Les actualités à Madagascar du Dimanche 05 Janvier 2020

Modifier la date
Madagate1 partages

Nouvel An 2020. C’est chaque homme qui forge son propre destin

Les dates ne sont que des inventions d’êtres humains afin de pouvoir marquer les événements et de s’en rappeler, et non pour changer quoi que ce soit si l’Homme lui-même ne s’engage pas avec détermination.

Cela pour vous dire qu'aucun être humain ne pourra jamais maîtriser le temps; que le temps n’est pas une réalité matérielle car, à part le jour et la nuit et les quatre saisons, il n’y a pas d’autres divisions du temps que l’homme physique maîtrise. Aussi, la réussite de nos projets dépend de notre engagement et non pas du nombre de vœux que nous recevons à chaque début d’année. En ce qui concerne le changement de date, ci-après quatre exemples, émanant de religions parmi les plus pratiquées au monde, hormis l'Hindouisme, le Bouddhisme, le Shintoïsme, le Taoïsme...

Pour le Kémitisme (Ensemble de croyances et de pratiques qui trouvent leurs origines aux États-Unis dans les années 1970 et qui s'inspirent librement de la religion et des rites de l'Égypte ancienne) : Année 6256

Pour le Judaïsme (Culture religieuse et mode de vie des Juifs constitués des descendants des Israélites provenant de l'antique terre d'Israël. D'autres individus et quelques minorités les ont rejoints par la conversion et se sont mélangés à eux au fil de leur diaspora de deux millénaires. Les lois sacrées du Judaïsme sont la Torah et le Talmud) : Année 3781

Pour le Christianisme (Religion abrahamique, originaire du Proche-Orient, fondée sur l'enseignement, la personne et la vie de Jésus de Nazareth, tels qu'interprétés à partir du Nouveau Testament de la Bible. La croix est le principal symbole de la foi chrétienne) : Année 2020

Pour l'Islam (Al'islam. Religion abrahamique s'appuyant sur le dogme du monothéisme absolu -تَوْحيد , tawhid - et prenant sa source dans le Coran (en arabe : القُرْآن, al-Qorʾān, signifiant «la récitation»), considéré comme le réceptacle de la parole de Dieu - الله, Allah - révélée à Mahomet - محمّد, Muḥammad -, proclamé par les adhérents de l'islam comme étant le dernier prophète de Dieu, au VIIᵉ siècle en Arabie au sud-ouest de l'Asie) : Année 1441

Selon des statistiques de 2015, le Christianisme compte plus de 2,4 milliards de croyants, sur environ 7,5 milliards de personnes. La foi chrétienne représente ainsi un tiers de la population mondiale et constitue la plus grande religion du monde.

Aucun vœu à proposer à tous les croyants (ou non) de la planète mais juste des suggestions. A prendre ou... à laisser :

- Si tu veux la santé, vas à l’hôpital, contrôles ta nutrition, tes émotions, ton hygiène…- Si tu veux l’argent, vas travailler avec endurance- Si tu veux la paix, prépares la guerre et ouvres ton cœur à la vertu- Si tu veux la prospérité, gardes ton intégrité et ton abnégation- Si tu veux le bonheur, fais le bonheur des autres- Si tu veux l’amour, sois sincère et confiant- Si tu veux le mariage, sois honnête et méritant- Si tu veux la réussite, mets-toi sur la voie du travail, de la persistance- Si tu veux la bonne gouvernance, luttes pour dégager les présidents colons- Si tu veux la liberté, engages-toi dans le combat que mène le grand nombre…

Pour cette nouvelle année bissextile (oui, il y aura un 29 février 2020) qui vient donc de débuter, il est temps de comprendre alors que c’est chaque homme qui forge son propre destin.

Vous pouvez aller priez Dieu (à chacun le nom donné, selon sa Foi), mais si vous remettez votre vie entre Ses mains, Il vous les donnera  pour que vous compreniez la responsabilité qui est la vôtre. «Dieu ne se tient devant toi que lorsque tu te lèves et que tu commences à marcher».

