Les actualités à Madagascar du Mardi 05 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara95 partages

Gaz domestique : Baisse de 12% des prix, la bouteille de 9 kg à 57 000 ariary

Après le gaz, on assistera probablement à une baisse des prix à la pompe d’ici peu

La baisse des cours du baril sur le marché pétrolier mondial commence à avoir ses effets sur le marché local.

Alors que les usagers attendent toujours une baisse des prix à la pompe du carburant, c’est le gaz domestique qui donne le ton avec cette décision de la société Vitogaz de réviser ses prix.

Economie

Une nouvelle qui réjouit en tout cas les usagers, particuliers ou industriels, qui vont pouvoir faire un peu d’économie en ces temps difficiles. Désormais, la bouteille de gaz de 9 kilos est vendue au prix de 57 000 ariary contre 65 000 ariary auparavant. Tandis que la bouteille de 12 kg affiche dorénavant un prix de 79 000 ariary contre 90 000 ariary il y a peu de temps. Soit une baisse d’environ 12% qui devrait bien évidemment faire le bonheur des consommateurs. Une baisse qui arrive donc à point nommé mais qui est aussi un moyen pour Vitogaz de relancer la consommation de gaz. En effet, les ventes ont chuté de 52% depuis le début de l’épidémie de Coronavirus. Une manière, en somme, pour Vitogaz de soulager un peu ses clients dont le pouvoir d’achat se réduit à cause de la crise de Covid-19.

Alternative

Cette baisse des prix conforte par ailleurs la stratégie de Vitogaz de proposer une alternative au charbon de bois. D’après une étude réalisée par l’entreprise, une famille de 5 personnes dépense en moyenne 60 000 ariary/mois pour l’achat de charbon de bois, soit bien plus que le prix actuel de la bouteille de gaz de 9 kilos. Par ailleurs, Vitogaz a eu la bonne idée de développer un nouveau concept de vente de gaz au détail, permettant aux consommateurs d’acheter du gaz à partir de seulement 3 000 ariary et ainsi de ventiler leurs dépenses tout au long du mois en fonction de leur budget. Après avoir été lancé à Mahajanga, ce concept sera proposé dès le mois prochain aux Tananariviens. Ainsi, en plus d’être une énergie propre respectueuse de l’environnement et de la santé des consommateurs, le gaz est désormais de plus en plus accessible. On rappelle que Vitogaz Madagascar est une filiale du groupe industriel Rubis. Elle assure la fourniture de gaz butane tant en bouteilles qu’en citernes aux particuliers et aux industriels. Le gaz GPL se révèle aujourd’hui comme une source d’énergie écologique et fiable. La volonté de promouvoir le gaz butane comme source d’énergie prépondérante dans les ménages et les industries répond au souci de lutter contre la déforestation et de soutenir la politique environnementale de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara41 partages

Accès à Internet : Une pénétration de 14% à Madagascar et plus de 42% dans l’Analamanga

Rija Randriamalalaniaina, chef du Projet Trafic dans une agence digitale en France, et non moins enseignant en marketing Digital à l’université de Franche-Comté.

Le taux de 6% évoqué à plusieurs reprises est erroné depuis bien longtemps. D’après les statistiques indiquées par malagasy.tech, Madagascar compte 3,4 millions d’internautes. Parmi ceux-ci, 2,4 millions disposent d’un compte Facebook.

 9,14% ! C’est le taux de pénétration réel de Facebook à Madagascar, d’après Rija Randriamalalaniaina, chef du Projet Trafic dans une agence digitale en France, et non moins enseignant en marketing digital à l’université de Franche-Comté. « Le chiffre officiel de Facebook en avril 2020 a indiqué que la taille de l’audience à Madagascar est de 2,4 millions de personnes. L’INSTAT (Institut national de la statistique de Madagascar) estime le nombre de la population de la Grande île à 26 251 309 en 2020. Ainsi, le taux de pénétration réel de Facebook est de 9,14%. Cependant, Facebook est uniquement accessible aux plus de 13 ans. Comme les 40% de la population malgache sont âgés de moins de 14 ans, le taux de pénétration est donc de 15,23% pour les plus de 14 ans. Ce taux est ramené à 16% pour les plus de 18 ans », a-t-il indiqué sur sa plateforme malagasy.tech. Certes, ces indicateurs évoluent chaque jour.

Concentré. Selon les statistiques, l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux est plus concentrée à Antananarivo et ses environs. D’après l’étude faite, 42,23% de la population de la région Analamanga utilisent Facebook. « Cet indicateur écarte les comptes fake. En effet, Facebook assainit son réseau et supprime les faux comptes identifiés. En 2019, entre 300 000 et 400 000 ont été supprimés dans le cadre de cet assainissement. L’apparition de ces faux comptes a considérablement augmenté durant la période de l’élection présidentielle de 2018 », a affirmé Rija Randriamalalaniaina. D’après toujours les statistiques, la région Analamanga compte 4 024 795 d’habitants, dont 1,7 million de Facebookers. Selon les explications de l’expert, le taux de pénétration de Facebook de 42,23% dans la région Analamanga est ramené à 64,48% si l’on ne considère que la population de plus de 14 ans.

Classements. En ce qui concerne les sites les plus visités par les internautes malgaches, Alaxa et SimilarWeb citent dans les top5, Google, Facebook, Youtube, Yahoo et Orange.mg. Si l’on ne considère que les sites malgaches, Orange.mg est en première position, suivi de Moov.mg, Portal job, Bet261 et Midi Madagasikara qui occupe la première place du classement des sites les plus visités parmi les médias en ligne. Pour les banques, BMOI est en première position, suivie de la BNI. Dans le top média étranger, Alaxa et SimilarWeb citent Le Monde et le Parisien comme préférés des internautes malgaches. Et enfin, concernant les boites mail, Gmail est la plus utilisée, suivie de Yahoo, puis Live.com et, en quatrième position, MSN.

Antsa R.

Midi Madagasikara38 partages

Libération de Arphine Helisoa : Le PRM joue la carte de l’apaisement

Arphine Helisoa, à sa sortie de la prison d’Antanimora hier, aux côtés des membres du bureau permanent de l’ordre des journalistes.

Chose promise, chose due. Le lendemain de la journée mondiale de la liberté de la presse, Arphine Helisoa sort de la prison après un mois d’incarcération. La décision émane du Président de la République qui a déclaré, le dimanche 03 mai, sa volonté de libérer les journalistes incarcérés. « C’est une sage décision», se réjouit Gérard Rakotonirina, président de l’ordre des journalistes de Madagascar. « Nous remercions vivement le Président de la République et le ministère de la Justice d’avoir décidé ainsi, en faveur de la presse malgache », a-t-il déclaré hier. L’incarcération de Arphine Helisoa a plombé davantage l’atmosphère déjà délétère durant la crise sanitaire, mais le chef de l’Etat a choisi d’apaiser la situation.

Arphine Helisoa, directrice de publication d’un journal proche de l’opposition, a été accusée de « propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine envers le Président de la République ». Son emprisonnement a provoqué l’indignation de l’ordre des journalistes et des organisations de la société civile aussi bien au niveau national qu’international. Les dénonciations ont fusé de partout car la liberté de la presse malgache a été bafouée, estiment les observateurs. Après cette libération d’Arphine Helisoa, le nuage qui a assombri le ciel au-dessus de la presse malgache s’est quelque peu dissipé. Toutefois, le président de l’ordre exhorte les « journalistes de faire toujours preuve de solidarité » pour mieux lutter en faveur de la liberté d’expression et de la presse.

Rija R.

Midi Madagasikara23 partages

Afrique centrale : 3 300 Tambavy-CVO pour le Congo Brazzaville, la RDC et le Centrafrique

Remise des dons de Covid-Organics à trois autres pays d’Afrique, hier à Ivato.

Au tour de l’Afrique centrale de se procurer du Covid-Organics. Hier, une délégation du Congo Brazzaville dirigée par le Professeur Elira Dokekias Alexis, président de la Commission nationale en charge de la lutte contre le Coronavirus dans ce pays, a été reçue à l’aéroport de la BANI Ivato. Suite à un entretien avec le président Andry Rajoelina, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a dépêché un avion spécial à Antananarivo pour récupérer une cargaison contenant des dons de Tambavy CVO destinés à trois pays de l’Afrique centrale, à savoir le Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo et la République centrafricaine. A eux trois, ces pays ont reçu au total 3 300 paquets de Tambavy CVO contenus dans 22 cartons, à raison de 150 traitements préventifs et curatifs par carton. Lors de la cérémonie de réception officielle de ces dons, le président de la Commission nationale en charge de la lutte contre le Covid-19 du Congo Brazzaville n’a pas manqué de féliciter Madagascar, le président Andry Rajoelina et les scientifiques malagasy pour la réussite de la recherche ayant abouti à la découverte du Covid-Organics, ainsi que pour la gestion de cette pandémie par le gouvernement. Il a aussi rapporté le soutien de l’Afrique centrale dans le processus d’élaboration du Tambavy CVO. « Ces dons marquent la fraternité, l’unité et la solidarité de l’Afrique face à la pandémie de coronavirus », a-t-il soutenu.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

USAID – McCormick : Un partenariat pour soutenir 3 000 planteurs de vanille

Ce partenariat vise à augmenter la production de vanille de haute qualité.

Trois millions de dollars. Tel est le montant du financement alloué par l’USAID en partenariat avec McCormick Compagny Incorporated, le leader mondial en matière d’arômes pour mettre en œuvre une activité intitulée « Sustainable Vanilla for People and Nature » (SVPN).

Cette activité qui s’étalera sur une période de trois ans s’inscrit dans le cadre du Projet conservation et communauté de l’USAID (Agence des Etats-Unis pour le Développement International). L’objectif consiste à soutenir 3 000 planteurs de vanille dans les régions de Sava et d’Analanjirofo afin d’améliorer leurs moyens de subsistance tout en préservant la biodiversité unique de Madagascar. Plus précisément, McCormick Compagny Incorporated s’engage à choisir des sources durables de ses fines herbes et ses épices en commençant par la vanille. Il s’agira également de renforcer la résilience de 90% des agriculteurs qui produisent ces matières premières d’ici à 2025.

Plus de 3,63 millions ha de forêts perdus. En revanche, la conservation de la biodiversité est de mise. Des actions seront, entre autres, menées pour éviter la déforestation, à part l’amélioration des moyens de subsistance de ces 3 000 agriculteurs grâce à une production durable de la vanille dans ces deux régions ciblées. Rappelons que 80% de la faune et de la flore de la Grande île sont endémiques. Cependant, ces espèces endémiques sont de plus en plus vulnérables aux changements climatiques et aux événements naturels extrêmes comme les cyclones qui frappent régulièrement le pays. La perte d’un hectare de forêt à Madagascar a, en fait, un impact négatif plus important sur la biodiversité mondiale qu’un hectare de forêt détruit ailleurs. Or, durant la période de 2001 à 2018, on a recensé une perte de la couverture forestière d’une superficie de plus de 3,63 millions d’hectares due à la déforestation, à l’exploitation forestière et aux mauvaises pratiques agricoles. Ce qui entraîne la diminution de la capacité de Madagascar à stocker du carbone et l’affaiblissement de sa contribution à la lutte contre le changement climatique.

Renforcer la résilience des agriculteurs. Mais ce partenariat public-privé intitulé « Global Development Alliance » noué entre l’USAID et McCormick permettra d’inverser cette tendance destructrice de la couverture forestière de la Grande île, selon les promoteurs. En effet, ce partenariat vise à augmenter la production de vanille de haute qualité; et ce, de manière durable tout en renforçant la résilience des agriculteurs et de leurs familles respectives au changement climatique ainsi qu’aux autres chocs exogènes comme le Covid-19 à travers un système d’assurance maladie. Un meilleur accès aux produits financiers, notamment l’épargne et le crédit, n’est pas en reste. Par ailleurs, ce partenariat entre l’USAID et McCormick vise également à encourager les coopératives à augmenter les revenus des agriculteurs membres tout en créant des opportunités économiques. Ces efforts permettront de réduire les menaces sur la biodiversité, de lutter contre la déforestation et d’améliorer la gestion des ressources naturelles. La réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre et l’amélioration du bien-être des agriculteurs et de leurs familles ne sont pas en reste, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Paludisme à Iakora : Une majorité d’enfants de 1 à 13 ans

Le paludisme sévit actuellement dans le district d’Iakora et les zones voisines. A Iakora, en particulier, les victimes sont en majorité des enfants de 1 à 13 ans, selon les constats sur place. Dans les centres de santé, les malades arrivent en nombre. Dans un autre dispensaire privé confessionnel, quasiment huit personnes sur dix reçues en consultation sont atteintes du paludisme. Certains d’entre elles sont des cas de récidive. Les médicaments ACT, indiqués pour le traitement du paludisme, se font plus rare sur place actuellement, et ce, depuis le début de la pandémie de Covid-19 qui retient toutes les attentions. Les malades sont traités à la chloroquine, seul médicament disponible, mais à un prix élevé, qui n’est pas à la portée de la majorité des malades.

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Marché pétrolier : Le prix du baril négatif aux Etats-Unis, prix à la pompe en baisse en France, mais i...

: A quand une baisse des prix à la pompe à Madagascar ?

Le prix du baril de pétrole négatif aux Etats-Unis pour la première fois de l’histoire. D’après un article paru dans leséchos.fr, le baril de WTI s’est effondré ce lundi, pour s’échanger à -37,63 dollars sur les marchés à terme dans la soirée. Les cours subissent de plein fouet l’effondrement de la demande et la saturation des capacités de stockage.

“Du jamais-vu”, selon cette publication, car les cours du pétrole coté à New York se sont effondrés lundi. Sur les marchés à terme, le brut américain a perdu près de 300% dans la soirée, passant en territoire négatif, à -37,63 dollars.

Effondrement de la demande

« Il s’agit de la plus forte baisse en séance jamais enregistrée par Bloomberg dont les données remontent à 1983. Cette chute est en grande partie due à des facteurs techniques, avec l’expiration des contrats pour livraison en mai ce mardi, mais elle souligne les vents contraires que doit affronter le marché pétrolier. L’or noir subit de plein fouet l’effondrement de la demande en raison des mesures de confinement pour endiguer la propagation du coronavirus. Selon les premières estimations, la consommation de pétrole dans le monde a chuté de 20 millions de barils par jour (mb/j) et jusqu’à plus de 30 mb/j pour les plus pessimistes. Avant la pandémie, le marché tournait autour des 100 mb/j. A ce choc subit par la demande s’ajoute une quasi-saturation des capacités de stockage. Le monde déborde d’or noir à ne plus savoir quoi en faire. N’importe quel oléoduc ou tanker en mer est utilisé comme réserve de pétrole. Les prix de location des navires ont d’ailleurs flambé passant de 30 000 dollars par jour à plus de 150 000 dollars ».

Saturation

Leséchos.fr de poursuivre que «selon le relevé de l’administration américaine de l’information sur l’énergie, les stocks de brut de la plus grande économie mondiale ont augmenté de 19,25 millions de barils la semaine dernière. Le grand hub à Cushing, dans l’Oklahoma, est au bord de la saturation. Les réserves s’élèvent à 55 millions de barils alors qu’il n’y a de la place que pour 76 millions de barils. Les infrastructures de stockage outre-Atlantique sont si pleines que certains producteurs texans vendent leur baril pour 2 dollars, selon les données de Bloomberg. On pourrait même en voir certains payer pour se débarrasser de leur pétrole. « Il n’y a plus de limite à la baisse quand les stocks et les oléoducs sont pleins. Des prix négatifs sont possibles », mettait déjà en garde Pierre Andurand, gérant d’un influent hedge fund sur le pétrole, précisant toutefois sur Twitter qu’un tel phénomène serait éphémère ». 

Cette chute du brut impacte bien évidemment sur les prix à la pompe qui sont en baisse partout dans le monde. En France, par exemple, le prix du gazole, carburant le plus vendu, a atteint 1,2569 euro par litre, en repli de 4,43 centimes par rapport à la semaine précédente. L’essence super sans plomb 95 s’est vendue à 1,3338 euro, en recul très marqué de 7,06 centimes. Quant au SP95-E10, qui contient jusqu’à 10% d’éthanol, il a perdu 6,39 centimes, à 1,3194 euro. Enfin, le SP98 était vendu à 1,4106 euro, en baisse de 6,43 centimes. Ce qui n’est pour le moment pas le cas à Madagascar où les prix à la pompe restent inchangés depuis des mois; et ce, malgré la baisse des cours du brut. En effet, même si sur le marché interbancaire des devises l’ariary continue de se déprécier, il est anormal selon les économistes que les prix à la pompe ne changent pas dans ce contexte de chute des cours du baril. Une explication de la part du gouvernement s’impose.

Recueillis par R.Edmond.

Tia Tanindranaza0 partages

Fisorohana ny fiparitahan'ny coronavirus10,6 miliara dolara no mbola ilain’i Afrika

Hatreto dia ny kaontinanta afrikana no vitsy voa sy matin’ny aretina coronavirus raha oharina amin’ny kaontinanta rehetra.

 

 

Tsy midika izany fa lavitry ny loza i Afrika. Raha mbola tsy voafehy anefa ity aretina ity anatin’ny fotoana fohy dia hihalalina hatrany ny krizy ara-toekarena. Ny Kaomisiona ara-toekarena ho an’ny Afrika (CEA) dia manambara fa tsy maintsy hihena hatrany amin’ny 1,8% raha toa ka novinavinaina 3,2% ny fitomboan’ny harin-karen’ny Afrika. Nilaza mihitsy aza moa ny Sekretera mpanatanteraka eo anivon’ny CEA, Rtoa Vera Songwe, fa mifampiankina amin’ny any ivelany tahaka ny any Eoropa, Etazonia sy Sina ny toekaren’i Afrika. 10,6 miliara dolara hoy izy no vola ilaina hanajanona ny fiparitahan’ny aretina izay mbola hiteraka trosa ho an’ny firenena samihafa. Mety hisy fiantraikany amin’ny sehatra hafa mampandroso ny hampitomboana ny vola hiadivana amin’ny aretina ary hamotika mafy ny toekarena ka tsy azo eritreretina mihitsy ny handresena ny fahantrana. Nanambara ihany koa ny CEA fa hitotongana hatrany ny vola miditra amin’ny fanondranana izay vinavinaina hatrany amin’ny 101 miliara dolara amin’ny taona 2020 ity. Ankoatr’izay dia hihena ny fandraharahana, ny fampiasam-bola ary hitombo ny asa very hoy izy ireo.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy ampy ny fitilianaMampanahy ny zava-misy eto Madagasikara

Mampanahy ny fiakaran’ny isan’ny voan’ny Covid-19 eto Madagasikara ny faran’ny herinandro teo.

