Les actualités à Madagascar du Mercredi 05 Avril 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar614 partages

Viols de religieuses – Vingt-six arrestations à Antsirabe

Cinq religieuses dont une volontaire allemande ont été violées lorsque dix bandits se sont abattus sur une communauté de soeurs.

Série d’arrestations à Antsi­rabe. Les forces de gendarmerie ont interpellé 26 personnes pour une attaque à main armée aggravée de viol contres des religieuses d’une communauté des soeurs à Antsahatan­teraka. Cinq religieuses, dont une sœur malgache, une volontaire allemande ainsi que trois stagiaires ont été victimes de violence sexuelle. Roué de coups, un individu en service dans la communauté prise pour cible est, pour sa part, grièvement blessé. Traumatisée, la ressortissante Allemande a regagné son pays avant-hier sur l’insistance de sa famille.De source sécuritaire, les malfaiteurs ont, dans la foulée, fait main basse sur une importante somme d’argent en liquide dont 6000 euros et 3 millions d’ariary en liquide. Les assaillants se sont, dans la foulée, emparés de quatre téléphones portables, trois ordinateurs ainsi qu’une tablette numérique.

InterpellationsDes bribes d’informations recueillies auprès de la gendarmerie saisie de l’affaire révèlent que les religieuses assurent reconnaître sept des suspects arrêtés.Parmi les 19 autres personnes interrogées, quelques unes seraient, en revanche, des informateurs ou encore des individus pouvant aider les enquêteurs à remonter  jusqu’aux auteurs de cet acte de banditisme dépassant l’entendement.Aux dernières nouvelles, d’autres suspects sont encore en fuite. La gendarmerie serait, néanmoins, sur une piste sérieuse.Un multirécidiviste surnommé «Kely Maso» a été le premier à s’être fait arrêter. Les enquêteurs ont reconnu son oeuvre en étudiant le mode opératoire de la bande qui a frappé.Hier dans un communiqué, la Conférence des évêques a dénoncé un acte abominable relevant d’une barbarie. «Nous condamnons avec véhémence ce qui s’est passé. Il y a lieu d’interpeller le pouvoir étatique de telle sorte que des mesures plus rigoureuses soient prises face à l’ampleur effrayante des actes de banditisme dans toute l’île. La conférence des évêques encourage tous religieux et religieuses qui se sont dévoués à servir le pays à ne pas faillir à leur vocation», a souligné Désiré  Tsarahazana, président de la Conférence.L’attaque de la communauté des sœurs d’Antsaha­tanteraka est l’œuvre d’une dizaine de bandits armés. Samedi vers 2 heures du matin, le gang s’est introduit dans les bâtiments en  crochetant les barres d’une porte métallique. En un éclair, les malfaiteurs ont fait irruption dans les locaux d’habitation des victimes où ils ont pillé et commis des viols.

Andry Manase

Midi Madagasikara201 partages

Claudine Razaimamonjy : Impliquée dans des détournements de plusieurs milliards d’Ariary

Les hauts responsables du Bianco ont convoqué la presse pour apporter des éléments d’éclaircissement sur l’affaire Claudine Razaimamonjy. (Photo : Yvon Ram)

Ayant pu s’échapper de la poursuite judiciaire à propos de l’affaire Ambohimahamasina, le Conseiller spécial auprès de la Présidence a été interpellé pour d’autres dossiers similaires.

« Personne n’est au-dessus de la loi. Tous les hauts responsables liés à cette affaire feront l’objet d’une arrestation et seront présentés devant la Justice ». C’est ce qu’a déclaré hier le Directeur territorial du Bureau indépendant anti-corruption en charge de la province d’Antananarivo, le général Ratovoson Benjamina. Au lendemain de l’arrestation du Conseiller spécial auprès de la Présidence de la République, Claudine Razaimamonjy, les hauts responsables au niveau de l’organe chargé de la lutte contre la corruption ont convoqué la presse pour mettre les points sur les « i » à propos de cette affaire. Une occasion de savoir que cet opérateur économique connu comme étant proche du couple présidentiel, a été arrêté pour plusieurs dossiers liés à des affaires de détournement et de corruption dans l’exécution de marchés publics. Des dossiers concernant entre autres, la construction et/ou la réhabilitation de bâtiments publics, de routes, ou de ponts. A en croire les explications des hauts responsables du Bianco, Claudine Razaimamonjy est poursuivie pour des détournements qui ont causé un préjudice de plusieurs dizaines de milliards d’Ariary à l’Etat malgache. Les malversations auraient été commises depuis l’année 2013 jusqu’en 2016, notamment dans les provinces d’Antananarivo et de Fianarantsoa, mais aussi dans d’autres provinces.

Doléances anonymes. Le Bianco a décidé de mener une investigation suite à des doléances anonymes déposées entre autres, par un organe de presse, des opérateurs économiques et des représentants de collectivités territoriales décentralisées qui ont constaté que les travaux réalisés ne soit pas conformes au budget alloué. En quelque sorte, Ambohibao est en train de faire la lumière sur plusieurs dossiers similaires à l’affaire Ambohimahamasina. Mis à part Claudine Razaimamonjy, de nombreuses personnes soupçonnées d’être impliquées dans ces dossiers vont également être traduites devant la justice. Parmi elles figurent des élus au niveau des communes, des personnes responsables des marchés publics, des représentants des structures déconcentrées et des opérateurs économiques. Pour ce qui est du cas de la milliardaire Claudine Razaimamonjy, le Directeur territoriale du Bianco, qui a été assisté lors de cette conférence de presse par le chef de la division Investigation du Bianco, Rajaonarison  Mamitiana et le conseiller technique du DG du Bianco Tsiry Razafimandimby, a laissé entendre que la patronne de l’hôtel « AC » sera déférée devant le parquet de la chaîne pénale anti-corruption dès que l’enquête sera terminée.

Garde à vue. Pour l’heure, elle est gardée à vue à Ambohibao. Le général Ratovoson Benjamina a également fait savoir que la garde à vue pourrait être prolongée suivant l’évolution de l’enquête. Une manière d’annoncer que le Bureau indépendant anti-corruption prévoit d’aller jusqu’au bout de son « action ». Et ce, malgré les pressions engendrées par cette affaire. Pour ne citer que la présence massive devant le portail du Bianco, de « gros bras » et de nombreux partisans du HVM Fianarantsoa dirigés par le sénateur Riana Andriamandavy VII. Le Directeur territorial du Bianco a d’ailleurs déclaré que cette arrestation prouve la volonté du Bianco et de l’Etat malgache de lutter contre la corruption. Depuis l’arrestation de Claudine Razaimamonjy à Mahamasina, bon nombre d’observateurs soupçonnent un « cinéma » monté de toutes pièces pour séduire les bailleurs de fonds. D’autres soupçonnent également un « règlement de compte » entre les barons du parti au pouvoir. Reste à savoir si Ambohibao osera réellement coincer tous les hauts responsables impliqués dans les affaires de détournement de deniers publics.

Davis R

Orange Madagascar200 partages

Jean Émilien a joué sa dernière note

Jean Emilien Rakotonandrasana, celui qui a hissé haut le fanion de la Grande île via ses multiples talents de joueur de kabosy, de guitariste et surtout de joueur d’harmonica (instrument de musique qui lui a même valu le titre de champion du monde en 1991), a joué sa dernière note, dans la matinée de ce 5 avril, vers 4 heures.

Né au mois de septembre de l’année 1963 à Fianarantsoa, Jean Émilien a été initié musicalement par son grand-père, joueur de Jejy Voatavo (une sorte de valiha et de mandoline en même temps). D’ailleurs, ce grand-père, à sa mort, a été mis sous terre avec son propre Jejy Voatavo.

Alors qu’il était enfant, Jean Émilien a été aperçu par le chef de canton, suite à divers concours. Ce dernier lui a soufflé mot pour qu’il ne cesse pas de travailler sa vocalise. Car, faut-il souligner qu’à part le fait d’être auteur-compositeur, guitariste, joueur de kabosy et d’harmonica, Jean Émilien est également un chanteur hors pair, avec une voix très spéciale, nasale et très aigüe incomparable ?

Faut-il se rappeler que Jean Émilien a surtout été découvert par le public d’Antananarivo, lorsqu’il s’est produit pour la première fois au cinéma Kanto, en 1983 ? À l'époque, le public lui a même jeté des pièces de monnaie enveloppées de billets de banque. C’était sa première consécration, malgré quelques petites scènes par-ci par-là , dans des hôtels (dont essentiellement Le Glacier), ou encore dans des bals à Antananarivo, depuis qu'il a décidé d'élire domicile dans la capitale pour enregistrer à la radio nationale malgache, en 1982, sa chanson « Maintso Malama ».

Jean Émilien est, on peut le dire, malgré les différents styles de musique qui existent à Madagascar, l’ambassadeur du "rija Betsileo" partout dans le monde. Car, malgré les salegy, jejy, vakisaova, basesa et autres rythmes qui existent à Madagascar, il a su garder ce rija, tout en le mariant avec les autres, et même en mettant quelques touches de rythmes vazaha dont le séga réunionnais et mauricien ou encore le reggae et, ultérieurement, le rock.

En 1989, Jean Émilien enregistre son tout premier album intitulé « Hey Madagascar » (une sorte de mélange de plusieurs styles dont la base reste toujours le rija et le séga).

En 1991, Jean Émilien, suite à un concours organisé par la marque d’harmonica Hohner, à Detroit, aux États-Unis, a remporté la médaille d’or. Cette médaille lui a valu, par la suite, d’être référencé comme étant l’égal de Robert Johnson, le père du blues et référence de John Lee Hooker et d’Eric Clapton.

Suite à cette consécration, Jean Émilien a réalisé le plus de tournées que n’importe quel malgache aux États-Unis. Il a notamment assuré la première partie des concerts de Bernard Lavilliers, de Chalélie Couture, ou encore de l’illustre guitariste Carlos Santana.

Presque 10 années plus tard, notre artiste sort son second album intitulé « Ezaka », puis son troisième intitulé « Miandraza ».

Les détails des obsèques nous seront communiqués ultérieurement. L’équipe de la rédaction d’orange.mg adresse ses sincères condoléances à toute la famille ainsi qu’à ses proches.

Faly R.

Midi Madagasikara200 partages

Marc Ravalomanana : « Ne touchez pas à Lalao »

Marc Ravalomanana brandissant hier une lettre envoyée au Procureur Général de la Cour Suprême sur l’affaire MBS.

L’affaire MBS et la suspension de maires ont été évoquées hier à Faravohitra.

La suspension de maires est devenue monnaie courante ces derniers temps. Et ce sont des élus Mapar qui en sont victimes. Mais, à qui le prochain tour ? Hier, face aux rumeurs qui circulent, Marc Ravalomanana a fait une mise en garde à peine voilée à l’endroit de ceux qui seraient tentés de « suspendre » son épouse de ses fonctions à la tête de la commune urbaine d’Antananarivo. « Il n’est pas bon d’entrer en conflit avec le pouvoir central. Par contre, je suis contre la destitution d’une personnalité élue. Si la personne est élue maire, c’est parce que les électeurs ont voté pour elle. Nous n’avons donc pas peur. Ne touchez pas à Lalao Ravalomanana. Nous sommes prêts à affronter toute éventuelle suspension de la maire d’Antananarivo », a-t-il prévenu. La maire Lalao Ravalomanana a été claire hier face à la question : « Je suis élue par la population tananarivienne. Cette population m’a confié une mission. Ce qui me préoccupe, c’est la reconstruction d’Antananarivo. Et pourquoi, s’il y aurait cette mauvaise intention, m’empêchera-t-on par simple calcul politique et pour cause de divergence d’opinions d’accomplir cette mission ? ».

Liberté d’expression.  La maire Lalao Ravalomanana de mettre les points sur les « i » : « On peut ne pas avoir les mêmes convictions politiques. Mais, cela ne devrait pas constituer un obstacle à la collaboration entre le pouvoir central et les maires élus. » Par ailleurs, l’ancien président Marc Ravalomanana a touché mot hier devant la presse à son domicile à Faravohitra de la liberté d’expression à Madagascar. « Je viens de visiter Bruxelles. Au moment où j’y étais, des gens ont manifesté dans la rue contre le Brexit. Il n’y a  pas eu de casse, ni d’affrontement avec les forces de l’ordre. Est-ce le cas dans notre pays ? », s’est-il interrogé. Avant de poursuivre sur le cas de la MBS : « Je suis prêt à rencontrer le président de la République pour discuter de nouveau du cas de la télévision et de la radio MBS. J’ai évoqué cette question lors de ma rencontre à Bruxelles avec les dirigeants de l’Union européenne. Et ils m’ont demandé de leur envoyer des dossiers pour qu’ils puissent suivre de près l’évolution de la situation de la MBS dont une requête reste bloquée depuis 2015 au niveau du Conseil d’Etat ».

R. Eugène

L'express de Madagascar184 partages

Garde à vue – Razaimamonjy croule sous les accusations

L’opératrice économique est maintenue en garde à vue par le Bianco, dans un endroit tenu secret. Son audition concerne plusieurs dossiers à charge.

Une casca­de. À en croire ce qui a été dit durant la conférence de presse d’hier, à Ambohibao, et les confidences de certaines indiscrétions, le Bureau indépen­dant anti-corruption (Bianco), aurait plusieurs dossiers à charge contre Claudine Razaimamonjy, opératrice économique réputée parmi les ténors du pouvoir.La direction territoriale d’Antananarivo de l’organe anti-corruption a, en effet, convié la presse, hier après-midi, pour donner des explications sur les raisons de l’interpellation et de la « garde à vue », du boss de l’AC hôtel. D’entrée, le général Benjamina Rato­voson, directeur territorial du Bianco Antananarivo a déclaré que l’action, du lundi, au Palais des sports, Maha­ma­sina, n’avait rien à voir avec l’affaire Ambo­himahamasina. Un dossier où la dame a refusé de répondre à deux convocations pour être auditionnée.L’affaire Ambohimaha­masina est en instruction à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), et le Bureau d’Ambohibao en a été dessaisi. « Il s’agit d’une toute autre affaire qui concerne plusieurs dossiers », a ajouté le général Ratovoson, qui renchérit : « Ces dossiers à charge pourraient augmenter ou se réduire selon l’évolution de l’enquête ». Aucun mot, toutefois, sur les chefs d’inculpations, ni le lieu où la baron- ne du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), est gardée à vue.

Ballon sonde« Elle est entre les mains de l’administration et dans de bonnes conditions », a seulement répliqué l’officier général. Arguant le secret de l’enquête, il a juste été dit, hier, que les charges se rapportent « au marché public, la construction de bâtiment ». Mettant en avant la complexité et la sensibilité de l’affaire, la défense de l’opératrice économique a, également, préféré s’abstenir de toute réaction, pour l’instant.Les indiscrétions indiquent, cependant, que bien qu’il s’agisse d’un tout autre dossier, l’affaire est du même acabit que celle d’Ambohima­ha­masina. Lors du passage des trois prévenus devant la CPAC dans cette dernière affaire, le 30 novembre dernier, détournement de deniers publics, détournement de capitaux, favoritisme, usage de faux en écriture publique, abus de fonction ont été les chefs d’inculpations retenus par le juge. Il est probable, qu’en cas d’inculpation les charges invoquées contre Claudine Razaimamonjy s’y rapprocheront.À en croire les révélations faites par le sénateur Riana Andriamandavy VII, beau-frère de Claudine Razaima­monjy, lorsqu’il a chargé le directeur général du Bianco, durant une séance plénière du Sénat, en décembre dernier, le sujet Ambohi­ma­hamasina n’est qu’un élément d’une affaire de suspicion de détournement de deniers publics et de favoritisme dans l’attribution de marché public concernant « treize communes ». Une source avisée confie que le Bureau d’Ambohibao a décidé de diviser l’affaire en plusieurs dossiers.Étant le plus médiatisé des dossiers, Ambohimaha­masina a, « en quelque sorte servi de ballon sonde pour voir la réaction et le comportement des personnalités concernées », indique la source informée. « Nous avons procédé à l’interpellation d’hier [lundi] car, la dame a déjà refusé de répondre à deux convocations du Bianco », a été dit durant la conférence de presse d’hier, à Ambohibao.À entendre le général Ratovoson, des responsables de collectivités décentralisées mais, également, de hauts responsables étatiques devraient être happés par les dossiers qui ont conduit à l’interpellation de Claudine Razaimamonjy. Un directeur auprès du ministère de l’Intérieur, a déjà fait partie des trois accusés déférés devant la CPAC, en novembre.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara167 partages

Bianco : Riana Andriamandavy force le portail

Le vice-président du Sénat, Riana Andriamandavy VII a encore fait son « show » hier du côté d’Ambohibao. En effet, ce leader du HVM Fianarantsoa a forcé le portail du Bureau Indépendant Anti-Corruption où le conseiller spécial auprès de la Présidence de la République, Claudine Razaimamonjy, est gardée à vue depuis lundi soir après son arrestation la veille sur le parking du Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina. Selon des témoins, le sénateur élu à Fianarantsoa voulait assister à l’audition de la patronne de l’hôtel « AC » Ivato. Les responsables du Bureau Indépendant Anti-Corruption ayant pris la décision d’interdire l’accès à toute personne de l’extérieur sans distinction, Riana Andriamandavy VII a transgressé les consignes, allant même jusqu’à proférer des propos indésirables à l’égard du personnel du Bianco et des éléments des forces de l’ordre qui ont été postés à l’entrée. « Ce bureau appartient à l’Etat et je suis un homme d’Etat donc on ne peut pas m’interdire l’entrée », a-t-il crié. Cependant, les responsables du Bianco ne se sont pas laissés faire. Riana Andriamandavy VII a donc été refoulé par les forces de l’ordre.

Démission. Apparemment, le sénateur de Fianarantsoa élu sous les couleurs du HVM est prêt à tout pour défendre Claudine Razaimamonjy. Faut-il rappeler qu’au mois de décembre 2016, il a déjà réclamé publiquement la démission du Directeur général du Bianco Jean Louis Andriamifidy pour avoir convoqué Claudine Razaimamonjy dans le cadre de l’affaire Ambohimahamasina. Hier, de nombreux partisans du parti HVM Fianarantsoa conduits par le vice-président du Sénat se sont regroupés devant l’entrée du local du Bianco. Certainement afin d’exprimer leur soutien à la propriétaire de l’hôtel « AC » Ivato. Il convient de noter toutefois qu’aucune des grandes figures du parti HVM ne s’est présentée à Ambohibao, ne serait-ce que pour témoigner de leur soutien à Claudine Razaimamonjy. La question est donc de savoir si celle qui a toujours financé les entreprises du régime HVM est en train d’être lâchée par les tenants du pouvoir.

Davis R

Midi Madagasikara145 partages

Port-Berger : Miaramila 5 nanafika mpandraharaha voasambotry ny zandary

Miaramila  5 no voasambotry ny  zandary tao Port-Berger rehefa avy nanatanteraka fanafihana mitam-piadiana tao amin’ny tranona mpandraharaha iray tany an-toerana ny  faran’ny herinandro teo. Voaroba tamin’izany ny  vola 20 tapitrisa ariary, ny  volamena, ny finday, ary entana maromaro.

Araka ny fampitam-baovao dia tamin’ny misasakalina no niditra an-keriny tao amin’ity tokantrano ity ireo jiolahy izay nirongo basy rehefa avy nanapitsoka ny varavarana tamin’ny  « barre à pince ». Nivantana avy hatrany tany amin’ny efita fatorian’ity mpandraharaha sy ny vadiny izy ireo avy eo ka nandrahona  sy namatotra ilay rangahy.  Ramatoa kosa nentina nitety ny efitrano mba hanoro ny vola sy ny entana lafo vidy rehetra.

Nanao ny fikarohana ireo olon-dratsy ny zandary  tao Port Berger rehefa nahazo ny fitoriana avy amin’ny niharam-boina ka niafara tamin’ny fahatrarana ireto miaramila ireto izay voalaza fa tadidin’ilay Ramatoa tsara ny endriky ny roa tamin’izy ireo.

T.M.

L'express de Madagascar131 partages

Air Madagascar – Air Austral apporte 40 millions de dollars

Les dirigeants de la compagnie Air Austral ont annoncé plusieurs plans de développement pour la compagnie Air Madagascar. Parmi ceux-ci figure l’apport de 40 millions de dollars.

Un pan du voile est levé. Les dirigeants d’Air Austral annoncent déjà la couleur dans le cadre de leur prise de participation dans le capital d’Air Madagascar. La compagnie réunionnaise compte apporter de l’argent frais permettant à la compagnie malgache de poursuivre son développement. « Nous allons venir avec un investisseur et apporter une enveloppe de 40 millions de dollars », a déclaré Marie Joseph Malé, président directeur général de Air Austral hier à la presse.La compagnie réunionnaise a été désignée par le conseil d’administration de Air Madagascar comme « soumissionnaire préféré » dans le cadre de la recherche de partenaire stratégique de la compagnie aérienne malgache. Dans ce sens, les deux compagnies ont signé hier le protocole d’accord et qui sera suivi au 31 mai d’un contrat de partenariat stratégique et d’un pacte d’actionnaire.Le choix d’Air Austral face à un géant comme Ethiopian Airlines dans le cadre de cette ouverture de capitale d’Air Madagascar laisse en émoi certaines franges de l’opinion publique. Mais les explications évoquées hier par les différents responsables évoquent des offres plus intéressantes et plus attrayantes de la part de la compagnie réunionnaise.« Le choix des deux finalistes est basé sur les critères techniques en matière d’opération, critère financier et critères commerciaux. Air Austral a fait un engagement profond vis-à-vis d’Air Madagascar. Elle donne une priorité sur le renforcement du hub à Antananarivo. Ce qui n’est pas le cas pour Ethiopian Airlines », a déclaré Jean Marc Bourreau, directeur général de IOS Partners, le cabinet en charge de la sélection des offres des soumissionnaires.

Marie Joseph Malé de Air Austral et Léon Rajaobelina de Air Madagascar étaient ravis de ce partenariat.

Leader régionalDans cet engagement, Air Austral entend redorer le blason de la compagnie Air Madagascar. « La priorité est l’extension des destinations. Il y aura le redéveloppement du réseau domestique de Air Madagascar avec des fréquences répondant à la demande, le développement du réseau régional, la remise à niveau international. Il faut redonner de la confiance aux passagers et trouver un équilibre financier. La reconnaissance du pole compétence technique est un point important », a déclaré Léon Maxime Rajaobelina, président du conseil d’administration de Air Madagascar sur les offres proposées par Air Austral. La compagnie réunionnaise a également proposé des plans pour les filiales de la compagnie dont Sofitrans, société chargée du catering sur les vols, et Madagascar Ground Handling (MGH), filiale s’occupant de l’assistance au sol.« C’est un partenariat gagnant-gagnant. On va apporter quelque choses pour Air Madagascar et elle va nous apporter un relais de croissance », a souligné le patron d’Air Austral à l’issue de cette signature de memorandum of understand (MoU).Air Madagascar et Air Austral se connaissent bien pour avoir déjà travaillé ensemble au travers de partages de codes. La compagnie malgache a choisi de faire escale à La Réunion pour la reprise de sa ligne vers Guangzhou, le 12 février dernier. Air Austral, qui a fait preuve de rentabilité avec trois exercices bénéficiaires consécutifs, ne cache pas ses ambitions et se présente comme un « leader » régional dans l’océan Indien. Dans ce sens, elle compte bien, avec Air Madagascar, devenir un géant de la région devant l’arrivée des autres compagnies aériennes venant grignoter la part de marché dans certaines destinations.Pour rappel, la compagnie aérienne malgache avait lancé en avril 2016, le processus de recherche de partenaire stratégique en vue de son redressement. Sept sociétés se sont manifestées, dont Air Mauritius, Airlink, Air Austral, Kenya Airways et Ethiopian Airlines. Finalement, Air Austral est désigné « soumissionnaire préféré » et a remporté la bataille face à Ethiopian Airlines, l’une des deux compagnies retenues pour la sélection finale.

Quid des petits actionnaires

Air Austral va prendre 49% du capital de Air Madagascar et l’État gardera les 51%. Ce sera la composition des actionnariats de la compagnie Air Madagascar dans les prochains mois.  Alors qu’actuellement, elle est détenue à plus 90% par l’État malgache. Les près de 10% restant sont partagés entre la compagnie Air France, le personnel, l’assurance Aro, la société Sonapar et l’assurance Ny Havana.D’après les explications de Léon Rajaobelina, président du conseil d’administration de Air Madagascar, « il y aura des opérations d’accordéons ». L’achat des parts sociales de ces petits porteurs n’est pas à écarter même si le PCA d’Air Madagascar rassure que tout sera fait afin de préserver, au moins, la part sociale des employés.

Des offres inintéressantes pour les autres

Pourquoi Air Austral et non pas Ethiopian Airlines   Surtout que Air Austral, comme l’a reconnu son PDG, est d’une taille relativement modeste.  Beaucoup se sont étonnés de ce choix du conseil d’administration d’Air Madagascar. Mais il s’est basé sur les conclusions techniques, soulève les cabinets IOS et Partners et TroyAvi.« Air Austral a fait un engagement profond vis-à-vis de Air Madagascar. Pour Ethiopian Airlines, Air Madagascar est une opération supplémentaire. Elle a investi dans plusieurs autres compagnies aériennes en Afrique. L’expérience qu’on a vue est qu’il y a un décallage important entre le plan présenté au départ et la réalisation. La compagnie éthiopienne se développe en fonction du renforcement de son hub à Addis Abeba et son offre pour Air Madagascar va dans ce sens. L’offre d’Ethiopian Airlines est intéressante mais ne prenait pas en compte les intérêts de Air Madagascar » a expliqué Jean Marc Bourreau, directeur général de IOS et Partners hier.Des indiscrétions rapportent que « Ethiopian Airlines semble se contenter de vouloir envoyer tous les passagers de Air Madagascar vers son hub à Addis Abeba, puis de là les envoyer vers les autres aéroports du monde ». Certaines compagnies postulantes auraient même voulu «vassaliser» la compagnie malgache, perçue comme en difficulté. Certaines compagnies n’auraient même pas daigné proposer des offres financières dans le cadre de cette recherche de partenaire stratégique. Certains se sont limités à proposer des avions à Air Madagascar, pour transporter les passagers vers leur hub.Air Mauritius, South African Airlink, Air Austral, Kenya Airways et Ethiopian Airlines se sont manifestées à la prise de participation dans le capital de Air Madagascar. Mais la compagnie mauricienne s’est retirée en cours de route.

Un passif à épurer

Air Austral ne supportera pas le passif de Air Madagascar. La compagnie  malgache doit éponger ses dettes avant l’entrée dans son capital de son nouveau partenaire stratégique. « Le gouvernement assumera cette dette. Il faut tout simplement que cette dette ne soit pas une charge supplémentaire pour le gouvernement et n’entraine un déséquilibre du budget», a annoncé Léon Maxime Rajaobelina, président du conseil d’administration de la compagnie Air Madagascar.Pour l’heure, les différents responsables de Air Madagascar ne veulent pas s’aventurer sur ce sujet. « Les audits sont en cours », s’est contenté de dire le PCA. Dans une interview accordée à un quotidien de la capitale en janvier 2016, Gilles Filiatreault, directeur général à l’époque avait évoqué une dette s’élevant à 75 millions de dollars pour la compagnie.

Marie Joseph Malé – PDG de Air Austral – « Le marché malgache sera un véritable relais de croissance »

Qu’est ce qui a amené Air Austral à vouloir intégrer le capital de Air Madagascar? Je pense que c’est dans l’intérêt de Air Austral. C’est pour cela que le partenariat est un partenariat gagnant gagnant. On a apporté quelque chose à Air Madagascar et en retour elle va nous aider. Le marché malgache va nous aider dans le temps et sera un véritable relais de croissance. On s’apporte mutuellement.  Dans l’aérien, le principe auquel je crois, c’est la coopération. C’est celle-ci qui paie puisqu’on travaille dans un monde de communication. Il faut effectivement coopérer. Ce partenariat stratégique est la quintessence même de cette coopération.

Ne craignez vous pas qu’il y puisse y avoir un conflit d’intérêt ?Quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, quand vous êtes a priori éloigné où sur une même ligne en concurrence, il y a nécessairement au départ un conflit d’intérêts. Mais l’idée de cette coopération est de se dire ensemble qu’il y a de la place pour tous. Deuxièmement, ensemble on sera comme un groupe uni beaucoup plus fort face à la concurrence. Vous avez bien vu les nouveaux transporteurs qui arrivent à Antananarivo, et il y en a énormément qui vont arriver, il faut être de plus en plus fort. Deux compagnies de cette taille modeste, en s’alliant, trouvant les points forts de  l’une et de l’autre réussiront plus fort. Un plus un sera trois.

Et sur le plan social, on parle d’un sureffectif à Air Madagascar.Il est prématuré d’en parler. La masse salariale de Air Madagascar ne représente pas une charge comme celle d’une compagnie européenne. La question n’est pas de savoir s’il y a un sureffectif mais de savoir s’il y a une adéquation de besoin et compétence.

Texte : Lova Rafidiarisoa Photos :  Sergio Maryl

Midi Madagasikara114 partages

Institut La Croyance Anjanahary : Fermeture à partir de l’année prochaine

Le ministre de l’Education nationale Paul Rabary n’est pas revenu sur sa publication de lundi dernier.

Le ministère de l’Education nationale vient de lancer la sentence sur le cas de maltraitance effectuée hier sur des élèves d’un institut sis à Anjanahary.

Le ministre de l’Education nationale Paul Rabary l’a dit avant hier dans sa publication via son compte facebook. Des sanctions vont être appliquées à l’école et à la surveillante générale qui a violenté une étudiante. «Les mesures pourraient être le retrait de l’autorisation d’enseigner de l’enseignante et de l’autorisation d’ouverture pour l’école » pouvait-on lire dans cette publication. Propos tenus par le ministère de l’Education nationale. Car suite à une descente sur terrain effectuée par le ministre Paul Rabary et une délégation du MEN auprès dudit institut hier (durant laquelle des entrevues ont été effectuées par le ministre et les responsables auprès de l’école ainsi qu’avec la jeune fille qui a subi la fureur de son enseignante) la sanction a été levée : retrait de l’autorisation d’enseigner pour l’enseignante et retrait de l’autorisation d’ouverture pour les niveaux lycées et préscolaires pour l’institut.

Les causes. Le ministre Paul Rabary a présenté différents arguments pour défendre sa position. En effet, outre « l’état insalubre des infrastructures », le ministère a également déploré« l’absence de programme pédagogique » au sein dudit  institut. Sans parler de la « fréquence de violences subies par les élèves » a-t-il fait savoir. Le ministre a toutefois affirmé que l’éducation présente encore beaucoup de lacunes dans la Grand Ile et que beaucoup d’efforts restent à faire pour y remédier. « Les instituts et écoles devraient toutefois disposer des minima requis aussi bien au niveau des infrastructures que dans la pédagogie, ou encore la manière d’éduquer s’ils veulent donner une certaine liberté aux élèves et étudiants » a-t-il enchéri.

Sacrifiés. Il y a certes eu  une « bavure » dans les faits et gestes de l’enseignante et certes, il faut appliquer une sanction servant de modèle pour les autres établissements et  enseignants concernés par  le même fait.Mais la décision du ministère de l’Education nationale de retirer l’autorisation d’ouverture à l’institut n’est-elle pas un peu trop « zélée » ? En effet, en plus de sanctionner l’établissement, cette mesure sanctionne  surtout les élèves ainsi que leurs parents à changer d’institut. Les élèves sont  en effet, sacrifiés, surtout ceux qui ont commencé leurs études depuis le niveau préscolaire. La portée de cette décision a-t-elle été réfléchie avant qu’elle ait été prise ? La sanction en vaut-elle la peine ?  

José Belalahy

L'express de Madagascar105 partages

Eliane Bezaza – « Le système politique est obsolète »

La secrétaire général du parti PSD, petite fille du président Philibert Tsiranana, estime qu’une restructuration du système politique est inévitable.

• La conjoncture socio- politique semble de plus en plus inquiétante. La fracture entre les autorités et la population est manifeste. Des observateurs prédisent le pire. Est-ce votre avis? – Il faut dire qu’on assiste à une situation grave et inédite. Comme tous les citoyens et surtout en tant qu’acteur politique, je ne peux pas être insensible à tout ce qui se passe dans mon pays. Mais le mal est profond. On peut émettre les opinions les plus acerbes mais on peut aussi voir les choses et les expliquer de manière objective et se poser la question suivante: « Quelles peuvent être les capacités des tenants dun pouvoir pour redresser durant un mandat les écueils et dérives de plusieurs décennies ». C’est le système politique dans son ensemble qui est défaillant, voire obsolète. En revanche, il existe un vrai acquis. Avec ce régime, la crise post-électorale a été évitée car pour la première fois dans notre histoire, un candidat malheureux au deuxième tour a assisté à l’investiture du Président élu. Il faut préserver cet acquis précieux.

• Mais c’est loin de résoudre les problèmes du moment. L’État n’apporte aucune solution à la crise sociale qui tenaille la population. Un changement de régime serait-il la clé ?– Justement, il ne faut plus que le spectre des coups d’État refasse surface. Depuis 1972, on a presque perdu un demi-siècle à détruire et on s’est empêtré dans la spirale des crises cycliques qui ont engendré de longues périodes de vache maigre. Nous sommes en train de vivre une période cauchemardesque et cherchons éperdument une porte de sortie qui ne peut se faire qu’avec une prise de conscience collective et une solidarité nationale.

• Croyez-vous que c’est suffisant pour redresser une situation chaotique  ? Les gens ont hâte d’aller à l’élection, la population comme les prétendants.– Imaginons qu’on aille dans un an vers une élection présidentielle avec ces rivalités politiques et cette situation sociale et sécuritaire désastreuse marquée par la recrudescence des vindictes populaires et surtout avec ces candidats potentiels qui sont des frères ennemis. Croyez-vous qu’on puisse tenir une élection dans les conditions exigées et acceptées par tous   Il faut qu’il y ait avant tout un apaisement politique basé sur un pacte politique. Il faut qu’il y ait une période de restructuration et qui met en avant le dialogue, la réconciliation et tout ce qu’ont veut dans la recherche d’apaisement,de paix sociale et de solidarité nationale.

• Est-ce encore possible dans l’état actuel des choses ? La période de restructuration serait-elle une nouvelle Transition? – Il existe un État issu du choix du choix du peuple et c’est à lui de définir la structure appropriée à cette période. L’essenitiel est qu’il y ait un apaisement et une paix sociale avant les échéances électorales. Par contre, les acteurs politiques doivent avoir la volonté d’aller vers l’apaisement pour préserver l’intérêt supérieur de la Nation et enterrer la hache de guerre qui n’a rien apporté pour le pays et le peuple.

• Êtes-vous sûre de pouvoir compter sur les partis politiques et les politiciens dans cette optique ?– Hélas, les vrais partis politiques comme le PSD, l’AKFM, le Monima et le MFM ont fait leur temps. La difficulté est là. À mon niveau j’essaie de rallumer la flamme du patriotisme, qui doit être le moteur d’un parti , au sein du PSD. Actuellement on compte plusieurs centaines de partis et d’organisations politique mais la majorité n’a qu’une existence douteuse. Aujourd’hui, un parti se forme quand un homme fort arrive au pouvoir et il disparaît quand son fondateur quitte le pouvoir. Un parti sert seulement d’ascenseur pour les leaders des mouvements populaires lors des crises cycliques. C’est dommage pour le pays car ces partis historiques sont les vrais dépositaires d’éthique, de déontologie et de valeur. Les partis politiques sont devenus un facteur d’instabilité permanente. Ce qui fait qu’en soixante ans d’indépendance, nous avons un système politique anachronique rendant ainsi très difficile la mise en place d’un État moderne capable de jeter les bases d’un développement national.

• Peut-on en déduire que le système politique est un blocage au développement ? – Si vous le voulez. La gestion d’un État est éminemment politique. Un vrai homme d’Etat est un homme politique par excellence qui émerge d’un parti politique après un long parcours pour avoir la connaissance parfaite du pays et de son peuple, la notion d’État et de gouvernance, les valeurs républicaines. L’absence d’un vrai homme d’Etat reste le principal problème. La démisson généralisée de la classe d’élite intellectuelle complique les choses. Elle reste volontairement à l’écart des grandes décisions et des orientations à prendre dans la haute sphère politique. Ce qui fait que dans bien de cas, dans son domaine de compétence et d’expertise, ce sont les au­tres qui prennent les décisions à sa place. Nous comprenons aisément les origines des dérives et des échecs durant ces décennies d’indépendance.

Propos recueillis par Herisetra

L'express de Madagascar105 partages

Violence dans une école – Fermeture d’un établissement privé à Anjanahary

Une double sanction pour l’école où une élève a été frappée par une des membres du personnel.

Double sanction. Les parents d’élèves de l’école privée sise à Anjanahary où un des membres du personnel a été pris en flagrant délit de s’abattre sur une élève dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, devront chercher d’autres endroits pour inscrire leurs enfants, à la prochaine année scolaire. Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) a décidé de suspendre l’autorisation d’ouverture du lycée et du pré-scolaire de cet établissement, à la fin de cette année scolaire, c’est-à-dire, après l’examen final. Cette décision a été prise, à la suite d’une descente effectuée par des responsables du ministère, dirigée par le ministre Paul Rabary, lui-même.À part cette violence physique, les responsables du MEN ont décelé quelques défaillances, dans cet établissement. « Les infrastructures sont délétères. Une pièce est cloisonnée en trois petites salles de classe. Par ailleurs, l’établissement est dépourvu de méthode d’enseignement », indique le ministre.

Suspendue de son posteLes sanctions ne s’arrêtent pas là. L’enseignante qui a commis l’erreur de frapper cette élève, ne pourra plus exercer sa fonction. « Nous avons retiré son autorisation d’enseigner », poursuit-il. La victime a été blessée au niveau de l’oreille et elle s’est plainte d’avoir eu mal à la tête, suite aux coups qu’elle a reçus sur la tête, selon sa mère. Elle irait déposer une plainte. Les responsables du MEN l’ont poussée à prendre cette décision.Apparemment, cette violence physique est « trop répétitive » dans cet établissement. « Ils ont déjà frappé ma sœur, au tout début de l’année scolaire. Elle a refusé d’aller à l’école à l’époque », témoigne Larissa, sœur d’une élève de la classe de 4e.Le personnel de cet établissement a démenti toutes ces informations. « Les parents n’ont pas porté plainte. Ce qui s’est passé, hier, n’est arrivé qu’une seule fois. Ces élèves ont été déconcentrés durant le cours », lance l’un d’eux.

Des établissements à suspendre

Des établissements privés irréguliers seront suspendus à la fin de l’année scolaire, selon Fara Hanitra Randrianantoandro, directeur de l’office national de l’enseignement privé (ONEP). « Nous avons déjà effectué des descentes, mais il faut attendre la fin de l’année scolaire pour appliquer la sanction, pour ne pas pénaliser les élèves », explique-t-elle. La liste de ces établissements sera affichée prochainement. Le MEN devrait, par ailleurs, améliorer les établissements publics, où des élèves s’asseoient par terre, pour apprendre, et d’autres sont exposés à des dangers, en étudiant dans des bâtiments en ruine.

