de travail avec les responsables auprès du Ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde des Patrimoines, ainsi qu’avec les artisans malgaches le vendredi 1er juin.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Un P.M. pour une sortie de crise réussie

Comme annoncé, le nouveau Premier ministre a été nommé hier après-midi par le Président de la République. Son arrivée à la tête du gouvernement de consensus a totalement surpris les observateurs. Il doit maintenant amener cet apaisement tant attendu après ces deux mois de crise. Sa tâche va être ardue, car il doit vaincre les réticences des manifestants de la place du 13 mai. M        ais les poids lourds du MAPAR ont déjà pris les devants et ont affirmé hier soir leur acceptation du choix du chef de l’Etat.

Un P.M. pour une sortie de crise réussie

Les « députés du changement » avaient haussé le ton, la semaine dernière et avaient signifié leur refus de la désignation d’un PM n’appartenant pas à leur rang. Des indiscrétions ont cependant permis, pendant le week-end, de savoir que la nomination d’un Premier ministre neutre ne serait pas refusée. Les observateurs ont donc senti que, malgré les invectives de la place du 13 mai, il y avait en coulisses un changement d’attitude. Des négociations ont donc bien eu lieu. La volonté de mettre fin à la crise a abouti à ce qui s’est passé hier. Mahafaly Olivier a annoncé sa démission le matin. La nomination du nouveau Premier ministre, l’après-midi, est apparue comme une scène bien réglée. Le nom de l’heureux élu a surpris tout le monde. Christian Ntsay a le profil d’un chef de gouvernement neutre et n’appartenant pas au sérail. Il a été préféré aux poids politiques pressentis. Il a l’avantage de ne pas être étiqueté et est là pour apaiser les tensions. Il va avoir la charge d’organiser les élections à venir. On a appris hier de la bouche des députés MAPAR qu’il avait été présenté par leur parti. On a vu que leur ton avait changé et qu’ils voulaient calmer le jeu. Ils ont dit que la lutte continuait, mais qu’elle pouvait maintenant prendre d’autres formes. Le tout est maintenant de savoir comment ils vont s’adresser ce matin aux manifestants de la place du 13 mai. On ne sait pas comment ils vont être accueillis, mais pour eux, l’essentiel est de réussir leur sortie de crise.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Saraha Rabeharisoa : « Le nouveau PM est un bon technicien »

En ce qui concerne le nouveau Premier ministre Ntsay Christian, la présidente du parti Libéral Démocrate, Saraha Rabeharisoa, estime que « c’est un bon technicien ». Toutefois, elle a tenu à souligner, que la nomination d’un Premier ministre ne relève pas de la compétence des députés. D’ailleurs, a-t-elle dit, la définition même de consensus pose problème. Par ailleurs, elle pense que le nouveau chef de gouvernement devrait avoir l’aval du FFKM et qu’il saurait maîtriser les forces armées.

Recueillis par Dominique R. 

Midi Madagasikara2 partages

Mahafaly Solonandrasana : Candidat à la prochaine présidentielle

Mahafaly Solonandrasana Olivier remettant hier sa démission au président de la République.

Mahafaly Solonandrasana Olivier s’est plié à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle. En effet, sans attendre l’expiration du délai de 10 jours prescrit par Ambohidahy, il a démissionné et a remis hier même sa démission au président de la République au Palais d’Etat d’Iavoloha. « J’accepte sans condition la décision de la HCC. », a déclaré hier à Mahazoarivo Mahafaly Solonandrasana Olivier. Avant de rajouter : « Je ne veux pas être le blocage à la nomination du nouveau Premier ministre. » En concluant sa déclaration, Mahafaly Solonandrasana Olivier a laissé entendre : « Ce n’est qu’un au revoir ». Une manière pour l’ex-locataire de Mahazoarivo de confirmer indirectement les rumeurs selon lesquelles il sera candidat à la prochaine élection présidentielle. Mahafaly Solonandrasana Olivier a occupé le Palais de Mahazoarivo pendant deux ans. Il a été nommé Premier ministre à la place de Jean Ravelonarivo le 10 avril 2016. Par contre, en tant que ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, il fait partie des rares membres du gouvernement qui ont battu le record de longévité sous l’ère Rajaonarimampianina.

Affaires courantes. La démission de Mahafaly Solonandrasana Olivier a été acceptée par le président de la République Hery Rajaonarimampianina. Hier même, le chef de l’Etat a pris un décret (N° 2018-528) « portant acceptation de la démission du Gouvernement et le chargeant d’assurer l’expédition des affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement ». Autrement dit, l’actuel gouvernement continue de fonctionner jusqu’à la mise en place d’une nouvelle équipe qui doit être une équipe de consensus. L’article 6 de la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 dispose que les membres du nouveau gouvernement seront nommés « dans un délai de 7 jours pour compter de la nomination du Premier ministre, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution et aux termes de l’Avis n° 01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/AR.14 du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4e République ». Reste à savoir si le nouveau Premier ministre Ntsay Christian arrivera à former son gouvernement dans ce délai.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

COT – Tongasoa Challenge MTA : La passion avant tout !

Les cavaliers, tout heureux après le « challenge » ; il ne manquait plus que les chevaux !

Le week-end dernier, l’amour des chevaux et le froid hivernal ont donné des frissons aux passionnés du sport équestre dans le cadre rustique et « magnifaiik » du Club olympique de Tananarive (COT) le temps du « Tongasoa Challenge MTA ».

La première place du podium est revenue à l’équipe de la Réunion et les deux autres au Club Marlix et au COT, lors de ce tournoi « Tongasoa Challenge MTA » (Madagascar Trans Air). La délégation réunionnaise était hébergée, pour l’occasion du tournoi, par des familles d’accueil. Une preuve une fois de plus, que l’équitation est un sport qui rassemble et fédère autour d’une même passion, au-delà des frontières de toutes sortes. « Tongasoa Challenge » était censée être une compétition d’envergure internationale (elle l’est toujours d’ailleurs dans la mesure où la Réunion était de la partie) ; mais l’équipe de l’île Maurice n’a pas pu, pour des raisons contingentes, effectuer le déplacement. Quoi qu’il en soit, au moins trois pays étaient représentés, car dans le public, il y avait des Malgaches, des Français, des Sénégalais, des Allemands et même des Japonais.

Sans chute. Les cavaliers ont offert un beau spectacle au public, dimanche en particulier ; si bien que toutes les équipes ont été récompensées, pour ce parcours sans chute, presque sans faute. De l’émotion, des sensations fortes. Aucune chute n’a eu lieu, malgré les obstacles et une certaine inquiétude palpable dans l’assistance. Voir cette confiance et ce respect mutuel, cette communication et complicité limpides entre le cavalier et son cheval était tout simplement magique, même pour le non-initié. C’est Mirija Ramarojaona et son « Red Coat », qui comme son nom l’indique, ont offert le clou du spectacle avec un parcours sans faute et effréné de moins de 41 secondes. Après la remise des trophées (des « aloalo » en alu) et des paniers (bien) garnis, les coaches se sont livrés à une épreuve exhibition, à l’issue de laquelle M. Therméajudex a reçu un billet d’avion aller-retour pour la Réunion par MTA.

Familial. Durant tout le week-end, un village artisanal et des aires de jeux ainsi que des balades en poney (pour initier les petits) et en cheval (pour les grands) ; sans oublier la cuisine familiale savoureuse du restaurant du COT étaient proposés au public, pour le plaisir de toute la famille. Et les enfants sont nombreux à adorer les chevaux et l’équitation ; il s’agit aussi d’un sport intergénérationnel. Qui plus est, sensibilise à l’écoute, au respect et à l’amour des animaux dès le jeune âge sans parler de la force de caractère et de la liberté. Car il en faut du caractère pour faire équipe avec une créature authentique et éprise de liberté comme le cheval. La prochaine édition est programmée en mars 2019 à l’écurie Therméa de M. Judex Therméa à la Réunion et les cavaliers malgaches sont tous invités !

Palmarès. 1 ère La Réunion, Ecurie Therméa composée de Lucas Alfred, Raphaëlle Melade, Dorothée Presoz et Lisa Grondin.

2e « Madagascar Marlix Country Club », composée de Rachele Francki, Lily Enten, Arnaud Ravelonanosy et Mirija Ramarojaona.

3e Madagascar, COT, composée de Stella Davelu, Emma Viallard, Yvan Rakotondramaro et Laura Ranc.

Encadré. Sponsors : MTA, “Marlix country club”, M2Réalisation, SOREDIM, AQUAMAD, BATPRO, SECUREX et AGRIVET.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara2 partages

Hery Rajaonarimampianina : Un accord politique sur la nomination du PM

Le chef de l’Etat estime qu’avec le nouveau PM, on va s’acheminer vers l’apaisement. (Photo Yvon RAM)

Cette nomination intervient quelques heures après la démission de Mahafaly Olivier Solonandrasana.

Iavoloha a été le cadre de deux événements, hier. Dans la matinée, plus précisément à 11h30, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a présenté sa démission au chef de l’Etat. Une cérémonie qui a tout juste duré trois minutes. L’après-midi, la déclaration a été prévue à 15h, mais finalement elle n’a eu lieu qu’à 16h 45. Cette seconde cérémonie a été marquée notamment par la nomination de ce qui devrait être le Premier ministre de consensus, en la personne de Ntsay Christian, par le Président de la République (lire article par ailleurs). Lors de son discours, le chef de l’Etat a parlé « d’un accord politique sur la nomination du Premier ministre». Et lui d’enchaîner qu’« il est parfaitement possible d’aboutir à une entente, lorsqu’on fait taire les ambitions ».

Apaisement. Il pense, en outre, qu’« avec le nouveau PM on va s’acheminer vers l’apaisement. Il a été choisi parmi de nombreux candidats ». Il a déclaré aussi que des tractations entre toutes les parties prenantes ont été entreprises. A propos toujours du Premier ministre, le chef de l’Etat a déclaré : « C’est un homme de qualité, et qui possède de solides expériences… ». Il a aussi invité tous les dirigeants politiques à respecter l’accord qui est mis en œuvre, pour l’intérêt supérieur de la Nation.

Alternance démocratique. Le chef de l’Etat n’a pas manqué également de parler des prochaines échéances électorales. Il a ainsi souligné qu’« en vertu de l’alternance démocratique, à travers des élections, le pouvoir sera remis entre les mains du peuple pour qu’il puisse choisir celui qui présidera le pays ». Il a ensuite mis en relief les trois conditions requises pour le renforcement de la démocratie, à savoir, des élections inclusives, transparentes et acceptées par tous.

Dominique R.

News Mada1 partages

Antsiranana :karana mpivady maty voatsatoka antsy teo amin’ny tendany

 Novonoin’ny jiolahy tamin’ny fomba feno habibiana tao an-tranony ao Antsiranana, ny alahady alina teo ireo teratany karana mpivady. Tsatoka antsy teo amin’ny tendany ny hita teo amin’izy mivady…

 Hita teo akaikin’ny tranon’izy mivady ny fatin’izy ireo nihosin-dra. Nampifanakaikezin’ireo jiolahy koa izy mivady rehefa avy novonoina. Mbola hitan’ny olona nijanona teo ivelan’ny trano ao Place Kabary Antsiranana ny fiaran’izy mivady ny alina mandra-paharain’ny andro. Niantso ny sefom-pokontany avy hatrany ny olona nahita ilay fiara somary hafahafa ka ilay sefom-pokontany indray niantso polisy nanao fanadihadiana teny an-toerana. Araka ny fanadihadiana savaranonando nataon’ny polisy, nahitana dian’antsy ny tendany. Tsy hita ihany koa ny nanjavonan’ny mpiambina ny tanànan’izy mivady ireto tamin’ny fotoana nanaovan’ny polisy fanadihadiana. Miantefa any amin’ilay mpiambina kosa ny ahiahin’ny rehetra hatreto noho izy nanjavona tampoka. Hitan’ny polisy tao an-tranon’izy ireo koa ny maritoa lehibe izay heverina fa isan’ireo fitaovana nampiasiany ireo jiolahy tamin’izao famonoana olona feno habibiana izao. Tsy voafaritra mazava kosa ny ora namonoana ireo niharam-boina. Tompona tranombarotra lehibe iray fivarotana kojakoja momba ny fiara izy mivady ireto. Betsaka rahateo ireo olona monina ao amin’ny Place Kabary ao Atsiranana no mahafantatra azy mivady ireto. Voalaza anefa fa tsy manana olana amin’ireo olona manodidina azy izy ireo, saingy nahavariana ny anton’ny fisian’izao vonoan’olona tampoka izao, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Misokatra, araka izany, ny fanadihadiana ataon’ny polisy momba ity raharaha vonoan’olona ity, ka aorian’izay ny hamantarana ny marina rehetra.

Tsy afa-bela fa mitondra faisana hatrany ny teratany karana. Aiza ny fandraisana andraikitra avy amin’ny fanjakana amin’ny fiarovana ny ain’ireny teratany vahiny eto amintsika ireny? Manginy fotsiny ny fakana an-keriny miseholany etsy sy eroa mahazo ireny teratany karana ireny.

Randria

News Mada1 partages

« Salon Arga » : fanindroany nahazo loka i Jean Andrianaivo Ravelona

“Vers le centre de l’univers…”. Tamin’ny alalan’io hosodoko io no nandrombahan’i Jean Andrianaivo Ravelona ny « Prix Manet », anaran’ny loka lehibe indrindra amin’ny hetsika « Salon Agra », tany Gagny Frantsa. Tontosa ny asabotsy teo ny lanonana nanoloran’ny mpitsara izany loka izany.

Tsy vao izao fa efa fanindroany ity andrarezin’ny hosodoko malagasy ity no nambabo ny mpitsara amin’ity “salon”, fanao isan-taona ity. Tamin’ny taona 2008 ny voalohany. Araka izany, tsy takona fa tena miharihary ary mandresy lahatra ny maro, hatrany ivelany any, ny talentan’ny mpanakanto malagasy. Marihina fa andiany faha-43 amin’ny « Salon Agra » ny tontosa ny asabotsy sy alahady lasa teo.

Hetsika lehibe iray manome lanja ny sokitra sy ny hosodoko ny “Salon Agra”. Mahasarika olona maro, avy amin’ny firenen-tsamihafa, izany. Ao ny mpahay zavakanto, mpankafy sokitra na hosodoko. Misy koa mpizahatany sy olon-tsotra, liana amin’ny zavakanto avy amin’ny firenena maro. Marihina mantsy fa avy amin’ny vazantany efatra ny mpandray anjara, mifaninana, mandritra ity hetsika ity.

Tamin’ity andiany faha-43 ity, ohatra, nahatratra 64 ny mpanao hosodoko naneho ny talentany. Teo koa ny mpanao sokitra miisa sivy. Niavaka tamin’ireo rehetra ireo ny an’i Jean Andrianaivo Ravelona. Voninahitra lehibe ho an’ny zavakanto Malagasy izany.

Landy R.

 

News Mada1 partages

Tsy ampy ny fampahafantarana : nanomboka ny « Tsenam-boky » andiany faha-14

Anisan’ny saro-toerana eo anivon’ny ankohonana sy ny fiarahamonina malagasy ny boky. Antony maro ny mahatonga izany. Miezaka ny manarina ny lesoka ireo mahatsapa andraikitra sy vonona ny hanefa adidy.

Nosokafana, omaly, teny amin’ny zaridainan’Antaninarenina ny « Tsenam-boky » andiany faha-14. Tsikaritra teny an-toerana ny tsy fahampian’ny fampahafantarana. Saika gaga ny ankamaroan’ireo mahita ! Tsy niomana ny hijery na hitsidika ny sasany fa mivily satria sendra mandalo. Na izany aza, tazana fa liana tanteraka ireo nitsidika ny tranoheva tsirairay. Tao ny voasariky ny boky amin’ny fiteny malagasy, nisy ny voasinton’ireo boky tsy fahita firy intsony, ankehitriny. Teo koa ireo liana amin’ny boky amin’ny fiteny vahiny.

Tafa sy fakan-kevitra natao tamin’ireny olona nitsidika ireny no nahafantarana fa manomboka mitodika sy manazatra tsikelikely ny zanany hamaky boky ny Malagasy. Mitombina hatrany ny filazan’ny mpandinika fa « loharano tsy ritra » izy io, na eo aza ny fihazakazaky ny teknolojia isan-karazany. Tsy nisalasala ihany koa anefa ireto ray aman-dreny ireto nilaza fa tsy mahafa-po ny politikan’ny boky eto Madagasikara.

Talohan’ny taona 1972, nitana ny laharana voalohany taty amin’ny kaontinantan’i Afrika tamin’ny famakiana boky ny Malagasy. Mari-pandrefesana tamin’izany ny isan’ny boky lafo miohatra amin’ny isan’ny mponina. Ankehitriny, na tsy nisy intsony aza izay fandrefesana izay, azo antoka fa tsy laharam-pahamehana ho an’ny tokantrano malagasy ny fividianana boky. Mila itadiavam-bahaolana haingana io tranga io satria tsy antony iray na roa no mahatonga izany fa maro.

HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara1 partages

Tombola BOA Madagascar : Des comptes Tahiry pour les 12 gagnants

La BOA est un fidèle participant à la FIM.

Les actions pour un meilleur taux de bancarisation du pays se poursuivent au sein de la BOA Madagascar. La banque a en effet profité de sa participation à la dernière édition de la Foire internationale de Madagascar (FIM) pour organiser une tombola destinée à mieux faire connaître ses produits au public. Ils sont 12 personnes à avoir gagné dans ce jeu et ont décroché chacun un chèque destiné à l’ouverture d’un compte épargne Tahiry auprès de la banque. Eddina Ramaherijaona qui a pu répondre aux questions posées lors de la FIM a ainsi gagné un chèque de 100.000 ariary. Les autres participants ont gagné entre 20.000 et 50.000 ariary.

Ce jeu a, en tout cas, permis au public de mieux connaître la BOA Madagascar, l’un des plus grands réseaux bancaires à Madagascar avec plus de 300.000 clients, 92 agences et 137 distributeurs automatiques de billets. La BOA dispose de plusieurs packs adaptés à tous les besoins, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Recensement général de la population : Réticence manifeste des cibles

Une partie du personnel de l’Instat lors de l’enregistrement des données recueillies sur le terrain.

Les enquêtes concernant le RGP 3 ou Recensement général de la population continuent tant bien que mal. Les personnes cibles sont réticentes quant aux objectifs et à la manière dont les enquêtes sont menées.

Le recensement rencontre des obstacles majeurs liés à la réticence ou à l’appréhension de la population cible. En cause, une campagne de communication qui n’a pas su transmettre les messages clés d’un côté. Mais aussi qui n’a pas pu transmettre à la population cible les enjeux d’une telle initiative de l’autre. Certes, des données sont enregistrées par jour, mais plus d’un fait remarquer que le message n’a pas été adopté par les cibles et ne passe toujours pas. Un constat qu’une partie du personnel de l’Institut national de la Statistique (Instat) partage. En effet, la population cible est réticente à l’idée de fournir des réponses au questionnaire. Ce dernier englobe, en effet, de simples informations sur l’état-civil d’un ou des individus composant un foyer au nombre d’appareils ménagers que ce dernier emploie, ou encore le nombre de personnes qui travaillent au niveau du foyer. Des questions qui sont perçues comme « trop personnelles» pour de nombreux citoyens. « Je n’ai pas fait entrer l’agent de recensement chez moi. Je l’ai reçu à l’entrée du portail et j’ai refusé de répondre correctement aux questions que j’ai jugé personnelles » a fait savoir Sahondra, habitante du quartier d’Ampefiloha. Cette dernière d’ajouter que « la question d’insécurité grandissante » constitue également l’une des raisons qui l’a poussée à adopter cette position. Ce qui est complètement légitime et compréhensible étant donné la situation d’insécurité actuelle.

Confidentielles. Il convient de noter que le dernier recensement de la population remonte à il y a vingt-cinq ans. Outils de décision et d’aides à la décision, les données recueillies lors du recensement sont plus que précieuses au niveau national. Pour le cas de la Grande Île, l’idée ne consiste pas seulement à connaître le nombre de la population. Le recensement concerne d’autres domaines et niveaux de la vie de la population. « Par le recensement actuel, on entend connaître le niveau de vie des foyers » a fait savoir un agent de l’Instat interviewé hier. Ce dernier de noter que devant se faire tous les dix ans selon les normes internationales, le recensement devrait également permettre – pour le cas de Madagascar – de recueillir différentes données macro économiques concernant les Malgaches. « Des données qui sont régies par la loi et dont l’utilisation répond au secret statistique » selon toujours notre source.

Continuité. Par ailleurs, interrogé sur des déclarations faites par une partie du personnel de l’institut concernant la conjoncture actuelle, Rivoson Randrianasolo, délégué du personnel de l’Instat de faire savoir que « le personnel fait en sorte de continuer les activités en dépit d’éventuel changement des responsables. Nous sommes des techniciens et nous agissons en tant que tel peu importe qui sera nommé en tant que responsable » a renchéri le délégué du personnel. Il convient de noter que le recensement s’effectue à deux niveaux : le recensement des foyers et celui des personnes. Les données recueillies suite au recensement sont importantes dans la mesure où elles devraient permettre aux décideurs d’axer leurs actions et interventions sur les questions qui relèvent de la priorité nationale. Dommage que de tels enjeux n’ont pas pu être transmis à la population cible.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Ihosy : Mpivarotra mpamongady iray maty voatifitra

Nitrangana fanafihan-jiolahy mitam-basy indray tany amin’ny distrikan’ Ihosy, renivohitry ny faritra Ihorombe, ny alin’ny roa jona teo tokony ho tamin’ny 8 ora sy sasany, ka mpivarotra mpamongady iray no maty tsy tra-drano voatifitra, tao amin’ny fokontany Morafeno. Nentin’ireo olon-dratsy niaraka tamin’ny haza azony ny razana, ka ny narain’io vao hitan’ny fokonolona ny vantamangatsiakan’ilay mpivarotra, izay narian’ireo malaso miala ny tanàna, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Mine et environnement : Les boursiers australiens partagent leurs expériences

Une remise de certificat a eu lieu en présence de l’Ambassadeur de l’Australie, SEMme Jenny Dee et le ministre chargé des Mines, Zafilahy Ying Vah.

Depuis 2012, près de 100 techniciens malgaches  issus du secteur extractif, de l’environnement, de l’agriculture et de la pêche ainsi que des ONG, de la société civile et du secteur privé ont bénéficié des bourses d’études dans de prestigieuses universités de l’Australie.

C’est le fruit de la coopération entre Madagascar et l’Australie. Une association regroupant tous les bénéficiaires de ces bourses australiennes dénommée A3-Mada (Australia Alumni Association of Madagascar) a été créée en 2014. « Notre objectif est d’apporter notre humble contribution dans le développement de Madagascar », a évoqué Rajoelina Cédric, le président de l’A3-Mada à l’issue d’une formation portant sur la mine et l’environnement qui s’est déroulée après une conférence publique sur l’efficacité et les limites de la surveillance des impacts environnementaux des opérations minières à Madagascar. Ces deux événements ont été organisés la semaine dernière en partenariat avec l’Université « Western Australia » au « Mining Business Center » à Mamory Ivato.

Respect des lois. Pour ce faire, ces boursiers australiens partagent leurs connaissances et leurs expériences acquises durant leurs études de courte durée ou de longue durée permettant d’avoir un diplôme de Master en Australie. Les thèmes de formation portent notamment sur l’industrie extractive, l’agriculture et la politique publique. A titre d’illustration, « le respect des lois en vigueur s’avère primordial afin de protéger l’environnement dans le cadre des opérations d’exploration jusqu’à l’exploitation minière. Nous disposons entre autres, le Décret MECIE permettant aux exploitants miniers d’effectuer une mise en conformité environnementale. Cependant, la gestion de la biodiversité demeure assez difficile à Madagascar étant donné que des exploitations minières se tiennent dans les Aires Protégées », a-t-il fait savoir. D’autant plus, l’administration minière n’a pas des moyens suffisants pour contrôler toutes les exploitations minières dans des zones très reculées.