 

 Mazava io fa mbola tsy voafehy ny coronavirus, ary iny efa niaraha-naheno iny fanapahan-kevitra mampitombo 15 andro ny hamehana ara-pahasalamana. Endrika iray maneho fa tena miasa sy mikaroka ireo mety voa ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Na izany aza tena mitombo ny ahiahy satria raha ny fitiliana PCR vita teny amin’ny IPM dia 3772 izany hoe 78 isan’andro eo raha zaraina amin’ny 48 andro niainana ny hamehana. Ny Nosy Maorisy etsy akaikintsika anefa efa nahatratra 200 000 ny vita fitiliana, ary ao anaty fihibohana tanteraka ny firenena. Arakaraka ny fahamaroan’ny fitiliana atao no hahafahana mamantatra ny voa sy hahafehezana ity aretina ity. Mahatratra firy marina ny “kits” fanaovana fitiliana vonona ho an’i Madagasikara? Aiza ilay fampanantenana hahavitana fitiliana 1000 isan’andro izay heverina fa nahazoana tohana sy famatsiam-bola no tsy nisy tohiny? Tsy maintsy miandry olona voa ve isika vao handeha hikaroka ireo manodidina azy ahiana ho efa nifindrany fa tsy afaka manao fitiliana faobe ho an’ireo tanàn-dehibe efa misy ny coronavirus? Tany amin’ny fanamboarana arovava anefa hoe 5 tapitrisa ny kaomandy, izay tsy mandeha ho azy fa misy tombana atao hoe olona firy ny mety hifindrany. Mampanahy ny efa fielezan’io aretina io, saingy noho ny tsy fahampian’ny fitiliana atao no mety mety hampamita-tena ny vahoaka sy ny mpitondra. Vao mihoatra ny 300 ny voa dia efa miditra amin’ny “Stade 2” isika kanefa raha io fiakatry ny isa io, dia ahiana ho tonga amin’izany, kanefa ny fitiliana faobe ihany no hahafahana mamantatra ny voa sy ny fifehezana azy tsy hiparitaka.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana polisy tany Ambanja Olona 4 naiditra am-ponja

Olona 4 tamin’ireo 25 nanaovana fanadihadiana tany amin’ny distrikan’Ambanja hatreto no fantatra fa nampidirina am-ponja vonjimaika taorian’ilay famonoana polisy iray tany an-toerana ny herinandro lasa teo.

 

 

Miisa 15 ireo nanaovana fanadihadiana teny am-piandohana, nitombo ho 25 isa izany fotoana vitsy taorian’izay ary izao nisy efatra nalefa any am-ponja izao. Raha tsiahivina kely ny tantara dia nandeha namita iraka hisambotra ireo lehiben'ny fanondranana rongony ao amin'ny fokontanin' Antsifatra Distrikan'Ambanja Itompokolahy sy ireo polisy telolahy namany rehefa nahazo angom- baovao marim-pototra avy tamin’ ny kaomisarian'Ambanja. Nisy ny mpitari-dalana nitondra azy ireo ho any amin'ilay toerana nisy ireto olon-dratsy ireto. Vantany vao tonga teny an-toerana anefa izy ireo dia efa nitsoaka niaraka tamin'ny rongony ireo voalaza fa mpanondrana izany. Ny lehiben'ny fokontanin'Antsifatra niaraka tamin'ny fokonolona teo amin'ny roapolo teo no nifanena tamin'ireto polisy sy ilay mpitari-dalana. Tezitra ireto fokonolona ireto nahita azy ireo ka nampangain'ireto olona ireto ho mpamadika azy ireo ilay mpitari-dalana ka avy hatrany dia namono ireo polisy nentiny niaraka taminy. Tsy afa- nanohitra ireto fokonolona ny polisy ka maty tamin'ny vono nahazo azy Itompokolahy raha naratra mafy kosa ny polisy iray sy ilay mpitari-dalana, tafaporitsaka kosa ny polisy roa namany ka avotra soa aman-tsara ny ain'izy ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Savorovoro tany AmbovombeTsy tokony hifandatsahan-drà ny tsy fitovian-kevitra

Manoloana ny savorovoro nitranga tany Ambovombe Androy ka nahafatesana olona roa sy naharatrana ny mpiara-belona maro dia namoaka fanambarana toy izao ny rodoben'ny mpanohitra "RMDM" any amin'ny Faritanin'i Toliara izay soloin'ny filoha lefiny tena, Atoa Sazalahy Tsianihy.

 

Voalohany : miara-miory amin'ireo longo namoy havana izahay. Faharoa : mirary fahasitranana haingana hoan'ireo maratra na sivily na mpitandro ny filaminanana vokatry ny fifandonanana fa samy teratany Malagasy izy ireo. Fahatelo : miangavy an'ireo mpanao asasoa mba hamonjy an'ireo olona rava trano nanjary traboina amin'izao fotoana izao fa tsy manana trano honenana sy hatoriana ary tsy fantatra ny tany ipetrahana. Fahaefatra : mianatra ny znanak'izy ireo hiatrika ny fanadinam-panjakana atsy ho atsy izay mampanahy be ihany ny hoavin'izy ireo satria ny fitaovam-pianarana dia tsyeo am-pelatanana intsony vokatry ny faharavan'ny trano, ny toerana hatoriana tsy misy , ny hanin-ko hanina sarotra hita. Fahadimy ; na inona na inona tsy fitovian-kevitra sy fifanololanana ara-politika, tsy tokony hisy ny fandatsahan-drà na fifamonoana fa Andriamanitra irery ihany no tompon'ny aina ka tokony ho tandrovina mandrakariva ny maha-samy iray tanàna. Andraikitry ny mpitondra ny miaro ny ain'ny olona sy ny fananany. Raha tany 2ha sy 800a no tsy mampitovy hevitra, mbola malalaka Ambovombe Androy ka tokony tsy hifamono fa azo hijerena tany hafa. Masina ny tanindrazana, hoy ity mpitondra tenin'ny RMDM Faritanin'i Toliara ity, ka tokony ho tandrovina mandrakariva ny fihavananan'ny samy Malagasy

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjarana fanampianaMisy ireo manararaotra

Nitarika krizy ara-tsosialy ho an` ny besinimaro ny fisian` ny valanaretina COVID-19. Saika marefo ara-pahasalamana ny ankamaroan` ny mponina noho ny tsy fahampian-tsakafo sy noho ny fahaverezana asa.

 Raha ny zavatra hita nandritra ireo 15 andro in-telo nisesy nametrahana ny fahamehana ara-pahasalamana dia ny teo anivon` ny fitsinjarana ireo fanampiana no naharaisana fitarainana maro noho ny fanararaotana raha ny nambaran` i Rivo Rakotovao, filohan` ny Antenimierandoholona. “Midera ny ezaka natao nandritra ity fametrahana ara-pahasalamana ity saingy tsy tonga lafatra akory. Ao amin`ny lafiny ara-tsosialy no be adihevitra. Iaraha mahita fa misy ny fanakorontanana sy ny fimenomenona. Midika izany fa misy ny tokony harenina.  Ny olona mimenomenona dia tsy midika hoe tsy tia firenena fa te hanana ny tsara izy. Misy koa no ratsy fanao toy ny mangalatra, manodikodina ny fanampiana nomen`ny fanjakana. Misy koa no mandrakotra izany ho resaka politika.” Namafisiny hatrany fa izany no antom-pisian` ny fifampiresahana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanadiovan-tanana Tokony hatao isan’andro

Tokony hatao isan’andro ny asa fanadiovan-tanana fa tsy miandry aretina tonga toy ny COVID 19 izay hiainantsika ankehitriny vao mikoropaka avokoa ny rehetra. Amin’ny ankapobeny dia miainga isan-tokantrano izany amin’ny alalan’ny fanadiovana ny tokontany , ny trano fivoahana…

 

 Miitatra amin’ny manodidina ny hetsika mba ho fiarovana ny fahasalaman’ny npiara-monina. Tany amin’ny Repoblika faharoa tany ho any dia nisy mihitsy ny fanaraha-maso hataon’ireo tompon’andraikitra eny ifotony toy ny Fokontany amin’ny asa fanadiovan-tanana tokony hataon’ny tsirairay. Anisan’ny jerena ao anatin’izany ny fananan’ny tokantrano iray trano fivoahana, ny lava-pako…Somary nivaha anefa izany taty aoriana, fitaizana izay tena mahasoa tokoa hany ka amin’ny fotoana fisian’ny areti-mandringana tahaka izao vao mihazakazaka avokoa ny rehetra. Hetaheta takiana amin’ireo mpitondra eny ifotony araka izany ny tokony hanarahan’izy ireny maso ny fahadiovana isan-tanana fa tsy variana any amin’ny biraom-pokontany mandray adidy…. fotsiny. Toraka izany koa ny fanentanana ny olom-pirenena ka samy hahatsapa ny rehetra fa samy tompon’andraikitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

v Ambohitrinibe AntsirabeZaza menavava nisy nanary tao an-gabone

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tao Antsirabe ny faran’ny herinandro teo. Zaza menavava iray vao latsaka tety ambon’ny tany no nisy nanary tao amina toeram-pivoahana iraisana iray ao Ambohitrinibe Antsirabe.

 

 

 

 Ny Alahady teo no nitrangan’izany ka kartie mobila iray sendra nanao ny asany no nahare ny feon’ilay tsy manan-tsiny tokony ho tamin’ny 04 ora maraina. Nampandre ny manodidina ity farany nandrita izany ka nentina avy hatrany tany amin’ny hopitaly ilay zaza izay mbola niraikitra taminy ny tadim-poitrany. Tsy nisy akanjo ihany koa izy fa nifono lamba fotsiny raha ny fanampim-baovao azo. Tsy azo moa ity zaza ity vokatry ny hatsiaka be loatra nahazo azy ka samy nalahelo avokoa ireo nanatri-maso. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana moa ny raharaha ary efa eo am-pikarohana ilay nahavanon-doza ireto farany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Eoropa Mihena ny isan'ny maty

Manomboka miala tsikelikely amin’ny fihibohana ny ankamaroan’ireo firenena any Eoropa,

 

 

 

Tamin’ny fitiliana 810 natao ny alahady teo, dia voa avokoa ny 67 tamin’ireo izay 8,27% ny taham-pahavoazana. Efa tafiakatra 1271 ny isan’ny olona voa any Sénégal amin’izao fotoana izao, ka 89 no tranga vaovao ka ny 372 no sitrana, ary efa 10 ny maty ka omaly ny 1. Efa voarain’ireo manam-pahefana any Sénégal moa ilay covid organics anjarany izay nampitondraina ny solontenan’I Guinée Bissau nitondra ny anjaran’ireo firenena 15 ao anatin’ny CEDEAO.

 

Ny 11,7 tapitrisa amin’ny mpiasa amin’ny sehatra tsy miankina any Frantsa no tsy an’asa amin’ny ampahany amin’izao fotoana izao. Ny Fanjakana no mandray an-tànana ny karaman’izy ireo, araka ny fanambaran’ny Minisitry ny asa Muriel Pénicaud. Mbola tsy hitsahatra io fahaverezan’asa io, ary tsy mbola tazonina hatrany ny fitsinjovana ireo mpiasa aorian’ny 11 mey, hoy io Minisitra io. Miditra an-tsehatra amin’ny fanampiana ireo orinasa lasibatry ny krizy ny Governemanta Frantsay.

 

 

 Potika tanteraka ny toekarena Alzerianina izay miankina betsaka amin’ny solika nitotongana tanteraka kanefa miantoka ny 90% amin’ny fampidiram-bola vahiny sy ny 60% amin’ny hetra ara-tsolika. Zara raha nisy 57 miliara euros izany ny faran’ny 2019 niantombohan’ny krizy, raha 162 tapitrisa dolara izany ny taona 2014. Na eo aza ny krizy ara-bola dia nilaza ny tsy hindram-bola amin’ny FMI sy ny mpamatsy vola iraisam-pirenena ny Filoha Abdelmadjid Tebboune satria manohintohina ny fiandrianana, hoy izy. 4568 ny voa any amin’ity Firenena ity. 1998 ny sitrana ary efa 465 ny maty hatreto, ka ny 2 omaly.

 

Nifanaraka ny LFP (Ligue de Football Professionel) any Frantsa omaly alatsinainy fa hisy ny lelavola 224,4 tapitrisa Euros iantohan’ny Fanjakana Frantsay ka hampindramina ireo klioba ao anatin’ny Ligue 1 sy Ligue 2 mba hanampiana azy ireo noho ny tsy fisian’ny fidiram-bola taorian’ny fahatapahan’ny fifaninanana noho ny coronavirus. Isan’ny fampidiram-bola ho an’ny Klioba moa ny vola raisiny amin’ny fandehanan’ny lalao amin’ny fahitalavitra na “Droit TV”.

Nangonin’i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky tranoEfa-dahy voapaingotry ny polisy teny Tsiadana

Mpanao fanafihana mitam-piadiana miisa 04 ihany koa no tra-tehaky ny polisy avy ao amin'ny Unité Spéciale d'Intervention sy ny Brigade Criminelle (BC3) teny

 

Tsiadana sy Ankatso rehefa fantatra fa nanao fanafihana mitam-basy tamina mpambongady iray tetsy Tsarahonenana ny 29 aprily lasa teo. Samy niaiky ny heloka nataony avokoa izy ireo ary vao haingana ny iray tamin'izy ireo no nivoaka ny fonja. Ity moa ny laharam-pinday hahazoana ny UIBC raha sanatria ka misy trangana tsy fandriampahalemana tahaka izany eny anivon’ny fiaraha-monina eny hahafahana misambotra ireo olon-dratsy. 034 05 517 21 / 034 05 998 89

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten’ i Fianarantsoa Tratra ireo lehilahy 2 nangalatra tablette sy solosaina

Lehilahy miisa roa, 25 sy 37 taona no voasambotry ny polisy miasa ao Fianarantsoa noho ny resaka halatra.

 

Tonga nametraka fitoriana tao amin'ny biraon'ny polisy tao Fianarantsoa ny tompon'andraikitra tao amin'ny Oniversite an'Andrainjato Fianarantsoa nampilaza ny fahaverezana tablettes miisa 33 sy solosaina miisa 10. Araka ny voalazan'ity tompon'andraikitra ity dia vao tamin'ny voalohan'ny volana aprily teo vao tsikariny fa misy entana very tao amin'ny oniversite. Nanokatra fanadihadihana avy hatrany ny polisy vao naharay izany fitarainana izany. Rehefa natao ny fanadihadihana dia fantatra fa mpiambina miasa ao amin'ity oniversite ity ihany ireo jiolahy miisa roa nahavita izao asa ratsy izao. Niroso tamin'ny fisamborana ireo jiolahy avy hatrany ny polisy vao fantatra ny mombamomba azy ireo. Mbola hita tany amin'ireo jiolahy ny tablette miisa 14 sy ny solosaina miisa 05 ary efa naverina any amin'ny tompon'andraikitry ny oniversite. Niaiky ny fahadisoany izy roalahy ireto. Mbola mitohy ny fanadihadihana sy ny fikaroana ireo fitaovana sisa tsy mbola tafaverina. Natolotra ny fitsarana omaly izy roalahy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tovolahikely nalaina an-kerinyVola 10 tapitrisa ariary no tambiny

Ny 17 aprily no nisy naka an-keriny ny tovolahikely antsoina hoe Bemaso tany Belo-Sur-Tsiribihinina.

 Olona 17 no naka an-keriny azy, ary nametraka laharana finday hahafahana miantso azy ireo. Omby 13 sy vola 7 hetsy no notakian’ireo olon-dratsy tamin’ny rainy ho tambin’ny famotsorana. Niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana, saingy nananosarotra ny raharaha. Nisy ny fifanakalozana ka vola 10 tapitrisa ariary no niafaran’ny ady varotra namotsorana io tovolahy io. Vedety avy amin’ny BNGRC no nahafahana niampita ny reniranon’i Tsiribihina, ary nanao tan-tsoroka ny mpitandro ny filaminana. Mandeha ny fikarohana ireo olon-dratsy. Inona no mety mahasamihafa ny fanomezan’ny fanjakana tambiny 200 tapitrisa ariary ho an’izay mahita ny jiolahy naka an-keriny ilay karana Anil Karim sy ny hoe Malagasy no lasibatra? Mba ahoana itony Malagasy very 10 tapitrisa ariary nentiny nanavotana an-janany itony?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky ny fonja tao IhosyGadra 10 tafaporisaka, 2 voasambotra

Vaky ny fonja ao Fanjakamandroso ao Ihosy tanàna, ny alahady 03 mey teo.

 

 

 

 

Tokony ho tamin` ny 06 ora sasany hariva, ora fidiran` ireo voafonja manao asa ivelan` ny fonja no niditra ao anaty fonja no nanaraotin` ireo gadra 12 nivoaka ny varavarana fidirana. Nanao tifi-danitra ireo mpiambina fonja saingy tsy voafehy ireo voafonja ary nandositra avy hatrany izy ireo. Roa kosa no tratra ny andron` io ihany saingy ny folo mbola karohina haramin` izao. Ao anaty fikarohana ireo mpitandro filaminana. Savaina avokoa ireo fiara mivezivezy ao an-toerana araka ny tatitra. Olana hitovizan` ireo fonja manerana ny nosy dia mihoatra ny zakan` ireo fotodrafitrasa ny isan` ny voafonja. Voafonja 120 no tokony ho zakan` ny fonja ao Ihosy saingy efa tafiakatra 546 izany ka tsy mahagaga raha tsy voafehy ny savorovoro isan-karazany.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraBaraingo ny hivoahana amin'ny krizy

Tsy ahitana taratra ny vahaolana iatrehana ny fivoahana amin` izao krizy ara-pahasalamana izao ny fomba firesaky ny mpitondra,hatreto.

