Les actualités Malgaches du Lundi 05 Mars 2018

Modifier la date
Agence de Presse de l'Ocean Indien2832 partages

Chef Johary entre au musée

Dans la Haute-Ville (Andohalo – Antananarivo), le Musée de la Photo vient de se doter d’un restaurant « Le Café du Musée » dirigé par le chef Johary Mahaleo dont les lettres de noblesse ne se comptent plus : « Bœuf sur le toit » du groupe Flo – Paris VIIIème, Kudeta dans la capitale malgache, groupe «Café de la Gare – Princesse Bora»…Dans un décor clair et sobre, le chef offre la possibilité de déguster, le midi seulement, une carte snack classique mais entièrement revisitée : salades, tartines et toasts, club sandwich/burger, originaux desserts en bocaux (tiramisu, panacotta, crême brulée…) à savourer en salle ou en terrasse avec vue sur de superbes jardins.Occasion de passer commande de quelques friandises auprès de « Petit Bouschet traiteur » (menus complets, plateaux canapés, verrines, mini-burgers, mignardises et macarons… ) et… de visiter le Musée de la Photo. Installé dans une belle bâtisse traditionnelle, il comporte quatre salles de courtes projections (multilingues) retraçant, à travers des photos d’époque, l’histoire de Madagascar.Des lieux « hors du temps » avec vue panoramique sur la ville et ses alentours pour un moment alliant culture et plaisirs du palais.Une importante extension du «Café du Musée» est prévue dans le courant de l’année afin d’abriter un restaurant gastronomique.
News Mada345 partages

CCESCA : la chorale FMC s’éveille au gospel

C’est dans une atmosphère de louange que le public du CCESCA Antanimena s’est baigné, samedi dernier, à l’occasion de la célébration des 10 ans de la chorale FMC.

Chant gospel et louange vont toujours de pair. Et ce n’est pas Faith messenger choir  (FMC) qui dirait le contraire. Ayant vu le jour à l’orée de 2008, la chorale FMC excelle dans ce genre afro-américain à travers les compositions à la fois traditionnelle urbaine et contemporaine. Elle s’est retrouvée avec ses fidèles à Antanimena pour souffler ensemble ses 10 bougies.

«Nous allons célébrer un anniversaire mais également et surtout, l’Eternel qui nous a donné ce jour important dans l’histoire de la Chorale», lance en prélude le chef de chœur, avant de proposer un répertoire empreint de son nouvel album qui a été présenté à cette occasion.

Tour à tour, solistes et choristes ont exprimé avec intensité les émotions suscitées par les paroles souvent porteuses d’espoir, de foi, d’exaltation. Et puisqu’un anniversaire ne se fête jamais seul, la chorale a invité ses compagnons de route sur scène. YCC, The Called et STK orima ont bercé le public d’Antanimena avec passion dans l’univers chaleureux et profondément authentique de la musique et des chants gospel, le temps d’un après-midi.

On citera également l’excellente prestation de Pepe Shine et Jim Praise  qui ont mis en avant le bagasy, sans oublier le très attendu Joseph d’AF.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara330 partages

Calendrier électoral : Le PM désavoue Henry Rabary-Njaka

Le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier a mis les points sur les « i » après l’intervention intempestive et scandaleuse de Henry Rabary-Njaka sur TV5 Monde.

Le Premier ministre a vite rattrapé la bourde commise par un des membres de  son gouvernement qui a annoncé à l’étranger, un  calendrier électoral qui n’a pas été encore entériné en Conseil des ministres.

Bourde monumentale. C’est ainsi que bon nombre d’observateurs avertis qualifient de l’intervention en direct sur le plateau de la TV5 Monde du ministre des Affaires Etrangères Henry Rabary-Njaka. Intervention au cours de laquelle, le chef de la diplomatie malgache a affirmé que le 1er tour de la prochaine élection présidentielle malgache aura lieu le 24 novembre 2018, et le second tour le 24 décembre 2018. Cette déclaration du ministre des Affaires Etrangères qui n’est ni porte-parole du gouvernement, ni président de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), suscitait des polémiques, et provoquait un véritable tollé dans les réseaux sociaux dans la mesure où jusqu’ici, aucun Conseil des Ministres n’a entériné aucun quelconque calendrier électoral. Ce qui est en cours, c’est le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) qui examine en session extraordinaire les trois projets de loi organique sur les élections. Avant-hier, alors qu’il effectuait avec le ministre de la Défense nationale Béni Xavier Rasolofonirina une descente au ministère des Affaires Etrangères pour constater de visu l’avancement des travaux de préparation des Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Malagasy et Françaises, le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a trouvé une occasion pour redresser la bourde de l’un des membres de son gouvernement.

Au plus tard le 24 septembre. « C’est une analyse d’un citoyen comme les autres. Quoi qu’il en soit, le gouvernement ne peut pas décider du calendrier de la prochaine élection présidentielle sans la proposition de la CENI qui est en charge des préparatifs et de l’organisation de cette élection. Puisqu’il n’y a pas jusqu’à présent cette proposition, le gouvernement ne peut rien faire. D’ailleurs, rien ne nous presse car le délai prescrit par la Constitution (au moins 90 jours avant la date du scrutin) pour la publication de ce calendrier n’est pas encore dépassé. Ce qui nous préoccupe actuellement, c’est l’adoption des lois qui vont régir les prochaines consultations populaires. C’est d’ailleurs l’objet de la session extraordinaire du Parlement qui est en cours à Tsimbazaza et à Anosikely. » Si l’on s’en tient à l’affirmation du chef de la diplomatie malgache sur le plateau de la TV5 Monde, l’actuel président de la République Hery Rajaonarimampianina, s’il sera le candidat du HVM à sa propre succession, devra démissionner de ses fonctions au plus tard le 24 septembre de cette année. L’actuel locataire d’Iavoloha n’aura donc que sept mois à passer à la tête du pays avant cette démission imposée par la Constitution. En tout cas, le mandat du président de la République en exercice expirera le 25 janvier 2019. Celui ou celle qui sera élu (e) à l’issue du scrutin du second tour entrera donc en fonction ce 25 janvier 2019.

R. Eugène

Midi Madagasikara327 partages

Petite Vitesse : Un marché moderne à construire

La maquette du nouveau marché de la petite Vitesse.

Sur le point de non retour. La commune urbaine d’Antananarivo a lancé l’appel d’offre pour la recherche de partenaires en vue de la construction d’un marché moderne à la petite Vitesse. L’équipe du maire Lalao Ravalomanana a déjà engagé des pourparlers avec les marchands locaux et le pouvoir central pour la réalisation de ce grand projet d’infrastructure qui va embellir la Capitale de Madagascar. « Aucun marchand qui avait déjà sa place à la Petite Vitesse ne sera lésé après la construction de ce marché. C’est d’ailleurs dans ce cadre que tous les délégués du marché ont signé un contrat avec la commune urbaine d’Antananarivo. Pendant les travaux de construction, les marchands seront transférés dans un endroit qui n’est pas loin du site. », a expliqué un responsable au sein de la CUA. Avant de préciser : « Les marchands ne paient aucun ariary pour la réalisation des travaux de construction, mais ils en seront les premiers bénéficiaires une fois l’infrastructure bâtie. » d’après un communiqué de la CUA, les portes de l’Hôtel de Ville restent ouvertes à tous ceux qui veulent apporter de nouvelles idées pour le développement de la Capitale.

R. Eugène

Midi Madagasikara210 partages

Raboana Holijaona : Père du concept de l’Emergence de Madagascar

Né le 15 août 1961 à Antananarivo, Raboana Holijaona est une figure bien connue du monde politique et économique. Ce père de famille (deux enfants), est aussi le père d’un autre concept qui fait la une des médias depuis le début de cette année électorale 2018 : celui de l’Emergence de Madagascar. Raboana Holijaona est issu d’une longue lignée de négociants internationaux. De Vienne à Tokyo, en passant par Marseille, la famille Raboanarijaona arpente le monde de plusieurs générations et parvient à tenir tête aux puissants Comptoirs Lyonnais et Marseillais de l’époque coloniale (1896-1960). De contrats en partenariats, pionniers des relations économiques et commerciales avec les pays autres que la France dans les années 50 et 70, ils exportent principalement des produits issus de la culture de rente, avant d’introduire sur le sol Malagasy des produits innovants et de futures grandes marques, pour ne citer que Yamaha et Toyota, aujourd’hui mondialement célèbres.

ESACI Paris. Raboana Holijaona parcourt lui aussi le monde après des études secondaires au Lycée JeanJoseph Rabearivelo. Ses diplômes de Spécialisation en Négociation Internationale et de 3e Cycle d’Ingénieur en Organisation et Management de l’Ecole Supérieure d’Administration et de Commerce de l’Industrie (ESACI Paris) en poche, auquel il ajoute un certificat de Marketing International au Japon, il revient à Madagascar vers la fin des années 80 pour fonder la première École de Commerce de Madagascar, l’ISCAM, et intégrer la Direction de l’entreprise familiale. Cette carrière toute tracée va brusquement prendre un tournant définitif en 1989. Le Premier Ministre de l’époque, Victor Ramahatra, reçoit l’instruction du Président Didier Ratsiraka de solliciter la famille Raboanarijaona pour un contact avec les autorités chinoises et les hommes d’affaires de Hong-Kong, encore sous pavillon anglais. Le projet est ambitieux : réaliser à Toamasina une Zone Economique Spéciale, concept encore méconnu dans le monde, en particulier occidental.

Conseiller spécial. Si les événements de 1990 et 1991 ont mis en stand-by le projet de ZES Toamasina, ils marquent aussi le début de l’entrée en politique de Raboana Holijaona. « Pour la sauvegarde du projet et après concertation avec l’équipe du PM Ramahatra, j’ai demandé à rencontrer le Professeur Zafy Albert », explique-t-il. Il intègre l’entourage du futur premier Président de la IIIe République en tant que Conseiller chargé la Communication du Président de la HAT, puis Conseiller Spécial en charge des Relations avec l’Asie, et enfin Conseiller Spécial chargé des Relations avec les Bailleurs de fonds. Un itinéraire qui semble tout indiquer pour préparer l’amorce de l’émergence de Madagascar à travers les ZES puisque durant le mandat du Président Zafy et plusieurs fois par la suite, Holijaona Raboana parcourt encore d’autres pays d’Asie du Sud-Est tels que la Malaisie, Singapour, le Vietnam, la Thaïlande ou l’Indonésie pour mieux comprendre et s’initier à tout ce qui fait le succès des pays émergents.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara120 partages

Dumazile : Devenu cyclone tropical avec des rafales de vents de 170km/h

Prévision de la trajectoire de Dumazile.

L’avis d’alerte jaune est lancé pour les régions de Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo et Atsinanana.

Le service de la météorologie de Madagascar annonce une nouvelle à prendre au sérieux. En effet, depuis la formation de la tempête tropicale modérée Dumazile jusqu’au vendredi 2 mars 2018, les prévisions météorologiques ont annoncé que «la Grande-Île est à l’abri des vents violents qui s’accompagnent du phénomène naturel». Une annonce que beaucoup de personnes – surtout celles des régions de la côte-Est – ont pris en considération et ont bien enregistré. Les prévisions d’hier à 15h annoncent toutefois que les régions Diana, Sofia, Analanjirofo, Atsinanana ainsi que les districts de Nosy Varika, Mananjary, Vohipeno, Farafangana et Mahajanga devraient appliquer les prescriptions d’alerte jaune. Ce qui signifie que Dumazile menace les localités et que le danger n’est pas immédiat (24h à 48h avant impact). Par ailleurs, les mêmes prévisions météorologiques – à 15h locale – avancent que «le centre de Dumazile est localisé à 150 km au Sud-Est de Toamasina. Et que des vents de 120 km/h ainsi que des rafales de 170 km/h se manifestent autour de son centre». Côté trajectoire, Dumazile se déplace vers le Sud-Sud-Ouest à un rythme moyen de 15km/h.

Hydrologie. Les prévisions météorologiques du 4 mars 2018 de faire savoir que «les bandes nuageuses associées au système, affectent les parties Nord et le littoral Est du pays y apportant des fortes pluies accompagnées des rafales temporaires de 50/70 km/h». Raisons pour lesquelles les régions et les districts sus-cités ont été placés en alerte jaune. Les fortes pluies qui accompagnent Dumazile devraient également avoir des conséquences sur la montée des eaux dans différentes régions de l’île. Entre autre dans l’Atsimo-Atsinanana où le fleuve Manapatrana a été également classé «en alerte jaune» selon un bulletin hydrologique émanant du service de la météorologie de Madagascar hier.

José Belalahy

Midi Madagasikara109 partages

Un ministre remis à sa place par son chef

Cela aurait pu être une interview tout à fait banale, mais cette participation du ministre des Affaires étrangères à l’émission d’information « 64’ » de TV5 monde a provoqué un véritable tollé sur les réseaux sociaux. En fait, au-delà de cette annonce du calendrier électoral faite de manière péremptoire, c’est le peu de considération manifesté par ce dernier  au CENI  et au gouvernement qui a choqué les citoyens. Cela  est révélateur de l’état d’esprit qui  règne dans les cercles du pouvoir.

Un ministre remis à sa place par son chef

Le Premier ministre  présent au ministère des Affaires étrangères avant-hier pour voir l’avancement des travaux de préparation des assises de la coopération internationale des collectivités malgaches et françaises, s’attendait à être questionné par les journalistes sur cet impair commis par son ministre. Il a donc remis à sa place ce dernier en disant qu’il ne s’agit que de l’opinion d’un simple citoyen, et que  le gouvernement dont il est membre, ne peut pas décider du calendrier électoral sans la proposition du CENI. Pour clore la  polémique, il a demandé à ses interlocuteurs de s’adresser directement au directeur de cabinet du ministre. Cette affirmation d’Henry Rabary-Njaka, même s’il se réfère à la constitution, a choqué de nombreux citoyens qui ne comprennent pas son attitude. Interrogé par le journaliste de TV5 Monde, il a parlé de manière péremptoire, sans mettre les formes. Pour lui, la question était entendue et ce qu’il disait était officiel. Le fait qu’il l’affirme sur  une télévision étrangère a provoqué un sentiment d’indignation chez ses concitoyens qui se sont sentis rabaissés. Certains se sont même demandés s’il n’avait pas eu l’aval du chef de l’Etat pour parler comme il l’a fait. Le Premier ministre s’est donc senti obligé de rectifier le tir. La manière dont il l’a fait n’a pas été plus claire mais on ne sait pas si cela aurait dissipé le malaise survenu.

Patrice RABE

Midi Madagasikara96 partages

Befotaka-Atsimo : Telo lahy nofiraina sy notifirina ankalamanjana

Fitsaram-bahoaka indray ve ? Toa izao ny zava-nitranga : nisy lehilahy iray izay niady tamin’ny hafa izay mpikamban’ny kalony. Tao anaty fisotroana izy no nahafaty ilay olona izay nifanditra taminy. Rehefa izany dia nisy ny hatezerana sy ny fikasàna hanao valifaty avy amin’ny havany maty. Ny 25 febroary teo no nitranga ity heloka bevava ity ary nanomboka teo dia tsy hita ilay nahavanon-doza. Vokatr’izany ary dia tany amin’ny mpirahalahy iray tampo taminy no nihatra ny valifaty. Nosamborin’ireo olona izy telo lahy ary noentina nivoaka kely ny tanàna. Teo ary dia nanomboka amin’izay ny valifaty, nodarohina aloha ary nofirina amin’izay nony avy eo. Tsy nijanona teo fa mbola notifirina basy. Tsy namelàna arak’izany raha tsy maty. Raha ny fijoroana vavolombelon’ny olona tao an-toerana, satria nahoraka be ny zava-nitranga, dia tsy afa-nanoatra ny mpitandro ny filaminana noho izy ireo be noho ny vitsy. Ny hany azo natao dia ny nanafatra « renfort » faran’izay haingana satria ahiana mbola hiitatra ny raharaha. Ny havan’ireo telo mirahalahy izay namoy aina mantsy dia ahiana koa ny mbola hanao valifaty. Dia ho lasa boribory vetaveta (cercle vicieux) izany ny zava-misy raha izay tokoa no ho tontosa. Miverin-dàlana tanteraka ny any amin’ny tontolo ambanivolo noho ity fanao izay efa tamin’ny fahagolan-tany ity. Fahagola tokoa satria na tamin’ny andron’ny mpanjaka aza dia tsy nisy loatra izany fitsaram-bahoaka izany, indrindra raha vao nanomboka nisy ny lalàna izay nifehy ny tany sy ny firenena. Ankehitriny, aty antenantenan’ny taon-jato faha-21 no mipoitra ary mirongatra tampoka izany fanao ratsy izany. Mihemotra tanteraka…

D.R

Midi Madagasikara92 partages

Général Camille Vital : « Pas de développement sans sécurité »

L’Assemblée Générale des membres du « Hiaraka Isika » qui s’est tenue au Fofikri a pris fin avant-hier, et ce durant deux jours. Ce fut une occasion pour Camille Vital d’annoncer que l’association « Hiaraka Isika » va se transformer en parti. Par ailleurs, il a déclaré que l’Armada, dont Hiaraka Isika » fait partie, présentera un candidat unique à la prochaine élection présidentielle. En marge de cette rencontre entre les représentants des bureaux régionaux de ce parti, l’ancien Premier ministre a souligné qu’il n’y aurait « pas de  développement sans sécurité ». Pour en revenir à cette Assemblée Générale, le projet de société a été présenté à l’assistance. Le règlement intérieur ainsi que le statut du parti ont été aussi abordés. Il s’agit, entre autres, des instances de contrôle et de règlement de différends. « Il est institué dans le parti, diverses instances en charge de statuer sur les délits et conflits relevant de ses affaires internes, les commissions de contrôle financier, les bureaux des adhésions et les commissions chargées du règlement des différends…Les membres de ces instances sont désignées par le bureau national ».

Dominique R.

News Mada65 partages

Théâtre : « Prométhée enchaîné, les Suppliantes » fascine

La «Prométhée enchaîné, Les Suppliantes» a transporté le public de l’IFM Analakely dans un voyage onirique au cœur de la Grèce antique, à travers deux représentations, le week-end dernier.

Avec le texte et la mise en scène d’Olivier Py, «Prométhée enchaîné, Les Suppliantes» a été interprété par un trio débordant de talent. Cette pièce fragmentaire a décortiqué l’histoire de Prométhée, en première partie. C’est un dieu supplicié par les dieux pour avoir aimé les hommes et condamné par Zeus pour leur avoir offert les arts et le feu.

Ici, Mireille Herbstmeyer se met dans la peau du chœur des nymphes océanides tandis que Philippe Girard interprète tous les autres personnages qui se succèdent devant le supplice de Prométhée, à l’instar d’Io et Hermès. «Ciel divin, vents rapides, source des fleuves. Sourire des vagues sans fin sur la mer. Terre mère immense et toi soleil, oeil qui voit tout ! Voyez un dieu supplicié par les dieux !», s’écrie sur scène Frédéric Le Sacripan, qui incarne le rôle de Prométhée.

Épurée

La tragédie casse les codes, au-delà des costumes tout fait, des décors scintillants. Pour l’occasion, la scène a été prolongée avec une décoration très épurée. Une longue estrade noire  a été juste posée au milieu de deux rangées de spectateurs qui se font face. Les comédiens se sont rapprochés davantage de l’assistance, contrairement à l’ancien théâtre d’Athènes où le public est placé à une vingtaine de mètres de la scène.

La représentation a été étoffée en seconde partie par «Les Suppliantes» qui rend un vibrant hommage à Eschyle, le plus ancien des trois grands tragiques grecs.  Une pièce qui retrace les périples d’un chœur de femmes, fuyant des noces auxquelles on veut les contraindre.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara57 partages

EPP Ambohimanambola : 600 pieds plantés par les employés de Jovena

Les employés de Jovena ont effectué leur devoir citoyen par des actions de reboisement samedi 3 mars 2018 à Ambohimanambola.

Investir dans la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE). C’est ce qui résume les actions menées par les employés de la société Jovena samedi dernier à Ambohimanambola. Actions qui ont consisté à planter 600 pieds composés de 385 pieds d’Acacias, 250 plants d’Erables, 15 plants de palmiers, 15 autres plants de Khaya, 10 Eugenia Jambolona et 10 plants de Kaki sur les terrains de l’EPP d’Ambohimanambola. Outre le souci lié au devoir citoyen qu’est le reboisement, les actions menées par les employés de Jovena ont également visé à bénéficier ladite EPP – surtout les élèves – des plantes pouvant servir d’abris contre les fortes chaleurs. L’initiative entend également responsabiliser les élèves de l’EPP, les responsables des communes et des Fokontany. Notamment, par l’entretien et le suivi des surfaces reboisées. Il convient toutefois de noter qu’une telle initiative a vu la présence d’une centaine de collaborateurs et de membres de la direction de Jovena, du maire d’Ambohimanambola ainsi que du président du Fokontany et du directeur de l’EPP.

José Belalahy

Midi Madagasikara43 partages

Erick Rajaonary : « Le développement du partenariat, la clé de réussite de l’entrepreneuriat »,

Erick Rajaonary a partagé sa réussite dans le domaine de l’entrepreneuriat.

Comment procéder pour réussir dans le monde de l’entrepreneuriat ou comment développer son entreprise avec succès ? Telle est la question qui tourmente les jeunes en général afin de se lancer dans ce domaine.

Face à cette situation, Erick Rajaonary, le PDG de Guanomad, veut partager sa vision et ses expériences à travers son intervention lors d’une journée de rencontre avec plus de trois cent jeunes fianarois. Cet événement s’est déroulé tout récemment au centre culturel et de la jeunesse d’Ambalapaiso, dans la ville de Fianarantsoa, région Haute Matsiatra. En fait, « le développement du système de partenariat constitue la clé de réussite dans le domaine de l’entrepreneuriat », a-t-il évoqué.

Alliances. Mais tout d’abord,  « opérer dans une démarche basée sur l’assistanat ne pourrait qu’aggraver la situation actuelle des jeunes diplômés. La question de financement et d’investissement est également indispensable dans le monde de l’entrepreneuriat », a-t-il poursuivi. En outre, cet opérateur économique a soulevé qu’il faut analyser les contraintes que les entrepreneurs font face actuellement. « Et pour bâtir son empire, on a besoin d’une volonté d’agir en établissant des actions durables permettant de générer des revenus propres et non pas d’attendre des aides venues d’ailleurs.  Cela peut se faire par le biais du développement d’un système partenariat ou du développement de ses relations professionnelles. En effet, le partenariat est un mode d’organisation qui permet de construire des alliances. Et c’est via ces alliances qu’on peut avoir plus d’opportunités », a enchaîné Erick Rajaonary.

Partage. Rappelons que le PDG de Guanomad a reçu le trophée de l’Africa Awards for Entrepreneurship en 2013, et il a été ensuite le premier malgache lauréat du prix de l’innovation agricole par le Bâtisseur de l’Economie Africaine l’an dernier. Il a ainsi partagé sa réussite afin de servir d’exemple aux jeunes. Par ailleurs, « il faut savoir aider son prochain. Raison de la mise en place de l’association « Ho Maitso ny Tontolo » qui assure la décentralisation de nos actions de RSE. L’objectif vise à partager ce que l’on a avec ses compatriotes, tout en mobilisant les acteurs à être responsables », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara34 partages

Sambava : Nitondra lavanilina, maty nisy namono tamin’ny antsy

Araka ny nambaran’ny tantsaha mpamokatra lavanilina iray avy ao amin’ny fokontany iaviany, ao Ambariomiambana – Kaominina Ambonivohitra SAMBAVA, nilaza ny zava-misy tany an-tsahany  izy hoe: “ Efa tany am-piandrasana ny voan-davaniliko any anaty alan-davaniliko, ao Antrafonaomby aho,  teoeo amin’ny 11ora, ny alin’ny 27/02/ 2018, no naheno feon-dian’olona nifanaretsaka nandalo teo akaikin’ny alan-davaniliko. Tsinjotsinjo amin’ny tara-pahazavan’ny diam-bolana miakatra iny ny tandidon’ny olona telo lahy. Mba hanairana azy ireo fa misy olona tsy lavitra eo mahita azy ireo dia nitorahako vato tany amin’ny faritra lalovan’izy ireo. Rahefa naheno izany tora-batoko izany izy telolahy dia nirifatra nandositra. Ny iray tamin’izy ireo nanjohizohy ka tonga teo anoloako ka noheveriko fa efa hanafika ahy izy ka dia notantesiko tamin’ny antsiko. Izy voan’ny antsiko voalohany iny dia napetrany ny gony teny an-tanany ary saika hamely ahy izy ka dia nefa mbola nasiako fanindroany. Tamin’ny famelezako azy fanintelony sy fahefatra izy vao lavo teo amin’ny tany. Voan’ny tetik’antsiko teo amin’ny tanany sy ny sandriny, teo amin’ny haviany ary ny tongony ilay teo amin’ny havanany no nampiraviravy ka tsy teo amin’ny toerany intsony ny tanany niala ny sorony. Nisy voan-davanilina manta 5kilao teo ho eo  tanatin’ny gony nentiny.Talohan’ny nialan’ny ainy, dia mbola nahateny ny anaran’ireo namany roa lahy mpiara-dia taminy izay nandositra izy. Maty tao an-tanin-davaniliko tao izy avy teo. Ny andiany sasany tamin’ny fokonolona dia nahita gony hafa nipetraka tsy nifanalavitra ka efa samy misy voan-davanilina manta  5 na 4kilao isan- gony. Nisy gonim-bary ary nisy gonin’ny simenitra ireo gony ireo. Heverina efa samy nahazo voan-davanilina avokoa izy efa-dahy talohan’ny nandosiran’ireo namany

REMI, Rakotonirina

Midi Madagasikara31 partages

Insécurité en milieu rural : 10 aides sanitaires ont été tués en 2017 sur le territoire national

Les médias locaux font souvent état des forces de l’ordre tués au cours des affrontements avec les « dahalo »,  par contre, les personnels soignants exerçant  particulièrement leurs activités au sein des centres de santé de base en milieu rural, sont rarement relatés dès qu’ils sont victimes d’actes de banditisme et même tués.

70%. Pour ne citer que ces aides sanitaires, 10 ont été tués en 2017 sur le territoire national, notamment en milieu rural. Ce qui ressort d’une déclaration d’un représentant de leur syndicat. Ces aides sanitaires qui dans plus de 70% des cas subissent des violences psychologiques et physiques consécutives au phénomène d’insécurité qui sévit en milieu rural. Souvent, ils constituent les derniers maillons de chaîne de survie des victimes jusqu’à leurs évacuations sanitaires dans les hôpitaux les mieux appropriés.

« Radoko ». 10 aides sanitaires ont été tués en 2017 sur le territoire national dans des situations d’insécurité. Une situation qui semble vulgaire pour certains observateurs en milieu urbain, alors qu’en milieu rural où des reformes dans le domaine de la santé sont en train de s’opérer, pour l’amélioration de l’accès des services de santé de base à la population locale, la situation semble tragique. D’autant plus qu’en brousse, huit centres de santé de base sur 10 fonctionnent avec l’assistance des aides sanitaires communément surnommés les « radoko » et les « rasazy » plus, par respect de la profession. Ces aides soignants qui parfois à l’absence des médecins ou sages femmes, accomplissent des exploits extraordinaires pour sauver des vies humaines et surtout par amour de leur  métier.

Effectifs. Notre source indique également que le corps des aides sanitaires sera revu en hausse pour compter de cette année avec près de 500 effectifs et repartis dans les 22 régions. Des actions dans le cadre de la poursuite de  l’amélioration, même de la couverture sanitaire pour un meilleur accès de la population aux services de santé de base dont la sécurité demeure le facteur clé d’une réussite.

Anastase

Midi Madagasikara27 partages

Bianco Toliara : Passation de direction entre Romain Andriamasy et Mamitiana Rajaonarison

Andriamasy Romain Jocelyn s’en va pour un nouveau poste. Rajaonarison Mamitiana prend sa place à  la tête de la branche territoriale du Bianco à Toliara. « J’accomplirai mon devoir » lance t-il au DG Andriamifidy, venu l’installer dans la cité du soleil ce vendredi 2 mars. Le nouveau directeur est conscient de la tâche qui l’attend, mais il ne va pas reculer, ni se dérober « même s’il faut se sacrifier pour la patrie » comme le veut la devise. Toutefois, pour mener à bien sa mission, il demande la participation et la collaboration de tous. Rappelons les formations suivies par Rajaonarison Mamitiana, à l’extérieur de l’île en 2007-2008 à l’ENA de Paris, cycle international « Fighting Corruption puis Administration et Institution. En Juillet 2012, il suit des cours à l’Académie Internationale Anti-corruption à Viennes, Autriche. En 2017 il participe aux formations délocalisées à Seychelles, une formation sur les investigations financières et économiques de l’Institut de Bâle.

Quant à l’ancien directeur, Andriamasy Jocelyn, tous les orateurs, qui se sont succédé, reconnaissent l’efficacité et les bons résultats obtenus durant son mandat, restés discrets, selon l’habitude du Bianco. Un témoin se rappelle d’une investigation bien menée par des agents du Bianco du côté de Morombe. Le procès verbal de synthèse du Bianco dénonce, selon son analyse, des abus de fonctions des agents de domaines et Topo avec faux et usage de faux en écriture authentique. « Le tribunal de Morombe est passé outre » selon ce témoin présent à la cérémonie de passation « le jugement a donné raison à l’escroc, plutôt qu’à l’enquête du Bianco ».  Le cas n’est pas nouveau et le travail du nouveau directeur Rajaonarison est incommensurable et mérite bien la collaboration de tout un chacun pour lutter contre la corruption, suivant son appel.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara24 partages

Attaque à Ambohimalaza : Un père de famille blessé par trois bandits à visage découvert

Samedi 3 mars, le domicile d’un particulier à Andranotsara, dans le fokontany D’Anketono, commune rurale d’Ambohimalaza a été la cible des bandits. Les malfaiteurs ont sévi vers 23 heures. En entendant son chien qui a aboyé dès l’arrivée des assaillants, le père de famille est sorti pour voir ce qui s’est passé. Ainsi, il est tombé sur trois individus armés d’une barre de fer,  d’un sabre, et d’un pistolet qui s’apprêtaient à s’introduire dans la maison. N’ayant pas voulu se laisser faire, le propriétaire du lieu a tenté de riposter mais en vain. Les bandits l’ont vite maîtrisé après l’avoir blessé à la tête. Ils ont alors réussi à entrer dans la maison où ils se sont emparés d’une somme de 400 000 ariary, deux téléphones portables et un lecteur DVD avant de prendre la fuite. D’après les témoignages de la victime, ces individus portaient de vêtements de couleur noire et ils étaient tous à visage découvert. Alertée quelques heures plus tard, la gendarmerie s’est déjà rendue sur le lieu pour constater le fait. L’enquête est ouverte. Cette attaque a permis de dire que depuis ces derniers temps, l’insécurité a pris de l’ampleur dans cette commune. La semaine dernière, les informations recueillies auprès de la gendarmerie ont révélé pas moins de trois attaques à mains armées  commises dans la localité.

T.M.

Midi Madagasikara23 partages

Football : Les Barea nouveaux sont là !

Nicolas Dupuis a arrêté sa liste pour les deux matches des Barea dont celui contre le Togo le 21 mars pour celui contre le Kosovo le 24 mars.

 

L’équipe qui prendra comme base arrière Amiens à partir du 19 mars comporte des plats réchauffés tels l’inusable Sedera Randriamparany, l’ancien de l’Ajesaia qui joue actuellement pour le compte de la Saint-Pierroise mais aussi Claudio Ramiadamanana qui a fourbe ses armes à l’Académie Ny Antsika avant de partir en France pour enfin atterrir dans un club de DH du nom de Pacy Menilles, un illustre inconnu dans le football français.

 

Complicité. Deux recrues qui font jaser le monde du football malgache qui n’arrive pas à comprendre pourquoi les locaux ont été oubliés à l’exception de Toby Njakanirina de la CNaPS Sport.

 

Le groupe reposera en l’absence de Carolus Andriamahitsinoro, sur le talent d’Ima Faneva même s’il n’a pas plus le temps de jeu qu’il avait à Sochaux dans son nouveau club de Havre HC. Mais sa complicité avec Njiva Rakotoharimalala mais aussi avec Bolida Nomenjanahary fera le job dans cette équipe de Nicolas Dupuis composée  par des joueurs de seconde zone.

 

De nouveaux noms sont venus s’ajouter à la liste dont le gardien d’Amiens Melvin Afrien dont la présence éclipse celle de Ando, le gardien de la CNaPS Sport qui monte en puissance et qui de l’avis des techniciens, est aujourd’hui meilleur que Ibrahim Dabo.

 

Mais Sylvain Razafinirina, l’agent des joueurs, a sans doute ses raisons que la raison ne connaît pas tel point qu’à l’inverse des équipes européennes, on  voit dans les rangs des Barea de plus en plus de « vazaha » dont Fabien Boyer de l’US Créteil.