Obligations. Raison pour laquelle, « nous avons organisé des ateliers régionaux pour faire connaître aux autorités locales tels que les maires, aux représentants des services techniques déconcentrés et de la société civile leurs obligations dans le domaine de suivi des impacts environnementaux de toute activité minière sur place. », a soulevé Lalaina Rabemanambola, « Alumni Ambassador ». Les régions d’Atsimo Andrefana, d’Alaotra Mangoro, de Boeny et d’Atsinanana sont parmi les bénéficiaires. Les thèmes discutés ont porté, entre autres, sur la fiscalité minière, la gestion environnementale, les obligations des exploitants miniers dans le cadre des activités de RSE, la transparence et la gouvernance minière. Et elle a également annoncé que l’ouverture de la demande de bourses en Australie aura lieu en septembre prochain.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Marché d’Alakamisy Fenoarivo : 70 millions Ariary de recettes communales par semaine

Un hangar spécial pour les produits maraîchers et avicoles vient d’être inauguré dans la place du marché d’Alakamisy Fenoarivo.

Le commerce accélère le développement local dans la Commune rurale d’Alakamisy Fenoarivo. Outre la mobilisation des activités productives, la place de marché apporte à la Commune jusqu’à 100 millions Ariary de recettes hebdomadaires.

Les produits maraîchers et l’élevage de poulets représentent 60% des activités économiques et productives à Alakamisy Fenoarivo. D’après le maire de cette commune, Jean Christian Irénée Andrianaivo Rakotobe, le poulet « gasy » et la production de volailles font la renommée de cette zone rurale, à travers tout le pays. « Les collecteurs et éleveurs de poulets « gasy » et de volailles issus des différentes régions de Madagascar et des différentes localités de la Capitale viennent ici chaque jeudi. Ils savent que c’est ici qu’ils peuvent trouver tout ce qu’ils cherchent dans cette filière. Mais les plus nombreux d’entre eux viennent de Toamasina », a indiqué le maire Jean Christian Rakotobe. En effet, le marché d’Alakamisy Fenoarivo est un grand rendez-vous des commerçants issus des quatre coins de la Grande Ile. Grâce à la place de marché, la commune d’Alakamisy Fenoarivo réalise chaque semaine plus de 70 millions d’Ariary de recettes. Cette somme augmente jusqu’à 100 millions d’Ariary pendant les périodes de fête, d’après le maire.

Retombées. D’après les informations, la commune prélève 100 Ariary par tête de poulet, à ceux qui en vendent plus de 10 unités. En outre, la filière avicole est actuellement dans une phase de formalisation et de normalisation avec la mise en place d’un local réservé uniquement pour la vente des poulets « gasy » et de volailles, dans le périmètre de la place du marché. A ces recettes s’ajoutent la location des pavillons qui sont des constructions en dur, fruits des différents partenariats avec les acteurs économiques locaux.

Partenariats. Face à cette évolution rapide, la commune d’Alakamisy Fenoarivo a développé ses relations avec le secteur privé et également les partenaires techniques et financiers. Parmi ses principaux partenaires figurent le Projet de Développement communal inclusif et de Décentralisation (ProDéCID/Giz). Ce Projet de la Coopération allemande a fourni un accompagnement réussi à la commune, via sa composante Développement économique local. Dans ce sens, une facilitation des étapes de concertation et de formation a été réalisée. En outre, une subvention de 20,243 millions Ariary a également été attribuée à la commune. La cérémonie officielle de réception technique des différentes infrastructures nouvellement mises en place dans le marché local d’Alakamisy Fenoarivo s’est déroulée samedi dernier.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

L’Afrique de mes rêves : Les quatre lauréats récompensés par la BAD

Les lauréats du concours « L’Afrique de mes rêves » étaient les vedettes de la Journée de l’Afrique, célébrée en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de Développement (BAD), à Busan le 28 mai dernier. Sur plus de 2.000 candidatures reçues, quatre finalistes se sont distingués par la qualité de leur texte et leur créativité. Invités par la BAD, tous ces quatre étaient venus expressément à Busan Corée du Sud, pour recevoir leurs trophées des mains du président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, dans le grand auditorium du Palais des Congrès Bexco de Busan, qui a abrité les Assemblées. L’anglais et le français étant les langues officielles de l’organisation panafricaine, chacun des prix octroyés l’a été dans les deux langues. Les deux grands vainqueurs du concours sont une Zimbabwéenne, Geraldine Mukumbi, pour la catégorie langue anglaise, et un Togolais, Ayi Renaud Dossavi-Alipoeh, pour la langue française.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Vatovavy Fitovinany : La solidarité entre opérateurs économiques s’installe

Bilan plutôt positif pour la première année de Ramanankavana Christian à la tête de la CCI Manakara.

Disposant d’énormes potentialités dans plusieurs secteurs, la région Vatovavy Fitovinany est appelée à jouer un rôle important dans le développement du pays. Après un an de mandat, Ramanankavana Christian, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Manakara nous parle des actions entreprises pour le développement de la région.

Midi Madagasikara : Après un mandat d’un an à la tête de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Manakara, est-ce que vous pouvez nous présenter un bilan ?

Ramanankavana Christian : Effectivement, cela fait un an que je suis Président de la Chambre du Commerce et d’Industrie de Manakara. Pour parler de bilan, je peux dire que les résultats obtenus sont plutôt positifs. Dès ma prise de fonction, mon premier travail a été de rassembler les opérateurs économiques de la région. Mon message de solidarité est passé puisqu’ une véritable force nouvelle est apparue entre les opérateurs des secteurs du commerce, de l’industrie et des services. Une solidarité qui se manifeste notamment au niveau des actions sociales, après les catastrophes naturelles où nos membres ont participé volontairement aux dons en PPN, par exemple. En faisant nôtre cet esprit de solidarité, les opérateurs économiques de la région veulent avant tout démontrer que pour réussir le développement, les actions sociales, économiques et culturelles sont indissociables. En tout cas, grâce à cette solidarité, il est plus facile de travailler pour le développement de la région Vatovavy Fitovinany.

Midi Madagasikara : En parlant justement de développement, quel genre d’actions  entreprenez-vous pour y parvenir ?

Ramanankavana Christian : Le premier principe qui nous anime est l’ouverture vers l’extérieur. La CCI Manakara est ouverte à l’international, car pour développer les investissements, nous avons besoin de nouer des partenariats avec les opérateurs économiques étrangers. Nous avons notamment des accords avec les Chambres de Commerce et d’Industrie de Montpellier et du Canada. Les membres de la CCI Manakara sont également invités à des événements d’envergure internationale dans plusieurs pays comme La Réunion, la France et la Belgique. Ces déplacements permettent de renforcer notre réseau et de trouver des débouchés pour les produits d’exportation que regorge la région Vatovavy Fitovinany.

Midi Madagasikara : A propos d’exportation justement, quelles sont les potentialités de la région Vatovavy Fitovinany ?

Ramanankavana Christian : C’est une région très riche. Je peux citer plus particulièrement les productions de café, de litchi et de miel bio. La région produit également de la vanille de très bonne qualité. Pour le miel, depuis la levée de l’embargo, nous avons pu exporter pas moins de 300 tonnes de miel biologique. Et nous continuons à prospecter sur le marché extérieur. Les résultats sont encourageants, puisque les investisseurs étrangers apprécient les efforts que nous réalisons et ils sont prêts à nous appuyer pour développer des filières. C’est le cas notamment dans la culture et l’exploitation du gingembre où une entreprise belge est intervenue pour appuyer les paysans à planter ce produit dans les meilleures conditions et surtout à monter des unités de transformation pour la production d’huile essentielle de gingembre. Comme c’est un produit qui est très demandé sur le marché extérieur, cette nouvelle filière va probablement aider au développement de la région.

Midi Madagasikara : Quid des actions de promotion sur le plan local ?

Ramanankavana Christian : Sur le plan local, nous avons également pris un certain nombre d’initiatives pour développer à la fois l’agriculture, l’industrie, le commerce et le secteur des services. Celle qui me vient à l’esprit c’est surtout la Foire Pangalana qui s’était tenue en novembre 2017. Ayant eu pour thème « Miara mivehy ho an’ny fampandrosoana », littéralement « ramer ensemble pour le développement » de la région Vatovavy Fitovinany, cette foire avait mis en exergue les potentialités de la région dans différents domaines comme l’agriculture, l’industrie, le tourisme, ou encore les transports fluviaux… Durant cette manifestation, nous avons privilégié l’agriculture et les résultats obtenus sont encourageants, puisque nombreux ont été, les producteurs qui ont obtenu des contrats commerciaux dans les filières miel et produits de mer et aussi le tourisme. Cette première édition était un succès et nous préparons déjà la deuxième qui se tiendra probablement en 2019, car nous avons besoin de temps et surtout de financements pour bien peaufiner l’organisation.

Midi Madagasikara : Quels sont les freins au redémarrage économique de la région Vatovavy Fitovavy Vinany ?

Ramanankavana Christian. Si vous le voulez, je préfère parler d’actions à entreprendre, plutôt que de freins. Actuellement, nous bataillons pour la remise en marche des grandes infrastructures utiles pour le développement de la région. Vous l’avez certainement deviné, il s’agit de la réouverture du port de Manakara, mais également, de la ligne de chemin de fer Fianarantsoa- Côte Est. La réouverture de l’aéroport de Manakara est également indispensable. La région dispose de sites attrayants, mais pour y venir, les touristes doivent actuellement faire 12 heures de route. J’en ai déjà parlé avec le Président du Conseil d’Administration d’Air Madagascar et cela va probablement se faire prochainement. Nous souhaitons également la réhabilitation des parties du Canal des Pangalana. Pour tout cela, nous avons besoin des appuis des autorités et des partenaires techniques et financiers.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Loi sur le recouvrement des avoirs illicites : Des atermoiements au niveau de son vote !

Le mois de mai s’est écoulé. Mais au niveau de l’Assemblée nationale, la loi sur le recouvrement des avoirs illicites n’a toujours pas été votée. Or, le 11 avril dernier, c’est ce qui a été communiqué par la Chambre basse lors de la quatrième session extraordinaire. Et en visitant le site web de l’Assemblée nationale, l’ordre du jour fixé jusqu’au vendredi 8 juin ne prévoit aucun examen de ce projet de loi. Et pourtant, son vote par les parlementaires, sa promulgation par le président de la République et sa publication dans le journal officiel sont loin d’être un processus anodin. Au contraire, cette loi contribue grandement et essentiellement à la lutte contre la corruption.

Transparence.Justement, sur ce point, après la démission du gouvernement Mahafaly, il est plus que loisible d’attirer l’attention du public sur le fait que des enquêtes doivent être diligentées auprès des anciens ministres et du Premier ministre, par souci de transparence, de gestion équitable des deniers publics et surtout, par respect de l’article 42 de la Constitution lequel dispose que « les fonctions au service des institutions de l’Etat ne peuvent constituer une source d’enrichissement illicite ni un moyen de servir des intérêts privés ». Le cas le plus proche n’est autre que l’affaire des 12 milliards d’Ariary, délestés au domicile de Mahafaly Solonandrasana Olivier. Il est vrai que les auteurs de ce « vol » ont été écroués à Tsiafahy et à Antanimora, mais l’origine de ces fonds demeure suspicieuse et occulte. Jusqu’à maintenant, aucune suite n’a été donnée du côté de l’ancien locataire de Mahazoarivo. Mais ce n’est pas tout. Le nom de Mahafaly Solonandrasana Olivier est également cité dans plusieurs sales affaires, en l’occurrence, celle d’Ambohimahasoa qui accable Claudine Razaimamonjy. L’ancien Premier ministre est loin d’être un cas isolé, l’ancienne garde des Sceaux, Rasolo Elise Alexandrine a été taxée par Houcine Arfa d’avoir reçu 70.000 Euros de sa part pour son évasion.

IGE.Par rapport à ce problème relatif à l’absence de cadre légal, nous avons interrogé un magistrat de l’ordre financier et qui est également membre du CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature). « On peut faire appel à un cabinet d’audit si on en a les moyens. Mais sinon, il faut attendre l’Inspection générale de l’Etat laquelle ne peut intervenir que sur ordre du Président de la République », a-t-il confié. En d’autres termes, on ne peut rien faire sans le cadre juridique sur le recouvrement des avoirs illicites. Reste à savoir si les députés vont procéder au vote de ce projet de loi qui émane du ministère de la Justice, au nom de la transparence et de la bonne gouvernance, ou s’ils vont pérenniser et favoriser la corruption et les infractions du genre. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Salon ITM 2018 : Un franc succès

Une grande affluence des visiteurs a été observée.

La 7e édition du salon « International Tourism Fair-Madagascar » (ITM) qui s’est tenue pendant quatre jours au village Voara à Andohatapenaka a été un franc succès. En effet, une hausse de 15% du nombre de visiteurs a été observée comparée à l’édition précédente, soit près de 12.000 visiteurs enregistrés, d’après les organisateurs au sein de l’Office national du Tourisme de Madagascar. En outre, les rencontres B2B ont été également un franc succès. La preuve, tous les opérateurs, exposants ou non, ont pu y participer et ont noué des contacts avec les « TO » et Agences de voyages internationales issues de nos principaux marchés émetteurs. Rappelons qu’ils sont au nombre de 75 Tours Opérateurs et agences de voyages internationaux ayant participé aux « éductours » dans différents sites touristiques de Madagascar.

Par ailleurs, plus de 48 conférences portant sur différents thèmes tournant autour du développement du secteur du tourisme ont été organisées. Une grande affluence des visiteurs nationaux a été également observée. « Les nationaux commencent à s’intéresser aux produits touristiques et voyagent de plus en plus à l’intérieur. L’Indonésie sera notre pays Invité d’honneur pour la 8e édition de l’ITM en 2019 », a déclaré BODA Narijao, le PCA de l’ONTM.

Navalona R.                         

Midi Madagasikara1 partages

Kidnapping de Rishi Chandarana : Les ravisseurs étaient armés d’un kalachnikov

On sait maintenant que l’affaire portant sur le kidnapping de Rishi Chandarana commis à Andakana dans le district d’Ambohidratrimo est désormais entre les mains de la Cellule anti-kidnapping composée de  la Gendarmerie, la Police nationale, et du  ministère de la Justice, dès que cette dernière a été mise au courant de cet acte. En effet, cette entité a déjà ouvert son enquête qui a permis de  retracer les circonstances exactes de cet enlèvement. Selon le communiqué officiel émanant du service des Relations publiques auprès du commandement de la Gendarmerie nationale au Toby Ratsimandrava, Rishi Chadarana a été kidnappé par quatre bandits armés d’un fusil d’assaut de marque Kalachnikov (AKM) et à bord d’un Renault 4 type fourgonnette. La victime était à bord de son véhicule tout terrain de marque Touareg et allait garer sa voiture au parking du Golf du Rova à Andakana quand les bandits l’ont surpris et l’ont emmené avec sa même voiture en direction de la capitale. Alertés, des éléments de la cellule anti-kidnapping, les unités limitrophes des Forces de l’Ordre, et toutes les autres unités de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale ont enclenché la poursuite, mais en vain. Il est à rappeler que Rishi Chandarana est le fils du propriétaire de l’hôtel Mellis sis à Analakely. Son père a déjà subi le même sort l’année dernière quand il a été enlevé par des bandits équipés de  moto à Behoririka.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Education nationale : « Le prochain ministre devra être un connaisseur de notre environnement », récla...

Les syndicats des enseignants persistent et signent : « Il n’y aura pas de reprise normale des cours tant que nos revendications ne sont pas prises en considération de manière claire ». Les enseignants réunis au sein de syndicats et même ceux non syndiqués, réunis hier au Lycée moderne d’Ampefiloha (LMA) se sont convenus du maintien de la suspension des cours déjà effective depuis quelques semaines. Les élèves, eux, ont une fois encore dû rebrousser chemin, hier. Les responsables du LMA et du lycée J.J. Rabearivelo à Analakely ont ainsi dû suspendre les cours en raison de cette grève. A l’issue de la réunion des enseignants grévistes qui s’est tenue au LMA, hier matin, décision a été prise de poursuivre le mouvement jusqu’à nouvel ordre. Pour rappel, les revendications des enseignants tournent essentiellement autour de la grille indiciaire, des indemnités impayées, des avantages dont ils ne jouissent pas et qu’ils estiment honteusement bas par rapport aux autres corps de métier, même à qualifications égales.

Vécu. Les circonstances étant, quelques heures seulement après la démission du Premier ministre Mahafaly, les syndicats d’enseignants de l’Education nationale annoncent la couleur à propos du prochain ministre qui dirigera le MEN (ministère de l’Education nationale) : il devra être issu du milieu de l’enseignement. « Cette personne devra être un connaisseur de l’environnement dans lequel nous vivons, pour l’avoir expérimenté elle-même. Elle devra avoir du vécu. », a-t-il été déclaré. Reste à savoir s’ils seront entendus. En attendant, l’heure est au blocage. Les parents d’élèves et les futurs candidats aux examens officiels craignent une nouvelle perturbation du calendrier des examens, voire, une année blanche. « Ce ne sera pas le cas », assurent les enseignants grévistes. « Nous avons bien sûr abordé cette question. Nous disposons d’une marge de manœuvre suffisante pour faire en sorte que les programmes scolaires soient achevés et que les élèves se préparent aux examens, lesquels se tiendront, d’ailleurs, plus d’un mois après la fin de l’année scolaire, fixée au 4 août 2018 », ajoutent-ils. Rappelons que les épreuves du BEPC se tiendront à partir du 3 septembre 2018 et le baccalauréat, deux semaines après.

Hanitra R.

News Mada0 partages

Ny Pnud sy ny minisiteran’ny Toekarena : tetikasa maro hiadiana amin’ny fahantrana lalim-paka

Nanambara ny Pnud, ny herinandro lasa teo, miaraka amin’ny minisiteran’ny Toekarena sy ny tetipivoarana, fa anisan’ny iray amin’ireo 64 nosafidina anatin’ny laharam-pahamehana i Madagasikara. Faritana, noho izany, ny tanjona ho an’ny fampandrosoana maharitra (ODD) sy ny fomba hoenti-manatanteraka izany.

Niainga avy amin’ny fanadihadiana nanomboka ny taona 2015, ny fanaovana tomban’ezaka mifandraika amin’izay ODD (Objectif de développement durable) izay. Nozahana ny firenena 169, ka 64 nosafidina farany ho laharam-pahamehana, anisan’izany i Madagasikara, hiadiana amin’ny fahantrana lalim-paka ; ady amin’ny tsy fitovian-jo sy ny tsy rariny ; tsy adino koa ny fiatrehana ny fiovan’ny toetr’andro. « Fantatra izao, ankehitriny ny tatitra amin’izay laharam-pahamehana izay eto amin’ny firenena, mifanaraka amin’ny ODD. Tsy azo ihodivirana izany amin’ny fanamby momba ny Fisandratana 2030 », hoy ny minisitry ny Toekarena, Raveloharison Herilanto.

« Tsy misy azo atao an-jorom-bala ny rehetra, koa adidinay ny mampita ny asa mahakasika ny toekarena sy ny sosialy, manomboka any ifotony, ny faritra, sy maharakotra ny firenena manontolo », hoy ny mpanolotsaina momba ny toekarena ao amin’ny Pnud, i El Hadji Fall. Betsaka ny azo hanafainganana ny asa fampandrosoana. Navoitran’ny Pnud ny filaminana eo amin’ny politika sy fanamafisana ny asan’ireo andrimpanjakana ; fahombiazan’ny governemanta ; ny fifandraisana eo amin’ny fiarahamonina ; ny fanajana ny lalàna, indrindra eo amin’ny fitsarana sy ny fitandroana fandriampahalemana.

Tsy nahitam-pahombiazana ireo tetikasa tany aloha

Nambaran’ny tao amin’ny Pnud fa efa betsaka ireo tetikasa nofaritana tany aloha eto Madagasikara, saingy tsy nahitam-pahombiazana, toy ny amin’ny firenena afrikanina maro. Koa andrasana indray izany izao ity ODD ity, aroson’ny Pnud ho an’izay mitondra sy mbola hitondra ny tany sy ny fanjakana, manana anjara andraikitra lehibe tandrify azy koa ny vahoaka.

Momba ny tontolon’ny toekarena, ohatra, ifantohana manokana ny fanatsarana ny famokarana rehetra, amina sehatra samihafa sy ny indostria ; fametrahana fotodrafitrasa, indrindra momba ny angovo, ny fitaterana, ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra sy ny fampitam-baovao. Tsy tongatonga ho azy anefa izany raha tsy hatevenina ny fahalalan’ny tsirairay ; mila tsara tantana ny fanjakana, hisian’ny fahombiazana eo amin’ny asam-panjakana sy ny fandraharahana. Nofaritana manokana koa ny ady atao amin’ny kolikoly sy ny lafiny sosialy, toy ny fanabeazana sy ny fampianarana isaky ny ambaratonga ; ny fahasalamana ; fampitovian-jo ny lahy sy ny vavy ; ny toeram-ponenana, sns…

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tontolo an-dranomasina : 25 taona niaraha-niasa ny COI sy ny UE

Mankalaza ny faha-25 taona nisian’ny fiaraha-miasa izao ny COI sy ny Vondrona Eoropeanina (UE) momba ny fifanarahana fikajiana ny zavaboahary anaty ranomasina. Aty amin’ny faritra ranomasimbe Indianina, toy ny eto Madagasikara, teboka iray lehibe ny fikajiana ny biolojia sy ny zavaboary amin’ny ankapobeny. Koa tsy ataon’ny COI ambanin-javatra izany, araka ny nambaran’ireo mpikambana.

Anatin’ny fandaharanasa ny fikajina ny fitantanana ny zavaboary anaty ranomasina sy eny amorontsiraka ho tombontsoan’ny firenena enina (Kaomoro, Kenya, Maurice, Seychelles, Tanzania, ary Madagasikara). Ny azo ambara eto amintsika, ohatra, ny famelomana indray ny ala honko any amin’ny morontsiraka andrefana. Misy ny lalàna narafitra ho fikajiana izany ny zavaboahary hafa. 2,4 tapitrisa euros ny tetibola naroson’ny Vondrona eoropeanina ho an’ny fikambanana isan-tsokajiny miisa 29, hanohizana ny fandaharanasa mahakasika izany, hampihena ny fahantrana.

Mampidi-bola maro ny fikajiana ireo zavaboahary ireo fa tsy fatiantoka ho an’ny toekarena akory, araka ny fanamarihan’ny COI. Tsy vitsy ireo mitombo ny fidiram-bolany noho ny fahaiza-mikajy sy mitantana : betsaka ny drakaka amin’izay faritra feno ala honko eto Madagasikara sy ireo vokatra hafa hita any amin’ireo firenena mpikambana ao amin’ny COI. Nampahafantarina, amin’izao faha-25 taona izao koa ny tatitra, natao ny faran’ny taona 2017, mahakasika ny sehatra maro, ohatra, ny « récifs coralliens » any Nosy Be.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Rugby : hohatevenina «expatriés» ny Makis de Madagascar

 Hiova endrika tanteraka ny Makis de Madagascar, manomboka amin’ity taona 2018 ity. Ho tohin’izay efa natao tamin’ny taon-dasa, hohatevenina mpilalao avy any Eoropa “expatriés”, ny ekipam-pirenena Malagasy.

Hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can Silver cup 2018), ny Makis de Madagascar, “senior” lehilahy. Fihaonana, hatao any Zambia ny volana jolay, ho avy izao. Nambaran-dRakotomalala Marcel, filohan’ny Malagasy Rugby, fa hohatevenina mpilalao mpila ravinahitra mipetraka any Frantsa “expatriés”, manomboka izao ny Makis de Madagascar. Efa misy enina mirahalahy, vonona hiatrika izany. Misy ireo milalao ao amin’ny “federale 1”, ny hafa indray ao amin’ny Pro D2. Mpilalao ao anaty “pack d’avant” avokoa izy ireo. Tanjon’ny Makis, amin’ity ny hiverina ao anaty (Gold cup). Ankoatra izay, fantatra fa ho vita amin’ny volana ambony ilay ivo toeram-piofanana eny Andohatapenaka, ka hiasa sy hihodina amin’ny faran’ny volana jolay. Hanao fampivondronana ao ny Makis U18 lahy sy vavy, hiatrika ny lalao afrikanina ho an’ny tanora, hatao any Alzeria.

Manaraka ny  fenitra iraisam-pirenena

Manaraka ny fenitra iraisam-pirenena io ivo toeram-piofanana io satria ry zareo Afrikanina Tatsimo, ny hany manana toa azy aty Afrika. Nambaran’ny filohan’ny Malagasy rugby fa ampiarahina amin’ny famaranana ny fiadiana ny amboaran’ny filoha, ny fitokanana izany.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – «Adin’ny samy ngeza» : hotanterahina ny 17 jona ny famaranana

Tontosa soa aman-tsara, ny alahady 4 jona lasa teo, teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny lalao manasa-dalana roa, eo amin’ny lalao baolina lavalava, karakarain’ny fikambanana Les As 38. Famaranana roa goavam-be, no hotanterahina ny alahady 17 jona, ho avy izao. Andaniny, TFA Anatihazo,  hifandona amin’ny TFMA Ankasina (Boaikely manohitra). Ankilany, FTM Manjakaray (Dakar) hifampitana amin’ny 3FB (Zef’be). Hotolorana omby mifahy sy lelavola 1 tapitrisa Ar miampy amboara, izay ho mpandresy ary lelavola 1 tapitrisa Ar sy amboara kosa ny an’ireo resy.

Nitondra ny teny fisaorana, ho an’ny Malagasy rugby sy ireo fileovana rehetra nandray anjara, ka nampizotra an-tsakany sy an-davany,  ireo lalao manasa-dalana, ny fikambanana Les As, tamin’ny alalan-dRandriantsoa Radouh.

“Tafita ny hafatra, saingy tsy mbola tratra ny tanjona. Mbola miantso ireo mpankafy, ho tonga maro amin’ny famaranana, izahay. Mankasitraka ny toe-tsaina “fair-play”, nasehon’ny ekipa rehetra, ihany koa ny Les As 38”, hoy izy.

Nilaza ny fikambanana Les As, fa tsy hitsahatra eo ny fifaninanana karakarain’izy ireo fa hisy tohiny ka ny toe-tsaina hitondrana izany dia hihavao hatrany. Tsiahivina fa tafiditra ao anatin’ny fiverenana an-doharano sy fampiraisana indray ary fandravonana ny olana nisy teo amin’ny tontolon’ny baolina lavalava, ny zava-kinendrin’ny fikambanana Les As.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kidnapping : karana roa mbola tsy hita popoka

Mbola tsy hita popoka ny Karana roa nisy naka an-keriny hatramin’izao. Ny voalohany, i Navage Veldjee, nisy naka an-keriny teny akain’ny Gamo Ampasampito ny 24 mey lasa teo, tsy mbola votsotra hatramin’izao. Vao ny alahady teo kosa, teny Anosiala Andakana, teo am-pivoahana ny toerana filalaovana golf ny Karana iray zanaky ny tompon’ny hotely Mellis. Jiolahy efatra nitondra Kalachnikov, nandeha fiara Renault fourgonetteny  naka an-keriny an’i Chandarana Rishi. Ity farany izay tao anaty ny fiarany 4×4 Touareg ka teo am-piantsonana ny fiarany no tonga ireo jiolahy niaraka tamin’ny basy, ary nampiditra azy tao amin’ilay Renault. Araka ny voalazan’ny mpitandro filaminana, efa miasa izao ny “cellule anti-kidnapping” manao ny fanadihadiana rehetra. Mihetsika avokoa ny zandary sy ny polisy any amin’iny faritra Ambohidratrimo sy ny manodidina iny. Tsy mbola nisy vokany anefa izany. Manao antso avo ny fianakavian’ireo Karana ireo fa omena valisoa lehibe izay manome vaovao momba azy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Ranomafana : lehilahy iray nisandoka ho Lietnà zandary

Voasambotry ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Ranomafana Atsinanana, afakomaly ny lehilahy iray, 46 taona nisandoka ho manamboninahitra eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Voalazan’ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, nahazo loharanom-baovao izy ireo fa misy lehilahy iray mitonona ho Lietnà zandary ao amin’ny kaominina ambanivohitra Ampasimbe (25 km avy eo Ranomafana Atsinanana). Nidina tany an-toerana avy hatrany ny zandary izy ka tratra tao amin’ny toerana fisotroana iray izy. Nanontanian’ireo zandary ka nanamafy fa Lietnà miasa ao amin’ny DRH ao amin’ny Toby Ratsimandrava Richard. Nanao ny “survetement” manga an’ny zandarimariam-pirenena izy tamin’io fotoana io. Mbola nanamafy hatrany izy fa mahavita “affectation – advancement…” ho an’ireo zandary efa miresaka aminy. Raha vao nanontaniana anarana tompon’andraikitra ambony vitsivitsy ao amin’ny zandarimariam-pirenena anefa izy, very tanteraka ka nosamborina nanaovana fanadihadiana avy hatrany. Nisy olona maromaro noho izany nitaraina fa efa saika voambakany. Fantatra koa fa vao avy nivoaka ny fonja tsy ela akory izay ity lehilahy nisandoka ho zandary ity. Nanamafy ny zandary fa noho ny fisandohana ho “commandant de brigade” (CB) tany amin’ny faritra Vakinankaratra ny nidirany am-ponja. Hatolotra ny fampanoavana ao Toamasina anio ity Lietnà sandoka ity.

Mamerina hatrany ny zandary fa tsy misy na iray aza afaka mampiditra na manafaka mpiadina ho mpianatra ho zandary fa ny fahaizan’izy ireo ihany no hahafaka azy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ambohidratrimo : sinoa iray notafihin-jiolahy nitondra Kalachnikov

Nisehoana fanafihan-jiolahy any Soamanandray Ambohidratrimo, ny alahady teo tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Araka ny vaovao avy amin’ny zandarimaria, notafihina enin-dahy nirongo basy Kalachnikov ilay Sinoa io tao amin’ny tranony. Norahonan’ireo jiolahy ny mpiambina ny tanàna ary nofatorany. Niditra tao an-trano ny efa-dahy ary nandrahona ilay Sinoa tokony ho 60 taona. Ity farany izay talen’ny orinasa Fhan Mada.

Noterena hamoaka vola ilay Sinoa io ka lasan’ireo olon-dratsy ny vola 23 tapitrisa Ar niampy ordinatera sy fitaovana elektronika maro. Nandritra ny fitsoahan’ireo jiolahy, nanapoaka basy intelo izy ireo nampitahorana ny manodidina. Olona iray saika hanampy ireo voatafika no naratra voatifitra tamin’izany. Tonga teny an-toerana ny zandary, saingy tsy nisy tratra ireo olon-dratsy na iray aza. Nentina tany amin’ny hopitaly avy hatrany ilay naratra io.

Miseholany ny fanafihana

Vao ny asabotsy teo ihany koa, nisy fanafihana teny amin’ny faritra Ambohidratrimo iny. Voalaza tamin’izany fa voatafika ny trano dimy. Tamin’ireo kosa anefa, fantatra fa basy kilalao ny nampiasain’ireo jiolahy ireo. Enin-dahy ihany koa ireo nanafika tamin’izany. Tsy nisy tratra ireo na iray aza. Tamin’ity fanafihana sinoa ity, nampiasa Kalcahnikovny jiolahy. Fitaovam-piadiana mahery vaika fampiasan’ny mpitandro filaminana mihitsy io. Avy aiza ny fiavian’ireo basy ireo. Raha basy kilalao mantsy, fanararaotana ny horohoron’ny olona amin’ny tsy fandriampahalemana izany.

Yves S.

News Mada0 partages

BEPC sy bakalorea : mihemotra avokoa ny adina ara-panatanjahantena

Hatezerana ny an’ireo mpianatra sy ny ray aman-dreny omaly tetsy Itaosy rehefa tsy nisy mpampianatra tonga hampanao adina ara-panatanjahantena ireo tanora hiatrika ny fanadinana BEPC.

Nitaraina ireo ray aman-dreny fa tsy mba nisy ny fampilazana azy ireo mialoha na am-bava na an-taratasy nahafahan’ny mpianatra niomana.

Tonga maro vao maraina ireo mpianatra efa vonombonona ny hiatrika ny adina ara-panatanjahantena teny an-toerana.

Omaly ihany, nisy ny fanambarana nataon’ny sendikan’ny mpampianatra fanatanjahantena izay tarihin’ny filohany Razanajatovo Bruno fa “miato ny fanadinana ara-panatanjahantena BEPC sy bakalorea eto amin’ny faritra Analamanga mandra-pisian’ny fandaminana vaovao”.

Tapaka izany araka ny fihaonan’ireo mpampianatra fanatanjahantena notanterahina ny zoma lasa teo teto amin’ny faritra Analamanga.

Nanome toky anefa ireo sendikan’ny mpampianatra fanatanjahantena ireo fa tsy hisy ny taona fotsy amin’ny fanadinam-panjakana fa hahemotra amin’ny fotoana mampisy ny fitoniana ny adina ara-panatanjahantena. Rehefa mivaly ny fitakiana sy mipetraka ny tompon’andraikitra vaovao dia miverina amin’ny laoniny avokoa ny asan’ny fampianarana rehetra.

Tatiana A

 

News Mada0 partages

Na teo aza ny toromarika : betsaka ny sekolim-panjakana nikatona

Na teo aza ny toromariky ny minisiteran’ny Fanabeazana, samy nanana ny niatrehany ny fiandohan’ny herinandro ny sekoly rehetra teto an-dRenivohitra. Ho an’ny lycée Nanisana, kilasy 23 amin’y 34 no nandray ny fampianarana omaly tontolo ny andro, araka ny fanazavan’ny tale, Rabeantoandro Andriamiarana, omaly. Mifanahatsahana ny kilasy manomana fanadinana sy ny kilasy tsotra. Efa tapaka nandritra ny fotoana maharitra ny fampianarana ka rariny raha niverina amin’izany ho fitsinjovana ny mpianatra. Ho an’ny lycée Ampefiloha, niverina nody avokoa ny mpianatra fa tapaka tao anatin’ny fivoriamben’ny mpampianatra fa mbola hitohy ny fitokonana mandra-pivalian’ny fitakiana samihafa na koa efa hita soritra ny lalana hahazoana valiny momba izany, hoy ny fanambaran’ny mpampianatra avy ao amin’ny LMA. Mangataka koa izy ireo mba ho mpampianatra mahalala ny olan’ny mpanabe no hitantana ny minisiteran’ny Fanabeazana. Nanohana ny hetsiky ny mpampianatra eny amin’ny lycée Ampefiloha ny avy amin’ny lycée Jules Ferry Faravohitra. Tsy nianatra koa ny mpianatra avy amin’ny CEG Ampefiloha.

Noho ny toe-draharaha, nahemotra avokoa ny tetiandro hanatanterahana ny taranja fanatanjahanatena amin’ny fanadinana BEPC eto amin’ny faritra Analamanga.Tsy mbola voafaritra ny daty vaovao fa mampanantena kosa ny mpampianatra ny taranja fanatanjahantena fa tsy hisy ny taona fotsy. Mbola olan’ny mpampianatra ity taranja ity koa ny tsy fahatomombanan’ny fanefana ny “vacation” amin’ny fitsarana sy fanatanterahana ny fanadinam-panjakana.

 Nitokona teny amin’ny CEG Antanimbarinandriana

Ho fampisehoana ny hery, nitokona teny amin’ny CEG Antanimbarinandriana avokoa ny mpampianatra tao anatin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra omaly maraina. Mangataka izy ireo ho olona avy amin’ny tontolon’ny fampianarana no apetraka ho minisitra. Hitohy rahampitso ny hetsika izay hanentanany ny mpampianatra avy amin’ny Cisco rehetra avy any amin’ny faritra.

Ho an’ny fampianarana teknika, nizotra tsara ny fampianarana rehefa tsy nisy intsony ny mpitokona nanakorontana tonga teny an-toerana.

Eny anivon’ny sekoly miahy tena, vita ny fandaharam-pianarana rehetra ho an’ny taranja samihafa ho an’ny kilasy hiatrika fanadinana. Miroso amin’ny fizarana ny mpampianatra mandra-pahatongan’ny fanadinana.

Vonjy A.            

News Mada0 partages

Lakandranon’i Pangalana : mampihemotra mpizahatany ny loto

 Manana lanja amin’ny toekarena, sosialy, ny fizahantany ny lakandranon’i Pangalana. Tsy misy ny fikojakojana azy ka miantraika any amin’ny fahasalamana ny lotony, potika ny zavamaitso sy ny zavamananaina ao aminy. Mahamenatra antsika eo imason’ny mpizahatany vahiny. Fanadihadiana.

Heverin’ny Malagasy sy ny mpizahatany vahiny fa tsara amin’ny lafiny rehetra izany fitsangantsanganana amin’ny lakandranon’i Pangalana izany, miainga eto Toamasina hatrany amin’ny tapany atsimo atsinanana (Mahanoro, Mananjary, Farafangana). Ahitana toeram-pitsangantsanganana maro toy ny Akanin’ny Nofy, ny Tapakala, ny any Ambila Lemaitso sy ny hafa. Eo koa ny anjara toerany amin’ny fampandrosoana, amin’ny fivezivezen’ny olona sy ny vokatra, mitondra fampandrosoana ho an’ny tanàna andalovany sy ny faritra ankapobeny. Mamelona ny mponina andalovany koa satria ataony rano fisotro sy ilaina amin’ny velon-tenany, toy ny jono, ohatra.

Tandindonin-doza ity lakandrano mirefy manodidina ny 700 km ity ankehitriny, satria tsy misy ny fikojakojana azy sady maloto fa tsy rano madio mangatsangatsaka toy ny taloha intsony. Nahatsiaro voafitaka ny vahiny mpizahatany, tsy araka ny hita any amin’ny dokambarotra any ivelany. Tsy nahafaly azy ireo ny mahita ny fako, toy ny tapa-kazo, ny volontsangana, ny fako indostrialy avy amin’ny ozinina eto Toamasina, toy ny menaka, ny gazoala, sns, sady manimba sy mamono ny zavamananaina anaty rano rehetra (zavamaniry, hazandrano, …).

Notsorin’ireo mpizahatany fa “hampihemotra ny mpizahatany vahiny hafa ny fahitany ireo rehetra ireo.  Ny hafa mbola tsy nitsidika tety indray angamba no ho voafitaka fa tsy izahay intsony. Hay maloto be tahaka izao ny lakandrano hitondrana anay amin’ny lakana »,  hoy ny teratany italianina iray. Nambarany koa fa maloto manomboka eo amin’ny port Fluvial hatrany amin’ny toeram-pitsangantsanganana ve ny lakandranon’i Pangalana? Toa tanàna tsy misy tompon’ andraikitra?”

Potika ny tontolo iainana

Eo koa ny loton’ny mponina manamorona ny lakandrano, hanaovan’izy ireo ny malotony.

Tandindonin-doza ny fahasalamam-bahoaka sy ny tontolo iainana. Raha ny fantatra, misy ny minisitera sy ny sampandraharaham-panjakana mahazo famatsiam-bola misahana ny fanaraha-maso ny fahadiovan’ny ranomamy sy ny ranomasina, saingy toa mitazam-potsiny. Ny zava-misy, mampiasa rano maloto ny mponina, hisakafoana, hisasana sy ny hafa. Vokany, feno teboteboka toy ny mivoaka mony ny hoditry ny ankizy, sady mihangeza mibontsina, mivalana sy mikohaka matetika. “Lavitra ny toeram-pitsaboana ka misy mihitsy ny ankizy maty”, hoy ny mponina sendra anay.

 Sajo sy Njaka A.

 

Mirefy manodidina ny 700 km ny lakandranon’i Pangalana, miainga eo Toamasina hatrany Farafangana. Tsy voajanahary fa natao tanana izy, teo ambany fiahian’ny jeneraly Galliéni, ny taona 1896 ary vita ny taona 1904. Manodidina ny 300 ny Malagasy noterena (nandevozina) nanao azy, ahafahan’ny mpanjanatany frantsay mamoaka ny vokatra (kafe, jirofo, lavanila, …) avy any amin’iny tapany atsinanana atsimon’ny Nosy, ny miondrana any ivelany.

Nikojakojana farany nanadiovana ity lakandrano ity ny taona 1980. Nifanaraka tamin’ny fanjakana maraokanina ny fitondrana, ankehitriny, ny taona 2016, hanarenana azy indray, saingy tsy nanomboka ny asa hatramin’izao.

 

News Mada0 partages

Praiminisitra teo aloha, Mahafaly S. : tsy misy adivarotra ny fametraham-pialana

« Ekeko tsy misy adivarotra ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Tsy te ho vato misakana amin’ny famahana ny olana ankehitriny rahateo ny tenako », hoy ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana teny Mahazoarivo, ny maraina, talohan’ny nanaterany ny taratasy fametraham-pialany teny amin’ny filoham-pirenena, eny Iavoloha. Mijoro hatrany izy, mitondra vahaolana sy ny anjara birikiny eo amin’ny fahamahana olana eto amin’ny firenena, araka ny nambarany.

Noho izany, tsy an-tery na amin’ny alahelo fa an-tsitrapo ary an-kafaliana ny fametraham-pialany. Tsy maintsy atao izay mba hahazoan’ny filoham-pirenena misafidy an-kalalahana izay ho praiminisitra hitantana ny governemantan’ny marimaritra iraisana. « Tsy misy nanenenako ny vita », hoy izy.

 Neken’ny filoha ny fametraham-pialan’ny PM

 « Isaorantsika ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier sy ireo mpikambana rehetra ao amin’ny governemanta noho ny asa notanterahina sy vitan’izy ireo, ary ny ezaka nataony teo amin’ny fanatanterahana izany asany izany ao anatin’ny fanompoana ny firenena.« 

Io ny fanambaran’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny mpanao gazety teny Iavoloha, omaly tolakandro, taorian’ny nanolorana azy ny taratasy fametraham-pialan’ny governemanta notarihin’ny Praiminisitra teo aloha. Mandra-pipetraky ny governemanta vaovao, mbola manao ny asa fampandehanan-draharaha andavanandro avokoa ireo nametra-pialana amin’ny governemanta teo aloha.

Andrasana eo izay ho tohin’ny raharaha

Hilamina amin’ny fijoroan’ny governemanta vaovao eo ve ny raharaha? Tsy mbola miala amin’ny toerany ny filohan’ny Repoblika, ary mbola manodidina azy avokoa ireo olona akaiky azy sy ny tandapa. Anisan’ny mahabe fitarainana ny vahoaka ny fisian’ny tsimatimanota, ny kolikoly avo lenta, ny anamparam-pahefana, ny fanjakazakana, ny kiantranoantrano, ny tsy fangaraharana…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Asa fanaovan-gazety : nodimandry tampoka i Rojo N

Misaona ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety. Nodimandry, omaly alatsinainy 4 jona, ny namana Randriantsarahoby Rojo Nantenaina, mpanoratra vaovao fanatanjahantena (Rojo N), ao amin’ny gazety Les Nouvelles, ao anaty vondrona Ultima-Media.

Tampoka ny nahafaty azy, satria tsy narary i Rojo. Mbola namita ny asany izy, ny alahady alina lasa teo.

Ny 1 marsa 2013 Itompokolahy no niditra niasa tao amin’ny Les Nouvelles, taorian’ny fahavitany  ny fianarany tao amin’ny Essva. Anisan’ny nahalalana azy ny fanoratana sy ny  fanaovana fanadihadiana, eo amin’ny taranja baolina kitra, ny rugby, ny tsipy kanetibe ary indrindra, ny hazakazaka am-bisikileta, efa nitetezany an’i Madagasikara, tamin’ny fanarahana ny “Tour de Madagascar”. Efa nahazo fankasitrahana tamin’izany i Rojo.  Marihina fa mpianatra tao amin’ny sekoly Essva Vakinankaratra izy.

Nitsahatra hatreo izany ny asan’i Rojo fa mipetraka ho tantara ho an’ny gazety sy ireo namany marobe kosa ireo diam-peniny. Namela manano tena sy kamboty iray Itompokolahy. Halevina, rahampitso alarobia, any amin’ny fasan-drazany, any Sandrandahy, i Rojo N. Izahay eto amin’ny Gazety Taratra dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Ferme solaire d’Ambatolampy : la centrale opérationnelle à partir de ce mois

Les travaux pour la construction d’une ferme photovoltaïque à Menabe Ambatolampy arrivent presque à terme. La centrale qui sera raccordée au Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) produira 4 MW, à partir de ce mois de juin, pour atteindre sa pleine capacité de 20 MW au mois de juillet, a-t-on fait savoir, lors du Conseil des ministres du 25 mai dernier.

 Etablie sur un terrain vague de 33 hectares, la centrale photovoltaïque de Menabe, à Lovainjafy Ambatolampy, à près de 80 km de la capitale, sera composée de 73.000 panneaux solaires. Chaque panneau produira environ 275 W et l’ensemble des installations va fournir 30 GWh par an, pour d’une capacité nominale de 20 MW.

Ce projet de plus de 20 millions d’euros relève d’un contrat de concession entre l’Etat malgache et la société française GreenYellow. Durant l’exploitation de cette centrale, l’Etat, à travers la Jirama, achète l’électricité produite et un contrat d’achat d’électricité d’une durée de 25 ans a été signé dans ce sens.

Après installation et la mise en service qui nécessite plusieurs semaines, la centrale va être raccordée au RIA dans le courant de ce mois, comme l’ont annoncé les responsables de GreenYellow Madagascar, lors du lancement du projet en septembre dernier.

Allègement du coût de production

C’est la première centrale solaire qui sera intégré dans le RIA. Par ailleurs, la centrale solaire de Maevatanàna est déjà opérationnelle. Pour ce qui est du coût de production, il s’avère que le solaire reste largement moins cher que le thermique et l’hydroélectrique.

En effet, le gouvernement a décidé d’accorder, l’année dernière, une exonération des droits de douanes et de TVA pour les pièces détachées, des produits finis pour la production d’énergies renouvelables. Aussi, ceux qui veulent construire des centrales à 100% énergies renouvelables obtiendront un abattement fiscal de 50% sur les Impôts sur les revenus.

Arh.

 

News Mada0 partages

Journée mondiale de l’environnement : la pollution plastique au cœur de la discussion

«Combattre la pollution plastique», c’est le thème choisi, cette année, pour la Journée mondiale de l’environnement, célébrée le 5 juin. Une occasion de revenir sur la situation à Madagascar relative aux sachets plastiques, qui reviennent en force au niveau du marché local, malgré l’interdiction de les utiliser depuis octobre 2015. Pour rappel, la production, la vente et l’usage du sachet plastique de moins de 50 microns sont interdits depuis 2015. Mais force est de constater que cette mesure n’est pas respectée actuellement.  Les petits sachets plastiques transparents sont toujours utilisés chez les marchands  de la capitale.

C’est également  dans ce cadre  que le Salon de l’environnement se tiendra au village Voara Andohatapenaka, du 8 au 10 juin. A cet effet, la première édition entend pouvoir regrouper environ une centaine de participants ainsi que plus de 20 000 visiteurs. Au niveau international, l’Inde sera le pays hôte des célébrations de la Journée mondiale de l’environnement cette année.

R.R.

