Les actualités à Madagascar du Lundi 05 Juin 2017

Modifier la date
Madagate2 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 1

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a eu lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 2: le spectacle époustouflant de Michel Zozo, ses danseuses et danseurs: "Sensual Tango" sur la composition musicale d'Astor Piazzolla, "Libertango".

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

Photos: Harilala RANDRIANARISON

La Vérité1 partages

Présidentielle 2018 - Andry Rajoelina joue la stratégie du silence

Discrétion. Tel est le mot d’ordre adopté par l’ancien Président de la Transition, Andry Rajoelina, en ce moment et ce, depuis plusieurs mois. Après de nombreux allers et retours entre Madagascar et la France, le président fondateur du Mapar est de retour dans la Grande île. Néanmoins, il continue de briller pas son silence.

Réapparu aux côtés de son épouse Mialy Rajoelina durant la soirée de lancement du 10e anniversaire de la station Viva samedi dernier à l’Arena, Alarobia, l’ex-numéro un de la Transition s’est abstenu de tout discours. Une occasion que beaucoup attendait pourtant comme une étape cruciale de son grand retour en politique à travers une déclaration ou un indice pour le rendez-vous électoral de 2018. D’après les estimations de certains observateurs, le leader du Mapar ne compte pas encore briser le silence d’ici la fin de cette année.Rappelons que la dernière allocution officielle remonte en février dernier. L’ex-homme fort du régime transitoire avait donné rendez-vous à ses proches partisans au cours d’une cérémonie de vœux du nouvel an. Il avait alors effectué un bref rappel historique en évoquant les élections municipales du passé prenant déjà l’allure d’une pique contre son ancien, et peut-être, futur adversaire Marc Ravalomanana. En premier lieu, il a cité l’élection de Marc Ravalomanana au poste de maire d’Antananarivo en 1999 et durant lequel le fondateur de Tiko avait obtenu un pourcentage de 55 %, soit environ 90 000 voix, puis Lalao Ravalomanana qui avait obtenu presque les mêmes voix. « Quand je me suis présenté en 2007, j’ai été élu avec 165 000 voix. Si nous réalisons ce même chiffre en 2018, les jeux seront faits », avait-il scandé. Il avait aussi clairement affirmé qu’« il y avait un temps pour parler, et un temps pour se taire ». Alors candidat ou pas candidat en 2018 ? Rien ne permet de le confirmer ni de l’infirmer. Coups bas politiquesEn attendant que ce temps de parole arrive, Andry Rajoelina poursuit sa politique du silence. Une technique qui peut également être interprétée comme une stratégie pour éviter les coups bas politiques. Ce silence ne manque pourtant pas de gêner, notamment du côté de ses principaux adversaires politiques dont le Hvm. Attendu au tournant par le régime Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina devient difficile à épingler tant qu’il restera discret. Il ne pourra donc pas emboiter le pas aux Augustin Andriamananororo et Lylison René de Rolland qui ont été frappés de poursuite judiciaire juste après s’être exprimés sur des sujets sensibles dans la vie de la Nation.Pendant que Marc Ravalomanana engage une tournée « Mada Raid », ou que Hery Rajaonarimampianina se lance dans une pré-campagne à peine voilée, Andry Rajoelina n’a toujours pas déclaré officiellement sa candidature. Une discrétion qui est très commentée par les fervents osbervateurs de la politique. Les uns se disent alors que ce « retard » lui handicapera certainement s’il prévoit de s’engager dans la course à la magistrature suprême du pays.  Les autres estiment néanmoins que le numéro un d’Ambodivona entend appliquer à la lettre l’adage : « rien ne sert de courir, il faut partir à point ».  Sandra R.

 

Madagate0 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 2

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a eu lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 2: le spectacle époustouflant de Michel Zozo, ses danseuses et danseurs: "Sensual Tango" sur la composition musicale d'Astor Piazzolla, "Libertango".

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

Photos: Harilala RANDRIANARISON

Madagate0 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 3

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a eu lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 3: spectacle avec Anyah; Backom le rasta, accompagnant l"extraordinaire Kanto, dans son tube "Mausolée"), et les splendides "The Women"...

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

 

Photos: Harilala RANDRIANARISON

Madagate0 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 4

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

 

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 4: spectacle pêle-même.

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

Madagate0 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 5

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 5: le spectacle du groupe G5 de Viva.

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

Photos: Harilala RANDRIANARISON

La Vérité0 partages

Audiovisuel - « La decima » de Viva

Dix ans d’existence, ça se fête ! Les dirigeants et les employés de la chaîne de radio-télévision Viva célébreront avec faste la dixième année de sa naissance. Une célébration qui, d’après les informations recueillies, s’étalera pendant une année et dont le coup d’envoi a été donné dans la soirée du samedi dernier au studio Arena, Alarobia.