 

 

 Raha tsiahivina, ny zoma teo no namoaka ny drafitra entina manarina ny toekarena manoloana izao ady amin`ny coronavirus ireo mpahay toekarena eto Malagasikara mivondrona ao anaty CREM. Isan` ny soso-kevitra naroson` izy ireo tamin` izany ho fanarenana ny tontolon` ny fandraharahana eto Madagasikara ny hampihenana hetra isan-karazany alaina amin`ny orinasa. Hatramin` izao anefa dia tsy mbola nandroso izay drafitra entina manarina ny toekarena manoloana izao ady amin`ny COVID-19 ny fitondram-panjakana. Noho izany, tena mbola baraingo ny fomba  fhivoahan` i Madagasikara amin'ny krizy.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ralison Roger “Tsy voaresaka ny toekarena sy sosialy”

“Diso fanantenana ny olona satria niompana loatra tamin`ny fanafody ny resaka. Fananganana ozinina, fiarahana amin` ny afrikanina. Tsy ratsy izany satria tsara ny manandratra ny maha Malagasy saingy variana loatra amin`ny fanafody” hoy Ralison Roger, mpahay toekarena.

 

Namafisiny fa tsy voaresaka ny toekarena, ny sosialy , ny fandriampahalemana, ny asa sy maro hafa. Ho voatantana araka ny tokony ho izy ve ireo krizy ireo rehefa miala amin`ny fihibohana ? hoy ihany izy. Tsy maintsy mamerina ireo orinasa sy ireo olona tsy an` asa ny fitondram-panjakana. Marihana ihany koa fa 70%n` izy ireo no tsy ao anatin` ny sehatra ara-dalàna. Noho izany, ahoana ny hamerenana azy ireo? Misy amin` izy ireo no tsy manana enti-manana intsony. Raha mitantana firenena dia tokony hieritreritra ny iray na roa volana manaraka ny fitondram-panjakana, fa tsy variana amin'ny anio sy ny rahampitso fotsiny, hoy hatrany ity mpahay toekarena ity.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsindrona hitsaboana ny Covid-19Saropady ny andrana amin’ny vatan’olombelona

Handeha ny andrana ara-pitsaboana na “essai clinique” amina “injection” na tsindrona fampidirana ranom-panafody amin’ny vatan’olombelona eto Madagasikara. Amin’ity herinandro ity no hanaovana izany amina marary vaovao mitondra ny covid-19.

 

 

 Efa adihevitra tsy nifankahitana ny raharaha covid organics, izay novoizina tany am-boalohany fa sady fisorohana no fitsaboana. Nambara fa fisorohana fotsiny, avy eo niverina ho sady fisorohana no fitsaboana indray. Ny Filoham-pirenena Malagasy no nilaza fa “tsy maintsy misotro” ny zaza Malagasy hiverina an-tsekoly. Ny lalàmpanorenena ao amin’ny andininy faha-8 fa “voarara ny manery olona iray hanaovana andrana ara-pitsaboana na ara-tsiansa, raha tsy nahazoana ny fanekeny malalaka”. Efa avy nisotro ny olona vao mandeha ny fanazavana samihafa fa tsy mety amin’ny olona bevohoka, tsy mety amin’ny olona ambony tosi-drà, tsy mety amin’ny olona avy nihinana fanafody hafa na tokony hanantona mpitsabo vao tokony hisotro,... Efa misy fiantraikany vao hoe hapetraka sy havoaka ny fepetra na ny “notice” mikasika ilay tambavy. Izany ve tsy filalaovana aim-bahoaka? Na inona na inona ambara dia fahadisoana goavana izany. Saropady ny andrana ara-pahasalamana ka tena ilàna fangaraharana, ary marina fa manana ny fahefany ny Filoha fa tsy mpanapa-kevitra amin’ny toeran’ny olombelona iray amina zavatra goavana mety hiantraika amin’ny ainy, toy ilay hoe tsy maintsy misotro CVO natao tany aloha. Tsy ny Fanjakana no tompon’ny aim-bahoaka. Misy dingana arahina ihany koa ny andrana, toy ny fanombohana azy amin’ny voalavo,…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina DengueTany Mahajanga ny iraky ny governemanta

Tonga tao Mahajanga ireo mpikamban’ny Governemanta nihaona tamin’ireo “Comité de Vigilance pour la Lutte Contre les Epidémies” sy ny mpikamban’ny CCO COVID-19 Boeny, notarihin’ny Préfen’i Mahajanga sy ny Lehiben’ny faritra Boeny mpisolo-toerana, Bazezy Clavelah.

 

 

 Ny Ministry ny Raharaham-bahiny, ny dokotera Tehindrazanarivelo Djacoba Liva sy ny Ministry ny Fampianarana ambony sy ny Fikarohana ara-tsiansa, ny profesora Assoumacou Elia Béatrice no nanatanteraka izany iraka izany niaraka tamin’ireo delegasiona namany. Nanotrona azy ireo ihany koa ny Filoha lefitry ny Antenimierampirenena, Rahantanirina Lalao, sy ny solombavambahoaka ary loholona voafidy tao Mahajanga. Nitety fokontany maromaro amin’ny ilany antsinanan’ny tampon-tanànan’i Mahajanga ireto delegasiona ireto nitsidika ireo olona mitondra ny aretina Dengue, izay tazo mahery azo avy amin'ny kaikitry ny moka, raha ny fanazavana. Ankoatra izay dia hametraka paik'ady izy ireo ho famongorana ity valan’aretina ity miaraka amin’ireo mpitondra eny ifotony. Nitohy omaly alatsinainy 4 sy anio Talata 5 may ao an-drenivohitr’i Boeny ny iraka ampanaovin’ny Filoha an’ireto mpikamban’ny governemanta ireto, raha ny fanazavana hatrany. Nomarihin’ny Ministry ny Raharaham-bahiny, fa na dia eo aza ny fisian’ity valan’aretina ao an-tampon-tanànan'i Mahajanga ity, dia tsy misy akory ny maty fa ny marary ihany no misy ary maimaim-poana avokoa ny fitsaboana azy ireo. Tsiahivina fa 27 ny isan'ireo mararin'ny tazo nanaovana fitilina tany amin'ny “Institut Pasteur de Madagascar” tany am-boalohany ka ny 24 tamin'izy ireo no voamarina fa voan'ny Dengue, hoy hatrany ny fampitam-baovao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasa Silamo ao BoenyNotolorana ny « Iftar »

Toy ny fanao isan-taona amin’ny fotoanan’ny Ramadany dia nanolotra “Iftar” ho an’ny faritra Boeny, ho an’ireo mpiasa silamo ao an-toerana na ny Directaïd Madagascar, ny lehiben’ny faritra ao an-toerana.

 

 

 

Vary, menaka, ronono, siramamy ary “pattes” no natolotry ny lehiben’ny faritra Boeny mpisolo-toerana, Bazezy Clavelah, ho an’ireo mpiasa Silamo ao aminy tao amin’ny Lapan’ny faritra Mahajanga, ny faran’ny herinandro teo. Tsy inona moa ny Iftar fa fanomezana masina eo amin’ny finoana Silamo. Fotoana handinihan-tena sy hanamafisam-pinoana ary hanaovana asa soa rahateo ny Ramadany ho an’ireo mpino Silamo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dokotera mpiasam-panjakanaTsy afaka mampiasa tambavy CVO

Mikasika ny tambavy CVO amin’ny maha tambavy azy, dia misy sokajy hametrahana azy eo amin’ny lafiny fahasalamana ary tafiditra ao anatin’ny Raokandro Malagasy, raha ny lalàna.

 

 

Ankatoavin’ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka ary mazava ho azy fa eken’ny fitondram-panjakana, saingy ny lalàna mifehy azy no hafa, hoy ny Dokotera Ranaivoson Abel Filohan’ny Sendikan’ny mpitsabo Mpiasam-panjakana na ny SMEDFM. Araka ny fehezan-dalàna mifehy ny fahasalamana sy ny dokotera mpitsabo, dia tsy afaka mampiasa ny tambavy ny dokotera. Azo ampiasaina eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara ny tambavy, ary amin’ny maha sendika dia manohana sy mamporisika hatrany ny mpikaroka Malagasy mba ho tonga fanafody tena mandaitra sy ara-dalàna ka hiha matanjaka isika amin’ny resaka toekarena sy ara-pahasalamana, hoy ny fanehoan-kevitr’io mpitsabo io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taorian’ny fidangan’ny isaNijanona 151 ireo voan’ny covid-19

Tsy nisy ny tranga vaovao omaly ka nijanona ho 151 ny voan’ny covid-19 eto Madagasikara, raha nahatratra 24 kosa ny voa tao anatin’ny 3 andro nisesy ny faran’ny herinandro teo.

 Nisy iray sitrana omaly, ka 99 ny fitambarany, ary 52 no mbola tsaboina . Eo amin’ny 50% latsaka kely ny fahasitranana. Tsy nisy ny tranga atahorana. 3772 ny fitiliana vita hatrizay, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle. Misy ny sampan-draharaha manao fitsirihana midina ifotony manao fitsirihana ireo manodidina ny olona efa voamarina fa tratry ny coronavirus. Ny miara-mipetra, niray fiarakodia, miara-miasa,… notiliana. Ankoatra izay dia misy ireo olona izay ahiahiana noho ny soritr’aretina toy ny fanaviana, kohaka, izay miendrika gripa. Ireo nifanerasera latsaky ny 15 andro tamin’ireo voa. Raisina an-tànana avy hatrany ireo olona maneho soritr’aretina toy ny hoe mikohaka sy sempotra be. Misy ihany koa ny fanaraha-maso ireo olona manaraka fitsaboana. Raha misy olona mampiahiahy ao an-trano, dia tonga dia manao arotava. Tokony hiantso ny 913 avy hatrany. Raha toa mahatsapa ny soritr’aretina ary indrindra nahatsiaro ho nifampikasoka tamin’ny olona voa, dia tokony hanantona ny toeram-pitsaboana avy hatrany, hoy ny toromarik’io mpitsabo io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarahana laminaMila hamafisina ny fanabeazana ny olom-pirenena

Hihamafy ny fanaraha-maso ny olona tsy manao aro vava amin'ity herinandro ity ka izay tratra tsy manao izany dia voasazy hanao asa fanadiovana tapakandro manontolo.

 

Mbola maro anefa no minia tsy manaja ireo fepetra noraisina. Inona loatra ny mahazo ny Malagasy ankehitriny ka nahatonga izao fisainana sy toe-tsaina misy ankehitriny izao? Ny ankamaroan` ny Malagasy dia tsy mahalala ny tsara sy ny ratsy intsony. Tsy hita intsony ny fifanajana ny an-tanan-tohatra eo amin’ny fiaraha-monina. Tsy misy intsony ny lalàna mifehy ny fiaraha-monina. Amin` izao ary moa ny ankizy indray no mibaiko ny ray aman-dreny ary manjaka ao an-tokantrano. Tsy misy intsony ny fifanajana ary very tanteraka ny soatoavina. Matoa mahavita izany ireo zandry, zanaka ireo, tsy ampy ny fanabeazana nomena azy. Izany no maha zava-dehibe ny fanabeazana olom-pirenena na eny amin` ny fiarahamonina na koa any an-tsekoly (education civique). Natao ambin-javatra ny mahakasika ny fahendrena sy ny fanabeazana ho olom-banona sy olo- manga ary ny soa rehetra. Tsy afa-bela amin` izany ny mpitondra fanjakana isan` ambaratongany. Mila manokana izany ny distrika, ny kaominina, ny fokontany. Ho sarotra ny fanarahana toromarika raha dieny izao tsy voataiza ny taranaka. Avy any ambony rahateo foana ny ohatra eo amin` ny fiainana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Taxi beMaro ireo tsy manana "gel" intsony

Ankoatra ny fanaovana arotava dia anisan’ny paikady hampiasain’ny fanjakana amin’izao hahafahana miady amin’ny fiparitahan’ny COVID 19 ny fanosorana gel amin’ny tanana hamonoana ny bibikely sy mikraoba.

 

Ny nahavariana anefa dia nisy tamin’ireo taxi- be sahady no tsy manana izany omaly Alatsinainy, fiandohan’ny herinandro. Ao anaty taxi-be anefa no tena atahorana ilay cas contact izay nampitombo isa ireo olona marary teto Antananarivo tamin’ny faran’ny herinandro teo. Fanontaniana mipetraka araka izany ny hoe : ny tahiry mihitsy ve no lany sa tsy nisy ny fizarana tamin’ny faran’ny herinandro ? Raha tsiahivina anefa dia isaky ny mamendraka ranom-panafody ny fiara ny mpamily sy ny mpanampy azy isan’andro dia tokony hahazo ireny gel fanosotra amin’ny tanana ireny ihany koa. Ary raha sanatria ka lany marina ve ny tahiry dia tsy afaka hitady hevitra ny koperativa fa tsy maintsy hiandry ny Fitondram-panjakana ? Adidy iraisana mantsy ny fandresena ny COVID 19 ka tokony samy handray fepetra ny tsirairay.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tale jeneralin'ny ATT"Aleo hiasa an-kahalalahana izay taxi be te hiasa"

Tsy manamaivana ny fatiantoka fa tsy vao androany io fa efa tany aloha, hoy ny Tale Jeneralin’ny Antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ny ATT Jeneraly Reribake Jeannot manoloana ny fanatsaharan’ny UCTU sy UCTS ny asany.

 

 

 Nambarany fa ny tena antony dia ny fanaovana fampanofana ny fiara, ny tsy fampiasana ny tapakila na billet izay mampitombo ny vola eny am-pelantanan’ny resevera, ny tsy fisian’ny fitaovana fanaraha-maso fa dia mivoaka maraina mody ny hariva. Nifampidinika tamin’ireo lohandohan’ny mpisorona tamin’ny koperativa ka nalamina hoe mifandimby ny taxi be miasa noho ny havitsian’ny olona, saingy izy ireo no nilaza fa aleo hiasa daholo, hoy io tompon’andraikitra io. Hisy ny fandoavana ny “compensation” 2017 ho an’ny mpitatitra. Efa nomena “licence” maimaimpoana 15 andro ny mpitatitra izay efa fanamaivanana izany. Nomena fitsirihana ara-teknika maimaimpoana. Asam-bahoaka io ary efa nisy fifanarahana tamin’ny fanjakana. Aleo hiasa izay te hiasa ary malalaka izay tsy te hiasa, hoy ity tompon’andraikitra ity. Efa krizy no misy dia mbola hovolena krizy ihany koa, hoy izy. Vonona hifampiresaka hatrany ny Minisitera sy ny ATT, hoy ny Jeneraly Reribaky Jeannot.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Samy mandeha samy mitady

Tsy hita intsony izay ho raisina. Fanina tanteraka ny vahoaka manoloana ireo toromarika sy fanampahan-kevitra aroson’ny mpitondra azy.

 

 

 Samy te hisongadina ve sa misy tsy fifanaran-tsaina goavana efa maka toerana tsikelikely mihitsy ankehitriny ao ambony ao? Tapa-bolana in-3 izay. Hafa no lazain’ny filoham-pirenena hafa no tanterahan’ny aty ifotony. Toy ny efa manana ny ekipany avy izany koa aza ireo lohandohan’ny mpisorona eto amin’ny firenena. Ny praiminisitra sy ny minisitry ny fiarovana toa manana ny alehany sy ny fanentanana ataony ary tsy misaraka mihitsy. Ny filoham-pirenena koa efa manana ny ekipany. Ny minisitry ny serasera moa dia efa hatrany am-boalohany no nampametra-panontaniana ny maro ny ataony satria dia saika hita ho mifanipaka hatrany ny ankamaroan’izay lazainy sy ny an’ny filoham-pirenena. Efa “sekta” hafa koa ve ny azy sy ny ekipany, hoy ny vazivazin’ny mpanara-baovao? Tsy voafaritra mazava intsony izay tena andraikiny fa mitabataba mandritry ny 20 minitra eo saika isan’andro farafahakeliny ao amin’ny fahitalavim-pirenena ao dia avy eo koa matetika no hita etsy sy eroa. Raha fehezina dia fihetsika samy mandeha samy mitady no asehon’ireo heverina ho raiamandreny eto amin’ny firenena ka lojika raha toy izany ihany koa ny fihetsika asehon’ny vahoakany izay alaina sary ho toy ny zanaka ao an-trano. Ny filoham-pirenena moa izany, rah any mbola hita hatramin’ny alahady teo, dia sady Profesora, no mpahaitoetra na “psychologue”, hoy ny siantifika, no tomponandraikitra ara-barotra, no mpivarotra no tsy hay intsony fa toy ireny hainy sy azony sahanina ireny daholo ny zava-drehetra.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

World RugbyLany ho filoha indray i Bill Beaumont

Lany ho filohan’ny world rugby fanindroany indray, tamin’ny sabotsy 02 mey 2020 teo, ilay teratany Angilisy Bill Beaumont 68 taoana rehefa nandresy an’ilay Argentin, Augustin Pichot (45 taona),

 

 

 nifanandrina taminy teo amin’ny fifidianana natao tamin’ny alalan’ny latsabato elektronika nanomboka tamin’ny 26 aprily 2020 lasa teo alakamisy noho ny fihanaky ny tsimokatina coronavirus maneran-tany. Vato 28 no azony raha 23 kosa no lasan’ny mpifanandrina taminy tamin’izany. Hisaorako manokana ireo mpiara-miasa tamiko rehetra tao amin’ny komity foibe sy tany amin’ny « régions » ary ny fianakaviambe iraisam-pirenen’ny rugby sy ny fianakaviako tamin’ny fanohanana feno nataon’izy ireo tamiko, hoy Atoa Bill Beaumont. Toy izao ny firafitry ny “Comité exécutif de World Rugby” vaovao hiaraka amin’ity filoha ity indray : Bill Beaumont (président), Bernard Laporte (vice-président), Brett Gosper (directeur général), Angela Ruggiero (Indépendant), Lord Mervyn Davies (Indépendant), Mark Alexander (South African Rugby Union), Khaled Babbou (Rugby Afrique), Bart Campbell (New Zealand Rugby), Gareth Davies (Welsh Rugby Union), John Jeffrey (Scottish Rugby), Bob Latham (USA Rugby) et Brett Robinson (Rugby Australia).

