Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 05 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara76 partages

Imerinkasinina : Meeting excursion sur les terres de Marc Ravalomanana

La sortie de demain porte la « Marc » de fabrique du cow boy d’Imerinkasinina.s

Jour J-1 pour la sortie des partisans de l’Opposition qui franchiront le Rubicon demain dans l’Avaradrano.

« Asabotsy mifankahita ». C’est le mot de ralliement lancé sur les ondes de « Radio Miara-manonja » par les organisateurs de la sortie prévue demain à Imerinkasinina. « Le choix de l’Avaradrano s’explique pour des raisons historiques »,  selon l’un des animateurs de la station inféodée à l’Opposition. A son corps défendant de préciser explicitement qu’il s’agit des terres de Marc Ravalomanana et de reconnaître implicitement que ce sera une excursion politique ou politisée.

« Fihaonambe ». Le mot a été lâché hier au cours de l’émission « Miara-manonja ». Littéralement, cela signifie « grande rencontre » ou « grand meeting ». Marc Ravalomanana qui aime bien les anglicismes, sait très bien le sens du mot meeting. « Une importante réunion publique organisée à l’initiative d’un parti, d’un syndicat, etc., pour débattre d’un sujet politique ou social », selon Le Larousse.  A entendre les organisateurs qui ont prévu pour l’occasion des matériels de sonorisation, des prises de parole seront au programme demain. La question qui se pose concerne la portée – acoustique et politique – de ces discours ou interventions, puisque selon l’ordonnance relative aux réunions publiques et aux manifestations publiques, « sera réputée réunion publique, si les propos qui y sont tenus pourront être entendus sur la voie publique ».

Réunions publiques. L’ordonnance en question de disposer que « les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, sont soumises à l’autorisation préalable du Délégué général du gouvernement pour la ville de Tana ou des sous-préfets, selon le cas ». Ce qui a visiblement amené le Préfet de Police de Tana dont la compétence s’étend sur toute la région Analamanga, à déclarer que le « hetsika » requiert une autorisation préalable. La loi d’ordre public étant d’interprétation stricte.

Autorisation. En revanche, le premier responsable de l’EMO Far, le général Andry Rakotondrazaka a reconnu que « s’agissant d’une excursion, cela ne nécessite aucune autorisation ».  Une position partagée par Me Hanitra Razafimanantsoa et consorts sur le plateau de « Miara-manonja », tout en s’engageant à ce service d’ordre et empêcher toute infraction aux lois et règlements. Sans oublier les mesures barrières liées à la Covid-19 quand bien même il serait difficile voire impossible de respecter la distanciation physique.  En plus de cela, l’ordonnance de 1960 d’ajouter que les organisateurs sont tenus d’ « interdire tout discours contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs ou contenant provocation à un acte qualifié de crime ou délit ». A ce sujet, les organisateurs du « meeting excursion » comptent prendre les dispositions adéquates.

Cortèges. Si le « fitsangatsanganana » en soi ne nécessite pas à la limite une autorisation préalable, les véhicules transportant les participants restent soumis au code de la route. L’ordonnance sus-évoquée de stipuler même que « tous cortèges (…) sur la voie publique, sont soumis à l’autorisation préalable des autorités ». Concernant l’excursion de demain, les départs vont être alternés à partir de Magro Tanjombato avant de se retrouver du côté de By Pass et d’Ambohimangakely où la circulation risque d’être bouchée par la vague de véhicules de « Miara-manonja ». Un premier test grandeur nature pour l’Opposition qui compte récidiver en organisant la prochaine fois une campagne de reboisement. C’est l’arbre qui cache la forêt par rapport au programme de l’Opposition dont l’excursion de demain constitue la première branche d’une série de meetings qui ne disent pas leur nom sous peine de se voir opposer un Non.

R.O

Midi Madagasikara7 partages

Environnement : Madagascar vend 50 millions de dollars de crédits carbone

Une signature historique pour la protection de l’environnement.

Le programme « Atiala Atsinanana » est la première initiative de mise en œuvre  de la Stratégie Nationale REDD+ du pays, destiné à la vente de crédits carbone

La protection de l’environnement peut rapporter gros. C’est effectivement le cas avec la signature de l’accord de paiement du programme de réduction d’émissions « Atiala Atsinanana» conclu entre le gouvernement malgache et le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) de la Banque mondiale, l’accord permettra de débloquer sur une période de 5 ans, un montant de 50 millions de dollars.

Intérêt capital

En effet, à travers cet accord de paiement, le FCPF s’engage  dans l’achat des crédits carbone sur la période de 2020 à 2024 à l’intérieur du Programme  de réduction d’émissions « Atiala Atsinanana ». Le paiement se fera au fur et à mesure des actions de réduction d’émissions réalisées. En somme, les 50 millions de dollars débloqués permettront de réaliser des initiatives pour réduire la pauvreté au sein des communautés qui dépendent de la forêt, tout en réduisant les émissions de carbone dues à la déforestation. Avec ce contrat d’achat des réductions des émissions de carbone en place, Madagascar devrait réduire de 10 millions de tonnes les émissions de dioxyde de carbone de la côte Est du pays, riche en forêts tropicales. Un accord d’un intérêt capital quand on sait que le programme de réduction des émissions est conçu pour accroître la productivité agricole et réduire la pauvreté en milieu rural tout en améliorant la qualité des sols, en conservant les ressources en eau et en protégeant les forêts et la biodiversité vitales. Etalée dans les régions SAVA, SOFIA, Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro, la zone du programme couvre 10% du pays, s’étendant sur près de 7 millions d’hectares le long de l’écorégion de forêt humide de l’est du pays. Cette région abrite plus de la moitié des forêts tropicales riches en biodiversité de Madagascar qui sont menacées par l’expansion agricole.

177 communes

Le programme de réduction des émissions s’appuie sur l’approche intégrée du paysage agricole du pays qui vise à lutter contre les causes directes et indirectes de la déforestation et de la dégradation, y compris d’importants bassins versants. Le programme renforce la conservation et la gestion communautaire des forêts et s’appuie sur des chaînes de valeur agro forestières respectueuses des forêts telles que la vanille. Sur les 177 communes touchées par le programme, la vente de réduction d’émissions de carbone est destinée à continuer et pérenniser des actions contre  la déforestation que les communautés mènent avec  les promoteurs d’initiatives.  Il s’agira également de récompenser les communautés et les communes contributrices de performance de réduction d’émissions et d’opérationnaliser les dispositifs de mise en  œuvre et de respect des obligations environnementales et sociales.   Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et la ministre de l’Environnement et du Développement Durable Baomiavotse Vahiniala Raharinirina ont représenté le gouvernement malgache lors de cette signature historique qui  s’est déroulée hier au Carlton. Marie-Chantal Uwanyiligira, la responsable des opérations de la Banque Mondiale a signé l’accord au nom de cette dernière.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Imerinkasinina : Meeting excursion sur les terres de Marc Ravalomanana

La sortie de demain porte la « Marc » de fabrique du cow boy d’Imerinkasinina.s

Jour J-1 pour la sortie des partisans de l’Opposition qui franchiront le Rubicon demain dans l’Avaradrano.

« Asabotsy mifankahita ». C’est le mot de ralliement lancé sur les ondes de « Radio Miara-manonja » par les organisateurs de la sortie prévue demain à Imerinkasinina. « Le choix de l’Avaradrano s’explique pour des raisons historiques »,  selon l’un des animateurs de la station inféodée à l’Opposition. A son corps défendant de préciser explicitement qu’il s’agit des terres de Marc Ravalomanana et de reconnaître implicitement que ce sera une excursion politique ou politisée.

« Fihaonambe ». Le mot a été lâché hier au cours de l’émission « Miara-manonja ». Littéralement, cela signifie « grande rencontre » ou « grand meeting ». Marc Ravalomanana qui aime bien les anglicismes, sait très bien le sens du mot meeting. « Une importante réunion publique organisée à l’initiative d’un parti, d’un syndicat, etc., pour débattre d’un sujet politique ou social », selon Le Larousse.  A entendre les organisateurs qui ont prévu pour l’occasion des matériels de sonorisation, des prises de parole seront au programme demain. La question qui se pose concerne la portée – acoustique et politique – de ces discours ou interventions, puisque selon l’ordonnance relative aux réunions publiques et aux manifestations publiques, « sera réputée réunion publique, si les propos qui y sont tenus pourront être entendus sur la voie publique ».

Réunions publiques. L’ordonnance en question de disposer que « les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, sont soumises à l’autorisation préalable du Délégué général du gouvernement pour la ville de Tana ou des sous-préfets, selon le cas ». Ce qui a visiblement amené le Préfet de Police de Tana dont la compétence s’étend sur toute la région Analamanga, à déclarer que le « hetsika » requiert une autorisation préalable. La loi d’ordre public étant d’interprétation stricte.

Autorisation. En revanche, le premier responsable de l’EMO Far, le général Andry Rakotondrazaka a reconnu que « s’agissant d’une excursion, cela ne nécessite aucune autorisation ».  Une position partagée par Me Hanitra Razafimanantsoa et consorts sur le plateau de « Miara-manonja », tout en s’engageant à ce service d’ordre et empêcher toute infraction aux lois et règlements. Sans oublier les mesures barrières liées à la Covid-19 quand bien même il serait difficile voire impossible de respecter la distanciation physique.  En plus de cela, l’ordonnance de 1960 d’ajouter que les organisateurs sont tenus d’ « interdire tout discours contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs ou contenant provocation à un acte qualifié de crime ou délit ». A ce sujet, les organisateurs du « meeting excursion » comptent prendre les dispositions adéquates.

Cortèges. Si le « fitsangatsanganana » en soi ne nécessite pas à la limite une autorisation préalable, les véhicules transportant les participants restent soumis au code de la route. L’ordonnance sus-évoquée de stipuler même que « tous cortèges (…) sur la voie publique, sont soumis à l’autorisation préalable des autorités ». Concernant l’excursion de demain, les départs vont être alternés à partir de Magro Tanjombato avant de se retrouver du côté de By Pass et d’Ambohimangakely où la circulation risque d’être bouchée par la vague de véhicules de « Miara-manonja ». Un premier test grandeur nature pour l’Opposition qui compte récidiver en organisant la prochaine fois une campagne de reboisement. C’est l’arbre qui cache la forêt par rapport au programme de l’Opposition dont l’excursion de demain constitue la première branche d’une série de meetings qui ne disent pas leur nom sous peine de se voir opposer un Non.