Il s’agit d’un nouveau local au sein duquel la chaîne Viva a produit ses émissions de divertissement qui ont fait tabac ces derniers mois, notamment La voix d’or, Stars de la danse et tout dernièrement le concours « G5 ». Les vainqueurs ou les participants à ces concours ont d’ailleurs animé le spectacle de cette soirée d’ouverture de la célébration du 10e anniversaire de Viva. « D’autres spectacles et événements seront au programme pour les mois à venir dans le cadre de cet anniversaire », affirme un responsable. Il a été annoncé lors de cette soirée que des nouvelles productions concernant l’éducation, le civisme et bien d’autres seront projetées à l’écran d’ici peu. « Notre objectif, c’est d’offrir le meilleur à nos téléspectateurs et auditeurs », lance comme un défi toute l’équipe de Viva télé et radio. Créée en 2007, suite au rachat de la Radio Ravinala par son président fondateur, en l’occurrence Andry Rajoelina, la Tv et Radio Viva a émis pour la première fois le 26 mai. Tout le monde se souvient certainement du lancement de cette chaîne, effectué en grande pompe au Palais des Sports de Mahamasina. Plus d’une année après sa création, Viva a été pourtant la cible des dirigeants politiques de l’époque qui ont pris la décision de suspendre ses émissions.  La soirée de lancement de la célébration du samedi dernier a été marquée par la présence des hautes personnalités issues de divers secteurs, notamment économiques et diplomatiques. Elles ont tenu à honorer l’invitation que leur a adressée le couple Andry et Mialy Rajoelina…

Anatra R.

La Vérité0 partages

Concert évangélique - Tdl s’affiche complet à Antsahamanitra

Carton plein pour le concert du groupe « True Direction Life » (Tdl) qui s’est déroulé sur le théâtre de verdure d’Antsahamanitra, samedi dernier. Organisé dans le cadre de la sortie de son 2e album intitulé « Tsy hanan-java mahory », c’était également une occasion pour les fidèles de rendre gloire à Dieu tout en se défoulant, avec de la musique évangélique. Les noctambules assoiffés de bonnes paroles sont venus nombreux envahir les lieux.

La plupart du public était des jeunes et aussi des moins jeunes, mais les grandes personnes ne voulaient pas non plus pas rater cette occasion d’apprécier le show avec Tdl qui se fait rare tout au long de l’année. Musique évangélique certes, mais quand il s’agit de  spectacle, il est toujours question de bouger, de danser et même de chanter en chœur. L’assistance s’est ainsi mise sur le devant de la scène, en reprenant toutes les chansons du groupe qui sont bien faciles à apprendre par cœur. En parfait diapason avec Fanja, la chanteuse et la « lead vocalist », le public s’est même mis à faire quelques pas de danses collectives… Et bien sûr avec le slow, tout le monde ne s’est pas gêné de hisser les mains de gauche à droite, une manière de montrer qu’ils étaient bien dans le « kiff ».  Les meilleurs titres de Tdl ont été interprétés sur scène, avec les musiciens et les choristes qui étaient bien nombreux à être sur scène. De l’incontournable « Miorena», jusqu’à « Olona miavaka » en passant par « Tsy hanan-java mahory », les morceaux ont été chantés en toute modestie tout en reflétant la grandeur des louanges que le groupe chante depuis maintenant 4 ans. Constamment festif et joyeux, la formation a également présenté au grand public l’extrait du nouvel opus qui a apparemment plu à plus d’un. A noter que le disque comporte 15 titres et est disponible dans de nombreux points de vente dans toute l’île. Pour rappel, l’homme à l’origine de la création de ce groupe est Eric Rollsman, un grand professionnel du monde de la musique qui a décidé de lui consacrer tout son temps et toute son énergie pour en faire un véritable « must » dans le domaine évangélique.

 Tahiana Andrianiaina 

La Vérité0 partages

Sans faute

Parcours sans faute ! Tel peut être, en trois mots, l’essentiel des avis des observateurs, notamment la presse sur le tout nouveau Président de la République française, Emmanuel Macron. En trois semaines de son investiture, le jeune sinon le plus jeune des Chefs d’Etat de la cinquième République, à 39 ans, monsieur Macron dont chaque mot et chaque sont scrutés à la loupe, n’a commis jusque-là la moindre faute.