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fianakaviamben'ny FMFNisitraka fanampiana avy amin’ny FIFA

Taorian’ny nanolorany nivantana fanampiana ho an’ny ady amin’ny tsimokaretina Covid-19 teny amin’ny CCO covid-19 teny Ivato tamin’ny alakamisy 30 aprily 2020 lasa teo avy amin’ny tohan’ny FIFA sy CAF

 

 

nitambatra dia notohizan’ny FMF tamin’ny fanomezan-tanana manokana ny fianakaviamben’ity rafitra ity nanomboka tamin’ny zoma 01 mey lasa teo izany hetsika izany ka ireo “staff” ao amin’ity FMF sy ny fianakaviany no nisitraka fanomezana voalohany teny Isoraka : “1 Kit de prevention IMRA”, “3 flacon gel disinfectant”, “ 5 bouteilles d’eau de javel”, “2 paquet de cache-bouce”, “50 pièces de gants”,”2 sacs de 50 kg de riz”, “3 sachets d’1kg de sucre”, “3 bouteilles d’1l d’huille”, “1 carton de 50 savons”. Anisan'ireo nisitraka ny fanampiana avy amin'ny FMF i “coach” Ramiaramanana Haingomalala, mpanazatra mpilalao baolina kitra U20 vehivavy Malagasy. "Mifandraika tanteraka amin'ny kolontsaina kitra izay hiainanay mpilalao ny amin'ny tokony hifanampiana sy hifanomezan-tanana hatrany indrindra ao anatin'ny fotoan-tsarotra izao hetsika ataon'ny FMF izao, hoy izy, noho izany dia mankasitraka feno ny FIFA, ny Président Raoul Rabekoto sy ireo mpiara miasa rehetra aminy ny tenako". Etsy andaniny dia nahatery ny fòny ny mba hampita hafatra mifandraika amin'ny maha-coach azy, tsy ho an'ny mpilalao baolina ihany anefa, fa hoan'ny malagasy mpiray tanindrazana rehetra : "Aza atao ambanin-javatra, hoy izy, ny mampietsiketsika vatana na dia minitra vitsy isan'andro fotsiny ary. Manamafy ny herim-batana sy ny herin-tsaina ihany koa izany, mba tsy ho mora andairan'ny aretina".

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toetr’androEfa miditra tsikelikely ny ririnina

Efa manomboka mangatsiaka ny toetr’andro eto an-drenivohitra raha vantany vao hariva ny andro.

 

 

Toraka izany koa rehefa madiva ho maraina. Raha araka ny fanadihadiana natao teo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro etsy Ampandrianomby dia efa miditra mian-dalana mankany amin’ny volon’andro ririnina isika amin’ity volana Mey ity. Mety hisy herika kely mihitsy izany amin’ny maraina raha mbola somary niakatra kely ny maripana tamin’ny faran’ny herinandro teo ho an’ny teto an-drenivohitra. Ho an’ny tapany atsimo atsinanan’ny Nosy kosa dia mety hisy herika mihitsy izany hoy hatrany ny sampana mpamantatra ny toetr’andro ka tokony samy hiomana ny rehetra. Tsiahivina moa fa fotoana mampahazo vahana ny aretin’ny taovam-pisefoana toy ny sery sy ny kohoka ny volon’andro ririnina tahaka izao noho izany mila mitondra akanjo mafana hatrany ny rehetra. Mila misakafo mafana sy ara-pahasalamana ihany koa, indrindra amin’izao fotoana mampahazo vahana ny coronavirus eto amintsika izao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Miary Rasolofoarijaona “Misaotra ny mpanao gazety niray hina ”

Naneho ny fankasitrahany ny filohampirenena nihaino ny fangatahan'ny mpanao gazety, omaly, ny sekretera jeneralin’ny olafitry ny mpanao gazety, Miary Rasolofoarijaona.

 

 

 

 Maniry ihany koa raha maniry, hoy izy, mba hitohy izay fihainoana ny hery rehetra eto amin'ny firenena izay. Nakasitraka ny mpanao gazety tamin'ny firaisankina ihany koa ny tenany. Isika mitambatra no hery mahavita fa tsy isika mizarazara, hoy izy ary mbola maro ny ady atrehintsika ka maniry hatrany ny hisian'ny fifampihainona sy ny firaisankina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Gérard RakotonirinaMitory hevitra goavana manokana ny hetsika tetsy Analakely

Nambaran’ny filohan’ny holafitry ny mpanao gazety Malagasy, Rakotonirina Gérard, teny Soarano fa : “hetsika goavana manokana na hoe “symbolique”

 

 

amin’ny fiteny frantsay ny fanapahana “ruban” natao nanoloana ny tsangam-baton’ny OJM tamin’ny andron’ny 03 mey lasa 2020 teo ho fanamarihana ny andro iraisam-pirenen’ny fahalalan’ny asa fanaovan-gazety. Noho ny zava-misy efa iaraha-mahalala amin’ny fiatrehana ny fepetran’ny ady amin’ny covid-19, hoy izy, dia tsy nanomana hetsika manokana toy ny fanateram-boninkazo fanao isan-taona teo amin’ity toerana ity ny holafitry ny mpanao gazety Malagasy tamin’ity taona 2020 ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fanimbana tontolo iainanaFandikàn-dalàna 180 no voarain` ny MEDD

Miasa mafy ny ekipa fitaleam-paritra sy ny Talem-paritra maro eo anivon` ny Ministeran'ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovainjafy (MEDD) amin` izao fahamehana ara-pahasalamana izao.

 

 

 

Tao anatin' ny iray volana dia maherin' ny 180 ny fandikàna lalàna voarain` ny MED ary misy amin` izany fandikàna lalàna goavana. Tafiditra amin` izany ireo olona manao saribao antsokosoko anaty ala arovana, ireo mpanao trafika andramena kalaza tratra, famonoana afo ataon'ireo mpanao Doro tanety, sns… Ohatra tany amin`ny faritra andrefana sy avaratra andrefana dia ala honko no navadika ho kitay ka saribao miisa 425 no tratra anaty ala arovana tao Vohibola. Hazo sarobidy maro ihany koa no tratra tamin' ny Faritra Atsimo Andrefana sy Atsinanana ary Boeny sy Betsiboka. Mangataka hatrany ny fampiharana ny lalàna eo anivon'ny Fitsarana mba tsy ho herim-po very maina ny asanay, hoy ny teo anivon` ny MEDD. Izany mantsy no hany antoka fa tsy mamerina intsony ireny olona ireny àry hampihena ny fahapotehana ara-tontolo iainana sy ara-toekarena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanaovan-gazetyTafavoaka ny fonja i Arphine

v Nivoaka ny fonja soa aman-tsara omaly tamin’ny 1ora sy sasany I Arphine Rahelisoa, izay naneho fisaorana ny rehetra niombo-po sy nitaky ny fivoahany, indrindra fa ny namana mpanao gazety.

 

Ankasitrahana ny Filoham-pirenena nanafaka, izay heverina fa fanapahan-kevitra feno fahendrena amin’ny toe-draharahan misy amin’izao indrindra amin’ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety, hoy ny Filohan’ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM) Gérard Rakotonirina nitarika ny fitsenana azy. Midika izany hoe fandeferana amin’ny zavatra tokony handeferana, ary namaly ny firaisan-kiana sy ny fitakiantsika mpanao gazety niray hina tamin’ny fanamarihana ny andro maneran-tany momba ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety, hoy izy. Azo raisina ihany koa hoe miandry ny lesona homen’ny Filohan’ny Repoblika ho an’izay olona fototr’ireny toe-javatra naharatsy endrika azy ireny, hoy i Gérard Rakotonirina. Nangataka ny hanampiana ny mpanao gazety manoloana ny fihibohana izy satria tena niaritra ny mafy ny mpisehatra amin’io ka tokony mba hojeren’ny Filoha manokana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filoha RajoelinaNanadino ireo mpiasa

Araka ny fanehoan-kevitra nataon` ny filoham-pirenena, mitohy hy fepetra samihafa amin` ny fiatrehana ny aretina COVID-19 amin`ireo faritra telo cvoaksika.

 

Tsy voaresaka kosa ny momba ny tantsoroka amin`ny fiainam-bahoaka ao anatin`ny fiatrehana izany araka ny fanehoan-kevitra samihafa. Isan` ireo naneho ny fahadisoam-panatenany ny sekretera jeneralin` ny sendikàn` ny mpiasa (SSM), Barison Rakotomanga, tamin`ny fiandrasana ny kabarin` ny filoha ny alahady lasa teo. Ny zoma 01 mey no nankalaizana ny fetin` ny asa. Maro dia maro ireo olana sedrain` ny mpiasa voaresaka tamin` izany. Roa andro taorian` izay dia nisy ny lahatenin` ny filoha kanefa tsy nisafo ireo olana na iray aza, hoy izy. Tsy nahatsiaro ny mpiasa ny filoham-pirenena sa kosa ny kabarin` ny minisitry ny asa tamin` ny 01 mey ve no nisolo tena azy? hoy hatrany ity sekretera jeneraly ity. Karama tapaka, mpiasa niato amin`ny asany , asa very an` alina, orinasa maro no misedra olana tamin` ity krizy ara-pahasalamana ity. Baraingo tanteraka ny vahaolana saingy fanazavana tambavy CVO no nifotoran` ny kabarin` ny filoha Rajoelina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Julien Radanoara“Fotoana tokony hararaotin’ny Afrikanina izao!”

Miova daholo ny zava-drehetra maneran-tany ankehitriny, raha ny fahitan’ny mpandinika fifandraisana iraisampirenena, ny Pr Julien Radanoara, azy. Na ny fanatontoloana koa aza voa kely.

 

 

 Ny “multilateralisme” lasa “liberalisme”. Na ny fifanankalozana amin’ilay antsoina hoe “libre echange” aza tsy misy intsony fa samy miditra amin’ny atao hoe “protectionisme” ny rehetra. Samy manao izay hahavelona azy ny rehetra ary samy ho tia tena amin’izay satria mbola hihamafy ny krizy. Ireo firenena noheverina ho tsy ahoan-tsy ahoana mety hisongadina. Isika izao raha manohy io fahitana tambavy io, ohatra, dia mety ho isan’izany, hoy hatrany ny fanazavany. Samy miaro ny tenany, izany hoe, miezaka mamoitra izay zava-misy ao aminy ny firenena tsirairay. Fetsy ny amerikanina satria raha dinihina dia ireo mainty hoditra no ankamaroan’ireo maty ao aminy. Izany hoe mamely ny fifindra-monina ny filoha Donald Trump. Mamely ny mainty. Ireo no tena mpifidy demokraty. Ny sinoa indray mampiasa ny atao hoe “expansionnisme”, izany hoe, fanitarany ny mponina maneran-tany hakana ilay toeran’ny lohalaharana eto an-tany. Tokony hararaotin’ny afrikanina izao satria nalaza hatramin’izay ny politikan’ny taona 70 sy ny 80 hoe raha te hijanona ela eo amin’ny fitondrana ianao dia ireto 3 ireto no atao. Habadoy ny mponina. Hampahantrao! Foano ny farim-piainana antonony na “classe moyenne”, izany hoe ny tia karokaroka. Tsy nampiasaina mihitsy ny tia karokaroka sy manam-pahaizana, natao kely karama, natao aza izay handehanany any ivelany satria hoe manelingelina. Amin’izao fotoana izao izany raha tian’ny afrikanina ny hampanankarena sy tsy ampahantra ny firenena dia mila hainy ny manome toerana sy mampiasa ireny manam-pahaizana sy tia karokaroka ireny, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanararaotam-pahefana Polisy 3 naato tamin’ny asany

Polisy 3 no naato tamin'ny asany ny faran’ny herinandro noho ny fanararaotam-pahefana nataon’izy ireo.

 

Tany Mahajanga ny 2 rehefa nanao fihetsika tsy voahevitra tamina olona namonjy tora-pasika ka tsy maintsy nandraisana fepetra. Tany Fianarantsoa kosa iray izay nosamborin'ny fokonolona mihitsy rehetra tratra naka vola tamin’olona ary naterin'izy ireo teny amin'ny paositry ny polisy. Manamafy hatrany moa ny tompon'andraikitra avy eo anivon'ny Minisiteran'ny filaminam-bahoaka fa tsy handefitra manoloana ireo polisy manararao-pahefana ka tsy manaja ny etika sy deontolojia mifehy azy ary manimba endrika ny polisim-pirenena. Mankasitraka ny vahoaka malagasy ihany koa izy ireo amin’ny fanomezam-baovao hataon’ny fiaraha-monina, indrindra rehefa mahita tranga hafahafa tahaka izao. Ny laharam-pinday 034 15 367 20 moa no hahafahana mifandray mivantana amin’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny polisim-pirenena. Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaHandinika ny tetibola sy ny sata mifehy ny mpanohitra

Nisy ny fivoriana niarahana tamin’ny Filoham-pirenena tamin’ireo filohana andrim-panjakana: Praiminisitra, Filohan’ny antenimierandoholona, Filohan’ny antenimieram-pirenena,

 

 

 

 Filohan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana, ka niantsoana ny fivoriana ara-potoana izay efa voafaritry ny lalàna rahateo. Ny andininy faha-75 no manamafy fa isaky ny talata voalohany amin’ny volana mey, ary maharitra 60 andro no fivoriana ara-potoanan’ny antenimieram-pirenena. Mbola tsy afaka mametraka ilay “videoconferences” tahaka ny fanao any ivelany eto amintsika satria misy faritra aza mbola tsy misy tambajotrana internet. Noho ny vanim-potoana manokana, ary tsy voahaja mihitsy ny elanelana iray metatra raha eny Tsimbazaza, ka eny amin’ny CCI Ivato no hanaovana izany manomboka anio 5 mey. Ny fandinihana ny volavolan-dalàna nasiam-panintsiana na ny LFR sy ny sata mifehy ny mpanohitra no isan’ny hodinihina, raha ny fanazavan’ny Kestora faharoa Lanto Rakotomanga. Isan’ny adihevitra tsy nety vita teny amin’ny fahefana mpanao lalàna ny sata mifehy ny mpanohitra. Mbola tsy tonga eny amin’ny Antenimiera anefa na izany aza ny volavolan-dalàna momba ny tetibolam-panjakana. Marobe ireo tolo-dalàna sy lalàna tokony hatao ao anatin’izany satria iray volana io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay Christian Mitandrina mafy, tsy te hidi-bingo…

Manana fahefana sy iraka lehibe ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta ao anatin’ny Vanim-potoana manokana faritan’ny lalàna 91-011 sy ny hamehana lalovan’ny firenena.

 

 

 

Nomena ny fahefana hanampihantra ireo fepetra maro samihafa. Ny hita sy tsapa anefa dia somary mangina sy tsy handrenesam-peo firy hatramin’ny niantombohan’ny krizy. Tsy hoe tsy hampitenenina fa tsy mazoto hiteny rehefa halalinina. Fantatra tsara ny toerana nisy azy teo aloha tamin’ny maha Tale Jeneralin’ny OIT na Sampana iraisam-pirenena momba ny asa taty amin'ny ranomasimbe Indianina, fonksionera iraisam-pirenena. Mazava ho azy fa mitandrina sy tsy te hanimba tena eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena satria tsy ho mandrakizay no ho praiminisitra. Teknisianina kokoa ny Praiminisitra ary mahalala tsara ny atao hoe fenitra sy fitsipika ary lamina iraisam-pirenena ifanekena. Tsy te haloto ary mahalala tsara ny mety ho zava-miafina, ka tsy hidi-bingo. Mifangaro tanteraka rahateo ny politika sy ny fahasalamana eto. Misy karazana kopisoroka sy teti-panorona tena mampiahiahy satria maro ny zavatra tsy mangaraharaha. Toa adino tanteraka toekarena sy ny sosialy ka asa izay hiseho rehefa tafaverina amin’ny fiainana andavanandro. Izao mantsy aloha mbola fehezina ny zava-drehetra, manana fahefana tsy refesi-mandidy ny fanjakana, fa any aoriana mety ho vaky am-batolampy avokoa ny nafenina.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoTsy misy taxi-be manomboka anio

Tsy misy taxi-be miasa intsony manomboka anio talata 05 Mey eto Antananarivo renivohitra sy ny manodidina.

Noho ny fatiantoka izay niainan’izy ireo tao anatin’izay 15 andro niasany izay no voalaza fa anton’izany, raha araka ny fanambarana nataon’ny fivondronam-ben’ny mpitatitra eto Antananarivo renivohitra sy ny manodidina omaly. Ankoatra izay dia nambaran’izy ireo ihany koa fa mitombo ny isan’ ireo olona lasibatry ny tsimokaretina coronavirus hateraky ny fifampikasoka ka mety sy tsara raha mampiato ny asany vonjimaika aloha izy ireo mandra-pisian’ny fepetra ara-pahasalamana sy ny dinika hitadiavam-bahaolana tsy hisian’ny fatiantoka intsony. Fa ankoatra ireo voalaza ireo dia namondrona ny heriny miaraka amin’ny zotra nasionaly sy rezionaly ihany koa ny UCTU sy ny UCTS. Takian’izy ireo ny hahafahan’ireto farany miverina miasa tsy misy fatiantoka nefa manaraka sy manaja ny fenitra ara-pahasalamana. Toraka izany koa ny fanafoanana ny taratasy fahazoan-dalana ho an’ireo fiara avy amin’ny faritra mihiboka hivoaka mankany ivelany ankoatra ireo mitondra marary sy ireo mitondra razana irery ihany. Farany izay tsy kely akory dia hangatahin’izy ireo fatratra ny hihaona mivantana amin’ny Filoham-pirenena izay Ray aman-dRenin’ny firenena hahafahana mitady vahaolana haingana. Fanontaniana mipetraka araka izany ny hoe : ho aiza indray manomboka anio ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana sy ireo mpiasam-panjakana manao service minimum miasa tapak’andro ? Andrasana izay mety ho tohiny.

 

 

La Vérité0 partages

Rugby - Possible reprise de la compétition au mois de juillet

La coupe du Président pour commencer.  Le comité exécutif et l’équipe de la direction technique du Malagasy rugby travaillent d’arrache-pied pour établir un plan de la reprise des compétitions après le confinement. S’il y a retour à la normale et que le déconfinement général est annoncé à la mi-mai, le rugby malagasy prévoit de reprendre ses compétitions au mois de juillet.

« Comme les instances internationales ont déjà parlé d’une reprise des compétitions au mois de  juillet, l’ovale malagasy pense également  de reprendre les siens  au même mois. Nous examinons les moyens d’adapter le calendrier national à celui de l’international pour le bon déroulement de la saison et de rattraper le temps perdu  », a avancé Marcel Rakotomalala, président du Malagasy rugby (MR).

Selon toujours le patron de l’ovale malagasy, la compétition reprendra avec la coupe du Président, regroupant les huit meilleures équipes du championnat national Gold top 20 Elite Fédérale 1. Ce sera aussi l’occasion pour la fédération de clôturer la saison 2019-2020. 