Recueillis par Jeannot Ramambazafy

La Vérité0 partages

Football - CAF - L’agenda 2020 des Barea

Calendrier chargé pour la confédération africaine de football cette année 2020. Madagascar sera présent dans plusieurs rendez-vous du calendrier établi par l’instance du football africain. A commencer par le CAF Awards qui aura lieu à Hurghad Egypte, demain mardi 7 janvier. L’équipe nationale malagasy, les Barea, figure parmi les trois équipes finalistes pour le titre à savoir l’Algérie vainqueur de la CAN 2019 et le  Sénégal, le malheureux finaliste. Nicolas Dupuis également coach des Barea figure toujours en course avec quatre autres entraineurs,  Aliou Cissé du Sénégal, Christian Gross du Zamalek, Djamel Belmadi de l’Algérie et Moine Chaabani de l’Esperance de Tunis.

 

Le 21 janvier, les Barea sauront leurs adversaires pour la course au Qatar, comptant pour le deuxième tour éliminatoire au Mondial 2022 pour la zone Afrique.

Du 28 janvier au 7 février, Madagascar a déjà annoncé ses intentions de participer à la CAN Futsal qui se déroulera au Laayone Maroc.

Le tirage au sort des quarts de finale et des demi-finales de la ligue des champions et la coupe de la CAF aura lieu le 9 février. 

Le 14 février, l’Esperance de Tunis et le Zamalek s’affronteront pour la super coupe de la CAF à Doha Qatar.

Qualification mondiale

Entre les 27 et 29 mars, les Barea entrent en lice pour la première journée de la qualification à la Coupe du monde 2022.

La deuxième journée de la qualification au Mondial se disputera entre les 5 et 7 juin dont Madagascar sera encore en lice.

Du 4 au 25 avril, le Cameroun organise le championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020. Les Barea étaient éliminés à la porte de la qualification après la grosse désillusion devant la Namibie. Pour rappel, après avoir gagné le match aller 1-0 à Mahamasina, Madagascar s’est incliné 2-0 au retour.

La finale de la coupe de la CAF est prévue le 24 mai tandis que la finale de la ligue des champions est pour le 29 mai.

Le 22 juillet au 8 août, quatre équipes africaines seront en lice à Tokyo, en Egypte, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud pour les hommes, et au Cameroun et en Zambie pour les Dames.

Qualification CAN

Entre le 31 aout et  le 8 septembre, la troisième et la quatrième journée de qualification à la CAN 2021 retrouveront leurs droits. Les Barea de Madagascar défieront les Eléphants de la Côte d’Ivoire fin août avant de  les recevoir à Mahamasina une semaine après.

La cinquième journée se disputera entre les 9 et 11 octobre contre l’Ethiopie tandis que la dernière journée sera entre les 13 et 15 novembre contre le Niger.

Pour les clubs, les tirages au sort de la ligue des champions 2020-2021 et le tour de cadrage de la coupe de la CAF.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Lutte contre les violences basées sur le genre - L’application de la loi attendue cette année

Soumise à la Haute Cour constitutionnelle (HCC) le 24 décembre 2019. La Loi n° 2019-008 relative à la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) fait partie des 6 dossiers en instance auprès de cette juridiction constitutionnelle. Elle y sera ainsi soumise au contrôle de constitutionnalité. Si cette loi s’avère conforme à la Constitution, elle passera au Président de la République pour sa promulgation. Sa publication dans le Journal officiel confirmera sa mise en vigueur. Toutefois, un décret d’application s’impose en cas de nécessité de précision des modalités. Toutes ces étapes à suivre avant l’application de la loi sont attendues cette année 2020.

 

Ce projet de loi sur la lutte contre les VBG a, rappelons-le, finalement été adopté auprès de l’Assemblée nationale, dans la matinée du 13 décembre, et au Sénat l’après-midi même. Ceci après un ajournement suite à des discussions hors sujet et des craintes auprès de la Chambre basse. « Comme son intitulé, ce projet de loi ne parle que de la lutte contre les VBG.