Certes, il est encore trop tôt pour apprécier la valeur ou la compétence de quelqu’un dans ses nouvelles fonctions répondant aux nouvelles responsabilités. D’autant que, porter l’étoffe d’un Chef de l’Etat, chef des Armées, d’une grande puissance de la taille de celle de la France, ne s’acquiert pas du jour au lendemain et, de surcroit, quand on n’a même pas encore la quarantaine en termes d’âge. Cependant, en suivant de près ses faits et gestes, tout le monde presque à l’unanimité est d’accord pour « juger » bon, dans l’ensemble, le comportement du nouveau locataire de l’Elysée (Paris).Pourtant, durant ces vingt jours ou plus, il a dû affronter des défis, parfois, compliqués pour les uns, délicats pour les autres. Le lendemain même de son investiture, le Président Macron était allé à la rencontre d’Angela Merkel, la chancelière allemande, l’incontournable partenaire au sein de l’Union européenne. Et les rendez-vous avec d’autres « grands » de ce monde s’enchaînèrent. Dans le cadre de la rencontre au Sommet du G7, le jeune Macron a pu ou su imprégner sa marque, et cela, sans complexe ni fioritures. Les tête-à-tête d’avec les autres dirigeants de l’Europe ou du monde, tels les Donald Trump, Poutine, le Premier ministre indien, autant de grandes personnalités politiques avec lesquels il a engagé des discussions portant sur des sujets aussi difficiles que subtiles, ne lui gênent point. En fin de compte, Emmanuel Macron impressionne ! Il n’a pas laissé de marge ou de chance à ses adversaires de lui tirer dessus. Son homologue malagasy évolue dans le sens inverse. Dès l’entame de son mandat et jusqu’à maintenant, soit 179 semaines, il n’a pu faire que multiplier et cumuler bévues et bêtises. Au premier jour, le 24 janvier 2014, l’homme fort du régime Hvm commit deux graves fautes dont les ondes de choc se font sentir, durement, jusqu’à aujourd’hui. Des erreurs irréparables ! En effet, dans la foulée de son discours d’investiture, il s’était lancé à de folles promesses qui, au final, sont loin d’être honorées. Pour ne citer que le cas des délestages de la Jirama. Au cours de cette même intervention… historique, le Président, à peine investi, déclara, urbi et orbi, sa décision de se « séparer » de sa famille politique, le Mapar. Un divorce qu’il a voulu unilatéralement et il supporterait, en lui seul, les lourds fardeaux des impacts.En visite en Allemagne, la semaine passée, suite à l’invitation d’une Commission du « Bundestag », il n’avait pas eu le privilège d’être reçu par son homologue à Berlin. Certes, il n’est pas Macron ou Trump, mais un Chef d’Etat est un Chef d’Etat. Seulement, un tel honneur se mérite !Un parcours sans faute, Emmanuel Macron, malgré son jeune âge et le peu d’expériences à son compte, a su attirer l’estime de tous. Malheureusement pour son homologue et frère aîné de la Grande île !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Manakara - Fin du bras de fer entre le Smm et le Spapm

Les deux parties en conflit qui se regardaient la semaine dernière en chiens de faïence, se sont retrouvées à Manakara en fin de semaine dernière autour d'une table de conciliabules avec un seul objectif inscrit à l'ordre du jour, «tenter d'une manière ou d'une autre de désamorcer la nœud gordien».

A la suite de négociations, tant attendues, et qui  ont duré presque toute une journée, le syndicat des magistrats de Madagascar et le Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire ainsi que le ministère de la Justice ont fini par trouver un terrain d’entente. Après presque une semaine de blocage, le personnel de l’administration pénitentiaire de la Maison centrale de Manakara devrait reprendre le travail à partir de ce jour, selon les informations. Ce dernier avait suspendu ses activités depuis le milieu de la semaine dernière. Pour rappel, mercredi dernier, une scène irréaliste s’est déroulée au Tribunal de Manakara.  Plusieurs agents pénitentiaires ont fait irruption dans une salle d’audience, puis  ont bousculé un magistrat pour contester le verdict du juge, condamnant à deux ans de prison ferme, trois de leurs collègues. Reconnus coupables d’avoir maltraité un détenu, ces trois agents ont été littéralement extirpés du Tribunal. Sous prétexte d’une grève, les « mutins » comme l’ont laissé entendre le Syndicat des magistrats de Madagascar, se sont ensuite recroquevillés derrière les murs de la Maison de force. Dénonçant « des actes ignobles », le Smm avait réclamé l’ouverture  d’une enquête et des poursuites judiciaires contre les « mutins ». Le Spapm de son côté avait soutenu le mouvement initié par leurs collègues.  En tout cas, nos sources indiquent que les trois agents pénitentiaires par lesquels cette affaire a éclaté auraient accepté que la procédure judiciaire suive son cours normal. La décision de justice de deux ans de prison ferme prononcée à l’encontre des trois agents sera appliquée. Ces derniers seront cependant invités à interjeter appel au niveau de la juridiction compétente si la décision de justice ne leur satisfait pas. Concernant les agents pénitentiaires « mutins », la responsabilité de prononcer une sanction disciplinaire sera du ressort du ministère de la Justice, selon les précisions. 

Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Réparateur de scooters - Un métier gratifiant

James Claudio Razafimahatratra dit « Claudio » affirme sans hésiter que malgré les aléas dans le domaine, le métier de mécanicien et réparateur de motos, notamment de scooters, lui permet de subvenir décemment aux besoins de sa famille qui compte trois enfants. Son atelier se situe en face de l’entrée principale du complexe scolaire d’Ampefiloha.  « La belle époque de la réparation de scooters se situe entre 2009 et 2013.