 

Zotsara ou Anicet. Comme il va falloir choisir au moment d’entrer sur le terrain, ira-t-on jusqu’à contraindre l’excellent Zotsara Randriambololona à rester sur le banc au profit d’un Abel Anicet Andrianantenaina dans une forme incertaine contrairement à « Dada » Albert Rafetraniaina dont la seule faute est de se trouver confronter à une sérieuse concurrence sue le banc niçois.

 

On notera aussi la situation de Deba Kely de son vrai nom Toavina Rambeloson qui fai le bonheur de l’US Tourcoing mais qui apparemment n’a pas la confiance de Nicolas Dupuis. L’association de ce dernier avec Mamy Gervais Randrianarisoa dans la charnière centrale devait tenir la route pour espérer faire douter les Lions de la Tenga par qui passe notre qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.

 

Une fois de plus, tout est question de bon sens et de la forme du moment des joueurs. Et ces deux tests contre la Togo et le Kosovo devraient permettre, on l’espère, de séparer le bon grain de l’ivraie.

 

En attendant, voici les 21 Barea retenus par Nicolas Dupuis :

 

. Ibrahima DABO (Gardien de but – FC Gobelins)

. Melvin AFRIEN (Gardien de but – AC Amiens AC)

. Thomas FONTAINE (Défenseur – Clermont Ferrand)

. Jérôme MOMBRIS (Défenseur – Gazelzc FC Ajaccio)

. Pascal RAZAKANANTENAINA (Défenseur – AFA Arras FA)

. Toavina RAMBELOSON (Défenseur – US Tourcoing)

. Fabien BOYER (Défenseur – US Créteil Lusitanos)

. Tobisoa NJAKANIRINA (Défenseur – CnaPS Sport)

. Mamy Gervais RANDRIANARISOA (Défenseur – JS Saint Pierroise)

. Anicet ANDRIANANTENAINA (Milieu – PFK Ludogorets Razgrad)

. Ibrahim AMADA (Milieu – Mouloudia d’Alger)

. Mathieu Sedera Randriamparany (Milieu – JS Saint Pierroise)

. Zotsara RANDRIAMBOLOLONA (Milieu – Royal d’Antwerp Footoball)

. Dimitri CALOIN (Milieu – Stade Olympique Choletais

. Albert Tokinirina RAFETRANIAINA (Milieu – OGC Nice)

. Paulin VOAVY (Attaquant – Misr El Makassa)

. Lalaina Nomenjanahary (Attaquant Paris FC)

. Njiva RAKOTOHARIMALALA (Attaquant – Ratchaburi FC)

. Rinjala RAHERINAVIO (Attaquant – FC Sion)

. Ima Faneva ANDRIATSIMA (Attaquant – Havre Athletic Club)

. Claudio RAMIADAMANANA (Attaquant – Pacy Menilles)

 

Clément RABARY

Midi Madagasikara23 partages

Talata-Volonondry : Un mort dans une collision entre une moto et une voiture

Sur la RN3. un homme a perdu la vie dans une collision entre un scooter et une camionnette double cabine survenue samedi après-midi dans la commune rurale de Talata- volonondry, district d’Antananarivo-Avaradrano. Le drame s’est produit dans un virage du fokontany d’Ambaniandrefana, soit au PK 26+900. Le motard aurait paniqué quand il a soudainement aperçu la camionnette venant en sens inverse de sa direction. Ainsi, il a perdu le contrôle du guidon de son scooter et a fini par une collision frontale   avec la voiture. La violence du choc a propulsé le motard sur le talus  et a tué ce dernier  sur le coup. Sa moto a été réduite en un tas de ferrailles. Quant à la voiture, elle  a été légèrement endommagée. La gendarmerie de Talata-Volonondry se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara22 partages

Député Milavonjy : « Un code électoral conforme à la Constitution »

Les députés et les sénateurs ont incessamment procédé au vote des trois projets de loi organique sur les élections. Projets de loi dont certaines dispositions suscitent des polémiques dans la classe politique. Le député élu à Ambovombe Androy Milavonjy Philobert soutient que les dispositions de l’article 6 du projet de loi organique relatif à l’élection du président de la République ne sont pas nouvelles. « Figurant dans la liste électorale, ayant rempli ses obligations fiscales et n’ayant jamais été condamné pour crimes ou délits sont des conditions d’éligibilité prévues par l’ancien code électoral. Et je pense qu’il est légitime de les exiger aux candidats. », souligne-t-il. Quant à l’article 7 du même projet de loi, l’élu pro-régime d’expliquer : « Le système de parrainage par une liste de 150 élus, faute de présentation par un parti politique légalement constitué, est nouvel à Madagascar. Mais, il faut dire que le gouvernement a adopté ce système dans le sens de l’innovation. C’est pour éviter les candidats qui rêvent sur leur lit et puis ils se présentent sans moindre légitimité. »

Sept jours. Par ailleurs, le député Milavonjy Philobert réagit sur l’article 10 du projet de loi organique sur l’élection du président de la République, qui énumère les pièces à fournir par les candidats dont l’extrait de casier judiciaire Bulletin n°3. « C’est aussi une innovation dans ce projet de loi. En l’adoptant, le gouvernement veut notamment protéger les électeurs qui ont le droit de connaître les candidats. Cette pièce permettra d’ailleurs de connaître tout sur les candidats qui sollicitent les voix des électeurs. Le Bulletin n°3 ne suffit pas.», soutient-il. En ce qui concerne les dispositions de l’article 22 du même projet de loi, qui fixe à sept jours la durée de la campagne électorale du second tour, l’élu d’Ambovombe Androy d’indiquer : « Le régime a décidé de ne pas toucher à la Constitution. Par contre, pour que l’article 47 de cette Constitution (« L’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice ») puisse s’appliquer sans déroger à la loi fondamentale, le gouvernement est obligé de réduire à sept jours la durée de la campagne du second tour. »  Bref, pour le député Milavonjy, les trois projets de loi organique soumis au Parlement sont conformes à la Constitution.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara21 partages

Quand Kama et Raintsi se rencontrent… là-bas ou là-haut

« Saly ny akama ! » devraient-ils  se dire pour se saluer.  Et Kama de commencer la conversation avec sa verve habituelle : « Toi alors tu es  toujours en train de faire le malin, tu trouves toujours le moyen  de prendre   un raccourci, d’Andohalo , tu as vite dévalé la falaise pour aller à Anosizato  et devenir  cendres, malin que tu es ! » Et Raintsi, avec le sourire au coin des lèvres de répondre avec son flegme habituel : « Et toi, avec ta fausse allure de Zomako, tu as oublié l’Andriana de Fandriana que tu es ! Et tant pis pour toi !  On  t’a  trimbalé  et exhibé  d’église en église, de bourgade en bourgade  et  même  les  crocodiles  ont détourné leurs  gros  yeux jusqu’à ton sacré Fisakana . En plus, on ne saura  pas encore  quand   ton corps deviendra poussière tant  on te recouvrira régulièrement  de nouveaux linceuls. Il  t’aurait mieux valu endosser ton fidèle blouson  noir et s’en aller  illico presto  comme  moi au Fasan’ny karana. »

Et sur ce, après ces salamalecs propres  à leur génération  (on ne cite pas ici les « petits mots ») vont s’asseoir et continuer de plus belle la conversation.

Ouf, je prendrai bien une petite mousse, dit l’un.Et moi, une bonne gauloise bien tassée, continue l’autre. N’empêche qu’on s’est bien marré en bas, tu t’en souviens du coup de maître que tu leur as balancé avec  le groupe Antsa, pas le Antsan’i Kristy mais le mouvement  Tu as rameuté  comme tu as pu tous les copains artistes, intellos et même ceux d’Anatihazo, et on avait dit qu’ils représentaient  la  nouvelle voie celle du renouvellement de la classe politique. Tu as osé même interpeller l’Amiral en lui disant « Ielahy » Et ça a marché ! Tu as vu comment  tu as ramassé le jack pot, le vrai, le plus gros. Tu as été  catapulté à la tête de l’Etat comme Conseiller Suprême de la Révolution au nez et à la barbe des  « staliniens », si tu avais vu leurs têtes, d’enterrement !Et toi alors, avec tes créations de mots comme « Serasera » ou autres, le jeunot de la radio cachait bien ses ambitions, tu as bien bouleversé avec idées toutes «mafana»  et la radio, et la télé, et même la pensée de la culture malgache. Tu as récupéré des barbots ou des gavroches, si tu veux, pour les propulser au devant de la scène et devenir  de grandes vedettes de la musique. T’es fort toi  en « serasera ». Toi aussi tu es devenu avec mérite, un homme d’Etat adulé de tous.On a fait fort nous ! disent les deux à l’unisson, et en plus on était beau, mais chut chut, même l’univers a des oreilles.Ndao !

Et les voilà comme deux bambins partis sautiller de nuages en nuages traverser le paradis des bien nés.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara18 partages

Volley-ball – CCCOI : Bon début de deux équipes malgaches !

La formation du GNVB aux Seychelles.

La Coupe des clubs champions de l’Océan Indien réussit bien aux équipes malgaches. Pour leur entrée en effet, le GNVB et le VBC Diamant ont remporté chacun une victoire éclatante en trois sets secs.

D’abord avec le VBCD qui venait pourtant d’arriver aux Seychelles dans la soirée du samedi mais qui n’a pas eu à forcer la dose pour battre les Rodrigaises de l’Olympic en trois sets (25/22 ; 25/22 ; 26/17).

Dans un groupe de trois, cette victoire va permettre aux Malgaches de se qualifier pour les demi-finales puisqu’il leur reste cette rencontre contre les Seychelloises d’Anse Royale.

C’est plus compliqué pour les hommes du GNVB avec un groupe de 4. Mais en prenant largement la mesure des Mahorais dès la première journée, les hommes de Honoré Razafinjatovo sont bien capables d’aller chercher la victoire. Il faut tout juste gérer les matches contre les Mauriciens du Camp Ithier, puis au troisième jour le choc contre les Seychellois du Spikers.

Samedi en tout cas, Honoré Razafinjatovo a fait tourner son effectif en s’appuyant tout juste avec les hommes en forme du moment dont Mamizara, Andry et Saina.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Trophées Mahery : L’année de Dolys Randriamarohaja

Le ministre des Sports, Anicet Andriamosarisoa, a honoré de sa présence cette cérémonie de remise des oscars aux athlètes de l’année 2017.

La remise des trophées aux sportifs de l’année 2017 sous la houlette du magazine Mahery de Ma-TV, s’est tenue samedi dans les locaux d’Akany Soa Fonenako.

Une soirée mémorable placée sous la tutelle du ministre des Sports, Anicet Andriamosarisoa, entouré pour l’occasion par son staff, mais aussi par le SG du Comité Olympique, Harinelina Randriamanarivo et également du chef de région d’Analamanga, Ndranto Tagg.

Parmi les sportifs, ils étaient, cette année, 18 athlètes à avoir été récompensés par Mahery et son trio magique avec notamment Mbolatiana, Nonot et Jacquinot.

Triplé de Dolys. Mais au bout, la palme est revenue à la pétanque qui s’offre la part du lion avec les champions du monde juniors composés de Fitahiana, Anjarasoa et Tendry mais entraînés par Dolys Randriamarohaja. Le même homme a également offert le titre de vice-champion du monde chez les dames avec Hasina, Cicine et Tita, tout comme il se trouvait aux côtés des champions d’Afrique avec Toutoune, Yves, Mamy et Haja.

Un retentissant triplé donc pour l’entraîneur Dolys Randriamarohaja, un homme comblé qui a déjà goûté à la joie de la victoire quand il terminait à la seconde place du championnat du monde senior en 2010, à Izmir en Turquie.

Le basketteur Elly Randriamampionona n’a pas été oublié par Ma-TV pour avoir été médaillé de bronze en basket-ball 3 x 3 tout comme le champion d’Afrique de tennis chez les moins de 14 ans, Toky Ranaivo. L’haltérophilie a aussi ravi la palme avec les trois médailles d’or aux derniers championnats d’Afrique.

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Football Analamanga : COSPN crée la surprise !

Roro Rakotondrabe retrouve le goût de la victoire en tant qu’entraîneur du COSPN.

La 3e journée du championnat d’Analamanga de Ligue 1 d’hier, a permis aux Policiers de retrouver des couleurs. Contre toute attente en effet, le COSPN de Roro Rakotondrabe a battu le COSFA sur le score de 3 buts à 2.

C’est dire que la collaboration entre un douanier, Roro, et les policiers, porte toujours ses fruits.

Comme on n’est pas à une surprise près, Mama FC a tenu en échec Elgeco Plus sur le score de 1 à 1.

Par contre la victoire de l’USCAFoot devant Mi20 même par un seul but à 0, est presque logique tout comme cette victoire de l’AS Adema face à ce qui restait de Tana Formation par 2 buts à 0.

Le match phare de cette troisième journée a tourné à l’avantage de Fosa Juniors en battant la CNaPS Sport par 1 à 0. Sambatra marquait l’unique but de la partie (20e) dans un stade de Mahamasina qui a connu une assez bonne affluence. Logique car ces deux nouveaux promus font partie des favoris de cette épreuve.

Si CNaPS Sport a fait appel à des anciens de l’équipe championne de Madagascar notamment les défenseurs Tahiana et Jean Ba pour renforcer sa défense, Fosa Juniors a fait main basse sur des joueurs de Tana Formation, car outre le buteur d’hier, Sambatra, il y avait Sarobidy, le gardien Gappa, Philippe, Maso et le défenseur latéral Victor.

Comme Fosa a aussi fait appel à l’ancien entraîneur de Tana Formation, Franck Rajaonarisamba pour travailler avec le Néerlandais Hiddink, l’équipe a un collectif assez impressionnant. Et c’est tant mieux pour le football tananarivien où le niveau ne manquera pas de suivre la courbe ascendante.

Il ne manque plus que la grande foule pour en faire un succès.

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

Battle for peace Ambony Ambany : Cloture en grandes pompes

Quart du final 8vs8.

420 danseurs, B-boys, Mc, Dj et passionnés sont venus en masse investir le palais des sports hier. Un beau monde qui voit et participe activement à la promotion des talents malgaches.

Le rideau est tombé sur la cinquième édition du festival de danse urbaine Battle for peace-Ambony Ambany. Hip-hop, break dance, debout et au sol ont été au menu.  Indéniablement, le niveau de la danse malgache passe à la vitesse supérieure. Durant l’évènement, des danseurs issus de toute l’île se son relayés pour finalement se retrouver sur la grande scène du palais des sports Mahamasina hier. Pour 2018, les danseurs ont particulièrement participé.

Dans toutes les catégories, des groupes et des talents se sont démarqués. Durant le concours 8vs8, les crews ont donné le meilleur de tout un chacun. Ensemble, mais aussi grâce à certains B-boys, certaines compagnies ont fait plus d’effet que  d’autres, séduisant à la fois le public et les membres du jury, à  l’instar de Bigzaza du Moustik-crew. Sous les yeux experts des membres du jury, constitué par Lionel et Elie danseurs Réunionnais ainsi que Daddy et Luk, chorégraphes malgaches.

Selon Daddy de la Compagnie Up The Rap, et organisateur de l’évènement, « ce cinquième anniversaire est un hommage à Rudy Rehava, grande figure de la danse urbaine malgache disparu en novembre. Pour ce faire, nous avions mis en représentation récemment  « Nofy ve sa? », une pièce qu’il a écrit en 2001. Le tout est centré sur cette optique sans perdre du vue pour autant le premier but du festival qui est de rehausser le niveau des danseurs malgaches », relate-t-il.  Pour le moment, le plus important est de mettre plus de technique dans les mouvements tout en stimulant la créativité. Comme la danse évolue avec le temps, il est toujours intéressant de suivre le courant tout en se démarquant ».

Les crews en plein action.

Danse pour la paix. Il est important de noter que, grâce à la complicité du danseur malgache Daddy de la Cie Up the Rap et membre de la Dance Team internationale, l’association Dance Team Madagascar a vu le jour en 2013. Branche active de la Dance Team internationale, la Dance Team Madagascar souhaite faire des danses urbaines et contemporaines, un outil d’éducation performant. Etant donné que la danse est une forme d’éducation en elle-même. Il s’agit d’abord de l’éducation et le maintien du corps  puis vient l’éducation sociale. La danse nous apprend surtout lors de la période d’adolescence, à mieux vivre en société et avoir des objectifs dans la vie. C’est bel et bien cette vision que l’association désire transmettre à la nouvelle génération de danseurs d’aujourd’hui.

Championnat du monde.  « Nous favorisons la démocratisation de la danse auprès des jeunes en organisant ce concours inter-établissement», continue Daddy. Par ailleurs, l’association Dance Team Madagascar organise de nombreuses manifestations toujours dans le cadre de la danse, à part le festival. Effectivement, le mois de juillet sera consacré au « Battle of the year », un événement durant lequel sera désigné le champion de Madagascar qui ira défendre les couleurs au championnat du monde au mois de Novembre.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara11 partages

Paramed : Bientôt un palais pour les accueillir à Tanà

Base du système de santé public malgache, les paramed entendent évoluer pour de meilleure qualité de service.

Toujours avancer et se développer. C’est ce à quoi les paramédicaux de Madagascar veulent prouver. Et pour ce faire, ils ont décidé de construire leur «palais». Un bâtiment qui devrait permettre aux membres du syndicat des paramed, de l’association des infirmiers et enfin du syndicat des sages-femmes de se retrouver, de se cultiver. Le «palais des paramed» devrait également servir de siège aux différents organismes. Ce qu’Aimé Rakotondrazaka a fait savoir lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre jeudi dernier. Une cérémonie qui marque le début d’un renouveau pour les paramédicaux malgaches, comme l’a fait savoir Aimé Rakotondrazaka, selon quoi, la construction du palais devrait remettre les paramed à la place qu’ils méritent. Sachant que ni le syndicat des paramed qui est actuellement âgé de 10 ans, ni l’association des infirmiers qui a 15 ans et ni l’ordre des sages femmes qui est âgé de 50 ans ne disposent de bâtiment ou de siège qui leur soient propres.

Congrès. La cérémonie de pose de la première pierre de la construction du palais des paramed était également le moment pour Aimé Rakotondrazaka de faire savoir que, le congrès national sera organisé du 22 au 26 octobre à Nosy Be Hell-Ville. Un évènement durant lequel devrait s’effectuer l’élection des membres du bureau du syndicat. Pour l’heure, les paramed affichent la volonté de finir dans les brefs délais la construction de leur palais.

José Belalahy

L'express de Madagascar10 partages

Technologie – L’ «open data» comme gage de transparence

La gestion des finances publiques reste un concept flou pour la majorité des Malga­ches. La promotion de l’ « open data » s’avère être une alternative intéressante.

Polémique. Récemment, la publication de certaines données financières par l’Autorité de régulation des marchés publics a provoqué une indignation d’envergure nationale envers l’utilisation de l’argent public au niveau des différents départements ministériels. Ce cas de figure a été repris samedi lors de la conférence intitulée « L’Open Data dans les finances publiques à Madagascar ». L’évènement qui s’est tenu au centre de ressources des arts actuels de Madagascar (CRAAM) à l’université d’Antananarivo, entre dans le cadre de la célébration de la journée internationale de l’Open Data ou données ouvertes.La notion de données ouvertes, qui se définit comme  pouvant être librement utilisées, réutilisées et redistribuées par quiconque, est un concept déjà assez répandu au niveau mondial. Dans la Grande île, il est encore peu appliqué bien que ce soit un gage certain de transparence dans la bonne gouvernance à tous les niveaux. « Le souci étant qu’à Madagascar, le format des données utilisé est presque inexploitable en plus du peu d’informations qui sont disponibles pour le grand public. Autrement dit, les institutions qui sont tenues de divulguer publiquement les informations ne livrent que les données qui les arrangent en plus de mettre ces informations sur un format comme le pdf, presque impossible à réutiliser pour le citoyen lambda », explique Prisca Rananjarison, Datactiviste.

Budget« Suite à une enquête sur le budget ouvert, le score de Madagascar est de neuf sur cent, signifiant que les citoyens ne disposent que d’un minimum d’informations sur le budget. Ainsi, ces mêmes citoyens ne se sentent plus concernés par la bonne gestion des finances publiques », déplore Frédéric Lesne, consultant pour Transparency International. Le fait d’ouvrir les données au grand public permettra ainsid’affirmer la fameuse redevabilité de l’État en montrant, de la façon la plus transparente possible, la réutilisation de l’argent du peuple.Pour comparaison, au Maroc, un portail numérique a été créé exclusivement pour la publication de ces données. Informations que les institutions publiques élues doivent obligatoirement mettre à la disposition de tous afin de réduire le niveau de corruption.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara9 partages

Echos du week-end : L’ambiance tropicale règne en maître

La diva avec ses chanteurs au Glacier Analakely.Tence Mena, toujours égale à elle-même.

Pour un vendredi joli, c’en était une ! En fin de semaine, les grosses pointures de la musique tropicale ont investi les cabarets et les endroits stratégiques de la capitale. De Black Nadia à Dadi love, Tence Mena, et Jazz Mmc ont enflammé les scènes.

Ils ont beau être des grandes stars de la musique malgache, ils privilégient toujours les shows plus intimistes. Vendredi, les inconditionnels ont eu l’embarras du choix entre ces têtes d’affiches.  Histoire d’être toujours plus près des fans, ces artistes adulés ont fait bien des heureux et les habitués des lieux ont été bien servis.

Du côté d’Anosy, Comme à chaque apparition de Jazz Mmc, l’ambiance monte d’un cran et se chauffe comme le soleil d’Antsiranana. Le jeune prince de la musique urbaine a investi le Kudéta urban club. Devant un public avide de rythme, le chanteur a fait tourbillonner les noctambules. En toute convivialité, les chanteurs et les spectateurs ont chanté en chœur les « Sarotro», « Nandea » ou encore « Anao Tiako ». La sauce tropicale n’a pas dérogé à la règle.

Tornade rouge. A Ambohipo, le quartier qui ne dort jamais,  Tence Mena frappe fort au sens propre du terme.  Se mettre debout jusqu’à la fin du cabaret n’a nullement ennuyé les noctambules pour assouvir cette soif de musique et de défoulement après une longue semaine pesante.  Toujours au top de sa forme, la tornade rouge y a mis de sa couleur la plus chaude. Faisant salle comble dans la tanière du roi du « salegy », la chanteuse a profité de l’occasion pour dévoiler ses dernières créations et ses  nouvelles extravagances. Une fois de plus, elle a confirmé qu’avec Tence Mena sur scène, la monotonie et l’ennui  n’ont pas leur place!

Et c’est parti pour un tour « Mizara karatra » bien envoyé.  Pour sa part, Black Nadia reste égale à elle-même. Avec le public en délire du Glacier Analakely, la belle n’a pas eu du mal à faire démarrer l’ambiance. Le registre tropical a fait tanguer ces danseurs au sang chaud.  Des pas de danse à en couper le souffle avec une tenue des plus attrayantes, un beau cadeau pour les noctambules. Une fois de plus, sa nouvelle chanson séduit définitivement ses inconditionnels.

Pour Dadi Love, l’ascension continue. Réputé pour être un animateur des plus appréciés du moment, de la musique, du rythme et de l’ambiance des tropiques étaient au rendez-vous.  Chants, danses et ambiance délire se sont conjugués pour une soirée des plus mémorables. Pour les prochaines dates, le chanteur mettra le cap sur Mayotte.

Zo Toniaina

News Mada8 partages

Litterature : Sandra Reinflet dans nos murs

Sandra Reinflet dépose sa valise dans la capitale à l’occasion de la Semaine de la langue française et de la francophonie. Demain, elle rencontrera les bibliophiles pour présenter son roman fraîchement intitulé «Ne parle pas aux inconnus» à l’IFM Analakely.

Née en 1981, Sandra Reinflet est créatrice d’histoires vraies. Après trois ouvrages qui pèle-mêlent photos et texte, «Ne parle pas aux inconnus» est son premier roman paru aux éditions JC Lattès en 2017.

«Ce devait être une fête, une libération, la fin du lycée et des ne pas». Mais Eva ne répond plus et Camille ne répond plus de rien. Depuis que sa Polonaise a disparu, la jeune femme se cogne au silence comme un papillon à une ampoule. Elle décide de prendre la route pour la chercher. Un voyage au cours duquel elle croisera ces étrangers dont ses parents lui disaient de se méfier et qui tous, à leur manière, l’aideront à trouver ce qu’elle ne cherchait pas : elle-même», note l’auteure.

Joachin Michaël

 

News Mada7 partages

Dates de l’élection présidentielle : le PM désavoue le ministre des Affaires étrangères

Alors que plus d’un piaffe d’impatience à propos de l’annonce officielle des dates de la présidentielle et que le gouvernement continue à jouer la montre à ce sujet,  le ministre des Affaires étrangères (Mae), Henry Rabary-Njaka, invité de l’émission 64′ Francophonie sur TV5 Monde, vendredi dernier, a fait une déclaration fracassante, en balançant sur une chaîne de télévision française le calendrier de l’élection présidentielle malgache. En jouant le pompier de service, le Premier ministre s’est empressé d’apporter des rectifications.

Sans cesse et à maintes reprises, la société civile, les partis politiques et surtout la Ceni ont réclamé la publication du calendrier électoral, mais en vain. Et contre toute attente, avec beaucoup d’affirmation comme si le sujet a déjà été bouclé au niveau de l’Exécutif, le chef de la diplomatie malgache, au cours de cette émission, a annoncé les dates du premier et du second tours de l’élection présidentielle malgache.

« On connait les dates, oui. Le premier tour sera le 24 novembre et le deuxième tour le 24 décembre, en ce qui concerne l’élection présidentielle. Tout de suite après, il y aura les élections législatives et en ce moment même, le Parlement, l’Assemblée nationale et le Sénat sont, justement, en pleine étude pour sortir les lois électorales », a répondu sans retenue le chef de la diplomatie malgache au journaliste français Xavier Lambrechts.

Désavoué par le PM

Certes, cette information a fait l’effet d’une bombe au sein de l’Exécutif et au niveau même de l’Etat. C’est pourquoi, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a de suite réagi comme si Henri Rabary-Njaka a divulgué une information à son insu.

 « Ce n’est pas les dates officielles. Nous devons attendre l’adoption du nouveau projet de loi organique pour être fixé justement sur les dates exactes de l’élection du président de la République », a déclaré le chef du Gouvernement, en fin de week-end, à Anosy.

Olivier Mahafaly Solonandrasana a même  étayé sa déclaration par l’article 4 du projet de loi organique relative à l’élection du président de la République.  « Après consultation du projet de calendrier électoral présenté par la Commission électorale nationale indépendante, le décret de convocation des électeurs est pris en conseil de Gouvernement quatre-vingt-dix (90) jours au moins avant la date du premier tour de scrutin et porté à la connaissance des électeurs par tous les moyens, notamment, par voie radiodiffusée et télévisée. Il doit indiquer l’objet de la convocation des électeurs et  le jour du scrutin, l’heure à laquelle il doit être ouvert et l’heure à laquelle il doit être clos ».

Interrogé sur les raisons des révélations de Henry Rabary-Njaka, le Premier ministre a invité les journalistes à se référer à la bonne personne, en soulignant tout de même que « tout citoyen peut avancer une date».

Rakoto

 

News Mada7 partages

Rivodoza Dumazile : dibo-drano anaty haizina i Toamasina sy i Ste Marie

 Nampitondra takaitra ny faritra Atsinanana sy Analanjirofo ilay rahona nentin’ilay rivodoza Dumazile, manaraka ny sisin-dranomasin’i Madagasikara. Dibo-drano ny tanàna, tapaka ny jiro…

Nitondra orambe tany amin’ny faritra Atsinanana sy Analanjirofo iny, hatry ny asabotsy alina, ny rivodoza Dumazile. Vokany, dibo-drano ny tanànan’i Toamasina. Hatreny amin’ny ranjo ny rano miandrona ao an-tanàna.

Ankoatra izany, nanapaka ny herinaratra sy nandrava zavatra maro koa ny rivotra izay nahery vaika tany an-toerana. Hatrany Ste Marie ny ora-mikija sy ny rivotra izay mandravarava ireo trano falafa sy andrin-jiro ary takela-by.

Omaly tamin’ny 3 ora tolakandro, nitombo hery ka voasokajy ho « cyclone tropical » i Dumazile. Tany amin’ny 150 km atsimo atsinanan’i Toamasina no nisy ny foibeny. Mahatratra 120 km isan’ora ny rivotra entiny ary tafakatra hatramin’ny 170 km isan’ora kosa ny tafiotra miaraka aminy.

Mikisaka mianatsimo atsimo andrefana izy amin’ny hafainganam-pandeha 17 km isan’ora. Raha ny vinavina, tsy hiditra an-tanety ny ivony, saingy kosa ny andian-drahona miaraka aminy dia mitoetra amin’ny faritra maro eto Madagasikara, indrindra any amin’iny tapany avaratra sy ny morontsiraka atsinanan’i Madagasikara iny ka hitondra orana betsaka izay arahina tafiotra indraindray.Tokony hampihatra avy hatrany ny fepetra filazana miloko mavo ny faritra Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo, Atsinanana, ny distrikan’i Nosy Varika, Mananjary, Manakara, Vohipeno, Farafangana ary Mahajanga.

Ny mpampiasa ranomasina rehetra amin’ny morontsiraka atsinanana rehetra, entanina mba tsy hiandriaka intsony ary hanaraka ny toromarika omen’ny tompon’andraikitra amin’ny fifamoivoizana an-dranomasina

Tatiana A

News Mada6 partages

Kitra afrikanina : mpilalao lafo indrindra i Bakambu

 Mpilalao afrikanina lafo vidy indrindra, ankehitriny, ilay Kongoley, Cédric Bakambu. Mitentina, 80 tapitrisa euros na 312.000.000.000 Ariary ny tetibidiny amin’ny hilalaovany ao amin’ny Beijing Sinobo Guoan, ekipa iray any Sina, nanomboka ny 1 marsa lasa teo. Na izany aza, mbola miandry ity kliobany ity handoa ny hetra ny tomponandraikitra eo anivon’ny federasiona baolina kitra sinoa (CFA).

Araka ny lalàna any an-toerana mantsy, misy ny vola aloa amin’ny fakana mpilalao vahiny. Hatreto, tsy misy ny olana eo amin’ny fifindran-toeran’ity mpilalao kongoley ity any Sina, izay eo amin’ny faha-26 taony ankehitriny.

Tsiahivina fa talohan’izao, efa nilalao tao amin’ny klioban’ny Sochaux i Bakambu, ny taona 2010 ka hatramin’ny 2014. Nifindra tao amin’ny ekipan’ny Bursasor any Torkia indray izy ny taona 2014 ka hatramin’ny 2015, ary tao amin’ny Villareal Espaina, ny 2015 ka hatramin’ny 2018.

“Tsy mora ny nandraisana fanapahan-kevitra satria tsara ny zava-bitako tao amin’ny Villareal. Hiezaka ny hamono baolina betsaka aho, ato amin’ity ekipako vaovao ity”, hoy izy.

Tompondaka

 

L'express de Madagascar6 partages

Saison cyclonique – Toamasina de nouveau sous les eaux

Dumazile apporte beaucoup de pluie dans l’Est de l’Ile. Une vigilance jaune est lancée pour quelques régions et districts.

Inondé. L’Est de Madagascar est à nouveau frappé par un cyclone. La ville de Toamasina se trouve sous l’eau, suite à des fortes pluies apportées par Dumazile. Les quartiers de Mangarano, de Tanambao II, d’Ankirihiry et d’Andrano­madio en sont les plus touchés. « L’eau atteint jusqu’au niveau du genoux dans certains endroits », rapporte une source à Toamasina. Certains tirent la sonnette d’alarme. « Sauvez-nous ! Notre maison est envahie par l’eau », réagit un habitant d’Andranomadio, sur les réseaux sociaux. Toutefois, aucun sinistré n’est enregistré jusqu’à hier, selon le rapport d’un responsable au sein la région de Toamasina.« Personne n’a rejoint les sites d’hébergement pour les victimes de cyclone », indique-t-il.Les précipitations se sont abattues sur cette ville portuaire depuis samedi. La quantité des pluies a augmenté, dimanche. Plusieurs quartiers ont aussi vécu dans le noir, hier soir. « L’électricité a été coupée à plusieurs reprises, ce jour. La dernière coupure a eu lieu vers 18 heures et elle n’est pas rétablie jusqu’à présent », raconte un habitant de Toamasina, vers 20 heures 30.Dumazile est devenu un cyclone tropical, dans l’après-midi d’hier et s’intensifierait en un cyclone tropical intense, ce jour. Il a été localisé à 150 km au Sud-Est de Toa­masina, vers 15 heures. Il est accompagné de vents de 120 km/h et de rafales de vents de 170 km/h. Il se déplace vers le Sud-Ouest, avec une vitesse de 17 km/h.