L’objectif étant de renforcer les dispositions répressives existantes, tout en introduisant des innovations en matière de prévention et de prise en charge des victimes », a rassuré Salohy Norotiana Rakotondrajery Randrianarisoa, magistrat et non moins directeur général des affaires judiciaires, des études et des réformes auprès du ministère de la Justice.

Des nouvelles infractions et innovations

Le projet de loi sur la lutte contre les VBG comporte 23 articles subdivisés en 4 titres. Les dispositions générales, dans le titre 1, se porte sur le champ d’application et les définitions. La répression compte 11 articles tandis que 8 articles parlent de la prévention, la protection et la prise en charge. Le dernier titre, avec ses 2 articles, détaille les dispositions finales. L’outrage sexiste, le viol conjugal, la violence économique engendrant la dépendance financière de la femme ou du mari, etc., font partie des nouvelles infractions prises en compte dans le projet de loi. Ce dernier relate également les procédures pénales, dont l’obligation de signalement, la demande d’ordonnance de protection qui interdit l’auteur de violence de s’approcher de sa victime ou encore l’autorisation de quitter le foyer conjugal pour la victime, homme ou femme.

En matière d’innovation, l’article 14 fait part que « l’Etat formule et met en œuvre la politique de lutte contre les VBG. Il mobilise les ressources nécessaires en la matière. Un mécanisme national de lutte contre les VBG assure la coordination, la gestion et le suivi des actions. La mise en œuvre de ce mécanisme est fixée par voie réglementaire ». L’article 15 ajoute que « L’Etat assure la prise en charge sanitaire, psycho-sociale et l’accompagnement juridico-judiciaire des victimes pour faire valoir leurs droits ».

Sujet de mauvaises interprétations

L’adoption de la loi sur la lutte contre les VBG a été devenue un sujet de polémique, notamment sur les réseaux sociaux, durant les dernières semaines de l’année 2019. Ceci suite aux mauvaises interprétations, notamment suite à l’affirmation d’un député. Ce dernier a annoncé que cette nouvelle loi favorise le mariage pour tous et l’homosexualité. « La Loi n’évoque en aucun cas le mariage pour tous. Nos députés ne cautionneraient et n’adopteraient ce genre de sujet sans dialogue et concertation au préalable au niveau national. De plus, cette loi a déjà été étudié article par article lors de son passage au Conseil du Gouvernement et au Conseil des ministres », dément la porte-parole du Gouvernement, Lalatiana Andriatongarivo.

« Il faut que le député et tous ce qui s’impliquent dans cette discussion prennent le temps de lire le contenu de cette Loi… Lier la lutte contre les VBG et le mariage pour tous n’est pas vraiment fondé. Il n’y a rien dans ce texte qui lie les deux. En tout cas, je peux vous assurer que la loi qui a été adoptée est très positive pour nous aider à avancer dans la lutte contre ce phénomène », s’exprime Violet Kakyomya, coordonatrice et représentante du Système des Nations unies à Madagascar. « Si vous ne pouvez pas lire le texte de cette loi, trouvez quelqu’un qui peut lire pour vous afin que vous soyez vraiment informé. Tous les débats sociaux et autres questions politiques doivent être fondés sur la réalité. La réalité maintenant c’est le contenu de cette loi… Nous devons aussi faire les efforts de traduire cette loi dans la langue malagasy pour que tout le monde puisse lire son contenu », suggère cette responsable…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Désinsectisation dans une entreprise franche à Anosizato - 70 employés victimes d'émanations chimiques ...