News Mada0 partages

Basket-N1A : nombre d’équipes revu à la baisse

Avant même le début des hostilités, la première phase du Championnat de Madagascar N1A réserve déjà son lot de surprises. Entre dissolution et absence, le nombre des équipes engagées est revu à la baisse, autant chez les hommes que chez les femmes.

Désormais, les équipes engagées dans la catégorie masculine sont au nombre de 13. Parmi les nouvelles formations de la division reine, Sporting (Diana) quitte  le monde du basketball prématurément, laissant Cosmos seule contre les grandes équipes, telles la GNBC (Vakinankaratra) ou encore ASCB (Boeny) dans la poule A.

Côté dames, l’absence de deux équipes, en l’occurrence CRJS (Atsinanana) et CBB Otiv (Alaotra Mangoro), réduit considérablement l’effectif de la poule A. Dans la poule B, seule BCCA (Amoron’i Mania) manque à l’appel.

Des absences qui n’enlèvent en rien le niveau qui sera celui de cette joute nationale, grâce à la présence de toutes les formations aux noms ronflants, telles l’Ascut (Atsinanana), SBBC (Boeny), Fandrefiala (Analamanga) ou encore MB2All (Analamanga).

Dans l’une et l’autre

Cette joute nationale aura un goût particulier pour trois clubs, à savoir Ascut (Atsinanana), SBBC (Boeny) et MB2All (Analamanga). Les trois ont réussi l’exploit d’être présents dans les deux catégories masculine et féminine de la compétition.

Quoique leur force réside plutôt chez les basketteuses que chez les basketteurs, eu égard à leurs résultats depuis plusieurs saisons.

Naisa

Hommes :

Groupe A :

ASCB (Boeny)

GNBC (Vakinankaratra)

TMBB (Analamanga)

COSPN (Analamanga)

Cosmos (Diana)

MB2All (Analamanga)

Groupe B:

SBBC (Boeny)

Ascut (Atsinanana)

Cosfa (Analamanga)

2 BC (Vakinankaratra)

AS Victoire (Boeny)

ABBS (Sava)

Sebam (Boeny)

Dames :

Groupe A :

SBBC (Boeny)

JEA (Vakinankaratra)

Tamifa (Amoron’i Mania)

ASA (Analamanga)

Groupe B:

MB2All (Fandrefiala)

MB2All (Analamanga)

JSB (Boeny)

BC Est (Atsimo Andrefana)

Ascut (Atsinanana)

News Mada0 partages

Urban trail : une inscription vaut un vaccin

Cette fois-ci, ce sera la bonne ! Après un report, la 4e édition de l’Urban trail aura bel et bien lieu ce dimanche. Cette course se singularise par le trajet qu’elle empruntera. En effet, contrairement à d’autres, Urban trail, comme son nom l’indique, se fera dans les quartiers connus de la capitale.

La raison de la tenue de cet événement est tout aussi unique en son genre, celle de soutenir la lutte contre la polio à Madagascar. Comme les inscriptions sont payantes, la somme récoltée sera allouée dans l’achat de vaccins.

«Les efforts pour éradiquer la polio dans le monde sont sur le point de porter leurs fruits. Un des acteurs dans cette lutte, le Rotary International en a fait l’un des axes majeurs de ses actions» a souligné le responsable de Rotary Mahamasina Ndrianja Rajemison. «Une inscription vaut un vaccin contre la polio», a-t-il ensuite soutenu.

Les participants auront l’embarras du choix entre courir sur une distance plus courte (6 km), tout en appréciant les couleurs de quelques quartiers, ou courir sur une distance plus longue (12 km) et de pouvoir jouir de meilleures découvertes de la Ville des Mille.

En tout cas, l’affluence est énorme que lors de l’édition précédente. Pas moins de 4.000 personnes se sont engagées cette année alors que les organisateurs poursuivent encore les inscriptions à leur siège à Mahamasina ou chez Newprint à Ankorondrano.

Naisa

Le trajet du 6 km :

Score Ankorondrano-Route des hydrocarbures-Henri Fraise-Ankadifotsy près Iscam-Ankadifotsy vers Antaninandro-Ambondrona-Faravohitra Ambany-Tohatohabato Tavao-Jirama Ambohijatovo ambony-Antsahabe-Ambanidia-Andafiavaratra-Mahamasina

Le trajet du 12 km :

Score Ankorondrano-Route des hydrocarbures-Henri Fraise-Ankadifotsy près Iscam-Ankadifotsy vers Antaninandro-Ambondrona-Faravohitra Ambany-Tohatohabato Tavao-Jirama Ambohijatovo ambony-Antsahabe-Ambanidia-Andafiavaratra-Andohalo-Manakambahiny-Tsimbazaza-Mahamasina.

 

News Mada0 partages

Patrimoine en péril : les photographes tirent la sonnette d’alarme

Les dés sont jetés. Trois prix seront décernés aux lauréats du concours de photographie portant sur « le « Patrimoine malgache en péril », ce samedi, à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina Malagasy (IKM) Antsahavola.

Une seule image vaut mille mots, oui, mais aussi mille maux. Face à l’usure de la plupart de nos patrimoines, Harena Madagasikara et l’Union des photographes professionnels de Madagascar (UPPM) lancent, pour la troisième année consécutive, ce concours  pour y remédier, un tant soit peu.

Ouverte aux photographes amateurs, du 15 février au 15 mai, la compétition a attiré 39 participants. Les trois surprenants clichés seront récompensés à l’issue du concours. La moisson riche a rendu complexe la tâche de sélection pour cette édition, selon l’avis des membres du jury, composé de photographes professionnels, à savoir, Henitsoa Rafalia, Nicky Aina et Irina Randrianaly.

«La force d’une Nation réside dans l’unicité de son peuple et le respect des valeurs fondamentales qu’il a héritées de ses ancêtres. Ces valeurs sont constituées par les biens communs qu’ils soient matériels et immatériels. C’est cet ensemble de biens que nous appelons «patrimoines». Lorsque ces patrimoines s’effondrent, nous ne disposons plus de repères et c’est la Nation toute entière qui part à la dérive. Il n’est pas encore trop tard pour Madagascar de préserver ses richesses», avance Zafinimpanana Ranivomanalintsoa, président de Harena Madagasikara.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Livre : Deel sort deux ouvrages

Au mois de mai dernier, le journaliste et écrivain Jules Ravelomanana, alias Deel, a sorti deux livres intitulés «Hifankahita» et «Mila ny fokonolona  ny firenena». A part divertir, ils éduquent les lecteurs en véhiculant plusieurs messages pour améliorer leur quotidien. «Par ailleurs, les personnes qui lisent s’intéressent au développement. C’est pour cette raison que je propose ces deux livres qui empruntent deux thèmes différents», a-t-il affirmé.

«Hifankahita» regorge d’illustrations et de conseils familiaux. «Je me suis inspiré de la Coupe du monde qui se déroulera bientôt à Moscou, par exemple. Ou encore, je propose quelques critiques politiques, sur la base de ce qui se déroule actuellement au pays, et surtout en ce qui concerne les élections», a-t-il annoncé. Par ailleurs, l’autre livre «Mila ny fokonolona ny firenena» sensibilise surtout le peuple malgache à participer à la vie politique et prendre conscience de sa responsabilité face au pays.

Au fait, Deel a déjà sorti quelques livres auparavant, entre autres «Ny fandrosoana», paru en 2013, ou encore «ady@ fahantrana.mg» et «Ny laharam-pahamehana». Ainsi, son style est toujours de sensibiliser ou alerter les lecteurs sur la situation politique, économique et sociale au pays.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Damily : un nouvel album en chantier

Un des artistes les plus adulés de sa génération ayant fait briller la musique malgache sur la scène internationale, Damily travaille actuellement sur son 12e album, qui devrait sortir au mois d’octobre.

«2018? Un nouvel album en octobre et des shows en novembre», a tout simplement commenté le chanteur qui a sorti son dernier opus intitulé «Very Aomby» à l’orée 2015. Le groupe Damily trouve sa genèse dans la Cité du Soleil à la fin des années 80 avec le tsapiky comme style musical de prédilection. Composé de Naivo à la batterie, Rakapo à la guitare basse, Damily à la guitare, Gany-gany et Kolody au chant, le groupe s’exporte à partir de 2006 en Europe et s’affirme comme un fier ambassadeur de la Grand île, aussi bien dans les kermesses que sur les scènes des grands festivals internationaux. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu le sobriquet de l’Ovni malgache.

Musiciens du cru de haut niveau, Damily et ses compagnons de route chantent l’espoir dans le Grand sud, au-delà de ces images lugubres qui ternissent sa réputation, à cause notamment de la pauvreté et de l’insécurité grandissante qui y règne. Dans un contexte où le marché des «musiques du monde» dicte sa loi, ces musiciens tiennent le cap avec le tsapiky comme argument.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Les nouvelles en deuil : Rojo Nantenaina raccroche sa plume

Même les mots justes sont faibles pour décrire cette immense peine,  cette profonde tristesse et ce grand chagrin. La vie paraît bien courte, mais partir subitement à l’âge de 27 ans, en laissant son épouse veuve et son unique garçon de 6 ans orphelin de père, est l’une des pires existences qui soient, que nul ne souhaite d’ici bas.

Rojo Nantenaina Andriatsarahoby, journaliste sportif de Les Nouvelles pendant 5 ans, a raccroché sa plume au petit matin, lundi, après avoir été évacué à l’hôpital. La mauvaise nouvelle est tombée, semant la consternation générale. Plus qu’un ami, un frère et collègue, «Méssié», venant de Monsieur, comme on aimait le surnommer, a tiré sa révérence dans la fleur de l’âge. Tout le monde, en larmes, n’en revenait pas, surtout ceux qui ont encore travaillé avec lui cette nuit-là. La vie nous réserve des fois une grande surprise.

Rojo n’était pas qu’un bon journaliste, un rédacteur pointu, il était aussi un homme du métier qui avait le sens de l’humour. Des fois taquin, parfois rebelle ou obéissant, «Méssié» laisse un grand vide derrière lui. Des anecdotes, les meilleurs moments partagés ensemble,  à remémorer comme souvenirs du bon vieux temps en sa mémoire, on en a beaucoup.

Etudiant brillant de l’Ecole supérieure spécialisée de Vakinankatra (Essva) à Antsirabe dans les années 2010, «Rojo Nantenaina était cet élève ambitieux  et cultivé qui se singularisait parmi ses pairs» se souvient Francis Rasoamaharo, son ancien professeur. La preuve, après quelques mois de stage concluant au sein de Les Nouvelles, Rojo a intégré l’équipe de la rédaction le 1er mars 2013.

Toute l’équipe est abasourdie, ses amis, sa famille également. En un clin d’œil, la mort a effacé à jamais sa signature Rojo N. dans les Nouvelles. Une page difficile à tourner mais ainsi va la vie. Repose en paix «Méssié».

La Rédaction

 

News Mada0 partages

BEPC : les épreuves d’EPS suspendues dans la Dren Analamanga

Les grévistes durcissent leur position en dépit de  l’instruction du ministère de l’Education nationale (Men) sur la reprise des cours dans les écoles perturbées par la grève des enseignants. Ce qui a conduit à la suspension des Epreuves d’éducation physique et sportive (EPS) dans la direction régionale de l’Education nationale (Dren) Analamanga.

L’avenir de cette année scolaire s’annonce incertain. La reprise des cours n’a pas été effective hier dans quelques écoles se trouvant dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo Renivohitra, contrairement à l’indication du ministère de tutelle. Pour le lycée Nanisana par exemple, 23 classes sur les 34 existantes ont étudié d’après les informations du Proviseur, Andriamiarana Rabeantoandro, joint au téléphone. Par contre, l’ensemble des élèves du lycée Moderne Ampefiloha (LMA) ont été tous renvoyés chez eux à l’issue d’une réunion des enseignants, qui ont décidé de suspendre l’éducation jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites d’après leurs déclarations…Ces derniers, avec quelques autres enseignants des écoles publiques dans la Cisco Tanà, qui ont tenu une manifestation baptisée «Mouvement pacifique de la marche blanche», dans la journée d’hier au CEG Antanimbarinandriana, ont décidé de suspendre les cours jusqu’à nouvel ordre.

A cause de cette situation, les épreuves d’EPS dans la Dren Analamanga, qui devraient se dérouler en ce moment, ont été tous suspendues. Les candidats qui devront participer à ces épreuves au Centre d’examen Lycée catholique à Itaosy, ont dû rentrer chez eux puisque l’examen n’a pas eu lieu, et ce,  sans aucun avis préalable. «Cette disposition a été prise vendredi dernier à l’issue d’une rencontre entre les membres du syndicat», d’après les confirmations du président du syndicat des professeurs d’éducation physique et sportive (Speps), Orlando Razanajatovo, qui a fait une déclaration officielle sur cette situation hier. Ce syndicat a essayé de rassurer les parents et les élèves que les épreuves auront lieu prochainement, une fois  leurs revendications sont satisfaites et les nouveaux responsables installés. Malgré cette assurance, les concernés ne manquent pas de s’inquiéter quant à l’avenir de cette année scolaire, qui ne cesse d’être perturbée.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Lever du drapeau : les ruraux donnent l’exemple

A presque trois semaines de la fête du retour à l’Indépendance, bon nombre des ruraux ont déjà arboré leur drapeau, par rapport aux citoyens des grandes villes. Selon l’avis d’un historien et sociologue, Hemerson Andrianetrazafy, joint par téléphone hier, «Comme les ruraux sont rattachés à la terre, ils sont facilement convaincus de son importance, et deviennent par conséquent plus ou moins nationalistes, contrairement aux gens de la ville dont la majorité ne sont que des locataires. Ces derniers sont également  frustrés, en particulier envers les dirigeants, qu’ils qualifient d’être la source de leur situation difficile actuelle». Le fait de ne pas arborer son drapeau est ainsi un signe de protestation, comme c’est le cas dans plusieurs bas quartiers de la capitale. D’un côté, pour certains, l’Indépendance n’est pas encore acquise, au vu de la situation actuelle. Ne pas lever son drapeau est ainsi une manière d’exprimer leur opinion.

Toutefois, «Le drapeau national est le symbole d’un pays, son indépendance, et surtout de sa souveraineté où la politique n’a rien n’à voir. Ne pas reconnaître ce symbole le jour de la célébration de la fête de l’indépendance c’est aussi renier sa patrie», a fait savoir Hemerson Andrianetrazafy.

Sera R.

News Mada0 partages

Fête nationale : la vente de drapeaux encore morose

A quelques jours de la célébration de la fête de l’Indépendance, les drapeaux nationaux se vendent beaucoup moins. La vente de cet article, qui ne se fait qu’une fois dans l’année, notamment au mois de juin, devient de plus en plus morose dans la capitale. Les commerçants ambulants qui investissent temporairement dans cet affaire, arrivent à peine à liquider un ou deux articles tout au plus, tout au long d’une semaine, d’après les témoignages de  quelques un d’entre eux. «Visiblement, l’achat de drapeau ne figure pas dans la priorité des clients pour marquer la célébration de l’Indépendance», a déploré un commerçant et en même temps fabricant de drapeau, Harisoa, qui n’a pas pu faire des bénéfices sur ces marchandises depuis au moins quatre jours.

Alors que les prix ne sont pas tellement chers, une pièce de drapeau est  vendue entre 1.000 et 20.000 ariary selon sa dimension et la qualité de tissu, d’après ces dires. Un autre commerçant a soulevé que, face au désintérêt de la clientèle sur cet article s’ajoute également la grève incessante observée au centre-ville, qui ne manque pas de perturber les activités de commerce sur les lieux, qui sont à leur apogée chaque année à la même période. De ce fait, les autres marchandises, comme les lampions ou les autres articles liés à la célébration du 26 juin se vendent mal jusqu’à maintenant.  Les commerçants gardent espoir, en  attendant que la situation s’améliore dans les prochaines semaines.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

RGPH3 : des ménages s’offusquent des questions qui leur sont posées

Certains ménages refusent de répondre aux questions posées par les agents recenseurs. Selon eux, certains enquêteurs s’immiscent trop dans leur vie privée, mais ne se contentent pas uniquement au dénombrement.

En effet, parmi les questions posées par les agents recenseurs, on peut citer entre autres, le type d’énergie domestique utilisé par la famille ainsi que les appareils utilisés avec comme le réfrigérateur, la cuisinière à gaz, le nombre de lits et les meubles dans chaque chambre, le montant total du revenu familial et le nombre des salariés dans la famille… «Des questions auxquelles il est difficile de répondre, surtout en cette période d’insécurité», a fait remarquer une mère de famille du côté de Tanjombato, district d’Atsimondrano.

A ces interrogations s’ajoutent d’autres comme les enfants vont-ils tous à l’école, si non, pourquoi ? Y-a-t-il des personnes handicapées physiques ou mentales dans la famille ? Si oui, comment sont-elles traitées ? Est-ce que vous êtes la première femme de votre mari ? En quelle année vous vous êtes mariés ? A quand remonte le dernier décès dans la famille ? De quoi est-il mort ? Et bien d’autres encore.

Indicateur général

Face aux réticences des ménages au RGPH3, le ministre de l’Economie et du plan, le général Herilanto Raveloharison, a expliqué ce week-end à Alakamisy Ambohimaha, que «Faire sortir l’indicateur général est l’objectif principal du RGPH». Cela, au cours d’une descente sur le terrain pour le suivi du recensement dans le district d’Ambohimahasoa. Lui de noter ensuite qu’une douzaine de secteurs sont concernés pour avoir cet indicateur, la raison de ces différentes questions, même si au premier abord elles semblent indiscrètes pour certains. Entre autres, la santé, l’éducation, la situation familiale au sein d’un ménage et les activités agricoles. D’ailleurs, au terme de la loi 68-003 du 18 juin 1968 sur les recensements et enquêtes statistiques, les données recensées sont strictement confidentielles. De ce fait, le général Herilanto Raveloharison a invité tout un chacun à participer de bonne foi à ce recensement, et de collaborer ainsi à faciliter les travaux des agents recenseurs.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Centre ANYMA : 507 enfants pris en charge

Le centre social «Avory ny marary (Anyma)» d’Antananarivo a pris en charge 507 enfants handicapés depuis son ouverture en 2013 à Andrefan’Ambohijanahary, dont 70% d’entre eux ont moins de deux ans, de source auprès du site «La France à Madagascar». C’est une association malgache qui a pour objectif de permettre aux enfants de moins de 21 ans, en situation de handicap ou atteints de malformation, d’avoir une vie normale. Elle est financée par l’ambassade de France à Madagascar à travers son programme «Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (PISCCA)».

L’association a noué un partenariat avec le service de chirurgie pédiatrique CHU-Joseph Ravoahangy Andrianavalona Ampefiloha et le Centre d’appareillage de Madagascar de Befelatanana. Suite aux opérations ou à la réalisation d’appareillages, les protégés de cette association sont scolarisés ou suivent une formation professionnelle pendant et après le traitement.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Analamanga : le Sempama s’impose

Des employés majoritaires au sein du ministère de l’Education nationale interviennent pour préserver leurs droits. La confédération syndicale «Sempama» s’est déclarée contre l’attribution de ce ministère aux politiciens et se prépare à lutter pour la concrétisation de sa revendication.

Les membres du bureau national de la confédération syndicale «Sempama» ont dévoilé leur carte à l’avance face à la situation politique actuelle. Ils ont lancé un avertissement, déconseillant aux décideurs  toute nomination sur profils politiques à la tête de leur ministère, pour la bonne marche de l’administration, selon la sécrétaire générale du Sempama, Bodo Ranahaka, au cours d’un point de presse tenu dans la capitale. «Le poste doit revenir à un technicien du département qui regorge de postulants compétents, capables de revaloriser les ressources humaines du ministère par la prise en considération de leurs droits», a-t-elle ajouté pour confirmer les assertions de ses pairs.

Présentant un état des lieux de l’éducation, le président Claude Raharovoatra a révélé que la situation actuelle résulte de la gestion de ce ministère par des non-enseignants durant de longues années. Le niveau d’enseignement et de civisme des élèves en a pâti, selon ses dires. «La dégradation de l’éducation explique le classement mondial de Madagascar parmi les lanternes rouges en matière de pauvreté», a-t-il rappelé.

Les leaders du Sempama ont alors annoncé pouvoir changer le cours de l’histoire, par le biais de ses 57.000 cellules des 6 provinces, en refusant l’instrumentalisation politique de l’enseignement.

Manou

News Mada0 partages

Ambohimanga – Rova : 35 ans du CEG

Succès de l’éducation environnementale dans la commune rurale d’Ambohimanga-Rova où le CEG d’Ambohidrazana a pu s’équiper, grâce aux campagnes de reboisements effectués par ses élèves durant ses 35 années d’existence.

Le Collège d’enseignement général d’Ambohimanga-Rova, sis dans le fokontany d’Ambohidrazana, s’est doté d’une centaine de tables-bancs, de mobiliers destinés aux enseignants, en plus d’autres ouvrages en bois prévus pour les travaux de réhabilitation du bâtiment scolaire. La directrice du collège, Hantaniaina Voahirana, a présenté ces réalisations, lors de la cérémonie d’ouverture officielle du jubilé de la 35e année de l’établissement, vers le début de ce mois. L’importance de l’éducation environnementale en milieu scolaire a été démontrée parallèlement à l’assistance, à l’occasion, lorsque le responsable du CEG a révélé les travaux effectués à partir du fruit des campagnes de reboisements successifs, procédées par les élèves d’Ambohidrazana.

Accompagnant l’intégration culturelle du collège, Robert Randrianantoandro, le conservateur de la Tranoben’ Imerina, implantée dans la localité, a offert deux zébus «mazavaloha» en contribution aux festivités afin de symboliser la tradition au banquet du jubilé de cet établissement scolaire.

Manou

News Mada0 partages

Chronique : arrêt sur image

Plus de joug, une barre transversale reliée à la charrue, et pour cause plus de zébu pour tracter, des hommes tirant péniblement l’engin. Scène identique lorsqu’il s’agit de briser les mottes avec une herse. La razzia par les dahalo dans le district d’Ambohimasoa se répercute durement sur le mode de travaux des champs. Les hordes de voleurs de zébus ne se contentent plus en effet de voler les troupeaux d’élevage ( autour de 40 têtes ) et ne lésinent pas à rapiner avec violence les bestiaux de trait ( 2 bêtes) appartenant aux familles d’agriculteurs. Dans cette région comme dans tout le Betsileo les activités rurales s’organisent essentiellement autour de la riziculture. N’en déplaise au Ministre de l’Agriculture dont les prétentions déclarées ambitionnent avec suffisance d’atteindre à court terme une autosuffisance alimentaire grâce à un plan miracle pour booster la production rizicole et même plus si affinités, (grenier à riz des îles de l’Océan Indien), les réalités sur terrain menacent de faire du rêve ministériel un cauchemar de la population rurale.

Nombre d’habitants de hameaux et de petits bourgs disséminés dans cette région, comme dans tant d’autres, vivent déjà le cauchemar, celui de l’insécurité, en langue nationale : circonstance interdisant de dormir en toute quiétude (tsy fisin’ ny fandriampalemana). L’incapacité politique à rétablir la sécurité étend l’insécurité au delà de la nuit, les dahalo ne s’embarrassent plus de mener leurs opérations au grand jour. Dans ce district, selon les informations des services vétérinaires, le cheptel bovin a chuté de 90%, du millier de tête qu’ils traitaient ils ne dispensent plus de soins qu’à une centaine.

L’insécurité au sens large génère en chaîne nombre plusieurs types particuliers d’insécurité jusqu’à l’insécurité alimentaire qui frappe un taux élevé de la population. Établir de beaux plans n’égale que construire des châteaux de sable tant que l’on ne parvient pas à ramener la sécurité à un niveau indispensable pour assurer la protection des personnes et des biens et pour permettre un fonctionnement des activités économiques dans des conditions normales.