S’intensifieLes prévisions de la direction générale de la Météo­rologie indiquent qu’il n’atterrira pas à Madagascar. Il continuerait sa route vers le Sud Sud-Est dans les jours à venir. Toutefois, ce cyclone apportera de fortes pluies, accompagnées de rafales de vent sur le Nord et l’Est de l’Ile.Un avis de menace est lancé pour les régions de Diana, Sofia, Sava, Analan­jirofo et Atsinanana, ainsi que pour les districts de Nosy Varika, Mananjary, Manakara, Vohipeno, Farafangana et Mahajanga. À Farafangana, l’inondation est aussi à craindre. Le niveau du fleuve de Mana­pa­trana approche de lacote d’alerte. Il continuerait à augmenter progressivement, dans les 24 heures, selon un bulletin hydrologique pour la région d’Atsimo Atsinanana, envoyé par la direction générale de la Météorologie, hier.

Miangaly Ralitera

News Mada5 partages

Roa vavy hafa indray tsy hita popoka… : voasambotra ilay namono mpiasa gasy tany Koweit

 Voasambotra tany Liban, ny 21 febroary teo, ary nentina niverina any Koweit ilay ramatoa koesianina namono ilay tovovavy Malagasy nampiasainy. Ankoatra izay, misy tovovavy Malagasy roa hafa koa voalaza fa mbola tsy hita popoka any Koweit any.

 Nahataitra ny fitondram-panjakana ao Koweït ny fivoahan’ilay vaovao an-gazety avy aty Madagasikara momba ny fampijaliana niafara tamin’ny famoizan’ain’ny tovovavy malagasy niasa tao Koweït ka niparitaka tany anaty tambajotran-tserasera. Nisy nandika tamin’ny fiteny Arabo mihitsy ny fisian’ny fatim-behivavy Malagasy nafenina tao anaty vata fampangatsiahana. Araka ny loharanom-baovao voaray, tratra tao Liban ilay ramatoa koesianina nahavanon-doza tamin’ilay tovovavy malagasy ary nentina niverina any Koweït. Ny loharanom-baovao hatrany no nahafantarana  fa niainga avy tamin’ny fikambanana mpandefa ilay tovovavy malagasy hiasa any Koweït ny fanadihadiana ka fantatra ny mombamomba ilay mpampiasa nandray azy. Manana fitaovana avolenta afaka manao fikarohana olona ny polisy ao Koweït raha vao fantatra ny momba ilay olona ka niainga avy amin’izany koa ny nahatraran’ny polisy azy, araka ny fanazavana voaray hatrany. Fantatra nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa efa roa ny mpiasany novonoin’ity ramatoa koesianina ity. Teratany filipianina ny iray voalohany raha ity tovovavy malagasy avy any Ambanja ity kosa ny faharoa. Efa telo taona niasana tao amin’ity ramatoa mpampiasa azy ity ilay tovovavy Malagasy.

Olana ny tsy fisian’ny masoivoho…

Nambaran’ireo Malagasy miasa any an-toerana fa anisan’ny olana goavana sedrain’izy ireo ny tsy fisian’ny masoivohon’i Madagasikara miasa ao Koweït, fa ny ao Arabia Saodita no misahana an’i Koweït. Nandritra ny angom-baovao momba ity raharaha fahafatesana tovovavy malagasy miasa any Koweït ity hatrany no nahalalana fa misy tovovavy malagasy roa hafa tsy hita popoka nanomboka ny taona 2016 ka hatramin’izao. Efa nanao fanambarana fikarohana momba azy roa vavy ireto ny ray aman-drenin’izy ireo.

Efa nisy fanambarana nataon’ny minisitry ny Raharaham-bahiny fa hoe handray fepetra ny fanjakana Malagasy momba ny fisian’ireo ivontoerana mandefa ireny tovovavy Malagasy hiasa any ivelany ireny. Marina rahateo ny fisian’ilay horonantsary niparitaka tany anaty tambajotran-tserasera. Taorian’izay, fito tamin’ireo tovovavy niasa tany an-toerana no  tafaverina teto Madagasikara. Nanamafy koa ny fanjakana any Koweït fa handray fepetra hentitra amin’ny fanaraha-maso ny toe-draharaha any an-toerana.

Efa nisy rahateo teo aloha ny didim-panjakana mandrara amin’ny tsy fahazoan’ireo tovovavy Malagasy miasa any amin’ity tany arabo ity, saingy misy ihany ireo mahita lalana ambanin’ny tany ka rehefa iharan’ny herisetra sy ny vono vao fantatra hoe hay misy nahita lalana ambanin’ny tany indray. Misy ireo milamina ny fiainany rehefa sendra ny mpampiasa tsara toetra. Tokony hahatonga saina ny tsirairay ny fisian’ireo tovovavy marobe efa namoy ny ainy sy lasa adala tany Koweït, Liban. Aiza koa ny fanjakana manoloana ny lafiny politika momba ny fampananana asa ho an’ny tanora mba hialana amin’ny toy izao?

Sajo sy Jean Claude

L'express de Madagascar5 partages

Plus vite que la musique

Les dates de l’élection présidentielle annoncées par le ministre des Affaires étrangères sur le plateau d’une télévision française. C’est tout un symbole. C’est d’autant plus surprenant qu’il n’a aucun pouvoir pour prendre une telle initiative. Le Premier ministre l’a d’ailleurs remis à sa place dans un cinglant désaveu face à la presse locale samedi et sur les ondes de Rfi hier. Le ministre des Affaires étrangères a grillé la politesse à la Ceni qui propose les dates au gouvernement, lequel décide en dernier en fixant les dates et en convoquant les électeurs après l’adoption des lois électorales par le Parlement. C’est la procédure indiquée. Si les dates annoncées par le ministre des Affaires étrangères coïncident bien avec les délais extrêmes fixés pour l’élection présidentielle, elles sont pour le moins improbables. Le 24 novembre tombe un samedi, ce qui constitue un inédit étant donné que la tradition est plutôt le dimanche même si cela a été changé en vendredi par Ravalomanana et en mercredi par la Transition.  Comme le samedi est généralement consacré aux courses et achats par les ménages, on risque d’avoir un important taux d’abstention.Quant au 24 décembre, date du second tour, c’est un lundi en plus de la veille de Noël. On voit mal les électeurs se concentrer sur le vote et surtout sur le dépouillement et les résultats au moment de la Nativité, la plus grande fête chrétienne du monde. Mais c’est peut-être l’objectif pour faciliter certaines choses pas très catholiques. Il faut s’attendre à une contestation des églises rassemblées au sein du FFKM et même celles qui se trouvent en marge et dont les leaders sont en course pour la présidentielle.  C’est un blasphème que d’organiser une élection la veille de Noël. Il faut être particulièrement cinglé pour l’avoir osé.Pour le moment on en est au stade d’examen des lois électorales au Parlement qui siège en session extraordinaire de douze jours. C’est à l’issue de cette session que la Ceni proposera les dates que le gouvernement va étudier. On verra si le ministre des Affaires étrangères a vu dans une boule de cristal ou s’il est sorti de la cuisse de Jupiter à l’instar des candidats qui se disent messie. S’il avait vu juste cela porterait d’énormes préjudices à la transparence, la sincérité, la crédibilité du scrutin. L’élection est mal partie à cause de ce grain de sable lancé par le ministre des Affaires étrangères dans la machine électorale. Tout n’aurait été que mascarade. Tout le travail accompli par la Ceni, toutes les concertations effectuées par le gouvernement dans l’élaboration de la liste électorale n’auraient été que gesticulation. On comprend mieux maintenant pourquoi la Ceni a su à l’avance le nombre d’électeurs.Le gouvernement aura du mal à redorer son blason déjà passablement terni par plusieurs « affaires » avec cette impéritie du patron de la diplomatie qui a été un peu bavard. Pour tout dire, et pour le rapprocher de son célèbre homonyme du show-business, il est tout simplement allé plus vite que la musique. Du coup, il a hypothéqué la tenue d’une élection sans fausse note.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara4 partages

Famonoana Malagasy any Koweit : Voasambotra ilay arabo namono vehivavy avy any Ambanja

Nampihetsika ny fanjakana tany Koweit ny fahafantarana tamin’ny vaovao an-gazety, sy tao anaty tamban-jotra serasera, nilaza ny fahafatesana tera-tany Malagasy miasa tany an-toerana izay nafenina tao anaty vata fampangatsiahana nandritra ny efa-bolana, sy ny fisian’ireo tovovavy Malagasy 80 migadra, ary tovovavy Malagasy 16 marary saina, tao Koweit.

Raha ny angom-baovao marim-pototra natao dia nisy nandika tamin’ny teny arabo ilay vaovao an-gazety ka voarain’ny fanjakana tany an-toerana, ka nanomboka avy hatrany ny fikarohana noho fahatsapan’izy ireo ny zava-nisy tafiditra amin’ny heloka be vava. Nikoropaka torak’ izany koa ny fanjakana Malagasy ka araka ny angom-baovao natao, dia nandefa delegasionina any Koweit koa ny minisiteran’ny raharaham-bahiny, nijery akaiky ny raharaha sy ireo Malagasy mijaly miasa any an-toerana. Raha ny vaovao nampitain’ireo Malagasy miasa any Koweit izay manana mpampiasa azy ireo manaja lalana, dia tsy sarotra tamin’ny fanjakana tany an-toerana noho ny fivoaran’ny teknolojia sy fisian’ireo fitaovana fanaraha-maso samihafa, ka ny 21 febroary lasa teo no saron’ny polisy any an-toerana tany Lyban ilay mpampiasa vavy nahavita namono ny mpiasany.

Mpiasa roa. Ny angom-baovao natao tamin’ireo Malagasy any an-toerana hatrany koa no nahalalana, fa  mpiasa roa niasa tamin’ity ramatoa ity no efa novonoiny tahaka izao, ka tera-tany Filipiana ny voalohany, ary ity tovovavy Malagasy avy any Ambanja nefa niasa taminy nandritra ny telo taona ity ny faharoa tamin’izany. Ho an’ireto Malagasy miasa any Koweit ireto, dia ny tsy fisian’ny masohivoho Malagasy any an-toerana, na izay mahasolotena azy amin’izany, no tena olana ho azy ireo noho ny tsy fisian’ny fametrahana fitarainana raha sendra olana, satria araka ny angom-baovao hatrany, dia tsy afaka mitazona ny antontan-taratasiny ireto mpiasa Malagasy ireto vao tonga any an-toerana, fa tsy maintsy omena ny mpampiasa izany izay miteraka olana amin’ireto mpiasa raha misy ny disadisa ka tsy hahafahan’izy ireo miverina an-tanindrazana.

Ankoatra izay araka ny fanazavan’ireto mpiasa Malagasy any an-toerana, fa mbola misy vehivavy roa avy any Andasibe Moramanga koa tsy hita popoka hatramin’ny taona 2016, izay nanaovan’ny fianakaviany fitarainana tamin’ny fanjakana izay tokony hanao ny fangatam-panazavana tany amin’ny fanjakana any Koweit hatramin’izao, izay hanaovan’izy ireo antso avo.

Malala Didier

News Mada3 partages

Tempête tropicale « dumazile » : la ville de Toamasina totalement inondée

Alors que les séquelles d’Ava ne sont pas encore totalement rétablies, la forte tempête tropicale « Dumazile » a fait des démonstrations de force dans les parties nord et est de Madagascar. La ville de Toamasina a subi les conséquences des fortes précipitations qui l’ont accompagnée.

L’inondation était au rendez vous à Toamasina. Même si le centre de « Dumazile », qui s’est formé dans l’océan Indien depuis quelques jours, devenu forte tempête tropicale dans la nuit de vendredi à samedi, n’a pas touché directement le pays, les zones traversées par les amas nuageux n’ont pas été épargnées.

Presque la totalité des quartiers dans la ville du grand port est submergée après les fortes précipitations qui ont accompagné ce système, notamment à Mangarano, Andranomadio, Tanambao II, Ankirihiry… Même les quartiers résidentiels qui disposent des systèmes de canalisations fonctionnels, se trouvent dans l’eau.

Selon des sources locales, dans le souci de préserver leurs biens, à cause de l’insécurité sur place, la majorité des sinistrés, ont préféré rester chez eux plutôt que de rejoindre les sites d’hébergement prévus pour les accueillir. Une option qui ne manquera pas de porter atteinte à leur santé, notamment, les enfants en bas âge et les personnes âgées.

Dans la foulée,  les concernés se sont indignés face à l’inertie des autorités locales, telle la mairie, qui n’ont pas bougé leur petit doigt pour venir en aide à la population victime. Heureusement que leur galère est prévue s’estomper dans les prochains jours dans la mesure où « Dumazile » commence actuellement à s’éloigner de nos côtes, selon les prévisionnistes.

Fahranarison

 

La Vérité2 partages

Promotion des énergies renouvelables - Un prototype de traqueur solaire proposé

Des étudiants polytechniciens innovent. Ny Aina Henintsoa Ranaivojaona et Ny Avo Ortega Holiarijaona remportent le premier prix du concours de projets porteurs organisé par le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (Meeh). Le projet des lauréats se focalise sur la création d’un prototype de traqueur de lumière solaire. « Les panneaux solaires sont de plus en plus prisés à Madagascar, d’où notre choix d’opter pour ce domaine. En fait, le traqueur peut optimiser l’exploitation de l’énergie solaire par l’utilisation de panneaux non statiques qui suivent le mouvement du soleil. Il contribue ainsi à des meilleurs rendements », informe Henintsoa, la lauréate issue de la première année de la mention « Electronique » au sein de l’Ecole supérieure Polytechnique d’Antananarivo (Espa) à Vontovorona. « Au début, c’était un projet scolaire avant la tenue de ce concours. Ce prototype de traqueur solaire peut être élargi selon les demandes et les besoins, notamment dans les zones où l’électricité reste un luxe pour les habitants », ajoute Ortega, le lauréat. Le premier prix qu’est une somme de 3 millions d’ariary a été remis au groupe, lors d’une cérémonie organisée hier à Vontovorona.

Soutien à deux projets porteursPatsie Noella Nindrianarinoro fait partie des étudiants ayant proposé des projets sur l’énergie et l’assainissement, dont la mise en œuvre bénéficiera du soutien et de l’accompagnement du Meeh. « Mon projet porte sur la pyrolyse des matières plastiques pour la production de combustibles ou biocarburant. Les déchets plastiques seront traités dans un réacteur pour obtenir du gaz. Celui-ci sera ensuite liquéfier afin d’avoir des combustibles qui pourront être utilisés dans les chaudières ou autres matériels nécessitant de la chaleur », explique la lauréate. Le second projet choisi est axé sur la production de biogaz. « La mise en œuvre de ces projets semble non seulement moins coûteuse mais demande surtout moins de temps. Pourtant, ils contribuent à la sauvegarde de l’environnement et répondent aux besoins de la population, c’est pourquoi le ministère a décidé d’accompagner financièrement les initiateurs dans leurs réalisations et leur développement », explique Lantoniaina Rasoloelison, numéro Un du Meeh. Notons que ce ministère envisage d’organiser la 2ème édition du concours vers la fin de l’année universitaire en cours, ouvert non seulement aux étudiants de l’Espa mais aussi aux autres entrepreneurs. Les enseignants-chercheurs pourront même être concernés par ce concours.Patricia Ramavonirina

L'express de Madagascar2 partages

Coopération décentralisées – Neuf régions encore non bénéficiaires

La coopération internationale des Collectivités malgaches et françaises tient ses deuxièmes assises. L’objectif vise à inciter plus de partenariats.

Peu enthousiastes. Neuf régions ne sont pas encore actives dans les coopérations décentralisées. C’est le constat rapporté jeudi au palais de Mahazoarivo par les différents ministères responsables de la coopération internationale, ayant expliqué la tenue ce jour des deuxièmes assises de la coopération internationale des Collectivités malgaches et françaises. « Les régions Sava, Melaky, Bongolava, Anosy, Androy, Sud-Ouest, Sud-Est, Ihorombe et Amoron’i Mania ne sont pas encore concernées par les coopérations décentralisées », explique Roger Mazoasy, secrétaire exécutif des deuxièmes assises de la coopération internationale. « Nous œuvrons dans la recherche de coopération pour les régions, mais ces dernières doivent démontrer une certaine pro-activité dans ses projets de développement avec les collectivités des pays étrangers », ajoute-t-il.En outre, les structures de coopération des autres pays veulent plutôt travailler avec les élus et non des fonctionnaires, notamment dans la mise en œuvre opérationnelle des coopérations décentralisées. Le ministère des Affaires étrangères, le secrétariat d’État auprès des Affaires étrangères chargé de la coopération, le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation ont ainsi tour à tour expliqué les avantages que l’on peut tirer des coopérations décentralisées, et dont les collectivités malgaches doivent profiter.

Haute MatsiatraLes treize régions restantes sont, soit déjà en bonne voie, soit le nombre de communes bénéficiaires en leur sein est encore faible. À l’exemple de Menabe, dont seule la commune urbaine est attributaire d’une forme de coopération. « La région Haute-Matsiatra est, entre autres, incitée à développer la filière viticole, vu la qualité du sol, l’environnement et la disponibilité des vignes dans cette région. La France, un des grands pays producteurs de vins ne serait que preneur, et chercherait à développer une coopération pérenne et rentable avec les communes de la Haute-Matsiatra », a proposé Henry Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères.La deuxième édition des Assises de la coopération internationale des Collecti­vités malgaches et françaises se tiendra du 5 au 7 mars 2018 à l’hôtel Carlton. Quatre cent cinquante participants, dont cent soixante dix huit représentants des collectivités malgaches, deux cent trente sept Français et une quarantaine des représentants d’organisations et partenaires et ONG seront invités à cette rencontre d’échanges. Cinq thématiques y seront traitées, à savoir le Dévelop­pement économique local, la Jeunesse, la Gestion des risques et des catastrophes, le secteur de l’Eau, assainissement et hygiène. Cent soixante dix huit maires ont été choisis pour assister à ces assises afin de pouvoir partager leurs expériences en matière de coopération.L’évènement permettra de créer de nouveaux liens et d’envisager ensemble les grandes orientations pour la coopération décentralisée franco-malgache. « Les recommandations issues de la première édition de 2006 ont été mises en œuvre, à l’instar de la mise en place d’un cadre légal régissant les coopérations décentralisées, incluant la fiscalité ou encore l’objet du développement local », a-t-on indiqué. Les sénateurs malgaches, vu leur mission et attributions, sont appelés à motiver les collectivités à contracter et accomplir des partenariats fructueux.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

Travailleurs malgaches au Koweït : l’hécatombe se poursuit

Les risques encourus par les travailleurs malgaches au Koweït existent bel et bien. Une Koweïtienne a été arrêtée, le 21 février dernier, pour le meurtre de son employée malgache. Deux autres Malgaches immigrées dans ce pays n’ont donné aucun signe de vie depuis deux ans actuellement, selon leurs proches.

Les informations relayées par réseaux sociaux sur les violences subies par les employées d’origine malgache envoyées au Koweït ont fini par payer. Les autorités locales ont pris enfin des dispositions, à la suite de ces tapages médiatiques, pour mettre la main sur une Koweïtienne impliquée dans le meurtre d’une Malgache originaire d’Ambanja qu’elle a eu à son service.

Arrêtée au Liban, elle a été extradée vers son pays d’origine pour répondre de ses actes. Le corps de l’employée a été camouflé dans un congélateur mais des sources d’informations ont révélé que l’accusée, une éventuelle récidiviste, a déjà assassiné son employée, venant des Philippines, avant cette Malgache.

Des employées malgaches victimes

Témoignant de la situation précaire des Malgaches travaillant au Koweït, les proches de deux employées originaires de la commune d’Andasibe, dans le district de Moramanga, ont lancé des avis de recherches sur leur éventuelle disparition au Koweït depuis 2016 sans aucun résultat.

Les Malgaches résidant dans ce pays ont révélé que l’absence de Chancellerie malgache au Koweït constitue un problème pour les immigrés, qui sont privés d’assistance administrative en cas de difficulté. L’immigration de travailleurs malgaches au Koweït a été interdite par les autorités malgaches sans pour autant parvenir à endiguer les flots d’envois clandestins effectués vers ce pays.

Manou

 

News Mada1 partages

Coopération bilatérale : le président de l’Inde attendu à l’université de Tana

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre Madagascar et l’Inde, Ram Nath Kovind, président de la République de l’Inde, effectuera une visite officielle de deux jours à Madagascar, les 14 et 15 mars. L’université d’Antananarivo sera particulièrement honorée à travers une visite de courtoisie au campus.

« La coopération entre les deux pays, en matière d’enseignement supérieur et de recherche scientifique, est tellement importante que le président insiste pour se rendre à l’université d’Antananarivo », a affirmé l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), à Fiadanana, la semaine dernière.

Pour renforcer la fraternité entre les deux pays, le président indien effectuera la plantation d’un arbre emblématique de l’Inde à l’université d’Antananarivo. « De notre côté, nous allons lui offrir une pousse de baobab qu’il pourra planter chez lui, en Inde », a informé pour sa part la ministre Marie Monique Rasoazananera.

Appuis matériels pour les universités

 « L’Inde fera un don d’ordinateurs et d’équipements informatiques à l’université de Toliara. De même, elle portera son appui envers les annexes universitaires. Une visite de quelques-unes d’entre elles est programmée en compagnie de l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar », a soutenu Marie Monique Rasoazananera.

Au fil des ans, l’Inde a ouvert ses universités aux étudiants malgaches en offrant des bourses d’études ou des formations professionnelles dans plusieurs domaines. Mais étant donné que les universités indiennes sont essentiellement anglophones, la 7e puissance économique mondiale aidera les citoyens de la Grande île dans la promotion et l’apprentissage de la langue de Shakespeare, en envoyant des professeurs d’anglais qualifiés.

Cette initiative aura comme point focal le Centre national d’études de la langue anglaise (Cnela). Un don de 100.000 ouvrages en anglais sera remis  aux universités mais également aux lycées, collèges et écoles primaires.

Fahranarison

News Mada1 partages

Athlétisme-mondiaux . Eliane coupée dans son élan

Début de saison gâché pour Eliane Saholinirina sur la ligne de départ des 1500 m féminin du Championnat du monde en salle, vendredi dernier, à Birmingham (Angleterre). En fait, après seulement  trois tours de piste à côté de la championne du monde Genzebe Dibaba, lors de la première course des éliminatoires, la championne malgache a abandonné en cours de route à cause d’une vilaine blessure en haut sa cuisse droite.

L’unique représentante de Madagascar à ces Mondiaux indoor quitte donc la compétition comme elle est venue, sans faire une vague, mais avec beaucoup plus de frustration. En effet, après sa dernière apparition en salle, lors de l’édition de 2014, à Sopot en Pologne, où elle a réalisé son meilleur temps de la distance en 4’19’’64, elle avait à cœur de faire autant cette année.

Malheureusement, cette blessure a compromis son ambition d’aller de l’avant dans sa course de prédilection. La seule bonne nouvelle de la journée est sa disponibilité à poursuivre une saison riche en compétitions. «Heureusement qu’ elle s’est arrêtée à temps autrement sa blessure aurait été grave», a confié la président de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), Norolalao Andriamahazo, témoin oculaire de la tuile.

Cette saison, Eliane Saholinirina a décidé de se focaliser sur les compétitions sur piste dont ces Mondiaux en salle, contrairement à l’année dernière où elle a également couru le cross-country.

Naisa

 

L'express de Madagascar1 partages

Environnement – Le climat impacte sur l’économie

Interpellation. Cent millions de dollars, telles sont les dépenses engagées lors de la reconstruction suite au passage du cyclone Enawo à Madagascar. « Une telle somme devrait être affectée à la construction des infrastructures contribuant au développement du pays », a souligné le général de corps d’armée Herilanto Ravelo­harison, ministre de l’Économie et du plan pendant la journée dédiée au reboisement de son département. Les actions de reboisement réalisées à la Zone d’Action en Faveur de l’Arbre (ZODAFARB) Ampangabe rentre dans la politique de la protection et la restauration de l’environnement.L’évènement est destiné à contribuer au développement durable. Tout effort de développement doit avoir des impacts sur l’aspect social de la population, tourner autour de l’aspect économique de notre pays. et prendre en compte la dimension environnementale au vue de la durabilité du développement.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Emplois – La géologie, l’ingénierie et l’environnement en détail

Un secteur en plein essor, à la portée de tous ceux qui souhaitent s’immerger dans le monde professionnel. Tout ce qui se rapporte aux postes relatifs à la géologie, l’ingénierie et l’environnement reste toujours à découvrir et à pourvoir, notamment pour les jeunes diplômés. Dans l’optique d’éclaircir un peu plus les intéressés par le sujet, l’Institut supérieur de géologie, de l’ingénierie et de l’environnement (ISGIE), sis à Ankadivato, organise une conférence autour des divers emplois s’affairant dans ces domaines spécifiques, pour ce 7 mars, à 10 heures.La société fait activement front aux changements climatiques ainsi qu’aux problèmes incessants de manque d’infrastructures. L’ISGIE met un point d’honneur à former les jeunes sur l’importance de passer outre ces problèmes, de proposer par eux-mêmes des solutions, ainsi que des alternatives, en faisant aussi preuve de créativité.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Un corps sans vie retrouvé

Un garçon de 5 ans qui n’avait pas donné signe de vie depuis quelques jours a été retrouvé mort dans une mangrove d’Ambolo­lozobe, district d’Antsiranana, jeudi. Il a été noyé, selon un gendarme du peloton de surveillance locale. Une enquête a été ouverte.

Madaplus.info0 partages

L’intervention d’Henry Rabary-Njaka sur Tv5 monde crée une polémique

Le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka a été l’invité de la chaine Tv5 monde vendredi dernier. Il a parlé de la situation à Madagascar, mais surtout des élections.
L’annonce des deux dates d’élections sur cette chaine : à savoir le 24 novembre pour le premier tour et le 24 décembre pour le deuxième tour, a fait réagir les politiciens. Ces derniers se demandent pourquoi l’annonce d’un tel événement si important pour le pays se fait sur une chaine étrangère. Suite à cette polémique, un communiqué de presse a été publié stipulant que les dates annoncées par le numéro un de la MAE se réfèrent tout simplement à l’article 47 alinéa 1er de la constitution : « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandate du président en exercice ». Le ministre de répondre à ces personnes de critiques qu’il faudrait dépenser l’énergie pour quelques choses d’utile.
Madaplus.info0 partages

Dumazile n’est plus une menace pour Madagascar

Le cyclone baptisé Dumazile s’éloigne des côtes malgaches. Il y a environ une heure (8 h : heure locale), Dumazile est à 270 km Nord Ouest de Mahanoro.
Ce cyclone continuera de s’éloigner de Madagascar selon les précisions des météorologues d’Ampasapito. Il n’est pas entré à Madagascar, mais a causé quelques changements climatiques. En effet, les masses nuageuses avec ce cyclone ont engendré une forte pluie avec des rafales. C’est la partie nord de l’ile qui est celle où l’on a connu ces fortes pluies. Heureusement pour Madagascar le danger est écarté.
Madaplus.info0 partages

Conférence organisée par HVM France sur le Fisandratanan'i Madagascar Vina 2030

Ce 3 Mars, HVM France a organisé une conférence à l'Hôtel Mercure, Porte d'Orléans, en présence des Maires des communes rurales d'Andranomanelatra, M Rasolofondramaria Andriamiarisoa Renaud Emile, Président de l'Association des Maires du district Antsirabe II Région Vakinankaratra et M Rakotomalala Pierre Pascal d'Ambano, Assistant coordonnateur HVM Vakinankaratra.
Cette conférence a été l'occasion pour HVM France de présenter le Fisandratanan'i Madagascar et sa mise en oeuvre depuis l'accession au pouvoir du Président Hery Rajaonarimampianina, notamment ses réalisations durant son mandat, confortées par le témoignage des maires sur les projets réalisés dans leur commune, dans la région du Vakinankaratra.
Madame Alice Rabemanantsoa, Chargée de mission de la Présidence a tenu à souligner que le terme Fisandratana qui signifie émergence a toujours été la ligne directrice du Président dès le début de son mandat.
Ce terme a été utilisé par son Premier Ministre le Docteur Kolo, lorsqu'il a annoncé les objectifs de son gouvernement : "Faire de Madagascar un pays émergent", conformément aux directives du Président .
Ce terme est actuellement très à la mode et tous l'utilisent. Toutefois, il figurait déjà dans le discours du Président lors de la 69 ème session de l'Assemblée Générale des Nations Unies en date du 25 septembre 2014.
Le PND Plan National de Développement pour 2015-2019 signe le démarrage du Fisandratana.
Il s'agit d'un Plan stratégique sectoriel à 5 ans touchant 5 axes stratégiques: la gouvernance, la stabilité macroéconomique, la croissance inclusive, le social et le capital naturel.
Les objectifs primordiaux du gouvernement étant la sortie de crise et la réduction de la pauvreté, une fois les axes stratégiques définis, ceux-ci sont déclinés en programmes, traduits en plans d’actions et détaillés en projets.
Des critiques virulentes ont été recensées sur les réseaux sociaux notamment l'immobilisme apparent du gouvernement du Président Rajaonarimampianina.
Cet immobilisme n'est qu'apparent puisque des études ont été effectuées avant la mise en oeuvre du PND, pour son élaboration et pour la définition de la méthodologie applicable.
Celle -ci consiste à identifier les potentialités régionales et à découper Madagascar en 12 espaces de croissance. Cela a pris une année.
Le PND s'articule sur des projets à moyen ou long terme, mais des projets à court terme sont également définis dans le Plan d'urgence Présidentiel, PUP et reposent sur 41 points sensibles, entre autres, une bonne couverture spatiale en matière de sécurisation et de surveillance générale préventive pour lutter contre l'insécurité grandissante, la mise en œuvre de la transition énergétique, la réforme foncière, la réalisation de Grandes Infrastructures, de Grands travaux
d'équipements, la mise aux normes du secteur des Mines et et des hydrocarbures, l'amélioration de la gouvernance, de l’accès et de la qualité du système éducatif, l'amélioration de l’accès à l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement (EHA) .
Les réalisations du Président Rajaonarimampianina portent sur les infrastructures, l'énergie, la santé, l'éducation, le numérique et la jeunesse.
Le Fisandratana mirindra vina 2030 est consultable sur le site de la Présidence de la République où vous pourrez notamment avoir des informations détaillées sur les différents points cités.
http://www.presidence.gov.mg/presentation-du-plan-fisandratana-2030-
Le Fisandratana mirindra vina 2030 est un projet de développement durable qui s'aligne sur les objectifs de développement durable et s'inscrit dans la continuité de l'Etat et non dans une projection du Président Rajaonarimampianina de briguer un mandat jusqu'en 2030 comme certains l'ont interprété.
Cette présentation a été suivie par celle des deux maires sur les réalisations dans la région du Vakinankaratra, suivi de débats et clôturée par un apéritif dînatoire durant lequel le groupe Willy s'est produit accompagné par des choristes improvisées sur les rythmes entraînant du sud de Madagascar.
HVM France a clôturé la séance avec le gâteau de sa quatrième année d'existence et d'actions.
Un appel est lancé auprès de la Diaspora pour contribuer à faire de Madagascar un pays émergent en ralliant les membres autour d'un projet de développement durable et en partenariat avec les collectivités locales de Madagascar.

News Mada0 partages

CTD malagasy sy frantsay : fanamafisana ny fiaraha-miasa

Hanomboka, anio ary hifarana ny 7 marsa ho avy izao eto Antananarivo, ny fihaonambe eo amin’ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana (CTD) eto Madagasikara, andaniny, sy ny kaominina sy faritra any Frantsa, ankilany. Nijery ny fandaminana farany hanomanana izany ny lehiben’ny governemanta sady minisitry ny Fitsinjaram-pahefana sy ny atitany, Mahafaly Solonandrasana, ny asabotsy teo.

Nambarany fa andiany faharoa ity fivoriambe ity, raha tamin’ny taona 2006 ny fihaonana voalohany. Miisa 13 ny faritra eto Madagasikara efa miara-miasa na miara-miombon’antoka amin’ny kaominina na faritra any Frantsa, ankehitriny. Tanjona ny hanamafisana izany sy hanitarana azy ary indrindra, hikarohana fiaraha-miasa ho an’ireo faritra na kaominina tsy mbola manana fiaraha-miasa amin-dry zareo Frantsay. Endriky ny fanatanterahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy ihany koa ity dingana ity. Hanampy tosika ireo olom-boafidy, ny hamaha mivantana ny olan’ny CTD samihafa. Mahatratra 355 ny mpandray anjara amin’ity fivoriambe ity ka Frantsay ny 180 amin’ireo.

Mikasika ny datim-pifidianana, nambaran’ny praiminisitra fa andrasana ny fankatoavan’ny Antenimiera roa tonta ny fehezan-dalàna ary averina any amin’ny Ceni avy eo. Any amin’ity farany ny baolina, mandroso ny daty tokony hanaovana ny fifidianana. Aminy, fanehoan-kevitra ihany ny daty 24 novambra (fihodinana voalohany) sy 24 desambra 2018 (fihodinana faharoa) nolazain’ny minisitry ny Raharaham-bahiny, hanaovana ny fifidianana ho filoham-pirenena.

 Njaka A.