Le traitement systématique par les agents d'une société, en vue d'une désinsectisation du local abritant la société Gamma Textile, une entreprise franche spécialisée dans la confection à Anosizato-ouest, a très mal tourné samedi matin dernier. Au moins 70 salariés qui ont travaillé dans le hangar, ont été victimes de malaises liés à une intoxication d'origine chimique plus ou moins sévère : vertige, difficulté à respirer, syncope, etc. Des salariés s'écroulaient ainsi les uns après les autres.  D'autres n'ont perdu connaissance qu'une dizaine de minutes après qu'ils ont quitté précipitamment l'usine. « J'ignore ce qui s'était passé. Mais il y avait cette odeur particulièrement tenace rendant l'air irrespirable », se souvient une femme.

 

Du coup, c'était le branle-bas de combat général. Les agents de sécurité de la société ont informé les sapeurs-pompiers. Dès 8h30, on a assisté à l'arrivée massive des ambulances mais aussi des véhicules des pompiers pour évacuer d'urgence les victimes à l'HJRA. Les militaires du Corps de protection civile (CPC) sis à Ivato étaient aussi intervenus. Des « taxis-be » mais aussi des voitures particulières ont également été réquisitionnés à cette occasion. Deux heures plus tard, les opérations de secours s'étaient encore poursuivies. « Certains n'ont perdu connaissance que pendant leur évacuation », confie une employée de Gamma.

Sur place, les opérations de secours s'étaient néanmoins heurtées à certains obstacles. C'était le cas pour le CPC. « Nous voulions bien entrer, mais nous n'avons pu rien faire. Les dirigeants de l'entreprise ont emporté la clef. De plus, on nous a interdit de pénétrer à l'intérieur », déplore le commandant de ce corps.

A l'HJRA, le service de la réanimation médicale et celui des urgences ont été pris d'assaut.

« Dès leur prise en main, les malades ont été traités avec de l'oxygène, de l'eau mais aussi des psychotropes. Mais leur vie n'est pas en danger », a précisé la directrice de cet établissement médical. Une femme enceinte figurait dans la liste des patients.  

De son côté, une représentante de la société de désinsectisation se défendait : « Le malaise observé chez les victimes n'a fait que coïncider avec l'épandage d'insecticide dans l'enceinte de l'usine. Nous sommes certains que l'origine du mal proviendrait de l'intérieur même des locaux où des victimes ont affirmé avoir sentir du gaz, et que seule la zone située à l'extérieur a été désinsectisée », a-t-elle assuré.

Ce qui semble bien en contradiction avec la version des faits émanant du ministère de la Santé publique : « Le mal provenait du produit de désinsectisation. Puisqu'il ventait beaucoup ce samedi matin-là, les émanations toxiques ont ainsi gagné l'intérieur de l'usine. Et au lieu d'exterminer insectes ou autres bestioles, ce sont les hommes qui ont été rendus malades ». A ce fonctionnaire d'ajouter encore qu'il n'y a plus beaucoup à craindre quant à la santé des patients. Mais il n'a pas exclu que certains d'entre eux dont cette femme enceinte, demeurent encore sous contrôle médical.

Notons que la Direction de Gamma Textile aurait affirmé devoir rembourser les frais de soins et d'hospitalisation de ses salariés. Actuellement, la plupart de ces derniers ont pu déjà regagner leur foyer respectif.

Franck R.

La Vérité0 partages

Treize, sacré chiffre !

Simple fait du hasard ? Concours fortuit de circonstances ou simple coïncidence de faits ? Les réalités sont là ! Le chiffre 13 semble, apparemment, porter bonheur à notre Président et par extension le pays entier. Un chiffre craint par certaine civilisation d'un autre continent surtout s'il tombe un vendredi. Par contre, dans d'autres contrées quelque part en Palestine, il y a plus de deux mille ans, il incarna l'espoir et porta du baume au cœur. Quand il fallait remplacer le Douzième, le traitre, qui s'était suicidé, les Onze avaient dû choisir un autre Douzième, Matthias, en fait un Treizième, en lieu et place du traitre, Judas. Ce fut l'apaisement pour les Apôtres !  