Miangaly Ralitera

Tananews104 partages

Affaire de la folle névrosée : le Ministre prend des sanctions

Interdiction d’enseigner pour cette psychopathe et remise en question de l’agrément de cet établissement.

Allez les enfants, si vous aussi êtes dans ce genre d’établissement moyenâgeux, gardez toujours sous le coude un smartphone en mode video et balancez sur le web.

Marre des babakoteries préhistoriques, sauvages, violents et gravement névrosés.

Et les parents du gamin giflé, ils comptent porter plainte au moins ? Les juges devraient savourer cette video.

Non il ne faut pas laisser passer ça et envoyer un message fort.

Tananews103 partages

Ah l’interdiction des sachets plastique c’est la deuxième fois déjà ?

La première fois c’était effectivement le 1 octobre 2015 et la seconde donc ce 1 avril 2017.

C’est un peu comme les machins biometriques reportés pour la énième fois.

Tout ceci démontre l’incapacité notoire des gouvernants à mettre en place des projets, les planifier correctement, les dimensionner, les mesures d’accompagnement, le suivi, etc.

Bref, de l’amateurisme à la sauce bien babakoto, on fait les projets au petit bonheur la chance et quand ça ne marche pas ce n’est bien entendu pas ma faute.

News Mada98 partages

Vol suivi de viol dans un couvent : vingt-six arrestations à Antsirabe

L’enquête concernant l’attaque à main armée suivie de viol dont ont été victimes des Sœurs de Notre Dame de la Salette à Antsahatanteraka Antsirabe continue. Une série d’arrestations a eu lieu.

Trois jours après l’attaque à main armée suivie de viol, les investigations rondement menées par des éléments mixtes de la gendarmerie et de la police avancent à grand pas. D’après des sources concordantes, 26 individus ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire. Lors d’une opération de tapissage, les victimes n’ont pas eu du mal à identifier sept d’entre eux. Selon les religieuses, ces derniers ont participé activement à cette attaque.

L’arrestation d’un certain Kelimaso a permis de remonter la filière. Le modus operandi des assaillants a mis les enquêteurs sur la piste «Kelimaso». L’on sait en effet qu’il y a trop de similitudes entre l’attaque d’Antsahatanteraka et deux autres cas survenus respectivement à Androvakely et à Vatofotsy. Durant ces deux précédents cas, le nom de ce bandit revient souvent. Le jour de son arrestation, le dénommé Kelimaso a tenté de semer ses poursuivants, obligeant ces derniers à ouvrir le feu. Kelimaso a été touché à la cuisse. Soumis au feu roulant de questions, il a dénoncé ses complices.

Cinq religieuses souillées

L’incursion a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi au couvent de ladite congrégation sis à Antsahatanteraka Antsirabe. Samedi, vers 1h 40, une dizaine d’individus ont fait irruption dans le couvent. Avec l’aide d’une barre à mine, les bandits ont réussi à forcer le portail métallique. C’était un réveil en sursaut pour les religieuses. Tout en mettant la main sur les objets de valeur, les assaillants ont malmené les occupants du couvent. L’on sait en effet qu’ils ont abusé d’une jeune bénévole allemande, d’une sœur et de trois pensionnaires. Ils ont également roué de coups un maçon qui avait essayé de les repousser.

D’après une source sécuritaire, 6.000 euros, trois ordinateurs portables, une tablette numérique et quatre téléphones portables ont été dérobés durant l’attaque. Par  ailleurs, l’on sait que la jeune volontaire allemande est déjà rentrée dans son pays le lendemain même de l’incursion.

Mparany

Tia Tanindranaza97 partages

FaravohitraNivoaka tamin’ny fahanginany i Dada

Nitatitra ny diany nandritra ny 20 andro tany ivelany teny amin’ny trano fonenany eny Faravohitra tamin’ny mpikirakira vaovao omaly ny filoha teo aloha Ravalomanana Marc.

Fanehoan-kevitra mitanila

Teboka iray nasongadin’i Dada tamin’ny fihaonana tany Belzika ny tsy fisian’ny fanehoan-kevitra malalaka na fahafahana miteny eto Madagasikara. Voaresaka manokana ohatra ny fanagiazan’ny fitondram-panjakana ny haino aman-jery MBS (Malagasy Broadcasting System) izay takiana ny hanokafana azy tsy misy hatak’andro; na koa ny fanesorana ny fahefan’ny kaominina Antananarivo renivohitra eny anivon’ny fokontany. Tsy azo ekena ny fikasana fanonganana ben’ny tanyàna hoy i Marc Ravalomanana teny Faravohitra omaly. Efa voarain’ny vondrona ACP-UE moa ny antontan-kevitra momba izany ka hijery ny zava-misy eto Madagasikara ireo depiote vahiny ireo, hoy ny filoha nasionalin’ny Tiako I Madagasikara. Ny antoko TIM izay mirona betsaka amin’ny fampihavanam-pirenena mialohan’ny fifidianana, araka ny fanampim-panazavana teny Faravohitra omaly.

Fifidianana malalaka

Nohamafisin’ny filoha teo aloha Ravalomanana Marc teo anatrehan’ireo tompon’andraikitra ambony afrikanina sy eoropeanina tamin’ny diany tany Bruxelles moa ny maha-kandida ofisialy azy amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika amin’ny taona 2018. Ny Vondrona ACP-UE  izay nanambara ny fanohanany ny fifidianana malalaka sy mangarahara eto Madagasikara. Efa manampy ny firenena Malagasy amin’ny fiatrehana io fotoan-dehibe io rahateo ry zareo eoropeanina toy ny fikirakirana ny lisi-pifidianana sy ny fampitaovana hafa ilaina amin’izany.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza96 partages

Lalao RavalomananaHaongan’ny HVM ihany koa ?

Hisy ny fihaonan’ireo ben’ny tanàna ny renivohi-paritany 6 sy ny tanàn-dehibe eto Madagasikara rahampitso eto Antananarivo, izay eo ambany fitarihan-dRamatoa Lalao Ravalomanana.

 Anisan’ny lahadinika ny momba ny tokony hatao manoloana ity paikady fanesorana na fanonganana ben’ny tanàna hita amina tanàn-dehibe eto Madagasikara ity. Toamasina sy Mahajanga ary Port-Bergé moa no tena malaza amin’izany kanefa efa mandeha koa ny feo fa tafiditra ao anatin’ireo mety hoesorina i Lalao Ravalomanana, ben’ny tanànan’ny renivohitr’i Madagasikara. Nohamafisin-dramatoa ben’ny tanàna teny Faravohitra omaly fa tsy maintsy karohana ny vahaolana amin’izao raharaha izao ary tsy matahotra ny mety hanesorana azy velively ny tenany. Etsy an-kilan’izay, re ihany koa fa efa tena miketrika mafy ny olon’ny fitondrana HVM mikaroka ny fomba rehetra hahafahana mamingana an’i Lalao Ravalomanana ka hanonganana azy. Politika avo lenta no resaka eto ary tanjona ny fanomanana ny fifidianana amin’ny 2018. Na olona faran’izay tsy maharaka vaovao politika aza dia efa mahatakatra fa mamingana ireo rehetra heverina fa mety ho mpifaninana matanjaka aminy afaka herintaona amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny antoko HVM. Tafiditra ao anatin’izany ny TIM an-dRavalomanana sy ny Mapar an-dRajoelina. Vondrona politika roa heverina fa manana fototra mafy manerana ny nosy ireo ary manana olona tena mijoro amin’ny foto-kevitra maha TIM na maha Mapar azy fa tsy olona azo tambazana vola sy fampanantenana poakaty. Efa hitam-poko hitam-pirenena ny antsojay mahazo ny vondrona Mapar amin’izao fotoana fa etsy ankilan’izay dia manana lanja politika goavana Antananarivo Renivohitra eto Madagasikara ka miezaka ny mifehy azy ny fitondram-panjakana amin’ny alalan’ny fanembantsembanana ny ben’ny tanàna tsy hahavita an-tsakany sy an-davany ny asany ka hahatonga ny olona mety ho leo sy ho tezitra aminy. Nilaza mazava ny antoko Tiako I Madagasikara fa tsy zaza bodo vao omaly eo amin’ny politika akory izy ireo fa efa mahafantatra tsara io paikadin’ny fitondrana foibe io ary efa mivonona amin’ny zava-drehetra. Tsy matahotra ny fanesorana ahy, aho hoy Lalao Ravalomanana omaly nisintona ny sain’ny rehetra koa anefa izy hoe raha tena tia tanindrazana marina dia ny fanarenana sy ny asa fampandrosoana no atao fa tsy mandany andro mifanenjika amin’ny zavatra tsy misy dikany.

L'express de Madagascar90 partages

Marie Joseph Malé – PDG de Air Austral – « Le marché malgache sera un véritable relais de croissanc...

Qu’est ce qui a amené Air Austral à vouloir intégrer le capital de Air Madagascar? Je pense que c’est dans l’intérêt de Air Austral. C’est pour cela que le partenariat est un partenariat gagnant gagnant. On a apporté quelque chose à Air Madagascar et en retour elle va nous aider. Le marché malgache va nous aider dans le temps et sera un véritable relais de croissance. On s’apporte mutuellement.  Dans l’aérien, le principe auquel je crois, c’est la coopération. C’est celle-ci qui paie puisqu’on travaille dans un monde de communication. Il faut effectivement coopérer. Ce partenariat stratégique est la quintessence même de cette coopération.

Ne craignez vous pas qu’il y puisse y avoir un conflit d’intérêt ?Quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, quand vous êtes a priori éloigné où sur une même ligne en concurrence, il y a nécessairement au départ un conflit d’intérêts. Mais l’idée de cette coopération est de se dire ensemble qu’il y a de la place pour tous. Deuxièmement, ensemble on sera comme un groupe uni beaucoup plus fort face à la concurrence. Vous avez bien vu les nouveaux transporteurs qui arrivent à Antananarivo, et il y en a énormément qui vont arriver, il faut être de plus en plus fort. Deux compagnies de cette taille modeste, en s’alliant, trouvant les points forts de  l’une et de l’autre réussiront plus fort. Un plus un sera trois.

Et sur le plan social, on parle d’un sureffectif à Air Madagascar.Il est prématuré d’en parler. La masse salariale de Air Madagascar ne représente pas une charge comme celle d’une compagnie européenne. La question n’est pas de savoir s’il y a un sureffectif mais de savoir s’il y a une adéquation de besoin et compétence.

Propos recueillis par Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara88 partages

Air Madagascar-Air Austral : Le protocole d’accord signé hier

(De G. à Dr.), Marie-Joseph Malé, le PDG d’Air Austral et Léon Rajaobelina, le PCA d’Air Madagascar. (Photo : Yvon Ram)

Ce partenaire stratégique va détenir les 49% des actions de la compagnie aérienne nationale

Dans le cadre du processus de recherche de partenaire stratégique, le protocole d’accord entre Air Madagascar et Air Austral, le preferred bidder, a été signé hier dans les locaux du ministère des Finances et du Budget. La partie malgache a été représentée par Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du Budget et Andrianisa Mamy Jean Jacques assurant l’intérim du ministre des Transports et de la Météorologie. Par contre, le partenaire stratégique a été représenté par Marie-Joseph Malé, Président directeur général de la compagnie aérienne Air Austral. « C’est une étape importante sur la voie de la formalisation d’un accord définitif. Nous avons l’ambition que ce partenariat, qui doit s’inscrire dans la durée, permettra de rétablir les fondamentaux de la compagnie et de replacer Air Madagascar au centre du développement de l’aviation au niveau national, régional et à l’international. Le business plan proposé par Air Austral permettra de développer des accords commerciaux avec de grandes compagnies internationales », a évoqué Léon Rajaobelina, le Président du Conseil d’Administration d’Air Madagascar, lors de cette signature de protocole d’accord.

Leitmotiv. Marie-Joseph Malé, quant à lui, a soulevé que « la signature de cet accord marque un tournant historique pour l’avenir de nos deux compagnies. Nous sommes déterminés à unir nos forces avec Air Madagascar pour le développement conjoint et le rayonnement de nos deux compagnies ». Air Austral se dit être fier d’avoir été choisie dans le cadre d’un processus d’une telle envergure. Elle s’engage également à contribuer au renouveau d’Air Madagascar et faire que la compagnie puisse se redresser, qu’elle retrouve ses fondamentaux et qu’elle se développe à nouveau. « C’est notre leitmotiv, notre philosophie et toute l’ambition que je porte à travers le business plan présenté et qui a su convaincre. Il nous reste encore à franchir de nombreuses étapes. Il s’agit maintenant de s’atteler à la tâche avec force et détermination et ce n’est qu’ensemble que nous y parviendrons », a affirmé le PDG d’Air Austral.

Contrat. Rappelons que plus d’une trentaine de sociétés se sont manifestées au début de ce processus de recherche de partenariat stratégique. Sept compagnies ont été pré-qualifiées pour soumettre une offre. Aujourd’hui, l’Etat est entré dans la phase finale des négociations qui doit aboutir à la signature d’un contrat de partenariat stratégique le 31 mai 2017. L’ensemble des étapes s’est déroulé avec l’appui du cabinet IOS Partners assisté par le cabinet TroyAvi, et avec le financement de la Banque Mondiale.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara88 partages

Un Bianco qui joue pleinement son rôle

L’arrestation d’une personnalité importante du régime a frappé de stupeur tout le microcosme politique malgache. Celle qui défiait impunément le Bianco et qui se croyait à l’abri des poursuites de cet organisme a donc été cueillie sans qu’elle puisse opposer de résistance. Ses puissants soutiens ne sont pas intervenus ou plutôt l’ont lâchée. Pour la toute première fois, le Bureau Indépendant Anticorruption a pleinement joué son rôle et a pu mener à son terme l’objectif qu’il s’était assigné depuis sa création.

Un Bianco qui joue pleinement son rôle

La personnalité qui a été interpellée avant-hier et qui est en garde à vue dans les locaux d’Ambohibao croyait être à l’abri de toute poursuite. Sa fonction de conseillère spéciale du président de la République et son amitié supposée avec la première dame lui faisaient croire qu’elle était intouchable. Impliquée dans plusieurs dossiers de corruption et de malversations, elle a refusé de répondre aux convocations qui lui ont été adressées par le Bianco. Son attitude arrogante a provoqué un véritable tollé dans l’opinion publique. L’organisme de lutte anticorruption ne pouvait qu’émettre un aveu d’impuissance et cette affaire, survenant après beaucoup d’autres n’a fait qu’entacher la crédibilité du régime ayant clamé haut et fort sa volonté de lutter contre la corruption. Aujourd’hui,l’ arrestation de cette personnalité qui se trouvait dans les cercles du pouvoir est une grande première et redore le blason du Bianco. Tout le monde attend la suite de l’enquête et espère que les dossiers seront rapidement bouclés. Comme, jusqu’à présent, les espoirs de voir la justice condamner des personnalités impliquées dans des trafics et des malversations de toutes sortes ont été déçus, l’opinion se cantonne dans un attentisme prudent. Mais, apparemment, aucune entrave ne viendra empêcher le bouclage de cette affaire. Nul ne sait ce qui a bien pu se passer au sommet de l’Etat pour que cette dame soit lâchée par ses protecteurs. Pour le moment, on ne peut que se perdre en conjectures, mais si le régime laisse le Bianco faire son travail, d’autres grosses pointures vont être prises dans ses filets. Et ce ne sera que justice.

Patrice RABE

Midi Madagasikara82 partages

166 000 euros pour 25 projets

D’une aventure familiale, pour vivre autrement, à une série documentaire diffusée actuellement sur Voyage, Madatrek est devenu une petite plateforme de rencontre entre des personnes (Occidentaux en grande partie) qui veulent contribuer à améliorer le quotidien des Malgaches, et des organismes qui prennent en charge des populations en difficulté. La collecte sur faits sur une plateforme de crowdfunding, les fonds ainsi collectés sont directement virés sur le compte en banque des bénéficiaires. Grâce à ces actions, ce sont des dizaines d’infrastructures qui ont été construites, et des centaines de personnes qui en bénéficient à travers le pays.

1 – Aéropartage : 2 000 euros

Soutien de la cantine de l’école de Tanjondroa dans la banlieue de Tana, qui scolarise des enfants qui sans cela iraient travailler dans la décharge. Financement de l’apport en protéines pour 280 élèves pour un an.

2 – Aïna : 2 000 euros

Soutien à cette association qui soutient, protège et forme des filles-mères et leurs enfants.

3 – ASA : 2 000 euros

Réfection du pensionnat des jeunes filles d’Ampasipotsy

4 – Grandir Dignement : 2 000 euros

Co-financement du programme de liberté surveillée pour éviter la prison aux délinquants mineurs.

5 – Une moto pour le père Bruno d’Ambatolahiazo : 1 400 euros

6 – Cantine au profit des 60 Enfants du Tsena Kely : 2 300 euros

Six mois de fonctionnement de la cantine quotidienne pour 60 enfants des rues.

7 – Programme de renutrition sur la Tsiribihina par Ar-Mada : 2 300 euros

8 – Lancement du chantier du Dispensaire de Berevo : 2 300 euros

9 – Co-financement du logement du chirurgien du futur bloc opératoire du CSB2 de Salary par Humada.org : 2 300 euros

10 – Attribution de 20 000 euros à la construction du Dispensaire de Berevo

11 – Attribution de 10 000 euros à la construction d’une grande salle de classe à Mahavelona

12 – Attribution de 10 000 euros à la rénovation et réouverture du pensionnat d’Androka pour 78 élèves.

13 – Attribution de 10 000 euros pour le fonctionnement de l’initiative de Gilles et Suzanne Nedelec pour la cantine quotidienne des enfants des rues à Antsirabe : inscription de 28 enfants dans des écoles privées et publiques, obtention de leurs état civils, opérations chirurgicales pour trois d’entre eux, soins dentaires…

14 – Nettoyage de 500 ha de la forêt de BERENTY, dernier refuge du Sifaka (propithèque de Verreaux) dont l’espace vital est envahi par une peste végétale, le cissus quadrangularis. 5 777 euros

15 – 2 400 euros pour la réfection la petite école primaire publique de Tsaramody et d’Ambohimiarivo

16 – 1 500 euros pour le mobilier scolaire (tables et bancs) des 80 élèves de la classe de 6e de Saint-Michel d’Amboasary

17 – 5 000 euros pour la rénovation/réouverture du dispensaire pédiatrique des soeurs du Bon Sauveur de Manambondro (père Janez)

18 – Le budget annuel de la cantine scolaire pour 150 primaires déshérités du  collège des filles de la charité de Vangaindrano : (8 500 euros) (don des administratrices du hedge fund  CIMA)19- réfection du lavoir communautaire de « Tanana ambony » la ville haute de Fianarantsoa, coeur historique de la ville. 92 donateurs sur Ulule ont contribué à hauteur de 2 668 euros.

20 – 3 000 euros donnés par la Fondation Lemarchand Nature et Découvertes, pour le reboisement d’une parcelle de 12 ha faisant partie d’un programme de reboisement sur six ans de 123 ha au profit du Foyer pour handicapés de Tanjomoha près de Vohipeno

21 – 3 000 euros donnés par la fondation Lemarchand, Nature et Découvertes pour la fourniture de 75 ruches pour le village de rejetés de Nohona dont s’occupe le foyer Tanjomoha dirigé par le père Emeric.

http://www.tanjomoha.com

22 – 13 375 euros collectés sur Ulule pour acheter un appareil de Rayon X pour l’hôpital pour lépreux de Farafangana. 1 000 euros donnés par la société FRAISE. 3 400 euros reçus de la BFV-Société Générale et 9 500 euros donnés par l’ONG versaillaise ALLIANCES ET MISSIONS MEDICALES.

http://alliances.medicales.free.fr/

23 – 13 609 euros collectés sur Ulule pour un plan de protection et de classement en réserve communautaire de la forêt de Vohibola, dernière forêt littorale de la côte Est de Madagascar et sanctuaire de la Stumpffia Vohibolensis ; la plus petite grenouille du monde.

24 – 14 000 euros attribués par la STAR, du groupe CASTEL, a des projets sociaux autour de la forêt, au bénéfice des populations riveraines. Projets en cours de d’identification : réfections d’écoles, cantines scolaires, développement piscicole…

25 – 1 400 euros donnés par un donateur privé au profit des frais de fonctionnement du dispensaire de la soeur Iwona à Berevo.

Madagascar Tribune77 partages

Claudine Razaimamonjy impliquée dans plusieurs affaires douteuses

Le général Benjamina Arthur Ratovoson, directeur Territorial du bureau indépendant anti-corruption (Bianco) d’Antananarivo expliquait hier à la presse les raisons de l’arrestation manu-militari de la milliardaire Claudine Razaimamonjy à la sortie d’une compétition de basket-ball à Mahamasina le 03 avril 2017. Elle est soupçonnée de corruption dans plusieurs affaires de marchés publics d’une valeur de plusieurs milliards d’Ariary, selon le Bianco. Plusieurs plaintes la concernant sont enregistrées au Bianco ; elle a été convoquée plusieurs fois mais n’a jamais daigné répondre à ces convocations d’où cette arrestation spectaculaire en ville. Le responsable du Bianco Analamanga note que son organisme est déjà dessaisi de l’affaire Ambohimahamasina ; affaire supposée par de nombreux observateurs qui pourrait impliquer non seulement Claudine Razaimamonjy mais également le ministre de l’intérieur et non moins Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Pour le moment, cet opérateur économique, proche du couple présidentiel, est maintenu en garde à vue dans un endroit tenu secret.

Le Bianco n’a pas voulu donner de précisions sur les affaires impliquant la milliardaire mais informe seulement que ce sont des dossiers liés à des détournements et de corruption dans le domaine de marchés publics. Le préjudice se chiffrera à plusieurs dizaines de milliards d’Ariary. Plusieurs opérateurs économiques, une organe de presse, des collectivités territoriales décentralisés ont porté plainte contre cette proche des dirigeants HVM en constatant surtout que les travaux effectués ne correspondent pas du tout au montant du fonds alloués aux travaux en question. Ces faits se sont déroulés entre 2013 et 2016. Il est sûr que des hauts responsables étatiques mais aussi auprès des collectivités territoriales décentralisés sont impliqués selon le Bianco car elle n’aura pas pu faire ces malversations toute seule. Après les enquêtes au sein du Bianco, le dossier de la milliardaire sera transféré à la Chaîne pénale anticorruption (CPAC).

A part le sénateur HVM, Riana Andriamandavy, beau-frère de Claudine Razaimamonjy, et quelques partisans du HVM Fianarantsoa, aucun ténor du parti présidentiel n’a été aperçu à Ambohibao depuis la garde à vue de cette dernière. Pour rappel, Riana Andriamandavy dans l’affaire d’Ambohimahasina a déjà fustigé le Bianco en demandant au mois de décembre dernier la démission de son Directeur Général.

Midi Madagasikara67 partages

Ministère de l’Energie : Mise en place d’un Système d’Informations Energétiques

Une connaissance de l’évolution du secteur de l’énergie s’impose. (Photo d’archives)

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND), le ministère en charge de l’Energie a élaboré la Nouvelle Politique de l’Energie (NPE), pour la période 2015-2030, afin de soutenir l’accès de tous à une énergie moderne, fiable et abordable. Assurer la sécurité énergétique du pays n’est pas en reste. Pour ce faire, une connaissance de la situation et de l’évolution du secteur de l’énergie dans son ensemble, s’impose. Raison pour laquelle, un Système d’Information Energétique sera mis en place, a-t-on appris.

Outil pour les acteurs. Ce qui requiert une planification stratégique et opérationnelle pilotée depuis le ministère de tutelle ainsi que l’accès aux données et informations énergétiques fiables. Ces bases de données seront gérées depuis un Système d’Information Energétique  adapté et efficace permettant de suivre et d’éclairer les décisions à tous les niveaux hiérarchiques. Cela constitue d’ailleurs une condition sine qua non pour bien asseoir la politique nationale de l’énergie, a-t-on évoqué. L’objectif de la mise en place de ce Système d’lnformations Energétiques dédié à la gouvernance et à la gestion des données du secteur énergie, est de doter les principaux acteurs du secteur d’un outil commun de planification et d’aide à la décision leur permettant de pallier les surveillances relatives au manque de visibilité sur l’état des infrastructures et des ressources, aussi bien entre acteurs du secteur électrique qu’avec les autres acteurs de développement.

Navalona R.

Midi Madagasikara62 partages

Manjakandriana : Eny Anjanamasina ilay zazalahy 10 taona nanolana ankizivavy kely roa

Ankilahy  kely 10 taona no nampidirina eny amin’ny toerana fitaizana zaza maditra ao Anjanamasina  distrikan’Ambohidratrino, ny  Alatsinainy  teo  rehefa voaporofo fa nanolana zazavavy roa vao 06 sy 07 taona monja tao Manjakandriana.  Izany no fanapahan-kevitra noraisin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany  ao Anosy, rehefa nohenoin’ny mpitsara mpanao famotorana io  Alatsinainy io ity  ankizilahy ity.

Raha tsiahivina ny raharaha dia mpiray  tànana ihany na ireo ankizy voalaza fa voaolana  na ilay nahavanon-doza. Samy mbola mpianatra ary miara-milalao eo an-tànana ihany koa. Ny fiandohan’ny herinandro teo vao fantatry ny ray aman-drenin’izy  ireo izao zavatra izao rehefa nitaraina narary tao amin’ny fitombenany ilay ankizy 6 taona ka nentina teny amin’ny toeram-pitsaboana.

Ny fanadihadiana natao taminy no nahafantarana fa efa niharan’izany ihany koa ity ankizivavy  faharoa, izay tsy iza fa rahavaviny ihany . Mpirahavavy  moa ny renin’izy ireo. Nametraka fitoriana teny amin’ny Fitsarana noho izany  ny ray aman-drenin’ireo niharan’ny herisetra ka niafara tamin’izao fametrahana ity ankizalahy ity eny Anjanamasina izao.

Araka ny vaovao farany dia mbola tsy salama ilay zaza 06 taona ka manohy ny fitsaboana azy ny ray aman-dreniny. Ireto farany izay mitaky ny mba isian’ny fanonerana ny lany rehetra tamin’izao raharaha izao.

T.M.

L'express de Madagascar59 partages

Trafic de tortues – Deux ans de prison pour deux contrebandiers

Le verdit est tombé. Deux trafiquants ont été condamnés, hier, à deux ans de prison ferme et à une amende de 2 millions d’ariary. Ces trafiquants étaient impliqués dans une tentative d’exportation illicite de huit tortues « angonoka » débusquée le 1er mars à l’aéroport international d’Ivato.En effet, ces trafiquants ont été interceptés par l’administration douanière à Ivato en train de transporter des tortues. Alors que le traitement du Vol UU 612 de la compagnie Air Austral à destination de Bangkok via La Réunion, battait son plein, le service des douanes avait remarqué le comportement suspect de quatre compères. À l’issue de l’enquête, seuls deux hommes ont été déférés au parquet. Leur procès s’est déroulé à Anosy le 21 mars dernier.À l’issue de ce verdict, la plateforme des organisations de la société civile oeuvrant pour l’environnement, Alliance Voahary Gasy, a interpellé le ministère public pour faire appel. Cette organisation suit de près cette affaire à travers le projet d’application des lois contre les abus sur les ressources naturelles à Madagascar (Alarm).

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar57 partages

La corruption a tué la confiance

L’ambassade des États-Unis a applaudi à la condamnation de l’importateur de bois de rose, par la justice de Singapour. On attendra sans doute longtemps avant que les chancelleries, partenaires de la lutte contre la corruption, puissent se féliciter de la condamnation, par la justice malgache cette fois, de l’exportateur illicite de ces 30.000 rondins de bois de rose, d’une valeur de 50 millions de dollars.L’État malgache prétend réclamer le retour à Madagascar de cette cargaison. Mais, pour en faire quoi ?  Qui a encore confiance en la capacité de nos gardiens de stocks ?  Qui a encore confiance en la vertu de nos dirigeants à user de cette richesse «en bon père de famille» ?50 millions de dollars, c’est une petite somme ! Les 20 millions USD nécessaires à l’organisation du premier recensement général de la population depuis 1993 ; auxquels s’ajoutent 20 millions USD du «Flash Appeal», lancé au Ministère des Affaires Étrangères après le passage du cyclone Enawo, pour venir en aide à 20.000 familles ; plus le reliquat de 10 millions USD du Fonds d’Appui pour l’Assainissement, dont l’objectif est l’éradication de la défécation à l’air libre…Avec 50 millions de dollars, dont pas un ariary (un peu moins de 2 dollars par jour, serait le revenu moyen des 20 millions de Malgaches) ne serait détourné, on pourrait changer des vies, et ce pays, avec des projets dans l’enseignement (pour en finir avec l’extrême incompétence des enseignants, telle qu’il ressort de l’étude annoncée à la Banque mondiale, le 21 mars 2017), ou dans les infrastructures hospitalières ou dans la réfection des routes (j’ai vu l’inscription de l’axe Farafangana-Fort-Dauphin dans un récent appel d’offres).Des «appels d’offres douteux» sont par contre dénoncés par le groupement des concessionnaires automobiles. Cette pratique aurait permis le «détournement de biens gagés», en l’occurrence 36 véhicules 4×4 Ford de la société Materauto. Le 22 mars dernier, la justice avait classé l’affaire «sans suite»…Un autre appel d’offres signale que le PAC (pôle anti-corruption) va se substituer à la chaîne pénale anti-corruption, peu après que le BIANCO (bureau anti-corruption) a été désaisi au profit de cette dernière, de l’affaire concernant une proche du pouvoir, qui avait refusé, deux fois, une convocation du BIANCO.J’ignore si les chancelleries comptent se féliciter de l’interpellation de cette «intouchable» mais, par contre, ce coup d’éclat symbolique ne doit pas devenir l’arbre qui cache la forêt de toutes les magouilles, concussion des grands et corruption des petits.Condition minimale mais certainement pas suffisante pour restaurer la confiance, denrée qui fait le plus défaut aux gouvernants malgaches et au système étatique malgache (justice, police, gendarmerie, armée, administration) depuis plusieurs décennies.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada51 partages

Madagascar il y a 100 ans : le ravitaillement de la Côte Est (2)

(Suite et fin.)

Voilà, avec plus de détails que nous ne reproduisons pas, ce que notre éminent contradicteur aurait pu lire dans Le Tamatave en question s’il n’avait pas oublié ses lunettes.

Du reste, dans la Tribune du 16 courant, «Pierre d’Ilafy» lui-même, modifiant sa manière de voir, après renseignements pris, accepte comme étant d’une nécessité urgente, absolue la construction de cet abri, dont dépend non seulement l’avenir, mais la vie même de la côte Est. Il en estime le coût de 250 000 à 300 000 fr.

Sur ce point, nous ne saurions être mieux d’accord, dont acte, comme on dit au Palais.

Après cela, notre cher confrère préconise la construction de voiliers mixtes, allant habituellement à la voile, munis d’un moteur instantané, leur permettant de pourvoir à toutes éventualités fâcheuses. Nous sommes absolument d’accord encore sur ce point.

Mais il insinue que la Colonie pourrait se charger du soin de faire construire ces voiliers pour les confier à une firme… Oh ! cela jamais, cher confrère ! L’État constructeur ?… Y pensez-vous ? Ce serait d’abord un monopole en perspective, et comme conséquence la ruine des colons et de la côte Est. L’industrie privée y pourvoira, pourvu qu’on lui garantisse un abri sûr pendant leur séjour à Tamatave.

Autre question. Celle du port.

Notre cher confrère a la mémoire bien courte, ou bien il est resté totalement étranger aux questions coloniales qui ont rempli les colonnes de la presse soit de la Colonie, soit de la Métropole depuis plus de dix ans à ce jour.

La question du port sur la côte Est devant servir de tête de ligne au T. C. E. a été discutée, étudiée pendant de longues années, enfin résolue et le projet du port à Tamatave approuvé en haut lieu, de sorte que le T. C. E. a été prolongé jusqu’à Tamatave pour y attendre sa tête de ligne. Encore une fois les travaux commencés n’ont été interrompus qu’en raison de la guerre actuelle.

La question n’est donc plus à remettre sur le tapis.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Madagate50 partages

Madagascar. Le Champion du monde d’harmonica, Jean Emilien, nous a quittés brusquement

Certes, nous savons tous pertinemment que nous mourrons un jour ou l’autre. Mais tout de même, lorsqu’on apprend que Jean Emilien nous a quittés brusquement ce matin du 05 avril 2017, à 4h30, victime d’un arrêt du cœur, on n’en revient pas beaucoup.

Titre obtenu le 26 octobre 1991

Faut-il encore présenter mon ami Jean Emilien Rakotonandrasana alias Jean Emilien tout court ? Il vous suffit de surfer sur la toile pour tout connaître sur cet homme-orchestre hors du commun qui, sous une modestie teintée d’humour jovial, cache des talents qui, eux hélas, ne sont toujours pas reconnus à leur juste valeur. Tant pis.

En 1999, il a tout de même fait l’objet d’un film de 6 minutes, intitulé «Jean Emilien Rakotonandrasana ou La Musique qui m’a sauvé la vie », produit par Nada Rda. Champion de l’harmonica mais aussi de kabôsa en open tuning dans le volet Horija du pays Betsileo, Jean Emilien est, en fait, un grand humaniste et un grand croyant.

Que va laisser Jean Emilien à la postérité? Ci-après quelques éléments d’immortalisation grâce au savoir-faire de Hery Zo Rakotondramanana.

Hery Zo Rakotondramanana

*******************

En guise d’hommage, l’article que j’ai rédigé il y a 9 ans déjà. Malheureusement les photos l’ayant accompagné ont disparues suite à une fausse manœuvre du webmaster de l’époque dont je tairais le nom…

Du 23 au 29 juin 2008, Jean Emilien se trouvait à Tripoli, capitale de la Grande Jamahiriya arabe lybienne du Guide Mouammar El Kadhafi. Un pays de 1.759.540 km² et qui compte 5.900.754 habitants. Mais ce n’est pas la Lybie qui l’a invité mais SEM Razafindrandriatsimaniry Dieudonné Marie Michel, Ambassadeur de Madagascar en terre lybienne. En fait, il s’agit d’une pratique assez récente de la part des représentants diplomatiques malgaches à l’étranger consistant à faire venir des artistes de la mère patrie lors de grandes occasions. Pour le 26 juin à l’Ambassade de Paris, par exemple, ce furent Luke et Mahery et à l’Unesco, Irène Rabenoro a fait venir Olombelo Ricky. Pour en revenir à la Lybie, l’an dernier, l’ambassadeur malgache avait fait venir à la Résidence de Madagascar Hanta Gasy et Sah Marlin. Cette année, il a fait appel à Jean Emilien que j’ai rencontré le samedi 5 juillet 2008. Conversation dans le beau jardin public en face du stade municipal de Mahamasina.

« Le matin du 26 juin, nous avons procédé à la levée du drapeau en entonnant l’hymne national malgache. La célébration du 48ème anniversaire de l’indépendance débuta vraiment vers 20h30. Près d’une centaine de diplomates étaient présents. Ceux qui n’ont pas pu venir avaient apporté des bouquets de fleurs le matin. Durant le cocktail de bienvenue, un écran géant projetait des séquences sur la Grande Île. Des articles souvenirs ont été distribués à l’entrée, comme des porte-clés en bois précieux et des sahafa… Puis, le dîner spectacle commença, sur une sonorisation lybienne et un batteur congolais ». Ce fut un Burkinabe, Adama, qui fit office d’animateur traducteur en trois langues: anglais, français et arabe. « L’ambassade de Madagascar vous présente, Jean Emilien, le champion du monde d’harmonica en 1991! ». Ainsi donc, ce fut un 26 juin un peu comme les autres, fêté dans toutes les capitales du monde. Seulement, l’unique Jean Emilien a fait mieux et surtout dans un pays islamique qui a fait découvrir un côté ouvert, tolérant. En effet, le 28 juin 2008, une messe avec une lithurgie commune a été célébrée en la cathédrale Chiesa San Francisco de Tripoli, sous la conduite de FR. Giovanni Martinelli O.F.M., Bishop of Tripoli-Libia. Une démarche assez hors du commun, il faut bien l’admettre. Un choriste congolais de l’église protestante de Tripoli a appuyé Jean Emilien l’instrumentiste. «Tena tao tokoa ny Nofo sy ny Fanahy maha-olona», a résumé notre homme-orchestre, très sentencieux (traduction : ce fut vraiment un moment de recueillement alliant vraiment la chair et l’esprit qui font que l’homme est Homme).

Les albums de Jean Emilien

« Hey Madagascar », « Ezaka », « Miandraza » Chez Cobalt, distribué par Melody, Paris France

A Paris, fin 1989, Jean Emilien enregistre en une nuit son premier album « Hey Madagascar » qui mêle le séga, musique phare de l’Océan Indien (Maurice, Réunion…), à divers rythmes de l’île, néanmoins l’arrangement fait en son absence ne le satisfait pas. Au concours Hohner 1991 d’harmonica à Détroit (USA), il obtient la médaille d’or et le diplôme de Champion du Monde d’Harmonica : son style plonge aux racines du blues et le fait comparer aux Etats-Unis, à Robert Johnson, le père du blues et la référence de John Lee Hooker et d’Eric Clapton. Après une tournée américaine dans les années 1990, il assure les premières parties de Bernard Lavilliers, Charlélie Couture, Carlos Santana... Ses textes évoquent la forêt menacée, le massacre des lémuriens et les valeurs familiales. En 1997, Jean Emilien sort son second album, « Ezaka », suivi un an plus tard de « Miandraza »

BIO ET PARCOURS DE JEAN EMILIEN RAKOTONANDRASANA

Auteur, compositeur, chanteur, guitariste et joueur de kabosy (guitare malgache), Jean Emilien se distingue par son jeu étonnant d’harmonica qui lui a valu d’être comparé à Robert Johnson, le père du blues et référence de John Lee Hooker et d’Eric Clapton. En 1991, cet artiste né en septembre 1963 à Ambositra dans la province de Fianarantsoa, au sud des hauts plateaux de Madagascar, a obtenu le Prix Hohner (médaille d’or) à Detroit aux Etats Unis...

Vako-drazana

Jean Emilien est remarqué à cinq ans dans un concours de chants d’écoliers par le chef de canton qui lui donne la pièce en douce pour qu’il continue à vocaliser. Mais sa première initiation de Jean Emilien lui vient de son grand-père, enterré avec son “jejy vaotavo” (mandoline). Mélomane forcené, Jean Emilien se passionne pour le kabosy qu’il joue en gardant les zébus pendant les vacances et découvre l’harmonica avec François, un musicien qui accompagne les élèves de son père en jouant des airs du folklore malgache. Après une incursion dans la musique occidentale et le reggae, Jean Emilien se plonge dans le patrimoine national, s’intéressant notamment au “vako-drazana”, chant des ancêtres, et au “rija”, un style de sa région. Son goût immodéré de la musique contrarie son père qui lui brise à dix-sept ans son kabosy sur la tête, provoquant sa fuite et sa vocation.