R.O

Midi Madagasikara1 partages

Gouvernement américain : 4 millions de dollars pour la Cour des Comptes

L’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Michael Pelletier a prononcé une partie de son discours en malgache.

La Cour des Comptes est l’institution supérieure d’Audit de Madagascar, chargée de contrôler toutes les dépenses publiques et de mener des évaluations des politiques pour l’Assemblée nationale.

La cérémonie de lancement du projet de renforcement des capacités de la Cour des Comptes de Madagascar 2020-2025 s’est déroulée, hier, à l’hôtel Colbert. A cette occasion, l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Michael Pelletier et le Premier Président de la Cour suprême de Madagascar, Rajaona Andriamanankiandrianina, ont annoncé un nouveau projet d’une valeur de 4 millions de dollars, d’une durée de cinq ans et financé par le gouvernement américain par le biais de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement international (USAID). Outre le renforcement des capacités, il améliorera également la gestion des fonds publics.

Indépendante et fiable. Lors de son allocution, l’ambassadeur Pelletier a déclaré « Les Etats-Unis et Madagascar sont comme des « mpirahalahy mianala » à un moment où nous cherchons à favoriser la prospérité de Madagascar en mettant en place des institutions efficaces, responsables et inclusives… Une Cour des Comptes indépendante et fiable est un élément essentiel de toutes les nations démocratiques bien gérées et nous sommes fiers de soutenir la Cour des Comptes pour renforcer les capacités de son personnel, améliorer la qualité de ses audits et élargir son mandat ». Outre le financement du gouvernement américain, la Cour des Comptes de France, du Maroc et l’Auditeur Général de Norvège contribuent également au projet, en mettant leur personnel et leur connaissance à la disposition des auditeurs malgaches. Notons que l’objectif du projet est de permettre à la Cour des Comptes de Madagascar de mettre en œuvre avec succès son plan stratégique pour 2020-2024.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Fisolokiana sy fivadiham-pitokisana : Voasambotra tany Toamasina ilay ramatoa nokarohina

Voasambotra tany Toamasina afakomaly, ilay ramatoa nokarohin’ny polisy ekonomika fatratra, nanomboka ny 30 janoary 2020. Namoahana didy fikarohana sy fisamborana izy io. Fisolokiana sy fivadiham-pitokisana no fiampangana an’ity ramatoa antsoina hoe Faravololoniaina Edmonde, izay nipetraka tao amin’ny Villa Diamondra, Kianjamalaza Andriantompoiray, kaominina ambanivohitra Ambatomirahavavy. Nambaran’ireo fianakaviana lasibatra tamin’ity fisolokiana sy fivadiham-pitokisana nataon’ity olona ity, fa niditra tao amin’ny hotely iray tany Toamasina izy afakomaly io no hitan’izy ireo ka avy hatrany dia niantsoana polisy tao an-toerana. Amin’ity anio ity ity mpisoloky ity no hiakatra eto Antananarivo hanaovana fanadihadiana. Fivarotana tany mirefy 63 Ara 00 Ca amin’ny titre N° 2532 atao hoe Vohimasina Ambatomirahavavy no nanaovan’ilay mpisoloky asa fisolokiana sy fanaovana hosoka sy fampiasana hosoka. Fanomezam-pahefana avy amin’ny tompon’ny tany, izay hosoka, no entin’ilay  mpisoloky, ka nahazoany vola mitentina hatrany amin’ny 130 Tapitrisa Ar, izay efa tapitra voarainy avokoa. Rehefa handeha hikarakara ny taratasy teny amin’ny sampandraharaha misahana ny fananan-tany ireo olona mpividy vao tratran’ny fanohanan’ny tena tompon’ny tany. Tsy ireto olona ireto ihany no lasibatra amin’izao asa fisolokiana sy fivadiham-pitokisana izao fa olona marobe, raha ny fanampim-panazavana. Andrasana ny tohin’ny raharaha izay efa eo am-pelatanan’ny polisy.

Yv Sam

Midi Madagasikara1 partages

Football – CHAN : Madagascar peut avoir une solide équipe

En attendant et à la lumière des quatre journées de Pro League, de bons joueurs émergent du lot pour former une très bonne équipe de CHAN.

La finale CHAN au Cameroun opposera en finale le Maroc et le Mali. Une issue presque logique lorsqu’ on connaît les efforts de ces deux pays dans la formation des jeunes. Comme le football est une question de travail, seuls les pays qui privilégient les tournois des jeunes, parviennent à se hisser au sommet. Madagascar peut toutefois réussir le chemin inverse en partant de sa formation U20 en privilégiant la piste des expatriés. Sur ce point en effet, plusieurs de nos jeunes évoluent déjà au plus haut niveau pour ne citer que Mathyas Randriamamy du Paris Saint Germain (PSG). Il y a aussi Freddi Greco du Torino en Italie ou encore Rémy Vita du Bayern de Munich. Mais il y en a très certainement d’autres dans les grands clubs européens. En attendant et à la lumière des quatre journées de Pro League, de bons joueurs émergent du lot pour former une très bonne équipe de CHAN. Dans les buts, Fabrice du Fosa est de très loin le meilleur gardien. En défense centrale, le duo Théodin du Fosa et Tony d’Elgeco Plus fait l’unanimité même si Meulin de Tia Kitra ou Tsalo de JET Kintana constituent une très bonne doublure. Sur les flancs, Tsilavina et Toby d’Elgeco Plus sont les mieux indiqués. Dans une configuration de milieu à trois, on citera en premier le jeune de 15 ans de l’Ajesaia, El Haddari, ainsi que André et Donga de Fosa Juniors. Parmi les attaquants les plus en verve, Veve de Five FC rafle la mise. Mais on ne peut pas ignorer la grande forme de Tsito de JET Kintana tout comme celui de Rinjala de Fosa qui est en train de retrouver ses jambes de 20 ans. Jean Yves de Fosa aura aussi son mot à dire dans cette ligne offensive. Arnaud aujourd’hui blessé, reste en embuscade tout comme Moma du COSFA. Bref, une autre dream team pour peu qu’on la confie à un bon entraîneur, titulaire de la licence A de la CAF qui plus est.

 Clément RABARY

La Vérité0 partages

Football - Championnat d’Afrique des Nations - La finale Maroc –Mali sous les yeux du président Ahmad

Réhabilité par le Tribunal Arbitral des sports (TAS), le président de la Confédération africaine de football (CAF) a repris depuis sa fonction. Suspendu de toute activité liée au football par la FIFA pour une durée de cinq ans, Ahmad a saisi le TAS pour la suspension de cette décision et a obtenu, la semaine dernière, gain de cause. De ce verdict du TAS, il a repris ses fonctions de président de la CAF et a quitté Madagascar jeudi dernier pour rallier le Cameroun où se déroule le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) dont la finale se tiendra demain. L’ultime rencontre à cette compétition verra au stade de la Réunification de Douala, la confrontation entre le Maroc, tenant du titre et tombeur en demi-finale du Cameroun, et le Mali. Au-delà du côté sportif, cette finale est marquée par la présence effective du président Ahmad et constitue sa première sortie officielle au lendemain de sa réhabilitation. Une présence qu’il a déjà insinué dans un communiqué livré par la CAF après la décision du TAS et dans lequel Ahmad a remercié son vice-président, Constant Omari, d’avoir assuré la présidence de la CAF durant sa brève suspension. « Constant Omari a mis en œuvre avec brio l’organisation du CHAN Total 2020, je vais mener à son terme cette magnifique compétition et permettre que le football, comme toujours, triomphe », mentionnait Ahmad dans le communiqué de la CAF. Et avant-hier, il a foulé le sol camerounais où un accueil chaleureux lui a été réservé par les membres de la CAF et le président de la fédération locale. Le président Ahmad n’a pu retenir ses larmes face à cette marque de sympathie envers lui par ses fidèles compagnons.C’est lui qui va ainsi remettre demain la coupe symbolisant la victoire, au capitaine de la sélection vainqueur de la finale du CHAN 2020….Rata