 

Après que la HCC avait arrêté la liste définitive des candidats admis à concourir à l'élection présidentielle, la CENI procéda bien avant le coup d'envoi de la campagne électorale au tirage au sort du numéro de chaque candidat. Il se trouva que le candidat Rajoelina Andry Nirina tombe sur le dossard n° 13. Un chiffre que lui-même en personne avait tiré au hasard. Et nous savons tous le dénouement du scrutin. C'est un chiffre gagnant !

Durant la campagne, le candidat n° 13 qui sillonnait les quatre coins de la Grande île s'engage fermement à concrétiser son programme de travail contenu et annoncé à travers l'Initiative pour l'Emergence de Madagasikara (IEM). Il n'est pas du genre à tromper son peuple. Rajoelina Andry prend à cœur la parole qu'il dit. De ce fait, Rajoelina a pris des engagements solennels, le Velirano détaillé en Treize points, devant son peuple qu'il fera ce qu'il a promis. Et voilà encore ce sacré  chiffre ! Nous en sommes tous témoins que le Président de la République Rajoelina Andry tient sa parole. Les chantiers démarrent et le pays va décoller.

En tenant compte du nombre des personnalités politiques qui avaient exercé la fonction de Chef d'Etat et de Gouvernement  sans passer par la voie des urnes et à en ajouter ainsi avec celles démocratiquement élues, Rajoelina est le Treizième Chef d'Etat depuis le retour à la souveraineté nationale en 1960. Et nous y voilà encore en plein dans le mille avec ce chiffre … fétiche ou sacré, treize !

Et on n'en finit pas. Avec notre jeune et dynamique Chef d'Etat, on s'attend toujours à une bonne sinon merveilleuse surprise. En cette fin d'année 2019 et à l'accueil du nouvel An 2020, Rajoelina Andry a réservé pour les agents de l'Etat, en activité ou à la retraite, les meilleurs cadeaux à savoir l'augmentation des salaires atteignant l'ordre de 13 %. Rares sont les pays africains notamment ceux dont les revenus se trouvent parmi les plus bas qui osent revoir à la hausse, d'un tel niveau, les rémunérations des fonctionnaires. Souvent, on assiste au contraire à des salaires impayés durant des mois. L'augmentation offerte par le régime IEM témoigne, une fois de plus, la volonté des dirigeants sous la houlette de Rajoelina de se pencher réellement sur les besoins précis de la population. A noter qu'une contribution spéciale  d'une valeur de 65.000 ariary a été offerte à chaque agent de l'Etat pour les fêtes de fin d'année. Un geste fraternellement inédit et bien accueilli!

Le chiffre 13, sacré chiffre,  surprend merveilleusement le peuple.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Baie d’Ambaro - La conservation des mangroves assurée par les communautés locales

Gestion participative. L’intégration des populations environnantes dans le mécanisme de gestion et de conservation des réserves naturelles reste le moyen le plus efficace pour protéger notre environnement. Effectivement, étant dans le système, elles se sentiront plus engagées et plus concernées, en évitant toute destruction ou exploitation massive des ressources naturelles. C’est pourquoi, seize communautés locales dans la baie d’Ambaro, dans la Région de Diana, ont signé les documents de contractualisation pour la gestion et la conservation des mangroves dans cette partie du pays. Parmi ces contrats, douze sont des nouveaux pour une période de trois ans.

Les quatre autres sont des contrats renouvellés. « Effectivement, dans le but de promouvoir la gestion communautaire des ressources naturelles, nous travaillons depuis déjà deux ans avec nos partenaires pour l’établissement d’un contrat de transfert de gestion au niveau des communautés côtières dans le District d’Ambilobe. Ceci est un pari gagné », a déclaré le Fonds mondial pour la nature (WWF Madagascar).