Le succès au Kanto

Un jour de 1982, un chauffeur de taxi-brousse, séduit par sa musique, l’emmène à Antananarivo pour qu’il enregistre à la Radio Nationale. Ses chansons sont immédiatement utilisées comme indicatifs d’émission et Jean Emilien se produit dans les grands hôtels de la capitale, les concerts et les bals. “Lors de mon premier grand concert à Tana, j’étais tellement intimidé que je n’ai pas osé chanter. J’ai joué seulement de l’harmonica et du kabosy puis soudain, j’ai reçu quelque chose sur la tête et j’ai cru que des ennemis m’attaquaient, mais j’ai réalisé que c’étaient les pièces enveloppées dans les billets de banque que le public me lançaient”. Jean Emilien se voit réellement consacré au niveau national en 1983, dans la salle de l’ex-cinéma Kanto, lorsque le public lui lance des pièces enveloppées de billets, signe dans l’île de respect et d’estime. Son approche très inventive des styles de la Grande Ile, la structure de ses chants, sa voix très spéciale (nasale et aiguë) ainsi que ses dialogues entre un harmonica jouant à la fois mélodie et rythme (parfois syncopé, parfois glissant à la manière du blues) et un kabosy répondant par une ligne de basse (il a rajouté une corde de basse à l’instrument) laisse le public sans voix.

Lors de TEDxTana 2010 à Antananarivo Madagascar, Jean Émilien a incité le public à l’aider à participer au reboisement de Madagascar. Cette responsabilité environnementale est louable car dans la Grande île, les artistes musicaux influencent la société. Cette attitude met le public devant sa responsabilité pour sauvegarder la faune et flore malgaches. La culture sur brûlis intensive constitue l’un des dangers immédiats pour la forêt malgache.

Sources : http://www.afrisson.com - https://lamusiquemalgache.blogspot.com

Les souvenirs de notre ami commun, Jean-Claude Vinson: "Je suis Malgache par ma mère, Français par mon père. Né à Madagascar, j'y ai grandi et vécu jusqu'à l'âge de 17 ans. J'ai du -comme beaucoup de Malgaches- quitter la Grande île qui sombrait dans un régime politique marxiste. En France, au début des années 1980, je travaillais comme technicien auprès de stars du rock. J'ai fait venir des artistes français et américains à Madagascar, produit des concerts de musiques, collaboré à la réalisation de compilations de disques sur la musique de Madagascar. Manager international d'un groupe phare du rock français et de l'artiste malgache Jean Emilien dont j'étais le producteur, le tourneur et le manager. Jean Emilien a fait, en 1991, la première partie de Carlos Santana à Paris Bercy (durant 30 minutes), a obtenu le Premier prix et la médaille d'Or mondiale d'harmonica au Etats-Unis en 1991, a fait l'Olympia avec Bernard Lavilliers, l’Olympia avec les Pow-wow, une tournée américaine et européenne etc."

Que dire, qu’écrire de plus? Au nom de l’équipe de madagate.org, je présente à la famille de Jean Emilien, mes plus sincères condoléances. Au revoir l'ami et à dans une autre vie plus meilleure qu'ici-bas. Les détails des obsèques de notre Jean Emilien national vous seront communiqués ultérieurement ici même.

Jeannot Ramambazafy – 05 avril 2017

Tananews37 partages

Air Madagascar : de sérieux problèmes sur les vols intérieurs

Vols retardés, détournés voire annulés et ce en pleine saison touristique : les vieux démons de la désorganisation reviennent déjà chez Air Malade ?

C’est amusant, dès que le DG est gasy, ça repart de suite en sucette.

A bon entendeur pour la Jiramaty.

Midi Madagasikara37 partages

Fisolokiana : Rangahy nampiasa seky tsy misy anto-bola, orinasa roa very 120 tapitrisa ariary

Efa maty paika tanteraka ny teti-dratsin’ity rangahy mpisoloky ity, izay voasambotry ny pôlisin’ny boriborintany fahenina, teny amin’iny faritra 67ha iny. « Anaovany fahazoan-dàlana avy amin’ireo sakaizany izay ahafahany haka « chéque » nefa izy ihany no mangalatra sonia. Iny chéque tsy misy vola iny avy eo no entiny any amin’ireo orin’asa goavana hakany entana maro isan-karazany » hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena. Orinasa goavana roa eny amin’iny faritra Andraharo iny no lasibatra tamin’izany, ka mitotaly eo amin’ny 120 tapitrisa ariary eo no teti-bidin’ireo entana nalainy. Tamin’ny alàlan’ny taratasim-bola avokoa no nandoavany ireto entana ireto. Ny fotoana nangalan’ireo orinasa ny vola tany amin’ny banky anefa no nahafantarana fa tsy misy vola akory mipetraka ao amin’ilay kaonty. Nametraka fitoriana avy hatrany tany amin’ny pôlisy ireo voasoloky ka tamin’izany no nahatrarana an-dranamana. Niaiky tanteraka ny zava-bitany moa ity olon-dratsy ity, izay efa natolotra ny Fampanoavana, omaly.

m.L

Midi Madagasikara36 partages

Suspension de maires : Le MAPAR interpelle la Communauté internationale

Le Bureau politique du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » condamne fermement les acharnements politiques contre ses leaders. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à l’Injet Ambodivona, les responsables du parti ont cité entre autres, la poursuite judiciaire lancée à l’encontre du sénateur Lylison René de Rolland, la violence perpétrée au domicile de la députée Rahantanirina Lalao (Ninah), l’agression contre l’ancien membre du Conseil Supérieur de la Transition Sareraka, l’incarcération de l’ancien ministre des Postes et de la Télécommunication, Augustin Andriamananoro, ainsi que la suspension des maires élus sous les couleurs du MAPAR à Antsiranana, à Toamasina et à Mahajanga. « Les tenants du régime ont peur d’Andry Rajoelina et du MAPAR pour l’élection présidentielle de 2018,d’où ces acharnements », a martelé Pierre Houlder Ramaholimihaso. Selon ses dires, « cette manœuvre ne fera qu’attiser la haine de la population vis-à-vis du régime HVM. Un régime qui échoue sur tous les plans de la vie socioéconomique du pays ». Pour le MAPAR, le respect de l’Etat de droit et la bonne gouvernance constitue l’unique solution pour résoudre les problèmes vécus au quotidien par la population et pour sortir le pays de l’impasse actuelle. Le MAPAR interpelle ainsi la Communauté internationale par rapport à la suspension de ses maires. Un appel a également été lancé à l’endroit des tenants du pouvoir afin de cesser les intimidations et les acharnements contre les partisans d’Andry Rajoelina.

Davis R

L'express de Madagascar33 partages

Système ACD – Le privé dit non au prestataire étranger

Le secteur privé revient à la charge dans la mise en place du système ACD. Il dénonce le recours à la prestation d’une société étrangère.

Le bras de fer entre les groupements patronaux et l’État continue. Dans un communiqué, à paraître aujourd’hui dans la presse, le secteur privé dénonce cette fois le recours à un prestataire étranger, c’est-à-dire la société ATPMS dans l’intention du gouvernement d’appliquer le système Advance cargo declaration (ACD) dans les ports à trafic international. « …L’insistance pour recourir à un prestataire étranger est inexplicable », a indiqué ledit communiqué.Le secteur privé malgache dénonce le choix du prestataire qui est décrié autant par les partenaires techniques et financiers que par la communauté internationale, avec en première ligne l’ambassade des États-Unis. « L’appel d’offres qui a permis de recruter l’ATPMS pour la mise en œuvre de l’ACD est intervenu dans des conditions discutables. Les premières opérations faites par l’ATPMS ont montré le manque de professionnalisme de cette société et soulèvent de nombreuses questions », ont souligné les groupements patronaux malgaches dans ce communiqué.

OpacitéLes partenaires techniques et financiers pointent  du doigt le manque de transparence dans la gestion de ce dossier. La recette collectée ainsi que sa gestion ont été mise en exergue par ces derniers. « Nous sommes de plus interpellés par le manque de transparence dans le processus de sélection du prestataire de mise en œuvre de l’ACD ainsi que par l’opacité dans l’établissement du contrat qui en découle », a indiqué les bailleurs de fonds dans un communiqué publié le 28 mars.Pour soutenir leur déclaration, les groupements patronaux avancent l’accord entre le secteur privé et l’État malgache signé le 1er mars 2016 et mettent en suspension l’application de ce système. « Le secteur privé rappelle que le gouvernement, par l’intermédiaire du ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, a signé un accord avec le secteur privé le 1er mars 2016, pour mettre en place un système national de sécurisation des ports », indique la missive.En juillet 2015, les groupements professionnels ont demandé au régime Rajaonarimampianina d’annuler la mise en place de ce système ACD à Madagascar. Devant l’intransigeance des autorités, les membres du secteur privé ont claqué la porte de discussion dans le cadre du dialogue politique privé. Mais cette fois-ci, ils avancent leur disponibilité à toutes discussions sur la mise en place d’un système national de sécurisation de tous les ports malgaches.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara30 partages

Mpanondrana sokatra : Roa taona an-tranomaizina sazy mihatra

Omaly no nivoaka ny didim-pitsarana izay mahakasika ireo roa lahy sarona saika hanondrana sokatra. Roa taona an-tranomaizina sazy mihatra miampy fandoavana lamandy mitentina roa tapitrisa ariary no nampiharina amin’izy ireo. Sazy izay tsy nahafa-po ny mpitory satria raha tsiahivina nandritry ny fotoam-pitsarana dia ny sazy henjana indrindra no notakian’izy ireo ary torak’izany ihany koa ny fangatahan’ny fampanoavana. Raha ny voalaza ao anatin’ny fehezan-dalàna famaizana dia roa ka hatramin’ny folo taona no sazy mihatra amin’ny mpanodrana harem-pirenena. Ny kely indrindra izany no nihatra tamin’izy roa lahy voakasika. Torak’izany ihany koa ny lamandy izay roa tapitrisa ariary kanefa 100 tapitrisa no nangatahan’ny fampanoavana ary 250 tapitrisa ariary ny an’ny sampan-draharahan’ny fiarovana ny ala izay mpitory. Ny roa martsa lasa teo izy roa lahy no sarona tetsy amin’ny seranam-piaramanidina Ivato raha saika hihazo an’I Bangkok avy amin’ny fiaramanidina izay mandalo ao amin’ny nosy La Réunion. Ahiana ho lany tamingana ny sokatra Angonoky noho ny fisian’ny fanondranana azy any ivelany. Tombanana ho 400 isa isa ny isan’ny tavela ao amin’ny Baie de Baly kanefa ao no tena toerana betsaka azy, raha araka ny fanamarihan’ny AVG. Any amin’ny firenena asiatika no tena hanondranana ireo biby ireo ka misy ny manao azy ho biby fiompy araka ny fiheverena fa mitondra fahasoavana ny sokatra. Misy koa anefa no mihinana ireo Angonoky satria lafo vidy ny henan-tsokatra any amin’izy ireo. Ahiana ho lany taranaka tanteraka ny Angonoky, karazan-tsokatra izay tsy misy afa-tsy eto Madagasikara raha mbola mitohy hatrany ny fanondranana azy. 

D.R

Tia Tanindranaza29 partages

Vondrona MAPARTezitra mafy amin'ny HVM

Manoloana ireo fanenjehana isan-karazany mahazo ny MAPAR, dia nanao fanambarana tamin'ny alalan'i Pierre Houlder, mpitondra teniny izy ireo omaly, fa manameloka izao fihetsiky ny HVM ho fahatahorana mafy an'i Andry Rajoelina sy ny MAPAR izao.

 Tsy izao fomba izao no hiaro ny fitondrana ankehitriny amin'ny tsy fahombizana eo amin'ny fitantanana misy ankehitriny raha ny fanambarana. Namantsipantsika ny HVM mihitsy izy ireo ka nilaza, fa ny famahana ny olan'ny vahoaka sy ny fanajana ny tany tan-dalàna ihany no afaka hanavotra ny firenena latsaka lalina anaty fahantrana. Noho izany, mitaky tsy misy hatak'andro ny fanatsaharana ny fanenjehana azy ireo ny MAPAR. Mba nisy ve ny fanajana ny tany tan-dalàna resahin’izy ireo tamin’ny andron’ny tetezamita ? Mihevi-tena ho mbola tompon’ny hery sy tanjaka ara-politika ny MAPAR raha ny fanehoan-keviny izay milaza fa atahorana mafy. Na ny lehiben’izy ireo aza anefa tena tsy re feo sy tsy re tsaika intsony, fa dia ireto mpomba azy sisa no miezaka mafy mamelona ny fanantenan’ny mpanohana. Manampy trotraka, dia misy amin’ireo mpanohana an’i Andry Rajoelina no migadra sy avy nogadraina ka misitri-belona noho ny fanenjehan’ny HVM. Ao ireo ben’ny tanàna nesorina sy toa mbola hoesorina… ka inona no hery hoenti-miady sa kosa efa miala any indray ny kajy vaovao toy ny famerenana ny 2009 ? Tsy sanatria manenji-dresy na manao vain-drahalahy tsy mba marary fa mivaly amin’i Andry Rajoelina sy ny ekipany ny fomba ratsy fanaony fony izy ireo teo amin’ny fitondrana, ka indraindray mitaraina sy mitaky ny fanatsaharana ny fanenjehana azy ireo ary indraindray mbola te hidingin-drambo fa tsy afaka.

Toky R

 

News Mada28 partages

Ankatso : les étudiants en médecine en grève

Comme prévu, des étudiants en médecine ont organisé, hier, à l’esplanade à Ankatso une manifestation pacifique pour protester contre l’inculpation de leurs pairs dans l’affaire relative au décès d’une mère et son nouveau-né à Befelatanana. Les manifestants comptent organiser, demain, une assemblée générale où ils inviteront le procureur de la République et un  professeur agrégé en médecine pour leur donner de plus amples explications sur les responsabilités des étudiants internes lors de leur stage au sein des hôpitaux. L’organisation de cet événement a déjà eu l’approbation du doyen de la Faculté de médecine. Des responsables au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du ministère de la Santé vont également assister à cette réunion.

Fahranarison

 

News Mada26 partages

ONG Lalana : nanaovana drafitra ireo lalana kaominaly

 Olana iray lehibe eto Madagasikara ny lalana any anivon’ny kaominina (RC). Anarivony kilaometatra maro sy an-taony maro, zara raha misy mijery ireny lalana ireny,  manerana ny Nosy mihitsy. 

Mijaly mafy noho ny faharatsian-dalana ny maro anisa mpifidy monina any ambanivohitra, hanaovana resabe fotsiny rehefa tonga ny fampielezan-kevitra. Misy ihany anefa ireo mandray andraikitra, araka izay vitany, toy ny ONG Lalana, namaritra Drafitra itantanana ny lalana kaominaly (Dilk). Nanomboka ny volana jolay 2016 ary nifarana ny volana marsa 2017. Dilk, tetikasa iray famaritana politika momba ny lalana any anivon’ny kaominina, niaraha-miasa amin’ny mponina sy ny tompon’andraikitra any an-toerana. Nanohana ny ONG Lalana ny Vondrona eoropeanina.

Kaominina enina ny nanombohana ny tetikasa fanadihadiana : Anjozorobe, Ambongamarina, Marovazaha, Betatao, ary Ampasina Maningory any amin’ny distrikan’i Fenoarivo Atsinanana. Tanjona ny fampahafantarana ny hatao rehetra mahakasika ny fikojakojana ny lalana : teknika hoentina manatanteraka ny asa, fitaovana ilaina, halavan’ny lalana, tombantombana ny tetibola ilaina ho an’izany. 20 km ny fohy indrindra, 99 km ny lava indrindra.

Drafitra mandritra ny dimy taona

Nomena fiofanana manomboka any anivon’ny fokontany ny ben’ny Tanàna sy ny mpanolotsaina azy. 229 ny mpikojakoja lalana (cantonniers), avy amin’ny fokontany 88 amin’ireo kaominina ireo. Samy nahazo fiofanana ara-teknika sy nanao fampiharana ny asa avokoa izy ireo. “Miainga avy amin’izany fiofanana azo izany ny fandrafetana ny fomba enti-manatanteraka ny lalana sy ny tetibola ilaina, ka izay ny entina hitadiavana famatsiam-bola, rehefa mahazo fankatoavan’ny kaominina. Drafitra mandritra ny dimy taona”, hoy Ratsima Harinjato, ao amin’ny ONG Lalana.

Raha ny tetibidin’ny asa taorian’ny fiofanana sy fanadihadiana rehetra, eo anelanelan’ny 250 tapitrisa Ar sy 3 miliara Ar. Misy ihany anefa ny asa azon’ny kaominina atao ny manomboka azy, araka izay zakan’ny tetibolany, toy ny any Ampasina Maningory. Vitan’ny any an-toerana aloha ny nanokatra ny lalana, ka betsaka ny tantsaha avotra tamin’ny fotoam-piotazana letisia farany teo, nahatafavoaka ny vokatra avy any aminy.

 R.Mathieu

Tia Tanindranaza25 partages

Dr Jean Louis RobinsonTsy mbola tapa-kevitra ho kandida amin’ny 2018

Fanatsarana ny kaominina Ampasikely mba tsy ho mena-mitaha amin’ireo kaominina manerana ny nosy no tena ilofosako, hoy ny dokotera Jean Louis Robinson, raha nanontaniana mahakasika ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny 2018.

                                              Niry A

 

Midi Madagasikara24 partages

Douanes : Plus de 468 milliards de recettes au premier trimestre

La réforme de l’administration des douanes et  les efforts de recouvrement des recettes apportent de bons résultats.

Au premier trimestre 2017, la Direction générale des douanes a encaissé exactement 468.6 milliards d’ariary de recettes douanières contre une prévision de 417,4 milliards d’ariary. Une bonne performance, puisque ce chiffre représente un taux de réalisation de 112%. De même, cette réalisation présente une plus-value de 39% comparée à celle de la même période de l’année 2016.

Modernisation. Cette performance résulte tout d’abord de la hausse de la valeur des importations enregistrées au cours de la période considérée. Par ailleurs la  structure tarifaire appliquée par la douane est plus génératrice de revenus. Faut-il en effet rappeler que depuis quelques années, la douane a engagé un programme de modernisation à travers plusieurs mesures de sécurisation des recettes. On peut citer, entre autres, la dématérialisation de la procédure de dédouanement, le renforcement du contrôle de la valeur et des espèces qui ont conduit à l’amélioration du taux de recouvrement des recettes non pétrolières. A propos de produits pétroliers, d’ailleurs, l’arrivée d’une deuxième livraison au mois de mars a fortement creusé le décalage entre les taxes totalement perçues et celles escomptées.

Coups de filet. En ce qui concerne toujours l’administration douanière, elle a brillé, ces derniers temps par les nombreux coups de filet réalisés au niveau de l’aéroport international d’Ivato. Plusieurs trafiquants d’or, de pierres précieuses, mais également de tortues ont été démantelés.  En somme, la douane joue parfaitement sa mission économique. Notons que l’actuelle performance de l’administration se réalise grâce au partenariat public-privé. Et ce, à travers le contrat avec Gasynet qui a su mener avec efficacité ses missions dans le domaine de la facilitation et de la modernisation des procédures de dédouanement dont le délai est actuellement considérablement réduit.

R.Edmond.

Midi Madagasikara22 partages

Football – Coupe de la Confédération Africaine : La CNaPS Sport fin prête !

La CNaPS Sport recevra dans son complexe de Vontovorona les Angolais du Recreativo Libolo dans le cadre des 16e de finale de la Coupe de la Confédération Africaine. Une échéance que les protégés de Arizaka Rabekoto Raoul préparent avec le plus grand sérieux.

Reversée en coupe de la CAF après son élimination en ligue des champions contre les Camerounais du Coton Sport de Garoua, la CNaPS Sport va disputer les 16e de finale de ce samedi à Vontovorona.

Effectif au grand complet. Un rendez-vous qui arrive au meilleur moment, car forts des leçons contre les Camerounais, les caissiers abordent cette nouvelle donne avec un optimisme bon teint lié non seulement au fait que les Angolais n’ont plus que leurs crocs de légende sur la scène africaine et demeurent en réalité une équipe abordable, mais en plus l’effectif affiche complet avec le retour de Feno, le pilier de la défense qui a été absent lors des matches de ligue des champions.

Comme Tahiana a retrouvé ses jambes de 20 ans, les deux hommes vont certainement constituer la charnière centrale comme au bon vieux temps avec ce que cela suppose de solidité. Surtout que devant eux, il y aura les deux milieux récupérateurs, les meilleurs du moment, en l’occurrence Mika Rabeson et Ando. Comme l’international Tantely peut occuper chaque poste en défense, cela ferait de lui un joker en puissance.

Rythme de croisière. Au milieu, Lalaina fera sans doute son entrée après le départ de Njiva à Montpellier, mais Tipe peut s’offrir le luxe d’aligner d’autres joueurs au milieu dans un effectif sans nul doute le plus riche des clubs malgaches avec Bourhim et Rija Rasoa. A la pointe de l’attaque, et comme cela n’a pas marché avec Fanja et Eric Dadamanga contre le Coton Club, le staff technique peut remettre dans le circuit Niasexe ou Francis qui a enfin retrouvé son efficacité après un début timide qu’on ne lui connaissait pas du temps où il était le buteur de service du COSPN. Comme ce policier de fonction ne rechigne plus à retrousser les manches à l’entraîneur, il semble avoir retrouvé son rythme de croisière.

Cette formation présentée de cette manière est capable de se qualifier pour les quarts de finale, mais tout dépend de l’apport du public invité à venir en masse. Car il reste bien entendu le match retour du 15 avril à Luanda. Une autre paire de manches…

Clément RABARY

Midi Madagasikara21 partages

Judo – Championnats d’Afrique : 250 combattants de 25 pays attendus

A une semaine du coup d’envoi des 38e Championnats d’Afrique de judo seniors et kata prévus les 14, 15 et 16 avril au Palais des Sports de Mahamasina.

Visiblement, Madagascar est devenu une terre d’accueil d’évènements sportifs majeurs. Dans neuf jours exactement, le Palais des Sports de Mahamasina accueillera les meilleurs judokas du continent. Le comité organisateur de ces 38e Championnats d’Afrique seniors et kata a règlé les derniers détails liés à la préparation afin que cet évènement se déroule dans les meilleures conditions.

25 pays. « Cette première édition en terre malgache sera marquée par l’affluence de pays participants qui avoisine les 25. Plus de 300 personnes dont 250 judokas seront attendus dans la capitale malgache, qui en l’espace de trois jours sera la vitrine du judo africain » a expliqué, Siteny Randrianasoloniako, président de la Fédération Malgache de Judo (FMJ) également Chairman de l’Union Africaine de Judo (UAJ). Des invités de marque honoreront ce sommet africain à l’image du président de la fédération internationale, Marius Vizer et du président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques Africains (ACNOA), Lassana Palenfo. « La fédération malgache de judo a déjà fait preuve de son savoir-faire dans l’organisation d’évènement sportif lors des championnats d’Afrique juniors en 2012» a poursuivi le président de la FMJ.

14 catégories. En tant que pays hôte de la compétition, Madagascar sera engagé dans toutes les catégories de poids. Les représentants malgaches ont eu une bonne préparation sous la houlette du directeur technique national, Jean Jacques Rakotomalala et son équipe. « Sept catégories respectivement chez les hommes à savoir les -60 kg, -66 kg, – 73 kg, – 81 kg, – 90 kg, -100kg et +100kg chez et -48kg, -52kg, -57kg, -63kg, -70kg, -78kg et +78 kg pour les femmes seront au programme du sommet. Il y aura également une compétition par équipes, open hommes et dames et celle du kata. A travers la politique de la préparation de la relève de la fédération, nombreux sont encore des cadets et juniors qui vont rentrer sur le tatami» a fait ressortir le DTN. Comme en sport, il n’y a pas de miracle, le clan malgache reste objectif quant aux chances de médailles de l’équipe nationale. « Logiquement, un championnat d’Afrique se prépare en deux ans, nous n’avons que six mois, mais nos judokas savent qu’il faut se battre. Deux expatriés renforceront l’ossature de l’équipe nationale à l’image de Royal Rakotoarivony évoluant en France et de Théo Pitaval à La Réunion » a conclu le président de la FMJ. Les premières délégations seront attendues mercredi prochain.

T.H

Midi Madagasikara21 partages

Itaosy : Andian-jiolahy nanafika tokantrano, 2 tapitrisa ariary very

Sivy lahy raindahiny amin’ny famakiana trano indray, no ravan’ny pôlisy eny amin’iny faritra Itaosy iny, ny voalohan’ny volana aprily lasa teo. Misy mihitsy aza ny taratasim-pokonolona manondro ireto andian-jiolahy ireto ho tompon’antoka tamin’ireo fahavakiana trano maromaro teny amin’iny faritra Itaosy iny : Antsahamasina, Ambodifasina, Ambohiparaky, Ambodifasika. « Ny 28 hifoha 29 martsa tamin’ny 11 ora sy 30 mn alina lasa teo teny Atsahamasina. Nisy tokantrano iray notafihan’andian-jiolahy maromaro. Very tamin’izany ny zavatra mitentina 2400000Ariary. Io fotoana voalaza io ihany, nisy tokantrano hafa ihany koa voatafika ka tratra am-bodiomby teo am-panapitsohana trano ny iray tamin’ireo olon-dratsy » hoy ny vaovao. Ity tratra ity nony avy teo no nanoro ireo namany efa mpiaraka aminy rehefa mandeha mamaky trano izy ireo. « Ny fomba fiasan’izy ireo dia tsy mitondra basy fa antsy no entina ary miditra an-keriny ao an-tranon’olona miaraka amin’ny fandrahonana » raha ny fanazavana hatrany. Omaly ihany moa izy sivy lahy ireto dia efa natolotra ny Fampanoavana, Anosy.

m.L

Midi Madagasikara20 partages

Consommation : Madagascar Gem Market sensibilise les Malgaches à l’amour des pierres

Transformés en bijoux, les richesses du sous-sol malgache gagnent en valeur ajoutée, pour le plus grand plaisir des consommateurs !

Depuis maintenant une dizaine d’années, Madagascar Gem Market et l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) proposent une expo-vente tous les premiers week-ends du mois, pour que tout le monde se retrouve (Malgaches comme étrangers, professionnels et amateurs) autour de la découverte et l’amour des pierres précieuses et semi-précieuses. Pour ce mois d’avril, le rendez-vous est fixé le 7 et le 8 au Tahala Rarihasina Analakely, en plein centre-ville ! Des certifications de pierres et des explications détaillées sur la lithothérapie sont au programme. Non seulement les pierres précieuses magnifient les bijoux, mais elles procurent également leurs vertus (physiques et spirituelles) à ceux qui les portent. Cependant il faut y croire, car l’effet placebo y est peut-être pour quelque chose ! La lithothérapie a par ailleurs fait ses preuves dans les médecines dites alternatives, notamment les massages de tradition orientale.

Pierres ou bijoux ? Les bijoux et autres apparats ont toujours eu une place de choix dans le système socioculturel malgache. Sans faire de la sémiotique de la mode à la manière de Barthes, nous pouvons affirmer que les bijoux et autres parures symbolisent l’origine, les croyances et les aspirations sociales de celui qui les porte. Le « paraître » étant très important pour  les Malgaches, ces derniers sont particulièrement friands de bijoux et autres accessoires valorisant leur position sociale. D’une manière générale, ils ont un penchant pour les bijoux en or ou en argent, mais sans pierre. Or, Madagascar est extrêmement riche en pierres précieuses, objets d’un vif intérêt pour les étrangers. Le secteur des mines est d’ailleurs l’un des secteurs prioritaires d’investissement à Madagascar. Inciter les Malgaches à aimer et acheter les pierres au niveau local, c’est une manière comme une autre de leur faire bénéficier des richesses de leur pays !

Luz R.R

News Mada19 partages

Rivo Rakotovao : « Nous la soutenons dans cette épreuve »

La conseillère spéciale Claudine Razaimamonjy est encore auditionnée par le bureau indépendant anti-corruption (Bianco) à Ambohibao. Un jour après son interpellation, le président national du parti HVM, Rivo Rakotovao, a fait une déclaration sur cette affaire.

«Nous restons solidaires avec Claudine Razaimamonjy étant donné qu’elle est une membre fondatrice du parti et également active. Nous n’entrons pas dans les motifs de son interpellation, les responsables sont là pour ça. Mais voulons démontrer que nous sommes solidaires avec elle, nous la soutenons dans cette épreuve», a déclaré à la presse Rivo Rakotovao.

Concernant l’interpellation effectuée lundi dernier, le président national du parti proche du régime a émis des interrogations. «Fallait-il vraiment procéder de cette manière ? L’arrêter à la sortie d’un match ? Chacun de nous doit y méditer», a-t-il avancé.

Avec cette déclaration, Rivo Rakotovao met donc fin aux rumeurs d’un éventuel conflit entre la première dame et la conseillère spéciale du président de la République.

Rakoto

Midi Madagasikara18 partages

Sécurité alimentaire et nutritionnelle : La COI plaide en faveur des PEID

La Commission de l’océan Indien soutient que les spécificités des petits Etats insulaires en développement (PEID) face aux défis du développement doivent être prises en considération par les institutions politiques et de développement.

 Les petits Etats insulaires en développement devraient bénéficier d’un traitement différencié de la part de la communauté internationale, notamment pour l’accès aux nouvelles sources de financement, dont les Fonds climat. La Commission de l’Océan Indien (COI), par le biais de son secrétaire général, Hamada Madi, l’a réitéré, hier, à l’occasion de l’ouverture, à Maurice, de l’atelier régional de consultation sur le programme d’action global de l’Organisation internationale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les PEID. Un plaidoyer qui vise à sensibiliser la communauté internationale sur les spécificités des PEID, notamment leur vulnérabilité face aux chocs mondiaux. Hamada Madi s’inquiète particulièrement de cette vulnérabilité en matière de sécurité alimentaire. « La dépendance des Etats membres de la COI aux aléas des cours mondiaux des denrées alimentaires est alarmante. L’Indianocéanie n’est absolument pas protégée des risques d’insécurité alimentaire », a-t-il souligné.

98%. Pour répondre au défi alimentaire dans les Etats insulaires de l’Indianocéanie, la COI a élaboré un programme régional de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PRESAN) avec l’appui de la FAO. Le secrétaire général en a présenté les grandes lignes dont l’objectif est d’assurer la sécurité alimentaire régionale par l’augmentation des productions agricoles, l’amélioration des moyens de stockage et de distribution ainsi que des normes phytosanitaires, entre autres. « Chacun comprendra en regardant la carte de notre région que l’alimentation de nos pays ne peut être dissociée de Madagascar, la Grande Ile, qui concentre 98% des terres arables de toute l’Indianocéanie », a-t-il rappelé.

Entité spécifique. Les PEID devront alors bénéficier de davantage de ressources pour relever les défis du développement en général et de la sécurité alimentaire en particulier. Hamada Madi n’a pas manqué de préciser, à l’occasion de l’ouverture de cet atelier régional à Maurice, que l’avenir des PEID dépend des soutiens qu’ils recevront pour atteindre les ODD (objectifs de développement durable) à l’horizon 2030. Non sans mettre en avant la nécessité de donner à ces pays la considération qu’ils méritent dans les processus de développement et les rencontres de haut niveau des acteurs dans ce domaine. « L’Afrique et ses institutions politiques et de développement doivent cesser de nous [ndlr, les PEID] considérer comme de simples éléments de grandes sous-régions continentales », a-t-il affirmé. « Il faut rappeler, haut et fort, que nos aspirations d’îliens ne peuvent s’épanouir si nous demeurons participants minoritaires – pour ne pas dire « sleeping partners » – à des forums continentaux conçus pour d’autres. Si l’Afrique donne l’exemple, le reste de la communauté internationale suivra et je ne doute pas que les PEID seront alors reconnus comme une entité spécifique au sein du Système des Nations unies ».

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara17 partages

Conseil de gouvernement : Fonctionnement du comité local de développement

Il a été décidé lors du conseil de gouvernement d’hier, l’adoption du projet de décret fixant le régime de gestion, d’utilisation et de contrôle du fonds d’appui au développement et portant organisation et fonctionnement du « Comité Local de Développement » (CLD). Notons que disposant d’un budget de200 millions d’ariary, l’entité détermine l’usage de ce budget pour financer les projets facteurs de développement, selon l’aspiration des habitants de chaque district. Le CLD est présidé par le ou l’un des deux députés du district. Il est souligné que l’usage du fonds du CLD n’est soumis à aucune restriction particulière, sauf l’orthodoxie inhérente à la gestion des deniers et des marchés publics. La somme de 200 millions d’ariary étant comptée dans le budget étatique, c’est le chef de district qui en est l’ordonnateur principal.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara17 partages

THB Tour Antsirabe : Concerts, carnavals, concours de cover

L’équipe de la Star, lors de la conférence de presse de présentation du THB Tour Antsirabe.photo : Kelly

Le coup d’envoi de chaque édition du THB tour est donné à Pâques dans la ville d’Antsirabe, fief  de la marque THB.  Pour le démarrage de sa douzième édition, THB Tour donne rendez-vous aux fêtards de la ville d’Eaux et aux milliers de personnes qui y séjourneront les 15, 16 et 17 avril.

On ne change pas une formule qui gagne ! Pour la douzième année consécutive, THB va investir la ville d’Eaux pour le traditionnel THB Tour. L’évènement se tiendra au cœur d’Antsirabe les 15, 16 et 17 avril. Si l’année dernière, 100 000 personnes étaient au rendez-vous, les organisateurs, cette année, s’attendent à mieux. Des améliorations vont effectivement être apportées pour le confort de tous les membres de la famille, de papa aux petits bouts. Setra Ramanankoraisina d’expliquer : « Le week-end de Pâques étant un moment privilégié en famille, en plus de l’habituelle aire THB, un espace famille sera aménagé sur l’Avenue de l’Indépendance, avec diverses boissons hygiéniques, des jeux et animations gratuites ». Cette année, les organisateurs réservent effectivement plus d’espaces et d’activités. D’ailleurs, Orange, Salto et Canal+ se sont associés à l’évènement.

Fête pour tous. Pour ceux qui n’y ont jamais été, THB Tour sous-entend bières à volonté et rien d’autres. Préjugé ! « THB Tour, c’est la fête en famille, c’est l’ambiance assurée et beaucoup d’activités et animations pour tous », rassure John Herimalala Raharimanjato. En ouverture, on va effectivement avoir droit à un grand carnaval qui verra défiler les cyclo-pousses, les chevaux, les différents partenaires, les pom-pom girls. « La caravane partira de l’Usine des Brasseries Star, passera par Mahazoarivo, Tsena Sabotsy, Antsenakely et se terminera à la gare ». Dès l’après-midi, « Fou hehy » investira la scène, Arnaah Big MJ prendront le relais. Le dimanche 16 avril, le programme est tout aussi alléchant. Au grand bonheur des plus jeunes et des amateurs de musique urbaine, Pit Leo et Mr Sayda vont reprendre leurs plus grands tubes. Ils laisseront ensuite la place à Nina’s. Lôla complète l’affiche. Il assurera le grand show du lundi de Pâques. Les amateurs d’ambiance discothèque ne seront pas en reste, puisque tous les soirs, les DJ Sniper et Nicky vont leur concocter des soirées inédites. Des concours de cover et de danse figurent aussi au programme. D’ailleurs, ceux qui souhaitent y participer peuvent s’inscrire dès aujourd’hui. THB Tour à Antsirabe, un évènement dédié à toute la famille !Mahetsaka

Midi Madagasikara16 partages

SRIE Amoron’i Mania : 1 000 demandes d’emploi pour 35 offres

Près de 1 000 demandes d’emploi sont enregistrées auprès du système régional d’information pour l’emploi, pour seulement 35 offres. Une situation qui démontre une fois encore que Madagascar fait face à une crise grave de l’emploi et ce, depuis des décennies. Raison pour laquelle le gouvernement, par le biais du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a décidé depuis ces trois dernières années, d’agir sur le marché du travail dans l’amélioration du système de gouvernance de l’emploi avec l’appui technique du Bureau International du Travail (BIT). C’est de là qu’est née l’initiative de mettre en place les Systèmes Régionaux d’Informations pour l’Emploi ou SRIE.

Emplois salariés. Pour la région d’Amoron’i Mania, le système régional d’information pour l’emploi a été inauguré le 24 février et enregistre jusqu’à ce jour près de 1 000 demandeurs d’emploi. Selon le responsable du système au sein de la Direction régionale de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle à Amoron’Isaha-Ambositra, ces demandes d’emploi concernent, dans la majorité, des emplois salariés avec très peu d’auto-emplois ou d’emplois indépendants. Ces demandeurs d’emploi à majorité de sexe féminin, sont jeunes parce qu’ils ont moins de 30 ans. Huit entreprises ont fait parvenir leurs offres d’emploi pour 35 postes à pourvoir au SRIE jusqu’à ce jour.

Orientations . Ces échantillonnages des  premiers éléments de base permettent déjà aux acteurs régionaux du monde du travail d’avoir une aperçue des orientations sur les mesures à prendre et à adapter les actions de promotion de l’emploi aux réalités et besoins de la région, notamment sur le développement de l’auto-emploi par l’entrepreneuriat et les emplois indépendants. Afin de mieux orienter la politique de l’offre et de la demande (investissements, formations, orientations professionnelles, etc.), les secteurs prioritaires et les chaînes de valeurs porteuses seront clairement définis.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

La Vérité13 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - Le ministère de la Justice fustige le Bianco

« Certains enquêteurs au sein du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) devraient suivre les textes et ne pas faire d’excès de zèle. Ce n’est pas la première fois. Mais cette fois, la coupe est pleine. Le risque de vindicte populaire est présent. Le non respect des lois est inacceptable ». La déclaration est du Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, au cours d’une conférence dans ses bureaux à Faravohitra, hier vers 22h 30. Une conférence de presse impromptue au cours de laquelle le locataire des lieux a tenu à apporter son point de vue sur le dossier Claudine Razaimamonjy.