News Mada0 partages

Hanamafisana ny fanadihadiana : polisy 25 nofanin’ny BFV-SG

Vita ny alakamisy 1 marsa teo, ny fiofanana nomen’ny banky BFV-SG ny polisy miisa 25 mianadahy. Tafiditra hanamafisana ny fitandroana ny fandriampahalemana sy ny fampiharana ny lalàna amin’ny lafiny toekarena ny fiofanana. Nohalalinina nandritra ny telo andro ny mikasika ny tontolon’ny banky, ny lafiny teknika toy ny paikady raisina hiadina ny famotsiam-bola, ny hosoka amin’ny fampiasana karatra banky, ny seky tsy misy antombola, sns. Nisy ny fifampizarana traikefa, ny tranga fantatry ny tsirairay teo amin’ny mpampiofana sy ny mpiofana.

Tanjona ny hisian’ny vokatra mahomby eo amin’ny fiaraha-miasan’ny BFV-SG sy ny polisim-pirenena, hisin’ny antoka sy fiarovana amin’ny lafiny banky sy ny vola eto amintsika. Misy fiaraha-miasa toy izany koa amin’ny sehatra hafa, toy ny zandarimaria sy ny mpanao fanadihadiana hafa.

Nozaraina mari-pahalalana ireo polisy mpanao fanadihadiana taorian’ny fiofanana. Nankasitraka ity tohana nomen’ny banky BFV-SG ity ny tale jeneralin’ny polisim-pirenena, Erick Michel.

Njaka A.

News Mada0 partages

BNI sy ny Polisy : “petra-bola amin’ny banky mira fiarovana”

 Manamafy ny fiaraha-miasa amin’ny fanjakana hatrany ny BNI Madagascar. Vita sonia, ny 1 marsa teo, ny fifanarahana eo amin’ity banky ity sy ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka. Tanjona ny fampitomboana ny tahan’ny fampiasana banky, fa eo indrindra koa ny fiantohana ny filaminam-bahoaka. “Petra-bola amin’ny banky mira fiarovana ny fananana”, hoy Rabarijohn Henri, filohan’ny filankevi-pitantanan’ny BNI. “Tsy midika akory izany fa ny  fandriampahalemana ny singa voalohany hanokafana masoivoho vaovao. Manosika ny banky hanokatra izany ny tahan’ny mpanjifa sy ny lanjan’ny toekarena ao amin’ilay toerana”, hoy Rabarijohn Henri.

Manana andraikitra ny BNI, nisafidiana izao fiaraha-miasa amin’ny polisy izao, any amin’ny toerana misy azy, indrindra noho ny ady atao amin’ny tsy fandriampahalemana. Anisan’ny mpiasam-panjakana ireo omena tolotra manokana « Pack mpiasam-panjakana » na “Crédit tosika”. Tolotra manamora ny fanampiana ny rehetra izany, ohatra, eo amin’ny fanaovan-trano.

Izao fiaraha-miasa izao koa, karazana fiantsoana ireo polisy vaovao, izay mbola ao anatin’ny fiofanana any amin’ny ENSP (Ecole nationale supérieure de police) sy ENIAP (Ecole nationale des inspecteurs et agents de police).  Mbola hisy fotoam-panofanana homen’ny BNI ireo polisy ireo, momba ny fiarovana ny fitantanam-bola sy ireo asa sahanin’ny sampandraharaha samihafa ao amin’ny banky.

Natao sonia tao amin’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka ny fanaovan-tsonia eo amin’ny roa tonta, ny tale jeneralin’ny polisy, Idrissa Erick Michel, sy ny tale jeneralin’ny BNI, Alexandre Mey. Naneho ny fahavononany izy ireo eo amin’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Finances publiques : les « Open data », garants de la lutte anticorruption

La gestion des finances publiques et la transparence budgétaire demeurent un enjeu de taille pour Madagascar. Les dernières études effectuées par les organisations œuvrant dans le domaine, font état d’un accès limité aux informations y afférentes. La promotion des « Open data » se présente comme une alternative à la transparence mais aussi comme gage de la lutte anticorruption.

«Pour Madagascar, les informations sur les finances publiques sont publiées mais éparpillées sur les divers sites. Leurs formats en .doc et .pdf  sont  certes lisibles mais non réutilisables et non exploitables pour d’autres fins», a soulevé Prisca Rananjarison, Datactiviste.

Et l’enquête sur l’indice sur le budget ouvert 2017 (IBO), réalisée par l’association MSIS-Tatao et l’International budget partnership (IBP) et présentée la semaine dernière, montre que les citoyens ne disposent que d’informations minimales sur le budget et que les opportunités offertes, pour participer au processus budgétaire, sont très limitées avec un score de 9 sur 100.

C’est en tout cas le constat partagé par les intervenants lors de la conférence intitulée «L’Open data dans les finances publiques à Madagascar», organisée par Transparency international initiative Madagascar et le Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (Craam) de l’Université d’Antananarivo, samedi dernier, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de l’Open Data.

Comme le nom l’indique, les Open data sont des données ouvertes auxquelles l’accès est totalement public et libre de droit, au même titre que l’exploitation et la réutilisation. Les critères essentiels des données ouvertes sont, entre autres, la disponibilité, la réutilisation, la distribution et la participation universelle.

Les enjeux pour les citoyens

L’exemple du Maroc, qui a créé un portail numérique exclusif pour la publication de ces données, a été cité. A l’heure actuelle, il n’existe aucune plateforme dédiée uniquement aux finances publiques à Madagascar. Pourtant, les enjeux des Open data relèvent de la lutte contre la corruption, la redevabilité et la bonne gouvernance.

«Cela permet de dire que les citoyens ne disposent que d’un minimum d’information sur le budget. En conséquence, ces mêmes citoyens ne se sentent plus concernés par la bonne gestion des finances publiques», a déploré Frédéric Lesne, consultant pour Transparency Internationale.

 «Une forte corrélation existe entre la quantité d’information ouverte au public dans un pays et l’indice de corruption de ce dernier. L’idéal étant que Madagascar s’engage à réenclencher le processus de la loi sur l’accès à l’information, en gestation depuis des années, mais dont l’application tarde à se concrétiser», a conclu Florian Schatz, expert international, spécialiste en gouvernance et en lutte anticorruption du Bureau indépendant anticorruption (Bianco).

Arh.

 

 

News Mada0 partages

Syndicalisme : une délégation de la Memur-Sen à Madagascar

Haci Dabyram Tonbul, vice-président de la Memur-Sen, la  plus grande Confédération des syndicats des fonctionnaires en Turquie, accompagné de Nihat Aksen, un expert en relation internationale, était de passage à Antananarivo les 27 et 28 février. Ils ont effectué une séance de travail avec les cadres de la Confédération générale des syndicats de travailleurs de Madagascar (Fisema), dirigés par leur secrétaire général, José Randrianasolo, dans la matinée du 28 février.

En effet, les sujets touchant les différents domaines du mouvement syndical ont été abordés lors de cette rencontre. Les deux confédérations ont convenu ainsi de renforcer leur collaboration à travers les partages d’expériences et la mise en place d’un programme de formation.

Pour sa part, la Fisema a aussi confirmé son engagement à soutenir l’effort de la Memur-Sen dans la mise en place d’un Réseau syndical mondial fort, qui sera effectivement composé par des confédérations syndicales de 60 pays, soit plus de 180 millions de travailleurs essentiellement issus des pays du Sud.

Dans le cadre de cette coopération, Memur-Sen axe principalement ses efforts sur la formation des différents cadres syndicaux de ses partenaires. Un premier pas déjà franchi dans ce sens puisque la secrétaire générale adjointe de la Fédération des syndicats des travailleurs des énergies et des mines (FSTEM), affiliée à la Fisema, vient de bénéficier d’une formation à Ankara, du 9 octobre au 13 novembre 2017.

A ce jour, la Memur-Sen compte un million de membres sur les 3,2 millions de fonctionnaires existants en Turquie. 3,8 millions sont également syndiqués à Memur-Sen sur les 16 millions de travailleurs actifs.

Arh.

News Mada0 partages

Famoahana ny datim-pifidianana : notebahin’ny mpanao politika Rabary Njaka Henri

 Nijabaka sy manaotao foana.  Samy nanebaka ary nanao angaredona amin’ny minisitry ny Raharaham-bahiny, Rabary Njaka Henri, avokoa ireo  mpanao  politika manoloana ny namoahany ny datim-pifidianana  tao amin’ny fahilatavitra TV 5 Monde, ny zoma teo, tany  Frantsa. “Iraka nampanaovina io minisitra io ve ny nitenany ny datin’ny 24 novambra hanaovana ny fifidianana filoham-pirenena fihodinana  voalohany ? Tsy anjaran’ny minisiteran’ny Atitany na  koa ny Ceni akory  izany ? Nahoana koa no any amin’ny televiziona vahiny fa natao anjorombala amin’ny fahafantarana izany ny malagasy ?”, hoy  ny filoha mpanorina ny Hiaraka  isika, ny Jly Camille Vital.

Anjaran’ny vahoaka ny maka fanapahan-kevitra

 Nanitrikitrika  kosa ny avy amin’ny Olona  hasin’ny tany (OHT),   Raharisaina Hery, fa  fivarotan-tanindrazana sy fanitsakitsahana ny fiandrianam-pirenena ny fihetsik’ity minisitry ny Raharaham-bahiny ity. “Zava-dehibe ho an’ny Malagasy ny fifidianana nefa any amin’ny firenen-kafa ny hanambarana  sy hamoahana izany daty izany. Mazava koa ny voalazan’ny lalàna fa anjaran’ny Ceni ny manolotra  daty. Tsy mbola lany koa ny  volavolan-dalàna momba izany.  Tsy mahagaga fa efa mahazatra ny HVM ny fomba fiasa tahaka izany ka tokony hahay haka  fepetra ny vahoaka”, hoy izy.

Ho an’i Tabera Randriamanantsoa kosa, tsy mazava aminy hoe  oviana ny nandraisana fanapahan-kevitra momba io daty navoaky ny minisitra Rabary Njaka io.  “Noraisina tamin’ny filankevitry ny minisitra oviana izany ? Ny volavolan-dalàna aza, tsy mbola nolanin’ny parlemantera… Tsy mahagaga raha mahazo laka ny kolikoly sy ny fakana an-keriny eto amin’ny  firenena manoloana ny fitenenana tahaka izao… Nohelohiko io minisitra io raha filoham-pirenena aho ary  nampiakariko filankevi-pitsim-pifehezana kosa raha praiminisitra aho…” , hoy izy.

Tsy mirindra ny fomba  fiasan’ny governemanta

Notsotsorin’ny Praiminisitra Mahafaly fotsiny ny momba io nitenenan’ny olona eo ambany fifehezany ny datim-pifidianana io hoe amin’ny maha olom-pirenena azy. Midika izany fa tsy mirindra ny fomba fiasa, tsy mitovy hevitra ny samy eo anivon’ny governemanta. Mampikorontana firenena sy ny fitantanana ankapobeny izany. Tsy mahagaga  raha miteniteny foana sy mivilana any amin’ny  tsy izy ny sasany. Tahaka ilay vina 2030 ihany. Tenenina isaky ny mahatsiaro fa tsy resy lahatra amin’izany akory ny maro amin’izy ireo… Izao ka manondro daty ingahy minisitra nefa ny volavolan-dalàm-pifidianana aza  mbola amin’ny fivoriana tsy ara-potoana faharoa vao hodinihina… Araka izany, tsy misy mandeha amin’ny laoniny intsony ny fiainam-pirenena.

Randria

News Mada0 partages

Fiatrehana ny fifidianana : hanao dina ny FLM

 « Ahoana izany kristianina, vonton’ny tenin’Andriamanitra, tomponandraikitra amin’ny raharaham-pirenena? Ahoana izany etika politika andrasana amin’ny kristianina mitondra ny tena fampandrosoana ny firenena? » Anisan’ny hodinihina amin’ny fikaonandoha lehibe karakarain’ny FLM, eny 67 ha, ny 10 marsa ho avy izao, iantsoany ny zanany manerana an’i Madagasikara, araka ny fanazavan’ny filohan’ny FLM, ny Dr pastora Rakotonirina David izany.  Eo koa ny hoe: ahoana ny andraikitry ny fiangonana amin’ny filaminana sy ny fampandrosoana ny firenena? Ahoana ny hoe firenena kristianina i Madagasikara ary isika miatrika fifidianana madio sy milamina?

Hisy ny fananarana hataon’ireo raiamandreny, ny resaka sy famaritana ny dinan’ny fampandrosoana. Samy antsoina amin’io avokoa na mpanao politika efa nitondra, na mbola mitondra, na mikasa hitondra, na mpampianatra, na mpikaroka, na mpandraharaha, manana anjara amin’ny fampandrosoana ny firenena.

Fanabeazana no andraikitry ny fiangonana, tsy manavaka. « Tena diso raha misy mieritreritra fa natao hamelezana olona iray ny resaka », hoy izy. Tsy izany fa fananarana ireo rehetra efa nandray anjara, eo am-pandraisana anjara, mikasa handray anjara amin’ny fitondrana hampandrosoana ny firenena.

Antsoina hiroso amin’ny dinan’ny fampandrosoana ny zanaky ny FLM.

R. Nd.

News Mada0 partages

Hiaraka isika : « isika Malagasy no tompon’ity firenena ity fa tsy ny mpitondra »

« Isika Malagasy no tompon’ity firenena ity, fa tsy ny mpitondra. Mpitarika sy mpitantana fa tsy tompony ny mpitondra », hoy ny mpitarika ny antoko politika Hiaraka isika, ny Jly Camille Vital, teny Ankadikely Ilafy, afakomaly, taorian’ny fihaonambe nasionalin’izy  ireo. Anisan’ny nodinihina ny raharahan-tokantranon’ny antoko, ny fiainam-pirenena, ny fietrahana ny fifidianana.

Samy tonga saina amin’ny zava-misy eto ny rehetra. Anisan’ny antony nahatonga anay hanao an’ity fihaonambe ity izany. Efa ela no nisian’ny Hiaraka isika, efa misy dimy taona. Samy nieritreritra amin’ny toerana misy azy, nanapa-kevitra hoe aleo manao fihaonambe mba hiara-kidinika. « Izay no nahatonga ny hoe misy karazany dimy ny vaomiera hijery sy hitsikera ary hamakafaka: inona no tokony hatao? », hoy izy.

Hanohana  kandidà iray ny Armada

 Hanohana olona iray amin’ny fifidianana ny Alliance Républicaine de Madagascar (Armada):  ny Mapar, ny MMM, ny Maitso, ny Avana, ny Liaraiky, ny Hiaraka isika. « Matoa resy lahatra miaraka aminay ny Mapar, misy antony », hoy ihany izy. Samy mahita ny zava-tsy mety ary ny fivondronana ihany no hahazoana manavotra sy mifanohana. Tonga amin’ny hoe Hiaraka isika izay… hanavotana an’i Madagasikara. Tsy misy olona iray hahavita an’io.

« Inona no tokony hatao mba hanafahantsika an’i Madagasikara amin’izao toerana misy azy izao, indrindra isika vahoaka malagasy tsy misy tsy mikonainaina? », hoy izy. Satria tsy mbola misy fahasarotam-piainana mihoatra an’izao eto amin’ity firenena ity.

Navadika ho antoko ny Hiaraka isika

Ovaina ho antoko ny Hiaraka isika amin’izao fotoana izao. Ao amin’ny Armada, ny Hiaraka isika ihany no fikambanana. Misy antony matoa noraisin’ny Armada ry zareo. Tsy mety raha miavaka amin’ny antoko misy ao.

Ny fiatrehana ny fifidianana no nahatonga ny Hiaraka isika hivadika ho antoko. Satria raha fikambanana, mety any amin’ny kaominina ambanivohitra sy ny fokontany any no manana zo, fa raha antoko mba afa-mirotsaka ho depiote, loholona…

R. Nd.

News Mada0 partages

Andrianainarivelo Hajo : « miala amin’ny 24 septambra Rajaonarimampianina »

Tsotra ary  mazava. Notazonin’Andrianainarivelo Hajo amin’ny  teniny ny minisitry  ny Raharaham-bahiny, Rabary Njaka Henri,  tamin’ny   namoahany  ny datim-pifidianana. “Miala amin’ny 24 septambra izany  ny filoham-pirenena”, hoy ny Malagasy miara-miainga .

 Tsy misy adihevitra intsony.  “Mametra-pialana amin’ny 24 septambra izany ny filoha am-perinasa raha hatao amin’ny 24 novambra ny fifidianana filoham-pirenena fihodinana voalohany. Raha toa ka  ho kandidà  izy… nefa efa ho kandidà ny tenany”, hoy ny mpanorina ny Malagasy  miara-miainga, ny  asabotsy teo teny Ilafy. Nohitsiny avy  hatrany fa tsy tokony  handeha hivoaboaka any ivelany hanao sonia fifanarahana  hamatorana ny vahoaka malagasy sy ny firenena intsony ny mpitondra  na hanimbana ny hoavin’ny taranaka.  Fitantanana  vonjimaika sy fampandehanan-draharaha sisa ataon’ny  mpitondra ato anatin’ny enim-bolana.“Atsaharo  izany  ary  aoka hohajaina  ny lalàmpanorenana. Matoa niteny iny  daty  iny ny  minisitra, efa fanapahan-kevitry  ny mpitondra izany. Nokobokoboin’ny marina   tao izany fa saika hafenina  ilay  daty… Ny lalàm-pifidianana  aza,  tsy mbola nolanina nefa mamoaka ny daty ny minisitra any ivelany any amin’ny vahiny… Vonona hatrany izahay Armada na izany  aza ”, hoy ihany izy.

Efa mivonona hanala ny mpitondra  ny vahoaka

Notsiahiviny  fa herintaona ny  niandrasana izany tetiandro  izany, saingy tsy nahazo  valiny ny Malagasy. Nanteriny fa miandry  am-pitoniana izany fifidianana  izany ny vahoaka ary mivonona  ny hanala ireo mpitondra ireo amin’ny toerany.

Etsy andaniny, natsidiny fa mbola hiady koa ny depioten’izy  ireo amin’ny tsy tokony  hanekena ny famerana ho fito andro monja ny fampielezan-kevitra amin’ny fifidianana  filoham-pirenena, fihodinana  faharoa.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny kaonfederasiona» : 24 ireo mpilalaon’ny Fosa Jr hanafika an’i Maorisy

Delegasiona mafonja no mandrafitra ny ekipan’ny Fosa Junior, hiatrika ny lalao ampaha-16-n-dalana mandroso, amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona” (Caf), taranja baolina kitra. Fihaonana hikatrohana amin’ny ASPL 2000 Maorisy, ny alarobia ho avy izao. 24 ny isan’ireo mpilalao nentin’i Bob sy i Menakely hanatrika izany lalao izany. Nentin’ny tomponandraikitra avokoa ireo mpilalao rehetra mba hijery ny fizotry  ny lalao any an-toerana, araka ny fanazavana.

Tanjon’ny Fosa Junior, amin’ity lalao voalohany ity, ny tsy hidiram-baolina fa hampiditra baolina any an-tanin’olona. Nambaran’ireo mpanazatra ny Fosa Jr fa efa ela no tsy nahalalany intsony ny baolina kitra ao Maorisy. “Manana ny fahaiza-manaony ny ASPL matoa tafita amin’izao dingana izao ka tsy azo atao antsirambina. Tsy maintsy mitandrina amin’ny fomba filalao”, hoy i Bob.

Tsiahivina fa hanomboka amin’ny 2 ora 30 mn, folakandro eto Madagasikara ny lalaon’ny roa tonta, raha tsy misy ny fiovana.

Tompondaka

-Mpiandry tsatoby : Damien ; Kandy ;Valdano

-Vodilaharana : Théodin ; Mario ; Doda ; Andry Max ; Andry ; Dino ; Lôlôdy ; Eleffoni

-Irakiraka : Donga ; Baggio ; Rado ; Dax ; Santatra ; José Alain ; Babà ; Dahery ; Gildas ; Thierry ; Babou

-Lohalarana : Jean-Yves ; Biesna

 

News Mada0 partages

Rugby à 7 – «Aroi U16 / U18» : nifampizaran’ny Makis sy i La Réunion ny amboara

Tsy mbola tena afa-bela tanteraka amin-dry zareo Reonioney ny Malagasy eo amin’ny fiadiana ny «Amboaran’ny ranomasimbe Indianina» (Aroi), taranja rugby ho an’ny sokajy zandriny U16 sy U18. Nizara ny fandresena, tamin’ity.

 Nisasahan’i Madagasikara sy i La Réunion ny fandresena teo amin’ny fiadiana ny «Amboaran’ny ranomasimbe Indianina»,  taranja rugby à 7 “Aroi”, sokajy zandriny. Fihaonana, notanterahina tetsy amin’ny kianja Alarobia, ny asabotsy lasa teo. Ny Makis de Madagascar 1, teo amin’ny sokajy U18, ary i La Reunion 1 kosa, ho an’ny U16. Ireo ny nandrombaka ny fandresena  tamin’izany fifaninanana izany.

Anisan’ny lalao niady ary nampitsanga-mitoetra, hatramin’ny voalohany ka hatramin’ny farany ny famaranana, ny teo amin’ny U18, satria efa tany amin’ny fanalavam-potoana vao tafavoaka ho mpandresy, tamin’ny isa 29 no ho 25, ny Makis de Madagascar. Baolina tafiditra tamin’ny alalan’ny “mort subite” ny nibatan-dry zalahy ny amboara.

Raha ny fizotry ny lalao, nifandimbiasana ny nitarika ny isa. Na izany aza, samy hafa ny teknika niseho teny ambony kianja. Nitondra ny fanafihany tao anatin’ny tositosika ny Reonioney, izay nanantombo teo amin’ny haben’ny vatana. Tamin’ny alalan’ny hazakazaka kosa ny an’ny Malagasy, notarihin-dry Mick sy ry Jean-Yves ary i Tony sy i Dina.

Tamin’ny isa mazava, 31 no ho 7, kosa ny nandresen’i La Réunion 1 ny Makis 1, teo amin’ny U16. Noverezin-dry zareo Reonioney, tao anaty “avant” ny boaikely malagasy. Tsy ampy natosik’izy ireo mihitsy mantsy ry zalahy ka nisesy ny baolina nentin-tanana.

Horaisin’i La Réunion kosa ny fifaninanana, ho an’ny sokajy vehivavy “sénior”, amin’ity “Aroi” ity, ny 17 sy 18 marsa ho avy izao. Tsiahivina fa tompon’ny anaram-boninahitra farany  tamin’izany ny Makis de Madagascar.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

RN 3 – Ambaniandrefana : ramatoa maty voahitsaky ny kamiao

Maty tsy tra-drano ilay renim-pianakaviana 53 taona voadonan’ny kamiao tao kaominina ambanivohitr’Ambaniandrefana Talata Volonondry distrika Antananarivo Avaradrano, RN 3, ny asabotsy tolakandro teo…

 Teo amin’ny PK 26 + 900 amin’iny RN 3 iny no nitranga ny loza. Nitondra moto Scooter ity renim-pianakaviana niharam-boina ity. Nifanena tamin’ilay kamiao “double cabine” tao anaty fiolahana izy ka tsy afa-niala intsony. Vokany, maty tsy tra-drano ary potika tanteraka ilay moto vaky ihany koa ny aroloha nentiny. Nandriaka eran’ny arabe ny rany. Tsy fantatra marina izay antony nahatonga ny loza tao anaty fiolahana fa notetezin’ny kodiaran’ny fiara mihitsy ity renim-pianakaviana ity.

Tonga teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny “poste avancé”-n’i Talatavolonondry nanao fanadihadiana. Natao fanadihadiana avy hatrany ny mpamilin’ilay fiara namoa-doza. Nomena ny fianakaviana avy hatrany kosa ny razana taorian’izay.

Fa olona efatra koa naratra vokatry ny lozam-piarakodia nitranga teny Alarobia Amboniloha, Ivandry akaikin’ny Pulman, ny asabotsy maraina teo. Araka ny fanazavan’ny zandary, fiara Volkswagen nentina tovolahy iray 18 taona ity namoa-doza ity. Niala mpihazakazaka teo alohany ilay mpamily, saingy tsy nahafehy familiana intsony ka nifaoka fiara nijanona tamin’ny sisin-dalana ankavanana ary nikipily niankavia ary nandona mpihazakazaka hafa avy any aoriana. Vokany, olona efatra naratra ka ny iray no tena maratra mafy. Nalefa haingana eny amin’ny hopitaly HJRA ireo naratra. Nahitana fahasimbana ihany koa ilay fiara nandona sy ilay fiara nofaohiny.

Ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Tanà Ville no misahana ny fanadihadiana ity raharaha ity.

J.C

News Mada0 partages

Italia : nodimandry i Astori, kapitenin’ny Fiorentina

Misaona ny tontolon’ny baolina kitra any Italia, amin’izao fotoana izao. Nindaosin’ny fahafatesana tampoka mantsy i Davide Astori, kapitenin’ny Fiorentina. Ny asabotsy hifoha ny alahady lasa teo no natory tsy nifoha tao amin’ny efitranon’ny hotely nipetrahany, ao Udine, Itompokolahy.

Voalazan’ireo gazety maro mpiseho any an-toerana fa antony nahafaty azy ny fijanonan’ny fo tampoka. Mbola manamarina izany anefa ny dokotera, amin’izao fotoana izao. 31 taona i Astori, izao nindaosin’ny fahafatesana izao. Marihina fa tokony hiatrika lalao ny Fiorentina, omaly alahady, saingy natsahatra izany noho ny fisian’izao loza mahazo ny Fiorentina izao.

Mpilalao manana ny maha izy azy i Astori, indrindra fa rehefa miatrika lalao goavana. Matotra ary manana fanapahan-kevitra miavaka manoloana ny mpifanandrina aminy. In-14 izy no voaantso tao amin’ny Squadra Azzura, ekipam-pirenen’i Italia. In-286 niatrika lalao tao amin’ny “Serie A” ary nahafaty baolina 7. Klioba telo ny nilalaovany fony fahavelony : ny Cagliari, ny AS Rome ary ny Fiorentina.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

”Kidnapping” tsy namokatra… : jiolahy iray rotiky ny balan’ny polisy

Nirefodrefotra ny poa-basy teny Isoraka sy ny manodidina nandritra ny fifampitifirana teo amin’ireo jiolahy nikasa hanao fankana an-keriny teratany karana, ny alarobia teo. Jiolahy iray maty voatifitra. Tratra tany aminy ny basy PA iray niaraka tamin’ny bala telo. Andian-jiolahy miisa fito no nikasa hanao fakana an-keriny teratany karana iray tetsy Isoraka Tsaralalana, ny 28 febroary 2018 teo. Tsy tontosa anefa izany satria tonga ara-potoana ny polisy nifanenjika tamin’ireo mpanao ratsy. Nahazo loharanom-baovao mialoha izy ireo ka afaka nisoroka ity fikasan-jiolahy haka an-keriny ity. Nohamafisin’ny polisy fa iray volana mialoha io andro io no efa nisy ny loharanom-baovao voarain’izy ireo momba ity fikasana haka an-keriny teratany karana ity. Fantatra ihany koa fa efa manomana ny paikady rehetra ireo andian-jiolahy ary nifanao fotoana izy ireo ny 26 febroary 2018 fa hifampizara fitaovam-piadiana sy ny andraikitry ny tsirairay avy amin’io fotoana io sy aorian’ilay fakana an-keriny. Heno tamin’izany fa misy fiara miisa roa hampiasaina sy fitaovam-piadiana toy ny Kalachnikov sy PA ary basy vita gasy ihany koa homena ny tsirairay avy. Efa niatrana niandry ilay fotoana nifanomezana, araka izany, ny polisy kanefa tsy raikitra tampoka tamin’ny ora farany indray izany. Nahazo loharanom-baovao indray ny polisy fa horaiketin’ireo olon-dratsy ihany ity fakana an-keriny karana ity, ny talata 27 febroary 2018 ary voalaza fa efa miainga any Ambodivona ireo jiolahy hanatanteraka izany.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : la force, oui, mais de quel côté ?

Il est un sujet de conversation qui ne connaît pas de frontière, ni de quartier, ni de classe sociale, ni même de région. Ce sujet, c’est l’insécurité. Les problèmes ne sont pas tout à fait les mêmes selon qu’on habite les confins du pays bara, un petit village sur les Tampoketsa, les quartiers chauds des grandes agglomérations ou les nouveaux ghettos qui donnent l’illusion d’être protégé du maëlstrom quotidien.

Loin là-bas, dans le far west local, il y a les malaso et pour en préserver les villageois, il y a les gendarmes. Quand on ne vit pas dans ces contrées sauvages, on lit les exploits et les échecs des forces de l’ordre en se disant qu’on est bien mieux ici, dans les villes. A ceci près que dans les villes, les cambrioleurs et les ravisseurs nous empêchent de dormir sur nos deux oreilles. Alors dans les villes, on a trouvé la panacée à presque tous nos problèmes : c’est l’agent de sécurité.

Sous des cieux moins cléments que le nôtre, l’agent de sécurité est souvent un ancien militaire ou un ancien barbouze reconverti à la vie civile. On imagine, peut-être à tort, un croisement de Rambo et de Bob Denard, visage buriné, bras musculeux et langage fleuri… C’est parce qu’on regarde trop de films. Sous notre tropique, ces reconversions ne relèvent pas nécessairement des agences qui ont pignon sur rue.

Par chez nous, l’agent de sécurité ne  s’identifie pas au héros qui va sauver le monde ou au justicier sans peur et sans reproche. Non… Par chez nous, l’agent de sécurité est l’arbre qui cache une forêt de chômeurs à la recherche d’un emploi stable.  Il ne va pas tenter de gagner sa vie et celle de sa famille à Maurice, aux Seychelles, au Moyen-Orient ou en Chine. C’est sa sœur ou sa femme qui ira. Lui reste au pays, il garde les meubles.

Autour de lui, une forêt d’hommes à qui on propose de revenir le lendemain. Ils vont d’abord boire une bière ou un godet de rhum. Après, ils se souviennent des problèmes d’insécurité. Les plus audacieux et les plus désespérés, ce sont parfois les mêmes, optent pour le côté obscur de la force.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Quelques si ?…

Si… au lieu de l’inepte conception : un chemin de fer de l’État doit gagner de l’argent, nous passions à l’autre idée : le Tananarive-Côte-Est doit coûter de l’argent à la Colonie… il est infiniment probable qu’il rapporterait des millions à la colonisation.

Si… au lieu de rester campés, à la façon des Turcs en Europe, sur notre langue de sable tamatavienne, dans des cahutes en bois qui sont vétustes en moins de quinze ans, nous nous décidions à nous installer confortablement, tout le monde nous prendrait au sérieux et Tamatave entrerait en propriété de ce titre qu’elle ambitionne : la Métropole maritime de Madagascar.

Si… au lieu de «faire du bénéfice», le T. C. E. nous apportait tuiles, carreaux et briques de l’Émyrne cela serait !…

Du même coup, l’Émyrne doublerait son activité et le T. C. E., au lieu d’être un luxe, deviendrait un « outil » dans la bonne acception moderne de ce mot.

Si… au lieu d’essayer d’exposer des bateaux dans le petit gulf-stream qui, venant du large, longe le quai de la douane, nous installions un chapelet de turbines, sur apparaux flottants, le long de ce courant, instantanément la Fée électricité inonderait Tamatave de lumière, multiplierait les ventilateurs partout, lancerait les industries à domicile, en ferait une ville agréable, industrieuse, opulente, qu’on viendrait de très loin visiter, et où beaucoup décideraient de s’installer.

Si… au lieu de nous en tenir au passé, d’accuser l’administration – qui n’est en somme que le reflet de nous-mêmes –, nous voulions entrer dans le moderne et, sans copier servilement l’étranger, nous approprier ce qu’il y a de bon, de «fonctionnant» chez lui, instantanément nous obtiendrions des résultats merveilleux.

Mais… il est malheureusement probable qu’il passera encore pas mal d’eau inutile devant la Douane avant que ces choses-là s’accomplissent !

En mission

Nous apprenons avec plaisir que M. Carougeau, chef du service vétérinaire, rentrera en France prendre part au Congrès colonial.

Il sera vraisemblablement entendu par la commission du cheptel. Les renseignements qu’il fournira éviteront sans doute au gouvernement de commettre une erreur et de gaspiller les deniers des contribuables.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; resaky ny mpitsimpona akotry :Hajejona !!! Any ivelany no anambarana vaovao mahaliana ...

« Raha misy potraka am-pilanjana jereo kely fa i jejolahy na ikala pilaka ». Tsy mba nihira kalon’ny ankizy toy io angamba ingahy Minisitry ny Raharaham-bahiny foiny fahazazany ka tsy ampy fahamalinana rehefa mandray fitenenana. Ny dokadoka ataon’ireo mpanao gazety any ivelany koa mora mandaitra amin’izay tia deraina ka tsy maharitra ireo jefijefy fa mamboraka ny nafenina. Tsy voalohany izao no nisolifatra tamin’ny fibontsombotsonana toy izany ny manam-pahefana tamin’ity Repoblika faha-efatra ity, ny ambonibony no ingahy ministra aza efa impiry impiry no nisolifatra toy izao. Hay ve efa tapaky rizareo tao ny fotoana hanaovana na ny fihodinana voalohany na ny faharoa mikasika ny fifidianana filohampirenena, fa arakaraky ny fahamaizan’ny mpanohitra sy ny mponina ahafantatra an’io daty io no nigejana ny fanambarana azy. Sendran’ny fahajejona anefa ka niposaka ho azy ny nafenina. Loza anefa ny vokatra izany tsy fahaizana mifehy tena izany, ny fanamborahana an’ity vaovao ity tany ivelany dia noraisin’ny olona toy ny fanamavainan-danja an’i Ramalagasy, namela azy ho tompon-trano mionina.