La signature des contrats a ainsi été accompagnée de cérémonies de ritualisation, ancrées profondément dans le respect des us et coutumes locaux. Ces cérémonies ont notamment vu l’implication des détenteurs des autorités traditionnelles dont le Roi Issa Tsimiaro III, en présence des représentants de l’Administration forestière régionale (DREED) et des représentants des maires des Communes de rattachement. « Nous  sommes heureux, nous commençons à gérer nous-mêmes maintenant les mangroves, et nous sommes prêts à les protéger et à les utiliser plus durablement.  Ces dernières années, nos couvertures forestières  se sont dégradées à cause de l’exploitation illicite et incontrôlée », s’est exprimé Nourchiad, président de la Communauté locale de base (CLB) Antsotsomo durant son discours.

L’évènement a aussi été l’occasion pour sensibiliser,  éduquer, informer sur l’importance des forêts de mangroves, ainsi que les avantages qu’on peut tirer de leur utilisation durable et de leur préservation. Par ailleurs, les membres du bureau de la CLB  ont été présentés au public et les patrouilleurs ont été dotés de tenues pour effectuer la surveillance des mangroves.

Rova Randria

La Vérité0 partages

JIRAMA - 20 000 abonnés privés d’électricité durant le week-end

Un week-end sombre. Les pylônes de la compagnie d’eau et d’électricité JIRAMA n’ont pas résisté au vent. Le Directeur général de la JIRAMA Vonjy Andriamanga et son adjoint Albert Ravelojaona sont descendus sur terrain, samedi dernier, afin d’effectuer un état des lieux et de voir l’avancement des travaux. D’après leur constat, une quarantaine de pylônes se sont écroulés dans la Commune d’Antananarivo. Le plus gros dégât a été constaté à Behintsy où un pylône en acier avec une intensité de 168 000 volts soutient plusieurs lignes entre autres le Nord, l’Ouest, le Nord-ouest, l’Est et quelques Communes de la Capitale.

Du coup, environ 20 000 clients de la JIRAMA ont subi une coupure de courant, notamment dans le Fokontany d’Ilafy, Ambatobe en passant par Ambodivona et Amboditsiry jusqu’à Anjanahary. Parallèlement à cela, deux autres pylônes de la ligne 63 000 volts reliant la commune d’Alasora et Antsirabe ont également été endommagés.

Afin de remédier à cette coupure d’électricité, les équipes de la JIRAMA ont mis en place une solution provisoire. « Pour Behintsy, les techniciens ont remplacé les pylônes en acier par d’autres en béton afin d’assurer de manière provisoire la sécurité des riverains et la fiabilité du réseau. Il fallait évidemment que les liaisons de haute tension restent fonctionnelles en vue de garantir l’approvisionnement local en électricité. Les infrastructures ont été reconstruites ce dimanche. Les travaux ont débuté samedi et l’alimentation en électricité est prévue se remettre en ordre dès lundi. Les conditions météorologiques ont retardé un peu la remise en état des pylônes », avance Vonjy Andriamanga, directeur général de la JIRAMA. Vers la fin de l’après midi d’hier, quinze poteaux électriques sont déjà réparés.

Pour rappel, il faut s’éloigner des lignes électriques basses ou affaissées car elles peuvent être très dangereuses. Il en est de même pour toutes les lignes électriques tombées. Il faut donc éviter à tout prix de les déplacer ou de les réparer.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Traite de femmes malagasy en Chine - 6 Chinois dont la présumée commanditaire arrêtés dans un hôtel à...

Les éléments du Service central des enquêtes spécialisées (SCES) de la Police, ont interpellé 5 ressortissants chinois dont une femme pour trafic de femmes malagasy vers la Chine. Ces arrestations remontent vendredi dernier dans un hôtel sis à Ivato. Tout a démarré en mois de décembre 2019 lorsque la Police était renseignée sur les agissements d'une inconnue, de nationalité chinoise. Elle serait une entremetteuse à la recherche de femmes malagasy en vue de les marier à des Chinois.

 

L'investigation policière a permis de savoir que cette Chinoise aurait fait parvenir au pays ses compatriotes mâles puis les loger dans un grand hôtel à Ivato. Durant leur séjour sur place, ces Chinois y ont pu faire la rencontre de plus d'une vingtaine de femmes du pays. Trois de ces Chinois ont pu se marier avec ces dernières et les noces se sont déroulées en décembre 2019.