Et lui de souligner à cet effet que son département avait été saisie d’une plainte des avocats de la propriétaire de l’hôtel AC. Une plainte dans laquelle ces avocats dénoncent un non respect du droit de la défense, notamment de l’article 136 du Code de procédure pénal. Cet article précise qu’un officier judiciaire ne peut retenir une personne à sa disposition pour les nécessités de l’enquête préliminaire pendant plus de 48h. « Passé ce délai, l’officier judiciaire doit libérer obligatoirement la personne, ou la déférer devant le magistrat du ministère public, ou encore demander une demande de prorogation de garde à vue auprès du Tribunal », indique le ministre. D’après le Garde des Sceaux, se référant à la plainte des avocats de Claudine Razaimamonjy, le fait que cette dernière n’a pas été remise en liberté à l’issue de ces 48 heures de garde à vue serait ainsi contraire à la loi. Interpellée le lundi à 18h, la première garde à vue de Claudine Razaimamonjy aurait dû se terminer hier mercredi à 18h également.  « Etant donné qu’elle n’a ni été libérée ni déférée au Tribunal et qu’aucune prorogation de garde à vue n’a été envoyée au tribunal, comme confirmé par le procureur (…) il y a une détention arbitraire », soutient le ministre. Devant la presse, le ministre de dénoncer ainsi un excès de zèle de certains responsables au niveau du Bianco. « S’il y a d’autres dossiers, les enquêteurs auraient du suivre d’autres procédures », insiste le ministre avant de  rajouter que « Cette dame aurait dû être libérée ». Dans un communiqué hier soir, le Bianco soutient en effet qu’il ne s’agirait pas d’une prolongation de garde à vue mais d’une seconde  garde à vue pour un nouveau dossier. Ambohibao soutient également que Claudine Razaimamonjy a été remise en liberté avant d’être de nouveau notifiée de sa deuxième garde à vue.   « Le Bianco aurait dû déférer la dame au niveau de la Justice et ensuite demander un ordre d’extraction, par exemple », renchérit-il. Le ministère de la Justice se défend de toucher à l’indépendance du Bianco. La situation est tendue entre les deux parties, et plus généralement au sein du régime Rajaonarimampianina. L.A.

Midi Madagasikara13 partages

Dôme Ankorondrano : Le « Tanora masina » Itaosy en concert

Rendre grâce pour toutes choses ! 15 ans, un évènement que les membres de l’école de dimanche de l’église Loterana Androhibe Finoana ont décidé d’organiser dans la joie et la liesse. Pour eux, il est effectivement important d’entretenir leur relation avec le Seigneur par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et célébrant ainsi de tout leur cœur les louanges du Seigneur. Pour célébrer ce quinzième anniversaire, ils ont donc décidé de louer le Seigneur à travers un grand concert évangélique qui mettra en scène le « Tanora masina » Itaosy, au dôme rta Ankorondrano, ce dimanche 9 avril. La chorale va interpréter toutes ses belles compositions : « Vonjeo ny taninay », « Mamela ny nosinay », « Kalvary »… Le KT Ambatovinaky sera là en tant que guest. Les tickets sont déjà en vente, à la radio « Tenin’ny fiainana » (RTF) et « Tsena zina Analakely ».Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

« Je dessine mon espoir » : 40 croquis démontrant comment les enfants voient leur futur

« Donner la possibilité aux enfants la possibilité de donner libre cour à leur créativité et d’exprimer   leurs personnalités, ou encore contribuer à leur éveil ». Ce sont là certains objectifs du concours « je dessine mon espoir ». Organisé via la collaboration entre l’UNICEF et le ministère de l’Education nationale, l’évènement a vu une participation massive de la part des élèves de toutes les régions. En effet, plus de 30 000 d’élèves issus de 70 CISCO de Madagascar ont concouru pour exprimer leurs rêves et leurs ressentis à travers leurs croquis. Une initiative qui entre dans le cadre la célébration du 70e anniversaire de l’UNICEF qui a pour cette fois-ci choisi d’écouter les enfants dans ce qu’ils voient aujourd’hui et ce qu’ils souhaitent pour demain. Des informations reçues lors du vernissage des dessins obtenus   des différentes régions de l’île qui s’est déroulé hier auprès du ministère de l’Education nationale.

José Belalahy

Midi Madagasikara12 partages

Portes ouvertes Ambatovy : L’engouement de la population, toujours au rendez-vous

Ambatovy fascine toujours autant.

Depuis le 1er jusqu’au 9 avril, Ambatovy organise la première édition 2017 de ses traditionnelles portes ouvertes au Café de la Gare Soarano. Comme à l’accoutumée, l’évènement intéresse et interpelle la population.

Engagements sociaux. Outre l’affirmation de l’envergure du projet (Ambatovy est la plus grande industrie de Madagascar) les portes ouvertes sont axées sur l’affirmation des engagements sociaux d’Ambatovy. Un fonds d’investissements social à hauteur de 25 millions de dollars a été mis en place pour la réalisation de 17 projets sociaux dans les zones d’implantation du projet. Citons entre autres la destruction du stock restant d’ammoniac de l’ex-Zeren, la réhabilitation du Lycée Technique de Toamasina et la construction d’un fonds pour la bonne gouvernance des redevances minières, etc.

Transparence. Organisées trois fois par an, les portes ouvertes « drainent la foule », puisque chaque édition comptabilise entre 7 000 et 10 000 visites. Les journées portes ouvertes puisent leur origine dans le constat que le projet intrigue la population quant à sa transparence, ses retombées sociales et économiques directes, ses possibilités de recrutement et d’intégration professionnelle. Le Communication Manager Lalaina Randrianarivelo, l’illustre parfaitement en affirmant : « Les portes ouvertes permettent à ceux qui ne peuvent s’y rendre (dans les zones d’implantation) de mieux connaître Ambatovy à travers des panneaux de présentation et une reproduction en maquette géante de l’Usine et de la Mine ».  Particuliers, étudiants, ou professionnels n’hésitent pas à faire part ouvertement de leurs doutes aux communicateurs expérimentés et attentifs présents sur les lieux. Des jeunes à la recherche de travail y déposent également leur CV.

Plus grande industrie de Madagascar. Faisant partie des IDE (Investissements Directs Etrangers), Ambatovy est actuellement la plus grande industrie de Madagascar en termes de recettes et d’impacts économiques et sociaux. Lalaina Randrianarivelo de réitérer : « Le sujet que nous souhaitons mettre en valeur lors de cette édition porte sur le fait qu’Ambatovy soit la plus grande industrie de Madagascar. L’exploitation du nickel et du cobalt, véritables trésors de l’industrie malgache, permet à Ambatovy de réaliser 32% des recettes en devises de Madagascar, ce qui induit des impacts positifs sur l’économie et la société en général. »

Luz R.R.

Midi Madagasikara12 partages

Basket – Top 8 : TMBB s’offre la GNBC

Les équipes du TMBB ont bouclé les rencontres éliminatoires du Top 8 de la Coupe du président de basket sur une victoire, hier, au Palais des Sports de Mahamasina. La bande à John (30 points) s’est imposée sur le score de 74 à 69 ce qui propulse l’équipe en tête du groupe A avec 5 points. Déjà à la pause, les protégés de Mémé Randria mènent au score par 44 à 35 devant Fabrice (20 points) et consorts de la GNBC. Les gendarmes tentent de rattraper l’écart, mais, l’avance gagnée par TMBB n’a pas suffi à renverser la tendance. Dans l’autre rencontre, les policiers ont pris le dessus sur les Majungais du Soma Beach Basket-ball Club (SBBC). Ce n’est qu’au premier quart-temps, que Joma et sa bande ont pu tenir tête à leurs adversaires, mais, les trois autres quarts-temps étaient entièrement dominés par les joueurs du Cospn. Chez les dames, les basketteuses de la JEA de Vakinankaratra ont signé une victoire contre CRJS de Toamasina par 66 à 49.  Pour le moment, rien ne peut arrêter les championnes de Madagascar de Fandrefiala. Hier, elles ont étrillé les filles du  TAMIFA sur le score  70 à 44. Les équipes auront droit à une pause ce jour avant la reprise des compétitions demain pour la phase des quarts de finale.

T.H

Orange Madagascar11 partages

"Autisme Madagascar, un combat qu'on aimerait faire avec vous"

Tsy aretina ny Autisme fa tsy fahatomombanan’ny fivelarana. Mialohan’ny fahatelo taona dia mety ho fantatra raha toa ka voan’ity karazana fikorontanana ity ny zaza iray. Ny autisme dia miseho amin’ny alalan’ny olana eo amin'ny fifandraisana, fahasarotana amin’ny lafiny fiaraha-miaina anaty fiaraha-monina, fanaovana sy famerenana fihetsika hafahafa tsy mahazatra.Samy hafa avokoa ny olona autista satria misy karazany sy lentany avy ny Autisme isaky ny olona tsirairay . 

Mbola tsy fantatra mazava hatramin'izao ny tena antony mahatonga ny Autisme - ary mbola an-dalam-pikarohana izany ireo mpitsabo Mpikaroka any ivelany. Misy milaza fa mety avy any ambohoka, mety vokatra ara-tsimika , mety vokatry ny tontolo iainana amin’izao mihitsy no mahatonga ny Autisme.

Mitombo isan-taona ny isan’ny Autistes ary raha ny eto Madagasikara dia mbola tsy misy ny antontan’isa satria tsy mbola nisy Diagnostika tena mamaritra fa tena autiste ny zaza iray.Tsy misy fanafany ny Autisme ary hoentina mandra-pahafaty izy io. Ny fandraisana an-tanana, ny fanabeazana ary ny fanazarana no fanampiana ny zaza Autiste - ary rehefa tsara fandraisana an-tànana mialoha izy ireo dia afaka hahaleo tena - tahaka ny olon-drehetra.

Un film "Autisme Madagascar"

Midi Madagasikara11 partages

Madatrek : tour de Mada à pied pour une famille française !

Actuellement diffusé sur la chaîne Voyage, Madatrek est une série documentaire qui raconte les péripéties d’une famille qui voyage dans tout Madagascar à pied, avec une charrette et deux zébus. Alexandre, Sonia, Philaé et Ulysse ont fait le Sud partant d’Antananarivo, rejoignant la côte Ouest, le Sud et l’Est pour remonter vers Mananara. Une grande aventure humaine, mais surtout de très belles images de Madagascar. Car pour ce film, la famille ne veut parler que de ce qui est positif. Prochaine étape, le Nord. L’aventure continue !

3 300 kilomètres à pied… et même pas fatigués ! Certes, ça use les souliers, mais lorsqu’on le fait en s’amusant, avec une charrette et deux zébus, et toute la chaleur humaine des 

Malgaches, ces quelques milliers de kilomètres se transforment très vite en milliers de scènes mémorables pour des souvenirs indélébiles. C’est le cas pour la famille Poussin, qui a déjà fait l’Afrique à pied. Pour cette nouvelle aventure qui a commencé il y a deux ans et demi maintenant, Alexandre et sa femme Sonia, accompagnés de leurs deux enfants : Philaé et Ulysse, ont décidé de découvrir Madagascar à pied, à travers les campagnes profondes et les paysages à couper le souffle. C’est donc de la Capitale qu’ils commencent leur épopée pour aller vers le Sud, n’empruntant pas la route nationale bien bitumée, « sinon on s’ennuierait » comme le dit si bien Alexandre, mais à travers les pistes et les routes secondaires que parfois seules les charrettes peuvent traverser. Avec un chien et deux zébus qu’ils ont adoptés au fil du voyage, ils partent en pleine découverte, avec comme seul itinéraire l’aventure. « On trace notre chemin » disent-ils.

Rencontres. Ce trek en charrette, c’est un voyage fabuleux qui est jonché de rencontres. Il y a d’abord les paysages qui scintillent de toutes les couleurs : la terre rouge, la mer turquoise, le vert luxuriant de la nature… le tout filmé avec un drône pour donner l’impression de grandeur, et pour ne rater aucune miette. Il faut dire que la scénographie du paysage évolue au fil du séjour. Dans les Hautes Terres, on peut apprécier la terre rouge et la couleur des maisons fabriquées avec des briques de couleurs chaudes. Et puis, lorsque la famille va vers les côtes, on remarque très bien le changement des plantes, et le rouge commence à laisser place au vert des plantes qui poussent tout le long de ces zones côtières. Dans le Sud-Ouest, l’abondance des baobabs, ces grands arbres qui font la fierté de Madagascar, donnent une impression de grandeur et de plénitude, de calme et de sérénité. Et puis, il y a la beauté des plages et des lagons. Une mer bleu vert turquoise dans laquelle tout le monde se laisse emporter. Madagascar est magnifique, et dans les yeux, ou plutôt l’objectif de ces documentaristes aventuriers, le pays est encore plus beau. Et puis, il y a l’aventure humaine, la rencontre entre deux peuples et deux nationalités. Evidemment, des « vazaha » qui marchent à pied, qui voyagent en charrette, c’est insolite. L’accueil des villageois est toujours très bienveillant, ces derniers n’hésitant pas à esquisser quelques pas de danse pour participer à cette euphorie générale. Mais c’est surtout à travers ces rencontres, et ces bribes d’histoires, qu’Alexandre et Sonia trouvent une autre raison d’être de ce projet. En deux ans et demi, ils ont rencontré, puis collecté des fonds pour aider les organismes et les personnes qui s’impliquent pour le bien de la communauté.

DOSSIER REALISE PAR ANJARA RASOANAIVO

News Mada10 partages

Ecole privée La Croyance : l’enseignante relevée de ses fonctions

Une sanction sévère mais pleinement méritée. L’enseignante de l’école privée la Croyance, qui a frappé un de ses élèves, ne peut plus exercer son métier en tant que telle. Suivant une décision prise par le ministère de l’Education nationale (Men), son autorisation d’enseigner  lui est retirée. L’établissement en question est frappé d’une mesure de fermeture pour cause d’irrespect des normes, notamment sur le plan infrastructurel.

Le ministère de tutelle n’a pas tardé à réagir. Une équipe dirigée par le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, a effectué, hier, une visite au sein de l’école privée sise à Anjanahary pour constater de visu les modalités d’enseignement qui y sont appliquées suite à une affaire de violence scolaire.

Après avoir analysé les faits, écouté les personnes concernées, en passant par la directrice de l’Ecole la Croyance, les élèves et les parents, le numéro un du Men a ordonné le retrait de l’autorisation d’enseigner de l’enseignante, qui a exercé une violence physique à l’encontre de l’un de ses élèves, qu’elle a surpris en train d’écrire une lettre intime, selon les informations. Une disposition approuvée par l’Office national de l’éducation privée (Onep), qui fait également de son mieux pour améliorer les qualités de l’éducation et de l’enseignement au sein des établissements privés.

Fermeture

Parallèlement à cette disposition, le Men compte également retirer l’autorisation d’ouverture de  l’enseignement préscolaire et du lycée de l’école privée la Croyance. «Cette disposition, qui sera appliquée à la fin de l’année scolaire en cours, est motivée par les défaillances au niveau du respect des normes sur le plan infrastructurel de l’école»,  a précisé le numéro un du Men. «A l’instar d’une salle de classe qui est subdivisée en trois compartiments accueillant chacun une quarantaine d’élèves. Par ailleurs, la méthode d’enseignement appliquée par cette école ne respecte pas l’éthique du métier d’enseignant où la violence physique envers les élèves est très fréquente », a souligné le ministre Paul Rabary.

Plainte

 Au moment où nous écrivons,  aucune poursuite judicaire n’est lancée à l’encontre de cette enseignante dans la mesure où aucune plainte n’est encore déposée auprès de la juridiction compétente concernant cette affaire. Apparemment, le responsable de cette école a déjà effectué un arrangement à l’amiable avec les parents de l’élève victime, mais ces derniers semblent avoir changé d’avis au dernier moment, surtout en voyant l’état de leur enfant, qui s’est plaint de maux de tête et présentant des égratignures sur les oreilles. A l’occasion de cette descente de la délégation ministérielle sur les lieux, Joséphine Rasolomalala, la mère de la victime, a manifesté son intention de porter plainte à l’ encontre de l’auteure de la violence envers son enfant.

Fahranarison

Midi Madagasikara9 partages

Société civile : Place au projet « Sioka »

Le mouvement « Rohy » se mobilise et ne relègue point la communication. En effet, hier a été lancé le projet dénommé « Sioka » et qui portera sur le « Diagnostic et stratégie d’information/communication. Etat des lieux de la communication des OSC à Madagascar » à l’hôtel « Le Pavé » Antaninarenina. D’après les explications reçues, « ce projet se donne comme ambition de contribuer au développement des organisations de la société civile malgache en leur donnant les capacités et les moyens nécessaires pour communiquer ».

Promotion de la société civile. Le résultat escompté n’est autre que la promotion de la société civile et de la communication en général. D’après les responsables au sein du mouvement « Rohy », le problème de la communication serait parmi les principaux obstacles rencontrés par la société civile malgache et entraîne, par conséquent, « une difficulté à jouer son véritable rôle d’interface entre la population et les gouvernants et de mener des actions de plaidoyer efficace en faveur de la population ». Durant quatre mois, le projet « Sioka » devrait produire ses fruits.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara9 partages

Is’Art Galerie : Ethno Graffiti par Taka Andrianavalona

Du 6 au 27 avril, l’Is’Art Galerie accueille l’artiste Taka Andrianavalona pour une exposition « Ethno-Graffiti », du street art à partir de matériaux urbains. Pour cette expo, il reçoit comme invitée Miora Andriamiharisoa.

A Ampasanimalo, les expositions se suivent et se ressemblent presque… ou pas. Selon l’inspiration de l’artiste qui est à l’honneur, on change de monde sans même se déplacer. Et pour ce mois d’avril, on a l’occasion de découvrir et d’apprécier les œuvres de Taka Andrianavalona, peintre graffeur qui utilise la toile pour peindre des scènes de rue. Ce street art est réalisé avec divers matériaux dont les tissus, magazines, journaux et objets comme les coquillages ou les boutons pour les intégrer à la peinture acrylique et le spray. Il dépeint ainsi les marchés, les étals de légumes, les tissus et les habits des gens. Pour cette expo, Taka a choisi comme invitée Andriamiharisoa Miora Sitraka Mickaëlla, une passionnée de dessin depuis l’enfance. Autodidacte, elle tâte encore tous les styles possibles du dessin à la peinture, du réalisme dans le portrait, de l’abstrait orné de l’inspiration zentangle et le figuratif à la peinture…

Anjara Rasoanaivo

News Mada7 partages

Approvisionnement en riz : augmentation du volume d’importation

Le prix du riz sur le marché part à la hausse depuis plusieurs semaines jusqu’à dépasser les 3.000 ar/kg dans certaines localités. Le ministère du Commerce et de la consommation entend mettre en œuvre quelques mesures pour freiner cette flambée, du moins d’ici un mois.

Le riz local, notamment le makalioka et le vary gasy, se vend actuellement à 2.200 ariary le kilo dans les marchés de la capitale. Les autres types comme le vary gasy, tournent encore autour de 1.850 et 1.900 ar/kg. A Mahajanga, le kapoaka (le contenu d’une boîte standard de lait concentré) atteint les 900 ariary, soit 3.100 ariary le kilo pour les produits de qualité. Seuls les riz de moindre qualité s’achètent à 600 ar/kap, soit 2.100 ar/kg.

A l’occasion de son retour de mission du Nord de l’île, Armand Tazafy, ministre du Commerce et de la consommation a apporté quelques explications sur la situation de la filière actuelle. D’après lui, le riz est disponible, mais le problème réside dans l’acheminement du produit.

«Les intempéries des derniers temps, notamment le passage du cyclone Enawo, ont retardé l’acheminement du riz sur les marchés. Les marchandises débarquent petit à petit, juste la quantité pour satisfaire la demande quotidienne des marchés», a expliqué le ministre à la presse hier. «Par ailleurs, il était prévu d’importer 40.000 tonnes de riz pour la période de soudure. La psychose générée par la rareté du produit sur le marché a pourtant fait doubler, voire tripler cette quantité dans la mesure où les ménages ont voulu s’assurer que leurs stocks sont suffisants», a-t-il ajouté.

Circuit de distribution

Du fait, le ministre a convenu avec les opérateurs importateurs de riz d’augmenter de deux à trois fois le volume d’importation en riz pour assurer l’approvisionnement du marché notamment durant la période de soudure. «Nous espérons qu’avec l’arrivée sur le marché du riz de la dernière moisson ainsi que le riz importé d’ici deux à trois semaines, le prix sur le marché descendra peu à peu d’ici un mois. Un circuit de distribution propre au riz importé sera également créé pour éviter l’alignement du prix du riz importé à celui du riz local, comme à Mahajanga», a expliqué le ministre.

Les vary vao commence peu à peu à arriver sur les marchés de la capitale avec des prix tournant autour des 1.600 ar/kg auprès des grossistes.

L’estimation de la production locale de riz de Madagascar pour 2016 s’élève à trois millions de tonnes de paddy, équivalent à plus de deux millions de tonnes de riz blanc. Les besoins du pays sont de 2,2 millions de tonnes par an dont 180.000 à 200.000 tonnes de riz importé par an. En période de soudure, les importations sont de l’ordre de 20.000 à 24.000 t/mois pour constituer un stock de sécurité.

Arh.

 

L'express de Madagascar6 partages

Futsal – Super Ligue – Fosa Junior champion  de la division élite

L’Urban Futsal a procédé, lundi, à la remise de trophées aux champions de de futsal pour la saison 2016 de chaque division de la « Super Ligue ». Sacré champion de la division élite, Fosa Junior s’est imposé 5 buts à 3 en finale face à Decathlon.En division légende, Flex United a battu Walexport et en division II ou Open, ABC a écarté en finale Sporting sur un score de 4 à 2. En plus d’une coupe et des médailles pour chaque équipe, Telma a offert des Telma Play à tous les joueurs de chaque équipe championne de différentes divisions.Ce partenaire numéro un du football Malagasy a également remis aux cham­pions de chaque division de la Super Ligue, un lot de 750 000 Ar de recharge par équipe.L’Urban Futsal, a également annoncé l’ouverture prochaine de la saison sportive 2017. Il y aura quatre divisions au programme de cette saison, la division élite pour les licenciés et les professionnels, la division II pour des footballeurs ayant atteint un certain niveau sans être licencié, la division III pour les amateurs de football et la division légende pour les plus de 30 ans.L’inscription est ouverte aux entreprises, associations et même aux particuliers. L’inscription, la location de terrain, les frais de restauration et l’achat des matériels sportifs chez Urban Futsal peuvent aussi se faire par Mvola et celui qui aura réalisé le plus de transactions bénéficiera d’une location gratuite d’une heure sur le Terrain Telma.

S.R.

News Mada5 partages

Arondihy : la culture Antanosy à l’honneur

Avant d’entamer chaque édition du festival de danse multidisciplinaire dénommé Arondihy, l’organisateur, Lamako Event propose plusieurs ateliers dont le but est d’initier les danseurs de la capitale aux autres danses traditionnelles malgaches. Ainsi, le atelier s’est tenu, au mois de février dernier, au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely. Avec Soameva, il a mis en avant la danse traditionnelle Sakalava.

Le 2e atelier, ayant choisi la danse traditionnelle Antanosy, s’est déroulé durant la semaine dernière au CGM avec le groupe Sarandra Beloba, et Meva Saroy. Plusieurs danseurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, étaient présents pour une séance d’échanges et de partages qui est à la fois axée sur la danse et la culture Antanosy, son accoutrement, ses us et coutumes.

Une dernière mise au point se tiendra ce jour à l’Ivon-toeran’ny kolontsiana malagasy (IKM) Antsahavola  avant le début de la 6e édition du festival qui aura lieu à partir du 29 avril prochain.

Holy Danielle

 

La Vérité5 partages

Education à Madagascar - Plus de sanction corporelle !

 

Frapper et porter la main sur les élèves sont formellement interdits pour aucune raison. Suite à la violence infligée envers une élève en classe de terminale à l’Institution « La Croyance » à Anjanahary, le ministère de l’Education nationale a fait circuler une note de service,

mardi dernier, portant sur cette interdiction. Il s’agit d’une note adressée à tous les responsables éducatifs travaillant dans tout Madagascar, notamment les directeurs régionaux, les chefs Cisco (Circonscription scolaire), les chefs Zap (Zone administrative et pédagogique), les chefs d’établissement scolaire. Des poursuites judiciaires peuvent être infligées à toute personne ne respectant pas cette note de service et ne répondant pas au principe pédagogique affirme le ministère de tutelle. Tous les établissements scolaires privés mais aussi publics se doivent d’exécuter la présente note. 

 

Des avis départagés

 

Le fait de frapper les élèves n’est plus d’actualité. Les enseignants doivent recourir à des méthodes plus professionnelles et stratégiques. Ainsi, les avis des enseignants, des parents ainsi que des étudiants même divergent au lendemain de cette affaire qui a fait le tour des réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Pour relever le niveau intellectuel des élèves, les moyens à employer doivent se porter toujours à l’éducation. Les sanctions corporelles peuvent affecter leur cerveau. C’est pourquoi il faut adopter des procédés plus efficaces dont l’enseignement de la morale ou les instructions civiques. 

 

Un parent d’élève a souligné lors d’une discussion :  « Je condamne cet acte de violence. Le travail d’un enseignant que ce soit en école privée ou publique consiste à éduquer les élèves pour leur donner plus de savoir et de connaissance en les punissant si nécessaire, mais sans les frapper ». Paradoxalement, le dicton malagasy « Ny zanaka tiana, tsy hitsitsiana rotsa-kazo » n’est plus conforme à cette nouvelle note de service émise par le ministère de tutelle. Compte tenu des comportements des générations actuelles aussi bien au niveau de la société en général que dans les salles de classe, une mère d’un élève en classe de 3e a tenu les parents comme étant, en partie, fautifs. Les obligations quotidiennes de ces derniers entraînent un manque de surveillance envers leurs enfants. Or, cette négligence pourra affecter l’éducation des enfants. Ainsi, pour des stupidités répétitives endurées durant les cours, l’enseignant, lassé, use de sa force à l’endroit de ses élèves. 

 

Kanto R.

 

Madagascar Tribune4 partages

Le Sénat jouerait-il un rôle décisif pour l’adoption des lois électorales ?

Les lois électorales adoptées au sein de l’Assemblée Nationale vont passer maintenant par le Sénat. L’importance du rôle du Sénat, est quelque peu ignoré. Par ailleurs, les yeux des observateurs ont toujours été tournés vers l’Assemblée Nationale depuis le début des sessions extraordinaires, théâtre de tous les rebondissements. Or, vu que les lois électorales ont maintenant été votées au niveau de la Chambre basse, elles devront passer par le palais de verre d’Anosy. Bien que la majorité présidentielle soit écrasante au niveau de celle-ci, l’opposition ne disposant que de trois représentants à savoir deux du parti TIM et un du plateforme MAPAR en l’absence du sénateur Lylison, le rôle que pourrait tenir le Sénat n’est pas à sous-estimer.

En sa qualité de représentant des collectivités et des groupes d’intérêts, le Sénat devrait ainsi se pencher à deux fois sur ces lois. Votées en l’état, l’on assisterait par exemple à une multiplication des bureaux de votes au niveau des collectivités. En effet, la loi relative au régime général des élections et référendums prévoit qu’un bureau de vote soit destiné à un maximum de 700 votants. Dans ce cas de figure, selon les explications de la Commission électorale Nationale indépendante (CENI), plus de 4 000 bureaux de votes devraient être encore crées. Explosant ainsi le nombre des bureaux de vote à près de 24 000 dans toute la Grande ile. Par ailleurs, l’on sait qu’un seul amendement du Sénat obligerait une troisième lecture au niveau de l’Assemblée Nationale. Et le vote, après cette troisième lecture, sera à la majorité des 2/3 des députés, soit 101 députés nécessaire pour que la loi soit votée. Le travail du Sénat pourrait donc changer la donne concernant ces lois électorales.

Madagascar Tribune4 partages

Les députés pro-régime se défendent

Face au tollé provoqué par la suspicion de corruption au sein de l’Assemblée Nationale, certains députés acquis au pouvoir, appuyé par les médias du régime s’empressent de donner leur version des faits. Selon Anthelme Ramparany, la vidéo circulant sur les réseaux sociaux s’agirait d’une vidéo filmée en 2016 et non une récente vidéo comme on voudrait le faire croire. Selon toujours la version d’Anthelme Ramparany, il n’y aurait eu aucune distribution de quelque somme d’argent que ce soit, la vidéo ne concernant qu’une histoire de beuverie, ce qui selon lui est « une tradition au sein de l’Assemblée Nationale » après les sessions.

Dans tous les cas, la saisine du BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) par les députés de l’opposition a mis d’accord l’opinion publique. Bon nombre de citoyens croient en effet à une corruption massive des députés pro-régime à commencer par le week-end conclave effectué à l’hôtel Paon d’or à Ivato ainsi que les informations selon lesquelles ces députés auraient reçu 50 millions d’Ariary chacun.

Immunité

Actuellement, comme la quatrième session extraordinaire du Parlement vient d’être convoquée hier, les députés jouissent encore de l’immunité parlementaire rappelle le juriste Imbiki Herilaza. Selon l’article 73 de la Constitution, « aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. Aucun député ne peut, pendant les sessions, être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit ». Pour Imbiki Herilaza, « ce principe sacro saint a pourtant été édicté pour préserver l’indépendance du député et non sa non-soumission à la loi ». L’établissement ou non du caractère de flagrant délit appartient au final à la justice et aux instances compétentes. Malgré cela, que la vidéo date de 2016 ou d’il y a quelques jours, les citoyens demandent à ce que la lumière soit faite sur cette affaire et que les députés, ainsi que les autres responsables en cas de corruption avérée, soient punis par la justice. D’autre part, les demandes pour la dissolution de l’Assemblée Nationale se font persistantes.

L'express de Madagascar4 partages

Catastrophe naturelle – Les criquets menacent l’Androy

La bonne récolte de la grande saison de novembre – décembre dans la région Androy est menacée. Niébé, maïs, sorgho ou mil qui remplissent les marchés, témoins d’une bonne saison culturale pour la région, où la pluie était généreuse au début de l’année, risquent de ne pas durer. Le littoral de Tsihombe, Beloha et Ambovombe, est couvert de criquets. Les autorités locales réagissent face à cette inquiétante situation. « Nous sommes descendus sur terrain notamment à Erada et Ambazoa Ambovombe, depuis samedi, et effectivement, il est urgent de repousser les criquets et de les tuer pour qu’ils ne nuisent pas aux cultures », explique le directeur régional de l’Agriculture et de l’élevage, pour l’Androy, Julien Honoré Andrianarisoa.« La direction travaille de près avec le IFVM (Ivotoerana famongorana ny valala eto Madagasikara) ou centre national d’Eradication acridienne,  dans la lutte. Les stratégies diffèrent pour tuer les criquets qui ne sont pas encore pourvus d’ailes et ceux qui peuvent déjà voler. Les produits et les feux sont ainsi les moyens de lutte dont nous disposons », a-t-il précisé au téléphone hier soir.

Mirana Ihariliva

News Mada3 partages

Antsirinala-Ambohibary-Moramanga : akaiky trano sy tsangambato ilay andrim-by

Mitaintaina ny mponina ! Andrim-by manana haavo 40 m no hajoro manakaiky ny tranon’olona vao notokanana, mielanelana 2 m ny iray amin’ireo trano ireo ary 38 sm ny iray ao anatin’ny fokontanin’Antsirinala, kaominina Ambohibary, distrika Moramanga. Tsy nisy fierana na fakana ny hevitry ny fokonolona fa ny fifanarahan’ilay orinasa sy ny tompon’ilay tany no nentina nanao ny asa. Mampalahelo ny mponina ny tsy fanajana ny tsangambato ilay antsoina hoe « tsy handrorana », efa nohajain’izy ireo hatramin’izay.

Mahatratra 6 m ny halalin’ireo lavaka tsirariray miisa efatra. Mampitebiteby ny mponina ny fiantraikan’ny fijoroan’ity andrim-by eo am-pototry ny trano fonenan’izy ireo ity. Nahazo fandrahonana ny mponina maro tamin’ny finday, ny zoma 31 marsa teo. Tamin’ny 22 novambra 2016 ny fahazoan-dalana azon’ny orinasa hananganana ireo fotodrafitrasa ireo. Nanao fanohanana ny fokonolona ny 23 novambra 2016, saingy tsy nisy valiny ary izao mitohy izao ny asa.

Randria

News Mada3 partages

Déclaration de patrimoine 2017 : 66% des assujettis manquent à l’appel

Le délai fixé par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour la déclaration de patrimoine a expiré vendredi dernier. Seuls 33% des concernés se sont conformés aux recommandations du Bianco contre 66%, soit 4.339 déclarants sur les 8.375 concernés. Ces derniers sont entre autres des responsables étatiques.

« Normalement, tous les concernés doivent procéder à de nouvelles déclarations pour cette année », a indiqué le directeur régional du Bianco à Antananarivo, le général Benjamina Arthur Ratovoson, hier à Ambohibao. En effet, le nouveau texte sur la lutte contre la corruption précise que la déclaration de patrimoine devra être effectuée tous les deux ans et non plus chaque année. Il faut noter que des sanctions sont prévues pour les récalcitrants, notamment une peine d’emprisonnement allant de deux à 10 ans de prison et d’une amende de deux millions à un milliard ariary.

Pour l’heure, le Bianco est en train de vérifier la liste avant de prendre des mesures. Jusqu’ à hier, sept ministres, cinq députés, quatre sénateurs et les neuf membres de la Commission électorale indépendante (Ceni) ont effectué leur déclaration pour cette année.

T.N

News Mada3 partages

Routes communales : six communes disposent d’une politique routière

Six communes rurales d’intervention du projet «Drafitra itantanana ny lalana kaominaly» (DILK) ou Politique routière communale dans les districts d’Ankazobe et de Fenoarivo Atsinanana disposent actuellement de leur Politique routière. Il s’agit des communes d’Anjozorobe, Ambongamarina, Marovazaha, Betatao, Amboasary et d’Ampasina Maningory.

Mené sur une durée de neuf mois, depuis le mois de juillet 2016, ce projet exécuté par l’ONG Lalana, en cofinancement avec l’Union européenne à travers le programme «Dinika» arrive à son terme avec un bilan positif. «Les objectifs prédéfinis ainsi que les résultats attendus ont été atteints», a souligné le chef du projet Dlik, Harinjatovo Ratsima, hier à Manakambahiny.

Et dans le dessein de pérenniser ces infrastructures, les maires et les conseillers communaux ont été formés en maîtrise d’ouvrage communale. Par ailleurs, chaque commune bénéficiaire dispose d’un registre routier qui va servir d’outil de travail pour les futurs RC.

250 millions à 3 milliards d’ariary

Le projet a aussi établi le devis estimatif du coût de réhabilitation de ces RC accompagné de la programmation quinquennale des travaux d’entretien communautaires. Le montant d’aménagement par commune varie de 250 millions d’ariary à 3 milliards d’ariary, selon la longueur de la RC validée. Certes, ces budgets ne sont pas à la portée des communes, mais ces dernières disposent déjà des outils nécessaires pour démarrer une recherche de financement. «En attendant les aides extérieures, un fokontany dans la commune rurale d’Ampasina Maningory a déjà déployé ses propres efforts et moyens en aménageant une RC accessible aux véhicules», a informé notre source.

Fahranarison

 

News Mada3 partages

Manazava ny Bianco : « Kolikoly amina miliara Ariary ny nisamborana an’i Claudine »

Nitondra fanazavana ny eo anivon’ny Bianco, omaly taorian’ny nisamborana an-dRazaimamonjy Claudine, afakomaly tetsy Mahamasina. Tsy misy ifandraisany amin’ny « Raharaha Ambohimahamasina » ny fisamborana azy fa momba ny fandraharahana.

 

« Tsy resaka Ambohimahamasina na resaka fanondranana andramena fa amin’ny maha mpandraharaha azy ny fanadihadiana atao aminy noho ny fandikan-dalàna nataony ary mitentina hatrany amina miliara Ar maro izany… Nosamborina izy hohadihadina», hoy ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean Louis, omaly teny Ambohibao. Nanteriny fa tsy raharaha iray ihany ny hanadihadiana ity mpanolotsain’ny filoham-pirenena ity fa maro ary tsy teto Antananarivo ihany fa hatrany Fianarantsoa koa.«  Eo am-panaovana fanadihadiana azy izahay izao ka arakaraka izany ny ahitana ny hisamborana olona hafa na tsia. Misahana izany ny biraom-paritry ny Bianco Antananarivo sy Fianarantsoa », hoy ihany izy. Nohitsiny fa nahitana fandikan-dalàna marobe nataony ka tsy maintsy misy mpiara-miombona antoka tafiditra koa ao anatin’io raharaha io.

 

Tsy misy ny tsindry na fanelanelanana…

Nanteriny koa fa mahaleo tena tanteraka ny Bianco. « Tsy misy ny tsindry avy amin’ny mpitondra na fanelanelanana… Manantena izahay fa samy tompon’andraikitra amin’ny maha zava-dehibe ny fahaleovantenan’ny  Bianco… Miezaka isika hanaraka ny lalàna sy hampanaraka ny lalàna », hoy izy. Mbola tazonina sy hanaovana fandihadiana eny  amin’ny Bianco Ambohibao ity mpandraharaha ity hatramin’ny omaly tolakandro. Mbola mijanona ho tsiambaratelo avokoa izany.

Tsiahivina fa niainga avy amin’ny fitarainana nataon’ny olon-tsotra sy tamin’ny gazety ary ireo mpandraharaha mpifaninana amin’ny tsena ny fanadihadiana natao. Teo koa ny tsy fifanarahan’ny  zavatra misy sy ny asa atao ka nirosoan’ny Bianco amin’ny fisamborana ity mpandraharaha ity.

Tokony hiakatra etsy amin’ny Fitsarana mijirika ny kolikoly (CPAC), 67 ha, izany aorian’ny fahavitan’ny fanadihadiana eny Ambohibao. Andrasana ny ho tohin’ny raharaha.

Randria  

Tananews2 partages

Oui mais si on arrête dame Claudine

Il faudrait aussi interpeller le Ministre de l’Intérieur non ?

L’une ne va pas sans l’autre et Papyzano en fait la démonstration.

Lire : Madagascar ou la Merditude d’un système maffieux institutionnalisé

News Mada2 partages

Ravalomanana Lalao : «Aoka tsy hifanenjika »

« Tsy matahotra fanonganana izany isika fa vonona hiady. Nahoana koa anefa no hifanenjika ? Hanarina isika ka tokony hiara-miasa sy hifanome tanana », hoy ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao teny Faravohitra, omaly. Nambarany fa nofidin’ny vahoaka ny tenany ary manana fandaharanasa hijery ireo sahirana. « Fanapotehana indray izany no hatao ary fanapotehana vahoaka izany fanonganana izany… Aoka tsy hanao tahaka izany rehefa tsy mitovy  ny firehan-kevitra… », hoy ihany izy.

Nohamafisin’ny vadiny, sady mpanolotsain’ny CUA, Ravalomanana Marc ,  fa anton-dia tany ivelany izany mba hahamafy orina ny fitantanana ny tanàna. Antony nidiran-dRavalomanana Lalao ho mpikambana eo anivon’ireo tanan-dehibe 40 maneran-tany (City 40), tarihin’ny ben’ny Tanàna any Danemark. Teo koa ny fiaraha-miasan’ny CUA  amin’ny Fikambanana iraisam-pirenena ho an’ireo ben’ny Tanàna Frankofonina (AIMF) tany Paris.