« La saison 2020 débutera ainsi avec la coupe du Président  2019 puisque nous n’avons pas pu l’organiser l’année dernière  »,  précise Marcel Rakotomalala. Ce sera aussi une opportunité de reprendre les compétitions africaines, tout dépendra encore de la réunion par visio- conférence du Rugby Afrique prévue dans les jours à venir.

 Le président souligne ainsi que cet arrêt de plus d’un mois aura logiquement des conséquences sur la suite du calendrier. Peu importe mais l’essentiel c’est de terminer toutes les activités. Les joueurs devraient désormais reprendre leur entrainement individuel pour maintenir leur forme avant la compétition.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Suspension des taxis-be - Les avis des transporteurs divergent

Une objection quant à la suspension des activités des transporteurs. Durant son intervention dans une station de télévision locale, le directeur général de l’Agence des transports terrestres (ATT), Jeannot Reribaky,  a indiqué que les transporteurs doivent être libres de choisir leur position quant à cette déclaration de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) et l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS). Sur ce, des taxis-be de l’UCTU et de l’UCTS ont décidé de travailler. Ces derniers ont expliqué qu’ils ne sont pas d’accord avec cette décision, puisque jusque- là, ils n’ont pas encore travaillé à perte.

C’est la recette qui diminue en rapport avec le nombre des places et la limitation des heures du travail.  Ainsi, durant cette première journée, il a été  constaté que la suspension des activités des taxis-be n’a pas vraiment affecté le quotidien des  Tananariviens. D’une part, la plupart des arrêts-bus ont été désertés par les passagers et de l’autre, depuis le confinement, ils sont habitués à rejoindre leur lieu de travail à pied.  Seuls ceux dont leur lieu de travail se trouve à des dizaines de kilomètres de leur habitation sont obligés de planter devant les arrêts-bus pendant plusieurs minutes. Pour le centre ville et ses environs, les transporteurs ont travaillé dans le calme et les éléments des Forces de l’ordre ont assuré leur protection. 

Contrairement à cela, les transporteurs de la coopérative reliant Sabotsy Namehana et la Capitale, qui ont décidé de travailler, ont été victimes des actes de violence perpétrés par le «  camp adverse ». En effet, ces groupes de personnes ont mis un barrage à Sabotsy Namehana afin que les taxis-be ne puissent pas poursuivre leur chemin. Ils ont ainsi jeté des pierres aux véhicules. Par conséquent, ils ne sont pas arrivés à destination, mais seulement à Ambohitrarahaba. Heureusement  que les Forces de l’ordre sont intervenues pour calmer la situation.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Coronavirus - Fermeture d'une école à Alarobia Amboniloha

Depuis lundi dernier, par mesure de précaution face à la propagation du Covid-19, une école privée, située à Alarobia Amboniloha, a cessé toutes ses activités pédagogiques. Ayant repris les cours pour les élèves en classes d'examen, suite à l'annonce du Président de la République, cet établissement scolaire va devoir fermer ses portes jusqu'à nouvel ordre.  D'après les informations qui nous ont été fournies, il s'agit de l'école où est inscrit l'enfant âgé de 8 ans et résidant à Soavimasoandro, ce dernier ayant été testé positif au Covid-19. En classe de 7ème, il a été en contact avec ses camarades de classe durant des jours. 

Avant-hier, une équipe du Centre de commandement opérationnel - Covid-19, sis à Ivato, s'est dépêchée sur place pour effectuer des prélèvements de tous ses contacts se trouvant dans la même classe dont le nombre n'a pas été précisé. Pour cette raison, l'école en question a ainsi pris la mesure de préserver la santé des autres élèves préparant leur examen officiel. La réouverture dudit établissement scolaire dépendra ainsi du résultat d'analyse en laboratoire auprès de l'Institut Pasteur de Madagascar qui, selon d'autres sources, ne parviendra qu'après une dizaine de jours. D'autant plus, les parents d'élèves ont des inquiétudes par rapport à l'état de santé de leurs enfants, ce qui demeure compréhensible. 

Il est à noter qu'une autre école privée à Itaosy a pris la même décision. Et cela après avoir détecté un cas confirmé dans la classe de 3ème. De telle décision fait toujours suite à une validation des autorités sanitaires malagasy.  

7 millions d'élèves malagasy victimes

Protéger et faire progresser le droit de chaque apprenant à l'éducation. Telle est la mission principale des organismes internationaux œuvrant en faveur des enfants. Selon l'UNICEF Madagascar, 7 millions d'élèves malagasy, à savoir 900 000 élèves préscolaires, 4 650 000 élèves primaires, 1 100 000 collégiens, 363 000 lycéens et 70 000 élèves de l'enseignement et de la formation technique et professionnelle ont été impactés par la fermeture des écoles pendant plusieurs semaines. En tout, 248 000 enseignants répartis dans 61 000 établissements dont 73 % sont publics et situés en milieu rural ont aussi vécu une année scolaire interrompue. Pour cette raison, Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO, appelle les Gouvernements dont Madagascar à statuer urgemment la date et les modalités de réouverture des écoles, notamment en prenant une série de mesures afin de garantir qu'aucun enfant ne soit laissé de côté. Et cela dans le but de se préparer une fois le feu vert donné par les autorités sanitaires sur la réouverture des écoles et la reprise des cours pour ceux en classes d'examen. 

Du côté du ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP), un responsable nous a affirmé hier qu'aucune décision n'a été prise concernant la reprise de l'éducation primaire et secondaire pour les classes intermédiaires. « La dernière déclaration d'Iarintsambatra Rijasoa Randriamanana Josoa, numéro un de ladite institution, a par contre précisé que les dates des examens du CEPE et du BEPC ne sont pas modifiables », précise-t-il. Outre la reprise des cours pour les élèves en classes d'examen, des productions de cours à la radio et à la télévision nationale, ainsi que la confection des outils pédagogiques et des fiches d'auto-apprentissage sont programmées. Des émissions pour les classes intermédiaires sont également diffusées afin de répondre au besoin immédiat et urgent d'assurer la continuité éducative en cette crise sanitaire mondiale. 

K.R.

La Vérité0 partages

Anil Karim - Une semaine de captivité, aucune nouvelle

Une semaine est passée, mais toujours rien ! Autant dire le « black-out » total. Il s’agit d’Anil Karim, ce répartiteur de médicaments indo-pakistanais travaillant chez Sophasu (Soavinandriana),  enlevé lundi 27 avril dernier à Ambohibe-Ilafy. Certes, les choses ont un peu évolué la semaine dernière où ses proches auraient été en contact avec les ravisseurs, pour la première fois. Mais depuis, plus rien ! Ce pharmacien indo-pakistanais de nationalité française,  serait le premier à être victime d’un enlèvement dans le courant de l’année.

Même les Forces de l’ordre semblent être perplexes devant cette situation. « On n’a toujours aucune information à propos de l’otage. Mais l’enquête suit son cours », confie une source auprès du service de gendarmerie chargé de la recherche sur le kidnapping d’A. Karim. Même désarroi du côté du Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM). 

A propos, cette affaire semble ne pas laisser pour autant la Gendarmerie d’avoir l’esprit tranquille. On peut même dire que l’enlèvement d’A. Karim a déclenché une véritable mobilisation sans précédent ces enquêteurs. Du coup, l’affaire Norbert Ramandiamanana, alias Lama, le cerveau supposé de tous ces enlèvements, a été déterrée. A preuve, il y eut cette vague d’arrestations, soit 14 suspects, au cours de la semaine dernière. Une source auprès de cette Force militaire de noter que Lama serait lié directement ou non dans le kidnapping survenu à Ambohibe Ilafy, le 27 avril dernier. Bien que rien n’ait encore filtré de l’enquête actuelle, la Gendarmerie assure que cette investigation vise à apporter de la lumière sur tous les kidnappings survenus dans le pays au cours des deux dernières décennies. Mais là, notre interlocuteur de la Gendarmerie a été explicite. « Pour le moment, il s’agit d’une investigation pure et simple et l’issue ne doit forcément pas entraîner des emprisonnements », déclare-t-il.

A la lumière de cette situation, le tristement célèbre Lama serait donc la pièce maîtresse du puzzle. Et ce n’est pas étonnant que les Forces de l’ordre, dans un récent communiqué sur leur page Facebook, n’ont pas hésité à promettre une forte récompense à ce qui retrouve le fugitif, soit le pactole de 200 millions d’ariary. Lama aurait réussi toujours à échapper à la Police ou à la Gendarmerie, alors que ses acolytes sont, soit emprisonnés, soit déjà éliminés. C’était le cas en 2004 lorsqu’un commando de nos Forces de sécurité a investi la villa où s’étaient retranchés les camarades du fugitif à Ankerana.  Steeve, Mahandry, etc., ont ainsi perdu la vie au cours d’un échange de tirs avec les Forces de l’ordre à l’époque. Actuellement, on a perdu les traces de Lama alors qu’en 2008, il s’était montré plus coopératif en affichant la volonté de dévoiler des noms dans l’industrie du kidnapping.

Franck R.

La Vérité0 partages

Plan de relance économique - Le secteur privé demande une aide de 100 milliards d’ariary

Toutes les entreprises privées tirent la sonnette d’alarme. Un plan de relance économique aurait dû être annoncé la fin du mois dernier mais le Gouvernement ne s’est pas encore prononcé jusqu’à présent. Cependant, les sociétés n’arrivent plus à tenir le coup à cause du manque au niveau de la trésorerie. La Confédération du tourisme à Madagascar, le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM) ainsi que le groupement des opérateurs malagasy (FIVMPAMA) et les différents syndicats ont tous manifesté leur désarroi, hier, à travers des communiqués. 

Le GEM et le FIVMPAMA insistent sur une une aide allant jusqu’à 50 milliards d’ariary afin de riposter à la crise sanitaire et d’assurer le maintien de l’emploi. La somme demandée arrive jusqu’à 100 milliards d’ariary, soit 25 millions de dollars pour tout le secteur privé. « Les entreprises connaissent une décroissance sans précédent. Parallèlement à cela, on leur demande de faire des efforts au niveau de la sauvegarde des emplois. Nous sommes persuadés que nos gouvernants sont soucieux d’éviter une crise économique et sociale au-delà de cette crise sanitaire. Aucune entreprise ne pourra supporter seule la perte de salaires liée au chômage technique. Il est indispensable que l’Etat les soutienne, en prenant en charge cette perte de salaires », note le GEM et le FIVMPAMA dans leur communiqué. 

Selon les membres de ces groupements, le contenu de ce plan de relance économique était déjà finalisé il y a deux semaines. Ils attendent en ce moment les mesures concrètes et la décision finale du Gouvernement. « Chaque semaine qui passe amène son lot de décisions pour chaque entreprise », souligne la Confédération du tourisme à Madagascar. En d’autres termes, la situation s’aggrave chaque jour. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato a déjà annoncé qu’une négociation avec la Société financière internationale a déjà eu lieu afin de soulever les fonds nécessaires. « Les solutions se trouvent déjà entre nos mains. Une communication aura lieu cette semaine. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés car cette crise sanitaire se répercute sur l’économie et ce, même dans les trois prochaines années », a souligné le ministre, hier. 

Vu les vagues de licenciement et d’envoi au chômage technique au cours de ces quarante-cinq derniers jours, des milliers d’emplois sont en ce moment en jeu. Pour le cas du secteur touristique, 44 000 emplois directs et plus de 300 000 emplois indirects sont en péril, soit plus de 1,5 millions de Malagasy. Dans les entreprises franches, 150 000 employés sont menacés du chômage. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Facturation par lot - Fini les longues files d’attente au niveau des agences de la JIRAMA !

La société prépare désormais sa sortie de crise. Même en cette période de crise, la JIRAMA continue le développement de son plan de redressement. Ainsi, la société nationale d’eau et d’électricité a adopté des mesures d’accompagnement afin de faciliter au maximum le paiement des factures. Avec ces nouvelles mesures, les clients de la JIRAMA n’auront donc plus à affronter les longues files d’attente auprès des agences. « Une organisation se mettra en place ce mois-ci pour décongestionner nos agences, à savoir la mise en œuvre de la facturation par lot sur tout le territoire malagasy. 

Cette nouvelle modalité permettra ainsi de segmenter la totalité des clients dans une direction interrégionale donnée. La facturation de ces lots sera ensuite étalée durant tout le mois. Chaque lot aura alors sa propre période de facturation, évitant ainsi les longues files d’attente au niveau des agences », a expliqué Thierry Ramangasoavina, directeur principal commercial de la JIRAMA, hier, au siège de la compagnie, à Ambohijatovo Ambony. 

Désormais, dans le cadre de cette nouvelle organisation, les releveurs passeront donc deux fois dans le mois. La première fois pour relever l’index. Ensuite, il reviendra trois jours plus tard pour remettre la facture. « Toutefois, ce mois de mai sera une exception. Les releveurs passeront effectivement deux fois. En début du mois, ils feront un relevé de l’index tout en remettant la facture du mois d’avril. Et la fin du mois, ils repasseront pour remettre la facture du mois de mai. Dans tous les cas, il n’y aura aucune différence ni impact sur la facture du client. Elle se basera toujours sur le même nombre de jours de consommation, soit entre 27 à 30 jours au maximum », notifie ce responsable. « Une mesure de ce genre me ravit, surtout qu’à chaque fois que je paie mes factures, je dois réserver toute une matinée. J’espère que cela me permettra de faire un gain de temps conséquent, où je pourrai m’atteler à d’autres activités », se réjouit une mère de famille.

Dans cet esprit d’améliorer l’accueil des clients au niveau des agences, la société a aussi adopté i-laharana, une gestion de file d’attente, en cours de test dans l’agence d’Ambatonakanga. « Une file de paiement dédié « Cashless » a aussi été mise en place pour ceux qui souhaitent payer par Mobile Banking. Nous encourageons également le paiement via mobile pour éviter à nos clients de se déplacer, surtout qu’il est maintenant possible d’avoir un justificatif de paiement de factures par message » rajoute Rivo Radaniela, directeur adjoint chargé du marketing, de la digitalisation et de la vente auprès de la JIRAMA. 

En tout cas, pour éviter aux usagers de se faire piéger par des charlatans, les agents de la JIRAMA seront munis de leur badge et de leur ordre de mission dans l’exercice de leur métier.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Lutte contre l'insécurité dans le Haute-Matsiatra - 689 armes de guerre ou autres, une centaine de muniti...

Le nombre des fusils d'assaut ou autres, de fabrication locale,  saisis par la Gendarmerie, s'élève à 689 unités dans le courant de cette année dans la Région du Haute-Matsiatra. Ces  armes avaient été saisies des mains des dahalo sinon remises à la Gendarmerie des mains de personnes ayant fait preuve de bonne volonté. La Gendarmerie déclare sans ambages que ce résultat serait le fruit d'une longue campagne de sensibilisation des autorités locales dont des maires ou des députés de l'Isandra, afin justement de les exhorter à faire pression sur la population locale pour remettre ces armes à la Gendarmerie. 

La vue de tous ces fusils de tous types et de tous les calibres placés en rang à la caserne de cette Force, n'en finissait pas d'étonner les témoins. La saisie le 4 mai dernier de 147 fusils dans la Commune rurale d'Ambondrona dans l'Isandra auxquels devaient s'ajouter encore 204 autres  le 1er mai dernier, constitue le clou de l'événement.  Mais 43 fusils  ont été également confisqués dans la Commune rurale d'Iavinomby Vohimbola, District d'Isandra, le 8 avril dernier. 

La plupart de ces fusils sont de fabrication locale. Ces armes ont servi à des dahalo. Une partie avait été remise par des particuliers au maire de la Région, et ce, après bien la campagne de sensibilisation. 

Mais le plus alarmant  aussi dans cette affaire, c'est qu'une bonne partie de ces fusils est destinée aux Forces militaires. Il s'agit de ces 29 kalachnikovs confisquées dans l'ensemble de l'ex-Province de Fianarantsoa. Ces fusils automatiques auraient été pillés lors des évènements chauds qui ont secoué le pays en 2002 et en 2009. 

De son côté, le secrétaire d'Etat chargé de  la Gendarmerie était très ferme en donnant l'ordre de poursuivre les efforts en vue de la sécurisation de cette Région. D'ailleurs, sa devise est de « terroriser » les dahalo et leurs complices.

Le commandant de groupement de gendarmerie de Haute-Matsiatra et son homologue aux commandes de la brigade de Fianarantsoa, étaient au côté de la députée de l'Isandra durant ces opérations de saisie 

d'armes.

Franck R.

La Vérité0 partages

Artemisia annua - Un traitement « possible » contre le COVID-19 selon l’OMS

Le lancement du remède contre le coronavirus « Made in Madagascar » Covid -Organics ne laisse pas l’Organisation mondiale de la santé indifférente. En effet, ce « tambavy » malagasy élaboré à base d’artemisia relance les débats sur la médecine traditionnelle au niveau international. Cette organisation est donc sortie du silence et affirme – dans un communiqué publié depuis sa branche africaine au Congo Brazzaville hier – accueillir favorablement les innovations dans le monde, y compris le recyclage des médicaments, des produits issus de la pharmacopée traditionnelle et la mise au point de nouvelles thérapies dans le cadre de la recherche de traitements potentiels du COVID-19. 

Il est également souligné que « l’OMS reconnaît que la médecine traditionnelle, complémentaire et alternative, recèle de nombreux bienfaits ». Le cas de l’Afrique y est particulièrement évoqué à travers le rôle de la médecine traditionnelle et des tradipraticiens dans le domaine sanitaire. Concernant l’artemisia annua, cette plante est classée parmi celles considérées comme des alternatives de traitement possible du coronavirus. L’OMS tempère toutefois que « des essais devraient être réalisés pour évaluer leur efficacité et déterminer leurs effets indésirables ». 

Pour le cas du CVO, rappelons que le directeur général de l’IMRA ainsi que le Président, Andry Rajoelina avaient assuré que le lancement de ce « tambavy » avait déjà été précédé d’essais de traitement effectués sur des malades du COVID-19. Des essais qui se sont avérés concluants.

Conditions

Sur cette lancée, l’Organisation soutient que « même lorsque des traitements sont issus de la pratique traditionnelle et de la nature, il est primordial d’établir leur efficacité et leur innocuité grâce à des essais cliniques rigoureux ». L’OMS rappelle l’adoption, au cours de la cinquantième session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique tenue en 2000, une résolution sur la médecine traditionnelle par les gouvernements africains, par l’intermédiaire de leurs ministres de la santé. Ladite résolution invite les Etats membres à fournir des données factuelles sur la sécurité, l’efficacité et la qualité de la médecine traditionnelle.