Tsy misy fitsaharana ny fitakin’ny vahoaka ny fampilazana ny andro ikasana anaovana ny fifidianana, fampifilafilana no valiny. Avonavona tsy mihoatra an’izany. Tsy zakan’i ry zalahy ao amin’ny fitondrana no tsy ampiseho fa izy no tompom-pahefana. Ity fitakin’ny vahoaka ity dia nohon’ny fanirin’ny rehetra fisin’ny filaminana manodidina ny fifidianana, ny filaminana anefa dia tsy tongatonga ho azy, ny tsy fisin’ny lanja miangatra anisan’ny rariny tsy maintsy hajaina raha tiana hitoetra ny filaminana. Ny fandravaravana ny fitovizan-jo anefa no imasoan’ny fitondrana amin’izao fotoana izao. Voarara ho an’ny rehetra ny famoriana vahoaka, eo ankilan’izany anefa tsy mitsahatra mitsidika ny vazan-tany eto amin’ny nosy ary manangom-bahoaka Ingahy Filoha izay na mbola tsy nilao-bava hilatsaka aza dia efa namany manao fampielezan-kevitra eo amin’ny fakariny sy eo amin’ny fihetsiketsehana asehon’

ny tandapa sy antoko mpanohana azy

Asa aloha raha tena mahafantatra tsara na tsia ny fotoana andro tinapaka ingahy Minisitra nanome an’ireo daty, fa dia efa maninona loatra no tsy atao andro mitovy ohatra samy alahady na samy asabotsy ilay fotoana anaovana ny fihodinana roa. Sa izay ny tonon’andro notondron’I DadaRabe ? Sanatria soa dia noho io andro io andro firavoana ka «Deuxième tour any dia vita ny aminy».

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : n’oubliez pas de râler,c’est pour une bonne cause

Supporter l’insupportable le sourire aux lèvres, subir en serrant les dents, faire de la résignation une arme silencieuse, on connaît. C’est l’expression d’une bonne éducation et d’un savoir vivre à toute épreuve. Mais râler de temps à autre, non seulement ça fait du bien mais il arrive que ça porte des fruits inattendus et inespérés! Imaginez que lassé par les choristes qui animent votre quartier à une heure indue vous appeliez le commissariat. Imaginez qu’on vous réponde et qu’une patrouille soit envoyée auprès des chanteurs pour leur faire comprendre, avec fermeté, que les bonnes gens voudraient dormir. Imaginez surtout que c’est possible. Vous n’y croyez pas ? C’est que, résigné et blasé, vous n’avez jamais essayé d’appeler le commissariat.

News Mada0 partages

Mampiasa ny teknolojia vaovao : mampivoatra ny fampitana lesona ny TNI

425 hatramin’izao ireo mpampianatra voaofana  momba ny fikirakirana ny Tableau numérique interactif (TNI) raha 600 ny tanjona. « Fitaovana iray hampivoarana ny fanabeazana any an-dakilasy ho an’ny taranja rehetra indrindra ny fampianarana ny matematika ny TNI », hoy ny teknisianina ao amin’ny INFP, Rajosovelo Rivo. Voaporofo fa mora raisina kokoa ny lesona amin’ny fampiasana ireo fitaovana mikirakira ny teknolojia vaovao ao an-dakilasy. Ahitana « caméra », « ordinateur », « vidéo projecteur »… fakan-tsary sy vidéo ny fitaovana ka ny mpampianatra ihany no mitady ny fomba tsotra amin’ny alalan’ny lalao ny fampitana ny lesona.

Nahazo fitaovana TNI valo vaovao ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny herinandro lasa teo avy any amin’ny Unesco haparitaka amin’ny Dren sy ny Cisco. Andiany faharoa izao fampitaovana izao satria efa notoloran’ny Unesco TNI 13 ny minisitera ny taona 2017 ary nampiasaina teny anivon’ny CEG maromaro. « Tafiditra amin’ny fampianarana nomerika ny tetikasa », hoy ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny Fanabeazana nandritra ny fandraisana ny fitaovana teny Mahamasina.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fampianarana : mpianatry ny lycée 20 hianatra teny anglisy

 Niarahaba ireo mpianatra 20 avy amin’ireo liseam-panjakana eto an-dRenivohitra sy ny manodidina ary nisitraka ny fandaharanasa “English Microscholarship Access Program” ny masoivoho amerikana Robert T. Yamate nandritra.

 Maharitra roa taona ny fiofanana momba ny teny anglisy ataon’izy ireo ary ny departemantam-panjakana amerikanina ny miantoka izany. Miandraikitra ny fampianarana ny fikambanana Thriving Youth Madagascar Association (TYMA)  ary miara-miasa amin’ny Centre national d’enseignement de la langue anglaise (Cnela) izy ireo amin’ny fampiantranoana ny fampiofanana.

Fandaharanasa natao hanampiana ireo mpianatry ny liseam-panjakana avy amin’ny fianakaviana sahirana hanamafisana ny fahaizan’izy ireo teny anglisy amin’ny alalan’ny fampianarana ivelan’ny oran’ny sekoly ny “English Access Microscholarship Program ».

Manokatra varavarana mankany amin’ny fiofanana sy asa tsara kokoa ny fifehezana ny teny anglisy. Mitarika mankany amin’ny fisitrahana ireo fiofanana sy fianarana any Etazonia, ary indrindra manitatra ny fahalalana ny soatoavina demokratika sy kolontsaina amerikanina izany.

 Efa mihoatra ny 100 000 ireo mpianatra avy amina firenena anjatony nandray anjara amin’ity fandaharanasa ity. Nianatra ny teny anglisy izy ireo sady nandalina ny kolontsaina amerikanina ary samy nampiasa ny fahalalana norantoviny hanatsarany ny fiainany. Nankasitrahan’ny masoivoho amerikanina tetsy andaniny ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ireny izay sady nanohana no nandrisika ireo mpianatra hananan’izy ireo fahasahiana miatrika fifaninanana sy manitatra ny fahalalany.

 Betsaka ny tombontsoa azon’ny mpianatra

Isaky ny alarobia hariva sy ny asabotsy maraina no mandalina teny anglisy ireo mpianatra ary miampy fiofanana mafonja mandritra ny tapa-bolana izany. Mandritra io tapa-bolana io, sady misy ny fampianarana no misy ny fampivelarana ny maha olona amin’ny alalan’ny hetsika kolontsaina toy ny fijerena sary mihetsika, ny dihy sy ny hira ary ny fitsidihana toerana maro samihafa toy ny masoivoho amerikanina, ny oniversiten’Antananarivo, ary ireo orinasa sy toerana manan-tantara eto an-dRenivohitra sy ny manodidina.

Misy ihany koa ny fiaraha-misakafo amin’ireo mpampianatra ahafahan’ireo mpianatra mampihatra ny teny anglisy ivelan’ny rindrina sy ny rafitry ny sekoly. Manampy ireo ny fampianarana momba ny fikirakirana ny solosaina.

Avy  amin’ny lycée LMA Ampefiloha, lycée Ambohidratrimo,lLycée Ambohimanarina, lycée Ambohitrimanjaka, lycée Andohalo, lycée Itaosy, lycée Ivato, lycée Nanisana, lycée Rabearivelo, lycée Talatamaty, lycée Technique et professionnel d’Alarobia ary ny Akany Avoko Faravohitra ireo mpianatra nisitraka ity fampianarana teny anglisy ity.

Tatiana A

News Mada0 partages

Opération « tsidika » : les lycées publics à l’heure des évaluations

Des évaluations se préparent au sein des 430 lycées publics à travers le pays lycées. Cette initiative de la Direction des études et de l’inspection pédagogique de l’enseignement secondaire (Deipes), au sein du ministère de l’Education nationale (Men), a pour objectif principal de déceler les imperfections dans la gestion des établissements. C’est ce qu’a informé le directeur de la Deipes, Prisca Randrianarisoa, à l’occasion de la rencontre du Cercle de réflexion des proviseurs d’Analamanga, vendredi dernier, dans les locaux du LMA à Ampefiloha.

« Quatre points essentiels, tels que la gestion financière, l’administration, l’infrastructure ou encore la pédagogie, seront analysés de près » a précisé notre source.  Sur ce dernier point, l’assiduité des enseignants ou encore leur respect des horaires d’enseignements feront, entre autres, l’objet d’un contrôle particulier. Cette intervention consiste également à préparer le terrain de travail

des 64 futurs inspecteurs de l’éducation secondaire, qui finalisent leurs formations cette année.

En attendant, les proviseurs d’Analamanga essaient de voir ensemble comment atteindre cet objectif en se partageant leurs acquis en matière de leadership et du développement de partenariat.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Opération de sécurisation : arrestations à Behoririka et Antanimena

L’opération d’assainissement menée par le Commissariat de sécurité  publique du 3e arrondissement (CSP 3) accumule les succès. Des arrestations ont été procédées, à Behoririka et Antanimena, le week-end dernier.

Une descente inopinée des éléments du CSP3 d’Antananarivo a permis l’arrestation de 4 individus aux allures suspectes, postés nonchalamment aux arrêts d’autobus

à Antanimena, réputé zone rouge en matière de vols à l’esbroufe, le week-end dernier. Des sabres ont été saisis sur eux lors des fouilles systématiques opérées à leur arrestation. Un autre a été pris en flagrant délit de vol de téléphone à l’arrêt d’autobus, sous le pont de Behoririka, par des policiers en civil dans la même journée.

Deux autres malfaiteurs munis d’armes blanches ont aussi été neutralisés par ces éléments de la police après une course-poursuite à Ankadifotsy auparavant. Les interpellés ont été placés en mandat de dépôt après présentation au Parquet.

Manou

 

News Mada0 partages

Analamanga : grande communication des luthériens à Antananarivo

L’Eglise luthérienne malgache prévoit un grand rassemblement de ses élites dans la capitale, le 10 mars prochain. Des communications sur les relations entre christianisme et pouvoir composeront le menu principal de la rencontre.

Analamanga abritera, dans sa capitale Antananarivo, la grande concertation des personnalités de confession luthérienne, organisée par  l’Eglise luthérienne malgache (FLM), en concrétisation des résolutions prises par la Communauté œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) lors de sa 40e Assemblée générale vers la fin de l’année 2017.

La place de l’église dans les affaires nationales et son rôle durant la période électorale seront définis au cours de la concertation où une charte de développement devra être mise sur pied. Les politiciens, les candidats, les dirigeants et ceux qui ont été au pouvoir, ainsi que les financiers membres de cette église, sont invités à assister à cette grande communication qui sera organisée à la FLM Fanantenana des 67ha Sud, pour bénéficier des directives conformes aux Saintes Ecritures dans tous leurs actes à venir.

Le révérend Dr David Rakotonirina, président national de l’Eglise luthérienne malgache (FLM) a précisé en outre que cette initiative doit respecter l’esprit d’objectivité propre aux églises chrétiennes et ne servira en aucun point ni à critiquer ni à louer une tendance définie.

Clôture de jubilés

Le bureau national de l’Eglise luthérienne malgache tient aussi à informer le public des préparatifs ayant trait à la cérémonie de clôture de la célébration du jubilé du 150 e anniversaire de la FLM, le 26 mai prochain, au théâtre de verdure d’Antsahamanitra et, le 27 mai, à Mahamasina.

La construction d’un bâtiment pour les services administratifs du bureau national à son siège d’Isoraka marquera cette année de jubilé, selon les organisateurs. La célébration du 500e anniversaire du Réformisme, initié par Luther, sera aussi clôturée en parallèle, ont révélé les membres de ce bureau national, lors d’une rencontre avec les médias.

Manou

 

News Mada0 partages

Association : Zanta met en cause les dirigeants

Les «zanaka Antalana» (Zanta) se sont donné rendez-vous, en fin de week-end, au kianjan’ny Kanto, pour présenter leurs vœux en cette année 2018. Le secrétaire général de l’association, Jean Brunelle Razafintsiandraofa, a profité de l’occasion pour raffermir les objectifs de cette association.

«Les membres de Zanta poursuivent les actions en vue d’apporter leur contribution pour le développement du district d’Ikongo et de s’entraider socialement. Nous projetons d’organiser en août ou septembre un tournoi de lutte sur place», a-t-il déclaré.

Du coup, le député d’Ikongo en a profité pour réagir face à la hausse incessante des prix du carburant.

«Je suis contre la déclaration des dirigeants sur la question de vérité des prix pour les carburants. Cette vérité des prix est appliquée à ceux qui ont un Smig de 1500 euros et non à Madagascar où un cadre ne touche que 120 euros. Alors, prenez vos responsabilités. Si vous voulez appliquer cette vérité des prix, alors, augmentez le salaire et le pouvoir d’achat des Malgaches», a-t-il conclu.

Rakoto

 

News Mada0 partages

PDG Kolo TV/FM : « aoka tsy hisy zanak’Ikalahafa »

 Nisokatra amin’ny fomba  ofisialy, ny asabotsy teo, ny fanamarihana ny faha-5 taon’ny  Kolo TV/FM. Nivoitra tamin’ny lahatenin’ny filoha  tale  jeneraly (PDG), Andrianainarivelo  Hajo ny ezaka hanomezana fahafaham-po  ny mpijery sy ny mpankafy. Mbola betsaka koa ny dingana hatao. « Ny tokony  hisokafan’ny Kolo TV/FM manerana ny Nosy. Maro  ireo liana sy te hahita na  te hihaino ka  tsy tokony hanao mizana tsindrin’ila na misy atao zanak’Ikalahafa. Mba hananan’ ny   vahoaka safidy amin’ny vaovao arahina », hoy izy.  Nirary soa ireo mpanohana  sy ny mpiara-miasa  rehetra ny tenany. Nialohavan’ny lanonambe iarahana amin’ny mpijery sy ny mpihaino izany. Niaka-tsehatra teo anoloan’ny fakan-tsary avokoa ireo mpanentana sy mpanolotra fandaharana rehetra. Anisan’izany ny nanehoana ireo nahazo loka tamin’ny fanaovana « Cover bande originale », nokarakarain’ny Kolo TV/FM. Ny niainan’ny tsirairay ny dimy taona na ny hafaliana na ireo nampalahelo koa aza. Ankoatra izany,  nifanakalozan-kevitra ireo karazana fandaharana maneho ny mampisongadina ny Kolo TV/FM mitaha amin’ireo haino aman-jery hafa. Tsiahivina fa mbola hitohy mandritra ity taona ity ny  hetsika fanamarihana sy fankalazana izany tsingerintaona  fahadimy izany.

Synèse  R.

News Mada0 partages

« Nosy Be Jazz Festival »: hiara-dalana ny fizahantany sy ny kolontsaina

Efa tsara ny fanantenana amin’ny fahombiazan’ny hetsika. Nitombo ny mpandray anjara, nivelatra ihany koa ny « Nosy Be Jazz Festival ».Raikitra ihany ! Tokony ho notontosaina ny volana oktobra lasa teo, kanefa voatery nahemotra noho ny pesta ny andiany faharoa amin’ilay hetsika « Nosy Be Jazz Festival ». Na dia teo aza ny fahasahiranana naterak’izany, toa nahatsara zavatra ihany, satria dia hotontosaina ny 31 marsa hatramin’ny 2 avrily izao, izany hoe ao anatin’ny fetin’ny Paka ity hetsika ity.« Amin’ny maha hetsika iraisam-pirenena azy, handray mpanakanto vahiny mpiangaly ny jazz isika, hiaraka amin’ireo manan-talenta eto an-toerana. Tsy hizara mozika fotsiny anefa ny tanjon’ny « festival » fa eo ihany koa ny fanandratana ny fizahantany, tsy ho an’ny vahiny ihany fa indrindra koa ho antsika eto Madagasikara », hoy ny nambaran’i Niry Ravelojaona, filohan’ny komity mpikarakara ny hetsika.Ho marik’izay fisokafan’ny hetsika amin’ny  iraisam-pirenena izay ihany, fantatra fa misy ny fampivadiana ny “Nosy Be Jazz Festival” amin’ny “Bari in Jazz”, hetsika iray ho an’ny jazz ihany koa, izay any Italia. Hotontosaina ny 15 jona hatramin’ny 29 jolay ny azy ireo, ka hisy ny fampiarahana talenta hataona mpanakanto malagasy sy italianina, haseho amin’ireo hetsika roa ireo. Andaniny, i Silo sy i Tsanta Randriamihajasoa ary ankilany kosa i Nabil Bey sy Gianni Lenoci).Mpanakanto marolafyRaha toa ka nandray an’i Stéphane Belmondo sy i Jacky Terrasson ny andiany voalohany, handrasana kosa i david Linx sy Pierre-Alain Goualch (Frantsa sy Belzika), Giani Lenoci Nabil Bey (Italia sy Palestine), ary i Lionel Belmono Laurent Fickleson (Frantsa) amin’ity. Eo amin’ny mpanakanto malagasy, hahitana ireo tanora manan-talenta mivondrona ao amin’ny Jazz Club CGM sy ny Full Vao Band. Hanampy izany ireo ny mpanakanto malagasy mivelatra any am-pita, toa an’i Lalatiana, Solo Razafindrakoto ary i Aina Cook izay arahin’i Kyle Allen. Hanokatra ny lanonana eto Antananarivo ireto farany ny zoma 23 marsa, etsy amin’ny Plaza Ampefiloha.Tsy hatoro intsony fa efa malaza maneran-tany ny hatsaran’i Nosy Be, ary misarika mpizahatany maro izany isan-taona. Hantenaina kosa fa anisan’ireo hanampy ny isan’ny mpitsidika ny fisian’ny “Nosy Be Jazz Festival”, izay anatin’ny fialan-tsasatra raha ho an’ny eto Madagasikara. Noho izany indrindra, misy ny fanamorana ny fandehanana any Nosy Be, miampy ny fivahiniana izay homanin’ny komity mpikarakara ho an’ireo liana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fête de la musique : une audition haute en couleur

Fidèle à son rendez-vous annuel, la Fête de la musique aura lieu, cette année, le 16 juin. En amont, les jeunes talents qui méritent d’être connus et reconnus dans la sphère artistique ont passé l’audition, samedi dernier, à l’Alliance française d’Antananarivo pour.

A l’issue de l’inscription du 15 janvier au 24 février, une trentaine de groupes de chanteurs ont été retenus dans la liste pour le compte de la capitale. En solo, en duo ou en groupe, les prétendants se sont produits devant les membres du jury. Selon l’avis de ces derniers, la moisson riche a rendu complexe la liste des sélectionnés qui va être prononcée ce jour.

«Durant les précédentes éditions, “la Fête de la Musique” a marqué les esprits avec plus de 66 000 spectateurs dans 29 villes. Elle s’est déroulée sous le haut patronage du ministère de tutelle. Il s’agit d’un évènement mondial car, non seulement en France mais aussi dans toutes les Alliances françaises du monde, les musiciens locaux y sont invités à faire découvrir leurs talents», rapporte un communiqué.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Tenisy U12 : fantatra ireo handrafitra ny ekipam-pirenena

 Tontosa, ny zoma lasa teo, tetsy amin’ny kianja Acsa Ambohidahy, ny lalao fifantenana ireo mpilalao tenisy, sokajy zandriny U12. Fantatra avokoa, araka izany, ireo mpilalao ao anatin’ny ekipam-pirenena, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka ho an’ireo firenena aty amin’ny tapany atsimon’i Afrika (Afrika Aostraly) isan-tarika.

Raha ny vokatra, ireo telo voalohany eo amin’ny lehilahy sy vehivavy no handrafitra ny ekipam-pirenena. Saika voahaja ny lojika satria tafita amin’izany avokoa ireo mpilalao efa manana ny lazany.

Anisan’izany Rasendra Miotisoa, eo amin’ny vehivavy, sy Andrianafetra Miarana. Izy mirahavavy izay niatrika ny famaranana tamin’ity ka nivoaka ho mpandresy i Miotisoa. Tsiahivina fa efa niatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika Aostraly, natao tany Maorisy, izy mirahavavy ireto. Tombony ho azy ireo izany ny traikefa ananany. Nitana ny laharana fahatelo Rakotomalala Fikasana.

Teo amin’ny lehilahy, nisongadina ny fahaizan-dRabarijaona Tefy Ranja, izay nanilika an-dRaharinosy Andrianaivo Harena, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/4 ; 6/3). Nandrombaka ny laharana fahatelo Rajaobelina Tody Avo, izay nandavo an-dRaoily Matio, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/4 ; 6/2).

Tsiahivina fa hotanterahina any Bulawayo, Zimbaboe, ny 14 ka hatramin’ny 18 marsa avy izao, ity fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika Aostraly ity. Marihina fa hisolo tena an’i Afrika Aostraly any amin’ny tena fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, isan-tarika, ireo ekipa roa voalohany lahy sy vavy. Mandra-piandry izany, toy izao ireo mandrafitra ny ekipam-pirenena malagasy.

Torcelin

Vehivavy :– Rasendra Miotisoa– Andrianafetra Miarana– Rakotomalala Fikasana

Lehilahy :– Rabarijaona Tefy Ranja– Raharinosy Andrianaivo Harena– Rajaobelina Tody Avo

 

News Mada0 partages

Volley-ball – «CCCOI Zone 7» : tsara fiiditra ny ekipan’ny GNVB sy ny VBCD

 Samy nahazo fandresena avokoa ireo solontena malagasy lahy sy vavy, teo amin’ny andro voalohany amin’ny andiany faha-24 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, faritra fahafito (CCCOI  Zone 7), taranja volley-ball.

Tsara fanombohana ny GNVB sy ny VBCD, teo amin’ny andro voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, taranja volley-ball, ho an’ny faritra fahafito (CCCOI Zone 7). Fihaonana, tanterahina any Seychelles. Ny asabotsy lasa teo, resin’ny Zandary, tompondakan’i Madagasikara, tamin’ny seta 3 no ho 0 (25/12-25/7-25/12), ny Mtsangdoua, avy atsy Mayotte.

Nanantombo teo amin’ny fahaiza-miaraka sy ny traikefa ny ekipa malagasy, nanoloana an-dry zareo Mahorey. Nirafitra tsara ny fiarovantena ary totoafo tsy azo nosakanana ny daroka nataon-dry Eric sy ry Manou ary i Saina. “Tsara aloha ny mahazo fandresena amin’ny lalao voalohany. Nampiseho fahaiza-miaraka tsara koa ireo mpilalao, toy ny mahazatra. Nifantoka tamin’ny lalao haingana izahay. Ezahina ho toy izany koa ny fihaonana manaraka», hoy Razafinjatovo Honoré, mpanazatra.

Hifandona amin’ny Spikers Seychelles ny Zandary amin’ity alatsinainy ity. Ry zareo Seiseloà, izay efa resin’ny Camp Ithier, Maorisianina, tamin’ny seta 3 no ho 2, teo amin’ny andro voalohany.

Ho an’ny vehivavy indray, resin’ny VBCD teo amin’ny lalao voalohany, natao omaly alahady ny Oranges Club Sport d’Amitié de Rodrigues, ho an’ny sokajy «C». Nazava ihany koa ny fandresen’ny ekipa malagasy, tamin’ny seta 3 no ho 0 (25/22 ; 25/22 ; 25/17). Ny andrarezina, Anse Royale-n’i Seisela, no miandry ny VBCD, rahampitso eo amin’ny andro faharoa. Ry zareo Seiseloazy izay “favori” amin’ity fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina ho an’ny faritra fahafito ity. Saika izy ireo hatrany mantsy no nandrombaka izany fifaninanana izany.

Torcelin

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : fantatra avokoa ireo ekipa hiatrika ny «Play-off»

Tapitra, omaly alahady, ny fifanintsanana isam-paritra, eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, taranja basikety. Efa fantatra avokoa, araka izany, ireo ekipa 10 tafita hiatrika ny “Play-off”,  hotanterahina any Toliara ny 17 ka hatramin’ny 25 marsa ho avy izao. Namarana izany, omaly alahady ny faritra afovoany, natao tao amin’ny kianja Soavita Toamasina sy ny faritra afovoany atsimo, natao tao Matsiatra Ambony. Ho an’ity faritra ity, nandrombaka ny fandresena ny USF Matsiatra Ambony rehefa nandresy ny AMI Vatovavy Fitovinany, tamin’ny isa, 78 no ho 66.

Ho an’ny faritra afovoany indray, niatrika ny famaranana ny Cospn sy ny MB2 All, izay samy avy amin’ny ligin’Analamanga avokoa. Tsiahivina fa manohana ity fifaninanana ity ny Telma, nanolotra kitapo sy fitaovana hoentin’ireo ekipa tafakatra miatrika ny “Play-off”.

Torcelin

News Mada0 partages

Rugby : victoire partagée à l’Aroi U16/U18

Le stade d’Alarobia a été le théâtre de chaudes retrouvailles entre les îles sœurs de l’océan Indien, le week-end dernier, dans le cadre du tournoi U16/U18, sous la houlette de l’association rugbystique de l’océan Indien (Aroi) dans les catégories U16 et U18. La victoire a été partagée entre les jeunes rugbymen réunionnais et les Makis de Madagascar. L’équipe nationale 1 s’est adjugé le titre chez les U18 sur le score de 29 à 25 face à un paquet d’avant réunionnais qui n’a rien à envier aux jeunes joueurs internationaux.

Les Malgaches ont cependant misé sur un jeu très dynamique qui pouvait, à tout moment, changer le cours du jeu mais les conditions physiques du camp adverse ont pris le dessus. Pour leur part, les Makis U16 ont été pris à contre-pied par les Réunionnais sur le score fleuve de 31 à 7.

Inutile de dire que le Makis 1 ont eu du mal à repousser la mêlée adverse vu les essais inscrits par le camp adverse. Le président de Malagasy rugby a d’ores et déjà annoncé que le prochain de rugby à 7 dans la catégorie féminine sera abrité par La Réunion, les 17 et 18 mars.

Rojo N.

News Mada0 partages

volley-CCZ7 : les équipes malgaches intraitables

Journée glorieuse des équipes malgaches, hier aux Seychelles dans le cadre du Championnat des clubs de la Zone 7 (CCZ7). La GNVB a enregistré son deuxième succès tandis que VBCD ouvre son compteur victoire.

Les équipes malgaches tiennent la dragée haute aux autres formations de l’île soeur ! Après deux journées de compétition, la GNVB et VBCD sont quasi-assurées de disputer les demi-finales dans leurs catégories respectives.

Chez les hommes, la formation du coach Honoré Razafinjatovo a confirmé son statut de grande favorite en réalisant un parcours sans faute dans la poule B. En fait, après avoir dominé aisément les Mahorais de Mtsangadoua, lors de la journée inaugurale, par 3 sets à zéro, Fenozara et consorts ont confirmé face aux Mauriciens de Camp Ithier, hier lors d’un match digne d’une finale avant la lettre. L’équipe de la gendarmerie nationale malgache a dû puiser dans ses dernières ressources pour venir à bout de la bande à Fabrice Hermann à l’issu d’un tie-break.

Au coude à coude

La GNVB  a ravi les deux premiers sets mais elle n’a réussi à conclure le match durant le 3e en faveur  du Camp Ithier. Boostés par ce troisième gagné, les Mauriciens n’ont rien lâché pour s’offrir le 4e set tout en poussant les Malgaches à disputer le tie-break qui a finalement souri aux Malgaches.

«Jusqu’au bout, le match était équilibré. Mais grâce aux expériences et la puissance de nos joueurs, nous avons remporté la victoire», a souligné, le coach de la GNVB.

«Pour autant, nous avons commis beaucoup de fautes directes lors du 3e et 4e sets, notamment au niveau des réceptions. Ce qui nous a empêchés de développer notre jeu. De plus, leur attaquant Jason qui mesure 2,05 m nous a donné du fil à retordre. Heureusement que nous avons pu museler leurs piliers lors du tie-break», a-t-il poursuivi.

Bonne note

Personne n’a donné cher à VBCD ! En cause, le remaniement effectué au sein de l’effectif qui a vu le départ des expérimentées et l’arrivée des novices. Mais grâce au bon coaching de Tony Andriambao, les vice-championnes de Madagascar ont déjoué les pronostics en remportant une victoire précieuse face aux Rodriguaises d’ Olympic goyave.

VBCD est désormais à une marche des demi-finales. Pour y arriver, une victoire face à Anse Royale est nécessaire. Le cas échéant, il faudra attendre l’issue de la dernière rencontre entre les Rodriguaises et les Seychelloises.

Naisa

Résultats des équipes malgaches

Hommes :

GNVB (Madagascar)-Mtsangadoua (Mayotte) : 3-0 (25/12-25/7-25/12)

GNVB (Madagascar)-Camp Ithier (Maurice): 3-2 (25/22 – 25/22 – 21/25 – 22/25 – 15/11)

Dames :

VBCD (Madagascar)-Olympic goyave (Rodrigues): 3-0 (25-22, 25-22, 25-17)

Programme des équipes malgaches:

05-03-18 :

Spikers (Seychelles)-GNVB (Madagascar)

06-03-18 :

VBCD (Madagascar)-Anse Royale (Seychelles)

 

News Mada0 partages

Kempo – MMA : Cap sur Budapest

Après le stage « The Perfect fight » dirigé par Eric Larocca et Cyril Kenpô samedi au gymnase de Mahamasina, la machine est en route pour Budapest (Hongrie), en vue du Championnat du monde de kempo, du 26 au 28 avril.

Le président de la Commission malagasy et arts martiaux mixtes Madagascar (CMKAMM), Parfait Rakotonindriana, affiche son optimisme quant à l’institutionnalisation de ces sports de combat à Madagascar, après les deux évènements qui se sont succédé dans la capitale le week-end.

En effet, après le stage dirigé par Eric La Rocca, expert international en Kenpô et l’arbitre international Cyril, à Mahamasina, le 28 février dernier, l’évènement baptisé The perfect fight a été également couronné de succès. La mise en place d’une structure fédérale sillonne à l’horizon si l’on se réfère aux propos de Parfait Rakotonindriana. Pour rappel, une soixantaine de combattants issus des ligues de Analamanga, Itasy, Boeny, Vakinankaratra sont montés sur le ring pendant The Perfect fight. On a assisté à plus de 30 combats dans les catégories Full Kempo, Kempo soumission, Kempo-MMA, Kenpô Élite, Kenpô Éducatif…

«Tous les participants ont pu étancher leur soif de challenge et ce fut le moment propice pur détecter les potentiels représentants de Madagascar au Championnat du monde de kempo à Budapest, Hongrie, qui se déroulera du 26 au 28 avril», a déclaré Parfait Rakotonindriana. Et ce dernier de renchérir que c’est une voie qui mène vers l’affiliation de la commission malgache à l’International kempo federation (IKF). A ce sujet, une rencontre entre la Direction du sport fédéral (DSF), la Direction générale des sports (DGS) et le ministre de tutelle a déjà eu lieu pour faciliter les négociations en cours.

Rojo N.

News Mada0 partages

Natation – Chine : le stage reporté au 15 mars

Comme les dates prévues pour la formation n’ont pas encore été déterminées, les parents des athlètes restent confus et hésitent à donner leur feu vert pour le stage des nageurs malgaches à effectuer à l’Académie nationale des sports (ANS), du 15 mars au 15 avril. Une avant-première du stage prévu se dérouler en Chine prochainement.

«En tant que parents, nous voulons juste savoir la ville de destination des sélectionnés, la durée de leur séjour, leur conditions de vie, comment on peut les contacter ? Etc.», s’est plaint Rado Tsilavo Rakotobe. Pour sa part, la présidente de la ligue d’Analamanga, Tojohanitra Andriamanjatoarimanana, a déclaré : «Une lettre y afférente a déjà été envoyée aux clubs et à la Fédération malgache de natation et tous les concernés devraient tout d’abord demander à leurs clubs respectifs de fournir toutes les informations relatives à ce stage».

Rojo N.

 

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Mbola mitohy ny fifanafihan’ireo tanora amin’ny Fokontany sasany

Ny alakamisy alina teo indray, tamin’ny sivy ora sy sasany teo  dia andiana tanora maromaro avy amin’ny fokontany Mahavoky sy Mahabibokely no nifanenjika mitondra vato sy hazo avy eny amin’ny Village touristique mihazo an’i Tsaramandroso ambony hatreny Mahabibokely. Nisahotaka ny mponina satria dia zava-doza no miandry raha mifandramatra ireo tanora. Ary niezaka nisambotra azy ireo ny Polisy saingy tsy nisy voasambotra ireo tanora ireo.