Etsy andaniny, nitondra ny raharaha eny anivon’ny Afrika Karaiba Pasifika -Vondrona eoropeanina (ACP-UE) kosa ny mpanorina ny MBS, Ravalomanana tamin’ny diany tany Bruxelles. Notsiahiviny fa efa nangataka ny hanokafana io haino aman-jeriny io ny tenany ny taona 2011, saingy tsy nohenoin-teny. « Ho avy aty ny depioten’ny ACP-UE hijery ifotony momba ny MBS. Tsy mety ny sakantsakana. Tsy misy ny demokrasia.», hoy izy. Tsy ankasitrahany koa ny fampiatoana ireo ben’ny Tanàna noho ny resa-bola anambazana ireo mpanolotsaina. Eo koa ny filazany fa efa ela no tokony nosamborina Razaimamonjy Claudine. « Manana finiavana ny filoha, saingy sakana amin’izany ireo manodidina azy », hoy ihany izy .

Synèse R.

 

News Mada2 partages

Badminton : une séance de découverte au LFT

Le Lycée français de Tananarive (LFT) abritera la première séance de découverte du badminton pour la saison en cours. Cet avant-goût de Silbad days 2017 se tiendra vendredi avec plusieurs programmes au menu dont une série de démonstrations, initiations ou encore le Zumba’dminton. L’entrée est gratuite pour les étudiants du lycée hôte. Les écoles, organisations ou entreprises désirant organiser des séances identiques peuvent encore s’inscrire auprès de la fédération.

« Solibad Challenge, soit un défi Solibad. Tel est le thème choisi pour cette année. Vous pouvez lancer à vous-même, à une équipe, un club, ou à une bande de copains, un défi fou  pour récolter des fonds pour Solibad. A chaque défi, une cagnotte en ligne », ont précisé les organisateurs. Ce n’est pas une grande première pour les badistes malgaches et la moisson a été bonne pour la saison 2016 vu l’impact des actions de vulgarisation.

Rojo N.

 

Tananews2 partages

Antsirabe : ils s’invitent chez les religieuses

Oui ils s’invitent chez les religieuses.

Et dans les religieuses aussi.

Un pays de barbares disions nous ?

L'express de Madagascar2 partages

Conjoncture – Marc Ravalomanana avance ses pions

À deux ans des échéances électorales, Marc Ravalomanana demande des garanties sur le bon déroulement des scrutins. Il demande ainsi la transparence sur la gestion des listes électorales et l’instauration d’un climat apaisé.Comme il l’a affirmé depuis quelques semaines, l’intention de Marc Ravalo­manana de briguer les présidentielles de 2018 est manifeste. Ainsi, en menant des offensives sur plusieurs fronts, l’ancien président place un à un ses pions dans l’échiquier politique. « Il est important de veiller sur la fiabilité et la transparence sur la gestion des listes électorales », a-t-il martelé à l’approche de l’arrêtage de la liste des électeurs dans deux semaines.En attendant, le numéro un du Tiako i Madagasikara joue la carte de l’apaisement. Après avoir claqué la porte des négociations en avril 2015 lors des pourparlers de réconciliation dirigés par le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes (FFKM), l’ancien président prône actuellement la reprise des dialogues. « Il faut assurer un climat politique apaisé avant, pendant et après les élections à travers la réconciliation nationale », affirme-t-il. Par ailleurs, le cadre juridique régissant ce processus, avec la promulgation de la loi 2016-037 sur la réconciliation nationale, n’attend que la volonté des principaux protagonistes. Mais entre le dire et le faire, il y a beaucoup de différence.Dans tous les cas, bon nombre d’observateurs estiment que Marc Ravalo­manana prend une longueur d’avance sur ses adversaires politiques en vue de la présidentielle de 2018. Les préparatifs sont déjà très avancés. Depuis quelques mois, il lance une véritable offensive de charme au niveau national et à l’international.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar2 partages

Service financier – Le mobile banking se vulgarise

Le service de mobile banking s’installe dans le quotidien de nombreux Malgaches. On recense plus de cinq millions de comptes actifs.

C’est un fait. La population malgache adopte de plus en plus le service de transfert d’argent par téléphonie mobile. Le nombre de cash points dans chaque quartier en témoigne avec pas moins de 25 000 recensés dans tout Madagascar et un volume des transferts qui s’envole. Rien qu’au cours du mois de décembre, 51 milliards d’ariary de transfert ont été effectués via ce service.L’usage de ce service varie d’un client à l’autre. « Pour les uns, c’est un moyen de paiement très efficace auprès de certains commerçants ou d’achat de crédit téléphonique. Certains l’utilisent comme un porte-monnaie électronique. Mais le plus connu est sans doute le service de transfert d’argent », a expliqué Dina Mallet, directeur d’Airtel Money.

Inclusion financièreCette responsable évoque les impacts positifs de ce service sur l’économie du pays, contribuant, notamment l’inclusion financière d’une partie de la population. « Les données disponibles en ce moment parlent d’un taux de pénétration bancaire de 5%. Celles-ci peuvent atteindre les 10% avec les microfinances. Les spécialistes en développement humain expliquent pourtant qu’en matière d’inclusion financière, la disponibilité d’un service financier implique une croissance. Chaque citoyen devient ainsi un entrepreneur capable de gérer son argent. À Madagascar, on dénombre 5,8 millions de comptes mobile banking au 31 décembre 2016 », a souligné cette responsable de l’établissement de monnaie électronique de l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Mada­gascar. Sur ce marché, l’entreprise détiendrait 35% de part, d’après elle.Toutefois, si l’utilisation du mobile money a pris son envol, ce service ne pourrait pas remplacer le service bancaire. « La loi sur l’établissement de monnaie électronique est claire sur le rôle de ces établissements. Ils ne devaient pas se substituer aux banques et/ou institutions de microfinance. Ces derniers peuvent proposer des services de crédit et d’épargne, ce qui n’est pas le cas pour les établissements de monnaie électronique. Toutefois, le mobile banking présente un certains avantage avec son utilisation plus simple et sécurisé. Il suffit d’avoir une carte SIM. En plus, toutes les opérations offrent une traçabilité », a souligné Dina Mallet.Une utilisation qui a été simplifiée car depuis le mois de septembre 2016, le service de mobile money entre dans une nouvelle étape. Les trois établissements de monnaie électronique à Madagascar, à savoir Mvola, Orange Money et Airtel Money annoncent l’interopérabilité du service entre eux. Les usagers n’auront plus à se soucier du réseau utilisé par son correspondant.

Lova Rafidiarisoa

Tananews2 partages

Claudine : des détournements de dizaines de milliards d’ariary

Affirmation en filigrane du Bianco.

Et d’autres personnalités seraient également dans la ligne de mire.

Alors, tentative de séduction des bailleurs de fonds ou règlement de comptes à ok corral entre les différents petits cercles dans les hautes sphères ?

Ou bien le Bianco va faire son boulot et la Chaîne Pénale Anti-Corruption va mystérieusement relâcher tout le monde pour “manque de preuves” ?

Car les feuilletons politico-judiciaires se terminent souvent en eaux de boudin à Babakoto Land.

Madaplus.info1 partages

Les étudiants en Médecine ont manifesté devant le tribunal Anosy

Les étudiants en médecine étaient venus nombreux pour faire un sit-in devant le tribunal, lundi dernier pour soutenir leurs amis.
Si on rappelle les faits, un drame est survenu le 17 février dernier, une mère enceinte avait eu une complication pour son accouchement. Refoulée par une clinique, elle a dû faire recours à un service plus spécialisé de la Maternité de Befelatanana pour accoucher son enfant. Mais selon les dires des médecins, il a fallu faire recours à une opération césarienne. Mais la mère et le bébé n’ont pas pu survivre même avec l’opération suite à une complication. La famille de la victime a décidé de porter plainte à l’encontre des médecins et des internes pour non-assistance à personne en danger.
Pour ces étudiants venus nombreux au tribunal, les internes n’ont rien à voir dans cette histoire, vu qu’ils ne font que suivre les ordres des médecins.
Madaplus.info1 partages

Antsirabe: la destination phare pour la fête pascale

Jusqu’à maintenant, la ville d’eau est toujours la ville de prédilection de ceux qui veulent passer une bonne fête pascale.
Quand on parle de fête de Pâques, on ne peut pas exclure la ville d’eau. En effet, Pâques et Antsirabe vont toujours ensemble. Bira ou Antsirabe se prépare déjà à recevoir les fêtes de Pâques. Le THB tour Antsirabe 2017, influencera encore de plus en plus un bon monde à venir à Antsirabe. À la veille de cette fête, les commerçants, les propriétaires des activités récréatives, les hôteliers sont déjà en pleine préparation afin de profiter de cette fête, surtout le week-end pascal pour en faire profit.
Tananews1 partages

“La Conseillère du Président Hery Rajaonarimampianina accusée de détournements de dizaines de milliar...

Il faudrait peut-être un gros titre à la Une comme cela pour que ladite Présidence daigne communiquer ?

Ou bien on attend que madame aille de nouveau bouder à Paris ?

Les neurones doivent chauffer grave en ce moment dans les couloirs du Palais.

“Prezida, si tu veux tes 10 milliards de dollars faut que tu passes le karcher”

“Mon chéri mon amour, je vais passer quelques temps à Paris, si tu veux que je revienne, fais libérer d’abord ma copine crapuleuse”.

“Claudine ça c’est fait. Maintenant comment on procède pour Mbola et Nicole”.

etc.

News Mada1 partages

Toamasina : lazaina fa ampy ny jiro nefa mitohy ny delestazy

Nilaza ny talem-paritry ny Jirama eto Toamasina, Veloson Léonard, nandritra ny valandresaka nataony tamin’ny mpanao gazety farany teo, fa simba vokatry ny rivodoza Enawo ny famatsiana herinaratra ao amin’ny orinasa tsy miankina iray mamatsy ny Jirama. Hany ka tsy afaka mamokatra afa-tsy 3,2 Mw sisa, raha tokony ho 13,2 Mw ka mahatonga ny fanaovana delestazy. Voalaza koa fa nisy nangalatra ny taribin-jiro avy any Ivolobe.

Nanome fitaovana (générateur) roa manana tanjaka 12,6 Mw, ny 28 septambra 2016, ny tetikasa Ambatovy. Voalaza fa tsy hisy intsony ny delestazy eto Toamasina satria efa mihoatra ny herinaratra (26,45 Mw) raha 23 Mw ihany ny filan’ny mpanjifa.

Tsy amboarin’ny Jirama koa ny andrin-jiro mianjera, ny tariby mirefarefa amin’ny tany ka ravin-kazo sisa mitazona azy, toy ny any Mangarano, parisela 11/47, sy Andranomadio. “Hifankahita isika raha miantraika amin’ny radionay io tariby mitondra herinaratra miraviravy amin’ny tany io”, hoy Rtoa Rakotonirina Jeannine, tompon’andraikitry ny radio RFT etsy Andranomadio.

Sajo

News Mada1 partages

Lancement du projet Sioka : Rohy veut promouvoir la communication des OSC

Les organisations de la société  civile regroupées au sein du mouvement Rohy ont procédé hier à Antaninarenina au lancement du projet «Diagnostic et stratégie d’ information/communication et états des lieux de la communication des OSC à Madagascar » ou Sioka.

«La société civile ne peut travailler sans un système d’information efficace » a indiqué un membre du mouvement, Elisa Razafiniarivo. Plusieurs défis à relever donc qui « Consistent par exemple à la promotion de la transparence budgétaire dans la gestion des affaires de l’Etat, la bonne gouvernance, la gestion des ressources naturelles, mais surtout les élections de 2018 », a-t-elle expliqué.

Cela d’autant plus que plusieurs difficultés sont rencontrées par la société civile, notamment au niveau de son rôle d’interface entre la population et les gouvernants. Ces difficultés se retrouvent également dans les accès aux informations, à se faire connaître ou encore à met-tre en avant les réalisations. Le manque de notoriété et de crédibilité se fait ainsi ressentir.

Crédibilité

Le projet Sioka contribuera à la facilitation des interventions des organisations de la société civile (OSC), mais également à asseoir sa crédibilité vis-à-vis des citoyens en général et des autres composantes de la société, notamment le gouvernement, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé. Près de 90 membres de la société civile dans la capitale et dans les régions ont participé au lancement du projet qui sera mis en place dans les quatre mois à venir.

Tahina Navalona

 

Tananews1 partages

La Police des frontières débarque 25 femmes en partance pour l’île Maurice

Les petites jupes aradiki et la vulgarité de certaines d’entre elles ont provoqué des soupçons.

Quels genres de soupçons ?

Euh séri, tu veux un dessin ou quoi ?

La Vérité1 partages

Industries - Madagascar continue d’attirer les investisseurs étrangers

Demain, près de 80 opérateurs marocains opérant dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, des nouvelles technologies de l’information et de la communication sont attendus dans le pays. Les opérateurs malagasy sont invités à s’impliquer un peu plus dans la recherche d’investisseurs, de partenaires commerciaux et de profiter des différentes opportunités.

Le ministre malagasy de l’Industrie et du Développement du secteur privé, Nourdine Chabani s’est déplacé récemment au Maroc. Il a rapporté la volonté de coopération des marocains avec les opérateurs malagasy. Les rencontres « B to G » ou « Business to Government » ont permis de faire connaître les politiques de l’Etat, les possibilités de partenariat à travers les investissements directs étrangers.

Redressement de la Sucoma

Lors de sa mission à l’étranger, le ministre Nourdine Chabani a eu l’occasion de rencontrer le directeur général de l’usine sucrière Sucoma (Sucrerie Complant de Madagascar), Gu Haitao. Après le pillage de cette société en 2014, le ministre de l’Industrie a rencontré la population à Morondava il y a environ 6 mois. La valeur des pertes au sein de cette société était estimée à environ 50 millions usd. Nourdine Chabani a incité la population à ne plus détruire les entreprises qui créent des emplois et des richesses. Le lien historique entre la Chine et Madagascar a été évoqué par Gu Haitao qui a affirmé sa volonté de développer l’entreprenariat à Madagascar. Un plan stratégique devra être élaboré.D.H.R.

L'express de Madagascar1 partages

67 Ha Sud – Environ cinq cents sans-abri après une démolition

Le désarroi total a plané sur l’âme des familles réparties dans 76 foyers ayant habité le sous-secteur du quartier des 67ha Sud. En effet, un bulldozer a rasé, mardi de très bonne heure, des maisons sans que les résidents n’aient eu le temps de ramasser leurs affaires. « Il n’y a eu aucune sommation. Quand je me suis réveillée vers deux heures du matin, je croyais que c’étaient les brocanteurs d’à côté qui venaient emmagasiner leurs articles. Puis j’ai aperçu du monde et j’ai reconnu des éléments des forces de l’ordre et l’huissier. Ce dernier m’a demandé d’emballer mes affaires et de sortir de chez moi, car il va y avoir une destruction, et l’acte a commencé vers trois heures », a déploré Mama Jeanne, personne âgée parmi les délogés.D’après Bruno Gaetan Andrianasolo, président du fokontany des 67ha Sud, cette décision a quelque peu surpris les habitants de ce sous-secteur qui n’ont pas eu le temps de se préparer. « Certes, l’huissier ne fait qu’exécuter la décision du tribunal qui ordonne une expulsion qui date de 2011, mais il aurait pu aviser le fokontany deux ou trois jours à l’avance pour nous permettre de prendre les mesures nécessaires. La démolition a fait environ 500 personnes sans-abri mais cette exécution hâtive, à notre avis, intensifie davantage l’insécurité », a-t-il indiqué. Ce dernier a ajouté que personne ne connaît le propriétaire des lieux puisque l’huissier accomplit juste sa mission.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar1 partages

Embrouillamini autour d’un complot

Plusieurs personnalités détentrices de hautes fonctions dans le gouvernement de la royauté, passent en jugement en 1868. Elles auraient été les instigateurs, tout au moins des complices, dans le complot ourdi contre Rasoherina et surtout Rainilaiarivony. De toutes les origines sociales, la vingtaine de personnes incriminées sont pour la plupart des officiers généraux, précise le RP Callet qui cite plusieurs noms. Entre autres, de la caste noble Andriamasinavalona: Andriantsito­haina, Ratsimihara, Rasata et Ravahatra; de la caste hova Tsimahafotsy: Rainimanonja; des hova Tsimiamboholahy: l’ex-Premier ministre Raharo, Ratiaraikely, Rabeaharana, Raini­valitera et Radomparany; de l’Imerinatsimo: Ralaitrimo, Ramahova, Ramanonja et Razeva. Sans oublier Rainimanito, Ramahaiza, Ranatrika, Ingahileda et Zafimanonja…Après l’instruction de leur affaire, les « Olom-baventy » les déclarent tous coupables et Rainilaiarivony les exile à Andoharano­fotsy, si minime soit la part que certains y ont pris, tandis qu’il relègue son frère Raharo (Rainivoninahitriniony) à Ambohimandroso. D’autres accusés sont mis d’office à la retraite. Quant à l’autre ex-Premier ministre Raini­johary, il bénéficie du pardon royal.On sait qu’il y a eu complot, comme l’attestent de nombreux historiens. Mais s’ils sont unanimes pour dire que Raharo et Rasata sont reconnus comme les auteurs du coup d’État, leurs avis sont partagés en ce qui concerne les noms de leurs complices. Du reste, les déclarations des suspects eux-mêmes au cours de leur audition sont quelque peu contradictoires; contradictions mises surtout en évidence lors des confrontations.Tout commence, lorsque Rasoherina se déplace à Andevoranto, période pendant laquelle elle confie les affaires courantes à Andriantsitohaina, Rainimanonja, Rainiketaka et Rainisoa. À son retour alors que souffrante elle se repose à la résidence de Rainilaiarivony à Amboditsiry, les rumeurs d’un coup d’État se propagent. Elle ordonne alors aux quatre Grands du royaume « de mettre les fers aux fauteurs de trouble ».Une première version de l’affaire affirme que la décision d’Andriantsitohaina et de Rainimanonja d’arrêter Rainilaza, Rainisoa et Rainimboay, n’est que l’exécution de cet ordre royal. En outre, la même version souligne que les deux réunions qui se déroulent successivement chez Rainizakamahefa et chez Andrian­tsitohaina ne sont que de simples séances de travail pour mettre au point la meilleure tactique qui permettra de s’emparer, sans trop de vague, des véritables comploteurs. De même, elle avance que s’ils envoient une troupe armée envahir le Rova d’Antananarivo- ce qui est formellement interdit- c’est parce qu’il leur est difficile de distinguer, parmi la garde royale, les partisans des insurgés des fidèles de la reine. Et s’ils sont absents à Antsahatsiroa où ils devaient rejoindre les émissaires royaux, puis à Amboditsiry pour répondre à une convocation de la reine, c’est parce que tous deux reçoivent un contrordre du Premier ministre qui les enjoint de rester au Rova pour le défendre.Enfin, si certains de leurs hommes se sont cachés, c’est par peur d’être arrêtés pour avoir, sur l’ordre de leurs supérieurs, « attaché Rainisoa, Rainilaza, Rainimboay et Rainizaona ». D’ailleurs, cet « ordre donné par leurs chefs hiérarchiques » est à chaque fois invoqué par la majorité des accusés qui nient toute participation à une quelconque révolution de palais.D’autres historiens présentent une toute autre version du déroulement de l’évènement, se basant sur le retard d’Andriantsitohaina et de Rainimanonja à donner au Premier ministre les renseignements demandés. D’après cette version, au cours des deux réunions citées plus haut, tous les participants se plient à une cérémonie rituelle de prestation de serment, jurant d’aller jusqu’au bout du coup d’État.De plus, malgré un ordre royal antérieur, ils sont tous armés quand ils envahissent le Rova pour attaquer la garde restée loyale à la reine. De même c’est volontairement qu’ils refusent d’aller à Ambohitsiroa et à Ambodi­tsiry. Cette version repose surtout sur le fait qu’Andriantsitohaina et Rainimanonja qui auraient donné tous les ordres aux insurgés, sont d’anciens compagnons d’armes de Raharo quand il était commandant en chef des armées.Comme quoi, un même fait peut prêter à deux interprétations diamétralement opposées.

L'express de Madagascar1 partages

Quoi de neuf, docteur ?

Et un autre petit séisme dans la communauté du web quand la vidéo d’une dame tabassant et insultant ces grands « enfants » circule sur Facebook. Interpellation du Ministre de l’éducation Nationale qui n’a jamais été autant tagué. Flots d’indignation, commentaires par centaines pour demander où la scène s’est passée. La photo de la femme a même été publiée comme pour dire « wanted ». Quand vient une vidéo d’explication de la directrice, affirmant qu’il y a déjà eu des ententes avec les parents, comme il devient croustillant de lire les répliques.D’une manière scientifique et éprouvée, l’ONG ENDA Océan Indien et l’IRD (Institut de recherche pour le développement) ont mis en exergue qu’en 2007, 65% des femmes vivant dans la ville d’Antananarivo subissent des violences conjugales. On imagine facilement que ce taux n’a pu qu’augmenter ces dix dernières années. Le foyer étant la base de tout caractère social, on déduit très facilement que dans au moins 65% des familles, on utilise le tabassage et les agressions psychologiques comme « manière » d’éduquer les enfants. Aussi, avec un décompte très simpliste, sur 100 commentaires d’indignation sur cette affaire, 65 ont été faites par des gens qui pourtant, dans leur quotidien, ont recours à une de ces formes de violence dans leur famille.En revenant sur ces réactions, on peut décortiquer plusieurs types d’internautes. Ils y a ceux qui s’indignent et rien de plus. Ils y a ceux qui s’indignent et qui demandent où la scène s’est passée, et rien de plus. Il y a ceux qui sont choqués, qui partagent, qui demandent au ministère de faire quelque chose. Mais, à aucun moment, on n’a pu trouver une personne qui décide de faire quelque chose directement. Beaucoup diront que ce n’est pas à nous de faire quelque chose et que c’est l’affaire du ministère. 18 février 2010, les lycéens se sont joints aux enseignants d’Ile-de-France ; Cayenne le 15 avril 2014 ; et 03 février 2016 à Cavani Sud, Mayotte : quelques manifestations civiles pour se soulever contre les violences dans et autour des établissements scolaires. Car l’éradication de ces agissements ne peut se faire seulement par une simple pénalisation d’un établissement scolaire mais par la conscientisation de la masse.Seules 35% des tananariviennes n’ont jamais subi de violence. S’il y a donc dix filles dans une salle de classe, seule trois d’entre elles sont vraiment protégées par leurs parents. Alors, quand la directrice dit qu’il y a eu cette entente avec les parents, exagèrerait-elle  ? Car les parents eux-mêmes s’adonnent à des pratiques qui sont socialement banalisées. Face à une violence familiale ou conjugale, avons-nous le réflexe de nous interposer ou au moins d’appeler la police ?  La vérité est que la majorité se tait et ne fait rien, sous prétexte que c’est une affaire de famille et que c’est donc tout à fait normal.Encore plus croustillant, on prendrait un malin plaisir en comptant le nombre de commentaires qui relate les formes de brutalités que ces « grandes personnes » ont aussi subies durant leurs années d’école. Alors, « quoi de neuf docteur ?  » comme le dirait Bugs Bunny. À part qu’on peut se cacher derrière notre petit écran avec des commen­taires d’hypocrites et faire autre chose une fois arrivés à la maison.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara1 partages

Attaque à Antsirabe : La conférence des évêques condamne !

La conférence des évêques de Madagascar ne pourrait rester inerte face à ce qui s’est passé à Antsirabe, notamment à Antsahatanteraka samedi dernier où un couvent a été attaqué par des hommes armés. Pour ce faire, elle a sorti lundi dernier un communiqué condamnant, dans un premier temps, ces agissements répréhensibles et appelant, dans un second temps, les autorités étatiques à réagir. « Nous condamnons les actes criminels et les agissements inhumains perpétrés par des bandits à l’endroit de ceux et celles qui s’engagent envers Dieu et qui sont au service de la population malgache. Nous mettons particulièrement l’accent sur ce qui s’est passé à Antsahatanteraka en fin de semaine », relate le communiqué, lu par le secrétaire général de la conférence des évêques de Madagascar, Mgr Jean Claude Randrianarisoa, évêque de Miarinarivo. A titre de rappel, les bandits ont violé trois nonnes et  ont dérobé la somme de 6 000 euros et trois millions d’Ariary durant cette attaque.  

Inertie des autorités étatiques. Faut-il attendre que les crimes deviennent une grande institution pour que l’Etat réagisse (enfin) ? En tout cas, et ce n’est pas la première fois, la conférence des évêques appelle à ce que « toutes les autorités étatiques – responsables de la protection de la population – prennent leurs responsabilités et appliquent des mesures drastiques en ce qui concerne l’insécurité qui connaît une étendue nationale ». Faut-il rappeler que dans l’affaire Antsakabary, l’inertie de l’Etat a déjà été pointée du doigt par ces évêques ? Quoi qu’il en soit, ces derniers affirment « soutenir et appuyer ceux et celles qui mettent en œuvre des actions sociales au bénéfice de la population notamment tout ce qui a trait à l’éducation, à la santé et à la prise en charge des plus miséreux ».

Aina Bovel

Tananews0 partages

RNS 2017 : de belles têtes d’affiche

Et notamment la croustillante Stéphanie et le pas croustillant mais rigolo Gothlieb.

La RNS 2017 c’est à Poitiers.

La rencontre nationale sportive se déroulera du 15 au 17 avril 2017.

Orange Madagascar0 partages

#KZ18 épisode 6 : Samoela

Dans #KZ18, des célébrités répondent aux questions posées par des internautes sur Facebook et Twitter. Pour ce sixième épisode, c'est Samoela qui se prête au jeu. Retrouvez-nous sur : Facebook : http://www.facebook.com/orangeactu/Twitter : http://twitter.com/orangeactuWebsite : http://www.orange.mg/actualite/

News Mada0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : des dizaines de milliards d’ariary en jeu

On est encore loin de l’accusation, l’enquête bat encore son plein auprès du Bianco. Mais si la suspicion de corruption est fondée, Claudine Razaimamonjy serait ainsi trempée jusqu’au cou dans plusieurs affaires datant de 2013 à 2016. Jusqu’à hier, le gouvernement n’a fait aucune déclaration.

Les informations se sont multipliées depuis l’arrestation de la conseillère du président de la République Claudine Razaimamonjy lundi dernier à Mahamasina. Enquêtée auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) depuis lundi, la puissante femme d’affaires devra répondre à plusieurs questions liées notamment à des faits de corruption entre 2013 à 2016.

«Diverses plaintes reçues par le Bianco concernant plusieurs dossiers ont conduit à l’arrestation de Claudine Razaimamonjy», a indiqué le directeur régional du Bianco à Antananarivo, Benjamina Arthur Ratovoson, au siège de l’institution à Ambohibao hier.

Dizaines de milliards d’ariary

Il explique alors qu’il ne s’agit plus de l’affaire Ambohimahamasina étant donné que le Bianco avait déjà été dessaisi de l’affaire qui est actuellement entre les mains des tribunaux. Les dossiers en question tournent autour de corruption sur des affaires publiques, notamment dans les appels d’offres de marchés publics et le Bianco Antananarivo et Fianarantsoa a été saisi de l’affaire. Cela d’autant plus que Claudine Razaimamonjy pourrait avoir d’autres complices. Cependant, les enquêtes sont en cours.

«Sans pouvoir donner des chiffres précis, les faits de corruption s’élèvent à des dizaines de milliards d’ariary et les infractions n’ont pas seulement été recensées à Antananarivo et Fianarantsoa mais aussi dans d’autres régions», a-t-il fait savoir.

Aucune pression

Le responsable auprès du Bianco précise que l’arrestation a été inéluctable car la principale concernée n’a toujours pas répondu aux convocations du Bianco auparavant, notamment pour l’affaire Ambohimahamasina. «Nous avons requis les forces de l’ordre de nous prêter main forte, après des mois de préparation», a-t-il expliqué.

Dans tous les cas, malgré la présence permanente des soutiens de Claudine Razaimamonjy à Ambohibao, le Bianco a assuré qu’il n’a reçu aucune pression malgré le fait qu’il s’agisse de la conseillère auprès de la présidence. «Nous espérons au contraire que l’Etat qui fait de la lutte contre la corruption sa priorité nous soutienne dans cette affaire», a lancé le directeur régional du Bianco.

Le gouvernement, silencieux

Jusqu’à hier, aucune déclaration du gouvernement ni des membres du parti présidentiel HVM n’a été faite. Le même cas s’est produit concernant le directeur de cabinet du ministère de la communication et des relations avec les institutions Nivo Ratiarison, actuellement en détention pour détournement de fonds.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Fivondronamben’ny eveka : « Mila fepetra hentitra ny hanafoanana ny tsy fandriampahalemana »

 Manjaka ny tsy fandriampahalemana. Tratran’ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana ny tranon’ny masera. Mila fepetra hentitra ny hanafoanana ny tsy fandriampahalemana, raha ny fanambaran’ny Fivondronamben’ny eveka.     

 

« Manameloka tanteraka izany asan-jiolahy feno habibiana izany ny Fivondronamben’ny eveka, ary mangataka amin’ireo rehetra ao amin’ny fitondram-panjakana manana andraikitra amin’ny fiarovana ny vahoaka mba handray fepetra hentitra kokoa hanafoanana ny tsy fandriampahalemana mihanaka manerana ny firenena manontolo. »

Izay ny fanambaran’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara momba ny fanafihana ny sekolin-dry masera ao Antsahatanteraka, Antsirabe, ny 1 avrily lasa teo. Fanafihana mitam-piadiana mampivarahontsana, narahina herisetra ara-batana mifono habibiana. Mihatra tamin’ny ankohonam-piainan’ny relijiozy lahy sy vavy eto amin’ny firenena tato ho ato izany, indrindra izay vao nitranga tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo.

Mitondra ny feon’ny fiangonana ireo eveka

Mitondra ny feon’ny fiangonana manontolo eto Madagasikara ireo eveka, maneho fa fankatoavana ny asa fanompoana tanterahin’ireo karazam-pikambanana relijiozy lahy sy vavy an-kafanam-po sy fahafoizan-tena tanteraka ho an’ny vahoaka malagasy. Indrindra eo amin’ny sehatry ny fanabeazana sy ny fahasalamana ary ny fikarakarana ireo mahantra sy fadiranovana izany.

Mankahery ireo rehetra nanokan-tena mba tsy hiraviravy tanana, fa hanana faharetana hanohy hatrany ny asa ho fampandrosoana ny firenena. Entanin’ny fahatsapana ny fanohanan’ny maro.

Manao sonia ny fanambarana ny sekretera jeneralin’ny fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara, ny Mgr Randrianarisoa Jean-Claude; ny filohan’ny fivondronamben’ny eveka, ny Mgr Tsarahazana Désiré; ny filoha lefitra, ny Mgr Raharilamboniaina Fabien.

R. Nd.

News Mada0 partages

Fitetezam-paritra : tsara fiditra ny « Vaky sehatra » ho an’i Nina’s

Toy ny fanoana isan-taona, ary nandritra ny 5 taona izay, nisafidy ny kianja Bika any Tsiroanimandidy i Nina’s, nanaovany ny « Vaky sehatra ». Tsara fiditra izany, satria araka ny anarany, nanomboka ny fitetezam-paritra izay hataon’ity mpanakanto ity mandritra ny taom-pampisehoana io. « Feno hipoka hatrany ny kianja ary nahafinaritra foana ny fiarahana », hoy ny nambaran’i Jean Claude Vera, mpikarakara ny tarika.Nandrasan’ny mpijery ireo hira vaovao toy ny « Mankasitraka », « Solonao vaovao », « Samy misy mpankafy », sns. Vaovao saingy efa tafita any amin’ny mpankafy ireo raha tarafina tamin’ny tany Tsiroanimandidy sy ny tetsy amin’ny Le Glacier, izay fifampiarahabana noho ny taom-baovao.Marihina fa tsy hiaka-tsehatra eto an-dRenivohitra ry Nina’s ato anatin’ny roa volana. Ny 30 avrily indray izy ireo vao manome fotoana ny mpankafy, eny amin’ny Coliseum Antsonjombe. Anisan’ireo hanafana ny “THB Tour” any Antsirabe kosa ny tarika amin’ny alahadin’ny Paka.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« THB Tour » Antsirabe : handrasana ry Arnaah, Big Mj, Mr Sayda, Lola…

Fetin’ny Paka mira « THB Tour ». Hetsika tsy azo ihodivirana intsony ary mivoatra isan-taona izany ao Antsirabe.

Raikitra indray ! Toy ny mahazatra isan-taona, manomboka ao Antsirabe hatrany ny « THB Tour ». Araka ny nampahafantarana tamin’ny mpanao gazety omaly, tetsy amin’ny foiben’ny Star Andraharo, hotontosaina ny 15 hatramin’ny 17 avrily ho avy izao ny andiany faha-12 amin’ity hetsika ity.Misy ny fanao mahazatra sy mampiavaka ny “THB Tour”, izay hotanana hatrany. Anisan’ireny ny fampiakarana mpanakanto manana ny lazany eto Madagasikara. Handrasana amin’ity i Arnaah sy i Big Mj, izay hanokatra ny andiam-pampisehoana ny asabotsy alina. Iarahan’ny rehetra mahafantatra fa manana ilay endri-pampisehoana iarahany sy mampiavaka azy ireto mpanakanto ireto, na dia tarika roa samihafa aza.Hanohy ny fampisehoana ny alahady hariva ireo mpanakanto tanora efa nametraka ny anarany. Hitondra ny roots, rap ary reggae Pit Leo sy Mr Sayda . Hotohizan’i Nina’s amin’ny mozika mafana sy mifangaro kokoa izany avy eo. Vao maraina kosa, satria hanomboka amin’ny 10 ora, dia efa fetibe ny alatsinain’ny Paka, arahin’ny fampisehoana hataon’i Lôla. Marihina fa eo anoloan’ny Gara toa ny mahazatra hatrany ny hetsika rehetra, ary hoelanelanin’ny fanentanan’i Eric sy i Honorat, sy ny fampandihizana hataon-dry Dj Nicki Di Manu sy Dj Sniper izany.Raha toa ka izay no mahazatra, misy kosa ny zava-baovao anatin’ny fandaharam-potoana. Handray ny hetsika avokoa ny Araben’ny Fahaleovantena, saingy misy ny natokana ho an’ny mpianakavy. Hisy karazan-dalao maimaimpoana eo, ankoatra ny fifaninanana dihy sy “cover” ho an’ny besinimaro.

Zo ny Aina /Sary: Fanou

News Mada0 partages

Is’art Galerie : haneho ny « Ethno-graffity » i Taka A.

Hanomboka rahampitso, hampiranty ny sanganasany eny amin’ny Is’Art Galerie Ampasanimalo i Taka Andrianavalona. « Ethno-graffity », hanehoany ny zava-misy eny amin’ny andavanandrom-piainana amin’ny alalan’ny fampiasana fitaovana maromaro, toy ny « toile ». Tsy verivery foana ihany koa ny tapa-damba, akanjo, gazety boky, gazety, akorandriaka, bokotra miaraka amin’ny « peinture acrylique », sns, fa hain’ity mpanakanto ity ny manasongadina  ny fiainam-piarahamonina amin’izy ireny. Fahaiza-mifehy ireo akora ireo hoeti-maneho ireo loko maro tazana ao anatin’ny fiainan’ny malagasy. Akon’ny kolontsaina izay ahitana ny mampivaivay io loko samihafa io rahateo.

Ho an’ity mpanakanto ity sy ny sanganasany ahitana izay famirapiratan’ny loko izay ny fiainana an-tanan-dehibe, ny tsena sy ny vokatra amidy ao aminy, ny fitafian’ny olona, sns.

Ho vahinin’i Taka Andrianavalona amin’izany i Miora Mickaella, tanora manantalenta amin’ny fanaovan-tsary.

Ny 27 avrily vao hifarana ny fampirantiana « Ethno-graffity ».

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Hakatona ny sekoly La Croyance : tsy mahazo mampianatra intsony i madama nanao herisetra

Tsy nitsitsy rotsa-kazo tamin’ilay sekoly La Croyance etsy Anjanahary ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Tsy mahazo mampianatra intsony madama Domoina, mpampianatra midaroka mpianatra. Hakatona ny Lycée sy ny “préscolaire” ao.

Nidina teny amin’ny sekoly tsy miankina La Croyance nijery ifotony ny sekoly sy ny fomba fampianarana ao ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul, sy ny ekipany, omaly tolakandro.

Niresaka tamin’ny talen-tsekoly, ilay ankizy voakasi-tanana tao anatin’ilay horonantsary ary ny ray aman-drenin’ny mpianatra izy tamin’izany. Afaka naneho ny heviny tsara ary nitondra fanazavana avokoa ireo.

Nanapa-kevitra avy hatrany ny minisitra fa alàna ny fahazoan-dalana mampianatra an’ilay mpampianatra nahavanon-doza tamin’ny mpianatra. Voasazy ihany koa ny sekoly satria tsoahina ny fahazoan-dalana fisokafan’ny lycée sy “préscolaire” ao amin’ny La Croyance rehefa vita ny fanadinana amin’ity taona ity.

Araka ny Didim-pitondrana laharana faha 1032 tamin’ny 18 janoary 2017, ny ministeran’ny Fanabeazam-pirenena amin’ny alalan’ny Office National des Ecoles Privées (ONEP) dia manana fahefana feno hanatanteraka fidinana ifotony eny anivon’ny sekoly tsy miankina ka manafoana avy hatrany ny fahazoan-dalana mampianatra (Autorisation d’Enseigner) sy ny fahazoan-dalana manokatra sekoly (Autorisation d’Ouverture) rehefa misy ny trangan-javatra toy izao.

Tsizarizary ny fotodrafitrasa ianaran’ny ankizy ao amin’ny La Croyance. Efitra fianarana iray no misy ary zaraina telo izany ka lasa tery. Ankoatra izay, tsy manana fomba fiasa enti-mampianatra ny sekoly ary matetika ny fikasihan-tanana mpianatra ao amin’ity toeram-pampianarana ity.

“Sarobidy ny fanabeazana ary fantatro tsara fa mbola tsy lavorary ny eto amintsika, mbola be ny ezaka mila atao fa mila manana ny kely indrindra ao aminy ny sekoly te hanome fahalalana ny ankizy, na eo amin’ny lafiny fotodrafitrasa na eo amin’ny lafiny fomba enti-mampianatra sy mitaiza mpianatra”, hoy ny minisitra Rabary Paul.

Omaly ihany, mbola tsy lefy teny anivon’ny tambajotra sosialy ity resaka fidarohana mpianatra ity. Tao ireo naneho hevitra fa ilaina ny mikapoka ny ankizy hanitsiana ny diany. Betsaka koa ireo ray aman-dreny naneho hatezerana satria efa voararan’ny lalàna ny fikasihan-tanana any an-tsekoly ary tsy mandaitra amin’ny ankizy lehibe toy ireny intsony ny kapoka.