Pour en revenir à la question du riz liée aux problèmes inhérents à l’insécurité, la première conséquence concerne le sur-coût causé par la diminution des moyens (privation de zébu). L’homme ne remplace pas le zébu, au moins cinq fois moins de force de travail, ce qui multiplie d’autant la charge temps, mais aussi du point de vue des intrants, les riziculteurs sont privés de l’engrais naturel des zébus. Ces considérations nuisent à la qualité à la quantité et au coût de la production. Le cours du riz ne répond déjà pas aux attentes des riziculteurs, ni ne les incite à se professionnaliser de façon moderne, les difficultés en raison de l’insécurité pénalisant de surcroît leur principale activité les inclinent davantage à réduire qu’à étendre de surface les rizières qu’ils travaillent. Récession menace.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Pas contents !…

De La Tribune :

Le bruit persiste que l’ordre serait enfin arrivé d’allouer à tous les fonctionnaires et salariés européens, autres que les Administrateurs, une indemnité de cherté de vie uniformisée à 90 fr. par mois ; il y aurait même rappel depuis janvier. Tant mieux, bien des pauvres diables pourront régler des arriérés chez l’épicier, la mercière, le droguiste.

On ajoute que, cette fois encore, les simples « auxiliaires » – les plus nécessiteux – allaient être exclus ; quelqu’un, qui se trouve là-bas, serait intervenu en leur faveur ?

Enfin, par une de ces Leburoiseries implantées comme vieux chicots dentaires dans la mâchoire du système des « Lois et Décrets sur la Solde », on reprend 55 francs sur les 90 à une catégorie nombreuse et très intéressante de fonctionnaires pourtant « encadrés » selon toutes les herbes de la Saint-Jean, et ceux-là ne seraient pas contents ; le contraire nous surprendrait !

Avis aux candidats du brevet élémentaire et du brevet supérieur

Comme les années précédentes, les candidats (de Tamatave) aux examens du brevet élémentaire et du brevet supérieur auront le passage gratuit sur le T. C. E. pour se rendre à Tananarive afin d’y passer les examens.

Ils doivent individuellement et par lettre en faire la demande à M. le Gouverneur Général, et l’adresser à M. l’Administrateur-Maire de Tamatave qui la transmettra.

La vente des biens allemands

L’immeuble de la rue du Commerce appartenant à la Maison O’Swald ne sera pas mis en vente, pas plus que la totalité des biens que les Allemands possèdent dans la Colonie. La vente ne dépend pas du Gouverneur Général et le ministre a toujours donné les ordres les plus impératifs pour la conservation de ces gages.

Nos soldats

Les 1 100 permissionnaires du vapeur Ispahan sont venus apporter pour quelques jours, à Tamatave, un peu d’animation.

Ils s’embarqueront jeudi ou vendredi.

Nous souhaitons à ces braves défenseurs de la France un bon voyage et un prompt retour.

Vente de l’hôtel Collomp

Personne ne s’étant présenté à la vente de cet immeuble pour une surenchère, la vente a été renvoyée à un mois ; mais cette fois sur la mise à prix de 30 000 francs.

Avis aux amateurs.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : sanction immédiate

Le Président de la République et le Premier ministre ont-ils l’un et l’autre fait preuve d’excès de confiance pour braver des foules en assurant chacun de son côté une présence à des cérémonies officielles qui à l’évidence constituaient des tests de popularité ? Comme leur entourage respectif aurait dû le craindre, les regroupements de foule prêtent des occasions à leurs adversaires de faire la preuve de l’impopularité tant de l’un comme de l’autre. Jeter de l’huile n’est pas la meilleure manière d’éteindre le feu qui brûle le plancher sur lequel on se trouve. L’inconscience du danger en rajoute à  l’adversité consécutive à l’incompétence.

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : fampitandremana avy amin’ny hery fiarovana

Efa tsinjo hatramin’ny ela fa tsy ho toy ny teo aloha ka hijery fotsiny amin’izao an’ity korontana misy eto amin’ny fitantanana ny firenena ity ireo hery mpiaro ny filaminana dia ny Tafika sy Zandarmaria ary Pôlisy izany. Nanao fanambarana ny lohan’ny mpisorona mifehy azy ireo, fa rehefa tsy mampiseho fanetren-tena sy fahendrena hanatanterahana ny fepetra napetraky ny HCC ny hery pôlitika dia handray ny andraikiny izy ireo, izany hoe handray ny fitondrana ka fomba miaramila no hitantanana ny raharaham-pirenena. Asa na fahendrena na tsy fahasahiana izany fampilazana izany, raha tany an-toeran-kafa dia efa nanaovan’ny manamboninahitra ambony amboletra ny fisintonana ny fahefana ho eo ampelatanany.

Rehefa tena alalinina dia fahendrena no asehon’ireo jeneraly mifehy ny andian-tafika ireo. Azo lazaina fa tsy izy ireo ankehitriny no mifandrombaka toeram-pitondrana. Izany fanambarana izany dia naman’ny filazana fa na misy aza ny toe-draharaha toy izany dia tsy afaka lazaina ho « fandrombahana fanjakana » na « coup d’Etat ». Toy izany koa ny mikasika an’ilay didy noraisin’ny HCC. Na mazava aza fa ireo fehy ao anatin’ilay fanapahan-kevitra dia mihoatra an’ izay voafaritra ao anatin’ny Lalampanorenana. Tsy miafina intsony ankehitriny fa hany vahaolana dia ny fampiatoana ny lalàna, hany fomba ahafahana manavotra ny maha tany tan-dalàna ny firenena dia ny fanaovana didy manambara ny fampiatoana ny lalànan’andavanandro ary fampiharana lalàna manokana mandritran’ny fe-potoana voafetra. Tsy mbola nisy ny toy izany, ireo manampahefana afaka mametraka izany didy izany moa dia matahotra ny hifoteran’ny didy raisiny.

Tsy vitan’ny hoe ao anatin’ny korontana izao fa tafiditra ao anatin’ny fihatsarambelatsihy, efa any ivelan’ny Lalampanorenana ny sehatra itadiavana vahaolana mbola tsy misy miaiky mivantana an’izany ireo ambaratonga samy hafa tompom-pahefana. Marary ny fanjakana ivelan’ny rafitra no mety ahitana fanafody. Dia mbola sady afenina hoe marary no ho fonomponosina hoe manara-penitra araky ny Lalampanorenana ihany ve ny vahaolana izay tsy fehezin’ity lalàna fototra ity ? Tako-pery sa tako-kenatra ?

Na izany aza, tsy hita tsy ho lazaina ny hafetsifetsin’ireo miaramila ambony, izay noho ny fikasokasohany tamin’ny mpilalao pôlitika dia nahazo traikefa ka lasa kalitalahy koa. Mampisalasala ny mponina ny fanambarany, sady ao anatin’ ny fitondrana izy ireo no miseho aty ivelan’ny sehatra fanaovana pôlitika. Anatra ho an’ny aoriana izany. Mba tsy afangaroaro intsony ny fahefana sivily sy ny fahefana miaramila. Sakamalao sy havozo.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

EFATRA MIANAKA VOATIFITRA TAO BELO : Niteraka korontana eo amin’ny fianakaviana sy ny fitondram-panjakana

Taorian’ny fitifiran’ny mpitandro filaminana azy efatra mianaka tao Antsiraraka ny sabotsy lasa teo. Voalaza fa adin’ny fianakavan’ny maty sy ny mpitondra fanjakana sasan-tsasany ao an-toerana no nahatonga ny olana ka niafara tamin’ny famonoana azy efatra ireo. Noho izany dia mikorontana ny fianakavian’ny maty, fanjakana ary ny mpitandro filaminana nandritra io roa andro io. Araka ny loharanom-baovao dia mpirahalahy ny telo tamin’ireo namoy ny ainy ary ny iray zanaka. 

Hatreto mbola tsy fantatra mazava tsara ny antony nitifiran’ny mpitandro filaminana azy efatra iret satria tsy olon-dratsy izy ireo, raha ny loharanom-baovao ihany. Raha iverenana ny zava-nisy, ny sabotsy lasa teo no nivoaka avy tao amin’ny tribonaly ireo efatra mirahalahy ary nisy mpitandro filaminana nitifitra azy ireo avy hatrany ka maty tsy tra-drano. Voalaza hatrany fa nisy fianakavian’ireo namoy ny ainy nanatrika ny fitsarana ary izy ireo no vavolombelona tao. 

Efa eo am-pelantanan’ny fianakaviana ny razan’ izy efatra mianaka ireo ankehitriny. Tsy manaiky izao famonoana ny havany izao ireto farany ka izany no mahatonga ny disadisa ao an-tampon-tanànan’i Belo Amoron’i Tsiribihina hatramin’ny ora nanoratanay izao.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA TAO ANTSIRANANA : Mpivady teratany karana, novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Teratany karana, mpivady monina ao amin’ny Place Kabary no maty nisy namono. Nokapaina ny tendan’izy ireo, avy eo natao nifampitaingina. Teo amin’ny lalantsara tao an-tranon’izy ireo no napetraka ny vata mangatsiakan’izy mivady. Ny olona teo amin’ny manodidina nahita ny fiaran’ireto farany mbola mangotroka teo ivelany nanomboka tamin’ny alina hatramin’ny 4 ora maraina no niantso ny sefo fokontany ary ity farany no niantso mpitandro filaminana nizaha ny zava-nitranga.

Araka ny fantatra dia tsy hita popoka izay nanjavonan’ny mpiambina ny tanànan’izy mivady ireo hatramin’izao. Mbola tratran’ireo polisy teo an-toerana ny marito izay heverina ho fitaovana nampiasain’ireo mpanao ratsy namonoana ireto mpivady ireto. Samy nodidiana tamin’ny zavatra maranitra ny tendan’izy mivady. Efa misokatra ny fanadihadihana mahakasika ity famonoana olona feno habibiana ity. Teratany karana manana ny tranombarotra Mora Pièces izy mivady ireo. Mivarotra kojakojana fiara no ahafantaran’ny maro  azy ireo aty Antsiranana. 

Lasibatry ny asan-jiolahy ny teratany karana raha ny tranga nisesy nanomboka ny zoma 1 jona teo no asian-teny. Araka ny vaovao voaray dia nisy nanafika ihany koa ny tovolahy karana iray taty an-toerana raha izy hivoaka ny tranony tamin’ny maraimbe, handeha hamonjy moske. Mitaintaina araka izany ireo teratany karana aty Antsiranana manoloana ny tranga niseho ireo.

Ny fahatrarana izay nahavanon-doza no fanirian’ny maro. Tsiahivina fa tsy vao sambany no ahitana voatafika tahaka izao aty an-toerana, ka ilaina araka izany ny hikarohana lalina ireo izay nahavita fihetsika feno habibiana tahaka izao. Efa misokatra araka izany ny fanadihadiana sy fikarohana ny nahavanon-doza ka ho fantatra mian-dalana eo izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA NY BEN’NY TANANAN’ ANKIRIHITRA : Telo lahy no voasambotra tany Ambato Boeny

Tsiahivina fa izy hody any amin’ny zanany ao Ambato Boeny no nisy namono tamin’ny alalan’ny tifitra sy fira antsy ity ben’ny tanàna voafidy tamin’ny lokon’ny Mapar ity. Ny 16 mey teo no nitrangan’izany. Mponina ao amin’ny distrikan’Ambato Boeny izy ireo ary avy ao Ankirihitra ny ankamaroany. 

Misy ihany koa tsy lavitra an’Ambato Boeny. Hatolotra ny fampanoavana izy ireo rehefa vita ny fanadihadiana. Mbola karohina kosa ireo namany mbola tsy hita. Voalazan’ny havan’i Toto Basile fa antony maromaro momba ny asany no mety nahatonga ny famonoana. Nanazava moa i Clément John, izay sady mpitsara no zokin’ity ben’ny tanàna ity fa ny mpitan-tsoratra ara-bolan’ ny kaominina , izay mpitana ny bokin’omby sy “passeports” ary taratasy fifanarahana ara-barotra na “acte de vente” dia lasa mpivarotra omby taty afara. 

Tsy azo afangaro anefa izany asa izany ka nalana taminy ny fitazomana ny taratasin’omby. Efa nomena fotoana ihany ity mpitan-tsoratra ity hisafidianany saingy tsy nanaiky izy ka nahatonga ny fanalana azy tamin’ny fitazomana ny raharaham- barotra momba ny omby. Rehefa handoa karaman’ny mpiasan’ny kaominina anefa dia hita fa nisy banga teo amin’ny Ariary 10 000 000 teo ka tsy nampifanaraka azy sy ny ben’ny tanàna. 

Ny alarobia nahafaty azy io dia efa nisy ny tetika hamonoana azy. Saika haka volan’ny kaominina ao amin’ny bankin’i Marovoay  izy ireo hanaovana hopitaly sy tranompokonolona. Nomen’ilay mpitan-tsoratra fotoana ity ben’ny tanàna ity hiainga amin’ny 4 maraina, nefa tsy afaka fa tamin’ny 5 ora sy sasany vao afaka. Nilaza fa tsy afaka indray anefa io mpitan-tsoratra io teo. 

Ho an’ny fianakavian’ny ben’ny tanànan’Ankirihitra dia fanadiovana ny fitantanana ny kaominina no antony namonoana ny havan’izy ireo fa tsy politika araka ny niheveran’ny besinimaro azy tany am-boalohany. Nanaitra ny sain’ny maro tokoa mantsy ny nahafatesan’ity ben’ny tanàna ity iray andro mialohan’ ny hahatongavan’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tany an-toerana. Mampiavaka an’ i Toto Basile dia izy tsy manaiky lembenana amin’ny resaka politika.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SENDIKA SEMPAMA AO MORONDAVA : Mitohy ihany fitokonana faobe raha tsy mivaly ny fitakiana

Raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia efa efatra herinandro izao ny fitokonana ary tsy hijanona raha tsy mahazo ny valiny mahafa-po izy ireo, hoy ny filohan’ny sendika. Ny fitakiana tambin-karama izay mbola tsy nijerena ary tsy notanterahina tao anatin’ny 4 taona izay ity mbola takiana ankehitriny ity satria fanaovana tsinontsinona ny mpampianatra, hoy ihany Lalason filohan’ny sendika ao an-toerana. 

Manantena ny Minisitra vaovao ho avy eo indray ireto sendikan’ny mpampianatra ao Morondava mba hijery sy hamaha ny olana mamparary ny mpampianatra amin’ny sekolim-panjakana eto amin’ny Firenena ireto. Eo amin’ny toerana malalaka anoloan’ny lisea, izay antsoin’izy ireo hoe 90 ariary no hanatanterahana ny fitokonana ary isan’andro izany manomboka amin’ny 9 ora maraina hatramin’ny 11 ora. 

Noho ny fitakian’ireto mpampianatra ireto dia tsy misokatra avokoa ny sekolim-panjakana ao an-tampon-tanànan’i Morondava, ny Epp sy Ceg ary lisea.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY HOSOKA : Tsy hanaiky ny fitsetsefana ny hatsembohany intsony ireo mpamokatra horonantsary

Tsy misy tsy ahitana izany ary tsy miafina fa mibaribary sy miantsoantso mihitsy ireo mpivarotra. Efa entana hosoka avokoa anefa ny ankamaroan’ny zavakanto amidy hita eny rehetra eny toy ny hira, ny jeu video ary ny horonantsary. Manoloana izany tsy mitazam-potsiny fa mandray fepetra ireo tompon’andraikitra amin’ny fametrahana ny paikady maharitra hisorohana ireny hosoka, izay amidy amin’ny vidiny latsaka amin’ny tokony ho izy ireny. 

“Tsy hoekena intsony ny fitsetsefana ny asa vokarin’ny hafa ka ireo tsy manara-dalàna indray  no hahazo tombony.”, araka ny fanazavan’ny talen’ny Omaci, Randriamitandrinarivo Bon-Temps, ny alakamisy lasa teo teny Anosy. Etsy an-daniny, misy ny fiaraha-miasa amin’ireo borigady miady amin’ny fanaovana hosoka. Isan’andro ny fidinana an-tsehatra mandeha misambotra ireo mpanao hosoka ary misy hatrany ireo tratra. 

“Isan’andro no misy ny fisamborana ireo mpanao hosoka. Samborina izy ireny ary atao famotorana avy eo. Aorian’izay dia haterina eny amin’ny Fitsarana. Ireo efa voasambotra hatramin’izay dia saika notanana am-ponja vonjimaika any amin’ny fonjan’Antanimora. Hatreto aloha dia mbola tsy nisy ny antontanisa nivoaka amin’ny mety ho isan’ireo efa voasamboatra fa isan’andro dia misy foana ny fisamborana”, hoy hatrany ny fanazavana.

Nisy ny fivoriana niarahana tamin’ireo mpamokatra horonan- tsarimihetsika izay nanangonana sonia mba hiadiana amin’ity hosoka izay fanetriben’ny famokarana sy ny soatoavina malagasy ity. Niara-nikaondoha tamin’izany ireo mpamokatra sy mpilalao sarimihetsika izay nitondra ny hetaheta, ny solontena teo anivon’ny Fitsarana,  ny avy amin’ny minisiteran’ny lolontsaina ary ry zareo ao amin’ny Omaci, izay miaro ny zon’ny mpamorona zavakanto eto amintsika.

Andry

Ino Vaovao0 partages

SAVOROVORO AO AMBANJA : Misy mahitahita mitetika haka ny Mosquee Djamaat Tawhid

Tsy nahafaly ary toherin’ny mpikambana ao amin’ny fikambanana Djamaat Tawhid izay «  ordonnance  » izay ary efa nampiakarin’izy ireo any amin’ny Fitsarana ambony ny raharaha. Araka ny nambaran’ireo mpikambana ao amin’ ny Djamaat Tawhid mpikambana efa voaroakan’ny birao nasionaly miisa telo noho ny tsy fanajana ny lalana anatiny mifehy ny fikambanana sy asa fanakorontanana ity farany ary tohanan’ny mpandraharaha iray ao an-toerana antsoina hoe B. sy Imam tompon’andraikitra iray ao amin’ny «  Mosquée Abou Bakr  » any Antananarivo no fototr’izay savorovoro niseho tao amin’ny «  Mosquée Djmat Tawhid  » any Ambanja izay. 

Araka ny loharanom-baovao mitetika ny haka ny «  mosquée Djamaat Tawhid  » ity Imam sady tompon’ andraikitra ao amin’ny «  Mosqué Abou Bakr  » ity. Tsara ny manamarika fa ireo andian’olona manakorontana ireo dia miara-dia amin’ity farany ary ny iray amin’izy ireo izay Imam any Ambanja  dia mandray karama isam-bolana avy aminy.

Misy fifandraisana amin’ny fivoriana hatao any Ambanja

Araka ny fahitan’ny  mpanara-baovao sasany any an-toerana, misy fifandraisana amin’ny fivoriana izay hotanterahina any Ambanja, amin’ity volana ity, izao toe-draharaha izao. «  Na tiany na tsy tiany dia tsy misy afa-tsy Imam H.M.M no ambadik’iny savorovoro tao amin’ny «  Mosquée Djamaat Tawhid iny. Misy fotoana mantsy nandefa vola mitentina 140 000 000 Ariary tamin’ny tompon’ andraikitra iray eto Ambanja ity Imam ity hanamboarana Mosquée iray amoron-dalana. Tsy manana tany malalaka amoron-dalana anefa ny kaominina eto Ambanja, ka voatery nanamboarana Mosquée hafa any Ambovonamandresy any Mahajanga ilay vola. Koa satria tsy mahita toerana hanamboarana «  Mosquée  » eto Ambanja Imam H.M.M dia natony ny fomba rehetra miaraka amin’ireo andian’olona miara-dia aminy sy tompon’andraikitra ara-panjakana sasany eto an-toerana nanakorontana ny fikambanana Djamaat Tawhid mba hahafahany maka ny «  Mosquée  »-n’ity farany  », hoy ny fanazavana nomen’ireo mpanara-baovao tafaresaka tamin’ny mpanao gazetinay. 

«  Tsy mpikambana ao amin’ny fikambanana Djamaat Tawhid ireo andian’olo nanao asa fanakorontanana tao amin’ny «  mosquée  », ny zoma 11 mey teo. Porofon’izany vao nivoaka iny «  ordonnace  » avy amin’ny prezidan’ny Tribonaly iny dia ny fanalana ny sora-baventy «  Djamaat Tawhid  » teo amin’ny rindrin’izany «  Mosquée  » izany no nataon’izy ireo voalohany  », hoy hatrany ireto farany.

Mahitahita

Na dia nampiakatra ny raharaha eny anivon’ny Fitsarana ambony aza ireo tompon’andraikitra ao amin’ny fikambanana Djamaat Tawhid dia tsy niala ao amin’ny «  mosquée  » ireo olona nanakorontana izany fikambanana izany sy nandratra olona. Mahitahita ry zalahy ary misy mpiaro. Tsy iza izany fa ingahy B. izay miara-miasa amin’ny Imam H.M.M. Araka ny loharanombaovao  tsy ampihambahambana no nilazan’ingahy B. fa raha mbola monina ao Ambanja ny tenany dia tsy misy sahy misambotra ireo olona  nandratra ny Ben’ny tanàna lefitra iray sy olon-kafa tamin’iny 11 mey teo iny sy nanakorontana ny «  Mosquée  »-n’ny fikambanana Djamaat Tawhid. Milaza lava tanana sy mahitahita  ingahy B. Hatreto aloha ohatran’ny voamalon’ity farany tokoa ireo tompon’andraikitra sasany ara-panjakana any Ambanja. Porofon’izany na dia nametraka fitoriana ny Ben’ny tanàna lefitra iray ity noho ny daroka sy ratra nahazo azy dia tsy misy voasambotra hatreto ireo olona tompon’antoka amin’izany. Miaro azy ireo ity mpandraharaha antsoina hoe B. ity, araka ny loharanombaovao.

Voatsikera mafy ny lehiben’ny Distrika

Voatsikera mafy ihany koa ny lehiben’ny Distrika any an-toerana. Voalaza fa milefa andraikitra ity farany. «  Tsy misy ny tokony hidiran’ny Fitsarana ny savorovoro misy eo anivon’ny fikambanana Djamaat Tawhid  raha nandray andraikitra ny lehiben’ny distrika. Efa nahitana olana tahaka an’io tany Antsohihy sy Nosy Be ary ireo lehiben’ny distrika isany avy no namaha izany. Fa maninona ny teto Ambanja niraviravy tanana ? 

Mampametra-panontaniana ihany koa ny antony naneren’ny Fitsarana ny nanaovana fifidianana izay tsy mifanaraka velively amin’ny «  statut  » sy lalàna mifehy ny fikambanana sy nankataovany izany. Mazava ny voalaza ao anatin’ny statut  : Anjaran’ny birao nasionaly ny mankatoa ny fifidianana birao vaovao. Tsy vitan’izany tsara ny manamarika fa mbola amperinasa tanteraka ny birao izay tarihin’ny Amir Aly Mohamad ary vao tamin’ny taon-dasa no natao ny fifidianana  », hoy ny mpanara-baovao iray any Ambanja. Na izany na tsy izany milaza ireo tompon’ andraikitra ao amin’ny fikambanana Djamaat Tawhid fa mahatoky ny Fitsarana malagasy ary miandry fatratra ny fanapahan-kevitra havoakan’ny Fitsarana ambony, ny alarobia ho avy izao.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

MANANARA-AVARATRA : Nirehitra vokatry ny fahanterana ny milin’ny Jirama, miakatra ny feo

Milina telo amin’ny milina fito misy ao amin’ny Jirama Mananara-Avaratra ireto may ireto. Vokany, misedra olana tanteraka ny mponina any an-toerana. Taorian’io fahamaizana io, dia ferana ho ora roa monja isan’andro isaky ny fokontany ny fandehanan’ny jiro. Tsy maharaka ny filan’ny mpanjifa ireo milina sisa tavela. Manomboka miakatra ny feo ao Mananara-Avaratra  : maninona ny fanjakana no tsy manome milina ngeza afaka mamokatra herinaratra ampy ho an’ny mponin’i Mananara-Avaratra  ?