Mitaintaina ny ray aman-dreny satria tsy misy antony mazava ny ady ary tsy misy olona voatondro ihany koa fa amin’ny fonenana amin’ny Fokontany iray ihany dia efa mahatonga ny ady amin’ny tanora amin’ny fokontany hafa. Tsiahivina moa fa efa nisy ny namoy ny ainy tamin’ity adin’ny tanora amin’ny samy Fokontany ity ary vao tsy ela no nisy ihany koa ny naratra mafy.

Efa nisy ny kitra fokontany nokarakarain’ny Telma niaraka tamin’ny Kaominina ambonivohitra Mahajanga entina handaminana ireo tanora ary tena nilamina tokoa, saingy tsy nanakana ny ady hiverina izany. Misarika hatrany ny sain’ireo mpitondra amin’ny tanàna hijery akaiky ity olana ity satria loza mitatao ho an’ny rehetra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Lehilahy voalaza fa nidiran’ny de...

Nitrangana fifamonoana tamin’ny antsy tao amin’ny Fokontany Marosoroka Maroatsetra, ny alarobia 28 febroary lasa teo. Roa lahy manana vady mpirahavavy avy any amin’ny tanàna antsoina hoe Andranomahitsy no tonga tao Marosoroka hamonjy fotoam-pivavahana, tao amin’ny Ekar Maroantsetra. 

Teo am-pakana rivotra tao amin’ny trano nivantanan’izy ireo anefa, dia nahita antsy nipetraka ny iray tamin’ireo lehilahy, ka nandray izany ary nana tsatoka ity zavamaranitra ny rahavavim-badiny.

Naratra mafy ity farany noho izany satria voa teo amin’ny hatony. Niezaka nanala ny antsy teny an-tanany ny vadin’ilay ramatoa naratra, saingy mbola noratrainy teo amin’ny lohany indray koa. Tsy nipetra-mora ireo olona nahita ity vono olona ity ka nifandrombonan’ireo fokonolona tao an-tanàna ny fanesorana ny antsy teny an-tanan’ilay nahavanon-doza. Rehefa afaka ny antsy maranitra teny aminy, dia raikitra avy hatrany ny fitsaram-bahoaka. Naratra  mafy vao navelan’ny fokonolona ilay nandratra ilay vehivavy. Novonjena noentina haingana teny amin’ny hopitaly ireo naratra sy ilay nahavanon-doza saingy tsy tana intsony ny ainy. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny Hopitaly ao Maroantsetra kosa ilay ramatoa naratra mafy sy ny vadiny hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra.

Raha ny fanazavan’ilay ramatoa vadin’ilay rangahy nanatsatok’antsy io, dia olona salama saina tsara amin’ny andavanandro io vadiny io ary tsy mpanao herisetra tahaka io. Ho an’ireo nanatri-maso, dia nilaza fa mety nidiran’ny devoly tampoka io lehilahy io. Tamin’ny fotoana nandratrany olona mantsy, dia niridiridy be ny voamasony ary niteny amin’ny fiteny tsy fantatra ny vavany, hoy hatrany ny angom-baovao avy any an-toerana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VOHIPENO : Tovolahy nangalatra lavanilan’ny dadabeny, matin’ny fitsaram-bahoaka

Ny alarobia 28 febroary lasa teo kosa, dia tovolahy iray sahabo ho 35 taona indray no sarona nangalatra lavanilan’ny dadabeny tany an-tsaha. Tao amin’ny fokontany Sahandray Kaominina Vohipeno Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana no nisehoan’izany fandrobana fananan’ny ray aman-dreny izany. Tranga efa mampasiaka ny mponina any rahateo ny halatra lavanila tahaka izany ka na nihevitra ny hahamora ny raharaha ilay zafikely dia tsy namelan’ny fokonolona fa niharan’ny fitsaram-bahoaka ka namoy ny ainy.

Mirongatra mafy ny halatra lavanila maitso any amin’ny faritra mpamokatra ity voly fanondrana ity. Halatra izay lasa mamotika ny fihavanana malagasy. Tsikaritra mantsy tato ho ato fa saika ireo mpihavana akaiky ihany no mifangalatra lavanila any an-tsaha zary lasa manao mpamosavy malemy. Matoa anefa misy ny halatra lavanila maitso, dia misy koa ireo mpanam-bola mandray izany.

Hatramin’izao, dia mijanona eo amin’ny mpangalatra sarona ihany ny raharaha fa ireo matretre mpividy lavanila halatra kosa dia tsy avoakan’ny mpitandro filaminana sy ny Fitsarana ny momba azy ireny. Tahaka ny hita amin’ny trangana halatra taolam-paty ihany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

RIVODOZA « DUMAZILE » : Nahazo fampitandremana loko mena ny Faritra Analanjirofo

Voalaza fa nanomboka ny sabotsy alina hatramin’ny alahady tolak’andro teo no tsy nijanona ny rotsak’orana tao amin’ny renivohitry ny Faritra Analanjirofo ity. Misedra olana indray ny mponina noho ny fiakaran’ny rano izany ankehitriny. Ankoatra izany dia tapatapaka ihany koa ny jiro, tsy mandeha ny radio ka tsy misy fitaovana mba hanarahan’ny mponina ny vaovao eo amin’ny fivo aran’ny rivodoza “Dumazile” ity afatsy ireo izay mba mampiasa tambajotran-tserasera.

Tsy afa-bela amin’ny fandalo van’ny rivodoza “Dumazile” ny Faritra Analanjirofo ka miezaka mampita vaovao amin’ny vahoaka hatrany ny tompon’ andraikitra misahana izany omaly. Misy ihany koa ny fampitandremana manoloana izany fa ny ankamaroan’ny mponina ao Toamasina dia efa tsy sahy nivoaka ny trano omaly noho ny fiakaran’ny rano.

Naato ny fanjonoana

Voatery naato ny asa fanjonoana raha ao amin’ny Distrika Fenoarivo Atsinanana manokana nanomboka ny sabotsy teo. Omaly aloha dia tsy nahitana rotsak’orana tao an-toerana saingy nandri votra ary nanonja be ny ranomasina raha tao Fenoarivo Atsinanana manokana. Hatreto dia miandry ny mety ho fivoaran’io rivodoza manalokaloka eto amintsika ity ankehitriny ny vahoaka ao an-toerana. 

Nahazo fampitandremana avokoa nanomboka ny sabotsy teo ny Faritra Diana sy ny tapany Atsinanan’ny Nosy rehetra iny manoloana ny mety hamafin’ny rivotra entiny. Andrasana araka izany ny mety ho fivoaran’ny rivodoza “Dumazile” fa hatreto dia mbola tsy misy fambara loza eto amintsika izany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ANGOVO FAHANDROANA SAKAFO : Roa hetsy taonina isan-taona ny filàna saribao eto Boeny

Ny 95 %-n’ireo saribao tonga eto Mahajanga anefa dia tsy ara-dalàna daholo satria tsy mahazo alalana amin’ny sampan-draharaha misahana ny ala mitrandraka. Noho izany dia tsy misy sata mifehy sy fifanarahana amin’ny fanjakana amin’ny fitandroana sy fikajiana ny tontolo iainana. Kely ny vola miditra amin’ny kitapom-bolam-panjakana ka tsy misy hanarenana akory ny simba. 

Noho izany dia natao, ny zoma teo tao amin’ny Cocolodge ny atrikasa hankatoavana ny didim-pitondrana mifehy ny seha-pihariana saribao. Didim-pitondrana izay efa nisy saingy tsy nampiharina noho ny antony maro, ka anisan’izany ny fahatsapan’ny sasany ho atao ankilabao. Mandritra izany anefa dia mitohy hatrany ny fandripahana ala ary simba ny tontolo iainana.

Ho fiarovana amin’ny fanapahana hazo tsy ara-dalàna no tsy maintsy niarahan’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny mandrindra ny fampiasana io didim-pitondrana io, ka nisy ny fanamboarana izay niantsoana ireo mpiray ombon’antoka rehetra.  Efa mandeha izy io amin’ny faritra hafa izay taorian’ny Faritra Boeny no nametraka ny azy, hoy hatrany izy.

Efa nankatoavin’ny besinimaro izy io, ka antenaina ny fampiharana azy hitandroana ny fahasimban’ny tontolo iainana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TOBY FIATSONANA ENY ANDOHATAPENAKA : Ireo kaoperativa malaza ihany no alehan’ny mpandeha

Fanontaniana mipetraka io amin’ny zava-misy eny amin’ny toby fiatsonana vaovao eny Andohatapenaka. Hatreto mantsy dia miaiky avokoa ny rehetra fa tsara ny fotodrafitrasa saingy tena manahirana kosa ny mampiasa azy, na izany ho an’ny mpitatitra na izany ho an’ny mpandeha.

 Araka ny fantatra mantsy izao dia misedra olana sahady eo amin’ny famenoana fiara ireo mpitatitra nifindra etsy amin’ny toby fiatsonana Andohatapenaka. Rehefa nanontaniana ireo mpitatitra dia manaiky sy mankasitraka ny hatsaran’ny fotodrafitrasa saingy sahirana kosa amin’ny fitadiavana mpandeha. Mangataka araka izany ireto farany mba hohalalahana ny fisian’ireo mpanera afaka misambotra mpandeha ao anatin’ny toby fotsiny ihany fa tsy mivoaka any ivelany akory. Raha ny zava-misy eny an-toerana mantsy amin’izao fotoana izao dia zara ireo kaoperativa raha mahafeno fiara iray isan’andro.

Araka ny fanazavan’ ireo mpitantana “guichet” sy ireo mpanera eny an-toerana hatrany dia tsy afaka mihetsika eo amin’ny faritra misy ny “guichet” izy ireo. Ny mpandeha fotsiny araka izany no andrasana hanatona, hany ka ireo kaoperativa malazalaza sy be mpahafantatra ihany no mahafeno fiara maro.  Na izany aza anefa, tsy azo lavina fa misy amin’ireo mpanera no efa zatra gabo raraka teo aloha ka tsy afaka niasa anaty fitsipi-pifehezana.

Etsy ankilan’izay dia mbola betsaka ihany koa ireo mpandeha no tsy zatra ny toby fiatsonana vaovao ary mitaraina amin’ny halavirany. Raha tsiahivina dia efa nanomboka ny voalohan’ny volana marsa no nafindra teny Andoha tapenaka ny toby fiatsonan’ny fiara mihazo ny lalam-pirenena fahaefatra sy ny lalam-pirenena fahaenina. Tsy azo atao intsony araka izany ny mameno fiara eny Ambodivona ho an’ireo lalam-pirenena ireo.

Lucien R.

La Vérité0 partages

Affaire Houcine Arfa - Liberté provisoire pour le magistrat, mandat de dépôt pour l’agent pénitentiaire

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le milieu de la Justice dans la soirée de vendredi. Interpellés jeudi dernier, le juge d’instruction Haingo Ramiandrisoa et le Sg du syndicat des personnels de l’administration pénitentiaire de Madagascar (Spapm) Diderot Realy César ont connu fortunes diverses à l’issue de leur déferrement vendredi, la liberté provisoire pour le premier et la prison pour le second.

Complicité d’évasion, tel est le motif de l’arrestation du juge d’instruction et du Sg du Spapm. En charge du dossier Houcine Arfa, ce juge a été amené au Tribunal de première instance d’Ambatolampy en vue d’un déferrement vendredi. A l’issue de l’enquête, Haingo Ramiandrisoa a bénéficié d’une liberté provisoire. Parallèlement le même jour, Diderot Realy César, a subi lui aussi une enquête dans le cadre de cette affaire Houcine Arfa et a été de suite placé en détention préventive à la prison d’Arivonimamo en milieu de journée. Le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a été le premier à réagir à cette double arrestation. En signe de solidarité, les tribunaux de Madagascar ont été fermés samedi et le risque de paralysie de la machine judiciaire est à craindre cette semaine. « Tout dépend de la décision de l’assemblée générale  extraordinaire du syndicat convoquée pour demain », avance Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm. Elle qui a fait le déplacement à Ambatolampy vendredi  avec des collègues en guise de soutien envers un membre du syndicat. « Il ne s’agit pas de corporatisme mais de la dénonciation d’un traitement inégalitaire des personnes citées par Houcine Arfa. Ne serait-ce que les cas du juge et du Sg du Spapm. Avec les mêmes charges, l’un a obtenu une liberté provisoire alors que l’autre est incarcéré. Pour nous, il y a tentative de dresser les pénitenciers contre les magistrats », explique la présidente du Smm qui s’étonne également d’une absence d’enquête pour les autres accusés par Houcine Arfa de l’avoir aidé à s’évader. Faniry Ernaivo a cité entre autres la ministre de la Justice, la procureure de la République, le chef de la Brigade criminelle, etc.Dans la matinée de vendredi, les membres du Bureau de coordination du contrôle des juridictions et des établissements pénitentiaires au sein du ministère de la Justice sont montés au créneau pour révéler les avancées de l’enquête relative à cette affaire Houcine Arfa. Razafindrakoto Solohery, directeur de la promotion de l’intégrité au sein dudit bureau, soutient que toutes les personnes citées par Houcine Arfa auraient fait l’objet d’une enquête dont les directeurs des prisons de Tsiafahy et d’Antanimora et la ministre de la Justice entre autres.  Il confie également qu’« un médecin, un magistrat, un chauffeur de taxi, trois agents pénitentiaires, et un infirmier y sont directement impliqués ».Fanirisoa Ernaivo, sans dénigrer la Direction de la promotion de l’intégrité (Dpi), analyse que cette dernière est placée sous les ordres de la ministre de la Justice. « Pourquoi confier l’enquête à cette direction et botter en touche la demande d’intervention du conseil supérieur de la magistrature dans cette affaire suite à la sollicitation du Smm », s’interroge la présidente du syndicat des magistrats.Détails intrigantsPlusieurs détails intriguent et suscitent des interrogations dans le cadre de cette affaire Houcine Arfa. En premier lieu, les conversations téléphoniques entre les suspects auraient suffi comme preuves de leur implication. Ensuite, après les révélations d’Houcine Arfa, les autorités étatiques dont la ministre de la Justice n’ont cessé de marteler qu’il s’agit de « la parole d’un évadé contre la Justice malagasy ». Pourtant, c’est la Justice elle même qui se conforme à ces paroles en suivant à la lettre toutes les accusations d’Houcine Arfa. En revanche, les personnes citées par l’évadé de 53 ans comme ayant bénéficié de pot-de-vin faramineux n’ont pas été jusqu’ici inquiétées.Interrogé sur le sujet, Paolo Solonavalona Raholinarivo, administrateur civil affirme que « nous sommes dans un Etat de droit et nul ne doit être au- dessus de la loi. En revanche, il ne devrait y avoir deux poids deux mesures dans l’exécution d’une procédure et celle-ci ne doit en aucun cas être sélective ». Au nom de cette égalité devant la loi, il roule pour que le traitement de toutes les personnes suspectées ou impliquées dans cette affaire soit identique. Il s’interroge également sur l’acte de poursuite étant donné que les interpellations n’ont lieu que deux mois voire plus après l’évasion de Houcine Arfa. La Rédaction

La Vérité0 partages

Annonce des dates de l’élection presidentielle - Henry Rabary Njaka désavoué par Mahafaly Solonandrasa...

« Le premier tour sera le 24 novembre et le deuxième tour le 24 décembre (ndlr : de cette année 2018). Tout de suite après l’élection présidentielle, il y aura les élections législatives ». Cette annonce inattendue a été faite par le ministre malagasy des Affaires étrangères, Henry Rabary Njaka. Et ce, sur le plateau du 64’ Francophonie sur Tv5 Monde à Paris, la semaine dernière, répondant ainsi aux questions du journaliste Xavier Lambrechts qui demandait s’il y aura une élection présidentielle à Madagascar et si les dates étaient connues. Ce faisant, le numéro Un de la diplomatie malagasy a donné des dates que l’opinion nationale attendait avec impatience.

Cependant, primo, l’annonce a été faite depuis la France et secundo, le locataire du département ministériel, Henry Rabary Njaka a grillé la politesse institutionnelle à celui qui devait en faire l’annonce en premier.  En effet, si la publication de la date ne revient pas à la Commission électorale nationale indépendante, ce droit devrait revenir à l’Exécutif et donc au seul Premier ministre (Pm) Mahafaly Solonandrasana Olivier. En annonçant les dates, le ministère des Affaires étrangères vient donc d’humilier publiquement son supérieur hiérarchique. ImpairPour un certain nombre d’observateurs, le ministre a visiblement fait preuve d’un manque de vigilance et d’un manque de respect envers le Pm. En gros, Henry Rabary Njaka a fait une bourde. En tout cas, la sanction n’a pas tardé à venir. Samedi dans l’après-midi, le Pm Mahafaly Solonandrasana Olivier, au cours d’une interview à Anosy, n’a pas fait dans la diplomatie pour adresser un cinglant désaveu aux dates annoncées par son ministre. « Le ministre des Affaires étrangères comme tous les autres citoyens malagasy, peut se prononcer sur n’importe quelle date pour les élections », affirme le chef du Gouvernement. Ce dernier a indiqué qu’il fallait attendre la promulgation des textes électoraux pour annoncer la date des scrutins présidentiels. Et lui de marteler en effet que : « Les dates des élections sont déjà prévues par la Constitution. Actuellement, les parlementaires sont en session extraordinaire. Nous attendons le projet de loi organique pour fixer la date des élections. L’article 4 dispose que la Commission électorale propose le projet de calendrier électoral. Puis, un décret de convocation des électeurs précisant le jour, l’objet et l’heure sera adopté lors d’un conseil du  Gouvernement. Attendons. Il faut attendre la promulgation des textes ». Le ministre des Affaires étrangères et le Pm viennent d’étaler au grand jour une fois encore le manque voire l’absence de communication entre les membres du Gouvernement. Hier dans l’après-midi, le ministre Henry Rabary Njaka a convié quelques journalistes triés sur le volet à une « discussion » dans ses bureaux à Anosy. A l’occasion, l’ex-président du Conseil d’administration de la compagnie Air Madagascar aurait affirmé que les dates qu’il a annoncées ne sont que des projections par rapport à la Constitution et non les dates officielles…A.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanesorana ny vokatra Tiko eo amin’ny tsenaMaro ireo mpivarotra matiantoka

Tsy azo hamidy eny an-tsena intsony amin’izao ireo karazam-bokatra vokarin’ny orinasa TIKO Triple AAA, araka ny didy navoakan’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana.

 

Mamadety :  Ny yaourt  TIKO anefa no lohalaharana miaro ny vahoaka amin’ny aretina e ! Tsy misy dikany amin’ny yaourt vokarin’i Dada ny aretina pesta raha mihinana iray isan’andro ny olona iray. Tsy tokony hofoanana ilay izy, araka izany, mba ho fitsinjovana ny fahasalamam-bahoaka.

Hary :Ilay famonoana ny orinasa Malagasy mihitsy no tena mampalahelo satria samy Malagasy isika. Ny zavatra vokarin’ny TIKO rahateo tsy ratsy sady manampy  ny tantsaha. Ankoatra izay, manome asa ny mpiray tanindrazana izy. Tena mampalahelo ka !

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MALAGASY TIA MIFETYFANAKONANA FAHANTRANA

Mahagaga fa rehefa mifarana ny herinandro, indrindra ny zoma manifika, dia maro ny Malagasy mandeha mifety. Feno daholo ny toeram-pisotroan-toaka,

 

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandraisana ara-barotra maneran-tanyTsy mahomby i Madagasikara

Tsy mitoka-monina Madagasikara fa mifandray amin’ireo firenena avy any ivelany.

 

 Maro ny fifanarahana nosoniavina tamin’ireo firenena matanjaka raha tsy hiteny fotsiny ny tamin’ny Amerikanina sy Frantsa. Efa manomboka mahazo vahana tanteraka ihany koa ny fifandraisana amin’i Sina. Tsy mbola tafavoaka anefa ny Malagasy fa mainka mihamahazo vahana ny fahantrana. Mahazo tombony hatrany ny firenena manankarena indrindra moa ireo firenena matanjaka mifehy ny tsena iraisam-pirenena toa an’i Amerika, eoropa, Sina sy Japon. Tsy maintsy mijery hatrany ny tombontsoany aloha ireny firenena matanjaka ireny alohan’ny irosoany amin’izay mety ho fifanarahana. Eo no mipetraka ny olana satria na ny fanapahan-kevitra raisina itondrana izay mety ho tetikasa aza dia tsy maintsy misy takalony avokoa ary izy no manao ny soso-kevitra arahana. Raha tsy hiresaka fotsiny isika ny amin’ny fanalalahan’ny fifanakalozana (libéralisation des échanges), tsy mahazo tombony betsaka amin’izany Madagasikara noho ny kalitao ambany ananany izay ateraky ny tsy fahampiana ara-kevitra sy olona (main d’oeuvre) ahafahana mahazo tsena tsara rehefa manao fanondranana. Izany moa dia taratry ny tsy fahampiana amin’ny lafiny fampiofanana sy na fanabeazana ankapobeny mihitsy. Ny firenena izay afaka mametraka ny mahaizy azy amin’ny tsena iraisam-pirenena dia ireo izay manana fanabeazana (système éducatif), fotodrafitrasa, tsy tsenan’asa mandroso. Manaraka izany, ankoatra ny tsy fahaiza-mitantana, dia lesoka ihany koa ny politika enti-miatrika ny tontolon’ny fifandraisana maneran-tany indrindra ny amin’ny lafiny varotra. Tany Zambia, ohatra, dia nohamoraina tanteraka ny fahafahan’ny mpamboly miditra amin’ny findramam-bola ary tena nampandroso azy ireo izany. Eto amintsika kosa ny fandraisana fanapahan-kevitra mifanaraka amin’ny fampandrosoana dia tsy misy fa resaka ambony latabatra fotsiny ihany aloha no mibahan-toerana.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboaran-dalanaLalaovina mba hahazoana vola mandavan-taona

Ekena sy iombonan-kevitra fa tsara ny hoe``Manamboatra`` saingy tokony ho hentitra amin`ny fanaraha-maso sy fanatanterahana izany ny mpitondra fanjakana ary tokony hanaporofo kosa ireny orinasa mpanamboatra lalana ireny fa na tsy tena arifomba ny fitaovana eo aminy ary tsy mena-mitaha amin’ny vitan’ny sasany.

Tia Tanindranaza0 partages

Vidim-piainana miakatraMangina ny Malagasy

Efa mananika ny 8% ny fiakaran’ny tahan’ny vidim-piainana. Tsy misy izay tsy miaka-bidy ny zavatra rehetra eto Madagasikara.

 Rehefa avy nijafajafa tamin’ny vidim-bary ny Malagasy dia niditra sedra manaraka indray. Niakatra ny fanafody ka nanjary lasa kitoatoa ny fitsaboana. Taorian’izay dia nomontsanina tamin’ny fiakaran’ny faktioran’ny JIRAMA indray izy. Ny solika koa aza moa nisondro-bidy indray. Manoloana izany rehetra izany anefa dia tsy nisy aloha ny fiakaran’ny karama izay efa nandrasana mafy tamin’ny voalohan’ny taona. Maro ireo miaina isan’andro ilay “hohanina anio tadiavina, ny ampitso” ihany koa. Tena atao tsy mahatraka intsony ny Malagasy fa iniana ampahantraina. Eo anatrehan’izany fahasahiranana rehetra mianjady izany dia mangina tanteraka ny maro. Inona re no antony e ? Tsy manana hery intsony izy ahafahana manohitra fa dia manaraka ny onjan’ny fiainana eny sisa. Raha mba misy aza moa te hitsangana hitarika an-dalambe dia efa fantatra fa ho tratran’ny antsojay sy ny baomba mandatsa-dranomaso indray. Mimonomonona sy mifampitaraina sisa no zary fanehoany ny hatezerany manoloana ny fisandratana mirindran’ny vidim-piainana. Ny fifidianana izay antenaina atao hanovana izao ngidin’ny fiainana izao aza moa mbola mampiteraka fisalasalana ihany koa ny fanatanterahana azy. Mangina ny Malagasy saingy feno fery anaty. Maratra ny fony, simba ny sainy, ketraka ny vatany. Ho loza anefa rehefa hipoaka io ary efa manakaiky mankany amin’izany ny raharaha.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Misavoritaka ny fanjakana !

Niteraka savorovoro teto amin’ny firenena sy teo amin’ny samy mpitondra ny fanambaran’ny minisitry ny raharaham-bahiny sady lehiben’ny diplomasia Malagasy momba ny datim-pifidianana.

 Nikorapaka  ny fitondrana nandiso iny nambarany iny, saingy na inona na inona aloha fanazavana sy famonoana afo, dia efa voarain’ny rehetra iny vaovao niainga tany an-dafin’ny riaka iny. Mazava izao hoe mikorontana tanteraka ny fitondrana, ary tsy mitovy hevitra sy toa mifamingana sy tsy afaka mifampifehy intsony ny fanjakana HVM. Mampiova zavatra sy manimba ny mety ho kajin’ny mpitondra iny fanambran’ny minisitry ny raharaham-bahiny momba ny datim-pifidianana iny, ka tsy hay izay ho fiovan’ny toe-draharaham-pirenena ato ho ato. Efa rano raraka aloha ireny na inona na inona mety ho fikotrehana fanovan-javatra momba ny raharaham-pirenena indrindra momba io zotram-pifidianana io. Hatry ny ela no niandrasan’ny herivelona maro momba io datim-pifidianana io, saingy niezaka nampitony ny toe-draharaha ny mpitondra fanjakana, fa fanehoan-kevitra sy vinavina ihany ny an’ny minisitra. Mbola porofon’ny hakanosana sy ny tsy fahatokisan-tena hatrany ve ka tsy sahy milaza ny tena marina ? Efa fahasahiana lehibe sy tokony hahatonga saina ny rehetra iny fanambaran’ny minisitra iray iny. Maharomotra ny tandapa sy ny mpitondra sasany ihany koa, ka dia andrasana ny tena marina ao anatin’ity tantara ity !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

NeymarVita ny fandidiana, maka aina tsara aloha

Any Mangaratiba, tanàna iray malaza amin’ny fizahantany , 100 km miala an’i Rio de Janiero no miala sasatra nanomboka omaly alahady ilay mpanao baolina kalaza milalao ao amin’ny PSG Neymar Jr.

Vita soamantsara ny fandidiana ny tongony an-kavanana ary maka aina sy miroso amin’ny famerenana tsikelikely ny tanjany izy amin’izao fotoana, araka ny fantatra. Manana villa tsara tarehy ao amin’io tanàna io moa i Neymar, ary tena lavitry ny tabataban’ny tanàn-dehibe sy ny mpanao gazety ka afaka maka aina tsara. Efa mazava ny resaka fa tsy afaka milalao baolina mihitsy aloha ity kalaza Breziliana ity ao anatin’ny iray volana. Ho hita eo indray ny tohiny avy eo. 

Roa andro latsaka kely taorian’ny fanafihana ny biraon’ny etamazaoron’ny afrika sy ny masoivoho Frantsay, dia nitrangana herisetra hafa indray tao Ouagadougou, renivohitr’i Burkina Faso. Milaza ny loharanom-baovao iray avy amin’ny governemanta fa nisy olona 3 nanao an-keriny ny sakana napetraky ny GSPR na ny hery manoham-pirenena mpiambina ny filoha sy ny lapam-panjakana. Voalaza fa tafatsoaka ny 2 saingy voasambotra kosa ny olona 1 izay saika handrombaka ny fitaovam-piadian’ireo miaramila mpiambina. Etsy an-kilan’izay anefa mampita vaovao ny sampana seraseran’ny zandarimaria Burkinabe ka milaza fa nisy lehilahy iray maty voatifitra taorian’ny fampitandremana azy mba tsy hanakaiky ny sakana. Tsy fantatra na nisy fifandraisany tamin’ilay fanafihana nitranga ny zoma lasa teo izao  zava-miseho izao fa ny hita aloha dia manomboka mikorontana ny ao an-drenivohitr’i Burkina faso ary mitaintaina isan’ora ny mponina 

Tombanan’ny mpanara-baovao fa mety hahazo tombony amin’ny fifidianana solombavambahoaka notanterahana tany Italia omaly alahady ny hery ankavanana. Tena sahiran-tsaina sy azo atao hoe leo amin’ny fibosesehan’ireo mpitsoa-ponenana ao amin’ny taniny mantsy ny Italianina ka maro ireo heverina fa mety hifidy ny hery ankavanana izay manohitra io fifindra-monina na fangatahana fialokalofana ara-politika ambaran’izy ireo hoe gaboraraka any Italia io efa an-taonany maro izao. Ny Afrikanina moa no tena tonga maro any an-toerana ary lasa miteraka olana ara-tsosialy namelona indray ny resaka fanavakavaham-bolon-koditra tany Italia.Na izany aza anefa tsy tena mbola azo antoka ny vokatra satria mizarazara be ihany ny hevitry ny Italianina.

Tia Tanindranaza0 partages

Basket « Coupe du Président » Zône CentreLavon’ny Cospn 70-60 ny Mb2All omaly tao Toamasina

Ny Cospn Analamanga no voahosotra ho tompondakan’ny Zône Centre eo amin’ny fifaninanana hahafahana miatrika ny Play Off any Toliara amin’ny fiadiana ny “Coupe du Président” amin’ny taranja baket-ball andiany faha-4.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Seksiona Antananarivo-RenivohitraTompondakan’ny sokajy D-1 Elite II ny 3Fai

Ny 3Fai Ambalavao Isotry tantanan-dRtoa Rakotonirina Raissa no voahosotra ho tompondakan’ny seksionin’ny rugby eto Antananarivo-Renivohitra raha nandavo ny Cosm du Sud Anosibe 17-06 omaly teo amin’ny lalao famaranana natao tetsy amin’ny kianjan’i Malacam Antanimena.

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra Ligue 1 AnalamangaMbola mitarika an’isa ny As Adema

Mitohy ny fandresena tsy miato azon’ny As Adema eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga amin’ny taranja baolina kitra sokajy Ligy 1 fa mbola nandresy ny Tanà Formation 2-0 indray izy ireo teo amin’ny andro faha-3 omaly alahady 4 martsa tetsy Mahamasina. Mbola ity ekipan’ny Seranana Ivato ity, araka izany, no mitana ny laharana vonjimaika ankapobeny hatreto.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpasikelyNahatsangana efitrano fianarana niaraka tamin’ny Telma

Vokatry ny fiaraha-miasa tamin’ny Fondation Telma sy ny fikambanana Vonjy Havana no nahafahana nanangana efitrano efatra ho an’ny Epp sy Ceg ao amin’ny kaominina ambanivohitra Ampasikely.

 Mijaly amin’ny fahazoana fanampiana avy amin’ny fanjakana foibe ny fiadidiana ny tanàna Ampasikely, hoy ny ben’ny tanàna ny dokotera Jean Louis Robinson. Midika izany, hoy izy, fa voatery mitady mpiara-miombona antoka ny kaominina Ampasikely mba hahafahana mampandeha ny asa fampandrosoana. Omena lanja ny vahoaka, hoy izy, ka miezaka ny mpitantana ny kaominina hanao ny mangarahara sy ny tamberin’andraikitra amin’ny alalan’ny fanaovana ireo fotodrafitrasa ilaina ny vahoaka. Mitentina 800 tapitrisa ariary ny fanampiana nomen’ny Fondation Telma nanangana efitrano roa ho an’ny Epp ary roa hafa ho an’ny CEG. Nitondra ny anjara birikiny ihany koa ny fikambanana Vonjy Havana izay tarihan-dRamatoa Marcel Robinson izay nanome 200 tapitrisa ariary enti-manana tamin’ny fanorenana ny efitranon-tsekoly. Ankoatra izay dia nanolotra omby roa sy vary milanja 5 taonina ny orinasa Telma ho mariky ny fiaraha-mifaly amin’ny mponina ao Ampasikely. Tonga nanome voninahitra ny fitokanana ireo fotodrafitrasa ireo ny tale jeneralin’ny orinasa Telma Patrick Pisal sy ny tale mpanatanteraka ny Fondation TELMA Rtoa Isabelle Salabert.

                                                                   Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisaraham-panambadiana7 isan’andro ireo fangatahana voarain’ny fitsarana

Fito isan’andro ireo olona mangataka taratasy hahafahana miroso amin’ny fisaraham-panambadiana tonga manatona ny lapan’ny fitsarana etsy Anosy nanomboka ny taona 2013 no mankaty.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fitsaranaHo avy indray ny ampamoaka manaraka..

Miandry izay ho fivoaran’ny toe-draharaha mikasika ny tontolon’ny fitsarana isika ankehitriny taorian’ny savorovoro niseho ny faran’ny herinandro lasa teo. Niteraka tsy fifankahazoana teo amin’ny sendikan’ny mpitsara na ny SMM sy ny minisitera ny nisamborana ny naman’izy ireo nandray an-tanana ny raharaha Houcine Arfa.