En ce temps-là, nous pouvions gagner plus que ce dont nous avions besoin. Mais par la suite, à partir de 2014, ceux qui pratiquent ce boulot ayant considérablement foisonné, des réparateurs de motos - pas toujours des spécialistes - il en existe aujourd’hui une multitude, dans tous les coins de rue ».   En effet, du fait de l’incommodité due aux gênes de la circulation que vivent les gens au quotidien, ils ont fini par jeter leur dévolu sur les motos, essentiellement les scooters, un moyen de locomotion bien plus pratique, permettant de déjouer les bouchons en se faufilant entre les automobiles et d’arriver ainsi à temps à destination. Ainsi, l’importation de scooters d’occasion, une activité fructueuse, et cela pour longtemps encore, continue de faire rage. Les plus prisés sont surtout ceux de marque Yamaha, notamment les Jog 90 ou Jog 50. Ce sont les plus modifiables. En général, les clients, voulant augmenter la puissance et la vitesse de leurs engins, demandent l’alésage du kit complet : chemise-piston-segment.  

« Certains réparateurs de scooters sont des connaisseurs, tandis que d’autres, ayant commencé ce travail comme aides-mécaniciens, ne font que tâtonner aux dépens des clients qui ne sont pas satisfaits. Et cela fait partie des facteurs compromettants de notre métier», a confié Claudio Razafimahatratra. « Mais qu’à cela ne tienne, aujourd’hui, nous pouvons gagner suffisamment d’argent pour nourrir nos familles respectives, surtout ceux qui sont de vrais connaisseurs en termes de réparation de motos », a-t-il ajouté.  En ce qui concerne les coûts de réparation d’un scooter, il a fait savoir que celui de la vérification, plus le nettoyage de carburateur varient de 4 000 ariary à 6 000 ariary, selon le type de moteur, soit de 2 ou 4 temps. Le coût de la vérification complète du moteur est de 20 000 ariary, celui du réglage d’embrayage est à partir de 10 000 ariary, suivant la durée de la réparation, et le coût de la vérification et de la remise en état de l’équipement électrique varie de 15 000 à 30 000 ariary. 

Coureur et préparateur de scooter

La passion de Claudio pour la moto n’a pas démarré par la réparation. Bien avant de défaire les moteurs pour les soigner, il a été préparateur de scooters de course, et non moins coureur, mais dans les compétitions informelles, sur le « By-pass », sinon à Imerintsiatosika. « Je ne conduis que les scooters que je répare, pour m’assurer de l’état avant même de m’aligner au départ des courses. Je courrai pour des gains pécuniaires. Nous avions ce que nous appelions  les « patrons» pour payer les mises. En cas de victoire, ils nous donnaient un pourcentage conséquent».  

J’ai frisé la mort

Cette période de la vitesse avait cependant pris fin le 28 février 2010, une date que Claudio Razafimahatratra a fixé à jamais dans sa mémoire. « Ce jour-là, après avoir remporté d’affilée deux courses de pointe, je me suis reposé. Mais ce temps de répit était de courte durée car, tout autour, des pilotes, avec leurs copains, m’ont nargué en me défiant pour une dernière manche. A la longue, lassé de leurs railleries à mon encontre, je me suis résolu à reprendre le guidon pour relever le défi pour rabattre leur caquet. Il va de soi que cette ultime course m’était favorable. Alors que j’ai foncé sur la piste environ à 130km/h, une voiture déboula de je ne sais où pour me barrer le passage. J’ai à peine eu le temps de m’étonner que ma moto la percuta en plein flanc. Quand j’ai repris connaissance à l’hôpital Hjra, après une journée et demi d’inconscience, je ne réalisais pas ce qui m’était arrivé. Selon les médecins, j’avais le tibia cassé, la mâchoire supérieure décrochée avec les dents qui ont disparu. Ce n’est qu’après 4 mois que j’ai pu me relever mais à l’aide de béquilles, et après 8 mois, sans les béquilles. A vrai dire, vu les lésions qui me sont survenues, je devais être mort, mais après avoir repris connaissance, j’ai reconnu que j’ai survécu par la grâce de Dieu »,  a-t-il conté.  Aujourd’hui, au même endroit où ses parents ont embrassé le métier de réparateur de moto, Claudio Razafimahatratra continue son activité de prédilection qu’il a héritée de son grand-père paternel Laurent Rakotondranaly. Ce dernier est surtout célèbre pour être le premier à avoir dans les années 70, fait le tour de Madagascar à vélo, et qui est le premier de la famille à être mécanicien et réparateur de motos. 

Rivo S. 