La Vérité0 partages

Arts Maritaux - Sifu Edouard Rajaona - Un jeune maître prometteur

A 33 ans, Sifu Edouard Rajaona plus connu sous le sobriquet de Sifu Nanou incarne l’expérience, la jeunesse en termes d’arts martiaux à Madagascar. Ce jeune maître à un avenir prometteur devant lui, vu son parcours. Son nom d’état civil est Rajaona Edouard Niaina Tsilavina, fils du grand peintre sculpteur Edouard Rajaoana. Mais il a choisi un autre chemin, celui des arts martiaux dans lesquels il se fait déjà un nom au niveau national et international malgré son caractère réservé et timide. Fondateur du Ri Chu Jeet Academy, il est le premier responsable de la vulgarisation et non moins directeur technique national chargé du développement de la discipline (formation) à Madagascar.Sa présence à Madagascar est connu des grands maîtres internationaux de la discipline comme Sifu Salem Assli, Sifu Pascal Mouton, Sifu Abes Santos, Sifu David Burton, Jkd Matsunaga, Sifu Octavio Quitero, Sifu Joaquin, Sifu Charles… Ces derniers aspirent de l’aider dans le développement du Jeet Kune Do à Madagascar.Son rêve est de devenir un maître de référence internationale. Et a comme projet de mélanger dans un seul Academy les différentes branches de Jeet Kune Do que  Bruce Lee a appris à Dan Inosanto, Taki Kimura, Ted Wong, Larry Harstel, Jess Glover, Tim Tacket ….)Actuellement, il est l’une des figures emblématiques du Jun Fung  Gung Fu, l’art de combat que le légendaire Bruce Lee a pratiqué avant 1967, plus tard connu sous le nom de Jeet Kune Do (1967-1973). Passionné de cet art martial, il pratique aussi l’art martial indonésien Penchak Silat Pukulan et actuellement il suit des formations sur la maîtrise d’un autre art martial, le Sistac Ninjutsu. Hormis le cours de Jeet Kune Do, suivi par des milliers de jeunes dans la Capitale, il enseigne également la self- défense féminine.Avec beaucoup de volonté et de sacrifice, depuis 2 ans, il a fondé le Ri Chu Jeet  Academy avec son assistante Rajaobeloson Nirina Santatriniaina. « Ri Chu Jeet Academy a pris comme source, notre affiliation internationale en Australie « Ri Chu », qui signifie nouvelle lumière et Jeet Academy vient d’une autre affiliation internationale sise en Belgique dirigée par Sifu David Bertrand. En un mot, Ri Chu Jeet Academy signifie porteur d’une nouvelle image de Jeet Kune Do.   « Notre style est lié directement avec la source direct Jeet Kune Do. Ainsi, nous respectons toutes les hiérarchies administratives internationales de Jeet Kune Do et en tant que diplômé de Ri Chu Jeet Academy International, reconnu partout dans le monde, nous suivons des programmes internationaux. »Sifu Nanou a vécu une enfance ordinaire. Mais son début dans les arts martiaux a commencé par la passion des films Kung Fu. En 2000, il a découvert un article sur un art martial combiné. « Déjà j’avais une passion particulier sur l’art de Bruce Lee. Et j’ai demandé à mes parents de m’autoriser à apprendre cet art martial », affirme-t-il. Il a commencé les arts martiaux en août 2001. Après 9 ans de pratique, il était très inspiré d’apprendre en 2010 le Wing Chun Do, nom classique du Gung Fu ou Jun Fan Gung Fu  et le Jeet Kun Do, l’art martial de Bruce Lee. « En 2016, il y a eu certaines discordes entre moi et les dirigeants de Jeet Kune Do classique, me poussant à prendre un autre chemin. Et ce en entretenant des relations avec les experts internationaux. En 2017, j’ai décroché mon premier diplôme international venant de Sifu Claudus Chen. La reconnaissance internationale a continué grâce aux efforts que j’ai fournis dans l’apprentissage. L’expert David Bertrand est venu à Madagascar pour me faire passer, moi et mon assistante Santatriniaina Rajaobelina, un examen. Un disciple de Dan Inosanto, ce dernier n’est autre que l’une des premières disciplines de Bruce Lee », conclu Sifu Nanou.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Démission du Premier ministre Ntsay Christian - « Miara-manonja » pris en plein flagrant délit de men...

Un flagrant délit de mensonge émanant de l’Opposition qui voulait donner des leçons de morale aux dirigeants actuels. En direct, à la radio, lors de l’émission « Miara Manonja », elle n’a pas hésité à avancer certaines informations, sans présenter de preuves tangibles. L’Opposition sous-entend que le chef du Gouvernement, le Premier ministre, a présenté sa démission, que le ministre de la Défense nationale ne souhaitait pas prendre l’intérim. Il s’agit ni plus ni moins que d’une manipulation honteuse et grotesque. La Primature a tenu à rétablir la vérité. Face aux nombreuses rumeurs véhiculées et selon lesquelles le poste de Premier ministre serait vacant, le service communication auprès de la Primature a tenu à faire un démenti à travers un communiqué hier. « Le Premier ministre, Christian Ntsay, assure toujours ses pleines fonctions de chef du Gouvernement et n’a nullement démissionné », précise ledit communiqué. En guise d’avertissement face aux personnes malintentionnées qui effectuent ce genre de désinformation, la Primature a aussi rappelé que la diffusion de fausses nouvelles est passible de sanctions selon les lois en vigueur. Le porte-parole du Gouvernement, Lalatiana Andriatongarivo, dans l’émission « Tsy ho tompo-trano mihono », a également tenu à démentir les informations diffusées par l’Opposition, affirmant qu’aucun intérim n’est prévu à la Primature.  Les désinformations et mensonges sur le Premier ministre Ntsay Christian ne sont qu’une infime partie des fausses informations diffusées par l’Opposition ces derniers temps. Il a notamment été récemment dit dans cette émission de l’Opposition que l’Etat actuel aurait engagé des gros bras et distribuerait de faux badges à ceux qui participeront à l’ « excursion » de celle-ci ce jour. Dans le chapitre des mensonges grossiers, les observateurs se rappelleront également que l’Opposition a affirmé et continue d’affirmer que l’Etat malagasy a envoyé une délégation en Afrique du Sud pour défendre les trafiquants présumés des 73,5 kg d’or. Cette même Opposition, en particulier l’un de ses membres, a également dit que le Plan pour l’Emergence de Madagascar a été financé par une organisation terroriste mondialement reconnue. Au-delà des mensonges, les orateurs durant cette émission sont allés jusqu’à l’incitation à la révolte appelant en effet l’Armée à prendre le pouvoir. Cela est inacceptable. N’importe quel observateur averti de la vie politique du pays doué de raison conviendrait que l’Opposition a dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive. Les autorités compétentes seraient dans leur bon droit de prendre les décisions logiques dans ce genre de cas. L’Opposition va pourtant crier de nouveau à une atteinte à la liberté de l’expression et la violation de la démocratie…La Rédaction

La Vérité0 partages

Echos Covid-19 - Reconfinement total à Mayotte

L’heure est grave à l’une de nos îles voisines. Face à la très forte augmentation des hospitalisations de cas Covid ces derniers jours et notamment l’apparition des variantes 202012/01 identifiées au Royaume-Uni et 501 identifiées en Afrique du Sud de la Covid-19, les autorités locales ont pris la décision d’un reconfinement total depuis hier soir. Les écoles et établissements scolaires seront fermés, en raison du nombre de cas très importants détectés chez les jeunes. Les guichets des services publics seront fermés hormis ceux de la gendarmerie, de la police et des centres de santé. Le télétravail sera la norme. Les commerces non essentiels seront fermés et les restaurants pourront ouvrir pour la vente à emporter ou à livrer, tout comme les pharmacies, les banques ou la poste. Par conséquent, des mesures d'urgence économique vont être mises en place, ainsi qu'une aide alimentaireLe ministère responsable de la Santé publique dans ce département français de l'océan Indien a annoncé qu’en un mois, le taux d'incidence est passé de 50 à 415/100 000 habitants avec un taux de positivité de 17 %. A cela s’ajoutent les patients admis en réanimation présentant des formes plus graves avec des détresses respiratoires aiguës sévères qui se rajeunissent.  Afrique enregistre plus de morts Le taux de mortalité de la Covid-19 sur le continent africain "devient très inquiétant. Vingt pays africains, dont l'Afrique du Sud et le Soudan, ont des taux supérieurs à la moyenne mondiale en termes de mortalité due à la Covid-19.  La variante 501Y.V2, identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, est prédominante et alimente un nombre record de cas en Afrique du Sud et dans la sous-région. Elle se trouve actuellement au Botswana, au Ghana, au Kenya, aux Comores, en Zambie et dans 24 Nations non africaines. Selon le directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, John Nkengasong, le taux de mortalité de la Covid-19 en Afrique était à présent plus élevé que le taux mondial. Et  c’est majoritairement dû à la résurgence des cas de coronavirus qui, dans certaines parties du continent, a un bilan bien plus meurtrier que la première vague d'infections de l'année dernière. « Malheureusement, en Afrique également, 93 000 personnes sont mortes des suites de la Covid-19, ce qui représente un taux de létalité de 2,6 %. Le taux de mortalité global est donc de 2,2 %. Le taux de mortalité continental est de 2,6 %. Cela vous montre clairement, comme je l'ai indiqué la dernière fois, que le taux de létalité devient très inquiétant car il dépasse désormais le total mondial. Avant, c'était l'inverse. Au cours de la première vague, le taux de mortalité était d'environ 2,2 %, et il est maintenant de 2,6 % », a avancé ce responsable. Recueillis par KR. 

La Vérité0 partages

Péril en la demeure !

Stop au laisser-aller ! La pandémie du coronavirus, SRAS.Cov-2, menace plus que jamais. Analamanga se trouve malheureusement dans la ligne de mire. Les bilans des nouveaux contaminés, des formes graves et des décès montent en flèche. Les centres de traitement destinés à prendre soin des dépistages et des cures commencent à être débordés, les pharmacies prises d’assaut. On se bouscule aux médicaments d’appui. Madagasikara, grâce aux efforts inlassables et ingénieux entrepris par les tenants du pouvoir dans la gestion de la Covid-19, figure parmi les pays ayant pu gérer de façon percutante durant les moments forts la pandémie en 2020. La Grande île se trouve dans le top 12 en Afrique et dans le top 40 dans le monde. De ce classement, Madagasikara peut être fier d’avoir pu devancer les grands de ce monde à l’exemple du Japon, de la France ou des Etats-Unis. En fait, les études et enquêtes minutieuses menées par le Lowy Institut, un « think-tank » de l’Australie, ont permis d’établir ce classement dont les pays grands et petits de tous les continents y ont passé en revue, mettent en relief les performances du régime Rajoelina. Un classement qui, évidemment, va faire des jaloux et rallumer certaines animosités de la part de certains dirigeants des pays les mieux classés traditionnellement. L’intérêt indiscutable que le remède « malagasy », à base de plantes médicinales locales et mis au point par le laboratoire national (IMRA) respectant les règles strictes du protocole scientifique, suscite auprès des pays amis du Continent irritait déjà les « grands ». Lequel remède, le Covid-Organics,  qui attire les foudres des géants laboratoires de l’occident.Mais le véritable souci des dirigeants et qui peut être la raison du retour massif de la pandémie réside sur l’inconscience voir le laisser-aller de l’ensemble de la population concernant le respect des consignes sanitaires. Le port du masque et les gestes barrières sont remis au second plan. A Antananarivo, la population vaque à ses activités quotidiennes comme si de rien n’était. Il va falloir que les responsables étatiques reprennent la bête par les cornes et durcissent l’application des consignes sanitaires.Et comme si la menace périlleuse et troublante de la deuxième vague de la Covid ne suffit pas, voilà que les bourdes et énormités des prétendus membres de l’Opposition viennent s’ajouter et alourdir l’atmosphère. En ce jour du 6 février, les ténors du camp d’en face, les Ravalo et sa troupe persistent et signent à organiser des manifestations publiques. Excursion ou pas, en ville ou dans la nature, les risques de dérapages, de casse et de trouble présentent les mêmes menaces ou effets nuisibles pour tout le monde. Des éléments radicalisés fonceraient dans le tas. Certainement, les Forces de l’ordre et de maintien de la sécurité ne laisseront pas les têtes brûlées de l’Opposition détruire la Nation. Les parlementaires et d’autres irresponsables qui haranguent, à bloc, leurs partisans ou sympathisants assumeront la responsabilité des dégâts. Ils porteront sur leurs épaules les conséquences néfastes de cette controversée excursion. Ils ne sont pas sans savoir qu’une foule emportée par la furie n’est plus en mesure de contrôler ses actes.Péril en la demeure ! Que chacun prenne conscience de la précarité du contexte qui prévaut.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Stylisme et création à Madagascar - « Mihamy Mada Fashion » ouvre des portes