 

Voalaza ho nandray anjara tamin’ny fampitsoahana azy mihitsy io mpitsara io, araka ny fanehoan-kevitry ny sampandraharaha iray najoro teo anivon’ny minisiteran’ny fitsarana. Nomena fahafahana vonjimaika ity farany rehefa nisy ny tsy fankatoavan’ny SMM ny fisamborana azy. Tao anatin’ny fifanolanana dia nilaza ny teo anivon’ny SMM, fa tokony hohadihadiana daholo izay rehetra voakasika, toy ny minisitry ny fitsarana, ny talen’ny kabinetrany, ny tonia mpampanoa lalàna … Nampiaka-pofona ny SMM iny fisamborana ny namany iny saingy ilay Birao manokana misahana fampiroboroboana ny fampanarahan-dalàna antsoina hoe BCCJEP dia nanamafy, fa nisy ny fahadisoana arak’asa sy tsy fanarahan-dalàna nataon’io mpitsara io. Tsy hay aloha izay mety ho tohin’ny raharaha satria samy miziriziry sy mifampiapanga ny an-daniny sy ny an-kilany. Tahotra ny mety hisian’ny korontana ve ny nanomezana fahafahana vonjimaika ilay mpitsara nosamborina sy efa nentina tany amin’ny Tribonalin’Ambatolampy ? Mafana ny toe-draharaha eo amin’ny tontolon’ny fitsarana amin’izao fotoana. Niteraka savorovoro ny raharaha Houcine Arfa, ka dia miandry ny rehetra. Hivalona tanteraka ny raharaha sa hitohy ny ampamoaka ary hisy ny olona hosaziana ? Tena raharaha goavana sy mampirontana ny fanjakana iny raharaha iny, ka dia miandry ny hivoahan’ny tena marina ny ambanilanitra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny praogramanareo

Dia ahemotra ve ny noely satria hifidy filoha?Dia any Frantsa ve sanatria no handatsa-bato koa?Mihevera tena ry Jean isany fa sao dia efa mivadik'atidoha.Madagasikara anie no resaka eto ka aoka kely aloha!

 

 

Tany La Frantsa ny sasany no nanambara ilay praogramany. 

Eto Gasikara anefa no lazainy hanatanterahany ny asany. 

Ndrao lahy misy hevitra ambadika nifanarahana tany ho any.

Ka zay tsika vao tena hoe hiverina ho zanatany?

 

Sao dia efa misy lisi-pifidianana feno vazaha mena sofina any?

Na boaty fandatsaham-bato efa feno bileta avy any.

Aoka 're zalahy marina fa angamba dia ho very

Ho fadiranovana eto ny safidin'ireo malagasy kely.

 

Maninona ary rehefa Izany ihany...

Raha tonga nareo dia nijanona tany

Tonga dia vitao any koa ny fianianana ho filoha

Kabary kopia kôlé manko any betsaka kokoa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifampiarahaban’ny TIM Boriborintany faha-6Notronin’ny filoha Marc Ravalomanana mivady

“Faly aho tena faly aho », hoy ny filoha Marc Ravalomanana tonga teny Ambodihady Ambohimanarina raha nanotrona sy nanatrika ny Fifampiarahabana noho ny taona vaovao 2018 ny Tiako i Madagasikara Ambohimanarina boriborintany faha-6 ny sabotsy 3 martsa teo.

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaTsy arakaraky ny diplaoma azo ny asa vita

Toy ny tany Italie ny volana oktobra 2017 nahazoana ilay diploma “Honoris Causa” niteraka resabe, dia notoloran’ny oniversite Rudn any Rosia io mari-pahaizana io indray ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny zoma 2 martsa lasa teo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Datim-pifidiananaNiteniteny foana ny minisitra Rabary Njaka

Nitsako alohan’ny vazana ny minisitry ny raharaham-bahiny Malagasy Henri Rabary Njaka ka sahy nilaza tamin’ny fahitalavitra Frantsay TV5

 

 Monde ny faran’ny herinandro teo fa ny 24 novambra 2018 ny fihodinana voalohany amin’ny fifidianana filohan’ny repoblika eto Madagasikara ary ny 24 desambra ny datin’ny fihodinana faharoa. Na ny filoham-pirenena na ny praiminisitra izay sady minisitry ny atitany na ny vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI), hatreto aloha, dia tsy mbola nisy sahy nanambara ny daty ofisialy fa ingahy minisitry ny raharaham-bahiny no nisolantsolana nanambara izany, amin’io mbola tany ivelan’i Madagasikara ihany koa. Afaka milaza izay tiany holazaina amin’ny datim-pifidianana tahaka ny olom-pirenena rehetra ny minisitry ny raharaham-bahiny, saingy mbola miandry ny fandinihan’ny parlemanta ireo lalàna fehizoro momba ny fifidianana isika vao mamoaka ny daty ofisialy, hoy ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly ny sabotsy teo, ary hita fa somary sorena tamin’ilay fanambaran’ny minisitra Henri Rabary Njaka ny tenany. Mazava ihany koa ny tenin’ny CENI tamin’ny alalan’i Fano Razakotondrazaka raha nanontaniana ny sabotsy hariva teo fa ny didim-panjakana mivoaka eo amin’ny filankevitry ny governemanta, miantso ny mpifidy  ary milaza mazava ny daty hanatanterahana ny latsa-bato irery ihany no ofisialy sy azo ekena ho an’ny CENI. Re ihany koa fa maro ireo mpikambana eo anivon’ny governemanta sy manampahefana ambony no sosotra noho iny fanambarana feno tsy fahamatorana nataon’ingahy Henri Rabary Njaka iny. Raha mba ny praiminisitra izay sady minisitry ny atitany no niteny tahaka ireny, mety azo nekena ihany, hoy ny manampahefana iray. Iny eo ihany fa ny tena nahagaga dia ny hoe : tsy mahara-baovao mihitsy ve ny minisitry ny raharaham-bahiny fa ilay volavolan-dalàna aza anie tsy mbola tonga eny amin’nyparlemanta akory, tsy mbola voadinika, tsy mbola lany ka inona no mahadedaka milaza daty. Raha nety ve izany tsy efa nambara hatry ny ela. Mazava ny resaka eto fa na namoaka tsiambaratelo ny minisitra Henri Rabary Njaka. Sa efa tsy voafehin’ny praiminisitra sy ny filoham-pirenena intsony ka manao izay tiany ? Samy loza ho an’ny fitantanan-draharaham-panjakana ireo tranga roa ireo ary toa manaporofo hatrany ny maha tsy matotra ny fitondrana HVM. I Henri Rabary Njaka rahateo moa avy talen’ny kabinetran’ny filoham-pirenena no nesorina, kanefa asa izay nanendrena azy tampoka teo indray amina toerana saro-pady ao amin’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny ka ireny miteniteny foana manala baraka fitondram-panjakana ireny. Tsara ho fantatra fa nihaona tamin’ny minisitry ny raharaham-bahiny Frantsay Jean Yves le Drian tamin’izao diany tany Paris izao i Henri Rabary Njaka ka asa raha misy ifandraisany amin’ilay fanambarana nataony io fihaonana io na tsia.

Namoaka fanambarana ofisialy omaly hariva ny sampana seraseran’ny ministeran’ny raharaham-bahiny Malagasy fa tombatombana ihany ny daty nambaran’ny minisitra Henry Rabary Njaka tao amin’ny fahitalavitra TV5 Monde fa ny CENI ihany no manome tolo-kevitra ho fiantsoana ny mpifidy 90 andro mialoha ny datim-pifidianana.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra malagasyMamono hasina ny vahoaka

Fanindroany izao, tao anatin’ny 2 taona, no nisy vaovao mikasika an’i Madagasikara sy ny vahoaka ao aminy ka ny tany andafy no nahafantatra azy voalohany ary ny mpitondra antsika hatrany anefa no nilaza azy.

 Ny iray tany Roma ary ny sabotsy teo iny fanondranana nataon’ny minisitry ny raharaham-bahinintsika, Henry Rabary Njaka tao Frantsa ny sabotsy teo iny. Ny teto an-toerana narirarira efa ho am-bolana sy an-taonany ary na ny praiminisitra ary vao ny zoma teo no nilaza fa tsy mbola nisy daty voafaritra mazava mikasika ny tetiandrom-pifidianana. Ny avy eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana koa nanamafy tamin’ny antso an-tariby fa tsy tokony ho anjarana rafitra hafa ankoatra azy ireo no milaza ny daty voalohany. Tsy vitan’ny hoe mamono hasina ny vahoaka ny filingilingirana nataon’ny mpitondra na ny tany Roma na ny tany Frantsa fa sady famingavingana ny antanantohatra misy eto amin’ny firenena ihany koa. Na ny parlemanta aza vao handinika, ity minisitra ity kosa efa fanambarana mihitsy no nataony. Henamaso amin’ireo vahiny ve sa inona no nahazo ity minisitra ity ? Tsy ho very anjara koa ny Frantsay, hoy izy, amin’io.

J. Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

Mponina ao an-dapaManomboka be misabaka

Sarotra ny miala amin’ny mahazatra, hoy ny fitenenana izay. Moa va tsy toy ny efa nisy tamin’ireo taom-pifidianana hafa rehetra tany aloha sy fotoam-panjakana akaiky ho rava hatramin’izay ihany no sary hita asehon’ireo mpanao politika eto amintsika !

 Ireo mody mitabataba sy milaza azy ho mpanohitra etsy an-daniny maniry ny hisiana tetezamita ka nitabataba teo aloha fa tsy mety amintsika ny lalàmpanorenana misy ankehitriny. Nony nipetraka anefa ny adihevitra hoe andao ary ovana, mitabataba indray fa tsy tokony hatao ankamehana amin’izao akatoky ny fifidianana izao ny fanaovana izany. Etsy an-kilany koa anefa ireo mponina ao an-dapa, izany hoe eo amin’ny fitondrana dia efa hita ho misy manao adin’ny fetsy sy tsy te ho very seza. Mitabataba an’ireo mitonon-tena ho mpanohitra kanefa dia hita ho mifampiresaka sy mitsikitsiky amin’ireo lazainy fa mpanakana fampandrosoana ihany. Raha ny vaovao miely faramparany teo aza moa dia misy hatramina minisitra mihitsy nahiana ho anisan’izany ary antony mahatery ny fanomezam-baovao eny anivon’ireny rafitra ireny ankehitriny. Misy solombavambahoaka sy loholona nalaza ho mpanohana ny fitondrana koa aza efa hita ho manomboka manova firesaka rehefa atao anterivava na mivahiny amin’ireo haino aman-jery. Ho maro indray ireo palitao hivadika ho tazana ato ho ato fa manomboka be misabaka ao an-dapa raha izao fahitana azy izao.

J. Mirija

  

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny raharaham-bahinyNidinan’ny praiminisitra ifotony mihitsy

Nidina ifotony teny amin’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny, hijery ny fizotran’ny fikarakarana ny fihaonana an-tampony faharoan’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjarampahefana frantsay sy Madagasikara ny praiminisitra,

                                                             

 

Tia Tanindranaza0 partages

Latsaka an-katerena ny firenenaVoatery miditra an-tsehatra ny fiangonana

Tsy toy ny talohan’ny taona 1991 sy 2002 ary 2009 intsony ny dindon’ny zavatra hitranga mialoha sy mandritra ary aorian’ny fifidianana.

 

Niaiky izany avokoa na mpamakafaka politika na ny CENI na ny komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM), eny hatramin’ireo mpitondra fivavahana. Raha ny zava-misy tamin’ireo taon-krizy niisa 3 voalaza teo ireo dia samy mbola nionona tamin’ny fivondronana nitadiavana vahaolana niaraka ny avy eo anivon’ny fiombonan’ny fiangonana kristianina eto Madagasikara na FFKM. Ankehitriny kosa dia efa hita mihitsy fa miha mazava ny fitsinjarana asa. Ny FJKM sy ny FLM samy efa nilaza ny hamory ny olony mba handraisan’ireo kristianina ny andraikiny manoloana ny raharaham-pirenena. Ny avy eo anivon’ny EKAR dia miha mafy hatrany ny fampanenoany lakolosy miantefa amin’ny fitondram-panjakana fa miha latsaka an-katerena hatrany ny firenena. Saika nivaivay mihitsy aza ny olon’ny fikaonan-dohan’ireo Eveka raha raikitra ny fisamborana noho ny raharaha Soamahamanina ny taona 2016. Na ny hetsiky ny mpitondra fivavahana (HMF) koa aza niverina nipoitra indray nefa tamin’ny tetezamita no nahenoana azy farany. Tsy maintsy miditra amin’ny raharaham-pirenena, araka izany, ny fiangonana. Hatramin’ny minisitry ny rano sy ny angovo aza niaiky fa ilaina trotroana am-bavaka amin’izay ity raharaha ity. Ny irariana dia ny hisian’ny filaminana.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Limogeage du Procureur général de la Cour suprême - Enième violation de la Constitution par l’Exécutif

Le Procureur général près de la Cour Suprême (Pgcs) attaque devant la justice le décret d’abrogation de sa nomination. Par l’intermédiaire de ses deux avocats, Rakotonavalona Ranary Robertson a déposé hier deux recours auprès du Conseil d’Etat, demandant la suspension et l’annulation du décret pris en Conseil des ministres la semaine dernière.  « Nous avons déposé ces recours au motif que le décret a été pris sans l’avis de Conseil supérieur de la magistrature », ont déclaré Maître Ranary Rakotoarisoa Ferdinand et Maître Iariravaka Ramanandraibe hier à Anosy après avoir déposé les recours. La défense du procureur général près de la Cour suprême de faire remarquer à cette occasion une « violation flagrante du principe de la règle du parallélisme des formes ».  Les avocats du Pgcs rappellent que la consultation préalable et obligatoire du Csm est requise dans le cadre d’une procédure d’abrogation. Et eux d’évoquer notamment l’article 3 de la loi organique 2004-036 relative à l’organisation, aux attributions, au fonctionnement et à la procédure applicable devant la Cour suprême et les trois cours la composant, l’article 16 de la loi n°2007-039 relative au Conseil  supérieur de la magistrature  ainsi que l’article 11 de la Constitution. 

Des articles qui disposent que le Premier président et le Procureur général de la Cour suprême sont nommés par décret pris en Conseil des ministres sur proposition de la  Garde des Sceaux et ministre de la Justice, après consultation du Conseil supérieur de la magistrature. Il faut pourtant savoir que le Csm n’a pas été consulté. Des dispositions  violées donc par l’Exécutif en promulguant le décret d’abrogation de la nomination du Pgcs. Les deux avocats de Rakotonavalona Ranary Robertson évoquent  également l’ordonnance 027 pour affirmer que le limogeage du Procureur général de la Cour suprême n’entre pas dans le cadre du pouvoir discrétionnaire du Président de la République.  Scandales à répétition En tout cas, la défense du Pgcs semble confiant quant à l’issue de ses requêtes. Il existe une jurisprudence. Ce n’est pas la première fois qu’un magistrat est limogé de la sorte rappellent les avocats de celui-ci. Et de rappeler ainsi que, pour des motifs similaires, Andrianjanahary Philippe, ancien commissaire général de la loi au niveau du Conseil d’Etat avait déposé des recours en suspension et annulation auprès du Conseil d’Etat au motif d’illégalité de son abrogation et avait obtenu gain de cause. Le conseil d’Etat doit statuer sur le recours en suspension dans les trois jours.  A l’heure actuelle Rakotonavalona Ranary Robertson n’a toujours pas été notifié de l’abrogation de sa nomination. Aucun appel à candidature n’a été lancé pour remplacer le Pgcs. Selon certaines indiscrétions, le limogeage du Pgcs fait suite à la requête du Syndicat des magistrats de Madagascar déposée auprès du Csm pour réclamer l’ouverture d’enquête contre la ministre. Une demande qui aurait trouvé un écho auprès du Pgcs qui en aurait fait part aux membres du Csm lors de la dernière  session de cette entité. Une demande qui aurait  été rejetée par la ministre...  En tout cas, chaque semaine semble apporter son lot de scandales et de décisions controversées de la ministre de la Justice. Il y a eu dernièrement les suspicions de corruption au niveau de l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes. Si la presse avait interpellé en premier Elise Alexandrine Rasolo, il a fallu l’interpellation du Smm ainsi que de la société civile avant que la ministre de la Justice ne daigne prendre la décision de  « limoger » le Directeur administratif et financier de l’Enmg.  La semaine dernière il y a eu le limogeage du Pgcs, voir supra, mais aussi et surtout l’arrestation d’un juge d’instruction et d’un agent pénitentiaire membre du bureau du Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire de Madagascar, dans le cadre de l’affaire Houcine Arfa.  A.R.

La Vérité0 partages

Insécurité urbaine et rurale - Le secteur privé sonne la charge

Paroles, paroles et paroles…Jusqu’à aujourd’hui, aucune mesure concrète n’a été prise par le Gouvernement pour améliorer la sécurité dans le pays. La population malagasy doit donc se soumettre aux malfaiteurs sans espérer aucune protection. Entre les voleurs, les pickpockets et les kidnappings, les citoyens vivent quotidiennement dans la terreur. A titre d’exemple, pour les commerçants, ils doivent fermer plus tôt par peur de se faire braquer par les voleurs. Au final, cette fermeture avant l’heure génère une diminution constante de leurs bénéfices. Il ne faut pas non plus oublier de mentionner les cambriolages de maisons qui augmentent de plus en plus. Et ces problèmes ne se limitent pas seulement aux frontières de la Capitale mais s’étend tout au long du territoire malagasy. Actuellement, des enlèvements sont même orchestrés dans les campagnes. Il est vrai que les différents évènements ont suscité des réactions, notamment celles du Collectif des Français d’origine indienne à Madagascar (Cfoim) après la succession de kidnappings, ou encore la grogne du secteur privé face à cette situation actuelle qui nuit considérablement au climat des affaires. Mais cela reste un appel dans le désert. « Beaucoup d’investisseurs locaux ou internationaux hésitent actuellement à monter des affaires face à l’insécurité qui règne actuellement dans la Grande île », explique Freddy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar.

 

Une grande mobilisation en vueFace à cette inertie du pouvoir central devant l’explosion de l’insécurité générale dans tout le pays, le secteur privé sonne la charge avec l’appui de la société civile et des syndicats des travailleurs afin de dénoncer cette situation. Par conséquent, une grande mobilisation sera organisée le 15 mars prochain pour que le Gouvernement malagasy arrête de faire la sourde oreille et prenne enfin conscience de la gravité de la situation actuelle en proposant  des solutions concrètes et efficaces. Un appel est donc lancé à tous es citoyens de Madagascar pour manifester bruyamment leur mécontentement face à l’insécurité qui règne dans le pays, durant la journée du 15 mars de midi à 12h 05. 5 minutes d’expression pour chacun. Les églises peuvent ainsi se manifester en sonnant leur cloche, les automobilistes usent de leur klaxon. « Nous visons  le plus grand nombre de personnes », a expliqué l’une des parties prenantes de cette mobilisation. Et d’ajouter : « Nous incitons tout le monde à s’exprimer, et ce, même sur les réseaux sociaux avec les hashtags de #Kidnapping_Aok’izay et #Insécurité_Aok’izay ». Des flyers seront également distribués aux agents de police pour les sensibiliser et les pousser à réagir. Les menaces continuelles qui pèsent sur la population ne sont pas du tout positives pour le développement de l’économie. C’est pour cette raison qu’il faut y remédier dans l’espoir de faire avancer Madagascar.Recueillis par Rova R. et Franck R.

La Vérité0 partages

Santé et accès à l’eau dans le Sud - Le Japon soutient des milliers d’habitants

Plus de 4 285 000 dollars injectés en mars 2017. Cette contribution financière du Gouvernement japonais a permis au Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) de renforcer ses interventions en faveur des milliers d’enfants dans le Sud de Madagascar. Les sécheresses persistances y ont, rappelons-le, touché environ 1,1 million de personnes, soit 80 % de la population des Districts d’Amboasary, Ambovombe, Tsihombe, Beloha, Ampanihy et Betioky. Le « Fokontany » d’Anantolily, dans la Commune de Sampona, fait partie des bénéficiaires d’un projet d’adduction d’eau et d’assainissement. Cela constitue une aubaine pour la population locale puisque la plupart des ménages ne trouvent d’eau à boire qu’a 20 km, soit plus de 2 heures de trajet. Pour le « Fokontany » d’Ambario, Commune de Ranopiso à Taolagnaro, l’existence d’une clinique mobile facilite la prise en charge des malades, y compris les enfants et leur vaccination.

Selon les résultats d’une enquête menée dans le Sud en 2017 par l’Unicef, le ministère de la Santé publique et l’Office national de nutrition, 720 000 personnes dans les 8 Districts les plus affectés par la sècheresse n’ont pas accès à l’eau potable. Plus de 70 % de la population vivent à plus de 5 km d’un centre de santé de base et 135 000 enfants sont en retard de croissance à cause de la malnutrition chronique. Pis, 98 % de la population des 5 Districts des Régions d’Anosy et Androy vivent en dessous du seuil de pauvreté monétaire subjective, estimé à 50 181 ariary par habitant par mois. Mais grâce à l’aide japonaise, 140 000 enfants malades ont pu être pris en charge de la pneumonie, de la diarrhée et du paludisme. Plus de 32 000 personnes ont accès à l’eau potable et 60 000 à l’assainissement. A cela s’ajoute le renforcement du système de santé à travers la dotation d’équipements de transport ou encore la réhabilitation des centres de santé et de la chaine de froid.  Notons qu’à la fin du mois de février dernier, l’ambassadeur japonais à Madagascar, Ichiro Ogasawara, en compagnie de la représentante résidente de l’Unicef, Elke Wisch, ont visité quelques « Fokontany » isolés du Sud, bénéficiaires de l’appui japonais. Outre la constatation des progrès réalisés, ils ont également pu en parler avec les bénéficiaires.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Infernal acharnement

Décidément, le régime HVM de Rajaonarimampianina a une dent contre le monde des médias,  privés s’entend. Il subit, sans relâche, des mesures de rétorsion. Bête noire du régime, la presse  indépendante croule sous le poids de harcèlements de toutes les couleurs. Deux Codes, particulièrementdélétères, empoisonnent son existence. Le premier, le Code de la Communication médiatisée, déjà « opérationnel », objet d’un éhonté forcing, à l’époque d’Andrianjato Vonison Zafidambo, ancien ministre de la Communication et des  Relations avec les Institutions (MCRI), ce Code rétrécit la marge de manœuvre de la liberté d’expression et d’opinion. Les dirigeants aux cravates bleues éprouvent un cynique plaisir de tyranniserles gens de la plume médiatisée et de la toile sociale. Harry Rahajason, n’a fait qu’enfoncer le clou !Tout compte fait, le respect de la démocratiese range au dernier rang de leurs soucis.

Et le comble, la communauté internationale semble cautionner leurs actes.  A l’intérieur de ce Code liberticide de la Communication, il existe un organe, l’Autorité nationale de régulation de la communication médiation (ANRC), le « gros-bras » du régime en général et du ministère de la Communication, en particulier, du ministre, spécifiquement, pour tordre le cou de la presse indépendante. La version finale ou modifiée de l’Anrc « gère » toutes les activités médiatiques du pays. Un « super directeur de la publication » dit-on ! Sur les 11 membres finalement retenus, 6+1 sont d’obédience étatique. A savoir, 6 dont 5 émanant des ministères plus 1 de  l’Omert, sous tutelle du MCRI, le tout plus 1 du Conseil supérieur de la magistrature (Csm). Donc, 7 représentants sous ordre du régime. Il ne reste au final que 4 petits éléments venant des instances hors circuit de l’Etat. Ceci explique, d’ailleurs, l’assourdissante contestation du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle),lors de la mise en place  forcée de ce funeste Code ! Le second. Le Code électoral. En vrai, ce deuxième larron n’est pas encore sur le rail de l’opération. Il devra faire l’objet d’examen et d’adoption au Parlement. En fait, convoqués en Session extraordinaire, les parlementaires de Tsimbazaza et d’Anosy auront à bosser pendant 12 jours pour examiner et adopter trois projets de lois organiques relatifs aux nouvelles dispositions devant régir les élections à Madagascar. En sachant de quoi sont composés les deux Chambres du parlement, les appréhensions nous pèsent dessus ! Effectivement, c’est le projet de loi organique n° 5/2018 du 21 février 2018 relative au régime général des élections et des référendums, notamment, concernant les modalités d’activité de la pressedurant les campagnes qui cloue les attentions et les inquiétudes de tous. En gros, les caciques du régime voudraient  « régenter »le microcosme du média à Madagascar. D’un artifice satanique par des Articles entre autres  92, 110, 111, 115 et 116,la mise au pas  de la presse privée se dessine clairement. Mais pourquoi ? Des mesures qui rappellent, étrangement, des régimes dégradants de la dictature fasciste de Mussolini, dunazisme d’Hitler ou celui des dictatures prolétariennes de Staline ou de Mao, etc. Même, l’Amiral Didier Ratsiraka, au temps fort de la « dictature rouge » n’avait pas songé  à recourir à de telles pratiques.   La clique à Rivo Rakotovao se trompe lourdement. Cet infernal acharnement concourra à leur perte.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Bourde de Henry Rabary-Njaka - Présage des élections-folies

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, surnommé OMS, a eu raison de procéder aux checkups de routine à La Réunion, le mois passé. Son gouvernement de combat risque de se transformer en un champ de bataille en ordre dispersé à observer l’indiscipline de ses subalternes. Il faut du tonus pour gérer le chambardement subséquent. A peine les vagues créées par la bourde communicationnelle du ministre Harry Laurent Rahajason se sont-elles calmées qu’un autre venait d’en déclencher de nouvelles. A l’image de ces faux prédicateurs ou ces soi-disant élus du Ciel qui pullulent au pays, le binational Henry Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères, a jeté un pavé dans la marre lorsque, de passage à Paris la semaine passée, il a révélé sur le plateau de la TV5 Monde les dates précises des premier et deuxième tours des élections présidentielles et tout juste après les législatives. Une déclaration faite à la grande surprise des citoyens malagasy.

PréciseCompte tenu de la controverse soulevée par un tel mauvais agir communicationnel, son département a sorti un communiqué dédouanant le patron de la diplomatie malagasy de toute charge accusatrice. La missive rectifie que le ministre a avancé les dates probables des élections sur la base des arguments inspirés par les dispositions constitutionnelles. Or, à l’entendre s’exprimer sur la chaîne de télévision internationale basée en France, il a fourni une réponse bien précise à la question que le journaliste lui a posée. «  Il y aura des élections cette année à Madagascar cette année….est ce qu’on connait les dates ? », demande le journaliste. Le ministre s’est empressé de répondre « oui on connait les dates, le 24 novembre pour le 1er tour et le 24 décembre pour le second tour des présidentielles. Tout de suite après,  les élections législatives ». Le ministre des affaires étrangères n’a, à aucun moment, soulevé durant son intervention sur Tv 5 monde qu’en avançant ces dates, il s’est inspiré des dispositions constitutionnelles.  Le bureau d’Anosy a également rappelé que les projets de lois organiques portant régimes généraux des élections sont maintenant entre les mains du Parlement. Jusqu’à preuve du contraire, l’équipe de Henry Rabary-Njaka est censée en ignorer l’issue à moins qu’elle fasse partie des groupes tirant la ficelle derrière les coulisses pour faire aboutir, comme d’habitude, les manœuvres destinées à avantager le régime Hvm sur tous les plans. Mais l’on ne savait jamais si la majorité des parlementaires vont se conformer aux ordres venant d’en-haut.Directeur de cabinetLa volonté délibérée du ministre Henry Rabary-Njaka de surclasser son chef hiérarchique direct pousse à déduire qu’il aurait agi comme s’il était toujours le directeur de cabinet de son maître. De ce fait, il n’aurait pas besoin de l’aval du Premier ministre pour communiquer sur un domaine relevant de la compétence exclusive du gouvernement via le Conseil des ministres. Autrement, le patron de la diplomatie ferait partie du cercle réclamant en sourdine la tête de l’OMS.Par ailleurs, l’homme, de par ses agissements, n’est pas à ses premières polémiques à l’échelle nationale et internationale depuis son arrivée à la haute sphère du pouvoir étatique. Si l’indiscipline de l’équipe gouvernementale et le manque flagrant de respect à l’égard des supérieurs continuent, l’on pourrait d’ores et déjà s’attendre à la publication du résultat des votes à Madagascar sur des chaînes internationales bien avant même les dates indiquées des scrutins. L’ambiance donne l’impression que la Grande île s’achemine petit à petit vers des élections-folies. Incompétents, par ici la porte de sortie….Manou Razafy

L'express de Madagascar0 partages

Calendrier électoral – Le Premier ministre désavoue Henry Rabary-Njaka 

Le ministre des Affaires étrangères a annoncé la date de l’élection présidentielle sur TV5. Le Premier ministre apporte des précisions en se référant à l’article 4 de la loi organique relative à l’élection du président de la République. 

Fake news ? Les électeurs doivent encore patienter. La date de l’élection présidentielle annoncée dans la soirée de vendredi par le ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka dans l’émission 64 minutes de TV5 Monde n’engagerait que lui.Samedi dans les locaux du ministère des Affaires étrangères, en marge d’une visite de site dans le cadre de l’accueil des IIes Assises de la coopération internationale décentralisée, le Premier ministre Solonan­drasana Olivier Mahafaly a désavoué Henry Rabary-Njaka. « Le ministre des Affaires étrangères, comme tous les autres citoyens Malgaches, peut se prononcer sur n’importe quelle date pour les élections », a-t-il précisé.Invité du journaliste Xavier Lambrechts dans La une francophone de l’émission 64 minutes sur TV5 Monde, Henry Rabary-Njaka a avancé avec spontanéité et assurance les dates de l’élection présidentielle.

Décret en attenteRachid Mohamed, conseil­ler spécial du président de la République et premier responsable du parti Hery vaovaon’i Madagasikara, soutient qu’aucune date n’a encore été arrêtée pour la présidentielle (…), le projet de loi sur le régime général des élections indique que c’est La Ceni qui propose le calendrier, puis le conseil du Gouvernement convoque les électeurs .Profitant de son passage au ministère des Affaires étrangères (MAE) l’après-midi du samedi, le Premier ministre a apporté des précisions. « Les dates des élections sont déjà prévues par la Constitution. Actuellement, les parlementaires sont en session extraordinaire. Nous attendons le projet de loi organique pour fixer la date des élections. L’article 4 dispose que la Ceni propose le projet de calendrier électoral, puis un décret de convocation des électeurs précisant le jour, l’objet et l’heure sera adopté lors d’un conseil du gouvernement. Nous attendons (…). Attendons que la loi soit promulguée », explique Solonandrasana Olivier Mahafaly.Joint au téléphone, Thierry Rakotonarivo, vice-président de cette entité affirme s’en tenir aux propositions du Gouvernement dans le projet de loi organique relative à l’élection du président de la République. « La date de l’élection doit se tenir entre le 24 novembre et le 24 décembre. Toutefois, le 24 novembre est un samedi, alors que le scrutin doit se tenir pendant les jours ouvrables », soutient-il.La date de l’élection présidentielle est un secret de polichinelle. L’article 47 alinéa 1 de la Constitution stipule que l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice ». Ainsi, l’élection présidentielle devrait se tenir entre le 24 novembre et le 24 décembre, étant donné que le mandat du président de la République échoit le 25 janvier 2019. « C’est sur la base de cette disposition constitutionnelle que le ministre a fait une projection », explique un communiqué de la direction de la communication du MAE hier soir.

Loïc Raveloson et Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Tsiroanomandidy – Des dahalo montent un barrage sur la RN1

Un taxi-brousse a été coincé devant le barrage des dahalo, samedi matin. Pourchassés par le comité de vigilance, ils ont voulu ralentir la poursuite.

Coïncidence. Une horde de dahalo venant de dérober cinq zébus à Ambohimiarina a placé des blocs de pierre sur la chaussée pour retarder la poursuite, mais les blocs de pierre ont bloqué un taxi-brousse. Les faits se sont produits samedi matin, à 2 heures 15, sur la RN1, précisément à Ampizarantany, commune de Tsinjoarivo, district de Tsiroanomandidy.La présence de ce barrage a semé la panique chez les passagers. Personne n’a osé sortir. « J’ai eu vraiment peur, je me suis dit que, cette fois-ci, c’était la fin. Nous avons tous cru que nous étions pris au piège des bandits de grand chemin », a relaté une dame à bord du taxi-brousse. Ils ont immédiatement prévenu les gendarmes d’Ampi­zarantany qui se sont ensuite dépêchés sur les lieux. Une autre automobile a franchi brutalement le barrage. « Son carter d’huile a heurté un grand bloc de pierre et a été brisé. Elle est tombée en panne un peu plus loin », a indiqué un membre des forces de l’ordre.Sur place, les gendarmes ont sécurisé les périmètres. Entre-temps, les renforts ont été alertés. Quelques heures plus tard, un propriétaire de zébus accompagné par deux soldats du détachement autonome de sécurité (DAS) sont arrivés. Selon eux, les dahalo sont certainement passés par cette route où ils ontdressé une barricade.