La Vérité0 partages

Mandraka - Un taxi-brousse atterrit dans un ravin, le conducteur se suicidait

Un taxi-brousse  d’une coopérative de transport, a fait une sortie de route avant de faire un plongeon au fond d’un ravin, faisant 1 mort et quelques blessés. Cet accident s’est produit au cours de l’après-midi du samedi du côté de Mandraka, sur la Rn2 et à un moment où le véhicule a fait route vers Toamasina.  

Face à cette situation, le conducteur, un père de famille d’une trentaine d’années aurait décidé de se suicider.  Des témoins ont affirmé l’avoir vu plonger dans le vide depuis une hauteur qui surplombe un cours d’eau situé à plusieurs mètres en contrebas de la route et avant qu’il ne s’y était noyé. La peur aurait expliqué son profond désespoir. « Il a cru que tous les passagers étaient  tués et il a pris tellement peur qu’il a décidé de se suicider », rapporte l’information. Une partie des personnes blessées dans cet accident, a été évacuée vers la Capitale tandis que l’autre le fut à Moramanga.  Il est vrai que la coopérative qui  emploie le chauffeur suicidaire,  serait plutôt réputée pour une discipline de fer. Aucun excès de vitesse n’est toléré de la part des conducteurs. « Une alerte électronique reliée au contrôle Gps se déclenche instantanément au cas où le conducteur d’un minibus soit tenté d’adopter une allure dépassant la limite autorisée.  L’immatriculation du véhicule pris en faute s’affiche donc sur l’écran de contrôle  au  terminal de ladite coopérative à Ambodivona », explique un client, habitué à cette coopérative. En attendant l’aboutissement de l’enquête, la cause de l’accident serait liée au problème de santé. Des passagers  auraient affirmé avoir vu le conducteur être subitement pris d’une crise de convulsions, qui relèveraient   apparemment de l’épilepsie. Il n’est pas sans savoir que la descente de Mandraka est faite d’une succession de virages, sans parler du changement progressif d’altitude,  donc une situation propice aux vertiges,  même chez  l’usager bien portant.  L’enquête suit son cours.

L’autre drame 

Parallèlement, un mercedes Sprinter a occasionné la mort d’un passager et des blessures, parfois graves chez 8 autres, cette fois-ci  à Vinaninkarena dans le District d’Antsirabe, toujours samedi sur la Rn7. Le passager qui a perdu la vie a été éjecté de l’habitacle lorsque le choc a fait arracher la portière du Sprinter,  là où le malheureux a occupé une place. Quant aux autres passagers blessés, ils sont en majorité de sexe féminin.  Des témoins rapportent que le Sprinter se serait accroché à un poids lourd qui a transporté une cargaison de sable et qui a roulé en contresens. Des passagers du Sprinter qui faisait route vers Vangaindrano ont déclaré que le conducteur aurait fait de conduite imprudente tout au long du trajet. « Le Sprinter a failli faire des accidents, cela au moins à quatre reprises depuis le moment où il a roulé vers le Sud. A l’explication, le chauffeur ne se serait pas encore habitué à cet itinéraire », commente une source recueillie sur place.  Une enquête a démarré.

 Franck Roland

Madagascar Tribune0 partages

Christian Ntsay nommé premier ministre de consensus

Vers 17 heures hier, soit quatre heures après que Hery Rajaonarimampianina ait accepté la démission de Mahafaly Olivier Solonandrasana, le président a nommé Ntsay Christian comme nouveau Premier ministre. « J’ai nommé Premier ministre Christian Ntsay, un homme expérimenté et ayant les compétences pour l’apaisement  » a affirmé le Chef de l’Etat dans son discours.

Le nouveau Premier ministre, haut fonctionnaire international, n’est pas totalement nouveau dans l’administration malgache. Il a occupé des postes de direction dans des sociétés d’Etat dont le SECREN et la SOLIMA. De 2002 à 2003, Ntsay Christian était également ministre du tourisme sous Marc Ravalomanana. Le nouveau locataire de Mahazoarivo jouit également d’une carrière reluisante sur la scène internationale, ayant officié pour de nombreuses branches des Nations Unies avant sa nomination en tant que représentant résident du Bureau International du Travail pour Madagascar, Maurice, les Comores et les Seychelles.

Selon les informations émanant de la présidence de la République, « les discussions engagées par le Chef de l’État ont eu pour objectif de mettre en place un gouvernement ouvert aux autres forces politiques, lequel aura la responsabilité commune de garantir clairement le processus électoral ». Christian Ntsay aura ainsi comme lourde tâche, en tant que Premier ministre de consensus, la charge de préparer et de garantir la crédibilité des élections présidentielles anticipées.