L’OMS rappelle ses collaborations avec les instituts de recherche pour sélectionner les produits issus de la pharmacopée traditionnelle sur lesquels des investigations peuvent être menées afin de déterminer leur efficacité clinique et leur innocuité dans le traitement du COVID-19. L’Organisation n’exclut donc pas son appui financier en affirmant qu’au cours des deux dernières décennies, l’OMS a collaboré avec les pays pour assurer un développement sûr et efficace de la médecine traditionnelle en Afrique, en fournissant des ressources financières et un appui technique à cet effet. L’OMS a soutenu des essais cliniques, ce qui a amené 14 pays à délivrer des autorisations de mise sur le marché de 89 produits issus de la pharmacopée traditionnelle répondant aux normes d’homologation internationales et nationales établies. 

L’OMS dit se réjouir de chaque occasion de collaborer avec les pays et les chercheurs pour développer de nouveaux traitements, et encourage une telle collaboration pour la mise au point de thérapies efficaces et sans risque pouvant être utilisées en Afrique et ailleurs dans le monde.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Session insolite

Covid-19. Les cérémonies d’ouverture de la première session ordinaire du Parlement s’étaient tenues  dans la journée d’hier, le mardi 5 mai 2020, et cela dans un contexte inhabituel ou insolite. 

Selon les dispositions constitutionnelles, les deux Chambres du Parlement malagasy tiennent leur première session ordinaire respective à partir du premier mardi du mois de mai. Cette année 2020, les parlementaires se réunissent sur fond de « situation d’exception » en raison de l’ « état d’urgence sanitaire » qui prévaut dans le pays. Madagasikara mène au front de la guerre un combat sans complaisance contre le Covid-19. Le Gouvernement ne minimise nullement les risques parfois mortels que le virus corona est capable de provoquer. Rajoelina, lors de sa dernière intervention, durcit les mesures. Ce qui n’est pas du tout du goût de certains acteurs politiques et économiques. Mais la vie de tous les Malagasy en vaut plus que les intérêts de certains groupes. C’est une priorité que les tenants du pouvoir en place ne négocient à n’importe quel prix. Un comportement qui fait  l’honneur de nos dirigeants dignes de leur rang et pour le bonheur de la population. Quel serait notre sort si nos hommes et femmes qui tiennent les manettes du pouvoir négligeraient les intérêts vitaux de leurs administrés ?

Les parlementaires, en conclave, auront soixante jours pour discuter et adopter la Loi de finances rectificative (LFR). Mais vu la situation exceptionnelle en raison de l’état d’urgence sanitaire dû au Covid-19, le déroulement des sessions subit un changement inédit. Et toutes les restrictions en respect des mesures de prévention contre la pandémie restent entières. 

Les députés et les sénateurs sont tenus de se soumettre à la « loi sanitaire » dont entre autres le port de masque et le geste barrière. Les sénateurs n’ont pas tellement à s’inquiéter dans la mesure où le Palais de verre d’Anosikely pourra contenir la totalité des membres tout en se conformant à la distanciation de 1 mètre. Quant à eux, les députés, le Palais de Tsimbazaza se trouve trop étroit pour abriter les 151 élus à cause du respect obligatoire de cette incontournable distanciation sociale de un mètre. 

Pour la première fois de son histoire, depuis l’avènement de l’ère de l’indépendance, les députés vont devoir tenir leur session ordinaire en dehors du Palais de Tsimbazaza. Une situation inédite, toutes les épidémies et tous les cataclysmes ayant déferlé sur le pays n’ont pas pu empêcher nos élus députés à se retrouver à Tsimbazaza. La délocalisation au Centre de conférence international d’Ivato relève d’un cas de force majeure auquel l’Assemblée nationale ne peut pas en aucun cas se défiler. Le point d’orgue de l’ordre du jour, la Loi de finances rectificative, auquel les députés sont conviés d’en débattre et en adopter ne peut ou ne doit pas souffrir d’un quelconque report. Un autre sujet aussi important attend l’avis décisif de nos députés à savoir le sort réservé relatif à l’immunité dont bénéficient les anciens dirigeants mis en cause dans certains dossiers compromettants.

Nous osons espérer que durant cette session insolite, le Sénat ne fera pas un autre faux bond dans le cadre de la navette des dossiers entre les deux Institutions exigée par la Constitution comme ce fut malheureusement le cas lors de la dernière session.

Ndrianaivo

Midi Madagasikara0 partages

Komity Loharano : Installation sur fond de contestation

La distribution des aides et du Tambavy CVO au niveau des fokontany engendre toujours des mécontentements. Bon nombre de familles nécessiteuses qui devraient bénéficier de ces soutiens émanant de l’Etat se plaignent d’avoir été lésées et/ou écartées. Les chefs de fokontany et les responsables au niveau des quartiers sont particulièrement pointés du doigt et accusés de détournement, mais aussi de népotisme. A l’allure où vont les choses, la mise en place du Komity loharano que les responsables envisagent dans les jours qui viennent risque de se dérouler sur fond de contestations. D’après les informations, l’installation officielle des membres du Komity loharano au niveau des 192 fokontany d’Antananarivo serait prévue avoir lieu dans le courant de cette semaine. Pourtant, les Tananariviens se posent des questions sur le choix des 5000 individus qui vont composer ce Komity. Bon nombre d’observateurs estiment que pour respecter l’esprit du Fokonolona et le concept du développement de proximité prôné par le président Andry Rajoelina, il aurait été mieux d’organiser une réunion de tous les habitants du fokontany pour les choisir. Ce qui n’a pas été le cas pour la majorité des fokontany.au sein de la ville des Mille. Pour lever les doutes et le manque de confiance suite aux soupçons de détournement des aides sociales, une implication des populations de la base dans la mise en place du Komity loharano est de mise.

Davis R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Décès de Tsiariagna, illustre de l’accordéon

Cette photo dit tout sur Tsiariagna, musicien et génie de l’accordéon.

Un grand nom de l’accordéon dans la partie orientale de Madagascar, Tsiariagna, a déposé pour la dernière fois son instrument dimanche soir à l’Hôpital Be de Fénérive–Est à l’âge de 72 ans. Peu connu du grand public, cet éminent musicien est pourtant un patrimoine de la musique malgache. Dans le monde très restreint des accordéonistes, Tsiariagna se trouve au même rang, dans leurs domaines respectifs, que les Raprôsy, les Masy, les Velesy Jean Balsac… Dans les mémoires de la ville de Fénérive–Est, ce génie est relié aux traditions en animant les rassemblements comme le « Tsaboraha », une pratique ancestrale du groupe ethnique Betsimisaraka semblable au « famadihana ». Du temps où les orchestres et les animations dj n’existaient pas encore pour animer les mariages, Tsiariagna en avait animé des centaines durant sa carrière. Il était déjà là dans les années ’70, sans oublier les fêtes populaires, comme lors des festivités de l’indépendance. Selon les dernières informations, la dépouille du défunt a quitté la ville de Fénérive-Est dans la matinée d’hier pour rejoindre la localité de Vohilengo où se trouve sa dernière demeure. Pour le moment, le jour des funérailles n’est pas encore communiqué.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Dons de la FIFA à la FMF !

Le député de Sambava, Zoky Vonjy, était présent à Isoraka lors de la remise des dons de la FIFA.

Ambiance des grands jours hier, au siège de la Fédération Malgache de Football, à Isoraka. On avait en effet procédé à la remise de dons de la FIFA, le fruit du travail d’un lobbying des présidents des fédérations africaines dont Arizaka Rabekoto Raoul en faisait partie.

Le président de la FMF a, en effet, participé à ces réunions tant au niveau de la Cosafa, en particulier, qu’au niveau de la Confédération africaine, en général.

Les difficultés au quotidien des membres de la FMF et des ligues aidant, Arizaka Rabekoto Raoul a mis en avant cette impérieuse nécessité de venir en aide aux différents acteurs du football à Madagascar. C’est ainsi que l’aide a été étendue aux anciennes gloires dont le choix est fixé par le DTN, Debon Jean François, sans doute en raison des agissements de certains qui, sans palmarès aucun, demandent à en faire partie.

L’aide, conséquente tout de même, est composée d’un sac de riz, de bouteilles d’huile alimentaire, de savon de ménage ainsi que de tout l’attirail pour se protéger du coronavirus, incluant les masques, le gel hydroalcoolique et même des huiles essentielles et le “tambavy” de l’IMRA.

Outre les membres du comité exécutif de la FMF et les commissions, cette aide sera acheminée vers les ligues chargées de faire la distribution auprès des sections voire plus comme les trois clubs féminins de Sambava qui recevront aussi leur part par le truchement du député Behavana Zoky Vonjy.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fonjan’Ihosy : « Nikomy » ireo gadra, 12 tafatsoaka, mpiandry fonja telo no naratra

Nitrangana savorovoro tamin’ny fonjan’Ihosy ny alin’ny alahady teo. Vokany, gadra manodidina ny 12 tany ho any no tafatsoakan’ny fonja. Mpiandry fonja telo kosa no naratra mafy vokatr’izay. Fantatra fa efa nisy tamin’ireo voafonja anankiroa no voasambotra io alina io ihany.

Niaina tao anaty tebiteby tanteraka ny tao an-tampon-tanan’Ihosy tao ny alin’ny alahady lasa teo, raha vao nahare fa vaky ny fonja. « Nisy ny toy ny karazana « fikomiana » nataon’ireo olona voatazona  tao an-toerana tamin’io fotoana io » hoy ny loharanom-baovao iray avy ao amin’ity toeram-pigadrana ity. Na teo aza anefa ny ezaka nandaminana izany nataon’ireo tompon’andraikitra sy ireo mpiandry fonja dia tsy voasakana ny fitsoahan’ireo gadra amam-polony. Nanampy trotraka izay rahateo, raha ny angom-baovao azo hatrany ny fahanteran’ny foto-drafitr’asa tamin’ity toerana hitazomana ireo olona nanao ratsy teo amin’ny fiaraha-monina ity. « Nanararaotra ny savorovoro nisy ireo gadra ka namotika ny foto-drafitr’asa, nahafahan’izy ireo nitsoaka » hoy hatrany ity loharanom-baovao ity. Na izany aza anefa, nanohitra sy nandray ny andraikiny hatramin’ny farany ireo mpiandry fonja ary raikitra tamin’izany mihitsy ny ady nifampitolomana tamin’ireo gadra. Nisy tamin’iretsy voalohany no naratra mafy vokatr’izany ary voasambotra teo ho no eo ihany ny roa, raha tafaporitsaka ny ambiny. Nisy ny fivoriana maika niarahan’ny tompon’andraikitra rehetra sy ny manam-pahefana tany an-toerana ary efa mandeha ny hazalambo hikarohana ireo gadra tafatsoaka ireo.

Marihana fa fanindroany tamin’ireo fonja vaky ity tany Ihosy ity tato anatin’ny herinandro izay. Ny iray voalohany ilay tao Arivonimamo, izay nitranga ny alin’ny alatsinainy hifoha talata heriny teo iny. Raha ny mahakasika ity farany dia nambaran’ireo tompon’andraikitra fa mbola ao anatin’ny fikarohana ilay gadra iray tafatsoaka ireo tompon’andraikitry ny filaminana sy ny mpiandry fonja amin’izao. Tsiahivina fa ilay namany iray niara-nitsoaka tamin’ity farany dia efa voasambotra teny Vontovorona roa andro taorian’ny nitsoahany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : 3F5 soutient les personnes âgées d’Amboditsiry

Les clubs de quartiers se mobilisent dans l’action sociale. Après le FT Manjakaray, c’était au tour du 3F5 d’accomplir son devoir de citoyen. En effet, quelques joueurs du club se sont rendus dans le quartier d’Amboditsiry, dont le nom est porté par ce club de la première division d’Analamanga, pour tendre la main aux personnes âgées et anciens joueurs. Cette descente a notamment vu une distribution de dons alimentaires pour atténuer les difficultés engendrées par la crise du Covid-19. Ils ont accompli cette belle action avec enthousiasme et amour. Pour eux, leur existence n’est pas seulement limitée dans le domaine du sport, les rugbymen ont aussi conscience de leur devoir envers la communauté et le pays.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Football- Fosa Juniors :L’entraînement individuel obligatoire !

La déclaration du président en date du 3 mai pourrait donner un second souffle à certains clubs, surtout pour ceux qui se trouvent dans les régions non impactées directement par le Covid-19. Ce n’est pas toutefois le cas pour Fosa Juniors Boeny. L’équipe championne de Madagascar n’a pas encore envisagé de reprendre ses entraînements en groupe. Les dirigeants ont choisi de maintenir la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des sports qui dicte la suspension des activités sportives jusqu’à nouvel ordre. « Malgré cette déclaration, on ne pourrait envisager que des entraînements individuels de nos joueurs à domicile sous notre directive. D’ailleurs, depuis que cette épidémie a été détectée à Madagascar, nos joueurs sont rentrés chez leurs familles respectives. Pourtant, l’entraînement individuel demeure toujours un mot d’ordre chaque jour », a fait savoir Titi Rasoanaivo, le coach de Fosa Juniors.

A titre de rappel, ce club de Boeny a encore huit matchs à jouer à la Pro League. La reprise de cette compétition nationale est envisageable, d’après un communiqué publié par l’association des Clubs de Football Elite à Madagascar (CFEM), jeudi dernier. « On a déjà vécu une trêve à la fin de l’année 2019, mais cela n’a pas pris beaucoup de temps comme durant ce confinement. Pourtant, Fosa Juniors n’a pas pris le départ à zéro et ce serait le cas à la reprise de cette compétition. On s’attend seulement que certains joueurs aient pu gagner un peu de poids. J’espère, ainsi, que le CFEM nous accorde plus de temps pour passer des entraînements avant notre première entame à la Pro League », a-t-il conclu.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Transports urbains et suburbains : Tana privée de bus à partir de ce jour

Il n’y aura pas de bus à partir de ce jour dans la capitale.

Les transporteurs urbains et suburbains (UCTU et UCTS) de la capitale ont décidé de suspendre leurs activités à partir de ce jour par peur de propagation du covid-19.

Responsabilité. C’est le mot utilisé par Mihaja Razafiniarivo, porte-parole des transporteurs réunis auprès de l’Union des Coopératives de Transports Urbains et Union des Coopératives de Transports Suburbains, pour justifier la prise de la décision de « suspendre leurs activités à partir de ce jour ». Une décision qui serait le fruit de plusieurs réunions organisées par les transporteurs et qui serait motivée par la « hausse du nombre des cas enregistrés de covid-19 ». Mihaja Razafiniarivo d’avancer: « En dépit de la déclaration du Président de la République en date du 3 mai 2020, nous avons décidé de suspendre nos activités à partir de demain (ce jour) jusqu’à la mise en place de mesures sanitaires et de mesures – prises de concert entre l’Etat et les transporteurs – devant permettre de nous éviter les pertes dans l’exercice de nos activités ». La suspension des transports publics serait « une prise de responsabilité dans la lutte contre la propagation du covid-19 », d’après toujours le porte-parole de l’UCTU et de l’UCTS lors d’une conférence de presse organisée à Andohatapenaka hier. Outre l’arrêt des activités, les transporteurs ont également profité de la conférence de presse pour « dénoncer des pertes en matière de recettes causées par la situation de crise actuelle ». Une situation que ceux-ci espèrent résoudre avec les responsables étatiques.

Attente. Le laisser-aller à propos des mesures sanitaires comme l’utilisation de gels hydroalcooliques dans les bus et taxis-be de la capitale a été dénoncé par beaucoup de Tananariviens. Interrogés sur la situation, des receveurs de bus ont fait savoir que leur « stock de gels hydroalcooliques est épuisé » et qu’ils attendent que les responsables fassent les approvisionnements. « Nous espérons que les dons de gels hydroalcooliques vont continuer parce que leur utilisation rassure plus les passagers », lance Tsila, receveur de bus desservant le quartier de Soavimasoandro. Joint au téléphone pour de plus amples informations concernant les mesures sanitaires à prendre dans les bus, Bemana Rafenoarison Vigor, Directeur des Transports Urbains (DTU) auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) d’expliquer: « Les dons de gels hydroalcooliques ainsi que les opérations de désinfection des bus ont été effectués par l’Association Fitia ». La commune urbaine d’Antananarivo s’étant chargée des taxis selon toujours les explications du directeur des transports urbains auprès de la CUA. Notre interlocuteur de faire également savoir que « la suite de la situation relève d’une question d’organisation interne ». « On va voir jusqu’à quand l’Association Fitia va prendre en charge les opérations de désinfection et de dotation en gels hydroalcooliques des bus. Nous allons également voir si la commune pourra prendre le relais ou si ces activités vont toujours être assurées par l’Association Fitia », renchérit Bemana Rafenoarison Vigor. Si la décision de suspension des activités est avancée par les transporteurs, la reprise dépend de la CUA et de l’Etat par la mise en place de mesures sanitaires permettant de protéger aussi bien les transporteurs que les usagers. La semaine s’annonce dure pour la frange de la population tananarivienne qui doit prendre les bus.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Transports urbains et suburbains : Tana privée de bus à partir de ce jour

Il n’y aura pas de bus à partir de ce jour dans la capitale.

Les transporteurs urbains et suburbains (UCTU et UCTS) de la capitale ont décidé de suspendre leurs activités à partir de ce jour par peur de propagation du covid-19.

Responsabilité. C’est le mot utilisé par Mihaja Razafiniarivo, porte-parole des transporteurs réunis auprès de l’Union des Coopératives de Transports Urbains et Union des Coopératives de Transports Suburbains, pour justifier la prise de la décision de « suspendre leurs activités à partir de ce jour ». Une décision qui serait le fruit de plusieurs réunions organisées par les transporteurs et qui serait motivée par la « hausse du nombre des cas enregistrés de covid-19 ». Mihaja Razafiniarivo d’avancer: « En dépit de la déclaration du Président de la République en date du 3 mai 2020, nous avons décidé de suspendre nos activités à partir de demain (ce jour) jusqu’à la mise en place de mesures sanitaires et de mesures – prises de concert entre l’Etat et les transporteurs – devant permettre de nous éviter les pertes dans l’exercice de nos activités ». La suspension des transports publics serait « une prise de responsabilité dans la lutte contre la propagation du covid-19 », d’après toujours le porte-parole de l’UCTU et de l’UCTS lors d’une conférence de presse organisée à Andohatapenaka hier. Outre l’arrêt des activités, les transporteurs ont également profité de la conférence de presse pour « dénoncer des pertes en matière de recettes causées par la situation de crise actuelle ». Une situation que ceux-ci espèrent résoudre avec les responsables étatiques.