Opportunités. « De la bonne visibilité, de nouveaux contacts clients VIP, un large réseautage ». Ce sont les résultats palpables, cités par Hasimalala Kelhie à travers sa marque BoGasy, à l’issue de la première édition de l’évènement « Mihamy Mada Fashion ». Actuellement en pleine préparation pour la deuxième édition, cette styliste et créatrice de mode, ayant vêtu le costume de la star internationale de football français Kylian Mbappé, se réjouit d’être toujours de la partie.  « Auparavant, nous, les stylistes et créatrices de mode travaillons chacun de notre côté afin de se développer et de se valoriser. Or, avec cette plateforme, le sens du partage et de l’échange est promu. Nous ressentons l’implication du ministère de la Culture et des Sports dans la valorisation de nos œuvres "made in Madagascar" », a-t-elle déclaré. Et d’ajouter que, en dehors de son travail de costumier, l’objet de sa deuxième participation porte sur ses créations en matière de chaussures et surtout ses collections pour femmes. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à l’Office de la radio et télévision publiques de Madagascar (ORTM), Anosy, Francis Alexandre Razafiarisoa, directeur général de la culture auprès du ministère de la Communication et de la Culture (MCC), a rappelé cette idée de valorisation.  Du 12 au 14 février prochain, le MCC donne ainsi rendez-vous au Palais national de la culture et des sports à Mahamasina pour des défilés de mode, une vente- exposition d’œuvres signées par une cinquantaine de créateurs et de stylistes malagasy.Tout en respectant les gestes de barrières sanitaires, des conférences à thèmes - à savoir « Taovolo malagasy : seha-pihariana azo trandrahina », « Ny lamaody vita malagasy jifain’ny Malagasy » sont aussi programmées pour cette deuxième édition. A cela s’ajoutent des « Masterclass » qui seront, cette fois-ci, axées sur la photographie de la mode à Madagascar, le mannequinat professionnel. Entre-temps, les visiteurs auront droit à des « Fashion show » avec Saramba et Rootsikalo pour la première journée. Nate Tex, Melky et Princio feront également partie de la scène, de même que Mr Sayda, Mage 4 et Nael qui clôtureront cet évènement annuel et national, consacré au stylisme et à la création, avec leurs chansons mythiques. K.R.

La Vérité0 partages

Trafic de 73,5 kg d’or - C’est un « acte isolé » d’un gendarme

Après la présentation d’un document par la correspondante d’une chaîne française à propos du trafic de 73,5 kg d’or, la Gendarmerie nationale, par le biais de son commandant, le Général Njatoharisoa Andrianjanaka, est sortie de ses gonds au Toby Ratsimandrava, hier.  « C’est l’acte isolé d’un gendarme »,  declare sans ambages ce Général. Le directeur de la Police judiciaire, le colonel Jocelyn Randrianarijaona a appuyé les dires du commandant de la Gendarmerie à ce sujet.  Crevant l’abcès, ce dernier a alors évoqué le gendarme de première classe Jean Mexin Rajery. C’est ce dernier qui a signé le papier tant galvaudé par cette chaîne française, au nom de la GTA ou « Gendarmerie de transport aérien », une unité qui n’existe pas à Madagascar.Selon toujours les explications fournies hier par la Gendarmerie, dans cette lettre, le gendarme en cause a reçu une somme de 30 000 ariary pour les « frais de contrôle ».  « Ce qui devrait signifier qu’il a contrôlé les bagages et l’intérieur de l’avion », apprend-on du côté de l’Officier de police judiciaire (OPJ).  Et de poursuivre : « Or, il n’a pas trouvé la présence de 73,5 kg d’or qui était transporté dans cet avion depuis Toliara jusqu’à Johannesburg ».De fait, le gendarme de première classe en cause risque gros. Car après son arrestation et son transfert à la Direction de la Police judiciaire dans la Capitale, entité chargée de l’enquête sur le trafic d’or, il va être déféré au Parquet dès la fin de la procédure. L’élément des Forces de l’ordre en cause aura donc à répondre de ses actes pour  corruption et complicité de trafic d’or après qu’il ait formalisé un vol international, qui a fait un trafic d’or en un endroit, et lequel n’est pas autorisé à le faire et à l’insu de son commandant d’unité, en échange d’une somme d’argent, mais aussi usurpation de fonction. En effet, il a apposé le cachet de la Brigade et signé à la place de son commandant d’unité et à l’insu de ce dernier. Ces récentes explications, d’après les intervenants du Toby Ratsimandrava, suffisent donc aux yeux du monde entier de préciser que la Gendarmerie nationale n’a rien à voir dans une affaire qui a éclaboussé sa « brebis galeuse » de Toliara, et à elle seule. Franck R.

La Vérité0 partages

Saint-Valentin - Nouvel arrivage d’articles chez Baolai

L’heure est aux défis pour les acteurs du secteur économique et social afin de satisfaire au maximum la clientèle. Dans cette optique, nombreux sont ceux qui renouvellent leurs offres afin de mieux appréhender le marché. A l’instar de la société Baolai où les remises sur divers articles continuent jusqu’à la fin de ce mois de février dans tous ses show-rooms, notamment à Analakely, Soarano et Bazar Be Toamasina. Après les fêtes de fin d’année, les promotions restent disponibles pour les clients à chaque période festive. « Pour la Saint-Valentin, à ceux et celles qui aimeraient offrir un beau présent à leur douce moitié, un nouvel arrivage d’appareils électroménagers de premier choix les attendent déjà chez nous », explique un responsable.Dans cette optique, de nombreux articles y sont déjà disponibles. « Les clients ont l’embarras du choix puisqu’il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Pour ne citer que les machines à laver, Smart TV, téléviseurs LED disponibles entre 22 et 75’’, laser TV 100’’ (tous avec une garantie de 1 an), climatiseurs portatifs, fers à lisser (pour les cheveux), réfrigérateurs, GSM, panneaux solaires mono et polycristallins, fours à micro-ondes, lecteurs Divx/Dvd, amplificateurs, subwoofer, synthétiseurs,… », d’après toujours ce responsable. Les détails sur toutes ces informations sont à découvrir sur le site web et sur la page Facebook de Baolai ou en téléphonant au 033 37 968 88 (heures de bureau). Joie et satisfaction seront au rendez-vous pour ce mois de février grâce à ces multiples offres de la société Baolai.

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Nanaovan’ny olona bemidina ilay voalaza ho mpisoloky

Tezitra ireo nilaza ho voasolokin’ny lehilahy iray monina etsy Anosibe. Nifamotoana izy ireo omaly ary nanao bemidina teny an-tranon’ilay olona. Tanora maherin’ny roapolo no indray nitontona teny ary nasaina nivoaka tao an-tranony ilay voarohirohy ho mpisoloky. Nentin’ireo olona tezitra tanteraka teny amin’ny fokontany nony avy eo. Io rafitra io indray no nanapa-kevitra ny nitondra ireo voakasika hoe eny anivon’ny polisy miandraikitra ny boriborintany fahadimy. Nosokafana ny fanadihadiana nanomboka teo. Raha ny fanazavan’ireo, olona marobe izay nisy ny avy eny 67ha, ny avy eny Ankeniheny sy ny kartie hafa koa, dia nangalan’ilay lehilahy vola 50.000 ka hatramin’ny 80.000 ariary avy ireo olona. Nampanantenainy fa afaka mampiditra olona hiasa eo anivon’ny orinasa iray izy. Tsy tanteraka anefa izany ary ny fahafantaran’ireo olona ny lehilahy dia olona efa voaroaka teo anivon’ilay orinasa nampanantenainy. Tanora izay tsy an’asa avokoa ny nitaraina sy nitory momba ilay asa fisolokiana. Ilay lehilahy kosa indray dia mbola nandà hatrany ny fiampangana azy ary nilaza fa tsy misy taratasy manamarina izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Fifamoivoizana amin’ny alina : Hisava ary hanafay ireo tsy ara-dalana ny polisy

Nanomboka ny alin’ny alarobia lasa teo dia nisy ny hetsika manokana nataon’ny teo anivon’ny polisim-pirenena, hisavana ireo fitaovana rehetra mpifamoivoy amin’ny alina, tsy manara-dalana. “Nahatsapa ny teto anivon’ny polisim-pirenena fa maro ireo fandikan-dalana ataon’ny mpitondra fiarakodia sy  moto ary ny sarety sy ny bisikleta amin’ny alina ka isan’ny fositra mahatonga ny loza. Ny tsy fisiana jiro na misy ihany fa tsy ampy ny fahazavany, ny tsy fahafenoana na koa tsy fisian’ny taratasy mihitsy mikasika ny fiara sy ny moto entina manararaotra ny andro alina, ny fitondrana fiarakodia ao anatin’ny hamamoana. Ho an’ny Sarety sy ny bisikileta manokana dia ny tsy fisian’ny « Cataphote » ahafatarana azy amin’ny alina” hoy ny vaovao azo. Hetsika manokana izay ataon’ny eo anivon’ny kaomisaria Foibe etsy Tsaralalana izy ity, ampian’ireo polisy eny anivon’ny boriborintany. Hatramin’ny alarobia dia fantatra fa fiara manodidina ny 143, moto 22, izay samy mpivezivezy amin’ny alina teo no voasavasy tratra tsy nanara-dalana. Nisy sasany tamin’izy ireo moa, rehefa nanamboatra ny zavatra tsy nety tamin’ny fiarany dia nalefa nandeha ihany. Mbola nitohy hatramin’ny omaly io hetsika, ary heverina fa mety aharitra andro maro. Indrindra moa fa hoe tao anatin’ny indroa andro misesisesy izao dia nisy lozam-pifamoivoizana izay samy nahafaty olona avokoa. Marihana fa mifanindran-dalana amin’ity hetsika amin’ny alina ity, ny fisavana sy fampanajana ireo fepetra fisorohana ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid-19, amin’ireo fiara fitanteram-bahoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Accident à Tsarasaotra : Deux morts dans une collision entre deux motos et deux voitures