Consensus … ou pas

Les députés du changement ont attendu cette nomination hier sur le parvis de l’Hôtel de Ville avec les manifestants. Après quoi, ces derniers avaient déclaré que la nomination faite par Hery Rajaonarimampianina ne découlait pas de la liste soumise par les députés. Selon Maitre Hanitra Razafimanantsoa, «  le Premier ministre devra obligatoirement venir des 73 députés du changement selon la décision de la HCC, ainsi ces derniers n’accepteraient jamais et refusent catégoriquement la nomination de Christian Ntsay ». Le député Mapar Brunel Razafitsiandraofa de rajouter que seuls son nom, celui de Christine Razanamahasoa et celui de Tinoka Roberto avaient été présentés au Chef de l’État. Ainsi, ils refusaient la nomination de ce nouveau Premier ministre.

De son côté, la communication de la présidence de la République avait émise que, « lors des discussions, toutes les parties politiques ont fait preuve de bonne volonté et de sagesse, et sont parvenus à un accord politique, pour le respect des intérêts suprêmes de la Nation, pour la nomination d’un premier ministre et de la formation d’un gouvernement  ». Le président de la République a même déclaré durant son discours que « cela prouve que, quelles que soient les désaccords politiques, il est parfaitement possible d’aboutir à une entente, lorsqu’on fait taire ses ambitions ».

Au final, il s’est avéré que le nom de Christian Ntsay a bel et bien été proposé par le Mapar. Selon nos informations, Hery Rajaonarimampianina avait refusé la première liste qui lui avait été soumise. Sur cette première liste figurait le nom des trois députés du Mapar, une deuxième liste aurait été ainsi envoyée par le parti d’Andry Rajoelina dans la journée de dimanche. Christian Ntsay figurait lui sur cette deuxième liste. Ce fait aurait probablement échappé jusqu’à hier soir à la majorité des députés qui menaient la manifestation à l’Hôtel de ville.

Pour se rattraper, ces députés ont dû annoncer sur la chaine de télé d’Andry Rajoelina le fait que le premier ministre est bel et bien du Mapar et qu’il n’y a pas lieu de le contester. La question est de savoir quel est l’accord politique qui a permis cette décision de porter Christian Ntsay à Mahazoarivo. Hery Rajaonarimampianina n’a pas hésité à déclarer que certains ont dû faire taire leurs ambitions, ce qui en dit long sur l’existence d’un accord conclu entre le Mapar et le régime actuel. Tout cela à l’insu des députés du changement, particulièrement ceux du TIM, qui doivent maintenant s’y soumettre bon gré mal gré. Le TIM qui n’a émis aucune réaction jusqu’à hier soir.

Arrêt des manifestations

Après la nomination de ce Premier ministre de consensus, pour lequel le parti Mapar a remercié le président de la République et la HCC, il apparait que les manifestations du 13 mai prendront fin incessamment. C’est en tout cas ce que le député Brunel Razafitsiandraofa a annoncé hier sur le plateau de la chaine privée Viva. « Viendra le temps d’annoncer la fin des manifestations sur la place du 13 mai. La lutte continuera mais ne se fera plus sur la place publique », déclare-t-il. Les yeux sont maintenant rivés vers le nouveau Premier ministre qui devra mettre en place un gouvernement dans les 7 jours à venir à compter d’aujourd’hui.

Curriculum Vitae
Madagascar Tribune0 partages

Gouvernenement Ntsay : Une opportunité de réduire le nombre des ministères ?

La nomination d’un nouveau Premier ministre de consensus ouvre la voie à certaines perspectives et possibilités. Notamment en ce qui concerne la composition du nouveau gouvernement. Le gouvernement de Mahafaly Solonandrasana Olivier comptait exactement 32 départements ministériels et secrétariats d’Etat, et donc 32 ministres et secrétaires d’Etat. Et si le nombre prévalait, la question de l’efficacité et de l’efficience ne faisait pas l’unanimité.

La nomination d’un nouveau Premier ministre peut laisser espérer une refonte de l’organisation des ministères, tendant à la réduction en nombre de ces derniers. Selon les discours des politiciens, que de l’opposition ou du régime, il ne serait plus question de participer ou de mettre en place une nouvelle fois une distribution de portefeuille et de fauteuils dans le nouveau gouvernement. Chacun des protagonistes de cette crise politique ayant clamé haut et fort qu’ils ne chercheraient en aucun cas à avoir une place quelconque au sein du pouvoir d’autant que le principal rôle du gouvernement Ntsay sera celui de mener des élections anticipées ; tout cela reste toutefois à prouver. Ainsi, les efforts et les ressources devraient être dirigé vers cet objectif : réaliser des élections crédibles, inclusives et transparentes, et non s’accaparer un quelconque département. Ce nouveau gouvernement peut ainsi être une opportunité de réduire au minimum possible et nécessaire le nombre de ministres et de ministères et de rompre avec les mauvaises pratiques politiques de distribution de sièges.