Le matin du 4 janvier dernier, la Police s'est mobilisée et a perquisitionné les chambres louées par les Chinois. C'était dans ces circonstances que 6 Chinois mais aussi 4 femmes y ont été surpris. Si trois des premiers, comme nous l'avons mentionné plus haut, ont eu leurs femmes, trois autres seraient toujours à la recherche de « l'âme sœur » locale.

La poursuite de l'enquête a révélé que le but du mariage est simple : faciliter les moyens pour que ces femmes du pays puissent arriver en Chine où d'autres situations pas très réjouissantes risquent de les attendre encore.

Notons que les Chinois auraient payé plus de 20 millions d'ariary par personne vis-à-vis de leur compatriote, la présumée entremetteuse. Enfin, Ils s'apprêtaient à prendre un vol à destination de la Chine lorsque la Police les a arrêtés.

Franck R.

La Vérité0 partages

Affaire Carlos Ghosn - Aucune main malagasy dans sa fuite !

Conclusion hâtive. Des propos malveillants véhiculés sur les réseaux sociaux font l'état de l'implication d'une société malagasy dans la fuite du Franco-libanais Carlos Ghosn, ex-Pdg du groupe Renault- Nissan du Japon où il était détenu des mois pour des présumés malversations financières. A la veille de la fin d'année 2019, celui-ci a déjoué la surveillance des autorités japonaises et s'est enfui du pays du Soleil levant pour rejoindre le Liban via la Turquie. C'est dans ce dernier pays qu'opère effectivement la société MGN Jet, première compagnie de location de jets en Turquie. Carlos Ghosn a pu s'enfuir de son pays de détention à bord de deux jets privés loués par cette société turque à deux prestataires différents, dont la compagnie Qatar Executive qui gère et exploite un des jets de TOA Aviation Madagascar depuis quelques mois.

 

Pour comprendre l'histoire, il est utile de préciser que cette compagnie Qatar Executive avait acquis un jet en 2004, qu'elle avait revendu en juillet 2008 à STE Havacilik, laquelle a loué le jet à la compagnie turque MNG Jet. Racheté par la compagnie malagasy TOA en août 2019, l'aéronef, qui porte toujours les couleurs et signes distinctifs de Qatar

Executive aujourd'hui, et est reste louée par MNG Jet jusqu'à actuellement.  

" L'avion qui aurait servi est opéré par la première compagnie turque d'aviation d'affaire MNG Jet. TOA n'a pas de lien avec les passagers qui louent et utilisent les avions opérés par MNG Jet. Par conséquent, TOA n'a aucun lien avec Carlos Ghosn", précise un responsable de TOA dans un communiqué diffusé largement.

La compagnie MNG Jet qui exploite les deux appareils ayant permis à Carlos Ghosn de se rendre en Turquie puis au Liban, a d'ailleurs annoncé avoir déposé plainte pour une utilisation illégale de ses services d'affrètement de jets en relation avec l'évasion de Carlos Ghosn du Japon.

Suite à l'éclatement de l'affaire, MNG Jet a ouvert une enquête interne. Un employé de l'entreprise, qui a fait l'objet d'une enquête par les autorités, a ainsi avoué qu'il aurait falsifié intentionnellement et sans aviser qui que ce soit les documents de transport. Des paperasses nécessaires en pareille circonstance afin d'identifier les passagers des jets loués. Mais le nom de Carlos Ghosn ne figure nulle part dans les documents du voyage du premier jet loué d'Osaka à Istanbul ni du second aéronef qui a fait la liaison de la Turquie au Liban.

De tout cela, il appert que c'est faux ainsi de dire que des mains malagasy auraient aidé Carlos Ghosn à se soustraire de la justice nipponne.

La Rédaction

Madagate0 partages

Désiré Rakotoarijaona - Dadatoa Dezy. Nodimandry ny 02.01.2020

****************************************