Le début de cette semaine a été meurtrier pour les motards. Quelques heures seulement après l’accident mortel qui a coûté la vie à un militaire, un nouvel accident de la circulation a eu lieu sur la même route. Un brutal accident s’est produit hier vers 8 heures du matin sur la nouvelle route de Tsarasaotra. Une violente collision entre deux motos et deux voitures dont un BT 50 et une Peugeot Partner a causé la mort de deux motards. Les deux victimes sont un homme connu dans le milieu de la photographie et un élève pilote. L’accident a eu lieu sur la ligne droite à partir de la bifurcation menant vers Ivato. Les deux motards étaient en provenance de Tsarasaotra en direction d’Ivato, tandis que les deux voitures venaient en sens inverse. Un témoin oculaire a expliqué que les motards roulaient à vive allure tout comme les conducteurs des voitures. Peu de temps après l’accident, les forces de l’ordre se sont dépêchés sur les lieux pour constater les faits. Malgré les témoignages recueillis sur place par la gendarmerie, les circonstances exactes de cet accident restent à déterminer. Actuellement, on ne sait pas encore qui a provoqué l’accident, les motards ou les automobilistes. Seule une expertise devrait permettre d’y voir plus clair. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tragédie. Un accident mortel de trop sur cet axe selon les usagers de la route. Cela fait plusieurs jours que des accidents mortels se succèdent à Tsarasaotra. Au moins cinq cas d’accident grave ont été enregistrés le mois de janvier dernier. Trois ont été mortels. En effet, pour éviter de se retrouver coincé en entrant ou en sortant de la ville, de nombreux conducteurs préfèrent passer par la route et finissent parfois par faire des excès de vitesse. Aucune solution pratique n’a été encore prise par les services de l’État. Sans attendre un nouvel accident tragique, les automobilistes espèrent des solutions rapides et réalistes.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Prévisions météo : Trois mois de forte chaleur prévus

Analamanga affiche une température supérieure à 21°C pour le mois de février.

La Direction générale de la météorologie vient de publier une mise à jour de sa prévision saisonnière valable du mois de mars au mois d’avril. «Nous sommes au cœur de l’été», annonce la Direction générale de la météorologie de Madagascar. Une saison qui serait marquée pour les trois prochains mois, et dans plusieurs régions, par «une hausse de la température par rapport à la normale saisonnière». Interrogé sur ce qu’il en est réellement, un responsable auprès de la direction en question d’expliquer « en somme, les trois prochains mois seront plus chauds ». Ce que la mise à jour de la prévision saisonnière confirme. « Les températures seront normales à plus chaudes dans les régions Boeny, le versant Ouest de Betsiboka, les versants nord des régions Analamanga, Bongolava, Melaky, le versant de l’Atsimo-Andrefana ainsi que le versant ouest de la région Androy », peut-on y lire. Le même document fait également savoir que « l’activité cyclonique pendant cette deuxième moitié de la saison pourrait tout aussi bien provenir du Canal de Mozambique que de l’Océan Indien ». Il conviendrait de noter que la saison cyclonique actuelle est prévue être active. Les deux perturbations qui ont déjà touché terre en sont des illustrations.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Lalam-baovao Tsarasaotra : Olona valo izay no matin’ny lozam-pifamoivoizana teo

Olona telo sahady izay no matin’ny lozam-pifamoivoizana teo amin’ny lalam-baovao Tsarasaotra hatramin’ny niandohan’ny taona ary samy tamin’ity volana febroary ity avokoa izany. Tamin’ny taon-dasa indray dia nahatratra dimy ny namoy ny ainy teo. Nisy avy hatrany ny fivoriana teo anivon’ny ministeran’ny fitaterana ary nahafahana namoaka fepetra roa izany. Voalohany dia ny famerana ny fandehanan’ny fiara sy ny kodiaran-droa tsy hihoatra ny hafainganam-pandeha 60km/h. Etsy andanin’izay dia tsy azon’ny sarety andehanana intsony ny lalam-baovao Tsarasaotra.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football – Estac Troyes : Rayan Raveloson dans le Top 5

En pleine évolution. L’international malgache Rayan Raveloson est retenu parmi les cinq meilleurs joueurs présélectionnés dans son équipe, l’Estac Troyes pour le mois de janvier. C’est plus qu’évident que son nom soit aligné à ce rang puisqu’il a largement contribué à la domination de son équipe en la menant jusqu’en tête du classement provisoire de la Ligue 2. En effet, Rayan n’a manqué qu’une rencontre alors que le championnat entamera sa 24e journée. C’est rare qu’on le voit assis sur le banc des remplaçants, le milieu de terrain des Barea est souvent titulaire d’entrée et joue l’intégralité du jeu. Le meilleur joueur sera connu à l’issue d’un vote sur un site où tout le monde pourra participer. Rayan Raveloson a obtenu pas mal de commentaires de soutien sur la page Facebook de son équipe. A noter que Troyes s’est incliné sur le score de 2 à 1 ce mardi lors de la 23e journée de la Ligue 2.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Revendications syndicales : Les paramédicaux relancent une grève illimitée

Les paramédicaux ont indiqué que cette grève se poursuivra jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites.

À partir de lundi, les agents paramédicaux sur tout le territoire national prévoient de suspendre leurs activités. Les journalistes sont restés sur leur faim lorsqu’ils ont demandé au ministre de tutelle les mesures qui seront prises face à cette grève.

Le ras-le-bol des paramédicaux ! Pour manifester leur colère suite au bafouement de leurs droits, ils prévoient d’observer une grève illimitée à partir de lundi. Selon le président du Syndicat des infirmiers et des paramédicaux de Madagascar (SISFM), Jerisoa Ralibera , cette grève concerne tous les agents des centres hospitaliers et des centres de santé de base sur tout le territoire national. Les médecins assureront ainsi le service minimum au niveau de ces structures sanitaires. Concernant la grève en question, Jerisoa Ralibera a tenu à préciser qu’il n’y aura pas une descente dans la rue afin de ne pas troubler l’ordre public.  « Il y a plusieurs manières d’exprimer notre ras-le-bol de la situation mais nous avons choisi de rester chez nous. Cette grève ne prendra fin que  lorsque nos  revendications seront satisfaites » , a-t-il indiqué.

Silence. De l’autre côté, le ministère de la Santé publique a déjà sorti une note de service le 28 janvier concernant l’interdiction d’une demande de congé pour tout le personnel dudit ministère. Dans cette note, il a été indiqué que « Tout le personnel est appelé à assurer les services de soins à tous les niveaux du système de santé, allant des CSB jusqu’au niveau hospitalier. Aussi, aucune demande de congé ne sera prise en compte ». Une décision qui a été prise suite à la résurgence du nombre de cas de Covid-19 dans le pays. Interrogé par les journalistes, le ministre de la Santé publique, le Pr Hanitrala Jean Louis Rakotovao, s’est abstenu de faire des commentaires sur cette grève des paramédicaux. C’était hier, durant la remise des équipements et matériels pour lutter contre la Covid-19 au siège du ministère à Ambohidahy avec l’Organisation mondiale de la Santé et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Déterminés. Malgré cette note, les paramédicaux signent et persistent. Ils ont indiqué qu’ils ont tout à fait le droit d’observer une grève  d’autant plus qu’il n’est aucunement question d’un état d’urgence sanitaire dans cette note de service. À titre de rappel, ils revendiquent entre autres le paiement de leurs 228 jours d’indemnités de réquisition ou encore le recrutement massif des 10.000 bénévoles. Ils dénoncent aussi le  bafouement de la liberté syndicale ainsi que les différentes sortes d’intimidations à leur encontre.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Lego au Jao’s Pub

Lego va faire l’affiche du Jao’s Pub Ambohipo ce soir à partir de 22 h. L’accordéoniste y chantera et y fêtera son anniversaire. Histoire aussi de retrouver ses fans pour se souhaiter une bonne année. Quant à ce qui est de la musique, le chanteur chauffera sûrement l’ambiance avec ses « Moletsy », « Birizity », « Amina » et des meilleurs.

 

Live acoustique et gestes barrières

« Revy acoustique dia feo sy gitara », ce sera ce soir dans la salle désinfectée du Trass à Tsiadana à partir de 20 h. Avec le respect des gestes barrières. Sur scène, les spectateurs et spectatrices retrouveront Hoby, Fanilo Boppin’s, Ony, Antsaly et Mbola Talenta. Il faut s’attendre à des reprises des succès de la variété acoustique malgache.

 

Jeneraly dans ses quartiers

Le groupe Jeneraly va investir la scène du Piment Café à Behoririka aujourd’hui à 19 h 30. Un habitué des lieux en somme. Il ne se passe pas une année où cette formation qui a depuis retrouvé une nouvelle jeunesse, ne fasse une session dans ce cabaret. Il va sans dire, les habitués arriveront sûrement à remplir la salle.

 

 Princio lance 2021

Princio en vedette au Sera à Serre à Ambolonkandrina cette nuit à 21 h. Cela fait un moment que ce chef de file de la nouvelle génération des « chanteurs à textes » ne s’est pas rapproché de ses inconditionnels. A se demander si l’inspiration l’a quittée. Il prouve ainsi lors de ce concert, que les mélomanes peuvent encore compter sur lui.