La bataille n’est pourtant pas gagnée d’avance, certains partis politiques commencent à revendiquer des départements précis et clés pour les élections. La déclaration du président de la République lors de la nomination de Christian Ntsay selon laquelle « quels que soient les désaccords politiques, il est parfaitement possible d’aboutir à une entente, lorsqu’on fait taire ses ambitions » en dit déjà long sur la bataille qui se livre en coulisse à Iavoloha et maintenant à Mahazoarivo.

Madagascar Tribune0 partages

Un double meurtre odieux d’un couple indo pakistanais à Antsiranana

Un couple indo-pakistanais a été sauvagement assassiné à son domicile à Antsiranana dans la nuit du dimanche au lundi. Les corps sans vie de Houssen Valibhai et de sa femme Douriya ont été retrouvés dans la matinée de lundi, dans une mare de sang, la cervelle de la femme éclatée et les meubles sens dessus dessous laissant croire à un double meurtre suivi d’un cambriolage.

L’on estime que le couple a été assassiné à leur retour de la mosquée. Les bruits de moteur de leur voiture qui n’a pas été coupé jusqu’au petit matin ont inquiété les voisins qui auraient par la suite signalé cette anomalie aux forces de l’ordre. Mais à leur arrivée sur place, ces dernières n’ont pas pu faire grand-chose.

Le gardien de la maison de ce couple est considéré comme le principal suspect dans cette affaire. Il aurait disparu depuis ce meurtre. Actuellement, il a les forces de l’ordre à ses trousses. Une enquête serait d’ailleurs déjà ouverte. Par ailleurs, l’enterrement de ce couple a eu lieu dans la journée de lundi même.

Madagascar Tribune0 partages

La ministre de l’Éducation nationale, Rijasoa Andriamanana, limogée

Le décret de nomination de la ministre de l’Éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel est abrogé. Rijasoa Josoa Andriamanana n’est plus membre du gouvernement. C’est la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou qui en assurera l’intérim. Cette décision a été prise par le président et le Premier ministre, jeudi et fait certainement suite aux polémiques occasionnées par l’affaire de bonbons à 8 milliards d’ariary.

L’affaire, révélée par un quotidien proche du pouvoir, mettait notamment aux prises la désormais ancienne ministre de l’Éducation nationale avec des députés du régime, parmi les plus proches et fidèles compagnons du président de la République, à l’instar de Nina Rahantanirina, vice-présidente de l’Assemblée nationale dans la province de Mahajanga et Andry Ratsivahiny, député de Madagascar élu dans le district d’Atsimondrano.

Une semaine plus tôt, la ministre avait apporté des explications dans le cadre de cette affaire, indiquant qu’il y avait bel et bien eu un tel projet d’achat de bonbon au sein de son département, mais le président de la République s’y opposait et le projet a été abandonné. Autrement dit, le ministère n’aurait débloqué le moindre sou, comme certains de ses détracteurs lançaient. Pour se défendre des accusations lancées à son égard, Rijasoa Josoa Andriamanana avait déclaré avec véhémence qu’elle venait d’un pays où il y a le dollar pour toucher l’ariary, une déclaration qui n’a fait qu’attiser la polémique.

Rijasoa Josoa Andriamanana est le deuxième ministre de l’Éducation nationale limogée de son poste depuis l’accession d’Andry Rajoelina au pouvoir. Elle succédait à Marie Thérèse Volahaingo depuis le 29 janvier, cette dernière étant particulièrement mise en cause dans sa mauvaise gestion de distribution des primes de fin d’année dans son département ministériel. Elle faisait partie des quelques ministres qui n’étaient plus reconduits à leurs postes lors du changement du gouvernement, après la première évaluation annuelle de ses membres.

Madagascar Tribune0 partages

La fermeture de la campagne de vanille repoussée au 30 juin

Le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’Artisanat a annoncé hier que la date de clôture de la campagne 2019-2020 de vanille, dans toutes les régions productrices de Madagascar est fixée au 30 juin de l’année 2020. L’arrêté y afférent a été pris mercredi au sein de ce département. Le ministère précise que « Cette date constitue l’arrêt définitif des exportations de ladite campagne », autrement dit, au-delà de cette date, il sera interdit de vendre et d’exporter de la vanille.

Un autre décret pris par le ministère de tutelle le 25 février indiquait que la date de fermeture de la campagne de vanille était fixée au 31 mai dernier. Certes, cette première date était déjà plus tardive que les années précédentes, mais elle était loin de satisfaire les producteurs et exportateurs. Ces derniers évoquaient entre autres qu’ils avaient des commandes toute l’année et limitée cette date d’exportation ne ferait que favoriser la concurrence avec notamment les produits de synthèse.

L’inquiétude des producteurs reposaient également sur la quantité des stocks que les exportateurs pourraient avoir du mal à écouler avant la fermeture de cette campagne qui, à l’époque, n’avait pas encore pris en compte l’éventualité d’une crise sanitaire liée au coronavirus dans le pays. Ayant certainement considéré les inquiétudes des producteurs et la situation sanitaire dans le pays, le ministère a donc décidé de repousser d’un mois la date de fermeture de la campagne.