Milina madinika natambatambatra mantsy hatramin’izay no mampandeha ny Jirama any amin’io distrika any amin’ny tapany avaratry ny faritra Analanjirofo io. Ny vahoakan’i Mananara-Avaratra rahateo izay efa malaza amin’ny fanaovana rotaka rehefa misy trangan-javatra tsy mifanaraka amin’ny sainy.  Raha tsy mahita vahaolana ao anatin’ny fotoana fohy ny mpitantana ny Jirama, dia ahiana ny hisiana fikomiana mahery vaika ao Mananara-Avaratra manoloana io fahasahiranana amin’ny herinaratra ao an-toerana io. 

Raha tsiahivina, dia efa nanao hetsika mahery vaika nanoherana ny delestazy ny vahoakan’i Mananara-Avaratra ny volana mey 2013 izay nandrotehan’izy ireo ny biraon’ny polisy tany an-toerana. 

Kamy 

Ino Vaovao0 partages

FANAFOANANA NY ASAN-JIOLAHY : Hanome valisoa ho an’izay manome vaovao ny Kaomisera Jules

Saika isan’andro, dia ahenoana vaovao momban’ny tsy fandriampahalemana hatrany ao Toamasina.

Mihorohoro ny mponina. Manoloana izany rehetra izany, ny alahady 3 jona lasa teo, nisy ny antso nataon’ny Kaomisera Rafaliarivo Jules Kaomandin’ny hery vonjy taitra eo anivon’ny polisim-pirenena ao Toamasina na ny Fip. Anisany antso nataony ho an’ny vahoakan’i Toamasina ny tokony hanamafisana ny andrimasom-pokonolona isam-pokontany. Faharoa, tokony tsy hisaraka kiririoka ny olon-drehetra. Raha lasan’olon-dratsy ny finday, dia ny kiririoka no mba ampiasaina tsofina haingana. 

Niantso fifanomezan-tanana amin’ny fanomezam-baovao azy ireo ihany koa ny Kaomisera Rafaliarivo Jules. Nambarany nandritra izany fa misokatra 24 ora amin’ny 24 ora ireo laharan-taroby ahazoana mivantana ny Fip Toamasina.  Izy izay nanambara fa vonona hanome valisoa manokana ho an’izay rehetra manana vaovao marim-pototra ahafahana misambotra an’ireo jiolahy mampihoroho an’i Toamasina. 

Toky no nomeny fa hotazomina ho tsiambaratelo tanteraka ny mombamomba ny mpanome vaovao.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

“Alliance pour l’industrialisation”Hiasa ho tombontsoan’ny orinasa Malagasy

Omaly alatsinainy 4 jona no natao tetsy amin’ny Hotely Colbert Antaninarenina ny fikaonan-dohan’ireo mpikambana ao amin’ny “alliance pour l’industrialisation” nahitana ny mpikaroka amin’ny lafiny ara-toekana CREM (Cercle de Reflexion des Economistes de Madagascar), ny FIVMPAMA (FIVondronan’ny MPAndraharaha MAlagasy) ary ny SIM (Syndicat des Industries de Madagascar).

Tsiry

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanjon’ny fampandrosoana holovain-jafyAhiana hatrany ny tsy ahatrarana azy

Manoloana ny fitohizan’ny krizy politika eto Madagasikara dia hita ho manindry mafy ny sehatra iraisam-pirenena, indrindra amin’izao fahataran’ny firenena Malagasy amin’ny fampandrosoana izao.

Tsiry

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandrapihaona !

Politika tokoa no atao ka sarotra ny tsy halaim-panahy hanakatra ny ao ambadiky ny tian-kambaran’ireo mpisehatra vaventy anatin’izy ity. Sehatra avo lenta izany politika izany, hoy ireo manampahaizana ary tsy ho iva lenta na oviana hatrany ihany koa ny fanapahan-kevitra mivoaka.

Naninona no omaly no fotoana nofidian’ny praiminisitra teo aloha hametrahany ny fialany ? Inona no dikan’ilay teny farany hoe mandrapihaona ? Misy antony ny zava-drehetra. Im-piry moa no efa notakiana ny fialan’ity praiminisitra ity saingy hainy hatrany hatramin’izay no nilaza fa niasa dia niasa ny tenany sy ny governemanta izay notarihiny ? Izay afera maloto voaravaka kolikoly tsy voatonona ny anarany no nanenina. Afera izay tena nampiaiky ny rehetra fa nikitikitika ny ain-dehiben’ny firenena kanefa dia tsy ity praiminisitra teo aloha ity no niangonan’ny rihitra fa ireo voarohirohy ho namita ireo iraka nampanaoviny hatrany. Raha tena nanam-pahendrena tokoa ve ity “tompon’andraiki-panjakana” teo aloha ity tsy tokony ho nahay nanaja tena tamin’ireny fotoana ireny satria efa be ireo porofo nivoaka fa zary lasa “Gouvernement de dégat” ilay nolazainy fa “Gouvernement de combat” notarihiny ? Izao tokoa ve “vao tonga”, araka ny nolazainy omaly, ny fotoana hanapahany hevitra amina olom-pirenena tompon’andraikitra azy sa efa tsy fidiny na misy toerana hafa nampanantenaina horaisiny atsy ho atsy any ka dia hoe mandrapihaona tokoa aloha izany ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpitatafikaLasa misy olana ilay tanimenabe

Mahazo vahana tanteraka ny kolikoly eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananantany ankehitriny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantenaMangataka minisitra teknisianina ny Sendikan’ny mpiasa

Nanomboka omaly ihany koa ny grevin’ny mpiasan’ny minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena eny Ambohijatovo.

 

 

Tsiry sy Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahombiazan’ny fampihavanam-pirenenaMiankina amin’ny kolontsaina, hoy ny Tandroharena

Ny olana teto hatramin’izay, hoy indray ry zareo avy eo anivon’ny fikambanan’ireo tanora mpikaroka momba ny vakoka sy lova ary ny harem-pirenena na ny Tandroharena, dia tsy nisy fampihavanam-pirenena notontosaina izany fa fampihombonana na “reconciliation” mba tsy hilazana hoe fitadiavana marimaritra iraisana hatrany no nitranga teto.

 Ny mpivady no hampiombonina rehefa miady ary na tsy mifankatia intsony dia asaina mijery ny ho avin’ireo zanany. Raha faritana ara-piforonan-teny kosa ny atao hoe “Fihavanana” dia midika ho fifandraisana ho toy ny mpihavana. Izany hoe asaina mifampitondra ho toy ny mpihavana mihitsy faha Vazimba ny olona tsy iray ra. Io no nahatonga ny fato-dra hisy sy ny velirano sy fifampiantsoana tody sy soatoavina hafa marobe amin’izay tsy misy sahy mivadika amin’ny teny nomeny ny tsirairay. Kolontsaina ninian’ny mpanjanaka novonoina izany mba tsy hahatsiarovantsika akory na dia ny fototra niavian’io teny hoe fihavanana io fotsiny aza, hoy hatrany ny Tandroharena. Miankina amin’ny kolontsaina hitondrana azy, araka izany, hoy izy ireo, ny fahombiazan’ny fampihavanam-pirenena ary tsy hisy hanaja izay tapaka izany mihitsy eo raha tsy asaina mivoady fa hanody amin’ny taranak’izy ireo ny ratsy ataony amin’ny firenena sy ny mpiara-belona aminy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politikaNifanao dina tetsy amin’ny Colbert

Nifanao dina fa hanao lohalaharana ny fampihavanana miainga hatrany ifotony mialoha ny fifidianana ireo mpanao politika tafavory tetsy amin’ny Hotely Colbert Antaninarenina omaly.

Ny 90%-n’ny antoko politika eto Madagasikara, hoy ny mpitondra teny, Simon Pierre, dia tonga nanao sonia izay fifanekena izay avokoa androany alatsinainy 04 jona 2018 (omaly). Misy sendika koa ao, misy vondrona politika sy fikambanana isan-karazany. Miantso ny Malagasy rehetra, ny hery politika, ny FFKM ary ny foloalindahy koa moa ireto mpanao politika ireto mba hifanome tanana hanatontosana izany. Hatreto dia tsy mbola fantatra mazava izay tena vontoatiny sy lalana tian-kizoran’izao nambaran’izy ireo fa “Pacte” izao. Ny nohamafisin’izy ireo kosa anefa dia hoe tsy tokony hanao fifidianana raha tsy tontosa izy ity. Fandroritana ho any amina tetezamita ve sa ho any amina fifanarahana politika vaovao hizarana seza be dia be ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra teo aloha“Aza avela handositra any ivelany”

Rava iny ny governemanta, efa tafajoro ny Fitsarana ambony na ny HCJ (Haute Cour de Justice).

 

 Takiana ny famoahana tsy fahafahana mivoaka any ivelany na IST ho an’ireo mpikamban’ny governemanta teo aloha, hoy ny fanehoan-kevitr’i Sazalahy Tsianihy mpitarika ny TIM Atsimo Andrefana sy Rasamizafy Simon, mpiandraikitra mpikatroka TIM misahana andraikitra ambony any amin’iny faritra Atsimo  Andrefana iny omaly. Antony, tsy hisy afaka handositra an’i Madagasikara fa miatrika ny zava-misy sy ny fitsarana satria maro ireo manana afera maloto, hoy hatrany izy ireo. Aleo handeha ny fitsarana, ka rehefa mazava fa madio vao homena alalana. Minisitra sy tompon’andraikitra ambony maro rahateo no nahenoana resaka afera maloto. Miantomboka amin’ny praiminisitra teo aloha Mahafaly Solonandrasana Olivier, izay notorian’ny depioten’ny fanovana, ny raharaha Houcine Arfa sy ny resaka volabe 70 000Euros nahasaringotra ny minisitry fitsarana, ny raharaha maloto heno ao amin’ny minisiteran’ny asam-panjakana ... Ankoatra izay, mitaky ny handravana ny Filankevitry ny fampihavanana Malagasy na ny CFM ihany koa izy ireo. Raha ny zavatra nitranga teny amin’ny CCI Ivato ny zoma lasa teo no tarafina, hoy izy ireo dia azo ambara fa tsy sokajin’olona tokony hitarika ny fampihavanam-pirenena ny ao amin’io rafitra io, ka mila ravana tsy misy indrafo. Hentitra izy ireo nilaza fa manakorontana ary manala baraka ny soatoavina Malagasy satria tsy mbola nisy Raiamandreny nandamina, ka totohondry no niafarany. Lasa kabary an-tsena ny fahitana azy. Anjaran’ny Raiamandreny ao amin’ny FFKM no tokony hisahana ny fampihavanana fa tsy hain’ny CFM. Ny fanofanana tarihin’ny depioten’ny fanovana miisa 73 no tohanan’ny vahoaka Malagasy fa tsy ny CFM izay toa tsy mahalamin-javatra fa mitondra korontana aza.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Hanitra Razafimanantsoa“Tsy nakana ny hevitray ny fanendrena ny PM”

Nanambara halina ny Depiote Hanitra Razafimanantsoa raha nanontaniana fa tsy nakana ny hevitry ny Tiako I Madagasikara mihitsy ny fanendrena ny praiminisitra vaovao Christian Ntsay.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ara-tsosialy ho an’ny tantsahaAzo tanterahana tsara, hoy ny CNaPS

Vinan’ny CNaPS ny hanome fiahiana ara-tsosialy ny mpamokatra ka mahatonga ny Tahirim-pirenena mandray anjara mavitrika isaky ny misy sehatra iarahana amin’ny tantsaha toy ny tamin’ny « andron’ny ronono » teny Alasora ny 1 hatramin’ny 3 jona lasa teo.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

FITSARAM-BAHOAKA

Mandrahona ny mponina ao Andranofotsy-Maroantsetra ny hanao fitsaram-bahoaka ny Ben’ny tanàna ao an-toerana.

Izany dia noho ny filazan’ny olona fa novarotan’io olom-boafidy io ny tany mirefy telo kilaometatra tora-droa. Vola mitentina 300 tapitrisa ariary no azony raha araka ny fokonolona hatrany. Efa nanao hetsika fanairana ny olona tamin’ny volana aprily lasa teo saingy tsy nahitam-bokany. Izao dia nitombo ny hatezerana ary mizotra mankany amin’ny fitsaram-bahoaka.

FANAFIHANA MISESY ENY AMBOHIDRATRIMO

 

Manao sesilany ny fanafihana mitam-piadiana ao Ambohidratrimo. Sinoa iray izay tompon’ny orinasa Fhan Mada no nidiran’ny enin-dahy mitam-piadiana tao an-tranony. Norahonana ny mpiambina ary napoaka ny basy. Vola mitentina 23 tapitrisa ariary no lasa niampy solosaina. Nisy olona saika hanavotra saingy notifirin’ireo mpanafika avy hatrany ka naratran’ny bala. Intelo izany tamin’iny faran’ny herinandro iny ny fanafihana izay nitranga tao Ambohidatrimo.

 

EFA-DAHY NITONDRA KALACHNIKOV

 

Efa-dahy nitondra kalachnikov ary nandeha 4L fourgonette no naka an-keriny an’i Richi Chandarana tetsy Andakana raha handeha hilalao Golf. Ny fiara marika Touareg izay an’ilay karàna ihany no nitondràna azy nizotra taty an-drenivohitra. Mbola tsy hita io fiara io hatramin’ny omaly ary tsy mbola nahazoam-baovao ihany koa ilay karàna. Tsiahivina fa vao amam-bolana vitsy koa izay no nangalan’ny jiolahy ny dadany tetsy Antanimena, mbola fakàna an-keriny ihany koa.

MILAVONJY PHILIBERT

 

 Nanazava koa ny depiote sasany izay manohana ny fanjakàna, toa an’i Milavonjy Philibert fa tsy avy amin’izy ireo i Ntsay Christian ary tsy nanolotra anarana velively aza izy ireo. Mifanohitra amin’ny filazan’ny depiote Jaona Elita ihany izany nefa raha mitombina kosa ny filazan’itsy voalohany (Milavonjy) dia mazava izany fa ny lohan-dRajaonarimampianina ihany no nataony ary tsy nihaino na iza na iza izy tamin’iny fanendrena Praiminisitra iny.

ANADAHIN’I MANOROHANTA

 

Tale Jeneralin’ny Birao iraisam-pirenena amin’ny asa, mpanolon-tsaina manokan’ny minisiteran’ny varotra tamin’ny 1985 ary minisitry ny fizahan-tany tamin’ny taona 2002, tale jeneralin’ny orinasa Solima. Izay no fantatra momba an’i Ntsay Christian hatreto, ankoatry ny maha-anadahin’i Manorohanta Cécile (minisitry ny fampianarana ambony ary minisitry ny fiarovana koa tamin’ny andron-dRavalomanana). Tsy nanana firehana politika mazava ity praiministra vaovao ity ary eo indrindra no maha-talanjona ny maro tamin’ny fanendren’ny filoha azy.   

HOTSARAINA ILAY NAMONO NY VADINY

 

Anio no hatolotra ny fampanoavana ao Ambatolampy i Tahina, ilay rangahy izay namono nahafaty ny vadiny tao Behenjy. Omaly no nametraka ny taratasy fitoriana ny fianakavian’ny maty rehefa avy nahavita ny fandevenana ny alahady lasa teo. Mangataka ireo fianakaviana ny mba hamindràna ny fanadihadiana aty an-drenivohitra satria heloka bevava ny raharaha. Ny fanirian’izy ireo dia ny mba hanidiana ny nahavanon-doza any amin’ny fonjan’ny Tsiafahy.

 

NISANDOKA HO LIETNA

 

Zandary iray izay misandoka ho Lietnà no voasambotra tao Ranomafana-Est. Olona maro no nambakainy saingy mba tsy tontosa ary zandary ihany aza ny sasany. Milaza ho miasa ao amin'ny Toby Ratsimandrava ary mahavita "affectation" sy ny maro hafa. Hatolotra ny fampanoavana anio ity mpisandoka ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fenoarivo AtsinananaFiara sprinter 10 no voaroba tao anatin’ny herinandro

Mirongatra ny tsy fandriampahalemana any amin’ny distrikan’i Fenoarivo Atsinanana. Ireo vahiny tonga mandalo any an-toerana no tena mahita faisana amin’izany, raha ny fanazavan’ireo lasibatra.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Roland-Garros

Tafita amin’ny dingan’ny 1/4-dalan’ny fifaninanana tenisy Roland-Garros eo amin’ny sokajy lehilahy ilay Espagnol Rafael Nadal rehefa nandresy an’i Maximilian Marterer (6-3, 6-2, 7-6[4]).

 Niala an-daharana noho ny ratra ao amin’ny « muscle pectoral » nahazo azy kosa ilay kalaza vavy Serena Williams (36 taona) ka tsy niatrika ny 1/8-ndalana tokony ho nikatrohany tamin’i Maria Sharapova (31 taona) omaly alatsinainy. Tena malahelo aho, hoy i Serena nanoloana ny mpanao gazety omaly, fa hitako ho tena tsara ny toe-batana nentiko niatrika indray an’ity fifaninanana ity taorian’ny nahaterahako tamin’ny septambra 2017 nefa izao tsy afa-manoatra izao aho na dia tena tiako indrindra aza ny mifanandrina amin’i Maria eo amin’ny tenisy. Marihana fa efa nihintsana teo amin’ny fifaninanana olon-droa vehivavy miaraka i Serena sy Venus rahavaviny amin’ity fifaninanana Roland-Garros ity.

 

Mondial 2018 « Nationalmannschaft »

Mpiandry harato : Manuel Neuer (Bayern Munich), Roman Weidenfeller (Borussia Dortmund), Ron-Robert Zieler (Hanovre)Vodilaharana : Jérôme Boateng (Bayern Munich), Philipp Lahm (Bayern Munich), Mats Hummels(Borussia Dortmund), Per Mertesacker (Arsenal/ANG), Kevin Grosskreutz (Borussia Dortmund), Erik Durm (Borussia Dortmund), Benedikt Höwedes (Schalke 04).

Irakiraka : Bastian Schweinsteiger (Bayern Munich), Toni Kroos (Bayern Munich), Mario Götze (Bayern Munich), Mesut Özil (Arsenal/ANG), Julian Draxler (Schalke 04), Sami Khedira (Real Madrid/ESP), Thomas Müller (Bayern Munich), Matthias Ginter(Fribourg), Christoph Kramer (Borussia M’Gladbach).Lohalaharana : Miroslav Klose (Lazio Rome/ITA), Marco Reus (Borussia Dortmund), André Schürrle(Chelsea/ANG), Lukas Podolski (Arsenal/ANG).

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Commission electorale Football » vaovaoMbola halefa any amin’ny FIFA

Nankatoavin’ny maro an’isan’ireo ligim-paritry ny baolina kitra niisa 19 nanatrika ny AGE nataon’ny FMF teny amin’ny Paon d’Or Mandrosoa Ivato tamin’ny sabotsy 02 jona 2018 teo ny tolokevitra misy an’ireo anaran’ny mpikambana 5 ao amin’ny “Commision electorale Football” vaovao dia Atoa isany :

 

 Rakotovao Njaka (Professeur scientifique juriste), Raherimanana Lala (Avocat) , Rabefitia Haga (Administrateur), Dimasy Paul (Général de Brigade) ary Rtoa Ravelomananony Huguette (Général de la Police) miampy an’ireo  mpisolo toerana 3 dia Atoa isany: Betreafona Patrick, Benony Jacques ary Rajhonson Johary Miandrisoa. Eo koa ny anaran’ireo mpikambana ao amin’ny “Commission de recours” vaovao ihany koa miisa 3 dia Atoa Rakotonandrasana Velonjara (Administrateur Civil), Atoa Randrianirina Manahy (Commissaire de Police), Atoa Bin Youssouf (Professeur d’Eps) sy ireo mpisolo toerana 2 : Atoa Ramananjatovo Marius sy Rtoa Bazety Josiane, na dia nisy ihany aza ny ligy niisa 5 fantatra fa nitsipaka izany noho ny fiheveran’izy ireo fa tokony ho nakana ny hevitry ry zareo mialoha aloha ny fanolorana an’ireo anarana ireo vao nalefa tany amin’ny Caf sy Fifa araka ny voalaza izany nefa moa noho ny soa ho an’ny tontolon’ny baolina kitra dia ankatoavinay ligy 5 nitsipaka, hoy izy ireo,  ny fanapahan-kevitry ny maro an’isa. Tsy ho ela dia ho fantatra ny filoha hitantana sy ny asa voalohany hataon’ity CE Football vaovao ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao gazety ara-panatanjahantenaNamoy namana tampotampoka

Tena tampontampoka tokoa no namoizana ny namana Rojo Nantenaina Andriatsarahoby mpanao gazety ara-panatanjahantena niasa tao amin’ny gazety Les Nouvelles izay nodimandry teo amin’ny faha-27 taonany omaly alatsinainy 4 jona 2018 raha mbola namita asa ara-dalàna ny alahady 3 jona ary nifanao veloma tsara toy ny fanaony isan’andro tamin’ireo mpiara-miasa aminy ny alin’io andro io.

Tia Tanindranaza0 partages

Guy Maxime Ralaiseheno« Tara loatra ny fialan’i Mahafaly Solonandrasana »

Tara loatra ny fialan’ny praiministra Solonandrasana Olivier teo amin’ny toerany, raha araka ny fanehoan-kevitra nataon’Atoa Guy Maxime omaly.

 Pati

Madonline0 partages

Le temps de hisser le drapeau national

A trois semaines de la célébration de la fête nationale, le drapeau tricolore, blanc, rouge et vert, est déjà visible un peu partout.

Constatant au début du mois que l’enthousiasme n’était pas encore présent chez l’ensemble de la population, des volontaires ont été recrutés par le ministère de la communication afin de sensibiliser les habitants de la capitale au niveau de certains quartiers.

La célébration de la fête nationale du 26 juin est en effet toujours marquée, plusieurs jours auparavant, par l’apparition du drapeau national un peu partout sur la façade des maisons d’habitation et des lieux de commerce.

Des vendeurs ambulants du drapeau national tricolore, de dimension très variée, circulent ainsi un peu partout dans les rues d’Antananarivo dès le début du mois de juin.

Au cours d’une cérémonie officielle, le 4 juin, le ministre de la défense a lancé le début de la célébration en hissant solennellement le drapeau national dans la cour du ministère, assisté de tous les agents civils et militaires de ce département.

Cette année, Madagascar célèbre le 58e anniversaire de son indépendance après une soixantaine d’années de colonisation française. Le mois de juin est également celui désigné pour célébrer la langue maternelle, le malgache.

Tout ceci permet de réveiller chez la population un certain sursaut de patriotisme. Mais le mois de la fête nationale, c’est aussi le mois des pétards que l’on entend déjà exploser un peu partout, manipulés par des enfants surtout, donnant à la fois une ambiance de fête et de frayeurs parfois. Depuis plus de dix ans, les autorités ont interdit l’utilisation de pétards durant la période de la fête nationale, mais en vain. Si la vente et l’importation de pétards fabriqués en Asie ont pu être limitées, le recours à des pétards de fabrication artisanale n’a jamais été maîtrisé.

La Vérité0 partages

Musique - Jazz Quart célèbre ses 5 ans d’existence et prépare son premier album

Il y a quelques années, il était encore méconnu du grand public mais avec le temps, le groupe qui était sacré lauréat du concours tremplin Madajazzcar en 2013 est vite devenu célèbre. Avec Mah Band et Ahoy, ils se sont attaqués il y a quelques années, à un monument de la chanson française : Claude Nougaro. Une interprétation qui en a surpris plus d’un. Maintenant, Jazz Quart est bien réputé non seulement auprès des mélomanes amateurs de jazz mais aussi dans d’autres genres musicaux puisque la plupart de ses membres jouent dans d’autres groupes, ce qui rend également leur nom bien connu de tous. 