Hanatra ho an’ireo sekoly miorina fahatany sy mampiasa mpampianatra tsy mendrika ny hampianatra ity tranga tetsy Anjanahary ity. Mitaky ny fanaraha-maso akaiky ataon’ny minsiitera ihany koa fa tsy miandry hisy loza hatrany vao hihetsika.

Tatiana A

News Mada0 partages

Trafika sokatra : olona roa migadra roa taona, lamandy roa tapitrisa Ar

Nivoaka, omaly ny didim-pitsarana mikasika ireo olona roa tratra teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, nitondra zana-tsokatra miisa valo, saika naondrana any ivelany, ny 1 marsa teo. Migadra an-tranomaizina roa taona sazy mihatra izy ireo, miampy fandoavana onitra mitentina 2 tapitrisa Ar.

Midera ny fanasazian’ny fitsarana ny fikambanana miaro ny tontolo iainana, Alliance voahary gasy (AVG), saingy mahatsikaritra fa tsy mifanaraka amin’ny lalàna 2005-016 ny onitra notapahin’ny didim-pitsarana. Milaza ny lalàna fa mandoa onitra 100 hatramin’ny 200 tapitrisa Ar ny meloka, raha tratra mikasa hanondrana harena voajanahary arovana sy ahina ho lany tamingana. Koa, manainga ny fampanoavana ny AVG hampiakatra fitsarana ambony, mba hampiharana didim-pitsarana sahaza sy ho anatra ho an’ny rehetra.

Tetikasa Alarm

Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa hampiharana ny lalàna iadiana amin’ny fandringanana ny harena voajanahary (Alarm) ny nahatrarana ny mpanao trafika sy ny nahazoana izao vokatra izao. Mamolavola azy ny AVG, miara-miasa amin’ny tompon’andraiki-panjakana isan-tsokajiny. Atomboka amin’ny trafika sokatra ary hiitatra amin’ny harena voajanahary hafa.

Njaka A.

 (Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

67 ha atsimo : trano 70 narodana, natrehan’ny mpitandro filaminana

Trano miisa 70 indray narodana teny 67 ha Atsimo, omaly vao maraina. Tonga teny an-toerana nanatanteraka didy amin’ny fanesorana ireto olona nipetraka teo an-toerana ny vadintany niaraka tamin’ny mpitandro filaminana…

 

Azo lazaina fa nizotra tamim-pilaminana ny fanesorana ireo olona nipetraka teo amin’ity toerana ity. Tsy nisy ny olana fa nanaiky hiala moramora ireo mponina satria efa mahafantatra ny fanesorana azy teo amin’ity toerana ity ny ankamaroan’izy ireo”, hoy ny fanazavan’ny vadintany, Me Rakotonirina Alain, omaly teny 67 ha. Fianakaviana miisa 200 mipetraka amin’ny trano miisa 70 tafo ireto nesorina tamin’ny tranony ireto, araka ny fanazavan’ny sefom-pokontany ao 67 ha Atsimo. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanatrika ity fanatanterahana didy nataon’ny vadintany izy sy nitandro filaminana amin’izay mety ho fihoaram-pefy tampoka ataon’ireo mpanararaotra. Nohamafisin’ny vadintany hatrany fa efa nisy ny fampiomanana mialoha ireo olona ireo mialoha izao fandravana trano izao. Tokony ho niala ny 24 marsa 2017 teo, saingy tsy nety niala izy ireo na teo aza ny fidirana an-tsehatry ny mpitandro filaminana. Nangataka ireo olona nesorina tamin’ny trano mba halavaina ny fotoana hanalana azy izy ireo.  Nofefen’ny tompony avy hatrany kosa ny tany taorian’ny nialan’ireo mponina teo amin’ity toerana ity. Nohazavain’ny sefom-pokontany fa olona traboina vokatry ny fandalovan’ny rivodoza nandalo teto amintsika ny taona 1982 ireo napetraka teto amin’ity toerana ity, saingy tsy nety niala intsony izy ireo fa nanorim-ponenana teo 67 ha Atsimo. Tonga anefa ny tompon-tany ka izao voatery tsy maintsy miala izao ireo mponina.

J.C /Sary : Fanou

News Mada0 partages

Fanafihana tobin-dry masera : tafakatra 17 ireo voasambotra

 Tafakatra 17 ireo jiolahy voasambotry ny zandary sy ny polisy momba ilay raharaha fanafihana niharo fanolanana masera tao amin’ny tobin’ny masera ao anatin’ny fikambanana La Salette ao Antsahatanteraka Andranomanelatra Antsirabe, ny asabotsy teo. Araka ny fanazavan’ny zandary, iarahan’izy ireo sy ny polisy kosa ny fanadihadiana ireto jiolahy voarohirohy ireto. Misy ireo noheverina fa niray tsikombakomba, misy kosa ireo notondroin’ireo masera ho tompon’antoka tamin’ny fandrobana tao amin’ny toby. Mbola mitohy ny fikarohan’ny zandary sy ny polisy amin’ny fikarohana ny naman’ireo jiolahy efa voasambotra. Tsy mbola hita koa ny entana nalain’ireo jiolahy nandritra ny fanafihana ny toby. Nohamafisin’ny zandary fa efa lasa nody any Alemaina ilay teratany vahiny iray niharan’ny fanolanan’ireo jiolahy.

Tsiahivina fa jiolahy ampolony no niditra an-keriny tao amin’ny tobin-dry masera, ny faran’ny herinandro teo. Lasan’ireo mpanafika tamin’izany ny entana sarobidy tao amin’ny toby niaraka tamin’ny vola an-tapitrisany maro. Tsy vitan’izay fa mbola naolan’ireo nahavanon-doza koa ny masera iray sy ilay teratany Alemana vavy iray mpanao asa an-tsitrapo.

J.C

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Itaosy : sivy lahy mpanao asan-jiolahy voasambotry ny polisy

Tovolahy miisa sivy no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny kaomisaria Itaosy ny asabotsy maraina lasa teo, teny Antsahamasina. Andian-jiolahy mpamaky trano amin’iny faritra iny ry zalahy ireo. Ny 28 hifoha 29 marsa, tamin’ny 11 ora sy 30 mn alina lasa teo teny Antsahamasina, tokantrano iray notafihan’andian-jiolahy maromaro. Very tamin’izany ny zavatra mitentina 2.400.000Ar tao amin’ilay trano. Io andro io ihany, tokantrano hafa ihany koa voatafika ka tratra ambodiomby teo am-pamakiana trano ny iray, 27 taona. Taorian’ny fitoriana nataon’ilay tokantrano voatafika voalohany, nandray ny andraikiny ny polisy teny an-toerana ka voasambotra teny amin’ny faritra iny ny tovolahy maromaro. Tamin’ny fanadihadiana no nahafantarana fa mpinamana sy tarika iray ireo mpamaky trano ireo. Misy fotoana miara-mamaky trano ireo. Misy fotoana mandeha irery ny sasany. Eny Antsahamasina, Ambodifasina, Ambohiparaky, Ambodifasika ny toerana fanatanterahan’izy ireo ny asa ratsiny. Ny fomba fiasan’izy ireo dia tsy mitondra basy fa antsy no entina ary miditra an-keriny ao an-tranon’olona miaraka amin’ny fandrahonana. Mbola nohamafisin’ny taratasim-pokonolona avy amin’iny faritra iny ihany koa milaza fa izy ireo no mpanao asa ratsy amin’iny toerana voalaza iny. Natolotra ny fitsarana omaly, izy sivy lahy.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Ampefiloha Ambodirano : nanentana ireo traboina ny mpamonjy voina

Noho ny haintrano nitranga ny 28 marsa lasa teo teny amin’ny boriborintany fahaefatra,  fokontany Ampefiloha Ambodirano, nanapa- kevitra nanao fanentanana ho an’ny mponina  ny sampana mpamonjy voina eto anivon’ny ny kaominina Antananarivo Renivohitra omaly.

Tonga teny an-toerana ny lefitra voalohan’ny chef de corps-n’ny mpamonjy voina, Ramanoara Francky sy ireo mpiara-miasa aminy.

Niompana tanteraka tamin’ny fampahafantarana ireo mponina ny tokony hatao haingana rehefa misy loza mitranga ny hetsika. Anisan’izany ny fiantsoana ny sampana mpamonjy voina.

Nohamafisina tamin’ireo mponina fa maimaimpoana ny miantso azy ireo amin’ny laharana 118 na inona na inona tambazotra ampiasaina.

Teo koa ny fanomezana toromarika mikasika ny fihetsika rehetra tokony hatao sy ny zavatra tokony tsy hatao manoloana ny loza  mba hiarovana ny aina sy ny ain’ny manodidina .

Nisy ny lalaon-tsaina nandraisan’ny mponina anjara ary nankasitrahana ireo nahavaly ny fanontaniana izay sady ho fisaorana ireo nahafoy fotoana nihaino ny fanentanana nataon’ireo mpamonjy voina.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ankatso : tsy faly ny mpianatra ho mpitsabo

Hanao fivoriambe hanasana ny mpianatra ho mpitsabo eny amin’ny fakiolte ny fianarana ho mpitsabo eny amin’ny oniversiten’Antananarivo ny fikambanan’ny mpianatra, rahampitso manomboka amin’ny 9 ora maraina, ao amin’ny cathédrale eny Ankatso. Efa nahazo fahazoan-dalana teny amin’ny sojaben’ny fakiolte ny hetsika izay hitondran’ny tomponandraikitra maromaro fanazavana momba ny lalàna mifehy ny mpianatra manao fianarana asa eny anivon’ny hopitaly sy ny fiarovana ny mpianatra ao anatin’ny fanatanterahany izany. Ho tonga eny koa mandritra ny fihaonana, ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fahasalamana sy ny Fampianarana ambony.

Nifamory teny amin’ny Espalande Ankatso ny mpianatra ho mpitsabo, omaly maraina. Nidina teny amin’ny cathédrale izy ireo avy eo saika hiresaka amin’ireo mpianatra taona voalohany mbola tao anatin’ny fampianarana tanteraka. Tsy nanaiky ny hivoaka ny mpianatra ka nitohy tao anatin’ny tabataba sy kotaba ny fanazavana ny lesona nataon’ny mpampianatra. Voatery nampiato ny fampianarana ny mpampianatra ka nanazava ny hetsika ny filohan’ny fikambanan’ny mpianatra, Rakotoaridimby Benjamin.

 

Tsy tomponandraikitra ny mpianatra

Nambarany fa tsy ekeny hatramin’ny farany ny hanasaringotana ny mpianatra ho mpitsabo efatra amin’ny raharaha nahafatesana renim-pianakaviana nitondra vohoka iray teny amin’ny maternité Befelatanana ny volana febroary lasa teo. « Tsy tomponandraikitra amin’ny zavatra miseho ny mpianatra fa manatanteraka baiko fotsiny », hoy ny fanazavany ihany. Tsy zakan’ny sain’ny mpianatra ny fanaovana fanadihadiana satria tsy voaomana amin’izany izy ireo.

Manoloana ny resaka mandeha fa tokony hofoanana ny fianarana asa eny anivon’ny hopitaly sy ny toeram-pitsaboana, “tafiditra ao amin’ny cirsus-n’ny mpianatra ny fanatanterahana fianarana asa ary tsy maintsy atao eny anivon’ny toeram-pitsaboana izany, hoy ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny Fahasalamana, omaly. Mampihodina ny toeram-pitsaboana rahateo ny mpianatra ho mpitsabo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : manjaka ny ekipan’Analamanga vehivavy

Miala sasatra avokoa ireo ekipa rehetra, eo amin’ny fiadiana ny «Amboaran’ny filoha », taranja basikety amin’ity andro alarobia ity. Hatreto, tsy misy mpanakana fa dia manjaka tokana ny ekipan’ny ligin’Analamanga, MB 2 All sy Fandrefiala, eo amin’ny sokajy vehivavy. Tsy mbola resy mihitsy mantsy ireo ekipa roa tonta ireo izay samy manana isa 6 avy. Omaly, nomontsanin’ny Fandrefiala tamin’ny isa mavesatra 70 no ho 44 ny Tamifa avy any Amoron’i Mania. Tsy niady mihitsy ny fihaonana fa toy ny nanao fanazarantena fotsiny ry Brigitte sy Ravaka ary Sarindra.

Ankoatra izay, nahazo fandresena fanindroany ny JEA Vakinankaratra, rehefa nanilika ny CRJS Antsinanana, tamin’ny isa 66 no ho 49. Toy izany koa ny TMBB Analamanga eo amin’ny sokajy lehilahy izay nahazo fahombiazana ihany rehefa nanilika ny GNBC Vakinankaratra, tamin’ny isa 74 no ho 69.

Mitarika aloha hatreto  ny TMBB manana isa 5 ho an’ny sokajy “A”, izay resy indray mandeha ary naharesy indroa. Manaraka azy  ny Cosfa manana isa 5 ihany koa. Fahatelo ny Zandary, manana isa 4 ary fahefatra ny Ascut.

Tsiahivina fa mpanohana voalohany, ity fifaninanana ity, ny Telma malagasy.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Pompier : sensibilisation sur la prévention d’incendie

Après le lourd bilan du violent incendie survenu dans le quartier d’Ampefiloha Ambodirano, dans la nuit du 28 au 29 mars, le service des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna a décidé, hier, de sensibiliser les riverains dudit quartier ainsi que  les victimes dont la plupart sont encore des sinistrés.

Cet acte de sensibilisation se résume par les différentes actions à entreprendre, par ordre de priorité, en cas d’incendie. L’utilisation du numéro vert 118 des sapeurs-pompiers, un appel gratuit quel que soit l’opérateur téléphonique, a été surtout mise en exergue dans cette initiative. Une série de questions-réponses, afin de bien retenir les acquis, ont clôturé la rencontre.

Pour rappel, 58 habitations, réunissant 249 personnes, ainsi que des magasins ont été touchés par cet incendie du 29 mars, dont 11 maisons ont été totalement ravagées par les flammes.

Sera R

News Mada0 partages

« Je dessine mon espoir » : les 44 meilleurs dessins exposés à Anosy

Le processus de sélection des meilleurs dessins dans le cadre du concours organisé par l’Unicef et le ministère de l’ Education nationale (Men) a été achevé la semaine dernière. Après la cérémonie de vernissage, les 44 œuvres des deux catégories de participants, soit une par région et une par catégorie, sélectionnées sont exposées depuis hier au siège du Men à Anosy.

Le public est ainsi invité à voir ces œuvres et voter via « Facebook » du 5 au 12 avril. En fait, tous les dessins sélectionnés meilleurs par catégorie seront publiés dans la page Facebook du Men. Pour voter, il faut cliquer sur le dessin et mettre un « J’aime » si on l’ admire. Selon les informations, les résultats finals de ce concours, entrant dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’Unicef, seront connus après la détermination finale des notes du jury et le bonus à partir des notes du public via Facebook. La cérémonie de remise des prix pour les six lauréats, soit les trois premiers par catégorie, se déroulera dans la capitale le 21 avril prochain.

Fahranarison

News Mada0 partages

Santé : l’état grippal en hausse

L’intersaison est en avance cette année à Madagascar, selon la Météo. Une période qui favorise certaines maladies comme la toux et le rhume, bref, l’état grippal dans le jargon des médecins. Au niveau des centres de santé de la capitale, le nombre des patients concernés par cette maladie a nettement augmenté ces derniers temps.

« Sur les quelque 800 consultations que nous accueillons quotidiennement, les deux tiers environ présentent les symptômes de l’état grippal », a indiqué le médecin-chef de l’Ostie Behoririka, Roland Ratavilahy. Des patients composés dans la majorité d’enfants et de nourrissons, si on a à peu près le même effectif entre les hommes et les femmes.

L’adaptation du corps humain au changement du climat, créant une certaine vulnérabilité, favorise l’état grippal. D’ ailleurs, comme cette maladie s’attrape à partir d’un virus, elle se propage vite. Le climat de l’intersaison favorise le développement de ce genre de virus.

Ruée vers la vitamine C

Les médicaments utilisés pour lutter contre l’état grippal sont essentiellement constitués d’antibiotiques et de vitamine C, laquelle intervient à la fois à titre de prévention et de traitement. Pour un pharmacien du côté d’Anosizato, la vente de ses médicaments a augmenté en moyenne de 30% depuis le mois de juin de l’année dernière. Quant au prix d’un vaccin antigrippal, il avoisine les 8 euros, environ 28 000 ariary, un prix dix fois plus cher que le coût de certains antibiotiques usuels et de la vitamine C.

Sera R

News Mada0 partages

67 Ha Sud : les squatters ont capitulé

Après la prolongation du préavis d’expulsion, prévue être appliquée mardi dernier, l’huissier de justice, Me Alain Rakotonirina, accompagné des forces de l’ordre, est revenu hier matin sur le site d’hébergement aux 67 Ha Sud, pour l’exécution d’une décision de justice datant de 2011 qui stipule l’expulsion des locataires de cet ancien site.

«En général, on peut dire que l’expulsion s’est déroulée dans le calme car il faut reconnaître que 70 à 80% de ces locataires ont déjà quitté les lieux», a noté Me Alain Rakotonirina. Une situation qui a été le contraire de ce qui s’est passé le 24 mars où les locataires ont vivement contesté, malgré les intimidations des forces de l’ordre. Ce jour-là, ils ont réclamé un préavis, à titre humanitaire, sous prétexte qu’ils étaient pris au dépourvu. Les derniers locataires une fois délogés, l’opération de démolition des habitations et de la clôture des lieux a pu commencer.

De source auprès du fokontany, ils étaient 70 toits, composés en tout de 200 familles, à avoir squatté les lieux. « 96 toits constitués de plus d’un millier d’occupants », a rectifié un ancien locataire. Ces anciens occupants ont été placés dans ce site suite à un cyclone qui a dévasté le pays en 1982. Depuis, ils n’ont plus quitté les lieux…jusqu’à hier.

Sera R

News Mada0 partages

Us et coutumes : Stats terrassantes

Le prix du riz s’envole à franchir la barre des 2000 ariary, nombreux peinent à trouver de quoi avaler, normal que les gens éprouvent du mal à avaler des conclusions sur des signes d’un mieux-être à partir du seul constat que le pays a grappillé des places pour quitter les derniers rangs du classement de pauvreté. Amélioration du niveau de vie ? Les gens en font l’estimation à l’aune du contenu dans leur assiette, aussi la population rejette les conclusions rapides tirées de cette amélioration du classement. Celle-ci résulterait de la performance d’autres participants pour dévaler à vitesse plus rapide la pente vers la grande misère, dans une folle course qui enrôle et précipite les pauvres sans exception sans excuse de leur corps défendant.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fitsoahana noho ny loton’ny rivotra

Mitombo isan’andro araky ny voatondron’ny tarehimarika ny isan’ny teratany sinoa mitsoaka avy any aminy mitady toerana anorenam-ponenana. Ny haloton’ny rivotra,  fofona manimba ny toe-pahasalamana no anton’izany fitsoaham-ponenana izany. Sarotra anefa no ahitana firenena vonona amin’ny fandraisana vahiny hitoetra any aminy. Raha misy aza ny làlana ety atokany ho an’olona vitsy, tsy fiantrana no anankinany ny safidiny fa sivana itsiponana an’ireo mety hitondra tombontsoa, dia ny mpanana sy ny manampahaizana. Asa izay fomba arahana eto Gasikara eo amin’ny fanomezana alalàna an’ireo vahiny hipetraka maharitra eto an-toerana.

Samy sahirana avokoa eo an-tanindrazany na ny Sinoa na ny Malagasy noho ny loton’ny rivotra na misy aza fahasamihafana kely momba izany. Ny loton’ny rivotra no mampitsoaka ny Sinoa avy any aminy, eto Madagasikara kosa, ny hamaimbon’ny rivotra pôlitika izay tsy mamokatra afa-tsy fahasahiranana sy fahantrana ho an’ny maro no miteraka eo amin’ny betsaka faniriana fiovana rivotra. Mbola sarotra noho ny an’ny Sinoa anefa ny fanatanterahana izay. Kely maso ny sivana ampiasain’ny firenena mandroso amin’ny fifantenany ny mpivahiny mikasa hitady ravin’ahitra any aminy, fikarohana izay tsy misy itovizana amin’ny fitrandrahan-karena ahatongavan’ny maro amin’ireo vahiny monina eto an-toerana.

Efa mila ho tsy zaka anefa ny eto. Tsy zakan’ny tompon-tany sahirana fa mahaliana ny vahiny. Ny olom-pirenena indray moa eto no mihafihafy sy mitampifimpify. Sady sahirana eo amin’ny fitadiavana noho ny tsy fisian’ny asa, no tsy manana entina anaovana fiarovan-tena eo anivon’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Ny vahiny no matetika tsy mionona amin’izy efa voahajahaja ka mampiseho tsy fahavonona hifandefitra sy hifanaja fa mbola maro no midehadehaka mampiseho fanjakazakana toy ny any amin’ny tany nozanahany.

Tsy entina anaovana safobe mantsina sanatria izany na andrangitana fankahalana vahiny izay mifanipaka amin’ny fomba efa mitoetra eo amin’ny fanajan’ny Malagasy ny firaisa-monina. Ireo mitaiza toe-tsainan’ny voanjo amin’ny fitadiavana hanitsakitsaka ny teratany no mbola manely feo mikasika ny fitoeran’ny fankahalan’ny mponina vazaha. Ireny no mendrika apetraka amin’ny toerana ampisehoana fanoherana mahery vaika an’izay fisehoana hibahana mialoha ny tompon-tany. Naman’ny mpandoto rivotra koa izy ireny. Fanjakana tonga saina no afaka hanao fanadiovana, hamafa ny loto ka hitondra rivo-baovao.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Tenisy – «Afrique U14/U16» : namotsotra ny medaly alimo i Tsantaniony

Nifarana omaly, tany Benoni, Afrika atsimo ny andiany faha-40 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, sokajy zandriny U14 – U16 taranja tenisy. Laharana fahefatra i Tsantaniony Iariniaina, teo amn’ny U16 vehivavy. Resin’ilay Kenyanina, Sneha Kotecha, teo amin’ny fiadiana ny medaly alimo, izy. Seta 2 no ho 0 (3/6 ; 2/6), nisarahan’ny roa tonta. Nitana ny laharana fahafito kosa Ranaivo Toky, teo amin’ny sokajy U14 lehilahy, rehefa nandresy an’ilay Ivoarianina, Souleiman Ouatara, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/3 ; 7/5). Fahafito ihany koa Ranaivo Narindra, ho an’ny U14 vehivavy, izay nandavo an’ilay Kameronezy,

Lorie Lemongo, tamin’ny filavoana lefona. Faha-14 kosa Ranaivo Mialy ho an’io sokajy io ihany, izay niondrika teo anatrehan’ilay Kenyanina, Hoziane Kitambala ary faha-15 Ravoniandro Fitia, izay nandresy an’ilay Beninoazy, Carmine Becoude, ho an’ny sokajy U16 vehivavy. Faha-25  Rakotozandriny Lanja, teo amin’ny sokajy U14 lehilahy.

Raha tsy misy ny fiovana, dia ho tonga anio  eto an-tanindrazana  ny delegasiona malagasy.

Torcelin

(Sary FMTT)

News Mada0 partages

Kitra any Alemaina : voasazy i Ambameyang fa nitondra «masque»

Nanao fihetsika tsy nahafaly ny kliobany i Pierre-Emerick Ambameyang, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Alemaina ka nampandoa  vola azy. Mety tsy hanavao ny fifanarahany amin’ity mpilalao gaboney ity intsony ny Dortmund.

 

Nosazin’ny Borussia Dortmund, klioba ilalaovany handoa onitra 50.000 euros, ilay Gaboney, Pierre-Emerick Aubameyang. Noho ny fitondrany aroloha na «masque», taorian’ny baolina matiny ny asabotsy lasa teo, nandritra ny fihaonan’ny Dortmund tamin’ny Schalke 04, izay nisaraka tamin’ny isa 1 sy 1, ny anton’izany.

Nahatezitra an’i Hans-Joachim Watzke, mpitantana ny kliobany, io fihetsika io satria noheverina fa manao dokambarotra an-kolaka ny marika “Nike” izy nitondra izany, nefa ny “Puma” no manohana ny Dortmund.  Marihina fa  tsy nisy marika “Nike” teny amin’ilay “masque” fa mitovy endrika amin’ny fitaovana vokarin’ilay orinasa fotsiny. Tsiahivina fa efa nanao fihetsika toy izao i Ambameyang, ny volana marsa lasa teo, izay nitondra io marika “Nike” io, tamin’ny hetim-bolony.

Anisan’ny tohina tamin’izao toe-javatra nataon’i Ambameyanga izao ny “Puma” izay nilaza fa hisy fiantraikany mavesatra amin’ny klioba ilay tranga.

Etsy ankilany, mety hanatsahatra mialoha ny fifanarahana amin’i Pierre-Emerick Ambameyang ny Dortmund, amin’ny fiafaran’ny taom-pilalaovana izao, na amin’ny 2020 aza  ny  nifaneken’ny roa tonta.   Ankoatra izay, efa matetika nanambara i Ambameyang fa maniry ny hilalao any amin’ny Real de Madrid.

Tsiahivina fa  27 taona i Ambameyang, ankehitriny, ary mitarika eo amin’ny famonoam-baolina any Alemaina. Hatreto, 31 ny baolina efa tafidiny, tamin’ny lalao 34 nataony eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka sy ny amboara.

Na izany aza, nanambara tamin’ny tambajotran-tserasera i Aubameyang fa efa fomba fiainany ny  manao toy ny ankizy, izay tia milalao baolina.

Marihina fa tsy anisan’ireo nanameloka an’i Ambameyang, tamin’ny zavatra nataony ny mpanazatra azy.

Torcelin

Ino Vaovao0 partages

VOKATRY NY TSY FITANDREMANA : Trano misy efitra dimy kila forehitra tao Manga Mahajanga

Raha ny filazan’ilay tompon-trano dia nisy nandraraka solika ny olona tao an-trano sady niresaka tamin’ny finday kanefa dia misy ifandraisana be ireo zavatra roa ireo ka miteraka firehetana.

Tsy tana intsony ny lela afo nivoaka fa dia niakatra ary niledaleda nanakatra ny fanitso tao amin’io trano io. Teo vao samy nikorapaka ny olona manodidina raha nahita ny afo niakatra ka niezaka namono azy io nefa tsy voafeh’izy ireo intsony ny loza. Ripaky ny afo ny ampahan’ireo entana tao ary efitrano dimy no rava.

Niantso mpamonjy voina ireo olona manodidina mba hamono ny afo saingy tsy nijanona ny firehetana. Ora vitsy taorian’ny loza nitranga vao tonga ireto mpamonjy voina avy amin’ny Kaominina sy ny Faritra. Naharitra adiny dimy teo ny fifehezana izany.

Ilaina hatrany ny fitandremana rehefa mampiasa ireny solika fandrehitra ireny satria efa voarara mihitsy ny fampiasana finday rehefa manakaiky azy mba tsy hitarika loza tahaka izao.

Tsy azo adinoana anefa ny fandrarana ataon’ireny tobin-tsolika amin’ny fanakana ny olona mampiasana finday rehefa manatona azy ireny mba tsy hitragan’ny loza mety aterak’izany.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

ANALAMALOTRA TOAMASINA : Miibodo tany nikasi-tanana relijiozy ilay mpandraharaha

Ny taona 2005 no niorina ary niasa tao Analamalotra ny orinasa Sanitec, izay manao ny fanamboarana ireo fitaovam-pidiovana sy fitaovam-pivoahana manara-penitra ; mbola hita ao ihany koa ny famokarana ny rano fisotro madio vatsiana amin’ireo vahoaka ao Analamalotra sy ny fanamboarana savony. Mpiasa aman-jatony no misahana ny asa hatramin’io taona 2005 io, ka ny fokonolona ao an-toerana no mameno isa amin’ireo mpiasa rehetra.

Mikatso ny tetikasa

Amin’izao fotoana izao, mikatso avokoa ireo asa notanisaina teny ambony ireo, manoloana ny fibodoan’olon-tokana ny tany. Mpandraharaha malagasy iray no mibodo ny tany izay iasan’iny ONG Saint-Gabriel ity. Ny taona 2014 no niditra an-keriny tao amin’ity tany ity io mpandraharaha io, izay mbola arahina fanaovana fihetsika feno ramatahora atao amin’ireo fokonolona miasa ato amin-dry Frera. Rahonana hogadraina ireo olona mbola manohy ny asany ato amin’ity toerana ity.

Fatiantoka goavana no baben’ireo fokonolona. Very asa tsy fidiny, lasan’olon-tokana ny tany, lova napetraky ny razambe tany aloha. Mitaraina, araka izany, ireo Tangalamena sy Olobe fotsivolo amin’ny tany, manoloana izao fihetsika asehon’ity mpandraharaha iray ity.

Voakasi-tanana Frère Edwin Joseph

Tia setrasetra ity mpandraharaha izay mibodo tany ity. Niafara tamin’ny fikasihan-tanana an’i Frera Edwin Joseph mihitsy ny raharaha mampifanolana azy ireo ny fiandohan’ny volana marsa lasa teo iny. Sazy mihantona iray volana an-tranomaizina anefa no sazy nomen’ny Fitsarana azy, ny alakamisy 30 marsa teo. Mpandraharaha matretre, mahitahita sy lava tanana no azo hanasokajiana ity nahavita nikasi-tanana olom-boahosotra ity.

Manoloana ireo rehetra ireo, marefo ny firahamonina ao Analamalotra. Tsy afaka mifamezivezy ankalalahana ny olona, matahotra ny fandrahonana ataon’ity mpandraharaha ity.

Noho izay indrindra, mampaneno lakolosy ny Frera sy ireo Tangalamena ao an-toerana, mba ho fanairana ny Mpitondra fanjakana manoloana ny fibodoana ny tany sy fikasihan-tanana natao tamin’ity relijiozy avy amin’ny fiangonana katôlika ity.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

HABIBIANA NIHATRA TAMIN-DRY MASERA : Nahatratra 17 ireo olona voarohirohy nosamborina

Taorian’ny angom-baovao rehetra nataon’ny mpitandro filaminana dia nahatratra 17 ny isan’ireo olona voarohirohy tamin’ity raharaha ity.

Nambaran’ny Kaomandà Andrianarisaona Herilalatiana, Lehiben’ny sampandraharahan’ny serasera eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena, fa misy tamin’ireo voasambotra no mpiray tsikombakomba tamin’ireo jiolahy tamin’ny alalan’ny fampiantranona azy ireo ary misy kosa no tena tao anatin’ireo nanatanteraka ny fandrobana mivantana. Misy naman’ireto farany no mbola karohina fatratra amin’izao fotoana izao.

Araka ny fanazavana voaray hatrany dia ahiahy no nisamborana ny ankamaroan’ireo voasambotra. Noentina teo anatrehan-dry masera izy ireo avy eo ary ka ry zareo no nanamafy sy nanondro ireo olona hitany nandritra ilay fanafihana. Folo lahy no voalaza fa niditra an-keriny tao anatin’ny toby tamin’io alin’ny sabotsy io fa noho ny fisian’ireo olona hafa mpiray petsapetsa tamin’ireo jiolahy no mahamaro ny olona karohina hatreto.

Raha tsiahivina ny zava-niseho, dia vola mitentina 600 euros sy telo tapitrisa Ariary saika hanaovana tetikasa fampivelarana ny fiarahamonina no lasan’ireo jiolahy nandritra ny fanafihana niaraka tamin’ny finday efatra, “tablette” iray ary solosaina finday telo. “Mafy tsara ny hidin-trano kanefa mbola voavahan’ireo olon-dratsy. Tokony ho tamin’ny 2 ora latsaka fahatelony maraina no nosokirin’izy ireo avy any ivelany ny varavaram-by miditra ao an-trano. Nipoaka ilay karetsaka ary io no nanaitra ireo masera lehibe.

Niantso an-telefaonina niezaka niantso vonjy tamin-dry mompera ihany izy ireo saingy tsy tratra antso mihitsy ry zareo. Avy hatrany dia nanao amboletra niditra tao an-trano ireo jiolahy rehefa tafiditra sady nitety ny efitrano rehetra niaraka tamin’ny zava-maranitra. Ny vola no tena notakiany”, hoy ny fitantaran’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny toby.

Ankoatra ireo dia masera efa-bavy ihany koa no niharan’ny fanolanana. Ilay masera teratany alemana, vao 19 taona, no isan’ireo niharan’ny habibiana, ka avy hatrany dia namonjy fodiana ny ampitson’io ihany.

Mangataka fiaraha-miasa amin’ny vahoaka ny mpitandro filaminana mba hahafahana manatratra ireo jiolahy ireo. Mitohy ny fikarohana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA AO MAHAJANGA : Nanomboka ny sabotsy teo ny TOP FOOT

Sady hampandraisana anjara ny tanora no hitilina ireo mahay kitra ny fifaninanana. Tafiditra amin’ny fanabeazana olom- pirenena ihany koa satria dia zarina handray andraikitra sahady ny tsirairay.

Ankoatra ny fandraisana anjaran’ ny mpilalao dia manohana ny ekipany ihany koa ny Fokontany tsirairay. Maro ihany koa ireo ray aman-dreny eny amin’ny Fokontany no manampy maimaim-poana araka ny fahafahany sy ny  fahaizana. Nifanarahana  fa ny ekipa mpampiantrano no mandray anjara amin’ny fanefana ny tambinkaraman’ny mpitsara izay samy mpitsaran’ny Federasiona avokoa. Hatreo aloha dia efa tratra ny tanjona voalohany dia ny fandraisana anjara amin’ny maha olom-pirenena satria samy nitondra ny anjara birikiny ny tsirairay. 

Anisan’ny tanjona ihany koa ny hametrahana an’i Mahajanga ho tanànan’ny fizahantany ara-panatanjahantena. Tao amin’ny kianja Rabemananjara no nanombohana ny lalao ny sabotsy teo. Hizara any amin’ireo kianja rehetra misy eto Mahajanga kosa ny lalao fifanintsanana rehetra. 

Haharitra 10 herinandro io fifanintsanana io. Ireo 16 mahay indrindra no hozaraina amin’ny vondrona amin’ny volana jona ka hiakatra amin’ny sehatra ambonimbony kokoa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA - BASKET-BALL : Hanomboka tsy ho ela ny fifaninanana rezionaly

Sambany indray no handray io fifanintsanam-paritra ny eto Ambatondrazaka. Efa ao anatin’ny fikarakarana ny kianja handraisana izany ny avy eny amin’ny seksiona Ambatondrazaka sy ny Ligy.

Fantatra ihany koa fa efa tontosa ny fifaninanana teo anivon’ny seksiona Ambatondrazaka eo amin’ity sokajy N.1.B zazalahy ity. « Nisy ny fivoarana teo amin’ny mpifaninana raha ny tamin’iny fifaninanana teo anivon’ny seksiona Ambatondrazaka iny no jerena », hoy ny filohan’ny seksionan’ny basket-ball, Lelaka Louis.

Hatreto saika mbola ireo klioba fanta-daza hatrany tamin’ity taranja iray ity no mbola hita ho misongadina aty Ambatondrazaka saingy kosa ny mpilalao no miova. Misy ireo zandry vao miakatra, hoy ny filohan’ny seksiona Lelaka Louis ary eo ihany koa ireo efa zokiny saingy mbola mahafehy tsara ny taranja. Nisy ihany koa ny klioba vao nitsangana saingy ireo mpilalao efa fantatra hatramin’izay no mandrafitra izany. Ho an’ny ligim-paritra indray kosa dia fantatra fa nitombo isa ny tarika misy aty Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao.

Efa misy rahateo ny hetsika izay ataon’ny ligy amin’nyfanentanana ireo seksiona amin’ny fampitomboana isa ny tarika mitsangana ahafahana mikarakara fifaninanana matetika aty Alaotra Mangoro.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

ADY TOTOHONDRY - FIFANINANAM-PARITRA : Mpikatrika 13 niambozona medaly volamena

Klioba 13 no nandray anjara tamin’izany, izay nisokatra tamin’ny sokajin-danja latsaky ny 49 kg ka hatramin’ny maherin’ny 91 kg. Ny kianja mitafon’ny CRJS no nampiantrano ny lalao.

Ny andro fahatelo no nanaovana ny famaranana, ka klioba 6 no tafiakatra tamin’ny famaranana dia ny klioban’ny Crjs, Academy, Dadilahy, TVMA, BCF, ary Ranger. Araka izany, atleta 13 no nahazo ny medaly volamena. Ireto farany izay solontenan’ny Faritra Atsinanana hiatrika ny fifaninanana nasionaly, taona 2016, izay hatao any Fianarantsoa ny 21 ka hatramin’ny 24 avrily ho avy izao.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

SOJABEN’ANTSOHIHY : Mitaky ny hanesorana ny Praiminisitra amin’ny andraikitra sahaniny

Ny farany teo, tany Andapa, izay nanapahana ny lohan’ilay lehilahy teo imason’ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona. Hatreto dia mbola tsy mahita vahaolana mikasika io tranga io ny fitondram-panjakana. Ankilany manoloana ny raharaha Antsakabary, Port Berger, ny fitsaram-bahoaka izay nisesy tato ho ato, dia nitondra ny heviny ny filohan’ny zanak’i Toamasina, ka tamin’izany no nilazan’i Riribe na Rakotomalala Henri, fa tokony handray ny andraikiny ny Fanjakana fa tsy hijery fotsiny ny zava-nisy. 

Naneho ny heviny koa ny fikambanan’ny sojabe avy ao amin’ny Faritra Sofia, ny herinandro lasa teo ny mba hanalana na hanoloana ny Praiminisitra. Nilaza anefa ity zanak’i Toamasina ity fa ny zavatra mampalahelo dia misy mpanao politika mitady seza miafina ao ambadiky ny sojabe, ka manosika ireo ray aman-dreny ireo ho tonga any amin’ny fankahalana ny zanaky ny faritra. Ny sojabe no lasa atao fitaovana hanalana ny Praiminisitra, hoy ny fanazavana. 

Noho izany miantso ny zanaky ny faritany dimy i Riribe, mba hampiseho firaisan-kina, fanohanana ny zanatsika, izay mitady sy mikaroka vahaolana entina hanatsarana ny fiainam-pirenena. Mikasika ny raharaha Port Berger dia nilaza i Riribe, fa tokony ho fahadisoana lehibe vao afaka manala olona iray amin’ny toerany. Mikasika ny fampihavanam-pirenena, dia tokony hantsangana faran’ izay haingana ny fametrahana ny Filankevitry ny fampihavanana, mba hirosoana any amin’ny tena fampihavanam-pirenena, hoy izy.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

TSY HANAIKY NY MAPAR : Mikotrika hanala ny Ben’ny tanàna ao Ambilobe ihany koa ny Hvm

Araka ny loharanom-baovao dia mikasa hampiato ny Ben’ny tanànan’Ambilobe amin’ny asany ihany koa ny Hery vaovao ho an’i Madagasikara.