 

« Fanahy gasy » avec Miary Lepiera

Sans doute la meilleure soirée pour s’évader avec Miary Lepiera pour « Fanahy gasy » ce jour à partir de 20 h au No Doze à Tanjombato. Miary Lepiera est l’un des meilleurs guitaristes de sa génération, un proche de la famille de Njava. D’ailleurs, il a déjà laissé sa trace dans les chansons de ce groupe. Un vrai moment de retour aux sources.

 

Antsabey à découvrir

La Teinturerie à Ampasanimalo d’aujourd’hui, même du temps où ce lieu s’appelait Is’art Galerie, s’est toujours attachée à la « trad fusion ». Ce soir alors, elle va accueillir sur sa scène « Antsabey ». Pour ainsi dire, un groupe à découvrir pour les mélomanes de la Capitale. Il faut juste espérer qu’il ne soit pas de ces groupes de remplissage comme à l’habitude de ce lieu.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Deci-delà

# Monja Manintsindava quitte Tana demain

Le décès de Monja Manintsindava a été un choc pour bon nombre de ses proches et son public. Ses amis artistes ont ouvert le cortège le ramenant d’Ambondromamy à la Capitale. Depuis mercredi, la veillée mortuaire a lieu au LTC Ampefiloha. Aujourd’hui sera la dernière occasion pour les Tananariviens de rendre hommage à ce monument de la musique et de la culture tandroy. En effet, la dépouille mortelle de Monja Manintsindava quittera Antananarivo demain pour entamer son dernier voyage en rejoignant ses ancêtres dans la région Androy. Dans sa terre natale, l’artiste recevra tous les honneurs du défunt à travers les rituels de plusieurs jours, comme le veut la tradition tandroy.

#Bodo Dévoile ses toiles

Une diva, elle l’est incontestablement. Depuis plus de 30 ans, on l’a connu chanteuse, pourtant Bodo a plus d’une corde à son arc. La star de la musique variété s’avère être également une artiste peintre. Lundi, ses œuvres feront l’objet d’une exposition dans le Hall de l’Alliance française d’Andavamamba. « Me and myself, mon autre moi » découvrira cette Bodo parée d’une toute autre casquette. Le vernissage sera suivi d’un live painting durant lequel la diva troquera son micro contre un pinceau.

Z.T

Midi Madagasikara0 partages

Prise en charge de la Covid-19 : 2,2 milliards ariary d’aides matérielles

Une partie des équipements a été remise, hier, au ministère de la Santé publique par les représentantes résidentes de l’OMS et du PNUD.

L’OMS et le PNUD avec l’appui de la Banque mondiale, viennent de remettre un lot important d’équipements et de médicaments destinés au renforcement de la capacité de prise en charge de la Covid-19.  

Médicaments, EPI (équipements de protection individuelle), caméras thermiques, équipements médicaux tels des respirateurs, concentrateurs d’oxygène, oxymètres de pouls, moniteurs de surveillance, tensiomètres, stéthoscopes, glucomètres, et d’autres matériels pour la prise en charge de la Covid-19, des matelas avec housses, des fauteuils roulants, et…, le tout d’une valeur de plus de 2,2 milliards d’ariary. Il s’agit du lot d’aide matérielle remise par l’OMS, conjointement avec le PNUD Madagascar, et avec l’appui de la Banque mondiale afin de renforcer la lutte contre la Covid-19 à Madagascar.

Formation des agents de santé. Remise, hier, par la représentante résidente de l’OMS, Charlotte Faty Ndiaye, et celle du PNUD, Natasha Van Rijn, au ministère de la Santé publique représenté pour l’occasion par le ministre Rakotovao Hanitrala Jean Louis en personne, cette donation permettra d’améliorer les services de prise en charge prodigués par les soignants aux malades de la Covid-19. Cette donation s’accompagne, par ailleurs, d’un volet formation dont ont bénéficié plus de 5000 agents de santé dans diverses régions de Madagascar, sur la prise en charge des cas de Covid-19, sur la prévention et le contrôle des infections.

 Dans les régions. Avec ces nouvelles aides matérielles et techniques, les agents de santé, justement, notamment ceux en poste dans les régions, espèrent pouvoir mener leur mission au front dans de meilleures conditions. On s’en rappelle, au plus fort de la crise sanitaire en 2020, les agents paramédicaux se sont plaints de l’insuffisance d’EPI et d’autres matériels, alors qu’ils sont en première ligne, en contact direct et de façon répétée avec les malades. Avec la recrudescence des cas de Covid-19 actuellement, les soignants se retrouvent à nouveau confrontés aux risques de contamination, lesquels pourraient être aggravés par un éventuel nouveau variant, celui-ci étant déjà présent dans plusieurs pays voisins. Sur ce point, aucune communication officielle n’a, pour l’instant, indiqué la présence de ce nouveau variant à Madagascar.

Mesures barrières. La représentante de l’OMS, pour sa part, n’a pas manqué de souligner cette opportunité de renforcer la capacité de prise en charge de la Covid-19 notamment au niveau des régions. Et de mettre l’accent sur la nécessité de renforcer efficacement les mesures barrières. Pour rappel, le seul port du masque ne suffit pas pour se protéger, car il est tout aussi essentiel de respecter les autres gestes barrières, dont le lavage des mains avec du savon ou du gel hydro-alcoolique, et la distanciation sociale. Depuis le début de la pandémie, la distanciation préconisée est de un mètre. Celle-ci est revue à la hausse après l’apparition de nouveaux variants du coronavirus, dont la principale caractéristique est leur forte contagiosité. Cependant, il n’a pas été établi que ces nouveaux variants affichent un plus haut degré de virulence.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping échoué à Anjozorobe : Deux présumés ravisseurs abattus par la gendarmerie

L’efficacité des forces de l’ordre dépend de la fiabilité de leurs informateurs. Ainsi se résument les résultats obtenus par la gendarmerie appuyée par des éléments de l’Armée malgache ainsi que des membres du fokonolona, mardi dernier, dans le district d’Anjozorobe. Ce mardi-là vers 10 heures 30, un opérateur de transport de marchandises résidant dans le village d’Ambatovinkina, commune rurale Andranomisa – district Anjozorobe, a alerté la gendarmerie par téléphone sur l’existence d’un appel le menaçant de kidnapping. Le plaignant affirme qu’il a reçu cet appel provenant d’un individu inconnu qui lui réclame 10 millions d’ariary. Sinon, il sera enlevé et ses ravisseurs n’hésiteront pas à le tuer. Une menace à ne pas prendre à la légère car vers 14 heures de la même journée, les malfaiteurs sont passés à l’acte et sont allés au bout de leur menace. Quatre individus se sont rendus à l’endroit appelé Vandroza, commune de Marotsipoy, lieu que les ravisseurs ont fixé pour récupérer la rançon. Débarqués sur les lieux, ces malfaiteurs étaient armés d’un fusil de chasse et d’une arme de guerre kalachnikov. Sitôt informés de la situation, la gendarmerie qui s’est déjà préparée pour les affronter et n’a pas pris à la légère la doléance de l’opérateur cible, a pris les mesures nécessaires. De leur côté, les militaires et les membres du fokonolona qui étaient déjà tenus au courant de la situation n’attendaient qu’un signal de mobilisation. Ainsi, six gendarmes et huit militaires du Détachement autonome de sécurité affectés dans la localité appuyés par des membres du fokonolona se sont rendus à Vandroza pour affronter les malfaiteurs. Une fois sur place, les présumés ravisseurs les ont accueillis par des coups de feu. Attaqués, les éléments des forces de l’ordre ont été obligés de se servir de leurs armes pour riposter. Ainsi un accrochage monstrueux a eu lieu entre les deux parties. Résultats : deux des présumés kidnappeurs ont été tués par balles. Deux autres ont réussi à s’enfuir. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les malfaiteurs étaient équipés d’une arme de guerre, l’affrontement entre les deux camps était évidemment dur. La gendarmerie affirme avoir utilisé 32 cartouches de 7,62 mm, des balles de kalachnikov pour maîtriser la situation. Puisque la poursuite des malfaiteurs qui ont pu s’échapper devra être entamée, toutes les unités de la gendarmerie dans les circonscriptions susceptibles d’être traversées par les fuyards (Beronono, Vohilena, Ambohibary, Manakana, Vohimbohitra) ont été alertées pour monter le système de bouclage de leur territoire respectif. Tandis qu’après les procédures habituelles en cas de mort d’homme dans une intervention armée, les corps des défunts ont été remis aux autorités locales et les membres du fokonolona vont se charger des funérailles. Il est à noter que l’un des bandits abattus reste inconnu. Aucune pièce d’identité n’a été trouvée sur lui. En effet, cette affaire confirme que le kidnapping en milieu rural devient de plus en plus fréquent. Il appert actuellement que les malfaiteurs sont des gens biens armés.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Une excursion dans le calme promise pour demain

La tension créée autour de cette excursion organisée par l’Opposition est peut-être exagérée. Les Malgaches ont, durant ces dix dernières années, vécu une longue période d’instabilité parsemée de manifestations violentes et de désordre. Aujourd’hui, la population veut vivre sans ces charges des forces de l’ordre et ces jets de gaz lacrymogène. La mise en garde des autorités est pourtant sans ambiguïté. Mais ceux qui veulent faire ce meeting excursion affirment qu’il n’y a aucun risque de trouble car ils ont pris toutes les dispositions nécessaires. Chacun doit donc prendre ses responsabilités pour qu’il n’y ait aucun débordement.

Une excursion dans le calme promise pour demain

Le régime est mal à l’aise devant l ‘offensive d’une opposition très critique. Le contexte actuel ne lui permet pas d’avoir le beau rôle car les difficultés socio-économiques rencontrées par la population ne jouent pas en sa faveur. Les membres de l’Opposition peuvent donc s’en donner à cœur joie. Les animateurs des radios « miara-manonja » peuvent mettre la pression en parlant de tous les problèmes rencontrés par les citoyens. Les remarques sont souvent justifiées, mais elles commencent à irriter les dirigeants. Mais comme le droit à la parole est inaliénable, il faut le laisser s’exercer. L’offensive médiatique du pouvoir n’arrive cependant pas à contrebalancer l’audience de cette opposition de plus en plus sûre d’elle. Elle se rend compte du succès grandissant de ses émissions radiophoniques. L’organisation de son excursion meeting va lui permettre de tester véritablement son influence actuelle ; elle est persuadée que plusieurs milliers de personnes viendront à Imerinkasinina, demain. La communication qui entoure l’événement est bien faite.