Vatsiahy Ravaloson au piano, Fanilo Herilala à la batterie, Tojo Rabekoto à la basse et Joro Rakotozafiarison à la guitare,  sont revenus plus matures et plus confiants de leur tournée. La dernière fois qu’on les a vus était lors de la 8e édition de Jazz@Tohatohabato qui s’est tenue la semaine dernière. Leur performance était encore une fois exceptionnelle et professionnelle. Ce n’est pas pour rien qu’Ivenco a signé ce Quartet pour les prendre sous ses ailes. Jeunes certes, mais ils ont déjà de l’expérience et un parcours exceptionnel. Leur effort leur a valu des collaborations avec les artistes de renom, malagasy comme étrangers, tels que Fanja Andriamanantena, Tiana Ewane de Cameroun et bien d’autres encore.Voilà déjà 5 ans que Jazz Quart berce les mélomanes avec ses mélodies et son style. Pour marquer cet anniversaire d’une pierre blanche, la formation prévoit effectivement d’organiser quelque chose. Demain, c’est-à-dire le 7 juin, la bande à Joro s’aventurera en solo au Kudeta Urban Club pour un grand concert. Si avant les interprétations étaient son point fort, pour l’occasion, elle interprètera ses propres compositions. Les quatre somptueux Men in Black sont ainsi déjà prêts à mettre le paquet et invitent déjà les inconditionnels à savourer un bon moment avec ces gaillards qui manient mieux leurs instruments de musique que leurs deux- roues. Par ailleurs, les membres de Jazz Quart mettent également tous leurs efforts dans la réalisation de leur premier album. Effectivement, les mélomanes pourront avoir un avant-goût de ce projet pendant le concert car quelques morceaux figurant dans l’opus y seront joués. Par ailleurs, la sortie du disque est prévue cette année. Une promesse qu’Ivenco fait aux amateurs de ce genre musical et particulièrement du groupe. D’autres titres vont également composer le répertoire. Malalanirainy sera elle aussi, de la partie pour la petite touche féminine. Cette dernière a toujours accompagné les quatre mousquetaires du Jazz durant presque tout leur parcours. Un groupe à suivre de près !Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Football-COSAFA Castle Cup - « On peut battre la Zambie »

Le sélectionneur de Madagascar, Franklin Andriamanarivo, affirme que son équipe peut battre la Zambie en demi-finale de la coupe COSAFA de 2018, ce mercredi, au nouveau stade Peter Mokaba à Polokwane. Les deux équipes s’affronteront pour la première fois le 6 juin, à 18h heures malagasy, depuis leur participation à cette compétition depuis 17 ans. Madagascar, qui s'est qualifié pour les huitièmes de finale avec deux victoires et un match nul, a éliminé le Bafana Bafana aux tirs au but après un match nul en quarts de finale le 3 juin à Peter Mokaba.

L’objectif est déjà atteint pour Franklin Andriamanarivo, rompre le malheur qui a toujours empêché les Malagasy d’atteindre cette phase.  Une bonne performance pour  une première expérience à la tête de la sélection nationale. Les Barea ont donné satisfaction jusqu’à présent en décrochant deux victoires notamment en phase de groupe pour un nul. Certes, les Barea ne portaient pas l’étiquette de favoris, mais ils ont fait ce qu’il fallait faire devant l’Afrique du Sud.Les attaques malagasy n’ont pas été foudroyantes, il n’en demeure pas moins que la bande à Franklin Andriamanarivo, coach de Madagascar, est toujours animée par cette envie d’atteindre une nouvelle fois la demi-finale. Le défi sera encore immense pour le sélectionneur malagasy, mais il reste confiant vis-à-vis de ses protégés. « Nos joueurs n'ont pas peur de jouer contre la Zambie. Après le résultat de dimanche, nous sommes encore plus que motivés », a déclaré Andriamanarivo.« Nous allons bien préparer ce match pour mieux tenir tête à notre adversaire en demi-finale. Nous avons joué quatre matches, nous avons aussi bien joué et cela nous a donné la conviction que nous pouvons battre la Zambie ».Zambie qui était la première équipe à valider sa qualification devant la Namibie sur le score de (4-0)(0-3) après les séances de tirs au but. Madagascar vise sa première apparition finale après avoir disputé ses quatrièmes demi-finales depuis ses débuts en 2002.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Journée mondiale de l’environnement - 240 emplois à court terme créés par Ravinala Airports

Responsabilité sociétale des entreprises. A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, la société Ravinala Airports, gestionnaire des aéroports d’Ivato et de Fascène à Nosy Be, a réaffirmé son engagement pour la préservation de l’environnement et de tous les éléments qui l’entourent. Ainsi, pour cette année, elle a tenu à impliquer les quatre Communes situées à proximité de l’aéroport d’Ivato, à savoir celle d’Ivato, Talatamaty mais aussi Anosiala et Ambatolampy Tsimahafotsy.

Durant la journée du 5 juin, à travers son projet HIMO ou « Haute intensité de main d’œuvre », Ravinala Airports a créé des emplois à court terme au bénéfice de 240 personnes issues de ménages vulnérables. Leur tâche consiste à nettoyer les quartiers environnants dans ces 4 Communes concernées. Ces gens ont été sélectionnés dans les « Fokontany » ainsi que les communes où ils résident en fonction de leur niveau de vie, leur état de santé et leur âge. En appui à cette mobilisation, Ravinala Airports leur a également fait don de matériels de nettoyage comme des bacs à ordures, brouettes, balais et bêches afin de les aider à respecter la propreté et la protection de l’environnement. Des dispositifs environnementaux engagésRavinala Airports a particulièrement manifesté son intérêt pour cette célébration. Pour cette entreprise, il est important de préserver les ressources naturelles pour les générations futures. Elle essaie donc de réduire au maximum les impacts de ses activités sur l’écosystème. De plus, elle participe de près ou de loin aux actions pour la sauvegarde de la nature. Effectivement, pour ces deux infrastructures aéroportuaires, des dispositifs environnementaux ont été mis en place pour contribuer à un développement responsable et durable. Ces mesures concernent en particulier le tri des ordures, le traitement des eaux usées, mais également la mise en place des séparateurs d’hydrocarbures provenant des tarmacs et la restauration de la fôret de mangroves aux alentours de l’aéroport de Fascène à Nosy Be. « Parmi ces initiatives, une première partie des tâches est déjà en cours d’exécution, tandis qu’une autre est sur le point de se concrétiser », a souligné Sandrine Rahantamalala, responsable des relations publiques auprès de Ravinala Airports.  Rova R.

La Vérité0 partages

Fête de l'indépendance - Les lampions chinois devancent les « arendrina » locaux

A quelques semaines de la célébration du 26 juin, les marchés urbains dont Analakely, 67 ha, et Anosy sont envahis par des articles en provenance des pays asiatiques, surtout de la Chine.  Les produits acheminés à Madagascar sont de plus en plus variés. Ce sont en particulier des objets lumineux fonctionnant avec des piles et des lampions modernisés, ainsi que des lampions traditionnels malagasy, communément appelés « arendrina ». En effet, les produits locaux sont concurrencés voire négligés au détriment des articles importés.

Les Malagasy sont fascinés par les produits innovés venant de l'extérieur. Du coup, ils se précipitent pour en acheter. « L'on prime sur la qualité et la communication visuelle. Contrairement aux articles fabriqués à Madagascar, lesquels ne peuvent être utilisés qu'une seule fois et qui partent en fumée facilement, les produits chinois durent au moins plus d'un mois et mes enfants trouvent du plaisir à s'en servir », explique une mère de famille. Cependant, au niveau des prix, ils sont plus coûteux. Cela n'empêche pas les Malagasy de dépenser plus d'argent pour s'en acquérir. Par ailleurs, cette tendance à la ruée vers le développement du commerce extérieur nuit au commerce local habituel.  Ce ne sont plus que les entreprises et les établissements privés qui composent les fournisseurs d'« arendrina ».  La vente en détail n'est qu'une habitude pour satisfaire la minorité suivant les traditions. « Les commerçants préfèrent vendre des articles « vita gasy », mais le problème réside au niveau des clients. Ces derniers réclament les  produits importés et s'investissent beaucoup plus dans un tel achat, au lieu de valoriser les lampions en papier », avance un marchand opérant à Analakely. Selon ses dires, ce phénomène s'aperçoit dans toutes les Régions. Pour cette raison, les commerçants n'y voient aucun problème étant donné qu'il s'agit d'une période avantageuse pour augmenter leur chiffre d'affaires. Et ils profitent du fait que les clients font des dépenses énormes à l'occasion de la fête de l'indépendance.  K.R.

La Vérité0 partages

Premier ministre Ntsay Christian - A la tête d'un Gouvernement des affaires courantes

La passation de service entre le nouveau Premier ministre Ntsay Christian et son prédécesseur Mahafaly Solonandrasana Olivier aura lieu ce jour dans la matinée au palais d'Etat de Mahazoarivo. L'information a déjà été confirmée par les responsables de la Communication à la Primature et par les proches du nouveau PM. Le Premier ministre aura pour première mission de former la nouvelle équipe gouvernementale. En parallèle à sa nomination, les consultations pour la composition d'un nouveau Gouvernement de consensus auraient déjà débuté. Le nouveau patron de la Primature dispose de sept jours à compter du jour de sa nomination pour nommer ses ministres.

Ce nouveau Gouvernement devrait exclure tous les membres du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier, notamment Paul Rabary, Lalatiana Andriamananarivo, Henry Rabary Njaka, Elise Rasolo Alexandrine, Roland Ratsiraka,… qui ont été fortement critiqués par les syndicats ces derniers temps. Le nouveau Gouvernement qui sera mis en place ne devra gérer que « les affaires courantes » pour garantir la continuité des services de l'Etat jusqu'aux élections. Outre les ministères censés mener le pays vers ces échéances électorales, les autres ministères devraient seulement veiller à ce que les affaires qui étaient déjà en place continuent jusqu'à leur aboutissement, et prendre des mesures urgentes. Mais le Gouvernement actuel ne doit rien initier de nouveau qui engage le prochain Gouvernement. D'ailleurs, étant fraîchement nommé par le Président Hery Rajaonarimampianina avant-hier à la suite de la démission de Mahafaly Solonandrasana Olivier, le nouveau résident de Mahazoarivo Christian Ntsay ne fera qu'un mandat de quelques mois. L'ancien ministre du Tourisme entre 2002 et 2003 s'installera moins d'un an à Mahazoarivo jusqu'à l'élection présidentielle anticipée de 2018. Le Gouvernement qui sera en quelque sorte intérimaire, ne devrait pas avoir le temps de mettre en œuvre des projets de société. Jusqu'à ce que le nouveau Gouvernement soit mis en place, les membres de l'ancienne équipe gouvernementale expédient les affaires courantes.  Ceci étant dit, après la passation de service de ce jour à Mahazoarivo, le discours du nouveau locataire des lieux sera particulièrement attendu et scruté par l'opinion publique.La Rédaction

La Vérité0 partages

Toamasina - 3 bandits abattus par la FIP

A Toamasina, la Police ne badine pas avec les bandits ou autres criminels dangereux. Mardi matin, les éléments de la Force d’intervention de la Police (FIP) encadrés par le commissaire Jules Rafaliarivo ont mis définitivement hors d’état de nuire trois bandits armés dans le quartier de Tsarakofafa. La veille de cela, précisément au cours de la soirée du lundi, le sinistre trio était entré de force chez une famille d’opérateur de la filière vanille du quartier d’Analankinina Hôpital be. Les assaillants n’ont pas hésité à escalader le mur de protection pour se frayer un passage dans le domicile des victimes. Deux des bandits, qui ont porté des cagoules, étaient entrés par la force chez les locataires, un troisième était resté à l’extérieur pour y faire le guet. Dès que les deux intrus se trouvaient en face des locataires, la première question qu’ils posaient, c’était de demander où ces derniers ont pu bien cacher une cargaison de vanille, du moins selon l’information. Pendant cela, les pauvres locataires sont menacés avec des armes.  Puisqu’ils ont été tellement terrorisés, ils ont dû céder à la menace et ont laissé les agresseurs emporter 22 kg de vanille préparés qu’ils ont disposés dans des sacs. Sitôt le butin en main, ils ont  pris la poudre d’escampette, ne faisant finalement aucune victime. Le soir même, les limiers de la FIP ont déclenché les recherches. Le mardi matin 5 juin suivant, les hommes du commissaire Jules R. ont repéré puis pourchassé un assaillant  dans le quartier de Mangarivotra. Ils n’ont aucun mal à attraper le fugitif. Puis, les recherches ont continué jusqu’à ce que la Police repère les traces des 2 autres fugitifs chez eux à Tsarakofafa. Dès que ces derniers ont vu la Police approcher, ils ont ouvert le feu en visant spécialement le commissaire. Manque de pot pour le tireur : son arme s’est tout simplement enrayée ! De plus, la riposte de la Police ne s’était pas fait attendre.  Ses tirs ont mortellement atteint les deux bandits  retranchés dans leur maison.  De son coté, le troisième larron a cherché à s’échapper. Mais il fut également truffé de balles. Ce qui a permis de remettre entièrement la cargaison de vanille à son propriétaire.

 

Des  acolytes du tristement célèbre Freddo

Selon le commissaire Jules R., l’un de ces bandits éliminés serait une recrue de la bande à Freddo, cet autre malfrat rendu tristement célèbre  pour ses nombreux méfaits  dont le kidnapping  se déroulant à Toamasina notamment et qui est longtemps recherché par la Police. L’année dernière, ce Freddo a réussi à échapper aux commandos de la Police. Le gang qu’il dirige serait  également l’auteur d’un assaut survenu le 28 mai dernier à Ankirihiry Nord et qui a coûté la vie à une personne. Pour preuve, le commissaire explique que, du point de vue balistique, les cartouches dont s’était servi le gang à Ankirihiry, seraient les mêmes trouvées sur les  cadavres des trois larrons.

Kamy /F.R.

La Vérité0 partages

Atteinte à la sûreté de l’Etat Le sénateur - Lylison acquitté par le Tribunal

Ce fut un colonel Lylison René de Rolland légèrement amaigri qui est venu assister à son nouveau  procès hier au Tribunal d’Anosy. A sa sortie de la salle d’audience, le sénateur élu sous la bannière MAPAR a esquissé un sourire suite à son acquittement décidé par le Tribunal. Ayant déjà fait l’objet d’un mandat d’arrêt en 2016, l’ancien directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS), fut condamné au mois de février 2017 à un an de prison ferme par le Tribunal correctionnel d’Antananarivo pour atteinte à la sûreté de l’Etat, entre autres.  Au lendemain de sa condamnation, la famille du parlementaire n’a pas tardé à faire opposition en notifiant les membres du bureau permanent au Palais d’Anosikely. « Selon la loi, l’opposition à une condamnation en l’absence du prévenu (Ndlr : Condamnation par défaut) a un effet suspensif de la décision », explique Rakotondrajao Armand Fredon. Et de poursuivre que « après cette opposition, nous avons reçu une convocation du Tribunal pour un procès. Nous avons présenté notre défense en démontrant le caractère illégal de la décision de justice à l’encontre de mon client ».

 

Liberté après deux ans de cavale

A l’issue d’une audience publique qui a duré plusieurs tours d’horloge, le Tribunal a donc acquitté le sénateur. « Le Tribunal a ordonné une mainlevée du mandat de dépôt à l’audience », explique toujours l’avocat du sénateur. Ce qui signifie que toutes les charges, incluant la mise en place de barrage, la coupure de route ou encore l’atteinte à la sûreté de l’Etat, ont été retirées. Du coup, l’avocat de Lylison a tenu à réitérer que l’homme est désormais libre de circuler partout et à toute heure sur le territoire national. « L’affaire est  close », conclut l’avocat. Visiblement encore sous le coup de l’émotion, 

Lylison a encore été avare en commentaire. « Je suis complètement acquitté.  Le procès est bel et bien terminé », a – t – il déclaré tout en annonçant la prochaine tenue d’un point de presse pour s’exprimer davantage. En cavale depuis près de deux ans, l’ex – patron de la FIS est donc entièrement libre et pourra désormais grossir les rangs de ses compagnons de lutte sur la Place du 13 mai. D’ailleurs, une association dénommée « Amis du Colonel Lylison » a récemment vu le jour et a rejoint depuis plusieurs semaines les sympathisants des 73 députés pour exiger la libération du sénateur.

  Sandra R.

La Vérité0 partages

Le plus dur reste…

Effectivement, le plus dur reste à faire ! Pas de temps à perdre, passons aux choses sérieuses. Le premier et le plus difficile test qui attend le nouveau Premier ministre (PM) réside dans le montage de l'équipe gouvernementale. Tous les observateurs de s'interroger : le désormais ancien représentant du Bureau international du travail (BIT) saura-t-il composer avec son « partenaire obligé », le MAPAR qui, au passage, rappelons-le, l'avait fait roi et le reste au sein des 73 députés. Ayant obtenu la majorité à l'Assemblée nationale aux élections de 2013, la formation politique de l'ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, le MAPAR suivi de près du TIM, du MMM et certains Indépendants composeront l'ossature principale du Gouvernement.

Tout doit jouer dans le cadre précis, initialement, prévu par la Décision de la HCC portant n° 18-HCC/D3 du 25 mai 2018. Si la première étape, la nomination du PM de consensus, à l'issue d'un accord politique, s'effectua selon les « consignes » de l'article de 4 de ladite Décision, il faut maintenant passer à l'étape suivante, à savoir la composition des membres du Gouvernement. Un exercice acrobatique non évident. Sur ce, la Décision de la HCC notamment l'article 7 est nette et sans ambiguïté. Le président de la République nomme, selon l'article sus-mentionné, les ministres de la souveraineté sur la base d'une clé de répartition convenue avec les forces politiques, proportionnellement aux dispositions de l'arrêt n° 11-CES/AR 14 sus-visé. Ce privilège revient de droit aux 73 députés de l'opposition. Le HVM, étant inconnu du bataillon au moment des faits, est exclu.  Les élus du MAPAR, du TIM, du MMM, du « Hiaraka isika » et des Indépendants acquis à la cause pour le changement, vont se tailler de la part du lion. Bye bye, pour le tout-puissant HVM ! Adieu veau, vache, cochon… !Toutefois, la tâche du nouveau Chef du Gouvernement ne sera pas aisée. Entre le marteau et l'enclume, Ntsay Christian doit se livrer à une acrobatie, parfois, dangereuse. Un grand écart à exécuter comme il se doit, avec brio ! Au-dessus de sa tête, il y a le Président de la République qui reste, en chair et en os, à sa place et a son mot à dire, ne serait-ce que la... signature à apposer. A ses côtés, la place du 13 Mai qui manifeste son intransigeance à toute tentative « douteuse » et qui veille au grain dans le processus de mise en place de la nouvelle équipe. Et en bas, le peuple qui n'entend pas non plus tout gober. Fallait-il dire que la marge de manœuvre du nouveau locataire de Mahazoarivo est réduite, sinon fortement limitée. Du moment qu'il a accepté le poste, il a dû bien peser les risques à prendre. En tout cas, osons-nous espérer qu'il saura comment procéder.Rappelons toujours que ni les arrivistes ou parvenus de tous les bords (les « mpijapy train ») ni les « mpamadika palitao » et encore moins des recalés du Gouvernement Mahafaly n'auront jamais droit de siège à cette nouvelle recrue dirigée par Ntsay Christian. Que les choses soient claires là-dessus ! Autrement, ce sera l'explosion partout dans le pays. Attention ! Le temps presse. Des travaux d'Hercule, de Titan, attendent les nouveaux dirigeants. Oui, le plus dur reste à faire ! Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Députés pour le changement - Solidarité restée intacte

Un léger brouillard. C'est l'expression utilisée par Maître Hanitra Razafimanantsoa au cours d'une interview donnée à la presse, hier dans l'après-midi à l'Hôtel de ville pour expliquer les tensions nées entre les députés pour le changement issus du « Tiako i Madagasikara » (TIM) et ceux du « Miaraka amin'ny prezida Andry Rajoelina » (MAPAR)  suite à la nomination du Premier ministre. Un brouillard qui a vite été dispersé.

La solidarité entre les députés pour le changement reste intacte. Après que le nom du nouveau locataire de Mahazoarivo a été annoncé par le Président de la République, l'ambiance était électrique entre les députés du MAPAR et ceux du TIM, lesquels accusent les premiers de ne pas avoir tenu parole. Il a été convenu en effet que le Premier ministre (PM) devrait être l'un des 73 députés, selon Guy Rivo Randrianarisoa, député du TIM. Des mots durs ont été lancés de part et d'autres, notamment sur les réseaux sociaux. Des tensions perceptibles hier à la tribune du parvis de l'Hôtel de ville d'Analakely où le ton est parfois monté haut. Toutefois, les différents discours ont permis d'aplanir les divergences. Pour lever toute ambigüité, les députés du MAPAR ont affirmé « assumer à 100 % » la proposition du nom de Christian Ntsay, comme chef du Gouvernement. Les parlementaires Orange refusent de parler de trahison et expliquent que PM faisait partie d'une seconde liste remise au Chef de l'Etat qui refusait de nommer les noms des députés qui lui ont été soumis. Et de soutenir que l'objectif de ce nouveau PM sera de former un Gouvernement qui amènera le pays vers une élection présidentielle anticipée. Le Chef de l'Etat devra remettre sa démission incessamment s'il se porte candidat à ce scrutin, soutient par ailleurs Tinoka Roberto.Demande de rencontre avec le nouveau Premier ministreReconnaissant le droit du MAPAR de proposer le PM, les députés du TIM ont d'abord dénoncé fermement le processus ayant amené à la nomination du chef du Gouvernement. Le TIM soutient que la nomination a été faite à son insu malgré le principe bien établi selon lequel la primauté des informations devait revenir aux députés pour le changement en ce qui concerne la nomination du PM. Sans aller jusqu'à dédouaner complètement les députés du MAPAR, le TIM estime toutefois que ces derniers ne sont pas entièrement responsable de la situation. Pour Maître Hanitra Razafimanantsoa, la majorité des députés du MAPAR ont également été pris au dépourvu par cette nomination. La députée élue dans le premier Arrondissement suggère que le MAPAR organise une rencontre entre les 73 députés pour le changement et le PM pour s'enquérir de la volonté du nouveau locataire de Mahazoarivo de mettre en œuvre « les demandes et souhaits » des députés pour le changement. Le PM devrait également être présenté aux manifestants sur le 13 Mai, soutient Hanitra Razafimanantsoa. Une demande acceptée par Christine Razanamahasoa, députée du MAPAR qui affirme que l'idée est faisable. Les députés pour le changement maintiennent leur pression sur Hery Rajaonarimampianina. Les manifestations sur le 13 Mai se poursuivront jusqu'à la nomination des membres du Gouvernement. Un gGouvernement qui devra refléter les doléances exprimées par les syndicalistes et les manifestants, soutiennent les députés pour le changement, lesquels estiment que certains d'entre eux devraient être nommés ministres.La Rédaction

La Vérité0 partages

HVM - Un parti en voie de disparition

Perte du contrôle de l’Exécutif, mandat présidentiel écourté.  La tournure prise par les événements ne plaide pas en faveur du parti à la cravate bleue qui se retrouve en très mauvaise position face aux futures échéances électorales. Une situation qui laisse penser que cette formation politique est appelée à disparaître dans un avenir plus ou moins proche.

Il y a quelques mois encore, le régime HVM balayait d’un revers de la main toute idée d’une élection présidentielle anticipée, réclamée par une frange de l’opposition. A cette époque, les caciques du régime étaient encore persuadés être assurés de plusieurs longs mois de pouvoir, durant lesquels ils auraient tout le temps de préparer un deuxième quinquennat qui leur permettra de faire la pluie et le beau temps dans tous les compartiments de la vie de la Nation. C’est dans cette optique d’ailleurs que le pouvoir en place s’est livré à un tripatouillage des lois électorales et à leur adoption à coup de corruption de haut niveau à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ce fut, rappelons-le, l’étincelle qui a mis le feu aux poudres et qui a pris de vitesse le HVM.