Raha ny tsilian-tsofina dia mety ho hararaotin’ny Hvm, amin’ny fetin’ny Mpanjakan’Ankarabe, amin’ny volana mey, ny fanalana baraka ity olom-boafidy ity. Voalaza fa misy olona karamain’ny Hvm amin’izany hitondra sora-baventy hanaratsy sy hanala baraka ny Ben’ny tanàna, Assimo Bruno. Tanjona rahateo ny hanesorana azy amin’ny toerany. Hodradradradraina ao anatin’io fety io fa «  tsy ankatoavin’ny mponina ao Ankarabe ny fomba fiasan’ny Ben’ny tanàna  ».

Etsy an-daniny anefa dia efa fantatr’ireo tompon’andraikitra avy ao amin’ny Mapar io teti-dratsy ataon’ny mpanao politika avy amin’ny HVM io. Noho izany, dia nilaza izy ireo fa tsy hanaiky lembenana velively ary haseho sy hoporofoin’izy ireo izay tena olom-boafidy tian’ny vahoaka. Raha mitombo izany teti-dratsin’ny HVM izany, dia mety hafampana ny raharaha amin’io andro hanatanterahana izany  fetin’ny Mpanjaka izany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDEHANANA NY RAHARAHAM-PIRENENA : Nifanakalo hevitra ny Raiamandreny Mijoro ao Boeny

Niantso ireo raiamandreny rehetra izay avy amin’ny Distrika enina mandrafitra ny Faritra Boeny ireo birao avy amin’ny raiamandreny mijoro hiara-hidinika amin’ny fampandehana ny raharaha misy. Ny sehatra rehetra sy ny politika dia hodinihin’izy ireo miaraka mba tsy hisian’ny fikorontanana hitranga eto Madagasikara.

Samy maneho ny heviny ireo ray aman-dreny izay nantsoina hidinika io mba hahafahana mametraka ny tanjona hiarahan’izy ireo manao dia ny fandaminana ny toe-draharaha misy amin’izao fotoana izao ary aorianan’ny dinika izay ifanaovan’izy ireo dia anjaran’ ireo mpandray anjara indray no mitondra ny hevitra tapaka nivoaka nandritra ny fihaonana.

Notsipihin’ny mpitondra teny ny solontenan’ireo fiarahamonim- pirenena avy amin’ny ray aman-dreny mijoro ireo fa tsy anjaran’izy ireo no manome ny soson-kevitra amin’ny toe-javatra mitranga izao fa haravona miaraka ireo mpandray anjara avokoa izay hevitra mivoaka ary izy ireo ihany no mampita izany amin’ny toerana izay niaviny.Manoloana ny fiovan’ny toe-draharaha misy eto Madagasikara izao dia tokony hisy, hoy ny ray aman-dreny mijoro, ny fifampiresahina eo amin’ireo fototry ny olana sy ny nipoirany. Tsy azo ekena, hoy hatrany izy ireo, ny fitsaram-bahoaka misy amin’izao fotoana izao, ka isany tafiditra ao anatin’ny dinika ataon’izy ireo ny fomba ahafahana manafoana izany eto amin’ny tany Repoblikan’i Madagasikara. Ny tena zava-dehibe dia ny tsy hisian’ny korontana intsony. 

Tolin

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Hoesorina ireo mpiambina paompim-bahoaka mampiakatra vidin-drano

Misy amin’ireo mpiambina paompy no mihevitra fa azy manokana ireny paompim-bahoaka ireny, ka izay tiany hatrany no atao. Betsaka, araka izany, no nitaraina teny amin’ny Kaominina vokatr’io fampiakarana tsy am-piheverana vidin-drano io. Namoaka fanambaràna avy hatrany ny tompon’andraikitra avy eny amin’ny Kaominina, izay nanambara fa hoesorina tsy hiambina intsony ireo izay minia mandika ny fitsipika rehetra izay efa nifanarahana.

Ny Kaominina ihany no manapa-kevitra amin’ ny fampiakarana na tsia ny vidin-drano arakaraka ny zava-misy, hoy ny avy eny anivon’ny Kaominina. Jerena manokana ihany koa ny sehatry ny fahadiovana eny amin’ ireo paompim-bahoaka satria aim-bahoaka no iantohan’izy ireny. 

Efa tafiditra ao anatin’ny fifanarahana hatrany am- boalohany teo amin’ny Kaominina sy ireo olona izay miambina izany ireo rehetra ireo, hoy ny Kaominina, ka izay no mahatonga ny tompon’andraikitra handray fanapahan-kevitra hentitra ho an’izay rehetra mandika izany.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

STADIUM BARIKADIMY : Tsy manaiky ny fanesorana azy ireo amin’ny tany ny fokonolona

Ny fanamboarana toeram-piantsonana ao amin’ny Stadium no voalaza ho antony hanesorana azy ireo. Hatramin’ny faran’ny herinandro teo, dia mijoalajoala ny sora-baventy manondro ny tsy fankasitrahana izany fanesorana azy ireo izany.

Nambaran’ny solontenan’ny fokonolona tamin’izany fa : tsy misy akory ny fampilazana mialoha natao tamin’ireo mponina fa avy hatrany ny fanesorana no milatsaka. Milaza ho tsy mahafantatra izao trangan-javatra izao ny eo anivon’ny Kaominina ambonivohitra Toamasina fa nailiky ny Kaominina eny amin’ny sampandraharaham-paritry ny fanajariana ny tany ny fanesorana ireto vahoaka ireto.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

FIARAHAMONINA - DISADISA : Mifampiandry kendritohina ireo tanora eny amin’ny fokontany

Araka ny fanazavana azo dia mbola tohin’ilay fifandonana teo amin’ny tanoran’ny Fokontany Mahavoky sy Tsararano, amin’ny taon-dasa no mbola mampisy disadisa eo amin’izy ireo ankehitriny io.

Raha tsiahivina lalao baolina kitra no nisehoan’ny olana. Nisy ny fifanafihana ary nisy ny aina nafoy. Mbola misy hatrany ny tsy mahazaka resy ary misy koa ny manao lolom-po. Na tsy misy hidirany akory amin’ny fifanolanana aza ny resaka fa rehefa mipetraka amin’ny fokontany tsy ifanarahana fotsiny dia efa lasa olana.

Mitondra fitaovana toy ny rambona makoba, vy sy tuyau isan-karazany ary kibay, ireo tanora amin’izany. Ary hatramin’ny zaza dia voadaroka raha sendra azy ireo. Tao anatin’izany no misy seho hafa ihany koa dia fivadihan’ireo ankizy ho jiolahy. Mandrava sy mandroba ary manafika izy ireo amin’izany. Betsaka amin’izy ireo no mpianatra sy tsy ampy taona. Misy aza dia mpianatra ao amin’ny sekoly misy azy ihany no lasibatra na mpianatra amin’ny sekoly hafa.

Mitovitovy amin’ireny ‘gangs’ any am-pita ireny ary misy marika ifankafantaran’izy ireo. Efa nisy ny naratra tsy fidiny noho io fifampiandrasana kendritohina io, indrindra ho an’ireo izay tsy manampo na inona na inona. Ho avy ny fitsangatsanganana amin’izao fahatongavan’ny Paska izao ka efa betsaka sahady ny sahoandresaka fa misy mivonona ny hiady ireo ankizy ireo. Noho izany dia samy tokony ho mailo na ny mpanabe na ny ray aman-dreny mba tsy ahitan-doza ary indrindra tokony handray andraikitra ny tompon’andraikitra isan-tsokajy.

Vanessa

News Mada0 partages

Judo – Afrique : 250 judokas à l’assaut de Madagascar

La Grande île sera la capitale de l’art martial nippon, du 14 au 16 avril prochain, à l’occasion du Championnat d’Afrique senior. Une grande première pour la Fédération malgache de judo (FMJ) qui est en train récolter le fruit de ses efforts.

2016 a été riche en évènements mais la saison en cours l’est plus encore avec les grands évènements inscrits sur le calendrier fédéral. En effet, le comité directeur de l’Union africaine de judo (UAJ) a décidé de confier l’organisation du Championnat d’Afrique senior à la FMJ présidée par Siteny Thierry Randrianasoloniaiko qui est également le chairman de cette instance. Le rendez-vous est fixé du 14 au 16 avril prochain au palais des Sports de Mahamasina qui se transformera en un véritable champ de bataille vu le nombre de participants.

Le chairman de l’UAJ et non moins président de la FMJ et du Comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoloniaiko, ainsi que son équipe ne veulent rien laisser au hasard. «250 judokas issus de 25 pays seront au rendez-vous. C’est un record en termes de participation car c’est un passage obligé vers le Championnat du monde, selon les règles de la fédération internationale. Pour l’occasion, le président de la Fédération internationale de judo, Marius Vizer, signera une convention avec le ministère de l’ Education nationale pour l’intégration du projet «Judo in School » et la réunion des comités directeurs de judo en Afrique se déroulera en parallèle», a-t-il déclaré, hier, au Kudeta à Anosy.

Seront au programme de l’évènement, trois épreuves : le kata, la compétition individuelle et par équipe (hommes et dames). Madagascar alignera 24 combattants qui prendront part à trois séances d’entraînement au quotidien sous le regard critique du DTN Jean-Jacques, maître Manitra, Elie Norbert et Arsène. Selon une source auprès de la FMJ, Royal Rakotoarivony sera sur le front et endossera le rôle de «leader» de l’équipe nationale dans la mesure où le très connu Fetra Ratsimiziva est indisponible après sa blessure.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket – Coupe du président : TMBB au top du classement

Les clubs d’Analamanga sont bien partis pour se frayer un chemin parmi les équipes en lice du Top 8 de la Coupe du président après les quatre journées au palais des Sports de Mahamasina. Pour preuve, TMBB, avec deux victoires et une défaite, est au top du classement avec cinq points. Le club vient de donner de fausses illusions à GNBC (74-69) qui ne s’est visiblement pas remis de la défaite contre Cosfa lors de la rencontre de lundi dernier.

Les militaires se placent à la seconde position avec cinq points en deux victoires et une défaite, suivis de GNBC et Ascut qui ont chacun engrangé 4 points avec deux victoires et une défaite à leur compteur. En effet, l’autre affiche de ce Top 8 masculin a mis aux prises SBBC Boeny, tombeur d’ ASCB lundi dernier, et COSPN. Et ô stupeur ! COSPN s’est imposé sur le score de 76 à 57 au terme d’un match fou.

Rojo N.

Classement :

Poule A :

1-TMBB Analamanga

2-Cosfa Analamanga

3-GNBC Vakinakaratra

4-Ascut Atsinanana

Poule B :

1-COSPN Analamanga

2-SBBC Boeny

3-ASCB Boeny

4-MB2All Analamanga

 

News Mada0 partages

7e Art : la politique nationale du cinéma adoptée

Le projet de loi portant sur la politique nationale du cinéma a été adopté, hier, lors du Conseil de gouvernement. Selon Bon-temps Ramitandrinarivo, directeur de l’Office malgache du cinéma (Omaci), cette politique devrait être applicable à partir du mois de septembre prochain.

Depuis juillet 2016, l’Omaci organise régulièrement des réunions d’échanges avec les professionnels du secteur et les entités intéressées par le développement du cinéma à Madagascar. «Avant de prendre une quelconque décision, nous préférons consulter toutes les parties actives pour élaborer cette politique nationale du cinéma», a expliqué Bon-temps Ramitandrinarivo, directeur de l’Omaci.  En effet, la dernière rencontre s’est tenue, fin mars, à la Bibliothèque nationale.

«Nous sommes déjà ravis d’entendre le fruit de nos efforts, surtout après cette annonce lors du Conseil de gouvernement. La semaine prochaine, nous allons la présenter durant le Conseil des ministres. Une fois adoptée, nous allons par la suite la soumettre auprès du Parlement au mois de mai», a-t-il expliqué. En effet, selon le directeur  de l’Omaci, l’application de cette politique se fera à partir du mois de septembre prochain.

La politique renferme deux points

Cette politique nationale du cinéma englobe deux points. Le premier est pour la réglementation et la régulation de la cinématographie malgache. Pour commencer, elle établit un registre officiel afin de pouvoir attribuer des cartes professionnelles aux acteurs du cinéma, entre autres réalisateur, producteur, acteur… L’année dernière, 200 personnes environ ont été enregistrées officiellement.

Le second concerne l’appui financier et technique du secteur. «En effet, notre objectif est d’abord de professionnaliser le domaine et ensuite de créer des ressources pour que le cinéma arrive à se développer normalement. Sur ce point, nous avons besoin d’établir un fonds d’aide au cinéma», a-t-il ajouté.

Holy Danielle

Une convention de partenariat pour  la réalisation de «Mitondra»

Une convention de partenariat s’est tenue, hier, au siège de l’Omaci à Analakely avec le réalisateur japonais, Kamei Takeshi qui représente aussi le collectif des cinéastes japonais dénommé Flying Image et Evil Ways production Madagascar représenté par Soasoa Ratsifa. L’objectif est de pouvoir produire et réaliser ensemble le film intitulé «Mitondra». Notons que Kamei Takeshi est le réalisateur du film documentaire intitulé «Guitar Madagascar», sorti officiellement en 2014. Le film met en avant quatre guitaristes malgaches, à savoir Teta, Baba, Thominot du groupe Hazolahy et D’Gary.

News Mada0 partages

Antsirabe : le THB Tour s’annonce très festif

Fidèle à son rendez-vous annuel à Antsirabe, le «THB Tour» investira l’avenue de l’Indépendance, le week-end de Pâques, avec une ambition renouvelée, celle de rassembler les Malgaches dans la bonne humeur et la convivialité.

C’est devenu une tradition immuable pour la capitale du Vakinankaratra d’accueillir cet événement d’envergure qu’est le THB Tour et ce depuis 12 ans maintenant. Cette année ne fera pas exception à la règle. «A l’effigie du slogan Soa ny Fiarahantsika que véhicule la marque, THB Tour s’est fixé comme mission principale de rassembler les Malgaches dans la bonne humeur et la convivialité au fil de ses éditions», a rappelé Setra Ramanankoraisina, responsable évènements et sponsoring du groupe Star. Car, effectivement, la ville d’Eaux accueille chaque année durant le week-end pascal des milliers de personnes des quatre coins de la Grande île, outre les Antsirabéens.

Tous les voyants sont au vert pour faire de cet événement un succès puisque des invités de marque ont tout particulièrement été choisis pour animer les festivités. Au programme, une grande caravane sillonnera la ville d’Eaux le 15 avril, allant de l’usine des Brasseries Star au point de rendez-vous, la gare. L’après-midi sera consacrée à l’animation avec le duo humoristique Fou Hehy avant la montée sur scène de Big MJ et Arnaah. La deuxième journée fera honneur aux artistes locaux avec Pit Leo, Mr Sayda et notamment DJ Nicky et DJ Sniper derrière les platines. S’ensuivra une soirée aux couleurs tropicales avec Nina’s. Le lundi de Pâques, Lola va donner le clou du spectacle. Entre- temps, le traditionnel concours  de chorégraphie et de cover acoustique sera au programme.

«La précédente édition  a réuni 100 000 personnes sur l’avenue de l’Indépendance et nous n’en attendons pas moins cette année. Raison pour laquelle un dispositif exceptionnel a été mis en place pour garantir une sécurité optimale, à savoir la mobilisation des éléments des forces de l’ordre et des agents de sécurité civile», a-t-il détaillé.

Chacun y trouvera son compte d’autant qu’un «Espace Famille» sera aménagé sur l’avenue de la gare, outre l’habituel «Espace THB Tour».

Joachin Michaël

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly La Croyance AnjanaharyNilatsaka ny sazy henjana

Nidina teny amin’ny sekoly tsy miankina La Croyance Anjanahary ny minisitry ny fanabeazam-pirenena Paul Rabary omaly folakandro, ka nijery ifotony ny sekoly sy ny fomba fampianarana ao.

Niresaka tamin’ny talen-tsekoly, ilay ankizy voakasi-tanana omaly tao anatin’ilay horonantsary, sy ny raiamandrenin’ny mpianatra izy nandritra izany. Taorian’izay, dia nilaza ny minisitra fa halàna ihany koa ny fahazoan-dalana mampianatra an’ilay mpampianatra. Rehefa vita ny fanadinana amin’ity taona ity dia hotsoahina ihany koa ny fahazoan-dalana fisokafan’ny lisea sy prescolaire ao amin’ny La Croyance. Ny antony dia tsizarizary ny fotodrafitrasa ianaran’ny ankizy, efitra fianarana iray no misy ary zaraina telo. Ankoatr’izay, tsy manana fomba fiasa enti-mampianatra ny sekoly ary matetika ny fikasihan-tanana mpianatra. Sarobidy ny fanabeazana ary fantatro tsara fa tsy lavorary ny eto amintsika, mbola be ny ezaka mila atao fa mila manana ny “minimum” ny sekoly te hanome fahalalana ny ankizy, na eo amin’ny lafiny fotodrafitrasa na eo amin’ny lafiny fomba enti-mampianatra sy mitaiza mpianatra, hoy ity tompon’andraikitra voalohan’ny fanabeazam-pirenena ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Akaiky ny fandresen’ny Gasy !

Vaky ny sambon’ny mpitondra malaza amin’ny afera maizina raha ny fahitana azy ankehitriny. Manomboka ny fifaminganana sy ny kajikajin’ny isam-batan’olona ao an-dapa ka miseho masoandro sy tsy takona afenina intsony ny ady na dia niezaka namono afo ihany aza ny lohandohany sasany tany am-piandohana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra ho mpitsabo eny Ankatso« Havotsory ny namanay ! »

Taorian’ny fiarahan’izy ireo nirodorodo teny amin’ny fitsarana ny alatsinainy lasa teo, dia nitohy tamin’ny alalan’ny fanaovana fitokonana teny amin’ny Esplanade teny Ambohitsaina indray ny hetsiky ny mpianatra ao amin’ny Sampana Fitsaboana eny amin’ny oniversiten’Antananarivo omaly.

 Raha tsiahivina, tsy ankasitrahan’izy ireo hatramin’ny farany ny fampiakarana fitsarana ireo namany miisa 4 tafiditra ao anatin’ny raharaha nahafatesan’ilay ramatoa bevohoka teny amin’ny hopitaly Befelatanana, izay ambaran’ny mpitory fa vokatry ny antsirambina nataon’ny tao amin’ny hopitaly no antony. Tsy nijanona teo amin’ny Esplanade kosa anefa ny hetsik’ireo mpianatra fa nidina tany amin’ny Katedraly nisy ireo mpianatry rantsana fitsaboana tao amin’ny taona voalohany mba hamoaka azy ireo. Tsy nanaiky mora kosa ireto farany, izay nilaza ny hanohy ny fianarana mba hisorohana ny tsy fahavitan’ny fandaharam-pianarana,  ka dia raikitra ny fifamaliana, saingy tsy nisy zava-banona intsony ihany no niafarany noho ny kotaba. Fahita matetika eny amin’ny anjerimanontolo ny fandravana mpianatra rehefa misy ny hetsi-pitakiana, ka zary lasibatra hatrany ny hafa. Hitohy hatrany ny fitokonana raha tsy mbola hafahana madiodio ireo mpianatra, hoy ireo nitarika ny grevy  omaly. Raha ny vaovao omaly ihany, dia voalaza fa nanaovana fanadihadiana teny amin’ny sampandraharahan’ny mpitandro ny filaminana misahana ny ady heloka bevava ireo mpianatra voasaringotra ireo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fisamborana an’i Claudine A§CAfera hafa mihitsy, hoy ny Bianco

Nanazava ny teo anivon’ny Bianco omaly tolakandro fa tsy ny raharaha Ambohimahamasina no nisamborana ny mpanolotsain'ny filoham-pirenena Razaimamonjy Claudine fa na "Claudine A§C" fa raharaha hafa izay efa nitranga tamin'ny taona 2013 ary mbola mitohy hatramin'izao.

 Raha ny fanazavana, efa eny am-pelatanan'ny fitsarana ny raharaha fanodinkondinam-bola manodidina ny 390 tapitrisa niseho tany Ambohimahamasina, faritra Matsiatra Ambony ny taona 2014, izay efa niantsoan’ny Bianco azy in-droa nisesy mba hanaovana fanadihadiana, saingy tsy noraharahainy. Tratry ny aloka kosa izy ankehitriny ary naman’ny tsy ho afa-bela raha fahitana azy aty am-boalohany. Manomboka ny fanatsikafonana ireo aferany rehetra. Ny tsilian-tsofina dia i Hery Rajaonarimampianina mivady mihitsy no mandentika azy noho izy voalaza fa efa manao fitan-droa sy mifandray an-tsokosoko amin’ny adversera. Ankoatra izay, mivoaka ihany koa ny afera be tamin’ny fanodinkodinam-bola 3 miliara ariary saika hanampiana ny traboina tany Antsakabary, saingy naviliny. An-kilany, re ihany koa fa miketrika mafy ny hamoahana ity vehivavy ity ny loholona Riana Andriamandavy VII, zaodahiny ihany. Ity loholona ity dia anisan’ny efa voatonontonona tamin’ilay raharaha Ambohimahamasina noho izy efa nitana ny toeran’ny Lehiben’ny faritra Matsiatra Ambony tamin’ny 2014, ka izy no voalaza fa nanome ny tsena ho an’i Claudine A§C. Efa manomboka ihany koa ny fanetsehana ireo fikambanana isan-karazany avy any amin’ny faritra Fianarantsoa mba hitaky ny famoahana ity vehivavy mpanao afera malaza ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao Ravalomanana“Fanarenana izao no atao !”

Mampalahelo, hoy ny ben’ny tanànan’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, fa lany andro mifanenjika amina zavatra tsy misy dikany isika,

 raha naneho hevitra tetsy amin’ny trano fonenany etsy Faravohitra mikasika ny fahitany ny resaka novoizina fa fitsangatsanganana fotsiny no nataony tany ivelany nandritry ny herinandro niaraka tamin’ireo delegasioniny. Nanazava ny ben’ny tanàna fa hitady fanampiana amin’ireo mpiara-miasa amin’ny kaominina avy any dilambato no anton-dian’izy ireo tany Danemark sy Bruxelle ary Parisy. Nampatsiahiviny omaly ny hafatra izay efa nasainy nampitain’ny mpiandraiki-draharahan’ny kaominina tamin’ny herinandro mikasika ireo tetikasan’ny kaominina hisorohana ny fiverimberenan’ny fisiana traboina be loatra dia ilay fananganana trano manara-penitra ho azy ireny. Fanarenana izao no tokony hatao, hoy ny tenany, ary mampametra-panontaniana mihitsy hoe ny olona mihazakazaka mampandroso ny kaominina any amin’ny fireneny fa isika maninona no mbola mitady zavatra hamotehana vahoaka ihany amin’izao fahasahiranana izao ?

Mirija

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

La RN5 en réhabilitation

Si on entend souvent parler de la réhabilitation de la RN5 c’est surtout pour le tronçon d’une cinquantaine de kilomètres entre Toamasina et Foulpointe. Par contre, cette route nationale mesure plus de 400 kilomètres jusqu’à Maroantsetra, une ville enclavée à cause du mauvais état de cette route. Une bonne nouvelle pour les habitants de la côte Est de la Grande île : les travaux de la réhabilitation partielle de la RN5, plus précisément sur le tronçon de 120 km qui relie Mananara-Nord et Maroantsetra (entre le PK 283 et 404), a débuté le 3 avril dernier pour une durée de 24 mois. Ils sont réalisés par la société Colas et financés à hauteur de 8 millions d’euros par l’Union Européenne. Les riverains jouiront également de ces travaux grâce au système HIMO (Haute intensité de main d’œuvre). Les travaux consistent à enrober les points noirs de ce tronçon sur une longueur totale de 2 km et à construire 7 ponts en béton sur les 23 existants. Si le trajet entre Mananara-Nord et Maroantsetra dure actuellement 18 heures, après ces travaux, les automobilistes peuvent gagner jusqu’à 5 ou 6 heures de temps. Les attentes des bacs restent les raisons de ce long trajet. Car en effet, il faut encore compter la traversée par bacs de 5 grandes rivières. Pour l’heure, la construction des ponts pour ces rivières qui nécessitent un grand budget ne figurent pas encore dans la prévision. Des avenants pourront s’ajouter à ce projet initial afin de rendre cette route plus praticable à tous types de voitures.

Tia Tanindranaza0 partages

THB Tour any AntsirabeMihoatra ny 100.000 ireo olona andrasana

Hafotaka indray ny ao an-tanànan’Antsirabe mandritra ny fankalazana ny fetin’ny paska ho avy izao. Hotanterahina any an-toerana ny 15 ka hatramin’ny 17 aprily ho avy izao mantsy ilay THB tour andiany faha-12 karakarain’ny orinasa Star.

 

 Eo amin’ny kianjan’ny fahaleovantena no hanatontosana izany hahafahan’ny mpianakavy miala voly araka ny tokony ho izy, hiarahana amin’ireo mpanakanto marobe  toa an’i Arnaah, Big Mj ny andro voalohany,  ahitana an’i Pit Leo sy Mr Sayda ny andro faharoa izay hofaranan’i Nina’s amin’ny hariva raha i Lôla kosa no hamarana azy tanteraka amin’ny andro fahatelo, izany hoe ny alatsinain’ny paska. Hampiavaka ny lanonana raha araka ny fanazavan-dRamanankoraisina Setra, tompon’andraikitry ny fikarakarana ny lanonana eo anivon’ny vondrona Star ny fisian’ireo karazana fifaninanana maro samihafa. Anisan’ireny ny chorégraphie izay azon’ny rehetra handraisana anjara raha maimaimpoana ny fisoratana anarana. Manomboka amin’ny 50.000 Ar ka hatramin’ny 400.000 Ar ny sandan’ny loka miandry izay mivoaka ho mpandresy. Mihoatra ny 100.000 isa kosa ireo vahiny andrasana. Mikasika ny fandriampahalemana manokana dia zandary sy tafika ary polisy manodidina ny 130 ka hatramin’ny 150  isa no hohetsehana ho fiarovana ny aim-bahoaka.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatsarana ny tontolon'ny kabary10 mianadahy niatrika fiofanana manokana

Mba hahafahana mampitovy ny rafitry ny kabary eto Madagasikara dia mpampianatra mpikabary am-polony maro no niatrika fiofanana manokana ary notolorana ny mari-pahaizana avy amin’ny minisiteran’ny kolontsaina ny faran’ny herinandro teo.

 Ny Federasionan’ny mpikanto ny teny sy ny soratra no tompon’antoka tamin’izany. Anisan’ny voakasika ireo mpampianatra mpikabary 20 mianadahy mianaka avy eo anivon’ny Ampinga izay fantatra amin’ilay teny filamatr’izy ireo manao hoe : “hampandroso hatreny ifotony ny teny sy ny soatoavina Malagasy”. Tanjon’ny Ampinga raha araka ny fanazavan’ny filohany Mitahirifahendrena  ny mba hahafahan’ireo mpampianatra ao aminy manatevina hatrany  ny fahaiza-manaon’izy ireo. Ankoatra ireo toerana fampianarana  kabary telo sahaniny eto an-drenivohitra mantsy( LTP Alarobia, ANS Ampefiloha, Lycée privée Phanoelly Talatamaty) dia hanitatra any amin’ny faritra ihany koa izy ireo amin’ity taona ity ka ny roa any Antsirabe raha eto Antananarivo ihany ny telo ambiny. Tsiahivina fa mampianatra kabary maimaimpoana ho an’ireo izay liana Ny Ampinga.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Traboina eny Ambodirano Ampefiloha Malaina handao ny trano lay

Tsy maintsy miala ao anaty trano lay mialoha ny faran’ny volana ho avy izao ireo traboina vokatry ny hain-trano etsy Ampefiloha Ambodirano, raha araka ny fanadihadiana natao.

 Na dia ny hanin-ko hanina aza anefa tsy mahita izy ireo satria lasa lavenona tao anatin’ny segondra iray monja ny fananana nohariana tao anatin’ny 30 taona. Hatramin’izao anefa araka ny fanazavan-dRazoelinirina Marie Monique, solontenan’ireo traboina dia tsy mbola hita mivaingana izay tena fanampiana nentin’ny fanjakana, indrindra fa  ny amin’ny fanarenana ireo trano 56 tafo lasibatra. Tsy maintsy hampitombo isa ireo mpatory an-dalana ihany izahay, hoy hatrany ity renim-pianakaviana ity raha tsy misy fepetra raisin’ny fitondram-panjakana. Eo an-danin’izay anefa dia efa manomboka tena mangatsiaka ny toetr’andro eto an-drenivohitra, vanim-potoana tena mahabetsaka ireo mpatory an-dalana mamoy ny ainy tokoa. Mahatratra dimy isan’andro izy ireo raha kely raha ny fanadihadiana natao teo anivon’ny BMH koa andrasana izay mety ho vahaolana maharitra avy amin’ny fitondram-panjakana ho azy ireo. Tsiahivina moa fa ny alin’ny 28  martsa lasa teo no nitrangan’ity hain-trano ity vokatry ny cous circuit avy amina tokantrano iray mpamahana batterie.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanLany fika an !

Miarahaba Jean ooo ! Tena efa tsy mahatoky anareo intsony anie ny olona e !! Sinema indray, hono, ireny fihetsikareo teny mahazina nisambotra an’i Jeannine ireny.

 Na sinema aloha na tsia dia azonay antoka foana fa efa ela ianareo te hanao an’ireny fa miandry kendry tohana fotsiny e ! Silaka be koa hoe tsy manan-kalahatra mikasika an’ireo raharaha any Janga sy ny tariny dia mody asiana resaka mafana hanarian’ny papozy dia indray aloha ! Otran’ny dia hoe ny sain’ny tena foana moa ry Jean ity no ratsy fa efa zatra loatra ilay fomba fanaonareo te hampanjaka hevitra tokana tao anatin’ny telo taona izahay e ! Na izany aza anefa dia ambaranay amin’ny fomba ofisialy fa lany ny fikanareo ooouuh ! Sosialim-bahoaka marina aloha jerena Jean a !!!

Marco

La Vérité0 partages

Anosy - Des militaires impliqués dans un trafic d’arme

Tout a commencé vendredi dernier lorsqu’un renseignement fourni à la Gendarmerie dévoile l’intention de deux inconnus à revendre un revolver de 7,65 mm, 5 munitions et un chargeur, le tout pour 5 millions d’ariary. Un piège a donc été monté pour mettre les trois présumés trafiquants d’arme dans les filets des Forces de l’ordre, lundi dernier à Anosy. A la date indiquée, si deux d’entre eux, des militaires en instance d’être réengagés ont mordu à l’hameçon lors de la pseudo-transaction, le troisième larron, un militaire à la retraite fut interpellé à son domicile à Saropody Tanjombato, hier matin. Ce dernier serait le cerveau du trafic. C’est ce qu’a révélé hier un officier au sein de la commande de la Compagnie de gendarmerie d’Imerina central, devant la presse à Ankadilalana. Quant à la mise en œuvre du traquenard par la Gendarmerie, elle a été digne d’un film policier. Toutes les conversations pour fixer le rendez-vous se sont faites par téléphone où les gendarmes ont joué le rôle de clients intéressés par l’arme en question. A Anosy, l’endroit grouillait déjà de gendarmes en tenue civile, un fait que les deux ex-militaires venus pour la transaction, ont totalement ignoré. Lorsqu’un suspect de 33 ans a débarqué sur les lieux, il a été aussitôt interpellé. Quant au second âgé de 34 ans, il aurait flairé le traquenard et a pris les jambes à son cou. Les gendarmes se sont alors lancés à ses trousses. Après quelques moments de course-poursuite, le fugitif a été attrapé près du collège de France à Ankadilalana.Réseau  Lors de leur audition, les deux suspects ont évoqué le militaire à la retraite. Les informations circulent que le trio serait encore en possession d’autres types d’armes prêts pour la revente. Ce qui sous-entend donc l’existence d’un réseau dans lequel des ex-membres des Forces de l’ordre seraient trempés. Les récents évènements de Port-Bergé, où 5 autres ex-militaires dans l’attente de leur réengagement ont participé dans un hold-up et dont le préjudice s’élevait à 24 millions d’ariary, pourraient constituer de preuve. A ce stade, la provenance du fusil d’assaut Akm-47 utilisé lors du même braquage, reste donc à élucider. La poursuite des enquêtes sur ces deux évènements, pourrait confirmer ou non le lien avec l’éventuelle existence de ce réseau. Selon certaines indiscrétions, les militaires dont les soldes fournies par l’Etat seraient vraiment dérisoires, sont poussés à chercher d’autres moyens pour arrondir leurs fins de mois. Franck Roland

La Vérité0 partages

« Horija betsileo » - Le champion tire sa révérence

C’est avec une grande tristesse que les artistes, amis et familles ont appris le décès de Jean Emilien. Il est décédé hier matin, à l’âge de 54 ans suite à un arrêt cardiaque. Jean Emilien est un grand défenseur de la culture malagasy,

notamment les chansons traditionnelles, les us et coutumes de la Région betsileo. Sa dernière apparition sur scène a eu lieu samedi dernier, lors du concours « Sokela betsileo » qui s’est tenu à la Bibliothèque nationale, Anosy. Rakotonandrasana Jean Emilien était né en 1963 à Fianarantsoa. Il a été le gardien de la culture et la société malagasy avec comme armes de guerre ses instruments et sa voix. En 1991, il avait été sacré champion du monde d’harmonica via son « Horija betsileo ». Un événement qui a marqué un grand tournant dans sa vie, puisqu’il était alors devenu le père du « Rija betsileo ».

Un orchestre hors du commun

Auteur, compositeur, chanteur, guitariste et joueur de « kabôsy », il avait intégré le monde de la musique traditionnelle malagasy dès sa tendre enfance. A part d’être un musicien à talent indéniable, sa voix nasale et très aigüe le distingue des autres artistes qui véhiculent la  musique traditionnelle. En 1989, Jean Emilien enregistrait en une nuit son premier album « Hey Madagascar » qui fusionnait le séga à divers rythmes de l’île. Suivi de « Ezaka » et « Miandraza », 10 ans plus tard. En 1999, il avait sorti un film de 6 minutes intitulé « Jean Emilien Rakotonandrasana ou la musique qui m’a sauvé la vie».  Avant de rejoindre le Palais des sports de Mahamasina, un rite funéraire aura lieu à l’Ekar Bemasoandro Itaosy, dans la matinée. Demain, sa dépouille mortelle sera conduite à Fianarantsoa, puis à Ambalavao, samedi, pour une veillée funèbre. Les obsèques de l’artiste auront lieu à Andringitra, sa ville d’origine. La rédaction de la Vérité présente à la famille de Jean Emilien, ses plus sincères condoléances.

 Anatra R.

La Vérité0 partages

Expulsion aux 67ha sud - Des délogés rejoignent les sans-abris !

Des taudis en plastique ou en toile de jute en face du centre de santé de base aux 67ha sud. Ce sont ceux érigés par les gens délogés suite à leur expulsion musclée d’avant-hier. « Nous n’avons pas d’endroit où aller. Nos familles et proches n’ont pu abriter que les restes de nos biens, surtout les meubles. Du coup, nous préférons rester ici en espérant que les autorités compétentes et les personnes de bonne volonté puissent nous venir en aide », témoigne une mère de famille, parmi les doyens des expulsés. Ces derniers ont ainsi rejoint les sans-abris de la Capitale, qui dorment à la belle étoile depuis cette semaine. Hier, l’on a constaté la présence d’un camion de l’Emmo-Reg avec quelques éléments fixés pour assurer l’ordre. De leur côté, les délogés ont continué à s’attrouper sur les lieux, devant la surface déjà bien clôturée en tôles pour éviter toute pénétration étrangère.

Un site d’hébergement sollicité« Nous avons consulté l’huissier de justice qui a assisté à l’expulsion pour solliciter la bienveillance du propriétaire à nous accorder un site d’hébergement. Il a sûrement les moyens de nous en proposer, vu que cet endroit semble stratégique et peut accueillir diverses grandes infrastructures comme une station-service, une grande surface ou autres », nous confie Emmanuel Razafindrazaka, porte-parole des expulsés. Ces derniers reconnaissent le fait qu’ils ont squatté les lieux depuis des années, sans titre ni autorisation. La plupart d’entre eux sont constitués par des personnes âgées, des orphelins ou encore des malades et handicapés. « Ils n’ont pas les moyens de louer ou de s’offrir des maisons en peu de temps », confirme le porte-parole. Ces gens ont renforcé leurs appels de détresse envers le ministère de la Population et le Président de la République. « Nous faisons aussi partie des habitants sur lesquels le Président doit veiller en tant que parent. Pourtant, aucun membre de l’autorité n’a daigné nous visiter depuis hier », se désolent les délogés. Ces sans-abris d’ajouter qu’ils n’ont touché aucun sou ni compensation depuis, malgré le fait que bon nombre de leurs biens restent sous les maisons démolies. Rappelons que 70 ménages, regroupant environ 600 personnes, ont été concernés par l’expulsion laquelle a entrainé la démolition de leurs maisons.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Marchés publics - Un comité de règlement des différends en place

La loi sur les marchés publics est en perpetuelle évolution. Le Code du 26 juillet 2004 a été remplacé par celui du 25 janvier 2017. Miarana Razaf, directeur de formation auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), explique : « En 12 ans, l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication comme l’Internet s’est développé. Il importe d’améliorer les méthodes de travail et la gestion dans la transparence. A cela s’ajoutent l’usage du budget de l’Etat et la responsabilisation de la société civile et du secteur privé, la création du comité d’éthique, l’amélioration des procédures et la mise en place du comité de règlement des différends ».

Miarana Razaf déclare : « Auparavant, le comité de règlement des différends a été une section dans le comité de réglementation et des litiges, c’est-à-dire que sa place était petite. La mise en place d’un comité de règlement de différends permet de mieux clarifier les doléances et les recours ». Il continue : « Auparavant, certains dispositifs dans la loi étaient incohérents et il y avait eu des difficutés en matière de recours. Néanmoins, la population peut être rassurée car entre 2007 à 2016, sur une trentaine de plaintes sur les marchés publics contre l’Etat passant au niveau de l’Armp, près de la moitié d’entre elles ont obtenu gain de cause ». Ainsi, en cas de non respect des procédures de passation des marchés publics, les plaintes peuvent être déposées.Le personnel de l’aviation civile de Madagascar se formeAfin d’améliorer la transparence de gestion et d’éviter les erreurs, le personnel de l’Aviation civile de Madagascar (Acm) suit une formation sur les marchés publics depuis hier et ce, durant deux jours à Tsimbazaza.  « A chaque innovation, l’Acm figure parmi les dix premiers à demander une formation auprès de l’Armp. Le nouveau Code des marchés publics du 25 janvier 2017 mérite aussi un approfondissement », confie Miarana Razaf.Rédia Aubry, secrétaire général de l’Acm affirme : « En cas de difficulté, l’Armp nous éclaire en matière de procédure. Pour pouvoir suivre l’évolution dans les procédures de passation des marchés publics, assurer une gestion transparente et continue, nous suivons une formation. L’Acm a déjà obtenu un certificat pour sa gestion transparente, mais elle ambitionne d’améliorer davantage ses activités et sa façon de travailler ».D.H.R.