Les messages distillés par le régime semblent complètement brouillés. Les annonces faites en Conseil des ministres sur les projets qui vont bientôt être réalisés sont passées presque inaperçues. Il ne reste plus que les mise en garde des responsables des forces de l’ordre qui peuvent troubler cette ambiance festive promise pour demain. Les Malgaches ont peut-être maintenant atteint une certaine maturité politique. Il faut leur laisser leur liberté d’action et ne pas les empêcher de manifester.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Filière lait : Mise en place des stations de monte naturelle

L’élevage de vache laitière est une filière prometteuse.

C’est une stratégie qui consiste à assurer l’amélioration génétique du cheptel de vaches laitières à Madagascar.

La filière lait a été perturbée ces derniers temps en raison de suspension d’activité du groupe Tiko par l’Etat alors que celui-ci dispose d’une grande capacité d’absorption laitière dans la région Vakinankaratra. De nombreux éleveurs ont été ainsi victimes et étaient, par la suite, obligés de se reconvertir en d’autres activités en mettant en vente leurs vaches laitières. Cette filière commence maintenant à se redresser, avec l’appui du projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière). Celui-ci prévoit, entre autres, de mettre en place des stations de monte naturelle avec des taureaux améliorés dans cette région à forte potentialité en or blanc, dans le but d’assurer l’amélioration génétique du cheptel de vaches laitières.

Laboratoire mobile. Il s’agit d’une première structure d’insémination artificielle qui a été déjà installée à Antsirabe. Le projet y a également créé pour la première fois une unité de conservation de semence à base d’azote liquide. Une autre unité sera mise en place dans la région de Taolagnaro dans le but de promouvoir l’exportation de bovidés, a-t-on appris. Outre cette amélioration génétique du cheptel de vaches laitières visant à augmenter la production laitière, le projet CASEF mise aussi sur l’amélioration de la qualité de cet or blanc, qui reconnaît-on le, est un produit facilement périssable. Ainsi, un laboratoire mobile de contrôle qualité du lait, a été mis en place dans la région de Vakinankaratra. Ce laboratoire comprend, notamment, trois lactoscan, trois réfractomètres optiques portables, de ph mètre portatif et trois thermo lactodensimètres de Quevenn. De plus, la région bénéficiaire a été dotée de trois ordinateurs portables, de trois convertisseurs de tension et de trois motos, pour le bon fonctionnement de ce laboratoire.

Traçabilité de l’or blanc. Par ailleurs, des éleveurs de vaches laitières de cette région ont en même temps bénéficié de formations techniques en matière de conduite d’élevage et d’alimentation animale. En effet, cela constitue des éléments clés permettant de développer cette chaîne de valeur commerciale. Et concernant la transformation laitière, le projet CASEF mène actuellement des travaux visant à mettre aux normes des centres de collecte de lait existants tout en renforçant en équipement des collecteurs relais et des éleveurs eux-mêmes. Ce qui contribue à assurer la traçabilité de l’or blanc depuis les éleveurs producteurs jusqu’aux unités de transformation. Il faut savoir que plus de 6 millions de litres de lait ont pu être commercialisés grâce à la mise en connectivité entre les organisations de producteurs et les sociétés preneuses. Ces premières constituent ainsi un bassin d’approvisionnement pour les entreprises de transformation. La dynamisation de l’interprofession régionale de la filière lait est également en vue, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Hausse des prix du riz : Quatre points de vente scellés

Ce point de vente a été scellé pour consignation provisoire en attendant le résultat d’enquête.

Suite à la hausse incessante du prix du riz sur le marché local, des commissaires et contrôleurs du commerce ont effectué des descentes sur les lieux en collaboration avec les éléments des forces de l’ordre issus de la sécurité publique et de la gendarmerie nationale. Les marchés

d’Ambohimirary, d’Ambohimanarina, d’Andavamamba, de By Pass, d’Ankaraobato, d’Ankadindratombo, d’Andoharanofotsy, d’Ambondrona et d’Andravoahangy, ont ainsi fait l’objet de contrôle depuis ces deux derniers jours. Ainsi, quatre points de vente des commerçants dont trois sises à Andravoahangy et un autre au By-Pass, ont été scellés hier pour consignation provisoire, en attendant les résultats de l’enquête, a-t-on communiqué auprès du ministère en charge du Commerce.

Sanctions. En effet, il a été évoqué que des infractions contraires à la protection des consommateurs ont été commises par ces commerçants. On peut citer, entre autres, des documents injustifiés des activités non réglementaires voire inexistantes, l’incapacité de justifier les prix élevés du prix du riz et le défaut de facture. Pour le cas du commerçant au marché de By-Pass, il a refusé d’obtempérer entraînant le blocage de procédures, sans parler des menaces et outrages aux agents de l’Etat. Les autres commerçants comme au marché d’Ambondrona, ont évoqué que la hausse des prix du riz provient des grossistes. Ainsi, le ministère de tutelle a pris des mesures telles que la verbalisation des commerçants et la consignation provisoire du point de vente avec PV de scellage pour les cas des commerçants à Andravoahangy et au By-Pass. Les commerçants concernés sont ensuite convoqués auprès du département du commerce. Des sanctions seront appliquées suivant les résultats de ces enquêtes, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Affaire des 73,5 kilos d’or : Pas d’entrave aux enquêtes selon le ministre des Finances

En marge de la cérémonie de signature de l’accord de vente de crédits carbone, hier au Carlton, le ministre de l’Economie et des Finances a  apporté des précisions concernant certains points de l’affaire des 73,5 kilos d’or.  « Il est complètement faux d’insinuer que le ministère de l’Economie et des Finances tente de bloquer les enquêtes »,  a déclaré le ministre Richard Randriamandrato qui a tenu à préciser que les attributions et  les obligations des douaniers sont clairement définies dans le code des douanes. Sur ce point, d’ailleurs, le ministre a rappelé que  si les formalités à l’embarquement faisaient défaut à Ivato, c’est que l’administration des douanes n’a pas été avisée du départ de l’avion de l’aéroport d’Ivato. Un défaut d’information qui a bien évidemment empêché la douane de procéder à la fouille des passagers et au scannage des marchandises. Le ministre a, par ailleurs, indiqué qu’il n’a  pas eu de sa part un refus de lever l’immunité des douaniers. Et ce, pour la simple raison que jusqu’à présent, il n’a pas reçu une demande à cet effet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Basket – N1B : Va pour les quarts de finale !

La course pour les six places en N1A s’annonce de plus en plus serrée.

Les championnats de Madagascar N1B version 2020 abordent la phase des quarts de finale ce jour et débarquent au Palais des Sports de Mahamasina. Les rencontres des huitièmes de finale d’hier disputées au Gymnase d’Ankorondrano ont vu l’émergence de nouvelles équipes. À la surprise générale, les basketteurs du Dream-Team Sporting Club (DTSC) ont été éliminés par les Nordistes de l’AS  Diana par 54 à  61. Une défaite inattendue pour les protégés de Bayard Razafindralambo qui doivent encore patienter pour espérer une remontée en N1A. Autre révélation de la compétition est la qualification des joueurs d’AJRT Androy pour les quarts aux dépens du SBC d’Itasy par 80 à 69. Ce jour, les gars de l’Androy affrontent les Majungais du Soma Beach Basket Club (SBBC). L’équipe du SBBC reléguée en N1B en 2019 n’a qu’une ultime mission de retrouver l’élite fédérale de la N1A.

Dans les hostilités féminines, les filles de Fandrefiala, championnes d’Analamanga jouent contre USJFM d’Atsimo-Andrefana. Favorites de la compétition, les joueuses de Fandrefiala habituées à évoluer en N1A sont en terres connues surtout au Palais des Sports de Mahamasina. Et l’affiche la plus attendue est le duel cent pour cent Analamanga entre JCBA et ASSM. Deux équipes qui se connaissent au sommet régional, elles auront fort à faire ce jour pour une place en demi-finale. Contrairement aux matches huis clos à Ankorondrano, l’entrée au Palais des Sports se fera sur invitation.

T.H

Calendrier

Grande Salle

8 h 30 : D – Fandrefiala contre USJFM.

10h15 : H – AJRT contre SBBC.

12 h 00 : H – Fanalamanga contre BCF.

13h45 : H – ASA contre BC Somava.

15 h 30 : H –Cospn 2 contre AS PFOI.

Petite Salle

8 h 30 : D – ASCUT contre Akamasoa.

10 h 00 : D – Fandrasa contre ASF.

11h45 : D – JCBA contre ASSM.

Midi Madagasikara0 partages

Handisport : Aurélie et Sitrakiniana s’envolent pour Dubaï

La délégation malgache qui participera au Grand Prix de Dubaï.

Prévu initialement se dérouler l’an dernier, le Grand Prix de Dubaï de handisport a été reporté du 8 au 13 février aux Emirats Arabes Unis. Il s’agit aussi d’une compétition qualificative aux Jeux paralympiques de Tokyo 2021. Madagascar sera représenté par deux athlètes, à savoir, Aurélie Faravavy et Sitrakiniaina Alban Ranomenjanahary. Ils sont accompagnés par Olivier Fanomezantsoa Razafimahandry comme coach et chef de délégation. Leur départ a été fixé dans les dernières minutes hier. En effet, Aurélie Faravavy est engagée dans la course de vitesse de 100 m chez les athlètes en situation de déficience visuelle. C’est sa deuxième sortie internationale après celle du meeting d’athlétisme au Maroc en 2019. Elle sera en action le 10 février. Sitrakiniana Alban défend pour sa part les couleurs malgaches au lancer de poids chez les déficients physiques. Ce sera aussi sa deuxième participation en compétition internationale. « Notre départ a été inattendu même si on m’avait parlé de cette compétition durant le confinement. Pourtant, je me suis préparé pendant environ un mois et je suis prêt à remporter la médaille », a-t-il fait savoir. La phase éliminatoire du lancer de poids aura lieu le 8 février tandis que la phase finale se déroulera le 12 février. La délégation malgache a quitté la Capitale hier direction Nosy-Be. Elle quittera notre sol ce samedi et fera une escale à Addis-Abeba avant de rejoindre Dubaï. La délégation passera aussi plusieurs tests PCR et sera mise en quarantaine avant cette compétition.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Fiparitahana fitaovam-piadiana : Nahitàna « grenady » tetsy Ampandrana

Tokony ho tamin’ny efatra ora latsaka fahefany tany ho any no nahazo antso ny teo anivon’ny pôlisim-pirenana mahakasika ny fisian’ny fitaovam-piadiana mahery vaika hita tetsy Ampandrana, tsy lavitra ny biraon’ny masoivoho iray teny an-toerana.