 

Dans l’éventualité où l’actuel Chef de l’Etat songe à s’aligner sur le starting-block de la présidentielle, son mandat sera encore écourté davantage puisque la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), dans sa décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018,  l’oblige à démissionner deux mois avant la tenue du scrutin.  Il est vrai, certes, que le président du Sénat qui assure l’intérim dans cette perspective n’est autre que le président national du HVM. Il n’en demeure pas moins cependant que la situation n’est plus la même que celle dans laquelle le Président de la République était assuré de la « docilité » d’un Premier ministre qui lui est redevable de par sa nomination et qui était du même bord politique que lui. Pour tout dire, Hery Rajaonarimampianina, s’il brigue un second mandat, devra donc affronter ses adversaires à la régulière. Or, il est clair que sans possibilité de fraude, les chances de passer les deux tours de l’élection présidentielle sont très minces pour le Président le plus impopulaire de l’histoire du pays.

Un parti de génération spontanée

Dans ce scénario comme dans celui où l’actuel locataire d’Iavoloha déciderait de ne pas rempiler, le HVM ira donc aux prochaines élections générales, non seulement dans les mêmes conditions que ci-dessus, mais aussi et surtout, dépourvu de l’aura d’un parti présidentiel. Pire, les cravates bleues hériteront de l’impopularité d’un Président à un doigt d’être déchu et  de la réputation d’un parti fraîchement éjecté du pouvoir. Autant dire que le HVM  ramassera à coup sûr les zéro virgule dans toutes les compétitions électorales futures et de ce fait, est appelé à disparaître du paysage politique malagasy à l’issue des prochaines élections. Pour les actuels tout puissants barons du HVM, le compte à rebours  a commencé avec la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018  de la HCC. Les conditions qui ont permis à cette formation politique de dominer outrageusement toutes Institutions de la République (Municipalités, Régions, Parlement, Gouvernement, Présidence) ont disparu d’un coup de baguette magique. Ayant servi de couleur politique à un candidat-président de substitution, ce parti issu d’une génération spontanée n’aura existé que le temps d’un mandat présidentiel.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Art conceptuel : Ralf Arivelo se redécouvre !

Quelques-uns des tableaux qui composent « Ambadiky ny havoana ».

Sa dernière exposition remonte en 2014. Aujourd’hui, l’artiste décide de revenir sur le devant de la scène et pas les mains vides ! « Ambadiky ny havoana » a été dévoilé au grand public hier, à Ambanilalana Itaosy.

On ne dit jamais vraiment adieu à ses premières amours ! S’étant fait discret et resté loin des projecteurs depuis quatre ans, Ralf Arivelo a décidé de renouer avec son monde. Pour marquer son retour dans le milieu artistique, il a donc décidé de présenter hier le fruit de son récent travail : « Ambadiky ny havoana » dans un lieu privé respirant le calme et la sérénité, à Ambanilalana Itaosy. Il nous en dit davantage : « Ambadiky ny havoana représente à la fois le thème et le concept. Je fais allusion, à travers le thème, à mes peintures en relief ». L’exposition comporte une trentaine d’œuvres, toutes très différentes les unes des autres. « Je n’ai pas utilisé les mêmes dimensions et les mêmes techniques pour tous les tableaux ». Des œuvres à travers lesquelles on peut apprécier l’évolution de l’artiste. Lors de son absence forcée, car ayant été malade, il n’a effectivement eu de cesse d’améliorer ses performances et a effectué des recherches pour devenir meilleur qu’il ne l’était dans ce qu’il appelle « art conceptuel ». Ralf Arivelo figure en effet parmi l’un des rares artistes à avoir choisi cette discipline.

L’art conceptuel. Différent de l’art classique, l’art conceptuel est une démarche intellectuelle, pas un mouvement. Ses frontières stylistiques, géographiques et temporelles sont floues. Il n’est pas toujours intelligible. Si une œuvre n’est pas compréhensible, facile de dire qu’elle est conceptuelle… En effet, vous y verrez des choses que vous ne verrez nulle part ailleurs. Les œuvres produites peuvent être éphémères. L’esthétique n’est pas le plus important. L’art conceptuel peut proposer des œuvres qui paraissent inachevées, des œuvres atypiques qui perturbent notre représentation de l’art et du beau. Si vous avez tendance à vous poser des questions sur tout et sur rien, là, vous allez vous en poser pour quelque chose. Et oui, certaines œuvres n’ont de limites d’interprétation que l’imagination. Parfois, vous n’y comprendrez rien et ce ne sera pas grave. L’art conceptuel est un champ où on laisse l’esprit vagabonder en toute liberté! La proximité avec l’œuvre est parfois telle que le visiteur fait partie intégrante de l’œuvre. Nous sommes loin des tableaux ultra-protégés par une plaque de verre. Là, vous avez le droit de toucher, on vous le recommande même. L’art conceptuel est engagé. Oui, des messages sont délivrés, voire des revendications. L’art conceptuel n’est pas réservé à une élite. Le regard sur l’œuvre fait l’œuvre. Il n’est pas question de connaissances accrues dans le savoir-faire artistique mais plutôt de la réflexion, du ressenti.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Tratra ireo andian-jiolahy enina isan’ireo mpanendaka hikohizana

Somary nirongatra ny asan-jiolahy teto Toamasina tamin’ny faramparan’ny volana may sy ny fiandohan’ny volana jona ity. Indray andro monja mantsy dia fanafihana mitam-piadiana efatra, ka iray nahafaty olona, sy asa fanendahana telo ka ny iray mpitandro ny filaminana vehivavy hamonjy fodina mihitsy no voany, no indray niseho teto Toamasina ny fiafaran’ny volana may sy ny fiandohan’ny volana jona teo. Manao ny ezaka rehetra amin’ny famongorana azy ireny ny mpitandro ny filaminana, araka ny nambaran’izy ireo, saingy lasa manome vahana ny fanaovana asa ratsin’ireo andian-jiolahy koa ny zava-misy eto amin’ny firenena ka sahiran-tsana na manao ny ezaka rehetra aza izy ireo na andro na alina. Ho an’ny komandin’ny FIP Toamasina Rafaliarivo Jules izao dia manao antso avo amin’ireo andrimasom-pokonolona sy ireo tsara sitra-po rehetra manome vaovao marim-pototra hahafahana mihefy ireo andian-jiolahy ireo ny tenany, fa hisy ny valisoa omena azy ireo amin’ny fiaraha-miasa ho tombontsoan’ny filaminam-bahoaka ihany. Nahitam-bokany sahady anefa izany ho azy ireo, satria dia nisy sahady ny vaovao azon’ny FIP izay nahasamborana andiana mpanendaka mpanao andiany roa miisa enin-dahy tratra omaly alatsinainy antoandro. Isan’ny fanaovan’izy enin-dahy ireto, izay vondrona iray fa saingy samy manana ny faritra hanaovany ny asa fanendahay, ny ao Ankirihiry tsena, Bazary may, Cité haras, lalam-baovao Tanambao V sy Mangarivotra ary Andranomadio, ary ireo fokontany efatra mandrafitra an’Andranomadio. Mbola tratra tany amin’izy ireo avokoa ireo antsy fotsy sy ireo sabatra fampitahorany olona nandritra izany, ankoatra ny ity basy kilalao fampiasan’izy ireo ihany koa.

Malala Didier  

Midi Madagasikara0 partages

Ambohidratrimo : Sinoa voatafika, lasa ny 23 tapitrisa ariary

Lasa ny solosaina, ny vola mitentina 23 tapitrisa ariary ary koa ny finday. Olona iray no naratra tao anatin’ny fanafihana dia olona izay saika hamonjy kinanjo notifirin’ireo jiolahy avy hatrany. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina ny alahady teo no tonga ireo olon-dratsy. Nambanana basy ary norahonana tamin’izany ny mpiambina roa ka tsy afa-nihetsika. Vao tafiditra tao anatin’ilay trano izy ireo dia nampitahotra avy hatrany ary nanery ilay sinoa mba hanoro izay nisy ny vola. Ary dia tontosa tokoa izany. Feom-basy in-telo no henon’ny manodidina izay niahotra ny niditra an-tsehatra mba ho fiarovana ny aina. Ilay olona iray no sahy ary tena saika hanavotra saingy tsy nihambahamba ny nitifitra ireo jiolahy. Misesy ny fanafihana mitam-basy ao Ambohidratrimo tamin’iny herinandro lasa iny. Fanintelony izany ity tranga tantaraina ity. Nahazoan’ireo olon-dratsy vola an-tapitrisany hatrany izany. Vao ny alakamisy teo koa raha tsiahivina kely no nisy tokantrano dimy nasesin’ireo olon-dratsy ary tena nanaovany izay sitrapony tokoa. Mandry tsy lavoloha ny olona eny amin’iny toerana iny ankehitriny noho ny afitsoky ny jiolahy. Ary tsy eny irery fa ireo tanàna manodidina an’andrenivohitra. Isan’izany i Miarinarivo izay matetika hiverenan’ny jiolahy. Torak’izany koa Ambohijanaka izay noho ny horohoro dia manidy trano aloha be ny olona satria efa fain’ny fandalovan’ny jiolahy matetika. Soa ihany fa mba efa nisy tamin’ireo toerana ireo ny fanasiana « poste avancé » ka mba nampihena kely ny asan-jiolahy. Mitaraina ny olona eto an-drenivohitra fa mahery ny asan-jiolahy kanefa rehefa tena dinihina, tsy latsa-danja amin’izany koa ny iainan’ny olona any ambanivolo ary na dia miala 30 km amin’Antananarivo aza dia efa hita maso izany. Ny any amin’ny faritra betsaka omby aza dia efa tsy fidiny amin’ny olona fotsiny ny mijanona ao amin’ny maha-tanindrazany azy. Efa tsy fiainana intsony ny iainana any noho ny afitsoky ny dahalo izay sady mitifitra no maka ny fananany. Na ny mpitandro ny filaminana aza dia misy mamoy aina isan-kerinandro. Mbola ady goavana araka izany ary mila politika matotra ny ady amin’ny asan-jiolahy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ampasimbe : Lehilahy nisandoka ho zandary voasambotra

Mafy izany te ho isan’ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenana! Lehilahy iray, manodidina ny 46 taona teo ho eo no tra-tehaky ny zandary tany amin’iny kaominina Ampasimbe iny, eo amin’ny 25 km avy eo Ranomafana Atsinanana. Mitonona ho manamboninahitra avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena mihitsy ny lehilahy, eny fa na dia efa teo anatrehan’ny zandary tena izy aza.

Ny alahady teo no voapaingotra tany amin’io tanana io izy, araka ny tatitra azo, ary mbola teo am-pivarotana saka beloha hatrany tamin’ireo olona miaraka misotrosotro aminy. Nisy mailo tokoa mantsy ireo olona naheno ny firesany ka nampilaza avy hatrany ireo zandary ary nidina avy hatrany tany an-toerana ireto farany. « Raha nahita ireo zandary izy dia mbola nanamafy fa Lietnà miasa ao amin’ny DRH ao amin’ny Toby Richard Ratsimandrava » ny tenany ary « mbola nanamafy izy fa mahavita « affectation – avancement… » ho an’ireo zandary izay efa miresaka aminy nitady azy ». Tena fahasahiana nihoa-pampana ! Raha ny fijery azy ety ivelany tokoa dia tena isan’ny fianakaviamben’ny zandary ny lehilahy. Na ny toetoetra ety ivelany na ny fitafiana nanaovany, irony karazana ambonin’akanjo manga fanaovan’ny zandary irony, dia tena tsy misy anavahana azy amin’ny tena izy, raha ny fanazavàna hatrany. Zavatra iray loha monja anefa no nampirodana tanteraka ny tetik’adin’ity mpisoloky rehefa nanontanian’ireto mpitandro filaminana izy mahakasika ireto anaran’ireo lehibeny sy ny tompon’andraikitra ambony vitsivitsy eo anivon’ny zandamariam-pirenena. Tsy nahita holazaina teo ranamana ary vaky barara ny lainga nafenina. Nosamborina avy hatrany ity farany. Tamin’ny fanadihadiana no nahafantarana fa efa nifonja ity lehilahy ity ary mbola io resaka fisandohana io hatrany no anton’izay. Tamin’izay fotoana izay indray dia nisandoka ho « CB » tany amin’iny faritra Vakinankaratra iny lehilahy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Andranofotsy Maroantsetra : Tezitra amin’ny ben’ny tananany ny mponina, misy fandrahonana fitsaram-bahoaka

Mafampana indray ny raharaha ao amin’ny distrikan’i Maroantsetra, amin’ny kaominina antsoina hoe Andranofotsy. Araka ny angom-baovao marim-pototra avy any an-toerana dia tezitra mafy amin’ny ben’ny tananany, Atoa Totomanambina Zito, ny mponina ao amin’ity kaominina Andranofotsy ity, ka mandeha ny feo ankehitriny fa hiditra amin’ny fitsaram-bahoaka an’ity ben’ny tanana ity izy ireo noho ny famarotany tanim-bahoaka tao Ampariambe. Nohamafisin’ireo zanak’ity kaominina ity monina eto Toamasina nanao valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety tao Ankirihiry koa izany, izay nilazan’izy ireo fa “efa tena miakatra ambony ny maripana ao amin’ny fokontany misy anay Andranofotsin’i Maroantsetra noho ny famarotana tany nataon’ny ben’ny tanananay any an-toerana tao Ampariambe, izay tany misy ny ankamaroan’ny fasan-drazanay”; mbola nohamafisin’ireo zanaka ampielezan’ny kaominin’Andranofotsy monina eto Toamasina ireto hatrany fa “mirefy 03km2 eo ny haben’ity tany namidin’ny ben’ny tanana ity, izay misy ihany koa ny fiveloman’ireo mponina ao aminay, ary misy ala ahitana ireo hazo sarobidy koa ao anatiny. Isan’ny betsaka amin’izany ny andramena sy ny hintsina ary ny pallisandre”. Araka ny fanazavana hatrany dia efa nisy ny hetsika fanairana nataon’ny mponina tany an-toerana mba hiverenan’ity ben’ny tanana ity tamin’ny zavatra nataony ny 25 sy ny 26 aprily lasa teo, saingy nanao be marenina ity ben’ny tanana ao Andranofotsy fa hoe manana olona eo amin’ny fitondrana miaro azy amin’izao famarotana tanindrazana sy tanim-pasan’ny mponina izao. Araka ny fanazavana azo dia voalaza fa namidin’ity ben’ny tanana 300 tapitrisa ariary ity tany goavam-be any an-toerana ity. Vokany, manao antso avo ny hijeren’ny manam-pahefana ao Maroantetra sy ny faritra Analanjirofo ary ny fanjakana foibe izao raharaha izao, satria mety hiteraka faty olona mahatsiravina sy maro ao amin’ny kaominin’Andranofotsy izao raharaha izao raha ny zava-misy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

URBAN TRAIL 4 : Ce sera ce dimanche !

Après un report d’à peu près un mois et demi, l’Urban Trail 4 se courra ce dimanche. Ce sera un moment de retrouvailles pour les familles et amis, collègues et ceux qui veulent tâter de ce qu’est un trail.

Redécouvrir Tana autrement, de par ses petites ruelles, tout en faisant du sport. C’est ce que nous proposent les rotariens avec la fédération malgache d’athlétisme. En effet, avant tout, l’Urban trail qui en est à sa 4e édition est un pur produit du Rotary Mahamasina. Il a été conçu pour être une levée de fond. Selon Ndrianja Rajemison « les efforts pour éradiquer la polio dans le Monde sont sur le point d’aboutir. Un des acteurs dans cette lutte, le Rotary International, en a fait l’un de ses axes majeurs d’actions. Ainsi une inscription vaut un vaccin contre la polio ». On aura ainsi près de 4.000 coureurs si ce n’est plus !Le trajet partira de Score Ankorondrano – Route des hydrocarbures, Henri Fraise – Ankadifotsy près de l’ISCAM- Ankadifotsy vers Antaninandro – Ambondrona – Faravohitra Ambany – Tohatohabato Tavao – Jirama – Ambohijatovo Ambony –Antsahabe – Ambanidia – Andafiavaratra – Andohalo – Mahamasina pour les 6km100. Pour les 12km, il faudra aller du côté de Manakambahiny, Tsimbazaza et revenir vers Mahamasina.

Les trailers peuvent déjà prendre leurs dossards chez Newprint Ankorondrano. Il en est de même pour les dernières inscriptions qui sont attendues au même endroit ou auprès du Rotary Mahamasina au 034 56 715 47.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Journalisme sportif : « Missé » Rojo n’est plus

Quand on est avec lui, on rit, impossible de ne pas rire. Et c’est ce qui va manquer vraiment aux journalistes sportifs qui ont perdu un des leurs hier. Rojo Nantenaina Andriatsarahoby n’est plus, subitement enlevé à l’affection des siens. Le groupe « Les Nouvelles » perd en lui un journaliste qui assure et qui a même encore assuré avant-hier soir la permanence sportive ! « Missé » pour Monsieur comme il a l’habitude de taquiner ses pairs et Tantine pour les dames. Marié à une journaliste de la TVM et père d’un petit garçon, il est décédé à 26 ans. La dépouille mortelle a rejoint Antsirabe hier. L’inhumation se fera mercredi à Sandrandahy près de Fandriana. Sincères condoléances de Midi Madagasikara surtout de sa rédaction sportive.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

« Mozika mafana » : Dat’ Kotry signe son retour au Glacier

Dat’Kotry, prêt à enflammer le Glacier.

Bonne nouvelle pour ses fans ! Dat’Kotry signera son grand retour au Glacier Analakely. Reculer pour mieux sauter, le chanteur de « Sheila » compte prendre le taureau par les cornes. Pour renouer avec son public, il se remet en selle sur le terrain de chasse par excellence des chanteurs de musique tropicale.

Célèbre pour ses chansons teintées d’humour, Dat’Kotry a déjà des inconditionnels qui suivent de près sa carrière. Si elle a été marquée par un petit silence, ceci n’en sera rien, car ce petit prince du « batrelaky », fera peser le poids d’une bonne quinzaine d’années d’expérience sur le devant de la scène malgache. Fidèle à son image, le chanteur mettra à jour sa musique traditionnelle parée subtilement d’une couleur de « world music ».

S’il a sorti son album « Hikarama » il y a dix ans de cela, Dat’ Kotry a toujours continué de sortir des morceaux qui lui ont permis de se faire une notoriété de fer dans le monde du showbiz. Pour la nuit du vendredi, les noctambules pourront s’attendre donc aux incontournables tels que « Siha », « Mandrampiveregnanao », ou encore « Mbola ho avy ». Amateurs de bonne ambiance, soyez aux aguets !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Behenjy : Hatolotra ny fampanoavana anio ilay namono vady

Nikatona omaly ny fanadihadiana nataon’ny zandary tao Behenjy mahakasika ilay rangahy nahafaty ny vadiny tamin’ny herinandro lasa teo. Anio no hatolotra ny fampanoavana ao Ambatolampy ny nahavanon-doza rehefa notazomina andro maromaro tao amin’ny biraon’ny zandary. Etsy ankilan’izay, mangataka ny hamindràna ny dosie aty an-drenivohitra ny fianakavian’ny maty raha araka ny fanazavan’izy ireo. Raha mba ny fanirian’izy ireo mantsy dia any amin’ny fonjan’i Tsiafahy no hitazomana ny nahavanon-doza, raha araka ny fanazavana hatrany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Lehilahy iray voasambotra niaraka tamin’ny vola sandoka

Tsy kely làlana tokoa ny ratsy ankehitriny, indrindra fa amin’ity fanaovana vola sandoka ity. Lehilahy iray niaraka amin’ny vola sandoka roa alina ariary fito amby  roapolo isa indray mantsy no saron’ny Zandary teto an-tampon-tanànan’i Maevatanàna tamin’iny herinandro lasa teo iny. Voalaza fa saika harotsany amin’ireny kaonty amin’ny telefaonina ireny ireo vola sandoka ireo. Soa ihany fa mailo ilay olona ka nanamarina avy hatrany ireo vola ary teo ihany dia hita fa sandoka avokoa izany. Nampandre malaky ny Zandary ilay olona ka noraisim-potsiny teo ilay lehilahy. Raha ny fanazavan’ ny lietinà-kolonely Zanelisy Armand, lehiben’ny vondron-tobim-pileovan’ny Zandarimariam-pirenena eto Betsiboka, taminay hatrany dia mitovy avokoa ny laharana amin’ireo vola ireo ary somary matroka ny lokony mitaha amin’ny tena izy. Mety ho efa maromaro ny toerana nanaparitahana ireto vola sandoka ireto. Taorian’ny fanadihadiana nataon’ny Zandary tamin’ilay lehilahy, dia efa natolotra ny fampanoavana tamin’ny herinandro teo izy, ary voatazona an-ponja vonjimaika miandry ny fotoana hitsarana azy. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ataon’ireo Zandary ny namany.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Caisse nationale de Prévoyance sociale : Atelier de formation à Mitsinjo

Un récent rapport de la Banque mondiale fait état d’une évolution positive de la protection sociale à Madagascar, ce genre de formation y a largement contribué.

La Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) poursuit ses efforts de démocratisation de la protection sociale. La formation qu’elle a organisée à Mitsinjo s’est achevée vendredi dernier.

Participants. Une quarantaine d’employés et de travailleurs issus de secteurs divers (collectivités territoriales décentralisées, églises, écoles, organisations non gouvernementales, collecteurs de produits de rente, etc.) a participé à l’atelier. Organisée par le Service d’Actions sanitaires et sociales (SASS) dirigé par son premier responsable Emilson Charles Andrianarijaona, la formation s’est déroulée dans les locaux de l’antenne de la CNaPS à Mitsinjo. Notons que l’objectif de la CNaPS à long terme est de revoir à la hausse le taux de couverture sociale d’ici à 2022 : de 7% à 15%.

Contenu. Le contenu de la formation était axé sur le Code du Travail, ainsi que des diverses prestations de la CNaPS. Dans son allocution, Jean Jacques Razafindraibe, Directeur de Contrôle et de Gestion au sein de la caisse nationale a dressé un tableau plutôt sombre de la situation de la protection sociale à Madagascar : « Tous les travailleurs malgaches devront bénéficier de la protection sociale, qu’il soit pêcheur, agriculteur, ou encore éleveur. La CNaPS ne ménage pas ses efforts pour sensibiliser la population. A Madagascar les bénéficiaires des actions sociales ne dépassent pas les 10%. C’est inacceptable de voir des femmes actives et enceintes, mais qui ne bénéficient pas des allocations prénatales, de même pour les travailleurs du troisième âge, qui sont privés de leur droit, en ne touchant pas de pension de retraite».

Impressions. Parmi les participants, Céline Indrozafy, Directrice des Ressources humaines de la Société Ouest Sucre Copland Namakia (Ex-Sirama) nous livre ses impressions : «D’abord, je tiens à remercier la CNaPS de s’être installée à Mitsinjo, car cela nous évite maintenant le déplacement à Mahajanga. Maintenant, la CNaPS a encore organisé une formation pour nous faire découvrir nos droits et ceux de nos employeurs. Même si les travailleurs de notre société sont affiliés à la CNaPS, beaucoup connaissent mal leurs droits, mais la formation nous a aidés à mieux comprendre et faire valoir nos droits. » Propos auxquels Mario Jaolaza, collecteur de raphia à Mitsinjo, rajoute : « La formation nous semble vraiment utile en tant qu’employeur. Je connais maintenant mes responsabilités sociales envers mes paysans collaborateurs, en termes de protection sociale notamment. »

Luz Razafimbelo