Madagascar Tribune0 partages

Flambée des violences domestiques durant le confinement

Les violences domestiques et conjugales, la maltraitance envers les enfants se multiplient durant le confinement, selon la Police nationale. Le directeur général de la Police nationale, le contrôleur général de police Dany Marius Rakotozanany a annoncé hier, lors d’une intervention sur les chaînes de radio et télévision qu’il y a cent soixante-quinze (175) cas de violence basée sur le genre enregistrés durant le confinement.

« Nous pouvons dire que ce chiffre est très élevé. Il y a différentes sortes de violences rencontrées comme le viol, le mauvais traitement infligé aux enfants, les tortures physiques sur des femmes et des enfants, et surtout l’abandon du père de famille de toutes ses charges et obligations envers sa famille. Ce dernier cas est prépondérant face à tous les autres », a expliqué Dany Marius Rakotozanany.

La plupart des victimes souffrent déjà des diverses pénuries dues à la difficulté liée à crise sanitaire, ainsi que de la crainte d’être infectées par la maladie virale mais en plus elles subissent des sévices et des violences de la part de leurs conjoints ou de leurs parents, poursuit le DG de la police.

« Durant le confinement, mes parents se disputent souvent. Quand il est vire, il s’en prend à ma mère et la frappe. Je voudrais retourner en classe pour avoir la paix », confie Fandresena, une adolescente de 16 ans.

Dany Marius Rakotozanany a rappelé les contacts téléphoniques gratuits ou numéros verts qu’il faut appeler en cas de violence au foyer : le numéro 147, le numéro 813 qui appartient à la brigade féminine de proximité, ainsi que le numéro 034 05 703 73 de la Police Centrale de Tsaralalana. Tous ces numéros, dit-il, sont prêts à recevoir tout appel concernant les cas de violence ou de maltraitance.

Par ailleurs, diverses organisations non-gouvernementales (ONG) de protection de l’enfance ainsi que d’autres associations similaires ont constaté une augmentation du taux des violences et des agressions en ligne dans les réseaux sociaux, telles que harcèlement, menaces et intimidations, moqueries, insultes et diffamation, durant cette crise sanitaire.

Madagascar Tribune0 partages

La première tranche du tarif 14 élevée à 50kWh

Une aubaine pour les consommateurs des régions touchées par le coronavirus. La direction générale de la Jirama a décidé d’élever la première tranche du tarif 14 de son compteur. Dans les régions Analamanga, Atsinana et Alaotra Mangoro, la limite de cette première tranche de consommation est élevée à 50 kWh au lieu de 25 KwH auparavant. Cela devrait avoir des impacts sur le coût, parce que 25 Kwh supplémentaires vont être payés au prix de 141 ariary/ Kwh au lieu des 764 ariary/Kwh prévus dans la deuxième tranche. Autrement dit, la facture devrait baisser pour ceux qui utilisent cette tarification indiquée.

La société d’eau et d’électricité malgache a par ailleurs rappelé que les clients dans les régions concernés par le confinement, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire sur le territoire national, ont toujours la possibilité d’ajourner le paiement de leurs factures, y compris celles du mois de juin. « A la reprise, le paiement des factures sera, par principe, échelonné sur 5 mensualités. En cas de difficulté, il sera possible de négocier avec la Jirama pour le paiement jusqu’à 10 mensualités. »

Malgré tout, les clients qui ont les moyens, ont également la possibilité de continuer à payer leurs factures auprès des agences de la Jirama ou encore dans tous les bureaux de la Poste malgache, auprès des guichets de la BOA, Accès Banque, ou encore via Mobile Money (MVola, Airtel Money et Orange Money).

Par ailleurs, afin de désengorger les agences, d’éviter les longues files d’attentes et ainsi, d’améliorer l’accueil-clientèle, la « Facturation par lot » est en vigueur à Antananarivo à partir de ce mois de juin. Les clients de la JIRAMA à Antananarivo sont donc segmentés en 14 lots. Chacun de ces lots aura sa période de réception et de paiement des factures à partir de ce mois de juin. Cette facturation par lots permettra également d’assurer une facturation de 30 jours maximum aux clients, au lieu des 35, 40, voire 45j auparavant.

Pour la région Haute Matsiatra qui est sortie du confinement, le paiement de la facture du mois de juin revient à la normale. En revanche, les clients ont toujours la possibilité d’échelonner le paiement de leurs factures de mars, avril, mai sur 5 à 10 mois, à partir du mois de juillet prochain.

Madagate0 partages

Madagascar. Viva Tv&Radio 10 ans. Album photo 6

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva a lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle. Album de photos 6.

Jeannot Ramambazafy – 5 juin 2017

***************

Photos: Harilala RANDRIANARISON