EnlèvementL’examen de la situation effectué par la gendarmerie révèle que les malfaiteurs ont voulu ralentir la poursuite. « Ils ont pensé que les fokonolona et militaires les ont pistés en voiture », a indiqué Justin Ramananarivo, membre du comité de vigilance de la commune de Tsinjoarivo, hier au téléphone. Les membres du comité ont procédé à l’enlèvement des rochers, avec les voyageurs et les gendarmes, avant de continuer la poursuite. Les dernières informations de la gendarmerie, hier soir, révèlent qu’aucun blessé grave n’a été constaté à bord du premier taxi-brousse. Les dégâts matériels sont pourtant lourds, à l’instar du carter.Le deuxième véhicule a gagné la capitale, samedi soir. « Les passagers sont sains et saufs », a assuré le chauffeur. La filature des bandits s’est pour le moment avérée infructueuse, d’après les premiers éléments de l’enquête.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Études internationales – La France et les États-Unis, destinations phares

France ou États-Unis ? Parmi les destinations proposées lors du Salon des études internationales qui s’est déroulé au Carlton Anosy, ces deux destinations  intéressent le plus les étudiants malgaches. « Plusieurs universités dans une vingtaine de pays peuvent accueillir les étudiants malgaches actuellement. Les jeunes partent pour l’île Maurice, l’Afrique du Sud, mais nous avons remarquélors des conférences qui se sont succédé que les jeunes sont attirés par la France et les États-Unis », affirme Lahatra Andria­mahatsangy de Madajeunes.Partir pour l’étranger signifie se perfectionner pour apporter sa contribution au développement du pays plus tard. « Je suis dans la filière bâtiment et travaux publics. Je constate que la plupart des  infrastructures routières chez nous, ne durent pas longtemps. Pour cette raison, étudier aux États-Unis me tente car j’ai envie d’approfondir les normes internationales requises pour  la construction des bâtiments et de toutes sortes d’infrastructures, pour mon pays », explique Elysé Harinjaka Rakotondrasoa, un des visiteurs du Salon. La plupart des jeunes rêvent de passer les frontières du pays, pour décrocher un diplôme international.Ce rêve ne peut devenir réalité que si les étudiants sont préparés financièrement. « En moyenne, le loyer et coût global de la vie en France, est évalué à 615 euros par mois, soit environ 2 300 000 ariary. Il n’y a pas de bourse pour les établissements publics. Les étudiants doivent aussi penser au billet d’avion, au visa, à l’hébergement et aux frais de scolarité. Certains étudiants sont parfois acceptés au niveau du Campus France, mais le visa est refusé au niveau du Consulat. Il faut noter que le Consulat n’accepte pas le visa sans étudier la situation financière des parents », explique un responsable du Campus France.Pour aller aux États-Unis, la maîtrise de la langue anglaise est exigée. « Nous prenons soixante jeunes par an. Et seulement cinq candidats ont été sélectionnés. Ce concours pour être boursier des universités en Amérique demande une forte maîtrise de la langue anglaise, plus exactement l’anglais académique. Lors des concours, nous repèrons tout de suite les personnes qui ont préparé le concours durant trois ou cinq ans auparavant. Ils ont des projets d’études et professionnels véridiques et impeccables », affirme Fidy Raharijaona de Educa­tionUSA. Pour étudier aux États-Unis, il faut avoir un budget mensuel allant de 7 000 à 11 000 dollars pour faire face aux besoins quotidiens, et les frais d’études pour les universités publiques et privées s’élèvent entre15 000 à 30 000 dollars.

Mamisoa Antonia 

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Océan Indien – Mada-1 U18 sauve l’honneur

L’équipe Mada-1 chez les U18 et celle de la Réunion-1 U16 remportent le trophée de l’Aroi version 2018. Les finales se sont tenues ce samedi au stade d’Alarobia. 

Victoire au bout du suspense. Madagascar et la Réunion ont partagé les titres de la version 2018 du tournoi de rugby à VII de l’Aroi (Asso­ciation de rugby de l’océan Indien), au stade d’Alarobia.Chez les U18 garçons, la première équipe de la Grande île a pris sa revanche face aux Réunionnais, tenants du titre. En finale, Mada-1 a détrôné dans la douleur la sélection réunionnaise après deux prolongations, victoire sur un score de 29 à 24.Pourtant, la Réunion a dominé la première période de sept minutes. À une minute de la fin du temps réglementaire, les Réunion­nais ont encore mené de 14 à 19. Ces derniers ont déjà marqué quatre essais contre trois des jeunes Makis, signés Mika, Navalona et Jean Yves. Seulement après le coup de sifflet final, Menja a offert l’essai en or, synonyme d’égalisation, à la dernière minute du match.Les deux camps se sont séparés par 24 partout, au terme des quatorze minutes réglementaires. Il a fallu par la suite procéder à la prolongation mort subite de cinq minutes.Le score est resté inchangé à l’issue de la première prolongation, malgré deux tentatives d’essai avortées des Réunionnais, et une occasion ratée pour les Malgaches. Les deux équipes ont dû disputer une deuxième prolongation décisive.Épuisé mais déterminé, dès l’entame de cette deuxième prolongation, Sakay, en échappée, a aplati l’essai de la victoire. « Malgré le petit gabarit de nos joueurs, ils ont pu s’imposer techniquement. Avantagés par leur physique, les Réunionnais, Mauriciens et Mahorais étaient plutôt efficaces en défense », explique le directeur technique national de la fédération, Antsoniandro, de cette victoire malgache.Quatre équipes ont été en lice pour cette catégorie. Maurice se trouve en troisième position après avoir écarté la deuxième équipe hôte en match de classement sur le score de 17 à 15.

Confirmation réunionnaiseDans la catégorie des moins de 16 ans, l’équipe Mada -1 n’a pas fait le poids contre la Réunion. Cette dernière conserve donc le titre en écrasant en finale la première équipe malgache par 31 à 7. Les Réunionnais ont inscrit durant la finale cinq essais contre un seul pour la meilleure sélection malga­che U16. « Outre la fatigue, nos joueurs manquaient de concentration », analyse le DTN Antsoniandro concernant la large défaite des Malgaches en finale des U16.Mais le désordre a aussi régné au bord de la ligne de touche. Incontrôlables et inconscients, de nombreux techniciens, dirigeants ou autres qui se sont pris pour le head coach ont perturbé les joueurs en criant sans arrêt durant la toute finale. Le même scénario s’est reproduit lors de la finale des U18.En match de classement des U16, Mada-2 complète le podium en battant Mada-3 sur un score fleuve de 44 à rien. Mada-2 et Mada-3 terminent donc respectivement troisième et quatrième au classement final. La deuxième formation réunionnaise s’installe à la sixième marche, après sa défaite face à Mada-4.Les Mauriciens et les Mahorais finissent respectivement septième et huitième du classement. « Ce tournoi a été une occasion pour les techniciens de détecter les présélectionnés pour les prochains Jeux africains de la jeunesse en Alger. Les Makis U18 y seront cette fois renforcés par quelques membres de la sélection U20, qui disputeront la Coupe d’Afrique juniors au Zimbabwe, du 24 au 28 mars », a souligné Marcel Rakoto­malala, président du Malagasy Rugby.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Dôme Rta Ankorondrano – Les tubes de Johnny Hallyday subjuguent ses fans

Électrique et enflammé, porté  à l’affiche par une belle brochette d’artistes, « Que je t’aime », en l’honneur de Johnny Hallyday, a surpris par sa présentation dans la soirée du vendredi.

Le temps d’une soirée, Jean-Phillipe Smet, plus connu de part et d’autre du globe, à travers son mythique alter ego Johnny Hallyday, revit sur la scène du Dôme RTA Ankoron­drano. Une occasion inédite pour une soirée festive et mémorable, en guise d’hommage des plus vibrants à celui qui s’est affirmé depuis plus d’un demi-siècle comme l’éternelle idole des jeunes.Le cabaret-concert, sobrement intitulé « Que je t’aime », a ainsi émerveillé un public de rockers, de passionnés et de mélomanes de tous horizons, vendredi soir. Laissant la part belle au spectacle, tout en étant mélodieux sur les bords, le concert a fédéré sur scène une pléiade de chanteurs et de musiciens, avec comme point commun pour tous l’amour pour Johnny Hallyday.Un amour réciproque que Stenny, Gothlieb, Eric Tselatra, Tosy, la jeune Nathy, Koloina lauréate du télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » de la Radio télévision Analamanga (RTA) et Jacquis Randria, ont ainsi partagé avec le public.La RTA qui, en partenariat avec Grace Corps, a d’ailleurs mis les bouchées doubles pour la production de cet événement sans précédent. Autant sur la mise en scène et le choix des musiciens que les décors et la gestion du cadre à la fois sobre et rock’n’roll, au sein duquel le public du Dôme RTA a pu festoyer.

« Spectaculaire »Vers 19h, le public, majoritairement composé d’inconditionnels de Johnny Hallyday, n’a pas tardé à envahir le Dôme RTA Ankorondrano. Veste en cuir ou jean moulant, ils étaient de toutes les générations à s’être donné rendez-vous pour jouir à nouveau de ces tubes intemporels du plus célèbre des rockers français.Plus surprenant même, « Que je t’aime » se découvre comme un cabaret-concert familial à part entière, sans doute parce qu’être fan de Johnny ça se transmet de génération en génération aussi. Vers 20h, les festivités ont débuté tambour battant avec l’arrivée des fameux motards des clubs Mad Bikers et Harley Davidson Madagascar Riders. C’était à eux d’ouvrir le bal en faisant frissonner le public aux rugissements de leurs bécanes. D’un côté, les membres de Mad Bikers exécutaient des figures à tout va pour amuser la galerie, tandis que ceux du Harley Davidson Madagascar Riders se sont plu à accompagner les artistes pour leur entrée en scène. À l’image de Johnny Hallyday lui-même, l’événement a ainsi misé sur le spectaculaire pour impressionner son public.Menés par Lanto Randrianantoandro, les musiciens Tax Razafindrakoto, Deba, Jack Thierry et Matthieu se sont installés alors sur scène.Pour lui, ce cabaret-concert avait des saveurs particulières. Stenny s’est fièrement affiché comme le maître de cérémonie tout au long de cette soirée. Lui qui voue une passion intarissable pour Johnny Hallyday, ne s’est ainsi pas privé de ce moment pour donner de la voix, de se faire entendre et de se faire remarquer par l’assistance. Ayant troqué son habit de chanteur évangélique le temps de cette soirée donc, Stenny s’est donné corps et âme pour haranguer tant bien que mal le public.L’honneur lui fut d’ailleurs attribué d’ouvrir le show en interprétant à sa manière, même s’il se voulait être le plus fidèlement possible proche de son illustre idole, le tube « Allumez le feu ». Rapidement accompagné de Eric Tselatra, ils ont enchaîné tous les deux avec « Ma jolie Sarah », « Fils de personne » et « Je t’aime à l’infini ».Comme l’indique son intitulé, la soirée a surtout brillé à travers les plus belles balades romantiques de Johnny Hallyday qui composaient essentiellement le répertoire. La gent féminine fut ainsi à l’honneur et très gâtée tout au long de la soirée. De sa voix imposante et douce à la fois, Tosy partageait la scène avec Stenny pour chanter « J’ai un problème ». De même, sa guitare à la main, Koloina reprenait d’une manière acoustique « Laura » en berçant l’auditoire de sa voix. Pareil pour Nathy qui s’est découverte à l’occasion en chantant « Un jour viendra », jouant surtout de son charme.Ceci dit, s’il y en a bien un qui s’est démarqué du lot, c’est le chanteur et humoriste Gothlieb. Fidèle à lui-même, il s’est imprégné du personnage de Johnny Hallyday pour la soirée. Adoptant les traits du chanteur, ainsi que ses mimiques légendaires, Gothlieb entrait en scène à travers le public, conviant même les plus chanceux à partager quelques couplets à ses côtés. Charismatique comme le rocker français, il a enchainé « Retiens la nuit », « Salut Charlie » en passant par « Lovely lady ». Vers la fin, cette jolie troupe s’est rejoint pour un ensemble qu’elle a voulu être émouvant, à l’unissons avec le public, elle a chanté alors « J’ai pleuré sur ma guitare ». Un moment exquis qui a enchanté grands et petits, cet hommage à Johnny Hallyday n’était que les prémices des événements tous aussi festifs et grandioses de la part de la RTA pour cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Ambaniandrefana – Une motarde  fauchée à mort

La gendarmerie a confirmé le décès d’une pilote de scooter, âgée de 53 ans, dans une collision survenue samedi à 13 heures, à Ambaniandre­fana, district d’Avaradrano, hier. Le drame s’est produit en plein virage. La moto circulant sur la RN3 s’est subitement déportée sur la gauche et n’a pas pu éviter la camionnette qui arrivait en sens inverse. La cinquantenaire a été mortellement écrasée, selon un gendarme du poste avancé de Talatanivolonondry sur place. Le deux-roues a été entièrement amoché. Le choc était violent. « Du coup, le casque de la motarde s’est disloqué et n’a pas pu la protéger», a indiqué un témoin oculaire de la scène interrogé sur les lieux par la gendarmerie.Selon toujours les explications reçues, le camionneur a brusquement essayé de s’arrêter, mais une panique totale s’est emparée de lui. Il a perdu le contrôle de son véhicule. Il s’en est sorti avec des blessures légères. Les secours de la gendarmerie sont arrivés en nombre dès qu’ils ont reçu l’alerte.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Zone 7 – GNVB et VBCD démarrent bien

Bon début pour les deux clubs porte-fanions de la Grande île à la Coupe des clubs champions de la zone 7. La phase éliminatoire a débuté samedi au palais des sports à Mahé, aux Seychelles.Chez les hommes, la GNVB, tenante du titre, s’est imposée d’entrée ce samedi face à M’tsangadouh de Mayotte par 3 sets à 0 (25/12, 25/7, 25/12). Du côté des dames, VBCD, vice championne de Madagascar a battu hier matin l’Orange club d’amitié de Rodrigues par 3 sets à 0 (25/22, 25/22, 25/17).Quant aux autres résultats chez les messieurs, l’Olym­pic Montagnes Goyave de Rodrigues a surpris les Quatre Bornes de Maurice par 3-0 (25/23, 30/28, 25/19). L’un des grands clubs mauriciens, Camp Ithier a souffert pour écarter les Spikers à domicile par 3-2 (27/25, 16/25, 25/22, 19/25, 18/16). Première victoire pour le pays hôte, Swim Blue des Seychelles a battu VC Vahibe de Mayotte par 3 sets à rien.Chez les dames, les Mauri­ciennes de Quatre Bornes ont défait hier les Mahoraises VB Vahibe par 3 sets à 0. Huit équipes réparties en deux groupes sont en lice.Le groupe A est composée de Swim Blue Seychel­les, Quatre Bornes VBC Mau­rice, Olympic Montagnes Goyave Rodrigues et VC Vahibe Mayotte. La GNVB Madagascar se trouve en tête de la poule B avec Faucon Flac Camp Ithier Maurice, Spikers Seychelles et M’tsan­gandouh Mayotte.Six formations sont en course chez les dames. Volleyball Club Diamant de Madagascar se trouve dans le groupe A avec le club cham­pion en titre, Anse Royale Seychelles et Orange club d’amitié Rodrigues. Et les trois équipes de l’autre groupe sont Quatre Bornes Maurice, All Stars Mayotte et Pralin Girls Seychelles.En deuxième journée, les Gendarmes ont rencontré hier soir les Mauriciens de Camp Ithier et les Spikers ce soir. Les protégées du coach Tony Randriambao seront pour leur part opposées aux tenantes du titre, les volleyeuses de l’Anse Royale. Les éliminatoires s’étaleront jusqu’à mardi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Danse urbaine – Record de participation 

Toute une semaine consacrée essentiellement aux partages et aux découvertes entre tous les férus nationaux de danse urbaine. Le festival « Battle for peace – Ambony Ambany » a égayé du talent de ses participants la scène culturelle, tout en mettant l’accent sur la fraternité et la solidarité entre tous les artistes. Célébrant déjà ses cinq années d’existence, le festival, qui a débuté le 24 février, s’est clôt au palais des Sports et de la Culture Mahamasina à travers tout un spectacle de chorégraphies et de créativités de la part des danseurs d’horizons divers.De la capitale à Toamasina, de Fianarantsoa à Toliara en passant par Ambositra, Antsirabe, Morondava et Mahajanga, ils ont été nombreux à avoir répondu à l’appel du festival cette année. Près de quatre cent danseurs en tout, qui se sont plu à s’imprégner des valeurs fraternelles du festival et à partager leur savoir-faire sur scène. Le tout auréolé de l’aura du danseur et chorégraphe Rudi Rehava de la compagnie Up The Rap, disparu en novembre de l’année dernière et à qui cette cinquième édition était exclusivement dédiée.Des ateliers ouverts à tous les festivaliers  se sont tenus tout au long de la semaine, sous la bienveillance du B-Boy allemand Raphael Hillebrand et de l’américain Byron Cox à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely.Hier au palais des Sports et de la Culture était ainsi l’occasion de restituer les acquis de chacun, qui ont été redécouverts à travers plusieurs groupes. Un moment de réjouissance et bataille de danse fraternelle, grâce auquel chacun s’est vu récompenser et applaudir pour son talent. Les compagnies de danse émérites comme la compagnie Mill’Art, Up The Rap et Adamms Family, ainsi que les invités internationaux ont bien délecté le public de leur maîtrise de cette discipline artistique populaire qu’est la danse urbaine. Une plateforme exclusive pour tous les artistes de la danse urbaine, le festival « Battle for peace – Ambony Ambany » a ainsi privilégié les échanges entre les danseurs.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Ranty remporte le X-Country Acerbis

Ranty Ernest a décroché sa première victoire de la saison, hier à Betsizaraina. Il a devancé Claudio Tida et Tsirava Razafimahefa sur le podium.

La réponse du berger à la bergère. Il y a une semaine, Claudio Tida (KTM SX-F250) s’imposait lors de l’ouverture de la saison 2018, devant Ranty Ernest (Husqvarna FC250). Hier à Betsizaraina, le pilote Husky a pris le dessus sur le quintuple champion de Madagascar, au terme des trois heures de course du X-Country Acerbis. Les deux hommes sont donc à égalité parfaite au championnat après deux manches. Ce qui augure un superbe mano-a-mano pour la suite de l’exercice.Hier, le vétéran Tsirava Razafimahefa (Sherco SEF-R300) a réalisé le « holeshot » (premier pilote au premier virage). Cependant, Tsitsi, qui a terminé sur la troisième marche du podium au final, a été dépassé par Claudio et Ranty dans la foulée. Les deux rivaux ont rapidement creusé l’écart. Ils ne se sont jamais quittés d’une semelle, se renvoyant coup pour coup, pour le plus grand bonheur du public, forcément admiratif devant une telle bagarre. À un moment, le pilote Husqvarna a chuté dans une portion boueuse, qui s’est transformé en véritable bourbier au fur et à mesure des tours d’horloge. Ce qui a permis à la KTM n°1 de prendre une avance plus conséquente.

Prime « holeshot »Rien n’a été joué cependant, puisque Claudio aussi a chuté par la suite, et s’est fait rattraper. À environ une heure de la fin, les deux motards sont entrés simultanément en zone de ravitaillement, avant que leur combat ne reprenne de plus belle. L’ultime tournant de la course est survenu à une vingtaine de minutes du damier, quand Claudio, gêné par un retardataire, est de nouveau tombé. Ranty en a alors profité et a pris une option décisive sur la victoire finale.À part le duel épique entre les deux principaux protagonistes dans la course à la couronne nationale, le weekend a également été marqué par la création d’une récompense spéciale « holeshot ». L’hôtel Blue Sky Antsirabe et Motostore offriront ainsi une prime de 1.000.000 Ar, en catégorie scratch, et 600.000 Ar, en catégorie 2, à la fin de la saison, pour ceux qui auront fait le plus de « holeshot ». Et aussi, les organisateurs rembourseront immédiatement le droit d’inscription de celui qui réalise le « holeshot », à chaque course. Une manière judicieuse de motiver un peu plus les motards.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Des tableaux numériques dans les collèges

La numérisation de l’enseignement progresse lentement au niveau des collèges. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) vient de doter le ministère de l’Education nationale de huit tableaux numériques interactifs. « L’Unesco a déjà offert treize kits pour les collèges et a encore augmenté en nombre leurs dons. Nous allons encore identifier les établissements à qui nous allons les remettre », explique Anatole Ralison, directeur de cabinet au ministère de l’Éducation nationale, lors de la remise des dons, en fin de semaine.Ce matériel devrait améliorer la qualité de l’enseignement au niveau des collèges, notamment, les mathématiques. Les milliers de tablettes déjà distribuées devraient renforcer encore plus cette numérisation de l’enseignement. « Avec ce matériel, l’élève n’aura plus besoin d’aller à la bibliothèque pour faire ses recherches, il y a beaucoup à lire dans ces tablettes », enchaine la source.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

L’insurrection anéantie, la répression sévit

Lucile Rabearimanana présente, dans la revue historique Hier et Aujourd’hui, N°1 et 2 de 1975, une thèse de Jacques Tronchon sur L’Insurrection malgache de 1947, Essai d’Interprétation. Travaux soutenus à l’Université de Paris VIII en 1973. Mise à part la relation des évènements dans les diverses phases de l’insurrection et les circonstances dans lesquelles elle éclate, il essaie, comme le précise l’intitulé de son étude, d’interpréter le vaste mouvement nationaliste de 1947.Selon l’historienne, Jacques Tronchon s’efforce alors de répondre à des questions primordiales. S’agit-il d’un soulèvement paysan, d’un simple mouvement de contestation, ou d’un véritable mouvement d’indépendance? Quelle est la part de responsabilité du Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MDRM) en tant que parti politique, en général, et des députés Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara en particulier, dans l’organisation et le déclenchement de cette insurrection? Des questions encore difficiles à répondre à l’époque. Lucile Rabearimanana résume la thèse de Jacques Tronchon qui brosse d’abord les lignes essentielles des évènements en décrivant la situation politique, économique et sociale engendrée par la seconde Guerre mondiale, et la contribution de la Grande ile aux efforts exigés par le conflit, « montrant ainsi à quel point l’insurrection trouve ses racines profondes dans l’exploitation coloniale ».La thèse fait également sentir le climat de tension qui persiste, dans plusieurs régions, entre l’occupant et le Parti des déshérités de Madagascar (Padesm) d’un côté, et les militants du MDRM, de l’autre, surtout pendant les périodes électorales. Et déjà, les rumeurs d’une insurrection ne cessent de circuler. « Les autorités françaises étaient au courant de tout, mais il semblerait qu’elles ne se soient pas inquiétées outre mesure.»Jacques Tronchon décrit l’insurrection elle-même à travers les évènements de Manakara et de Moramanga, les tentatives de soulèvement avortées à Diego-Suarez, à Fianarantsoa, à Antananarivo. Cependant, l’insurrection gagne du terrain, notamment dans les régions qui environnent la falaise orientale, telles les vallées du Mangoro et du Faraony, contrôlées par les insurgés. « Mais leur situation devient bientôt intenable, les troupes françaises menant activement leurs opérations pour regagner le terrain perdu. Elles sont renforcées par des bataillons sénégalais et nord-africains, par des éléments blindés… qui arrivent dès juillet 1947. »De nombreux insurgés continuent la lutte par la guérilla, mais « leur calvaire est tel que beaucoup meurent en forêt, sont tués ou faits prisonniers par les troupes françaises ou bien se rendent ». Et en décembre 1948, on peut considérer l’insurrection comme anéantie ! Dès le lendemain, la répression sévit. Elle se manifeste d’abord par l’arrestation des militants du MDRM. Ces derniers connaissent alors « des conditions de détention particulièrement atroces, dans des prisons trop exigües, exposés à toutes sortes de mauvais traitements, subissant des tortures au cours des interrogatoires ».De plus, les enquêtes menées à la hâte et d’une manière arbitraire, tendent toutes à prouver la culpabilité du MDRM dans cette insurrection. « Malgré la fragilité de l’argumentation ! » Les autorités coloniales pensent que les insurgés obéissent aux ordres des députés malgaches, et pour cause de « flagrant délit continu », ceux-ci sont arrêtés malgré leur immunité parlementaire. Et le parti MDRM est dissout, le 10 mai 1947. Les membres du Parti démocratique de Madagascar, eux aussi accusés de complicité avec le MDRM, sont jetés en prison. Quant aux Français « de gauche », ils sont expulsés ou mis à l’écart.À partir de 1948, plusieurs Cours d’Assises s’ouvrent dans toute l’ile pour juger les accusés. Le plus retentissant, appelé « Procès des Parlementaires, commence le 22 juillet 1948». Tout cela se termine par des condamnations à mort, dont deux à l’encontre de députés. Mais surtout, le nombre réel des victimes est impressionnant, « plus de 100 000 morts ». Bref, si les insurgés ont commis des atrocités, mais la répression fut non moins horrible.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Ambassadeur de valeurs et héraut d’un idéal

Dans la Grèce antique, on nommait ambassadeur un citoyen aux hautes qualités personnelles : protégé par un sauf-conduit, on le mandatait pour une mission précise. De statut diplomatique également, le héraut avait un rôle de messager : mandataire parfois de mauvais augure, il pouvait être l’objet de solides inimitiés. Mais, «messager des dieux» patronné par Hermès, le héraut jouissait d’une inviolabilité absolue.Dans son dernier discours en terre malgache, l’ancien Ambassadeur de France, François Goldblatt rappela cependant qu’en l’an 491 avant Jésus-Christ, les hérauts envoyés par les Perses à Athènes et à Sparte, avant que les deux cités grecques ne s’affrontent, furent tragiquement éliminés : jetés dans le barathron à Athènes, et précipités dans un puits à Sparte. Se faisant, pour l’occasion, héraut, l’ambassadeur de France avait tenu à achever son mandat en terre malgache par ces mots : «La vertu même des messages sincères demeure, aujourd’hui comme hier, de mettre en garde, en temps utile, quant à l’inéluctabilité de certains processus. (…) Au final, vous l’aurez compris, le messager peut changer, mais le message demeurera invariablement le même : plus que jamais, le passage à l’acte sur la voie des indispensables réformes».J’ai pu lire que «deux grands principes constituent les pôles de la race anglo-saxonne : le premier est que tout gouvernement doit reposer sur le consentement des gouvernés ; le second, que le rôle de l’homme d’État est d’éviter la révolution par la réforme» (H.A.L. Fischer, cité par André Maurois, Histoire d’Angleterre, Fayard, 1937, p.680).La socialiste «orthodoxe» Rosa Luxembourg (1871-1919) avait, dès 1898, posé la question centrale : «Réforme sociale ou révolution ?». Son adversaire idéologique, un autre Allemand, Eduard Bernstein (1850-1932), préférait de son côté améliorer la société par des modifications légales progressives en restant dans le cadre institutionnel. La révolution, comme transformation radicale et violente de la société, on en a vu la tyrannie liberticide, les dérives meurtrières et la folie destructrice, avec les révolutions française, russe, chinoise, khmer rouge. Ce ne fut que meurtres, pillages, tortures concentrationnaires.La certaine idée que l’on se fait désormais d’une société civilisée et des moeurs acceptables par notre époque nous oblige donc à la réforme pour nous éviter la révolution. Les idéaux à atteindre progressivement par ces réformes de l’intérieur seraient dans un autre «message à vocation universelle», celui de l’Europe : «dans l’ordre du politique, la quête de la justice ; dans l’ordre intellec­tuel, la quête de la connaissance».Cette Chronique n’approuva pas toujours la posture de l’ambassadeur François Goldblatt (Chronique VANF 13 mars 2013, «Voyons, Monsieur l’ambassadeur»), pourtant dans son message ultime, de ce 14 juillet 2015, il présentait admirablement les acquis de l’Europe : «ces héritages qui ont produit le plus spectaculaire développement des sociétés humaines que le monde ait connu jusqu’à présent, nous autres, nations européennes, cherchons à le partager. Parce que, en dépit de tous les accidents de l’Histoire, cet héritage nous a si bien réussi, nous cherchons, sans pour autant vouloir l’imposer, à le partager le plus largement possible».Et, parce qu’aucune femme ni aucun homme, de bon sens ne saurait ne pas les faire siens, passons complaisamment en revue ce message d’idéal : «les fondements de la démocratie tels que la Grèce nous les a enseignés ; le droit écrit tel que Rome nous l’a légué ; le christianisme comme socle spirituel et facteur structurant de la société et de la famille ; l’université comme temple de la connaissance ; l’esprit des Lumières comme idéal de justice et de liberté individuelle ; l’apprivoisement du capitalisme comme facteur de développement et de prospérité ; l’exigence d’une paix durable comme legs de deux conflits mondiaux épouvantablement meurtriers».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Vingt-sept défunts déplacés

Un tombeau familial a été vandalisé vendredi, à Ankadikely Ilafy. Vingt-sept sur quarante défunts ont été déplacés. Aucun vol n’a pourtant été constaté, d’après les explications reçues. Les auteurs de cette violation de sépulture courent toujours.

 

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Mille cinq cent femmes victimes de fistule à opérer

La réparation des femmes victimes de fistule obstétricale, se poursuit. Cette année, le ministère de la Santé publique et ses partenaires, comme le Fonds des nations unies pour la population (FNUAP), envisagent d’opérer mille cinq cent femmes, dans tout Madagascar.Le coup d’envoi de la campagne de réparation pour l’élimination de la fistule obstétricale s’est tenue à Ambovombe Androy, vendredi. Cent cinquante femmes de cette région vont bénéficier de cette chirurgie réparatrice. Durant vingt-cinq jours, des chirurgiens malgaches opéreront ces femmes handicapées par l’impact d’une complication durant l’accouchement, dans le sud de l’Ile.Les femmes fistules sont estimées à cinquante mille à Madagascar et quatre mille nouveaux cas par an seraient enregistrés, selon l’enquête de l’Objectif du millénaire pour le développement (OMD), 2012-2013. Ces cas devraient diminuer à 20%, en 2020 et à 50% en 2050.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Zazakely niyaran’ny fanolanana raha avy nianatra

Zazavavy fito taona nira avy nianatra, ny harivan’ny 26 febroary 2018 tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany, no norebireben’ny raimpianakaviana 26 taona tamin’ny vatomamy sy bisky ka nanaraka azy. Rehefa tonga tao anaty kininina dia nambanany antsy ilay zaza rehefa hanomboka hitomany ary nitohy tamin’ny fampiharany ny herisetra rehetra. Tsy nahatadidy ny lalana mody intsony ity zaza ity noho ireo karazana herisetra nanjo azy, ny andro rahateo efa alina tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Olona nifanena tamin’ity zaza ity no nahita azy tsy afaka nandeha ka nitondra azy nody sy nampilaza ny zandary. Olona tsy mpifanerasera amin’ny fianakaviana ity rangahy ity ary nandritra ny fanadihadiana natao azy dia nilaza fa efa faniriana hatry ny ela ny azy. Hatolotra ny fampanaovana ny 01 marsa 2018 ity raim-pianakaviana nahavanon-doza ity.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

RN3 : Vehivavy nitondra « scooter » nofaohin’ny kamiao, maty tsy tra-drano

Vehivavy iray manodidina ny 53 taona no maty tsy tra-drano rehefa nifanena tampoka tamina fiarabe sy nodonin’ity farany ny « scooter » nentiny. Potika tanteraka ity môtô kely ity, vaky torak’izany ihany koa ny aroloha nentin’ilay ramatoa, izay nitarika dona mafy tamin’ny lohany sy ny nitarika ny fahafatesany. Ny sabotsy lasa teo no nitrangan’ity loza mahatsiravina ity tamin’iny lalam-pirenena fahatelo iny, teo amin’ny PK 26+900, aloha ny hiditra an’i Talata Volonondry raha hianavaratra. Raha ny tatitry ny zandarimarim-pirenena tonga taty aminay, dia samy nandeha mafy avokoa na ilay kamiao marika Hyundai, na ity môtô ity. Tao anaty fiolahana no niseho ny loza. Noho izay fandehanana somary mafy izay, dia voatery nangalatra ny havanany ilay « scooter », kanjo tamin’io fotoana io no nipoitra tampoka ilay fiara. Tsy azo nihodivirana araka izany ny fifandonana, ka io niteraka famoizana ain’olona io. Efa tonga teny an-toerana moa ireo zandary miandraikitra iny faritra iny, nijery ifotony ny zava-nisy. Ary satria nisy olona namoy ny ainy, dia voatery notanana natao famotorana ilay mpamilin’ilay kamiao. Efa nomena ny fianakaviana kosa ny razana, tetsy andanin’izany. Maro dia maro tokoa ny fiolahana mety hampidi-doza amin’iny lalam-pirenena mihazo an’Anjozorobe iny, ka mila mitandrina ny mpampiasa izany. Manampy trotraka izany anefa ny fahasimban’ny lalana, izay efa tena miharatsy tokoa, raha tsy hiteny fotsiny afa-tsy ny hatreo Ankazondandy mianavaratra iny. Ambonin’izay, raha miresaka lalam-pirenana ihany, araka ny filazan’ireo efa sendra, dia manomboka misy olon-dratsy mametraka sakan-dalana amin’izany lalam-pirenena izany, indrindra fa rehefa manomboka ho maizina ny andro. Hangatahana ny fijerena manokana izay tranga izay, avy amin’ny tompon’andraikitra.

m.L