La Vérité0 partages

Présidentielles 2018 - Freedom rejoint le camp de l’opposition

Le parti « Freedom » présidé par Lalatiana Rakotondrazafy, conseillère municipale et chroniqueuse politique de la radio Free Fm, a annoncé son appartenance à l’opposition.

 

« Le parti Freedom ne peut pas être le complice des dérives du pouvoir actuel notamment en matière de liberté, de justice sociale et de protection de la vie humaine.  C’est pourquoi nous annonçons, de manière solennelle ce jour, que le Freedom se range clairement en tant que parti d’opposition et se dresse sans ambages en tant qu’opposant au régime en place ». L’annonce a été faite hier dans la mi-journée par la présidente du parti Lalatiana Rakotondrazafy sous les ovations de la salle au Pk 0 de Soarano, durant son discours de rentrée politique 2017 du Freedom. Depuis l’avènement de l’actuel régime Rajaonarimampianina, la célèbre chroniqueuse politique de la radio Free Fm et son parti tenaient des discours qui ne faisaient plus de mystère sur leur position. Cependant, le parti politique a franchi le Rubicon pour prendre ses responsabilités pour l’intérêt général.  « Nous nous opposons à la destruction du pays menée par une poignée de personnes gravitant dans le cercle restreint des dirigeants qui spolient les richesses et qui se remplissent les poches en oubliant totalement l’intérêt général. Nous nous opposons  à la perpétuation de l’Etat de non droit, et au culte de la violation des lois à commencer par la Constitution, qui n’est plus respectée. Nous nous opposons à la gouvernance ancrée sur le népotisme, la corruption, l’inégalité et l’injustice », a-t-elle indiquée. L’opposition politique vient d’élargir officiellement le cercle de ses membres avec l’adhésion de Freedom. 

Candidat unique de l’opposition

Se faisant l’écho d’appels lancés par d’autres avant elle, Lalatiana Rakotondrazafy a appelé pour le regroupement des forces des partis et entités d’opposition à Madagascar.  « L’opposition a besoin de parler d’une même voix.  Il faut laisser de côté sa fierté et les querelles stériles, regrouper les forces pour montrer aux yeux de tous que, ce que vit la population actuellement est inacceptable », indique-t-elle. Il faut notamment interpeller la communauté internationale ayant des représentants à Madagascar.  « La vie des 22 millions de Malagasy ne doit pas être prise en otage sous prétexte de stabilité politique », rajoute la politicienne. Elle demande également à la population  et aux députés de prendre leurs responsabilités en procédant à la mise en accusation du Chef de l’Etat. Lalatiana Rakotondrazafy et son parti sont de ceux qui appuient l’idée de présenter un candidat unique de l’opposition à la présidentielle. Tout en martelant que l’essentiel est d’affirmer d’abord ce principe de candidat unique pour permettre à l’opposition d’unir toutes ses forces autour d’un choix, elle esquisse le portrait robot de la personnalité à plébisciter éventuellement. « Le soutien à ce candidat doit être concerté. Cela doit être fait dès maintenant. C’en est assez des personnes qui ont été placées sans être préparées à gouverner, qui n’ont pas de programmes, qui tergiversent, qui se sont retournées contre ceux qui les ont portées au pouvoir et qui n’ont pas honte de retourner leurs vestes. Il faut une personne idéologiquement mature et qui est animée d’un réel amour pour la patrie », conclut-elle. 

Lalaina A.

La Vérité0 partages

Trafic de bois de rose - Déférées par le Bianco, 2 personnes sous Md

Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) est sur tous les fronts. Alors que l’affaire Claudine Razaimamonjy retient l’attention, l’organe d’Ambohibao continue en parallèle ses activités. Après les récentes enquêtes concernant l’exploitation illicite des ressources naturelles d’Antsohimbondrona-Ambilobe ou l’affaire d’exploitation d’or dans la Commune de Betsiaka clôturée il y a dix jours, une nouvelle affaire concernant des faits suspectés d’exportation illicite de bois de rose, orchestrés sur fond de corruption, vient d’être mise en lumière par le Bianco.

Suite à des doléances, des investigations menées par l’équipe de la villa La Piscine d’Ambohibao ont pu faire émerger des informations sur l’existence d’un trafic mafieux à destination de l’Asie. D’après un communiqué de presse du Bianco, l’exportation de 26 containers de bois de rose à destination de Hong Kong via Zanzibar a été confirmée. Ainsi, trois personnes suspectes ont été appréhendées et déférées auprès du Parquet, le mardi 4 avril 2017 en attendant la mise en place du Pôle anti-corruption. Le dossier ferait état d’une quantité de 4 500 tonnes de bois de rose qui auraient été vendus à raison de 25 dollars le kilogramme. A raison de 3 200 ariary le dollar, un rapide calcul permet de deviner que cette quantité de bois représenterait approximativement la somme de 360 milliards d’ariary. Ces trois personnes ont ainsi été déférées pour ce trafic pour des faits d’exportation illicite de bois de rose, de faux et usage de faux en écriture authentique et de commerce, ainsi que de fait de corruption active. Suite au déferrement, deux trafiquants de bois de rose ont été placés sous mandat de dépôt.  Soulignant le fait que l’investigation a été ouverte à la suite d’une doléance, dans sa communication, le Bianco lance un appel aux citoyens à dénoncer les faits de corruption, notamment ceux considérés comme importants et pouvant causer d’immense préjudice à l’économie et/ou la société malagasy. L’organe de lutte anti-corruption d’ajouter que la nouvelle loi 2016-020 sur la lutte contre la corruption prévoit des dispositions de protection des dénonciateurs et contre les représailles. Cela dans l’esprit de la lutte qui consiste en l’implication effective de tout un chacun dans la lutte contre la corruption par le refus et surtout par la dénonciation de ce phénomène.Recueillis par L.A.

Madagascar Tribune0 partages

Réunion de concertation entre le gouvernement et les partenaires techniques

La quinzième réunion de concertation entre le gouvernement et ses partenaires au développement s’est tenue au palais de Mahazoarivo hier. Entrant dans le cadre du « Groupe de Dialogue Stratégique », cette réunion s’est déroulée sous la houlette du Premier ministre, Christian Ntsay et de la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies, Violette Kakyomya. Elle a été axée sur la préparation aux élections législatives, le financement du processus électoral, la sécurisation avant, pendant et après les élections ; et la sécurité en général.

La sécurité est l’un des faits saillants qui a marqué cette réunion du 15ème GDS. L’objectif étant de permettre aux partenaires de s’informer sur les directives du président de la République qui ont été adoptées par le pays, entre autres la restauration à court terme de la paix et de la sécurité, et plus précisément, la lutte contre les enlèvements appelés communément kidnapping. Selon encore le Premier ministre, ces partenaires au développement ont pu constater que la prise de responsabilité du gouvernement qui mise tant sur la proximité, aboutit déjà à des résultats palpables.

C’est le cas notamment de la mise en place des éléments de patrouille, validant ainsi la renaissance d’une confiance mutuelle progressive entre le peuple malgache, les forces de l’ordre, et les gouvernants. « Mais il sera bien entendu question de fonctionnaires pleinement responsables et disposés à protéger le peuple et ses biens », avance le chef du gouvernement.

Le Premier ministre a une fois de plus affirmé que les vindictes populaires cesseront à mesure que la confiance entre gouvernants et gouvernés s’accroît. Encore dans cette optique, il a fait part qu’une étude est en cours pour la relance du « Dina », une sorte de convention sociale déterminante qui à la base, par sa faculté de se faire accepter, contribue de façon significative aux règnes de la paix et de la sécurité, et ce au niveau de la vie communautaire.

Concernant les législatives, Christian Ntsay a expliqué que les partenaires au développement ont reconnu l’avancée des préparatifs du processus électoral et ont adressé leurs félicitations au pays. Côté financement, le Chef du gouvernement a mentionné que le budget alloué peut couvrir tout le processus.

Toujours est-il qu’il a rappelé l’existence du Basket fund au niveau du SACEM, un fonds débloqué par les partenaires, et destiné à l’appui de la CENI. Cette initiative met en exergue la démocratie, la stabilité, la bonne gouvernance, et l’adhésion au respect des droits de l’homme, d’où la disposition desdits partenaires à soutenir Madagascar.

Tananews0 partages

Présidentielle française : 11 candidats et un débat relevé

Des intentions, des projets, des chiffres, des volontés politiques, bref ça vole assez haut.

Vous nous direz, chez nous aussi nous avions eu des volontés politiques lors de la campagne 2013.

“Je résoudrai les delestages entre 3 à 6 mois” par exemple.

Dans les faits c’est plutôt “on a mis 3 à 6 mois pour trouver un nouveau DG pour la Jirama” .

L'express de Madagascar0 partages

Subterfuge – Fraude au chèque sans provision

Cent vingt-six millions d’ariary se sont envolés suite à une spectaculaire escroquerie au chèque sans provision. L’arnaqueur a comparu devant le parquet, hier.

Deux grandes sociétés ont été victimes d’escroquerie enregistrée depuis le mois de mars, dont l’une a connu une perte de valeur marchande estimée à seize millions d’ariary, tandis que l’autre est à cent dix millions. Lors du dernier achat effectué par l’arnaqueur, le chèque est revenu sans provision, selon les informations reçues. La société victime a immédiatement transmis les coordonnées du compte à son agence et l’on a découvert qu’il s’agissait d’une supercherie. « Aucun virement n’a été opéré », a précisé un responsable au sein de la société dernièrement escroquée.« L’aigrefin a ouvert deux comptes bancaires pour ses deux concubines en établissant une fausse déclaration qui lui a permis d’utiliser leurs chèquiers. Il a lui-même imité la signature de ces deux femmes bénéficiaires du compte », a indiqué le commissaire Alexandre Ranaivoson, chef de service d’information et de communication de la police.Les propriétaires du compte ont été informées par la banque via une attestation de rejet. Elles  disposent d’un mois pour régler la somme impayée, selon la banque. En pensant que cela pouvait être un piratage du compte, elles ont également déposé une plainte à la police.Le suspect a été interpellé hier aux 67ha et a été déferré le soir devant leparquet. Il a été placé en détention préventive à Antanimora jusqu’à ce que la banque délivre un certificat de non paiement réclamé par les attributaires du compte dans le cadre de ce litige. Ledit certificat permettra au tribunal ou à un huissier de justice de se saisir  de cette affaire.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Festival – Les saveurs du Louvre jouent sur les sens

Le festival international de guitare de Madagascar 4e édition capte les sens en choisissant quelques destinations culinaires en trois étapes à l’hôtel Le Louvre les 4, 5 et 8 avril.

Un accord parfait d’une guitare fait résonner, merveilleusement bien, toutes les mélodies du monde pour émouvoir l’âme et exprimer les sentiments. Ce fut le cas, hier soir à l’hôtel Le Louvre. Cet instrument de musique fédérateur par excellence, fil conducteur du festival international de guitare de Madagascar, qui en est à sa 4e édition, a fait voyager le public en Italie. Animé par le talentueux Fabio Barbagallo, auteur, compositeur et interprète italien, avec Nialy To, un chanteur malgache de pop comme « guest », qui a brillamment interprété les célèbres tubes italiens, l’ambiance fut « Calore »Les saveurs du Louvre se sont mis au diapason, en proposant des tapas italiens comme on les aime. En plus des tomates mozzarella et des pizzas margarita, les convives ont pu goûter à d’autres saveurs transalpines. Un franc succès pour le Louvre, un des partenaires de ce festival international de guitare de Madagascar pour cette édition 2017.« Et ce voyage des sens ne compte pas s’arrêter là, nous avons d’autres destinations alléchantes pour vous », précise madame Andriam, responsable commercial de l’établissement. Effectivement, le mariage harmonieux du son de la harpe et de la guitare va nous plongera dans une atmosphère latino acoustique, ce soir à partir de19 heures 30 à Les saveurs du Louvre. Et n’oubliez surtout pas de vous laisser vous enivrer par le son de la guitare, bien sûr, et les paroles réflexives à la Brassens, le samedi 8 avril, à la même heure et au même endroit. Côté cuisine, le chef Rajesh Kisto nous fera goûtertoutes les saveurs. Un vrai régal ! Réservation conseillée.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Judo – 38e Championnat d’Afrique – Vingt-cinq pays engagés

Madagascar abritera dans neuf jours le championnat d’Afrique seniors de combat et de kata, au palais des sports à Mahamasina.

Une toute première. Madagas­car abrite pour la pre­mière fois le championnat d’Afrique de judo catégorie senior, en combat et en kata. Plus que neuf jours, cette joute continentale se déroulera les 14, 15 et 16 avril au palais des sports à Mahamasina.« Ce sera un record en terme de participation… Vingt-cinq pays d’Afrique se sont engagés à disputer ce championnat d’Afrique, qui réunira 250 compétiteurs et plus de 300 avec les dirigeants et accompagnateurs », a annoncé hier le président de la fédération malgache de judo, Siteny Thierry Randrianasoloniako au Kudeta Carlton à Anosy. Vingt-quatre judokas sont retenus dans l’équipe malga­che pour disputer le combat et dix pour le kata.Pour cette dernière épreuve, cinq couples masculines seront en course aux compétitions de Nage nokata, katame nokata et Kime nokata car Madagascar n’ali­gnera pas de concurrents en kata féminin et mixte. Les sept catégories de poids concernées en combat chez les hommes sont les -60kg, -66kg, -73kg, -81kg, -90kg, -100kg, +100kg et celles des dames les -48kg, -52kg, -57kg, -63kg, -70kg, -78kg, +78kg.Il y aura aussi l’open hommes et dames ainsi que les combats par équipes. Chaque équipe est composée de cinq combattants ou combattantes.

Deux expatriésEn attente de confirmation, deux expatriés, tous dans la catégories des -73kg hommes pourraient renforcer l’équipe malgache à savoir le Français naturalisé Malgache, Théo Pitaval et Royal Rakotoarivony. «Nos principaux adversaires en kata sont les Maghrébins et les Sud-africains. Nous avons entamé notre préparation en kata après le championnat national en février… On vise bien sur des médailles et on verra de quelles couleurs », a confié Antsa Ranjatoson, premier responsable technique de l’équipe de kata. La première vague des délégations étrangères débarqueront une semaine avant le jour-J.En marge du cham­pionnat aura lieu l’assemblée générale de la confé­dération africaine de judo qui sera honorée par la présence du président de la fédération internationale de judo, Marius Vizer. Pendant son passage sur le sol malgache, ce numéro un mondial de la discipline signera une convention de partenariat avec le ministère de l’éducation nationale sur la mise en place du projet « judo à l’école ».

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Chinois assassinés – Les corps abandonnés à la morgue

Les dépouilles mortelles du couple de chinois Xia yiefeng et Wang Zhenbing, assassinés à coups de sabre dans une villa à Antanetibe Ivato le vendredi 17 mars sont toujours gardées à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha, une vingtaine de jours après le double homicide. Les corps des défunts étaient prévus être incinérés hier mais cela n’a pas encore été effectué. De source hospitalière, les proches du couple ne se sont pas encore présentés à la morgue comme l’avait annoncé les personnes de leur entourage la semaine dernière. De ce fait, la levée du corps n’a pas encore pu se faire.Pour ce qui est du meurtre, trois Chinois ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy à l’issue de leurs auditions le vendredi 24 mars. Six autres suspects dont trois femmes ont, pour leur part, bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Des investigations diligentées par un comité mixte d’enquête ont révélé que le mobile du double crime repose sur un vol de liquide si la thèse d’un kidnapping a été avancée lorsque la disparition des deux Chinois  a été signalée le 15 mars.Le lendemain, après une course-poursuite sur la RN 1, le principal suspect, un Chinois âgé de 25 ans, a abandonné le 4×4 des victimes, une Honda CRV, pour s’échapper. Ayant faitl’objet d’un avis de recherche, celui-ci a été capturé à Ambondromamy et une série d’arrestations s’ensuivait.Les indices relevés sur l’arme du crime ainsi que enregistrement des caméras de surveillance ont incriminé le présumé auteur principal.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – Victoire de TMBB face à GNBC

Succès inattendu pour TMBB. Le Team Model Basketball d’Analamanga vient aussi de créer la surprise, hier, lors de la dernière journée du Top8, de la coupe du président. Après la défaite de la GNBC Vakinankaratra, cham­pionne en titre, face à Cosfa lundi, ce club cham­pion de la zone centre s’est lui aussi imposé sur un score de 74 à 69 hier face aux Gendarmes.La bande à John et Marc a déjà démontré la différence dès la fin du premier quart-temps en menant 26 à 17, puis 44 à 35 à la pause. Les Judicaël et Benson de la GNBC n’arrivaient plus à effacer cet écart durant les deux dernières périodes. Au terme de la phase éliminatoire, TMBB finit premier du groupe A devant Cosfa.Ces deux formations d’Analamanga ont ravi chacun deux victoires et une défaite. Les Gendarmes et l’Ascut Atsinanana ont, de leur côté, encaissé deux défaites et remporté une seule victoire chacun et sont classés respectivement troisième et quatrième. Dans l’autre poule, COSPN termine premier après son deuxième succès d’hier face à SBBC Boeny, score final 76 à 57.Ce club Majungais se contente donc de la deuxième position malgré ses deux victoires. L’autre formation de Boeny, ASCB elle aussi vient de remporter sa deuxième victoire après avoir écarté MB2ALL par 80 à 71 et se trouve en troisième position devant ce dernier.Chez les dames, trois clubs dont deux d’Anala­manga en l’occurrence Fandrefiala et Mb2all ainsi que JEA Vakinankaratra viennent de valider leur qualification pour les demi-finales. Avec ses trois victoires après un parcours sans faute, M2ALL était le premier club à ravir le ticket pour la phase finale. L’autre formation hôte, celle du coach Andry Rakotomanantsoa, a pour sa part décroché sa troisième victoire hier face a Tamifa Amoron’Imania sur un score de 70 a 44.Les Jeunes étudiantes d’Antsirabe ont ravi leur deuxième victoire précieuse hier en écrasant CRJS Atsi­nanana par 66 a 49. Tous les clubs en lice auront droit un jour de repos ce mercredi. La dernière journée des eliminatoires pour les dames sera decisive jeudi ou Tamifa et CRJS disputeront le dernier ticket pour les demies.Ce sera aussi une finale avant l’heure pour les deux formations d’Analamanga, Fandrefiala et Mb2all.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Manifestation des étudiants – Un cours perturbé à l’université

Des manifestants ont perturbé les cours des étudiants de la première année de la faculté de Médecine, dans la cathédrale de médecine, hier. Ce sont des étudiants de la faculté de Médecine, contestant l’inculpation de cinq étudiants dans l’affaire concernant le décès d’une femme dans une maternité de la capitale, le 20 février. L’affaire a été déférée au Parquet, lundi. Les meneurs de la manifestation se sont introduits dans la salle pour les inviter à s’allier à leur mouvement. Ces étudiants ont refusé de sortir, créant ainsi un léger émoi dans la salle. « Les dates d’examen risquent d’être repoussées à une date ultérieure, si les cours sont suspendus », craignent ces étudiants de la première année. En insistant, le meneur, Benjamin Rakotoa­rimandimby, président de l’association des étudiants de la médecine, a réussi à les persuader.Ces étudiants invitent des professeurs agrégés et des procureurs à une assemblée générale, demain, pour les éclairer sur « leurs responsabilités durant leur stage ». Selon eux, « les internes ne doivent pas être inculpés dans le décès de cette femme. Nous ne faisons qu’obéir aux ordres des médecins », précisent-ils.Le président de l’association des étudiants en médecine souligne que cette manifestation continuera, si d’autres étudiants sont inculpés dans cette affaire. Le personnel de garde du 19 et du 20 février, dont les internes, sera convoqué prochainement.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Minibasket – Stage – Dix huit nouveaux coaches pour les jeunes

Dix-huit entraineurs pour les jeunes de moins de 12 ans dont cinq dames ont suivi, pendant plus d’un mois, un stage de Coach Minibasket dirigé par l’instructeur de la Fiba Afrique, Solofohery Angelot Razafiarivony. Le stage s’est tenu tous les week-ends du 4 février au 26 mars, au CEG d’Antehiroka.Nombreuses sections d’Analamanga ont été représentées dont la plupart d’Ambohidratrimo entre autres des clubs du côté de Mahitsy, Ambohitrimanjaka, Ambohibao, Ambohimana­rina ainsi que celle de Tana ville. Les cours ont duré 100 heures dont 60 heures de pratique et 40 de théorie avant de procéder aux cinq heures d’examen pratique et théorie et oral.Cinq modules étaient au programme : la pédagogie chez les jeunes joueurs, la planification et programmation de l’entrainement pour les jeunes, la préparation physique, la prise de décision éthique et éthique sportive, et la notion sur la médecine sportive. Outre ces modules, l’instructeur a évoqué quelques points importants sur la nutrition avant, pendant et après l’entraînement et la compétition sportive, les accidents musculaires, la conduite à tenir et les soins d’urgence.La cérémonie de fin de stage et remise de certificat ont eu lieu ce week-end à l’Art Gout à Antanetibe Ivato. Ces stagiaires pourront accéder désormais au niveau 1. Après ce stage de coach de la section d’Ambohidratrimo, celle de Tanà ville aura sa part prochainement.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – La 12e édition du THB Tour s’affiche festive et familiale

Un rendez-vous populaire et d’exception qui fédère continuellement les fêtards de tous âges, la THB Tour rempile à Antsirabe pour les fêtes Pascales.

Toute une ribambelle de festivités enivrera de nouveau la ville d’Eaux tout au long du week-end de Pâques. Entre joie, allégresse et amusements divers, Antsirabe et le public féru de bonne ambiance accueillent son traditionnel THB Tour, les 15, 16 et 17 avril. Le coup d’envoi de la grande tournée de cet évènement divertissant, initié par le groupe Star depuis douze éditions se fera dans cette ville. Ces retrouvailles avec le THB Tour apportent son lot de nouveautés cette année en accordant plus ample considération à la famille.Des concerts bouillonnant d’émerveillements verront la participation des artistes à l’affiche sur sa scène où se relayeront le couple Arnaah et Big Mj, mais aussi les fameux Pit Leo etMr Sayda, ainsi que Nina’s et Lôla. Le tout sera accompagné, comme à l’accoutumée, par les animations taquines et tonitruantes des duos Fou Hehy, ainsi que les DJ Sniper et Nicky. Outre l’habituelle aire THB, un espace famille sera exclusivement aménagé, à l’occasion, sur l’Avenue de l’Indépendance.

Sensibilisation« Avec une affluence de plus de 100 000 personnes à chaque édition, on ne cesse de redoubler d’effort chaque année, pour satisfaire le public. Pâques étant un moment privilégié en famille, cette année, on sera aux petits soins aussi bien pour les grands que les petits », souligne Setra Ramankoraisina, responsable événementiel du groupe Star. De ce fait, les organisateurs laisseront la part belle à la sécurité et également au bien-être du public, durant ces trois jours de fête.Autant les forces de l’ordre que les membres du personnel de la Croix Rouge seront au taquet pour veiller à la moindre incartade, le tout orné d’une sensibilisation continue autour d’une consommation modérée des produits alcoolisés.Partant des usines de la brasserie Star dont Antsirabe en est le fief, une grande caravane ouvrira le bal dans la matinée du 15 avril, et longera toute la ville. Arnaah et Big Mj enchanteront ensuite le public l’après-midi. S’ensuivront les jeunes Pit Leo et Mr Sayda le lendemain en y apportant une bonne ambiance urbaine où rap et reggae se conjugueront.Dans la soirée de ce 16 avril, Nina’s prendra le relai pour une soirée au rythme tropical. Le lundi de Pâques, Les DJs Sniper et Nicky chaufferont la scène dès le matin et Lôla continuera, par la suite, à faire danser le public de la THB Tour, pour clôturer en beauté cette douzième édition.Ces retrouvailles à Antsirabe ne sont que les prémices d’autres festivités à venir dans les autres grandes villes de la Grande île. Désormais accompagné de ses nouveaux partenaires à savoir Orange et Canal+, le groupe Star promet des rendez-vous festifs toujours plus hauts en couleurs.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis -Afrique – Tsantaniony rate le bronze 

xAucune médaille au championnat d’Afrique juniors en Afrique du Sud. Après sa défaite en demi-finale face à la Burundaise championne d’Afrique en titre, Sada Nahimana, en deux sets (2/6, 3/6), Tsanta­niony Iariniaina a perdu hier contre la Kenyane, Sneha Kotecha par deux sets 3/6, 2/6.Elle termine donc quatrième et perd également la médaille de bronze, chez les U16 filles. Chez les U14 garçons, Toky Ranaivo finit septième en battant l’ivoirien, Souleiman Ouatara (6/3, 7/5). Sa sœur Narindra Ranaivo se trouve, elle aussi, à la septième position. Cette dernière a battu la Camerounaise Lorie Lemongo par W.O en match de classement.Pour Mialy Ranaivo, elle s’est inclinée face à la Kenyane Hoziane Kitambala (3/6, 4/6) et termine quatorzième. Quant à la deuxième représentante malgache chez les U16 filles, Fitia Ravoniandro bat la Béninoise Carmine Becoude (6/3 6/3) et se trouve à la quinzième place.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq soldats interceptés

Cinq soldats ont été arrêtés suite à une attaque à main armée survenue dimanche dernier à Port Bergé. Ils sont soupçonnés d’avoir dérobé vingt millions d’ariary et d’autres bijoux en or. Un fusil kalachnikov et un pistolet automatique ont été également saisis, selon la gendarmerie locale. L’enquête a été ouverte.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Les enfants ont décrit leurs espoirs

La plupart des dessins des enfants ayant participé au concours « Je dessine mon espoir », organisé par l’Unicef, reflètent la vie quotidienne qu’ils souhaitent avoir. Il s’agit de verdure, de groupes de maisons indiquant les différents établissements tels l’école, la maison, le village, les établissements sanitaires.Le vernissage de l’exposition des 44 meilleurs dessins, s’est déroulé au siège du ministère de l’Éducation nationale (MEN) à Anosy, hier. L’exposition de ces photos se poursuivra jusqu’au 19 avril, dans le hall du MEN du 4 au 9 avril, et au Tahala Rarihasina à Analakely du 10 au 19 avril.Les dessins expriment le sentiment d’insécurité, les métiers jugés d’avenir, les infrastructures dans les normes dans un village…« Le concours a voulu offrir aux enfants la possibilité de donner libre cours à leur créativité et d’exprimer leur personnalité et de contribuer à leur éveil. Ce sont là certains objectifs du concours Je dessine mon espoir », affirme Elke Wisch, représentant résident de l’Unicef à Madagascar, dans son discours.Ce concours entre dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’Unicef. 30 005 élèves issus des 22 régions de Madagascar y ont participé activement. Suite à la décision du jury, deux élèves de chaque région ont été choisis dans les deux catégories, un pour celle des enfants de 6 à 8 ans et  un autre pour celle de 9 à 12 ans. La prochaine étape consiste en la sélection des six meilleures photos parmi ces 44 photos sur les deux catégories. 80 % du vote reviennent au jury et les 20 % du vote se feront sur le compte facebook du ministère de l’Éducation nationale.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Des transporteurs en grogne

Les chauffeurs de taxi et l’union des coopératives de transport urbain s’unissent pour contester la hausse des droits de stationnement et de la Dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT) mais aussi, la création d’un nouveau droit pour les transporteurs travaillant dans la commune urbaine d’Antananarivo. Ils réclament la suspension de cette décision et donnent trois jours au conseil municipal pour les accueillir autour d’une table ronde.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sans vie retrouvé

Le corps d’un homme d’une trentaine d’années a été retrouvé dans l’eau, hier matin dans le quartier de Laniera Soavimasoandro. Un médecin s’est rendu sur les lieux et a procédé au constat. Le défunt a été transféré à la morgue de l’hôpital Joseph Raha­voahangy Andrianavalona (hjra).

L'express de Madagascar0 partages

Réactualisation de la politique nationale de la santé

La réactualisation de la politique nationale de la santé pour la période 2016-2030, a été communiquée verbalement, durant le conseil du gouvernement. C’était, hier, au palais d’État de Mahazoarivo.

L'express de Madagascar0 partages

ensibilisation sur l’incendie

Les sapeurs pompiers de Tsaralalàna sont descendus à Ampefiloha-Ambodirano, hier, pour un acte de sensibilisation, après l’incendie survenu dans ce quartier le 28 mars. Ils ont informé la population sur les mesures à prendre, au cas où un incendie se produirait. Ils ont rappelé que le numéro vert 118 est joignable, pour informer sur de telles catastrophes.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Tera-tany sinoa novoina sy norobain’ny mpiambina azy

Mirongatra tanteraka ny tsy fandriampahalemana eto Antsirabe sy ny manodidina, saika ho isan’andro no andrenesana asan-jiolahy etsy sy eroa, mandry tsy lavoloha ny vahoaka na eto an-tanan-dehibe na any amin’ny fokontany manodidina. Tera- tany Sinoa lehilahy, monina sy mivelona eto Antsirabe tokony ho 46 taona  indray mantsy no nisy nandroba, ny alin’ny Sabotsy teo, tsy iza ireo nahavanon-doza fa ny mpiambina azy ihany. Tetika efa maty paika ny an’ireto mpiambina azy satria efa nomanina mihitsy ny hamelezana ity tera-tany Sinoa ity. Mipetra-drery moa ity lehilahy Sinoa ity eny amin’ny fokontany Mahafaly Vatofotsy iny . Io Sabotsy io tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva, nitondra namana  hafa roa lahy sy vehivavy iray vadin’ny iray tamin’ireo mpiambina  hanampy handroba ilay teratany  Sinoa ireo mpiambina. Ny iray niandry teo amin’ny vavahady nitazana olona, ny telo mianadahy niandry tao ambaravaran’ny trano , ny iray kosa niakatra tany amin’ny tranon’ilay  sinoa nilaza fa misy simba ny fiara ka mila jerena haingana. Vantany vao nivoaka ny varavarana anefa ilay Sinoa dia ireo roa lahy efa niandry tao no  nidaroka  azy, novelesina tamina marito ny lohany sy ny tenany, rehefa izany dia nafatotra ny tongony aman-tanany ary notapenana ny vavany, ary tao amin’ny trano fidiovana no nametrahana azy. Nanara-po ireo jiolahy nony avy teo  nisava ny trano rehetra saingy tsy nahita izay tena nilainy. Henon’ilay Sinoa ny resaka nataon’ireo jiolahy araky ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminna  fa hovonoiny ity farany. Efa ora roa no lasa, niezaka namaha ny fatotra teny aminy ilay Sinoa ary nony farany afany ihany, ny roa tamin’ireo  jiolahy kosa variana mitety ny efitrano, ny ambiny nivoaka nividy sigara. Ilay teratany Sinoa kosa nitsambikina teo andavarangana, nihazo ny garazy, niakatra tamin’ny tomboho ary tafavoaka tany ivelany ihany. Sanganehana ireo nivoaka nividy sigara raha iny niditra ny trano iny fa tsy tao intsony ilay Sinoa,ny fatorana sisa tazana. Nandritra izany, niantso vonjy tamin’ny manodidina ilay Sinoa , fa tsy nisy namonjy, fihetsika izay hita fa tena mampalahelo tokoa . Hany heriny namonjy ny arabe manakaiky ny fiangonana kamafa izy, tsy tapaka polisy mantsy eo amin’io toerana io. Niara niverina tany amin’ny trano fonenany ireto farany , vao teny an-dalana dia noraisim-potsiny ny vadin’ilay mpiambina tratra am-bodiomby mibata ny fahitalavitra iray lehibe. Ny roa lahy kosa, vantany vao nahatazana ny  polisy dia vaky nandositra. Raha mbola nanenjika ireto farany ny polisy ireo mpiambina roa lahy kosa nanidy ny trano avy any anatiny ary tafaporitsaka  nandositra koa nony avy teo. Taorian’ny fanadihadiana lalina nataoin’ny mpitandro filaminana, iray tamin’ireo jiolahy no efa voasambotra ankehitriny, fantatra fa mbola mpianatra amina ambaratonga ambony iray eto Antsirabe izy io ary efa kilasy fahatelo. Mitohy kosa ny fanadiadiana.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Soavimasoandro : Fatin-dehilahy hita tao anaty rano

Taitra ny mpandeha vao maraina tetsy Laniera-Soavimasoandro omaly raha nahita razana tao anaty rano. Lehilahy manodidina ny 35 taona eo ilay hita faty raha araka ny tomban’izay nahita. Tsy fantatra anarana ary tsy nisy nahafantatra endrika ihany koa ny mponina teo an-toerana. Nandeha ny feo teo an-toerana fa efa ny alina no nisy nahita io razana io saingy tsy nisy sahy nikitika ny olona. Ny maraina vao nampandrenesina ny zandary sy ny BMH izay samy nanao ny asany. Ahiana ho nitondra moto ilay lehilahy ary mba hahafahana mangalatra an’izany dia novonoina aloha izy ary natsipy tao anaty rano. Tombana avokoa anefa izany satria vao nosokafana omaly ny fanadihadiana izay mety hamariparitra ny valin’izany. Tsy milamina ny fandriampahelamana, indrindra raha vao maizina ny andro. Nitranga tato ho ato ny vono olona ary isan’ny nampihorohoro ny olon-tsotra dia ny fisian’ilay tovovavy maty novonoina tamin’ny fomba feno habibiana teo akaikin’ny tranony. Eo anivon’ny sekoly nianarany dia mivarahontsana tanteraka ny mpiara-mianatra aminy noho ny zava-niseho. Vokatry ny tsy fandriampahalemana dia maty tanteraka ny fiainana amin’ny alina ary tsy misy afa-tsy ny mpanao ratsy sisa no miriaria eny amin’ny arabe. Maty manarak’izany ihany koa ny asa amin’ny alina ankoatry ny fivarotan-tena sy ny filokana. Nefa dia mba mety hampihena ny fitohanan’ny fifamoivoizana amin’ny antoandro, ny fivezivezen’ny olona be loatra eto Andrenivohitra amin’ny antoandro hatrany, ny fisian’ny asa amin’ny alina. Ary voaporofo izany any amin’ny tany mandroso.  

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha Befelatanana : Manome 48 ora ny Fitondram-panjakana ny mpianatra ho dokotera

Ho fanoherana ny fanenjehana ireo mpianatra ho mpitsabo  voarohirohy amin’ilay raharaha nahafatesana mpiteraka tao amin’ny  hôpitaly Befelatanana , ny volana lasa teo dia nanatanteraka fitokonam-be na « sit-in »  teny amin’ny Esplade Ankatso ny fikananan’ny mpianatra ao amin’ny toeram-pampianarana ho mpitsabo na faculté de Médecine ao amin’ny  Oniversiten’Anananarivo, omaly maraina. Tonga maro be tokoa ireo mpianatra. Saika niato avokoa, araka izany, ny fampianarana tao amin’ity toeram-pampianarana ity mba ho fanehoana firaisankina amin’ireo namany voakasik’izao raharaha izao. Nandritra izany no nanomezan’izy ireo 48 ora ny Fitondram-panjakana foibe, indrindra ireo minisitera rehetra voakasika ny hanesorana ny mpianatra ho mpitsabo ao anatin’izao raharaha izao. Raha tapitra izay fe-potoana izay ka tsy misy valiny mahafa-po dia nilaza ny handray fepetra henjana ny fikambanana  mba hanamafisana ny fitakiana. Fepetra izay  hotapahana mandritra ny fivoriambe  izay hatao ny Alakamisy izao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha fanafihana masera : Tafakatra 25 ireo olona nosamborina

Miroso hatrany ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana tamin’ilay trangam-panafihana niseho tao Antsahatanteraka Andranomanelatra, Antsirabe, ny herinandro lasa teo. Fantatra ary fa tafakatra 25 eo no isan’ireo olona nosamborina tamin’ity raharaha ity. Misy amin’ireto olona ireto no isan’ireo nandray anjara nivantana tamin’ilay fanafihana, misy kosa ireo mpiray tsikombakomba nampiantrano ireo olon-dratsy. Mbola mitohy hatrany anefa ny fikaroham-baovao mahakasika ireo nahavanon-doza. Hatreto kosa dia mbola tsy hita izay nasian’izy ireo, ireo entana marobe norobainy sy ny vola. Tsiahivina fa tsy vitan’ny efa norobaina ireto relijiozy ireto fa mbola nampiharan’ireo andian-jiolahy ny filan-dratsiny. Anisan’izany lasibatra tamin’izany ihany koa ny tovovavy tera-tany vahiny iray, izay efa nandeha nody tany aminy moa, araka ny fampitam-baovao azo.

m.L / Andry N.

Madagate0 partages

Madagascar arbitrage CAREA: trois nouveaux experts judiciaires dont un journaliste

Razaka Oliva (ci-dessus), journaliste ami de longue date, est devenu expert judiciaire dans le volet Communication et Journalisme. La Cour d’appel, réunie en Assemblée générale le 09 décembre 2016, a en même temps agréé deux autres spécialistes après délibération. Voici le nom de ces trois nouveaux experts judiciaires :

-Rajoelisolo Andrianorosoa, Ingénieur en Bâtiment et Travaux Publics,

-Razaka Oliva, Journaliste,

-Raoiliniaina William, Ingénieur en Informatique Industriel.

Le vendredi 31 mars 2017, ces trois personnes ont effectué leur prestation de serment devant la Cour d’appel d’Antananarivo, lors d’une audience spéciale tenue en la salle 4. Conformément à la loi, l’Avocat général est passé à la lecture respective de leurs CV détaillés, à la demande de la Présidente de chambre, avant de les convier à prononcer à tour de rôle le serment y relatif et y afférent :

Mianiana aho fa hanatanteraka am-pahamendrehana sy am-pahamarinana ny asa maha-Expert ahy. Hanaja sy hampanaja ny Lalàna ao amin’ny fanatanterahana izany asa izany”.

 

L’audience spéciale, ou «Fotoam-pitsarana manetriketrika» selon le jargon judiciaire, a pris fin après que la Présidente de chambre a adressé ses félicitations aux nouveaux promus et expliqué publiquement l’importance de leur rôle et attribution dans le cadre de la recherche de la vérité avec les juges.

A noter que la CAREA (Compagnie des Arbitres Rapporteurs et Experts Agréés près les cours et tribunaux de Madagascar) a vu le jour peu de temps après l’indépendance et célébrera, dans quelques années, ses 60 ans.

En dehors de quelques membres du Club des Journalistes Doyens (CJD), d’anciens marins ainsi que des Apôtres du Centre de Réveil spirituel (Fifohazàna) de Soatanàna auquel notre ami Razaka Oliva appartient, des grandes figures de la société civile invitées par les trois nouveaux experts ont assisté à la cérémonie. Félicitations à tous les trois et à mon ami Razaka Olive en particulier.

Jeannot Ramambazafy