Bolongam-by miendrika toy ny grenady no hitan’ireo fokonolona avy eo anivon’ny fokontanin’Ampandrana, omaly. Raha ny voalaza, teo am-panesorana sy fanadiovana ireo toerana, ivangongon’ireo olona tsy manan-kialofana, tsy lavitra ny toeram-piantsonana iray no nahitan’ireo avy eo anivon’ny vaomieran’ny fandriampahelamana izany. Nanakaiky indrindra ny toerana fanariana fako, eny amin’iny faritra Ampandrana iny. Nentin’ireo nahita avy hatrany moa izany zavatra izany ary naterin’izy ireo tany amin’ny trano fiasàna, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisy. Taorian’izay no niantso ny pôlisy avy etsy amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo izy ireo mahakasika ity tranga ity. Nidina avy hatrany teny an-toerana ireto farany, nampian’ny teo anivon’ny pôlisy siantifika, mba hijery akaiky ny zava-nisy. Voamarina teo fa tena fitaovam-piadiana ary tena « grenady » ity hitan’izy ireo ity, araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny pôlisy hatrany. Nogiazana avy hatrany moa izany fitaovam-piadiana izany. Ny tsy fantatra fotsiny ihany, hoy ny teo anivon’ny pôlisy raha nanontaniana, dia ny hoe efa avy nampiasaina ve izy io sa mbola? Ary raha sanatria ka nipoaka tampoka teo, tsy ho zava-doza no nitranga teny an-toerana, indrindra fa ny nahazo ireo olona nitondra izany fitaovam-piadiana izany, ho an’izay nitondra sy namindra izany ? Mafampana rahateo ny toe-draharaha politika eto amintsika amin’izao ka ahian’ny maro fa sao dia hisy hifandraisany amin’izay na tetika entina hanakorontana indray izao  fanaparitahana fitaovam-piadiana izao. Asa aloha ? Heverina fa tsy maintsy hizotra any amin’izay tsinona ny fanadihadiana hataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany, indrindra fa ny hoe avy aiza ary iza no nametraka izany grenady izany teny an-toerana ? Andrasana araka izany izay mety ho valin’izay …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le “kere” : Une lueur d’espoir 2 mois après

Graines d’espoirs. Touchée par la situation à laquelle la population du Sud fait face, la Première Dame et présidente de l’Association Fitia, Mialy Rajoelina n’est pas restée indifférente et s’est rendue sur place il y a deux mois. Elle n’est pas venue les mains vides mais a ramené du matériel agricole dont quatre motocultures, 60 charrues, 200 râteaux, 40 brouettes, 20 herses, 16 motopompes et 100 arrosoirs. En plus de ces matériels, des intrants agricoles ont été remis aux paysannes dont 129.000 boutures de manioc, quatre tonnes de semences de maïs, 300 kg de semences de légumes pour potagers améliorés. Les équipes de l’Association Fitia assurent le suivi et le soutien à la population. Et deux mois plus tard, les résultats sont tangibles et palpables avec de la verdure où les semences ont poussé au grand bonheur de la population. « La Première dame, ne nous a pas oubliés même si elle est loin. Son cœur n’est pas loin de nous à Ifotaka. Elle nous a cherchés et est venue nous aider malgré la distance. Si les aides comme cela continuent, cela pourrait nous aider contre le “kere” puisque nous vivons de l’agriculture », s’est réjouie une agricultrice de Ifotaka. Grâce à ce soutien de l’association Fitia, dans le sud malgache où règne le “kere”, l’insécurité alimentaire est en train de changer de visage. « Je suis consciente, que les femmes d’Ifotaka sont actives, motivées et déterminées. Je crois en leur potentiel et nous espérons qu’elles contribueront fortement à l’éradication de cette insécurité alimentaire à Ifotaka et dans toute la partie sud du pays  », a souligné Mialy Rajoelina, présidente de l’Association Fitia lors de sa descente sur place.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Bob Marley, le « petit allemand »

Bob Marley, Peter Tosh, une chanteuse et Bunny Wailer, le trio ossature d’une formation qui allait devenir une légende (de gauche à droite).La cabane à Nine Miles où Cedella Malcolm a mis au monde Robert Nesta Marley

« Ganja et reggae », cette formule a toujours accompagné Bob Marley, de son vivant qu’après son trépas. Robert Nesta Marley est né le 6 février 1945 dans une bourgade campagnarde, Nine Miles. Coincée dans une chaîne montagneuse, genre de « Bongolava » à l’épaisse jungle. Le jeune garçon et de nombreux cousins y ont été élevés par sa grand-mère, Yaya. Celle-ci le surnommait, le « petit allemand ». Le pauvre « Bob », un diminutif qu’il a acquis grâce à Jimmy Cliff plus tard, était alors le souffre douleur de ses cousins à cause de son métissage.

Considéré presque comme un chiffon, ces derniers le forçaient à s’acquitter de leurs tâches quotidiennes. Chétif, le futur roi du reggae allait traire les vaches, chercher les fagots, sortir l’âne… plus que ses cousins. Cette situation l’a affecté selon Bunny Wailer. Un gars de la ville venu de Kingston, la capitale de la Jamaïque, qui se débrouillait bien avec une guitare. Avec lui, Robert Nesta Marley allait réveiller son génie. Un immense génie musical.

Le fait qu’il soit rejeté par les siens, du côté de sa mère de surcroît, pourraient étonner. En partie à cause de son père, un certain capitaine Norval Marley. Garde forestier anglais, blanc, la soixantaine mais amateur de « chaires fraîches ». Il a alors remarqué une noire de seize ans, Cedella Malcolm. Les deux tourtereaux ont eu un enfant ensemble. Ainsi naquit Robert Nesta Marley. Issu d’une famille très à cheval sur les principes, son géniteur a préféré prendre la tangente. Plus tard, il fut un temps où Bob allait demander de l’aide à sa famille paternelle. Sa doléance avait été reçue avec une déchirante indifférence.

Son destin était tracé. Le petit et sa mère allaient affronter ensemble les hauts et les bas de la vie. Sans doute, ce passage douloureux lui a inspiré la chanson « High tide or low tide ». Une balade/blues de malade, sur laquelle il raconte les larmes de sa mère dans la nuit, priant Dieu de les guider et de les protéger. Mais aussi de les corriger quand ils se trouvent sur le mauvais chemin. Mère post-ado célibataire trainant un enfant rejeté de partout, Dieu avait de quoi s’occuper.

La quête musicale de Bob Marley s’est déroulée d’abord à Kingston, n’ayant pas encore atteint les 20 ans. Puis aux Etats-Unis, où il a travaillé dans une usine d’assemblage au Delaware. Il retourne finalement en Jamaïque. Comme tous les jeunes premiers de l’époque, il lui était difficile de se faire un nom dans un paysage musical dominé par les bakchichs versés aux Djs des stations radios et les gros bras. Une discussion avec Jimmy Cliff alors sur le faîte de sa gloire a été décisive, « Adam Marley ou Bob Marley », le choix a été vite fait.

Il ne faut pas oublier que sa rencontre avec Peter Tosh a scellé leur destin. Le trio Bob Marley, Bunny Wailer et Peter Tosh s’est formé. Taquins, les gars du quartier leur ont conseillé d’appeler la formation, « The Wailers ». Puisque leur musique se plaignait à longueur de temps. De « Simmer Down » (1964), leur premier succès, à « Bend Down low » (1966), la confirmation. Le groupe explosera les scènes quand il débarque aux Etats-Unis, à travers les tournées en Europe et en Asie. L’envol d’une légende planétaire vers l’ère « Bob Marley and The Wailers ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

TGV : Soutien inconditionnel au président de la République

Le parti TGV prêt à apporter son concours pour la réalisation des « velirano ».

Présentation de vœux du parti TGV, hier, à l’ARENA sis à Ivandry. Ce parti a réitéré son soutien inconditionnel au président de la République. Le député de Tsiroanomandidy, Hajanirina Ramaherijaona dans sa déclaration a, notamment, souligné que c’est le parti qui a le plus d’élus dans le pays. Il se dit prêt également à soutenir le président Andry Rajoelina dans la concrétisation des ses « velirano ». En marge de cette cérémonie, à la question des journalistes sur l’excursion organisée par l’Opposition, un des députés a tout simplement déclaré « Que l’opposition fasse son excursion mais seulement dans le respect des textes en vigueur ». On se demande s’il a parlé en son nom personnel ou au nom du parti ? La tenue de cette excursion par l’Opposition a fait couler beaucoup d’encre, d’ailleurs on ne connaît pas encore le lieu où elle aura lieu. Notons que la plupart des députés TGV de la région Analamanga ont été présents, lors de cette cérémonie. Sans parler des autres élus.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Soalala : 10 000 plants mis en terre

L’Alliance Voahary Gasy, une plateforme des organisations de société civile œuvrant pour la protection de l’environnement, contribue à la restauration des mangroves dans la commune rurale de Soalala, plus précisément dans les fokontany de Baly et Ankera. Elle y a ainsi reboisé plus de 10.000 jeunes plants de mangrove en collaboration avec des associations de femmes et de jeunes sur place. En effet, ces dernières dépendent des ressources naturelles pour leur survie alors que la perte des forêts de mangroves s’accentue compte tenu de la dégradation de l’environnement. Il est à noter que cette action de reboisement a été réalisée avec l’appui du projet PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs), financé par l’ambassade de France à Madagascar.

Navalona R.