Attente. Le laisser-aller à propos des mesures sanitaires comme l’utilisation de gels hydroalcooliques dans les bus et taxis-be de la capitale a été dénoncé par beaucoup de Tananariviens. Interrogés sur la situation, des receveurs de bus ont fait savoir que leur « stock de gels hydroalcooliques est épuisé » et qu’ils attendent que les responsables fassent les approvisionnements. « Nous espérons que les dons de gels hydroalcooliques vont continuer parce que leur utilisation rassure plus les passagers », lance Tsila, receveur de bus desservant le quartier de Soavimasoandro. Joint au téléphone pour de plus amples informations concernant les mesures sanitaires à prendre dans les bus, Bemana Rafenoarison Vigor, Directeur des Transports Urbains (DTU) auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) d’expliquer: « Les dons de gels hydroalcooliques ainsi que les opérations de désinfection des bus ont été effectués par l’Association Fitia ». La commune urbaine d’Antananarivo s’étant chargée des taxis selon toujours les explications du directeur des transports urbains auprès de la CUA. Notre interlocuteur de faire également savoir que « la suite de la situation relève d’une question d’organisation interne ». « On va voir jusqu’à quand l’Association Fitia va prendre en charge les opérations de désinfection et de dotation en gels hydroalcooliques des bus. Nous allons également voir si la commune pourra prendre le relais ou si ces activités vont toujours être assurées par l’Association Fitia », renchérit Bemana Rafenoarison Vigor. Si la décision de suspension des activités est avancée par les transporteurs, la reprise dépend de la CUA et de l’Etat par la mise en place de mesures sanitaires permettant de protéger aussi bien les transporteurs que les usagers. La semaine s’annonce dure pour la frange de la population tananarivienne qui doit prendre les bus.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Programme PROSPERER : Des semences améliorées pour 500 producteurs de black eyes

Le « Black eyes » est une variété de grain sec faisant la renommée du district d’Ambato-Boeny. En effet, c’est un des produits agricoles destinés à l’exportation. Cependant, plus de 90% des superficies cultivées en black eyes ont été détruits suite aux intempéries survenues dernièrement dans ce district. Le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, par le biais du programme PROSPERER (Programme de soutien aux pôles de micro-entreprises rurales et aux économies rurales) financé par le FIDA (Fonds international de développement agricole), vient de remettre 12 tonnes de semences de black eyes améliorées au profit de 500 producteurs locaux. Ces paysans sont issus de 20 associations et répartis dans douze communes dans le district d’Ambato-Boeny. Ce qui leur permettra ainsi de redémarrer leur campagne de production pour cette année.

Système de fonds revolving. Il est à noter que le Programme PROSPERER, qui vise à promouvoir l’augmentation des revenus de la population vulnérable via la consolidation des micro-entreprises rurales, soutient également d’autres filières porteuses comme le maïs. C’est pourquoi, des semences de maïs améliorées d’une quantité de 12 tonnes ont été également remises aux producteurs sinistrés. Ces derniers pourront ainsi cultiver sur une superficie d’au moins 400 ha pour le maïs et 400 ha autres pour le black eyes. Chaque exploitant agricole disposera ainsi d’une quantité de semences de 23 kg. Par ailleurs, un système de fonds revolving a été mis en place afin d’assurer la disponibilité des semences améliorées de maïs et de black eyes pour les prochaines campagnes; et ce, en faveur des autres paysans. Chaque bénéficiaire rendra ainsi le double de la quantité de semences améliorées qu’il a obtenue au redémarrage de cette campagne de production au moment de la récolte, a-t-on appris.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Epidémie de dengue à Mahajanga : Une équipe d’épidémiologistes de l’IPM à la rescousse

Le moustique aedes aegypti, l’ennemi à abattre.Photo d’archives

Journée de grand nettoyage général, ce jour, dans toute la ville de Mahajanga, récemment frappée par une épidémie de dengue. Ainsi, ce 5 mai 2020, la demi-journée de 6h à 12h a été déclarée vaquée pour la population de Mahajanga afin de permettre à tous les ménages de se consacrer à un grand nettoyage et assainissement de l’environnement de vie des foyers. En effet, afin d’éviter la propagation de l’épidémie de dengue, les autorités sanitaires misent sur la prévention. Assainir l’environnement et assécher toute forme d’eau stagnante (pneus usagés, sous-pots de fleurs, flaques d’eau insalubre etc.) permettent de réduire fortement la prolifération des moustiques, le vecteur principal de la dengue étant le moustique aedes aegypti. Par ailleurs, il est conseillé à toute la population le port de vêtements couvrant tous les membres (manches longues, pantalons ou vêtements longs) et surtout l’usage de moustiquaires imprégnées d’insecticides la nuit. Ces gestes de prévention sont actuellement vulgarisés dans la ville.

Hier, deux émissaires du gouvernement, à savoir la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Pr Assoumacou Elia Béatrice, et le ministre des Affaires étrangères, le Dr Tehindrazanarivelo Liva Djacoba, se sont rendus à Mahajanga pour constater de visu la situation sur place. Plusieurs malades ont reçu, à cette occasion, la visite de ces ministres à l’hôpital ou à leur domicile. Le directeur de cabinet du ministère de la Santé publique, Lamina Arthur, de souligner pour sa part que la prise en charge de tous ces malades de la dengue à Mahajanga est totalement gratuite. Par ailleurs, il a été appris qu’une équipe d’entomologistes et d’épidémiologistes de l’Institut Pasteur de Madagascar a également mis le cap sur Mahajanga, hier, dans le cadre d’une investigation de cas groupés de dengue. Ce, en appui au ministère de la Santé publique.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Denise au top de sa forme dans « All eyes on me »

« Elle est différente et elle innove », telle est la phrase d’un fan après avoir écouté la chanson. Eh oui ! Après son titre Bio, qui a fait le tour de la Grande Île et inondé les réseaux sociaux ainsi que les ondes des radios, Denise interprète la chanson de Lôla « Tsy azo atao ahoana » sortie le 22 mars dernier. Il y a une semaine, la princesse de l’afro pop malgache sort un nouveau morceau, « All eyes on me ». L’épouse du patron de Makua Entertainment n’arrête pas de surprendre ses inconditionnels. Élue artiste de l’année 2019, elle confirme toujours sa présence et n’a pas l’intention de jeter l’éponge. D’ailleurs, elle est toujours au top de sa forme.

Bonne qualité ! En écoutant « All eyes on me », l’auditeur sent une énergie dégagée par la chanteuse. Sa voix prodigieuse est accompagnée d’un arsenal de mélodies sûrement produites par son mari Shyn. « All eyes on me” est ”une véritable architecture musicale, c’est le moins que je puisse dire. Denise est un artiste hors du commun », a affirmé Judicaël Rivo, un ingénieur du son.

Reste à savoir si ce morceau mènera à un nouvel album ou s’il s’agit simplement d’une façon pour elle d’offrir à ses fans un inédit durant le confinement.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le COVID-19 : L’Armée malagasy sur le qui-vive face à la menace comorienne

Même si notre pays se trouve presque épargné du pire que la pandémie de coronavirus a provoqué dans le monde, le chef d’état-major des armées malagasy (CEMA), le général de division Jean Claude Rabenaivoarivelo insiste sur la nécessité de rester toujours vigilant quant à l’éventuelle résurgence de ce fléau sur le territoire national. La présence effective de cette maladie qui tend à faire des ravages dans les îles Comores constitue une menace à laquelle il faut faire face. D’après lui, des dispositifs sont déjà mis en place par son état-major – en tant que partie prenante dans la lutte contre cette maladie – pour sécuriser nos frontières. L’opération est orientée vers le littoral Nord-Ouest de Madagascar car cette partie de l’île est très favorable à l’approche des embarcations en tous genres, et la période d’intersaison été/hiver offre une meilleure condition de navigation. Sous l’égide de l’état-major des armées, les régions militaires numéro 4 à Mahajanga et numéro 7 à Antsiranana (RM4 et RM7) contrôleront ainsi la zone susmentionnée, divisée en deux secteurs Nord et Sud. Le Centre opérationnel militaire sis à Andohalo assure le suivi et coordination des actions sur terrain. Cela a été initié depuis le 1er mai à travers l’envoi des éléments inter-armés à Diégo jusqu’à Mahajanga, en passant par Nosy-Be. Un avion a été dépêché à partir d’Antananarivo pour surveiller la côte littorale Nord-Est. Trois bateaux (V15, Malaky, Matsilo) ont été mobilisés. Ce n’est pas tout, le CEMA annonce qu’actuellement, l’envoi d’un autre navire en provenance d’Antsiranana est envisagé pour renforcer le contrôle de l’espace maritime des environs de Nosy-Be. Ces bateaux seront en communication avec des éléments installés sur la terre ferme composés des 200 hommes issus des deux régiments susmentionnés. Cette action sera réalisée avec l’aide et support de tous les autres organismes œuvrant pour le contrôle des frontières et du littoral malgaches tels le CFIM (Centre de fusion d’informations maritimes), l’APMF, la Gendarmerie, la Police des frontières ainsi que les populations dans ces localités. Actuellement, ces bateaux sont déjà opérationnels. L’avion est nécessaire pour la collecte d’informations qui seront exploitées pour l’élaboration de la stratégie à mettre en œuvre suivant la situation qui prévaut. En effet, le CEMA souhaite l’effectivité de la collaboration entre les parties concernées pour la réussite de cette opération.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Un déconfinement partiel qui ne satisfait pas tout le monde

Le terme de déconfinement, bien qu’il ne soit pas utilisé de manière explicite par les autorités, semble avoir été considéré par les citoyens comme inéluctable. A voir le comportement de ces derniers en ce début de semaine, on ne ressent chez eux aucune crainte de ce Coronavirus qui est pourtant un danger constant. Les forces de l’ordre ont sévi une fois de plus hier, mais l’action a été localisée. Mais ces interventions coups de poing, aussi spectaculaires soient-elles, ne semblent pas dissuader les nombreux contrevenants qui cultivent une insouciance tranquille.

Un déconfinement partiel qui ne satisfait pas tout le monde

Pour un certain nombre de Tananariviens, ce mois de confinement a été dur à supporter. Le danger du coronavirus est ressenti comme une véritable épée de Damoclès. La communication faite par les autorités a parfaitement atteint son objectif, mais à la longue, l’impression d’une maîtrise de la pandémie s’est installée. Une partie de la population a commencé à relâcher sa vigilance, les recommandations renouvelées par les responsables ne sont plus suivies scrupuleusement. La lassitude a gagné les couches les plus vulnérables de la population. La distanciation sociale est très peu respectée. Le renouvellement de l’état d’urgence sanitaire peut être vide de sens si les citoyens ne tiennent pas compte des contraintes y afférentes. La discipline s’est relâchée et malgré le port du masque qui est respecté par une majorité de personnes, la propagation du virus risque de se faire sans discontinuer. Certes, les autorités médicales ne relâchent pas leur vigilance et traquent les cas contacts, mais les moyens utilisés, notamment les tests sont insuffisants. Le sens de la responsabilité s’est émoussé chez ceux qui sont préoccupés par leur lutte pour la survie. Le « tambavy Covid organics » est bien entendu disponible pour renforcer les défenses immunitaires, mais sa prise incommode un certain nombre de citoyens. Aujourd’hui, on vit un déconfinement qui n’est pas total, mais qui y ressemble beaucoup. Le malaise existe et il faudrait tout faire pour le dissiper.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Les ligues régionales en attente des directives fédérales

La levée de la suspension des activités dépend surtout des directives et des recommandations des fédérations sportives pour nombreuses disciplines.

A l’exception d’Analamanga, d’Atsinanana, de Haute-Matsiatra et d’Alaotra-Mangoro, les autres régions de l’île peuvent reprendre progressivement les compétitions sportives. C’est l’annonce du président Andry Rajoelina lors de son intervention dimanche soir. Toutefois, une reprise timide car le nombre des spectateurs à toute manifestation ne devrait pas dépasser les 50 personnes. 24 heures après l’annonce, les ligues régionales sont encore dans l’expectative. « Les championnats régionaux N1B ont été reportés à cause du confinement. Nous devons reprendre les compétitions suite aux directives du président de la République, mais nous attendons aussi la décision de la fédération malgache de basket-ball. Notre souci aussi c’est la disponibilité des infrastructures. Les frais de location du complexe sportif coûtent tellement cher alors que nous n’avons plus de gymnase après la démolition de l’ancien situé à Mangarivotra », a annoncé Arnaud Razafindrainibe, président de la ligue de basket-ball de Boeny. La suspension est effective depuis fin mars, la levée définitive des interdictions est vivement attendue par les fédérations, tout en respectant les gestes barrières. « Les compétitions restent suspendues. Il est difficile de respecter les 50 personnes. Le problème est qu’Analamanga regroupe le plus de clubs et il faut que toutes les compétitions démarrent ensemble », a fait savoir Tsiry Colombe Rasamoelina, secrétaire générale au sein de la FMBB. Pour la fédération malgache de volley-ball, la ligue régionale d’Anosy est en pleine étude concernant la stratégie de reprise des activités. « Nous étions en pleine Coupe de Pâques lorsque la décision de suspension des activités a été prise. L’équipe de la ligue va concerter pour la reprise des compétitions. Le confinement était assez dur pour nous car au-delà de l’arrêt des activités, trois de nos joueurs sont décédés », a regretté Falimanantsoa Rasolofomanana, président de la ligue Anosy.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Contentieux lors des communales : Les verdicts du Conseil d’Etat, attendus ce jeudi

Les juges électoraux au sein du Conseil d’Etat ne vont finalement pas attendre la fin de la période de confinement pour rendre leurs verdicts. D’après les informations, le Conseil d’Etat va trancher sur les requêtes en cassation reçues suite aux derniers scrutins communaux, et vont commencer à publier les verdicts à partir de ce jeudi. A noter que 488 requêtes sont en cours de traitement dans tout Madagascar. Le deadline fixé initialement à ce sujet est le 9 avril mais le processus a été perturbé par le confinement et l’Etat d’urgence sanitaire. Pour l’heure, 25 communes ne disposent pas de maires et 15 autres dépourvues de conseillers. Pour rappel : des élections partielles vont être organisées 120 jours après le dernier verdict du Conseil d’Etat.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Belo sur Tsiribihina : Tovolahy 17 taona nalain’ny dahalo an-keriny

Efa zary fanaon’ireo dahalo tato ho ato ny maka olona an-keriny eny ambany vohitra mba hitakiana vola na omby. Tovolahy iray 17 taona no niharan’izany tao amin’ny fokontany Ankotrofotsy Kaominina Belinta distrika Belo sur Tsiribihina ny alin’ny 17 aprily lasa teo tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Nalatsak’ireo olo-dratsy teo amin manodidina ny trano ny laharan’ny findain’izy ireo. Fihetsika hanaporofoina fa lasan’izy ireo ity tovolahy ity. Rehefa natsoina moa ilay laharana dia namaly ireo dahalo ary nitaky omby 12 sy vola 7 hetsy ariary. Nambaran’izy ireo fa tsy maintsy aterina ao amin’ny toerana antsoina hoe Anivorano izay efa any amin’ny faritra Miandrivazo. Nandray andraikitra avy hatrany ireo miaramila mpampandry tany avy ao amin’ny ZRPS Bravo (Zone rurale prioritaire de sécurité Bravo B2) izay misahana iny toerana iny raha vao nandre ity tranga ity. Napetraka ary ny vela-padrika rehetra ka notanterahina tokoa ny fitakian’ireo jiolahy. Teo am-panolorana ny omby sy ny vola anefa dia nandamoka  ny paik’ady natao fa nihemotra tamin’ny ora farany ireo mpaka an-keriny. Nitranga izany satria fantatra fa nisy olona nifandray tendro amin’izy ireo ka nahalalan’izy ireo fa fandrika io satria efa ao akaiky ao ny mpitandro filaminana. Voatery nanova tetika indray ireo miaramila ka andrasana ny mety ho vokatr’izany hatreto.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Brèves

#- Nosy-Be. Une jeune femme assassinée et enterrée dans son propre jardin. Dimanche dernier, le corps sans vie d’une femme a été découvert dans un fossé, non loin de sa maison dans un village de Diego Hely, dans le district de Nosy-Be par des éléments des forces de l’ordre locales. D’après les légistes, la dépouille de la victime présente de multiples lésions graves qui lui auraient été fatales. Selon les hypothèses avancées par les limiers de la gendarmerie arrivés sur place, elle aurait été victime d’un meurtre suivi d’un cambriolage. Ses assaillants l’ont probablement torturée jusqu’à la mort. Ils l’ont ensuite enterrée dans sa propre cour, après avoir cambriolé sa maison. En effet, après les fouilles des environs, les éléments de forces de l’ordre ont trouvé sa demeure totalement vide. Une enquête a été ouverte pour retrouver la ou les personnes derrière ce crime crapuleux. L’on a appris qu’un individu de son entourage, suspecté d’en être l’auteur, fait l’objet d’une recherche actuellement.

#- Toamasina. Démantèlement d’un réseau de malfrats. Les éléments de la police du commissariat du 1er arrondissement de Toamasina ont mis la main sur les auteurs d’un cambriolage perpétré à l’encontre d’un opérateur étranger à Ankirihiry, il y a deux semaines de cela. En tout, 11 personnes sont arrêtées. Elles sont toutes impliquées dans ce méfait. Selon les informations reçues, c’est grâce à des indications fournies par des individus bienveillants que les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à l’interpellation de ces bandits. D’ailleurs, un téléphone haut de gamme, un Iphone 6S appartenant à la victime, a été retrouvé en leur possession. Embarqués, ils ont fait l’objet d’une enquête préliminaire dans les locaux de la police. L’affaire a été portée devant la justice, hier. Rappelons qu’un pactole de 20 millions d’ariary ainsi que deux smartphones ont été dérobés ce jour-là.

Recueillis par m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tenue de cultes : “Les mesures barrières doivent être respectées à la rigueur », rappelle le FFKM

Pasteur David Rakotonirina (à gauche), président du conseil œcuménique des églises chrétiennes.

L’état d’urgence sanitaire est prolongé, et le retour de la vie quotidienne à la normale sera progressif. Pour les régions Atsinanana, Analamanga, Alaotra Mangoro, Haute Matsiatra, les mesures en vigueur sont maintenues. Dans ces régions concernées par le confinement, les lieux de cultes sont autorisés à rouvrir mais « la distanciation sociale et les mesures barrières doivent être respectées », a rappelé, hier, David Rakotonirina, président du conseil œcuménique des églises chrétiennes. « Une liste complète des fidèles qui ont été présents au culte doit être aussi parvenue au niveau des préfets et des chefs de district », ajoute-t-il. Les cultes ont repris depuis deux semaines dans les temples et églises du pays après un mois de suspension, mais leur tenue devrait se faire encore dans des conditions contraignantes. Le président de la République a rappelé lors de son intervention télévisée du dimanche 03 mai dernier l’obligation de respecter les mesures barrières qui s’imposent à toutes les religions dans le cadre l’état d’urgence. Dans plusieurs lieux de culte, ces restrictions sont suivies de très près pendant que d’autres autorités religieuses préfèrent encore s’abstenir de rouvrir les portes de leurs églises aux fidèles. Comme le cas du diocèse catholique d’Antananarivo, qui a choisi de confiner toujours ses fidèles et de fermer les portes de toutes ses églises. Les messes dominicales, pour le diocèse d’Antananarivo, seront diffusées à la télévision et sur les ondes de la radio Don bosco.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanararaotam-pahefana : Pôlisy roa naato tamin’ny asany, iray nosamborina

Tsy misy ny fandeferana fa rehefa manao ny tsy mety dia maintsy hiharan’ny sazy. Pôlisy roa tany amin’iny faritra Mahajanga iny no voatery naato tamin’ny asany, noho ny resaka fanararaotam-pahefana nataon’izy ireo. Nisy iray hafa ihany koa nosamborina tany Fianarantsoa rehefa tratra naka vola tsy ara-drariny taman’olona.

Tsy lasan-ko vavany tokoa ny fepetra hentitra noraisin’ny teo anivon’ny pôlisim-pirenena mahakasika ireo pôlisy mihoa-pefy sy manararaotra ny fahefana eo am-pelan-tanany. « Ny tompon’andraikitra eto anivon’ny Minisiteran’ny filaminam-bahoaka dia mamerina hatrany fa tsy handefitra mihitsy manoloana ireo Polisy manararao-pahefana ka tsy manaja ny etika sy deontolojia mifehy azy ary manimba endrika ny Polisim-pirenena » hoy ny fanazavana.  Fantatra tokoa mantsy fa tsy maintsy nanokafana fanafadihadiana lalina ireo pôlisy roalahy izay voalaza fa nanao fihetsika tsy voahevitra tamin’ireo olona namonjy tora-pasika tao an-drenivohitr’i Boina tao. Tsy vitan’ny fanokafana fanadihadiana fotsiny anefa dia mbola nampiharina tamin’izy ireo ny fampiatoana azy ireo tamin’ny asany aloha. Ankoatr’izay dia fantatra ihany koa nisy pôlisy iray voasambotry ny fokonolona tao an-drenivohitr’i Betsileo tao, rehefa tratran’izyireo naka vola tamina olona iray. Natolotra teny anivon’ny kaomisaria izany mpitandro filaminana nihoam-pefy izany. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny Lehiben’ny pôlisy tany an-toerana teo anatrehan’ny zava-nitranga. « Ny polisim-pirenena dia mankasitraka antsika vahoaka amin’ny fandraisana andraikitra sy fanomezam-baovao manoloana ireo Polisy mihoa-pefy eny anivon’ny fiaraha-monina ary mbola manantena ny fiaraha-miasa sy firaisankina hatrany amin’ny famongorana ireo mpanao ratsy eto amin’ny firenena » hoy hatrany ny fanazavàna azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : Lancement du Prix des jeunes écritures RFI AUF

Atiq Rahimi, Prix Goncourt et président du jury de l’édition 2020.

« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux »

 En voilà un incipit qui s’avère être un bon début pour un concours d’écritures. En raison de la situation sanitaire internationale, le Prix jeunes écritures RFI-AUF se fera en version numérique mais gardera son essence de prix de création littéraire. Le but du jeu est de promouvoir l’écriture et la lecture du français par le biais de littératures courtes. Devenant ainsi une plateforme de découverte de nouveaux talents et donner une chance aux passionnés d’écriture.

Le concours est ouvert aux jeunes francophones du monde entier, âgés de 18 à 29 ans. Les candidats auront à soumettre un récit de fiction de 8 000 caractères. Chaque récit commencera par cette première phrase du roman Les mille maisons du rêve et de la terreur du président du jury de cette édition 2020, Atiq Rahimi. Les œuvres primées seront choisies par le public d’une part et par un jury composé d’un parterre de professionnels dans le monde de la Francophonie, d’autre part. Jusqu’au 29 juin, les jeunes francophones pourront écrire, lire et voter en ligne pour leurs textes préférés.

A la clé, un séjour d’expériences culturelles et littéraires à l’international dès que les conditions le permettront, pour le lauréat du prix du jury. Quant à celui du prix du public, il recevra un box culturel et littéraire. Pour rappel, l’édition 2019 a rassemblé plus de 1 100 jeunes de 44 pays, avec 673 œuvres en compétition, 17 finalistes issus de 9 pays dont Madagascar.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Session ordinaire : Les parlementaires entrent en conclave

Le centre de conférences international d’Ivato accueillera l’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale.

Les parlementaires rejoignent leur arène. Ils vont se réunir dans le cadre de la session ordinaire des deux Chambres. Une session qui ne doit pas dépasser soixante jours selon les dispositions constitutionnelles.

En pleine crise sanitaire, les parlementaires ont rallié la capitale depuis quelques jours pour tenir la première session ordinaire du parlement. Une session prévue par la Constitution, et qui doit avoir lieu le premier mardi du mois de mai, coïncidant actuellement avec la période de confinement liée à la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus. Députés et sénateurs vont alors regagner leurs Chambres respectives pour entamer un conclave qui, cette fois-ci, sortira de l’ordinaire. En effet, pour des raisons sanitaires, plusieurs mesures leur sont imposées durant la session. Respect de la distanciation sociale, des gestes et des mesures barrières dans le cadre de la crise du coronavirus. En conséquence, la session ordinaire de l’Assemblée nationale qui compte 151 députés a dû être déplacée, aujourd’hui, au centre de conférences international d’Ivato (CCI) pour la tenue de la cérémonie d’ouverture afin qu’on puisse respecter les dispositions de sécurité sanitaire imposées par le gouvernement. Les sénateurs, eux, préfèrent rester au palais d’Anosikely pour tenir leur cérémonie.

Majoritaire. La session ne doit pas dépasser les soixante jours; un délai imposé par la Constitution durant lequel les parlementaires devront finaliser les travaux qui les attendent. Entre autres, la crise actuelle animera les débats auprès des Chambres parlementaires. Elle ne laissera pas indifférents les députés et les sénateurs qui ont suffisamment eu le temps d’apprécier la gestion de la propagation de la pandémie dans leurs circonscriptions respectives. Le débat sur le sujet risque d’être houleux au niveau des deux Chambres. L’opposition, majoritaire au niveau du Sénat, a déjà tiré, à plusieurs reprises, la sonnette d’alarme sur certaines dispositions mises en œuvre par l’Exécutif pour endiguer le virus covid-19. Tout récemment, le parti HVM a réclamé la mise en place d’un dispositif qui permettra de réaliser un test massif, comme ce qui a été appliqué dans plusieurs pays occidentaux. Ce parti de l’opposition qui pèse lourd au sein du Sénat a aussi demandé la création d’un fonds dédié au soutien à l’endroit du secteur privé, lequel a beaucoup souffert à cause de la crise. Un appel qui ne fait pas encore écho au niveau de l’Exécutif.

Ceni. D’autres dossiers en instance attendent aussi les parlementaires durant cette session qui s’ouvre. L’Assemblée nationale devrait ainsi accoucher d’un nom qui doit la représenter au niveau de la Commission électorale nationale indépendante. Après la démission de Thierry Rakotonarivo en mars dernier, le poste du représentant de l’Assemblée nationale à Alarobia reste vacant. Également, la mise sur pied de la commission mixte paritaire chargée de trancher sur le sort des ordonnances présidentielles inscrites dans le projet de loi 001/2020 est un autre sujet qui attend le parlement. En mars dernier, ce projet de loi a épuisé le recours de la navette parlementaire après deux rejets successifs du Sénat.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Crise sanitaire du Covid-19 : « Une occasion de renforcer la production interne », selon le CREM

Plusieurs mesures sont préconisées par le CREM (Cercle de réflexion des économistes de Madagascar), pour faire face à la crise de la pandémie de Covid-19 et éviter une profonde récession économique.

Comment maintenir le tissu économique malgré la menace sanitaire du coronavirus? C’est la question principale qui préoccupe les économistes en cette période de crise sanitaire, selon les membres du CREM, qui ont tenu une conférence de presse, vendredi dernier à Antsahavola. Cette association propose quatre mesures principales pour assurer la continuité des efforts de développement déjà entamés selon le Plan Emergence de Madagascar. « Il s’agit principalement de renforcer les mesures fiscales pour les entreprises les plus touchées par cette crise sanitaire. Cela peut prendre plusieurs formes comme une baisse des taxes, un crédit impôts ou un délai de grâce afin de permettre aux entreprises de dégager des liquidités. Deuxièmement, on doit penser à la création d’un fonds pour aider le secteur privé. Une partie de ce fonds peut provenir de la Banque centrale sous forme d’une avance au Trésor public (des bonds de trésor mis à disposition de la Banque centrale) afin d’attribuer des marchés publics (dans des secteurs productifs) aux entreprises privées performantes. Des critères de performance seront alors exigés aux entreprises participantes avec des sanctions en cas de défaillance. L’objectif étant de sauver les emplois déjà existants et d’en créer d’autres. Troisièmement, revoir le financement des entreprises avec pour objectif la baisse du taux d’intérêt jusqu’à 10% au maximum. Et enfin, apporter un soutien plus prononcé aux PME/PMI à travers la création d’une banque d’Etat qui leur serait dédiée où le taux serait subventionné. Le capital de cette banque serait constitué, entre autres, des « épargnes dormantes » comme l’argent de la CNaPS, des sociétés d’assurance à participation étatique … pour soutenir les entreprises », a soutenu le CREM.

Développement. Par ailleurs, cette association d’économistes a évoqué 10 autres mesures pour la mobilisation vigoureuse du pays vers un objectif de développement effectif, à moyen et long terme. Parmi celles-ci figure une prise d’initiative nationale, systémique et financière. Chaque élément de la société devra être responsabilisé et toutes les mesures économiques et extra-économiques pouvant accompagner cette mobilisation devront être initiées. Sur la base de la nouvelle banque de développement, le CREM préconise d’encourager les créations de sociétés variées avec comptes ouverts auprès de la banque commerciale. En outre, les instances dirigeantes du pays devront prendre conscience de l’importance des politiques financière, monétaire et budgétaire prudentes. « Mais politique budgétaire prudente ne devrait pas signifier équilibre budgétaire tous les ans ; des politiques anticycliques sont plus efficientes et soutenables », ont souligné les économistes. Le CREM soutient également l’exercice du pouvoir régalien de création monétaire. « Les dispositions du système financier international ne fonctionnent pas bien ; l’aide publique internationale est insuffisante, et notre pays reste coupé des flux financiers privés ; les dispositions internationales actuelles sont asymétriques en ce qui concerne les mouvements de capitaux et du travail », a noté l’association.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Mesures barrières : Pas du tout respectées

La distanciation sociale n’est pas du tout respectée.

Même si certaines personnes n’ont pas encore respecté les dispositions prises par le pouvoir central concernant notamment le port de masque, on a pu observer toutefois que depuis hier, cette situation tend à se généraliser. Ces recommandations se fixent comme objectif d’éradiquer ou, du moins, d’atténuer la propagation du Coronavirus. Et la question se pose si c’est par crainte de sanction que ces récalcitrants se sont pliés au port de masque. Toujours est-il que le Président de la République a annoncé, avant- hier, que des mesures sévères seront prises à l’encontre de ces indisciplinés. Ainsi, si auparavant, les récalcitrants sont contraints aux travaux de balayage de rue pour un petit bout de temps, depuis hier, ils sont obligés de participer aux travaux d’intérêt général pour une demi-journée. Ce serait pour eux le temps de réfléchir sur l’importance du port de masque. Pas de motif valable. Pour ce qui est des gestes barrières, force est de constater que la distanciation sociale de 1 mètre n’est pas du tout respectée. En effet, beaucoup de gens circulent dans la rue sans aucun souci. Ce qui est sûr, c’est que certains d’entre eux n’ont pas de motif valable. Ils prennent un malin plaisir à se promener tout simplement sans se soucier que cela pourrait porter atteinte à la sécurité des autres sur le plan sanitaire. Coronavirus oblige.

Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

Maîtrise de la pandémie de Covid-19 : Les réseaux sociaux, outils incontournables

A l’ère du numérique, informer la population sans se servir d’Internet relève de l’utopie. D’ailleurs, en ces temps de crise sanitaire qui met à mal plusieurs pays du monde, les acteurs œuvrant dans l’humanitaire tels l’OMS, l’UNICEF et le PNUD viennent de s’associer à WhatsApp afin de mettre en place un centre d’information sur la pandémie de Covid-19.

Avec des milliards d’internautes connectés aux réseaux sociaux, ces plateformes sont devenues plus qu’utiles pour tenir informée une grande partie de la population mondiale. C’est donc ainsi que l’une des plateformes les plus connues, WhatsApp, a annoncé à New York le 18 mars 2020 le lancement de deux initiatives d’appui à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Il s’agit du pôle d’information WhatsApp sur le coronavirus en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF. Ce pôle d’information permet de dispenser des conseils simples et concrets destinés aux professionnels de santé, aux éducateurs, aux responsables de collectivités, aux associations à but non lucratif, aux pouvoirs locaux et aux entreprises. Mais ce n’est pas tout, cette application de messagerie a également mis en place des centrales d’informations par message afin que les communiqués soient fiables pour l’ensemble des utilisateurs éparpillés aux quatre coins de la planète. « Fournir des informations actualisées sur le COVID-19 aux populations partout dans le monde constitue un élément essentiel des efforts déployés par la communauté internationale pour enrayer la propagation du virus », selon les explications de l’Administrateur du PNUD, Achim Steiner.

#Infodémie. Mais les réseaux sociaux et l’univers du web sont aussi une source intarissable de fausses rumeurs et d’informations erronées qualifiées par l’ONU d’Infodémie. Afin de faire face à cela, WhatsApp met à disposition de ses utilisateurs des conseils généraux et des ressources en vue d’enrayer la propagation de fausses rumeurs, et permettre la communication d’informations sanitaires fiables.

D’autre part, de nombreux organes de presse locaux ont fait appel aux réseaux sociaux durant la période de confinement pour continuer à informer la population. Une autre manière de travailler qui a permis à une partie des Malgaches de rester au courant de la situation de la pandémie de Covid-19 au pays. Au-delà du risque de désinformation, il est incontestable que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la maîtrise du Covid-19 dans le monde étant donné que cette plateforme a permis des échanges, que ce soit entre les décideurs politiques ou entre les simples internautes.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Arphine Rahelisoa : Libérée après un mois à Antanimora

Moins de 24 heures après l’annonce du Président de la République au sujet de la libération de tous les journalistes emprisonnés, Arphine Rahelisoa est sortie d’Antanimora hier vers 13 heures. Emotions et pleurs de joie se lisaient sur le visage de cette femme qui a passé un mois pile-poil à la maison centrale d’Antanimora. Outre sa famille, des journalistes étaient venus assister à sa sortie de prison. “Je suis content de cette décision du Chef de l’Etat et l’en remercie. L’ordre des journalistes a beaucoup milité pour la libération sans condition de la directrice de publication du tri-hebdomadaire Ny Valosoa et le message a été entendu”, a déclaré le Président de l’ordre des journalistes (Ojm), Gérard Rakotonirina. “Par ailleurs, je pense qu’il serait mieux pour le Chef de l’Etat de maîtriser son entourage puisqu’une telle situation (le cas d’Arphine) nuit à l’image du régime”, a-t-il continué. Cette journaliste ayant été placée sous mandat de dépôt depuis le 4 avril dernier, les condamnations de la part des associations des journalistes, de la société civile et des organismes internationaux pleuvaient. Une pression de toutes parts qui a fini par être écoutée par le régime orange. De bon matin, hier, Arphine Rahelisoa a été transférée au tribunal d’Anosy pour régulariser les procédures de sa libération. En début d’après-midi, elle est sortie d’Antanimora et a été accueillie par le monde de la presse malgache. A Madagascar, la dernière incarcération de journalistes remonte à 2015 mais, entre-temps, les poursuites pour délit de presse sont nombreuses. Selon le Président de l’Ojm, la plupart des plaintes viennent de l’Etat via le ministère public. La liberté de presse reste un combat de tous les jours dans le pays. Bien que la dépénalisation des délits de presse soit acquise avec la refonte de la loi sur la communication médiatisée, d’autres lois dont le code sur la cybercriminalité et le code pénal handicapent encore le métier de la presse. Il suffit d’exploiter le principe de la transversalité des lois et le journalisme demeure passible d’emprisonnement. Beaucoup restent à faire mais le corps professionnel pourrait se réjouir, pour le moment, de la compassion de l’Etat en libérant la journaliste Arphine.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Commune d’Ambohimangakely : Une aide pour 2 000 personnes

Face à la situation qui prévaut dans le pays, la commune d’Ambohimangakely n’a pas oublié les personnes en difficulté vivant dans cette localité. Ces dernières sont composées notamment des enseignants dans les écoles publiques et privées, des employés du CSB II et de l’hôpital « Manarapenitra » ainsi que des gendarmes en poste dans ladite commune. Ces bénéficiaires sont au nombre de 2 000. Du riz, du sel, des pâtes alimentaires et des masques ont été ainsi distribués à cette occasion. Par ailleurs, le maire d’Ambohimangakely n’ a pas manqué de remercier les opérateurs économiques locaux et l’association « Soa » pour leur contribution à cette action de bienfaisance.

Recueillis par Dominique R